Skip to main content

Full text of "Catalogue illustré du Musée des antiquités nationales au Saint-Germain-en-Laye"

See other formats


a 



Digitized by the Internet Archive 

in 2009 with funding from 

University of Ottawa 



http://www.archive.org/details/catalogueillustr02mus 



Catalogue illustré 



DU 



MUSÉE DES ANTIQUITÉS NATIONALES 



AU CHATEAU DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE 



l 



Catalogue illustré 



DU 



HusÉE DES Antiquités nationales 



AU CHATFAU DE SAINTGERMAIN-ENLAYE 



PAR 



Salomon REINACH 

CONSERVATEUR DES MUSÉES NATIONAUX 
MEMBRE DE l' INSTITUT 



Mandata peregi, 
(Luc. IX, ç 



TOME II 



PARIS 

PALAIS DU LOUVRE 

1921 



Art 
Librarj 

VC 

-3 l 






^^ri Musée de Sl-Germain-en-Layc , 20 mai 1921. 



î/a 



Monsieur le Directeur, 

\/a J'ai l'honneur de vous soumettre les épreuves du tome II 
\ mon Catalogue illustré du Musée de Saint-Germain; cet 
c rage est destiné, comme vous le savez, à remplacer le 
Cl dogue sommaire publié en 1887 et dont on a vendu trois 
éa ions à fort tirage. J'espère que le présent ouvrage, 
beaucoup plus développé, ne sera pas moins favorablement 
accueilli. 

Veuillez agréer, etc. 



Salomon Reinach, 
Conservateur du Musée. 



ApprouN é : 
Le Directeur des Musées nationaux et de l'Ecole du Louvre, 

J. d'Estournelles UE Constant. 



J'ai mille ^obligatio7is à mes confrères et amis E. Espérandieu 
et C . Jullian, qui ont bien voulu insister pour me rendre service 
en revoyant chacun une dernière éprextve de ce volume. Au cours de 
mes laborieuses stations devant les vitrines, comme dans le choix 
de r illustration, fai eu fort à me louer de la complaisance de 
M. B. Champion, directeur des ateliers du Musc'e. Laplupart des dessins 
reproduits plus bas sont de lui; les autres sont dus à M. J. Devillard 
et h. Mlle Jeanne Evrard. Je dois à tous ces collaborateurs un mot 
de cordial remerciement . 

S. R. 

Saint-Germain'-eu-Laye , mai 1921. 



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR 



Manuel de Pltihlogie classique, 2 vol., 
1883-1884 (nouveau tirage, 1907). 

Traité d'èpigrnphie grecque, 1885- 

Grammaire latine, 1880. 

La colonne Trajane, 1886. 

Conseils aux voyageurs archéologues, 
1886. 

Catalogue sommaire du musée de Saint- 
Germain, 1887 (3'= éd., 1899). 

E. PoTTiER et S. Reikach, La nécro- 
pole de Myrina, 2 vol., 1887. 

Atlas de la province romaine d'Afrique, 
1888. 

Voyofje archéologique de Le Bas en 
Grèce et en Asie Mineure, 1888. 

Esquisses archéologiques, 1888 . 

Epoque des alluvions et des cavernes^ 
1889. 

Minerva, 1889(9"' éd., 1919). 

Les Gaulois dans l'art antique, 1889. 

L'histoire du travail en Gaule, 1890. 

Peintures de vases antiques , 1891. 

KoNDAKOF, Tolstoï, S. Reinacii, Anti- 
quités de la Russie méridionale, 1891. 

Chroniques d'Orient, 2 \o\. 1891, 1896. 

Antiquités du Bosphore cimmérien, 1892. 

L'origine des Aryens, 1892. 

A. Bbetrand et S. Reinach, les Celtes 
du /V, et du Danube, 1894- 

Bron:fs figurés de la Gaule romaine, 
1894. 

0. M0NTELIU8 et S. Reikach, les Temps 
préhistoriques en Suède, 1895. 

Epona, la déesse gauloise des chevaux, 
1895. 



Pierres gravées, 1895. 

La sculpture en Europe avant les in- 
fluences gréco-romaines, 1896. 

Répertoire de la statuaire grecque et 
romaine, k vol., 1897-1910. 

Répertoire des vases grecs et étrusques, 

2 vol., 1899-1900. 

Guide illustré du Musée de Saint-Ger- 
main, 1899 (nouv. éd. 1908). 

II. C. Lea, Histoire de l'Inquisition, 
/rorf.parS. Reinach, 3 vol., 1900- 
1902. 

La représentation du galop, 1901. 

L'album de Pierre Jacques, 1902. 

Recueil de têtes antiques, 1903. 

Le Musée chrétien de Saint-Germain, 
1903. 

Un miinuscrit de la Bibliothèque de Phi- 
lippe le Bon à Saint-Pétersbourg, 1904. 

Apollo, histoire générale des arts, 1904, 
(10«éd.,1920). 

Répertoire des peintures du Moyen-Age 
et de la Renaissance, t. I-V, 1905- 
1921. 

Tableaux inédits ou peu connus, 1906. ^ 

Album des moulages et modèles en vente 
à Saint-Germain, 1908. 

Répertoire de reliefs grecs et romains, 

3 vol., 1909-1912. 

Orpheus, histoire générale des religions, 

1909 (23* éd., 1920). 
Répertoire de l'art quaternaire, 1913. 
Chronologie de la guerre, 10 vol., 1915- 

1919. 



ABREVIATIONS USITEES 



A = U Anthropologie . Paris, 1890 et suiv. 
AH\ = Lindenschmit, Alterthiimer imserer hcidnischcn Vorzeit. Mayence, 
1858 et suiv. 
BA = Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scienti- 
fiques. Paris, 1883 et suiv, 
BAF ^ Bulletin de la Société des Antiquaires de France. Paris, 1857 et 
suiv. 
BF = S. Reinach, Bronzes figurés de la Gaule romaine. Paris, 1894. 
BG = Verhandhmgcn der Borliner Gesellschaft fur Anthropologie. Berlin, 

1869-1902. 
BJ =: Bonner Jahrbiïrher. Bonn, 1842 et suiv. 
BM =: Bulletin monumental. Gaen et Paris, 1834 et suiv. 
BSA =. Bulletin de la Société d'anthropologie de Paris. Paris, 1859 et suiv. 
GA =: Comptes- rendus de l'Académie des Inscriptions. Paris, 1857 ot suiv. 
CBL = Correspondemblatt der deutsclien Gesellschaft fur Anthropologie . 

Brunfwick, 1870 et suiv. 
CIL ^=. Corpus inscriplionum latinarum. Berlin, 1863 et suiv. 

D = Déchelette, Manuel d' archéologie préhistorique, celtique et gallo- 
romaine. 4 tomes, Paris, 1908-1914. 
DAG = Dictionnaire archéologique de la Gaule. Paris, 1869 et suiv. 

E = Espcrandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule. Paris, 1907 
et suiv. 
CiBÂ = Gazette des Beaux-Arts. Paris, 1859 et suiv. 
JAI = Journal of the Anthropohgical Institute . Londres, 1871 et suiv. 
M = Matériaux pour l'histoire de l'homme. Paris, 1864-1888. 
MAF z= Mémoires de la Société des Antiquaires de France. Paris, IS07 et 
suiv. 
MP = Musée préhistorique (par G. «t A. de Mortillct). 
Not. Se. zzz Notizie degli Scavi di Antichità. Rome, 1891 et suiv, 
RA =z: Revue archéologique , Paris, 1844 et suiv. 
RC = Revue celtique. Paris ^ 1870 et suiv. 

RM = Revue mensuelle de l'École d'anthropologie (auj. Revue d'anthropo- 
logie). Paris, 1891 et suiv. 
RQ = S. Reinach, Répertoire de l'art quaternaire. Paris, 1913. 
RR = S. Reinach, Répertoire des reliefs, 3 vol. l'aris. 1909-1912. 
RS = S. Reinach, Répertoire de la statuaire, 4 vol. Paris, 1897-1910. 
S =:: Saglio, Pollier, Lafaye, Dictionnaire des antiquités, l'aris, 1873 et 
suiv. 
VO =; J. Déchelette. Vases ornés de la Gaule romaine, 2 vol. Paris, 1904. 
WD = Wcstdeutsche Zeitschrift fiir Geschichte und Kanst. Trêves, 1882 
suiv. 
ZE == Zeitschrift fiir Ethnologie. Bcrïiu, 1869 et suiv. 



AVIS AU VISITEUR 



Les numéros, ropr-odiiits siii* les étiquettes des 
oTijcts, sont ceux dvi i"efçi*trc d'enti-ée conservé à la 
ljil>l iotliéque <lu Aliïsée. 

I^es n.iiiiiéi*os tles ol>jets dont le >Iusée ne i>ossède 
que des moulures ou des fac-similés sont marqués 
d'un astérisque ( * )■ 



Horaire. — Personnel. 



Le musée est ouvert au public les dimanches de dix Ireures et demie à quatre 
heures, les mardis et jeudis de onze heures et demie à cinq heures (du i" avril au 
3o septembre) et de onze heures et demie à quatre heures (du i" octobre au 
3i mars). 

Les mercredis, vendredis et samedis sont réservés à l'étude. On sera admis au 
Musée, ces jours-là, sur la présentation d'un permis délivré par l'Administration, 
Toutefois, les personnes de passage à Saint-Germain pourront, en signant sur un 
registre spécial, se faire conduire à travers les salles par un gardien. 

Le Musée est fermé le lundi. 

Conservateur du Musée: M. Salomon IIeinacu, uuMubrc de l'Institut. 

Conservateur adjoint: M. Henri HuitEm-, professeur à l'École des Hautes Études. 

Inspecteur des reslaurulions et moulages, directeur des ateliers : M. B. Champion. 
sculpteur. 



PREMIER ÉTAGE 



SALLE I. — La Gaule avant les métaux. 
ÉPOQUE QUATERNAIRE 

Cette belle salle a été convertie en salle de Congrès au 
mois de mai 1919 ; c'est là qu'a été signée avec l'Autriche 
la Paix de Saint-Gcnuain (10 septembre), qui a mis fin 
à l'Empire des Habsbourg. 

Le visiteur se reiul d'abord ;i l'anj^lc nord-est de la salle, derant la vitrine n° 1. 

On savait depuis longtemps, par la découverte d'osse- 
ments fossiles, (|ue la (laule, à l'époque dite quaternaire par 
les géologues, a été babitée par des animaux appartenant 
à des espèces aujourd'hui éteintes, et par d'autres dont les 
représentants actuels se sont retirés sur nos montagnes ou 
ont émigré vers d'autres climats. Parmi les grands animaux 
qui ont disparu, et qui vivaient il y a des milliers d'années 
sur les rives de la Seine, on peut citer l'hippopo- 
tame, l'éléphant aiitifiue, supérieur en taille à l'éléphant 
actuel, le mammouth ou éléphant à longs poils, le rhino- 
céros à narines cloisonnées, l'ours des cavernes, le grand 
chat-tigre des cavernes, le bœuf primitif, le grand cerf 
d'Irlande. Les principaux animaux qui ont émigré sont 
le renne, aujourd'hui commun en Laponie, le bison, le 
lion, le bouquetin et le chamois ; ces deux dernières espèces 



RATXK I 



ont émip:ré en altitude. Il ne faut pas oublier qu'à côté de 
ces espèces éteintes ou éniigrées, la Gaule en nourrissait, 
à l'époque du mammouth et du renne, un grand nombre 
d'autres qui subsistent encore sur noire sol, telles que le 
cheval, la chèvre, le cerf, plusieurs variétés de bœufs, et 
la majorité de nos petits animaux sauvages, comme la 
martre, l'écureuil, la taupe, le mulot, le hérisson, etc. 

Ce qu'on ne savait pas il y a cent ans, et ce qui a 
été établi, vers 1860 seulement, par les travaux de Boucher 
de Perthes et de Lartet, dont les bustes en marbre décorent 
le fond de la salle, c'est qu'à l'époque où le mammouth et 
le rhinocéros buvaient dans la Seine, un grand nombre 
de dizaines de siècles avant J.-C, l'homme vivait et se 
multipliait à côté de ces redoutables voisins. La salle I du 
Musée est comme la démonsirafion de cette vérité, une des 
plus belles conciuêtes scientifiques du dix-neuvième siècle. 
On y voit les outils en pierre, en os et en corne dont se 
servait l'homme primitif, qui ignorait encore l'usage des 
métaux ; les traces qu'il a laissées tantôt à la surface du 
sol, tantôt dans les sables des rivières et dans les cavernes 
où il cherchait un refuge ; les rares ossements de l'homme 
(ju'on peut attribuer à cette période éloignée, à côté de ceux 
des animaux ses contenqiorains ; enfin, les premiers essais 
d'un art (|ui se complaît à sculpter, à graver et à peindre, 
surtout des animaux et parfois avec un réalisme sur- 
prenant. 

Pêcheur ou chasseur, l'homme, en ces temps reculés, 
ne connaissait ni les animaux domestiques, ni la culture 
iCS céréales et des plantes textiles. Vêtu de peaux de bêtes, 
il était dans le même état de dénûment que certains sau- 
vages qui vivent aujourd'hui dans le centre de l'Australie. 

L'industrie humaine particulière à cette période, dont on 
ne peut fixer ni la date ni la durée (I), est celle de \n pierre 
tailUe par éclats, d'où le nom de paléolithique qu'elle a reçu 
(du grec palaios, ancien, et lithos, pierre). D'après les varia- 

(1) Elle pjiraît se tcriiiiner, en Oaule, vers l'an 8,000 avant notre ère; il est im- 
possible d'asaigtter une date, tniMiie approximative, à son début. 



SALLE I 




^S&l" 4386 4386 



3479 



Vig. I. — Types des principaux outils quaternaires: 

1-3, chèllécn et acheuléeii ; 4-6. mousiérien ; 7-<) (à tir.), a\irigiiacien; 

lO-ii (à g.), solutréen; 12-16, niagdaléniou. 



8 SALLE I 

lions du climat, de la faune et de l'industrie, on l'a divisée 
en sept périodes, dénommées d'après des stations typiques: 
I. Chelléen ; II, Àcheuléoi : III, Moustérien ; IV, Aurignacicn ; 
V, Solulréen ; VI, Ma(jdidénien ; VII, Azilien (Chelles, Saint- 
Acheul, Le Moustier, Aurignac, Solutré, La iMadeleine, Le 
Mas d'Azil). Chacune de ces périodes a d'ailleurs été sub- 
divisée (Chelléen I, Chelléen II, etc.) Les deux premières 
semblent avoir duré bien plus longtemps que toutes les 
autres ensemble; la première fut marquée par un climat 
chaud et pluvieux, intermédiaire entre l'avant-dernière et 
la dernière avance des glaciers. Celle-ci donna naissance 
à un climat sec et froid qui ne devint tempéré et humide 
en France qu'à l'azilien, après le retrait des glaciers des 
Alpes, des Pyrénées, du Plateau central. Les animaux de 
la période chaude, notamment l'hippopotame, avaient dis- 
paru dès l'avènement de la faune froide, caractérisée sur- 
tout par le renne ; à l'azilien, le renne a disparu à son tour 
elles forêts sont peuplées de cerfs. 

Les antiquités réunies dans cette salle se divisent natu- 
rellement en deux séries : l'une contient les objets recueillis 
dans les alluvions des rivières et d'autres semblables décou- 
verts sur les plateaux ; la seconde renferme les outils et 
les ossements que l'on a extraits des cavernes ou abris sous 
roche, premiers refuges des hommes contre les intempéries 
et les bêtes fauves. 

s. licinacli, Alluvions et cavernes, P. 1889 ; E. Cartailhac, La France préhis- 
torique, 2* éd. P. 1903; J. Dëchelette, Manuel cV archéologie préhistorique, t. I, 
P. 1908 ; n. Obermaier, Der Mensch der Vorzeit, Munich, 1912 ; Maurice Exsteens, 
Ln /'réhistoire à la portée de tous, Hrux. 1913; H. F. Osborn, 3/e»t of V-.e old stone 
âge, :V éd., New- York, 1918 ; M. Boule, Conférences de géologie, P. 1904 ; Confé- 
renres de paléontologie, P. 1905; Les hommes fossiles, P. 1920. 

Toutes les gravures, sculptures et pointures de l'époque quater- 
naire que Ton connaissait en 1912 ont clé réunies ])ar S. Reinach, 
Répertoire de Vart (juttternaire, W 1913 (cité RQ). Le meilleur choix 
de gravures d'après des silex taillés est encore le Miisée préhis- 
torique de G. et A. de Mortillct, 2* éd. P. 1903 (cité MP.); voir 
aussi L. Capitan, Types d'armes et d\mtils en pierre, Puris. VJil 
(extrait de RM. et A. Vayson, A. 1920, pi. 1-16 (Saint-Acheul). 



SALLE I, 1-2. 



I. — ALLUVIONS ET PLATEAUX 



Vitrine 1 . — Au-dessus, coupes des alluvions quaternaires de 
Menchecourt et de Saint-Acheul, Somme, montrant la profondeur 
où l'on a recueilli les outils en silex taillé. 

C, D, E. — Molaires d'éléphant, ossements de mammouth, de 
rhinocéros, de grand bœuf et de grand cerf, recueillis dans les 
sablières de la Somme et de la Seine, à côté de silex tailles. 

F. — Haches en silex recueillies à Chelles, Seine-et-Marne. La 
forme dominante de cet ancêtre des outils humains est celle de 
l'amande. Quelques spécimens sont déjà taillés avec une grande 
perfection. Si loin que nous puissions remonter dans l'histoire de 
l'industrie, un certain sentiment de symétrie n'est pas étranger à 
l'homme. Au-dessous, faune de Chelles et de Valmondois, Seine- 
et-Oise; noter les dents de rhinocéros. 

A. — L'abbé Bourgeois, mort en 1878, a cru constater, dèsl8G7,la 
trace du travail humain sur des silex recueillis par lui à une grande 
profondeur, dans le terrain miocène (tertiaire moyen) de Thenay, 
Loir-et-Cher. A cette époque, aucun des mammifères actuels 
n'existait encore dans nos pays, et rien ne prouve que l'homme 
fasse exception à cet égard. Les silex de Thenay paraissent trop 
petits pour avoir servi d'outils ; les traces de travail qu'on y a 
signalées sont plus que douteuses (RM. 1901, 129). Mais la question 
soulevée par l'abbé Bourgeois reste ouverte et chacun peut se 
former une opinion devant la vitrine, où l'on a réuni d'autres silex 
tertiaires, avec prétendues marques de travail, provenant de Saint- 
Prest (BSA. 1901, 286) et d'Aurillac (B, à droite). 

B. — D'autres savants ont cru reconnaître des traces de l'homme 
tertiaire dans les incisions ouïes cassures que présentent certains os 
d'animaux de cette époque ; mais ces entailles résultent probablement 
des morsures d'autres animaux, de i)hénomf'nes géologiques et de 
frottements divers. Les os incisés le plus souvent cités ont été 
recueillis à Pouancé, Maine-et-Loire et à Monte Aperto, Toscane. — 
Spécimens de cailloux, de silex et d'os avec des stries et impressions 
naturelles (Tavcl, Gard ; Le Pecq, Seine-et-Oise, etc.). Dans un 
Cadre, à droite de la fenêtre, sont réunis des spécimens cVéoUthes 
belges, donnés et classés ])ar Kutot en 1902 (éclats crus utilises et 
retouchés). Le reste de cette collection occupe toute la vitrine 
suivante. 

Vitrine 2. — « Un éolithe (du grec eô.s, aurore, et lithos, pierre) 
est, dit liutot, un des outils destinés à frapper, à couper, à racler, 



40 SALLE I, 2-7. 

à gratter, à percer, faisant partie d'an ensemble industriel dans 
lequel il n'existe aucun instrument taillé intentionnellement.» Ce 
géologue belge, qui a trouve des adeptes, admet l'existence 
d'instruments éolithiqucs dès l'époque tertiaire ; il en reconnaît des 
survivances dans \e fl.emisien de FIcnu, près de Mons), au début de 
la période néolithique, et en Tasmanie jusqu'au milieu duXIX^siècle. 
Il n'est pas douteux que riioinnie ait utilise et accommodé à ses 
besoins des pierres avant de les tailler ; mais il n'est possible ni de 
reconnaître avec certitude cette action de l'homme (des causes natu- 
relles pouvant produire les mêmes effets), ni de dater les pierres 
ainsi qualifiées d'éolithes par rapport à celles qui sont certainement 
travaillées (A. 1908, 613 ; 1910, 33')). 

Vitrine 3. — Haches de Saint- Acheul, Somme, généralement en 
forme d'amande, dites langues de chat par les ouvriers du pays. 
Cette localité a été particulièrement étudiée par Bouclier de 
Perthes et Commont. — Au milieu, polypiers fossiles de la craie 
troués naturellement, ayant pu servir de grains de colliers ; Saint- 
Acheul. Au dessus, cubitus de mammouth ; Abbeville. Tout en bas, 
rognons de silex tels qu'on les trouve dans la craie. 

Vitrine 4. — Au-dessus, front de bœuf primitif ; Haute-Marne. — 
Spécimens choisis de haches du département de la Somme ; quelques- 
unes présentent une belle ))atine ou une couleur blanche dite 
cacholong, duo à une oxydation superficielle. 

Cette vitrine permet d'étudier les formes diverses de l'outil de 
Saint-Acheul ; à côté de nombreux .spécimens en amande, on en voit 
d'ovoïdes (18^75, 18915), de circulaires (18 870), d'effilés (18 878). 
Une hache présente déjà l'aspect d'une pointe de lance (18877). Les 
dimensions varient beaucoup, mais sont toujours a. -jsez fortes ; les f 
petits outils délicats font défaut, mais il y en a quantité de grossiers 
à tous les étages où l'on rencontre les belles haches, qui sont des 
l)roduits exceptionnels. 

Vitrine 5. — Au dessus, atlas de mammouth ; Abbeville. — Haches 
de l'Aisne (Cœuvres), d'Indre et Loire (Pressigny, Preuilly), du 
l\as de-Calais et de la Somme (gisement de Thennos). Remarquer la 
belle hache* en forme d'amande, en haut et à droite (Vaudricourt, 
Pas-de-Calais, 29 68G). 

Vitrine 6 (i)late). — Magnifiques spécimens. profondément patines 
par les siècles, des haches de Saint-Acheu]. 

Vitrine 7 (plate). — Haches de Saint-Acheul ; dents de rliinocéro.s 
et de mammouth trouvées tout auprès. liemarquer à gauche de la 



SALLE I, 7-13. 11 

section B quelques haches célèbres dans l'histoire de la science : ce 
sont les premières où Boucher de Perthes ait reconnu le travail de 
l'homme (n"' 7061-63, 18 883) . Sur l'arête, dents de rhinocéros et 
mammouth; sablières d'Abbeville. 

Vitrine 8 (plate). — Haches d'Abbeville et de Montguillain, Oise. 
A côté des haches triangulaires, on voit des lames ou éclats, des 
racloirs et des pointes. — Sur l'arête, extrémité supérieure d'une 
défense d'éléphant ; Abbeville. 

Vitrine 9 (plate). — Outils en pierre des environs de Paris 
Clichy, Levallois, Bois-Colombes, Le Pecq). Les spécimens sont 
beaucoup moins beaux que ceux de Saint- Acheul. A droite de la 
section A, remarquer des polypiers et autres fossiles troués ayant 
pu servir d'ornements (Le Pecq ; cf. vitrine 3). — Sur l'arôte, dents 
d'hippopotame (Levallois) et de rhinocéros antique (Poissy). 

Vitrine 10. — Plaque de brèche ou conglomérat ossifère de la 
caverne des Eyzies, Dordogne. On voit les outils en pierre, les os 
de rennes et d'autres animaux, encore engagés dans la couche 
terreuse qui formait le sol de la caverne. Tout autour sont des 
morceaux d'os ou de pierre qui se sont détachés pendant le transport. 

Vitrine 11. — Au-dessus, tète de grand cerf d'Irlande. Cette 
vitrine, ain^i que les vitrines 14 et 15, contient des instruments en 
silex recueillis sur les plateaux, souvent presque à fleur de terre ; 
ils ne peuvent être classés que par comparaison avec ceux des 
alluvions et des cavernes, dont le mode de gisement est bien déter- 
miné. — Outils en pierre de Fumerault, Yonne, et de Pontlevoy, 
Loir-et-Cher. Les types sont différents de ceux de Saint- Acheul ; 
on trouve surtout des lames et des pointes. 

Vitrine 12. — Au-dessus, humérus d'éléphant, trouvé àMontreuil, 
Seine. — Choix d'outils on silex de diverses provenances, 
indiquant les variétés de formes et de patines. Les types sont ceux 
de Saint-Acheul et du Moustier (cf. vitrine 16). 

Vitrine 13. — Cette vitrine a pour objet de faciliter la compa- 
raison entre les crânes les plus dévelo])pés des singes actuels, ceux 
des hommes les plus anciens (fossiles) et ceux qui présentent déjà 
les caractères des crânes modernes. 

Au-dessus, moulage des fragments de crâne trouvés à La Quina, 
Charente, par le D' II. Martin, et reconstitution conjecturale, parle 
même, de « l'homme de La Quina » (A. 1913, 501). 

De bas en haut : 1" mâchoire* de Moulin-Quignon près Abbe- 
ville, célèbre dans l'histoire de la science ; mâchoire * d'Arcy- 



12 



SALLE I, 13. 



sur-Cure, Yonne ; mâchoire de Solutrc, Saône-et-Loire ; mâchoire* 
de La Naulette, Belgique. Une mâchoire* de gorille offre un terme 
de comparaison. 




j J> 



Fig. 2. Vitr. i3. — Le crâne du Neanderthal 
vu de profil el de face (/H/, cl \cav. fig. ^7, 48). 



2° Mâchoire inférieure * de Mauer près Heidelberg, trouvée à 
24 mètres de profondeur, très remarquable par l'absence de menton 
(A. 1909, 83; 1915, 250; 1916,135).— A dr., mâclK)ire inférieure *de 
gorille. 




^ ,..-1 

■■>• 
/N' ,.-■'' 

,^ 

la .^ 

CH/MPfiNZe JV , „ ,. 

^f-' ' TRINIL 

" N£AA/OEHTAL 1] 

•"" CnO -MACNO.V 

Fig. i?. \'\\x. i3 • — Conipataison 

du rrinc du diimpaii/.' avec ceux de Triuil, du Neanderthal el de Cro-Magnon 

yliuW. de la Soc. d'Antlir. iSgS, i). Gi3;. 



SALLE I, 13-15. 13 



3° Crâne * de Trinil (Java), de la base du quaternaire, le plus 
surbaissé et le moins volumineux que Ton connaisse; à côté, crâne* 
du Neanderthal, trouvé en 1856 près de Dùsseldorf, et moulage de 
la cavité intérieure. — Crâne * et mâchoire * de la Chapelle-aux- 
Saints, Corrèze, le spécimen le mieux conservé que l'on possède du 
type fossile aussi dit du Neanderthal et de Gannstadt ; on a trouvé 
en même temps une grande partie du squelette (Boule, Hommes 
fossiles, 22G). — Calotte crânienne * et crâne * de gorille. 

4° Crânes * analogues à celui de la Chapelle-aux-Saints, prove- 
nant de Spy, Belgique ; Eguisheim, Haut-Rhin ; Cannstadt, Wur- 
temberg ; Marcilly-sur-Eure, Eure ; Olmo, Italie. 

5° Crânes* voisins des types actuels trouvés dans des milieux 
quaternaires supérieurs : Solutré, Saône-et-Loire; Trou du Frontal 
et Engis, Belgique. 

Marc. Boule, L'homme fossile de la Cha2)elle-aux-Saints, P. 1913; Rivet, L'origine 
de l'homme, dans Biologica, miir.s 1914 (bon résumé). 

Vitrine 14 (plate). — Outils en pierre des Côtes-du-Nord, des 
Landes, de la Haute-Garonne, de la Vienne (cf. vitrine 11). Noter 
les gros outils de quartzite rencontrés dans la vallée de la Sausse 
et de la Ceillonne, Haute-Garonne. 

Vitrine 15 (plate). — Outils en pierre de la Vienne, de Loir-et- 
Cher, de l'Allier, delà Nièvre. Beaucoup sont analogues aux haches 
de Saint-Acheul (cf. vitrine 11), mais généralement plus petits. 

Les vitrines suivantes (sauf le n" 17) sont consacrées à l'époque 
des cavernes. 



II.— CAVERNES ET ABRIS 

Les cavernes ou abris ont été fréquentées de tout temps; 
mais l'on entend spécialement par époque des cavernes la 
seconde phase de l'âge de la pierre taillée, avec climat très 
rigoureux et longs hivers, lorsque l'homme, contemporain 
du mammouth et du renne, élut domicile sous les abris 
naturels. L'industrie, à l'époque des cavernes, nous est 
mieux connue (lue celle des peuplades dont on a trouvé les 
outils dans les alluvions des rivières. Les habitants des 
cavernes sont moins anciens que les riverains de la Somme, 



id SALLE I, 16-10 bis. 



dont les haches de Saint-Acheul révèlent l'industrie; rani- 
mai dont ils se nonrissaiont prinripaloment, qui semble 
avoir joue le plus grand rôle dans leur civilisation maté- 
rielle, était le renne, et bientôt (vitrine 21) ils commencèrent 
à se servir d'os de renne pour se façonner des outils. La 
présence de nombreuses aiguilles, de perçoirs et de racloirs 
prouve (jue l'homme des cavernes savait préparer les peaux 
et les faire servir à son vêtement. 

Vitrine 16 (plate). — Choix d'instruments en pierre recueillis 
danîî les cavernes, notamment au Moastier, Dordogne, et à Cbez- 
Pouré, Corrèze. I*armi les silex taillés des cavernes, on rencontre 
encore des haches du type de Saint-Acheul; mais on trouve aussi, en 
plus grand nombre, des pointes retaillées d'un seul côté, des lames 
et des racloirs, qui caractérisent l'industrie dite du Monstier. La 
vitrine 16 en contient de bons spécimens. Remarquer, à droite de 
la section A, les pointes taillées en quartz transparent ou hyalin. — 
Sur l'arête, dénis de bœuf, de cheval, de renne, et lamelles d'une 
molaire de mammouth ; Le Mousticr. 

Vitrine 17. — Ossements d'animaux d'espèces éteintes associés à 
des outils en pierre trouvés dans k^s alluvions des rivières et les 
cavernes((>riginaux et moulages). Remarquer, en haut de la vitrine, 
l'énorme tête du grand cerf d'Irlande ; à l'intérieur, celle du bœuf 
primitif, du g'rand ours, du chat-tigre des cavernes, du rhinocéros 
aux narines cloisonnées; puis la mâchoire inférieure d'un grand 
éléphant et la défense d'un mammouth. 

Vitrine 18 (plate). — A. Silex et ossements des cavernes. La 
caverne dite Trou du Renard, à Soyons, Ardèche, a surtout servi 
de repaire à des fauves. — A droite, os long brisé par l'homme 
pour en extraire la moelle, dont les Esquimaux de nos jours sont 
encore friands ; on ne rencontre pas, dans nos cavernes, d'os 
humains ainsi brisés, ce qui exclut l'hypothèse de l'anthropophagie. 

B. — Silex divers de cavernes belges ; Spy, Montaigle, Goyet, 
Trow-Magrite, Hastière, Chaleux. 

Vitrine 19 (plate). — Outils divers en pierre taillée; Aube, Eure-et- 
Loir, Corrcze, Vienne. 

Vitrine 19 bis (lùate). — Nombreux spécimens de silex de type 
aurignacien provenant de laCoumbadel Bouitou, Corrèzc: pointes, 
racloirs, enclumes, percuteurs (RM. 1917, 31). 



SALLE I, 20-21. 



15 



Vitrine 20. —Objets recueillis en 1868 dans l'abri de Oro-Magnon, 

Dordogne, qui a servi de sépulture (M. 1869, 97). Signalons le crâne 
de femme * portant la trace d'une large blessure faite avec une arme 
de pierre, et le crâne de vieillard *, remarquable par sa vigoureuse 
conformation. Ce vieillard devait avoir environ 1 m. 80 de haut ; la 




Fig. l\. Vitr. 30. — Crâne du vieillard de la sépulture de Cro-Magnon 
{AU. et eau. fig. 58). 



race à laquelle il appartenait, et dont on a retrouvé des ossements 
en d'autres pays, a é'é appelée par les anthropologistes race de 
Cro-31agnon. Elle est très supérieure à celle du Neanderthal (p. 13) 
et, à la différence de cette dernière, n'est ))as éteinte. — Un collier 
en coquilles marines trouvé au cou d'un des squelettes prouve que 
les hommes ou les femmes de ce temps-là avaient déjà le goût de la 
parure (cf. vitrines 3 et 9) . 

Vitrine 21. — Au-dessus, front de grand bœuf. — Objets en bois 
de renne travaillé et en silex ; Dordogne, Haute-Garonne, Alpes- 
Maritimes, Ardèche, Vienne. Remarquer en bas à gauche les belles 
pointes de lance * trouvées en 1873 sur les berges de la Loire à 



IG 



SALLE I, 21-22. 



Volgu, Saône-et-Loire, qui trahissent une industrie déjà fort 
habile. Une d'elles est un original (32 224). D'autres pointes ana- 
logues ont été trouvées à Solutré, même département. 




Fig. 5. Yilr. 20. — Collier de coquilles marines perforées, 
trouvé au cou d'un des squelettes de Cro-Magnon (AU. et cav. fig. 5']). 



Vitrine 22. — Au-dessus, fragments* d'un vase en argile destine 
à être suspendu, retirés delà caverne belge dite Trou du Frontal. 
On n'(jst pas certain, toutefois, que l'homme contemporain du renne 
ait su fabriquer de toiles poteries; il est toujours difficile de savoir 
s'il n'y a pas eu de remaniements dans les cavernes, qui ont été 
habitées à des époques fort différentes. —En bas, à gauche, est le 
célèbre reîiue de Thayngeiv'' , découvert en 1874 dans une caverne près 
de Schaffhouse (I^Q. 9G) ; c'est une silhouette de renne paissant, 
gravée sur un bois de renne avec une correction et une sûreté de 
main merveilleuses. — Tout à gauche, fragment de la brèche osseuse 
deThayngen. — Le reste de la vitrine contient des lames, couteaux, 
poinçons et pointes de la grotte du Placard, Charente ; voir la 
vitrine suivante. 



SALLE I, 22 bis-23. 



17 



Vitrine 22 bis (plate). — Très intéressants objets en silex et en os 
trouvés par A. de Maret dans la grotte du Placard, Charente 
(M. 1879, 33; 1881,229). Noter les beaux silex solutréens, lames et 
pointes; les nombreux objets en os à multiples encoches latérales; 




Fig. 0. — Vasp fait pour rire suspendu, 

découvert à l'cnlrée du caveau funéraire dit Trou du Frontal, 

à Furfooz, lielgique (Ail. cl cav. fig. 68). 



de singuliers objets eu os affectant la forme d'agrafes semi-circu- 
laires; des gravures sur os; des bâtons de commandement de types 
particuliers, des pointes do sagaie en os, etc. 

Vitriae 23 (plate). — A. Poinçons, harpons et pointes de llèche en 
bois de renne; grotte d'Excideuil, Dordogne (M. 1871, 472). — 
A gauche, pointes de flèche en silex ; canines de renard percées qui 
ont servi de pendeloques, suivant un usage superstitieux qui existe 
encore chez les s;iuvages et môme chez quehpies paysans de nos 



18 SALLE I, 23-25. 



coutréos. — Objets analogues de la Gorge d'Enfer, Dordogne ? 
pointes en silex du type de Solutré, provenant de Saussaye, Landes 
(cf. A. 1020, 234). 

B — Objets provenant de la grotte d'Excideuil. A côté des outils en 
silex, un trouve de curieuses lames de jaspe et des grattoirs en quartz 
hyalin. Le travail est beaucoup plus perfectionné qu'au Moustier 
(vitrine 16) et qu'à Saint- Acheul (vitrines 3 et 4). — Sur l'arête, 
canines de grand ours ; molaires de cheval et d'aurochs (bison euro- 
péen) -, mâchoire de renne. 

Vitrine 24. — Outils en silex de Solutré, Sâone-et-L., de Badegols 
et de Laugcrie-Haute, Dordogne. Eemarquer (A à gauche) les pointes 
à fines retailles qui ressemblent à colles de Volgu (vitrine 21), 
et, dans la section B, les lames à patine blanche de Solutré.— Sur 
Taréte, molaire de mammouth; morceaux de manganèse et de per- 
oxyde de fer ayant servi à fabriquer des couleurs (tatouage ?). 

Vitrine 25 (plate). — Instruments en silex et en os, provenant 
de la caverne de La Madeleine, Dordogne (gisement typique, 
post-glaciaire). Ici nous touchons à une civilisation supérieure ; 
les outils en silex sont finement taillés; les poinçons, les pointes 
de flèche, les harpons barbelés en bois de renne sont en grand 
nombre et habilement exécutés. Mais ce qui est particulièrement 
digne d'attention (section A), c'est la série de bois de renne percés 
de trous et ornés de gravures, qui représentent principalement 
des animaux. Ces objets ont été appelés bâtons de comviandement , 
parce quon a supposé qu'ils servaient à distinguer les chefs, comme 
cela se voit encore chez certains Indiens d'Amérique ; mais leur 
véritable destination est encore problématique, aucime hypothèse 
n'expliquant la présence des trous (1). 

Remarquer, de gauche à droite : des aiguilles en os avec ch^is ; 
des os de renne, de loup, de renard, de cheval, ayant servi de pende- 
(leloques ; un bâton de commandement * orné de poissons suivis d'un 
cheval (29 7G2), plusieurs autres portant des rennes (29 765) *, une 
vache (29 764)*, des chevaux (8 162), des poissons (20 053), des 
renards (20 055). — V^s la droite (n"' 8163,8166), deux curieux 
morceaux portant l'un la représentation grossière d'un homme 
avec un serpent et des chevaux, l'autre plusieurs mains opposées 
deux à deux par le poignet. La pièce capitale* (29 763) est un 
mannnontb «le La i\Iadeleine gravé sur un fragment de défense 

(1) On pi-ui Muigcr il tk-s baguettes majfiques, agitées dans des ctirùinonies religieuses, 
k l'aiie de cordes passées dans les ouvertures. Autres hypothèses; A. l'Jll, 31G. 



SALLE I, 25. 



19 




Fig. 7. Vitr. 2,5. — Bâton en os de renne 
de La Madeleine ; original au Brilish Muséum {AU. et cav. fig. 




Fi"-. 8. Vitr. 25. — Bâton en bois de renne percé de quatre trous; 
°' "La Madeleine (Ail et cav. fig. 80). 



^^^=^^-=^K 







Fi" () Vitr 25.— Harpons barl)cl('s de La Madeleine (.UL <•/ cav. Gg. yS et 97) 
ctV'nl'' '^'^i^<^ "^^ ^'°^^ '^'-' '■"'"'^' ''*' ^•""''^^"' Haute-Garonne (MP. 190). 



20 SALLE I, 25-26 bis. 

(Muséum de Paris) ; cette gravure suffirait à attester la contem- 
poranéité de l'iiomme avec le grand éléphant velu qui a disparu 
de notre globe . 




l'ig. lo. ^ ilr. 26. — Manclio de poignard en bois renne; 

la poignée est lorméo par une figure de renne en ronde bosse ; 

Laugeric-Basse [AU. et cav. fig. 10/j). 

B. ^Mortiers et triturateurs ; limes, pointes, grattoirs de travail 
délicat; riche collection de lissoirs, pointes et harpons barbelés d'un 
ou de deux côtés en bois de renne. 

Vitrine 26 (plate). — Objets analogues à ceux de la vitrine 2.5, 
provenant des abris de Laugerie-Basse, Dordogne, et de Massiit, 
Ariège. — A. Sifflet formé d'une phalange de renne trouée (8155); 
pointes de flèche, harpons, dents-pendeloques, bois de renne avec 
ornements et gravures. Remarquer surtout (53 907) la belle tête de 
cheval, attestant l'existence d'un type raffiné à côté du type grossier 
des pontes velus; (29 766) l'aiTi ère-train d'un bison; (53 819) le 
prétendu chasseur de bison; on croit maintenant que l'animal et 
l'homme, d'un dessin très rudimentaii'e, ont été juxtaposés sans 
intention, l'art quaternaire ne connaissant guère les « composi- 
tions »; (8150) renne sculpté formant le manche d'un poignard en 
bois de renne; (33 765) taureau et vache adossés sur un fragment de 
bâton . 

B. — Os gravé * de Laugeri c-Basse ; remarquer la magnifique tête 
de cerf sur bâton de conmiandcment (49 857) et la statuette sans 
tête de femme nue (49 856). Plus loin (18 096), tête de résine en 
ronde bosse; série de silex et do lames en quartz. Sur l'arête de la 
vitrine, bâton do commandement* de Montgaudier, Menne, avec 
poissons et serpents gravés (KQ. 158); omoplate de bœuf* de 
Laugerie-Basse sur laquelle on aperçoit les jambes de derrière 
d'un renne et le bas dun corps de femme mal dessiné (RQ. 98); 
bâton de commandement* de Soucy, Dordogne, percé de sept trous. 

Vitrine 26 bis (plate). — Sculptoîes et gravures de l'agb du renne. 
On a réuni ici des spécimens de choix, représentés surtout par des 
moulages ; la plupart des originaux, trop précieux pour être 
exposés ici, se trouvent au Musée même, dans la salle E. Piette. 



SALLE I, 26&W-31. 21 



A. — Animaux gravés sur pierre deLimeuil,Dordogne; harpons 
et pointes de sagaie en os de Teyjat. Adroite, statuette grossière de 
femme en calcaire, trouvée à Willendorf, Basse- Autriche (KQ. fron- 
tispice) ; petit bison modelé en terre du Tue d'Audoubert, commune 
de Montesquieu-Avantcs, Ariège ; poisson découpé et finement 
gravé de Lespugue, Haute-Garonne; deux objets* munis de cro- 
chets, dit propulseurs, décorés d'un bouquetin vu de face et d'un 
oiseau, l'un et l'autre duMas-d'Azil (RA. 1909,1. 395; RQ.153, 156). 

B. — Partie moyenne d'un corps de femme nue, * en ivoire 
de mammouth, sculpture très soignée de Brassempouy, Landes 
(RA. 1909, I, 386) ; statuettes grossières * de femmes nues, en talc, 
des Baoussé-Roussé près Menton ; remarquer, dans l'une d'elles, la 
saillie exagérée des reins (RQ.25). — Tête de cheval*écorché, du Mas- 
d'Azil ; bison en ronde bosse*, du même endroit (RA. 1909, I, 392) ; 
os ornés de spirales gravées, qui paraissent pour la première fois 
dans l'art (A. 1904, 137); Lourdes, Hautes-Pyrénées. — A droite, 
admirable tête de cheval * gravée sur os, de Brassempouy; bâton de 
commandement* de Lortet. dont on trouvera le développement 
plus loin (p. 24). — Petit cheval* en ivoire de Lourdes (RA. 1909, 
I, 388) et félin* percé de javelines d'Isturits, Basses-Pyrénées 
(OA. 1920, 29). 

Vitrine 27. — Fragment de brèche analogue à celui de la vitrine 10. 

Vitrine 28. — ■ Outils en silex et en bois de renne des départe- 
ments de la Gorrèze, de l'Aude, du Finistère, de l'Allier, des 
Hautes et Basses-Pyrénées, de la Vienne, de Saône-et-Loire, de la 
Charente et de la Dordogne. 

Vitrine 29. — Au-dessus, front de grand bœuf; Laugerie-Basse. — 
Spécimens classés par types de silex taillés, recueillis dans les 
cavernes des bords de la Vézère ; Dordogne. — Ossements tra- 
vaillés de môme provenance. 

Vitrine 30. — Au-dessus, atlas, axis et pied de grand cerf d'Ir- 
lande. — Objets en silex taillé, provenant de la Gorrèze, de la 
Dordogne, du Lot, etc. Les types dominants sont ceux de La 
Madeleine (vitrine 25). 

Vitrine 31 (plate). — Objets du type de La Madeleine, provenant 
des cavernes de Bruniquel,Tarn-et-Garonnc ; des Eyzies, Dordogne; 
d'Aurensan, Hautes-Pyrénées, etc. 

A. Mammouth * (8292) taillé dans un bois de renne (Bruniquel) ; 
bovidé* (29767), qualifié à tort de chat des cavernes ou grand tigre. 



22 SALLE I, 31-34 

gravé sur un bois de i-ennc (même provenance). — Lames, grattoirs 
et i)erçoirs des Eyzies ; aiguilles à chas ; tête de bœuf et de cheval, 
bouquetins gravés sur pierre et sur os. — Têtes de bouc * (14 651^ 
gravées sur bois de renne ; Aurensan, Hautes-Pyrénées. 

B. Deux rennes * se suivant, sculptés dans l'ivoire ; Bruniqud 
(R(^370). Ces deux ligures (8290,8291) sont parmi les che-fs- 
d'œuvre de l'art des Troglodytes (habitants des cavernes). 

Vitrine 32. — A. A g., beaux spécimens de silex aurignacicns des 
grottes dites Baoussé-lîoussc (roches rouges) près de Menton, com- 
mune de Grimaldi, Italie (Boule, Les hommes fossiles, 2G4, 272). 
Plus loin, os gravé, autrefois au Musée de Cluny, portant deux 
rennes, découvert dans la grotte du CbafFaud, Vienne, vers 1840, 
le premier objet de ce genre qui ait été signalé. A droite, broyeur, 
percuteur, nucleus, etc. d'Aurignac ; pointe de lance en os, avec 
base en biseau, caractéristique des stations aurignaciennes; canine 
de grand ours ayant servi de pendeloque ; Aurignac. ^ 

B. Belle série de silex taillés des Baoussé-Roussé, quelques-uns de 
couleurs éclatantes; morceaux de stéatite ornés de stries. 

Vitrine 33 . — Silex de diverses provenances, notamment de la 
Dordogne. Au-dessus, contre la fenêtre, spécimens^-' de gravures sur 
parois des Combarelles, Dordogne. 

Vitrine 34. — Ce grand meuble à quatorze compartiments con- 
tient une partie de la trcs nombreuse collection de silex paléoli- 
thiques formée par Ernest d'Acy (RA. 1900,1, 291; 1908, I, 415; A. 
1900, 113) ; c'est la plus riche série connue de beaux types de 
Chclles et de Saint-Acheul . Dans les vitrines verticales, le classe- 
ment est stratigraphique (d'après les renseignements fournis par les 
ouvriers des sablières- et contrôlés par l'étude des patines); dans les 
vitrines boi'izontales, on a suivi le classement par types. Prove- 
nances : Chelles, Saint-Acheul, Thennes, Montières. ( 

Au-dessus, sur la droite, reproductions en couleur de pastels de 
l'abbé Breuil d'après des peintures sur parois de la grotte de Font- 
de-Gaume, Dordogne ; remarquer, à droite, les deux rennes affron- 
tés, véritable chef-d'œuvre (RQ. 79). 

Plus haut, moulages de gravures de la grotte de Combarelles, 
Dordogne (mammouth, ours, renne, cheval). 

Au milieu de la paroi, grande carte de la Gaule à l'époque des 
alluvions et des cavernes, indiquant les localités où l'on a recueilli 
(jusque vers 1875) des produits de l'industrie quaternaire dans les 
alluvions, sur Ico plateaux et sous les abris. 



SALLE I. CADRES 23 



Sur lo gauche, reproductions de pastels d'après des peintures 
de la grotte d'Altamira, nord de l'Espagne (bicho, bison). Au-des- 
sus, gravures de la grotte de Teyjat, Dordogne (cheval, renne, 
bison) ; tout en haut, gravures sur pierre de Sergeac, Dordogne, où 
Ton croit reconnaître des symboles d'une divinité féminine (ces 
gravures, sauf une, ont été remises en magasin, 1921.) 

Dans le couloir entre cette salle et la salle II, rem. le cadre à 
droite contenant les types des haches de Chelles et de Saint-Achcul 
d'après le classement d'Ernest d'Acy. 

Le visiteur suit le mur de la Salle I du côté de la cour. 

A droite de la fenêtre, de bas en haut : coupe prise dans la sa- 
blière de Saint-Acheul ; planche (gravée pour E. d'Acy, mais non 
publiée) indiquant les patines des silex suivant la profondeur des 
couches ; peintures de Font-de-Gaume (renne, rhinocéros). 

Dans les embrasures, photographies de Gabriel de Mortillet(1821- 
1898) et de Sir John Evans (1824-1908), savants ayant beaucoup 
contribué à la connaissance des industries quaternaires. 

A gauche de la fenêtre. Cadre contenant des objets précieux de 
Saint-Marcel, Indre, et d'Arcy-sur-Cure, Yonne. Eemarquer un ani- 
mal au galop sur une amulette en os; une tête de cheval; une amu- 
lette ornée de cercles conceniriques, d'encoches latérales et de 
caractères gravés (KQ. 174); un beau lissoir orné (Saint-Marcel) ; 
un os d'oiseau avec décor végétal, objet très rare (Saint-Moré). 

En bas, Cadre contenant des silex de Noailles, Corrèze, avec 
types de Solutré et de La Madeleine trouvés dans les mêmes foyers 
(RM. 1904,283). 

Au-dessus, bœuf et bison peints (Altamira). 

Cadre contenant des objets précieux des grottes de Rey, Dor- 
dogne, de Teyjat, Dordogne, et de Massât, Ariège. Remarquer la 
lampe en pierre ornée d'un bouquetin gravé, grotte de La Mouthe, 
Dordogne ; deux rennes se suivant et une tête d'ours gravés sur os, 
Massât. Au-dessus, pastel d'après un cheval et un loup ; Font-de- 
Gaume. 

A gauche de la 2" fenêtre. Cadre contenant des harpons en bois 
de cerf et des galets coloriés du Mas d'Azil (types dits aziliens). En 
bas, petits silex de forme géométrique et micleus du type dit 
tardenoisien, parce qu'on l'a signalé d'abord près de La Fère-en- 
Tardcnois, Aisne ; nos spécimens proviennent de Fléty, Nièvre 
(BA. 1906, xxxiu). Les silex tardeni)isiens, antérieurs au néoli- 
thique, paraissent contemporains de Vazilien (D.I, 507; Obermaier, 
221). 



24 



SAI.LE I, CADRES 



Au-dessus, pastel d'après des bisons d'Altamira (chef-d'œuvre). 

Cadre contenant les moulages de développements de gravures sur 

os, seul moyen do les rendre accessibles aux visiteurs. Remarquer 




47082 



46635 



Fig. II. Cadres. — Dévelo|)pemciit d'un bâton de bois de renne de Lortel 
et gravure sur une plaque de scliistc de Saint-Marcel ; cerfs, saumons, renne 

{Ri^p- de l'art qiiat . laS, X74)- - '' 



le renne bramant des Hoteaux, Ain ; le renne au galop de Saint- 
Marcel, Indre ; le renne broutant de Thayngen, Suisse. 

Au-dessus, pastel d'après le magnifique bison mugissant d'Alta- 
mira ; plus haut, liste d'animaux d'espèces émigrées dont les osse- 




21394 - 

Fig. 13. Cadre. — Développement du b:Uon en bois de renne 
de Tbavngon près SchalFliouse ; renne broutant {AU. et cav. fig. 66). 



SALLE I, CADRES 



25 



ments sont associés à des silex et à des os travaillés (renne, aurochs, 
bœuf musqué, bouquetin, chamois, saïga). 

Cadre contenant des objets delà grottedeVeyrier, Haute-Savoie, 
et des Hoteaux, Ain. Au-dessus, pastels d'après deux bisons de 
Font-de-Gaume. 

A droite de la 3^ fenêtre, dans l'encoignure, plaque de LaMade- 
leine sur laquelle est gravé distinctement un renne marchant. 

A gauche de la fenêtre, deux Cadres avec moulages développés 
d'os gravés. Remarquer les types de chevaux, analogues auxponies 
des îles Shetland, réunis dans le grand cadre ( Dordogne. 

Au-dessus, reproduction d'une peinture d'Altamira, représentant 
des animaux superposés. Ces superpositions, qui sont fréquentes, 
jointes à d'autres indices, semblent prouver que les artistes quater- 
naires n'étaient pas préoccupés de produire des œuvres d'art, mais 
des images d'animaux dont ils attendaient un effet utile (origines 
magiques de l'art, A. 1903, 257; opinion contraire, Rev. du Mois, 
1920, 321). 

Tout en haut, liste d'animaux d'espèces éteintes (grand ours, 
hyène des cavernes, chat-tigre, aurochs, grand cerf d'Irlande). 

Cadre contenant des développements de gravures sur os particu- 
lièrement célèbres ; femme couchée (?) et renne (Laugerie-Basse) ; 
homme masqué (?) dansant (Mas-d'Azil) ; défilé de cerfs au galop et 




524t6 



Fi". l3. Cadre. — Développcincnt du bâton de Toyjat 
(fie'p. de l'art qwtternairf, i8i). 



poissons (Lortet); cheval au galop, petits êtres fantastiques, cygnes, 
biche (Teyjat;S. Reinach, Cultes, IV, 363). Ces deux derniers 
objets sont parmi les plus beaux de la série. 

Au-dessus, reproduction de deux bisons peints; Font-de-Gaume. 

Entre la 4« et la 5» fenêtre, Cadre contenant des silex taillés de La 



26 SALLE II 

Micotjue, Dordogne. et de La Quina, Charente (D.I, 86, 104 ; Obcr- 
maier, 128. 139). 

Au-dessus, reproductions en couleur de bisons peints; Font-dc- 
Gaunie et Altamira. 

A droite et à gauche de la cheminée, deux Cadres contenant un 
choix de silex quaternaires classés par types. 

Le Musée, ayant beaucoup [iliis d'objets quaternaires qu'il ne peut eu exposer, a dil 
reléguer d'importantes séries dans les tiroirs de cette salle, placés sous les vitrines, h 
savoir : Vitrine 1, silex recueillis à ïhenay par Abel Maître (pseudo-tailles); 2, 5, 19, 
26 bis, 33, collection d'Acy ; 11, silex et ossements ; 17, nombreux objets du Placard, 
de S.iint-Marcel, Sùlutré,rjaugerie-Basse, Ijau};erie-IIaute,B^out-Robert,C'oumba del Houi- 
tou, La Quina, Chez-Pouré, Cbarmotte, Neuilly-sur-Rouvre ; 20, ossements : 22, 
23, objets de la collection Bouclier de Fertiles, entre autres des pièces suspectes ; 30, 
33, silex de Solutrc et du Calvadoa. 



SALLE IL — La Gaule avant les métaux. 

r 

ÉPOQUE NÉOLITHIQUE 

L'époque néolithique (du grec néos, récent, et Hthos, pierre) 
fait suite à l'époque pah'olitliique et ne prend (in qu(» lorsque 
le cuivre et le bronze deviennent, dans l'ouest de l'Europe, 
d'un usage courant (6000 à 1500 av. J.-C?) On dit souvent, 
mais à tort, « époque de la pierre polie », car les pierres 
polies ne se trouvent pas pendant toute l'époque néolitliique 
et ne sont ja?»aw employées à titre exclusif. 

Dans son ensemble, cette époque marque de grands 
progrès. Le climat et la faune sont à peu près les nôtres ; il 
n'y a plus de crises glaciaires de quelque amplitude. L'homme 
devient sédentaire et agriculteur ; il apprend à connaître 
(mais non d'un seul coup) h's animaux domestiques, les 
céréales, les plantes textiles ; il fabrique et orne de la 
poterie ; il polit avec soin des haches et des marteaux. La 
société parait soumise à une autorité puissante, sans doute 
religieuse, qui fait travailler des multitudes dociles. C'est 
par son ordre t|ue s'élèvent des monuments en grandes 
pieri'es non é(|uarries, affectant tantôt la forme de tables 
précédées ou non de galeries couvertes (dolmcm), tantôt 
celles de colonnes (menhirs), qui peuvent être disposées en 



SALLE II 27 

cercles {cromlechs), ou former d'imposantes avenues (aligne- 
ments). Les dolmens (dol-mcn, table de pierre, en bas-breton) 
sont des chambres sépulcrales, où l'on a souvent trouvé un 
grand nombre de squelettes réunis ; les menhirs (pierres 
longues) sont, d'une façon générale, des pierres sacrées et, 
objets de culte eux-mêmes, maïquent un emplacement auquel 
s'attache un caractère religieux (D. I, 438). Tous ces monu- 
ments sont aussi appelés mégalithes ou monuments méga- 
lithiques (1). Les dolmens ne sont pas propres à la France ; 
on les trouve en Hollande, dans l'Allemagne du Nord, en 
Scandinavie, dans les lies Britanniques, en Bulgarie, en 
Espagne, en Portugal, dans l'Afrique du Nord, en Grimée, dans 
le Caucase, en Syrie, en Perse, en Inde, au Japon (D. I, 412). 
En France, ils sont particulièrement nombreux en Bretagne 
et dans les Cévennes (2), rares dans les Pyrénées et dans les 
Alpes, fréquents en Corse. Leur manque absolu dans certaines 
régions, où pourtant les grosses pierres ne font pas défaut, 
empêche d'y voir un produit naturel de l'architecture à 
ses débuts ; leur distribution reste encore un mystère à 
éclaircir (D. 1,419). 

On croyait autrefois que les dolmens étaient des autels 
élevés par les Druides, prêtres des peuples celtiques au temps 
de César ; en vérité, ils sont antérieurs de longs siècles à 
cette époque, car les Gaulois des temps historiques connais- 
saient les armes de fer dont il n'y a pas trace sous les 
dolmens. Pourtant, quand on constate que la Gaule néo- 
lithique a du être soumise à une caste sacerdotale, que la 
représentation des animaux et des hommes semble y avoir 
été interdite par la religion jusqu'à la conquête romaine — 
car l'art de l'âge du renne disparaît alors entièrement — on se 
demande si le clergé druidi(|uede la Gaule historique n'était 
pas, directement ou non, l'héritier de celui qui exerça sa 
domination dans la Gaule des dolmens, des lies Britan- 
niques et d'autres pays européens. 

L'époque ntiolithique en Gaule comprend au moins trois 

(1) Du f^rec mé<ja)i, grand, et UUtoa, pierre. 

(2j Le département de rAveyron possède le plus grand nombre de dolmens ( IS7 sur 
un total de 4.458 ; D. I, 384). 



28 



SALLE II 



phases: l" une très pauvre, peu connue, représentée, dans le 
nord de la Gaule, par des stations où les outils caractéristiques 
sont le tranchet (D. I, 500) elle pic(D. I, 504); c'est à peu près 
la civilisation des dépôts de coquilles du Danemark, où paraît le 
chien domestiqué ; 2° une phase courte et brillante, où se déve- 
loppèrent le polissage du silex et la céramique ; c'est la civili- 
sation correspondant à celle de la station lacustre de Roben- 
hausen, sur le lac de Pfa^fTikon (D. I, 365 ; voir la salle IV) ; 3" 
une phase intermédiaire entre les âges de la pierre et ceux des 
métaux, où paraissent les haches polies en matières rares 
(jadéite, néphrite, chloromélanitc) ; c'est l'époque des plus 
beaux dolmens à couloir d'accès. Quelques tombeaux, surtout 
dans le centre et le midi de la Gaule, fournissent alors de 
petits objets de cuivre et de bronze (D. I, 404) ; mais on 
n'y a jamais trouvé ni une hache à ailerons, ni uneépée. 
On présume, mais on n'a pas encore prouvé que la 
Gaule néolithique subit des influences venues du bassin 
oriental de la Méditerranée. Aucun objet égyptien, baby- 
lonien ou minoen n'a été recueilli dans un gisement .néo- 
lithique en Gaule ; rien ne permet non plus d'afïirmer l'origine 
orientale des animaux domestiques et des plantes cultivées, 
pas plus que de la néphrite et de la jadéite, dont certains gise- 
ments européens ou même français ont pu s'épuiser. 



Ouvr:ipccs (le Cartailhac, Déchclette et Oboniiaier cités p. S. 



:►- : :..>■ 



'^é:^p^^.J0/jr, 







Fig. \k. — ^ lie des alignements de Carnac, Morbihan, 
d'afjrès la peintnre de Riclmer. 



SALLE II, 1-4. 29 

Vitrine 1. — Au-dessus, peinture à l'huile de Richner (1878) 
représentant une des ailées de Carnac, Morbihan. Ce sont des ali- 
gnements de grosses pierres, au nombre de 4.000, qui, ôhose singu- 
lière, n'ont guère été remarqués avant le commencement du dix- 
huitième siècle (D. I, 442). 

A. Objets en pierre polie de kSpiennes, Belgique, et du champ des 
Marettes, Seine-Inférieure . 

B, G. La fabrication de la poterie a peut-être commencé en 
Belgique à l'époque de la pierre éclatée (voy. p. 16), mais elle ne 
s'est développée qu'à l'époque suivante. La terre des plus anciens vases 
est grossière, mal cuite, travaillée à la main, sans l'aide du tour ; la 
décoration, souvent tracée à l'ongle, se compose de points, de 
chevrons, d'ornements géométriques, parfois remplis d'une matière 
blanche (cf. vitrine 3 ; D. I, 545). Les spécimens réunis ici 
proviennent surtout du Morbihan, du Gard, de l'Oise. Remarquer 
trois vases en forme de calice, probablement du début do l'époque 
du métal (Morbihan, Seine-et-Oise ; D. 1,549) et cinq fragments 
très ornés de grands vases du Morbihan. 

D. Nombreux fragments de poterie ; ceux du bas (Vilhonneur, 
Chai'ente) appartiennent à l'âge du bronze. Remarquer les fragments* 
de grands vases ornés d'yeux lenticulaires (D.I, 600), provenant 
du dolmen d'Availles-sur-Chizé, Deux-Sèvres (DAG. I, 101). — 
Pointes de flèche en silex ; pointe en cristal, Gard ; disque et 
fusaïoles d'argile (D. I, 581). 

E, F (vitrine plate). 1" Grande série de silex recueillis sur les 
plateaux aux environs de Neuvy-sur-Baranjon, Cher, entre 
autres deux fragments de grandes lances. 2° Poterie et silex 
recueillis par Jacques de Morgan dans un fond de cabane au Campigny 
(Blangy-sur-Bresle, Oise). Noter, à droite, les types de tranchets 
et de perçoirs (D. I, 329) 

Vitrine 2 (plate). — Silex néolithiques de Belgique, la plupart 
cacholonnés (Spiennes, Ilastedon, Mesvin). 

Vitrine 3 .— Fragment de brèche delà grotte de Lombrive,Ariège, 
empâtant des ossements humains. — En bas^ objets diver.s* de 
l'Hérault : pendeloques et fusaïoles en bois de cerf ; hache en 
chloromélanite de la grotte du Pontil près de Saint- Pons. 

Vitrine 4. — A. Série de silex (tranchets, grattoirs) provenant 
du camp Barbet, commune de Janvillc, Oise. — B. Poteries, poin- 



30 



SALLE II, 4-7. 



çons en os et silex provenant du camp du Peu- Ricliard, Charente- 
Inférieure. Plusieurs fragments de vases présentent des ouvertures 
propres h l'insertion d'une ficelle ou d'une tige de bois flexible ; 
remarquer aussi leur décor lenticulaire (D.l, GOO). 




27537 

Fig. i5. Vilr. ^ et i 



5091 



— Tessons de vases avec décors lenticulaires 
rappelant des yeux ; 
Peu-Richard, Cbaronte-lnf. et Availles-siir-Chizé, Deux-Sèvres (D. 1, 6oo). 



Vitrine 5 . — En haut, grand vase noir orné* de Tourinne, Belgique ; 
dans la vitrine, autres vases =•' de même provenance. 

Vitrine 6 . — Parmi les fragments céramiques, remarquer deux 
cuillers du Gard (D. 1, 561); une moitié de vase caliciforme orné--= 
de Dicnheim (cf. CaiTt3ii\hiXQ., Ages préhistoriques de V Espagne,l\l); des 
poteries de Villeneuve-Saint-Georges, Seine-et-Marne ; de Choisy- 
le-Roi, Seine, etc. ; une curieuse série* de tessons ornés des grottes 
do l'Hérault et du Gard. — Fusaïoles du camp de Chassey, 
Saône-et-Loire (D, I, 581) ; vase orné, en forme d'auget, du camp de 
Catenoy, Oise. 

Vitrine?. — A, B. Objets recueillis dans l'allée couverte de La 
Justice, à Prcsles, Seine-et-Oise, méthodiquement explorée en 1867 
par Abel Maître au profit du Musée (D, I, 399). A gauche sont les 
objets de la partie la plus ancienne, où se trouvaient les squelettes 
et les instruments en silex : fragments de poteries, pendeloques et 
perles, lances, haches polies, scies, éclats, pointes de flèche. Au 
milieu, gaines de hache cm bois de cerf, poinyons en os. A droite, 
objets trouvés dans un dépôt postérieur, où avait eu lieu une inhu- 
mation de répo([ne gallo-romaine : poterie rouge grossière, ampoule 
de verre, anneaux de bronze, monnics impériales depuis Vespasien 
(60-79 ap. J. -C.) jusqu'à Théodose (379-395 ap. J. -C), anses de 



SALLE II, 7-11. 31 

vases de fabrique romaine. C'est un curieux exemple de superpo- 
sition de sépultures. On voit combien on peut être induit en erreur 
sur la date des dolmens par le fait des inhumations secondaires qui 
en ont enrichi le mobilier. 

Vitrine 8 . — Fragments de meules en g-ranit et en grès ; égru- 
geoirs, broyeurs, percuteurs, polissoirs, amulettes, meules fixes 
servant à broyer le grain (D. I, 345). 

Vitrine 9 (plate). — Haches polies et silex divers recueillis près de 
la pompe à feu du Pecq et de la Tour-aux-Païens à Marly-le-Roi, 
Seine et-Oise. A droite, deux pics* et trois pendeloques* ou aigui- 
soii's de pierre, dont un de forme très allongée ;Oise. 

Vitrine 10. — Grande collection de haches polies brisées par l'usage. 
En bas, un polissoir deMarolles, Indre-et-Loire, et deux broyeurs, 
une meule et un polissoir de Tercis, Landes. 

Vitrine 11. — Pour décrire le Grand menble auquel appartient 
cette vitrine, nous commençons à gauche et examinons la vitrine 
verticale avant les vitrines plates. 

A. Types de haches en silex taillées à petits éclats, montrant 
différents degrés de polissage. Remarquer (18 982) une hache polie 
qui, après avoir été brisée, a été taillée à nouveau. 

B. Haches polies en silex de formes et de grandeurs diverses ; 
la plus longue, brisée à la pointe, à m. 31. 

C. D, E. Série de haches en roches diverses, souvent assez glo- 
buleuses ; l'une d'elles,* en diorite, a m. 325 de long (Marines, 
Seine-et-Oise). Remarquer (E) une série de petites haches, presque 
toutes du Midi . A droite, trois énormes haches* du Morbihan, en 
librolite et aphanite (longueur m. 455 ; m. 465 ; m. 37). Ces 
haches, polies avec tant de soin, ne pouvaient servir aux usages 
industriels ; ce sont des objets d'apparat qu'on ensevelissait parfois 
avec les morts. Aujourd'hui encore, des superstitions populaires 
s'attachent aux haches polies que l'on appelle pierres de foudre et 
auxquelles on attribue des propriétés bienfaisantes (D. I, 10). 

F. Haches en matières dures, tantôt plates, tantôt à plans 
latéraux assez larges et diversement infléchis. Noter, à droite, trois 
haches* à bouton terminal, dont une très grande (original au Musée), 
provenant de Bretagne et de Vendée, où les haches de ce type se 
rencontrent comme dans le Nouveau-Monde (D. 1, 515) ; plus loin, 
quelques ciseaux en pierre polie, beaucoup plus rares que les haches. 

G (vitrine plate). Cailloux roulés, silex divers à cupules ou 



32 



SALLE II, 11. 



étoilures, nucleus, hache polie ayant servi de percuteur (D. 1,491). 
H (vitrine plate). Enormes nucleus, appelés par les ouvriers 
livres de beurre, dont on a détaché de grands éclats pour façonner 
des outils (D. I, 355, 490). Le plus grand (0 m. 40) provient de l'ate- 
lierde Preslong, commune de Leugny, Vienne ; d'autres sont origi- 




àH35 

Kjg. iCi. Vilr. lO- — Nuckas ilo silex 

<Vo\i l'on a flétachô iiiio lamo (jui s'est brisée au cours de l'opération; 

atelier de Preslong, à Leugnj, \ ienne. 



naires d'ateliers de Loir-et-Cher, des Landes, de Belgique. On peut 
étudier sur ces objets les bulbes oucoîichoïdes de percussion] ces mots 
désignent la surface convexe déterminée par la frappe sur la partie 
détachée du silex ; sur le nucleus, il se forme une concavité corres- 
pondante. C'est un des caractères de la frappe intentionnelle, bien 
([uedes chocs naturels puissent quelquefois produire le même effet 
(KM. 1902, 348 ; L). I, 21). 

I (vitrineplate). Nucleus des ateliers du Grand-Pressigny, Indre- 
et-Loire, dont les beaux silex se sont répandus jusqu'en Belgique 
et en Suisse (BA. 1915, 349) ; éclats, lames, couteaux, grands 



SALLE II, 11 



33 



disques. Remarquer un couteau en silex avec patine très brillante 
(dragages de la Seine) et, tout à droite, quatre couteaux en cristal de 
roche ; Camp de Chassey, Saône-et-Loire. 

J, K (vitrine plate). Séries d'outils et d'armes néolithiquc^, scies, 
grattoirs, perçoirs. tranchets, pointes de flèche (D.jl, 4 '5). Parmi 
ces dernières, il y a des spécimens taillés à petits éclats avec une 
grande habileté ; les pointes de flèche ne sont jamais polies. 

L (vitrine plate). A gauche, pointes de lance et poignards (D. I, 




11632 

Fig. 17. Vitr. II. — Grande liai lie fl"anneaii en jadéile, trouvés,. 

ainsi placés, dans le dolmen de Vtané-er-Hroek, 

commune de Lokmariaker, Morbihan (D. 1, Sga). 



34 SALLE II, 11-12. 

494) ; à droite, anneaux plats (1), pendeloques et grains de collier. 
Remarquer un bel anneau en jadéite (Côte d'Or): une grande hache 
en jadéite* trouvée en 1861 dans le dolmen de Mané-er-Hroek, 
Morbihan, la pointe appuyée dans la direction de l'est, sur un 
anneau* de même matière (D. I, 392, 520); deux beaux anneaux de 
néphrite provenant de Quiberon (1885 ; D. I, 521) ; une perle et un 
grain de collier en callaïs (Carnacct Turaiac, Morbihan). On appelle 
callaïs une substance analogue à la turquoise, dont les gisements 
sont épuisés ou in'Onnus ; on la rencontre aussi, mais seulement à 
l'état ouvré, au Portugal. Elle est souvent associée à l'or (1). I, 621, 
24,»; Congrès de Lisbonne, 314). 

Suivons le mur de la salle du côté de la cour. 

Cadre 1. — Spécimens de roches employées à l'époque néoli- 
thique (quartz, silex, fibrolite, aphanite, jadéite, néphrite, chloro- 
mélanite, pte).La chloromélanite s'est rencontrée dans les Alpes; on 
itrnore d'où les hommes de l'à^e de la pierre tirèrent la jadéite et la 
néphrite, mais il est très invraisemblable qu'ils reçussent ces roches 
(dont on a trouvé des spécimens bruts dans les Alpes et en Silésie) de 
l'Extrême-Orient. Peut-être, comme la callaïs. existaient-elles 
anciennement en Bretagne ; les gisements, peu abondants, auront 
été épuisés dans l'antiquité par une exploitation intense, à cause 
des vertus magiques que l'on attribuait à ces pierres (D. I, 627). 

Cadre 2. — Séries de petites haches polies, globuleuses, recueillies 
dans le Gard. 

Cadre 3 (dans le couloir conduisant à la salle I). — Objets néo- 
litbi(iues de choix, recueillis par E.d'Acy. Remarquer, à droite en 
bas, une série de pics trouvés dans les sablières de la Somme et de la 
Seine ; (43 754) ciseau en silex avec manche naturel, objet unique 
provenant de Clielles, Seine-et-Marne ;(45 558) tranchât bien carac- 
térisé provenant de Saint- Acheul. 

l)ans la cheminée, meule avec ])royeur de Chassemy ; polissoir 
en jasjte ot grès lustré de Chatellerault, Vienne. 

J 'lissons maintenant aux autres vitrines placées dans la salle. 

Vitrine 12 (centrale). — A-H. Poteries des dolmens sous tumulus 
du plateau de Ger, flautîs-Pyrénées (D. I, 408). Les vases n'ont 
jamais de pied ni de couvercle, ; quand ils ont une anse, elle est 
trop petite pour y introduire le doigt : on ne pouvait y passer qu'une 
corde. — A l'étage supérieur, fac-similés en métal de trois grands 

(1) Ce sont des objet.s de culte et iion, eomme on l'a cru, des armes de jet (cf. D. 
1, Ô21). 



SALLE II, 12. 



35 




21862 

Fig. i8. V^itr. g. — Collier d'or 

du tumiilus de Roc'b-Guyon. 

commune de Plouharnel, Morbihan 

(D. II, fig. i42). 



frontaux en or ( 21 862, 21 863, 21864), découverts à Plouharnel et 
dans un tuuiulus près de Niort : la grande simplicité du travail 
autorise à croire qu'ils sont fort anciens et de fabrique indigène. 

I. Ebauches de haches prove- 
nant des environs de Paris et de 
l'Oise. 



J. Haches polies, quelques-unes 
très belles, des mêmes régions. 

K. Haches polies de Bretagne 
et de Vendée. Remarquer la ma- 
gnifique hache à bouton en aphanite 
(hauteur 0,36), provenant de Ker- 
niilin Terfiaouénan, Finistère ; cinc^ 
haches à bouton plus petites sont 
rangées à droite (cf. p. 31 F.). 
L. Objets provenant du dolmen de Bougon, Deux-Sèvres : 
marteau-hache*, collier* de perles en os, poinçons en os, ciseaux, 
canines d'ours ayant servi de pendeloques — Quatre haches* en 
trétnolite et jadéiie, dont l'une longue de 0, 455, provenant du 
dolmen de Tumiac, Morbihan ; deux d'entre elles sont percées 
d'un trou de suspension. — Perles et grain de collier de callaïs ; 
Mont-Saint-Michel à Carnac (D. I, 392). — Perle en quartz, haches 
en jadéite ei en fibrolite de même provenance. 

M. Orandes et petites haches* en jadéite et en schiste, provenant 
du dolmen du Manéer-Hrook ; trois sont percées de trous de 
suspension. — Six très gros grains de callaïs* de même prove- 
nance ; Musée de Vannes. 

N. Séries de haches polies en matières rares, quelques-unes 
d'une beauté exceptionnelle. Remarquer les haches en chloro- 
mélanite deSarzeau et de Rhuis, Morbihan {18 973, 30456), les haches 
en jadéite de Mesly, commune de Cretcil, Seine (57 041), de la forêt 
de Sénart (2151), dePuymirol, Lot-et-Garonne (30 474), de Soyons, 
Ardèche (22 926). (D. I, 514). Le Musée est riche en objets précieux 
de cette classe, mais celui de Vannes l'est bien davantage. 

0. Série de petites haches globuleuses, de formes diverses ; 
Oise, Drôme, Bouches-du-Rhône, etc. 

P. Haches, grattoirs, lames, poteries et os travaillés, recueillis 
dans les dolmens de Meudon (fouillé en 1845) et d'Argenteuil 
(fouillé en 1867). Notez deux haches en silex encore engagées 



dans leurs gaines en bois de cerf. 



;itj 



Al.LK 11, 1.''. 




231 66 



Fig. 19. Vilr. i3. — Ornenieiil de schiste (MP. 616), 

collier de coquilles d'unio el haclie emmanchée dans une gaine en bois de cerf 

(MP. 433) ; dolmen d'Argenteuil, {^eine-et-Oise. 




26344 



18626 



18973 



21970 

Fig. 20. \itr. 9 et i3. — Cassc-tèto retiré de la Seine; hache-marteau de 
La Ciiarité-sur- Loire, Nièvre; hache en chloromélanite de Sarzeau, 
Morbihan : hache à bouton de La Claye, Vendée. 



r 



2-^01 3 



l'ig. ai. N ilr. i'|. — Hache en silex (huis une gain 
en hois de ccrl', avec manche de bois ; 
Penhouel, Loire- inférieure (RA. 1878, I, p. 3o8). 




SALLE II, 13-15. 37 



Vitrine 13 (plate). — A. Deux grattoirs en silex* d'une taille excep- 
tionnelle ; Dordognoet Loire. — Disque * perforé en silex, peut-être 
un sommet de casse-tête ; Eure (D.l, .^)21). — Série de 16 haches 
polies en jadcite verdcâtre, fibrolite et talc, trouvées ensemble 
dans une sorto de cachett'^ à Bernon, Ilorbihan. Ces haches, 
dont plusieurs sont munies d'un trou de suspension, n'ont 
jamais pu servir à l'industrie; elles avaient sans doute un 
caractère religieux (RA. 1894, I, 2G0). — Six belles haches polies* 
de l'Oise. 

B. Importante série de marteaux et doubles haches en pierre, 
originaux et moulages (D. I, 517); dans un spécimen à deux 
tranchants, trouvé à Compiègne, la douille n'est qu'à demi 
perforée (cf. D. I, 518). A droite, trois disques * circulaires troués 
et un disque * ovale troué de même ; plus loin, deux marteaux- 
haches * en pierre noire, d'un beau travail ; Oise. 

Vitrine 14 (plate). — Haches polies emmanchées dans des 
gaines de bois de cerf, pourvues elles-mêmes d'un trou où. l'on 
passait une tige de bois (D. I, 584). Des dispositifs analogues 
sont en usage parmi les sauvages modernes. Remarquer (24013) 
une hache complète avec emmanchure * trouvée à Penhouet, 
Loire-Inférieure (I). I, 532). — Objets en os et coquilles percés 
de deux trous ; Chapelle-sur-Crécy, Seine-et-Marne. — Quatre 
pendeloques de pierre perforées ; Morbihan. — Sur l'arèto, deux très 
belles gaines de hache en bois de cerf de la Somme, ornées au 
pointillé ; collection E. d'Acy (A. 1893, 385). 

B. Manche, crochet, hache et autres outils en bois de cerf. Noter 
un casse-tête à douille en bois de cerf, avec bouts d'an- 
douiller insérés dans les parties spongieuses ; tourbières d'Abbeville. 
— A droite, série de poinçons, ciseaux et lissoirs en os et en bois 
de cerf; nombreuses défenses de sanglier percées de deux trous 
pour servir d'amulettes ou de parures ; Téquigny, Somme. 

Vitrine 15. — (Jette vitrine a été donnée, avec son contenu, 
par M. C. Montaland; elle renferme surtout un crâae trépané 
(D. 1, 475), des llèches à tranchant transversal (D. 1, 500), 
des haches polies et autres silex travaillés qu'on a retirés des 
puits funéraires de Tours-sur-Marne, Seine-et-Marne (M. XI, 373; 
D. I, 449). D'autres silex choisis proviennent de différentes stations 
du même département. 

Cinq vitrines contiennent des modèles au 20% dus à A bel 
Maître, de monuments mégalithiques célèbres, à savoir : 



38 



SALLE II, 16-20. 



Vitrine 16. — Allées couvertes de Plouharnel {Coyir/i-èa de Vannes, 
1881, 353). 

Titrine 17. — Menhir géant de Lokmariaker, brisé, le plus grand 
que l'on connaisse -, il avait plus de "JO mètres de haut et pesait, 
dit-on, plus de 340000 kilos (D. I, 435). 

Vitrine 18. — Allée couverte de Kercado en Carnac. 

Vitrine 19. — Dolmen de Bougon, Doux-Sèvres (DAG. I, 180). 

Vitrine 20. — Allée couverte de La .Tustice, 8eine-et-0ise, d'où pro- 
viennent les objets de la vitrine 7 (D. I, 309). 

Sur la che<ninée, hiistft en marbre de l'ainateur aiifriais Henry Christy, collaborateur 
ileLarteKflSGô). A droite de la porte conduisant à la salle III, bon de.ssin, par Ricliiier, 
du (îi and dolmen de Ivorkono, Krukenhoou Krukuno, Morbihan ; carte au .3'2().000'= de la 
(Jaule, indiiiuant la distribution des dolmens et allées couvertes ; dessin, par Uichner, du 
{irand dolmen dit Tnhle de César on lnhledes Marchands [1] h Lokmariaker, Morbihan 
I). I, 394) ; plan au 2.000» des alignements de ("arnac (D. I. 41ô). 




Fig. aa. — Urdincil (le Korkoiio dm Kriikiiiio, 
prrs de Caniuc, Morbilian (Carrcj, Voywjr rlw: les (irllrs. i8J7, f». 70). 

Au-de.'isus de la porte menant Pi la salle I, dalle* portant la gravure d'une hache 
emmanchée du dolmen dit Table des Marchands (D. I. G06). Une autre presijue iden- 
tique se voit à(iav:'iiis (salle III). 

Tiroirs des vitrines de la salle II : 

I. Os, silex, haches [jolies do la Charente et du Jura ; poteries du Morbihan et du 
(Jard. — II. Ossements découverts dans la grotte de Néron, commune de Soyons, 
Ardèidie. — III. Sile.\ du Loiret. — IV. Silix du Calvados; poteries. - VI. Silex de 
Spieinies et du Camp de Chassey. — VIII. Meules. — XI. Silex do la station du fort de 
Knppe près Helfort, (le l'Oise, de la Lozère, du Rliône, du Loiret, du Calvados, du 
<!ard ; poteries de Cliassenay, du Peu-Richard, de Choisy-le-Roi. — XIII. Silex faux 
ou suspects; haches judies de Si ine-et-Oise, Lot-et-Garonne, etc. — XIV. Suite delà 
viU'ine II, avec silex et poteries de même provenance. Silex de la Gravctte, de Corgnac, 
du mont Vcntoux, de Chelles. — Objets néolithiques de la collection Ed. Fiette. 



(l)En réalité, dol-merch, signifiant "table de la fille" en bas-breton. 



SALLE m, I. 39 



SALLE III. - Monuments mégalithiques (Suite). 

La civilisation dolménique était en pleine floraison lorsque 
l'on commença, en Gaule, à connaître par des spécimens isolés 
le cuivre et le bronze ; elle ne disparut pas brus(iuement. 
Les plus riches sépultures mégalithiques sont celles où le 
métal apparaît à côté de la pierre polie et de la poterie indi- 
gène. Sur certains points du territoire de la Gaule, particu- 
lièrement en Bretagne, on constate de bonne heure une 
modification sporadique des rites funéraires, l'incinération 
substituée à f'inhumation . Cet indice, joint à l'apparition 
des métaux, a fait conclure à la présence, dans l'ouest et le 
centre du pays, de quelques groupes d'étrangers encore 
clairsemés, appartenant à une civilisation différente et 
dominés par d'autres idées religieuses. Dans l'ignorance où 
nous sommes des questions d'origines, il faut tenir compte, 
en efïet, de la possibilité de petites migrations de navigateurs, 
analogues à celles des Grecs et des Normands, suivant non 
la voie de terre, mais celle du littoral. Les côtes de 
l'Espagne et du Portugal peuvent avoir été ainsi le point de 
départ d'émigrants peu nombreux, plutôt commerçants que 
guerriers ou pirates, qui ont répandu la connaissance du 
métal et les germes d'une nouvelle civilisation. 

On commence l'étude de cette salle par l'angle nord-ouest, 
donnant sur le parc. 

J. Dcclielette, Manuels t. II et III. 

Vitrine 1. — Au-dessus, pierres avec gravures grossière.s (entre 
autres des canardsy)provenant du tumulus des Lisières, à l^aniproux. 
Deux-Sèvres; époque incertaine (M. XV, 154). 

A. Quatre jçrands poi'jruards en hronze et spirales* en argent 
découverts dans le tumulus-do^men de la f-jrêt de Carnoët, Finistère. 
Ces objets, transférés du musée de Cluny en 1888, témoignent de 
l'introduction darmcs de bronze (mais non d'épées) d.ins les sépul- 
tures még;alilbiques(l).I I, 146, S37, H52). — Minuscules clous d'or du 
tumulus de Cruguel, Morbihan, ayant orné des manches de poi- 
gnard en bois (1). 11,300 : RA. 1890, II, 327). — Objets * en 
métal recueillis dans les dolmens de la Lozère et de l'Aveyron 
(bracelet, grand bouton en forme de coupe, lanios de poignard, 



40 



SALLK III, I. 



couteau à douille, perles de bronze). Noter une plaquette percée de 
quatre trous, de Carnoët, peut-être un brassard d'archer (D. II, 
227) ; des fraj^^mnits d'un sac do cuir et d'un manche de bois pro- 
venant du tumulus-dolmen de Cruguei (KA. 1890, II, 327). La 




30490 30490 

Fig. 33. \ ilr. I. — Poignards on i)ronze, de Goiirillac'li, 

roininuno de Plonvenez-Lochrist, 

et (le la liirèl de Cariioel, Kinislère. 



fibule (23210), donnée comme provenant d'un dolmen de la Lozère, 
témoigne d'un ensevelissement postérieur ; on peut en dire autant 
des fragments de fer recueillis dans le doluKMi de Ramsas, Lozère. 

B, C. N^iclei, lames, scies, grattoirs, ébauches d'outils divers, 
provenant de l'atelier du Grand-Pressigny, Indne-et-Loire Les 
nuclei sont parfois de dimensions très grandes; le plus long que 
l'on connaisse mesure m. 59 (1). II, 490). 

D. Objets en ]»ieiTe polie trouvés dans le département de la 
Vienne. Au-dessous, ébauche de hache polie=''de Menchecourt, 
Somme; long instrument en silex* trouvé dans le Gers ; autre * 
trouvé dans les travaux du canal de la Vanne à la Dhuis (roriginal 
a péri en 1871 dans l'incendie de l'Hôtel de Ville de Paris). 



SALLE III, 1. 



41 




12319 



Fig. 24- Vitr. I. — Coupe de bronze 
trouvée sous le dolmen du Genévrier, commune de Salles-la-Sourco.Avojron 

(D. III, 779). 



E. Série de pointes de flèche, quelques-unes d'un travail très 
remarquable, trouvées dans des dolmens (D. II, 496). A gauche, 
pointes de lance, scies^ lames de poignard en silex; remarquer aussi 
une lame de poignard* en bronze, trouvée dans un dolmen de Tarn- 
et-Garoane(D. 137,11, lî'O). Pendant plusieurs siècles, en Gaule, on se 

servit concurremment de la pierre, qui 
était commune, et des outils en métaux, 
qui étaient encore rares. — A droite, 
boutons et anneaux en bronze He la 
Lozère et du Gard; petit polissoir de 
grès pour polir et affiler les os (Lozère, 
21 914). 

F. Objets de parure recueillis dans 
des dolmens; disques, pendeloques, dents 
percées, grains de colliers, perles en os, 
en jayet, en albâtre, en stéatite; pende- 
loques de bronze et de schi.ste ( A veyron), 
fragments de vases. — A droite, frag- 
ments d'armes de fer (postérieures) re- 
cueillies dansdes dolmens deTAvovron ; 
couteaux, scies et pointes de flèche ; 
poteries et colliers. Remarquer tout à 
droite (22 079) une lame do j)oiçnard en bronze provenant du dolmen 
de Gourillac'h, Finistère, et deux admirables pointes de flèche en 
silex, trouvées dans le même dolmen; l'une d'elles(7920)aété donnée 
au Musée par Prosper Mérimée (Bertrand, Gavle avaniles Gaulois, 
143 ;D. II, 146). 




18473 



18470 



Fig 35. Vitr. i. 
Pointes de Hèche en silex 

du dolmen de Bessoles 
à Concoures (Aveyron). 



42 



SALLE III, 2-6. 



Vitrine 2. — Réduction du menhir du Vieux- Poitiers, portant 
une inscription celtique en lettres latines (t. I, p. 156). — Ancienne 
gravure représentant le dolmen de Poitiers, couvert de signatures de 
curieux du XVl^ siècle(Bertrand, Gaule avant les Gaulois, fig. 167). 
— A gauche, grande hache en silex de forme singulière ; Cour- 
tfcnay, Loiret. — Prosper Mérimée pensait que les gravures de 
Gavr'inis (vitrine 5) n'avaient pu être exécutées sans l'aide 
d'instrumentsen métal. Une expérience, que rappelle cette vitrine, 
a prouvé le contraire. Abel Maitre a gravé un bloc de granit breton 
à l'aide d'outils en silex, alors qu'une hache de bronze antique 
s'écrasait sans l'entamer. 

Vitrines 3 et 4 . — Réduction au 20^ de 
l'allée couverte dite les Pierres plates, en 
Lokmariakcr, longue de 28 mètres, et du 
dolmen de la Pierre-Turquaise à Saint- 
Martin -du -Tertre, Seine -et-Oise (D. II, 
304, 400). 

Vitrine 5 — Réduction au 20* du grand 
tumulus dolmen de Gavr'inis-en-Baden(l), 
petite île du golfe duMorbiiian. Ce monu- 
ment est construit en pierres énormes, 
dont 23 sur 28 portent de bizarres gra- 
vures en creux, cercles concentriques, 
chevrons, flots et spirales, entremêlées 
d'incisions triangulaires ressemblant à des 




11858 



l"'ig. u6. — Dalle de l'allée 
couverte cleGavr"inis,îledii 
golfe du Morbihan, avec haches poiies. Les moulages de ces pierres 
gravures inexpliquées (Dé- g^nt placés sur le pourtour (le la salle. On 
clieielie, A/an((('/,l, p. 6o4). . , , ■ i , t ■ i - 

en connaît de semblables en Irlande a 

Newgrange (I). II, 418, 611) ; le monument de Gavr'inis est peut- 
être le tombeau d'un chef de corsaires irlandais. — Abel Maître a 
pensé que les modèles de ces gravures n'étaient autres que les 
lignes intérieures de la main (chiromancie ; RA. 1884, II, 332); 
Déchelette y voyait plutôt des dégénérescences d'un visage très 
stylisé d'idole féininine(A. 1912, 29; autre hypothèfee, A. 1920, 251). 

II. H. .i'Jl, cm ; M. XIX, 23U, 49C; XXI,38."); A.l'.)13, 153 ; RC. 1912,501». 

Vitrine 6. — Allée couveite du Mané-Lud (montagne de la 
cendre) en Lokmariaker, Morbihan, réduit»^ au 20". 

C'est une l)utve artificielle Ionique de 80 mètres sur 50 de lar- 



(1) Gavr'ini.s, ilc du géant, en has-breton. 



SALLE III, 6-8. 43 

geur, haute de 5 m. 50 seulement. I.es fouilles (1884) ont fait décou- 
vrir à l'est un alignement curviligne de petits menhirs ;juxtaposés, 
hauts de Om. 40 àO m. 50, et noyés, à 4 m. 50 au-dessous du sommet, 
dans les vases desséchées qui composent latombelle. Sur chacune des. 
cinq pierres debout formant l'extrémité nord, on a trouvé le squelette 
d'une tête de cheval (cf. Hérodote, IV', 71). Une seconde rangée de 
pierres espacées, parallèle à la première, faisait avec elle une sorte 
de couloir. Plus loin vers l'ouest, R. Galles a rencontré le sol naturel 
recouvert d'une couche de pierres sèches saf une surface à peu prés 
ovale, longue de 40 mètres sur 18 de largeur moyenne. Au-dessous 
de ces pierres étaient des monceaux de charbon de bois et d'osse- 
ments. A l'endroit même où l'o i a découvert les ossements, la couche 
de pierres s'élève et se bombe de manière à former un monticule pier- 
reux ou golgol, occupant à peu près le milieu de l'énorme tombelle 
de vase qui constitue le tumulus. Au centre du galgal, qui a 10 mètres 
de rayon à sa base, on voit une crypte longue de 2 mètres, dont les 
parois sont formées d'une grossière maçonnerie en pierres sèches. 
La voûte était composée d'un grand nombre de dalles plates. La 
crypte contenait deux squelettes qui avaient été repliés sur eux- 
mêmes. Vers le milieu de la chambre étaient un petit tas de charbon 
de bois et quelques fragments d'os calcinés, à l'autre extrémité un 
petit couteau en silex et des débris de poterie grossière. 
L'angle ouest du tumulus est occupé par l'allée couverte 
dont une réduction figure dans la vitrine 6 : elle était connue depuis 
longtemps. Les parois sont recouvertes de signes bizarres, compa- 
rables à ceux que l'on a constatés sur des monuments irlandais et 
bretons (cf. p. 42V Letumulus-dolmen du Mané-Lud est incontes- 
tablement la sépulture d'un grand chef, appartenant à un état 
social relativement avancé; les tètes de chevaux, les ossements 
d'animaux, le monceau de charbon, sont les restes des sacrifices 
qui ont été accomplis sur sa tombe. 

D. II, 392 ; RA. 1864, II, 355 ; A. 1913, 279; K.M. 1921, 3G (nouvelles 
fouilloa). 

Vitrine 7. — Réduction au 20* de l'allée couverte de Bagneux 
près Saumur, Maine-et-Loire, longue de 20 mètres, large de 7, haute 
de 3 m. (D. Il, 396. 

Vitrine 8. — Réduction au 20*' du tlolmen dit TahU de. Céaar 
(nom moderne), ou des Marchands (en réalité, dol inerch, table de 
la fille), à Lokmariaker, Morbihan (A. 1914, 187). 



lill 



SALLE III, 9, 10. 




Fig. 27. Vitr. 10. — Modèle du dolmen dit Table de Césnr, 
commune de Lokmariaker, Morbiiian. 

Le visiteur fait ensuite le tour de la salle, en commençant par 
le côte' (le la cour. 

Cadre 9. — Objets choisis provenant de dolmens de l'Aveyron et 
de la Lozère ; pointes de flèche, colliers, pendelotiues, poteries. Don 
d'Emile Cartailhac (cf. Cartailhac, La France préhistorique, 2bl). 

Cadre 10. — Suite du même don. Colliers, petits polissoirs, 
pointes de flèche, bracelets de bronze, hache polie sur laciuelle une 
main ancienne a inscrit ces mots : débris de foudre. 

Sur les murs, moulages des dalles de Gavr'inis (voir vitrine 5) et 
d'autres dalles gravées provenant de différents monuments mégali- 
thiques: le Petit-Mont en Arzon, Morbihan; le dolmen des Pierres- 




■iiili 




hifr. u8 — Haches et écussons (ou symboles inexpliqués) 

gravûs sur des dalles de dolmens bretons ; 

P.lit-Moiit, l'ierrcs-Plales (2 et 4), Mané-er-Hrock (D. I,6<)7 6oy). 



SALLE d'Étude 45 



Plates (voir vitrine 3 ; D. II, 609) ; celui du Mané-et-Hroek 
CD. II, 607). On y remarque des images de haches emman- 
chées, de navires (?) et d'autres signes qui font songer à 
un rudiment d'écriture ou de blason (D. I, 607-609 ; f'artailhac, 
France préhf st. 236-238). 

D. ry. 391fi04; M. XIX, '>36, 498; XXT S35 ; RA . 1884. II, 243; A. 1913, 153 ; 
RC. 1912, 129. 

SALLE D'ÉTUDE 

A la Salle III est contigiië la Salle d'étude ou Bihliolhèque, 
accessible avec un permis spécial. La bibliothèque contient 
plusieurs milliers de dessins, de plans, de photographies 
classés par départements ou par pays, et quelques précieuses 
séries de publications scientifiques, telles que les Comptes 
rendus des Académies dts Sciences ei des Inscriptions, la Revue 
d'anthropologie, V Anthropologie, les Matériaux pour servir à 
l'histoire de l'homme, le Bulletin et les Mémoires de la Société 
des antiquaires de France, la Bévue archéologique, la (kizette 
archéologique, la collection des Congrès archéologiques de 
France et des Congrès internationaux d'anthropologie, les 
Annuaires de l'Association française pour l'avancement des 
sciences, le Bulletin monumental, les Monuments Piot, les 
Annuaires des Antiquaires du Bhin {Bonner Jahrbilcher), la 
Zeitschrift et VArchiv allemands, V Archœologia anglaise, le 
BuUeltino di palet nologia italiana, etc. On y trouve aussi les 
grands recueils des inscriptions latines, des mosaïf[ues, 
des statues et des bas-reliefs de la Gaule, et quelques ouvrages 
de luxe avec planches comme Ninive et l'Assyrie de Place, 
l'Art égyptien de Prisse d'Avennes, {'Antiquité expliquée de 
Montlaucon, le Museo Borhonico, les Monuments de l'art 
antique de Rayet, V Iconographie gi^ecque et romaine de Visconii, 
le \luseo Gregoriano, les Arts et métiers des anciens de 
Grivaud de la Vincelle, les Monuments antiques d'Orange de 
Caristie, la Colonne Trajane de Frœhner, la Certosa di 
Bologna de Zannoni, les Monuments inédits de Raoul Rochette, 
V Album Caranda de F. Moreau, etc. Mais la principale 
richesse de la bibliolhèque consiste dans ses séries de mé- 



40 SALLE DE COMPARAISON 

moires archéologiques et de tirages à part, soiivenl publiés à 
un très petit nombre d'exemplaires, ([ue l'on ne trouverait 
réunis et classés dans aucun autre dépôt. 

Les livres et manuscrits qui ne sont pas d'un usage cou- 
rant ont été rangés dans une salle du premier étage qui 
sera décrite plus loin. 

Au-dessus de la cheminée, convertie en meuble à tiroirs, 
moulages d'une tête en marbre autrefois à Broadiands, 
aujourd'hui à Boston, analogue à celle de la Vénus d'Arles 
(S Reinach, Têtes idéales, pi. 137) ; d'une tête de Méduse 
autrefois en Corse, aujourd'hui aux États-Unis (HA. 1903, 
11^ 219); de la statuette en marbre du Musée de Compiègne 
représentant la poétesse Corinne (RA.1900, I, 169). 

Près de la porte donnant sur un cabinet annexé à la biblio- 
thè([ue, statuette en bronze d'un guerrier blessé, provenant, 
dit-on, de Bavai; cette statuette, convertie en lampadaire à 
l'époque gallo-romaine, est une copie, faite du temps d'Au- 
guste, d'un original grec célèbre le lUessé défaillant de 
Cr^silas. On en a contesté sans raison l'authenticité (GaicWe 
des f{eau.r-Arts,\m>,\, 193; cf. Chronique des A Hs, 1905,156). 

On voit encoro dans cette salle : un portrait présumé de Marie de 
Modène, femme de Jacques TI d'Aniçleterre, mort au château en 
1701 (cf. Historical portraits, Oxfonl, 190.Ô, n" 228); un portrait 
aux deux crayons de l'archéologue Emile CartailHac, par sa fille 
Madeleine: deux plaquettes de bronze à l'effigie desarchéolog-ues 
E. Desnoyers et A. Héron de Villefosse ; un important tableau 
do Jérôme Bosch, le Jongleur, déposé par la mairie de Saint- 
Germain (S. Reinach, ^;)oZZo, fig. 381). 

SALLE DE COMPARAISON 

De la Salle 111 on passe dans la Sdllr de (ioinya raison , la 
plus vaste du Musée, dont l'architecture intérieure date de 
l'époque de François V'. Salle des gardes au xvi*' siècle, 
elle devint, au wn". Salles des fêtes et des spectaeles de la 
Cour: le nom de salle de Mars, qui lui est resté, paraît 
dalei- (le l'époque (le Napoléon I'^^ alors que le château avait 
été converti eii École militaire. 



48 SALLE DE COMPAHAISON, 1. 

De 1867 à 1898, cette salle servit à la lois de magasin général 
et de lieu d'exposition pour les monuments trouvés hors de 
Gaule, présentant de l'intérêt à titre d'éléments de compa- 
raison. En 1898, l'exécution intégrale du plan de l'architecte 
Millet (t. I. p. 8). comportant la suppression du dernier des 
grands pavillons construits par Mansard, obligea d'évacuer 
cette salle qui lut restaurée en partie et raccourcie quelque 
peu à son extrémité Est. Rendue au Musée en 1907, elle dut 
être plusieurs fois remaniée, à cause de l'afllux de collec- 
tions nouvelles et surtout du dépôt, fait par le Louvre, 
d'une riche série d'ethnographie exotique. En revanche, Saint- 
Germain déposa au musée du ïrocadéro quelques objets 
d'elhnogiaphie européenne moderne, dont il était question 
dans la première édition de ce catalogue. 

Le dernier remaniement, exécuté d'après les plans de 
M. H. Hubert, est loin d'être terminé (1920); mais la distri- 
bution des objets est définitivement fixée et c'est celle qu'on 
trouvera indiquée dans le présent ouvrage. La salle de Mars 
a cessé d'être un magasin; elle ne contient plus, sinon dans 
ses tiroirs, d'objets préhistoriques, protohistoriques, romains 
ou francs de provenance gauloise ; elle répond entiè- 
rement à son nouveau nom en ce sens qu'on y expose, 
à litre exclusif, des objets de provenance non gauloise, 
pouvant éclairer, par comparaison, ceux d'origine indigène. 

A droite, au fond de la salle, belle cheminée du temps de 
François P% ornée de la salamandre, emblème dece roi (I3M. 1895, 
176). Au-dessus, buste en bronze d'Alexandre Hertrand par B. 
Champion, inaaguré le4juillet 1912 (RA. 1912, II, 165, avec portrait). 

Vitrine L — Paléolithique européen (Russie, Angleterre, Espagne, 
Irlande, Portugal, etc.) et néolithique de l'Europe centrale. Les plus 
anciens silex taillés d'Angleterre sont analogues à ceux de Saint- 
Acheul: remarquer trois haches * trouvées en 1797 par Frère à 
Iloxne et signalées alors, sans assez attirer l'dttention, comme des 
produits de l'industrie humaine à ses débuts (Archœologia, t. XIII, 
p. 204 ; Alluvions et cavernes, 81). — Haches en pierre taillée 
semldables à celles de Saint- Acheul, trouvées dans les alluvions 
duManzanarès à San Isidro près de Madrid (Contrés t^e Copenhague, 
225; A. 1895, 615). 



SALLE DE GOiMPARAISON 1. 




51078 



5J174 



51067 



I — I — 1— i__i_J_/__t_ j_ ... . j , 



20 



Fig. 8o, Vilr. 2. — Objcls (lo pierre du Danomark, 
donnes par M. J. do Baye ou déposés par le Cabinet des Médailles. 



SALLE DR COMPARAISON, 1-4. 



Vases '■■'■ néolithiques à ornements incisés de la nécropole de 
Monsheim près Worms (RA. 18G8, II, pi. 24; 18G9, I, pi. 10 ; cf. 
Pnih. Bldtter, lî»06, 20). — 10724, vase* en forme de gobelet 
du tumulusdellimmelsreich près Altcnburg (AIIV. II, 1, 1); autre* 
l)lus grand d'Oberolm, Hcsse Rhénane. — Haches polies de la 
région danubienne (Hongrie, Autriche) et de la P.ohême. 

ruléulitlii<iiR' russe : A. 11)04, :!51.— Espagnol et portugais : RA . 1920, II, 101.— 
Irlandais: A. 1897, 085. — Allemand: A. 1914, .V2G. — Néolithique allemand et danu- 
bien : llœrnes, Katin--itnd Urneschichte des Menschen, 1909 ; Obermaier, Der Mensch 
der Vorzeit, 1912. Ce dernier ouvrage est Ir seul où Ion trouve un tableau détaillé, 
malheureusement san3 références, de tout le préhistorique en dehors de la Gaule. 

Vitrine 2. — Néolithique uu nord de l'Europe. Au dessus, moulages 
de figures gravées sur un rocher du Bohuslan en Scanie, attril)uées, 
d'après la forme des armes, à l'âge du bronze (Montelius et Reinach, 
Temps préhist. en Suède, 02 ; Eev . critique, 18S9, II, 45). 

La vitrine contient une collection de haches néolithiques Scandi- 
naves et d'autres objets de l'âge de la pierre donnés, pour le plupart, 
par J. de Baye en 1906. Remarquer en bas un beau couteau égyptien 
en silex; un vase noir d'un tumulus du nord du Jutland; une boîte 
vitrée contenant des coquilles recueillies dans les kjoekkenmœd- 
dings (rebuts de cuisine) d'Ove, Danemark (voir vitrine 4). A 
gauche, vases et autres objets provenant des cimetières à incinéra- 
tion de l'Allemagne centrale, dits champs d'urnes, de Tàge du bronze 
récent (Julie Schlemm, Worterhucli zur Vorgeschichte,631). 

Vitrine 3. — Néolithique du nokd de l'Europe. La riche collection 
de haches en pierre du Danemark a été donnée à Napoléon III parle 
roi Frédéric VII et par l'amateur danois Christgau. Remarquer en 
haut à droite de beaux vases ornés* des environs de Ilildeshcim et 
d'autres localités du Hanovre (CBL. 1895r, 8). En bas, hache en 
pierre* du gouvernement d'Abo, Finlande, en forme de tête de 
cheval {Congrès de Stockholm, 1,289); figure humaine sculptée 
dans un gros morceau d'ambre, de Schwarzort, Prusse orientale 
(A. 1895, 296). Tout à droite, série de petits silex finement taillés 
de Pologne (A. 1899, l'",5). ^ 

Vitrine 4. — Dans une vitrine posée sur un socle, spécimens de 
coquilles et de silex taillés provenant de kji kkenmœddinger (aussi 
dits kjukkenmœddings) des côtes du Danemark. 

Co sont dos niondcuies aitiliciels formés de rebuts de 
cuisine, (lue Ion Irouve sur le bord de la mer, mais ailleurs 
encore qu'au Danemark, oii on les a étudiés d'abord. A côté 



t 



AILE I>i: COMPARAISON, 5-0. 51 



de débris de comestibles, en particulier de coquilles, on y 
recueille des outils en pierre, en corne, en os et même des 
fragments de poterie. Ces dépôts danois appartiennent aux 
débuts de l'époque néolithique (1) ; le seul animal domes- 
tique est le chien, dont la présence se reconnaît aux os rongés. 
Les haches polies sont très rares ; les outils les plus fréquents 
sont des tranchets du type de Campigny (Steenstrup, Die 
Kjdkkenmôddings, \8S(j, analysé Bévue d'Anthrop. XVI, 86; 
Congrès de Copenhague, 135, 159 et passim). 

Vitrine 5 . — Objets néolithiques d'Espagne, de Portugal, d'Irlande ; 
haches et poteries. A remarquer : 

1° Céramique grossière de la Cueva-Lobrega, Vieille-Oastille 
(R A. 1886, 1,114). 

2" Minerais de cuivre des mines deMilagro,avec les instruments 
de pierre et de corne de cerf qui servaient à l'exploitation (R A. 
1886, 1,187). 

3" Série de très belles pointes de flèche de dolmens des environs 
d'Evora, Portugal (Cartailhac, Ages préhistoriques de VEspagiieet du 
Portugal, 170). 

4" Poterie grossière de la Cueva de la Mujer près d'Alhama en 
Andalousie (M. 1870, 547). 

5'' Polissoir en os et silex de la grotte de Penhala Miel, Vieille- 
Oastille (M. 1865, 281); deux vases ornés des îles Baléares. 

6° Moulages et originaux de haches polies du Portugal, notam- 
ment du dolmen d'Alcogulo, fouillé en 1867(M. 1868, 336); marteaux, 
broyeur en marbre blanc, plaque de schiste ornée do chevrons, 
haches polies. 

V Pointesde flèche d'un admirable travail, trouvées en Irlande, à 
rapprocher de celles du Portugal et de quelques dolmens armoricains 
(M P. pi. 43; cf. RC.1900, 87). Il y a là une preuve certaine de 
communications très anciennes par mer entre ces pays. 

Vitrine 6. — Modèle du mommient de Stonehcnge,(l.ins la plaine 
de Salisbury, Angleterre, dont on a prétendu fixer la date (par des 
considérations astronomiques) vers 1600 av. J-C, alors que d'autres 
la croient voisine de l'an 300. Les tumulus voisins appartiennent au 
début de l'âge de bronze. 

RC. 1911, 372; RA. l911, H, ;588 ; 1914, [1,120; 1915. II, -l'A; 191R, M, :(50 ; 
1920, 11,109; A. lyuf), 79. 

(1) On Connaît, dans l'E. du Danemark, dos stations pluâ anciennes encore, avec 
restes d'aurochs et d'élan {Mém. Soc. Antiq. <lu Nord, 1918-9, 241 sq). 



I 



SALLE DE COMPAHAISON. 7-13. 



Cadres 7 et 8. — Série de curieuses palettes * en schiste ornées 
de g;ravurr's, découvertes au Portugal ; ce sont dos idoles ou des amu- 
lettes néolitliiques (A. 1898, 720). 

Vitrine 9. — Néolithique italien. 1° Moulacres de rochers gravés 
in-ès du Lac des Merveilles, au S.E. du Col de Tende (M. 1877,379; 
RM. 1910, 98 ; Bull. Palefn. 1911, 103) ; sur l'un d'eux est figurée 
une scène de combat. — 2° Vases de Sardaigne, donnés par l'ingé- 
nieur Gouin (cf. A. 1904, 210). — 3° Silex, entre autres de belles 
pointes de flèche, de l'ile d'Elbe (M. 1867, 319). — 4° Pointes de 
flèche et de javelot des environs de Milan, Florence et Rome. 
— r)°01>jctsde pierre néolithiques et éné()lithiques(cuivr(_' et pierre), 
en particulier de la vallée de la Whruta (Congrès de Bologne, 25; 
Bull, pfiletn. ]"J07, 15). — 6" Pointe de flèche de jaspe montée en 
argent, amulette achetée à Modènc (MP. pi. 4.3, 384; cf. Congrès de 
Paris, 1867, 119). 

Vitrine 10. — ^lodèle d'un nuraghe de Sardaigne. Ces monu- 
ments, très nombreux dans l'île, ont été considérés comme des 
temples, des tombes, des vedettes, des forts, des habitations, etc. 
Leur nom, cru à tort phénicien, n'est qu'une forme dialectale du 
mot qui, en français, se dit vuiraiUe. 

M. 1S8I. 190 ; A. 190-2, .'i80 ; Perrot et Chipiez, Hist. deVart, IV, 22-55. 

Cadres 11 et 12. — Suite du préhistorique italien. — Au-dessus, 
carte des sites préhistori([ucs et protohistoriques de la Macédoine 
(régions de Salonique et de Monastir), dressée en ISlSpar le service 
archéologique de l'armée française d'Orient. 



