(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Histoire de l'église [microforme] : dédié au roi"

^., 







'> 



IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 







^A' 






1.0 



1.1 



11.25 



U£|M |2^ 

122 I3|2 M'y) 

M MA 1^ 



£ U£ 12.0 



«MU 

M 




Hiotographic 

Sciences 
Corporation 



23 WeST MAIN STRHT 

WEBSTIR.N.Y. 14S80 

(71b) «72-4503 




^^^ 

^>^ 

^4^. 

^%e 
^ 



CIHM/ICMH 

Microfiche 

Séries. 



CIHJVI/ICIVIH 
Collection de 
microfiches. 




Canadian Institute for Historical Microreproductions / Institut canadien de microreproductions historiques 





Tachnical and Bibliographie Notaa/Notaa taehniquaa at bibliographiquaa 



Tlia Inatituta haa attamptad to obtain tha baat 
original copy avaiiabla for ffilming. Faaturaa of thia 
copy which may ba bibliographieaily unlqua. 
which may aitar any of tha imagaa in tha 
raproduction. or which may aignificantly changa 
tha uaual mathod of fiiming. ara ehackad balow. 



□ Colourad eovara/ 
Couvartura da coulaur 



r~n Covara damagad/ 







D 



[3 



Couvartura andommagia 

Covara raatorad and/or laminatad/ 
Couvartura raatauréa at/ou pallicuMa 

Covar titia miaaing/ 

La titra da couvartura manqua 



p~| Colourad mapa/ 



Cartaa géographiquaa mn coulaur 



□ Colourad ink (i.a. othar than blua or biaclc)/ 
Encra da coulaur (i.a. autra qua blaua ou noira) 

□ Colourad plataa and/or illuatratlona/ 
Planchaa at/ou illuatratlona ix coulaur 

□ Sound with othar matarial/ 
Ralié avac d'autraa documanta 



Tight binding may cauaa ahadowa or diatortion 
along intarior margin/ 

La f iiura aarréa paut cauaar da l'ombra ou da la 
diatoraion la long da la marga intériaura 

Blank laavaa addad during raatoration may 
appaar within tha taxt. Whanavar poaaibia, thaaa 
hava baan omittad from flIming/ 
Il aa paut qua cartainaa pagaa blanchaa ajoutéaa 
lora d'una raatauration apparaiaaant dana la taxta. 
maia. loraqua cala était poaaibia, caa pagaa n'ont 
paa été filméaa. 

Additional commanta:/ 
Commantairaa supplémantairaa.- 



L'Inatitut a microfilmé la maillaur axamplaira 
qu'il lui a été poaaibia da aa procurar. Laa détaila 
da cat axamplaira qui «ont paut-étra uniquaa du 
point da vua bibliographiqua, qui pauvant modifiar 
una imaga raproduita, ou qui pauvant axigar una 
modification dana la méthoda normala da filmaga 
aont indiquéa ci-daaaoua. 



D 
D 
D 
Q 
D 

a 

D 
D 
D 
D 



Colourad pagaa/ 
Pagaa da coulaur 

Pagaa damagad/ 
Pagaa andommagéaa 

Pagaa raatorad and/or laminatad/ 
Pagaa raatauréaa at/ou palliculéaa 

Pagaa diacolourad. ttainad or foxad/ 
Pagaa décoloréaa. tachatéas ou piquéaa 

Pagaa datachad/ 
Pagaa détachéaa 

Showthrough/ 
Tranaparanca 

Quallty of print variaa/ 
Qualité inégala da l'impraasion 

Includaa «upplamantary matarial/ 
Comprand du matérial aupplémantaira 

Only adition avaiiabla/ 
Saula édition diaponibla 

Pagaa whoily or partiaily obscurad by arrata 
•lipa. tiasuaa. atc, hava baan rafilmad to 
ansura tha baat poaaibia imaga/ 
Laa pagaa totalamant ou partiallamant 
obacurciaa par un fauiilat d'arrata. una palura, 
atc. ont été filméaa é nouvaau da façon é 
obtanir la maiilaura imaga poaaibia. 



Thia itam la filmad at tha réduction ratio ehackad balow/ 

Ca document eat filmé au taux de réduction indiqué ci-deaaoua. 



*f- 



10X 








14X 




, 




18X 








22X 








26X 








30X 






















v/ 






































12X 








16X 








aox 








aéx 








28X 








32X 





■ils 

du 

idifiar 

un* 

tag* 



Th« copv filmad har* has baan raproducad thanka 
to tha ganaroaity of : 

Stminary of QmImc 
Library 

Tha imagaa appaaring hara ara tha baat quailty 
poaaibia eonaldaring tha condition and lagibillty 
of tha original eopy and in kaaping with tha 
filming contract spacificationa. 



L'axamplaira filmé fut raproduit grica à la 
générosité da: 

S4minair« dt Québec 
Bibliothiqu* 

Laa Imagaa sulvantaa ont été raproduitas avae la 
plua grand soin, compta tanu da la condition at 
da la nattaté da l'aiiamplalra filmé, at mn 
conformité avac las conditions du contrat da 
filmaga. 



Original copias in printad papar eovara ara fllmad 
baginning with tha front eovar and anding on 
tha last paga with a printad or Iliuatratad Impraa* 
sion, or tha back covar whan appropriata. AH 
othar original copias ara fllmad baginning on tha 
f irst paga with a printad or Iliuatratad Impraa- 
sion, and anding on tha laat paga with a printad 
or illustratad imprassion. 



Tha last racordad frama on aach microfleha 
shall contain tha symbol -^^ (maàning "CON- 
TINUED"). or tha symbol ▼ Imaaning "END"), 
whichavar appiias. 

Maps, platas, charts, atc. may ba fllmad at 
diffarant raduction ratios. Thosa too larga to ba 
antiraly includad in ona axposura ara f ilmad 
baginning in tha uppar léft hand cornar, laft to 
right and top to bottom. a* many f ramaa as 
raquirad. Tha following diagrama illuatrata tha 
mathod: 



Laa axamplalraa originaux dont la couvartura an 
paplar aat imprlméa sont filmés •n commençant 
par la pramiar plat at Bn terminant soit par la 
darnièra paga qui comporta una amprainta 
d'imprassion ou d'illustration, aoit par la sacond 
plat, aaion la caa. Tous las autras axamplairas 
originaux sont filmés an commençant par la 
pramiéis paga qui comporta una amprainta 
d'impraaaion ou d'illuatration at an terminant par 
la dernière page qui comporte une telle 
empreinte. 

\in dea symboles suK/ants apparaîtra sur la 
dernière image de chèque microfiche, selon le 
caa: le symbole — »> signifie "A SUIVRE", le 
symbole V signifie "FIN". 

Les cartes, planches, tabieeux, etc., peuvent être 
filmés è dea taux de réduction différents. 
Lorsque le document est trop grand pour être 
reproduit en un seul cliché, il est filnié é partir 
de l'angki supérieur gauche, de gauche à droite. 
et de heut en bas. an prenant le nombre 
d'images nécessaire. Les diagrammea suivants 
illustrant la méthode. 



rata 
> 



elure, 

à 






J 



32X 



12 3 




1 


2 


3 


4 


S 


6 



\m:^ 



J*^' 



w 



ii 



^. 



■«• 4 



r^^TOCTff' 



h" » * ' 



i « 



'I» 



î|| 



i.^' 




K 



HISTOIRE 



DE 



"■H'4- 



LÉ G LIS È. 



,*v 



^S. . I 



/- 






r- 



• . * 



Itî 









- .^■ 



^# 



^v 












X Vj 



V""--v, » 



.Xf^' 



i^ 



cf 



.Vz>^ 



vN? 



^e 



*e^ 






^^ 



?^^ 
sf <* 

V 



^: 






%- 



MA 



t-*'. 




H I s T 

V ÈGt 

DÉDIÉE AU 

Tak m, l'Abbé de Berault-Bercastel^ 
Chanoine de l*Eglife de Noyon, 

TOME SIXIEME. 

Depuis la converfion des Francs en 49^^ 
jnfqu'à la fin de S. Grégoire le Grand en. 
^04. 




A PARI s; 



..*»* 



CkezMovTARD , Imprimeur-Libraire de fa K.EINI , de 
Madame , & de Madame la ComtefTe d'A&tois . 
\ xucdes Mathnrins , à l'Hôtel de Cluny. 






=s» 



MMm 



'.-'*. 



M. DCC. LXXIX. 

Âvee Approbation , & Privilège du Roi* 



Ï-- 



I 



S=BS 



rflMÉÉMk' 



SOMMAIRES 



*^ 






DU SIXIEME VOLUME, 
vriî^iî^f JE h/orme de Table, ^^i^ 

LIVRE dix-huitième} 

JLett RE du Pape j4nqffafe au Roi 
Clovis 1. A V Empereur Anajlafe y, 
Symmaque & Laurent élus Pcpef le 
même jour. Le jugement entre cefi 
deux compétiteurs ejl déféré au Rfti 
Théodoric 4. Ohjiination de l'Anti- 
Pape Laurent 5. Concile de Palme 7. 
Lettre des évêques de Gaule à ce fu- 
)€t 9. s, Av'u archevêque de Vienne 11» 
Concile de Rome i-i. Apologie d'En" 
nodius pour le Pape .Symmaque ij. 
Apologie àe SytAnaque ly. Les héré" 
tiques Acéphales ^^\6\ Perféciuion 4^ 
Trafamond iS, S»^JFulget^ce 19. If ^ 
fiage/lé^avec^ l'Aifbé^éiix xi* Elec^ 
t'fpH à^Ftflget^ceàJ'épfché de Rufp^ 1^. 
Il pjir exilé er^^Sip^dcdgnt y avec^les^^tf' 
tre^i évêques 4'^fik^^ *^« GpuYemer 

anj 



« 






t( SOMMAIRES. '- 

mini Me Ciovis ^ favorable à la reli* 
gion 19. Commencement de S, Ce/aire 
d'Arles jo. Concile d'Agde ji. «S. Sé- 
vère abbé du monaftere d*Agde. Saint 
Maixent ) 6, Clovisfe réfout à la guerre 
contre Alaric 3 7. «S. Séverin abbe d'A- 
gatme guérit Clovis 38. Alaric vaincu 
& tué 40. Amalaric Roi des Vijigoths 
41. S, Céfaire calomnié & juftifié j^j^, 
SjZ charité pour les prifonniers 4^. Ste 
Céfarie 47. Règle de fes retigieufes 48. 
Concile /^Orléans 51. S. Méiaine évê-^ 
^ue de Kfinnes 54. Mort de Clovis 55. 
S, Céfaire calomnié de nouveau , & juj* 
tifié ^^, Il reffufcite un mort ^S.Hon^ 
neurs qu'on lui r^nd à Rome 59^ Ze« 
'Pape le fait fon légat en Gaule & en 
Ef pagne 60, S, Gitles 61, Décret aie 
4e Symmaque 61. Macédonius Pattiar^ 
'chè de Cf P, exilé pour l(t fol $^. Ti-- 

• mothéè Patriarche intrus 6j^ Fourberies 
de Timothée 6^, u^k^és de Paleftine 

• députés à C,P, S, Sah^ ^7, Il gagne 
' ia confiance de l^ Empereur Anaftajè 6^, 

Religion^: l*fmpératrice Ariane 7 1 . ^Ç, 
; Théodofe abbé; Syfè^n le Silencipftx 7 j . 
'^Emeute à C P. y^^ tes Catholiques 
' appuyés fir Fitalhtn 76, InfiruQion du 
' Papç Hoimifdas À fes légats jS. Sévère 



SOMMAIRES. vij 

intrus à la place de Flavien d'Jntioche 
81. Fermeté d'Elie de Jérufakm 85. 
Anaftafe meurt dan^ un accès defrénefie 
87. Manfaïnte du Patriarche È lie 88. 
Jujlin Empereur 89. Acceptation folen" 
ne lie du Concile de Calcédoine à C, P. 90. 
L'Egli/e de C, P, rentre dans la commua 
nion du S. Siège 9 5 . Xf nom d*Acace & 
des autres patriarches fchifmatiques flétri 
97. Sévère chaJféduJieged'Antioche. Au- 
tres évêques hcrétiques condamnés 98. 
Perfidie de Dorothée de Thejfalonique 
99. Foi de Sigifmond Roi de Bourgogne 
loi. Multitude de/aints évêques dans/es 
Etats, Concile d Epaonè 101. Concile 
de Girone 105. Converfion des Laides 1 06, 
Citoyens de Nagran mis à mort pour la 
foi 108. S. Aretas 109. Conférence du 
Roi Thrafamond avec S, Fulgence 1 1 h 
Ouvrages divers de ce S, Docteur 1 14. 
Quejlion des moines de Scythie i.i 6, Le 
Roi Hilderic met fin aux perfécutions des ' 
Vandales 118. Retour de S, Fulgcnceà 
Rufpe 110. Concile général d* Afrique 
III. Differens écrits de S. Fulgence 
113. Sa mort 114. Le Pape Jean erk- 
yoyé en ambaffade à C P. par Théodo^ 
/k 1 1|'. Profcription 4^ Symmaqtu & 



\ 



zir* 






-% 



Tiij SOMMAIRES. 

dç Bo€çe \ 4,7. Le Pape Jean cmpo'ffohné 
118. Mon du Roi Théodoric 119. 



llVRE DIX-NEUVÏËME- 

JusTitfiES Empereur 135. Les foins 
qu'il donne à ia religion 154. Il réforme 
& perJeUixmne les loix. Le Code j le Di" 
^ejit & les Injlitutes i } C>, Le Jurifcon- 
fuite Trihonien 157. Les Novelles i^%, 
j^omèreux clergé de C. P. 1 3 9. Guerre 
heureufe contre les P et Ces 1 40. Gràitis 
Roi des Elures j & Gardas Roi des Huns 
fe font baptifer \^i,Zele e'xcejjif de Juf 
iinien. Soulèvement des Samaritains 143. 
I^ourheriesdu JuifArfene 1 44. 5. Sabas 
4nv<^é pour la féconde fois à C. F. 145. 
Mort des SS, Sabas & Théodofe. Corn-- 
mcncemens de S. Benoit 1 47. // ejl pré- 
firvé miraculeufement du poifon 149.50/1 
étakliffûmeût au Moftt-CaJJin i 50. Règle 
Irfd S, Béftott 151. Etat de ^ autorité tem- 
yrofcl/e des Papes à Rome 15^. Concile 
d'OrOn^i -eontre les refies desSémi-Péla- 
■giens i^y., Autres conciles 159. Génie 
-dangereux de Boniface IL Affaire d'E-^ 
Hkeimtdt Lmfft 1 ^1.' ^onciU ncH^nal à 






•f^'î'.- 



J . 



SOMMAIRE! ik 

Orléans i6^» Muhkude de f oints tvi^ ■* 
qu€S en Game 165. Tejfament de S, Re" r 
mi 1 6y. Ste Ménehou ^fesfœurs i é8. 5*. 
Cibrien j avec fis frères & fizurs. Les 
SS, Marcou y Evroul& Figor 1 ^9. An-^ 
tîqu'ad de laperfiiafion des peuplés ^ tou^ ; 
chant le don qu'ont les Rois dt France it 
guérir les écrouelles lyi. S. Fridolin 171. 
Les SS. Pourfain & Calais 173. S, Jeart 
deRéomaiisiy^, Saintes religteufes 17 j.% 
PrédiUion de S, Jean de Mici 177. Mort 
du S. RoiSigi/mond lyfi. Les Rois Cfo-^ , 
taire & ChÙdebert font périr les fils dé . 
Ciodomir 179. Retratte de Ste ClotUdé * 
181. «SI Cloud 1 81. Troifieme Concile ^ 
d'Orléans 185. Commencemens de Saint 
Médard, Il efl fait éveque dt Noyon & 
de Tournai 185. La Reine -Ste Radé-^' 
gonde 1 87* Elle prend le voile de reli" 
gion i9^. Le Po'ête Fortunat 1*911 Les 
Rois Childthert & 7 héodebert fe réconci^' 
Hent avec Clotaire 193. Jujlinie» reprend 
r Afrique aux Vandales 1 94* Triomphe • 
de Sélifaire 1 96. Concile général de i'A'-. 
frïqut i<)f,La Reine Amala\ente empri" 
fonnéeparThéûdatiox. Lu Pape Aga^ 
pit envoyé en ambaffade à C, P.iô'fï' 
Mmnas fuffiiiué à Anthim^ patriarche 



''i 






:^- 



^ .5 (p>l MA H^ESi 

hérétiques d^ofés^ Mort Ju jPupe ^ga,pit, 

èonçUç de C, P , 106, Loi* publiées pat 

fufiinien,pour h religion 1.07e Concoufê 

its dean ju^nfiifl^ms dans les caufes ecr 

cUfiaj!i^s i^\^ Jy^ples ^rife d'ajfaut 

p..r Mélifiiire a 1 z, Itome remifijons /4 

dominationdes empereurs t\ ^^ Èleclion 

du Pape Silve'e 114, Caraciere de i* fmr 

péfoiriçe Xkéodora, E.Wion crimmelle de, 

Vigile x\y Silvere pejf(cmé & efmjB^ 

4,î.8. Retour de Si^vfô^ SQUMellespejrfém 

CHtmrisççme^l^i, S^nmt xip. JLeHre dM, 

Vigile au^ 'pajffiarthes d'OrUm t »^l:. Mcy 

vers ds, Sélifaire. TotilflB(>i deS^Goths 

125. Jujiinien entreprend la condamna*^ 

tiondf^ Origéi^ifies 2154 t) y{fion parniâ 

Ifsmoine^Xi^, > ^nj^àrs des Qrigénifles 

Zi-j, On çoff^oqueuV' confite contre ^ux à 

C P, 11^, Guerre e^ntr^Jes nn^inesdePof 

lejline. xi 9 . Litrépi<Uté du Moine Théof^ 

dUe 2.^2» Intrigues de Théodore de Cé'>* 

farée^ 1 5 1 . Jugement dogmatique puhlii 

part Empereur Jtjiinien a j6. // attire h 

PapeVigHeà C, P, f^f9. Le '"renoncé de^ 

Visile^^y^. Le Pape ;r^.fe d*a£emidd{ 

u/^jçonei/e général, 24.0. Ji/réf^^M danm, 

fortir, He nouyelUs perfécuiions l'ohii" 



fi 






S'^ÔM'IVÏ AIRES. kf 

gentkjè rétirer au delà du Bojphôre dans* 
l'éjli/e de^te Euphémie 145. Sainte mort 
du Patriarche Mennas 145. Miracle opéré, 
fur un enfant Juif i^6. Eutychus pa-»'^ 
triardie de C» P, 248. Commencement dit 
cinqaiemt Concile 150. AnathenÉe prj^ 
nonce contre les trois chapitres O contre' 
leurs auteurs 1 54. £4 Corijlitution de yi* 
g'ilei y6. Il refu/c de venir au Concile x j ^} 
Jugement doBrinal du cirquïenie Concilç 
16 i, Heureufe iffue de ce Concile 164, 
Coijltution définitive du Pape f^i^ttc 
167. Schifmè m Occident 16%; Re^fle^- 
xions fur le cinquième Concile lyo^ 
Prompte exécution de ce Concile et^ 
Orient lyy Indui^^ence àtégarddes Oc^^' 
cidentaux iy6. Mort du Pape f^^gi'^ 17'f^ 



** 



.> 



9 



1 . k.kr 



W \r R E V ï N G T I E M E. 

' f^ ■ ' . . ! 

7» ', .■ * - V ,\ ■ . , * *• ■-■-■•■ 

USTIFlCjÏTIOir dû Pape Pelage i8lV 
L'Empereur Vujlinien néglige les affaires 
du gouvernement 184. Suc,ces & humanité- 
du Roi Toâl t ^ 8j. Ilvijite S, Henoît 1 g tf.* 
Enutvu€de "S^ Beààît &deSt Sch&lafli^ 
qittt^ 8èé i» ^fort > de S te Se ^ofafii^ue 1 8 94 
ôrij^ène du Patrice Narjis'X^, Il ruiné 
làmmarchk d$s Çàths tn halk x^i, U 






■''V, 



■■\' 



^i) SOMMAlA^l 

fccondeUPapê Vélagt contre les fehifinm^ 
tiquts 291. Le Roi ChUdeàert envoie vers 
FMage ^ pour s'ajfurer de ÎAJoi de fit 
Pontife 1^6, t^énération des reliques 197. 
Sapaudc archevêque d'Arles ., h Flcaite 
4u Pape dans les Gaules ^^9* Saragoffe 
délivrée par l'interc^on de S, Vincent 
299. Eglife Htie à Paris en l'honneur de 
fie S^ Martyr 3 00. Mon de Childebert 
3 û 1 . Sa charité &fa religion ) q 3 . Mon 
de Clotaire 504, Nouvelle diyifion ae la 
France en quatre royaumes 505. Conve/^ 
J^ondesSueves, S, Maninde Dûmes ^09. 
EgUfe d'Efpaene 3 1 o. L'Empereur JuJ^ 
tinien donne dans l'erreur des Incomipti" 
Mes 512. «S, Anaflafe patriarche d'An-* 
teoche 3 1 4. MortdeJuJlinien, Défauts & 
àonnes qua/ites de cet Empereur 3 16, Caf» 
Jhdore Offes écrits y li. Vices de Jujart 
JJ, 5 ^ I . Invafion des Loriibardi [^xz. 
Anarchie enLombardie: S, Sancluieprc- 
tre 124. Miracles dé S, Hofpice 5 27. S, 
Grégoire de Tours 329. S, Venant 311. 
Les^S, Léobard&'Sençch reclus 432. SS, 
évêques de Bretagne^ 34. S* Malq 3 3^;. 
Etat hiérarchique de la Bretagne, St cond 
Concile de Tours 3 3 9. Caraâere des Bfii"^ 
nés Brunehaut& Frédégonde 343. Afffc^ 
jhatduRoi Sigebtn ^j^^. Mon &:S^ 



^ ' ■( «•" 



SOMMAIRES. tiïj 

Germain de Paris 345. Mariage dit 
Prince Méroué avec Brunehaut J4(5. Mal" 
heurs de Meroué ^^9. Concile ajjetnblé 
à Paris contre Prétextât de Rouen 349. 
Grégoire de Tours eji abfous au Concile 
de Braîne 355, AffaJJinat de ChUpéfic. 
Le Roi Gontran protège Frédégonde & 
fon fils Clotaire 357. Conduite inégale 
de Gontran 358* Second Concile de Mâ^ 
con 5 59^ Synode d'Auxerre 3^0. Pré" 
textat rentre dans fon fiége 3^1. Ileft af- 
fajjînéj & honoré comme martyr ^Ci.In" 
terdits locaux '^6'^.EleSlion du Pape Pe- 
iage IL Perfécutions des Lombards f6^, 
Perfécution de Lévigildé Roi d'EJpagne 
3 ^'5. Martyre de S. Herménîgiîde 3 (S S. 
Sueves pervertis 3 6^ . Converfion du Roi 
Récarcde & des Goths d'E/pugne^fo* 
Coinci/e national des Goths à Tolède 371. 
•Concile pour la même nation , dans la 
Gaule 373. S, Léandre deTolede 374. 
Commencent' s de S. Grégoire le Grand 
375. Il eJi fait archid acre de fEglife Ro" 
ma} ne & légat à'C. P. 377. Rétablijfe» 
ment du S. Patriarche Èutychius 3 78. S, 
Grégoire tire Eutychius de l'erreur oà il 
étolt touchant la réfurreclion de nos corps 
380. Bonnes qualités de l'Empereur Màu-i 
ri€e 381. S, Théodore de Sicéon ^i^i 



■--C!» ■> 



!. ï* 



t 

\ 



xiv SOMMAIRES; 
Morales de S, Grégoire 385. Jean le Jeu" 
neur prend le titre dEvêque llniverfel 3 87. 
Lettre de Pélagt II aux éviques d'IJlrie 
^88» Zèle de S. Grégoire pour la conver-^ 
Séndes Anglois 389. Ilejl élu Pape 3 90. 
Sa répugnance extrême pour fon élévation 
391. PaJloraldeSé Grégoire 393. Se*, 
lettres à Théodelinde Reine de^ Lombards 
39^. Converjlon duRoiAgilulphe&de la 
nation des Lombards j^^» Soin que S. Gré- 
goire prend du temporel à^oo. Sa charité & 
Ja libéif alité 40 1 . Sa folUcitude paftcraU 
404* Paul de Népiyijîteur à Naples 40 5 . 
Affaire d'Adrien de Thebes 40^. Affai" 
ns de Jean prêtre ai Calcédoine ^ & d'A" 
thanafe abbedeTamaS en Lycaonie 410» 
S, Grégoire rBifie Quelques exemplaires 
du Concile d^Ephefe 41 1. // écrit à Jean 
le Jduneur^i 3 , Soins de S, Grégoire pour 
empêcher que ce Patriarche ne s'arroge le 
titre d'Evêque Univerfel^i^, Il defapr 

# prouve les partages de reliques. Chaînes 
des SS. Apôtres révérées à Rome 419» 
Cyriaque fuccede à Jean le J^neur^xi, 
Vigilance pontificale de S» Grégoire , au 
fujit de la Sardaigne 412. // empêche 
qu'on ne vexe les Juifs 42 3 . <S. Vi^le ar^ 
^hevêque d'Arles 42 5 . Décrétale de Saint 

' Crégourc wix principaux éyêques du 



"« 



SOMMAIRES. XT 

royaume de Bourgogne 4^16. Prérogative • 
accordée par S, Grégoire à Siagrius d'Au^ 
tun. S. Sulpice le Sévère & S. Sulpice le 
?i€ux^i%, S. Yrierabbé. S. Fulfaïc le 
Stylite. La Diane d*Ardenne mife em 
^foudre 419. Révolte des Religiet^fesCkro^ 
dielde & Bajine dufang royal 450. FiO" 
lénces exercées par les gens de Chrodielde 
435. Les rdigieufes rebelles jugées au 
Concile de Met^, Gilles de Reims dépofé 
pour crimes d'Etat 43 5. Commencemens 
de S, Colomban 45^. Fondation du mo^ 
nafierè de Luxeu, Règle de S, Colomban 
457. Son attachement à l'iifage des Ir^ 
landais pour la célébration de la Pâque 
4) 9. S, Jean Cl^maque 440* Son ouvrage 
intitulé Echelle du Ciel 4^1, Defcription 
du monajlere des Pénitens 441. S. Gré* 
goire envoie des mijjionnaires en Angle-- 
terre. S, Augujiion chef de la miffion 44^. 
Ethelbert Roi de Cant reçoit les mijjion* 
naires 448. Auguftin ordonné pour lejîége 
primatialde Cantorbéri 451. Injiruclions 
de S. Grégoire à S. Auguftin 45 z. Fon^ 
dations dévêchés erf, Angleterre ^^ 5 . Ho^ 
mélies de S, Grégoire 45^. Ses dialcgues 
457. Son Sacramentatre 459, Etat & 
titres divers des égfifes de Rome^di, 
Chant Grégorien j^6^. Ordonnance de 



xy) SOMMAI 1$: E Si 
l'Empereur Mquricc concernant l'entrés^ 
en religion 467. Prifonnïers Romains, 
égorgés par les Avares 4(^8. Phocas fait^ 
égorger Maurice & fes enfans 4fi^, Il eft 
couronné Empereur par Cyriaque de C. P.. 
& reconnu par S. Grégoire ^jo. Mort de S* 
Grégoire, (ouvres de ce S, Docteur alté^ 
fées par Claude abbé de Clajfe 47 x . Etat 
4es vrais ouvrages de S, Grégoire 47 a. 
Son portrait ^-j y 







.c.-^j.. 


m 




_ -.A 


l 






■ *' 


.\ 


: . . 



.W'-A'i- 



: «'viç'iKi# ':-^^ . ,» 







.;,r.v,ui u*> 



-. .^lEi •ti^.ij^^v^cà;^) "^'^^•"''^^'^ HISTOIRE 




HISTOIRE 

1 



NC|:'^ 



» 



LIVRE DIX-HUITIEME. 

Depuis la. convtjfion des Francs en 
49^ j infi^'à fEmpire de JufimUn 
en jiy, 

X/AMS le changement entier de 
Tordre politique du Monde » cau^ tant* 
par la fubftitucion des nouveaux Do- 
minateurs de rOcddent â la putffi^e 
Romaine, que f>ar Tjétatde crifeoùrEm^ 
pire demeuroit en Orient , Tordreecclé- 
fîaCti^ue devoit éprouver auffî quelque 
modiiicacioi} nouvelle. Inftruits par 1 & 
vangile à joindre la prudence du fer- 
pent à la (implicite delà colombe , c*e(l- 
a-dire à ne point tenter le Seigneur , & 
a s*aider de tous les moyens de la fageilc 
Tome FL A 



.§- H 11 wïin ^^ 

CD gtcen4aDt tout de la Providence , !*£•• 
glife Af: les Pontifes chargés de fon ré^ 
gime 4svQient * fe prêter aux conjctnc* 
(ures , iansrien rel^herdela loi divine^ 
ôc fans juger de l*ordrç temporel qui 
n^ft p^ le jeur^ adoi:e;: le$ deifeins du 
Ciel datis léis révolutions une fois con- 
fomoïées > révérer l0s npuveaux maîtres 
établis dans les droits des anciens , ôc fe 
concerter avec çux pour attacher folide- 
îfierit à Dieu les maîtres 8c les fujets. 
- Pai^s ces difppHtioi^s , le Pape Ana£- 
café ne manqua point d'écrire au Roi 
^Çloyisu dès Ip |;omiT>eni^emçnt de (g 
cpt^verfion. Pq^r Tengager a s'acquitter 
çlii premier dçvoir d'un Prince Chrétien, 
il ne lui préfenta pas la nourritoi i des 
Ibrts} ,iiiavs ufantde l'éloge côn^me.d'un 
iait; îçpQU^mpdéià fpné^at d'enfance en 
J/Ç.>*Jj.luidit , qu'il fe réioiiifiroiç avec 
i'Ep^i^ de çç Diçu faijt hon;îim^ , de 
4^qU'^ljç venoiç dç lui enfanter un dl^ 
£^g@ & valei|reux , capable de la défen^ 
(dre jifi içul contre tpi)s f^s iniiombrar 
hU^ & fjiiripux ennemis. Il l'exhprtoir 
^iifujte 4 Drçndre poi^r TEglife ôç le 
xentre de ion u^itq , les fentimens que 
prit en effet ce Prince , & qui ont p<^r|pil' 
M^ï^ diftingué fj^sfljccçlTçiirs, 



t> E 



x*£c 1 1 se, f j 

(fl éaivit aufli i l*£mpereur , nommé 
Anaftafe comme le Pape » & difpofé 
bien différemment du Roi des François. 
Sans fonder fur lui de grandes efpétan- 
ces^ il fe propofoit au moins d'empè-> 
cher que le fchifme Ôc les troubles ne 
fuifent portés aux dernières extrémités 
en Orient. U s'ef&rçoit de rappeler à 
cet Empereur une paixie des bons fenti- 
mens qu il avoit marqués dans le temps 
^e fa vie privée » Se de Tamener i facri-^ 
fier au bien de TEglife le nom du Patriar- 
che Acace mort dans Tai^athème. Tou- 
tefois il n'approuva point ceux qiii pré- 
tendoient que cet évèque n eut plus le 
pouvoir de faire aucune fonâion , depuis 
jqu il fut condanmé par le Pape Félix. Il 
déclara èxpreiTément , que l'indignité 
du miniftre n'empêchant pas la vertu des 
facremens , il tenoit pour valides les 
baptêmes Se les ordinations conférés par 
Acace. Cette lettre fut portée par deux 
évèques , qui accompagnèrent le Patrice 
Feftus, envoyé de Rome à Conftanti- 
tiople pour d autres affaires. Mais TEm- 
pereur avoir des vues bien différentes. 
Par le moyen de Feftus qu'il gagna , il 
ne prétendit rien de moins que d'enga- 
ger le Vicaire de J. C. à recevoir le ru- 

Aij 



EpiA 
4. Coiic< 
1178. 



I. T. 

pag. 



/ ' 



Theod. 
lib. ^« 



4 H I s T -O I RI 

nefte Hénocique de Z^n. Cependant 
le Pape Anaftafe mourut avant le retour 
du Patrice » Tan 49 1 , le 1 7 Novembre ( 
& le 11 , on nût en fa place le diacre 
Sfmmaqtte» natif de Sardaigne. 

Le Patrice Feftus , â foh retour de 
C* Pm , voulant tenir h. promeife quUl 
y avoir faite au fujet de l'iiénotique » it 
clire aufli-tôt l'arcKiprètre Laurent du 
titre de Sainte Praxede, qu'il préfumoit 
* apparemmentplus £icile à féduire que 
Symmaque. Tous deux fiurent ordon- 
nés le même Jour ; Symmaque dans la 
bafilique de Conftantia j ayant pour lui 
le plus grand nombre^ Laurent dans la 
baulique de Samte Marie , comptant 
dans ion parti , quoique moins nom- 
breux 9 quelques fufFrages d'un grand 
poids. 

Aiiifî le fchifme devenant très-fé- 
rieux, après qu^ileut duré trois ans, on 
convint que Fon recourroit de part ôc 
d'autre à la médiation du Roi Tnéodo- 
ric , quoiqu'Arien y 6c que les deux con^ 
ciurrens iroient pour cela le trouver à Ru- 
veiine : ce qui s'exécuta de la manière 
la plus fatistaifante. Le Roi des GotUs 
Lea. convoqua un concile d evêques catho- 
liques y ôc il fut décidé que celui qui 



\ 



« B L*E G L I 8 i; f 

avoit été élu le premitr , 6c qui avoic 
pour lui lejpltts gcand nombre» dévoie 
conferver le Siège. Symmaque (ut par 
conféquenr reconnu pour pouèflènr lé^ 
gictme de la Cliaire Âpoftoliqlie , qu'il 
occupa plus de quinze ans. Un de fes 
premiers foin» fut d'obvier pour la fuite 
a de pareilles diviiions. Dans un fécond 
conçue où il fe trouva 7) évêqnes^ , le 
Pape compris , après de iàges r^^lemens 
pour prévenir les brigues £ les cabales > 
on ordonna pour toujours, que celui- 
là feroit facré Pape , qui anroit le 
plus grand nombre des fuffirages du 
clergé. Plufieurs prêtres fouiicrivirenc 
aorès les évêcjues ,< de l'on remarque en 
t«ce bfoufcription derarchiprètre Lau- 
rent , le même qtu avoir occasionné 
le fchifme , êc qui fut depuis évèque dé 
Nocéra. 

Mais on ne perd pas iî-tôt l'efpcrance, 
quand on s*eft vu û près de la poflelîîon. 
Peu après le Concile , Feftus , avec plu- 
fieurs Sénateurs & quelques membres du 
clergé, fuborna des témoins , êc parde- 
vaut Thcodoric , accufa le Pape Sym- 
maque de crimes horribles. Il appela en 
même temps TAntipape , qui ne fe lit 
pas prier , & qui renouvela vivement 1» 

A iij 



%tù:<i 



^ H I & r^à I n 1 

fchifme. Le Roi bien incenciotiiiif > mais 
peu inftroic de pareils objets, envoya; 
Pierre év^ue d'Alcino 9 pour £ûre le» 
informations for les lieux t ce qui 'fcan-* 
daliia bestucoup les Fidèle^ , 6c fit hau- 
innod. temenc crier àVabus. C*écoic à leurs re^ 
Apoi. f . 341. «trds un perfonnage monftrueux ,^u'un 
Ëvèque Vificeur à Rome ^ & ik fe di- 
ibienc les uns aux aulnes y qu'on n'avoit 
pas encorevu cerenverlemencentier de» 
canons» Les évoques dei leui cÀférne 
marœierent pas moins de furprife»Ceux> 
delaLiguriè,'der£milie& de laVéné-* 
rie , en payant oar la Tille de Ravenne 
qui fe trouvoit fur leur chemin » repré^ 
leiicerent librement à Théodoric, que 
c'eût été au Souverain J^onrifei les zC" 
femblëri; que ce drpit appartenoit au 
Siîége ApÔKoliquey ^ raiibn de fa^prr- 
Riauté ; qu'il avoit ct^ conftamment re-^ 
connu par les plus grands conciles > Se 
qu'on ne trouveroic pas facilement de 
pareils exemples de la fo miOlion d'uni 
Pape au ju<7;ement defes'"n.':^r''^îîr's. Le 
Roi répondit que Symm.^^ avoit de* 
mande lui-même ce Concile , qu'il vou- 
loit être jugé ^ & il leur fit voir les let* 
très du Pape à ce fujet. Quand ils furent 
Rome > Symmaque leur confirma 



î^'^ 






lr 



• ■l'Eglisit; *f 

tout ce que Théodoric a voit avance , CC'* 
moigna même beaucoup de reconnoif- 
Ifance envers ce Prince ^ & calma toutes 
\ts inquiétudes àii% évèques couchant la; 
coi TA cation. 

^^ uid le Papefe rendit aulieuindi'» 
qné , il fut fuivi d'un grand peuple de 
i un 5c de Tautre fexe » qui marquèrent 
par leurs larmes leur aîFeâion pour leuc^ 
pafteur , & combien ils étoient édifiés! 
d'un trait d'humilité dont ils ne fe rap-> 
peloient point d'exemple. Les ennemis 
du Pontife au contraire frémiiToicntdtt 
rage & d'envie , fur-tout en obfervanc 
le calme & la fécurité que lui infpiroit la 
pureté de fa confcience* Tout4-coup ils 
s*em|X)rtent, font pleuvoir fur lui^fùc 
fa fuite une grêle de pierres , bleflenc 
pluneurseccléfiaftidues^ 5c Ufcene eut 
été beaucoup plus fanglànte , fans ttois 
oâîciers du Roi , qui lufpendirent le tur 
multe 9 5c reconduifirent le Pape chça 
lui. Après quoi il fe commit des meUr- 
ites 5cdes violences effroyables : il y eut 
des. prêtres madacrés , des vierges tirées 
de leurs monafteres , traînées nues par 
la ville , & battues indignement. 

Après une preuve £\ alarmante de ce 
que les fchifmaciques avoient dans l'ame» 

Aiv 



P H I S T O I R I " 

les évoques ne jugèrent pas â propos de 
refter plus long-temps à Rome : ilsécri- 
virent au Roi , pour lui repréfenter les 
périls qu^ils couroienc parmi ces fu- 
rieux, ëc lui demander de retourner à 
leurs Egllfes. Théodoric leur répondit 
de terminer cetre caufe , en la manière' 
qu'ils trouveroient la plus convenable 'y 
puifqu'il favoit parfaitement , quant à 
lul-mciiie V qu'il ne lui appa'rtenoit en 
aucunid fa:^on de décider dans les affaires 
purement eccléim(Houes. 

"Après cette réponie , les Pères décla- 
rèrent au Sénat , qu'ildevoita plus forte 
raifon s^impofer la même retenue que 
le Roi , 6c comme lui , laiOfer la caufe 
de Dieu au jugement de Dieu : ce que fie 
^ufli-t6n cette auguâ?e compagnie. Ainfî 
parfaitement libres de toute gêne , du 
cote de lapuifTanceféculiere, ils pronon- 
cèrent feuis & définitivement , le 6 No- 
vembre de cette année 502 , qu'ils te- 
noient le Pape Symmaque pour déchargé 
devant les hommes , des accufations in- 
tentées contre lui , Se laiflbient le tout 
au jugement du Seigneur. Ils accordèrent 
enfuite le pardon aux clercs qui avoient 
fait fchifme , pourvu qu*ils fiffent fa- 
ti$fa<^ion au Pontife^ & ftatuerent que 



"" _-v. ,. ■«"■ *■ .' - 



9 1 L* £ e L r f £* ^ 

quiconque ne fe foumectroîc pas a l^av&- 
nir » feroit punicaiioniquemenc ><:omme 
îchifmatique. Tout ce qu'on décerna- 
en vertu des ordres du Roi, ce fut de 
reftituer auPape ce qui apparcenoit i TE- ^ 
glife au dedans, ôc au dehors de Rome » ' * 
c ed-â-dire les podèilîons temporelles qui 
avoient été ufurpées» Tels font en fubC- ^v: ' 
tance les décrets du Concile de Palme , v^ 
ainft appelé vraifemblablemenc du lieii 
particulier où fe tint la dernière feilion. ^ 
Nonobdant les égards de ces évêques 
pour la dignité pontificale , ceu5e des 
Gaules ignorant fans doute que tout s'é- 
toit fait avec le confentement du Pape » 
furent fcandalifés qu'on eût feulement 
ofé procéder à un pareil jugement. Ils 
chargèrent S» Avit ; évêque de Vienne» 
ëc Tundes plus illuftres aentr'eux , d*en 
écrire à Rome, au nom de tous les au- ^ 
très. Dans cette lettre , qui eft adref- ; , 
fée aux premiers du Sénat ; lorfque nous r^^, ^^ 
avons reçu , dit-il , le décret porté au conc.g. . 
fujet du Pontife , nous étions dai>s les ^^^'" 
plus grandes alarmes, perfiiadés>comm« ! 
nous le fomines encore , que tout Tordre 
épifcopal eft chancelant , quarki le Chef v 
eft attaqué» L'on ne conçoit pas ^cile- \^ ? 
ment,, comment ôc en vertu de qu^e 

A V 



-..V ,/■.;■- , 



.10 



H 



^ 



r s T O I R E ^ ■■■■'■ 
loi le Supérieur a été jugé par Ces infë» 
rieurs^ Si. le Papeécoic accufé à un tribu- 
nal laïque, il devoit trouver dans les évê- 
ques ,. plutôt des défenfeurs que des ju.-^ 
ges. Dans les autres prélats ». fi quelque 
çhofe pacoîc contre 1 ordre , on peut le 
déformer i mais fi Tonrévoq^e en doute 
ràutorité du Pontife Romain , ce nefk 
plus un évèque > c*ell Tépifcopac même 
qui périclite. Vous n'ignorez pas parmi 
quelles tempêtes nous conduifons 1^ 
vaifTeao. Si vous craignez avec nous 
ces périls, il faiu que vous travaiiliess 
comme nous àlafureté du pilote. Quand 
les nautonniers £e foulevent contre celui 

3ui tient le gouvernail ,. ed^I de la pru- 
ence de câei; à. leur emportement B 
Quelle condefcendance. inhumaine, que 
celle qui les expofe eux-mêmes à périra 
Celui qui eft à la tète du troupeau du Sei- 

§neur, rendra compte de la manière donc 
le conduit ; mais c'efl à ce Souverain 
Juge, ôc non au troupeau „ de deman- 
der ce compte au Pafteur. Cependant 
S. Avir, en blâmant les évêques de s'être 
chargés de cette cauie ,. les loue de l'a- 
voir enfin réfervéeau jugement de Dieu,. 
6c d'avoir attefté que , ni eux ni le Roi 
Théodoric navoient trouvé aucune 



». *» • 



» ..^ -. ! 



r 



E X' E G t I 



S E. 



•Ifl 



preuve des crimes donc le P^pe étciic ac 
café. 




''^iT'-'flix 



Avit , dans cette lettre , joiii 
lité de Sénateur Romain à ceK^Hf^ivc-^ 
que, pour faire fervir a la (fml ^iJ'j^*^ 
croyoit ne pouvoir trop bien 4#«r ^m^^ 
éclat qu'il négligeoit par-toul^iHeuirs^ 
Il étoit en effet de la première npb*^^'*^ 
de Rome , petit -fils de l'Emp^ 
Avitus , de non moins diftingué par 
{qs qualités perfonnelles , que par la 
grandeur de fes pères. Le Roi Gonde-^ 
baud y quoique Arien , avôic pour lut 
une affeàion particulière ôc une grande 
confiance. Il le confultoic foûvent fur 
difFérens points de religion , comme 
nous le voyons dans les lettres du Saint.. 
C'eft encore dans fes lettres que iiqu».- 
apprenons l'origine du mot de Mé^e ; 
il y marque qu'on ufoit-de cette for- 
mule , Ite Miffa eji j pour congédier le, 
peuple , non - feulement du lieu Saint » 
mais du Palais du Prince & desTri-.^^^^ 
bunaux Judiciaires , quand ralTemblée • 
«toit finie. En reçoivioiirance de Tami- 
tié dont fon Roi l'honorait j il fit touç 
fes efforts pour le retirer de l'hcrçCe» 
Ilpropofa & obtint une conférence avec 
les Ëvêques Ariens , qui furent coa* 



, 3 




¥' 



11 



I R 1 






*^ 



>i. 



H I S T o 

fondus ôc ne répondirent que par des 

I Hi?'^"^* ^"1**^®^ **** ?}^ folides raifons. Le Roi 
'" '^' connut (î clairement la vérité, qu*il pria 
. le S. Evèque de le réconcilier à TEglife 
Catholique^ mais en fecret , parce qu'il 
n*6lbit fe déclarer hautement au milieu 
4'ttn peuple fort attaché à rArianifme» 
Avit blâma, avec toute l'éloquence que 
lui infpira fon zèle , cette rcferve inju- 
tieufe à celui qui a menacé de rougir 
devant fon père , de ceux qui auront 
rougi de lui devant les hommes ^ mais 
il ne put jamais faire furmonter aa 
Prince ces craintes humaines. 

Le Pape Symmaque en plus grand 
crédit que jamais par Thumiliation de 
\ fes calomniateurs de par les témoignages 
du zèle Ôc de l'attachement des plus 
illuftres Prélats à fon égard , ne penfa 
xmi faire des réglemens utiles à i'E- 
glife , & fur-tout à prévenir efîicace- 
m ent tout cfe qui pouvoir encore donner 
T. 4. conc. lieu aux fciffibns Ôc aux fchifmes. Dans 
F' »3î3' un concile tenu l'an 504 , il fut défen- 
du à quiconque , d'aliéner les terres de 
l^Eglile , & même de les donner à ufu- 
frUit à d'autres perfonnes qu'aux clercs > 
aux captifs ôc aux hôtes , c'eil-à-dire 
aux étrangers indigens* Comme lès 



-??.!?■,, v^i 



Scdifinatiques vouloienc tirer des con- 
féquences contraires d'un décret porté 
dès le temps du Roi Odoacre, fous pré^ 
texte de la confervation des biens ecclé- 
iiaftiques ^ un cvêque en plein concile a . 
dit qu^un laïc n*a:yoitpas eu le pouvoir 
d'ordonner i^in(t dans TEglife» & que -^ ' 
Us prélats, is^ confentant au décret » 
n'avoient pu porter préjudice au Pape », 
vu , fur-tout > que le S. Siège étoic alors 
vacant» Sous le pontificat de Sy mmaque» 
on fit encore en concile ui^ règlement 
de plus grande importance» 

Le Pape demanda Tobfervation des ibid fvg 
canons faits à fon fujec , Ôc fuivant lefr »î4j> 
quels les ouailles ne peuvent accufer leur 
Pafteur que dans le cas où il pécheroit 
contre la Foi, ou quil leur cauferoit 
quelque dommage perfbnnel. Le Gon-^ ^ i 
cile confirma ces canons, fous pein^ ^^ 
de dépofttion pour les clercs , d'excom- 
munication pour les moines ôc les laïcs». 
&: d'anathême en cas| de récidive : ce 
qui met clairement de la différence 
entre rexcommunication ou privatiom 
de la communion , & 1 anathême qui * ^ 
éroit une peine beaucoup plus, grande.. 
On lut dans le même concile , Ôc l'on- 
combla d*élogcs une apologie du Pap€t^ 



u 



Histoire 



© 



"■' *■ 



m^ 



Symmaque , faite par le Diacre £nno<^ 
dius , qui écoic en grande réputation 
pour fou éloquence. La dignité Ponti- 
hcak y eft telletnent exaltée , que TAu- 
teur femble prétendre , de deux chofes 
Tune', ou que la Chaire Apoftolique 

lïend impeccables ceux qui y par vien- 
nent, ou que Dieu n'y lailFe parvenir 
que ceux qu'il veut fandifier : mais on 
ne prenoit pas au pied de la lettre , des 
exagérations que rendoit plauHbles en 
quelque forte la vie fainte de prefque 

if tous les Papes. EnefïeE , la fainteté pa- 

^^rut comme héréditaire fur le Siège de 
Pierre > non-feulement pendant tout le 
cours du premier & du plus bel âge de 
l'Eglife , mais encore dans pKiiîeurs 
iîecles fuivans. Lenombrede/csfuccef- 
feursjuftement honorés d'un culte pu- 
blic s'y trouve (i grand , que nous nous 

'ibmmes fbuvent diipenfcs de leur don- 
ner les qualifications qu'il méritent en 
ce genre. 11 étoit plus fimple Ôc plus fa- 
cile de marquer les exceptions de 1» 
règle, que d'en citer les exemples. Quant 
à l'apologie d'Ennodius , on y voit que 
l*obfet de la calomnie inventée contre 
Symmaque , étoit un adultère ou quel*- 

^^'autre péché honteux : ce qui donna 



j,:éâ^^' 



D s L*E G L I S S. 'l$ 

lien fans doute à rordonnancô quefîc 
ce Pape , pour obliger les évèques , le» 
prêtres & les diacres , d*avoir toujours 
avec eux un témoin sur de leur con- 
duite , qu'on appelloit Syncelle. Les 
ecclcilaftiques qui n'ctoient pas atfez 
riches pour en avoir j dévoient en fer- 
vir aux autres» 

Symmaque fit une apologie pour lui- Tom. <.. 
même , en réponfe à un libelle publié i^^ ^^ 
par l'Empereur Anaftafe y qui furieux 
de voir éventer fes rufes & la duplicité, 
alla jufqu'à traiter le Pape de Mani^ ^ 
chéen. Le Pontife s'inquiéta fort pea 
d'une imputation qui tomboit de lo^- 
même > fa propre conduite^ le juftifianc 
affe^c y puilqu'ayant découvert à Rome 
quelques-uns de ces odieux Hérétiques , 
il les avôit fait bannir honteufement dt 
condamné leurs livres au feu. U ré- 
pondit avec plus d'emprelfement à la 
plaiAte que faifoit Anaftafe , de ce que 
le 'Pape s'étoit concerté avec le Sénat 
pour l'excommunier. Symmaque fait 
entendre que cette excommunication 
n'étoii pas un jugement prononcé nom- 
mément contre l'Empereur , mais une ' ' 
iiniple ceilation de commerce fuivanc . 

l'ufage du temps. Ce iieft pas vous > 



»«< 






\ 



;*S£ 



]? H I s T d I X f 

Seigneur , lui dit-il , que nous exconr' 
munions, c'eft Acace. Que m'importe 
Acace , dites-vous ï Abandonnez - 1& 
donc ^ & vous vous tirez dès-lors de (on 
excommunication '.-autrement, ce n'ed 
pas nous > c*eft vous-même qui vous 
excommuniez. Il fe plaint enfuite 

' \ de la perfécution qu Anaftafe faifoit 

foufFrir aux Catholiques , à qui feuls il 
inrerdifoit le libre exercice de leur reli- 
gion , tandis qu*il le permettoit aux 
fedes fan% nonabre qui infedkoient l'O- 
xient. ' 

,^ Ce Prince n*ctoit pas proprement 
Ëutychien , mais Acéphale ou Héiîtant : 
c'eft aind quon nommoit les inquiets 
novateurs y qui fans autre caractère 
que leur indocilité ou leur indifférence » 
n'admettoient point le Concile de Cal- 
cédoine , & ne fe déclaroient pas pour 
lès opinions profcrites par ce Concile» 
Il laiiîa pendant plufieurs années la liber- 
^ té de recevoir ou de rejeter ces faintes 
décifions > les guerres qu'il avoir à foa- 
renir contre les Ifaurës & contre les 
Perfes , lui faifant ménager l'afFedioa 
ïtagr. m. de tous fes fujets» Mais quand il n'eue 

••îf/ .,„ plus rien à craindre des écrançjers, il f* 

Theophan. i, , . ,•» ^ ' 

aii.jo6. aeciara ouvercemenc contre le b. Coa^ 



;<v'->''^ c 



O E L* E G L I s £• 1^7^^ 

cik » Se commença i tourmenter Jes 
Catholiques , particulièrement Macé- 
donius y Patriarche de Conftantinople. 
Celui-ci étoit dépofitaire de l'écrit , oà 
fon prédécelTeur Euphémius avoii fait 
promettre à TEmoereur , avant de le 
couronner , qu'il n innoyeroit rien dans 
la religion. Il ne vouloir point le rendre y 
quelque inftance qu on fît pour l'y en- 
gager : ce qui lui attira une violente 
perfécution. L'Empereur féduifis d'a;-^ 
lx>rd quelques évêques , & fîr venir à 
Conftaminople des hérétiques décriés > 
qui ne gardoient aucune meiiire. Mais 
le peuple nombreux de cette Capitale 
donna des fîgnes fi terribles de fon indi* 
gnacion , qu Anaftafe jfout puilTant qu'il 
ctoit , fut contraint d'en revenir auxmé- 
nageniens &c aux fupercheries ; c'eflr 
pourquoi les ennemis du Patriarche 
Macedonius , engagèrent un nommé 
Acholius à raifaiTiner. Acholius l'atta- 
qua l'épée à la main, mais fans fuccès , 
Macedonius ayant été fecounu L'Eve- 
que honorant la caufe qu'il foutenoit > 
loin de fe venger » fit une penilon sLfo 
ailàHin. 

L'Eglife eut aufll une guerre nou- 
velle à foutenir en Afrique. Après la 



iS H t s T 1 R ■ 

mort du Roi Goncamont » qui traita lié 
Catholiques avec beaucoup de bonté » 
Trafamond, fon frère de fon fucceffeur, 
secommeiiÇa la perfécutioh. Dans les 
commencemens , iln*ufoit pas de violen- 
ce ^ & le péril de la foi n*en fut que plus 
grand. Ceux qui vouloient embralTer la 
religion du Prince j étoient comblés 
de faveurs , élevés aux premières dieni- 
tés » ou aux charges lucratives iéi: n leur 
état^ & alTurés de Timpunité en cas de 
malveriàtion. Mais Trafamond s'appii- 
quoit fur-tout d anéantir i'épifcopac » 
laiflant mourir pailiblement tes Prélats 
Catholiques, & empêchant avec foin 
qu'on ne leur donnât des fuccelTeurs. 
On condefcendit à fc.^ defirs pendant; 
quelques années : mais quand on vie 
ce fyftème exécuté avec méthode & 
perfévérancs , ôc qu'on ouvrit les yeux 
lur les dommages infinis quen reflèii'- 
toient les diverfes Eglifes , alors les 
évèques qui reftoient , en confacrerent 
de nouveaux. LaCour en fut avertie y Ôc 
la perfécution s*échaufFa au point qu il 
y eut une multitude de prélats exilés » 
lur-tout de la province Byzacene,où le 
Primat Vidor avoir eu un foin particu* 
lier de remplir les (léges vacans. 



!» B L* Ê è 1 1 s t; t ^ 

Ce fut en cette occadon que Si Fui- '^^'• 
gence fiit ordonné pour celui de Rufpe » 
ville célèbre de la même province. 11 
écoit originaire de Cartha^e > petit- Als 
du Sénateur Gordien ^ qui en avoir été 
chalTé avec les autres Catholiques de 
marque par le Roi Genfetic. Ne À Té- 
lepte , dans la Byzacene , en 468 , Ful« 
gence perdit fon père peu de temps après i 
mais la mère fit cultiver avec tant de 
A>in fes heureufes difpontions , qu*il 
paiïa bientôt pour un prodige parmi la 
jêunefTe du pays. La pureté de fes 
mœurs étoit encore plus merveilleufe 
que fes talens : il évita également , Se 
la didblution où donnoient les jeunes 
gens de fa nai^ance > plus encore eu 
Afrique qu aiileu^ , 6c le piège de Tarn- 
bition , ci'autant plus impofant , qu'on . , 
avoic coutume d en faire une vertu à 
ceux qu une certaine élévation d*ame 
éloignoit^des vices srodiers. Pour fou- 
lager fa mère , il hit obligé de bonne 
heure à fe mêler de Tadminidration d& ' 
fes biens quiécoient confidérables : mais 
bientôt il rut dégoûté de ce genre d'occu- 
pations. . 

Vifîtant fouvent les folitaires qui ha* 
bitoient fon voifinage , il puifa parmi. 



ad r. 






