Skip to main content

Full text of "Catalogue sommaire du Musée des antiquités nationales au château de Saint-Germain-en-Laye"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



MrSÉE DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE 



ANTIQUITÉS NATIONALES 



CATALOGUE 



SALOMON HEINACH 

II 
ÂTtkÙHÛ DBS M 1 -= ^ r ^ n^ T ! O N A U X 

UC-NRLF 



lAilillyil 



lii' 



$B EÛ3 TÔ3 



PARIS 

LIBRAIRIES-IMPRIMERIES RÉUNIES 

iiiiiEUi! nés mOsuks HWioSAjLix 

MAV cl MOTTBROZ, Direcleure 

S, ntiE mttflUN, i 



\m\ 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



(figitizêdby Google 



CATALOGUE SOMMAIRE 



DU 



MUSÉE DES ANTIQUITÉS NATIONALES 

AU CHAIVAU DE SAlNTGERMAIN-ENLAYE 



! Digitizedby VjOOQIC 



iiUf -r (nipr* r^un*, B, rue Vifnoii, 2. — IIay et MOTTBAOZ, direct. 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 




> 

M 



o 

a 

M 
Q 

lu 

M 
H 



^ H 03 
00 

K • 'S 

M o s 

^ S â 

g « ^ 

M ** s 
CÎJ ^ S 
H 

M 
m! *® 

» B. 

«s 
W « 
Q 

-<! 
tq 
H 
< 

O 
M 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




> 

M 



p 
o 

(0 

(a 



5.^ 



« S S 

H 

es 
W û 
Q 

<< 
N 
H 

O 

H 



Digitized by 



Googk 



CATALOGUE SOMMAIRE 



DU 



NIISiE DES ANTIQUITÉS NATIONALES 



AU CHATEAU DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYE 

II 



SALOMON REINACH 

ANCIEN MEMBRE DE L'ÉCOLE O'ATIIÈNES 
ATTACHÉ DES MUSÉES NATIONAUX 



DEUXIÈME ÉDITION 

REVUE ET AUGMENTÉE 



PARIS 
Librairies-Imprimeries réunies 

ÉDITBUR DES MUSÉES NATIONAUX 

May et Motteroz, Directeurs 
2, Rue Mignon 



Digitized by 



Google 



-- 6 — 

siècles et où les monuments de civilisations si 
diverses ont trouvé place. Le modèle dent je me 
suis inspiré, sans me flatter d'en égaler le mérite, 
est la notice sommaire des monuments égyptiens 
du Louvre par Emmanuel de Rougé. De courts 
préambules, placés en tète de la description de 
chaque salle, sont destinés à orienter le visi- 
teur, à faire comprendre l'intérêt spécial de 
telle ou telle classe d'antiquités et le lien qui les 
rattache à l'ensemble, c'est-à-dire à l'étude de 
nos origines nationales depuis les temps les plus 
reculés jusqu'à Charlemagne, Tout appareil éru- 
dit — citations d'auteurs et renvois aux sources 
— a été banni de ces notices sommaires : on 
trouvera Tessentiel, à cet égard, dans le catalogue 
illustré en préparation. 

Comme le cadre du présent catalogue m'obli- 
geait à être bref, sans tomber dans une concision 
forcément obscure, j'ai dû me résoudre à beau- 
coup de suppressions et ne décrire que les objets 
importants. C'est par le même motif que j'ai 
renoncé, non sans regret, à mentionner les noms 
de3 donateurs dont la liste, heureusement pour 
notre Musée, est déjà longue et s'accroît sans 



Digitized by 



Google 



— 7 — 

cesse ; mais ces noms sont inscrits sur les éti- 
quettes qui accompagnent les objets et le public 
ne les ignorera point. 

Veuillez agréer, Monsieur le Conservateur, 
rhommage de mon respectueux dévouement. 

Salqmon Reinach, 

Altacbd des Musées nationanx. 



La deuxième édition de ce Catalogue sommaire mentionne 
soit dans le texte, soit dans le Supplémentf les principales 
acquisitions faites par le Musée depuis 1887 et les changements 
survenus dans l'installation des salles. 

On a ajouté un Appendice bibliographique^ indiquant, salle 
par salle, les principaux ouvrages en français essentiels à con- 
sulter pour rétude des différentes séries ; ces ouvrages font 
partie de la bibliothèque du Musée, où ils sont mis à la dispo- 
sition des travailleurs. Nous espérons que cette innovation 
paraîtra utile et sera favorablement accueillie. 

Octobre 1890. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



9 — 



Monsieur le Directeur, 

J'ai rhonneur de vous adresser, en vous priant 
de vouloir bien en autoriser le tirage, les épreuves 
du Catalogua sommaire du Musée des Antiquités 
nationaleSj rédigé par M. Salomon Reinach. Le 
catalogue illustré viendra plus tard. 

Veuillez, Monsieur le Directeur, agréer Texpres- 
sion de mes sentiments de haute considération* 

Alexandre Bertrand, 

Membre de l'Institiit. 

Vu et approuvé : 
Le Directeur des Hotëes nationaux, 

L. DE RONGHAUD. 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 



H — 



AVIS 



Ijos nuiuéros entre parentlièses, repro- 
duits sur les étiquettes des oli^ets» sont 
ceux du resistre d'entrée oo]:i.sei*vé et la 
"bUbliotliéque du IMEusée. Obaque vitrine 
porte un numéro et oliaque section de 
vitrine une lettre de l*alpli.a1bet. 

Ijo visiteur est censé examiner les vi- 
trines de sauolie et droite et de liaut en 
Ibas. Xjos indications l», d», 3<*, etc., désienent 
l'étaee supérieur et les étapes suivan.ts 
dans 'les vitrin.es verticales* la première 
divisioxi. et sauclie et les divisiox^s suivantes 
dans les montres (vitrines plates). 

Xjos olbjets dont le musée n.e possède que 
des moulages ou des fac-similé sont mar- 
qués d'un astérisque (% 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 



CATALOGUE SOMMAIRE 

DO 

iDSÉE DES mmti muMi 

AU CHATEAU DE SAlj!lt4(y|ltMXlîi-EN-V\gÉ: 



Horaire. 

Le Musée est ouvert au public les dimanches de dix heures et 
demie à quatre heures, les mardis et jeudis de onze heures et 
demie à cinq heures (du 1^ avril au 30 septembre), et de onze 
heures et demie à quatre heures (du 1*' octobre au 31 mars). 

Les mercredis, vendredis et samedis sont réservés à Tétude. 
On sera admis au Musée, ces jours-là, sur la présentation d*un 
permis délivré par l'Administration. Toutefois, les personnes de 
passage à Saint-Germain pourront, en signant sur un registre 
spécial, se faire conduire à travers les salles par un gardien» «*t/ 
s'en trouve un de disponible. 

Le Musée est fermé le lundi. 

' Conservateur du Musée : M. Alexandre Bertrakd, membre de 
rinstitut. 

Attaché d la conservation : M. Salomon Reinach, ancien'membre 
de rÊcole d'Athènes. 

Inspecteur des restaurations et des inoulages^ directeur des 
ateliers : M. Abel Maître, sculpteur. 



Digitized by 



Google 



14 HISTORIQUE. 



Historique. — Distribution générale. 

La partie la plus ancienne du château de Saint-Germaîn est la 
chapelle, qui date du temps de saint Louis ;. elle est antérieure 
de. quelques années à la Sainte-Chapelle de Paris. Les fossés et 
le donjon (au nord-ouest) sont de Tépoque de Charles V. Le châ- 
teau lui-même fut .coq^cuK P^C François I*', mais défiguré 
sous le r'^b^He Lqu^^^^.^f râddition de cinq lourds pavil- 
lons, dont il^ ne ^subsiste j[>lus qu'an- seul (â l'ouest), condamné 
ù dis]^^rMtï^e:iMU])B{)aWieoi(nt.: :\ ^ ! 

Après'avonr "sûccèssivemèhl " se rvi^ d'école de cavalerie, de 
caserne et de pénitencier, le château a été l'objet d'une restau- 
ration complète, destinée à lui rendre l'aspect extérieur qu'il 
présentait du temps de François 1'^ Commencés en 1862 par 
l'architecte Eugène Millet, les travaux de restauration sont très 
avancés à l'heure actuelle (1890); il ne reste plus a reconstruire 
que la façade de l'ouest et à terminer celle du sud avec la cha- 
pelle. / 

Un décret du 8 novembre 1862 fixa la destination du nouvel 
édifice, qui reçut le nom de Musée gallo-romain, puis celui de 
Musée des antiquités nationales, plus conforme à son véri- 
table caractère. La formation du Musée fut facilitée par d'im- 
portantes donations, comme celles des collections de Boucher de 
Perthes, de Lartet et de Christy, ainsi que par les fouilles archéo-» 
logiques qui furent entreprises, à cette époque, sur différents 
points de la France, notamment à Alîse-Saintc-Reine (Alesia). 

Le Musée a pour but d'offrir au public studieux une histoire 
de la Gaule par les monuments de l'industrie et de l'art, depuis 
répoque la plus reculée jusqu'à celle de Charlemagne. On a ce- 
pendant admis, à titre de pièces de comparaison, des objets pro- 
venant d'autres pays et d'époques plus récentes. 

Les salles du rez-de-chaussée (A, B, G, etc.) contiennent des 
moulages de grands monuments romains, que leur poids ne per- 
mettait pas de transporter plus haut. A Tentresol, se trouvent les 
monuments de pierre (moulages et originaux) relatifs à la civili^ 



Digitized by 



Google 



DISTRIBUTION GÉNÉRALE. 15 

sation de la Gaule à l'époque romaine. Les salles du premier 
étage sont consacrées à la Gaule préhistorique et romaine; 
celles du second contiennent surtout des antiquités gauloises 
antérieures à la conqu^e de la Gaule par les Romains. Les salles 
de l'entresol et des deux étages supérieurs sont numérotées 
de I à XXVI, suivant l'ordre historique. 

La distribution des locaux n'a pas permis de suivre exacte- 
ment cet -ordre; maison parcourant les salles depuis le numéro I 
jusqu'à XXVI, le visiteur aura l'avantage de procéder suivant la 
succession des temps. C'est l'itinéraire que nous conseillons à 
ceux qui veulent se faire une idée exacte des transformations que 
l'ancienne Gaule a subies (1). 

Une grande salle non numérotée du premier étage, dite sûlle 
de Mars, salle des Fêtes ou salle de Comparaison^ est réservée 
à des antiquités de provenances diverses : Tinstallation n'en est 
encore que provisoire. Une autre, dite salle d'Kiude, contient la 
bibliothèque, accessible aux travailleurs qui adressent une 
demande écrite à cet effet. Au deuxième étage, est une salle 
spéciale contenant des collections de monnaies et de petits objets 
en métaux précieux. EnAn, dans les fossés mêmes du château, 
on a installé un certain nombre de monuments importants, tels 
que l'allée couverte de Conflans-Sainte-Uonorine, les fragments 
de l'inscription et du trophée de la Turbie (cf. p. 37), la grande 
statue d'Apollon assis découverte à Entrains (Nièvre) et des 
moulages en galvanoplastie de la Colonne Trajane. 

(1) Voyez à la Table des matières l'indication des pages du catalogua 
correspondant aux salles rangées suivant l'ordre clironolo|;ique. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 17 — 



REZ-DE-CHAUSSÉE 



Vestibule. 

A droite, sarcophages mérovingiens et inscriptions, dont une 
en caractères hébraïques, datant du quatorzième siècle : c'est 
répitaphe d'une Juive nommée Belnie (Nantes). Un ées sarco- 
phages, présentant la forme d'un cercueil avec une partie creuse 
pour la tète, est probablement carlovingien (17 30!2). — Au- 
dessus, moulages de deux scènes * de la Colonne Trajane 
(original en marbre à Rome, voy. plus loin p. 47) : i" Embar- 
quement des troupes romaines sur le Danube; Trajan tient le 
gouvernail du premier navire; 2* Trajan à cheval forçant les 
retranchements des Daces. 

A gauche de l'entrée, scène * de l'arc de triomphe de Gon* 
stantin à Rome, dont les bas-reliefs ont été empruntés à ua aro 
de Trajan (voy. salle S, p. 18). Elle représente l'empereur haran- 
guant les cohortes; la tête de Trajan a été remplacée, à l'époque 
de la Renaissance, par celle de Constantin (original en marbre). 

Le visiteur entre dans la cour et pénètre dans le Musée par 
la première porte à sa gauche. En hiver et par temps de pluie^ 
on peut entrer dans la salle S par une petite porte ouvrant sur 
le vestibule. 



Digitized by 



Google 



18 SALLE S. 

SALLE S 

Moulages des bas-r^iéf^ * de l'aro de Constantin à Rome 
(dédié en 315 ap. J.~G.), empruntés à un arc de Trajan (con^ 
truit vers 116). La décadence de Tart à Tépoque de Constantin 
(306>337) était telle, que Ton décorait les édifices nouveaux 
avec les dépouilles des monuments antérieurs. 

Au milieu : l'' Chasse à Tours, d*un très beau mouvement. 
 gauche : 2° Sacrifice à Apollon, représenté sur un piédestal, 
entre le trépied prophétique et un griffon. 3*^ Retour de la 
chasse au lion ; le dessin du lion mort, étendu aux pieds des 
chasseurs, est très remarquable. 4" Sacrifice à Mars; le dieu 
Mars, représenté dans un nuage, a la même attitude qu'une 
célèbre statue de ce dieu, conservée à Rome dans la collée lion 
Ludovisi ; on croit que c'est une imitation d'un chef-d'œuvre de 
Scopas, sculpteur athénien qiii vivait au quatrième siècle avant 
lésus-Ghrist. A droite : 5° Retour dé Trajan à Rome après la 
première guerre de Dacîe; Tempereur est précédé de Rome 
personnifiée, accompagné de la Clémence et de l'Annone (abon- 
dance du blé) ; au-dessus de lui plane la Victoire. La tête (mo- 
derne) de Constantin a remplacé ceHe de Trajan. Au milieu : 
6*" Sacrifice au dieu Silyain. 

Dans la seconde travée, à gauche : 7" Parthamaspates re- 
connu roi des Parthes par Trajan (116 ap. J.-C). A droite : 
S** Départ pour la chasse \ remarquez la belle tète du jeune 
homme qui conduit le cheval de l'empereur; on a voulu y 
reconnaître le célèbre Antinoiis, favori de l'empereur Hadrien, 
mais cette identification est contredite par les dates. 9' Chasse 
au sanglier; ce médaillon est un des chefs-d'œuvre de l'art 
romain. 10° Sacrifice à Diane ; la statue de la déesse de la 
chasse est sans doute la réplique d'un original grec, comme 
l'Apollon et le Mars des n<>" 2 et 4. La lêle du sanglier abattu 
est suspendue à l'arbre comme un ex-voto. 

Dans le corridor, sur le mur de gauche, bas-relief * de la 
Colonne Trajane : embarquement de l'empereur pour l'expédi- 
tion de Dacie (voy. p. 47). 



Digitized by 



Google 



SALLE R. 1!) 



SALliE R 

(Voir an flnpplémnit) 

1" travée. -- A gauche, grand bas-relief * de l'arc de 
Constantin à Rome (voy. p. 18), représentant Trajan yain- 
queur des Daces. Vis-à-vis, autre bas-relief* du môme monu- 
ment : Trajan ordonne la continuation de là Voie Appiénne 
à travers les Marais Pontins, entre Bénévent et Brindes (109 ap, 
J.-C). La figure de femme assise à ses pieds est la personni- 
fication de cette route, comme on le voit par la roue sur 
laquelle elle s*appuie. Contre le bas-relief est placé le moulage 
d*une monnaie de Trajan ♦, dont le revers porte une représen- 
tation analogue de la Voie Appiénne. Les deux hommes debout 
auprès de la Voie sont les ingénieurs impériaux ; Tun d*eux est 
sans doute Apollodore, architecte du Forum et de la Colonne 
Trajane. 

Plus loin, à gauche, contre le mur, restitution d'une pompe 
aspirante et foulante, d'après des fragments trouvés à Benfeld 
(Bas-Rhin) au milieu de constructions romaines. 

Sur le ressaut, entre les deux travées, photographie d'ensemble 
de l'arc de Constantin vu de Test, indiquant la position occupée 
par les reliefs. 

Au milieu, pirogue antique creusée dans un chêne, trouvée à 
Paris dans la Seine. Époque antéi^ieure à la conquête romaine. 

2* travée. — De part et d'autre, moulages de bas-reliefs * de 
Tare de Constantin : Trajan reçoit et interroge un prisonnier 
dace; il lait distribuer des vivres aux enfants orphelins. 
— Au milieu, machine de guerre romaine, restituée d'après les 
descriptions et les bas-reliefs antiques par le général de Reffye; 
c'est bne grande bàlisté, sorte d'arbalète fixe lançant des traits à 
une distance de 150 à 310 mètres. 

Sur le devant, grande pirogue creusée dans un tronc de chêne, 
découverte au barrage de Saint-Albin, près Scey-sur-Saône 



Digitized by 



Google 



20 SALLE R. 

(Haute-Saône). Époque antérieure aux Romains. C'est sur des 
barques semblables, achetées dans le pays, qu'An nibal passa le 
Rhône en 219 av. J.-C. (1). 

Au milieu, moulage d'une magnifique fitatne en marbre * de 
l'empereur Auguste, découverte en 1863, près de Rome, dans 
la villa de Livie, épouse de l'empereur (original au Vatican). — 
Pour les autres statues, voir au SupplémenU 

3* travée. — Bas-reliefs * de l'arc de Constantin. A gauche, 
Parthamasiris, roi d'Arménie, venant redemander sa cou- 
ronne à Trajan ; à droite, Trajan haranguant les cohortes 
j(voy. p. 17). Partout la tète de Constantin a remplacé (à l'époque 
de la Renaissance) celle de Trajan. 

Au milieu, machine de guerre analogue à la précédente, mais 
plus petite ; le fourgon sur laquelle on la transportait est dans 
la salle B. Restitution du général de RefTye. 

Entre les deux travées, photographie de l'arc de Constantin 
vu de l'ouest. 

4* travée. — Bas-reliefs * de l'arc de Constantin. A gauche, 
Trajan offre le sacrifice des Suovetaurilia, consistant en un 
porc, un bélier et un taureau; à droite, scène de bataille, défaite 
des Daces par la cavalerie de Trajan. 

Au milieu, modèles restaurés dé machines de guerre romaines : 
une petite baliste, un onagre, destiné à lancer des boulets en 
pierre à une distance de 100 à 160 mètres. Quelques-uns des 
boulets en pierre ont été trouvés dans les fossés d^Alesia (voy. 
p. 106). . 

Contre le mur, du côté de la cour, pilotis d'une station lacustre 
suisse (marais de la Thièle, voy. la salle IV) et fond d'une pirogue 
trouvée dans les marais de la Thièle (entre les lacs de Neufchâtel 
et de Biehne). 

Le corridor suivant contient les moulages de deux scènes * 
de la Colonne Trajane : attaque d'une forteresse dace par les 
Romains ; cavaliers daces culbutés dans le Danube (cf. p* 47). 



(4) Voy. Polybe, Hutoire, liv» II(, chap. XLii. 



Digitized by 



Google 



SALLE A 21 



SALLE A 



Au milieu, pirogue en chêne découverte dans les travaux du 
canal de la Marne au Rhin ; elle a servi de sépulture à Tépoque 
gauloise et contenait un squelette avec des armes (voy. p. 109). 
Plus loin, modèle restitué d*un navire de guerre romain à deux 
rangs de rames, avec la tour centrale qui servait de réduit. 

A. droite, moulage de trophées* de Tare d*Orange. Sur le 
premier, on voit des boucliers, des faisceaux de lances, des 
trompettes, une cuirasse, un casque ; sur le second, on remarque 
surtout des proues de navires et des ornements en forme de 
]>almes, nommés aplustres, qui décoraient les poupes des vais- 
seaux. — A gauche, moulage d'un bas-relief de Préneste (Mu- 
sée du Vatican), qui représente un navire de guerre romain. 
Au-dessus, bas-relief et inscription* du tombeau de Blussus 
(cf. p. 46); à gauche, bas-relief * du musée dé Milan, représen- 
tant Charon dans la barque du Styx. Près de la fenêtre, bas- 
relief * de Tare d'Orange, représentant des captifs gaulois sous 
un trophée. — Près de la porte, inscriptions* et bas-reliefs* se 
rapportant à la flotte romaine dite Britannique qui stationnait 
à Gesoriacum (Boulogne-sur-Mer). — Sur le panneau à gauche, 
bas-relief grec* provenant du portique de Minerve à Pergame 
en Asie Mineure (original au musée de Berlin) ; on y voit do 
grands boucliers gaulois, un casque pointu (cf. p. 149), une 
cuirasse ou plastron avec les ornements dits S et le svastika 
(cf. p. 29). 



Digitized by 



Google 



22 SALLE B, 



SALLE B 

Moulages des bas-reliefs * de Tare d'Orange. — Ces bas- 
reliefs^ malheureusement très mutilés, ont pour sujet les vic- 
toires des Romains sur les Gaulois, à une époque voiêine de 
rère chrétienne, mais qui n*a pas encore été déterminée avec 
certitude (1). 

Les bas-reliefs présentent des trophées fort curieux à cause 
des renseignements qu'ils fournissent sur la forme des armes 
gauloises ; on y voit le sanglier-enseigne, le casque à cornes, 
les grands boucliers oblongs, la trompette ou camyx, les têtes 
coupées qui ornaient les trophées. Les Gaulois combattent tout 
nus, avec une sorte de plaid sur les épaules (le sagum). Remar- 
quez, dans le bas-relief du fond, une selle en cuir gaufré et 
à pommeau saillant, analogue aux selles arabes actuelles. Les 
noms inscrits sur les boucliers semblent désigner des cheHl 
gaulois, Sacrovir, Mario (noms au nominatif). LMnscrîption en 
lettres de bronze qui décorait l'architrave de l'arc a disparu, 
mais les trous de scellement subsistent et Ton s'est efforcé, 
d'après ces vestiges, de reconstituer la dédicace primitive. 
M. de Saulcy a pu retrouver ainsi la mention de l'empereur 
Tibère, fils d* Auguste, petit-lils du divin Jules (César), Auguste, 
Cette inscription parait avoir été gravée alors que le monu- 
ment était déjà achevé depuis longtemps. 

Au milieu, médaillon d'une précieuse mosaïque romaine 
découverte en 1830 à Autun, représentant le héros mytho- 
logique Bellérophon monté sur le cheval ailé Pégase, vainqueur 
du monstre à trois têtes nommé la Chimère. C'est un bon travail 

(I) Quelques savants ponsont que l'arc d'Orange est le monument des 
victoires de Domitius Ahcnobarbus sur les Allobroges, en 121 av. J.-C. ; 
d'autres, se fondant sur rinscription, croient qu'il est destiné à rappeler 
la aoumissioft de l'Éduen Sacrovir et du Trëvire Julius BMorus, qui s'étaient 
révoltés sous Tibère, en l'an 21 ap. J.-C. Il est à remarquer que le nom 
de Sacrovir se lit sur un des boucliers gaulois. 



Digitized by 



Google 



SALLE B. â3 

du commencement de TEmpire (premier ou deuxième siècle 
ap. J.-C). 

Dans les embrasures 4es fenêtres, on remarque : 1° à gauche, 
des reproductions à Taquarelie de la mosaïque de Grand (Vosges) ; 
2" des gravures et des photographies .de l'arc d'Orange (resti- 
tution, état au treizième siècle, état actuel). 

Le long des murs, du côlé des fossés, moulages partiels de 
l'arc de Saint-Rémy * (Bouches-du-Uhône, cf. p. 24) ; vis-à-vis, 
du côté de la cour, on a exposé, pour la commodité, de Tétude, 
des moulages de certains détails d'armement : le sanglier- 
enseigne, le casque à corne et la grande trompette gauloise 
(voy. p. 22). Au-dessus de la porte du fond, huste d'une déesse 
.entouré d'un voile, peut-être la Nuit, dont on trouve des re- 
présentations analogues sur la colonne Trajane (1) (bas-relief* 
,de l'arc 4'Orange). Vis-à-vis, au-dessus de la porte d'entrée, 
.autre bas-relief* de l'arc d'Orango, représentant dès instru- 
ments de sacrifice, 

(i) Planches X et XL du meuble à volets (p. 47) 



Digitized by 



Google 



%i SALLE D. 



SALLE D 

Moulages des bas-reliefs* du mausolée romain de Saint-Rémy, 
Tancien Glanum Livii (Bouches-du-Rhône) , appelé, d'après 
rinscription (1) : tombeau des Jules. Il paraît remonter à 
répoque républicaine (fin du premier siècle av. J.-C). 

Les scènes principales reproduites par les moulages sont 
maiheureuseiÀent fort détériorées et d'une interprétation très 
difficile. On reconnaît : 1 ' â gauche, en entrant (face du nord) 
un combat de cavalerie entre les Romains et dés Gaulois de 
la Provence; 2» un combat d'infanterie autour du corps 
d'un guerrier tombé (face de l'ouest) ; le Romain à Textréme 
droite est armé du pilum (voy. salle XIII) ; à droite, 3^ (face de 
l'est) un combat sur le bord d'une rivière, personnifiée par 
une divinité fluviale à gauche du spectateur.* Auprès du Fleuve, 
un guerrier se défend avec son bouclier; plus loin, une Victoire 
ailée portant un trophée et un guerrier renversant une Amazone 
de son cheval. 

Sur la paroi de droite, moulage de l'inscription de l'archivolte 
et de la frise, qui présente des motifs très gracieux. Tritons et 
Griffons marins. Au fond, 4* (face du sud) chasse au sanglier;^ 
quelques chasseurs sont à pied, d'autres à cheval. L'un d'eux a 
été blessé ou renversé par son cheval, qui se cabre à la gauche 
du spectateur; ses compagnons s'empressent autour de lui. 

Remarquez aux quatre angles les moulages de chapiteaux* 
élégants appartenant au tombeau des Jules et à des monuments 
romains de Vaison. La niche du fond contient le moulage d'un 
chapiteau romain * engagé dans le mur du castrum de Jublains 
(Mayenne). 

Dans l'embrasure de la fenêtre centrale, fragments de sculp- 
tures originales en pierre et en marbre provenant de Vaison 
(masque tragique, ^ 343 ; Bacchus barbu, 20 355), de la forêt 

(1) « Sextus, Lucius, Marcus, tous trois fils de Gaïus Julius, à leurs 
parentf. » 



Digitized by 



Google 



SALLE D. !2o 

de Gompiègne, de Vichy, de Bourges et d'Abbeville (lôte do 
Jupiter, 10800). 

Cette salie contient encore les moulages de belles statues 
grecques * découvertes dans la Gaule méridionnale : le Diadu^ 
mène d'après Polyclète (v* siècle av. J.-C), marbre trouvd à 
Vaison et conservé au Musée Britannique; la Vénus drapée 
dite GeneUix, trouvée à Fréjus (Louvre); la Vénus accroupie ^ 
trouvée à Vienne (Louvre); la Vénus trouvée dans les ruines 
du théâtre d'Arles (Louvre). Sur des piédouches, le long du 
mur, moulages de bustes découverts en Gaule : Satyres de 
Vienne et d'Arles, au musée du Louvre; magnifique Vénus 
d'Arles, au musée d'Arles; Vénus des Martres-Tolosannes, au 
musée de Toulouse; deux bustes de guerriers barbares, proba- 
blement celtiques (Musée Brirannique et Musée de Madrid); un 
groupe de deux enHints trouvé à Vienne (original disparu). 

Le visiteur monte un étage et passe devant un palier ou est 
exposé un autel gallo-romain à quatre faces (voy. p. 33). Sur 
les murs, photographies de quelques monuments gallo-romains. 
On tourne à droite pour entrer dans la salle XIX (XXI). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— â7 -^ 



ENTRESOL 



Salle XIX. — Mythologie gauloise. 

(A«toard*lial Mlle XXI) 

Cette salle est entièrement consacrée aux monuments de la 
mythologie gauloise. On sait que sous l'influence de la civili» 
sation romaine, les Gaulois ont commencé à représenter leurs 
divinités par la sculpture; mais l'art de nos ancêtres était 
d'une extrême grossièreté. Les monuments religieux de la 
Gaule romaine, qu'il est souvent fort difficile d'expliquer» 
montrent un curieux mélange des types mythologiques indi- 
gènes avec ceux de la mythologie classique. C'est ce que l'on 
reconnaîtra facilement en commençant l'étude de cette salle 
par le 3" bas-relief (24 414)* placé à droite de la porte du 
fond. 11 représente le dieu gaulois cornu, Cernunnos, les jambes 
croisées à l'orientale, pressant de la main un sac d*où sortent 
des graines (?), assis entre un Mercure et un Apollon de style 
grec, qui forment avec lui comme une triade. Au-dessous, on 
voit un cerf et un taureau ; au-dessus, dans le fronton, un rat 
(musée de Reims). Ce bas-relief, qui est d'un assez bon travail, 
offre un exemple frappant d'une conception de la religion gau- 
loise traduite au moyen de formes empruntées à l'art gréco- 
romain. 

Nous continuons Tétude de la salle XIX en examinant d'abord 
les objets placés contre le mur du fond et dans le corridor, 
puis les trois rangées de bas-reliefs et de statues qui occupent 
le milieu de la pièce {commencer à droite de la porte du fond), 

(24 567) Mercure barbu * du musée de Beauvais , coiffé des 



Digitized by 



Google 



28 SALLE XIX (XXI). 

ailerons, tenant la bourse et le caducée ; sur la tranche, dragon 
à tête de bélier (cf. plus bas, p. 30). — (26244) Autel * de 
Vendœuvres (Indre) : le dieu cornu entre deux génies debout sur 
des serpents. La tranche de gauche porte un relief représentant 
Apollon Citharède (musée de Châteauroux). — (25 327) Autel* 
de Saintes (voy. plus bas, p. 34). 

(11 374) Mercure tenant le caducée et la déesse Rosmerta *, 
sorte de Mercure femelle qui paraît associée à ce dieu comme 
Diane à Apollon. L'original de ce bas-relief a péri en 1870 à 
Strasbourg. — (1225) Faces d*un autel* (voy. plus loin, p. 33). 

— (25 904) Petit autel • à quatre faces, où Ton voit Mercure, 
deux vases et un dauphin. — (25 780) Mercure * tenant la bourse 
et le caducée, trouvé dans les fouilles du nouvel Hôtel-Dieu à 
Paris (musée Carnavalet). Au-dessus (27 313), face d'un autel * 
avec un serpent à tête de bélier, qui s'enroule autour d'un tronc 
.d'arbre, et la partie inférieure de deux personnages (Savigny- 
sous-Beaune, Côte-d'Or). 

Contre le mur en ressaut (25 779,. 25851), bas-reliefs'^ repré- 
sentant Mercure avec un bouc à côté de lui (Lapgres et musée 
Carnavalet) ; dans le premier, Mercure est placé entre un bouc 
et un oiseau. — Au milieu (28 219), divinité assise, les jambes 
croisées, le cou orné d'un gros collier ou torques (Néris, Allier). 

— Dans la niche, inscriptions * contenant des dédicaces à Mer- 
cure, à Mercure et à Rosmerta, à Mercure et aux dieux Lares 
associés; photographie des sculptures de la collection Engel- 
Dolfus à Dornach ; au fond, dans le corridor (27 590), autel dé 
Dampierre (Haute-Marne), avec une dédicace à Mercure. 

En rentrant dans la salle, remarquez à gauche une dédicace * 
à Mercure Atusmerius, gravée au pointillé sur un vase de 
bronze découvert à Poitiers (27294). — Dans la travée sui- 
vante, au milieu (24928), autel* à Apollon Grannus et à la 
jiéesse Sirona; sur les autres faces, Apollon Citharède et l'Abon- 
dance (musée de Munich). 

A gauche, petits autels * avec dédicaces à Apollon, nommé 
Abellio ou Ahelio dans les Pyrénées ; autel * à Apollon Viro- 
tutus (9645, musée d'Annecy}. A droite (23 922), Apollon Citha- 
rède* tenant le plectre et la cithare (23 922, musé» d'Épinal). — 
(9046) Autel* à la déesse Athubodua (musée d'Annecy). 



Digitized by 



Google 



SALLE XIX (XXi;. 29 

Dans te couloir, à gauche (4781), dédicace* à Apollon Goble- 
dulitavus (château de Barrière à Périgueux) et ex-voto* (25 431) 
à Apollon Grannus (musée d*Aulun) ; à droite (24 700), tête 
radiée d*Apollon * (musée d*Ëpinal) et dédicaces * à Apollon, 
gravées sur deux plats d'argent (24880, musée d'Auxerre) (1). 

Plus loin, à gauche, dans le corridor, ex-voto * trouvés dans 
les Pyrénées, petits autels dont plusieurs portent la représen* 
tation de la croix gammée ; ce signe est appelé svastika en Inde, 
où les Brahmines et les Bouddhistes le liennent en grande 
vénération. On y reconnaît un symbole se rattachant au culte 
du feu et du soleil; il se retrouve sur les monuments d'un 
grand nombre de pays, depuis le fond de TAsie Orientale jusqu'à 
la Gaule. — Face* d'un autel découvert à Paris en 1784 (voy. 
plus loin, p. 33). — (17023) Jupiter debout * (musée d*Autun). 
— (14841-43) Petits autels* portant un marteau en relief 
(musée de Nîmes). 

Au milieu (11 058), autel au dieu Bélus d'Apamée, trouvé à 
Vaison vers 1810, avec une double inscription en vers latins 
et en vers grecs. L'inscription grecque se traduit ainsi : a A Bélus, 
arbitre de la Fortune, Sextus a élevé cet autel en souvenir des 
oracles rendus à Apâmée (de Syrie). > Or, on sait que Septime 
Sévère, étant en Asie, avait interrogé l'oracle d'Apamée, qui lui 
avait prédit qu'il deviendrait empereur. C'est un des soldats de 
Sévère qui a dû élever le monument de Vaison, après la victoire 
de son chef, en 197, sur son compétiteur Albinus (bataille de 
Lyon). Oette bataille, vérifiant la prédiction de Toraclc, donna 
l'empire à Septime Sévère. 

Plus loin, à droite de la fenêtre (14844 *, 20687, 29291 *), 
représentations du dieu gaulois avec le marteau, sans doute le 
Jupiter infernal ou Dispater, dont le musée possède un grand 
nombre de statuettes en bronze (salle XVII). A cdté du dieu, 
dans deux exemplaires (14 844, Nîmes; 29 291, Montceau en 
,Cête-d'0r)y est un chien couché, peut-être assimilé à Cerbère. 
— (1225) Apollon * (voy. plus bas, p. 33) ; petits ex-voto 
pyrénéens avec svastikM et palmes (musée de Toulouse). 



(I) Des fao-similë de ces plats sont exposés dans la salle XVII. 



Digitized by 



Google 



30 SALLE XIX (XXl). 

£n rentrant dans la salle, sur le mur, ex-voto* à des divinités 
des Pyrénées : Baicorix, Ilixo, Erge, Mars Arixo. — Plus loin 
(27354), femme* tenant un serpent (musée d'Épinal) et (18715) 
autel à la déesse Lahe (musée de Toulouse). — Au milieu (356), 
autel * gaulois découvert à Saint-Landry (Paris) ; à droite, cx-r 
voto * à la mère des dieux (musée de Toulouse), à la déèss.e 
Sirona (musées de Dinan et de Carlsruhe), à la déesse Tutela 
<musée de Périgueux) , au dieu Rudianus (25 194, Saint-Michel 
de Valbonne, villa du duc de Luynes à Hyères) , aux divinités 
proxumes (Montéliraart). 

Plus loin, dans le couloir à droite (26 247), ex-voto* à Apollon 
et à Sirona (musée de Mayence); au milieu (17 608), cippe *' 
trouvé à la Malmaison (Aisne), surmonté du buste d'une divi- 
■nité à trois têtes ou tricéphalet qui parait répondre à la môme 
tîoncepliott mystique que la triade gauloise (plus haut, *p. 27). 
La même travée contient d'autres divinités tricéphalcs : au fond, 
à droite (2807) , un dieu tricéphale *, à côté de deux autres 
divinités Tune féminine et Tautre masculine (musée d'Autun) ; cinq 
î autels* de Reims avec le buste du dieu tricéphale; un tricé- 
phale * (9286) assis entre le dieu Cornu et un autre dieu (musée 
de Beaune); un tricéphale* debout, tenant le serpent à tête de 
bélier, sur un autel trouvé dans les fouilles du nouvel^ Hôtel- 
Dieu, à Paris ; sur une autre face de Tautel , un Amour portant 
le casque de Mars (25774, musée Carnavalet). 

Remarquez encore, au fond du corridor à gauche (10 598), trois 
Matrones (déesses-mères) assises sur un autel trouvé à Yaison et 
(8283) la même représentation sur un bas-relief d'Autun, -^ 
A gauche de la porte du couloir, divinité tricéphale* en bronze 
des environs d*Aulun (14 658; Toriginal est danâla salle XVII); 
un dieu assis * (8280), avec deux oiseaux au-dessous de lui 
(musée d'Autun). — Près de la porte opposée (2811), un dieu 
debout * tenant le serpent à tête de bélier, à côté d'une déesse 
assise (musée d'Autun) ; deux bas-reliefs d'Autun * et de Vit- 
teaux (Côte-d'Or), représentant un dieu et une déesse tenant 
chacun une corne d'abondance. 

Rentrant dans la salle, remarquons contre le mur (11 376, 
20219) des ex-voto* à la déesse Sirona (musées de Strasbourg et 
de Bordeaux); un autel* à la déesse de l'Ida, Idaea Mater, 



Digitized by 



Google 



SALLE XIX (XXI). 31 

divinité asiatique introduite en Gaule à l'époque romaine (Vence, 
25183); un ex-voto * aux déesses Junons« deabus Iunonibcs 
(Gouécourt, Vosges, 24688); un autel* avec une inscription 
au dieu Baeserte (18708), trouvé au lieu dit Basert près de Huos 
(Haute-Garonne), qui a conservé, à travers les siècles, le nom 
de la divinité qui le protégeait (musée de Toulouse). Sur l'em- 
placement de Tanciea sanctuaire s'élève une chapelle consacrée 
à Notre-Dame-du-Basert. 

Au milieu, autel * ayant servi de bénitier dans Téglise de 
Yirecourt (Meurtlie), couvert de bas-reliefs inexpliqués; remar« 
quez à droite la femme assise sur un petit quadrupède et tenant 
deux enfants emmaillotés entre ses bras (musée d*Ëpinal). — 
A droite (11 375), divinité asiatique *y génie ailé à côté d'un lion 
(musée de Strasbourg; original détruit dans l'incendie de 1870). 

Dans la niche, on a réuni une série de bas-reli&fs en pierre 
et en terre cuite (moulages et originaux) relatifs à la déesse 
Epona, protectrice des chevaux. — (26248) Epona* assise sur un 
trône vers lequel s'avancent, de part et d'autre, des chevaux aux 
formes trapues; au-dessous, un char traîné par trois chevaux 
et une scène de sacrifice (musée de Stuttgard). — A droite, 
ba8->rQUefs représentant Epona à cheval ; elle est assise à droite, 
tandis que nos amazones montent à gauche. Dans un bas-relief* 
(2810, musée d'Autun), la jument que monte Epona est accom- 
pagnée de son poulain. — Vis-à-vis, à gauche, autres figures 
équestres d'Epona et bas-relief (14543) représentant un per- 
sonnage religieux, peut-être Apollon prophétique ou un prêtre 
augure, entre deux oiseaux (corbeaux?) qui lui parlent à Toreille 
et dont il semble interpréter les chants (forêt de Gompiègne). 

Au fond, autel élevé à Hercule Saxanus par la VIII* légion Au- 
gusla (découvert à Norroy, Meurthe). — A gauche, ex-voto * 
aux dieux gaulois Esumus (original au Musée), Rudiobus (cf. 
p. 99), Sinquatus (original au Musée), Majurrus (original au 
Musée); à droite, ex-voto* au dieu Lavaratus (Alpes-Maritimes, 
original au Musée); divinités indéterminées* sur des bas-reliefs 
d'Aliae-Sainte-Reine (Côte-d'Or) et des Pyrénées. 

En rentrant dans la ss^Ue, conti^ le mur (25182), ex-voto* 
à Mars Vintius (Vence^ Alpes-Maritimes, original au Musée). Plus 
loin (25 188), exTVOto * â^ Mars Bolvinnus (Bouhy, Nièvre). 



Digitized by 



Google 



32 SALLE XIX (XXI), 

Remarquez la persistance des noms locaux, que nous avons déjà 
constatée pour Tautel du dieu Baeserte (p. 31). 

(20337) Ex-voto * à Mars Gaturix (musée de Lausanne). —Au 
milieu (8289), autel* à trois faces avec trois divinités, dont Tune 
est Mercure (musée d*Autun); plus loin (18716), ex-voto* à Mars 
Leherennus (musée de Toulouse). Dans la niche, à droite 
(20 374), autel élevé au dieu Orevaius par un centurion de la 
lll" légion italique (Ville-Vieille près de Nice). 

Contre le mur, ex-voto* découverts dans les Pyrénées; cx- 
volo à là déesse Némétona, gravé sur métal (musée de Mayence); 
ex-voto* en argent trouvés aux sources de Vichy, où ils étaient 
offerts par des malades (originaux dans la salle de numisma- 
tique). — (25165) Ex-voto* à Apollon, Mercure, Sioquatus. — 
(27 950) Anneau votif* en bronze avec dédicace à Mars Voro- 
cius, de Vichy (original au Musée). 

(21 079) Ex-voto * en argent trouvé à Neuwied, près Coblence, 
représentant Mercure sous un édicule, avec un bouc, et au-dessus 
Mars et TAbondance. Plus loin, ex-voto trouvés aux sources de 
la Seine, jambes, mamelles, pied, etc.; les parties du corps 
ainsi représentées sont celles qui avaient élé Tobjet de la gué- 
rison. — (26991) Genou avec inscription*, ex-voto du temple 
d'Essarois (Côte-d'Or). —(23882) Pierre avec la représentation 
de deux mamelles (dolmen de Léry, Eure). — (4782) Fragment 
d'une statue de femme trouvée dans le sanctuaire des sources 
de la Seine; une dédicace* à la déesse Sequana est placée sur 
le mur opposé (20339). 

(20373) Autel* élevé au dieu Abinius par un centurion de la 
II !• légion italique. — (20 3W) Autel* à quatre faces trouvé près 
des sources du Mesvrin (Saône-et-Loire) ; on y voit un dieu 
tenant une coupe et une déesse dans Taltitude de la Vénus 
pudique (musée d'Autun). 

Plus haut, contre le mur, réplique grossière d'un motif grec 
connu, Vénus nue dénouant sa sandale (Alise-Sainte-Reine). — 
Au-dessus de la porte, ex-voto* aux divinités Bormo et Damona, 
trouvé à Bourbon-Lancy qui doit son nom à Bormo. 

En rentrant dans la salle, nous voyons contre le mur divers 
ex-voto, entre autres (25187) une dédicace* à la déesse Clu- 
tonda et aux divinités protectrices du vicus de Masava (Mesves; 



Digitized by 



Google 



SALLE XIX (XXI). 33 

musée de Nevers). — Au-dessus (25 775-77), Amours portant les 
armes de Mars, bas-reliefs* découverts dans les fouilles du 
nouvel ; flôteUDieu à Paris (musée Carnavalet). — Près de la 
cheminée (22 876), un fragment de la balustrade en terre cuite 
découverte à Lezoux (Puy-de-Dôme) : ce sont des bustes de divi- 
nités en relief posés sur des globes. 

Partant de là pour examiner la première rangée à l'intérieur de 
la salle, nous signalerons (352) un autel gallo-romain * découvert 
à Saint-Landry (Paris), où Ton voit Diane tenant une torche et 
deux guerriers (musée de Cluny). — (353) Autel* mutilé de 
même provenance. 

Les n°* 350, 354, 355 appartiennent à une même trouvaille 
faite en 1710, à Paris, sous le chœur de Notre-Dame; les origi- 
naux sont au musée de Cluny. — (350) Autel * à quatre faces 
représentant Vulcain (volcanvs), Jupiter ( i o v i s ), Esus ( E s u s), 
qui semble couper le gui sacré dans une forêt (?) et un taureau 
surmonté de trois grues, image singulière à laquelle répond 
l'inscription tar vos «tri car an us {taurusy très grues). -^ 
(1225) Voy. plus loin. — (354) Deux moitiés supérieures d'au- 
tels*; sur le premier. Castor et Pollux avec leurs chevaux, le 
dieu Cornu, Esus (?) avec sa cognée (cf. le n*350, p. 33); sur le 
second, Mars et ijunerve, Apollon et Vénus, Diane et la For- 
tune, Junon (?) et Mercure. — (355) Autel* portant une dédi- 
cace dès bateliers de la Seine, nadtaeparisiaci, à l'empe- 
reur Tibère (14-37 ap. J.-C.). Sur les autres faces, procession 
de guerriers et de prêtres. 

L'autel* du milieu, que nous n'avons pas décrit (1225), et 
dont l'original se trouve sur le premier palier (plus haut, p. 25), 
a été découvert à Paris en 1784.; on y voit Mercure avec le 
caducée, le coq, la bourse et le bouc ; Apollon avec le dauphin 
dans sa main droite, le carquois, l'arc et la lyre; un Amour 
ailé, avec les ailerons de Mercure, le pied posé sur un autel, 
tenant une pomme ou une sphère dans la main droite; Ros- 
merta (cf. p. 28) tenant le caducée. 

(24436) Le dernier monument de cette rangée est un autel ♦ 
à quatre faces, découvert en 1877, avec dédicace des habitants 
du quartier neuf de Mayence à Jupiter et à Junon; les reliefs 
représentent Apollon, avec la couronne de rayons, la lance et le 



Digitized by 



Google 



3i SALLE XIX (XXI). 

rouet ; Gérés avec deux torches ; la Fortune avec la corne d'abon- 
dance et le gouvernail. 

Remontant de là pour examiner la rangée suivante, nous 
voyons d*abord, dans un meuble à volets, les fac-similé d'in- 
scriptions romaines trouvées en Gaule et relatives à des divi- 
nités (1). Plus loin (25327), le célèbre autel de Saintes, portant 
d'un cdté le dieu Gornu, assis les Jambes croisées, tenant un 
torques et une bourse, associé à une déesse drapée qui tient une 
corne d'abondance; à gauche de la déesse est une petite divi- 
nité féminine tenant une corne d'abondance et un fruit De 
l'autre côté, on voit encore le dieu Gornu, assis les jambes croisées 
sur un siège orné de deux têtes de taureau, tenant une bourse 
et un objet indistinct ; à sa gauche est Hercule nu, sur une base 
ornée d'une tête de taureau, appuyé sur sa massue et tenant une 
pomme (?) dans la main gauche; à sa droite est une divinité 
féminine drapée. 

(24510) Femme assise tenant une corne d'abondance et sur 
ses genoux un panier avec le serpent à tête de bélier (musée 
d'Épinal). — (27 312) Grand autel* de Savigny^-sous-Beaune 
(Gôte-d'Or), en deux tronçons qui ne se rajustent que sur la 
face antérieure; les représentations sont encore inexpliquées. 
On y voit : i" Jupiter (?) assis tenant le foudre, avec l'aigle à sa 
gauche; au-dessous, Neptune (?) tenant un dauphin ; 2^ un 
dieu nu debout ailé, au-dessus de deux déesses, dont l'une 
(Gérés?) semble pleurer, tandis que l'autre tient un vase; 
celle-ci est accompagnée d'un aigle et d'un chien; 3* une divi- 
nité féminine tenant une corne d'abondance, vers laquelle 
s'avance un petit génie nu; au-dessous, un personnage drapé 
qui parait tenir une cognée et une branche (cf. p. 33, n** 350) ; 
A** deux divinités (?) drapées, l'une mâle, tenant des tenailles 
(Vulcain?), l'autre femelle; au-dessous, un dieu debout, tenant 
la lance et le bouclier (Mars) ; à sa droite est le serpent à tête 
de bélier, que nous avons déjà rencontré plusieurs fois; à sa 
gauche, une divinité féminine. 

(1) Aime en Tarentaise , Auriol , Bagnères-de-Bigorre, Beltey, Bonn, 
Bordeaux, Bourbon-Lancy, Bourbonne-les-Bains, Bruinath, Cologne, Dijon, 
Épinal, Lectoure, Leyde. 



Digitized by 



Google 



SALLB XIX (XXl). 35 

(2751) Dieu assis* tenant sur ses genoux deux dragons à tête 
de bélier (musée d*Épinal). — (17 321) Autel* gallo-romain 
trouvé à Lifremont, avec une Vénus à sa toilette, à laquelle un 
Amour tend un peigne, grossière copie d'un type grec connu 
(musée de Rouen). — Plus loin, dans un meuble à volets, fac- 
similé de dédicaces trouvées en Gaule et d'inscriptions rela- 
tives au culte de Rome et d'Auguste, dont le centre était Lyon 
cf. p. 36) (I). " 

(18579). Entre la cheminée et la porte, fragment d'une balus- 
trade en terre cuite découverte à Lezoux (Puy-de-Dôme), repré- 
sentant un petit dieu et une déesse nus. — Au-dessus de la 
porte (24 684), bas-relief* représentant un lion et un taureau (?), 
avec l'inscription inexpliquée bellicvs'SVRBVr (musée d'Épi- 
nal) ; plus loin, au premier rang, ex-voto * aux dieux Ëdelatus et 
Scx Arbor (musée de Toulouse). — (26249) Autel * à quatre faces • 
(Junon, Mercure, Hercule, Minerve), surmonté d'un octogone à 
sept niches, contenant les bustes des divinités des sept jours de 
la semaine caractériséos par leurs attributs (musée de Mayence). 

(27591) Grossière statue de Mercure assis, avec un bouc à 
ses pieds (Dampierre, Haute-Marne). — (26250) Autel* à Ju- 
piter Conservateur» avec Mercure et le coq, Hercule portant les 
pommes des Hcspérides, Minerve (musée de Mayence). — (18 709) 
Autel * à la divinité SEX arbores (musée de Toulouse). — 
(18710) Autel* à la déesse Lahé (ibid.), -^ (25826) Autel* aux 
matrones Némétiales (musée de Grenoble). 

Cette salle, que nous avons cru devoir décrire avec détail, est 
Tune des plus intéressantes du Musée; les monuments qu'elle 
renferme offrent beaucoup de problèmes qui attendent encore 
leur solution. 

(1) Arle8> Avignon, Leydé, Lyon, Mayence, Metz, Narbonne, Nevërs» 
Nimëgac, Ntmes, Poitiers, beyssel, Soissoiis, Strasbourg, Suètret, 
Vienne» 



Digitized by 



Google 



36 SALLE XVIII (XX). 



Salle XVIII. — Inscriptions romaines. — Cités ganloises. 

(AMfoard'hMl Salle XX). 

On a placé dans cette salle les moulages dMmportantes inscrip- 
tions de l'époque romaine, relatives à la constitution des cités 
de la Gaule, à leur organisation politique et religieuse. 

En face, en entrant, piédestal quadrangulaire*dit marbre de 
Thorigny (musée de Saint-Lô), découvert au seizième siècle à 
Vieux en Normandie, chef-lieu du pays des Viducasses. Les 
inscriptions gravées sur les trois faces, dont une traduction (en 
partie hypothétique) est inscrite dans un cadre, contiennent 
des témoignages en Thonneur de Titus Sennius Sollemnis, ami 
de plusieurs grands personnages romains, auquel le Conseil des 
trois provinces de la Gaule, réuni à Lyon, éleva une statue 
placée sur ce piédestal, au mois de janvier 238 après Jésus- 
Christ. Il est probable que Sollemnis était prêtre de Tautel de 
Rome et Auguste à Lyon. Par le texte du côté gauche du pié- 
destal, on apprend ce fait très important que les députés des 
soixante cités de la Gaule formaient une assemblée nationale ou 
concilium, qui était admise à formuler les griefs du pays contre 
les gouverneurs impériaux et, au besoin, à les mettre en accu- 
sation devant TEmpereur. G*cst la première trace du gouverne- 
ment représentatif sur le sol de la France. 

A droite, contre le mur, entre la porte et la cheminée, dédi- 
cace* des habitants de Marsal (Marosallenses) à Tcmpereur 
Claude, en 43 après J.-G. (musée de Metz). Plus loin, de l'autre 
côté de la cheminée, est la série des inscriptions en langue 
celtique *, écrites en caractères romains ou grecs.- La langue de 
ces textes ressemble au latin et aux langues congénères, mais 
ils n'ont pas encore tous été expliqués d'une manière certaine (1). 

(1) Provenances : San Dernardino (cloître de la cathédrale do Novare 
en Itahe); Vieux Poitiers (menhir du); Nîmes (bains de Diane); Alise 
Sainte-Reine ; Todi (musée Grégorien à Rome) ; Volnay (musée de Beaune) ; 
Nîmes ;Vaison (musée d'Avignon); Autun; Malaucène en Vaucluse. Dans 
la niche, inscription * sur plomb de la collection Vacqucz ; inscription * 
sur bronze de Neuvy-en-Sullias (musée d'Orléans) ; inscription * sur une 



Digitized by 



Google 



Salle xvai (xx). 37 

Au fond, moulage en galvanoplastie des Tables de Claude*, 
inscription sur bronze trouvée en 1511 à Lyon, dans la Saône. 
Elle contient un important fragment d*un discours prononcé par 
l'empereur Claude, Lyonnais de naissance, devant le sénat 
romain, afin de faire ouvrir aux notables provinciaux de la 
Gaule raccès de cette assemblée et celui des magistratures ro- 
maines (40 ap. J.-C). L'intervention de FEmpereur est racontée 
par Tacite, qui a refait le discours à sa manière. Ici nous avons 
sans doute un extrait du discours impérial tel qu'il a été recueilli 
par la sténographie, avec toutes les bizarreries et les incohé- 
rences du style de Claude, qui répond à ce que nous savons de 
son caractère. 

Xu-dessus, moulage et restitution partielle d'un fragment de 
l'inscription* de la Turbie en Savoie, entre Yillefranche et 
Monaco.' L'inscription entière, gravée sur un monument colossal 
dit Trophée des Alpes, a été reproduite par le naturaliste romain 
Pline (mort en 79 ap. J.-C). Elle contient une dédicace à l'em- 
pereur Auguste, datée de l'an 7 avant Jésus-Christ, en mémoire 
de la soumission des peuplades des Alpes qu'elle énumère. On 
en a retrouvé neuf fragments conservés dans les fossés du châ- 
teau, avec un morceau assez considérable des bas-reliefs du 
trophée. Le moulage du fragment le plus important, accompagné 
de la restitution des lettres voisines, mentionne la peuplade al- 
pestre des Tmmpiliniy nom que les manuscrits de Pline écri- 
vent Triumpilini. 

Parmi les autres inscriptions de cette salle, signalons encore 
les suivantes (contre le mur, à partir des Tables de Claude) : 
f20 323) Dédicace * de la cité des Cadurques à un prêtre de 
l'autel d'Auguste « au confluent de la Saône et du Rhône » 
(Gahors); (25107) inscription* portant le nom de Ratumagus 
(Hermès, Oise) ; (23 930) inscription * mentionnant la cité des 
Senons (Sens) ; (24 308) inscription • de laForclaz (Haute-Savoie), 
fixant, au nom de l'empereur Yespasien, les limites territo- 

patère de bronze de Gissey-sur-Ouche (Côte-d'Or, original dans la 
salie XVII); inscription sur* manche de palère (musée do Dijon); inscrip- 
tion * du Vieil-Évreux (Évrcux) ; inscription * du Puy (Haute-Loire). 
(i) Tacile, Annales, liv. XI, chap. xxiv. 



Digitized by 



Google 



38 î SALLE XVIII (XX). 

riales entre les Viennois et les Centrons (74 ap. J.-C.).-- (25 171, 
24 686) inscriptions * donnant les noms de Soliciœ (Soulosse?) 
et des Solimariacenses; (25 140) inscription * trouvée au fau- 
bourg Saint- Vincent à Orléans, portant le nom ancien de 
cette ville, Genabvm; (1221) pierre sépulcrale en marbre de 
Julius Martianus, décurion de la colonie de Lyon, avec la hache 
ou ascia figurée en bas à gauche ; cette représentation, fré- 
quente sur les tombes gallo-romaines, et parfois accompagnée 
de la mention « un tel a dédié (ce monument) sous Vascia », 
parait signiAer que le tombeau n'a pas encore servi, qu*il est 
encore, en quelque sorte, sous la hache du tailleur de pierres, 
— (25184, 25 190) Dédicaces de deux autels élevés par les ha- 
bitants de Vence^ Vintienses, 

A rintérieur de la salle (25 825), inscription * d'un monument 
élevé à Grenoble en l'honneur de Claude II le Gothique, par les 
détachements, le corps de cavalerie, les officiers et les tribuns 
des cohortes prétoriennes cantonnées dans la Province Narbon- 
naise; (26880) dédicace* d'une table circulaire offerte par un 
certain Sabinus aux habitants du faubourg Florentinus (Saint- 
Bertrand-de-Comminges). — (9601) Célèbre autel * découvert à 
Narbonne en 1564; l'inscription, datée du 23 septembre de l'an 
11 ap. J.-C, nous apprend que sous le consulat de T. Statilius 
Taurus et de L. Cassius Longinus, le peuple de Narbonne érige 
dans le forum de la ville un autel à la divinité d'Auguste et 
règle les sacrifices annuels qui doivent y être célébrés. 

A côté du marbre de Thorigny, inscription * celtique décou- 
verte à Nimes (23 196) et cippe funéraire mentionnant le pagus 
Deobensis, près de Vaison (original dans les fossés du château). 

Au milieu, dans un meuble à volets, fac-similé d'inscriptions 
romaines trouvées en Gaule, dédicaces en l'honneur de divi- 
nités, d'empereurs, de fonctionnaires romains, de magistrats 
municipaux, etc. (1). 

Dans le couloir, pierre tombale de Julia Paulinai découverte 
à Bourges en 1704; médiocre travail romain. 

(1) Provenances : Aime (Tarentaise), Aoste, Autun, Avenches, Avignon, 
Bordeaux, Briançonnot, Garpentras, Feurs, Lyon, Limoges, Mayence, 
Metz,JIorat, Narbonne, Nimes, Poitiers, Rançon, Bennes, Trêves, Vienne. 



Digitized by 



Google 



SALLE XVII (XÏX). 39 



Salle XVII. — Colonnes milliaires. 

(4u|oard*hiit Salle XIX). 

Lorsqu'un empereur faisait construire ou réparer une route, 
il rappelait ce travail par des colonnes placées de mille en 
mille sur la voie. Le mille romain équivaut à liSl'^ySO et 
l'ancienne lieue gauloise ou leuga, moitié de Tancienne lieue 
légale de France, est de 2222"',50. Ainsi trois milles romains 
équivalent exactement à deux lieups gauloises. 

Remarquez que les inscriptions des colonnes et bornes 
milliaires sont de plus en plus grossières et négligées à mesure 
qu'on s'éloigne de l'époque florissante de l'Empire. La déca- 
dence n'atteint pas seulement les moeurs, la politique et les 
lettres : elle se trahit jusque dans l'cpigraphie. On peut 
comparer, à cet égard, le milliaire de Redessan* (Gard), à 
gauche de la cheminée, qui porte le nom de Tibère (3!2 ap. J.-C), 
et celui de Vence ♦ (Alpes-Maritimes), qui porte le nom de 
Maximin, un peu plus loin contre le même mur (235 ap. J.-C), 

Au fond, dans l'embrasure de la fenêtre, deux belles cartes 
de France donnent Tune la géographie physique, l'autre la 
géographie politique de la Gaule à l'époque romaine. A droite, 
dans le corridor, carte de la Gaule dressée par M. de Yillefosse, 
indiquant les localités où l'on a trouvé des bornes milliaires. Au 
milieu de la salle, dans un meuble à volets, fac-similé des prin- 
cipales bornes milliaires trouvées en Gaule. 

Dans le couloir, deux colonnes votives * jumelles, élevées Tune 
par les Marseillais et l'autre par les Cemenelenses (habitants de 
Cimiei?). 

Le visiteur revient sur ses pas, traverse le palier et entre 
dans la salle XX (XXII). 



Digitized by 



Google 



40 SALLE XX (XXIl). 



Salle XX. — Légions romaines. 

(Aulourd'hiil SaUe XXII). 

; Les quatre travées de cette salle contiennent des monuments 
relatifs aux légions romaines stationnées sur les frontières de 
la Gaule et de la Germanie. Nous décrirons plus loin le corridor 
du fond (voir le Supplément). 

1" rangée (en longueur). — (26 245) Pierre tombale* d'un 
soldat de la IP légion, avec la courte épée, la ceinture et le 
tablier de cuir qui protège le ventre (musée de Strasbourg). 
— (20326) Voy. 20 328. — (24430) Pierre «tombale* (céno- 
taphe) de M. Caelius, centurion de la XYIIl® légion, tué pen- 
dant la campagne de Yarus qui se termina parle désastre de 
Teutobourg, où trois légions romaines furent anéanties par 
les Germains (9 av. J.-C.). De part et d'autre du mort sont les 
bustes de deux de ses affranchis. Lui-même porte la couronne 
civique, récompense accordée à ceux qui avaient sauvé un 
citoyen à la guerre, un collier ou torques, deux armillaef un 
anneau, cinq phalères en métal ou décorations (analogues à 
nos médailles militaires) et deux têtes de lion qui sont aussi 
des marques honorifiques; il tient à la main un sarment de 
vigne, insigne des centurions. L'inscription autorise à ouvrir le 
cénotaphe pour y placer les ossements de Caelius, le jour où 
l'on viendrait à les retrouver. L'original de ce précieux monu- 
ment est au musée de Bonn. 

(20327) Voy. 20 328. — (20 325) Pierre tombale* d'un cavalier 
auxiliaire germain, incorporé dans l'aile des Âsturiens (Espagne). 
La cavalerie auxiliaire des légions romaines se recrutait dans 
les provinces (original à Chalon-sur-Saône). — (20328) Ce 
monument*, ainsi que les n**" 20 326-7, découverts ensemble en 
1817, fait partie d'un trophée élevé par les Gaulois à Entre- 
mont, près d'Âix, en mémoire d'une victoire remportée par 
eux sur d'autres barbares. On y voit la représentation grossière 
do cavaliers et de têtes coupées (comparez les trophées de 
l'arc d'Orange, p 22). Un des cavaliers porte à la ceinture 



Digitized by VnOOQlC 



SALLE XX (XXll). 41 

la longue épée gauloise. Ce trophée parait antérieur à la con* 
quête de la Gaule par César (musée d'Aix). — (24427) Pierre 
tombale* du dalmate Andes, cavalier auxiliaire de l'aile clau- 
dienne, foulant aux pieds un Germain abattu qui tient un glaive 
recourbé (musée de Mayence). 

Contre le mur, cinq pierres tombales* de cavaliers auxiliaires 
analogues aux précédentes. Remarquez les selles des chevaux et 
les rosaces en métal ou phalères qui font partie de leur harna- 
chement (musées de Wiesbaden, Worms, Bonn, Mayence). Dans 
deux exemplaires (27 462, 2251), le cavalier est suivi d*un fan- 
tassin portant deux lances; dans un autre (24 428), le cavalier 
qui écrase deux Germains est un porte-enseigne de Taile espa- 



Au revers des n" 3 (24430) et 5 (20 325) de la l»» rangée, 
on a placé les moulages de deux bas- reliefs : (2253) soldat* 
avec lance, bouclier et poignard, d*un style très barbare; à 
côté de lui est une enseigne surmontée d*un coq (musée de 
Strasbourg). —(4203) Fragment d'un bas-relief de la Porte Noire 
de Besançon : on y voit un soldat armé du pilum à côté d'un 
personnage assis. 

2* rangée (au milieu). — (25772) Cavalier gaulois* des 
troupes auxiliaires, bas-relief découvert à Paris en 1877 (musée 
Carnavalet à Paris). 

A droite et à gauche sont deux meubles à volets contenant 
des fac-similé d'inscriptions romaines relatives aux légions. 

3* rangée. — (24425) Pierre tombale* d'un porte-enseigne 
de la XIV* légion gemina. Remarquez le casque à visière sur 
son épaule gauche. L'enseigne est beaucoup trop longue 
(Mayence). — (24441) Plaque de poitrine* ornée de cercles 
métalliques qui portent des figures en relief (voy. plus haut, 
n" 3 (24430) de la première rangée; Mayence). — (24426) Pierre 
tombale* de Daverzus, soldat de la 3" cohorte des Dalmates> 
richement armé et tenant deux lances à la main. Sur chaque 
tranche de la stèle est représentée une divinité funéraire 
orientale (Bingen). 

(24424) Pierre tombale* d'un porte-aigle de la XI V* légion 
gemina. Comparez sa cotte d'armes ornée de bracelets et de 

3. 



Digitized by 



Google 



42 SALLE XX (XXIl). 

disques métalliques, qui sont les récompenses d'actions d*éclat, 
au n<> 2 (24441) de la même rangée et au n" 3 (24430) de 
la 1" (Mayence). — (24 438) Bas-relief* du tombeau d'un cava- 
lier auxiliaire, conduisant un cheval à la main (Mayence). — 
(26251) Monument funéraire * d'un cavalier auxiliaire de 
Taile du Norique (Autriche). Dans le registre inférieur, un 
valet nu marchant derrière un cheval. Au-dessuf, le mort est 
représenté couché sur un lit, tenant un rouleau à l'a main, 
devant une table garnie, avec un esclave drapé debout à côté 
de lui (Trêves). Ce bas-relief est d*un bon travail. 

Sur le mur du fond, à gauche, bas-reliefs funéraires* d'un 
porte-enseigne, d*un soldat de la XIV* légon gemina portant 
un javelot à amentum et d'un soldat armé du pilum (comparez 
plus haut, p. 24 et 41). Originaux à Mayenee. 

Avant d'entrer dans le corridor latéral, signalons, sur la saillie 
des murs qui séparent les travées, trois bas-reliefs funéraires* : 
un soldat de la XX* légion préposé à la garde des troupeaux 
(1224, Cologne); un soldat de la 1'* cohorte des Ituréens (Pales* 
tine, n* 2230, original à Mayence); un musicien de la 1" légion 
(1220, Cologne). 

La salle XXIII, annexe de la salle XX (XXll), contient deux 
pierres tombales* de légionnaires armés du pilum (2247, 2248; 
musées de Wiesbaden et de Mayence). Voir le Supplément, 



CORRIDOR. 

(Voir le Supplément), 



Revenons sur .nos pas jusqu'au fond de la salle XX pour tra- 
verser le corridor latéral. On y a réuni des spécimens des 
modes de sépulture pratiqués en Gaule à l'époque romaine. 

Ce sont d'abord les tombeaux à incinération : les morts 
étaient brûlés et leurs cendres placées dans des urnes ciné- 
raires en verre, en argile ou en plomb. Parfois, comme dans le 
Lot (Douelle), le Puy-de-Dôme, l'Indre (La Châtre) (1" tra- 
vée, à gauche), le réceptacle de l'urne est une sorte de 
cylindre en pierre avec couvercle conique ; ailleurs (2* travée à 



Digitized by 



Google 



SALLE XX (xxn). 43 

droite), l'urne en verre contenant les cendres, avec une petite 
fiole en verre et une lampe en argile, est placée dans une am- 
phore en terre fendue dans le sens de la longueur. 

Remarquez dans la môme travée des pierres creusées pour 
recevoir des cendres (cimetière de Saulzais-le-Potier, Cher). — 
(20 350) Stèle funéraire de Gatius Modestus (Vaison), indiquant 
les dimensions de remplacement occupé par son tombeau. — 
Dans la niche (11 710, 25 021), dédicace * des légionnaires delà 
XXI* légion à Hercule Saxanus (Norrois, Meurthe; cf. p. 31), 
et dédicace* des fabricants de cuirasses domiciliés dans le 
pays Éduen (musée d*Autun). 

La 3* travée présente de petites caisses en pierre contenant 
les cendres (Orange, Yaison, Saint-Rémy). Dans la 4* on voit 
une tombe romaine en briques (20 964), avec les vases de terre 
et de verre placés à l'intérieur (Mayence). Remarquez aussi 
(20375) une pierre tombale du cimetière de Saverne, caracté- 
risée par une ouverture qui semble indiquer une idée religieuse. 

Dans la niche (25 057)*, épitaphe d'un soldat de la 17* co- 
horte lyonnaise préposée à la garde de la Monnaie (trouvée à 
Vichy; musée de Moulins). 

Les sépultures à inhumation occupent les travées suivantes. 
(19938) Tombeau en plomb en forme de cercueil (Rouen); 
(26584) tombeau en briques avec le squelette, dans l'état où 
il a été découvert (Beaulieu près Villefranche, Alpes-Mari- 
times). — Au fond, coupes en terre trouvées dans les tom- 
beaux, contenant des ossements d'animaux sacrifiés au mort, 
des objets de fer et de bronze; remarquez uil œuf dans une 
petite tasse en plomb (Gompiègne) et des fragments de sarco- 
phages en plomb ornés de reliefs. 

Pour la salle XXV, installée en 1890, voir le Supplément du 
présent catalogue. 



Digitized by 



Google 



U SALLE XXII (XXVl). 



Salle XXII. — Costumes, arts et métiers des Gaulois. 

(Au|oar4*hul Salle XXVI). 

Le peuple gaulois, avant la conquête de César, était sous la 
domination des nobles (équités) et des Druides. La conquête ro- 
maine, en modifiant cet état de choses, profita surtout au 
tiers état, qui s'enrichit par le commerce et par Tindustrie. 

Cette salle contient les moulages de pierres tumulaires et 
yotives ainsi que d'enseignes de boutiques qui représentent des 
Gaulois dans Texercice de leurs différentes professions. Com- 
mençons à droite de la cheminée pour faire le tour de la salle. 

(23937)* Cabaretier gaulois (Sens). — (27921)* Divinité 
protectrice (?) d'une boutique de pharmacien, entourée de four- 
neaux et d*alamblcs ; derrière elle, une femme triture quelque 
préparation dans un mortier (Épinal). — Au-dessus (8284)*, 
ouvrier tenant une pince et un vase (Autun). 

(17 320)* Fabricant ou marchand assis à son comptoir; il se 
retourne pour décrocher un marteau. Au-dessus sont des éta- 
gères avec des fioles et des amphores (Lillebonne; musée de 
Rouen). — (3275)* Sabinianus, peaussier, avec un étau et un 
maillet (Autun). — (23945, 23 946)* Foulon et tondeur de drap 
(Sens). — (23 950) * Ouvrier en bois (Sens). 

Mur parallèle au couloir et niche adjacente. — (8281)* Caba- 
retier versant à boire (Autun). — (8276)* Personnage tenant un 
éventail et un petit pot (Autun). — (25773)* Cippe du tailleur 
Geminius, trouvé au faubourg Saint-Jacques à Paris (musée Car- 
navalet). — (25902)* Pierre sépulcrale avec deux bustes : la 
femme porte des boucles d'oreilles et un torques (Cazarilh, 
Hautes-Pyrénées). — (25326)* Tonnelier (Autun). — (8285)* 
Ouvrier en bois (Autun). — (23934)* Gaulois dans son atelier 
(Sens). — (8287) * Ouvrier ou architecte tenant une truelle et 
un ciseau. Sur le bord du cadre, une scie et une hache (Autun). 
— (25849-50)* Attelage de mules et chariot gaulois; un ton- 
neau est placé sur le chariot (Langres). — (23935)* Ëpitaphe 
mutilée d'un marchand de capuchons; ces objets sont repré- 



Digitized by 



Google 



SALLE XXII (XXVI). 45 

sentes sur la tranche (Sens). — (23948) * Palefrenier conduisant 
un cheval sellé (Sens). — (23942)* Yoiturier conduisant une 
voiture légère à deux roues (Sens). — (23 940)* Peintres en 
bâtiment, debout sur un échafaudage (Sens). Au-dessus, fac- 
similé de deux inscriptions de Lyon relatives à des femmes qui 
exerçaient la médecine. — (25428)* Musicien (Autun). — 
(23951)* Scène d'atelier (Sens). — (28729) Gaulois tenant une 
bourse et une hache (Compiègne). — (22 656, 8277 *) Chasseurs 
(Mont-Saint-Jean, Sarthe; Autun). 

Mur oblique du /bnrf. —(23 944)* Oiseleur (Sens). — (22260)* 
Chien de chasse et armes de chasse, entre autres un coutelas 
dans sa gaine et une arbalète (Puy). — (25 429)* Gaulois en 
costume civil avec une sacoche et une épée (Autun). 

Dans la niche adjacente (25 192 A), arbre avec deux oiseaux, 
face postérieure de Tinscription 25194 de la salle XIX, p. 30. 
—(26 879)* Bas-relief funéraire avec un buste viril et deux cha- 
riots (Saint-Bertrand-de-Comminges). — (28 218) Statue de femme 
assise, découverte dans les travaux du canal de la Marne à la 
Saône. 

En rentrant dans la salle (23934) * famille gauloise représentée 
sur un tombeau : Tenfant, le père et la mère. L*enfant tient un 
oiseau (?), le père une bourse et un objet indistinct (rouleau?), 
la mère une cassette et* un éventail (Sens). — (20 332-3)* 
Chasseurs (Épinal). — (8278) * Chasseur avec son chien, por- 
tant au cou le collier de métal nommé torques (Autun). — 
(^279) * Autre chasseur portant le torques (Autun). 

Dans la niche (23 078), homme drapé (Bourges). — (27 314) * 
Groupe de quatre personnages indistincts, dont l'un parait 
tenir une hache (Pierre-Écrité, Nièvre). — (28 731) Statuette 
d*enfant, avec vêtement collant (Compiègne). — (27 517)* 
Pilastre orné de reliefs, découvert en 1829 dans un puits à la 
Malmaison (Meuse, musée de Bar-le-Duc). On a voulu recon- 
naître, sur la face principale, un oculiste examinant l'œil d'une 
femme et un médecin auprès du lit d'un enfant; les représen- 
tations de la face adjacente sont encore inexpliquées. — (23 077) 
Homme tenant une bourse, sous un édicule à colonnottos 
(Bourges). 



Digitized by 



Google 



46 SALLE XXII (XXVI). 

Mur de droite. — (8286) * Pierre tombale de Priscilla, avec 
deux bustes (Autun). — (23 955) * Femme gauloise tenant ua 
coffret à serrure (Sens). — (23 954) * Homme tenant une pièce 
d'étoife ou de cuir? Une pièce analogue est suspendue à une 
planche (Sens). — (23 936) * Homme assis dans un fauteuil 
d'osier, tenant une cassette, entre deux personnages debout 
(Sens). — (23 956) * Deux femmes gauloises en costume de ville ; 
celle du registre supérieur tient une sacoche et un petit pot 
(Sens). — (23 957) * Paniers remplis de raisins, cuves, hachette 
et récipients divers (Sens). — (23 942) * Gaulois portant Tépée, 
tenant un petit panier à la main ; il semble prendre congé d'un 
personnage placé à sa gauche (Sens). — (23 918)* Ouvrier 
gaulois et sa femme; il tient une pince et un marteau (Nancy), 

— (23 919) * Gaulois portant un ceinturon, tenant un arc et une 
bourse (?); à côté de lui^ une femme, qui parait tenir des fruits 
et une corne d'abondance? (Nancy). — (41 366) * Femme tenant 
un sanglier-enseigne et une patère (Metz). — (23 920) * Vétéri- 
naire (?) portant suspendue à son bras Vhipposandale ou chaus- 
sure des chevaux malades (Nancy). — (24416)* Gaulois en 
tenue de voyage (Sens). 

A gauche de la cheminée (25 324) *, personnage barbu avec 
attributs indistincts (Autun). — (23 953)* Écrivain ou copiste, 
avec la boite à manuscrits à côté de lui. Il ne reste que la 
partie inférieure du bas-relief (Sens). 

A rintérieur de la salle sont placées trois rangées d'objets 
que nous examinerons de long en large à partir du mur. 

|o ^24 415) * Sabotier gaulois travaillant sur un banc (Sens). 

— (23 941) * Pierre tombale d'un Gaulois assis sur un fauteuil 
d'osier (Sens). 

2" (23938)* Famille gauloise; sur le devant, le père et la 
mère; sur les tranches, deux enfants ou serviteurs (Sens). — 
(24437)* Célèbre pierre tombale de Blussus et de sa femme 
Menimani, élevée par leur ûls Primus (découverte en 1848 à 
Weisenau, aujourd'hui au musée de Mayence). Blussus, comme 
nous l'apprend l'inscription des deux faces (celle du revers est 
surmontée d'un bateau en relief), était entrepreneur de trans- 
ports sur le Rhin. Il tient une sacoche à la main. Sa femme, 
richement vêtue et ornée de colliers et de bracelets, tient un 



Digitized by 



Google 



SALLE XXII (XXVl). 47 

fuseau, une pelote de laine et un fruit; un petit chien familier 
est assis sur ses genoux. Primus porte le petit médaillon appelé 
bulla, parure des jeunes Romains jusqu'à l*âge de seize ans. 