Vitrine 13. — Maghreb (Afrique du nord). On décrit cette vitrine 
de haut en bas. 1" et 2" Grands vases à base pointue (pour ])lanter 
en terre) et poteries peintes de fabrication algérienne (kabyle) 
récente, qui rappellent tantôt la céramique néolithique égyptienne, 
tantôt d'autres vases très archaïques, asiaticpies^ou grecs ÇRev. 
d'i'tJuiogr. H de social. 1911, 30G). — 3" et 4" Suite de la céramique. 
Remarquer cinq masques peints de Carthage, du plus beau style 
grec ((léi)ôt du Louvre) et un vasc'== de même provenance en forme 
de bélier. — 1" Vases et minces bracelets de bronze, trouvés dans 
le dolmen algérien de Roknia (M. 18G9, 192). — 5" Quatre pierres 
(idoles '?) anthropoïdes du Sahara des Azdgor ; envoi de l'explo- 
rateur Flamand (BSA. 1899, 180). — 6-^ Bloc de diorite* en forme 



SALLE DE COMPARAISON, 13-16. 53 

de tête de taureau, trouvé dans le Hoggar (Jnstit. français d'ethnogr. 
21 mai 1913). — 7" Nombreux s|)ccimons de silex travaillés 
trouvés eu Algérie et en Tunisie : chelléen, acheuléen, moustérien, 
gétulien. Les pointes de flèche, très nombreuses, sont d'un travail 
admirable ; il y a un petit nombre de haches polies (collections 
dues surtout à Pallary, au sous-lieutenant R. Dangelzer, au lieu- 
tenant Perrin, au commandant Minette do Saint-Martin). Pour des 
vues d'ensemble sur le préhistorique de l'Algérie, rf. A. 1905, 187 ; 
1917, 450; Tunisie, RM. 1911, '221 ; Maroc, A. 1915, 193. Le gétu- 
lien ou cajjsien (de Gafsa), industrie distinguée par J. de Morgan 
etPallary, correspond à l'aurignaciende la Gaule, avec mélange (?) 
de formes néolithiques (A. 1911, 687). — 8° Dix bracelets de 1er 
autour d'un tibia, recueillis par le colonel Eug. Pothier dans lui tertre 
du Sahara algérien ; deux bracelets de cuivre tirés de la nécropole 
de Koudiat-Ati à Constantine. — 9" (Euf d'autruche très ancien de 
Hassi Rhatmaïa, Saliara ; colliers formes de fragments de coquilles 
et d'œufs d'autruche perforés, de Tamassinine. 

Cadre 14, — Au-dessus, deux fragments de stèles puniques avec 
inscriptions votives ; fouilles d'E. Babelon et S. Reinach à Car- 
tilage (le reste des trouvailles est au Louvre et à la Bibliothèque 
nationale). Au milieu, carte des stations néolithiques du Sahara 
central, dressée par la mission L. liabourdin en 1880 (M. 1885, 
124). Autour, très beaux spécimens de silex taillés, notamment de 
pointes de flèche. En bas à droite, fragment de hache ])olie en 
jade vert ; llassi Rhatmaïa. 

Cadre 15. — Suite du préhistorique saharien. Remarquer des 
haches de type chelléen recueillies dans les vallées (auj. tout à 
fait désertiques) de l'oued Igharghar et de l'oued Fendarh. Frag- 
ment de coquille d'œuf d'autruche avec dessin gravé (voir, sur le 
préhistorique de la Mauritanie, A. 1920,323). 

Vitrine 16. — Egypte. On décrit cette vitrine de haut en bas. 
Au-dessus, grands vases d'époque romaine trouvés en Egypte. 
1° Au fond, copie d'une peinture funéraire égyptienne de la 
xviii'^dynastie. — Vases égyptiens préhistoriques ornésde peintures; 
sur l'un d'eux onvoitune autruche et une barque du Nil; de Gebeleïn 
(cf. A . 1897, 339 ; 1899, 517). — 2° Sur un fond constitué par une 
grande pièce de toile tirée d'une tombe égyptienne, vases de dimen- 
sions moindres, dont l'un présente un double col ; Négadah. — 
3° Au milieu, deux planches en couleur.tirées de la A'erî^e (Varchitec- 
turc de 1860, représentant les bijoux égyptiens, en partie éniaillés, 
de la reine Aah-Hotep (1700 av. J.-C), découverts par Mariette et 



54 SALLE DE COMPAnAISON. lG-19. 

conservés au musée du Caire (Perrot et Chipiez, I, 831). Entre ces 
cadres, épée do bronze trouvée ou du moins achetée en Egypte ; 
ancienne collection Posno. — 4" Spécimens de l'art égyptien à 
l'époque historique : jolie terre cuite représentant Isis et l'enfant 
Horus (coll. Gréau); Pygniée en terre cuite vernissée ; deux grands 
scarabées en pierre (anc. coll. Clôt— bey) ; grand masque de beau 
style en bois peint. — Statuettes funéraires en terre vernissée dites 
ovshabti (a.ic coll. Jomard) ; autres statuettes funéraires de 
bronze, parmi lesquelles une figure d'IIorus assis, avec grosse 
boucle de cheveux tombant à droite. — 5° Etui en bambou gravé ; 
boule de couleur bleue dans une enveloppe de terre réfractaire ; 
deux colliers provenant d'un tombeau de Thèbes, en perles bleues 
et coquilles ; morceau d'un panier tressé de même provenance. — 
6" Statuettes funéraires en terre cuite et en os. — Importante collec- 
tion d'outilsen silex ;remarquer une palette de schiste, en forme d'oi- 
seau, achetée à Thèbes. — 7" Hache en pierre d'un type particulier, 
copie d'une hache de bronze. — Haches, pointes de lance et de 
flèche en bronze ; grandes haches de bronze demi-circulaires de 
tombeaux d'Abydos. — Belles pointes de flèche en silex, en ivoire 
et en bois des mêmes tombeaux (fouilles d'Amélineau) ; très beaux 
couteaux en silex taillés à petits éclats (même proven.) — 8" Objets 
nc'olithiques du Fayoum, notamment de très belles pointes de 
flèche sans pédoncule et à longues barbelures latérales. — 9" Sur 
l'étagère, bracelets en coquilles ; Ilagaza, Thébaïde. — Palette 
en schiste vert ornée de deux têtes de canard; Thèbes. — Polis- 
soirs et lames néolithiques ; objets recueillis en ISQd en Egypte par 
E. Hamy et Fr. Lenormant ; autres provenant d'un atelier sis au 
sommet du Djebel Kélabié, au S. E. d'Esneh (MP. 231, 278). — 
10" Riche collection d'outils paléolithiques et néolithiques des 
envinms de Thèbes, donnés par Seton Karr, Giglioli, Rustatrjae), 
Ad. Reinach. — 11° Suite de la série précédente ; éclats détachés 
naturellement, recueillis et donnés par Sch^veinfurth. 

Préliistoriciuo éfryptien : .1. de Morgan, Recherches sur les origines de VEgypie^ 
18'.>6-7 ; Ad. lieinach, IJ" Egypte préhistorique, 190S ; J. Capart, Les débuts île 
l'art en Egypte, 1004 (éd. anj;laisc autçineutée , l'.)05) ; A. 1897, 327. 

Cadres 17 et 18. — Destinés à des objets préhistoriques égyptiens 
et à des objets d'ethnographie africaine {inoccupés en 1921). 

Vitrine 19. — Afiîiqus occidentale et centrale. 1° Lances en 
bois et en fer (sagaies) du Sénégal actuel; flèches à pointe de fer; 
grand arc. — Arme d'honneur en bois et fer du Nil Blanc; collée- 



SAI.LE DE COMPARAISON, 19-20. 



55 



tion GuillauDie Lejean. — Lances et eouteaux de jet de formes 
bizarres (cf. Brit. Muscum Ilandbook to Ethnographical collec- 
tions, 1910, 229). — Grand vase roug-e provenant du Sahara 
soudanais, moyen Niger. — 2" Haclies en pierre de la Guinée 
française et du Conjço. — Au milieu, chaise-fétiche du Dahomey, 
ornée de douze figures très grossières et de deux têtes de serpent 
(sur l'art nègre. A. 1920, .SG9 ; Muséum Journal, 1920, 27). — Au- 
dessus, buste de bronze d'un style énergique, quoique barbare, 

moulé à cire perdue ; c'est un de 
ces bronzes du Bénin, particu- 
lièrement nombreux au lîritish 
Muséum, où l'on a voulu voir 
à tort des influences phéni- 
ciennes, alors que les seules 
dont on soit certain sont celles 
de marchands portugais du 
.wi"^ siècle (A. 1899, 350; RM. 
1901, 202; Mnfieum Journal, 
1920, 44). — Haches polies du 
I Faut-Sénégal et de la boucle 
du Niger ; panier en sparterie 
avec couvercle tressé du Sénégal; 
lierminette de fer à manche de 
bois, même provenance. — A 
droite de la vitrine, grande lance 
en bois ornée de gravures géo- 
métriques ; Guinée portugaise. 
A droite de cet objet, une porte 
donne sur un escalier (interdit 
au public) qui conduit à la 
Chapelle. 

Vitrine 20. — Afkk^ue ohientalk. Collection importante de silex 
paléolithiques du Somal (don Seton Karr) et de l'Inde anglaise 
(dons du même et de Rivett Carnac). Remarquer au milieu de très 
grande haches du Nord-Ouest de l'Inde, provenant de Banda; à 
droite, grandes haches recueillies par Seton Karr dans des dépôts 
de latérite à l'undi, à 35 kilomètres à l'ouest de Madras; à gauche, 
petits silex taillés du Nord-Ouest de l'Inde, province de Banda. 

Arc de lii pierre au Soin.-il (Afriqui; orientale),: A. 189G,.3I] ; 1S9S, Ul8; 1809. 
7G;1902, 110.— Age de la pierre en Inde: KA. 188:i, I. 129; 1918, 1, 2uC. ; JAI.XVl, 
n* 4 ; Congres de Norwich, 224. 




Fig. .Hi. Vitr. 19. ■ — Buste 

en bronze du Bénin, \IVi(]ue occident. 

travail indigène à cire perdue. 



SALLE DE COMPARAISON, 21-22. 



Vitrine 21. — Egypte riiÉiiisTOiUQLE. Collection de Henri de 
Morgan, donnée au musée en 1909. 

A, B, C, D. — Cinq rangées de vases, la plupart d'Abou Zedan, les 
uns peints sur fond clair, les autres avec couverte lustrée rouge et 
noire. Remarquer une barque en terre cuite de Kouni el Akhniar; 
un vase et une coupe en albâtre, de même provenance; plusieurs 
fragments de grands vases en albâtre; des béliers votifs de style 
très grossier, de Koum el Akhmar. 

E, F, G, — Objets provenant des kjoekkenmoeddings deKoura el 
Akhmar, Haute Egypte. Palettes de schiste; fragments de vases 
d'albâtre; fusaïoles. — Animaux votifs en terre cuite. — Très belles 
pointes de lance en silex* (originaux cédés par H. de Morgan au 
musée de Brooklyn). — Silex divers ; remarquer les types en forme 
de croissant. 

H, I. — Très beaux outils paléolithiques recueillis à Esneh, revê- 
tus d'une patine intense et profonde, à la différence des silex néo- 
lithiques. 

J, — Silex ouvrés des kjoekkenmoeddings d'Adimich; belles 
lames* taillées à petits éclats ou dentelées en scies; broyeurs et 
percuteurs. 

K. — Suite des mêmes objets; tesson de poterie peinte avec dé- 
cor imitant la vannerie ; magnifiques pointes de llèchc* à longues 
barbelures ; cylindres-cachets * de Mohammerieh, Haute-Egypte. 

L. — Haches*, ciseaux* etpoignards* de cuivre; couteau de silex* 
très finement taillé dans un manclie d'ivoire* qui est couvert de 
très petites figures d'aniniàux en relief, objet de premier ordre 
(MoHu inents Piof, XXll, 2). — Palettes de schiste* et colliers des 
tourbières dAbou Zedan. 

M, N (en bas). — Grands vases, dont deux ayant servi de 
passoires; Abou Zedan. — Vases à base pointue et ovoïde; même 
provcnaï\ce (?). 

Vitrine 22. — Axtic^ui tés prrhistoriques d'Egypte, de Palestine, 
DE SvKiE ET DE CiiALDÉE. 1" Moulagcs d'objcts célèbros en schiste 
de l'Egypte préhistorique, ordinairement qualifiés de palettes, mais 
qui semblent bien avoir une destination religieuse ou magique (cf. 
Revue des Études ethnographiques, 1909, 77; KA, 1907, 11, 324). Les 
figures d'hommes ou d'animaux, qui s'enlèvent en relief sur ces 
objets, suggèrent des rapprochements avec l'art babylonien. — Le 
plus grand spécimen, provenant d'Hierakonpolis, est au musée du 
Caire; un autre, de même provenance, est au musée Ashmoléen 
d'()xf()rd;"le troisième est un fragment d'une grande palette proba- 



SALLE DE COMPARAISON, 22-23. 57 

blement d'Abydos en partie au Louvre, en partie au British 
Muséum. Ou y voit une procession de guerriers armés d'arcs, de 
massues, de lances, etc. (Photog-raphies des trois palettes, JAI. 
XXX, 1900, pi. B, C; cf. ihid. 1907, 213; A. 1913, 283). 

2* Hache chelléenne*^ trouvée au pied de la montagne de llor, 
près de l'ancienne Petra. — Objet circulaire d'aspect uaoustérien; 
environs de Bethléem. — Hache polie de Sichem; autre, en diorite, 
du Liban. — Petits outils en silex trouvés dans une grotte en Pales- 
tine; lames diverses et grattoirs d'un abri sous roche près de 
Bethléem , — Silex taillés provenant d'un abri sous roche entre 
Tibériade et Cana, Galilée. — Poteries grossières et fusaïoles 
acquises par C. de Saulcy du cuvé de Bethléem (cf. A. 1906, 158; 
bibliogr. dans P. Thomsen, Palast. AUertumskunde, 1913, 20). 

3° Statuette de bronze *, découverte à Rescht près Hamadan, 
Perse ; déesse orientale nue. d'ancien style chaldéen, avec yeux 
incrustés de pierres blanches {Vente TysJciecicz, 8 juin 1898, 
n. 219, pi. 7). — Statuette de bronze* d'une canéphore, trouvée près 
de Bagdad; elle porte une inscription cunéiforme au nom du roi 
Koudourmaboug, vers 1700 avant J.-C. Cette figure, comme la 
précédente, est en fonte pleine (Perrotet Chipiez, II, .530). — Pré- 
cieux cylindre hittite * en hématite de l'ancienne collection Michel 
Tyskievicz (n. 24.1 du catalogue de vente, pi. 27) ; la scène prin- 
cipale, d'adoration et de sacrifice, est encadrée entre deux rangées 
de doubles spirales. Aujourd'hui à Boston (RA. 1898, I, 421, pi. 9). 
— Grand cylindre assyrien ; même collection. — Hache de bronze* 
à deux ouvertures, crue hittite, du type évidé à tranchant semi-cir- 
culaire, trouvée à Kàdcseh sur l'Oronte ; original au Louvre (cf. 
A. 1903, 665). — Poids de métier assyrien. — Lot do petites haches 
de pierre de la vallée de l'Euphrate (Biredjik, Orfa, Surieh) et du 
Kurdistan (cf. M. 1877, 46 ; 1886, 225). 

Vitrine 23. — Antiquités de Susr. 

Les l'oiiilh'.s de l;i dt'h'gation française à Suse (1897-1912) 
ont enrichi le Louvre (riiii nombre très considérable d'anti- 
quités de cette provenance (Péznrd et Poltier. Lca aiitir/uités 
de la Smicnic, V'ii'is, 1913); une partie de ces objet.s a elé 
déposée à Saint-Germain. Ce qu'ils otïrent de plus leuiar- 
quable sont les débris de la plus ancienne céraini((ue peint»' 
que l'on connaisse (vers 3000 avant J.-C), étudiée en détail 
par E. Poltier, Mémoires de la Délégation en Perse, t. Xlll, 
1912, avec 44 pi. 



f)8 SAM.r DV COMI'AP.VISOV. 23, 24. 

Au-dessus dn la vitrine, ^rand v;isc peint dr travail persan 
niodnrne. — 1" Céramique primitive, à mamelons et à incisions, 
non i»einte ; vases à déversoir latéral. — 2° Pointes de flèche, lames 
d'obsidienne ; percuteurs ; grandes iuichcs de formes insolites ; 
têtes de massue en pierre ; haches polies ; fusaïoles en argile.^ — 
Objets de cuivre tels que haches plates, petits poignards et poineons; 
pointes de flèche en bronze ; petit ciseau à douille. (Voir, sur les 
silex taillés de Suso, Mi'moires de la Délégation, Recherches archéo- 
logiques,!, VM), 191 ; en général, A. 1902, 487).— 3° Précieuse 
série de tessons peints ; à côté d'ornements géométriques, on voit 
des autruches, un chien courant, un bouquetin, de formes d'ailleurs 
très fortement stylisées. — -J" Objets* provenant des fouilles de 
l'Américain R.Pumpelly à l'oasis d'Anau, Turkestan russe-, poignard, 
faucille, pointe de lance et de flèche en enivre, etc. ; céramique 
peinte très ancienne, rouge et noire, décorée de larges bandes (A. 
1910, 519). 



Vitrine 24. — Civilisations égéenxes. Cette vitrine contient, outre 
une prc'cieuse collection chypriote provenant des fouilles de Cesnola, 
des reproductions, ducs à la maison Gilliéron d'Athènes (1), des 
principaux objets découverts en Crète (fouilles de Sir Arthur Evans 
et d'une mission italienne), à Mycènes (fouilles de Schlicmann 
ctHcTsountas), à V'aphio(f()uilles de Tsountas), etc. Voir l'iussaut', 
Civilisations préhelléniqites, 2'"" édition, 1914, ouvrage auquel je ren- 
voie plus bas sous le nom seul de l'auteur. 

1" CiiKTK. Palais de Cnossos (1800— 1.500 avant .T. C). —Copie 
restituée d'une fresque représentant un taureau en pleine course, 
au-dessus et autour duquel man(euvrent, comme dans une tauro- 
machie, des jeunes gens des deux sexes; ces jeux religieux sont 
sans doute l'orifj^ine de la légende sur le tribut de jeunes gens et de 
jeunes filles exigé d'Athènes par le Minotaure, dieu-taureau de la 
Crète préhistorique (Gisela Richicr, Handbook of classical Collection, 
New- York, p. 2.S). — Tête de taureau en plâtrd peint, de grandeur 
naturelle, fragment d'un très grand relief (.4. 1902, 3S). — Rhyton 
affectant la forme d'une tête de taureau-, stéatite ornée de coquilles 
inerustées (A.191G, 20s).— Un réduit du palais, éveillant l'idéed'une 

(l) Halraiioplnufisrhe Nachhildutxjen Miikeuhcher uiid Kretischer Alterthilmer, 
E . Gilliôron et liU, Athènes, avec 31 iihuichea (publication do l'usine galvanoplastique 
(le (ieislingen, Wurtemberg;. Ces reproductiouâ, seules existantes, sont beaucoup trop 
« arrangées ». 



SALLE DR COMPARAISON, Vl . 



59 



cachette, contenait une série d'objets de cu\te(Annual Brit. Schoolof 
Athens, ]X, 92), à savoir: une croix é(juilatcralc de marbre, de desti- 
nation très discutée (A. 1904, 275); une statuette en faïence dite 
Déesse aux serpents, avec costume singulier (Dussaud, 50) ; une autre 




Fig. à'À. Vitfino il\. -^ Développement de deux vases d'or à reliefs 

trouvés à Yapiiio, Laconie ; 

originaux aii Musée d'Athènes [Rép. des reliefs, II, p. 3i5). 

figurine dite acolyte de la déesse (ihid. 60) ; des robes votives et dos 
ceintures en faïence peintef A. 1904, 270-1). D'autres faïences peintes 
représentent une chèvre sauvage avec ses petits (Dussaud, 63), une 
vache et un veau, des poissons ailés, des coquillages (A. 1904, 281); 
ajoutons deux petits vases de faïence avec anse (A. 1004, 287). — 
Rhyton de calcaire fin, en forme de tête de lionne (A. 1916, 209). — 
Bas-relief de plâtre peint représentant un homme nu portant un 
collier de fleurs de lys, peut-être un fragment de l'ensemble auquel 
appartient la tête de taureau décrite plus haut (A. 1904, 27T). — 
Beaux vases de marbre veiné, ornés avec goût (Dussaud, 54). — 
Grand poids en porphyre (30 mines égalant 29 kilo'*), orné d'un 
poulpe en relief {ibid.,8'6). — Pied de candélabre en porphyre 
rouge (Aymual, IX.fig. .3). — Tiinteau sculpté en pierre d'un gris 
verdâlre (pour les motifs, cf. Porrot-Chipiez, Histoire de Vart, Vf, 
547, 627). 

2" Crète. Palais dd Phaestos (llaghiaTriaJa), — Vase en stéa- 
tite noire orné de reliefs,dit vrt.se ^/e.s iiioissonncurs^ ce sont plutôt les 
apprêts d'un sacrifice. Moulage et développement du relief '^R R. II, 



60 SALLE DE COMPARAISON, 24. 

312, 2). — Autre vase en stéatite avec quatre scènes ornées de reliefs ; 
scènes de luttes et tauromachie (R R. II, 312, 1 ; Dussaud, 07, 68). — ■ 
Autre vase de même matière dit vasede la revue, |iarce que le relief 
semble représenter une inspection militaire (R R. 11, 313). — Disque 
en terre cuite décoré en creux, de chaque côté, d'un grand nombre 
de signes inexpliqu(;s, ayant de l'affinité avec les écrit ures très 
anciennes de l'Asie (Dussaud, 425, 426). — Grand coquillage de 
basalte noir (Dussaud, 54). — Vase noir très oiné ; grande lampe 
à pied avec décoration lotiforme (Dussaud, 54, 116). 

3"CKi!;TE. — Objets originaux rapportes de Tilepar Adolphe Reinach 
(tombé au front en août 1914) : bipenne de cuivre, acquise àllaghios 
Xikolaos ; deux haches polies de ]\Iagaza, Crète orientale; cercle 
de bronze orné, même provenance. 

4" Mycknes. Tombes royales de l'Acropole. — Fragment d'un vase 
d'argent, avec relief représentant le siège d'une ville (R R. II, 
317, 4). — Masque d'or d'un homme barbu, trouvé dans la cinquième 
tombe; c'était peut-être un ornement placé sur la tête du cercueil 
(Dussaud^ 448). — Grand diadème en or trouvé dans la troisième 
tombe (Perrot, VI, 969). — Feuille d'or mince ou bractée représen- 
tant un petit sanctuaire avec une colombe à chaque extrémité du 
toit (Dussaud, 336). — Bractées d'or très richement décorées, ayant 
peut-être été cousues sur les vêtements des défunts (Schliemanii, 
Mycènes, éd. franc., 342-3). — Belle tète de vache en argent ; dans 
le modèle restauré^ une bipenne en or couronne la tête (Perrot, VI, 
821). — ^'ase en or à deux anses ornées de colombes (Dussaud, 147). — 
Coupe en or ornée de rosaces {ibid. 2). — Tasse en or ornée de 
fouilles (Parrot. VI, 902). — Deux petites tasses en or (Dussaud, 
147). — Vase d'albâtre avec anses très ouvragées {ihid. 5.). — 
Parmi les trouvai Iles de Mycènes et de Cnossos (sur la nécropole de C, 
RA. 1908, II, 142), les épées et les poignards tiennent une place impor- 
tante, à cause des comparaisons qu'elles suggèrent avec des 
armes analogues trouvées en Occident (D. II, 211). On a groupé 
ici, sur un i)etit côté de la vitrine, une grande épée dont la 
lame est ornée de chevaux en relief (Cnossos) (Ct les trois célèbres 
jtoiLj'nards de Mycènes, décorés d'admirables incrustations d'or et 
d'argctît : scènes de chasse, lions au {;alop. spirales (Dussaud, 153, 
154 ; I^errot, VI, 782, 784, pi. 17). A ces armes d'apparat s'ajoutent 
un grand sabre de bronze avec anneau de suspension (M. XX, 12), 
un petitsabre avec anneau (originalenvoyé d'Athènesà Napoléon III ) 
uii(> petite épée de type mycénien (original acquis en 1905), enfin 
deux pointes de lance (une originale, acquise comme venant 



SALLE DE COMPARAISON, 2k. 61 

d'Athènes). — Moulage d'un camée d'onyx blancayant appartenu à 
Andrew Lang, sur lequel est grossièrement figurée la Porte des Lions 
de Mycènes; de bons juges ont cru à l'antiquité de cet objet suspect 
(RA. 1906, II, 419). 

5" Vaphio. — Une sépulture à Vapliio près de Sparte, en Laconio, a 
fourni à Tsountas deux tasses d'or qui sont les chefs-d'œuvre de l'art 
grec prololiistorique; les scènes représentées eu relief semblent 
se rapporter à la capture et à l'élevage des taureaux crétois (R A. 
1904, pi. 5; R R. II, 315). 

6" Chypre. — Grâce surtout aux accjuisitions faites à la vente 
Cesnola (mars 1870), le Musée est très riche en spécimens de l'art 
ancien de cette île. — Statuette en pierre représentant un enfant 
accroupi (R S. VI, 2S5, 1), à rapprocher des divinités gauloises 
figurées dans la même posture (plus hauf-, t. I, p. 87). — Bouclier 
d'Idalium, analogue à d'autres trouvés en Italie {Mus.italiano, II, 
97); original au Louvre (Perret, 111,869). — Collection de poignards 
à soie mince, d'un type dit chypriote qui parait s'être propagé 
jusqu'en Bretagne (Dussaud, 260-2G7). — Haches plates et poinçons 
de cuivre; colliers de perles de verre, de serpentine, d'ambre, etc. — 
Riche série de verreries phéniciennes et grecques (pour les types, 
voir S. art. Vitriim). — Statuettes de terre cuite, en particulier une 
Aphrodite nue de style archaïque, portant les deux mains à ses seins. — 
Pccsses-mères ; jolie petite tête de femme voilée, de style grec. — 
Vases peints ornés de grands oiseaux 3in yoI et de svastikas (cro\x 
gammées); ce dernier signe parait aussi à l'intérieur de compartiments 
peints qui décorent la panse d'un vase. — Cruches peintes d'un type 
particulier (Dussaud, 235, 237); petite marmite avec couvercle et 
décor incisé (ibid. 231); cruches fi décor incisé (ilnd. 232) et à relief 
(ibid. 230) — Vases mycéniens trouves à Chypre, sans doute 
importés entre I.jOO et 1100 av. J.-C. (ibid. 240-241). - Vase 
surmonté d'une tête grossière de femme, type que l'on trouve dans 
l'Allemagne du nord, sur le Rhin et même en Amérique. — Vases 
ornés de cercles concentriques et de ch(>vrons. — Grand vase avec 
un cheval de dessin primitif. — Posons et fusaïolcs (Dussaud, 270). — 

7" Provenances diveiîses. — Hache polie en amphibolitc découverte 
pendant la campagne des Dardanelles, dans l'île d'Imbros. — Hache 
polie * en serpentine avec inscription grecque ot représentation rela- 
tive à la religion de Mithra(M. 1876, 538). — Hache polie* en jade, 
transformée en amulette; on y a gravé au iv« siècle après notre ère 
une formule grecque magique; British Muséum (Evans, Ages de la 
pierre, trad. franc., G2). — Vase très curieux à couverte noire, 



62 SALLE DR COMPARAISON, 24-26. 

décoré de si)irales; il se compose de sept petites huttes rondes sur 
une plateforme que supportent quatre pieds. Musée de Munich; 
provenant non d'Albano, comme on l'a cru, mais d'une tombe préhis- 
torique de l'île de Milo (Z E. XI, 214; cf. Perrot, VI^ 910; A7mual 
Brit. School, XIV, 359). — Deux vases de style corinthien, ornés 
de scènes d'animaux. — Coupe grecque à pied ; anc. coll. Fourdri- 
gnier. — Fibule de bronze à grande plaque, d'un type fréquent en 
Grèce seulement (voir S. fig. 2982). — Objets en plomb, en fer, en 
bronze et en terre cuite, provenant des anciennes mines d'argent du 
Laurion, Attiquc. Rem. une plaquede plomb avec reliefs, des pesons 
de métiers, des lampes, un saumon de plomb, un grand vase de 
bron/e (Ardaillon, Mines du Laurion, Paris, 1897). 

Vitrine 25. — Asie-Mineure. On a réuni ici dessiiécimens origi- 
naux provenant des fouilles faites à Troie, 1871-1890 (don de H. 
Schliemann et de Sorlin-Dorigny) et à Yortan, dans l'ancienne 
Mysic, 1900-1901 (touilles P. Gaudin ; voir CA. 1901, 810). La 
colline de Troie (Hissarlik) livra les restes de plusieurs civilisations 
superposées, de l'an 2500 à l'an 1200 avant J.-C. (Perrot et Chipiez, 
Histoire de Vart, t. VI). La nécropole de Yortan, 2000 1500 avant J.-C, 
a donné de nombreuses céramiques, grandes jarres ayant servi 
de sarcophages, vases comparables aux types archaïques de Troie 
et de Chypre, avec décors incisés ou en relief, vases noirs en 
terre fumigée (bucchero) ; on y trouve aussi quelques menus objets 
en cuivre, des fusaïoles et des idoles plates en marbre, du genre 
de celles qui ont été découvertes dans les Cyclades (A . 1894, 111) , 
lieman^uer les fusaïoles ornées de Troie (Perrot, VI, 907) et les 
nombreuses petites haches polies de type globulaire, découvertes 
dans le N. O. de l'Asie Mineure. 

Vitrine 26. — Péninsule balkanique. Au dessus, grands vases 
provenant des tella funéraires de Thrace (1). Cette vitrine contient 
surtout les produits des fouilles faites de 1899 à 1903 par le consul 
Degrand et Seure, membre de l'école d'Athènes, dans les longs 
tumulus en terrasse de la Thrace, en particulier Tell Eatchejf près 
de Vamboli, Tell Metchkur j)rès de Philippopoli, etc. {Bulletin de 
correspondance hellénique, t. XXX, 1906, p. 359-432). Ce sont les 
témoins d'une civilisation de l'âge de la pierre polie et du cuivre où 
la céramique était très développée ; remarquer les fragments de 
grands vases à décor blanc crémeux, ou luisant sur engobe noire 

(1) Le uoiii de tvU n'est pas connu dans le pays ; il est asiatùiue. MM. Degraad 
et SeUre l'ont employi' i)ar analogie, pour distinguer les terrai?ses (moijhili en slave) 
drtu sinjplos tumulus. 



SALLE DE COMPARAISON. 26, 27. 63 

OU brune (HK) et ceux de vases peints en rouge et en blanc avec 
décor grave (E) . L'ornementation curviligne (volutes et spirales) 
s'associe aux motifs en dent de loup, en damier, etc. 11 y a de gros- 
sières figurines en terre cuite représentant des tenimes et des ani- 
maux. Kemarquer encore (F et G) une moitié de masse d'armes en 
marbre tacheté qui rappelle les objets analogues de Babylonie et de 
Snsiane {Bulletin, 1906, 380). — La section G contient des moulages 
d'après des figurines en terre cuite et des tessons de vases décou- 
verts dans la station néolithique de Butmirprès de Serajevo, Bosnie 
(Obermaier,509). La fabrication des fig-urines, toutes féminines, était 
plus avancée là qu'en Thrace, mais soumise aux mêmes influences 
(R M. 1919, 27). La céramique noire rubannée et décorée de spirales 
en relief est d'un grand intérêt et suggère des rapprochements avec 
le style mycénien (A. 1899,579). 

Vitrine 27. — Terramares. Au-dessus de la vitrine, pirogue 
monoxyle * trouvée dans la tourbière de Saint-Jean-des-Bois près 
d'Ivrée, Italie (G. de Mortillet, Promenades, 18). 

Les terramares (de terra marna) sont des monticules arti- 
ficiels, formés de rebuts de cuisine et d'autres déchets, qui 
marquent l'emplacement de villages fortifiés, établis sur 
pilotis, principalement dans l'Italie du nord (Emilie, Par- 
mesan, tîeggianais). Ces stations sont analogues aux palafiltes 
de la Suisse; on a môme supposé qu'elles étaient l'œuvre 
de tribus venues des stations lacustres et cherchant à repro- 
duire, en s'entourant de fossés pleins d'eau, le genre de vie 
auquel elles étaient habituées. La forme des terramares 
est celle d'un trapèze coupé par deux voies orientées, type 
qui a paru comme l'ancêtre du camp romain. Les terra- 
mares de l'Italie appartiennent à la première moitié de l'àge 
du bronze; il n'y a pas de fer. Celles de la Hongrie et sur- 
tout de l'Irlande (crarmogs) sont postérieures. 

W. Helbig, Die ItaJiker in der Pochene, 1879 (voir G. Boissier, Revue des 
Deux Mondes, !«' octobre 1879); D. 11,117; A. l'.lOi', 2(J7; Reoue de Vhist. des relifi. 
1H9C, XXXIV, 33G (travaux de Pigoriiii) ; Peut, Ihe bronze a tid atone a(jes in Itahj. 1909. 

Les poteries et moules d'objets en bronze provenant des 
terramares et réunis ici (originaux ou moulages) prouvent 
que la civilisation des /er/w/iar/ro/c.s se sunisait à elle-même 
et que la fabrication des objets de métal y était fort avancée. 



64 SALLE DE COMPARAISON, 28. 

Un type céramique fréquent est celui de la poterie à an<se 
lunulée, (|ui se trouve encore ailleurs en Italie; il y a aussi 
des vases noirs avec mamelons et petites anses (sur cette 
céramique, voir 0. Montelius, Die vorklasmchc Chronologie 
Jtnliena. Slockhoim.1912, 2G ;G. de Mortillet, Lacroix avant 
le ckràiianisine, Paris, 1866, avec nonibreuses figures). 



Vitrine 28. — L'Ar.R du bronze dans divrks pays d'Europe. 

A. — En liant, grand vase de Serbie avec dôcor incisé ; autre plus 
petit avec décor de même style. Grands vases de Danemark et de 
Hongrie. — Plus bas, crâne* d'un squelette inlmmé à El Argar, 
Espag^ne, dans une urne en terre cuite; ce crâne est entouré d'objets 
de parure (liev. quest. scientif. (>ct. 189,3, p. 556; L. Siret, 
Chronol. et ethnogr. ibériques, t. I, Paris, 1913; cf. M. 1887, 460 ; 
1888,49 ; A. 1907, 172)'. 

B. — Grand bausse-col * de Hongrie ; grande pendeloque * de 
iBême provenance formée de trois doubles enroulements en spirales 
superposées et portant cinq longues chaînes terminées par des 
glands (cf. AHV. H, 11, 1). — l^endeloqucs hongroises, ayant 
fait partie d'un harnachement; brassard * de même provenance 
à extrémités ornées. 

C. — Fragments de vases du type dit de Lusace (voir Schlemm, 
Wôrterh. zur Vorgeschichte^&vi . Lausitzer Gefàsstypus, etRC. 1910, 
448 V 

D. — Gha'Mot votif * trouvé en 1843 dan'^un tumulus de I^eccatel, 
Mecklembourg; musée deSclnverin. Peut-être le taisait-on rouler 
sur du métal pour imiter le bruit de l'orage et obtenir de la pluie 
par magie sympathique (cl. 6. Reinacb, Cultes, t. U, 160). On connaît 
un certain nombre d'objets analogues ( Congrès de Paris, 1867, 
261 ; ZE. 1890, 49; Forrcr, Reallexikon, fig. 485). 

E. — Vase de suspension * danois, avec partie inférieure très 
ornée (Worsaae, Mus. de Copenh. 62, 283 a; cf! AHV, II, 9, 1; 
III, 12, 2.) — Puisoir en or avec manche, trouvé en 1862 dans le 
dép. d'Odense (Madsen, Bronrealdem, Copenh. 1876, II, 25; cf. 
Congr. de Copenh. pi , 21). — Vase de bronze orné*; Danemark. — 
Trois vases en or* du Holstein, avec décoration géométrique; 
muséedeKiel (AHV. III, 11, 1). 

F. — Bande du moyeu * d'une roue et roue * de bronze; Mayence 



SALLE DE COMPAIiAlSOM, 28. 65 

et Munich (cf. AIIV. III, 4, 2). — Casque* du musée national de 
Bavière à Munich (AHV. III, 1, 8, 2). 

G. EspactXE et Portugal. — Haches de bronze, dont deux à 
douille (cf. Curtailhâc, Ages préhist. 230 et suiv.; Congrès de 
Lisbonne, pi. à la p, 3G6). 

H. Italie. — Haches plates et à ailerons. — Deux très 
curieuses haches-marteaux, l'une portant un svastika gravé, l'autre 
un svastika en relief ; provenance incertaine (MP. 1153). — 
Epingles ornées de Peschiera. — Grand poignard orné* et autre 
plus petit* de Fossombrone ; musée de Kouen (types dinsMontelius, 
Civilis. primit, en Italie, Stockholm, 1895 et suiv.). 

I. Hongrie. — ^"ombreuses haches plates à ailerons ou à douille 
(voir tous les types de bronzes hongrois dans Congrès de Pesth, 
1878, t. II, pi. 1 — 127). Noter des types particuliers inconnus en 
France : hache votive en or* (AHV. II, 3, 2) ; hacho d'arme* 
avec bouton triangulaire terminal derrière la douille (AHV. I, 
4,2; II. 3, 2); hache de type rare, comté de Szatmar {GongreSy 
pi. .H2). — Masse de bronze ayant probablement servi d'enclume. 

J. Hongrie (suite). — Epées de bi'onzeà poignée pleine-, la poignée 
de l'une porte des traces de gravure (MP. 908). — Petits poignards et 
pointes de lance. — Faucilles, spirales (garnitures de bras); Hongrie 
et Allemagne du nord. — Grande épingle à tête ornée. — 
Bracelets de bronze gravés ; bracelet en or * terminé par deux 
spirales. — Ornement ajouré * en croissant. — Disque * orné de 
trois mamelons coniques. — Ciseau dont la tète a été écrasée par 
des coups de marteau. 

Voir M. 1SC7, 253 ; 1877,107 avec nombreuses figures. 

K.HoNiiKiE, Bohême, Pologne, etc. — Hache à douille, pointe de 
lance et grande spirale ; Hongrie. — Énorme anneau gravé * (de 
jambe ?) ; musée de Prague. — Extrémité de timon * en forme de 
cygne ; Prague . — Grand anneau * en forme de 8, à rapprocher de 
ceux qui auraient servi à la prestation de serments ou à des 
concours de force (voir l'art. Schicurringe dans le Re.alUdikon de 
Ferrer). — Rasoir *dc forme singulière et grande épingle* ; Breslau. 
— Trois pointes de flèche en bronze ; Pologne. 

Uichly, Du; Bmnzrzeit in ll.rhmen. 1S94 ; A. 1900, 2")ti ; 1;-U7, .■V.17. 

L, Danemark. — Ornement conique,* d'usage inconnu, très 
finement gravé (Worsaae, Musée, 45, 207); hausse-col* ou diadème 
(Madsen, 31) ; grand collier* avec spirales (W. 48, 221) ; fibule 



OC) SALLi: DE GO.MPAHAISOX, 28, 2'.i. 

avec deux disques bombés et ornés (AV. 51, 231) ; braeclet d'or =^ 
ouvert, les deux bouts terminés par des sphères ; torques d'or * à 
crochets dans lequel la torsade change six fois de sens ; autre * où 
la torsade change huit fois (cf. Madsen, I 35 et II, Si); deux grands 
bracelets * de bronze ornés ; grande épée ; épée =•= avec son fourreau 
de bois conservé dans la tourbe (MP. 760, 761); poignard avec 
garde ornée ; pincettes '■■'• (cf. "W. 60) ; rasoirs * ou couteaux, d'un 
type particulier à l'Europe du Nord (AIIV. If, 3, 3 ; A. 1903,673). 

J.J. A. Worsaae, Nordiske Olclsager {vauséede Copenhague), Copenhague, 1859 ; 
A. P. Madsen, Ajbildninrjer af danske Okhager, Copenhague, 187G. 

M. Danemark (suite) et Allemag.ne du nord. — Epées *, poi- 
gnards et pointes de lance (originaux et moulages) ; trois poignards* 
minuscules ; faucilles, moules '•'• de hache. — Haches plates à 
ailerons et à douille ; très grosse hache * ornée de zones gravées. — 
Cinq grands anneaux * gravés, dont trois de Hesse au musée de 
Cassel etdeux au musée d'Altenburg ; le type est celui des anneaux 
dits de serment (cf. plus haut, K, et AI1\'. II, 7, 2 ; IV, 43). 

N. Allemagne. — Série de moules en pierre *de haches, couteaux, 
pointe de flèche, rouelles, etc ; musées de Brandebourg, Hanovre. 
Landshut, Spire (AH V. II, 12, 1). — Huit épées * provenant de 
l'Allemagne de l'Ouest, rive droite du Rhin ; quelques-unes ont été 
trouvées au cours de fouilles dans des tumulus de la forêt de Lorsch 
(musée de Darmstadt) et près de Pleidcsheim iiuusée de Stuttgart). 
La plupart de ces épées sont caractérisées par une poignée pleine, 
surmontée d'un disque évasé et d'un bouton ; l'extrémité supérieure 
de la poignée, d'où se dégage la lame, est une ligne droite inter- 
rompue par un renfoncement triangulaire en demi-cercle ou en fera 
cheval (voir un grand nombre d'épées de bronze provenant d'Alle- 
magne, gravées AHV. I, I, 2 ; I, 3, 3 ; I, 1, 2 ; 1, 8, 23 ; Dan rôm.- 
germ. Centrahaus. ■p\. 47). 

0. — Poignard* orné de très belles gravures, trouvé àMaiersdorf 
près de Vienne (Naue, Vorromische Schicerter, pi. XIX, 2). — 
Série d'épées * des musées de Landshut, Munich, Berne, etc. — 
Deux rasoirs* avec anneaux de suspension ; niuséade Munich (cf. 
AllV. 11,8, 2). 



Vitrine 29. — Chine et Indochine. A-H. Au milieu, grand tambour 
de bronze, coulé^ à cire perdue et ciselé, du sud de la Chine 
(voir Btdl. de VÉcole française d' Ext r. -Orient, 1918) ; alentour, 



SALLE DR C )\I1'\R\I;^()X, 29-:51. 07 

vases grossiers à ornements incisés da Japon (Y(fso) ; noter 
une tasse décorée d'un svastika. — I. Haches et poignards de 
bronze des environs de Luang--Prabang ; mission Pavie. Haches 
de pierre polie, quelques-unes en forme de casse-tête ; deux hame- 
çons de bronze ; Luang-Pjabang. Noter quelques spécimens de 
haches en perre dites e/)at</ees, avec rétrécissement pour l'emman- 
chure, type très fréquent en Indochine et dont on ne trouve les 
analogues que sur le versant ouest de l'Amérique du Sud (M. 1877, 
97, 100; A. 189(3, 556, sur la mission Pavie; 1913, 2S2). — J. 
Très nombreuses haches épaulées et autres à bords droits, parfois 
très longues. — K. Haches polies, droites et épaulées ; bracelets de 
coquilles, fusaïoles et bobines en tez're cuite à ornements incisés ; 
Cambodge. — L. Haches polies, ciseau à pédoncule, polissoir ; île 
de Culao-Rua, sur le Song-Dong-Nai, non loin de Bien-Hoa ; don 
du colonel Grossin. — M. Suite de la même série, entre autres une 
très grande hache à pédoncule. — N. En bas à gauche, deux haches 
polies de la presqu'île de Malacca. En haut à gauche, bracelets de 
bronze de Chéribon, Java, ayant pu servir de monnaie. A droite, 
importante collection d'objets en pierre polie de Java, la plupart 
d'un très beau travail, en jaspe, aphanite, porphyre, calcédoine, 
silex et pétrosilex ; quelques herminettcs atteignent d'énormes 
dimensions (}[. 1869, 454 ; R A. 1869, II, 224). 

0. En haut, céramique gravée à la pointe des kjokkenmod- 
dings du Japon ; au-dessous, tranchets, haches plates, hache en 
jadéite, long instrument en pierre noire (peut-être un polissoir), 
belles pointes de flèche, le tout du Japon (M. 1882, 111. 126 ; Con- 
g t- es de Bruxelles, BS7, pi. 13-17 ; A. 1908, 308; Gordon Muuro, 
Prehistoric Japan, Yokohama, 1911). 

p. Haches polies de la Chine occidentale et du Turkestan chi- 
nois ; plusieurs pièces sont en jadéite ; mission Pelliot (A. 1899, 
379 ; 1911, 82). A gauche, galets travailles par les Aïnos de Yéso, 
recueillis au pied de la montagne de Hakodaté ; fouilles Faurie 
(cf. M. 1878,556). 

Vitrine 30. — Provisoirement inoccupée. 

Vitrine 31. Indonésie, Mickoxésie, MiiLANiisii;. — Au-dessus, 
grossières idoles en bois, plantées au sommet des poteaux de cases 
de chefs et de sorciers ; Nouvelle-Calédonie (voir vitrine 32). — 
Grand et beau bouclier en bois noir garni de coquilles blanches ; 
îles Molluques.— Deux grands arcs et deux grandes lances; Sakayes 
de la presqu'île de Malacca. — Pour le reste de la vitrine, on suit ici 
l'ordre géographique de l'ouest à l'est. 



68 



ALLE Di: CciMPAli VISON. 31. 32. 



Mal.\((>v (.Sakayes). — Sarbacanes ; earc|Uoi? en bois orné pour 
firchos empoisonnées (firi/A'/t Muséum Handhook, 86,89). 

Java. — Importante collection de coupe-tètes, en particulier do 
kriss malais à lames ondulées (cf. sur le kriss, V Internat. Archiu. 
1910, 123; 1913, 129). Quelques-unes de ces armes sont damasquinées 
avec beaucou|> d'art. Il y a aussi des spécimens provenant de 
Bornéo, Timor ctCclèbes. — Ilerminette de fer emmanchée ; une 
autre semblable de Sumatra. — Deux grandes cuillers en bois et en 
noix de coco. 

Célèbls. — Lance à croc avec fer emmanché, arme d'un mon- 
tagnard de l'île . 

MoLLUQUES — Bouclier en l)ois mar([ueté à l'aide de coquilles ; 
objets analogues de la N'^uvelle-Guinée. 

Iles Carolines ou Xoi velles Philipplnes. — Bâtons de chefs et 
javerines en bois. — Grandes herminettes emmanchées en coquille 
de tridacna. 

Iles Salomon. — Belle cuirasse en écorce tressée. 

Iles Gilbert. — Lances de bois munies latéralement de dents 
de scjuales (cf. British Muséum Handhook, 155, 156.) 

Vitrine 32. Australie et Océanie. — Cette grande vitrine 
contient quelques beaux spécimens provenant d'anciennes expé- 
ditions comme celle de Dûment d'Urville (1828), antérieures à 
l'époque où l'on s'est mis à fabriquer des « objets de sauvages »pour 
collectionneurs; malheureusement,la série ethnographique du Louvre, 
longtemps conservée au Musée de Marine, ,est insuffisamment 




534S5 



Fig. 3.3. Vitr. Sa. — Massues en bois ricliement ornées 
des îles Viti, Polynésie (voir British Muséum Handhook, p. 128). 



pourvue de certificats de provenacce. — Au-dessus, des boucliers 
en bois, dont Tun est peint en blanc et en rouge, alternent avec de 
grossières figures en bois de la Nouvelle-Calédonie (voir vitrine 31). 
Sur la partie verticale de la vitrine, dont le fond est formé par 



SALLE DE COMPARAISON, :',2. 09 



des n»ttes polychromes en jonc, écorce battue (tapai, paille et 
[)oil, on a disposé des collections d'armes, boumerangs, lances, 
javelots, arcs, massues, etc. A l'étagère, on trouve surtout les objets 
d'usage et quelques objets de luxe. 

Kenvoyons, une fois pour toutes, à l'excellent Hnndfntoh of the cthnorp-aphical 
■ élections du British Muséum, aux catalogues des musées ctlmogr. de Rome rGiglioli), 
Cologne (Foy) et Berlin (Andrée), ainsi qu'à Ratzcl, Vt^lkerkunde , 2» éd., 2 vol., 
Leipzig et Vienne. 1894 (lieaucoup de gravures). 

Australie (peu d'objets de provenance certaine). — Haches gros- 
sières en pierre, emmanchées avec de la résine ; manches de haclie 
en bois replié; lances, boumerangs, massues, propulseurs, bou- 
cliers éta'oits. Sacs tressés en paille, colorée diversement. — Les 
Australiens ne connaissaient ni la poterie ni l'arc. 

Sur les boumerangs ou bâtons courbés servant d'armes de jet, KA. 1007, I, .S-l") ; 
M. 1886 ,4U3. — On a découvert dans l'outillage ijuaternaire européen des propul- 
seurs en os ; cf. RA. 1911, I, 404. 

Tasmanie. — Outils primitifs en pierre éclatée, donnés par le 
professeur Edw. Tylor d'Oxford. On a prétendu assimiler ces 
outils aux éolithes ou aux silex moustériens (A . 1908, 645 ; 1910, 
596; 1911, 604; 1912, 458; 1913, 510). 

DÉTROIT deTorrès. — Collier formé de deux grandes coquilles. 

Mélanésie. — Ilesdel'AmirmUé.Tvànchei en obsidienne (que l'on 
tfouve dans ces iles), avec manche de bois revêtu de résine. — 
Nouvelle- Cal édonie et îles voisines (Loyalty, etc.) Kiche collection 
de figures en bois ayant orné les sommets de cases de chefs 
et de sorciers. Grand disque en jade emmanché dans du bois recou- 
vert de poils de roussette (cf. Handbook, fig. 102). — Série de 
haches polies en jade; haches emmanchées dans du bois fendu ; 
lances en bambou avec pointes de bois barbelées ; grande variété 
de casse-tête et massues de bois, p. ex. avec base du manche garnie 
de poils, avec gravures au sommet, ornements incisés et blanchis, 
avec cercle d'arrêt à la poignée [Muséum Journal, 1911, 78) ; 
balles de fronde en pierre et en stéatite ; propulseurs en corde 
tressée pour lancer des javelots; grands vases faits à la main, quel- 
ques-uns vernissés à la résine ; boites à bétel faites de bambou 
gravé; ceinture de femme en poil de roussette. — Nouvelle- Guinée. 
Petites idoles en bois, quelquefois portées au cou par les naturels; 
remarquer (56127) une femme nue. — Coquilles à bords tran- 
chants, emmanchées en haches ; lance en bois ornée d'une toufle 
de plumes noires ; arcs et flèches en bois, dont une avec pointe eu 



S\LM-: DlC rOMl'AliAlSOX. 32, 



os, d'autres barbelées. — Grands hamcf-ons en os et en écaille. — 
Nattes et manteaux d'écorce de vacona. — Bonnet en bois, tressé, 
garni de coquillages; bracelets en paille tressée; colliers de disques 
en nacre, cassis, cymbium, aussi en coquilles montées sur cuir; 
ba2;ue en stéatite ; ornements en bois pour cheveux; collection de 
peignes en bois ; sifflets et flageolet en bois ; chevets en bois pour 
chefs, luQ avec deux tries grossièrement sculptées (56 142). 

N'ouvelles Hébrides {HI allicolo cic.) — Grand masque de céré- 
monie, fait do bois et de toile d'araignée. — Haches coudées, de 
bois et <U fridacna; arcs et flèches; bracelet en bois pour tendre 
la corde de l'arc; carquois en bambou; lances et javelots; nattes en 
jonc, ceintures en écorce ; noix de coco avec corde et filet pour 
porter de l'eau; gongs en coquille; biacclets de nacre, d'écaillé de 
tortue, de bois, brodé de perles de couleur européennes sur fil 
indigène; colliers en rondelles de coquilles ; hausse-col en coquilles 
de pintadine ; boucles d'oreilles en écaille; peignes en bois très 
ouvragés avec panache de plumes blanches. — Flû^e de bambou; 
sceptre de bois. — Nouvelle Irlande. Dent de hahiroussa portée 
comme ornement ; autre ornement pour passer dans le nez; sabre 
en bois de fer. — Iles Salomon (entre autres Bougainville). Toute 
petite statuette en bois sculpté, trouvée dans une boîte à bétel 
(■JOITI). — Casse-tète en bois et en pierre, très variés, quelques- 
uns triangulaires ou plats; lances en bambou et bois avec barbe- 
lures, parfois gravées et peintes; boucliers. — Ligne de pêche; 
cordonnets pour lignes; joies l)oîtes à bétel en bambou gravé; 
bracelets d'écorce, colliers àe tridacna, d'écaillé, de paille rouge; 
ornements pour le front en coquilles, avec transparent en écaille ; 
autres en tresse rouge ; fourchette bifide en bois, ornement de 
chevelure ; bracelets en rondelles de co(|uilleS' blanches, noires 
et rouges; tresse en paille rouge avec grand ornement en tridacna 
de forme triangulaire, dentelé; rubans en écorce tressée; paquet 
de tresses rouges. 

Ile Trobn'and (est de la Nou\ olle-Guinée). — Petit ciseau pour 
graver sur Ixiis, tiré d'une défense de sanglier {sus papuensis). 

MicuoNÉsiE. — Iles Carolines. Grandes lances et casse-tête. 

Polynésie. — lies Marquises. Lances et javelots. — Nouvelle- 
Zélande. Lances, casse-tète. — Samoa, Paniers en joiic tressé. — 
Sdudnicli ou Ihnoaii. Flèches de bois ; bracelet d'homme fait d'une 
défense de sanglier. 

Ile Tonya ou de.s Amis {Tougatahou et autres). — Casse-têtes 



SAI.I.E riF, COMPARAISON, 32. 



variés ; sceptre de chef; garde-vue (?) en paille et écaille ; chevets 
en bois; plat à kava en bois, avec quatre pieds ; vase en bois 
peint à la colle et verni ; hameçons en écaille. — Instrument à 
tatouer, bois coudé armé d'une dent de requin ; série de peignes en 
bois; flûtesdePan, l'une grande, lautre'petite. — On remarquera que 
les Polynésiens, bien que plus civi- 
lises que les autres insulaires du 
Pacifique, ne connaissaient ni la 
poterie ni l'usage de l'arc (sauf 
a|)ports récents). 

Ile Vanikoro ou Manicolo ou de la 
Pérouse (La Pérouse y fit naufrage 
et y périt en 1788), dans l'archipel de 
Santa-Cruz ou de la Reine Charlotte. 
Sceptre en bois avec serpent en 
relief, décor noir et rouge; haches 
coudées; plat rond en bois, avec 
manche, pour le tatouage (?). — 
Boîte à bétel avec dessins pyro- 
gravés ; collier et bracelets en 
coquilles. 

Iles Viti ovi Fidji. — Haches de 
pierre emmanchées ; grande lance 
en bois très ornée, décorée de 
fragments de coquilles ; grandes 
lances avec pointes sculptées et 
barbelures ; grande lance à quatre 
pointes en éventail. — Importante 
série de casse-tétcs en bois, de 
formes et de décorations variées ; 
gravés de haut en bas, ornés de 
coquilles, à sommets sculptés, re- 
courbés avec pommeaux hérissés de 
pointes et manches enveloppés d'é- 
corce, triangulaires, à pommeau 
Cf>nique, en forme de rame avec 

une arête saillante ornée de gravures; ,,-• 5, ,-., o.. „ , , 

° ' l'ig. oa. Vilr. 00. — Hache de 

petits casse-téte à pomme ornée ou cérémonie en jadéilc, montée sur 

lisse (Handhook. fig. 106). — Bou- ""C tourelle en bois Irés ornée; 

,. ^,, . 1 • -3 Archipel Cook (lies IIcr\cv), Pol Y- 

chers. — Chevet en bois orne de ,,é,w. \-o\r Brit.}lusrum Ihmdboolc, 
coquilles découpées. — Plats en bois i>. 17}. 




72 SALLR DK COMPARAISON, 32, 33. 

Çravé ; vase à kara en hois, avec pictls ; cuillers en bois et en 
co([uilles. — Colliers en co(iuilles. nacre, mâchoire de chauve-sourrs, 
rondelles de coco. — Belle série de bracelets en coquille et en 
écaille; peignes en bois. 

Vitrine 33. — Polynésii: (suite). Les objets les plus intéressants 
sont les casse-tête en bois, ornés de fines sculptures ; d'admirables 
broches en jade de la Nouvelle-Zélande; des hermi nettes emman- 
chées, surmontant des tourelles de bois ajour('', provenant de l'ar- 
chipel Cook. Signalons encore (à droite) de curieuses idoles en bois 
de l'île (iambieret de l'île de Pâques. 

Comme dans la vitrine 'à'I. il y a ici des objets importants venus du I^ouvre sans 
certificat d'origine. Les objets d'etbnograpbie ont été longtemps des « curiosités » 
c'est seulement vers le i«ilieu du XIX* siècle qu'.jn a compris la nécessité de déterminer 
leur provenance avec rigueur. 

Archipel Cook {Mangia ou Hervey) — Haches ou herminettes 
emmanchées, génér-alement en jade, surmontant des tourillons 
cannés, sculptés à jour; ce sont des objets de culte (cf. Eandhook, 
fig. 9). On leur a souvent assigné des provenances fausses, celle des 
îles ondes spécimens avaient été acquis par des navigateurs, Mar- 
quises, Nouvelle-Zélande, lies de la Société, etc. 

Archipel Gambier . — Idole en bois du dieu Rao('?). 

Iles Marquises [Archipel de Mendana ou de Noukahivà). — Sceptre 
en os sculpté; bâton d'une grande prêtresse; casse-têtes sculptés 
avec indication d'une tète humame au sommet. — Peigne en bois; 
plaques de bois servant, dit-on, d'ornements de c"hevelures; éven- 
tails en écorce tressée, l'un avec un manche d'os très ouvragé; trois 
boîtes à bétel ornées en pyrogravure; grande et fine natte en écorce 
(tapa), objet qui vient peut-être de Samoa. 

Nouvelle-Zélande. — Deux idoles en jade sculpté, d'un travail 
très fin, accompagnées de trois pendeloques en jade et en os; 
petite idole ou amulette en bois, très décorée. — Énorme hache 
polie en ])ierre noire; très belles haches de cérémonie, plates, 
en jade, en os de squales (une dou/aiiie de spécimens); disque 
perforé en pierre polie. — Très grande lance en bois sculpté, avec 
fines barbelures, objet de cérémonie et non d'usage ; casse-tête 
variés avec sculptures et gravures, souvent en forme de pagaies; 
grandes lances ; rames en côte de baleine ; séries de hameçons 
en écaille, en os et en bois; fronde en fil de cao; trois fiûtes, 
dont une grande ornée de sculptures, entre autres d'une tête 
avec des yeux marqués par des fragments de coquilles. [— Grande 



SALLE DE COMPARAISON, 33. 



73 



ocope en bois sculpté; boite en forme de pirogue avec couvercle, 
sculptée et peinte en rouge; petit entonnoir en bois très ouvrage 
(cf. Muséum Journal, 1911, 30) ; grandes épingles en os avec trou 
de suspension à une extrémité ; aiguille en bois, bifide à cliaque 
extrémité, pour faire le filet ; ornement de 
nez (?) composé de petites dents. — Belle 
natte tressée en phormimn tenax. 

lie de Pâques ou Rapav,ui{cî. RA. 1920, 1, 378). 
— Deux idoles masculines en bois, très sem- 
blables à celles du Musée britannique (Handbook, 
fig. 147); idole féminine nue, dans l'attitude de 
la \'énus pudique ; petite idole en lave (prove- 
nance incertaine). — Deux pointes de lance à 
pédoncule, en obsidienne ; deux hameçons en 
os humains. 

Archipel Pomototi on Dangereuo- . — Grande 
pagaie . 

Iles Samoa ou des Navigateurs . — Lances 
barbelées ; casse-tête ornés, à tête évasée, à 
tête sculptée, avec dentelures en scie, en forme 
de pagaie. 

Iles Sandwich ou Haïrait. — Hache en pierre 
noire, avec manche en bois recourbé; bâton de 
chef avec manche d'o.s et d'écaillé et plumet 
noir à la partie supérieure; instrument en })ois, 
en forme de peigne, pour dessiner les étoffes 
d'écorce (?); éventail de jonc. 

Archipel de Tahiti ou de La Société. — Chevet 
de bois ; écope en bois sculptée en creux et 
en relief; prétendus battoirs en bois orné; 
râpe en bois couAcrtc de peau de requin ; chasse- 
mouches avec manche en bois sculpté en forme 
d'idole; étoffe d'écorce comprimée (tapa). 

Iles Tonga ou des Amis — Grand sceptre 
bifide ; grande lance en bois; grand plat à 
fruits. 

Parmi les objets sans jn-ovenance précise, 
signalons une hache de cérémonie en sciiiste l'"'K- ■^■^- <'i'i;'i"' ^^^■ 

,, ... ,,, — Grande idnU; de 

noir surmontée dune grossière image d nomme i,qj^ j|,.^ (Jambier, 

accroupi . Polym-sic. 



7'i 



SAl.LK DE COMPAKAISON, 3'4, ?,i\ . 



Groupe 34. — Orands monuments de l'Océame. Iles Carolines. 
Grands vases en bois verni rouge ; grand plat à kava en bois verni. — 
Jles Gambier. Grand tambour de cérémonie en bois et peau. — 
Iles Marquises. Autre tambour; très jurande tige de bois sculptée 
avec une tête à chaque extrémité, ayant été susjiendue horizon- 
talement au toit d'une case pour y sujiporter des vêtements. — 
Nourdle-Calédonie. Pierres sculptées provenant de Nouaïlou; l'une 
d'elles porte en relief l'image d'un lézard (autrefois dans les fossés). 
— Très trrandes idoles de bois; la plus grande, vide à l'intérieur 




Fig. 36. (iroupe 34. — (îrand vase à hnva, 
en liois iiKTiistô flo tesl de cofinillci ; IIps Salonion. Mélanésie. 

et formant comme un tambour, i)rovient des //e.9 Gamhier -, elle a 
les yeux peints. — Idoles néo-calédoniennes ayant couronné des 
cases. — Nouvelle-Guinée. Grand vase en bois verni rouge. — Iles 
Salonion. Grand vase à kava en bois, en forme de barque, incrusté 
de test de coquilles. — Tahiti. Grand tambour de cérémonie, avec 
caisse sculptée, en bni.s et peau de requin, accompagné de deux 
baguettes, — Jles Toiuja . plat à kava avec quatre pieds. — Ile-f 
Viti ou Fidji. Grand ])lat à kava avec trois pieds. 

Vitrine 35 (non i/isiallée). — On y placera des spécimens de 
l'âge de la pierre en Nouvelle-Calédonie. 



Vitrine 36. — Bkésii, et pays voisins. Haches polies, générale- 
ment globulaires, mais de formes analogues à celles de l'Europe, 
du Brésil et delà (Uiyane ; haches du Venezuela, dont une avec 
encoches latérales, de type particulier(A. 1917, 406) ; belles pointes 
de flèche detumulus de Patagonie (M. 1884, 50 ; A. 1908, 637). — 
Vasesvernissésenjaune.coloriésenrouge etviolet-, Brésil, Amazone; 



SAI.l.K liK COMPAIIAISON, SÔ-^l 



jatte vernissée peinte en jaune et noir, de même provenance. — 
Terre cuite sculptée (bélier et serpent ?) et tète grossière ; Brésil, 
Amazone. — Fusaïole avec reliefs dite pintadera, pour imprimer 
des dessins sur la peau; Colombie {Revue d'anthrop. 1889, 593, 598; 
A. 1902, 90). — Corbeilles, paniers et boîtes en jonc, coloriés de 
noir ; Guyane et Brésil. — Tunique à dessins violacés ; Brésil, île 
Marajo. — Grande râpe ou égrugeoir à manioc, en bois, avec déco- 
ration de grecques ; Guyane. 

Vitrine 37 (suite de la précédente). — Casse-tête en forme de 
sabre ; Brésil, — ( rrand objet en bois ayant la forme d'une double 
rame; Paraguay. — Arcs du Brésil, du Chili et du Chaco para- 
guayien, deux de ces derniers avec un revêtement d'écorcc tressée 
dessinant des motifs en jaune et noir. 

Cadre 38. — Non installé. 

Vitrine 39 . — Amérique du sud. Cette vitrine contient surtout 
des objets provenant de la vaste nécropole péruvienne d'Ancon près 
de Callao ; grâce à plusieurs donations, le Musée en possède un 
grand nombre (voir en dernier lieu P. Berthon, Le précolombien du 
Bas-Pérou, in Arch. des Miss. 1911, fasc. 4. p. 54 sq.). 

Cimetière d'Ancon. Belle pointe de flèche ; casse-tête en pierre 
de forme étoilée. — Petits racloirs, pincettes, disques, épingles, 
cure-oreilles en cuivre ou en bronze. — Calebasses contenant des 
provisions. — Flûte ou flageolet en os humain ; poinçons en os. — 
Double spatule, cuillers, peignes, poinçons, fuseaux en bois, ces 
derniers avec pesons en bois, en argile ou en pierre ; paquets 
d'épingles en bois ; boite en jonc avec décor étoile et ajouré, conte- 
nant des épingles en bois. 

Pérou, sans provenance précise. Vase en stéatite ayant la forme 
d'un animal. 

Éiiuafeur. Jlartxîau, casse-tête en pierre à deux oreillettes et 
hache de bronze évasée. 

Colombie, Deux haches polies ; pierre de fronde. 

Argent/ne. Hache polie en schiste. 

Cadre 40. — Non installé. 

Au-dessus, deux fragments de stèles en pierre basaltique de 
l'Equateur, le plus important gravé dans Beuchat, Mamiel d^ arche ol. 
américaine, fig. 196. 

Vitrine 41. — A.mérique du sud (suite). 7>re.s77.Cassc-tèes plats ou 
en forme de rames, ornés de gravures rehaussées de blanc, quelques- 
unes figurant des personnages ; province de Branco. — C'asse-tête 



7fi 



S\r.l.i: DE COMPARAISON, /Jt-'ll'. 



en forme de spatule ornés de gravures. — Sarbacane, arc, flèche 
en roseau, javelot barbelé. — Instrument de musique eu boiç : 
calebasse avec quatre fentes, surmontée d'une touffe de plumes de 
perroquet. — Guyane. Casse-tête en bois (objet de cérémonie), 
orné d'élytres de scarabées. — Pérou. Deux casse-téte de Cuzco, 
l'un orné d'une croix de Saint-André gravée en creux. 

Vitrine 42. — Péhou. Importante collection de poteries péru- 
viennes appartenant aux différentes variétés (blancbes et rouges, 
noires, tricolores, grises) ; voir Hamy. Galerie américaine du Tro- 
cadéro, pi. 42 et suiv.; Beuchat, Manuel, 674, et pour des rcprod. en 
couleur, le mémoire cité de Berthon (vitrine 39), La plupart de 




l'If,'. 37. Vilr. 43. — CLTaiiiirjiic noire oriirc Hii I^crou. 

ces poteries sont venues du Louvre, où elles avaient été oubliées 
dans une des écuries de Napoléon III (A. de Longpérier, Notice 
des monuments exposes dans ta salle des antiquités américaines, 1850, 
p. 87 et suiv.) ; d'autres ont été données par J. de Morgan. 

Parmi les poteries noires, il y a des vases imitant des formes 



^ALLE DE COMPARAISON, i2-4'l . 77 

humaines, hommes debout avec grands ornements do têt-e, enfants 
acci'oupis ; un plus grand nombre imitent des formes animales, 
oiseaux, poissons, tortues, crocodiles ; des vases ornés de têtes 
humaines, des vases en trépied, des vases à étrier, des vases à 
double récipient parfois terminés par une tête d'animal ouunc figure 
(Nadaillac, Amérique préhistorique, fig. 189). Parmi les poteries poly- 
chromes, il y a des vases à têtes et en forme de figurines. — Sta- 
tuettes péruviennes en terre cuite, dont une de grande dimension. 

Au-dessous, un mortier en pierre avec pilon de Californie ; deux 
grands vases en terre de l'Equateur. 

Dans un coin de la vitrine, curieux tessons de poterie poly- 
chrome du Honduras. 

Vitrine 43. — Antilles et Pueblos (Arizona et Californie). — 
Antilles. Collection considérable (originaux et moulages) de haches 
caraïbes, principalement de La Guadeloupe, présentant les types à 
gorge^ à épaules arrondies, àboutuu ; quelques-unes ont des formes 
européennes. Casse-tête caraïbe en forme de crosse. Haches polies 
avec masque humain sur le plat (Bouchât, J/aîiweZ, 521). Masque 
humain au revers d'un broyeur; Antilles. — Deux singuliers objets, 
ressemblant à des haches emmanchées où hache et manche sont 
également en piorro, avec tête grotes^iue avoisinant le manche, ont 
été déposés parle Cabinet dos Médailles, sans indication de prove- 
nance ; s'ils sont authentiques, ils doivent être caraïbes. — Chevet 
en pierre ; La Guadeloupe. —Tête sculptée on pierre de travail 
caraïbe ; La Martinique. — Amulettes caraïbes ; La Guadeloupe (sur 
les antiquités caraïbes, voir Joyce, Journ. anthrop. Inst. 1907, 
p. 402 sq., pi. 48- 56). 

Zunis (monts). Trois figurines grotesques en terre micacée ; 
l'une est féminine. Tasses peintes, poterie blanche vernissée et 
dessins noirs ; plat vernissé à dessins bleus ; poterie noire verRissée ; 
grand vase vernissé bleu et rouge du pueblo de Lagunas. 

Vitrine 44. — Ouest des États-Unis et Mexique. Pilons ou haches 
à bouton de Californie ; grosses h;iches et longs pilons de même 
provenance. — Pierres avec rainures pour attaches ; pierres si)héri- 
ques percées de part en part, ou avec dépression circulaire à lasurface. 
Pointes d'épieu et de flèches en obsidienne et en silex ; Californie 
et environs de Saint-Louis, Missouri. — Trois flèches en jonc 
avec pointes en obsidienne ; Californie. — Grande cuiller * en 
pierre rouge et collier de coquilles marines; Californie. — Broyeurs 
en forme de doigts ; grands instruments (lissoirs V) en côtes de 
cétacés. — Une carte manuscrite, par Beuchat, du versant paci- 






7s >\M.i-: ui: coMi'AnAisoN. 'j'i-'is. 

fique des États-Unis et du grand plateau, donne Tindication et le 
classement des tiouvailles (voir Clark AVissler, The American Indian, 
New- York, 1917, avec nombreuses tig.)- 

La partie inférieure de la vitrine est réservée au Mexique. 
Remarquer six reproductions en cire de curieux masquas de 
jadéite ; musée de Mexico. — Statuette * en terre cuite ; musée de 
Nevers. — Haches doubles à gorge de l'Arizona ; série de pointes, 
grattoirs, couteaux et nucleus en obsidienne ; fusaïoles ornéi s ; 
os humains * avec entailles et gravures ; poinçon en'os humain. 

Cadre 45. — Coquille percée, pointes de ïlèche en silex et en obsi- 
dienne provenant de tumulus près du grand lac Salé, Utah ; mission 
de L. Simonin. — Belles pointes de flèche d'Arkansas, Caroline du 
Nord, Géorgie, Texas, Virginie. — Une carte manuscrite, par 
Beuchat, indique les noms et les emplacements des anciennes 
tribus indiennes des Etats-Unis. 

Vitrine 46 (plate). — Percuteurs et outils perforés de Californie ; 
vases en pierre et enstéatite ; mortiers ; galets creusés. — Fragments 
de poteries ornées des tumulus de l'Utah ; poterie peinte ou gravée 
des mounds (tumulus) de l'Arizona . — Céramique grossière de Mound- 
City, près de Memphis, Tennessee, ainsi que de l'Ohio, de Pensyl- 
vanic, etc. 

Au-dessus de cette vitrine, des deux côtés de la fenêtre, 
gravures coloriées montrant comment les Indiens de l'Utah 
broyaient le grain (mission de L. Simonin i. On compi'end par 
là l'usage des broyeurs et meules dormantes de la salle II . 

Cadre 47. — Belle série de pointes de flèche en silex, avec ou sans 
pédoncules, provenant de Kentucky, Illinois, Ohio, Tennessee, etc., 
mais surtout de la vallée dn Mississipi . 

Vitrine 48 . — AsiKRurJE du nokd, versant okientàl. Au milieu, 
carte manuscrite, dessinée par Beuchat, des monuments et des 
trouvailles de cette région (voir Nadaillac, L'Amérique préhisto- 
rique, Paris, 1883; M. 1884, 433, etc.). — Haches éclatées présen- 
tant l'aspect des haches quaternaires européennes, sans que l'on 
puisse, vu l'absence de faune concomitante, affirmer sans réserve 
leur très haute antiquité ; Ohio, Massachussetts, New-Jersey (voir 
A. 1898, ôl; 1901, 300; 1914, 557). Les haches très grossièrement 
taillées rappellent des dos de tortues, turtle hacks. — Haches 
polies un peu globulaires : New- Jersey, Pensylvanie, Ohio. — 
Haches à gorge: Ncw-Jcrsey, Ohio, Virginie. — Haches ébauchées: 
Illinois, Tennessee. 

W.H. Ilulmes, Uamlhoûk rj Amer, antiquities, t. I, Washington, 1919. 



SALLE DE COMPAH VIîîON, ^8-7) { . 7'.» 

Grandes pointes de lance '■' taillées à petit éclats: Illinois, Ohio, 
Tennessee. — Belle collection de pointes de tièche et de lance: 
Dacotah, Illinois, Kentucky, Ohio, Pensylvanie, Tennessee, 
"Wisconsin. — Grattoii-s, dont un bon exemplaire double ; casse- 
tête en grès, percuteurs, nucleus et petits outils en roches sili- 
ceuses rouges de rOhio. — Broy.eur en quartz ; moule à main des 
Osages ; Jefterson-Oity. — Petit polissoir de schiste; Obio. — 
Broyeurs et pilons; Ohio, Pensylvanie. — Pierre sphérique avec 
cavité; Californie. — Grand disque en grès fin ; Pensylvanie. — 
Pierre sphérique perforée; Virginie. — Singuliers objets* ressem- 
blant à des marteaux à douille, mais qui ont sans doute servi 
d'insignes; New-Jersey, Ohio. — Pipes* en pierre. — Objet poli 
avec trou de suspension, orné de gravures géométriques en 
pointillé. — Coquille trouée, poinçon et gouge en os; Ohio. 

Vitrine 49 . — Poteries grises de rAméri(|ue du Nord; un spé- 
cimen remarquable est en forme de personnage accroupi. Fouilles 
de Paradis, artiste peintre, à Mound-City en face de ]Memphis. 

Vitrine 50. — Nouu de l'Amériqll. Une carte ethnographique et 
archéologique de ces régions, dressée par Beuchat, distingue les 
domaines des Esc^uimaux, des Athabascans, des Algonquins, des 
Indiens Sioux et Iroquois, etc. 

Haches des Esquimaux; casse-tête en forme de crosse de bois 
des Sioux; fowiaAouV»; indien, en bois et en fer; calumet ou pipe en 
catlinite (marbre rouge); ceinture en peau, brodée de perles de cou- 
leur; casse-tête en pierre noire, do Vancouver; hache en pierre 
unie du Groenland. — Série de grandes flèches munies de pointes 
barbelées en os. — Pipe des Indiens Naas, en basalte sculpté, d'un 
style qui rappelle celui d'objets sil)ériens. — Cylindre en os esqui- 
mau, avec rennes gravés. — Appareil en bois pour protéger la vue 
contre la neige, dit œil de Cyclope; Canada. — Riche série de 
pointes de flèche, de harpons en os et de petits silex taillés du Groen- 
land (doubles du Mu.sée ethnographique de Copenhague, 18t!9). 
— Modèle d'un bateau esquimau, servant à la chasse au phoque 
(voir Wissler, American Indian, 42). — Objet en bois de renne* dit 
pogamogan, de la région delà rivière Mackenzie, qu'on a rapproché 
auti-efois des hâtona de commandement de l'âge du renne en Europe 
(Lartet et Christy, Reliquiœ aquitanicss, p. .37, 40, 51). 

A droite de la vitrine, grande lance munie d'un flotteur et dune 
pointe dentelée en os de baleine; île Kodiak, Alaska. 

51. Socle. — Très grand vase en terre rouge provenant du 
Sahara soudanais; Sumpi, Moyen-Niger (ô7173). 



sALi.E i)i; cd.Mi'AiiArsoN. r)2-r)H. 



Vitrine 52. — Destinée aux objets de Vnge du fer en Inde; non, 
instalh'-e . 

Vitrine 53. — Objets sibéi'iens; îio?< installée. 
Cadre 54 — Vide. 



Vitrine 55. — A(;n dk la i>ii:ure folie em Russie. Collection 
oon.'<i(léra))le d'originaux et de iiKJulages. Mâches en pierre polie; 
outils en forme d'enibouchoirs; pics et marteaux à ailettes; mar- 
teaux à ornements plastiques du gouvernement d'Olonetz; haches- 
marteaux d'Ekaterinoslav, Nijni, Vitebsk; g-ouges et ciseaux en 
eui)hoti(le et diorite ; haches à rainure et à gorge ; grand marteau- 
pic en diorite avec gorge, des salines d'Erivan; pierres à aiguiser. 

M. 18G7, 309; A. 1892, 602 ; 1894, 71 ; 1897, 375; 1904, .351 ; BSA. 1893, 702; 
18'.»."), IK;, 297; 19ùO, 322; Congrès préhistorique de Lons-le-Saunier, 1913,835. 

Cadre 5§. — Inoccupé. 

Vitrine 57. — Nombreux fragments de poteries néolithiques ornées 
en cïeux, en pointillé et d'incisions rectilignes, provenant des envi- 
rons d'Ekaterinbourg, gouv. à.v Perm (type dit de Palkino). Collec- 
tion J. de Baye. Voiries spécimens gravés ZE. 1905, oô8. 

Vitrine 58. — Suite des séries de Russie (originaux et moulages; 
la plupiirt des originaux sont des dons de J. de Baye). — Silex et 
tessons ornés de Bologoï, gouv. de Novgorod ; quelques-uns des 
silex sont minuscules {Congrès de Paris, iséo, 220). — Nom- 
breuse série de petits silex, pointes de flèches, grattoirs. — Silex 
et poteiies des kourganes de Sméla, gouv. de Kiev. — Haches 
à douille et à ailerons*, notamment une curieuse hache * à tête de 
sanglier (Antiq. de ht Russie mérid. 409). — Poignards de bronze à 
manche ajouré, de type sibérien ; poignard à douille et pointe de 
lance des environs d'Ekaterinbourg; épée de bronze à poignée 
plate, de type européen. — Poignards de fer à antennes enrou- 
lées. — Poteries ornées, notamment des fragments d'un vase à décor 
géométrique, tiré d'un kourgane de la fin de l'âge du bronze ; vase 
à décor incisé d'un kourgane de l'Oural ; nombreux tessons des 
gouv. de Kharkov, de Kiev, des environs de Smolensk et des 
tumulus de Tauride (RA. 1873, T, 202) ; godet de cette pro- 
venance contenant de l'ocre rouge. — Céramique grossière d'Ana- 
nino, gouv. île Viatka . — Grands vases de Djônu, Caucase ; autres, 
provenant d'une mission d'Ernest llamy, région de Moscou. — Sur 



SALLE DE COMPARAISON, .ÏS-'iy . 81 

le devant, instrument de musique des Ostiaks, espè -e de harpe dite 
torop . 

Vitrine 59. — Suite des séries de Eissie (deuxième âge du ter). 
Objets trouvés au cours de fouilles à Mouranka, gouv, de Simbirsk, 
et dans les tumulus d'Ofaetf, district de Krasuoslobodsk, gouv . de 
Pensa. Vases, fusaïoles, pendeloques diverses en bronze et en argent; 
tresses de cheveux cerclées d'armatures de bronze, conservées dans 
une gaine de bois doublco d"6toiïe (HA. 1890,1,347). — l'ointes 
de flèche triangulaires en bron^.e, quelques-unes encore em- 
manchées, des environs de Kiev ; fragments de cuirasse à écailles 
et de cotte de mailles en fer ; ornements d'oreille en bronze de Spas, 
env. de Moscou; armes de fer. — Grande plaque de bronze * 
en forme d'aigle au vol et grande fibule * du Caucase. — Le bas de 
la vitrine est occupé par des galvanos de magnifiques objets de 
style grec ou gréco-scythique découverts dans les tumulus de la 
Kussie méridionale, à savoir : 

Masque en or d'un tumulus de Kertch, ancienne Panticapée 
(Kondakof, Tolstoï et S. Ivcinach, Antiq. de la Russie méridionale, 
ûg. 94 ) ; cerf en or de style gréco- scythique, couvert de gravures 
représentant d'autres animaux (ibid. fig. 268) ; tiare en or pesant 
800 gr. déc(juverte dans le tumulus d'Ak])Ouroun près de Kertch 
(ibid. ûg. 56); plaque en or ay.vnt décoré un carquois du tumulus de 
Tchertomlitsk (Nicopol), avec l'histoire d'Achille à Scyros(RR. ITI, 
497, 1) ; plaque de fourreau en or, du même tumulus, sur laquelle 
est figurée une bataille de Grecs et de Scythes (R H. 111, 497, 3 ); 
vase d'argent découvert dans le gouv. de Perm, où l'on voit un 
aigle posé sur un quadrupède ; vase d'argent découvert dans le 
Caucase, orné de l'admirable figure d'une Néréide sur un monstre 
raarin (RR. 111, 482. 2). Les originaux de tous ces objets étaient 
en 1914 à l'Ermitage de l'étrograd. 

L'établissement de colons et d'artistes grecs sm- le rivage 
nord de la Mer Noire, en particulier dans le liosphore 
cimniérien, exerça une grande inlluence non seulement sur 
le sud de la Russie, mais sur llùirope centrale, devenue 
ainsi accessible, même dans les régions de l'est et du 
nord-est, aux ralïinements de l'art helléniiiue. C'est là que 
se forma, vers le h« siècle après J.-C, un art mi-grec, 
mi-persan ou scythique, qui se répandit, à l'époque des 
grandes invasions, jusqu'à l'Atlantique (voir HA. 1020, II, 
112 sq.). 



SALLE DE COMPARAIS N, 60-02. 



Cidre 60. — Nécropole de Kop,an (Caucase). — Le Musée possède 
en partie les produits de la mission d'Eracst Chantre, publiés par 
lui en 4 vol. dont un atla.s : Recherches anthropologiques dans Je 
Caucase, Paris et Lyon, 1885 à 1887. Je renvoie une fois pour 
toutes à ce bel ouvrage. — Boutons et ])erles de bronze ; 
appliques en bronze de coiffures ; nombreux colliers de i)erles en 
p;'ite de verre, en verre, en agate, en cornaline, enjayet et en 
bronze. 

Le Caucase est un des plus anciens centres de la métal- 
lurgie. La vaste nécropole de Koban, en Osséthie, à peu de 
distance de Vladikavkaz, située sur une des routes princi- 
pales qui conduisent de Perse en Europe, témoigne de l'excel- 
lence du travail du bronze dans celte région; elle est certai- 
nement antérieure dans son ensemble à l'époque où le fer est 
devenu d'un usage général et doit remonter bien au delà de l'an 
1000 avant notre ère. Le fer est encore employé à titre de 
matière précieuse pour incruster les bijoux de bronze; on ne 
trouve pas d'armes de ce métal. Voir le résumé très bien 
illustré donné par Chantre, M. 1882-3, 241 ; cf. RA. 1884, 
I, 5G ; 188(1, I, 338 ; BG. 1884, 599, 1885, 190-, Anliquilés de 
la Ihime, 453 et suiv.; J.Mourier, LV/r/ auCaucase, Bruxelles, 
1907. 

Vitrine 61. — Séries très importantes provenant de la nécropole 
de Gori (Géorgie) et de celle de Koban. Pierres à aiguiser avec 
trous de suspension; bracelets, bagues, chainettes avec grelots, 
pendants d'oreille en spirale, pendeloques en for^ie d'oiseaux, de 
cervidés, de bovidés, de chevaux, de têtes de mouflons avec cornes 
énormes. — Peignes; épingles et crochets ornés; belle série 
d'agrafes et de plaques niellées et gravées. — Pendeloques en 
forme de croix et de disque ; clochettes ; pincettes, le tout en bronze. — 
Disques à languette en métal blanc; bouton d'étain. Ce dernier 
objet iinpli(iue l'existence de gisements d'étain, aujqurd'hui épuisés 
ou oubliés, dans le Caucase ou en Arménie. 

A droite et à gauche, au dessus de la vitrine 61, moulages de 
deux inscriptions cunéiformes (vanniques), trouvées en Arménie. 
L'une d'elles {Recueil de Travaux, l'-^Oi, t. XXIII) est une dédi- 
cace au dieu llaldi par le roi Rusas, fils d'Argistis. 

Cadre 62. — Suite des acquisitions faites par E. Chantre (objets 



SALLE DE COMPARAISON, 62-0,' 



83 



de\la nécropole de Koban). Chainettes et colliers de bronze, 
plaques de bronze mince ornées au repoussé. 

Vitrine 63. — Trouvailles du Caucase (mission E. Chantre). 
Série de>ases gris de Redkin-Lager, près de Dilidjane, grande 
nécropole à inhumation sous cists de pierre, avec nombreuses 
poteries (BG. 1882, 327 ; Morgan, Mission scientifique au Caucase, 




\ 



U 27187 




27191 



Fig. 38. Vilr. 6i et 63. — Grandes épingles en bronze 
de la nécropole de Koban, Caucase (Chantre, Rech . dans le Caucase , pi. 19 et 20) 



I, 42). Objets en bronze de Koban : si»irales ; grandes^et petites 
épingles à tête plate et enroulée ; poignards à manches ajourés, 
à soie courte, à rivets, à poignée de bronze. Remartiuer un 
très bel exemplaire d'une poignée de bronze ornée de trois têtes 
de mouflons. — Haches à silhouettes ondulées, richement décorées 
de gravures en creux; mors de cheval. 



8'i 



SALLE DE r.OMPAHAISON, (J4-f'6 . 




Fig. 39. Vilr. 03. — Hache en bronze ornée, 
nécro|)olc de koban, Caucase (Chantre, /?(r/i. dans le Caucase, pi. 3). 



Vitrine 64. — Suite des objets du Caucase. Nombreux vases gris 
ou tirant sur le noir, quelques-uns avec trous de suspension ou petites 
anses; remarquer une urne décorée de peintures noires et un petit 
vase cylindrique orné d'incisions. — Parmi les bronzes, grandes 
épingles-spatules enroulées au sommet ; lourdes fibules avec gravures 
géométriques sur l'arc; poignard; hache ondulée, boutons, plaques. 
— Colliers de cornaline et d'agate. — On a disposé ici par tombes 
le contenu de quelques sépultures l'ouillées par E. Chantre, la plupart 
des objets qu'il a rapportés étant des acquisitions faites dans le i)ays, 
sans provenance précise (description de ces tombeaux et de leur 
contenu, M. 1882-3,244 sq). 

Vitrine 65. — Nécropoles du Caucase (surtout Koban). Urnes 
grises et noires sans anses. — Nombreux anneaux, colliers et 
jambelefs de bronze; bracelets plats à spirales opposées et bracelets 
lisses. — Riche collection de grandes flbules arquées, dont beau- 
coup ornées de gravures géométriques; une très belle pièce est 
décorée de trois têtes de mouflon. — Vase de bronze avec anse ; 
coupes de bronze à ornements repoussés. 

Vitrine 66. — Nécropoles dol.mémques et tumulus voisins du s. o. 
DE LA Casi'ienne (Lenkoran etMontsTalyche). Fouilles de H. et J. 
de Morgan [Mission scientifique au Caucase, 2 vol., 1889; Mém. de 
la Délég. en Perse, t. VIII, 1905, p. 251 et suiv.; voir les cartes 
archéologiques publiées dans le premier ouvrage,* II, 42, et dans le 
second, à la fin). Toutes les localités sont dans les vallées de la 
rivière qui aboutit à Lenkoran et des affluents de celle-ci. 

Au-dessus de la vitrine, grands vases de l'câge du bronze: 
Aspahiz, Razgoour, Chir-Chir, Moukri. 

A, B, C, D. — La partie verticale delà vitrine est occupée par une 
collection de vases du Talyche (Djonu, Hovil, Tulu, Aspahiz, etc). 



SALLE DE COMPARAISON', G6. 



85 




27202 



2720I 



Fig. 4o. Vilr. 63. — Poignards en lironze de la nécrojiole de Koban, Caucase 
(Chantre, Rech. ilans le Caucase, pi. 4 et 6). 



Rem. un pot orné d'un quadrillé rouge sur fond l)lanc, type excep- 
tionnel ; plusieurs vases rouges ou noirs en forme d'animaux ou 
d'oiseaux, ou dont le déversoir a l'aspect d'une encolure d'animal 
{Mission^ '[, l')5). Vase noir à pied ajouré (Mém. 273). — Deux 
petits vases émaillés en vert. — Vase cylindrique de bronze, orne 
au repoussé. 

E. — Belles pointes de flèche en silex et en (ibsidienne. — Petites 
épées ; poignards parfois minuscules; pointes de lance et de llèche 
«n bronae. — Armes en fer, recoui-bées comme de.s sabres, parfois 



80 S.W.LK DE OMl-ARVISON, Cvb . 



très petites; pointe de lance enfer et fragments d'une cuirasse; 
étroite épée de fer, d'un type semblable à celui des épées de bronze. 

F, G, H. — Longues épées minces; nombreux poignards en 
bronze, moyens ou petits; pointes de lance et de flèche; épingles, 
bracelets, plaques d'applique; nombreuses pendeloques ajourées en 
forme de cloche ; petits animaux, bovidés et cervidés; pendeloques 
en porcelaine; colliers en pâtes de verre de diverses couleurs et en 
cornaline rouge ; perle de verre ocellée (de Syrie ?) ; fusaïoles et 
grains de collier en argile ; poinçons en os ; pointes de lance, 
poignards à antennes et petits couteaux de fer. — Cuiller à pot 
en bronze ; hache de ter et fragments d'anneaux en fer. — Rem. 
deux pendeloques de bronze, dont l'une en forme de chèvre. — 
Tout à droite sont des objets provenant d'autres nécropoles : Tué- 
Eou dans le Louristan, Khalil-Delil-Moukri en Perse, etc. 

I. — Nécropoles arméniennes d'Akthala, à l'entrée de la vallée 
qui renferme les mines de ce nom {Miss. T, 56). de Mouci-Yéri, à 
3 kil. au N. d'AIlahverdi (ibid. I, 64), de Cheitan-Tagh, à 70 kil. 
au S. de Tiflis (ihicl. I, 44), etc. Haches, gouges, marteaux, polissoirs, 
éclats d'obsidienne ; nombreux morceaux de pierre ponce. — Riche 
série de torques, colliers, bracelets, ces derniers disposés en 
nombre autour d'os longs du bras; bagues, boutons, épingles à 
têtes évasées {Miss.], 119, 120); pendeloques et pincettes ; frag- 
ments d'une ceinture estampée : éléments de colliers en plomb 
{Miss. I, 106). Nombre de bracelets semblent correspondre par le 
poids à une unité assyrienne (I, 110). j 

J, L. — Très riches séries prov. des nécropoles du Talyehe. En 
dehors d'objets analogues cà ceux qui ont été signalés plus haut, 
notons deux haches de bronze, l'une plate (ciseau), l'autre à 
douille (iVfem. 258) ; un miroir de bronze; un poignard dont le manche 
est creusé de dépressions triangulaires, sans doute pour y recevoir 
de l'émail; deux grandes ceintures de bronze, dont l'une ornée 
au repoussée. — Pendeloques de jayet ; casse-tête perforés en grès et 
en hématite {Mém. 321); petites spirales de bronze; haches et mors 
de fer. — Pour presque tous ces objets, on possèflc des indications 
précises de provenance (dolmens ou autres sépultures), les fouilles 
ayant été faites avec soin ; mais on ne trouvera pas ici tous les 
objets figures dans les gravures des ouvrages de Morgan (voir 
aussi plus loin, Salle Morgan). 

M.N.O.P. — Grand vase et grande coupe du Talyehe"; remar- 
quer un récipient forniant passoire et un grand vase très curieux 
avec anse en élrier et tête d'animal formant déversoir. 



SAILK TE COMPARAISON. C^l-72. S7 

Vitrine 67. — Elle est destinée à recevoir des objets précieux 
d'art gréco-scythique (vitrine 59). 

Vitrine 68. — Italie. Premier âge du fer. Golasecca. Reconsti- 
tution d'une tombe de Golasecca (nécropole des bords du Tessin), 
ouverte en juillet 1873 par les soins du Musée. La tombe est formée 
de grandes plaques scbisteuses; les vases, ornés de dessins géomé- 
triques, sont bien cuits et modelés au iour (Bertrand et Reinacli, 
Les Celtes, 59,fig. 13). 

Vitrine 69. — Série de vases auxquels d'autres vases servent 
souvent de couvercles ; la décoration consiste en incisions de style 
géométrique et en quadrillés peints en noir (MP. 1237). La prov. 
principale est Golasecca (voir vilrine G8). Remarquer un petit vase 
noir avec croix lustrée sous la base (MP. 1236). Dans des cadres 
sont exposés des dessins d'après les tombes fouillées en 1873 par 
Abel Maitre à Golasecca. 

Vitrine 70. — Suite de la série précédente. Il y a des vases 
allongés en forme de baignoires, ornés de dents de loup (l'un deux 
moule à Milan, Montelius, Civil, priin. I, pi. 43); d'autres sont de 
grandes urnes ayant de petits vases pour couvercles (cf. RA. 
1877, II, 73). 

Vitrine 71. — Suite de la série précédente {non installée) . — 
Grandes aquarelles d'après des antiquités italiques du premier âge 
du fer, ayant servi au cours d'archéologie de Brizio à l'Université 
de Bologne. 

Vitrine 72. — Italie. Premier âge du fer. En haut, grande 
ciste ou seau de bronze à cordons * de la Certosa, Bologne (Mon- 
telius, Civil, priiii. I, pi 104 ; A. Grenier, Bologne, P. 1912 ; B. etR., 
Les Celtes, 213). — Des objets de ce genre ont été répandus 
par le commerce dans l'Europe centrale et jusqu'en Russie (R A. 
1898, II, 125). — Deux grands vases noirs à anses ornés de gravures. 

^BCD. — Grand seau de bronze ■■■ de Sesto Calende (sur 
le Tessin, sud du lac Majeur), orné de grossières figures au 
pointillé ; deux gravures encadrées au-dessus en donnent le 
développement et indiquent aussi la disposition des objets découverts 
dans la même tombe : casques, jambières, poignard à antennes, 
pointe de lance, etc. (lîertrand et Rcinach, Les Celtes, 50,54). — 
Urne* en terre cuite d'Albano, en forme de cabane (original à 
Berlin). — Seau de bronze* avec couvercle et anse, le tout orné au 
repoussé ; Trezzo (Montelius, Civil, prim. I, 254). — Autre urne 



8S 



SALLE Di: COMPARAISON. -72. 



cabane' d'Albano ornée de grecques sur la panse ; anc. coll. de 

l'archéologue suisse Bonstetten. 

Fragments de petits vases noirs ornés de cercles creux remplis 

d'une matière blanche; Este. — Plusieurs casques de bronze sans 

prov. précise, mais sûre- 
ment d'Italie ; l'un d'eux 
est un casque conique à 
grande crête triangulaire *, 
décoré au repoussé, dont 
on connaît plusieurs exem- 
plaires (S. art. Galea, 1436 ; 
L. Coutil, Casques antiques, 
pi. B). — Poids pour tendre 
des fils de chanvre, ornés 
de gravures en creux, croix 
et sviistika (Montelius, pi. 
91,17;MP. 1238).— .Statuette 
primitive * en bronze de 
guerrier nu, portant un 
casque à grande crête trian- 
gulaire; Reggio d'Emilie 
(RS. II, 183, 4) — Petit 
seau de bronze * orné au 
repoussé ; Milan. — Autre 
urne-cabane de Chiusi; fu- 
saïoles ; trois casques de 
bronze. 

E. — Riche collection de fibules italiques de bronze, à grand 
arc, à trois segments, serpentines, à cornes, à boules, à simple ou 
double enroulement, à collerette, à timbale, à plaque ovale, avec 
un cheval formant arc (voir Montelius, Civil, prim. I, pi. 1-21; 
VorJdassische Chronologie Italiens, 1912, 208-240, travaux qui 
annulent tous les précédents). Malheureusement, la plupart de nos 
fibules sont entrées au Musée sans indications de provenance. 
Remarquer à droite une fibule serpentiforme en or'^ et une autre 
en argcnt=^= ; Neuchâtel. 

F. — Bracelets, torques, anneaux divers, clochettes, pende- 
loques, lintinnaliula. Remarquer un grand cercle plat dans lequel 
sont enfilés 25 anneaux de bronze ; une BOTiedeJlagellum à trois 
branches; des bracelets de bronze à enroulements multiples ; une 
quantité de fusaïoles et de fragments d'ambre découverts à Ascoli . 




25347 



jDe'" 



Fig. 4i. Vilr. 72. — (Masque italique en bronze, 
(le provenance inconnue ; original au Louvre 
(Bertrand, Arrhéol. rell. 2' éfl. fig. io3; 
Lippcrheiilo, Anllhe Jlrlinc, n. 3Ci). 



SALLE DE COMPARAISON, 72. 



89 



Fig. 42. Vitr. 72. — Objets mctalllques trouvés dans une tombe de chef à Seslo- 
Calonde sur le Tessin ; épée à antennes, casque, grande urne de bronze, 
ornement de char (?), pointe de llèche, pointe de lance, talon de lance 
(voir Déchelette, Manuel, t. III, p. 720}. 




20G00 



90 SAI.LE DK COMPAHAISON, 72-7r) . 

I 

G. — Plaque rcniforme gravée, avec anneaux de suspen- 
sion ; trois mors de cheval (cf. Montélius, CirAl. prim. 1 ,73 et Vorklass. 
C*Aro»oZ. J2);anneaux etx'ondelles décorés. — Fourreau de poignard"; 
Parme. — Plaque de bronze suspecte sur laquelle est gravé un 
lutteur, prov. de la collection Amilcarc Ancona de Milan, vendue 
en mai 1892 ; collineseuganéennes. De la même provenance, série de 
petites plaques de bronze (cf. Noflzie, 1888, pi. 9-12), probablement 
des ex-voto. — Personnage nu--- entre deux avant-corps de chevaux; 
ancienne collection Fourdiignier. — Boucles et agrafes de ceinturons 
réputées étrusques. 

H. — Plaques de ceinturon avec oeillets, crochets ou agrafes; 
fragments de cuirasse, etc., le tout sans provenance précise. 

I. — Anses de vases (cf. Montelius, Civil, primit. II pi. 152); 
poignées, miroir, clou à très large tête. 

J. — Série de pointes de lances en bronze et en fer. — Fourche 
en fer à huit dents, '■= singulier objet provenant des bords du lac de 
Trasimène; original à Toronto (cf. Montelius, Civil, prim. II, 870) 

K. — Une planche encadrée reproduit les principaux types 
d'objets découverts en 1H77 dans la célèbre cachette de fondeur de 
liologne: poignard à antennes, haches à ailerons et à douille, couteaux, 
faucilles, spirales, fibules, etc. (Montelius, Civil. -prim. 1,332). 

L. — Types divers (originaux et moulages) de hachesde bronze à 
ailerons et à douille, emmanchées ou non. Remarquer un spécimen 
de Reggioavec manche enfer décoré d'ivoire et d'ambre. — Bronzes 
quadrangulaires, avec anneau de suspension, paraissant avoir servi 
de plaques résonnantes ou gongs (Montelius, Civil, primit. \, pi. 80> 
89 ). — Rasoirs en croissant et à deux tranchants, avec manche orné, 
qucl(|Ucfois torse (Montelius, Vorklass. Chronologie, 192-204, 
réunit toutes les formes, même celles de l'Europe du nord; cf. 
Bertrand et Reinach, I-es Celtes, 217). 

M (au dessous). — Stèle grossière de San Giovanni in Persiceto 
près de Bologne {Notizie, 1891,83); autres stèles analogues avec 
gravures (Gozzadini, Scavi Arnoaldi, pi. 13,7; A^1894:,295). 

Vitrine 73. — Non in.'^tollee. 

Cadre 74.— Vide. 

Vitrine 75. — Suite des objets d'Italie. Spécimen d'aes rude. 
anciennes monnaies sans effigie (S. art. As, 4.55). — Série de 
grands bracelets de bronze ornés de côtes et de gravures; fibules, dont 
une avec chainette; grands torques; collier de perles d'ambre; grand 



SALLE DE COMPARAISON, 75-7U. 



môi'ceau d'ambre taillé en demi-cercle, ayant servi de pendeloque. 

— Bracelet creux avec belles gravures u'éomctriquos. 
Cadre 76.— Vide. 

Vitrine 77. — Péninsule ibérKhJIE (installée en partie seulement). 

— Modèle polychrome restitué de la statue d'Elche (début du iV siècle 
avant J .-C), dont la tête seule est au Louvre (en couleur, Burlington 
Magazine, novembre 1912, pi. à la p. 65 ; RS. IV, 151). — Lampe* de 
Linarès, Espagne. — Vase espagnol en terre grise, décoré de flots 
en creux. — Très intéressant bracelet* en or, d'un style analogue à 
celui des couvre-oreilles de la figure d'Elche (RA. 1912, 11,375, 
pl.l et 2). — Agrafe de ceinture ornée; Cerro del Amarejo, Albacete. 

— Fibules en bronze de deux types spécialement ibériques (R A. 1903, 
II, 414; A. 1905, 31,36-, Paris, ^.s-pa^^c primitive, t. II, 246).— Frag- 
ment de poterie peinte ibérique recueilli à Eiche (voir, sur cette 
poterie, CA. 30 août 1918; A. 1908, 88). — Deux morceaux de 
phalange encerclés de fils d'argent; Cerro del Amarejo, Albacete. 
• — Pointe de lance en fer incrustée d'argent ; même prov. — A droite 
de cette vitrine est le moulage d'une inscription ibérique (inex- 
pliquée) du musée de Madrid. 

Vitrine 78. — Italie, deuxième âge du feu. Au-dessus, contre le 
mur, trois bas-reliefs* d'une tombe voisine de Pérouse (1844), 
représentant une procession et des banquets en l'honneur du mort 
(RR. III, 104; Micali, Momivi. pi. 32). —Grands et beaux vases 
de bronze ornés, probablement étrusques. — Seau ou situle en 
bronze de la Certosa (Chartreuse) de Bologne, dite Situle Zannoni, 
du nom de son premier éditeur ; c'est un objet de la plus haute 
importance, orné de figures disposées sur quatre zones, cortèges 
militaire et religieux, sacrifices, animaux réels et fantastiques 
(gravure développée, Bertrand et Rcinach, Les Celtes, 109). 

— Autre seau ou situle* en bronze des terrains Arnoaldi à Bologne, 
iWi Situle Arnoaldi; trois zones, avec ychars, cavaliers, fantassins, 
animaux divers {Les Celtes, p. 111). — Médaillon* étrusque avec 
trois figures; orig. à Compiègne. — Grande anse* de vase étrusque 
en bronze avec figures; original autrefois(l874) dans la collection 
Arosa à Paris. — Dessin de vase* moulé à Parme, avec graffite 
étrusque. — Deux statuettes étrusques représentant Mars ou un 
guerrier, d'un modèle très répandu; une troisième est d'un type 
un peu différent. — Figure repoussée *, ornement d'un char de 
Pérouse (RR.III, 101), 

Vitrine 79. — Au-dessus, grand relief,* rappelant celui de la 
Porte des Lions cà Mycèues, qui se trouve au-dessus d'une des 



92 SALLE DR COMPARAISON, 79-85. 

vieill(^s portes de Bologne (Bertrand ot Keinach, Les Celtes, 16'>). 
Dans la ritrine, gravure à grande échelle d'un siège sculpté dit 
Sedia Çorsini, dont les reliefs, quoique d'époque romaine, ressem- 
blent beaucou]) à ceux des situles de Bologne et des bronzes gravés 
<lc la même série (RK. III, 224). 

80. — Stèles étrusques * en forme de fer à cheval, décou- 
vertes à la Certosade Bologne : 1" Grande stèle à registres. Triton et 
cheval marin ; le char du mort, au-dessus (lu(|U('l plane un génie 
ailé; scènes inexpliquées (RR.III, 11, 1). 2" Deux stèles trouvées 
dans les fonds Benacci et Arnoakli à Bologne, remarquables par 
l'emploi évidemment symbolique des ornements (Montelius, Civil, 
prim. I, 366). 3° Grande stèle. Le mort gagne l'autre monde dans un 
char attelé de deux chevaux; une louve allaite un enfant (et non 
deux, comme dans la légende romaine). Noter les ornements qui 
encadrent la stèle (KR. III, 10, 3). 

81. — Suite de la même série : 1° Le mort demi-nu serre 
la main d'un génie ailé (RR. III, 11, 2). 2° Monstres marins; le mort 
conduit par ^Mercure dans un char attelé de chevaux ailés; combat 
où l'on a voulu voir celui d'un fantassin gaulois contre un cavalier 
étrusque(RR. III, 10,1). 

Cadre 82. — Inoccupé . 

Vitrine 83. — Albanie. Nécropole voisine de Scutari. Collections 
formées et données par Degrand, consul de France (A. 1901, 6G0, 
avec nombreuses gravures). — Colliers de verreries, pendeloques et 
bagues de fer, l'une avec chaton û:ravé. — Cercles de bronze ; 
dans l'un est passée une perle de verre ; ornements divers et boucle 
de bronze. — Intéressante série de fibules de bronze avec ardillon 
de fer, d'un type particulier (A. 1901, 665). — Colliers, torques et 
bracelets de bronze ; un des torques porte une chaînette avec deux 
pendeloques. — Ornement composé d'anneaux tangents. — Epée, 
poignard, couteau et haches de fer ; le j)ommeau d'une épée de fer 
est en bronze. 

Sur le mur, à gauche, stèle étrusque de Bologne,* représentant 
un personnage levant la main {Monum. dei Lincei, XX, 484) ; vis à 
vis, célèbre stèle attique * du Musi-e d'Athènes dite « o-uerrier de 
Marathon ». bien qu'elle soit antérieure d'au moins vingt ans à 
cette bataille, livrée en 490. (RR. II, 373). 

Cadre. 84. — Inoccupé. 

85. Mkuhm: a volets. — Ce meuble contient la précieuse 
.série des a luarelles exécutées par Ramsauer, au cours des 



SALLE DE COMPAHAlSON, 85. 93 



fouilles de la nécropole de Ilallstatt (Autriclie) qu'il a diriçrées 
(aeq. du jMusée, KA. 1865, II, 315). La relation manuscrite des 
fouilles, avec description minutieuse de chaque toml)e, est conservée 
à la bibliothèque du Musée. — On voit l'aspect intérieur des tombes 
à inhumation ou à incinération (C-D), les vases et seaux de bronze 
(E-F), les ceinturons à reliefs et les pendeloques (G-I), les épingles, 
fibules, bracelets, ceinturons, colliers d'ambre, objets divers (J-R), 
les armes et armures (S-W), puis d'autres vases (X), des tombes (T-Z), 
la poterie, les bronzes divers, les objets en fer et en os (AA-VV), un 
plan et des vues de Hallstatt (XX-AAA). Tous ces objets présentent 
les plus curieuses analogies avec ceux des tumnli de la Côte-d'Or. 
A Ilallstatt comme en Bourgogne, nons sonmies en présence de 
sépultures appartenant au premier âge des armes de fer (entre les 
ans 800 et 500 av. J.-C). 

De 1847 à 1861, on a ouvert à Ilallstatt 993 tombeaux qui ont 
donné 60S4 objets, dont 3696 objets de ^larure en bronze, ambre, 
verre et or, 182 vases de bronze, 1244 vases en argile. On n'a iccueilli 
aucune pièce de monnaie. 11 y avait 538 tombes à inhumation contre 
455 à incinération ; quelques tombeaux contenaient à la fois des 
squelettes et des cendres. L'un et l'autre mode de sépulture s'appli- 
quent aux individus des deux sexes. Treize fois on a constaté une 
crémation partielle: c'est le crâne qui était généralement épargné, 
le reste du corps étant réduit en cendres. Les pointes de lance en 
fer sont plus fréquentes auprès des squelettes ; les vases de bronze 
se trouvent presque exclusivement dans les tombes à incinération . 
Les armes de bronze, les plaques ostampi'-es et les bosses de bouclier, 
les grandes spirales de bronze, les fibules à pendeloques, sont aussi 
beaucoup plus nombreuses dans les tombes incinérées : sur 28 épées, 
27 ont été trouvées auprès de cendres. Les haches de bronze 
accompagnent d'ordinaire les cendres, tandis qu'on recueille les 
haches de fer auprès des squelettes. — Ces statisti(pies prouvent, 
mais d'une façon générale seulement — car il y a des exceptions 
assez nombreuses — que les hommes de la classe dominante étaient 
plutôt incinérés et que le mobilier métalliciue de leurs tombes se 
composait principalement d'objets de bronze. 



F. von Sacken, Dus Grabfeld von Halhtatt in Oheroeaterreich, Vieuiic, 1868 
(fouilles ultérieures, M. 1877. 417; 1878, pi. 10); AHV. V, 8, 23'.t ; Déchelette, 
Revue préhistorique de l'Est, 1912, 05 ; RC. VJV.i, Ab') ; Iloernes, Die 1 lalhlatt péri ode ^ 
IJrunswick, 1905 ; Natur-und Urf/eschichte, Vienne, 1909, II, 252 ; KA. 1895. II 40 ; 
1909, I, 207 ; 1912, I, 447 (divisions, transition à l'époque de Latèue). 



'.t'I 



SALLE DE CO.MPAHAISON, 80, 87. 



Vitrine 86. — Cette vitrine contient trois grands vases* de 
répoque do Ilallstatt, avec panse très large, ornée de curieuses gra- 
vures ; ils ont été découverts dans des tumulus à incinération 
d'(l']denlHirg (55 kilomètres au S. de Vienne). La plus grande des 
urnes a 0, 5G.^ de haut et 0. 62 de diamètre (A. 1893, 188 ; Mittheil. 
anthrop. Ges. Wien, t. XXI, pi. 8-10). 

Vitrine 87. — Objets de l'époque de Hallstatt. En haut, quatre 
casques de bronze, dont l'un à double crête, de Hallstatt, les autres 
d'Idria di Baca en Istrie et de Watsch en Carniole (A. 1901, 179 ; 
RA. 1883, II, 273) ; restitution par l'explorateur de Watsch, F. de 




Fig. 43. Vitr. 87. — Casque en bronze à double crèle 

trouve à Ilallstatt, Autriche ; original au Musée de Vienne 

(Sacken, Jlallslalt, lA. 8, 5). 



Ilochstetter, d'un casque hallstattien en treillis, avec grands médail- 
lons latéraux de bronze (A. 1896, 270). — Umho de bouclier avec 
pointe (Sackeft, Hallstatt, pi. 8). 