« prit enfirr,âfe&l™""*5 * 

ti iéptouv» au«l«,M Ir^ •"»««ve : mais 
& v<ii]ut fcff 'Î^P* lui-même . 

f ulgence le pria T* "^"^«wenienr. 
fe^tae;:EtEL«^7- parmi 

A grande ieuneflè & Z •'°'''^*'^'»« 
ment délicat, "raiSi, *." ^«^^"e- 

entreprendre au del/rf« r r ' '"' ^« 

la mère Ile pXT "^^ Cependant 
^ein de fon W""' *'*""<^ du def- 

wnt Se en ^iL """aftere en ple„- 

tendrement qnK .1" J 'î""?'^ au/R 

6s larmes aul/îX T '"'^ *' *"''* 
«pendant de la "e^'^î" «enperdre 



^ • • 



» I L* E G L I s I. A« 

i amis quittèrent le Hede à Ton exemple » 
I & Te retireret iC en différens monafteres. 
Pour lui , portant auifi-tôt la ferveur 
6c les auftérités au plus haut point » il 
fît appréhender, tout en commençant 
que la ianté n'en fût ruiiille à jamais. 

Mais le Seigneur qui voyoit de quelle 
utilité elle feroit à iËgliie , la rendit 
beaucoup meilleure qu elle n'avoit en- 
core été. Les perfécuteurs xecherchanc 
de plus en plus les évèques , Faufte 
fut oblieé d'abandonner fon monaftere ; 
& le dikiple , par les confeils du maître » 
palTa à un monaftere voiiîn , où l'un 
de fes amis dejeuneffe , nommé Féliï , 
étoit Abbé. Celui-ci voulut céder fa 
place 1 Fulgence » qu'il en croyoit plus 
digne j ^il fit tant d'inftances par lui- 
même 6c par tous le$ frères , que l'hum- 
ble Fulgence , quelque léfiftance qu'il 
p&r faire , fut contraint d'entrer a« 
moins en partage du gouvernement. 
On le chargea du foin de l'inftruâion, 
en confidéracion de fon éloquence qui 
commençoit.àfefaire connoître. Bientôt 
il lui fattttt encore abandonner cette 
fcconde reci^ite , à cau& des incuruons 
des Barbares ; 6c avec lui toute la con>- 
jiuiiaucé fe tranfporta au territoire de 



,^ 



ai H 1 s T o I R I 

Sicque » dans uÀ lieu moins expofô '^ 
agréable d'ailleurs Ôc fertile, mais voifin 
d'une paroilTe gouvernée par un Prêcre 
NÂrien. Fulgence de Félix y furent pri$ 
ikiur des évalues déguifés en moines » 
qu'on s'emprefTa d'arrêter Ôc de corn- 
duire au Pretre'Arien. 

Pour préliminaire ôc fans nulle infor- 
mation, l'Hérétique barbare ordonna de 
les flaeeller. Epargnez mon'frere , die 
l'Abbe Félix : il n'a pa^la force de fouf- 
frir les tourmens , Se il expireroit fous 
Jes coups. Déchargez tout le poids de 
votre coleïe fur moi qui fuis u>n guide 
.& le chef de toute Tentreprife. On 
commença audî-tôt par Félix j dont la 
charité étonna le Vandale , fans le ren* 
dre moins féroce. Après que cet ami 
généreux eut été long-temps & rude« 
nient maltraitéj ^ fureur de l'Hérétique 
n'étant pas encore fatisfaite ^ on en vint 
à Fulgence qui fut flagellé à fon tour* 
Cependant , il demandai parler: dé^ 
|>loyant infeniiblement tous lescharmes 
<ie fon éloqueiKe , il commença par le 
motif de fon voyage , paiïà aux mar 
tieres de la religion , les traita avec 
tant de grâces. & d'onâion , que ce 
méchant Prêtre A fentit ému. Mais k 



DE L* £ G L I ê É. ' i| 

ffoidifTant contre ropérationde la grâce » 
\Sc roueiiTanc de paroîtreaccendri ; frap- 
: pez plus fort , dit-il aux exécuteurs , je 
penfe qu'il voudroit me féduire moi- 
.même. £oiinil fit rafer la tète aux deux 
Confefleurs , Se les renvoya honteufe- 
. ment dépouillés. •> 

Ils fe retirèrent , comme autrefois 
les premiers difciples de TËvangile >.en 
fe réjoaiiTant d'avoir été jugés digues 
. d'endurer des opprobres pour le nom 
de J. C. Ce fentiment étoit fi fortement 
empreint dans le coeur deFulgence, 
, que FËvêque Ârien de Carthage > qui 
, i:évéroit fon illuftre famille , ayant ap- 
pris cette indignité , & voulant châtier 
. févérèn^ent fon prêtre » Fulgence ùfa 
. de tout fon pouvoitj^afin de T'en empê- 
cher. Quelques follicitations quon Juî 
fît de laifTer faire juftice > pour conte* 
nir la violence deis feâ:aires en mille 
pccafions qui ne fe préfentoient que 
trop fouvent > il répondis avec une dou- 
ceur inébranlable , qu'il étoit double- 
ment indigne d'un Religieux » & de 
^irer vengeance d'un hérétique , & de 
^'obtenirparlen^oyen d'un autre héré- 
tique. Fulgence j8c fes compagnons 
retournement après cela à leur premier^ 



:i4 H I s T o I R 1 

demeure , aimant encore mieux fe ^oir 
expofés aux incurfîons des Maures idolâ- 
tres» qu*à l'impiété des Vandales ariens. 
Le defir de s'avancer de plus en plus 
dans la piété , & fur-tout de vivre in- 
connu & fans nulle coniidération , fit 
dans la fuite concevoir au Saint le pro- 
jet de fe retirer parmi les anachorètes 
de i*£gypte , qu'il ne connoilToit encore 
que par les conférences de Caflîen. U 
semoarqua fecrétement à cet effet : 

. mais des f erfbnnuges très-vertueux Se 

, très-expérmientés qu'il vit en Sicile » où 
îl celâcha aufli bien qu'en d'autres 
endroits de l'Italie , le détournèrent du 
voyage de l'Egypte , où le fchiûne êc 

j l'hérâîe régnoient avec infolence. De 
i^tour en Afrique , & ne pouvant refpi- 

i r^r l'air contagieux du (ieçle , il établit 

- auifi-tôr une nouvelle communauté dans 
lafiyzacene. Mais l'amour de l'obfcurité' 

.demeurant toujours imprimé au fond 
de ion cœur, à la première occafîon 

• il pafTa de ce nouveau féjour dan%jane 
lie écartée , où il y avoit un moimere 
d'une trèsiririgoureufe obfervance. Là , il 
étoit au comble de fes voeux , vivant 
en (impie moine ^ & fe croyant à jamais 
ignore > quand l'Abbé Félix ôc fes dif- 

ciples 



D E 



L* £ c t I 5 1. 15 

cîples Iç découvrirent , *près l'avoir 
cherché fort long-temps. 

Ils engagèrent l'évèque Faufte » 
comme fon premier fupéri Jiir , a le re- 
demander ; & il fe fournit à cet organe 
du Ciel. . Auflî-tot après £on activée , 
Faufte lui conféra la prêtrife, afin de le 
fixer , & d'empêcher qu'on ne l'ordon- 
nât pour une autre Eglife. Le Saint fit 
peu de réfiftance , quelque éloignement 
qu'il eut de toute diftinâion j coipptanî: 
que ce premier degré l'attaçheroit à la 
retraite, ôc feroit que les villes d' Afrique 
où fon nom avoir acquis {a plus grande 
célébrité , ne penferoient point à le de^ 
mander pour évèque. C'étoit d'ailleurs 
le temps où le Roi Trafamond s'oppor 
foit le plus rigoureufement aux ordinay 
rions épifcopal^s. Mais voyant peu apr^$t 
que les prélats ne fe çonformoient;, pa^ 
aux défenfes de la tyrannie , Fulgeilce f^ 
tint fi foigneufement caché , qu'on ne 
put le mettre en place , Iprfqu'on donna 
des évèques a la plupart des Eglifes. 

La ville de Rulpe' étoit demeurée des 
dernières fans pafteur , par les intrigues 
d'un diacre jaloux ,, allez h^bib; pour 
empêcherréledion de fes compétiteurs , 
âc trop indigJie pour fe faire élire luir 
Tome FI B ;, 






iS 



H I s t O Z R I 



même. Les citoyens les mieux mten« 
tionnés fe concertant entr*éux , allèrent 
trouver le Primat Vidtor , en obtinrent 
la permifHon de faire ordonner par les 
ëvêques voifînsFulgence âgé pour tors de 
40 ans 'j 6c tenant tous enfemble cette 
réfolution fort fecrete, ils ralTemblerenc 
en diligence une troupe nombreufe de 
fervens Ôc zélés Fidèles. On marche 
droit à la cellule de Fulgence» qui ne fe 
défioit plus de rien y on ne lui donne pas 
le temps de parler ; on Tenleve routin- 
diipofe qu'il étoit , & on le mené au 
preiat qui devoit le facrer. Son air , fa 
inodelUe , fa répugnance même ôc fon 
«mbarras, fon humilité profonde , mais 
non fauvage » fixoient tous les regards , 
*& raviirôient lafFeébion de tout le 
monde. C*étoit là le don particulier de 
ce Saint , de gagner tous les coeurs. Ilfal' 
lut fe rendre aux vœux de TafTemblée , 
qui témoiena une joie incroyable. Il n'y 
eut pas juiqu'au Diacre jaloux, qui n'ap- 
plaudît & ne publiât que telle étoit la 
volonté de Dieu. 

L*épifcopat ne fut pour Fulgence 
qu un furcroît de travaux ajoutés à 
coûtes les pratiques de la vie reli- 
gieufe. Il ne retrancha rien de fes aufté- 
rites ni de fes abitinences^ il coi;: 






t) t L* E G t î s È, iy 

jtînuâ de nepoinc manger de viande , dé 
m'uièr de vin que comme d*un remède » 
& mêle avec tant d*eau , qu il ne rete- 
Lnoit prefque rien de fon premier goût» v 
[5on vêtement , i*hiver comme l'été, n*é- 
toit qu'une tunique fort pauvre. 11 ne 
K)rtoit pas même , comme tous les évc- 
]ues , l'écharpe de lin d*où eft venue Té- 
cole > ni lachaulTûre des clercs , mais les 
ifandales des moines ; Se le plus fouvent 
^1 marchoit nuds pieds. Quant à lâcha* 
iiible , qui étoit alors un habillement 
I vulgaire » 6c qui couvroit tout le corps , 
! il n*en porta jamais d*étofFe précieufe , 
[ni de couleur brillante ; & le manteau 
I qu'il mettoit fous la chafuble , étoit fort 
[petit , de couleurs blanche ou noire , 
* comme les moins recherchées. £n un 
;inot fa (implicite fut celle, dftns la ma- 
nière de fe vêtir , qu'il ne changeoit pas 
[même de tunique pour o%:ir le Saint Sa- 
[crifice ^ fai£int un «xercice d'humilité de 
[la liberté qu'on avoir encore d^en ufer 
Kinfi , Ôc difant qu'il lui falloir plutôt 
:haiiger decœurque de vêtement. Tout 
le temps que les affaires 8c le gouverne- 
ment 4e ion peuple lui emportoient, il 
le reprenoit lur la nuit , pour le donner 
« la prière > à la leûure » i la méditation 



XS Hl s T I R « 

des livres faines y & jamais il ne retran-^ 
cha la moindre partie de fes anciennes 
pratiques de piété. 

La première chofequ il demanda aux 
citoyens de Rufpe,ce Fut une place pour 
bâtir un monaftere ^ àc il y établit Tabbé 
Félix , avec une bonne partie de fa conv 
munauté. Mais de tous l^s arrangémens 
fi fagement conçus pour le bien de fon 
Eglife , il ne recuçiUit pas à beaucoup 
près les avantages qu'il avoit lieu de s'en 
promettre. Avant qu'il eûç eu Iç temps de 
lui donner la fplendeur qu'il fe propo- 
foit , il fut exilé en Sardaigne , avec les 
autres, évêques perfécutés, au nombre de 
plus de foixante de la feule province By- 
zacene ;.car Trafamond en bannit une 
bien plus grande quantité du refte de 
l'Afrique » àc jufqu'à deu^ cenç vingt. 
Fulgence ne plaignit que fon peuple : il 
étoit fi détaché des coqimodités de la 
vie , qu'ayant été comblé à fon départ 
de préfens de toutes les xortes , qu u re- 
cevoit de peur de contrifter fes piçnfai- 
teurs , il donna tout aux moines , ôc 
s'embarqua f^ns rien emporter ^ sur de 
trouver par-tout ce qui lui tenoit au coeur, 
la contemplation de fon Dieu , la prière 
ailidue , le recueillement, la pénitence, 



D fi t* E G L î S E. 29 

tous les exercices eflTentiels de la vie re- 
hgieufe, qu'il fut pratiquer par-tout pu 
|l fe trouva. Ce premier exil de S. Ful- 
Jence dura environ douze ans ; &.ce fut 
le là que fa renommée fe répandit 
ivec le plus d'éclat. On venoit de toute 
)art le confulter conirie un oracle. Quoi- 
[u'il fût un des moins âgés entre les évê- 
lues , tous le regardoient comme leur 
laître Ôc leur doreur. Il étoit toujours 
:hargé de rédiger les confultations qu'on 
leur demandoit de toute part , ou pour 
lieux dire , de les compofer tout en- 
tières. Les autres prélats ne faifoienc 
]ue les approuver. 11 en étoit de même , 
Iquand il falloit répondre aux ennemis 
de la foi, ou leur oppofer quelques 
[traités dogmatiques; d'où provinrent 
[tant d'exceuens ouvrages qu'on a eonfer- 
vés de cet illuftre Dodeur , Ôc que nous 
aurons occafion dans la fuite de faire 
Iconnoîtreplusa fond. 

Tandis que les premiers pafteurs 
iétoient ainil exercés en Afrique , ceux 
des Gaules jouiiïbient de la tranquillité 
la plus profonde & la plus univerfelle. 
Il n'y avoit pasjufqu'aux fujetsd'Alaric , 
maître de nos provinces méridionales , 
qui ne fuilènt traités avec douceur. Le 

Bii; 



ket. 

Tom. 



jo Histoire 

partage des Gaules entre pludeurs pevt* 
pies rivaux , & fur-tout la (încere con-> 
verdon du Roi des François à la foi ca- 
tholique , faifoic que le Viiigoth » 
quoique Arien , avoic de grands mena- 
geniens pour ceux de fes fujets qui con* 
ïervoient la vraie foi , c*eft-à-dire pour 
les naturels du pays , appelés Romains.. 
Il fit faire pour eux un recueil dii Code 
Théodonen , ôc de pluileurs autres li- 
vres de l'ancien droit » auxquels il ap- 
pofa le fcèau de fon autorité , après 
avoir pris les avis Ôc le confentement , 
tant des évèquesquedela noble(ïe. Telle 
eft apparemment la raifbn poux laquelle^ 
le droit Romain ou droit écrit , efè de- 
meuré en ufage dans ces provinces. Il 
permit Tan 50(> aux cvcques de fa domi- 
nation , de tenir un concile dans la ville 
d'Agde , où fe trouvèrent , entr 'autres 
prélats , les métropolitains deTouIoufe, 
de Boui'deaux , de. Bourges, avec les 
députés de Narbonne & de Tours. Ils 
eurent pour préfident , S. Céfaire Ar- 
chevêque d* Arles ,qui n*étpit pas moins 
digne de cet honneur par fes qualkésper- 
fonnelles , que par fa prééminence de 
fon (îége, 
Bcned. i^/ dans le territoire de Châlons-fujH 



hb l' Eglise. |t 

Saône , de parens égaletr : :t diftinçucs 
[par leur pièce ôc par leur nobleflfe , il fie 
prcfumer, dès fa tendi^ enfance , à quel 
degré d*héroïfme il porceroic la charité 
& toutes les vertus. Souvent alors il fe 
dépouilla xl'une partie de {qs vctemens « 
Ipour en revêtir les malheureux. A Tâge 
]d*environ dix-huit ans y il s'échappa de 
[la maifon paternelle , alla fe jeter aux 
[pieds de fon évêque S. Silveftrey& le con- 
jura de l'attacher au fervice de TEglife* 
Se montrant de jour en jour plusardenc 
â la recherche de la perle évangélique » 
Qu de la perfedion > il fe retira peu après. 
au monaftere de Lérins » où Ton fuc 
étonné de trouver dans un commençant 
les vertus des plus anciens religi«ux^ U 
fut bientôt promu ajuix charges de lacom-< 
munauté » quelque^ ébignement qa il 
en eût ; puis ordonné prttre par Sain>r 
Eone d* Arles, qpii eut occa(î«:»> de le 
voir , & le reconnut pour être fon pa>rent^ 
Ce fut la moindre des raifons qui l'atta- 
chèrent à Céfaire y quand il eut eu le 
temps d'en connoître tout le mérite. Il 
ne taridbit pas fur Ces louanges^ de commo-* 
il étott infirme, il répétoit fans fin à fon 
clergé êc aux principaux citoyens qui le; 
vificoifinc fouvent , qu'on ne devoit pas^ 

Biv 



Tom. 4. 
Conc. pag 
1381. 



51 Histoire 

lui chercher d'autre fuccefTeur que Cë- 
faire , feu! capable , ajoutoic humble- 
ment le S. Vieillilid , de rétablir ladif- 
cipline que mes infirmités ôc ma négli- 
gence ont laiifé dépérir. Ainiî , après la 
mort d'Eone , on ne délibéra pas fur le 
choix d'un évêque; 6c ce fut en vain que 
Géfaire fe cacha ji^que dans lescaver-, 
nés Â: les tombeaux. On fut le déter- 
rer , & on obligea cette brillante lu- 
mière à occuper une place d'où elle pût 
luire fur tout lè bercail. Il n'étoitaue 
dans la trente-troideme année de ion 
âge, quand il fut élu en 501 ; & par 
conféquent il n'avoit que trente-fept ans, 
quand il préfida au concile d' Agde. • 

On y ht. quarante- fept canons , fans y 
coraprendre ceux de quelques conciles 
poilcrieurs, tels que celui d'Epaone, qui 
y furent ajoutés. On trouve dans le 
vingt-deuxieme , l'origine de ce qu'on 
a depuis nommé bénéfice y c'eft-à-dire , 
i'ufufruit de biens eccléfîaftiques cédé 
aux clercs , au liçu des gages que l'an- 
cienne discipline leur attribuoit à pro- 
portion de leurs fervices. Il y eft de plus 
ordonné aux eccléfiaftiqi^s d'avoir les 
cheveux coures ; apparemment , parce 
que les conquérant des Gaules les por- 



B E t*Ec. LISE, f 5 

tant longs , on mettoit un air de faîle 
& de grandeur à les imiter. C'eft pour 
la même raifon qu on fait encore fou- 
venir les clercs que leurs habits ôc leurs 
chauifures doivent convenir à l'humilité 
de leur état. Il eft dit que les diacres ne 
pourront être ordonnés qu'à vingt-cinq 
ans ; les prêtres ôc les évequcs à trente ; 
Se qu'avant d'élever aux ordres des 
hommes mariés , il faut avoir le con« 
fentement de leurs femmes , exiger 
qu'ils fe féparent de demeure » & qu ils 
vouent la continence auilî bien qu'elles. 
On ne permet de donner le voile qu'aux 
vierges âgées de quarante ans : ce qui 
doit s'entendre félon toutes les appa- 
rences , de celles qui reftoient au miReu 
des dangers du fiecle. Il eft expreflfé- 
ment ordonné à tous les Fidèles j de 
n'excepter du jeûne quadragéiinal que 
les Din^anches , ôc non les Samedis ; 
fans doute parce que les Goths , venus 
d'Orient , en avoient apporté la cou- 
tume de ne point jeûner les Samedis 
de Carême. L'ufage des peuples -Ger- 
maniques d'habiter plus volontiers les 
campagnes que les»^ villes , ôc que les 
Romains commençoient à imiter j fit 
permettre les oratoires ou chapelles 

Bv 



^4 Histoire 

domeftiques. Mais on enjoint de céU- 
brer les fctes de Pâque , de Noël , de 
TEpiphanie, de rAfcenîion, delà Pen- 
tecôte &: les . autres jours (blennels , 
dans les églifes paroifliales ^ & Ton 
excommunie ceux qui ces jours-là diront 
la mçffe , ou feront l'office dans les 
oratoires fanslapermidion deTévèque. 
Les laïcs qui ne communient point à 
Nocl , à Pâque 6c à la Pentecôte , ne 
doivent pas être réputés Catholiques.. 
Il leur eftauili formellement commandé 
d'afliiter le Dimanche à la meiTe > Ôç 
d'y relier jufqu à la fin. 

S. Céfaire eut vr^femblablemenc 
beaucoup de part à ce canon. Il fe pro- 
pofoit la réformation d'un abus alors 
^ort commun parmi les Fidèles , qui s'é- 
x^ancipoient à s'abfenter des inflruc- 
t^ons du falut» Pour les empêcher de 
fprtir de Téglife auilî-tpt après Tévan- 
gile , ôc par conféquent fans avoir en^ 
tendu rhomélie ou fermon , fon zele 
le porta fouvent à fermer les portes y 6c 
les coupables mêmes lui furent gré de 
cette efpece de contrainte : tant il e(l 
vrai que la foiblefHi humaine veut être 
Quelquefois foutenue par des moyen 
qifférens des règles communes , mais 



DE l' £ G L I S E. l(f 

qui n en font pas moins cHicaccs entre- 
les mains d'une fage difcrécion , de 
fur-tout d'une haute fainteté. Le Con- 
cile ordonne encore très- formellement 
& trcs'clairement » d'accorder le viati- 
que d ceux qui font en danger de mort ,> 
& donnent des marques de pénitence. 
En prefc rivant l'uniformité dans la célé- 
bration de l'office divin , il en détaille 
les différentes parties , & nous apprend 

3u'ilétoit dès'lors compofé d'àntfennes,, 
e collèges ou d'oraifons ,. d'hymnes &c 
de capitules. Par le mot d*antieimes ,. 
dont le fens fut depuis reftreint a quel- 
ques paffages tirés des pfeaumes , on> 
entendoit anciennement les pfeaumes 
entiers , & les hymnes mcme chantés 4 
deux chœurs ^ aprc quoi , &c quelques 
levures de Livres Saints , devoir fe faire 
la prierie : c'eft-i-dire, que le fond de 
l'office & l'efprit des canons, ç'eft de 
prier après avoir chanté. Chanter , c'eft 
fbmer , dit èjkti% un de fes fermons S. 
Céfaire,qui doit être regardé ici comme 
fonintei prête \ ôç prier ,c'eft couvrir le 
grain, de peur que les oifeaux ne rem-»> 
portent. 

On peut s*étonner qu^ U petite vill^- 
d'Agdeait été choiiie pour ce concile:- 

B vj, 



# 



i6 Histoire 

mais elle étoic plus importante qu'on 
n'imagine , dans Tordre eccléfiaftique. 
Il y avoit à Agde un monaftere de 
trois cent foixante moines , fondé quel- 
que temps auparavant par S. Severe , 
Syrien de naillânce j ôc cette feule mai- 
!" fon fourniiroit bien des facilités pour la 
Aa.Bcncd. célébration d'un concile. Un des plus 
lys!' ^^^' iliuftres difciples de ce S. Abbé fut S. 
Maixent. Pour mieux vivre dans l'obf- 
curitéi il fe retira du Languedoc fa 
patrie, dans un monaftere de Poitiers, & 
il quitta fon vrai nom, qui étoit Adjuteur, 
,|| Il gouverna enfuite , quoique reclus , 
tm monaftere déjà établi aux environs de 
Poitiers, & qui a pris le nom de ce Saint , 
ainfî que la ville qui s'eft formée à l'en- 
tour. On raconte que fes moines voyant 
venir une troupe de foldats François , le 
tirèrent malgré lui de fa cellule , pour 
ivinterpofer fa médiation dans le péril qui 
^^les effrayoit, 11 pria la troupe d'épargner 
fon églife. Pour toute téponfe , un fol- 
"dat brutal tira Tépée , & leva le bras pour 
< le frapper : mais le bras de cet impie refta 
^immobile jufqu'à ce que fe jetant aux 
' piçds du Saint , il fut guéri par fes prie- 
c V ^ res. Ce miracle parvint à la connoirfance 
> V <^;de Clovis , qui, rendit des grands hon: 






v>. 



D E l' £ G L I s E. 57 

neurs au S. Abbé , & dota fon monaf- 
Itère. 

Le Monarque François fe trouvoîc 
en Poitou , pour faire la guerre au Roi 
[Alaric. En vain ce Prince de fes Vifi- , 
jgoths , bien moins en réputation de 
'bravoure que les François , évitoient 
! attentivement toutes les occafions de les 
I irriter. Clovis fentoit tout fion afcen- . 
j dant : la rivalité & la politique lui four- 
nilToient toutes fortes de prétextes pour ^ 
le faire valoir. Il paroît néanmoins que 
des motifs d'un autre ordre le guidèrent 
principalement ; foit qu'ils fulTent fon- 
dés ou non fur la jumce , & fur des 
fujets réels de plainte. Il relevoit de 
maladie , ôc fa guérifon étoit miracu- 
leufe. Miné pendant plus d'un an par ^ 
une fièvre lente qui avoit épuifé toutes , 
les reiïburces de la médecine , il tourna 
fes vues par le confeil de fon propre 
médecin , vers le Maître fuprçme de la 
tnaladie ôc de la fanté. Il y avoit dans le ibij. pag; 
royaume de Bourgogne un faint abbé. îî^ 
nommé Séverin , qui gouvernoit le mo- Pcbr! 
naftere d'Agaune , bâti à l'endroit où 
les martyrs de la Légion Thebaine 
avoient été mis à mort. Clovis envoya 
un officier de fa Cour, afin d'amener r- 



\ . 



.»5,.,t 



*4'- 



le Saine , qui n'accendic pas qu'il fuc ï 
fon terme , pour juftiâer Tidée qu ou; 
avoicconçuede lui. EnpafTantàNevers ,, 
il trouva FEv^ue buklius confumé 
depuis plus d'un an par une afFreufe 
maladie», qui Ta voit privé de Fouie ôc 
delà parole. Il le guérit par fes prières ». 
avec une promptitude u miraculeufe » 
que FEvêquefe leva fur le champ , alla 
le même pur à FEglife , & y exerça 
toutes les rondbions pontificales. £n arri- 
vant aux portes d&Paris ,Séverin trouva 
un lépreux qu'il guérit en FembralTant.^ 
Entré dans le Palais » il fe profterna 
pour prier devant le lit.du'Roi,fe releva 
en filence » , défît fa chafuble , Se en revê- 
tit le Prince » que fa fîevie opiniâtre 
quitta fur le champ. Clovis fe jeta aux 
pieds du Saint Abbé , en bénifTant celui 
qui fe rend fi admirable, dans (qs faints » 
& en difant: Mon père» }e vous offre 
mon tréfor j prenez-en tout ce quil 
vous plaira pour les pauvres j ôc figna- 
lez avec la. même liberté la miféricorde 
évangélique envers tons les prifonniers 
de mon royaume. Infenfible à tous les 
honneurs, Se vérin guérit plufieurs au^ 
très malades dans la maifon du Roi , & 
dai|^ jous les quartiers de. la capitale^ 



n 



DE 



t* E G L ,r SE.. f^ 

Api'wS quoi il panic aufli-côc , comme, 
pour s'en retourner : mais il favoic pat 
cévclacion , qail mourroit à Châceaur 
Landon en Gacinois. Trois jours après 
foii arrivée, il y rendit en effet fa famte 
iuiie j 6c il s'opéra une multitude de 
miracles à fon tombeau j où Childebert, 
fils de Clovis , fonda par la fuite une 
églife., . 

Clovis étant guéri dit à fes François Greg.*> 
qu'il voyoit avec peine une partie des ^^•^' JT»- 
Gaules c;"^r«î les mains des Goths Ariens, 
& il lei»; r^ >pofa d'en faire la conquête 
fur les hérétiques. Tous applaudirent 
avec des vives acclamations; & cette 
nation toute guerrière fut bientôt en 
état de marcher vers Poitiers, où Alaric 
Roi des Vifigoths , étoit alors. Pour 
attirer les bénédiâions du ciel fur cette 
grande entreptife , Clovis fonda si Paris . 
près du tombeau de Ste Geneviève une ■ 
éçlife qui palTa pour Tune des plus mag- 
nifiques de fon temps, & qui ne tut: 
achevée qu'après la mort du Roi , par les , 
foins de la Reine Clotilde. On obferve; 
qu'il y avoit dans fa vafte étendue beau- 
coup de peintures qm repréfentoient : 
des Saints de l'un & de l'autre tefta-- 
xaepx* Il sy fit. beaucoup de miracles 4, 



/' 



4<^ HrsTOiRi 

ôc dès le même necle , on y invoqua 
Sainte Geneviève pour la guérifon de 
la fièvre , comme on le fait encore au- 
jourd'hui. Le Roi défendit à toute Ton 
armée > avant que de mettre le pied fur 
les terres ennemies , d*y piller aucun 
vafe , ni aucun ornement des autels , 
de faire aucune infulte aux vierges ou 
aux veuves facrées , aux clercs , à leur 
famille , à leurs domeftiques , ni même 
aux ferfs des églifes. Après la guerre , 
il fit dire aux évèqnes , que chacun pou- 
voir répéter ce qu il avoir perdu , ôc 
demander la liberté des efclaves. Tous 
ces ordres furent exécutés ponduelle- 
ment. Par le refpeâ: tout particulier 
que ce Prince portoit à S. Martin, il 
fat publier , en palTant près de Tours , 
la défenfe d'y rien prendre que Therbe 
Ôc l'eau. Un foldat prit dii foin à un 
pauvre homme , en difant que ce n'é- 
toit que de l'herbe. Le Roi le fit mourir 
fur-le-champ : & comment remporte- 
, rions-nous la vidtoire , dit le Monarque , 
fi Ton ofFenfoit l: jrand S. Martin ? 
Quand il fut près de Poitiers , il fit de 
même conferver avec grand foin les 
terres de cette Eghfe , en mémoire de 



V* \ 



roin a un 



DE L* E O L I S E. 41 

Cependant Alaric fortit de la ville ^ 
&s'avançant dans les plaines de Veuille, 
il vint préfentér la bataille au Roi des 
Francs , qui ne de(îroit rien avec plus 
d'ardeur. On combattit avec tout Ta- 
charnement de deux nations rivales , 
dont Tune étoit animée par le double 
motif de fa propre gloire ^ de la dé- 
fenfe de fa foi contre les perfécureurs 
du nom catholique ; l'autre , par l'hor- 
reiu de la fervitude & d'une ruine en- 
tière. Mais tandis que de fi grands in- 
térêts font balancer la victoire , Clovis 
diftingue dans la mêlée le Roi Alaric , 
perce tout ce qui eft devant lui , fuf- 
pend les efforts dés Goths étonnés , 
charge fon rival , le renverfe , & lui 
arrache la vie. Mais le moment de la 
vidoirefut celui du plusgrand péril pour 
le vainqueur. Deux Goths fondent fur 
lui en défefpérés , ralTaillent avec une 
efpece de rage , lui portent mille coups 
avant qu'il ait eu le temps de les re- 
connoître ; & malgré la trempe excel- 
lente de fes armes & toute fon habileté 
dans les combats , on crut ne devoir fa 
confervation qu'à une protection fpé- 
ciale d'en haut. Ce fut la feule réfîftance 
que firent les ennemis après la mort de 






41 H I s T o k R t 

leur Roi ^ tous s'étant mis à fuir > fuivanc 
leur coutume , dit Grégoire de Tours , 
excepté une troupe auxiliaire d'Auver- 
gnats » qui combattirent encore quel- 
que temps fous la conduite d^Apolli- 
naire , fils de S. Sidoine , & le même 
qui fut élevé quelques amiées après fur 
le fiéee épifcopal d'Auvergne . 

LePrince Amalaric > fils du Roi dé- 
fait , fe fauva en Efpagne , & fut re- 
connu Roi des VifigotlisVqui enoccu- 
poient dé|â la plus grande partie. Pour 
FAquitaine , Clovis la conquit prefque 
toute entière ; & dès Tannée fuivante y. 
il s'avança jufquà Touloufe ^ où les 
Rois Goths avoient fait |ufque - la leur 
féjour , & où fe trouvoient les tréfors 
d*Alaric , qu* il enleva : delà il revint 
à Tours , comblé de gloire Se de ri- 
chelTcs y fit fon eiitrée avec jpompe , & 
marcha en triomphe, depuis le tombeau 
de S. Martin qui étoit hors de la ville , 
|ufqu*à réglife cathédrale.. Il venoit 
de recevoir une ambaffaie de l'Empe- 
reur Anaftafe , qui lui envoyoit le titre 
de Patrice , avec la robe de pourpre , 
le cercle d'or Se les autres marques àxi 
patriciat. Revêtu de ces ornemens , & 
ta couromie en tête > c'efta-dire i& 



D r 



/Eglise. 4f 

cercle d'or ^ il s*avançoit lentement fur 
un cheval d'une beauté Ôc d'une gran- 
deur extraordinaire , jetant au peuple 
pendant la marche une erande quantité 
de pièces d'argent. L'églife de S. Mar- 
tin ne fut pas oubliée , dans la joie de 
cette fcre : le Roi lui fit des préfens 
ineflimables > audî bien qu'à celle de 
S. Hilaire de Poitiers. Il fe rendit ^uel- 
Ique temps stprès à Paris > où il établit 
lion féjour d'une manière fixe ^ & 
cette viH i devint ^nfi la Capitale du 
Royaume , fous le règne même du pre- 
mier de nos Rois. On croit qu'il choific 
pour fa demeure l'ancien palais qu'a- 
voir bâti & habité TEnipereur Julien ,. 
hors de la ville du coté du midi > affez 
près du tombeau de faifnte Génevie ^ ^ 
où , en exécution de fon voeu , ii fit. 
auiïi-tôt creufer les Sudations de l'é- 
glife de^ S. Pierre & S. Paul. 

Les Vifigoths Gonfervoient encore la- 
Gaule Narbonnoife ,.où Théodoric, Roi 
d'Italie , foutint les intérêts de leur 
jeune Roi Amalaric > fon petit^fiils da 
coté maternel. Les Bourguignons , non. 
moins ennemis des Goths que les Fran- 
çois , s'unirent avec eux pour former 
U fiége important. 4q U ville d'AilçSi^ 



) 



I s T O I R 2 



44 H 

vit.s.cxi. Ainfî k place fut vivement prefTée , èc 
1 alarme le répandit parmi tous les ci- 
toyens. Un jeune clerc, parent du faim 
Evêque Céfaire , crut ne pouvoir échap- 
per autrement au péril , qu'en fe ren- 
dant aux ennemis ; de pour cela , il 
defcendic de nuit le long du mur avec 
une corde. Cette fuite ne put être (i 
fecreoe , qu elle ne parvînt à la con- 
noifTance de quelques Goths. On ne 
manqua point d'en rendre T Evêque ref- 
ponfable, & comme fupérieur. Se comme 
parent du transfuge. Il n*en falloit pas 
davantage pour former des foupçons , 
qui en cette matière tiennent louvént 
lieu de conviifkion. On accufa TEvêque 
d*avoir envoyé fon clerc aux ennemis , 
pour leur livrer la place. On ne voulut 
' pas faire attention que les principaux 
accufateurs étoient les Juifs , oppofés 
par état au clergé & à T Evêque : on 
ne voulut pas fe fouvenir que le Saint 
Prélat avoit déjà été calomnié fur le 
même fujet , du vivant d*Alaric j ôc 
que relégué à Bourdeaux , il y avoit 
marqué la fidélité & toutes fes vertus, 
d'une manière fi peu équivoque , que 
le Ciel leur avoit rendu témoignage par 
un miracle éclatant , en arrêtant à fa 




:..;^-.., 



D I t* £ « L I S E. 41 

prière un furieux incendie ; en un mot , 

2ue fon innocence avoir été reconnue 
auchenciquemenc , que le Roi avoir 
Icondamné le délateur à être lapidé. 
La cabale remportant fur toutes ces 
confédérations , on arracha r£yêque de 
fon logis , qui fut pillé ^ & on fe faifit 
de fa perfonne, à delfein de le jeter la 
nuit fuivante dans le Rhône , ou du 
I moins de le renfermer dans le château 
d'Ugerne , jufqu à ce qu'on pût ordon- 
ner de fon fort. Il eft très-vraifembla- 
bleque ce château étoit , nonàTendroit 
où fe trouva aujourd'hui la villedefiçau- 
caire , mais dans Tîle de la Vergne , 
formée par le Rhône , de nommée au- 
trefois Gernique. Les afliégeans , ou 
plutôt la Providence empêcha les Goths 
de faite paifer dans cette île la (urque 
où ilsavoient mis le Saint ; & lamêniie 
Providence ne tarda point à le judifier. 
Un juif, du haut du rempart , jeta aux 
ennemis t^ne lettre attachée à une pierre, 
pour les avertir de fe préfenter à Tefca- 
lade pendant la nuit , dans un endroit 
où ceux de fa natiçn étoient de garde , 
fous la condition de conferver à ceux-ci 
les biens avec la vie. Mais Tattaqûe 
ayant cefle le lendemain , la lettre fut 



Wl^" 



'4^ H 1 s T o X n I 

trouvée par quelques habicans ; &^ toiul 
reconnurent fur qui dévoient tomber 
leurs juftes foupçons. , Atnfl la fidélité du 
Saint Evêque fut reconnue pour la fe- 
<^ondefois. 

L'attachement qu*il n*aVok pas mar- 
qué pour les Francs ôc les Boureuignonsj 
armes contre fon Souverain, ia charité 
le leur témoigna de la manière la plut 
couchante 6c la plus généreufe » u-toc 
"qu'elle les vit vaincus Se fouffrans. Théo- 
cloric ayant envoyé 4'Italie une armée au | 
fecours d*Arles » non feulement les af- 
iîégeans épuifcs de fatigues fe virent I 
^contraints de lever le fîége , mais ils fu- 
rent battus dans leur retraite. Le nom-l 
i>re des prifonniers ^u*on ramena étoit 
û grand , que les églifes en furent toutes 
remplies. Céfaire commença par leur 
Iburnir des vètemens 6c des vivres. £n*| 
-fuite il employa à les racheter tout l'ar- 
gent qui fe trouva dans le tréfor de !'£- 
gHfe^ 6c cet argent ne fufiifant point , il 
lie fit pas difficulté de vendre les encen- 
foirs 6c les calices , ni d'arracher les orne- 
mens des colonnes & des baluftrades. Ce 
'qui animoit principalement fon zèle , 
c étoit le daneer de la féduâionpour ces 
f riibiuiiex;si:edait$fouslepoavoir40U dQi 






-■, ■■•? 



DE L* £ G L I S fe. 47 

[Ariens , ou des Juifs. Si le Sauveur , di- 
IfoiC' il > a donné Ton corps ôc fon fang 
Ipour la rédemption des hommes, lui dé- 
Iplairions-nous » en employant au même 
ufage les vafes où repofe ce corps ôc ce 
fang? La charité du Saint Evêque s*at- 
tenaridbit encore davantage fur le fort 
des pauvres honteux. Il les recomman- 
Idoit fans ceiTe au domeftique qui le fer- 
voit ^ & fouvent il alloit lui-même voir 
â la porte, s*il n*y enavoit pas quelqu'un 
qui n*o(at entrer. 

Il avoir commencé > avant le Hége 
d* Arles , à faire bâtir , pour fa fœur Cé« 
farie , un monafterebù il ne dédaienoic 
pas de travailler de fes mains : mais les 
aOiégeans en ruinèrent une grande par- 
tie , ôc en enlevèrent fur-tout les Dois 
pour leurs travaux. Après la levée du 
fiége , l'ouvrage fut repris &pouflé avec 
plus de vigueur que jamais. On fit même 
Téglife beaucoup plus grande, que ne pa- 
roiffoit le demander un monaftere de 
filles. Elle avoir deux ailes ou collatéraux, 
dont l'une fut dédiée fous le nom de S^ 
Martin , l'autre, qui étoit à l'ufage parti- 
culier des religieufes , fous le nom de 
S. Jean , que prit tout le monaflere. 
Le milieu qui fervoic d'églife extérieure, 



^rJi 



4^ H I s T O I R 1 

flic dédié à la Sainte; Viergç. Mais le pu- 
blic a infendblement changé cous ces 
noms en celui de S. Céfaire. Audi-côt 
que les bacimens furenc achevés , Céfa- 
ne s'y rendic de Marfeille , où elle avoir 
été apprendre &:praciquer la première ce 
qu elle dévoie enleigner auxaucres. Cette | 
ville étoic célèbre parles religieufesfon- 
dations de Cadien pour les perfonnes de 1 
Tun Ôc de Tàutre fexe , & par fes inf- 
ticucions ou règles monadiques. Le mo' 
nadere de Saince Céfarie ne devint p4s 
moins fameux , fous la règle que lui 
donna fon faint frère; & quoique la| 
Sainte n*eûc d'abord que deux ou crois 
compagnes , en peu de temps une multi- 
tude de vierges vinrent de couce parc fe 
ranger fous la conduire. 
Cod. Rcg. Laféparacion du monde 6c la clôture 
T. 3 p- "• ctoient exadbement obfervées parmi 
elles 'y 6c c'eft le premiier article de la re- 
*'gle de S. Céfaire. Non feulemencil n'é- 
Jtoit pas permis aux religieufes de fortir ; 1 
"maisperfonne, hors les cas d'une nécef- 
' ■ fîcé indifpenfable , n'encroic dans le mo 
'naftere, pas mèmelçs femmçs. Ilécoit 
encore plus ftri(S^ement défendu , de don- 
ner à manger à qui que ce fûc , même 
ià l'évcque : il n'y avoic uniquement d'ex- 



» I L* E « L I s t. 49 

ceptéque les mères des religieufes» qui 
n étoienc pas de la ville Se venoienc voir 
leurs filles. Ces religieufes ne dévoient 
parler qu'à leurs parens , 6c en préfencû^^ 
de quelqu'une des anciennes. L'abbelft^ 
écoic obligée, par fa place^ à des relarions' 
plus fréquentes 6c plus étendues ; mais 
ellenedevoit aller au parloir, qu accom- 
pagnée de deux ou trois fœurs. » 
On ne veilbit pas moins acrentivert 
ment à la (implicite du Ibeement , du 
vêtement , de tout l'extérieur de la 
vie. Les kabits dévoient ètr« uniformes 
& pauvres, faits dans le monaftere , roue 
entiers de laine , 6c de couleur blanche« 
On va jufqu à fpécifiec 6c fixer , par une 
âgure tracée dat\^ le livjre de la re^le ,. U 
hauteur de la cocfïure v«n quoii fàn^ 
cloute la vanité des femmes du monde 
fefaifoit dès-lors remarquer. Les orne-^ 
mens mêmes de l'autel ne doivent être 
ue de laine ^ 6c fans broderie : il ne 
oit y avoir d'argenterie que pour les 
vafes facrés. On ne veut point d orne - 
mens en peinture , ou en tableaux ^ Ci ce. 
n eft pour la baHlique de la Vierge , qui 
fervant d'églife extérieure , pouvoit 
être plus ornée que l'oratoire des reli* 
gieules. Les fœurs ne doivent hixe aucu« 
Tomt FL G 



I 



. (t 



Hx 



H I S T.»#^ I :R f kî 



* i. 
3" y- 



ouvrage de capifïèHe ni ne broderie» 
mais s occuper d'un travail aulH humble 
que le tefte de leur vie.» 6c tel que la 
âipérieure le 'marqi'era à chacune. Les 
litsétdieilt dans le goût desvètemens» 
fans aucun ^>rn^nient aux couvertures \ 
ôcils fe gardotent dans une fallecom* 
mune , nulle des fceurs n'ayant de 
chambre particulière > ni d'armoire fer- 
mée. Nulle encore» pas même l'Ab- 
be^& , n'avoit de fervjbire. 
^i On ne prenoit point depenHonnaires ; 
maison recevoir de jomtts filles de Cix i 
&pt^ns » pour être religieofes , c'eft-à- 
dire pour être élevées à cette fin » Ôc 
^irepcofeâton quand leur raifon feroit 
§àttf!K^ Qzp U n'y a aucune apparence 
^^^n'iaij^t contvaâer vun engagement 
kré^ocable , àtm iee fi tendre^ quoi- 
qu'il f^ <conftftiit qii Dn pouvoir s'^a- 
ftvàmsl%ge de minonicé. Cet article 
e la régie de S. Céfaire fournit l'iiiter- 
ptétâlf ion ducanon,où leConcile d'Agde 
défend de donner levuile aux vierges» 
avamt l'âge de quarante ans ; en nous 
fatfant entendra >que ce règlement ne 
conoernoic que celles qui habitoient au 
milieu des dangers du iiecle. 
'Du tefte, les ledures pdeufes » b 



■'ZX'.i 



B 1 L* £ G L t S B.' 5t 

bneue pfalmodie » h travail commun « 
}e Sknce & le r^caeillemem » rinipo* 
ikion (ks péiiûences , les jeunes parti- 
culiers,; ea un mot « .cône le corps dde 
la 4i&ipline religieufe étok |dès lors 
tel que o<ms le voyons au|ourd'i3uai. Ou 
rentarque même qu on chancoit dc|à le 
7> Z)tfttm après marines > les jours ib- 
Jennels^î les jours de jeûne , on fervoit 
trois plats ^ les autres jours » on nest 
i&tvm que deux , ordinairement fort 
(Impies 'j Ôc Ton ajoutoitquelqiies mets 
un peu peu plus cecherchés^ aux bonnes 
iete^. On iie imangeoit jamais de gio& 
viande , Se Ton ne fervoit de vouiUes 
qu aux infîsmes. 

L'établàiâbèmcnt du monaftere d*Arleft 
fut ap^icoiivé par le S. Siège , qui , à la 
prière deCéfiute , accorda à cette com- 
munauté le .privilège de Texemption ^ 
il ce n*eft qu'elle refta foumife à la 
vifite épifcopale. Pour la vente ôc la 
donation de quelques biens eccléfiaf- 
tiques » déjà faites ^n faveur de ce 
nionafkeie , le Pape ne les approuva 
qu'a condition que les Fvêques de la 
province y confentiroient j ce qu^ils 
ikent. 

On ne voit pas que depuis la levée 

Cij 



I H B 



\ 



Tom.4< 
Conc. pag. 
140J. , 



IJi *.»H I S T o 

du fiéee d*Arles , Clovis ait fait 6t 
nouvelles encreprifes contre les Goths. ,| 
Il s'occupa beaucoup du règlement de 
fes nouveaux ^tats ^ & ce qui étoit 
encore plus digne du premier des Rois 
Chrétiens, dç du feul qui fût catho- 
lique , il engagea les évêques à rétablir 
la difcipline , que tant de troubles ôc 
de guerres nationales avoient confidé- 
rablement afFoiblie : ce fut â cette fin 
qu*il procura la célébration d'un concile 
à Orléans T^n 511. 

On y fit trente-un canons , ôc les 
Evèques les envoyèrent au Roi , pour 
qu'il les appuyât de fon autorité. Le 
premier allure le droit d'afvle aux 
eglifes, mais en foumettant les cou- 
pables à une compofîtion raifonnable 
avec les parties léfées. Il eft défendu 
d'ordonner aucun féculier , fans le con- 
fentement du Roi ou du juge royal : 
ce qui paroît n'avoir concerné que les 
familles des Barbares » encore très- 
rarement admis dans le clergé y puif- 
que le Concile ajoute , que ceux donc 
les pères ou les ancêtres auront été 
clercs > fçront fous la puilTance des 
évêqUes. Le ferf ne doit pas être or- 
donné à l'infu de fon maître. Les abbés 



•■ i 



I 



1) B i* £ G L X S 1. 55 

(ont foumis ai^x évêques , audî bien que 
les clercs^ en force que ni les uns ni les 
autres ne doivéïc aller fans la permif- 
iion épifcopale demander des grâces aa 
Prince. 

•Quant aux biens de TEglife , on voit 
que i'Ëvêque avoic l'adminidration de 
tous les fonds donnés , tant à la cathé- 
drale qu'aux paroilTes. Pour les obla- 
tions , on lui attribue la moitié de celles 
ui fe font à la cathédrale , 6c le tiers 
e celles des parcilfes. 11 eft défendu à 
tout citoyen de célébrer a la campagne 
les fètes de Pâque , de Noël & de la 
Pentecôte. On ordonne à toutes les 
Eglifes d'obferver les rogations. On dé- 
fend à la veuve d'un prêtre ou d'utx 
diacre de fe remarier , c*eft-à-dire à 
celle qui avoir confenti à Tordination 
de fon mari ^ puifque Tufage du ma- 
riage ne fut jamais légitime dans TOc- 
cident pour les clercs fupérieurs^. L'on 
excommunie , avec les devins , ceux 
q'^t obfervoienc le fort des Saints , ou 

frétendoient puifer la connoifïance de 
avenir dans le premier palTage qui 
s'ofFroic , en ouvrant au hafard quel-, 
qu'un des livres facrés : abus introduit 
depuis quelque temps , ôc que ces déj. 
£enfe$ ne firent pas celTer. C iij "^ ' . 






^tf-ï 



Boll. f.Jan 



$4 H I s T O I H 1 

Ce concile eft foufcrît par trente-* 
'éeux évcques , dont le§ cinq premiers 
Croient métropolitains. On regarde S» 
Gildard ou Godard de Retien comme 
l'un des plus célèbres , fans néanmoms 
donner ^ucun déi-ail certain de les 
éeuvres. 11 ne paroît nullement {ailnré 
qu*il foit frère de S. Medard , comm:. 
en Ta prétendu ; encore moins , ' que 
tous deux foient nés , aient été or- 
donnés, &foient morts le même jour. 
Au moins eft-il indubitable , que s'ils 
furent ordonnés le même jour , ce ne 
fut pas la même année y puifque So- 
phrone , évêque de Vermaiidois , ailifta 
avec S. Gildard à ce concile d*Odéans » 
^ui fut le premier , St que S. Medard 
ne fut pas le fuccefleur immédiat de 
Sophrone. ' . ' 

On fait plus de particularités de la 
vie de S. Melaine de Rennes ^ toute 
fon atfedbion étoit pour la retraité , 3^ 
H ne s'étudioit qu*à fe fartdifîer pat 
ious les exercices de la vie mohaiti- 
que \ quand les priricipaux citoyens de 
Ren.ies vinrent le conjurer d'obéir aux 
dernières volontés de leur faint évêque 
Amand , qui avant de mourir Tavoit 
défîgné pour fou fuccelfeur. Melaine 



■f»,- 



.Wt 



fc,».^ii-*-^r^»' 



^ 4-i^J. tî ii-'hrK _^4^ ;= 



f 

DE l'Eg L I S E. . ^ 

craignit de ré(ifter i la voix du ciel , 8c 
fe foumic avec d aitcanc plus de facilité , 
que la place qu'on lui deftinoit ^ lui 
of&qit moins d'agrémens & plus de 
travaux ; les halntaRS de Rennes étant 
encore Païens en très -grande partie* 
Mais le faint Pafteur eut le bonheurjde 
les convertir. Ses ralens ôc fon génie 
cgaloient fon zèle. Clovis , qui venok 
de jfbumeccre TArmorique à ù, domi- 
nation , difcerna le mérite de Melaine 3 
rappela fouvent auprès de lai , Se (ù 
conduint principalement par fes con- 
feils dans les affaires de la religion. Le 
Saint Evèque Txen travailla pas avec 
moin$ d'ardeur , ni moins de fuccès , 
â la conveirfion des Idolâtres , qui in- 
feéèbiertt f^i^tovit le pays de Vannes- 
Ayant un jour refTufcitc fous leurs yeu^ 
un enfant qui venoit de mourir , la phi- 
part embrafTerent aufli-t^t le chriftia- 
nifme. / 

Le Roi Clovis mourut rannée même 
du Concile d'Orléans , 5,1 1 , la cin- 
quième depuis la défaite ^'AlailcVÇc 
la quarante-cinquième feulen: -iit dç fon 
âge i il fut enterré à paris où il étoit 
mort , dans l'églife des Saints Apêtres, 
quoiqu'elle ne fut pasv encopô achevée; 



Î-Y«' 



i ■ 



5^ H I s rT » I H 1 

Thcodoric , Roi d'Italie , reltoiî: 2tnl- 
tre div U ville d'Arles iqn% U s*éioie _ 
empare, ainfi cjne d*uni5.b<M;iiie paitie des &^ 
çtaM du Roi des^ ViCgptJi^j ion pciu- | 
filsj fous prétexte d^'%1 inieax diéfenr 
Vît, s. c-çf. dre» Mai^fé' riuidlité des anciennes 



1. I. U» 1^ 



& 



/ 



tentatives de la caiomniè contïe S« Cé- 
faire, lô S» Archevccjue li^c encore ac- 
cufc auprès de ce Pnnç€ > & îaptt:r<f- 
cudon poufTce jufqua rairêter ôc le 
oadaire à Ravenne fous bonne garde. 
Il parut à Ja Cour , comme par-tout ait- 
ieurs s avec cette liberté Ôc cette afTu- 
rance que donnent rinnocence & la 
faintetc. Quand on lepréfenca au Prince, 
il Tabord^ d*un air fi ferme ^ fi noble , 
que Thcodoric en fut fi^ifi d'admirar 
tion j^ & powflTç pat jun mouven^ient 
i;omme irréiiftible» ilfe leva, fe dé- 
couvrit avec un empreffement & une 
lionnétetc qui tenoient durefpeâ. Puis 
il lui demanda s*il étoit fatigué du che- 
min 'yôc fans lut dire un mot des accu* 
.fatjionts intentées contre lui, il s'inforiria 
Ceul^eût de rétat où il avoi^ laiifé fon 
Ëglife ôc fon peuple. Il paroiffoit plus 
<^(embarra(ré que le Saint , rt.' cherchoit 
^dans la converfation quà .ijer l'idée 
des foup^ons injurient q?f t/^ lui avoit 



yt.\iy 



^iioi!: miy- 



infpirés ; 6c quahd l'Evè^ue fut forti : 
Dieu punilTe) die le Roi à les courtifans, 
ceux qui ont fait faire ce pénible voyage 
À un (i faint homtpe : j*ai tremblé à fou 
afpett , & j*ai cru voir un Ange def- 
cendu du ciel. 11 lui envoya un grancT* 
badin d'argent qui pefoit foixante li- 
vres , crois ^ cents fols d*or , & char^ 
gea les porteurs de lui dire : Le Roi 
votre fils vous prie de recevoir ce vafe > 
& de vous en fervir pour l'amour de 
lui. Le Saint Evèque » qui n'ufoit d au- 
tre argenterie que. de quelques couverts , 
fit vendre le baffin , en employa le 

f)rix au foulagement des pauvres , Se à 
a rédemption des captifs. On vint le 
dire au Roi , 6c Ton ajouta qu'il y 
avoit tant de pawvres à la porte da 
Saint y qu'on avoit peine à* entrer. Le 
Roi en fut fi édifie , 6c s'en exprinfll 
d'une manière fi touchante , que fai- 
fant palfer Ces fentimens dans les 
cœurs des grands qui l'entend oienr , 
tous s'emprciïerent à l'envi de fournit 
aux pieules libéralités du faint Pafteaf# 
Par ce m^ven il [& vu en état de déli- 
vrer un^ ùiiimu' de captifs , particu- 
iiérei «nt entre les Provençaux , aux- 
quels il foucmt encore de qioi retoui-' 
ner chez eux. C v 



^^ 



5* H I s T î R à 

»id.n.ze. Lés miracles fui virent les tumôAesV 
Un jeune homme bien né , qui pour 
faire fublifter fa mère s'écoit mis zm% 
gages du Préfet du prétoire , tombai 
malade , & mourut en peu de temps* 
La mère , réduite à une efpece de aé-r 
fefpoir , vint trouver S. Céiaire » Se 
rengagea , prefque malgré lui , i fe 
tranfporter auprès du mort » de à de-r 
mander au Seigneur qu'il lui rendit la 
vie. Il y alla fecrétement , fit fa prière 
avec cette confiance qui préfage ôc ob^ 
tient les miracles ^ puis fe retira » en. 
laiffant Meflien fon Secrétaire , avec 
ordre de l'avertir de ce qui fe palTe- 
roit. Au bout d'une heure , le jeune 
homme ouvrant les yeux , dit à fa mère 
d'une voix forte : Allez au plutôt re- 
mercier le ferviteur de Dieu , dont les 
prières me rendent la vie. 