3° (23 933)* SIèle funéraire du forgeron Bellicus; remar- 
quez sa coiffure qui rappelle la tresse chinoise. 11 tient d'une 
main un marteau, de l'autre une barre de fer qu'il appuie sur 
une enclume; à ses pieds est un chien de chasse en arrêt sur 
un lièvre. Un des pieds est nu, comme dans la figure sur la 
tranche gauche du n** 23 938 (Sens). 

A côté, meuble à volets contenant les reproductions en fac- 
similé de diverses inscriptions romaines de la Gaule relatives 
à des professions ou à des métiers (Arles, Avignon, Belley, 
Bonn, Carpentras, Cologne, Limoges, Lyon, Mayence, Narbonne, 
Nîmes, Vienne). — Remarquez (D) Tépitaphe du philosophe 
Egrilius, se disant ami de Salvius Julianus, qui fut légat de 
Germanie inférieure en 179 ap. J.-G. (Bonn). — (G) Êpitaphe 
en vers d'un Biturige, professeur de grammaire (Limoges). — 
(I) Êpitaphe d'un verrier de Carthage, établi à Lyon. — (K) 
Êpitaphe d'un marchand de saies, c'est-à-dire de gros man- 
teaux (Lyon). — (L) Êpitaphe d'un batelier de la Saône (Lyon). 
— (M) Êpitaphes de ciseleurs en argent (Lyon). — (Y) Base 
d'une statue élevée à leur [patron par les marchands de vin 
de Lyon. — (AA) Enseigne d'un marchand de pommes; à côté 
du personnage, qui tient un panier de pommes, on lit l'inscrip- 
tion : Mala! mulieres, muliercs meae! c'est-à-dire : « Voici des 
pommes, mesdames! ) 

(23 939) Tombeau d'un Gaulois ; sur la face latérale, deux ser- 
viteurs, dont l'un tient un strigile ou racloîre, une ampoule à 
huile et une sandale? (objets en usage dans les bains), l'autre 
des tablettes ou une étoffe? (Sens). 

Pour le corridor au fond de la salle XXII (XXVI), voir le 
Supplément du présent catalogue. 

Le visiteur revient sur ses pas et, traversant la salle XXI 
(XXIII), monte l'escalier à droite et s'arrête au palier. 

Colonne Trajane. 

Dans un meuble à volets, placé sur le palier, on a disposé 



Digitized by 



Google 



48 salle' XXII (xxvi). 

d'excellentes photographies d'après les bas-reliefs de la colonno 
Trajane, dont les moulages en galvanoplastie sont exposés dans 
les fossés du château. — Construite en 113 après Jésus-Christ, 
la colonne Trajane, qui est un des chefs-d'œuvre de l'art romain, 
renferme plus de 2500 figures sculptées on relief ; ces sculptures 
racontent les deux campagnes de Trajan contre les Daces (habi- 
tants de la Roumanie actuelle), de 101 à 107 après Jésus-Christ. 
Cette guerre se termina par la victoire complète des Romains, 
qui subjuguèrent tout le pays. Le chef des Daces, Décébale, se 
donna la mort. Chaque planche du meuble à volets est accom- 
pagnée de son explication, extraite d'une notice spéciale que 
nous avons publiée et qui nous dispense d'entrer ici dans les 
détails (1). 

En continuant à monter, le visiteur arrive au l*' étage. Il 
tourne à droite pour entrer dans la salle I. 

(4j Voy. S. Reinach, la Colonne Trajane, Paris, Leroux, 1886. — En 
vente dans les salles du Musée. Prix : 1 fr. 



Digitized by 



Google 



— 49 — 
l*r ÉTAGE 



Salle I. — La Gaule avant les métaux. 

Dans cette salle et dans les salles II-V, les objets les plut 
importants sont signalés à Tattention des visiteurs par de 
petits carrés de papier doré ou argenté. La présence du papier 
doré indique qu'une gravure de Tobjet a paru ou paraîtra dans 
le catalogue illustré en préparation (1). Le visiteur fera bien 
de se transporter d'abord devant. la vitrine centrale, n* 47, 
puisa Tangle nord-est de la salle, devant la vitrine n"* 1. 

. On savait depuis longtemps, par la découverte d'ossements 
fossiles, que la Gaule, à une époque reculée, a été habitée par 
des animaux appartenante des espèces aujourd'hui éteintes, et 
par d'autres dont les représentants actuels se sont retirés sur 
nos montagnes ou ont émigré vers d'autres climats. Parmi les 
grands animaux qui ont disparu, et qui vivaient il y a des 
milliers d'années sur les rives de la Seine, on peut citer l'élé- 
phant antique, supérieur en taille à l'éléphant actuel, le mam- 
mouth ou éléphant à longs poils, le rhinocéros à narines cloi- 
sonnées, le grand hippopotame, Tours des cavernes, le grand 
chat-tigre des cavernes, le bœuf primitif, le grand cerf d'Irlande. 
Les principaux animaux qui ont émigré sont le renne, aujourd'hui 
commun en Laponie, le bison, le lion, le bouquetin et le chamois; 
ces deux dernières espèces se sont réfugiées dans les montagnes. 
Une peinture à l'huile de M. le vicomte Lepic, à droite delà carte, 
représente le grand cerf d'Irlande, dont on peut voir, au milieu 
de la salle, la tête et l'énorme ramure. 

r II ne faut pas oublier qu'à côté de ces quelques espèces 
éteintes ou émigrées, la Gaule nourrissait, à l'époque du 
mammouth et du renne, un très grand nombre d'espèces qui 
subsistent encore sur notre sol, telles que le cheval, la chèvre, 
le cerf, plusieurs variétés de bœufs, et la majorité de nos petits 

(1) Le premier volume de ce catalogue (Salie I) est en vente au 
Musée. Prix : 5 fr. 



Digitized by 



Google 



50 SALLE I. 

animaux sauvages, comme le rat, la martre, Técureuil, la taupe, 
le mulot, le hérisson, etc. 

Ce qu'on ne savait pas il y a cinquante ans, et ce qui a été 
définitivement établi vers 1860 par les travaux de Boucher de 
Perthes et de Lartet, dont les bustes en marbre décorent le fond 
de la salle, c*est qu'à Tépoque où le mammouth et le rhinocé- 
ros buvaient dans la Seine, un grand nombre de dizaines de 
siècles avant Jésus-Christ, Thomme vivait et se multipliait à côté 
de ces redoutables voisins. La salle I du Musée est comme la dé- 
monstration de cette vérité, une des plus belles conquêtes scienti- 
fiques du dix-neuvième siècle. On y voit les outils en pierre, en 
os et en corne dont se servait l'homme primitif, qui ignorait 
encore l'usage des métaux ; les traces qu'il a laissées tantôt à la 
surface du sol, tantôt dans les sables des rivières et dans les 
cavernes où il cherchait un refuge ; les rares ossements de 
rhomme qu'on peut attribuer à cette période éloignée, à côté 
de ceux des animaux ses contemporains; enfin, les premiers 
essais d*un art naïf qui se complaisait à graver sur l'os ou la 
corne des dessins au trait parfois d'une exactitude surprenante* 

Pêcheur ou chasseur, l'homme, en ces temps reculés, ne con- 
naissait ni les animaux domestiques (1), ni la culture des céréales 
et des plantes textiles. Vêtu de peaux de bêtes, il était dans 
le même état de dénûment que certains sauvages, qui vivent 
aujourd'hui dans les lies du Pacifique. 

L*industrie humaine particulière à cette période, dont on ne 
peut fixer ni la date ni la durée, est celle de la pierre taillée 
par éclats ; elle a été suivie par l'industrie de la pierre polie, 
dont on trouvera des spécimens dans la salle II, et qui com- 
mence en Gaule après la disparition des animaux aujourd'hui 
éteints ou émigrés. 

Les antiquités réunies dans cette salle se divisent naturelle* 
ment en deux séries : l'une contient les objets recueillis dans 
les alluvions des rivières et d'autres semblables découverts sur 
les plateaux; la seconde renferme les outils et les ossements 
que l'on a extraits des cavernes ou abris sous roche, premiers 
refuges des hommes contre les intempéries et les bêtes fauves. 

(1) La domestication du renne est admise par quelques archéologues. 



Digitized by 



Google 



SALLE I. 51 



I. ALLUVIONS ET PLATEAUX. 

Vitrine 1. — Au-dessus , coupes des alluvions quaternaires 
de Mencliecourt et de Saint-Acheul (Somme), montrant la pro- 
fondeur où l*on a recueilli les outils en silex taillés. 

G, D, E. — Molaires d*éléphant, ossements de mammouth, de 
rhinocéros, de grand bœuf et de grand cerf, recueillis dans les 
sablières de la Somme et de la Seine, à côlé de silex taillés. 

F. — Haches en silex recueillies à Ghelles (Seine-et-Marne). 
La forme dominante de cet ancêtre des outils humains est celle 
de Tamande. Quelques spécimens * (en bas, à droite) sont déjà 
taillés avec une grande perfection. Si loin que nous puissions 
remonter dans Thistoire de l'industrie, le sentiment de l'art 
n'est pas étranger à l'homme. 

A. — L'abbé Bourgeois, mort en 1878, a cru constater dès 
1867 la trace du travail humain sur des silex recueillis par lui 
à une grande profondeur, dans le terrain dit tertiaire de Thenay 
(Loir-et-Cher). A l'époque tertiaire, aucun des mammifères ac- 
tuels n'existait encore, et rien ne prouve que l'homme fasse ex- 
ception à cet égard. Les silex de Thenay paraissent trop petits 
pour avoir servi d'outils ; les traces de travail qu'on y a signalées 
sont d'ailleurs douteuses. Mais la question soulevée par l'abbé 
Bourgeois reste ouverte et chacun peut se former une opinion 
devant la vitrine, où l'on a réuni d'autres silex tertiaires, avec 
prétendues marques de travail, provenant de Saint-Prest et 
d'Aurillac (B, à droite). 

B. — D'autres savants ont cru reconnaître des traces de 
l'honune tertiaire dans les incisions ou les cassures que pré- 
sentent certains qs d'animaux de cette époque ; mais ces entailles 
résultent probablement des morsures d'autres animaux, de phé- 
nomènes géologiques et de frottements divers. Les os incisés le 
plus souvent cités ont été recueillis à Pouancé (Maine-et-Loire) 
et à Monte Aperto * (Toscane). 

Vitrine 2. — Haches de types divers (Somme, Seine-et-Oise, 
Oise, Aisne). Remarquez le n* 23 488 (Hesdigneul), qui présente 
une sorte de talon^ 



Digitized by 



Google 



52 8ALLE I. 

Vitrine 3. — Haches de Saint-Acheul (Somme), généralement 
en forme d'amandes (dites langues de chat paf les ouvriers du 
pays). Cette localité a été particulièrement étudiée par Boucher 
de Perthes. — Au milieu, polypiers fossiles de la xfraie troués 
naturellement, ayant pu servir de grains de colliers (Saint- 
Acheul). 

vitrine 4.— Au-dessus, front de bœuf primitif trouvé dans la 
Haute-Marne.— Spécimens choisis de haches du département de 
la Somme ; quelques-unes présentent une belle patine ou une 
couleur blanche dite cacholong, caractères auxquels on distin- 
gue les haches authentiques de celies que fabriquent les faus- 
saires. 

Cette vitrine permet d'étudier les formes diverses de Toutil de 
Saint-Acheul ; à côté dé nombreux spécimens en amande, on 
en voit d'ovoïdes (18875, 18915), de circulaires (18870), d'efft- 
lés (18878). Une hache présente déjà Taspect d'une pointe de 
lance (18 877}. Les dimensions varient beaucoup, mais sont tou- 
|ôurs assez fortes ; les petits outils délicats sont rares. 

' Vitrine &. — Haches de l'Aisne, d'Indre-et-Loire, du Pas-de- 
Calais et de la Somme (gisement de Thennes). Remarquez la' 
belle hache* en forme d'amande, en haut et à droite (Vau- 
dricourt, 29 686). 

Vitrine 6 (plate). — Haches de Saint-Acheul. 

Vitrine 7 (plate). — Haches de Saint-Acheul ; dents de rhi- 
nocéros et de mammouth trouvées tout auprès. Remarquez à 
gauche de la section B quelques haches célèbres dans l'histoire 
de la science : ce sont les premières où Boucher de Perthes ait 
reconnu le travail de l'homme (n*» 7061-63, 18883). Sur l'arête, 
dents de rhinocéros et de mammouth (sablières d'Abbeville). 

Vitrine 8 (plate). — Haches d'Abbeville et de Montguillain 
(Oise). A côté des haches triangulaires, on voit des lames ou 
éclats, des racloirs et des pointes. — Sur l'arête, extrémité suixé- 
rieure d'une défense d'éléphant (Abbeville) 

Vitrine 9 (plate). — Outils en pierre des -environs de Pans 



Digitized by 



Google 



SALLE I. 53 

^(Clichy, Levallois, Bois-Colombes, le Pecq). Les spécimen» sont 
beaucoup moins beaux que ceux de Saint-Acheul. A droite de 
Ja section A, remarquez des polypiers et autres fossiles troués 
jiyant pu servir d'ornements (Le Pecq; cf. vitrine 3). — Sur 
l'arête, dents d'hippopotame (Levallois) et de rhinocéros antique 
(Poissy). 

Vitrine 10. — Plaque de brèche ou conglomérat ossifère de 
la caverne des Eyzies (Dordogne). On voit les outils en pierre, 
les os de renne et d'autres animaux, encore engagés dans la 
couche terreuse qui formait le sol de la caverne. Tout autour 
sont des morceaux d'os ou de pierre qui se sont détachés 
pendant le transport. 

Vitrine 11. — Cette vitrine, ainsi que les vitrines 14 et 15, 
contient des instruments en silex recueillis sur les plateaux, sou- 
vent presque à fleur de terre ; ils ne peuvent être classés que par 
comparaison avec ceux des alluvions et des cavernes, dont le 
mode de gisement est bien déterminé. — Outils en pierre de 
Fumerault (Yonne) et de Pontlevoy (Loir-et-Cher). Les types sont 
différents de ceux de Saint-Acheul ; on trouve surtout des lames 
et des pointes. * 

' Vitrine 12. — Au-dessus, humérus d'éléphant*, trouvé à Mon* 
treuil (Seine). — Choix d'outils en silex de diverses provenances, 
indiquant les variétés de formes et de patines. Les types sont 
ceux dits de Saint-Acheul et du Moustier (cf. vitrine 16). Les 
silex des alluvions de Saint-Acheul, ceux des cavernes du Mous- 
tier et de Solutré (vitrine 21), se distinguent par des formes 
caractéristiques ; on dit, en conséquence, silex du type de Samt- 
Acheul, du Moustier, etc., même pour désigner des outils simi- 
laires qui ne proviennent pas de ces localités. 

* Vitrine 13. — Crânes humains qui paraissent appartenir à 
l'époque quaternaire. Les plus remarquables sont ceux* de la 
if rangée à droite (trouvés en 1864 dans la caverne belge dite 
. Trou du Frontal) et le 3» de la 2" rangée (trouvé en 1856 au 
Néanderthal, près de Dusseldorf ; musée de Bonn). La forme de ce 
crâne rappelle de loin celui du gorille, dont on voit un moulage 



Digitized by 



Google 



Ôi SALLE I. 

uu-dessous ; mais cela peut bien n*ôtre qu'un hasard, car on ren- 
contre encore aujourd'hui des hommes dont le crâne est conformé 
de même. Toutefois, Ton incline à admettre» sur la foi de décou- 
vertes récentes, Texistence d*un type néandertkalotde caracté- 
risant Tune des plus anciennes races de l'Europe. — De part 
et d'autre du crâne du Néanderthal, crâne * d'Ëngis découvert 
en 1833 dans une grotte avec des débris de mammouth, et 
crâne * d'Eguisheim trouvé en 1866 avec des ossements de 
mammouth dans le dépôt argilo-sableux du Rhin (musées de 
Liège et de Golmar). -> A droite du crâne d'Engis (18 738), crâne"' 
découvert en 1863 à Olmo, près d^Arezzo (Toscane), dans une 
argile bleue quaternaire, avec un silex taillé et une défense 
d*éléphant (musée de Florence). 

Remarquez encore (21 386) le moulage du crâne* d« Ganstadt 
(original au musée de Stuttgart), découvert en 1700 au milieu 
d'ossements d'iminiaux fossiles. MM, de Quatrefages et Hamy ont 
appelé race de Ckmsttdt la plus ancienne race fossile de l'Europe; 
elle est caractérisée par la longueur du crâne (dolichocéphalie) 
et la saillie de Tarcade sourcilière, traits communs aux crânes 
de Ganstadt et du Néanderthal. — Plus bas (29 760) moulage 
d'une mâchoire inférieure ^ trouvée en 1865 dans la caverne de 
lalYaulette, près de Furfooz (Belgique), avec une saillie maxillaire 
très prononcée, et (17 043) moulage de la mâchoire* trouvée par 
les ouvriers de Boucher de Perthes à Moulin-Quignon, près Abbe- 
ville, en 1863. Ges deux mâchoires sont célèbres dans l'histoire 
de la science par les hypothèses et les discussions auxquelles 
elles ont donné lieu* 

Vitrine 14 (plate). — Outils en pierre des Gôtes-du-Nord, des 
Landes, de la Haute-Garonne, de la Vienne (cf. vitrine 11). 

Vitrine 15 (plate)« — Outils en pierre de la Vienne, de Loir* 
et»Gher, de 1* Allier, de la Nièvre. Plusieurs sont analogues aux 
haches de Saint-Acheul (cf. vitrine 11). 

Les vitrines suivantes (sauf le n** 117) sont consacrées à répo« 
que de» cavernes. 



Digitized by 



Google 



SALLE I. 55 

II. ÉPOQUE DES GAVEBNES. 

Les eavernesou abris ont été habitées de tout temps» mais l^oii 
entend spécialement par époque des cavernes la seconde phase 
de l'âge de la pierre taillée, lorsque Thomme, contemporain du 
mammouth et du renne, élut domicile sous les abris naturels. 
L'industrie, à l'époque des cavernes, nous est mieux connue que 
celle des peupUdes dont en a trouvé les outils dans les alluvions 
des rivières. Les habitants des cavernes sont moins anciens que 
les riverains de la Somme, dont les haches de Saint-Acheul 
font connaître Tindustrie ; Tanimal dont ils se nourrissaient 
principalement, qui semble avoir joué le plus grand rôle dans 
leur civilisation matérielle, était le renne, et bientôt (vitrine 21) 
ils commencèrent à se servir d'os de renne pour se façonner des 
outils. La présence de nombreuses aiguilles, de perçoirs et de 
racloirs prouve que l'homme des cavernes savait préparer les 
peaux et les faire servir à son vêtement. 

Vitrine 16 (plate). — Choix d'instruments en pierre recueil- 
lis dans les cavernes, notamment au Moustier (Dordogne) et à 
CheA'Pouré (Gorrèze). Parmi les silex taillés des cavernes, on 
rencontre encore des haches du type de Saint-Acheul, mais on 
trouve aussi en plu 9 grand nombre des pointes retaillées d'un 
seul côté, des lames et des racloirs, qui caractérisent l'indus- 
trie dite du Moustier. La vitrine 16 en contient de bons spéci- 
mens. Remarquez, à droite de la section A, les pointes taillées 
en quartz transparent ou hyalin. — Sur l'arête, dents de bœuf, 
de cheval, de renne et lamelles d'une molaire de mammouth (le 
Moustier). Le mammouth est relativement rare dans les cavernes; 
c'est l'époque où il commence à disparaître. 

Vitrine 17. — Ossements d'animaux d'espèces éteintes asso- 
ciés à des outils en pierre trouvés dans les alluvions des rivières 
et les cavernes* Remarquez, en haut de la vitrine, l'énorme 
tête du grand cerf d'Irlande ; à l'intérieur, celle du bœuf primi- 
tif *, du grand ours, du chat-tigre des cavernes, du rhinocéros 
aux narines cloisonnées * ; puis la mâchoire inférieure d'un grs^nd 
éléphant * et la défense d'un mammouth. Le mammouth avait 



Digitized by 



Google 



56 SALLE I. 

6 mètres de haut, le grand cerf 3 mètres. Et certains animaux de 
répoque précédente ou tertiaire, tels que le dinothérium, étaient 
plus énormes encore! 

Vitrine 18 (plate)'. — A. Pointes, lames et racloirs de diverses 
provenances (Charente, Somme). — B. Silex et ossements des 
cavernes (Soyons, Ardèche). La caverne dite Trou du renard, à 
Soyons, a surtout servi de repaire à des bêtes féroces. À droite, 
os long brisé par Thomme pour en extraire la moelle, dont les 
sauvages de nos jours sont encore friands. 

Vitrine 19. — Outils divers en pierre taillée (Aube, Eure-et- 
Loir, Gorrèze, Vienne). 

Vitrine 20. — Objets recueillis en 1868 dans Tabri de Cro- 
Blagnon (Dordogne),qiii a servi de sépulture. Signalons le crâne 
de femme * portant la trace d'une large blessure faite avec une 
arme de pierre, et le crâne de vieillard *, remarquable par sa 
vigoureuse conformation. Ce vieillard devait avoir environ i'^fiO 
de haut ; la race à laqiielle il appartenait, et dont on a retrouvé 
des ossements en d'autres pays, a été appelée par les anthropo- 
logistes race de CrO'Magnon (cf. p. 5i). — Un collier en coquilles 
marines trouvé au cou d'un des squelettes prouve que les 
hommes ou les femmes de ce temps-là avaient déjà le goût de la 
parure (cf. vitrines 3 et 9). 

Vitrine 21. — Au-dessus, front de grand bœuf. — Objets en 
bois de renne travaillé et en silex (Dordbgne, Haute-Garonne, 
Alpes-Maritimes, Ardèche, Vienne). Remarquez en bas à gauche 
les belles pointes de lance * trouvées en 1873 sur les berges de 
la Loire à Volgut (Saône-et- Loire), qui trahissent une industrie 
déjà fort habile. D'autres pointes analogues ont été trouvées à 
Solutré (même département). 

Vitrine 22. .^ Au-dessus, fragments* d'un vase en argile 
destiné à être suspendu, retiré de la caverne belge dite Trou 
du Frontal. On n'est pas encore certain, toutefois, que ThomBie 
contemporain du renne ait su fabriquer de telles poteries; il 
est toujours difficile de savoir s'il n'y a pas eu de remaniements 
dans les cavernes, qui ont été habitées à des époques fort diffé- 



Digitized by 



Google 



SALLE I. 57 

rentes. — En bas, à gauche, est le célèbre renne de Thaingen *, 
découvert en 1874 dans une caverne près de Schaffhouse ; c'est 
une silhouette de renne paissant gravée sur un bois de renne 
avec une correction et une sûreté de main merveilleuses. A 
droite, bâton trouvé à Montgaudier*, avec gravure de pois- 
sons et de phoques, et manche en os avec gravure de deux 
bovidés, découvert vers 1840 (ChaiTaud.) Le reste de la vitrine 
contient des lames, couteaux, poinçons et pointes de la grotte 
du Placard (Charente). 

Vitrine 23 (plate). — A. Poinçons, harpons et pointes de 
flèche en bois de renne (grotte d*£xcideuil, Dordogne). — 
A gauche, pointes de flèche en silex; canines de renard 
percées qui ont servi de pendeloques, suivant un usage 
superstitieux qui existe encore chez les sauvages et même 
chez quelques paysans de nos contrées. — Objets analogues 
de la Gorge d*£nfer (Dordogne) ; pointes en silex du type de 
Solutré (Saussaye, Landes). 

B. Objets provenant de la grcrtte d*Excideuil. A côté des 
outils en silex, on trouve de curieuses lames de jaspe et des 
grattoirs en quartz hyalin. Le travail est beaucoup plus per- 
fectionné qu*au Moustier (vitrine 16) et qu'à Saint- Acheul 
(vitrines 3 et 4). — Sur Tarôte, canines de grand ours ; mo- 
laires de cheval et d'aurochs (bison européen) ; mâchoire de renne. 

Vitrine 24. — Outils en silex de Solutré (Saône-et-Loire), de 
Badegols et de Laugerie-Haute (Dordogne). Remarquez (A à 
gauche) les pointes à fines retailles qui ressemblent à celles de 
Volgut (vitrine 21), et, dans la section B, les lames à patine 
blanche de Solutré. — Sur l'arête, molaire de mammouth. 

Vitrine 25 (plate). — Instruments en silex et en os, prove- 
nant de la caverne de la Madeleine (Dordogne). Ici nous tou- 
chons à une civilisation supérieure; les outils en silex sont 
finement taillés ; les poinçons, les pointes de flèche, les har- 
pons barbelés en bois de renne sont en grand nombre et habi- 
lement exécutés. Mais ce qui est particulièrement digne d'at- 
tention (section A), c'est la série de bois de renne percés de 
trous et ornés de dessins, qui représentent principalement des 

4 



Digitized by 



Google 



58 SALLE I. 

animaux. Ces objets ont été appelés bâtons de commandement, 
parce qu*on suppose qu'ils servaient à distinguer les chefs, 
comme- cela se voit encore chez les Indiens d'Amérique ; mais 
leur véritable destination est encore problématique, aucune 
hypothèse n'expliquant la présence des trous. 

Remarquez, de gauche à droite : les aiguilles en os avec chas ; 
les 08 de renne, de loup, de renard, de cheval, ayant servi 
de pendeloques ; le bâton de commandement * Drné de poissons 
suivis d'un cheval (29 762) ; plusieurs autres portant des rennes 
(29 765) *, une vache (29 764) ♦, des chevaux (8162), des pois- 
sons (20053), des renards (20055). — Vers la droite (n"8163, 
8166), deux curieux morceaux portant l'un la représentation 
grossière d'un homme avec un serpent et des chevaux, l'autre 
plusieurs mains opposées deux à deux par le poignet. La pièce 
capitale * (29 763) est un mammouth gravé sur un fragment de 
défense (Muséum de Paris); cette gravure suffirait à attester la 
contemporanéité de l'homme avec le grand éléphant velu qui a 
disparu de notre globe. 

Vitrint 26 (plate). — - Objets analogues à ceux de la vitrine 25, 
provenant des abris de Laugerie-Basse (Dordogne) et de Massât 
(Ariège). — A. Sifflet formé d'une phalange de renne trouée 
(8155) ; pointes de flèches, harpons, dents-pendeloques, bois de 
renne avec ornements et gravures. Remarquez à droite les gra- 
vures représentant un cheval (14870)*, l'arrière-train d'un bison 
(29766) *, des bouquetins (8146, 14877) *, une loutre chassant 
un poisson (14880) *, des rennea (14 872 *. 22612) ♦. 

Un bois de renne* (14881) porte un homme rampant qui 
paraît à l'aff&t d'un bison ; ici, comme dans l'art primitif de tous 
les peuples, l'homme est toujours plus mal dessiné que les 
animaux. Remarquez encore (8150) le renne sculpté * formant 
le manche d'un poignard en bois de renne et (14883) un taureau 
et une vache * adossés sur un fragment de bâton. 

B. Objets en os, bois de renne gravés, silex taillés. A gauche, 
trois cervidés (?) à la file gravés sur os (Massât). Au milieu 
de la vitrine, fragment d'os* trouvé à Laugerie-Basse (Dordogne) 
sur lequel on aperçoit les jambes de derrière d'un renne et le 
bas du corps d'une femme, très grossièrement dessiné (24 624). 
— De part et d'autre, astragale et molaires de grand bœuf. 



Digitized by 



Google 



SALLE I. 59^ 

. Viirint 27. — Fragment de brèche analogue à celui de la 
vitrine 10. 

Vitrine 28. — Outils en silex et en bois de renne des dépar- 
tements de la Gorrèze, de TAude, da Finistère, des Hautes et 
Basses-Pyrénées, de la Vienne, de Saône-et-Loire, de la Cha- 
rente et de la Dordogne. 

Vitrine 29. — Spécimens classés par types de silex taillés re- 
cueillis dans les cavernes des bords de la Yésère (Dordogne). 
— Ossements travaillés de même provenance. 

Vitrine 30. — Objets en silex taillés, provenant de la Cor- 
rèze, de la Dordogne, du Lot, etc. Les types dominants sont ceux 
de la Madeleine (vitrine 25}* 

Vitrine 31 (plate). — Objets du type de la Madeleine, prove* 
nant des cavernes de Bruniquel (Tarn-et-Garonne), des Ëyzies 
(Dordogne), d*Aurensan (Hautes-Pyrénées), etc. 

A. Mammouth * (8292) taillé dans un bois de renne (Bruni- 
quel); chat des cavernes ou grand tigre * (29 767), gravé sur un 
bois de renne (même provenance). — Lames, grattoirs et perçoirs 
des Kyzies; aiguilles à chas; têtes de bœuf et de cheval, bou- 
quetins gravés sur pierre et sur os. — Têtes de bouc * (14 651) 
gravées sur bois de renne (Aurensan, Hautes-Pyrénées). 

B. Deux rennes * sculptés dans l'ivoire (Bruniquel). Ces deux 
figures (3290, 3291) sont peut-être les chefs-d'œuvre de Tart des 
Troglodytes (habitants des cavernes). — Sur l'arête, molaires 
de cheval, phalanges unguéales de grand bœuf. 

Vitrine 32 (plate). — A. Spécimens de silex des cavernes de 
Belgique (Montaigle, Hastière, Goyet, Trou-Magrite, Ghaleux) et 
d'autres gisements de la Vienne (Ghaffaud), de la Haute-Ga- 
ronne (Aurignac), etc. 

B. Objets en pierre et en os provenant des cavernes de Baoussé- 
Roussé, près Menton, d'où le renne est absent. Le travail des 
petites lames de silex et de jaspe est très soigné. 

Vitrine 33. — Gollection considérable d*outils en silex et 
d'ossements d'animaux découverts dans la grotte de Néron 



Digitized by 



Google 



60 SALLE I. 

(commune de hoyons, Ardèche). On peut étudier dans cette vU 
trine les ossements du renard, du loup, de la hyène, de Tours, 
du cheval, du bœuf, du grand cerf, du mammouth, du rhinocéros, 
du bouquetin et du renne. 

Au-dessus de la vitrine 33, on a placé une belle carte de la 
Gaule à l'époque des cavernes, indiquant les localités où Ton a 
recueilli des produits de l'industrie quaternaire (alluvipns, pla- 
teaux, cavernes). 

Sur le mur du côté de la cour, on a exposé dans cinq cadres: 
V des vues photographiques de deux cavernes ou abris du 
Périgord (roc de Plantade et roc de Lafaye à Bruniquel); 2^ une 
aquarelle d'après des silex de Genay près Semur; 3*^ une belle 
planche en couleurs indiquant les différentes patines que 
prennent les silex de Saint-Acheul, suivant la profondeur du 
gisement (travaux de M. d*Acy) ; 4^ la vue photographique d'une 
coupe prise dans une sablière de Saint-Acheul; 5" une gravure 
d'après des haches en silex recueillies dans une sablière à 
Hoxne (Angleterre), en 1797; cette découverte passa inaperçue 
(cf. plus loin, p. 89). Dans le passage, entre cette salle et la 
suivante, carte géologique des environs de Paris dressée par 
Edouard GoUomb (1865). 

Au milieu de la salle, deux animaux empailUés, appartenant 
à des espèces répandues en Gaule à l'époque quaternaire et qui 
ont émigré depuis vers le nord : un élan de Norwège et un 
renne de la Russie septentrionale. 



Digitized by 



Google 



SALLE II. 61 

Salle II. — La Gaule avant les métaux (suite). — Monuments 
mégalithiques. — Pierre polie« 

Jfous entrons dans une nouvelle phase de Tâge de la pierre. 
Les outils sont assez souvent polis avec soin ; à côté d'instru- 
ments en pierres communes comme le silex, on en rencontre 
qui sont taillés artistiquement dans des minéraux comme le jade 
et la jadéite, dont on ne connaît pas actuellement de gisement 
en France et qui venaient peut-être de TOrient. Les hommes de 
celte époque construisaient des monuments en pierres énormes, 
affectant tantôt la forme de tables précédées ou non de galeries 
couvertes (dolmens), tantôt celle de colonnes grossières ou d'o- 
bélisques (menhirs). Les dolmens sont des chambres sépulcrales, 
où Ton a souvent trouvé un grand nombre de squelettes réunis ; 
les menhirs sont, d'une façon générale, des pierres de souvenir, 
et peuvent marquer l'emplacement d'un tombeau, d'une bataille, 
la limite de deux régions, etc. Les dolmens et les menhirs ne 
sont pas propres à la France ; on les trouve dans l'Allemagne du 
Nord, en Danemark, en Angleterre et en Irlande, en Espagne, 
en Portugal, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Syrie, en 
Grimée, dans le Caucase et jusque dans l'Inde. En France, ils sont 
particulièrement nombreux en Bretagne et dans les Gévennes, 
rares dans les Pyrénées, très rares dans la région des Alpes. 

On croyait autrefois que les dolmens étaient des autels éle- 
vés par les Druides, prêtres des peuples celtiques au temps de 
César; en vérité, ils sont antérieurs àcette époque, caries Gaulois 
de César connaissaient les outils en métal, dont il n'y a pas trace 
dans les plus anciens dolmens. Il n'est cependant pas improbable 
que les Celtes, en occupant la Gaule, aient adopté et imité pen- 
dant quelques siècles les constructions funéraires qu'ils trou- 
vèrent en usage dans le pays. D'ailleurs, les populations plus 
anciennes et plus nombreuses, subjuguées et non anéanties par 
les Celtes, n'auront sans doute pas renoncé brusquement à ce 
genre d'architecture, intimement lié à des idées religieuses qui 
furent peut-être reprises et développées par les Druides^ comme 
les vieux cultes chthoniens de *la Grèce avant les Grecs ont 
refleuri dans la religion élcusinienne. 

A. 



Digitized by 



Google 



62 SALLE II. 

Faut-il admettre l'existence d*un peuple unique qui se serait 
répandu dans l'ancien monde, principalement le long des 
côtes, en laissant sur son passage comme une traînée de mo^ 
numents mégalithiques (1)? Vaut-il mieux supposer que les 
mêmes idées religieuses, ou simplement des instincts com- 
muns, ont suggéré ces constructions à des races différentes? 
Ce sont là des questions encore insolubles* 11 est certain, 
d'autre part, que, dans plusieurs pays, l'érection des dolmens 
et des menhirs a continué jusqu'à une époque relativement 
récente, très postérieure à l'emploi des métaux pour la fabrica- 
tion des outils. 

De l'époque de la pierre polie datent l'introduction en Gaule 
des céréales et des animaux domestiques, les pratiques religieuses, 
le culte des morts, la première organisation des sociétés. A la 
fin de cette époque on voit arriver en Gaule les instruments en 
métal (voy. plus loin la notice de la salle III). 

Vitrine 1. — Au-dessus, peinture à l'huile représentant une 
des allées de Garnac, dans le Morbihan. Ce sont des alignements 
de grosses pierres, au nombre de 4000, qui, chose singulière, 
n'ont guère été remarqués avant le conmiencement du dix-hui- 
tième siècle. 

A. Objets en pierre polie de Spiennes (Belgique) et du champ 
des Marettes (Seine-Inférieure). 

B, G. La fabrication de la poterie a peut-être commencé à 
l'époque de la pierre éclatée (voy. p. 56), mais elle ne s'est 
développée qu'à l'époque suivante. La terre de ces anciens vases 
est grossière, mal cuile, travaillée à la main, sans l'aide du 
tour; la décoration, souvent tracée à l'ongle, se compose de 
points, de chevrons, d'ornements géométriques, parfois remplis 
d'une matière blanche (cf. vitrine 3). Les spécimens réunis ici 
proviennent de la vallée de la Seine, du Morbihan, de Munster % 
de Hildesbeim*, de Monsheim*, etc. 

D. Marteaux et haches-marteaux, disques ovales et circulaires 

(1) Mégalithique, adjectif formé de deux mots grecs, si^^nifie c en 
grandes pierres ». Dolmen et menhir sont des mots bas-bretons qui n« 
sont guère usités que depuis un siècle. 



Digitized by 



Google 



SALLE II. 63 

ayant pu servir de casse-tête. Remarquez au second rang les 
marteaux en forme de nacelles (Nièvre, Loire-Inférieure, Mor- 
bihan). Eu bas, à gauche, grand disque circulaire troué* retiré 
de la Seine en amont de Paris. 

£. Haches polies en silex emmanchées dans des gaines de bois 
de cerf, pourvues elles-mêmes d*un trou où s'emmanchait une 
tige de bois. Ces outils sont identiques à ceux qu'emploient encore 
aujourd'hui les sauvages. Remarquez, en haut à gauche (24013), 
une hache complète avec emmanchure * trouvée à Penhouet 
(Loire-Inférieure). 

F. Outils pointus, pics, crochets et poinçons en bois de cerf 
et en os. Le renne n'existe plus à cette époque en Gaule, et l'art 
de graver des dessins sur bois de renne a disparu en même temps, 
peut-être par l'efTet de l'émigration d'une des races d*hommes 
quaternaires vers le Nord. — A droite, défenses de sanglier per- 
cées pour servir d'amulettes ou de parures (Picquigny, Somme). 

Vitrine 2. — Fragment de brèche ossifère de la grotte de 
Lombrive (Ariège) ; pendeloques et disques percés * de la grotte 
du Pontil (Hérault). 

Vitrine 3. — Spécimens de la poterie grossière que l'on 
recueille sous les dolmens et les autres monuments mégali- 
thiques (cf. vitrine 1, B, G). 

Vitrine 4. — Spécimens de poterie, anneaux en bronze re- 
cueillis dans les dolmens de Roknia (Algérie). Cette poterie est 
certainement très postérieure à celle des dolmens de la Gaule. 

Vitrine 6. — Réduction au 20« du dolmen de Mané-er-H'Roeck 
en Lokmariaker (Morbilian). Les dimensions de la figurine 
humaine font comprendre celles de la table du dolmen. 

Vitrine 6. — Réduction au 20* de l'allée couverte de Kercado 
en Garnac (Morbihan). 

Vitrine 7. — Allée couverte de Bagneux près Saumur 
(Maine-et-Loire), au 20\ 
De pareils travaux ne pouvaient s'exécuter que dans une 



Digitized by 



Google 



64. SALLE II. 

société organisée hiérarchiquement, où les prêtres-chefs jouis- 
saient d'une grande autorité. 

Vitrine 8. — Allées couvertes do Plouharnel (Morbiban)^ 
au «O». 

Vitrine 9. — Objets provenant de dolmens explorés scienti- 
fiquement; beaucoup d'autres sépultures mégalithiques ont été 
mises au pillage plutôt qu'explorées. 

A-H. Poteries des dolmens sous tumulus de Ger (Hautes- 
Pyrénées). Les vases n'ont jamais de pied ni de couvercle; 
quand ils ont une anse, elle est trop petite pour y introduire 
le doigt : on ne pouvait y passer qu'une ficelle. — À l'étage 
supérieur, fac-similé en métal. de trois grands frontaux en or* 
(21862, 21863, 21864), découverts à Plouharnel et dans un tu-» 
mulus près de Niort; la grande simplicité du travail autorise à 
croire qu'ils sont fort anciens et de fabrique indigène. 

I. Instruments en pierre polie du camp Barbet (Oise). Remar- 
quez la patine blanche ou cacholong (plus haut, p. 52). 

J. Poteries, poinçons en os et silex provenant du camp néo- 
lithique du Peurichard (Charente-Inférieure). Plusieurs fragments 
de vases (à gauche) présentent des ouvertures propres à l'in- 
sertion d'une ficelle ou d'une tige de bois flexible. Remarquez 
aussi leur décoration circulaire. 

K. Haches provenant des départements de l'Ouest et des en- 
virons de Paris. Remarquez, en bas à gauche, les belles haches 
de Rocquencourt, du Yésinet et de Conflans-Sainte-Honorine 
(Seine-et-Oise); dans cette dernière localité était une allée 
couverte transportée en 1872 dans les fossés du château (vis-à- 
vis de la gare). 

L. Outils en pierre et poteries trouvés dans les dolmens de 
Meudon (fouillé en 1845) et d'Argenteuil (fouillé en 1867). 
Remarquez à droite la hache en silex dans sa gaine en bois de 
cerf provenant du dolmen d'Argenteuil (23 166). 

M. Magnifiques haches polies* en matières rares (fibrolithe, 
jadéite), trouvées en 1864 dans le dolmen de Mané-er-H*Roeck 
en Lokmariaker (Morbihan). Ces haches, polies avec tant de soin. 



Digitized by 



Google 



SALLE U. 65 

n*ont guère pu servir aux usages de Tindustrie; ce sont des 
objets religieux, des ex-voto, que Ton ensevelissait avec les 
morts. Aujourd'hui encore, des superstitions populaires sont 
attachées à ces haches, que Ton appelle Pierres de foudre et 
auxquelles on attribue des propriétés surnaturelles. — Remar- 
quez à g. les grains de collier'" d'une matière verte analogue 
à la turquoise, que Ton croit être la calla'is des naturalistes 
anciens, mais dont le gisement actuel est inconnu. 

N. Objets* trouvés sous les dolmens du Monl-Saint-Michel et 
de Tumiac (Morbihan), et de Bougon (Deux-Sèvres). On voit 
encore ici des perles en callaïs (Mont-Saint-Michel), des haches 
en fibrolithe et en jadéite. Le dolmen de Bougon a donné des 
ciseaux et des poinçons en os, des canines d'ours ayant servi de 
pendeloques. 

0. Silex et poteries du fort de Roppe, près Belfort, et de la 
station de Gampigny (Seine-Inférieure). 

?. Haches -poNes et ébauches de haches recueillies à Marly 
et au Pecq près de Saint-Germain. 

Vitrine 10. — Réduction au 20* de l'allée couverte dite 
Table de César ou Table des marchands en Lokmariaker 
(Morbihan). 

Vitrine 11. — Au-dessus, dessins de dolmens présentant 
un ou deux trous pratiqués dans la dalle antérieure. Ces monu- 
ments sont connus sous le nom de dolmens troués. Une des 
-ÙBces du dolmen de Gonflans, dans les fossés du château, est 
percée de môme ; la grosse pierre qui servait d'obturateur est 
à cdté. On remarque cette particularité dans plusieurs dolmens 
4e Vlnée, du Caucase, de l'Angleterre, de la France, etc. Elle 
I bien indiquer une communauté d'origine, ou tout au 
I de civilisation et de croyances entre les peuples construc- 
teurs de mégalithes. Le trou, qui pouvait être fermé par une 
grosse pierre, a peut-être pour but de laisser sortir, à certaines 
époques, les esprits des morts ensevelis sous le dolmen; un 
usage analogue existait en Italie (1). D'autres ont pensé que 

(I) Mundui paiet. Voy. Fcstus, ». v. 



Digitized by 



Google 



66 SALLE II. 

cette ouverture servait à rintroduction des nouveaux cadavres, 
qui n^étaient ensevelis dans le dolmen qu'à l'état décharné. 

La vitrine contient des spécimens de la céramique des dol- 
mens, analogues à ceux de la vitrine 3. 

Vitrine 12. -— Au-dessus, polissoir * en grès de Saint-Ustre 
(Vienne; original dans les fossés du château). On polissait les 
haches en les frottant dans les rainures de ces pierres, où Ton 
versait préalablemement de Teau avec du sable de quartz. 
D'autres polissoirs plus petits servaient à aiguiser des aiguilles 
et des objets en os. 

A, B. Objets recueillis dans le dohnen de la Justice, à Presles 
(Seine-et-Oise), méthodiquement exploré en i867 par M. Maître, 
au profit du Musée. A gauche sont les objets de la partie la plus 
ancienne, où se trouvaient les squelettes et les instruments 
en silex : fragments de poteries, pendeloques et perles, lances, 
haches polies, scies, éclats, pointes de flèche. Au milieu^ 
gaines de hache en bois de cerf, poinçons en os. — A droite, 
objets trouvés dans un dépôt postérieur, où avait eu lieu une 
inhumation de l'époque gallo-romaine : poterie rouge grossière, 
ampoule de verre, anneaux de bronze, monnaies impériales 
depuis Yespasien (69-79 ap. J.-G.) jusqu'à Tbéodose (379-395 
ap. J.-C.), anses de vases de fabrique romaine. C'est un curieux 
exemple de superposition de sépultures. On voit combien on 
peut être induit en erreur sur la date des dolmens par ie fait des 
inhumations secondaires qui en ont enrichi le mobilier. 

Vitrine 13. — Au-dessus, moulage du polissoir de Mesnil* 
Bruntel, près Péronne (Somme), appelé dans le pays Pieire 
Sainte-Radegonde. Dans la vitrine, fragments de meules en 
granit et en grès ; égrugeoirs, broyeurs, percuteurs, polissoirs, 
amulettes, meules fixes servant à broyer le grain. 

Vitrine 14. — Réduction au 20* du dolmen de Bougon (Deux« 

Sèvres). 

Vitrine 15. — Réduction au 20* du dolmen de la Justice (Seine- 
et-Oise), d'où proviennent les objets de la vitrine 12. 



Digitized by 



Google 



SALLE II. 67 

Vitrine 16. — Réduction au 20* du grand menhir de Lokma- 
riaker (Morbihan). Un modèle restauré du menhir, tel qu'il était 
avant la chute qui Ta brisé > est placé sur un socle à droite 
de la porte. Ce menhir avait plus de 20 mètres de hauteur. 

Vitrine 17. — Glassidcation des spécimens les plus remar- 
quables de rindustrie de la pierre polie en Gaule. 

A, B, G, D» E, F. Séries de haches polies (originaux et mou- 
lages) en silex, en diorite, en basalte, en aphanite, en dolérite, 
en grès lustré, en serpentine, en jadéite, en jade, en chloromé- 
lantte, etc. Les dimensions exiguës de quelques-unes de ces 
haches prouvent qu'elles sont des objets votifs, et non des ou- 
tils usuels ; d'autres, au contraire, portent des traces d'usure qui 
témoignent d'un emploi prolongé. 

Remarques : G, en haut, au milieu (18 977), hache en silex 
d'Auvillers (Somme), d'une longueur exceptionnelle; dans la 
rangée du bas (18973), une admirable hache en chloromélanile 
de Sarzeau (Morbihan), une autre plus grande de Rhuis (Mor-^ 
bihan), ,et» tout auprès (18 968), une hache en jadéite de 
Maismy près Noyon (Oise). 

D. Haches percées au sommet, sans doute pour être suspen- 
dues (Vieille-Toulouse, Mont-Saint-Michel, Tumiac). 

£, F. A la seconde rangée (1190), belle hache en jadéite du 
MontrSaint-Michel ; à la rangée inférieure (22 926), hache en 
jadéite du plateau de Soyons; (2151) magnifique hache en 
jadéite trouvée dans la forêt de Sénart. A gauche (5046, 5047), 
moulage des deux plus grandes haches connues (musée de 
Vannes), trouvées dans les dolmens de Mané-er-H'Roeck et 
de Tumiac. En haut (F), série débâches en pierre dites à &ott- 
lon, type fréquent en Vendée et au Nouveau-Monde. 

G. Percuteurs en silex, servant à la fabrication des haches 
et d'autres objets en pierre dure : nucUi, c'est-à-dire noyaux 
de silex dont on a détaché des lames par percussion. On s'est 
parfois servi de cailloux naturels roulés comme de percuteurs 
(en haut à gauche). 

H. Série de très grands nuclei provenant de l'atelier de Pres- 



Digitized by 



Google 



68 SALLE il. 

long (commune de Leugny, Vienne). Au-dessus, nuclei de plus 
petites dimensions. 

I. Disques taillés de Tatelier de Preslong (Vienne). — Spéci- 
mens de bulbes ou conchoides de pej'cussian ; on désigne par 
ces mots la surface convexe déterminée par la frappe sur la 
partie détachée du silex; sur le nucleus^ \\ se produit une 
concavité correspondante. G*est un des caractères de la frappe 
intentionnelle, bien que des chocs et des frottements naturels 
puissent quelquefois produire le même effet. — Couteaux en 
silex, en cristal de roche. — En bas, nuclei du Grand-Pres- 
signy (Indre-et-Loire), de la Charente et des Landes. — A 
droite, en haut, petits couteaux en cristal de roche (Camp 
de Chassey, Saône-et-Loire). 

J. Scies et grattoirs en silex. 

K. Perçoirs et tranchets ; pointes de flèche avec ou sans pé- 
doncule, avec ou sans barbelures. Les pointes de flèche en 
pierre ont été employées jusqu'à une époque récente. 

L. Pointe» de lance en silex. — Objets de parure : perles de 
eallaïs (p. 65), grains de colliers, coquilles percées ayant servi 
de pendeloques, croissants et anneaux en schiste, en jadéite, 
en néphrite. Remarquez au milieu (11632) une hache* en 
jadéite, découverte en 1864 dans le dolmen de Mané-er-H'Rœck 
(Morbihan), appuyée sur un anneau plat* en jadéite (4219), 
dans la direction de l'Orient. — A droite, deux beaux anneaux 
en néphrite découverts en 1885 à Quiberon (29682). 

Vitrine 18. — Au-dessous, fragments de polissoirs et de 
meules; au-dessus, haches polies de diverses provenances, entre 
autres trois très grandes haches en aphanite. 

9 9 19 (Socle). — Polissoir en jaspe et grès lustré de Chà- 
tellerault (Vienne). Au-dessous, meule fixe et meule mobile de 
Chassemy (Aisne). 

Sur les murs, en commençant par la cheminée, où Ton voit 
un buste de Henry Christy, amateur anglais qui aida Lartet à 
fouiller les cavernes du Périgord : 1® vue des alignements de 
Carnac (voy. p. 62), peinture à Thuile de Richner (année 1878); 



Digitized by 



Google 



SALLE II. 69 

2** dolmens troués (p. 65); 3® polissoirs de Saint-Ustre et de 
Mesnil-Bruntel (p. 66); 4^ plan des alignements de Garnac 
et dessin du dolmen dit Table de César (voy. vitrine 10, p. 65) ; 
5* cartede la Gaule indiquant remplacement des dolmens et allées 
couvertes; on remarquera que ces monuments forment comme 
une traînée du nord-ouest au sud-est; 6" dessin du dolmen de 
Korcono ou Krukenho (Morbihan) ; 7* seconde carte des dolmens 
et allées couvertes de la Gaule, avec Tindication de la ligne 
frontière des monuments mégalithiques, très rares dans la vallée 
de la Durance, dans les Alpes, la vallée de la Saône, celles 
de la Meuse, de la Moselle et du Rhin; 8** au-dessus de la 
vitrine 3, hache emmanchée gravée sur une pierre du dolmen 
dit Table de César ou Table des marchands (1) (voy. vitrine 10, 
p. 65). 

(1). Le nom de ce dolmen en bas-breton est dol-merch, signifiant : 
« table de la Vierge », d'où Ton a fait en français « table des mar- 
chands », par un phénomène d'étymologie populaire. 



Digitized by 



Google 



70 SALLE m. 



Salle III. — Monuments mégalithiques (suite), 

La civilisation dolménique était en pleine floraison lors de 
l'introduction du bronze et du fer en Gaule ; elle ne disparut 
pas brusquement. Les plus riches sépultures mégalithiques sont 
celles où le bronze apparaît à côté de la pierre polie et de la po> 
terie indigène. Toutefois, sur certains points, en particulier dans 
le Finistère et les Gôtes-du-Nord, on constate une modification 
sporadique des rites funéraires, Tincinération substituée à 
rinhumation. Cet indice, joint à Tapparition des métaux, fait 
conclure à la présence, sur le territoire de la Gaule, de quelques 
groupes d'étrangers encore clairsemés appartenant à une civili- 
sation différente et dominés par d'autres idées religieuses. Ges 
immigrants, qui sont peut-être apparentés aux Geltes de This- 
toire, forment en tout cas Tavant-garde de l'immigration dont 
nous étudierons les monuments dans la salle V. 

Vitrine 1. — Au-dessus, pierres avec gravures grossières 
(entre autres des canards?) provenant du tumulus des Lisières, 
à Pamproux (Deux-Sèvres). 

A. Poignards en bronze, spirales en argent et pointes de 
flèche en silex, découverts à Garnoët (cf. p. 72, alinéa 5). — 
Magnifiques pointes de flèche et clous d'or du tumulus de Kru- 
guel (Morbihan). — Objets * en bronze et en fer, recueillis dans 
les dolmens de. la Lozère (bracelet, grand bouton en forme de 
coupe, lame de poignard, couteau à douille, fibule). 

B, G. Nuclei, lames, scies, grattoirs, ébauches d'outils divers, 
provenant de l'atelier du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Les 
nuclei sont appelés dans le pays livres de beurre; le plus grand 
que l'on connaisse a 0^59 de long. 

D. Objets en pierre polie trouvés dans le département de la 
Vienne. Au-dessous, ébauche de hache polie * de Menchecourt 
(Somme) ; long instrument en silex * trouvé dans le Gers. 



Digitized by 



Google 



SALLE m. 71 

E. Série de pointes de flèche, quelques-unes d'un travail très 
remarquable , trouvées dans les dolmens. Â gauche, pointes de 
lance, scies, lames de poignard en silex; remarquez aussi une 
lame de poignard* en bronze, trouvée dans un dolmen de 
Tarn«et-Garonne. L'introduction des armes de bronze en Gaule 
commence à l'époque de la pierre polie ; pendant longtemps, 
plusieurs siècles peut-être, on se servit concurremment de la 
pierre, qui était commune, et des outils en métaux, qui étaient 
apportés par le commerce et encore rares. — A droite, boutons 
et anneaux en bronze (Lozère, Gard); petit polissoir de grès 
pour polir et affiler les os (Lozère, 21 914). 

F. Objets de parure recueillis dans les dolmens : disques, 
pendeloques, dents percées, grains de colliers, perles en os, en 
jais (?)y en albâtre, en stéatite; pendeloques de bronze et de 
schiste (Aveyron), fragments de vases. — A droite, fragments 
d'armes en fer recueillies dans les dohnens de l'Aveyron ; cou* 
teaux, scies et pointes de flèche; poteries et colliers. Remar^- 
quel tout à droite (22 079) une lame de poignard en bronze 
provenant du dolmen de Gourillac'h (Finistère), et detix admi- 
rables pointes de flèche en silex, trouvées dans le même 
dolmen; l'une d'elles (7920) a été donnée au Musée par Prosper 
Mérimée. 

Vitrine 2. — Réduction du menhir du Vieux-Poitiers, qui 
porte une inscription celtique en lettres latines. Au-dessus, 
grossière sculpture néolithique sur la dalle d'un dolmen (envi- 
rons d'Uzès); on croit y reconnaître une figure féminine. 

Vitrines 3 et 4. — Réductions au 20* de l'allée couverte 
dite les Pierres plates, en Lokmariaker, et du dolmen de la 
Pierre-Turquaise (Seine-et-Oise). 

Vitrine 5. — Réduction au 20* du grand tumulus-dolmen 
de Gavr'inis-en-Bâden, petite île du golfe du Morbihan. Ge 
monument est construit en pierres énormes, dont 23 sur 28 
portent de bizarres gravures en creux, cercles concentriques, 
chevrons, flots et spirales, entremêlés d'incisions triangulaires 
ressemblant à des haches polies. Les moulages de ces pierres 
sont placés sur le pourtour de la salle. On en connaît de sem« 



Digitized by 



Google 



72 SALLE m. 

blables on Irlande (Newgrange). M. Maître a pensé que les 
modèles de ces gravures n'étaient autres que les lignes inté- 
rieures de la main, dont i*étude et Texplication font l'objet 
d*une très ancienne pratique superstitieuse appelée chiromancie. 

Vitrine 6. — Allée couverte du Mané-Lud en Lokmariaker 
(Morbihan), réduite au ^*. 

Vitrine 7. — Prosper Mérimée pensait que les gravures de 
Gavr'inis (vitrine 5, p. 71) n'avaient pu être exécutées sans Faide 
d'instruments en métal. Une expérience, que rappelle cette 
vitrine, a prouvé qu'il se trompait. M. Maître a gravé un bloc 
de granit breton à l'aide d'outils en silex, alors qu'une haché 
de bronze antique s'écrasait sans l'entamer. 

Sur les murs, en commençant par la gauche, moulages des 
.pierres de Gavr'inis (voy. vitrine 5) (1) ; au-dessous, série de 
dessins d'après les monuments mégalithiques de la Corrèze. 

A droite de la porte de la salle d'Étude, deux gravures colo^ 
riées figurant 1® des pointes de flèche en silex, une hache et 
des poignards en bronze trouvés dans le tumulus de Portz-ar- 
Saoi en Tremel (Gôtes-du-Nord) ; 2® quatre beaux poignards, une 
spirale et un groupe d*anneaux en bronze trouvés dans le 
tumulus-dolmen de la forêt de Garnoët (Finistère). Ces décou<^ 
vertes (au Musée depuis 1888) sont très importantes, comme 
témoignant de l'introduction des plus anciennes armes en bronze 
dans les sépultures mégalithiques (cf. p. 70). 

A gauche de la fenêtre donnant sur le parterre, moulages de 
pierres gravées* des dolmens du Petit-Mont à Arzon (11 î 
Morbihan), des Pierres-Plates (11 881, 11 882; voy. vitrine 3); 
du Mané-er-H*Rœck (11879, cf. salle II, vitrine 5, p. .63) 
sur lesquelles on remarque des haches emmanchées analogues 
à celle de Gavr'inis (plus loin, n® 11 877), et d'autres gravures 
inexpliquées. — Au-dessous, plan et coupe du tumulus du 
Mané-Lud (cf. vitrine 6). C'est une butte artificielle longue de 
80 mètres sur 5b de large, haute de 5'°50 seulement. Les 
fouilles (186i) ont fait découvrir à l'est un alignement curvi- 
ligne de petits menhirs juxtaposés, hauts de 0'°40 à 0'°00, et 

(1) Les n** inscrits sur le plan de Gavr'inis (au-dessus du banc) cor^ 
rcspondent à ceux qui sont tracés en noir sur les moalag es des pierres* 



Digitized by 



Google 



SALLE II!. 73 

noyés, à i^SO au-dessous du sommet, dans les vases desséchées 
qui composent la tombelle. Sur chacune des cinq pierres debout 
formant l'extrémité nord, on a trouvé le squelette d'une tête de 
chevaL Une seconde rangée de pierres espacées, parallèle à la 
première, faisait avec elle une sorte de couloir. Plus loin vers 
Touest, M. R. Galles a rencontré le sol naturel recouvert d'une 
couche de pierres sèches sur une surface à peu près ovale, 
longue de 40 mètres sur 18 de largeur moyenne. Au-dessous de 
ces pierres étaient des monceaux de charbon de bois et d'osse- 
ments. A l'endroit même où l'on a découvert les ossements, la 
couche de pierres s'élève et se bombe de manière à former un 
monticule pierreux ou galgal^ occupant à peu près le milieu de 
l'énorme tombelle de vase qui constitue le tumulus. Au centre 
du galgal, qui a 10 mètres de rayon à sa base, on voit une 
crypte longue de 2 mètres, dont les parois sont formées d'une 
grossière maçonnerie en pierres sèches. La voûte était composée 
d'un grand nombre de dalles plates. La crypte contenait deux 
squelettes qui avaient été repliés sur eux-mêmes. Vers le milieu 
de la chambre étaient un petit tas de charbon de bois et 
quelques fragments d'os calcinés, à Tautre extrémité un petit 
couteau en silex et des débris de poterie grossière. L*angle 
ouest du tumulus est occupé par l'allée couverte dont.une réduc» 
tion figure dans la vitrine 6 (p. 72); elle était connue depuis 
longtemps. Les parois sont recouvertes de signes bizarres, ana- 
logues à ceux que l'on a constatés sur les monuments irlandais 
et d'autres mégalithes de Bretagne (cf. p. 72). Le tumulus- dolmen 
du Mané-Lud, si habilement exploré et décrit par M. R. Galles, 
est incontestablement la sépulture d'un grand chef, appartenant 
à un état social relativement avancé ; les tôtcs de chevaux, les 
ossements d'animaux, le monceau de charbon, sont les restes des 
sacrifices qui ont été accomplis sur la tombe. 

Entre les deux fenêtres donnant sur la cour, photographie du 
menhir-autel de Kernuz, découvert en 1878 à Kerdevel en Ploban- 
nalec (Finistère), sur lequel sont sculptées des,figures mythologi- 
ques, entre autres Mercure, datant certainement de l'époque gallo- 
romaine.]— Au-dessus, moulage d'une pierre de Gavr'inis (11 877, 
cf. vitrine 5), sur laquelle est gravée une hache emmauchée. — 
Un autre cadre contient des photographies de divers dolmcnj. 



Digitized by 



Google 



74 SAIXE D*ÉTUDE. 



SALLE D'ETUDE 



, A la BnUe III est contiguë la Salle d^ Etude ou BibUothèque, 
accessible avec un permis spécial. La bibliothèque contient plu- 
sieurs milliers de dessins , de plans, de photographies classés 
par départements ou par pays, et quelques précieuses séries de 
publications scientifiques, telles que les Compte$ rendus de VAca* 
demie des sciences, la. Revue d^anthropologie^ les Matériaux pour 
servir à Vhistoire de Vhomme, le Bulletin et les Mémoires de la 
Société des antiquaires de France, la Revue et la Ga%ette avehéo- 
logique, la collection des Congrès archéologiques de France et 
des Congrès internationaux d* anthropologie, les Annuaires de 
l'Association française pour Vavancement des sciences, la Revue 
scientifique, le Bulletin monumental, les Annuaires des Anti-' 
quaires du Rhin, la Zeitschrift et VArchiv alLemands» 
VArchaeologia anglaise, le Bulletin de palethnologie italienne, 
etc. On y trouve aussi le grand recueil des inscriptions 
latines pubjié par TAcadémie de Berlin et quelques ouvrages 
de luxe avec planches, comme Nvnive et V Assyrie de Place, 
VArt égyptien de Prisse d'Avenues, yAntiq[uité expliquée de 
Montfaucon, le Musée de sculpture de Clarac, les Monuments 
de Vart antique de Rayet, VIconographie grecque et romaine de 
Visconti, le Musée étrusque du Vatican, les Arts et métiers des 
anciens de Grivaud de la Yincelle, les Monuments antiques 
d'Orange de Gari&tie, la Colonne Trajane de Frœhner, la Char^ 
treuse de Bologne de Zannoni, les Monuments inédits de Raoul 
Rochette, VAlbum Caranda de F. Moreau. Mais la principale 
richesse de la bibliothèque consiste dans les séries de mémoires 
archéologiques et de tirages à part, souvent publiés à un très 
petit nombre d*exemplaires, que Ton ne trouverait réunis et 
classés dans aucun autre dépôt. 

Le mur de la salle d*Êtude était orné d'une peinture à l'huile 
de X. Hellouin, représentant une scène de funérailles dans la 
Gaule préhistorique; elle a été transportée dans la Salle de Mars. 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 75 



SAULE DE COMPARAISON 



De la salle III, on passe dans la grande Salle de Comparaison, 
dont Tarchltecture intérieure date de Tépoque de François I"*, 
Nous conseillons vivement de ne parcourir cette salle qu'après 
avoir visité toutes les autres. Le classement n'en est encore que 
provisoire et subit de fréquentes modijflcations. A côté d'objets 
de comparaison qui doivent y rester^ il y en a beaucoup d'autres, 
appartenant à diverses séries, pour lesquels cette salle tient 
actuellement lieu de magasin. Par ce motif, nous nous con- 
tenterons de la décrire brièvement (Voir le Supplément). 

Le visiteur est censé faire le tour de la salle en commençant 
par la gauche et en longeant les murs ; puis, dans le même sens, 
celui des vitrines placées à l'intérieur. 

Vitrine 1. — Poterie romaine rouge des cimetières de la Marne, 
de l'Oise, de Ghampdolent (Seine-e^-Oise) et d'autres prove- 
nances. Le cimetière bas-romain de Ghampdolent a été fouillé 
en 1866-1867, — A droite, amphore romaine trouvée à Yaison. 
Elle était plantée en terre. 

Vitrine 2. — Poterie romaine rouge et noire, de la Marne, do 
l'Oise, de Seine-et-Oise, de Suèvres (Loir-et-Cher), etc. Remar- 
quez (8") quelques spécimens avec reliefs (fouilles deCompiègne, 
1863-1870) et (9® au milieu) une belle gourde avec bas-reliefs 
hnythologiques des deux côtés et inscription (9684, provenance 
inconnue). Tous ces vases appartiennent à l'époque de l'empire 
romain et quelques-uns ressemblent déjà aux produits des 
fabriques mérovingiennes. 

A droite, meules de moulins et moulins de l'époque gallo- 
romaine. 

Vitrine 3. — Poterie romaine rouge et noire du mont Chy- 

Digitized by VnOOglC 



76 SALLE DE COMPARAISON. 

près (forêt de Gompiègne), de la Marne, de Seine-et-Oise, etc. 
— A droite, dans Tembrasure de la fenêtre, tuiles gallo-ro- 
maines. 

Vitrine 4 (plate). — A gauche, agrafes en bronze; deux 
garnitures de ceinturon en bronze (12567, 12568) trouvées 
à Champdolent (Seine-et-Oise); épée en fer romaine (?) de la 
Gôte-d*Or (474i) ; appliques en bronze * avec une tête cornue 
et une tête de Méduse en relief (musée de Rouen, 18250-51); 
pointes de flèche de Porrentruy (Suisse); collier et bracelets 
en verre de la Marne. 

A droite, figurine de bœuf en bronze (Egypte?); curieuse 
statuette de bronze* d'un personnage à deux têtes (musée de 
Sens, 23 960); figurine d*Ameur en bronze (Gompiègne); plaque 
d'argent * avec reliefs : Mercure avec un bouc sous un édicule 
et au-dessus deux autres divinités plus petites, Mars et TAbou- 
dance (camp romain de Neuwied, près de Gobldntz) ; poêle à frire 
en fer (provenance inconnue). 

Au-dessous, vase et plats en bronze; série de poids en pierre 
et en bronze; fléaux de balance romains. Remarquez au milieu 
(27 294) un vase en bronze * avec dédicace à Mercure Atusmerius 
(cf. p. 28), gravée au pointillé sur le col (Poitiers). 

Vitrine 5. — Moulages d'objets * provenant des cimetières de 
l'Allemagne du Nord. — Rang supérieur : 1* Poteries des nécro- 
poles de Saxe et de Silésie. 

2® Vases en bronze * avec figures gravées provenant du 
Hanovre. . 

3** Vases d'argent ornés de reliefs*, découverts en 1869 à 
Hildesheim (Hanovre), aujourd'hui au musée de Berlin. On a 
pensé qu'ils faisaient partie du service de table -de Varus, le géné- 
ral romain défait et tué par les Germains en l'an 9 avant Jésus- 
Ghrist (cf. p. 40) ; mais ni le lieu de la découverte, ni le travail des 
vases, qui n'appartiennent pas tous à la même époque, ne per- 
mettent d'admettre cette hypothèse. — Remarquez le grand 
cratère décoré de feuillages et d'enfants pêcheurs, le gobelet 
avec une zone d'animaux (grossier) et, à la 6* rangée de la même 
vitrine, des vases à reliefs qui sont autant de chefs-d'œuvre : 
coupes avec les bustes d'Atys (dieu lunaire) et de Gybèle lou- 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 77 

relée; coupes décorées de masques; coupe avec Timage de 
Minerve assise au fond, la plus belle de toutes ; coupe avec le 
buste du jeune Hercule étouffant les serpents, le sourire aux 
lèvres. L'ensemble de la trouvaille paraît dater de l'époque 
des Antonins. 

Signalons encore, à la troisième rangée, un curieux cbariot 
votif * en bronze, trouvé en 1843 dans un tumulus à Peccatel 
près de Schwerin (Mecklembourg), et un collier à pendeloques * 
(coquilles méditerranéennes et bronze) d'Ober-Olm (Besse Rhé- 
nane). 

4^ Gros anneaux* en bronze avec gravures (Hesse-Gassel), 
anse de vase * en bronze, formée de deux lutteurs, beau style 
italique (forêt de Borsdorf près de Midda). — Colliers en bronze 
et en fer. 

5* Mousses d'espèces polaires recueillies à Schussenried (Wur- 
temberg), station de l'époque du renne. On en a conclu que le 
elimatdu Wurtemberg était, à cette époque, beaucoup plus froid 
qu'aujourd'hui. 

Vase peint* avec ornement en S, appelé triquètre (Silésie); 
arase en or * avec ornements repoussés (Holstein); masque de 
théâtre * en argile blanche (Wiesbaden) ; masque * en argent 
recouvert d'une couche d'or, en deux pièces, l'une pour le 
visage, l'autre pour la tète (marais de Torsberg, Schleswig); 
vases en or * (Holstein) ; patère * à manche en bronze émaillé 
(Pyrmont, Waldeck). 

6" Objets d'Hildesheim * (voy. plus haut, p. 76, la description 
de la troisième rangée). 

7* Épée * en fer du Hanovre ; épée * en bronze et umbo * de 
bouclier, trouvés en Hesse Rhénane; épée* en fer d'un tumulus 
de Bavière sur le Danube; deux épées* en bronze (musées de 
Munich et de Schwerin); poignard * en bronze (24999), trouvé, 
dit-on, en Macédoine, dans la Grèce du Nord (musée de Berlin). 

8** Fourreau* d'épée en bronze avec reliefs (Wiesbaden); seau 
bu ciste * de bronze à côtes, type fréquent dans l'Italie du Nord 
(Bavière); épée* en bronze d'un tumulus des bords du Rhin. 

9* Moules de couteaux* en pierre (Brandebourg); chariot* en 
bronze avec son conducteur debout, époque romaine (musée de 
Mayence) ; poignards * en fer et moules de haches * en bronze. 

5 



Digitized by 



Google 



78 SALLE CE COMPARAISON. 

Au-dessus de la vitarine, bouclier* en bronze avec ornemente 
circulaires repoussés (musée de Halle). 

Vitrine 6 (plate). — Antiquités préhistoriques d*Ëspagne: 
haches et outils en pierre polie d*AndaIousie ; fragments de 
poterie de la Cueva de la Mujer (caverne de la femme), près 
Alhama de Grenade. Poterie de la Cueva Lobrega, en Yieille- 
Gastille ; cette poterie est très analogue à celle de nos dolmens 
(salle II, vitrines 3 et 9). 

Au-dessous, série d'objets en bronze, notamment de patères, 
trouvés pour la plupart en France. Remarquez à gauche un 
casque* en bronze aux yeux émaillés (musée de Rouen); au 
milieu, la plaque centrale * avec umbo d'un bouclier romain du 
deuxième siècle, portant des figures incrustées d'argent; Tin- 
scription indique que ce bouclier appartenait à un soldat de la 
VIII* légion (lit de la Tyne, Angleterre). — Moulages de disques 
en terre cuite* avec figures et inscriptions (Hongrie, Gard, 
Vichy). En bas, patères, casseroles, cuillers à sacrifices, pas- 
soires en bronze. 

Vitrine 7. — Allemagne du Sud, époque cettique. — Gompar- 
thnent de gauche, 4* étage au milieu : brassard ou ceinture * 
en argent avec bouts ornés (Hongrie). Au-dessous (5*-^), vases 
de bronze *, haches, pointes de lance, bracelets et spirales en 
bronze de Hongrie (originaux et moulages). 

Plus bas, 10**, ornements * en bronze avec pendeloques, 
peigne * dMvoire à clous d'argent, bracelets * et collier * en or 
(Hongrie). Tout à droite, bijoux* en or de style mérovingien 
(cf. p. 182), ornés de grenats de l'espèce dite iirconite (Hongrie). 

Aux trois étages inférieurs, plaques de ceinturon * et fau- 
cilles *, bouterolles à ailettes * d'épées en bronze, provenant de 
la vallée du Danube; roue * en bronze (musée de Munich); 
épées et fourreaux en fer * de la Hongrie et de l'Allemagne du 
Sud. 

Compartiment de droite : en haut, série d'épées* en bronze 
et en fer, de poignards* et de pointes de lance * en fer, pro- 
venant de Hallstatt, près de Salzbourg (Autriche), localité où l'on 
a exploré une vaste nécropole antérieure au quatrième siècle avant 
Jésus-Christ, caractérisée par le mélange d'armes en bronze avec 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 79 

des armes en fer (cf. p. 156). Remarquez à gauche l'épée en 
fer * avec poignée d'ivoire (sans doute objet de parade); les 
poignées d'épée* en bronze avec antennes (croissant) et bou- 
ton, qui rappellent vaguement la forme humaine ; à droite, un 
poignard* en or dans une gaine* également en or. 

Au-dessous, objets divers *, fibules, pendeloques, épingles, 
bracelets, plaque de ceinturon en bronze estampé, haches, 
pierre à aiguiser, également trouvés à Hallstatt. Remarquez à 
droite (16616) une petite hache * surmontée d'un cheval gros- 
sièrement dessiné, qui sert de poignée. 

Plus bas (16607), plat circulaire * en bronze, orné d'oiseaux 
en relief, et (16 591) casque * à deux crêtes, provenant de 
Hallstatt ; phalères * de bronze avec têtes en relief (musée de 
Vienne); (29 719) couvercle* d'un vase en bronze de Hallstatt, 
avec des animaux gravés ou repoussés de style oriental ; frag- 
ment de vase en argile * avec ornements incisés (Hallstatt). 

Au-dessous, ceinture * en bronze estampé de Hallstatt, ornée 
de chevaux grossièrement dessinés (16 606). 

Plus bas (29587), plaque de ceinturon * en bronze, ornée 
de guerriers et de cavaliers en repoussé (cimetière gaulois de 
Watsch en Garniole); armes en fer et fibules en bronze du 
même cimetière ; torques* {coMiers) en bronze (musées de Darm- 
stadt et de Stuttgart); ornement en bronze, composé de trois 
doubles enroulements en spirale avec cinq longues chaînes 
terminées par des glands (Hongrie). 

En bas, remarquable chariot votif* en bronze, trouvé près 
de Gratz, en Styrie, représentant une divinité féminine debout, 
qui soutient un plateau (détaché de la figurine dans notrç mou- 
lage); eUe est entourée de guerriers à cheval, de femmes et 
d'hommes nus, rangés à droite et à gauche de deux cerfs. 

Objets provenant des mines de sel de Hallein (Autriche), 
exploitées très anciennement : manche de hache en bois ; mor- 
ceau de cuir conservé dans le sel gemme. 

Au milieu (29 693), restitution, par M. Delafontaine, d'un poi- 
gnard de Hallstatt avec sa gaine ; remarquez les incrustations 
en pierres de couleur et les deux figurines grossièrement dessi- 
nées du manche. 

A droite, reconstitution d'une tombe de Golasecca (ancienne 



Digitized by 



Google 



80 SALLE DE COMPARAISON. 

'nécropole gallo-italique sur les bords du Tessin), ouverte en 
juillet 1873 par les soins du Musée (huitième ou neuvième siècle 
av. J.-C). La tombe est formée de grandes plaques schisteuses; 
les vases, ornés de dessins géométriques, sont bien cuits et mo- 
delés au tour. 

Vitrine 8. — Allemagne du Sud, époque celtique. — Remar- 
quez à rétage supérieur, au milieu, un casque* romain à grande 
visière, orné de figures, trouvé en Bulgarie ; trois boucliers * 
en bronze de Bingen, Spalt et Worms; un plat en bronze* orné 
de têtes de griffons (musée de Nuremberg). 

Plus bas, 2®, rangée d*anneaux* en or et de torques* prove- 
nant de TAllemagne occidentale, en particulier du Wurtemberg. 
Au-dessous, 3°, anneaux ♦, bracelets • et poignards * en bronze 
ou en fer, provenant, les premiers de Bohême, les autres du 
Wurtemberg. Remarquez (26 234) un poignard en fer *, dont le 
manche est orné de bronze à la manière d'une damasquinure 
(musée de Garisruhe). A droite, ceinturons * en bronze (Wur- 
temberg, Westphalie) et très grand anneau * creux en bronze 
avec dessins incisés (Bohême). 

En bas, série d'épées * en bronze de provenance allemande 
(Bavière, Hongrie, Wurtemberg). La plupart sont caractérisées 
par.4]ne poignée pleine surmontée d'un disque évasé et d*ùn 
bouton; l'extrémité inférieure de la poignée, d'où se dégage la 
lame, est une ligne droite interrompue par un renfoncement 
triangulaire, en demi-cercle ou en fer à cheval. Remarquez 
une épée * en fer roulée sur elle-même (Hesse Rhénane). 