Deux épées de bronze* de Hallstatt ; grande épée de fer avec 
poignée d'ivoire, incrustée d'émail, deméme prc^venance ; pommeau 
d'épée d'ivoire* avec fragment de lame en fer ; modèles restitués 
de grandes épées exx fer de Hallstatt (Sacken, pi. 5 ; R A. 1866, 
I, pi. 6). — Poignards à antennes * en fer, l'un avec restes de 
fourreau, un autre avec poignée de bronze ; poignard en fer à poi- 
gnée de bronzG,avcc petites figures humaines opposées dans les an- 
tennes (Sacken, pi. 6, 4) ; poignard avec fourreau et poignée en or ; 
restitution, par Delafontaine (mai 1886), d'un poignard de Halls- 



;ali.e de comparaison, 87, 88. 



Ûf) 



statt avec son fourreau ; remarquer les incrustations en pierres de 
couleur et les deux figurines grossièrement dessinées du manche 
(sur toutes ces armes, AUX. II, 2, 4 ; Proc. Soc. of Antiq. 1905, 
214). — Pointes de lance* en bronze et en fer, dont une, de Watsch, 
est un original ; hache* de bronze à ailerons ; couvercle* de bronze 
sur lequel sont représentés, en procession, des animaux réels et 
fantastiques (Sacken, pi. 21) ; plat* circulaire avec reliefs sur les 
bords ; fragment de poterie* ornée de chevrons. 

Plus bas, remarquable chariot* votif en bronze, trouvé à Strett- 
weg près de Judenburgen Styrie, représentant une divinité féminine 
debout qui soutient un plateau (où l'on versait rie l'eau pour pro- 
voquer la chute de la pluie ? ) ; elle est entourée de guerriers à 
cheval, de femmes et d'hommes nus, rangés à 
droite et à gauche de deux cerfs (M. 1884,311 ; 
Obermaier, 557; S. Reinach, Cultes^U, 1G5). 

Objets provenant des mines de sel de Hallein, 
Autriche, exploitées très anciennement: manches 
de hache en bois ; morceau de cuir conservé 
dans le sel gemme (M. 1831, 215). 

Vitrine 88. — Slite de l'époque de IIallstatt 
EN Ai.LRMAG.'CE. Tous hft objets so7it des moulages. 
Au-dessus, bouclier de bronze circulaire ; musée 
de Halle (A II V. Ill, 7, 2). — Epées de bronze 
à soie plate des musées de Landslmt (surmontée 
d'une soie mince) e<- de Stuttgart (AllV. I, 1, 2 ; 
m, 6, 2) ; épées de bronze à poignée pleine, à 
nacelle et à antennes ; Carisruhe, Landshut, 
Hanovre (ibid). — Epée de fer à poignée plate 
et rivets de fer; près de Straubing. — Bouterolle 
d'épéeà ailettes; Wiirzbourg, Mayence, Hanovre 
(A II V. III, 6, 2). — Poignard et fourreau de 
bronze ; Si'gmaringen (Lindenschmidt, Samml. 
zxi Sigmaringen, pi. 22); autre à antennes du 
tumulus de Ilundersingen, musée de Stuttgart 
(AHV. III, 10, 1) ; garnitures de ceinturon en 

ng .14. Vitnnc88.— j^j-Q^ze, avec simples ornements stylisés ou per- 

roignard a antennes ' ^ j i 

de Niccleraunau, au sonnages, estampés ou gravés. Remarquer le 

Musée fie Sigma- ceinturon de "Watsch, Carniole, où figure un 

](ufu!r de'r Tr-ef/ cavalicr lançant la hache do jet dite cateia 

t. 111, p. 67). (Bertrand et Reinach, Les Celtes, 107) : ht 




aiopr 



96 SALLE DE COMPARAISON, 88-02. 



situle de Matrai, Tyrol, avec un combat entre deux athlètes, 
d'autres personnages et des animaux (Bertrand et S. Eeinach, 
110) ; divers frag-ments dedurina, en Carinthie, entre autres d'ins- 
criptions sur bronze dans l'alphabet dit nord-ctrusque (I). IV, 973 ; 
A. B. Meyer, Ghirina, pi. 7-8) ; plaque de ceinturon estampée de la 
forêt de Lorsch, au musée de Darnistadt (A H V. II, 2, a) ; autres 
plus richement ornées de Hallstatt et du tumulus de Hundersingen 
au "\Vartemberg(voir Julie Schlemm, Wdrterbuch zur Vorgeschichte, 
art. Giirtelbleche ; D. III, 857). 

Cadre 89. — Inoccupé. 

Vitrine 90. — Suite de l'époque de IIalstatt en Allemaiike. 
Tous les objets sont des moidages. Torques en or, au musée de 
Hanovre ; autre avec deux enroulements en spirale, de Hongrie; 
bracelet en or de Eodenbach, à Spire (D. IV. 1335). — Grands et 
petits anneaux ou colliers d'or de Hundersingen ; hausse-col de 
même provenance; cercle d'or de Ludwigsburg (sur les fouilles de 
cette localité, B.I . LX, 169; AHV. III, 10, 1). 

Collier creux de bronze, torques en bronze et en fer, gros brace- 
lets et brassards gravés des tumulus de la forêt de Wœlinisse près 
d'Altenburg en Saxe (A H V. II, 1, 2) ; énorme fibule à spirales, 
du musée de Breslau ; ornement à spirales de Mayence (AHV. 
II, 11, 1) ; grande fibule et torques à pendeloques multiples de 
Mahlstetten (AVurtemberg) et d'Oberolm (près Mayence). 

A droite, contre le mur, deux reliefs * de l'époque romaine 
trouves à Varhèly (Deva en Transylvanie), foi<t importants pour la 
mythologie celtique, qui s'était répandue dans toute la vallée du 
Danube. Sur l'un et l'autre, on voit le dieu celtique au maillet, sa 
parèdre tenant une clef (ou un vase), Cerbère et un enfant, peut-être 
le fils (lu couple divin (KU. II, 137). 

Cadre 91. — Inoccupé. 

Vitrine 92. — Suite de la vitrine 90. Tous les objets sont des 
moulages. Au-dessus, bouclier circulaire en bronze trouvé dans le ■ 
RhinàWorms; deux autres proviennent de Spalt en Bavière et de 
Bingen (A H V. III 1, Beilage, p. 16). — Série d'épées de fer 
de grandes dimensions, analogues par la forme aux épées de bronze 
à soie plate, provenant de Hanovre, Ostenfeld près de Straubing, 
AViesbaden, Mannhcim; poignards en fer très ornés, provenant de 
Salem (à Hanau) et du tumulus dit Belle-Remise, près de Lud- 
Avigsburg (à Stuttgart; AHV. III, K», 1). 



I 

I 



SALLE DE COMPARAISON, 93, 94. 



97 



Vitrine 93. — Bronzes et vases de l'époque de Hallstatt 
EN Allemagne. Tous ces objets sont des moulages . Grande ciste en 
bronze à cordons trouvée dans un tumulus près de Lutum, cercle de 
Verden, Hanovre (AHV. II, 3, 5). — Deux casques en l)ronze de 
Mayence et de Salzbourg. — Vases décorés au trait et rchaufcsés de 
couleurs;, provenant des tumulus de l'ouest de l'Allemagne, en par- 




23540 



23538 



21048 



l*ifi. '|5. Vilr ()3. — VasL's peints de Sigmaringeii el du Wurtemberg; 
fac-simil('s du Musée de Ma\ence, 



ticulier du Wurtemberg (AHV. IV, 2G, 44). — Couvercle de vase 
orné de chevrons ; château de Lichtenstein à Urach. — Deux 
grosses urnes à décor géométrique incisé, des environs de Cologne 
(originaux). — Trois plats de bronze, l'un décoré de têtes de 
griffon, au musée de Nuremberg, les deux autres j)rovenant d'un 
tumulus près d'Armsheim (AHV. III, 3,2; A. 1900, 295; D. IV, 
1439) 

Vitrine 94. — Deuxième âge du fer en Allemagne. Cette vitrine, 
en cours d'installation (1920), comprend notamment des moulages 
des objets découverts en 1878, au cours de fouilles troj) sommaires, 
dans le grand tumulus wurtembergeois dit Klein- Aspergle près de 
Ludwigsburg; ils appartiennent à la période de transition entre le 
premier et le deuxième âge du fer (vers 450). Los orijfinaux sont 
an musée de Stuttgart. Rem, 1" un vase de bronze à long bec, dit 

7 



98 



SALLE Di: compahaisox, 04. 



œnochoé; 2" un grand vase ovoïde de bronze, dit stamnos; S" deux 
objets de fer en forme de cornes, recouverts de minces plaques 
d'or; 4° deux coupes à fond noir et à figures rouges, de fabrique 
grecque, plaquées d'or ; 5° une cuiller de bronze avec trous, pla- 
quée d'or; 6° un ornement en or et des feuilles d'or estampées ; 




26242 

Fig. 46. Vitr. g4. — Coupe peinte de fabrique e;recque, 

découverte dans un tumulus à Klein- Aspergle, Wurtemberg. 

Original à Stuttgart (AHV. III, la, 6; Déchelette, Collection Millon, p. ia5). 



7° une armille de jambe en jade, une agrafe de ceinturon, etc. 
(AHV. III, 12, 4-G; HJ. LXVIil, 178; LXXII. 206). Les cornes à 
boire comptent parmi les beaux produits de l'art celtique imitant 
des modèles grecs archaïques (D. IV, 1065); ; les plaques d'or sur 
les vases sont des additions celtiques 

Œnochoés * analogues à celle de Klein-Aspergle, au musée de 
Wiesbaden; seau do bronze* éh'gammeut décoré, provenant du 
tumulus de Waldalgesheim en Prusse rhénane (D. IV, 1440). — 
Petits vases de style gréco-italique*, dont la* provenance germa- 
nique a été affirmée, mais est très douteuse; coupe polychrome* de 
Silésie, avec ornement en forme de triquètre (AIIV. IV, 30). 

Outre ces moulages, la vitrine contient quelques pièces origi- 
nales : un vase avec ornements incisés d'une nécropole voisine de 
Dresde; un petit vase uni, en forme de tonneau, de la région rhé- 
nane; un fragment de poterie de Darzau, Hanovre, avec ornements 



SALLE DE COMPARAISON, 94-96. 



99 



rectilignes pointillés (Horstmann, Der Urnenfrîedhof bei Darzau, 
Brunswick, 1874); des spécimens de poterie décorée de Lusace 
(J. Schlemm, Lausitzer Gefdsstypen, dans son Wôrterbuch zur 
Vorgeschichte). 




iT?ïT1?TîT^î^?i?lv??1^l???5ÎnT?T??Ti^ 



"ig. II"]. Vilr. q4» — Objets d'or trouvés dans le tumuius de Kiein-Aspcrgle 
près de Ludwigsburg, Wurtemberg (AIIV. III, 12,5). La chaînette figurée 
en liaut est en argent. Originaux, au Musée de Stuttgart. 



Vitrine 95. — Danemark {vitrine incomplltement bintalléé) . En haut, 
deux grandes trompettes danoises de bronze dites lours (RA.1857, 
pi. 309 ; Worsaae, Musée de Copenhague, 39 ; A. 1894, 97 ; ZE. 
1910, e64). — Bouclier rond * en bois ; grand bouclier * danois en 
bronze avec motifs repoussés au centre (Worsaae, 42). — Fincette* 
de bronze avec gravure (iVn'd. 60). — Pot à trois pieds en terre grise 
et couvercle d'une grande urne. 

Vitrine 96. — Iles britanniques {vitrine incomplètement installée). 
— Fourreau de bronze * découvert dans le lit de la Tweed, 
autrefois dans la collection du chanoine Greenwell à Durham, puis 
au Brit. Mus. {Archaeologia, XLV, pi. 16) ; galvanos de trois four- 
reaux * et d'une bouieroUe d'épée * trouvée à Lisnacroghera en 
Irlande, style de Latène (Wakeman, Bjundhook of Irish antiquities, 



100 SALLE DE COMPARAISON, 96, 97. 

256-7) ; moule de lance* de l'île d'Anglesea ; haches irlandaises à 
talon et à douille (cf. Proc. Irisk Acad. XXVI, 11, 1). — Le reste 
de la vitrine contient des jçalvanos d'admirables objets en or de 
l'âge du bronze irlandais (RC 1900. 75, 166) ; un seul objet, la 
châsse en or et argent de la cloche en fer de Saint- i'atrice, appar- 
tient à une époque très postérieure (xi* siècle), mais est placé ici 
comme spécimen de l'art décoratif raffiné de l'Irlande au moyen 
âge, sous la 'double influence de la survivance du style de Latène 
et de l'orfèvrerie Scandinave (Marg. Stokes, Early Christian art 
in Ireland, 1894, fig. 18). Voir Wilde, Catalogue of the antiquities 
ofgold in the Muséum of the Royal Irish Academy, Dublin, 1862 et 
Armstrong, Irish gold ornaments, Dublin, 1920. 

Hausse-col ou yninne, de très beau style (Wilde, fig. 550 ; 
Dublin) ; (orques(/6ec?.fig- 601), collier (i6id.fig 599); lunule gravée, 
sorte de croissant en or d'un type que le commerce a répandu 
vahme &x\ (jiVixxXii {Distribution ofgold lunulae in Ireland and N. W. 
Europe, ddus ]es Proceed. Irish Acad. XXVll, 1909,251, avec carte 
p.256;sixexemplairestrouvésen France; cf.RO.1900,T5);deux agrafes 
ou serre-plis ornées de gravures, du type dit înamiUaire (AVilde, fig. 
593, 594) ; barque votive avec bancs et rames (Archaeologia, LV, 
1897, pi. 21 ; British Muséum). 

(52748) Deux beaux reliquaires en bronze ajouré, de forme 
demi-circulaire, ayant appartenu à V. Gay, sans indication de pro- 
venance ; la comparaison avec des objets similaires acquis par 
l'Académie d'Irlande {Antiquaries Journal, janvier 1921, pi 5) 
permet de déterminer l'origine des nôtres. — (53748) Fac-similé 
d'un précieux bijou découvert dans le comté de Kent, en or décoré 
de filigrane et en forme de cœur; sur le devant est le portrait en 
émail du roi Alfred (871-900), avec l'inscription saxonne : Aelfred 
mec heht gewyrcan, c'est-à-dire « Alfred m'a fait exécuter». Original 
à Oxford (A . Haupt, Aelteste Kunst der Germanen, Leipzig, 1909, 42 
et 260, pi. 47 ; Parmentier, Album historique, I, 169). 

Vitrine 97. — Grands objets d'or et d'argent. Moulages etgalvanos. 
En haut, modèle de la colonne en pierre du dieu slave Svantovit à 
Husiatyn en Galicie (vers Tan 1000); musée dte Cracovie (RA. 
1851, 142, 203; A. 1894, 174). 

I . Deux cornes d'or * découvertes dans le Slesvig du nord près 
de Gallehusen 163;) et 1784, réunies d'abord au musée de Copenhague, 
puis volées et fondues (1802) ; on les a recontituées par à peu près 
d'après des dessins. Ces cornes portent des sujets mythologiques 
très obscurs et des inscriptions runiques autour du pavillon 



SALLE DE COMPARAISON, 97. 101 

(Odohesco, Trésor de Petrossa, I, 418; Stephens, Runic monuments, J , 
321 ; III. 128). 

TI. — Le grand chaudron d'argent * découvert en 1891 dans 
une tourbière à Gundest.iup (Aalborg, Danemark) ; original au 
musée de Copenhague. A l'extérieur, bustes de divinités où l'on 
a cru reconnaître celles des jours de la semaine ; à l'intérieur, 
scènes guerrières et religieuses où nombre de détails rappellent les 
antiquités et la mythologie de la Gaule (divinité acci-oupie à cornes 
de cerf, tenant un serpent et un torques ; cavaliers coiffés de 
casques à cornes); au fond, chasse ou sacrifice d'un taureau, singu- 
lièrement analogue à des monuments de l'art crétois (plus haut, 
p. 59). La date est très incertaine (du 1"' siècle avant au vi^ après 
notre ère) ; aucune scène n'a encore été expliquée avec certitude. 



RR. 1, 141-150; RC. 1908, 250; 1911, 125; REA. 1908,71, pi. l-lO;Bev. hist.rel. 
1913, 123 ; Mannus, 1910, 203; 1911, SIS ; A. 1905, 243 ; Inst. franc, d'anthrop. 
janv. 1920, 10 (H. Hubert reconnaît des paires de dieux correspondant au cycle d'une 
année divisée en 4 saisons et 8 demi-saisons; les divinités seraient celles des fêtes saison- 
nières ; les représentations seraient celles des cérémonies où le chaudron était employé). 



in. — Le poisson d'or * découvert en 1882 àVettersfelde, prov. 
de Brandebourg, près de Guben(RS. II, 778), d'abord cru byzantin, 
puis classé par Furtwaengler dans la série des objets d'art gréco- 
scythiques fabriqués vers 450 avant J.C dans les colonies grecques 
?.u nord de la mer Noire (Ad. Furtwacnglor, Der Golfund von 
Vetters/elde, Berlin, 1883). En dehors du poisson, remarquable par 
les autres figures d'animaux dont il est chargé (comme le cerf de 
Koul-Oba, p. 59), la trouvaille compren;iit deux gj-ands ornements 
en or à décoration d'animaux (Furtw.pl, II, 1; III, 1), un poignard en 
fer (p. 9), un fourreau d'or (III, 2), une épée en fer avec poignée 
recouverte d'or (III, 5), une pendeloque, une boucle d'oreille, un 
bracelet, un collier, une cluiine, le tout en or (I, 2 ; I, 5 ; I, 4 ; III, 
3 ; II, 3), une serpentine i)olic et une pierre à aiguiser, l'une et 
l'autre enchâssées dans l'or (I, 3 ; II, 2). 

IV, — Plaque d'argent * ornée de figures de style barbare, com- 
parables à celles du chaudrou deGundestrup, trouvée à Ruremonde ; 
musée de Loyde (RR. II, 433). 

/)e la Salle de Mars, on passe dans la 



102 



SALLE JACQUES DE MORGAN, 1 



SALLE JACQUES DE MORGAN 

Né en 1857, élève de l'École des Mines, Jacques de 
Morgan explora la presqu'île de Malacca et une partie du 
Caucase, dirigea avec éclat des recherches archéologiques en 
Egypte, puis à Suse, et se retira dans la vie privée en 1912 
(RA., 1912,11, 425). Comme son frère Henri (1909), il donna 
au musée de Saint-Germain l'importante collection qu'il 
avait formée au cours de ses voyages (1910). La salle que 
nous décrivons ne contient qu'une partie des objets très 
nombreux et très variés réunis par lui ; quelques-uns ont 
appartenu à son frère (voir p. 56). 

A droite, en entrant, carte archéologique de 
d'Azerbaïdjan, avec l'indication des dolmens, 
pôles des âges du bronze et du fer. A droite 
peintures de Jacques de Morgan représentant des dolmens du 
Talyche (Mém. delà Délég. enPeme, VIII, 251). 



a province persane 
tumulue: et nécro- 
de la porte, deux 





63761 



Fig. /j8. Vitr. I. — Vases peints 1res archaïques de Snse, Perse. 



Vitrine I. — Spécimens des céramiques les plus archaïques 
d'Egypte, de Suse et de Palestine. Remarquer la belle série de 
gobelets susiens ornés de peintures, en particulier un vase décoré 
d'oiseaux, un autre de chiens (J/em. de la Délég. XIII, pi. 1 et suiv., 



SALLE JACQUES DE MORGAN, \ . 'J. . 



103 



p. 5, texte d'Edmond Pottier). Bols et coupes de Susc avec peintures 
à rintérieur (jôid. pi. 11 et suiv., p. 117). A droite, spécimens de 
silex paléoliitiiques égyptiens du Fayoum, Egypte. 

Vitrine 2. — Egypte pkf.historkjuk. A, B, C, D. Vases égyptiens 
rouges à bords noirs, ou complètement rouges (Morgan, Origines de 
rÉgypte I, 159; II, 121). — E, F. \'ases égyptiens sur lesquels sont 
peints des barques et des autruches (ibid. I, pi. 7-10; II, 91). — 
Figure en terre cuite d'hippopotame, objet très remarquable {ibid. 




£/ AmpaA 



£/ ÂmraA 



O lo 

i I I I I I ■ ■ ■ ■ I 



20 



F'. 49- Vitr. •!. — Palettes égyptiennes Irèsarcliaïmios, en forme d'animaux 
les localités indiquées sont an sud d'Abvdns et au nord de Mrgadah). \ oir 
•lorgan, Origines de l'Egypte, l. II, p. i4^. 



104 SALLE JACQUES DE MORGAN, 2, 3. 



11,126); autres figurines grossières d'animaux. — Instruments en 
silex, notamment couteaux, scies et garnitures de faucilles, Haute- 
Egypte (I, 104, 132); pointes de flèche (I, 123); fragments de vases 
très primitifs ornésd'încisions ; disques percés de terre cuite (1,145, 
164). — G, H. Vases peints de Silsileh, Hautc-É;^ypte (IT, 14l) ; plaques 
de schiste découpées de même provenance (I, 150; II, 143); poinçons 




Fig. 5o. \itr. a. — Statuette en terre cuite 1res archaïque représerilant 
un hip[)0[)otame ; Toukli, au nord de Négadah, région de TlitJj(?s 
(Morgan, Or'ujines, t. II, p. 128). 

et 1)racelets en os (I, 141); deux harpons de cuivre (II, <9). — 
I, J. Vases peints d'argile à mamelons percés et vase d'allâtre à 
oreillettes, destinés à être suspendus; vases en forme d'urn« et de 
cylindres; silex taillés de Koum el Akhmar, Haute-Egyite. — 
K, L. Autres vasos à suspension ou cylindriques ; belln coipe et 
plateau d'albâtre de Kawamil. — M, N, 0. Vases rouges abords 
noii-s; vases peims suspendus; palettes de schiste en formt d'oi- 
seaux et de losanges (1, 150 ; II, 143); bracelets en os ; poin- 
çons de cuivre; beaux silex (scies, couteaux) fie AValed Harou. — 
P, Q, R, S. Vases rouges à bords noirs. — T, U. Importante sére de 
palettes en schiste, dont plusieurs en forme d'oiseaux et de quadru- 
pèdes (voir M, N, 0) ; très beaux silex taillés à petits éclats (I, 12) ; 

cinq pointes de flèche do silex poli, objets très rares (cf. I, 16). 

— V, W. Haches polies gloi)ulaires, très rares en Egypte (I,OB) ; 

autres préparées pour le polissage; pointes en silex et en os (1,14); 

couteaux de silex, avec ou sans pédoncule, d'un excellent trauil 

(l lOO-lOs). — X, Y, Z, A'. Vases suspendus; haches préparées pur 

le polissage ; couteaux de silex en forme de croissant (II, 11); 

gi-;indes coquilles marines recueillies à Toukh (I, 87). — B', C'J)'. 

Couvercles de jarres en argile de Négadah, portant des empreires 

de cylindres royaux très anciens (II, 165, 234). 

Vitrine 3. — Série de palettes en schiste, quelques-unes 3n 

forn^e de poissons, Aurdessous, vases sans couverte nipejntie, 



SALLE JACQUES DE MORGAN, 4-12. 105 

Vitrine 4. — Vases égyptiens en forme de cylindres, quelques- 
uns avec peintures ; l'un d'eux, de grande dimension, est en albâtre. 

Vitrine 5. —Tunisie. En haut, grands vases coniques d'Egypte. 
Dans la vitrine, série de vases africains ; silex, tant paléolithiques 
que néolithiques, notamment des ateliersd'EI Mekta près de Gafsa, 
Tunisie (RM. 1910, 267 sq.). Eemarquer les petits couteaux et les 
pointes de flèche d'une grande finesse, quelques-unes en calcédoine. 
A droite, hache polie de la province de Constantine. 

Vitrines 6 et 7. — On y classera de riches séries de l'Amérique du 
Nord (pierre, obsidienne poterie, etc.), réunies par J. de Morgan. 

Vitrines. — Caucase, Arménie (.T. de Morgan, Mission scientifique 
au Caucase, Paris, 1889, avec carte archéologique, II, pi. 35). — VaseS 
noirs et bronzes des nécropoles d'Atch-Kilissé, Mouci-Yéri, Lelwar, 
Cheitan-tagh. Remarquer les épingles à grosse tête conique per- 
forée (Morgan, 1,118-121), les bracelets (1,112), fibules (1, 117), 
chaînettes et pendeloques (1,125). Dans le bas, pointes de lance, 
poignards et couteaux de fer (I, 132); bagues et monnaies pro- 
venant des nécropoles du second âge du fer en Arménie. — Tout 
en bas, trois vases plats en forme de soupières, percés de trous 
comme des passoires. 

Vitrine 9 . — Suite de la céramique de Mouci-Yéri et d'autres 
nécropoles; vases percés de trous; plat orné au fond d'un grand 
svastika creux, évidemment symbolique ( I, 160); grande fourche en 
bronze de Mouci-Yéri (1,137). 

Vitrine 10. — En haut, grande série de bracelets de bronze dont 
beaucoup de poids fixe, pouvant avoir servi de monnaies (I, 110). 
En bas, riche collection d'outils en obsidienne de Mouci-Yéri, Algôz, 
etc. (1,99-101); grattoirs à encoches. 

Vitrine 11. — Nombreux vases des nécropoles arméniennes; 
remarquer un spécimen de Mouci-Yéri en forme de quadrupède, 
avec deux déversoirs ( 1, 155). T'n antre vase de même provenance 
offre une décoration de triangles incisés comme les céramiques de 
l'âge du bronze européen (I, 148). — La partie moyenne delà 
vitrine est occupée par des bronzes, tels ([u'épingles à grosses 
têtes perforées, colliers, bracelets, anneaux, pendeloques ; il y a 
aussi des colliers de perles de verre et de bronze, de cornaline, de 
coquilles, etc. (1,106). 

Vitrine 12. — Cette vitrine, non encore installée (1921), est ré- 
servée aux ceintures gravées en creux, d'un travail et d'un style 
excellents (I, 114-5, 141, 162-5), qui sont malheureusement dans 



106 SALLE CAPITAN, 1. 



un état déplorable et nécessitent de longues et délicates restau- 
rations. 

Vitrines 13 et 14,— Dans les vitrines du couloir conduisant à la 
tourelle sont exposés des vases, principalementd'Akhthala(I, 56,63). 

A l'extrémité du couloir, tourelle ornée de peintures d'Albert 
Girard, représentant le temple de Diane à Nîmes (Labordc. Monu- 
mentH de La France, 1,29), le pont romain de V'aison, Vaucluse 
{ihid. I, 89) et l'arc de Carpentras (.supra, I, 19). On y a placé aussi 
des armes des Sakayes de Malacca rapportées par J. de Morgan, 
en particulier une collection de sarbacanes, carquois, etc, 

A gauche de la fenêtre donnant sur la place du château, un cou- 
loir conduit à un escalier qui monte àlasalleCapitan (plus bas). Dans 
ce couloir sont rangées des boîtes contenant plusieurs milliers de 
clichés de projection relatifs à toute l'histoire de l'art, mais sur- 
tout au préhistorique, au protohistorique, au mérovingien et à 
la peinture du xiv*-xvi" siècle (cours de S. Reinach et H. Hubert 
à l'Ecole du Louvre). 



SALLE CAPITAN 

Cette salle, que l'on .souhaite d'installer le plus tard 
possible, est destinée (1921) à recevoir les collections de M. le 
D"" Capilan, professeur à l'École d'anthropologie et au Collège 
de France, membre de l'Académie de Médecine. Elle sera 
décorée du buste en marbre du donateur, par B. Champion. 

I. Préhistoire, — Séries considérable.'^ de toutes les époques de 
la pierre; très riches séries de la Dordogne (fouilles de Capitan 
et de Peyrony aux environs des Eyzies) et de la Vienne. Remarquer 
une collection importante de la station de Font-Maure (jaspes 
moustériens), complètement épuisée aujourd'hui. — Nombreux 
spécimens de campignien. — Séries néolithiques provenant 
d'habitats et d'ateliers (région de Pressigny, sud de la Dordogne, 
Yonne, Spiennes). Grande variété de haches en matières rares, 
jadéite, chloromélanite, pyroxénite. — Très nombreux spécimens 
de Tunisie, d'Algérie, d'Egypte, de l'Afrique centrale, des 
Antilles ; instruments en pierre du Cambodge, du Japon, du 
Mexique, ou employés par les sauvages actuels. Cinq mètres carrés 
de vitrines plates permettront de suivre l'évolution de l'industrie de 
la pierre jusqu'à Ténéolithique. Cette époque, celles du bronze et 



SALLE CAPITAN, 1, 2. — SALLE XIII. 107 

du premier âge du fer sont également bien représentées par des 
séries d'étude. — A signaler quelques pièces exceptionnelles: 
disques de pierre, très grandes haches polies, manches de haches de 
bronze et beaux couteaux de pierre des tombes prédynastiques de 
l'Egypte. 

II. Ethnographie. — Séries céramiques recueillies dans des 
fouilles au Pérou parle commandant Berthon, élève de Capitan. 
8uite de 288 vases peints provenant de Nazca, au sud du Pérou, le 
seul point où ils aient été recueillis; ces vases, peints en louge, 
jaune, noir et blanc, sont ornés avec beaucoup d'originalité — 
495 vases des diverses rét'ions du Térou, peints ou modelés, 
imitant des animaux, des fruits, des figures humaines — Etoffes 
péruviennes à sujets polychromes; étoffes en plumes fixées sur des 
tissus grossiers, avec vives couleurs. — Une trentaine de frondes 
tissées de couleurs variées (objets très rares). — Accessoires de 
tout genre retirés des tombeaux péruviens, depuis des pierres- 
figures jusqu'à des vases en argent repoussé. 

L'ensemble de la collection Capitan comprend environ 
30.000 pièces, soigneusement étiquetées. La dispersion d'un pareil 
ensemble, formé depuis 1869, eût été pour la science un vrai mal- 
heur ; les gracieuses dispositions du donateur ont écarté ce péril. 

A travers la Salle de Comparaison, le visiteur regagne les Salles III, II et I; puis il 
traverse un palier pour entrer dans la Salle XIV. 



SALLE XIII (SALLE D ALESIA). — La Conquête Romaine. 

Cette salle est, historiquement, comme le noyau du Musée: elle fut prête la première 
pour recevoir la visite de Napoléon III (mai 1807), qui signa, à cette occasion, 
l'exemplaire de VHistoire de César conservé à la Bibliothèque. Voir Saulcy, /.a salle 
d'Âlesia au Musée Saint- Germa in, in Jaurn. des Sav. 1880. 558. 

Les légions romaines sous César ont conquis la Gaule 
de 58 à 50 avant J.-C. Le récit de ces guerres a été fait 
par César iui-inéinc, dans des Commentaires qui nous sont 
parvenus. Connue les noms des localités ont changé depuis 
et que les descriptions de César ne sont pas toujours bien 
explicites, il est souvent difficile de retrouver sur le terrain 
les indications des Commentaires. Des recherches appro- 
fondies ont été faites à ce sujet vers 1862, époque à laiiuelle 
Napoléon III travaillait à une iiisloire de César (lu'ii publia 



108 



SALLE XIII, 1. 



en 1865-66. La Salle XIII contient en partie le résultat des 
fouilles et études archéologiques qui furent exécutées à cette 
époque. Les matériaux qui y sont réunis sont comme une 
illustration des Commentaires de César. 

On a aussi exposé dans cette salle les produits des fouil- 
les faites dans divers oppida (lieux fortifiés), habités avant la 
conquête; ces produits comprennent des objets en partie 
beaucoup plus anciens, mais qu'on a réunis dans les mêtnes 
vitrines à cause de l'unité de provenance. 

G. Jullian, Histoire de la Gaule, t. III, 1909; T. Rice Holmes, Caesarin Oaul, 
2« éd. 1911; J. Déchelette, Manuel, l. IV, 1914; d'Arbois de Jubainville, RC. 
1887,201 (Aa Oaule au moment de li cr^iquéte). La meilleure édition française de la 
Guerre des Gaules de César est celle de Dosson revue par Lejay ( Hachette) ; il y a 
une traduction fort lisible par Artaud (collection Charpentier). 

Vitrine L — Sur la gauche, à terre, amphore vinaire. de fabri- 
cation iralleone, trouvée avec beaucoup d'autres au Mont Beuvray 
(D. IV, 904). Dans la vitrine, beau vase grec à figures rouges, 
représentant l'Aurore qui poursuit, Céphale ; ce dernier tient à la 
main deux javelots munis de la corde dite amentum, qui augmen- 
tait la puissance du jet. C'est ce détail (cf. p. 123) qui justifie ici 
la présence d'un ^'ase grec. — Au-dessous, enduit desmursgauknsde 




Vifi. .)!. Vitr. I. — Vase grec à figures rouges liouvé en Italie, représentant 
Kos (l'Aurore) poursuivant Céphale et (au revers) un jeune lionime drapé. 
Cépliale porte deux javclols pourvus de Vamentum. Inscriptions grecques 
décoratives, vides do sens. 



« 



SALLE XIII, 1-6. 109 



Bibracte (Mont Beuvray, Saône-et-Loire) ; haches polies, molettes, 
pierres à aiguiser, etc. de même provenance. 

Vitrines 2-5. — Fouilles du Mont Beuvray. Ces fouilles, commen- 
cées par G. Bulliot en 1862, continuées par son neveu J. Déchelette 
en 1897, ont démontré que le Mont Beuvray est la Bibracte de 
César, que l'on plaçait autrefois à Autun. — Au-dessus, deux 
grandes amphores et une grande urne. A gauche (2), briques réfrac- 
taires, enduits de fourneaux, écuelles à trois pieds ; (3) bouteilles, 
écuelles et assiettes ; (4) vases divers, la plupart à couverte 
noire ; (5) vases, écuelles, plats et assiettes. 

C et D, vitrine plate. — Objets divers trouvés dans les ateliers 
d'un forgeron et d'un émailleur gaulois à Bibracte; fragments de 
creusets, rouelles, boutons, fibules. On a constaté en 1869 que tout 
un quartier de Bibracte était occupé par des cmailleurs gaulois. 
L'émail s'est rencontré à l'état brut, en petits lingots, à l'état de 
bavures et sous formes de déchets de fabrication. Il s'appliquait, 
lorsqu'il était en fusion, sur les tètes en bronze des objets à décorer, 
où l'on avait préalablement incisé au burin les cavités qui devaient 
loger rémail. Une fois la calotte d'émail refroidie et figée, on 
limait par frottement de manière à ne laisser subsister que les 
parties enchâssées dans les tailles du dessin ménagé. Remarquer, 
au milieu, plusieurs pierres ayant servi à cette opération . — La 
découverte des ateliers d'émail leurs de Bibracte confirme un témoi- 
gnage de l'écrivain grec Philostrate qui, d'après des écrivains grecs 
beaucoup plus anciens, attribue la connaissance de l'émaillure aux 
« barbares voisins de l'Océan » (D.IV, 1547.) 

A droite (D), pesons de fuseaux, trépied, pelle et pince de fer, 
fragments d'émail et de verres de couleur, perles de verre, têtes 
de clous en bronze avec incisions pour recevoir l'émail, petits 
anneaux de bronze, bague, etc. Le n" 21 111 est une tête de clou 
conservée dans sa gangue, avec la calotte d'émail qui y était attachée. 
— Ces fouilles de Bibracte ont démontré que les Eduens, avant 
l'arrivée de César, étaient parvenus à une civilisation fort avancée. 

J. Déchelette, L'oppidum de Bibracte, P. lOO.i et ;Vonuei, IV, 948,951. 

Vitrine 6. — Au-dessus, fragment d'un grand vase du Mont 
Beuvray, de part et et d'autres duquel sont des chenets en terre 
cuite * à tête de bélier, décf)uverts à Bonvert, commune de Mably, 
Loire, et près de Clermont, ce dernier avec inscription celtique 
(RA. 1898, II, 70, 71; 1). IV, 1402). — Objets en fer du Mont 
Beuvray, clefs, haches, fibules, chaînes ; au-dessous, quatre grandes 



110 



SALLE XIII, 6-9. 



amphores. A gauche, contre le mur, plan du Mont Beuvray et 
tuyau de plomb, long de 1 m. 50 c., provenant du même oppidum. 
Vitrine?. — Modèle des travaux de César devant Avaricum 
(Bourges), assiégée en 52 avant J.-C. (César, VII. 14-32 ; 
Jullian, m, 440, 447). Ils consistaient en une terrasse en bois et des 
galeries couvortes poussées vers l'oppidum, portant deux grandes 




Z' 



'm ^^^^^v J 



Il 694 



Kig. 5a. Vitr. 7. — Modèle des travaux d'approche de César 
devant Avaricum, en 5q av. J.-C. 



tours (jui lurent roulées vers les murailles et d'où les Romains se 
prf cipitérent dans la ville. Les Gaulois avaient élevé des tours en 
bois sur leurs murs, en face des tours mobiles des Romains. 

Vitrine 8. — Objets en fer, ciseaux, chevilles, grands clous pro- 
venant des murs gaulois de Bibracte (voy. vitrines 11 et 17 B; D. 
IV, 193) ; crochets, pelles, lingots et rognures de fer, scories de 
forges. 

Vitrine 9. — Poteries recueillies au Mont Beuvray, les unes 
peintes, les autres ornées de reliefs, de lign''es creuses et d'ins- 
criptions en lettres grecques. Nous savons par César et par les 
inscrij)tions que les Gaulois avaient adopté l'alphabet grec. Remar- 
quer un vase noir avec l'inscription matepiac (D. IV, 956 ; cf. 
990, note) et deux jolis gobelets à reliefs du temps d'Auguste 
(l)échelette, Fa.se.s ornés, 1, 31). — Dans le bas, anneaux, chaînes, 
clous et gâches en fer. 



SALLE XIII, H, 



m 




ElèuatioiL 

de \(x. nxatalCLc actueffe.^ de fa matai lu. XtAtowruCC 




Fitr 



<lc Cet iiuw.aiffc actuePPt. «le Ca mutai ffc x.t^\Àxvdv: 



53. Vilr. II. — Elévation et plan du mur gaulois de Murcens, construit 
en pierre et en bois (cf. Déchelette, Manuel, t. IV, p. 



112 



SALLE XIII, 10, H. 



Vitrine 10. — l'ains enterre réfractaire. Dans le bas, poteries 
avec marques de fabri(iue ; Bibracte. 

A gauche de la fenêtre, gravure donnant les détails des travaux 
roni;iiiis devant Uxellodununi ; à droite, empreintes de pierres 
gravées (anciennes et modernes) à l'effigie de César. 

Vitrine 11. — Mur de la forteresse ou oppidum gaulois de 
Murcens ou Murceiiit, commune de Cras. Lot. On voit, d'un côté, 
l'état actuel du mur gaulois, de l'autre ce mur restauré. Remarquer, 




Kip. r)/i. — Lôgionnairo romain de l'an loo apr. ,T.-C., 
niodèlo oxcciitô par le sculpteur BarlholHi pour Napoléon III 



dans la construction, l'association des pierres avec des poutres en 
bois perpendiculaires à la direction de la muraille et liées par 
de grandes chevilles en fer à des poutres transversales. C'est le 
même appareil que celui des murs d'Avaricum décrits par César 
(Vil, 23); on Ta rencontré en différents points de la Gaule, en par- 
ticulier au Mont Beuvray, à Vertault et à Alesia(D. IV, 9»5-96j. 



SALLE XIII, 12-14. 113 



12. Socle. — statue d'un légionnaire romain de l'époque de 
Trajan (100 ans après J-C), exécutée par le sculpteur Bartholdi, 
d'après les bas reliefs de la Colonne Trajane et los documents fournis 
par les fouilles. Casque à paragnathides (couvre-joues ou menton- 
nières) articulées, surmonté d'un anneau de suspension ; cuirasse 
en bandes de fer avec épaulières; tablier de cuir plaqué de métal, 
couvrant le milieu du corps ;épée à manche en os. Les chaussures 
sont conformes à un modèle exposé sur le même socle, qui a été 
découvert en 1857 à Mayence. Le légionnaire tient de la main gau- 
che le bouclier avec la bosse ou t/mfto, de la main droite le jpzÏMm 
(cf. p. 122). Son costume se compose d'un pantalon court et d'une 
tunique de laine, laissant les avant-bras et le bas des jambes à 
découvert (reproduction en couleurs dans Duruy, HR. III, 198).. 

Vitrine 13. — Modèle d'une petite installation balnéaire composée 
de trois pièces, déblayée à Bibracte par J. Déchelette en 1889, 
exécuté par B. Champion (D. IV, 953). 

Vitrine 14. — Plan en relief d'Alise-Sainte-Reine, à l'échelle 
de 2Qggi , indiquant les vestiges des travaux de César et des murs 
gaulois d'Alesia sur le mont Auxois (exécuté par Abel Maître). 
Au-dessus, énormes vases en terre cuite trouvés à Bibracte et 
dans la forêt de Compiègne ; moulages de portraits antiques de 
Jules César ou crus tels. Les traits les plus caractéristiques sont 
la rareté des cheveux sur le front et la ligne très accusée du rictus. 
Le meilleur buste est celui de Pise ; viennent ensuite celui de 
Londres (contesté) et l'un des bustes du Louvre. Le second buste 
du Louvre, qui est diadème, était dans le cabinet de Napoléon III 
à l'Elysée ; il n'est pas sûr qu'il représente César. Le buste de Berlin, 
dont l'original est en basalte, est peut-être celui d'un personnage 
égyptien (Bernoulli, Bôm. Ikonographie, I, 145 et suiv.). 

En 52 avant Jésus-Christ, la plupart des peuples gaulois, réunis 
dans un dernier effort contre les Romains, confièrent le comman- 
dement suprême à un jeune chef de l'Auvergne, Vercingctorix. Après 
une campagne sans résultats décisifs, mais non sans gloire pour ses 
armes, Vercingétorix dut se réfugier sur le mont Auxois (arrondis- 
sement de Semur,Côte-d'Or), dont Alesia occupait le versant occi- 
dental. César le poursuivit et résolut de le réduire par la famine. 
Il s'établit sur les hauteurs qui entourent le mont Auxois, le mont 
Réa au nord-ouest, la montagne de Bussy au nord-est, les collines 
de Pennevelle et de Flavigny au sud. L'accès du mont Auxois 
n'était libre que vers l'ouest, où deux ruisseaux, l'Ose et l'Oserain, 
affluents de la Brenne, arrosent une plaine appelée les Lamnes. C'est 

8 



11^1 SALLE XIII, 14, IT). 

là quo César exécuta ses plus grands travaux, une circonvallation 
dirigée du côté des assiégés, et un peu plus loin, en arrière, une 
contrevallation pour se protéger contre les armées gauloises de 
secours (voy. vitrine 24). Des ouvrages moins considérables furent 
tracés tout autour d'Alesia, surtout dans la vallée du Rabutin, 
petit afduent de l'Ose, entre les collines de Héa et de Bussy. 

Plusieurs batailles furent livrées autour d'Alesia. Dans la pre- 
mière, César vainquit la cavalerie gauloise aux Laumes, et la refoula 
dans la ville. Les assiégés étaient déjà pressés par la famine 
lorsqu'une armée gauloise de secours apparut, commandée par 
Commius, Eporedorix, Viridomar et Vercassivellaun. César, protégé 
j)ar ses retranchements, fit face des deux côtés à la fois. Une 
bataille acharnée s'engagea sur le'mont Réa, oii le camp romain fut 
presque forcé; mais Tarivée de César sur ce point décida de la 
journée et du sort des Gaules. L'armée de secours, non ravitaillée, 
se dispersa dès le lendemain. Tous les moyens de résistance 
étant épuisés, Vercingétorix, vaincu par la famine, se rendit 
ou fut livré à César. 

Les fouilles (1860-1865) ont fait découvrir les camps et les fossés 
des Romains, avec de nombreuses preuves de l'identité, aussi souvent 
affirmée que démentie, d'Alise-Sainte-Reine et d'Alesia. La direc- 
tion des fossés de César est indiquée sur le plan par des lignes 
rouges . 

Comme les tranchées étaient pleines d'eau, elles n'ont rien 
laissé perdre des objets métalliques qui y étaijent tombés pendant 
les combats. Il parait que les Gaulois plaçaient leur pécule sous les 
bosses de leurs boucliers, car c'est dans ces conditions qu'on a 
recueilli presque toutes les monnaies i^auloises de la vitrine 15. 

C. JuUian, Verciurjétorix, Paris, 1901 et Histoire de la Gaule, III, 418, 503; I). 
IV. 058. 

Vitrine 15 (plate). — Le vase d'argent d'Alesia, autrefois dans 
cette vitrine, a été transféré dans la salle du Trésor. — Au milieu, 
moulages de diverses monnaies en or, argent et bronze à l'effiuie 
de .Jules César (Bernoulli, Bom. Ikono graphie, I, pi. 3). Tout 
autour, choix de monnaies découvertes au cours des fouilles d'Alesia. 
Sur GIO pièces exhumées, 487 sont gauloises, dont 103 arvernes ; 
les monnaies romaines sont toutes antérieures à 52 avant J.-C, 
épo(|Ue de la reddition d'Alesia. — Parmi les monnaies grauloises, 
on a rencontré un statère de bas or portant le nom même de 
V^ercingétorix (Salle du Trésor) et une quantité considérable de 



I 



SALLE XIll, 15-20. 115 



pièces de cuivre de l'Arverne Epasnactus, toutes antérieures aux 
monnaies de style romain que ce chef a frappées après avoir fait sa 
soumission aux conquérants (RA. 1866, II, 1 ; Journal des Savants, 
1880, 78 ; Blanchet, Manuel de ninnism . franc . 1,75). 

Vitrine 16. — Poteries recueillies dans l'oppidum gaulois de 
Pommiers, Aisne, l'ancien Noviodunum des Suessions (D. IV, 
967). — Bracelet de jayet et poinçon en os du camp de Chassey, 
S. et L. ; ces objets sont beaucoup plus anciens et remontent en 
partie à l'époque néolithique (D. I, 353 ; II, 122). . 

Vitrine 17. — A. Objets en fer et en bronze, fragments de bouclier, 
de cuirasse et de casque, carreaux de catapulte, pointes de flèche, 
pic-hache, fibule, bracelet en jayet, fragments de poteries recueillis 
au Fuy d'issolud, Lot, où l'on suppose qu'était placé Uxellodunum, 
forteresse gauloise prise en 51 avant J.-C. par César, qui désho- 
nora sa victoire en faisant couper les ' mains aux défenseurs de la 
l^aice {Bell. Gall. VIII, 32-44). 

D. IV, 991 ; JuUian, III, 556. 

B. — Clous et chevilles, couteaux, pointes de flèche en fer, pen- 
deloques, rondelles et fibules de bronze, pesons de fuseau, passoires 
en argile, trouvés sur l'emplacement de Voppidum gaulois de 
Murcens, Lot. Les chevilles servaient à relier et à consolider les 
poutres de la muraille (cf. vitrine 11). 

Vitrine 18. — Objets en fer, en bronze et en argile trouvés 
dans Yoppidum gaulois de IJoviolles, Meuse (camp de Naix; D. IV, 
969). En haut, clous ou chevilles en fer des murs gaulois de Vertault, 
Côte-d'Or, et de Porrentruy, Suisse ( 1). IV, 993). En bas, perles 
de verre, fragments de verre multicolore (millefiori), monnaies 
gauloises en potin; clous, grandes chevilles en fer des murs de 
Boviolles. 

Vitrine 19. — Modèle restitué des travaux de César devant 
Uxellodunum, que Napoléon III plaçait au Puy d'issolud (cf. vitrine 
17, A). La construction de la terrasse et de la tour avait pour but 
de dominer les abords d'une source où s'alimentaient les assiégés . 

Vitrine 20. — Au des.sus, grand vase noir trouvé à Alesia. — 
Objets recueillis dans Voppidnm de Saint-Pierre en Châtre, foret de 
Compiègne (D. IV, 909). Poteries grossières, pesons de fuseau, 
contrepoids de métiers, fragments de moules d'épée en terre, instru- 
ments en silex et en corne, percuteurs, pointes de llèchc, poignards, 



116 



SALLE XIII, 20-22. 



poinçons, lissoirs, pendeloques. Ces objets appartiennent à diverses 
époques, depuis le néolithique jusqu'au temps de la conquête. 
Remarquer un vase avec goulot d'écoulement dit biberon. 

Vitrine 21 . — Au-dessus, seau 
en bois * avec cercle de fer et 
chaîne découvert sur le plateau 
d'Alesia (Pro Âlesia, III, pi. 1.) 
Suite des trouvailles placées 
dans la vitrine 20 : épingles, 
aiguilles, pinces à épiler, brace- 
lets, fibules, anneaux, poinçons, 
pendeloques, poignards, gouges, 
haches, épées de bronze ; clous, 
dents de herse, éperon, couteaux, 
clefs, pointes de flèche et traits 
de catapulte en fer. Les poi- 
gnards triangulaires, haches à 
ailerons, fragments d'épées en 
bronze sont bien antérieurs aux 
objets de fer découverts au même 
endroit. Remarquer en bas à 
droite des stimuli (pointes de 
fer recourbées), moyen de dé- 
fense dont on a trouvé des 
exemplaires à Alesia ; on a' 
supposé tantôt qu'ils étaient plantés en terre, tantôt qu'ils étaient 
fichés en ligne sur des traverses de bois pour empêcher l'escalade 
{Pro Alesia, 1908, 555). 

Vitrine 22. — Sculptures romaines découvertes par le commandant 
Espérandieu au cours des fouilles dirigées par lui sur le plateau 
d'Alesia(1905etsuiv.), qui resta une ville assez importante à l'époque 
impériale. Au-dessus, deux bustes en calcaire, sans doute des 
ex-voto (B A. 1912, pi. 11), Dans la vitrine, l'objet le plus remar- 
(|uable est la tête diadémée et couronnée d'épis d'une déesse dont 
on a retrouvé aussi la main gauche tenant un serpent, analogue à 
Hygie ou déesse grecque de la santé (E. 2385) ; il y a des traces 
notables de coloration rouge sur le visage, comme aussi sur un 
fragment de tête voisin. Noter encore une jolie tête de Mercure 
(BA. 1912, pi. 30); un enfant au maillot (E. 2387); un masque* ter- 
minant un bloc rectangulaire dont la face latérale gauche est ornée 
d'une queue de dauphin (trouvé jadis k Alesia, E. 2376) ; deux 




Fig. 55. Vilr. ai. — Scaii en bois d(! 
sapin avec cercles de fer, dcconvert 
à Alesia; Musée d'Alise (Pro A /es/w, 
i. m. pi. i). 



SALLE xni, 22, 23. 



117 



stAles représentant des divinités de l'Abondance, Tune d'elles avec 
traces de polychromie (E. 2353). 

l'our les fouilles reprises à Alesia eiil90ô,voir Iq Bulletin du Comité, les Comptes- 
it iiilus de VAcad. et la revue Pro Alesia; c(. D. IV, 964. 

Vitrine 23. — Suite des trouvailles faites à Alesia sur le plateau : 
1 Grande collection d'yeux votifs et d'autres parties du corps en 
bronze, consacrés à la source bienfaisante d'Alesiapar des malades 
(1! A. 1910, pi. 50; 1912, pi. 14; C A. 1909, 51) 2'' Beau plat oblong 
en bronze, avec ornements gravés sur le fond et sur les anses.. 
3» Deux bronzes* de travail excellent, représentant l'un un^guerrier 





Fig. 56. Vilr. 33. — Buste en bronze 
de Silène, découvert à Alosia; Musée 
d'Alise {Pro Alesia, t. I, |)1. 2). 



Fig. 57. Vitr. 28. — Applique 
de bronze découverte à Alesia, 
représentant un (îauldis mort ; 
Musée d'Alise ( P/o Alesia, 
t. I pi. i^). 



gaulois mort {Pro Alesia, I, pi. 14; RS. IV, 113), l'autre un buste 
de Silène, ideutique à un spécimen de Pompéi (Pro Alesia, I, pi. 2). 
4° Une flûte de Pan* en bois, à 8 trous, objet uni(iue;(ii6iV/.. I, pi. 21). 
5" Fragments * d'une coupe rouge à reliefs relatifs au culte de 
Mithra, autre objet unique (li A. 1908, pi. 16). 6» Deux très belles 
fibules digitées d'époque franque^Jdécouvertes dans un sarc ophags 



118 



SALiJî XIII. 23, 24. 




à Alcsia (CA. 1909, 527). 1" Une grande pièce de verre plat, preuve 
que TAlesia romaine n'ignorait pas l'usage des vitres. 8° Une fibule 
de bronze cmaillée en forme de paon (B A. 1912, pi. 14). 

Au-dessus, grande amphore 
d'Alesia et 8 boulets de pierre, 
lancés par des machines dites 
onagres, recueillis tant autour 
d'Alesia qu'autour de Gergovio, 
ville dont César fit le siège en 52 
avant J.-C. 

Vitrine 24. — Modèle des tra- 
vaux de César devant Alesîa, que 
les fouilles ont permis de reconsti- 
tuer en accord avec les témoignage 
des Commentaires . 

La contrevallation de César 
était placée à 400 pieds en arrière 
d'un fossé large de 20 pieds qui 
formait la première défense dans 
la plaine des Laumes. Elle com- 
prenait elle-même deux fossés, 
Fig. 58. Vitr. 23. - Flûte rustique à dont le plus rapproché de la ville, 
huit tuyaux, découverte à Alesia. en forme de cuvette, était rempli 
Original" au Musée d'Alise (Pro (j-g^u dérivée de l'Oseralu (voy . la 
Alfsia, t. I, pi. ai). . ,x , .X / . 

vitrine 14) ;, derrière ces fosscs 

s'élevaient un rempart et une palissade, contre laquelle o'n appliqua 
un clayonnage avec créneaux; l'escalade était rendue plus difficile 
par des branches fourchues placées horizontalement à la jonction 




11892 



Fig. .jg, Vilr. a4- — Modèle des travaux de César devant Alcsia, 
en 52 av. J.-C. Palissade, fossés, trous de loup. 



SALLE XIII, 2^ 25. 



110 



du clayonoage et du rempart. Des tours en bois espiicccs de bO 
pieds défendaient cette partie de la contrevallation. En avant des 
fossés on établit des cippes, rang-ces de branches taillées en pointes, 
puis, plus en avant encore, des trous de loups, fossés tronconiques 
avec pieu central, disposés en quinconces sur huit rangs, enfin des 
piquets munis de fers en forme d'hameçons dits stimull (chausse- 
trappes ; voir p. 116). 

C. Jullian, Histoire 'h', la Gavlr, 111,507. 

Vitrine 25. — Modèle du pont jeté par Gcsar sur le Rhin en 55 
avant J.-C. ; restitution du général Verchère de Rcffye. Ce travail 
fut achevé en dix jours et les Romains passèrent alors le Rhin 




1 1895 



Kig. (îo. Vilr. 25. — MoilMc fin ])ont conslniit par .Iiilos C.'snr 
sur le Uliiii, en fif) av. L-d. 

pour la première fois. On ignore l'endroit où avait été construit co 
pont, qui a disparu sans laisser de traces. 

c. Jullian, Hist. de la Gaule, III, '338. 



120 SALLE XIII, 26, 27, 



Vitrine 26. — Armes trouvées dans les fouilles autour d'Alesia. 

A. Grandes épées gauloises en fer ; grille de foyer ; grands clous 
(D. IV, 960) ; mors et filet de bride ; pointes de trait; objets de fer 
destinés peut-être à protéger les sabots des chevaux et des bœufs, 
hipposandale et bousandale {Pro Alesia, 1908, 477, 518, 539). 

B. Fragments de javelots ou pila romains (Pro Alesia 1906, 253); 
lances de cavalerie avec des croisières vers la base ; traits lancés 
par des catapultes ; poignard. 

C. D, Pointes de lance de diverses grandeurs ; pointes et talons 
de lance ; pointes de javelot. 

E. Dépôt de bronzes découvert en 1860 dans la plaine des 
Laumes, près de la ferme de l'Epineuse, au lieu dit Fausse Rivière. 
Pointes de lance à douille, haches à ailerons, plat en bronze, couteau, 
petite épée en bronze avec poignée à double cuvette (16281). Ces 
armes n'ont aucun rapport avec le siège d'Alesia : elles sont de 
plusieurs siècles antérieures {Pro Alesia, I, 49). — Plus loin, objets 
divers trouvés autour d'Alise : fibules et fils de bronze, petits 
poignards en bronze et en fer. nombreux anneaux, fibules en bronze 
argenté, éperon à deux boutons, pointe de flèche enbrouze. Kemar- 
quer (14 107) une très jolie pâte de verre gravée, trouvée dans un 
puits à Alise ; le personnage représenté est Hercule. 

F. Grand casque ; jugulaires de casques, ciseaux, gouges, cou- 
teaux, anneaux, viroles de pilum (cf. p. 122). A droite, agrafe et 
anneaux à crochet pour ceinturon de bronze. 

6. Bosses ou umbos de boucliers en fer ; garnitures du pour- 
tour de boucliers. 

I. Larges têtes de clous en fer. Remarquer au milieu (24367) 
les stimuli ou hameçons en fer trouvés dans la circonvallation de 
César (cf. p. 119, vitrine 24) ; pointes de flèche et bases de lance 
en fer. 

Au-dessus de cette vitrine, grande carte générale des peuples de la 
Gaule au temps de César (exemplaire unique). 

Vitrine 27. — Au-dessus, tête colossale en calcaire d'Hercule 
trouvée à Alise avant 1870. D'après les Grées, Hercule était le fon- 
dateur d'Alesia ; il devait y avoir un temple important, où étaient 
sans doute représentés ses exploits, entre autres la défaite des 
nègres de Busiris (des têtes de nègre en pierre ont été découvertes 
à Alise sur le plateau, E. 2367 ; voir Ad. Reinach, Les têtes cou- 
pées d^ Alise et Hercule a Alesia, dans la Bibliothèque Pro Alesia, 
fasc. III, Paris, 1914. 



SALLE XIII, 27. ■ 121 

A droite et à gauche de la tùte d'Hercule, deux chaudrons de 
bronze * de même provenance. Sur le devant, deux fragments de 
cuirasse à écailles * ; musée de Zurich. 

A. Grandes épées * gauloiwes en for avec leurs fourreaux en 
bronze, provenant de Suisse et de Hongrie. La soie, tige ronde ou 
carrée terminée par un bouton, s'ajustait dans une poignée en bois 
ou en os. — En bas, ornement* de bouclier ; Latène (Vouga, pi. 19,7). 

B. Poignards et épées en fer (originaux et moulages), quel- 
ques-uns avec leurs fourreaux. A l'époque du siège d'Alesia, Gau- 
lois et Romains se servaient dépées très semblables, du type dit de 
Latène III (voir la notice de la salle VII). — Remarquer (10205*) 
une épée en fer du musée de Bonn, avec un nom do fabricant au 
génitif, SABINI. — Sur le devant, grande entrave en fer d'Alesia, 
avec fermeture cà clavette, et entrave moderne analogue pour 
comparaison. 

C. Javelots ou pila (cf. p. 122), pointes de lances, de jave- 
lots et de traits en fer. Remarquer à gauche un grand ptVwm * 
tordu (musée de Wiesbaden) ; en haut, pointe de lance * très large, 
d'un type rare (musée de Mayence) . Sur le devant, joli vase de 
bronze * trouvé dans un puits à Alesia, avec le seau figuré p. 116 
et la flûte de Pan, p. 118. 

D. Pointes de lance et de javelot * en fer provenant de sta- 
tions helvétiques. Sur le devant, vmbos de bouclier, anneaux, 
fibules, boucles et crochets de ceinturon en fer; sur la droite, objets 
qu'on a pris pour des poignées de bouclier (originaux et moulages). 

E. F. G. Objets en fer, pour la i)lupart originaux, trouvés dans 
les fouilles du plateau d'Alesia (1905 et suiv.). 

E. Crochet de porteur (?) en fer ; grands clous des remparts 
d'Alesia (D. IV, 960) ; ferrures de char ; clochettes de bestiaux. 

F. Outils divers, entres autres crémaillère, cadenas, hachoirs. 

G. Objet en fer qu'on a pris à tort pour un étrier (inconnu des 
Romains) ; c'est peut-être une sorte d'hipposandale (Fro Aîesia, 1908, 
pi. 59), — Creuset, louche, peigne de tisserand, grande bêche dont 
la patine imite le bronze. 

Traversons la salle pour rxainiiicr le mur rlu côté de la cour. 

A gauche et à droite du premier trumeau, grandes amphores 
d'Alise ; à gauche, genou votif trouvé prés de la source d'Alesia 
avec dédicace au dieu celtique Moritasgus identifié à Apollon (BA 



122 • SAM.K XIII, CADRES. 



1912, pi. 13. p. 47 ; 1). IV, 963), —Tout en haut, restitution faite 
pour Napoléon ITI d'un casque romain. 

Au milieu, de haut en bas; 1° Cadre contenant un plan en relief 
(lu mont Falhize, près Huy, sur la rive gauche de la Meuse, que l'on 
a voulu identifier à Voppidum Adiiatucorum, assiégé et pris par 
César en 57 av. .T. C ; d'autres ont cherche cet oj9jp/t7«m à Namur 
ou même à Tongres (Ju)lian, III, 270, 376) ; 2° Ancienne vue 
gravée de la colline d'Alise; 3° Pian de Gergovio et des environs de 
ce plateau (D.IV, 957 ; .Jullian, III, 165). 

A droite, fragment d'une autre sculpture trouvée à Alesia, avec 
dédicace au dieu Moritasgus (voir p. 121). En haut, autre modèle de 
cas(]ue romain . 

Dans l'embrasure de la fenêtre suivante : à gauche, petites cartes 
d'Alesia, d'Uxellodunum et de Gergovie ;à droite, dessin original 
de Prosper Mérimée, d'après un vase du Musée Britannique qui 
représente un éphèbe lançant le javelot avecromentum (R A. 1860, 
II, 210 ; cf. vitrine I). 

Au milieu du trumeau suivant, importante série de modèles 
(restitués) de ^?î7a ou de javelots munis de V amentum (R A, 1864, II, 
345) . Les pila présentent entre eux des différences assez considé- 
rables, portant sur la longueur, le poids et le mode d'emmanchement 
du fer Dans un dos types, le fer est aplati au point d'attache et fixé 
par des chevilles qui, traversant le bois et le fer, softt rivées contre 
de larges rondelles qui serrent le bois et l'empêchent de se fendre. 
Cet emmanchement est encore usité dans nos couteaux de cuisine à 
lame fixe. Il explique, suivant la remarque du général Verchère de 
Refifyo, un passage où Plutarque raconte que Marins, voulant mettre 
les Gaulois dans l'impossibilité de se servir pendant le combat des 
pila qu'ils ramassaient sur le champ de bataille, imagina de rem- 
placer par une cheville de bois l'un des deux rivets qui fixaient le 
pihim à sa hampe. La cheville de bois se rompant dans le choc, le 
fer basculait autour de la cheville reétante, et de cette manière 
l'ennemi ne pouvait pas faire usage des armes qui tombaient à terre 
(R A. 1864. 11, 337). , 

1 )e grands 7J?7f/ ayant m. 90 de tige peuvent être lancés à 30 mètres 
et, tombant de pointe, traverser des plaques de sapin épaisses de 
m. 03 : ils étaient donc plus que suffisants pour transpercer les 
boucliers des anciens. 

Le javelot muni de V amentum était déjà connu des Grecs. 
Xénophon nous dit que les flèches des Carduques étaient si longues 
que les Grecs y attachaient des courroies et les renvoyaient comme 



( 



SALLE XIII, CADRES 423 



des javelots, h'amention, lanière en cuir où l'on passait un ou deux 
doigts, faisait à peu près l'office de la corde d'une fronde. Des 
expériences faites en 1862 ont démontré qu'un javelot léger, que 
la main ne peut projeter qu'à 20 mètres au plus, atteint, par l'usage 
de Va>iie7itu7n, une portée de 80 métros; la justesse du trait se 
trouve également augmentée. 

Au dessuS;, carte manuscrite de la région d'Alise avec l'indi- 
cation des premières fouilles et les signatures des savants qui les 
dirigèrent. Saulcy, Creuly, A. Bertrand. Le capitaine (depuis 
colonel) StofTel, ay<int fait écarter par Napoléon TII les membres de 
la commission pour prendre leur place, demeura seul chargé des 
travaux et découvrit, presque aussitôt, le vase d'argent aujourd'hui 
dans la Salle du Trésor (R A. 1907, T, 329; 1909, II, 141 ; ProAlesia, 
1906, 122). 

A gauche, modèle de casque romain et de cuirasse imbriquée ; à 
droite, autre modèle de casque et de cuirasse à épauliéres. — Sur 
le plancher, à droite et à gauche, amphore du Mont Beuvray. 

A droite de la troisièmefenêtre, dans deux cadres, échantillons 
d'étoffes romaines trouvées à Mayence dans la tourbe. Au dessus du 
second cadre et en pendant, modèles de casques romains; sur le 
plancher, amphores du Mont Beuvray. 

Sur le trumeau, de haut en bas: I. Plan en relief de la citadelle 
de Namur, considérée par Napoléon III conimeroppidum des Adua- 
tuques (Jullian,lII, 270, 376).— Il, III. Reprt)duction de deux bons 
dessins de A. Brion (1882), représentant des légionnaires romains 
creusant une tranchée, et l'attaque d'un camp romain par les 
Gaulois (1). 

A droite, dans l'ébrasement, doux cadres contenant des pièces 
de cuir pour chaussures et des fragments d'étoffe trouvés à Mayence 
dans la tourbe ; cf. AIIV. III. 37 et 46. 

Au-dessus de la porte conduisant à la salle XITT, inscription 
celtique='= d'Alise se terminant par le nom d'Alesia (voir t.I.p. l.'>5; 
CIL. XIV, 2f80; en fac-similé, 1). IV, 96-6). 

Dans le couloir conduisant à la salle XIII, grand cadre contenant 
une importante collection, accpiise en 1909, d'ojcts divers en os, 
bronze, fer et verre provenant de Mathay près Mandeuve, Epo m aii- 
duodurum (I). IV, 1327). Remarquer une petite statuette de cheval en 
bron/e; des plateaux de balances; des monnaies gauloises; un relief en 

(1) Les originaux, conservés au musée iniiiiicip.il (l'.Alisc-Sninle-lloiuc. ont disparu 
cù 1908. 



124 



SALLE XIII 




Fig. 6i. — Objets de la haute époque romaine découverts à Matliav, Douhs. 



SAI.LKS XIII-XIV 125 



bronze, ayant servi à orner un coffret, représentant Bacchus, une 
Ménade et Mars ; une bague d'or et de nombreux débris de fils d'or; 
de nombreuses fibules de bronze; une sorte de toupie (?) en bronze; 
surtout une très riche série d'ornements et de bracelets en verre 
blanc, bleu, jaune, noir ou multicolore. 

TIROIRS DE LA SALLE XIH 

Vitrine 3. Broyeurs; fragments de grands vases et d'amphores. 

Vitrine 4, 5, 8. Objets divers du MontBeuvray. 

Vitrine 10. Fragments du Beuvray et du Puy dissolud. 

Vitrine 16. Fragments de poteries et de chenets (Vichy, La Cheppe.) 

Vitrine 20. Objets divers de Saint-Pierre en Châtre et de Boviolles. 

Vitrine 22. Moulages de fragments d'inscriptions d'Alésia. 

Vitrine 26. Boulets en pierre; meules ;poids ; débris d'amphores et de tuiles. 

Vitrine 27. Vases de Mathay; poids d'Alesia. — Moulages d'armes celtiques. — 
Nombreuse série (originaux en plomb et facsimilés) de balles de fronde avec ins- 
criptions, provenant de Rhodes et d'Italie (KA. 1869, II, 224; 1889, II, 414.) 



SALLE XIV. — Céramique de l'époque romaine ; statuettes 

en terre cuite . 

La Gaule conquise se romanisa rapidement. En littérature 
comme en art, elle se mita l'école de Rome, qui était elle- 
même l'élève de l'Étrurie et de la Grèce. Les ouvriers gaulois 
étaient habiles et expéditifs; si le sentiment de la qualité 
leur faisait défaut, ils y suppléaient par une production intense 
qui leur permit de conquérir de nombreux marchés, même 
en Italie. Nous avons vu qu'ils connaissaient l'émaillerie 
avait l'époque de César (Salle XIll) ; nous verrons (Salle XIV) 
que cette technique se développa encore à l'époque impériale, 
et la même salle nous fournira des preuves de leur compé- 
tence en céramique et en verrerie. 

Les figurines en terre cuite de la Gaule, que l'on trouve 
aussi en Germanie et dans la vallée du Danube (Salzbourg), 
sont presques toutes en argile blanche ou terre de pipe; les 
spécimens vernissés (principalement d'animaux) sont rares et 
l'on ne connaît qu'un tout petit nombre d'exemplaires portant 
des traces de couleurs. L'art en est presque toujours grossier; 
cependant les fabricants indigènes, parfois identiques à ceux 



126 SALLE MV, 1. 

des vases à reliefs (Déchelette, Vases ornés, l, 149 ; II, 323), ont 
souvent pris soin de signer leurs moules, (jiie l'on a décou- 
verts en abondance. Il y avait de grands ateliers en Auvergne, 
en Bourgogne, en Bretagne, en Normandie, à Cologne, 
produisant en masse des ligurines populaires sans style, 
analogues aux santons actuels de la Provence et du Piémont 
(.lullian, V, 286). Cette fabrication paraît avoir fleuri de 50 à 
200 environ. Les sujets choisis différent tout à fait de ceux 
que l'on trouve figurés en bronze et en pierre : ainsi Vénus 
et les Mères, relativement rares ailleurs, sont très fréquentes, 
et l'on rencontre un type d'enfant chauve et rieur qui n'est 
guère connu qu'en terre cuite blanche (cf. RA. 1899, II, 58). 
Sauf Vénus, Minerve et Mercure, tous les dieux sont rares : 
il n'y a ni Neptune, ni Apollon, ni Mars, ni Esculape. 
On a ingénieusement supposé que ces statuettes servaient 
surtout à des cadeaux de naissance et de mariage. On a 
lieu d'admettre que les modèles dont s'inspirèrent les 
fabricants gaulois venaient principalement d'Egypte, de 
Syrie et de Campanie {Br. fîg. 14). 

La collection des terres cuites gallo-romaines de Saint- 
Germain est la plus riche qui existe; le fond en a été formé 
par les collections Muret, Aymé-Rambert et Esmonnol. 

E. Tuflot, Figurines en argile., Paris, 1860 (belles planchés) ; Blauchet, MSA . 
18;U, LI, 65, 224 ; 1901, LX, 189-272 (et à part) ; Pottier, Statuettes de terre 
cuite, p. 236; Walters, History ofancient pottery, II (1905), .S79 ; CovitW, Les Jîgu- 
rines en terre cuite desEhurovices, Évreux, 1899; Riese, Festschrift (du musée historique 
de Francfort), 1903, 67 ; BJ. 1890, 135 ; AHV.-V, pi. 65 (important;. Pour les inscrip- 
tions, CIL. XIII, 3, p. 464 et suiv. 

Vitrine L — Au-dessus, deux grandes statuettes de terre cuite 
blanche : Amour* tenant un vase, de Saint-Pourçain-sur-Besbre, au 
musée de Moulins ; buste* d'enfant couronné, de Vichy, au même 
musée. Entre ces statuettes: 1" (Jrande bouteille jaune* à couverte 
blanche, ornée de deux zones de panthères en relief ; musée de 
Roanne ; 2" Grand vase à couverte verte émaillée, avec deux épi- 
sodes de chasse en relief ; Vichy. 

A. B, — On a réuni ici d'importants spécimens de vases vernissés 
ou émaillés d'Arles, de Dijon, surtout de Vichy (cf. la pi. en cou- 
leur, AIIV. V, 52). — Bouteille pyramidale de Vichy, émaillée, 
avec personnages estampés à Tenvers par une distraction de l'ou- 



SALLE XIV, 1 . 



127 



vrier. — Fragments de vase à vernis vitreux, d'Orange, avec une 
anse amortie par une tête en relief. — Fragment de Clermont. avec 
tête de Méduse en relief ; autre de même provenance, avec buste 
de femme émaillée en relief. Ces vases émaillés et leurs appliques 
imitent des vases de métal. — Parmi les vases à reliefs non vernis- 




Fig. 62. Vitr. I cl 3. — StaliieUes en terre ciiilc l)lanchc (-^0397, Vénus 
et Amour, Arcis-sur-Aube ; 6858, Déesse mère, Tiir(|uirii|)ul ; a8 oaç). 
cheval, Allier; 28176, lièvre, Toulon-sur-Allior ; 25/177, '""4' "^"^ • ''® 
Vichy; 6896, chien, env. de Clcrmonl-Ferrand). 



ses, remarquer un gobelet très léger en terre jaune, orné de figures 
de divinités posées sur des colonnes ; Lyon. — Vase en terre grise 
avec gladiateurs combattant ; un autre en terre noire représente l»; 
roi de Thrace Lycurgue furieux et détruisant les vignes (?) 

De Vichy également, vases àengobeblanc avec zones rouges, en- 
tièrement peints en rouge ou marbrés (cf. la planche en couleurs, 
AHV.V, 45). Une bouteille de Vichy, à engobe blanc, porte le 
graffite Matllocias, nom gaulois où viatu signifie « ours ». — 



128 



SALLE XIV, 1. 



Signalons encore deux bouteilles blanches de Lezoux, en forme 
d'anneaux, et une lampe* du musée de Kennes.en forme de pomme. 
C, D, E, F. — Très riche collection de figurines en terre blanche, 
provenant de Toulon-sur-AUier (où l'on a découvert en 1857 tout 
un atelier de céramiste), de Vichy, Clermont-Ferrand, Cluny, Ve- 
soul, Evreux, Bourbon-Lancy, la forêt de Compicgne, Aurillac, 
Etampes, Sceaux (Loiret), Saintes, Tarquimpol (Meurthe), Saint- 




279/73 




7272 



25483 

Fig. 63. Vitr. I et 2 . — Relief et statuettes en terre cuite blanche f 38 oSg, 
scène nuptiale. Allier ; aS 483, enfant jouant de la llùte de Pan, cnv. 
de Vieil) ; 27 973, enfant mort porté sur dauphin. Allier ; 7 272, Minerve, 
anc. coll. (Iharvet. 



Jean-Trolimon (Finistère), Tannkirch (Haut-Rhin), Arpajon (Can- 
tal), Reims, Sceaux (Maine-et-Loire), Paris, Poitiers, Banassac 
(Lozère), etc. Le centre de cette fabrication parait avoir été l'Allier, 
avec le Cantal et le Puy-de-Dôme ; elle devint aussi, mais plus 
tard, assez florissante sur les bords du Rhin. Contrairement à ce 
qu'on observe pour les terres cuites grecques, celles-ci n'ont pas 
été découvertes en général dans les tombeaux. C'étaient des dieux 



SALLE XIV, 1 . 129 

familiers que l'on plaçait dans les chapelles privées ou laraires, des 
ex-voto que l'on offrait aux sources bienfaisantes, comme à Vichy 
et à Néris, peut-être aussi des jouets et des cadeaux. On les a re- 
cueillies surtout dans des ateliers de fabrique abandonnés, dans des 
puits, des étangs, des ruines de villas. 

Outre les figurines en terre blanche, on en trouve quelques-unes 
en terre noire ou grise (Clermont-Ferrand, Aurillac, Bordeaux), 
ou en terre blanche recouverte d'un vernis métallique jaune (Cler- 
mont. Vichy, Vaison, Suèvres). Les spécimens en argile rouge sont 
plus rares et tardifs (Cologne). 

1"^ \(25 482 sq.) Chevaux sellés ; la déesse Epona, assise de 
côté et aussi à califourchon sur un cheval ; (7287) enfant jouant du 
chalumeau ; (11 264) enfant la tête couverte du capuchon gaulois 
ou cuculhis. — (6874) Mercure tenant la bourse et le caducée (terre 
noire, Bordeaux) ;(17 403) autre Mercure--' en terre blanche (Rouen). 

(25 492 sq.) Statuettes de Minerve dans l'attitude de la Vénus 
Anadyomèns sortant de l'onde (cf. plus bas, 1583), portant la main 
droite à leurs cheveux : (9741) Minerve assise ; (14 706) Cybèlc 
avec le lion sur ses genoux ; (25 487) revers d'une statuette de 
femme assise sur un fauteuil d'osier ; (1588 sq.) déesses-mères 
d'un style hiératique, donnant le sein à un ou à deux enfants placés 
sur leurs genoux. 

(9814) Vénus à sa toilette seregai-dantdansun miroir (Cologne); 
(1583 sq.) Vénus nue dans l'attitude de l'Anadyomène, type créé 
en Grèce au quatrième siècle av. J.-C. et souvent reproduit par la 
statuaire. Les coroplastes gaulois ont prêté la même attitude à Mi- 
nerve (alinéa précédent). 

2^ Lion et boeuf; lapins, lions, cerfs et biches en forme de 
vase; — (25 493) statuettes, probablement féminines (M SA. VII, 
xLiii ; Jahrb. Inst. 1914, 17), reproduisant le motif grec du ^'trettr 
d'épine; {{jSI 3) Abondance assise avec patère et corne (Lyon). — 
(25 488) fauteuil en osier ; (24 106 sq.) déesses-mères avec un 
seul enfant ; (17 402) déesse-mère debout * avec deux enfants 
nus placés symétriquement devant elle, soutenant un troisième 
enfant plus petit à la hauteur du sein de la déesse ; déesses-mères 
portant la main sur la tête d'un enfant debout devant elles (Rouen). 
— Vénus avec collier, les bras collés au cor[)s, avec l'inscription 
iVLos au-dessus des seins (9745). Remarquer dans cette série Icsoriie- 
ments circulaires placés auprès des figures et même sur elles ; 
on les a parfois qualifiés de solaires ou astraux, alors qu'il ne s'agis- 
sait probablement pour l'artiste que de remplir les parties vides. — > 

9 



130 SALLE XÎV, 1, 2. 

(9746 sq.) Vénus nues, les bras pendants ou dans l'attitude de 
rAnadyomène, qui rappelle aussi celle des Sirènes funéraires dans 
la céramique grecque. A droite (25 500), petit cdicule avec Vénus 
pudique (type de la Vémis de Mddicis de Florence, dérivé du type 
créé en Grèce vers 350 av.. T. C* et souvent répété à l'époque romaine). 

3" Coqs, poules ; têtes diverses. Remarquez (E, 3") les bustes de 
femmes coiffées de grands crêpés. — (6865) buste d'enfant jouant 
avec un lapin ; (26 220) homme en capuchon ; (2071 sq.) intéres- 
sante série d'enfants joufflus, chauves, rieurs, quelques-uns jouant 
de la llfite de Pan (cf. Pro Alesia, 1906, pi. 22). 

4" Coqs, poules, faisans, pigeons ; un oiseau (7293) porte un 
collier au cou ; pomme ; grande main ; (25 489) enfant dans un 
berceau ; tortue, dauphin; (6896 sq.) série de chiens; (25 485 sq.) 
têtes de femmes à hautes coiffes ; (6881 sq.) caricatures. Parmi 
ces dernières, remarquez (25 497, Vichy) un homme qui porte la 
main à son cou, extrêmement gonflé, comme s'il étranglait ; ce 
type, qui s'est retrouvé en Asie-Mineure, dérive d'un bronze grec 
ou gréco-égyptien du troisième siècle av. J.-G. représentant 
peut-être un parasite étouffé par un trop gros morceau qu'il ne 
peut avaler (B F. fig. 17). — A droite (25 502 sq.), singes assis en 
forme de vases ; l'un deux est un cercopithèque égyptien . 

5° Oiseaux, œufs, noix (25 469, D, 5°); niches et édicules. Les 
pièces les plus intéressantes sont de nombreux moules en terre 
cuite d'oiseaux, de chevaux, de chiens, de bustes, de Vénus 
Anadyomènes, de niches et d'édicules. Un mbule de déesse-mère 
est signé priscvs. 

Vitrine 2. — Terres cuites blanches trouvées à Toulon-sur- Allier, 
Vichy, Néris, Saint-Pourçain-sur-Beslire, etc.' 

1" Série de Vénus Anadyomènes; l'une d'elles (28027) est repré- 
senté au fond d'un édicule à niche richement sculpté. — (28015) 
Vénus pudique; (27 953 sq.) déesses-mères avec un ou deux enfants. 
Au-dessus, série de bustes à grandes coiffures; (28 111) groupe de 
deux personnages enlacés; (28 104) Abondance avec corne d'abon- 
dance et patère; (28 023 sqq .) Minerves ; (28oà6-7) Jupiters; (28025 
sq.) Mercures; (28031) Hercule; (28 006) dieu (Jupiter?) tenant la 
main gaucho .sur la tête d'une femme; Jupiter de Néris, tenant une , 
roue de la main gauche, type de la mythologie gauloise ; enfants ; 
(28040) répliques du Tireur d\'pi?ie; cavaliers; (27 962) Epoua avec 
corne d'abondance assise à droite sur un cheval ; (28 035) femme ^ 
assise sur un taureau, dite Bubona; (27 973) enfant endormi ou mort | 
porté par un dauphin aux lies Fortunées ('?); bustes d'hommes et de 



I 



I 



SALLE XIV, 3. 



131 



femmes ; enfants joufflus et rieurs. Au milieu (28 055), buste de 
femme d'un bon style (négresse ?). 

2<' Têtes diverses. — Fragments de médaillon avec reliefs; Mi- 
nerve, Hercule et le lion de Némée, les Diogcures (Castor et Pol- 
lux). — Médaillons avec scènes intimes. — Chevaux, taureau, 
lapin, chèvre, chiens, moutons, paons, oiseaux divers, pigeons, 
coqs, lions, panthère, chiens, singes,. -^ Taureau et lion formant 
vases. — Vases en forme de pin (Allier), — ^ Pomme, 

3° Médaillons à reliefs et moules trouvés à Vienne (Isère), 
accompagnées d'épreuves tirées dans ces moules; (28 128) sacrifice 




28097 

Fig. 6/i. Vitr. 3. — Vénus iiuc sous un cJicnle riclionicnl orné, 
terris cuite blanche de Sl-Buunet yrcs Moulin;-, Allier, 



à Mercure; (28133) la Fortune et un Génie; (28 135) Hercule domp- 
tant la Biche; (28 131) Cybèle sur un lion; gladiateurs; bustes 
de Minerve et de Mercure; tètes barbues. — Autres moules 
trouvés dan8 l'Allier: singes, chevaux harnachés (avec «elles comme 
sur les trophées de l'arc d'Orange), chiens, paons, oiseaux, etc. 
Quelques-uns de ces mouler portent les signatures des fabricanUi, 



132 SALLE XIV, 2, 3. 



p. ex. ATiLiANO, PRiscus, SACRiLLOS SUIVI du uiot celtiquG AVOT, etc. 
(C I L. XIII, 3, p.470). 

4" Moules avec signatures et épreuves tirées dans ces moules 
(Toulon-sur- Allier) : Vénus Anadyomène, déesses-mères, revers 
d'une déesse-mère sur un fauteuil d'osier, tirense crépine, bustes ; 
au revers du moule d'une Vénus anadyomène, il y a le motTKiTOGENo 
(ibid. p. 471, n. 49) qui est bien singulier si c'est un nom de fabricant, 
car Minerve anadyomène était dite en Grèce Tritogeneia. 

Vitrine 3. — Il n'y a là que des fragments dont le classe- 
ment n'est pas définitif. 

Contre le mur vis à vis, deux grands cadres 4. 5 contiennent 
l'importante collection de moules formée par Roubct dans les 
environs de La Guerche, Cher, à 500 m. de Bourg, de Chantay, et 
acquis par le Musée en 1890 après la mort du possesseur. Ils ont tous 
été publiés dans les Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, 
t. XVI (1889), p. 1-65; sur l'authenticité de ces objets, qui a été 
discutée, voir ibid. t. XXI (1895-6), p. xxxiv et A, 1909. 63. 
Les types figurés comprennent dés divinités (Vénus, Téles.phore), 
des guerriers, des archers, des gladiateurs, des animaux fantastiques 
et réels, des arbres et des feuilles, des fleurons et des rosaces, des 
têtes isolées, etc. A noter surtout les suivants : (32034) Centauresse 
ailée jouant de la fiùte; (32073) buste de femme ailée dans l'atti- 
tude de la prière ; (32080) gladiateur combattant un lion; (32092) 
guerrier coilïé d'un casque triangulaire, agenouillé, tirant de l'arc; 
(32094) homme coifi'é d'un casque analogue marchant, à côté d'un 
grand cervidé; (32095) cavalier armé en guerre. — Il est pos 
sible que ce soient là des moules pour pâtisseries ; mais on n'a 
encore rien signalé d'analogue ailleurs et la question de la date 
de ces curieux objets reste en suspens. 

Au-dessus des vitrines, ))elles reproductions en couleurs de 
mosaïc^ues romaines découvertes : 1° à Tébessa et aux environs de 
Constantine (Algérie) ; 2» à Trêves et aux e\î virons de cette ville 
(Rhénanie). — Remarquer, au-dessus de la vitrine I, E, îa 
mosaïque algérienne des thermes de l'Oued Atmenia, représentant 
une écurie romaine avec des chevaux de course ; l'un d'eux est accomT 
)Kigné de l'inscription : Vainquexir ou non, nous f aimons, ô Polydorc! 
(Inr. des mosanjiies de VAhjérie, n. 260J. — Contre le mur du foml, 
reproduction de la mosaïque algérienne des Ouled-Agla f/?tu. n. 319); 
amours et métamophoses de .Jupiter ; l'Amazone Pentliésilée 
partant en guerre et rendant hommage à sa patronne Diane. — A 






SALLES XIV-XV 133 



droite, mosaïque de Bougie : tête d'Océan et Néréides sur chevaux 
marins (Inv. des mosaïques n° 333). 

On trouvera les mosaïques à ligures f^ravées daus un ouvrage de S. Keinach : 
Répertoire de peintures antiques non vasculaires (sous presse ou 1021). 



SALLE XV. — Céramique ornée, verrerie et bronze émail lé. 
|. — CÉRAMIQUE ORNÉE 

On distingue trois classes principales de vases ornés : 

1" I.es vases à incisions. Ils dominent dans la Gaule pré- 
historique et protohistorique, souvent pourvus de mamelons 
en relief, et reparaissent à l'époque des invasions barbares. 

2° Les vases peints. Très anciens en Orient (vers 3.500 
av. J.-C. à Suse), ils se montrent en Gaule au deuxième 
âge du fer ; la céramique noire de la Marne est quelquefois 
décorée en rouge ou violet (vers 400). Un centre de poterie 
peinte existe au Wurtemberg (p. 97), mais ne trouve pas 
d'imitateurs plus à l'ouest. Depuis l'an 150 av. J.-C. jusque 
vers l'an 50 de notre ère, on fabrique, surtout sur la haute 
Loire, des vases à fond clair ornés de larges bandes rouges, 
brunes et jaunes, qui s'exportent jusqu'en Bohème. Après 
la disparation presque subite de la poterie sigillée à vernis 
rouge (ni« siècle), certains ateliers (Trêves, Cologne) fabri- 
quent des vases noirs avec ornements et inscriptions en 
barbotine blanche (p. 138). Mais, d'une façon générale, on 
peut dire que la céramique peinte, malgré quelques impor- 
tations de vases grecs à figures rouges, n'a jamais été en 
faveur sur le sol de la Gaule. 

3« Les vases ii reliefs. Ce sont des imitations italianisantes 
de vases en métal, où la décoration, obtenue au moule, est 
souvent complétée par des pastillages à la barbotine, lesquels 
peuvent aussi tenir lieu de toute autre décoration. Les vases 
de métal, nécessairement coûteux, ont été imités de bonne 
heure en argile ; parmi ces imitations, il faut citer le bucchero 
noir étrusque (depuis le vi^ siècle) et des poteries noires à 



134 



SALLE XV 



vomis brillant, parfois à reliefs, dont la fabrication commence 
en Attique vers 450. La décadence de la c«'ramique peinte 
gréco-italique, vers 250 av. J. -G., laissa le champ libre 
aux poteries à reliefs, dont la Grèce préhistorique avait déjà 
fourni des exemples (Crète, Béolie). Les plus caractéristiques 




Fig. 65. — Spôcimens do céramiques rouges à reliefs fabriquées en Gaule; 
les trois figures en haut à g. reproduisent des poinçons servant à la 
décoration des moules ("coll. U,-iud)(?rt à Vichy; coll. Cliarvet, 3-/| ; 
A.luze, S,-el-L.; coll. Ramhcrt, jadis au Lnuvrt ; Mus. de Roanne; 
Clermont-Ferrand) . 

de ces poteries sont les bols dits de Mégare, vers 200 av. J. -C, 
avec reliefs moulés, qui se sont répandus même en Italie, où 
l'on a supposé que c'était la poterie qualifiée par Pline de 
mmiennc (XXXV, 12, 46) ; c'est à tort que cette désignation est 
appliquée encore à toute la céramique à reliefs. Depuis l'an 100 



i 



SALLE XV 1 35 

av. J. -C. environ, Arezzo commença à fabriquer une élégante 
céramique à reliefs et à couverte généralement rouge, qui 
reproduit les formes et les décors de vases d'argent. Non seu- 
lement les produits d'Arezzo se répandirent au loin, mais les 
ouvriers de ses ateliers essaimèrent. En Gaule, les fabriques 
indigènes entreprirent, dès le début de l'ère chrétienne, 
d'imiter les produits arétins, sans les égaler, mais à meilleur 
compte. Celte concurrence fut bientôt si efTicace que le monde 
romain et l'Italie elle-même devinrent tributaires des ateliers 
gaulois ; on a recueilli des produits de La Graufesenquc à 
Pompéi, ville détruite en 79. La fabrication soignée d'Arezzo 
disparut vers la fin du r"" siècle. Les ateliers gallo-romains du 
centre eurent alors à subir la concurrence d'autres ateliers 
fondés dans le nord-est de la Gaule et en Germanie. 

La céramique à reliefs gallo-romaine, dite sigillée (1), se 
distingue par une bonne technique plus que par des qualités 
d'art ou d'invention. Le secret de la couverte rouge brillante 
n'a pas été retrouvé. Il n'y a guère que deux formes, le bol 
à bords courbes et à bords droits. Au début, on trouve peu de 
figures humaines, mais des ornements et des animaux. C'est 
le potier Libertus de Lezoux, vers 120, qui paraît avoir le 
premier multiplié, sur ses moules, les motifs empruntés à 
la mythologie gréco-romaine ; les types de la mythologie 
celtique font défaut. On trouve dans les reliefs des combi- 
naisons et modifications souvent inintelligentes de motifs 
gréco- romains. 

Parmi les centres de fabrication de la poterie sigillée, 
on connaît surtout les suivants, dont on a pu recueillir 
des moules et classer les produits avec une certaine rigueur : 

1° Saint-Ufimy-sur-Àllier. Des vases de cette provenance, 
à couverte jaune, se rencontrent à Bibracte. 

2" La (iraufesenque. Ces ateliers, florissants surtout de 
30 à 100 ap. J.-C, (REA. 1899,152), exportèrent des vases 



(1) Cette expression n'est pat* récente, comme on l'a dit, car on lit dans les Mémoires 
de M'»" d'AuIiioy, énumi^rant les cadeaux qu'elle à veçusà Madiid (I, 433) : « On m'a 
aussi donné de fort belles coupes de terre sij^illcc et mille autres choses de cette 
matière» . 



136 sat.le XV 

en Italie, en Afrique, en Espagne et en Angleterre depuis 
l'époque de Tibère. 

3° Banassac. Spécialité de vases avec acclanialions 
(inscriptions de bienvenue et de bon augure) ; quelques 
exportations en Italie. 

4" Montans. Décoration en forme de métopes (vers 15 
ap. J.-C ; Anzeiger, 1914, 63). 

5° Lezoux. Ce sont les ateliers les plus importants ; on y 
a signalé 160 fours, 66 fabriques, 3.000 noms de potiers. 
La fabrication dure de 30 à 260 environ. Vers l'an 100, 
l'importation est considérable vers la Germanie et l'Angle- 
terre, nulle vers l'Italie. Grâce à la collection formée sur 
les lieux par le D' Plicque et achetée par le Musée, les pro- 
duits de Lezoux y sont représentésmieux que partout ailleurs. 

En Germanie, la plus ancienne fabrique paraît être celle 
d'Andernach (30 — 250), puis celle de Westerndorf sur l'Inn 
(160-330). Celle deRlieinzabern, près de Spire, fut une colonie 
des ateliers de Lezoux. 

En Grande Bretagne, on trouve des vases sigillés importés 
de Lezoux et de Westerndorf, mais aussi des vases noirs 
d'une techni(|ue particulière, provenant des ateliers de 
Castor (Northamptonshire ), avec reliefs çn barboline. pein- 
ture blanche et jaune (vers 260) ; d'autres vases ont été 
fabriqués à Upchurch (couleur bleuâtre); et à New Forest ou 
Crockliill (nr siècle). 

La poterie émaillée, à glacure plombifère, qui paraît en 
Grèce, sous l'inlluence de l'Egypte et de la Syrie, vers le 
m" siècle, se développa surtout à Alexandrie ; elle fut éga- 
lement imitée en Gaule au i^"^ et au ii^ siècle. Disparue en 
Occident longtemps avant la chute de l'Empire, elle resta 
florissante en Orient ; c'est de là qu'elle es( revenue en France 
au moyen âge, à une époque encore difïicile à préciser 



t 



I 



J'indique ici, d'une manière tout à fait approximative (comme 
en témoignent les millésimes arrondis), les dates principales de 
l'histoire de la céramique ornée en Gaule et dans les pays voisins : 



* 



SALLE XV 137 

— 400. Quelques vases peints indigènes en Champagne. Impor- 
tation de vases grecs ou italo-grecs à figures rouges, 

— 250-200. Poterie noire à reliefs moulés dite étrusco-campa- 
nienne, importée dans le Sud de la Gaule. Vers la même époque, 
vases dits de Cales en Italie et coupes à reliefs dites de Mégare (en 
Grèce). 

— 150. Vases peints de style celtique à Bibracte et en Bohême; 
on commence à en fabriquer à Lezoux. 

— 120. Vases à vernis noir d'Arezzo. 

— 100 à 50. Apogée de la fabrication des vases à vernis rouge 
d'Arezzo, à l'imitation de la vaisselle d'argent. 

— 30. Activité de la fabrique de ex. ateius dans le Nord de 
l'Italie; ses produits se répandent en Gaule. Diffusion des vases du 
potier ACo, de même origine. 

— 20. Fabrique de Pouzzoles, imitant celle d'Arezzo. 

1-50. Lezoux et Montans continuent à fabriquer des poteries 
peintes de style celtique. 

30. Fabriques de Saint-Rémy (Allier), de Vichy et de Gannat ; 
premières imitations de la poterie italique en Gaule; vases à arca- 
tures, pâte pâle avec glaçure jaune. Premiers vases en forme de 
statuettes. 

30-90. Vases rhénans « à visages » avec ornements en barbo- 
tinc. Fabrication de vases sigillés à Andernach (30-250). 

40. Premiers essais de poterie romaine à Lezoux. 

50. Fabrication de vases rouges à vernis brillant chez les 
Rutènes (La Graufesenque = Condatomagus) . A Pompéi, détruite 
en 79, on à trouvé 19 vases rutènes. 

60. Vases du Beuvray avec zones à comparliments striés, 
technique reprise en Gaule vers 350. 

65. Quelques potiers italiques tentent de contrefaire les produits 
ruthèncs. 

70-110. Activité de la fabrique gabalo de Banassac (Lozère) ; 
vases à acclamations (un ex. <à Pompéi). 

80. Poteries de Lezoux à bordures de feuilles en barboline. — 
Ateliers d'Avocourt, Meuse (KA. 1918, 1, 311). 

90. Grand essor des fabriques de Lezoux, grâce surtout aux in- 
novations du potier luœutus (sujets mythologiques). 

110. Disparition des ateliers rutènes. 

120. Apogée (le la prospérité de Lezoux : les potiers Paticknls, 
CiNNA.Mas, Albucius. Exportation en masse versle Nord de l'Europe; 
pas d'importations au S. du Pô, ni en Narbonnaise, ni en Afrique. 



138 SALLE XV. 1. 

125. Fabrique germano-romaine de Rheinzaberu, à l'imitation 
de Lezoux . 

160. Vases celtiques estampés dans la vallée du Danube. 

160. Fabrique vindélicienne de Westerndorf. 

200-300. Fabrication de vases à reliefs d'applique en Narbon- 
naise, cà Lezoux, dans la vallée du Rhin. 

230. Vases de Lezoux avec déversoir en mufle de lion. 

250. Vases de Lezoux à décorati(m gravée, technique imitée 
plus tard dans le Nord de la Gaule. 

25.5. Destruction par les Alamans des fours de Lezoux ', pas de 
monnaies postérieures à Gallien. 

275. Vases des ateliers de Castor (Durohrivœ, Northampton- 
shire), ornés à la barbotine, exportés seulement dans le N-E. de 
la Gaule. 

300. Gobelets à inscriptions bachiques tracées à la barbotine 
blanche dans le N. et l'E. de la Gaule. Vases à zones striées en 
Germanie et en Belgique. 

420. Vases noirs ou gris à décor estampé, crus visigothiques. • 
Premiers emblèmes chrétiens sur des vases d'argile. 

J. Décbelette, Vases céramiques ornés de la Gaule romaine. 2 vol. 1904, ouvrage 
excellent (d'autres sont cités par C. Jullian, Uistoire de la Gaule, V, 2G4, qu'il faut 
lire aussi) ; F. Oswakl et T. Du vies Pryce, Introd. to tlte study of terra sigillata, 
Londres, 1020; S. art. Vasa ; Waltera, Hiatory of ancient jwttery, 190.'>, II, 497 ; 
Dra},'geudorf, 15 .J. 1895, XCVI, 18; Curie, Proc of the Soc. antiq. of Scotlaiid, 
1917^ 130 (It A. 1918. I, 314), avec carte de la répartition des ateliers, 131; Bull, 
monum. 1905, 190; RA. 1914, 1,447 (bibliogr. réconte); Journ. Rom. Stud. 1915,251 
(exi)osé d'ensemble); divers auteurs, Materialien zitr rôm.-germ. Keramik, FrAucîort, 
191G-9 ; R. Knorr, Tœ2)fer des ersten Jahrhunderts, Stuttgart^ 1919. 

Dan8 ce qui suit, VO désigne l'ouvrago do .1. Déchulette', Vases ornés. 

Sur la cheminée, buste en bronze de J. Décbelette, mort au 
front en 1914, auteur d'un ouvrage fondamental sur la céramique 
ornée d'époque romaine (RA. 1914, II, 815; 1920,11,95). 

Vitrine 1. — A. Beaux spécimens de poterie ornée trouvés à 
Vichy. Kcinarquer une colonnette torse; un manche depatère noir, 
imitation du mi'îtal (cf. VO. II, 317); des reliefs représentants Minerve 
assise (VO. II, 22) et Pan combattant une chèvre (VO. II, 22, 71). 
Signatures des potiers Sacer, Cinnamus, etc. 

B. Vases et moule trouvés au château d'Aoste, Isère (VO- 1,206); 
fragments de Banassac avec grandes lettres (VO.1, 122); fragments 
de Gannat, Moulins, Lyon, Compiëgne, etc. Remarquer un motif 
inexpliqué, l'Amour assis sur un cheval abattu et causant avec un 



I 



SALLE XV, 2. 130 

j)orsonnage debout (V'O. II, 95 ; Knorr, pi. 100 et plus haut p. 134). 
A droite, série de têtes de lions, formant déversoirs de vases 
employés comme mortiers; Lezoux (VO. II, 321). 

Vitrine 2. — Au-dessus, grand vase de terre jaune-orange. 
A. Pièces relatives à la fabrication des vases (VO.II,o35). Poinçon 
en terre cuite pour décorer les moules ; remarquer une Vénus nue 
vue de dos, signée de Libertus (VO.II, 37), un joueur de flûte, un 
guerrier, un lion. Un poinçon porte la marque Granius Z// (Lezoux ; 
VO.I,198; II, 337). — Kondelle * pour imprimer les oves sur les 
bords des vases; Rouen. — Bouton avec timbre de fabricant; cachet 
de potier. — Crapaudine de pierre avec cavité où s'insérait le pivot 
du tour. — Outils de potier en fer, notamment spatule à manclie 
torse et estèque. — Série de moules et épreuves de moules, avec 
figures diverses: lion, lionne et taureau, coqs et hiboux, sanglier, 
chien; Vénus assise; Amour marchant, gladiateur; manche de 
patère. Plusieurs moules sont signés au revers, p. ex. la Minerve 
assise (CIL. XIII, 3, 4G4). — Spécimens montrant les diverses 
étapes de la cuisson : vases sans couverte, à demi lustrés ; pièce 
plate servant à l'essayage des poinçons ; couvertes marbrées, ou 
restées imparfaites, ou jaunes, noires, métalliques; variations d'in- 
tensité de la couleur rouge. — B. Pièces accessoires de la fabrication : 
cales de four et supports. Accidents et coups de feu survenus pendant 
la cuisson ; vases à reliefs noircis; imitation moderne faite à Vichy 
(et facilement reconnaissable) d'un vase rouge à reliefs. Rem. un 
vase noir où paraissent des motifs intéressants, Actéon (VO.II, 19), 
Mercure et Paris {ihicl. 53), etc. 

C,D,E,F. En haut, sur deux rangées, collection de grands moules 
de Lezoux.Au-dessous,moulagespeintsde très beaux vases d'Arezzo, 
dont quelques-uns ont été trouvés en Gaule (coll. Tyskievicz à 
Boston, coll. Lœb à Harvard, musée du Louvre; cf.RA. 1918,1, 199 
et les spécimens gravés RR. 111,4). Rem. la magnifique pièce signée 
M. Perenni Nicephori; Nicéphore est l'esclave grec de Marcus 
Perennius, entrepreneur (VO. 1. 13). Autres marques sur de beaux 
vases d'Arezzo, entre autres celle de Tigrane, esclave arménien de 
Marcus Perennius (VO. 1,72). Rem. à droite trois spécimens ori- 
ginaux de cette poterie à reliefs ; l'un est décoré de chars lancés 
au galop. 

La série au-dessus comprend d'autres vases* d'Arezzo, notam- 
ment un couvercle de coupe avec Satyres vendangeurs, ainsi que 
les objets suivants : 1° fond de poculum de la fabrique de Calés, 
découvert à Capoue, représentant un Gaulois pillant le temple de 



140 SALLE XV, 2-6. 

Delphes (RA. 1889, 1, 198); 2° moule* d'Arezzo représentant une 
scène de banquet; 3° fond de coupe en terre noire représentant une 
déesse tourelée, de l'anc. coll. Aymé-Rambert ; 4:" vase * d'Arlon, 
avec squelette dansant et joueur de cornemuse ; 5" vases unis de 
provenance italienne, entre autres du potier Cneius Ateius, actif 
entrepreneur du temps d'Auguste dont on ignore encore le centre 
de fabrication (VO. I, 25). — Sur l'étagère, série de moules de 
Lezoux ; vases et fragments non décorés d'Arezzo. avec marques 
de fabricants et d'esclaves, probablement leurs contremaîtres. 

Vitrine 3. — Fragments de vases de La Graufesenque, de Vichy, 
Sceaux (Loiret), etc. avec estampilles. Rem. parmi les reliefs un 
groupe de pêcheurs, motif qui se retrouve à Pompéi (VO. Il, 91,152), 
des gladiateurs, etc. 

Vitrine 4. — Au-dessus, grand vase rouge sans couverte, de la 
forêt de Compiègne. Nous examinerons de bas en haut cette vitrine, 
qui comprend surtout des produits de La Graufesenque. 1° Vases 
unis avec estampilles, provenant de Vaison, Abbcville, Vichy, 
Cologne, etc. (liste des potiers de La Graufesenque, VO.I, 82). — 
2° Grands bols ornés; moules recueillis à La Qraufesenque, — 
3° Bols ornés des fabriques de Primus et de Silvanus (VO.I, 81). 
— 4° Ateliers de Castus et de Masclus (VO.1'259. 285). — 5° Petits 
bols trouvés à Clermont-Ferrand, Vichy et Vienne, Isère. 

Vitrine 5. — En haut, vase à ondulations en relief; Château 
d'Aoste, Isère. — Au-dessus, vases à couverte grise de même prove- 
nance; rem. un vase orné d'une scène de l'ampliithéâtre, un autre 
décoré d'un réseau de barbotine. A droite, vases rouges de même 
provenance, avec reliefs représentant un Centaure, des gladiateurs, 
etc. — Plus bas, vases des ateliers de Montans près Gaillac, Tarn 
(VO.I, 129) et de Banassac, Lozère (VO.I, 117). A gauche, quelques 
spécimens de La Graufesenque; rem. à droite un vase avec scène de 
l'amphithéâtre, un condamné livré aux fauves (VO.I 1,106). 

Vitrine 6. — En haut, urne en terre grise du Mont Chyprès, forêt 
de Compiègne. La vitrine contient des produits des ateliers de 
Banassac, bols ornés et moules. Rem. à gauche les célèbres frag- 
ments* d'un vase de Blain, Loire-Inférieure, où paraissent la 
Dacie captive (?) et, à deux reprises, le nom du chef dace Décébale 
(VO. 1,214). Plusieurs vases, particuliers à cette fabrique, sont 
pourvus d'acclamations et de formules de bienvenue qui devaient 
en faciliter la vente : Linfjonihns féliciter, Gahalibus féliciter, 
Remis féliciter ! c'est-à-dire : « Vivent les Lingons, les Cabales, 



SALLE XV, 6-14 141 



les Eémois ! » On trouve aussi Bonus jnier ; veni ad me arnica : cer- 
vesar(eple), c'est-à-dire : « Bon garçon ! viens à moi, amie ! remplis 
[-moi, ce vase] de cervoise»(VO. I>120). 

Vitriûe 7 . — Neuf rangées de vases de Banassac, quelques-uns 
avec marques, d'autres avec ornements en relief à la barbotine et 
en creux, faits à la roulette. 

Vitrines. — Suite des vases de Banassac. Rem. les plats avec 
feuilles en relief sur les bords. 

Vitrine 9. — Six rangées de vases de Lezoux, Puy-de-Dùme ; les 
trois rangées du haut comprennent des bols à reliefs, dont un à 
d'^coration de feuilles de vigne et bords rentrants, type fort rare. A 
gauche, des bougeoirs; à droite, des biberons ou vases à déversoir 
latéral; sur l'étagère du bas, un vase à large panse du type dit 
lagene . 

Vitrine 10. — Poteries de Lezoux, surtout des coupes et des 
assiettes non ornées pourvues d'estampilles. 

Vitrine 11 (dans la tourelle). — Poterie peinte et poterie marbrée 
de Lezoux. Rem. le grand vase blanc et rouge à décoration curvi- 
ligne, très caractéristique de cette fabrication, ainsi qu'un vase 
avec cloison-passoire, à décor rouge et blanc. ( V 0. 1, 139; R A. 
1895, I,pl. 5-6). 

Vitrine 12. — A. Fragments de vases à reliefs de Lezoux et de 
moules, en partie signés. Rem. une Vénus Anadyomène de bon 
style; Apollon conduisant son char (VO. II, 15); une Amazone au 
galop ( VO.II, 32); combat de Mars et de Vulcain ( V 0. II, 12); 
barques, oiseaux Les plus beaux morceaux sont l'œuvre du potier 
Libertus (VO. I, 280\ — B. Fragment de masque rouge; manches 
de patére et de casserole; double tête de nègre en terre noire, for- 
mant flacon; tête d'enfant en terre rouge ; tessons avec longues 
inscriptions moulées (VO. I, 218). Rem. sur un moule de rebord 
de plateau le motif alexandrin d'un Pygmée combattant une grue 
(VO. II, UG). 

Vitrine 13. — Suite des séries de Lezoux. Vaisselle et moules 
avec marques, quelques unes en cursive, tracées à la pointe dans 
l'argile humide, les autres repoussées au poinçon. 

Vitrine 14. — I]n haut, grande jatte rouge sans couverte du cime- 
tière bas romain de Ohampdolent, Seinc-ct-()ise, près de Saint- 
Germain-lès-Corbeil (RA. 1863,1,130. Dans la vitrine, sept rangées 



l/i2 



SALLE XV, 14-17. 



de grands bols doLezoux avec décors en médaillons et en métopes. 
Kem. un bol orné de treize tètes de Satyres, un autre de Satyres 
musiciens (V< ). II, 111). 

Vitrine 15.. — Sept rangées de grands bols etde moules de la plus 
belle époque de Lezoux (potiers Libertus et Butrio), Rem. les bols 
avec les images de Prométhée enchaîné sur le Caucase (VO. II, 6). 
d'une Ménadc dansant (ibid. 43), de Persée délivrant Andromc'de, 
do la Nuit conduisant son char (VO. II, 19). — Moule d'un rebord 




Fig. 66. Vilr. i5. — Bol <lc Lezoux orné de scène» bachiques. 

décoré de têtes de Satyres, animaux, flûtes de Pan, etc, dans le style 
des vases d'argent de la même époque (VO. I, 229). Beau fragment 
de moule de Libertus avec une Vénus nue et un esclave assis 
tenant une lanterne (RA. 1902. I, 395). 

Vitrine 16. — Sept rangées de bols, vases cylindriques et plats 
sans décor; moules de Lezoux; vases à grands médaillons des ateliers 
d'AU)ucius(VO.I,248); moules de l'atelier d'Ilixo(^^î(^. 275). Agauche, 
moule d'ilixo avec animaux divers et figures humaines réunis 
plutôt que groupés, sans autre préoccupation que ledccor(exemples 
nombreux de la même incurie, VO. I, 23G sq). 

Vitrine 17. — En haut, urne en terre grise du Mont Chyprès, 
forêt de Compiègne. — Six rangées de vases de Lezoux, appar- 
tenant à la dernièn^ période; vases à médaillons rouges (un ex. noir); 
produits des ateliers de Paternus et deCinnamus. Rem. des scènes 
de l'amphithéâtre; des moules de Catussa avec figures de Vénus se 



SALLE XV, 17, 18. 



143 



coiffant, de femme demi-nue portant un va.se sur sa tête; grand 
l)ol signé de Banuus avec la représentation d'un Silène décou- 
vrant Ariane couchée à Naxos (VO. II, 56). 




Fig. G7. Cadre 20. — Médaillons d'applique svir vases rouges lustrés; 
foret de Compicgne, Glermont-Ferrand et Varennes près de Moulins, Allier. 