La nouvelle de ce prodige fe répandit 
non-^feulement dans Ravenne où il s'é- 
toir opéré , ôc dans toure la province » 
mais Jufqu'à Rome, où, fans s'y ccre enr 
.core montré , Céfaire > égalemeiK chéri 
Aes ecclélîaftiques & des gens du mondes 
du peuple & des grands, fut invité 
par rous les ordres de la république à 
les honorer de fa préfence» 



X 



...if 









ï>^" 



Il B i* É c t t i' t. y^r 

• Il )F avoit d'impartancds affaires ; le 
difFérend de fon £glife avec celle de 
Vienne , élevé depuis (i long-ttemps , 
Se déjà jugé par le S. Siège , fubiiibiic 
toujours. Après avoir encendu bs ra>- 
fons du Saine Evêque » le Pape Symp- 
maque confirma le jugement de Sainic 
Léon , qu il eue foin de rappeller.. 11 
ordonna que y fuivanc les anciens té^ 
glemens , l'Evêque de Vienne n'auroir 
de jurifdidion que fur Jes E^lifes de 
Valence , de Tarantaife , de Genève , 
de Grenoble ; & que l'Evèque d' Allés 
feroic maintenu dans la poifeâian des 
droits qu'il exerçoit fur les aucres villes 
de la même province : il loi acccrda 
aufli Tufage du pallium , permit aux 
diacres de fon églife de por^r la dai^ 
matique > comme ceux de Home. Tous 
Yes Romains , â l'exemple du Souverain 
Pontife , le comblèrent d'honneurs de 
de préfens. Les largeilès dont on lui 
voyoit faire un li faint ufigQ , iixteat ù 
prodigieufes , qu'après les femmes ini- 
menfes qu'il employa, fuivanc fongoac 
dominant , à raçb^er dos captifs , il 
rapporta huit mille fous d*pr pour les 
pauvres de Gaule. Tel fut l'afcieiKlayic 
de la fain»-'^ deCéfaii»*^ i'4î^»*e^glor- 



•y^*'-^T-n, rm^^ 









.^^...^t^ 



éù H t I T O 1 R I 

rieiifc d*un voyage commence en eri-« 

De n «tuur en Provence » l'éclac des 
faveurs qu'il venoic d obcenir, lui attira 
des contradictions. L'Ëvèque d*Aix , 
fier du ludre qu'acauéroit de jour en 
jour la ville Jo.it ai ccjit !.^ pafteur , en 
des temps où l'on* ctoit accoutume à 
régler le rang eccléiiaftique des Cités 
fur le rang civil > refufa de prendre Toc- 
dre de Céfaire , pour fe rendre aux 
conciles êc aux oïdinations. Le Saint 
Archevêque en écrivit â Rome ; Ôc le 
fouverain Pontife lui répondit que , fans 
donner aoteincc aux privilèges de^ au* 
très Eglifes > il le chargeoit de veiller 
i toutes les affaires qui s'éleveroient en 
matière de religion dans les provinces 
de la Gaule & de l'Efpagne ^ que ce 
feroità Imî de convoquer les conciles. » 
dans le befoin , & d'en référer au S. 
Sicge y que tv at eccléHaftique feroit 
même obligé , dans l'étendue de ces ré- 

§iors , descendre l'attache de l'Evêque 
.'Arles. On voit par-là que le Pape 
l'établiiïbit, ^ve^ -iplus grande étendue 
de privilég'^ foi Vicaire en Gaule Ôc 
^cnÈfpagne. 
» La ^jdnce de S. Céfaire fut portée 



ni L*E L I If. et 

k Rome par Ton Secrécaire Meflien » ôc 
par l'abbé Gilles , qu'on croit être le 
célèbre S. Gilles , dont la mémoire eft 
honorée le premier de Septembre. On 
ne fauroit taire fond fur les aâes de' la 
vie de ce faint Solitaire, qui four* 
millent des plus groiHers anacronifmes r 
mais il eft probable qu'il étoit ori^i-^ 
naire de Grèce , d'où étant palTé dan» 
les Gaules , il s'attacha à S. Céfaire ^ 
& fe retira enfuite vers les extrémités 
du diocefe de Nîmes > dans un antre 
de la vallée Flavienne > qui paroîc 
avoir pris ce nom de la famille Fla- 
vienne , c'eft - à - dire , de la maî- 
fc> ^ royale des Goths , comme fai-* 
fai. partie du domaine fpécial de ces 
princes, C'eft auflî par un de ces princes » 
6c vraiiemblablement par Amalaric ^ 
Roi des ^ figoths , que S. Gilles fut 
découvert de la manière merveilleufe 
dont on le raconte. On a bâti un mo- 
naftere en ce lieu , 6c il s'y eft formé 
une ville , qui prit enfuite le nom du 
Saint , aufli oien qu'une partie du Lan- 
guedoc , appelée autrefois la Province 
de v^. Gilles : ce qui fait concevoir à 
quel degré de célébrité parvint la fain- 
teté de ce merveilleux^olitaire. 
S* Céfaire obtint encore du Pape la 



,,»-.■ , ..■--.. - - - ..,- .■.- ._■ . 



■/■ 



4t HltTOfKt 

condamn^ition de plu(teiirs abus qui 
avoienc cours dans ies GauUs % 6c donc 
le plus confidérabie paroSc avoir été Ta* 
Hénacion des fonds de rE^ife.* Par uu 
lefcric ou une décréule du 6 Novembre 
< I ^ ) Symma<}ue défend d'aliéner ces 
oie/is y u ce n'eft en faveur éts monaf" 
teres , des hofpices de pèlerins y des 
clercs qui auront bien mérité de i*£^life;. 
& dans ces cas même ,les biens doivent 
retourner â TEglife , après la mort de 
ceux i qui on les aura cédés» On voit 
encore ici Torigine des bénéfices ecclé* 
iiaftiques , avec les conditions xeqiiifes 
pour les obtenir. L'une des plus eilèn^ 
rielles , 6c que le Pape a foin d'exprimer 
formellement , c'eit de ne point afpirer 
au facerdoce » en vue de ces récom- 
penfes. 

Le Pape Symmaque furvécut peu à ces 
séglemens , étant mort le 9 Juillet de 
raiinée 514» après un pontificat de 
quinze ans âc près de huit mois. On dit 
quil ordonna le premier de chanter le 
Gloria in exeeUis , les dimanches Se les 
fètes des Martvrs. il iit de grandes lar- 
gefTes aux églifes, Ôc mit dans plufleurs , 
des ciboires ou tabernacles d'argent du 
poids de/îx-ving:s livres chacun, & dont 
le travail rcpondoit à la rich^siTe de la 



'XJà,. 



» t L* E t f s B. (^% 

matierer Oivvame fur-CDUc ritrr de ct% 
chefs-d'ouvre > oà Voa admiroic les> 
iigures du Sauveut & des douze Apôtres.- 
Le SrSicge ne vaqua aue fepc }purs» atn 
bout defquels on* élut le diacre Hormif^ 
da y nacit de Campanie , de qui occupaL 
neuf ans k chaire de S. Pierre. 

Ceiuc i lui que recourut l'Empe** sur 
Anaftafe^pour appaifer des mouvemens 
fédicieux , caufes paf fa propre impiété* 
& Tes vexations facriléges. Aucune dé« 
marche ne lui coûtoit , quand il s'aei(^ 
Ibit de (è tirer des mauvais pas où 1 en- 
gageoit fouvéht fa fauffe politique , & 
plus encore fes travers en fait de reli* 
gion. Il favoit , dans ces confon^ures » 
faire toutes fortes de perfonnages , fe 
plier aux foupleiles les plus ba(ïesv endu- 
rer les affronts & diUimuler , jufqu*àce 
qu^il trouvât mr moment plus £ivorable 
pour fatisfaire fa vengeance; Ainfî pa- 
rut-il né pas entendre les injures y dont 
le chargèrent publiquement les hobitans 
de Conftantinople , quand ils apprirent 
le deflfein qu*il avoir conçu de leur ôter 
leur Patriarche Macédonius , zélé dé- 
fenfeur du Concile de Calcédoine. At- 
tachés fur toutes chofes à la faine dôc- 
\trine j ils traitèrent l'Empereur de ^4p-^ 



i^ If I s T 1 K f 

nichéen , 6c parcoururent en troupe let 
rues delà ville , en criant : Voici > Chré- 
tiens , le temps de la perfécucion ^ n'a- 
, bandonnez pas votre (aint Pafteùr au Ty- 
. ' ran. LT.mpereur laiifa évaporer cette pre- 

mière chaleur^ & quelques jours après, il 
fit enlever & tranfporter le Patriarche eu 
tvagr. Ht. Paphlagonie. On voulut lui trouver des 
*'î*' crimes j & deux témiins fubornés Tac- 

cuferent d'un péché honteux. Mais le 
i Patriarche ayant été reconnu pour eu- 

nuque , l'accufation ne couvrit de 
honte que fes calomniateurs ^ & l'on ne 
put attribuer les mauvais trairemens 
^ue la tyrannie lui fit endurer , qu'à fon 
éloignement des nr .iveautés hérétiques 
qu'elle protégeoit. 

^ On éleva uirlefiégedeConftantino- 

.pie le prêtre Timothée, qui n'avoir rien 

de reconimandable auprès d'Anaf^afe , 

Kiceph. L. que fon attachement àl'héréfie. Il étoit 

* T^h ^ à^' décrié pour fon incontinence , que la 

ut\. p. î<îî. populace lui connoit publiquement les 

Theophan. funioms les plus flétriflans. Il affectoic 

néanmoins un refpeâ: extraordinaire 

:pour leConcile de Nicée , Ôc il le fit ré- 

.citer pubhquement chaque dimanche, 

au lieu qu'on ne le difoit avant lai 

qu'une fois l'an, le jour duVendredir 



p. 15J. 



- » B L* E G L I » B. if 

Saint. Dans le fond de fon amé , il étoic 
d'une indifférence parfaite furies points ' 
même de la religion qu'on lui voyoic 
foutenir avec le plus d'ardeur, s'accom- 
modoit à ious les temps Ôc à toutes les 
conjonctures 9 & t/avoit d'autre principe 
de conduite, que la diverfité des af- 
faires ou des intérêts jqiii piquoient fa 
cupidité ou fa légèreté. :: sf û, 

L'Abbé des Acémetes étant mort , il 
fe tranfporta au monaflere pour en inf- 
tituer un autre. Le fujet deftiné â cette ^ 
place étoit fort attaché à la faine doc- 
trine , & refufa d'être béni par un 
évêque quin'admettoit pas le Concile de 
Calcédome. Timothée feieiiit de l'ac- 
cepter, dit fans façon anatnême i qui- 
conque le rejetoit ^ ôc on lui laiffa faire 
la cérémonie. Cette nouvelle fut bientôt "^ 
portée â l'Empereur , qui envoya cher- 
cher Timothée , pour lui reprocher fon 
inconilance ou fon impoflure. Timothée 
nia le fait avec impudence , fans paroître 
délibérer , fans aucun air d'embarras ni 
d'inquiétude ^ & fur le champ il fe mit 
à dire anathême à ceux qui r ecevoient le 
Concile de Calcédoine. 

Toutefois ce même homme qui fe 
jouoit m(i de la foi ôc des coaciles > Uft 



i !^, ►à' 



■\ 






•> 



4$ H I s T ^ I H B 

toulut point rentrer dans TËglife qu'on 
lui conhoit , avant qu on en eût oté les 
portraits de fon prëdéceâeur , fous le 
prétexte calomnieux que Macédonius 
étoit Tennemi du Concile de Nicée. Mai^ 
il mit dans les diptyques le nom de Jean- 
Nicaïote, nouveau Patriarche d'Ale- 
xandrie ^ ôc dëckré ouvertement pour 
fe fchifme ; puis lui envoya fes lettres 
fynodiques. Il les envoya auili d Flavien 
d'Antioche , & à Eliede Jcrufalem. C*é- 
toient des prélats allez bien difpofës , 
mais qui, par prévention ou par foiblefTe, 
firent beaucoup de fautes , qu*ils expie- 
rem fans doute dans l'exil qu'ils fouf- 
frkentenfuitepourlafoi ^ piviiqae leur 
mémoire , aalii bien que celle de Macé- 
donius, a toujours été en vénération dans 
TEglife depuis leur mort. Ils reçurent 
les lettres ae Timothée : mais toutes les 
inftai^es de l'Empereur ne les purent en- 
gager à approuver la dépofîtion de Ma- 
cédonius. 

Le Pfinc« en conçut un violent dépit, 
èc le Patriarche de Jérufabm voyant la 
perfécution prête àéclater fur lui, comme 
fîir toute l'Eglife , envoya à Conftanti- 
noplc les abbés de laPaleftine, ei» corps, 
S. Sabas à la tète* Comme l'Empereur 



♦* 



fnàt 



t treàttcoup<î'afFe6tion!H>lîf fâ 
mohies , on crut qu^une pareille léga- 
tion feiroît jltts propre qu aucune autre ^' 
à contrebalancer lés efforts desf hcréttf 
ques du Levant , qui inondoient la Cbùr 
êc la Capitale. Le danger ne pouvoir 
être plus pte(fânt , FEnipereur faifant 
déjà affembler à Sidon un concile des 
évêques de la Syrie &: de la Paîeftine , 
les plus oppofés au Concile de Çalcé- 
doine< £ en; pourquoi la troupe àes pé^ 
nitens ordes fotitaires députés fit une 
extrême diligeiKe , Se elfe ne tarda ■ 
point à arriver. Il ne lui avoit point 
fallu de longs &difpendieux préparatifs,, ; 
^ les incommodités de la route ne les 
arrêtèrent pas daVaiitage. <>^i h,n^ 

Attffi-tôt qu'ils fe préïéntterent au pa- vît. s. sab» 
lais , on les fît tous entrer, excejpté Saint ?•»?«• *^^«v 
Sabîs , à qui les gardes refuicrent la 
porte , à càufe de foh h'atiillenient ex- ^ 
ttaordinairemént négligé. Cependant 
on remit au Prince la lettre dit ratriar^ 
che Elle , qui commencoit éh cette 
forte : 'Nous députons vers vous , pour le 
bien de nos Êglifes , Téfite dé nos foH- 
taires , Ôc à leur tête , le grand Sabas > 
la gloiïe dé nos monafteres. L*Empereur 
demanda où éccic ce faiiic Che^ : Ijss; 



' ■'..- 



' «', 






V 



€t 



H 



I ,S T O ï K fi. 



autres abbé$ qui ne s'écoient point ap« 
perçus <ju on iempêchât de les fuivre » 
fegardoient de cous côtés ». enlechecT 
chant des yeux. Les officiers de la Cour 
fe répandirent hors du pdais , pour le 
découvrir ^ ôc on le trouva ennn dans 
un endroit écarté , où il chantoit fore 
tranquillement despfeamnes. On le fit 
entrer avec empreflemenr. L'Empereur 
fe leva par refped, d^s quilTapperçut; 
puis le ht aflTeoiravec tous les autres. On 
remarqua que la préfence de^S|Pas don- 
noit au Pimce un air plus doux 6c plus 
humain. Il dit avec bonté , que chacun 
eut à lui propofer fans crainte ce qu'il 



iv'ur plairoit 



Si l'on connoifToit moins l'étrange 
imprellîon que fait tous les jours Tappa- 
reit de la majefté , ou l'appas de la fa- 
Veift , on feroit fort étonne , que parmi 
tant d'hommes détachés par état des chor 
{es terrellrcs , la plupart <i îent paru d a* 
bord oublier les intérêts fpiricucls de 
l'Eglife. Entre tous ces abbés , l'un ne 
pema qu'à demander un champ vaifîn de 
fon monaftere j l'autr e , quelque déco« 
ration pour fon églife , pu des fonds 

Four la rétablir, fins faire mention dç 
objet capital Ôc délicat , pour lequel ils 
^toient YCfius de d loiii* 



■...;>;iA«t-f;<:^ù.-:ù 



o E ' L* £ é L I s i; 6^ 

Anaftàfe fouteiiant fes démonftra-' 
cions de bienveillance ^ foufcrivic aux 
vœux de tout le monde ; & fe tournant 
vers Sabas qui n*avoiî encore rien de- 
mandé : Vénérable vieillard , lui dit-il , 
pourquoi donc ftvez-vous entrepris und 
long voyage , puifque vous ne ibllicitez 
aucune erace ? Sabas répondit : Après 
avoir eu le bonheur de rendre mes hom- 
mages â mon Souverain , Ci j'ai quelque 
choie à délirer, tandis que je mis en^ 
core au monde , c*eil qu il rende la paix 
àrEgUfe, plutôt que d- accabler du poids 
de fa colère la Ville Sainte avec fon paf- 
teur. Le Prince n'admira pas moins fa 
liberté que fon délinréretlèment , & lui 
fit d'abord donner mille fous d'or pour 
les monafteres qui lui étoient fournis; 
fuis renvoyant les autres abbés eh Palef- 
tine , il retint Sabas A C. P. , fous pré- 
texte que fon gtand âge rempêchoit de 
repartir pendant les rigueurs de l'hiver ; 
or'donnlint qu'il eût fes entrées Hbres au 
palais , Ôc iufquc dans l'appartement 
impérial, i« 4&*#''i^ie«:è^'"* ■ . ^ ■.iM 
Un jour qu'il s'entretenoit familiè- 
rement avsc lui j votre Evêque, Im 
diCrii , ne fe contente pas de foutenir 
le Concilg de Calcédoine qui amorifd 



V 1 



les immétés Neftoriennes , niés il j| 
féduk rlavien d*Annoche> Se il em* 
pedie li|i'led que la mauvaife do&:t\nt 
ne ibû ^éntralement anathémanfée par 
le CQnciTe qvâ k ùmt i Sidota.: Il croit 
iiQiiiseii a\^r impoie par une comia;m« 
fiatkm. v^ue d& lioute hçréâe : mais 
flous ne voyons que trop qu'il perfifte 
4ians les /etstimens qui r<mc empêché 
de ppnfeiwir i la dépf^ion d'Ëuphé- 
J2Hu$ 1^ <4^> Macédonius,) tous jd^ux 
in&élés 4u Hfi^om^(^n A&sl queies 
ùàmi lïmi ne ibienc f^s piiofaiMés plus 
Joi^^emps par ces impiétés» nous pré* 
tendons y etablk un paileur diftingac 
|>ar la, pureté de fa foj. 
^f «rSeigneur , répondit&ibas » tenez pour 
certain que notre Archevêque a une 
Jborreur Sncere de toute héréfte* ^ que 
iideleà ^es maîtres Êimeux par le don 
des miracles , & guidé par les plus pu^ 
res lumiieres du defert » il n abhorre pas 
moins la divifion faite de J.'^C. par 
-Neikprius , que la confufion enfeignéc 
par Eutychès. Nous vous conjurons de 
iie pas plonger dans le trouble Ôc k 
déiblacion la iàtnte cité de Jérusalem , 
de ne point flétrir le facerdoce de la 
loi. UQUveUe dans la^perfoniie d'£lie. 



TV, 



» 1 L* E « t I S I. 71- 

dans le digne imiticeur de Cyr^etl 
Entre deux héréfies pernicieufes , il fe 
tient i une égale diuance de Tune ^ 
de l'autre, & fuit invariablement le 
vrai chemin delà foi. Anaftafe» touche 
de la fermeté & de la fîmplicité du 
faint vieillard » dit avec admiration : Les 
tuteurs facrés ont bien eu raifbn de 
dire que celui qui marche avec fimpli-' 
cité , marche avec confiance. Priez pour 
moi 9 mon Père , Ôc n'ayez point d*in^ 
quiétude ; je veux que vous retourniez 
avec un plein contentement. £n votre 
coniîdération, je n'ordonnerai rienconr 
tre votre Archevêque. Ainfi Je Pa- 
triarche £lie fut-il maintenu pour lors 
dans fon /lége j mais Flavien riit chaffiÉ 
d'Antioche. 

Le Saint , après avoir quitté VEsa* 
perefEr,paâà diez rim[>éramce Ariane» 
qu'il exhorta à foutenir la religion de 
l'Empereur Léon fon père. Elle lui ré- 
pondit eu gcmifïant : Que ce confeil 
eft digne die vous ,faint vieillard 1 mai« 
qu'on eft loin d'écouter la ctifte fille de 
Léon ! Après que ce ikint homme eut 
fervi l'Eglife autant jqu'il le pouvoit , 
kréjour de la Cour liû>de vint ennuyeux. 
En attendant le temps de fon départ «» 



*j.'4.' 



.A?*.,.. 



■,>v 



7i If î s T O I 1. s 

il fé rerira dans lin fauxbourg , loin de 
tout tumulte. Là il fut viHté de tout 
ce qu'il y avoitde perfonnes confidé- 
ftables , éc bien difpo£ees pour la faine 
domine dans laquelle il les inftruifît , 
ôc les affermit de plus^ en plus. 

Il voulut encore obtenir une dimi- 
nution de tribut aux citoyens de Jéru- 
falem , ôc demanda pour eux la remife 
de quelques arrérages qui montoient à 
cent livres d'or. Anaftale donna fes or- 
dres, pour que le faint vieillard fût 
encore fatisfait en ce point. Mais un 
certain Marin arrêta cette grâce , en 

.^ .tlifantque les Neftoriens Se les Juifs qui 
rempliubient Jérufalem , étoient indi- 
gnes d'une pareille faveur. Marin ^ 
reprit Sabas a un air infpiré , cefTez de 
Vous oppofer à la bienfaisance de F Em- 
pereur j- autrement votre maifon fera 
Drûlée » votre famille xlépouillée de ks 
biens , Ôc l'Empire même expofé d fa 
ruine. Après ^cette menace j le Saint 
demanda ôc obtint fon congé de l'Em- 
^fereur, qui lui donna de fa propre 
main mille pièces d'or pour de bonnes 
ceuvres , fans néanmoins confirmer la 
remifè du tribut. Sabas s'embarqua au 
, mokàtmziy 6c quelques moin après > 

"'^^ . . ' . ■'£. ^'^u : une 



"- <•< 



D I L* E 6 L I s B. f^ 

ane fcdition s'étanc f ^ /ée i C. P. h 
;naifon de Marin fut brûlée ^ & la pro- * , 
phécie accomplie avec exaélicude dans 
couces fes circonftances. 

S. Sabas étoit le fiipérieur général des vît.s.siir 
anachorètes de l'Eglife de Jérufalem » *' *** 
comme S. Théodofe Tétoit des céno* 
bites. Les évèques avoient cru d'avoir 
orépofer ce« illuftres chefs fur tou9 
les folitaire. de la Paleftine , pour re- 
médier à une efpece d'anarchie > & a« 
trifte relâchement où ils étoient tombés 
en donnant dans les nouvelles do6bri- * 
nés, c*eft*à-dire dans le fchifme des 
Acéphales. Entre les difciples de Sabas ., boH. éIî 
il y en avoit un nommé Jean , capable ****• 
lui feul de dédommager ion faim 
maître > de la peine que lui caufoie^r 
une infinité d'autres, bon avancemeiiC 
dans la vertu parut fl rapide, qu'ait \ 

bout de fept ans S. Sabas le vouhit éle-^ ' 
ver au facerdoce. Il le préfenta aii Pà« ^ 
tiarche Elie , aui fe fit un plaifir d» 
l'ordonner de fa main , Ac l'amena ; ' 
malgré fa réfiftance, à l'églife du Cal- 
vaire. Quand ils y furent arrivés , Jean • 
dit au Patriarche : Saint Père, trouve*^ • 
bon que je vous dife deux mots en 
particulier ; après quoi je me foumet* 
TomcFL D 



^4 H I s T O I 1. TErj 

tr ai avec docilité à votre dîiciûon, Lo 
Patriarche Tayant pris à part , Jean 
commença par k Faire promettre le 
^ V fecret le plus inviolable; puis il lui 

*^u^ -x *i ' dit! : Mon Fere , j'ai reçu la .çonfécrapon 
*' ^ ^pifcop^e ; mats le fentiment de^on 
indignité; i^'a fait fuir bien Igiade 
mon églife > & je me fuis fixé dans ce 
défert , en attendant l'heure formi- 
dable où doit venir le fils de Thomme. 
Le Patriarche, fort étonné , appela S. 
$abas , Sç. lui dit : Jean m'a confié un 
fecret , qui empêche abfolument de 
l'ordonner. Qu on le laiffe à, jamais 

I ' -^ r tranquille. S. Sabas fe retira fort affligé , 
Se répandant fon ame devant le Sei- 
gêneur » avec une grande eâTujion de 
krmes } il apprit cç fecret par rêvé* 
^'v' lation>:' - v-î;ufc'b ^Mkn^uï vm 

;'Çeftcet Evêque folitîiire, qu'on 4 
nommé pour fon humble ôc inviolable 
difcrétion , S. J«an le Silencieux. Il 
étoic Arménien » d'une f imiU^ illulire t 
^ frère du Gouverneur de la pjiovince, 
■ - A r$ge de 1 8 ans^ il fomld un monaflere 
^àNicopoUs, lieu de ià.oainance. M^iis 
il fut arraché de fa felitude par lesj 
habitans de Colonie , qui le firent or- 
donner évêque* U les gouverna pendant 1 






?e 



» 1 L* Ë O L I S 'l. 75 

quelque temps , fans rien quitter des 
obfervances monaftiques. Ennn il conçut 
le delTein de s'affranchir de toute folii* 
citude y ôc dans un voyage , ayant éc «-té 
fous divers prétextes les clercs qui i - 
compagnoient , il s'embarqua "'=»< 
tementpour Jérufalem, d'où il (a . 
à la laure de S. Sabas. Depuis qu'il i 
reconnu , il vécut encore plus retiré 
u'auparavant , ôc demeura toujours 
éul dans fa cellule , d'où il ne lortit 
au' une fois en quatre ans , pou|^ venir 
féliciter le Parriarche £Iie , quand iL 
rit enfin fa foi triompher de routes 
les épreuves &de toutes les tribulations, 
que le Saint regardoit comme autant de 
glorieufes faveurSéi ii. eiiiàu] > ^i 

Cependant Timothée de Conftantîr 
nople ne gardoit plus aucune mefure. 
Il fut adez audacieux pour entrepren- 
dre de faire anathématuer par tout fou 
peuple le Concile de Calcédoine. L'en- 
creprife étoit de la dernière impru^ 
dence > dans une capitale ù. ardente 
pour la faine doârine. On s*arma pour Hvajrr. x.^ 
réfifter à la perfécution,. Se h. fédition "^•^•"^^• 
s'échauffa au point de maflàcrer plu- 
fieurs fchifmatiques diftin^iés, & de 
leiitsmaiiom* Le peuple attroupé 



••*^-> 



-^■■ 



Dij 



# 







:•; 



IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



1.1 



lS£|2j8 12.5 

u^ Ià2 12.2 

Sf 144 "^ 
Sf Ug 12.0 



m 





|||l-25 |U. 11.6 




< 


6" 


► 




7] 










V 




:% 




^ 




Photographie 

Sciences 

Corporation 




\ 



^ 





•^ 





\\ 



4^\ 





6^ 



23 WEST MAIN STREIT 

WEBSTER, N.Y. 14580 

(/1 6) 873-4503 



4^ 






^ 




o 








7^ H X s T O I R I 

campa fur la grand e place » oà. il fit 
apporter les clefs de la ville & les écen- 
dards militaires. O n brifa les images 
^ lesftatuesd'Anaftafe, en criant qu'il 
falloit faire un autre Empereur ^ 6c 
déjà Tonnommoit » pour le remplacer, 
Vitalien maître de la milice. Cet of- 
ficier , excité par les Catholiques de la 
Tbrace Se de la Méfie » £e trouvoit 
aux portes de Conftantinople avec une ar- 
mée formidable , compofée de Huns , 
de Bulgares 6c de quelques troupes Ro* 
maints. Anaftafe , qui n*avoit pas des 
forces égales à lui oppofer, qui d'ail- 
leurs iavoit mieux faire la guerre aux 
prêtres & aux évêques, qu'à des gens 
armés ôc pleins d'audace , commenta 
par (e cacher dans le fauxbourg de fila- 
querne. Alors l'Impératrice Ariane ofa 
lui parler pour la foi» & lui fit del 
iTeproches lur les maux continuels qu'^ 
faifoit aux Catholiques. 

Il perdit tout courage & coîite idée 
de dignité , tenta d'exciter la pitié , & 
vintCan^couroniùî à la place de THip- 
podrome» Là éprenant un ton fournis 
& le plus rampant» il dit au peuple 
ftlTemblé, qu'il étoit prêt i quitter l'etn* 
(»ire I qu*au moins il ne le voulgif t^ 



V* 



^1 l'E G lis i; 



A il fit 

les écen- 
s images 
lantquil 
reur j & 
mplacer, 
Cec ot- 
ues de U 
i trouvoit 
reçoneaT' 
ie Huns, 
oupes Ro« 
it pas des 
qui d*ail- 
^uerre aux 
i dQS gens 
:ommen^a 
rgd® Bia- 
^riane ofa 



if 



que de leur bienveillance , & leur fit les 
plus impofantes promedes » qu il con»^ 
jBrma par des fermens. L'artifice lui 
réuflit. Le peuple , attendri , le pria de 
reprendre la couronne ^ & avec beau-^ 
coup plus dé iincérité que le perfêcu-^ 
teur > il promit de rentrer dans le de- 
voir : chacun retourna aufli-tot chez 
foi , & la fédition fe calma > après que 
lé peuple fe fut tenu trois jours attrotipë 
dans la place, il ne s*aéitroic pUis ^iè 
d'éloigner Vitalien^ qui pâioît n'avoiè 
prétendu fervir que la religion ^ ôc à 
oui la feule ignorance la faifoit dé- 
fendre^ les armés i la main. Ana(tafe 
lui fit atiffi de magnifiques promèflès | 
& prptefta fur-cour qà*ll alloit rétablit 
dans ieufs liég^^MaéédonittS àùiLotiù 
tantinople» & Flaviend^Ântioche-: aptèi 
quoi il lui lit délivrer de l'argent , j>6ur 
contenter les troupes qui la voient fuivi» 
Vitalien parut fatisfait» diji c^té i$ 
l'Empire i ^ QfeutipIiUdfa^crèfi»iijt|'q<^ 
de fupplter , M i Sduvc]^^ (fioftcift^ ^di 
mettre la déri^^ere main â lai p^ifk^tiûli 
des Eglifes de rOrienr, j 

Ahafbfe écrivit lui-même, Ôz envoya 
des ambafladeurs d Rome ; aucune dé- 
marche ne lui coûtant pour fortir d'un 

Diij 



T. I 
Çonc. 



V. 

pag. 



7S H l Si T'O I K c 

fi mi^uvais pas.* Il pria Hormisda de fe 
re^idre le modérateur des efprics cchauf- 
féi , lui prppofa d afTembldr un icoradié 
gcii^ti^ . d Béraclée y cette année ^ là 
mèm.e, .&:le,pr|a de &*y trouver en pcr^ 
ioi^iiQ, I^eiPa^ cenvoya rers TEmpe- 
reHr > avec un notaire , quatre légats , 
dont le premier étoit Ennodius , évèque 
de Pavif ,» fameux ^par £qs écrits. Il les 
ixiiinMi Â*mii^ intbrui^ion fof t drconf* 
taiictée } pj^ce.ia plus ancienne qui nous 
ffefl[e'en<ïe genre;» À.^ai itiarque^ef- 

{»rit vrait^ht apoftoliqùe > ^^^^ <l^t 
a prévoyance &la pénétration admi- 
rable de c<e Pontife, il y femble avoir 
déjà eneendfi <F£mpereur ; Hmt font 
).VlÂes 4c:piici3ifds les i^iqoe^ fuggéeées 
d a^iiçe. camcre W/o^* *4loite & Wi 
fîéftjtie«^id«itîCrPHncêvA . .ïieux/- '^' 
:, iGqmmeilé^ i-égats àv^oiéht saxSi dej 
l^tti^s. pour, Fiialien , ils : étbienc char- 







fi0j(Mt^iâBst hàoÔtnnè'àQ rEglife 
ur le^ vrais princbes de la foummion 
auKpui fiances établies de Dieu. Vous 
direz à TEmpereur , portoit Tinflruc- 
tipn des Légats : Nous avons aufli des 



Ç E>! L*(£lî 19 SE. fi 

iecrres du Paprpoitt voére ferviceur Vif 
tàlien V ^i hÛ "A^^^t envoyée des dé'i- 
pucéffavec vocit&'jpvrmi(fioti , al ce. qu'il 
tcrivdit alors ; mais le Pbmife a or^ 
doiiivé que oe&leciires ne iiodenc remifès 
<|aé de' y<:»n3e «jonfenteihem. Afin qiié 
vous connoinie^encore inieux la droiture 
de nos procédés , nous ferons charnues 
<(âe vb^'Cfnvoyiez avec nous quelques 
-perfonnesde eo^yâdicé^ enoréfence atk 
quelles on Ik^ là le^ute de ces lettres. 
-Soy'et céjiefi^nt afTuré ,> que nous ne 
fotntnes chatgé!; d'aucun ordre qui ne 
concerne uniquement la oaufe de Dieu. 
Notri très-faint Pape conformant fa con- 
duite À Your^ik ^plieicéicb l'Ëvan^id», 
-Ak. Ëïm 44itrd%bo(eient)vué q«ve^de >Mf - 

Jer rËglt^'^tt'itôniiR>^ iVhêtédel 4c 
b m^s^hiiStêr^kkim lad^fébânetèçue 
■des '■|^rÉ^i^i'''î*;^«^^^ -3"" i ■ ' j * «^ '• 'f-^i^À ' 
' Uiiffkik<^ioA' ]po«^fe:ftie {«irefctivoit 
eiicOi^atfjl4égM!$ ^ 4^ iié'f àsfe^déclarèr 
fâl| lè^t!â«Âpte'dé^Ti>ii|l&^ée^fàtmi%he 
iifCI:U»^^&?Ç.) iP»($ inïàliir'idé 'M^o^àiù 

indicte^»* ^^iciiliff^I^^Uf f«(l(À ^régiér 
ks^a^aii^S^gétiérllièfs ^^répift^àt^^^ 
rétablir k comflùilr^n catholique^ T^m- 
cd^4^ ih^â^ô^nt bien ietlonnirr 4e 

Div 



le H 1 B'T O X R B 

rrde d'enfreindre les^^canons par'rappoH 
la comnmniatfionayec les fchiunatit 
qu^. Jl lei\r icoicmème^fecf^tenienc en* 
|oinc , d obliç^ les. eve^es qui; pou- 
droient rentrer .dans le fetn df l'iua^té, 
i déclarer, publiquement dan$ l'iéglUe, 
non feulement qu'ils recevoient le Coi> 
cile de Calcédoine & la lettre de Saim 
léçn » mai^.qu'ik laQathémacifoi^t , 
•ooér^ >£ut)rcbà$ & • ttéâsorius. ^ , les £iii- 
,tear$.IdftrttULi& de l'awe ^r fptcàd©- 
mQm Acacf) de Cônfbnfiinople. Uept- 
niâtreré de I^Empereur & dés évèques 
d*Orient à ménager la '.mémoire de 
ce coupable Pati;tafche, ne put; Jamais 
enjgager Symma^w^ ^ i^ ft^^ de$ Papes 
aMè$ Ipi^.àrieftjrelfch.er forr««5 ar- 
ilicje i de U ftvèrîtc defti:anotis*'[ t 
Qf^Putre -quon n^ gagne menj^v^c fe 

fedbaires , par une dangereufe .çGjndeC- 

«eadance } ces 'i4ges& iaints Pontifes ne 

,faifoiem;pasf QBpparaifoii ehtjce^ la rq>Q- 

cfaciohjiR?al,0<^qiwfeld-im;.fnfiçJ^i|t paf- 
iWttR «4c jeiatiçiftefnd dôtcj^l^tr^^^ 

2|ea4 JiieftftijiYwitijt^ cpn- 

iierVer |e faqréfM^pot jfîirt^^jh^rPiJofc 
r Hqmmén^ent [1^ enfeignémeiis di&:faux 
- doilears qui lalterent. Si Ton v^t que 
t>{es ouailles évitant Içs ^f^tfm^M empoi- 

■ :. mQ 



B I x'E e i I SI. 



Il 



fonnés, il faut bien les leur faire connoî- 
tre. Ce feroic annoncer des dt fpoiitions 
très-fufpeûes , que de blâmer une mié" 
thode accréditée par Tufage de Tanci- 
auicé la plus refpeé^able H de tous les 
iiecles. 

La fourberie de l'Empereur Anafta-fe 
fat elle-même découverte par cet expé-^ 
dient. 11 déclara bien, qu'il condamnoit 
les erreurs attribuées à £utychès ; il alla 
lafqu'à recevoir le Concile de Calcé- 
doine : mais fur le chapitre des feé^a- 
teurs de cet Héréfiarque , Se d'Âcace en 
particulier» il vit qu'en s'expliquant avec 
cette clarté , il ne reftoit plus à la feéte 
aucun faux-fuyant. Continuant toutefois 
à dilEmuler , il répondit au Pontife, 
qu'il étoit dur de dùi&t de l'Eglife les 
vivans , à caufe de leur tefpedb pour les 
morts 'j que d'ailleurs on ne le pourroic 
faire fans beaucoup de tumulte , fans ' 
s'expofer même à une grande e^Rifion de 
fang. Il fe rejeta enfuite fur fon projet 
de célébrer un concile, où toute ces af- 
faires ,difoit-il ,fe régleroient beaucoup 
mieux. , * 

Af rês cela , il ne fit plus que trairiec 
en longueur , pour laifler diffipet le f efte 
de l'otage > dont la crainte l'avoit ear^ 

Dv 



O I R 1 



U H I s T 

g^gé en càiîc de démarches humilian- 
te. H envpya cependant encore de loin 
enjbin des ageus â Rome, afin d'en- 
crecenir quelque force de correfpondance 
avec le Pape & les Occidentaux , 6c fe 
ménager une refiburce en cas de befoin. 
Mai|s jiljprocédmt d*une manière û faufTe 
& Cl yiubiementiliufoire , qu'il congé* 
dia » fans avoir rien fait , environ deux 
cents évêques venas pour le concile qu'il 
avoit convoqué à Héraclée. Comme le 
Sénat 6c le peuple lui reprochoiem fon 
. parjure , il ne roi^t pas de répondre , 
qu'il n'en étoit pas des particuliers com- 
me de l'Empereur , qui isft aatorifé par 
les befoins de l'Erat à mentir & â fe par- 
jurer. Ainû il les confirma dans l'idée 
qu'ils avoient déjà conçue de lui, comme 
d'un ficélérat inféâé des maximes dam- 
lubles de Manès. . ; 

Vît. s. sat . l\ manqua de même à lapromefTe faite 
"Vheifh. à. S* Sabas pour le Patriarche de Jérufa- 
r-'34- iem. Flavien avoif d'abord été chafle 
4'Antioche, ôc l'on avoit mis en fa 

flace le Moine Sévère , Eutychien Ci 
éterminé , qu'il ne recevoir pas même 
4'H<énociqae ak Zenon : génie' b^dniUon 
4!ailleiH:8) À*ént inquiétude & d'une in^ 
•^onftanoeqt^'iji avoir poroée de tout coti, 



fini '^6Wfeit^ Te fiit^liaMë' fait. Dîà- 

dans itn Btôfftàîftere de Pàléftine, d'où il 
(t fit chaflcr V de U -rtfugt^ chez dès 
trioiitfes aufliticieuxqtje hri , îlavoit-été 



dfe rfatre^^lacôî^fortï^afes mèto 
vices ^'d^^mfeiéi ridlckle^. Elte de Jé- 
ciifalem refuia courageufement laconi- 
)niiiii^rid*tiri t)atiè5:lë^rq^d ; & rEmpi?- 
-rcût^6«Mmt«tit^éë ûu'if^ avoit-pfbmts 

Jë^'fil^'mMattièxi , ^uî- pforfiettôtt 
i'cmbraffërfecorilhTunibndeSévet:*;'^ 

Dah$ jUHrév^ets fi accolant ^ S. SalN^ ibid. pag , 
ôc te autres Pérfes dû défett ne perdi*- »3«' 
'reht''^*^jirT2!foMhce JiV v^téitt trodvet 
^iT 'i^MfUêMt 4'irijè ibîtMft di^ 



flir dlî^iit îerir ^oavoit, Vil Vouloir j)rd- 
feïfct^a fbi de Calcédoine qu'il avôit 
dans lè ccfeur, te refnfet là commUnioÀ 




^- 



^i^n^on pouvi^ic ceççr^ioffre^,^ piçins pir 

j^^4tertmj lei^ycKjuesfubi^ués auxyeri- 

i.t^bles ciculair^ , pourvu gu ilf euiTenc 

^'ailleurs les qualités convsp^bles. On 

{'i^geoic que Timérèt du troupeau devoit 
^ 'emporter fui celui du pafteur v & X^ 
tmenep n*éto\( plus nuiuUe aune Eglffe, 
!,4aii$ ces tx\^^ ça^jonfb^es, que la 

frivation dejDou^ clieffléeiti|ne« Jean fe 
dÛk periuadbr , â; s ao^onna fai^ 
réferve à la dired^on de^ces excellens 
guides* 

^ On peut jt^er quel fiit le dépit de 
^^Impereur.UnçpurtiTan; ncu^m^e^naf- 
xafe comme ce Pimc^ .,, ,jCCut o&f^yoii 
jnji^u3( 4ui ^ûre fa cour v^qi|^n contrai- 
gnant le nouvel évèque acnangerunefe* 
conde fois » & â rentrer dans hicomma- 
niqn de Sévère. Us'adl^oit tellement de 
jc^uffir, qu il fe çon^^fnn^^ slléch^uoit, 
^ îine amiende 4ê 3 pa liVré^i d!or^ llle 
jtriuifporte ^\M<Q^rà Jérufaleni > uvec 
Ja qualité dç Duc de Paleftme «dont on 
Tenoit de le décorer 5 il f urprend. l' Eve* 
que Jean, &4ei|Dnet en prifon. Le peu* 
pie applaudit, comme à la puhitioii auo 




i nftni ft- 



a 



■' 'Si;: 



»l X,'£ G L 1 SI. 4f 

trouva «noyen de fe couler Xtctéumtnx; * 
dans la prifon, & porta Jlean à donnei^ 

Î|uelque efpérance^u Duc AnaftaTe* Jean 
uivk ce confeil » Ôc répondit au Duc , 
qu'il ne refufoit pas d'accomplir fespro* 
meiTes^ mais de peu^: qu'on n'attribuai 
i la violence ce ^uil avoir deflèinde 
faire j qu'il. i^Ioit commencer par le 
mettre en pbçttéi ôc que le.dimanche 
fuivant , quand le peuple feroit aiTem-r 
blé, il fedectarerôit nautement. Le Ouc 
prenant ces paroles à double entente 
dans[ Je fei^s oui.étoit conforme â fes de* 
/ks , !£k a^&tot ^rcir l'Evèque de 

On attenc^it le ^fimanchç avec im- vlc.i.$aK 
patience. Mais'le I^uc fut bien étonné, j!^* '**" •* 
quand TEvêque *ét{uit monté fur l'am- ^* 
bon , Jçs Abbés Sabas & Théodofe fe 
ten^^à ks coijs, 6c une l^roupe innom-> 
brabfejtai^ d'anàjpl^bretes giie de cénp^ 
bites Tes eitvironnanç , tous les a/Iiftans 
fe mirent ^ crier avec un grand< bruit : 
Âniaihématifez les hérétiques , confir- 
mez le S^ Concile. Aulli-tôt Jean & les 
deux iitf|it$ Abbés dirent d'une voix: 
Anathèrae d Neftorius y a^thême â 




8^ H 1 s Tô I R i 

cédoîne. teÙùc Anatbfe né^ fcpoïïï^ 
âoit psls de'colerç ; mais il lui convinfc dé 
diflimuleryàcacrTe delà ù^lcicude »'qu*ii 
n'eût pas été sûr de contredire. Il Jugea 
hième à propos , pour la sûreté de fa pér« 
Tonne ^ dé fererirer à Céfarée , d'où i^ 
mlhMftt rEthbereutide b <Qiii^^ce' â^ 
de «aeffiéàç^tdè fés tèmativôl. '" ' 
- ' Ce Prince téTolût d'exHéf , outré PEJ- 
vë^t Jeari , ittf deux Abbés ThéoJ^ 



.'fi.?, 
;i ■ 



.ft .îlV 



tant aeîeunAiîôcyhce c^ttè^féur floi^ï*- 
ment de tout e^rlt de rebelliôU .;ltii 
. àireiTerent ùflÊ,ap<ilôgfetSàyi^^ 
.nom dé tous lés abbés & dé tôu^ le^ foii- 
caites qui habitoieht li^ViJle Sainte « les 
rives du Jourdain' feles, déférn d'alen- 
tm' Ma!s'Wddqûè'iïnfo(ante=4ii*élle 
fi!Bf7 tarit tJ^f Ton *f te Wue làt le tiàtti 
v^ô^ab|è4èféJ atiiâifs, il^eft â préfli^ 
hier qti'Afiàttafé fui bienfdîeux conlfèini 
par la crainte de Vitalieii , qui inditnè 
de tant de parlufes , recommença la 
guerre, Ainiî rÉvèque Jean iie*fut paJ 

tOidî^dt^ îjH'ufytiJî::^^?^,^ ^^:>^;...a 

>atriilc1ie 




t>-: : 



' B L* £ G L I l' I. 1^ 

apr^fîxansd*iifurpanon. Lé patriarche 
légitime mourut agÛi» dans Ion exil de 
Gangres , en odeur de fainteté y 6c on 
lui attribue des miracles. Pour remplir 
la place, alors véritablement vacante par 
la mort de Macédonius > on élut le 
Prêtre Jean, Capptdocien de naUIànce^ 
& Syncelle de rlmothée.Vers le mhvM 
temps, c*eft4-dire daiisie cours de cette 
annoe 517, Jean Nicéote > Patriarche 
•hérétique d'Alexandrie , alla de fon 
coté rendre compte au Juse Suprême de 
dix années <W fcondales donnes fur uh 
iîége fitcminent. {• ^ ^ 

JEnfin TËn^rem: An^afè , âgé dé 
8 S ans dont il en avoir régné 17 » mou*- 
rut lui - même Tannée Suivante , de la 
manière que nous allons dire. La nuit 
du huit au neuf de Juillet» un otage 
affce«x parut fe former : âr fé fixét 
opiniâtrement iiir le palais ittifétitéi^ 
& , par des coups de tonnerre fans éxeni^ 

{)\t , fembla menacer perfonnelletnent 
ePrince coupable. ]ln*en falloir pas tant» 
pour imprimer TefFroi à, cette ame cri- 
minelle ôc foible. On le vit , dans un^ 
frénélie foudaine , fiiir fans dedein de 
place en place , fans écouter pèrfonne', 
fans pouvoir fe ralTurér danà aUcùni^ 



y / 



Vit. s. 



4 t 



18 .HiSTOIRl 

duit. Après l'orage, on le trouva mdrt 
dans une petite chambre \ foit qu'il eût 
été frappé delà foudre , comme le bruit 
en courut^ foit qu'il fût expiré d'effroi. 
$*b. Cette mort fut révélée à tlie ^ Patriar- 
che de Jérufalem , dans fon exil d'Aïla. 
S« Sabas l'y étant allé viiiter le neuf de 
Juillet, & le dîner étant fervi vers 
l'heure de None , le Patriarche dit à fes 
h6tes : Mai>gez , mes peres^ pour moi 
ie fuisoccupéd*une affaire de toute autre 
importance. L'Abbé Sabas l'ayant voulu 
retenir, il lui dit en verfant des larmes.: 
L'Empereur Anaf^afe vient de mourir \ 
de je dois comparoitre avec lui au juge- 
ment de Dieu , je pars dans dix jours. 
Il donna tous fes ordres pour le bien de 
i'Eglife, ne vécut pendant l'intervalle que 
de la fainçe communion , & du vin ou 
ot^la tre:mpoit; puis atteint d'une mala^ 
die quifembloitn*àvoir rien de férieux, 
il mourut' le lo Juillet, immédiatement 
après la communion. 11 étoit âgé, comme 
Anafbfe ^ de 8S ans. S. Sabas eut con- 
firmation de la mort de l'Empereur , en 
revenant à Jérufalem , & admira Tac- 
l^mplifTement exad de la prédiâion de 
S. £ue.:car TEglifebopore fa mémoire 
le 4 Juillet., aum bien que celle de Fla^l 



f*».-: 









H*'i 



■0' ' 

•V 



vied d'Antioche , banni pour la même 
caufe , et more dans le nwmc ceiiips« 
' Lejourmèmeqùettiôui^ Amaibifisy 
c'eft-à-dire y iè 9 Juillet p8 i Juflih 
fat élevé fut te trône. 11 étotc des con- 
fim de riUyrie & de la Thrace j ôc àt 
très - baffe nailTaiKe. D abord (impie 
foldat , il pafTa , par tous les grades 
ioférieurs , a* la charge de Capitaine dt§ 
gacde^ du Palafis^- Se il nV^it quA^cd 
rang , i la mort de r£mpereur. L'eu-» J> 

nuqiie Amance ', qui avoit eu tout po»^ 
voir fous le dernier règne , crut encore 
avoir cefui de donner un maître à 
r£mpire y ôc pour faire reconnoître fou 
ami Théocrite «n . <cette qualitié v U 
chargea Jofhn i de 1 difthouer à faf 
miupe de grandes i fommes ^ d^argent 
Œi'il remit entre ^ fes mains. Rien n e^ 
plus Xéduifant que l'éclat du dia- 
dème; Juftin > tout ignorant qu'il étoit ; ivagr. lu 
parvemi à l'âge de foixante ans fani 
favqir lire, ionnot la* vertu desmo^ns 
dont on le faifoit dépoifîtaite , 'les;ei¥i^ 
ploy aL pouç ^ luiimènve , é^ 'rléuilir i fe 
faire couronner* Il étoit bon croyant , 
ne s'érant jamais avifé de raffiner en 
matière de religion , ni en aucune au- 
tre. Soa attachement à Tancienne foi 



ly. c.a. 



S:' 



Tcm> 
Conc.p. 
le fcq. 



ftï H ?« StT O Ml «.1 

kl "pngtkk cdlniiidii peuple dé Coiiftan-^ 
tinQp}ft^%l4fiie^ atuchèâ U^pllca^ 
^i)(i^A «^1 plm; «jcçédi^itlicore de 

V- -f/JPès fe jdimàiicto ajiklfiiitUv MqqA 
'^*'^^i; Je, PttriàfcJM étont 0tt« idans 
^4glil^ à l'ordinaire j jtvec fohjCler^, 
k peuple s'écria Q9iit-^-coup i Lot^ties 
^l)4es!ti :!' Ëmper«^& à ninpérftfirici»! 
*Wigl»|dsiotiii%s iiifaçriairiohibirPDtts^aoi 
di^pùls Joiigf^i^mps «&i3 commiiniquQiis^ 
t^Mie^ fftst ayêc «&> .«ençrevde Tuiiifé i 
Pourquoi demeuron^iaôais éncoit téi-f 
^ommimiés ? U my a plusiide pécil il 
prrtfeiftr la vjsate jHoi iiôifs/npwe' telii 
^eux6ËÉnjpcà:eoi^M<)iKeB;f^ 

ÊrQdei£ielèKi$qu4lQ&rd&i>i^ 
> j9sHliod0K6:^ii^ui£e?^ y(àtt^< 
^ u poUiez iramt-l^f heure) lé i& ' 
âte » Anatbématifesi Séreté >le îI 
>T çbiûi ;t Qp*oR:-<déeerre> iks oisr^déritoiÉs 
" WdifdplM'd0tMaiits.jS«ihté N^ 
13^^ rceli^ jqiii gnèi w id^daçe pàsi^ 
vsogreaiiQQd>kIFjJ^i> dbît âéifluirxnciiè 
* cèailiéiétii Mattiçl»éeh.{ilL0hgacs ; àlmélst 
au. sM»aTeau:€)olii^nÉini Jntf^ii^ aixnée^ 
i ia noiivellé ÎTélene ?\ Enûw i^eàthou*- 
&t(me du peufée £nt tel , looe ne pou^ 
KSikic . e^^imer. dansrttme imdb .hngue 





B £ L* £ « I. 4 I B. 5^1 

tout ce qu4ls fentoiônt , ils tneloienc 
des expreffions lacinf fi » ^(iqm :d^ 
barbaries au ffoç » qi^i ,éf €»i( i^of alaime 
niamr^le* ApÇ^ qu.^ls çitù^tic Mrtfi ;ctlé 
4e CQUce leur ù^ïçe^^ëç; répété les lAii^ 
mes acclamations pendant' fibct lon^ 
temps : Mes frères , leur dit le Patriar- 
che , ne, troublez pas l'ordre iacrédes 
cérémo>)i&s 9 je vous x^ndrai, qisaâld 
lé. mpti)$|n|c cti fera ^eHùtJ) ^ M enoa 
c^ns iç4a^â|^^e f i ay« fon clergé, g 
Le pe^igle^ çna^ < plius . i fort^çment. en- 
core : Chargez , nous vous^ en cot^fa- 
rons , ,dçs malédidionjs qu'il mérite^), 
Irappez ^e TanatHème rKérétiqne S6- 
yfrej^y^usM %cireK.pQii»^ii^e'vous 
A^)%z.ana^)ié«i^^r$jév^ei«i)lfè Oairiai^ 
cl|e montai^ -^r [ l'iktiibon y ileoc (iàiùi 
Vous Êiv^z j:riiae5 trjèsicîhers ftefes^Jcb 
combats que j'ai foutehus pôui^ la foi 
catholique , n'étant que ilmple prêtre : 
jeae mefuU pas éémeqti danis l'qpif* 
oopat^, je 4t'<ti jai^s crieli ibi^rt coté- 
tré les faJHKs dermes ; ni' contre le 
faint Conpile. A qu^i Wa ce>binaalte? 
Nqus révérons tous les conciles qui ont 
confirmé le fymbole de Nicée , priiœi- 
paiement celui de Conftantitipple) celui 
d'Ephefe j &: le ^riod. Ccmcile de Cal^ 



yx H -f s T O f n t 

cédoine. Les acclamations reprirent, C 
céntii^aèrtnt durant plufieurs heures^ 
jpois iûli a|6UtÀ , 4 cris redoublés : La 
Jète dtl Concile , la fête du grand Coti- 
cîlf de Calcédoine » qu'on l'annonce 
ias le champ ; nous ne fortirons point 
d'ici y qu'elle ne foit annoncée ; nous y 
MfTerons toute la nuit. Annoncez la 
Rce pour demain 9 oui pour demain, 
iùoïS plus diffét^r* Le Patriarche pro- 
pofa de prendre le confentement de 
rEmpereur : mais le peuple infîfta , en 
répondant de la bonne volonté ainfi 

2ue de la foi de JuftiiY , Se en deman- 
ant toujours que la fète fût annoncée 
fur le ^amp. On la fit donc annoncer 
par rni diacre y Vn ces termes : Nous 
faifonff favoir que demain hous' célé- 
brerons en ce lieu là fhénioire de nos 
faints Ëvêques les Pères de Calcédoine, 
qui y avec ceux de Conftantinople & 
aEphefe, ont confirmé lefymbolede 
Ni(xe. Cette fête fut établie à perpé- 
tuité , & les Grecs fcmt encore en ce 
jour , c'eft-à-dire le dimanche le plos 
proche du î6 de Juillet , la mémoire 
des 6^0 Pères de Calcédoine , & tout 
à. la fois des autres conciles généraux. 
Le peuple reprit fes clameurs j, de die 



D B 



I.* E a i; I S f . f t 

lQi>g-Femps tout 4'(ine voix : Qu'pn atia^ 
thémacife encore Séyere > ^ennemi d^ 
ia Trinité , TeiiAeini des Pères > le 
t^lafphémateui: infenfé qui a eu Tavidace 
dç air^ anathèmç a^i S. Concile de OU- 
cédpine ^ nous ne forjcirpns point fans 
cela. Alors le Pacriajrchf prit }es fu& 
ijttLges de pus Içs évèque^ préfens » 
donc douze font nptnm.és , & l'on pro* 
nonça i*anathème contre Séyerç. 