A droite, contre la fenêtre, briques avec marques de fabrique 
(Gonstantinople, Dax). 

Vitrine 9. — Armes et autres objets modernes provenant 
d'Australie. Remarquez en bas des haches emmanchées dans du 
bois et une grande hache ou casse-tête en pierre verte de la 
Nouvelle-Zélande. 

Vitrine 10. — Armes et objets modernes d'Océante, parmi les- 
quels des haches emmanchées suivant des modes différents et 
des javelots munis de cordes rappelant Vamentum (p. 113). Dans 
le bas, haches en jade de la Nouvelle-Calédonie. Remarquez 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. Si 

des massues en bois garnies de pointes qui rappellent les têtes 
de massue en bronze de la vitrine 48 (p. 93) et trois belles 
haches en néphrite (jade), montées sur des tourelles en bois 
sjouré, provenant de Tarchipel Gook. 

Vitrine 11. -~ Objets de diverses provenances (inêtallatian 
provisoire). En haut, à gauche (22 773), tête humaine en pierre 
de Porto-Rico; vases du cimetière mérovingien de Waben (Pas- 
de-Calais). — Au-dessous, instruments en pierre et en côtes de 
cétacés provenant de Californie. — Dans le bas, haches en pierre 
et pilons de Californie ; remarquez au milieu (27 048) une très 
curieuse hache-pilon de Zarzis, dans le Sud tunisien, vis-à-vis 
de rile de Djerba (île des Lotophages d'Homère). 

Au-dessus de la vitrine, grand cadre divisé en six comparti' 
ments, contenant des étoffes de lin des nécropoles de Thèbes, de 
Sakkara et des Pyramides de Gizeh en Egypte (3000 ans 
av. J.-C). 

Vitrine 12. — {^oterie noire et rouge, d'époque gallo-romaine, 
découverte dans les fouilles de la forêt de Compiègne (1863- 
1870). . 

A droite, sur le mur, moulage d*un bouclier en bronze de 
Chypre (musée du Louvre). Au-dessous, trois bas-reliefs archaïques 
d'un tombeau trouvé en 1844 près de Pérouse; il contenait des 
armes en fer et des ossements. Les bas-reliefs représentent une 
tribu en marche et des scènes de banquets. 

Au-dessous, moulage développé d*un seau en bronze trouvé 
dans la nécropole de la Chartreuse (Certosa) de Bologne ; même 
style que le couvercle de Hallslatt et la ceinture de Watsch 
(vitrine 7, p. 79). Dans le haut, cortège militaire ; au-dessous, 
procession religieuse, apprêts de sacriflce, jeux ; en bas, rangée 
d'animaux fantastiques faisant bordure, à l'imitation des tapis- 
series orientales. Les animaux féroces sont naïvement distin- 
gués des autres par une jambe humaine qui leur sort de la 
bouche ; le même détail se remarque sur le couvercle de Uallstatt 
(vitrine 7, n* 29 719). Kem.irquez la forifie étrange des cha- 
peaux et des casques. Cet objet parait remonter au cinquième 
siècle avant Jésus-Christ. 



Digitized by 



Google 



82 SALLE DB COMPARAISON. 

Plus loin, deux cartes des enceintes fortifiées et des bornes 
milliaires de la Gaule (cf. p. 39). 

Vitrine 16 (plate). — Objets en pierre des Antilles, de la Co- 
lombie et des États-Unis d*Amérique. Remarquez à gauche 
(22 774) une tête grotesque, sculpture caraïbe (Antilles), et des 
haches polies de formes particulières en usage chez le même 
peuple. 

Plus loin, sur le mur, stèle grossière * de granit, trouvée par 
le duc de Luynes à Saint-Michel-de-Valbonne, près d'Hyères, 
portant des têtes coupées (?) que Ton a rapprochées des trophées 
d'Orange et d'Ëntremont (p. 22 et 40). — Carte archéologique 
de la Gaule mérovingienne, dressée par la Commission des 
Gaules. 

Un peu en arrière, gros caillou de la Guadeloupe (Antilles), 
creusé en bassin pour servir de meule fixe. 

Vitrine 17. — Vases provenant de Redkine Lager, en Trans- 
caucasie. Les trois rangées inférieures sont occupées par une 
très importante collection d'objets de bronze, provenant de la 
nécropole de Koban, dans le Caucase. Les types présentent 
quelque analogie avec ceux de Hallstatt (p. 79, cf. vitrine 65). 

Plus loin, à gauche, aquarelles représentant des Indiens de 
TAmérique du Nord broyant le grain. On conçoit par là l'usage 
des broyeurs et des meules dormantes de la salle II (p. 66). Au- 
dessus, deux fragments de bas-reliefs de rÉquateur( Amérique). 

Vitrine 18. — Pointes de flèche et haches polies de l'Amé- 
rique du Nord (Pensylvanie). 

Vitrine 19. — Importante collection de pierres taillées, 
pointes de flèche, lames, haches, etc., recueillie dans le Sahara 
algérien, avec une carte (à gauche) indiquant les gisements 
(OuargLa, Ain-Taiba, la vallée de Tlgharghar, etc.). Remarquez 
en liaut, à droite (26163), une hache en jade néphrite ayant 
^ervL de percuteur (Hassi-Rhatmaia). Dans le bas, silex recueillis 
an Tunisie. 

Sur \a devant, stèle étrusque * du cimetière de la Chartreuse 
de Baïognft (4 ou 500 av. J.-C.). Le style trahit des influences 



Digitized by 



Google 



SALLE DE GOMPAHAISON. 83 

orientales. Au-dessous, Triton et cheval marin ; dans le registre 
du milieu, Gharon conduit aux enfers le mort assis dans un char, 
s^abritant sous un parasol et précédé d*un génie ailé <iui plane 
sur les chevaux. La scène du bas représente des athlètes avec un 
juge du concours. 

Au revers de la stèle (1), dessin de Oeslin représentant la ciste 
de Bologne développée (cf. p. 81). 

Vitrine 20. — Objets*^ provenant de Russie. Crâne de rhino- 
céros aux narines cloisonnées (espèce disparue). Au-dessous, 
collection de haches * en pierre, de pointes de flèche * et de 
lance *. Remarquez (4* au milieu, n* 7758), une hache * en 
jade de Nertchinsk. — En bas, objets * analogues en bronze, 
haches, marteaux, poignards et épées« 

A gauche, dessins d'après des objets découverts en 1873 dans 
le cimetière de Golasecca, en Italie (cf. p. 80). — Plus loin, 
moulage de la stèle dite Guerrier de Marathon (2) *, œuvre 
signée d'Aristoklès. C'est un bas-relief funéraire, aujourd'hui 
conservé à Athènes, qui représente un guerrier grec vers 500 avant 
Jésus-Christ. Il est intéressant d'en comparer le style avec celui 
des stèles étrusques. L'original, découvert en 1838 à Velanideza 
(Attique), porte des traces encore vives de peinture. 

Vitrine 21 (plate). — Ëchantillons de revêtement en mortier 
peint avec coquilles incrustées ; époque romaine (Billion, G.ôtes^ 
du-Nord). — Enduits peints provenant d'un édifice romain au 
Bois^Gautier (forêt de Fontainebleau). — A droite, fragments 
de vases peints de Mycènes; pesons de fuseaux et contrepoids 
de métiers, provenant de Grèce et d'Asie Mineure (Cyzique, 
Imbros, Assyrie). — Au-dessous, deux cadres contenant Tun, des 
spécimens de l'époque de la pierre taillée aux environs de 
Rome; l'autre, des pointes de flèche* de l'époque de la pierre 
polie, trouvées dans une tombe de Cantalupo-Bardella (environs 
de Rome). 

Sur le mur de droite, épitaphe * grecque du musée de Bor- 

(1) Sur la face opposée de l'orig^inal est scalptë un autre bas-relief dont 
le Musée ne possède pas de moulage. 

(2) Cette appellation populaire est erronée, car la sculpture paraît anté- 
rieure aux guerret médiques. 



Digitized by 



Google 



84 SALLE DE COMPARAISON. 

deaux, provenant d*Âthènes; dessins d'objets da cimeltère de 
Oolasecca (tombes fouillées en 1873 au profit du Musée, cf. p. 80). 

— Au-dessous, moulage d'une stèle étrusque * de la Char- 
treuse de Bologne (vers 450 av. J.-C.) ; remarquez, en bas, la 
louve allaitant un seul enfant (et non deux, comme dans la 
légende classique de Romulus et Rémus). 

Au milieu, stèle analogue*, mais plus grande, ornée de reliefs 
sur les deux côtés. D'une part (vers la fenêtre), un génie ailé 
donnant la main au défunt; de l'autre, un cheval marin luttant 
contre un serpent; le défunt conduit par Mercure aux Enfers, 
sur un char traîné par des chevaux ailés et précédé de Mercure ; 
dans le bas, combat d'un cavalier étrusque (?) et d'un fantassin 
gaulois (?). 

Vitrine 22. — Au-dessus, trompette en bronze italienne {cornu), 

— A l'intérieur, très beaux spécimens d'armes en bronze grecques 
et romaines : casque de gladiateur (Herculanum); autre * du 
musée de Naples; -cuirasse et ceinture grecques; épaulière et 
jambières* de gladiateur, du musée de Naples, quatre jambières 
de gladiateur ornées de très belles figures, provenant, comme 
l'épaulière, d'Herculanum (ancienne collection Pourtalès). 

Au-dessous, casques étrusques en bronze; vase en bronze* de 
Sesto-Calende , avec dessins en pointillé représentant des 
oiseaux et des cavaliers (voy. le dessin développé sur le mur à 
droite) -et (21 792) vase à reliefs en bronze * de lu Chartreuse 
de Bologne (voy. p. 81). 

A gauche, sur le mur, moulage d'une inscription cellibérienne 
(musée de Madrid); chromolithographie représentant les bijoux 
égyptiens de la reine Aali-Uotep (vers 1700 av. J.-C), décou- 
verts par Mariette (auj. au musée de Gizeh, Caire). 

Plus loin, à gauche, gravure du seau à figures (vitrine 22) et 
de l'épée à antennes découverts à Sesto-Calende. En face, spéci- 
mens dessinés de la trouvaille de bronze faite à Bologne en 1877 ; 
011 y a rceuciJli plus de 14000 objets de bronze dans un ton- 
neau. 

Vitrine 23 (à la fenêtre). — Série de lampes romaines avec 
fi^iirtïs eit ri^Uef et inscriptions. 
Mua luiti. contre le mur, ornement de poitrail* d'un cheval en 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 85 

argent partiellement doré; travail byzantin ou de la Renais- 
sance (musée de Vienne, en Autriche). — Gravure de Tépée en 
fer à fourreau de bronze trouvée à Hallstatt (cf. p. 79). Le four- 
reau est orné de gravures qui rappellent celles de Watsch et de 
la Chartreuse de Bologne (p. 79 et 81). 

Vitrine 24 (sur le devant). — Objets en plomb, en fer, en 
bronze et en terre cuite, provenant des anciennes mines d'argent 
du Laurium, en Grèce. Remarquez une plaque de plomb avec 
reliefs, des pesons de métiers, des lampes et des saumons de 
plomb. 

Vitrine 25. — Objets en pierre provenant du Danemark. 
Grandes haches, pointes de lance et de flèche, scies et racloirs 
en pierre polie. — 8* Os longs, fendus pour en extraire la 
moelle (cf. p. 56); fragments de poteries ; colliers d'ambre ; cou- 
teaux de silex. Remarquez le travail très fin des outils en silex, 
façonnés par petites retailles avec une grande habileté (cf. dans 
la salle I, vitrine 21, p. 56, les pointes de Volgut). 

Vitrine 26. — En haut, six crânes provenant de cimetières 
mérovingiens (Champlieu et Chelies, près Compiègne). — 
2" Vases à couverte grise, trouvés dans lu forêt de Compiègne 
(époque mérovingienne). — 3*, 4', 6* Armes en fer mérovin- 
giennes, boucles en bronze (Compiègne). Remarquez les cou- 
teaux à dos plats ou scramasax, caractéristiques de l'armement 
mérovingien, et plusieurs grandes épées de fer; la soie de l'une 
d'elles (28 260) est encore entourée de son bois. 

5« (17 793) Garniture * d'un coffret en bronze trouvé à Enver- 
meu, nécropole mérovingienne (musée de Rouen). Les ornements 
en relief rappellent ceux de l'époque celtique. — (11 284) Frag 
ment* de pliant en bronze avec incrustations d'or (Épagny, 
Haute>Savoie). — Dans deux bols de verre, nombreux fragments 
de peignes mérovingiens eu os. 

Vitrine 27. — En haut, trois rangées de vases de Com- 
piègne. — 4*' Haches mérovingiennes ou francisques (Compiègne). 
— 5** Grandes plaques de ceinturons damasquinées, en fer avec 
clous de bronze — &* Perles de colliers en ambre, en pâte de 



Digitized by 



Google 



86 SALLE DE COMPARAISON. 

verre; bracelets en verre noir; fibules en forme d'oiseaux; 
fibules cruciformes dorées ; petite boule de cristal avec monture 
en argent ; boucle d*oreiile ornée d*un grenat cloisonné d'argent; 
pointes, styles, pincettes à épiler en bronze (époque mérovin- 
gienne; Gompiègne). — 7* Plaques de ceinturons gravées et 
boucles en bronze ; fragments de peignes en os. — 8^ Boucles 
en bronze et en bronze fortement mêlé d*étain. Remarquez, sur 
le devant (28301), une belle chaîne en bronze doré, terminée 
par une croix formant pendeloque, sans doute un ornement de 
poitrine (Gompiègne). 

Vitrine 28. — Objets en pierre polie provenant du Danemark 
(collection donnée par le roi Frédéric VII). Grandes haches, 
marteaux, racloirs ; vases grossiers, dont un avec couvercle plat. 

Vitrine 29. — Série d'hipposaadales en fer (cf. p. 46), de 
mors, d'éperons en bronze ^ d'autres objets concernant le har- 
nachement des chevaux. Quelques hipposandales contiennent 
encore des sabots de chevaux (Gompiègne). Remarquez à la 
sixième rangée, à droite, un fer destiné à un bœuf (19413). — 
En bas, à gauche, extrémité de timon * en bronze, terminé 
par une tête de sanglier (environs de Mayenee). 

Vitrine 30. — Série de lampes romaines en terre cuite aveo 
figures en relief. 

Vitrine 31. — Petites poteries et lampes gallo-romaines; en 
bas, à gauche, plusieurs passoires. 

Vitrine 32. — En haut, vases gallo-romains de Gompiègne» 
Vichy, Cologne, Suèvres, Lyon, Fécamp, Gambron (Saône), la 
Seine-Inférieure, la Marne, la Gôte-d'Or, Vaucluse, l'Orne, le 
Loiret, l'Eure-et-Loir. Remarquez (4*) un vase en forme de tré- 
pied (Boviolles). — En bas, grands verres de vitres provenant 
d'une villa romaine de Garnac (Morbihan) et de la forêt de Gom- 
piègne; un spécimen analogue vient du camp romain de la 
Saalburg, près de Hombourg (Hesse). 

A gauche (15847), brique* gauloise découverte dans les ruines 
de Sextantio, près Montpellier, avec la représentation deux fois 
répétée d'un cheval sur la croupe duquel se tient un oiseau. 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 87 

Vitrine 33. — Céramique gallo-romaine de provenances diverses 
(la Marne, Compiègne, Ghampdolenty Melun, Chassemjr, Suèvres, 
Fécamp, Amiens, Abbe ville, Cologne, Orange, Lyon). 

Vitrina 34. — Poteries gallo-romaines de Suèvres, Vichy^ 
Buissonnet, Arles, Orange, etc. 

Vitrine 35. — Huit rangées de vases gallo-romains de pro* 
venances diverses (Compiègne, Champdolent, Orange, Vichy, 
Lyon, Paris, Suèvres, Rouvray, Myard, Fécamp, Saintes, Menton, 
AbbeviUe, Clermont-Ferrand, la Marne, T Allier, Vaucluse). 

Vitrine 36. — Poteries gallo-romaines. Quelques-unes pré- 
sentent des décorations en blanc et des inscriptions, par exemple : 
Vis longtemps ! DonMr^noi du vin ! Buve* ! Amuse4oi ! -^ Remar- 
quez (5*) un vase trouvé à Rouen, décoré d'une croix^ gammée 
pu svastika (cf. p. 29), qui se détache en blanc sur le fond 
brun. Ce type de poteries brunes ou noires, à décoration blanche, 
est surtout fréquent dans la vallée du Rhin, d*où proviennent 
plusieurs spécimens de la vitrine 36, 

Vitrine 37. — A droite et à gauche, deux amphores, Tune de 
Pompéi, l'autre du midi de la France. 

En haut, statuette en marbre de la Fortune, et chevet (?) en 
terre cuite terminé par deux têtes d'animaux (Bavay). 

Aux étages inférieurs, objets divers en bronze d'époque gallo- 
romaine. — 4* Vase en bronze avec anse sculptée. — 5* Poids 
en plomb, percés d'un trou de suspension (Saint-Barthélemy- 
de-Beaurepaire, Isère); lyre en bronze (Berthouvtlle) ; .embou- 
chures * de trompette en bronze (Saalburg, Saumur) ; marteau 
de porte avec figure humaine (Compiègne). — Au milieu, vase 
à belle patine verte (provenance inconnue), entre, deux anses de 
vase en forme de dauphins (Saint-Barthélemy, Isère). 

6** Anneaux de suspension de types divers ; au milieu, anneau 
surmonté d'un ornement en forme de lyre (Marne). — Broche 
en bronze dont le pied est en forme de lyre (Compiègne). 

7"* Chandeliers et lampes en bronze. Remarquez une lampe en 
bronze à deux becs avec chatnette de suspension (Saint-Barthé- 
lemy, Isère); un chandelier en forme de cdnes accouplés par le 



Digitized by 



Google 



88 SALLE DE COMPARAISON. 

sommet (Mérouville). — Au milieu, grande lampe en bronze avec 
couvercle (provenance inconnue). — A droite, strigiles ou rà" 
cloirs en bronze et en fer, objets dont les anciens se servaient 
pour se racler la peau après le bain. Remarquez un trousseau 
de deux strigiles en fer suspendus à un anneau de bronze 
(Khaniissa, Algérie). 

Au milieu (S"), magnifique pied de cheval en bronze, de gran- 
deur naturelle, découvert aux Fins d'Annecy (Haute-Savoie), où 
Ton a trouvé aussi des bustes en bronze d'empereurs romains ; 
à droite, pied de derrière d^un cheval en bronze doré, trouvé 
à l'arc de Saintes (Charente-Inférieure) ; colonnettes en bronze 
ayant probablement appartenu à un petit sanctuaire de l'Isère, 
de même provenance que les dauphins (5°), et la lampe (7"). 

Revenu au point de départ, le visiteur commencera l'examen 
des vitrines des trois rangées intérieures. 

Vitrine 38 (plate). — A gauche, 1^ molettes pour broyer, 
pierres à aiguiser en grès, palettes en marbre pour écraser les 
couleurs, provenant de stations gallo-romaines. Remarquez en 
bas (901 4) un doigt en marbre ayant servi de pilon. 2** et S** Mi- 
roirs métalliques provenant de Yaison et d'Orange ; l'un d'eux 
(9â96) porte au milieu un buste de femme en relief. 

Adroite, objets en fer de la forêt de Gompiègne : garnitures 
de roues,, de moyeux, de fenêtres, anneaux d'usages divers. 
— A droite (24726), charpente d'un siège pliant en fer découvert 
dans un tombeau de Saintes (Charente-Inférieure). 

Vitrine 39 (plate).— Armes et outils en fer provenant en par- 
tie de la forêt de Compiègne : couteaux à soie et à douille, 
serpes à soie, faux, ciseaux, clefs en T et en U, lames de cou- 
teau, fermetures à ressort. A gauche, restitution d'une serrure 
avec une clef en T, conforme aux modèles exposés. 

Vitrine 40 (plate). — Armes en fer, haches, herminettes, 
serpes, provenant, pour la plupart de Compiègne. 

Vitrine 41, — Objets* provenant du tumulus du Petit Aspergle 
(Wurtemberg), datant probablement du quatrième siècle avant 
Jésus-Christ (originaux au musée de Stuttgart). Ce sont, en 
haut, un grand vase de bronze à long bec (œnochoé); deux 



Digitized by 



Google 



m 



SALLE DE COMPARAISON. 89 

objets en forme de cornes, en bronze, recouverts de minces 
plaques d*or; deux coupes à fond noir et à figures rouges, de 
fabrique italo-grecque, plaquées d*or; une cuiller en brome 
plaquée d'or ; un ornement en or et des feuilles d*or estampées. 
En bas, grande urne de bronze à deux anses ; agrafe de cein- 
turon. Nous retrouverons des vases de bronze analogues dans 
les tumuli gaulois de Test de la France (salle VI) ; quant aux 
vases peints plaqués d^or, ils sont jusqu'à présent très rares. 

Vitrine 42 (plate). — A gauche (le visiteur examine la vitrine 
de droite à gauche), bracelets et anneaux en bronze (camp 
d'Attila, Compiègne); (19418) bracelet d'or* (Haute-Marne). 
Plus loin, fragments de bracelets en verre de couleur (Com- 
piègne); (14422) fragments d'un torques en bronze (Sceaux, 
Loiret) et (764) d'un mince collier en argent (Berthouville, Eure). 
— Bagues gauloises en bronze, en jais et en verre ; torques en 
fer (26548) à perles côtelées (Arles). — Plus loin (15571), bra- 
celets portant comme pendeloques des simulacres d'outils en fer 
(Compiègne); (11 379) bracelets en bronze * doré portant les 
inscriptions : Amo (c, ama me; ama me, amo te, c'est-à-dire : 
« Je t'aime, aime-moi; aime-moi, je t'aime » (Alsace). 

A droite, clefs en bronze et en fer; pincette; amulettes en 
bronze (Orange et Murviel, Hérault). Plus loin, anneaux, 
rouelles en bronze et en fer; quelques anneaux sont trop petits 
pour avoir servi de bagnes et ont dû être employés comme pen- 
deloques, peut-être comme monnaies. 

Vitrine 43 (plate). — - A gauche, silex taillés du Maroc et de 
l'Algérie; série de silex de l'Egypte, de la Palestine et du Sinaï. 

A droite, outils en pierre polie d'Irlande ; remarquez de beHes 
pointes de flèche à pédoncule et barbelures; outils en pierre 
taillée d'Angleterre, types analogues à ceux de Saint-Acheul. 
Remarquez à droite trois haches * trouvées en 1797 par Frère 
' à Uoxne et signalées alors comme des produits de l'ancienne 
industrie humaine; cette publication passa inaperçue (voy. plus 
haut, p. 60). — Plus loin, outils en pierre * du Portugal : mar- 
\eaux, broyeur en marbre blanc (11 921 *), 'plaque de schiste 
ornée de chevrons, haches polies. Tout à droite, haches* en 
pierre taillée d'Espagne, types de Saint-Acheul (San IsidroV 



Digitized by 



Google 



90 SALLE DE COMPARAISON. 

Vitrine 44 (plate). — A gauche, outil? en pierre de la Hon* 
grie, de FAutriche (marteau-hache * avec douille ébauchée), 
de la Pologne, de la Grèce et de rilalie (originaux et mou-> 
lages). — Dans la section grecque, remarquez des nuclei et des 
lames en obsidienne (verre volcanique); une hache polie* en 
jadéite avec inscription grecque mystique gravée à une époque 
postérieure; une hache polie de Tile de Rhodes, d'autres de 
Tanagre, de TËubée, etc. — Dans la section italienne^ voyez à 
droite (17240) une pointe de flèche montée en argent, achetée 
à Modène, ayant servi d'amulette; à gauche, des types d'instru- 
ments en pierre analogues à ceux de Saint-Acheul et du 
Moustier (environs d'Imola, Pérouse» Ganosa, les Abbruzzes). 

A droite, nombreuse série d'objets en bronze italiens (origi- 
naux et moulages}, fibules de formes diverses, en bronze, en 
argent * et en or * ; fibules ornées de figures grossières d'ani- 
maux; bagues, anneaux et chaînes. Sur la droite, épingles, 
haches, tranchets, peigne en os * (21 166), rasoirs ornés à jour, 
poignards, épées. Remarques (21 157) la courte lame d'épée * 
de Gastione (près Parme) et la poignée d'épée * (21 200) de type 
hongrois (Emilie, cf. vitrine 8). 

Vitrine 45. — » Objets provenant d'Asie. Commençant par le 
petit cdté, nous faisons le tour de la vitrine par la gauche. — 
Premier peHt «dlé. — Vases peints de Chypre; l'un (264) porte un 
oiseau entre deux svastikas (cf. p. 29). Au-dessous, statuette 
d'homme en pierre calcaire, assis les jambes croisées (cf. p. 28). 

Grand côté de gauche* — Vases de Chypre : oiseaux entre des 
svastikas (21 556) ; vase surmonté d'une tête grossière de femme 
(22231), type que l'on trouve à Troie, sur le Rhin, dans l'Alle- 
magne du Nord et en Amérique; vases ornés de cercles con- 
eentriques et de chevrons. Au milieu (21 553), grand vase de 
Chypre avec un cheval d'un dessin primitif. 

Au-dessous, objets en pierre polie de Tile de Java, la plupart 
d'un très beau travail, en jaspe, aphanite, porphyre, calcédoine, 
silex et pétrosilex; bracelets en onyx de même provenance. 
Une hache polie * du Japon et un instrument * en pierre de 
même provenance (polissoir pour aiguilles?). Plus bas, à droite» 
lampes en terre cuite de Milo (Archipel); petits vases de Chypre; 
brique * (17 890) décorée d'un cavalier en relief (travail grec ?), 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 91 

Deuxième petit calé. — Vases de Chypre ; bracelet en bronze 
de Camiros (ile de Rhodes» Archipel); fibule en bronze doré 
(Grèce?); tète de bœuf en terre cuite (Chypre). 

Deuxième grand côté. — Belles verreries irisées de Chypre; 
grande bague en verre (15140). — Plus bas, statuettes de 
Chypre : déesses mères; jolie petite tête de femme voilée (s^fle 
grec); collier de perles en verres de couleur; coupes de bronze 
(Chypre). 

Plus loin, moulage * d*nne statuette de femme en brenze, 
trouvée près de Bagdad; elle porte une inscription cunéiforme 
(assyrienne) avec le nom du roi Kondourmapouk (vers 1800 av. 
J.^.). L'original est au Louvre. — Pesons de fuseaux en argile, 
en pâte de verre, en serpentine (Chypre) ; lames de poignard 
et stylets en bronze (même provenance). 

A rétage inférieur, sur le grand côté de gauche, tuiles avec 
inscriptions grecques et latines (Dax, Vichy, Apt, Néris). Le 
n** 23489, brique avec figures et inscriptions, fait partie d*iine 
série d'objets faux mis en circulation vers 1860 comme prove- 
nant de Nevvy dans le Cher. La fraude fut démasquée par 
L. Renier. 

Sur le second grand côté, vases peints de Chypre et de 
Corinthe ; au-dessous, st-ituettes en terre cuite de la même ile, 
depuis l'époque la plus archaïque (déesse-mère, petit cavalier), 
jusqu'aux types perfectionnés par l'influence de l'art grec. 

Vitrine 46 (plate). — Objets provenant du cimetière d'Ancon 
(Pérou), contemporain de la conquête espagnole ; fuseaux avec 
pesons en bois; cuiller en bois; poinçons en os; peignes, hame- 
çons, fuseaux avec pesons et fil enroulé ; flûte en os humain ; 
colliers; idole grossière de femme en terre cuite. 

Vitrine 47. — Premier petit côté. — Grands vases récents 
d'Hadrumète (Sousse en Tunisie) et d'Algérie ; poteries vernissées 
kabyles, parmi lesquelles une grande lampe à trois becs. Au- 
dessous, lampes romaines en terre cuite avec reliefs ; silex taillés 
modernes pour lisser les cartes à jouer; manchon de bronse 
h pointes (26267) d'une destination inconnue (Algérie). 

Grand côté de gauche. ~ A l'étage supérieur et aux deux sui- 
vants, vases récents d'Algérie et de Tunisie, montrant la persis- 



Digitized by 



Google 



92 SALLE DE COMPARAISON. 

tance des formes romaines. A gauche du troisième rayon, 
cylindres en terre cuite s* emboîtant les uns dans les autres, en 
usage dans la construction des voûtes depuis l'époque romaine 
jusqu'à nos jours (Tunisie). — Plus bas, à droite, lampes romaines, 
flbules, verreries irisées ; bracelets et agrafes en argent (Algérie) ; 
linceul d'une momie égyptienne donné par Mariettç (envi- 
ron 800 av. J.-C); petits plats en terre cuite (Tunisie). — Tête 
en terre cuite romaine, ayant fait partie d'une antéfi.xe. 

Au-dessous, dans des tiroirs fermés, riches collections d'os- 
sements recueillis dans les principaux gisements quaternaires, 
classés d'après leurs provenances (cf. salle I). 

Deuxième petit côté, — Au deuxième et au troisième rayon, 
vases en argile (Tunisie); au quatrième, à droite, tête en terre 
cuite romaine ayant fait partie d'une antéfixe; briques romaines 
avec estampilles (Uadrumète, Tunisie). 

Deuxième grand côté, — Au deuxième rayon, vases à base 
pointue (Hadrumète). Au-dessous, poterie kabyle vernissée. 

A l'étage inférieur, tuiles et briques romaines, fragments 
d'amphores et de vases lustrés rouges (Algérie romaiiie); un 
vase en bois et deux vases en albâtre égyptiens (20 633, 20 639) ; 
vase en terre, boule de couleur bleue et scarabées égyptiens. 
— Antiquités égyptiennes diverses : pains trouvés dans les tom- 
beaux, panier, statuette et tête en bois peint, petites figurines 
en terre siliceuse, en bois et en bronze ; deux mains de momies ; 
bandelettes de toile de l'enveloppe d'une momie (iOOO ans envi- 
ron av. J.-C). — Au-dessous, dans les tiroirs fermés, séries 
d'ossements. 

Vitrine 48 (de l'autre côté de la salle). — Cette vitrine est 
principalement consacrée à ce qu'on appelle les survivances, 
c'est-à-dire aux preuves de la persistance d'usages et de types 
très anciens jusqu'à une époque tout à fait voisine de la nôtre. 

Petit côté du fond. — Au-dessous, gravures coloriées repré- 
sentant d'anciennes idoles mexicaines. — Deux rangées de vases 
modernes provenant d'Italie. Dans le bas, vases faits à la main 
et cuits à l'air, fabrication actuelle d'Ordizan (Hautes-Pyrénées), 
A droite, quelques lampes romaines. 

Grand côté de gauche, — A l'étage supérieur, vases en terre 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 93 

noire d*époque récente (Pyrénées); marmites en bronze trouvées 
à Poissy, dans la Seine, àRocroy (Ardennes) et à RéaUon (Hantes- 
Alpes). A rétage suivant, vases du moyen âge et d*époque 
moderne. — Aunlessous (3**), berminette des vignerons du Maçon- 
nais; serre-malice, ornement de tète en usage chez les femmes 
du Puy-de-Dôme (commune de Latour-d 'Auvergne) ; têtes de 
massue en bronze avec pointes, armes assez rares, peut-être 
celtiques, antérieures à Tépoque romaine. 

Cadenas en fer trouvé au barrage de Saint-Albin, commune dé 
Scey-sur-Saône (Hautc^Saêne, cf. p. 19) ; lampe et chandelier 
modernes en cuivre; lampe en fer suspendue à son crochet 
(Ardèche); chandelier en terre vernissée (Naples); vieilles lampes 
en terre cuite en usage à Abbeville; fragments * de grand vase 
en argile orné de têtes (?) (Mayenne); chape en deux valves 
d'un moule pour fondeur (Rouen). 

A rétage inférieur, fibules-amulettes encore usitées en Haute- 
Savoie ; oroyod pa^ereu ou colliers magiques encore usités en Bre- 
tagne (cf. salle II, p. 65) ; défense de porc montée en argent, 
amulette d'usage actuel (Reggio en Italie; cf. p. 58, 71). 

Pesons et fuseaux encore usités en Bretagne; fuseaux avec 
leurs pesons de Bretagne et de Wurtemberg; passe-lacet et 
aiguilles encore en usage à Bologne ; grandes aiguilles en os. «— 
Statuette en porcelaine d'enfant emmailloté (type ancien encore 
fabriqué à Nyon, Suisse); botte en bois sculpté (Puy-de-Dôme); 
instrument de tisserand en bois sculpté (Puy-de-Dôme) ; hame- 
çons en fer (Suisse) ; disques de cuivre qui ornaient autrefois la 
tête des mulets dans l'Aveyron, avec inscriptions gravées (Ché- 
tive est la maison où la poule chante et le coq se tait; Taime le 
2ts, faime la rose) ; disques en cuivre qui ornent encore les che- 
vaux en Suisse (cf. p. 138); colliers en pierre de couleur 
(fabrique moderne de Venise); longue épée en fer trouvée dans 
le lit de l'Ain (4772); grande épée* en fer danoise avec inscrip- 
tion (21888); licou en fer encore en usage à Saint-Nazaire; 
grande épée en fer* à pommeau conique (Norwège?). 

Deuxième petit côté,— Ceinture de Laponne avec rouelle de 
suspension, portant attachés à des nerfs de renne les ciseaux, 
le dé et l'étui. A gauche, réduction* de la statue d'une divinité 
slave, Swiatmvid, trouvée en Galicie dans le lit d'une rivière 

6 



Digitized by 



Google 



y^ SALLE DE COMPARAISON. 

(musée de Gracovie). Les quatre visages indiqueïit qu'elle regarde 
de tous les côtés à la fois, ce que signifie aussi le nom qu'elle 
porte. Cette statue est antérieure au dixième siècle après Jésus- 
Christ, époque à laquelle le christianisme triompha en Pologne. 
— Hache en fer trouvée dans la Seine; balance dite romaine 
en fer (Orange). 

Grand côté de droite, — Au deuxième étage, anciens vases 
grées de Gorinthe ; tête en pierre calcaire trouvée dans la forôt 
deCompiègoe; vase du cimetière mérovingien d'Ober-Olm (Hesse 
Rhénane); anciennes poteries de Tarquinies (Ëtrurie). 

A la troisième rangée, casque defer*(Alai8, Gard). — Spécimens 
de murn vitrifiés de Castel-Sarrazi (Dordogne) ; ce sont des 
enceintes dont les pierres ont été comme vitrifiées par un fea 
intense, peut-être par la combustion des poutres de bois qui 
étaient combinées dans leur construction avec la pierre (voy. 
p. 105). Des enceintes semblables se trouvent en Ecosse, en 
France, en Allemagne, etc. 

Sépulture à incinération (?), mortier die pierre recouvert d'une 
tuile (cimetière de Breith, Creuse). — Plus loin, briques réfrac- 
taires et creusets récents (Rouen). 

Dans le bas, épée en fer retirée de la Seine (?); épée avec 
poignée à garde de enivre, ayant la forme d'une tète d'aigle 
(même provenance); figurines en terre cuite de style grec 
vendues comme provenant d'Amiens et de Menton. Remarquez 
une grossière réplique de la Vénus pudique. 

Vase de Chiusi; tète de Méduse en relief (Tarcnte); statuette 
en terre cuite d'Amour à cheval (Italie?); aigle en grès* trouvé 
à Ghoisy-le-Roi, à 2 mètres de profondeur (musée Carnavalet). 

Briques mérovingiennes, avec Adam et Eve et le monogramme 
du Christ (église de Vertou, Loire-Inférieure). — Viises récents 
en bronze (Isère, Jura). 

. Vitrîne 49 (plate). — Fragments provenant des fouilles d'Hls- 
sarlik (Troie), localité explorée par M. Schliemann de 1871 à 
1890 : petits vases grossiers, haches polies, pesons de fuseau, 
contrepoids de métiers. 

Vitrine 50. — A gauche, objets de l'Amérique du Nord. 
Poterie grossière de l'Ohio; pointes de flèche; grattoir en 



Digitized by 



Google 



SÂLLB DE COMPARAISON. 95 

obsidienne, pesons de fuseau du Mexique. — Haches de pro- 
venance ou d'apparence américaine : deux d'entre elles, dont 
Tune en chloromélanite, ont été vendues à Boucher de Perthes 
comme provenant de la Somme, — Plus loin, pointes de flèche 
et de lance en obsidienne, coquilles avec trous de suspension, 
poteries grossières, provenant de Californie et du territoire 
d*Utah; coquilles percées du territoire d*Utah, ayant servi de 
^pendeloques (cf. p. 56, 68). — Lames d'obsidienne du Mexique. 

A droite, objets modernes du Groenland et de l'Amérique du 
Nord, curieux par les analogies qu'ils présentent avec les objets 
de nos cavernes : couteaux, harpons, flèches barbelées, pointes 
de flèche en silex, cuiller en os. Remarquez, en haut à gauche, 
un objet en bois de renne *, dit pogamogan (rivière Mackenzie), 
analogue à nos bâtons de commandement (cf. p. 58), et un 
bateau d'Esquimaux dit baidarky servant à la chasse du phoque. 

Dans le bas, vases des tumuli du Pérou et de l'Amérique du 
Nord (Missouri). 

Vitrine 51 (plate). — A gauche, objets en bronze d'Italie et 
de l'Orient grec : boucle et agrafe* de bronze, ornée de cerfs ; 
cloche plate* ornée de petits serpents gravés en creux (Bologne) ; 
cloche avec son battant; grande épée de bronze (Egypte?) ; bra- 
celet de bronze avec bourrelets formant saillie; bobine* pour 
enrouler du fil, avec des ornements incisés, entre autres le svas- 
tika (Italie); six cônes creux terminés par deux cornes, objet 
d'usage inconnu (Laconie) ; disque composé d'anneaux concen- 
triques (Laconie); couteau en bronze (Grèce). A côté, fibule à 
boudins avec svastika gravé en creux (Grèce). 

Figures grossières en bronze (Mars, Hercule), achetées à 
Milan; une autre plus grande, représentant un guerrier, vient 
du midi de la France. — Pesons de fuseau (Italie du Nord); 
pointe de lance (Athènes?); grande pointe de lance en fer 
(achetée à Milan). — Statuette * d'ivoire archaïque de Pérouse, 
représentant Jason avec la Toison d'or. 

Plus loin, poignard* trouvé, dit-on, en Macédoine (cf. p. 77) ; 
haches, dont l'une avec svastika (cf. p. 29), de provenance in- 
connue ; les autres ont été acquises dans l'Italie du Nord. — En 
haut, épées* à soie mince de provenance italienne; en bas, à 



Digitized by 



Google 



96 SALLE DE COMPARAISON, 

gauche, plaques de bronze (cloches?) avec anneaux et antennes 
(achetées à Lyon). 

A droite, objets en bronze d'Italie : sistre (le son de Tairain 
passait pour purificateur, d'où Tusage des cloches); mors de 
cheval; anneaux de suspension; pendeloque à chaînettes; 
anneaux, bracelets, torques; fibules à enroulement (Êtrurie). — 
As (20424), grosse monnaie romaine de bronze; rasoirs; poteries 
rouges à reliefs de Sorrente ; disques de bronze ornés (achetés à 
Lyon); miroir de bronze (Abbeville); fragment de char* en 
bronze, orné d'une figure en repoussé (Pérouse). — Statuettes 
de bronze : prisonnier (Naples) , Hercule avec les pommes des 
Hespérides (Rome), petit génie ailé (Naples). 

Vitrine 52 (plate). — A gauche, objets de Tâge de la pierre 
du Hanovre: hache polie, pointes de lance. — Plus loin, pointes 
de flèche en bronze de Pologne; haches en bronze de Mont- 
béliard, de Vienne, d'Irlande. -^ Fourreaux * de bronze avec 
ornements (Angleterre). 

A droite, fibules, haches, grande spirale de bronze à enrou- 
lements. -— Hache emmanchée* du musée de Florence : Tâme 
est en fer recouvert de bronze avec des ornements en ivoire. r-~ 
Manche de faucille* en bois (Norwège); lame d'épée (Scanie); 
casse-tête en stéatite (Danemark?); bracelets en bronze 
(Suède) ; plaque carrée en cuivre avec empreinte, peut-être une 
monnaie émise pendant un siège (Scanie). — Trompes en or* 
danoises, avec runes, ornées de reliefs repoussés. — Minces 
feuilles d'or * estampées avec inscriptions et figures, fabriquées 
en Danemark du v" au x* siècle après Jésus-Christ ; rondelle * 
en bronze très ornée avec reliefs (15029, Norwège). 

Vitrine 53 (plate). — A gauche, objets de Tàge de la pierre 
au Danemark. Haches, marteaux à nacelle, pointes de lance à 
fines retailles, haches polies, scies. — Grandes haches polies et 
pointes de lance de Suède. 

A droite, objets de Tâge de la pierre au Danemark : grandes 
haches polies, marteaux, pointes de lance, scies en croissant. 
Le style de ces objets rappelle celui de Solutré (p. 57). 

Vitrine 54 (à gauche). - Vue réduite à Téchelle de 1/80 du 

Digitized by CnOOglC 



SALLE DE COMPARAiSOM. 97 

monument mégalithique de Stonehenge (Angleterre). C'est une 
sorte de portique circulaire, dont le pourtour extérieur était formé 
par trente piliers monolithes hauts .de 4'*40. L'époque de sa 
construction est inconnue, mais elle est certainement posté- 
rieure à rintroduction des métaux, c'est-à-dire au commen- 
cement de rère celtique (voy. p. 61). 

Vitrine 55 (socle). — Amas de coquilles avec silex des Kjôk- 
kenmôddings du Danemark. Ce sont des monticules artificiels 
formés de rebuts de cuisine, que Ton rencontre sur le bord de 
\^ mer, au Danemark et en d'autres pays. A côté de débris de 
comestibles, en particulier de coquilles, on y trouve des outils 
en pierre, en corne, en os et des fragments de poterie. Ces 
dépôts ont de l'analogie avec les terramares de Tltalie du Nord 
(cf. plus loin, p^ 101). Ils appartiennent aux débuts de l'époque 
de la pierre polie (absence de bétail). 

Vitrine 56 (plate). — A gauche, objets en bronze de la forêt 
de Gompiègne: aiguilles, épingles, dés à coudre, étui. Plus loin, 
objets de diverses provenances et d'époque romaine : styles à 
écrire eh bronze et en fer, pinces à épiler, trousse et instru- 
ments de toilette, spatules, poinçons, navettes à fllocher. 

A droite, objet» divers en bronze : garnitures de coffrets Irai 
vaillées à jour , appliques et anses (Pas-de-Calais , Compiègne, 
Meulan); petite chaîne (Vaisoti). — Objets trouvés à Saintes 
(Charente-Inférieure) : garnitures de coffrets, miroirs en bronze 
argenté, styles et poinçons. En haut à droite, anneaux, bra- 
celets et bagues en bronze de Compiègne. 

Vitrine 57 (plate). — A gauche, série de bronzes, fibules, 
boucles, pendeloques, anneaux, rouelles. Remarquez (en bas à 
droite) une boucle de ceinture en os (Mayence); plus haut, 
Textrémité d'un fourreau en fer et en bronze (Compiègne); 
des timbres de potier en bronze; une plaque de bronze'* 
incrustée d'argent ( Bfandeure , Doubs ). — Objets émaillés 
d'époque romaine, boutons, plaques et rondelles (Mâcon, Reims, 
Compiègne, Pas-de-Calais). — Plaque de bronze avec incrustations 
d'argent (Mayence). Plus loin, rondelles de bronze avec figures 
•a relief; bulles de bronze (cf. p. 47); ex-voto de malades 

0. 



Digitized by 



Google 



98 SALLE DE COMPARAISON. 

guéris (cf. p. 32) : une oreille en bronze (Compiègne), un œil* 
en terre cuite (musée de Rouen). 

A droite, objets en fer, scies, pelles (Vichy, Compiègne, la 
Lozère), cuillers (Vichy?), crémaillères (Vichy, Compiègne); 
armature de bâton (Compiègne), porte-faix et crochets (Vichy, 
Compiègne). 

Vitrine 58 (plate). — A gauche, intéressante série de petites* 
rouelles en bronze (Meuse, Marne, Cdte-d*Or, Oise, Aisne). Le 
type primitif de ces amulettes, perpétué par Tusage, est proba- 
blement le symbole du soleil (cf. p. 126). — Série de petites 
rouelles en plomb soudées ensemble ; série de pesons de fuseaux 
en verre, en argile, en pierre, en plomb, en jais, en bronze; 
quelques-uns sont en bronze percé à jour. — En haut, fuseau 
en os avec sa fusaïole (Compiègne). — Série de petites pende- 
loques en bronze. — Objets en os : dés à jouer (Compiègne, 
Mayence, Arles, etc.); peigne double (Compiègne); cuillers ou 
spatules en fer (Compiègne, Alise, etc.); petites cuillers en os 
et en bronze. 

A droite, objets divers en os : garniture de coffret avec dessins 
incisés, rondelles^ petits cylindres percés de trous (peut-être des 
charnières de portes ou de cassettes) ; flûtes, peigne, tête sculptée 
en os (Compiègne). Remarquez un cylindre percé suivant la lar^» 
geur de deux trous où s'ajuste une tige de fer (Compiègne). 

Il reste à parcourir le milieu de la salle. Devant la cheminée 
est une réduction en plâtre du Tombeau des Secundinii à Igel, 
près de Trêves. C'est une tour carrée, haute de 21 mètres, ter- 
minée par un couronnement de forme élégante. Le village 
d'Igel lui doit peut-être son nom (italien açuçlia^ français aiguille). 
L'inscription est l'épitaphe de plusieurs membres de la famille 
des Secundinii, riches industriels du pays rhénan. En haut, Taigle 
de Jupiter enlevant Ganymède (cette figure manque); sur les 
quatre faces, série de bas-reliefs, les uns mythologiques et 
religieux, les autres relatifs aux occupations de la vie. Signalons 
sur la face principah^ au-dessus de Tinscription, une scène 
d'adieux, avec deux scènes de banquet au-dessus et au-dessous ; 
à droite, la naissance d'Hercule et des scènes de métiers; sur 
la face suivante, un Amour entre deux grifforis, des mulets de 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPARAISON. 99 

charge, Hercule montant au ciel, entouré des signes du Zodia- 
que; enfin, Mars et la Nymphe de la Moselle (?), une voiture 
légère passant près d'une borne milliaire (cf. p. 39), Hercule 
au jardin des Hespérides, un lourd chariot attelé de mulets. 
Tous ces bas-reliefs sont malheureusement fort endommagés. 

Vitrine 59. — Objets en fer, haches, ciseaux, serpes, mar- 
teaux, pinces (Alise, Vichy, la Seine-Inférieure, le Mont«Beu- 
vray, Mayence, Compiègne). 

Vitrine 60 (plate). — Objets en fer» marteaux, dents de 
herse, fourches, binette et pioche, pelleis, peigne pour le chan- 
vre, grille de fourneau, provenant pour la plupart de la forêt de 
Compiègne. 

Vitrine 61. — Au-dessus, objets du Danemark : bouclier 
ovale*; trompe en bronze appelée lour et moulage d*une autre 
semblable (musée de Copenhague) ; bouclier en bois. 

La vitrine contient (à titre provisoire) les moulages d*une 
très importante trouvaille de bronzes faite ,1e 27 mai 1861 
dans une sablière de Neuvy-en-Sullias, «anton de Jargcau (Loi- 
ret). Les originaux, qui étaient enfouis dans une chambre hâti- 
vement construite ayant servi de cachette à Tépoque des inva- 
sions barbares, ont été acquis par le 'musée d'Orléans. Les uns 
sont en bronze coulé, les autres en bronze martelé ou repoussé. 
Tout l'ensemble de la trouvaille peut dater du commencement 
du troisième siècle après Jésus-Christ, jnais le mérite artistique 
des pièces qui la composent est très inégal; il est évident que 
quelques figures ont été sculptées par d*'.s artistes romains, tan- 
dis que la plupart trahissent l'inexpérience et la grossièreté des 
ouvriers indigènes. Nous sommes probablement en présence 
d'une partie du trésor d'un temple, qui recevait naturellement 
des objets de provenances diverses. 

1" Cheval en bronze coulé, haut de O^'ôS au garrot, pesant 
54 kilogrammes. Une des faces du socle en bronze sur lequel il 
était posé porte une inscription, dédicace à une divinité locale 
nommée Rudiobus (cf. p. 31). Quatre anneaux de bronze sont 
fixés sur le piédestal. Bon IravaiL 

t° Onze figurines, toutes de style barbare, sauf les deux pre- 



Digitized by 



Google 



100 SALLE DE COMPARAISON. 

mières : Esculape, dieu de la Santé; Hercule enfant adossé à 
un poteau et encadré de feuillage ; orateur (?) drapé dans le 
sagum; homme nu courant ou dansant; équilibriste(?); joueur 
de balle; jongleur ou danseur; trois femmes nues du style le 
plus grossier ; guerrier ou Mars. 

3** Deux animaux en bronze coulé, un taureau d'assez bon 
style et un cerf de travail grossier. 

4<* Quatre animaux en bronze martelé où repoussé; une 
vache (la tète manque) et trois sangliers. Le plus grand, haut 
de 0" 78, est d'un assez bon style. On sait que le sanglier était 
un des animaux symboliques des Gaulois (cf. p. 22). 

5** Une grande trompette de bronze, longue de 1*44, formée 
de plusieurs sections en bronze battu s*emboitant les unes dans 
les autres; umbo de bouclier, feuilles de bronze, patères ou 
casseroles. 

Vitrine 62 (plate). — Objets du Danemark. A gauche, grandes 
épées* en bronze dont le type se rapproche de celui de la 
Hongrie (cf. p. 80) ; petites épées du même type ; épingles, 
spirales, fibules, peignes en os*, dont Tun est orné de deux 
svastikas (cf. p. 29); bracelets* et bagues* en or; haches en 
bronze ornées de chevrons incisés; collier de bronze; patère* 
en or avec ornements en repoussé. 

A droite, épée et fourreau*, pointes de lance, tranchets, 
rasoirs en bronze du Danemark; pointes de lance en fer de 
Hongrie. — Appliques ou bosses en saillie (umhones) de bou- 
cliers en bronze, ornées de gravures circulaires et de points; 
pierres à aiguiser portatives; fibules ou agrafes en argent, de 
style mérovingien ; hampes de lance; torques à crochet*; tor» 
ques en or*. 

Vitrine 63 (plaie). — Six casques en bronze d*époque ro- 
maine ; Tun d*eux* est orné de reliefs (musée de Rodez). 

Vitrine 64. — Au-dessus, grand seau * en bronze à côtes de 
la Chartreuse de Bologne (cf. p. 81); vase à une anse très 
ancien du type dit de YiUanova, et urne analogue de Cliiusi 
(Italie). 

Aux deux premiers rangs, vases de Golasecca (ef. p. 80). 



Digitized by 



Google 



SALLE DE COMPXlî/iSCfN." * * *''''' ÎÔ\ * 

Aux deux suivants, poteries et moules d'objets en bronze pro- 
venant des terramares d'Italie (originaux et moulages). On 
appelle terramares les mon^cules artificiels formés par des 
rebuts de cuisine et d'autres débris, qui marquent remplace- 
inent de stations humaines dans le nord de l'Italie (Emilie, 
Parmesan, Reggianais). Ces dépdts sont analogues à ceux 
des stations lacustres de la Suisse (voy. salle lY). La plupart 
appartiennent au commencement de l'époque des métaux; 
quelques-unes remontent jusqu'à l'âge de la pierre polie. On 
n'y trouve point de fer. 

A droite de la 4* rangée, «heval en terre cuite avec une inscrip- 
tion grecque tracée à la pointe, kaUidrûmos (Italie?) ; statuette 
de femme en terre cuite (Saint-Quantin, Eure); anses d'amphores 
grecques avec inscriptions de Thasos, Rhodes et Gnide. -^ Au- 
dessous, à gauche, urne cerclée (Latium?); anse de vase en 
bronze* avec figures de style étrusque (provenance inconnue); 
palère avec grande croix au fond (tombes de l'Italie du Nord). 
— A droite, série de lampes à reliefs d'époque romaine. — En 
bas, vases divers retirés des tombes dé l'Italie du Nord et pote- 
ries des staUons lacustres du lac de Garde. 

De l'autre côté, à la 5* rangée à partir du haut, signalons des 
lampes romaines à reliefs, des fragments de moules en pierre 
pour fabriquer des objets en bronze (Emilie) ; plus bas, deux 
épées en fer très effilées (environs de Rome). 

Vitrine 65. — Au-dessus, modèle réduit de la Porte Noire de 
Trêves (Augusta Trevirorum), située au nord-est de l'enceinte 
romaine de cette ville. G'était à la fois une porte monumentale 
et une forteresse ; une des tours latérales s'élève à 30 mètres de 
hauteur: Transformée en église au douzième siècle, elle a été 
complètement déblayée de notre temps. La construction de 
cette porte date probablement du quatrième siècle après Jésus- 
Ghrist. — Réduction du temple romain du vieux Poitiers, aujour- 
d'hui fort dégradé. 

La vitrine contient une très importante collection de bronzes 
provenant des nécropoles du Gauease (vallée de Koban) : vases, 
haches, marteaux avec gravures représentant soit des ornemeuts, 
soit des animaux grossièrement dessinés; poignards, plaques de 



Digitized by 



Google 



••102' •'"''* • • "sâLleT de comparaison. 

métal gravées avec des figures de cerfs et de chevaux, des svas^ 
tikas, etc. Au-dessous, colliers de perles, de cornaline, de verre 
et de bronze, chaînettes, petits animaux en bronze avec anneaux 
de suspension, spirales, anneaux divers. Plus bas, belle sérié 
de fibules en arc, de bracelets, de spirales; au-dessous, bra- 
celets de bronze, poinçons, poignards, épingles (?) à larges têtes 
ressemblant à de petites pelles, etc. 

Le Caucase est un des centres primitifs de la métallurgie, en 
môme temps que la seule route de terre entre TAsiè centrale 
et TËurope. Les bronzes découverts à Koban n*offrent aucune 
trace d'influence assyrienne, égyptienne ou phénicienne; en 
revanche, on y trouve certains éaraclères communs à l'art cel- 
tique et à Tart du bronie -Scandinave. Le courant civilisateur qui 
a porté le bronze dans l'Europe du Nord à donc peut-être passé 
par Koban, mais aucun indice ne permet encore de darter les 
antiquités de cette provenance.. 

Enfin, signalons une pirogue antique trouvée dans la tourbière 
de Saint-Jean-des-Bois, près d'Ivrée (Italie), et un sarcophage* 
d'Husillos (Espagne) représentant l'histoire d'Oreste. 

Le fond de la salle est orné du grand tableau de Gormon 
(médaille d'honneur) : VAge de la pierre. On a placé sur les 
murs d'autres toiles de Hellouin (p. 74), Pengnilly THaridon 
(p. 176) et Faivre (scène de VAge de la pierre); une copie de 
la mosaïque des Saisons trouvée à Lambèse (Algérie) et un 
spécimen, dessiné par Baltzer, des gravures sur rochers du 
Bohuslaen (Suède). 

Le visiteur, revenant sur ses pas, traverse les salles III, II 
et l, puis un palier et entre dans la salle XIII. 



Digitized by 



Google 



SALLE XIII. 103 



Salle XIII. ~ La conquête romaine. ~ Salle d'Alésia. 

Les légions romaines sous César ont conquis la Gaule de 59 à 
50 avant Jésus-Christ Le récit de ces guerres a été fait par César 
lui-même, dans des Commentaires qui nous sont parvenus. 
Comme les noms des localités ont changé depuis et que les des- 
criptions de César ne sont pas toujours bien explicites, il est sou- 
vent difficile de retrouver sur le terrain les indications des Com" 
mentaires. Des recherches approfondies ont été faites à ce sujet 
vers 1862, époque à laquelle Napoléon III travaillait à une his« 
toire de César, qu*il publia en 1865-66. La salle XIII contient en 
partie le résultat des fouilles et études archéologiques qui furent 
exécutées à cette époque. Les matériaux qui y sont réunis sont 
comme une illustration des Commentaires de César. 

Vitrine 1. — Sur la gauche, à terre, amphore du Mont-Beu* 
vray. Dans la vitrine, vase grec à figures rouges, repré- 
sentant TAurore qui poursuit Céphale; ce dernier tient à la main 
deux javelots munis de la corde dite amentum, qui augmentait 
la puissance du jet (1). — Au-dessous, enduit des murs gaulois 
de Bibracte (Mont-Beuvray, Saône-et-Loire) ; haches polies, mo- 
lettes, pierres à aiguiser, été., de même provenance. 

Vitrines 2-5. — Fouilles du Mont-Beuvray. — Ces fouilles, 
commencées par M. Bulliot en 1862, ont démontré que le Mont- 
Beuvray est la Bibracte de César, que Ton plaçait autrefois à 
Autun. — Au-dessus, amphores et grande urne. A gauche (2), 
briques réfractaires, enduits de fourneaux, écuelles à trois 
pieds. — (3). Bouteilles, écuelles et assiettes. — (4). Vases 
divers, la plupart à couverte noire. — (5). Vases, écuelles, plats 
et assistes. 

(C et D, vitrine plate). Objets divers trouvés dans les ateliers 
d*un forgeron et d'un émailleur gaulois à Bibracte; fragments 

(1) C'est ce détail (cf. p. 113) qui justiGe h présence d'un vase grec dans 
la salle gallo-romaine d'Alésia. 



Digitized by 



Google 



104 SALLE XIII. 

de creusets, rouelles, boutons, fibules. On a constaté en 1869 
que tout un quartier de Bibracte était occupé par des émailleurs 
gaulois. L'émail s'est rencontré à l'état brut, en petits lingots, à 
rétàt de bavures et sous forme de déchets de fabrication. Il s'ap- 
pliquait, lorsqu'il était en fusion, sur les têtes en bronze des 
objets à décorer, où Ton avait préalablement incisé au burin les 
cavités qui devaient loger l'émail. Une fois la calotte d'émail 
refroidie et figée, on limait par le frottement de manière à ne 
laisser subsister que les parties enchâssées dans les tailles du 
dessin ménagé. Remarquez, au milieu, plusieurs pierres ayant 
servi à cette opération. — La découverte des ateliers d'émailleurs 
de Bibracte confirme un témoignage de l'écrivain grec Philo- 
strate, qui attribue la connaissance de réniailiure aux « bar- 
bares voisins de l'Océan ». 

A droite (D), pesons de fuseaux, trépied, pelle et pince en fer, 
fragments d'émail et de verres de couleur, perles en verre, têtes 
de clous en bronze avec incisions pour recevoir l'émail, petits 
anneaux de bronze, bague, etc. Le n** 21111 est une tête de 
clou conservée dans sa gangue, avec la calotte d'émail qui y 
était attachée. — Ces fouilles de Bibracte ont démontré que les 
Ëduens, avant l'arrivée de César, étaient parvenus à une civi- 
lisation fort avancée. 

Vitrine 6. — Objets en fer du Mont-Beuvray, clefs, haches, 
fibules, chaînes. Au-dessous, grandes amphores et tuyau en 
plomb long de 1»50. 

Vitrine 7. — Modèle des travaux de César devant Avaricum 
(Bourges), assiégée en 52 avant Jésus-Christ (1). Ils consistaient 
en une terrasse en bois et des galeries couvertes poussées vers 
l'oppidum, portant deux grandes tours qui furent roulées vers 
les murailles et d'où les Romains se précipitèrent danè la ville. 
Les Gaulois avaient élevé des tours en bois sur leurs murs, en 
face des tours mobiles des Romains. 

Vitrine 8. -^ Objets en fer, ciseaux, chevilles, grands clous 
provenant des murs gaulois de Bibracte (voy. vitrines 11 et 17, B); 
crochets, pelles, lingots et rognures de fer, scories de forges. 

(i) Voy. César, Guerre des Gaules, liv. VII, chap. xiv-xxxil. 



Digitized by 



Google 



SALLE XIII. i05 

Vitrine 9. — Poleries recueillies au Mont-Beuvray, les unes 
peintes, d*un style qui rappelle Tancien style hellénique, les 
autres ornées de reliefs, de lignes creuses et d'inscriptions en 
lettres grecques. Nous savons par César et par les inscriptions 
(voy. p. 36 ) que les Gaulois avaient adopté Talphabet grec. — 
Dans le bas, anneaux, chaînes, clous et gâches en fer. 

Vitrine 10. — Pains en terre réfractaire. Dans le bas, 
poteries avec marques de fabrique (Bibracie). 
~ A droite, dans une vitrine sans numéro, modèle restauré de 
la machine de guerre appelée baliste ou onagi'e (cf. p. 19). 

Vitrine il. — Mur de la forteresse ou oppidum gaulois de 
Murcens ou Mnrceint (Lot). On voit, d'un côté, Tétat actuel du mur 
gaulois, de l'autre ce mur restauré. Remarquez dans la construc- 
tion Tassociation des pierres avec des poutres en bois perpen- 
diculaires à la direction de la muraille et liées par de grandes 
chevilles en fer à des poutres transversales. C'est le même 
appareil que celui des murs d'Avaricnm décrits par César (1); 
on Ta rencontré, en différents points de la Gaule, en pçirticu- 
Mer au Mont-^euvray. 

12 (Socle). — Statue d'un légionnaire romain de l'époque de 
Trajan (100 après J.-C), exécutée par le- sculpteur Bartholdi, 
d'après les bas-reliefs de la colonne Trajane et les documents 
fournis par les fouilles. Casque à paragnathides (couvre-joues 
ou mentonnières) articulées, surmonté d'un anneau de sus- 
pension; cuirasse en bandes de fer avec épaulières; tablier 
de cuir plaqué de métal, couvrant le milieu du corps; 
épée à manche en os (cf. vitrine 23 à droite, p. 110). Les 
chaussures sont conformes à un modèle exposé sur le même 
socle qui a été découvert en 1857 à Mayence. Le légionnaire 
tient de la main gauche le bouclier avec la bosse ou umbo, 
de la main droite le pilum (cf. p. 24, 41). Son costume se com- 
pose d'un pantalon court et d'une tunique en laine, laissant les 
4vant-bras et le bas des jambes à découvert. 

(1) Voy. César, Guerre iee Gaules, liv. VII, ch. xxiif« 



Digitized by 



Google 



ItXï. SALLE Xllt. 

Vitrine iS, — Pian en relief de l'attaque d'Avaricum (Bourges) 
par César (cf. vitrine 7)k 

Vitrine 14. — Pian en reiief d'Aiise-Sainte-Reine, à réclieUe 
^^s^oô* iii^^^^uant ies vestiges des travaux de César et des 
murs gaulois d'Alésia sur le mont Auxois. Au-dessus, énormes 
vases en terre cuite trouvés à Bibracte et dans la forêt de 
Con^iègne (Voir le Supjdément)» 

En 52 avant Jésus-Clirist, la plupart des peuples gaulois, réunis 
dans un dernier effort contre les Romains, confièrent le com- 
mandement suprême à un jeune clief de TAuvergne, Yercingé- 
torix. Après une campagne sans résultats décisifs, mais non 
sans gloire pour ses armes, Vercingétorix dnt se réfugier sur 
é mont Attxois (arrondissement dé Sémur, Cdte-d'Or), dont 
Alésia occupait le versant occidental. César le poursuivit et 
résolut de le réduire par la famine. Il s'établit strr les hauteurs 
qui entourent le mont Auxois, le mont Réa au nord-ouest, la mon- 
tagne de Bussy au nord-est, les collines de PenneVelle et de 
Flavigny au sud. L'accès du mont Auxois n'était libre que vers 
Touesti où deux ruisseaux, l'Ose et TOserain, affluents de la 
Brenne, arrosent une plaine appelée les Lautnes* C'est là que 
César exécuta ses plus grands travaux, une circonvallation 
dirigée du côté des assiégés, et un peu plus loin, en arrière, 
une contrevallation pour se protéger contre les armées gau- 
loises de secours (voy. vitrine 24). Des ouvrages moins consi- 
dérables furent tracés tout autour d'Alésia, surtout dans la 
vallée du Rabutin, petit affluent de l'Ose, entre les collines de 
Réa et de Bussy. 

Plusieurs batailles furent livrées autour d'Alésia. Dans la pre- 
mière, César vainquit la cavalerie gauloise aux Laumes et 
la refoula dans la ville. Les assiégés étaient déjà pressés par la 
famine lorsqu'une armée gauloise de secours apparut, commanr 
dée par Commius, Eporedorix, Viridomare et Vercassillaunos, 
César, protégé par ses retranchements, fit face des deux côtés à 
la fois. Une bataille acharnée s'engagea sur le mont Réa, où 
le camp romain fut presque forcé; mais l'arrivée de César sur 
ce point décida de la journée et du sort des Gaules. L'armée 
de secours se dispersa. Tous les moyens de résistance étant 



Digitized by 



Google 



SALLE xm. 107 

épuisés, Vercingëtorix, vaincu par la famine, se rendit à César, 

Les fouilles (1860-1865) ont fait découvrir les camps çt les 
fossés des Romains, avec de nombreuses preuves de Tidentité, 
aussi souvent affirmée que démentie, d'Alise-Sainte-Reine et 
d*Alésia. La direction des fossés de César est indiquée sur le 
plan par des lignes rouges. 

Comme les tranchées étaient pleines d'eau, elles n*ont rien 
laissé perdre des objets métalliques qui y étaient tombés pen- 
dant les combats. Il parait que les Gaulois plaçaient leur pé- 
cule sous les umbones de leurs boucliers, car c'est dans ces 
conditions qu'on a recueilli presque toutes les monnaies gau- 
loises de la vitrine 15. 

Vitrine 15 (plate). — Au milieu, admirable vase en argent, 
orné d'une guirlande de feuillages et dô baieS en relief, 
découvert dans les fossés de la circonvallatioh de César auprès 
du lieu dit la Fausse Rivière (plaine des Laumes); Sur le pied 
est tracé en cursive le nom d'un artiste, meda..., avec d'autres 
indications malheureusement difficiles à lire (1). La vitrine contient 
une collection de monnaies découvertes au cours des fouilles 
d'Âlésia. Sur 619 pièces, 487 sont gauloises, dont 103 arvernes; 
les monnaies romaines sont toutes antérieures à 52 avant Jésus- 
Christ, époque de la reddition d'Alésia. C'est une preuve nou- 
vcMe de ridentité -de cette ville aveè Alise-Sainte-Reine. 

Parmi les monhaies gauloises, on a rencontré wi Statère de 
bas or portaiit le nom même de YereihgétoHx (dans la salle de 
numismatique, p. 180) et une quantité coinsidér^ble de pièces de 
cuivre de l'Arverne Epasnactus, tontes antérieures aux monnaies 
de style romain que ce chef a frappées après avoir fait sa 
soumission aux conquérants. 

Vitrine 16. — Poteries recueillies dans l'oppidum gaulois de 
Pommiers (Aisne). ^ Bracelet de jais et poinçons en os décou- 
verts au camp de Chassey (Sadne-et-Loire)« 

Vitrine 17. — A. Objets en fer et en bronze, fragments de 
bouclier, de cuirasse et de casque, carreaux de catapulte , 
pointes de flèche, pic-hache, fibule, bracelet en jais, fragments 

(f) Ce Taso t ëté trans(>orlo drns la salle de numismatique et rem- 
placé par une sério de monnaies romaines * à l'effigie de Jules Gésar^ 



Digitized by 



Google 



108 SALLE XIII. 

dé poteries recueillis au Puy d'Issolud (Lot), où Ton suppose 
qu'était placée Uxellodunum, forteresse gauloise prise en 51 
avant Jésus-Christ par César, qui déshonora sa victoire en fai-' 
sant couper les mains aux défenseurs de la place (1). 

B. Clous et chevilles, couteaux, pointes de flèche en fer, 
pendeloques, rondelles et fibules en. bronze, pesons de fUseau 
passoires en argile, trouvés sur remplacement de Voppidum, 
gaulois de Murcens (Lot). Les chevilles servaient à relier et 
consolider les poutres de la muraille (cf. vitrine H). 

Vitrine iS. — Objets en fer, en bronze et en argile trouvés 
dans Voppidum gaulois de Boviollcs (Meuse). En haut, clous 
ou chevilles en fer des murs gaulois de Vertault (Côte-d'Or) et 
de Porrentruy (Suisse). En bas, perles de verre, fragments de 
verre multicolore (nUllefiori), monnaies gauloises en potin; 
clous, grandes chevilles en fer des murs de Boviollcs. 

Vitrine 19. ■— Modèle restitué des travaux de César devan 
Uxellodunum, que Napoléon III plaçait au Puy d'Issolud (cf. vi- 
trine 17, A). La construction de la terrasse et de la tour avait 
pour but de dominer les abords d*une source où s'alimentaient, 
les assiégés (Voir le Supplément), 

Vitrine 20. — Objets recueillis dans Voppidum gaulois de 
Saint-Pierre en Châtre (forêt de Compiègne). Poteries grossières, 
pesons de fuseau, contrepoids de métiers, fragments de moules' 
d'épée en terre, instruments en silex et en corne, percuteurs^ 
pointes de flèche, poignards, poinçons, lissoirs, pendeloques. 

Vitrine 2i. — Suite des mêmes trouvailles» objets d'époque 
plus récente : épingles, aiguilles, pinces à épiler, bracelets,' 
flbules, anneaux, poinçons, pendeloques, poignards, gouges 
haches, épées en bronze; clous, dents de herse, éperon, cou- 
teaux, clefs, pointes de flèche et traits de catapulte en fer. 

Vitrine 22 (2). — Couteau, fer de lance et umbo de bouclier en 
fler, cuillers à sacrifice en bronze, dont une avec passoire (Mou- 

, (1) Voy. César {HirliviB)» , Commentaires, liv. VIII, chap. xxxii-XLiv. 
(i) Les objets de cette vitrine ont passé dans l'armoire 19 bit* 



Digitized by 



Google 



SALLE xin. , 109 

ries, Bouches-du-Rbône) ; épée en fer à poignée de bronze, avçc 
fourreau en fbr et en bronze; la poignée imite grossièrement 
une figure humaine (Mouriès). — Épée* en fer à poignée de 
bronze analogue à la précédente, mais où l'imitation de la figure 
humaincL n*est plus qu*un souvenir (Salon, Aube). — Poi- 
gnard* en fer à tête humaine (Suisse; collection Ritter de 
Neufchâtel). — (28 216) Poignard en fer à manche de bronze 
analogue au précédent : c'est le plus bel exemplaire de cette 
curieuse série, à laquelle appartient encore un poignard * en fer 
à manche de bronze du musée de Mayence, découvert dans le 
Rhin. La poignée est ornée de Timage de la lune et de celle du 
soleil incrustées en or. Un autre poignard en fer, à manche et 
à fourreau de bronze, avec une figure humaine grossière sur- 
montant le manche, a été trouvé dans la rivière Witham en 
Angleterre. Le n* 28 216 a été découvert dans la pirogue de la 
salle A (travaux du canal de la Marne à ]a Saône, p. 21). — 
Grande épée en fer dans son fourreau, trouvée dans la même 
pirogue. ^- (11 698) Poignard {parawnium) trouvé à Taon 
(Finistère), avec lame et soie en fer, fourreau et manche en 
bronze. A côté, le même poignard restitué k Tétat de neuf, 

Vitrine 23 (plate) (1). — Anneau votif avec inscription, dédicace 

• à Mars Vorocitis, découvert dans un puits à Vichy. — Plaques* 
de cuivre avec inscription ; ce sont les diplômes militaires ou 

-feuilles de congé des légionnaires romains (les n<** 25 814, 
25 815, 25 816 sont des originaux). Dans les camps du Rhin et 
du Danube, on a souvent trouvé dans les tombes deux plaques 

. de bronze accouplées, portant Textrait d'un décret impérial qui 
accorde aux soldats leur congé légalisé, le droit de cité et la 
faculté de communiquer ce droit en épousant des étrangères. Ce 
sont des extraits des originaux, qu*on expédiait aux intéressés. 
Objets divers relatifs à Tarmement romain (originaux ei mou- 
lages) : fragments de jugulaires*, de ceinturons *, de fourreaux 
ornementés à jour*, de bouterolles; appliques avec reliefs et 

•pendeloques; cotte de mailles formée de petits cercles en fer*, 
cuirasse à écailles *. Remarquez à droite une poignée d'épéc en 
os représentant un génie debout et une autre poignée d*épée en 

(1) Une partie de ces objets sont dans Tarmoiro 19 bis. 

Digitized by VnOOglC 



110 SALLE XIH. 

08 * (musée de Mayence) qui a servi de modèle dans rexécutiou 
de la statue du légionnaire (p. 105). 

Au-dessous, amphore d'Alise et boulets de pierre (lancés par 
les onagres) recueillis à Gergovie (6 kilomètres au sud de Gler- 
mont), ville dont César fit le siège en 52 avant Jésus-GhrÎBt, et à 
Alésia. 

Vitrine 24. — Modèle des travaux de César devant Alésia, que 
les fouilles ont permis de reconstituer en accord avec les témoi- 
gnages des Commentaires» 

La contrevallation de César était placée à 400 pieds en arrière 
d'un fossé large de 20 pieds qui formait la première défense 
dans la plaine des Laumes. Elle comprenait elle-même deux 
fossés, dont le plus rapproché de la ville, en forme de cuvette, 
était rempli d*eau dérivée de rOserain (voy. la vitrine 14) ; der- 
rière ces fossés s'élevaient un rempart et une palissade, contre 
laquelle on appliqua un clayonnage avec créneaux; Tescalade 
était rendue plus difficile par des branches fourchues placées 
horizontalement à la jonction du clayonnage et du rempart. 
Des tours en bois espacées de 80 pieds défendaient cette partie 
de la contrevallation. En avant des fossés on établit des cippes, 
rangées de branches taillées en pointes, puis, plus en avant 
encore, des trous de loups, fossés tronconiques avec pieu cen- 
tral, disposés en quinconce sur huit rangs, enfin des piquets 
munis de fers en forme d'hameçons dits ^timuli (chausse- 
trapes). 

Vitrine 25. — Modèle du pont jeté par César sur le Rhin en 
55 avant Jésus-Christ; restitution du général de Reffye. Ce 
travail fut achevé en dix jours et les Romains passèrent alors le 
Rhin pour la première fois. On ignore Tendroit où avait été 
construit ce pont» qui a disparu sans laisser de traces. 

Vitrine 26. — Armes trouvées dans les fouilles d* Alésia. — 
Au-dessus, deux casques gaulois. 

A. Grandes épées gauloises en fer; fragment de fer à cheval; 
grille de foyer; grands clous. 

B. Fragments de pt7a . romains (cf. p. 105); lances de cava- 
lerie avec des croisières vers la base ; traits lancés par des cata- 
pultes ; poignards. Au-dessous, mors et filet de bride-, marteau. 



Digitized by 



Google 



SALLE XIII. 111 

C. Pointes de lance de diverses grandeurs. Au-dessous, poi- 
gnée d'épée; hipposandales (cf. p. 46). 

D. Pointes et talons ou bases de lance., pointes de javelot. 

£. Dépôt de bronzes découvert dans la plaine des Laumes, 
près de la ferme de l'Épineuse, au lie.u dit Fausse rivière. — 
Pointes de lance à douille, haches à ailerons, disque en 
bronze, couteau, petite épée en bronze avec poignée à double 
cuvette ^16 2Ô1). Ces armes n'ont aucun rapport avec le siège 
d*Alésia : elles sont certainement antérieures. — Plus loin, objets 
divers trouvés à Alise : fibules et ftls de bronze, petits poignards 
en bronze et en fer, nombreux anneaux, fibules en bronze 
argenté, éperon à deux boutons, pointe de flèche en bronze. 

F. Objets en fer : jugulaires de casques, ciseaux, couteaux, 
anneaux, viroles de pilum (cf. p. 105). A droite, agrafe et 
anneaux à crochet pour ceinturon en bronze. 

G. Bosses ou umbones de boucliers en fer; garnitures de 
pourtour de boucliers. 

H. Larges têtes de clous en fer. Remarquez au milieu (24 367) 
les stimuli ou hameçons en fer trouvés dans la circonvallation 
de César (cf. p. 110, vitrine ti); pointes de flèche et bases 
de lance en fer. 

Au-dessus de cette vitrine, carte générale des peuples de la 
Gaule au temps de César. 