Vitrine 18 . — Vase à relief d'applique et à décor incisé de Lezoux. 
Au milieu, quatre grands vases fort mutilés, à reliefs et à ornements 
barbotinés : 1° Sous des arcades, Apollon, Vulcain, l'Abondance ou 
la Fortune et d'autres figures (V 0. II, 179, 183) ; 2* Hercule et le 
lion, gladiateurs, Laocoon, Bacchus, Ganymède, dieu gaulois (?) 
assis sur des tonneaux, ex. unique d'une divinité celtique dans la 
céramique ornée, etc.(VO,II, 183, pi. 3 et p. 218). 3° Satyre endormi. 
Abondance, griffon (V 0. II 184,3); à" * Hercule assis. Abon- 
dance, Laocoon (VO. II, 187, 4). — Vase noir avec six figures d'ap- 
plique ; vase rouge avec quatre médaillons d'applique et, en bits, 




50310 



17796 



Fig. 68. Vilr. 2 cl, 2ii. — Vase rouge d'Arezzo (original à Cand)ridgc, Mass.) 
et vase à reliefs en barbolinc trouvé, dit-on, à Bavai; original à Rouen. 



IVi SAÎ.LE XV, 18-25. 



une décoration à la roulette ; fragment de très grand vase d'un 
beau rouge, avec une panthère courant gravée au trait. 

19. 22. Cadres. — On y a réuni des fragments de poteries décorées 
à la barbotine, de poteries incisées et de graffites, de médaillons 
et de masques. Rem. un graffite sur argile avant la cuisson, repré- 
sentant un gladiateur (Y 0. II, 315). 

Vitrine 23 . — En haut, très grande urne en terre rouge sans 
couverte, entre deux autres vases analogues ; Mont Berny près de 
Compiègne. — Cinq rangées de vases rouges à reliefs de différentes 
provenances : Vieille-Toulouse. Saintes, Glanon, le plateau de Ger, 
Paris, Vichy, Clermont-Ferrand, Lezoux. Rem. 1" Un grand bol * 
sur lequel est figuré Orphée au milieu des animaux; Le Chàtelct, 
Haute-Marne, coll. Colson (RA. 1903, II, 126). 2° Fragment d'un très 
grand vase décoré en relief à la barbotine ; Vichy. 3° Petite urne 
avec reliefs imitant des fraises ou des mûres ; Vichy. 4" Grand vase 
cylindrique avec médaillons d'Advocisus, jolies figures de Diane et de 
Satyres ; Vichy. 5" Vases rouges, noirs et gris à godrons, dont un 
décoré en creux à la roulette. 

Vitrine 24. — Au-dessus, grande coupe '•'• du musée de Spire, avec 
reliefs floraux à la barbotine sur le rebord. Dans la vitrine, cinq 
rangées de yases ornés, rouges et noirs, la plupart décorés de reliefs 
à la barbotine ou de gravures. Rem. 1" Vase à couverte très altérée, 
du Pas-de-Calais : oiseau et palmette gravés très grossièrement en 
creux ; extrême décadence. 2" Bouteille noire * à reliefs floraux ; 
Lillebonne. 3" Urne noire * avec scène de chasse en relief barbotine ; 
Le Châtelet. Autre à couverte rouge de même prov. ; autre analogue 
du Mont Berny, de Château-Bellant ; urne noire* de Bavay avec ani- 
maux courant. 4" Coupe très épaisse * en teire noire, avec rebord 
décoré à la roulette ; musée Carnavalet à Paris. 

25. Cadre. — Tableau des formes des vases ornés, numérotés d'après 
la classification de Dragendorff complétée par Déchelette et géné- 
ralement admise aujourd'hui. (VO. I, pi. 1-5). 

r 

II.— VERRERIE 

L'art (h' la yrrrcrie dérive de celui de l'émail, connu en 
Egypte et en Susiane dès le troisième millénaire avant notre 
ère. Mais, pendant de longs siècles, on ne sut que modeler 
à la main les vases de verre, bûtis sur un corps sableux 
qu'on éliminait après refroidissement. L'invention du verre 



SALLE XV 145 

soufllé, vers l'an 100 av. noire ère. donna une grande 
impulsion à la verrerie, notamment en Syrie, en Egypte, en 
Campanie et à Rome même. 

Le verre n'était pas inconnu de la Gaule indépendante, 
mais on n'y fabriquait guère que des ornements de cette 
matière, tels que perles et bracelets. L'art du verrier, la 
gobeleterie commune et de luxe, à l'usage des vivants et 
des morts, telle (lu'elle se révèle dans notre salle XVI, ne 
s'introduisit en Gaule que vers le milieu du l"^' siècle ap. 
J.-C. Elle y fleurit d'abord dans le S. E., puis dans la vallée 
du Rhin et de la Moselle. Au ni® siècle, l'activité des verriers 
gallo-romains s'exerce surtout dans la Gaule Belgique et les 
Germanies romaines. Il semble que la décadence de la poterie 
rouge à reliefs ait stimulé l'activité des verriers et qu'ils 
aient profité d'une évolution de la mode, due peut-être 
aux influences religieuses venues de Syrie. A l'époque de 
Constantin, les fabriques de Trêves et de Cologne produisent 
en grand nombre des œuvres remarquables qui, découvertes 
dans des tombes contenant des monnaies, ont pu être approxi- 
mativement datées. Malgré les ruines accumulées par 
les invasions, la verrerie, qui était principalement aux 
mains des Syriens immigrés, ne disparut jamais ; elle adopta 
seulement, à l'époque mérovingienne, un type nouveau et 
très répandu, celui du cornet incolore sans pied (p. 146). 

D'une manière générale, la verrerie gallo-romaine n'a 
pas innové : elle a imité les modèles syro- égyptiens (mais 
pas tous)^les produits de la céramique, de la glyptique, de 
l'orfèvrerie, de la toreutique, répandus alors dans tout l'Empire 
romain. On peut toutefois considérer comme spécial à la 
Gaule le type du barillet, imité du motif indigène du tonneau, 
qui jouait aussi un rôle dans la mythologie (E. 1021, 1843, 
2025, 2750, 5392; RS. IV, 17). 

A l'exemple des verriers orientaux et italiens, ceux de 
la Gaule ont souvent signé leurs produits (Cl L. XIII, 3, 057) ; 
c'est ainsi que nous connaissons la fabrique très achalandée 
de Frontinus {ofj^cina fronliniana), qui avait plusieurs succur- 
sales, sans pouvoir encore en préciser l'emplacement (CIL. 
XIll, 3, 663 sqj. 

10 



l/i6 



SALLE XV 




Fig. (')(). — Types principaux des vases de verre fabriqués en Gaule 
(en bas, gobelets sans pied d'époque l"ran(pie). 



Ln belle irisation de beaucoup de verreiies est due à la 
dccoinposition supertieielle du verre en lamelles minuscules, 
où la lumière vient se jouer comme dans^ un prisme : elle 
ne résulte pas d'un procédé de fabrication. L'irisation donne 
quel(|uefois à l'extérieur des verreries l'apparence d'une 
couche argentée. 



C. Jullitni. Hiatoirede la Gaule, t. V (l!t'20), p. '290-297 ; Moriii-Jean, La verrerie 
en Gaule, 1913 ft art. Vitruvi dans S. Ces deux derniers travaux donnent la >)iblio- 
;^raiiliic antérieur!- et de nombreuses illustrations. Dans ce <jui suit, MJ. désigne le 
livri; de M. Morin-Jean. 



SALLE XV, 26. 27. 147 



Vitrine 26. — Verrerie. De haut en bas : A. Grosse urne à deux 
anses aplaties, pleine d'ossements; Poitiers. (1) — Deux urnes 
contenant des ossements, avec deux anses de chaque côté (M J. 
pi. II, w) et couvercle de verre; Poitiers. — Deux urnes avec 
anse aplatie; Poitiers. — Cin([ petits flacons et fioles; Vaison (2), 
Poitiers, le département du Nord, les environs d'Arles. — Petites 
bouteilles; Vaison, environs de Compiègne, Poitiers. 

B. Au milieu, grande bouteille de Poitiers; adroite et à gauche, 
deux beaux gobelets, ornés l'un d'un réseau en relief (La Fortelle, 
Oise, MJ. 198), l'autre de trois serpents. — Verres à boire à panse 
côtelée; Vermand. — Gobelet caréné ; Marne. — Verre à deux 
an&es; Châlons-sur-Marne, — Beau verre ovoïde orné d'un réseau à 
relief; environs de Compiègne. — Gobelets, dont deux avec réseau 
en relief des environs de Keims : les autres de Villeneuve, Champ- 
dolent, le Mont Chyprès. — Deux tasses ; Vintimille et Eure-et^ 
Loir. — Deux vases ovoïdes à godrons, le second avec guttules en 
larmes de verre ; collection Blanchon à Vaison et Mont Chyprès. 

C. Très grande urne avec «ouvercle ; environ d'Arles. — Deux 
belles urnes avec deux anses accolées de chaque côté, contenant 
des ossements ; Poitiers (MJ. 47). — Trois vases plus petits de 
même provenance, avec ossements (MJ. 50). — Coupe avec côtes en 
torsade ; Amiens. — Vase cylindrique avec ossements ; coupe 
avec lignes en reliefs et mamelons saillants; coupe avec dessins 
gravés; Poitiers. — Gobelet en verre blanc; Vai-ennes. — Vase 
avec dessin de feuillages en reliefs; Vienne (Isère). — Petite tasse 
à pied; Villeneuve-Saint-Georges. — Petite bouteille sphérique en 
verre bleu ; Saintes. — Tasse en verre bleu ; Vaucluse. 

D. Urre de forme carrée : Poitiers. — Trois autres de même 
forme et même provenance, dont deux avec anses aplaties; autre 
en verre très irisé avec ossements. — Six flacons et bouteilles à 
anse; Poitiers, Arles, Vaison, le midi de la France. — Urnes de 
Varcnnes et de Poitiers; bol avec cabochons de couleur, des envi-, 
rons do Compiègne. 

Vitrine 27. — Veuherte. De h;iut en bas ; A. Trois vases à verser 
avec une anse; Poitiers. — Deux vases avec col très élevé; Avignon 



(1) Cimetière des î)unes. La verrerie de cette provenauci; était autrefois au iMusce 
de Cluuy. 

(•î) Cette provenance signifie la collection Blanchon à Vaison, acquise eu bloc par 
le Muséi-; ell.- pouv.iic contenir aussi des verreries découvertes ailleurs. 



148 SALLE XV, 27. 

{Vente Hoffmann, 16 juin 1891, n. 238). — Deux g-obelets des envi- 
rons de Coiupiègne; deux petits vases tronconiques à une anse, des 
environs d'Arles. — Urne à cotes ; Beauae. — Vase à liseré bleu, 
avec trois anses bleues ; Niines. — Deux gobelets à pied; Vermand 
et Chc\ incourt. 

B. Deux grandes bouteilles h anse ornée, l'une avec reliefs sur 
la panse; Vermand. — Grand gobelet à reliefs; Moulins. — Trois 
barilleis à deux anses; Vermand et Etampes. — Fonds de verres 
avec les marques du verrier Froj7(ti7uis) et Com. For. Fron., 
légende inexpliquée dont on connaît plusieurs exemplaires (CIL. 
XIII, 3, 665). — Six petits flacons globuleux des environs de 
Corapiègne. 

Petit flacon à anse crénelée, de provenance inconnue. — letit 
cornet de 8euil (Ardennes); fiole de Suèvres ; beau vase fragmenté 
à forme de double tête juvénile, de prov. inconnue. — Fragment 
d'un petit vase bleu à deux anses, orné de fil de verre blanc ; 
flacon carré ù long col ; Poitiers. 

Très beau fragment de verre gravé où l'on voit un cerf et un 
chien ; Clcrmont-Ferrand. — Trois fragments de verre gravé en 
creux; Néris. 

C. Flacon à anse ajourée ; Vermand. — Quatre urnes en 
verre bleu, dont deux grandes et deux petites, en forme de grappes 
de raisin ; Poitiers(MJ. 167: RA. 1904. II, 287). — Bouteille <à 
long col ; Poitiers. — Beau vase gravé ; Etampes (MJ. 235). — 
Petites fioles, dont deux en verre jaune, deux en verre bleu : Saintes, 
Méris, Jonchery, la forêt de Compiègne, Orange. — Deux toutes 
petites fioles irisées de Nîuies, dont l'une en forme de grenouille, 
animal considéré comme porte-bonheur (PW. VII, 115,24). — 
Nombreux fragments de verres de couleur, de millefioriy de verres 
veinés de blanc mat ou doré et de vert; Orange, Néris, environs 
de Compiègne. — Bâtonnet en verre tourné comme une vis et 
surmonté d'un crochet, peut-être un agitateur pour mêler des 
liqui'ies (cf. Necrop. de Myrina, l, 213). 

D. Petit vased'arL'ile à trois pieds avec couvercle, contenant une 
coupe de verre dans laquelle était une monnaie arverne d'or, acquis 
à Koyat avec l'indication suspecte de prov. Corent, Puy-de-Dôme. 
— <,)uatre vases t-n forme de soucoupe; Lépine, Vauderincourt, 
Cbevincourt, celui de Vaudesincourt avec décor géométrique 
soulflé. — Sept gobelets de verre de Varennes et de la forêt de 
Compiègne; coupe à bourrelet de même provenance; assiette de 



SALLE XV, 27. 28. l^l'.t 



Varennes; joli vase avec cabochons bleus de Vermand ; longue 
bouteille à long col et à long pied de Poitiers. 

Vitrine 28. — Verrerie. De haut en bas : A. Cinq bouteilles à anse 
ornée ; Mont Chyprès, environs de Metz, Champdolent, Chevin- 
court. — Bouteille sans anse à godrons ; Champdolent. — Douze 
vases à long col et panse évasée ; environs d'Arles, Vaison. 

B. Huit gobelets; Jonchery, Champdolent, la Marne, la forêt de 
Compiègne, Chevincourt. L'un d'eux, de Jonchery, est décoré de 
serpents en relief (MJ. pi. 9); un autre, de Lépine, est orné de 
dépressions et de treize fils de verre parallèles. — Huit petits 
flacons sphériques à anses en forme de dauphins ; Suèvres (MJ. 86), 
la Marne, forêt de Compiègne; l'un d'eux, de pi-ovenance inconnue, 
est muni d'une monture de bronze passée dans les anses (cf. M J. 
85). — .Jolie bouteille à deux anses en verre violet avec ornements 
moulés; Vaison. — Petite coupe en verre vert foncé; Orange. — 
Trois barillets d'Amiens, Villeneuve-Saint-Gcorges, forêt de 
Compiègne (celui de Villeneuve Suint-Cxeorges porte la marque du 
verrier Fron(t{nus); M .J. 172). — Deux jolies bouteilles enverra 
bleu et jaune, ornées de têtes de Méduse moulées; Saintes (M J. 
153). — Huit petits flacons sphériques à deux anses : forêt de 
Compiègne. — Petites bouteilles hexagonales de Reims et de Vaison 
(M .7. 6v»); flacon à long col de Reims (MJ. 71). 

C. Grand vase caréné; Suèvres. — Huit arobelets: Marne, Che- 
vincourt, Conflans-sur-Seine. — Précieuse série de verreries trou- 
vées en novembre 1871 dans une sépulture à Saintes : deux tasses 
côtelées en verre jaune, avec ornements en verre blanc ; gobelet 
à deux anses; tasse à pied à deux anses; tasse côtelée en verre jaune 
avec ornements en verre blanc, donnant à l'ensemble l'aspect d'un 
vase en onyx. — Petit vase caréné; Lépine. — Coupe et tasse ; 
Saint-Étienne-au-Temple et forêt de Compiègne. — Sept coupes 
et soucoupes, dont quatre côtelées ; Vaison, foret de Compiègne, 
Marne. 

D. Grande soucoupe côtelée ; Saintes. On y a placé des perles de 
verre et d'ambre de même provenance. — Coupe du département 
de la Marne, avec fragments de verreries ayant subi l'action du 
feu ; soucoupe avec rosace au fond . — Deux gobelets avec réti- 
cule et mamelons en relief ; Vaison ot vSuèvres. — Très beau 
bol avec cabochous de verre bleu et, zone décorée autour du col ; 
Châlons-sur-Marne (M J. pi. 7). Trois tasses avec guttules en 



150 SALLE XV, 28-30. 



forme de larmes; Conflans-sur-Seine, la Marne, Chevincourt (M J. 
226). — Très beau gobelet en verre orange; Saintes. — Six tasses, 
dont deux avec cabochons en larmes de verre bleu ; forêt de Com- 
piègne et Jonchery. 

Vitrine 29. — Verrerie. De haut en bas : A. Grande urne avec 
deux anses accolées de chaque côté et couvercle; Clermont-Ferrand 
(M J. pi- 4). — Deux urnes, Tune avec couvercle en verre, l'autre 
avec couvercle en plomb; env. d'Arles et Vaison. La première 
contient une lampe d'argile et une petite fiole ayant subi l'action 
du feu (M J. 44). — Deux urnes ovoïde-: : Clermont-Ferrand et 
prov. inconnue. — Huit petites ampoules et fioles à long- col, dites 
(à tort) lacrymatoires ; Murviel, Vaison, Nîmes. — Sept bouteilles 
à grosse panse et long col, dites balsamaires; forêt de Compiègne . 

B. Grande urne à deux anses très larges; Clermont-Ferrand. 

— Six bouteilles à long col : Vaison, Saintes, Confl;ins-sur Seine. 

— Seize fioles dites lacrymatoires: env. d'Arles, Vaison, Muicens, 
forêt de Compiègne. 

C. Bouteille à deux anses ornées ; Reims. — Deux gobelets ; 
forêt de Compiègne. — Vase orné de filets de verre ; env. de 
Metz. — Urne de forme élancée; Varennes. — Tasse avec bour- 
relet; Vaudesincourt. — Gobelet cylindrique; Varennes. — Urne 
à deux anses de Saintes (MJ. 133); autre d'Avignon, avec cabo- 
chons de verre. — Huit vases à déversoir latéral dits biberons. 
Varennes, forêt de Compiègne, Suèvres, Reims, Vichy, Vcrrinnes ; 
l'ex.dc Vichy et celui de Suèvres ont des anses ornées de crêtes. — 
Douze bouteilles quadrangulaires; Vichy et Néris. — Trois petits 
flacons globuleux à deux anses ; sans prov. — Deux gobelets ; 
Varennes et Moulins. — Tasse à pied; Dieppe, 

D. Grande bouteille hexagonale à anse lai'ge; Lillebonne. — 
Deux bouteilles rectiingulaires à deux anses; foret de Compiègne 
et Néris. — Petite urne et gobelet; forêt de Compiègne. — Restes 
de deux bouteilles rectangulaires ayant subi l'action du feu; forêt 
de Compiègne. — Deux cornets et quatorze gobelets; même prov. 

Vitrine 30. — Vekrkrie. De haut en bas : A. Grandes urnes 
cinéraires, dont sept avec anses, de Clermont-Ferrand, Vaison, 
etc.; plusieurs contiennent des ossements fM J. 49). — On/e 
urnes sans anse, dont trois côtelées; Vaison, Suèvres. — B. Urne 
à couvercle de plomb; Vaison. — Autre de même prov. avec large 
rebord de verre; autre, pleine d'ossements, de même prov., avec 
couvercle d'argile. — Urne à deux anses, pleine d'ossements, avec 



1 



SALLE XV, 30. 151 

couvercle de verre; Douelle, Lot. Autre vide, d'Oranja^e; autre avec 
couvercle de plomb, à deux auf^es; env. d'Amiens. Autres pleines 
d'ossements, l'une avec couvercle de plomb; Vaison. - Vingt-quatre 
tasses, dont plusieurs joliment irisées; la Marne, forêt de Compiègne, 
Champdolent, Suippes, Auberive, Conflans-sur-Seine, l'Oise. 

C. Quatre vases cylindriques à une anse ; environs d'Arles, 
Suèvres. — Urnes contenant des ossements ; Vaison, Montbrun 
(Gard), Douelle ; deux ont des couvercles de plomb (Vaison), deux 
ont des couvercles de verre (Douelle) 5 une a pour couvercle un 
petit vase d'argile (Vaison). — Deux urnes carénées ; Suèvres (MJ. 
52). — Quatre bouteilles à deux anses, à base rectangulaire ; 
enviions de Compiègne (MJ. 68). — Vingt-quatre tasses, gobelets 
et vases globulaires ; remarquer une tasse avec festons et bou- 
tons vers la base, de Conflans-sur-Seine. — Coupe avec six dépres- 
sions ; Saint-Etienne-au-Temple. — Tasse à stries ; Auberive. — 
Deux tasses à festons et à stries ; forêt de Compiègne. - Petit 
vase à côtes verticales ; Vichy. — Autre ornée de fils de verre ; 
Suèvres. 

D. Treize bouteilles à une ou deux anses : Conflans-sur-Marne, 
forêt de Compiègne, Reims, Suèvres, Vaison, Abbeville, etc. La 
plus grande, avec anse très large, est de Suèvres ; Tune d'elles, 
provenant d'Acqui (Piémont), porte une marque de verrier: C.Salvi 
Grati. Remarquer un fond de bouteille d'Eslettes, Seine-Inférieure, 
avec la marque du verrier Fro(ntinus), une autre semblable de 
provenance inconnue, et une troisième du département de l'Eure 
avec la marque. . . on asia, e'est-à-dire officina frontiniana Asiatici 
(CIL. XIII, 3, 664). — Médaillon en verre bleu signé du verrier 
Amarantns, avec tête de Minerve ; Alesia. On a trouvé au même 
endroit un fond de fiole en verre bleu avec la même marque (Espé- 
randieu, Les fouilles d' Alesia en 1906, Semur, 1907, p. 147 [283] ). 
— Moulage d'un objet analogue du musée de Rouen (CIL. XIII, 
3^ 658). _ Moulage d'une marque de fabrique sur une bouteille à 
panse prismatique de Nîmes ; Zêthos (en grec) et un éléphant (CIL. 
XII, p. 794, 22). — Deux marques du verrier Frontinus ; musée de 
Houen {c.f.Westd.Zeitschr. 1903,426).— Curieuse série de médaillons 
avec têtes et masques en relief : Orange, Bourg (?), Sens. Eure-et- 
Loir. — Barillet de Champdolent. — Vases à base carrée sans 
anse ; Saint-Bernard (Ain) et Suèvres. — Dix sept petits flacons 
à goulot évasé; bouteilles hexagonales d'Amiens, de l'Oise, Champ- 
dolent, Conflans-sur-Seino ( MJ. 69). — Douze petites bouteilles 
de verre ; Marne, Conflans-sur-Seine, Champdolent. 



152 SALLE XV, 30. 

III. — FIBULES DE BRONZE ÉMAILLÉES 

Les casiers horizontaux qui entourent la Vitrine 30 (1) contien- 
nent une très riche collection de fibules gallo-romaines, quelques- 
unes ornées d'émaux de couleur, dont le centre de fabrication paraît 
avoir été voisin de Namur. L'émail est employé à l'époque impé- 
riale pour décorer le métal, comme l'a été le corail à l'époque de 
Latène, comme le seront les verres et pierres de couleur à l'époque 
franque. — L*^? fibules peuvent se répartir en deux classes : fibules 
à ressort et fibules à charnière. On les trouve en usage simulta- 
nément, mais inégalement nombreuses : les fibules à charnière ne 
dominent qu'aux m" et iv* siècles. La première classe comprend 
les fibules filiformes à ressort découvert, les fibules à couvre- 
ressort, les fibules dites provinciales-militaires, les fibules à res- 
sort en arbalète. La seconde classe comprend les fibules dérivant 
des types celtiques (ressort remplacé par une goupille dans un 
étui), les fibules et broches de fantaisie, .'es fibules cruciformes 
et fîelles qui font transition entre le gallo-romain et le mérovin- 
gien, la barre transversale étant remplacée par une plaque ornée de 
saillies (Morin-Jean, Les fihules de la Gaule romaine, in Congrès 
préhist. de Tours, 1910, ^03-836, avec nombreuses gravures ; voir 
aussi Almgren, Sludien ûber nordeuropseische Fihelformen, Stock- 
holm, 1H97). Les fibules en forme d'animaux que possède le 
Musée sont presque toutes gravées dans BF. 298 et suiv. 

G. Fibules en arbalète et à disques (S. art. Fibula, fig. 3012). — 
L Fibules à couvre-ressort ou plaque d'ar'rêt. — K. Fibule avec 
la marque Aucissa, fréquente dans la première moitié du i*''" siècle 
(CIL. XIII, 3, 699) ; autres en forme de svastika et de pincette * 
(S. fig. 301H). — L.M. Fibules circulaires, souvent ajourées comme 
des roues, quelques-unes ornées d'émail ; très-beaux spécimens de 
Vaison, de Compiègne, de la coll. Fehvre à Mâcon. Une fibule à 
charnière, émaillée, porte l'inscr. Ave (t)ihi (Morin-Jean, art. ci f. 
SK)). — N. Fibules, souvent émaillces, arsrentées ou étamées, en 
forme de p' tits animaux: cheval, grifl'on, lion, tigresse, léopard, 
lapin, faisan paon, pigeon, poisson, taureau, coq, oiseau à tête, 
humaine (Mandourc), cerf, chèvre et sanglier, dauphin, hippo- 
campe, alouette, grenouille (cf. Morin-Jcan, op. land. 832). On 
voit aussi le buste de Diane dans un croissant, un cavalier, une 
\'énus nue *, etc. Quelques-uns de ces objets sont d'un travail 
délicat et d'un dessin spirituel. 

(1) Classement jnovi.soire (19'21). 



SALLE XVI, 1. 153 

Dans la tourelle attenant à la Salle XV, en dehors de la vitrine 
déjà décrite (p. 141), ou voit des peintures d"A. Girard représen- 
tant l'arc d'Orange, l'arc et le tombeau de Saint-Remy, l'amphi- 
ihéàtre d'Arles (voir t. I, p. 42, 49, G8). La collection d'instruments 
de chirurgie et de toilette qui s'y trouvait autrefois a été transférée 
dans la sa le XVII (p. IS.'j) ; les cachots d'oculistes occupent hv 
vitrine 14. 



SALLE XVI . — Céramique gallo-romaine (sidfe). 

Voir particulièrement H.B. Waltcrs, Cdtahxjue. of the Roman jiottery in Britisli 
Muséum, Londres, 1908. 

Vitrine I. — En haut de la vitrine, trois grands vases de Jon- 
chcry et de Lillehonne. 

A. — Vases peints et ornés de gravures. Remarquer une grande 
urne * blanche et rouge à décoration jaune quadrillée ; Al/ey, 
musée de .\.ayence (AHV. III, 6, 4). — Vase* à bandes rouges; 
musée de Worms. — Vase * ovoïde à peintures rouge, jaune et 
noire; Alisay, musée de Rouen (RA. 1085, 1, 207). — Vase* peint en 
jaune et en noir, les motifs étant un damier et des étoiles; musée de 
Roanne (RA. 1895, I, pi. 5 6, p. 196). — Urne * peinte en blanc et 
rouge de Geisenhcim, analogue à celle d'Alzey ; musée de Maycnce 
(AHV. I, 6, 6, 5). — Grand vase de Vimy, avec triangles hachurés; 
vase en terre rouge de Compiègne, avec deux rangées d'ornements 
gravés ; autre de terre brune, de même prov., couvert de gravures. 
— Urne en forme de tonnelet, avec gravures à la roulette ; 
Cologne. — En bas, vases en terre grise de Suèvres et grands 
plats prov. de Chanipdolent, des environs de Compiègne et de 
Châlons. 

B. Urne ornée de peintures rouges ; Suèvres. Autre de même 
prov., grise, ornée à la roulette. — Quatre coupes deColojrnc cl une 
d'Orange, à rebords festonnés. — C. Vases en terre grise et noire. 
Remarquer une urne d'Abbeville ornée de cercles tracés au lissoir. 

D. Vases en forme de bouteille, à couverte grise et noire. Remar- 
quer une bouteille du Mont Chyprcs en terre jaunâtre, avec traces 
de bandes peintes et gravures en arêtes de poisson. — Nombreux vases 
de Champdolent, Conflans-sur-Seine et les environs de Compiègne. 
E. Eu haut, grand vase noir d'Auves, Marne, avec ornements 
lissés ; autres de la forêt de Compiègne.— Urnes de la même prov. 



151 SALLE XVI, 1-3. 

et de Suèvres, ornées à la roulette. — Deux urnes en t«rre noire de 
Bray-sur-Sonime et d'Etaples, avec ornements de gros points à la 
bar})Otine. — Grande urne avec couvercle de terre grise ; Suèvres. 

F. Urnes noires de Cologne, ornées à là roulette ; autre en 
terre grise avec deux zones d'ornements, de Bavai . — Urnes de 
Mayence décorées de quatres couronnes ouvertes, en lignes 
blanches pointillées à la barbotine. — Trois urnes de Cologne, 
ornées de cercles tracés à la barbotine. — Six urnes, dont trois 
grandes ornées d'un visage humain grossièrement indiqué; Cologne 
et Mayence Forrer, Lexikoîi, aux mots Gesichtsurnen et Kopfgefàsse ; 
BG. 1899, 129 ; 1902, 198 ; Mannus, 1913, pi. 31 ; M. 1879, 451 ; 
AHV. I, 6, 6 ; V, 59 et p. 437). — Quatre urnes de terre grise avec 
décorations florales à la barbotine ; Cologne et Zahlbach *. — 
Huit urnes semblables de Cologne ; urne de Mayence ornée de 
lignes verticales barbotinées. 

A droite de la vitrine, grosse amphore romaine de Sainte- 
Colombe, Rhône : sur le mur au-dessus, plan archéologique de la 
forêt de Compiègne, des ruines imparfaitement explorées de 
Champlieu et du Mont Berny (voir RA. 1860. II, 130 ; 1862, I, 80, 
282 ; 1863, II, 131, 178 ; 1864, II, 322 ; 1870, 1, 127, 348; Cauchemé, 
Fouilles archéologiques dans la forêt de Compiègne, Compiègne, 
1900-1912). 

Vitrine 2 . — Au-dessus, trois grands vases dont un de Compiègne. 
La vitrine contient une série de vases à deux anses de Suèvres (1), 
puis une autre série de vases communs à une anse de Suèvres, 
Cologne, les environs de Compiègne, la Somme, l'Allier, Orange, 
Vaison, etc. Dans le bas, série de petits mortiers à déversoir 
dont quelques-uns avec marques de potiers, C . Atisius Gratus 
(Aoste), C. Atisius Sabinus (Grésivaudan), /S'u?nma/tf. . (Suèvres). 

Vitrine 3. — Au-dessus, trois grands vases dont un de Lillebonne. 

A. Urnes jaunes avec couvercle, de Suèvres, des environs de 
Compiègne, d'Orange. 

B. Grosses terrines, dont une en terre noire, du Mont Chyprès, 
ornée de dents de loups au lissoir. 

C. Dans le bas (aussi en D), terrines à déversoir; Vichy, 

D. Cinq vases blancs ornés de bandes rouges ; Cologne, 
Compiègne. — Trépied de BovioUes, orné de rubans en relief; 
petites écuelles à ti-ois pieds, dont une décorée à la roulette, de 
Suèvres; à droite, série de bouteilles à une anse, de Cologne. 

(1) Le cimetière gallo-romain de Suiivres a été mis au pillage; le .Alusée a acquis 
ce qu'il possède de cette proveiiauce en 1872. 



SALLE XVI , 3-4 . 



155 



E. Vases à deux et à trois anses, quelques-uns avec couvercle. 

— Vase de Chevincourt avec bandes rouges; petit vase formé de 
lieux flacons à deux anses superposées, de Bourges. 

F. Vasen blancs et rouges à une anse; remarquer une bouteille 
de Suèvres à engobe blanc . 

Vitrine 4. Céramique peinte. — De haut en bas : 

A. Deux glandes gourdes à deux anses, peintes en rouge ; 
Lépine et Saint-Etienne-au-Temple. — Grand vase à une anse, peint 
en rouge avec volutes blanches; Lépine. — Série de coupes ornées 
à la roulette; Marne. 

B. Deux grands vases à une anse avec peintures rouges et 
blanches; Vieux-Mont (Oise) et Lépine. — Deux vases à une anse 
décorée en noir de hachures et de volutes; Jonchery et Auberive. 

— Vase à deux anses, peint en rouge avec zones noires; Marne. 

— Deux vases à une anse, avec peinture blanche sur pied rouge; 
Vichy et Mont Chvprès. — Coupes peintes en rouge et ornées à la 
roulette; Lépine, Champdolent, Conflans-sur-Seine, Compiègne. 

C. Grande gourde plate, ornée des deux côtés de figures mytho- 
logiques; ancienne collection Aymé-Kambert à Vichy. — Autre 




Fig. 70. Vitr. 4. — Gourde de provenance gallo-romaine inccrlaine, 

ornée do reliefs m)ll»ologiqucs 

et d'une inscription (Frœhner, Musées de Fnmce, pi. 3). 

grande gourde, trouvée probablement dans le midi de l» France, 
autrefois chez Sallier à Aix et chez l'architecte Penchauil; les 
parois de ce précieux vase sont formés de deux médaillons du céra- 
miste Apollinaris (Fi'œhner, Musées de France, p. 12, pi. 3 ; VU. Il, 



156 SALLE XVL 4. 

pl.4, p.807). D'un côté on voit la lutte entre Apollon et Marsyas, 
en présence de trois Muses, arbitres du concours, de Cybèle de 
Vénus (?), de Minerve, d'Olympos élève de Mavsyas(?), de Mercure, 
do Diane (?) et d'une autre divinité. L'inscription (CUj. XII, 5687, 
9; se compose de deux hexamètres: 

J'nlladns en studio diiiicisti Alarsyn(s) c<iiitu[iii], 
Dumque tibi tituhim quaeris mala pœna rema[i>]x[it]. 

Sur l'autre vase, on voit Hercule et Bacchus qui luttent à qui boira 
davantage. Baccluis est étendu auprès d'Ariane; i)araii les assis- 
tants, on distingue encore une bacchante, trois satyres, un sinj^-e 
jouant de la syrinx et divers attributs bachiques. Sur une bande- 
role est inscrit ApoIlinar{is) cera, c'est-à-dire « cire d'ApoUinaris», 
le céramiste d'ailleurs connu (VO. II, 24.3) auquel sont dus les 
moules des médaillons (vers 220 ap. J.-C). 

Gourde analogue, mais plus petite, avec quatre pieds; Suèvres. 
— Gourde* en forme de cercle à doux anses trouvée à Paris; 
musée Carnavalet, On lit sur l'original une inscription peinte, 
commençant ainsi : Jlospifa, reple lagona(m) cervesa, c'est-à-dire : 
« Hôtesse, remplis le flacon de cervoisc ! ». Le reste du texte est 
obscur (CIL. XIII, 3, 2, n. 10018 ; CA. 189^?, 194, 201). — Petite 
bouteille à deux anses, ornée sur chaque face d'une tête de nègre 
en profil; Bourg (?). — Vases rouges ornés de volutes blanches; 
Mont Chyprès. — Vase d'Auberive, avec ornements noirs ; trois 
autres avec ornements blancs, de Compiègne et Vaudesincouit, — 
Vase< à reliefs floraux de barbotino et tra"es de décoration blanche; 
l'un d'eux, des environs de Châlons, porte autour du col le mot 
veni (CIL, Xlil, 3, p, 550) , un autre, de Chevincourt, porte le mot 
escipe {ihid. p. 541). 

D. Vases blancs rehaussés de peintures grossières, rouges et 
brunes: l'un de ces vases, du Mont Ch\))rès, est décoré de figures 
de cerfs. — Vase à une anse, peint en rouge, orné en blanc, avec 
une chaînette de bronze autour du col ; Reims. — Autre de 
Saint-Marcel, Indre, avec incisions à la roulette sur le col et pein- 
ture rouge marbrée sur la pause. — Médaillon * de terre noire 
trouvé dans un cimetière voisin de Bei-ne, re|)iésentant un buste de 
femme avec (Coiffure en deux bandeaux roulés, analocue à des 
bustes déterre cuite blanche (p, 130). 

Tout autour de la vitrine, ruhe scrie de lampes romaines 
classées i)ar types, Remarquer les lampes en forme de têtes 
d'hommes et d'animaux; de masques comiques ou tragiques, etc; 



SALLE XVI, 4-5. 157 

les lampes à longue anse décorée, à plusieurs becs, etc. Farnai les 
sujets figurés sur les lampes : Jupiter et l'aigle, le Soleil, l' Abon- 
dance, des Bacchantes, l'Amour, des Muses, des gladiateurs, des 
animaux. Beaucoup de lampes sont signées des noms des labricants, 
Fortis, Communis, C. Dessins, Crescens, Strobilus, C. Oppiius) Res- 
(titutus). La fabrique de Fortis, dont le centre était peut-être 
Modène, a été l;i. plus achalandée (Walters, Ancient Pottery , II, 427). 

S. art. Lucerna (Toutain) : Walters, Cotaloçiue oj lamps in the British Muséum, 
1914j S.Lœsclicke, Lampeii ans Ff/K/oMissa, Zurich 1919 (RA. 1919, II, 397); CIL. 
XiII, 3, 1 et suiv. Le classement des lampes romaines a été rendu possible par l'étude 
de stations militaires romaines, notamment en Germanie, dont l'existence est comprise 
entre des dates fournies par l'histoire (établissement et évacuation). Un des centres les 
plus importants de la fabrication eu Gaule parait avoir été Lyon. 

Vitrine 5. — Fragments de vases à reliefs d'applique de la vallée 
du lihône, avec sujets historiques très intéressants. A gauche, sur 
des tessons noirs (deu.x ex.), prov. l'un de Glermont-Ferrand, 
l'autre de la coll. Aymé-Rambert à Vichy, l'empereur Trajan reçoit 
la soumission d'un roi barbare (V 0. II. 215, 80 a et&). — Des 
mêmes vases, de même prov. , deux représentations d'un triomphe 
de Trajan (VO. II, 217, 8laet6). — Plaquette noire d'authenticité 
contestable, de la même coll., avec une scène copiée sur la pro- 
cession triomphale de Tare de Titus (cf. RK.I, 274). — Au milieu, 
médaillons rouges : acteur =*= élevant son masque d'un geste de 
victoire, tandis qu'an appariteur lui apporte une palme : inscr. 
Nica Parthenopaee : « Sois vainqueur, Parthenopeus ! v. Original 
trouvé à Orange, autrefois chez Lombard-Dumas et Léon Morel 
(V 0. Il, 289). — Train de devant d'un cheval au galop; au-dessus 
de sa tète un bouclier; inscr. Féliciter (Orange; cf. VO. Il, 301). - 
Marsetilia; on connaît un ex. complet (VO 11,253); Mars en armes 
(ibid. 254); buste de Mercure (moins complet, VO. Il, 266); Hercule 
(ibid. 266) — Gladiateurs; quadrige. — Médaillon d'Arles*(rori- 
ginal est égaré), représentant Scylla apportant à Mines la chevelure 
de son père, à la conserv^ation de laquelle était attachée sa vie; 
inscr, Minos Scylla ; souvenir d'une représentation dramatique 
(\'(). 11,277). — Apollon tirant de l'arc et Minerve combattant, 
fragments(VO 11,251-2). — Fragment d'un grand masque de beau 
style; Orange. — Fragment d'une figure d'enfant endormi, avec 
verni.s noir de beau style grec; Orange (1). 

(1) Deux médaillons à sujets intimes w sont [las e.xpo.sés (salle XVII, vitriiif •.'((, 
oir ; cf.VO. II, ib&). 



158 SALLF, XVII 

A droite de cette vitrine, grande amphore de Sainte-Colombe et 
cadre contenant des fragments de poterie noire ornée à la roulette; 
l'un de ces tessons porte un graffite; Joussac-Laval, Cantal. Au- 
dessus, aquarelle de Oeorges Gassies reprcsontant l'amphithéâtre 
de Senlis {Congrf>s archéol. Senlis, 1877, 69; R A. 1869, II, 60). 

A droite et à gauche de la fenêtre suivante, deux grandes 
amphores de Sainte-Colombe, Rhône. 

6. — Meable à volets contenant une nombreuse série d'aquarelles 
très habilement exécutées d'après les objets celtiques, gallo- 
romains et francs découverts dans les anciens villages de la forêt 
de Compiègne, au cours des fouilles exécutées aux frais de 
Napoléon III (1865-1870), sous la direction d'Albert de Roucy, 
assisté de l'architecte et dessinateur Cauchemé (voir p. 154) 



SALLE XVII. — Bronzes figurés. 
ÉPOQUE ROMAINE 

Cette salle a été ouverte en 1890 ; les bronzes figurés étaient 
autrefois réunis à la verrerie et à la céramique dans la s.ille XV. 

Un catalogue complet des bronzes figurés, avec 600 figures, a 
été publié par S. Reinach en 1894 (cité ici BF). Presque toutes les 
statuettes existant alors ou acquises depuis ont été reproduites dans 
le Jiéperto/re de la staUutire du niêino (4 vol ^1897-1910; cité ici RS.) 

Le goiit de la vaisselle et de la statuaire de bronze fut 
très gênerai dans la Gaule romaine, en particulier dans la 
partie orientale de ce pays; on y a trouvé beaucoup plus 
de spécimens de l'art des bronziers que dans d'autres régions 
de l'Empire, noiamment l'Espagne et l'Alriquedu Nord. Les 
marcpics decesarlisans (CIL. XIII, 3, p. 01)2) prouvent (jne 
la Gaule, d'abord à l'école de l'Italie, connue pour la fabri- 
cation des vases à reliefs, eut bientôt une industrie indépeii- 
daiilc (|ui répandit ses produits à piofusion et les exporta 
jusque dans les pays Scandinaves. (Montelius et Heinacli, 
lemyH préhisl. en Suède, p. 159). 

(belles des slalursel des statuettes de bronze qui sont d'un 
Iravail remarcjuable peuvent généralement être considérées 
comme des importations, bien que la preuve soit dilïicile à 



SALLE XVII, 1. 159 

faire, car des ouvriers campaniens ou grecs ont pu venir 
travailler en Gaule même et les ateliers indigènes ont pu 
compter d'excellents artistes nés et formés dans le pays. Mais 
les œuvres de style gréco-romain, alexandrin ou syrien (1) 
ne sont pas aussi instructives pour l'histoire de l'art que 
les bronzes moins attrayants où survit l'esprit de l'art 
celtique de l'époque de Latène, avec sa tendance à la styli- 
sation, c'est-à-dire à la transformation de la forme humaine 
ou animale en motifs d'ornement. L'intérêt de ces œuvres, 
souvent grossières, est encore accru lorsque le sujet repré- 
senté est emprunté à la mythologie celtique ; à cet égard, la 
Salle XVII est le complément nécessaire de la Salle XXI, où 
sont réunis les monuments en pierre de la même mythologie 
(T. I, p. 86 et suiv.). 

Alors même que le dessin elle modelédes figures laissent 
à désirer, la matière du bronze gallo-romain est de très 
bonne qualité; l'habileté technique des ouvriers se constate 
aussi dans les vases métalliques à reliefs, les anses historiées, 
les poignées de coffret, les clefs, les fibules etc. dont cette 
salle offre de nombreux spécimens. 

Vitrine I (centrale). — Au dessus, très grand vase en argile de 
Bibracte (restauré). — La vitrine contient les moulages peints d'une 
importante trouvaille de bronzes faite le 27 mai 1861 dans une 
sablière de Neuvy-en-Sullias, canton de Jargeau, Loiret. Les ori- 
ginaux, qui étaient enfouis dans une chambre hâTtivement cons- 
truite ayant servi de cacliettc à l'époque des invasions barbares, 
ont été acquis par le musée d'Orléans. Les uns sont en bronze 
coulé, les autres en bronze martelé ou repoussé. Tout rcnseml)Ie 
de la trouvaille peut dater du commencement du troisième siècle 
de notre ère, mais le mérite artistique des pièces qui la composent 
est très inéfçal; il est évident que quelques figures ont été sculp- 
tées par des artistes romains ou romanisés, tandis que la pluj)art 
trahissent l'inexpérience des ouvriers indigènes. Nous sommes 
probablement en présence d'une partie du trésor d'un temple, qui 
recevait naturellement des objets de provenances diverses. 

1° Cheval de bronze coulé, haut de Om.65 au garrot, pesant 

(Ij ZéïKidoi-e, auteur tluu Mercuif colo.ssiil exécuté pour les Aivernes ver.s r*'ii r»0, 
parait avoir été, à eu juger par son nom, un grec d'Egypte ou deSyrie (IMiim, 34, 43). 



160 SALLE XVII, 1-5. 



I 



54 kilogrammes. Une des fuces du socle en bronze sur lequel il était 
posé porte une inscription, dédi ace à une divinité indigène nommée 
ou suinoinmée Rudiobus (C I L. XI II. 3071; Rev. épigr. V, n. 1553, 
p. 43; RE A. 1920, p. 56). Quatre anneaux do bronze sont fixés 
au piédestal, sur lequel on portait la statue en procession. Bon 
travail. 

2° Onze figurines, toutes de style barbare, sauf les deux pre- 
mières : Esculapc, dieu de la santé ; Hercule enfant, adossé à un 
poteau et encadré de feuillage; orateur (?) drapé dans le sagum -, 
homme nu courant ou dansant; équilibristé ('?); joueur de balle; 
jongleur ou danseur; trois femmes nues du style le plus naïf; guer- 
rier ou Mars . 

3" Deux animaux en bronze coulé, un taureau d'assez bon style 
et un cerf de travail grossier. 

4" Quatre animaux en bn-nze martelé ou repoussé; une vache (la 
tête manque) et trois sangliers. Le plus grand, haut de m. 7«, est 
d'un assez bon style. On sait que le sanglier était un des animaux 
euibléniatiques des Gaulois (cf. t F, p. 44). 

â° Une grande trompette de bronze, longue de 1 m. 44, formée 
de plusieurs sections de bronze battu s'emboîtant les unes dans les 
autres; umho de bouclier, feuilles de bronze, patères ou casseroles. 

15F. 241 .sq. ; Mautellier, Mém. sur les bronzes antiques de Neuvy-en-Suilias, 
Paris, 1865. 

Vitrines, 2, 3, 4, 5. — Ces vitrines, dont l'iustallation n'est pas 
définitive (L92i), doivent contenir les statuettes et vases ornés, 
classés suivant les principes adoptés dans les BF. Nous signalons 
ici les objets principaux, sans donner toujours de références pour 
ceux qui sont déjà décrits et gravés dans cet ouvrage, où on les 
trouvera facilement grâce à l'index. 

1° Divinités celtiques (BF. 136 et suiv.) — I. Les images d'un 
dieu debout, généralement vêtu, tenant un vase d'une main et 
une hampe terminée par un maillet de l'autre, sont probablement 
celles (lu père de la nation celtique que César api)elle Dispater (VI, 
18). fcjur un bas-relief de Sarrebourg, il porté le nom ou surnom de 
Sucellus (t. I, p. 100). 

La seule statuette* intacte de cette série (de Prémeaux,Côte-d'Or) 
est au musée de Beaune; ornements cruciformes incisés sur les 
braies et sur la blouse. — Statuette de Viège, Valais*, au musée 
de Genève; trace de 7«,o(iiMs sur la tète (type de .Jupiter Sérapis); 
gros clou (ou clef) et bident figurés en relief sur le corps (REA, 



SALLE XVII, 1-5. 



KU 




15 183 



22 85 9 



Fig. 71 cl 72. — Statuettes du dieu gaulois au maiWol (le Disputer de César ?), 
trouvées à Prémeaux, Côle-d'Or (original au Musée de Bcaune) 
et à Arc-sur-Tille, Côte-d'Or ('Bronzes figurés, n"' i44, 160 j. 



1916, 193). — Dispater en Hercule*, de Saint-Paul-Trois-Cliàte;iux, 
Drôme; original à Avignon. Le dieu porte une peau de loup au lieu 
de la peau de lion. — Dispater d'Aix-en-Provence, avec peau de 
loup. — Autre * au musée de Lyon, avec croix «gravées sur la 
blouse. — Autre, d ; i)rov. inconnue, avec vas (l;ins la main droite et 
ornements symboli<|ucs grav(''S sur les vêtements. — Autre*; musée 
de Lyon; on en connaît plusieurs exiunplaires, d'ailleurs snspeits. 
— Autre*, musée de Besanyon. — Autre de; l'upiiiin, .Jui"a. — 

U 



I(i2 



SALLE XVII, 1-5, 



Autre*; musée de Lyon. - Autre; Arc-sur-Tille, Côte d'Or; yeux 
incrustés d'argent, grand manteau mobile. - Autre de Saint- Vulbas, 
Ain ; la ceinture est décorée de quinze cercles à point central . — 
Deux autres, cédés par le Louvre; ornements incisés sur les vête- 
ments. — Autre*; musée de Genève. — Autre, acheté à Paris; 
deux bouts d'une ceinture de cuir émergent sous la blouse. — 
Di'spater dans le costume de Silvaii»; Orpierre, Hautes- Alpes (RA. 
1915, I, 27). — Dispater* de Strasbourg, ceint d'une corde et tenant 




14658 

Fig. 73. — Dieu gaulois assis les jambes croisées, jadis cornu, 

tenant deux serpents à tète de bélier, 

bronze découvert aux environs d'Autun (Bronzes figurés, n° 177). 



le foudre, type exceptionnel {Cah. d'arch. d'Alsace, 1920, p. 1154), 
— Barillet de Disi)ator, dans lequel sont plantés de petits maillets 
à long manche; Vienne, Isère. Cet objet est très intéressant parce 
qu' un autrcaété trouvé àVienne même, avec la phis complète des sta- 
tue! tes cou nues de Disputer (BF. 17.')), qui, longtemps perdue, a reparu 



SALLE XVII, 1-5. 



163 



dans une vente anglaise en 1912 (RA. 1912,11, 173) pour disparaître à 
nouveau sans avoir été moulée. 

Carte de la répartition des dieux au maillet en Gaule : BC. l'.tiO, p. V. 

II. — Des dieux celtiques dans l'attitude accroupie, le plus 
curieux, trouvé près d'Autun en 1840, a été acquis par le Musée 
en 1870. Assis les jambes croisées sur un coussin orné de stries en 
échiquier, le dieu barbu tient sur ses genoux deux serpents à tète 
de bélier, à queue de poisson, qui lui font une sorte de ceinture . Il 
porte au cou un torques terminé par de grosses boules et un bracelet 
au poignet droit; un autre torques, placé entre les têtes des deux 
animaux, paraît leur être offert comme un objet sacré. Deux petites 
têtes sont accolées au crâne du dieu, au-dessus des oreilles; nous 
sommes donc en présence d'une divinité cornue tricéphale dans 
l'attitude qu'on a qualifiée de bouddhique (BF. 186; voir plus haut, 
tome I, p. 117). 

Un autre dieu .barbu accroupi vient de Vassel, Puy-de-Dôme; 
traces de cornes (RS- H, 25, 3). On en rapprochera une .déesse* 
accroupie avec cornes de cervidé, Clermont-Ferrand (t. I, p. 117). 




--..)£- 




32947 



Fig. 7^4. — Jupiter gaulois Icuanflclfouflro, une roue et un faisceau d'objets 
de bronze niiui'e en S suspendus à un jnneau , statuette de bronze 
découverte en 1774 an Ghàlo'et près Sainl-Dizier, Marne {Bronzes 
'irjurcs, n. 5 ; Déchelette, Manuel, t. Il, p. 466). 



164 



SA.LLE XTII, 1-5. 



HT . — Jupiter de Landouzy-la-Ville, Aisne, la main droite 
appuyée sur une roue S}mbolique. — Jupiter du Châtelet, près 
Saint- Dizier (1774), la main gauche appuyée sur une roue, la main 
droite tenant le fou ire; sur l'épaule droite est passé un anneau de 
laiton qui porte neuf petits 8 en bronze mince (cf. Pro Alesia^ t. I, 
pi. 10). 

IV. — Mercure debout, nu, un torques mobile au cou, tenant 
une grosse bourse de la main gauche, avec une tortue, un bouc et un 
coq, curieux exemple de l'interprétation du type classique de Mer- 
cure par un art à demi barbare. Trouvé prés de Heddernheim, sur 
la rive droite du Rhin (BF. 68). — Mercure assis sur un aigle, gros- 
sière figurine de prov. gallo-romaine indéterminée. 




fciiiUMin.iiiriiiiimiiiiiiimmwifii.i :ji):[[i Miim'[n„: i; , ':i iB [ :hii,'i!M,i,ujiifif"imirJ 

eoe6 



29541 



Fig. 75 et 76. — Sanglier de bronze, de l'anc. coll. Janzé, 

ayant couronné une enseigne ; Diane chasseresse montée sur un sanglier 

trouvée dans les Ardennes (Bronzes fi^jiircs, 266, 29). 

V. — Diane celtique, peut-être Arduinna, la déesse forestière 
des Ardennes, découverte dans le Jura ; assise sur un sanglier 
courant, elle tient une flèche de la main droite (BK. 50). — Epona 
de Pu])illin, Jura (cf. 1. 1, 124etsuiv.). — Très bol le figure provenant, 
dit-on, de la Haute-Vienne ; elle représente une déesse gauloise 
assise, tenant deux corbeaux (dont l'un a disparu presque complè- 
tement) sur ses genoux; ce motif n'a pas été signalé ailleurs. — 
Déesse drapée* de style romain, dont la base porte une dédicace à la 
déesse celtique Naria; Mûri; Musée de Berhe. — Groupe très inté- 
ressant* de même prov., représentant la déesse vlr^to (ourse, grec 
arktos), à laquelle une ourse, animal sacré de Berne, vient rendre 
hommage (RS.III,98 ; S.R., Cultes, I, 31). 

VI. — Une série de têtes do grande dimension, certainement de 
travail celtique, doit trouver place ici, car il s'agit sans doute de 
bustes de divinités indigènes (BF. 224). Buste de la Croix-Saint-'; 



SALLE XVII, 1-5. 



165 





X_^, 






2 7456 



27454 



Fig. 77 et 78. — Tête et masque de divinités, 

de style indigène, bronzes découverts près de Compiègne 

(^Bronzes figurés, n. 218, 237). 



Ouen près Compiègne ; le revers de la tête, qui est creux à l'in- 
térieur, est constitué par un couvercle mobile; les yeux sont remplis 
d'une pâte de verre bleu foncé (cf. MSA. 1913, 250 sq). La forme 
du crâne et du bas du visage se retrouvent dans des têtes de Gaulois 
sculptées par des Grecs (t. I, 32 et suiv.). — Autre de même prov., 
avec pendants d'oreille et torques. — Trois autres de même prov. 
et de même caractère. — Masque en bronze repoussé, d'un style 
analogue, trouvé au Mont Berny près de Compiègne. — Tête en 
forme de vase, avec couvercle en charnière, surmontée de deux 
ailerons; elle représente probablement un dieu analogue à l'Hypnos 
(Sommeil) de la mythologie grecque; la Croix-Saint-Ouen, près de 
Compiègne. — Buste de femme trouvé à Beaumont-le-Roger près 
Evreux, avec l'inscription Esumopas Cnusticus votum solvit libens 
merito. Esumopas ne peut être un nom de divinité (voir t. I, 
p. 116). — Masque en feuille de bronze, travaillé au repoussé, prov. 
des environs de Compiègne ; le style fait penser à celui des 
sculptures romanes. 

Il sera question plus bas des animaux sacrés celtiques, à rap- 
procher de ceux de Neuvy-en-SuUias (p. 159). 



106 



SALLE XVII, 1-5. 




22-2 99 

j 
Fig. 79. — Buste de femme (!'j en bronze, 
découvert près d'Evreux, avec dédicace d'Esumopas Cnusticus 
(Bromes fifjurés, n. 333). 



2° Divinités gréco-romaines (BF. 29 et suiv.). 

I. — Jupiter debout *, de Mûri ; musée de Berne. Cette figurine 
a été découverte avec des images de Junon, de Minerve, de Xaria, 
d'Artio, etc. (p. 164), — Belle statuette de Jupiter trouvée dans le 
canton de Neuchâtel en 1864. — Jupiter trouvé à Lyon (?), tenant un 
vase. — Autre de Franche-Comté, tenant un vase et une coi-ne d'abon- 
dance (*?). — Les plus belles figurines de Jifpiter proviennent, l'une 
de Saint-Côme, Lot-et-Garonne (RS. II, 10, 2), l'autre .de la col- 
lection Courtot, formée à Paris (RS. IV, 2). 

II. — Isis découverte à Besançon ; il y a de nombreuses figu- 
rines de style égyptien dans la Gaule romaine (RA. 1916, I, 184). 

III. — Vulcain, type influencé par celui de Disi)ater ; prov. 
inconnue. 



SALLE XVII, 1-5. 



167 



IV. —Très belle Minerve* d'Ettrin^en près de Coblence, 
d'après un type gfrec du V* siècle, dû peut-être cà Phidias ; musée de 
Boston, — Autre* de Mûri; musée de Berne. — Autres de St-Lubin- 
des-Joncherets, Eure-et-Loir, de Vichy et du lit de la Dordogne*. 
Bustes de Minerve de Sceaux, Loiret ; de Châlons-sur-Marne ; des 
collections Aymé-Rambcrt et Courtot. 

V. — Apollon debout, sur base antique, des environs de L^'on ; 
la tète ressemble à celle de Néron, qui aimait à se faire figurer en 
Apollon. — Apollon assis ; forêt de Compicgne. — Autre * de Rian, 
Allier. — Apollon ou Bontis Eventns'--'- d'Angleur ; musée de Licg'e. 
— Apollon ou Bacchus de Puylaroquc, Tarn-et-Garonne. — Ilélios 
(Apollon solaire) de Sainte-Colombe-lès-Vicnnc, Rhône. 

VL — Très belle Diane * de Chalon-sur-Saône ; Cabinet des 
médailles (RS. I, 30.3, 5). — La Nuit, figure d'applique découverte 
à Noyers, Meuse. 




818 



3I094 



l'"ig. 8o et (Si. — Slatiieltes d'un iicgrillun, (Iconvcrlc à Heims, 
et de Mars*, dôcôiivcrlo près des Pyrénées (?) [Bronzes Jhjitn'i^, ii . 19S, S/j). 



468 



SALLE XVII. 1-5. 






VII. — Très beau Mars* coiffé d'ui casque à trois cornes; 
bibliothrque de Madrid (BF. .53).— Autre trouvé à Reims, 1862.— 
Autre de Grozon, Jura. — Autre * qu'on dit avoir été trouvé dans 
le quartier de la Sorbonne à Paris. — Mars debout ; forêt de 
Compiègne. — Homme nu tenant une lance et une patère ; 
Saint-Loup-de-Buffigny, Aube. 

VIII. — Belle statuette de Vénus nue, faisant un geste de 
menace avec son ceste replié; Noyon (?). — Vénus pudique, de style 
très grossier, avec anneau dans le dos, ])rovenant du Châtclet près 
Saint-Dizier, 1774 ; elle enroule une ceinture autour de son 
corps . 

TX. — Très belle statuette de Mercure, avec yeux incrustés 
d'argent, caducée et bourse, adaptation romaine d'un type grec du 
v* siècle; Clayeures, Meurthe-et-Moselle, — Mercure* couronné de 

laurier, portant sur la tête, outre les 
ailerons, une grande plume; le pied droit 
est nu, le pied gauche chaussé d'une san- 
dale ; Saint-Révérien, Nièvre. — Jolie 
statuetie analogue, acquise à la vente 
Gréauenl885. — Mercure debout, avec 
coq et bélier, très grossier; coll. Febvre 
de Mâcon. — Mercure barbu (ce qui est 
exceptionnel) ; Chartres. — Deux Mer- 
cures debout; Grozon, Jura. — Statuettes 
de Mercure debout, d'un très bon style ; 
env. de La Rochelle. — Autre de Mâlain, 
Côte d'Or. — Autre*, les yeux incrustés 
d'argent ; musée de Tournus. — Mercure 
ailé* avec quinze petits bustes disposés à 
la façon des divinitésdelasemaine; musée 
d'Autun (RS. III, 5.S. 2). — Mercure de 
bon style ; Chalon-sur-Saône. — Impor- 
Fig.Sa.- Mercure avec aile- ^^nte Statuette* de Mercure debout por- 
tons, plume, sac et caducée, tant l'enfant Bacchus) trouvée à Champ- 
un seul pied chaussé d'une dôtre lès-Auxonne, Côte-d'Or; imitation 
sandale: slatueUe de hronze i ^^ • . i - ^i ■/•/-(* 

découverte à Si-Uévérien, du groupe de Praxitèle a Olympie (G A. 

Kiè\Tc( Bron:es figurés A8). 1889, pi. 19). — Série de statuettes repré- 
sentant Mercure assis, suivant le motif 
qu'on dit avoir été relui de la statue colossale faite par Zénodore 
pour les ArveVnes (Pline, 34, 45): Saint-Révérien*; Bercy, Seine; 




39467 



SALLE XVII, 1-5. 



169 



Buire-sur-Lancre, Somme; env, de Blois (statuette plaquée d'argent). 
— Bustes de Mercure : Vienne, Isère, entre deux coï-nes d'abon- 
dance ; Anthée* près Namur, analogue au précédent. 

X. — Très belle statuette représentant Bacclius combattant les 
géants (?), trouvée, dit-on, dans la Charente (RS.IV, 67, 1). — 




51337 



Fig. 83. — Bacchus combattant, 
bronze provenanl, dit-oii, de la Cliarentc (/f<'p. de la slat. IV, 67). 



Bacchus debout, trouvé dans le lit de la Saône; anc. coll. Gréau. — 
Masque-appliqiic de liacchus cornu ou d'un dieu fluvial, chef-d'œuvre 
de fonte et de ciselure, excellent spécimen de l'art de l'époque 
d'Auguste; anc. coll. Plicque à Lezoux, Puy-de-Dôme (B F. 89). 

XI. — Amour courant; forêt de Compiègne. — Amour assis 
tenant des fleurs; Grozon,Jura. 

XII. — Buste do Cybèle tourelée ou génie de ville; Anse, 
Rbône. — Abondance* debout : Anthée, musée de Namur. — 
Fortune assise ; une fente entre les genoux permettait d'y introduire 
des pièces de monnaie et de s'en servir comme d'une tirelire; env. 
de Lyon. — Fortune debout*; musée de Bourges. — Pomone ou 
déesse-mère: anc. coll. Gréau. 

XIII. — Vertumne avec serpe et panier de fruits; Aveyron. — 
Deux statuettes du dieu enfant Télesphore ; Champagne et 
Avignon. — Hypnos*, le dieu du sommeil, portant au cou un 
torques d'argent, s'avance tenant dans la main gauche abaissée trois 



170 



SALT.E XVII. 1-5. 



--^^^^^5^^. 




FIg. 8i. — Tèlc on bronze de dieu lliniiil cnriiu, 
original grec découvert à Le/oux, Puy-de-Dôme [Bron:es Ji(jurrs, n. S'S). 



pavots et dans la main droite un rhyton d'où s'ocliniipe un liquide 
soporifique; musée do Besançon (li F. 105). ^ 

XIV. Dieu marin * entre deux hippopampes ; environ de 
Gray. — Danseuse, * figurine d'applique trouvée dans les ruines 
de l'amphithéâtre de Grohan, Angers. — Pan, jolie statuette de 
la collection Blanchon à Vaison. — Satyre * debout, faisant le 
geste de se préserver les yeux du soleil; Feurs; Loire. — Tête ailée 
de Satyre* d'Angleur; mus. de Namur. — Buste de Bacchante*; 
Sancoins, Cher. — Silène couché ; collection Plicque à Lezoux. 
— Silène dansant *; Laupcn (RS. IV, 34, 5). — Bès, dieu 
grotesque cgytien ; Châlons-sur-Marne (?) — Magnifique tête do 
Centaure*; Palatinat, au musée de Spire. La tète est creuse et remplie 
de plomb ; à la partie supérieure est passé un anneau de suspension 
mobile, montrant que ce bronze a servi de poids. (Euvre grecque 
utilisée à l'époque romaine, comme le guerrier bles.sé de Bavai 
(p. 46) qui fut alors converti en lampadaire (BF. 115). — Têtes de 
Mdéuse, médaillons et appliques : Sainte Colombe, Rhône ; Rouen * ; 
environ de Port de Bouc *. — Médaillon découvert dans un cime 



J 



SALLE XVII, 4-5. 



171 




Fig. 85. — Tète de Centaure 

de travail grec, découverte dans le Palatinat ; original au Musée de Spire 

(^Bronzes figures, n. 117). 



tière aux environs de CliAlons-sur-Marne, portant estampés le buste 
l'adié du Soleil et une tête de Méduse (lunaire). — Priape avec 
capuchon ; Amiens (R S. 11,75, 1.) 

XV. Hercule et Antéc*, magnifique groui)e trouve en deux mor- 
ceaux près d'Abbevillo ; collection .Alorel d'Arleux (BK. 122). — 
Hercule * marchant, la massue sur l'épaule, de Fcurs ; collection 
Thiers au Louvre. — Hercule debout, portant la dépouille du lion ; 
Brioudc, Loire. — Jolie statuette d'Hercule, barbu et lauré, décou- 
verte près de Vienne-la-Ville, Marne. — Hercule debout, avec un 
anneau dans le dos, statuette grossière découverte en 1774 au 
Châtelet près Saint-Dizier ; on a proposé d'y reconnaître VOgmios 
dont parle Lucien (BF. 129). — Hercule ivre, dansant ; champ de 



172 



SALLE XVII, 1-5. 




42869 



Fig. 86. — Hercule jeune, 

statuette de bronze trouvée à Feurs, connue seulement par un moulage 

(RÂ. 1899,11, p.. 58). 

foire de Bourgef. — Hercule assis de Feurs *, original égaré 
(RAJ899. T, 54): antres d'Autiin* et d'Auvergne. — Hercule urinant, 
de la collrction de Torcy et de Compiègne*. 

XVI. T>are * dansant, tenant de la gauche un rhyton, de la main 
droite une pat/'re ; à sa gauche on voit un coq et un serpent barbu ; 
à sa droite un goret et un autel rustique ; Mandcure, musée de 
Monthéliard (BF. 134 . — Lare découvert à Reims. — Autres de 
de la collection de Torcy (Bourgogne) et de Mûri *, au musée de 
Berne (RS. III, 148, 1). 

3* Sujets piveijs (BF, 201 et suiv.). Très belle statuette* de 



SALLE XVII, 1-5. 



173 



guerrier blessé, défaillant, ouvrage grec converti en lampadaire 
par son possesseur gallo-romain ; copie réduite d'un bronze célèbre 
de Crésilas, v" siècle av. J.-C. L'original, suspecté à tort, est à la 
bibliothèque du Musée (RS. IV, 106, 1). — Très belle statuette* de 
guerrier grec trouvée à Vienne, 
Isère ; Bibliothèque nationale. — 
Cavaliers romains; Lyon (sommet de 
hampe) ; Rimini ; Orange. — Magni- 
fique ornement * d'un timon de 
char, représentant un cavalier bar- 
bare, vêtu de braies, qui combat 
une panthère ; musée de Toulouse 
(RS. III, 145, 8). — Gladiateur de 
Lillebonne *, à Rouen ; autres de 
provenances inconnues. — Lutteur 
dit pancrafiaste *, découvert à 
Autun, statuette remarquable ac- 
quise en 1870 par le Louvre 
{Jahreshefte de Vienne, 1909, 115). 
— Prisonnier barbare ; Vienne, 
Isère. — Gaulois mort* d'Alésia 
(voir plus haut, p. 117; RS. IV, 113, 
1). — Petit esclave ; provenance 
inconnue. — Nain grotesque de 
Naix, Meuse. — Pygmée combat- 
tant* de l'Hérault ; musée de Nar- 
boune. — Pygmée casqué * ; musée 
de Compiègne. — Négrillon, belle statuette de style al-exandrin 
découverte à Reims (GBA. 1894, I, 27). — Négrillon trouvé à 
Avignon. — Enfant emmailloté; provenance inconnue. — Mnfant 
vêtu d'un capuchon ; Poitiers. — Prêtre * conduisant un taureau au 
sacrifice; Vidy près Lausanne, musée de Berne (Deonna, Bronzes 
figurés dît musée de Berne, pi. 4 ; RS. II, 737, 4). — Statuette * 
crue de l'empereur Trajan, découverte à Ottcnhausen ; musée de 
Lucarne (RS. II, 171, 1). 




Fiff 



31616 

Guer 



ibat- 



y . — uuerrier grec comr 
tant, de l'anc. coll. Blacas, dé- 
couvert près de Vienne, Isère ; 
original au Cabinet des Médailles 
(^Bronzes fifjurcs, n. i8a). 



40 'X'ÈTES (BP. 218 et suiv.). — Buste de Jules César* décou- 
vert à Bavai (V,) ; musée de Douai. — Buste en bronze doré, 
peut-être de rcnipcrcur Postunie, acquis à^Lyon. — Bustes d'em- 
pereurs laurés * de Chalon-sur-Saône *, Avenches, du musée de 
Compiègne. — Tr( s beau buste d'éphèbe diadème trouvé à Saint- 



174 



salle'^xvii, 1-5. 



BarthcIcmy-dc-Beaurepairc, Isère ; style 
d'éphcbe * ; Lillebonnij. musée de Kouen. 
d'apparat ; musée de Luxembourg. 



^rec (BF. 222). — Tête 
- Visière * d'un casque 




Kig. 88. — MéJaillun a\cc lîgurcs eu relief reprcsonlant des combals 
d'animaux, découvert à Ljaudv près Tlionon , Haute- Savoie (lion, 
taureau, tigre, mulet, sanglier). Original au Louvre (Bronzes figurés^ 
n. 35/i). 

5» Animaux (BP. 263 et suiv.). — Disque de bronze* sur lequel 
sont figurés des combats d'animaux, précieux monument de style 
oriental ou celto-scythique découvert à Lyaudy, llte-Savoie ; Louvre 
(BF. 264) . — Lion* d'Angleur; musée de Namur. — Panthère*; 
Penne, Lot-et-Garonne. — Magniîique laie acquise en 1872 à 
Cahors; on sait que le sanglier est un des animaux sacrés des 
Gaulois. — Sanglier* non moins beau de la coll. Gréau, trouvé près 
de Luxembourg ; Louvre. — Deux sangliers-enseignes, de prove- 
nance inconnue. — Sanglier d'un style singulier découvert en 1774 
au Châtelet près de Saint-Dizier. — Rhinocéros trouvé, dit-on, 
dans le département de l'Yonne. — Griffon* de Mandeure; musée de 
Besançon . 

Importante séiie dc taureaux; les deux plus beaux, (|ui sont de, 
petits cheis-d'œuvre, proviennent de Grand, Vosges, et des environs' 
de Trêves. — Taureau bondissant* d'Autun; Louvre. — Taureau 



SALLE XVII, 1-5. 



175 




Fig. 8(j, — Sanglier de bronze trouve près e Luxembourg ;^ 
Musée du Louvre. 

à trois cornes, de Besançon; on connaît plus de 20 exeoaples, dans 
l'est de la Gaule, de taureaux à trois cornes, tant en pierre qu'en 
métal, répondant à une conception religieuse que nous ignorons 
(BF. 278 ; BO. 1907, clxviii). — Génisse marchant ; environs de 
Longwy. — Lampe en forme de taureau; dép. de la Marne. — 
Taureaux à trois cornes de Franche-Comté; de Pérouville*, Eure-et- 
Loir; de la coll. Febvre de Mâcon. — Tête de taureau* avec yeux 
de verre rouge et cornes bouletées; Troyes(/\. 18H6, 554). 




29537 



I 0878 



Fig. fjo et (j 



l^aïupe en forme de taureau, découverte dans le département 
do la Marne ; mancbc de clef orné 
d'un lion couché, prov . d'Abbeville [IJrniizcs figurés, n"' 387, '\!tS). 



176 SALLE ivir, 4-5. 

Cheval, couronnement de hampe, retiré du Rhône près de Lyon 
(MSA. 1909, 144). — Cheval* au repos, en bronze incrusté d'argent ; 
Aubiac, Lot-et-Garonne. Le type est celui des chevaux de la frise 
du Parthénon et des plus beaux vases peints. — Cheval d'Epona 
avec tro'i sur le dos pour fixer la figure de la déesse (qui manque); 
env.de Tonnerre, Yonne. — Admirable tète de chien* de Sierre, 
Valais; musée d- Genève (R S. IV, 520, 3). — Chien* de berger; 
Maligny, Côte-d'Or. — Biche; dragagesde la Seine, — Aigle avec 
anneau passé dans le bec; Reims. — Coq* articulé sur sa base; 
Maurecourt, Seine-et-Oise. — Coq* sonnant la victoire dans un 
cor, bronze lOmain trouvé à Strasbourg en 1914, peu de mois 
avant la guerre, avenue du 22 Novembre (Cahiers d'Archéologie 
d'Alsace, mai 1919, 987). — Anses en forme de dauphins, découvertes 
à Saint-Barthélémy-de-Beaurepaire. — Chèvre marine*; Sens, 

6" VASES ET PARTIES DE VASES A FIGURES (B F. 307 et SUiv.) 

J'ai montré en 1894 (BF. /. t.) l'inHuence de l'art gréco-alexandrin sur ces 
objets, mais l'ai quelque peu exagérée. 

Vase de Condrieu* (orig, au Louvre); sur la panse, quatre 
danseurs grotesques; sur le col, un pygmée attaquant un croco- 
dile, — Vase d'Auvergne; jeunes gens s'exerçant aux luttes de la 
palestre. — Autre* de Vichy (orig. à Moulins), avec des groupes 
de lutteurs. — Autre* du musée de Rouen; coqs, termes, arbres, 
guirlandes. — Beau vase en bronze cisefê avec incrustation 
d'argent, la base de l'anse ornée d'un joli buste de femino 
allaitant un enfant; trouvé dans les travaux du chemin de fer de 
Montauban à Castres (B F. 329). 

Vase à anse historiée de Néris : Méduse aux yeux incrustés 
(l'argent, lyre, tète de Pan, chien se grattant. ^^- Anse * de Grozon, 
Doubs; Lon-le-Saunier: buste de femme, aigle, tête de Pan. — 
Anse de la Garcnne-du-Roi, Compiègne : tête de bélier, buste, 
ovidé vu de face. — Vase avec anse historiée * de Poitiers ; sur 
l'anse, Eros debout et deux têtes ; sur le col, dédicace à Mercure 
Adsmerius par un certain Venixamus, CIL, XIII, 1125. 

Magnifique aiguière * découverte à Naix ; musée de Bar-le- 
Duc. Le col et l'anse sont ornés de reliefs floraux très délicats ; en 
haut de l'anse, ornce de même, est un aigle ; dans le bas, tête de 
dieu cornu (Baccljus ou Fleuve), aux yeux incrustés d'argent. — 
Analogue de Hantenay, Côte-d'Oi- ; l'anse, décorée d'ornements 
floraux, est amortie en haut par un aigle aux yeux incrustés 



SALLE XVII, 1-5. 



177 




fin 








24750 



26560 



Fig. 92 et 93. — Vases de bronze richement ornés, le premier autrefois 

chez Gréau, le second découvert 

entre Montauban et Castres (Bronzes figurés, n. 4i8). 



d'argent, en bas par une tête de Méduse aux yeux également 
argentés. — Anse de vase acquise à Lyon, décorée d'une tête de 
lion à crinière ciselée et de deux fauves rampants. — Anse 
d'Etaples, ornée d'une belle tête de Silène. — Anse de situle *, 
trouvée près de Mayence : Orphée au milieu des animaux. — 
Vase à anse historiée, de prov. inconnue ; sur l'anse, un jeune 
Satyre soutenant un vieux Silène. — Vase avec support d'anse 
historiée *, découvert à Spire ; le support est décoré d'une Sirène 
dont les yeux et les cheveux sont incrustés d'argent. — Très beau 
petit vase, d'une patine éclatante, avec support d'anse historié ; 
prov. inconnue (Cabinet de Napoléon III). — Vase à anse historiée* 
de Lillebonne ; musée de Rouen. Sur l'anse, main droite tenant 

12 



178 



SALLE XVII, 1-6. 




un stile. — Autre de la Haute-Marne, au même musée; l'anse se 
termine pai* deux pieds. — Série d'anses de vases ornées de 
iiiascarons. 

Vase à reliefs très accusés * trouvé 
à Ilerstal, Belgique ; original dans la 
collection Warocqué à Mariémont. Dans 
ce vase très intéressant, dit des philo- 
sophes, on remarque le contraste entre 
la gravité des personnages ainsi dési- 
gnés sur la panse et les scènes légères 
qui se déroulent au registre supérieur 
(ER. II, 164). -- Vase de Chalon-sur- 
Saône *, incrusté d'argent et de cuivre 
rouge . — Vase d' Autun * avec fig. en 
relief d'Amours jouant. — Vase en 
forme de tête, d'une très belle patine ; 
environs de Clermont-Ferrand . — Œno- 
ché avec mascaron trouvée dans le canal 
de l'Aisne (BAF. 1905, 158 etphot.).— 
Vase avec scène de chasse en relief, 
trouvé en 1905 dans un champ à Jublains, 
Mayenne ; il contenait 800 monnaies de 
bronze (Postume, Gallien, Salonine, 
Valérien); objets remarquable. — Vase 
de l'ancienne coll. de Torcy (Dijon), 
orné de têtes barbues. — (Fnochoé des 
environs de Plouharnel . — Très beau 
vase de Saône-et-Loire, décoré d'une 
figure d'Hariiocrate enfant (RA. 1916, I, 184). — La pièce capitale 
est le lampadaire orné d'un mascaron de Gorgone et de têtes de 
Satyres, découvert à Saint-Paul-Trois-Châteaux (voir p. 188). 

Vitrine 6. — Au dessus, trois grandes et belles statuettes* qui 
comptent parmi les chefs-d'œuvres de l'art en Gaule: l'Herma- 
phrodite du musée d'Épinal (BF.117). le Jupiter du musée d'Evreux 
(BF. frontispice) et la Vénus de Grenoble (RS. II, 346, 8, avec 
le bras gauche retrouvé plus tard). 

Dans les vitrines verticales, collection de vases gallo-romains 
en argile. Remarquer les vases en terre noire, avec inscriptions 
blanches en reliorf", ])rovenant de Cologne, Chevincourt, Rouen, etc. 
(AUV. V, 45, p. 248 ; Mcdnzer Zeitschrift, Yl, 1911,20). Sur un vase 



♦ 7.76fe 

Fig. g/). — Vase de hrcnze 
découvert à Lillebonne, 
Seine-lnl'.; l'anse est ornée 
d'one main droite tenant un 
stile. Original au Musée de 
Rouen (Bronzes fi(]urcs , 
n. 429). 



SALLE XVII, 6. 



179 





iî 4 7 5 2 



Fig. gS, — Statuette de bronze (rilermaphrodite, dansant ou se mirant, 
découverte sur la montagne de Sion près de Mirccourt ; original au 
Musée d'Epinal [Bronzes figurés, n. ii8). 



trouvé à Rouen en 1837 figurent deux croix g.immées (les svastikas 
indous). Un vase de Cologne porte l'inscription : Fera vinum tihi dulcis 
(CIL. XIII, 3, p. 542); sur d'autres on lit des acclamations comme 
bihite, valete, da vinum. Nombre de vases de cette vitrine 
portent des ornements en relief, fleurs, feuilles, écailles, pointes, 
ou des dépressions régulières sur la i):inse ; Conflans-sur-Seine, 
Champdolent, Seine-et-Oise, etc. — A droite, vase noir trouvé 
dans le cimetière de la place de Séraucourt k Bourges, en 1848, avec 
une inscription à la pointe commençant parle mot Buscillas. inter- 
prété à tort comme signifiant « bour-hées de pain ». L'inscription 
est en langue celtique et reste inexpliquée, bien (jue les essais 
d'interprétation ne manquent pas (CIL. XIIL 3, p. 489). 

Dans les vitrines plates, sur le devant, bagues de bronze, quelques- 



180 SALLE XVII, 6-9. 



unes avec chatons gravés; boucles d'oreilles et bracelets. Trois bra- 
celets, trouvés dans la forêt de Compiègne, sont passés autour d'un 
cubitus et d'un radius ; sur deux os semblables, de môme provenance, 
il n'y a pas moins de neuf petits bracelets. — Au milieu, grand collier 
en fer où sont passées des perles côtelées; Arles. A droite, bracelets 
en verre et en jais. — Bracelet d'or* avec bouts en spirales; musée 
de Besançon. — Fragment de torques en argent; Berthouville. — 
Amulette en pâte de verre à l'effigie d'Harpocrate tenant une 
corne d'abondance; Orange. 

Vitrine 7. — Au-dessus, importante statuette de boxeur au pan- 
crace découverte en 1869 à Autun (BF. 207); original au Louvre, 
(signalée p. 173). La vitrine contient quatre rangées de vases 
gris jou noirs sans ornements, provenant de stations romaines 
de l'Oise. 

Vitrine 8. — Au-dessus, pied de cheval en bronze doré, de 
grandeur naturelle, reste d'une grande statue équestre; environs 
deSaintes. — La vitrine contient trois rangées de vases, poteries, 
casseroles, passoires, louches ou cuillères à manche (simpuîà). La 
plus grande casserole est signée du nom du fabricant connu 
Draccius (CIL. XIII, 2, p. 694). 

Vitrine 9. — Au-dessus, belle tête de femme* en bronze, du 
musée de Compiègne ; prov. inconnue. — Moulage d'un grand 
disque d'argent* trouvé dans le Rhône près d'Avignon, impro- 
prement appelé Bouclier de Scipion ; cabiivet des Médailles. II 
représente Briséis rendue à Achille par Antiloque (RR. II, 234, 1 ; 
Venturi, Storia, I, 493). 

Dans la partie supérieure de la vitrine, très intéressante patère 
à ombilic* des Fins d'Annecy, au musée de Qenève, à l'intérieur 
de laquelle on voit le profil d'Auguste avec l'inscription Octavius 
Cxsar (RA. 1920, 1, 126), — Reproductions galvanoplastiques de dix 
pièces du trésor d'argenterie découvert à Chaourse-Moncornet, 
Aisne, et acqui.s par leBritishMuseum(GA.1885,p.328;CIL.XIII,3, 
p. 685). Les plus remarquables sont un seau avec anse orné d'une 
admirable frise de reliefs dorés, et un plat dont le centre est décoré 
d'une image en relief de Mercure, partiellement dorée, entre un 
bélier et un coq (RR. II, 477, 3). 

Au-dessous, patères de bronze avec manches ornés de figures en 
relief, du Camp d'Avor, Cher, et du Jura (BF. 313, 317-8). — 
Patère d'argent* avec nianche historié : Cybèle, Abondance, 
scène rustique; musée de Genève. — Patère d'argent* avec manche 



SALLE XVII, 9-14. 181 



et panse ornés, découverte à Cullera près de Valence, aujourd'hui 
au Petit-Palais à Paris ; scènes se rapportant aux amours de 
Jupiter : Léda, Sémélé, Callisto, Ganymède (RR. II, 242). — 
Moulages d'anses historiées * d'Annemasse et de Rouen, cette 
dernière signée Januaris (CIL. XIII, 2, p. 694). 

Vitrine 10 . — A gauche, objets de bronze de destination incertaine. 
Au milieu, quatre dodécaèdres perforés (dont deux originaux), 
qu'on suppose avoir servi à quelque jeu, mais qui pouvaient être 
des emblèmes religieux ou cosmiques; des objets analogues, en 
ivoire, se voient en Extrême-Orient, d'autres aux mains des 
astrologues de la Renaissance (RA. 1908, II, 146; 1911, I, 463; 
1917, I, 144; cf. 1905. II, 352). A droite, clous et clochettes de 
fer, anneaux de bronze et de verre, dé, boutons de verre, étuis en 
os, pendeloques, oiseaux et poissons en ambre ; ces objets pro- 
viennent surtout du cimetière romain de la Pierre-Levée à Poitiers, 
mis au pillage comme tant d'autres plutôt qu'exploré. 

Vitrine 11 . — Au-dessus, très beau buste* en bronze d'un jeune 
noble gallo-romain, trouvé en 1701 à Prilly près de Lausanne ; musée 
de Berne (Deonna, Bronzes du musée de Berne, n° 18, pi. 5 et 6; 
Indic. ant. suisses, 1913, p. 32), La vitrine contient surtout des 
lampes et des chandeliers de bronze; la plus belle lampe, avec deux 
becs et chaînette de suspension, provient de Saint-Barthélemy-de- 
Beaurepaire, Isère. — Plus bas, cimier de casque (?) trouvé, 
dit-on, à Coreut, Puy-de-Dôme; montre solaire de Hiéraple près de 
Forbach (S. art. Hovologivm, 260; MSA. LVII, p. 1 et suiv.). 

Vitrine 12. — Au-dessus, belle tête en bronze* de Junon, 
découverte près de Vienne, Isère, en 1859; musée do Lyon. Sur le 
diadème, on lit une dédicace du questeur de la colonie de Vienne 
(GA. 1876, pi. 1; Espérandieu, Recueil, 2593). — Dans la vitrine, 
vases, urnes, plats et plateaux. A droite, manche cannelé terminé 
par une tête de panthère . 

Vitrine 13. — Cette vitrine, encore inoccupée, est destinée à 
recevoir de petits bronzes. 

Vitrine 14 (plate). — Riche collection de cachets d'oculistes 
gallo-romains, originaux et moulages. 

« On désigne sous le nom de cacliuts d'oculistes des pliiquetti'S d'un gniin très fin, 
habituellement en serpentine, en stcatite ou en schiste ardoisier, sur les tranches des- 
quelles sont gravées en creux, et au rebours, différentes indications se rapportant k des 
collyres de l'antiquité. Presque toujours, la forme des cachets d'oculistes est celle d'un 
prisme triangulaire, à arêtes jiarfois en biseau, [dont les dimensions ne dépassent pas 



182 SALLE XVII, 14-20. 

m. 08 de long, sur m. 00 de large et m. 02 d'épaisseur. Les inscriptions gravées 
sur les tranclies comprennent, le plus souvent, les noms, au gt'-nitif, de l'oculiste qui 
fabriquait ou vendait le collyre, ensuite, et au-dessous, le nom de ce collyre, son usage 
et quelciuefois aussi son mode d'emploi. On lit, par exemple, sur un cachet découvert 
dans le département de la Nièvre : L (ucii) l'omp {cii) Nigrini arpaston ad recent(ei<) 
lippitudine(8) odeiitQ's) die(m) ex ovo, c'est-à-dire : collyre arpaston (à l'ambre) de 
Lucius Pompeius Nigrinus, à appliquer dans du blanc d'œuf, contre les ophtalmies 
récentes que blesse la lumière ». (Espérandieu, UA. 189.S, I, 296). 

Presque tous les cachets d'oculistes connus ont été découverts 
en Gaule (CIL. XIII. 3, p. 559 et suiv.). 

A droite, poinçons on bronze avec anneaux, portant des noms 
propres romains ; moule en bronze à rainures profondes, de type rare. 

Vitrine 15. — Au-dessus, pied de cheval en bronze doré do 
grandeur naturelle; Fins d'Annecy. L'intérieur de la vitrine est 
destiné à recevoir de petits bronzes. 

Vitrine 16. — Série de plats et de patères, quelques-uns en 
bronze étanié; balances, romaines et poids divers (S. art. Libra, 
Pondus). Rem. un peson de bronze en forme de tête, d'un bon 
style (BF. 239) ; un gros poids on plomb avec poignée de fer, 
prov. de Vichy; un poids en pierre encore plus grand, marque 
XXV, du Mont Chyprès, Oise. 

Vitrine 17. — Au-dessus, beau masque de bronze * trouvé en 
1715 à Genève; c'est peut être une tête d'Apollon {Indic. d'antiq. 
suisses, 1915, 295). La vitrine est inoccupée (1921). 

Cadre 18. — Tête d'ivoire* (et non de bois, comme on l'avait 
cru (l'abord), ayant servi de coffret ; original à Vienne, Isère. Abel 
Maître en a fait une restauration en plâtre qui est exposée (R A . 
1894,11, pi. 11-14). Au dessous, grande amphore romaine du 
Château d'Aoste, Isère. 

Vitrine 19. — Au-dessus, magnifique tête en bronze* de ville 
tourelce, trouvée à Paris vers 1675, sans doute une personniû- 
cation de Lutetia (B F. fig. 94: S. Reinach, Rec. de têtet antiques, 
pi 110, 111). — La vitrine contient cinq rangées de petits vases 
jaunes et rouges. Remarquer, à l'étage supérieur et à l'étage infé- 
rieur, ceux qui sont pourvus d'un déversoir latéral et dits, par ce 
motif, biberons (R A. 1859.713; ZE. XV, 159). 

Vitrine 20 . — La partie droite contient quatre rangées de vases 
rouges, jaunes, noirs ou gris, appartenant à la basse époque 
romaine. Dans la partie horizontale: E, F. Clefs en fer et en 
bronze, ces derniircs souvent sculptées et ornées avec beaucoup 
d'élégance (B F. 340 et suiv). Rem. deux poignées de clef en 



SALLE XVII. 20. 



183 




340S6 



Fig. 96. — Tùle en bronze de la Tutrhi ou divinité protectrice de LulcVc, 
découverte vers 1(^75 près de Saint-Eustache à Paris ; original an 
Cabinet des MédaWlcs {Bron:es fitjurés, n. gi). 



forme de lion; Abbeville. — Autre ornée d'une tête de fommc; 
Mayence. — En haut, pênes de serrure ajourés (cf. Cahiers cVAl- 
ftace, 1919, 1015; Rœm. germ. ilfws. pi. 24). — G, H. Garnitures do 
coffret, pièces de serrures. — Petite boîte en bronze avec serrure; 
Suèvres, Loir-et-Cher. — Boîte en bois* avec serrure de bronze et 
anneaux de tiroirs, considérée comme une boite de pharmacie ; 
cimetière d'Offstcin; musée de Worms.— Kiche collection d'anses de 
meubles et de coffrets, en fer et en bronze (BA. 1917, 77); garni- 



184 



SALLE XVII, 20-22. 




27560 



Fig. 23. — Lampe de bronze découverte à Paris, rue Ga^ Lussac ; 
original au British Muséum (Bronzes fujwrés, n. 473). 

tares de cofifrets et coins de meubles en bronze. Rem une anse très 
ornée* de la villa d'Anthée (musée de Namur), où l'on reconnaît 
le buste de Cybèle entre deux lions ; à droite et à gauche, tête 
d'Attis, l'amant de Gybèle, sur une pomme de pin (BF. 334). 

A droite de la vitrine, grande ampliore du Château d'Aostc, 
Isère; au-dessus, lampe de bronze*, ornée de "dauphins et de pro- 
tomés de lion, trouvée à Paris, autrefois chez l'antiquaire 
Forgeais et aujourd'hui au British Muséum (BF. 350). 

Cadre 21 (à la fenêtre). — Coffrets en bronze et éléments de cof- 
frets. Remarquer une applique ornée de panthères* trouvée à 
Mûri près Berne {Iiidic . ant. suisses, 1913, 181). 

Cadre 22. — Disque en argent* découvert dans l'Arve; musée 
de Genève. L'inscription montre que les figures représentent 
l'empereur Valcntinien I et sa garde en 370 (RR. III, 524). Au- 
dessous, jolie patère* en argent du même musée. 



il 



SALLE XVII, 23-27. 



185 



Vitrine 23 . — Cadre contenant de petits objets en bronze et en 
fer, d'un travail souvent très délicat : cuillers, stiles, spatules, 
pinces, compas, ciseaux, aiguilles, navettes, marteaux d'orfèvres. 
Deux stiles de bronze (cf. AHV. V, 56) sont encore enveloppés de 
restes d'étoffe ; Jaulzy, Oise. 

Vitrine 24. — Importante trouvaille, faite à Reims en 1855 (RA. 
1855, 435), de la trousse d'un médecin oculiste ; on y voit des 
crochets de bronze, des pinces, des lancettes, des fragments de 
pâtes médicinales ou collyres, un cachet d'oculiste en pierre schis- 
teuse, un cadenas, une poignée de fer, une balance de bronze, 
etc. (RA. 1893, I, 297; CIL. XIII, 3, p. 560,21; Deneffe, Éhule 
sur la trousse d'un chirurgien gallo-romain, Anvers, 1893). — Au- 
dessus, petits outils de bronze provenant surtout des environs de 
Compiègne : pincettes, spatules, etc. 

Cadre 25. — Strigiles en bronze; rem. un exemplaire à surface 
brillante trouvé dans les tourbières d'Amiens; le strigile signé 
Cavi (CIL. XIII, 3, ]). 705); deux strigiles en fer dans un anneau 
en bronze, de Khamissa, Algérie. 

Cadre 26. — Série d'objets en os encore mal expliqués où l'on 
voit tantôt des instruments de nmsique, 
tantôt des charnières (Rev. hist. relîg. sep- 
tembre 1914, 185). — Flûte en os de l'ancienne 
collection Courtot. — Flageolet* et anche 
de clarinette * en os ; Mayence. — Clo- 
chettes en bronze, presque toutes de Com- 
piègne. — Sistre (qualifié à tort de lyre), 
prov. de Berthouville (BF. 349).— Flûte de 
Pan * en bronze ; musée d'Agon (Pro Alesîa, 
I, 201). — Embouchure de la trompette* de 
bronze du musée deSaumur, dont une aqua- 
relle, par Abel Maître, est encastrée au- 
dessus; prov. de Saint-Just-sur-Dives(S. art. 
Tuba, 524). 

De part et d'autre du cadre -6, deux am- 
phores du midi de la France. 

Cadre 27. — Yeux votifs de bronze, ex- 
voto provenant pour la plupart de la forêt 
de Compiègne (d'autres ont été trouvés à 
Alesia, voir p. 117 ). Un œil votif* plus grand 
que les autres vient d'Orléans; la prunelle 
est en pâte de verre blanc (BF. 355-358). 




I''!};. ()8. tîailrc y(>. — 
Sisirc (lo hronzi' fli'coii- 
vcrt à HcrlIiDin illc, I']iire" 
[Bron:r.'< /iyiii l'a, ii. IxZ'j) 



186 SALLE XVII, 28-34. 



Cadre 28. — Petits objets de plomb et d'étain. Remarquer une 
statuette de plomb trouvée place Séraucourt à Bourges, rcpré- 
sontant Apollon (?j portant un tor(iues — (35 443) statuette en fer de 
Diane trouvée à Mandeure, ayant au dos un anneau fixé pour le 
passage d'une tige. — Marteau votif en plomb avec incrustations de 
cuivre; environs du Tréport. 

Cadre 29. — Pendeloques^ anneaux et clochettes de bronze. 
En haut, pendeloques phalliques contre le mauvais œil . — Globe 
en cristal monté en argent; Abbeville. — Deux défenses de sanglier 
accolées et montées en bronze ; forêt de Compiègne . — Deux petits 
couvercles émaillés de boîtes minuscules; Compiègne et Corbeil. 

Cadre 30, — Objets divers : dés en os (un en bronze, un en ambre), 
osselets (un en bronze), jetons et jùons de jeu en os. 

Cadre 31. — Os travaillés et figurés, boîtes, couvercles et fonds 
de bt)itcs, peignes, etc., — (1700) Hercule, statuette en os de 
CFermont— Ferrand . — Beau médaillon en corne de cerf repré- 
sentant un cavalier qui combat un barbare (vente Hoffmann, 
29 mai 1888, n.593). — Tête d'homme sculptée grossièrement dans 
un os à moelle; époque incertaine. 

Cadres 32 et 33 (embrasure de la porte). — Dans ces cadres on a 
réuni et classé des fibules gallo-romaines, faisant suite à celles qui 
sont exposées dans la Salle XVI. 

O. Aliii<>ien, Xordeuropseisclie i^i?>eZ/o;-me«, Sloc-kliolm, 1897; Moriii-.Tean, 'lypo- 
logic et chronolof/ie des Jihtdes de la Gaule romaine, iu Congrès 2>''éhist. de France, 
Tours, lOlO, p. 803-835, travuil important; AIIV. IV, 9 et passim. 

Cadre 34. — lnscrii)tions diverses sur métal. — (24 880*) deux 
casseroles d'Auxerre avec dédicaces du pagns d'Autessiodurum à 
Apollon(CIL.XIII. 2920). — Plaque de bronze* avecinscriiUionsau 
pointillé de .Jouy-Dombasle, Meuse; CIL. XIII, 4627. — Curieux 
calendrier de bronze ti-ouvé à Grand, Vosges, acquis en 1888 à la 
vente Hoffmann ; CIL. XIII, 5955 ; MSA. 1888, 171. Ce calen- 
drier « permet de calculer rapidement la longueur du jour aux 
différentes époques de l'année, ce qui était nécessaire pour régler 
les clepsydres». (De la Xoé). — Bague en argent * avec inscription 
de Tancienne collection Phil. Delamain à .Tarnac. — Plaque de 
bronze * du musée de Besancon ; dédicace à Mercure (plus haut, I, 
118). — Plaque de bronze ' avec dédicace à Mercure Dumias (t, I, 
p. 119). — Dédicace* de Marsal, sur bronze, à Mercure Clavariaiis 
(BAF. 1881, 164). — Couteau dédié par Svadurix (CIL. XIII, 
5 378). — Dédicace sur bronze * au dieu Sinquatis (t.I, p. 118). 



SALLE xvu, 34-39. 187 



— Dédicace sur bronze =•= à Jupiter Pœninus; Grand Saint-Bernard 
(CIL. III, 6881). — Autre* aux divinités des empereurs et à. Jupiter 
Pœninus (CIL. III, G 885). 

Vitrine 35 (plate). — A. Anneaux, boucles, agrafes, coulisses de 
bronze ajouré, fibules. Rem. (12567) deux garnitures complètes de 
ceinture ; Saint- Germain-les-Corbeil et Champdolent, Seine-et- 
Oise. — B. Boutons en os et en bronze, quelques-uns émaillés ; 
fibules circulaires et de types divers, dont beaucoup sont 
émail loes ; agrafes de basse époque romaine, à double crochet, 
dont une encore suspendue à une chaînette de bronze; une autre est 
ornée d'une tête de Méduse; chaînes et chaînettes. 

Vitrine 36 (plate). — A. Objets de harnachement et ornements de 
chars (?) — Médaillon de bronze avec têtes ou bustes en ielief(BF. 
236 et suiv.) — Trois chevêtres. — Extrémité de timon* (?) nvcc 
tète de sanglier; Mayence (BF. 345) — Trois mors en fer et en 
bronze. — B. Boutons, anneaux, grands tubes de bronze, garnitures 
de chars. Rem. les quatre grandes colonnettes creuses (à expliquer) 
qui proviennent de Saint- Barthélémy de Beaurepaire, Isère. 

Vitrine 37. — A. Miroirs en bronze et en bronze riche d'étain, avec 
o'i sans manche (S. art. Speciduvi) — B. Anses de vases en bronze 
et pieds de meuble. — (21084*) Orphée au milieu des animaux, 
support d'anse de vase; Mayence (BF. 326). — (35465*) Anse de vase 
découverte à Narbonne sur laquelle on voit le groupe intéressant de 
Mercure portant l'enfant Bacchus (cf. BF. 79). 

Vitrine 38. — A. Épingles en os, aiguilles à chas, trouvées pour 
la plupart dans les stations romaines des environs de Compiègnc, 
fouillées à la hâte sous Napoléon ITT et délaissées depuis. En bas, 
cinq épingles en jayet d'une tombe d'enfant du ITsiècle; Brcsles, 
Oise.— B. Épingles de bronze; extrémité de fuseau; fusaïolesen argile, 
os, plomb et bronze (voir Pottier et Reinach, Nécrop. de Myrina, 255); 
rouelles en plomb et en bronze, souvent considérées comme symbo- 
liques {Rev. hist. rel. 1912, I, 270; RA. 1S85, I, 202); dés à coudre, 
étuis à aiguilles en bronze; pincottes, cure-oreilles, etc. 

Vitrine 39 — A. Couteaux divers de bronze et de fpr; canifs à 
manche d'os orné (BF. 337 sq; S. art, Culter). — (45880 *) Couteau 
de fer du musée de Chalon sur-Saône, avec manche orné d'un 
groupe de lutteurs (peut-être Hercule et Antéc). — (14721) Manche 
de couteau en os monté en argent, orné d'un singe chevauchant un 
chien ; Garcnne-le-Roi près do Compiègnc (S. fig. 2100). — (13755) 
Manche de couteau en os, chien poursuivant un lièvre; environs de 



188 SALLE XVII. 30, iiù. 



Compiègne. — B. Kiche série de cuillers en bronze, or et argent 
S. art. Cochlear). — Fourchette de bronze, — Cuiller en os tra- 
vaillée avec art et prolongée par une lame de couteau en fer (cf. 
Fro Alesia, I, pi. 11). 

Vitrine 40 — Grande série de clefs de fer ou de bronze, coudées, 
avec anneaux de suspension, dentelées, etc; 'serrures, ressorts et 
plaques de serrures. — 46304. Grands cadcHas en bronze et en fer 
(moyen âge ?) et autres cadenas de types divers (S. art. Sera). 

Aux visiteurs du Musée qui sont techniciens, il est bon de dire que l'étude techno- 
loj;ique des petits olijeta de bronze gallo-romains est encore très arriérée. Le seul ouvrage 
d'ensemble (de H. IJlilmner, eu allemand) est incomplet et aujourd'hui dépassé par 
les articles correspondants du Dict. des antiq., dûs eux-mêmes, pour la plupart, à des 
savants sans compétence technique et n'ayant jamais manié d'outils. — Voir, pour les 
petits objets de cette salle, Caguat et Chapot, Manuel d'archéol. romaine, II, P. 1920. 



* 



TOUR DE LA SALLE 

Sur la cheminée, grand buste de bronze * de C. Julius Paca- 
lianus (BF. 221; CIL. XII, 1856), découvert à Vienne, Isère, en 
1874, avec les restes de la statue drapée et une dédicace à ce person- 
nage, qui était procurateur impérial vers 205-'; musée de Vienne. — 
Au-dessous, grande amphore à vin de Sainte-Colombe, Rhône ; à 
droite et à gauche, deux amphore» du midi de la France. 

Sur les murs, à partir du cadre 34 : 

1" Face supérieure * du magnifique lampadaire de Saint-Paul- 
Trois-Châtcaux, dont l'original, donné par le C'^ P. L. M., est 
suspendu devant la vitrine I (RA. 1913, I, 77). 

2*^ Photographie du trésor de Chaourse (cf. p. 180). 

3" Trompette du musée de Saumur (cf. p. 185). 

4" Photographies des vases et autres objets d'argent du trésor 
de Boscoreale, au Louvre (RR. I, 83). 

i")" et 6" Carte de la Gaule sous la domination romaine, dressée 
par A. Longnon. Une copie à grande échelle de cette carte, par 
Erhard, est placée au-dessus de la vitrine 20 ; on y voit le tracé 
des routes romaine.-:, l'emplacement des peuples gaulois et de 
leurs cités (exemplaire unique). 



SALLE XVIII 189 



SALLE XVIII 

L'art de l'Italie et des provinces (spécimens). 

Cette salle, qui n'est pas encore organisée (1921), a pour objet 
de réunir un certain nombre de monuments d'époque romaine 
impériale qui peuvent servir à l'intelligence des monuments 
gallo-romains. Le hasard des donations a joué, dans la constitution 
de ces séries, un rôle qu'il ne serait pas honnête de dissimuler. 

I. — Deux magnifiques jambières * de gladiateur, ornées de 
motifs en relief, Gorgoneion, têtes de dieu barbu, de Ménade et de 
Silène. Les originaux, provenant de Pompéi, furent donnés par la 
reine de Naples à .Joséphine (1802) et rachetés à la vente Pourtalés 
(1865) par Napoléon 111, qui les donna au musée de Saint-Germain. 
En 1892, Saint-Germain les céda au Louvre en échange de sta- 
tuettes gallo-romaines (De Ridder, Bronzes du Louvre, U, 1169, 
avec photographie). 

II. — Grand casque * de gladiateur, trouvé à Pompéi, orné de 
reliefs relatifs à des épisodes de VÊnéide. Original à Naples. 
Pour la forme, voir RR. 111, 86; pour le développement des sujets, 
ibid. 76-77. 

III. — Spécimens de poteries à relief et à vernis rouge 
d'Arezzo ; lampes romaines de provenance italienne. 

IV. — Moulages des principaux objets du trésor découvert le 
17 octobre 1868 au sud-est de Ilildesheim; musée de Berlin. La partie 
la plus importante de la trouvaille forme un service de table du 
travail le plus soigné, appartenant à l'époque d'Auguste ; quelques 
pièces sont peiit-être plus anciennes. A ce fonds ont été joints des 
vases plus grossiers, de fabrication gallo-romaine, mais également 
du 1*"" siècle. L'hypothèse que le tuut aurait appartenu à Varus, 
général romain défait et tué en Germauic (cf. 1, 188), n'a rien 
d'invraisemblable (Pernice et AVinter, Ber Hildesheivier Silber- 
fund, Berlin, 1901 ; RR. I, 157-166). 

Remarquer le grand cratère décoré de feuillages et d'cnfaul.s pêcheurs; lo 
gobelet avec une zone d'animaux, d'un travail plus grossier ; des vases à reliefs 
«lui sont des chefs-d'œuvre : coupes avec les bustes d'Attis (dieu lunaire) et de Cybèle 
tourelée ; coupes décorées de masques ; coupe avec l'imago de Minerve assise au 
fond, la plus belle do toutes ; coupe avec le buste de l'enfant Hercule étouffant les 
serpents, lo sourire aux lèvres. L'ensemble do la trouvaille suggère dus comparaisons 
avec le trésor de Boscoreale au Louvre (voir p. 188). 



I'jO salle xviii 



V. — Série de poteries romaines fabriquées dans les ateliers 
germaniques à rimitation de celles de la Gaule. 

VI. — Grands vases* de bronze trouvés en Allemagne; Ileddern- 
heim et musée de Hanovre. Un des vases de Hanovre, trouvé à 
Bœrry, est l'emarquable par un relief de bon style représentant 
une chasse (RA. 1902, II, p. 282, 288, art. important de J. Déchelette 
sur les Rœmische Bronzeeimer de H.Willers, 1901). 

VII. — Contre les murs, deux bas-reliefs* romains de Hongrie ; 
musée de Budapest. L'un représente une femme qui porte une tête 
de sanglier dans un plat; sur l'autre, on voit trois femmes assises 
(déesses-mères ?) Leur costume est caractérisé par l'emploi d'énormes 
libules, une sur chaque épaule (S. art. Fibula, 1108). 

VIII. — Galvanos des principales pièces du trésor d'objets d'or 
repoussé découvert en 1799 sur le bord de l'Aranyka à Nagy-Szcnt- 
Miklos (comté de Torontal, Hongrie). Ce trésor, aujourd'hui à 
Vienne, a souvent été considéré, mais sans preuves, comme ayant 
appartenu au roi des Huns Attila; d'autres archéologues le croient 
beaucoup plus récent et l'attribuent à l'art bulgare (RA. 1920, II, 
348). Sujets et inscriptions sont également très obscurs; onreconnait 
pourtant avec certitude une interprétation barbare de l'enlèvement 
de Ganymède par l'aigle. Les détails et la décoration rappellent à la 
fois l'Inde, la Perse sassanide et la Chersonnèse scythique, où les 
traditions grecques et orientales se sont mêlées (J. Hampel, Der 
Goldfund von Nagy-Szent-3Iiklos, Budapest/ 1885 ; Altertiimer des 
frilhen Mittelalters in Ungarn, t.I, 1905,627-634; t.II, 401-423; t.lll, 
288-319; RR. I, 189-191). 

IX. — Galvano d'un u7nbo de bouclier en argent doré, dé- 
couvert à Herpaly; musée de Budapest. Les reliefs qui décorent ce 
précieux objet sont d'un style barbare qui rappelle celui du second 
âge de fer Scandinave (S. Reinach, BA. 1895, 41 et pi. I). 

X. — Galvanos (exécutés par l'atelier du' Musée en 1900) du 
trésor découvert à Petrossa; musée de Bucarest, Roumanie. Ces 
objets ont été exhumés en 1837 en Valachie, sur un affluent du. 
Danube. Le trésor comprenait 22 pièces en métal dont plusieurs 
rehaussées de grenats, émeraudes, saphirs et perles. Fort maltraité 
par le premier acheteur et par un larron plus récent, il est maintenant 
réduit à 12 pièces, dont la plus importante est une patère d'or 
décorée de seize ligures en relief; le style est celui de la seconde 
partie du iii'^ siècle; le sujet reste à déterminer (RR. II, 159). 
11 faut encore signaler une tasse octogonale en or ; une autre de 



SALLE XVIII 191 



forme circulaire, avec des anses en forme de panthères; ungorgerin 
de même métal, trois fibules en or en forme de grands oiseaux, un 
grand plat en or et un anneau en or portant une inscription runique 
(Odobesco, Le trésor de Pétrossa, 3 vol. in-fol. Paris, 1889-1900 ; 
du même, Congrls de Copenhague, 18G9, 361-372; M. 1879, 180 ; 
RA. 1901, I, 463 ; Venturi, Storia, II, 5). 

XI. — Série considérable de moulages de statuettes de bronze 
découvertes en Bulgarie, tout à fait analogues à celles de la Gaule 
romaine tant par le style que par les sujets (Musée de Sofia). Rem. 
une tête colossale de Gordien III ; un grand et beau Mars ; un grand 
Mercure assis; une Vénus pudique; un Triton; une Victoire; un 
sacrificateur; une Epona (S. Reinach, RA. 1897, II, 224; 1899, I, J18 
1899, II, 61, avec beaucoup de gravures). 

Dans la tourelle, peintures d'A. Girard d'après des monuments 
romains de la Gaule, la Porte noire àe Trêves (Laborde, I, 91); 
le mausolée d'Igel {ibid. I, 196) ; la Porte noire de Besançon 
(I, 109). Au milieu, modèle (en partie inexact) du monument dédié 
par Trajan à Mars vainqueur, à Adam-Klissi dans la Dobroudja, 
Roumanie (RR. I. 428-442). 

* 

On sort de cette salle pour entrer dans un couloir. A gauche 
l)etite salle vide qui doit servir de magasin à la seconde bibliothèque. 

Un peu plus loin, on trouve un escalier qui conduit de l'agence 
de l'architecte à la Salle Piette et à la Salle de Baye. 

Les salles qui suivent, fermées :iu public, ont été destinées, dans le plan primitif, 
à servir de pied-à-terre à Napoléon III, après des chasses dans les forêts de Marly et 
de St-Gcrmain . Le conservateur du Musée et l'attaché étaient jadis logés, ainsi que les 
ateliers, dans le dernier des grands pavillons ajoutés par Mansard, qui faisait face à 
l'église. Les architectes successifs ont toujours insisté pour la destruction (très 
regrettable) de ce pavillon, qui gardait le souvenir de la transformation du château 
80U8 Louis XIV. 11 fut d'abord question de loger le conservateur dans une modeste 
villa à, construire au 2, rue Thicrs, sur un terrain appartenant au Musée ; mais bien que 
Jules Ferry fût favorable à ce projet, des considératioiiB d'ordre personnel le firent 
abandonner. On décida alors do réserver au conservateur rappartement de Napoléon III, 
inhabitable en hiver à cause de ses dimensions et de la hauteur exagérée des pièces. 
Alexandre Bertrand y passa quelques mois en 1900, puis le quitta pour s'établir dans 
une maison qu'il possédait k Saint-Germain. Après sa mort (1901), sou successeur 
s'abstint d'élire domicile dans ces salons ; l'un d'eux est devenu (1919) le cabinet 
du conservateur-adjoint. 