Le lendemain , lundi i^ Juillet, on 
célébra eq çffex la fêçe di; concile.. Le Par- 
triarcheécantâiegUfeJepei^plefitencorei 
mille acclamations à Tho^meur 4e ÏEm» 
pereur Sç dç TEvêque , puis s*écria ; 
Rendez à 1 eglife les reliques de M^cé^ 
donius , c*e[t4'dire du dernier jpa-^ 
marche de ce nom > banni ppur U fpi* § ^ 
tendez à Téglife les cpnfeueurs exilée f 
tendez la ^te complette î renietrez en 
honneur les noms d'£upl>émii)s Ôc de 
Macédoniuç ^ mettes^ les quatre conciles 
4ans les diptyques ^ mfttez-y Léon, 
archevêque de Rome , apportez les di^jg* 
t}rques (ur T^mbon. ^e Patriarche iit 
qu il youloit les contei)ter cç jour-lâ , 
coninie on ravoif: fait la veille ; mais 
que pour agir régulièrement , il falloit 
i^emblçr les évèq^ç$ , dç agir de con- 



Tom. V. 
Conc. 1. 1701 



f4 H I s T o X k » 

eerc avec TEmpereur. Le peuple cria 
que |>erfonne ne forciroir 9 qu il falloir 
'défécer fur le champ à leurs vœux , ôc 
il ferma les portes ; ce oui obligea le 
F^criatche à prendre les diptyques , &r 
à y inféreten leur pré^nce les quatre 
conciles , avec les noms d*£uphémius 
Se de Màcédonius fes prédéceileurs » Ôc 
celui du Pape S. Lcon. Alors le peuple 
s*écria , content : Béni foit le Seigneur 
«ui a vilité & délivré fbn peuple ! Et 
l-On fie monter â lambon les chantres , 
qui entonnèrent le trifagion pour le 
commencement de la meflè , qui eft le 
moment où on le chante dans la li< 
turgie Greque, Quand' le temps de 
lire lés diptyques fut venu , tout le peu- 
ple s*empie(ra vers l'autel pour écouter, 
en grana (îlence ; & dès que le diacre 
éUt |>roféré , avec les noms dés quatre 
Conciles , ceux d*£uphiémius , dé Mà- 
cédonius & de S. Léon , tous s*écrierent 
à haute voix : Que la gloire vous en 
fpit rendue , Seigneur ! après quoi la 
mei]^ s*acl^€va tranquillemenr. G'eft 
ainfî que lé peuple die • Gonftantînople 
fîgnala fon zèle , dès qu*iF vit un prince 
orthojdoxe fUr le trône. 

Mais^pour donner .une forrrie cano- 



, \ 



DE L £« L IS ic f^ 

Mqu^ 4 ce ^a'U avoiç exigé » IrPatriaf- 
che Jean tint um concile de quarante 
^vêque^ qui fe trouvoiem i la capitale , 
& aui; raciliei^eiic ce quit venoit de ie 
pailer^ Ils, fti^tuerent encore y que iés 
dercsfts^atUMs Ipovir, la caufe. d*£iipiiiD- 
jniu$ & det Macédonius feroient içappelés 
6c rétablie dans leurs places ; Ôc Ton 
référa le tout à l'Empereur ^! po^r Texé- 

, Ijq Patriar<:he . dei .Ck)nft?ntinaplt 
j|ianda;^e3 nouyellesiconlblaote» i celui 
lie Jémiafem « auffi bien qu'aux évèques 
4e^.aiwre»fi.4ges important, & leur en^ 
voya les a^kes de ion concile ^ qu'il les 
prioit damrouver. La plupart conçur 
xent une (ainte. |oie de cette heuseufe 
molAmfki^^ôc fe preteret» i. touc: c6 
^»*c|» idefiroit ^d'e»iK<"!lls s'élevèrent 
fijKiDeavec force coi^tr^Jeif^ectt noofifaôre 
ds risfr^âaires , fiir-touft contre Piem 
d'Apiiméç a ôc SévQre d' Antiocbe : ils 
Jl'eurent point de relâche , que ces 
loups ctaveftis en paAeura n^ÂÛTencchaf- 
&$ dti(b^$:mly Mais.il 7 avoir quelque 
chofe Mj^fteSknt/piMix VE0i& de 
G. P, >, 'fowir foQ entière réunion avec 
4» mei^ide routes les, Eelifes » ou. avec 
Rome ^. dont ell^ étoif i^parée en. quel- 
que forte , depuis trente'quatre;ans;q]ae 



-i «r- 



& E 



Tmi 

Conc. 



f€ Ht s To I 

le Patriarche Acace avoir été condamna. 
L'Empereur Juftin la fouhaitoic» le Pa- 
. {riarche Jean ne demandoit p4is mieux , 
êc le Pape Hormiifda , hérider du zèle 9c 
de la'faeeilède %mmaque> étoit fort 
ékMgnéd'oppofecd'autres diàicaltésque 
celleiquelererpeâ desloix indi^màr 
blés ne permeccpit pas de franchir. 
iT. Aux premières propo(icions<jui lui fo- 
P^^^ rent adreffées par l'Empereur Ôc le P^ 
'sr^rche^ ilpnt la rétoliitiou d'envoyer 
une nouvelle légarioh^ à Cenftantinople. 
Il donna aux l^atsdes inftmébions à peo 
prèsi femi)lables à celles duPape Synh 
maque > avec moins de précautions ce- 
pendant; les efprits mnj: beaucoup 
mieux difpofés que içus Anàftafe. Les 
légats portoient en mènie temps des les» 
très pour l'Empereur , -pour l'Imiiérar 
irice £uphém4e i pour le Patriarche A 
ion clergé ; pouir- le Comte Juftinieii 
i^eveu de fucceâèur préfomptif de r.Em^ 
pèreur , 6c pour quelques autres per*' 
loiinesde la plus haute diftinÀion. Afais 
ieserrttm^ns capitaux étoienttracésdaaf 
«n i^lle ou formulaire^ qui le Soave^ 
tain Pontife avoit^ d re(ré àved fon Co»* 
ieil , ^que les Orientaux dévoient né* 
€e(&iremeacAHifé£ire> pour rentrer dani 1 
l'i^ion, . Il 



» B L* £ o L X f b; 



>f 



idamnj, 
. le Pa- 
tniçux , 
Luzek^ 
ccHC fort 
akési^ue 

Kir. 

luUuiftt' 
Se leP»^ 
l'envoyer 
iitifioplt. 
ion^àpea 
ape Sym^ 
Itions ce- 
jbeaucoup 
Éafe. Les 

ritr-cneA 
Jufttnien 

itrespef" 
oti. Mats 
i^cés^aoi 
Soave»- 
fonCo»* 
oient 11^ 
lurerdans 



n fut lu à Guiftantinopleenpréleiico 
de FEmpereur , du Sénat » de oe quatre 
évêques choifis par le Patriarche. Après 
û leébure , les légats demandèrent aux 
évèques , s'ils trouvoient le libelle con* 
forme aux règles de la foi ôc de la vérité. 
Les évèques répondirent que tout t 
écoic vrai. Si cela eft vrai , reprit aufln 
tôt TEmpereur, qui vous empêche de le 
recevoir? Quelques-uns des Sénateurs 
préfens ajoutèrent : Nous fomines des 
laïcs ; vous qui devez nous guider en 
qualité d'évèques » mettez en pratique Ift^ 
vérité à laquelle vous rendez nommage 
k nous vous imiterons. 

On tint quelques jours après une aC* 
femblée générale au palais, où fe trouva 
le Patriarche » qui foufcrivit le Ubelle » 
témoigna (a parfaite unanimité avec le 
Pape ^ reçut le concile oecuménique de 
Galcédoine » ^vec ceux de Nicée^ de 
le. P. de d'Ephefe) ôc coniamna tout 
les téméraires qui avoient ofé tenir une 
autre conduite. On effaça des diptyques 
les noms des derniers patriarches oppo- 
fés aux ^30 Pères ^ fans éparenet ^Sèlui 
du fameux Acace » dont rintmt faifoic 
depuis long-temps la pierre d'achoppé-* 
|i&ent des Orientaux. Ia joie du peupla^ 

Tom€ FL E 



\9^ H.I s U t R B 

fut f même : ils pacticiperenc à la com- 
munion avec tant de ferveuc » & en ^ 
grand nombre » que les eccléfiaftiques 
n avoienc aucun fouvenir qu'une pareille 
multitude eût communié en un jour. 

11 fur enfuite queftion de donner un 
{Mktriarche orthodoxe au peuple d'Ân- 
cioche. Après de grandes dimcultés 6c 
de longs débats fur le choix du fujet , 
TEmpereur prie un prêtre de TEglife de 
Conuantinople. » catholique décidé 6c 
fort éclairé , qui pencknc deux; ans 

Î>a(rés à' Antioche , avoit fortement, ré- 
ifté à L'Uérécique Sévère. On; le voulut 
ordonner à Coiiftftnnnople :. mais les 
légats repréfencerent ^au nom du Pape, 
ou!iL dévoie être ordonné fur les lieux , 
. luivantranciemie; coutume y.Rome em- 
pêchant oonAammenr ,, en; verra des 
canons de Nkée;,.que;les Patriarches de 
Conftantinople aempiétafTent fur la ju- 
rifdiâion des autres £glifes. 

L*£mpereur Juftin donna fes ordres, 
pour faire arrêter le faux Patriarche Sé- 
vère 96c ramener à Conftantinople ren- 
dre compte de fa conduite. Vttalien 
demandoit qu*il eût la langue coupée; 
mais lebkfpnémateucprévtnt les pour- 
&i(es 9 ôc gagna le.port de Séieucie ou 



D B 



L* £ G L I S E. ^f 

il s^embarqua pour Alexandrie toujôuni 
gouvernée par i'£vèquel'imochce,(iont 
il fut très-bien accueilli. Pierre évèque 
d'Apamée fut envoyé en exil , avec ua 
grand nombre d'aucres héréciquies , Coti}^ 
pables des mêmes attentats, il n'y- eue 
guère alors de contretemps que dans le 
ueu à*oà Ton avoit moins fujec d'en at- 
tendre y ôc Ton compte jufqu'à deux 
mille cinq cents évêques» qui , fous 
l'Empire de Juftin » confîrmetent par 
leurs letties le Concile de Calcédoine. 

Si les évèqaes de Thef^aloniqus 
avoient toujours paru (1 dévouée aux Sou* 
verains Pontifes , dont ils étoient les vi- ^ 

cairesdans TlUy rie Occidentale , ïl s'eri 
failoit oien que Dorothée^ alors pçf* 
feltlonde ceiiége, nepenfâtrcèAirrfè'féf 
rédéceifears. Il diâfâlf^a »'^né il yk 
a Cour fkvorifer la t^iv^ièïi^i'^lésflê^ 
gits occupés àk conf€Mïimét^. Ilfe¥è6n-* 
tra même des plus ardens , comnné dés 
premiers à Taccepter. Mais te nTetoit 
qu'un picge qu'il vouloir tend pe-aux 'mi- 
nières du Pontife. En effet ^ PUii^èh- suggeft. 
tr'eux atcicé à Thefî^lo«iquc fèiis^bni^ cenn.pag. 
bre d*unjpîus grandi bien y ou ^i^ r^i^ *^**^' 
nir plus faalemeht les cîfptits -y manqua 
à* y périr dans une émeute pépul^re» Lé 



i: 



J 



190 H I s T o I n i 

perfide Archev^ue l'avoit excitée ibui 
m^Mï 9 en fsûfànt entendre que Ic^s En* 
voyésde Rome n'étoient que les promo- 
teuffs d'une perfécution contre la partie 
laplus iaine deTEfflife. 

âi jLe Pape Hormima ayant été informé 
'une manœuvre (1 odieufe dans un 
cvèque > marqua la plus grande mode* 
raticyi. Laiiïbns i l'Empereur » écrivit- 
il aux lé^at^ » le foin de punir l'injuLc 
fidte jà fa piu(Iànce plutôt qu'à nous. Ce 
<mï nous regarde 9 c eft cjue petfonne ne 
ie convertiiS? fansconnoiilance decaufe, 
&ne fo^t contraint à faire profeiliondc 
la foi fans être perfuadé. Âinfî paroif* 
ioic-il appréhender qu'un zèle trop vif 
n'ent ent^ j|:té ks légats : car perionne 
li'étpie plu9 circonfped ni ^us réfervé 
dans fes démarches que ce Pontife ; Bc 
ij^en mimeteit&ps n'échappoit à l'é-* 
te<idtte de fon 9^ele ^ à la fuperiorité de 
jtejsiyues» 

' Tandis du'il s'effi>rçoit d'extirper le 
fchifme dç rOrient , il prei!i>oit les plus 
fa^CiS précautions.» pou» ^ * ^réferve'* 
(ouç^ iiçs ;iu(ic«s; parti . : ..dife. li 
e^t.gran4 foin 4^ prévenir S. Àvit de 
yienne Ôc S. Céiaiçe d'Arles» deux des 
plus brillantes luoiieres 4c la Caulç j 






B B l' Eg L I S f. 101 

contre le mauvais exemple de ril'vrieé 
11 eut foin de leur faire connoître, ôc Mt 
eux d toutes les Gaules , tant les prétarii 
revenus à Tunité » que ceux qui perfévé- 
roienc drxn$ le fchifme , afin d« prému* 
nir ^;^ firbles contre les artifices des (é* 
avl^-^u^ù. Jamais enfans ne furent plus 
es aux avertiffemens du Père corn- 



ac 



muii des Fidèles ^ & jamais on ne vit 
plus de vertu dans les évèques de nos 
provinces» Mai^ c'étoit dans ceux qui 
obéiiïbient au Roi de Bourgogne, qu'elle 
édatoit d'une manière plus frappante» 
Sigifmond qui rc^noic alors , donnoit » a<{o. i» 
AU milieu des périls de la Cour, Texem* cik^maiu 
pic de la ferveur au clergé même. Plus ^ ' * 
courageux que fon perc Gondebaud > 
qui n avoic jamais olé profefTer la doé* 
trine dont il reconnoilïoit la vérité , le 
fils faifoit une profellion éclatante de la 
vraie foi. 11 n avoir pas même attendu 
qu il fût maître , pour fe déclarer en fa* 
veur des plus fervens orthodoxes. Du 
vivant de fon père , il rebârit le célèbre 
monaftere d*Âeaune , c*eft-à-dire de 
S» Maurice en Valais. Quand ilfevit fut 
le trône jt il le dota richement. On 
compte jufqu à feize terres , qu il lui 
àonfUi dans let diverfes provinces de fà 

£ nj 



r 



T. IV. 
Conc. f «({. 



101 H I f T O X R I 

dépendaiice. 11 voulut que la majefté du 
culte répondît â cette royale munifi- 
cence , 6c il ralfembla un nonibre fuffi- 
fant de moines , pour les divifer en huit 
bandes, j ôc fournir à la pfalmodie per- 
pétuelle. 

Dès le commencement du règne de 
Sigifmond ,S. A vit fécondant fon pieux 
Souverain , convoqua vn . concile à 
£paone , que l'on croit ctre Yene , au 
diocefe de Bellay. 11 fut compofé de 
vingt-cinq évêques , tous du Royaume 
de Bourgoî^ne , de célèbre dans le nioij 
de Septembre de Tan 517. Ce Concile 
fuffiroit feul pour donner uiiejufte idée 
des prélats qui itégeoient alors dans les 
Gaules. On y vit une multitude de faines, 
honorés depuis d'un culte public. Saint 
Avir , comme Archevêque de Vienne » 
capitale du Royaume dcBourgogne, & 
S. Vlventiol de Lyon y préfiderent. On 
remarque enfuite S. Apollinaire de Va- 
lence , frère d* Avit , o. Pragmace d'Au- 
cun , & S. Grégoire de Lançres , dont 
le moindre relief étoit fa nailfance , il- 
luftre même entre les maifons patri' 
ciennes. Il avoir contracté un mariage 
digne de fon extradion , & avoir exercé 
la dignité de Çomce d'Aucun pendant 



7: #" 



;*, ■■.-' 



Îdiranteans. Il fut «levé fur le Uge de 
.angres i après la mort defa femme , 6c 
gouverna crence-deux ans cette ilorif-> 
lanteËglife. C'eid lui din , ayant trouvé 
i Dijon les reliques dii Martyr S. Bé- 
nigne , bâtit une églifë où il les tranf- 
porta ^ & pour leur faire rendre un cuit» 
convenable à leur célébrité , il fonda de 
fon,bien un riche monaftere. On trouve 
encore dans ce Concile 4es foufcriptions 
de S. Claude defiefançon^deS. Silvef^ 
tredeChâions-fur-Saone, de S. Maxime 
de Genève , & de S. Florent d'Orange. 
On y drelTa quarante canons de dif- 
cipline,dont le premier fait concevoir de 
quelle importance étoitcenféei'afliftance 
aux conciles ; puifqu'on excommunia 
Tévcque qui ofe y manquer pour tout^ 
autre caule qu'une maladie grave Ôc no- 
toire. La même chofe avoir été ordon- 
née l'année précédente , au Concile de 
Tarragone en Efpagne. Le quatrième 
canon d'Epaone dérend aux évcques , 
aux prêtres Se aux diacres , de nourrir 
des cniens ou des oi féaux pour la chafïe* 
Le cinquième empêche qu'un prêtre ne 
deirerveunéglife dans un diocefe étran- 
ger, fans le confentementde fon évêque 
natur-el j'oii comme on parle aujour- 
^ Eiv A 



' > 



•• V , 



#«4 H I s T o I n i 

d'hui) fans obcetiif fon exeat; ceod 
montre lanciennetc de ce point de dif- 
cipline* 

Mais cequ*il y a de plus édifiant dans 
ce Concile « 6c fur quoi Ton in(ifte da^ 
vantage , c*eft Tefpritde détachement 6c 
de défappropriation j relativement aux 
biens eccléiîaftiques. 11 eO; défendu au 
prêtre qui gouverne une Eglife , de 
faire , tandis qu'il la gouverne , aucune 
acquiHtion qu au nom de cette Eglife. 
Un clerc tiré d*un diocefe , pour devenir 
évèque d*un autre $ doit rendre au dio- 
cefe qu il quitte les biens eccléfiafliques 
qu'il y poifédoit ; d'où il eft manirefte 
qu'on ne jouiilbit encore des bénéfices^ 
dans ces provinces >qu'à titre de rétribu- 
lion pour le fervice aàuel. Les legs qu'un 
évèque fait des biens de l'Eeliâ , fonc 
déclarés nuls ^ à moins qu'il ne la dé* 
dommage fur fes biens propres. 

Le Concile n'eft pas moins exaâ , pat 
rapport à la fréquentation des femmet. 
Le vingtième canon défend â to^s les 
clercs fans exception , de rendre des vi- 
sites aux perfonnes du fexe^ à des heures 
tant foit peu indues \ de les voir que 
pour des chofes néceflaires » 6c qu'en 
préfence dequelques prêtres ou dequet 



D B^ L* £ 6 L I s E. 105 

qiies diacreSé II eft défendu par le 51^°* 
canon , aux veuves des prêtres & des 
diacres de fe remarier. On fait quelle 
fat conftamment la difcipline des Gau- 
les pour le célibat de ces clercs ^ ôc l'on 
doit fe fouvenir que les femmes qu'ils 
avoient époufées avant leur ordination ^' 
n'en étoient plus regardées depuis que 
comme leurs fceurs* 

On voit encore par ce Concile , que 
le$ abbés étoient foumis à la corredion 
des évêques , ôc que les clerrs qui pou-» 
voient ie défendre aux tribunaux lécu-* 
liers, ne dévoient point y plaider en de- 
mandant , flnon par i ordre de Tcvêque. 
Nous avons obfervé ^ qu'en ce dernier 
chef, telle étoit auiTî , au moins depuis 

Quelque temps , la difcipline de TEglife 
eC. P. 

La même année 5 1 7 , il fe tint i Gi-* 
ronne en Catalogne > un concile daté de 
lafixieme année du règne de Théodoiic, 

3ui gouvernoitrEfpagne> Comme tuteur 
e Ion petit-fils Amalaric* Ce qui eft 
ordonne pour la chafteté des clercs ^ 
achevé de prouver clairement la pureté 
de la difcipline Occidentale à cet égard. 
Le (îxieme canon porte que les clercs 
qui ont été ordonnés étant mariés > de^ 

£. Ev 



I R f 



Agath. 



ff^6 H I s T o 

puis Tcvêque jufqu'au foudiacre inclue- 
vemenc, habiteront féparément de leurs 
femmes ^ que s*ils ne logent point si parc, 
ils auiront avec eux un de leurs confrères» 
pour témoin de leur vie. Par le fep 
tièitie canon , ceux qui font ordonnés 
dans le célibat , ne doivent point avoir 
de fetiimes pour conduire leur ménage , 
f\ ce ntù. leur mère ou leur fceur. On 
fait mention de quelques autres conciles 
tenus en Ëfpagne vers le même temps : 
maison n'y trouve rien de remarquable, 
finon jque ces provinces avoient dcs-lors 
des monafteres gouvernés par des abbés. 
Le plus ancien que nous connoiflions , 
eft celui d'Afane , fondé en Ibérie ou en 
Arragon , par S. Y iâorieil natif de ce 
royaume. 

Les dons d'eahaut fe répandoient de 
ipiir en jour avec plus d'abondance fur 
les nations Barbares les plus inconnues 
Depuis aiïez long-temps , les Ibériens de 
TAfie y qui habitoient entre le Pont- 
Euxin ôc la Mer Cafpienne , avoient été 
!• éclairés des lumières de la foi. Les ha- 
bitans deTancienne Colchide , nommés 
Lazes , inflruits fans doute par ces voi- 
sins» les voulurent imiter. Zamnaxeleur 
&oi étant mort > Zathe fon âls & fou 



A ÎB i*Ê « t t S t. ià'f 

hériner ; au lieu de demander rinvef- 
ticure au Roi de Perfe fuivant la coutu- 
me , viift à Conftantinople pout i*obce-» 
nir de Juflin. 11 favoic qu en Perfe on 
ne le couronneroit qu'après avoir facrifié 
& pratiqué les autres exercices de la re^ 
ligion païenne » qu'il étoit réfolu d'ab- 

{urer. L'Empereur l'accueillit honora*- 
>lement , le fit baprifer ^ l'adopta pout 
Ton fils , & lui donna une femme de la 

fremiere noblelfe de TEmpire. Enfin il 
inftitua Roi des Lazes , en lui mettant 
fur la tèce un^ couronne d la Romaine* 
Le Perfan ne manqua pas de fe plaindre proo. r; 
de cette entreprife , faite fur un Etat de ^"^- ^- **• 
fa dépendance , malgré la paix &c l'ami- 
tié qui rcgnoient entre les deux nations. 
Mais l'Empire étant en état de fe faire 
refpeder , il n'y eut riende plus que des 
plaintes. Juftin répondit fans détour ^ 
qu'il avoir cru devoir en ufer de lafortô^ 
à l'égard d'un Prince vertueux , qui vou- 
loit avec raifon renoncer aux fuperfti- 
tions du Paganifme. 

Il y aVoitaufli beaucoup de Chrétiens boU. 14; 
parmi ces Arabes , que les Grecs nom-* o^-. 
ment Homérites , &: que l'on croit avoir xvxl"!^!^ ' 
été gouvernés par la Reine de Saba du 
temps de Salomon. Mais ils étoient alors • 

* fe. Vj - * 



J08 H I 1 T, O I K K . 

fous hpuiflànce d'un Juif , nommé Jo-: 
feph Dnnaan , grand ennemi du nom 
de J. C.On Tapoebit auffî le Fodbyeur ; 
parce qu'il faiioic précipiter tous ceux 
oui ne vouloient pasfe faire Juifs , dans 
aes foffes profondes , où il y avoit de 
grands feux allumés. L'an 511» Dunaan 
vint mettre le (iége devant la ville de 
Nagran , qui étoit toute chrétienne , Se 
commença par faire palTer au fil de Té- 

Î>ée tout ce qu'il trouva de Fidèles dans 
e voiHnage. La place fe défendit avec 
une extrême vigueur 1 ôc le Tyran nepuc 
jamais l'emporter de force* Maiç il fie 
û bien par fes difcours artificieux ôc fes 
faux fermens, qu'on la lui remit. Il tenta 
auffî'tôt de pervertir les habitans , Ôc fie 
d'abord déterrrer ôc brûler le corps de 
l'Ëvêque Paul » mort deux ans aupara- 
vant. £nfuite il fit allumer un immenfe 
bûcher , où l'on jeta tous les prêtres > 
tous les moines ôc toutes les vierges : 
ipedacle effroyable , mais qui , au lieu 
de U terreur , infpira l'héroiTme aux 
âmes les plus foibtes^ en forte qu'il y 
eut une fainte émulation entre les vier- 
ges ôc hs femmes mariées , à qui s'im- 
moleroient les premières pour la gloire 
de J. C. L'Eciife honore ces martyrs 



cousenfemble le 27 de Juillet. 



m L*Ë6 ttx s t. 10^ 

Le Gouverneur de Nagran Ce nonv- 
knûic Aiéras ; vieillard encore plus vénë^ 
lable par fa vertu aue par Tes années. Lé 
Perfécuteur fe perliiaaa ^ue » s*il pou^ 
voie rengager dans rapoftafie s fon 
exemple eneraîneroic le refle des ci* 
toyensé II tenta long-temps de le éacnet 
par les offres les plus feduilantes. A la 
lin , confus de la fermeté & des fages ré** 
ponfes du Confeffeur , il le fit conduire 
hors de la ville , au bord d im torrent où 
on lui coupa la tète. Avec lui fouf&irent 
trois cent quarante de fes concitoyens » 
entre léfquels on admira fur-toUt un# 
femme qui avoitun fils âg^ifeulement de 
cinq ans. Cet enfant voyantquon tral- 
noit fa mère i un bûcher allumé pour la 
brûlervive, courut au tribunal du Tyrai^ 
en demandant grâce. Les bleurs & )a 
figure intérefïantede cet entant touche^ 
rent le Perfécuteur , qui le prit fur fei 
genoux 5 & le voulut amufer par Ces ca- 
rcfTes. Mais le petit Martyr voyant qu on 
jecoit fà mère dans le bûcher , s'échappa 
des bras du flacteur perfide , & courut 
de toutes fes forces Ce précipiter dans les 
flammes , en confeffant J. C. 

Le S. Vieillard Arétas , immédiate- 
ment avant que de recevoir le coup de la 



y. 



lid 



H I s T ô i 

mort , aveic demandé à Dieu ) que fbti 
pays palïàcau pouvoir d'un Prince Chré- 
tien. Sa prière faire avec cet enthou- 
iiafme divin 6c cet air infpiré qui ac- 
compagnoient fouvent le martyre i fut 
prife pour une prophétie. En effet , dès 
iannee fuivante, Elesbaan Roi d'E- 
thiopie , Chrétien fort zélé 6c vive- 
ment animé par l'Empereur Juftin , at- 
taqua le Juif Dunaan par terre 6c par 
mer, lejprit avec fes principaux officiers , 
6c les ht tous mourir. Il remédia^ au'- 
tant qu'il put , aux maux de la p^rfécu^* 
tion , bâtit une églife en l'honneur de 
-S, Atétas V doifna un roi fage & pieux 
aux Homériçes : après quoi foulant aux 
pieds tout le fafte des conquêtes &de la 
tpyauré; il abdiqua la couronne, & fe 
retira dans un lieu écarté, où il finit fes 
jours dans lesexercices delaviefôlitaire. 
L'Eglife d'Afriqiie recouvra aufli la 
paix , après une anréufe perfécution de 
ibixante ans y le Roi Thrafamond ayant 
terminé , par fa mort arrivée l'an 525, 
un règne cfe plus de vingt-fept ans. La 
rage 6c le dépit violent qu il conçut d'une 
bataille conndérable, perdue contre une 
troupe indifciplinée de Maures vaga- 
bonds j eut beaucoup de p^ à^ û 



:-'[■■■ rx^. ,_ 



B B L^'E 6 t I S 



ni 



morr* Quelque cemps^ auparavant , il 
avoit rappelé S. Fulgence de fon exil ^ 
non pour faire grâce à cet illudre Doc- 
teur , mais par une vanité puérile , ou vit. s. Falg> 
une préfomption infenfée , qui lui fai-** "' 
foie efpérer de confondre dans la difpute 
cet oracle de TEglife d'Afrique. Car à 
Tinhumanité barbare d'un tyran, il 
joignoit les prétentions pédantefques Se 
toute la fuâifance d'un fophifte. Ful- 
gence profita de Toccafîon , pour confir- 
mer dans là foi les Catholiques de Caf- 
ihage , qui le vinrent trouver avec.em- 
pretrement. 

Un homme de ce senie n'étoit guère 
cmbarrafîc de répondre à des fiaroares 
ignorans , ôc depuis û long-tempsaccou-' 
tumés à n'appuyer lei;irs erreurs que du 
/poids de la puiiiance & de l'oppreflion^ , 
On lui tendit des pièges miféraDles: on 
exigea qu'il répondît a des livres entiers 
qud n'avoir eus que quelques heures 
entre les mains ; dont fouventon ne lui 
avoit fait qu'une leâure rapide, fans 
hii permettre de les lire lui-même. D'au- 
tres fois , on ne lui remettoit des volu- 
mes entiers d'ôbjeftions que dans les té- 
nèbres , 6c on ne les lui laiffoit que dans 
les rencontres qui lui en rendoient la 



111 H i s T o I il t 

leaure impoflîble. Le Saint fuc relever i 
i la gloire de la vérité » toutes cesfupec-» 
chênes i mais il eut un foin extrême de 
ménager le Roi dans fes exprefïions; & 
tienne lui fît jamais oublier le refpeâ 
qu'il devoir i Ton Sou¥erain* Ce que 
tout le monde regardoit comme une ma^ 
nie ridicule dans Thrafamond > il en 
tient compte à ce Prince, comme d*une 
application louable à s'inftruire de la vé- 
rité. Jufqu'ici, lui dit-il , on r.*a point 
vu qu'un Kôi des Barbares i continuelle- 
ment occupé de la guerre ou de courfes 
tumultueules , montrât un défît fî vif 
d'apprendre la fageffe^ Les Barbares h 

Î|i(]uent au contraire de méprifer les 
cience? : il n'y a conr inunément que les 
Romains > qui marquent du goût à les 
cultiver. Il taut fe fouvenir , de ce que 
nous aVons déjà obier vé^ que les Van- 
dales 8c les autres nations conquérancesi 
loin de s'offenfer du nom de Barbares ^ 
le tenoient à honneur , de le prenoient 
eux-mêmes, pour fediftinguer des Ro- 
hiaihs , dont ib atfedoient de décriet 
lamolleifeé 

Ce fut alors que iFulgence compofa fes 
trois livres adreffés à Thrafamond , & 
qu'il lès lui envoya* , T<Mices les objeç: 



,..f:^ :-,. i .„.-, 



,v . : 



tf 1 L* £ G £ X s t; 11/ 

fiohs an Prince s*y trouvoient fi bien ré<^ 
fatées f qu'il n'ofa plus fe commettre 
avec un pareil athlète. Mais un évèque 
Arien , nommé Pinta s fut moins pru* 
dent y Ôc Fulgence le pou(Ia avec l>eau<^ 
coup plus de vigueur. On regrette ces 
réponfes à Pinta , que nous n'avons plus : 
Car l'ouvrage qui eu parvenu jufqu'ànous 
fous ce titre , n'eift pas de S. Fulgence. 

Cependant le Roi avoit conçu pour le 
$4 Do^beur ce degré de bienveillance ^ 
qui cft inféparable d'une haute eftime : 
éc il parut le voir d'un alTez bon oeil a 
Carchage » ne remarquant pas , ou ne 
voulant pas appercevoir de quel fecours 
il y écoit à la dodrine catholique. Mais 
il fecrouvoit chez les Vandales , comme 
parmi toutes- les nations , des génies 
auin remuans que remplis d'incapacité ^ 
& qui , pour fe faire valoir , n*avoientde 
reUonrce que dans le tumulte des Ce^es 
& des partis. Quelques zélateurs de ce 
caraftererepréfenterent à Thrafamond, 
que tout fonzele devieiadroit inutile, par 
la feule préfence de Fulgence; qu'il 
avoic déjà féduit quelques évêques , de 
que , il on ne l'éloignoit au plutôt » toute 
la religion des Barbares périroit infailli* 
klemenc. Le Roi eut la foibleiTe de cér 



ibia< 



cift 



114 H I s T • I R t 

4er à ces remontrances , ôc renvoya Fui» 1 
^once en Sacdaigne. C*e(l de là que cet 
infatigable Doâeur , voulant tenir les 
Carthaginois en garde contre les arti- 
fices dont on ufoit pour les pervertir , 
leur écrivit une lettre que nous n'avons 
olus , mais qui pallk pour très- éloquente. 
Il compofa , au même lieu ôc clans le 
même temps , les deux livres de la Ré- 
minion des péchés , qui fe trouvent en- 
core parmi fes œuvres. C*eft la réponfel 
à la confultationd*uneperfonne picufeJ 
qui lui avoit demandé , (i Dieu ulanc ex- 
traordinairement de fa touce-puilTaïKe, 
ne remetcoit pas quelquefois les pcch(fs 
aux morts. Le Saint allure que la rémif- 
iion des péchés n'efl jamais accordée 
qu'à ceux qui fe convertirent (incére- 
ment en.ce monde , 8c qui vivent dans I 
le fein de TEglife Catholique. Il eft évi- 
dent» par toute la fuite de l'ouvrage, qu'il 1 
s*agit uniquement du péché mortel,! 
non des fautes légères» m des peines quil 
peuvent refier à expier dans 1 autre vie. 
On rapporte à la même époque 
la réponfe de Ful^ence à plufieun 
queftions de l'un de fes amis , qutl 
appelle Monime. Le fécond & le| 
cvoifieme livres, car cet ouvrage encoiw- 



[n en coiii- 



D E l'E G L X S E. Il 5 

prend trois , ne roulent que fur dts dif- 
iiculccs faites par les Ariens. Dans le 
premier j il s'agit de la prédeftination ; 
fur quoi le S. Dodbeur s exprime d'une 
manière affez femblable à celle des mo- 
dernes. A ce fujet , il enfeigne , que le 
péchc n*eft pas compris dans la prédefti- 
nation , mais dans la feule prefcience , 
c eft-à-dire que Dieu ne prcdcftine pas 
les hommes au péché. La raifon princi- 
pale qu*il apporte en preuve , c*eft que 
le Seigneur ne prédeftine que ce qu'il 
veut faire , & qu'il ne fait pas le mal ou 
le péché. Pour la peine ou le châtiment , 
qm n'cft p^s un mal, mais Toiivragede 
a divine juftice , le S. Dodeur ne voit 
rien qui empêche delà comprendre dans 
la prédeftination. 

Dans le même temps encore j c*eft-à- 
dire fur la fia de fon exil , 1 ulgence 
écrivit plufieurs lettres importantes , Ôc 
par leur objet J&: par la qualité des per- 
ibnnes à qui elles s'adreflbient. Telles 
font les deux lettres , ou plutôt les deux 
traités adreffés à Rome , à Tilluftre 
Vierge Proba ; Tun fur la virginité & 
l'humilité , l'autre fur la prière. Telles 
font encore la lettre au Sénateur Théo- 
dofe , qui a après avoir été conful ^ 



ll^ Il I s t O I R i 

s*étoit donné tout entier à Dieu ; & l'é- 
- pître à Galla , veuve d*un conful , tou- 
" chant les devoirs d'une veuve Cliré- 
tienne. 

Les évèqueà relégués on Sardaigne, 
ayant re ju au milieu des plus grands em- 
barras une lettre des moines de Scy thie , 
chargèrent à l'ordinaire S. Fulgence d'y 
%. Germ. répondre au nom de tous les autres. De* 
Év. conc. f4 pyjj plufîeurs années , ces moines in- 
sugg.Diofc. quiets erroient de région en région , im- 
ibid. p. itfu. portunoient les évêçjues dés plus grands 
lièges, & le Souverain Pontife lui-même, 

Î>our quelques expreilîons nouvelles dj 
eur invention ^ voulant qu'au milieu des 
':'(:. affaire^ les plus férieufes , on s'occupât 
"* de leurs fuotilités 6c de leurs imagina- 
tions , qu'ils donnoient pour un remède 
infaillible aux maux de l'Eglife , & 
pour un fupplémenc à l'infufîifance des 
conciles. Ils prétendoienc fur- tout ériger 
en article de foi cette proportion ; Un 
de la Trinité a été crucifié. Le Pape 
Hormifda les traita d'abord avec bonté j 
parce qu'ils parloient alors fortmodeft«- 
:' /-ment , & qu'ils paroi^bient n'avoir que 
de bonnes vues. Mais le temps & leur 
obftination les firent regarder comm« 
des brouillons & des orgueilleux , qui j 



■'. ''.y- 



'r:X 



D f L E G t r S K. li^^ 

foiis prétexte de religion , netendoient 
qii'à /e faire valoir, aux dépens de la -^ 
ckarité ôc de la concorde. Leur amour 
pour la nouveauté , ôc leur attachement 
exeeflîf à leur propre fens , commen-* 
çoient même a rendre leur foi fufpede. ^ 
Le Pape ne les frappa néanmoins d*au-^ 
cune cenfure , Ôc ne prononça point fur 
kpropofîtion qu ils (outenoient y quoi"* 
qu'il parût très-enclin à la rejeter. 

La chofe en étoit là depuis quelque 
temps , quand ces moines oifeux , qui ,'' 
U force de contempler un atome , le pre- 
noientpour un colofTe, importunèrent 
1 leur tour les confelTeurs Africain*,' 
daiis le plus grand embarras de leur exil 
en Sardaigne, S. Fulgence leur répondit 
par fon traité de llncarnation ôc de la 
Grâce , foufcrit de quinze évêques. 11 ne 
foupçonne pas la religion des moines 
Scythes : cependant il n'adopte pas leur 
proportion ^ ôc fuivant l'exemple des 
Pares ôc des Conciles , il dit non pas (îm« 
I plement qu'un de la Trinité , mail 
qu'une perfonnede la Trinité eftnée de 
Et Vierge. Ce Dodkeur (î profond ôc fî 
éloquent regardoit comme infiniment 
dangereux , d'emplojreç pour nos myf- 
teres ineffables > des façons nouvelles de 
«'énoncer» 



■■i-: 



ItS H I s T O X R. B 

La fccoiide partie de ce craicé efl toute 
entière fur la Grâce , courre le demi-Pc- 
lagianifme de FauOie de Riez , que les 
moines de Scytliie combattolent avec 
raifon. Car toutes faintes qu*avoienc 
été la vie Ôc la mort de Faufle , abbc de 
Lérii^s , puis cvèque de Riez > il eil 
certain qu'il ne reconnoilToit pas la 
néceilîté d'une grâce prévenante pour 
)e commencement de toute aébion çpi 
nous difpofe au falut , Ôc que fes cents 
ont été Jugement Hctris par le Saint 
Siégç. M fa mémoire e(l toujours en 
honneur dans l'Eglife , c'eft parce qu'il 
écâvoit avant qu'elle eut condamné 
comme hérétiques , les propofîtioiu 
qu'il foutenoit. Cc(l pour cela aulli 
<jue S. Fulgence , en réfutant les prin- 
cipes de Faufte , s'étudie principale- 
ment à établir la do6i:rine catholique , 
fans imprimer de llétritrure à l'Auteur. 

Avec ce dernier ouvrage du Saint 
Douleur , linit aulli fon exil ôc celui 
de fes collègues ; Thrafamond étant 
alors décédé » ^ laiflant la couronne 
i Hilderic fon couiln-germain. Ce 
nouveau lloi des Vandales , fils d'Hu- 
neric ôc de cette Princelle Eudocie 
que Geuferic avoir enlevée quand il 



U E t' £ G L I S E. f 1^ 

pilla Rome, écoit d'une bonté d'ame 
qu'on eût admirée dans le plus beau 
iang 9 Ôc qui ne put jamais être. dé- 
pravée par le dernier Roi ^ quelque 
envie qu'il eût de faire duur la per- 
fccucion après fa mort. Hildcric ne fe 
crue ps Ré par des promeifes extor- 
quées de force , 6c dont l'obtcc école i [ 
|ll mauvais. Son premier foin, dès qu'il v a. tui4 
fe vit maître du Royaume , fuc de 
rendre à {ks fujets catholiques le libre 
exercice de leur religion^ quoiqu'il ne 
la pcofeilat point liû* même. Ainfi fini- 
rent les perfécuciions des Vandales , 
après foixance-Hx ans de durée prefque 
fans interruption. Les évèques baïuiis 
eurent la liberté de revenir dans leurs 
t^lifes , ôc de donner des pafleurs à 
celles qui étoienc vacantes ^ première- 
ment à Carthage, où l'on élut Boni* 
face renommé pour fa dodrine. 

Mais à la piciiiiere nouvelle de 
l'arrivée des faines confefTeurs , tout 
le peuple de cette capitale accourue 
pour les recevoir. Dès qu'on les ap- 
perçur, on poulfa des cris d'allégreffe , 
& l'on fe mit. à chanter les louanges 
de Dieu en toutes forres de langues. * 
les évèques a;jfant pris terre^ allèrent 



vit. 8. Fttlg. 



tlÙ H I S T O X R 1 

<koic à la maifon du Seigneur ^ accom* 
pagnes d'une multitude innombrable 1 
éc fercée > qui marchoit devant de 
après eux ^ de manière que fi ionj 
n eût fait une haie des jeunes gens les 
plus robuftes^ il eût éré impoilible aux 
prélats d'avancer. 

On s'empreilbit fur-tout vers Fui- 
eence , mieux coimu à Carthajge pari 
le féjour qu*il y avoit fait depuis peu, 
ôc par les triomphes qu'il avoir rem< 
portés fur Théréfie. Cétoit à qui re* 
cevroit le premier fa bénédidiou* Tous 
les yeux fe portoient fur lui : les mères 
élevoient leurs enfans fur leurs bras, 
pour le leur montrer. Une^offe pluie] 
qui furvint » ne diminua point le con-| 
cours ^ & comme le Saint marchoit 
la tète nue» les plus diftingués de la 
troupe fe faifoient un honneur d'ccen^ 
dre fur lui leurs manteaux. 

Après quelque féjour fait à la ca-l 
pitale pour la confolation générale des 
fidèles > il partit pour fon diocefe. A 
peine fut - il hors de Carthage , quej 
malgré la diftance confidérable ou en 
eft la ville de Ruibe > il rencontra des 
troupes nombreules de fes ouailles J 
4|ui yençient de toute part au devant 

de 



j accom* 
smbrable { 
evant & 
i Cl l'ont 
; sens les 
iflibU aux 

vers Ful- 
thage parj 
epuis peu,| 
Lvoit rem- 
à qui te*! 
tion. Tous 

les mères 
Leurs bras, I 
iroflfe pluie] 
m le coij- 

marchokl 
^ucs de k| 
îur d*cten^ 

à la ca- 
lérale desl 
liocefe. Al 
ige , ^ue, 
ible ou enl 
mcra desl 
ouailles ,1 
lau devant! 
do 



D B L* £ G L I S S. Ht 

de lui f avec des flambeaux altuitiés 6c 
des rameaux verts, chancaiitdes pfeau- 
mes Ôc des cantiques. Ces marques de 
vénérarîoii parurent augmenter la mo- 
deftie du Saint Pafteur. Quand il fut 
chez lui, il vécut prefque toujours dans 
fon monaftere , où il refufa même de 
commander. 11 fe tint alors plulleurs 
conciles, pour le rétablilTement de la 
difcipline. Dans celui de Junque , un 
évêque, nommé Quod-vult-Deus, ayant 
difputé la préfcance au S. £vêqae de 
Rufpe, tous les Pères jugèrent en 
faveur de TilluAre Fulgence , qui ac- 
cepta cette diftindfcion dans la crainte 
de préjudicier à lautoritc eccléfiaf- 
tique : mais voyant fon compétiteur 
(rés-fenlible à cette efpece d'humilia- 
tion , dans un concile qui iè tint peu 
après â SuflRîâe , il fiipplia (i inftam- 
ment les Pères de placer Quod-vuk- 
Deus avant Im, qu'ils lui laiilèrenc 
quitter un rang qui n'étoit plus qu'une 
peine pour fon numble charité. 

Apres divers conciles particuliers 
l'Evêque de Carthage y en convoqua p* «<»•• 
un de toutes les provinces de l'Arri- 
[ue ; & il s'y trouva (bixante éveques. 
tr'autres difpoiitions , ils a^Turerenc 
Jx>mç FI. , l 



9 T.iT.Cooe^ 



mu 
Ëni 



ii4 H I $ t O I H E 

le droit d'exemption aux niona(lere$ 
qui en joullfoient j ôc Ton cita ,comm^ 
un règlement propre à la province fii:> 
zacene , un dejret plus ancien , por- 
tant que les monafteres de Tun Ôc Tautre 
fexe ne feroient pas, comme le clergé 
féo^^er 9 fournis à Tévcque diocéfainj 
mais que différentes perlbnnes ralTem- 
blées de pluileurs endroits en commu- 
naute^^pour fe foumettre immcdiacer- 
ment à TEglife de Carthage > par 
exemple f quoique leur monaftere fût 
flti^é dans un autre diocefe , continue- 
roieiit à dépendre de Tévêque de Car- 
thaçe,.non de révêque du diocefe 
où le monaftere étoit iitué. On trouva 
divers exemples de ce privilège y^ 6c 
Von prouva même par des écrits de 
S. Auguftin i que les monafteres foti' 
dés par {ç$ difci|^es n'appartenoienc > 
ni aux fondateurs ^ ni à l'Èglife d'Uip- 
pone , mais à la communauté. C'eft 
ainfî que les évèques les plus zélés 
pour la perfe^ion évangélique , ôc les 
plus i^telligens dans le choix des 
«moyens propres à la tpaintenir, ne 
regardent pas commue contraire à la 
Hiérarchie , ce que l'EgUfe , pn répri- 
mant tant d*abus , laifte néanmoins 
iubfifter 4epuis les premi.ers M'^- 



Le repos de Fulgence fut auffi la- 
borieux , que l*avolt été fon exil. Le 
premier fruit de fon loifir fut fon 
traité en trois livres de la Prédeflina- 
tien ôc de la Grâce , où Ton remarque » 
comme en plufîeurs autres , qu'entre 
cous les diiciples dn grand £vêque 
d'Hippone » nul n'a mieux compris > 
ni expliqué fa dodrine , que le pieux 
Evèque de Rufpe. Il fit enfuite fon 
célèbre traité de la Fol » pour un pèle- 
rin nommé Pierre , qui partoit pour les 
fkmts lieux ^ 6c quil vouloit prémunir 
contre les hérétiques dont TOrient four- 
milloit. Il lui donne fur la fin de l'ou- 
vrage quarante règles ou maximes, 
d'autant plus dignes d'attention , qu'on 
ne peut s'en écarter, i ce qu'enfeigne 
l'Auteur, fans encourir la note d'né- 
réfîe. Le dernier ouvrage du Saine 
Ëvcque de Rufpe eft la lettre au Comte 
Réein, qui l'avoit confulté fur quelques 
arncles de la doctrine des ledaire» 
nommés Incorruptibles, &fur des points 
de morale r;;latits à la vie militaire. La 
mort rempêcha d'achever cet ouvrage : 
mais Réginconfervant au difciple le ref- 
pedqu 3 avoit eu pour le maître, defira 
recevoir du diacre Ferrand les inftruc- 

Eij 



i%i H 

rions icju'il 



avoic demandées à fon 
Evêque^ 

S. Fulgence » un peu avant fa mort , 
fe retira dans fon monaftere» où il re- 
doubla fes auftéricés ôc toutes {es fer- 
veurs ^ pour fe préparer à ce grand paf- 
fage : d y tomba malade , & fouffrlt peiv 
dant pluç de deux tpois ^çs douleurs 
extri^mes. Les médecins lui confeillerent 
les bains > 6c quelques autres remèdes ; 
il Içs négligea , comme de vaii)s adpu- 
piïèmens qui ne pouvoient empêcher que 
la douleur > 6c noi^ le dépériifement de 
la nature. Cependant aulH charitable 
envers les autrçsque dur â lui-même ^ il 
ralTembla fes moines 6c fes clercs, quand 
il fe fçntit près de fa fin, 6c leur de- 
manda pardon de la févéxité dont il 
craignoit d'avoir ufé à leur égardr 11 diftri- 
bua aux pauvres le peu qui lui reftoit, 
donna fa bénédijfbion itous lesafliftans, 
oui la lui demanderont en fondant en 
lannes » puis rendit tranquillement fon 
-ame à Dieu le premier jour de Janvier 
de Tannée ^33, la yiogt-cinquieme de 
fon épifcopat , èclafoixapte-cinquieme 
de fon âgç. Il fut enterré dans une 
égîife de Rufpe , où il avoir placé des 
fçli^ue^ des Apôtres ^ & o^ ^ fufvanç 



9 1 l' E 6 L X s m; llf 

Fufage ancien , l'on n*avoic encore en- 
terré perfonne. 
Avant cet événement Ci confidérable . 

rur TEglife d'Afrique , on vit , félon 
remarque de S. Grégoire le Grand , .^^^' 
ce qui étoit jufque-là fans exemple * un **•'*'* 
Pontife Romain dans la Nouvelle Rome* 
Ce fut le Pape Jean, natif de Tof- 
cane , leouel avoitfuccédé , le 1 3 Août 
5 X 3 , à Flormifda more fept jours aupà-^ ' 
ravant. Comme TEmpereur Juflin vott- 
loir contraindre les Ariens à fe convertir « 
k leur enlevoit leurs Eglifes pour le» 
donner aux Catholiques, Théodoric ^ 
Roi d'Italie & Arien, obligea le Pape 
d aller en ambafTade à Conflbantinople , 
afin d'infpirer plus de modération à 
rcmperetir. lie Roi Gôth éroit (f autànc 
plus choqué de là conduire de Jdftihy 
que lui-même n'avoit jamais fc^igé qu^à 
gouverner en paix totis fjss fujets indif' 
tinûement , fans aucun égard à I^'diffé^ 
retice ' de^ leurs religioins. On Tàconre 
mèmei qu'il chailaîm defë^ bfEcieri^y 
donril étoit fortcontént d'ailleurs j, pat- 
ce qu'il avôit renoncé à la foi Kàiniine, 
pour embraser f Arianiûne dans la vue 
de lut plaire. Confment me fera-t-il 
fidelei, dit te Prince, 5*ilnçreft:pas à 



fil. 



«à y»j 



Îl6 A I S T O I k B 

fon Dieu? Il joignit au Pape quatre jûn- 
balTadeurs de rang fénatorial , leur re- 
commanda inftamment à tous de bien 
s'acquitter de leur commiflion , & me- 
naça de traiter les Catholiques d'Italie , 
comme les Ariens feroieht traités en 
Orient,, 
Mar. chr. Le Pape Jean parut a C. P. en Saint & 
Souverain Pontife. On prétend qu'en 
^ntran^ dandâ ville , il guérit un aveuglé , 
en lui mettant la main fur les yeux , i 
'la vue de tout le monde : car tous les 
citoyens étoient venus au devant de lui, 
jufqu à douze milles , avec des croix & 
des cierges alluiî^és^ ^^'pmnereur fe prof- 
ceriia à les pieds , voulut être couronné 
4f T%«n^.n.j .quo^qi^ql Jput^eia^^wr 
ÇjPfmiane î^lpr^Patri^^cl^p -j & ce Prélat 
par honneur' invita le Pape â ofHcie^dat)s 
la grande .eghle : ce qu il ht en latui le 

J^S?:A®A.1f oMfjg^^^^ dans la^prefï^iere 

jm^MW^%^^^ PÎ^voitDw^u; 
_.çj;n éyieqif^ctrangefcy)quelqueidîPin 

quiQ pV^f ^re«' Jean communiqua avec 

' toiiç, cçu^ 4ç^j^vç<|«cs Orientaux qui rc- 




t> I L* E C L I s E. I if 

de fa communion. Sans gêner TEmpe- 
renr cl*ime façon peu convenable , dans 
les mefures qu'il prénoic pour la profpé- 
rite de TEglife OHentale , le Pontife ré- 
pondit ncanmoihs aVec zèle aux inten* 
lions du Roi Théodorit , 6c aux vœux 
des Fidèles d'Occident, menacés des plus 
fâcheufes repréfailles. En repréfentant vi* 
vement à Jùdin le péril que couroit la 
foi en Italie , il en obtint que les Ariens 
de TEmpire demeureroierit tranquilles. 
Mais les belles années de Thcodôric 
étoient palïees. Après qu'on lui eut 
fauve une première occafion de flétrir la 
gloire d'un long & beau règne, il ne 
lat pas fe fauver rui-mcme d un nouvel 
écueil. Ce Prince vieilliïToit , 8c la fbi- 
blelTe de râgê que lès principes de la 
Vraie foi ne foutenoient point , le ren- 
doit foupçonneux. Il fit arrêter deux Mar, 
Sénateurs Romain!! , lés plii$ liummès 
de bien & lès j)lus rhéritans de leurr fiedçj 
favoir Symmâque & foh gendre Èoece > 
tous deux Conuilaires ^ 3c tous d!eux ho-, 
notés conftamment de la confiance dû 
Roi. On les accufoit vaguement de 
vouloir rétablir l'ancienne autorité du 
Sénat , & d'en traiter fecrétement avec 
l'Empereur. Mais Bocce étoit coupable 

IV 



ibi 



'îni .r»; r 



llS H^fSTOIRl 

d*an crime plus capital , au jugement du 
Prince Arien ,^ ou du moins des turbu- 
lens feûaires , oui commençoient i ob- 
féder fa vieillette \ 6c c'étoit le zèle de 
ce favant homme pour lareligionrcachc- 
£que , qu*il d^fendoit puiffamment par 
fes écrits. Il fut arrêté le premier ^ £c 
pendant (ix mois que dura la prifon , il 
compofa fes cinq livres de la Confolation 
delaPhilofophie : ouvrage parfaitement 
digne de fon titre ^ 8c ou Ton trouve en 
effet , avec rondlion d*une confiance 
filiale en la Providence , tous les motifs 
de confolation les plus propres à faire im- 
prefîîon fur un pnilofophe chrétien. Il 
etoit verfé dans toutes les fciences. On 
cite une lettre.de Théodoric même à 
Boëce , qui fait foi , tant de la capacité 
iiniverfelfe du Savant, que de la haute 
& ftérile eftime du Monarque. Il eut la 
tête tranchée Tan 514. Son beau-pere 
Symmaque , qui ifétoit pas moins zélé 
pour la vraie religion, eut le même fort 
^ l'année fuivante. 
MA. mlTccL II étoit jufte que le Souverain Pontife 
*- »$• eût un attachement particulier pour deux 

Fidèles de ce caraâere. Ce fut un crime 

Ç)uriui, dans l'efprit foiipçonneux de 
héodoric ^ dont les^ombrages augmen* 



HE 



.1 



V? c ^ 1 1,1. 11^ 

terenc conn4crablement , i la nouvelle 
des honneurs' extraordinaires que Jean 
avoic reçus i Conllantinople. , Comme 
il arrivoic à Ravenne pour rendre 
compte de/on xmhzifyà^ , . n'ayant U^)i 
des*aitendre,qif^à d^ irions de grace^ 
il fut arrêté avec les Sénateurs de £lcoqi- 
pagme. Tomefc»!f.J^Roi| d*Ita(ie(fb^ 
giiant le rejientlmçnt de l'ffnpereur 
n ofa les ffairepérir d'^e mdrt violence : 
mais il les ^nt dans u^ rude vfiCon y 
oii;tç. I^a^ ^êan mquriit 4^ maladie^ le 
\^ Waï x%i6 ^ aprç s avpîr tenu fe Saint 
Siegeùpçls ,de trois'ans^ Son corps fur 
;çans»^ âc. enterré A.3» Pierre de Rome, 
& I'$2|ii(e kfxjore ia mémoire , comme 
itai^ Sûntrpari;yr. Sa place fut remplie^ 
^iHW^^^''^^> V^^ Fcli^cUl , qui 

gnuùl pôâton lor la caDie » ii smiasi 
voir dans le plat la tSte du Sénateur Symr 
maque , qui le regardoie d'un œil me* 
naçant. Il fui prir un grand friflon , oit 
plutôt un accès mortel de frénéfle. On 
le mit au Ht , èc il expira peu de jours; 
après , en pleurant fbn crime > fans pour- 
voir calmer de$ remordsbien fem£^ 



^ ^n i if o'i â^E^^ 

"Uti ' àtt ic{éCmAé} II- fit cèfiéndàht fèton- 
*nôîtrfe Roi d'Italie , foh petit-fils Atha- 
liaric , igé^^è huit ans , fbits la ttitele de 
ia méreAthàlafûhtej âc A^ialaric, iils 
dMrie^aùttb dé^fô'4?]fcif-l^ déclaré 
Kài 4és Vifigoais ^ Eftàrfé , «6 dajis 



fott entrée en Italie fôùk ra^eu de 
rEmp^'eurZénôh , & 5^5 depuis la dé- 
bite dit' Km <ydtààm y <ftant%otr!ran 
'i!id, lejc^Abût, 'mqiÙlavbîédef- 




Ji^ince , aflfci grînd, p^t' M forcé &) U 
droiture de ion Àme , ptlUir^réfifter à fe 
contagion delà barba;rife& dé^tàhrd'anf- 
pé^s , de profi^éfitë ;^ ftâi^ t^TOffife , 
' ûnk lé fecoiiris dé lài fti ^,:pbtthïe:Biis'ter- 
riir erifih^ là ^fBléiidfettfririBiïïé^Hï ' fô 
bonnes ^uïOitës^à^dlte^^^;' ^ ^^ ^^ ' : 






; sîkil^ ir^S'i v\ ,ii. m ■■'' 





I 

«XXX!! 