Vitrine 27. — Sur le devant, modèle de petite catapulte ou 
scorpUyii. — Au-dessus de la vitrine, deux fragments de cui« 
rasses * à écailles (Zurich) et un grand vase noir d'Alise» 

A. Grandes épées'*' gauloises en fer avec leurs fourreaux 
en bronze, provefiant de Suisse, et de Hongrie^ La soie, tige 
ronde ou carrée terminée par un bouton, s'ajustait dans une 
poignée en bois ou en os. — En bas, ornement * de bouclier 
(la Tène). 

B. Poignards et épées en fer (originaux et moulages), quel- 
ques-uns avec leurs fourreaux. Les épées courtes terminées en 
pointes caractérisent l'armement romain ; elles se distinguent 
des longues épées faussantes des Gaulois, dont Texirémité eu 



Digitized by 



Google 



it^ SALLE XIII. 

. camarde. Cependant, à l'époque du siège d'Alésia, les Gaulois 
possédaient aussi des épées plus courtes, voisines du type ibérique 
^adopté par les Romains (12186, courte épée avec la bouteroUe 
* gauloise, cf; salle VII, p. 168). — Remarquez (10 205*) une 
. épée en fer du musée de Bonn avec un nom au génitif Sabini. 
— >Sur le devant, chaussure de cheval ou hipposandale (Suisse). 

C. Javelots ou pila (cf. p. 105), pointes de lance, de javelot 
et de traits en fer ; sur le devant, faux et faucilles, éperons *, 
hache à douille* en fer (Suisse), très petite hachette* votive 
en bi*onze (Suisse). 

D. Pointes de lance et de javelot* gauloises, recueillies dans 
les stations lacustres de la Suisse. Sur le devant, umbones de 
boucliers, anneaux, fibules, boucles et crochets de ceinturon 
en fer; sur la droite, poignées de bouclier^?) en fer (originaux 
et moulages). 

£, F, G. Épées gauloises avec leurs fourreaux, originaux et 
moulages (lac de Neufchâtel, Mandach en Argovie, Ësenheim en 
Hesse Rhénane, Langenlonsheim sur la Kahe, Ablon près Ville- 
neuve-Saint-Georges en Seine-et-Oise). Quelques-unes portent 
des gravures circulaires à la partie supérieure du fourreau. Les 
épées en fer du lac de Neufchâtel, dont la forme est toute 
pareille à celle des épées d'Alise, proviennent de la Tène, 
qui n'est pas une station lacustre, mais une .sorte de blockhaus 
helvète, plus tard occupé par les Romains et submergé au 
moyen âge. 

Traversons la salle pour examiner le mur du côté de la cour. — 
(24402, 24298) Amphores d'Alise et du Mont-Beuvray ; échan- 
tillons d'étoffes romaines et de cuir pour chaussures trouvés à 
Mayence dans la tourbe; restitutions de cuirasses, de casques, 
de pila et de javelots romains. — Remarquez : V un plan en 
relief du mont Falhize, près Huy, sur la rive gauche de la 
Meuse, que Ton a identifié à V oppidum Aduaiucorum, assiégé 
et pris par César en 57 avant Jésus-Christ ; 2** dans l'embra- 
sure de la fenêtre, dessin de Prosper Mérimée, d'après un vase 
grec du Musée Britannique, qui représente un personnage lan- 
çant le javelot avec Vamentum (cf. vitrine 1 et p. 113) ; 3* plan 
en relief de la citadelle de Namur,que Napoléon 111 identifiait à 



Digitized by 



Google 



SALLE XIU. It3 

Voppidum Aduatucorum (cf. i^); la question n*est pas encore 
résolue et d'autres synonymies ont été proposées plus récem- 
ment. 

Au-dessus de la porte conduisant à la salle XIY, inscription 
celtique trouvée à Alise-Sainte-Reine ; le dernier mot (ALISIIA) 
est le nom de la ville. Au-dessus de la vitrine ^6, grande carte 
de la Gaule à Tarrivée de César. 

Nous appelons particulièrement l'attention sur les modèles 
restitués de pUa et de javelots munis de Vamenium (entre la S* 
et la 3*" fenêtre). Les pila présentent entre eux des différences 
assez considérables portant sur la longueur, le poids et le mode 
^ d'emmanchement du fer. Dans un des types, le fer est aplati au 
point d'attache et fixé par des chevilles qui, traversant Ifi bois et 
ie fer, sont rivées contre de larges rondelles qui serrent le bois 
et l'empêchent de se fendre. Cet emmanchement est encore usité 
dans nos couteaux de cuisine à lame fixe. Il explique, suivant la 
remarque de M. de Reifye, un passage où Plutarque raconte que 
Marins, voulant mettre fes Gaulois dans l'impossibilité de se servir 
pendant le combat des pila qu'ils ramassaient sur le champ de 
bataille, imagina de remplacer par une cheville de bois l'un des 
deux rivets qui fixaient le pilum à sa hampe. La cheville de bois 
se rompant dans le choc, le fer basculait autour de la cheville 
restante, et de celte manière l'ennemi ne pouvait pas faire usage 
des armes qui tombaient à terre. 

De grandi ^jiite ayant O'W de tige peuvent être lancés à 
30 mètres et, tombant de pointe, traverser des plaques de 
sapin épaisses de (H)3 : ils étaient donc plus que suffisants pour 
transpercer les boucliers des anciens. 

Le javelot muni de Vamentum était déjà connu des Grecs. Xéno- 
phon nous dit que les flèches des Carduques étaient si longues, 
que les Grecs y attachaient des courroies et les renvoyaient comme 
des javelots. Vamentum, lanière en cuir où Ton passait un ou 
deux doigts, faisait à peu près l'office de la corde d'une fronde. 
Des expériences faites en 1862 ont démontré qu'un javelot léger, 
que la main ne peut projeter qu'à ^ mètres au plus, atteint, 
par l'usage de Vamentum, une portée de 80 mètres. La justesse 
.du trait se trouve également augmentée. 



Digitized by 



Google 



m SALLE XIV. 



Salle XIV. — Céramique de Tépoque romaine. 

La Gaule conquise se romanisa facilement. En littéraire 
comme en art^ elle se mit à Técole de Rome, qui était elle-inème 
rélève de la Orèce. Les ouvriers gaulois paraissent avoir été 
fort habiles, surtout dans le travail du métal et de la terre 
cuite. Nous avons vu qu'ils connaissaient rémaillerie avant l'é- 
poque de César (cf. p. 104), Mais Tart gaulois manque de sou- 
plesse et de grâce,, alors môme qu'il] reproduit des types hellé^ 
niques ; cela est vrai ides figurines en terre cuite, comme des 
sculptures en pierre que nous avons décrites plus haut (p. 27). 
Ces monuments n'en sont pas moins fort intéressants, comme 
reflétant des conceptions particulières à la religion celtique au 
moyen de types figurés empruntés à l'art gréco-romain^ 

Vitrine 1.— A. 1° et 2** Vases à une ou deux anses de Vichy 
(Allier). — 3** Intéressants spécimens de céramique vernie avec 
ornements en relief, industrie qui paraît avoir été florissante en 
Gaule (Arles, Dijon). —4* Fragments de vases vernissés, de couleur 
vert sombre, vert clair et jaune ; remarquez surtout deux têtes 
en relief (Orange, Clermont). — - 5" Fragments vernissés de Vichy. 

B. 1'' Vases à reliefs et à ornements incisés, \(|i(i^|iy, Suèvres, 
Cologne). — t" Vases à reliefs (Vichy, Saintes, Suèvres); remarr 
quez une bouteille pyramidale vernissée, gveç personnages mou* 
lés à l'envers. — 3" Vases ornés de couleurs et de reliefs (Vichy); 
vases en terre blanche en forme de pommes de pin (Brionne-en- 
Eure, Vichy). — 4" et 5** Fragments de poterie vernissée (Viclyr). 
Remarquez les p^orceaux,d*un très grand vase jaune avec figures 
en relief (Vichy?). 

G, D, E, F. Très importante collection de figurines en terre 
blanche, provenant de Toulon-sur- Allier (où l'on a découvert en 
1857 tout un atelier de céramiste), de Vichy, Clermont-Ferrand, 
Gluny, Vesoul, Ëvreux, Bourbon-Lancy, la forêt de Gompiègne^ 
Aurillac, Étampès, Sceaux (Loiret), Saintes, Tarquimpol (Meur- 
the), Saint-Jean-Trolimon (Finistère), Tannkirch (Haut-Rhin), 



Digitized by 



Google 



SALLE XIV. 115 

Arpajon (Cantal), Reims, Sceaux (Maine-et-Loire), Paris, Poi- 
tiers, Banassac (Lozère), etc. Le centre de cette fabrication pa- 
rait avoir été l'Allier, avec le Cantal et le Puy-de-Dôme; elle 
était aussi florissante sur les bords du Rhin. Contrairement à 
ce qu'on observe pour les terres cuites grecques, celles-ci n*ont 
pas été découvertes en général dans les tombeaux. C'étaient 
des dieux familiers que Ton plaçait dans les chapelles privées 
ou laraireSf des ex-voto que Ton offrait aux sources bienfai- 
santes, comme à Vichy et à Nérts, peut-être aussi des objets 
d'étagère. On les a recueillies dans des ateliers de fabrique 
abandonnés, dans des puits, des étangs, des ruines de vil- 
las, etc. 

• Outre les figurines en terre blanche, on en trouve quelques- 
unes en terre noire ou grise (Clermont-Ferrand, Aurillac, Bor- 
deaux), ou en terre blanche recouverte d'un vernis métallique 
jaune (Clermont, Vichy, Vaison, Suèvres). Les spécimens en 
argile rouge sont plus rares (Cologne). 

i« (25 482 sqq.) Chevaux sellés; (9811) la déesse Epona (?) à 
califourchon sur un cheval (cf. p. 31); (7287) enfant jouant 
du chalumeau; (11264) enfant là tête couverte du capuchon 
gaulois ou cucullus. — (6874) Mercure tenant la bourse et le 
caducée (terre noire, Bordeaux); (17 403) autre Mercure* en 
terre blanche (Rouen). 

(25492 sqq.) Minerves dans l'attitude de la Vénus Ànadyomène 
sortant de l'onde (cf. plus bas, 1583), portant la main droite 
à leurs cheveux; (9741) Minerve assise; (14 706) Cybèle avec 
le lion sur ses genoux; (25487) revers d'une statuette de femme 
assise sur un fauteuil d'osier (cf. p. 46); (1588 sqq.) déesses- 
mères d'un style hiératique donnant le sein à un ou à deux 
enfants placés sur leurs genoux. 

(9814) Vénus à sa toilette se regardant dans un miroir (Co- 
logne, cf. plus haut, p. 2T}) ; (1583 sqq.) Vénus nue dans l'at- 
titude de l'Anadyomène, type créé par le peintre Apelles au 
quatrième siècle avant Jésus-Christ et souvent reproduit par la 
statuaire. Les eoroplastes gaulois ont prêté la même attitude 
à- Minerve (alinéa précédent). 

2" Lion et bœuf ; lapins, lions, cerfs et biches en forme de 



Digitized by 



Google 



116 SALLE XIV. 

vases ; — (25 493) statuettes reproduisant le motif grec du Tireur 
d'épine; (6873) Abondance ou Tutela assise avec patère et corne 
(Lyon). — (25 488) Fauteuil en osier (cf. p. 46); (24106 sqq. 
déesses-mères avec un seul enfant; (17 402) déesse-mère debout* 
avec deux enfants nus placés symétriquement devant elle, sou- 
tenant un troisième enfant plus petit à la hauteur du sein de la 
déesse; déesses-mères portant la main sur la tête d'un enfant 
debout devant elles (Rouen). — Vénus avec collier, les bras 
collés au corps, avec une inscription au-dessus des seins (9745). 
Remarquez dans cette série les ornements circulaires placés 
auprès des figures. — (9746 sqq.) Vénus nues, les bras^pendants 
ou dans Tattitude de TAnadyomène, qui rappelle aussi celle des 
Sirènes funéraires dans la céramique grecque. A droite (25 500), 
petit édicule avec Vénus pudique (type de la Kenttô de Médicit 
de Florence, dérivé du type créé par Praxitèle, vers 350 avant 
Jésus-Christ, et souvent répété à Tépoque romaine). 

S"* Coqs, poules; tètes diverses. Remarquez (E, P) les bustes 
de femmes coiffées de grands crêpés. — (6865) Ruste d*enfant 
jouant avec un lapin; (26 220) homme en capuchon; (2071 sqq.) 
intéressante série d*enfants joufflus, chauves, rieurs, quelques- 
uns jouant du chalumeau. 

4^ Coqs, poules, faisans, pigeons ; un oiseau (7293) porte ua 
collier au cou ; pomme ; grande main ; (25 489) enfant dans ua 
berceau; tortue, dauphin; (6896 sqq.) série de singes; (25 485 
sqq.) têtes de femmes à hautes coiffes; (6881 sqq.) caricatures. 
Parmi ces dernières, remarquez (25 497, Vichy) un homme qui 
porte la main à son cou, extrêmement gonflé, comme s*il étran- 
glait ; ce type, qui s'est re^ouvé en Asie Mineure, dérive d'un 
bronze grec ou gréco-égyptien du troisième siècle avant Jésus- 
Christ, représentant peut-être yn parasite étouffé par un trop 
gros morceau qu'il ne peut avaler. — A droite (25502 sqq.), singes 
assis en forme de vases. 

5« Oiseaux, œufs, noix (25 469, 0,5*"); niches et édicules. Les 
pièces les plus intéressantes sont de nombreux moules en terra 
cuite, d*oiseaux, de chevaux, de chiens, de bustes, de Vénus 
Anadyomènes, de niches et d*édicules. 

Vitrine 2. — Au-dessus, vases de Compiègne et deux grandes 



Digitized by 



Google 



SALLE XIV. 117 

Statuettes blanches de Yichy, un buste d'enfant * iav£c socle ejt 
un enfant * tenant un tase. 

A rintérieur» riche série de terres cuites blanches trouvées à 
Toulon-sur-AUier» Vichy, Néris, Saint-Pourçaîn-sur-Bèbre, etc. 

1" Série de Vénus Anadyomènes ; l'une d'elles (28027) est 
représentée au fond d'un édicule à niche richement sculpté, — 
(28015) Vénus pudique; (27 953 sqq.) déesses-mères avec un ou 
deux enfants. Au-dessus, série de bustes à grandes coiffures. 
(28111) Groupes de deux personnages enlacés; (28104) Abon- 
dance avec corne d'abondance et patè/e; (28 023 sqq.) Minerves; 
28 006-7) Jupiters; (28 025 sqq.) Mercures; (28 031) Hercule; 
(28 006) dieu (Jupiter?) tenant la main gauche sur la tête d'une 
femme; enfants; (28 040) répliques du Tireur d* épine; cava- 
liers; (27 962) Epona avec corne d'abondance assise à droite sur 
un cheval (cf. p. 31); (28 035) femme assise sur un taureau; 
(27 973) enfant endormi ou mort porté par un dauphin; bustes 
d'hommes et de femmes; enfants joufflus et rieurs. Au milieu 
(28 055), buste de femme d'un bon style (négresse?). 

2** Têtes diverses. — Fragments de médaillon avec reliefs : 
Minerve, Hercule et le lion de Némée, les Dioscures (Castor et 
PoUux). — Médaillons avec scènes intimes. — Chevaux, taureau, 
lapin, chèvre, chiens, moutons, paons, oiseaux divers, pigeons, 
coqs, lions, panthère, singes. — Taureau et lion formant vases. 
— Vases en forme de pin (Allier). — Pomme. 

3^ Médaillons à reliefs et moules trouvés à Vienne (Isère), 
accompagnés d'épreuves tirées dans ces moules : (28 128) sacri- 
fice à Mercure; (28133) la Fortune et un génie; (28135) Her- 
cule domptant la Biche; (28131) Cybèle sur un lion; gladia- 
teurs; bustes de Minerve et de Mercure; têtes barbues. — Autres 
moules trouvés dans l'Allier : singes, chevaux, chiens, paons, 
oiseaux, etc. Quelques-uns de ces moules portent les signatures 
des fabricants. 

4* Moules avec signatures et épreuves tirées dans ces moules 
(Toulon-sur-Allier) : Vénus Anadyomène, déesses-mères, revers 
d'une déesse-mère sur un fauteuil d'osier. Tireur d'épine, bustes 

Cette collection de terres cuites gauloises est la plus riche 



Digitized by 



Google 



118 SALLE XIV. 

qui existe; le fond en a été fourni par les collections Muret, 
Rambert et Esmonnot. 

Sur le mur, plan des ruines de Champlieu (Oise), avec un 
temple, un théâtre et des bains; plan d'un Tillage gallo-romain 
découvert au mont Berny (Gompiègne), avec carte archéolo- 
gique de la forêt de Compiègne, d*où proviennent beaucoup 
d'antiquités du Musée (fouilles de 1863 à 1870). 

Au-dessus des vitrines^ belles reproductions en couleurs de 
mosaïques romaines découvertes 1° à Tébessa et aux environs 
de Constantine (Algérie) ; 2* à Trêves et aux environs de cette 
ville (Prusse Rhénane). Remarquez, au-dessus de la vitrine I, Ë, 
la mosaïque algérienne (thermes de TOued Atmenia), représen- 
tant une écurie romaine avec des chevaux de course; Tua 
d'eux est accompagné de l'inscription : Vainqueur ou non, 
nous f aimons f ô Polydoxet 



Digitized by 



Google 



SALLE X¥fc 119 



Salle XV (1). — Époque romaine. — Céramique, verreries, 
bronzes. 

Les bronzes de la salle XV ont été transportés dans la salle 
XVII, ouverte en 1890. On trouvera dans le Supplément Tindi* 
cation succincte des changements survenus de ce chef dans les 
salles XV et XVI. 

Vitrine 1. — Vases à glaçure rouge et à reliefs, trouvés dans 
la fabrique de poteries de Banassac (Lozère), à Vichy, Vaison, 
Glanon près Seuvre (Gdte-d*Or), Paris, Gonifuègne, Glermont, 
Dreux, Lubersac (Gorrèze). Ges vases, improprement dénommés 
samienSy ont été fabriqués dans tout Tempire romain aux pre^ 
miers siècles de Tère chrétienne; comme leurs ornements 
étaient obtenus à Faide de moules, ils étaient moins coûteux que 
les vases peints, qui disparaissent complètement à cette époque, 
même en Italie. L'avènement de la poterie tamienne marqua, 
dans la céramique, la substitution de Tindustrie à l'art. 

A, B, G, D, E. Les vases de Banassac, trouvés dans les 
ruines d'un four à potier effondré au moment de la cuisson, soi\t 
pour la plupart des bols ou des écuelles sans anses. Ils por- 
tent des représentations mythologiques et des ornements flo* 
raux d'un dessin élégant, quoique souvent un peu surchargé. 

Les inscriptions (en relief) sont particulièrement remar- 
quables; signalons (A, S**) « Vivent les Gabah I » (peuple des 
Gévennes); « Viens â moi, mon amie! » — (E, 3") « Vivent les 
Rémois! • (habitants de Reims). — (A, 6** et E, ô"») « Bon 
enfant! » exclamation analogue au Bel enfant! qu'on lit sur 

(1) Cette salle et la suivante eontiennent quelques œuvres d'art d'une 
réelle valeur trouvées sur le sol de la Gaule. Il ne faut pas perdre de 
vue que les petits monuments de bronze sont faciles à transporter ; il 
n*est donc pas nécessaire d'attribuer à des artistes gaulois ou gallo- 
romains toutes les belles sculptures qui ne représentent pas des divinités 
indigènes. Ajoutons que la provenance de beaucoup de bronses est 
inconnue ou établie par des témoignages insuffisants. 



Digitized by 



Google 



i20 SALLE XV. 

les vases peints grées. D'aulres marques sont des signatures 
de fabricants : Atelier d'un tel, — Un tel a fait. 
^ F. Moules de vases à reliefs trouvés à Banassac, Vichy, 
TouIon-sur-AUier. Remarques au milieu des 'coins en terre 
cuite pour orner les moules (Vénus au bain, guerrier gaulois, 
cavaliers, Faune, musicien, roulette pour imprimer les oves ^ur 
les moules, avec le nom de Granivs sur la tranche (18 210), 
gladiateurs, oiseau, etc.). 

Vitrine 2. — Vases analogues de Vienne, Yichy, Banassae, 
Glermont-Ferrand ; bols ornés de têtes de lions (Compiègne). 

Vitrine 3. — Vases à reliefs de Yichy, Compiègne, Clermont, 
Blain (Loire-Inférieure), Banassac. Remarquez au milieu (15977) 
un précieux fragment de Blain*, dont les figures paraissent se 
rapporter aux victoires de Trajan ; on y lit le nom de Décébalo, 
le roi des Daces (cf. p. 48).: 

Vitrine 4. — Vases à reliefs de Yichy, Moulins, Glermont- 
Ferrand, Yienne : scène de chasse et Bacchanales. 

Vitrine 5. — Yases à glaçure rouge avec ou sans ornements 
en relief de Saint-Bémard (Ain), Bourg, Lyon, Toulouse, Yichy, 
Banassac, Suèvres, Orange, la Somme, Andrésy (Seine-et-Oise), 
Yintimille, Cologne. Plusieurs portent des noms de fabricants. 

Vitrine 6. — Vases analogues de Banassac, Glermont-Fer- 
rand, Compiègne, Ëtaplcs, Yichy, Cologne. En haut, deux vases 
pn terre grise de Compiègne et de Saint-Germain-les-Corbeil 
(Seine-et-Oisç)< 

Vitrine 7. — Suite de la même série (Banassac, Compiègne, 
Nogent-sur-Seine, Abbeville, Orange, Bavay, Vichy, Clermontr 
Ferrand,Suèyrôs).Deux tasses à couverte noire viennent de Paris^ 
et d*Orange. 

Vitrine 8. — Suite de la même série. Provenances nouvelles : 
Lépine (Marne), Saintes et le département de l'Yonne. Plusieurs 
coupes appartiennent au genre dit faux-samienf imitation mala- 
droite et terne de la poterie rouge lustrée. 

Vitrine 9. — . Série d'urnes, avec ou sans décoration ; mêmeç 



Digitized by 



Google 



SALLE XV. ^21 

provenances, plus Mérouvjlle (Eure-et-Loir), Lillebonne, Fécamp 
(Seine-Inférieure). Deux vases en forme de tonneau viennent 
de Cessieu (Isère) et de Vichy. 
Au-dessus, grand vase de Gompiègne (mont Ghyprès). 

Vitrine 10. — Assiettes de môme styl^ (Vichy, Banassac, 
BeauUeu près Nogent-sur-Seine, Compiègne). 

Vitrine 11. — Assiettes et petites tasses ornées de feuilles 
(Banassac, Toulouse, Aoste dans Tlsère, Cologne, etc.). 

Vitrine 12. — Tasses, soucoupes et plats, dont plusieurs ornés 
de feuilles (Banassac, Vichy, Vaison, Compiègne, Clermont-Fer- 
rand. Orange, Abbeville, Suèvres, Paris). 

Au-dessus, grand vase de Compiègne. 

Vitrine 13. — Assiettes et soucoupes du même style, avec des 
noms de fabricants imprimés à l'intérieur (Compiègne, Banas- 
sac, Vichy, Fécamp, Clermont-Ferrand, Vaison, Cologne, Ber- 
thouville, Bois-Bernard). 

Vitrine 14. — Objets divers, vases et animaux en bronze (1). 
A. 1* Huit clochettes en bronze et en fer, destinées à être sus- 
pendues au cou des animaux. 
* 2<* Chiens, chèvre marine* (Sens), tête de tigre. 

3* Sanglier, tigre, bouc, panthère, chien, biche. 

4*> Cheval avec anneau de suspension, style grossier (Com- 
piègne); cheval* en bronze incrusté d'argent (Lot-et-Garonne); 
cheval au sommet d*une grande douille quadraogulaire, re- 
^tiré du Bhône, près de Lyon ; têie de cheval ; cheval harnaché. 

. B. 1** Quatre grands vases et dix clochettes en bronze. ' 

2" Lionne* (Lot-et-Garonne) ; disque* orné d'un combat d'ani- 
.maux(Lyaudy, Haute-Savoie); griffon* (Mandeure, Doubs). — Sur 
Je devant, paon, cigogne, aigle avec un anneau de bronze passé 
dans les yeux, hibou. 

3^ Série de sangliers; cet animî^l figurait au sommet des 
enseignes gauloises (cf. p. 22, 23, 46. — (8096) Sanglier, sommet 
d'enseigne (ancienne collection Janzé) ; tête de sanglier ayant 
fait partie d'un vase (Gergovie, Puy-de-Dôme). — - Mftgnilique 

(I) Depuis i890 dans la salle XVII. 



Digitized by 



Google 



422 SALLE XV. 

laie trouvée à Gahors. — SangUe^ courant sur une douiUe 
carrée (ancienne collection Gréau). 

Sur le devant, sept petits sangliers trouvés dans Htalie du 
Nord (Gaule Cisalpine) et en France. 

^ Bœuf* à trois cornes (Besançon). — Taureau*, applique 
de vase trouvée à Autun ; l'original a passé de la collection 
Gréau au Louvre; c*e8t un des plus beaux bronzes grecs que 
Ton ait trouvés en Gaule. — Taureau à trois cornes (ancienne 
colleclion Gréau); vache en bronze (Longwy); petit taureau 
(Autun). 

Sur le devant, cinq taureaux, dont deux à trois cornes 
(Francbe-Gomté). A droite, lampe en forme de taureau, avec 
deux ouvertures, une chaînette et un crochet (Marne). 

Vitrine 15. — Vases en bronze (1). A. Soucoupes, tasses, vases 
à verser (21052, oiiaochoé^ à bord tréflé, de Spire dans la 
Bavière Rhénane). Au 3^ rang, manche d'une patère en argent 
ftvec figures en relief : Mercure debout; au-dessous, un sacrifice 
à Priape entre deux béliers couchés (trouvé dans le Rhin). 
- En bas, anses et appliques de vases. A droite, sur une 
applique *, Orphée attirant à lui les animaux (bords du Rhin). 

B. 1** Vase* avec guirlande de lierre en argent incrusté 
(Rouen); grands seaux en bronze (Compiègne, Sens*). 

^ Vases à verser, dont deux avec incrustations d'argent. — 
A gauche, vase à verser avec reliefs, trouvé dans une villa 
romaine à Gondrieu (Rhône) : un pygmée attaque un croco- 
dile; au-dessous, fête bachique avec quatre personnages. 
Ancien style étrusque ; l'anse est plus récente et restaurée. — 
A droite,^ vase * avec un aigle sur l'anse (musée de Bar-le-Duc). 

3" Vase* avec des coqs, de part et d'autre d'un Terme (mu- 
sée de Rouen). — Bouteille avec chaîne de suspension (Com- 
piègne). — Par derrière , plateau circulaire à deux anses * 
(musée de Rouen) et grands bols en bronze (Amiens, Compiègne). 

4** Vase avec chaîne de suspension, anses et appliques. A 
droite et à gauche, deux assiettes * en argent, avec dédicaces 

(1) Depuis 1890 dans la salle XVfî. 



Digitized by 



Google 



SALLE XV. 123 

; & Apollon^ gravées en {MÎntillé sur le fond (musée d'Atixerre). 

Vitrine 16. ^ Statuettes en bronze (1). Ai 1'' Masque de 
femme en bronze repoussé, travail gaulois (€ompiègne). 

â** Enfant tenant un lapin et un serpent (Compiègne). -^ i*aa 

. jouant de la flâte (Vaisony. ^ Tûte* de Jules César? (Bavay)* 

r-. Enfant emmailloté (ef. p. 93)* — Tâto en bronse d'un 

homme ehauve remplie de plom^ (Arthenaj, Loiret)^ -«• Buste 

de Minerve (Marne). 

3* Buste d*entot (Bavay), -^ Tête de Méduse avee anrieau de 
suspension (Sainte-Colombe, près de Vienne)* — Guerrier avec 
casque à grand cimier gaulois, style primitif (Italie du Nord, 
GatU^ Cisalfd'ne), — Médaillon avee buste barbu, bronze doré 
(Lyon?). — Médaillon avec buste d'enfant en relief (Frauen- 
berg, Moselle). 

4* Tète de femme coulée, les yéut creux, le sommet à jour 
(Corapiègné).— Très beau masque^ en cuivre, avee les yeux, la 
bouche et le nez pourvus d^ouvertures, ayant peut-être fiiit 
partie d*un casque (Zufftgen en Luxembourg). — Tète de femme 
coulée, avec oreilles percées; te sommet de la tète, qui porte 
• deux cornes, est détaché (Compiègne). 

B. 1** Mercure (Freyming-en-Moselle). — Très curieuse sta- 
tuette* d'un lutteur (Autun). -— Sur le devant, gladiateurs, Mars 
casqué (Reims). — Homme casqué tenant un trophée (Vaucluse). 

2" Minerves debout (Vichy, Lyon). — Beau Mercure * debout 
avec bourse et caducée (Saint-Révérien en Nièvre) ; grande tête 
virile* (Lillebonne); Apollon (?) assis (Compiègne); personnage 
grotesque (Naix en Meuse). 

Sur le devant, statuette d'Hercule (?) en os (Clermont-Fer- 
rand); Minerve debout (Saiot-Lubin-des-Joncherets, Eure-et- 
Loir); Mars casqué; Mercure nu et Mercure drapé (trouvaille 
de Grozon, Jura). 

Très importante statuette des environs d* Autun, représentant 
un dieu barbu, cornu (les cornes sont brisées), portant un 
torques au cou, les jambes croisées sur un coussin, tenant sur 
ses genoux deux serpents à têtes de bélier et un torques placé 
entre eux (cf. p. 35, salle XIX). Au-dessus des oreilles du 

(1) Depuis 1890 dans la salle XVIL 

Digitized by VnOOglC 



124 SALLE XV. 

. dieu, on aperçoit deux petites têtes collées au crâne; c'est 

• donc une divinité Irioéphale (cf. p. 30). 

3*" Cavalier sur une douille, sommet d'enseigne (?), trouvé 
dans le Rhône à Lyon. — Apollon * (?) conduisant deux che- 
naux, appli<ïue de vase (environs de Gray). — Cavalier romain, 
applique (Orange). — lUane assise à droite sur un sanglier. 
— Personnage dans un tratneau, style primitif (ancienne col- 
lection Oppermann). 

Sur le devant, série de Mei^cures debout (Compiègne, Char- 
tres» Blois, Vaison). Remarquez (29468) le beau Mercure assis* 
de Saint-Révérien. — (17638j Mercure avec un bouc et un coq 
(Suône-et-toire ?). — (23 830) Mercure assis en bronze plaqué 
d'argent (envifons de Blois). 

4** A gauche, sur le petit côté, tête de femme coulée, le som- 
met détaché, avec les yeux en verre bleu (Compiègne) ; de 

; part et d'autre, inscriptions * sur bronze, dont Tune est une 

dédicace à Mercure Dumias (Puy-de-Dôme). — Tête de femme 

coulée, avec pendants d'oreilles et torqueit au cou (Compiègne). 

Grand masque en feuille de bronze de style gaulois très 

grossier (Compiègne); demi-tôte de femme, coulée, avec 

Jorgue^ au cou (Compiègne). 

Sur Tautre petit côté (4"*), tête coulée avec yeux incrustés en 
verre et sommet à jour; style rappelant celui des monnaies 
gauloises (Compiègne). — De part et d'autre, inscriptions sur 
bronze : dédicace* à Mercure (Besançon), et dédicace au dieu 
Sinquatus (Géromont près Liège). 

Vitrine 17. — Vases en verre découverts en Gaule. On trouve 
une grande variété de formes, lasses, coupes, gobelets, urnes, 
carafes, barillets, flacons à col long et étroit, fioles. Le verre 
est souvent irisé, particularité qui tient à la décomposition 
des lamelles de verre où la lumière se joue comme dans un 
prisme. Cette irisation donne quelquefois à Textcrieur des 
verreries l'apparence d'une couche argentée. 

Signalons (B, 1", 8351) urne funéraire avec couvercle de 
verre (Arles) ; à côlé (29 506), grande urne à deux anses avec 
couvercle (Clermont-Ferrand) ; (14 401) vase ovoïde avec filets 
en relief formant réseau (Compiègne) ; (8189) vase à filets 



Digitized by 



Google 



SALLE XV. 125 

circulaires contournant la pansé qui est argentée par suite de 
l'irisation (Metz) ; (B, 3"* une série de vases à verser res- 
semblant à des biberons ; (27 230) beau flacon à deux anses 
(Reims); (B, 4% 29 516)- très grand barillet hexagonal (Lillo-^ 
bonne). Les principales provenances sont Gompiègne, Vaison, 
Saintes, Suèvres, Vcrrines (Deux-Sèvres) et Varennes, Moulins, 
Néris (Allier). • 

Vitrine 18. — Statuettes en bronze de divinités (1). A. 
1" Six statuettes d*Hercule; l'avant-dernière * à droite (Feurs, 
Loire) répète le motif grec d'Hercule marchant^ la massue sur 
répaulè (21031). — Remarquez aussi THercule grotesque de 
style phénicien (8550) et THercule tenant une serpe et des 
fruits (27 271, Aveyron). 

2^ Huit statuettes appartenant à la même série que celles de 
la section B, 2* (voy. plus loin). 

3° Gupidon (Poitiers); buste de femme au-dessus de trois 
têtes barbues (applique, ancienne collection Gréau)< — Laraire ♦ 
ou chapelle privée : un génie dit Lare tenant une coupe et 
une patère; à ses pieds, à côté de trois gradins, un porc, un 
coq et ua serpent (Mandeure). -- Buste d'un homme casqué; 
le casque a pour cimier un croissant (Sainte-Bernard en Ain). 

B. !• Statnette de Morphée *, le dieu du Sommeil, avec 
ailerons comme Mercure; il tient d'une main des pavots, de 
l'autre une corne à boire qu'il renverse, et porte au cou un 
torques argenté (musée de Besançon). Le type de cette statue 
est grec ; il en existe une grande réplique en marbre au musée 
de Madrid. — Apollon assis* (Riau en Allier); Minerve debout* 
(Berne, Suisse). 

Grande statuette * d'un beau style représentant un Herma- 
phrodite ; le' mouvement ressemble à celui d'une célèbre 
Vénus de Naples (musée d'Épinal) {2). — Jupiter* nu debout 
(Berne). — .Dieu Lare (Reims). — Jeun,e nègre, motif que 
l'on retrouve dans l'art grec (Reims). 

2<> Série de divinités ressemblant au Jupiter des Romains, où 

i(l) Depuis 1890 dans la salle XVII. 
(2) Le même motif se retrouve danf un bas-relief du musée de Sens r 



Digitized by 



Google 



i2li SALLE XV. 

Tàn a reconnu tantôt le Pluton gaulois oti Taranis (nommé 
Dispater par César), tantôt Ësus on Silvain (cf: p. 33). Quelques 
spécimen5' sont d*tln travail remarquable (Lyon, Besançon, 
Grenoble, Gôte-d'Or, Aise, Neufehàtel). Signalons au milieu 
une statuette aux yeux en argent (Arc-sur-TiUe en Gôle-d*Or) ; 
plus loin, un Jupiter de style grossier, s'appuyant sur la roue 
symbolique (Landouzy->a-VilIe en Aisne). Le socle porte une 
dédicace à Jupiter. — A droite, importante statue du Dispater 
trouvée à Pemand, près Beaune; le dieu tient le TasB à liba- 
tions d'une main et de l'autre un marteau en forme de barillet 
à long manche. 

3* Sur le petit côté, homme debout (captif?), les jambes 
croisées^ en bronze doré (Vienne, Isère). -^ Maillet de Di^iU^ 
avec marteaux rayonnants, important jobjet acquis à Vienne. 
-> Applique représentant Mercure entre deux palmes. — Tête 
de Faune* barbu, de beau style, aux yeux et aux dents d'argent ; 
au sorainei de la tête est un anneau^qui prouve qu'elle a servi 
de poids (Spire en Bavière) (1). -^ Grand buste de jeune homme 
diadème, qui présente que^ue ressemblance avec Alexandre le 
Grand (Saint-Barthélemy-de-Beaurepaire, Isère). — Tête de 
femme grossière, ex-voto (Êvreux). — Fortune assise, creuse à 
l'intérieur, ayant servi de tirelire (Lyon). — Sur le petit côté, 
femme drapée* d'un bon style (arènes d'Angers). 

Sur le devant, Mercure chevauchant un aigle; Pomone assise; 
Vénus pudique, type de la Vénus de Médicis (Saint-André-le- 
Désert, Saône-et-Loire) ; Isis (Besançon). — Satyre* portant une 
main au-dessus de ses yeux, type grec souvent répété (sorte de 
danse), joli travail (Feurs-en-Loire ; trouvé avec THe^cule de 
la même vitrine, section A, 1°, 21 032). 

Yiirilia 19. — Verreries, parmi lesquelles d'admirables 
spécimens irisés et des verres de couleur. Un barillet porte 
une inscription sur le fond; d'autres vases sont ornés de mas- 
carons ou de reliefs. Remarquez (kl 2» à gauche, 24 033) un 
flacon de verre encore muni d*anneaux en bronze passés dans 
les deux anses; (13407) flacon en verre violet avec ornements 

(1) D'après la tradition, l'original aurait été découvert k Scbwar* 
zanacker dans le Blleslhâl (Palutinat de Bavière). 



Digitized by 



Google 



SALLB XV. i!27 

moules (Vaison); (13 346 au milieu) gobelet hv6c d(Jpression8 
verticales et bourrelets horizontaux (Marne) ; (13 345) gobelet à 
pi^ avec 8ei*pent8 formant appliqués X^arne);' (14060) tout 
petit flacon à deux anses, jouet d'enfant (Gomptièghe). — (A, d^) 
Sôbcoupes cannelées; tout à droite (19 923), gobdet avec réticiilé 
et mamelons en relief (SuèVres). — (A, 4% 13696) Bol avec 
appliques en verre de couleur (Compiègne); tout à droite 
(12 617, 13342), tasses avec saillies en forme de larmes (Champ* 
dolent, Jonchery-sur-Sttippes). — (B, l"") Série de flacons à 
parfums avec très long col; (2*, 9021) coupe en verre vert; 
(13410) vase ovoïde avec quatre renflements; (24641) bou- 
teille rectangulaire en verre bleu avec quatre mascarons 
(Saintes). Rémarquez (B, 3*) la précieuse série de verres e( 
coupes de couleur découverts au mois de novembre 1871 dans 
une sépulture gallo-romaine de Sainies; quelques coupes sont dé* 
corées d'ornements blancs cdtelés qui leur donnent l'aspect de 
l'onyx. — (B, 4% 13357) Tasse de verre avec pastillages formant 
larmes, motif fréquent dans la verrerie mérovingienne (Marne) ; 
(14072) bol avec appliques de couleur (Ghàlons); (13 409), 
i9 524) gobelets avec réticulations en relief (Vaison, Suèvres). 

Vitrine 20. ~ Verreries diverses; plusieurs sont ornées 
de figures. Aux provenances citées plus haut (vitrine 17), ajou- 
tons celle de Vermand (Aisne), dont le cimetière a fourni deux 
barillets avec inscriptions sur le fond (29 667-8). Sur le rayon 
du bas, remarquez un bâtonnet en verre tourné comme une 
vis et surmonté d'un crochet : c'est un agitateur pour mêler 
les liquides. Sur le petit côté de gauche (3^), spécimen de 
verre multicolore (Orange). — (A, 3*) Médaillons * avec tètes 
en relief (Brothome en Eure, Âutun) ; le second porte une signa- 
ture de fabricant. Plus loin (9015), médaillon avec tète de 
Méduse en relief (Orange). — (A, 4") Fragments de verres multico- 
lores (millefiari) et de verres mamelonnés. 

Vitrine 21. — A,B,G,D,E,F. Grands et beaux spécimens de 
verreries, parmi lesquels des urnes funéraires avec couvercles 
en verre ou en plomb (17 508) contenant des ossements 
(Vaison, Douelle-en-Lot ; cf. p. 42). Dans le bas, au milieu 
(19515), très grande bouteille carrée (Suèvres); à droite (4% 



Digitized by 



Google 



128 SALLE XV. 

26640), barillet de Vergano (Piémont) avec inscription de fa- 
bricant. 

G, H, I, J, K, L, M, N. Très riche série de fibules en bronze 
(agrafes ou épingles de sûreté). Remarquée (L, M) les fibules 
circulaires, dont quelques-unes sont ornées d'émail (13437,. 
Vaison» très beau spécimen; Gompiègne, Hâcon) ; (N) les fibules, 
parfois émaillées, en forme de petits animaux, cheval, griffon, 
lion, léopard, lapin, faisan, paon, pigeon, poisson, taureau, 
tigresse, coq, oiseau à tète humaine (Mandeure en Doubs), cerf, 
chèvre et sanglier, dauphin, hippocampe, alouette, grenouille. 
On voit aussi le buste de Diane dans un croissant, un cava- 
lier, etc. Quelques-uns de ces objets sont d'un travail délicat et 
mériteraient d'être pris pour modèles par notre industrie. 

Trois vitrines plates, au-dessous des fenêtres, contiennent 
une magnifique collection de inouïes en argile découverts dans 
le département du Cher. Les motifs de ces moules sont très 
variés : plantes, fleurs, animaux, bustes, guerriers et gladia- 
teurs, eayaliers, etc. Remarquez surtout, près de la vitrine 8, 
plusieurs figures d'archers à casque pointu qui paraissent repré- 
senter des guerriers scythes; d'autres guerriers, coiffés de 
môme, sont figurés à cêté de cervidés et de grands chiens 
qu'ils conduisent. 

Dans la petite salle ronde adjoignant à la salle XV, statues 
(modernes) d'un mirrailion et d'un rétiaire (gladiateurs romains); 
au plafond est suspendue une belle lampe romaine en bronze"* 
découverte à Paris. 



Digitized by 



Google 



SALLE XVI. 129 



Salle XVI. — Céramique gallo-romaine. 

Vitrine 1. — Sept rangées de vases de provenances diverses, 
en particulier de Suèvres (Loir-et-Cher), Fécamp, Bavay, les 
cimetières de la Marne, Lillebonne, Gompiègne, les Tournelles 
(Oise), Glermont, Gonflans-sur-Seine, Ghampdolent (Oise), le 
Pas-de-Calais, Gand, Cologne, Mayence. Les couleurs varient 
du blanc au rouge et au noir; les ornements sont tantôt incisés 
(pointes, chevrons), tantôt en relief. Remarquez (G, t*) une 
urne de Bavay à vernis noir avec des lièvres et des cerfs cou- 
rant; (F, 3®) des vases ornés de têtes grossières provenant de 
Cologne et de Mayence (cf. p. 90). 

Vitrine 2. — Sept rangées de vases provenant de Suèvres, 
Gompiègne, Orange, Amiens, Cologne, etc. Quelques-uns portent 
des noms de fabricants (6^ à droite). 

Vitrine 3. -- Sept rangées de vases provenant de Suèvres, 
Saint-Bernard (Âin), Vichy, Gompiègne, Orange, Gonflans-sur- 
Seine, Ghampdolent, Saintes, le Mans, Ghevincourt (Oise), 
Bavay, Lillebonne, Béthune, Fécamp, Vichy, Cologne, etc. 
Remarquez (0, E) les vases à couverte blanche ornés de circon- 
férences ou de décors en jaune (Cologne, Gompiègne); (D, 3^) 
un vase de Rouvroy (Pas-dcrCalais), sur le modèle des œnochoéii 
de bronze (cf. p. 122), avec un buste de femme au sommet de 
l'anse; à côté, un vase du mont Ghyprès (Gompiègne), portant 
des représentations grossières d'animaux peints en rouge. 
. Vitrine 4 (1). — Les rayons du milieu sont occupés par des 
spécimens de céramique rouge lustrée, avec dessins incisés ou re- 
liefs (Marne, Gompiègne, Ghampdolent, Amiens, Vichy, etc.). 
Quelques vases de TOise portent des ornements blancs sur fond 
rouge. 

G. Trousse complète d'un médecin oculiste trouvée à Reims; 
o|ii y voit des crochets en bronze, des pinces, des lames en forme 
de lancettes, des fragments ^ de pâtes médicinales ou collyres 

(1) Ces vase^ sont depuis 1890 dans la «aile XVII. 

8 



Digitized by 



Google 



130 SALLE XVI. 

avec l'empreinte de cachets. Ces cachets d*oculistes, portant le 
nom du médecin, la tiature du remède et Tindication de la ma- 
ladie à guérir, ne se sont encore rencontrés qu'en Gaule : ceux 
du Musée proviennent de Gompiègne, dlngeviller (Bas-Rhin), 
de Ntmes et du département de la Moselle. Les remèdes indiqués 
n'ont aucune valeur «cientifique. 

H, I, J. (1) Série de couteaux en fer ou en bronse, avec manches 
en bronse ou en os ; quelques couteaux ont une lame à char- 
nière comme nos canifs. Les manches sculptés représentent un 
lion, un ckien, un chien poursuivant un lièvre, un singe che- 
vauchant un chien, un groupe de deux personnages, un guer- 
rier, un buste viril. Les grands couteaux (H, I) sont des cou- 
teaux de sacrifice, des couperets de cuisine, des tranchets, etc. 

K, L, M, N. Riche série de clefs en bronze et en fer, à deux» 
trois ou quatre dents, quelques-unes avec un crochet ou un an- 
neau de suspension. -^ Poignées en bronze de clefs en fer repré- 
sentant des têtes d'animaux (renard, sanglier, lion, cheval, chien, 
lionne, etc.). Dans d'autres clefs, la poignée en bronze est 
travaillée à jour ; ailleurs, l'extrémité de la clef en fer est d'un 
dessin compliqué. Remarquez (N) des clefs avec bagues en 
bronze, dont Tune présente une extrémité travaillée à jour en 
forme de svastika (cf. p. 29); plus loin, une série de pênes, 
de cadenas, d'entrées de serrures en bronze et en fer, provenant 
pour la plupart de Gompiègne. 

Pour la saUe XVn, voir le Supplément 

Le visiteur revient sur ses pas, traverse les salles XV, XIV, 
XIII, et monte un étage. En face du palier, sur la terrasse re- 
gardant le parterre, sont deux statues en bronze par Frémiet, 
représentant Tune un cavalier romain, Tautre un cavalier gau- 
lois. Sur le mur, bas-relief en marbre trouvé à Paris, représentant 
un festin ; les personnages ont des serviettes devant eux ; on voit 
une tète de sanglier servie sur un plat. 

Le visiteur continue à monter, tourne à droite, traverse les 
salles VI et V, puis commence l'étude du deuxième étage par la 
sAlle IV. La salle de numi^atique, qui donne dans la salle IV, 
sera décrite à la fin de ce catalogue. 

(i) Les séries H-N sont aujourd'hui dans la siUe XVII. 



Digitized by 



Google 



— 431 - 



DEUXIEME ETAGE 



Salle IV. — La Gaule avant les métaux. 
Stations lacustres. 

En 1853, les eaux du lac de Zurich ayant subi une forte baisse, 
on reconnut, à quelque distance du rivage, les restes de nem- 
breux pilotis plantés dans la vase. Dans Tintervalle entre ces 
pilotis, on recueillit des objets divers en pierre et en os, ves- 
tiges d'anciennes habitations construites sur le lac. Un savant 
suisse, Keller, s'appliqua le premier à Tétude de ces habita- 
tions, que Ton appela stations lacustres ou palafittes. On con- 
stata bientôt TeXistence de stations analogues dans plusieurs au- 
tres lacs de la Suisse, de la Savoie, de Tltalie du Nord, de TÂl- 
lemagne, de TAutriche, de TAngleterre, etc. On se souvint 
que les écrivains grecs avaient décrit des habitations de ce 
genre tant au pied du Caucase qu'en Macédoine» et .ou les rap- 
procha des demeures lacustres de quelques sauvages de nos jours, 
comme les Papous de la Nouvelle-Guinée et les Dyaks de Bornéo. 

Les plus anciennes palafittes' de la Suisse appartiennent à l'âge 
de la pierre polie. On n'y trouve que des outils en pierre et en 
os. Les autres, qui sont bien plus nombreuses, datent de l'époque 
où les métaux étaient connus. Ce mode d'habitation a persisté 
en diverses contrées pendant un grand nombre de siècles. Éta- 
blies d'abord pour des motifs de défense, les palafittes semblent 
avoir servi plus tard de magasins et de dépôts. 

La civilisation des palafittes nous est connue par les nombreux 
vestiges qu'elle a laissés dans les lacs. Elle commence, comme 
nous l'avons dit, à l'époque de la pierre polie, alors que les 
grands animaux quaternaires et le renne lui-même avaient 



Digitized by 



Google 



132 SALLE lY. 

probablement disparu depuis longtemps. Les lacustres ont des 
animaux domestiques, en particulier le bœuf et le mouton, qui 
manquaient aux habitants des cavernes du Périgord ; ils cultivent 
le blé et le lin, connaissent Tart de tisser les étoffes, construi- 
sent leurs demeures avec des branchages couverts de paille et 
enduits de boue, fabriquent des poteries grossières. Leur état 
social les rapproche beaucoup <les^ constructeurs de dolmens, 
avec lesquels ils ont en commun les pierres rares ou étrangères, 
en particulier la jadéite. Gomme il est probable que les animaux 
domestiques sont originaires d'Asie, on a pensé que les lacustres et 
les hommes des dolmens appartenaient à utie même civilisation 
provenant de ce pays. Ce sont encore des Asiatiques, suivant 
une opinion répandue, qui leur ont apporté les métaux, et qui 
plus tard, sous le nom de Celtes et de Gaulois, ont dominé en 
Gaule et sur une partie de TËurope centrale. 

Vitrine 1. — Stations lacustres de la Suisse. A. Ossements 
recueillis dans les palaftttes : fragment de crâne humain, fron- 
tal de cerf, mâchoire de bœuf; mâchoires de cochon, de chien, 
de castor, de chèvre; cornes de chevreuil, de chèvre, de bœuf, 
de cerf (station de Treytel, lac de Neufchâtel). Sur le devant, 
grand arc* en bois (Robenhausen, sur le lac de Neufchâtel). 

B. Haches en pierre polie emmanchées; tantôt la hache «st 
directement fixée dans le bois, tantôt elle est préalablement 
ajustée dans une gaine en bois de cerf où Ton a fait pénétrer 
ensuite un manche en bois. 

G. Haches en pierre polie dans leurs gaines en bois de cerf; 
marteaux à douille en bois de cerf. En bas, grande massue * en 
bois d'if (Robenhausen). 

D. Gaines de haches et manches d'outils en bois de cerf. Re« 
marquez les gaines de haches en bois de cerf à talon fendu. 

Vitrine 2 (plate). — Outils en silex des stations lacustres, 
scies, éclats, grattoirs, pointes, etc. Ces outils, tous destinés i 
être emmanchés, sont beaucoup plus petits que ceux de la Somme 
(cf. p. 52). Remarquez (B à gauche, 6018) une scie en silex 
emmanchée dans du bois (Wangen, lac de Constance). 



Digitized by 



Google 



SALLE ly. d33 

Vitrine 3 (plate). — OutU^ en os et en bois de cerf des sta- 
. fions lacustres : ciseaux, lissoirs, poinçons, etc. 

Vitrine 4 (plate)'. — Objets analogues aux précédents : poinçons, 
lissoirs, dents de peigne. Remarquez (B) un peigne de lin à trois 
dents réunies par de la poix (Locras, lac de Bienne). 

Vitrine 5..--B. Types de haches polies des stations lacustres, 
en pierrçs communes, en jadéite, en isocrase, en saussurite. Ni 
par la grandeur, ni par le travail, elles ne sont comparables aux 
haches polies de la Bretagne (salle II). 

G. Suite de la même série : haches en serpentine. Remarquez, 
. en bas, une grosse pendeloque * en pierre (lac de Zug), et une 
hache-ciseau en serpentine (lac de Neufchâtel). 

D. Modèles de marteaux-haches et haches ébauchées. On voit 
la manière dont on perçait le trou central des marteaux, en en- 
levant un noyau de pierre intérieur à Taide d'un foret en os qui 
attaquait successivement Toutil de chaque côté. Remarquez en bas 
un de ces forets restitué par Keller, et une hache polie en ser- 
pentine avec essai de perforation moderne. 

Vitrine 6 (plate). — A. pointes de flèche et scies en silex. 
— B. Broyeurs ou percuteurs, polissoir en molasse, pierre à aiguir 
«er, brunissoir. 

Vitrine 7 (plate). — Meules fixes, pierres formant contrepoids. 

Vitrine 8 (plate). — Restes de Tindustrie des stations la- 
custres : étoffe ou feutre en écorce d*arbre (Robenhausen) ; poids 
de filets, flotteurs de filets en écorce de pins, hameçons; filet à 
grandes mailles en lin et ficelles en lin (Wangen, lac de Con- 
stance); filet à mailles serrées, corde en lin (Robenhausen) ; frag- 
ments carbonisés d'une toiture de chaume (Wangen) ; agitateur 
en sapin pour faire le beurre (Robenhausen) ; coquilles de noi- 
settes, graines de framboises et de mûres de ronces, pommes 
sauvages et pommes cultivées ayant séché au soleil, épis de blé, 
pains de seigle, pains cuits sur des cailloux rougis, froment car- 
bonisé. — A droite, meule à moudre et molettes à broyer. 

Vitrine 9 (plate). — A. Percuteurs, haches, pierres à aigui- 

8. 



Digitized by 



Google 



134. SALLE IV. 

ser, cailloux présentant des traces de sciage, broyeurs en pierre. 
B. Haches et ciseaux. A droite, haches en jaid^te de très pe- 
tites dimensions (objets votifs ou amulettes). 

Vitrine 10 (plate). — Haches polies en pierres diverses. 

Vitrine 11 (plate). — Restes de l'industrie textile des la- 
custres : fragments de vannerie et de paillassons ; fil de lin car- 
bonisé; lin teillé non peigné; pelotons de fil de lin; tissas en 
lin carbonisés; broderie sur tissu de lin (Rob.enhausen, Wan- 
gen). Le dernier spécimen surtout est intéressant par Thabiletô 
de main dont il témoigne. • 

A droite et à gauche de cette vitrine, gravures coloriées re- 
présentant les habitations lacustres modernes de la Nouvelle- 
Guinée. 

Vitrine 12. — Poteries des stations lacustres. La terre est 
lourde et grossière; les vases sont généralement sans anses, 
toujours sans couvercle et sans pied; on les maintenait droits en 
les posant sur des anneaux en terre cuite. L*ornementation, sou- 
vent obtenue à l'aide des doigts, est rudimentaire, comme dans 
la poterie des dolmens (cf. p. 62). 

A droite, en bas, fragments de pilotis en bois, détruits par des 
incendies. Un très grand nombre de stations lacustres présentent 
les traces des incendies qui les ont détruites» 



Digitized by 



Google 



SALLE Y. 135 



Salle V. — La Gaule après les métaux. 
Armes de bronze. 



Le bronze est un alliage de cuivre et d'étain; il ne pouvait 
être inventé que dans un pays où Tétain et le enivre se trouvent 
' réunis. Or, les pays qui remplissent cette condition -sont en très 
petit nombre. En outre, les bronzes antiques présentent tous 
sensiblement la même composition, ce qui a paru prouver que 
la fabrication de ce métal fut d'abord le monopole d'une 
caste religieuse et commerçante qui la tenait secrète. Ainsi s'ex- 
pliqueraient les analogies frappantes de matière et de forme 
que présentent certains objets en bronze comme les épées, les 
poignards, les haches, dans des régions aussi éloignées l'une 
de l'autre que la Gaule, la Hongrie et les pays Scandinaves. 

L'industrie du bronze se révèle dans les stations lacustres par 
des produits d'une fabrication déjà fort habile : elle n*est donc 
pas née sur place, mais a dû être importée du dehors, d'abord par 
le commerce ou quelques groupes restreints d'immigrants (voy. 
salle III), puis, à ce qu'il semble, par les grands mouvements de 
peuples venus de TOrient. Gomme centre primitif de la fabrica- 
tion du bronze, oa a successivement proposé la Phénicie, l'Inde, 
rindo-Gbine, l'Asie centrale, l'Altaï et la région du Gaucase: 
c'est cette dernièrje hypothèse qui concorderait le mieux avec 
les textes des écrivains de l'antiquité, mais il faut observer 
qu'on ne connaît pas de gisements d'étain dans le Gaucase. 

Il n'est pas certain, du moins pour la Gaule, que le bronze 
ait été seul employé à une certaine période, car on trouve du fer 
dans les stations lacustres et même dans les dolmens (Aveyron). 
Mais le fer, à cette époque, était mal réduit, mou et friable, et 
l'acier, fid»riqué en Asie Mineure, était encore un objet de grand 
prix. Aussi le fer ne servait-il que pour les outils agricoles, tandis 
que l'on réservait le bronze, qui séduisait aussi par son éclat, 
aux armes et aux objets de parure. Une épée .en bronze», infé- 



Digitized by 



Google 



i'Sfd SALLE V. 

rieure à une épée en acier, vaut beaucoup mieux qu^une épée 
en mauvais fer. On peut donc parler d*une période des ai'mes 
de bromef mais non pas d'un âge de brome excluant l'usage du 
fer. 

Vitrine 1. — A. Vases et anneaux-supports (cf. p. 134) des 
stations lacustres du Bourgct (Savoie) et de la Suisse. Les 
décorations sont exclusivement géométriques; la couverte 
est généralement grise ou noire. Quelques vases moins grossiers 
paraissent avoir été fabriqués à l'aide du tour. En bas, spéci- 
mens de revêtement en terre des cabanes lacustres du Bourget. 

B, G, D, E. — Poteries lacustres, pesons de fuseau (lac du 
Bourget). Remarquez (E, 4<*) des poids de métiers ou de filets 
peiforés et des vases d'un travail plus soigné, rappelant les 
'^meilleurs spécimens trouvés dans les dolmens. 

F. Broyeurs, marteaux, brunissoirs, pendeloques; manches 
en bois coudés de hache en bronze (Bourget). 

6. Haches à ailerons et à douille; pointes de lance et de 
flèche; couteaux, faucilles, rasoirs, épingles, aiguilles, bracelets, 
boutons et appliques en bronze; perles d'ambre et de verre, 
j anneaux de bronze (Bourget). 

• H. Anneaux, poinçons, hameçons de bronze; fragments de 
filets, de cordes, de tresses, de vannerie ; pesons de fuseau, 
moules d'anneaux en molasse; fragment d'élain; poterie ornée 
de bandes d'étain (Bourget). Ces derniers objets prouvent que 

'• les lacustres ont appris eux-mêmes à fabriquer Içurs ustensiles 
en bronze, puisqu'ils possédaient non seulement des moules, 
mais de l'étain à l'état pur. 

A droite, fuseau en bois, fragments de vases et de pilotis 
en bois; chaume d'un toit incendié; calfeutrage des cabanes; 
glands, pommes sauvages, millet, blé, noisettes, fèves, pain cuit 
sur des cailloux (Bourget). 

Au-dessus de cette vitrine: 1* peinture à l'huile du vicomte 
Lepic, représentant l'intérieur d'une habitation lacustre; 
2« roue* en bois avec traverse centrale, de Hercurago près 
Arona (palafittes du Piémont); 3^ pilotis* de Mercurago ; 
4* peinture à l'huile du vicomte ^Lepic^ ^représentant la. station 



Digitized by 



Google 



SALLE V. 137 

. de Crésine restituée (lac du Bourget) ; 5* autre roue* de Mer- 
Gurago; remarquez les traverses au lieu de rayons; 6* restitu- 
tion, par le vicomte Lepic, de deux cabanes de la station de 
Grésine« 

Vitrine 2. — Au-dessus, à droite, croissant en grès, avec 
ornements rectilignes, provenant d'Ebersberg (Zurich). On a 
expliqué ces objets comme des chevets ou des symboles reli- 
gieux. * 

A. Pointes de lance et haches en bronze provenant de la 
Suisse, des dragages de la Seine, de Tlsère, de Seine-et-Oise, de 
rOise, d*Orange, etc. La forme la plus ancienne de la hache 
en bronze est la hache plate ou coin; puis on trouve la 
hache à bords droits, pliis ou moins relevés, la hache à aile- 
rons et finalement la hache à douille, qui dérive évidemment 
de la hache à ailerons. Ce mot de hache ne doit pas induire en 
erreur: ce sont des outils et non des armes. 

B. Série de pointes de lance en bronze. Remarquez en bas 
des moules* de lance en pierre de Gimmeldingen (musée do 
Spire) et de Suisse. 

G. Pointes de lance, dont quelques-unes de grandes dimen- 
sions trouvées à Paris et à Villeneuve-Saint-Georgcs dans la 
Seine; elles présentent parfois à l'attache de la feuille des 
.oreillettes percées ou des trous. Dans le bas, quelques talons de 
lance. 

Vitrine 3 (plate). •— Objets provenant d*une cachette ou dépôt 
de fondeur découverte en 1884 au Petit -Villatte (commune 
de NeUvy-sur-Barangeon, Cher). Ces bronzes contiennent une 
forte quantité de plomb. Remarquez des appliques, des disques 
avec cercles concentriques en relief, une rouelle, une agrafe de 
ceinturon, un cercle ajouré suspendu à un anneau, un grand 
'nombre d'anneaux isolés ou accouplés en grappes, des spirales, 
des fils de bronze. On a pensé que les anneaux en grappes 
avaient pu être utilisés à l'origine comme monnaies. Quelques 
anneaux creux contiennent de la grenaille de bronze, comme 
s'ils avaient servi de hochets (tintimabula). 

Vitrine 4. — Suite de la même trouvaille. Bracelets avec 



Digitized by 



Google 



•J38 SALLE y. 

décorations géométriques-, en creux et en relief; faucilles, bou- 
tons, disques ornés de cercles concentriques (phalëres de che- 
vaux), pointes de lance, petite poignée d'épée (29 374), haches 
à douille et à ailerons. Remarquez en bas un moule de hache 
à ailerons en deux valves. 

Vitrine 5 (plate). — Série comparative de l^aches en bronze; 
quelques-unes, trop petites pour avoir servi, sont probablement 
des objets votifs (cf. p. 65). Telles sont (A à droite) les 
petites haches trouvées à Maure-de-Bretagne (Ule-et-Vilàine), 
réunies ensemble par un fil de bronze passé dans un anneau 
latéral, il est probable qu'elles étaient réunies ainsi pour la 
commodité du transport commercial. — Quelques haches sont 
ornées de filets ou d*arcs de cercle en relief (B à droite). 

Vitrine 6. — À. Bracelets en bronze de types divers ouverts 
ou fermés, incisés ou lisses, pleins ou creux à l'intérieur. Les 
ornements, en creux ou en relief, sont des nervures, des 
chevrons, des cercles concentriques; les plus beaux spécimens 
gravés proviennent des stations suisses (lacs de Bicnae, de 
N«ufchâtel). 

B. Série de faucilles en bronze, aVec ou sans boutons à la 
base. Remarquez à gauche (20 301) un manche de faucille* en 
bois (Mœringen^ Suisse), et deux'tnoules* de faucille en terre 
cuite et en pierre (Suisse). 

Vitrine 7. — A. Précieuse série (^'objets en bronze, recou- 
verts d'une belle patine verte, découverts en 1850 à Vaudre- 
vanges près Sarrelouis (Prusse Rhénan^), dans un marais où ils 
avaient sans doute été jetés à titre d'offrandes religieuses, 
peut-être à la suite d'un combat.. , . 

Moules de haches ; haches à ailerons et anneau latéral ; 
arcs de cercle avec annesaux ^yant fait partie d*un mors; groupes 
d'anneaux ; bracelets ouverts et creux à l'intérieur ; disques avec 
cercles concentriques ; spirale» ~ Grand cercle ajouré orné de 
raies concentriques avec un anneau de suspension et deux 
petits cercles ajourés suspendus à l'intérieur du premier; cet 
objet a pu servir de tintinnabulum ou de clochette dans le 



Digitized by 



Google 



"" SALLE V. 139 

harnadieraent d*un cheval, comme celui* qui lui fait face et 
qui provient de Frousrd (?). 

Tubes avec renflements aux extrémités, ornés de cercles en 
relief dans lesquels devaient passer les cordes servant de rênes ; 
anneaux accouplés; ornement de bronze à jour; bracelets en 
spirale et grands boutons ayant servi d'appliques. Remarquer, 
au milieu la célèbre épée de Vaudrevanges, type de Tépée de 
bronze avec poignée pleine à cuvette, crans à la naissance de 
la lame et filets (long. 0^45). Sa forme est identique à celle 
de répée de Mœringen (Suisse); cette même station lacustre a 
fourni nn mors pareil à celui de Vaudrevanges. 

B. Grands boutons ou disques (objets de barnachement), pro- 
venant des lacs de Neufchàtel et de Bienne, de Bosscnay (Aube). 
Les quinze grands disques trouvés à Saint-Martin de Bossenay, 
' au lieu dit les Vignes, paraissent avoir fait partie du harna- 
chement d*iin cheval de parade. 

Vitrine 8. — Moules d*anneaux (Suisse) et moules de haches 
enterre, ^n pierre et en bropze (Suisse, le Theil, Paris). 

Vitrine 9. — Grands disques* hémisphériques avec orne- 
ments incisés rectiiignes . ou circulaires et gros cabochons : 
Tua d*eux porte la trace d'une réparation ancienne (Saint- 
André- les-Alpes, Basses- Alpes.) — Série d'objets que l'on croit 
être des rasoirs (Oise, Villeneuve-Saint-Georges, Rouen, Côtes- 
du-Nord, Hanche, Namur); des bronzes, identiques de forme, 
ont été trouvés en Suisse et dans l'Italie du Nord (comparez 
le meuble à volets nMl). — (30 081). Grossière figurine 
virile en bronze* (Doraèvre-en-Haye), un des très rares spéci- 
mens de la sculpture à cette époque. 

Vitrine 10. — Cette vitrine contient le dépôt d'un fondeur 
découvert en 1867 à Larnaud (Jura) : c'est une des plus pré- 
cieuses acquisitions du Musée. Elle se compose d'objets plus 
ou moins usés qui devaient être fondus de nouveau. 

A. Ciseaux, marteaux, gouges, haches, fragments d'épées, 
bases de fourreaux ; bracelet gravé transformé en lame de 
poignard (21 645). 

B. Boucles, tiges ou lingots de bronze, rebuts de moulages. 



Digitized by 



Google 



UO SALLE V. 

culots et saumons de bronze, fragment poli de bronze ehargé 
d*étain. 

G. Garnitures de roues, agrafes, rubans, feuilles et orne- 
ments gravés, grains de collier en forme de tubes, grand disque, 
boutons à décors incisés et à bélières, boucles de ceinturon, 
appliques. 

D. Pendeloques en forme de roue avec traverses (cf. p. 137) ; 
fragments de colliers, épingles, . disques en spirales, clous, 
anneaux, tranchets, poinçons, ciseaux à main, pendeloques 
avec chaînettes et anneaux, anneauX accouplés. Plusieurs de 
ces objets portent des chevrons et des ornements circulaires 
gravés en creux. 

E. Hameçons, crochets avec figures d'oiseaux, fibules, agrafes, 
bracelets divers. 

F. Pointes de flèche et de lance, couteaux et manches de 
couteau, faucilles. 

G. Haches à talon de diverses provenances (Normandie, 
Scine-et-Oise, Seine-et-Marne, Eure, Cantal, Jura, Ain). 

H. Haches à ailerons de diverses provenances (Suisse, Oise, 
Dordogne, Aude, Morbihan, Indre-Qt-Loire , Seine-et-Oise , 
Somme, Savoie, Côtes-du-Nord, Isère), avec un spécimen* de 
hache à ailerons emmanchée (Suisse); moules * de haches (mu- 
sée de Rouen). 

L Haches à ailerons ^e diverses provenances, avec des. restes 
d'emmanchure ; hachés à oreillettes (Suisse, Haute-Savoie, Mor- 
bihan); haches à bords droits plus ou moins élevés; hache à 
main avec poignée plate. ' 

J. Haches à main (Suisse, Auvergne, Bas-Rhin, Isère, etc.). 
Remarquez au milieu une belle hache * ornée de chevrons et 
de losanges ; à droite, deux petites haches allongées et étroites 
(Creuse, Côte-d*Or). 

K. Haches étroites à bords élevés, haches-coins tout a fait 
plates, dont quelques-uneà en cuivre (Vendée, Seine-ét-Oise, 
Gers); grandes spatules en bronze; ciseau à long manche; 
hache* emmanchée; haches à bords droits. 



Digitized by 



Google 



SALLB V. 141 

L. Hache à bords droits et à talon ; le manche était fixé dans 
le talon à l'aide d*une corde. Â droite, grande hache à talon 
avec anneau latéral (Avignon). 

„ 11. (Meuble à Yolets). — Ce meuble contient une pré- 
cieuse série d*aquarelles et de photographies d'après les prin- 
cipaux instruments de bronze en usage dans l'Europe occiden- 
tale : épées (A-P) ; rasoirs et tranchets (T, Z, AA-66); rasoirs et 
tranchets de fer (HH); épées, 4)oignards, haches, vases, etc., du 
musée de Copenhague, photographies de l'album Worsaae (II- 
W). L'examen de ces figures montre une ressemblance générale 
entre les objets de bronze trouvés en Europe, et aussi l'exis- 
tence de certaines variétés, dont la distribution géographique 
retracée sur une carte permet comme de jalonner les grandes 
routes suivies par les émigrations et par le commerce. 

Vitrine 12. — 1* Série de poignards triangulaires (Toscane*, 
Ardèche*, Somme*, Hongrie [?], Seine-et-Oise, Hautes-Pyré- 
nées*; dragages de la Seine à Villeneuve-Saint-Georges, etc.). 
La conformité générale de leurs formes est digne d'attention. 

2*, 3° Petites lames e poignard en bronze, la plupart trian- 
gulaires et à rivets; quelques-unes se rapprochent de la forme 
d'une feuille et présentent une soie (Suisse et France) ; plusieurs 
proviennent du gué de la Seine à ViUeneuve-Saint-Georges. 

Vitrine 13 (plate). — Échantillons de minerais de cuivre 
exploités à Milagro (Asturies, Espagne), avec un marteau en 
bois de cerf et des marteaux en pierre découverts dans la 
mine. — Haches et brunissoirs en pierre polie, ayant servi à 
polir le bronze. — (21 726) Boutons à bélière en bronze (Lar- 
naud, Jura); (17 721, 21712) pendeloques circulaires et à 
chaînettes; (17 727) rasoir; (21427) plaque* percée de sept 
trous (Mœringen); agrafe gravée (Maçonnais); ornements de 
brides de cheval (Notre-Dame-d'Or, Vienne); bracelets et 
anneaux conjugués (Suisse, France de l'Est et du Centre). 

Vitrine 14. — Restitutions d'épées de bronze. 

Vitrine 15. — Épées en bronze de formes peu communes 
en Gaule. Nous distinguerons : 1<* le type très allongé, à rivets 

9 



Digitized by 



Google 



i42 SALLE V. 

et sans soie (Gourtavant * en Âubc; autres de Saxon-Sion* 
en Meurthe, des musées de Zurich et de Sens, de Gaucourt-sur- 
Somme près Âbbeville); t" un type analogue avec soie mince 
(26002, gué de Villeneuve-Saint-Georges en Seine-et-Oise ; 
autres* de Neufchâtel, Pilon près Nantes, Bligny en Seine- 
et-Oise [original, très petit spécimen], les musées d'£pinai et 
de Valence, la Seine à Corbcil et à Tile Saint-Ouen). Une épée 
analogue *, où la soie mince est surmontée d*un gros bouton, a 
été trouvée à Annecy ; c'est un type exceptionnel (8636). Dans 
le bas, épées très courtes (moulages et originaux) de pro- 
venances mal établies (dragages de la Seine). 

Vitrine 16. — A. Grande chaîne * en bronze avec huit pen- 
deloques (la Ferté, en Allier); sphère ♦ en bronze percée de 
deux trous, avec gravures rectilignes (même prov.); montants 
de mors en bronze et en andouiller de cerf; tubes ornés 
analogues à ceux de Vaudrevanges (p. 138). Remarquez le mors 
de Bienne (Suisse) et celui de Mœringen, dont les montants 
sont identiques à ceux de Vaudrevanges (Voir au Supplément), 

B. Marteaux, haches plate» et à douille, ciseaux et gouges ; 
ciseau * emmanché dans un andouiller de cerf (grotte de Gour- 
dan, Haute-Garonne); poinçons, hache minuscule, moules de 
haches en terre cuite et en pierre (Mœringen, Provins?). — 
Hache en plomb coulée dans un moule en pierre du musée de 
Clermont-Ferrand (épreuve moderne). 

Vitrine 17. — A. Moules* d'épingles en pierre (Suisse); 
épingles à grosse tète percées dé trous (stations d'Auvernicr, 
Gorcelettes et GortaiUod, lac de Neufchâtel) ; épingles surmon- 
tées de boutons, extrêmement longues (Doubs, Côte-d*Or). 

B. Série de longues épingles avec boutons supérieurs et 
disques rapprochés formant comme une spirale vers la tête 
(Haute-Savoie, Ardèchc, Saône-et-Loire, Ain, Aube, Scinc-et- 
Oise, Puy-de-Dôme, Meurthc, lac de Neufchâtel). La plus 
grande * (8640), trouvée à Fillinges (Haute-Savoie), donne son 
nom au type. — Autres épingles plus petites, avec boules, 
disques, cônes ou doubles cônes au sommet, présentant sou- 
vent des enroulements incisés qui rappellent le type précé- 



Digitized by 



Google 



SALLE V. 143 

dent (Seine-et-Oise, Gdte-'d'Or, Saône-et-Loire, Jura, Suisse); 
les spécimens suisses sont de beaucoup les plus nombreux. 
— Épingles surmontées d*un anneau mobile ou d'un enroule^ 
ment (Seine-et-Oise, Suisse) ; les spécimens suisses sont de 
beaucoup les plus nombreux. 

Vitrine^ 18. — A. Objets de la trouvaille de Rcallon (Hautes- 
Alpes). C'est une cachette de fondeur ou de marchand, compo- 
sée d*objets absolument neufs, qui a été découverte en 1870 à la 
suite d'une pluie d'orage qui ravina le sol. ~ Tubes unis et 
annelés, ressorts à boudins, nombreux petits anneaux, ap- 
pliques et agrafes, demi-cercles avec bélières, agrafe et cein- 
turons incisés, bracelets creux du type de Neufchfttel (cf. 
vitrine 6). Remarquez (14 791) une très belle paire de bra- 
celets à larges oreillettes avec gravures rectilignes fort 
élégantes. — Boutons, disques, rouelles, pendeloques diverses 
avec anneaux de suspension, faucilles, pointes de lance, cou- 
teau à douille avec gravures sur la lame. — Sur Tarête de la 
vitrine, grande épingle de bronze. 

B. Série de couteaux en bronze de provenances diverses, les 
uns à douille (où Ton faisait entrer le manche), les autres à 
soie (qui pénétrait dans le manche). Provenances: Suisse, 
Haute-Savoie, Seine-et-Oise, Saône-et-Loire, Côte-d'Or, Lozère, 
Belgique. — D'autres couteaux sont pourvus de manches en 
bronze (Suisse, Côte-d'Or, Saône-et-Loire, Aube). Remarquez 
les couteaux à manciie* avec anneaux au sommet (Suisse, 
24855; Gourtavant en Aube, 22 390). A droite, moules de cou- 
teaux en terre et en pierre (Suisse, bords du Rhin). 

Vitrine 19 (plate). — Marteaux, haches en bois de cerf 
(Suisse, Choisy-le-Roi). — Quatre ornements de poitrine en 
bronze, ouverts au sommet (Saint-Viâtre en Loir-et-Cher); 
bobines en terre cuite (Suisse); sistres ou clochettes* (tintin- 
nabula) avec anneaux mobiles; anneaux accouplés; rouelle, 
pendeloques, scies, pointes de flèche, fibules* avec gros arcs 
annelés (Suisse); ressorts et spirales, boutons. — (21 441) Lame 
d'or ornée au repoussé (Mœringen en Suisse); cfeuble enrou- 
lement* en or (même prov.); hameçons de bronze (Suisse, 
Seine-et-Oise); entonnoirs (?) en bronze (Suisse.) 



Digitized by 



Google 



\U SALLE V. 

Vitrine 20. — £pces et poignards de bronze. Nous distingue* 
rons les types suivants : 

l*" Tout à gauche (15 181), épée* du tumulus de Baré8ia(Jura) 
avec soie plate à rivets, crans à Torigine de la lame, filets laté- 
raux, base de fourreau ou bouterolle à ailettes; autres, aveo 
ou sans la bouterolle, de la Drôme (trois exemplaires *), de 
Graraat* dans le Lot, de laCdle-d*Or (1), du Jura*, du Cher*, 
de l'Ain*, de la Seine près d'Elboeuf. — En bas, bouterolles 
analogues de Saône-et-Loire, de la Drômc *, de TAin *, de la 
Côte-d'Or*, du Lot*, du musée de Francfort*. A gauche, rno- 
dële d'une extrémité de fourreau fixée dans la bouterolle. 