Dans le vestibule de l'appartement et dans les deux pièces sui- 
vantes, on a employé des boiseries provenant de la Chapelle; l'une 
d'elles porte le monogramme de Mario-Antoinette dauphine. 



192 DEUXIEME BIBLIOTHEQUE 



A gauche, petite bibliothèque avec cabinet annexe. On passe 
ensuite dans la nouvelle bibliothèque, grande salle ornée de 
tableaux, contenant les recueils et les séries qui ne sont pas 
d'usage courant, ainsi que les manuscrits des archéologues O.Rayet, 
Ch. Robert, Creuly, E. Desjardins, E. Chantre, etc., les dessins ori- 
ginaux de p. Weber pour les divers Répertoires de S.Keinach et la 
riche collection de livres de voyages en Orient ayant appartenu 
au général Camille Caillier (cf. Revue des études grecques, 1890, 48). 

Au-dessus de la porte de sortie, ornement composite dont les 
éléments étaient dans la Chapelle ; on y remarque une mitre 
d'évêque. 

La pièce suivante, dont les boiseries anciennes sont assez 
belles, est un salon, décoré de deux tapisseries modernes des 
Gobelins (1899) ; une d'elles représente le Château-Neuf de Saint- 
Germain et ses jardins vus de la Seine. 

On passe de là dans la salle à manger, contenant plusieurs 
tableaux : 1* Vue de nuraghes de Sardaigne (sans valeur) ; 2° Vue 
de Constantinople par Eugène Flandin ; 3° Une femme de l'époque 
néolithique défendant ses deux enfants contre un ours à l'entrée 
d'une caverne, peinture de L. Maxime Faivre (1888), honorée 
d'une médaille de bronze au Salon ; 4° Vue idéale d'une ville 
gallo-romaine du midi de la France à l'époque impériale, par 
Penguilly l'Haridon. 

On entre dans un nouveau corridor où &t)nt trois tableaux de 
rÉcole française représentant des oiseaux et un tableau hollandais 
représentant une tabagie (dépôts du Louvre). 

A gauche, chambre à coucher avec deux peintures: 1° Un 
repas à l'âge de la pierre, par X. Hellouin, 1870; 2" Racine 
récitant des vers devant Louis XIV et Mlle de La Vallirre, par 
Mlle Julie Phlipault (appartient au Louvre). 

Au fond, tourelle vide. Sur la droite, escalier très étroit des- 
cendant vers l'escalier principal, destiné au service de rapi)artement; 
il débouche un peu plus loin sur un palier. Si, de là, on monte un 
étage, on voit à gauche une porte donnant sur le toit de la chapelle ; 
à droite, une porte donnant sur un couloir dans lequel s'ouvrent trois 
petites pièces habitables, avec débarras et cabinet. Plus loin, salle 
réservée a la collection promise par M. d'Ault-Dumesnil. Cette salle 
conduit à la salle Edouard Piette . — En descendant l'escalier au 
lieu de monter, on arrive à cinq petites pièces, dont une cuisine 
et un office, réservées au service de l'appartement. 



SALLE IV 193 

Le visiteur revient à la salle XIII, en son et prend l'escalier principal. 

En montantau deuxième étage, on peut s'arrêter à un palier avec 
large fenêtre et balcon donnant sur l'avenue des Loges. Sur ce 
balcon sont placées deux belles statues en bronze d'E. Frémiet, 
commandées par Napoléon III, représentant un cavalier gaulois 
et un cavalier romain; l'inexactitude des détails de la première, au 
point de vue archéologique, permet de mesurer les progrès accom- 
plis depuis dans ce domaine. — Deux autres statues de bronze, 
par Emile Guillemin (1872), représentant des gladiateurs romains, 
un rétiaire et un mirmillon. 

Sur le palier, fragment d'une grande stèle* archaïque avec 
gravures inexpliquées, de Robernier, commune de Montfort, Var; 
on y distingue un svastika et un animal couché, très stylisé 
(VP siècle av. J-C. ?) (D. IV, 1532.). — Relief inexpliqué* trouvé 
dans un puits à La Condamine; musée de Monaco. On croit lire 
à droite lvdovic. Peut-être un roi de France guérissant les mala<les 
atteints d'écrouelles (R A. 1908, II, 121.). — Fragment d'un 
sarcophage de marbre découvert, dit-on, à Paris, rue Vivienne, 
mais provenant en réalité d'Italie. Deux personnages sont assis 
devant une table circulaire où ils ont posé leurs serviettes; à 
gauche, une divinité, probablement Diane, vient assister à ce festin 
de chasseurs; à droite, un serviteur portant un plat; sur la table, 
autre plat où est posée la hure d'un sanglier (R R. IL 304; E. IV. 
238). 

Ou continue à monter l'escalier et l'on tourne à droite jusqu'à la salle IV. 



SALLE IV. — Stations lacustres. 

R. Munro, Lake-dwellings oj Europe, Londres, 1890, avec bibliogr. complète 
(abrégé en français sous le titre de Stations lacustres, P. 1908). Travaux récents de 
Th. laher, Chronologie der Pfahlhauten, 1920, et de D.Viollier sur les débuts de l'âge 
du bronze en Suisse (KA. 1920, I, 380 ; II, 107). 

En 1853, les eaux du lac de Ziirioh ayant subi une forte 
baisse, on reconnut, à quelque distance du livagv, les restes 
de nombreux pilotis plantés dans la vase. Dans l'intervalle 
entre ces pilotis, on recueillit des objets divers eu pierre 
et en os, vestiges d'anciennes liabilalions construites sur le 

13 



194 SALLE IV 

lac. Un savant suisse, Ferd, Keller, s'appliqua le premier à 
l'étude de ces habitations, que l'on appela stations lacustres 
ou palafittes {Mittheil. der antiq. Ges. in Zurich, 1855-1886; 
rapports partiellement traduits en anglais, 2 vol., Londres, 
1878). On constata bientôt l'existence de stations analogues 
dans plusieurs autres lacs de la Suisse, de la Savoie, de 
litalie du Nord, de l'Allemagne, de l'Autriche, de l'Angleterre, 
etc. On se souvint que les écrivains grecs avaient décrit des 
habitations de ce genre tant au pied du Caucase qu'en 
Macédoine, et on les rapprocha des demeures lacustres de 
quelques sauvages de nos jours, comme les Papous de !a 
Nouvelle-Guinée et les Dyaks de Bornéo. 

Les plus anciennes palafittes de la Suisse appartiennent 
à l'âge de la pierre polie. On n'y trouve (jue des outils en 
pierre et en os. Les autres, qui sont bien plus nombreuses, 
datent de l'époque où le bronze était connu. Mais les deux 
premières périodes du bronze ont été ignorées des lacustres, 
qui ont reçu du dehors leurs premières haches à ailerons. 
A la différence des lacustres, les populations terriennes de 
la Suisse, révélées à la science par leurs sépulturf s et leurs 
dépôts, ont connu le bronze I et le bronze II (haches plates, 
haches à bords relevés), il est possible ^ni\ la lin du bronze 
II les tribus terriennes aient subjugué les lacustres et mis 
fin brusquement à la civilisation de la pierre. Les grandes 
stations du bronze, Mœringen,Auvernier,Morges, Wollishofen, 
datent seuhîment du bronze III. Par suite d'événements 
politiques et de mouvements de peuples que nous ignorons, 
les stations lacustres furent abandonnées ou détruites par 
le feu avant le début de l'âge du fer (vers l'an 1100 
av. J.-C). H 

La civilisation des palaOttes nous est connue par les nom- "^ 
breux vestiges quelle a laissés dans les lacs. Elle débute 
vers l'an 4000 av. J.-G., alors que les grands animaux quater- 
naires et le renne lui-même avaient disparu depuis longtemps. 
Les lacustres ont des animaux domestiques, en particulier 
le bœuf et le mouton, qui manquaient aux liabilanis des 
cavernes du Périgord : ils cultiveni le ble ei le lin. 
connaissent l'art de lisser les étoffes, construisent leurs 



SALLE IV 



195 




Fig. 99. — Vue restituée d'une station lacustre de la Suisse. 

demeures avec des branchages couverts de paille et enduits 
de boue, fabriquent des poteries grossières. Leur état socia 
les rapprociie beaucoup des constructeurs de dolmens, avec 
lesquels ils ont en commun Tusage de pierres rares ou 
étrangères, en particulier la jadéite. Leurs rites funéraires 
sont mal connus. 




Fig. 100. — Vue d'une habitation lacustre moderne de Nouvelle-Guinée 
. .., _. _ d'après une gravure en couleurs. 



196 SALLE IV, l-f). 

Vitrine 1 — Stations lacustres de la Suisse. — A. Ossements 
recueillis dans les palafittes : fragment de crâne humain, frontal 
de cerf, mâchoire de bœuf, mâchoires de porc, de chien, de 
castor, de chèvre; cornes de chevreuil, de chèvre, debœuf, de cerf 
(station de Treytel, lac de Neuchâtel). Sur le devant, grand arc* 
enbois de Kohenhausen, sur le lac de Pfacffikon. 

B. Haches en pierre polie emmanchées; tantôt la hache est 
directement fixée dans le bois, tantôt elle est préalablement ajustée 
dims une gaine en bois de cerf où l'on a fait pénétrer ensuite un 
munclie en bois. En bas, grande massue* en bois d'if de Roben- 
hausen. 

C. Haches en pierre polie dans leurs gaines en bois de cerf; 
marteaux à douille en bois de cerf. 

D. Gaines de haches et manches d'outils en bois de cerf. 
Remarquer les gaines de haches en bois de cerf à talon fendu, 
et le pic* en bois. 

A gauche, porte de la Salle de Numismatique; plus loin, porto d'ur cabinet. 

Vitrine 2 (plate). — Outils en silex, tous destines à être emman- 
chés, des stations lacustres: scies, éclats, grattoirs, pointes, etc. 
Remarquer (B à gauche, 6018) un couteau ou grattoir en silex 
ciumanché dans du bois; Wangen, lac de Constance. 

Vitrine 3 (plate). — Outils en os et en bois de cerf des stations 
lacustres : ciseaux, lissoirs, poinçons, etc. 

Vitrine 4 (plate). — Objets analogues aux précédents: poinçons 
lissoii-s, diMits de peigne. Remarquer (B) un peigne de- lin à trois 
dents réunies par de la poix; Locras, lac de Bienne. 

Vitrine 5. — B. Types de haches de stations lacustres en pierres 
connnune.s, en jadéite, en isoci'ase, en saussurite. Ni par la gran- 
deur, ni par le travail, elles ne sont comparables aux haches 
polies de la Bretagne (salle II). 

C. Suite de la même série : haches en serpentine. Remarquer, 
en bas, une grosse pendeloque* en pierre du lac de Zug, 
et une hache-ciseau en serpentine du lac de Neuchâtel. 

D. Modèles de marteaux-haches et haches ébauchées. On 
voit la manière dont on perçait le trou central des marteaux, en 
enlevant le noyau de pierre intérieur à l'aide d'un foret en os 
qui attaquait successivement l'outil de chaque côté. Remarquer 
en bas un de ces forets restitué par Keller, et une hache polie en 
serpentine avec essai de perforation moderne. 



I 



SALLE IV, 5-7. 



197 




Fig. loi. — Vitr. I. — Silex coupant emmanché dans du bois, 

trouvé à Wangen, lac de Constance, et haclie emmanchée de l.ocras, 

lac de Biennc. 




2271^ 



Fig. 103. "Vitr. 5 et lO. — Hache polie et harhe-marleau des stations 

lacustres de la Suisse ; hache avec essai moderne de perforation 
(cf. Relier, Indir. (l'anll^i. suisses, iH-o, i<. i3(); 187(5, p. 679). 



Vitrine 6 (plate). — A. Pointes de llèche et scios on silox. — 
B. Hroyeurs ou percuteurs, polissoir en molasse, pierre à aiguiser, 
brunissoir. 

Vitrine 7 (plate sur la cour). — Meules fixes, piorrr& formant 
contrepoids. 




6265 



21373 



6267 



Fig. io3. Vitr. 8, 12, II. — Débris de filet de Robenhausen (MP. SgS); 
vase orné et débris de broderie de même provenance. 



Vitrine 8 (plate, sur la cour). — Restes de l'industrie des stations 
lacustres: étoffe ou feutre en écorce d'arbre (Robenhausen) ; poids 
de filet, flotteurs de filet en écorce de pin ; hameyoQS ; filet à 
grandes mailles en lin et ficelles (Wangen, lac de Constance) ; 
filet à mailles serrées, corde de lin (Robenhausen) ; fragments 
carbonisés d'une toiture de chaume (Wangen;; agitateur en sapin 
pour faire le beurre (Robenhausen); coquilles de noisettes, graines 
de framboises et de mûres de ronces, pommes sauvages et pommes 
cultivées ayant séché au soleil, épis de blé^ pains de seigle, pains 
cuits sur des cailloux rougis, froment carbonisé. On a remarqué 
que la civilisation des stations lacustres ressemble beaucoup à 
celle que la linguistique laisse entrevoir pour les peuph s de langue 
aryenne au moment de leur séparation (S. Reinach, Oirgine des Aryens^ 
94). — A droite, meule à moudre et molettes à broyer. 

Vitrine 9 (plate) — A. Percuteurs, haches, pierres à aiguiser, 
cailloux présentant des traces de sciage, broyeurs en pierre. 

B. — Haches et ciseaux. A droite, haches en jadéite de très 
petites dimensions (objets votifs ou amulettes). 

Vitrine 10 (plate). — Haches polies eu pierres diverses. 

Vitrine 11 (plate, sur le jardin). — Restes de l'industrie textile 
des lacustres : fragments de vannerie et de paillassons; fil de lin 
carbonisé; lin teille non peigné; pelotons de fil de lin; tissus en 
lin carbonisés; broderie sur tissu de lin (Robenhausen, Wangen). 
Le dernier spécimen surtout est intéressant par l'habileté de main 
dont il témoigne. 



SALLE IV, 11, 12. 



199 




iMg. io4. Cadre. — Cachette ou trésor d'ohjets de bronze, découverts à 
Porcieu-Amhlagnieu, Isère. Kcmar(|uer, on liant, une scie et une 
enclume ; au dessous, poignards. Iiaches. l'aniillcs. éiJMigles, poinvons, 
pierre à aiguiser, anneaux (Déclielcttc, M'inucl. t. Il, p. I7.i). 

A (Iroite et à gauche .le cette vitrine, gravures coloriérs repré- 
sentant les habitations lacustres modernes de la Nouvelle-Guinée. 

Sur des socles, meules de stations lacustres. 

Vitrine 12. — Poteries des stations lacustres néolithiques. La 
terre est lourde et grossière; les vases sont généralement sans anses, 
toujours sans couvercle et sans pied; on les maintenait droits en les 



200 SALLE V 

posant sur des anneaux on terre cuite. L'ornementation, souvent 
obtenue à l'aide des doigts, est rudinientaire, comme dans la poterie 
des dolmens. 

A droite, en bas, fragments de pilotis en bois, détruits par des 
incendies. Un très grand nombre de stations lacustres présentent 
les traces des incendies qui les ont détruites. Sur les murs sont 
exposés de grands pi lotis (marais de Thièle, lacdeBienne, Estavayer, 
Wangen) . 

Dans le passage, cadre contenant de curieux bronzes découverts 
ensemble dans une cachette à Porcieu-Amblagnieu, Isère, vers 1896 : 
haches plates, faucilles, poignards, enclume, scie, pointe de flèche 
d'un type particulier, etc. Ces objets sont revêtus d'une magnifique 
patine verte (D. II, App. G.3). En face, deux- gravures encadrées 
{Trésors de i" Armorique) où sont figurées (juatre lames d'épées, 
découvert es en 1881 au Castello-de-Saint-Brandan, Côtes-du-Nord 
(D.TI, 2".5), et les trouvailles faites dans le tuuuihis de Porz-ar-Saôz 
en Trémcl, même département {ibid.W, 222). 



SALLE V. — Outils et armes de bronze. 
LA GAULE APRÈS L'INTRODUCTION DES MÉTAUX 

D.ins l'état de nos connaissances (1921), il semble bien que 
le bronze ait été fabrique en Egypte et en Babylonie avant 
dêtre connu en Occident. Mais ce ne fut pas le premier 
métal employé par les hommes, cpii recueillirent d'abord 
l'or (les alluvions, les paillelles d'étain, et apprirent à 
e.xtraire le cuivre de ses minerais. Le bionze proprement 
dit, alliage de neuf parties de cuivre avec une d'étain, est 
une découverte qui fut réalisée lentement; au lieu d'étain, en 
divers pays, on se servit d'abord d'antimoine; dans les 
bronzes les plus anciens, la proporlioii d'étain est encore 
très faible. 

Les minerais de cuivre sont fort re|)au(lus, l'étain est 
rare; mais bcaucouj) de isements détain, exploités dans 
I'anti(|uil('. oui pu sV'puiser. Les Grecs croyaient que l'étain 
provenait siirloul de l'ouest de l'Europe, Espagne, Gaule, 
(irande-Hretagne ; c'est de là que, suivant une tradition, le 
roi uiyllii([ue de Thi-ygie. Midas, !':uiiait importé en Asie. 






SALLE V 201 

Un seul texte, très vague d'ailleurs, l'ait allusion à l'éfain de 
l'Asie orientale. L'Inde ne tirait pas son étain de là, mais de 
l'Egypte, du moins à l'époque des Ptoiémées et des Romains. 
La Grèce homérique connaît l'étain sous le nom de kamteros 
(sanscrit kastira), qui pourrait être un mot celtique comme les 
noms analogues des chefs gaulois Casdgnaloi, Camlalos,e{c. 
On ne peut faire encore que des hypothèses sur les origines 
— à notre avis, religieuses — de la métallurgie du bronze ; 
mais il est sûr qu'elle se répandit rapidement, tant par la 
voie de terre que par le commerce maritime, où l'Espagne 
paraît de plus en plus avoir joué un rôle important. 

Les savants contemporains ont divisé l'âge du bronze 
en quatre périodes. Les deux premières (2500 à 1600) se 
confondent avec l'apogée du néolithique. L'âge du bronze 
proprement dit commence avec l'épée de bronze (vers IGOO). 
Dans la dernière période (1300 à 900), on place les plus belles 
épées de bronze et les premières fibules, qui remplacent les 
longues épingles. Ces dates, d'ailleurs approximatives, ont été 
obtenues par le rapprochement de trouvailles faites en 
Occident avec celles de la Grèce préhistorique, de l'Italie 
et de l'Egypte (D. II, 107). 

Entre l'an 1900 et l'an 1000 avant J.-C, la Gaule peut 
avoir déjà été habitée par des Ligures (à l'est), des Ibères 
(à l'ouest) et des Celtes (au nord et au nord-ouest); mais on 
ne possède aucun renseignement sur ces peuples, l'histoire 
ne commençant pour eux, grâce aux voyageurs phéniciens 
et grecs, que vers l'an GOO avant .I.-C. 

D.t.n (tout entier"); O.Montelius, Chronologie dp.r mlUsten Bronseseit. , Hninswick 
1900; Difi xlteren Kiilturperiodi'n im Orient und in Eurojia. Stocklioliu, i908 ; 
Album préhistori'iut'. de Sui-Ji', Stockholm, 1919 (indispensable pour les comparaisons); 
S.Ueinach, Cultes. t.III, p.3'-'2 (étiiin); S. art. Metalln, Stnnntim. 

Au-dossus, grand vase * de la station lacustre du Bourget et vase 
analogue de Choisy-le-Roi, Seine; entre ces vases, croissant* on 
grès, avec décoration rcctiligne, prov. d'Eborsberg; musée de 
Zurich, On a explique ces objets comme des chenets ou des em- 
blèmes religieux, analogues aux«cornesde consécration» bibliques 
(D. II, 47-/; RA. 1913, 1, 122-, M. 1875, 24'.)) • 



202 SALLE V, 1, 2. 

Vitrine 1. — A. Vases et anneaux-supports dos stations lacustres 
du Bourget et do la Suisse. Les décorations sont exclusivement 
géométriques; la couverte est généralement grise ou noire. 
Quelques vases moins grossiers paraissent avoir été fabriqués à 
l'aide du tour. En bas, spécimens de revêtements en terre des 
cabanes lacustres du Bourget. 

B, C, D, E. Poteries lacustres, pesons de fuseau ; lac du Bour- 
get. Remarquer (E, 4°) des poids de métiers ou do filets perforés et 
des vases d'un travail plus soigné. 

F. (partie plate de la vitrine). Broyeurs, marteaux, brunissoirs, 
pendeloques, manches en bois coudés de haches en bronze; 
lac du Bourget. 

G. Haches à ailerons et à douille ; pointes de lance et de 
flèche; couteaux, faucilles, rasoirs, épingles, aiguilles, bracelets, 
boutons et appliques de bronze; perles d'ambre et de verre, anneaux 
de bronze ; lac du Bourget. 

H. Anneaux, poinçons, hameçons de bronze ; fragments de 
filets, de cordes, de tresses, de vannerie; pesons de fuseau, moules 
d'anneaux on molasse; fragment d'étain: poterie ornée de bandes 
d'étain ; lac du Bourget. Ces derniers objets prouvent que les 
lacustres ont appris eux-mêmes à fabriquer leurs ustensiles de 
bronze, puisqu'ils possédaient non seulement des moules, mais de 
l'étain pur. 

A droite, fuseau en bois, fragments de vases et de pilotis en bois ; 
chaumed'un toit incendié ; calfeutrage de cabanes; glands, pommes 
sauvagps, millet, blé, noisettes, fèves, pain cuit sur des cailloux ; 
lac du Bourget. 

Au-dessus de cette vitrine : 1" peinture à l'huile riu vicomte 
Lepic, représentant l'intérieur d'une habitation lacustre; 2° autre 
peinture du même amateur, représentant la station de Grésine, lac 
du Bourget, restituée (M. I, 200); 3" restitution, par le même, de 
deux cabane^ de la station de Grésine. 

Vitrine 2. — Cette vitrine contient le dépôt d'un fondeur décou- 
vert en 1867 à Larnaud, Jura: c'est une des plus précieuses acqui- 
sitions du Musée (KA. 1867, II, 370; 1879, 1,351; Congrès de 
Lons-le-Saunier, 1913,451, où le tout est dessiné sur 6 planches). Elle 
se compose d'objets plus ou moins usés (^ui devaient être fondus 
de no iveau. 

A. Ciseaux, marteaux, gouges, fragments d'épées, bases de 
fourreaux; bracelet gravé transformé en lame de poignard (21645). 



SALLE 



203 




29348 



(9409 



Fig. io5. Vilr. 2 cl it). — Hache h ailerons emmanchée de Suisse, original 
à Berne ; moule à deux valves do hacLcs à ailerons, du Petit-Villatte, 
Cher ; haclie ornée, de Mareuil-siir-Ourcq, Oise. 



B. Boucles, tiges ou lingots de bronze, rebuts de moulage, 
culots et saumons de bronze, fragment poli de bronze chargé d'étain. 

0. Garnitures de roues, agrafes, rubans, feuilles et ornements 
gravés, grains de collier en forme de tubes, grand disque, 
boutons à décors incisés et à bélières, boucle de ceinturon, 
appliques. 

D. Pendeloques en forme de roue avec traverses ; fragments 
de colliers, épingles, disques en spirales, clous, anneaux, tranchcts, 
pointons, ciseaux à main, pendeloques avec chaînettes et anneaux, 
anneaux accouplés. Plusieurs de ces objets portent des chevrons 
et des ornements circulaires gravés en creux. 

E. Hameçons, crochets avec figures d'oiseaux, fibules, agrafes, 
bracelets divers. 

F. Pointes de flèche et de lance, couteaux et manches de 
couteau, faucilles. 

G (partie plate de la vitrine). — Haches à talon de diverses 
provenances: Normandie, Scine-et-Oise, Seine-et-Marne Eure, 
Cantal, Jura, Ain. 

H. Haches à ailerons de diverses provenances : Suisse, (jise, 
Dordogne, Aude, Morbihan, Indre-et-Loire, Seine-et-Oisc, Sonnne, 
Savoie, Côtes-du-Nord, Isère. — Spécimen* de hache à ailerons 
emmanchée (Suisse); moules* de haches (musée de Rouen). 



! 



204 



SALLE V, 2, 3. 



I. Haches à ailerons de diverses provenances, avec des 
restes d'emmanchure; haches à oreillettes (Suisse, Haute-Savoie, 
Morbihan); haches à bords droits plus ou moins élevés; hache à 
main avec poignée plate. 

J. Haches à main (Suisse, Auvergne, Bas-Rhin, Isère, etc.). 
Remarquer au milieu une belle hache* ornée de chevrons et de 
losanges ; à droite, deux petites haches allongées et étroites 
(Creuse, Côte-d'Or). 







Fig. io6. A'itr. 2. — Haches de bronze de Brionne, Eure ; de Chaumont, 
Haute-Marne; de Lyon(?) ; de l'anc. coll. John Evans (emmanchée); 
de l'Eure ; saumon de Larnaud, Jura. 



E. Haches étroites à bords élevés, haches-coins tout à fait 
plates, dont quelques-unes en cuivre (Vendée, Seine et-Oise, Gers); 
grandi-s spatules de bronze; ciseau à long manche; hache* 
emmanchée ; haches à bords droits. 

L. Hache à bords droits et à talon; le manche était fixé dans 
le talon à l'aide d'une corde, A droite, grande hache à talon 
avec anneau latéral ; Avignon. 

Vitrine 3 (plate), — Série comparative de haches de bronze ; 
quelques-unes, trop petites pour avoir servi', sont probablement 
des objets votifs (cf. A. 1896, fiOO), Telles sont (à droite) les petites 
haches trouvées à Maure-de- Bretagne, Hle-et-Vilaine, réunies 
ensemble par un fil de bronze passé dans un anneau latéral. Sans 
doute elles étaient attachées ainsi pour la commodité du transport; 
il n'est pas impossible non plus que des faisceaux de haches aient 
servi de moyen d'échange à une époque où la monnaie était ignorée 
(Boucher do Perthes, Aiiiiq. I, 142 ; Coiu/rès de Pesth, 277), — 
Quel(|ues haches sont ornées de filets ou do semblants d'ailerons en 
relief (B à droite). 



SALLE V, 4, 5. 205 

Vitrine 4. — A. On a réuni ici des casques de bronze coniques dont 
la provenance celtique est certaine : 1" Type original à crête et à 
pointes (Seine à Paris, Le Theil à Billyen Loir-et-Clier*) ; 2° même 
type sans pointes (Mantes*, Auxonne) ; 3" avec appendices latéraux 
perforés (Bernières d'Ailly en Calvados, musée de Falaise ; 
collection Glanville à Rouen). Voir S. art. Galea, et Coutil, 
Casques antiques, 1915(93 fig.). 

B. Cônes en or* avec décoration géométrique, objets de culte (?) 
trouvés à Avanton, Vienne, et à Schifferstadt près de Spire (BA. 
1860, 138 ; D. II, 363 ; AHV. I, 10, 4). — Vase d'or* de style 
Scandinave trouvé à Rongères, Allier, en 1911 (Mon. Piot, 
XIX, 185, pi. 15). — Double eni'oulement en fil d'or* et autre en 
bronze ; Mœringen. — Plaquette d'or * ornée au repoussé ; même 
provenance. — Trouvaille d'objets de bronze du Theil, commune 
de Billy, Loir-et-Cher : ceinture avec pendeloques, fragment de 
casque, perles de verre, moules de hache et d'épingle, fusaïole, 
petit ciseau (M. 187, 111 ; 1886, 575; RA. 1875,1, 72 ; 1880, I, 
294). — Tubes recourbés et ornés*; dragages de la Loire. — Deux 
tintinnabula avec anneaux mobiles ; Suisse et Chevi'oux. — Chaîne- 
ceinture* en bronze, de La Ferté, Allier. - Pendeloque ayant fait 
partie d'un harnachement ; Yonne. — Sphère * en deux morceaux, 
de Sdint-Genouph, Indre-et-Loire. — Ornement de bride * ; N.-D.- 
d'Or, Vienne.— Sphéroïde* percé de deux trous, richement décoré 
au trait, pommeau de sceptre, jouet ou objet de culte ; Hauterive, 
Allier (M. 1887, 313, 317, 330 ; RA. 18H7, II, 259).— Ceinture d'or* 
avec fermoir ; musée de Cluny. — Disque en or * de Guern- 
an-Floch, Côtes-du-Nord. — Bracelet d'or * à bouts renflés ; lUe-et- 
Vilaine. 

Vitrine 5. — A. Gouges et ciseaux à douille, quelques-unes à soie; 
marteaux à douille. — Scies, couteaux-scies, hameçons et pointes 
de flèche, dont une (Suisse) à crochet latéral. — A droite, 
peigne en bronze avec anneau (A. 1900, 756) et objets qualifiés de 
rasoirs, à tranchant simple ou double ; quelques-uns ont des 
manches formés d'anneaux de suspension (M. 1873, pi. 19; RA. 1919, 
II, 386). 

B. Manches en bois* de faucilles ; Mœringen. — Série de 
faucilles qui différent surtout par les détails du manche (trou, 
bouton, douille). — Deux moules * de faucilles en terre cuite et 
en pierre; Suisse. Dcchelettca démontré que les faucilles de bronze 
se rencontrent presque exclusivement dans les pays autrefois 



1 



206 



SALLE V, 5-7. 



habités par les Ligures, identifiés par lui aux Sicules (1) (D. II, 
13; A. 1918-19, 393; RC. 1919, 384, 403). 



I 




18624 



Fig. 107. Vitr. ti. — Chaîne et ceinture à pendeloques découvertes à 
La Ferlé-Hauterive, Allier, et à Billy, Loir-et-Cher (Déchelette, 
Manuel, t. H, p. 334, 335). 

Vitrine 6. — A. Bracelets de bronze de types divers, ouverts 
ou fermés, inci.-<és ou lisses, pleins ou creux à l'intérieur. Les 
ornements, en creux ou en relief, sont des nervures, des chevrons, 
des cercles concentriques; les plus beaux spécimens proviennent 
des stations lacustres de Suisse (Bienne, Neuchàtel) et de Diji^ne, 
Basses-Alpes (AHV. I. 9, 1: II, 6, 2; II, 7, 2, etc). 

B. — Série de couteaux de bronze, les uns à scie, les autres 
avec languette percée de trous ou à douille. Provenances : Suisse, 
Haute-Savoie, Scine-et-Oise, Saônc-et-Loire, Côte-d'Or, Lozère, 
Belgique. Dans un exemplaire de Mœrin^en*, le manche en bois 
s'est conservé. Remarquer les couteaux* avec anneaux de sus- 
pension de Neuchàtel et de Courtavant, Aube (BM. 1875,249). A 
droite, moules* en molasse de couteaux; musée de Spire et anc. 
coll. Gross, Suisse. (S. art. Culter; A. 1897, 607; AHV. II, 3, 3; 
II, 4, 4; A. 1912, 50(5). 

Vitrine?. — A. Précieuse série d'objets de bronze, recouverts d'une 

(1) Sicula signifie fuutille i-ii latin. 



SALLE V, 7. 



207 




21077 



2I075 



Fig. io6. Vitr. 4. — Cônes en or d'Avanton, Vienne, et do ScliilVrrsladt, 
Pidaliiiat. Originaux aux Musées du Louvri; et de Spire (Dcclielclle, 
Manuel, l. II, p. 363). 




""^^ç^^iTj 



Fig. lot). Vilr. 4 et .5. — Pendeloque trouvée dans l'Yonne ([.'Homme, 1887, 
p.SOç)): sphéroïde de la l'erté-IlaulcriM', Allier (orif^inal à Moulitis); 
peigne anthropoïde du Jura (MP. y93). 



208 



SALLE V, 7. 




I 4 803 



Fig. 1 lo. Vilr. 5, 8. — Faucille de Poritaillcr, Gôle-d'Or, 
cl agrafe de ceinturon 1res ornée de Réallon, Hautes- Alpes (D. II, 336). 



b 



3112 



773 



771 



22390 



Fig. III. \ itr. 0. — Couteaux en bronze de Gortaillod, Suisse; de Pontailler 
et d'Auxonue, Côte-d'Ur ; de Courlavaiit, Aube (original au Brilish 
Muséum, coll. Morel). 



SALLE V, 7. 



209 



belle patine verte, trouvés en 1850 à Vaudrevanges près Sarrelouis, 
dans un marais où ils ont peut-être été jetés à titre d'offrandes 
religieuses ou comme butin devenu tabou et soustrait à l'usage, à 
la suite d'un combat. 



A.Bertrand, Arch. celt. et gaul. 221; M. 1876,333; 1878, 225 ; 1887, 21 ; Bonn. 
Jahrb. LVII, 228; Verh. Berl. Ges. XV, 494; RA. 1803, II, 449; 1868, I, 242 ; A. 1900, 
75; MP. 962-1065 ; S. Reinach, Cultes, III, 223 sq. 




8100 

Fig. lia. Vitr. 7. — Disque à bélièrc avec llntinmibuhi de bronze, 

porte par un cheval. 

Trouvaille de Vaudrevanges près Sarrelouis (Déclielctlc, Manuel, l.II, p.3o3). 

Moules de haches; haciiesà ailerons et anneau latéral; arcs do 
cercle avec anneaux ayant fait partie d'un mors ; groupes d'anneaux ; 
bracelets ouverts et creux à l'intérieur ; disques avec cercles 
concentriques ; spirales. — Grand cercle ajouré orné de raies 
concentriques avec un anneau de suspension et deux petits cercles 
ajourés suspendus à l'intérieur du premier; cet objet a pu servir 
de tintinnahidum ou de clochette dans le harnachement d'un cheval, 
comme celui* qui lui fait face et qui provient de Frouard (y). 

14 



210 



SALLE V, 7. 




Fig. ii3, Vitr. 7. — Ornement ajouré, <mtmna6uium, torsade à auneaux 
(MP. 967) et mors (MP. 968) de la trouvaille de Vaudrevanges 
près Sarrelouis. 




,27450 



Fig. ii4. Vitr, 8. — Calotte ou rondelle de bronze ornée, de Sl-André- 
dc-Méoulle, Basses-Alpes, avec traces d'une réparation ancienne (RA. 
i883, I, p. aie). Original à Digne. 




Fig. ii5. Vitr. 8. — Hracclets ornés 
do Tige du bronze découverts à Réallon (i-3, 5-6) et à Vaudrevanges (4) 



SALLE V, 7, 8. 211 

Tubes avec renflements aux extrémités, ornés de cercles en 
relief dans lesquels devaient passer les cordes servant de rênes; 
anneaux accouplés; ornement de bronze à jour; bracelets en spi- 
rale et grands boutons ayant servi d'appliques. Remarquer au 
milieu la célèbre épée de Vaudrcvanges, type de l'épée de bronze 
avec poignée pleine à cuvette, crans à la naissance de la lame et 
filets (long. Om.45). Sa forme est identique à celle d'une épée de 
Mœringen, Suisse ; cette même station lacustre a fourni un mors 
[)areil à celui de Vaudrevanges. 

B. Grands boutons ou disques (objets de iiarnacliement), 
provenant des lacs de Neuchâtel et de Bienne, ainsi que de Bossenay, 
Aube. Les quinze grands disques trouvés à Saint-Martin-de- 
liossenay, au lieu dit hs Vignes, paraissent avoir fait partie du 
harnachement d'un che\ al de parade (M. 1876, 330). 

Vitrine 8. — A. Brassards et jambières à spirales des sépultures 
(le Veuxhaullcs, Côte-d'Or (M. 1873, 260) et de Fertigny*, Marne. 
— Deux entonnoirs de bronze; Estavayer, lac de Neuchâtel. — 
Quatre ornements de poitrine eu bronze, ouverts au sommet et 
décorés; Saint- Viâtre, Loir-et-Cher. — Boutons, pendeloques, clo- 
chettes, anneaux accouplés . — Curieux disques * bombés, décorés 
en creux et en relief, surmontés d'une pointe comme des casques ; 
l'un d'eux porte la trace d'une réparation ancienne; Saint-Andrc- 
de-MéouUe, Basses-Alpes (KA. 1883, I, 240; Ollivier, Age préhist. 
dans les Basses- Alpes, Digne, 1884; 1). III, 659). — Plaque percée 
de sept trous; Mœringen. — Mors et montants de mors; Mœrin- 
gen*, Oise. — Montants de mors en andouiller de cerf; Suisse. — 
Tubes et disques; pièces de harnachement. 

B. Objets de la trouvaille de Réallon, Hautes- Alpes. C'est une 
cachette de fondeur ou de marchand, composée d'objets absolument 
neufs, découverte en 1870 à lu suite d'une pluie d'orage qui ravina 
le sol . — Tubes unis et annclcs, ressorts à boudins, nombreux 
petits anneaux, appliques et agrafes, demi -cercles avec bélières, 
agrafe et ceinturon incisés, bracelets creux du type de Neuchâtel 
(cf. vitrine 6). Remarquer (14791) une très belle paire de bracelets 
à larges oreillettes avec gravures rectilignes fort élégantes ; on 
ne comprend pas comment on a pu exécuter ces fines incisions 
.sans outils d'acier. — Boutons, disques, rouelles, pendeloques 
diverses avec anneaux de suspension, faucilles, pointes de lance, 
couteau à douille avec gravures sur la lame. — Sur l'arrête de la 
vitrine, grande épingle de bronze. 

M, 1872, 273; 1878, 154; ilA. 1870, 1, 118; 1870-71, 5'J; CungreadeBoloi/ne, pi. G-7, 



212 



SALLE V, 8. 



8640 



26663 



Fig. Ii6, Vitr. q. — Grandes épingles ornées de Fillinges, Haulc-Savoie, 
et de Corcelelte, lac de Neuchàlel. 




Fig. 117. \ ilr. 10. — Grands poignards, épées et bonteroUes de bronze, 
originaux cl ni(julages((lc gauciic à droite : |)oigiiards et épées de Carnoet, 
Côtcs-du-iVord ; l'ii)Hf,'rcscant, ibid.; dragages de la Seine; Saxon-Sion, 
Meurlbe ; Ile Sainl-Oucn, Seine ; dragages de la Seine). — Au-dessous, 
bnulerolle d'épéc de la vallée du Rhin moveu ; poignard de Gourillach 
(voir fig, aS); bouterolle acquise à Paris, 



SALLE V, 8, 9. 



213 




Kio-. 1,8. — l'oignards cl cpôos'flc l)roii/e. originaux et moulages (de gauche 
à droite: Bligii)', S.-et-O.; Zurich [an dessous]; Rouen; env. de Dijon; 
Souillac, Lot; Saint-I'aul-Lizoïuu;, Oordogno ; Trévoux, Ain; Mirabel 
Drôme [an dessous] ; Humes, Hte-Marne ; Hanovre). 

Vitrine 9. — B . iMoules * d'épingles en pierre, de Suisse ; épingles 

grosse tête percées de trous (stations d'Auvernier, Corcelettes et 

Cortaillod, lac de Neuchâtel); épingles surmontées de boutons, 



214 SALLE V, 9, 10. 



I 



extrêmement longues (Doubs, Côte-d'Or). A droite, en bas, deux 
épingles* de Savoie, recourbées à la partie supérieure (dites 
épingles-poignards). 

A. — Série de longues épingles avec boutons supérieurs et dis- 
ques rapprochés formant comme une spirale vers la tête (Haute- 
Savoie, Ardèche, Saônc-et-Loire, Ain, Aube, Seine-et-Oise, Puy- 
de-Dôme, Meurthe, lac de Neuchâtel). La plus grande * (8640), ■ 
trouvée à Fillinges, Haute-Savoie, donne son nom au type. — 
Autres épingles plus petites, avec boule, disques, cônes ou doul)les 
cônes au sommet, présentant souvent des enroulements incisés qui 
rappellent le type précédent (Scine-et Oise, Côte-d'Or, Saône-et- 
Loire, Jura, Suisse); les spécimens suisses sont de beaucouj» les 
plus nombreux. — Epingles surmontées d'un anneau mobile ou 
d'un enroulement (Seine-et-Oise, Suisse); les spécimens suisses sont 
encore les plus nombreux. 

Épingles: A. 1905, 199; 1907, 514; 1910, 550; KA . 1879, II, 17C; Bull. mon. 
1901, 373; ZE. XXXVI, .-)73; XXXIX, 785; lîG. XXX, 216. 

Vitrine 10. — Épées et poignards de bronze. Nous distinguons 
les types suivants : 

1° Tout à gaucbe(15181), ('pce^du tumulus de Barésia, Jura, 
avec soie plate à rivets, crans à l'origine de la lame, filets latéraux, 
base de fourreau ou bouterolle à ailettes; autres, avec ou sans 
la bouterolle, de la Drôme (trois exemplaires*), de Gramat* dans 
le Lot, de la Côte-d'Or (l), du Jura*, du Cber*. de l'Ain*, de 
la Seine près d'Eli)euf. — En bas, bouterolles analogues de 
Saône-et-Loire, de la Drôme*, de l'Ain*, de la Côte-d'Or*, du 
Lot*, du musée de Francfort* . A gauche, modèle d'une extré- 
mité de fourreau fixée dans la bouterolle. 

2" Poignards à filets latéraux et à rivets, t}pe du Lessart (Côtes- 
du-Nord); épées scmbhibles, de longueurs et de formes assez 
variées, retirées ds la Somme, de la Seine, de la Sarthc*, de la 
Saône, de Kibemont, d'Auxonne, de Boulogne et du Pas-de-Cahiis*. 
La ))lus longue épée de ce type provient du jiays de Bade*(0"'74). 
Tout adroite (7600), type exceptionnel par ses dimensions (long. 
0,665) et par sa forme, trouvé à Piougrescant, Côtes-du-Xord; 
c'est sans doute un poignard de sacrifice ou une offrande reli- 
gieuse (MSA. XVI, pi. 2, 1). 

(1) L'inventaire iiidiiiui- comme provenance les environs de Hcsan(;on (envoi di' 
Naiiolcon III, le '-'5 juillet 18G7); mais Charvet a cru p.iuvoir allirmer qu'il yavait e\i 
confusion entre Besançon et Dijon. 



SALLE V, H, 42. 215 

Vitrine 11. — Suite delà série desépées. Les types dominants 
sont courts, à arête centrale plus ou moins marquée, crans peu 
prononcés ou absents, soie à rivets petite, plate et relevée sur les 
bords. Nous prenons comme exemples (B à droite) deux épécs de 
Penliouet (Saint-Nazaire); dans l'une (Penhouet I*), il y a des trous 
circulaires pour les rivets (23412); dans l'autre (Penhouet II*), le 
trou supérieur est une ellipse allongée (23844). 

Le type Penhouet I est représenté, avec des variantes légères, 
par des spécimens de Seine, Seine-ct-Oise, Oisc(Pontpoint), Manche*, 
Seine-Inférieure (Rouen, port de Dieppe), Loire (Conflans près 
Montargis), Suisse* (Neuchâtel), Bas-Rhin*, Eui-e *, Morbihan* 
(Questembert), les Côtes-du-Nord. L'épée retirée du port de Dieppe 
est accompagnée d'un fourreau. Remarquer à gauche une variante 
où la languette se prolonge par une petite soie (Rouen*, Suisse*). 
A gauche (35054), épée retirée de la Saône, longue de 1 m. 02, alors 
que la longueur moyenne de ces armes est de G m. 60. 

Le type Penhouet II est représenté avec quelques variantes par 
des spécimens de l'Allier, Seine-et-Oise, Somme*, Seine-Infé- 
rieure*. — Dans le bas, à gauche, série de bouterolles de fourreaux, 
quelques-unes ornées; Compiègne, Seine, Oise, Suisse, etc. Nous 
laissons de côté les armes de provenances douteuses. 

Vitrine 12. — Suite de la série comparative des épées. Nous 
distinguons quatre nouveaux types : 

1° (8111) Le type de Vaudrevanges * (cf. p. 208), représenté par 
des spécimens de Suisse (nombreux), du Rhône et du Bas-Rhin*; 

2" (27291) Le type de Humes (Haute-Marne), analogue au précé- 
dent, avec double cuvette et rivets, qui reparaît dans le Cantal 
(Alliés; long. 0,91) et à Alesia* (très petit spécimen); 

3° Le type à antennes enroulées, représenté par des spécimens* 
de la Suisse et du Rhône ; 

4" (15179) Le type de Sigoan * (Aude), avec pommeau surmonté 
d'un disque et poignée ronde, que l'on retrouve on Dordogne * et 
dont il existe une intéressante variété trouvée à Sainte- Anastasie 
près d'Uzès * (24023), avec très grand disque supérieur et petit 
manche. Cette épce a été découverte avec son fourreau. 

Parmi les types rares ou isolés, citons (15252) l'épée de Trévoux* 
(variété de 'Vaudrevanges), la poignée ornée* à disque des environs 
de Worms (21006, analogue* trouvée dans la Loire), la poignée* 
de Saint-Gcnouph (Indre-et-Loire), avec gravures incisées, de type 
Scandinave (14785, musée de Tours); celle de Larnaud * avec 
cuvette surmontée d'un bouton et poignée mince (cf. p. 202). A 



216 



SALLE V, 12. 







24024 24023 



27291 



Fig. 119. Vitr. 13. — Épée et fourreau du Musée d'artillerie à Paris ; 
épée avec poignée à nacelle, de Humes, Hte-Marnc (voir fig. 1 18). 

droite (17 025), longue épée trouvée dans la Moselle près de 
Longeville (long . 0,80) . 

J. Naue, Die vorrômischen Schwerter, Munich, 19(13, avec 4.5 pi. ; S, Reinach, 
Album lies mnuJageH ilu Mmée <le Saint-Germain, pl.l;},!-!; O. Moutelius, Congrès 
de Stockholm, 8S2; RA. 1804,1, 231 (mode d'emploi des épées). Une épée de bronze 
est d'autant ])lus ancienne qu'elle Se rapproche plus du type de poignard à soie dit 
chypriote, dont on h trouvé un exemplaire (/rave .sur un Idoc de l'allée couverte de 
Mongau. Ile Longue {liuU. aoc. polijm. du Morliihan, l'.tlG). Les épées à soie dérivées 
du poignard à soie sont les plus anciennes ; viennent ensuite les épées sans soie 
ni languette, dérivées des poignards triangulaires. Les épées à languettes, à poignées 
ovoïdes, à filets saillants sur la lame et à antennes sont les plus récentes : ces dernières 
se sont même trouvées à côté d 'épées de fer. Le profil de la lame est aussi un 
critérium d'ancienneté des éi.ées; les épées les plus récentes offrent un profil ondulé. — 
Les plus anciennes épées de hrou/.e trouvées en Gaule peuvent remonter à IGOO, 
les plus récente» h. 70U. Il est absolument faux (juon s'en soit encore servi du temps 
de César. — Jusqu'à la dernière phase de l'âge du bronze exclusivement, les épées 
aont faites pour frapper seulement d'estoc. 



SALLE y, 13-18. 217 



Vitrine 13 (installation provisoire). — Bracelets de cuivre et de 
bronze avec ornements gravés; les plus intéressants proviennent de 
Villepreux et de Maisse, 8eine-ct-0ise. 

Vitrine 14. — Epées de 1)ronze de formes peu communes en 
Gaule. Nous distinguons: 

1° Le type très allongé, à rivets et sans soie (Courtavant*, Aube); 
autres de Saxon-Sion, * Meurthe; des musées de Zurich et de Sens; 
de Caucourt-sur-Somme près Abbeville ; 

2° Un type analogue avec soie mince, parfois ù bout ronflé 
(2G002, gué de Villeneuve-Saint-( Georges en Seine-et-Oise); autres* 
de Neuchâtel, Pilon près Nantes, Bligny en Seine-et-Oise [original, 
très petit spécimen], les musées d'Épinal et de Valence, la Seine à 
Corbeil et à l'ile Saint-Ouen . Une épée analogue *, où la soie 
mince est surmontée d'un gros bouton, a été trouvée à Annecy ; 
c'est un type exceptionnel (8636). Dans le bas, épées très courtes, 
moulages et originaux, de provenances mal établies (dragages de 
la Seine). 

Vitrine 15 (installation provisoire). — Suite des épées de bronze. 
Remarquer un long spécimen* trouvé dans l'Aisne. 

Vitrine 16 (plate). — Objets relatifs à la fabrication du bronze. 
A droite, pierres polies ayant servi de brunissoirs ; moules * de 
haches en terre cuite et en pierre ; Mœringen, Provins ? — Moules 
d'anneaux. — Hache en plomb coulée dans un moule en pierre du 
musée de Clermont-Ferrand ; épreuve moderne. — Saumons de 
métal en forme de haches à deux tranchants. — A droite, déchets 
divers de bronze; fragments de «larmes» et de culots. 

Vitrine 17. — 1" Série de poignards triangulaires (Toscane*, 
Ardèche*, Somme*, Hongrie (?), Seine-et-Oise, Hautes-Pyrénées*; 
dragages de la Seine à Villoneuvc-Saint-Croorges, etc.). La confor- 
mité générale de leurs formes est digne d'attention. 

2" et 3° Petites lames de poignard en bronze, la plupart trian- 
gulaires et à rivets; quelques-unes se rapprochent de la forme d'une 
feuille et présentent une soie (Suisse et France); plusieurs pro- 
viennent du gué de la Seine à Villencuve-Saint-Georges. 

4° Deux poignards* du musée d'Avignon, avec manches rivés; 
autre semblable * de l'Eure; petits poignards et pointes de lance. 

5" Série de haches à douille et à talon ; deux Iragments d'épées 
de la Somme. 

Vitrine 18 (plate). —Objets i)rovenant d'une cachette ou dépôt 
de fondeur découvert en 1884 au Petit-Villatto, commune de 
Neuvy-sur-Baranjon, Cher. Ces bronzes contiennent une forte 



218 



SALLE V, 18-21 



quantité de plomb, l^eraarquer des appliques, des disques avec 
cercles concentriques en relief, une rouelle, une étoile, une agrafe 
de ceinturon, un cercle ajouré suspendu à un anneau, un grand 
nombre d'anneaux isolés ou accouplés en grappes, des spirales, des 
fils de bronze. On a pensé que les anneaux en 
grappes avaient pu être utilisés à l'origine 
comme monnaies. Quelques anneaux creux 
contiennent de la grenaille de bronze, comme 
s'ils avaient servi de hochets {tintinnabula). 

Vitrine 19. — Suite de la même trouvaille. 
Bracelets avec décorations géométriques, en 
creux et en relief ; faucilles, boutons, disques 
ornés de cercles concentriques (phalères de 
chevaux), pointes de lance, petite poignée 
d'épée (29 374), haches à douille et à ailerons. 
Remarquer en bas un moule de hache à 
ailerons en deux valves. 

M. 1885, 27.3; RC. 1912, 513; D. III, App. I, 23 (cata- 
logue complet de la trouvaille). 

Vitrine 20. — A. Pointes de lance et haches 
de brcjnze provenant de la Suissfl, des dra- 
gages de la Seine, de l'Isère, de Seine-et-Oise, 
de l'Oise, d'Orange, etc. La forme la plus 
ancienne de la hache de bronze est la hache 
plate ou coin; puis on trouve la hache à bords 
droits, plus oumoinsrelevés, la hache à ailerons 
et finalement la hache à douille, qui dérive évi- 
demment de la hache à ailerons (voir MP. 5G, 
57, 74, 75). — En bas, cinq moules* de haches 
de la Mayenne, de la Savoie et de la Seine 
(M. 1887, 182; A 11 V.'jl, 12, 1). 

B. Série de pointes de lances en bronze. 
Remarquer, en bas, des moules* de lance en 

pierre de Gimmeldingen (musée de Spire) et de Suisse. 

C. Pointt'sde lance, dont quelques unes de grandes dimensions 

trouvées dans la Seine; elles présentent parfois à l'attache de 

la feuille des oreillettes percées de trous (cf. RA. 1891, II, 168 ; 

AHV. II, 4, 1). En bas, quelques talons de lance. 

Vitrine 21 (plate). — Haches de diverses provenances appartenant 
au type du coin, en cuivre ou en bronze. — Petit poignard * du Jura. 




Î5253 

Fig. 120. Vilr. 17. — 
l'oignard orné de 
Crussol, Ardùclio ; 
original à Lyon. 



I 



SALLE V, 22, 23. 



219 



ib;' 



23929 



Fig. IJI. Fig. /|6. — 

Pointes de lance 

trouvées dans la Seine, 

à Bougival, 

Seine-et-Oise, et 

à Paris. 



Vitrine 22 (plate). — Haches à bords 
relevés et à ailerons. Au milieu, })ointe de 
lance'-'; forêt de Compiègne. 

Vitrine 23 (plate). — Haches à douille et 
objets appartenant à la même époque. 

Au-dessus de la cheminée, deux roues * 
en bronze à rayons et timon * de char ; Fa, 
Aude; musée de Toulouse (RA. 1885, I, 198 et 
II, 191). Il s'agit probablement d'objets de 
destination religieuf:e et non pratique ; 
remarquer que le nom de Fa vient de Fanum, 
comme Famars de Fanum Martis. 

Dans le corridor qui conduit à la salle VT, 
gravures représentant les objets trouvés dans 
le cimetière de Kerviltré en Saint-Jean- 
Trolimon, Finistère. Ce sont des vases ca- 
rénés, un fragment de poterie avec des 
oiseaux grossièrement dessinés, une hache 
et dos bracelets en bronze, une perle en 
verre bleu passée dans un fil de bronze, 
deux torques en or (M. 1879, 521; 1881, 
482). 



SALLE VI 



Premier âge du fer. (Époque de Hallstatt). 

Le premier Age du fer. aussi appelé époque de Ilallslattou 
Hallstattien (du nom d'une riclie nécropole de la Basse- 
Autriclie, où celle civilisalion esl bien représenlée) dale 
environ de 000 à 500 av. J.-C; on en recueille les restes 
depuis l'Espagne jusqu'à la Hongrie el la Bosnie, où se 
trouve la plus vaste nécropole hallstattienne connue, celle 
de Glasinalz (A. 1S<,)4, 56;}). Il est caractérisé par l'usage 
simullané du bronze et du fer pour la fabrication des armes, 
comme dans la société décrite par VOdyssée (vers SOO av. 
J.-C). On trouve à celle époque, dans l'iîst de la Gaule, de 
nombreuses sépultures sous lumulus, avec corps inhumés 
ou incinérés, qui ont fait autrefois désigner cette phase sous 



220 SALLE VI 

le nom impropre d'époque des tumulus (D. III, G30). Les 
inlliiences grecques el étrusques, sensibles dès le début, se 
multiplient à la seconde période du hallstattien ; on ren- 
contre alors en Bourgogne, en Franche-Comté et sur le Rhin 
des objets de luxe, bronzes d'art et vases peints, dont l'ori- 
gine gréco-italique est incontestable, témoignant de rela- 
tions commerciales avec l'Étrurie et la cote adriati(jue, 
objets (fu'on a pris jadis à tort pour des trophées de 
guerre conquis par les bandes celtiques en Italie (D. IV, 914). 

Le fer a été connu bien longtemps avant qu'on sût traiter 
elïicacement les oxydes de ce métal pour fabriquer des 
armes et des outils. Les premiers objets de ce genre furent 
des copies d'objets similaires de bronze; celles-ci paraissent 
avoir été exécutées d'abord dans l'Europe centrale, où les 
auteurs anciens vantent le fer du Norique (Styrie, Garinthie, 
Carniolc, partie de l'Autriche et de la Bavière), d'où la métal- 
lurgie du fer gagna les vallées du Bhin, de la Moselle et 
du Doubs. Avant de devenir d'un usage constant et de 
supplanter en partie le bronze, le fer fut un métal précieux 
dont on taisait des parures et qu'on employait sous forme 
d'incrustations. Une survivance de cet état de choses est 
l'anneau romain (étrusque ?) de fiançailles, qui était en fer 
plutôt qu'en or. 

Le travail du bronze, à l'époque qui nous occupe, n'est 
pas en décadence; au contraire, des types nouveaux appa- 
raissent : vases à long bec, cistes à cordons, bracelets, colliers, 
rasoirs, libules. L'usage alors si répandu de la fibule indique 
un changement de costume, sans doute l'avènement du 
sagum celtique, analogue au plaid écossais. La céramique, 
très pauvre h l'âge du bronze, se développe ; elle affecte 
des décors géométri(|ues et a parfois recours à la peinture. 
Tout à la tin, le verre apparaît. 

On (lislingue aujourd'hui deux phases dans le premier 
lige du ter (D. lll, 022). Le premier (DOO-TOO) n'est presque pas 
représenté dans l'ouest de la Gaule ; le second (700-500) 
a laissé des traces dans le sud-ouest de la Gaule, mais non 
en Bretagne. L'Age du bronze paraît s'être prolongé pendant 
plusieurs siècles dans les régions où se trouvaient les centres 



SALLE VI, 1-4. 221 

de production et les entrepôts del'étain; c'est seulement vers 
l'an 500 avant notre ère que la civilisation du fer l'emporta 
partout. Aucune épée de bronze, aucune hache de bronze 
trouvée en Gaule ne peut être postérieure à cette date; l'idée 
qu'on aurait continué à fabriquer ces objets en bronze pour 
des motifs religieux doit être absolument rejetée. 

11 est très probable, sans qu'on puisse encore l'atïirmer, 
que les tribus de la Gaule orientale et centrale, chez lesquelles 
on trouve des épées en fer imitées des épées de bronze, 
parlaient des dialectes celtiques (D. III, 607, 651); mais leurs 
relations avec les Celtes occidentaux de l'âge du bronze sont 
encore très obscures et l'on ne peut dire s'il y eut conquête 
ou pénétration pacifique de nouveaux venus. Au nord et à l'est 
de l'Adriatique, la civilisation très développée du premier 
âge du fer n'est certainement pas celtique, mais ilh rienne; 
en Gaule, elle peut être au début plutôt ligure que celtique. 

C. JuUiau, Hist. de la Gaide, t. I; J. Déclielette, ManneJ, t. III, IV; Joulin, KA. 
l'J16, II, 74; G. Doti'ui, Manuel d'aiitiij. celtiqtm, 1^15; Ancienu peujjles de l'Europe, 
1916; A.Bertand et S.Keiiiacli, Les Celtes dans les vallées du Pô et du Danube, Paris, 1894. 

Vitrine 1. — Au-dessus, chariot gaulois*, bas-relief du musée 
de Langres (cf. t. I, p. 252). 

A-E. Importante collection de vases provenant des tumulus 
à incinération du plateau de Ger, Hautes-Pyrénées, explorés par 
le général Potliier (M. 1886, 558; A. 1900, 285). 

F. Objets de fer de môme provenance : fibules, couteaux, 
filets de bride, torques. 

G. Grand javelot en fer; fibule de bronze ornée; grandes 
fibules de fer; manche de poignard à antennes de fer. 

Vitrine 2 . — Vases, objets de fer et de bronze recueillis par 
E. Piette dans les tumulus à incinération d'Avczac-Prat, Hautes- 
Pyrénées (M. 1879, 4U9; 1887, 304; KA. 1912,1,48). Remarquer 
des épées à antennes et d'autres armes de fer, des diadèmes, 
torques, bracelets et fi1)ules de bronze. 

Vitrine 3. — Suit*; des objets recueillis dans les tumulus d'Ave- 
zac-Prat . 

Vitrine 4. — Au-dessus, grande urne trouvée dans le dépar- 
tement de laiMarne; dans la vitrine, vases et objets de fer des tumulus 
du plateau de Ger; fragments d'un grand torques en bronze de 
même provenance. 



222 SALLE VI, 5-H. 



Vitrine 5 . — Vases des tumulus du plateau de Ger ; fragments 
de bronze de même provenance; rouelle, fibule, bracelets. 

Vitrine 6. — Bracelets en fer et en bronze d'Uzcrche, Corrèze. — 
Deux brassards (l'un original), composés de sept anneaux àgodrons 
superposés et adhérents ; tumulus de Saint-Ybard, Corrèze (A. 
1890, 753). -— Pièces de harnachement* en bronze, disques et 
débris d'un mors(?), de Saula, Tarn-et-Garonne (M. 1882-3, 405). — 
A droite, bracelets ornés et ceinture de Jausiers, Basses-Alpes; 
deux brassards en spirale de l'Isère. 

Vitrine 7. — Suite des vases recueillis dans les tumulus du 
plateau de Ger; remarquer les spécimens à mamelons, perforés 
ou non. 

Vitrine 8. — A. Ciste à cordons* et fragments de torques* du 
tumulus de Chanmoy, commune du Subdray, Cher. 

Liste des cistes connues eu 1803, avec carte marquaut leur répartition, par 
S. Keinach, dans Bertrand et Reinach, Les Celtes^ p. 213-7; compléments, Bull. 
Paletn. ital. 1918, 111. 

B, C. — Vases en terre noirâtre des tumulus de Saint-Bernard, 
Ain. 

D. Vase orné de chevrons; Côte-d'Or. 

Vitrine 9 . — A gauche, nombreux fragments de roues en fer 
du grand tumulus à char d'Apremont, Haute-Saône, fouillé en 
1879 ; à droite, suite de fragments de bronze mince ayant pu servir 
à décorer la caisse du char (M. 1800, 337; RA. 1879, II, 380; 1881, 
1,48; AFAS. 1880, 820). 

Vitrine 10. — Suite de la précédente . Nombreux fragments du 
char et de ses quatre roues; rayons avec des restes d'étoffe adhérents ; 
épée en fer repliée sur elle-même; coupe* et grand diadème* en 
or (originaux dans la Salle de Numismatique). Remarquer, à droite, 
des fragments de tissus et de cuirs ouvrés, encore adhérents au fer 
ou détachés. 

Vitrine II. Tumulus de la Côte-d'Or. — A. Objets trouvés dans 
le tumulus dit Monceau Laurent, commune de Magny-Lambert, 
Côte-d'Or, fouillé en 1872, par les soins et au profit du Musée 
(A. Bertrand, Archéol. celt. et gaul. 2" éd. 269). 

Au-dessus, seau ou ciste à côtes d'un t)pe fréquent à Hallstatt et 
dans les tombes gauloises de l'Italie du Nord; grande épée de fer, 
longue d'un mètre, avec empreinte de tissus, ressemblant pour la 
forme au type en bronze de Barésia. — Rasoir en bronze ; petite 
coupe coupelle d'une grande cuiller à sacrifices {simpulum), res- 



m 



SALLE VI, 11. 



22: 




Fig. 122. Vitr. II. — Objets en bronze et en fer provenant du tumubis de 
Magny-Jjambert, Côte-d'Or ; premior âge du ler. Hcmarqucr les rasoirs 
(19714, i97i()), le bracelcl( 1994.5), la ciste ou situle à cordons (19910). 

• Le n" 19919 est en or, le n" 199^0 en verre bleu, le n" 19709 en terre 
grise (poids de fuseau). 



tauréc anciennement d'une façon grossière au moyen d'une pièce 
fixée par des rivets; ossements humains. 

B. Objets trouvés dans le tumulus de Cosne, Côte-d'Or. Epée 
en fer du même type que la précédente, rasoir de bronze, anneau 
de jambe, poteries fragmentées. 



224 



SALLE VI, 11 > 12, 




Fig. laS. Vitr. ii. — Rasoirs en fer découverts à Cosne, au Rois de la Perrouse, 
H Gramat, au Monceau-Laurent (1971/1), à Créanccy, au Monceau-Milon. 
Premier âge du fer. 



C. Tumulus du bois de la Perrouse ou Pérouse, Côte-d'Or. Epée 
en fer du môme type, pendeloque ou rasoir en bronze. A gaucbe, 
petite épée de fer et bracelet de bronze du tumulus de Rivanct, 
Côte-d'Or. A droite, anneaux de bronze du tumulus de Cosne, Côte- 
d'Or. 

D. Tumulus dit Vie de Bagneux, commune de MagnyLambert, 
Côte-d'Or. Grande épée de fer avec empreintes d'étoffe ; bra- 
celets et épingle de bronze; perle de verre bleu (objet de fabrication 
orientale); disque en or* estampé; anneau à enroulements; poterie 
grossière. 

En bas, objets des tumulus do Minot, Côte-d'Or, explorés par 
H. Corot : bracelets de bronze ornés, ressemblant à des torques, des 
tumulus du bois de la Perrouse. 

K'M. 19(15,213; Con<ire8 de Lonn-lc-Saunier, liti:?, OU; A. Ill0(i, 1 aq.; II. Corot, 
Les tfjimulun de Minot, (^hi'itillon, 18i)5 sq. 

Vitrine 12. — Objets des tumulus des ChauniL-s d'Auvenay, Côte- 
d'Or (RA. 18()1, 1,1); épée de fer, épingle de bronze, bouterolle 
et bracelet de bronze, bracelet de schiste, poteries grossières. — 
A g., objets de divers tumulus dé la Côte-d'Or; fibules de bronze 
et de fer, bracelets, épées* et poignard*. — Au milieu, œnochoé 



SALLE VI, 12-14. 225 

en bronze (vase de style grec) du tumulus de Mercey-sur-Saône, 
Haute-Saône, et deux grands cercles d'or* de même provenance ; 
originaux dans la Salle de Numismatique (M. 1880, 358; 1882-3, 
184; RA. 1882, I, 65). — A droite, objets provenant dos fouilles 
de H. Corot à Banges, commune de Minot, Côtc-d'Or; bracelets, 
colliers, rasoirs et petite épée de fer, plaque de bronze avec 
ornements repoussées (50916 et suiv.). 

Vitrine 13. — 1° Objets du tumulus A de Méloisey. Côtc-d'Or 
(RA. 1867, II, 418; A.1906, 11). Torques ethrâcelcis, anneaux, fibules 
de bronze, fils de bronze; débris d'épée de fer avec restes de four- 
reau; lame de couteau en fer. 

2° Objets du tumulus B de Méloisey. Bracelets en bronze, dont 
Tun est encore passé autour de deux os; fibules et anneaux de 
bronze; épées de fer et débris de fourreaux. 

3°- 4° Objets des tumulus C et D de Méloisey. Boutons, anneaux, 
bracelets, éclats de silex, dents d'animaux, fragments de fourreau 
et de boucles en fer. 

5° Objets du tumulus E de Méloisey. Torques, grands bracelets, 
anneaux de bronze, fragments de filigrane, perles de verre bleu et 
rondelles de bronze. 

6" Objets des tumulus des bois d'Ivry, C. d'O. Bracelets de bronze, 
poterie grossière, fragments de torques, fibules, anneaux, fils de 
bronze. 

1° Objets du tumulus de Créancey, C--d'0. Deux grands torques, 
dont l'un porte une pcndelocjuc creuse; bracelets graves; fibules; 
perles de pâte de verre et d'ambre ; morceau d'ambre fayoniié ; 
dents de sanglier; croissant avec anneaux de suspension; appliques 
et fils de bronze; fragments d'épée de fer avec débris d'un fourreau 
( 1). m, 734) ; poterie grossière. 

8° Fragments d'une écuelle de bronze du tumulus de Montrichard, 
C. d'O. ; bracelets de bronze; grelots de cuivre et fr;igments d'un 
rasoir de bronze du tumulus d'Aubigny-la-Ronce, Côte-d'Oi;' débris 
d'un bracelet en lignite. 

Vitrine 14 (installation provisoire). — 1° Pendeloques*, anneaux*, 
colliers*, torques*, bracelets* de bronze etdc jayet; Cber. 2" l'ierre 
à aiguiser perforée au sommet ; fragments de fibule, de bague, de 
couteau de fer ; tunmlus près de Nexon, A'icnne. 3" Débris d'un 
char du tumulus de Gros-Guignon près Savigné, Vienne (M. 1884, 
285). 4° Rasoir* et bracelet* orné; St-Pierre-Eynac, Haute-Loire, 
5° Beau fragment de bracelet trouvée?) dans un dolmen à Livernon, 
Lot. 6 Bracelets de bronze des environs d'Autun. 

15 



226 



SALLE VI, 15. 



m 



Vitrine 15. — Au dessus, très grand vase des environs de Salins, 
Jura. — A. 1" Seau à côtes des environs de Châtillon ; œnochoés en 

bronze de Saint-Wendel *, du 
musée de Mayence*; 2° œnochoés 
d'Eygenbilsen *, Belgique; du 
musée deTroyes*, d'Armsheim*, 
de Mercey-sur-Saône *, Haute- 
Saône (en général , AHV. lll, 
1, Beil. p. 7; M. 1877, 403 sq. ; 
1878,406; D.III, 773). — Go- 
belet* en bronze trouvé à Kreuz- 
nach, Rhénanie. — Ciste à 
cordons * de Reuilly, Loiret 
(RA. 1887, II, 256). 

B.C. Seau* à côtes des envi- 
rons de Mayence ; fibule * de 
Nierstein, liesse Rhénane ; 
grande œnochoé* de Weisskir- 
chen, avec deux félins debout sur 
le col et deux biches attaquées 
par un lion à l'attaclie de l'anse; 
[Rœm. Germ. Centralmus. 42, 11); 
original à Trêves. Les tumulus 
de AVeisskirchen appartiennent 
au début du deuxième âge du 
fer (A. 1900. 75). 

Au milieu, grand vase* en 
bronze de Grœchwyl, canton de 
un tumulus analogue à celui du 
Monceau-Laurent (p. 222), qui contenait des débris de char et des 
fibules de bronze ornées d'une pâte émaillée. Le vase, haut de 57 cen- 
timètres, présente trois appliques. Sur le col', une divinité à ailes 
recoquillécs, peut-être l'Artémis asiatique, portant un oiseau sur son 
diadème et tenant dans chaque main un lièvre que saisit un lion 
avec une patte levée de part et d'autre. Au-dessous des ailes s'al- 
longent deux serpents, sur lesquels sont assis des lions plus petits. 
Aux points les i-lus saillants de la panse sont rivés deux lions couchés 
et affrontés. Ce magnifique vase, de style incontestablement grec 
archaïque, a été considéré parfois comme un trophée de guerre; 
c'est plutôt un objet de culte (RA. 1875, II, 174). 

A droite, vase à verser* (modification de l'œnochoé), avec gra- 




Ï607G 

Fig. 12^. Vitr. i5. — Grand vase 
(hydrie) en bronze, de travail grec, 
découvert dans le tumulus de 
Gracchwjl près de Berne, Suisse. 
'^ çinal au Musée de Berne 



Or 



(Décheleile,M(/'!u<-/,t.III,p.783-ii). 
Berne, découvert en 1851 dans 



SALLE VI, 15. 



227 




4748 

Fig. ia5. Vitr. i5. — Vase surmonté d'un coq et bassin orne, découverts 

au Ha»-du-Diablc prcs de Chàlons-sur-Marne ; 

à droite, œnoché de la vallée du Rhin (original au Musée de Bonn). 



vures d'un beau style, du lumulusde Waldalgesheim (RA. 1883, II, 
pi. 22); anse de vase* ornée en bronze du tumulus d'Armsheim 
(AHV. III, 3, 2; A. 1900, 295). 

D. 1" Deux œnochoés'-' des inusées de Bonn et de Wiesbaden. — 
Vase du Han-du-Diable près Cbâlons, couronné d'un coq posé sur un 
bassin orné (DAG. pi. 60). 2° Vase à verser*, avec couvercle et chai- 
nette attachée à l'anse, du tumulus du Catillon à Saint-Joan- 
sur-Tourbe, Marne (RA. 1883, 11,201). Vase * d'un type intcnné- 
diaire entre rœnochoé et les vases précédents, avec anse forniéo 
par un Atlante qui se renverse ; près de sa tête sont posés deux 
lions; Schwarzenbach, puis à Trêves (AHV. I, 2, 3; D. IV, 1064). 
— Vase mutilé avec une belle anse ornée de quatre lions ; Italie ? 



22« 



SALLE VI, 15. 




Fig. 126. Vitr. i5. — Fibules de bronze dvi premier âge du fer, provenant 

des tumukis du Camp de Chàleau-sur Sabns, 

Jura, fouillés par Piroutct (voir Décbcletle, Manuel, l. III, p. 697). 



I 



— Œnochoé* du musée de Bourges; autre d'Auberivc, Puy-de- 
Dôme. — Grand vase à anse de Bourges; anc. coll. Girardot. 

I. Objets* provenant des tumulus du Doubsaux environs d'Alaise, 
Le bourg d'Alaise, dans le Doubs, a longtemps disputé à Alisc- 
Saintc-Rcine, dans la Côtc-d'Or, l'honneur d'être l'Alcsia de la' 
guerre des Gaules (J. Quicherat, Conclusion pour Alaise, 1*. 1858)., 
Pour établir les litres d'Alaise, on a cntre])ris, depuis 1858, des-j 
fouilles très fruetuouses dans les nombreuses tombellcs des environs 
(Dict. arch. de la Gaule, art. Alaise ; RA. 1911, I, 362). Les objets' 
ccIti(|UOs qu'on y a découverts, et (|ui sont déposés au musée de 
Besancon, présentent beaucoup d'analogies avec ceux de Ilallstatt 
(p. 93), si ce n'est que les armes y sont rares ; bien antérieurs 
au siège d'Alcsia par César, ce sont d'excellents spécimens de 
l'industrie vers l'an 500 av. J.-C. Les tombelles à inhumation sont 
de beaucoup les plus nombreuses, tandis qu'à Hallstatt les sque- 
hîttes et les incinérés sont à peu près en nombre égal. 

Remar(iuer les grandes ceintures estampées d'Amanccy ct| 
d'Amondans, analogues à celles de la forêt de Hagucnau (meuble 
à volets 33, FF-NN); bracelet en jais; grains de collier; poignard* en 
fer à antennes d'Alaise; torques* de Frasne. Les originaux sont 
au musée de Besançon. 

J,K,L, M. Objets* des tumulus du Doubs : Cademcne, Amancey, 
Fcrtans, l'iagey, Guyansvcnnes, Myon, Refranche, fc^araz, Amon- 



SALLE VI, 15, 16, 229 

dans — et du Jura : Clucy, Condes, Chilly. Les originaux sont au 
musée de Besancon. 

Remarquer (J) une parure à pendeloques, de grandes épingles, 
deux petits poignards de Cademcne et de Guyansvennes; des bra- 
celets, des grelots, des pointes de flèche, des ceinturons estampés 
d'Amancey. — Plus loin (K), bracelets en bronze, ceinture estampée 
de Myon ; bracelets en lignite deSaraz ; bandeau debronze, torques 
avec petites chaînettes formant pendeloques, bande de roue en 
fer, épée de fer dans un fourreau de bronze avec poignée à antennes 
de Saraz ; grande ceinture estampée d'Amondans. 

L. Petites roues de bronze avec anneaux de suspension d'Amon- 
dans et de Chilly ; fibules de Saraz, d'Amondans ; bracelets de 
Refranches, deChilîy; pendeloques à grelots de Clucy ; agrafe de 
Clucy ; ceintures de Refranche et de Chilly ; brassards de Flagey ; 
cercles concentriques avec ornements linéaires et centre réticulé 
à jour, de Flagey (prétendus boucliers de pudeur). 

M. Objet analogue au précédent (Flagey) ; perle à côtes en pâte 
de verre, grelot de bronze, roue avec anneau de suspension, bra- 
celet de bronze avec perles de corail (Flagey) ; cercles concentriques 
avec centre réticulé, bracelets, clochette, petites lames de poignard 
(Amancey, Clucy) ; épingles (Clucy) ; fils de bronze (Flagey, Amon- 
dans, Refranche) : grelot (Fertans). Les objets de la section droite 
sont des originaux. 

N. Objets du tumulus des Moidons, Jura : brassard*, épingle, 
fibule. — Ceinture * de Parançot, Jura ; brassard * et fibule à cym- 
bale * de même provenance, 

0. Objets du tumulus du camp de Ghâteau-sur-Salins, Jura 
(fouilles Piroutet). Chaînette de bronze; perle d'ambre; crémaillère 
de fer; fusaïoles, fibules, bracelets.— A droite, deux belles parures 
avec pendeloques. 

Voir surtout Piroutet, Le. premier âge du fer dbim Us dép. du Jura et du Dnuhn, 
in A. 1900, 369 ; cf. ibid. 1904, 297 ; RA. 1909,1, 39 (Mont-Grt-vin), 195 ; Uon 
gris de Lons-le-Saunicr i 1913, 53 sq., 5'28 sq. 

P. Disque en bronze * formé d'anneaux concentriciues. de 
Perroix près Annecy. — Fragments de deux ceintures estampées *, 
analogues à celles du Doubs ; musée de Mayence et de Zurich. — 
Brassard * de bronze ; Zuricii. 

Vitrine 16. — Magnifique trépied en fer '■■ surmonté d'un bassin 
en bronze, du tumulus de la Garenne, commune de Sainte-Colombe, 
Côte-d'Or. Aux quatre angles sont des têtes de griffon, identiques 
à une tête de grillon •= d'un timon de char, trouvée, dit-on, en Suisse 



230 



SALLE VI, 16, 17. 




Fig. 137. Vitr. 16. — Trépied en fer surmonte d'un rliaudron de bronze 
de travail grec, découvert dans le tuniuliis de Sainte-Colombe près 
de ChtUillon, Gôte-d'Or. Original an Musée de Cliàlillon (Décbelette, 
Manuel, III, p. 526). 

(anc. collection Trabaud à Marseille) et à un ornement du même 
genre trouvé à Olympie (Grèce), que reproduit une photographie 
placée dans la vitrine. Deux griffons de mi'me style et de prove- 
nance étrusque se voient au musée du Louvre. 

I). IV, 1Ô98 ; A. Furtwiiengler, Die Bronze» von Oh/mpla, 1890, 115 ; Bull. 
Sor. de Sevinr, 1875,1)1. I. 

Vitrine 17, — 1" Vase de bronze, peson do fuseau, anneaux de 
jambe, bracelets, torques, poignée d'épée en fer, rasoir ou pende- 
loque en bronze ; tumul !s du Monceau-Milon, Côte-d'Or (D. III 

643). 



SALLE Yl, 17-19. 231 



2°, 3° Torques torse à fermoir ; Côte-d'Or. — Perle en verre du 
tumulus de la Commotte, Côte-d'Or. 

4", 5° Fragments d'épée en fer ; épée en bronze du type de Barésia; 
anneaux et bracelets du tumulus de Cormoz, Ain. 

6° Grande épée enliron/.e du tumulus de Graniat, Lot, modèle 
des épées en fer de la même époque (RA. 1866, I, 183). — Bra- 
celets, rasoirs, rondelles perforées en terre cuite, poterie noire de 
même provenance. 

1" Épée* en bronze avec bouterolle du tumulus de Barésia. 

8° Epée analogue de la Combe d'Ain, Jura. 

9" Deux autres épées * semblables, de même provenance. 

10° Bracelets, fibules, débris de ceinturon avec gravures ; 
Haute-Marne. 

Il** Torques, gros bracelets lisses, bracelets à perles et ornements 
en relief; Mont-Saugeon, Haute-Marne (M. 1888, 265), 

12° Bracelets de bronze ; Dardenay, Haute-Marne. 

Vitrine 18. — Bracelets creux, chaînettes, boucles d'oreilles, 
boucles de fer, rondelles d'ambre percées; tumulus de Combe- 
Martin à Rivière-les-Fossés, Haute-Marne. — Poterie, bracelets 
en jais, anneaux, agrafe à double crochet en fer; tumulus de 
Cusey, Haute-Marne. 

Bracelets de lignite, torques de bronze, collier de perles d'am- 
bre et verres de couleur; brassards de lignite, torques et bracelets 
de bronze; tumulus de Suriauville, Vosges (RA. 1860, 11,202). 

Bracelets de fer, de schiste et de bronze; tumulus de Sauville; 
Vosges. — Poterie noire, bracelets de bronze; tumulus de They- 
sous-Montfort, Vosges. — Beau torques à crochet et bracelets ; 
tumulus de la forêt de Schirrhein, Bas-Rhin. — Épée de fer 
recourbée avec fragment de fourreau; tumulus de Nonnenbruch, 
Bas-Rliin. — Fibule* en bronze avec arc annelé; musée de 
Berne. — Trois torques en bronze; tumulus d'Ensisheim, Haut- 
Rhin (RA. 1878, I, 334). 

Vitrine 19.— A. Gros bracelets à godrons* et fibule avec arc 
conique* du tumulus d'Attancourt, Haute-Marne. — Bracelets à 
boutons de Fontaine-sur-Coole, Marne. ~ Bracelets, fragments 
de bronze et de poterie grossière; tumulus de Saint-Bernard, 
Ain. — Bracelets et chaînette à grelot : Albiez le-Vicux, Savoie.— 
Bandeaux en or* estampés; tumulus d'Allenhiiften, musée de 
Berne. — Torques et bracelets de Brig, Valais; fibule à cymbale* 
de Pfàffikon, Suisse ; autre en bronze * des Fargettes, ancienne 
coll. Desor. 



232 SALLE VI, 19-21. 

B. Grands bracelets creux de Contrexéville, Vosges, avec 
belle patine; torques de même provenance. — Débris de poteries, 
de bronze, de fer; perles de verre des tumulus des Vosges à 
Aulnois, Sauville, Médonville. — Torques'-' d'Osthausen, Bas- 
Rhin. — Bracelets''' à gros boutons de Hagucnau. — Épinjçle'-' à 
grosse tête ornée d'Ingwiller. — Tige en fer à deux barbelures; 
Bas-Rhin. — Torques de bron/c"' orné de disques et de reliefs; 
Nonnenbrucli, Bas-Rhin. 

Vitrine 20. — A. Magnifique œnochoé'^ de style grec avec deux 
lions sur le goulot et deux biches sur l'anse (cf. p. 226); ornements* 
à jour en or et en bronze; poignards'-' en fer dans des fourreaux 
de bronze très ornés; tumulus de Weisskirchen, dans la vallée 
de la Sarre (AHV. I, 2,3; 11,2, 1.) 

B. — En haut, seau à côtes en bronze*, trouvé dans le tumulus 
gaulois d'Eygcnbilsen, près Tongres, Belgique (M. 1877, 403 ; 
Congrès de Bruxelles, 506, 517) ; disque'-' en bronze, bandeau"' 
en or travaillé à jour, œnochoé'-' et coupe en bronze du même 
tumulus. 

C. — Torques"* du tumulus de Besseringen dans la vallée de 
la Sarre; musée de Berlin (BJ. XLI, 1). 

D. — Bracelet'-' en or et œnochoé'^' (cf. p. 227) du tumulus 
gaulois de Schwarzenbach, Rhénanie (BJ. XXIII, 131; AHV. 
I, 2, 3; II, 2, 1; II, 8.) Le caractère gréco-étrusque de tous ces 
objets est très remarquable (voy. p. 220) 

Vitrine 21 . — Objets'-' trouvés dans le tumulus de Waldalgesheim, 
sur la rive gauche du Rhin (originaux à Bonn); torques et bracelets 
en or ; cornes en forme d'embouchures de trompettes; vase à verser, 
seau, bracelets, boucles émaillées, petit cheval de bronze (AHV. 
III, 1,1. 2;.RA. 1883, II, pi. 22). 

Objets'-' du tumulus de Durkheim, sur la rive gauche du Rhin, 
fouillé en 1864 (originaux à Spire): grand torques en or avec 
ornements; fragments d'ornements à jour en or; bracelet en or 
orné de six têtes barbues. — Grand vase de bronze à deux anses, 
décorées à leur naissance de figures assises sur des hippocampes; 
il est posé sur un magnifique trépied orné de trois groupes en 
relief, avec le motif asiatique du lion dévorant une biche. Ces 
ornements d'applique ont aussi été moulés à part (en bas, à droite). 
Les pieds du trépied affectent la forme de serres d'aigles appuyées 
sur des grenouilles. Un trépied pi'osque identique, trouvé près de 
\'ulci en Étrurie, se voit au musée du Vatican (AHV. 11,2, 2; 



SALLE VI, 21, 22. 



233 




I0735 

Fif:. ia8. Vilr. ai. — Tn'picd de slylc grc'co-clruscjnc trouvé à Diiikliiiiu 
Palatinal rlit-naii ; original à Spire (AilV. II, 2, 2 ; Dc-cliclutte, 
t. IV, [). io60). 



Westd. Zeit.schrift, 1886, pi. II, 233; trépied analogue de Vulci, 
Mon dell. Inst. III, 43; Ânnali, 1843, 62). 

Vitrine 22. — A. Objets* trouvés en 1872 et 1874 dans le tumulus 
de Rodenbacli, Palatinat ; originaux à Spire. Canthare en 
argile à deux anses avec ornements rouges sur fond noir, datant 
— comme on le sait depuis les fouilles de TAc-ropole d'Athènes — 
du milieu du V siècle av. J.-C. et non pas du début du IIP. — 



234 



SALLB VT, 22, 23. 



Œnochoé ; bassin ; espèce de gourde ornée de gravures en creux, 
entre autres d'une série de huit chevaux d'un style primitif; bague 
en or; bracelet en or d'un travail remarquable (gréco-étrusque), où 
l'on voit trois têtes humaines entre quatre béliers couchés (A H V. 
111,5, 1-3; BJ. CVI, 73). 

Tout ce qui concerne les découvertes de vases peints grecs dans l'Occident de l'Europe 
a été très bien exposé par J. Déchelette, 7>a collection Millon, Paris, 1913,120 sq. ; 
voir aussi, sur les découvertes postérieures faites dans le midi de la France, C'A. 1016, 
397,409; 1918,95. Le canthare de Itodeubach est presque identique à celui du tuinulus 
de Courcelles-eu-Montague, Hte-Marne, de la coll. Millon à Dijon (Déchelette, op. cit. 
pi. 31). 

B. Objets* du tumulus d'Armsheim, Hesse Rhénane; originaux 
à Mayence. Œnochoé et bassins de bronze; bandes de roue et 
pointes de lance en fer (A II V. 111, 3, 2 ; A. 1900, 295). 




7257 



P'g- I29- ^ ■t'"' 23. — Cuirasse en Ijronze hallu. trouvée dans la Saône 
à Saint-Gcrmain-du-Plain, Saône-et-Loire (Mus. préhist. 1108). 

Vitrine 23 . — Au dessus, belle cuirasse de bronze, avec ornements 
géométriques graves, trouvée dans la Saône à Saint-Germain-du- 
Plain, Saùne-et- Loire (M P. 1108). — Casques* des musées de Coire 
et de Vienne, ce dernier (de Ilallsttat) àdouble crête. 

Longues ôpées de fei- des tumulus^ gaulois ; Côte-d'Or, Cher, 
Drôme. Le type est celui de Barésia(p. 214); les rivets sont quelque- 



SALLE VI, 23-27. 235 

fois de bronze. Remarquer au milieu (22943) une pointe d'épée 
en fer engagée dans une base de fourreau avec bouterolle à ailettes 
en bronze; tumulus de Cosne, Côte-d'Or. 

En bas, série de poignards ou épées à antennes. La plus grande 
épée* a été trouvée dans les tourbières de la Loire-Inférieure ; musée 
de Nantes. 

On voit que le premier type de l'épée gauloise de fer pre'sente la soie plate à rivets 
et tous les caractères distinctifs de l'épée de bronze qu'elle a remplacée; seulement, 
l'épée de fer est généralement de dimensions plus grandes. Ce type s'est modifié entière- 
ment au second âge du fer, comme par suite d'un développement indépendant du type du 
poignard. D'une part, la soie plate a disparu et l'on trouve à sa place une sorte de tige 
terminée par un bouton (épées gauloises de la Marne et d'Alesia); d'autre part, sous 
des influences qui sont loin encore d'être toutes démêlées, les Gaulois ont adopté, à. 
côté de la longue épée, des armes plus courtes et moins lourdes, comme par un retour 
aux plus anciens types des épées de bronze . 

La seule statistique digne de foi des trouvailles d'épées du premier âge du fer en 
Gaule se trouve dans le Manuel de Déchelette, III, 725 sq. ; c'est dans la Côte d'Or et 
en Meurthe-et-Moselle qu'on en a recueilli le plus grand nombre. Il y avait des forges 
nombreuses en Bourgogne; plus tard. César (BG. VII, 22) en signale dans leBerry. 

Vitrine 24. — Larges bracelets de Boves, Somme.— Anneau de 
bronze orné de trois canards ; cnv. de Besançon. — Grande fibule 
à disque de type italique; Mazièros-les-Bourges. —Jambières* de 
bronze, probablement venues d'Italie, autrefois dans la coll. 
Mougins à Lyon. — Série de bracelets en bronze, en fer et en 
lignite ; remarquer le spécimen à grosses boucles terminales de 
Draveil, Seine-et-Oise . 

Vitrine 25. — Provisoirement inoccupée. 

Vitrine 26 fplate). — Série de colliers et de bracelets de prove- 
nances diverses. Torques* avec ornements en reliefs; Suisse, 
Meurthe. — Torques creux ; Yonne. — Torques creux percés de 
trous ; Ardennes. — Bracelets creux avec ornements gravés. — 
Riche série de bracelets avec perles et côtes saillantes : Yonne, 
Deux-Sèvres, Nièvre, Aude, vallée de la Seine. — Bracelet 
fermé passé autour des os du bras; tumulus de l'Aveyron. — 
Bracelet * et anneau réniformes ; Besançon *, Mâcon. — Série de 
bracelets perlés; env. de Mâcon (?) 

Vitrine 27 . — Série de bracelets ouverts et de torques ou colliers, 
fermés ou ouverts; trois colliers sont décorés d'ornements ajourés. 
— Bracelet à spirales* de Mertzing près Sarrelouis.— Cinq gros 
bracelets en lignite. — Série de fibules, la plupart du Doubs et de 
la Suisse ; fibule * ornée de deux becs de canard avec incrustation 
de corail ; Nierstein près d'Oppenbeim; musée de Mayeuce. — 



236 SALLE VI, 27-32. 



Crochet de ceinture * décoré d'une tête humaine à longues oreilles (?); 
Nierstein ; musée de Mayence (AHV. II, 4, 2,). — Sistre * (?) de 
bronze avec pendel()((ues ; Blœdesheim ; musée de Mayence. — 
Chaînette; Châtillon-sur-Seine, Côte-d'Or. 

Vitrine 28. — En haut, grand vase caréné trouvé à Kerviltré 
Finistère. — Vase peint à figures rouges,*trouvé (?) à Jâgersweiler, 
Thurgovie; musée de Constance (i?5/». Germ. Centralmus. pl.XLIII, 
12). — Vase noix-* de liesse Rhénnne. — Dans le bas, deux grands 
plats* ornés et peints de Trullikon et de Doerflingen, Suisse ; 
musée de Zurich. 

Vitrine 29. — Grands bracelets creux dont l'un est percé de 
deux rangées de trous (Yonne), l'autre décoré d'ornements gravés très 
fins(Saône-et-Loire). Al droite, deux torques à tampon et aut^-es ornés 
de médaillons; Suisse. 

Vitrine 30. — 01)jets du tumulus de la Butte, commune de Sainte- 
Colombe près Chatillon, Côre-d'Or, mal fouillé en 1862 (RA. 1877, 
1, 162). C'est une des sépultures, nombreuses dans le Châtillonnais, 
où un guerrier a été enseveli sur un char de parade (fin du premier 
âge du fer). — Fragment d'une roue à rayons de fer; bracelets* en 
or (originaux dans la Salle de Numismatique) ; fragments en fer du 
char, des bandes de roues des boîtes d'essieux. Le travail des 
objets de fer, en particulier des rayons de la roue, est très remar- 
quable (G. Forestier, La Roue, Paris, 1900). 

Vitrine 31. — Modèle restitué d'une ancienne fonderie de fer, 
d'après les recherches de Quiquerez, ingénieur des mines dans 
le .7ura bernois, où les restes d'établissements do ce genre sont 
fort nombreux (D. IV, 1541.) — En bas, saumons ou lingots de fer 
provenant de Mayence, Colmar, Abbeville et du Jura bernois. 

Vitrine 32. — Torques de bronze ornés de disques et de reliefs 
tumulus de Nonnenbruch, Bas-Rhin. — Magnifique série de torques* 
en or avec ornements et enroulements divers (S. art. Torques; Duruy, 
lïR. TU, 13-2 et 183; RA. 1918, 1, 282, origine scythi(iue). — Pro- 
venances : lile-et-Vilaine (musée de Cluny) ; Fenouillet, Haute- 
Garonne (six beaux torques * du musée de Toulouse) ; Kerviltré, 
Finistère ; diverses localités de la Bretagne. — Bracelets* en or; 
Bretagne, Eandes, Loire-Inférieure. — Disque * en or de Guern-en- 
Floch, Maël-Pestivien, Côtes-(lu-Nord(M. 1878, 137). 

Au inoi.s de janvier 1921, cette vitrine a été vidée de .son contenu par des larrons 
'|ui pi'uétrèrent nuitainmont dans le Musée en applitiuaiit une échelle à la fenêtre de la 
Salle A et en fracturant une porte. Comme il n'y avait 1;\ que des galvauos et des 
moulages, les voleurs eu furent pour leurs frais de déplacement. 



SALLE VI, 33-38. 



237 



=1 










^^ 





■ ^«f?^?^J»«^?f?{J^>f?< 


e^a*^<.VA^J'«^AVA^) 


-, .-ioo o .......... ..<.( 



l'ig. i3o. — Meuble à \ulcts 33. Spcciinciis de plaques de hroiuc ornées, 

provcnanl des tumuhis de la fonH de Haguenau (DéchelcUc. 

Manuel, t. III. p. 858j. Originaux au Musée de Haguenau (coll. Nessel). 

Menble 33. — Ce meuble à »'olets contient une série de dessins 
représentant des objets trouvés dans des tumulus gaulois : Cosne et 
Magny-Lambert, A B; Villaines, C; forêt de Haguenau, riche série 
de poteries, E-Z,AA-EE; de la mcnie provenance, plaques de ci-inturon 
gravées ou repoussées, dans un style particulier qu'on retrouve 
dans le Doubs (cimetières d'Alaise) et à llallstatt, FF-NN; torques et 
bracelet en or d'Ensisheim, Haut-Rhin, 00 ; bijoux d'or gaulois 
Je provenances diverses, PP, ûft ; vases du Petit-Asi>erglc en 
Wurtemberg (cf. p. 97) ; objets des tumulus de Rodenbach en 
Bavière et de Dœrth en Prusse Rhénane, RR ; bijoux d'or gaulois 
trompes dans les Côtos-du-Nord, à Maul Pcstivien et dans le Finis- 
tère, SS; trépied du tunmlus de la Garenne, près Cliâtillon-sur- 
Seine, TT, VV (cf. vitrine 16). La dernière planche, ZZ, reproduit 
des bijoux d'or lombards découverts en Italie Coriginaux dans la 
Salle de Numismatique). 

Les Vitrines 34-38 (en cours de classement, 1921) contiennent 
des séries d'objets caractéristiques du premier âge du fer rangés 
suivant leurs types. 

8ur les murs, du côté de la cour, série de cadres contenant des 
aquarelles, photographies et gravures, à savoir: 

1° Poignards de 1er à antennes; Alaise, llallstatt, Bavière (cf. 
Bertrand et Rcinach, Lw Celtes, 85, 87). 



238 SALLE VII 

2° Vue et coupe du tumulus du Monceau-Laurent, Côte-d'Or; 
objets découverts dans cette sépulture (M. 1873, pi. 23). 

3" Suite du n" 1 (Alaise, Italie, Hallstatt, Suisse, etc.). 

4° Types divers de tumulus à incinération (coupes). 

5° Plan du tumulus d'Aprcmont, Haute-Saône (M. 1880,pl.9'14). 

6T{elief assyrien où l'on voit des casques coniques, qu'Alexandre 
Bertrand rapprochait des casques gaulois de môme forme. 

7° Objets du tumulus de Klein-Aspergle près de Ludwigsburg 
(AHV. III, 12, 4-6). 

8° Types divers de tumulus à inhumation (coupes). 

9* Œnochoé de bronze découverte à Hradist, Bohême, analogue 
à celles d'Eygenbilsen et d'autres localités de l'Europe occidentale 
(BG. VII, 109; A. 1902,519; 1907, 189; cf. M. 1887,403). 

10*" Objets découverts dans le tumulus de Durkheim ; planche du 
Dict. arch. de la Gaule (AllV. II, 2, 2). 

* 

Le visiteur sort de la salle VI, traverse un palier et entre dans la salle VII, 



SALLE VII 

DEUXIÈME AGE DU FER {Époque de la Marne ou de Latène^). 

La deuxième phase de l'âge du fer, dite Marnienne (du 
départ, de la Marne, où se sont trouvées de nombreuses 
et riches sépullures) ou de Lntène (blockhaus ou port de 
péage sur le lac de Neuchàtel. D. lïl, 940) est caractérisée 
par le développement des armes de fer ; l'épée de bronze 
a complètement disparu. On la divise en trois périodes, ^dont 
les deux premières surtout ont de l'importance pour l'ar- 
chéologie de la Gaule : Latène I, comprenant la période de 
transition entre les deux âges du fer. 500 à 300 av. J.-C. ; 
Latène II, de :^00 à 100, partiellement identique au Beuvraysien 
de G. de Mortillet; L;itène III, de lOO a l'ère chrétienne 
(A. 1902, 83). Épées et Iibules varient d'une époque à l'autre 
et leurs formes servent à déterminer la chronologie des 
sépultures ou des dépôts. Les monnaies celtiques paraissent 
seulement vers le début de Latène II. 

(Ij On écrit aussi et plus souvent La Tene; cf. RA. 1910,11,192, 



SALLE VU 239 

La période de Latène I est celle des grandes sépultures 
à inhumation, généralement sans tunmlus ; aux périodes 
suivantes, l'incinération domine. Alors (.[ue les sépultures 
de Latène I, dans l'est de la Gaule, attestent des relations 
commerciales actives avec le sud de ce pays et l'Italie, 
les vestiges de l'époque plus voisine de la conquête romaine 
témoignent d'une civilisation moins riche (A. 1904, 397). 
C'est que, dans l'intervalle, la Gaule du nord-est a été conquise 
par les Belges, Celtes à demi germanisés (vers 300) et que, 
deux cents ans plus tard, toute la Gaule a été dévastée et 
temporairement occupée par les Cimbres et les Teutons, 
bandes de brigands germaniques mêlés d'aventuriers 
gaulois. Comme ces incursions de Germains pillards au- 
delà du Rhin — l'histoire ne connaît que les plus récentes — 
ne menaçaient pas moins l'Italie que la Gaule, la conquête 
de ce dernier pays devenait une nécessité vitale pour l'Empire 
romain : elle fut l'œuvre de Jules César (58-50; voir Salle XUI). 

La civilisation du deuxième âge du fer, qui s'étendit sur 
une grande partie de l'Europe, de l'Espagne à l'Ukraine, 
est due à des populations de langue celtique, dont le centre 
de dispersion paraît avoir été sur le Rhin moyen. Ces Gaulois 
batailleurs, à partir de l'an 450 av. J.-C, furent des conqué- 
rants redoutables : l'histoire a conservé le souvenir de leurs 
victoires en Italie (bataille de l'Allia et prise de Rome en 
390), de leur longue domination dans la vallée du Pô, de 
leurs succès éphémères en Grèce (pillage de Delphes en 278), 
de leurs guerres et de leur établissement durable en 
Asie-Mineure, où la province de Galatie a gardé leur nom 
(cf. plus haut, I, 32). Ils dominèrent également sur une 
grande partie de rAllemagne, sur la vallée du Danube, 
pénétrèrent dans la Roumanie et la Russie actuelles, 
s'établirent en Espagne et dans les lies Britanniques, où 
d'autres Celtes, comme en Gaul(\ les avaient précédés depuis 
longtemps et où la langue cclliiiue s'est conservée juscju'à 
nos jours, notamment en Irlande, dans le pays de Galles 
et en Cornounilles. On ;i dislingué, au XIX'^ siècle, ces dilîerents 
bans de Celtes en qualiliant les premiers de Celtes, les seconds 
de Gaulois j si, quoi qu'on en ait dit, les textes anciens n'auto- 



240 SALLE VII 

risent pas cette distinction, elle semble pourtant d'accord 
avec les données de l'archéologie et peut aussi trouver 
quelque appui dans celles de la linguistique. 

A l'époque de César, les Celtes avaient déjà perdu presque 
toutleur vaste domaine (qui avait constitué une sorte d'empire 
non centralisé), sous la pression des Romains, des Grecs 
d"Asie-Mineure, des Carthaginois (enEspagne) et des Germains. 
Mais la civilisation propagée par eux était si vivace qu'elle 
survécut dans la couche superficielle dont la civilisation 
gréco-romaine la recouvrit; on retrouve ainsi des caractères 
du style celtique et de ses tendances décoratives à l'époque 
impériale, à celle des invasions germaniques du v^ siècle et 
jusque dans l'art roman (BF.2; AHV. V, 54). 

Les Salles VII-X du Musée contiennent surtout des objets 
découverts dans les nécropoles du département de la Marne et 
des départements voisins. Le caractère guerrier des tribus 
de cette épocfue s'accuse dans le mobilier des tombes, d'où 
l'on a exhumé des chars de guerre, des casques et surtout 
un grand nombre d'épées. L'épée gauloise de la Marne 
(Latène 1), dérivée du poignard à sole mince, est plus 
courte que celle des tumulus de la Côte-d'Or et se rap- 
proche par sa forme de l'épée romaine. La poterie a pris 
un grand développement; elle est faite au tour et alïecte des 
types originaux, notamment la forme dite carence (A. 1903, 
413). Torques et fibules sont très abondants. On connaît plus 
d'une centaine de cimetières gaulois dans le département delà 
Marne, où l'on a ouvert depuis 18()0 au moins 0.000 tombes, 
la plupart, malheureusement, sans aucun procès-verbal et 
ujiiquement pour recueillir des objets. Le Musée possède 
une série fort riche d'antiiiuités de cette provenance, et la 
Salle IX contient une sépulture eqtière dans l'état où elle a 
été trouvée (1). 

(1) On a fouilk'; dos .sci)iilturef> en Cliampa{,Mic dès l7Gr. et ISdC (MSA. XIV, 
p. Lxxxii). Sous N;ii>ijlé(,u III, les exercices auiiuels au cainp de tJlii'llons encou- 
ragèrent ractiviti! des fuuilleurs, sans ((ue personne ait eu l'idée de la contrôler, 
L(' Lauriiin fouilla surtout à Saint-Etienne; (Javet, qui trouva la séi)uiture de IJerru 
travaillait avec sa fc'nimc ; Maeliet, cliercheur très actif, fut, dit-un, noyé par un 
concurrent jaloux ; Counhaye, épicier ambulant, forma une collection importante (cf. KM. 
l'JOl, 'H). L'a historiiiue mamiuc et serait intéressant. 



SALLE VII, 1. 241 

On identifiait autrefois les inhumés des tombes de la 
Champagne aux Belges dont parle César, habitant entre 
la Seine, la Marne et le Rhin ; c'étaient, suivant lui, les plus 
courageux des Gaulois, ceux que la civilisation du Midi 
n'avait pas encore énervés {Bdl. gall. I, 1). Les Rémois, qui 
étaient eux mêmes des Belges, racontèrent à César {ibid. U, 4) 
que la plupart des Belges descendaient des Germains et 
habitaient jadis sur la rive droite du Rhin; qu'ils passèrent 
le fleuve à une époque reculée et s'établirent dans le pays 
dont la fertilité les attirait, en expulsant les populations 
gauloises indigènes. En réalité, les Belges ont succédé aux 
inhumés de la Marne et ont introduit, dans cette partie de la 
Gaule, le rite germanique de l'incinération à la place de 
l'inhumation. Les Belges de César connaissaient la monnaie 
depuis plus de deux siècles, alors qu'il n'y a pas de monnaies 
gauloises dans les tombes de la Champagne; on trouve, dans 
ces tombes, des chars de guerre, alors qu'à l'époque de 
César il n'existe de chars de guerre celtiques que dans la 
Bretagne insulaire (RC. 1897, 121) ; le type des épées de fer 
de la Champagne est plus ancien que celui des épées de fer 
d'Alesia ; on y recueille des fibules de bronze et des ornements 
de corail qui manquent à Bibracte et à Alesia. La civilisation 
de Latène 1, qui est le marnien proprement dit, a fleuri dans 
la région qui devait être le Belgium de César; mais si les 
Belges en ont recueilli en partie l'héritage, ce ne sont pas 
eux qui l'ont créée. 

J. Uéchelette, Manuel d'archéologie, t. IV, 1914; ce livre résume tous les travaux 
antérieurs et les dépasse. 

Devaut la cheminée de cette salle fut exposé, à titre provisoire, le buste de l'ar- 
chcolo},'ue Joseph Déchelette par B. Champion, inauguré le 'J3 juin 1U20 eu présence 
de M. le maréchal JolTre (KA. 1020, 11, 95). 

Vitrine 1. — Collection d'épées de fer, de pointes de lance, 
d'umbos de boucliers, de chainettes, de grandes fibules de fer, 
d'anneaux de fer et de bronze, découverts dans la nécropole gauloise 
de Saint-Maur-les Fossés, Seine (fouilles E. Macé et A. Maître). Ces 
sépultures sont de l'époque de Latène II (KA. 1888, I, 323 ; D. IV, 
1039). 



242 



SALLE VII, i. 




Fig. i3i. Vitr. I. — Objets du deuxième âge du fer découverts à Saiiit-Maur- 
les-Fossés, Seine. PJpées, pointes de lance et de trait, iimbos de boucliers, 
chaînettes, fibules, etc. (Déchelclte, Manuel, t. IV, p. loSg). 



Vitrine 2. — Grands vases d'argile, d'un bon travail, provenant 
des sépultures de la Marne. La couverte est le plus souvent noire 
ou noirâtre ; les vases n'ont pas d'anses, très rarement des couvercles. 
La forme dominante est celle de l'urhe, tantôt à bords convexes, 
tantôt carénée ; les ornements, rarement peints, presque toujours en 
creux, parfois remplis d'une couleur blanche, sont des cercles, des 
dessins géométriques, des séries de points disposés symétriquement. 
Les ornements rectilignes sont plus fréquents que les cercles 
et les spirales. Les animaux stylisés y paraissent à titre exceptionnel 
(D. IV, 1465). Quelques vases présentent des décorations peintes en 
blanc et en rouge (H. A. Mazard, La céramique [au Musée de 



SALLE VII, 2-8. 243 



Saint-Germ-'in], Saint-Germain, 1873, tiré à 100 exemplaires et très 
rare ; D. IV, 1458.). 

Vitrine 3. — A et B. Grands vases de formes élégantes ; sur l'un 
d'eux (à gauche), on voit Tornement appelé grecque-, Saint-Etiennc- 
au-Temple. — C. Frettes et garnitures de roues en fer, rondelles 
d'essieux et de moyeux, provenant des sépultures à chars de Bussy- 
le-Château, Han-du-Diable, Saint-Étienne-au-Temple, Saint-Eemy, 
Vitry-lès-Rçims — D. Garnitures et armatures de timons ; pitons 
et tiges diverses provenant de sépultures à chars. 

Sur ces sépultures, voir RA. 1877, I, 154 et D. IV, 1023. 

Vitrine 4. — Au-dessus, moulages de deux grands vases de la 
Marne avec dessins incisés ; sur l'un d'eux on distingue des dragons 
stylisés peints en rouge-violet. — La vitrine contient quatre 
rangées de vases à couverte noire ; l'un d'eux (1° à gauche) présente 
les restes d'une ornementation rouge-orange sur fond noir ; 
cimetière des Crons, commune de Bergères-sous-Montmirail . 

Vitrine 5 (plate). — Fragments de bandes de roues en fer. Ces roues 
étaient très hautes, avec des bandes en fer très minces; elles diffèrent 
des roues plus massives que nous avons vues dans la salle VI 
et convenaient aux plaines de la Belgique et de l'Europe du Nord. 

Vitrine 6 . — Vases à couverte noire, avec ou sans ornements 
incisés. 

Vitrine T (plate). — A. Anneaux en fer, clous, crochets, poignées, 
armatures diverses, mors de fer (filets). — B. Anneaux et bracelets 
de bronze ; anneaux en fer revêtu de bronze ; à droite, anneaux 
de fer de grandeurs diverses . 

Vitrine 8 (plate). — A. Riche série de fibules en bronze trouvées 
dans les Ardennes, l'Aube et la Marne. Remarquer trois couples de 
fibules reliées entre elles par des chaînettes de bronze (15 992, 
12 006, 12 964). 

Sur les fibules du Latèue, voir D. IV, 1247, qui en ;i précisé le clasaemeut. 

B. Fibules en bronze et en fer de la Marne, des Ardennes et de 
l'Aube. Au milieu sont des spécimens de fibules plus petites en 
forme d'arbalètes et quelques fibules avec cabochons de corail. 
L'usage d'orner les objets métalliques avec des boutons de corail est 
attesté par les écrivains anciens. « Les Gaulois, dit Pline (XXXII, 
« 23), ornaient de corail leurs glaives, leurs boucliers et leurs 
« cas<jues ». Tantôt les coraux sont simplement sertis, tantôt ils 
sont fixés par des clous qui les traversent de part en part. 

S. Reinach, Le corail dans l'industrie celtique, RC. 1899, 24 ; D. IV, 1331. 



244 SALLE VII, 9-14. 

Vitrine 9 (plate). — A. Bracelets en verre blanc, bleu, vert, noir ; 
bracelets en lignite ou en jais, enfer et en bronze. Remarquera 
gauche un grand bracelet de verre encore passé autour d'un os de 
bras et un bracelet en verre sombre avec reliefs qui imite les objets 
analogues en bronze. — Sur la droite, intéressante série de bracelets 
en bronze ouverts ou fermés, avec renflements, ornements à jour et 
décorations diverses. 

B. Série de bracelets en bronze, avec des ornements en relief, 
perles, oves, saillies globulaires, stries, etc. Les bracelets sont tantôt 
ouverts, tantôt fermés. Remarquer à gauche (4921) une paire de 
bracelets avec têtes grossières en relief et incrustations de corail ; 
Saint-Etienne-au-Temple . 

Vitrine 10. — Meuble à volets contenant les planches coloriées 
du grand al))uni archéologique publié par Morel, un des plus cons- 
ciencieux fouilleurs des nécropoles de la Marne: sépultures deMarson, 
Somme-Bionne, Somsois, Étréchy, les Crons, Prosne, Pleurs, Cour- 
tisols, Connantre, Corroy, Bussy-le-Ohâteau. Remarquer les 
planches indiquant la disposition des squelettes et du mobilier funé- 
raire dans les sépultures. 

La collection de Léon Mord (mort le 20fév. 1909), acquise par le British Muséum, est 
bien décrite dans le Guide illusti'é de ce Musée, Iran âge. La Champaçine souterraine 
de Morel (1876-90) est presque introuvable. 



i 



Vitrine 11. — Céramique (cf , vitrine 2) . *<•" 

Vitrine 12. — Deux filets de mors en fer et deux pièces de fer 
recourbées, ayant fait partie d'un harnachement; Somme-Tourbe. — I 
Quatre chaînettes de bronze; même provenance. — Deux belles ^ 
pièces de bronze, armatures de timon, ornées à jour; même prove- 
nance. — Grande épée de fer recourbée intentionnellement (cf. 
S. Reiuach, Cultes, III, 148); même provenance. — Grande pointe 
de lance*; Le Châtelet, Haute-Marne. — Gros bracelet creux en 
bronze; Somme-Tourbe. 