IJi xxxx.. .. 



^ 



HÏS t Gï îl E 



•e: 



k^kL. 



•=?> 



.OiJi^ 



!3* 



LIVRE DIX-NEUVIÇME. 

Depuis le commencement de l'Empift 
(U Jufiinien en 527 ^ jufqu'à la can-' 
dufion du cinquième Concile en 555. 

Les Conquérans Barbares ayî^c forcé 
de totic coçé les barrières élevées contre 
eux par les anciens Romains \ ôc ayânc 
déjà envahi les plus beaux apanag)es 
de TEgUre aind qiie de T Empire, bien- 
tôt ils euifent tout englouti , tout ruiné, 
ou tout confondu , par l'influence tr4>p 
foudaine de leurs mœurs fauvagès p 
Cl celui qui n*ppere fes miracles de pro- 
tedion qu'avec poids & m^fure , & 
fouvent en les voilanç fous des moyens 
naturels y n'eûç oppofé à ce déborde- 
ment général un Empereur tel que Juf- 

..^ F vj 



iji Histoire 
tinien. Rome à qui ce nouveau Maître 
rendoic une pâme de fon ancienne 
fplendeur » n'en avoit point vu de (i 

Srand, ou de & heureux >. depuis Théo- 
ofe ^ & le Peuple Romain » fous 
fon règne > put encore rappeler quel- 
que fouvenir du Peuple Roi qui avoit 
commandé â Funivérs.. Plus grand 
même à quelques égards qu'aucun de 
fes. prédécelTeurs » Juftinien fur vécut 
à eux tous êc à lui-même , par ces 
loix fages y qui étoienc û nécefTaires 
au. monde dans le renouvellement des 
nations de àcs dominations^ & l'oa 
peut dire > que dans ce corps de ju- 
tiiprudence il règne encore flir la 
plupart des peuples. Il foutint prefque 
tout l'éclat de fa gloire jiifquà la 
Tieilleile , âç n'en perdit une par- 
ue avant ce term« ^ que pour avoir 
foivi les impreflions de fa femme Théo- 
dore j, qui porta fur le trône les mœurs 
ba^s A: les malignes intrigues du lieu^ 
luviteux: d'où ilTavoit tirée. Ak>R 
B* s'ingér» malheureufement dans les 
afFair<es de la religion^, & fit claire- 
ment connoitre que , pour avoir été 
Ik vengeur des martyrs de ' l'A fr ique ,, 
hi GiMxktL des conMeurs d& l'Italie 



1> s L* Êg X I S I. t^f 

thenacés d'une rude perfécutian , le 
vainqueur des Goths & des Vandales» 
le légiilateur même le plus imelli^ent 
dans les droits de la {qciété politique 
ott civile , il n'en étoit pas plus habile 
dans la fcience de la religion^ ou dt^ 
moins qu^il li'avoit point de miflîon 
pour tenir des conciles » ôc faire des 
décrets en. matière de foi. 

Juftinien dut fon élévation à l'Ëmr- 
pereur Juftin , fon oncle maternel , quî 
{§ fentanr près de fa fin > le déclara 
ÂnguÛe ' le fît couronner avec fa 
femme : :udore, le premier Jour d'A- 
vril de l'année 5,17. Le vieil Empereur 
mourut quatre mois aprè&j, a lage 
de 77 ans , dont il en avoit régné 
neuf. Juftinien qui en régna trente-^ 
neuf» étoit alors au période de la 
vie le plus propre à, rédr VEmoïtcyi^ 
de quarante-cinq ans , d'une belle taille > 
l'air Se le vifage agréable» le front 
niaj,eftueux , en ua mot la phyilono^ 
mie Ôc tout ^extérieur augufte ôc vrai- 
ment Romain. Tel eft-ilrepréfenté dans, 
une peinture en mofaïque , qu'on voit 
encore dans l'églife de S. Vital de 
Ravenne ,. ôc que Ton croit être de 
fou cemps^ Il ); a la. barbe raféeàk 



134' M ' « ^ o ^ ^ « 
Romaine^ péâ de cheveux , la tête 
couverte d'une efpece de mortier or- 
né de perles ; ce qui revient à la thiare 
des Pcrfes , dont on reprochoit à Juf- 
tinien d*imiter le Ivlxù daiis les vète- 
proc«p. mens. Il dormoit de màtigeoit peu. 
^"17?* *"* *• Ourant le Garème, il ne prenoit ai 
Aourriture xyie de deux jours Tun; 
encore n-étolt-ce que des herbes dé^ 
trempées aii fel êc au vinaigre :, en 
fort petite quantité, fans vin & fans 
àiitre boifïbn que de Teau. Le propie 
jour de fon couronnement , il fe défit 
de tous fes biens de patrimoine , les 
difbribua aux p^^uvres y de en autres 
bonnes œuvres ; annonçant en toutes 
chofes ie plus grand zèle pour la re* 
ligicn. D'abord il donna par écrit fa 
profeffion de foi ^ contraire à toutes les 
néréfîes ôc a toutes les nouveautés dange- 
teufes^rehvoya dans toutes les pro^ 
.vinces , 6c foumit aux peines décer- 
nées contre les hérétiques toutes les 
pérfonnes que les prélats trouveroient 
dans les lentin ns oppofés à cette 
cbnfelTîon. . 

Il défendit aux évêques dé quitter 
leurs Eglifes , podr venir à là Cour , 
fous quelque prétexte que ce fûtj â 



hn t*È dis E, ï$f 

moins qu'ils ri'çrï" éùlTent obtenu de 
lui une perminioti éxprefle. L'abfence 
des évêquesj dit-il, eft caufe que le Lîb. 4}.u 
fervice divin fe fait fans d^nité &ç fans ^**P*^'==' 
édification > que; les Iffaires des £glifes 
font mal adniihiilrees , ^: leurs reve- 
nus employés en Jvaînes oifpenfes , non 
feulement par les prélats > niais par 
les clercs Se les domèft'iques qui les 
accompagnent. 

Par une aixtre loi , if défendit aux 
évèqués , en exécution dès conciles, 
de difpofer , par teftament ^^; par dona* 
don ou par quelque autre forte d'a- 
liénation, des oiehs quils auroient ac- 
[uis depuis le commencement de leur 
pifcopat^ à moins qu'ils n'en euHent / 
hérité de leurs père $c m^re, oncles 
OU trereî 



l 



tes. Apres cette dcfénfe • le Lé- 

E'flateur entre daiis fe dptaîl^de plu- 
iùrs précautions fàgès pourra sûreté 
générale des piènis eccleAailiqùès , tels 
que le conipte qu'on doit exiger Aqs 
économes, & radminiftràtiori des Hô- 
pitaux , qui étpît alors iine f^iid^ion 
ecclclîâftique. T^pus les cle^s / a|oute- 
t-il , cliantei;bnt' dans chaque églife 
les offices de la nuitÈi dfi" matin & du 
foir ^ c'eii-à-dire Matines , Laùâ'es éc 



Il6 JH X s T O X R T 

Vcpres.- "Les Petites-Heiires ne fo di- 
fbienc pas encore en public. Ils ne 
doivent pas , pourfuit le Prince , fe 
contencer du nom de clercs , en confu- 1 
mànc les b^éhs dç r£glife , fans faire i 
kurs fonctions. Car il eil abfuirdequi^ 
écàblidenc dès mercenaires pour chantée 
à, leur placé'» tandis que pla(îeurs laïcs 
ont ia dévrtîôh d'amfter aux faints of- 
fices. Nous enjoignons de tenir k main 
à ce que l'intention des fondateurs foie 
remplie, & permettons à quiconque | 
de dénonéèr Us délinquans. 

Les foins '4e^ là religion n^abforbe- 
rent pas la capacité du nouvel Em-I 
pereur , 6c ne lui firent nullement né- 
gliger les affaires de l'Etat. Dès le 
commencement de fon règne ^ il en- 
treprit de réformer les îoV Româinwj 
& d'^abord il fît côinpbfer ce qu'ob ap- 
pelle ùyh Code» qui éft le recueil I 
des confHtution^ où ordonnancés choî- 
ûcs des Empereurs précédens depubl 
Adrien , avec quelques k)ix qu'il 
avoir défà faites lui- même. Enfuite il 
ordonna qu'on mtt ets corps d'ouvra- 
ges les meilleurs morceatix des anciens 
|uri£:onfultes , rangés fous certains 
^dcre^ > Ôc letir donna h nom de Paor 



9 1 l'E C L X 8 B. 157 

bes ou de Di^eftes> Pour rendre 
livres plus utiles » il y falloir une 
lintroduâion ^ 6c c'eft à quoi fervent 
{les InlHcutes > qui font comme la clef 
ie la jurifprudence Romaine , ou l'eir- 
plicacion méthodique de Tes principes, 
il corrigea Ion Code j 6c abré- 
Kant la première édition, il publia 
b féconde j telle que nous lavons 
encore. Ce Prince qui conddéra beau* 
toup les Savans , quelle que fût fon 
Ignorance 6c qu'on accula de ne fa- 
iroir pas même lire > fut difcerner les 
plus habiles Jurifconfultes de fon 
temps j 6c £e fervit principalement de 
fribonien qui étoit Quefteur , c*eft- 
Uite i peu près ce que nous appel- 
m Chancelier. 

On ne fauroit reflifer à Tribonien Pfoc. 
les plus grands éloges , du c6té de la*' ^^' 
ifdence : mais il la déshonoroit par 
ine lâche avarice , qui publioit ou 
fupprimoit les loix, luivanc Tintérèt 
lies particuliers qui lui faifoient des 
|)réfens. On remarque encore la cor- 
iption de fes principes > aux vefliges 
le Paganifme qu*il a laides dans 
les écries des Anciens , dont il a 
kmpofé le Digefte. 



B.Perf. 



ii^i H I s f o I a. t 

Après tous ces .réglemCns de juf^j 
tiipe, Juftiiiien fît pendant le refte dél 
{mtï règne un grand nombre de conf-{ 
mutions ou d^éditsv qu'on recueillit 
aprèf fa mort , & à quoi l'on donnai 
le nom de Noveiles. 11 en eft 
grand nombre pour le bien de TËglifel 
& des irœUrs. Pat la feptiettie , oi 
défend l'aliénation des oiens éccl^ 
liafHques , dans tout le détail conve*! 
nable pour l'exécution. La (ixieme profJ 
crit la (imonie , avec une févérité quil 
fait comprendre a quçl point les abr 
étoient déjà montés en ce genre. On 
condamne les coupables à la perte 
ladigniré qu'ils ont voulu obtenir, 
de celle quHls polfédôient antérieure 
ment , ainfî qu'a la reftitution' du prit 
facrilége , au proBt de l'Edife. La 
laïcs font condamilés â réftimer 
double , 6c â Texil petpétùel. La mêmd 
loi Veut que l'évêque ne foit pais nu 
Hé, "qu'il n'âir point d'enfans , ôc fai 
lin devoir général àîé la continence au 
prêtres & aux autres clercs. Elle regli 
auflî le nombre des prêtres 6c de tome 
les perfonnes du clergé de Conilanol 
jîople , proportionnément à la nécelliti 
du Service 6c aux revenus de cer 



r^ 



C. I. 



» I l' £ c L I s E. ff'f 

Eglife. Comme il n*y avoir pas de' 
quoi entretenir convenablement ce - 
nombre de clercs , .accru fans bornes^ 
trop de facilité de la part des 
vèques, TEmpereur défend de faire 
des ordinations nouvelles, avant 'que 
cette multitude de minières ait été 
réduite au pied de la fondation. 

On lie verra pas fans étonnemen( 9< 
jurquoù ce nombre montoit dès-lors, 
lleft ftatué que la grande églife de Notr. j.rV 
Conftantinopie en particulier n*aura ' 
que foixante prêtres , cent diacres, 
fluarante diaconeffès , quatre-vingt- 
dix foudiacres , cent dix lëdeurs , & 
vingt-cinci xhàntresj en tout 415 eci- 
(léfiaftiques j fans compter cenr por- 
tiers 5 qui fehibleÀt n'être pai regar- 
dés comme clercs. Il cft vrai que ce 
clergé deflervoit deux autres églifes ,■ 
avécla cathédrale. 

0ans la NoVelle ci'nqiireàie , il efti 
reii?ai:quer qu^oii ne devoir point fon- 
deç de monaftere faqs la permiilîôn de 
févêque , & ijué. c*ét6it' k^xxi de choi- 
iîr l'abbé. Le noviciat duroit trois ans , 
pendaiit lefquels on ne portoit pas 
1 habit. A la prïfe d'habit étoit'atta,- 
chée la profeflîorirSi' quelque efclave 



f40 H I s T O I K I 

^ ^le réfugioic dans un monaftère poori 
.<*y faire moine y il falloir que fon 
. maître le revendiquât dans le cours des 
trois années du noviciat j fans quoi l'ei^j 
ckve écoit affranchi par la profeiTiob 
Juftiiiien fît d'autres réglemens qià 
comblèrent de joie tous les eens k 
bien & les vrais citoyens, il cnafTa de 
la ville le^ femmes de mauvaife vie, 
éc donna une maifon où Ton reçot 
toutes celles qui voulurent fe con- 
vertir. On faiioit avant lui un com* 
merce odieux de infâme d'enfansque 
leurs propres parens mutiloient pout 
les vendre plus cher : Judinien défen- 
dit ces indignités y fous des peines 
dont la crainte pût étouffer le cri de 
ravariv:e , qui ctoufFoit celui de k 
nature. La loi qui s'oppofoit à ce que 
les charges fulïent déformais vénales , 
ne fut pas moins agréable au public, 
qui craignoit que la vénalité des 
emplois n'^entraînât celle de la juf' 
tice. , 

t'efprit adif de cet Empereur n ou- 
blia point la partie de la guerre. Dès 
le commencement de fon règne , il 
montra une noble vigueur à louteniil 
V ^./najeflé 4^^()ke.Uji^VQy^4^^ 



B I l'E O L 1 I 1. 141 

lander aux Perfes quelques places en* 
levées aux derniers Empereurs > ôc mie 
k même temps une arm<fe puifTante 
lar la frontière : il en fallut venir 
|ux mains ^^ fiélifairttt qui la conv* 

landoit » prie de force ce qu on avoic 
lefufé de reftituer^ Ce Général reçue 

ins fes expéditions « de grands fer^ 
Irices du Roi des Huns » 6c de celui 
Hcrules ou Elures» ain(i appelles 

caufe des marais qu'ils habitoient. 

îraïcis. Roi de ces derniers» étant ETag.ir.c* 

rwu à Conftantinople , fut iî to»i»''lï^"ThïJph.», • 
'es rpedbacles nugniôqâes de religion H^.a^Ë^. * 

l'on lui donna, N& des difcours de 
lïmpereur , qu'il fe fît Chrétien avec 
')tize des principaux de fa nation» 
lès parens j ou fes minières. On en-f 

jea enfuite , par tputes fortes de 

)ns traitemens , une partie de fon 

suple à rimicer. Juftinien leva lui^ 

le le Roi converti , des fonts bap 

^fmaux. 

11 leva de m&me Gordas j Roi des 
luns , qui fe fît auflî baptifer. Mais 

p^roît que le Chrin:ianifme n'avoir 
Cl bien pris parmi les Huns que 

rmi les Hérules. Le Roi Gordas 

lit à peine arrivé de Ç* P^ dans 



^ • 



^4* H I s T ô I n 1 

ion pays > où. il fignala fa première 
ferveur par la ruine des temples èc 
.des idoles , fes fujecs regorgèrent ^ fe 
concertant pour cela avec fon frère 
Monagere » ^*ils élevèrent fur le 
crone. Ju(tinien fit auilî embralTer le 
Chriftianiimc aux Indiens nomtnè 
Auxumites » aux Zanes qui occupoient 
une partie de TArménie , Ôc aux Abaf- 
ges qui habitoient les environs da 
Caucafe. 11 adoucit les mœurs féro- 
ces des Zanes » après les avoir vain- 
cus par fes généraux^ êc il fît ceflèr parmi 
les Abafges la coutume barbare d'en- 
lever aux parens leurs plus beaux en- 
fans 9 pour les faire eunuques ^ ôc letj 
vendre aux Romains. En Ethiopie , fu^ 
la frontière d'Egypte » les Blémyens 
de les Nobates , tributaires des Ro* 
mains , ufoient encore des pratiques 
les plus révoltantes de Tidolâtrie. Les 
Blémyens en particulier facrifîoient foU' { 
vent des hommes au foleil. L'Empereur 
donna ordre i Narf^s qui comman- 
doit dans ces quartiers, d'arrêter le^j 
facriâcateurs , d'abattre les temples , & 
d'envoyer les idoles à Conftantinople. 
Ce fut le même zèle dans le lein 
de l'Empire, tant contre l'idolatiie que 



*4« 



«»f tVE.o L X s n. «41 . 

)nn:e l'hcréHe ^ & s*il y a quelque 
reproche à faire ici i, JuAiuien , c'ed 
'avoir poulfc les chofes jufquà rex« 
ucs. Il iic une muicicude de parjures 
|& d'hypocrites , réduific quelques obf- 
Itincs a fe cuer de déiefpQir» occa-^ 
[jionna même de dangereufes fédicions. 
lu écoic Cl févere contre les violateurs id. «> tf^ 
Ides loix publiées en faveur de la re- 
lligion, que deux évêques ayant été 
Iconvaincus d'imp^dicité peu après la 
publication d*uii édit contre ce vice ^ 
il les fit dépofer, mutiler enfuite» 
puis promener par toute la ville , pré« 
Iccdcs d'un crieur qui difoit : Appre;- 
nez, payeurs des peuples , à ne point 
[profaner la fainteté de votre caraaere^ 
11 avoir compris les Samaritains parmi 
Iles hérétiques, de les voulut traiter 
avec la même rigueur. Mais ils s'at"» 
trouperent, prirent les armes , com- 
mirent les impiétés ôc les cruautés les 
plus inouies , jufquà couper par mor- 
ceaux des prêtres tout vifs, & faire 
frire lenrs membres palpitans avec les 
leliques des njurtyrs. Le chef des ré- 
voltes fe nommoit Julien , & avoir 
poiir lieutenant , un autre furieux 
laommc 5ilvain > qui ne (ïgnala pas 



ht 



Vit. S. 
c.tfi* 



144 H1STOIR.B 

moins fa rage contre les Fidèles. Saint I 
Sabas lui avoic prédit » dix ans aupara- 
vant, qu'il périroit par le feu* Pen- 
dant la plus grande fermentation des 

~ efprits, Julien vint à Scytopolis y pour 
y tramer quelque trah^fon» fut re- 
connu » arrêté , 6c fur le champ brû}é| 
au milieu de la ville. 

^* Mais fon fils Arfene> hardi & rufél 
menteur , eut le front d'aller à Conf-I 
tantiiiople , trouva moyen de fe pouf* 
fer bien avant dans les bonnes grâces, 
tant de l'Empereur que de l'Impéra- 
trice i Ôc tourna tellement l'hiJioire 
de la mort de fon père > qu'il leur 
infpira la plus vive indignation contre 
les Chrétiens de Paleftine. Cependant 
depuis les derniers ravages, cette pro- 
vince défolée avoit pms bcfoin que 
jamais de la faveur Se des grâces du 
Souverain. 11 étoit knpodible de payer 
les importions ordinaires ^ de Pierre, 
Patriarche de Jérufalem, de concert 
avec les évèques de fa dépendance , 
tentoit toutes Iftn voijs d'en obtenir la | 
remife. Dans fa conionébure délicate 
des calomnies d'Arfene 6c des pré* 
ventions de la Cour , on n'imagina 
rien de plus efficace que d'ei^ager le 

S. 



# 



D I L* E g: L< X S'^. {4^ 

$. vieillard Sabas qui vivoic encore | 
à faire de nouveau le voyage de Conr>- 
tancinopUy âc à fe rendre Je <média'>< 
teur d'un peuple j fidèle. àonVÏe tAù 
peut-être un peu cirop ardent , faifoic 
jout le crime. , ' • ; ■ • y 

Il ne fe fit pai pr'efler , & partit 
fans délai , quoiqu'il fût âgé de quatre-» 
vingt treize ans. , L'Empereur . en - fut ibia. c. 7» 
inftruit & touché. Il envoya . le» ga- 
lères au devant de loi^ iavco iè Èat 
triarche & deux putres évoqués » f<^ 
profterna à (es piedsl îÊ-iot iqaitl le 
vïti reçut fa bénédidioh avlec: les té- v 
rooignages de la vénération! 'la plus 
proronde, puis lui batikilà it^eiv iut • * 
laquelle il difqit avoir dppec^cc. «né 
couronne de. lumière. On accorda: (ili. v 
Saint beaucpup pàis ' qual^ té ' penitMi 
doit. L'Empereur infbrtuéderla vé-» * 

rite par un organe fî sûr , toprna ' roiH^ 
{ iàcolere contre les Samaritains, pcincipa? 
I lement contre le fburbe Aiifeiie, pour qui 
le chacitable Sabas eut encore la g^i^é-r 
fofîtc d'intercéder. Mais il eut aulîi , 
la confolation . de le convertir , avec 
toute fa fanion. Juftinien vouloir faire 
de grandes. largelTes aux folitaires, en 
[coi^iidéràtion de leur Saint Abbé , 48c 
TomcP'L r. -^ «Êî 



> 



14^ H I s T 6 I R. I 

leur adlgner des revenus fixes d: cet-» 
tftins : mais Sabâs s*oppo(a CQnftam- 
meut à la Ubéralité du Prince, en 
lé fupptianc de ne pa^ les priver par* 
U des jeiTouTces beaucoup plus alfu- 
sces (ju*ils avoient dans le Seigneur^ 
qui étoit » lui dit-il > leur riche par< 
tage, Se <}ui avoit fait pleuvoir U 
pain du Ciel dans le^ déferts. Ce que 
nou^Vûus demandons , pour fviivicil d un 
ton de prophète , c'eft quelque fecours 
poux ie^f rideles qui ont été pillés, 
c*e(l le fécabS^ement des églifes brut 
lées par les Infidèles , avec la fonda* 
tiôti &\m hôpital pour la Sainte Cité, 
A ces conditions • ôc Ci vous continuez 
i, ttxtirpec les hetr^ilei^j^ fâchez que le 
TouD^puiâant^ âjt>utera a vos Etaçs rA* 
friqu6>^ ia Graixle Rpme 9 Se le refte 
de iPËdipire d'Honoriiis ^ perdu 
par ivos prédéceiTei^rs. Juftinien ac^ 
corda tout. On commença par bâtir il 
Jépufkkm ut^ hôpital de dçux cents! 
lits , avec %n revenu de quatrç mille 
"fous d or , c*eft-à-dire 4*environ vingt 
mille livres de nopre nionnoiç^ le M 
d'(x valant à peu près cent de nos 
fous. Le S. Abbé » après une négocia' 
Ùon fi hçureufe , ne tar4a poinç I j>a(i 



D B l' E G L I !f B^ 



HT 



ck pour U Paleftine , où il fut reçu 
en triomphe. Peu après il tomba ma * 
lade» ôc mourut âgé de 94 ans. Son 
collègue & fon ami , TAbbé S. Théo- 
ào(e éroit mort quatre ans auparavant. 
Dans le temps que ces aeux lu'« 
mieres du défbrt s'éteignoient en Orient» 
Tadre le plus brillant de la vie céno- 
1)itique fe levoit au contraire pour i*Oc« 
cident. Benoît iHU d^une famille dif- 
tiiiguée;i aux environs de Norde en 
Italie^ & de là envoyé i Rome poiu: 
les études » y fut fi effi:ayé de la cor- 
ruption des jeunes gens de fon âge » 
q\x il abandonna fecrétement la ville , 
k fe retira dans une caverne fauvage, 
i quaranie milles de diftance. Il y 
demeura crois «ns, fans que perfonne 
en fut rien » e«;epté un feui moine 
4u voifînage 9 nommé Romain » qui 
l'ayant trouvé dans fa grotte » le con^ 
£rma dans fon deflèin » le revêtit de 
rhabit monaftique » & lui fournit dit . 
fr pour fa nourriture. Après cet ét- 
pace de tetitips , il fut découvert par 
nés bergers j qui le voyant vctu de 
peaux , 6c caché dans les brouffailles , 
s'en éloignèrent avec effroi » comme 
4'uninonftre fauvage. Mais quand ik 

Gij 



-. + 



'1P4^ • Hl 8 T O I R H 

: eurent reconnu la manière de vivre 

de ce digne ferviteur de Dieu, leur 

i crainte fe changea en admiration , & 

eh une confiance religieufe. Ils Tccou- 

cerem, comme un Ange defcendu du 

Ciel , quictereftC , à fes exhortations, 

< leurs premières moeurs , ôc Timiterem 

fuivant leur portée. Le Saint Hal itant 

•de la caverne devint célèbre dans tbm 

le voifinage, tout le monde accourut 

rivers lui^ un champ vafte Ôc fertile 

.s'ouvrit au zèle apoftolique qu'il 

-refpiroit%''-.;i:t-*i##rt%ï,?*«'a ;^^ ^ 

f .* De peur néanmoins que Torgueil ne 

(Corrompît fes vertus. Dieu periliit qu'il 1 

4 fut humilié par la tentation.' Un joui 

\qu il étoit leul , le fouvenir d'une! 

iperfonne du fexe rquHl âvoife vue ao' 

{ trefois , fit une ,teU«^ împreiîîon futl 

ifon ame, quil lui ^int en penfée de 

fÂquitter fa folitùde ^ tous fes pieux 

e doâèins. Mais bientôt irrité contre lui* 

ij|nème , du péché qui régnoit malgrél 

-^ui dans Ces membres ^ & voyant prèsl 

i 4^ là des touffes épaiflTes de ronces &I 

i d'orties , il fe dépouilla de tous 

4 vètemens, Ôc fe coitla dans les épinesj 

^ jufqaà. ce que fon corps fut toute» 

v^ifang. Ce courage héroïque b délivr 

-- ■ ' 5' •-'■•': '- -'~- '■■' ■ \ " '■„ '-' '.•^,'; ■ 



;• *» 



Tj t L* E G L 1? S» E. 145^ ^" 

pour toujours du DéiTK)n de la chair. 

Non loin de< fa recraite , & près' ;. 
de Tivoli, étoit un monaftere , dont' 
les moines qui venoient de perdre^ 
leur abbé a le prièrent inftamment de 
le remplacer , & de les conduire dans^ 
les fenciers étroits de la perfe<5tion. 11 
rcfifta long-temps , en leur jdifant qu'ils 
ne s'accommoderoient pas de fes ma*- 
nieres. La prédiction ne fut que troji» * 

vraie. Par une noirdeur. propre a de ai.ss.bc- 
méchans moines j honteux defe ré^ nc:d.c. j. 
volter hautement contre un Saint ^ Se 
trop lâches pour quitter leurs mau- • ^ < 
vaifes habitudes , ils réifplurent de le^ - 
faire périr fectétemeAt , »en lui donr; J 
uant du yin empoifçnné. Mais au mo^ - - . 
ment de la table , ^candis qujil en fai-* ' ^ 
foit la bénédiCbion félon ^ la coutume ^ 
le verre fe caffa avec bruits comme 
s'il eût été frappé d'un coup de 
pierre. Le Saint cpnnut en ineme temps 
par révélation 3 de qi*:^! pétUr il étoit ; 

prcièrvé \ &c fe levant ay^c qn ait & : 
un vifage* tranquilles j Diiei: . vous Je » 
I pardonne , mes frères , leur dit il: 
mais votre haine eft auffi gratuite que ,.^ /' 
çriielîe. N*eft-ce pas vous qui m'avez 
obligé d'être votre fupérieur ? Ne 

Giij ^ ^ 



f 5^1 



Histoire 






' \ ■>•■ f 



vous avais-)e pas annotici^ qn^ vott$ 
ne vous accommoderiez fomt de m»)! * 
Cherchez enfin un mr^îtr. qui \r)u 
convienne. À iiffi- r.ot il ka <y utfa ^ piMi: 
retourner à f^i première folitiide. il y 
devlnr plus célèbre ib jour en jour , 
par (es mitacies & par T éclat de fes 
vertus. Les jesiiies gens vinrent le Ltou- 
veren tbule> 6c les miiifons u^ Rom« 
les plus illuRres lui donnèrent leurs 
enfvins à élever. De ce nombre furent 
Maur fils d'Equice , 6c Placide fils du 
Patrice Tertulle, l'un & Tautre des 
plus renommés dans la fuite entre fes 
difciples. Enfinî les profélytes arrivè- 
rent en Cl grand ' nombre , qu*il bâdt 
doute nK>nafteres , dont Ion tnontre 
encore les pmplademens. Il mit daiis 
chacun doilze ' rdisiéux , avec on fupé^ 
rieur particulierv '- in^:> -^'■ 
• Mais fon plus fameUx ctabliflementj 
le.chef-d*œuvr^ de la vie régulière, 
& rheureux' bëirceau de l'Ordre de 
S. Beïiok , fut lé monaftere du Mont- 
Caâiny ab royaùtHe de Naples.' Quand 
le Se Abbé sV rendit pour la première 
fois y il reiloit fur cette montagne un 
ancien temple d'Apol' que les- pay- 
fans du voifioage art. lenc encore j 



DE L*E G 1 I S)£. 1^1 

ktoin â l'entour , des bois confacxés, 
ou ils faifoient leurs cérémonies )f\x- 
perflicieufes. Bdnok y- étsinv fi[^yé'f 
kifa ridole ôc l'autel , coupar le bois, 
eut alfcz d'enipire fur l'eQirit des 
idolâtres , pour ieiir faire embrafTer la 
foi , de bâcic , dans le temple même 
qu'il conferva , un oratoire de Saine 
Martin , un autre de S. Jean, & tout 
près deld fon monaftere. ^> 

Alors il jugea néceffairç de mettre 
par écr.K ce qu'il s'étoit jufque^là con^ 
tenté d'enfeigner de vive voix ^ la 
bouche du fupérieur ne fuffifant plus 
à un fi grand nombre de difcipics , 

2ui dévoient fe multiplier encore in« 
niment davantage par la fuite cicis 
temps. Toute auftere que nous paruît 
aujourd'hui la règle de S% Benoit « 
il ne s'y propofoic néanmoins que de 
réduire la perfedbion éiaingélique, à 
des préceptei pratiques , qui rullbnt 
â la portée d'un plus grand nombre 
de perfoiines ; Ôc il avoit fpécialemenc 
en vue celles qui ne fe fentoient pas 
k force de foute^ir le genre de vie 
des prciiiy.;/ fi^liraires. La fin de cette 
re^le, r>ume de toj e la vie monaf- 
tique, c'eft de partager le ten ps entre 

. :,;. .-. .. Giv .- ■ -V, 



1)1 Histoire*'^ 

le travail & la prière. Pendant lliiver, on 
ie levoit à deux heures pour i*o£fice de la 
uuici|i|iii> eft npmmé V igile , ' ôc com- 
poféirotnme aujourd'hui ^quoique dans 
an ordre moins invariable ôc tant 
fbit peu différent, d*un hymne, de 
pfeàumes , de leçons & de répons. Au 
point du jour , on devoir commencer 
LaadeSj (.pe le Saint appelle ^latineîj 
êc dans l'intervalle de ces deux ofii- 
cos, on s'occupoit de la méditation & 
de la ledure. L'office étant plus long 
les jours de fête Se de dimaMclie,oiî 
s'y levoit plus matin, aiaH que pen- 
dant Tété j l'office du iliatin, ou Lau- 
des jdcvant toujours fe commencer à 
la pointe d"' jourj & l'oftice de la 
nuit devanr le précéder, de tout le temps 
tcquis i pour les méditations ordi- 
©hires: & pour les- leûures. La dif-* 
tributicb . des. pfeàumes p our chaque 
heure i, eft marquée telle qu'on l'ob- 
ferve encore, patmi les. difciples du 
Saint.. 'Eparoîi' cependant qu'elle n'é- 
toit pas.«attfl[i fixe ,. ou* d'iine obliga- 
tion abfli.ftride que daiis les offices 
d'aujourd'hui ; puifque le pieux Infti- 
tuteur dit pofîtivement , que Ci quel- 
qu'im n'eft pas content de la diftribu* 
' '■•■ \ ^yik}::" ' '? '.'■■■■'■:'■'■■{- . 



9 1 L*E G L I S ^. 153 

tion des pfeaumes , il peut les ranger 
aucreiTienc j pourvu qu'en chaque fe- 
mime on dife tout le pfeautiery que. 
nos Pères, ajouce-c-il, avoienc la fêr* 
veur de réciter tout entier chaque; 
jour. ' • n 

Après l'office du matin , c'eft-à-dire 
à Çix heures en été ^ & plus tard fui-;. 
Y2nt le degré de jour ouïes faifons^^ 
onalloit au travail qui duroit jufqu'à 
jdix heures ; puis on donnoit encore 
I deux heures à la leâure. Après midi , 
il y avoir à peu prè: autant de travail 
I que dans la matinée ; en tout, fept heures 
aa moins par jour. Il paroît cependant , 
jqae dès-lors tous les moines n'étoienc 
jpas généralement &: néceffairement oc-: 
cupés de travaux rudes 6c grolBers , tels 
que la culture de leurs terres ôc h^ 
récolte de leurs moifTonSy mais feule-; 
ment quand la nécefîîté du lieu , our 
la pauvreté les y obiigeoit. On a pu , , 
fuivant les circonftances , fubdituer les , 
travaux de l'étude à ceux des mains. 
Il a même convenu de le faire , quand 
la coutume s'eft introduite de conférer. 
les famts ordres au plus grand nom- > 
bre des religieux. Ils éroient prefque\ 
tous iimples l^Vcs , au temps de Saint . 



'"-:) 



rsm 



'Wlr.^ 






.'? 






\ 



T54 H I S T O I K t 

Benoît ; Ôc Von ne cr^it pas que 
Kti-T^me ait reçu aucun ordre ecd^- 
i< ul :que. 

L nabit des moines ëtoit le vêtement 
ordinaire des pauvres , ou des gens 
de la campagne , c*efl'à-dire la tunique, 
la cuciil!; «^>*u rcL^ffe viarioit fuivam 
les faifons -y de pour le travail , le 
fcapulaire plus large 6c plus coun 
qu*a préfenr. Quant à la qualité des 
étoffes y on choififToit les plus commu- 
nes du pays : le S. Abbé n*en marque 
pas la couleur. Les lits confîfloienr 
en une nate , ou une paillafle piquée, 
un drap de ferge , une couverture, 
lin chevet; & Ion couchoit tout vêtu, 
afin d erre toujours prêt poiu loffice. 
Quant â la nourriture , on accorde 
pour chaque repas , deux portions 
cuites , non compris une troiiieme por- 
tion des fruits ou des légumes qui 
croiifbient ians les terres du monaf- 
tere ; Se par |our , une Jivre de pain, 
c*cft-à-dixe deux oaces qui faifoiene 
la livre Romaine. Pour la boifTon , 
on accordfe""i demi - feptier de vin, 
comme ^ar indulgence ; parce qu'il 
étoit devenu difficile, dit le S. Abbé, 
de faire goûter aux moines plus d*abf- 
linence en cette matière. Les heurta 



les 

ho 

l 



DE L* Eglise. 155 

des repas varioient , fuivant les fai- 
fons. Foiit Tété , c'eft-à-dire depuis 
Pâque jufqu'à la mi-feptembre , on 
dînoit à. Sexte ou Midi , & l'on fou- 
it au déclin du jour ^ (î ce n'étoit 
es mercredis & vendredis qu'on jeû- 
noic , hors le fe'ul temps pafchal , juf- 
[u à l'heure de None , ou pour mieux 
re , jufqu d une heure Ôc demie 
marquée par la règle pour la ré- 
citation de l'office de None. On di- 
roit à cette même heure , durant tout 
l'automne Ôc l'hiver.' Pendant le Ca-^ 
rème, on mangeoit feulement au fbir/ 
Pour le fonper , en quelque {àifon q^iiç 
c fût , il devoir fe faire de jour. I es 
h mes faiijient la cuifine tour a tour^ 
ce n:Â ne l'annonce pas fort avanta- 
geuiement. On avoit beaucoup plus 
de foin de malades, à (}ui l'en accor-| 
doit toutes les viandes qui pouvoienc 
I leur être bonnes ] au lieu que ia chair 
des quadrupèdes écoit interdite aux ie-« 
ligieux qui fe portoient bien. ^ 

La règle attribue une grande autO' 
Irité à Paobé. Dans les affaires , il doit 
confulter les anciens, & même alTenij-- 
Mer route la communauté bu le char 
[pitre j pour les chofes d'importance : 

.,-:-. G Vi '-v>,. .^-, 






h' 



', »• 



yé' 



1{6 UlSTOlKK 

niais après avoir pris l'avis de cha- 
cun > la dccifion dépend de lui feu! j 
& cous doivent s*y foumettre. Perfonne , 
fans fa perminion, ne doit recevoic 
ni prçfens ni lettrés , ni fortir de l'en- 
clos du monaftere. Tels font les points 
capitaux ôc les plus dignes de remar- 
que dans la règle de S. Benoît'» trou- 
vée il fage ', qu'elle eft devenue avec 
le temps la règle prefque univcrfelle 
de tous les moines d Occident. On 
rapporte la fondation du Mônt-CafTin 
au pontifîcat de Félix lll. 

De fon temps, & fous le règne d'A- 
thalaric Roi des Goths en Italie, ^ui 
ne tiraita pas les Catholiques avec moim 
d'équité que ne l'avoir fait Théodo- 
ric ion aïeul dans fon plus beau temps, 
on publia une loi digne d'attention, 
par la connoillàiice qu'elle nous donne du 
point où en étoit alors l'autorité tem- 
porelle des Pape$ d Rome. Athalaric , 
ou plutôt Amalozonte , mère du jeune 
Roi & Régente du R.oyaume » en con- 
firmation de Fancienne coutume , or- 
donna que , n quelqu'un vouloit ac- 
tionner un clerc de l'Egfife Romaine^ 
il s'adre^eroit jpremiérèment au Pape, 
êc né gourroit retourir au juge fécH- 



i 



^■- *^Uh^: 






,*.'■•»,■ 



S-- 



B E L*£ G L 1 S C. 157 

lier , (}u*après avoir prouvé le dcni 
de jufHce , de la parc de l'Eglife. Ain(i 
raucorité ou jurifdidkion temporelle des 
Souverains Pontifes ne s'écendoit en- 
core que fur les clercs en défendant , 
avec appel au juge féculier. 

Il n en étoit pas de même du pou- 
voir & du régime purement fpirituel , 
3ui s'écendoit dans toutes les parties 
u monde chrétien. L'an 519 , il fe Tom. 1% 
tint à Orange dans les Gaules , un ^^^^^'^^^ 
concile dont la confeflion de foi fut 
auflî-tôc porcée â Rome, pour êcre . 
confirmée. Il y avoit encore dans les 
provinces méridionales de la Gaule 
quelque rede du Sémi-Pélagianifme » 
qui avoir pris naiffance dans les mo- 
naderes les plus renommés pour leur' 
ferveur , & qui en. étoit d'autant plus 
difficile â extirper. Nous avons appris > 
difenc les Pères au nombre de treize > 
y compris S. Céfaire leur chef j nous 
avonsappris que quelques perfonnes par > -.>' 
/implicite confervent des lentimens^peu 
conformes à la foi catholique. C'eft 
pourquoi nous jugeons à propos de 
Faire recevoir certams chefs précis de • 
doctrine j qui en aiTurent l'irtcégrité. 
Les articles qui fui vent ce préam- 
bule , font au nombre de vingj - cinq , ' •* 



;- 



•^ ■ .'- 



- \ 



158 . ffi ê t o i R t 

dont lès huit premiers , en forme de 
canons , portent en fubftance : Que le 
pcclié d'Adam ^ palFé du père aux 
defcendaiîs , nuit aux âmes aaili bien 
qu*aax corps j que la prière ne précède 
pas la grâce , mais que la grâce nous 
prévient pour nous faire prier; que , 
ni la rémiifion des péchés , ni le com- 
mencement de la ^i ne viennent pas 
de nous , mais de la grâce \ en un mot , 
que par les forces de la nature nous ne 
pouvons rien faire ni penfer qui tende 
au falut. Nous devons donc enfeigner 
& croire , conclut le Saint Concile, 
que par le péché du premier homme, 
le libre arbitre ;ft: tellement afFoibli, 
que perfonne , avant le Sauveur , n'a 
pu autrement que par la grâce du Sau- 
veur , aimer Dieu comme il faut, croire 
en lui , ou faire le bien pour lui; ainfi 
qu'après Tavénement du Sauveur, le defir 
même du baptême vient puremenr delà 
grâce , & îamais de la nature. Nous n'en 
croyons pas moins, ajoute le Concile, que 
tous les baptifés devant accomplir ce qui 
tend au faïut de leur ame , ils le peu- 
vent par le fecours &c la coopération 
de J. C. , s'ils veulent travailler fidèle- 
ment. Mais que quelques - uns foient 
prédeflinés au mal , lom de le croire ; 



DE l' £ C L I S 9« If^ 

kous déreftons qiiiconque le croiroic , 
Ôc nous lui difons aiiathème* Il y eut 
vers le même temps, fur le même objec 
de la grâce , un concile à Valence » 
où Ion confirma pareillement la doc- 
trine Catholique. 

Celui de Vaifon , du 5 Novembre 
519, nç fur qu'une entrevue de cha- 
rité. On y fit cependant quelques canons 
dignes de remarque. Pour Vutilité du 
peuple , on commit aux prêtres le foin 
de prêcher dans les paroiues de la cam- 
pagne , ainfî que dans les villes. Si quel- 
que inlirmité empêche le prêtre de prê- 
cher , le diacre lira une homélie des 
Pères. A l'exemple du S. Siège & de 
rOrient comme de ritalie , on dira le 
Kjrrie eleifon dans nos Eglifes ; & à 
toutes les mefïès , même du Carême 
i\' (les Morts , on dira trois fois Sànàus 
commç aux mefles publiques. On réci- 
jtera aufli dans nos Eelifes le nom du 
iPape j de au Gloria Patriy on ajoutera 
\Siciu erat in principio , comme il fe 
pratique en Afrique & en* Italie , à 
caufe des Ariens. Dans le Concile de 
Carpentras tenu deux ans plutôt , il 
avoit été ordonné que les dons faits 
aux Eglifes de la campagne , feroienr 
[tout entiers pour Wurs clercs , ou pouc 



.y 



v.'- -N 



l^tl H I S T O I R B 

kurs réparations, fîTEglifeCachédralv 
itoit aflèz riche y que fi révêque n'a 
point afïez de revenu pour la diépenfe 
qu*il eft obligé de faire , après avoir 
laifTé aux paroiiTes ce qui fuf&t , tant 
pour leur clergé que pour leurs répara-* 
tions , il prendra Iç lurplus. 
, ,^ L*Eglil^ dlEfpagne , fous la domi- 
nation des ViiigotHs Ariens, fe mon- 
troit d'autant plus attentive à la con« 
fervation , foit dû dogme , foit de la 
difcipline , que le mélange des nations 
corrompues fournidbit une matière 
plus abondante à la vigilance. Non 
content d*iiyfliger de nouvelles peines 
aux empoifonneurs ôc aux inceftueux , 
le Concile de Lcrida pourvut à ce que 
les clercs j témoins aîîîdus de la féro- 
cité des Barbares , ne fe dépaitilTenr 
pas pour cela des anciennes maximes 
dé la douceur eccléfiaftique. II leur dé- 
fendit , fouspeine d'être exclus à jamais 
des ordres mpérieurs , de répandre le 
fang humain pour quelque railon qu'on 
pA^t alléguer , même pour défendre une 
ville affiegcç.' ; .,„£,. v^. , 

^, , Le deuxième Concile de Tolède, 
tenu en 5 2 1 , confirma les canons an- 
ciens , touchant la continence des clercs 
ik la défenfe des mariages entre pàrens 



■■.-V .-■•^f'. 



D 1 ^L* £ G L I.S E. X^l 

I en rbut degré connu de parenté. Les 
linterdices des ordinations font marqués 
dans ce Concile d'une manière nette 
& inftruâive. Les enfans deftinés à la 
clcficacure , porte le premier c^non » 
feront d'abord tonfurés & mis au rang 
des Ledbeurs; quand ils auront dix-huit 
lans accomplis > on les avertira de la 
iberté où ils font encore de fe marier j 
ues'ils promettent librement de garder 
a continence , on les ordonnera Sou- 
iacres à vingt ans. A vingt - cinq ac- 
:omplis , Ci leur conduite a été édifiante , 
n leur conférera l'ordre du Diaconat ; 
î ayant été mariés ils promettent en 
ige mûr , du confentement de leurs 
emmes , de garder la continence , ils 
urront afpirer aux ordres facrés. A 
k fin de ce Concile , Tolède eft qua- 
''îé de Métropole ; & c'eft la première 
is qu'on lui donne ce titre. 
C'étoit Boniface iV qiii rempliflbit 
lors la chaire de S. Pierre , pour la- 
uelie il avoir été ordonné, le 15 
dobre 550, un mois ou deux après 
mort de Félix III. Boniface étoitRo- 
ain de naiffance, maisGoth de nation* 
n élection ne fut pas du goût de tout 
monde. On élut en même temps 
1 certain Diofcore, qui étant mort un 









i^i Iff i s r 6 X k É 

mois après 5 entraîna avec loi rextinc" 
cion OH fchifme. £oniface le fit con- 
damner êc anadiématifer après fà mort : 
ce qu'on prit pour un reiïentiment qni j 
tenoie plus, de la dureté de fon origine j 
barbare', que de la douceur convenable 
au Vicaire du Sauveur des hommes.! 
Il ne déplue pas moins , en marquant | 
le Diacre Vigile pour fon fucceiîeur, 
& en forçant lesévèquesde s'engager 1 
par écrit Ôc par ferment à Icxécunon 
du décret qu'il en fit faire dans uiil 
concile , & qui fut néanmoins annulié 
bientôt après comme contraire i refprii 
àes canons & à la dignité du Siège 
Apodolique. Boniface même reconnut 
fa fa<ute , & brûla publiquement l'é-» 
crit par lequel il avoir prétendu iSer 
les évêques. Le Seigneur laifla peu de| 

; V temps en place ce Pontife entreprenant. 

Il mourut au mois dHOdobre ou del 
Novembre de l'an 532 , & il eut poar 
fucceffeur Jean furnommé Mercure,] 
Romain d'ori^ne ainfî que de nail- 
fance , ôc prêtre du titre de S. Clé- 
ment. 

Sur la un de Boniface 9 il y eut unel 

T. IV. Conc* affaire très -intérelfante portée à fonl 
tribunal. Etienne, Métropolitain del 
Lariffe enTlieffalie^ accufc pardevanti 



p. U^I 



ï» 1 t' £ G 1 I s t. té^ 

le Patriarche de Conftantinople, déclara 
ffli'il ne relevoit point de ce (lége , mais 
du Pape , comme tous les évêqiies de 
nilyrie« On ne laifTa pas de le mener 
de force à ConftAntinople , oi\fe Patriar- 
che Epiphane porta une fencence contre 
lui , en prenant toutes les mefures pof" 
fibles , de peur qu'il ne s*échappâc 
1^ ne fe rendît à Rome^ Mais fi TAr-* 
(hevêque ne put y aller , il trouva 
jnoyen d*y faire pafTer fa plainte par 
I Thcodofe , Evcque d'Echiné & 1 ati 
de fes fufFragans. Celui-ci en fon nom 
& au nom de plusieurs autres ëvèques 
Ide la province de ThelFalie , préfenra 
requête contre la feiîtence prononcée 
àC. P. > au préjudi<:e de là jurifdi^iort 
du S. Siège, il eft inconteftable , dit-il, 
I que bien que le Siège Apoftohques*a^ 
ttibue- à bon droit la primauté lur tou- 
tes les Eglifes du monde , il a un droit 
tout particulier fur celle de Tlllyrie. 
Le Pape aflfémbla un concile , donc- 
Ile jugement ne nous- eft point par- 
jvenu dariî. fa teiïeur exprefTe , maià 
] qu'on fait avoir maintenu les droits da 
)âiriarchat d'Occident; -^ '^-'^ '*^'*^" 
L an j 3 3 , il fe tint à. Orléans un 
Iconcilejdtts connu , & que Ton compté 



1^4 H I I T O 1 H E 

pour le fécond de cette viUe. Il fat 
nombreux & compofé des évêques, 
fujets des troi^ Rois , Thjéodoric , Chilr 
debert & Clotaire. Ces Princes Chré» 
tiens 6c barbares qui firent longtemps 
un bizarre alliage des œuvres du zèle 
ôc des excès de la cruauté , après s'ècre 
fouillés du fangde leurs propres neveux, 
des enfâns de Clodovhir.dont ils vou- 
loient envahir les Etats, ils rairemblerent 1 
l^urs évêques refpedîFs à Orléans^ 
(;omme la ville la plus à. portée dés 
différens Diocefes , pour travailler au 
rétabliffement de la difcipline. La fimo- 
nie étoit un des plus grands maux qui 
affligeât i'Eglife , & de jour en jour 
elle prenoit de nouveaux accroiflTemein 
Le Concile ordonna de rejeter comme 
un réprouvé quiconque tenteroit d'ob- 
tenir lepifcopat à prix d'argent. Il dé- 
fendit à tout prêtre de demeurer avec 
des laïcs , ibus peine d'être privé des 
fondions du facerdoçe y tant la cor- 
ruption du iiecle paroifToit contagieufe 
pour les eccléfiaftiques qui dévoient 
^demeurer feuls , ou avec des gens de 
leur état, dans une efpece de com« 
munauté. On renouvella la défenfel 
iQui avoir déjà été faite , 4*ordonnet 



: » t l' E é £ t s E. l^f 

Jes diaconnefTes , à caufé de la fra- 
gilité du fexe ^ 6c Ton excommunia 
les abbés qui méprifotenc les ordres 
des évèques. 

Il y eut vingt-fix évèques i ce Con- 
cile, fans compter les députés de cinq 
abfens. On croit qu Honorât , Arche- 
vêque de Bourges , y préHda. On y 
vit cinq autres métropolitains , favoir , 
Flavius de Rouen, fuccelïèurde S. Gil- 
dar ou Godard , Léon de Sens , Inja^ 
riofus de Tours , Julien de Vienne, 
fuccelTeur de S. Avit, & Afpais 
d'Eaufe. Les Pères du Concile prirent 
leur place 'à l'ordinaire , fuivant la 
dignité dé leur (iége , fans égard au 
rang de Tordination ^ quoi qu en difent 
des Auteurs , d'ailleurs crès-exadbs , qui 
peuvent avoir été trompés par Tordre 
arbitraire des foufcriptions» En effet ^ 
Cbronopè de Périgueux j dont la fouf- 
cription fuiç'ccUes d' Afpais d*Eaufe, de 
I Léonce d*Orléans & d'Eleurhere d* Au- 
xerre, étoit plus ancien dans Tépifcèpat 
que ces ttois évêquès, puifqivil ayoït aC- 
'ufté au premier Concile d'Orléans, avel: 
^urs prédécelïeursi' - ; ^t; v 
' Flavius de Roueti eft honore' diià 
fou Eglife, fous le nom de-S; Flieni 



I r .^r-'-> 



,kiii . Il 



à .4 1 



I S T O L R B 



l66 H 

Se l'on garde fou corps à S. M&rtio 
4e Ponroife. De fon temps , le Roi 
Çlocaire fonda à Rouen le monaftere 
de S. Pierre de S. Paul ^ c^ui a pris dam 
)a fuite le nom ,de S. Oaen. Léon de 
5en2> & Julien dp Vienne font auili 
honorés fomme faints» Quoi(]u'Inju« 

r , riofus n'ait pis reçu publiquement le 

même titre , il marqua pour tout ce 
/qu'il jugeoit importer à la religion un 
zèle qu'on ne trouve guère que dags 
les faints. Le Roi Cldtaire avoit or- 
donné que tputes les £glifes de ^oi 
royaume lui payalTent un tiers dç Uwi 
revenus. Plufieurs prélats , par uii 
efprit de punilanimice , ou par des wm 
encore plus blâ^pables d'inççrêt &ç d'am- ! 
bition > ne fe mirent pas feukment en 

Greg. Tur. devoir de faire d^s rçmpntrances : mm 
>T.H»ft.c.i, 1^ j.g^^^ fi^ccea^^ur d^ s. Martiniilb 

trouver Je Monarque , &ç lui ât iî bien 
concev<>irJe dsuiger 4^ s'approprier te 
dons offerts à ce grand Saint , quç le 
JRoi f<^ iro^d^^nna }ui-mêmey demanda 
. pardon- ji Â: pcia l'Evcque d'intercédei 
pour |u;^ : ^rès de . fon faim prédé- 
ceffeur. Entre les autres évèques de ce 
\ 4^ncile , leâ plus renommés pour leun 
^mia^;i|es yercijs fonç, S., Lo 4^ Cou: 



I) 1 l'E G L s s E, 1^7 

tance ^ S, Eleuçhçrre d*Aiixerre , S. 
Innocent du Mans, ^^ Agrippin d'Au* 
cun & S. Gai d'Auvergne , cous hono*. 
\fi$ d'un culte public par TEglife. 

S, Rémi ctoit more dès Ucgmmen-r > 
cernent de cette annéç 535. Il nous 
refte de lui un teftamenc , dont la plus 
rigoureufe critiaue ne fauroit nier 1 au* 
uhençicité, 11 inJ^itue Tes héritiers , avec . 
l'Eglife de Rlieims, Loup Evèquc de 
Sombns <Sc le Prêtre Agricole fes ntr 
veux. Nous voyons par fes différentes 
dotations , qu'il étoit fpr^ riche^ en v 
terres patrimoniales 6ç en efclaves, Entrç ^ 
les dons faits à fon Eglife , le plus 
[digne d'attention eft un vafe magniâ' 
Que qu'il ayoit reçu du Roi Çlovis ^ 
k dont il voulut quoi) fît un ciboire 
& un calice. Sur le calice qui devenu Tom.i.Blw* 
fervir à la communion di; peuple » il «o'» !•»'»• p» 
ordonna de eraveir trois vçrs latins ***' 

3' u'il avoit déjà fait niettre fur un vafo 
_ e4'EgIifede Laon , & qui témoignent 
e la manière la pl^s claire Ôc la pliL; 
formelle , que le calice confacré con- . 
ient le même fang qui a coi^lé des 
laies du Rédempteur. Hincmare : 
vçque du même fiége long -temps 
iprès lui j rapporte que ce calice s'éçoic 



fi. t 



itfS H I j T 01 n * 

confervé jurqu'à fon tr^ps » & qu'on 

le foinlic pour tirer ki captifs de la| 

; fervitudeaes Normands, S. Kemi lègue 1 

au Prêtre Agricole une vigne , à la 

, ^ charge de faire pour lui une offi:anclei 

^ Tautel les fêtes ôc les dimanches, &(le 

. ' donner tous les ans un repaSaux prêtres 

& aux diacres de TEgliie de Rneims. 