^ Poignards à filets latéraux et à rivets, type du Lessart 
(Côtes-du-Nord) ; autres semblables, de longueurs et de formes 
assez variées, retirés de la Somme, de la Seine, de la Sarthe*, 
de la Saône, de Ribemont, d'Auxonne, de Boulogne et du Pas- 
de-Calais *. Tout à droite (7600), type exceptionnel par ses 
dimensions et par sa forme, trouvé à Plougrescant (Gôtes-du- 
Nord); c'est sans doute un poignard de sacrifice ou une offrande 
religieuse. 

Vitrine 21.— Suite de la série des épées. Les types domi- 
nants sont courts, à arête centrale plus ou moins marquée, 
crans peu prononcés ou absents, soie à rivets petite, plate et 
relevée sur les bords. Nous prenons comme types deux épées 
de Penhouet (Saint-Nazaire); dans Tune (Penhouet I*), il y a 
des trous circulaires pour les rivets (23412); dans l'autre (Pen- 
houet II*), le trou supérieur est une ellipse allongée (23 844). 

Le type Penhouet I est représenté, avec des variantes légères, 
par des spécimens de Seine, Seine-el-Oise, Oise (Pontpoiot), 
Manche*, Seine-Inférieure (Rouen, port de Dieppe), Loiret 
(Gonflans près Montargis), Suisse* (Neufchâtel) , Bas-Rhin*, 
Eure*, Morbihan * (Questemberl), les Côtcs-du-Nord. L'épée 
retirée du port de Dieppe est accompagnée d'un fourreau. 
Remarquez à gauche une variante où la soie se prolonge par 
une tige courte (Rouen*, Suisse*). 

(1) L'inveatake indique eommo provenance les environs dé Besançon 
(envoi de Napoléon lU, le 25 juillet 1867); mais U. Gharvct a cru pouvoir 
affirmer qu'il y avait eu confusion entre Besançuo et Dijon* ; 



Digitized by 



Google 



SALLE V. i45 

Le type Penhouet II est représenté avec quelques variantes 
par des spécimens do rAIlier, Seine-et-Oise, Somme*, Seine- 
Inférieure *, — Dans le bas, type à soie plate offrant deux 
étranglements séparés par une saillie ovale et une petite tige 
supérieure à croisière (Rhdne*, Oise*, Moselle, Seine, Suisse*). 
Nous laissons de côté les épées de provenances douteuses. 

Vitrine 22. — Suite de la série comparativa des épées. Nous 
distinguons quatre nouveaux types : 

1* (8111) Le type de Vaudrevanges* (cf. p. 138), représenté 
par des spécimens de Suisse (nomlireux), du Wurtemberg*, de 
Hesse Rhénane*, de Bavière*, du Rhône et du Bas-Rhin*; 

2® (27 291) Le type de Humes (Haule-Marne), analogue au 
précédent, avec double cuvette et rivets, qui reparaît dans le 
Cantal (Alliés) et à Alésia* (très petit spécimen, cf. p. 111); 

3<* Le type à antennes enroulées, représenté par des spéci- 
mens* du Hanovre, de la Suisse, du Rhône; 

4** (15179) Le type de Sigean* (Aude), avec pommeau sur- 
monté d'un disque, que Ton retrouve en Dordogne* et dont il 
existe une intéressante variété trouvée près d'Uzès* (24023), 
avec très grand disque supérieur et petit manche. 

Parmi les types rares ou isolés, citons (15252) Tépée de 
Trévoux* (variété de Vaudrevanges), la poignée ornée * à disque 
des environs de Worms(21066, analogue* trouvée dans la Loire), 
la poignée* de Saint-Cenouph (Indre-et-Loire), avec gravures 
incisées, de type Scandinave (14785, musée de Tours); celle de 
Larnaud* avec cuvette surmontée d'un bouton et poignée mince 
(cf. p. 139). 

Vitrine 23. — Grande hache de bronze* double à nervures 
incisées (21 087, Palatinat) ; fragments de saumons et saumon * 
(12083), culots de bronze; peigne ou pendeloque (Jura?). 

Fragments de casques (25039), moule de hache, grande ceinture 
en anneaux de bronze avec pendeloques; perles de verre bleu 
et d*ambre, feuilles d'or estampées (cf. salle VI, vitrine 26); 
pesons de fuseau en terre cuite, hache à ailerons (le Thcil en 
Loir-et-Cher, trouvaille faite en 1874 par l'abbé Bourgeois). 

Au-dessus de la cheminée, deux roues en bronze à rayons et 
timon de char (Fa en Aude ; musée de Toulouse), 



Digitized by 



Google 



146 SALLE V. 

Dans le corridor qui sépare cette salle de la précédente, gra- 
vures de lames d'épées découvertes en 1881 sous un rocher à 
'Gastello en Saint-Brandan (Gôtes-du-Nord). Dans le eorrridor 
qui conduit à la éalle VI, gravures représentant les objets trou- 
vés dans le cimetière gaulois de Kerviltré (Saint-Jean Trolimon, 
Finistère). Ce sont des vases carénés, un fragment de poterie 
avec des oiseaux grossièrement dessinés, une hache et des 
bracelets en bronze, une perle en verre bleu passée dans un fil 
de bronze, deux torqties en or. CcsT objets présentent de Tana- 
logie avec ceux delà salie YI. 



1 



Digitized by 



Google 



SALLE VI. m 



Salle YL — Époque gauloise*. — Sépultures sous tumulus. 

On appelle généralement ère celtique (1) celle qui est caracté- 
risée par rimportation des métaux en Gaule, par la prédominance 
du bronze dans la fabrication des armes (salle V), et par Tintro- 
duction du rite de Tincinération sur quelques points du terri- 
toire, notamment dans le Sud-Est et le Sud. Vère gauloise, qui 
commence avec la salle YI (salles VI-XIII), se distingue, au 
contraire, par la prédominance des armes en fer, par la dispari- 
tion des épées de bronze (sauf pour les cérémonies du culte ou 
comme armes de parade), par la substitution de Tinhumation 
sous tumuli (tertres artiflciels) ou en pleine terre à l-inhumation 
dans les monuments mégalithiques et à Tincinération. 

Le costume change en même temps: la fibule, qui devient 
plus fréquente, indique Tusagedu sagumon plaid (v. salle VII), 
le torques ou collier fait son apparition. Les tribus dominantes 
sont guerrières, et les guerriers emportent dans la tombe les 
dépouilles de leurs expéditions lointaines. La céramique se per- 
fectionne et la monnaie commence à circuler (fln du iv* siècle 
av. J.-G.) ; toutefois, contrairement à ce qui se voit en Italie et en 
Grèce, on ne trouve pas de monnaies dans les tombes. 

Enfin, tandis que le centre de la civilisation des temps pri- 
mitifs était rOccident de la Gaule, que la civilisation de Tère 
dite celtique s*est épanouie surtout au Midi et au Sud-Est, la 
région par excellence de Tère gauloise ^st Test de la Gaule, 
qu'occuperont plus tard les Francs et les Bourguignons (2). 

Avec les salles VI, VII, VIII et IX, nous entrons dans Tépoque 
historique, dont les principaux événements nous sont connus 
par les écrivains grecs et latins. La bataille de TAllia et la prise 
de Rome par les Gaulois se placent en 390 avant Jésus-Christ, le 
pillage de Delphes en 278. La domination des tribus gauloises dans 
ritalie du Nord ne cesse qu'au commencement du deuxième 

(1) Cette désignation n'est pat autorisée par les textes; c'est une 
hypothèse suggérée par la distribution des monuments, 
(S) Bertrand, Archéologie celtique et gauloise, p. S67. 



Digitized by 



Google 



148 SALLE VI. 

siècle avant Jésus-Christ par la soumission déAnitive de la Gaule 
Cisalpine, qui fut constituée plus tard en province romaine. 

On remarquera dans la salle YI, dont Tépoque correspond à 
Vàge héroïque des Gaulois, un curieux mélange d'objets d*art 
indigène encore grossiers avec les produits de l'art gréco- 
étrusque le plus parfait, qui semblent avoir été introduits en 
Gaule autant par des guerres heureuses que par le commerce. 

Vitrine 1. —Au-dessus, chariot gaulois*, bas-relief du musée 
de Langres(cf. p. 44). Voir au Supplément, 

A. Tumulus de la Butte (commune de Sainte-Colombe, près 
Châtillon en Côte-d'Or), fouillé en 1862. C'est une de ces 
sépultures, nombreuses dans le Châtillonnais, où un guerrier a 
été enseveli sur un char de parade. — Fragments d'une roue à 
rayons en fer ; bracelets * en or (originaux dans la salle de 
numismatique) ; fragments en fer du char, des bandes de 
roues, des boîtes d'essieux. Le travail des objets de fer, en par- 
ticulier des rayons de la roue, est très remarquable. 

B, G, D. Intéressantes poteries* à ornements incisés et couleurs 
diverses (musées de Mayence, d'Utm et de Zurich^ Le style de 
ces vases est comme le dernier perfectionnement de la céra- 
mique de Monsheim (p. 62) et de celle des stations lacustres 
(p. 134). 

Dans le bas des mêmes vitrines, fragments en fer et en bronze 
du tumulus d'Apremont. 

F, G, H. Objets trouvés dans le tumulus d'Apremont (Haute- 
Saône), sépulture à char fouillée en 1879. — Nombreux fragments 
du char et des quatre roues ; rayons avec des restes d'étofles 
adhérentes ; épée en fer repliée sur elle-même (H) ; coupe * et 
grand diadème* en or (originaux dans la salle de numisma- 
tique, p. 176). Remarquez à droite des fragments de tissus et 
de cuirs ouvrés, encore adhérents au fer ou détachés. 

£. l"* Plateau en bronze avec ornements en creux d'un dessin 
très élégant ; vase surmonté d'un coq (environs de Chàlons). Il 
n'est pas certain que le plateau et le vase sortent d'une même 
fabrique ; le premier est d'un travail bien supérieur au second. 
3» Œnochoé en bronze; amphore en terre, cuite; restes de tissus 



Digitized by 



Google 



SALLE VI. 149 

et grands cercles en or* provenant du tumulus de Mercey-sur- 
Saône (Haute-Saône; originaux dans la salie de numismatique, 
p. 176). 

Vitrine 2. — Au-dessus, deux grands vases en terre des 
environs de Cologne. — Casques gaulob. A. i" Type ogival à 
cvête et à pointes (Bavière*, la Seine, le Theil en Loir-et- 
Cher*); 2*> même type sans pointes (Mantes*, Auxonne);3<* profil 
concave, crête élevée (musées de Mayence et de Rouen) ; A" même 
type avec appendices latéraux perforés (Bernières d'Ailly en 
Calvados, niusée de Falaise ; collection Glanville à Rouen). 

B. Casque* avec reliefs et très grande crête pour cimier 
(original au Louvre» provenant de la Cisalpine, fortement res- 
tauré) ; casqué* en cuivre revêtu de fer et d'or, trouvé à Amfrc- 
ville (Eure), avec ornements en relief; casque* à crête élevée et 
garde-joues (musée de Salzbourg); casque* à deux crêtes 
(Hallstatt, cf. p. 79). — Au-dessous, trois casques coniques 
remarquables, dont deux* avec gravures en creux (Gorge Meillct 
et Berru dans la Marne; voy. la salle IX, p. 172, 174). La forme 
de ces casques rappelle les modèles orientaux, comme le 
montre la photographie exposée dans la section *G (soldats 
assyriens à casques coniques, bas-relief du musée britannique); 
rhypothèse d*une influence directe paraît cependant peu vrai- 
semblable. 

Au-dessous, grands cônes* en or repoussé, avec ornements 
circulaires de style celtique, sans doute des objets de destination 
religieuse (originaux à Munich et au Louvre, à rapprocher 
pour le style du casque d*Amfreville, 2, B). Ce sont peut-être 
des extrémités de tiares qui étaient fixées sur des bonnets de 
cuir; on en trouve de semblables chez les Perses et les Scythes. 

Vitrine 3. — Ossements trouvés dans le tumulus de Yitlaines- 
en-Duesmois (Côte-d*Or). 

Vitrine 4. — Cuirasse en bronze entière, avec ornements 
gravé», trouvée dans la Saône à Saint-Germain -du-Plain (Saône- 
et-Loire). Cette cuirasse paraît plutôt grecque que gauloise. 

Vitrine 5. — Provisoirement inoccupée. 



Digitized by 



Google 



150 SALLE VI. 

Vitrine 6. Tumuli de la Côte-d*or. — A. Objets trouvés 
dans le tumulus dit Monceau Laurent (commune de Magny- 
Lambert, Gdte«d*Or), fouillé en 1872 par les soins et au profit 
du Musée. 

Au<- dessus, seau à côtes d*un type fréquent à Hallstatt et 
dans les tombes gauloises de Tltalie du Nord; grande épée 
en fer, longue d*un mètre, avec empreinte de tissus (cf. p. 171), 
ressemblant pour la forme au type en bronze de Barésia 
(p. 156). — Rasoir en bronze ; petite coupe ; coupelle d'une 
grande cuiller à sacrifices (simpulum), restaurée d'une façon 
grossière au moyen d'une pièce fixée par des rivets ; ossements 
humains. 

Q. Objets trouvés dans le tumulus de Gosne (Côtenl'Or). Épée 
on fer du même type que la précédente, rasoir en bronze, 
anneau de jambe, poteries fragmentées. 

C. Tumulus du bois de la Perrouse (Côte-d'Or). Épée en 
fer du même type, pendeloque ou rasoir en bronze. A gauche, 
petite épée en fer et bracelet en bronze du tumulus de Rivanet 
(Gôte-d'Or) ; à droite, anneaux en bronze du tumulus de Gosne 
(Gôte-d'Or). 

D. Tumulus diiWie de Bagneux (commune de Magny-Lambert, 
Gôte-d'Or). Grande épée de fer avec empreintes d*étoflfe ; bra- 
celets et épingle en bronze ; perle de verre bleu (objet de 
fabrication orientale); disque en or* estampé; anneau àenrou- 
lements ; poterie grossière. 

Vitrine 7. — Provisoirement inoccupée: 

Vitrine 8 (plate). — Poterie grossière des tumuli de Saint- 
Bernard (Ain). 

Vitrine 9 (plate). — Débris d'un char du tumulus de Gros- 
Guignon près Savigné (Vienne). Petites épées* ou poignards en 
fer avec poignées à antennes du type de Hallstatt (Suisse, Lot). 
Poignard* à antennes (Suisse); poignard en fer avec manche 
recouvert de cuivre (Lot). — Objets des tombelles d'Auvenay. 

Vitrine 10. — l'» Objets du tumulus A de Méloisey (Gôte- 
d'Or). Torques et bracelets, anneaux, fibules en bronze, fils de 



Digitized by 



Google 



SALLE VI, 151 

bronze; débris d*épée en fer avec restes de fourreau ; lame de 
couteau en fer. 

2^ Objets du tumulus B de Méloîsey. Bracelets en bronze, 
dont Tun est encore passé autour de deux os; fibules et 
anneaux en bronze ; épées en fer et débris de fourreaux. 

3M^ Objets des tumuli G et D de Méloisey. Boutons, anneaux, 
bracelets, éclats de silex, dents d'ammaux, fragments de four- 
reau et de boucle en fer. 

5" Objets du tumulus E de Méloisey. Torques, grands brace- 
lets, anneaux de bronze, fragments de filigrane, perles en verre 
bleu et rondelles de bronze. 

6<* Objets des tumuli des bois d'Ivry (Côte-d'Or). Bracelets 
en bronze, poterie grossière, fragments de torques, fibules, 
anneaux, fils de bronze. 

7** Objets du tumulus de Gréancey (Gôte-d'Or). Deux grands 
torques, dont Tun porte une pendeloque creuse; bracelets 
gravés ; fibules ; perles en pâte de verre et en ambre ; morceau 
d'ambre façonné; dents' de sanglier; croissant avec anneaux 
de suspension ; appliques et fils de bronze ; fragments d'épée 
en fer avec débris d'un fourreau; poterie grossière. 

8* Fragments d'une écuelle en bronze du tumulus de Montri- 
chard (Côte-d'Or) ; bracelets en bronze; grelots de cuivre et 
fragments d'un rasoir en bronze du tumulus d'Aubigny-la-Bonce 
(Gôtc-d'Or) ; débris d'un bracelet en lignite. 

99 il (Meuble à volets). — Ce meuble contient une série de 
dessins représentant des objets trouvés dans les tumuli gau- 
lois : Gosne et Magny-Lambert, A, B ; Villarnes, G ; forêt de 
Haguenau, riche série de poteries, E-Z, AA-EE; de la même 
provenance, plaques de ceinturon gravées ou repoussées, dans 
un style particulier aux Gaulois et qu'on retrouve dans le 
Doubs (cimetières d'Alaise) et à Hallstatt, FF-NN ; torques et 
bracelet en or d'Ënsisheim en Haut-Rhin, 00 ; bijoux d'or gau- 
lois de provenances diverses, PP, QQ ; vases du Petit-Aspergle 
en Wurtemberg (cf. p. 88) ; objets des tumuli de Rodenbach 
en Bavière et de Dœrth en Prusse Rhénane, RR ; bijoux d'or 
gaulois trouvés dans les Gdtes-du-Nord, à Macl Pestivien et 
dans le Finistère, SS; trépied du tumulus de la Garenne, près 



Digitized by 



Google 



152 SXLLE VI. 

Châtillon-sur-Seiiie, TT, W (cf. vitrine 21). La dernière 
planche, ZZ, reproduit des bijoux d*or gothiques et lombards 
découverts en Italie (originaux dans la salle de Numismatique, 
p. 187). 

Vitrine 12 (plate); — Poteries grossières des tumuH de Saint- 
Bernard (X\u), avec ossements, restes de bois carbonisé, silex, 
taillés et quelques objets de bronze. 

Vitrine 13. — Poterie des tumuli de Yillaines, dans la Côte- 
d'Or. 

Vitrine 14. — Suite de la même série. La grossièreté de 
cette poterie indigène contraste avec la perfection du travail 
des vases en bronze (objets de fabrication étrangère) trouvésr 
dans d*autres tumuli contemporains. 

Vitrine 15. — - Vases contenant des os calcinés et des .objets 
divers des tumuli de Saint-Bernard (Ain). 

Vitrine 16. — Provisoirement inoccupée. 

Vitrine 17 (plate). — Bracelets, ceinturon (?) à anneaux, 
grelots avec chaînette, pendeloques, provenant des Basses- 
Alpes, de risère et des Alpes-Maritimes; bracelets* et frag- 
ments de vases * en bronze (Haute- Loire). 

Vitrine 18 (installation provisoire). — Série de boutons à 
bélière* en bronze, bracelet* et petit disque* (musée de 
Mayence). 

Vitrine 19. — N*est pas encore installée. 

Vitrine 20. — A. 1* Seau à côtes des environs de Ghâtillon ; 
œnochoés en bronze de Saint- Wendel*, du musée de Mayence*; 
2" œnochoés d'Eygenbilsen* (Belgique, voy. vitrine 31, B), du 
musée de Troyes*, d*Armsheim*, de Mercey-sur-Saône* (Haute- 
Saône). — Gobelet* en bronze trouvé à Kreuznaçh (Prusse 
Rhénane). 

B, G. Seau* à côtes des environs de Mayence; fibule* de 
Nierstcin (Hesse Rhénane); grande œnochoé* de Weisskirchen, 



Digitized by 



Google 



SàLLE VI. 153 

avec deux lions debout sur le coi et deux biches couchées à 
rattache de l'anse (cf. vitrine 81); anse de vase* de Weiss- 
kirchen, représentant un personnage nu (Atlante), dans un 
style gréco-étrusque très pur. 

Au milieu , grand vase * en bronze de Grsechwyl (canton de 
Berne), découvert en 1851 dans un tumulus analogue à celui 
de Monceau-Laurent (p. 150), qui contenait des débris de 
char et des fibules de bronze ornées d'une pâte émaillée. Le 
vase, haut de 57 cci7,timètres, présente trois appliques. Sur 
le col, une divinité à ailes recoquillées, peut-être la Diane 
asiatique que Ton adorait a Glusium en Ëtrurie, portant un oiseau 
sur son diadème et tenant dans chaque main un lièvre que 
saisit un lion avec une patte levée de part et d'autre. Au- 
dessous des ailes s'allongent deux serpents, sur lesquels sont 
assis des lions plus petits. Aux points les plus saillants de la 
panse sont rivés deux lions couchés et affrontés. Ce magni- 
fique vase, de style gréco-étrusque ou ^ec archaïque, est sans 
doute le trophée d'une victoire remportée en Italie par quelque 
chef helvétique vers 4>20 avant Jésus-Christ. 

A droite, vase à verser* (modification de l'œnochoé) avoe 
gravures d'un beau style {tumulus de Waldalgesheim) ; anse de 
vase * ornée en bronze (tumulm d'Armsheim). 

D. 1<» Trois œnochoés* des musées de Bonn et de Wiesbaden. 
— 2? Vase à verser • avec couvercle et chainetts attachée à 
l'anse (tumulus du Catillon, Marne); vase* d'un type inter- 
médiaire entre l'œnochoé et les vases précédents, avec anse 
formée par un homme nu qui se renverse ; près de la tète de 
l'homme se tiennent deux lions (Schwarzenbach en Pruss» 
Rhénane). — Vase mutilé avec une belle anse ornée de deux 
lions (Italie?); œnochoé* du musée de Wiesbaden. 

I. Objets* provenant des tumuli du Doubs (environs d'Alaise). 
La ville d'Alaise, dans le Doubs, a longtemps disputé à Alise- 
Sainte-Reine, dans la Gôte-d'Or, l'honneur d'être l'Alésia de la 
guerre des Gaules (voy. salle XIII, p. 106). Pour établir les 
titres d'Alaise, on a entrepris, depuis 1858, des fouilles très 
fructueuses dans les nombreuses tombelles des environs. Les 
objets celtiques qu'on y a découverts, et qui sont déposés au 



Digitized by 



Google 



154 SALLE VU 

musée de Besançon, présentent beaucoup d'analogie avec ceux 
de Hallstatt (voy. p. 156), si ce n'est |que les armes y sont 
rares; bien antérieurs au siège d'Alésia par César, ce sont 
d'excellents spécimens de Tindustrie celtique au troisième et 
au deuxième siècle avant Jésus-Christ. Les iombelies à inhuma- 
tion sont de beaucoup les plus nombreuses, tandis qu*à Hallstatt 
les squelettes et les incinérés sont à peu près en nombre égal. 
Remarquez les grandes ceintures estampées d'Amancey et 
d'Amondans, analogues à celles de Haguenau (meuble à vo- 
lets 11, FF-NN); bracelet en jais; grains de collier; poignard* 
en fer à antennes (Alaise); torques* (Frasne). Les originaux 
sont au musée de Besançon. 

J, K, L, M. Objets* des iumuli du Doubs (Cademène, Aman- 
cey, Fertans, Flagey, Guyansvennes, Myon, Kefranche, Saraz, 
Amondans) et du Jura (Clucy, Coudes, Chilly). Les originaux sont 
au musée de Besançon. 

Remarquez (J) une parure à pendeloques, de grandes 
épingles, deux petits poignards (Cademène, Guyansvennes); 
des bracelets, des grelots, des pointes de flèche, des ceintu- 
rons estampés (Amancey). — Plus loin (K), bracelets en bronze, 
ceinture estampée (Myon); bracelets en lignite (Saraz); ban- 
deau de bronze, torques avec petites chaînettes formant pen- 
deloques, bande de roue en fer, épée en fer dans un fourreau 
de bronze avec poignée à antennes (Saraz); grande ceinture 
estampée d'Amondans. 

L. Petites roues en bronze avec anneaux de suspension 
(Amondans, Chiily); fibules (Saraz, Amondans); bracelets 
(Refranches, Chilly); pendeloques à grelots (Clucy); agrafe 
(Clucy); ceintures (Refranche, Chilly); brassards (Flagey); 
cercles concentriques avec ornements linéaires et centre réti- 
culé à jour, de Flagey. 

M. Objet analogue au précédent (Flagey); perle à côtes en 
pâte de verre, grelot en bronze, roue avec anneau de suspen- 
sion, bracelet en bronze avec perles de corail (Flagey); cercles 
concentriques avec centre réticulé, bracelets, clochette, petites . 
lames de poignard (Amancey, Clucy); épingles (Clucy); fils 



Digitized by 



Google 



«tf^^^MH 



SALLE VI. 155 

de bronze (Flagey, Amondang, Refranche); grelot (Fertans). 
Les objets delà section droite de M sont des originaux. 

N, 0. Torques en bronze orné de disques et de reliefs (ftmtte- 
lus de Nonnenbruch, Bas-Rhin).— Magnifique série de torques* 
en or, avec ornements et enroulements divers; le torques, qui 
fait partie du costume gaulois, était aussi porté par d'autres 
peuples, en particulier par les Perses et par les Étrusques, 
Provenances : lUe-et-Vilaine, Fenouillet en Haute-Garonne 
(six beaux torques, musée de Toulouse); Kerviltré en Saint- 
Jean-Trolimon (Finistère); diverses localités de Bretagne. — 
Bracelets * en or (Bretagne, Landes, Loire-Inférieure); disque ♦ 
en or de Guern-en-Floch, Maël Pestivien (Cdtes-du-Nord). 

P. Série d*anneaux concentriques, où le centre manque (An- 
necy) ; fragments * de deux ceintures estampées, analogues à 
celles du Doubs (musées de Mayence et de Zurich); brassard* 
en bronze (Zurich). 

Vitrine 21. — Magnifique trépied en fer surmonté d*un bas- 
sin en bronze du tumulus de la Garenne (commune de Sainte- 
Colombe, Côte-d'Or). Aux quatre angles sont des têtes de griffon, 
identiques à une tête de griffon * trouvée, dit-on, en Suisie 
(collection Trabaud à Marseille) et à un ornement du 
même genre trouvé à Olympie (Grèce), que reproduit une pho- 
tographie placée dans la vitrine. Deux griffons de même style et 
de provenance étrusque se voient au musée du Louvre. 

Vitrine 22 (plate). — Bracelets * en bronze ouverts ou fer- 
més, avec gravures et saillies globulaires (Bas-Rhin, Haut-Rhin, 
Seine-et-Oise). — Torques* en bronze (Bas-Bhin); bracelets* à 
reliefs, bosses et crénelures (Haute-Marne, Marne); disques* 
et fragments divers * de bronze, débris * d*un mors de cheval ? 
(28 213, Saula en Tarn-et-Garonne ) ; bague, fibule et coutelas 
en fer, pierre à aiguiser (tumulus de ^*exon, Haute-Vienne). — 
Brassards composés de sept anneaux à godrons superposés et 
adhérents (Saint-Ybard, Corrèze). 

Vitrine 23 (plate). — Brassards et jambières en bronze ornés 
de spirales [tumulus de Veuxhaulles en Côte-d'Or, sépulture de 
Fertigny* dans la Marne); torques* s'agrafant à crochet avec 



Digitized by 



Google 



156 8 ALLE VI. 

anneaux suspendus (Cher); bracelet* en jais (Cher); brace- 
lets * à relicrs et bosselés (Cher) ; torques à bouts enroulés (Brig 
on Valais) ; épingles -poignards * en bronze (Saint-Jean de Mau- 
rienne, en Savoie); bracelets crénelés et bosselés (Jansiers, 
dans les fiasses-Alpes). 

Vitrine 24. — 1* Vase eu bronze, peson de fuseau, anneaux 
de jambe, bracelets, torqties, poignée d*épée en fer, rasoir ou 
pendeloque en bronzej(tumulus du Monceau-Milon, Gôte-d*Or)» 

2**, 3** Torques torse à fermoir (C0tc-d*Or); perle en verre 
(tumulus dé la Commette, en Cdtc*d'Or). 

4% S" Fragments d*épée en fer ; épée en bronze du type de 
Barésia, anneaux et bracelets (lumulus de Cormoz, dans TAin) 
' 6'' Grande épée en bronze du tumulus de Gramat (Lot), 
modèle des épées en fer de la môme époque; bracelets, rasoirs, 
rondelles perforées en terre cuite, poterie noire de même 
provenance. 

7** Épée* en bronze avec bouterolle du tumulus de Barésia 
(cf. p. 150). 

8** Êpée* analogue de la Combe d*Ain (Jura). 

9**. Deux autres épées * semblables de même provenance. 

10® Bracelets, fibules, débris de ceinturon avec gravures 
(Haute-Marne). 

11« Torques, gros bracelets lisfaes, bracelets à perles et orne- 
ments en relief (Mont-Saugeon, en Haute^Marne). 

12*' Bracelets de bronze (Dardcnay, en Haute-Marne). 

99 25 (Meuble à volets). — Ce meuble contient la précieuse 
série des aquarelles exécutées par M. Ramsauer, au cours des 
fouilles de la nécropole de Hallstatt (Autiiche) qu*il a dirigées. 
La relation manuscrite des fouilles, avec description minutieuse 
de chaque tombe, est conservée à la bibliothèque du Musée. 
— On voit l'aspect intérieur des tombes à inhumation ou à in- 
cinération (A-D), les vases et seaux de bronze (£-F), les cein- 
turons à reliefs et les pendeloques (G-I), les épingles, fibules, 
bracelets, ceinturons, colliers d*ambre, objets divers (J-R)» les 
armes et armures (S-W), puis d'autres vases (X), des tombes (T-Z), 
la poterie, les bronzes divers, les objets en fer et en os(AA-W), 
un plan et des vues de Hallstatt (XX-AAA). Tous les objets 



Digitized by 



Google 



SALLE VI. 457 

présentent les plus curieuses analogies avec ceux des tumuli 
de la Gdte-d'Or. A Hallstatt comme à Magny-Lambert, nous 
sommes en présence de sépultures de Gaulois appartenant au 
premier âge des armes en fer (quatrième siècle av. J.-G.). 

De 1847 à 1864 on a ouvert à HalJstatt 993 tombeaux qui 
ont donné C084 objets, dont 3696 objets de parure en bronze, 
ambre, verre et or, 182 vases de bronze, 1244 vases en argile. 
On n*a recueilli aucune pièce de monnaie. Il y avait 538 tombes 
à inhumation contre 455 à incinération; quelques tombeaux 
contenaient à la fois des squelettes et des cendres. L\m et 
Taulre mode de sépulture s*appliqucnt aux individus des deux 
sexes. Treize fois on a constaté une crémation partielle; c*est 
le crâne qui était généralement épargné, le reste du corps étant 
réduit en cendres. Les pointes de lance en fer sont plus fré- 
quentes auprès des squelettes; les vases de bronze se trouvent 
presque exclusivement dans les tombes à incinération. Les 
armes do bronze, les plaques estampées et les bosses de bou- 
clier, les grandes spitales de bronze, les fibules à pendeloques, 
sont aussi beaucoup plus nombreuses dans les tombes inciné- 
rées : sur 28 épées, 27 ont été trouvées auprès de cendres. 
Les haches de bronze accompagnent d'ordinaire les cendres, 
tandis qu'on recueille les haches de fer auprès des squelettes. 

Ces statistiques prouvent, mais d'une façon générale seule- 
ment — car il y a des exceptions assez nombreuses — que les 
hommes de la classe dominante étaient plutôt incinérés et que 
le mobilier métallique de leurs tombes se composait principale- 
ment d'objets en bronze. 

Vitrine 26 (plate). — Bracelets et torques ornés en bronze; 
bracelets en jais ; perles en verre bleu, provenant pour la plu- 
part de la Bourgogne et de la Franche-Comté. — Fibules en 
bronze de types divers; bracelets* en or fermant à double 
crochet de Plouharnel (cf. p. 64); sphère aplatie * en or du 
dolmen de Roch.à la Trinité-sur-Mer (Morbihan) ; bandeaux* 
en or avec reliefs du tumulus d'Allenhûften, près Berne. — Au- 
dessus, grande épée en fer du tumulus de Gosne (Côte-d'Or). 
Plus bas, fragments de poteries, perles de verre et d'ambre 
(Vosges). 



Digitized by 



Google 



158 SALLE VI. 

Objets du tumulus des Chaumes d'Auvenay : bracelet creux, 
petit bracelet passé autour des os du bras, longue épingle^ 
poteries, éclat de silex. 

Objets du tumulus de VilIaincs-en-Duesmois (Gôte-d'Or) : 
large bracelet en lignite, poterie. — Débris d*épée et de four- 
reau en fer; bouteroUe et bracelet de bronze. La bouterollo 
s* adapte au fourreau de for (tumulus de Gosne, en Gôte-d'Or). 

Vitrine 27. — Seau ♦ en bronze de Waldalgesheim ; fibule ♦ 
de Nierstein ; manche avec pendeloques supportant une sorte 
de lyre (BlOdesheim, Hesse Rhénane); œnochoé* (musée de 
Troyes) ; plats * en bronze du tumulus d*Ârmsheim. 

Vitrine 28 (plate). — Torques * (Dave, près Namur) et bra- 
celets de provenances diverses (Mâcon, Dijon, le Doubs, Ar- 
dennes, Zurich*^) • 

Vitrine 29. — Vase peint* à figures rouges, du troisième siècle 
avant Jésus-Christ , trouvé à Jagersveiler (Thurgau, Suisse) ; 
vase* noir de la Hesse Rhénane. Dans le bas, grande urne * 
noire avec dessins incisés et bandes rouges (tumulus de Rin- 
gingen, musée d'Ulm). 

Vitrine 30 (plate). — Série de colliers et de bracelets de 
provenances diverses. — Torques * avec ornements en relief 
(Suisse, Meurthe) ; torques creux (Yonne) ; torques creux percé 
de trous (Ardennes) ; bracelets creux avec ornements gravés ; 
riche série de bracelets avec perles et côtes saillantes (Yonne, 
Deux-Sèvres, Nièvre, Aude, vallée de la Seine) ; bracelet fermé 
passé autour des os du bras (tumulus de l'Aveyron) ; bracelet * 
et anneaux réniformes (Besançon *, Mâcon) ; série de bracelets 
perlés (environs de Mâcon). 

Vitrine 3i. •— A. Magnifique œnochoé * de style étrusque, 
avec deux lions sur le goulot et deux biches à l'attache de 
Tanae (cf. p. 153); ornements* à jour en or et en bronze; 
poignards * en for dans des fourreaux de bronze très ornés 
(tumulus de Weisskirchen, dans la vallée de la Sarre). 

B. En haut, seau à côtes en bronze, trouvé dans le tumulus 
gaulois d'Eygenbilsen, près Tongres (Belgique); disque* en 



Digitized by 



Google 



SALLE VK 159 

bronze^ bandeau * en or travaillé à jour, tenochoé* et coupe en 
bronze du même tumulus, 

G. Torques* do tumulus de Besseringen dans la vallée de la 
Sarre (musée de Berlin). 

D. Bracelet* en or et œnochoé* (cf. vitrine 20, D) du 
iumulus gaulois de Schwarzenbach (Prusse Rhénane). Le carac- 
tère étrusque de tous ces objets est très remarquable (voy. 
p. 148). 

Vitrine 32 (plate). — Bracelets creux, chaînettes, boucles 
d'oreilles, boucles en fer, rondelles d'aml^re percées {tumulus 
de Combe-Martin , en Haute^Marne). — Poterie, bracelets en 
jais, anneaux, agrafe à double crochet en fer (tumulus de Gusey, 
Haute-Marne). ^ 

Bracelets en lignite, torques en bronze, collier en perles 
d*ambre et de verre de couleur ; brassards en lignite, torques 
et bracelets en bronze {tumulus de Suriauville, Vosges). 

Bracelets en fer, en schiste et en bronze (tumulus de Sauville, 
Vosges). — Poterie noire, bracelets en bronze {tumulus de 
They-sous-Montfort, Vosges). — Beau torques à crochet, bra- 
celets {tumulus de la forêt de Schirrhein, Bas-Rhin). — Êpée 
en fer recourbée avec fragment de fourreau {tumulus de Non- 
nenbruch, Bas-Rhin); fibule* en bronze avec arc annelé (musée 
de Berne). — Trois torques en bronze {tumulus dTnsisheim, 
Haut-Rhin). 

Vitrine 33 (plate). — Provisoirement inoccupée» 

Vitrine 34. — Objets* trouvés dans le tumulus de Waldal- 
gesheim, sur la rive gauche du Rhin (originaux à Mayence): 
torques et bracelets en or ; cornes en forme d'embouchures de 
trompette; vase à verser, seau, bracelets, boucles émaillées, 
petit cheval en bronze, 

Objets* du tumulus de Durkheim, sur la rive gauche du 
Rhin, fouillé en 1864 (originaux à Spire) : grand torques en or, 
avec ornements ; fragments d'ornements à jour en or ; bracelet 
en or orné de six têtes barbues. — Grand vase de bronze à deux 
anses, décorées à leur naissance de figures assises sur des bip- 



Digitized by VnOOglC 



160 SALLE VI. 

pocampes ; il est posé sur un magnifique trépied orné de trois 
groupes en relief, avec le motif asiatique du lion dévorant une 
biche. Ces ornements d'applique ont aussi été moulés à part (en 
bas, à droite). Les pieds du trépied affectent la forme de 
serres d'aigles appuyées sur des grenouilles (travail italo-grec). 
Un trépied presque identique, trouvé près de Vulci, en Ëtrurie, 
se voit au musée du Vatican. 

Vitrine 35. — A. Objets * trouvés dans le tumulus de Roden- 
bach, en Bavière Rhénane (originaux à Spire) : coupe. en argile 
à deux apses avec ornements rouges sur fond noir, datant du 
commencement du troisième siècle avant Jésus-Christ (céramique 
italo-grecque de la décadence) ; œnochoé ; bassin ; espèce de 
gourde ornée de gravures en creux, entre autres d'une série de 
huit chevaux d'un style primitif; bague en or; bracelet en or 
d'un travail remarquable, peut-être étrusque, où l'on voit trois 
têtes humaines entre quatre béliers couchés. 

B. Objets* du tumulus d'Armsheim, en Hesse Rhénane (musée 
de Mayence) : œnochoé et bassins en bronze, bandes de roue et 
pointes de lance en fer. 

Vitrine 36. — Longues épées de fer des tumuli gaulois 
(Cête-d'Or, Cher, Drôme). Le type est celui de Barésia (p. 156) ; 
les rivets sont quelquefois en bronze. Remarquez au milieu 
(â2 943) une pointe d'épéc en fer engagée dans une base de 
fourreau avec bouterolle à ailettes en bronze (tumulus de Cosne, 
Côlc-d'Or). 

On voit que le premier type de l'épéc gauloise en fer présente 
la soie plate à rivets et tous les caractères distinctifs de l'épée 
en bronze qu'elle a remplacée ; seulement, l'épée en fer est gé- 
néralement de dimensions plus grandes. Ce type s'est modifié 
entièrement au troisième siècle avant Jésus-Christ. D'une part, la 
soie plate a disparu et l'on trouve à sa place une sorte de tige ter- 
minée par un bouton (épées gauloises de la Marne et d'Alésia, 
p.l68etlli); d'autre part, sous l'influence des modèles romains, 
inspirés eux-mêmes des épées espagnoles ou ibériques, les 
Gaulois ont adopté, à côté de la longue épée faussante, des 
armes plus courtes et moins lourdes, comme par un retour aux 
plus anciens types des épées de bronze (cf. p. 144). 



Digitized by 



Google 



SALLE VI. 161 

Vitrine 37 (plate). — Grande fibule* à spirales (Breslau) ; 
ornement en bronze* à spirales (ÂUenburg); libulo du même 
genre* (Mayence). 

Vitrine 38. — Modelé restitué d'une ancienne fonderie de 
fer, d*après les recherches de M. Quiquerez, ingénieur des 
mines, dans le Jura bernois, où les restes d*établisscment8 de ce 
genre sont fort nombreux. — En bas, saumons ou lingots de fer 
provenant de Mayence, Colmar, Âbbeville et le Jura bernois. 

Sur les murs, du côté de la cour : 1" Plan et coupe du 
tumulus du Monceau- Laurent; S"* et 4** aquarelles représentant 
la vue et la coupe d*un tumulus à incinération et d'un tumulus 
à inhumation; planche indiquant les divers modes de construc- 
tion d'un tumulus; 3® photographie d'un bas-relief assyrien 
(cf. vitrine 2, G) ; 5** gravures coloriées des vases découverts au 
Petit Aspergle (cf. p. 88); 6* aquarelle d'après une œnochoé 
en bronze découverte à Hradisle (Bohême) ; 7** vases grecs et 
gréco-italiques découverts en Allemagne, aquarelle (musée de 
Carlsruhe) ; 8** au-dessous, gravure du trépied et des autres 
objets du tumulus de Durkheim (vitrine 34). 

Le. visiteur sort de la salle \I, traverse le palier et entre dans 
la salle VU. 



Digitized by 



Google 



162 SALLE Vn. 



Salle VIL — Epoque gauloise. — Cimetières à inhumation 
de la Marne. 

Celle salle esl consacrée aux objets trouvés dans les nécro- 
poles du département de la Marne et des départements voisins, 
foyers do. la civilisation gauloise du Nord-Est pendant les trois 
ou quatre siècles qui précédèrent la conquête romaine. G*est là 
qu'habitaient les Remij les Suessiones et les Dellovaci, que 
César représente comme les plus belliqueux des Gaulois. Ce 
caractère guerrier parait cluirenicnt dans le mobilier des 
tombes, où Ton trouve des chars de guerre, des casques, des 



L*épée gauloise de la Marne est plus courte que celle de la 
Côte-d*Or ; elle se rapproche par sa forme de Tépéc romaine 
(cf. p. 160). La poterie a pris un grand développement et les 
vases en argile, habilement façonnés et décorés, ont remplacé 
les Tases de bronze, ce qui parait indiquer des habitudes plus 
sédentaires que celles des tribus gauloises de la Côte-d'Or. Les 
tffrques et les fibules sont très nombreux (cf. p. U7). On 
connaît une centaine de cimetières gaulois dans le départe- 
ment de la Marne, où Ton a fouillé depuis vingt ans plus de 
5000 tombes. Le Musée possède une série extrêmement riche 
d'objets de cette provenance, et la salle IX contient une sépul- 
ture entière dans l'état même «où elle a été découverte. 

La civilisation gauloise que nous révèlent les sépultures de la 
Marne n'est pas limitée à quelques départements. Elle s'étend sur 
tout le nord-est de la Gaule, dans la région que César appelle la 
Belgique, nom qui ne désigne aujourd'hui qu*une petite partie 
de la Gaule du Nord. « La Gaule, dit César, est divisée en trois 
régions, distinctes par le langage, les mœurs et les lois : la 
Belgique, entre la Seine, la Marne et le Rhin; la Celtique, 
entre la Garonne et la Seine; l'Aquitaine, entre la Garonne et 
les Pyrénées. Les Belges sont les plus courageux des Gaulois, 
parce qu'ils sont les plus éloignés de la province romaine, dont 
la civilisation ne les a pas énervés, et que les marchands, qui ne 
les fréquentent guèrei ont moins introduit chez eux les objets 



Digitized by 



Google 



SALLE VII. 163 

de luxe qui amollissent les courages. Ils sont voisins des Ger- 
mains, habitants de la rive droite du Rhin, et sont continuelle- 
ment en guerre avec eux.... Le pays des Belges coramence à 
l'extrême Nord de la Gaule et s'étend sur tout le cours inférieur 
du Rhin; il est tourné vers le Nord et vers, l'Orient (1). » César 
dit ailleurs, d'après le témoignage des Rémois (?.), que la plu- 
part des Belges descendaient des Germains et habitaient autre- 
fois sur la rive droite du Rhin; qu'ils passèrent le fleuve à une 
époque reculée et s'établirent dans le pays dont la fertilité les 
attirait, en expulsant les populations gauloises indigènes. 

Ces textes sont confirmés par les découvertes archéologiques. 
La civilisation des Belges de César a laisse des traces identi- 
ques, non seulement sur la rive gauche, mais sur la partie infé- 
rieure de la rive droite du Rhin. Gomme l'a remarqué César, 
l'influence des relations commerciales avec l'Italie, si sensible 
dans les sépultures de la Côte-d'Or, fait presque entièrement 
défaut dans la Belgique. En second lieu, tandis que la civilisation 
gauloise du Sud-£st peut se poursuivre dans la vallée du Da- 
nube, comme le prouve la similitude des objets découverts en 
Franche-Comté et en Bourgogne d'un côté, à Hallstatt de l'autre, 
les sépultures analogues à celles de la Marne sont groupées dans 
la direction du nord-est, vers le Holstein et la vallée de l'Elbe. 
Il semble donc que les Belges et les Gaulois sont arrivés en 
Gaule par des routes diflërentes et qu'ils appartiennent à des 
migrations bien distinctes; c'est ce que prouverait, à défaut 
des textes, le contraste entre les sépultures de la Marne et celles 
de la Cdte-d'Or. 

Vitrines 1 et 2. — Grands vases en argile d*un bon travail 
provenant des sépultures de la Marne. La couverte est le plus 
souvent noire ou noirâtre; les vases n'ont pas d'anses, très 
rarement des couvercles. La forme dominante est celle de l'urne, 
tantôt à bords convexes, tantôt carénée ; les ornements, tou- 
jours en creux, et parfois remplis d'une couleur blanche, sont 
des cercles, des dessins géométriques, des séries de points 
disposés symétriquement. Les ornements rectilignes sont plus 

(1) Cësiir, Commentaires, liv. I, chap. i (traduction libre). 

(2) md,, liv. I, chap. IV 



Digitized by 



Google 



164 ShJLLE VII. 

fréquents que les cercles et les spirales. Quelques vases pre- 
ssentent des décorations peintes en blanc et en rouge (voir p. 169 
la notice sur les autres objets de la vitrine 1). 

Vitrine 3. — A et B. Grands vases de formes élégantes ; sur 
Tun d'eux (à gauche) on voit rornement appelé grecque (Saint- 
Étienne-au-Templc). — C. Cercles de roues en fer, garnitures 
de roues, rondelles d'essieux et de moyeux, provenant de sépul- 
tures à chars (Bussy-1e>Château, Han du Diable, Saint-Étienne- - 
au-Temple, Saint-Rémy, Vitry-les-Reims). — D. Garnitures et 
armatures de timons; pitons et tiges diverses provenant de 
sépultures à chars. 

Vitrine 4. — Au-dessus, grand vase de Yitry-les-Reim». Dans 
la vitrine, cinq rangées de vases à couverte noire. L'un d'eux 
(1* à gauche) présente les restes d'une ornementation rouge 
orange sur fond noir (cimetière des Grons). 

Vitrine 5 (plate). — Fragments de bandes de roues en fer. 
Ces roues étaient très hautes, avec des bandes en fer très minces; 
elles diffèrent des roues plus massives que nous avohs vues 
dans la salle YI (vitrine 1, A, p. 148) et convenaient aiix plaines 
de la Belgique et de l'Europe du Nord. 

Vitrine 6. — Vases à couverte noire, avec ou sans ornements 
incisés. 

Vitrine 7 (plate). — A. Anneaux en fer, clous, crochets, 
poignées, armatures diverses, mors en fer (filets).. — B. Anneaux 
et bracelets en bronze ; anneaux en fer revêtu de bronze; à droite, 
anneaux en fer de grandeurs diverses. 

Vitrine 8 (plate). — A. Riche série de fibules ^en bronze 
trouvées dans les Ardeniîes, l'Aube et la Marne. Remarquez trois 
couples de fibules reliées entre elles par des chaînettes en 
bronze (15 992, 12006, 12 964). 

B. Fibules en bronze et en fer de la Marne, des Ardennes 
et de l'Aube. Au milieu sont des spécimens de fibules plus 
petites en forme d'arbalètes et quelques fibules avec cabochons 
de corail. L'usage d'orner les objets métalliques avec des boutons 



Digitized by 



Google 



SALLE VIL 165 

de corail e»t attesté par les écrivains anciens. « Les Gaulois, dit 
Pline, ornaient de corail leurs glaives, leurs boucliers- et leurs 
casques (1). » Tantôt les coraux sont simplement sertis, tantôt 
ils sont fixés par des clous qui les traversent de part en part. 

Vitrine 9 (plate). — A. Bracelets en verre blanc, bleu, vert, 
noir ; bracelets en bois ou en jais, en fer et en bronze. Remar- 
quez à gauche un grand bracelet de verre encore passé autour 
d'un os de bras et le bracelet en verre sonU)re avec reliefs qui 
imite les objets analogues en bronze. — Sur la droite, intéres- 
sante série de bracelets en brome ouverts ou fermés, avec ren- 
flements, ornements à jour et décorations diverses. 

B. Série de bracelets en bronze, avec ues ornements en relief, 
perles, oves, saillies globulaires, stries, etc. Les bracelets sont 
tantôt ouverts, tan^t fermés. Remarquez à gauche (4921) une 
pairo de bracelets avec têtes grossières en relief et incrusta- 
tions de corail (Saint-Étienne-au-Templc). 

Vitrine 10. — Meuble à volets contenant les planches colo- 
riées du grand album archéologique publié par M. Morel, un 
des plus consciencieux fouitleurs des nécropoles de la Marne 
(sépultures de Marson, Somme-Bionne, Somsois, Êtrechy, les 
Crons, Prosne, Pleurs, Courtisols, Gonnantre, Gorroy, Bussy-lc- 
Ghàteau). Remarquez les planches indiquant la disposition des 
squelettes et du mobilier funéraire dans les sépultures* 

Vitrine 14. — Céramique (cf. vitrine 1). 

Vitrine 12. — Fragments de vases, dont Tun présente des 
caractères incisés. 

Vitrine 13. -- Céramique (cf. vitrine 1). 

Vitrine 14. — A. Grands torques ou colliers de bronise; 
anneaux de verre, de jais, de bronze, quelques-uns encore 
passés autour des phalanges des doigts auxquels Toxydation du 
métal communique une coluration verte ; anneau en terre cuite 
fine ressemblant à du jais (13190). 

B. Épingles et pinces en fer, manches d'outils en os; aiguilles 

(i) Pline r Ancien, Histoire naturelle, lir. XXXII, chap. xi. 

10 



Digitized by 



Google 



i66 SALLE VII. 

el passe-lacets en brènze ; pendeloques de bronze en forme de 
paniers; godet en bronze orné de cercles au repoussé, garni à 
rinléTieur d*une feuille d'or 4rès mince ; clous, rivets, rouelles, 
appliques diverses en bronze. 

Sur la diroite, deux appliques avec monture en fer dont la gar^ 
niture extérieure est formée de lamelles de corail; ce sont des 
bossettes à plusieurs étages qui ornaient le harnachement des 
chevaux (cimetières des environs de Châlons). — Rondelles en 
fer découpées à jour, disques et boutons en bronze. 

Vitrine 45. — A, B, C, D, E, F, G, H. Riche série de vases 
de la Marne, dont quelnu^s-uns portent des ornements en blanc. 
Remarquez (6, 2**) la décoration polychrome d*un vase caréné 
(la Croix en Champagne). Au-dessus de la vitrine, partie supé- 
rieure d*un très grand vase à couverte noire. 

I, J, K, L, M, N, 0, P. Riche série de torques en bronze; 
y en a aussi quelques-uns en fer. Dans les sépultures du dépar- 
tement de la Marne, ces ornements ne se trouvent pas associés 
aux armes; il est donc probable qu'ils étaient réservés aux 
femmes, tandis que chez d'autres peuples gaulois, surtout ceux 
du Sud-Est, le torques était adopté par les guerriers comme un 
insigne honorifique. 

Les torques offrent de nombreuses variétés de formes, por- 
tant principalement sur le cercle (lisse, à reliefs, à enroule*- 
ments torses, à bossettes, à ornements soudés ou appendus) et 
sur le mode de fermeture (cônes, capsules ou disques opposés, 
anneau et crochet); d'autres fois, les extrémités des torques 
ont été soudées, ou se rapprochent sans présenter ni ornements, 
ni saillies, de sorte qu'il n'existe pas, à proprement parler, île 
fermeture. 

Vitrine 46. — A. Série de bracelets en bronze, ouverts ou 
fermés ; quelques-uns présentent une bélière. — B. Suite de la 
même série. Remarquez à droite deux bracelets ouverts dont 
les extrémités qui se rapprochent sont formées par des cabochons 
de corail (49:22). 

Vitlrine 47. — A. Colliers en perles de verre de couleur, de 
pâte de verre cmaillée, d'ambre, dos et de pierre. Observez là 



Digitized by 



Google 



SALLE VU. 167 

persistance à cette époque de Tusage d'os percés servant d^amu- 
ietles. Les perles de verre paraissent ôtre de fabrique orientale 
(cf. p. 91); quant à Tambre, il était apporté par le commerce 
des bords de la mer Baltique. Remarquez au milieu un collier de 
perles de corail avec une perle d'ambre. 

 droite, bracelets et torques en bronze, munis de perles et de 
pendeloques diverses, qui sont tantôt enfilées dans le cercle lui- 
même, tantôt passées dans un anneau plus petit suspendu au 
premier. — Anneaux et perles d'ambre de formes variées. — 
Sur l'arête, quelques très grosses perles d'ambre. 

B. Série de bracelets en bronze, lisses ou ornés de reliefs, 
présentant des variétés analogues à celles des torques, 

99 18 (Meuble à volets). — Ce meuble contient les plans et 
les vues intérieures de quelques tombes du départeTnent de la 
Marne qui ont été explorées scientifiquement, au nom et aux 
frais du Musée, par M. Abel Maître (La Gheppe, Yitry-les- 
Reims, Saint-Jean-sur-Tourbe, Bussy-le-€hâteau, Âuve). 

Vitrine 19. — A. Série de couteaux en fer ; plusieurs ont 
conservé les rivets qui les fixaient dans les manches. 

B. Couteaux, ciseaux et rasoirs en fer ; fragments de fourreaux 
en bronze. Remarquez un couteau avec son manche en os 
(Suippes) et un couteau à charnière analogue à nos canifs. 

99 20 (Socle). — Moulage d'une statue * du musçe d'Avignon, 
trouvée à Montdragon (Vaucluse) en 1834, représentant un soldat 
gaulois qui tient devant lui le grand bouclier gaulois en bois (1) 
avec VumbO ou bosse métallique au centre. On voit aussi Tépée 
avec le ceinturon, Vai^mille ou anneau passé au bras, le sagum 
ou plaid attaché à l'épaule droite par une fibule, au-dessus de la 
tunique, et retombant sur le bouclier. 

Vitrine 21. — Vases de la Marne. Remarquez les spécimens 
cylindriques en forme de seaux. 

Vitrine 22. — Pointes de lance * à bords ondulés, ornées à 



(i) Les stries indiquées par lo sculpteur semblent bien indiquer <pie l'ori- 
ginal est en bois. 



Digitized by 



Google 



i68 SALLE VU. 

jour; appliques* de brome ornées au repoussé, d'un style ana- 
logue à celui du casque d*AmfreviIle (Étrechy; cf. p. 149}.— 
Pointes de javelot et de lance (Saint-Étienne-au-Tempte). 

Vitrines 23 et 24. — Vases en forme de soupières et de 
bassins. 

Vitrine 25» -^ Pointes de lance et de javelot en fer. 

Vitrine 26. — A. Bosses ou umbones de bouclier; garnitures 
de bouclier en fer et en bronze. — B. Chaînes-ceintures en 
fer et en bronzé ; remarquez la belle ceinture de Bussy-Ic-Gbâ- 
teau et, au milieu de la vitrine, Yumbo de bouclier en bronze 
(18742), un des seuls que l'on possède qui soit d'un travail 
soigné (comparez Yumbo de bouclier de la statue d'Avignon, 
n-20, p. 167). 

Vitrine 27. — Belles séries de pointes de lance et de jave- 
lot, de grandeurs diverses. 

Vitrine 28. — A. Anneaux de ceinture et ceintures .en 
bronze ; les ceintures intactes permettent de reconnaître la des- 
tination des petits anneaux de bronze, trop étroits pour avoir 
servi de bagues, que l'on rencontre souvent isolés. Une cein- 
ture, provenant des environs du camp de Ghâlons, a 2 mètres de 
longueur; peut-être faisait-elle partie d'un harnachement. 

B. Crochets et agr^ifes de ceinture en bronze et en fer; 
anneaux et ceintures. 

Vitrine 29. — Épées en fer ; quelques-unes sont encore dans 
leurs fourreaux de fer ou de bronze. Ces épées sont plus courtes 
que celles de la Côte-d'Or (salle VI, vitrine 36) et se rapprochent 
du type de l'épée romaine (cf. p. 112). 

Vitrine 30. — A, B, G. Épées et fourreaux; remarquez (B) 
les épées intentionnellement faussées et tordues des sépultures 
de Saint-Rémy, Saint-Étienne-au-Temple, etc. 

D, E, F. Belle série de pointes de lance et de javelot en fer. 
Remarquez à droite (24 710) une énorme pointe de lance en 
feuille de laurier (cimetière de Beaulieu près Nogént-sur-Seinc, 
dans l'Aube). 



Digitized by 



Google 



SÀtLE VII. f 69 

Vitrine 31. ~ Épées éi fourreaux en fer. Remâr(|uux en bas 
une épée en fer de Saint-Ètlcnne*au-Temple, avec deux arma- 
tures transversales en bronze. 

Vitrine 32. — A. Céramique (cf. vitrine i, p. 163). 

B. Série de poignards en fer avec fourreaux en bronze. 
Remarquez deux poignards en fer de Vitry-le-François* et de 
^aint-Êtiennerau-Temple, dont le manche est à antennes (cf. 
p.79,S4). / 

Vitrine 33. — Cérami(|ue; remarquez les deux vases avec 
<îouvércles. ' / 

Sur les murs, du côté de la cour, gravures représentant les 
statues de Gaulois et le sarcophage de la salle R (rez-de- 
ehaussée) ; monnaies gauloises d'Ariminum (avec portrait d'un 
chef celtique); bas-reliefs trouvés à Pergame(Asie Mineure) et 
figurant des trophées d^armes gauloises (cf. salle Â) ; carte de 
France indiquant la distribution des antiquités mégalithiques, 
gauloises et mérovingiennes. 

La vitrinî 1 a reçu en 1888 une remarquable collection d'épées 
en fer, de pointes de lance, d*umboneé de boucliers, de chaî- 
nettes, de grandes fibules en fer, d'anneaux en fer et en bronze, 
découverts dans la nécropole gauloise de Saint-Maur-1 es- Fossés 
(Seine) ; ces tombes paraissent peu antérieures à la conquête 
romaine. 



10. 



Digitized by 



Google 



170 SALLE VIII. 



Salle VIII. — Ghassemy. 

Vitrine unique. — Objets divers provenant du eimetière de 
Ghassemy, dans l'Aisne. Au-dessus et aux trois premières ran- 
gées, séries de vases, les uns lisses, les autres avec décors géo-> 
métriques incisés. La couverte est généralement noire : les formes 
sont celles de Turne, du seau et du bassin. 

Plus bas (A), couteaux, pointes de lance et de javelot^ poi- 
gnards, épée avec son fourreau en fer. Au milieu, un poignard 
en fer avec manche en os. 

B. Cercles de roues et de moyeux de roues en fer. 

G. Grands boutons à bélière en bronze, garnitures et appliques 
ornées à jour, ayant fait partie d*un harnachement de cheval 
ou d'un char; remarquez le caractère de ces ornements, qui 
témoignent d'un goût délicat. Mors en fer avec un anneau en 
bronze ; anneaux de bronze divers. 

D. Série de torques^ de fibules et de bracelets en bronze, 
dents percées (amulettes); perles de couleurs et anneaux de 
verre ayant servi de pendeloques. 



Digitized by 



Google 



SALLE IX. i7t 



Salle IX. — Sépultures gauloises. 

Cette salle contient le mobilier de quelques sépultures de la 
Marne qui ont été fouillées scientifiquement. Les objets ne sont 
plus, comme dans la salle VU, rapprochés suivant leurs types, 
mais coupés suivant leurs provenances et par sépultures. 

Vitrine 1 (au centre). — Sépulture d*un chef gaulois au lieu 
dit la Gorge-MeilUt y à Sommctourbe (Marne), reconstituée 
telle qu'elle était au moment de la découverte, le 9 avril 1875 
(fouilles de M. Fourdrignier). 

La tombe, de forme rectangulaire, est creusée dans la couche 
crayeuse. Il y a deux sépultures superposées; d'abord, au niveau 
supérieur, un squelette avec une épée en fer à sa gauche, 
peut-être Técuyer ou le conducteur du char; plus bas, le chef, 
enseveli dans son char, dont on voit les bandes de roues en fer 
et les essieux en bronze. Le chef porte au bras gauche un 
bracelet d*or; entre ses côtes sont quatre boutons en bronze 
à dessins réguliers, avec des restes d'étoffés adhérents ; sur ses 
dents est une fibule en bronze à tête d'oiseau. A sa gauche, 
pointes de lance et de javelot en fer, épée en fer; entre ses 
pieds, un casque pointu, des anneaux et des disques en fer. A sa 
droite, trois vases, un couteau en fer à lame de bronze et à 
manche d'os, des clous. Un des vases contenait des ossements 
de volaille et de porc avec des coquilles d'œufs. 

Au delà du casque, à un niveau un peu supérieur, mais plus 
bas que le premier squelette, on voit une œnochoé en bronze, 
deux mors, huit boutons massifs avec cabochons de corail, deux 
Belles pendeloques en croix ornées de coraux et munies de 
chaînes de suspension. — Les objets placés dans la sépulture 
sont des moulages; les originaux sont dans la vitrine suivante. 

Au-dessus, grands vases carénés en terre noire, avec orne- 
ments incisés (Ghassemy, dans l'Aisne). 

Vitrine 2. — Originaux des objets trouvés dans la sépulture 

DigitizedbyVnOOglC 



172 SALLE IX. 

de la Gorge-Meillet (cf. vitrine i). Remarquez à droite les 
appliques et les deux croix avec cabochons de corail, les restes 
d'étoffes adhérents à des fragments de bronze. — Les aquarelles 
placées au-dessous représentent d*une part le plan et la coupe 
de la tombe, de l'autre le développement du casque conique, 
montrant le détail de la gravure et les cabochons de corail 
sertis dans les ornements circulaires. Le casque n*a guère qu'un 
millimètre d'épaisseur; il ressemblé à celui de Berru, qui est 
lui-même de type oriental (cf. p. 149 et la vitrine 10, C de 
cette salle). 

Vitrine 3. — A. Tombe gauloise de Thuisy (Marne) : torques, 
anneaux de bronze et de verre, épée et pointes de lance en fer, 
vases. 

B. Autre sépulture à Thuisy : collier et bracelet en bronze, 
fibules, couteau, pointe de lance et pointe de javelot en fer, 
vases. Un des vases est décoré d'une manière remarquable au 
moyen de cercles concentriques enchevêtrés et gravés en creux. 
. G. Sépulture du tumultis de Gatillon (commune de Saint-Jean- 
suivTourbe). Pointe de lance, grande épée de fer^ anneaux de 
bronze, très belle œnochoé de bronze avec ornements circulaires 
sur la panse et le pied (cf. p. 153) et déversoir latéral; un 
couvercle est fixé à Tanse par une chaînette et présente des 
traces d*étoffes adhérentes. ^ . 

D. Autre sépulture de Thuisy : pointes de javelot et de lance, 
torques en bronze, anneaux en bronze et ea verre, vase orné 
de demi-ellipses remplies par un semis de points en creux. 

E. Sépulture dé Saint-Jean-sur-Tourbe : torques de bronze avec 
gravures reclilignes, deux pendants d'oreilles* en or, ciseaux de 
fer, pincettes, anneaux et bracelets de bronzie. Peux anneaux 
de bronze portent de grosses perles en verre de couleur. Pertes 
d'ambre, anneaux de verre, appliques à jour, dent perforée 
(amulette). Kn bas, grand vase à décors géométriques incisés. 

F. 1" Sépulture gauloise de la Cheppe, avec plan de la tombe 
fouillée : torques en bronze, bracelet eu bronze travaillé à jour, 
bracelet passé autour des os du bras, couteau, fibules en fer et 
en bronze. • 



Digitized by 



Google 



SALLE IX. 173 

2* Torques^ bracelets, Hbules et perles d'ambre provenant de 
fonilles diverses. Remarquez le bracelet formé de coquilles per- 
forées (cf. p. 52), 

3" Sépulture do la Cheppe : bracelet en lignite réparé au 
nioyen de cercles de bronze; torques en bronze avec cabo- 
cbons de corail fixés par des clous ; couteau et fibule en fer. 

Vitrine 4. — Sépulture de Saint-Hilaire-au-Tcmple : vases. 
Remarquez au milieu un spécimen dont la décoration est ana- 
logue à celle des vases de la vitrine 3, B. — A droite, torques 
torses, fibules de bronze, épée, couteau, pointes de javelot et 
de lance en fer. 

Vitrine 5. — Objets provenant de deux sépultures de Jon- 
chery-sur-Suippes et de Thuisy: torques, fibules, bracelets, 
ciseaux, pointes de lance, couteaux, vases. 

Vitrine 6. — Campement gaulois de Berru (Marne), ayec 
débris de cuisine, fragments de poteries, morceaux de revête- 
ments en terre grasse portant Tempreinle des branchages qui 
constituaient les murs des cabanes; ossements d'animaux. Un 
plan et une coupe du campement sont exposés dans un cadre. 

Vitrine 7. ^ Autre campement analogue de Bussy-le- 
Château, avec plan et coupe. 

Vitrine 8. — Objets provenant des tombes d'Auves, de Bussy- 
le-Château et de la Cheppe, avec plan et coupe de la tombe de 
Bttssy. 

Vitrine 9. — Objets provenant des tombes de Saint-Hilairc- 
le-Grand et de Yitry-Iès-Reims. Remarquez le collier de perles 
de verre, le torques , la perle d'ambre, le vase rouge avec 
ornements peints en blanc, le vase avec couvercle de Vitry-lès- 
Reims. 

Vitrine 10. — A. Tombes gauloises de Saint-Jean-sur-Tourbe, 
avec plan. Bandes de roues en fer, couteaux, pointes de jave- 
lot, garnitures de char. 

B. Tombes de Vitry-lès-Reims et de Berru. Dans la première. 



Digitized by 



Google 



474 SALLE IX. 

deux torques f deux bracelets, une fibule; dans la seconde, un 
couteau en fer, un bracelet* en or, un grand vase caréné dont 
les ornements incisés sont remplis d'une matière blanche, avec 
d'autres décorations peintes en rouge. 

G. Objets provenant d'une célèbre sépulture de Berru. Remar- 
quez notamment deux gros bracelets creux, un casque conique 
avec ornements très élégants (cf. p. 149), des bossettes en 
bronze avec incrustations de corail, des tiges et boutons divers, 
un couteau de fer, un grand vase caréné avec ornements incisés 
remplis d'une matière blanche. En bas, dans un cadre, dessin 
reproduisant les motifs d'ornementation du casque de Berru. 

Vitrine 11. — Objets des tombes d^Auve, de Warge-Moulin 
près Saint-Jean-sur-Tourbe et de Vitry-lès-Reims. Remarquez 
à gauche deux vases à couvercle et un torques à crochet 
(Auve) ; à droite, un torques, des colliers de corail, une grande 
perle d'ambre, deux boucles d'oreilles* en or, un petit cercle 
de bronze torse portant deux perles de verre et une d'ambre. 

Vitrine 12. — Tombes de la Gheppe et de Vitry-lès-Reims : 
fibules, pointes de lance, vases, ossements de porcs provenant 
d'offrandes funéraires. 

Vitrine 13. — Tombes de Vitry-lès-Reims et de la Gheppe : 
vases à couvercles, pointe de lance. Pour la disposition des 
vases dans la tombe, voyez la photographie placée à droite. 

Vitrine 14. — A. Tombe de Jonchery-sur-Suippes : colliers 
en fer, vases à décors incisés. 

B. Tombe du lieu dit la Côte-iTOrgemont, à Sommetourbe : 
anneaux et torques de bronze, anneaux de fer, pointes de 
lance, épée de fer et fourreau de bronze, grand vase caréné 
à décors géométriques incisés. 

G, D. Tombe de Guperly : cercles de roues en fer, pointes de 
lance, disques et ornements en bronze travaillés à jour, épées 
et garnitures de char en fer. Grand vase caréné à décoration 
peinte rouge et blanche; boutons et petites appliques de bronze. 

Au-dessus do la vitrine, cercles en fer des roues d'un char 
(Jonchery-sur-Suippes). 



Digitized by 



Google 



SALLE IX, 175 

Vitrine 15. — A. Tombe de la Gheppe : armes de fer, perles 
en verre, grand vase avec traces de peintures en rose et en 
blanc, vase à couvercle. En bas, plan de la tombe. 

B. Tombe de Yitry-lès-Ueims : torques, bracelets et fibule en 
bronze, vase à couvercle, vases à décors incisés. £n bas, plan 
de la tombe. 

Sur le mur, à droite de la fenêtre donnant sur la cité Médicis, 
cadre contenant des photographies d'après des dessins qui 
représentent les tombes de la Marne fouillées par les soins du 
Musée. — Dans le couloir entre cette salle et la rotonde voisine, 
cadre renfermant un panorama de la terrasse de Saint-Germain« 

Le visiteur revient sur ses pas, traverse les salles YUI, VII, 
le palier, les salles VI, V, IV, et termine l'étude du Musée par 
celle de la salle de Numismatique, qui donne dans la salle IV. 



Digitized by 



Googk 



176 SALLE OË NUMISMATiaUË. 



SALLE DE NUMISMATIQUE 



Cette salle, dont le classement n'est pas définitif, Contient 
principalement des bijoux, des monnaies et divers objets de 
l'époque mérovingienne (l). Elle a été décorée avec beaucoup 
de goût dans le style du quatorzième siècle, époque de la 
construction du donjon dont elle fait partie. Sur les mft*s sont 
deux grandes peintures à Thuile, Tune de Penguilly THaridon, 
représentant une ville gallo-romaine à Tépoque des empereurs 
romains (cf. p. 102), l'autre de H. Bouchot, représentant le lieu 
dit Camp de César, près d'Aps. 

Vitrine 1. — A. Au milieu, deux couronnes et une coupe d*or 
du tumulus d'Apremont (cf. p. 148). De part et d'autre, 
cuillers romaines en argent (Gompiègne, Chalon-sur-Saône, 
vallée du Rhin et provenances inconnues), et une cuiller en 
or (Neufchâteau). Petite épingle en argent surmontée d*une tète 
féminine, trouvée, dit-on, dans un verre gravé (29665) avec 
une monnaie d'or d'Antonin. — Sur le devant, débris de fibule 
en or du tumulus d'Apremont; bracelet vide en feuille d'or 
de Mercey-sur-Saône (p. 149) ; très grand cercle en feuille d'or 
de la même provenance. 

A gauche, petite monnaie d'argent avec bélière, ayant été 
portée comme talisman; boucles d'oreilles en or (Corbeil), en 
bronze avec pendeloques de cristal (Compiègne), en or avec 
pendeloques en forme de grappe de raisin (Orange). 

A droite, épingles en argent et épingles en os à tête dorée 
(Maycnce,Vauclusc); épingles en argent à sommet polyédrique 
doré (Compiègne); extrémité d'épingle en or avec perte au 
sommet (Compiègne). 

(1) Los médailles et les bijoux doivent seuls y rester ; les objets niëro« 
vingiens en fer seront transportés ailleurs. 



Digitized by 



Google 



SALLE D£ NUMISMATIQUE. 177 

B. 1® Coffret de femme en bronze, à cinq compartiments, 
contenant une monnaie romaine en bronze de Faustine jeune 
et deux bagues en or avec chaton gravé (Gôte-d'Or). 

2^ CoIHer fermé de perles de verre et d*ambre, d'olives en or 
estampé, de plaqilettes de bronze (Gompiègne) ; collier d'abeilles 
en or provenant d'Egypte, à rapprocher des abeilles mérovin- 
giennes en or que l'on a trouvées en 1653 dans le tombeau 
du roi Childéric à Tournai. 

G. 1* Ornement en or creux en forme de tube recourbé, 
appartenant peut-être à un char (Alsace). 

t* Deux bracelets en or (Finistère, Kervazouen en Morbihan). 

3* Fibules en argent (Beauvais, Gompiègne). Deux paires de 
botftles d'oreilles en or (Warge-Moulin et Saint-Jean-sur-Tourbe, 
'cf. plus haut p. 174); boucles d'oreillss en or avec chaînettes 
(île de Chypre). 

' D. 1** Deux spirales en or de Heidolsheim (Bas-Rhin). Ces 
spirales, comme les bracelets en or sans ornements, sont peut- 
être des lingots et non des objets de parure. 

2* Deux bracelets en or (Saint-Brieuc, Kervazouen en 
Morbihan). 
3** Bracelet en or, ouvert, rempli d'une matière terreuse 

.(Sordes, dans les Landes). Boucles d'oreilles en or lisse (la 
Gorge-Mcillet, cf. p. 191); curieuse lame d'argent laminé, 

, trouvée en 1858 à Poitiers; elle était enroulée sur elle-même 
et renfermée dans un étui. Cette lame porte cinq lignes en 

, caractères latins cursifs, tracés à la pointe d'un style; quelques 
mots sont latins, d'autres grecs, d'autres paraissent appartenir 
à un dialecte celtique. Bien que l'inscription n'ait pas encore 
été traduite d'une manière définitive, il a été possible d'éta- 

jblir que c'est une formule de conjuration contre une maladie. 

;Les médecins pu plutôt les charlatans du quatrième et du 
cinquième siècle. après Jésus-Christ traçaient de ces invoca- 
tions sur des lames de métal qui, renfermées dans un étui, 
étaient suspendues en guise d'amulettes sur le corps du malade* 

E. 1* Bracelet lisse en or ouvert (Saint-Brieuc). — Quatre 
magnifiques bijoux, deux bracelets et deux grands pendants 
d'oreilles (tumulus de Châtillon-sur-Seine en GOte-d'Or). Le 

H 



Digitized by 



Google 



178 SALLE DE NUMISMATIQUE. 

travail rappelle celui des bijoux de Waldalgcslieim (p. 159). — 
Vase d'Alésia (p. 107). 

2® Bracelets en or ouverts de Kervazouen (Morbihan), la 
Grande-Brière (Loire-Inférieure), Gaudos (Gironde), Heidol- 
sheim (Bas-Rhin). — Deux bagues et un torques en or formé de 
deux tiges (Alsace). 

3** Jolie chaîne en or (Gonipiègnc) ; bracelet en or estampé; 
fil d'or, débris de broderie (prov. inconnue); pépite d'or percée, 
bijou californien; fibule en or à deux crochets avec aigle en 
relief (Gologne en Saône-et-Loire). — Gland avec ornements 
incisés, fermoir d'une ceinture en or (dragages de la Seine); 
rouelle en or (Belgique). — Goupe en or du tumultis d'Apremont 
(déjà nommée, cf. p. 176). — Torques, rouelle et fibule en op 
(prov. inconnue); croissants-pendeloques en argent (Saint- 
£tienne-au-Temple, dans la Marne) ; bracelet en argent (Bresle 
en Oise); fragment de torques en or (Marseigne en Allier); 
plaque d'or avec décoration en filigrane (Ghypre); bracelet 
en or (Gorge-Meillet) ; grande boucle d'oreille circulaire en or 
creux (Berru). 

F. 1" Deux spirales en or (Heidolsheim, Bas-Rhin). 

2* Grande rondelle en or et lot de monnaies d'or découvertes 
en Alsace. Ges monnaies appartiennent à là classe des pièces 
à Varc-en-ciel, nom qui leur vient de la croyance populaire 
qu'elles se montrent après Torage, lorsé[ue parait l'arc-en-ciel, 
et de la forme scaphoïde qui les distingue des autres monnaies 
gauloises. On les a rencontrées surtout en Bavière, en Bohême, 
en Hongrie, dans la Gisalpine, en Belgique; elles ne remontent 
guère, à ce qu'il semble, au delà du premier siècle avant l'ère 
chrétienne. 

S" Fragments d'anneaux et de boucles d'oreilles en argent 
(Plénisc, Jura), de bracelets et de lingots en or (Finistère); 
bague en or serpentiforme; bague en or avec pierre gravée; 
bouoles d'oreilles en or (Marne); petit disque d'or estampé 
(Magny-Lambert). 

G. V Bracelet en or estampé. 

2" Rondelle en or (Alsace) ; torques en or (Allier). 

3*^ Belle bague en cristal de roche (Orange) ; quatre grandes 



Digitized by 



Google 



SALLE DE NUMISMATIQUE. 179 

monnaies en bronze, avec une belle patine verte; bagties et 
anneaux en or (Mont>Beuvray, Montaud dans le Gers, GIos^ 
Rattel en Gôte-d'Or (avec taureau gravé dans le chaton], Bresles 
en Oise. Gérilly en Gôte-d*Or, Gompiègne, Vaison). 