Vitrine 13. — Céramique (cf. vitrine 2). 

Vitrine 14. — A. Agrafe de ceinturon* ornée de deux animaux 
fantastiques; Somme-Bionne; Musée Britannique (1). IV, 1236). — 
Série d'anneaux de bronze et de verre; quelques anneaux sont 
encore passés à des os de doigt que l'oxydation a colorés en vert. 
— Deux boucles d'oreille en or* (cf. D. IV, 12(i3). — A droite, 
deux grossières figurines de bronze, probablement des amulettes, 
provenant de Domèvre-en-llaye, Meurthe-et-Moselle, et de Bourges 



SALLE VII, 14, 15. 



245 




13376 



12971 



Fig. i32-4- Vitr. i4. — Rondelle métallique ornée rie Lépino, Marne; bosselle 
ornée de corail, Marne ; rondelle ajourée do Guperly, Marne. 



(A. 1895, 303, 306). — Anneau de terre cuite grise, ressemblant à 
du jais (13190). 

B. Epingles et pinces en fer, manches d'outils en os; aiguilles 
et passe-lacets en bronze; pendeloques de bronze en forme de 
paniers; godet en bronze orné de cercles au repoussé, garni à 
l'intérieur d'une feuille d'or très mince ; clous, rivets, rouelles, 
appliques diverses en bronze. 

Sur la droite, belles pendeloques de bronze rehaussées de corail; 
Saint-Etienne-au-Temple. — Deux appliques avec monture de fer, 
dont la garniture extérieure est formée de lamelles de corail; ce 
sont des bosscttcs à plusieurs étages qui ornaient des harnachements 
de chevaux ; environs de Châlons. — Rondelles en fer découpées à 
jour; disques et boutons de bronze ornés de même (cf. BF. 4). 

Vitrine 15. — AH. Série de vases de la Marne avec ornements 
en blanc; rem. un vase caréné polychrome de la Croix-en-Cham- 
pagne. — Casques d'apparat* de Berru, La Gorge-Meillet et 
Amfreville, Eure, ce dernier revêtu d'or avec décoration en relief 
(au Louvre ; GA. 1883. pi. 53 ; A. 1913, 271). 

I-P. Riche série de torques en bronze et en fer. Dans les sépul- 
tures de la Marne, ces ornements ne se trouvent pas associés ;iux 
armes; ils étaient réservés aux femmes, tandis que chez d'autres 
peuples gaulois, surtout ceux du Sud-Est, le torques était adopté 
par les guerriers comme inslirno honorifique. 

Les torques offrent de nombreuses variét(;s de formes, portant 
i)rincipalement sur le cercle (lisse, à reliefs, à enroulninents torses, 



246 SALLE VII, 15-18. 



à bossettes, à ornements soudés ou appendus) et sur le mode de fer- 
meture (cônes, capsules ou disques opposés, anneau et crochet) ; 
d'autres fois, les extrémités des torques ont été soudées, ou se rap- 
prochent sans présenter ni ornements, ni saillies, de sorte qu'il 
n'existe pas, à proprement parler, de fermeture (S. Reinach, art. 
Torques dans S.). 

Remarquer en M deux admirahles phalères de bronze à bordure 
ajourée; deux élégants gobelets en terre noire ; des ornements de 
bronze ajourés avec rehauts de corail; le tout de Saint- Jean-su r- 
Tourbe. — En N, perles de verre de couleur formant colliers; autres 
colliers de grains de corail et de perles d'ambre; branches de corail 
percées pour être portées comme amulettes. — Remarquer au 
milieu un collier dont toutes les perles sont de corail, sauf une qui 
est d'ambre; environs de Châlons. Los perles de verre paraissent 
être de fabrique grecque; le corail vient des îles d'Hyères, l'ambre 
des bords de la Baltique (art. Sncci7ixnn dans S.). 

Vitrine 16. — A. Série de bracelets en bronze, ouverts ou fermés; 
quelques-uns présentent une bélière. — B. Suite de la même série. 
Remarquer à droite deux bracelets ouverts dont les extrémités qui 
se rapprochent sont formées par des cabochons de corail (4922). 

Vitrine 17. — A. Colliers en perles de verre de couleur, de pâte 
de verre émaillé, d'ambre, d'os et de pierre. A droite, bracelets de 
verre et de bronze, ceux-ci ornés de perles et de pendeloques qui 
sont tantôt enfilées dans le cercle lui-même, tantôt passées dans un 
anneau plus petit suspendu au premier. — Anneayx et perles 
d'aml)re de formes variées. — Riche série de fibules. — Sur l'arête, 
quelques très grosses perles d'ambre. 

B. Série de bracelets do bronze, lisses ou ornés de reliefs, 
présentant des variétés analogues à celles dos torques. 

18. Meuble à volets. — Planches photographiques reproduisant 
des objets tout-à-fait analogues à ceux de la Marne qui ont été 
trouvés au Ilradischt (camp fortifié) de Stradonitz en Bohème, 
f'es planches sont tirées de l'édition française, due à J.Déchelette, 
d'un ouvrage tchèque de Pic, 1906.(1). — Remarquer les belles 
planches en couleur reproduisant des verroteries et des vases, ces 
derniers très semblables à ceux qui ont été trouvés à Bibracte (D. 
IV, 981; A. 1902,519). 

(1) Sur c« .savant, voir J/a/wats, 1911, 328. 



SALLE VU, 19-30. 247 



Vitrine 19. — A. Séries de couteaux de fer; plusieurs ont 
conservé ies rivets qui les fixaient dans les manches. 

B. Couteaux, ciseaux et rasoirs de fer ; fragments de fourreaux 
de bronze. Remarquer un couteau encore pourvu de son manche 
en os ; Suisse. 

Vitrine 20. — Provisoirement inoccupée. 

Vitrine 21. — Vases de la Marne. Remarquer les spécimens 
cylindriques en forme de seaux. 

Vitrine 22. — Pointes de lance* à bords ondulés, ornées à jour; 
appliques* de bronze ornées au repoussé, d'un style analogue à 
celui du casque d'Amfreville; Étréchy (D. IV, 1163). — Pointes 
de javelot et de lance ; Saint-Etienne-au-Temple. 

Vitrines 23 et 24 . — Vases en formes de soupières et de bassins. 

Vitrine 25. — Bases et pointes de lance et de javelot en fer. 

Vitrine 26. — A. Bosses ou umbos de bouclier ; garnitures de 
bouclier en fer et en bronze. — B. Chaînes-ceintures en fer et en 
bronze ; remarquer la belle ceinture de Bussy-le-Château et, au 
milieu de la vitrine, Vumbo de bouclier en bronze (18 742), un des 
seuls que l'on possède qui soit d'un travail soigné (comparer Vumbo 
de bouclier de la statue d'Avignon, t. I, 17). — A droite, admi- 
rable applique* de moyeu en bronze et en fer trouvée à Sillery ; 
musée d'Orléans. 

Vitrine 27. — Belles séries de pointes de lance et de javelot, de 
grandeurs diverses. 

Vitrine 28. — A. Anneaux de ceinture et ceintures de bronze ; 
les ceintures intactes permettent de reconnaître la destination des 
petits anneaux de bronze, trop étroits pour avoir servi de bagues, 
que l'on rencontre souvent isolés. Une ceinture, provenant dos 
environs du Cam]) de Cliâlons, a 2 mètres de longueur ; peut-être 
servait-elle de baudrier ou faisait-elle partie d'un harnacliGment. 

B. Crochets et agrafes tle ceinture en bronze et en fer ; anneaux 
et ceintures ; à droite, belle chaîne de Monthelon, Marne. 

Vitrine 29. — Épées de fer ; quelques-unes sont encore dans 
leurs fourreaux de fer ou de bronze. Ces épées sont plus courtes 
que celles de la Côtc-d'Or (salle VI, vitrine 36) et se rapprochent 
du type de l'épée romaine (cf. p. 240). 

Vitrine 30. — A, B, C. Epées et fourreaux ; remarquer (B) les 
épées intentionnellement faussées et tordues des sépultures de 
Saint-Remy, Saint-Étienne-au-Tcmple, etc. (cf. vitrine 12). 



248 



SALLE VII, 30-37, 



D, E, F. Belle série de pointes de lance et de javelot en fer. A 
droite (24 710), énormcjpointe de lance en feuille de laurier, den- 
telée en scie ; cimetière de Beaulieu près Nogent- 
sur-Seine. Auhe. — Remarquer (20233) une pointe 
de lance recourbée intentionnellement comme les 
épées de fer. 

Vitrine 31. — Epées et fourreaux de fer. 
A- ^'^ Remarquer en bas une épée en fer de Saint-Etienne- 

\ \ au-Temple, avec deux armatures transversales 

J \ ^ de bronze. 



Vitrine 32. — En bas, grand vase ovoïde ; 
Saint-Etienne-au-Temple. — Série de poignards 
en fer avec fourreaux de bronze.- Remarquer 
deux poignards de Vitry-le-François * et de Saint- 
Etienne-au-Temple, avec poignées à antennes, et 
une épée dans un fourreau, intentionnellement 
ployée. — En bas, très grande épée en fer du 
Cantal, avec poignée et bouterolle de bronze. 

Vitrine 33. — Céramique ; en bas à gauche, 
un petit couvercle de vase. 

Vitrines 34-37. — Ces vitrines (en cours d'ar- 
rangement, 1921) doivent contenir un choix 
d'objets du second âge de fer classés chronologi- 
quement et par types. 

Sur les murs de la salle : 

Portrait à la plume, par B. Champion, de l'ar- 
chéologue Joseph Déchclette, 1862-1914 (RA. 1914, 
II, 315). — Carte dressée par le colonel (plus tard 
général) de La Noë (1), montrant « la distribution 
(les antiquités mégalithiques, gauloises et méro- 
vingiennes sur le sol de la Gaule ». Cette carte, 



113 6'/ 



Fi^. i35. Vilr. 3i. 
Epée de fer dans son jjjgj^ qu'arriérée sur certains points (sud-ouest), est 

fourreau à armature 

de bronze intention- CnCOrC Utile. 

neiiement rau,sce : Au-dcssus dc la vitrinc 30 et de la vitrine 31, 

lja-(-roii-en-(.liain- ' 

pagne, Marne icf. Dioulages dc grands objcts de Latène conservés 
t ''iv! p.'^i'iSn""* ' 3^ musée de Neuchâtel : bouclier de bois ; lance-, 
joug de bois ; moyeu et clavette de bois. Les ori- 
ginaux ont ct('' jircsorvés par l'action de la tourbe (cf. V.Gross, La 
Tèiie, Paris, 18^6). 



(1) Sur ce savant, voir BAF. 1007, 07. 



SALLE VIII 



249 



SALLE VIII. — Cimetière de Chassemy. 

Vitrine nniqae. — Objets divers provenant du cimetière de 
Chassemy, Aisne (Dict. arch. de la Oaule, s. v.\ RA. 1902,11, 179). 
Au-dessus et aux trois premières rangées, séries de vases, les uns 
lisses, les autres avec décors géométriques incisés. La couverte est 
généralement noire : les formes sont celles de l'urne, du seau et du 
bassin. A droite, deux beaux vases carénés à décor géométrique 
incisé. 




Fig. 136-7. Vitr. I. — Ornements ou phalères de bronze ajoun'; découverts 
à Chassemy, Aisne (Fleury, Anti(juités de V Aisne ^ t. I, fig. 80). 



Plus bas (A), couteaux, pointes de- lance et de javelot, poignards, 
épée avec son fourreau de fer. Au milieu, un poignard de fer avec 
manche en os. 

B. Cercles de roues et de moyeux de roues en fer. 

C. Grands boutons de bronze à bélière ; garnitures et appliques 
ornées à jour, ayant fait partie d'un harnachement de cheval ou d'un 
char ; remarquer le caractère de ces ornements, qui témoignent d un 
goût spécial, mais délicat. — Mors en fer avec un anneau en bronze 
anneaux de bronze divers. 

D. Série de torques, de fibules et de bracelets en bronze; dents 
percées (amulettes) : perles de couleur et anneaux de verre ayant 
servi de pendeloques. 

Contre le mur, copie réduite en marbre du célèbre Gaulois 
mourant du Capitole (t. I, p. 32 ; D. IV, 1858); dépôt du Louvre. 

La bibliothèque du Musée possède, ffrîlce k Mme Joseph Déchelette, le seul pxein- 
plaire connu d'un recueil de planches pravées avec luxe, qn'Kdou.-ird Pietto avait 
préparé i)uur un ouvrage d ensemlile sur Chassemy. 11 n'y a pas de texte. 



:>.50 



SALLE IX, 1. 



SALLE IX. 



Sépultures gauloises de la Marne. 



Cette salle contient le mobilier de quelques sépultures de la 
Marne qui ont été fouillées scientifiquement. Les objets ne sont 
plus, comme dans la salle VII, rapprochés suivant leurs types, mais 
groupés suivant leurs provenances et jjar sépultures. 







Fig. i38. Vilr. I. — Plan de la tombe à char de LaGorge-Meillet, Marne 
(Fourdrigriier, Double séimltiire rjauloise . Paris, 1878). 

Vitrine 1 (au centre).— Sépulture d'un chef gaulois au lieu dit La 
Gorge-Meillet, à Sonuue-Tourbe, Marne, reconstituée telle qu'elle 



SALLE IX, \, 2. 



251 



était au moment de la découverte, le 9 avril 1875, par Edouard 
Fourdrignier (S. Reinach, Album du Musée, ^\. 28; M. 1880. 191 ; 
RA. 1877, I, pi. 7). 

La tombe, de forme rectangulaire, est creusée dans la couche 
crayeuse. Il y a deux sépultures superposées ; d'abord, au niveau 
supérieur, un squelette avec une épée en fer à sa gauche, peut-êti-e 
l'écuyer ou le conducteur du char; \)\\xs bas, le chef, enseveli dans 




t'f?^, > /l ^ -^^ 



Fig. iSg. Vitr. i. — Coupe delà tombe à char de La Gorge-Meillet, Marne 
(Ed. Fourdrignier, Double scpullure gauloise , P. 1878). 



son char, dont on voit les bandes de roues en fer et les essieux en 
bronze. Le chef porte au bras gauche un bracelet d'or ; entre ses 
côtes sont quatre boutons en bronze à dessins réguliers, avec des 
restes d'étoffe adhérents ; sur ses dents est une fibule en bronze à 
tête d'oiseau. A sa gauche, pointe de lance et de javelot en fer, 
épée en fer ; entre ses pieds, un casque pointu, des anneaux et des 
disques en fer. A sa droite, trois vases, un couteau en fer à lame 
de bronze et à manche d'os, des clous. Un des vases contenait des 
ossements de volaille et de porc, avec des coquilles d'œufs. 

Au delà du casque, à un niveau un peu supérieur, mais plus bas 
que le premier squelette, on voit une œnochoé de bronze, deux 
mors, huit boutons massifs avec cabochons de corail, deux belles 
pendeloques en croix ornées de coraux et munies de chaînes de 
suspension. — Les objets placés dans la sépulture sont des mou- 
lages ; les originaux sont dans la vitrine suivante 

Au-dessus, grands vases carénés en terre noire, avec ornements 
incisés ; Chassemy, Aisne. 

Vitrine 2. — Originaux des objets trouvés dans la sépulture de 
La Gorge-Meillet (cf. vitrine 1). Remarquer à droite les appliques 



252 



SALLE IX, 2. 3. 




24903 



Fig. i^o. Vitr. 3. — Croix en bronze ornée de corail, 

suspendue à une cliaînctte de bronze; partie d'un liarnachement de cheval 

Tombe de La Gorge-Meillet, Marne (Déchelette, Manuel, t. IV, p. 1193). 



et les deux croix avec cabochons de coi'ail, les restes d'étoffes adhé- 
rents à dos fragments de bronze. — Les aquarelles placées au-dessous 
représentent d'une part le plan et la coupe de la tombe, de l'autre 
le développement du casque conique, montrant le détail de la 
gravure et les cabochons de corail senis dans des ornements circu- 
laires. Le casque n'a guère qu'un milliniètre d'épaisseur ; il res- 
semble à celui de Berru (voirM. 1880, 197 ; RA. 1875, 1,pl. 9-10). 
Vitrine 3. — A. Tombe gauloise de Thuisy (Marne) : torques, 
anneaux du bronze et de verre, épées et pointes de lance en fer, 
vases. 

B. Autre sépulture de Thuisy : collier et bracelet en bronze, 
fibules, couteau, pointe de lance et javelot en fer, vases. Un des 
vases est décoré d'une manière remarquable au moyen de cercles 
concentriques enchevêtrés formant saillies. 

C. Sépulture du tumulus de Catillon, commune de Saint- 
Jean-sur-Tourbc. Pointe de lance, grande épée de fer, anneaux de 
bronze; très belle œnochoé de bronze avec ornements circulaires 
sur la panse, le pied et le déversoir latéral; un couvercle est fixé à 
l'anse par une chaînette et présente d»s traces d'étoffes adhérentes 
(R A. 1883, II, pi. 21, p. 201). 

D. Autre sépulture de Thuisy : pointes de javelot et de lance, 



SALLE IX, 3-5. 



253 




Fig. i4i-3. Vitr. 3. — Au milieu, vase enhronzede Gatillon, 

commune de Sainl-Jean-sur-Tourbe, Marne (D. IV, p. i^5i); de part et d'autre, 

vases de terre ornés de Thuisy, Marne. 



torques en bronze, anneaux en bronze et en verre blanc, vase orné 
de demi-ellipses remplies par un semis de points en creux. 

E. Sépulture de Saint-Jean-sur-Tourbe (187G) : torques de 
bronze avec gravures rectilignes, deux pendants d'oreilles* en or, 
ciseaux de fer, pincettes, anneaux et bracelets de bronze. Deux 
anneaux de bronze portent de grosses perles en verre de couleur. 
Perles d'ambre, anneaux de verre, appliques à jour, dent perforée 
(amulette). En bas, grand vase à décor géométrique incisé. 

F. 1" Sépulture gauloise de La Cbcppe, avec plan de la tombe 
fouillée (1878) : torques en bronze, bracelet en bronze travaillé à 
jour, bracelet passé autour des os du bras, couteau, fibules en fer 
et en bron/e. 

2° Torques, bracelets, fibules et perles d'ambre provenant de 
fouilles diverses. Remarquer le bracelet formé de coquilles per- 
forées et d'une branche de corail. 

3° Sépulture de La Cheppe : bracelet en lignite réparé au moyen 
de cercles de bronze; torques en bronze avec cabochons de corail 
fixés par des clous; couteau et fibule en fer. 

Vitrine 4. — Sépulture de Saint-Ililairc-au-'i'oinplo(187(j): vases. 
Remarquer au milieu un s])écimon dont la décoration est analogue 
à celle des vases de lu vitrine 3, B. — A droite, torques, fibules de 
bronze, épéc, couteau, pointes de javelot et de lance en fer. 

Vitrine 5. — Objets provenant de deux sépultures de Jonchery- 



254 



SALLE IX, 5, 6. 




Fig. i/)4. Vilr. g. — Vase do bronze avec gravure du style de Lalène, trouvé à 
Saulces-Cliainpeuoise, Ardennes (D . 1\ , \>. i/jSa) ; collier avec traces 
d'émail de Sarry, Manie ; roUier orné de tètes de cauaril, N illo-cn-Tardenois, 
Marne ; baudrier de Wargcnioulin, Marne; vase jaunc-rongc avec orne- 
nienls bruns, Marne ( ancienne colleetion du capitaine Bérard, au Musée 
de Cbàlons ; cf . KA . 1918, I, p. 182), ' 

sur-Suippes et de Thuisy (1876) : torques, fibules, bracelets, ciseaux, 
pointes de lance, couteaux, vases. 

Vitrine 6 . — Campement gaulois de Berru, Marne, avec débris 
de cuisine, fragments de poteries, morceaux de revêtements en 
terre grasse portant rcnipreinte des brancha2;cs qui constituaient 
les murs des cabanes; ossements d'animaux. Un plan et une coupe 
d,u campement sont exposés dans un cjidre . 



SALLE IX. 7-10. 



255 




20583 



24917 



Fig. i45. Vitr. lo et 3. — Casques coniques de bronze, découverts à Berru, 
Marne, et à La Gorge-Meillet, Marne (Déchelette, Manuel, t. IV, p. ii63). 



Vitrine?. — Autre campement analogue de Bussy-le-Château, 
avec plan et coupe . 

Vitrine 8 . — Objets provenant des tombes d'Auve, de Bussy-le- 
Château et de La Clieppe, avec plan et coupe de la tombe de Bussy 
(1873). 

Vitrine 9. — Objets provenant des tombes de Saint-Hilaire-le- 
Grand (1876) et de Vitry-lès-Keims (1873). Keniar({uer à gauche, 
A, le collier de perles de verre, le torques, la perle d'ambre, le vase 
rouge avec ornements peints en blanc, le vase avec couvercle de 
Vitry-lès Reims. — B. Grand vase de bronze* avec gravures du 
meilleur style (D. IV, 1452), trouvé dans les Ardennes; grand vase 
rouge* avec ornements peints en brun; deux colliers* dont l'un 
avec tête de canard, de Ville-en-Tardenois. C^es objets de grand 
intérêt ontappartenu au capitaine L. Bérard, tombé au front en 1918; 
auj. au musée de Châlons-sur-lMarne (RA. 1918, I, 182). 

Vitrine 10. — A. Tom])es gauloises de Saint-Jcan-sur-Tourbe 
(1873), avec plan. Bandes de roues en fer, couteaux, pointes de 
javelot, garnitures de chai. 



256 SALLE IX, 10-15. 



B. Tombes de Vitry-les-Reims et de Berru. Dans la première, 
deux torques, deux bracelets, une fibule ; dans la seconde, un 
couteau en fer, un bracelet * en or, un grand vase caréné avec 
incisions géométriques et rehauts rouges. 

C. Objets provenant d'une célèbre sépulture de Berru. Remar- 
quer notamment deux grosses appliques (de char?) en bronze, un 
casque conique avec ornements très élégants (RA.1875, I, pi. 9, 10), 
des bossettes de bronze avec incrustations de corail, des tiges et 
boutons divers, un couteau de fer, un grand vase caréné avec 
ornements incisés remplis d'une matière blanche. En bas, dans un 
Berrudessin rcpi'oduisant les motifs d'ornementation ducasque de 
cadro,(D. IV, 1453). 

Vitrine 11. — Objets des tombes d'Auve, de Wargemoulin près 
Saint-Jean-sur Tourbe et de Vitry-lès-Reims. Remarquer à gauche 
deux vases à couvercle et un torques à crochet d'Auve ; à droite, 
un torques, des colliers de corail, une grande perle d'ambre, deux 
boucles d'oreille * en or, un petit cercle de bronze tors portant 
deux perles de verre et une d'ambre. 

Vitrine 12. — Tombes de La Cheppe et de Vitry-les-Reims : 
fibules, pointes de lance, vases ; ossements de porcs provenant 
d'offrandes funéraires. 

Vitrine 13. — Tombes de Vitry-les-Reims et de La Cheppe: vases 
à couvercles, pointe de lance. Pour la disposition des vases dans 
la tombe, voir la photographie placée à droite. 

Vitrine 14. — A. Tombe de Jonchery-sur-Suippes (1876): colliers 
en fer, vase à décors incisés et autre orné de volutes peintes. 

B. Tombe au lieu dit la C6te-<VOrgemonty à Somme-Tourbe 
(1876): anneaux et torques de bronze, anneaux de fer, pointes de 
lance, épée de fer et fourreau de bronze, grand vase caréné à 
décors géométriques incisés. 

C, D. Tombe de Cuperly : cercles de roues en fer, pointes de 
lance, disques et ornements en bronzée travaillés à jour, épées et 
garnitures de char en fer. Grand vase caréné à décoration peinte, 
rouge et blanche; boutons et petites appliques de bronze. 

Au-dessus de la vitrine, cercles en fer des roues d'un char; 
Jonchery-surSuippes. 

Vitrine 15. — A. Tombe de La Cheppe: armes de fer, perles de 
verre, grand vase avec traces de peintures en rose et en blanc, 
vase à couvercle . En bas, plan de la tombe. 

B. Tombe de Vitry-lès-Reims : torques, bracelets et fibule 



SALLE X, 1-4. ' 257 

de bronze, vase à couvercle, vase.s à décors incisés. En i)as, plan 
de la tombe. 

Dans le couloir entre cette salle et la rotonde voisine cadre 
renfermant un panorama de la terrasse Saint-Germain. 

Dans la rotonde, peintures d'Albert Girard représentant la 
Maison Carrée et les Arènes de Nîmes, le pont de Saint-Chamas, 
Bouehes-du-Kliôue, et le pont du Gard (voir tome I, p. 65 et 
suivantes). 

Au milieu, pilier sculpté* de Saint-Goar, Rhénanie, avec têtes 
coupées, analogues à celles d'Entremonts (t. I, p. 41) et ornements 
du style développé de Latène. Quelques archéologues ont considéré 
ce curieux monument encore isole comfne carolingien et non 
comme gaulois (A. 1905, '243 ; AHV. V, 54). 



SALLE X 

{Annexe de la salle précédente) . 

Vitrine 1 . — Tombe gauloise de La Cheppe, Marne, ©reusée 
dans la craie, avec squelette de guerrier accompagné d'armes de 
fer et de grands vases ; fouilles exécutées en 1873 pour le Musée 
par Abel Maitre, directeur des ateliers. 

Vitrine 2. — On y a placé, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, 
la riche collection des vases de Latène II I découverts dans le 
tumulus de Celles près Neussargue.^, Cantal (A. 1903, 385, relation 
très détaillée et richement illustrée ; voir aussi Bull soc. préhist. 
27 mai 1920). Le reste de la vitrine contient des vases de la Marne, 
Bussy-le-Ohâteau, Jonchery, etc.. entre autres de très heaux 
spécimens ornés de peintures. Ilcmar([iier aussi un vase noir urne 
de carrés creux disposés en damier et uu autre décoré de méandres 
formés de cercles creux remplis d'une substance blanche ; commune 
de Prosne. 

Vitrine 3. — Suite de la céramique gauloise. Remarquer on 
haut à droite un vase avec couvercle de Jonchery, orné de zones 
irrégulières de petits carrés creux. 

Vitrine 4. — Suite de la céramique gauloise. Kemarcpier dos 
vases de Suippes curieusement décorés de pastillages, et un grand 
vase en terre noire, orné de petits cercles en creux. 

17 



258 SALLE FRÉDÉRIC MOREAU 

Cadre 5. — Objets importants provenant d'une sépulture à 
char, découverte en 1901 à Nanterre: bandage de roue, pièce de 
tirage, frette, mors, ornements de harnais, pointe et talon de 
lance, épée, anneau de joug et clavette de moyeu émaillés. L'époque 
est celle de Latène II, vers 230 avant J.-C. (H. Hubert, A. 
1902, 66-73). 

Vitrine 6. — Proviaoirement innoccupée . 

Vitrine 7. — Objets de fer du tumulus de Celles (voir vitrine 2). 

Contre le mur, très grandes roues de char trouvées à Nanterre 
(voir cadre 5). 

On passe de là dans la Salle Frédéric Moreau. 



SALLE FRÉDÉRIC MOREAU 

{Collection dite de Caranda). 

Frédéric Moreau, né le l^"" juillet 1798, mourut plus que 
centenaire le 21 octobre 1908. A l'âge de 70 ans passés, en 
1873, il avait commencé des fouilles dans ses propriétés de 
l'Aisne, à l'entour du moulin et du dolmen de Caraiida, près 
de la source de l'Ourcq (RA. 1902, II. 167). Les produits de 
ces explorations furent publiés par lui dans un ouvrage 
illustré de plancbes en couleur dessinées par Tilloy, (|ui est^- 
relié à la bibliothèque du Musée en 3 vol. gr. in-4\ Cet 
ouvrage se trouve rarement complet ; texte et planches sont 
également ditliciles à classer (voir la collation minutieuse 
publiée 1L\. 1900, II, 153). Nous les citons ici sous le nom 
de CoUectio7i Caranda (CC), mais non pas à propos de chaque 
objet. En 1896 parut le Petit alhwn de Ut colkction Caranda, 
avec nombreux dessins plus modestes (cite PAC). La col- 
leclion, fort remarquée à l'Exposition universelle de 1889 
(S. Heinach, Histoire du travail en Gaule, ON; RA. 190S, II, 307),^ 
fut léguée en majeure partie par Fr. Moreau au Musée et 
exposée dans une salle spéciale (18!)9). En même temp> 
entrèrent à la bibliothèque 24 volumes de procès-verbaux 
manuscrits de fouilles qui, comme l'a montre II. Hubert 
(RA. 1902, IL 167 et sniv.), peuvent servir non seulement a 
compléter, mais à rectifier le texte souvent fautif de ['Album' 



SALLE FRÉDÉRIC MOREAU, 1-7. 259 



La collection Moreau est particulièrement riche en objets 
du second âge du fer et de l'époque franque; la céramique de 
ces deux époques et la bijouterie de la seconde y sont parfai- 
tement représentées. 

Vitrine 1. — Au-dessus, grands vases gaulois de Ciry-Salsogne, 
dont un est orné de parallélogrammes incisés et de bandes de pein- 
ture rouge. 

A l'intérieur, contenu séparé de tombes gauloises fouillées à 
Chassemy et aux Grévières de Ciry-Salsogne (CC.n.sér. 139,154-5 ; 
RA. 1902, II, 179-186). On remarquera que les torques, là comme 
ailleurs, se trouvent seulement dans les lombes de femmes (voir 
l'art. Torques dans 8., 376). 

Vitrine 2. — Au-dessus, onze grands vases gaulois. (CC.n.sér. 142). 

A) Contenu de tombes isolées de Ciry-Salsogne. Rem. un poignard 
dans un fourreau de fer et de beaux vases avec décor incisé (CC . n. 
117-120, 133, 140, 141). 

B) Sépultures d'Armentières et de Sablonnières (RA. 1902, II, 
202). Frette de roue (?) en bronze. Fragments de grandes roues en 
fer ; mors de chevaux (CC. n. sér. 24, 58, 109). 

C) Sépultures du Martroy, près Limé, et de Caranda; trois beaux 
torques (CC . n . sér. 84) . 

D) Sépultures de Trugny. Beaux torques ; boucle d'oreille d'or 
ornée au repoussé (CC. pl.Q-S). 

E) Séi)ultures diverses. Rem. six fibules do fer accompagnant 
une fibule de bronze à arbalète ; Armentières. 

Vitrine 3. — Au-dessus, trois grand vases, dont un orné de 
peintures rouges. 

Sépultures gauloises de Caranda; colliers de bronze (CC. 15, 16j. 

Vitrine 4. — Au-dessus, trois grands vases, dont un orné de 
très nombreux mamelons . 

Vases provenant des sépultures de Sal)loniiières. 

Vitrine 5. — Au-dessus, trois grands vases. A l'intérieur, vases, 
torques, bracelets de Sablonnières. Rem. en bas à droite un vase 
avec trous pour suspension. 

Vitrine 6. — Au-dessus, trois grands vases ; à l'intérieur, vases 
des tombes de Sablonnières (OC. 41 et n. sér. 129). 

Vitrine 7. - Au-dessus, trois grands vases. A l'intérieur, vases 
et torques de bronze, dont un porte sus-pendue une perle d'andjre 
Â.rcy-Saintu-Restitute. 



260 SALLE FRÉUKHIC MOHEAI', 8-12. 

Vitrine 8. — Au-dessus, trois grands vases incises et peints (CC. n. 
sor 180-132). A l'intérieur, belle série de vases ornes de même ; 
Ciry-SalsoLine. 

Vitrine 9. — Au-dessus, sept grands vases. La vitrine elle-même 
contient une riche collection de vases et d'objets de bronze des 
tombes à incinération romaines de Sablonnirres et de la villa 
d'Ancy (CC. n. sér. 1, 63, 83, 89. 110, 112). A droite, sépultures à 
incinération de Presles-Sainl-Audibert, classées à la période de 
Latène III ; remarquer les fibules en fer et les deux « couronnes » 
de bronze ayant décoré l'embouchure de grands vases (PAC pi. 16 ; 
CC. n sér. 113). 

En bas, seau de bois avec cercles et anses de bronze. 

Vitrine 10. — Au dessus, dix grands vases gaulois; le plus remar- 
quable, en terre cuite noire, offre de fausses ansi s non mobiles à 
l'imiiation des anses de métal; Ciry-Salsogne. Remarciuer aussi les 
deux vases à surface couleur crème ornée de bandes rouges, de 
l'époque de Bibracte (voir p. 133). 

A. Stèle funéraire franque de Cys-la-Commune. Contenu de 
tombes franques explorées à iVanteuil (CC. n. sér. 148), Caranda, etc. 
Rem. les ornements en bronze ajourés ; deux belles plaques de 
ceinturon gravées ; une double fibule à chaînettes et quelques 
belles verreries (CC. 27 ; n. sér. 145). 

B. Tombes franques de Caranda, Aiguisy, etc. Plaques de 
ceinturon, verreries, scramasax (CC. 26, 31, 45). 

C. Tombes franques de Nanteuil et de Caranda. Nombn-uses 
verreries. Vase rou^e bas-romain avec l'inscription BIBE (bois!). 

D. Tombes lomaines de la villa d'Ancy. Verreries ; grandes 
collections d'épingles en bronze et en os ; beau miroir de bronze 
(CC. n. sér. 64, 65,75-79). 

Vitrine 11. — Au dessus, grands vases gallo-romains (CC. 39). 
A Tiniérieur, riche série de vases gaulois ornés. 

La partie plate de la vitrine contient une collection de bracelci.s 
en Itronzo. en verre noir et en lignite, à laquelle fait pendant 
(du coté du parc) une collection de torques en bronze auxquels 
s'ajoutent deux torques en fer. 

Au-dessous, nombreux vases gaulois de teintes noires très inéga- 
leaient fone('cs. 

Vitrine 12 . — C'est là (pie sont réunis les objets les plus précieux 
de la collection. On se place, pour étudier cette vitrine, du côté de 
la cour. 

Au-dessus, quinze grands vases. A l'étage supérieur, nombreux 



SALLE FRÉDKlilC MOKEAU, 12-19. 



261 



vases noirs et rouges; au milieu, pliant '"n fer et deux seaux avec 

cercles et anses de fer. Un troisicMue «eau plus petit a des cercles de 

bronze (CC n. sér. 7, 14, UG). Aux deux étag'es au-dessous, très 

riche collection de verres romains et francs 

(ceux-ci à droite). Au milieu, beau vase de 

verre en forme de tête (CC. n. sér. 1)6) et 

jolie statuette en bronze de Bauehus (?) 

couché (CC. n. sér. 22). Plus bas, grande 

collectinn de colliers, formés de perles de 

verre multicolores ; deux grands vases de 

bronzii ; une anse de vase avec figures et 

une anse de meuble 1res ouvragée (CC. 

n. scr. 98). A droite, coupe d'argent avec 

anses ornées. 

En regardant la même vitrine du côté du 
parc, rem. , au 2" étage à partir du haut, un 
vase-cornet de forme rare ; sur le même 
étage, des lampes; au dessus, un petit seau à 
bandes de fer. 

A droite, très belle tasse de verre, ornée F 
de pastilles de verre bleu (CC. n. sér. 3). 




41141 



g. i46. Vitr. 12. Verre 
en forme tie tèle juvénile; 
trouvé à Ciiasscinv,A.isne 

Vitrine 13. — Au-dessus, vases gallo-ro- (Album Caranda, nouxcWe 
mains. A l'intérieur, série de vases galle- série, pi. 96). 
romains de basse époque (CC. n. sér. 5). 

Dans la partie droite de la vitrine, riches séries de i)lac[ues et contre- 
plaques en bronze (gravées) et en fer (damasquinées). Sur une 
plaque on a cru reconnaître le dessin en creux d'une mouche ou 
abeille (MSA. LIV, 1895). A droite (coté du parc), boucles franques 
ornées de grenats ou de verres en cabochons ou en tables (CC. 22; 
n. sér. 10, 17. 18, 26,41, 57, 60, 62, 145■^). 

Au-dessus, nombreux vases gaulois. 

Vitrine 14. — Mors de chevaux en fer avec chaînettes, d'une 
extraor.iinairo lourdeur; un des mors est orné d'une b 'Ssette en 
cuivre doré et ciselé, décoré de cabochons (PAC. pi. 39 ; CC. n. 
sér. 151). 

Cadre 15. — Série d'anneaux de harnachement en fer. 

Cadre 16. — Objets de harnachement, entre autres un mors à 
double filet et deux fers à cheval (CC. n. sér. 123-6). 

Vitrine 17. — Ci)uteaux de fer de types divers, avec bouterolh^s 
d'argent et de bronze. 

Cadres 18 et 19. — Divers types de pointes de lance on fer. 



262 



SALLE FRÉDÉRIC MOREAU, 20-22. 




Fig. i47> Vitr. 12. — Anse de vase romain on bronze dccouverle à Chasscmy, 
Aisne (Album Caranda. nouvelle série, pi. 98). 

Cadre 20. — Divers types do couteaux en fer, entre autres un 
scramasax avec silex adliérenl (C(J. 2lj. 

Vitrine 21. — Produits séparés de sépultures ganloisos explorées 
à Sablonuières, Chouy, Arey, etc A droite, nombreux cercles de 
roues en fer (chars de combat). 




Fig. i/j8. ^ itr. la et lo. — Verreries de Brénj, Aisne. 



é 



Vitrine 22. — Tombes franqucs de Brény, Sablonnièrcs et ,jf 
Aiguisy. Grandes épées de fer, umbo (CC. 18) ; arme <à extrémité 
recourbée ; deux plaques ornées de grenats en table (CC.n sér. 8) ; 
deux fibules de bron/e ornées de grenats; Aiguisy. 



SALLE FRÉDÉBIC MOREAU, 23-39. 



263 




36663 



Fig. l!^Q. Vitr. i3. — Boucle avec plaque de métal blanc; Arcy-Sainle- 
Restilule, Aisne. 



Cadre 23. — Riche série de boucles circulaires d'époque franque, 
en bronze et en métal blanc. 

Cadre 24. — Boucles franques, rondes ou carrées, en fer et 
en bronze. 

Vitrine 25 . — Série de haches de combat en fer d'époque 
franque. 

Cadre 26. — Série d'anneaux de bronze, dont plusieurs fort 
ornés. 

Cadre 27. — Deux semelles garnies de clous avec débris de cuir; 
Cys-la-Commune (CC. n. sér. 40). 

Cadre 28.— Clefs de fer. 

Vitrine 29. — Haches et marteaux néolithiques du dépar- 
tement de l'Aisne. 

Cadre 30. — Belles pointes de flèches néolithiques de l'Aisne, 
en particulier de Caranda (CO. 3). 

Cadre 31. — Haches polies de l'Aisne, dont plusieurs en pierres 
vertes rares (CO. 4). 

Cadre 32. — Grands clous et ferrures de portes. 

Cadre 33. — Clavettes, couteaux; r-iseaux et briquets de fer. 

Vitrine 34. — Silex travaillés (néolitliiques) du département de 
l'Aisne. A droile, série de percuteurs 

Cadre 35. — Série de pointes et de burins en silex. 

Cadre 36. — Grattoirs en silex. 

Cadre 37. — Intéressante série de cuillères f^^allo-romnines en 
bronze; six d'entre elles sont surmontées de fiLnirines. A droite, 
petit miirteau votif. 

Cadre 38. - Tessons de poteries ; les uns sont néolithi(|iies, 
les autres do 1 ai^c du fer; ce sont tous des types rares. 

Vitrine 39. — Choix de silex paléolithiques du département de 
l'Aisne; à droite, beaux spécimens du type de Saint- Adicul. 



2G'i 



SALIE FRÉDÉRIC MOREAU, 'jO-A^i . 



Cadw 40 et 41. — Silex divers. 

Cadre 42. — Deux beaux bracelets de bron/e gravés, prov. de 
Dni^niignan (CC. n. sér. 107). — Haches et pointes de flèche en 
bronze trouvées dans le département de l'Aisne. 

Cadr» 43 (dans le passage). — Carte de l'Etat-Major; région de 
Soissons et localités explorées par Frédéric Moreau. 




l"ip. lèo. Vil. l^5 et ')0.— Bijoux ornés de grenats en liihlos, avec cloisons 
(l'or (le tombes iranques de l'Aisne. L'(jbjcl en liant est un IVrmoir d'au- 
nii"«ii(Te (i4/6//m CV(;((/ir/fi, nouvelle série, pi. H). 



Vitrine 44. — Riche contenu des tonil)es franques d'Armentières. 
Epées <n sci-amasax de f«jr; un<> épce a conserve sa bouterolle de 
bron/.o. Tlaques de l^ronze gravées; grande boucle de bronze avec 
j)la(iu(' et contre-plaque ; boucles d'oreille on argent (CC. n. sér. 
16, -(')) ■, fibule d'or circulaire avec perles de verre bleu; fibules 
d'argent du type dit digité ; deux grandes fibules d'argent 
repuussf'cs ;■ fibule d'argent cruciforme ; fibule circulaire ornée de 
grenats en tables; belles verreries (CC. n. sér. 15,19,28). 



SALLE FRÉDÉRIC MOREAU, 45-52. 265 



Vitrine 45. — Contenu des tombes franques d'Arcy-Sainte- 
Restitutc. L'objet capital est une grande épée de fer à poignée 
recouverte de feuilles d'or, avec croisillon orné de grenats (CC, 
pi. M). Nombreuses fibules d'ai-gent du type digiié (CC.pl. K, L) ; 
fibules circulaires en or ornées de grenats ; singulière hache de 
bronze ajouré, montée à double soie sur un manche (CC pi. M) ; 
boucle en or avec grenats cloisonnés ; petite balance ; grand vase 
de verre à deux anses avec traces de gravure bourse avec deux 
coulants. 

Vitrine 46. — Tombes franques de Chassemy et de Sablonnières. 
Trois grands umbos de bouclier ; angon i)arfaitcment conservé 
(CC. n.sér. 102) ; grandes épées de fer dont plusieurs avec bou- 
terollcs de bronze ; haches et scramasax. — Nombreuses fibules 
d'argent (CC. n. sér. 95); fibules circulaires ornées de grenats en 
tables ; deux bullae en quartz et en marcassite, montées pour être 
suspendues; aouble peigne d'os; pincettes de bronze; disque de 
bronze orné de figures en relief de style romain (CC. pi. J) ; belles 
verreries. 

Vitrine 47. — Vases de bronze, d'argile et de verre provenant de 
Brény, Arcy etChouy (CC. n sér. 4, 9). Remarquer une trèsgiande 
sandale pourvue d'énormes clous (CC. II, p. 106). Parmi les verreries, 
le type du biberon est repi'ésenté par deux exemplaires. — Dans une 
éprouvette, restes de soie verte qui auraient été recueillis dans une 
tombe . 

Vitrine 48. — Vases en terre et en verre provenant des cimetières 
gallo-romains à inhumation de Sablonnières (Fére-en-Tardenois j. 

Vitrine 49. — Suite de la précédente vitrine. Vase rouge avec 
inscription (CC pi. 4) ; barillet de verre de grande dimension (CC. 
pi. 1); vase rouge orné de reliefs grossiers, marquant l'extrême 
décadence de la poterie dite samienne. 

Vitrine 50. — Objets précieux de petites dimensions clas.sés par 
types: bagues, fibules, médaillons, broches, etc. Remarquer les 
fibules circulaires émaillées, ornées de grenats; les fibules en forme 
de perroquet et en forme de S. — Houchîs d'oreilles, agrafes, 
peignes, pincettes, fermoirs d'aumônière, dont un en or orné de 
grenats ; boucle s de fer et de métal blanc ; bouts de ceinture; clous, 
rivets, appli(iues, etc. (C(!. 17, :;6,37,J,0; n. sér.8,9, 19,25,64,95). 

Vitrine 51. — Série d'armes franques de fer: épées, scramasax, 
umbos de bouclier. 

Vitrine 52. — Série do fers de lance; au-dessus, vases romains de 
basse époque et vases francs. 



266 



SALLE FREDERIC MOREAtJ 




Fig. if)!. Vitr. ii5 et 5o. — Doux grandes fibules d'argent (A/tHmCo/'anrfa, 
nouvelle série, pi. gS et pi. L). 



Faisons maintenant le tour de la salle, examinant les murs et 
les soubassements à partir de la vitrine 1. 

Trois mosaïques ornementales ; villa d'Ancy (CC.n.sér. 8S). — 
Photographie de Frôdéric Moreau, donateur de la collection. — 
Au-dessus de la vitrine 2, mosaïques de la villa d'Ancy. Sous les 
vitrines 14, 17 et 21, fragments de sarcophages mérovingiens et de 
sommets de stèles en pierre (comparer vitrine 10, A). — Sur la 
vitrine 22, auges de pierre et fragments de tombes franques. Au- 
dessus de la vitrine 10, fragments d'enduits peints des villas 
romaines de l'Aisne. — Au-dessus de la vitrine 9 quatre mo- 
saïques de la villa d'Ancy, très restaurées: ours, cerf, éléphant, 
sanglier (CC. n. sér. 70), 



SALLE .T. DE BAYE 



267 



^^^^S^S^ 



r<kvvvvvvvv\\xx^ 



^^^S^E^S 



rrrfrrrrffrrrrfrrrrrrr'^ 



>^^"^^k^^^. 




^^b^ ^^ b^ ^b^^ ^^^ ^^ Vl 



^V^.^>^K^<^^^^VS.^t^1 



42821 



42822 



Fig. lôa. — Deux mosaïcjuos découvertes à la villa d'Ancy ; un crrf et un 
ours (^Albiini Caramln, nouvelle série, pi. 70). 

Au-dessus du cadre 23, fragment d'un grand vase en marbre 
de la villa d'Ancy; fragments de draperie en albâtre peint et d'un 
torse féminin en marbre ; fragments d'enduits peints (CC. n. sér. 
71-73). 

Au-dessus de la porte, beau morceau d'une corniche romaine 
ornée . 

Au-dessus du cadre 24, fragment d'une statuette romaine en 
marbre. 

Adroite de la vitrine 25, couronnements de stèles en pierre avec 
inscriptions chrétiennes. 

Sur le sol, série de grandes amphores romaines. 

Au-dessus des cadres 28, 32, 88, 37, fragments ornés d'un cou- 
vercle de sarcophage .Au-dessus du cadre 38, H(''bris de raiirbrc Tout 
au bout, fragment d'un polissoir néolitliiciuc. 



SALLE JOSEPH DE BAYE 



Produits dos fouilles du baron .losoph de Baye, iiieinbre 
de la Société des Anti(niaires de France, dans le déparlrment 
de la Marne, les objels ri'tinis dans celle salN^ otil rie donn('S 
par lui au Musée de Saint-Germain. La salle fui inaugurée 
le 21 janvier 1909 par le sous-secrélaire d'Élal aux Jîeaux- 



268 SALLE .1. DE RAYE, 1-16. 

Arts (CA. 1909, 90). Les antiquités russes et Scandinaves, 
offertes en même t^mps à l'État par M. J. de Raye, sont 
exposées dans la Salle de Comparaison. 

Un Catalogue du musée de Baye, malheureusement très 
sommaire, a été publié en 1880 à Châlons-sur-Marne. 

Dans le couloir entre la salle Moreau et celle-ci : 1° Cartes de 
la région de Châlons-sur-Marne, indiquant les provenances des 
objets (cadre 1). 2" Dessins au crayon, par J. de Baye, de trois 
figures en relief (déesses féminines ?), découvertes sur les parois des 
grottes de la vallée du Petit-Morin, Marne (J. de Baye, L'Archéol. 
préhifit. 1888, 290 ; D. I, 456 ; cadre 19). 

Vitrine 2 (sur la cuur). — Spécimens acheuléens du département 
de la Marne, en particulier de Vieille-Andecy et de Champaubert. 

Cadre 3. — Silex taillés d'Etoges, Marne. 

Cadre 4. — Silex taillés de Fèrebriange, Marne. 

Cadre 5. — Objets analogues de Champaubert, Marne. 

Cadre 6. — Silex des plateaux de Fèrebriange, Marne (cf. .1. 
de Haye, Congrès de.s soc. savantes, avril 1882). 

Cadre 7. — Silex néolithiques de Fèrebriange. 

Vitrine 8. — Objets néolithiques et de l'âge du bronze, en parti- 
culier poteries ornées et à mamelons, des marais de Saint-Gond 
(fouilles de 1881) et des tourbières de Vert-la-Gravelle : haches 
polies, emmanchures eu bois de cerf, pointes de flèche, fusaïoles 
(cf J. de Baye, L'âge du brome en Champagne, BM. 1877, b'M). 

Vitrine 9. — Silex néolithiques très variés des stations et 
ateliers de Vieille-Andecy, couunune de Villevenard, et d'autres 
points de la même commune. 

Vitrine 10. — Silex néolithiques variés, recueillis à la surface 
du sol; Marne. Remarquer une belle série de pointes de flèche. 

Vitrine 11. — Haches polies, quelques-unes très belles, recueillies 
à la surface du sol ; Marne. 

Cadres 12, 13. — Haches polies et haches-marteaux ; remarquer 
un grand ciseau de Champaubert. 

Cadres 14, 15. — Série de hachettes polies en jadéite, saussurite 
et autres roches dures. L'une d'elles, au bout à gauche, est d'origine 
danoise . 

Vitrine 16. — En haut, grand vase néolithique des grottes funé- 
raires du Petit— Morin. 



SALLE J. DE BAYE, 10-20. 2t)0 

Étage supérieur. Poteries de même provenance (cf. J. de Baye, 
Uarchéol. préhist. 1888, 334), entre autres la partie supérieure 
d'un vase énorme. 

Étage moyen. Trè^3 précieuse série de crânes, avec une ou deux 
trépanations, provenant des mêmes grottes. — Série de rondelles 
crâniennes, considérées comme des amulettes (J. de Baye, Uarchéol. 
préhist. 1888, 149). — Emmanchures de haches, poinçons, manches 
d'outils en os, coquilles perforées. 

Voir, sur la trépanation préhistorique et actuelle, A. 189'J, 726; BSA. 1895, 697; 
RM. 1903, 431. 

Étage inférieur. Crânes, coquilles et dents perforées, colliers, 
pointes de flèche. Remarquer quelques objets de cuivre ayant servi 
de parures. 

La partie plate de la vitrine contient une grande collection 
d'emmanchures de haches, de haches polies, de manches d'outils, 
de coquilles perforées, de pendeloques. Remarquer une houe en os 
(J. de Baye, op. cit. 270); un burin emmanché {ibid. 282) ; des 
dents de porc percées {ibid. 308) ; une pendeloque en schiste 
percée de deux trous {ibid. 307); une hache-amulette percée d'un 
trou de suspension {ibid. 249) ; quelques silex longs à petites 
retouches d'un travail très délicat. — Du côté de la cheminée, ver- 
tèbre lombaire où est encore engagée une pointe en silex (J. de Baye, 
op. cit. 195) ; fragment d'un grand vase en bois ; riche collection 
de flèches à tranchant transversal ou tranchets (op. cit. 191) ; belle 
série de ])ointcs de flèche d'un travail remarquable {ibid. :22b) ; série 
de poinçons en os. 

Au-dessous, trois squelettes presque complets provenant des 
grottes du Petit-Morin. 

Vitrine 17. — Suite du mobilier de ces grottes : deux perles 
d'améthyste ; collier formé de coquilles deux fois perforées ; 
débris d'une perle d'ambre ; hache emmanchée dans une gaîne 
en bois de cerf parfaitement conservée (cf. J. de Baye, L^arch. 
préhist. 1888, 37) ; vertèbre dans laquelle est engagée une flèche 
{ibid. 232, 234). 

Cadre 18 (vers l'entrée). — Poteries, silex et petits os trouvés 
dans le dolmen de Chenail près Villevenard. 

Cadre 19. — Voir plus haut, p. 2G8, dans le couloii-. 

Cadre 20. — Haches, couteaux, bracelets, pointes de flèche et 
épéeen bronze de Courtavant, Aube, des tourbières de Vert-la- 



270 SALLE J. DE BAYE, 20-30. 

Gravellc, Marne, etc. Au-dessus (et ailleurs dans la salle), 
frag'mcûts de polissoirs trouvés aux environs du cliàteau de Baye. 

Cadre 21. — Voir plus loin, p. 274, dans la tourelle. 

Cadre 22. — Armes de fer recueillies dans les tombes de Char- 
mont, Marne. 

Vitrine 23. — -Au-dessus, grands vases du deuxième âge du fer. 

A) Objets de bronze et de fer des tombes de Charmont : belle 
fibule de bronze ; umho de bouclier ; ceinture ; épée repliée dans 
son fourreau ; vases ornés. 

B, C) Céramique de Charmont : un vase caréné offre des restes 
de peinture rouge sur noir, un autre de peinture noir brillant sur 
noir pâle. 

D) Céramique de La Croix-en-Champagne, de Saint-Remy-sur- 
Bussy, de Bussy-le-Château. 

La vitrine plate contient des objets de bronze et de fer de la 
Croix-en-Champagne : torques, fibules, mors de cheval, agrafes 
de ceinture. 

Vitrine 24. — Important contenu do la tombe de Wargemoulin, 
commune de Somme-Suippes : collier de corail, beaux torques à 
tampons, fibules avec rosaces et corail, épées et ceinture de fer. 

Cadre 25. — Epées de fer, dont une à antennes ; Marne. 

Cadre 26. — Torques, bracelets et fibules de Coizard, d'Etoges, 
etc. l\emari|uer une bague en fil d'or tordu de Coizard. 

Vitrine 27 (à la fenêtre sur le parc). — Objets divers de Mareuil- 
le-Port (BA . 1884, 1), Saint-Jean-sur-Tourbe {Congrès de Paru, 
1889, 811) et Bussy-le-Château. Remarquer : un collier de perles 
de verre, d'ambre et de corail ; un beau bracelet de bronze, orné 
de spirales; une boucle d'oreille en l)ronze ; deux beaux torques à 
tampons ( MSA.XLIV,1888, 124); un bracelet eu bronze avec perles 
d'auibre ; un autre avec une petite figure d'hoiiune nu en bronze 
du style le plus grossier (.J. de Baye, Coiiyrès de Paris, 1889, 315) ; 
un lïoitrnard en fer à manche (Tos. 

Vitrine 28. — lieaux torques; perles d'ambre et de verre de 
couleur ; bracelet de verre blanc ; Bussy-le-Château. 

Vitrine 29. — Au-dessus, trois grands vases de Bussy-le-Château. 
Objets de Flavigny et de La Cheppe : torques ; deux fibules 
unies par une chaînette ; ceinture de bronze ; épées et ciseaux 
de fer. 

Vitrine 30, — Gi-ands vases, tor(jues et bracelets de bronze ;deux 
petits vases noirs ; le tout provient d'Auve, Marne. 



I 



SALLE J. DE BAYE, 31-34. 



271 




Fig. i53. \ilr. 27. — Torques, bracelet, fibule et peiideloquo de Mareuil- 

Ic-Porl, Marne. 



Vitrine 31. — (Jbjets divers de Vert-ki-(iravelle (J. de Baye. 
Eev. de Champagne, 1S9I), Bergères-lès-Vertus, etc. Vase.s, torques, 
fibules géminées et ornées de corail. 

Vitrine 32. — Vases et verreries provenant des tombes gallo- 
romaines de Reims (incinération . Kemarquer les vases percés 
d»^ deux ou trois trous, suivant un rite incxpliquc^ un petit vase 
de verre à déversoir latéral. 

Cadre 33. — Suite des objets g-allo-romains de Reims; autres 
de Morains. Kemar([uer un peigue en os orné ; une statuette 
en bronze de Mercure ; un fragment de bracelet en verre 
noir ; un dé à jouer ; des monnaies du l'"" siècle de . l'Empire, 
trouvées avec ces objets, ainsi que des fonds de vases rouges avec 
marques de potiers. 

Vitrine 34 — Suite de la précédente. Déesse-nourrice en terre 
cuite blanche ; dodécaèdre de bronze (cf. RA l'.»ll,I,46o) ; poteries 
rougcs et noires ; tubes en os qualifiés dubitativement de sifflets 
ou de charnières, fréquents dans tout le monde antique {Rev. hist. 
rel. sept. 1914, 186). 



272 



SALLE J. DE BAYE. 35-39- 



Cadre 35. — Échantillons, quelques-uns très rares, do poteries 
gallo-romaines ornées. 

Vitrine 36. — Céramique gallo-romaine de Morains ; objets 
divers de Vichy, entre autres un moule de statuetteen terre cuite, 
un petit vase d'albâtre, des fragments d'une décoration en marbre. 








Fig. i54. Vitr. ^'i. — Objets découverts dans la nécropole franque de Joches, 

commune de Coizard, Marne; 

les deux fibules digitées sont en argent doré, le reste en bronze. 



Vitrine 37. — Céramique gallo-romaine et franque des tombes 
de Coizard et de Villevenard, Marne. La céramique romaine est de 
très basse époque, sans reliefs. 

Vitrine 38. — Grande épée, scramasax, boucles et v ases des 
tombes franques de Bergères-lés- Vertus. Remarquer deux fibules 
ciiculaires ornées de grenats et de clous d'argent; deux boucles 
d'oreille avec décor du même style {.]. de Baye, Rev. de Cham- 
pagne, 1890, avec plan et planche). 

Cadre 39. — Haches de pierre et couteaux des tombes franques 
de Fèrebriange. 



SALLE J. DK HAVE, 40-43. 



273 



; 



à. 






— r -T ^ — iV 



Cadre 40. — Objets de parure de même provenance. Remarquer 
une fibule ornée de g'renats, en forme d'oiseau, et un fragment de 
disque de bronze ajouré, avec la gros- 
sière imago d'un cavalier. 

Vitrine 41. -^ Epées et scramasax 
de Fèrebriange ; remarquer une épée 
sur laquelle reposait (par hasard V) une 
hache polie. 

Cadre 42. — Boucles d'oreille en 
bronze, ornées de verres bleus ; petits 
couteaux; ciseaux, clous, clefs en fer, 
etc. de même provenance. 

Vitrine 43 . — Au-dessus, vases des 
nécropoles de la Marne, 2" âge du fer 

A) Céramique et verrerie franqùe ; 
Fèrebriange ; 

BC) Céramique franque de Broussy- 
le-Petit ; nombreux spécimens de ver- 
rerie franque. On a exposé le contenu 
de plusieurs tombes (Germinon, Plivot, 
Mondément, Broussyle-Petit). Rem. 
une fibule en or avec cabochons bleus ; 
une grande épingle de bronze ; une 
grande fibule à filigrane et à cabo- 
chons de Trosnay. 

En bas, objets de bronze et de 
fer de Fèrebriange; colliers de verres 
de couleur et fibules en argent dore 
de Joches. Remai-quer la boucle de 
bronze ajourée où se profile un cheval 
buvant dans un vase, motif connu 
d'ailleurs à l'époque franque. in:iis 
inexpliqué. 

D) Céramique et armes de fer ; 
Joches. Remarquer la grande épco 
ornée de grenats cloisonnés en or, 
objet très rare (RA. 1880, pi. 20). 

EF) Armes et pla<|Uos de ceinturon en fer de Frrehriange et 
de Joches. A droite, très belles fibules à rayons (cf. .1. de Baye, 
Industrie anglo-saxonne, 48); disque en bronze décoré de fines 

18 



4: 



Fig. i.'i5. Vilr. 4;^. — Kpéc 
franque avec décor de grenats 
on tables sertis d'or, décou- 
verte à Joches, comm. de 
Coizard, Marne (RA.. 18H0, 
II, pi. 20). 



274 



SALLE J. DE BAYE, 43-46. 



gravures et de cabochons de verre bleu ; série de petits os de 
doigts portant des bagues de bronze (sur les trouvailles de Joches, 
voir J. de Baye, KA. 1880, II. 260). 

On entre dans une tourelle. Contre le mur du passage, importante 
réunion de gravures, héliogravures et chromogravures d'après des 
antiquités de diverses provenances (Grande-Jiretagne, Lombardie, 
Hongrie, etc.), publiées par J. de Baye dans des ouvrages richement 
illustrés. La tourelle est ornée de peintures de A. Girard, représentant 
le monument de La Turbie, Alpes-Maritimes ( Desjardins, (î^o/^r. 
de la Gaule, III, 305), l'arc de Saintes ( CIL. XIII, 1036) et la 
porte d'Arrouxà Autun ( Laborde, Momim. de la France^ I, pi. 32). 

Vitrine 44. — Série d'objets francs de la nécropole d'Oyes; 
colliers de verre, minuscules croix d'or, bouts de courroie et stiles 




Fig. i56. — Haches emmanchées, sculptées dans la craie^des grottes de la 
vallée du Petit-Morin. 



de bronze, petites fibules à double crochet et en forme d't»iseaux 
(J. de Baye, MSA. LX, 1901). Au dessus, vases d'époque franque. 

Vitrine 45. — Suite des trouvailles d'Oyes : i)Iaques et contre- 
plaques de ceinturon, boucles, rivets. Belle plaque de ceinturon 
en métal blanc où sont gravés une croix et deux animaux fantas- 
tiques. Au-dessous, céramique franque d'Oyes. 

Vitrine 46. — Armes franques de même provenance ; remarquer 
trois beaux umbos de bouclier. Au-dessous, céramique d'Oyes. 

On a encastré dans la cheminée un cadre (21) contenant des 
silex néolithiques recueillis au même endroit dans des tombes 
d'époque franque ( ils étaient sans doute épars dans le sul, sur 
l'emplacement d'une station préhistorique). 

Le visiteur rentre dans la salle pour en examiner les murs, à 
partir de la fenêtre sur la cour: 1" Au-dessus de la vitrino 19, objet 
énigmatique, en fer, avec œillet et crochet ; 2" et 3" Haches 



SALLE PIETTE 275 



emmanchées des grottes du Petit-Morin, sculptures en relief avec 
traces de couleur (J. de Baye, IJ archéologie préhistorique, 1888, 99) ; 
4° Au-dessus de la vitrine 29, meule romaine ; 5° Au-dessus et à 
côté de la vitrine 34, fragments de marbres romains de Barbonne, 
Marne (ancienne Barhona), et inscription funéraire franque ; 
6° Fragments de sarcophages francs ornés de rosaces; T Au-dessus 
de la porte, autre hache emmanchée (cf. 2° et 3° ; on connaît huit 
haches de ce genre, figurées sur les anté-grottes de la vallée du 
Petit-Morin, î). I, 608). 



SALLE EDOUARD PIETTE 

En sortant de la Salle J. de Baye, on laisse à gauche un cabinet non public 
contenant une grande collection de crânes et d'ossements humains (fouilles J. de Baye). 
Plus loin, en descendant quelques marches, on accède à un palier où aboutit l'escalier 
de l'Agence des travaux d'architecture. Remontant ensuite onze marches, on laisse à 
gauche une petite salle non publique qui sert de magasin . La salïe suivante, contenant 
la collection considérable léguée par Edouard Piette, est ornée du buste en marbre du 
donateur par B. Champion. Cette salle, dont l'installation est loin d'être terminée, 
n'est pas publi(|ue; des moulages des objets les plus importants figurent dans la Salle I. 

Edouard Piette (I827-190()), iiiaiiistrat de profession, était 
géologue par goiil; il porta dans l'élude des cavernes des 
Pyrénées et des régions voisines, depuis 1871, la curiosité 
pour la stratigraphie qui avait manqué à ses prédécesseurs. 
S'il ne vit pas toujours clair lui-même dans le résultat de 
ses fouilles mémorables (Lortet, Mas-d'Azil, Brassempouy, 
Arudy) il fut le premier à reconnaître (1873) l'anlériorité (du 
moins habituelle) de la sculpture quaternaire sur la gravure 
et les caractères de la période de Iransition qui termine le 
(juaternaire. VAzilun (voir le mémoire de Breuil. l'Évolution 
de l'arl quaternaire et les travaux d'É. Piette in KA. 1909, I, 
378 411). Kn 1902, il donna au Musée sa magnilique collection 
(RA. 1902,11,423) et en commença riiislallalion; mais bienlcM,, 
affaibli par l'âge et la maladie, il (lui charger l'abbé Breuil, 
qui avail pris part à ses dernières fouilles, de la Icnniner. 
Mallieurcîuscunent, en dehors des nombreuses publications 
de Piette (A. 1906, 219), on n'a pas d'indications précises 
sur ses recherches dont il n'a jamais tenu de journal (RA. 



276 



s ALLE VIETTE, 1-10. 



1900, II, 151). Son bel ;ilhuin c\v 100 gravures en couleur, 
iArl pcndiuil l'âne du renne, a été publié après sa mort par 
son gendre Fiseiier (l^aris, 11)07), avec un texte qui n'est 
([«l'une réimpression de mémoires antérieurs. Un second 
album, non m uns considérable, reste inédit. 




Fip. 157. \ilr. 1 . — Oljjels 
cil Ixtis (II- iciiiii' ciiiisi- 
(lcr(''S foniiiK^ (les fimiiid- 
sriirs. ornés de li'lcsd'iiiii- 
iiiiiiix ; Goiinjan, Mjiiiti;- 
(ïuriiiinc. l'I Mas-iTAzil, 
Arièffe (lU'p. de l'url (juol. 
|>. 83, l53 . 



Description sommaire (1921). 

Vitrines 1, 2, 3. — Objets d^art de 
l'époque quaternaire. Là sont réunies les 
pièces capitales de la collection, sans 
égale ailleurs. A droite de la vitjïne 1, A, 
sculptures en ronde bosse; adroite de la 
vitrine 1, B, gravures à contours dé- 
coupés. La vitrine 2 contient seulement 
des gravures, tant sur os que sur schiste 
et sur pierre. Dans la vitrine 3 se 
trouvent la plupart des « bâtons de com- 
mandement ». 

Vitrine 4. — Objets travaillés, sans 
gra\ ures ni sculptures, de la rive droite 
de l'Arise, au Mas-d'Azil (coupe de la 
grotte, A. 1895, 276; cf. A- 1903, 188; 
1904, 705). 

Vitrine 5. — Série de galets coloriés 
de la rive gauche de l'Arise. Piette a 
liublié en couleur presque tous ces 
objets (A. 1896, 385; cf. BSA. 1895, 261 ; 
A. 1909, 604; 1911, 334; 1918, 21 et 118). 

Cadre 6. — Encore inoccupé. 

Vitrine 7. — Faune quaternaire de 
Brassempoùy. 

Cadre 8. — Silex de Brassempoùy (AL 
1881,284; A. 1893, 221, 466; 1898. 531 ; 
BSA. 1895, 659; 1897, 165). 

Cadre 9. — Silex et sculptures de la 
couche II de Brassempoùy. Au-dessous, 
meules et broyeurs du Mas-d'Azil. 

Cadre 10. — Silex et os à encoches 
de Brassempoùy. 



SALLE PIETTE, 11-20. 



277 




47317 







47058 









^-^■iî-^2:^ 




Fig. i58. Vitr. I. — Tête de rheval clccon|iée et os \o\\f^ avec silhouette 
d'animal; Mas-d'Azil, Arièf^e (/^é/i. (/e Tari fyimf. i5o, 155). 



Cadre. 11. — Os, ivoires et silox (l(> la Galerie des Ilj/hies dr 
lirassempouy . 

Vitrine 12. — Faunes et ro]>r()lithes (cxcrc'mcnts d'hyriies fossi- 
lisés) do Brasseinpouy. 

Cadre 13. — Silex de môme provenance. 

Vitrine 14. — Lissoirs, os débités et silex de Biassempoiiy. 

Vitrine 15. — Silex de Brassempoiiy , notamment une i-iclie 
série de petites pointes recourbées. 

Cadre 16. — Pointes aurignaciennes en os (bifides) et lissoirs 
de Brassempouy. 

Vitrine 27. — Faune. 

Cadre 18. — Silex et os travaillés (quehjues-uns très importants) 
de l'ancienne collection Mascaraux, achetée par Piette. 

Cadre 19. — Encore inoccupé. 

Vitrine 20. — En haut, série de g-rands vases de tumulus pyré- 
néens, fouillés par Piette. — Dans la vitrine, faune mammalogiquo, 
coquilles, os utilisés, gros silex, galets polis, etc. 



278 



SALLE PIETTE, 21-24. 



'!:: 







47060 



47337 



Fig. 1Ô9. Vitr. I. — Ivoires sculptés et ornés du Mas-d'Azil, Ariège, et 
de Brassempouv, Landes (Piette, L'art pendant l'âge du renne^ pi. ^S). 



Vitrine 21. — Industrie de l'os et de la pierre dans la grotte 
d'Aruily, ensemble très intéressant (M. 1873,446) : dents perforées, 
aiguilles à chas, harpons, poignards, etc. 

Vitrine 22. — Objets travaillés en pierre et en os de la grotte 
de Lortet, Hautes-Pyrénées (RA. 1874, I, SS.i) ; séries considé- 
rables de pointes dites de Gourdan; très nombreuses pointes auri- 
grnaciennes et autres de diverses grandeurs; harpons de types 
magdaléniens et aziliens. 

Cadre 23. — Encore inoccupé. 

Vitrine 24. — Gravures sur pierre, quelques-unes très 
grossières et suspectes, de la collection Xelli, formée à Lourdes et 
acquise par Piottc (grotte dite f Espf'lnngue ou les Espélnngiies^ 
M. 1887, 228; RQ. 129 et suiv.). 



SALLE PIETTE, 25-31. 



■279 




Fig. i6o. \ itr. I. — Sculptures en relief, sur os et sur corne, provenant du 

Mas-d'Azil, Ariège, 

sauf le n° MogG, (\m est d'Arutlv, Basses-Pyrénées. 



Cadre 25. — Encore inoccupé. 

Vitrine 26. — Objets divers des anciennes collections Mascaraux 
et Nolli ; sculptui-es et gravures remarquables, en partie inédites. 

Vitrine 27. — Industrie du silex de la rive droite du Mas-d'Azil. 

Cadre 28. — Encore inoccupé. 

Cadre 29. — Industrie de l'os de la rive droite du Mas-d'Azil. 

Vitrine 30. — Os travaillés de la rive droite du Mas-d'Azil. 

Cadre 31. — Os gravés pour servir de pendeloques; aiguilles à 
chas; harpon de type exceptionnel. 



280 



SALLE PIETTE 








48120 



Fig. itii. \ ilr. I. — lmii}:i', agraiiilic (lu doiililcdu daiisour ni;is(pié f?) ilu 
Miis-(l".\/il . Ariigc; gravure de H. (^Iiampiou. exôculôo [mur E.Piolte, 
mais rcsli'e inédite. Voir AntltropuliHjie, njQ.i, |). 53i. 



SALLE PIETTE, 32-38. 



281 




Kig. i()2. \ itr. t. — Dessins sur os et gravures à conloiirs ilétoujx's du M;is- 
fl'Azil, do Lorlet (^72(S()j el de Goiirdan (47361) (Rép. de. l'url ijunl. . 
87, i;i8, 147). l'f II" /jiSivf) a élu re|)r()diiil à plus grande échelle plus 
haiil(fîg. iGij. 



Cadre 32. — Encore inoccupé. 

Vitrine 33. — Au dessus, vases en argile de Pontacq, Hmssos- 
Pvrénées (M. 1884, 577). Dans la vitrine, objets de la rive dioite 
de TArisc, couches magdaléniennes. 

Vitrine 34. — Silex de la rive droite de l'Arise. 

Cadre 35. — Harpons, pointes et li.ssoirs du Mas-d'Azil. 

Cadre 36. — Suite du précrdent. Outils en cristal de roche-, 
galets utilises comme compresseurs. 

Vitrine 37. — Harpons, aiguilles, lissoirs, pics, silex iuaf,''da- 
léniens du Mas-d'Azil. 

Cadre 38. — Harpons et petits silex tles niveaux infcricurs du 
Mas-d'Azil. 



282 SALLK DE NUMISMATIQUE 

Cadre 39. -Série de petites pointes complétant celle de la vitrine 5. 

Vitrine 40. — Au-dessus, vases d'argile de tumulus pyrénéens 
(La llaliude, M. 1884, 583). Dans la vitrine, objets de pierre et 
d'os des couches supérieures du Mas-d'Azil. Nombreuses pointes 
et aiguilles; pointes de flèche en os. pendeloques; grande collection 
de harpons aziliens avec traces de couleur ; galets peints ; petits 
grattoirs circulaires. A gauche, objets de la pierre polie recueillis aux 
niveaux les plus élevés ; poteries néolithiques et de l'âge du 
bronze. — Tout à gauche, objets recueillis dans des tumulus pyré- 
néens près de Pontacq. 

Au sortir de la salle Piette, on entre dans une salle destinée à 
recevoir une partie des collections de Geoffroy d'Ault-Dumesnil 
(mort le 11 mars 1921), particulièrement riches en spécimens de 
faune de la base du quaternaire de Picardie. 

Les deux petites pièces suivantes, qui sont vides, dépendent de 
l'appartement du conservateur (voir p. 291). 

Le visiteur revient sur ses pas, traverse tout le 2" étage 
et, arrivé à la salle IV, trouve devant Ini la salle de numis- 
matique qui est ouverte seulement les jours publics (parfois 
le dimanche seulement) et ne doit jamais recevoir, vu son 
exiguïté, plus de 20 visiteurs à la fois. 



SALLE DE NUMISMATIQUE 
aussi dite DU TRÉSOR ou DES BIJOUX 

Décorée dans le style du xiv® siècle, époque de la cons- 
truction du donjon dont elle fait partie, cette salle passe pOur 
avoir été le cabinet de Charles V. Elle contient surtout des 
objets en or et en argent, des monnaies gauloises ou relatives 
à la Ciaiilc et des collections d'anli(iuités de l'époque méro- 
viugienne. Dimporlantes acquisitions, dont quelques-unes 
toutes récentes (1920), ont obligé delà remanier à diverses 
n'|)iises. notamment en 189G (achat de la collection Baudot, 
de Dijon) ; le classement n'en est pas encore définitif. 

N.B. Des dispositifs spéciaux rendent iris dangereuse tonte tentative de jiénfitrer 
dans cette salle en dehors des heures d'ouverture. 



SALLE DE NUMISMATIQUE, 1. 



283 



Vitrine 1 . — Au-dessus, coupe en bronze à deux anses mobiles 
et pied a jour, trouvée à Chiusi, acquise en 1882 avec les bijoux 
lombards dont il est question plus loin (cf. Not. Scav. 19-'0, 121). 

A, 1. — Lourd anneau ovale en or, décoré de stries aux extré- 
mités ; Saint-Babel près d'Issoire (D. II, 356 ; app. I du t. II, 
4). — Ciiaî nette à six anneaux d'or ouverts ; chaînette de 
douze anneaux ouverts ; large anneau replié ; grosse chaîne de six 
anneaux ; trois bi-acelets roulés ; même provenance. — Galvano 
d'un plat ovale en argent trouvé à Lillebonne, orné sur le bord de 
masques et d'animaux en relief (Rev. soc. sav. 1865, II, 188; 
Oaumont, Abécédaire, p. 600). 




7564 

Fig. i63. Vitr. I. — Vase d'argent à reliefs, de style grec alexandrin, 
découvert dans les retranchements de César devant Alosia. 



A, 2. — Admirable canthare d'argent découvert en septembre 1862 
devant Alesia (plaine des Laumr s), dans un fossé de la circonvallation 
romaine. Sur le pied du canthare on lit l'inscription à la pointe 
MEDA(w,o.ç?) (1) et une notation pondérale équivalente à 112 gr. 
(poids du pied du vase avant la soudure ?) C'est un des chefs-d'œuvre 
de l'orfèverie groco-akxandrine ; il en existe une copie par 
Christophle (M^n. Piot, 1902, IX, pi. XVI, 179: RA. 1909. II, 
141; CIL. XIII, 3, 6H4). —Deux belles patèrcs d'argr-nt décou- 
vertes à Aigueblanche, sur la ligne d'Albertville à Moutiers, données 
par la Compagnie PL M. (BA. 1891, 95, pi. 10; KR. II, 304). —Chaî- 
nette d'or composée de petits anneaux ; Mont Chyprès. 

Précieuse série de 25 uagues, savoir : 1. Argent. Gros lioiirnlct 

(]) Les caractères qu'on lit à la suite iIc ce n.nn permettent do croire iiur Mnlnuin.s 
(artiste ou possesseur du vase ?) se dit (ils d'Araf/enon ; cf. Pro Alesia, 1".M&, 8<">. 



28'i 



SAIXE OF, NT'MTSMATIQirR, 1, 




■^'^?^2t.?a* 



Fig. i64- Vilr. I. — Choix de bijoux d'or d'époque celtique: Ch.Millon- 
sur-Seine; environs de Suippes ; provenance inconnue; Alsace ^2707/1); 
dragages de la Seine (fermoir de ceinture); Caudos, Gironde; Cliàlillon- 
sur-Seine; Crossac (ou Besnô), Loire-Infcrieiuc. 

terminé par deux tôtes de serpent; prov. inc. — 2. Or. Sur le 
fliaton, monograniiTie lu Bettona (Deloche, Annemtx sigillaireK, 23); 
Atliée près d'Auxonne. — o. Argent. Enroulement double terminé 
par des tampons ; Cuperly. — 4. Or. Anneau simple ; C^'rilly, 
C.-d'O. — 5. Or ; chaton avec cabochon de quartz; Vieux-Mont, forêt 
de Compiègne. — 6. Or. Sur le chaton, on lit E.SVI (1); forêt de Com- 
piègne. — 7. Argent. Cliaton de grenat avec oiseau: colI.Febvre, de 
Mâcon. — 8. Argent; le chaton manque; Cuperly — 9. Bronze Chaton 
en pâte de verre; Neptune debout (?) Coll. Febvre.— 10. Argent*. 
Chaton d'agate serti d'or. Chasseur pu Méléagre; Voutenay. — 11. 
Gros anneau d'or trop étroit pour avoir servi de bague; prov. 
inc. — 12. Argent. Chaton de nicolo; cheval; Angerville, S.-et-O. 
— 13. Grosse bague en or* à l'effigie de i^oslume('?); mus. d'Or- 
léans (2). — 14. Argent. Chaton de nicolo ; Mars ; Mont Berny, forêt 
de Compiègne. — 15. Toute petite bague d'argent; Biesles, Oise. — 
16. Bronze. Cornaline avec dauphin; coll. Febvre. — 17, Or*. 



(1) CIL. XIII, ;f, (î.'îO ; génitif ou djitif du nom de dieu Esus ? 

(2) Bague d'or à leaigie de Tetricus, RA, 1861, I, 419 (Autun). 



SALLE DE NUMISMATIQUE, 1. 285 

S. Paul nimbé tenant répée(?) Voutenay. — 18. Argent. Coi-naline; 
poisson avec l'inscription chrétienne ichthi/ii(ex\ irrec); Angerville, 
S--et-0. — 19. Or. Bague d'enfant. Orenat avec dauphin; coll. Febvre. 
— 20. Or. Nicolo, chien: Til-Chàtel, Coted'Or. —21. Or. Serpent 
enroulé; prov. inc. — 22. Or. Nicolo; dauphin; prov. inc. — 23. 
Or. Bague octogone formée d'une succession d'ovales; Garenne 
da Roi, forêt de Conipiègne. — 24. Argent. Nicolo; ({uadrupède 
indistinct; Angerville. — 25. Or. Intaille dans le métal, perdrix ; 
prov. inconnue. 

A, 3. — Bracelets ET BOUCLES d'oreille. En haut de cet étage, 
série de monnaies d'or dites pièces à Parc en-ciel, nom qui leur 
vient de la croyance populaire qu'elles se montrent après l'orage, 
lorsque paraît Tarc-en-ciel, et de la forme en cupule (scaphoïde) 
qui les distingue. On les a rencontrées surtout en Bavière, en Wur- 
temberg, en bohème, en Hongrie, dans la Cisalpine, en Belgique; 
elles ne semblent guère plus anciennes que le premier siècle av. 
J.-C. (D. IV, 1569). Celles-ci proviennent d'une trouvaille faite à 
Saint-Louis, Hau -Rhin (Antiqua, 1884, 4), dont le reste sera 
décrit plus loin. 

(De gauche à droite). Paire de boucles d'oreille en or lisse ; La 
Gorge-Meillet, Marne (D. IV, t?î47). — Deux paires de boucles 
d'(treille en or décorées au repoussé de grénetis ; St-Jean-sui- 
Tourbe et Wargemoulin, Marne (D. IV, 1263). — Grand anneau ou 
boucle d'oreille en or creux de Berru, Marne. — Deux rondelles 
d'or écr<.sées; Saint-Louis, llaut-Khin. — Fragments de torques on 
or; Marscigne, commune de .lalligny, Allier (D: II, App. I, 1). — 
Gros bracelet en or de Heidolsheim, Bas-Rhin. — Paire de belles 
boucles d'oreille en or décorées de tourillons en saillie ; tumulus 
de la Butte aux Mousselots près de Châtillon-sur-Seine (D. III, 
8ti9). — Deux grands bracelets d'or décorés d'ornements géomé- 
triques; môme ptov. (I). III, 868). — Petit disque d'or estampé; 
Magny- Lambert (K A. 1873, I, IH) — Deux disques d'or formant 
enroulement, ornés au repoussé; environs de Suippes; tombe à 
cha;- au lieu dit A-a Vuic Jean, le Berf/rr. — Rouelle d'or à huit 
rayons ; |)rov. inconnue. — Gland d'or (»rné de gravures géomé- 
triques, peut-être fermoir d'une ceinture; dragages de la Seine près 
de Paris. — Rondelle d'or; vSaint-Louis, Haul-Uhin.— Gros bra- 
celet d'or (lingot ?) provenant, a-t-on dit, du marais de la Grande- 
Brière à Besné, Loire-InF(''iieure, ou, suivant d'autres, de Crossac 
(U. 11,356). — Autre semblable de Caudos, comnuine de Mios, 
Gironde (RA. 1863, I, 431; 1865, II, 316). 



286 



SALLK DE NUMISMATIQUE, 1. 



BCD. 1. Série de bijoux d'or lombards des environs de Chiusi, 
acquis en 1882, trouvés dans la tombe d'un chef barbare du 
vil* siècle. Appliques en or, dont deux en forme d'animaux fantas- 
tiques (lions couchants), Tune ornée tl'une croix; deux boucles 
ornées de grenats (il n'en reste qu'un) ; bouts de courroie et 
appliques décorées dans un style original; deux ornements en 
forme de selles brodées. (Venturi, Storia, II, 54, 73; ZE. 1891, 
XXI II, 14, 34). - Collier d'or égyptien (moderne), formé d'abeilles 
ou mouches qu'Ai. Bertrand rapprochait de celles du manteau de la 
reine dans la tombe de Ohildéric à Tournai ; c'est à tort qu'on a 




25853 



Fig. i(k). Vilr. I. — Couronne d'or de tumulus de La Motte à Aprcmont, 
Haute-Saône (Décholelte, Manuel, t. III, p. 655). 



pris celles-ci pour les ornements du manteau du roi (Lindeii- 
schmit, Handbuch, 293). — Deux paires de boucles d'oreille d'or de 
Chypre, chacune avec trois pendeloques (]dusieur.s manquent). — 
Plaque d'or mince de Chypre, ornée de filigranes d'une extrême 
délicatesse. 

B. 2. Anneau d'or de Bresles, Oise ; tombe d'enfant. — Deux 
))Oucles d'oreille du cimetière de Pierre-Levée à Poitiers. — Boucle 
d'oreille d'or avec grappe de raisin en pâte de verre ; Orange 
(R. Billiard, La vigne dans Vantiquité^ 12). — Boucle d'oreille d'or 
avec pendeloque en grenat ; prov. inc. — Boucle d'oreille d'or avec 
disque à quatre pétales; Corheil. — Boucle d'oreille en argent avec 
pendeloque en verre bleu ; prov. inc. — Paire de boucles d'oreille 
en argent avec pendeloques de cristal ; forêt de Conqiiègne. — 



SALLE DE NUMISMATIQUE, 1. 287 

Bague en argent simple; Corbeil. — Autre, en argent, d'Anger- 
ville ; il y avait sur le chaton une pierre qui a disparu. — Bague de 
bronze avec chaton de verre rouge ; collection Febvre de Mâcon. — 
Bague d'argent avec chaton de nicolo ; Victoire ; forêt de Compiègne.- 
Grande bague de cristal de roche taillée, avec buste mutilé de femme 
formant chaton ; Orange. — Bague de bronze avec chaton de nicolo ; 
tête barbue de profil ; achetée à Vichy. — Autre avec nicolo non 
gravé ; collection Febvre. — Bague d'argent à sept pans ; forêt de 
Compiègne. — Bague de fer avec chaton de nicolo: Vénus assise 
jouant avec Cupidon (?) ; acquise à Vichy. — Bague* de bronze à 
gros chaton, la pierre manque ; env. de Brumath ; musée de 
Dornach . — Bague de bronze avec nicolo ; Cupidon sur dauphin ; 
collection Febvre. — Bague d'argent à double enroulement ; forêt 
de Compiègne. 

C. 2. Bague en or avec chaton de jaspe sur lequel est gravé Mars 
debout ; ferme d'Echevronne, près Savigny-sous-Beaune (dans la 
cassette décrite plus loin). — Bague en or avec chaton de nicolo, 
sur lequel est gravé un négrillon accroujii ; même provenance. — 
Bague de fer avec chaion d'agate ; guerrier combattant sur un 
navire ; rive gauche du Doubs. — Joli coffret de bronze à cinq com- 
partiments munis de poignées (cf. AHV. IV, IG ; EA. 1873. I, 
220 ; 1910, II, 18G), acquis en 1868 ; ferme d'Echevronne près 
Savigny-sous-Beaune. 11 y avait, dans ce coffret de dame gallo- 
romaine, outre les deux bagues d'or décrites ci-dessus, un grand 
bronze de Faustine au revers de Laetitia (Cohen, Monn. Imp. 111", 
148-152; Drexler, s.v. Laetitia, ap. Roscher, Lex. Mythol.) 

D. 2. Cinq bractéates d'or à l'effigie d'empereurs romains ; 
Étampes. — Quatre épingles d'ai-gent, dont trois à tête polygonale, 
une quatrième sutniontée d"un buste do femme ; cette dernière 
aurait été trouvée dans un verre gravé (29 G65) avec une monnaie 
d'or d'Antonin ; Garenne-du Hoi, forêt de Compiègne — Tête il'c- 
pingle en or liligrané ; Jouy-le-Comte (RA. 1879, H, 195).— Buste 
en argent de Mercure ; collection Febvre de Mâcon. — Monnaie 
en or arverne (Apollon, cheval), trouvée dans un vase de verre 
qui proviendrait de Corent, 1*. de. D.— Cinq épingles en os à tête 
d'or; l'une est surmontée d'une perle; Champliou. — Important 
fragment d'un grand cainée à trois couches trouvé à Vienne, 
Isère; empereur sur char triomphal (RR. II. 305, 7). 

B. 3. Anneau en or sinqjle ; plateau de Cier. Rouelle t-n or ; 

8antours, Belgique. — Anneau d'or simple ; Mont Beuvray. — Beau 
torques d'or, de prov. inconnue; Musée de Cluny. — Bracelet fait 



288 SALLE DE NUMISMATIQUK, 1. 

d'une feuille d'or martelée ; tumulus de Mercey-sur-Saône (D. III, 
1347). — Deux bagues d'or simple ; S. Louis, Haut-Rhin. — Petite 
boucle d'oreille en or de Bouy, Marne. — Paire de petites boucles 
d'oreille en or; Saint-Etienne-au-Temple, Marne. 

C. 3. Coupe d'or simple du tumulus d'Apremont (M. 1880, 
pi. 10). — Six fragments d'or, entre autres d'un bracelet, prove- 
nant d'une trouvaille faite dans le Finistère. — Trois anneaux 
d'or et un fragment de Rochegude, Gard . — Grosse pépite d'or ; 
Morbihan. 

D. 3. Quatre spirales en or de Heidolsheim, Bas-Rhin, acquises 
en 1877 à Nancy. — Serre-plis (?) en or ; Irlande (Armstrong. 
Catal. of Irish gold ornaments, Dublin, 1920, pi. 14, en reproduit 33 
du Musée de Dublin.) 

E. 3. — CKnochoé en bronze du tumulus de Mercey-sur-Saône 
(RA. 1882, 1,68). — Grande couronne d'or lisse du même tumulus 
(K A. 1882,1, pi. 3). — Grande couronne d'or écrasée; Apre- 
mont (M. 1880, pi. 11). — Grande couronne d'or estampée du même 
tumulus (M. 1880, pi. 10). 

Godet contenant des intailles (chatons de bagues) trouvées en 
Gaule, la plupart de peu de valeur, \° Pierres dures : Améthyste ; 
Victoire. — Jaspe jaune; coquilles. — Jaspe sanguin; corbeau. — 
Cornaline : Mars; corne d'abondance. — Nicolo : homme nu debout; 
Mars ; Victoire. — Onyx : tête d'aigle: poisson. — Calcédoine : 
cerf couché. — 2" Pâtes de verre : Méduse, tête de femme, quadru- 
pède, hibou, chrisme. 

Moulage d'une pierre gravée d'excellent travail, représentant 
Vénus debout sur une jambe (type probablement créé par Poly- 
charme,CA. 1906, 306), autrefois dans la collection Habert à Reims. 

(Jros bracelet en oi- ouvert, rempli d'une matière résineuse, 
acquis en 1873 à Dax, prov. du Campdes Roches du Pasteur à Sordes, 
Ijandcs. — Objet en or creux, en forme de croissant, brisé à une 
extrémité, pris à tort ])0ur un fourreau {Antiqua, 1884, p. 4), peut- 
être ornement de char ou insigne religieux; Saint-Louis, Bas- 
Rhin. — Deux bracelets en or estampé, très déformés, ornés de 
deux rangées de têtes minuscules gravées à la file; prov. inconnue. 
-^ Bracelet d'or* à oreillettes; environs d'Yvetot. — Autre* de 
Boiscmont, Eure. — Fragment d'une fibule en or d'Apremont. 

F. 3. Joli bracelet* d'or ouvert, orné sur les côtés; ancienne 
collection Charvet au Pecq. — Deux bracelets d'or ouverts, non 
ornes, provenant l'un d'une trouvaille du Finistère (plus haut, C. o), 



P.VI.I.i: DE MMISMATIQUr:. I. 289 

l'autre de Kei-v;izonein, commune de Rou louai Ice, Morbihan, qui 
a donné plusieurs objets analogues (D. 1I,3.")G). 

G, 3. Deux larges bracelets en or, l'un de Saint-Brieuc, l'autre 
■du Morbihan ou du Finistère. — Deux bracelets en or, l'un de 
Saint-Brieuc, l'autie de KiM-vazon-3m. 

H, 3. Deux fragments de bracelets en or estamp'^, trcs défor- 
més; prov. inconnue. — liracelei en or ouvert: La Gorge-Meillet 
(M. 1880, 198). — Autre bracelet eu or uni de Kervazonem, Mor- 
bihan. — Deux torques en or brises et déformes, l'un de IMarseij^ne, 
commune de Jalii^ny, Allier (D. II, App, I, i), l'autre de Saint- 
Louis, Has-Rhin. 

F G. 1. Bouton de bionze* orné et autre analoirue doré; Gannat. 
— Deux minces feuilles d'or finement ornées au repoussé ; Le Tlieil 
à Billy, L'>ir-et-Cher (R M. 1^0.', 55; M. 1875, 112). 

F G. 2. Treize cuillers d'argent (six d'Ang-erx ille, une de Chalon- 
sur-Saône, du castrum de Mayeuce, du Mont Berny, de Vermand) 
et une d'or (Neufchâteau, Vosges). Une des cuillers d'argent, de 
prov. inconnue, porte les lettres gravées K V P; sur une autre, 
autrefois à Contrexévilie, puis chez Saulcy, on lit victvhe vivas 
(CIL. XIII, 3, 689, n. 69 ; cf. pour des cuillers analogues, EarJy 
Christian antiq. in Brifish Muséum, pi. 2.3, 25, p. 72). Sur celle de 
Vermand, on lit vo fecit letvs (CIL. XIII, 3, 688, n. 56). — Beau 
médaillon circulaire en or, pourvu de deux crochets d'attache et 
orné d'un aigle en relief; Cologne, commune de Saint-Aubin, 
Saône-et-Loire. — Bande de ceinturon en or, divisée en quatre 
champs par des ganses de filigrane; Etampes. — .lolie petite 
amphore en or des environs de Lyon (?) 

H. \. Curieuse lame d'argent laminée, trouvée à Poitiers (1858) ; 
elle était enroulée sur elle-même et renfermée dans un étui. Cette 
lame porte une recette médicale de cinq lignes en caractères latins, 
tracés à la pointe d'un style, probablement en langue celtique 
mêlée de latin et de grec. Elle a été traduite ainsi : «Deux fois tu 
prendras de la centaurée; que la centaurée te donne la vie et la 
force 1 Viens-moi en aide, art magique, en suivant Justine qu'a 
enfantée Sarra» (inintelligible). Voir Dotlin. Lant/ue [/anioise, 210; 
CIL. XIII, 3, 691. — Bout de courroie très finement ouvragé, 
rehaussé de verres rouges; Clermont-Ferrand. — Belle fibule arba- 
lète*, ornée d(î part et d'autre de deux gros boutons en or et on 
araent, provenant, dit-on, de Picardie ; ancimno collection 
B. Ilochon (vendue à Paris, le 11 juin 1903). 

H. 2. Fibule-arbalète en argent doré, avec arc ajouré, mar- 

VJ 



290 SAM.E DK NUMISMATIQUE, 2. 

quêe d'une croix; proven;ince inconnue. — Autre fibale-arbalète en 
argent, découverte rue Saint-Jean à Bcauvais. — Très belle fibule 
en or du même type, avec ai-c et pied ciselés; provenance inconnue. 
— Deux grandes perles ovales de nacre- Vaison. — Monnaie d'ar- 
gent romaine, anciennement pourvue d'une bélicre et ayant servi 
de pendeloque; provenance inconnue. — Bracelet en or dont l'âme 
est en bronze; collection Febvre de Mâcon. — Fibule en argent à 
couvre-pointe ajouré; Champlicu. — lîrace'et d'argent trouvé dans 
une tombe d'enfant: Bresles. Oise. — Bracelet* en or uni, avec 
extrémités en spirales ; Méry, commune de Maigneley, Oise ; 
collection Costa de Beauregard. 

Vitrine 2. — Au-dessus, grande coupe en bronze burgonde de 
Charnay, Saône-et-i oire (Baudot, XX, 4). 

Cette vitrine contient principalement des objets de l'époque 
franque ou mérovingienne (400-800 ap. J-C), qui est très bien 
représentée au Musée depuis l'acquisition des collections Baudot et 
Moreau. 

L'art de l'époque mérovingienne nous est surtout connu 
par les produits du travail des métaux, les objets d'orfè- 
vrerie et de parure. Les œuvres de l'industrie barbare, à cette 
époque, présentent, d'un bout à l'autre de i'Kurope, un 
incontestable caractère d'unité. Le trait commun le plus 
frappant est la verroterie cloisonnée d'or, l'emploi des grenals, 
des zireonites et d'autres pierres précieuses comme motifs 
de uécoralion du métal. La preuve que cet art, dit impro- 
prement mérovingien ou germanique, n'est pas d'origine 
occidentale, c'est qu'on en trouve des monuments dans la 
vallée du Danube et en Hongrie antérieurement à la période 
où ils deviennent fréquents en Gaule. On ne peut pas non 
plus, comme on l'a fait, y voir une dérivation de l'art 
byzantin, qui, suivant toute apparence, n'existait pas encore 
à la lin (lu qiialrièmc siècle. Si l'art des barbares ressemble 
à celui (lelaBy/.ance de Juslinien, cela peut s'expliciuer plutôt 
par une communauté d'origine que par un lien direct de 
dépendance. 

Les motifs du la décoration barbare, comme ceux de l'orne- 
mentation byzantine, trahissent avec évidence l'inlluence de 
l'Orient, en particulier celle de l'art sassanide, ainsi nommé 



SALLE DE Xr.MISMATlOUE, 2. 291 



d'une dynastie persane qui fut fondée en 226 ap. J.-C. 
Ce courant artistique arriva en Europe en passant par 
TArniénie et le Caucase. Le pays sur lequel il se porta princi- 
palement est le midi de la Russie actuelle, habité alors par 
les Goths et les Gépides. Dans cette région, en particulier 
dans la Crimée, existait depuis des siècles une école d'orfèvres 
et d'ouvriers en métaux, qui produisit de véritables cliefs- 
«l'œuvre au quatrième siècle av. J.-C. alors que les bords de 
la mer Noire, couverts de colonies grecques, étaient en 
relations constantes avec Athènes, (jui tirait de là le blé (jui 
lui manquait. Ces ouvriers, en travaillanl pour les princes 
barbares, donnèrent naissance à un style nouveau, où 
l'intlueace hellénique s'elïaça de plus en plus devant l'élément 
oriental. A l'époque des grandes invasions, la Grèce et Athènes 
ne comptaient plus parmi les centres artistiques ; leurs 
communications avec les bords de la mer Noire étaient 
interrompues et l'arlgréco-scythique, devenu barbare, se mit à 
l'école de l'art sassanide. En 376, l'invasion des Huns détruisit 
l'empire des Goths et les poussa vers l'occident de l'Emope. 
Il est probable que les orfèvres de la Russie méridionale, 
possesseurs des traditions artistiques dont nous avons marqué 
l'origine, émigrèrenf en partie vers Constantinople, qui 
devenait à ce moment le siège de l'Empire, tandis cpie «l'aulres 
remontèrent la vallée du Danube et portèrent leur art vers 
l'Occident à la suite des envahisseurs barbares. Ainsi l'orfè- 
vrerie byzantine ne serait pas la mère, mais la sœur de l'oi'fè- 
vrerie mérovingienne. Counne, d'ailleurs, l'art de Byzance prit 
un essor très rapide, ses produits se répandirent, di's le 
ciufiuième siècle, dans l'Europe occidentale. 

H faut encore rappeler (pie certains élcmeids du style 
mérovingien se trouvent déjà, bien antérieurement à l'ère 
chrétienne, dans les objets des nécropoles de llallslatt (p. [)'.]) 
et (le Koban dans le Caucase (p. -S.'i); cela est particulièrement 
vrai pour les rcprcsentalions grossières d'aniuiaux gravées sur 
métal. Un poignard de llallslatt est décoré de ijit'rrcs transpa- 
rentes comme les armes de luxe cl les boucles mérovin- 
giennes. Ces deux courants artisticjues analogues semblent 
avoir passé, à plusieurs siècles de distance, par le Caucase, 



292 SALLE DE NUMISMATIQUE, 



la Russie niéiidionale el la vallée du Danube: leur origine 
commune doit être cherchée en Asie. L'Europe centrale et 
l'Europe du Nord adoptèrent d'autant plus volontiers le style 
mérovingien (|u'il n'était, pour ainsi dire, qu'un nouveau 
développement de l'art barbare de la première époque 
des métaux. 

Ce qu'on vient de lire est la notice puUHce en 1887 dans U 1- édition du tV«- 
Irgue sommaire (p. 182-183) ; elle exprime encore notre manière de von-, fondée not.uv- 
.ment sur les travau.^ de F. de Lasteyrie et de Uampel, qui a .'■té souvent confirmée et 

développée depuis . , , . t, '/-i i .. 

Le plus récent manuel sur ees questions est celui de C. lialdwm-Brown _//.. .Uts 
and Crafts of our Teutonic Forefathers, Edimbourg, 1910, avec ample b.bhogra,,hu. 
rot RA 1911 I, 3G9). Les ouvrages suivants sont à consulter : C. Harncre-l'lavy, 
Études 'sur les sépultures barbares d„ midi et de l'ouest de la France, Toulouse et 
Paris ISg'» (cité ici J5. i^i.) ; H- Baudot, Mémoire sur les sépultures harlmres 
découvertes en Bourgogne et particulièrement à Ckarnay, Dijon et PHris,_l8G0 (des- 
cription d'une collection acquise pour 20.000 francs par le Musée ; cte 'c B«.. oO ; 
M Besson, L'art barbare dans Vancien diocèse de Lausanne, Lausanne 190.. (RA . 
1910 I ''0.5); Boulanger, Mobilier funéraire de Picardie, Pans, 190;.; J. de 15a>.', 
Industrie longobarde, Paris, 1888; Industrie anglo-saronne,F^ns, 18S9 i A. Bertrand, 
Les biionx de Jouy-le- Comte et les cimetières mérov. de la Gaule (RA.18«9, 11, IJo), 
abbé Cochet, Le tom?>eau<?e07u7dé«c/e.-, Paris, 1859; La Normandie so^iterraine, 
p.ri. 18V,- La Seine-L^férieure historique et archéologique, 2' édition, Pans,lh66; 
Sépiàtures \auloises, romaines, franques et normandes, Paris, 1857; L. Cout.l. 
Archéol du dép. de VEure, 1917 (et autres publications du même) ; CM. Dalton, 
The Tr'easure of the Oxus, Londres, 1905; J. Uampel, Der Goldfund von Nagy-Szent- 
Millos, Budapest, 1885; K-mdakoff, Tolstoï et S. Reinaeh, Antiquités de 'a Huss^^ 
,,-,éridionale, Paris, 1894; F. de Lasteyrie, Histoire de Tor/è^rerie, Pans, 18<:,; Le 
résor de -iuarrazar, Paris, 1860; Ch. de Linas, Orfèvrerie mérovingienne, lans, 
1884 .Les^nginesde l'orfèvrerie cloisonnée, 3 vol. Paris, 1877-1887 ; I^indensebmit, 
Handburh der deutschen Alterthumskunde, lir^^ns^yi^k, 1880-1889 (cite Lind.);l..U 
Minus Seythians and Greeks, Cambridge, 1913; Emile Molinier, dans l'Histon-e de 
lArt d'A. Michel, 1,405; J. PiUoy, Lieux de sépulture dans 1 Aisne 3 vol 
Sunt-Quentin, 1886-1912 ; A. Venturi, Storia deU'arte italiana, T . il, Mû^n, yo. 
(avec bibliographie très complète, notamment p. f.5-66) ; Leclercq, Manuel darcheol. 
chrétienne, Paris, 1907, H. 407-500. Pour la théorie des origines gréco-scythiqucs, 
voir, en dc'rnier lieu, RA. 19-20, II, 112-4. 

A. 1. Quatre bagues de bronze passées autour de phalanges; 
forêt do Compiègne," Marne, Luzieau près Lizy, Souain, Bussy 
(Haute-Marne), cette dernière avec un monogramme sur le chaton 
(analogue, mais non identique au n. 197 de Deloche).- Bague en 
bronze de Bussy, ornée d'une croix.- B^gue en argent avec chaton 
de verre rouge et bleu imitant le grenat et le lapis ; au mdieu, 
petite boule de verre imitant une perle; forêt de Compiègne. — 



SALLE DE NlMISMATIOrE. 2. 



293 




£.31Q^ 



7H 



3A7CO 



Fig. 166. Vitr. 2. — Broches burgondes: 34224t argent doré, de Charnay; 
43704, or, des Ardennes ; 84700, or, avec grenats en tables, de Charnay; 
3471 1, or avec grenats de Charnay, Saùne-et-Loire. 



Bagne en or de même provenance, avec l'image très grossière d'un 
cavalier sur le chaton. — Bague en argent avec cornaline gravée; 
Victoire et personnage assis; forêt de Compiègne. — Bague en 
bronze de môme prov. , avec chaton gravé. — Deux bagues en 
bronze des environs d'Amiens; une autre de Melle et deux de 
Souain. — Bague d'argent d'Ableiges, Seine-et-Oise, avec grenat 
au chaton (fouilles aux frais du blasée, Rev. scientifi-iue, 16 février 
1889). 

B C, 1. Boucles d'oreille de bronze et d'argent avec pende- 
loques polyédriques, souvent enrichies de grenats, type très fréquent 
à l'époque franque (B. FI. I, 92); forêt de Compiègne, Ableiges, 
Ardennes. A côté des grenats on trouve des perles bleues (Ardennes) 
ou bl-mches (Compiègne). 

D. Deux boucles d'oreille en or à pendeloque polyédrique ; 
Compiègne. — Deux autres en argent à pendeloque polyédricjue en 
or reliaussé de verres bleus; Ardennes, — Belle boucle d'oreille en 
or avec pendeloriue ajourée, ornée de verres de couleur; prove- 
nance inconnue (analogue dens la collection J. P. Morgan à New- 
York; S. de Ricci, Coll. of Gallo-Roman antitiuities bdonging ta J. 
P. Morgan^ 1911, pi, I, 6). — Deux boucles d'oreille d'or de beau 



29'l SAI.I.E DE NUMISMATIQUE, 2. 

travail; provenance inconnue. — Boucles d'oreille d'or de Vilhon 
neur, du Lot, du Lot-et-Garonne. — Bague en or avec long- chaton 
tronconiquc orné au bout d'une pâte de verre ; provenance in- 
connue. — Très belle bague en or filigrane de même type, ornée 
d'une émeraude ; Jouy-le-Comte (R A. 1879, II, 105). — Grande 
bague en or de Barézière, I Ile-et-Vilaine, ornée d'un chaton de 
verre bleuet de verreries de couleur; achetée à Kcnnes, 1870. — 
Bague en or de provenance inconnue, avec chaton divisé en sec- 
teurs où sont sertis des verres altérés. — Bague en or avec chaton 
orné de pâtes de verre de couleur; Gaël, Ille-et-MIaine. 

FiiULi:s. — Or, monture d'argent; Ableigcs, Seine-et-Oi>e.— Or 
avec grenats en croix; Charnay (Baudot, pi. 13, 9) . — Quatre feuilles 
en or filigrane; Charnay (Baudot, pi. 13, 10-12). — Argent dore, 
filigrane, verre de couleur; Charnay (Baudot, pi. 12, 9). — Autre 
en or, avec cercle de grenats en tables; Cherbourg. — Argent avec 
pierres de couleur; Ableiges. — Feuille d'or filigrane sur argent, 
avec perle bleue au centre, lamelles vertes et rouges ; Ardennes 
(RA. 1899,1,371). — Deux fibules en forme de S ou de dragons 
repliés (8. FI. î, 127), bronze doré rehaussé de grenats ; forêt de 
Compiègne. — Six fibules en forme d'oiseau de i)roie (dites 
ornitoiiiorphes, B. FI, I, 120), bronze doré; forêt de Compiègne. — 
Boucle quadrangulairc en argent doré ; sur le devant, cloison 
sertissant des grenats en tables et du verre vert; Tressan, Hérault, 
fouilles de 1862. 

EFG. FiBULDs . — E. Fibules en S, quelques-unes ornées de 
grenats : Luzieau près Lizy, Compiègne, Bussy (Haute-Marne), 
environs d'Amiens, collection Fcbvre de Mâcon. 

F. Fibules en forme d'oiseau de proie, quelques unes avec grenats 
à la place des yeux ; forêt de Compiègne. Un ex. en bronze 
doré avec deux grenats.— Deux fibules en argent décoré d'or 
filigrane très fin, en forme de griffons ou de chevaux stylisés; 
Jouy-le-Comt<- (R A. 1879. II, 195). 

G. Fibules circulaires en bronze ornées de gravures ; 
Compiègne, environs d'Amiens, Luzioau près Lizy, environs de 
Clu'dons. Remarquer une fibule circulaire ajourée(collectionFebvre), 
une autre de forme carrée dont chaque coin est cantonné de deux 
cercles tangents; forêt de Compiègne (Kurth, Clovis, p. 46). 

A, 2. Moulages de fiimles ciiurLAiiiEs or hhociies. — Brcmze 

avec deux serpents gravés; collection J. Evans. — Fer avec damas- 

quinure d'or et d'argent ; Flonheim; musée de Worms. — Argent 

• dore; Fridolfing; collection privée à Augsbourg (A H V. MU, 8). 



SALLE DK NUMISMATIQUE, 2. 



295 







FifjT. 1O7. ^ilr. 2. — i3682, l)aguc en or de Gaol, Ille•et-^ ilaine; i4i55, 
boucle d'oreille en argent des environs de Com|)iègnc, Oise; S/l-aa, filjuio 
en argent doré, avec inscription runique gra\ée au revers, de Charnav, 
Saône-et-Loire. 



— Fer damasquiné d'or et d'argent ; Freilaubersheim ; Mayenee 
(A II V. III, 4, 5, n. 4) — Autre de Bessing-en; collection grandu- 
cale de liesse. — Autre de Flonheiiu; musée deWorms. 

B, 2. Moulages DE F1I5ULES ciRCiLAinES. — Argent doré avec 
grenats rayonnants; Nordendorf; Munich (Lind. pi. 20, 4). — Or 
avec filigranes et pierres do couleur; Spendlingen: Mayenee. — 
Argent doré avec grenats; NieierstocUingen; Stuttgart. — Or avec 
pierres de couleur, Alsheim; Mayenee (H A. 18l)'.i, I, 3G9). — Autres 
des environs de Bonn, à Mayenee; de AVail)lingen, à Stuttgart. — 
Autre très belle d'Enuers, or filigrane, pierres (•loisonn('cs; Wics- 
baien (Lind. pi. 20, 11). — Autre en or de Ffullingon, jadis chez le 
grand-duc Guillaume de Wurtemberg (Lind. iil. 21, 8). 



206 SALLK DK NUMISM ATIUUE, 2. 

C, 2. Fibule ciicul.iire en or avec filigrane ; Charnay 
(Baudot, p. 13, 10). — Autre en or reliaussée d'un grenat et de 
deux pierres vertes; Charnay (Baudot, p. 13, 14). — Applique en 
forme de cœur, ornée de grands verres cloisonnés qui manquent ; 
forêt de Compiègne. — Fibule en bronze doré avec cinq grenats; 
forêt de Compiègne. — Six fibules en argent avec grenats 
cloisonnés; Charnay (Baudot, pi. 12, 7), environs de Compiègne, 
Markolsheim, environs d'Amiens. — Très belle fibuled'or filigrane, 
de forme rectangulaii'c, avec table en i)ierre rouge ; provenance 
inconnue. — Fibule circulaire de biT»nze avec clous d'argent; 
Lu/icau (Kurth, Clovis, 40). 