'Le zete de la paix ôc de la concorde 

> donna Torigine à ces feftins de charité, 

3ui devinrent peuc«ètre trop communs | 
ans les iiecles fui vans. 
-'f Une multitude de faims & de faintej, 
'fidèles aux leçons ôc aux exemples d'uni 
fi digne Pafteur , édifièrent le paysdel 
'R heims fous fon épifcopat. Mais rien nel 
|)arnt plus admirable qu'une famille del 
îept Vierges Chrétiennes qui habitoientl 
4'/*\ -ji>'*^ le voifinage. Elles avoient toutes reçyl 
'ï *^ii ♦• Je .voile de S. Albin de Châlons , & 
^répondirent fi parfaitement à fes efp^l 
**rances , que toutes méritèrent d'êtrel 
|4ionorées comme iaintes. MéneKouli| 
^•pius jeune éft la plus ç jnnue : c*eft d'elle 
^^que la ville nomtiiéé auparavant AuH 
l^ueiie , a pris le nom de Sainte-Ménd 
ïthou. Vers le même temps , & dans 
^même province', on vit arriver une 
^famille encore plus noftibrçufe de faii^n 

étranger 



.It-Uï^,; 



■:■* 
■4 



\mm la répatarion des e£,,su 
Gaule les y attira , & il. ?' ! ^ ' 

rem aux exercices' de la ;4f" 
foens monafteres. Le nombre d. 

Dans la feule .rovi;;^eVeN^J" 
oomjîiée depuis N^rm^^^; ^^'eultrie, 

i-ns dès-lofs «i^rsi^-r/"''"- 

IMarcou , Evroul & Vi^nr « »î » 

originaire de fiaVe^^ fur* ^7°"? 
prêtre par S. PoS/ de^°'''°"°' 

r"« "i awc tout le fucàs d'..n it:» 
Jtondant fes inclinations fih.7^ 

t Fumier. Son zTu„^^'^f^' 
N.'aGrandtBr;tai^P°^?i^"?''** 

^«JedétacLm! . .f'*^"' *** ^«'»'« 



si. .di 







IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




<,^.4^ 




1.0 



l.l 



S! m 

Sf Uâ 12.0 



2.5 
2.2 



•lUU 



UÂ 





|||l.25||U|j^ : 




^ 


6" 


► 



--. IL- 




Photographie 

Sciences 

Corporation 



» WfST MAIN STim 

WfUnit,N.V. 14SM 

(716) «73-4903 





\ 



s& 




k 








\ 



\ 



[V 



^ 

V 



^ >^ '^rv\ 











Sp 






.^ 




Guib. 



^fO H 1 « T 0?I R E î 

carrière 1 Nanceuil , monaftere miné 
depuis par les incurfions des Normands y 
Se dont: k <:orps du Saint fut transféré 
au diocefe de Laon , dans un lieu qui 
ie nômmàic alors Corbigni y & qui a 
pris itifenflbleniient le iiom de S. Mar-> 
éoat Le .Roi Charles le Simple y fie 
bâtir un .inonailerb , dont Féglife eft 
devenue fameufe par les fréquens mi^ 
racles qui s'y firent , particulièrement 
pobrhla guérifoir des; icrouelles. 
-}j(C!efl:, une: ancienne coutume de nos 
RiMs de vifitecdes reliques^ de Sé^Mar^ 
(COtt ,' inmwddatement après ieur iàcre z 
inaisioti en ienore Torigine » ainfi que 
le ténps où ils peuvent avoir tcçu du 
Pâei Isiddadeguéci^bni, fi convenable 
à.:hi] bien^ifanicbrjpaternelle qui fit 
toi^^s ^r ^caziaébere. U eft certain, 
de fat b t^o^a^^e^uibert^'Abbé 
C'i'-de ^<^efit , rqîiiJiévoic 'ûir ia ânide 
l'oiiûenbe^fiecle'j bue la xotifiance des 
fttlipifs'irtctibpoit dès^lors ce pfivii^c 
laiitil^touirqacs Erançèi^ , 6c quêtes 
^ns idàirés >én:vegaidoienc ées heu- 
it^ist ^ éiffets >' f cokntne un^ mir^de véci^ 
-fable. Les -malades tourmentés d'ho» 
jmeurs âroides i^it^cet Abbé , accou- 
fpi^ir par troupes au Roi Louis le Grosi 



'qui. ijeur (endoijC ta^ itmVi avQç bonté ^ 
&/Jf» guériUbit en faiAmç fiic ^ux k 
()g|ie de la croix. Qn regardoic ce 
jppuypir merveiUoix » coimme attaché 
%Mu]^iti^iéxidmm de no« Rois j 
en fof^c: 0ue 1» ^I^km fe gii(>riiioic de 
cftrqii^:.le$ Pôwces.VQjfi»? Hiiofoienc 
riertîÇ^fJter de teuibfeble^iGe n'di que? 
depuis . f quei îles : Hois rd' A^glecerce fe 
font portés pQiuîRais.dfc Fra^ice >qu% 
ont prétï^ndu; ou .don de guérir la mèoi^ 
maladies '^:,c^..i ■.; = ■ ,) 

$, fiyirou^ »i1]K)«»Qie de q^dité de 
UGour deÇhildebfeïî; , après avoic 
t^aonicé à coûtes le^ ^t^à^v^i tcfîref^ 
très , &c engagé fa femm^ i fé faire 
leligieufe , le retira au diocefe de 
Ufieux , dans la foret d*Ouche qui 
ftétoit qu un repaire de voleRfs & dVf-» 
filins. Il cohvercit utie partie de ces bri*^ 
gands, & fe ât rni (i grand nombre 
ëe difbipies > qu'il y eut |ufqu*â quinze 
cents cellules autour de la (ienne. Bien-** 
tôt la libéralité àts Fidèles fécondant 
fes pieux delTeins » U bâtit quatorze 
monafterâs , tant d'hommes que de 
filles. Celui d'Oucbe qui porte aujour- 
d'hui le nool de S. Evroul , étoic le 
principal, & comme le chef- lieu de 

Hij ^ 



, -^r 



\ 



t7i H i s f Vi 1. » 

taas les autres. Il e(t vtn autre iainc 
abb^ du m^me nom , révéré cotnlne 
un des patrons de la ville de Beauvlis. 

S. Vigor, 4quoiqu^évè<][ne » n'hohor^ 
pas moins la vie monaftiqUe. 11 établit 
des monafteres pendànt^on épifcopat ; 
<^omme il avoit fait aiiiparaVaiit. Mais 
îi n'en fubi^e qde celui de CériH, 
qui fut détruit avec ks autres dans les 
încurfions des Normahds , puis rétabli 
par les Ducs Robert & Guillaume fon 
fils. S. Vigor foutint la gloire du jîcge 
de Bjayeux qui fe vantoit< qu'entra fept 
évèques » les feuls qui éûjient encore 
occupé ce (iége » il n'y en avoit pas 
un qui ne fût compté au nombre des 
Saints. 

S. Fridolin » originaire d'Ir' !e i 
donna d'abord de erands exempiiîs au 
monaftere de S. Hilaire de Poitiers , 
dont il fut abbé. Plein d'un gçele ex- 
traordinaire pour la gloire de ce Père 
de l'Eglife , il palla dans les régions 
orientales de l'Empire François , dans 
les déferts de la Voge , dans le pays 
de Strasbourg , au fond de la SuifTe ; 
érigeant par-tout des églifes fous le 
nom du grand Hilaire , dont il y pla- 
çoit quelques i^liqueSé On peut ;u^efr 



-.^Tr 



D B I»' £ • L t S E. I7f 

Ao la yéhératioii où fut S. Fridolin daiis 
ces contrées , & fur - tout en Smffe , 
par les armes du canton de Claris , 
qiii ne font autre chofe que le portrait 
de cet illuftre folitaire. 

Les montagnes fauvages de rAuver* 
gne fe virent egalementpeuplées d'hom- 
mes tout céleites. Les plus renommés 
font les S S. Pourcain 6c Calais. Celui- 
ci embrada la vie monaftique dans le 
monaftere de Menât, paffa dans celui 
de Mici , où il fut ordonné prêtre par 
l'Evêque d'Orléans , puis s'avança dans 
le Maine , où il fonda le monaftér^ 
qui porte fon nom. Pourcain , d'efdave 
qu'il avoir été , devint abbé de Mi- 
xande dans fon pays natal; couvrant de 
l'éclat de fes vertus la baifelTe de fa 
première condition, êc fe rendant vé- 
nérable, tant à fon Souverain le Duc 
d'Auvergne ,' qu'au ^q\ Thierri, qui 
faifpit la guerre dans <ette province. 
Le bruit de fa vertu & de^ fa puifTance 
auprès de Dieu croilTant encore, après 
fa mort , le monadere a quitté fon 
nom de Mirande , pour prendre celui 
de Saint - Pourcain , aufli bien quç 1;^ 
ville qui s'eft formée à Tentour. Sf 
Junien ^ S. Léonard, celui-ci abbé. 



:-*. ■ 



Hiij 



174 Ht $T o I R « 

l'autre reclus dans le Limoufin j v ont 
de même changé le nom des Villes ^ 
par la célébrité du leur. H 

vft.sjoan. ^&is de tous les faints qui hono- 
îAUia Reom. roient alors la vie monaftiqiie dans 
les Gaules y aucun ne l'emporte fur 
S. Jean , abbé & fondateur du monaf- 
tere de Réomaiis ^ en Bourgogne, ain(î 
appelle du niifleau de la Rcome fur 
lequel il eft fitué.^ Le fond des obfer- 
vances très-vàntées de Réomaiis étoic 
k règle de S. Macaire d'Egypte , 
autant qu'elle peut convenir à nos cli- 
mats. Mais le S. Abbé Jean parcou- 
tur les inonafteres les plus renoti^més 
dans toute l'éiendue des Gaulée , pour 
feri rapporter à fe3 difciples dès ob* 
fervanees- entièrement pratkablesVPout 
cet effet j il demeura inconnu pendant 
dix-huit ïAois, & non dix-huit ans, 
, cQmme< on lU dit avec peu de vrai- 
létnhhnce ^ dans le monaftere de Lc« 
itihs^ ^tli étok au plus haut point de 
fà réptftationi, K avoit un teV détache- 
tftent de tout ce que l'homine a de 
plus cher au ifïoncfe, ôc tant de foin 
â'infpirer â fes difciplés Téloignemenc 
des perfoitnes du fexe , que fa mère 
l'étant veiiii vifiter après une fore 



IL." ''* 






DE L* E 6 l 1 s' E. ïff 

longue abfence , il reJfufa de lui païf' 
1er, & crue beaucoup ' faire de s*eh 
laiilèr voir-,. en padanc devanc ellié.^ 
Après quoi il lui fit dire qu ils ne fe 
verroienc plus fur la terre l & ^*elle 
tâchât de vivre de teHe forte qu'ils 
puifent fe réunir dans le Ciel. Ses 
auftéritcs égaloient fon abnégation ï 
ce qui ne 1 empêcha point d'atteindre \ 
rage de fîx-viiigts ans , fans éprouver 
aucune des incommodités de la Vieil- " 
leflfe ; fans avoir ni la vue ni la mé- 
moire a^oiblie, ni même perdu une feule 
de fes dents. Il fut enterré dans fon 
monaftere , qui devint bientôt fameux 
par £et miracles , de prit le nom de 
Moutier-Saint-Jean.Dans la mulcitatte' 
de fes difclples , le plus célèbre efl: 
S. Seine fondateur à^û monafteife qui 
porte ce nom , aind que la ville qui 
s*y eft formée proche les fources de 
la rivière de Semé. ' 

De faintes vierges y de chapes veuves 

ilbftrerent également FEglife de Gaill4, 
& lïj montrèrent ni moink d-afrdéur 
ni moins de confiance dans les pra- 
tiques les plus aufleres de la vie rte- 
ligieufe, que les hommes les plus fer- *'^*f-''^^ 
¥ens. A Oi/artres> sme dame nom'- 

Hiv . 



>'h 






jyé H I S T 6 I R • 

. mëe Noiléconde ayant perdu deux 
iiUes qui nkifoienc toute fa confola- 
.tkHi % CQQçut Cl virement la frs^ilité 
de touc^^e qui nous attache a ce 
ittonde» quelle refolut d*y renoncer 
entièrement. Elle vécue d'a{)oi:d reclufis 
dans fa m^iCon y ne mangeant que 
du pain d'orge quelle même pctrii^- 
■§' '^"^^ fpit ôc cuiibit fous la cendre. La ce- 
' '''^' lébiitë du culte Se du nom de Saine 
Martin Tayant atcicée si Tours » elle y 
forma une ^conmiunautè de jeunes viec^ 
ges, auprès de l'églife qu'on appelle 
encore de là S. Pierre le Puellier, 
Se qui fut dotée par la Reine Clocildc. 
Une faiiite Bile nommée Papule, 
nous fouTûit un exemple bien plus 
extraordinaire y niais qu une multitude 
de miracles fait regarder comme Tef- 
fet d'une infpiratton fpéciale > qui 
feule peut le |u{l:ifier. Papule ayant 
long- temps foUicité auprès de fes pi- 
rens la permiifîon de fe faire reli- 
gieufe , lans pouvcnr l'obtenir , forcit 
•jerifin de la maifon paternelle % prit un 
.^bit; d'homme , Se fe fit' recevoir en 
. Touiraine , dans un monaftere de re- 
ia.<degioc.lieieux. Elle y pa(ïa trente ans, ha- 
feoiifcf.c.itf.j,2l^ç en moine > fans être reconnue. 



i î 



b 1 L* E L 1 s £. 177 

Ce ne foi que trois Jours avant & 
mort 9 que fa pudeur foufFrant de la 
feule idée de, la prochaine fépulcure , 
elle révéla fon fecret, afin que Ton 
commit à des femmes le foin de 
Tenfèvelir. 

Cétoit alors que le monaftere de 
Mici où fe forma S. Calais » donnoic 
la plus grande édification au Royaume 
d'Orléans» qui faifoit le partage de 
Clodomir. LAbbé S. Avit ,qui avoit 
fuccédé à S, Mefmin » avoit le don 
de prophétie. Il eut connoiffance que / 
le Roi Clodomir vouloir mettre a 
mort Sigifmond » Roi détrôné de Bour- 
gogne 6c fon prifonnier. L'allant auf- 
ii-tôt trouver : Prince , lui dit -il du creg. tôt, 
ton afluré d'un Prophète , Ci vous^'"**^'*' 
faites mourir Sigifmond , vous périrez 
de la main de vos ennemis ; & le 
fort que vous aurez fait fubir à fa fa- 
mille -y fera : la règle du Vendeur des 
Rob fur la vôtre* Les confeils inhu- 
mains de la politique étoient tout 
diffi:rens de ceux, de l'Homme de Dieu. 
Clodomir fe voyoit obligé de recom- 
mencer là guerre dans la Bourgogne» 
Qu'il avoit crue^ fubjuguée fans ref- 
iource : il lui parut contre la prudence > 

Hv 



J7^; H I s T 6 I R s 

de laiffer dans fon royatune d'Of^ 
léans un ennemi, quoiqu'emprifonné» 
tel que Sigifmond ^ tandis qu'il s*en 
éloignoit pour achevée d'écrafer la 
Bourgogne. 11 ôta la vie » non fieule- 
ment à cet infortuné Prince , mais ^ 
la Reine fa femme ,& à denx princes 
leurs fils» qui avoient été pris avec 
eux.. Leurs corps furent enfuite jettes 
dans un puits, qu'on nomma le puits 
de S. Sigifmond : car ce Prince eft: 
Bonoré comme martyr , fuivant l'a- 
fage adèz ordinaire alors de déférer 
ce titre aux perfonnes vertuéufes , 
mi&s à mort injuftement. Le Roi de 
Bourgogne avoit lui-même commis 
«ne. faute qui crioit vengeance , en 
£iifant mourir fon fils Sigeric, fur Tac- 
cufation d'une marâtre.. Peu après il 
s'en repentit û Hncérement ,.qu il pria 
le Seigneur de le punir en cetter vie 
f lutot qu'en l'autre. Il reçut en ef- 
fet tous fes revers , comme de juftes 
ehatimens, Bc ne ceflk d'y. adorer la 
jBudn qui le firappoit.- 
• Pour la prédiébion de S.. Avît , elli^ 
«'accomplit l'année' même de la mott 
de Sigifmond., Ciodomir ay»nt attaqué 
les. Bourguignons j; qui s'étoient aCTeiik' 



o «• 



9 1 i*£ G L I ^» s; ^ î^9 

blés fous la conduite de Go^mare freèe 
de leur malheureux Rot » lé Ciel*^ 
pour mieux (îgnaler fa venjgesince , vou- 
lue que le Koi d'Orléani pérît en 
remportant la vi£h>ire. Ses frères com- 
mencèrent parfe ^nazer' fés' £tàtf; 
& la Sainte Reiné^Qotildé fé chargea 
de £ts trois enfans entofe très-feunes^ y 
Thibauld^ Gunèhàiirè & Cloud da 
ClodoaMe. EÙé ifeutint vivement lés 
intérêts de ces ttois^ Pilincrés , fes pe- 
tits-fils , de penfoit à leur -' fair^ réfl^- 
luer l'héritage 'de'^leùr père, quâM 
Childebert Roi de' Paris invita Çi^- 
taire Roi de Soidbhs à le venir trôÛ^ 
ver, pour traitét^ ènfemble d'une af- 
faire de grande importance. Lps àpi^ 
Rois firent priera <^lotilde leur merè,> 
de leur eiiVojfer'lès ërifans dé Cïd- 
domir ; dkrcer cRt'îl étdit ûinnhV di- 
foîei 

h^iîilientjdu Royai^i 

ne pbliVoit îftire-plus 'agt*éâbte à- cfçée 
digne* mère , bien ébienée d'itttî^- 
ner dans lé$ Roi^ies fîfs les atrocitès> 
dont ils^ 'alloient fe rëiidte, coupablei^^ 

Si-tôt qjie lés^^^eux petite Prii:iCes ^ 
Thibavild & Ounthaire, furent dâhs 
le palàb y à!oh quelques gens stf dl»» 

Hvj, 








Xto 



H^ 



8 T O I R £ 



J^Ioigt^eriem fecrétement Clpdoalde plus 
jeune ^ficore , on fcpan fe^ deux aï- 
nés de .leurs gouverneurs â^.du refte 
de leurs gens. Alors Childèliiert & 
.Cloraire çnyoferent à Clocilde une 
'^e i^ue ôc une paire de cifeaux , lui 
!^|aifanc dire de choifîr Tune ou Tau 



autte 




,â l'état de fujets , en leur coupant les 

cheveux. On ù\t que c*étoic le privi- 

iJtége de (a ji^W^fle royale , de porter 

|es c)ieyej^x.lones, La Reine ne con- 

, liiltant ,qu^. fes leqtimens d'horreur & 

^«indignation Y fir une rénonfe que les 

.Jeux Rois parricides interprétèrent 

ielon leur cruelle polUiqpie » èc mirent 

auflî-^t à ,çxéjqutiQn.l^p:chijc étoit prêt 

^^i)r cçttç, fcene affireufb ,. lès viûimes 

^tkeinjb^re^ ^ le ^ ier md, , ki fpeéh- 

Yei^s .tout p^les 4*®firôi. Le prutal 

^Clptâîrei tirç par Je, bras Thibauld» 

"~^ de fes neveux , a^éde dix ans, 



le jette par terre ^ & lui ei^foççant un 
co^tçatt fous lamelle > èit| hffoile af- 
fa^,, il le tue du premier coup. A 
.çetlpeâacle > Gonehaire plus jieune de 
j^ieiques années» luit y^rs[ Chtldebert> 



D s l' £ 6 L 1 S E. llf 

êc hii ferre les genoux , en lui difanc ; 
Mon cher père « empêchez qu on ne 
me eue » comme mon trere.Childeberc » 
qui vraiiemblablemenc n'avoir pas pré- 
tendu poufler la tragédie jufqu'â l'ef- 
fiiiîon réelle du fane , ne pue retenir fes 
larmes » & dit à Clotaire : Mon frère , 
accordez-moi la vie de cet enfant, ôc 
je vous céderai tout ce qu'il vous plaira. 
Mais Clotaire furieux , Ôc levant te poi- 
gnard déboutant de £uig : C'eft toi , lui 
dic-il»qu^m'a engagé dans cette affaire ; 
il mourra , ou tu mourras pour lut. 
Childebert lui rejetta le jeune Prince > 
qu'il poignarda lur le corps du pre^ 
mien Ste Clotilde fut inconfolable de 
la mort de fes petits-enfans , 6c plus en* 
core du crime ae fon propre fils. 

Après avoir fait de magnifiques funé- 
raires aux jeunes Princes, elle fe retira 
à Tours , quelle acheva fa vie dans les 
gémiffemens, les exercices de la pént" 
tence & de. toutes les bonnes œuvres. 
Outre la collégiale de S. Pierre le PueU 
lier , poiTédée autrefois , comme on ï'z 
par des viecges chrétiennes , on 



vu 



compte parmi les magnifiques fondar 
tions de cette Sainte Reine , les monaf* 
teres d'Andely > de S. Germain d'Allé 



tt£ H I S T o I n 1 ' 

xerre Se de Chelles. Le jeune Prince 
Clodoalde ou Cloud qui avoir échappa 
au m&fTacre , abandonna d*un grand 
cœur un royaume qui coûcoit tant de cri- 
mes , fe coupa lui-même les cheveux y 
fe recira aupsès d*un faint folitaire nom- 
mé Séverin , qui vivoir reclus à peu de 
diftance de Paris , 6c fe forma fous lui 
-aux exercices de la vie monaftique. Mais 
fa faintecé 6c fes malheurs Ty rendant 
trop célèbre» il fe rerira en Provence, 
hors des Etats de fes oncles. Il revint 
lone-temps après à Paris, où TEvêque 
Eulebe l'ordonna prêtre^ puis il bâtit, 
poiu: y finir fes jours , un monaftere fur 
la Seine , dans un village qu'alors onap- 

Î>elloic Nogenc , 6c qui a pris par la fuite 
e nom de S. Cloud. 
'' Il faut croire qu'au moins le Roi Chil- 
deberc fe repentit fîncérement d'avoir 
caufé la more de fes neveux» Si l'empor- 
tetnent pafTaecr de fon ambition fut ca- 
pable de lui faire prendre une réfolution 
dénaturée , fes inclinations naturelles qui 
n'étoient pas mauvaifes , le rappellerent 
de ces excès , avant même qu'ils fuffent 
commis. N'ayant pu empêcher la con- 
fommation de ce crime , il le fit prefque 
oublier > par une multitude de vertus , 



t> s l' E 6 L I s r. rff 

& par fon amour conftant pour la reK« 
cion. Son neveu Théodeberc , Roi 
d'AuftraHe , ne montra pas moins de 
zèle pour la gloire de r£glife & la 
conferration de la difcipline. Ce fur 
de côncen Qu'ils firent célébrer , au mois 
de Mai de Tan 558 » le troifieme Con- 
cile d'Orléans , qui ordonne (1 claire- 
metit aux foudiacres ôc aux clercs fupé- 
rieurs de garder la continence. Les in- 
fradeurs lonc réduits i la communion 
kïque » ôc les évèques qui leur laifTeronc 
exercer leurs fondions , condamnés à 
trois mois de pénitence. Le dix-feptieme 
canon porte que l'évêque ne pourra oter 
si un clerc les biens ecciéfîadiques quil 
tient de la libéralité de fes prédécelTeurs, 
i moins qu'il ne lui donne TadminiAra- 
tien d'une églife ou d'un monafterc* On 
ajoute que le clerc qui jouit de ces bien- 
6its ou bénéfices , doit rendre fetvice 
i rEgiife , ôcobéilTance à révèdue -.bé- 
néfices par conféquent , qui niifoient 
dès-lors une forte de titre inamovible, 
&dpnt révêque ne' pouvoit priver à fon 
grêles fujets pourvus. On voit auflî dans 
ceconcile Tulage déjà établi dans TEglife 
d'exiger ifnàih-forte des magiftrats, doùr 
Éùtc exéciJtèr fes loix contre les heréti-- 



, 1 






184 . H I S T <» 1 H M 

^es. Le caDon creutc-unieiue excom- 
munie pour un an le juge laïque , qui 
ne puniira pas les Bonoiiens Ôc les autres 
fedaires convaincus d^ayoir rebapcifé 
quelqjue Catholique, h ?#^ ; *. ^.*^^i f; -, 
Outre les faints prélats qpe le , fécond 
Concile d'Orléans nous si faitconnoître, , 
S. Loup de Lyqn qvû jpc^^da au troi(ie- 
me , S. I^antagàthe de Vienne» S. Ar- 
cade de Bourges, S. Agricole. de Châ- 
lons-fur-Saone & S. Aubin 4* Angers 
. qui y ailiderent , donnèrent un ^grand 
luftre A TEglife de Prince. Il paroît; 
par le dénombrement entier, de cette 
^aidemblée, que le Roi Clptaire nétoic 
pas de bonne intelligence avec les deux 
autres Rois François ^ puifquon n'y 
^lirouve aucun évcque de fes Etats , quoi- 
^qu il y en eût alors des plus difting^espar 
toutes les qualités qui font les grands 
cvpqnes. De ce nombre étoitincontefta- 
'jblement S. V^aft d^rras , qui foute- 
i^ant dans un âge très-avancé la réputa- 
^îion de Ton plus bel âge > après avoir 
'confervc invariablement la confiance 
i^^u premier des Rois très-chrétiens, joiiif- 
^£>jtde la même conHdération auprès de 
^on fîlsClotaire , aufll jnfte eftimaceur 
iie la vertu que peuvertueu^i^ v,^ ,, ^ . 



;com- 

,qui 

autres 

»aptifé 

ifr. I, 



khts floriiïbit aiifli dans le royaiume 
cle Soiffons rilhidre S. Mcdard, donc 
le nom , après tant de temps 9 eft eiv- 
core honoré d'une manière fpéciale en 
bien d'autres contrées de la Gaule. H ^^®""n*«^' 
étoit né au villagede Salenci près Noyon, t. é.spiciL «. 
d'un Seigneur Gaulois nommé Nec-** 
tard , & d'une dame originaire de ' 
Rome , appellée Protagic. C'eft ainfi 
qu'on interprète ce que les aâres antiques 
de la vie de ce Saint difenc de fon ori- 
giiie , quand ils donnent à fa mère, 
avec une précidcn réBéchie , la qualité 
de Romaine, & à fon père, celle de - 

Gaulois , non de Franc ou François. On 
rapporte lanaiffance de leur iîls Médard 
à l'année 45 <>. Vers l'an 550, & par 
conféquent dans un âge avancé , parce 
que fa vertu avoir toujours redouté les 
didinétlons , S. Rémi l'ordonna évcque 
de Vermandois. Peu de temps après, ; ^ 
Médard transfera fon fiége dans le châ- Jl 

teaude Noyon , qu'il ne faut pas con- , 

fondre avec la ville appellée par Céfar 
Noviodunum Belgarum , & que tous les 
bons critiques ont prife pour Soillbns. 
Noyon n'étoit alors qu'un château forti- * 
fié & peu ancien, conftruit apparem- :^ , 
nenc contre les incurfions des Uuiis» 



♦ -:>■♦* 



H6 . H I f T O I R t 

;Le Saint » en rapprochant ainfi fbn fiége 
du lieu de fa naiifance , ne penfa qu'à 
mettre i*£glife& les chofes faintes mieux 
â couvert qu elles n'ayoient été, (bit dans 
l'ancienne Augufte duVermandois , au- 

iift. Vetm. jourd*hui S. Quentin , foit dans Ver* 
mand qui n*eft plus qu un village , ôc 
qui n en conferve pas des droits moins 
.plaufibles au titre ancien de Cité ou de 
Capitale du pays : car il eft difficile, 
pour ne pas direimpoffible , de décider 
. ^dans lequel de cqs deux endroits fut le 
;iîége épifcopal , avant d'être transféré à 

' ' >;Noyon. 

i Rien ne montre mieux la haute idée 
^qu*on avoit de Médard , que l'exception 
•jqu*on fit bientôt à fon fujçt des règles or- 
cdinaires de la difcipline. S. Eleuthere 
de Tournai étant mort , on crut qu'un 
, tel padeur ne pouvoir être bien rem- 
. j>lacé que par un autre Saint ^ & Médard 
Jiit élu, du confentement du Roi, du peu- 
LfÏQ & du clergé, pour gouverner ce diocs» 
ie conjointement avec celui de Noyon, 
Ces deuxEglifes unies de la forre furent 
.gouvernées par un même évêque pendant 
.plus de (îx cents ans , chacune confervant 
^4a cathédrale ôc tous fes droits féparés. 
.Médard fit TadmiratiQn de l'une ôc de 



.;. 



DE l" £ G I I $ £. 18^ 

l'autre » ' par des vernis & des œuvres 
ludi tnerveilleufës que cette longue 
union,, donc elles furent le folide prin«- 
cipe# 11 mourut dans une extrême vieil* 
Jeife , fous le règne de Clotaire , qui af- 
iiftaà fes funérailles, ôc fit transférer fon 
corps près de Soidbns , dans une terre 
qu'il confacra à la fondation du monaf- 
tere qui porte encore le nom du Saint. -^ 
Mais ce fut la Sainte Reine Rade^ 
gonde qui donna les témoignages le$ 
plus affe^bueux de fa vénération ôc de fa 
reconnoilïa'ice à l'Homme de Dieu , 
qu'elle regardoit comme fon père en J. 
€. £lle avoit été élevée dans le château 
d'Authies , au diocefe du S. Evêque , 
qui le premier développa les heureux 
germes de la grâce , dans cette ame pure 
& vifîblement prédeftinée. Tous les 
attraits de la vertu empreints fur , fon 
fronts une beauté qui avoit quelque ^ 
chofè de célefte, excicoient une forte de 
vénérationreligieufe dans tous ceux qui 
la voyoient. Son origine étoic illufbre, 
quoiqu'elle eût été réduite à la captivité, 
dès fa tendre jeunelïe. Fille du Roi de 
Thuringe , elle devint captive de Clo- 
taire , lorfque ce Prince , avec le Roi 
Thidrri fon frère , conquit les £tats 4^ 



.i -hàA 



s. 



fît .1 H I s T I R t : 

rinforcuné Thurtngiené Mais tonte en^ 
fant quétoic alors Radégonde, fon vain- 
queur en fut épris ^ au premier coup 
d'œii qu'il porta fur elle^ Jufquâ ce 

3u*elle fut en âge de devenir fa femme, 
la mit à Auchies qui avoit été une 
. ville adèz importante , à trois lieues de 
la capitale du Verniandois ^ ôc qui n'é- 
' toit plus qu'un château renommé pour la 
falubrité de Tait & la beauté du payfage. 
)1 répoufa , dès qu elle fut nubile* Mais 
il parut bientôt que deux cœurs d diffé- 
rens dans leurs penchans ôc leurs goûts, 
nepouvoient trouver leur bonheur en- 
femble. L'afliduité â la prière , les Œu- 
vres de miféricorde & a humilité , les 
auflérités mêmes , la haire ôc le cilice 

7 fous les ornemens royaux j telle éwit 

la manière de vivre qu*aimoit la Reine, 
ôc qui dut paroître bien étrange à la Cour 

îortur. vir, de Clotaite. AulH fe plaignit-il , peu 

s. Rad. L. 1* après fon mariage , d'avoir époufé une 
religieufe plutôt qu'une princeffe. La 
Sainte , de fon. coté » liée malgré elle 
a ce Prince voluptueux , fouvent le 
preflbit , pour qu*il lui permît de fecon- 
facrer uniquement à Dieu. Enfin comme 

\^i^i il eut immolé > iur de vains fbufv 

çons > un frère de Radégonde > fait 



meert- 
«ivain- 
c coup- 
'qu à ce 
Femme, 
été une 
iieaes de 
qui n é- 
s pour la 
nayfage. 
île* Mais 
s fi (iiffé- 
irs goûts, 
theur eiv- 
, les Œtt- 
iilité, les 
: le cilice 
telle éwit 
la Reine, 
îà laCoui 

t-il j p 
poufé une 

iceCfe. 1-4 

ialgré elle 

ibuvent le 

de fecon- 

n comme 

,ns foup- 

ide > faiï 



D 1^ L* E O X I s 8. 189 

wktef ois {irirotiniçt* avec elle , & le feul 
oui la cenfolac du malTacre do refte de 
les proches^ elle redoubla jGesinfUnces^ 
de obdnt ce qu'elle demandoic* 
; Auffi-coC' elle £e cranfporca vers (on 
pemkr directeur » le S. Ev^ue Mé^^ 
dard , Ôc le pria de la confàccer à Dieu . 
£uis recardemem. Des; Teieneurs FraiH' 
çois qui fe trouvoient prélens , en dé* 
tournèrent TEvèque , pour faire leut 
cour au Roi dont ils connoiflbient la léf 
géreté » & dont ils prçvoyoient les rer» 
grets. Ils lui firent mitme quelque forte 
4e violenceL par leurs importunités, & 
le retirèrent de rautel. Alors la généreufe 
hïnce(& paiTa dans la facriftie • s*y re« 
yctk ellermême de l*habit religieux ^ 
puis revint à TEvèque qui fut ii touché 
de fa nugnanimiâ 6c de fa ferveur ^ 
^u'il la coîniacra fur le thamp par Tim- 
po&iondes nuiinsi II lordonna même 
diaconeCe , nooobftant les canons du. 
(èconiConcile d'Orléans , qui défen-^ 
doient d^im ordonner davantage ; mais 
qui n étoient ; pas obfervés dans le 
royaume de Clotaire » dont les évequet: 
ny avdiént ^itit eu de part, ^'i - ^>^ 
La Sainte après cela diftribua aux 
jpuyrçs ôç ^ux au^tels, fçs joyaux âlc xsm 



IjlO H î s T O'iîJÊL I :i 

lesôrnbniens fbas kfqiiels etl^ n'avolt 
cefTé de gémir depuisqu'elle les Portok«' 
Enfuke elle alk au tombeau de a» Mar«. 
tin offrir ce qui lui reftoit déplus pré* 
cieux , & fe retira dans une terre que 
le ^6i lui avdit dodnée fur les confins de 
la Toiiraine 5ii>du Pbitxiu. Sa nourriture 
thj fut que du pain bis & de l'eau ^ avec 
quelque peu de légumes. Depuis façon- 
fécration jufqu'à la fin de la vie , elle 
s*abftint conftamment de viande , de 
poifTon , d'œufis y & même de fruits ; 
Sent but ni vin ni bierre. Dorant Je 
Carême, elle fecenoitreclufe dans une 
cellule , où elle né prenoit de nourriture 
que de quatre en quatre jours. Â Texem-^ 
pie de pluneursfànits,eile moutoit elle- 
même par humilité le grain qui lui étoit 
néceifaire , ôc faifbit aufli fon pain par ie> 
même motif; (îlotaice* y ^oinme on Ta*' 
voit prévu , fe rèbéntitidf'aTotr'Confenti' 
û Vite à la retraitede la Reine ,' & penfa 
bien des fois^à^la £âre revenir à la Cour. 
Mais la Sainte détourna 'paries prières, 
ci qa ielie redoutôit ^ comme la plus h* 
neflp des infbrtuneswiii :ivi > ^i >i" " ;-' 
Elle obtint mente tout ee, qu-il falkic 
pour bâtir ^ un mônaftere à Poitiers , re- 
Êifa' d'y commander , ôc fit élire mt^ 



•■ 



D C 



L* Ë G L 1 S E. I9t 

autre abbeffe à qui elle fe fournie eiiT 
cicremenc, fans fe réferver la difpofitioh 
de c^vLoï que ce fût. Les évèques de là 
province de Tours étant affemblés en 
concile, elle leur écrivit pour le bon ordre 
de la habilité de fon monaftere. Suivant 
refprit de la règle de S. Céfaire d'Arles, 
le Concile décerna que ces religieufes 
une fois établies ne pourroient plus quit- 
ter leur état ^ ëc que (i quelqu une etoit 
alTez malheureufe pour fe marier , Té- 
poufe ôc l'époux facrileges feroient ex- 
communiés, jufqu*à ce qu'ils fe féparaf- 
feiit pour faire pénitence : preuve que 
dès-lors les vœux de religion faifoient 
une forte d'empêchement dirimant au 
mariage. Ce fut pour ce monaftere que 
le Prêtre Fortunat compofa Thymnè 
VexiilaRegïs , en l-hônneur de la Vraie 
Croix , dont la Reine avoir obtenu de 
l'Empereur Jultin un morceau confîdé- 
rable^ quelle vouloir expofer à la véné- 
ration publique avec la plus édifiante fo* 
lennité. ^ 

Forranat étoit Italien' : mais ayanrécç 

Fuéri d'un grand mal aux yeux j avec 
huile d'une lampe qui brûloir devant un 
autel de S. Martin , il vint à fon tom;- 
beaupar reconnoiflance^poisà Poitier^^ 



).-.r 



^^% H I s T 9 f R K 

près 4e S^iot R^dcgpnde ^ où il pafTa le 
reft^ 4e fa vie. On a conferyé de cet Au-* 
^euf différences poéiJes Air des fajecs re* 
iigieux , ôc les vies 4e pJafîçurs gaines ; 
m^is a fes ver^ pni; da feotimenc & af- 
fe« d'harmpoie > ^4 profe eft pleine de 
rin>es Se d'ann^hefes laff^âéçs » dans le 

' inauyai^ goût de fon fiecje^ 

Sainte ,Clo!rilde viyoic encore dam 
fsL retraite de Ton^s > aoand Sainte 
Radcgonde y arriva. Ainu Ton yir tout 
i la fois deux femmes « également 
illuftres ôc généreufes , facrifîivpc ^ l'im- 
milité de )* C. ce que le monde a de 
plus éblouilfant. Leurs inclinations tour 
tes pareilles fouffroient égalenient des 

. défordres 6c des diyifîpns qui réenoiept 
dans les di^pren^es Vanchje^ 4e Ta mair 
fon rpyale. C^ildeber^ 6c Clptaire 
mpntrpient ^ toutes les GauIçs , ^ue 
le crimp n'eft pas le nœud d*une folide 
.allianqe. Après le maflC^ciie 4e leurs 
.neveux , ji)s £p brpi^ijlerenc ^vec fi peu 
de ménagement » que Clotaire ayaojc 
.pénétré cuç^s la Normai^die j Childe* 
pçn 6c fon neyeuThéodebert vinrent 

. 4e furprendre j & le mirent à deux 
jdoigts de f^ perte dans \^ foret à? 

^ ^pujcoc , pu il ayoit é^té ^é^\àt a fe re^ 

■'-..-..- l.,;.... ........ traneber 



D E C¥. 6 L I S^t. 195 > 

trancher comme il avoir pu. Mais à creg.Tii^ 
la prière de deux fainres Reines , le i* )• ^' &'♦ 
Ciel ordonna vifiblement d'une defti- 
née qui les incérelToir avec tanr de rai" 
ion. Lin furieux orage furvenu tout- .. 
à-coup , porta la confternation dans 
lame descombattansles plus acharnés ; 
& , ce qui e(l encore plus merveilleux , 
croufFa ranimofité dans le cœur des 
deux frères , qui parurent fe réconcilier 
fincérement. Telles croient alors la 
plupart des entreprifes de nos Princes* 
les uns contre les autres : il ne s*agi(Ibic ^ 
que d'amortir la première impétuouté de s' 
l'ag^relTeur , pour faire manquer l'entre-* 
prile, en donnant aux fentimens de la na<^ ^ 
ture le temps de fe réveiller. 11 n'en fut ^ 
pas ainfi des deux guerres qu'entreprit* . 
vers le même temps l'Empereur Jufti-* 
nien , & qui lui valurent deux couron-* 
lies : celle de l'Afrique enlevée aux 
Vandales , après cent fept ans de pof-^ 
feilion -y Ôc celle de l'Italie , ou du moins 
de l'ancienne Rome , reprife aux Of*^ 
trogots après une poITeHion de quarante*^ 
trois ans. Le prétexte de la guerre d*A«« 
frique fut la vengeance que Juftinien- 
prétendoit tirer de Gélimer qui avoit 
dépouillé Hiideric , trouvant trop long^ ^ 
Tome f7, l 



t 



! . V i 



J, 



. \ 



Pr;>ct>p 



1^4 H X s T O I R 1 «X 

le re^ne de ce foible Prince auquel il 
devoïc fuccéder. Dès Tannée 535 , on 
Âc patTer de C. P. en Afrique une 
Hotte de cinq cents voiles , moins re- 
doutable encore par le nombre ôc la 
grandeur des Navires, que par le mé- 
jrjte du Général fiélifaire qui les com- 
mandoit. L'Empereur voulut que le 
Patriarche lui- même donnât la béné- 
diûion au vailTeau que montoit le Gé- 
néral j & il y fit monter , par le même 
efprit de religion , un foidat qui ve- 
noit d*être baptifé. L'armée débarqua 
fans réfiftance ôc arriva près de Car- 
thage le 1 3 ^ Septembre , veille de la 
fôte de S. CypruM extraordinairemcnt 
révéré dans cette Capitale qu'il avoit 
gouvernée (1 faintement "": circoniUnce 
qui fut prife pour uii heureux pronof- 
tic des plus grands fuccès. Tout réuflit 
en effet , ôc même au delà des efpé- 
rances qu'on avoit conçues. Un efprit 
de vertige s'empara de GéMmer , qui 
fembloit avoir perdu la faculté :- yn 
fer, ou le pouvoir d'agir* If ^ ^/ 
d'autre -mefure pour fa sûreté que de 
faire mourir , par un crime nouveau , 
le malheureux Hildéric dans la ptifoti 
crii î! Ta voit tenu jufqu à ce jour. U» 



in. 



elil 
, on 
une 
s re- 
& la 
e me- 
corn- 
ue le 
béné- 
leGé- 
mème 
ni ve- 
barqua 
e Car- 
; de la 
rement 

il avoit 
nllance 
pronof- 
X réttifit 
es efpé- 
n efpnt 
er,q^ 






•t 



que de 
)uveau > 
laptifoft 
>ur. 



\J» 



D B L* £g Ll S B. If ^ 

combat livré par une ptrcie de l'armée 
Romaine contre le frère du Tyran ont 
y fut tué , décida de tout. Le refte des 
Vandales prit la fuite. Gélimer lui- ^ 
même qu' tn uvoit tirer avantage du 
défordc^ de >.(;ux qui pourfuivoient » 
fut il dpyt d'une terreur panique à la 
nouvelle ue la mort de Ton frère > s'é- 
Ioi:;na précipitamment de Carthage » 
^laifTa ainfî les habitans en liberté 
d'ouvrir leurs portes : ce qu'ils ne man- 
allèrent pas de faire. Pour donner plus 
(te facilité aux afTaillans , ils allumèrent 
des feux , & placèrent des lumières pair 
toute la ville , pendant la nuit qui fuivic 
la viâoire. Les Vandales qui étoient 
reliés dans l'enceinte des murs , loin 
de faire réddance , cherchèrent un 1 
afyle dans les églifes. 

La prife de Carthage entraîna la' 
conquête de toute l'Afrique , qui n'a- 
voit point d'autre ville fortifiée , de-'* 
puis que les Barbares , au commence- 
ment de Lur invafion j avoient abattu 
\ti remjparts de toutes les places , crai- 
gnant beaucoup moins les attaques du 
dehors , que le foulévement des ci- 
toyens. Cepet^dant Gélimer fembla 
reprendre courage , & revint attaquer 






19^ Histoire 

les Romains. Mais ils avoienc tout le 
pays pour eux , Ôc il elTuya la déroute 
U plus complette y en forte qu il fut 
contraint de fe réfugier chez les Maures, 
fnfin , il fe retrancha fur une mon- 
tagne , où il fe vit bientôt bloqué , 
f*ans efpérance d'échapper , & fans vou- 
loir entendre à mettre ba^ les armes. 
C'étoit le propre de ce Prince , de pren- 
dre toujours le plus mauvais parti. 
Après avoir endure , pendant trois mois 
de la plus rigoureufe faifon , toutes les 
incommodités imaginables , &c toutes 
les horreurs de la Faim , il fe fournit à 
un joue , qui fans être plus déshonorant 
quelques mois plutôt , lui eut épargne 
ces extrémités affreufes. 

fiéiifaire ayant pourvu a la sûreté 
de fa conquête , repartit auflî-tôt pour 
Conftantinople avec le Roi fon pri- 
fonnier , qui fit le plus bel ornement 
de fon triomphe j car l'Empereur Juf- 
cinien (^i favoit récompenfer fes grands 
capitaines , d'une manière propre à 
les multiplier , décerna a celui-ci les 
honneurs des triomphes antiques , 
d'une manière fi pompeufe , que tout 
le monde témoigna , avec les plus vives 
af clamacions , que depuis que Rome 



D 1 L* £ « L X S E; IP7 , 

obéliToit aux Empereurs , l'on n'avoir 
vu aucun particulier triompher avec 
tant d'éclat. On peut fe former une 
idée de cette magnificence , en fe rap- 
pellant tout ce que les Vandales avoient 
emporté de Rome , après qu'Hs ^el^- 
rent pillée fous la conduite de leur 
Roi Genferic. Rien n'attira plus i at- 
tention que les vafes enlevés ancien- 
nement du temple de Jérufalem' par 
l'Empereur Tite , & que Genferic en- 
leva de Rome à fon tour. Un juif 
qui les vit, dit d'un ton de prophète 5 
qu'il falloit bien fe donner de garde de 
les lailFer à la nouvelle Rome ; que ce 
dépôt fatal , la vri^ie caufe des malheurs 
de l'ancienne , ruinée par Genferic , 
venoit encore de caufer la ruine d^s 
Vandales , par l'armée des Romains ; 
& qu'ils feroient par-tout fsiivis des 
mêmes fléaux , (înon dans les lieux fa- 
crés de leur divine deftination. Ces 
paroles firent plus d'imprefîîon fur Juf- 
tinien , qu'on ne devoir le préfumer 
de cet efprit fupérieur. 11 renvoya fur 
le champ ces monumens ineftimables 
en Paleftine , & les fit diilribuer aux 
églifes de Jérufalem. 
Pendant le triomphe , Juftinien éta- 

I lij 



^t€f$ Histoire 

knt tout le fafte de TEmpire , étoic éle- 
vé fur un trône dans la place de l'Hip- 
podrome , entouré du peuple immenfe 
oe la capitale de des provinces , qu a- 
voit rafïemblé la grandeur du fpedade. 
On lui préfenca au milieu de tous ces 
fpedtateurs le malheureux Gélimer , 
qui , après avoir porté £es yeux de tous 
côtés , s'écria par une réHexion bien 
tardive : Vanité des vanités , & tout 
n'eft que vanité. On le traita néanmoins 
fort humainement , & l'on révéra 
la royauté jufques dans un tyran , qui 
s'étoit rendu coupable de la mort da 
Roi Hilderic iffii du fang impérial 
de Valentinien. Si Juftinien , dans les 
tranfports quelquefois mat réglés de 
fa paiïion pour les conveifîons , crut 
opérer celle de Gélimer , il y fut trom- 
pe. Ou le titre de Patrice parut peu de 
chofe au Prince Arien , après celui de 
Roi qu'il avoit porté y ou la p-loire 
de le facriiîer à fa religion lui parut 
préférable. Il ne montra qu'un atta- 
chement opiniâtre à l'Arianifme , dans 
les terres qui furent aflignées en Gala- 
tie pour la retraite & la fubfi (lance de 
ce Prince. 

L*Empereur rétablit le gouverne- 



© I l' E G i i S E. i^^ 

ment Romain dans TAfrique , èc h. 
divifaen fept Provinces , chacune avec 
fon préddent , qui tous relevoient cki 
préfet du Prétoire , réfidant a Carthage. 
On s occupa férieufement a y faire re- 
fleurir la Religion Catholique , &c a 
réparer les dommages caufés par plus 
de cent ans d'une domination héréti- 
que & barbare. On étendit même 
les anciennes limites de la foi , qu'on 
firconnoîtreàplufieurs peuples Maures , 
fur- tout de ceux qu'on nommoit Paci- 
fiques 5 à caufe de leur fidélité à ob- 
ferver les traités avec les Romains. Bo- 
niface évèque de Carthage étant mort , 
fon fuccefleur Réparât convoqua un con- 
cile générai de toute l'Afrique : ce qui 
ne s'etoit pas vu , depuis le commence- 
ment desperfécutions. Il s'y trouva deux 
c<;nt dix-lept évêques , qui verfoient des 
larmes de joie , en fe voyant fi tran- 
quilles & en fi grand nombre, après tout 
ce qu'ils avoient fouffert. Les évêques 
Ariens , auflî-tôt après que la fede eiit 
perdu l'avantage d'être la religion de la 
Cour , vinrent abjurer en fi grand nonv- 
bre , qu'on douta s'il éroit prudent 4*1 
leur conferver leur rang &: leur état. 
On coiîfulta le Souverain Pontife. 

liv ' 



^* 



^400 H I s T O I R 1 

Jean-Mercure, ou Jean II venoit de 
mourir , après un pontificat d'environ 
j trois aijs & demi. .Agapit , archidiacre 
de l'Eglife Romaine , qui lui avoir fuc- 
.cédé deux mois 6c demi après , c*eft-à- 
.ilire le 11 Janvier 533, reçut la lettre 
. des évêques A fricains. Son avis fut qu'il 
. falloir fe conformer exadement aux ca- 
nons qui défendent , & de promouvoir 
aux faints ordres , ôc d'y conferver les 
hérétiques réconciliés. 11 ordonna néan- 
moins de pourvoir à leurfubfiftance hon- 
nête. Tout ce qu'ils peuvent demander 
au delà , ajouta-t-il , n'eft qu'un refte 
d'ambition qui doit faire craindre que 
♦ leur convernon ne foit pas folide. D'un 
autre cocé , l'Empereur à qui le Concile 
Àe Carthage écrivit encore , étoit d'avis 
.qu'on leur confervât leur rang , &ille 
manda au Pape^ mais avec la défé- 
rence convenaole. Il lui fit , dans Li 
même lettre , fa profeflîonde foi j vou- 
_ lant , en fils docile de l'Eglife , avoir des 
marques de communion de la part de 
fon nouveau Chef , dès fon entrée au 
pontificat. Agapic approuva cette confef- 
^ iîon de foi , parce qu'il la trouva con- 
forme aux règles des Pères , ainfi qu'il 
s'en exprime j de non pas , ajoute-t il 



I> I 



l'E 



G L I s E. 



101 



formellement , que nous actribuyîons 
quelque autorité d un laïc , en ce qui 
touche la doctrine : avis excellent pour 
ce Prince , dont le fage Pontife femoloit 
prévoir les écarts futurs , 6c craindre la 
démangeaifon naturelle a slngérer dans 
les chofes de la religion. • 

A Toccafion du monaftere de Rufpe , 
fondé par S. Fulgence , le Concile d'A- 
frique , confulte par Félicien fucceffeur 
du Saint Evêque , répondit qu'il ne fal- 
loit rien changer à ce qui avoir été or- 
donné par l'Archevêque Boniface , & 
que tous les monafteres en général dé- 
voient jouir d'une pleine lioerré , aux 
conditions prefcritespar les conciUs -y fa- 
voir que les moines s'adrefTeroient à 
l'évêque diocéfain , pour l'ordination 
des clercs ôc la confécration des oratoi» 
res j que du refle ils feroient fous la 
conduite de leurs abbés , & que l'abbé 
étant mort , ils en éliroient un autre » 
fans que l'évêque s'en attribuât le choix. 
Ce même Concile demanda à l'Empereur 
la reftitution des biens & des droits des 
Eglifes d'Afrique , ufurpés par les Van- 
dales : ce qui fut accordé , à condition 
que les terres reftitnéespayeroient les tri- 
buts. Ainfi chaque événement fourni^: 

ly 



't 



xot H I s T O I R I 

foie à l'Afrique un nouveau fujet d<t 
s*applauclir d'afvoir changé de niaîcre. 

Juftinienn'éroitpas moins fatisfaic de 
Taccachement des Africains j & cette 
heureufe conquête le fîcpenferà uneau< 
tre encore beaucoup plus importante. Il 
étoit en forces , pourvu de troupes Ôc de 
navires , ôc ce qui eft au deHui de tout 
cela, d*un généraL vidorieux , aufli 
cher à fon armée que formidable aux en- 
nemis» Il ne manquoit qu'une raifon 
d'attaquer les Goths , pour rentrer dans 
les droits des anciens Empereurs fur la 
capitale ôc Tapanage le plus naturel 
de TEmpire. La guerre eft oientôt réfo- 
lue > quand les chofes en font à ce ternie» 
Le jeune Rot Athalaric étant mort dans 
ces conjonâures » Se Théodat lui ayant 
fuccédé dans fon royaume dltalie , la 
Princeffe Amalazonte prétendit gou- 
verner foti neveu , comme elle avoir 
fouverné fon fils» Mais Théodat lui 
t entendre , qu elle n avoir rien de 
3nieux i faire que de fe retirer. Sur fon 
refus »illa mit dans une prifbn , où elle 
mourut bientôt après. L'Empereur fe 
porta pour vengeur d'A'malazonte , & 
ne manqua point de charger le vaillant 
ficli£urede Texécutioa de fes vengean- 



r>B l'E G t I s E. 103 

ces. Bientôt la Sicilemarquafon ardeur 
à rentrer fous la domination impériale j 
les mêmes difpodtions fe communiquè- 
rent de proche en proche : la fermenta- 
tion de toute ritatie annonça une révQ* 
lution généra'e. * * 

Théodat, pour conjurer lorage > obli- 
gea le Pape Agapit d'aller à Conftanti- 
nople , le chargea de conclure la paix a 
toute condition^ & menaça, (i Ion n ar- 
rêtoit rimpctuofîtc de l'Empereur , de 
faire mourir tous les Sénateurs , avec 
leurs femmes ôc leurs enfans. Il fal- 
lut partir précipitamment ; quoique 
ce charitable Pontife, ipuife par l'a- 
bondance de fes aumônes , n'eût d'au^ 
très re(Tburces pour les frais du voyage, 
ue d'engager les vafes lacrés deTéglife 
e S. Pierre. Il emmena cependant avec 
lui j comme un cortège indifpenfabie 
pour fa dignité , cinq évêques revêtus du 
titre de légats , £c plufîeurs autres ecclé- 
iîaftiques. Quoique 7 uftinien fûtbiendé- 
terminé à rejeter les proportions de 
Théodat, dont lestroupesvenoient d'e- 
xercer des hoftilités dans la Dalmatie ,il 
ne laifTapas de faire au Pape la réception 
la plus honorable, 6c d'envoyer au devant 
de lui des perfonnes de la première dit- 

Ivj 



l 



■''h: 



<204 



H 



IS X 1 R X 



tindion. Agapit leur donna de grands 
; témoignages de fa reconnoidance t mais 
» il ne voulut pas voir le Patriarche. Ce- 
» toit Anthime de Trébizonde , très-fuf- 
- pedt en matière de foi, ôc qiii, par la pro- 
têt ion de l'Impératrice Théodore in- 
-fedie elle-même de rEutjchianifme , 
avoit remplacé depuis peu Epiphane , 
;dans la chaire de C. P. Le Souverain Pon- 
'tife fentit bientôt Timpo^Tibilité de rien 
t obtenir de l'Empereur ^ pour le Roi 
rThéodat. Ulaifla ces affaires d'Etat , & 
-is'efforça de rendre fon voyage utile à la 
«(religion. 
. . L'Impératrice , 6c l'Empereur par les 

Libei. T. vî inimuations de cette adroite Princelle , 
^ouc.p. 31. avpient fort àcœur de faire recevoir An- 
thime à la communion pontificale. L'Im- 
: pératrice offrit en fecrec de grands prc- 
i fens au Pontife , & lui fit enfuite des me- 
naces. Juflinien vint â l'appui , & dans 
' la chaleur de l'explication , il s*échappa 
» jufqu'à dire au Vicaire de J. C. : Ou 

rendez- vous à nos defirs , ou je vous 
iais tranfporter en exil. Agapit répondit 
^ . . d'un air de férénité & de gaîté même : 

: . Me fuis- je trompé. Seigneur? 6c croyant 
'.voir dans Juftinien le plus Chrétien des 
« Empereurs , me trouverois-je devant un 



libérât. 