H. 2<* Petit plat* en argent avec figures en relief sur le bord, 
masques, animaux, etc. Dans ce plat on a rangé une série de 
pierres gravées romaines découvertes en Gaule (chatons de 
bagues). 

3® Quatre cercles d'or estampés, à Teffigic de monnaies 
impériales romaines (Êtampes). — Belle boucle de ceinturon en 
or, avec encadrement en filigrane (Êtampes). — Bagues en 
argent, dont Tune serpentiforme (Guperly, dans la Marne); 
grosse bague en argent dont le chaton représente un Mars 
(Gompiègne) ; bague en argent formée d*une tige plate roulée 
en hélice (Gompiègne); bague* en bronze dont le chaton 
manque (Brumath, Haut-Rhin); bague en argent terminée par 
deux têtes de serpents; bague en argent avec chaton (Gom- 
piègne). 

Vitrines 2, 3, 4. — Ges vitrines contiennent des séries de 
monnaies gauloises classées suivant les cités et les peuples aux- 
quels elles appartiennent (1), tant les monnaies proprement 
gauloises que celles des colonies romaines de la Gaule, 
comme Lyon et Nimes. Dans la 4* vitrine, on a placé des 
monnaies romaines frappées dans les ateliers de la Gaule, 
Lyon, Trêves, Arles, les pièces des empereurs qui se rendirent 
indépendants en Gaule au troisième siècle, comme Postu- 
mus et Tetricus, celles dont les types font allusion à Thistoire 
de la Gaule (monnaies rappelant les voyages d'Auguste en 
Gaule, etc.), enfin une série de monnaies mérovingiennes. Dans 
' les tiroirs des vitrines 2 et 4 on a rangé des lots de monnaies 
découvertes en des localités déterminées de la Gaule, comme 
Alise (cf. p. 107), le Mont-Beuvray, Saint-Pierre-en-Ghâtre 
(Oise), Yilleneuve-le-Roi (Baute-Marne), Beauvoisine (Drôme). 
Un meuble à tiroirs fermés placé contre le mur contient encore 
un grand nombre de monnaies qui peuvent être étudiées par 

(1) Le classement des monnaie) du Musée est dû à M. de Barthélémy. 

Digitized by VnOOglC 



180 SALLE DE NUMISMATIQUE. 

les spécialistes. Au-dessus de ce meuble sout des aquarelles 
.représentant des épées mérovingiennes découvertes dans TAisne. 

Les Gaulois n'ont pas créé de toutes pièces les types de leurs 
monnaies : ils les ont copiés sur ceux des peuples voisins, plus 
avancés en art et plus commerçants, dont le numéraire était 
devenu une sorte d'instrument international pour les échanges. 
Ils imitèrent d'abord les statères d'or de Philippe de Macédoine 
(360-336 av. J.-C), aux types d'une tête d'Apollon vue de profil 
et d'un char à deux chevaux, puis les deniers de la Répu- 
blique romaine, qui portaient souvent d'un côté la tête de Rome, 
de l'autre Castor et PoUux à cheval. Ils s'inspirèrent aussi de 
quelques pièces grecques frappées à Marseille (1), en Sicile et 
sur la côte d'Espagne (Rhoda, Emporium), ainsi que de mon- 
naies romaines de différents types, qui furent contrefaites à 
poids réduit. 

Comme il arrive toujours lorsqu'on imite ce qu'on ne com- 
prend pas, ces copies gauloises de monnaies grecques et romaines 
sont à la fois très infidèles et très grossières ; quelquefois elles 
le sont à tel point qu'on reconnaît à peine l'influence des origi- 
naux. De ce nombre sont les pièces dïies à Varc-en-ciel (cf. p. 178). 
Quelques ateliers remplacèrent le conducteur du char figuré sur 
les statères de Philippe par des animaux et des oiseaux. Mais 
à côté de motifs empruntés ou dégénérés, beaucoup de coins 
présentent des types et des emblèmes qui ont été inventés par 
les monnayeurs locaux. Le monnayage gaulois commença vers 
la fin du quatrième siècle avant Jésus-Christ. Dans le centre et 
dans le nord de la Gaule, ou frappa des monnaies en or, en argent 
et en bronze; dans le Sud, on frappa seulement du bronze et 
de l'argent. A une époque tardive, on fit aussi des pièces de 
potin, surtout 4ans le Nord. 

Les monnaies portent quelquefois les noms de chefs gaulois : 
c'est ainsi que nous possédons des pièces de Vercingétorix 
(pièce trouvée à Alésia, vitrine 3, en bas à droite) et d'un cer- 
tain nombre de princes mentionnés par César. Parfois aussi on 

(1) Des Grecs de Phocée (Asie Mineure) s'étaient établis à Marseille dès 
e septième siècle avant Jésus -Christ. Les plus anciennes monnaies de 
Marseille portent l'image d'un phoque, par allusion au nom des Phocéens. 



Digitized by 



Google 



SALLE DE NUMISMATIQUE. 181 

lit sur les monnaies le nom d'une cité ou d'un peuple de la 
Gaule, celui d'un magistrat monétaire ou politique, écrit d'abord 
en caractères grecs, plus tard en lettres latines. Mais il arrive 
tiop fréquemment que les monnaies n'offrent aucune légende, 
ce qui en rend le classement et l'attribution fort difAciles. Au 
point de vue de l'art, elles* sont généralement médiocres ou 
mauvaises, bien que les types, en particulier les têtes chevelues, 
soient dessinés aveo une barbarie originale. 

On peut voir d'excellentes gravures des monnaies gauloises ' 
dans le meuble à volets de la salle de Comparaison (plus haut, 
p. 102). 

César vainqueur prohiba l'émission des monnaies d'or ; il fit 
frapper en Gaule, pour son propre compte, des pièces d'or au 
type de l'éléphant. Le nom des gouverneurs romains paraît alors 
sur quelques types monétaires. Les menues espèces locales 
furent frappées à Nîmes, à Vienne et à Lyon pendant le premier 
siècle après Jésus-Christ. Le monnayage impérial, qui compre- 
nait l'or et l'argent, fut longtemps limité à l'atelier de Lyon ; plus 
tard, au quatrième siècle, il y eut des ateliers à Lyon (cf. p. 43), 
à Trêves et à Arles. La fabrication monétaire de la Gaule romaine 
a toujours été centralisée, tandis que celle de la Gaule indépen- 
dante paraît avoir été disséminée presque à l'infini. La dissémi- 
nation reparaît avec la période mérovingienne (1). 

Les monnaies mérovingiennes sont presque toutes en or. Ce 
sont des imitations barblares des monnaies impériales du Bas* ' 
Empire (sous d'or et tiers de sou d'Anastase, de Justin et de' 
Justinien). On y trouve les noms des empereurs, des rois (à par- 
tir de Théodebert I"), des ateliers monétaires et des monnayers. 
De là leur importance comme documents géographiques et histo- 
riques; leur valeur artistique est tout à fait nulle. 

Vitrine 5. — Ex-voto en argent trouvés à Vichy (Allier). Ils 
étaient offerts par les malades à la source thermale (cf. p. 32). 
L'un d'eux porte une dédicace à la divinité orientale Jupiter 
Sabazius. Remarquez au milieu une statuette d'enfant en 
argent. 



(1) Cf. Charles Robert. Revue archéologique, 4885. II» p. 324-329. 

DigitizedbyVnOOglC 



182 SALLE DE NUMISMATIQUE* 

Vitrine 6. — Objets en bronze, en or et en verre de l'époque 
mérovingienne. 

L'art de l'époque mérovingienne, qui s'étend depuis la fin du 
quatrième jusqu'à la fin du buitièn>e siècle après Jésus-Christ^ 
nous est surtout connu par les produits du travail des métaux, 
les objets d'orfèvrerie et de parure. Les œuvres de Tindustrie 
barbare, à cette époque, présentent, d'un bout à l'autre de 
l'Europe, un incontestable caractère d'unité. Le trait commun 
le plus frappant est la verroterie cloisonnée d'or, l'emploi des 
grenats, des zirconites et d'autres pierres précieuses comme 
motifs de décoration du métal. La preuve que cet art, dit 
improprement mérovingien ou germanique, n'est pas d'origine 
occidentale, c'est qu'on en trouve des monuments dans la vallée 
du Danube et en Hongrie antérieurement à la période où ils 
deviennent fréquents en Gaule. On ne peut pas non plus, 
comme on l'a fait, y voir une dérivation de Fart byzantin, qui, 
suivant toute apparence, n'existait pas encore à la fin du qua- 
trième siècle. Si l'art des barbares ressemble à celui de la 
Byzance de Justinien, cela peut s'expliquer plutôt par une com- 
munauté d'origine que par un lien direct de dépendance. 

Les motifs de la décoration barbare, comme ceux de l'orne- 
mentation byzantine, trahissent avec évidence l'influence de 
l'Orient, en particulier celle de l'art sassatUde, ainsi nommé 
d'une dynastie persane qui fut fondée en ^6 ap. Jésus-Christ. Ce 
courant artistique arriva en Europe en* passant par l'Arménie 
et le Caucase. Le pays sur lequel il se porta principalement est le 
midi de la Russie actuelle, habité alors par les Coths et les 
Gépides. Dans cette région, en particulier dans la Crin^ée, exis- 
tait depuis des siècles une école d'orfèvres et d'ouvriers en 
métaux, qui produisit de véritables chefs-d'œuvre au quatrième 
siècle a:vant Jésus-Christ, alors que les bords de la mer Noire, 
couverts de colonies grecques, étaient en relations constantes 
avec Athènes, qui tirait de là le blé qui lui manquait. Ces 
ouvriers, en travaillant pour les princes barbares, donnèrent 
naissance à un style nouveau, où l'influence hellénique s'effaça 
de plus en plus devant l'élément oriental. A l'époque des grandes 
invasions, la Grèce et Athènes ne comptaient plus parmi les 
centces artistiques, leurs communications avec les bords de la 



Digitized by 



Google 



SALLE DE NUMISMATIQUE. 183 

mer Notre étaient interrompues et Tart gréco-scythique, devenu 
barbare» se mit à i^école de Fart sassanide. En 376, l'invasion 
des Huns détruisit l'empire des Goths et les poussa vers Tooci- 
dent de l'Europe. Il est probable que les orfèvres de la Russie 
méridionale, possesseurs des traditions artistiques dont nous 
avons marqué l'origine, émigrèrent en partie vers Constanti- 
nople, qui devenait à ce moment le siège de l'Empire, tandis 
que d'autres remontèrent la vallée du Danube et portèrent leur 
art vers l'Occident à la suite des envahisseurs barbares. Ainsi 
l'orfèvrerie byzantine ne serait pas la mère, mais plutôt la sœur 
de l'orfèvrerie mérovingienne (î). 

Il faut encore rappeler que certains éléments du style méro- 
vingien se trouvent déjà, bien antérieurement à l'ère chré- 
tienne, dans les objets des nécropoles de Hallstatt (p. 156) et 
de Koban dans le Caucase (p. 82); cela est particulièrement 
vrai pour les représentations grossières d'animaux gravés suV 
métal. Le poignard de Hallstatt est décoré de pierres transpa- 
rentes comme les armes de luxe et les boucles mérovingiennes. 
Ces deux courants artistiques analogues semblent avoir passé, 
à plusieurs siècles de distance, par le Caucase, la Russie méri- 
dionale et la vallée du Danube : leur origine commune doit 
être cherchée en Asie. L'Europe centrale et l'Europe du Nord 
adoptèrent d'autant plus volontiers le style mérovingien qu'il* 
n'était, pour ainsi dire, qu'un nouveau développement de Tart 
barbare de la première époque des métaux. 

A. Au milieu, aiguière en bronze avec anse et couvercle 
trouvés à Mackenheim (Alsace); fibules et boutons en bronze; 
disques de ûbules en bronze avec ornements gravés et en 
relief. 

B. 1^ Verreries mérovingiennes. A côté de formes ressem- 
blant à celles de l'époque romaine, on voit paraître quelques 
types nouveaux. 

2* Colliers de perles en verres de couleur, en pâtes de verre 
et en ambre ; quelques, monnaies sont insérées dans les cha- 

(1) Gommo l'art de Byzance prit un essor très rapide, ses produits se 
répandirent, dès le cinquième siècle, dans l'Europe occidentale. 



Digitized by 



Google 



181 SALLE DF NUMISMATIQUE. 

pelets. Les verres de couleur, déjà fréquents dans les tom- 
beaux de la Marne (cf. p. 167), étaient très répandus dans la 
Gaulo mérovingienne. 

3<> Fibules avec grenats cloisonnés ou verres rouges imitant 
des pierres précieuses ; fibules en argent et en or. 

C. !• Verreries mérovingiennes. 

t" Colliers en pâtes de verre et en perles d'ambre ; remarquez 
un collier entièrement formé de perles d'ambre. 

3*^ Fibules en argent et en bronze avec grenats cloisonnés. 
Remarquez une fibule de Suisse avec surface dorée et pierres 
de couleur enchâssées dans la dorure (29432). 

D. 1® Verreries; ^ colliers; 3'^ fibules de types analogues 
aux précédents ; Tune* est en argent doré avec cabochon en 
grenat (musée de Rouen). 

E. !• Verreries ; plusieurs proviennent du cimetière méro- 
vingien de Jouy-le-Gomte. 

t" Colliers de perles diverses, de verre et d*an^re. Re- 
marquez un collier de 32 grains d*ambre irréguliers. — ^out de 
courroie avec gravures damasquinées d'argent, représentant 
des chiens courants d'une part, des lions de l'autre ; boucle 
gravée de môme avec un griffon et autre semblable représen 
tant des lions ? (Sedan et Colombier-sur-Seulles, Calvados). 

3<> Fibules en bronze doré avec grenats (Compiègne); 
(27 914) fibule plaquée d'or avec grenats (Poussay, Vosges) ; 
(24 000) très belle fibule en or filigrane avec pierre rouge au 
centre; (24574) deux grandes fibules en argent ornées de 
pierres et de filigrane en or (Jouy-le-Gomte) ; style et épingle 
en argent à tête d'or filigranée (Jouy-le-Comte) ; (24573) bagu& 
à haut chaton avec pierre verte (Jouy-le-Comte) ; (24575) deux 
fibules en argent avec filigrane d'or représentant grossière- 
ment un cheval (Jouy-le-Comte) ; pendeloques et fils d'or de 
broderies (même provenance). — (19067) Fibule * à sommet 
arrondi et rayonné, en argent doré, avec grenats cloisonnés 
(Douvrend en Seine-Inférieure).— (24601, 31102, 31103), 
boucles en bronze doré et en bronze avec verres de couleur 
(Tressan en Hérault, environs de Garcassonne.) 

F. 6, B. !• Verreries; 2» colliers; 3" fibules de bronze elf 



Digitized by 



Google 



SALLE DE NUMISMATIQOE. 185 

d'argent. Remarquez en bas (23 273) une agrafe en argent doré 
cloisonnée en verre (Tressan en Hérault), des disques-ftbules 
en or avec verres rouges (Mackenheim en Alsace), des fibules en 
argent avec grenats cloisonnés ; une grande fibule* en bronze 
doré (Hochfelden, Haut-Rhin); deux fibules en argent avec 
pierres de couleur (Marché-le-Pot, Somme). 

Vitrine 7. — (19 789) Bague en or* du roi Childéric, père de 
Clovis (original perdu); bague en or avec grand chaton de 
verre bleu et petits verres imitant des pierres précieuses (Baré- 
zière^ Ille-et- Vilaine) ; bague en or avec chaton décoré de pâtes 
cloisonnées (Gaël, Ille-et-Vilaine) ; bague ei^ or dont le chaton 
porte un cavalier en creux (Gompiègne) ; bague en argent dont 
le chaton est orné de verres bleus et rouges (même prov.). 

Au-dessous, bagues en bronze dont quelques-unes encore 
passées autour des phalanges des doigts ; d*autres portent des 
noms en monogrammes. — Boucles d*oreilles en or (Gompiègne, 
Villeneuve-sur-Lot); boucles d*oreilles en argent avec polyèdres 
ornés de verres rouges (Gompiègne). 

Bracelets en verre , en fer, en argent et en bronze (Pas-de- 
Galais, Marne, Aisne). 

Épingles* en argent doré avec tête d'oiseau (Doubs) ; épingles 
en bronze, quelques-unes avec têtes dorées; pinces à épiler avec 
'anneaux. — Anneaux travaillés à jour avec dessins divers (ca- 
valier, croix, etc.) ; languettes destinées à garnir Textrémité 
* de courroies'; petits objets en bronze : clous, disques, boutons, 
anneaux, chaînette; peigne en os (Beauvais). 

Vitrine 8. — Giseaux, anneaux, objets divers en fer, éperon 
:de bronze, peignes en os avec ornements circulaires incisés; 
pointes de flèche en silex des cimetières mérovingiens de 
Ghelles et de Lizy. 

Vitrine 9. -- Plaques de ceinturon en fer avec boucles, 
quelques-unes incrustées d*argent ou munies de clous en bronze. 

Vitrine 9 bis, .— (29 768) Moule * en pierre dure, mobile 
autour d'une charnière métallique, trouvé à Vézelay; on voit 
d'un côté un oiseau aux ailes déployées, de l'autre un cheva 
harnaché et sellé avec un oiseau posé sur sa croupe. — Série 

11. 



Digitized by 



Google 



lob SALLE DE NUMISMATIQUE. 

de magnifiques bijoux mérovingiens* découverts dans la vallée 
du Rhin : fibule en or* avec filigrane et verroterie cloisonnée 
(Sprendlingen en Hesse Rhénane, musée de Mayence) ; autres 
analogues* d'Alsheim (musée de Mayence); de Fridolfing (Wur^ 
temberg), en argent doré, ornée de serpents à tètes d*oiseau 
(collection Soyter à Augsbourg); de Waiblingen (Wurtemberg, 
musée de Stuttgart) ; des environs de Bonn (musée de Mayence); 
d'Engers (Prusse Rhénane, musée de Wiesbaden). — Petite 
fibule* en forme de rosette, en argent doré, avec filigrane et 
grenats cloisonnés (Nordendorf en Bavière, musée de Munich) ; 
autre analogue* de Niederstotzingen (Wurtemberg, musée de 
Stuttgart) ; fibule * en fer avec damasquinures d'argent (Frei- 
laubersheim en Hesse Rhénane, muséje de Mayence) ; fibule* 
en fer ornée de cercles concentriques (Bessungen près de 
Darmstadt, cabinet du grand-duc de Hesse); petite fibule* en argent 
doré, avec grenats cloisonnés, représentant un serpent avec 
deux têtes d*oiseau (Nordendorf en Bavière, musée de Munich). 
— Manche en os sculpté* de style oriental (Poitiers) ; magnifique 
ceinturon en fer argenté (Suisse); fragment de grand camée 
romain représentant le char d^un triomphateur (Vienne). 

Au-dessus, gravures d'après les tombes mérovingiennes 
d'Arcy-Sainte-Restitue, dans TAisne, fouillées par M. Fré- 
déric Moreau ; dessins des armes trouvées dans les sépultures. 
La coutume païenne d'ensevelir les guerriers avec leurs armes 
persista en Gaule jusqu'à l'époque carlovingienne. Les Francs, 
les Burgondes et les Visigoths aimaient la parure et le luxe ; 
leurs nécropoles, dont on connaît plus de 600 en Gaule, en 
portent témoignage. La conversion des barbares au christia- 
nisme n'influa que lentement sur leurs coutumes funéraires; 
on se contenta de déposer, dans les tombes des convertis, 
quelque emblème de la nouvelle religion (cf. vitrine 12). 

Vitrine 10. — Vase en argent* qui contenait 400 monnaies 
d'argent gauloises (Eyre dans les Landes) ; coins en bronze pour 
frapper des monnaies romaines (Paray-le-Monial); coins de 
monnaies gauloises (Gergovie, Grenoble). — Rondelles en terre 
ayant servi de moules de monnaies, avec l'empreinte de tètes 
d'empereurs romains; ces objets ont peut-être fait partie de 
l'atelier d'un faux monnayeur. 



Digitized by 



Google 



SALLE DE NUMISMATIQUE. 187 

Vitrine 11. — Objets en or et en cuivre (alliage) de» anciens 
tombeaux de la Colombie (Amérique), antérieurs à la conquête 
espagnole: figures humaines grossières, quadrupèdes, gre- 
nouilles, oiseaux, serpents, boucle de nez avec spirales et boucles 
d'oreilles; poudre d'or dans un sac, or natif dans sa gangue. 

Vitrine 12. — Série de boucles et de plaques de ceinturon 
mérovingiennes en bronze , ornées de reliefs et de gravures 
(cimetières de Waben en Pas-de-Galais, de Lizy en Aisne, de 
Gompiègne). Remarquez les spécimens qui portent des croix 
et ceux où sont figurés des motifs chrétiens (Daniel et Habacuc 
Daniel dans la fosse aux lions, sujet fréquent dans le sud- 
est dé la Gaule; cheval avec le monogramme du Christ, etc.). 

Vitrines 13, 14 et 14 bis. — Boucles de ceinturon en bronze 
et en fer. Quelques-unes présentent, outre les gravures, des 
incrustations d'argent eX des clous de bronze. Riche série de 
colliers en verroterie et en ambre. 

Au-dessus, gravures représentant les tombes d'Arcy-Sainte- 
Restitue et de Garanda (Aisne), et dessins d'ornements trouvés 
dans ces tombes. 

Vitrine 15 (plate). — Coupe en bronze à deux anses mobiles 
et pied à jour ; mors de cheyal incrusté d'argent ; ornements 
en or (boucles, appliques, lions couchants), le tout trouvé à 
Chiusi (Italie du Nord), dans la tombe d'un chef barbare du 
septième siècle. Ces bijoux paraissent être de fabrique lombarde. 

Vitrine 16. — Poterie mérovingienne grossière des cimetières 
de Waben (Pas-de-Calais), Luzieau (Aisne), Souain (Marne), 
Champdolcnt et Ableiges (Seine-et-Oise), Londinières et Enver» 
meu (Seine-Inférieure), TOise, etc. La couverte de ces vases 
est le plus souvent noirâtre avec ornements gravés en creux 
et cercles horizontaux en relief. Remarquez (G/ 6^*) un petit seau 
en bronze avec inscription chrétienne et monogramme du 
Christ, trouvé dans l'IU (Alsace). 

Vitrine 17. — Aux trois rangées supérieures, poteries méro- 
vingiennes de Waben (Pas-de-Calais), Gambronne et Cury 
(Oise), Luzieau (Aisne); Envermeu et Londinières (Seine-Infé- 



Digitized by 



Google 



188 SALLE DE NUMISMATIQUE. 

Heure), Montdidier (Somme)^ la Marne, etc. Remarquez (jC, S"*) 
un vase de bronze trouvé, à Waben. 

G. 3* A gauche, des anneaux et des bracelets de bronze 
(Marne), des verreries, des perles émaillées de diverses couleurs 
(Gurzon en Creuse), une poignée d*épée* en os sculpté repré- 
sentant un guerrier à cheval (Poitiers), un vase à verser avec 
anse en broûze» trouvé en 1848, à Choisy-au-Bac (forêt de 
Compiègne). Il contenait environ 3000 monnaies romaines en 
bronze, la plupart de Constantin. — Pierre verte avec inscrip- 
tion (Gurzon, Creuse) ; deux grands colliers en perles d*ambre ; 
une grande boucle* en bronze à reliefs (Reims); des débris de 
peigne en os (Marne); trois pieds de biche en fer dans des 
manches en os (Marne). 

Au-dessous (A, 4''), haches en fer mérovingiennes appelées 
francisques; plaque de ceinturon avec boucle en fer incrusté 
d'argent (Yonne) ; petite botte cylindrique en bronze* avec 
longue chaînette (Suisse). 

A. 5<> Francisques; Tune d'elles contient encore une partie 
de son manche en bois (19 918). 

6" Haches de types divers; à c()té de la francisque, à proÛl 
relevé, on voit la hache à bord supérieur horizontal et là hacbe 
double qui s'élargit en éventail. 

B. 4<* Plaques dé ceinturon et boucles en bronze gravées. 

5** Lances en fer de différentes grandeurs. Dans quelques-unes, 
la douille contient des restes du bois emmanché. 
6"* Haches et francisques, 

G. 3° Umbones de boucliers; poignée d*umbo à trois pattes 
(Envermeu); plaques de ceinturon gravées; (29 433) plaque 
avec boucle et contre-plaque de ceinturon en fer plaqué d'argent 
(Suisse). 

4** Lances ou framées ; la lance longue et étroite, avec fer 
barbelé, est l'anyon mérovingien (24602)^ qui dérive directe- 
ment du pilum romain (cf. p. 24). 

5° Deux garnitures en bronze de seaux de bois ; épées en fer, 
dont Tune* avec ornements d'or et grenats (musée de Worms). 

D. 4° Plaques de ceinturon percées à jour, avec figures de 



Digitized by 



Google 



SALLE DE KUHISMATÏODE. 189 

chevaux et ornements divers; remarquez à gauche (19415) 
une plaque* en bronze argenté avec inscription et croix 
(Maynal en Jura). — Petites boucles et plaques de garnitures. 

b" et &* Lances^ épées et couteaux à dos arrondi nommés 
scramasax, 

4* et 5* Pointes de flèche, de lance et de javelot. 

6« Scramasax^ couteaux divers et serpe en fer à crocheL 

Le visiteur redescend par le petit escalier qui aboutit au fond 
de la salle IV. 



FIN 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



SUPPLÉMENT 



SALLE R (pages 19-20). 

On a placé dans cette salle les moulages de six statues et 
d*un grand sarcophage, relatifs aux victoires des Grecs asia* 
tiques sur les Gaulois de Test ou Galates, au m* et au u* siècle 
av. J.-C. 

Les Galates, ayant envahi l'Asie Mineure en 278 comme mer- 
cenaires d'un prince grec, y exercèrent pendant quarante ans 
d'horribles ravages. Deux rois de Pergame, Attale !<>' (241-197) et 
Eumène II (197-159), finirent par les refouler dans une province 
qui s'appela désormais la Galatie, 

En mémoire de ces succès, les vainqueurs dédièrent en divers 
lieux des statues et des bas-reliefs; quelques-unes de ces 
oeuvres d'art, ou des copies qui en furent exécutées à l'époque 
romaine, sont parvenues jusqu'à nous. Ce senties plus anciennes 
représentations que l'on possède des Gaulois et de leurs armes; 
elle offrent donc un intérêt de premier ordre pour l'histoire 
nationale. 

Les cinq premières statues que nous allons décrire d'abord 
sont les moulages d'originaux en marbre ; mais on a lieu de 
croire que ces originaux eux-mêmes sont des copies anciennes 
de statues en bronze aujourd'hui perdues. 

1** Gaulois mourant, dit autrefois Gladiateur; original au 
Capitole à Rome. Il porte un torques au cou (cf. p. 28); sur le 
sol, à ses pieds, on voit un glaive, un grand bouclier oblong 
et un cor. Remarquer dans cette tôte, comme dans les sui- 
vantes, la rudesse du profil, la conformation particulière du 
crâne et de la face, le développement des os maxillaires, la 
chevelure hérissée. 

I ^ 2* Gaulois se tuant lui-même, après avoir tué sa femme, 
pour échapper à la servitude ; original à la villa Ludovisi, à 
Rome. Le Gaulois est nu; sur ses épaules flotte le sagum 



Digitized by 



Google 



192 SUPPLÉMENT. 

(cf. p. 22). On croyait autrefois y reconnaître le Romain 
I^aetus, condamné à mort sous Claude, se tuant avec sa femme 
Arria. C'est probablement l'œuvre du même artiste qui a sculpté 
le Gaulois mourant du Capitole; les dimensions, les types, les 
ornements des boucliers et d'autres détails concordent par- 
faitement dans les deux groupes. 

Les trois statues suivantes sont plus petites; elles ont été 
découvertes à Rome au commencement du xvi* siècle et faisaient 
partie d'un ônseftible de nombreuses figures représentant des 
^Géants, des Peirses, des Gaulois et des Amazones. L'original de 
cette vaste composition avait été placé sur l'Acropole d'Athènes 
par ordre du roi Attale. 

3^ Guerrier gaulois barbu, le genou gauche appuyé en 
terre : la restauration du bras droit, faite au xvh siècle, le 
montre au moment d'enfoncer son glaive dans le ventre du 
cheval qui le terrasse. La comparaison de cette figure avec le chef 
Gaulois du sarcophage Ammendola, dont le moulage est placé 
au milieu de la salle, prouve que la restauration adoptée est 
inexacte : le guerrier vaincu et terrassé dirige son glaive non 
contre un assaillant, mais contre lui-môme (cf. le groupe de la 
villa Ludovisi). Original à Venise. 

4"* Jeune Gaulois étendu mort; son bras gauche est passé 
dans la courroie d'un long bouclier ovale; il porte une cein- 
ture métallique autour du corps. Original à Venise. 

5* Guerrier gaulois nu, blessé au flanc droit et à la cuisse 
gauche; sur la base, un bouclier ovale et une épée. Le 
glaive placé dans sa main droite est une maladroite restaura- 
tion. Original au Louvre. 

La sixième statue représente un Gaulois combattant, blessé 
à la cuisse droite; l'original, actuellement au Musée d'Athènes, 
a été découvert dans l'iie de Délos par l'auteur du présent 
catalogue. 

Le grand sarcophage * a été exhumé en 1830 dans la vigne 
d'un nommé Santé Ammendola, sur la voie Appienne, près de 
Rome ; l'original est conservé à Home au Gapttole. Le registre 
supérieur présente des têtes de barbares occupant les angles, 
puis des groupes de captifs et de captives avec leurs enfants, 
entremêlés d'armes diverses; un des prisonniers porte le ban- 



Digitized by 



Google 



SALLE II. 193 

deau royal. Deux barbares morts, dont l'un est resté à l'état 
d*ébauche, sont sculptés au-dessus des petits côtés. La scène 
de combat qui remplit le registre principal a pour centre un 
guerrier barbare, tombé sur le bras gauche, qui parait se 
donner la mort; il porte le diadème royal. Les autres figures 
n*ont pas besoin d'explication. A droite et à gauche de la 
composition, un barbare captif, les mains enchaînées derrière le 
dos, est surmonté de trophées composés de casques, de tuniques, 
de lances, de boucliers, etc* 

Les bas-reliefs des petits côtés sont d'un art inférieur. A 
droite, un cavalier, dont le cheval s'est abattu, se défend 
contre un barbare portant le sagum, qui lance une pierre 
contre lui ; à gauche sont deux cavaliers, dont l'un brandit un 
javelot, tandis que l'autre va percer de sa lance un barbare 
tombé sur son séant. 

C'est à tort qu'on a voulu voir dans la face principale la 
représentation d'une bataille livrée par les Romains aux Gau- 
lois, par e;c6mplc de ,1a bataille de Télamon (2fô av. J.-C); en 
réalité, c'est une copie libre, faite vers le i** siècle après 
J.-C, d'un des bas-reliefs ou d'une des peintures où étaient 
figurées les victoires des Grecs d'Asie sur les Galates. L'art 
gréco-romain n'emprunte presque jamais des motifs aux épi- 
sodes de l'histoire romaine : il puise surtout dans la mythologie 
et dans l'histoire de la Grèce. 



Dans la première travée, près de la fenêtre, quatre stèles 
fiinéraires avec traces de peintures, provenant des environs 
d'Alexandrie ; les guerriers représentés debout, avec leurs grands 
boucliers; sont des mercenaires Galates qui étaient au service 
des rois grecs d'Egypte. 

Contre le mur, du côté de la cour, dédicace * en grec à 
Brogitaros, fils de Dejotaros, tétrarque ou chef des Galates 
Trocmes (original à Guzel-Hissar, au nord de Smyme). 

L'onagre, la petite baliste et le fourgon (p. 20) ont été trans- 
portés dans la salle A. . 



Digitized by 



Google 



194 SUPPLÉMENT. 



SALLE B (pages «2-23). 

On a placé dans la salle B une petite baliste^ un fourgon de 
catapulte et un onagre (p. 20); ce sont des restitutions dues 
au général de Reffye, La manœuvre dé Vonagre est analogue à 
celle de la Abonde; on ramène en arrière, à Taide d*un treuil, 
le bras auquel est suspendue la poche à boulet, puis on le 
laisse revenir avec force sur le coussinet qui lui fiait face. La 
poche se détache et le boulet est projeté en avant. Gomme 
dans la catapulte, Timpulsion est donnée par des fsiîsceaux de 
ner& tordus. 



SALLE XIX [XXI] (pages 27-35). 

Page 28, 1* alirUa, — Contre le mur du fond : (31 755) 
Mercure sous un édicule * (Côte-d*Or) ; (31 518) Mercure barbu 
assis, tenant la bourse et le dragon à tète de bélier, à côté 
d*une divinité f<^minfne nue et debout, Rosmerta. ou Vénus 
(Néris). 

Page 28, 4" alinéa. ^ A droite, dans le passage voûté, cadre 
contenant des photographies d*après les principaux monuments 
de la mythologie gauloise, ea particulier les divinités tricé- 
phalcs. 

Page 28, 5* alinéa. — Autel * découvert à Mayence et con- 
servé au musée de cette ville; la face principale présente le 
dieu gaulois au marteau associé à Diane chasseresse ; sur les 
autres on voit Mars (?) et la Victoire, Mercure foisant une liba» 
tion sur un autel auprès de la Fortune, enfin deux personnages 
indéterminés. 

Page 29, 4* alinéa. — (31 526) Jupiter Dolichenus * (ainsi 
nommé de la ville syrienne de Doliché), représenté, suivant 
l'usage oriental, debout sur un taureau,* ice groupe, découvert 
dans la mer à Marseille, est au musée de Stuttgart. — 



Digitized by 



Google 



SALLES B, XIX [XXl], XVIII [XX], XX [XXll]. 195 

(31 635) Groupe composé d'une femme, marchant à droite à eàié 
d'un cheval, et d'un enfant assis ou renversé sous le pied 
gauche antérieur du cheval (Néris). 

Page 33, 1*' alinéa. — Sous la cheminée, inscription cel* 
tique * en lettres grecques trouvée à Saint-Cômes (Gard). 



SALLE XVIII [XX] (pages 36-38). 

Addition à la note 1. — Provenances d'autres inscriptions 
celtiques : Saint-Cômes (Gard) ; Notre-Dame-de-Laval (Gard) ; 
Orgon (Vaucluse). 



SALLE XX [XXn] (pages 4049). 

Page 4S. — Les deux pierres tombales mentionnées dans le 
quatri^me alinéa ont été transportées dans le corridor de la 
salle XXII. 

La salle XXI (aujourd'hui salle XXIII) renferme des spécimens 
des matériaux de construction à l'époque romaine : conduites de 
chaleur, briques avec marques de fabrique, tuiles £ïttières, 
mosaïques, ft'agments d'enduits (voir p. 83, vitrine 21), etc. 
Dans le bas de la vitrine de gauche, sont quelques briques avec 
gravures et inscriptions apocryphes, qui ont donné lieu autre* 
fois à de vives discussions. — Sur les murs, copies de deux 
peintures murales découvertes dans le palais des empereurs au 
Palatin, à Rome. 

Les tombes précédemment exposées dans le corridor ont été 
réunies dans la SALLE XXIV (ancienne salle XXII). On y 
retrouvera aisément les objets décrits aux pages 42 et 43. 

Page 43, 2^ alinéa, — Dans la niche, saumon de plomb avec 
inscription latine, mentionnant l'empereur Néron et la deuxième 
légion, qui était stationnée à cette époque en Angleterre (Saint- 
Yaléry-sur-Somrae). 



Digitized by 



Google 



196 SUPPLÉMENT. 

SALLE XXV (nouvelle). 

Cette salle contient divers monuments relatifs à la mytholo- 
gie gauloise, aux arts et métiers des Gallo-Romains : (20 338) 
Sirène et hippocampe, bas-relief* d'époque indéterminée 
(musée de Dinan); (27 517) voir p. 45, dernier alinéa ; (31 750-2) 
trois stèles gallo-romaines provenant des environs de Dijon ; on y 
voit une femme tenant un miroir, un homme aiguisant un 
outil^ un groupe composé d'un homme tenant une bourse et 
d'une femme tenant un vase, l'un et l'autre avec de longues 
chaussures pointues analogues à celles qui paraissent sur lés 
monuments du moyen âge; (31 754) stèle à deux personnages» 
provenant des environs de Dijon; (8277 *, 22' 656) Gaulois en 
costume de chasse (musée d'Âutun et commune de Mont-Saint- 
Jean dans la Sarthe.) — Contre le mur, deux exemplaires d'un 
groupe encore inexpliqué, souvent reproduit par la sculpture 
gallo-romaine, qui représente un dieu cavalier (Neptune?) fou- 
lant aux pieds un géant auguipède (Ghàteau-Bellant, Pqrtieux*). 
Griffon * (musée d'Autun); lion * dévorant un homme, bas- 
relief découvert à Lillebonne (musée de Rouen). 



SALLE XXII [XXVI] (pages 44-47). 

'La disposition des objets de cette série a naturellement 
changé, puisqu'on les a transportés d'une salle dans, une autre, 
mais il sera facile de les reconnaître à l'aide du catalogue et des : 
n** d'inventaire. Au milieu de la salle, devant le guerrier Gau- 
lois * du musée Calvet (voir p. 167, 20), on a placé une vitrine 
contenant de nombreux outils en fer d'époque gallo-romaine 
(voir p. 88, 98, 99.) 

Le couloir qui longe les salles XXV-XXYI est consacré à une ' 
intéressante réunion de sculptures et d'inscriptions chrétiennes ' 
(iv*-ix* siècle) ; l'installation n'en est que provisoire, car ces 
objets sont destinés à figurer un jour dans la chapelle du Châ- 
teau. — (20 580) Magnifique autel chrétien du v* siècle, prove- 
nant de Charmes (Ardèche), orné de sculptures représentant 
des colombes et des agneaux, avec la croix accostée des lettres 



Digitized by 



Google 



SALLES XXV, îiXlI [XXVï], DE COMPARAISON. 197 

. <x et (0 au milieu ; (9597) bas-relief* de l'église des Pèlerins à 
Narbonne, d'un style barbare; (24439) bas-relief* symbolique 
représentant le Pasteur et le Pêcheur (musée de Mayence); 
(2488^-5) bas-reliefs* extraordinairement barbares de Garin 
(Haute-GaronneJ; les sujets sont tout à fait indéterminés. -^ La 
: série des sarcophages, provenant du midi de la Gaule, oifre des 
motifs divers empruntés, aux livres saints, parfois associés à 
^ des types païens comme les têtes de Méduse ; on y voit Adam 
devant Tarbre de la Science, le Christ et la Samaritaine, les 
jeunes gens dans la fournaise, Jonas, etc. Remarquez les beaux 
sarcophages* dits de saint Francovée (Autun), de sainte Qui- 
terie (Mas d'Aire dans les Landes) et le sarcophage * de 
saint Seurin (Musée de Bordeaux), décoré avec un goût remar- 
quable pour l'époque. 

Sur les murs, au fond du couloir, série d'inscriptions ogha- 
miques* trouvées en Irlande. L'alphabet o^/mm (d'Ogmé ouOgma, 
héros mythique des Celtes, peut-être identique à VOgmios de 
Lucien^), paraît avoir été inventé vers le début de l'ère chré- 
tienne en Irlande, d'où il se répandit en Ecosse et dans le 
pays de Galles. Cette écriture servit aux inscriptions funéraires 
de l'époque païenne, et la tradition s'en conserva jusqu'au 
IX' siècle. Les caractères se composent d'éléments rectilignes, 
associés ou isolés, qui prennent différentes valeurs suivant la 
position qu'ils occupent, au-dessus, au-dessous ou au travers d'une 
ligne verticale. Les inscriptions oghamiques ne comprennent 
guère que des noms propres; elles sont loin d'avoir été toutes 
déchiffrées avec certitude, et l'origine de cet alphabet est encore 
très discutée. C'est probablement une écriture factice, inventée 
de toutes pièces, comme les signes conventionnels employés 
par la télégraphie du système Morse. 



SALLE DE COMPARAISON. 

Cette salle a subi depuis 1887 des modifications considérables; 
le plus grand nombre des objets gallo-romains qu'elle conte- 

i. Lncicn assimile l'Ogmios gaulois à l'Héraklès des Grecs, mais il on 
fait aussi un dieu de Téloquence analogue à Hermès. 



Digitized by 



Google 



198 SUPPLÉMENT, 

liait ont été transportés ailleurs. Comme elle est encore sou- 
mise à des remaniements presque continuels, il serait inutile 
de la décrire de nouveau avec détail ; nous nous contenterons 
dMndiquer les principales acquisitions et donations récentes 
qui y ont trouvé place (1887-1890). 

Dans le passage à droite, carte à grande échelle du Bohuslân 
(Suède), région où Ton a signalé de nombreux rochers ornés 
de gravures (cf. p. 102.) Dans l'armoire 37, adroite de l'entrée, 
série de poterie? rouges et noires et de verreries provenant du 
carrefour de l'Observatoire (Paris). L'armoire 3, à gauche, la 
vitrine 40 et deux vitrines sans numéros contiennent une très 
riche collection de moules de vases et de poteries à reliefs 
provenant de Lezoux (Puy-de-Dôme), déposés provisoirement 
au Musée. Dans la vitrine 63, au milieu dç la salle, fragment 
de calendrier romain en bronze, de provenance gauloise indé- 
terminée. Les armoires et vitrines consacrées aux antiquités 
Scandinaves de l'âge de la pierre (25, 28, 53) se sont enrichies 
de nombreux spécimens provenant du Danemark. Dans la vi- 
trine 31, à droite, oh a installé des bronzes romains qui n'ont pu 
trouver place dans la nouvelle Salle des Bronzes (n** XYII). A 
gauche de la salle, près du fond, l'armoire 12 a reçu une col- 
lection considérable de vases peints chypriotes, grecs et gréco- 
italiques. A l'étage inférieur de l'armoire 47, sur la gauche, on 
a placé une série de statuettes en bronze cédées par le musée 
de Cluny; la provenance et l'authenticité de la plupart d'entre 
elles sont douteuses. Dans la vitrine 49, quelques fusaïoles pro- 
viennent des dernières fouilles de H. Schliemann à Hîssarlik 
(Troie) ; dans l'armoire 45, en bas à droite, on voit deux bons 
spécimens de poterie corinthienne archaïque. Signalons encore, 
au-dessus de l'armoire 64, une urne-cabane d'Albano (Italie), 
urne funéraire dont l'aspect reproduit celui des cabanes du 
premier âge des métaux. 



SALLE XIII (pages 103-113). 

Pages 108-109. — La plupart des objets des vitrines 22 et^ ont 
passé dans la Vitrine 28. On y trouvera notamment une série 



Digitized by 



Google 



SALLE XIII. 199 

de poignards à lame de fer, à poignée et à foujreau de bronze; 
cinq exemplaires, provenant de Mouriès, Salon*, la Suisse*, 
(p. 109), Tesson près de Saintes, les travaux du canal dç la 
Marne au Rhin (p. 109), présentent une poignée en forme d'un 
buste viril les bras levés. Le poignard du musée d^ Mayence* 
(p. 109) est analogue, mais la tête virile y est remplacée par 
deux boutons superposés. Il y a là un exemple frappant de la 
forme humaine dégénérant en ornement. 

La même vitrine contient une série de casques romains en 
bronze et un masque de bronze avec reliefe* provenant de 
Rodez. 

On a placé dans cette salle un moulage d*une belle statue 
trouvée à Rome et conservée au musée du Louvre; elle est 
signée du sculpteur Cléomène TAthénien et représente un 
homme nu dans l'attitude du dieu de l'éloquence, Hermès 
(Mercure). Autrefois, on y reconnaissait Germanicus, mais cette 
désignation est tout à fait insoutenable. Nous pensons que 
c'est un portrait idéalisé de Jules César sous les traits d'Hermès, 
dédié après la bataille de Pharsale par les Grecs d'Athènes ou 
de quelque autre ville, en mémoire d'un plaidoyer que César, 
au début de sa carrière, avait prononcé à Rome en faveur des 
Grecs. 

Pour se convaincre de la vraisemblance de cette opinion, il 
faut comparer la tête du prétendu Gerraanicus avec les portraits 
de César* placés au-dessus de la vitrine centrale et les monnaies 
à l'effigie du dictateur dans la vitrine 15. Les portraits de 
César que nous possédons semblent avoir été presque tous faits 
«près sa mort et ne présentent entre eux qu'une ressemblance 
assez vague. Les traits les plus caractéristiques sont la rareté 
des cheveux sur le front et la ligne très accusée du rictus» Parmi 
les bustes* de César qui surmontent la vitrine centrale, le meil- 
leur est celui de Pise (à la gauche de la statue) ; viennent en- 
suite celui de Londres et l'un des bustes du Louvre. Le second 
buste du Louvre, qui est diadiémé, n'est probablement pas un 
portrait de César, mais celui d'un personnage grec ; quant au 
buste de Berlin, dont l'original est en basalte, son authen- 
ticité et son attribution sont également douteuses* 



Digitized by 



Google 



âOO SUPPLÉMENT^ 

SALLE XV (pages il9-.128). 

La vitrine 12 contient une série de moules de vases, de poin- 
coins et d'autres objets afférents à la fabrication des vases 
(Lezoux, Puy-de-Dôme). 

Dans la vitrine 15, A, remarques deux magnifiques verres 
bleus en forme ^e grappes de raiein (Poitiers) . 



SALLE X¥I (pages 129-130). 

Les vases actuellement placés dans la vitrine centrale étaient 
autrefois dans la Salle de comparaison (p. 75, 86, 87)^ Remar- 
ques la gourde (9684) avec des reliefs^ des deux côtés et des 
inscriptions : un des reliefs représente la lutte d'ÀpoUon et de 
Marsyas. 

Les vitrines plates qui entourent la vitrine centrale con« 
. tiennent, outre des cachets d*oculiste, des instruments dé chi- 
. rurgie et des balances de précision, une nombreuse série d'objets 
.en os et en corne, rondelles et plaques ornées à la pointe ou 
sculptées, sifflets, charnières (cf. p. 98), etc. Remarquez un 
médaillon en corne de cerf (provenance inconnue), qui repré- 
sente un cavalier foulant aux pieds un guerrier nu qui se défend. 
Dans la vitrine sous la fenêtre à gauche, série de lampes 
romaines. On a placé aussi dans cette salle un meublé à volets 
contenant des aquarelles admirablement exécutées d'après les 
objets gaulois, gallo-romains et mérovii^ions découverts dans 
la forêt de Clompiègne (1865-1870)* 



SALLE XVn (ouverte en 1890)^ 

BRONZBS ET TASES GALLO-ROMAINS 

Les objets placés dans les vitrines de cette salle proviennent 
de la Salle de comparaison, de la salle XY et de la salle XYI. 

Vitrine L — Bronzes de Neuvy-en-SuUias (p. 99). 



Digitized by 



Google 



SALLES XV, XVI, XVII. 201 

Vitrine 2. — Statuettes de bronze (p. 123, 125) : Jupiter 
Dispater (p. 125), Apollon, Mercure, Hercule, Vénus, Fortune, 
Esculape; bustes, cavaliers, gladiateurs. Parmi les acquisitions 
récentes, remarquez, sur le petit côté à gaucbe, une tête en 
bronze de dieu fluvial cornu (type dit Achéhûê), d'un style 
•excellent (Lezoux), et, sur le côté opposé à la cour, une 
statuette en bronze * de Minerve trouvée près de Coblence 
(original au musée de Boston). 

Vitrine S. — Vases et animaux en bronze, tètes et bustes 
(p. 121, 124). Parmi les acquisitions récentes, remarquez (31 200) 
un admirable bœuf en bronze (Grand, Vosges) ; (31 618) groupe 
de deux lutteurs * ( Abbeville ; musée de Péronne) ; guerrier nu 
combattant, un des chefs-d'œuvre de Tart grec (Vienne; Gabi~ 
net des Médailles à Paris); panthère (environs de Mayence); 
grand vase à anse historiée (Néris). 

Vitrines 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16, 17, 18. — Série de vases 
gallo-romains en argile, méthodiquement classés par formes et 
•par genres. Remarquez (vitrine 4) les vases avec inscriptions en 
lettres blanches et un vase noir avec inscription gravée à la 
pointe, découvert à Séraucourt près de Bourges; Tinscription a 
été considérée tour à tour comme latine et comme celtique; 
(vitrine 10), vases à déservoir latéral ou biberons; (vitrine 14), 
vases en forme de trépieds. 

Vitrine 5. — Miroirs de bronze, bracelets, anneaux. 

Vitrine 7. — Vases, casseroles, tamis et cuillers en bronze ; 
deux manches de patère (un original et un moulage) et un vase* 
en argent avec relief^. Au-dessus, pied colossal de cheval en 
tronze (Saintes). 

Vitrines 9, 13. — Belles séries de lampes gallo-romaines. 

Vitrines 11, 15. — Vases de bronze et d'argent; balances; 
poids en pierre et en terre cuite, dont quelques-uns portent 
des inscriptions. 

Vitrine 19 (plate). — Clefe en fer et en bronze; coffret* avec 
serrure de bronze (le bois est une restitution); serrures en 
bronze; anses et garnitures de meubles en fer et en bronze. 

12 



Digitized by 



Google 



202 SUPPLÉMENT. 

Au-dessus de la vitrine 18, trois grandes statuettes en 
bronze* : Minerve, Hermaphrodite (p. 125), un lutteur. 

Vitrine 20 (ptate). — Couteaux en fer, cuillers en os et en 
bronze, manches de couteaux sculptés en os. 

Vitrine 21 (plate). *-> Lampes, boucles, garnitures de eein* 
turon en bronze. 

Vitrine 22 (plate). — Rouelles en bronze et en plomb; dés, 
spatules et épingle» en os: ftisaîoles en bronze, plomb et terre 
cuite; épingles et aiguilles en bronze. 

Vitrine 23 (plate). — Strigiles et anses de vases en bronze. 

Vitrine 24 (plate)* — Boutons en brei»e; gros tuyaux en 
bronze ; pièces de harnachement, mors de bri^e et chaînettes* 

Vitrine 25 (plate). — ùefs, cadenas et entrées de serrures en 
fer (cf. vitrine 19). 

Au fond de la salle, grande carte de la Gaule à l'époque 
romaine, avec Tindication des principales voies et des stations. 



SALLE IV (pages 131-134). 

Page 132, 1" alinéa. — L'hypothèse qui assigne une origine 
asiatique à la civilisation de la pierre polie a perdu beaucoup 
de terrain depuis quelques années ; on ne peut dire cependant 
que rinexactitude en ait été démontrée. Ce qui est certain, 
c'est que l'état social et industriel que la linguistique permet 
d'attribuer aux populations de langue aryenne avant leur sépa- 
ration est très voisin de celui que l'archéologie retrouve dans 
les stations lacustres de la Suisse. Le centre de diffusion des 
langues aryennes, qu'on incline aujourd'hui à chercher dans la 
Russie méridionale, est donc vraisemblablement aussi l'un des 
centres de formation de la civilisation néolithique en Europe. 



Digitized by 



Google 



SALLES IV, V, VK 203 

SALLE V (pages 135-146). 

Page 142, Vitrine 16, A. — Moyeu en bronze d'une roue de 
char (Langres); bracelets en bronze avec ornements incisés 
(Villepreux en Seine-et-Oise). 



SALLE VI (pages 147-161). 

Page 148, 3* alinéa, — La salle YI est actuellement (1890) 
dans un état provisoire, plusieurs vitrines ayant été vidées pour 
recevoir les intéressantes découvertes faites par M. le colonel 
Pothier dans les tumuli du plateau de Ger près de Tarbes. 
Vu les réparations qu'exigent ces objets, il n'a encore été pos- 
sible d'en exposer qu'un petit nombre. Les trouvailles des 
tumuli de la Butte et d'Apremont (p. 148) ont été transportées 
dans les vitrines 4, 5, 12; la céramique peinte (p. 148, 1, B, 
C, D) est placée dans les vitrines 18 et 29. 

La vitrine 27 a reçu un très beau vase en bronze * avec deux 
anses historiées, découvert près de Lons-le-Saunier dans un 
tumulus, en même temps qu'une fibule en bronze * revêtue 
d'une couche d'or. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE 



LISTE DIS PBINCIPAE 0I!YM6£S 

ÉCRITS OU TRADUITS EN FRANÇAIS 

POUVANT SERVIR A l'ÉTUDE DU MUSÉE 



L'ordre suivi dans cette bibliograplie est celui des salles, 
qui se rapproche autant que possible de Tordre historique. Nous 
évitons de citer des ouvrages antérieurs à 1850 et n'en indi- 
quons le format que lorsqu'il est supérieur à Tin-S» 

Histoire du Château et du Musée 

Dbsfobges (E.)> Notice sur le château de Saint- Germain, 
YersaUles, 1883. 

Lacombe (F.)) Iç Châfeau de^ Saint-Germairif Paris^ 1867 
(rare). 

Leboeuf (Tabbé), Histoire du diocèse de Paris^ t. YII, Paris, 
'1758. 

Reinach (S.), Antiquités nationales, t. i; Paris, 1889. 

Sadvageot (C), le Château de Saint-Germain-en-Laye, 
Paris, 1866, in-4. 



SALLE L 



ÀRCELIN (A.), VHomme tertiaire, Paris, 1889, 
Bertrand (A.), Archéologie celtique et gauloise, 2* éd.» 
Paris, 1889. 

12. 



Digitized by 



Google 



206 APPENDICE BIBLIOGRÂPHiaUE. 

Bertrand (A.), la Gaule avant les Gaulois, Paris, 1884 
(2« éd. sous presse)» 

Boucher de Perthes, Antiquités celtiques et antédilu^ 
viennes, 3 vol., Paris, 1847, 1857, 1864. 

Boule (M.), Essai de paléontologie stratigraphique de Vhomme^ 
Paris, 1889 (extr. de la Revue d'anthropologie). 

Gartailhag (E.), la France préhistorique, Paris, 1889. 

Cazalis de Fondoocb (P.), VHomme dans la vallée du Gar^ 
don, Montpellier et Paris, 1872, iii4. 

Dupont (E.), les Temps préhistoriques en Belgique, 2« éd.> 
Bruxelles, 1872. 

FALSAN (A.), la Période glaciaire étudiée principalement en 
France et en Suisse, Paris, 1889, 

Hamy (E.), Précis de paléontologie humaine, Paris, 1870 
(a paru à la suite de la traduction de Lyell). 

Ltell (Cb.), V Ancienneté de l'homme, trad. Chaper, 2* édit., 
Paris, 1870. 

MORTILLET (G. DE), le Préhistoriquc, 2« éd., Paris, 1885. 

MoRTiirLfeT (G. et A. de). Musée préhistorique, Paris, 1881. 

NADAiLLAC (DE), les Premiers Hommes et les Temps préhis- 
toriques, 2 vol., Paris, 1881 (épuisé ; trad. allèoi. augmentée 
par ScHLôssER et Seler, Stuttgart, 1884). 

NADAILLAC (de), Mœurs et Monuments des peuples préhis- 
toriques, Paris, 1888. 

QuATREFAGES (A. DE), Histoirc générale des races humaines, 
Paris, 1887. 

QuATREFAGES (A. DE) et Hamt (E.), Crania Ethniea, 2 vol., 
Paris, 1882, in-4*. 

Reinagh (S.), Antiquités nationales, t. I, Paris, 1889 (allu- 
TÎons et cavernes). 

Saporta (G. DE), Un Essai de synthèse paléoethnique (extr. 
de la Revue des Deux Mondes, 1" mai 1883). 

fopiNARD (P.), Éléments d'anthropologie générale, Paris, 
1885. 



Digitized by 



Google 



SALLES II ET III,. IV. 207 

SALLES II et UI. 

Bézier (P.), Inventaire des monuments mégalithiques du 
département d'Ille^et-Vilaine, Rennes, 1883. 

BONSTETTEN (A. DE), Essai sur les Dolmens f Genève, 1865 
{rare). 

Gazaus DE FoNDoucE (P.)» Id Callaîs dans P Europe occi- 
dentale (Matériaux, t. XVI, p. 166). 

Gazalis DE FoNDOucE (P.), Allées couvertes de la Provence* 
Montpellier et Paris, 1873-1878, in-4. 

Ghâtbllier (P. DU), Époques préhistoriques et gauloises dans 
le Finistère, Paris, 1889. 

GLOSMiLDEUc (G. DE), Sculpturcs lapidaires des dolmens dans 
le Morbihan, Vannes, 1873. 

Glositadeuc (G. DE), la Question des dolmens et des coffres 
de pierre^ Vannes, 1890 (extr. du Bull, de la Société polyma- 
thique), 

GussÉ (D. DE), Recueil des signes sculptés sur les monu- 
ments mégalithiques du Morbihan, Vannes, 1866. 

Damour (A.) et Fischer (H.), Distribution géographique des 
haches en jade néphrite et en jadéite (Revue archéologique, 
1878, II, p. 12). 

£schass£riaux (E.), le Camp du Peurichard, Saintes, 1883. 

EvAKS (J.), les Ages de la pierre, trad. Barbier, Paris, 
1878. 

Fergusson (J.), les Monuments mégalithiques de tous pays, 
trad. Hamard, Paris, 1878. 

La Noé (colonel de). Principes de la fortification antique, 
Paris, 1890. 

Ouvrages cités plus haut de MM. Bertrand, Gartailhag, 
Hamt, Mortillet, Nadaillac. 



SALLE IV. 



Dbsor (E.), les Palafittes du lac de Neuchâtel, Paris, 1865 
(rare). 
Gross (V.), les Protohelvètes, Paris, 1883, in-4. 



Digitized by 



Google 



:208 APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE. 

Gross (V.), la Tène, Paris, 1886, iD-4. 

LuBBOCK (J.), VHomme avant VMstoiref trad. Barbier, Paris, 
1867 (nouv. éd. en 2 vol., 1887). 

Piètrement (C.-à.), les Chevaux dans les temps préhisto^ 
riques et historiques^ Paris, 1883. 

TroVon (F.); Habitations lacustres des temps anciens tt 
modernes^ Lausanne, 1860 (rare). 

Ouvrages cités de MM. Bertrand et de Nadaillac. 



SALLE V. 



, Bapst (G.), Étude sur rétain dans Vantiquité et au moyen 
âge, Paris, 1884. 

Bertrand (A.), Archéologie celtique et gauloise, 2* éd. 
Paris, 1889. 

Cbantre (ë.), Études paléoethnologiques dans le bassin du 
Jihône, Age du bron*e, Paris, 1875 et 1876, 3 vol. iii-4 et un 
album in-fol. 

Desor (E.), le Bel Age du brome lacustre en Suisse, Paris 
et Neuchâtel, 1874, in-fol. (rare), 

Evans (J.), VAge du bronze, trad. Battier, Paris, 1882. 

Fournet (J.), De ^influence du mineur sur les progrès de 
la civilisation, Lyon, 1861 (rare), 

RouGEMONT (F. DE), VAgc du brome ou les Sémites en 
Occident, Paris, 1^66. 



SALLE VI. 



Bertrand (A.), Ouvrage cité pour la Salle V. 

Boucber de Molandon et A. de Beaucorps, le Tumulus de 
Reuilly, Orléans, 1887. 

Castan (A.), les Tombelles d* Alaise (Mém, de la Soc, d'Ému- 
lation du Doubs, 1858-1864). 

Cbantre (E.), Premier Age du fer, Paris, 1880, in;-4« avçc 
un album in-fol. 



Digitized by 



Google 



SALLES V, VI, VII-IX, XIII. 209 

Flodest (E.), Notes pour servir à l'étude de la haute anti- 
quité en Bourgogne (1. Tumulus du Bois de Langres, sépul- 
tures de Yeuxhaulles, Semur, 1872. IL Les fouilles de Magny- 
Lambert, Paris, 1873. III. Tumulus de la Bosse du Hculey à 
Ghambain, Semur, 1874. lY. Tumulus des Mousselots, Semur, 
1876). 

Flouest (E.), les Tumuli de Montsaugeony Langres, 
1888, in-4. 

LiNÀS (Ch. DE), les Casques de Falaise et d^Amfrevilley 
Arras et Paris, 1869 (très rare), 

PoTHiER (Colonel E.), Collection archéologique de Tartes 
{Matériaux, t. XX, p. 557). 

Ring (M. de), Tombes celtiques de VAlsace, Strasbourg, 
1859-1870, fol. (série de mémoires). 

SCHUERMANS (M.-H.), Objets étrusques d'Eygenbilsen (Bulle-^ 
tin des Commissions royales d*art et d'archéologie, Bruxelles), 
t. XI, p. 239, 435; t. XII, p. 212; t. XIIÏ, p. 383; t. XYII, p. 1. 



SALLES VII-IX. 

Bertrand (A.), Archéologie celtique et gauloise, 2* éd.» 
Paris, 1889. 

FouRDRiGNiER (E.), Notcs archéologiqucs, double sépulture 
gauloise de la Gorge-Meillet, Paris et Chàlons, 1878, in-4. 

Mazard (H.), la Céramique du musée de SaintrCermain, 
Saint-Germain-en-Laye, 1875 {très rare). 

MoREL (L.), la Champagne souterraine, album in-fol., 
Châlons-sur*-Marne, 1876-1890. 



SALLE XIII. 



■ AuMALK (H. DUC d'), Alésia, étude sur la septième campagne 
de César, Paris, 1859. 

Barthélémy (A. DR), Alésia, »on véritable emplacement, 
Paris, 1867 (extr. de la Revue des Quesjions historiques), 

Bertrand (A.), les Forteresses gauloises {République fran- 
çaise du 17 m^rs 1887). 



Digitized by 



Google 



210 APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE. 

BuLLiOT (J.-G.) et RoiDOT (J.), la Cité gauloise selon? histoire 
et les traditionSf Autun et Paris, 1879. 

BuLLiOT(J.-G.),^^motr««ttr Vémailltrie gauloise à V oppidum 
du Mont Beuvray, Paris, 1872 (extr. des Mém, de la Soc. des 
antiq., t. XXXIII). 

Castagne (E.), Oppidum gaulois de Murcens, d' Uxellodunum 
ef de Vlmpemal, Tours, 1876. 

Desjardins (E.), Géographie historique et administrative de- 
l4 Gaule romaine, 3 vol., Paris, 1876-1885, in-4. 

LA NoÉ (Colonel de). Principes de la fortification antique, • 
Paris, 1890. 

Napoléon III et «e col. Stoffel, Histoire de Jules César, 
4 vol. Paris, 1865-1866, 1887, in-4. 

Reffye (V. DE), les Armes d'Alésia (Rev. archéol.y 1864,- 
II, p. 337). 

Saulcy (F. DE), la Salle d'Alise au musée de Saint^Ger- 
mainr-en-Laye {Journal des savants, 1880, p. 558)* 

ViscoNTi (E.-Q.) et MoNGEz (A.), Iconographie romaine 
Paris, 1821 (t. II, p.l, Jules César). 



SALLE XIV. 



PoTiiER (E.), les statuettes de terre cuite dans Vantiquité, 
Paris, 1891. ' 

TuDOT (E.), Collection de figurines en argile, œuvres pre- 
mières de Vart gaulois, Paris, 1860, in-4 (rare). 



SALLES XV et XVI. 

Barthélémy (A. de), Vases sigillés et épigraphiques de fa^ 
brique gallo-romaine (Gazette archéologique, 1877, p. 172). 

Deville (A.), Histoire de Vart' de la verrerie dans Vanti- 
quité, Paris, 1873, in-4. ' 

Froehner (G.), la Verrerie antique, description de la 
collection Charvet, Le Pecq, 1879, in-fol. (rare). 



Digitized by 



Google 



SALLES XIV, XV ET XVI, XVII. 211 

Guère (R. de la) et Roubet (L.), Collection de moules an- 
tiques de céramique, Bourges, 1889 (Mémoires de la Société 
des antiqttaires du Centre, t. XYI). 

Mazard (H.), la Céramique du musée de Saint-Germain, 
Saint-Germain, 1875 (très rare). 

MoRTiLLET (G, de), lôs Potiers aliohroges, Annecy, 
1879, in-4. 

Plicque (E.), Étude sur la céramique arvemo-romaine, 
Caeh, 1887 (extrait du Compte rendu du congrès archéologique 
de France, session de 1885 à Montbrison). 

Reinach (S.), Liste des oculistes romains mentionnés sur 
les cachets {Rev. archéoL, 1888, I, p. 254). 

ScHUERMANS (M.-H.)> Siglcs figulins, époque romaine, 
Bruxelles, 1867. 

Yillefosse (H. DE) et Thédenat (U.), Cachets d^oculistes 
romains, t. I, Tours et Paris, 1882. 



SALLE XVII. 



Barthélémy (A. de), Ds la divinité gauloise assimilée à 
Dispater {Revue celtique, t. I [1870-72], p. 1). 

Bertrand (A.), VAutel de Saintes et les Triades gauloises, 
Paris, 1880 (Extr. de la Revue archéoL, juin, juillet, août 
1880). 

Flouest (E.), Deux Stèles de laraire, Paris, 1885. 

Froehner (G.), les Musées de France, Paris, 1873, in-fol. 
(rare), 

Fhœhicer (G.), Collection Julien Gréau, Bromes antiques, 
paris, 1885, in-4. 

Grivaud de la VmCELtE, Recueil de monuments antiques 
découverts dans l'ancienne Gaule, Paris, 1817, 2 vol. in-4. 

Lastetrie (R. de). Album des musées de province, Paris, 
1890 et suiv., in-4. 

LoNGPÉRiER (A. de), Noticc des bromes antiques du musée 
du Louvre, Paris, 1868. 

Mantellier (P.), Mémoire sur les bromes antiques de 
Neuvy-en-Sullias, Paris, 1865, in-4 (très rare). 



Digitized by 



Google 



212 APPENDICE DIBLIOGRAPIIIQCE. 

SALLE XIX (XVII). 

Gagnât (R.), Cours d'épigraphie latine, 2« éd., Paris, 1889 
(p. 238). 

Gauhont (De), Cours cTantiguités monumenlales, Paris, 1831 
(t. II, p. 27). ' , 

Yallentin (Florian), les Alpes cgUiennei et graies, Paris, 
1883. 



SALLE XX (XVIII). 

Allmer (A.) et Terrebasse (A. de), Inscriptions antiques et 
du moyen âge de Vienne en Dauphiné, 4 vok et un atlas, Yienne, 
1875-76, in-4. 

Allmer (A.) cIDissard (A.), Trion, Antiquités découvertes»., 
au quartier de Lyon dit Trion, 2 vol., Lyon, 1888. 

Les mêmes. Musée de Lyon, Inscription» antiques, 2 vol., 
Lyon, 1888, 1889. 

Bladé (J.), Épigraphie antique de la Gascogne, Bordeaux, 
1885. ' 

Blanc (E.), Épigraphie antique des Alpes-MariUmes, Nice, 
et Paris, 1878. 

Boissieu (A. de). Inscriptions untiques de Lyon, Lyon, 
1846,. in-4. 

GAGNAT (R.), Cours d'épigraphie latine, 2* éd., Paris, 1889. 

Canat (M.), Inscriptions de Chalon-sur-Saône etdeMâcon, 
Chalon, 1856, in-4. 

Creuly (Général), le Marbre de Thorigny (Mémoires de la 
Société des Antiquaires, t. XXXYII, 1876, p. 27-38). 

Dbsjardins (E.), Géographie de la Gaule romaine, t. III, 
Paris, 1885, in-4, et Monuments épigraphiques de Bavai et du 
musée de Douai, Paris, 1873 (rare). 

EsPÉRANDiEO (E.), Épigraphie du Poitou et de la Saintonge 
Melle, 1888. 

EspÉRANDiEU (E.), Inscriptions de la cité des Lémovices, 
Paris, 1890. 



Digitized by 



Google 



SALLES XIX fXVIl], XX [XVIll], XXI [XIX]. 213 

FusTEL DE GouLANGES (D.), Histoire det institutions poli- 
tiques de Vancienne France^ t. I, 2« éd., Paris, 1877. 

JuLLiAN (C), Inscriptions romaines de Bordeaux^ 2 vol., Bor- 
deaux, 1887 et 1890, in-4. 

Lebègue (â.), Épigraphie de Narbonne (dans VHistoire géné- 
rale du Languedoc, nouv. éd.), Toulouse, 1887. 

Lejat (L*abbé P.), Inscriptions antiques de la Côte-d'Ory 
Paris, 1889. 

LOTH (J.), Chrestomathie bretonne^ p. 6-12 (inscriptions gau- 
loises), Paris, 1890. 

MowAT (R.), Remarques sur les inscriptions antiques de 
Paris y Paris et Vienne, 1883 (extr. du Bulletin épigraphique). 

MowAT (R.), Inscriptions de la cité des Lingons, Paris, 1890 
(extr. de la Revue archéologique), 

Pictet (A.), Nouvel Essai sur les inscriptions gauloises 
(extrait de la Revue archéologique), Paris, 1867. 

Renier (L.), Mélanges d' épigraphie, Paris, 1854 (rare), 

Revon (L.), Inscriptions antiques de la Haute-Savoie, An- 
necy et Paris, 1870. 

Renier (L.), Sur le marbre de Thorigny {Mémoires de la 
Société des Antiquaires, t. XXU, 1855, p. 38). 

Robert (Gh.) et Gagnât (R.), Epigraphie gallo-romaine de 
la Moselle, Paris, 1869-1888, in-4. 

Sacâze (J.), Inscriptions antiques des. Pyrénées françaises 
(en cours de publication, Revue des Pyrénées, 1890 et suiv.). 

Villeposse (H. DR) et Thédenat (H.), Inscriptions de Fréjus, 
Tours et Paris, 1885. 

YiLLEFOSSE (H. DE), le Marbre de Vieux (Bulletin monu^ 
mental, 1890, p. 514-534). 

Yiollet (P.), Histoire des institutions politiques et admi- 
nistratives de la France, t. I, Paris, 1890. 



SALLE XXI (XIX). 

Arbois de Jubainville (H. D'), le Cycle mythologique irlan^ 
dais et la Mythologie celtique, Paris, 1884. 

13 



Digitized by 



Google 



2li APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE, 

Baudot (H.), Rapport sur les découvertes archéologiques 
faites aux sources de la 5ctnc, Dijon et Paris, 1845, in-4. 

Desjardins (£.)> Géographie de la Gaule romniney Paris, 
1878, in-4 (t. II, p. 505). 

Flouest (E.)) ouvrages cités dans la bibliographie de la 
salle XVII. ^ • 

Gaidoz (H.), Études de mythologie gauloise. L Le dieu gau- 
lois du soleil et le symbolisme de la roue, Paris, 1886 (extrait 
de ja Revue archéologique). 

Gaidoz (H.), article Gaulois dans VEncyclopédie des sciences 
religieuses y 1879^ in-4 (tirage à part épuisé). 

Martin (Le R. P. dom), la Religion des Gaulois, 2 vol., 
Paris, 1727, in-4. 

Monceaux (P.), le Grand Temple du Puy-de-Dôme, le Mer^ 
cure gaulois et V Histoire des Arvernes (extrait de la Revue 
historique), Paris, 1888. 

MowAT (R.), NoHce épigraphique de diverses antiquités 
gallo-romaines, Paris, 1887. 

Renier (L.), Sur une inscription bilingue trouvée à Vaison 
{Mélanges d*épigraphie, Paris, 1854, p. 129). 

Robert (Ch.) et Gagnât (R.), Epigraphie gallo-romaine de la 
Moselle, Paris, 1869-1888, in-4. 

Vallentin (F.), Essai sur les divinités indigètes du Vocon" 
iium, Grenoble, 1877. 

Vallentin (F.), le Culte des Matrae dans la cité des Fo- 
conces, Paris, 1880. 

Vallentin (F.), les Dieux de la cité des Allobroges, Paris, 
1879 (Revue celtique, t. IV, 1879-80, p. 1). 



SALLE XXII (XX). 

ëoucHÉ-LEcLERCQ (Â.)> Manucl des institutions romaines^ 
Paris, 1886 (p. 293). 

Gagnât (R.), article Eques dans le Dictionnaire des Anti- 
quités de Daremberg et Saglio, in-4. 



Digitized by 



Google 



SALLES XXII [XX], XXIII [XXl], XXIV [XXII]. 215 

Desjârdins (E.), Géographie de la Gaule romaine^ Paris, 
1884, in-4{t.III, p. 402). 

DURUY (V.), Histoire des Romains, Paris, 1883, in-4, <t. V, 
p. 561). 

MOMHSEN (Th.)> Histoire romaine, trad. Gagnât et Toutain, 
Paris, 1887 (t. X, p. 98). 

Robert (Gh.), les Légions du Rhin et les Inscriptions des 
carrières, Paris, 1867, in-4. 

Robert (Gh.), les Armées romaines et leur Emplacement 
pendant l'Empire, Paris, 1875 (lu à VAcadémie des inscrip- 
tions lo 29 décembre 1871). 



SALLE XXIII (XXI). 

Gaumont (De), Cours d'antiquités monumentales, Paris, 1831 
(t. II, p. 155), 

Ghoisy (à.), rArt de bâtir chei les Romains, Paris, 1873,\ 
in-fol. 

Perrot (G.), les Peintures du Palatin (Mémoires d'archéo^ 
logie, Paris, 1875, p. 74). 



SALLE XXIV <XXII) et CORRIDOR LATÉRAL. 

Gagnât (R.), Cours d^épigraphie latine, 2* édition, Paris, 
1889. 

Gaumont (De), Cours d^antiquités monumentales, Paris, 
1831 (t. II, p. 248). 

GoGHET (L*abbé), la Normandie souterraine, Paris, 1855 
{rare), 

GocHET (L'abbé), la Seine-Inférieure historique et archéolo-^ 
gique, 2«éd., Paris, 1866, in-4 (rare), 

GocHET (L*abbé), Sépultures gauloises, romaines, franques 
et normandes, Paris, 1857 {rare). 

Le Blant (E.), Inscriptions chrétiennes de la Gaule anté- 
rieures au VIII* siècle, 2 vol., Paris, 1856 et 1865 (avec sup- 
plément sous presse), in-4 (rare)^ 



Digitized by 



Google 



2i6 APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE. 

« Le Blant (E.), Éludes sur les sarcophages chrétiens de la 
ville d^Arles, Paris, 1878, in-fol. 

Le Blant (E.), les Sarcophages chrétiens de la Gaule^ Paris, 
1886, in-fol. 

Le Blant (E), VÉpigraphie chrétienne en Gaule et dans 
V Afrique romaine ^ Paris, 1890. 



SALLE XXV et XXVI (XXII). 

Gaumont (De), Cours d^antiquités monumentales, Paris, 1831 
(t. Il, p. 344). 

Daremberg (Gh.) et Saglio (E.), Dictionnaire des antiquités 
grecques et romaines, Paris, in-4 (en cours de publication). 

GuHL et KoNER, la Vie antique des Grecs et des Rom>ainSy 
trad. Trawinski, t. II, Paris, 1885. 

Julliot(J.), Musée gallo-romain de Sens, Sefts, 1869-1870. 
in-4 (rare), 

Ménard (R.) et Sauvageot (G.), la Vie des anciens, Paris, 
1880-1883, 4 vol. in-4». 

RiCH (Â.), Dictionnaire des antiquités romaines et grecques, 
trad. Ghéruol, Paris, 1861. 

Trévédy (J.), le Cavalier et l'Anguipède, Laval, 1889 (extr. 
du Bull. hist. et archéol. de la Mayenne, 1. 1). 



SALLES A et B. 

Garistie (A.), Monuments antiques à Orange, Paris, li856, 
in-fol. (rare). 

Desjardins (E.), Géographie de la Gaule romaine, Paris, 
1876, in-4 (t. .1, p. 348). 

Reinagb (S.), les Gaulois dans Vart antique et le sarco- 
phage de la vigne Ammendola (extrait de la Revue archéolo- 
gique), Paris, 1889. 

Rochas d'Aiglun (A. de), V Artillerie cha les aiuiiens^ Tours, 
1882 (extr. du Bulletin monumental). 



Digitized by 



Google 



SALLES XXV ET XXVI [XXll], A ET B, D, R-S. 217 

Vaillant (V.), Notes houlonnaises, Boulojçne-sur-Mer, 1889. 
Vaillant (V.), Classis Britannica^ classis Sainaricaf cohors I 
Morinorumy Arras, 1888. 



SALLE D. 



Froehner (G.), Notice de la sculpture antique du musée du 
Louvre^ t. I, Paris, 1870. 