D, 2, — Les pus belles eiblles du musée: Bronze plaqué d'or, 
rehaussé de grenats; Poussay, Vosges (M. Prou, Gaule vu'rovin- 
gieiine,b9; Kurth, Clovis, 46). — Argent doré; Charnay (Baudot, 
pi. r2,ô). — Or rehaussé de grenats, même provenance (i6ï(i. pi. 13, 2). 
— Deux magnifiques fibules en or de Baslieux, Moselle, avec fili- 
grane et oiseaux de proie en tables de grenat (RA. 1899, I, 362, 
pi. 10— 11; B. FI. III, pi. B 1). — Or ; Charnay (Baudot, 
pi. 13,3). — Deux fibules d'argent plaqué d'or avec pierres de 
couleur; Serrigny, Yonne (B.Fl. pi. 61, 21). — Autre avec grenats; 
forêt de Compiègne. — Deux pendeloques en or avec filigrane, 
grenats et pierres vertes ; Charnay (Baudot, pi. 13 et 14). — 
Argent avec filigrane et grenats (j'^/c/. pi. 12, 6). — Deux fibules 
en or à tourillons ; Charnay (ibid. pi. 12, 10 et 11). — Fibule 
en or circulaire avec grenats : Charnay {ibid. pi. 13, 3\ — 
Bronze doré avec pierres de couleur enchâssées dans la feuille d'or; 
Suisse. — Très belle fibule circulaire en or de bas titre; Charnay 
(Baudot, pi. 13,4). — Autre très belltj en or avec filigrane et 
grenats; Charnay (Baudot, pi. 12, 2^. — Autre • avec cabochons 
verts et bleus ; Charnay {ibid., pi, 12, 4). — Célèbre fibule en 
or avec filigrane et grenats; au centre, un camée de basse époque 
romaine; Charnay (Baudot, pi. 12, 1). — Or avec ornements en 
saillie; Charnay {ihid. pi. 13, '>). — Antre avec améthyste au centre ; 
Charnay (ibid. pi. 13, 1). 

E, 2. — Sept fibules en argent ornées de grenats en tables; 
environs d'Amiens, Ardennes, forêt de Compiègne, Marché- 
lepot. — Fibule en or en forme de poisson, composée de grenats 
en tables ; Charnay (Baudot, pi. 13, 8). — Fibule en argent avec ^ 
grenats; environs d'Amiens. — Fibule en or avec tables de verre 
irisé; Ardennes. — Fibule circulaire en or avec croix de grenats; 
Charnay (Baudot, pi. 13, 1). — l'ibule en argent avec cloist)nné de 



I 



f 



^ALI.E DE NUMISMATIQUE, 2. 207 

grenats; environs d'Amiens. — Fibule en bronze avec décor 
ajouré et grenats ; forêt de Compièune. — Deux fibules en or et 
en argent; Charnay (Baudot, pi. 12, 8 et 13,6), 

F, 2. Moulages de fibules. — Circulaire argentée; AViesop- 
penheim ; musée de Worms (Lind. pi. 21,6). — Ornement en or 
avec croix et grenat au centre; Brumalh; musée de Dornach. — 
Circulaire d'or et d'argent, avec verres de couleur; musée de 
Rouen. — Argent doré; musée de Rouen. — Or et bronze avec 
pierres de couleur; musée de Besançon — Or avec grenats; 
Nesle-Hodeng, Seine-Inférieure. — Or rehaussé de pierres de 
couleur, fibule transformée en bague au moyen d'un grand aimeau ; 
musée de Saint-Omer. — Or * avec pierres de couleur ; environs 
de Grenoble. — Fibule avec clous d'argent et pierres de couleur ; 
ancienne collection de l'abbé Poulaine à Voutenay, Yonne (BA. 
1886, 85, pi. 49). 

G, 2, Fibule de bronze avec motif rayonnant ; ancienne 
collection Febvre de Mâcon. — Dcmx fibules en or; ancienne 
collection Torcy à Dijon. — Fibule en argent doré, motif de 
serpents enlacés: ancienne collection W Gay. — Cbaton d'or avec 
pierres rouges; Waben, Pas-de-Calais (cf. BAP. 1895,281). 

A B. 3. Moulages de fibules dif/itées (terme créé par Cochet), 
ornées de grenats ; musées de Mayence,de Worms, de Rouen (prov. 
de Douvrend) ; anc. coll. Mertens. — Doux fibules en bronze au 
type de l'oiseau de proie ; Herpe^ près Courbillac, Charente ; 
anc. coll. Delamain (Cimetière d'Herpès, pi. l.'>). — Autres en or 
d'un type altéré; mus. de Rouen. — Fibules en S, bronze doré; 
mus. de Besaneon. 

C, 3. Fibule de bronze digitée ; Lu/Jeau. — Autre en argent de 
Cliarnay (Baudot, pi. 14, 4). — Autre en argent, avec grenats, des 
environsde Roanne ; deux autres en bronze doré, avec grenats, delà 
forêt de Compiègne. — Célèbre fibule en argent ciselé de Cliarnay, 
au revers de Iriquelle sont gravées quatre lignes en écriture ruuique, 
c'est-à-dire germano-scandinave (Baudot, pi. 14, 1; une quarantaine 
de fibules avec inscr. runiques ont été découvertes en Ailoma^ne, 
Lind. 489; cf. Pmdiist. Bhctter, 1890, 33). 

D, 3. Deux fibules digitées, dont une ornée de grenats; forêt de 
Compiègne. — Deux autres en argent; env. de Reims. — Grande 
fibule en argent doré, avec deux becs d'oiseaux détachés, mufies 
d'animaux, grenats ; prov. inc. — Dans les autres spécimens de 
cette série (digitée), chaque bec d'oiseau s'appuie sur une tête 
d'oiseau qui le précède (B. FI. 1, lOl- ; RA. 1901. ï, 3G). Prov. : 



20S 



SAi.LK nr: numismatioit:, 




28354 



34725 



2477 

Fig. iG8. Vitr. !\. — Fibules àiia digilées : Meux-Moiit près Compiègiic ; 
j)ro\enance inconnue (en haut); Lizy, Aisne ; Cliarnav^ Saône-ct-Loire. 



forêt de Compiègne, Mackcnheim. Deux spécimens d'une grande 
finesse de travail, ornés de filigranes d'or et de deux poissons en 
grenats, proviennent de Jouy-le-Comte (RA. 1879, II, pi. 23). 

E F G, 3. Huit fibules dii^itéesde types décrits plus haut ; forêt 
de Compiègne, env. de Reims, Waben, Rouen *, Ilerpes * près 
Courbillac, Ncsle *. — Grande fibule en argent, mutilée, de type 
digité ; anc. coll. Febvre de Màcon ; autres * en bronze d'Envermeu. 
— Trois fibules * à tète rectangulaire, de type Scandinave 
(cf. Montelius et S.R., Temps j,réh>st. en Suède, •_>09,212), les deux 
premières en bronze et argent doré ornes de grenats, la troisième 
en bronze doré avec boutons de bronze dans trois angles de la tête ; 
doux de Ilerpes près Courbillac (Delamain, Cimetière de ITerpca, 
pi. 13), la troisième de Dornach. — Fibule ••■ circulaire en bronze 



SAI-LK DE NUMISMATIQUE, 2, ') . 2^)0 

avec une tête d'homme de face très grossi^TCinent trravce;SprendliL:en; 
jiiusée de Mayence. — Boucle * en bronze doul>lée (rargent et par- 
tiellement dorée avec plaque rehaussée de verres de couleur; Herpès 
prèsCourbillac (Cimetière cV Herpès, pi. 6). 

H 3. Aiguière de bronze avec anse et couvercle : Mackenbeim, 
Bas-Rhin. — Deux garnitures en bronze de sommets de seaux en bois 
et en fer. un original et un moulag-e ; Envcrmeu (B.Fl. III, pi. 81 ; 
cf. Lind, pi. 31j. — Moitié d'une plaque de ceinturon en or* trouvée 
à Wolfsheim, Hesse Rhénane, en 1870 ; face et revers (Cohausen, 
Annaltn des Vereins fur naasanische AUerthumskunde, 1873, pi. 1 ; 
Linas, Orig. de l'orfèvrerie cloisonnée, I, pi. 1 ; Molinier, L'orfè- 
vrerie, p. 15). La face principale est décorée de grenats en tables, 
circulaires et carrés, d'an modèle qui ne s'est pas rencontré ailleurs; 
sur l'autre face, on lit en caractèx'es pehlvis le nom cïArtachs- 
chater (Artaxerxès), qui peut être celui d'un mercenaire persan 
du in'"-îv'" siècle et où l'on a vu sans raison celui du roi sassanide 
Artaxerxès I , 223-240. C'est sans doute un objet de fabrique 
persane, dont l'importance, pour la question des origines de l'orfè- 
vrerie barbare, a été indûment exag'érée. — Au-dessous, collection 
de perles de verre, pâtes de verre etgrains d'ambre recueillis dans 
des tombes franques. Rem. un collier, de prov. inconnue, formé 
de 31 gros grains d'ambre Iialtique ; trois grandes perles godron- 
nées et émaillées de Gurzon, Creuse (cf. Lind. pi. 11 et 15). 

Sur latranche, pendeloque* carrée en or; Langres. — Pendeloque 
composée de deux grenats en tables sertis, avec petit anneau de 
suspension en or ; Jouy-le-Comte.— Fibule en argent avec grenats ; 
boucles en argent et or avec pierres de couleur; ces objets pro- 
viennent de la précieuse collection de Victor Gay, acquise par 
les Musées nationaux en 1909, mais ne possèdent aucun certificat 
d'origine. 

Vitrine 3 {installation j^rovisoire). — Deux grandes fibules* 
digitèes en or et argent de Wittislingen, Bavière; musée de Munich. 
Découvert dans une tombe inviolée (1881). un de ces magnifiques 
objets porte au revers une inscription latine, épitaphe d'une chré- 
tienne d'origine gothique: elle commence par ces mots : Ufjila 
vivat in Deo (GA. 1889, pi. G, p. 22; A. Michel. Hist. de l'Art, 1.425). 
Les caractères paraissent être du vu' siècle, mais peut-être ont-ils 
été inscrits postérieurement sur un bijou de famille plus ancien. 
— Trois fibules digitèes de Chiusi (?), en bronze doré et en argent, 
ornées de urenats; acquises à Florence. — Fibule circulaire en 
or* ornée de grenats à la façon de serpents entrelacés; "Wittislingen; 



300 SAl.l.i: DE NTMISMATIQUE, 



musée de Munich (GA.1889, pi. 5; AHV. IV, 24,2).— Fibule' en 
bronze doré trouvée à Dotzhcini près Wiesbaden; au centre, image 
grossière de la déesse Rome tenant un sceptre et un globe avec la 
Victoire. Inscr. autour : Invicta Koma. Utere felix (Lind. pi. 22, 1; 
cf. Centrnlmns. III, 2; CIL. XIII, 3, 682).— Fibule*de Pfiffigheim, 
liesse Rhénane; musée de Wornis ; plaque d'argent avec orne- 
ments en granulé et neuf pierres de couleur. — Fibule* circu- 
laire damasquinée d'argent ; musée de Mayencc. — Autre* du 
musée de Mannheim, avec damasquinure délicate de fils d'argent 
(AHV. 11,8,6). — Autre'-' quadrangulaire de Bendorf, au musée 
de Nuremberg; treize pierres vertes sur or filigrane (C'en^raZm«<s. 
II, 11). — Fibule* on rosace, or filigrane et grenats; musée de 
Dillingen. — Autre analogue du musée de Darmstadt, avec inscr. 
runique au revers (Lind. I, 489), — Hache de fer plaquée d'ar- 
gent, probablement carolingienne; Brandebourg; musée de Berlin 
(AllV. IV, 41). — Fibule* en forme de poisson, argent doré et 
grenats; musée de Mayence (Lind. pi. 23, 15). — Copies de deux 
boulesde cristal, l'une avec ardillon de bronze, l'autre avec ardillon 
d'argent ; Pfullingen, muses de Stuttgart (Lind. 361). — Fibule* 
en S; or filigrane et argent; musée de Carlsruhe; autre* analogue 
de Dillingen. — Fibule* en forme d'oiseau; or et grenats; musée 
de Bonn ; autre* de Wiesbaden (AllV. IV, 24, 5). — Bague* en 
or de Nauheim, à grand chaton tronconique, orné de grenats et 
d'une pierre blanche; mu::ée de Worms. — Epingle* à cheveux en 
or et fer, avec tète ajourée; musée de Bonn. — Autre* avec tète 
ovoïde, de Bingen ; musée de MayencciLind.pl. 9, 7). — Boucle 
d'oreille* en argent avec pendeloque ajourée ; musée de Mayence. 
— Autre* en or filigrane et grenats; musée de Munich. — Autre* 
en forme de pende. oque avec fortes saillies; musée de Munich 
(Liml. pi. 10, 7). — Bracelet* d'argent avec ciselure et grenats 
sertis; musée de Wornis. — Galvano d'une croix d or avec mé- 
daillon centrid; mu.séo d'Augsbourg (Lind. pi. 30, 5). — Croix d'or 
très ouvragée avec médaillon central; musée de Stutt;j^art (Lind. 
pi. 30, f;). — Bras d'une croix d'or* très ornée, du type de l'Italie 
du nord; Wittislingen-, musée de Munich (GA. 1889, pi. 5 ; cf. 
pour les croix ornées. Venturi, ^<orm, II, 5(1). — Deux bulles en 
argent doré* avec ornements, composant ensemble ime petite boîte 
ovoïde d'un type trrs rare ; même provenance (ibitl). — Disque de 
bronze* njouré ; à l'intéricHir, cavalier armé d'une lance; Bade 
(Lind. pi. 27). — Grosse pcrh;* de verre multicolore ; musée de 
Spire. — Tout petit poignard de fer* avec fourreau de bronze; 



SALLE DE NfMISMATIQIK. 3, ^i . 



30 1 




ç^i. ^^^ 



57279 




V\'ji. iltg. \ itr. !\. — \ aso de bronze de la nécropole de Lavo^e, Monse, 
orné de sujets de Ihistoire cvaiigéliquc (noces de Cana, résurrection de 
Lazare, Zachéo dans l'arljro, rHémoroïsse, la gucrison du sourd). Le 
troisième sujet est très rare [cf. p. Soa). 



musée de Bonn. — Fermoir d'aumônière * ou de sac en bronze, 
avec petite boucle à la partie supéi'ieure; musée de Maycnce. — 
Facsimilé d'un fragment de ceinture avec appliques de bronze his- 
toriées ; musée de Worms (AHV. 1\, 36). — l)oublo peigne ■•• dans 
son étui, objet exceptionnel en cet état ; musée de Dillingen 
(AIIV. IV, 54). 

Vitrine 4. Colle(Tion de Lavove, Meuse. — Précieuse série 
d'objets découverts par le Dr ]\Ieunier, acquis en 1912: grande épéc 
de chef, ornée d'or et de grenats, avec traces du fourreau en toile ; 
buire en bronze ornée de plaques d'art chrétien, représentant 



302 



SM.I.E nr. NU.MlSMATlnUK, '\. 




Fig. 170. \ilr. .^1. — Bijoux de la nécropole de Lavoyc, Meiise, on or cl 
en argent, rclxaussôs de niellnres et fie grenats cri tahles. 

cinq scr-ncs de rEvangile (l) (était entre les pieds du squelette 
dans la même tonabe que la grande épée); boucle de ceinturon avec 
or et grenats, de la mOme tombe; très beau fermoir de sac ou d'aumô- 



(1) La plus rnre est celle de Zachée dans le sycomore. Zachée (Luc, XIX, 1-10) 
a l'ti! identifié fi la fin du moyen-Age î\ Saint-Amadour (de Rocamadour) et nn'li' aux 
légendes sur l'origine apostolique des Eglises, peut-être sous l'inflivencc d'une anvre 
d'art où il figurait. 



SALLE DE NUMISMATKJUE, 4. 



303 




57304 



57303 



15 



Fig, 171. \ itr. 4. — liijoiix et verreries de la nécropole de Lavove, Meuse: 
57300, couronne d'argent ; 673 18, pince à épilcr en l)ronze ; 07205, 
bracelet d'argent ; Ô73o3, petit \ase de terre rouge. 



nirre, de la même tombe (cf. Lind. pi . 24); couteau en fer à manche 
d'(»r, de la même tombe. — Bracelets en fil d'or et en argent; trois 
belles fibules digitées d'argent dore; une autre à bout carré; 
fibules d'argent en forme de cheval, de petit quadrupède, de S, 
d'oiseau buvant ; fibule aviforme en argent dore ; deux broches 
d'argent avec grenats rayonnants. L'objet capital est le vase de 
bronze (cf. A H V. III, 10, 4; Le Blant, Inscr.chrét.U\,6i; Pilloy, 
Lieux de sépultures dans l'Aisne, II, pi. 13 ; Dict. de Liturgie, art. 
Aveugles et Burette). 



30'i 



SM.I.F. DE NUMIS.MATIQUE, 5. 




Fig. i~A. ^itr. 4. — Objets recueillis dans la nécropole de Lavojc, Meuse: 

collier, v;ise de terre blanche, 

vase de bronze, iiniho de bouclier, reste de grande louclie ou de sinipuliim. 

Vitrine 5. Collection Mesaxoudis, Russie méuidioxalp:(1). — Contenu 
d'une tombe du iv'' siècle ap. J.-C, découv. près de Kertch, l'ancienne 
l'anticapée (Criniée), acquis, avec beaucoup d'autres objets de la 
collection locale Mesaxoudis, par les Musées nationaux (1920). Cette 

(1) Sera i)ubiiëo par l^.stovzev diC:; les Monuments Piot, 1921-2. 



SAI.LE DE NUMISMATIQUE, f) . 



303 




1 ig. 170. \itr. ,, .— Epce (l'ap|iarat rehaussée d'or et de greiials eu (ablcs 
avec essai de restitution du rreiuturon décoré de même (étoiles): uécronolc 
de Lavoye, Meuse. A gauche, poignard do fer de la même trouvaille. 

tombe de chef, datée par des emiireiates en or de monnaies 
romaine?, semble établir que le style dit mérovingien s'est déve- 
loppé dans le sud de la Rii.sie. en pays gréco-scythique. influence 



30fi 



M.I.K DH NTMISMATIQUE. f) . 



p ; 



-> ."> 



f '■-■. 



67271 




57315 



57342 



57342 



d^ 



57334 



m 




rii,'. \-'i. Mlr. 4. — Objets de la nécropole de Lavoye, Meuse: couteau de 
ier à manche d'or, pointes de lance, bouteroUe en argent d'un poignanl, 
briquet di l'cr. 

par la Terse sassanide, longtemps avant de fleurir dans l'Europe 
occidentale. — Épéejd'apparat en fer. à poignée d'argent (et garde 
de jade. On pense que le pommeau^était orné d'un bouton de 
bronze avec partie convexe en or rehaussée de pierres de couleur 
66118). — Pyxis de cuivre émaillé avec motifs polychromes en 



SALLE DE NUMISMATlgUi:, .')-". .iOT 



damier (cf. J. Labarte, Rech. sur la peinture en émail, pi. B; Lcclercq, 
Manuel cVarch. chrét. 11,447 ; Ventuii, Storia, II, 83) ; le Musée 
possédait déjà un fragment d'un objet semblable (Pas de Calais). 

— Ceinture de cuir (?) renforcée de rondelles et coulants d'ar2:ent. 

— Série de boucles de ceinture en bronze (une d'argent), d'ag-rafts 
de ceinturon en argent, de feuilles d'or à dessins géométriques. — 
Boucle de ceinture plaquée tl'or avec- pierres de couleur. — Fibule 
d'orenarc; deux petits boutons d'or; trois bractées en or au nom de 
l'empereur Pupien (28« ap. J.-C); deux bouts de ceinture en or. — 
Couronne d'or ornée de feuillage; au centre, empreinte d'une monnaie 
d'or de Commode (183-191 ap. J.-C). — Outre les objets de cette 
tombe, le Musée en a reçu d'autres de la même collection : yrande 
boucle de ceinturon en argent avec applique d'or, ayant au centre 
une grosse cornaline ; Kertch. — Broche en argent plaquée d'or, 
avec ligure de Sirène ; Taman. — Deux grandes l)Oucles d'oreille 
d'or fourré, ornét s de verres de couleur, etc. (l). 

Cadres 6 et 7 {installation en cours, 1921). Boucles, pl.aques et 
co.NTUEPLAQUES DE cELXTURo.N, cu bronzc et cu métal blanc (à forte 
proportion d'étain). — Rem. d'abord les [)laques à sujets bibliques 
(Daniel, Habacuc) qu'on trouve presque exclusiveaient en pays bur- 
gonde et où l'on a soupçonné l'influence de modèles coptes (KA. 
1910, 1,205 ; voir en général Leclercq, Man. (Varch. chrét. Il, 443; 
Dict. de Liturgie, art. Daniel-, B.Fl. 1,312, pi. 38; RA. 1902,1, 356). 
Deux plaques* représentant Daniel entre les lions, l'une de Lavigny 
à Lausanne, avec inscr. latine -.Nasualdus Nansa -j- vivat Deo utere 
felix Daninil {sic, RA. 1902, I, 355 ; Besson, L'art barbare, 96). — 
Autre * avec deux bommes (Daniel et Habacuc '? ) levant les mains 
comme en prière, accostés de rosaces et de croix ; La Balme et 
musée de^ Genève ; inscr. difficile lue ainsi par A. de Molin : 
Achtdaus fecit bene vivo in te dominus Justina te (RA. 1902, I, 360); 
autre * analogue sans inscription. — Plaque ■•• sur laquelle est 
figuré le sujet très rare de l'entrée de J.-C. à Jérusalem ; La 
Balme et musée de Genève {Revue Charlenuujne, 1911, pi. 1) ; 
autre =•= avec personnage extrêmement grossier (Daniel) entre deux, 
lions méconnaissables; musée de Genève {Mém. Soc. hist. de 
(7mèfe, IX, 1857, pi. 2, 3). — Boucle* avec plaque portant une 
croix ; des tètes sont figurées entre le bras de la croix ; musée 
de Genève. — Plaque célèbre avec Daniel et Habacuc, trouvée, 

(1) Saint-Oermain a égaloment accepté le dépôt d'objets de cette collection ([ui, 
achetés par Mesaxuudis à des paysans russes, sout, pour ce motif et pour d'autres, 
plus ou moins suspects. 



308 



S.VLI-E DE NUMISMATIQUE. 7. 



dit on, près de Chalon-sur-S;iônc ; ins< r. JJaiiiel profeta, Abocuc 
/>/o/e<a (-ivec des fautes) ; anc. coll. Fcbvre do Mâcon (Le Blant, 
Inscr.chréf. 11, 502 ; RA. 1902, I, 3f)9). — Plaque de rreiy:nan. 
Gers: Daniel entre deux lions, un troisième lion sur la boucle, se 
détachant comme les antres fijj^ures en métal blanc poli. — PlacpiC 
et boucle * de Dail'ens au musée de Berne : Daniel entre les lions. 
L'inscription a été lue ainsi : Daidius. ]'it:/t Dagainil. Duo leoti'^s 
pedes élus lingebant (RA. 1902, I, H57). — Aulic l).)ucle* du musée 
de Berne : arbre sacré (Vj et chevaux stylises. 

Plaque où fij^ui'e Daniel dans ia fosso aux lions : inscr. obscure ; 
Orgelet; musée de Lons-1' --aunier (RA. i90.'. 1.H68). — Autre 
plaque avec Daniel: anc. collection Febvrc. — Deux autres ana- 
logues; musée de Lons-le-Saunier. — Autre «ic Saint-Maur, près 
Lons-le-Saunier, au muscc de ( ctte viile. A di-uitc, Daniel est 
épargné par les lions, dont liin seniljle bou'iit sur le s;itrape; à 
gaiiche, Daniel empoisonne le grand dragon des Babvioniens. 
Inscr. : Renatus deacomi.s vivat cum pace anmi.s centuvi. (R \. 1902, 
1, 362j. — Plaque'-' où figure un personnage debout (Daniel":') ; 
Beire-le-Chatel; musée de Besancon (Baudot, p. 126). 

Cheval découpé avec chrisme sur la croupe; ancienne collection 
Febvre de Mâcon. — Plaque* etboucle de Laneuville, au musée 
d'Orléans; cheval ou griffon buvant dans un va?e, uiotif fréquent; 
autre analogue de AVaben : autre* de Dampierre-sur-S^lon au 
musée de Besançon; autres de Silliugy, Haute-Savoie (JiC Roux et 
Marteaux, Sépultures hurgondes en Hante Savoie, 1899, 52. A. 1900, 




Fi?. 



I7702 

r.. Ca 



Irc-s G et 7. — 17702-3, 17707, bondes de la cnllerlion Febvre 

à MAcoii; i53a8, Vieux-Mont 
près Compiègne; 3^817. Charnay, Saônc-et-Loirc. 



SALLE DE MMISMAIIOI'E. 7-9. 309 

^^SS); de Condécourt, Seine-et-Oise; des musées de Rouen et do 
Besancon; deux autres de la forêt de Comyiègne et de Charnay 
(Baudot, pi. 8). — Même sujet*, beaucoup plus stylisé et ajouré; 
musée de Genève. — Plaque où sont gravés trois aigles de))out et 
un chrisme; collection Febvre de Mâcon. — Plaque* où sont 
gravés deux lièvij^s; musée d'Orléans. — Plaque* ajourée avec 
cheval et croix; musée de Besancon (Kurth, Clovis, p. 41). — 
Plaque* avec dragon en émail champlevé (l'émail manque); musée 
de Rodez. 

Plaque* avec animaux stylisés gravés à la pointe; musée de 
Besançon. — Plaque* avec cinq lions gravc's; musée de Rouen. — 
Importante plaque* de Creil au musée de Rouen ; sujets découpés, 
dont une tête à longue barbe res-scmblant à l'une de celles du vase 
de Gundestru}), .s?//).p. 101 (BF. 10). — Plaque composée de deux 
oiseaux ajourés; ancienne collection Febvre de Mâcon. — Plaque 
avec trois clous ornés; Charnay (Baudot, pi. 9, 11). — Plaque 
ajourne et émaillée, spécimen très rare de îa collection Febvre 
de Mâcon. — Placiue ornée de cavités triangulaires; Guéprei, 
Orne. — Plaque de bronze doré avec nombreuses cavités circu- 
laires; Charnay (Baudot, pi. 9, 11). — Autre d<- même provenance, 
triangulaire, cantonnée de cercles (Baudot, pi. 9,8). — Petite plaque 
guillochée et dorée; ancienne collection Febvre de Mâcon. — 
Plaque en métid blanc, Compiègne ; autre ornée de ])etits cercles 
gravés, environs d'Amiens. — Boucle très ornée de Charnay. — 
Plaques décorées de cercles; forêt de Compiègne. — Plaque * 
et contre-plaqué très ornées ; musée de Besançon. — Plaque 
gravée à fond granulé: Luzicau prés Lizy. — As^rafe et ardillon 
de mét;d blanc décoré de cercles; ancienne collection Febvre. 

Cadres 8 et 9 {inatalhition en cours, r,f21). — Dans ces cadres 
prendront place dilIVirents objets précieux ou réputés tels, notam- 
ment : l)ractces, appliciues et boutons d'or, jtrov. des fouilles de 
Jacques de Morgan au Lenkoran (voir p. lOà). — Prétendue 
faucille* druidique en oi", qui aurait été trouvée <ians un tumulus 
du Puy-dc- Dôme; anc. coll. du chanoine Dissard. — K|»ingles * 
en or et en argent, dont deu.K avec têtes en forme d'oiseau de proie 
(mu?, de Rouen), une troisième avec sommet en forme d'animal 
fantastique orné de grenats (musée de Besançon). — Bracelet 
d'argent*; Annecy. — Deux très belles fibules en or filigrane et 
quatre en forme de griff'ons; Creil, Oise. — Belle boucle avec 
placiue de bronze, d'or et de fer, ornée de grenats; même prov. 
— Bague et l)Ouclcs d'oreille en argent, épingle à tcte dor. 



'MO SAl.l.K ni: MMI>M ATInLF.. 9-\2. 

fibules en ary^ent ot en bronze ornés ; même jirov. — Moule en 
pierre dure *, mobile autour d'une cliarnière métallique, prov. de 
Vézelay : d'un côté, un cheval sellé et harnaché avec oiseau sur la 
croupe; de l'autre, un oiseau. Objet inexpliqué, de date incertaine ; 
nius{'e d'Auxerre. — Cuiller en argent * avec chrismc et les lettres 
grecques SAÔi ; musée de ]\I;vyence (/?er. des études juives, 1880, II, 
220). — Collier de perles de verre et d'ambre, olives d'or, pla- 
quettes de bronze doré ; \'ieux-Mont, foret de Compiogne. — Petit 
globe de cristal monté en argent ; forêt de Compiogne (cf. Lind. 
Ad9). — Pépite d'or qui aurait été portée au cou comme amulette 
par un Indien de Californie. 

Cadre 10. Ôiwets d'.a.rgent troivés a Vichv. — Ce sont des 
ex-voto qui étaient offerts par les malades à la source thermale. 
Doux de CCS pla(|uettes portent une dédicace identique à Jupiter 
Sabazius, divinité orientale dont le culte en (raule sous l'Empire est 
attesté par ailleurs : Nionini Aa;/>isto Deo Joci Sabasio CÇaius) 
Jul(ius) Carassoiinvs. Ces inscriptions prouvent que le dieu 
représenté sur plusieurs plaipiettes est bien Sabazius; la statuette 
d'enfant on argent ne représente pas un dieu, mais sans doute 
im malade guéri. 

.M.SA. 1883, 20-2 ; CIL. XIII, I, 1490 ; Roscher, Le.x. urt Sahuzios, 242 ; 
Bliiikenberg, Arclutol . Studlen, 1904, 116 (Sabaziu.s eu Gaule) ; lîounard, Goule 
tlterr:iale, 26.3. 

Vitrine II (1). Oiukt.s d'ok dk CoLo^^uE. — Grâce à des dons de 
Duh imcl et de K'oulin, le Musée possède un petit trésor dû aux 
Chibchas, qui furent les plus habiles métallurgistes du Nouveau 
Monde avant la conquête espagnole (Bouchât, Manuel d'archéol. 
américahie, \). 561). — Figurines humaines stylisées, quadrupèdes, 
grenouilles, oiseaux, serpents, boucle de nez avec spirales; boucles 
d'oreille ; poudre d'or dans un sac ; or natif dans sa gangue. L'or 
employé est un alliage où l'argent et 'le cuivre entrent pour près 
de la moitié (P. Rivet et G. de Créqui-Montfort, Archéol. et 
métallurgie colomhieaiiea, Paris, 1919, extr. du Joiirnal des Amé-' 
ricanistes, t. XI, avec phot. de tous ces objets). 

Vitrine 12. Boucles de bronze et plaques oknées. — Ces objets 
forment une série considérable. Rem. une très belle boucle avec 
plaque où sont gravés des chiens courants et dos lions; env. de Sedan 

(1) L'armoire de cer.te vitrine contieut l'Achôloils eu bronze de Lezoux et lo 
ihcval en ivoire de Lourdes, dont le Musée expose des moulages (1921). 



SALLE DE NUMISMATIQUE, 43-19. 311 

(Sœclerberg, Prœhist. Blœtter. 1894, pi. 19, fig. 28). — Autre de 
Colombiersur-Seulles, Calvados, ornée d'un griffon ailé au galop. 

— Plaque * et contreplaque * ornées de svastikas ; env. de Reims. 

— Autre * de Maynal, Jura, au mus. de Besançon, avec trois 
croix et l'insc. mvsor. — Au milieu de la vitrine, série de très 
petites boucles avec petites plaques; à droite, boucles sans plaques 
en métal blanc ; séries de garnitures de courroie en bronze 
(formn de semelles). 

Cadre 13. — Série de boucles de fer avec plaques, quelques-unes 
incrustées d'argent et ornées de clous de bronze. 

Ca.dre 14. — Suite du précédent. Rem. deux beaux spécimens 
damasquinés d'argent, de Lizy et de la forêt de Compiègne. Un 
très i,^rand exemplaire, avec plaque, contreplaque et boucle complète, 
pro\ lent d'Auberive, Marne, 

Vitrine 15. — Suite des boucles et plaques de fer dama-~quiné. 
Rem. un grand exemplaire* de Gruffy, au musée d'Annecy, 
orn»' (le clous d'argent, et de grandes boucles de Charnay (Baudot, 
pi. r> et 7). 

Cadre 16. — Série de boucles de bronze rondes ou carrées, avec 
ornements gravés. Rem. une boucle de prov. inconnue avec belle 
ornementation géométrique (Lind. pi. 3, 1.) 

Cadre 17. — Boucle de bronze ornée de verres rouges cloisonnés 
et Iragments d'une autre boucle ; bijoux crus vandales, découverts 
à La Galle, Algérie (M. 1888, 386; BAF. 1914, 193, 212). 

Cadre 18. — Peignes et débris de peignes en os, ornés surtout de 
cercles à point central (cf. A II V. V, 12, 427). — Rouelles et 
plaques de bronze ajourées dont le centre est parfois occupé par 
une fitrure stylisée: cavalier (Luzieau, forêt de Compiègne), oiseau 
(Besançon), dragons (Compiègne, Luzieau, Rouen*) quadrupède 
indéterminé (Pas-de-Calais). Cf. Lind. pi. 27. 

Vitrine 19. — En haut, grand vase de bronze trouvé en 1848 
à Choisy-au-Bac; il renfermait environ 3.000 monnaies de bronze 
de Constantin à Maxence avec marques de l'atelier d'Amiens (cf. 
Blanchet, Manuel de Niimism. franc. I, 143 ; Les trésors de monnaies 
en Gaule, 1900, p. 120). 

Les quatres rangées supérieures sont garnies d'un nombre im- 
portant de vases d'époque franque, souvent décorés à la roulette: 
Charnay, Auberive, Waben, Luzieau, Lépine, Ableiges, Londi- 
nJèrcF. Les vases de Charnay ont été reproduits en couleur par 
Baudot. Remarquer au milieu le galvano d'un vase cylindrique 



312 



SALLE DF NUMISMA'l'IQIF.. 19. 




Fig. l'O. -— 'l'^pcs priiicipaux des poteries de la Gaule ; \ases gaulois à la 
rangée supérieure, romains aux deux suivantes, hurgoncics en bas. Prov. 
I, 2 Champagne; 3, Hautesl^yrcnées ; /(, Provence; 5, midi de la France; 
(), Cologne; 7, I^iy-dc-Dome; 8, Lozère; 9, Allier; io-i3, Charnay, 
Saône-elLoire. 



de bronze, ('-talon de me-ures pour liquides, portant la dédicace 
Septimius Theodoliia, corrector Venetia§ et Istriae, exac{tor) . . ; 
au-dessous, chrisme entre alpha et oméga \ trouvé dans l'ill. 
L'oriirinal était, avant 1870, au musée de Strasbourg (CIL. XIII, 
3, 697, n. 69; Le Blant, Inscriptions chrétiennes, \, Aë'^,-^ 244). 
■ — A côté, vase d'aryent^-^ qui contenait 800 monnaies gauloises 
en argent; Kyres-Monciibe, Landes. — Au-dessous, trois rangées 
de colliers formés de pâtes de verre, de grains d'ambre, do 
morceaux do coquilles, etc. Rem. au milieu un grand collier 
de grains d'ambre de ( Vurzon, Creuse, et un autre de Poussay, Vosges, 
auquel sont suspendus trois bractées d'or. On trouve aussi des 



SAl.LE l'E NTMISMATIQUK, 19. 



31:3 




l-ig ,-- — TjlJcs (]<s armes dc^JÏ'poquc Iraïunic : i, .'>, IVrs <le laiiri-; tt, 
eraïul couteau on srramnsnx; 3, lance ou javelol à crocs dit nn<ju„: \, gramkr 
^pée ou spatha ; 0, 8, liache de jet rlile francisque et liaclie double ; 7 . l)0sse 
ou iimijo de bouclier. 

monnaies de bronze défasse époque insérées dans des chapelets : 
Souain, Villescneux.— Les colliers dcCbarnay ont été publiés' ou 
couleur par Baudot. 

Tout en bas, armes de fer mérovin^^iennes : scraniasax^ ou 



:Wl SAI.I.F, DE NL'MISMATIQIK, 19-20. 

grands couteaux k long^ue soie et dos arrondi en forme de sabres 
rem. un très grand ex. * de \'ertamboz, Jura, au musée de 
Besancon, B.Fl. pi. 5, 3); petites épées, poignards, couteaux simples ; 
pointes de lance dont plusieurs avec crochets à la base (rem. un 
très grand ex.* de la Haute Saône, au musée de Besanc^on); haches 
à large tranchant évasé, haches doubles, haches de jet à contours 
ondulés dites francisques (cf. Bertrand et Reinach, Les Celtes, 
p. 194, où j'ai montré que la francisque dérive de la cateia gau- 
loise comme l'angon dérive du pllum romain). 

Vitrine 20. — En haut, sur le mur, vue du lieu dit Camp de 
César prés d'Aps (arr. de Privas, Ardèche), peinture à l'huile par 
H. Bouchot, 1860. 

Au-dessus de la vitrine, cinq coupes de bronze d'époque 
franque, trouvées à Charnay (Baudot, pi. 20). 

A B. Aux étages supérieurs, deux rangées de vases, en partie 
ornés à la roulette. Rem. les bols carénés noirs de Waben, d'Ave- 
lesge près d'Airaines (Somme), de Delincourt (Oise); un vase à col 
très élevé de Charnay (Baudot, pi. 23); un gobelet à décor géomé- 
trique lissé (}bi(h. 

Au-dessous, à gauche, anneaux de fer, ciseaux, tiges surmontées 
d'anneaux, briquets en fer de Charnay. — Fragments* d'un pliant 
en fer damasquiné d'or; musée d'Annecy. — Deux plaques de 
bronze* à décor géométrique repoussé, ayant orné un coffret; 
Envermeu (Cochet, Sépultures, 244 ; cf. Lind. 472). — Fragments 
de bordures de boucliers et de fourreaux, Charnay. — Boucles en 
fer; forêt de Compiègne et Charnay. — Au milieu, belle boucle 
avecplaque et contreplaquedamasquinéésd'argent; Charnay (Baudot, 
pi. 6, 2); autre avec g^renats incrustés (ibid. pi. 6, 1). 

Plus bas, Sfh'iede grandes lances ou f ramées, de pointes de lances 
ou de traits, de pointes d'angons; angons de Rouen*, de Fumerey 
(Vosges), de Charnay (Baudot, i>l. 3); poignée d't/m&o* à trois pattes 
d'Envermcu (Cochet, Normandie, pi. 84 Lind. 245); neuf lanbos de 
boucliers (cf. Lind. 243, 245). 

C. En haut, cinq rangées de verres francs et burgondes où les 
types en clochette et en cornet (apode) s'écartent des modèles 
gallo-romains (voir Leclercq, Manuel d'archéol. chrét., 11,499). 
Rem. un beau spécimen gravé de Waben et plusieurs autres 
avec appliques de Charnay (Baudot, pi. 22). Sur la rangée inférieure, 
deux grandes bouteilles de .Jouy-le-Comte. — Au-dessous, grandes 
épées de fer avec poignées ornées d'or en feuilles et de grenats : 

1° Petite épée* du trésor de Pouan, au Musée de Troyes (Revue 



SALLE DK XUMISMATIOIK, 20. 



315 



de Vart, 1904, I, 3"24, héliogravure dc^ cpées), avec les boucles* en 
or décorées de grenats trouvées dans la même tombe de chef et la 
bague d'or* avec l'inscription heva (Peigné-Delacourt, Bataille 
d'Attila, pi. 1 et 2 ; Venturi, Storia,\\,2b). A droite, bracelet d'or* 
de la même trouvaille {ihid. pi. 1, 12). 

2" Grande épée* de Pouan, avec bordure inférieure du fourreau 
{ihid.\A. 2, 15). 

3° Restitution, proposée par Lindcnscbmit (Ilandhuch, 237), de la 
grande épée trouvée dans la tombe de Childéric à Tournai (cf. 
Pilloy, Recherches sur le tombeau de Childéric, ia Lieux de sépulture, 
m, 1, pi. 1: KA. 1S99, I, 483). 

4° Grande épée de Flonbeim, au musée de Worms (AIIV.IV,6G). 

5° Scrarrasax ou coutelas de Childéric, suivant la restitution 
(douteuse) de Lindcnscbmit (Handhuch, 237; cf. RA. 1899, 1, 485). 

On a placé tout auprès la bague* d'or découverte en 1G53 à 
Tournai dans le tombeau du roi franc Childéric, père de Clovis, 
volée au Cabinet des médailles en 1831 et fondue; on la connait 
par un ancien moulage du xvii" siècle, retrouvé par Dauban en 
le57 à la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris. Cet anneau sigil- 
laire offre l'effigie du roi en buste, vêtu à la romaine, la lance 
appuyée sur l'épaule, avec l'inscription (fiiLunuci heiiis (s. ent. 
sigillum). La même tombe a donné une bague d'or ornée qui est 
probablement celle de la reine Basine, ensevelie avec «on mari 
(Deloche, Anneaux sifjillaires, 188 et suiv.). 




34748 

Y\„ j_}^ Viir. 1-. — Plac|in' cl conlrc-iilaquedecfinliiron en for, avecrevôtcmciit 
d'argent; Cliarnay, Saône-et Loire (Baudot, Sép. des Barbares, pi. 6). 

Grand »?«6o de bouclier ; Charnay (Baudot, pi. 1, 1). — Très 
grande boucle avec plaque et contreplaque argentées de Suisse ; 
autre de Charnay (Baudot, pi. 6). — Deux boucles de métal blanc 
très ornées; forêt de Compiègne et env. d'Amiens. — Francisque 
de Luzicau.— Cinq grenats sertis dans du bronze, ayant fait partie 



•<1'3 SAI.LK DE M MISMATIQCE, 20. 

d'une ceinture ; Cliarnay (Baudot, pi. 11.). — Hache de tzacrre à 
tranchant évasé; Wahen. — Deux angons de Charnay et grande 
ôpée * de Condren. Aisne. 

DE. En haut, deux rangées de vases, la plupart de Charnay. — 
Au dcssoup, à gauche, riche série de l)Oucles de bronze et de métal 
blanc; forêt de Compiègne. Au milieu, belle boucle avec gravure 
et cinq clous de Brény, Aisne, Tout à gauche, très petites boucles 
avec plaque portant une croix gravée ; forêt de Compiègne. A 
droite, suite de francisques, de liaches à tranchant évasé, de 
haches doubles. Dans le nombre, à coté de haches de guerre, il y 
a des haches ayant servi d'outils. Rem. quelques francisques 
encore fixées dans leur manche de bois, notammemt celles do 
Besançon * et de la Seine-Inférieure. 

l'ont en bas, suite de grandes épées de fer (la spatha, dérivée de 
l'épée de Latène) ; dans quelques-unes, la soie est surmontée d'un 
bouton et il y a des restes de fourreaux. — Couteaux, poignards, 
garnitures de fourreaux ; rem. un couteau encore adhérent à un 
l>oi,irnard =•'; musée de Rouen. — IMus à droite, scramasax et 
couteaux, la plupart de la forêt de Compiègne et de Charnay. 



NUMISMATIQUE 

Anlérioureiiieiil à l'an 300 environ, dos liaclies de bronze, 
des anneaux, des rouelles, des lingots de bronze et d'or, ont 
pu servir, en Gaule, d'instruments" d'échange, bien (|ue la 
preuve de l'usage de ces objets connue monnaies ne soit 
pas l'aile. Les premières monnaies que connurent les Gaulois 
leur vinrent du dehors : de Massalia (Marseille), colonie de 
Phocée, et de Grèce par la voie de Marseille et du Khône 
(les statères d'or de Philippe de Macédoine. 360-336, aux 
(ypes d'une tète d'Apo'lion et d'un char à deux chevaux). 
Les imitations des statères de Philippe domineni lout le 
monnayage d'or gaulois, ([ui fut actif surloutau premier siècle 
avani noire ère. On n'est pas lout-à-fait d'accord sur les autres 
types (jui furent imités en Gaule; mais on peut énumérer 
parmi ces modèles, toujours plus ou nioins déformés, des 
pièces d'or de Tarerde, des bronzes de Campanie, des 
drachmes d'Emporia- et de Rhoda sur^la^côte d'Espagne, 



I 



SALI.i: DK NUMISMATIQUE 317 



enfin d'assez nombreuses monnaies i-omaines, parmi lesquelles 
on <-ompte d'oi-dinaire les deniers à l'efïigie des Dioscures 
cavaliers et de la lète de Rome. 

('onime il arrive toujours lorscju'on iniile ce quon ne 
comprend pas, ces copies gauloises de monnaies grecques et 
romaines sont à la fois infidèles ei grossières. Quelques 
ateliers remplacèrent le conducteur du char figuré sur les 
statèi'es de Philippe par des animaux et même des oiseaux. 
Mais à côlè de motifs empruntés ou dégénérés, beaucoup 
de coins présentent des types et des emblèmes qui, inventés 
par les monnayeurs locaux, posent aux archéologues des 
problèmes attrayants, ([uoi(iue généralement insolubles. Les 
Gaulois étaient très superstitieux ; la tendance de leur art 
n'était pas réaliste, mais décorative ; il est donc toujours 
permis de se demander si un type qui nous parait étrange 
relève de la religion ou seulemenf de l'instinct décoratif. 
Une chose à noter, c'est (|ue, sur les monnaies gauloises, 
les images de dieux et de déesses indigènes, bien connues 
par les sculptures gallo-romaines, font défaut. 

Dans le centre, le nord et l'ouest de la Gaule, on frappa 
des monnaies d'or, d'argent et de bronze ; dans le- sud et le 
sud-ouest, en rapports suilout avec l'Espagne et Marseille, 
qui ne frappaient pas de monnaies d'or, on se contenta de 
bronze et d'aigent. A une époque tardive, principalement 
dans le nord, on fit des pièces fourrées, c'est-à-dire de 
cuivre recouvert d'une pellicule d'or et d'argent, et aussi 
des pièces coulées, dites de potin, (|iii contiennent du cuivre, 
de l'étain et des traces d'argent. 

Les monnaies portent (luehiuefois les noms de chefs 
gaulois : c'est ainsi que nous possédons des pièces d'or blanc 
de Vercingétorix (pièce trouvée à Alesia, Salle Xlll) et d'un 
certain nombre de princes mentionnés par (lésar. Saulcy 
en comptait 20, mais A. Blanchet réduit ce noiubre à (S ou à 
10. Rien ne prouve qu'aucune monnaie reproduise un 
portrait de chef ; on renonce à croire, non sans regret, 
que celles de Vercingétorix fassent exception. Parfois on lit 
sur les monnaies le nom d'une citt' ou celui d'un magistrat, 
écrit d'abord en caractères grecs, plus tard en lettres latines. 



318 SAl.I.E DE NIMISMATlniE 



Mais il arrive trop fréqueinmeiit i|ue les monnaies n'olïreiit 
aucune léî?ende. ce qui en rend le classement et l'altribulion 
fort (lilliciles ; la connaissance des lieux ou l'on a rencontré 
des trésors ou dépôts de monnaies enfouies et de la compo- 
sition de ces trésors viennent alors au secours des numismates 
(Blanchet, Traité, 53'J-Gll). Au point de vue de l'art, les 
monnaies gauloises sont généralement médiocres ou mau- 
vaises, bien que certains types, en particulier les tètes 
chevelues, soient dessines avec une barbarie originale. 

César prohiba l'émission des monnaies d'or ; il semble 
avoir émis en Gaule, pour son propre compte, des pièces 
d'or au type de l'éléphant (I). Le nom des gouverneurs 
romains paraît alors sur quehiues types monétaires. Les 
menues espèces locales furent frappées à Nîmes, à Cavaillon, 
à Vienne et à Lyon depuis la seconde moitié du P' siècle 
av. J.-C. Le moimayage impérial, qui comprenait l'or et 
l'argent, fut d'abord limité à l'atelier de Lyon. Postume et 
les empereurs gaulois, dans la seconde moitié du 111® siècle, 
frappèrent monnaie à Lyon et à Cologne. Depuis Aurélien, qui 
rétablit l'unité du monnayage, il y eut, outre l'atelier de 
Lyon, ceux de Trêves, d'Arles, d'Amiens et de Narbonne, (jui 
connurent chacun des périodes de prospérité et de déclin. 

En somme, la fabrication monétaire de la Gaule romaine a 
toujours été centralisée, tandis que celle de la Gaule indépen- 
dante paraît avoir été disséminée presque à l'infini. Cette 
dissémination reparaît avec la période mérovingienne. 

Les njonnaies mérovingiennes sont des imitations barbares 
des monnaies impériales (sous d'or et tiers de sou d'Anas- 
tase, de Justin et de Justinien). Les rois Thierry d'Austrasie 
et Childebert de Paris frappèrent des monnaies de bronze 
Théodebert l«^ en 540, fut le premier à émettre des 
monnaies d'or à l'imitation des aurei romains, et des 
monnaies d'argent à l'imitation des deniers. Les monnaies 
d'or sont beaucoup plus nombreuses que les autres; on y 
trouve les noms des empereurs, des rois francs (à partir de 
Théodebert h"^), d'«teliers monétaires, d'églises et d'évôques, 



(1) . Voir Babelon, Mo) n.des de la République, II, 11. 



SAI.I.F. 1)1-: NU.MISMATIOIE, 11, 2:2. 



.il 9 



de monnayers (peiil-ètro fermiers de la monnaie plulcM (iiie 
graveurs). De là l'importance de ces monnaies comme 
documents géographiques et historiques ; leur valeur artis- 
tique est tout à fait nulle. 

A. Klàucliet,' Traité des monnaies gauloines^P. 1905 ; Manuel de numismntique 
frawntise. (t. I, jusqu'à Hugues Capet), P. 1012 (renvoie aux travaux autérieurs, 
parmi lesquels on peut citer l'exposé de Cli. Robert, RA.1885, H, p. 324; Jullian, IV, 284 . 
Ou trouve des gravures soignées d'après les monnaies gauloises dansl'.4fia8 de H. de la 
Tour, Paris, 1892 (2000 fig.) et de très utiles agrandissements dans E. Ilueher, L'art 
gaulois ou les Gaulois d'après leurs luêdailles, Le Mans, 2 vol., 18G8, 1874 

Vitrine 21.— Monnaies gauloises classées (par Anatole de Bartlié- 
leniy) suivant les cités et les peuples auxquels elles appartiennent; 




Fig. 179. — Tvpes de monnaies d'or frappées en Gaule. A droite, monnaie d'or 

de \ erciiigctorix ; à gauclie, monnaie d'or 

de l'empereur Tetricus; au milieu, sou d'or du roi Dagobert. 



on trouve là tant les monnaies proprement gauloises que celles des 
colonies romaines de la Gaule. Des étiquettes indiquent les noms 
des cités et des peuples. Remarquer (au 3* rang à partir du haut) 
les monnaies arvernes d'or, parmi lesquelles unede"\'ercingétorix. 
La dernière rangée (en bas) comprend les pièces frappées dans la 
Gaule romaine, à Nîmes, Vienne, Glanum, Avignon.— Après le 
Cabinet des médailles et la collection Changarnier à Beaune, le 
musée de Saint-Germain est le plus riche de France eu monnaies 
gauloises; il ne cherche d'ailleurs pas à compléter ce vieux fonds. 
Vitrine 22. — Monnaies de Pannonie, des AUobrogos, des Longo- 
stalètes (Languedoc), de Marseille, de Narbonne. Dans les tiroirs de 
cette vitrine, on a rangé des lots de monnaies découvertes en nombre 
dans des localités déterminées de la Gaule, comme Alise, le Mont 
Beuvray, Saint-Pierre-en-Châtre, Villeneuve-le-Roi, Beauvoisine, 
etc. (voir Blanchet, Trésors de monnaies romaines, 'i? . 1900, et Traité, 
p. 539 sq.j 



320 SALLK DE NTMISMATiQUE, 23, 2'!. 

Vitrine 23. — ^lonniiies i'oinainc« dont les types font iillusion à 
riiistcjirc de la Gaule (i);ir eseinplc au séjouf d'Aiig'ustc dans 
ce pays). — Monnaies loniaines des ateliers de Lyon, d'Arles, de 
Londres, d'Amiens, de Trêves. — Monnaies des empereurs qui se 
rendirent indépendants dans les Gaules aum'sircle, comme Po^tumo 
■et, Tetricus. — Petite série d(; monnaies méroviiiLîicnncs eii or et 
on hronze. 

Vitrine 24. — Quatre coins monétaires coni(iues de bronze, 
dci'ou\crts à Paray-le-Monial ; coin--' du musée de Grenoble ; coin 
moné:aire gaulois, avec cheval, rouelle et épée, découverte G. ryovie 
€t donné par C. de Saulcy. — Série de moules de monnaies avec 
l^tes d'em})ereurs romains (employés par des taux monnayeursV). — 
[Monnaies d'argent, iuiitécs des drachmes de Uhoda, du trésor 
d'Uzech-des-Oulos, Lot (Bianchet, Traité, 279,574, et pi , If, 1). — 
Collection de dans monétaires sans effigie destinés à recevoir dos 
euipridntes; Gizon, Cher (Bianchet, Manuel, 5-6). 

Près de la porte à droite, meubles à tiroirs contenant des 
monnaies romaines classées par Maurice Prou, alor.s qu'il était 
bibliothécaire au Cabinet des médailles, A droite de la cheminé'% 
autre ireublc à tiroirs contenant des monnaies romaines classées 
par ateliers et des monnaies gauloises (en surnombi'e) classées 
par trouvailles ; on peut y voir aussi des séries monétaires 
des empereurs gaulois, des pièces contremarquées, ainsi ([u'un clas- 
sement de pièces gauloises (en surnombre) par ordre alphabétique 
des noms de cités. 

Un rcmaiiiemeut projeté de la Salle du Trésor permettra d'y faire figurer des cadre.s 
contenant les originaii.\ lus plus précieux du .Musée, dont on n'expjse, par prudence, 
<)ue des moulages. 

Le risiteur regagne le palier entre les salles VI et VII pour 
redescendre le grand escalier et sortir par la cour. 



j 



Fï N 



LÏSTK CHRONOLOGIQUE 

DES PRINCIPALES ACQUISITIONS 

(i862-i92i) 



1862 (1-347). Objets Scandinaves donnés par le roi de Danemark 
Frédéric VII (1). 

— (58o-8i6). Collection d'objets en pierre et en bronze acquis de 

l'antiquaire Charvet. 

— (817-865). Objets gallo-romains de Reims. Don Duquenelle. 

— (896-1164). Objets divers de Berthouville et de l'Eure. Don 

Le Métayer. 

— (1165-1189). Objets divers de Breith (Creuse). Don Napoléon III. 

— (1193-1212). Objets divers de Gergovie. Don de Saulcy. 
1863-1864 (i238-i385). Objets divers donnés par C , de Saulcy. 

— (i 396-1 470). Objets des turaulus de Saint-Bernard (Ain). Don 

Napoléon III. 

— (i 483- 1537). Objets divers donnés par les héritiers de Joraard, 

membre de l'Institut. 

(1538-1720). Vases et staluclles acquis de Fabre, peintre verrier à 

Clermont-Ferrand. 

— (1758-1810). Objets Scandinaves. Don Rafn, 

(1847-1874). Donation de l'abbé Cochet (Envermeu, Ltlebonne, 

Fécamp, etc.). 

— (1875-1920). Poteries delà collection Gharpine, de Lyon. Achat du 

Musée. 
('1969-21 45). Dépôt d'objets trouvés dans la Seine parles ingénieurs 

Clianoiiicet Campagne. 
1865 (2258-2274). Objets provenant des fouilles de La Cbeppe. Don 

Napoléon III. 

(2275-2643;. Objets provenant des fouilles de Lizy. Don de Coniy. 

(2543-2660). Objets provenant des fouilles d'Alesia. Don Napoléon m. 

(2646-3726). Objets lacustres donnés par le D' Relier (de Zurich). 

(2784-2896)- Objets lacustres donnés par Desor (de Neufchâtel). 

— (2819-3866). Objets trouvés à Porreutruy. Don Vaulrey. 

— (3860-2989). Objets de Mayencc et des environs. Don Maître et 

achat du Musée. 

(1) Il existe un inventaire manuscrit de cette donation a la bibliothèque du Musée. 

21 



I 



3^2 



1865 (aggi-Soog). Objets des environs de Rome. Don Fabri. 

— (3oio-3io8). Objets provenant des fouilles de Champagne. Dons 

Bertrand et Machct. 

— (3 1 37-31 38). Ex-volo trouvés à Vichy, offerts à Napoléon III par 

l'architecte Le Faure. 

— (3i4i-3a33). Objets lacustres. Don Schwab (de Bienne). 

— ('33a5-33o6). Objets de la grotte d'Aurignac. Don Lartet. 

— (33o7-36oiy. Objets des cavernes de la Dordogne et d'autres lieux. 

Don Lartet. 

— (3602-3956). Objets des cavernes de la Dordogne. Don de Breuvery. 

— (SgôB-Aigi) Objets du cimetière franc de Waben, acquis de Bodescol. 
1806 (4473-4485). Objets italiens provenant des collections Pourtalès et 

Castellani. Don Napoléon III. 

— (4494-4678). Produit des fouilles de Le Laurain, chef de culture de 

la ferme de Piémont au camp de Chàlons. Don Napoléon III. 

— (4784-5o45). Produit de fouilles aux environs de Chàlons. Don 

Napoléon III. 

— (5o46-5o97), Objets moulés par A. Maître en Bretagne, en Poitou, etc. 

— (6005-6282). Objets lacustres acquis de G. Lohie et de Messikonimer. 

— (6i83-6323). Objets du département de la Marne. Don IVapoléon III. 

— (6324-6365, 6454-6485). Objets du camp de Chasse}. Don de Longuy. 
1867 (6486-65 13). Objets des cavernes de la Dordogne. Dons Lalande et 

Massénat. 

— (654o-6558). Objets des tumulus d'Alsace. Don Max. de Ring. 

— (6615-67 16). Objets des tumulus de la Gôte-d'Or, fouilles Saulcy et 

Bertrand . 

— (6847-6890). Achat de la collection Oppermann, terres cuites gallo- 

romaines. 

— (7000-7029). Silex de Saint-Acheul, acquis à Amiens et sur place. 

— (7o33-7o58). Silex du Moustier. Don Peccadeau du l'Isle. 

— (7061-7083, 7298-7363). Silex et fossiles de la Somme. Don 

Boucher de Perthes. 

— (7175-7331). Silex et ossements des sablières de la Seine. Achat du 

Musée. 

— (7367-7387, 7404-7457, 7464-7519). Silex doiuiés par l'abbé 

Bourgeois . 

— (7620-7758). Moulages d'objets divers de Russie. Don de Raïevsky. 

— (7664). Vase d'argent trouvé à Alesia. Don Napoléon III. 

— (7602-7660). Objets lacustres provenant du lac du Bourget, exploré 

aux frais du Musée par Rabut. 

— (7663-7730)- Silex trouvés en Belgit^ue. Don Evans. . 

— (7768-7847). Objets trouvés dans les dragages de la Seine. Don 

Campagne . 
1868 (79'i3-796a). Objets provenant de la mission du colonel de Loqueyssie 
en Italie. Don Napoléon III. 



323 



1868 (8oi5-8o73). Objets des cavernes de la Dordogne. Don Massénat. 

— (8100-8117). Objet trouvés à Vaudrevanges. Achat du Musée. 

— (8i45-8i88). Donation Lartet et Christy. 

— (8211-8274). Objets provenant des fouilles d'Alesia. Don Napoléon III. 

— (8332-8345, 8350-83761. Objets romains des environs d'Orange et 

d'Arles. Achat du Musée. 

— (8377-8406). Objets des cavernes du Périgord. Don Lalande. 

— (8425-8444). Silex de Pressigny-le-Grand. Don Léveillé. 

— (85i4-8555). Collection Oppermann, antiquités gauloises et gallo- 

romaines. Don Napoléon IH. 

— (8618— 8653). Objets divers de Savoie. Don Revon. 

— (88668-914). Objets provenant des fouilles de RoLnia. Don 

Bourguignat. 

— ^8960-8979). Objets de Hongrie. Don Florian Rœmer. 

— (8980-9009). Objets provenant de tumulus de la Côte-d'Or et des 

Vosges . Don de Saulcy . 

— (9050-9077, 9293-9348, 9499-9596). Objets gallo-romains des environs 

d'Orange. Achat du Musée. 

— (21612-21756). Trouvaille de Larnaud. Don Napoléon III, enregistré 

seulement en 1874- 

1869 (9439-9460). Silex de Saint-Prest et de Thenay. Don Bourgeois. 

— (9606-9644). Collection van de Poël, objets en pierre de Java. Don 

du ministère de l'Instruction publique. 

— (97^^^977'» 9851-10047). Céramique romaine. Envoi du Louvre. 

— ( ioo5o-ioi84}. Armes d'Alesia. Don Napoléon III. 

— (10243-10472). Série de moulages faits [)ar A.Maîtreà Mayencc,Zuricli,etc. 

— (io635- 10697 • Collection achetée par G. de Mortillet en Belgique et 

sur les bords du Rhin. 

— (i07o3-i074i ). Moulages achetés au musée de Mayence. 

— (10742-10786;. Poteries du mont Beuvray. Don BuUiot. 

— (i 1060-1 1 100). Silex donnés par de Vibraye. 

— (11146-11173^. Moulages faits par A. Maître au musée de Vannes. 

— (i i3o4-i i338). Objets des grottes du Périgord. Don Lartet. 

— ( I i4i i-i 1457). Objets Scandinaves donnés par Steinhauer. 

— (n595-i i63o) . Silex du Poitou achetés à Mme Mcillel. 

— (i 1757-1 1800). Objets du Poitou. Don Longuemar. 

— (i 1923-12027). Objets du cimetière des Grons. Don Le Beuf. 

— (12140-12169). Objets (livirs d'ethnographie c\ de comparaison. 

Don Lepic. 

(i23o3-i2344). Objets provtnant «les fouilles de (i;ihricl de Mortillet et 

Cérès dans i'Aveyron. 

— (12354-12481, i3389-i3438, i4i90-i42i4, 14570-14619). Collection 

Blaiichon, de Vaison. Don Napoléon III (1). 

(1) Cf. Kev. archéot., 1869, I, p. 73. 



324 



1869 (la/jgG-iaSô'i). Collection Charvet. Don Napoléon III. 

— (i 3566-1 a606i. OI)jets Irouvés à (jliam[)(l()lcnl. Fouilles aux frais 

de la Maison de l'Empereur. 
180'.)-!870 (i2667-i28yr>, 12911-13107. i33i7-i3388, i3482-i3555, i3567 
13673, 1 65 78-1 6588). (Collections Machct et Le Laurain .fouilles 
de la Marne). Don Napoléon III. 
1869 (i3i3()-i3a76). Colleclions Hanusse et Liébeau, objets de la Marne. 
Don Napoléon III et achat du Musée. 

— (i3277-i33iGi. Objets de la Marne. Don Le Beuf. 

1870-1871 03689-13807, 13889-1399/i, iio3t)-i'',i89, i4223-i/i356, i428i- 
i4568, i/i935-i5ou), 15276-15382, i5483-i558o, 15599-15776, 
1 5850-15973). Oljjcls du musée de Compiègne, provenant des 
fouilles de Uoucj près de Compiègne. Don Napoléon III. (1) 

— (i5o46-i5o76) Série de moulages du musée de Mayence. Achat du 

Musée. 

— (i5i32-i5i69). Antiquités cypriotes de la coileclion Cesnola. Achat 

du Musée. 

— (15461-15482. Objets provenant des fouilles de Murcens. Don 

Napoléon 111. 

— (15777-15837). Objets du dolmen de La Justice. Don de Ruty, 

fouilles de k. Maître (1867). 

— (16978-16053, 16073-16 i38j. Objets provenant des fouilles faites 

aux environs du camp de Chàlons. Don Napoléon III. 

— (16175-16333, 17933-17982, 24io3-343o7). Objets provenant des 

louilles de Bulliot au moût Beuvray. Don Napoléon III. 

— (16233-16393, 24337-a44i3). Objets provenant des louilles d'Alesia, 

Don Napoléon III. 

— (16398- 16577). Objets proNcnaiit des stations lacustres du Bourget. 

Don du ministère de l'instructfon publique. 
( 16590-1 6635;. Objets moulés par A. Maître au musée de Vienne 
en Autriche. 

— (16733-16824). Objets provenant du lac de Paladru. Don de la 

Commission de la (Carte des GauU^s, fouilles de Chantre. 

— (16854-16949). Collection coucliyliologi(iue, etc. Don de Mortillet. 

— ( 1 7066- 1 7100 I. Objets de la nécnipole d'Ancon. Don Périn. 

— (17173-17235). (jbjels paléoilaliqucs en métal, .\chat du Musée. 
1872 (^ 1 7633-17555). Objets provenant de la collection Fcbvrc ou Kaivre 

(cf. BM. i865, 111)de Mikon, Achat du Musée. 

— (17807-17887). Collection de Chassemy. Achat du Musée. 

— ( 18109-18170). Silex du Poitou. Don Brouillct. 

— (18195-18360, 19013-19099'. Objets du musée de Houeii, moulés 

par A. Maître. 

— 18^75-18379, 18535-18572). Objets des grottes de Soyons. Don Lepic. 

(i)a.Reu. archéol., 18"0, I, |1. 349. 



32^) 



1872 (18437-18476J. Olijols des dolmens (le l'Avejron. Don Ho la Com- 

mission des Gaules, fouilles Cércs. 

— (18795-18858J. Objets des grottes de Menton. Don du ministère de 

l'Instruction publique, fouilles Rivière. 

— (19164-19431). Objets (lu musée de Besançon, moulés par A. Maître. 

— ("i 9601-1 9583). Objets du cimetière de Suèvres. Achat du Musée. 

— ('19608-19707). Poteries romaines de Banassac. Achat du Musée, 

fouilles Cérès. 

— (19708-19720, i99't2-i99<3o. 22931-33973). Objets de Magnv- 

Lambertet des environs. Fouilles du Musée (1873-1874). 

1873 (19823-19878). Objets de la grotte de l'Église. Don Parrot, fouilles 

du même. 

— (19970-20037). Objets des Landes. Achat du Musée. 

— (20129-20175). Objets de Soliitré. Don de la Commission des 

Gaules. 

— (20234-20299 ) . Objets de la Marne, collection (^ounhaye à 

Suippes. Achat du Musée. 

— (2o4.'i7-2o474). Objets des lerramares d'Italie. Don Pigorini. 

— 120475-20073, 2o599-2o6i5, 30777-20813, 2ii4o-2ia33, 2i3/|5- 

2i383, 3i395-2i453). Objets achetés en Italie et en Suisse 
par A. Bertrand, ou moulés en Italie et en Suisse par .\. Maître. 
Achats, fouilles et moulages du Musée. 

(20618-20653). Objets égyptiens île l'ancienne collection Clot-Bey. 

Don Cloquet. 

(aioSS-aipio). Série de moulages fournis par le musée de 

Mayencc. Achat du Musée. 
187/4 (31237-21279). Objets figurés dans les ndiquir Aquitaniar . Don 

Louis Lartet. 
. — (3i288-3i3i8, 22567-22Ô98. 337H-32763). Objets lacustres, col- 

lection Gross. Achat du Musée. 
187r) (32778-22855). Objets des cavernes de la Dordogne. Achat du 

Musée, mission de Mortillet. 
1870 (33989-230/18). Objets de la Champagne. Achat du Musée, fouilles 
de A. Maître. 

(33o85-33l'i5). Objets du cimetière d'Ancon. Don du ministère de 

l'Instruction publique. 

1877 (23 '191-33555,24424-24468,. Série de moulages fournis par le 

musée de Mayence. Achat du Musée. 

— (33556-23745). Objets de Russie et de Sibérie. Dons du ministère 

(le rinslruclion publique et de la générale Raïevska. 

— (23930-23390). Objets (lu musée de Sens, moulés par l'atolier. 

1878 (24037-24066). Objets américains. Echange. 

— (245n-24ô5o). Objets de la ni'croijole de Beiuiiieu . Don de la 

Compagnie de l'Est. 
(34573-2Zt5S9). Bijoux de .louy-le-Comte. Achat du Musée. 



326 



1878 (2^628-34681). Mobilier d'une tombe de Saintes. Achat du Musée. 

— (2^760-2483/»). Objets lacustres de Suisse. Achat du Musée. 

1879 (1) (24899-2 '1927 1. Collection Fourdrignier (^tombes de la Marne). 

Achat du Musée. 

— (24943-25000). Série de moulages du musée de Mayence. Achat 

du Musée . 

(25196-2527O, 25935-35961). Objets Scandinaves. Don Ghristgau. 

(25282-25311). Objets des mines du Latirium. Don A. Huet. 

1880 (25436-35771). Collection de céramique Ajmé-Rambort, de Cusset. 

Achat du Musée. 
(25978-26146). Objets provenant des dragages de la Seine, collection 

Pikettv. Achat du Musée. 
(26147-26205). Objets algériens. Don Rabourdin. 

1881 (26412-26424). Objets des palaflîtes du lac de Garde. Don Pigorini . 

— (26425-26450). Silex de la Dordogne. Don Reverdit. 

— (26658-26687). Objets lacustres de Suisse. Achat du Musée. 

1882 (26802-26878). Objets lacustres de Suisse. Achat du Musée. 

(36894-26990). Objets du Caucase. Don et mission Chantre. 

(27087-27103). Bijoux lombards de Chiusi. Achat du Musée. 

(271 10-27226). Objets du Caucase. Achat du Musée, mission 

Chantre. 

1883 (27386-27392). Objets d'Assyrie, d'Hissarlik., de l'Archipel. Don 

Sorlin-Dorigny. 

— (27454-27461). Bronzes de Compicgne. Achat du Musée. 

— (27518-27539). Objets du Peu-Richard . Don Eschassériaux. 

1884 (27594-27905). Collection Fourdrignier (tombes de la Marne). Achat 

du Musée. 

— (27952-28192). Collection de céramique Esmonnot. Achat du Musée. 

— (28237-29278). Objets provenant des fouilles de Roucy à Compiègnc. 

Don de l'État. — Achat de la collection numismatique d'Edouard 
Lambert (2). 

1885 (29825-39335). Objets provenant des fouilles d'Hissarlik. Don Sorlin- 

Dorigny. 

— (39348-29429). Objets en bronze du Pelit-Villatte. Achat du Musée. 

— (29471-29539). Verreries de la collection Esmonnot. .\chat du Musée. 

— (29534-39558). Bronzes de la collection Gréau. Achat du Musée. 

1886 (29661). Couronne en or d'Apremont. Achat du Musée. 

— (29770-39825). Moulages, faits par A. Maître, des objets trouvés à 

Neuvy-en-Sullias et d'autres antiquités du musée d'Orléans. 

— (39836-29905, 30098-801 4o). Collection L. Damour fds. Don de ses 

parents, M. et M"" Damour. 

(1) Ouverture des salles Vi, VIII, XVII, XVIII, XIX. XX. Cf. fiev. archéol., 1879, II, p. 179. 

(2) Cf. Rtv. archM., 1884, II, p. 250. La collection numismatique a été ralaloguée par A., de 
Barthélémy et M. Prou sur an registre manuscrit spéciil. 



327 



1886 (29906-29918). Série de moulages du musée de Mayence. Achat du 

Musée. 

1887 (29923-30067). Objets Scandinaves. Don Christgau. 

— (3oi/i2-3i026). Objets préhistoriques, celtiques, gallo-romains et 

divers faisant partie du musée de (Jluny, déposés au musée de Saint- 
Germain (1). 

— (3 1066-31087). Série de moulages du musée de Mayence. Achat du 

Musée. 

— (3ii22). Moulage du Gaulois du Capitole. Achat du Musée . 

— (3ii23-3ii74). Objets provcMiant de la nécropole de Saint-Maur. 

Don Macé . 

— (3 II 90). Moulage du sarcophage de la Vigna Ammendola. Achat du 

Musée. 

— (3i200-3i2i3). Objets gallo-romains découverts à Grand. Achat du 

Musée . 

— (3i2i6-3i23i, 3x536-3x596). Objets provenant des fouilles du 

colonel Pothier dans les tumuli du plateau de Gcr et ayant fait 
partie du musée de Tarbes . Don du ministère de la Guerre . 

— (3x232-3x235). Stèles peintes d'Alexandrie. Achat du Musée. 

1888 (3x268). Moulage du groupe dit « Arria et Pœtus ». Achat du 

Musée . 

— (31269). Célèbre vase gallo-romain dit <( des bouchées de pain » (2) 

Achat du Musée. 

— (3i27x-3x355). Objets divers, entre autres nombreux débris de vases 

peints à figures rouges, ayant fait partie de la collection Geslin. 
Achat du Musée. 

— (3i432-3i^4o). Objets gallo-romains acquis à la vente Hoffmann. 

— (3x526). Moulage du Jupiter Dolichenus de Marseille, aujourd'hui à 

Stuttgart. Achat du Musée. 

— (3 1 364-3 1367, 3 1 486-3 1493). Moulages de statues découvertes en 

Gaule et de bustes de Jules César, .\chat du Musée. 

— (3x535). Moulages d'un des trophées d'armes galatiqucs du portique 

de Pergamc. Achat du Musée. 

1889 (3x599). (Cheval en bronze des environs de Tonnerre. Achat du 

Musée. 

— (3x6oo-3i6o4). Bronzes découverts à Villcpreux (Seine-et-Oise) . 

Achat du Musée. 

— (3i6x3-3l6i4)- iiroiizos découviîrts dans la vallée de Sèvres. Don F. 

de Murât. 

— (3x635), Groupe en pierre de ISéris. Achat du Musée. 

— (3i65o). Bas-relief du col de Ceyssat (Puy-de-Dôme), .\chal du 

Musée . 



(1) Cf. lUctUriaux, t. XIX, p. 434. 

l'Z) Cf. Hev. archiol., 1860, II. p. 316. 



?2S 



1889 (3i66o-3i663). Silrx de Tayac (Dordogne). Achat du Musée. 

— (i\Ci~'i). Vase de bronze bas-romain avec traces d'émail. Achat du 

Musée. 

— (3i673-3i7i4). Poteries à reliefs d'Orange. Achat du Musée. 

— (31717). Os gravés de Massât . Don Cartailhac {\). 

— (31719-317/10). Objets préhistori(jues provenant princi[)alemcnt du 

Portugal. Don Cartailhac. 

— (31749). Moulage de la grande pierre runif|uc de Jellinge. Don 

Sophus Millier. 

— (3 1750-3 1757). Sculptures gallo-romaines du cliàleau de Saint-Apol- 

linaire, près de Dijon . Achat du Musée. 

— (3i7.)8) Fragment d'un très grand camée (lécou\ert à Vienne (Isère). 

Achat du Musée. 

1890 (81776-31777). Objets préhistoriques d'Indochine. Achat du Musée. 

— (31782-31788^. Moidages d'objets champenois de la collection 

Morel. 

— (3 1793-3 1842). Objets préhistoriques de l'Amérique du Nord (ori- 

ginaux et moulages 1. Dons \\ ilson et Smitlisonian Inslilute. 

— (31873-31890 bis). Objets gallo-romains des environs de Vichy. 

Achat du Musée. 

— (31911). Fond de coupe avec la représentation diin guerrier gaulois 

dans le temple de Delphes. Achat du Musée (2'. 

— (3i9i3 . Moulage d'\ni autel gallo-romain de Mayence. Achat du 

Musée (3). 

— (31933-31968). Poteries gallo-romaines découvertes à Paris. Don 

F. de Murât. 

— (3 1975-3305/4, 32o55-33i i6y . Collection de moules de figurines 

gallo-romaines, découverts aux environs de La Gucrche (Cher). 
Achat du Musée (4). 

— (3u5o6 32062). Objets recueillis dans le tumulus de Cruguel (Mor- 

bihan). Don Le Pontois (5). 

— (32i28-32i3ô). Objets préhistoriques de Hourdeillcs (Dordogne), 

Talais et Saint-Vivien ((Tirondo). Don Cartailhac . )■ 

— (33i36-3ai57). Originaux et moulages d'objets gallo-romains. Don ^j 

Flouest . 

— (32109). Inscription mérovingieiuie de Clermont-Ferrand . Achat du 

Musée. 

— (32i()6 -32187). Objets prchistoriquos du Cambodge. Don Jammes. 

— {itig.^). Moulage de la statue de guerrier gaulois découverte par 

S. Koinach à Délos. Don de l'éphorie hellénique. 

(1) Cf. CaïUiltiaC, La France préhistoiif/ue, p. 70, lig. '2'J. 

(2) Catalogue de la collection Eut). Piot, n° 196. 

(3) lievue archéologiijue , 1S90, I, pi. VI, VII. 

{Iti Mémoires delaSocièté des Antiquaires du Centre, t. XVI (1889), p. 1-G5. 

(f)) Hevue arcltioloijiffue, 1890, II, p. 30. 



329 



1890 (3221 'j-322iS). Silex do la grottn de Spy et du ^'isem»nt néolithique 

de Tourinne (Belgique). Don M. de Puydt. 

— (32224). Grande hache de Volgu, provenant de la trouvaille de 1873(1). 

Achat du Musée. 

1891 (32336). Dispater en bronze de Pupillin (Jura). Achat du Musée. 

— (32238). Disques enor découvertsà Suippes (Marne). Achat du Musée. 

— (82239 32625-32632). Moulages de bustes romains décf)uvert9 à 

Martres-Tolosanes. Achat du Musée. 

— (322.'ii -32^90). Poteries romaines des environs de Lezoux (Puy-de- 

Dome). Achat du Musée. 

— (335o9-32520). Terres cuites grecques acqiiises à la vente Gréau. 

— (32521-32539, 32544-325'|6, 328i6-3283G). Objets mérovingiens 

d'Ableiges (Seine-et-Oise). Achat du Musée. 

— (3254i-32543). Bronzes et verreries acquis à la vente Hoffmann. 

— (32563-3356-, 32920-32924). Ile[)roduction en galvanoplastie des 

objets d'argenterie trouvés à Chaourse près de Montcornet (Aisne). 
Achat du .Musée (2). 

— (32573-33587). (3bjets préhistoriques des environs de Luang-Prabang, 

recueillis par la mission Pavie. Don Massie. 
— - (326o6-336i5), Dépôt de bronzes découverts à Saint-Roch (Amiensj. 
Achat du Musée. 

1892 (32044-32655). BijouK mérovingiens de Baslieux (Meurthe-et-Moselle). 

Achat du Musée. 

— (82666^. Bracelets en bronze découverts à Ourmiah, près de Tiflis. 

Achat du Musée. 

— (82667-32677). Verreries deSidon. Achat du Musée. 

— (32839-3a85o). Moulages d'objets divers du Musée de Vienne 

(Autriche). Achat du Musée. 

— (32855-3386oj. Objets acquis à la vente Amilcare Ancona. à Milan. 

— (83897). Objets en ambre de Schwarzort (PrusseJ. Achat du Musée. 

— (32899-82900 . Moulages de deux bas-reliefs trouvés en Hongrie, où 

figure le dieu au maillet. Don J. de Baye. 

— (82902). Moulage de l'horloge solaire d'Iliéraple près Korbach. 

— (82909-82919). Objets gallu-roniains provenant des loiiillcs de !^q>illin 

(Jura), attribues au Musée par décision ministérielle. 

— (32926-83983). Moulages de stèles et de sculptures archaïques de 

Bologne. Achat du Musée. 

— (82941^. Vase en bronze de Santenay (Côte-d'Or). Aclial du Musée. 

— (82947-82962). Bronzes gallo-romains du Musée du Louvre, cédés 

j)ar cet établissement en échange de bronzes grecs de la collection 
Pourlalès (n"' 4478-448i de l'invenlaire du .Musée de Saint- 
Germain) et d'un diplôme militaire (n" 82860). 

(1) Cf. AUuvions et Cavernes, p. 210. 

(2) Gazelle archéologique, 18Hi, pi. 35-;!7. I.cs Originaux Sont 311 Muséc Flritannique (Jepuls 189'4 



330 



1892 (SagGô-SagSi). Reproduction en galvanoplastie du trésor de Vettersfelde 

(Prusse). Achat du Musée. 

— (83983— 33o54,33o6o-33i67). Objets provenantdes fouilles du général 

Pothier dans les tumulus du plateau de Ger et ayant fait partie du 
Musée de Tarhes. Don du ministère de la Guerre. 

— (33o55). Boucle mérovingienne en argent, provenant de l'Italie du 

Nord. Achat du Musée. 

— (33o56-33o57). Bacchus et Génie de ville, bronzes de l'ancienne collec- 

tion Gréau. Achat du Musée. 

1893 ('33169-33202, 32206-83347, 32349-82255). Objets provenant des 

fouilles de Rosny (Seine- et-Oisc). Don de M°" Lebaudy. 

— (88262). Parcellaire cadastral de la colonie d'Orange. Don 

O. Hirschfeld (i). 

— '33270-88846). Objets gaulois de la Marne, acquis de Coimhaye à 

Suippes. 

— (33356-84069). Objets recueillis par J. de Morgan dans l'Arménie 

russe et le nord-ouest de la Perse, attribués au Musée par décision 
ministérielle. 

— (34075). Statuette en bronze de Mercure découverte à Heddernhcini . 

Achat du Musée. 

— (84076-84092). Moulages du trésor de Pouan, déposés au Musée par 

la Bibliothèque nationale. 

— (34095-84 100 1. Moulages d'objets gallo-romains. Don de la Biblio- 

thèque nationale. 

— (84107). Moulage de la statue de Gaulois découverte à Vachères 

(Basses- Alpes) . Echange avec le Musée d'Avignon (2). 

— (84iii). Statuette en bronze de Vulcain. Achat du Musée. 

— (34ii3}. Grande hache en silex triangulaire, trouvée à Passy-Grigny 

dans la Marne. Achat du Musée. 

— (84116-84119). Moulages d'objets mérovingiens de la collection de 

l'abbé Poulaine à Voutenay (Yonne). 

1894 (34i2i-34i38). Moulages d'objets gallo-romains et mérovingiens du 

Musée de Namur. Achat du Musée. 

— (34 1 34-84 159). Objets préhistoriques de Russie. Don J. de Baye. 

— (34 160). Grande hache de Mallicoro, une des iVouvelles-Ilébrides. 

Don Ed. Delcssert. 

— (84167-84181). Haches polies découvertes à Bcrnon, dans la presqu'île 

deRhuys. Achat du Musée. 

— (34i83-34i84\ Torques, bracelets et fibules de Beine (Marne). 

Achat du Musée. 

— (84189-84193 . Statuettes de bronze gallo-romaines. Achat du Musée. 

— (84198). Petite amphore en or des environs de Lyon. Achat du Musée. 



(1) Cf. Hevue arcliéuluyigur ^ lMi)3, ], p. 242. 

(•1) Revue archéolo<jif/ue, 1893, II, pi. XIX, p. 270. 



331 



1894 (S^iQ6-3!i2ob). Série d'échantillons minéralogiqucs envoyés par le 

comte de Limur (de Vannes). 

— (3^207-342i5y. Moulages d'objets en bronze; originaux communiqués 

par le .Musée d'Annecy. 

— (3^316^, Statuette en bronje de Pluton. Achat du Musée. 

— (3'|2 17-34225). Lot de bijoux mérovingiens trouves dans le dépar- 

tenïent des Ardennes. Achat du Musée. 

— (3/|258;. Reproduction j en galvanoplastie, du grand chaudron d'argent 

de Gundestrup (1 . Échange avec le Musée de Copenhague. 

— (34261-34270 . Objets découverts par M. Paradis à Mound-City 

sur le Mississipi. 

— (34245). Boucle rehaussée de grenats; La Calle, .Vlgérie. 

— (34278-34288^. Stèles gallo romaines moulées par l'atelier à Epinal. 

— (34298-34333). Moulages de cachets d'oculistes d'après les cires du 

C' Espérandieu. 

— (34336 34996). Collection Baudot de Dijon, acquise à sa vente par 

Emile Molinier pour 18.600 francs. 

1895 (34997-35ooi). Contenu d'une tombe franque de Devise, Somme. 

— f35oo3). Deux tresses de cheveux cerclées d'anneaux de bronze, 

prov. d'une tombe de Mouranka (Russie). Don J. de Baye (2). 

— (3ôoo6-35oii). Surmoulages de moules gréco-romains communiqués 

par le prof. Th. Schreiber de Leipzig. 

— (35oi3-35o2i). Objets découverts aux environs d'.\vignon. Don de 

Ch. Geffroy, ingénieur en chef de la construction à la C" P. L. M. 

— (35o23). Patère en argent d'Aigueblanche, Savoie. Don de Noblemaire, 

directeur de la C'' P.L.M. 

— (35o59) Pierres taillées du Congo français. Don du D'F Regnault. 

— (35i34). Grande épée en fer du tumulus de Sainle-Montaine, Cher; 

achetée i5o francs. 

1896 (35i38-35223j. Objets mérovingiens découverts au cours de travaux 

dans la nécropole d'Andrésy. Don de la C" de l'Ouest. 

— (35227-35a3o;. Moulages de menhirs anthropoïdes : Saint-Sernin, 

les Maurels, Pouslhomy (3). 

— (3523l). Statuette de dieu gaulois accroupi; Vassel près Billom, 

Puy-de Dôme ( 200 fr.). 

— (353o4 7). Objets en sih-x dune grotte de Palestine. Don de l'abbé 

Bon no. 

— (353o8-353o9 ter). Objets provenant d'une grotte de Grimaldi, 

entre autres une statuette de femme en stéalile; achat fait à 
Jullien ^5oo fr.). 



(1) S. MÛUer, NordUke Fortidsminiler, 2' Zihier. Hevuc archéolmjique, |S't3, I. |.. -ifiX, 1S<J.}, 

p. lCS;189'-i, I, p. 152. 

(2) Rev. archéol. , 1890, I, p. '.^1 ■ 

(3) s. Reinacll, Sculpture en Europe, [i^. 23, 2^, 26, 28. 



332 



1806 (353i i-353i9). Objets en pierre et en os de la grotte du Trilobitc à 
ArcY -sur-Cure. Don de l'abbé Parât. 

— (3533i-34). Marbres sculptés d'époque chrétienne du ch;Ueau de 

Saint-Â.pollinaire près Dijon (25o l'r ). 

— (3536i). Statuette ou pierre de la Fortune, trouvée à (îrand, Vosfi;es 

(î3o fr.). 

1897 (35407-35437). Cachette de bronzes de Porcieu-Aniblagnieu, Iscre 

(5oo fr . ) . 

— (35447). ^'^ faucilles de bronze des environs de Lons-le-Saunier, 

où l'on en a trouvé 3oo ensemble {i3o fr.). 

— (35454). Bas-relief de Cannai; lOpona portant une clef (a5o fr.). 

— (35474-35498). Lot de fibules et d'objets divers découverts dans le 

sable de la Loire près d'Orléans (70 fr,). 

— (35537-35573). Objets en pierre et en bronze du district de 

Minonssinsk, Sibérie; don du ministère des Affaires étrangères. 

— (35578). Taureau à trois cornes, bronze d'Auxonne ^70 fr.) 

1898 (35589). Grand lampadaire en bronze trouvé à Saint Paul-Trois- 

Chàteaux, Drôme. Don de la C" P.L.M. 

— (35633)-3576i). Objets des dolmens de l'Avevron cl du Portugal. 

Don E. Cartailhac. 

— (35788-90). Lot de silex rapportés d'Egypte par Isidore Lévy. 

— (358i4-3584i). Calvanos de pierres gravées de la collection Pauvcrt 

de La Chapelle. 

1899 (3584a-3593o). Bronzes et autres objets d'xVlbanie. Donde Degrand, 

consul de France à Scutari. 

— (35933 -35g38). Objets d'or celtiques de Saint-Babel près Issoire 

(Puy-de-Dôme). Acquisau prix de 5.ooofr. 

— (35985-36oo'i). Objets découverts par II. Corot dans les tumulus de 

Minot, Cùte-d'Or. 

— (36055-36061). Objets de la nécropole de Kourman, gouv' de 

Riazan (Russie). Don J. de Baye, 

— (3()o68-3tiia()). Moulages demoulesdevasesd'Arczzo; originaux àBoston. 

— (3(Ji33-3()i53). Gontenii d'une tombe à char (marnienne) découverte 

à Nanterre 100 fr.) (1). 

— (36i63-36i84). Objets rapportés d'Italie par II. Hubert (100 fr.;. 

Voir aussi 46328-46239. 

— (36i86). Trois fibules d'argent de Gliiusi (35o fr.). 

— • (30187-42827). Collection léguée par Fréd. Moreau, à la condition 

([ue l'Etat payerait 20.000 fr. pour la restauration du clocher de 
Fère en Tardcnois. 

— (42871-9). Moulages d'objets découverts par Piroutel dans des tombes 

du Jura; voir 49917-49933. 

— (42887-45755). Collection paléolithique et néolilhiquo d'Ernest d'Acy 

(i 0.000 fr.;. 

(1) Voir Anihfopoloijif, l'J02, p. 60. 



333 



1900 (45883-45887). Bijoux tunisiens modernes, à rapprocher des bijoux 

francs (45 fr.). 

— (45898-45917). Pierres taillées du désert oriental d'Egypte. Don 

Seton Karr. (1). 

— (45948-45968). Objets de pierre trouvés en Asie Mineure, Don 

Gaudin. 

— (45969-46044). Objets irlandais de l'âge de la pierre. Don W.-J Knowles. 

— (46o63-46i56). Moulages de statuettes de bronze du Musée de Sofia, 

ayant figuré à l'Exposition universelle. Don du gouvernement bulgare. 

1901 (46i65; cf. n" 46246-70, 46273, 51771, etc.). Collection céramique, 

bronzes, etc. recueillis par Plicque à Lezoux (8.000 fr.). 

— (46198-46226). Moulages de sarcophages chrétiens et de sculptures 

romaines, faits par l'atelier du Musée à Arles. 

— (46241). Statue en marbre deBacchus, trouvée àRochegude (i.ouo fr.). 

— (46274). Jupiter en bronze, statuette de Saint-Côme (i.25o fr.). 

— (46276-46301). Objets du gouvernement de Pensa, Russie. Don 

J. de Baye. 

— (46385-95). Objets de la nécropole de Yortan, Asie-Mineure ; don 

Gaudin. 

— (46398). Dolmen d'Aubergcnville. transféré au Musée. Don de 

Berlin, de Deglatigny et de la Société archéologique normande. 

— (464oi-464i8). Objets trouvés au Mas-d'Azil par l'abbé Breuil . 

Don du Ministère. Voir aussi 46475-46537, 4655o-46575, 5o32 i-5o35o. 

— (46420-46459). Objets préhistoriques d'Indo-Chine et du Japon 5 

dépôt du musée Guinct. Voir aussi 46774-46770. 

— (46359-46548). Galvanos du trésor de Pétrossu , moulés par l'atelier 

du Musée en 1900. 

— ^46549). Pointes de flèche et autres silex de Tunisie. Don du capi- 

taine Tribaict. 

— (46579-46589, 466o5-46633). Objets recueillis au Mas-d'Azil par 

Maurelle, instituteur (45o fr.) 

— (46646-46657). Objets mérovingiens des environs d'Arras (35o fr.) 

1902 ('46669-46699). Collection formée par (i. Beiioist à Saint-Marcel 

(Indre), notamment des gravures quaternaires (i .5oo fr.) 

— (46810-4682OJ. Objets mérovingiens des environs de Corbie (3oofr.) 

— 146918-46998). Objets |)réhislori((iies d'Asie-Mineure. Don Gaudin. 

— (47011-49357). Collection Edouard Pielle. (8.000 fr. ont été payés 

pour douze gravures sur os de renne et de mammouth ; le reste de 
la collection a été donné). 

— (49262). Objet mérovingien en or trouvé i)rès de GIcrmont-Ferrand 

(800 fr.). 

— (49263-49279). Objets mérovingiens de la région limitrophe entre la 

Somme et le Pas-de-Calais ; fouilles Collcl (5oo fr.). 

(1) Autres séries de iiiénie prov.. ^Ol'O^iOlKi, SlioyN-.RilO';, ric. 



334 



1902 (/iQ'jga-liiyiio). Collection de silex utilisés et retouchés, choisis et 

donnés par Rutot. 
1003 (A9318-49337). Modèles de monuments romains par A. Pelet ; dépôt 

de l'Ecole des Beaux-Arts. Voir aussi 49791-49822. 

— (49377). Fragments d'une balustrade en terre cuite de Lezoux 

(45ofr.). 

— (49388). Haches quaternaires des environs de Madras . Don Selon 

Karr. 

— (49443-49507). Objets paléolithiques égyptiens. Don du docteur 

Schweinfurth. 

— (^49->3 1-49540). Objets romains découverts dans la Drôme par 

Franky-Moulin. 

— (49544-49763). Collection céramirjue léguée au Musée par Aymé- 

Rambert, de Cusset. 
1904 (49934). Inscription grecque d'Alexandrie, où il est question de la 
Gaule Aquitaine (117 fr.) (1). 

— (5oo47J. Statuette de bronze représentant un guerrier blessé. Legs 

Corroyer. 

— (5oo54-5oo64)- Moulages de bronzes du musée de Genève; mission de 

B. Champion. 

— ( 50074-50087). Objets de l'île de knlao-Rua, bas Donai (Indochine). 

Don du Ct Grossin. 

— (50109). Objets de la trouvaille de Chassenard, achetés pour le Musée 

en vente publique par J. Déchelette, i.85ofr. (2). Voir 5oi30-5oi37 . 
1995 (5o22i-5oa.i7). Objets acquis en Italicpar H. Hubert. 

— (5o23o-5o236). Objets mérovingiens découverts à Creil ; fouilles Cottel 

(2.000 t'r.V 

— (5o238-5o24i). Vases péruviens ct objets d'Afrique . Don du 

D"^ Thévenot. 

— (50254-50204). Objets provenant du tumubis de Celles ; fouilles Pagès- 

Allary, donateur. 

— (5o265). Collection de silex du Périgord et de fossiles. Legs Cham- 

bareaud. 

— (5o295-r)). Lampe de la Mouthc ( Oordogne^, sur lacjuelle est gravé un 

bouquetin ; navette; en forme de^ poisson de Rey ( 1.000 fr.). 

— (5o309-5o4o5 j. Objets d'Indochine et des Antilles. Don du D' Corre. 
1900 (5o474-5o5i4, 5o55i-5oG7i). Collection d'objets divers, surtout 

gallo-romains, léguée par le marquis de Torcy, de Dijon. 

— (5o5i5-5o55o). Objets de la grotte de Teyjat, achetés à l'inventeur 

Boiirrinet (i.ooofr.). 

— (50722). Collection très considérable donnée par le baron J. de Baye; 

voir aussi 5io44-5ii02, etc.. 

(1) Voir iiev archiol .lHiià,\, p. 2U(S. 

(2) Voir Bev. archéol., 1903. I, p. 235. 



335 



1906 (5o724-5o736). Série de silex recueillis dans la grotte de Noaillcs 

(Gorrèze) par Boujssonic (260 fr.). Voir aussi 50746-50788. 

— (50764-50798^. Os utilisés et silex de La Quina. Don du docteur 

H . Martin, 

— (5o8i5-5o847)- Objets moulés par l'atelier du Musée à Alise Sainte- 

Reine. 

— (5o85i-5o86i). Cérami(pics et autres objotsde Serbie (55ofr.). 

1907 (50871-50915). Objets découverts par Piroutet au Camp de Gbàteau- 

sur- Salins. Voir aussi 5i247-5i262. 

— (50916-50959) Objets provenant des fouilles de H. Corot dans les 

tumulus de Minot (Côte-d'Or). 

— (50960-50974). Objets de la grotte de Marsoulas ; fouilles 

F. Regnault. 

— (50978-51809). Objets celtiques et gallo-romains divers. Don Chabre. 

— (5iio4-5i24i)- Objets Scandinaves, américains, etc. déposés par le 

Cabinet des Médailles. 

— (5i337). Statuette de Baccbus combattant (5oofr.), 

— (5i345). Statue en pierre d'un cliasseur; Touget (3oofr.j. 

1908 ('5i4o4-5i465). Collection du pasteur Frossard à Bagnères-de-Bigorre , 

donnée par son gendre Sf^liiœsing. Les objets proviennent surtout 
de la grotte d'Aurensan-inférieure (Hles-Pyr.). Voir 5 16 12-51702. 

— (5i468-Di533^. Lot do silex de la (^oumba del Bouitou, Corr. (3oo fr.). 

— (5i538-5i548). Objets de Tcjjat trouvés par Bourrinet (ôoofr.j. 

— (5i55o-5i569). Vases péruviens; dépôt du Louvre. 

— (5 1705-51717). Objets de Fontenay-le-Marmion, de Pourcieux, etc. 

Don de Mme Sausse en souvenir de son fils, lieutenant de 
vaisseau . 
— ■ (52333-52374). Poteries du premier âge du fer, camp du M' (îuérin 

près de Salins; découvertes et données par M. Piroutet. 

1909 (524i6-52483). Complément d'objets préhistoriques de Tevjat, acquis 

de Bourrinet (5.ooofr.). 

— (52485). Pierres sculptées de la Nouvelle-Calédonie. Don Ar- 

chambault. 

— (52491)- Collection d'obj(;ts provenant de Mathay (Doubs), acquis 

de Pé(juignet (-.'..(too fr.) Voir aussi 5a835-39. 

— (52516-52693). Collection d'objets préhistoriques égyptiens. Dons 

Rustafljael et Ad. Rcinach. 
(52694 52698). Objets rapportés de Crète par Ad. lleinach. 

— (52498-52708 et suiv.). Produits des fouilles du C Espérandieu à Alise. 

— (5273i). Grande collection d'objets préhistoriques égYptiens donnée par 

IL <le Morgan. 

— (52732). (irande collection d'objets préhisloricpies de Susiane donnée 

par J. de Morgan. 

— (52734)- Collection de poteries préhistoriques achetée à Mme de 

Maret (5oo fr.). 



336 



1Ç09 (53748-53755^. Part afférente au Musée de la collection Victor Gay, 
acquise par les Musées nationaux. 

— (53756-53837^ Spécimens d'éolithes belges choisis et envoyés par 

Rutot. 

— (53828). Taureau de bronze, des environs de Trêves (S.ooofr.). 

1910 (53857V Grande collection d'objets provenant delà grotte du Placard, 

acquise de M"* de Maret (10.000 l'r.). Voir 53i33 et suiv.; 5^873 et 
suivants. 

— (53951-52978). Moulages d'objets de la grottede Hornos de la Pena ; 

originaux conamuniqués par le prince de Monaco. 

— (53979). Moulages de sarcophages et de sculptures de l'époque franque du 

Poitou, donnés par le R. P. Camille de la Croix, S. J. 

— (53979 ^'S.). Ensemble des collections de Jacques de Morgan, données 

au Musée avec les vitrines pour les contenir. 

— (53980-53069). Collection donnée par Cuqu-Montaland, avec une 

vitrine. 

— (53245-53332). Collection d'ethnographie exotique déposée par le 

Louvre. Voir 53399 et suivants. 

— (53324-53347). Facsimilé d'objets minoens et mycéniens, acquis de 

la maison Gilliéron à Athènes (800 fr.). Suite, n"' 56o93-56io3 
(i34o tV.). 

— (53578-53625). Objets des tumulus du Turkestan. Don Pumpelly. 

— (53626). Ensemble de l'ancienne collection Massénat, acquise du 

professeur Girod fao.ooo fr.) Voir 53753-54453. 

— (53639-5365 1 ). Poteries de la Lusace. Don R. Forrcr. 

— ,53694-53744). Moulages envoyés de Suisse à la Société prchisturique de 

France et dôposés par celle-ci à Saint-Germain. 

— (53454-54575y, Objets de Mauritanie. Don R. Dangelzer. 

— (54589-54598). Objet» de la collection Calvert aux Dardanelles. Don 

Ad. Reinach. Voir 57122. 

— (5461 3). Ensemble de la collection préhistorique de Lourdes, acquise 

de Aelly (20.000 fr.) Voir 55253. 

— (546i4-547i3). Collection d'objets trouvés dans les tumulus du .lura . 

Don Piroutet. 

1911 (555o8). Mercure (le bronze, provenant de Claycures, acquis à Nancy 

(600 fr.). 
(55509-55959). Produit des fouilles du consul Degrand dans les 
tumulus de Thrace, 

— (56o45-56o67). Objets de l'âge de pierre dans l'Afrique du Nord. Don 

Pallary . 

— (56071). Statue de divinité mexicaine. Don J. de liaye. 

— (563()9-56334j. Collection cdliipieel gallo-romaine acquise de Lacépède, 

à Paris (4oofr.) 

— (56336). Ensemble de la collection préhistorique formée à Périgueux 

par Didon (3.5oo fr). 



337 



19H (53337). Ensemble de la colleclion préhistorique formée par Mascaraux 
dans les Landes (8.000 fr.). 

1912 (56791-56820). Objets du Talvche fN O. persan', déposés par le 

Louvre. Voir 67045 . 

— (56873-66892). Objets de La Madeleine (fouillcsde i()ii 1. Iraiismis par 

le ministère des Beaux-Arts. 

— (56907-56911 . Cinq belles fibules découvertes dans l'Aisne (^ooofr.). 

— (66923-56986). Reste de la collection Henri de Morgan, donné par 

sa veuve. 

— (67066-67120). Objets d'Indochine et du Japon déposés par le 

Muséum. 

— (57168). Galvano exécuté par l'atelier d'un magnifique bracelet 

ibérique appartenant à Ignace de Bauer (Madrid). 

— (67261-57372). Collection d'objets francs très précieux, trouvés par 

le D' Meunier à Lavoye, Meuse (35.0oofr.). 

1913 (68367). Statuette de Dispater trouvée à Orpierre, Hautes-Alpes 

(i3o fr. j. 

— (68527-68600). Spécimens, envoyés par le Louvre, des trouvailles de 

Yortan, Mysie. 

— (68775). Achat en bloc de la collection préhistorique de Pcyrony aux 

Eyzies (13.600 fr.). Voir 69386-60166. 

— (68776). Lot de moulages de sculptures romaines trouvées en 

Angleterre (i .270 fr.). Suite, n° 69334 (i • 3oo fr. 1. 

— (69376-77). Trois stèles de Saint- Ambroix, Cher (2.600 fr.). 

— (601 56-601 86). Objets ayant appartenu au C Movvat, donnés par 

sa famille. 

— (6o366-6o5o4). Objets préhistoriques de Mauritanie. Dons du lieu- 

tenant Perrin et du C' Minette de Saint- Martin . 

— (60608). Restitution de « l'homme de La Quina « d'après son crâne. 

Don du D' Henri Martin. 

— (6o53i) Dépôt de la vaste collection paléolithtique derÉcole des Mines, 
t Voir 61 534. 

1914 (6ioo5-6io46 . Dépôt d'inscriptions latines de Troesmis et de Gaule 

par le Cabinet des Médailles. 

1915 (61478-61493). Objets des tumulus de Minot. Don 11. Corot. 

— (636i2). Moulage de la tète de la Vierge de l'église de Chavenay. 

Don de Mlle Gatayes. 

— (63644). Lot de silex envoyés du Iront de la Marne parle capitaine 

Dodeman. 

1916 (63672-63717). Objets trouvés en creusant des tranchées près de 

Soissons. Envoi du général .lullien. 

, (63734). Buste eu marbre d'Auguste, trouvé à Marseille ; dépôt du 

Louvre . 

— (63863). Objets trouvés dans une tranchée à Sarry, Marne. Envoi du 

colonel Hannezo. 

22 



â38 



1917 (6386i-639o5j. Objets provenant des fouilles de Gastel-Roussillon . 

Don H. Aragon. 

— (63919-63942). Objets divers de la collection de l'abbé Thédenat 

(600 fr.). 

— (639/15-63949). Moulages d'objets précieux de la Marne; originaux 

prêtés par la famille du capitaine Bérard . 

1918 (63959). Statuette en marbre d'enfant bachique, trouvée à Narbonne 

et acquise de Demotte (S.ooofr.) 

1919 (6399'i 6is-6'|o47). Moulages, faits par l'atelier, des bronzes du Musée 

Vi\enel à Compiègne, alors déposés au Panthéon. 

1920 (65i48). Inscription en l'honneur de Damona. Don duD' J. Lhomme. 

— (65 162). Statuette en bronze d'une déesse tenant deux, corbeaux 

(i . aoo fr.). 

— (65x68). Aciiat en bloc de toute la partie métallique des collections 

formées par l'intendant général Gourtot (lO.OOO fr.). 

— 1,661 1 i-66i34 '. Partie ailérente au Musée de la collection formée en 

Grimée par Mesaxoudis (le reste au Louvre). 
— (66202). Bouchon à poignée* du dolmen du Bois-Gouturier, près Gléry- 
en-Vexin, S.-et-O. (BA. 1919, p. 238). 

— (66216-66220). Silex tardenoisiens de Fléty, Nièvre. Don Desforges. 

1921 (66221 66283). Objets de l'Inde méridionale. Dépôt du Muséum. 

— (66437). Deux vases des îles Baléares. Don de la famille du prof. 

Vasseur de Marseille. 

— (66438 j. Statuette d'argent* d'Eyguians, Hautes-Alpes. 



iisriDEx: 

DES DEUX VOLUMES DU CATALOGUE 



N. B. — Les chiffres précèdes de 6 renvoient anx pages du tome II. 



Aah-Hotep, b 53. 

Aaarau, Suisse, 20/|. 

Abbeville, Somme, 54; b 10. 11, :î7, 186. 

Abellio, 96, 97, 163 

Abeille, b 261 286. 

Ableiges, S.-et-O., h 293, 29'i. 

Abnoba, 103. 

Abo, Finlande, b 50. 

Abondance (Divinités de 1'), 99-103, 116, 

117, 130, 131, 1.33; b 117, V.M), Ihi, 169, 

180. 
Abraham, 7K, SO. 
Abydos, Egypte, b 54. 
Acclamations sur vases, b 1^0, 179. 
Acheuléen, b 8. 

Achille, esclave, 241; héros, b 81. 
Acionna, 105. 
Aco, b 137. 
Actéon, b 139. 
Actor publicut, 141. 
Acy (E. d'), 232; b 22, 34. 
Adam et Eve, 78, 80. 
Adam-Klissi, Roumanie, b 191. 
Adgennorix, 155. 
Adoration des Mages, 80. 
Adresses, 167. 
Adsmerius, 119; b 176. 
Aduatueorum oppidum, b 122. 
Advociaus, b 14i- 
Aei rude, h 90. 
Afrique du Nord, b 52, sq.; occidentale (!t 

centrale, 6 54; orientale, b 55. 
Age de la pierre, b 5; divisions, /; 8; Age 

du bronze, divisions, b 201 ; Age du 

fer, divisions, b 238. 
Agen, L. et G . 147. 
Agitateur de verre, b 148. 
Aigle. 204: b 81, 164, 176. 
Aigueblanche, Savoie, b 28;^. 
Aiguière, b 176, 299. 
Aiguilles, b 14, 18, 22, 187. 



Aiguillon-sur-Vic, Vendée, 12. 

Aiguisy, Aisne, h 260, 262. 

Aïnos, .lapon, b 67. 

Aire-sur-Adour, Landes, 160. 

Aix, B. du Rh., b 161. 

Akbouroun, Grimée, b 81. 

Alaise, Doubs, 6 228. 

Alaska, Etats-Unis, b 79. 

Albani, b 92. 

Alliano, Italie, b 87, 88. 

Albâtre, b 104, 272. 

Alliorle-Vieux, Savoie, h 231. 

Albinius, 124. 

Albinus, 16. 

Albucius, b 142. 

Alcogulo, Portugal, b 51. 

Alesia, Alise Sainte-Reine, Côte-d'Or, 101, 

103, 116, 130, 135, 140, 142, 155, 224, 280; 

b 113 sq; 151,173,215, 283, 319. 
Alexandrie, Egypte, 37. 
Alfred, roi saxon, b 100. 
-Vlgérie, 6 52 sq. 
Alignements, b 27, 38. 
-Misanos, 120. 
-Vlisay, Eure, b 153. 
Allector, 148. 

Allenliuften, Suisse, b 231. 
Allia, b 239. 
Alliés, Cantal, b 215. 
Alsheim, Hesse Rh.,b 295. 
Allamira, Espagne, b 23-26. 
Altripp, Bade, 90. 
•VltlriLT, Hhénanie, 127. 
.\luze, S. et L.,125. 
Al/.cy, Hesse Kh., h 153. 
.\iii;inc(^y, Ijoubs, b 228, 229. 
.\niarantus, b 151. 
Amarcolitanus, 97. 

.Amazones, Heuve des, 6 141 ;héi-oiiics,6l ,178, 
Anibernac, Char., 185. 
Aiiiblavaratente* (?), 152. 



340 



Amboglanna, 102. 

Ambre, b M, misq., 90, 91, 181, 186, 202, 
225, 229. 2(i6, 253, 255, 256, 259, 269, 
2'70, 299, 310. 312. 
Ambroise (Saint), 79. 
Amentum, 6108, 122. 
Améthyste, b 269. 
Amfreville, Eure, b2'4b. 
Amiens, Somme, b 54, 222. 227. 
Amirauté (lies de 1'), b 69. 
Amraendola (sarcophage), 36, Û6. 
Amondans, Doubs, b 228, 229. 
Amour (dieu), .5,'i, 93, 113, U^i; b 169. Voir 

Eros . 
Amphithéâtre, 6, 140, 158. 
Amphores, 6) , 224 ; b 154, 267. 
Amulettes, b 23, 52, 61. Voir Pendeloques. 
Ananino, Russie, b 80. 
Anau, Turkcstan, b 53. 
Ancona(Amilcare), b 90. 
Ancy (villa d'), Aisne, b 260, 266. 
Andes, cavalier, 192. 
Andounnes, 156. 
Andromède, 240. 
Angers, M-et-L., b 170. 
Angerville, S-et-0., b 284, 285, 287. 
Anglesea (île d'), b 100. 
Angleur, Belgique, b 167, 170, 174- 
Angon, b 265, 314. 
.\nguipède, 113. voir Cavalier. 
Anneau plat, b 34; de serment, b 65, 66; 

votif, 120. 
Annecy, H-Sav., b 309. 
Annemasse, H-Sav., b 181. 
Anses de coffrets et de vases, b 183, 187. 
Antée, b 171, 187. 
Antennes (armes à) 202; 6 80, 87, 94,95, 

221, 228, 229, 235, 237, 248, 270. 
Anthée, Belgique, 205; 6 169, 18^^. 
Anthropophagie, 14- 
Antibes, A.-Mar., 150, 151. 
Antigny, Vienne, 75. 
Antilles, 6 77. 
Antimoine, b 200. 
Antinous, 29. 
Antonin le Pieux, 186. 
Anvallonacos, 155. 
Aphanite, b 31. 
Aphrodite. Voir Vénus. 
Apoltinaris cera, b 155. 
Apollon, 16,24, 20, S6, 91,97, 98, 110, 113, 
119, 150, 162; 6141, 143, 156, 157, 167, 
182, 186. 
Apôtres, 76. 
Appartements des rois de France, 9; de 

Napoléon 111, b 191. 
Apremont, H. -Saône, 6 222, 238, 288. 



Aps, Ardèche, 218; 6 314. 

Aquae Mattiacae, 199. Voir Wiesbaden. 

Arbalète, 253; fibules en —, 6 289 sq. 

Arbre sacré. 120, 122. 

Arc de triomphe. Voir au nom des villes. 