"Jw. 



D E 



grands 
e : mais 



i te vous 
dit 



L*£ G L I s E. 205 

Dioclétien ? Mais tout méprifable que 
je fuis moi-même , fâchez que je mé- 
prife tous les périls. CepctKiant , pour 
vous convaincre cfÊÈ votre Patriarche 
mérite Taffront qu'il elTuie , ajouta le 
prudent Pontjfe , propofez-lui aerecon- 
noîtredeux natures en J. C. On fît venir 
Anthime , qui ne voulut jamais confef- 
fer les deux natures. Juftinienfît répara- 
tion au Souverain Pontife > & tournant 
toute fon indignation contre le fourbe 
Patriarche» dont il reconnoi(ïbit(i claire- 
ment l'héréfie j il craignit de prendre la 
moindre part d fa communion , voulue 
qu'il fût dépofé & traité fuivant toute la 
rigueur des canons. A la place d' An- 
thime, on élut M ennas 5 natif d'Ale- 
xandrie 5 fupérieur du grand hôpital de . ^ 
S. Samfon de Conftantinople , ôc non 
moins recommandable par fes lumières 
& l'intégrité de {es mœurs , que par la 
pureté de fa foi. Il reçut laconfécration 
de la main d'Agapit , au grand conten- 
tement du peuple & de tout le clergé , , 
qui voyoient pour la première fois un 
cvèque d'Orient facré par un Pape. 

Agapit reçut après cela une requête, Tom. v» 
préfentée par Marien , Prêtre & Exar- °"^* ^' "* 
que des monafteres de Conftantinople, 
au nom de tous les moines de l'Eglife 






^id. 



inir 



10^ H I 8 T O I K M 1 

Orientale. On demandoic au Pape» qu'il 
fut procédé ultérieurement , tant contre 
Anthime encore évcque de Trébi- 
xonde , que cont^M^s anciens évèques 
d'Antioche & d*Apamée, Sévère & 
Pierre y non qu ils ne foient condamnés 
fuffifamment lun & Tautre, porte la 
requête , mais afin de les chalfer de 
Conftantinople > ainfi que plusieurs an- 
cres hérétiques, qui s*iniuiuenc da^s 
les maifons particulières de la vilk ôc 
des fauxbourgs » y élèvent des autels , y 
forment des oratoires, furprennent la 
confiance des perfonnes conftituées en 
charge , & féduifent principalement les 
femmes par leurs nouveautés. 

Agapit envoya cette requête à Jufti- 
nien. Mais avant que Tanaire fe ter- 
minât , le Papç tomba dans une mala^ 
die dont il mourut le xi Avril 53(7, 
après dix mois de pontificat. II fe dif- 
pofoit à repartir pour 1* Italie ; ôc déjà 
il avoir déclaré le Diacre Pelage qu'il 
avoir à fa fuite, fon Apocrifaire ou Lé- 
gat auprès de l'Empereur. 

Pour achever ce que le Pape avoît 

commencé, on adèmbla un concile, 

où avec cinquante-deux évèques, fe 

- trouvèrent cinquante-quatre abbés de 

C* P> ou des environs : tant la vie fb* 



qu'i! 
ontr^ 
réb> 
èques 
ire & 
imnés 
>rce la 
fer de 
irs aii- 
c cia'<s 
âllft oc 
tels, y 
lent b 
lées en 
xent les 

à Jufti- 
fe ter- • 
î mala^ 
il 5 i6y 
fe dif- 
&: déjà 
e qu'il 
ouLé- 



)e ftvoit 

concile > 

les, fe 

)bés de 

vie fi»* 



BE l' Eglise. 207 

Kraîre ëcoic encore en recommandation 
dans TEmpire. La première feilion fe 
tint le 1 Mai y la cinquième & der- 
nière le 4 Juin feulemencj les Pères 
ayant foin » nonobdant la clarté de 1» 
caufe, d obferver les délais descitations> 
& toutes les formes ordinaires du droit.. 
Ce fut le Patriarche Mennas qui re- 
cueillit les avis ^ ôc les Romains les pre- 
miers, dirent le leur en ces termes r 
Le Pape Hormifda ayant condamné de^ 
puis longtemps Sévère, Pierre ôc leurs 
complices , nous les tenons pour bien ôc 
dûment condamnés , avec les écrits im- 
pies de Sévère > foit contre les décrets 
du concile de Calcédoine, foit contre 
les lettres de S. Léon. Nous comprenons 
Zoara dans le même anathème> Ôc tous 
ceux qui participent à leur communion» 
Ce Zoara écoit un moine Eutychien> 
fort dangereux par Ces intrigues. Cha- 
que Père dit enliiite anathême à Sévère 
éc à Pierre y comme déjà condamnés , 
à Zoara, aux écrits de Sévère j Ôc le 
patriarche Mennas prononça le juge- 
ment : Texécution en fur laiifée à l'Em- 
pereur , qui pouflTa le zèle jufqu'à dé- 
fendre detranfcrire les écrits de Sévere> 
fous peine d'avoir le poing coupé. 
Il publia vers le mènuî temps jl«^ 



20f 



H 



I s T O I R C 



fleurs autres loix pour la police excc- 
rieure de l'Eglife. Telle eft celle qui 
pourvoit aux frais des funérailles. II y 
avoit à Conflantinople onze cents bou- 
tiques, chargées d'y lubvenir. Huit cents 
fournidbienr les foflfoyeurs qu'on tiroir 
de tous les corps de métier, ôc les 
trois cents autres contribuoient en ar- 
gent. Âind tous les enterremens fe fai- 
loient d'une manière gratuite , à moins 
que quelqu'un n'y voulût un appareil 
extraordinaire. Chaque corps étoit ac- 
compagné de huit rehgieufes chargées 
de chanter, & de trois acolytes. 

£n ilatuant fur les droits de fonda- 
tfon , on atrêta que les fondateurs des 
£glifes n'en pourroient pas inflituer les 
clercs, de leur propre autorité; mais 
qu'ils les préfenrer oient pour cet effet 
à revenue : ce qui marque l'origine 
du droit de patronage, dans l'Eglife 
d'Orient j comme nous l'avons marque 
au premier Concile d'Orange, pour les 
Eglifes d'Occident. Il eft dit que celui 
qui rétablira une églife ruinée , pafTera 
pour fondateur. Mais dans tous les cas, 
il faut que le fondateur agifTe de concerc 
avec l'évêque du lieu. 

En réformant les contributions fîmo- 
niaques, Juftinien dit qu'on pourra cou- 



DE £* Eglise. 10*9 

tinuer de donner pour l'intronUation 
des prélats , ce que permettent les an- 
ciennes coutumes^ c'ed-â-dire vingt 
livres d'or au plus pour la confécracion 
du Pape, ou de Tun des quatre Pa- 
triarches \ 400 fols d'or , pour celle des 
autres cvêques , y compris les frais des 
notaires ou autres oniciers , Ôc tou- 
jours en proportion du revenu des cgli- 
fes. Il eil au(Ii permis aux clercs, de 
faire les libéralités autorifées par la cou- 
tume, envers les minières de l'évèque 
gui les ordonne, pourvu que ce prc- 
lent n*excede pas une année du revenu. 
On voit ici l'ancienneté des annates, 
ou d'une contribution toute femblable 
à ce que nous nommons ainli. 

Il e(l encore ftatué , que ni les évê- 
ques , ni les moines ne fauroient être 
tuteurs. Les prêtres &c les autres clercs 
le peuvent ctre , s'ils y confentent ; 
mais on ne fauroit les y forcer. H eft 
défendu généralement aux eccléfiafti- 
ques , de prendre des fermes ou des 
commiiîions, ôc de fe charger d'aucune 
affaire temporelle , fi ce n'eft pour les 
églifes. Ils ne peuvent fortir de leur 
diocefe, qu'avec la permiflîon par écrit 
du métropolitain j qu'avec celle du pa- 



210 



H 



I s T O I R E 



marché même ou de l'Empereur, s'il 
eft queftion d'aller à la capitale ^ ni 
^'abfencer plus d'un an , à peine de pri- 
vation de leurs revenus oudedépoficion, 
félon les circonftances. Les évêques ne 
peuvent être traduits malgré eux par- 
devant les juges féculiers , pour quel- 
que caufe que ce foit. Si des évêques 
de même province ont un différend eii- 
femble , ils feront jugés par le métro- 
politain aflifté des autres évêques de 
la province, & pourront en appeller au 
patriarche ^ mais non au delà : ce qui 
ne doit s'entendre que des affaires ci- 
viles; comme il eft clair par route la 
fuite de cette loi. Il en fera de même, 
û un particulier , clerc ou laïque , a une 
affaire contre fon évêque. Le métro- 

Î)olitain ne peut être cité que devant 
e patriarche ; les clercs ôc les moines , 
en matière civile , feront d'abord pour- 
fuivis devant l'évêque; de le juge du 
lieu exécutera la fentence, fi les parties 
y acquiefcent. Si l'une des parties récla- 
me , pourvu qu'elle le faflTe dans les dix 
premiers jours, le juge prendra connoif- 
fance de la caufe j & le jugement qu'il 
rendra fera fans appel , s'il confirme la 
fentence de l'évêque : que s'il l'infirme , 



BB l' Eglise. m 

en pourra appeller en la manière accou- 
tumée. En matière criminelle , les ec- 
cléHaftiques peuvent être attaqués , ou 

{)ar(levant Tevêque, bu pardevant le juge 
aïque j au choix de Taccufateur. Si Ton 
commence par le tribunal de Tévêque y 
après que Taccufé fera convaincu de dé> 
pofé , le juge féculier le fera prendre , 
6c le jugera fuivant les loix. Si Ton s'ed 
d'abord adrefTé à ce juge , il communi- 
quera le procès à Tévêque , dès que Tac- 
cufé aura été convaincu ; & fi Tévèque 
juge auflî l'accufé coupable, il le dépofera 
canoniquement , afin que le juge le pu- 
nifle félonies loix. S*il ne le trouvoit pas 
convaincu , il difFéreroit la dégradation j 
l'accufé demeurant en état. Dans cette 
conjondure , l'évèque & le juge feront 
chacun leur rapport à l'Empereur. 

Les détails précédens peuvent donner 
quelques notions fur l'article intéreflant 
du concours des deux jurifdidions dans 
les procédures eccléfiaftiques. Ce qui 
fuit va nous préfenter l'idée que les Grecs 
avoient encore de la dignité du Pontife 
Romain , ôc nous convaincre qu'ils n'a- 
voient pas prétendu y déroger dans ce 
qu'ils avoient fait à la fin du Concile de 
Calcédoine, Nous regardons > dit Juf- 



i «c - tii. 



■:€ 



Procop. 
Dell. Goch. 



1X1 I Histoire 

cinien, les quatre conciles comme les 
Saintes Ecritures j & fuivant leurs ré- 

flemens , nous voulons que le très- faim 
'ape de l'Ancienne Rome foit le pre- 
mier de tous les prêtres. Le bienheureux 
Archevêque de la Nouvelle j ou de 
Conftantinople , n'aura le premier rang 
qu'après le S. Siège Apollohque. 

On aura peut-être été furpris de voir 
Juftinien ftatuer fur le droit d'intronifa- 
tion des Souverains Pontifes , comme 
fur ceux des patriarches d'Orient. La 
raifon en eft que cet Empereur , alors 
maître temporel de Rome ik de l'Italie , 
y exerçoit le même pouvoir de légitla- 
tionque dans le refte de l'Empire. Béli- 
faire chargé de la guerre des Goths , 
comme il l'a voit été de celle des Vanda- 
les , n'y eut pas dos fuccès moins rapides. 
L'Empereur , pour le rendre pli s refpac- 
table aux Romans , en réveillant les 
idées de leur ancienne grandeur, l'avoir 
honoré du confulat , ôc l'avoir même 
créé feul conful : dignité qu'il abolit tout- 
à-fait par la fuite. Ce Général n'eut pas 
plutôt palfé de Sicile dans le continent 
de l'Italie , que toutes les villes de l'A- 
bruzze & de la Lucanie fe fournirent. La 
Campanieplia de mêmç. Naples , nui- 



DE t* Eglise. ii| 

nie d'uiiç bonne gariiifon , fe mir en 
devoir de réfifter : mais ayant éré fiir- 
prife par une partie des ailiégeans qui 
s y coulèrent de nuit par un aqueduc , 
elle efTuya toutes les calamités d'une ville 
prife d'alFaut. La terreur de cet exemple 
fournit les meilleures places > Ôc les plus 
belles provinces. 

En vain Théodat efpéra-t-il arrêter la 
défection , en confiant l'armée à Vici- 
gès 5 l'un de fes fujets qu'il fe croyoit le 
plus afHdé , ôc qui dans une condition 
médiocre avoir une haute réputation de 
valeur. L'infortuné Rôi cpmptoit fe l'at- 
tacher à jamais , par une élévation fupé- 
rieurçà fa naiflfance j & il ne fit qu'accelé^ 
rer fa propre chute. Les Goths qui accu- 
(bient leur Souverain de lâcheté , procla- 
mèrent Vitigès en fa place. Theodat _, 
à cette nouvelle , s'enfuit vers Ravenne : 
mais il fiit alïaffinc en chemin. 

Rome n'en fut pas mieux confervée » 
pour avoir chamgé de maître. Cette 
grande vi lie chafïa la garnifon des Goths, 
&: fe rendit à Bélifaire qu'elle avoir ap- 
pelle en même temps ^ de telle façon que 
les Romains entrèrent par une porte , 
tandis que par la porte oppofée tous les 
Goths s'échappèrent avec précipitation , 



114 Histoire 
excepté leur nouveau Roi ^ui préféra la 
captivité au déshonneur de la fuite. 
Âinfi la ville de Romerentra-telle , fans 
effudon de fang , fous la domination des 
Empereurs , le lo décembre 5$^ , foi- 
xante ans après qu'elle avoit été prife par 
Odoacre Roi des Hérule'; Ôc premier 
Roi d'Italie. L'Hiftorien Procope dit 
que ce fut par les confeils du Pape SïU 
vere que Rome fe rendit. 

11 avoit été élevé au pontificat , au 
mois de juin de cette année 5 3 <^ > c'eft- 
à-dire environ deux mois après la mort 
de fon prédécelfeur Agapit , vers le 
temps où la nouvelle en avoit pu parve- 
nir de C. P. a Rome. L'autorité du Roi 
Théodat avoit eu pour le moins autant 
de part à l'éledion , que les fufFrages du 
clergé 5 dont quelques membres refufe- 
rent d'abord de rèconnoître le nouveau 
Pontife. Toutefois quand ils le virent or- 
donné , ils fe foumirent à lui , comme 
à leur paileur légitime. Soit donc en 
vertu de fon éleâion ,^ foit par cette ra- 
tification unanime , Silvere étoit incon- 
teftablement le chef de l'Eglifej quand 
l'Impératrice Théodore fe mit en tête 
de lui fubftituer Vigile ^ diacre de l'E- 
giife Romaine, & refté àConftantinople. 



r 



référa U 
la fuite. 
Ile, fans 
ation des 
5^ , foi- 
: prife par 
premier 
)Cope dit 
Pape Sil- 

ifîcat , au 
j5, c'eft- 
h la mort 
» vers le 



ins autant 
iFrages du 
es refufe- 

nouveau 
ï virent or- 
i , comme 

donc en 
ir cette ra- 
toit iiicon- 
ife j quand 

it en tête 
icre de l'E- 

antinople. 



DE LËGLISl. 115 

Elle Tavoit fonde , & avoit cru dé- Liber, brey. 
couvrir en lui toutes les qualités conve- '•"• 
nables au defTein qu'elle méditoit \ une Marcel. j}«« 
paflîon de s*élever à qui rien n*étoit fa- 
cré , une audace capable de tout tenter , 
Ce en même temps alTez d'empire fur lui- 
même , ou affez de diflîmulation , pour 
tromper tous les yeux ouvercs fur la plus 
éminente & la plus fainte dignité de 
l'Eglife, & pour en fauyer toutes les 
bienféances par fa régularité extérieure. - 
L'Impératrice l'ayant fait appeller , lui 
propofa , avec tous les artifices de la fé- 
dudion , les vues qu'elle avoit fur lui. 
Elle lui dit qu'elle regardoit, comme une 
indignité dans l'Eglife , d'v laiffer le 
premier mérite au rang lubalterne ; 
qu'il falloir juftîfier cette eftime par 
une grandeur de zèle & de courage , ca- 
pable de faire triompher de l'ignorance 
& de l'adulation la vérité prefqueanéan- 
rie j qu'il étoit queftion de profcrire le 
Concile de Calcédoine , de s'unir pour 
cela, &: de communiquer avec les vérita- 
bles évêques des grands fiéges^Anthime 
de Conftantinople, Théodofe d'Alexan- 
drie, & Sévère a Antioche; qu'à ces con- 
ditions 9 elle lui donneroir des ordres 
pour Bélifaire , &feptcent$ livres d or. 



2 1^ 



H 



I s T O I R E 



moyens qui écoient néceflTaires dans les 
conjondbiires préfentes pour le bien de 
TEglife, & qui leveroient infailliblement 
toute difficulté. C'eft ainfi quelle colo- 
roit l'attentat le plus odieux , Se la fimo- 
bie la plus criante , employée à le faire 
ccuiîir. L'ambitieux Vigile promit tout 
ce qu'on exigeoit , ôc partit au(îî-tôt pour 
Rome , où il trouva Silvere fiégeant , 
fans nulle inqiiiétude , fur la chaire de 
S. Pierre. Onpropofa à ce Pontife , de 
la part de l'Impératrice, de rétablir An- 
thune fur le (îégede Conftantinople. On 
s'artendoit bien au refus , après une dc- 
pofition Cl éclatante 8c (î légitime de ce 
Patriarche . mais il falloir un prétexte 
pour troubler Silvere dans fa pofrelîion 
paifible , & peut-être pour faire agir Bé- 
lifaire qui avoir toujours révéré Ta reli- 
gion. Vigile alla fans retardement trou- 
ver ce Général à Ravenne , lui remit les 
lettres de l'Impératrice ; Se pour fur- 
monter plus ailé ment fes fcrupules fur 
les fept cenf s livres d'or, i| lui en promit 
deux cents. Il ^conoraifoit habilement 
les fonds, pour faire face de tout côté, 
& fur-tout pour donner ^quelques cou-, 
leurs i fon ufurpation > en gagnant des 
voix dans kclergé. ^ , , ^ -.^^^i.M. ^ . 

L'affaire 



ians les 
bien de 
blement 
lie colo- 
la finio- 
i le faire 
►mit tout 
-tôt pour 
iégeant , 
chaire de 
ntife , de 
ablir An- 
nople. On 
l's une dc- 
ime de ce 
i prétexte 
polTeirion 
e agir be- 



té la reli- 
lent trou- 
temit les 
pour fur- 
ipules fur 
m promit 
Lbilement 
out coté , 
ues cou-, 
;nant des 

L'affaire 



DE L* £ G L I S E. tlf 

L*affaire en ccoit là , quand on accufa 
le Pape Silvere d'avoir écrit aux Gochs > 
pour leur livrer les remparts de Rome. 
L'accufacion n*avoit aucune vraifem- 
blance. Tout le monde au contraire ^e 
perfuadoit que c'écoit par les foins du t^.' 
Pontife , que les Romains cv>pellés parla 
Reine Amalazonte contre 1 ufurpaceur 
dès droits de la royauté , avoient chafK 
les Barbares de leur ville, qui , par le 
cours ordinaire de ces fortes d'événe- 
mens , reftafous la domination de ceux 
dont on avoit imploré le fecours. Il jpaf' 
foit même pour confiant, que deux âuf- 
fairesqu*on nomtnoit, avoient contre* 
fair des lettres, dont on faifoit un ctïmt 
d'Etat à Silvere , ^ que fes ennemis di* 
foient avoit été adreileesau Roi Vitigès» 
Mais il importoit à fiélifaire d'être cré« 
dule , ou de le paroitre. Il fît néan-» 
moins venir le Pape au palais. Là , de 
concert avec fa femme Antonine, encore 
mieux initiée <^ue lui aux initrigues de 
l'Impératrice , il dit fecrétement à Sil- 
vere , qu'il y avoit un moyen de fortir 
de ce mauvais pas ; qu ilfalîoit pour cela 
renoncer .au Concile de Calcédoine , & 
approuver par écrit la croyance contraires 
Au fortir au palais , le Pape communi-- 
Tome FI. K 



Evagr. TT« 



I s T.O I R I 






ti8 H 

<qua aux perfonnes de fa fuite ce qu'on 
venoic de lui propofer ^ puis fe retiradans 
I eglife de Sce Sabine , comme dans un 
afyle inviolable : mais on trouva moyen 
clele fui'prendre , 6c il fut arrêté. Dès le 
lendemam , Bélifaire affembla les pre^ 
très , les diacres , tout Le clergé Ro- 
main , Se leur ordonna d élire un autre 
Pape. Les uns réfiftoient , les autres pa* 
roiiToienr chanceler y foit qu'ils cruilenc 
€n effet que la puiffance royale avoit eu la 
première parti Téledbion de>Silverej foit 
plutôt que l'or de Vigile, en les corrom- 
pant , leur fîp prétexter de mauvaife 
Foi ce motif fpécieux. Quoi qu'il en foie, 
la tentative réuiïit , de Vigile fut or- 
donné Pape le 11 Novepibre 537. Alors 
Bélifaire jpreiTa le Simoniaque de lui 
payer fesdeux cents livres d'or , & d'ao 
complirla promené faite à l'Impératrice. 
- Quant au PapeSilvere , il fut relégué 
à Parare en Lycie. Mais l'évêque du lieu, 
dans la première horreur d'un attentat 
inoui juique là parmi les Fidèles , alla 
trouver à C. P» Juftinien qui ne favoit 
jrien des ordres donnés à fiélifairepar 
l'Impératrice, & le menaça des jugemens 
du f 'Is de Dieu outragé dans fou Vi- 
caire. L'Lmpçrçur commanda que Sil- 



,'A 



DE L* £ G L 1 S Er 11^ 

vere fûcparproviflonreconduicàRome, 
qu'on fie une information en règle de la 
confpiracion donc il écoic accufé ^ que (î 
Ton en crouvoic des preuves certaines» il 
iroit habiter quelque autre vil le, toujours 
dans la pofTeilion des droits du pontifi- 
cat ; & que il raccitfacion étoit mal fon* 
dée , il l'eroit rétabli dans le lieu Ôc tous 
les honneurs de fon flége. On dit que 
le diacre Pelage , qu Agapit malheureux 
dans le choix de ceux qu'il honoroic de 
fa confiance , avoir laiifc en qualité de 
Légat à Conftantinople , empêcha de 
tout fon pouvoir que la volonté de l'Em- 
pereur n'eût fon effet , & que Silvere ne 
retournât a Rome. Mais quels qu'ayenc 
été les agens de la cabale > l'ordre du 
Prince fut néanmoins exécuté, ôc Silvere 
reconduit à Rome. <i-ifif^*:v ;t#^ j> 

. Vigile n'abandonna point pour cala 
le fruit de fes crimes. Continuant d'in- 
téreder Bélifaire : Faites remettre Sil- 
vere en mon- pouvoir , lui écrivit-il ; 
fans quoi je ne me crois plus obligé à. 
vous faire compter ce que je n'ai promis 
qu'à cette condition. .Silvere fut donc li- 
iVré aux gens de Vigile , qui le menèrent 
par fon ordre dans l'ile dePalmarie « 
^'l'jr reiTerrerenc écroitemept. La liberté 

Kij 



r 



$,10 P I s T 6 I R ï ' 

^vec laquelle il condamna dans fon e%\\ 
le profanateur de fa chaire, & les témoin 

S nages du profond refpeâ qu'il y reçut 
es plus dignçs cyèques » ne fervirent 
qu'a lui attirçr dçstraitemensplusindi-f 
gnes. Enfin la cruauté alla jufqu'à le faire 
périr de faim ôc 4c mtfere , non d'un^ 
manierç précipitée qui eûç fait donner i 
fes perfécuter^rslenom de fes bourreaux^ 
ma^ avec unartificç pçrfide, ôc d'autant 
plus inh^main , qu'il fut prolongé plus 
|ong-;emps ; car on attribue deux ans i 
ja oorée de fon pontificat , ôc par confc- 

3uent^a perfécution,qui commença pea 
e mois après qu'il fut fur fon (îége , & 
ne finit qu'avec fa vie , le lo juillet 5 3 S. 
Alors Vigile , en exécution de fes en- 
sagemens facriléges , écrivit à Théodofe 
d'Alexandrie , ainfi qu'aux évèques dé- 
dofés de Conilantinople 6ç d'Antioche, 
Anthime & Sévère , conféra la même foi 
au euiç , çn leur recommandaht cfe n'en 
^ien diyulguçr , ôc d^alfedbçr ^a contraire 
de la dénance par rapport à lui? C'eft 
liind qu'il niénaigeoir le parti de l'Impé- 
ratrice , pourfe maintenir dans la pof- 
feflîon du S» Siège, M^is tandis qu'il 
, (iattoit les héréti<|ues *& témoignait fe- 
çféççmçin c|u'ii pçnfptt cptnmç ^vix/i 



Il i 1* £ G t 1 ^ £. 



lit 



pfofefTa publiquemenc la foi orthodoxe § 
êi en doima, le eéiooignage k plus âwkeor 
tique à rEtntteieura Le Pamardhç dm 
Ccmftantitiopie j feloiila coutume y avoic 
envoyé fa profeffion de foi au nouveau 
Pape i qui écratigement embatrairé par 
la difpo^Lon diverfe des efprits , ne £$ 
pre(}à point de répondre. Ces tergiverfaf 
tioiiSi Jointes â cjuelques )>ruits foutd| 
de {&s liaifons avec les fchifmatîqties i^ 
donnèrent de Tombrageà Judinien, qui 
en écrivit à. Vigile de telle ixianiere que 
le Pontife nejïouvoit f§ difpenfer d'ex** 
fofer fa croyance. 

Il loua dans fa réponfe le fêle ôc la Vigit. 
foi de rEmpereur , & déclara que la ^^"*' ^' 
fienne n'étoit antre que celle de ks pré* ^ 
déceffeursCéleftin , Léon , Hormîsda » 
Jean ôc Agapit \ qu'il recevcMt^ avec le« 
quatre Conciles , la lettre de S. Léon , 
ic anathématifoit tous ceux qui ^ 

croyoient le contraire , en particulier Sé- 
vère , Pierre d*Apamée , Antbime ^ 
Théodofe d'Alexandrie , & le moine 
Zoare. 11 ajouta que tous ces novateurs 
étant déjà fu^famment condamnés , il 
n'avoit pas cru néceffaire d'écrire làdef- 
fus a Mennas. Pour lever tout foupcon t^jft. ^. 
a ce fujet » il écrivit enfin à ce Patriarche > 

Kiij 



■H' 



^^%t 



XIX H I 8 T O ] & 1 

dans le même goût (ju'ârjEmpejreur. En 
4in mot le Pape I dèsxju'onpuc lui don- 
ner luftementcexitre ,ccft-i^dire depuis 
la mort de Silvere i nbnieulenient pa- 
rut orthodoxe , mais donna lieu de 
croire qu il avoir repris des fencimens 
beaucoup plusdignes qu'auparavant de la 
place quU occupoit.' Certains auteurs 
pxécendent qu'il ief démit du pontificat, 
jufqu'â ce qu'il lui eût ctéxonfcné légiti- 
mement dans une nouvelle éledlion : pré- 
tention très-gratuite, & dans le fond par- 
faitement inutile. Mais il eft confiant 
qu'on lui vit prendre l'alarme fur ce 
qu'il préftmoit pouvoir nuire aux faints 
coïKiles , montrer au moins par inter* 
valle beaucoup de courage ôc de réfolu- 
tion , ôc foutenir affez conftamment unt 
perfécution qui fut regardée comme le 
châtiment de fa première conduite. 

Ce fut principalement fur Béhfaire 
que le Seigneur punit l'énorme attentat 
commis contre le Chef de fon Eglife. 
Malgi;é fes lumières , les reproches de 
fa confcience & fa magnanimité natu- 
relle , il s'étoit fait rinftrument des paf- 
iions d'autrui ^ 6c tandis que les Goths 
Ariens épargnoient religieufement l'c- 
glife de S. Pierre ûtuée hors des miir« 



DE l' E C L I S E. 21 1 

ie Rome qu'ils afTicgeoient , il en avoit 
traité le AiccelTeur avec uiie et uelle im-^ 
piété. La vengeance divine ne tarda pas 
long-temps à éclater. Le Général Ro- 
main fît encore lever le fiége de Rome ) 
il vint même adiéger Virigès dans Ra- 
venne , engagea ce Prince à fe rendre > 
de l'envoya à C. P. où, de Roi , il fut ré^ 
duit à la condition de Patrice. Mais ces 
fuccès étonnans j ôc par leur importance 
& par leur rapidité , ne lui étoient ac-^ 
cordés par l'Arbitre fuprèmede ix>s for-» 
tunes éc de nos revers , que pour con-» 
trader d'une manière plus frappante avec 
l'humiliation de Tes dernières années. 

A la nouvelle de la captivité de Vi- 
tigès, les Coths élurent , 1 un après l'aU* 
tre, pluiieurs Rois, do .i ils ne furent 
pas coniens j puis enfin Toiila , qui ré- 
tablit leurs anàires. Déjà Bélifaire avoic 
été rappelle d'Italie, fur des foup<,'ons 
donnes à Juftinien , comme Ci fon gé- 
néral eiK penfé A fe faire Empereur 
d'Occident. Il l'envoya contre les Per- 
fes,qui fous leur Roi Cofroès, faifoieiu 
des ravages effroyables en Méfopota/- 
mie & en Syrie. Anrioche , après une 
infinité d'autres places , fut pnfe d'af- 
faut, ôc tellement ruinée, que Judinien» 

Kiv 



.4 



^14 His TbiRi^ 

en k rétabliifanc dans la fuite 9 ne put 
jamais lui rendre fon premier luftre, 
ni fa première grandeur, fiélifaire ne 
répondit point aux grandes idées qu'on 
avoit conçues de lui. Tout ce qu'il fit 
<le remarquable en Orient, ce fut d'em- 
porter un pofte qui lui ouvroii un champ 
avantageux. Mais il le perdit ptefque 
Procop. au(fi-tôt ^ & les Perfes s avancèrent de 
beii. i»«f. L. iQufçs pj^f js ^ j^ygj. uj^g audace infolente, 

tandis qu'une morne & lâche terreur 
fembloit engourdir les Romains, qui 
fe laitTerent ruiner en détail, & perdi- 
rent les deux tiers de leur armée dans 
une obfcure ôc déshonorante inaâion. 
Les chofes n'alloieAt paç mieux en 
Italie. UEmpereur fit repafler Bélifairé 
fur ce théâtre , fi glorieux peu aupara- 
vant pour ce guerrier. Mais ce n'étoit 
plus le même homme, ou le même 
bonheur. Totila reprit Ravenne prefqu'à 
la vue de ce capitaine renommé , & il 
emporta Rome d'afTaut. On fit à Béli- 
fairé le même crime de fes malheurs, 
iu*autrefois de fa fortune. Pour comble 
le difgrace , les intrigues de Cour fe 
mitent de la partie. Pendant cinq ans 
confécutifs, on le lai(Ia en Italie fans 
lui envoyer, ni troupes» ni argent. Ce 



l 



61 t'ËGilSt. Zl^ 

Îiu il en avoit fe confuma) fans rien 
aire j ôc il fut réduit â revenir ù Conf- 
çantinople, avec les reftes délabrés d'une 
armée , qui , au lieu de Tadmiracion , 
n'exçicoic plqs que 1^ picié. La commi- 
(crapio^ 4f$ çi^toyens ne fit qu'^Mgmen* 
^er les fpiipçons de TEpipc^eur, qui lui 
ôca toutes ios charges , êc livra fa vieil- 
leiTe» çomiTie pn n'(^n peut douter, aux 
horreurs de Tindigence ^ quoiqu'on ne 
puiiTe raifonnablement ajouter foi aux 
récits jplus romanefques qu'hi^orique^ 
que difFérens auteurs ^n ont faits, i 
Juftinien avoit une démangeaifo^ 
plus grande que jamais, ^e fe ineler àe$ 
chofes de religion. Les affaires des Acé- 
phales ne furent pas terminées, quU 
entreprit Les Origéniftes. Leurs dogmes 
bizarres , qui lenoienjt autant de Textrar 
vagance que^ de Théréfie, ^, la faveuf 
du calme 6c du défqeuvrement , s*étoiei^ 
fortemept enracinés dans les têtes foi- 
bles, ôc les imaginations exaltées de 
faux contemplatirs. Du vivant de Saine 
Sfibas , pluiîeurs moines de fon obfer- 
vance sétoient prévenus en faveur de 
ces erreurs furannées, à qui l*on reij- 
doit un air de nouveauté, en les re- 
produifant fous de nouvelles former* 

Kv 






■ ■*~si* 



Xi6 



H I 



s T O I R I ^î 



■'^V'.- 



Mais le refpeéb du Saint Abbé empê- 
cha qii'on ne f îc du bruit , tandis qu'il 
vécut. On ne garda plus de mefures, 
91t. s. sab. après fà mort. Parmi les moines des 
tri*^ diverfes communautés , la fermentation 
divifa tellement les efprits, que ceux 
de la petite kure , bâtie en dernier lieu 
par S. Sabas , ôc fort infedèée de l'Ori- 
génifme , prirent la réfolution de dé- 
truire la grande, d*où Ion venoit de 
chaiTer environ quarante de ces pertur- 
bateurs. Pleins de fureur & de précipi- 
tation, ils s'arment tous enfemble de 
pieux & de leviers, entraînent à leur 
fuite des troupes auxiliaires de payfans, 
Se marchent â la grande laure , comme 
à une citadelle, dans le delfein de n y 
pas laifTer pierre fur pierre. Mais quoi- 
que ce fût au milieu du jour, ils fui- 
rent enveloppés d^un brouillard il épais, 
qu'ils ne voyoient pas leur chemin , & 
qu'errant toute cette journée & la fui- 
vante, ils Ce trouvèrent le lendemain 
auprès d'une autre habitation de foli^ 
taires. Cet incident fut pris pour un mi- 
racle, & attribué aux prières de S. Saba5, 
qui fauvoit ain(i fon école de la fureur 
même de fes difciples. L'Empereurn'en 
'fiit pas mf>in5 irrite. U réfolvu la perte 



•*-* 



DE t* £ G L I se; hltj 

des Câgéniftes, Ôt drefTa une longue 
déclaration , ou il expofa les erreurs at- 
cribuées à Origene , pour les faire prof- 
crire févcrement. '^ 

Nous voyons par cette pièce, qu'elles Tora.f. 
conùftoient en grande partie à nier Té- ^o^c.p.«j.>ï 
ternité des peines de l'enfer. Après un 
certain temps ^ félon les Origeniftes, 
k punition de tous les méchans efprits, 
tant hommes que démons , devoit finir» 
J, C. fuivant eux, devant être cruôÂé 

{tour les dét:K)ns , comme il Ta été pour 
es homm* ^ toutes les intelligences 
dévoient t ; enBn rétablies dans leur / 

premier état , c'eft-â-dire dans Técat 
d'eiprits purs : car les fubftances raifon* 
nables , dans ce fyftême, & en particu-' 
lier les âmes humaines , préexiftante&â 
leurs corps, y avoient été renfermées^ . ' jî 
comme en des prifons , pour s'être dé- 
goûtées de la contemplation divine^^y 
& s'être tournées au mal. L'amede J. C» 
même , ajoucoit-on , exiftoit avant que 
d'être unie au Verbe^ comme^ fon coips > 
avant fon union avec fon ame & avec 
le Verbe , avoir été fonné au fein à& 
la Vierge. Sur la nature & la puilTance ' 

de Dieu , on débitoit de vrais blafphè^ 
Jnesj eu mettant de l'inégalité enwi^ 






Wd. #70. 



xit Histoire 

les perfonnes divines , ôc une force 
de proportion continue de l'honinie au 
£ls de Dieu , Ôc du fils de Dieu à foa 
père. On bornoit la coute-puilTance di- 
vine à ne pQuvoir faire qu'un certain 
nombre d*efprits » ainâ qu une qaantiié 
déterminée de matière. On difoit les 
genres & les efpeces coéternels à Dieu, 
qui n avok jamais exifté fans créatures. 
ht pour comble d*abfurdi|é , on foute- 
noit que les cieux Se tous les aftres étoienc 
animés par des aires raifonnables j par- 
ce qu'étant de filtre ronde , qui eft la 
plus parfaite, ils furpaffoient en per- 
teâion toutes les autrels créatures. Par 
la même raifon, les corps humains dé- 
voient prendre cette figure, en reiruf- 
citant. 

Juftinien commanda au Patriarche 

Mennas , d*a(rembler tous les évêques 

qui fe trouvoient dans la capitale , ôc 

de les obliger d'anathématifer par écrit 

Origene avec (ts dogmes , &: fpécia- 

lemenc les articles ci-deffus énoncés j 

puis d'envoyer des copl s de tout ce qui 

«uroic été fait fur œ ihjet, à tous les 

«utres évêques , & à tous les Supérieurs 

des mona^res , afin qu'ils foufcriviffent 

f MAtkime.Qu aravoûr, a|outQitr£t£-: 



1) 21 I* E « 1 X s c« ii9 

pereur, on n'ordonne, ni évèque, ni 
abbé , qu'il n'ait anachématifé Origene 
avec tous les autres hérétiques qu'on 
a coutume de condamner. II avertir 
enfin Mennas , que la même déclara- 
tion a été envoyée aux autres patriar-> 
ches Ôc au Souverain Pontife. £lle fuc 
ef&ûivement portée 6c foufcrite dans 
tout l'Orient , auili bien qu'à Conftan- 
tinople. 

£n Paleftine , les moines Origénides 
lémoimerent un dépit furieux. Les dif • 
clples nérétiques de S. Sabas £q fépa« 
rant auffi-tot de la communion de 
ceux qui étoient orthodoxes , défercerenc 
la petite laure , où tous les frères n'é- 
toient pas du même parti, &: ils de* 
meurerent en plein air au milieu de 
la campagne. Mais ils fe preflerent d'im- 
plorer Théodore, Archevêque deCé- 
iàrée, qui étoit leur principal appui , 
ôc qui le trouvoit pour lors â Conf^ 
tantinople. Il avoit été moine lui-même 
dans la nouvelle laure de S. Sabas , ôc 
il y étoit parvenu au titre d'£xarque 
ou vifiteur. Mais étant allé à Conftan- 
tinople, fous prétexte de défendre le 
Concile de Calcédoine , avec un autre 
abbé origénifte comme lui > nopimé 



■V 



•.<■ 



if 



250 Histoire 

Domicius , ils s'infinuerent fi bien à ta 
Cour, & y acquirent- tant de crédit, 
qu'ils devinrent tous les deux évcques 
métropolitains, Théodore de Céfarée 
en Cappadoce fa fratrie, &c Domitius 
d*Ancyre en Galatie. L'intrigant Théc 
dore confeilla par écrit aux moi: 
nés fchifmatiques , d*ailer pied â pied, 
Ôc de fe borner pour le moment a ob^ 
tenir du Patriarche de Jérufalem , que 
pour la confolation de leurs âmes , il 
déclarât nul , généralement 6c fans ex- 
plication , tout anathême qui n'eft point 
agréable à Dieu. Le Patriarche Pierre 
qui penfoit bien ^ rejetta d'abord cette 
demande finguliere, à laquelle néan- 
moins il ne voyoit pas grand inconvé* 
nient : mais enfin , foit mauvaife po- 
litique, foit efpérance de rapprocher 
les efprits, il fit la déclaration qu'on 
defiroit. On vit bientôt que la condef* 
cendance n'étoit pas le vrai 'moyen de 
ramener ces apoftats hérétiques. Les 
plus modérés d'entr'eux, qui déjà étoient 
rentrés dans la laure , ne gardèrent 
plus eux-mêmes aucune mefure, ^ fe 
mirent à dogmatifer , non feulement 
avec leurs frères , mais dans toutes les 
habitation» voifines. fiientot ce zelt 



DE L*£ G L I S E.' 1^1 

effréné fe changea en haine contre ceux 
qui ne les écoucoienc pas, ôc fur-cour 
contre leurs confrères. S'ils rencontroiem 
quelques moines orthodoxes , ils les in- 
fultoient publiquement > les nommoient 
Sabaïtes, en derifion de leu: faint inilb- 
tuceur. Se donnoient quelquefois dé 
l'argent à la populace , pou|; les faire 
maltraiter. <* ; ^ -*sÉJi *>• 

Cependant les moines catholiques-, 
qui raifoienc le plus grand nombre, 
ne fe laiflfe ent point ébranler : mais 
ils perdirent de vue la profeflîon hum^- 
ble ôc mortifiée quils exerçoient. Sarfs 
réfléchir que le courage militaire & 
religieux ne font pas moins différens 
que le cafque &c la haire, ils mirent 
leur gloire, non à fouffirir, mais à re 
poufïer k violence» 11 y avoir près du 
Jourdain une colonie de moines Thra>- 
ces qui , malgré le changement dû 
climat ôc la faintecc de leur profefHon, 
confervoient la rudefTe d'humeur, avec 
kl taille ôc la force ordinaire aux gens 
de leur pays. Ils fe perfuaderent qu'ils 
n'en pouvoient faire un meilleur ulage,^ 
qu'en prêtant main forte aux zélateurs 
de la laine doctrine. Ils accoururent par 
décachemem^ ôc les plus ferv^ns èsà^ 



' ' j 






1^1 . Histoire 

ibienc condfter leur rt^ligion i Ati\Y^ 
les premiers. On fe ailpofa ;(u(Ii-tQC 
à en venir aux mains. Toutefois les or- 
thodoxes <}ui n'oublioienc pas touc-à^ 
fait l'évangile > & ne voulQieny>as être 
les aggi;euettrs,^ttendoien( aO^i&tran- 
quilietnenr 4^ps rhofpice de la grande 
v!t.s. sab. laure. Leurs ennemis moin$ fcrupuleux , 

f . î tf». infultant à ce qu i]s traitoi^t.dç lâcheté, 
vinrent en foule pour fçc^er ce pofte 
avancé. Déjà ils rampoient l^ barreaux 
de& fenêtres, ^ chargeoient ^ coups 
de pierre leurs fintagonifteS) ouand Vm 
des moines Thraces ^ nommé Théodulç, 
perdant patience ôc s'atmant d*une 
pelle qui lui tomba fous la main, fit 
une fortie fur les afliégeanr » avec une 
dématche & d'un air (i réfolu» qu'il les 

/ . diffipa lui feul , quoiqu'ils fuffent en^ 

viron trois cents. On dit que brave 
de iang froid , Ôc parfaitement maître 
de fon courage , il eut attention à n'en 
{>le(rer aucun. Mais on ne le paya point 
de retour : il reçut un coup de pierre) 
dont il niputuç peu de jours après. 

Les Schifmatiques s'attendoient bien 

que le bruit des violences > dont ils 

. «toient les auteurs j parviendroit tôt 

DU tard aux oreilles de Juftinien.* Ib 



arriver 

^uflfl-tQC 

; les or- 
tout-à- 
pas être 
ç* tran- 
L grande 
ipuleux ) 
lâchfjté, 
ce pofte 
barreaux 
à coups 
land l'un 
héodule, 
.nt d*ui\e 
main, fit 
avec une 
, qu'il les 
"ent en* 
[ue brave 
it maître 
ion à n efl 



D t l' £ G 1 1 S t* 15^ 

s'e^orctfrent au moins de tirer parti de 

kur éloignenient de C. P« ic ils réuf- 

irent, toujours (>ar Tadreffe & le crédtti 

de Théodore de Cappadoce, à gagneC 

un temps Aiffifant, pour pervertir la 

grand nombre des moines. Le fupé^ 

(leur de la grande laure ctant more 

dans ces coniondbures , ils en élurenc 

abbé, un Ongâiifte nommé Georges « 

qu'ils mirent en pQ0èiïîon à mainarmée« 

Alors S. Jean k Silencieux 9 Ci renoms 

mé pour foix amour de la retraite ôC 

du recueillement , ne fit paint de dif^ 

(Iculté de Guicter la cellule où il étoif 

comme enieveli depuis long-temps ^ ôi 

fe recira au Mont des Olives) préféranc 

i toute autre confidération la sûreté dd 

fa foi , oa Tédification publique ; foti 

exemple eut beaucoup d'imitateurs, 

jarmi fes plus dignes confrères. 

Cependant TEvêque hérétique deCé* 
farée , fentoit que les fuccès de fa fac- 
tion ne portant que £ur la violence Se 
le manège qui en déroboit la connoif- 
Tance à i Empereur, ils ne pourroient 
être de longue dutée. Prenant donc ce 
Prmce par fon foible, c'eft-â-dire par 
I ion penchant à fe mêler des affaires de 
religion , il lui mit en tite de condanar 






, ") 



254 H 1 S T cr I n t 

nw Théodore de Mopftiefte.Par-lâ, il 
ne faifoic pas feulement diverfîon , mais 
il vengeoic direclemenc Origene, contre 

3ui Tnéodore avoit beaucoup écrit j & 
imaginoit porter le plus terrible coup 
au Concile de Calcédoine , qu'il difoit 
avoir approuvé Théodore^ quoiquon 
s'y fût contenté de ne pas le condamner. 
Ainfi fatisfaifoit-il â tous fes méchans 
de(feins à, la fois , étant en même temps 
Acéphale & Origéhifte. 11 avott d'au- 
tant plus de complaifance à Aétrir la 
mémoire de Théodore de Mopfuefte , 
mort depuis long-temps, qu'il efpéroic 
tourner contre les Orthodoxes leurs 
propres annes; je veux dire la méthode 
qu'ils venoient d'acct éditer par la con- 
damnation d'Origene, de ne pas épar- 
gner les morts. Ayant communiqué le 
gros de fes vues à fes partifans, 5c 
plus en détail à l'Impératrice, la grande 
proteârice des Schifmatiques; il fe lie 
introduire chez l'Empereur, dans un 
moment où ce Prince et oit plus occupe 
que jamais des moyens d'abattre les 
Acéphales. Seigneur j lui dit-il , rien 
n'eflr pîus facile que de diflîper les pré- 
ventions de tant de perfonnes : ce quil 
leur fait peine dans le Concile de Cal- 



B E 



L* E G L I SI. 1^5 

cédoine, c*eft l'éloge de Théodore de 
Mopfaefte» Ôcle témoignage de catho- 
licité rendu à la lettre d'ioas , qui eft 
entièrement Neftorienne. Faites con- 
damner Théodore, avec cette lettre; 
& le Concile, n ayant plus rien qui les 
arrête , ils le recevront en tous fes points : 
c'eft ainfi qu'en peu de temps Votre 
Majedé peut rendre tant de dignes 
enfans a TÉglife^ Ôc s'acquérir a elle-- 
même une gloire immorcelle. 

Le piège eût été viHble pour Thomme 
du plus médiocre favoir; puifqu'on y 
donnoit lieu de préfumer qu'un concile 
Œcuménique, déclare par l'Empereur 
même auili infaillible que les divines 
écritures , avoir approuvé des erreurs 
capitales. Mais combien n'a-t-on pas vu 
de perfonnes éclairées en toute autre 
matière, faire les bévues les plus in- 
concevables en fait de religion? La pré- 
fomption de Juftinien le rendit la chipe 
de Théodore & des Acéphales. Us le 
plongèrent dans les plus grands embar- 
ras, en lui failant faire le perfonnage 
d'arbitre de la foi ôc des conciles, & 
en rengageant à publier une condam- 
nation dogmatique contre les écrits qui. 
fout devenus Ci fameux fous le nota 



fcV 



l«9't- 



%^é Ht t -t à i t i 

ies Trois Chapiores. C'eft linA qà^jti 
cié^na les ouvraees de Théûdore àik- 
cien éyiqm de Mopfuefte , da famenx 
Théodore de Cyr contre les douze 
suiachêines de S. Cyrilk, lé la lettre 
d'Ibas fvêque d'Edeâe a un Petiê 
notnmé Maris. U arriva tout ce que 
Théodore ^ Céfarée ^voit prévu. 
Quand TEiti^ear fe fut ui^e lois cn- 

fagé » il eut honre dH reculer i 6c ne 
t qu'aller en avanf ^ au rifque de toiK 
confondre 6c de tout renverser. 11 prit 
groflîéremehc léchante, oublia les Acé- 
{)hales quil abhorroit uniquement, & 
ne s'occupa plus du à pourAiivre les trois 
chapitres, qui meritoient fans doute T» 
mmâdverfion de TÈglife ^ mais qui ne 
la méritc^ent pas feuls^ 
t. f . Conc. On vit bientôt paroîtré tin écrit bi- 
P**h* starre^ compofé par Théodore, 6c re- 
vêtu du nom de F Empereur* C^efttout 
à la fois un ouvrage théologique 6c un 
f efcrit impérial ^ iine profelTion de fol 
ëc un jugement dogmatique, audi àé' 
ciûf dans les termes j de audi abfolu 
dans le fond que celui des Conciles. 
Les anathêmes y font prodigués , mê- 
tne contre les perfonnes mortes en paix 
dans le feia de l'Églife^ quoique le 






ute r» 

qui ne 



uque 



le 



D B X.* E G L I I E; 1|7 

pouvoir d'en porter de cette nature fi^ 
encore une queftion très-délicate» 6c 
jufques-là réputée indécife. On oblige^ 
néanmoins tous les évèques d foufcrirei 
& il y en eut un très-erand nombre 
oui enren; la foiblefTe de Te faire , moins 
coupables dans la réalité, que dans leur 
çonfcieoce prévenue que c'étoit don- 
ner atteinte au Concile de Calcédoine. 
Le Patriarche Mennas eut lui-même 
il complairance de H^uer, après en 
avoir d abord fait difficulté , 6c repré- 
fenté que c'étoit contrevenir au Saint * 
Concile. Etienne , légat du Pape 4 
Conftantinople , depuis que Pelage en 
écoit reparti pour Rbmé j fit de vifs 
reproches à ce Prélat d'autant moins 
excufable , qu'il avoit promis folennelr 
lôment de ne rien faire fans le €. Siège. 
Il répondit au Légat , qu'il n'avoit fouf- Facuni. 
ait que fous promelfe confirmée par fer- ty.c.^, 
ment i qu'on lui rendrait fa foufcrip- 
tien , 6c qu'elle feroit cenfée nulle , fi 
i'Evèque de Rome ne Tapprouvoit pas. 
Mais Pelage , avec un très-grand nombre 
de prélats zélés , ne lailTa pas de fe fépa- 
rer de communion ^ tant de ce Pa- 
triarche que de tous cei^x qui com- 
tnuniquoient avec lui, jufqu'à «e qu'iU 
ÇufTçnt donnédfatisfadlion, 



■ ',%' ' ■'■ j 



i - 



1^3 S 'Histoire ' 

U£mper€ur fentit que les dlifficulcés 
6c les troubles m reroienc qu'aug- 
menter , candis que le Souverain Pon- 
tife n'auroit pas prononcé. Il écrivit avec 
inftance aCi Pape Vigile devenir àConf- 
cantinople , fous prétexte que fapréfence 
étoit necelTairepour l'intérêt capital de 
toute TEglife. Vigile partit d'autant plus 
volontiers , qu'il prétendoit de fon coté 
engager l'Empereur à envoyer dufecours 
en Italie , contre les Gotlis qui repre- 
noient le deflus de route part. Mais au 
lieu de s'appliquer comme autrefois 
aux foùis de la guerre, au maintien 
des loix , ôc aux autres affaires dont il 
étoit furchargé , Juftinien commençoic 
à ie couvrir de honte ou de ridicule > 
en ne s'amufant plus qu'à des confé- 
rences dodrlnales , à de vaines dif* 
putes de controverfe & de dialectique; 
en forte qu'un certain Acace qui conf- 
pixa contre lui, s'appefantiifoit prlnci' 
paiement ûir ce travers , pour lerçndre 
méprifable aux autres conjurés. Il e(t| 
difoit-il 9 perpétuellement allis dans un 
cabinet, pour ordonner de ce qu'il n'en^ 
tend pas : au lieud'oHîciers ôc de gardes i 
jDU le trouve bien avant dans la nuit en^ 
^omé de .vieux éyêijues » feuillecaoc le$ 



B E L*£ & L I S E« 15^ 

livres de religion par une curioficé infa- 
tiable , & fe perdant dans des fpécula- 
lions chimériques fur l'Etre Divin. ;, 

Le Pape croit encore en route , que Fac.îWj^ 
le Prince Texhorta par de nouvelles let- 
tres à garder la paix avec le Patriarche 
Mennas & les cvêques qui avoient fuivi 
fon exemple. Si- tôt que Vigile fut ar- 
rivé , l'Empereur le prella de condamner Ep'ft* ^^ 
lui-même les trois chapitres \ & cpmme ^*^' ^"*^^* 
il réfîftoit , Juflinien marqua tant de 
violence, que le Pape s'écria publique^ 
ment dans une alïèmblée nombreufe : 
Sachez qu'en tenant Vigile captif, vous 
ne tenez pas Simon-Pierrp , èc que le$ 
craintes de l'homme ne me feront pas 
trahir les devoirs du Pontife. Quçlque 
temps après néanmoins , il donna fa pre- 
mière décffion qu'on nomma fon Juge- 
ment , ou fon Prononcé» C'eft une con- i^i^. 
damnation des trois chapitres , fans pré- 
judice du Concile de Calcédoine , & à 
la charge que perfonne n'agiteroit plus 
ces queftions, m de vive voix ni p^r écrit. 