Rayet {0.), Monuments de l'art antique, % vol., Paris, 1884, 
ïn-fol. (t. I, n» 30, Diadumène de Vaison ; t. Il, n" 53, Vénus de* 
Vienne). 

^ Reinach (S.), les Gaulois dans l'art antique et te sarco^ 
phage de la vigne Ammendola (extrait de la Revue archéolo- 
gique), Paris, 1889. 

Reinach (S.), la Vénus drapée au musée du Louvre (Galette 
archéologique, 1887, pp. 250, 271), in-4. 
^ ViLLEFOSSE (A.-H. de), Galette archéologique, 1878, p. 115, 
in-4 (le groupe des enfants de Vienne). 



SALLES R.-S. 

DuRUY (V.), Histoire des Romains, Paris, 1885, jn-4 (t. VIT. 
p. 59, 84). 

Rayet (0.), Monuments de Vart antique, Paris, 1884, in-4 
(l. II, n® 71, statue d'Auguste). 

. Reinach (S.), les Gaulois dans Vart antique et le sarco- 
phage de la vigne Ammendola (extrait de la Revue archéolo- 
gique), Paris, 1889. 

Reinach (S.), la Colonne Trajane au musée de Saint-Ger- 
main, notice et explication, Paris, 1886. 

Rochas d'Aiglun (A. de), V Artillerie chei les anciens. 
Tours, 1882 (extr. du Bulletin monumental), 

Wey (F.), Rome, description et souvenirs, 3* éd., Paris, 
1875, in-4 (p. 95, arc de Constantin), 



Digitized by 



Google 



218 APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE. 



SALLE DE NUMISMATIQUE. 

Barthélémy (A. de), Manuel de numUinatique ancienne* 
â« éd., Paris, 1890, avec atlas. 

Barthélémy (A. db). Essai de classi/ication chronologique 
des monnaies gauloises {Comptes rendus de VAcadémie des 
Inscriptions, 1890, p. 43)* 

Baudot (H.), Mémoire sur les sépultures des barbares de 
Vépoque mérovingienne découvertes en Bourgogne et parti- 
culièrement à Chamayy Dijon et Paris, 1860, in-4 (très 
rare). 

Baye (J. de). Industrie longobarde, Paris, 1888, 16 planches 
in-4. 

Bertrand (A.), les Bijoux de Jouy-le-Comte {Seine-et- 
Oise) et les Cimetières mérovingiens de la Gaule {Revue ar^ 
chéologique, 1879, II, p. 193). 

Blanchet (A.), Numismatique du moyen âge et moderne^ 
2 vol. et atlas, Paris, 1890 (t. I, époque mérovingienne), 

Charouillet (A.) et Muret (E.), Catalogue des [monnaies 
gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris, .1890, in-4. 

Cochet (L'abbé), le Tombeau de Childéric /•', roi des Francs, 
Paris, 1859 (rare). 

Cochet (L'abbé), Ouvrages cités dans la bibliographie de la 
salle XXIY. 

Engel (A.) et Serrure (R.), Traité de numismatique du 
moyen âge, t. I**, Paris, 1891, avec 645 gravures (époque 
mérovingienne). 

FiLLioux (A.), Nouvel Essai d'interprétation et de classifica- 
tion des monnaies de la Gaule, 2« éd., Paris, 1867. 

Hucher (E.), VArt gaulois ou les Gaulois d'après leurs m^- 
dailles, 2 vol., Paris et Le Mans, 1868 et 1874, in-4. 

Lasteyrie (F. de), Histoire de Vorfèvrerie "depuis les temps 
les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris, 1875. 

Lasteyrie (F. de), le Trésor de Guarramr, Paris, 1860, in-4. 

Lenormant (J.), Monnaies et Médailles, Paris, 1884. 

Linas (Ch. de). Orfèvrerie mérovingienne, les Œuvres de 
saint Éloi et la verroterie cloisonnée, Paris, 1884 {très rare). 



Digitized by 



Google 



SALLES DE NUMISMATIQUE ET DE COMPARAISON. 219 

LiNAS (Ch. de), les Origines de Vorfèvrerie cloisonnée. 
Recherches sur les divers genres d'incrustation y la joaille- 
rie et Vart des métaux précieux, 3 vol., Paris, 1877, 1878, 
1887 {rare). 

MoREAU (F.), Album Caranda (Collection Caranda)^ Saint- 
Quentin, 1877 et année» suivantes, in-fol. (rarCy non mis dans 
le commerce). 

Odobesco (A.), le Trésor de Pétrossa, étude sur Vorfèvrerie 
antique, t. I, Paris, 1889, in-fol. 

Prou (M.), Catalogue des monnaies mérovingiennes de la 
Bibliothèque nationalCy Paris, 1891. 

Robert (Ch.), Monnaies gauloises. Description raisonnée 
de la collection de M. P.-Charles Robert, Paris, 1880 (ex- 
trait de V Annuaire de la Société française de numismatique 
et d'archéologie pour 1878). 



SALLE DE COMPARAISON. 

Baltzer (L.), Glyphes des rochers du Bohuslàn (Suède), 
Gothembourg, 1881-1888, in-fol. 

Beauvois (E.), les Antiquités primitives du Danemark (fîc- 
vue contemporaine, 31 juillet 1863, 15 janvier 1864, 31 jan- 
vier 1865, 15 mars 1865). 

Bertrand (A.), Archéologie celtique et gauloise, 2« éd., 
Paris, 1889 (Antiquités de l'Italie du nord). 

Gartâilhac (E.), Ages préhistoriques de V Espagne et du 
Portugal, Paris, 1886. 

Chantre (E.), Recherches anthropologiques dans le Caucase, 
4 vol. et un atlas, Paris, 1885-1887, in-4. 

Lenormant (F.), le Trésor d'Hildesheim (Galette des beaux^ 
arts, novembre 1869). 

Martha (J.), VArt étrusque, Paris, 1889, in-4. 

Montelius (0.), la Suède préhistorique, trad. J.-H. Kramer, 
Stockholm, Paris et Leipzig, 1874. 

Morgan (J. de). Mission scientifique au Caucase, 2 vol., 
Paris, 1889. 



Digitized by 



Google 



220 APPENDICE BIBLIOGRAPHIQUE. 

MoRTiLLET (G. dk), les Terramares du Reggianais^ Paris, 
1865 (extrait de la Revue archéologique). 

Nadaillac (de), V Amérique préhistorique y Paris, 1883. 

NiLSSON (S.), îeê HabilanU primitifs de la Scandinavie, 
VAge de la pierre^ trad. Rramer, Paris, 1868. 

Perrot (G.), les Italiotes dans la plaine du Pôy d'après 
M. Helbig (Journal des savants^ 1880, pp. 435, 476,530, in-4). 

Perrot (0.) et Chipiez (Cti.), Histoire de Vart dans Vanti" 
quitéy t. III, PhéniciCy Cypre^ Paris, 1885, in-4. 

Rayet (p.) et GoLLiGNON (M.), Histoire de la céramique 
grecque, Paris, 1888, in-4, 

ScHLiEHANN (U.), Mycèncs, trad. J. Girardia, Paris, 1879, 
in-4. 

SCHLIEHANN (H.), Ilios, ville et pays des Troyens, trad. de 
M™» E. Egger, Paris, 1885, in-4. 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIÈRES 



ORDRE CHRONOLOGIQUE DES SALLES 



SALLE I. — La Gaule avant les mé- 
taux. — AUuvions et plateaux. — 
Cavernes 1* étage", p. 49 à 60 • 

SALLE II. — La Gaule avant les mé- 
taux (suite). — Monuments mégali- 
thiques. — Pierre polie.. 1" étage, — 61 à 69 

SALLE III. — Monuments mégali- 
thiques (suite). — Apparition des 
méUux ..!•' étage, -- 70 à 73 

SALLE IV. — La Gaule aVant les mé- 

' taux. - Stations lacustres. 2^ étage, -r- 131 à 134, 202 

SALLE V. — La Gaule après tes mé- 
taux. — Armes de bronze.. 2* étage, — 135 à 146> 203 

SALLE VI. — Époque gauloise. — 

Sépultures sous tumulus* — Bronzes - - • 

d*art importés 2« étage, — 147 à 161, 203 

SALLE VII. — Époque gauloise. — 
Cimetières à inhumation de la Marne 

«•étage, - i62àl69 

SALLE VIII. — Cimetière de Chas- 

semy 2« étage^ —170 

13. 



Digitized by 



Google 



222 TABLE DES MATIERES. 

SALLE IX. — Sépultures gauloises 

fouillées scientifiquement. — La 

Gorge-Meillet 2« étage, p. 171 à 175 

SALLES X, XI, XII. - Ne sont pas 

encore installées, 
SALLE XIII. — La conquête romaine. 

Siège d'Alésia 1« étage, — 103 à 113, 198-199 

SALLE XIV. — Céramique de Tépoque 

romaine. — Terres cuites et vases 

gallo-romains l** étage, — 114 à 118 

SALLE XV. — Vases, verreries et 

bronzes d*art de l'époque romaine. 

1-* étage, - 119 à 128, 200 

SALLE XVI. — Céramique gallo-ro- 
maine. — Cachets d'oculistes. — 
Couteaux. — Clefs 1*' étage, — 129 et 130, 200 

SALLE XVII. — Bronzes et vases 
gallo-romains l*' étage, — 200 à 202 

SALLE XIX (ancien XVII). — Colonnes 
milliaires des routes romaines en 
Gaule • Entresol — 39 

SALLE XX (ancien XVIII). — Ins- 
criptions romaines relatives à la 
constitution de la Gaule. — Cités 
gauloises. — Inscriptions celtiques. 

Entresol, — 36 à 38, 195 

SALLE XXI (ancien XIX). — Monu- 
ments de la mythologie gauloise. 

Entresol, — 27 à 35, 194-195 

SALLE XXII (ancien XX). — Monu- 
ments relatifs aux légions romaines 
stationnées sur les frontières de la 
Gaule Entresol, — 40 à 43,195 

SALLE XXIII (ancien XXI). — Maté- 
riaux de construction .... Entresol, — 42, 195 

SALLE XXIV. — Tombeaux gallo- 
romains Entresol, — 42 à 43,195 

SALLE XXV. — Annexe de la 
salle XXYI Entresol, —196 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIÈRES. 223 

SALLE XXVI (ancien XXII). — Cos- 
tumes, arts et métiers des Gaulois. 

Entresol, p. 44 à 47, 196-197 
SALLE A. — Monuments relatifs aux 
flottes romaines. — Trophées. Rez- 
de-chaussée, — 21 
SALLE B. — Bas-reliefs de l'arc 
d*Orange. — Mosaïque d*Autun. 

Rez-de-chaussée, — 22 à 23, 194 
SALLE G. — N'est pm encore installée, 
SALLE D. — Bas-reliefs du mausolée 
de Saint-Ré my. — Statues grecques 
découvertes en Gaule.. Rez-de- 
chaussée, — 24 à 25 
SALLES E-Q. — Ne sont pas encore 

installées, 
SALLE R. — Bas-reliefs de Tare de 
Constantin. — Statues de Gaulois. 

Rez-de-chaussée, — 19 et 20, 191-193 
SALLE S. — Bas-reliefs de Tare de 

Constantin — 18 

VESTIBULE — 17 

SALLE DE NUMISMATIQUE. - 
Monnaies gauloises et mérovin- 
giennes. — Bijoux gaulois et méro- 
vingiens. — Armes mérovingiennes. 

2- étage, — 176 à 189 
SALLE DE COMPARAISON, l*' étage, - 75 à 102, 197-198 
SALLE D'ÉTUDE ET BIBLIOTHÈQUE 

f étage, — 74 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE 



N. B. Les chilfres renvoient aux pages du Catalogue, Les noms 
géographiques sont suivis de l'indication du département, de 
la province ou du pays auxquels ils appartiennent. 



Aah-Hotep, 84. 

Aargau. Voy. Argovie. 

Abbeville (Somme), 85. 52, 87, 93, 

96, lâO. 121. 142, 161. 
Abeilles, 177. 
Abelio ou Abellio. 28. 
Abinius (divinité), 32. 
Ableiges (Seine -et-Oise), 187. 
Ablon (Seine-et-Oise), 112. 
Abondance (divinité), 18,28. 30, 32, 

34, 76, 416, 117. Voy. Cirii,Tutela. 
Abris sous roche, 50, 55. Voy. Ca- 
vernes, 
Abruzzes (Italie), 90. 
Actaélou8,201. 
Acier, 136. \oy. Fer. 
Acy (d'), 60. 
Adam, 94, 197. 
Adualucorum oppidum (Belgique), 

112.113. 1 

Afrique, 47. Voy. Algérie, Egypte, 

Maroc, Tunisie. 
Age de la pierre, 49 et suiT. 
Ages du bronze et du fer, 135 el 
' suiv. 

Age du renne, 55 et suiv. 
Agitateur en verre, 127. 
Agneau, 196. 
Agrafes. Voy. Fibules. 
Aigles, 34, 94, 98, 121 . 122, 126. 160. 

178. 
Aiguière, 183. 
Aiguilles, 55. 58. 59, 93, 97. 108. 

136, 166. 
Aile» de cavalerie. 40. 41, 42. 
Ailerons de bouteroUes. Voy. Boute- 

roUes. 
Ailerons de haches, 136, 137. 138, 

140, 145. 



Ailerons de Mercure, 28, 33, 125* 

Voy. Mercure. 
.Mme-cn-Tarentaise (Savoie), 34. 38. 
Ain (Département do 1'), 34. 47, 93, 

120, 125, 129, 140, 142, 144, 145, 
. 150, 152, 156. 
Ain-Taiba (Algérie), 82. 
Aisne (Département de 1'), 35, 51, 

52, 68.87, 98, 107, li6, 127. 170, 

171, 179, 185, 186, 187. 
Aix (BoucheS'du-Rhône), 40. 41, 

126. 
Alais (Gard), 94. 
Alaise (Doubs), 151, 153, 154. 
Albano, 198. 
Albâtre. 71. 92. 
Albinus, 29. 

Alésia. Voy. Alise-SainU-Reine, 
Alexandre le Grand (?), 126. 
Alexandrie (Egypte), 193. 
Algérie (Afrique), 82. 88, 89, 91. 92, 

102.118. 
Alhama (Espagne), 78. 
Alignements, 62. Voy. Camac. 
Alise-Sainle-Reine (Côte-d'Or), 14, 

20, 31, 32, 36. 98, 99, 103, 106, 

107, 110, 111, 112, 113. 145. 153, 

178,179, 180. Voy. Vercingétorix, 
Allées couvertes, la, 63. 64, 65, 90, 

71. Voy. Dolmens. 
Allemagne. Voy. Autriche, Bavière, 

Hanovre, Hfsse, etc. 
Allemagne du Nord. 76, 90. 131 
Allemagne du Sud, 80. 
Allenhijften (Suisse), 157. 
Allia (lUlie), 147. 
Allier (Département de r).28 32 43, 

54, 86, 87, 91, 98, 99. 109. 114, 

115, 116, 117, 120, 123, 125. 129, 

142, 145, 178, 181, 194, 195, 201. 
Alliés (Cantal), 145. 



Digitized by 



Google 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



Allobro(fes, 22. 

Alluvions, 50, 51. 

Alouette. 138. 

Alpes, .S7 

Alpes (Département des Basses-), 

139, 152, 156. 

Alpes (Département des Hautes-), 

93, 143. 
Alpes-Maritimes (Département des), 

15, 31, 32, 37. 38, 39, 43, 56, 59, 

81. 87, 94, 152. 
Alsace, 89, 177. 178, 187. Voy. Rhin 

(Bas- et Haut')» 
Alsheim (Hesse Rhénane), 186. 
Altehburg (Bavière). 161. 
Amancey (Doubs), 154. 
Amazones, 24, 31. 
Ambre, 85. 136, 145, 151, 156. 157. 

159, 166, 172. 173. 174, 177. 183, 

184, 187, 188. 

Amentum, 42,80, 103, 112, 113. 
Amérique, 82. 90, 94, 95, 178, 187. 
Amfre?ille (Eure), 149, 168. 
Amiens (Somme). 87, 94, 122, 129. 
Ammendola, 192. 
Amondans (Doubs), 154. 
Amours (divinités . 33, 35, 76, 94, 

98, 125. 
Amphores. 43, 44, 75, 87, 92, 101. 

103, 104, 110, 112, 148. 
Ampoule à huile. 47. 
Amulettes. 66. 89. 90, 93. 98, 167, 
, 170, 172, 176, 177. Voy. Dents 

percées, pendeloques. 
Anadyomène (Vénus), 115, 116, 117. 
Anastase. 181. 
Ancon (Pérou). 91. 
Andalousie (Espagne), 78. 
Andes (pierre tombale d'), 41. 
Andrésy (Seine-ot-Oise), 120. 
Angers (Maine-et-Loire), 126. 
Angleterre, 60. 78. 89. 96, 97, 131. 
Angon. 188. 
Animaux, 79. 81. 102, 121, 129, 179, 

183. Voy. Chevalr chien, Iton, etc. 
Animaux domestiques, 62, 132. Voy. 

Bœuf, clirtmi, moutûn. otc. 
Aiiiiûfluï, a^, «< 03, C5. tiO, 68, 71, 

73, 77, 80, m, m, 80, ÎM). 96, 97, 

m, 102, lor,. 108, im. m, 112, 

130, 131, rA5, i:i6, J37, 138, 139, 

140, Ui. 143. i-l5. iriO. 151. 152, 
iU. i^b, 130, ih^, i:pî). 164, 165, 
iél, iHA, no, 17*, i73. 178, 179, 

185. 18a, aOl. Voy. Sagues, bra- 
c^lê, turques. 

AniiDcy (ilflMte-Ssvoie), 28, 142. 



Annibal, 20. 

Annone (personnifiée), 18. 

Anses d'amphoros. lOl^ 

Antéfixe, 92. 

Antennes (Épées et poignards à), 

79, 84, 96, 145, 150, 154, m. 
Antibes (Aines-Maritimes), 81. 
Antinoiis. 18. 
Antonin le Pieux, 176. 
Aoste (Isère), 38, 121. 
Apamée (Syrie), 29. 
Apelles, 115. 
Aphanite. 67, 68, 90. 
Aplustres, 21. 
Ap<niodore de Damas, 19. 
Apollon, 15, 18, 27, 28, 29, 30, 31, 

32, 33, 122. 123, 124. 125, 180, 

200, 201. Voy. Ahêlio. 
Apollon citharede, 28. 
Apollon Gobledulitavus, 29. 
Apollon Grannus, 28. 29. 
Apollon Virotutus, 28. 
Appliques, 76, 97, 136, 137, 139, 

140. 166, 170. 
Apremont(Haute-Saône),143,176,178. 
Aps (Ardèche). 176. 
Apt (Vaucluse), 91. 
Arbalète, 45. 164. 
Arhor et Arbores (Sex), 35. 
Arc. 46, 132. 

Arc de ConsUntin, 17, 18. 19. 
Arc d'Orange, 21, 22, 23. 
Arc de Saint-Rémy, 23. 
Arc de Saintes, 88. 
Arc de Traian, 18. 
Archers, 128. 
Archipel. 83, 90. 91, 101, 177, 178, 

192. Voy. Chypre , Rhodes, etc. 
Architecte, 44. 

Arc-sur-Tille (Côte-d'Or), 126. 
Arcy-Sainte-Restitue (Aisne), 186, 

Ardèche (Département de 1'). 56, 59, 
60, 67. 141. 142, 176, 196. 

Ardennes (Département des), 93,158, 
164, 184. 

Arezzo (Toscane). 54. 

Argent (Objets en), 29, 32, 76, 85, 
89, 90, 92, 93, 97, 100, 107, 122, 
124, 125, 126, 176, 177, 178, 179, 
180, 181, 184, 185, 186. 187, 188, 
189. 

Argenteuil (Seine-et-Oise), 64. 

Argovic (Suisse), 112. 

Ariminum (Italie), 169. 

Ariège (Département de T), 65. 

Aristokiès, 83. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



227 



Arixo (Mars), 30. 

Arles (Botiches-du-Rbône) , S5, 47, 

87, 89, 98, 114, 424, 179. 181. 
Arménie (Asie Mineure), âO, 182. 
Amies, 21, 22, 23, 45, 71, 79, 80, 

84. 85, 88. 110, 135, 136, 147. 

154, 156, 157. 475, 486. Voy. An- 

goii, couteau, épie, hache ^ pi- 

lum, poignard, scramasax, etc. 
Armes de bronze (Introduction des), 

71, 435. 
Armilles, 40, 167. 
Arm8heim(Hesse Rhénane). 152, 153, 

458, 160. 
Arona (Italie), 136. 
Arpsgon (Seine-et-Oise), 115. 
Arria, 192. 
Art byzjintin, 182. 
Art gaulois. 27, 119, 129, 179. 
Art mérovingien, 182, 183. 
Arthenay (Loiret). 123. 
Aryens (Origine des), 202. 
Arzon (Morbihan), 72. 
As, 96. 
Ascia, 38. 
Asie, 90. Voy. Arménie, Asie Mi^ 

neure, Assyrie, Caucase, Inde, 

Palestine, etc. 
Asie Mineure, 83, 90, 94, 193, 198. 

Voy. Arménie, Assyrie, Caucase, 
Assiettes, 103, 121, 122. Voy. Plats, 

soucoupes, 
Assyrie, 83, 149, 461. 
Astragale, 58. 

Asturies (Espagne). 40. 141. 
Ateliers monétaires, 43, 181. 
Atesmerius eu Atusmertus (Mer- 
cure), 28, 76. 
Athènes (Grèce). 83. 84,192. 
Athlète, 83. 

Athubodua (divinité), 28. 
Atlante, 153. 
Attale, 191, 192. 
Attelage. Voy. Char, chariot. 
Attila, 89. 
Atys, 76. 
Aube (Département de 1'), 56, 109, 

120, 121. 139, 142, 143, 152, 158, 

464, 468, 199. 
Aubigny-la-Ronce (Côtc-d'Or), 454. 
Aude (Département de V), 35. 38, 47, 

59, 440. 445. 458, 484. 197. 
Augsbourg (Bavière), 186. 
Augure, 31. 

Auguste, 20, 35, 36, 37, 38, 179. 
Aurensan (Hautes- Pyrénées). 59. 
Aurignac (Haute -Garonne), 59. 



Aurillac (Cantal), 51, 114, 115. 

Auriol (Bouches-du- Rhône), 34. 

Aurochs, 57. 

Aurore (divinité), 103. 

Australie. Voy. Océanie, 

Autels, 25, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 

35, 38, 194. 
Autriche, 42, 78, 79, 82, 85, 90, 93, 

131, 149, 150, 151, 154, 156, 157, 

161, 483. 
Autun (Saône-et-Loire), 22, 29, 30, 

34, 32, 36, 38. 43, 44, 45, 46, 

423, 427. 196, 197. 
Auve (Marne), 167, 173, 174. 
Auvenay (Côte-d'Or), 150, 158. 
Auvergne, 106, 140. Voy. Cantal, 

Haute-Loire, Puy-de-Dôme» 
Auvernier (Suisse), 142. 
Auvillers (Somme), 67. 
Auxerre (Yonne), 29, 122. 



Auxois (Mont, Côte-d'Or), 106. 
Auxonne (Côte-d'Or), 144. 
Avaricum (Cher), 104, 105, 106. 



Avenches (Suisse), 38. 

Aveyron (Département de 1'), 71, 100, 

125, 135, 158, 199. 
Avignon (Vaucluse), 35, 36, 47, 141, 

B 

Bacchanale, 420. 

Baccbus, 24. 

Bade (Grand-duché de),.30, 80, 161. 

Badégols (Dordogne), 57. 

Baeserte (divinité), 31. 

Bagdad (Turquie d'Asie), 91. 

Bagnères-do-Bigorre (Hautes -Pyré- 
nées), 34. 

Bagneux près Saumur (Maine-et- 
Loire), 63. 

Bagues, 89, 90, 91, 100, 104, 130, 
155, 160, 177, 178, 179, 184, 185. 
Voy. Anneaux. 

Baicorix (divinité), 30. 

Baidark, 95. 

Balance, 76, 94,200,204. 

Baliste, 19, 20, 105, 193, 194. 

Balle (Joueur de), 100. 

Baltique (Mer), 102, 167. 

Balustrade, 33, 35. 

Banassac (Lozère) , 115, 119, 120, 121. 

Bandeaux, 157, 159. 

Banquet, 81, 98, 130. 

Baoussé-Roussé (près Menton, Al- 
pes-Maritimes), 59. 



Digitized by 



Google 



2-28 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



Barbet (Camp, Oise), 64. 

Barësia (Juiv), 144. 150, 159. 

Barésiëre (Ille-ct-Vilaine), 185. 

BariUels, 124, 125, 126, iiT. 

Bar-le-Duc (Meuse), 45, 123. 

Barrière (Château de, Dordoii^ne), 29. 

Barthélémy (Anatole de), 179 

Bartholdi, 105. 

Basalte, 67. 

Bnscrt (près Huos, Haute-Garonne). 
31* 

Bassins, 160, 168, 170. 

Bateau, 46. Voy. Navtret, pirogues. 

Batelier de la Saône, 47. 

Bateliers do la Seine 3a. 

Bâtons de commandement, 58, 95. 

Bâtonnet de verre, 127. 

Battant de cloche, 95. 

Bavai (Nord), 87, 1:0, 123, 129. 

Bavière, W, 80, 122, 126, 137, 145, 
14»,159, 160,161, 186. 

Beaulieu (près Villefranche, Alpes- 
Maritimes), 43, 121. 

Beaulieu (Aube), 168. 

Beaune (€ôte-d'Or), 30, 36, 126. 

Beauvais (Oise), 27, 177. 185. 

Beauvoisine (Drôme), 179 

Belfort (Haut-Rhin), 65. 

Belees, 162. 163. 

Belgique, 54. 59, 112, 124, 129, 139, 
143, 152, 158, 162. 177. 178. 

Béliers, 20, 122, 143, 160. Voy. Ser- 
pents. 

Bélière, 140, 141, 152. 166, 170, 176. 

Bellérophon, 22. 

Belley (Ain>, 34, 47. 

Bellicus, 47. 

Bellicus*àurbur, 35. 

Belnie, 17. 

Belus (divinité), 29. 

Benfeld (Bas-Rhin), 29. 

Berceau, 116. 

Berlin (Prusse), 76, 77. 

Berne (Suisse), 125. 153. 

Bernières d'Aiily (Calvados), 149. 

Bcrru (Marne), 149, 173, 178. 

Berlhouville (Eure). 87. 89, 121. 

Besançon (Donbs), 41, 122, 124, 125, 
126, 454. 158. 

Bcsseringen (Prusse Rhénane), 159. 

Bessingen (pr. Darmstadt, Hesse). 

Bélhune (Pas-de-Calnis), 129. 

Beuvray. Voy. MorU-Beuvray. 

Biberon, 124, 201. 

Bibliothèoue, 74. 

Bibracto (Saôno-et-Loire), 104, 106. 



Biche, 115, 117, 121, 153, 158. 
Bienne (Suisse), 20, 138, 139, 142. . 
Bijoux, 78, 151, 152, 176, 177, 178. 

186, 187. 
Billy (Loir-et-Cher), 139, 145, 149. 
Binette. 99. 

Bingen (Hesse Rhénane), 41, 80. 
Bison,49, 57. 88. 
Blain (Loire-Inférieure), 120. 
Blangy-sur-Bresle (Seine-Inférieure}, 

Blé, 132, 136. 

Bliesthal (Palatinat de Bavière), 126. 

Bligny (Seine-et-Oise). 142. 

Blôdesheim (Hesse Rhénane), 158. . 

Blois (Loir-et-Cher). 1?4. 

BUissus (Pierre tombale de), 31, 46. 

Bobines. 95. 143. 

Bœufs, 49. 50. 51. 58. 55, 56. 58, 

5j>, 60. 76, 81. 86, 115, 122, 132, 

201. 
Bohême (Autriche-Hongrie :, 80, 161. 
Bohuslân (Suède), 198. 
Bois-Bernard (Pas-de-Calais), 121. 
Bois-Colombes (Seine). 53. 
Bols de cerf. Voy. Cerf, . 
Bois de renne, 57. 58. Voy. Gra^ 

vures» rennes, bâtons de eomman' 

dément. 
Bois-Gautier (forêt de Fontainebleau, 

Seine-et-Marne), 83. 
Bois peint, 92. 

Boîte. Voy. Cassette et coffret. 
Bologne(Italio), 81. 84.85,93. 95. 100. 
Bolvinnus (Mars). 31. 
Bonn (Prusse Rhénane), 34. 40. 41, 

47, 53, 112, 153, 186. 
Bordeaux (Gironde), 30, 34, 38, 115, 

197. . 
Bormo (divinité). 32. 
Bornéo (Malaisie), 131. 
Bornes milliairet, 39, 82, 99. 
Borsdorf jprès de Nidde. Hesse), 77. 
Bosse, dé bouclier. Voy. Un^o. 
Bossonay (Aube), 139. 
Bossette. 166. 174. 
Boston (Etats-Unis), 201. 
Boucs, 32, 33, 35. 59. 76, 124. 
Boucher de Perthes, 14. 50 51 , 54, 95. 
Bouches-du-Rhône. 23. 24. 34, 35, 

39, 40, 41. 43, 47, 87, 89. 98, 109, 

111.. 124, 126, 154, 179, 180, 181, 

199 
Bouchet (H.), 176. 
Boucles. 85, 86. 95. 97. 142, 139, 

140, 151, 159. 179, 184, 185, 187. 

188, 189. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



229 



Boucles de ceinturon, 85, 86, 97, 

451, 159, 202. 
Boucles de nez, 187. 
boucles d'oreUlcs. 44, 159. 172, 174, 

176, 177, 178, 185, 187. 
Boucliers, 21. 22, 34,41. 77; 78. 80. 

99, 100, 107, 108, 111, 112, 113, 

157, 167, 168, 188, 191, 192, 193, 

193. Voy. Umbo. 
Bougon (Deux-Sèvres), 65, 66. 
Bouhy (Nièvre), 31. 
Boule de couleur, 92. 
Boulets en pierre, 20, 41, 110. 
Bouiogne-surrMer (Fas-Kle-Calais), 

21, 144. 
Bouquetin, 49, 58, 59, 60. 
Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire), 32, 

34, 114. 
Bourc (Ain). 120. . 
Bourgeois (Abbé), 51. 145. 
Bourges (Cher), 25.38.45,104,105,106. 
Bourget (Lac du, Savoie), 136. 137. 
Bourse, 28, 33. 34, 45. 46. 115, 123, 

194, 196. 
Bouteilles, 103. 122. 
Bouterolles, 78, 109, 112, 144, 156. 

158 160 
Boutons, 70. 71, 97, 104, 136. 138, 

139, 140. 141, 142, 143, 145, 151, 

152, 166, 170, 171, 174, 183, 185, 

202. 
Boviolles (Meuse). 86, 103. 
Bracelets, 46, 70, 76. 78. 79, 80. 89, 

90, 92, 95, 96, 100, 102, 107, 108, 

136. 137, 1 j8. 139, 140, 141, 143. 

14fl, lt*ï. 1*D. 151. !H 154, 155, 

IStt, V^l, i:>«, I5î1, m, 164, 165. 

1«7, ITiK 171, l7a na, 174, 175. 

476, 1^7, 1T8, 1S5, ISS, 201.203. 

BrnnciËbour^ (Pmsse), 77, 

Brasianlsï, ir>4^ 15&, I^'l. 

Bi-èctiti ^isA t:aïerneS| 53, 59, 63. 

Breith (Creuse), 94. 

Brenne (rivière, CAte-d'Or), 106. 

3reslatt ( Prusse], 161. 

Bresle (Oise). 178. 179. 

Bretagne, 93.. 155, 178. Voy. Côtes- 
dU'Nord, IlU-et-Vilaine, Finis- 
tère, Morhihan, Loire-Inférieure, 

Briançonnet (Alpes-Maritimes), 38. 

Bride, 110, 141. 

Brig-en-Valais (Suisse), 156. 

Brindes (Brindisi en Italie), 19. 

,Brionne (Eure), 114. 

Briques, 43, 81, 86, 90. 92, 94, 103, 
195. 



Broche, 87. Voy. Fibulet. 
Broderies. 134, 178, 184. 
Brogitaros, 193. 
Bronze, 43, 70. 71, 72, 76, 102. 111, 

135, 136. 147, 185. 187, 188. 189. 

Voy. Armes de bronze, Epies, 

Haches, etc. 
Bronzes d*art, 84, 05, 96. 99. 119, 

120, 121, 122, 123, 12i, 125, 126, 

198, 200, 201. 
Broyeurs. 66, 82. 89. 133, 134, 136. 
Brumath (Bas-Rhin), 34. 179. 
Bruniquel (Tam-et-Garonnc). 59, 60. 
Brunissoir, 133, 136, 141. 
Buissonnet (Oise), 87. 
Bulbe de percussion, 68. 
Bulgarie, 80. 
Bulla, 47, 97. 
Burgondes, 186. 
Bussy (Côle-d'Or), 106. 
Bussy-le-Ghâteau (Marne), 164, 105, 

167. 168. 172. 
Bustes, 33, 44. 116, 117, 201. Voy. 

Bromes d'art. 
Butte (U. Gôte-d'Or), 148 
Byzantin (Art), 182. 



Cabanes, 136, 137, 172. 

Gabaretier, 144. 

Cabochons, 139, 164, 166, 171, 172, 

173, 184. 
Cachots. 99, 130, 200. 
Cachettes, 137, 139, 143. 
Cacholong, 52, 64. 
Cadenoène (Doubs), 154. 
Cadenas, 93. 130, 202. 
Caducée. 28, 33, 115, 123. Voy. Mer- 

cnre, 
Cadurques, 36. 

Caelius (Pierre tombale do), 40. 
Cahors (Lot). 37, 122. 
Caire (Le. Egypte), 84. 
Calcédoine, 90. 
Calendrier, 198. 
Calfeutrage, 136. 

Californie (Amérique), 81, 95, 178. 
Callaîs, 65, 68. 
Calvados, 36, 149, 184. 
Gambron (Somme), 86. 
Cambronne (Oise), 187. 
Camée, 186. 

Camiros (île de Rhodes, Archipel), 91 . 
Camp d'Attila (Oise), 89. 



Digitized by 



Google 



230 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



Camp Barbet (Oise), 64. 

Camp de César (près d'Aps, Ardc- 

che), 176. 
Campements s^ulois, 173, 
Campigny (près Blaney-sur-Bresles, 

Seine-Inférieure), 65. 
Canards, 70. 
Canifs, 130, 167. 
Canines, 57. 
Ganosa (Italie), 90. 
Ganstadt (Wurtemberg), 54. 
Cantal, 51, 114, 115, 140, 145. 
CanUiupo-Dardclla (Italie), 83. 
Captif, 19, 96, 126. 
Capuchon. 44, 115, 116. 
Caraïbes, 82. 
Caranda (Aisne), 187. 
Carcassonne (Aude), 184. 
Caricatures. 116. 123. 
Carlsruhe (Bade). 30, 80. 161. 
Camac (Morbihtân). 62, 63, 6^, 69. 86. 
Carnavalet (Musée), 28. 30, 33, 41, 

4i, 94. 
Carniole (Autriche). 79. 81. 85. 
Carnoet (Finistère), 72. 
Carnyx, 22. 

Carnnntras (Vaucluse), 38. 
Carquois, 33. 

Carreaux do catapulte, 107. 
Cartes à jouer, 91. 
Cartes géographiques, 39, 60, 69, 

82. 111, 118, 202. 
Carthage (Tunisie), 46. 
Casques. 21. 22, 23, 41. 78, 79. 80. 81, 

S. 94, 100. 105. 107. 110.112. 123. 

125. 145. 149,162, 168, 171. 174. 
Casques gaulois, 21, 22, 23, 145- 

149, 171, 174. 
Casques romains, 41, 78, 80, 84, 

100, 105, 107, 112, 123, 125, 199. 
Casques à cornes, 22, 23. 
Casseroles, 78. 100, 201. 
Casse-tête, 63, 80, 96. 
Cassettes. 45, 46. Vov. CoffreU, 
Cassius Longinus. 38. 
Castelloen Saint-Brandan (Côtes-du- 

Nord), 146. 
Castel-Sarrazi (Dordogne), 94. 
Castione (près Parme, Italie). 90. 
Castor (divinité). 33, 117, 132, 180. 
Catalauni, 162. 
Catapultes. 107. 108. 110. 111. 
CatillonouChâtillon (Marne), 153,172. 
Calius Modestus. 43. 
Caturix (Mars). 32. 
Caucase (Monts), 65, 82, 101, 102, 

131, 135. 182, 183. 



Caucourt-sur-Somme (Sonlme). 142. 

Caudos (Gironde). 178. 

Cavaliers. 40. 41, 42. 79. 90. 91, 

117. 120, 123, 128, 130, 185, 196, 

200. 
Cavernes. 50. 55, 56, 60. 
Cazarilh (Hautes-Pyrénées), 44. 
Ceintures. 40. 79. 84, 93. 97, 143, 

145.154,155,178, 192. Voy.Cdf^ 

turoM. 
Ceinturons, 46, 76. 78. 80. 85, 86, 

109, 112. 137. 140. 151. 152, 154. 

156. 167, 168. 179, 185, 186, 187, 

188. Vov. Ceintures, 
Celtes. 132. 163. 
Celtique (Gaule), 162. 
Cemenelenses, 39. 
Cenabum (Orléans, Loiret), 38. 
Cendres, 42. 43. 
Cénotaphe, 40. 
Centurions, 32, 40, 79, 111. 
Céphalo, 103. 
Céramique. 56, 62, 63. 64, 65, 66, 

73, 75, 76, 77, 81. 85, 87, 94. 95. 

96. 97. 101, 105, 107. 108, 114. 

119, 120, 129. 132, 134, 148. 149, 

150. 151, 152, 156, 157, 158. 159. 

162. 164, 165, 166, 167. 169. 170, 

171, 172. 173, 174. 175, 187. 
Cerbère, 29. 

Céréales. 62. Voy. Blé. 
Cérès, 34. 
Cerfs et bois de cerf, 27, 50, 51, 

60. 64. 95. 100, 102, 115. 128, 129. 

132. 133, 141, 142. 143. 
Cerf d'Irlande (Grand). 49. 55. 
Cérilly (Côte-d'Or). 179. 
Cernunnos (divinité), 27. Voy. Cornu 

{dieu). 
Certosa (Italie). 81, 83, 85. 100. 
César (Jules). 103. 104. 106, 107, 108, 

110, 112, 123, 180, 199, 181. 
Cessieu (Isère). 121. 
Cétacés, 81. 
Centrons, 38. 
Chaffiiud (près Savign<$, Vienne), 57, 

59. 
Chaînes et chaînettes. 80. 90, 97, 

102, 104. 105, 110, 142. 152, 154, 

159. 164, 168, 172, 177, 178, 185, 

188. 
Chaleux (Belgique), 59. 
Chalon-sur-Saftne (Saône-et-Loire), 

40, 176. 
Châlons-8ur-Marne (Marne) , 127 . 

148, 166. 
Chamois, 49. 



Digitized by 



Google 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



231 



Champdolent (Seine-et-Oise), 75,76, 

87, 127, 129, 187. 
Ghamplieu (Oise). 85, 118. 
Chandelier, 87, Ô3. 
Cbape, 93. 

Chapeau, 81. 
Chapelle, 14. 
Chapiteau, 24. 

Char et chariot, 31, 44, 45, 77, 79, 
96, 99, 148, 150, 153, i6i, 16i, 

170, 171, 173, 174, 177, 180. Voy. 
Roues, 

Charente (Département de la), 56, 

57, 59, 68. 
Charente-Inférieure (Département de 

la), 28, 34, 64, 87, 97, 114, 120, 

125, 127, 129. 199. 201. 
Chariot. Voy. Char, 
Charles V, 14. 
Charmes (Ardèche), 196. 
Charnières, 98, 130, 167,200.. 
Cliaron (mythologie), 21, 83. 
Chartres (Eure-et-Loir), 124. 
Chartreuse. Voy. Certosa, 
Chasso, 18, 24, 45, 120. 
Chassemy (Aisne), 68, 87, 170, 171. 
Chasseurs, 45. 

Chassey(Saône-et- Loire), 68, 107. 
Château-Bellant (Oise). 196. 
Château de Saint-Germain, 14. 
Châteauroux (Indre), 28. 
ChStellerault (Vienne), 68. 
Chai- tigre, 49, 55. 
Chàlillon-sur-Seine (Côte- d'Or), 148, 

152, 177. 
Chatons do bague, 179. 185. 
Châtre (La, Indre), 42. 
Chaume, 136. 

Chaume-d'Auvenay[Côte-d'Or), 158. 
Chaussures, 105. 112, 196. 
Chelles (Oiae), 85. 185. 
Chelles (Seine-et-Manie), 51. 
Chênes, 19, 20. 
Cheppo (La, Marne), 167, 172, 173, 

171, 175. 

Cher (Département du), 38,43,45,91, 
104, 105, 106, 128, 187, 144, 156, 
160, 201. 

Chevaux, 24, 31, 33, 45, 46, 50,55, 
57, 58, 59, 60. 73, 79, 83, 84, 86, 

88. 90. 99, 101. 102. 110. 115, 
117, 121. 124, 128, 130, 139, 169, 
160, 166, 170, 180, 184. 185, 187, 
188,189.195,196,201. 

Chevets, 87, 137. 
Chevilles, 104, 108. 
Chèvre, 50, 117, 128, 132. 



Chèvre marine, 121. 

Chevreuil, 32. 

Chez-Pouré (Corrèze), 55. 

Chiens. 34, 45. 46. 4*^, 117, 121, 

128. 130, 132, 184. 
Childéric, 185. 
Chilly (Jura), 154. 
Chimère (mythologie), 22. 
Chiromancie, 72. 

Chiusi (Italie), 94, 100, 153. 187. 
Cliloromélanite, 67, 95. 
Choisy-au-Bac (Oise), 188. 
Choisy-le-Roi (Seine), 94, 143. 
Chrétiens (MoDuments), 196, 197. 
Christianisme (Emblèmes du), 186, 

187, 188. Voy. Croix. 
Chrisly (H.). 14, 68. 
Chypre(Archipel),81,90, 91,177, 178. 
Chyprès (Mont, OUe), 76. 
Cigogne, 121. 

Cimiez (Alpes-Maritimes), 39. 
Cippcs, 110. 
Circonvallation, 106. 
Ciseaux, 44, 65, 88, 93, 09, 104, 

111, 133. 134, 139, 140, 442, 167, 

172, 173. 185. 
Ciseleurs en argent, 47. 
Cistes. Voy. Seaux, 
Cités gauloises, 36. 
Cithare, 28. Voy. Lyre» 
Claude I<>% 37. 
GUude U le Gothique. 38. 
Clefs. 88, 89, 104, 108. 130. 201, 202. 
Clémence (personnifiée), 18. 
Gléomène, 199. 
Clermont (Oise). 129. 
Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 

87, 114, 115, 119, 120, 121. 123, 

124, 142. 
Clichy (Seine), 53. 
Cloches et clochettes, 95. 96, 121, 

137, 138, 143. 
Qoisonné, 182. 184. 185, 186. Voy. 

mail. 
Clos-Ratlel a:ûle-d'Orl. 179. 

Clous. io*J(>:ih m. 110. m, i40, 

1ÔI, itW, 171.173, 185. 187. 
CInvis, iȕi. 
Clui'V (Jura h 154. 
Cliinv jMnHîe dn), 33, H 4. 155. 
Cht^i mil (uLi j, Ch tust) M. 1 1)0,153,187. 
Clul^Htiln (divinité), as. 
Gniilf' lA^ie Mineurei^, JOl. 
CoL.I''diihUviis (ApolJ<m}. S9. 
CoMcnIz jFrufia? hlii^fiJiMe). 76. 201. 
Cot lions, 3tï. 13^ Jil^, m, 174. 
Coffrets, 46. 85, 97, 98, 177, 188, 201. 



Digitized by 



Google 



232 



INDEX GENERAL ALPHABÉTIQUE. 



Cognée, 33, 34. 

Coiifures de femmes, 117. 

Coin, 140. Voy. Haches. 

Coin pour frapper des monnaies, 

186. 
Colliers, 40. 46. 56.71. 76. 77, 78, 
85. 89, 91, 93, 100. 102, 116, 140, 
147. 154, 156, 158, 165, 166, 172, 
174, 177, 183. 184, 187, 188. Voy. 
Anneaux, torques. 
Collyres, 129. 

Colinar (Haut-Rhin). 54, 161. 
Cologne (Prusse Rhénane), 34, 42, 
47, 86. 87, 114, 115, 120, 121, 
129, 149. 
Cologne (Saône-et-Loire), 178. 
Colombe, 196. 

Colombie (Amérique), 82, 187. 
Colombier • sur - Seulles (Calvados), 

184. 
ColonnBs milliaircs. Voy. Bornes 

milliaires. 
Colonne Trajane, 15, 17, 18, 19, 20, 

47,105. 
Combe d'Ain (Jura). 156. 
Combe-Martin (Haute-Marne), 159. 
Gommius. 106. 

Commotle (La, Cftte-d'Or), 156. 
Compièffne (Oise). 25« 31. 43, 45, 
75. 76, 81. 85. 86, 88, 89. 94, 97. 
98, 99. 106. 108. 114, 116, 118, 
119, 120. 121. 122. 123, 124. 125, 
127, 128, 129, 130, 176. 177, 178, 
179. 184. 185, 188, 200. 
Conchoïde de percussion, 68. 
ConcUium, 36. 
Condes (Jura), 154. 
Condrieu (Rhône), 122. 
Cônes, 95, 149. 
Conflans (Loiret), 144. 
Conflans-Sainle-Honorine(Seine-et- 

Oiso), 15, 64. 65. 129. 
Congés légalisés. 109. 
Connantre (Marne), 165. 
Constance (Lac de). 132. 
Cou!$lantin, 17, 18, 19, 188. 
Constantinople (Turquie), 80, 183. 
Contre-plaque. 188. 
Contrepoids, 83, 94, 108. 133. 
Contrevallation, 106, 110. 
Cook (Archipel), 81. 
Copenhague (Danemark), 99, 141. 
Copiste. 46. 
Coq, 33, 35, 41, 116, 117, 122, 124, 

125, 128. 148. 
Coquilles, 56, 68, 77, 83, 95, 97, 173. 
Cor, 191. 



Corail, 164, 165, 166, 171, 172, 173. 
174. 

Corbeil (Seine-et-Oise). 142, 176. 

Corcelettes (Suisse), 142. 

Cordes, 136. 

Corintho (Grèce), 94. • 

Corraon, 102. 

Cormoz (Ain), 156. 

Cornes, 89, 95, 108, 116. 123. 

Corne à boire, 125. 

Cornes d'abondance, 30, 34, 46. 

Cornu (dieu), 27, 28. 30, 33, 34. 123, 
201. 

Corrèze (Département de la), 55, 56. 
59. 72. 119, 155. 

Corroy (Marne), 165. 

Cortaillod (Suisse), 142. 

Cosne (Côte-d'Or), 150, 151, 157, 
158. 160. 

Co^tnmcs, 41, m. 

Ctuy-d'Or ÏDt^parteinent do T»), 13, 
é{\.:iù, M, h, a*. 3fl, 37. 7S.«ft, 
87, 0H. m. 10U> 107, imAiQ, 11*, 
ilfl, HO, 140, lii, 143. 144, 148, 
lUl, 150 151, 1Jt2, 155, 157, 1S«, 
IGO, l«a. IGîiî. 177, 179, 19i, 196. 

Cô i es- Aii-'S [>ril ( Dâp» r Lem eTi i de i) , 
;i(ï, n4, li, S3, 139, 140, 144, 14fi, 
151. 155. 177, lîKt. 

Côle d'Or|;c!]iimit (Alarnfl)! 174. 

CoUci d'iirnuia, 41, 

Cotte de mailles, 109. 

Couleurs, 88, 92. 

Couperet, 130. 

Coupes, 91, 148, 150, 176, 178. 

Couronnes, 40, 176. 

Courroie (Extrémité de), 185. 

Courtavant (Aube), 142, 143. 

Courtisols (Marne). 165. 

Couteaux. 70, 71. 73, 85, 88. 95, 108. 
111. 113, 130. 136, 140, 143, 151, 
167, 170, 171, 172,173, 174, 189, 
202. 

Coutelas, 45. 155. 

Cracovie (Autriche), 94. 

Crans (Ëpées à), 139, 144. 

Crânes. 53, 54. 56. 85, 132. 

Cranius, 120. 

Créancey (Côte-d*Or). 151. 

Crémaillère. 98. 

Crémation partielle, 157. Voy. Inci- 
nération. 

Creuse (Département de la), 94, 
140. 188. 

Creuset, 94, 104. 

Crimée (Russie), 182. 

Cristal, 68, 86, 176. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



233 



Crochet, 63, 98, 104, 129, 130, 140, 

164, 168. 
Crocodile, 122. 
Croisière, 110, 145. 
Croissants, 68, 96, 128, 137, 151, 

17«. 
Croix, 86, lOf, 171, 172, 185, 187, 

189, 196. Voy. Svastika. 
Croix gammée. Voy. Svastika. 
Cro-Magnon (Dordo$rne), 56. 
Crons (Les, Marne), 164, 165. 
Cruguel. Voy. Kruyuel. 
Cucullus. Voy. Capuchon. 
Cueva de la Muger (Espagne), 78. 
Cueva Lobrega (Espagne), 78. 
CuUlers, 78, 89, 91, 95, 98, 108, 150. 

176, 201, 202. 
Cuir, 40, 79, 105, 112, 148, 149. 
Cuirasses, 21, 43, 84, 105, 107, 109, 

111, 112, 149. 
Cuivre, 123, 135, 140, 141, 149, 150, 

151,186. 
Culots, 140, 145. 

Culte de Rome et d'Auguste, 35. 
Cuperly (Marne), 174, 179. 
Cupidon, 125. Voy. Amours. 
Cusey (Haute-Marne), 159. 
Cuves, 46. 
Cuvettes, 145. 
Cybèle, 76, 115, 117. 
Cylindres en terre cuite et en os, 

92, 98. 
Cyzique (Asie Mineure), 183. 



Daces, i7, 18. i9, 48, 120. 
Dalmatc (Soldat), 41. 
Damopa (di^vinilé), 32. 
Damasquinure, 80, 85, 184, 186, 187, 

188, 189. 
Dampierrc (Haute-Marne], 28, 35. 
Danemark, 85, 86, 96, 97, 99, 100, 

101, 141, 163, 198. 
Daniel, 187. 
Danseur, 100. 

Danube, 77, 78, 163, 182, 183. 
Dardenay (Haute-Marne), 156. 
Darmstadt(Hessc-Darmstadt),79,186. 
Dauphin, 28, 33, 34, 87, 116, 117, 128. 
Dave (Belgique), 158. 
Daverzus, 41. 
Dax (LanJes), 80, 91. 
Dëcébale, 48, 120. 
Dccharnds (Squelettes), .66. 



Dédicaces, 28, 29, 32, 35,36, 37, 38, 

43. Voy. Ex-voto. 
Déesses -mères, 30, 91, 115, 116, 

117. 
Dejotaros, 193. 
Dclafontaine, 79. 
DéloG (Grèce), 192. 
Delphes (Grèce), 147. 
Dents, 57, 58, 63, 71, 151, 170, 172. 
Donts-pendeloqucs, 57, 58, 63, 65, 

71, 170, 172. 
Dents de herse, 99, 108. 
Dents de peigne. Voy. Peignes. 
Deobensis pdgus, 38. 
Dés à coudre, 93. 97. 
Dés à jouer, 98, 202. 
Dessins. Voy. Gravures. 
Diadèmes, 148. Voy. Couronnes. 
Diane, 18, 33, 124, 128, 15?, 194. 
Dieppe (Seine Inférieure), 144. 
Dieux gaulois, 27 et suiv 
Dijon (Côte d'Or), 34, 37, 114, U4, 

158, 196. 
Diuan (Côles-du-Nord), 30, 196. 
Diorite, 67. 
Dioscures (divinités), 117. Voy. CaS' 

tor et Pollux. 
Diplômes militaires, 100. 
Dispater (divinité), 29, 125, 126, 194, 

201. 
Disques, 62, 63, 68, 71, 78, 93, 95, 
96, 111, 121, 137, 138, 139, 140, 
150, 152, 155, 158, 171, 185. 
Djerba (Tunisie), 81. 
Doerth (Prusse Rhénane), 151. 
Dolichenus, 194. 
Doiichocéphalie, 54. 
Dolmens, 32, 61, 62, 63, 64, 65, 69, 

70, 71, 78, 132, 157. 
Dolmens troués, 65, 69. . 
Domcvre-en-Haye (Meurthe-et-Mo- 
selle), 139. , 
Doniitius Ahenobarbus, 22. 
Donjon du château de Saint-Ger* 

main, 14, 74, 176. 
Dordogne (Département do la), 29, 
53, 56 57, 58, 59, 90, 94, 140, 145. 
Dornach (Haut-Rhin), 28. 
Doubs (Département du), 41, 96, 07, 
121, 124> 125, 126, lz8, 142, 144, 
151, 153, 154, 458. 185, 203. 
Douelle (Lot), 42, 127. 
Douille, 136, 137, 138, 143. 
Douvrcnd (Seine -Inférieure), 184. 
Dragon. Voy. Serpent. 
Drap, 44. 
Preux (Bure.-et-J^oir), 119. 



Digitized by 



Google 



2U 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABETIQUE. 



Drôme (Département de laK 144, 160, 

170. 
Druides, 31, 33, 44, (H. 
Dumias (Mercure), 124. 
Durkheim (Bavière), < 
Dusseldorf (Prusse Rhéoane, 53. 
Dyaks (Bornéo), 131. 



E 

Ebcrsberg (Suisse), 137. 

Ecuelles, 103, 151. 

Ecureuil, 50. 

Edelatus (divinité), 35. 

Edicules, 45, 76, 116, 117. 

Egrilius, 47. 

Egrngeoir, 66. 

Eguisheim (Haut-Rhin), 54. 

Egypte, 76, 81, 84, 89, 93, 95, 171, 

Elan, '60. 

Elbe, 163. 

EléphanU, 49, 53, 53, 54, 55, 181. 

Email, 77, 79, 97, 103, 104, 128, 153, 

159, 166, 188 
Emailleurs, 103, 104. 
Emilie (Italie). 90, 101. 
Emmanchure, 63, 69. 73, 73, 79, 80, 

96, 113, 133, 140. 188. 
Emporium (Espagne), 180. 
Enceintes fortifiées, 83, 104, 105, 

106, 108. 
Enclumes, 47. 
Enduit, 83, 195. 
Enfant emmailloté, 31, 93, 129. 
Engel-Dollfus, 38. 
Engers (Prusse Rhénane), 18G. 
Engis (Belgique), 54. 
Enseignes, 32, 33, 41, 46, 121, 123. 
Enseignes de boutique, 44 et suiv. 
Ensisheim (Haut-Rhin), 151, 159. 
Entailles, 51. 
Entonnoirs, 143. 
Entrains (Nièvre), 15. 
Entremont (Bouchcs-dn-Rhône), 40. 
Envermeu (Seine-Inf.), 85, 187, 188 
Eon (divinité), 31. 
Epasnactus, 107. 
Epaiflières, 105. 

Epées à antennes. Voy. Antennes. 
Epées de bronze, 77, 78, 79, 80, 83, 84, 

85, 90, 95, 96, 100, 108, 111, 135, 

139, 141. 143. 144, 145, 156, 157. 
Epées de fer, 40, 41, 45, 46, 76, 77, 



78, 79, 85, 93, 94, 101, 105,109, 
110. 111. 113 ll.'t. 148, 150. 151, 
154, 156, 157, 158, 159, 160, 162, 
167, 168, 169, 170, 171, 172, 173, 
174,180, 198,189, 193. 

Eperons, ^tl 103, 111. 112, 185. 

Epînal (A ns-.^.}, 38, 39, 30, 31, 34, 
35,44, 4:^ l:i5, 143. 

Epine (Tirinr i'j. Voy. Tireur d'é" 
pine. 

Epineuse (Ferme de 1', Gôte-d'Or), 
111. 

Epingles, 79, 90, 97, 100, 102, 108, 
136, 140, 143, 143, 150, 154, 156> 
158, 166, 176, 184, 185, 203. 

Epona (divinité), 31, 115, 117. 

Epoque des Cavernes, 55 et sulv. 

Eporédorix, 106. 

Equateur (Amérique), 83. 

Equilibriste, 100. 

Ere gauloise, 147. 

Ësculape (divinité), 100, 301. 

Ësmonnot, 118 

Espagne, 78, 81, 85, 89, 103, 141, 

Esquimaux, 95. 
Essarois (GdteHl'Or), 32. 
Essenheim (Hesse Rhénane), 113. 
Essieux, 148, 164, 171. 
Estampilles, 93. 
Esumus (divinité), 31. 
Esus (divinité), 33, 135. 
EUin,86, 135, 136,140. 
Etampes (Seine-et-Oise), 114, 170. 
Etaples (Pas-de-Calais), 120. 
Etats-Unis d'Amérique, 82. 
Etau, 44. 

Etoffes, 112, 132, 133, 148, 171, 172. 
Etrechy (Marne), 165, 168. . 
Etrurie (Italie), 94, 96, 160. 
Etrusques, 83, 84, 101, 153, 155, 

158, 159, 160. 
Etui, 93. 

Eubée (Archipel), 90. 
Eumènc, 191. 
Eure (Département de 1'), 37, 87, 89, 

101, 114, 121, 126, 140, 144, 149, 

168. 
Eure-et-Loir (Département d'), 51, 

50, 86, 87, 88, 119, 121, 123, 124. 
Eve, 94. 

Eventail, 44, 45. 
Ëvreux (Eure), 37, 114, 126. 
Ëxcideuil (Dordogne), 57. 
Ex-voto, 29, 30, 31, 35, 65, 67, 97, 

112, 115, 134, 138, 181. Voy. 

Dédicaces, 



Digitized by 



Google 



INDEX GENEKAL ALPHABETIQUE. 



235 



Evgenbilscn (Belgiaue), 152, 158. 
Eyres (Landes), 18d. 
Eyzies (Dordoj^^ne), 53, 59 



Fahlize (Belgiaue), 112. 

Faisan, 116, 128. 

Faivre, 102. 

Falaise (GaWados), 149. 

Faon (Finistère), 109. 

Faucilles, 78, 96, 112, 136, 138, 140, 

148. 
Faune (divinité, 120, 126. 
Faune quaternaire, 49, 55. 
Faussaires, 52, 91. 
Fausse monnaie, 186. 
Fausse-Rivière (près d'Aldsia, Cîôtc- 

d'Or), 107, 111. 
Faustine jeune, 177. 
Fauteuil d'osier, 46, 115, 116, 117. 
Faux, 88, 112. 
Faux-samien, 120. 
Fëcamp (Seine-Inférieure), 86, 87, 

121, 199 
Fenêtres, 86, 88. 
Fenouillet (Haute-Garonne), 155. 
Fer, 43, 69, 149, 151, 154, 156, 161, 

164, 165, 166, 168, 169, 173, 175, 

185, 186. 188. Voy. Artnes, épées, 

poignard», etc. 
Fer i cheval, 110. Voy. Hipposan- 

dales. 
Fermeture, 88. 
Fermoir, 178. 
Fertans (Doubs), 154. 
Fertd-Hauterive (Allier), 142. 



Ferligny (Marne), 155. 
" lilles • ' " 



Di- 



Feuilles de congé, 109. Voy. 
plâmes militaires. 

Feurs (Loire), 38, 125, 126. 

Feutre, 133. 

Fibrolithe. 64, 65. 

Fibules (agrafes), 70, 76, 79, 86, 89, 
90, 91, ^, 93, 95, 96, 97, 100, 102, 
104, 107, 108, 111, 128, 137, 140, 
141, 143, 147, 150, 151, 152, 153, 
154, 155, 156, 157, 158, 159, 162, 
164, 167, 168, 170, 171, 172, 173, 
174, 175, 176, 177, 183, 185, 186, 
203. 

Figurines en terre cuite, 114, 115, 
116, 117. 

Fils de bronze, 111, 137, 146,150,154. 



Filets, 136. 

Filigrane, 151, 178, 179, 184, 186. 
Filliriçes (Haute-Savoie), 142. 
Finistère (Département du), 59, 70, 

71, 72, 97, 109, 114, 146, 151, 155, 

177. 178. 
Fins-d'Annecy (Haute-Savoie), 88. 
Flagey (Doubs), 154. 
Flavigny (Côte-d'OrJ, 106. 
Fléau de nalance, 76. 
Flèches. Voy. Pointes de flèche, 
Florence (Italie), 54, 96. 
Florentinus, 38. 
Flottes romaines, 21. 
Flûtes, 91. 98. 123. 
Fonderie, 161. 
Fondeur. 137, 139. 143. 
Fontainebleau (Seine-et-Marne), 83. 
Forage, 90, 133. 

Forcïaz (La, Haute -Savoie), 37. 
Forgerons. 47. 103. 
Fortune (divinité), 34, 87, 117, 194, 

201. 
Fossiles, 49. Voy. Crânes et faune. 
Fouet, 34. 
Foulon, 44. 
Four à potier, 119. 
Fourche, 99. 
Fourdrignier, 171. 
Fourgon, 20, 193, 19t. 
Fourneaux, 99, 103. 
Fourreaux, 77, 78, 96, 97. 100, 109, 

112, 139, lU, 151, 154, 158. 167, 

169, 170, 174. 
Foyer, 110. 
Framée, 188. 
France. Voy. les noms des diflcrents 

départements. 
Francfort-sur-le-Mein, 144. 
Franche-Comté, 122, 157. Voy. 

Haute-Saône, Doubs, Jura. 
Francisques, 85. 188. 
François 1", 14. 
Francovée, 197. 

Francs, 186. Voy. Mérovingien. 
Frauenberg (Moselle), 123. 
Frédéric VII, 86. 
Freilaubersheim (Hesse Rhénane), 

186. 
Frémiêt, 130. 
Frère, 89. Voy. Hoxne. 
Freyming (Moselle), 123. 
Fridolfing (Wurtemberg), 186. 
Frontal (Trou du, Belgique), 53, 56. 
Frontal en or, 64. 
Prouard (Meurthe), 139. 
Fruits, 46, 47, 125. Voy. Pommes, 



Digitized by 



Google 



236 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



Fumcraull (Yonne), 53. 
FanéniUles, 74. Voy. Sépultures. 
Furfooz (Belgique), 54. 
Fusaïoles (pesons de fuseau), 91, 93, 

94, 95, 98, 104, 108, 136, 145, 156. 

198, 202. 
Fuseaux, 47, 91, 93, 98, 104, 136. 



Gabals, 119. 

Gâche, 105. 

Gaël (IUe-et-Vnaine)> ^^6. 

Gahten, 191, 192, 193. 

Galeries couvertes, 104. 

Galbai, 73. 

Galicie (Autriche), 93. 

Galles (René), 73. 

Gand (Belgique), 129. 

Ganymëde, 98. 

Gard (Département du), 29, 35, 36, 

88, 39, 47, 71, 78, 94, 130, 145. 

179, 181, 195. 
Garde -joues, 149. 
Garenne (La, Gôto-d'Or), 151, 155. 
Garin (Haute-Garonne), 197. 
Garonne (Département ae la Haute-), 

29, 30, 31, 32. 35, 38. 54, 56, 67, 

120, 121, 142, 145. 155, 197. 
Gaule. 86, 185, 147. Voy. France. 
Gaule cisalpine, 148. Voy. Italie. 
Gaulois, 22, 24, 44, 45, 46, 84, 104, 

105, 106, 113, 132, 157, 162, 167. 
Gavr'inls (Morbihan), 71. 72, 73. 
Géant, 196. 
Geminus, 44. 

Genabum. Voy. Cenabum. 
Genoy (Côte-d'or), 60. 
Gépides, 182. 
Gcr (Plateau des Hautes-Pyrénées), 

64, 203. 
Gerffovie (Puy-de-Dôme), 110, 122, 

Géromont (près Liège, Belgique), 124. 
Gers (Département du), 34, 70, 140, 

179. 
Gesoriacum (Pas-de-Calais), 21. 
Gimmeldinçen(Bavière Rhénane), 137. 
Gironde (Département de la), 30, 34, 

38, 115, 178, 197. 
Gissey-sur-Ouche (Côle-d'Or), 37. 
Gizeh (Egypte), 81, 84. 
Glaçure, 114, 119, 120. 
Gladiateurs, 84, 117, 120, 123, 128, 
. 191, 201. 



Glaire recourbé. 41. 

Glands, 136. 178. 

Glanon (Côte-d'Or), 119. 

Glanum Livii.- Voy. Saini-Rémy. 

Glan ville (Collection), 149. 

Godet, 166. 

Gagad Patereu, 93. 

Golasecca (Italie), 79, 83, 84, 100. 

Gonds de portes, 98. 

Gorge d'Enfer (Dordogne), 57.' 

Gorge-Meillet (Marne), 149, 171, 

172, 177, 178. 
Gorille, 53. 
Goths, 1»2. 183. 
Gouécourt (Vosges), 31. 
Gourdan (Haute-Garonne), 142. 
Gourdes, 75, 160, 200. 
6ourillach'-en - Plounevez - Locbrist 

(Finistère), 71. 
Gouvernail, 34. 
Goyel (Belgique), 59. 
Gradins, 125. 
Graochwyl (Suisse), 153. 
Grains de colliers, 52, 53. 56. 65, 

68, 71, 140, 154. 
Gramat (Lot), 140, 156. 
Grand (Vosges), 23, 201. 
Grande -Briere ( Loiro-InfériçHre ), 

178. 
Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) , 

68, 70. 
Granit, 72. 

Grannus (Apollon), 29. 
Grappes de raisin, 200. 
Grattoirs, 57, 59, 68. 71, 94, 132. 
Gratz (Autriche), 79. 
Gravures, 58, 59, 70, 71. 72, 73. 101, 

112, 153, 155, 156, 158, 160, 172. 

187.188. 
Gray (Haute-Saône^ 124. 
Gréau (Collection), 122, 125. 
Grèce, 77, 83, 84, 85, 90. 91, 94. 95, 

155. Voy. Archipel. 
Grelots, 151. 152, 154. 
Grenade (Espagne), 78. 
Grenaille de bronze, 137. 
Grenaillo de plomb, 123. 
Grenats, 78, 86, 182, 184, 185, 

186. 
Grenoble (Isère), 35, 38. 126, 186. 
Grenouilles, 128, ISO, 187. 
Grès, 67. 

Grésine (Savoie), 137. 
Griffons, 18. 24. 80, 98, 121, 155, 184, 

196 
Grille' 99, 110. 
Groenland, 95. 



Digitized by 



Google 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



237 



Groseau (Vaucluse). Voy. Matau- 

cène. 
Grozon (Jura), 123. 
Grue, 33. 

Guadeloupe (La, AnIiUes). 82. 
Gaern-en-Floch (CAles-du-Nord) , 

455. 
Guerriers. 33, 79, 83, 95, 100, 120, 

123, 130. 167, 188. 
Guerriers gaulois, 167, lÔl, 192, 196, 

201. 
Guerrier dit de Marathon, 83. 
Gui. 33, 34. 
Gury (Oise), 187. 
Gurzon (Creuse), 188. 
Guvansvennes (Doubs). 151. 
Gnzel-Hissar Asie Mineure), 193. 



H 

^abacuc, 187. 

Jlacbes en bronze, 77. 96. 100. 101, 

111. 136, 137, 138, 139, 140, 141, 
142. 145, 146, 157. 

Haches en cuivre, 140. 

Haches en fer, 44, 45, 94. 99. 104. 

112, 187, 188. Voy. Francisques. 
Haches en pierre, 51, 52, 55, 62, 

63, 64, 65, 66, 67, 68, 70, 78, 79. 

80, 81, 82, 83, 85, 86, 89, 90, 94. 

95, 96, 103, 132, 133, 141 . 
Haches emmanchées. Voy. JBmman- 

ehure. 
Haches gravées, 69, 71, 73. 
Haches percées, 67. Voy. Forage. 
Hadrumète (Tunisie), 91, 92. 
Haguenau (Bas-Rhin), 151, 154. 
Halle (Saxe), 78. 
Hallein (Autriche), 79. 
Hallstalt (Autriche), 78, 79, 82, 85, 

149,150, 151, 154, 156, 157, 183. 
Hameçons, 91, 93, 136, 140, 143. 
Hampe de lance, 100. 
Hampe de pUum, 113. Voy. Pilum. 
Hàmy (T.), 54. 
Han du Diable, comte de Bussy-Ie~ 

Château (Marne), 164. 
Hanovre, 70, 77, 96, 145. 
Harnachement, 41, 86, 139, 170, 185. 
Harpons, 57, 58, 95. 
Hâfsi-Rhatmaïa (Algérie), 82. 
Hastîère (Belgique), 59. 
Heidolsheini (Bas-Rhin), 177, 178. 
Hellouin (X.), 74, 102. 



Hérault (Département de 1'), 86, 89, 
184,185. 

Herculanum (Italie), 84. 

Hercule, 31, 34, 35, 43, 77, 95, 96. 
98,99, 100, 117,123,125, 201. 

Hercule Sax&nus, 31,43. 

Hérisson. 50. 

Hermaphrodite, 125, 202. 

Hermès (Oise). 37. 

Herminette, 88. Voy. Haches. 

Herse, 99. 

Hesdigncul (Pas-de-Gâlaib), 51. 

Hespérides, 99. 

Hesse, 32, 33, 35, 38. 41, 43, 46. 53, 
62, 77. 80, 86, 93, 94, 97, 98, 99, 
105. 109, 112, 126, 129, 145, 148, 
152, 153, 155, 158, 159, 160, 171, 
176. 186, 199, 201. 

Hibou, 121. 

Hildesheim (Hanovre), 62, 76, 77. 

Hillion (Gôles-du-Nord), 83. 

Hippocampe, 159, 160, 196. 

Hippopotame, 49, 53, 128. 

Hipposandales, 46, 86, 111, 112. 

HissarKk (Asie Mineure), 94, 198. 

Historique du château de Saint-Ger- 
main, 14. 

Hochfelden (Bas-Rhin). 185. 

Hollande, 34 35. 

Holstein, 77. 

Hombourg (Hesse), 86. 

Hongrie, 78, 79, 80, 90, 100, 141, 
182. 

Hoxne (Angleterre), 60, 89. 

Hradiste (Bohême), 161. 

Humes (Haute-Marne), 145. 

Huns, 183. 

Huos (Haute-Garonne), 31. 

Husillos (Espagne), 102. 

Huy (Belgique), 112. 

Hyène, 60. 

Hyères (Iles d', Var), 30, 82. 



I 



fdaea mater, 30. 

Idole péruvienne, 91. 

Igel (près Trêves, Prusse Rhénane), 

98. 
Igharçhar (Algérie), 82. 
Ilixo (divinité), 30. 
m (Alsace), 187. 
Ille-et- Vilaine (Département de 1*), 

38, 13S, 155, 185. 

14 



Digiti-zecl by 



Google 



238 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



Imbros (Archipel), 83. 

Imola (Italie), 90. 

Incinération, 42, 70, 94, 147, 156, 161. 

Incisions, 51. Voy. Gravures. 

Incrustations, 79, 85, 97. Voy. Da- 

vrxitquinure. 
Inde, 65, 135. 
Imttens, 82. 
Indo-Gbino, 135. 
Indre (Déparlement de F), 28, 42. 
Indre-ot-Loire (Département de T), 

52, 68, 70, 140, 145. 
IngwHIer (Bas-Atiin), 130. 
Inhumation, 43, 70, 147, 154, 156, 

161, 102. 
Inscriptions, 15. 17, 21, 22, 28, 29, 
34, 35, 36, 37, 38, 41, 45, 47, 71, 
83. 84. 87. 89, 90, 91, 93. 101, 
105, 100, 118, 116, 117, 119, 127, 
129, 165, 177, 181, 185. 188, 193, 
196. 
Inscription celtibérienne, 84. 
Inscriptions celtiques, 36, 113, 195, 

197. 
Inscriptions irrecques, 29, 83, 90, 91, 

101, 105. 
Inscription hébraïque, 17. 
Inscriptions sur vases et terrps 
cultes, 87, 101, 116, 117, 119, 127, 
129, 165, 201. 
Instruments de chirurgie, 200. 
Irisation, 124, 126. 
Irlande, 89, 96, 197. 
Isère (Département de 1'), 35, 38, 
47, 67, S, 88, 94, 115, 117, 120, 
126, 187, 140, 152, 181, 186, 201. 
Isocraie, 133. 

Italie, 17, 18, 19, 20, 21, 25, 36, 77, 
81. 83, 84, 85, 87, 90, 92, 93, 94, 
95,96. 97,100, 101, 102, 123,131, 
136, 139, 150, 152, 153, 160, 187, 
191, 192, 195, 198. 
Ituréens, 42. 
Ivoire, 59, 78, 79, 95, 96. 
Ivrée (Italie), 102. 
Ivry (CÔte-d'Or), 151. 



J 



Jade et jadéite, 61, 64, 65, 67, 08, 
80, 82, 83, 90, 132, 133, 134. 

Jaircrswciler (Suisse), 158. 

Jais ou Jayet, 71. 89, 98, 107, 154, 
156, 157, 159, 165. 

Jambières, 84, 155. 

Jansicrs (Bas'scs-Alpes), 15C. 



Janzé (collection), 121. 

Jargeau (Loiret), 36,99. 

Jason, 95. 

Jaspe. 57, 59, 90. 

Java (Océanîe), 00. 

Javelots, 103, 111, 112, 113, 168, 170, 

171, 172, 173. 189. 
Jcsus-Ghrlst, 197. 
Jonas, 197. 
Jonclienr-sur-Suippes (Marne), 127, 

173, 174. 
Jongleur, 100. 
Joueur de balle, 100. 
Jouv*le-Gomte (Seine-ot-Oise), 184. 
Jublains (Mayenne), 24. 
Jugulaire, 109, 111. 
Julianus, 47. 
Julia Paulina, 38. 
Julius Florus, 22. 
Julius Martianns, 38. 
Junon, 31, 33. 35. 
Jupiter, 25, 29, 33, 34, 35, 98, 117, 

125, 128, 181, 201. Voy. DUpater, 

DoHchenuê. 
Jura (Département du), 94, 123, 139, 

140, 141, 143, 144, 145, 150, 154, 

156, 160, 161, 178, 189. 
Justice (Dolmen de la, Selne-et- 

Oise), 66. 
Jusdn, 181. 
Justinien, 181. 

K 

Kabyles, 91, 92. 
Relier, 131, 133. 
Kerkado (Morbihan), 63. 
Kenradel (Finistère), 72. 
Kervazouen (Morbihan), 177, 178. 
Kerviltré (Finistère), 146, 155. 
Khjimissa (Algérie), 88. 
Kiôkkenmoddings, 97, 101. 
Koban (Caucase), 82, 101, 102, 183. 
Kondourmapouk, 91. 
Korkono. Voy. Krukenho, 
Kreuznach (Prusse Rhénane), 152. 
Kruguel (Morbihan), 70. 
Krukenho (Morbihan), 69. 



Laconîe (Grèce), 95. 

Lacustres (Stations;, 20, 20, 101, 111, 

112, 131, 13J, 133, 131, 135, 130, 

137, 148. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



239 



Lafaye (Tam-et-Garonne), 60. 

Lahé (déesse), 30, 35. 

Laie, 122. 

Lambèse (Algérie), 102. 

Lames de silex, 53, 55, 56, 57, 59, 

70,71,82. 
Lames die poignard. Voy. Poignards. 
Lampes, 43, 84, 85, 86, 87, 88, 90, 

91,. 92, 93, 101, 122, 128, 201, 202. 
Lances. 21, 33, 34. 41, 52, 56, 66, 

68, 71, 78, 85, 95, 96, 100, 110, 

111, 173, 188, 189. Yoy. PoinUt 

de lance. 
Lapcettes, 129. 
Landes (Département des), 54, 68, 

80, 91, 155, 157, 186, 197. 
Landouzy-)a-Ville]Aisne), 126. 
Langenlonsheim (Prusse Rhénane), 

112. 
Langres (Haute-Marne), 28, 44, 148, 

203. 
Langues de chat, 52. 
Upins. 115, 116, 117, 123, 12^. 
Lapons, 93. 
Laraire, 115, 125. 
Lares, 28, 125. 
Larmes de rerro, 127. 
Lamaud (Jura), 139, 141, 145. 
Urtet (E.), 14, 50, 68. 
Latium (Italie), 101. 
La Tour d'Auvergne (Puy-de-Dôme), 

93. 
Laugerie-Basse (Dordogne), 58. 
Laugerie-Haute (Dordogne), 57. 
Laumes (Plaine des, Gôte-d'Or), 106, 

107, 110. 
Laurium (Grèce), 85. 
Lausanne (Suisse), 32. 
Lavaratus (divinité), 31. 
Lecloure (Gers), 34. 
Légions romaines, 40,41, 43, 105, 1C9, 

195. 
Leherennus (divinité), 32. 
Léopard, 128. 
Lepic (Vicomte), 49, 136. 
Lépine jMarne), 120. 
Léry (Bure), 32. 
Levallois (Seine), 53. 
Lezoux (Puy-de-Dôme), 33, 35, 198, 

200, 201. 
Leugny (Vienne), 68. 
Leyde (Hollande), 34, 35. 
Ucou, 93. 