Arc (arme), b 196. 

Arc sur-Tille, C-d'Or, 6 162. 

Arcarii, 248. 

Architecte, 249. 

Arcy-sur-Cure, Yonne, b 11, 23. 

.\rcy-Sainte-Restitute, Aisne, b 2,î9, 262, 
265. 

Ardiège, Haute-Gar., 160. 

Arduinna (?), b 164. 

Arezzo, Italie, b 135, 139, 143, 189. 

Argent (objets d'), b 283 sq. 

Argenteuil, S-et O., 6 35. 

Argentine (république), 6 75. 

Ariane, 116; 6 143, 156. 

Arise, 6 276. 

Arixo, 160. 

Arizona, b 77. 

Arles, B. du-Rh., 51, 52, 56, 64, 68, 75, 76, 
78-80, 82, 83, 148, 205, 211 249 ; 6 153. 

Armée du Rhin, 189. 

Arménie, b 82, 86, 105. 

Arméntières, Aisne, b 259, 264. 

Armsiieim, Hesse Rh., 6 227, 234. 

Arnemetici, 183- 

Arnheim, Rhénanie, 119. 

Arpenninus deus, 167. 

.\rroux (porte d') à Autun, 66; 6 274- 

Arsouf, Syrie, 252. 

-\rts et métiers, 233, 255; arts francs, bur 
gondes, etc., b 290. 

Artémis, 56. Voir £)ia/ie. 

Artio, b 164. 

Arudy, B.-Pyr., b 278. 

.\rve, b 184. 

Aseia, 146, 226, 228, 237, 249, 250. 

Ascoli, Italie, b 88. 

Asturs (aile des), 206. 

Ategnatos, 155. 

Ateids (Cn.), 6 137, 140. 

Athebodua, 161. 

Athée près Auxonne, C. d'O., 6 284. 

Atisius, 6 154. 

Atlante, 6 227. 

Attancourt, H. Marne, 6 231, 

Attis, 207, 214; 6 184,189. 

.\ubergenville, S. et-Oise., 12, 230. 

.Vuberive, H. Marne, b 228, 311. 

Aubiac, L. et-G., 6 176. 

Aubigny-la-Ronce, C. d'O., 6 225. 

Auch, Gers, 79 

Aucissa, 6 152. ^ 

Auge de pierre, 221. 224. 



1 



i 



341 



Auguste, 51, 57, 58, 70, 119. 139. IM, 157, 


Barbonne, Marne, 6 275. 


173, 176, 188; b 180. 


Barésia, Jura, b 214, 231. 


Aulon, H. Gar., 9G. 


Barezière, Ille-et- Vilaine, 6294. 


Ault-Dumesnil (G. d'), h 282. 


Barillet, 6 145, 148,149, 162, 265. 


Aumônière. h 265. Voir Fermoir. 


Basine, reine, 6 315. 


Aurélien, 186. 


Baslieux, Moselle, b 2%. 


Aurignac, H. Gar.. h 22. 


Bât, -290. 


Aurignacien, b 8, 14, 22, 227. 


Bateliers. 110, 253. 


Aurillac, Cantal, b 9. 


Bath, Angleterre, 185. 


Australie. 6 67 sq. 


Bâtons de commandement, 6 1", 18, -^76. 


Autel de Lyon, 96, li»2, 144; de Narbonne, 


Baudot (H.), 6 282 sq. 


157 ; tabulaire, 84. 


Baudrier, 6 247. 


Autruche, b 53, 58, 103. 


Bavai, Nord, 6 46. 


Autun, S.-et-L.; Ult, 63, 65, 66, 82, 98, 99, 


Baye(J. de), 6 50,80,267. 


131, 135, 145, 150, 154, 186, 191, 222, 


Beaulieu, A. Mar. ,225. 


225, 2:^5. 241—3, 245, 246, 249, 251; b 


Beaulieu, Aube, 6 248. 


163, 173, 174, 274. 


Beaumont-le-Roger, Eure, 116; 6 165. 


Auve, Marne, b 255, 256, 270. 


Beaune (E.), 5. 


.'Vuxerre, Yonne, 119, 185; 6 186. 


Beaune, Côte-d'Or, 88, 131, 133. 


Auxey, Côte-d'Or, b 155. 


Beauvais, Oise, 90,226,228; 6 290. 


Availles-sur-Ghizé, Deux-Sèvres, b 29. 


Bcauvoisine, Drôme, h 319. 


Avalion, Yonne, 54. 


Beire-le-Châtel, Côte-d'Or, 6 308. 


Avanton, Vienne , b 205. 


Belges de César, 6 239. 


Avaricum, 188; 6 110. Voit Bourges. 


Bélier, 106,113. 


Avelesge, Somme, b 314. 


Belisama, 154- 


Aveyron, b 27, 39, 44- 


Belle-Remise àLudwigsburg, Wurt., 6 96. 


Avezac-Prat, H.-Pyr., 6 221. 


Bellérophon, 44. 


.\vignon, Vaucluse, 79. 


Belnie, 82. 


Avot,!i2; b 1.31. 


Belus, 176,178. 


Axima, 145. 


Bendorf, Rhénanie b 300. 


Azerbaïdjan, Caucase, b 102. 


Benefieiarius, 128. 


Azilien, b 8, 23. Voir Mas-d'A^il. 


Benfeld, Bavière rhénane, 214. 




Bénin, Afrique, 6 55. 


Bacchante, 88, 214; b 170. 


Bérard (L.), 6 255. 


Bacchus, 88, 113, 116, 1.36; b 143, 156, 


Bergères-les-Vertus, Marne, 6 271,272. 


168, 169, 187, 261. 


Bernièresd'Ailly, Calvados, 6 205. 


Badegols, Dord., 6 18. 


Bernon, .Morbihan, 6 37. 


Baeserte, 161. 


Berru. .Marne, b 254,256,257. 


Bagnères-de-Bigorre, H -Pyr., 121. 157, 


Berthouville, Eure, 150, 219; 6 180-185. 


162, 167. 


Bertrand (.\lcxandre), 5; 6 48. 


Bagues, b 179,186, 274, 283sq., 294 sq., 315. 


Béruges, Vienne, 75. 


Baicoriscus, 152, 167 


Bès, 6 170. 


Balance, 244 ; 6 182, 185. 265. 


Besançon, Doubs, 206; 6 161. 


Baléares (i les), 51. 


Besigheim, Wurtemberg, 157. 


Baliste,62, 70. 


Besné, Loire-Inférieure, 6 285. 


Balles de fronde, 6 125. 


Besseringen, Rhénanie, 6 232. 


Ballet des .Muses, 9. 


Bessingen, Hesse, 6 295. 


Balustrade de Lezoux, 212. 


Bestiaire, 53. 


Banassac, Lozère, b 1.36,133.140. 


Béthune, Somme, 222. 


Banquets, 209, 229; 6 193. 


Beurre, 6 198. 


Banuus, b 143. 


Beuvray. Voir Bibraete. 


Baoussé-Roussé, Italie, 6 21, 22. 


Beuvraysien, 6 238. 


Baptême de Jésus, 78. 


Bibliothèques du Musée, l> 45,192. 


Barbares, 173. 186. 


Bibraete. fi 61, 1«8, 109, 110, 112, 113, •2'l6, 


Barques, 240, 254; de Cliaron, 41; de la 


287, 319. 


Moselle, 238, 257; du Rhin, 39. 


Bicéphale, 131. 


Barbet(camp), Oise, 6 29. 


Bident. 6 160. 



342 



Bijoux (Salle des), 6 282. 

lîingerl'rûck, llcsso rhénano, "207. 

Hinloswalil, Angleterre, 102. 

Mirènie, 39. 

Hlain, l.oiro-Intéricuie, IIG: b l^iO 

Blôileshcitn, liesse rh(innne, b 23fi. 

Blouse gauloise, 234. 

Blussus, 39, 254. 

Boduacus, 47. 

Bohême, b 50,65. 

Bohuslsen, Suède, b 50. 

Bois (travail du,i, 258. 

Bois-Colombes, Seine, b 11. 

Bois-Gautier, S.-et-M., 2]f). 

Boisement, S.-ei-O., b 288. 

Boiseries du xviu" siècle, b 191. 

Bologoï, Russie, /) 80. 

Bologne, Italie, b 90-92. 

Bolvinus, 176. 

Bon Pasteur, 7'i,h^. 

Bonn, Rhénanie. 194. 

Bordeaux, Gironde, 75,97,100,220. 

Bormo, 153. 

Bornes milliaires, 240. 

Borry, Hanovre, b 190. 

Borvo, 172,174-6. 

Bosch (Jérôme), b 46. 

Boscoreal'e, Italie, b 188, 189. 

Bosnie, h 219.. 

Bosphore cimmérien, h 81. 

Bossenay, Aube, b 211. 

Bossenno, Morb., 216. 

Bouc, 113. 

Boucher de Pcrthcs fj.), 6 6,11. 

Bouchon de dolmen, 12. 
Boucles Iranques, h 263 sq., 2x5 sq., .■Î07 
sq., 310. 

Boucles d'oreille, b 180, 244, 2r.3, 256, 264, 
270, 272, 273, 293 sq. 300 sq. 

Boucie de cheveux latérale, 52; b 54. 

Boucliers, 39, ^,5 47 ; 6 99, 247, 248 ; dit de 
Scipion, b 180. 

Boudillus, 42, 50. 

Bougon, Deux-Sèvres, 6 35,38. 

Bouhy, Nièvre, 176. 

Boule de Gargantua, 13. 

Boulets de pierre, b 118. 

Boulogne, P.-de-C, 211,212. 

Bonnierang, b 69 

Bourbon- Lancy, S.-ct-L., 153. 

Bourbonne-les-Hîiins, Ilte Marne. 172, 
174,176. 

Bourg-ct-Comin, Aisne, 102. 

Bourgeois (abbé), b 9. 

liourges. Cher, XU, 131, 1/|1, 14a, |7'2, Tl.i, 
235, 237 ; b 22« 244 . 

Bourget (lac du), b 201 sq. 



Rousandale(?) b 120. 

Bout de ceinture .'i franges, 232; de cour- 
roie ornée, b 289. 
Bouterolles, 204 ;fe 212,214,265. 
Boutiques gallo-romaines, 235, 2'il. 
Bouy, .Marne, b 288. 
Boves, Somme, b 235. 
BovioUes, Meuse. 115. 
Bracelets, 6 206,211,217,222,232,235, 236, 
246,256,260 sq, 264, 271, 285 t^q. m) 
sq. — Monnaies (?) b 105. 
Bractées, 6 287,307. 
Bragassargues, Gard, 233. 
Braies gauloises, 234. 
Brassards, b 40,64.05,95,211,222,229,231. 
Brassempouy, Landes, b 21,276,277. 
Braioiide kantena, 154, 167. 
Brecquorecq, P.-de-C., 212. 
Bregenz, Tyrol, 126. 
Brény, -Visne, b 262,265,316. 
Brésil, 6 74, 75. 

Bresles, Oise, b 187,284,286,290. 
Breuil (H.), b 22,275. 
Breuvannes, Hte-.Marne, 202. 
Brig, Valais, b 231. 
Brigandage en Gaule, 19t. 
Brigindo, 155. 
Brion(A,), b 123. 
Brioude. Hte-l^oire, b 171. 
Briques, 214 sq. 
Briquet, b 263. 
Briva Sugnntia, 145. 
Hroadlands, Angleterre, b 40. 
Broches franques, b 29'i sq. 
Broderie, b 198. 
Brogiiaros, 39. 
Brundineul, C.-du-N., 224. 
Bronze, b 200; br. figurés, 6 158 sq. 
Broussy-le-Petit, Marne, b 273. 
Brumath, Bas-Rhin, 116; b 287, i97. 
Bruniiiuel, T. -et-G. b 21, 22. 
Bubona(?), b 130. 
Buechero. b 62. 
Buconice, 181. 

Buire-sur-l'Ancre, Somme, b 169. 
Buire chrétienne, 6.301. 
Buisse (La), Isère, 53. 
Bulbe de percussion, b 
Bulgare (art), b 190. 
Bulgarie, b 191. 
Bu lia, 255. 
Bulliot(G.), b 109. 
fiuscillas, b 179. 
Bussy, Hlc-.\1., b 292, 294. 
Bussy-Albieux, Loire, 151. 
Bussy-le-Chàteau, Marne, b 243, 247, 255. 
257, 270. 



Il 



j 



343 



Buste colossal, 237. 
Butmir, Bosnie, b 63. 
Butrio, b 142. 

Cabanes, b 254. 

Cachets d'oculiste, 6 181,185. 

Cacholong, b 10. 

Cademène, Doubs, b 229. 

Cadenas 6 188. 

Cadurques, 144. 

Cahors, Lot, 144; b 174. 

Caïn et Abel, 80. 

Calendrier, 152; b 186. 

Calenus, 173. 

Calice, b 29, 30 

Caligula, 143. 

Californie, b 77, 310. 

Calisto, b 181. 

Callaïs, b 34, 35. 

Calle (La), Algérie, b 311. 

Calumet, b 79. 

Cambodge, b 67. 

Camées, b 287, 296. 

Campigny, Oise, b 29. 

Canabae, 190. 

Canéphore, b 57. 

Canif, b 187. 

Cannstadt, Wurtemberg, b 13 

Canthare d'Alesia, b 283. 

Capitan (D'), b 106, 

Capitole (Gaulois du), 32. 

Capsa, 238. 

(Japsien, 6 53. 

Capuchon, 2;i4; b 129, 173. 

Captif, 204; b 173. 

Caraïbes, b 77. 

Caranda, Aisne, b 258-260. 

Caréné (type), b 240. 

Caricature, b 130, 176. 

Caristie (A), 47. 

Cariisle, Angl., 102. 

Carlsruhc, Bade, 97, 127. 

Carnac, Morb., 13; b '29, 34, 38. 

Carnoët, Finist., 6 39. 

Carnyx. 45, 46, 177, 2*. 

Carolines (îles), b 68, 70, 74. 

Carpentras, Vaucluse, 19, 23, 06; b 106. 

Carrières de la Moselle, 195. 

Garros, Alpes-Mar., 26, 151, 152. 

Cartailhac (E.K b 44, 46. 
Cartaros, 155. 

Cartes de la commission do la Gaule, 180, 
189; de la Gaule celtique, b 120, 248: 
quaternaire, b 22; romaine, b 188. 
Carthage, Tunisie, b 52, 53. 
Casques, 39, 44, 46, 51, 200, 202; b 65, 88, 
94, 97, 120, 122, 123, 168, 174, 181, 189 
205, 234, 238, 245, 251, 252. 



Casserole, b 180, 186. 

Casse-têtes, b 36, 37, 71. 

Cassette, 241. 

Cassitalos, 156. 

Castel, Rhénanie, 106, 118, 126. 

Castelnau- Valence, Gard, 230. 

Castor, Angl., b 136, 138. 

Castra Vetera, 195. 

Catapulte, 70. 

Cateia, b 95. 

Catenoy, Oise, 6 30. 

Cathubodua (?), 161. 

Catillon, Marne, b 227, 252. 

Caturix, 176. 

Catus, 50. 

Catussa, b 142. 

Caucase, b 80, 82 sq. 105. 

Caucourt-sur-Somme, Somme, b 217. 

Caudos, Gironde, b 285. 

Cavaliers, b 173, 186, 193, 273, 300, 311 et 

anguipèdes, 141, 153,156. 
Cavernes, b 13 sq. 
Cazaril-Laspènes, H. Gar., 230. 
Ceillonne, b 13. 
Ceintures estampées et gravées, b 105, 228 

sq, 237. 
Ceinturons, b 244, 274, 307 sq.; denticulé, 

204. 
Célèbes (ile), b 68. 
Celles, Cantal, 282; b 257, 258. 
Celtes et Gaulois, b 221, 239. 
Celtibôre (?), 55. 
Cenabum, 146. 
Cénotaphe, 199. 
Centaure, b 140, 170. 
Centaurée, b 289. 
Centauresse, b 132, 
Centonarii, 176, 
Céphisodote, 64. 

Céramique quateriiairc(?), b 16; néoUihique, 
b 26-34 ; lacustre, b 199 ; des terra- 
mares, b 64; de l'âge du bronze, b 202; 
du 1" âge du fer, b 237 ; du 2* ûge du 
fer, b 242, 245, 254 ; de Lusace, b 64; 
romaine ornée, b 133 sq. ; burgonde et 
franque, b 3.'1, 314; dLgypte, b 56, 102 
sq; de Thrace, b 03; de Chypre, 6 61; 
de Suse, 6 57 ; de r.\rriquc du Nord, 
b 52; du Japon, 6 67 ; du Pérou, b 70; 
outils de céramiste, 287. 
Corbôre, 105. 
Cérés, 108, 113. 
Cerfs, KO, 133; b 8, 160. 
Cernunnos, 80, 110. 
Cerro del Amarejo, Flsp.. b 91. 
Certosa de Bologne, ItaL, h 87, 92. 
Cervoise, 6 156. 



344 



César, 70; b 173, 239; monnaies, h 114 ; 

portraits, b 113. 
Centrons, iS5. 
Ceyssat, P.-de-D , 10.3. 
Chaffaud, Vienne, h 22 
Chaleux, Belgique, b ll'i. 
Chàlons-aur-Marne, Marne, 227. 
Chalon-sur-Saône. S.-et-L , 90, 206, 23,5, 

/) 167, 17.3, 178. 
Chamilly, S.-et-L , 136. 
Champaubert, Marne, 268. 
Champdolent, S.-et-O., b 141, 149, 187. 
Champdôtre-les-Auxonne, Cote-d'(.)r, b 108. 
Champion (B.), 5, 257; b .'|8, 241, 248. 
Champs d'urnes, h 50. 
ChandeUer, b IHl 
Chanmoy, Cher, b 222. 
Chantre (E ), b 82 sq. 
Chaourse-Montcornet, Aisne, b 180, 188. 
Chapelle-aux-Saints, Corrèze, b 13. 
Chapelle-du-Chàteau, 71. 
Chapelle-sur-Crécy, Seinc-et-.\larne. b ,il . 
Chapiteau, 58. 
Ciiariots, chars, 2/|0, 252, 253 ; b 64, 236, 

2'i4 sq., 249,255; votif, b 95; de guerre, 

b 241. Voir Houes. 
Charles V, 7; b 282. 
Charniont. Marne, 6 270. 
Charnay, S -et-L., b 290 sq. 
Charnières (?), b 185, 271. 
Charpentier, h 2'(9. 
Chasse, 51, 240; 6 144. 178, 190. 
ChAsse de Saint-Patrice, b 100. 
Chassemy, Aisne, b .3,'i, 249, 251, 259, 265. 
Chassenard. Allier, jOO. 
Chasseurs, 253; de bisons (?), b 20. 
Chassey, S.-et-l, b 30,33, 115. 
Chastel-Marlhac, Cantal, 16. 
Chat-tigre, b 5. 
Chàteau-Bellant, Oise, 1,56. 
Château d'.\oste, Isère, /) 1H2, 184. 
C^hâteaux de Saint-Germain, 7 ; b l\ri. 
Château sur-Salins, Jura, b 229. 
Châtelet(Le), FIte-Marne,122, 130; fel64, 168, 

171, 174, 2Vi. 
Chàtellerault, Vienne, ft34, 
ChAtillon, Cûie-d'Or, /> 226. 
Châtre (La), Indre, 224. 
Chaudron de ("iundestru(), h 101. 
Chaumes d'Auvenay, C. d'Or, b 224. 
Chaumont, litc-.\Iarne, 202, 224. 
Chaussures, 2.36: b 115, 22;j. 
Chavigny, Meurthe. 105. 
Chelles, Oise, 81 : b 9, 22, .34. 
Chclléen, 6 8. 
Chenets, 279; b 109. 201. 
Cheppe3(La\IMarne, /'•253, 255-257, 270. 



Cheval buvant, b 273, 308; de Lourdes, 
/) 21 ; marin 22'i; quaternaire, b 25. 
Voir Cavalier. 

Chevètre, b 187. 

Chevilles de fer, b 115. 

Chevillot, Vosges, 128. 

Chevincourt, Oise, b 178. 

Chèvre marine, b 176 

Chevroux, .\in, b 205. 

Chey-Pouré, Dord., b 14- 

Chibchas, b 310. 

Chien, b 51, 176. 

Chien-loup, b 98, 99. 

Childéric, 6 315. 

Chil'y, Jura, b 229. 

Chine, b 66, 67. 

Chiromancie (?), b 42. 

Chiusi, Italie, b 88, 283, 299. 

Chloromélanite, b 28, 29, .34. 

Choisy-au-Bac, Oise, b 311 

Choisy-le-Roi, Seine, /* 201. 

Cliorey, C.-d'Or, 124. 

Chouette. 253. 

Chouy, Aisne, b 262, 265. 

Chozeau, Isère, 226. 

Chrisme, 78, 148; b 288, 308, 309, 312. 

Christy (H.), b 38. 

Chypre, 115, 151 ; 6 61, 216, 286. 

Citnbre et Teutons, b 2.39. 

Cinnamus, b 142. 

Cippcs de Vaison, 221. 

Cirencester, Angl., 103. 

Ciry-Salsogne, Aisne, b 259. 260. 

Ciseaux, 249, 258. 

Cistes à cordons, /) 87, 97, 222, 226, 232. 

Claude I", 186 ; Claude II, 168. 

ClavaHatis, b 186. 

Clayeures, .Moselle. 6 161. 

Clefs, b 175, 182, 188 ; d'écurie, 128. 

Clermont-Ferrand, P. de-D., 81,82,117; 
b 163. 

Clichés photographiques, 188 ; de projec- 
tions, b 106. 

Clichy, Seine, 611. 

C;iochettcs, 6 121, 181, 185, 186. 

Clous d'or, b 39 ; de cercueil, 227-8. 

("lucy, Jura, 6 229. 

Cluny, S.-et-L , 118. 

Clûsserath, Rhénanie, 89. 

Clutoida, 140. 

Cno.-sos, Crète, 6 58. 

Cobledulitavus, 96. 

Cœuvres, Aisne, 6 10. 

Coffre en pierre, 223. 

CofTret, 241 ; 6 184, 314 ; à lujoux. b 287. 

("oins monétaires: b 320. 

Coire,.Suisse, 6 234. 



I 



Coizard, Marne, h 270, -272. 

Coligny, Ain, 152. 

Collier de coquilles, b 15 ; autres, 6 35,56; 

francs et burgondes, /) 312 sq. 
Collorgues, Gard, 230. 
Collyres, b 185. 

Cologne, Rhénanie, 194. 196; b 154. 178. 
Cologne, S.-et-L., b 289. 
Colombes, 101. 
Colombie, h 75. 310. 
Colombier-sur-Seulles. Calvados, h 311. 
Colonnes milliaires, 180. 
Colonne Trajane, 16, 17, 25, 39, 291. 
Combarelles (Les), Dord., b 22. 
Combe d'.\in, Jura, b 231. 
Commode, empereur b 307. 
Commont (V.), b 10. 
Commette (la), C. d'O., b231. 
Compas, 249, 268, 290; b 185. 
Compiègne- et sa forêt, Oise, 61, 75, 88, 

100-2, 135-7, 180, 216-9, 22'i, 225, 228, 236, 

237; b 140, 142, 144, 149, 153 sq, 1.58, 

165, 168, 185, 187, 284-7, 290,292,293, 

296-8, 309-11, 316. 
Condamine (La), Monaco, /) 193. 
Condé-Folie, Somme, 216. 
Condécourt, S.-et-O., 6 309. 
Condren, .\isne, 116; b 316. 
Condrieu, Rhône, b 176. 
Conflans-Ste-Honorine, S-et-O., 12. 
Conflans-sur-Seine, Marne, 227; b 149 sq. 
Congo, Afrique, b 55. 
Conquête romaine, b 107. 
Consacran i, 163 . 
Conseil de la Narbonnaiso, 179. 
Constantin (arc de), 25, 26, 37. 
Contrexéville, Vosges, b 232. 
Cook varchipel de), b 72. 
Coprolithes, b 277. 
Coq. 197; 6176, 227. 
Coquilles décorant parois, 216. 
Corail, b 229, 235, 243 sq, 251, 270 sq. 
Corbeau, 91 ; b 164. 
Corbeil, S.-et-O., b 186, 286, 287. 
Corbridge, AngL, 178. 
Cordonnier, 242, 246. 
Corent, P. de D., b 148, 181, 287. 
Corinne, b 46. 
Coriosolites, 185, 187. 
Cormoz, Ain, b 231. 
Cornes boulotées, b 175; médaillon en 

corne de cerf, 618fi; cornes de Gallehiis, 

b KM); dor, b 232. 
Cornemuse, 235; b 140. 
Cornietilum, b 200. 
Cornu (dieu), 91,95, 106, 107. 110, 116. 117, 

131 ; b 162. 



345 



Corseul, C. du N., 97, 142, 

Cosne, C. d'O., b 22:5, 224, 235, 237. 

Cosne sur l'Oeil, Allier, 117. 

Costume gallo-romain, 233. 

Côte d'Orgeii;ont, Marne, b 256. 

Cotte de mailles, 200, 203; b 81. 

Couchey. C. d'O., 120. 

Couleurs pour tatouage (?), b 18. 

Coumba del Bouitou, Corr., b 14. 

Coupe de sablière, b 23. 

(Jourcelles-en-montagne, H. Marne, 6 234. 

Couronne dor, 286, 288. 

Courtavant, Aube, b 206, 217, 269. 

Courtoi (général), b 166. 

Couteaux, b 186, 187, 206, 211, 247, 261, 

262, 273, .303; de jet, 6 55. 
Crâniologie, b 11 sq. 
Créancey, C. d'O., b 225. 
Croit, Oise, b 309. 
Crémaillièrc, 217; 6 229. 
Crêpés, 6 130. 
Crésilas, 56 ; b 46, 173. 
Crète (île de), b 58 sq. 
Crimée, b 291. 
Cristal, 6 14, 18, 29, 33, 186, 281, 286, 300, 

310. 
Crochet double, b I87. 
Crocodile, 6 171, 176. 
Crockhill, AngL, 6 136. 
Croissant, b 201. 

Croix, 76 sq; 6 59, 87, 161, 251. 274, 300,307. 
Croix- en-Champagne, Marne, 6 270. 
Croix St-Ouen, Oise, 6 165. 
Cro-Magnon, Dord., 6 15. 
Cromlechs, 6 27. 
Crons (^Les), Marne, 6 243. 
Crossac, L. Inf., 6 285. 
Crosse (tituus), 230. 
Cruguel, Morb., 6 39, 40. 
Cueva del Mujer, Esp., 6 51. 
Cuillers, 276; 6 30. 185, 188, 263, 289, 310. 
Cuir, 6 222. 

Cuirasses, 203; 6 81, 121, 123, 234. 
Cuivre. 6 28. 
Cullera, Esp., 6 181. 
Cuperly. Marne, 6 256, 284. 
Cure-oreilles, 6 187. 
Curnier, Orôme, 15. 
Cusey, H. Marne. 6 231. 
Cybèle, 6 129, 131, 169.180, 184. 
Cybulski (tableaux dressés par). 209,217. 
Cylindres (empreintes de), 6 lO'i. 
Cys-la-Commune, Aisne, 6 260, 263. 

Daces. 28, 29, 31,. 38, 291. 
Dacurdos, 50. 
Dahomey, Afrique, 6 55. 



346 



Daillens, Suisse, h 30«. 

Damasqniimro, /' iOl sq; IWt sq. 'MMi isq ; 

311. 
Oainona, 153, 1^2, 175, 176. 
Dainpierre, H. Marne, 89. lOC, 137. 
Da I n i)i erre-su r-Sa Ion, II. S., h 308. 
Danemark, h 5(), tilt, 65,99. 
Daniel, 77-80, 83, xU; b 307 sq. 
Danseurs, b 176; d. masqué, /) 280. 
Danseuse, b 170. 
Dardenay, II. Marne, /) 2.'îl. 
Darioritura, 186. 
Darzau, Hanovre, b 98. 
Daumet (H.), 8. 
Dauphin, h 176. 
Daverzu.<i, 207. 
Dès, b 181, 186, 187. 
Décébale, h UiO. 
Decheletle (J.j, b l.'i8. 2/(1, i'i8. 
Déchelette (M-), b 249. 
Décoration des édifices, 212. 
Déesse aux serpents, b 59; cornue, 117. 
Déesses-mères, 103; b 129, 190, 271. 
De la Croix (Camille), 75. 
Delphes, b 239. 
Dennevy, S.-et-I.., 130. 
Dents percées, b 17. 
Deobengis pai/us, H, 171. 
Dépôts de monnaies, b 318, 319. 
Depuhoriiis Jupiter, 163. 

Derrentis pagus, 1^5. 

Desnoyers (E.), h 46. 

Développements degravures quaternaires, 
b '2fi. 

Diadumène, 52. 

Diane, 89, 109, 110, ll.i, 11/,, l.(| ; b 152, 
167, 186, 19:!. 

Dienheim, Kliénanic. 19'i; /j.30. 

Dieppe, S. Inf., b 215. 

Dieu au maillet, 98-100, 167, 2;.0; b %, IGo. 
161, 163. 

Dieu-chasseur (?), 1.35. 

Digilées (fihules), b -m sq., 297 sq.,303. 

Dillingcn, Hav., b 301. 

Diocèses, 139. 

Dionysos, 60. Voir Dacchus. 

Dioseures, 2/|, 75, ilo, 178; b 137. 

Dispatcr. Voir Dii-u nu maillet. 

Disque perforé, b 37. 

Dobroudja, Roumanie, /) 191 

Dodécaèdre-s, /, 181. 

Doerdingen, Suisse, b iifi. 

Doerth. Rhénanie, // 237 

Doianus, 192. 

Doidalsas, .57. 

Doiros. 120. 

Dolichenus, 178. 



Dolmens, b 26; africains, 6 52; caucasiens, 
b 102; ibériques, b 51; troués, 12 
uiodèles de dolmens, b 38. 

Dombasle-en-Xaintois, Vosges, 226. 

Domburg, Hollande, 102. 

Domévre en-Haye, Meiirthe, b 2/|/|. 

Donon (mont), 87, 91, 95, 187. 

Dornach, H. Rhin, b 298. 

Dotzhcim, Rhénanie, b 300. 

Douai, Nord, b 173. 

Douelle, Lot, 224 ; b 151 . 

Douze dieux, 109. 

Dragon, b 2'43. 

Draguignan, Var, b 26/i. 

Druides, b 27. 

Drusilla, 141. 

Druta, 151. 

Dubnoeove (,?), 155. 

Dubnotal, 145. 

Duniias, 119; b 186. 

Dunas, 176. 

Dunisia, l;il 

Duquenelle (V j, 135. 

Durklieim, Bav. Rh., 6 232, 238. 

Durobrivœ, b 138. 

Eauze, Gers, 81, 162, 223. 

Ebersberg, Suisse, b 201. 

Échevronne (ferme d'), C. d'O., b 287. 

École gallo-romaine, 2.38. 

Écritures primitives, b 23, 45. 

Edelate, 165. 

Egéenne (civilisation), b 58. 

Éguisheim, H. Rliin, 6 13. 

Egypte, 6 53 sq., 56, 103 sq. 

Élan, 63. 

El Argar, Esp., b 64. 

Elche, Esp., b 91. 

Éléphant antique, b 5. 

Émail, b 86, 94, 109, 120, 136, 186, 2.".8, 

265, 306. 
Emmanehures de haches, 6 30, 196, 20'J, 

269, 274. 
Emporte-pièces, 288. 
Enclume, 6 200. 
l'hiduits peints, 6 266. 
Enéolithiquc, 6 52. 

Enfants, 58; joufflus, 6 130; péeliours, 
6 189; au maillot, 2:J6. 

Engers, Rhénanie, 6 295. 

Engis, Belgique, 6 13. 

Enseignes, 197. Voir Co</ et Satujlier. 

Ensisheim, H. Rh., b 231, 237. 

Entonnoir, 6 211 . 

Entrains, Nièvre, 16, 250 

Entrave, 6 121. 

Entremont ou Antremont, B. du Rh., 41. 



347 



Entrepreneur de transports, 252. 






Eyres-.Moncube, Landes, b 312. 


linverraeu, S. Inf., 6 298, 299, 3L 






Eyzies (Les), Dordogne, b il, 21, 22. 


Kolithes, b 9. 








Épasnactus, b lir>. 






Fa, Aude, b 219. 


lipées (l'apparat, h 265. 273, ;Wl, 


306, 


314 , 


Fabrique de harnais, 145. 


315; britannique, h 99; de 


bronze. 


Falhize (mont), b 122. 


b 212-214 sq; caucasienne, b 86; 


gau- 


fana, 137. 


loise, b 120, 121, 241; gerraan 


que. 


Faon, Finistère, 202. 


b 66, 96; hallslattienne, h 9i, 


95; 


lion- 


Faucilles, /> 104, 205, 309. 


groise, b 65; mycénienne, h&i 


; rep 


liée. 


Fausse-Rivière (plaine des Lauraes), b 120. 


'b mit, 247,248, 270. 






Faustine, 6 287. 


Éperon, b 116. 






Fauteuil d'osier, 238,241; h 129. 


l'Ipigonos, .33. 






Faux (pour faucher), 273. 


Epinal, Vosges, 92, 03, 95, 96, 


12'1, 


135, 


Fayoum, Egypte, h 54. 


241, 2.45; 6 178. 






Fées, 103. 


Épingles, b 187, 260, 263, 287, 300 


;ép. 


-poi- 


Femme-médecin, 173. 


gnai-ds, b 214; ép. -spatules. 


b S3 


sq. 


Fenouillet, Haute-Garonne, h 2.36. 


Epomanduodurum, b 123, 124. 






Fer, métal jjrécieux, b 220 ; premier âge. 


Epona, 118, 124 sq.; b 129, 164,176, 191. 


b 219 ; deuxième âge, b 238 ; statuette 


Épône, S.-et-O., 12, 2.«. 






de fer, b 186, 


Eporedirix, 145, 153, 172. 






Férébriange, Marne, b 268, 272, 273. 


Equateur, Aniér. centr., h 75, 77 






Fermoir, b 265, 301, 302. 


Équerre, ?49, 290. 






Ferrure de chevaux, 252, 290. 


Erge. 153 






Fertans, Doubs, b 229. 


Eres , b 138,139. 






Ferté (La), Allier, b 205. 


Escles, Vosges, 97, 98. 






Feurs, Loire, 6 170-2. 


Esculape, b 160. 






Fibrolite, b 31. 


Espagne, fe 51, 64, 65, 91. 






Fibulec albanaises, b 92; caucasiennes, b 


l'jsperandieu, (E.), 6 116. 






84 ; digitées, 6 117 (voir digitées) ; émail- 


Esquimaux, b 79. 






lées, b 152 ; franques, b 265 sq., 294 


Essarois, Côte-d'Or, 90, 118. 






sq.; gallo-romaines, b 186 ; gauloises. 


Estavayer, Suisse, b 211. 






i'>241sq., 243 sq. ; germaniques, b 


Esui(;) 6 284. 






96 ; ibériques, b 91 ; italiques, b 88- 


Esus, 89, 109. 






90; emploi de la fibule, b 220. 


Esuniopas, 116 ; h 165. 






Fidji (lies,, b 71. 


Étain, b 82, 200-2. 






Figurines en terre cuite, 6 125. 


Étalon de mesures, b 312. 






Fillinges. Haute-Savoie, 6 214. , 


Étampes, S.-et-O., 6 287,2X9. 






Fins d'Annecy, H.-Sav., 165 ; 6 IKQ, 182. 


Etats-Unis, h 77 sq. 






Flageolet, 6 185. 


Etnosus, 143. 






Flagey, Doubs, 6 229. 


Étoffes, b 123, 185, 198, 222, 224, 


251, 


252. 


Flamines, 140, 179. 


Étoges, Marne, b 268, 270. 






Elaminica, 14. 


Étréchy, .Marne, b 247. 






l-'lavigny, .Marne, h 270. 


Étrille, 290. 






Flavoleius,208. 


l'^trier (anse de vase en), h 86. 






Flèches à tranchaiu transversal, 6 37,269. 


Ettringen, Rhénanie, h 167. 






l-'lénu, Belgique, 6 10. 


Étui à aiguilles, h ls7. 






Fléty, Nièvre. 6 23. 


Eurises, 111. 






Fleuve, 6 169, 176; du Paradis, 77. 


Evangélisies, 77. 






l'ionheira, Hesse Rh., 6 294,295,315. 


Evans (Sir A.), b 58. 






Flottes romaines, 191, 211. 


Evans (Sir J.), b 23. 






Flûte, 6 185. 


Éventail, 243 






Flûte de Pan, 53 ; 6 117, 1.30, 142. 185. 


Evora, Portugal, b 51 . 






Fonderie, 6 2,36. 


Evreux, Eure, b 17S. 






Funt-iie-Gaume, Dordogne, 6 22, 23, 26. 


Excideuil, Dordogne, b 17, 18. 






Fontaine-sur-('oole, Marne, 6 231. 


Ex-voto de malades, 117 ; fc 117, 


alH.i, 


310. 


Forclaz(La), Haute Savon- iVi.Ix'» 


Eygenbilsen, Belgique, b 226, 232. 




Forgeron gaulois, 2/|7. 



348 



Forges gauloises, b 235. 
Formes des vases ornés, h \hk- 


Ginest, Mayenne, 184. 
(MMH've, b 180, 184. 


Fortis, fabricant de lampes, b 157. 


(jénie du Forum, 120 ; des Leuques, 128. 


Fortune, 24, 108, MO, in, 137, 168; 6 1.31, 


Genou votif, 118 ; b 121. 


169. 
Fossés du château, 12. 


Ger, Hautes-l'yrénées, b .34, 221, 222. 
Gergovie, 61 ; h 122. 


Fossombrone, Italie, h 65. 


Germains, 37 ; 6 241. 


Foulon, 243. 
Fourche, /) 90, 105. 
Fourchette, b 188. 
Fourdrignier (F.), h 251. 
Fourreaux, 204 ; b 81, 215, 2'i7. 
Fourrées (monnaies), bSl'i. 
Foyers (outils du), 277. 
Framée, ft 314. 
Francisque, b 314-6. 


Germanicus (?), 70. 
(iéroniont, Belgique, 118. 
Géry, Haute-Garonne, 122 
Gesahennac, 103. 
Giemagus, 146. 
Gilbert (Lies), /> 68. 
Ginimeldingen, Bav. Rh., b 218. 
Gisaciis, 151. 
Glaciers, b 8. 


François 1", 7 : b 48. 
Francovée (Saint), 82. 


Gladiateurs, b 127, 131, 1.32, 139, 140. 143, 
144. 157, 173, 189. 


Franque (époque), /' 290. 


Glasinatz, Bosnie, b 219. 


Frasne, Jura, b 22». 
Frédùric VU, b 50. 
Freilaubersheim, Hesse Rh.; b 295. 


Golasecca, Italie, b 87 

Gongs, b 90 

Gordien III, 52, 148 ; fc 191. 


Fréjus, Var, 69. 
Frémiet (E.), b 193. 
Frencq, Pas-de-Calais, 212. 


Gorge d'Enfer, Uordogne, b 18. 

Gorge Meïllei (lai, -Marne, b 2.50, 285, ^^89. 

Gori, Géorgie, b 82. 


Fridolfing, Havière, b 294. 


Gorille, b 12, 13. 


Frise de l'arc d'Orange, 48. 


Gorm, roi, 13. 


Frolois, Coie-d'Or, 224. 


Goths, b 291. 


Frontal (trou du), Belgique, b 13, 16. 
Frontinus. verrier, b 145, 148, 149, 151. 


Goudargues, Gard, 79. 
Gouécourt, Vosges, 173 


Frouard, Meurthe, b 209. 


Gourdan, Haute-Garonne, b 19. 


Fumerault, Yonne, b 11 . 


Gourde, b 15.5, 156, 23'|. 


Fusaioles b 29, 187. 


Gourillach, Finistère, b ti\ . 


Gafsa, Tunisie, 6 105. 
Gaines de haches, b 35, 37. 
Galates, 32, 37 ; b 196, 239. 
Galatie, h 2.39. 


Goyet, Belgique, b If). 

Graechwyl. Suisse, b 226. 

Graffltç, 217. 

Gramat, Lot, b 214, 231. 

Grand, Vosges, 117, 128. 168, 177, 226. ; b 


Galets coloriés, b 276 : galet d".\ntil)es, 
150. 


17'i, 186. 
Grand cerf d'Irlande, b 11, 14. 


Gallelius, Danomark. b 10(). 


GrandSaint-Bernard. b 187. 


Galles (H.), b 43. 


Grannus, 97, 98, 119. 


Gambier 'iles;, b 72, 74. 


(iraufesenque (la) prés Millau, .Vvcyron, 


Gannat, Allier, 128 ; b 289. 


/' 135, 140. 


Ganyinède, 54 ; b 143, 181, 190. 


Grau.v. Vosges. 98. 


Garenne-du-Roi (l.a), Oise, b 176, 187. 


Gravures relatives à Saint-(iermain, 85. 


Gargouilles, 24. 

Garin, Haute-Garonne, 78, 226. 


Gray, Haute-Saône, b 170. 
'Grenoble, Isère, 168 ; b 178. 


Garniture de ceinture, /> 187. 


Grenouille, b 148. 


Gaulois dans l'art, .32 sq. — Alesia, 6 117; 


Grenouillet, Cher, 154. 


Bologne, 39 ; Capitole, 32 ; h 2'i9 ; le 


Grésine, Savoie, // 202. 


Caire, 37 ;Délos,.35, .37 ; Dresde, 36; du 


(jrézan, Gard, 41 


[.ouvre, 35 ; Ludovisi, .33 : Venise, 


Griffon, 60, 225 ; b 17'i, 229, 294. 


.34 ; pillant Delphes, b 139. 


Groenland, /) 79. 


Gavrinis (ile de), b 42 '|4. 
Gayette, Gard, 2.30. 
Gayole (La), Var, 84. 


Gros-Guignon, Vienne, b 225. 
Grozon, Jura, b 168, 169, 176 
Grues, 45,89. 






i 



349 



Gruffy, Haute-Savoie, 6 311. 
Guéprei, Orne, b 309. 
(luerche (La), Cher, 6 132. 
Guern an-Floch, C.-du-N., b '205, 236. 
Guerrier grec blessé, h 46, 173. 
(Juerrier grec dit de Marathon, b 92. 
(tuinée, Afrique, b 55 
(iundestrup, Danemark, b 101, 300. 
Gurina, Carinthie, b 96. 
Gurzon, Creuse, b 299, 312. 
Guyane, Amérique du Sud, b lU, "6. 
Guyansvennes, Doubs, b 229. 
Guzel-Hissar, Asie Min., 39. 

Habacuc, b 307 sq 

Haches à bords ondulés (Caucase), b 
83 ; à bouton, 6 31, 35 ; ébauchées, b 
196 ; épaulées, b 67. 

Haches quaternaires, b 10 sq., 'j8 sq., 78, 
263 sq. ; néolithiques, b 29 sq., /' '48 
sq, ; de bronze, b 203 sq. ; 6 218 sq. 

Haches franques, b 263 sq. 

Hadrien, 29, 54. 

Haguenau, B. Rh., b 228, 232,237. 

Halage, 238. 

Haliade (La), Hauies-Pyrénées. b 282. 

Hallein, Autriche, b 95. 

Hallstatt, Autriche, b 93, 94, 219, sq. 234. 

Hameçon, b 198, 203. 

Han-du-Diable, Marne, b 227, 243 

Hanau, Hesse-Nassau, 157. 

Hanovre, b 190. 

Harnachement, 145 ; b 187, 211, 222, 249, 261. 

Harpe, b 81. 

Harpocrate, b 178, 180. 

Harpons, h 18, 23, 104, 279, 282. 

Hastedon, Belgique, b 29. 

Hastière, Belgique, b 14. 

Hauterive, Allier, b 205. 

Haute -Roche, Côte-dOr, 83. 

Havange, Moselle, 109. 

Hawaï (îles), 670. 

Heddernheim près Francfort, b 164, 190. 

Heidolsheim, Bas-Rhin, 6 285, 288. 

Hélios, b 167. 

Hémoroîsse, 82; 6 301. 

Hercule, 24, 54, 87. 88, 98, 105-7, 110, IM, 
176, 240; 6120,131, 143, 157, 160, 161, 
171, 172, 186, 187, 189. Voir Saxanui. 

Hermaphrodite, 6 178. 

Hermès, Oise, 145. 

Hermet (abbé), 13. 

Héron de Villefosse (.\.), b 46. 

Herpaly, Hongrie, b 190. 

Herpès, Charente. 6 297, 298, 299. 

Herstal, Belgique, 6 178. 

Hexham, Angleterre, 209. 



Fliéraple, Moselle, 12o, 136, 143; b 181. 

llildesheim, Hanovre, b 189. 

Hillion, Côtes du Nord, 210. 

Himmelsreich, Saxe .Vit., h 50. 

Hippopotame, 6 5, 103, 104. 

Hipposandales, 252.290: b 120,121. 

Hittites, 6 57. 

Holsiein, b 64. 

Honduras, Amérique centrale, b 77. 

Hongrie, 6 50, 64, 65, 190. 

Horaire du Musée, 5. 

Horgne (La), .Moselle, 125, 126. 

Hoteaux(Les), Ain, 6 24, 25. 

Houdard (G.), 7. 

Hoxne, Angleterre, 6 48. 

Hradisht de Stradoniiz, Bohème, 6238,246 

Hubert (H.), 5; 6 258. 

Humes, Haute Marne, 6 215. 

Hundersingen, Wunemberg. 6 96. 

Huns, 6 291. 

Husiatyn, Galicie, 6 100. 

Hycres, Var, 6 246. 

Hygie, 6 116. 

H y las, 240. 

Hypnos, 6 165, 169. 

Ibères, 6 201. 

Ibériques, noms, 236; inscription, 

Iccavos, 155. 

Idaea mater, 178. 

Idennicue, 152. 

Idria di Baca, Istrie, 6 94. 

lerombal, 195. 

Igel, Rhénanie, 240; 6 191. 

Igharghar, Maurétanie, b 53. 

Ilia, 6 157. 

Ilixo, 153; 6142. 

lUyrie, 6 221. 

Imaginifer, 209. 

Imbros (île d"), 6 61. 

Incinération, 220, 222; b 39, 43, 2.39, 241. 

Inde anglaise, 6 55. 

Ingwiller, Bas-Rhin, b 232. 

Inhumation. 220; 6 39, 93, 239, 241 ; secon- 
daire, 6 31. 

Inscriptions celtiques, 118, 120; sq. 137, 151, 
154, 167; 6 109, 123, 179, 289; franques, 
b 275: grecques sur vase gaulois, 6 110; 
pehlvie, 6 2^9; runiques, 6 191, 297; 
vaimiques, 6 82; sur vases, 6 178. 

Inscriptions latines en fac-smiilé dans 
des meubles à volets, 170, 171, 188, 
207, 255. 

Irisation, b 146. 

Irlande, 6 51, 99sq., 288 

Isis, 6 161. 

Isie (L"), Vaucluse, 155. 



350 



Isturits, Basses-Pyrénées, b 21 . 
Italie, 6 52, 87 sq. 
Itinéraire sur piei're, 185. 
Ituréens, 195. 



Jade, b 72, 98, 306. 

Jadéite, b 28, a^, 37,67,78,195, 196.198,268. 

Jaegersweilfer, Suisse, b 236. 

Jalipny, Allier, b 289. 

Janibelet, b 22.i, 230- 

Jambes croisées, 106, 107, 111, 117: 6 162, 
163. 

Jambières, 6 189, 211, 235 

Januaris, b 181. 

Jaspe, b 18. 

Jaulzy, Oise,* 185. 

Jausiers, Basses-Alpes, h 222. 

Java (ile dci, b 67,68. 

Jayet ou jais, b 86, 180, 187, 225, 231, 2^^, 
265. 

Jean (Saint), 78. 

Jellinge, Danemark, 13. 

Jésus, 76 sq. 

Joches, Marne, b 273. 

Jonas, 78, 80. 

Jonchery, Marne, b 253, 256, 257. 

Joug, b 2/»8, 258. 

Jours de la semaine, 101, 106, 109; b 168. 

Jouy-Dombasle, Meuse, b 186. 

Jouy-le Comte, S.-et O., b 287, 294, 298, 
299, 314. 

Jovin (tombe dite île;, 28. 

Jubiains, .Mayenne, 51 ; b 178. 

Judenburg, Styrie, b 95. 

Jugulaire, 203, 204. 

Juives (inscriptions'), 81, 82. 

Jules (tombeau des), 50. 

Julien l'Apostat (prétendu), 57. 

Julien (thermes de), 169. 

Junglinster, Luxembourg, 185. 

Jûnkerath, Rhénanie, 2:35. 

Junon, 87, 106, 107, 110, 114, 141, 173; b 181. 

Jurtones, 173. 

Jupiter, 24, 87, 97, 99, 100, 105-V, 109, 122, 
131, 141, 157, 176, 177, 240; b 130, 164, 
166, 178, 181, 187. — liéliopolitain, 177. 
Justice vLa), S.-et-O., b 30, 38. 
Jutland, 6 50. 

Kadesch, Syrie, 6 57. 
Kaca, b 71, 72. 
Keller (Ferdinand), b 194. 
Kercado, Morbihan, b 38. 
Kermilin, Finistère, b 35. 
Kernuz, Finistère. 137, 173. 
Karecao, Finistère, 1S6. 



Kertch, Russie, b 81, .304. 
Kervazonem, .Morbihan, b 289. 
Kerviltré, Finistère, b 219, 236. 
Kbamissa. Algérie, b 185. 
Kjo^kkenmœddings, b 50, 56. 
Klein-Aspergle, Wurtemberg, b 97, 238. 
Klein-Winternheim, Rhénanie, 118, 208. 
Koban, Caucase, b 82 sq. 
Kœngen, Wurtemberg, 127. 
Kœnigshofen, lîas-Rhîn, 191. 
Korkono, Morbihan, b 38. 
Kourganes, b 80. 
Kreuznach, Rhénanie, b 226. 
Kriss malais, b 68. 
Kurdistan, Asie, b 57. 

Lac des Merveilles, Italie, b 52. 
Lacrymatoires, b 150. 
La Ferté, Allier, b 205. 
Lambèse, Algérie, 188. 
Lamentations funéraires, 229. 
Lamerey, Vosges, 135. 
Lampadaires, b 46, 173, 178, 188. 
Lampes, b 23, 156, 157, 175, 181, 184, 189, 

261. 
Landonzy-la-Ville, Aisne, 6 164. 
Laneuvillc, Loiret, b 308 
Langres. Haute-Marne, 92, 105, 252; 6 299. 
La Noë (général de), b 248. 
Laocoon, b 143. 
Lares, 95; b 172. 
Larnaud, Jura, b 202, 215. 
Lartet (E.), b 6. 
Latène, Suisse, b 238 sq. 
Laugerie-Basse, Dordognc, b 20, 21, 25. 
Laugeric -Haute, Dordogne, b 18. 
baumes (Les), Côte-d'Or, b 118. 
Laupen, Suisse, b 170. 
Laurion, Grèce, b 62. 
Lausanne, Suisse, b 85. 
I.avoye, Meuse, b 301. 
Lavigny, Suisse, b 307. 
Lazare (Saint), 78. 83;fc 301. 
Lectoure, Gers, 148, 179. 
Léda, b 181. 

Légions romaines, 180, 217, 218 
Légionnaires, b 112, 113. 
Lehercnnus, 160, 167. 
Lelhunnus, 160. 
Lenkoran, Perse, b .84, 309. 
Lépine, Marne, 227; b 149, 155. 
Lepontius, 197. 
Léry, Eure, 230. 

Lespugue, Haute-Garonne, 6 21. 
Lessart (Le), C6tes-du-Nord, b 214. 
Leuques, 128. 
Levallois, Seine, 611. 



I 

I 



351 



Lezoux, Puy-de-Dôme, 16, 25, 137, 213, 

214, 215; h 128, 136, 138. 
I-ionos Contextes, 154. 
I.ieues gauloises, 181. 
Lièvre, 240, 2a'7. 

I.iffremont, Seine-Inlérieure, 114. 
Lignite, h 231, 244, 253, 280. 
Ligures, 41; b 201, 206, 221. 
Libertus, b 135, 141, 142. 
Lillebonne, Seine-Inférieure, 60. 98, 242; 

b 173, 174, 177, 283. 
Lirabacii, Palatinat, 124. 
LimeuiL Dordogne, b 21. 
Linarès, Espagne, b 91. 
Lion, b 174, 183, 184; de Némée, b 131. 
Livernon, Lot, b 225. 
Livres de beurre, b .32. 
Lizj', Aisne, b 311. 
Locras, Suisse, b 196 sii. 
Lœb (James), b 139. 
Lokniariaker, Morbihan, b 38, 42, 43. 
Lomliards (bijoux), b 237, 286. 
Lombrive, Ariège, b 29. 
Longeville, Moselle, b 216. 
Lorsch, H esse, h 96. 
Loriet, Hautes-l'yrénécs, b 21, 2;'), 278. 
Loudevielle, Hautes-Pyrénées, 160. 
Louis VI, 7. 
Louis XI, 7, 72. 
Louis XIV, 7, 73. 
Loup, b 161. 
Lour, b 99. 

Lourdes, H.-Pyr., 6 21, 178. 
Louve romaine, 204. 
Lozère, 6 39,44. 
Luc (Saint), 78. 
Ludion, H. -G-, 153, 117. 
Ludovisi (Gaulois), 37. 
Ludres, Meurthe, 95. 
Ludwigsburg, Wurt., 6 96. 
Lune, 202, 2'il. 
Lunel, Hérault, 69. 
Lunule d'or, 6 100. 
Lunulée (anse), 6 64. 
Lusace, 6 64, 99. 
Lutetia (personnifiée), 6 182. 
Lutteurs, 6 176, 187 . 
Luxembourg, 6 174. 
Luzieau, Aisne, 6 292, 294, 296, 297, 309, 

311. 
Lyaudy, Haute-Savoie. 6 174. 
Lycurguo (roi), 6 127. 
Lyon, Rhône, 54, 181, 189, 228; 6 161. 

Macédoine, 6 52. 
Machine de guerre, 61. 
M&choires quaternaires, 11 sq. 



.Mackenheim, B.Rh., b 299. 

Madeleine (La), Dord., 18, 25. 

Meël-Pestivien, C.-du N., 6 236. 

Magdalénien. 6 8. 

Magie, 6 18, 25, 34, 56. 61, 64. 

Magny -Lambert, C.-d'O , 6 222, 237, 285. 

.Vhignelonne, (Hérault) 81. 

Mai a, 24, 114. 

Maiersdorf. Autriche, 6 66. 

.Maillet, b 162; voir Dieu au mailler,. 

Main tenant stile, 6 178. 

-Maison Carrée, 67, 68. 

Maisse, S.-et-O., 6 217. 

Maître (Abel), 5 ; 6 30, 37, 42, 87, 257. 

Maiurrus, 15. 

Malacca, 6 67, 68, 106. 

Malain, Côte-d'Or, b 168. 

Malaucène, Vaucluse, 154. 

Maligny, Côte-d'Or, 6 176. 

Malmaison (La) Meuse, 133, 235. 

Mammouth, b 5, 18, 21. 

Mandeure, Doubs, 6 123, 172, 174, 186. 

Mané-er-Hrœk, Morbihan, b H4, 35, 44. 

Mané-Lud, Morbihan, 6 42. 

Maiiosqup, B -Alpes, 78. 

.\lansard, (H.), 7. 

Mantes, S.-et-O., 82. 
Mantoche, Haute-Saône, 61. 

Marbre de ïhorigny, 171. 

.Marc de raisin, 2'40. 

Marc-Aurèle, 25, 29,. 31, 32, 187. 

Marchand à son comptoir, 242. 

Marchélepot, Somme, 6 296. 

.Marcilly-sur-Eure, Eure, 6 13. 

.Marettes (Les), Seine-lnf., 6 29. 

.\lareuil-le-Port, Marne, 6 270. 

Marie, la S" Vierge, 73. 

Marie de Modène, 6 46. 

Marignac, H. -G., 172. 

Marines, S.-et-O., 6 31. 

Marios, 50. 

Markolsheim, B.-llh., 6 2%. 

Marly-le-Uoi, S.-et-O., 6 31. 

Marne (nécropoles de la), 6 240. 

.Marnien, 6 233. 

Marolles, Indre-et-Loire, 6 31. 

Marosallura, 156. 

Marques de briques, 217. 

Marquise, P.-de-C, 167. 

Marquises (îles), 6 70, 72,74. 

.\«ars, 16, 90, 99, 109, 110, 113, 137. ICI, 107, 
240 ; 6 157, 168, 191 . 

Marsal, Meurthe, lf>6 ; b 1H6. 

Marseigne, Allier, 6 255,289. 

Marseillais, 44, 51. 

.Marseille, B-do-R., 58, 81, 100, 180. 

Marsyss, 6 156. 



352 



Marteaux, 116, 122, 268, 270 ; b 36, 37, 1K6, 
1%, 2G3, 268. 

Martialis, 155. 

Martin, dl.), historien, 13. 

Martin (H.), préhistorien, b 11. 

Martres-Tolosanes, H. -G., 5/i, 56, 5K. 

Martroy(Le), Aisne, b 259. 

Mas-d'Agenais, L.-et-G., 59 

Mas-d'Aire, Landes, 78. 

Mas-d'Azaïs, Aveyron,232. 

Mas-d'Azil, Ariège, h 21, 25. 276 280-2. 

Mas-l'Aveugle, Gard, 230. 

Mascaraux (F.), b 277, 279. 

Masques, 54, 185, 200 ; b 165, 182. 

Massât, Ariège, b 20. 

Massue, 6196 

Matériaux de construction, 212. 

Mathay, Doubs, h 123. 

Matrai, Tyrol, b 96. 

Maires nemetiales, 103. 

Matrones, 103. 

Mauer, près Heidelberg, b 12. 

Maule. S.-et-O., 16. 

Maurels (Les), Aveyron, 231, 233. 

Maure-de-Bretagnc, llle-et Vilaine, b 20'). 

Maurecourt, S.-et-O., 6 176. 

Mausolée des Jules, ^9 ; des Secundinii, 
260. 

Mavilly, Côte-d'Or, 109. 

Maximin, 188. 

Maximin Daza, 185, 187. 

Mayence, liesse rh., 77, 107, 126, 209, 225 ; 
arc, 180; colonne, 20. 

Maynal, Jura, 6 311. 

Mazard (H.), 5. 

Mazière-les-Bourges, Cher. 6 235. 

Mèche suève, 247. 

Médaillons de l'arc de Constantin. 27. 

.Médecin oculiste, 235. 

Méduse, b 46, 149, 170, 171, 176, 177, 187. 

Mégalithes, b '21 . 

Melle, Deux-Sèvres, b 293. 

.Méloisey, C. -d'Or, 6 225. 

Melun, S.-et-M, 98, 115. 

Menchecourt, Somme, 6 9, 40. 

Mendès, Egypte, 149. 

Menhir-s, 13 ; b 26,38. 

.Meniraane, 254. 

.Mer Rouge, 83. 

Mercey-sur-Saônc. H. -Saône, b 225, 288. 

Mercure, 24,25,61,86-88, 90,92, 93,95, 
10<i, 110, 113, 114, 116, 118, 122, 131, 
133, 136, 137 187 ; /) 97, 116. 129, 130, 
131, 139, 157, 164, 168, 176, 180, 186, 187, 
191, 271. 287. 

Mère des dieux, 148. 

Mères de Nîmes, 155. 



Mérimée (P.), b 41, 42, 122. 

Mertzing, Sarre, h 235. 

Méry, Oise, b 290. 

Mesaxoudis (collection), 6 304. 

Mesly, Seine, b 35. 

.Mésopotamie, 6 57. 

.Mesvos-sur-Loire, Nièvre, 140. 

Mesvin, Belgique, 6 29. 

Mesvrin, 105, 116. 

.Métaux (travail des), 267. 

Metz, Moselle, 92, 95, 102, 127, 187 

-Meudon, S.-et-O., 6 35. 

Meulan, S.-et O., 224. 

Meules, 61 ; 6 31, 34, 78, 197, 199, 275, 
276. 

-Meursault, Côte-d'Or, 126. 

Mexique, 24 ; 6 78. 

Micoque(La), Dofd.,6 26. 

Midas, 6 200. 

Mieussy, H.-Sav., 161. 

.Milagro, Espagne, 6 51. 

Milan, Italie, 79, 229. 

Milhaud, Gard, 16, 188. 

Mille romain, 181. 

Milletiori, 6 148. 

.Millet (Eug.),8, 39. 

Milo (ile de), 6 62. 

Minerais de cuivre, 6 51. 

Minerve, 24, 54, 88, 106, 110, 113, 122, 141, 
204; b 129, 131, 138, 139, 151, 157, 161. 
189. 
Mines d'argent, 180. 
Minos 6 157. 
Minot, Côte-d'Or, 6 224, 225. 

Mirabel, Ardèclie, 96, 186. 

Miroirs, 24 ; 6 187, 260. 

Mithra et personnages mithriaquos, 148, 

149; 6 61, 117. 
Moccus, 92, 

Modèles de monuments gallo-romains, 64 • 
de monuments mégalithiques 6 37 sq. 
Modius, 6 160. 
Moelle, b 14. 

Mœringen, Suisse, 6 205, 206, 211. 
Mogetius, 172. 
Mogontiacenses, 107. 
Mogontiacum, 185. 
Mogounus, 235. 
Moidons(Les), Jura, 6 229. 
Moind, Loire, 140. 
-MoUuques (lies), 6 07,68. 
Monaco, 6 193. 
-Monceau, S.-et-L., 99. 
Monceau-Laurent, Cote-d'Or, b 222, 23S. 
Monccau-Milon, Côte-d'Or, 6 230. 
Monceaux-le-Comte, Nièvre, 145, 195. 
Mondragon, Vaucluse, 16, 208. 



Mo ni mus, 195. 

Monnaie, h 20a, 21S, im ; à l'arc en ciel, 
b 285. 

Monnaie de Lyon, 191. 

Monsheini, Hesse-Rli., b 50. 

Montaigle, Belgique, /) 14. 

Montaland (C), 6 37. 

Montans, Tarn, b 136. 

Monrt-Berny, Oise, b 165. Voir CompU- 
gne. 

Mont-Chyprès, Oise, b 182, 283. Voir Com- 
pifigne. 

Monte Aperto, Italie, b 9. 

Montgaudier, Charente, b 20. 

Montguillain, Oise, b 11. 

Monthelon, Marne, 247. 

Monthureux, Vosges, 145. 

Montières, Somme, b 22. 

Montiuçon, Allier, 95. 

Montreuil, Seine, b 11. 

Montrichard, Côte-d'Or, b 225. 

Mont Saint- Jean, Sarthe,98. 

Mont Saint Michel en Carnac. Morb.,6 35. 

Mont-Sangeon, H. -Marne, 6 231. 

Montre solaire, b 181. 

Monumentum.'11'è . 

Morains, Marne, b 271, 272. 

Moreau (Fréd.), 75,76 ; 6 258, 266. 

Morel (Léon), b 244. 

Morel d'Arleux (A.), b 171. 

Morgan (H. de), b 56. 

Morgan (J. de), b 102. 

Moritasgus, 116; b 121, 122. 

Mors, 290 ; b 90, 187, 209, 211, 249, 258, 
261. 

Mortier à déversoir, b 154. 

Mortillet (G. de), 5 ; b 23. 

Mosaïques, 44, 188, 210 ; b 1.32, 266. 

Mouflon, 6 82, 83, 84. 

Moules, b 66, 132, 142, 182, 202, 205, 206. 207, 
209, 213, 217, 218, 310; de couteaux, 
b 206; d'épingles, b 213 ; de t'aucilles, 
6 205 ; de haches, b 06, 207, 217. 218 ; 
de lances, b 218 ; de terres cuites, b 126, 
130,131, 132; de vases ornés, b 139, 142. 

Moulin-Quignon, Somme, b 11. 

Mound-Uity, Etats-Unis, b 79. 

Mounds, b 78. 

Mouranka, Russie, b 81. 

Mouriez, B .-du-Rh . , 202 . 

Mousselots (Les), C.-d'Or, b 285. 

Moustérien, b 8. 

Moustier (Le), Dord., b 14. 

Mouthe (La), Dordogne, b 23 

Mur-de-Barrez, Aveyron, 188. 

Murcens, Lot, 61 ; b 111, 112. 

Mûri, Suisse, b 164, 166, 167, 172, 184. 

Murs gaulois, b 111, 112. 



353 



Murs vitrifiés, 13. 
Musée chrétien, 74 sq. 
Musicien militaire, 194. 
Mycènes, Grèce, 6 58sq. 

Nagy-Szent-Miklos, Hongrie, b 190. 

Nain, b 173. 

Naix, Meuse, 28, 222; b 115, 173, 176. 

Namur, Belgique, b 123. 

Nancy, Meurthe, 95. 

Nanterre, S.-et-O., 65 ; b 258. 

Nanteuil, Aisne, b 260. 

Nantosvelta, 100. 

Narbonne, Aude, 53, 76-8, 81, 138, 143, 

157, 179; b 187. 
Naria, b 164. 
Nauheim, Hesse, b 300. 
Naulette (La), Belgique, b 12. 
Navette, b 185. 
Navire de guerre, 39. 
Nativité de J. -G., 81. 
Neanderthal, Rhénanie, b 13. 
Nègre, b 120, 173, 287. 
Négresse, b 131 . 
Nehalennia, 102. 
Nelli (L.), b 278, 279. 
Nemausus, 120, 177. 
Nemesii, 146. 
Nemetiales, 103. 
Nemetona, 90, 118. 
Néolithique, b 26, 48, 268. 
Néphrite, b 28. 
Néréide, b 81. 

Néris, Allier, 95, 106, 128, 140, 218 ; b 176. 
Néron, 23; 6 167. 
Nesle, Somme, b 298. 
Nesle-Hodeng, S. Inf., b 297. 
Neufchatel, Suisse, b 248. * 

Neufchâtcau, Vosges, b 289. 
Neumagen, Rhénanie, 238, 241, 244, 257. 
Neuvy-en-SuUias, Loiret, b 159. 
Neuvy-sur-Baranjon, Cher, 217; b 29. 
Neuwied, Rhénanie, 137. 
Nevers, Nièvre, 101. 
New-Forest, Angl., 136. 
Newgrange, Irl., b 42. 
Nexon, Hte- Vienne, 6 225. 
Nicopol, Russie, 6 81. 
Niederbetschdorf, Bas-Rhin. 167. 
Niederbronn, Bas-Rhin, 131. 
Niederstockingen, Wurt., 6 295. 
Nierstein, Rhénanie, 96; 6 226, 235. 
Niger, b 55, 79. 
Nîmes, Gard, 54, 98, 120, 122, 155, 156, 177, 

181, 184, 186 : b 106. 257 ; arènes, 65 ; 

Maison Carrée, 67; temple de Diane, 

69. 

23* 



354 



Niort, Deux-Sèvres, b 35. 
Niveau de maçon, 248, 249, 290. 
NoaiUes, Corrèze, b 23. 
Noé, 83. 

Nogent-sur-Marne, Seine, 12. 
Nolay, C. -d'Or, 99, 122, 236. 
Nonfous, Suisse, 176. 
Nounenbrucli, Bas-Rhin, b 231, 232, 236. 
Nordendorf, Bav., b 295. 
Norroy, Meurtiie, 176, 195. 
Notre-Dame de-Laval, Gard, 156. 
Notre-Dame d'Or, Vienne, b 205. 
Noue (La), G. -d'Or, 217. 
Nouvelle-Galédonie, 13; 6 67, 69, lU. 
Nouvelle-Guinée, b 68, 69, 74, 199. 
Nouvelles-Hébride», b 70. 
Nouvelle-Irlande, b 70. 
Nouvelle-Zélande, b 70, 72. 
Novare, Italie, 155. 
Nûviodunum, 115. 
Noviomagus, 185. 
Noyon, Meuse, 6 167. 
Nucleus, b 22, 23, 32. 
Nuit personniQée, 46 ; b 142, 167. 
Numidie (montagnes de), 172. 
Numismatique, b 282, 316. 
Nuraghes, 6 52, 192. 

Nymphes, 95, lOO, 162 ; de l'Etuvée, 105 ; de 
la Marne, 105; de la Seine, 103. 

Oberbronn, B.-Rhin, 204. 

Oberolm, Rhénanie, b 50. 

Obsidienne, b 85, 105. 

Occipitale (section), 6 165. 

Océanie, b 67 sq. 

Oclios, 117. 

Oedenburg, Autriche, b 94. 

Oehringen, Wurt., 126. 

Oenochoé, b 224, 227, 228, 232, 234, 238, 251 , 

252, 288. 
Ofaev, Russie, b 81. 
Offstein, Hesse-Rh., b 183. 
Oiseaux, 101, 116, 253. 
Oiseleur, 253. 
Oizon, Gher, b 320. 
Olbia, Russie, 37. 
Olmo, Italie, 6 13. 
Olympie, Grèce, b 230. 
Omphalos, 12. 
Onagre iraachiue),G2, 70. 
Or (objets d'), b 263 sq. 
Orange, Vaucluse, 183, 224 ; 6 153 : arc, 

16, 41 ; théâtre, 64. 
Oranle, 76, 84- 
Orcet, l'.-de-D.,22'i. 
Orevams, 124. 
Ofgelet, Jura, b 308. 



Orgon, B.-du-Rh., 156. 

Orléans, Loiret, 146. 

Ornithomorphcs (fibules), b 294 sq. 

Orphée, b 177, 187. 

Orpierre, Htes-Alpes, b 162. 

Osthausen, Bas-Rhin, b 232. 

Ostiaks, b 81. 

Osuna, Esp., 182. 

Ottenhausen, Suisse, 6 173. 

Ours, 53, 101 ; b 5, 127; oui se, b 164. 

Outillage agricole et industriel, 257 sq. 

Oyes, Marne, b 274. 

Pacatianus, 6 188. 

Padoue, Italie, 200. 

Paix romaine, 139, 234. 

Palafittes, b 193 sq. 

Palatin à Rome, 219. 

Palefrenier, 253. 

Paléohthique, b 6, 48, 263,268,276, etc. 

Paléontologie, 6 14. 

Palestine, b 57. 

Palettes, b 52, 54, 50, 103, 104. 

Palme chrétienne, 121, 191. 

Pamproux, Deux-Sèvres, b 39. 

Pan, 53, 113, 131; b 138, 170. 

Pancratiaste, b 173. 

Panthère, b 173,174,191. 

Panticapée, Russie, b 81, 304. 

Pâques (île de), b 72, 73. 

Paraguay, b 75. 

Parançot, Jura, b 229. 

Parasite (?), b 130. 

Paray-le-Monial, S.-et-L., b 320. 

Parazonium, 202. 

Parcellaire cadastral, 183. 

Paris gallo-romain, 13, 14, 39, 57, 60, 62, 

69, 75,76, 88, 91, 92, 105, 109, 110, 113, 

115, 118, 185, 191, 194, 229, 248 ; b 156, 

168, 182, 184. 
Paris, beau berger, b 139. 
Parques, 103. 
Parthcnopeus, b 157. 
Patagoaie, b 74. 
Patère, 6 283. 
Paternus, b 142. 

Patine des silex, b 10, 11, 22, 23, 33, 56. 
Paul (Saint), 78, 80, 83. 
Pavillon Henri IV, 7. 
Payement des l'ermages, 238. 
Peccatel, Mecklembourg, 64. 
Pécheurs, 77, 84 ; b 140. 
Pecq (Le), S.-et-O., 6 9, 11, 31. 
Peclorius d'Autun, 82. 
Peignes, 114, 285 ; 6 196, 205, 265, 271, 301, 

311. 
Peintre eu bâtiments, 249. 



I 



I 



i 



II 



355 



Peinture quaternaire, 622 sq.; romaine, 216. 


Pilotis, 63; 6 200. 


Peleger, 82. 


Pilum, 209 ; b 121, 122. 


Pelet(Aug.), 6?i. 


Pincettes, 6 99, 187, 265. 


Pelle, 272, 275. 


Pmtadera, 6 75. 


Pendeloques, b 17, 18, 20, 22, 29,31, 35. 37, 


Pioche, 272. 


U\, Itk, 6'i,70,82, 91, 181, 186, 202,205,211, 


Pipe indienne, 6 79. 


225, 229, 2/i5, 2^6, 249, 253, 269, 279, 282, 290, 


Pirogues, 62, 63, 224 ; 6 63. 


293, 2'.'6, 299, 300,310. 


Piroutet (M.), 6 229. 


Penha la Miel, Esp., 6 51. 


Placard (Le), Char., 6 16, 17. 


Penhouet, L.-Inf., 6 215. 


Plaid écossais, 235. 


Penne, L.-et-G., 6 174. 


Plaques et contre-plaques fraiiques, b 307 


Pépites d'or, b 288, 310. 


sq . ; 310 sq . 


Pequarius, 196. 


Plaque de brèche quaternaire, 6 11. 


Péquigny, Somme, b 37. 


Pliant, 240; 6 261, 314. 


Péran (camp de), C.-du-N., 13. 


Plomb, 212. 226-8; 6 218. 


Perforation de pierres, b 196. 


Plombières, Vosges, 222. 


Pergame, Asie-Min., 39. 


Plougrescant, C.-du-N., 6 214. 


Périgueux, Dord., 75, 96, 101. 


Plouharnel, Morb., 6 35,38. 


Perles de bronze, b 40 ; de verre, b 224. 


Plume sur la tête de Mercure, b 168. 


Voir verreries. 


Pluton, 105. 


Perocus, 154. 


Pœninus (Jupiter), 6 187. 


Pérou, b 75, 76, 107. 


Pogamogan, 6 79. 


Pérouse, Italie, b 91. 


Poids, b 182, 198, 202. 


Perroix, Hte-Sav., b 229. 


Poignard en bois de renne, 6 20 ; à 


Perrouse (La), Côte-d'Or, 6 224. 


antennes (voir antennes); anthro- 


Perse, b 57. 


poïde, 202, 22/j; de bronze, 6 41, 212 


Persée, 240; b 142. 


sq. ; de fer, 6 121, 248 sq.; du Caucase, 


Pesons, b 182, 202. 


6 85; de Chypre, 6 61; de Mycènes, 


Petit- Aspergle, Wurt., b 237. 


6 60; de Sesto-Calende, 6 87, 


Petit-Mont-en-Arzon, Morb., 6 44. 


T'oinçons, 200; 6 139, 182. 


Petit-Morin, h 268, 269, 275. 


Pointes de flèche, 6 202, 263, 269; polies, 6 104. 


Petit-Villatte, Cher; 6 217. 


Pointes de Gourdan. 6 278. 


Petrossa. Roumanie, b 190. 


Pointes de lance, 200; 6 10, 15, 202, 218 sq. , 


Peu-Richard, Char.-lnf., 6 30. 


241, 244, 248, 252, 256, 261, 314. 


PfiiTigheim, Hesse-Rh., 6 300. 


Poissons, 82; 6 101, 285,298, 300. 


Pfullingen, Wurt., 6 295, 300. 


Poissy, S.-et-O., 6 11. 


Phaestos, Crète, 6 59. 


Poitiers, Vienne, 75, 78, 84, 151 ; 6 42, 147, 


Phalères, 196, 197, 210 ; 6 218, 246, 249. 


181, 286,289. 


Phalliques (amulettes), 6 186. 


Poitou, 75. 


Phalsbourg, Meurthe, 97. 


Polissage, 6 31. 


l'harmacie (boite de), b 183. 


Polissoirs. 12; 6 31, 34, 41, 5«, 197, 267, 270. 


Philippe- Auguste, 75. 


Pologne, 6 50,65. 


Piavvonius, 187. 


Pol y charme, b 288. 


Pichet, 241 ; b 301. 


Polychromie, 116, 194, 253. 254; 6 117. 


Pied de cheval en bronze, 6 180, 182. 


Polyclète, 52. 


Pied nu, 247, 254 ; 6 168. 


Polypiers fossile», 6 10, 11. 


Pied romain, 183. 


Pommiers, Aisne, 6 115. 


Pied votif, 117. 


Pomotou (île), 6 73. 


Pierre (Saint), 76, 78, 80, 83. 


Pompe de Benfeld, 214. 


Pierre (travail de la), 274. 


Pompiers, 176. 


Pierre de foudre, 6 31, 44. 


Pont de César, 6 119. 


Pierre aux mamelles, 230. 


Pont du Gard, 66; 6^257. 


Pierre-Écrite, Nièvre, 253. 


Pontacq, B.-Pyr.. 6 281. 


Pierres-Plates, Morb., b 42, 44. 


Pontil (Le), Ardèche, 6 20. 


Pierre-Turquoise, S-et-O., b 42. 


Pontlcvoy, L.-et-Ch.,6 11. 


Piette (Ed.), 6 249, 275. 


Porcieu-Amblagnicu, Isère, b 200. 


Pilate, 77. 


Porrentruy, Suisse, 6115. 



356 



Port-de-Bouc, B -du-Rh., b 170. 

Porte des lions à Mycènes, b 91; porte 

noire de Besançon, 206; de Trêves, 66. 
Porte-enseigne, 197. 
Porte-image, 209. 
Portieux, Vosges, 157. 
Portugal, b 51, 52, 65. 
Portraits de St Louis et de sa famille, 72. 
Porz-ar-Saôz, C.-du-N., b 200. 
Postume, 185, 188; b 173, 318, 320 
Potin, b 317. 

Pouan, Aube, b3lU, 315. 
Pouancé, .M.-et-L.. b 9. 
Poussay, Vosges, b 296, 312. 
Pousthomy, Aveyron, 2;v2. 
Praecinctorium, 191, 209. 
Praxitèle, 237; b 168. 
Prégilbert, Yonne, 185. 
Preignan, Gers, b 308. 
Prémeaux, G. -d'Or, b 160. 
Préneste, Italie, 39. 
Prcsles St-Audibert, Aisne, b 260. 
Preslong, Vienne, 6 32. 
Pressigny-le- Grand, I.-et-L., b 10, 32, 

60. 
Prêtre de Rome et d'Auguste, l^O. 
Preuilly, I.-et-L., b 10. 
Priape, b 171. 
Prilly, Suisse, b 181. 
Prima-Porta, Italie, 70. 
Promôthée, b 142. 
Propulseur, b 21, 69. 
Prosne, Marne, b 2/|û, 257. 
Proue de navire, 39. 
Province romaine, 138. 
Proxumes, 120, 126, 168. 
Puech (I)enys), 8. 
Puech-Réal, Tarn, 232. 
Pupicn, 307. 

Pupillin, Jura, b 161, 166. 
Puy (Le) en Velay, H.-L., 80, 155. 
Puy de Dôme, 53. 
Puy d'issolud, Lot, b 115. 
Puylaroque, T.-et-G., b 167. 
Puymirol, L.-et-G., b 35. 
Pygmees, (dieux des), 129 sq. 
Pyrénées (dieux des), 120 sq. 
Pyxidc émaillée, b 306. 

Quartz hyalin. Voir Cristal. 
Quartzite, b 13. 
Quiberon, .\Iorb., b 3/». 
Quina (Lai, Charente, b 11, 26. 
Quiterie (Sainte-). 78. 

Ramsas, Loz., b 60. 

Ramsauer (G), b 9*2. 

Rasoirs, b 66, 90, 223, 22/|, 225, 2'|7. 



Bath, 156. 

Ratumagus, 165. 

Ravenne, Italie, 216. 

Rôallon, H. -Alpes, /^211. 

Redkin-l.ager, Caucase, b 83. 

Redessan, Gard, 188. 

RefTye (V'erchère de), 61, 71. 

Uefranches, Doubs, b 229. 

Reggio, Italie, 82; b 88, 90. 

Reims, .Marne. 86. 91, 131,135, 266; b 172, 

185, 271. 
Reine (Sainte), 162. 
Reliquaire irlandais, b 100. 
Renne, b 5, H, 16. 

Repas de famille, 265. \o\v Banquets. 
Restaurations anciennes, b 223, 253. 
Reuilly, Loiret, b 226. 
Rey, Dord., b 23. 
Rheinzabern, Bade, 127 ; b 136, 138. 
Rhinocéros, b 5, 176- 
Rhoda, Esp., b 320. 
Rhodes (lie de), 231. 
Rhuis, Morb., b 35. 
Rian, Allier, b 167. 
Richaud, Char., 89. 
Riez, B.-Alp., 69. 
Rimini, Italie, 173. 
Rivanet, C.-d'Or, 6 226. 
Rivière-les-Fossés, H. -.Marne, b 251. 
Robenhausen, Suisse, b 28, 196 sq . 
Robernier, Var, b 193. 
Rochegudc, Gard, 60; b 28«. 
Rodenbach, Bav., 6 %, 233, 2.37. 
Rodez, Aveyron, 200, 232. 
Rœdingen (Juliers), 103. 
Rognon de silex, b 10. 
Roknia, Algérie, b 52. 
Roman (art), b 260. 
Romanius, 193. 
Rome, déesse, b 300. 
Roncherolles, S.-lnf.,222. 
Rondelles crâniennes, b 269 
Rongércs, Allier, b 205. 
Roquc-Pertuse, B.-duRh., 111. 
Rose de la Chapelle, 72. 
Rosmerta, 91-93,95, 116,131, 133. 
Rosny-sur-Seine, S.-et-0.,13, 16, 75, 76, 

85, 217. 
Rossignol (Cl.), 5. 
Roues. 100, 113, 155, 157 ; b 6^i, 166, 219, 222, 

229, 236, 236, 263, 269, 251, 255, 256, 

262. 
Rouelles, 67, b 187, 218, 222, 287, 311. 
Rouen, S.-lnf.,75; b 176, 181. 
RoulTy, Marne, 227-228. 
Rouiliac, Char., 126. 
Roumanie, 191. 



357 



Routes de la Gaule, 180. 


St-Gond, Marne, 6 268. 


Ruche, 100. 


St-Hermine, Vendée, 84. 


Rudianus, 173, 253. 


St-lIilaire-auTemple, Marne, b 253. 


Rudiobus, b 160. 


St-Hilaire-le-Grand, Marne, b 255. 


Rueil, S.-et-0.,8.'i. 


San-Isidro, Espagne, b 48. 


Runes» h 191, 297. 


St Jean-de-Liversay, Char.-Inf., 135. 


Ruremonde, Hollande, h 101. 


St-Jean-de-Nay, H. -Saône, 188. 


Russie, b 80, 81. 


St-Jean-sur-Tourbe, Marne, 6 246, 253,255, 


Rutot(A.), b 9. 


270, 285. 


Saalburg, Prusse rh., 205. 


St-Louis, B.-Rhin, b 285, 288, 289. 


Sabazius, b 310. 


St-Loup-de-Bufïïgny, Aube, b 168. 


Sablonnières, Aisne, b 259, 262, 265. 


St-Lubin-des-Joncherets, E.-et-L., b 167. 


Sabotier, 2^13, 2fi6. 


St-Marcel, Indre, b 23, 24. 


Sacrificateur, b 173, 191. 


St-Marcel-de-Crussol, Ardèche, 84. 


Sacrifice, 102, 126. 


St-Maur-les-Fossés, Seine, b 241. 


Sacrovir, 42, 50. 


St-Méloir-des-Bois, C,-du-N., 187, 


Sagonne, 124. 


St-Marcel-de-Valbonne, Var, 39, 173, 253. 


Sagum, U5, 234; b 220. 


St-Morc, Yonne, 102; b 23. 


Sahara, b 52, 53. 


St-Paul-Troie-Châtcaux, Drôme, 102; 6 




161, 178, 188. 


SAINTS ET SAINTES 


St-Pierre-en-Châtre, Oise, b 115, 319. 


St-Acheul, Somme, b 9, 10, 14, 22, 34. 


St-Pierre-Eynac, H. -Loire, b 225. 


St-Ambroix, Cher, 61, 178. 


St-Pourçain-sur-Bcsbrc, Allier, b 126. 


Ste-Anastasie, Gard, b 215. 


St-Prest, Eure-et-Loir, b 9. 


St-André, porte d'Autun, G5. 


St-Remy-sur- Allier, Allier, b 1.35. 


St-André de Méouilles, B.-Alp., b 211. 


St-Remy, Marne, b 243. 


St-Apollinaire, Côte -d'Or, 51,60,79, 83, 


St-Remy-sur-Bussy, Marne, b 270. 


136, 221,237, 251. 


St-Remy, B.-du-Rh., 58, 224; b 153; arc, 


St-Aubin-de-Baubigné, Vend., 13. 


b 47 ; mausolée, b 49, 50, 66. 


St-Avold, Moselle, 97. 


St-Révérien, Nièvre, b 168. 


St-Babel, P.-de-D., b 283. 


Ste-Sabinc, Côte-d'Or, 236. 


St-Barthélemy-de-Beaurepaire, Isère, b 


St-Sernin -sur-Rance, Aveyron, 233. 


174, 176,181, 187. 


St-Ustre, Vienne, 112. 


St-Béat, H.-Gar., 96,98. 


St-Valery-sur-Somme, Somme, 212. 


St-Bernard, Ain, 224; b 222, 231. 


St-Vulbas, Ain, b 162. 


St-Bertrand-de-Comminges, H.-Gar., 170, 


St-Wendel, Rhénanie, 6 226. 


252. 


St-Ybard, Corrèze, b 222. 


St-Césaire, Alpes-Mar., 184. 




St-Chamas, B.-du-Rh., 69; b 257. 


Saintes, Charente-Inf ., 106; b 149,174. 


St-Christopheen-EIven, Morb., 186. 


Saisons, 188. 


Ste-Colombe, Côte-d'Or, b 229, 236. 


Saïtapharnès, 37. 


Ste-Colombe, Rhône, b 167, 170,188. 


Salamandre, b 48 


Ste-Colombe, Yonne, 224. 


Salem, Bade, 96. 


St-Côme, Gard, 167. 


Sologne-sur-Loire, Ilte-Loirc, 2.53. 


St-Côme, L.-et-Gar., b 166. 


Salins, Jura, /) 220. 


St-Couat, Aude, 188. 


Salle de comparaison, b 46. 


St-Cybardeaux, Charente, 136. 


Salle d'Étude, h 45. 


St-Étienne-au-Temple, Marne, 227 ; b 243-5, 


Saloinon O'es), 6 68,70,74. 


247, 248, 288. 


Salon, Aube, 202. 


St-Genouph, I.-et-L., b 205, 215. 


Salvius Gratus, b 151. 


St-Germain-du-Plain, S.-et-L., b 234. 


Samaritaine (hist. évang.), 77. 


St-Gerraain-en-I,aye, S.-et-O., panorama 


Saniicnne (poterie dite), b 134. 


de la terrasse, b 257; traité, b 5; vue 


Samoa (îles), h 70,73. 


des châteaux, 2,3, 6, 7. 


Sancoins, Cher, b 170. 


St-Germain-Ies-Corbeil, S.-ct-O., 227. 


Sandwich (îles), b 70,73. 


St-Giovanni in Persiccto, Italie, b 90. 


Sanglier, b 160, 164, 174, 187,190, I9:i, 22b; 


St-Goar, Rhénanie, b 257. 


enseigne, 44,50, 101, 102. 



23 



358 



Santenay, Côte-d'Or, h 176. 

Santossc, C.-d'Or, 116, 133. 

Saravus, 187. 

Saraz, DoMbs, b 229. 

Sarbacane, b 106. 

Sarcophages, 13, l!i, 36, lli, 228 ; 6 276. 

Sardaigne, b 52. 

Sarrebourg, Meurthe, 98, 100,187. 

Sarzeau, Morb., b 35. 

Sassanides, b 290, 299, .306. 

Saturne, b 109. 

Satyre, 51-53; b 1^2, 170, 177. 

Saula, T.-et-G., b 222. 

Saulzais-le-Poticr, Cher, 22'i. 

Saumons de métal, 212; 6 62,217,236. 

Saumur, iVI.-et-L., b 185,188. 

Saussaye, Landes, b 18. 

Sausse, b 13. 

Sauteurs, Belgique, b 287. 

Sauville, Vosges, b 231. 

Saverne, Bas Rhin, 222,226,229. 

Savigny-sous-Beaune, C.-d'Or, 92, 109, ; b 

287. 
Savon, 242. 
Saxanus, 176 \b 195. 
Saxon-Sion, Meurthe, b 217. 
Sazeirat, Creuse, 154. 
Scalp, Ul . Voir Tètes coupées. 
Scarponne, .Vleurthe, b 187, 251. 
Sceaux, Loiret, b 167. 
Scey-sur-Saône, Haute-Saône, 62. 
SchifTerstadt, Bav. Rhén., b 205. 
Schirrhein, Bav Rhén., b 231. 
Schiste, b 36. 

Schwar/.enbach, Birkenfeld, 6 227,2.32. 
Schwartzort, Prusse orient., b 50. 
Scie, 250. 

Scorpion (machine), 62. 
Scraraasax, b 260, 262, 264, 265, 272, 273, 313, 

315. 
Scylla, 51; 6 157. 
Séailles, Gers, 82. 
Seaux en bois, h 116, 260,299. 
Seeunclinii, 240. 
Sedan, Ardennes, b 310. 
Serlia Corsini, b 92. 
Segeta ilea, 151. 
Segomaros, 154. 
Séguret, Vaucluse, 14, 171 . 
Ségusiaves, 140. 

Seine isources de la), 103, 105,117. 
Selles, '15,51, 153; b 1.31,286. 
Sem.nine. Voir Jours. 
Semelles, h 263. 
Semond, r,.-(i'Or^ 116. 
Sémélé, fcisi. 
Senani, 111. 



Sénart(forôt de), h .35. 

Sénégal, b 54. 

Senlis, Oise, 158. 

Sénon, Meuse, 145-7. 

Scnovir, 145. 

Sens, Yonne, 117, 144, 145, 238, 240, 241, 
243-5,247-249,253,257. 

Sépultures en Gaule, 220; de famille, 182. 

Secjuana <lea, 105. 

Sérapis, 116; b 160. 

Séraucourt à Bourges, Cher, b 179, 186. 

Serbie, b 64. 

Sergeac, Dord., 6 23. 

Serpe, 263. 

Serpents, 91, 92,95,102, 109,110,107; b 162. 

Serre-Grand, Aveyron, 2.32. 

Serre-plis, b 100,288. 

Serrigny, Yonne, b 296. 

Serrures, 6183,188. 

Serviers-Labaume, Gard, 168. 

Sesto-Calende, Italie, 6 87. 

Seion-Karr, 6 55. 

Sévir augustal, 141. 

Sex Arbores, 165. 

Sextantio, 219. 

bierre. Valais, 6 176. 

Sigean, Aude, 6 215. 

Sigillée (céramique), 6 135. 

Sigmaringen, .VUemagne, 6 95. 

Signatures sur lampes, 6 157 ; sur sta- 
tuettes, 6 131 ; sur vases, 6137 sq. 

Signifer, 193. 

Silène. 219; b 98,117.143,170,177. 

Sillery, Marne, 6 247. 

Sillingy, Hte-Sav., 6 308. 

Silvain. 117, 135; 6 162. 

Silvanus, 172. 

Silvia, 240. 

Simpulum (cuiller :\ pot), 202; 6 189, 222. 

Singes, 6 11, 187. 

Sinquatis, 118; 6 186. 

Sion, Vosges, 141. 

Sirène, 24; 6 177. 

Sirona, 96-98. 

Sistre, 6 185,236. 

Situle Arnoaldi, b 91; de Matrai, 6 96 
de Watsch, 6 94 ; Zannoni, b 91 . 

Six Arbres, 163. 

Smcla, Russie, 6 80. 

Smertos, 110. 

Socs de charrue, 273. 

Soie verte, 6 265. 

Soleil, 108,141,178,202,212, 1W, 6 171. 

Solicia, 145. 

Solimariaca, 95,146. 

SoUemnis, 171. 

Solutré, S.-ct-L., 6 12,13,16,18. 



Solutréen,/) 8. 

Somal, Afrique, b 55. 

Somme-Bionne, Marne, b lUk. 

Somme-Tourbe, Marne, b Ikh. 250. 

Sommerécourt, Hte-. Marne, 90, 102. 

Sordes, Landes, b 288. 

Souain, Marne, h 293, 313. 

Soucona, 12i. 

Soucy, Dord., b 20. 

Soufflet, 215. 

Soulosse, Vosges, 93, 95, 100, l'|5, IW, 237, 
238,251. 

Souterraine (La), Creuse, 61, 99. 

Soyons, .\rdèche, b \U, 35. 
Spatha, b 136. 

Sphéroïde, /* 205. 

Sphinx, 51. 

Spiennes, Belgique, b 29. 

Spirales, b 21, 57. 60, 62. 

Spire, Rav. Rh., 118; b 177. 

Sprendlingen, Hesse-Rh., b 299. 

Spy, Belg., b 13, 14. 

Squelette, 6 140. 

Statères de Philippe, b 316. 

Stations lacustres, b 193 sq. 

Stator alae, 209. 

Statues-menhirs, 230. 

Statuettes de terre-cuite, b 125 sq ; 27L272. 

Stéatite, 6 22. 

Stèles étrusques, b 92 ; peintes. .37. 

Stimuli,b 116, 119, 120. 

Stiles, b 178, 185, 274. 

Stoffel (colonel), b 123. 

Stonehenge, Angl . , /^ 51 . 

Stradonitz, Bohème, b 246. 

Strasbourg, Bas-Rhin, 91, 149,197; h 162, 

176. 
Srettweg, Styrie, b 95. 
Strigites, 200; h 185; ornements, 80. 
Stucateur, 2/)9. 
Stuc peint, 216. 
Sucellus, 100; h loo. 
Suèves, 2'»7, 

Suèvres, L.-et-C 222 : b l'i9, 153, 154,183. 
Suleoiae, 152, 1G7. 
Siiovetaurilia, 32. 
Suriauvillc, Vosges , b 231 . 
Suze, Perse, b 102 sq. 
Svadurix, b 186. 
Svantovit, b 100. 
Svastikas, 39, 122 : b 61, 65, 67, 8K, 105, 

152, 179, 193,311. 
Syrie b 57. 

Table de César, b .38, 43; tables do Claude, 

143; tables votives, 170. 
Tablettes pour écrire, 245. 



359 



Tahiti (îles de), b 73, 74. 

Tailleur de pierres, '249; de vêtem.,248. 

Talon de lance, b 218. 

Talyche, Perse, b 84, 102. 

Tamassinine, Maurétanie, b 53. 

Tambour, b 66, 74. 

Tambourin, 235. 

Tapa, b 69, 73. 

Taranus, 156. 

Tarbeiso, 156. 

ïardenoisien, b 23. 

Tarente, Italie, 219. 

Tarvos trigaranus, 110. 

Tasmanie, Ucéanie, 10, 69. 

Tatouage, 233 ; b 18. 

Taureau, 60, 86, 110, 116; fc 160, 174 ; à trois 
cornes, b 175. Voir Taroos. 

Taurobole, 148, 179. 

Tauroentum, 58. 

Tauromachie, b 58, 60. 

Tavel, Gard, b g. 

Tébe.-sa, Algérie, 207. 

Télesphore, b 169. 

Tenailles, 247, 251, 268. 

Terpon, 150. 

Tertiaires (outils prétendus), b 9. 

Tercis, Landes, 6 31. 

Terramares, b 63. 

Tesson, Ch.-lnf., 202. 

Tètes coupées, 39, 41, 45; b 257. 

Tetricus. b 320. 

Teyjat, Dord., b 23, 25. 

Thasos (ile de), 229. 

Thayngen, Suisse, ') 16. 

Thôbes, Kgypte, b 54. 

Theil (Le), L.-et-C, b 205, 289. 

Theley, Rhénanie, 113. 

Thenay, L.-et-Ch../) 9. 

Thennes. Somme, b 10, 22. 

Théodebert 1", /' 318. 

They-sous-Monlfort, Vo>g("s, /)231. 

Thibursicum (Tebuursouk en Tunisie), 16. 

Thièle, Suisse, 63. 

Thorigny, Calvados, 171. 

Thoys, Ain, 13. 

Thrace, b 62. 

Thuisy, Marne, /) 252, 2.54. 

Thumelicus (prétendu), .39. 

Thyra, reine, 13. 

Tiare, b 81 

Tibère, 42, 46, 58, 110, 143, 188. 

Til-Châtel, Cote-d'Or, b 285. 

limbres byzantins. 219. 

Timons de char, b 173, 187, 219. 229, 244. 

J'intinncibiilum, b 205, 209, 218. 

Tirelire, b 169. 

Tireur ou tireuse d'épine, b 129, 130 



360 



Titus, b 157. 




Trocmes, 39. 




Tobie (hist. bibl.), 78. 




Trocsmis, Roumanie, 17, 




Toilette (seènes de), 241. 




Troie, Asie-Mineur», b 62. 




Toiture, 219; b 198. 




Trois Gaules, 138. 




Toliandossus, 168. 




Trompettes, 45 ; 6X99, 160, 185. 




Tomahawk, b 79. 




Tronoen, Finist., 173. 




Tombes gallo-romaines, 220-9. 




Trophées, 205; des Alpes, 13, l'»4; d 


Orange 


Tombes à char, b 2^3, 250J sq ; 258. 


Voir 


44 ; de Pergame, 39 ; de Trajan 


188. 


Roues 




Trosnay, Marne, b 273. 




Tombeau de J.-C, 78. 




Trou-Magrite, Belgique, b 14. 




Tondeur de drap, 2^3. 




Trousse de médecin, 288; b 185. 




Tonga (îles), b 70, 73, 74. 




Trubert (Rachel), 70. 




Tongres, Belgique, 185. 




Truelle, 250. 




Tonneaux, 98,99, 240, 241, 252, 257 ; 


698, 


Trugny, Côte-d'Or, b 259. 




143, 145. 




Trullikon, Suisse, b 236. 




Torques, 32, 41, 56, 10«, 111, 131, 199, 


200 ; 


Tue d'Audoubert, Ariège, b 21. 




b 90, 163, 164, 169, 180, 219, 221, 225 


228, 


Tuiles, 214 sq ; 219. 




231, 232, 235, 236, 245 sq ; 249, 256, 259 


Tumiac, Morb., b 34,; 35. 




sq ; 270 sq. ; 285, 287, -289. 




Tumulus (types de), b 238. 




Terres (détroit de), b 69. 




Tunisie, b 53,105. 




Touget, Gers. 135. 




Turbie (Laj, 13, 14 ; b 274. 




Toulon-sur-Allier, Allier, b 128. 




Turkestan. b 58, 67. 




Toulouse, Ilte-Gar., 54, 56 8, 81, 121 


,148, 


Turoe, Irlande, 12. 




152, 162; h 2.36. 




Tutela, 101; b 182. 




Tour Magne à Nîmes, 69. 




Tuyaux, 214 • 




Tourelles de bois ajouré, b 72. 








Tourinne, Belgique, b 30. 




Ucuetis, 155. 




Tournai, Belgique, h 315. 




Ugius (?), 168. 




Tournedos-sur-Seine, Eure, 76. 




(Jmbos de boucliers, 47, 203, 205 


, b 120, 


Touron (Le), L.-et-G., 147. 




190, 247, 262, 265, 270, 274, 314 


315. 


Tours-sur- Marne, S.-et-M., b 37. 




Upchurch, Angl., b 136. 




Trajan, 25, 28, 29, 31, 54, 291 ; b 157 


,173, 


Urne cabane, b 87; cinéraire, 223 ; 


romaine 


191. 




en marbre, 229. 




Tranchets, b 28, 29, 34, 37, 51, 269. 




Uxellodunum, b 112, 115. 




Trasemir, 78. 




Uzech-des-Oules, Lot, b 320. 




Trépanation, b 37, 269. 




Uzercbe, Corr., b 222. 




Trépied, b 229, 232. 








Trésor (salle du), b 282. 




Vachères, Basses-Alpes, 208. 




Trésor d'Attila, fc 190 ; de Ghaourse, b 180; 


Vadenay, .Marne, 202. 




de Petrossa, b 190. 




Vaison,}Vaucluse, 52, 58, 103, 120, 


143, 154, 


Tressan, Hérault, b 294. 




161, 163, 176, 180, 221, 222, 223, 252; 


Tresses de cheveux, b 81. 




b 106, 147 ; théâtre, 51. 




Trêves, Rhénanie, 54, 66, 83, 87, 92, 


141 ; 


Valcabrère, H.-Gar., 78. 




b 174,191. 




Valentinien I, ft 184. 




Trévoux, Ain, b 215. 




Valmondois, S.-et-O., b 9. 




Treytel, Suisse, b 196 




Vandales (bijoux), 6 311. 




Trezzo, Italie, b 87. 




Vanikoro (lie), b 71. 




Triade capitoline, 141, 142. 




Vannerie, b 198. 




Tricasses, 145. 




Vaiihio, Grèce, h 61. 




Tricéphales, 113, 117, 130, 131. 133, 


135 ; 


Vardigia, 222. 




b 163. 




Varhély, Transylvanie, b 96. 




Triérarque, 211. 




Varus, 198; b 189. 




Trière athénienne, 212. 




Vassel, P. -de-Dôme, b 163. 




'I rirernis Hodians, 212. 




Vases à visages, 6137,15'i; de bronze à figu- 


Tritogcno, h 132. 




res, b 176; d'argile ornés. /) 133 s 


i.;peinis 


Triton, .^)1, 22'i, 240; // 191. 




grecs; b 98, 108, 233 ; peints celtiques. 


Trobriand, (ilcs), b 70. 




242 sq., 255 sq., 259, 270 ; peints du 



361 



Wurtemberg, b 97; troués, b 271 ; 

vernissés, 6126; vase des moisson- 
neurs, b 59 ; des philosophes, b 178 ; 

de la revue, 6 60 ; de Vaghio, b 61 . 
Vassorix, 167. 

Vaudrevanges, près Sarrelouis, b 209. 
Vaudricourt, P.-de-C, b 10. 
Vebromaros, 150. 
Velaux, B.-du-R., 112. 
Vellaves, 188. 
Vence, Alp.-Mar., 1^46, l/i8. 176, 179, 180, 

187. 
Vendeuvre, Indre, 91. 
Venezuela, b Ik- 
Venicarus, 24. 
Vents, 240. 
Vénus, 52, 54, 56, 57,59 64, 69.110, 114, 116, 

131. 150 ; b 126, 130, 139, 141, 143, 152, 

168, 178, 191, 288. 
Vercingétorix, ^ 11.3, 114, 317, .319. 
Vermand, Aisne, b 148. 
Vernègues, B.-du-Ilh., 69. 
Verrerie, 222; b 61, 144 £q., 202, 219, 220, 

224, 225, 232, 244 sq., 246, 249, 261, 270, 

271,273, 274, 314 sq. 
Vertamboz, Jura, b 314. 
Vert-la-Gravelle, Marne, b 268, 269-71 . 
V^ertou, L.-Inf., 219. 
Vertumne, b 169. 
Vesta, 109. 
Vétérinaire, 251. 
Vettersfelde, Prusse, b 101. 
Veyrier, Suisse, b 25. 
Vézelay, Yonne, b 310. 
Vibrata, Italie, b 52. 
Vicani Aguen.ses,l?il . 

Vichy, Allier, 120, 191, 217; b 127, 272, 310. 
Victoire, 51, 60, 131, 204; b 191. 
Vidais (Les), Tarn, 13, 14. 
Vidy, Suisse, b 173. 
Vie de Bagneux, 224. 
Viège, Suisse, b 160. 
Vieil-Évreux, Eure, 24, 151. 
Vicille-.^ndecy, Marne, b 268. 
Vienne, Autriche, 210. 
Vienne, Isère, 51, 57,58, 69; bll3, 181,182, 

188,287. 
Vienne-la-Ville, Marne, b 171. 
Viennois, 185. 

Vieux-Poitiers, 65, 156; b 42. 
N'ilhonncur, Charente, /) 29, 294. 
Ville-cn-Tardennis, Aisne, b 255. 
Villaines-en-I)uosrnois, Cote-d'Or, 6 237. 
Villefranche-de-Houerguc, Aveyr., 180. 
Villeneuve-le-Roi, S.-ct-O., 6 319. 
Villeneuve-Saint-Georges, S.-et-O., 6 217. 
Villepreux, S.-et-O., 6 217. 
Villeseneux, Marne, 6 313. 



Villevenard, Marne, 6 208, 269, 272. 

Villcvieille, Alp.-Mar., 124. 

Vincentius, 42. 

Vindonissa, 203, 204. 

Vindonnus, 96, 118. 

Vintius, 176. 

Virecourt, Vosges, 135. 

Virotutis, 165. 

Visigothique (poterie), 6 138. 

Visucius, 97,120. 

Viti(iles), 6 71, 74. 

Vitres, 6 118. 

Vitry-le-François, Marne, 6 248. 

Vitry (Witry)-lès-Reims,Marne, 6 243,255, 

256. 
Vitteaux, Côte-d'Or, 130, 1,33. 
Voie flaminienne, 31. 
Volgu, S.-et-L., 6 16. 
Volvic, P.-de-D., 61,81. 
Vorganium, 186. 
Vorocius, 120 
Vosegus, 185. 

Vosges (tumulus des), 6 232. 
Vouet (Aubin), 73. 
Voutenay,\onne, 6 284,285,297. 
Vulcain, 109,113; 6 14.3, 166. 

Wabcn, P.-de-C, 6 297, 298, 308, 316. 
Waihiingen, VVurt., b 295. 
Wahlalgeshcim, Rhénanie, 6 98, 227, 232. 
Wangcn, Suisse, 6 196 sq. 
Wargemoulin, Marne, 6 255, 256, 270. 
Watsch, Carniole, 6 94, 95. 
Weisenau, Rhénanie, 254. 
Weisskirchen, Rhénanie, 6 226, 232. 
Westerndorf, Bav., 6 136. 
Wiesbaden, Nassau, 93, 191, 192, 497, 

199, 218. 
Wiesoppenheim, Hesse Rh., 6 297. 
Willendorf, Basse-Autr., 6 21. 
Windisch, Suisse, 203, 204. 
Wittislingen, Bav., 6 299,300. 
Wolfsheim, Hesse Rh., 6 299. 
Worms, Hesse Rh., 126, 193, 194. 
Wurtemberg (céramique du), 6 97. 

Xertigny, Vosges, 92. 

Yeux lenticulaires, b 29; votifs., 6 117,185. 
York, .Vngl., 16. 
Yortan, As. -min., 6 62. 
Yvctot. S.-lnf., 6 288. 
Zaohée (iiist. évang.), 6 301. 
Zalilttach, Rhénanie, 192, 193, 195. 

Zénodore, 6 168. 
Zéthos, 6 151. 
Zmaragdos, 180. 
Zodiaque, 240. 



TABLE DES MATIÈRES 



Salle I. — Époque quaternaire ou paléolifiiique 5-26 

Silex des alluvions et plateaux, 9. — Crânes quaternaires, H. 

— Civilisation des cavernes et abris, 13. — Sculptures et 
gravures, 20. 

Salle II. — Époque nëoiitiiique 26-38 

Silex, poteries, monuments mégalithiques, 29. 

Salle III. — ]lloiiuuient!<$ luégalitiiiques 39-45 

Salle d'Étude et Bibliothèque 45 46 

Salle de Comparaiiiton 46-101 

Préhistorique européen. 48. — Kjœkkcnmœddings, 50 . — 
Afrique du Nord, 52. — Egypte, 53. — Afrique occidentale 
et centrale, 54. — Afrique orientale, 55. — Collection 
égyptienne d'Henri de Morgan ; préhistorique- d'Egypte, de 
Palestine, de Syrie, de Chaldée, 56. — Antiquités de Suse, 57. 

— Civilisations égéennes, 58. — Asie mineure et Balkans, '62. 

— Terramares, 63. — Age du bronze dans divers pays 
d'Europe, 64. — Chine et Indo-Chine, 66. — Australie et 
Ôcéanie, 67. — Brésil et pays voisins, 74. — Etats-Unis, 
Mexique, Canada, 77. — Russie et Sibérie, 80. — Caucase 
et Arménie, 82. — Premier âge du fer en Italie, 87. — 
Espagne, 91. — Deuxième âge du fer en Italie, 91. — 
Albanie, 92. — Époque de Hallstalt, 92. — Deuxième âge 
du fer eu Allemagne, 97. — Danemark, 99. — Iles Britan- 
niques, 99. — Grands objets d'or et d'argent, 100. 

Salle Jacques de llorg;an 102-106 

Salle Capitan 106-107 

Salle X^III ou Salle d'Ale^a 107-125 

Fouilles de Bibracte, 109. — Plan d'Alise, 113. — Objets 
provenant des oppida, 115. — Modèles des travaux de César, 
118. — Armes gauloises, 121. 

Salle XIV. — Céramique romaine ; statuetteis en terre 

cuite 125-133 

Salle XV. — Céramique ornée ; %errerle et bronze 

émaillé 133-152 

Céramique ornée à reliefs, 133. — Verrerie, 144. — 
Fibules de bronze émaillées, 152 . 



364 TABLE DES MATIERES 



Salle XVI. — Suite de la céramique ^allo-roinaine . 153-158 

fiaile Wll. — Kronze!« li^uré»< de Tépoquc romaine. 158-1K8 

Salle XVIII. — Spécimens de Part <le l'Italie et des 

provineeiii à l'époque romaine 189-191 

Trésor de Hildesheim, 189. — Trésors de Nagy et de 
Prtrossa, 190. — Slatuetlcs de Bulgarie, 191. 

Seconde Kliiliotlièque et pièceisi annexe»* 191-193 

Salle IV. — Stalioniii lacu!<tre!ii 193-200 

Salle V. — Outils et arme«s de bronze- 200-219 

Salle %'l. — Premier âge du fer. Époque de llalUtatt. 219-238 

Salle VII. — Deuxième âge <lu fer. Époque de la 

.^larne ou de l^atèiie 238-248 

Salle VIII. — Cimetière de C haxxiemy 249 

Salle IX. — Sépulture!« igauloiNeiK de la liarne. . . 250-257 

Salle X. — Annexe de la .«>ailc précédente 257-258 

Salle Frédéric .Moreau. — Collection Caranda. . . . 258 267 

Salle Jo»«eph de Baye 267-275 

Salle Edouard Pîette 275-282 

Salle de Xumiiiimatique. du Tré.«or ou de!« Bijoux . 282-320 
Objets d'or gaulois et gallo-romains, 283. — Art méro- 
vingien, 290. — Collection Mesaxoiidis, 304. — - Objets d'or 
de Colombie, 310. — Numismatique gauloise, 316. 

Principale!^ acqui!«ition!>i du llusée dé t8«9 à 1991 321-338 

Index dcK deux volumes du Catalogue 339-361 



MELDN. — IMPRIMERIE ADMINISTRATIVE. — M2386iV. 



UnJversity of California 

SOUTHERN REGIONAL LIBRARY FACILITY 

405 Hilgard Avenue, Los Angeles, CA 90024-1388 

Return this material to the library 

from which it was borrowed. 







UC SOUTHERN REGIONAL LIBRARY FACIUTY 



A 000 450 539 2 



'km 



Ur