Liège (Belgique), 54, 124. 
Lierre, 122. 
Lieue gauloise, 39. 
Lièvre, 47, 129, 130, 153. 



Lifremont (Seine-Inférieure), 35. 
Lignite, 151, 154, 158, 159. 
Lillebonne (Seine-Inférieure), 44, 

121, 123, 125, 12a, 196. 
Limoges (Haute-Vienne), 38, 47. 
Lin, 81, 132. 
Linceul de momie, 92. 
Lingots, 104, 139, 177, 178. 
Lion, 18, 31, 35, 40, 49, 115, 117, 

120, 128, 130, 153, 158, 184, 187, 

196. 
Lionne, 121. 

Lisières (Deux-Sèvres), 70. 
Lissoirs, 108, 133. 
Lit, 42. 
Uvie, 20. 

Livres de beurre, 70. 
Lizy (Aisne), 185. 
Lochrist (Finistère), 71. 
Locras (Suisse), 133. 
Loire (Département de la], 125, 126. 
Loire (Département de la Haute-), 

37, 38. 45, 152. 
Loire-Inférieure (Département de la), 

63, 93, 142, 144, 145, 155, 178. 
Loiret (Département du), 36, 38, 86, 

89, 99, 114, 123, 144, 200. 
Loir-et-Cher (Département du) , 35, 51 , 

54, 75, 86, 87, H5, 120, 121, 124, 

125, 127, 129, 139, 143, 145. 149. 
Lokmariaker (Morhihan), 63, 64, 65, 

67, 71. 
Lombardie (Italie), 84. 
Lombards (Bijoux), 152, 187. 
Lombrive (Aricge), 63. 
Londinières (Seine-Inférieure), 187. 
Longinus, 38. 
Longwy (Moselle), 122. 
Lons-le-Sauln'er (Doubs). 203. 
Lot (Département du), 37, 42, 59, 

105, 122, 127, 144, 150, 156. 
Lot-et-Garonne (Département de), 

121i 185. 
Lotophages (Ile des), 81. 
Louis (Saint), 14. 
Louis XIV. 14. 
Loups, 58, 60. 
LoMr, 99. 
Loutre, 58. 
Louve, 84, 149. 
Lozère (Département de la), 70, 71, 

98, 115, 119, 143. 
Lubersac (Corrèze), 119. 
Lune, 109. 

Lutteurs 77, 123, 201, 202. 
Luxembourg, 123. 
Luynes (Duc de), 30, 82. 



Digitized by 



Google 



210 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABETIQUE* 



Luzieau (Aisne), 187. 

Lyaudy (Haule-Savoic), i21. 

Lyon (Rhône), 35, 36, 37, 3S, 45, 47, 

86, 87, 96, 116, 120, 121, 123, 

126, 179, 181. 
Lyre, 33, 87, 158. 



M 



Macédoine, 77, 95, 131. 

Machines de guerre, 19, 20, 105. 

Voy. Balittes, catapuUet, onagre, 

scorpion. 
Mâchoire, 54. 

Mackenheim (Bas-Rhin), 183, 185. 
Mackenzie (rivière), 95. 
Mâcon(Saônc-ol-Loiro),97,123, 158. 
Maçonnais, 93, lil. Voy. Saône-et- 

Loire, 
Madeleine (La, Dordogne), 57, 59. 
Madrid (Espagne), 84, 125. 
Maél-Peslivien (Cdte)-du-Nord), 151, 

155. 
Magny-Umbert (Côte-d'Or), 150, 

151, 157, 178. 
Maillet, 44, 126. 
Main, 58, 72, 116. 
Mai ne-6t> Loire (Département do), 

51, 63, 87, 115, 126. 
Maismy (Oise), 67. 
Maître (Abel), 66, 167. 
Majurrus (divinité), 31. 
Malaucène (Vauclusp), 36. 
Malmaison (Aisne), 30. 
Mulmaisoii (Meuse), 45. 
Mamelles, 32. 
Mammouth, 49, 51, 52, 53, 54, 55, 

58, 59, 60. 
Manche (Département de la), 36, 139, 

144. 
Manche de couteau. Voy. Couteaux, 
Manche do faucille, 138. Voy. ¥aU' 

cUles. 
Manche de francisquo, 188. 
Manche de hache. Voy. Emman- 
chure. 
Manche de patcre, 122. Voy. PaUre. 
Manche de poignard, 58, 109, 150, 

169, 170. Voy. Poignard. 
Manchon de fer, 91. 
Mandach (Argovie), 112. 
Mandeure (Doubs), 97, 121, 125, 128. 
Mané er-H^Rœck (Morbihan), 63, 64, 

67, 68, 72. 



Mané-Lud (Morbihan), 72, 73. 

Mans (Le, Sarthe), 129. 

Mantes (Seine-et-Oise), 17. 149. 

Marais Pontins, 19. 

Marbre do Thorigny (Manche), 36. 

Marchand de pommer, 47. 

Marchands de vins, 47. Voy. Caba- 
relier. 

Marché-Ie-Put (Somme), 185. 

Marottes (Seine>Inférieure), 62. 

Mariette-Pacha, 84, 94. 

Mario, 22. 

Marins, 113. 

Marly-Ie-Roi (Seine-et-Oisc), 65. 

Marmite, 93. 

Marne (Département de la), 27, 30, 
52, 75, 76, 86, 87, 97, 98, 115, 
120, 122, 123, 125, 127, 129, 148, 
153, 155, 162, 163, 164, 165, 160, 
168, 169, 171. 172, 173, 174. 175, 
177, 178, 179, 185, 187, 188. 

Marne (Département djB la Haute-), 28, 
35, 52, 145, 148, 155, 159, 165,179. 

Maroc (Afrique), 89. 

Marosallonses, 36. 

Mars (divinité), 18, 30, 31 32. 33, 
34, 76, 95, 99, 100, 109. 123, 179, 
194. 

Mars Arixo, 30. 

Mars Bolvinnus, 31. 

Mars Caturix, 32. 

Mars Lcherennus, 32. 

Mars VorocittS, 32, 109. 

Marsal (Meurthe), 36. 

Marseigne (Allier), 178. 

Marseille (Bouches-du-Rhône), 39, 
155, 180. 

Marson (Marne), 165. 

Marsyas, 200. 

Marteaux, 29, 44, 46, 47, 62, 63, 83, 
86, 87, 89. 90, 99, 101, 110, 126, 
132, 133, 136, 139, 141, 142, 143. 

Marteau de porte, 87. 

Marteau-hache, 90, 133. Voy. Hochet. 

Marlianus, 38. 

Martre, 50. 

Mas d'Aire (Landes), 197. 

Masava. 32. 

Mascarons, 126, 127. 

Masques, 24, 77, 123, 124, 179. 

Massât (Ariège), 58. 

Massues, 80, 93, 132. 

Mater Idaea, 30. 

Matrones, 30. 

Maure-de-Bretagne (Illc-et- Vilaine)» 
138. 

Mausolée, 24. 



Digitized by 



Google 



INDEX r.ÉNBRAfL ALPHABÉTIQUE. 



Ui 



Maximin, 39. 

Mayence (Hesse Rhdnane), 30, 32, 

33, 35, 38. 41, 42, 43, 46, 47, 77, 

86, 97. 98, 99, 105, 109, 110, 

129, 148, 149, 15i, 155, 159, 161. 

176, 186. 194, 199, 201. 
Mayenne (Département de la), 24, 

93 
Mayiial (Jura), 189. 
Mecklembourg, 77. 
Médailles. Vuy. Monnaies. 
MédaiUons, 117, 123, 127, 200. 
Médecins, 45, 129, 177. 
Méduse, 76, 94, 123, 127, 197 
Mégalithiques (Monuments), 61, 62, 

70, 97. Voy. Dolmens, menhirs. 
Mélois4>y (Côte-d'Or), 150, 151. 
Mcnchecourt (Somme), 51, 70. 
Menhirs, 61, 62, 67. 71« 72, 73. 
Menimani, 46. 

Menton (Alpes-Maritime6),59, 87. 94. 
Mercey - sur - Saône (Haute - Saône). 

149, 152, 176. 
Mercurago (Piémont), 136, 137. 
Mercure (divinité), 27, 28, 32, 33, 

35, 73, 76, 84, 115, 117, 122, 123, 

124,126, 194,199,201. 
Mercure Atesmerius, 28, 76. 
Mprcure barbu, 27. 
Mercure Dumias. 124. 
Mérimée (P.), 71, 72, 112. 
Mérouville (Eure-et-Loir), 88, 121, 
Mérovingiens (ObjeU), 81, 85, 94, 

100, 176, 181, 182, 183, 186, 187. 
Mesnil-Bruttel (Somme), 66, 69. 
Mesves (Nièvre). 32. 
Mesvrin (Saône-et- Loire), 32. 
Métallurgie (Origine de la). 102. 
Métaux, 70, 102,147. 
Métiers, 44. 47, 98, 137. 
Metz (Moselle), 35, 36. 38. 46, 124. 
Meubles à volets, 34, 35, 38. 39, 41, 

47, 102, 141, 156, 165, 167. 
Meudon (Seine-et-Oise), 64. 
Meulan (Seine-et-Oise), 97. 
Meules, 66, 68, 75, 62, 133. 
Meurthe (Départoment de la). 31. 36» 

43. 46, 114, 139, 142, 158. 
Meuse (Départoment de la), 45, 86, 

98, 108, 122, 123. 
Mexique (Amérique), 92, 95. 
Milagro (Espagne), 141. 
Milan (ItaPie), 21, 95. 
Mille romain, 39. 
MiUefiori, 108, 127. 
Millet (Eugène), 14. 
Millet, 130. 



Milo (Archipel), 90. 

Mines, 79, 85. 

Mine» de sel, 79. 

Minerve, 33, 35, 77, 115, 117, 121, 125, 

201, 202. » 
Miroirs, 88, 96, 97, 196, 201. 
Missouri (Etats-Unis), 95. 
Modèue (Italie), 90. 
Modestus, 43. 
Mœringen (Suisse), 138, 139, 141, 

142, 143. 
Molasse, 133, 136. 
Molette, 88. 
Momie, 92. 
Monceau- Laurent (Côlo-d'Or), 29, 

150. 
Monceau-Milon (Côt<)-d'Or), 15G. 
Monnaies (ateliers monétaires), 43, 

181. 
Monnaies, 15, 43, 66, 96, 102, 107, 

108, 137, 147, 157, 176, 177, 178, 

179, 180, 181, 183, 186, 188. 
Monnayers, 181. 
Monsheim (Hesse-Darmstadt), 62, 

148. 
Moiitaigle (Belgique), 59. 
Moutargis (Loiret), 144. 
Montaud (Gers), 179. 
Montbéliard (Doubs), 96. 
MoiH-Berny (Oise), 118. 
Mont-Beuvray (Nièvre), 99, 103, lOi. 

105, 112. 179. 
Mont-Chyprès (Oise), 121, 129. 
Montdidier (Somme), 188. 
Monldragon (Vaucluse), 167. 
Monte Aperlo (Toscane), 51. 
Moniclimart (Drôme), 30. 
Montgaudier (Gharonle)> 57. 
Montguillàin (Oise), 52. 
Montpellier (Hérault), 86. 
Montreuîl (Seine), 53. 
Montriohard <Côto-d'Or), 151. 
Mont-Saint-iean (Sar(he), 45, 196. 
Moni-Saint-I^ichel (Morbihan), 65, 

67. 
Mont-Saugeon (Haute^^Marnc), 156. 
Monuirtal'des Jules. Voy. Saint- 

Monumchts mégalithiques. Voy. Mé- 
galithiques. 

Mm rat (Suisse), 38. 

Morbihan (Département du), 62, G3, 
Oi, 65, 67, 68, 69, 71, 72, 73, 86, 
140, 144, 157, 177, 178. 

Morcau (Fréiléric), 186, 187. 

Morol (Léon), 165. 

Morphée (divinité), 125. 

14. 



Digitized by 



Google 



U'I 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTfUUE. 



MoP8, 86, 96, 140, 439, 142, 155, 164, 

170, 171, 187, 202. 
Mosaïques, 22, 23, 102, 118, 195. 
Md^elle (Département de la), 36, 38, 

99, 122, li3, 124, 130, 145. 
Moules, 77, 93, 101, 108, 116, H7, 

119, 120, 128, 137, 138. 139, 140, 

142, 145, 185, 186, 198. 
Moulins (Allier), 43, 120, 125. 
Moulin-Quignon (Somme), 51. 
Mouriès (Bouches-du-Rhdne), iO§, 

199. 
Mousses polaires, 77. 
Moustier (Dordogne), 53, 55, 90, 
Moutons, 117, 132. 
Moyeux, 88, 16*, 170. 
Mules et mulets, 44, 98, 99. 
Mulot, 50. 

Munich (Bavière), 28, 77. 78, 149, 186. 
Munster (Westphalie), 62. 
Murs gaulois, 104, 105, 108. 
Murs vitrifiés, 94. 
Murcens (Lot), 105, 108. 
Muret, 118. 
Murviel (Hérault), 89. 
Musiciens, 42, 45, 120. 
Myard (Côte-d'Or), 87. 
Mycènes (Grèce), 83. 
Myons (Doubs), 154. 
Mythologie gauloise, 27 et suîv., 

114 et suiv. 



N 

Nacelle (Haches à), 63, 96. 
Nahe (rivière), 112. 
Naix (Meuse), 123. 
Nancy (Meurthe), 46. 
Nantes (Loire-Inférieure), 142 
Naples (Italie), 84,93,96. 
Narbonne (Aude), 35, 38, 47, 197. 
Narcisse (?), 1^5. 
Nassau, 41, if, 77, 153. 
Naulette (La, Belgique). 54. 
Navette, 97. 

Navigation. Voy. Pirogues. 
Navires de guerre, 21. 
Néanderthal (Prusse Rhénane), 153. 
Nègre. 125. 
Némée (Grèce), 117. 
Némétiales (Maires), 35. 
Nemetona (divinité), 32. 
Néphrite, G8, 82. 
Neptune (?),34,196. 



Néris (Allier), 28, 91, 115, 117, 125, 

194, 195, 201. 
Néron (Grotte de, Ardèche), 59. 
Néron, empereur, 195. 
Nertschînsk (Russie), 83. 
Neuchâtel (Suisse , 20, 109, 112, 

126, 132, 133, 138, 139, 142, 144, 

176. 
Neuvy-Deux-Clocliers (Cher), 91. 
Neuvy-en-Sullias (Loiret), 36, 99, 

200. 
Neuvy-snr-Baraogeoii (Nièvre), 33, 

35. 
Neuwied (Prusse Rhâiane), 32, 76. 
Nevers (Nièvre), 83, 35. 
Nexon (Haute-Vieone), 155 • 
Niche, 116. 
Nidda (Hesse), 77. 
Niederstotxingen (Wurteinberg),186. 
Nierstein iHesse Rhëoaoe), 152, 

158. 
Nièvre (Département de la), 15, 31, 

32, 33, 35, 45, 54, 63, 99, 103, 

104, 105, 112, 123, 158, 179. 
Nimègue (Hollande), 35. 
Nîmes (Gard), 29, 35, 36, 38, 47, 

130, 179, 181. 
Niort (Deux- Sèvres), 64. 
Nogent-6ur-Seine (Aube), 120, 121, 

168. 
Noix, 116. 

Nonnenbruch (Bas-Rhin), 155, 159. 
Nord (Département du), 87, 123, 

129. 
Nordendorf (Bavière), 186. 
Norique jAutriclie), 42. 
Normandie, 140. Voy. Calvados, 

Eure, Manche, Orne, Seine-In- 

férieure. 
Norroy (Meurthe), 31, 43. 
Norvège. 93. 96. 

Notre-Dame-de-Laval (Gard), 195. 
Notre-Dame-d'Or (Vienne), 141. 
Notre-Dame-du-Baserl (Haute-Ga- 
ronne), 31. 
Nouvelle-Calédonie (Océanie), 80. 
Nouvelle-Guinée (Océanie), 131, 134. 
Nouvelle-Zélande (Océanie), 80. 
Novaro (Italie), 36. 
Noyons (Oise), 67. 
Nucleus, nuclei, 67, 68, 70, 90. 
Nuit (divinité), 23. 
Numismatique, 176. Voy. Monnaies. 
Nuremberg (Bavière), 80. 
Nymphe (divinité), 99. 
Nyon (Suisse), 93. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



243 





Oberolm (Hesse Kliënanc), 77. 9i. 

Obsidienne, 90, 95. 

Ocoanie, 80, 131, 134. 

Oculistes, 45, 129, 130, 200. 

Œil 98 

ŒnMshôë, 88. 122, 129, 148, 152, 

153, 158, 159. 160, 161, 171, 172, 

188. 
Œuf, 43, 116, 171. 
Oj-haro, 197, 

OiMf (Dt^îMrtcmf^tit de 1'), 27, 31, 37, 
43. 45, 51. 61, <i7, 75, 76, 81,85, 
tiU, 87. K8, hv, 97, 98, 99, 106, 
108, Hfl, m, 131,122,123, 124, 
125, 137, lt3, 129, 130, 137, 139, 
iM, Hvi, 170, ill, 178, 179, 184. 
185, 187, im, 1ÏI6, 200. 

Otieaiix^tS. 30, ol, 46,79, 84, 86, 
90. iiU, 117, lii), 128, 140, 146, 
iî"ï3, 171, lfi&, 1»6, 187. 

Oliyes, 177. 

Olmo (Toscane), 54. 

Olympie (Grèce), 155. 

Onaere (machine de guerre), 20, 

105, 110, 193, 194. 
Onyx, 90. 

Oppermann (Collection), 124. 
Oppidum, oppida, 112. Yoy. Murt 

gaulois* 
Or (Objets en), 78, 79, 85, 89, 90, 

96, 100, m; 143, 145, 146, 148, 

149, 151, 152, 153, 159, 160, 166, 

171, 172, 176, 177, 178, 179, 180, 

182, 184, 185, 186, 187. 
Orange (Vaucluse), 21, 22, 23, 43, 

87, 88, 89, 94, 114, 120, 121, 124, 

129, 137, 176. 
Orateur (?), 100. 
Ordisan (Hautes-Pyrénées), 92. 
Oreilles, 98. 
Oreillettes, 140, 143. 
Oreste, 102. 
OreTaius (divinité), 32. 
Orfèvrerie mérovingienne, 182. Voy. 

Mérovingiens. 
Orgon (Vaucluse), 195. 
Orléans (Loiret), 36, 38, 99. 
Orne (Département de 1'), 86. 
Orphée, 122. 



Ose (ruisïeiiiip 106. 

Oseraio (j<iiïs5il'uii}, 106, 110. 

Os et osseinonip, 43, 49, 51, 56, 73, 
85, 92, D7, y8, 109, 110, 123, 130, 
131, 133, 151, 152,158, 165,166, 
170, 171, ] 73; 185, 186, 188. 

Os brisée, ât>. h,t. 

Os incisés, 51, 151. Voy. Gravures» 

Os percés, 58, 167. Voy. Amulettes, 
pendeloques. 

Osier. Voy. Fauteuils d^osier, 

Ouargla (Algérie), 82. 

Ours, 18, 49, 57, 60, 65. 

Outils en fer, 196. 



Paetus, 192. 

Pagus Deobensis, 38. 

Paillasson, 133. 

Pain, 92. 

Pains en terre réfractaire, 105. 

Palafittes. Voy. Lacustres. 

Palatin (Mont, à Rome), 195. 

Palatinal de Bavière, 126, 145. Voy. 

Bavière. 
Palefrenier, 45. 

Palestine (Turquie d'Asie), 42, 89. 
Palettes en marbre, 88. 
Pamproux (Deux-Sèvre»), 70. 
Panthères, 117, 121. 
Paons, 117, 12i, 128. 
Paniers, 46, 92, 166. 
Panthère. 201. 
Papous, 131. 
Parasite, 116. 
Parasol, 83. 
Paray-le-Monial ( Saône-et-Loire), 

186. 
Parazonium, 109. 
Paris (Seine), 28, 29, 30, 33, 41, 44, 

52. 58, 87, 115, 119, 121, 128, 137, 

139, 198. 
Parme (Iulie), 90. 
Parmesan (Italie), 101. 
Parthamasiris, 20. 
Parthamaspates, 18. 
Pas-de-Calais (Département du), 51» 

53, 81,97, 120, 121, 129, 144, 185, 

187. 188. 
Passe-lacet, 93, 166. 
Passoires, 78, 86, 108, 201. 
Pasteur, 197. 
Pâtes médicinales, 129* 



Digitized by 



Google 



2i4 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



Palères, 37, 40, 77, 78, iOO, 101, 
116, 122. 

Patine, 52, 53, 57, 60, 6i, 138, 179. 

Pauliaa, 38. 

Pavois, 125. 

Pays-Bas. Voy. Belgique, Hollande. 

Peaussier, 44. 

Peccatel (Mecklcmbourg), 77. 

Pécheur, 197. 

Pecg (Le, Seine-et-Oise), 53, C5. 

Pégase,* 22. 

Peignes, 35, 78> 85, 86, 90, 91, 98, 
99,100, 133,145.185.188. 

Peignes pour le cliaoTre, 99. 

Peintre en bâtiments, 45. 

Pelles, 98, 99, 102. 104. 

Pelote de laine, 47. 

Pelotoa de 01, 134. 

Pendeloques, 57, 58, 63, 66, 68, 71, 
77, 78, 79, 86, 89, 96, 97, 98, 108, 
109, 133, 136, 140, 141, 142, 143, 
145, 151, 152» 154, 156, 157, 158. 
466, 467, 470, 471, 176, 178, 484. 
Voy. Amulettes. 

Péno de serrure, 430. 

Penguilly l'Haridon, 402, 476. 

Penhoet (Loire-lnfërieure), 63, 445. 

Pennevelle (Gôte-d'Or), 406. 

Pensylvanie (Amérique), 82. 

Pépites d'or, 478. 

Perçoirs, 55, 57, 59, 68. 

Percuteurs, 66, 67, 408, 433. 

Perles, 66, 68, 71, 85, 89, 91, 402, 
404, 408. 445, 446, 150, 151, 1.54, 
456, 457, 458/ 469, 466, 470, 472, 
475. 17fl, !83, 18H. Yoy. Ambre. 

Ptjrks en os, 7!, 10*, 445. 454, 456. 

Pérîi^ueuK (Duidâ^^në), 29, 30. 

Pérou (Aindriquo), Ul, 95. 
Vérouae {llnUe), Hi, îM), 95, 96. 
l'rrropBfi [La, Cûtti-J'Or), 150. 
Torse, 155. 

Pesons de fuseau. Voy. Fusaîolet. 
Pesons do métiers, 85, 136. 
Pelit-Aspergle (Wurtemberg), 88, 

451, 161. . 
Petit-Mont (Morbihan), 72. 
Petit- Villatte (Cher), 137. 
Pétrosilex, 90. 

Peurichard (Charonte-Infér. , 6i. 
Phalères, 40, 41, 79. 138. 
Pharmacie, 44. 
Phénicie, 135. 
Philippe de Macédoine, 180. 
Philostrate, 104. , 



Phocée (Asie Mineure). 180. 

Phoque, 180. 

Picquigny (Somme), 63. 

Pics, 63, 107. 

Pied-de-biche, 188. 

Piémont (Italie), 427, 436, 437. 

Pierre écrite (Nièvre), 45. 

Pierre polie, 50, 64, 67, 70, 74, 78, 

85. 86, 89, 90, 97, 434. 432, 434, 

444. . 
Pierre Sainte-Radegonde (Somme), 

66. 
Pierre taillée, 50, 54, 52, 53, 54, 55. 

56, 57, 58, 83, 89. Voy. Haches, 

sUex. 
Pierre Turquaise ( Seine-et-Oise), 

71. 
Pierres à aiguiser, 79, 88, 100, 133, 

155. 
Pierres de foudre, 65. Voy. Haches, 

pierre polie. 
Pierres gravées, 70, 72, 478, 479. 
Pierres-Plates (Allée couverte des, 

Morbihan), 74, 72. 
Pigeons, 416, 447, 428. 
Pilon (Loire-Inférieure), 442. 
Pilons, 81, 88. 
Pilotis, 20, 131, 134, 136. 
Pilum, pila, 24. 41, 42,. 105, liO, 

111, 142. 112. 188. 
Pinces et pincettes, .44, 46, 86, 89, 

97, 99, 104, 408, 429, 472, 185. 
Pioche, 99. 

Pirogues, 19, 20, 21, 05, 102, 109. 
Piton, 464. 

Placard (Le, Charente), 57, 
Plaid, 22, 447, 467. 
Plantade (La, Tàm-ét-Garonne), 60. 
Plaques de poitrine, 44. Voy. PAa- 

lères. 
Plateaux (Silex des), 50, 54. 
Plats et plateaux, 76, 79, 80, 92, 

403, 421, 422, 148, 458, 479, 487. 
PIcctre, 28. 
Plénise (Jura), 478. 
Pleurs (Marne), 465. 
Pliant, 85, 88. 
Plomb, 42, 43, 85, 87, 98, 404, 423 

427. 437, 442, 495, 202. 
Plougrescant (Côtes-du-Nord), 444. 
Plouharnel (Morbihan), 64, 457. 
Pluton, 425. Voy. Dispater. 
Poêle, 76. 
Pogamogan, 95. 
Poids, 76, 87, 433, 201. 
Poids de métiers. Voy. PescM. 
Poignards en bronze, 74, 72, 77, 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



215 



80, 83, 90, 91, 95, lOi, 408, lli, 

14i, lie, 156, 158. 
Poignards en fer, 41, 70, 77, 78, 79, 

80, 93, 94, 109, 110, 111, 112, 

150, 154, 158, 169, 170, 183, 199. 
Poignards anthropoïdes, 109, 199. 
Poignée de clef, 130. 
Poignée d'épée, 78, 90, 105, 109, 

111, 138, 445, 150, 156, 187, 

188. Voy. ÈpéôB. 
Poinçons, 63, 64, 65, 91, 97, 102. 

107. 108, 132, 140, 142, 200. 
Pointes, 52, 53, 56, 86. Voy. les 

suirants. 
Pointes de flèche, 56, >57, 58, 66, 
' 68, 71, 72, 76, 82, 83, 85, 89, 90, 

94, 95, 96, 107, 108, 111, 133, 

136, 140, 143, 154. i85, 189. 
Pointes de lance, 52, 56, 68, 61, 78. 

85, 95, 96, 100, 111, 112, 136, 137, 

138, 140, 14;^, 157, 160, 168, 170, 

171, 172, 174. 189. 
Poissons, 58. 

Poissy <Seine-el-0i8e), 53, 93. 
PoiUers (Vienne), 28, 35, 38. 76, 

115, 125, 177, 186, 188, 200. 
Poussoirs, 66, 68, 60, 71, 133. 
PoUux, 33, il7, 180. 
Pologne, 00, 94, 96. 
Polypiers, 52, 53. 
Ponimes, 33, 34, 35, 47, 96, 136. 
Pommes de pin, 114. 
Pommiers (Aisne), 107. 
Pomone (divinité), 126. 
Pompe, 19. 
Pompéi (Halle). 87. 
Pont du Rhin, 110. 
Pontil (Hérault), 63. 
Pontlevoy (Loir-et-Cher), 53. 
Pontpoint (Oise), 144. 
Porc. Voy. Coek&n. 
Porphyre, 9&. 

Porrentruy (Snissb), 76, 108. 
Porte-aigle, 4i. 
Porte-enseigne, 41, 42. 
Portefaix, 98. 

Porte Noire (Besançon), 41. 
Porte Noire (Trêves), 101. 
Portienx (Vosges), 196. 
Porlo-Rico (Antilles), 81. 
Portraits de César, 199. 
Portugal, 89. 

Portz-ar-Sâos (Côtes du-Nord), 72. 
Postumus, 179. 
Poterie. Voy. Céramique, 
Pothier, le colonel, 203. 
Potin, 108, 180. 



Pouancé (Maine-et-Loire), 51. 

Poudre d'or, 187. 

Poule, HG. 

Pourtalès (Collection), 84. 

Poussay (Vosges), 184. 

Poutres, 105, 108. 

Préneste (Italie), 21. 

Preslos (Seine-et-Oise), 66. 

Preslong (Vienne), 68. 

Pressigny rie-Grand. Voy. Grande 
Pretsigny. 

Prêtres. Voy. Druides, 

Priape, 122. 

Primus, 46. 

Priscilla, 46. 

Prisonnier, 19, 96, 120. 

Professeur, 47. 

Proue de navire, 21. 

Proxumes (Divinité^), 30. 

Prusse et Prusse Rhénane, 32, 34, 
38, 40, 41,. 42, 47, 76, 77, 86, 87, 
98, 101, 112, 114. 118, 120, 121, 
129, 138, 139, 143, 145, 149, 152, 

, 153, 1^9, 161, 178, 179, 181, 186, 
194. 

Puy (Le, Haute-Loire), 37, 45. 

Puy-de-Dôme (Département du), 33, 
35, 42, 93, 114, 115, 120, 121, 122, 
123, 124, 142, 186, 198, 200, 201. 

Pny d'Issolud (Loi), 108. 

Pygmée, 122. 

Pyramides de Gizeh, 81. 

Pyrénées, 29, 30, 31. 32. 59, 93. 

Pyrénées (Hautes-), 34, 44, 59, 6i, 
92, 141, 203. 

Pjrmont (Waldock), 77. 

Q 

Quartz (Sable de), 66. 
Quartz hyalin, 55, 57. 
Quaternaire, 51, 54. 
Quatre fages (de), 54. 

goestembert (Morbihan). 144. 
uiberon (Morbihan), 144. 
Quiquerez, 161. 
Quiterie, 197. 

R 

Rabutin (rivière), 106. 

Races quaternaires, 54, 56, 63. 

Racloirs, 52, 55, 56, 85, 86. Voy. Stri- 

giles. 
Raisins, 46, 176. 



Digitized by 



Google 



T 



246 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



Ramberl, H8. 

Ramsnuer, 456. 

Rançon (Haule-Vienno), 38. 

Rasoii-s, 90, 96, 400, 136, 439, 144, 

450, 151, 156, 167. 
Rats, 27, 50. 
Ratamagus (Oise), 37. 
Réa (Mont. Côte-d'Or), 106. 
Roallon (Hautes>Alpes), 93, 143. 
Rebuts de cuisine, 97, 101. 
Redessan (Gard), 39. 
Redkin-Lager (Transcaucasie), 82. 
Refranche (Doubâ), 154. 
Reffye (de), 19, 20, 110, 113, 194. 
Reggianais (Italie), 101. 
Reims (Marne), 27, 30, 97, 115, 123, 

125, 129. 
Rcmi, 162. 
Rémois, 119, 162. 
Romus, 8i. 

Renard, 57, 58, 60, 130. 
Rônes, 139. Voy. Bride. 
Renier (Ldon), 91. 
Renne, 53. 55, 56, 57, 58, 59, 60, 

63, 93, 95, 131. 
Rennes (Ille-et- Vilaine), 3S. 
Renne de Thayngen, 57. 
Ressort, 143. 
Réticulé, 127, 154. 
Rhin (fleuve), 77, 87, 110, 115, 122, 

163, 486. Voy. Prusse Rhénane. 
Rhin (Déparlement du Bas-), 28,29, 

30, 34, 34, 35, 41, 43, 110, 129, 130, 
140, 144, 145, 151, 154, 155, 159, 
178, 183, 185. 

Rhin (Déparlement du Haut-), 28, 

31, 54, 65, 114, 149, 151, 155, 159, 

164, 479. 

Rhoda (Espagne), 180. 
Rhodes (Archipel), 90, 94, 401. 
Rhône (Département du), 20, 35, 36, 

37, 38, 45, 47, 86, 87, 96, 146, 424, 

422,423, 426, 179,181. 
Rhuis (Morbihan), 67. 
Rian (Allier», 125. 
Ribemont (Aisne), 142 144, 145. 
Richner; 08. 
Ritter (Collection), 109. 
Rivanet (Côte-d'Or), 150. 
Rivets, 442, 444, 444, 450, 460, 466, 

467. 
Rivière personnifiée, 24. 
Robenhausen (Suisse), 132, 133, 134. 
Roch (Morbihan), 157. 
Rocquencourt (Seine-el-Oise), 64. 
Rocroy (Ardennes), 93. 
Rodenbach (Bavière), 160. 



Rodez (Aveyron), 100, 199. 

Roknia (Algérie), 63. 

Rome (Italie), 17, 18, 19, 20, 25, 36, 

83, 96, 191, 192, 195. 
Rome et Augugte (Culte de), 36, 

37. 
Romuluii, 84. 
Rondelles, 96, 97, 98, 108, 156, 159, 

178. 
Roppe (Haut-Rhin), 6$. 
Rosace, 41. 

Rosmerta (divinité), 28, 33, 194. 
Rouen (Seine-Inférieure), 35, 44, 76, 

78, 85, 87, 93, 94, 98, 115, 146, 

122, 139, 140, 144, 149, 184, 196. 
Roues, 136, 140, 145, 148, 154, 160, 

164, 170, 171, 173, 174, 203. 
Rouelles, 89, 93, 97, 98, lOi, 137, 

143, 166, 178, 205}. 
Rouleau, 42. 
Roulette, 120. 
Roumanie, 48. 
Rouvray (Eure-et-Loir), 87. 
Rouvroy (Pas-de-Calais), 129. 
Ruban, 140. 
Rudianus (divinité), 30. 
Rudiobus (divinité), 31, 99. 
Runes, 96. 
Russie, 60, 83, 182. Voy. Caucase, 

Pologne. 



Saalburg (Prusse Rhénane), 86, 87. 

Sabazius (divinité), 181. 

Sabinianus, 44. - 

Sabinus, 38. 

Sabotier, 46. , 

Sacoche, 45, 46. 

Sacrifices, 18, 2a, 34, 73, 78, 81, 122, 
144. 

Sacrovir, 22. 

Sagum, 22, 100, 147, 167, 191, 193. 

Sahara algérien, 82. 

Sale, 47. 

Saint-Acheul (Somme), 51, 52, 53, 
54, 55, 60, 89, 90. 

Saint-Albin (Haute<Saône), 19, 93. 

Saint-Andrë-le- Désert ( Saône- et- 
Loire), 126. 

Saint-An<1ré-les-Alpe8 (Basses-Al- 
pes), 139. 

Samt- Barthélémy -de - Beaurepaire 
(Isère), 87, 126. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



2i7 



Saint-Bernard (Ain), 120, 125, 129, 

150, 152. 
Saint-Bernardin (Italie). Voy. Sari' 

Bernardino. 
Saint-Bertrand-de-Ck>mmiogc8 (Hte- 

Garonne), 38, 45. 
Saint-Brieue (Côtes-du-^ord) , 177. 
Sainte -Colombe (Côte -d'Or), 148, 

155. 
Sainte-Colombe (RhôneK 123. 
Saint-Cômes (Gard), 105. 
Saint-Etienne-au-Témple ( Marne ), 

164, 165, 168, 169, 176. 
Siiint-Genouph (Indre-et-Loire), 

145. 
Saiut-6ermain-du-Plain (Saône-et- 

Loire), 149. 
Saint-Germain-en-Laye (Seine - et- 

Oise), 65. 
Saint-Germatn-les-Corbeil (Seine-et- 

Oise), 120. 
Satnt-Hilaire-att-Temple ( Marne ) , 

173. 
Saint-Hilaire-le-Grand (Marne), 173. 
Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), 

156. 
Saint-Jean-des-Bois (Italie), 102 
Saint-Jean-8ur-Tourbe (MarmO, 107, 

172, 173, 174, 177. 
Saiot-Jean-Trolimon (Finistère), 114, 

140, 155. 
Saint-Landry (Paris), 30, 33. 
Sai»t-Lô (Manche), 35. 
Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure- 

el-Loir), 123. 
Saint-Martin-de-Bossenay (Aube), 

139. 
Saint- Maur-les-Fo«sés (Seine), 169. 
Saint-Michel-de-Valbonne (Var), 30, 

82. 
Saint-Nasaire (Loire-Inférieure), 93, 

144. 
Saint-Pierre-en-Châtre (Oise), 108, 

179. 
Saint-Pourçain-sur-Besbre, 117. 
Saint-Prest (Eure-et-Loir), 51. 
Saint-Quantin (Bure), 101. 
Saint-Rémy (Bouches-du-RIidne), 23, 

Saint-Rémy (Marne), 164, 168. 
Saint- Révérien (Nièvre), 123. 
Saint-U«lre (Vienne), 60, 69. 
SaintValdry (Somme), 195. 
Salnt-Viatre (Loir-et-Cher), 143. 
Sainl-Wendel (Pnissc Rhénane), 152. 
Saint-Ybard (Co rcze), 155. 
Saintes (Charente-Inférieure), 28, 34, 



87, 88, 97, lU, 120, 125, 127, 129, 
201. 

Saisons (personnifiées), 102. 

Sakkarah (Egypte), 81. 

Salle de Comparaison, 15, 75 et suiv. 

Salle d'Etude, 15, 74. 

Salle de Mars. Voy. Salle de Com- 
paraison. 

Salon (Aube), 109, 199. 

Salvius Julianuâ, 47. 

Salzbourg- (Autriche), 78, 149. 

Samaritaine, 197. 

San-Bernardino (Italie), 36. 

Sanglier-enseigne, 22, 23, 46, 121. 

SangUers. 18, 22, 23. 2i. 46, 63, 86, 
100, 121, 122, 124, 128, 130, 151. 

San-Isidro (Espagne), 89. 

Saône (rivière), 86, 14i. 

Saftiie fDi'iiartsiticiil de la Haute-), 
10,i>3,ii4r i^K IV'*. 149,176, 17S. 

Sai'incHBi-Loire (Dijparliimcnt do), 22, 
2Î), 30. 31, M, Â, '^\ 38. 40,43, 
U, 45, *6, at, 57. 50, 68. 97, 99, 
Ha i<t4. 105, iiMy 107, 112, 122, 
H:i J2i, mi Ml, 128, 142, 143, 
iii. IjS, m:, 17K, 179, 186, 190, 
197. 

Sarcophages, 17, 43, 102, 192, 193, 
197. 

Sarment de vigne, 40. 

Sarraz (Doubs), 154. 

Sarre (rivière), 158, 159. 

Sarrelouis (Prusse Rhénane), 138. 

Sarthe (Département de la), 129, 144, 
196. 

Sarzeau (Morbihan), 67. 

Sassanide (Art), 182. 

Satyre, 126. 

Saula (Tarn-et-Garonne), 155. 

Saulcy (de), 22. 

Saulzais-Ie -Potier (Chrr), 43. 

Saumons de métal, 85, 140, 161, 195. 

Saumur (Maine- et- Loire), 63, 87, 115. 

Saussaye (Laudes), 57. 

Saussurite, 133. 

Sauville (Vosges), 159. 

Saverne (Bas-Rhin), 43. 

Savigné (Vienne), 150, 

Savigny-sous-Beaune (Côte-d'Or), 28; 
34. 

Savoie (Département de la), 38, 
131, 134, 136, 140, 156. 

Savoie (Départ-ment de la Haute-), 
28, 35, 37, 85, 88, 93, 121, 137, 
140, 142, 143. 

Saxauus (Hercule), 31, 43. 

Saxe, 77. 



Digitized by 



Google 



248 



INDEX GÉNÉRAL ALPHÂBÉTiaUE. 



Saxon-Sîon (Mcurthc), 142. 

Scanie, 96. 

Scarahée, 92. 

Sceaux (Loiret), 89, 114. 

Sceaux (Maine-et-Loire), 115. 

Scey>sur-Saônc (Haute-Saône), 19, 
93. 

Schaffouse (Suisse), 57. 

Schirrhein (Bas-Rhin), 159. 

Schiste, 68, 71, 89, 159. 

Schlcswig, 77. 

SchIiemann(H.).94, 198. 

SchiJssenried (Wurtemberg), 77. 

Schwarzenbach (Birkenfeld, Prusse 
Rhénane), 153, 159. 

Schwarzenacker (Palatinat de Ba- 
vière), 126. 

Schwerin (Mccklembourg-^, 77. 

Scies, 44, 66, 68, 70, 71, 85, 96, 98, 
132, 133. 

Scopas, 18. 

Scories, 104. 

Scramasax, 85, 189. 

Scythes, 149. 

Seaux, 77, 84, 100, 122, 150, 152, 
156, 158, 159, 167, 170, 187, 188. 

Secundinii, 98. 

Sedan (Ardennes), 184. 

Seine (fleuve), 32, 93, 94, 137, 144, 
15S, 178. 

Seine (Département de la), 28, 29, 
30, 33, 41, 44, 52, 53, 58, 87, 115, 
H9. 121, 137, 139, 145, 140, 155, 
169, 198. 

Seine-et-Marne (Département de), 83, 
140. 

Scine-et-Oise (Département do^ , 15, 
17. 51, 53, 64, 65, 66, 67, 75, 76, 
87, 93, 97, 112, 114, 115, 120, 127, 
137, 139, 140, 141, 142. 143, 14*, 
149, 155, 176, 179, 184, 187, 203. 

Seine-Inférieure (Département de 
la), 35. 44, 65, 76, 78, 85, 86, 87, 
93, 94, 98, 99, 115, 116, 121, 122, 
123, 125, 129, 139, 140, 144, 149, 
184, 187, 188, 196. 

Sel gemme. 79. 

Selles, 22, 41. 185. 

Semaine (Divinités des jours de la), 

Souiûr (Côte-d'Or), 60, 106. 
Sénart (Forêt de, Seine-et-Oise), 67. 
Scnnius Sollemnis. 36. 
Scnons iCité des, Yonne), 37. 
Sens (Yonne), 37, 44, 45, 46, 76, 

121, 122, 142. 
Sepiimc Sévère, 20. 



Sépultures. 42, 56, 66, 73, 147, 150 

157, 162, 165, 171, 173, 186, 187 
Sequana (divinité), 32. 
Sérancourt (Cher), 201. 
Serpes, 88, 99, 125, 189. 
Serpents, 27, 28. 30, 31, 35, 58, 84, 

95, 123, 125, 127, 153,179, 186, 187. 
Serpents à tête de béUer, 27, 30, 34, 

35, 95, 123, 127, 194. 
Serpentine, 67^ 91, 133. 
Serre-malice, 93. 
Serruref, 88, 130, 201. 
Scsto-Galeude (Iulie), 84. 
Seurin, 197. 
Seurs (Côte-d'Or), 119. 
Sèvres (Département des Deux-). 64, 

65,66,70,125,158. 
Sex arbor et Sex arborei, 35. 
SexUntio (Hérault), 86. . 
Seyssel (Haute-Savoie), 35. 
Sicile, 180. 
Sifflet, 58, 200. 
Sigeao (Aude], 145. 
Signatures. Voy. Irucriptiont iur 

terre cuUe. 
Silésie (Prusse), 77. 
Silex, 51, 53, 55, 57, 58, 59, 61, 63, 

67, 68, 70. 71, 72, 73, 85, 89, 90, 

91, 97, 108, 132, 133, 151, 152, 

158. 
Silvain (divinité), 18, 125. 
Sinaï, 81. 

Singes, 116, 117, 130. 
Sinquatus (divinité), 31, 32. 
Sirènes, 116, 196. 
Sirooa (divinité), 28, 30. 
Sistres, 96, 143. 
Situles. Voy. Seaux. 
Soie d'épée, 141, 142, 143, 144, 145, 

160. Voy. Epée». 
Soissons (Aisne), 35. 
Soleil, 98, 109. 
Solicia (Vosges), 38. 
Solimariaca (Vosges), 38. 
Sollemnis, 36. 
Solutré (Saône-et-Loire), 53, 56, 57. 

96. 
Somme (Départeruent de la), 51, 52. 

53, 54, 55, 56, 60, 66, 67, 60, 70, 

87, 89, 90, 93, 94, 95, 90, 120. 

121, 122, 129, 140, 142, 144, 145, 

161,185, 188, 195, 201. 
Somme-Bionne (Marne), 165. 
Sommeil (divinité), 125. 
Somme-Tourbe (Marne), 171, 174. 
Somsois (Marne), 165. 
Sordcs (Landes), 177. 



Digitized by 



Google 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTiaUE. 



249 



SorreiUc (Italie), 96. 

Souain (Marne), 187. 

Soucoupes, i2i, 1:22. 

Soulosse (Vosges), 38. 

Sousse (Tunisie), 91. 

Soyons (Ardèche). 56, 60, 07. 

Soyter (Collection), 186. 

Spalt (Bavière). 80. 

Spatules, 97, 98, 140, 203. 

Spiennes (Belgique), 62. 

Spirales, 72, 78, 79, 96, 100, 102, 
137, 138, 139, 140, 142, 143, 155, 
157, 161, 164, 177, 178. 187. 

Spire (Bavière), 122, 126, 137, 159, 
160. 

Sprondlingen (Hesse Rhénane), 186. 

Statères, 180. 

Stations lacustres. Voy. Lacuttres. 

Stalilius Taurus, 38. 

Statuettes, 91, 101, 123, 201. Voy 
Bronxet d'art, figurines. 

Stcatile, 71, 96. 

Stèles peintes, 193. 

Stimulus, stimuli, 110, 111. 

Stonehenge (Angleterre), 97. 

Strasbourg (Bas-Rhin), 28, 30, 31, 
35,40,41. 

Strieiles, 47, 88, 20». 

isuiit^ai'l (Wu rlei liber ^-), 31, 54, 88, 
99. iii&, 10t. 

SlyléH et Rtjliilâ, m, m, 97. 

Styrîe (Aolrichc), 7U, 

Suède, 96h 198. 

Siièvreri (tûir-ûl-C!j^r), 35, 75, 86, 
m, H5. iîO, m, 12S/127, 129. 

âuipp«E (UHmt^lh 108. 

Sujme, 38, :{5/38, 57, 70, 93, 101, 
1U8, lOfl. Hl. i\% 125,126, 131, 
13Ï, 133, i:i*. m^, Ul, 138, 139, 
1 MJ, 141, 143, 144, 1 i5, 148, 150, 
153. 155, ISS. ISi, ISO, 188, 199. 

SiiflvetaMriîia, Sl>. 

Survivà:icui, 'J-. 

Svastikas, 29, 86, 87, 90, 95, 96, 100, 

102, 128, 130, 137, 151, 178. 
Sviatovid, 93. 



Tables, 38, 42. 

Table de César. Voy. lable des 

marchands. 
Tables de Claude, 37. 



Table des marchands (Morbihan), 
65, 69. 

Tabliers de cuir, 40, 105. 

Tailleur, 44. 

Talon de hache, 51, 55. 

Tamis, 78, 86, 108, 201. 

Tanagre (Grèce), 90. 

Tannkirch (Haut-Rhin), 114. 

TarenUise, 34, 38. 

Tarente (Italie), 94. 

Tarn-et-6aronne (Département de), 
60, 71, 155. 

Tarquimpol (Finistère), 114. 

Tarquinies (Etrurie), 94. 

Tarvo8-tri-garanu8, 33. 

Tasses, 121, 122. 

Taupe, 50. 

Taureaux, 20, 27, 33. 34, 35. 58, 
100, 117, 122, 128, 179, 194. 

Taurus (T. Statilius), 38. 

Tenailles, 34. 

Tène (La, Suisse), 111, 112. 

Terme, 422. 

Terramares, 97, 101. 

Terrasse, 104, 108. 

Terres cuites, 78, 91, 92, 98, 101, 
114, 115, 116, 117. Voy. Céra- 
mique: . 

Tertiaire (Époque), 51, 56. 

Tessin (Italie), 80. 

Tesson (Charente-Inférieure), 190. 

Têtes coupées» 22, 40, 82. 

Têtes de béliers, 27. 

Tétricus, 179. 

Teutobourg, 40. 

Thasos (Archipel), 101. 

Thayngen (Suisse), 57. 

Thèbes (Egypte), 81. 

Theil (Le, Loir-et-Cher), 139, 145, 
149. 

Thenay (Loir-et-Cher), 51. 

Thennes (Somme), 52. 

Théodebert, 181. 

They-sous-Montfort (Vosges), 159. 

Thièle (U, Suisse), 20. 

ThuUy (Marne), 172, 173. 

Thurgau ou Thurgovie (Suisse), 158. 

Tiare, 149. 

Tibère, 22, 33, 39. 

Tiers état, 44. 

Tigre, 121. 

Tigresse, 128. 

Timbres de potier, 97. 

Timon, 86, 164. 

Tintinnabula, 137, 138, 143. 

Tirelire, 126. 

Tireur d'épine, 116, 417. 

15 



Digitized by 



Google 



250 



INDEX GÉNÉRAL ALPHABÉTIQUE. 



Tissus, 134, 148, 150. 

Titus, 36. 

Todi (Italie), 36. 

Tonilîeaux, 40, 41, 42, 43. Voy. Sé- 
pultures, 

Tombeau des Jules, 24. 

Tondeur de drap, 44. 

Tongres (Belgique), 158 

Tonnelier, 44. 

Tonneau, 44. 

Torche, 33. 34. 

Torque*, 28, 34, 40, 44, 45, 79, 89, 
96, 100, 123, 124, 125, 146, 147, 
151, 154, 155, 156, 157, 158, 159, 
162, 166, 167, 170, 172, 173, 174, 
175, 178, 191. 

Torsberg (Schleswig), 77. 

Tortue, 116. 

Toscane, 51, 54, 141. 

Toulon-sur-AUier (Allier), lli, 117, 
120. 

Toulouse (Haute-Garonne), 29, 30, 
31, 32, 35, 120, 121, 145, 155. 

Tournai (Belgique), 177. 

Tournelles (Les, Oise), 129. 

Tours, 104, 108, 110. 

Tour de potier, 62, 136. 

Tours (Indre-et-Loire), 145. 

Traîneau, 124. 

Trajan, 13, 17, 18, 19, 20, 47, 48, 120. 

Tranchcts, 68, 90, 100, 130, 140, 
141. Voy. Couteaux. 

TransCaucasie, 82. 

Tr^ieds, 18, 86, 104, 151, 155, 160, 

Tressan (Hérault), 184, 185. 

Tresse, 47, 136. 

Trêves (Prusse Rhénane), 38, 42, 

101, 118, 179, 181. 
Trévoux (Ain), 145. 
Treytel (Suisse), 132. 
Triade gauloise, 27, 30. 
Tricéphales (divinités), 30, 123, 194. 
Tri-garanus, 33. 

Trinité-sur-Mer (Morbihan), 157. 
Triquètre, 77. 
Tritons, 24, 83. 
Triuinpilini. Voy. Trumpilini. 
Trocmes, 193. 

Troglodytes, 59. Voy. Cavernes. 
Troie (Asie Mineure), 90, 94, 198. 
Trompe, 99, 191. 
Tronapettes, 21, 22, 23, 84, 87, 100, 

Trophée des Alpes, 37. 

Trophées, 21, 22, 37, 41, 123, 193. 

Trous de loups, 110. 



Trou du Frontal (Belgique), 53, 56. 

Trou du Renard (Ardeche), 56. 

Trou Magrite (Belgique), 59. 

Trousse de médecin, 97, 129. 

Troyos (Aube), 152, 158. 

Truelle, 44. 

Trumpilini,*37. 

Tubes de bronze, 139, 140, 142, 143. 

Tuiles, 76, 91, 92, 195. 

Tumiac (Morbihan), 65, 67. 

Tumulus, tumuli, 71, 72, 73, 77, 

88, «5, 144, 147, 148, 149, 150, 

151, 153 154, 155, 156, 158, 159, 

160, 161, 172, 176, 178. 
Tunisie (Afrique), 81,'82, 91, 92. 
Turbie (La, Alpes- Maritimes), 15, 37. 
Turquie d'Asie, 42, 81, 83, 89, 90, 

91. Voy. Archipel. 
Turquie d'Europe, 101, 183. 
Turquoise, 65. Voy. CallaU. 
Tutela (divinité), 30, 116. 
Tuyau en plomb, 104; en bronze, 202. 
Tyne (La, Angleterre), 78. 
Type celtique, 19t. 



u 



Dira (Wurtemberg), 148, 158. 
Umbo (umbones) de boucliers, 77, 
78, 100, 105, 107, 108, 111, 112, 

157, 158, 167, 168, 188. 

Urnes, 42, 89, 101, 120, 124, 127, 

158, 163, 170. 
Urne cabane, 198. 
Utah (Amérique), 95. 
Uxellodunum (Lot), 108 
Uzès (Gard), 71, 145. 



Vaches, 58, 100, 122. 

Vacquer (Collection), 36. 

Vaison (Vaucluse), 24, 29, 30, 36, 
38, 43, 75,88, 97, 115, 119, 121, 
123, 124, 125, 128, 127, 128, 179. 

Valais (Suisse), 156. 

Valence (Vaucluse), 142. 

Valve, 138. 

Vannerie, 134, 136. 

Vannes (Morbihan), 67. 

Var (Déparlement du), 30, 82. 



Digitized by 



Google 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



251 



Varcnnes (Allier), 125. 
Varus, 40, 76. 

Veispjï, ^tS, 4i, TMi, (p^, "14. 7J, 7i3. 77, 
711, SO, m< Bi, Sli 84, «:>, wt), 87, 

^, m m, m, na, ui, loo, loi, 

iiï;i 105, Î07, itl, 111, ilC, 117, 
119. m, m, ii'û, H4, J3I, 136, 
lU, IW, li8, i\[K J5i, la;^ 156, 
157, J5R, 1511, ItKi. Kïl» Hii, 163, 
IGi, H15, ItMÎ, 107, IW, liïU, 170, 
ni, 17g, 173, 174, 175, \W. 200. 

VrtH?â (l'iirgtnt,7«,17, KO, t7e. 186, 
201. 

Vases de bronze, 76, 77, 79, 82, 84, 
87, 88, 89, 121. 424 152, 153 155, 
156, 157, 158, 159, 172, 183, 186, 
187, 188, 201, 203. Voy. Œnochoés 
ot Seaux. 

Vases peints, 88, 103, 151, 160, 161, 
498, 201. 

Vaucluse (Département de), 21, 22, 
23, 24, 29, 30, 35, 36, 38, 43, 47, 
75, 86, 87, 88, 89, 91, 94, 97, 
114, 115, 119, 120, 121, 123, 124, 
125, 126, 127, 128, 137, 142, 107, 
176, 178, 179, 195, 196. 

Vaudrcvanges (Prusse Rhénane), 
138, 139, 145. 

Vaudricourt (Pas-de-Calais), 52. 

Vélanidéza (Grèce), 83. 

Vence (Alpes-Maritimes), 31, 38, 39. 

Vendée (Département de la), 140. 

Vcndœuvrcs (Indre), 28. 

Venise (Italie), 93, 192. 

Vénus, 32, 33, 35, 94, 115, 110, 117, 
120, 194, 201. 

Vénus Anadyomène. Voy. Anadyo- 
mène. 

Vénus de Médicis, 116. 

Venus pudique, 32, 94. 

Vercingétonx, 106, 107, 180. 

Vergano (Piémont), 427. 

Vermand (Aisne), 127. 

Vernis, 114. Voy Glaçure. 

Verres et verreries, 42, 43, 66, 67, 
85, 86, 89, 91, 92, 98, 102, 104, 
108, 124, 125, 127, 136, 145, 146, 
150, 151, 154, 156, 157, 159, 165, 
167, 170, 172, 173, 175, 176, 177, 
182, 183, 184, 185, 186, 188, 201. 

Verrier, 47. 

Verrinos (Deux-Sèvres), 125. 

Verroterie cloisonnée, 182 et suiv. 

Vertault, (Gôle-d'Or), 108. 

Vcrtou (Loire-Inférieure), 94. 

Vésinct (Le, Seine-ct-Oise), 64. 



Vesoul (Haute-Saône), 114. 

Vespasien, 37. 

Vestibule, 17. 

Vétérinaire, 46. 

VeuxUauUes (Côte-d'Or), 155. 

Véxelay (Yonne), 185. 

Vézère 59. 

Vichy '(Allier), 25, 32, 43, 86, 87, 

91, 98, 99, 109, 114, 115, 116, 

117, 119,120, 121,123, 181. 
Victoire (personnifiée), 24, 194. 
Viducasses, 36. 

Vie de Baigneux (Côte-d'Or), 150. 
Vieille-Castille (Espagne), 78. 
Vieille-Toulouse (Haute-Gar.), 67. 
Vienne (Département de hi), 28, 35, 

38 54 59. 70, 125. 150, 177. 186, 

188, 200. 
Vienne (Département de la Haute-), 

38, 47, 155. 
Vienne en Dauphiné (Isère), 35, 36, 

38, 47, 56, 68, 69, 71, 76, 101, 

115,117, 120,123, 141, 181, 186, 

201. 
Vienne (Autriche), 79, 85, 96. 
Viennois, 38. 
Vieux (Calvados), 36. 
Vieux-Poitiers, 36, 71, 101. 
Vigne, 40. 

Vignes (Les, Aube), 139. 
Villaines-en-Duesmois (Côte-d'Or), 

149, 151, 152, 158. 
Villanova (Italie), 100. 
ViUefosse (H. de), 39. 
Villefranche (Alpes-Maritimes), 43. 
Villeneuve-le-Roi (Haute-Marne) , 

179. 
Villeneuvc-Saint-Georges (Seine-ct- 

Oise). 112, 137, 139, 141, 142. 
Villeneuve-sur-Lot(Lot-et-Garonne), 

185. 
Villepreux (Scino-et-Oise), 203. 
Ville-vieille (près de Nice, Alpes- 
Maritimes), 32. 
Vin. Voy. Marchands de vins, 
Vlntienses, 38. 
Vintimillc (Italie), 120. 
Vintius (Mars), 31. 
Virecourl (Meurthe), 31. 
Viridomare, 106. 
Virole, 111. 
Visière, 80. 
Visigoths, 186. 
Vitres, 86. 

Vitry-lc-François (Marne), 122, 169. 
Vitry-les-Reims (Marne), 164, 167, 

173, 174, 175. 



Digitized by 



Google 



252 



INDEX GENERAL ALPHABETIQUE. 



Vitteaux (Gôte-d*Or), 30. 

Voie Âppienne, 19. 

Voies romaines, 202. 

Voitures, 45, 99. Voy. Chart. 

Voiturier, 45. 

Volgut (Saône-et-Loire), 56. 

Voinay (Côte-d'Or, 36. 

Vorocius (Mars), 32, 109. 

Vosges (Département des), 23, 28, 
29, 30, 31, 34, 35, 38, 44, 45, 125, 
142, 159, 176, 184, 196, 201. 

Voûtes, 92. 

Vulcain, 33, 34. 

Vulci (IUlie), 160. 



w 

Wabon (Pas-de-Calais). 81, 187, 188 
W^aiblingen (Wurtemberg), 186. 
Waldalgesheim (Prusse Rhénane), 

153, 158, 159, 178. 
Waldeck (Allemagne), 77. 
Wallerfangen. Voy. Yaudrevanges. 
Wangen (Suisse), 132, 134. 
Watscli (Carniole), 79, 81, 85. 
Weisenau près Mayence (Hcsse 

Rhénane), 46. 



Wcisskircheu (Prusse Rhénane), 153, 

153, 158. 
Westphalle, 80. 
Wiesbaden (Nassau), 41, 42, 77, 153, 

186. 
Witham (Angleterre), 109. 
Worms (Hesse Rhénane), 41, &i, 

80, 145, 188. 
Worsae, 141. 
Wurtemberg, 31, 77, 79, 80, 88, 93, 

145, 148, 151, 158, 161, 186, 194. 



Yonne (Département de 1'), 29, 37,44, 
45, 46, 53, 76, 120, 121. 122, 142, 
158, 185, 188. 



Zarzis (Tunisie), 81. 
Zireoiiites, 78, 182. Voy. Grenats. 
Zodiaque, 99. 
Zug (Suisse), 133. 
Zufftgen (Luxembourg), 123. 
Zurich (Suisse), 111, 131, 137, 142. 
148, 155. 158. 



FIN DE L INDE.\. 



Digitized by 



Google 



CONCORDANCE DES NUMÉROS d'iNVENTAIRE CITÉS 
AVEC LES PAGES DU CATALOGUE (1) 



N. B. Le numéro entre parenthèses désigne la page du Catalogue 
' où Von trouvera Vobjet dont le premier chiffre est le numéro 
d'inventaire. 



350 (33). 

352 (33). 

353 (33). 

354 (33). 

355 33 . 
764 (89). 
H90 (67). 
1S24 42 . 
1225(28,29, 33). 
1583 (115). 
1588 (115). 
2071 (116). 
2151 (67). 

2230 (42). 
2251 40 . 
2253 41 . 
2731 35). 
2807 i30 . 

2810 (31 . 

2811 (30). 
3275 (44). 
4203 (41> 
4219 (68). 
4744 76). 
4772 (93 . 

4781 (29). 

4782 (32). 
4921 (165). 

5046 (67). 

5047 67 . 
6865 116). 
6873 (116). 
6881 (116i. 
6896 (116). 



7061 (52). 



7062 (52). 
7287 (115). 

7293 rué). 

7600 (144). 
7758 (83). 
8096 (121). 
8111 (145). 
8146 58). 
8150 (58). 
8155 (58). 

8162 58). 

8163 58 . 
8166 (58 . 
8227 (44). 

8276 44). 

8277 (45, 196). 

8278 45). 

8280 (30). 

8281 (44). 



8284 44 
8286 (46 . 

8289 (32). 

8290 (59). 

8291 (59). 

8292 (59). 
8351 (124), 



8550 \m 
8636 (142] 
8640 
9014 



142). 

m- 



9015 (127). 
9296 (88). 



9597 (197). 
9601 (38). 
9645 (28). 
9684 (75, 200). 
9741 (115). 
9746(116). 
9811 115). 
9814 115). 
10205 (112). 
10598 30). 
10800 25 . 
11 058 (29). 
11 264 (115) 
11 284 (85). 
11366 (46 
11 374 (28 
11376 30 
11379(89,- 
11632(68). 
11698(109). 
11 710 (43): 
11879 (72. 

11 880 (72). 
11881 
11882 
11921 
12006 I 

12 083 
12186 

12567 ,--,. 

12568 (76). 
12617 (217). 
12964 (164 . 
13 190 165 . 



13 342 (127). 
13 345 126), 
13 346 (126 . 
13 357 (127). 
13 407 126), 
13409 127 . 

13 437 (128. 

14 060 (127), 
14072 127). 
14243 31). 
14401 124), 
14422 89). 
14658 30). 
14706 115) 
14785 145) 
14.791 143), 
14841 29). 

14843 29). 

14844 (29 . 
14870 58 . 
14872 (58). 
14877 (58). 

14880 58). 

14881 58). 
14883 58 . 
15140 (91). 

15 179 145) 
15181 (144), 
15 252 145) 
15 571 89). 
15847 i86 . 
15977 120] 
15992 (164^ 
16281 111 



(1) Un grand nombre d'objets da Masëe de Saint-Germain étant cités 
dans les ouvrages d'archéologie sous leurs n«>* d'inventaire, cette table 
do concordance nous a paru pouvoir rendre service. 



Digitized by 



Google 



254 

10 591 
16607 

16 616 

17 023 
17 043 
17 240 
17 302 
17 320 
17 321 
17 402 
17 493 
17 508 
17 638 
17 721 
17 727 
17 790 

17 793 

18 250 
18 251 
18 579 
18708 
18 709 
18 715 
18716 
18 738 
18742 
18 870 
18875 
18 877 
18 883 
18915 
18968 

18 973 
18977 
19067 

19 413 
19415 
49 418 
19 515 

19 524 
19789 
19918 
19938 

20 053 
20055 
20219 
20301 
20323 
20 324 
20325 
20 326 
20327 
20328 
20332 
20 337 
20338 
20339 



(70). 

q: 

(90. 
(17. 

m- . 

(35). 
(116). 

(124). 

(141 . 

(141. 

(90). 

(95). 

(76). 

(70). 

(35). 

(31). 

35). 
(30). 

32). 
(54). 
(168). 
(52). 

îil: 

(67). 

(67). 

(67). 

(184). 

(86)! 

(189). 

(89). 

(127). 

127). 

185). 

188). 
(^5). 

58). 

58). 
(30). 
(138). 

(32). 

(40, 41). 

(40). 

(40). 

(40). 

(45). 

(32). 

(196). 

(32). 



23931 47). 


23 933 (47). 


23 934 


45). 


23 937 


44). 


23 938 ( 


46 47) 


23940 (45). 


23941 (46 . 


23 942(45, 46) 


23 944 ( 


45). 


23945 


44. 


23946 


44). 


23 948 


45). 
44. 


23950 


23951 


45. 


23 953 


46. 


23 954 


46. 


23 955 


46). 


23 956 


46. 


23 957 


46. 


23960 


76. 


2400a 


184). 


24 013 


64)! 



CONCORDANCE DES NUMEROS. 



20350 (43j. 
20 355 (24). 
20373 (32). 
20 374 (32). 
20375 (43). 
20424 (96). 

20 580 (196). 
20687 (29). 
20719 (79). 
20770 (58). 
20964 (43). 
21031 (125). 

21 032 (126). 
21052 (122) 
21066 (145). 
21087 (145). 
21111 (104). 
21 157 (90). 
21 16ft 90). 
21386 (54). 
21427 (141). 
21141 (143 . 
21 553 (90). 
21556 (90). 
21645 (139). 
21712 141). 
21726 (141). 
21792 (84). 

21 862 (64). 
21863 (64). 
24 864 (6i). 
21888 (93). 
21914 (71 . 

22 079 m). 
22231 (90). 
22 390 (143). 
22612 (58). 
22656 (45, 196). 
22773 (81). 

22 774(82). 

22 876 (33). 
22926 67). 

23 077 (45). 
23 078 (45). 
23 466 (64). 
23273 (185). 
23412 144). 
23488 (51). 
23 489 (91). 
23 830 (124). 
23 844 (144). 
23 882 (32). 
23 918 (46) 
23 919 (46). 
23:020 (46). 
23922 (28). 
23-930 (37). 



24 023 (145). 
24033 (126). 
24106 116) 
24298 (112). 
24 308 (37). 
24402 (412). 
24 414 27). 
24 416 (46). 

24424 41 . 

24425 (41 . 
24 426(41). 

24427 (91). 

24428 (41). 
24430 (40,42). 
24436 (33). 

24 437 46). 

24438 (42). 

24439 (197). 
24441 (41, 42). 
24 510^34). 
24567 (27). 

24 573 (184). 
24 574 184. 
2457^ (184). 
24 601 (184 . 
24602 488. 
24624 (58). 
24641 (127). 
24686(37,38). 
24688 31). 
24 700 29 . 
24710 168). 
24726 (88). 
24880 (29). 
24882-5 (197j. 



24 928 (28). 

25 021 (43). 
25039 145). 
25 057 (43). 
25 107 (37). 
25 440 (38). 
25 474 38). 

25182 (31 . 

25183 (31). 

25184 38). 

25187 (32). 

25188 (31). 
25490 (38). 
25 492 (45). 

25 194 30, 45). 
25324 (66). 
25 327 (28.34) 
25 428 (45). 
25 429 (45). 
25 431 29). 




25 493 (116). 
25 500 116). 
25 502 (116). 
25 744 30). 
25772 41). 
25 773 44). 
25 775 (33). 
25 777 (33). 
25 779(28. 
25 780 (28. 
25 814 109). 
25 815 (109). 
25 825 (38). 
25 826 (35). 
25 849(44). 
25850 44). 
25 851 (28). 
25 902 (44). 
25 90* 28). 
25 926 (W). 

25 934 (44). 
2600^(142). 
26163 (82). 

26 220-116). 
26 244 28). 
26 245 40). 
26 249 (35). 
26250 (35). 
26 251 (42). 
26867 (91). 



Digitized by 



Google 



CONCORDANCE DES NUMEROS. 



255 



26548 
26584 
26640 
26879 

26 880 
26991 

27 048 
27 271 
27 291 
27294 
27312 
27313 
27314 
27354 
27462 
27517 
27590 
27591 
27914 
27921 



(89). 
(43). 
(127). 

45). 

38). 

}ifî: 

(425). 
(145). 
(28,76). 
34). 
28). 
45. 
(30). 
41). 

45. 196). 
[28). 
35). 
(184). 
(44). 



27950 


32). 
117). 


27953 


27962 


117. 


27973 


117). 


28006 


117). 


28007 


117. 


28015 


117. 


28023 


117. 


28025 


117. 


28027 


117. 


28031 


117. 


28040 


117. 


28055 


117. 


28104 


117 . 


28111 


117). 


28128 


117. 


28131 


117). 


28133 


117). 


28135 


117). 


28216 


109). 



28218 
28260 
28301 
28729 
28731 
29374 
29433 
29468 
29506 
29516 
29587 
29665 
29667 



29686 
29693 
2î)704 
29719 
29749 



(86). 
(45). 
(45). 
(138). 

(m). 

124). 
(124). 

125. 

79). 
Î176Î. 

127. 

127). 

\m. 

52). 
(79). 
(58). 
(81. 
(81 . 



29760 (54). 

29762 (58). 

29763 (58). 
29765 (58). 

29767 (58). 

29768 (185). 
30081 (139). 

31102 (184). 

31103 (184). 
31200 (201). 
31518 (194). 
31526 (194). 
31618 (201). 
31635 (195). 
31750-2 (19()). 

31754 (196). 

31755 (19*). 



4114. — Impr. réun., B, rue Mignon, 2. — May et Motteroz, directeurs. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQ iC 



Digitized by VjOOQIC 



RETURN TO the circulation desl< of any 
University of California Library 

or to the 

NORTHERN REGIONAL LIBRARY FACILITY 
BIdg. 400, Richmond Field Station 
University of California 
Richmond, CA 94804-4698 

ALL BOOKS MAY BE RECALLED AFTER 7 DAYS 

• 2-month loans may be renewed by calling 
(510)642-6753 

• 1-year loans may be recharged by bringing 
books to NRLF 

• Renewals and recharges may be made 
4 days prior to due date 

DUE AS STAMPED BELOW 



APR 6 2007 



DD20 12M 1-05 Cc^c^nJc 





^^^^^^^^^^B 


878684 H 

THE UNIVERSÏTY OF CAUFORNÏA LIBRARY ^H 


H 




1 


B^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ Digitized by GoOgl(^^^^^H 



Liste des Catalogues publiés et en cours de vente 



I 



Musée du LouvrG 

Êdok Italienne, pur F. Vil lot, In -S- â •* 
I ilicfnaiin;teetholla(i- 

vie, 1 V -, 1 11 

1 ,.;.rlemft!nc,iv* . . 13 t 

' oies réujileB, par le mfr- 

4, cart. , , 5 80 

i:<itiv ifiiïjenne, pnr le vicûïiJtC 

DF. T^tlït*, I V ...» i » 

i'ollrt tinn Ln Crize, pttiC le même, 1 v. î &t> 

r ■'% par le mêmei i*i-® & » 

m, purM, r, FiKtsKT^ » t:» 

1 i.ik'C! des tableaux cl 

^* pprUc, par M. Rriskt, 1 v. - - « » 

l^«Dl^ * V* 111-9. , , » S *' 

i<* polie* 'suppr'^flaenî'aSfc Pi*"" t*^ ^'^ 

couite tjE TAriu ».,.,'...... l !i 

2* notice tiiippl^mentûiro, jiarlenuftiîn'e 1 n 
fîo&^Srts, f cilkL Ljon Hb dc Lï Salle, 

par lu ui^^rue, 1 V- - , » , d 75 

CtttblOËue scjuuuiYire des tlcssîtis, i v, • 7ô 

AISTIQUITÉS ÊtSYPTÎENWES 

^oUre aamuiaîre, parle V* yi Rotir.é. 1 * 
Monumi^HS tlu rex-dû-CliouSSôe, par 

.IV,-*. . , . i t 

■:. par pEvtmx, I v* ♦ . . . * * n 
,fr6 Morvinnenla araujécns *t hitijya- 



Gemmes et Joyauit* l v. m-^, . . ♦ , * 

j, r.^ ' M, A. SAttiJiT. 

1 c même, t v. to-É, , . . - 

. '•■■■■ , S, V, .... , 

i V. In-s. , 

1 M M, le comte 



Fers, 



(I n 



itmmaiï'edcs motiumctitiS ph** 
niciiMiS, par k" in^me 
A fit '.qu il,!.' s pin*tii*?t*nrie», pftf le même r^ a 
-,,1 ulpture a iUJf|ûe,^* partie, par M AV. 

l.nù.i.nER, t V.. .... - , • 3 " 

iro ..^ naJqLiti6, **• paHie, pi«r 
■.L i-i l ONUI'lilUBil, 1 V. ....»*- - 1 " 

ntooieii aiaîquo^, pur le nifeme, ii»-% B * 
Figviflfn:» ttfjUi.i«ea^ pfir M. Lûo^ 

Miirïiiîv. i V ...,-.-* i 1 

Lefl terres caUea de Myfloa^ p-ir 
MM. pM^ohio PoTTiRR et Salomoh 
niitrtuCJL ï V, In-»» ..,....-. .^ » 
Colon t«e Trujjuie, pui' W. Pnosunen- o • 
Inscriptions erect|U06, piir ic même, i ^ 
InsMJpl^ions gi'ccques, par le m^fûc, ^ » 
MonumenU Ole la Pateatine, pai' 

LMonume«ï-& du la Pitlwtine (i—:!!!!! 



i V. 



.ïn&f pur le mime. 
laiiiB, par le mftme. 






» Ta 






ÊmfiuXf orfèvrerie* pa 

DAnc^Ki., t V, .,,+ ...►♦ . 
Côlleotron Tlmbâl^par MAI* uiiTAUau, 

Lmiue MorjMiBn, 1 v - . • - , 

CoIltscHon Daviîlier, piir MRT, Louis 

COtlNAJOO lît E«I!.E AlÛt-tNlER, t V. 

In-i*, llliislfé. ..... 

Don riihippc Lenolr» pDi* M. BAVinit 

ù^ JoTtr, I V.. ..,.,.,.,.. , 
Tion Philippe L*»tîOir {jjrrwntt pupier), 

piic hf même .. ^, ....... 

AUiBc^fl tiee Souverains, pur le même, 
Mitgée tleâ Sû(iv0raffis, t>&i' i'i m«fn«, 

t V. ♦«-«. . . ^ , . , - - , . ! 

Musée de Marine 
Gonai (leSu^x, pai* l'Amiral PAmi^ 

Musée du LuxembourfiT 
Cctlafc»^^, pur liffKNîfr Abi^gd^ i *. 
ÇaUti6guG kI^U£l.1■é, i v. ►a-S, . . . , , 

Mueèe de Versatiles 

l« piiftlc, pt*r M. £ So^ I lÉ. 1 ■ 
a* partie, pup le m&me. t v 
3» purtl*', piir fe même, t v. 
Buppl^fiicnl pifv M^ CiLii;ME;?4T ne Riâ. 

Palais de Trîanor» 

M, 6(:tltptUlfP«, 



3U * 






» 4^ 



175 



Afil> 



1 



NotïC« «les priniuwii 
par E. BooLit, I v- . . 

Sèvres 

Mutée CérîinalrpiK, t v . . 

Mueée de 
Saînt-Germain en Laye 

Giiialt^pije lUïs Aotîquît^ nut'otiaies, 
pur M. Salo«&(ï Mo^acii, i v, . . , . i 80 

Palais dm Fontainebleau 

î^otlce Jfâ tftWeauxc^poâèaJ V . , « 5rt 

Palais de CompièÉrne 

Notice dea taPleaii:^ xpôS^i par le 
vicomte DP Tauzi*, ; v ...... . # WJ 



popjerh pîir le mftmt^, 1 v. , . . , . * m 

NOTA - Les ohjels composant le Musée Napoléon lllja coltectîo < T,mbai et la collci;. 

Itida DavîMlEi- ont cessé de former des enBemMrt i part.- LeM-*â*c des Souverame 
n'cilite plus. 

Ces ln*rêts sont en imUe dam les saUes des Maires natiomtiX 
et aux LiwiiAïnïEâ-lMPaniERiKS nttsmmV'^^^ fu^MignoH. 

L17U0. — Lîlii'iïîrie&-Utiprimerics féunîes — Mollei-ap c Mût-