Ce décret déplut aux deux partis , aux 
ennemis des trois chapitirçs ou aux Acé* 
phales , à caufe de l'hommage qu'il ren?» 
doit au Concile de Calcédoine , ôc aux 
défenfeurs des chapitres, même à ceux 



%^9 HiiTOiiie 

qui, fans en approQver h doArine , en 
jugeoi^nr iimplemenc la condamnation 
dangerçiife dans Içs circonftances où 1 on 
(e trouvoic. 11 fe répandit des bruits très* 
défavantageux fur cette première décla- 
ration de V igile , parmi les éyêques de 
rillyrie , de T Afrique, de jufque dam 
les Ëglifes des Gaules , où deux diacres 
de fa fuite Se de fes plus intimes conli* 
dens écrivirent contre lui. Le Pontife 
alarmé de ces nouvelles , qu'il eut le 
rems d*apprendre pendant le long féjour 
qu'on le contraignit de faire i C. P. , 
propofa à l'Empereur de raifembler les 
cvêques de toutes les Provinces , au 
moins cinq ou fix de chacune, pour ré- 
gler, d'un commun coniencementi une 
nflFaire qui devenoit fi importante 5 d'au- 
tant plus que le dangereux Eyèque de Ce- 
farée ne paroiflbit pas encore fatisfait. Je 
ne faurois me résoudre , dit Vigile au 
Prince , â prendre fur moi feul ce qui 
paroît, d^ns les préjugés de plu(îeurs, 
fiuire à ràutorité du 5, Concile de Cal-* 
cédoine, Ôcfcandalifer extrêmement les 
Ibiblesy Juftinien lui promit que , fans 
nul égard à ce qui avoitété fait jufque la, 
on examineroiten concile ce qu'il falloit 
fkire > ^ qu'oninviccioit principalement 

les 



le faire 

Ton de 

Il fepo 

lemen- 

léesôc 

gilene^ 

faâ:ieuj 

& Jufti 

sue le P 

Tenu 



"V 



Ine y en 
nnation 
soùl*on 
lits çrès- 
redécla- 
èques de 
^ue clans 
IX diacrçs 
les confi- 
; Pontife 

*il cm le 
mgicjoui 

iC.P., 
ïtnbier les 
nces , au 
pour ré- 
nem,une 
nte -, d'au- 
lu^ deCé- 
itiçfait. Je 
Vigile au 
îul ce qui 
plufieurs, 

'e de Cal- 
emept les 
jue , ians 
jufqueU) 
^u*ilfalloitl 
ip^ement 
Icj 



DE L* £ G L I S E« £41 

les prélats les plus choques de ce. qui s c- 
toit palTé j mais fur-tout que jufqua la 
déciuon du Concile , qui que ce foit 
nentreprendroir rien au fujecdes trois 
chapitres. Cette convention entre les per- 
fonnes auguftes du Pape & de l'Empereur 
eut encore pour témoms les perfonnes les 
plus confidérables des deux partis , tous 
les Grands de là Cour , & le Sénat en 
corps. Elle n'en fut pas mieux obfervée. 
Au préjudice de la furféance accordée 
avec tant d'appareil , on recommença 
aufli-tôt après cet accord à exiger du 
Pape, qu'il condamnât les trois chapitres, 
avec les évèques de la Grèce y Ci les 
autres n'en vouloient rien faire. Vigile 
refufa , & Théodore de Céfarée fit de 
nouveau publier le fameux édic fait en 
premier lieu , autant par lui que pat 
l'Empereur. Il poulTa l'audace jufqu'à 
le faire afficher publiquement à la mai* 
fon dePlacidiej où le Pape étoit logé.5 
Il fe porta à plufieurs autres excès , éga- 
lemep' ontraires aux conventions arrê- 
tées & à l'ordre hiérarchique. Alors Vi-' 
gile ne voulut plus communiquer avec ce 
factieux Novateur , ni même lui parler; 
& Juftinien en conçut une telle colère ,, 
(jue lePapefut réduit à chercher fl fuK* 
Tome FI. L 



.1' |0 



;• - 



«n.to 



241 |I I S T O I H ft 

retc daoi WgUft d^ S. Pierre. Poiur Ten 
liiier diÇ force ,, on eoyoya la troupe em- 
ployée d*oflSce i la po^cfaice des matfai- 
Theoph. ceurs* Les iatelliceis f tHrerçni dans le 
•P««^*-licm.faint, répéenu^^lVcbaiîdc. Le 
Pape ie mie fous l^a^eX 3, 4Sc s'enerela- 
ça. , des bcas âc d^s ja^nl^es >^ doiss 
les piliers cjiii eo pçupm^t h table. 
Qx^ écafta. Wtalement; , on les tiai* 
nan; pac les. ch^vei^, les dkcrea k 
les âmes ecclé£uiftiqu^ da cortège du 
Pai3i;ire • 41Ù enviroimpieiH l'aucel 8c 
l^i £bi:voieut comme ^, b^rri^re y puis 
oufe mit en, devoir de Ve^ afjraçher lui- 
mifti^ y en le tiram par 1$^ pieds » par les 
cjbicveux ôc par la oai^. Alai^i^omme 
il r^^floic ie toioxe 4 forcç ^Sc qu'il 
cpQ^i: grand & irobul^ç^ >. on rompit 
ouelqjLies piKers » iaas le faire céder. 
Alpt:^ le peuple qui é(oi( a(:ii?ouni 1 
ceç iéuange rpe^acle, ^^que9 - uns 
mcm^ 4<^.folda|:s c^ tatrj9(ipe> indiy 
gnés^de la. violence de$ autres > poufr 
i^eut de;s cris ^ut ien^bUbi^ a m 
commenicement de fédicion.^ > i i 
. L*oâicie£ qui commandoic: Texpedi- 
cIqu ^ crut ne pouvok mieux faire^ 
4ue de ckercKer ipi^ falup dan$ h 



^rcr-'^'U;'". '.T 



OR L* E 6 & I S Q. %4 j 

fie A»cçéd«i; U QcgpcU(ion 4 I<& vio- 
lence vS<: IW 6«i tanj; au|>rà$ duPap^],^ 
par prQn]k#(r<|«; ^ pa^ fertii^f^s , ^oa 
lengaçej^ 4 rf toucneç à fqii k>gi& oç4i- 
Hftif^. Il n 4coi( pa^ £^iui ii^qifiçji^^e » 
Qa qi|i£l]»n$ &q alyl« : ms^is: i> çi?u( eiv 
cor^ moit^ EijTquer , çn fa^ià^t d)^., 
bonne^raçe ce^ qa il fe^icpic que la puif-i 

daiis un aucç« > Uii fitroM: fài^e 4# 

krçe, Toiitt^s Ijes parples qu'on tui 

avait 4pnnfi€jS ,, fujc^^t qbfçuYeçfi à ia 

niani^e aççouf.m?if j^ 4p ces Çreç$, ^ dç 

Vin.digmçç fuiç pipftciB jufq» à mal traitée 

U Pap« QiipwfowR^ ,^ plu5 ii^iigi?^ 

firent 9mQ^^ Ips Ç.yeqi^^Ç^ de fon par,i;i, 

^[u$ il j^ plaigi?i.c j. plu« il réçlanna h 

foi des fewQPS ^ ^ plus Içs qîiauYai! 

traiçjstmei^s augwi^iit,çj:e.ti;. Enfiçi il s'ap^ 

perçue que l*m gai^dpii: tom^s, les av^ 

nues du pabis; og Û étpit logé , Ôç 

wème av«ç; jfi peu d'cg^rds > qa oii en-i 

câodcHt. d:e &^li appiirc<^ixient les cris 

(iej$ |b|dat;$. Pans, cette extrémité y ï\ 

(e [déroba pendant la nuit, franchit 

im mur , ^ dans les plus grandes ri-^ 

eueurs de Thiver , deux jours avant; 

Noël , avec dçs peines infinies 6c non 

•soins de péjçy& j il /çcWpa d« C. ?• 

t i) 



m 



■^^iri"'-^- '■' 



I S T O I R 1 



1^4 H 

et: fe refiigia au delà du Bofjîbore j 
^aiis régiife de Ste Euphcmie de Cal- 
cédoine , où s'croit tenu le conciîc 
qu'il défendoic contre l&s Acéphaies. 
' Juftinien entreprit encore de le faire 
revenir , de hu envoya une députation 
des feigneurs de fa Cour )es plus qua- 
lifiés, Te fameux Bciifâke à la tête. 
Le Pjtpe répondit très-décidément 3, 
qui! ne f:>rtiroit pas de Ste Euphé- 
miï , î moins que la caufe de l'E- 
glife ne fût terminée comme il con- 
venoit; qu'il n'avoit que faire de fer- 
mens trop fouvent violés ^ que fans 
ces garanties kifuffifantes , il revien- 
drbit, des qu'on auroit rétabli les 
chofes dans l'ordre naturel , Se levé le 
fcandalequi défoloit le troupeau de J. G. 
La deffus il expofa d'un ton pathéti- 
que tous les maux arrivés, depuis que 
1 Empereur ufurpant les droits du fa- 
cerdoce par Timpuldon d'un évêque 
fchifmatique , avoit donné fonedit doc- 
trinal fur les trois chapitres. En finif- 
fanc, miniftres illuftres & religieux , 
dit-il aux députés , allez , je vous en 
conjure par le redoutable jui^ement du 
Maître Eternel j allez, de t de ma 
pat '^ celui qui n'eft n jn que pour 






■/•■•r. 



•>-, 



D 1 fcSE'.O; L I SI. *4^ 

joUel^fies n^pmeni ;, Vou$ vous .charge;i 
d'un çnrorm^ . péçhc > en pçeoant çon- 
6ancô' aux ennetnisdQcIarçS'dé r£gUfe j 
particulièrement à Théodore de Céfa- 
rée. Ces paroles prononcées avec véhé- 
mence prpdui firent leur e^et : on donna 
atisfa^ion à Vigile , au Aifet de Théo- 
dore ôc defes partifans^, ils lui adrede- 
rent une profelfion de foi, où> pourcon-r 
ferver Tunité eccléfiaftique , difoient-^ 
ils, ils recevoient les quatre conciles gé- 
néraux , de Nicée , de C. P. , d Et 
phefe Ôc de Calcédoine, ôc s'engageoient 
a iiiivre inviolablement tout ce qu'ils 
avdient décidé du conf^ntement des 1er 
gars du S. Siège , par l^fquels les Papes 
y avoient préiidé chacun en leur temps : 
preuve des plus remarquables , que les 
Papes avoient en effet préiidé par leurs 
repréfentansàtous les conciles généraux^ 
&c que les Orientaux n'en doutoient pas. 
Cette p^ofefïion de foi fut auffî dour 
née pat* Mennas de Conftantinople *, 6c 
c'efl la dernière adbion que nous lâchions 
de lui. Il mourut peu de temps après , 
ayant aind pleinement fi paré le fcandale 
de fes liailb»-^ ivvec Jcs fchifmatiques ar- 
tificieux, ^ai j en s'expilmant con-^ni^ 
^^*> penibient bien différemniciç. U 

l.il) 



Vî . 



î^'y'-C 



vc; .$ 






àv&ît , une d» |^rtiit(i«s v«tt«8 1 <dè(i^iiii. 
tentionii dteÎMt , & û)ii téfttâble *mbiir 
pûor rËgiiiife^ qui le Cètiit»ce èmre ïti 

' 11 attivft de fbn fietVF|« lOh miirftcU 

tfop éclttcftilt & tT0{> bfèl) ftttefté » ()dut 
être pâflië foasiilence. (fétek MUïtàn^ 
txtniit cmkûWiè à Cèn(^andnopl« > «eè 
ciledorâ aMlkrài«sfâi^aatti|âàeott^¥mè 
^dfe^ de faire vemr les m^és ihhè^ 
tcefts des petites écoles , pour coMfottimer 
ks partkules du corps de Ji C» iqui 
reftôienl après la communioli dés ftdul<»- 

c u^^' *^' ^®^' "^^^ *^^ jeiities etifans , vint iittjout 
celui d'un juif verrier de profërfioit. 
Comme il s*©*! retourna plus tard que 
de toutiune i la tnaiibii paternelle , fet 
|)aren$ lui en demand^e^t la tMfie , & 
îlieurratontaiïïgéhuemeiit ce <)uis'^^roir 
fzffc. Le perc enfurVHk-lia im ttîs , at- 
tendit k tooïneftt (]^ fô ti^ere étdit îab« 
fente>& le jeta dàiislkîbuMîàife. Cette 
femitie aifiig)^ chet^ella fou <Ê!ïi&iiî pa^" 

tùuve ià ville^ Au bout de trois jbui«s, dé 
/efpérée deit^en rietv apprendre , 6c ce- 
datit âl^xcèsde fou fhèjj^rin ^ etk coart 
fàr toute fàiif^aifonv t^mmh&is d'elle- 
ifitme, 6)1 appellîâic à grands d4*$i'eii- 
fant par k>n fiôài. D^ la f<3/tt'e 4^ la vist* 



"f "^ '. •< ■^^■-■' "»T"1 



^ *■/ ■; T * " '"^■- ' 1^ 



i A l' È G fc I s^ Ê/ 14^ 

du faàrneftu. £ilè «ïlibnce la porte , fa 

tehdreflTe lui 'doo^im^c <des forces , & ïo 

voicdeboott ^ faifi & fauf àûtnilieù &és 

flantifnes. On ^ni dtfitiandta cûltitnent il 

avoir ^é gatàwti ? il réjiorfdit qu\liYe 

feinrne vêtàe dis {Kïutprè jétbït fôuvèftt 

ée !*eau atttdot d^ Ini fmr ërehidrè le 

feu , ôc loiidùmioit a manger , quandil 

avoir faim. La merefeconvettit. L*Eitt- 

pereut i'ayaitt fait bâptifer avec fon ifih , 

les mit tJOtts deux -dans îe rfetgé 1 Teft- 

font au rang des lêâreufs , '^la reittïfte 

au nombre'des'dta^cbntflTes. ^taislepere 

qui perfîfta dansPaveuglettieiït, fat éltt- 

palé, comme particide. ' "'^ * - . • 

Le S. Patriarche Meiiiias etlt d^iis S. 

Kurvchius , itn fiKceffèm: digne de Itii. 

Perit-€ls'd'tin évêque , Etftychios àVôît 

été élevé pr fon arcâl , wms toute la 

pieté convetiafcfe à îa fàitttetè de foh étar. 

A douze ans , oft V'etWdp, |rotn: le» éta- 

des à îa tapitale , *oà il voulût em^raf- 

fer la vté ttïonàftiqae : mais f Ev'êqûe 

d'Amafée te voyatit propre i fei're dàXis 

la fnitetm digne paftÊfOt , VOùhït le liir 

en qttelque forte i'cetfeîrartiôte., lelfic 

d abord leiSbnt , pm 'àixae , 'eta ob- 

fovaïît les int^ "^ ktîfides Viàiûtis , tftfin 

Liv 






148 H I s T O 1 R I 

prêtre i trente ans \ après quoi il le laiiTa 
entr .r î;>ni un monadere fort régulier 
de fon iiiocefe, où le mérite d'Luty- 
cUius réleva bientôt à la fupériorité. Ce 
fut de rà que TEvcque étant malade 
l'envoya à ConAanrinople , pour tenir 
fa place au coiiciie général. L'iHuftre Dé- 
puté, car il étoit de haute naiifance , lo- 
gea chez le Patriarche Mennas , qui pré- 
. dit à fon clergé que ce moine feroit fon 
ïbid.c.17. fuccelTeur. Eutychius étoit favant , & 
dans la queftion , alors fiobfcure, tou- 
chant le pouvoir de condamner les 
morts, il tenoit Taffirmative , & la 
foucint folidement dans une conf rence 
où fe trouvoit l'Empereur. Rien ne pou- 
voir plaire davantage ace Prince. Le Pa 
triarche Mennas étant mort quelques 
jours après , Juftinien engagea le Sénac 
& le Clergé àchoifîr Eutychius , qui de- 
* vint ai:ifi Patriarche de Conftantmople 

à l'âge de quara ute ans. 

Le nouvel Evcque donna auflî- tôt au 
Pape fa profePIon de foi, non moins 
orthodoxe que celle de Mennas. Les 
évêques d' A'exa. irie, d'Antioche , de 
Theflalonis ^ , avec tous ceux qui 
' n avoient pcs encore déclaré leur foi à 
Vigile depuis le commencement desdif 



Il 1 



1 le laiiTa 
régulier 
B d'Luty- 
orité. Ce 
: malade 
our tenir 
juftre Dé- 
ance , lo- 
! , qui pré- 
feroic fon 
avant , & 
are, tou- 
mner les 
e, & la 
:onf'rcnce 
en ne pou- 
ce. Le Pa 
quelques 
?ale Sénac 
s , qui de- 
antinoplc 



1* £ G L I s E. 149 

putes , prirent cette occaHon de le faire, 
en adoptant la confendon du nouveau Pa- 
triarche. , Le Pape quittant alors fa re- 
traite de Calcédoine , furies aifurances 
qironlui donnbit par une bonne profef- 
iion de foi > approuva celle-ci fans difHp 
culte ; & l'on convint amiablement de 
s*aQembler j pour décider la queflion 
des trois chapitres. 

Vigile demanda que le Concile fe tînt 
en Italie , ou du moins dans un lieu plus 
à portée de l'Occident que C, P. ôc où 
les Occidentaux ne puHent avoir de 
bonnes raifons die ne pas fe rendre. Cette 
proportion ne converK>ic pas à Timpa* 
neia 'ede Ju(Viiiien. Le Pontife requit en- 
Aiitc , qu'au ^noins on fît venir les évê- 
ques de l'Italie & de l'Afrique j puif- 
c^u'ilétoii fort à craindre , quQ le Con- 
cile fe tenai: fans ces prélats qui pre* 
noient le plus d'intérêt aux qiielbons 
agitées , la déciHon ne leur en devînt 
extrêmementfufpe^e. Juftinien trouva 
cette féconde proportion raifonnable , 
& il j^ donna fon cpnfentement j à con- 
dition néanmoins que les évèques Ita- 
liens & Africains ne furpafleroient pas 
les Orientaux en nombre dans les confé- 



rences > 



^■■ 



■f:^^ ' 






I s T O 1 K É' 



Tcm, 

COQC.J». 






ipb H 

. -^ Ixs ckofes éloitiic arrecéeàdte la îorce, 
fuivanc 1% verfion d\itï aheihi fnjtnuf- 
<rit du Vatican , ôc déjl le Pape s*oc- 
cupoit de la eohvoc^aâbh) qilànd TEm- 
|»ereur , tcmfoUrs f fus ihqui^t 6t plus 
4inpatietic, le Vouliit laite expliquer 
|>rovifiofitiell«Miént fur les (tois chapi- 
jces. Les Ëvèqoes^ui ie trouaient avec 
le Pontife repréfencerenc les inconvé- 
niens d*une détlaracion prétKiaturée, qui 
ne poiitoit manqnet d'indifpofet leurs 
collègues. 11 écoit même impoffible au 
Pontife de ^re Ce qu*on exigeoit; parce 
qu*il relevoit â peme de maladie, ôc 
qu'en pleine famé il lui auroit fallu 
beaucoup plus de temps qu*on ne lui 
en accotdoit, pour examiner tout ce 
que TEmpeteur lui avoit envojré de re^ 
ktif à £es vues. Vigile demanda donc 
un terme de vingt fours. Mais dans 
l'intervalle, les Orientaux commencè- 
rent ie Concile ^ d^ la premier^ confé- 
rence, c'eft ainfi qu'on en appelle les (tf- 
fitnSi fe tint ie 4 Mai 553. On s'af- 
fembla dans la falle fecrete de Féglife 
cathédrale, où fe trouvèrent les trois 
patriarches , favoir Eutychius de C. P. 
Apollinaire reconnu depuis peu par ie 
Pape pour Evèque légitime d'Alexan- 



I ' 



DE t* Eglise. ip 

itiCf 6c Domnin d'Anciochc, avec un 
grand nombre de métropolitaiitf , «n 
couc cenc cinquante^ un cvtf<^iesy donc 
quelques lilyriens, ôc cinq Africains 
leulemenc, qui u'écoient rien moins qae 
r<flice de l'Eglile d'Afrique. Le Gob- 
verneur détecte province, au contraire, 
les avoic pris encre les plus mal-famés 
& les plus ignorans, comme les plus 

Î propres à fe vendre à la Cour & à k 
brtune. Mois couces ces mancnwres ne 
purent étouffer la vérité» que le mo- 
dérateur adorable des Conciles fait qiiel- 
quefois fortir du choc même des pauions 
humaines , ôc qu'il a attachée, non pas 
aux qualités personnelles des Evêques, 
mais au caraâere ôc au <x>rps de TE- 
pifcopat. ^ ^ fi^Au'ï.:^ 

Dans kprentiteredc kieconde con- 
férence, le Concile prit des inefures , 
f>oar faire paroitre le Pape Vigile y ou; 
e mettre endéfaut 'j ôc cependant il s'ap-^ 
paya des feiiclmens déjà connus du Pon- 
ti^ contre Les crois chapitres* Comme 
coûtes les invitations nopéroient pas., 
ôc que le P^pe ne promettoic autre cnofe 
que de donner (on avis {iéparératenc,. 
on fe mit en devoir de procéder ea 
xegle contre les écrits Ôc les écrivaîasi 



<. » 



2)1 H t S T O I H E 

4^nonccs. On commenta le 9 de Mai 
par déclarer qiron cenoic la foi des qua- 
tre conciles généraux Ôc des Pères, 
nommément des SS. Athanafe,Hilaire, 
Baflle, Grégoire de Nazianze ôc de 
Nyflfe, Auguftinj Jean Chryfoftome, 
Cyrille, Léon, de Théophile & de 
Procliis. 

Après cette efpece de préliminaire, 
on examina dans les trois conférences 
fuivantes , qui fe tinrent à peu de jours 
de diftance Tune de Tautre , les ouvra- 
ges de Théodore de de Théodoret; 
puis la lettre d^lbas. Ils étoient claire- 
ment infectés des erreurs de Neftorius; 
& Texamen n*en étoi pas difticile. De- 
puis longtemps, ils t iérontentoient les 
Do^beurs orthodoxes; puifque les au- 
teurs en avoient été repris aa Concile 
de Calcédoine, ôc qu Ibas Ôc Théodoret 

2ui s*y trouvèrent avoient été obliges 
en faire une rétradation au moins 
indirede , en difant anathème à Nefto- 
rias. Si le concile ne pouffa point alors 
les chofes plus loin , ôc s*il n'anathc- 
matifa pas formellement les auteurs avec 
leurs écrits, ce fut uniquement pour 
le bien de la paix , Ôc ann de faciliter 
le retour des Orientaux éearés eîi fi 
grand nombre. ■^^*-^^ ^^ 



■ v- fi "* * - "**' ' 



^■\ 



/ V- 



DE l' E G L I » E. 151 

Ibas en particulier n'avoie été reçu 
par les Pères de Calcédoine , que comme 
pénitent j ôc par compaflion pour fa 
vieilleffe. Sa lettre qui /ontient des pro* 
pcfitions vraiment hérétiques , fcanda- 
lifa condaniment les Pères , 6c ne fut 
nullement approuvée par le Concile ,au 
moins quant a cette partie \ comme il eft 
notoire nar l'infpeélion des ade?. Ils 
portent umplement que la lettre de TE- 
Vcque d'EdefTe ayant été relue , il fut 
perfonnetlement trouvé catholique ^ Tûit 
parce qu'il en condamna ou expliqua les 
paifages mal-fonans ; foit , parce qu il 
y déclare en termes exprès , qu'il veut 
fuivre la foi à laquelle S. Cyrille avoir 
enfin ramené Jean d*Antioche > avec 
les Orientaux. D'ailleurs le Concile de 
Calcédoine ne fut a(Tèmblé que pour 
condamner les erreurs d'Eutychès ^ & 
le Pape S. Léon avoit expreflTement ref^ 
treint à ce feul objet le pouvoir des lé 
gats qui y préfidoient. On ne fît donc pas 
nner^tmen approfondi des écrits qui 
n y étoient pas relatifs ; & nous ne cie- 
vons nullement nous étonner , que le 
Concile fe foit borné i conftateJr la foi 
des fujets fufpefts. Si quelques évèques 
tn particulier ont approuvé i Catcé- 



t54 H I s T a r R É 
Àôine la lettre même d'ibais , combien 
de diftancey a-t-ild* une .pareille appro- 
Dation à la déciiloii formelle d*uii con- 
cile qai avoic adopté riadruâdon du 
Pape à {qs légats dé ne point prononcer U 
demis ! 11 étoic de la prudence de fe taire 
fur des auteurs réputés catholiques , Ôc 
aui par là fe trouvoient enbutte à.rhéré- 
ne dominante. Un jugement porté con- 
tre eux dans ces conjon<^utes » n auroic 
fervi qu'à fcandalîfer les foibles. Mais 
le$ circondances étant changées , Ôc le3 
écrits dé ces auteurs prenant de Jour en 
jour un crédit plus grand , Se vraiment 
dangereux , il parut néceffaire de Tarrê- 
ter par leur fîétriflîire» 

Par une conféquence dos mêmes rai* 
Ibns j les Pères du cinquième concile 
jugèrent expédient de Bétrir la mémoire 
même de ces auteurs; quoiqu'ils fudènc 
mons dans la paix Se la communion de 
l'Eglife , au moins pour ce qui étoit de 
Théodoret Se dlbas^i Quant a Théodore 
deMopfuefte , il avoir joid d'une répu- 
catio^n fort équivoque , dans l'idée des 
ptélàts de fon temps les plus faints Se les 
plus zélés pour la roi. Onproava même» 
par un examen fait mûrement en concile 
Se fur les lieu^ > que fou nom fufpedde 



■> 



y £ 



l' £ G I X s £. Iff 

fout temps ii'avoit jamais été dans lei* 
diptyques de fon Eglife. 

11 s'agiiroit après tela de réfoudrfe k 
oufeftionqu'oiî trouvoit fi neuve & fi dif- 
ncile, favoir s*il étôit pertiris de (Con- 
damner les tnorrsr Elfe fut examinée 
dans le même temps que les écrirs de- 
ftoncés , c*eft- à-dire dans la cinquième 
conférence j & Ton s'y coavainqiiit ,. 
que ce qui fembloitfi nouveau n*écoit 
pas fans exemple. Bénigne d'Héraclée 
obfervatquepliifieiirs hérétiques avoieiit 
été regardés comme rels ôc ân'athéitiâti- 
fés depuis leur mort ^ quoiqulls n'euf- 
fent été condamnés par aucun concile» 
Tels éioient Valentin ,. Marcien , Ba^ 
filide , 6c en des temps plus récens j Eu- 
nomius ôc Apollinaire. Oïi lut plufieurs 
pafTages de S. Auguftin , qui autori-» 
foient à lancer lanathème contre les 
écrivains pervers épargnés de leur vivant, 
^and après leur mort on fe fcandalifoii 
de leurs erreurs. Sur ce qui fut repré- 
fentc que S. Cyrille, tout perfuadé qu*il 
étoit de la perverlîté des fentihienis de 
Théodore de Mopfuefte , avoir néan- 
moins empêché qu*on ne le condamnât 
nommément; on répondit que cen'avoit 
été que par difcrétion , 6c pour ne p^ 



t^S . H I s T O I RE 

rallumer le feu de la diviTioii a peine 
éteint j que lui-même avoit depuis écrit 
contre cet Auteur, en voyant le progrès 
que faifoient fes impiétés. 

Nous avons; vu que le Pape pre(ï^ par 
Juftinien avoit promis de donner Ion 
avis féparément , fur les écrits qu'on 
T.r.Conc. çxaminoit. C'eft ce qu il fit après la fi- 
^"^* xieme conférence tenue le 1 9 Mai , par 
un décret raifonnc &c fort long , qui , 
bien que daté du quatorze , ne fut en- 
voyé à l'Empereur queonze jours après, 
c'eft-à-dire le vingt-cinq. On appelia 
cette feconae déclaration de Vigile , k 
Conftitution , pour la didinguer de la 
première qu'on nommoit fon Prononcé, 
& qui étoit cenfée non-âvenue , depuis 
que le Pape Tavoit fupprimée du con- 
sentement même de 1 Empereur , en 
s*obligeant à s'expliquer d'une autre ma- 
nière. Vigile y fit néanmoins fentir que 
les prom elfes ayant été réciproques , & 

3ue la parole qu'on lui avoit engagée 
'alfembler en nombre égal les éveques 
d'Orient & d'Occident n étant pas rem- 
plie , fa promeire ne l'obligeoit plus à 
faire fa rcponfe furies trois chapitres; 
mais qu'il la faifoit pour ne pas donner 
lieu aux éveques. de violer l'ancienne rc- 



D I L*£ G L I S E. 157 

gle , c*eft-à-(lire de prononcer avant 
que le Siège Apoftolique eût publié Ton 
Jugement lur une affaire déjà portée à 
ce fiége, & qui intcrelToit toute TEglife. 

Après ce préambule » Vigile examine 
la doârine des ouvrages en que'dion , 
la trouve vraiment condamnable , & la 
frappe d*anathême. Mais pour les au- 
teurs mêmes qui avoient été épargnés 
par le Concile de Calcédoine , croyant 
toujours que c*étoit lui faire injure que 
de les flétrir, il défend à qui que ce 
folt de les condamner après leur mort ; 
d'autant mieux , ajoute- t-il > qu'en ob* 
fervant la conduite de nos prédécefTeurs 
à l'égard des morts qui n'ont pas été con- 
damnés de leur vivant j nous avons 
trouvé des autorités toutes contraires à 
cette rigueur, dans Léon& Géiafe d'heu- 
reufe mémoire. 

Dès le lendemain de cette déclara- 
tion , c'eft-à-dire le 16 de mai , on 
s'aflembla pour la feptieme conférence, 
llparoît que l'Empereur avoir déjà pris 
connojiirance de ce qui étoit contenu 
dans la conftitution d^ Vigile , 6c que 
la perfévérance de ce Pontiîe à fauver la 
mémoire desmortf l'avoit très- vivement 
iudifpofé. LeQuefteur Conftantin entra 



Ibid. f4^. 



4.^^ Hf s t é t Ht 

au G>ncile delà part du Priilce , Ôc die 
aux Pérès , <Jue le Pape avoir envoyé un 
nouveau décret ^ mais que Juftinien 
avoir refufé de lé recevait » Se avoit ré' 
pondu que > pour condamner les trois 
chapitres» Ton n*avott pas befoin d'au« 
fres décrets pontiHcauit que ceux qa'cln 
avoit déjà y êc qaefî cette nouvelle pie(% 
ne les condamnoit pas , on devoir y 
avoir d'autant moins d'égard , que le 
Pape fe trouvoit par là en contradi^ion 
avec kii-mcme. Pour prouver ce qu'on 
avançait > Se montrer en même temps 
aux evèques que rabfence du Pape m 
devoit pas les empêcher de prononcer, 1« 
Quefteur avoit apporté contre ces trois 
chapitres difFérens écrits de Vigile, dom 
quelques-uns étoient fignés de fa moit 
11 infilla encore fur le premier décret , 
nommé Prononcé , ou Jugement. 11 é 
vrai j ajouta-t-il , que le Pape l'a retiré 
par la fuite , mais ious le plus terrible 
ferm.entde concourir de tout fon pouvoir 
avec l'Empereur à la condamnation des 
crois chapitres , Ôc de ne jamais rien | 
faire en leur faveur , par lui ou par au- 
trui. On prodtiilît ^n effet ce ferment, 
qui avoit été fait par écrit trois ans au* 
paravanty& à chargede demeurer fecret, 
félon la promefTe de JiUlinien* 



ft E l' E lï t r S E. 



^55^ 



ce, &dit 
envoyé un 
Juftmien 
3c avoit ré- 
it ïes trois 
tfoifi d'îU' 
ceux qa cin 
jvellc pie(!e 
m devoity 
rd , que !e 
iitradi^ion 
er C6 qu'oïl 
icme temps 
du Pape ne 
Tononcer,l« 
tre ces trcàs 
Vigile , dom 
de fa maift. 
i«r décret , 
,enr. Il é 
Lpe la retira 
ÀVLS terïibfe 
fon pouvoir 
Imnation dis 
jamais rien 
li ou pat au- 
e ferment} 
Itrois ans au» 
içuter fecret) 



Le Quefleut reprc^eiitk aiiffî àvèt 

coitïbicrt d'inftatKe oh àvoit preflTé V4- 

p\e de ve)UF an Cokicile prehdte 1^ tahk 

^onvenable^u Chef de Tepifcopàt, AoK 

ii-tot après , il f émit un ordi'e de TEm- 

pereur , â reffec d'oreir des diptyques \k 

iiom de ce Pape qui favorifoit rimpiécé- 

en tefufant a'^iîifter au Concile où on 

vouloit la profcrire. Mais notis confeb- 

vons , dit-il toujours au nom de TEm- 

pereur^ nous confervons religieufement 

l'unirë avec le Siège Apoftolique > 6c 

BOUS nous promettons que vous la con- 

ferverez également. Cette diftin<fHon 

que différens aùteuts donnent confofé^ 

tnent pour remarquable , ôc qui peut 

l'être en effet dans quelques circoiiftan- 

ces, méritoit bien qu*on lui donnât quel- 

3ue développetnent. Rappelions - nous 
oncqu^il f àvoit plufieurs fortes d'ex- 
totnmunicacions , & par cortféquent de 
tottiftiunions. Lés prélats pouvoient être 
iitfds ) foit dans la partitipatiois &la cé^ 
lébration de$ SS. Myftéres , foie dans 
1 Tordre & les fonâ;io!is de la hiérarchie. 

Orfi Jùilinieh ^ en voulant faire effacer 
I des diptyques le notii du SbUverain Ton- 
|tiFe, pi^cendit autre chofe que l'ex- 

clore de la j*emifete é0& communionis. 



x6o H I s T O X R I 

aue nous venons de marquer , il eft vî< 
iible que la didindion qu'il meccoic entre 
la Chaire de Pierre âc la perfonne du 
Pape , n'eft remarquable que par fa fri- 
volité. Vi jile alors n'étant pas dépofé , 
mais en pleine jouilTance du miniflere 
pontifical, tant de fait quede droit 'y l'u- 
nité avec le S. Siège, e^^cluiivement au 
Pontife qui Toccupoit , n eut plus été 
qu'une chimère. Mais fans pouffer plus 
loin la fubtilité de ces difcullîons , il eft 
du moins inconteftable qu un Empereur 
ne pouvoir rien ordonner contre le pou- 
voir tout fpirituel du Vicaire de J. C. Les 
évêques , ajoute-t-on néanmoins , re- 
çurent & approuvèrent cet ordre de Juf- 
tinien. Mais on peut très-fagement prc- 
fumer, que cette approbation qui ne fe 
trouve pas dans tous les exemplaires du 
Concile, eft une des altérations que les 
ennemis de l'Eglife ont faites dans quel- 
ques-uns de ces exemplaires extrême- 
ment différens des-autres. Cette diver- 
iîtépeut auflî provenir en partie , de ce 
qu'on aura fupprimé ce qui paroiiroii le 
. plus défavantageux au Pape Vigile , 
quand il eut enfin approuvé ce Concile. 
On tint la huitième conférence le fé- 
cond Jour.de Juin. Sans pr^ndrç les voir 1 



l eft vl- 
lit encre 1 
une du I 
r fa fri- 
lépofé , 
ûniftere 
)it -, Tu- 
mem aa 
plus été 
(Ter plus 
is , il eft 
mpereur 
e lepou- 
J.C.Les 
ins , le- 
lede Juf- 
iieiit pic- 
qui ne fe 
)laires da 
is que les 
ans quel- 
extrème- 
te diver- 
,e , de ce 
roiiroit le 

Vigile , 
Concile. 

lice le fe- 
el.es voix! 



D E 



G L I S E. 



l6l 



des évèques en particulier n lut la fen- 
tence qui étoit toute dreii'^e , Ôc <]ui 
condamnoit Théodore de Mopfuefte , 
avec fes écrits impies ^ les impictcs écrites 
par Théodoret contre la vraie foi , fa- 
voir contre les douze chapitres de S. Cy- 
nlle , contre le Concile d'Ephefe , & 
pour la défenfe de Théodore &c de NeC- 
torius ; enfin la lettre d'ibas à Maris , 
comme niant qi: : le Verbe fe foit incarné 
k fait homme de la Vierge Marie , ac- 
cufant S. Cyrille d'être hérétique & 
Apollinarifte ^ blâmant le Concile d'E- 
phefe d'avoir dépofé Neftorius fans exa- 
men , & défendant Théodoret ainfî que 
Neftorius j avec leurs écrits pernicieux. 
Le Concile anathématifa tous ces ouvra- 
ges , &les apoloeiftes qui prétendoienc 
les fqutenir par Pautonté des Pères de 
Calcédoine ; puis il ajouta quatorze 
anathèmes , qui renferment en abrégé 
toute la doctrine de ^Incarnation contre 
les erreurs de Théodore de Mopfuefte 
& de Neftorius. Ici encore plus qu'ail- 
leurs , les Pères du cinquième Concile 
ùîfiltent fur la condamnation que le Pape 
Vigile avoit faite des mêmes erreurs de 
kive voix & par écrit ^ Ôc ils out grand 
nm de faire oonnoîtreau Monde Chré^; 



^3^ U I S T O I R B 

tien tous les mouvemens qatm^k TEm- 

fereur s'étoienc donnas , pour que ce 
onrife adiftâc avec eux aux aflemblées. 
Mais il s'en eft tenu > difenc-ils , \ iâ 
pcomeiïe de donner en particulier fon 
?««• f <»■• ji^emenc. Pour nous , nous avons jugé 
i propos , comme notre religieux £m- 

tereur nous y exkortoit, de nous afTem* 
lev en commun , ^vant les. anciens 
«xemples des Pères qui ont tenu en leur 
temps les quatre conciles généraux ; par- 
ce qu'il convient de terminer en com- 
mua C6s queftions d'éclat en matière de 



£qI 



!i^"A\-/)' ^'%■^#^$l•. .::';tW H 



Telles font les expreiSons auem- 
fhy.-eut» du moins en quelques endroits, 
énns Pères de ce Concile. S'ils ufent au£i 
de termes qui figniâent une néceflicé ab- 
Coiue de décider les queftions de foi ea 
commun ou en concile , il eft évident, 
Se ils ont foin d'infinuer qi^ c'eft dans 
ksiqueftions qui intére^eht 6c agitent 
toute l'Eglife j que cette nrceiCté a liea. 
Mais ce feroit une afféâation bien mal 
ëdi6ante , ^ue de s'obftiuer a leur faire 
dlire iàns re&rve & fans modification , 
^u*il n y a point d'aucre moyen pour conf 
naître h véirité dans les quemons k 
la &I9 qus^de k& praiter en commun 



que ce 
îinblées. 
[Is , à fa 
lUer fon 
ons jugé 
leux Em- 
us a(r«m- 
L anciens 
u en leur 
lUX j par- 
en com- 
laciere de 

s qu em* 
renaroits, 
lifent auE 
ceflîté ab» 
de foi ea 
évident, 
c cft dans 
fe agitent 
ficé a liea. 
. bien mal 
leui; to 
ication, 
kpourconr 
kftions tl« 
toiQUUun 



D.e L*E € L I s I. tSf 

cnoncé oui , dans le cas préfenc » ne peut 
guère offrir que i*idée de concile géné- 
ral. On ne veurpas fans douce prêter au 
cinquième Concile les fubcermges in- 
ventés Ci lone-temps après pour éludt . 
les décidons Je TEglife. Comment]' 
ginec quece Concile refufe i'infaillibu . 
& le droit de décider i FEgltfedifperfée , 
après qu on lui a vu reconnoître que Va» 
kmin , Marcion 6c bien d'autres fec- 
Kiires avoient été mis très-légitimement 
aa nombre des hérétiques , quoiqu'ils 
a eulTent été condamnés par aucun con- 
cile générai ? Ne voit-on pas ces évèques 
^'appuyer des fentime.ns de Vigile > 
I encore qu'il ne fe troavat point à leur af- 
lifimblée? S'ils indftent fur la conve* 
iiance ou la néceffîcé même d^ juger en 
I commun, ils panent des conionéhircs oà 
iisfe trouvent » ôcdeTincétet qu'ont les 
conciles de voir le SuccefTeur d^ Pierre. 
à leur tête. C'eft un traiit feniible de pré- 
vention, de conclure de ces cas particu- 
fiersi la nécedké indifpenfable de trai- 
ter en concitle , ou du moins en concile 
général , toutes les queftions de la foi* 
On trouve les iK>ms de cent foixante» 
leinq évêques , dans les foufcriptions du 
leinquiemé concile y pacc^^ qu'il ça étoif 



w 






> 



IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



1.1 



U&Ë2A 125 
■i^ Uii 12.2 

IS 1^ 12.0 

u 



I 



IL25 m 1.4 



I 



1.6 






^ 




/, 






Photographie 

Sdenœs 

Corporation 



23 WiST MAIN STREIT 

WEBSTER, N.Y. 145S0 

(716) 872-4503 




.'1 



4r 



[/. 



^ 



^ 




1^4 K I t T I R I 

fitns douce arrivé quelques»-uns depuis la 
première conférence » où ils affifte^ 
fent en moindre nombre., Mats les aur 
ceuirs des i^c foufcripcions » c^ira-t-oii 
peuc«ècre» fuflenc - ils réellement pré- 
lensj ne formoient qu'un nombre peu 
confidérable pour ces premiers temps , 
où il y ivoic une fi grande multitude d*^ 
v|aues« D'ailleurs ceux de FOccidenc , 
c*eft'iTdire de la' poitié du Monde 
Chrétien , non-feulemenr.ne s'y trou- 
yoieni pas » mab n*y avoient pas même 
étévçonvoqués ; de le SuccelTeur de Pierre 
refufa d*y préuder » parce qu'il croyoic 
sivQir à craindre qu'on ne forcit les m- 
ùzzps , Ôc qu'il étoit dé|â inivéperfon- 
nellemenc de la libàrté. De plus on ne 
recueillit pas les voix de chaque Père en 
particulier , félon la méthode conftam- 
ment ufitée jufque U dans les conciles. 
QuQi ^u'il en ioit, de ces procédés ex- 
ufaord^fiàires ,1e jugement de ceConctlej 
£^t tris-orchodo]^ I & il né s*y fit rien 
de contiraitie xû aux loix de l'Eglife , ni 
aux décifions que Vigile craisnoit tant 
d'infirmer. Le Concile de Calcédoine J 
après avoir exieé des auteurs des trois | 
chapitres la conteffion de foi la plus o"- 
diodoxe 8c la plus formelle;, If^^ pré*] 

cifément)! 



;epttb la 
affîfte- 
Sflesaur 
Ika-t-on 
lent prc- 
xibre peu 
s temps , 
Lcude d*é- 
)c4(ienc , 
i Monde 
s*y trou- 
pas même 
c de Pierre 
'il croyoit 
^ les fuf- 
tvé|>erfon- 
»lus onne 
ittePereea 
conftam- 
conciles. 
.cédés ex- 
ce Conôle 
,s'y ifit tien 
[^life , m 
lignoit tant 
Alçédoine, 
:s des trois 
la plus oî^- 

cifément ,1 



dfément , Se de peur d'un plus grand 
mai , leurs perfonnes en paix ^ fans rieri 
approuver de leurs écrits pernicieux : te 
cinquième Concile , en condamnant tes 
auteurs avec les écrits > non-feulemenc 
tir fentirque les motifs d*indutgence qui 
avoient lagement guidé tes Pères de' 
Calcédoine , ne fub(îftoient plus \ mais 
il confirma folennellemeotleuc^conc^le » 
le, mit au même rang que tes trois pre^ 
miets,& condamna l kéréiie d*Eutycnèsy 
aufllî bien que relle^ de Neftonus* Ceft 
ainfi que la Providence empêcha , d*utie 
manière admirable ,que tes fuppôts des 
Puilfances de TEnfer , û bien étayés de 
cçlles du (iecle , ne prévalutTent contre 
TEglife. - ' <>£ 

Le Tout-Puiflant avoir, queloue tempf 
auparavant, rétiré du monde l'Impéra-^ 
rrice Théodore qui les protégeoit ^ 6c 
le faâieux Evêquede même nom qu'elle 
k de même fen^ment , avôit beaucoup 
perdu de fon audace Ôc de fon crédir. 
On le vit, après cela, fe rapprocher in- 
fenfiblement des orthodoxes, contenc 
en apparence d'avoir réufli à Taire con- 
damner les trois chapitres. Au moins 
j cft-il confiant, que Théodore de Ce- 
farée n'empêcha point, la condanînatioa 
Tome FI. M" 



t66 Histoire 

(J'Origene, requife par le Patriarche 
de Jcrufalem, Ôc follicicée vivement 
par les Abbés Conon & Euloge, fes dé- 

^ piu;s. L*£mpereur envoya aux Pères 

i'édit qu'il avoir public quelques an- 
nées auparavant contre ces erreurs» d^ 
qu il Ht ioufcrire à Vigile , afin que le 
Pape fût encore cenfe autorifer cette 
partie du cinquième Concile. Si dans 
tes adçs qui nous en refient, on ne 
trouve point cette condamnation d*0- 
rigene , c'eft qu'on n*a plus- de ces ate 
qtt'une ancienne ver (ion latine« Mais 
il nous refle > contre les points capitaux 
de rOrigéniAne , quinze canons en 
langue Greque, fous le nom dçs cent 
foixante Pères du Concile tenu à C, P, 
T, Ce qui parut manquer à ce ' ncile, 
dans l'efprit des perlonnes pic.^nues, 
^ fut fuppléé dans la ftiiçe par Tappro- 
bation du Pape, ôc par Tadhcfion de 
toute l'Eglife Catholique , après qu'elle 
.eut eu le temps de s'inilruire des faits. 
T. f.Conc. Six mois après la célébration. Vigile 

f»S9i' ^écrivit au Patriarche Eutychius , qu'il 
fe rétradtoit & fe rendoit enfin à l'avis 
du Concile, parce qu'on ne devoir pas 
avoir honte de prendre le bon parti 
quand ou le reconnoifFoit. Il expoia les 



itïàrche 

vement 

> fes dé- 

X Pères 

ues aii- 

:curs,& 

n que le 

fer cette 
Si dans 

; , on ne 

ion d'O- 
ces aâ:es 

ne* Mais 

s cîipitaitt 

anons en 
dçs cent 

LU à C. Pt 

5 ' îicile, 

iiw, cînues, 
. Tappro- 
,hcfion de 
irès quelle 
des faits. 
In , Vigile 
ius , qu " 
Ifin à Vavis 
Idevoit pas 

bon P2i"^ 
lexpofales 



D I L* £ G L I S B^ 1^7 

principales erreurs des auteurs des troig 
chapitres ^ puis il ajouta : Nous faifons 
favoir à fouce TEglife Catholique , que • ^ . 
nous mettons au rang des autres hcié- " 
tiquQSy ôc, anathémacifons Théodore de 
Mopfueftc, 6c Ces écrits, impies; les 
écrits de Théodorec, cane contre Sj 
Cyrille & le Conc-ile d'Ephefe qu'en 
faveur dô Théodore Ôc de Neftorius ; 
la lettre écrite au Perfan Maris, ôc 
qu'on dit êtred'lbas. Nous foumectons 
au même auathème, quiconque défen- 
dra, ou prétendra que Ton doit dé- '-^ 
fendre ces trois chapitres. Nous recon- 
noiflbns pour nos frères 6c nos collègues» 
tous ceux qui les ont condamnés; 6c 
nous annulions tout ce qui a ^cc fait 
par nous, ou par d'autres» pour la dé- 
fenfe de cette cau(e. 

Trois mois après cette lettre de Vi- v. conc 
gile,il donna une conftitution en meil- !J°[^^°"^'*' 
leure forme, 6c beaucoup plus ample, 15p. 
où il marqua plus diftini^ement la dif- 
férence convenable, entre Théodore de 
Mopfuefle dont il anathématife for- 
mellen^ent la perfoune avec les écrits, 
& les deux autres auteurs des chapitres > 
ou plutôt les deux autres chapitres dans 
le lens de leurs auteurs Thciidoret 6c 

Mil 



I6t K I s T O I R 1 

Ibas. Il condamne àuflî ce que Thêd^ 
dbrçt a écrit contre S. Cyrille & contre 
le Concile d'Ephefe : mais il ajoute que 
cela a ctc condamné par Théodoreç 
lui-même , qui avoir repris de bons fen-t 
timons. Quant à FafFaire d'ibas» il nous 
apprend , qu'il fut queftioii , au Con- 
cile de Caicédoine> de deux lettres dç 
cet évêque ^ la première , fabriquée ca•^ 
lomnieufement par les Neftoriens, ôc 
adrelFée, fous le nom d'ibas, au Perfan 
Maris : Ôc cette lettre , ajoute Vigile, 
a été condamnée juftement par le con- 
cile, comme impie ^ vraiment héréti" 
que. La féconde lettre avoit été écrite 
par le Clergé d'Edefïe , çn faveur de 
fon évèque, 6c fut déclarée catholique 

Gtcg. Ef.T^^ ^'^ même coricile. S. Grégoire le 
«• grand ^ confirmant ce que dit ici le Pape 

Vigile , aictefte qu'en effet TEvêque Ibas 
avoit conflamment refufé de reconnoî- 
tre la lettre fcandaleufe qui coiu?oiç 
fous fon nom. 

/ Juftinien s'étoitperfuad^ que les dé- 

crets du cinquième Concile étein- 
droient les divi(k>ns t mais les décifîon^ 
fe multiplièrent, & l'oiji vit naître un 
fchifme , que cent ans de zèle & de 
ménageiiicup purent i p^i^e éteindre. 



D B L* E G L I S «. 1^^ 

En Occident, plufîeurs Eglifes rejetè- 
rent ce Concilie, qu'elles imaginèrent 
avoir donné atteinte à celui, de Càlcé^ 
doine. La Singularité àcs circonftanccs, 
les variations du Pape Vigile, les vio- 
lences exercées par l'Empereur , jointes 
à la différence des langues ôc a la dif- 
tatîce des lieux , qui grollilfoient énor- 
mément ce qui avoit tant fôit peu de 
réalité^ c'étoient-U autant"^ d'obftacl es 
qui exercèrent d*abord Vigile lui-mc- 
me j & beaucoup plus enfuice la longa- 
nimité de toute la prudence de pliiïîeurs 
de fes fucceiïeurs. 11 faut toutefois met- 
tre uneâiftindion elTentlelle entre ces 
Occidentaux de bonne foi. Se les lie- 
rétiques Orientaux qui feignoient d'i- 
gnorer les faits , ôc qui continuèrent à 
oéfèndre comme orthodoxes, des écrits 
que l'Eglife , fous leurs yeux , ven oit 
d'anathematifer , comme affeéfcés du 
Nçftorianifme. Quand la véiitéfat fuf- 
fifamment notifiée aux Occidentaux 
mêmes, Ôc après que les j>réjugés du 
grand nombrle dès Egiifès ftirent lèves, 
ceux qui ne fe fournirent point de cœur 
& d'efprit, quoiqu*un reipedb mal en- 
tendu parû{ feul les guider, fe rendirent 
viaiment coupables Ôc dignes d'ana- 



lyo HisTOiRi 

thème. Si les Souverains Pontifes ne 
jugèrent pas encore à propos de les en 
frapper, c*eft que leur lagefle pater- 
nelle crut que Tindulgence produiroit 
un meilleur effet que la rigueur. 

La raifon que difiérens écrivains don* 
nent de cette conduite > en difant va- 
guement.qu'il ne s*ctoit agi que de faits 
daiis le cinquième Concile >ians ajouter 

3u*il s'y agiilbit des perfonnes à raifon 
e leurs écrits, préfenterune ambiguïté 
qui n^eil bonne qu*à confondre tous les 
principes. 

£n quel fens peut-on dir|| qu'il ne 
s'agillbit point de dogme ou d'objets 
dogmatiques dans le cinquième Concile? 
N'a- 1- il pas condamné l'Origénifme, 
& confirmé la condamnation de Thé- 
relie de Neftorius , 6c de celle d'Euty- 
chès^ N*a-t-il pas déclaré fommaire- 
ment toute la doârine de Tlncarnation, 
par quatorze anathèmes contre les er« 
reurs oppofées ? Si on lit dans quelques 
anciens ^^u*il n*étoit pas queftion de 
la foi dans le Concile des cent foixante 
Pères, cela fignifie uniquement, qu'on 
n'y examina point de queftions nou- 
velles, & qui n'euflent de] A été décidées 
dans les conciles précédensj que l'objet 



4-. 



t>fe lEâLtÉE. 171 

propre Se fpécial de cehii-ci école de 
prononcer, h les écrits de certains pré- 
tars, morts dans la co^piunion de l'£- 
glife, conrenoient une dodkrinfe héré- 
tique, & fi Ton devoir condanvjier ces 
évcqucs après leur trépas. Voiîi pour- 
quoi ces Dodbeurs dé première antiquité 
ont dit fimplement , qu il ne s'agilfoit 
que de perfonnes dans le cinquième 
Concile. D'autres auteurs moins anciens, 
mais antérieurs ôc fort ôppbfés il Tef- 
prit de la fubtilité moderne , ont ufc 
du mot de faits , au lieu de celui de 
perfonnes, en fai faut fur -tout attention 
au nœud de la difficulté qui fut quel- 
que temps entre Vigile Ôc les Orien- 
taux; favoir fi depuis le Concile de 
Calcédoine, les circonfi:ances avoient 
tellement changé en Orient « qu'on y 
dût flétrir après leur mort la mémoire 
des trois éveques que ce concile avoir 
jugé à propos de ménager. C'eft la ce 
que ces écrivains & tous les dodeuirs 
orthodoxes entendent après eux , quand 
ils difent, ou qu'il ne s'agiffoit que de 
faits , ou qu'il s'a.'^iflûit principalement 
de faits dans le cinquième Concile; êc 

flus encore , quand ils d|oatent , que 
infaillibilité de l'Eglife , même aifem- 

M iv 



:4 ~.K -- -:r.k A^ '■ ' ■•'- -'" 



171 H i s T O I R I 

blce en concile, ne peut s'étendre fur 
les faits : defniere proportion quidccer- 
mine le vrai fens de celles qii précè- 
dent. Ces dodleurs ne parlent que des 
faits purs .& proprement dits, de ce 
que les hommes entendent commune- 
nient par le nom de faits. Us ont cru 
fermement, avec les orthodoxes de 
tous les états & de tous les temps, 
que réglife a toutes les connoilfances 
infaillibles qui font nécelTaires pour la 
sûreté du dogme : mais ils ne lui ont 
point attribviç, comme nous ne lui at- 
tribuons pas encore aujourd'hui, une 
prétention tyrannique à Tinfaillibilitc, 
touchant les faits Kiftoriques qui n'im- 
portent point à l'intégrité du facré dépôt. 
î*^ Pour nous borner aux faits perioii- 
nels , fur quoi l'efprit de fciflion ac- 
cufe principalement lesdodeurs moder- 
nes (l'exagérer les droits de l'Eglife j cq$ 
modernes, ainfi que les anciens, ne la 
croyent nullement infailUble fur cet 
lobjet; parce que cette infailliblité ^e 
Jui eft nullement néceflaire pour la con- 
fervarion de la foi, pour lindrudion 
& l'édification des Fidèles, pour faite 
paître en sûreté le troupeau de J. C. 



Il eft fort indifférent qupQ fâche: 



OU 



qii*on ne fâche t>as la manière perfon- 
nelle de pehfer d'un auteur ou d'un 
prédicateur > ce qu'il avoir dans l'cfpric 
eiî proférant ou en écrivant tel ôc tel 
point de dodlrine. Mais il eft d'une 
néceilité abfolue, que l'Eglife pénètre 
infailliblement, tant le fens naturel d'upê 
propolition que celui d'un ouvragé, 
le fens qui rélulte de l'arrangement des 
idées & de la fignification des termes'; 
en un mot le fens qui dans la ledbure 
fe préfente naturellement à Tefprit , de 
qu'on appelle en conféquence le fens de 
l'auteur y en préfumant raifonnablement » 
fans juger décifivement, que telle étoïc 
en effet fa penfée en écrivant. C'ed ici 
un fait rrès-improprement dit , ôc dont 
laconnoiifance eft tellement liée avec*le 
droit de prononcer fur le dogme , que 
l'Eglife a témoigné conftamment qu'elle 
l'en croyoitinfeparable. 

Dans tous les âgesellea condatnné Ie$ 
écrits hérétiques , foumis à l'anachên^ ^ 
traité en Païens & en Publicains, non (Q^r 
lement les audacieux qui enfreignoient Iç 
filencedc le refpeéb dus à fes decifions^ 
mais quiconque n'y foufcrivoirpas CincQr 
rement Se fans aucune reftridion. Cç 
ique le cinqaieD3ij^,CQ^,cile fît comte les 

M Y 



w ^ -^f -ijj" 






274 ' H 1 s T O I K 1 

trois chapitres , on l'avoit fait â Nic^e 
contre les écrits d'Arius , à Ephefe Se i 
Calcédoine contre ceilx de Neftorius ôc 
d'Eutychès. Loin de changer par le laps 
des temps , cette févérité (^retrouvera > 
dans un degré pour le moins égal , au 
Concile de Conftànce , où nous verrons 
condamner Videf , 6c obliger de croire 
flue les articles cetifurés lont dans le 
iens de cet auteur , c'eft- à-dire , comme 
on vient de Texpliquer , dans leur fens 
naturel , tels qu ils lont condamnés. C% 
n*eft donc pas une prétention nouvelle , 
que rinfailtibilité de TEglife par rapport 
à la qualification des écrits fulpe<5^s j foie 
que ces écrits foient courts , foit qu ils 
ioienr longs : car il ne peut y avoir que 
de la bizarrerie à lui accorder l'un plutôt 
que l'autre* Il faut que fon enfeigne- 
ment foit sûr |K)ur l'un ôc l'autre cas ; 
que le dépôt de la foi y dans toutes les 
rencontres , fe trouve à couvert fous le 
fceau de fon autorité. Mais comment 
pourra-t-elle enfeiener fans péril d'er- 
reur , comment le dogme fera-t-il en sû- 
reté chez elle » ii elle ne connoît pas 
ioékillibiement le féns naturel des ouvra^ 
gés qui dénlàndènt fon exéaien ? Si 
the éft dépourvue de loe difcenlement j 



:?■ 



" H- <- 



D E 



l' £ G L I $ E. 175 

elle pourra qualifier d*i>érctique un écrit 
très-orçhodoxe j Ôc cett^.tucprife facil« 
venant à fe commeccrç , le Hdele >.en 
obéiifanc à l'Eglife » tombera dans Ter- 
reur ^ fa docilité même précipitera fa 
chute. Âin(i la vraie foi feroit-elle le 
partage de l'indocilité , tandis que Té- 
garement deviendroit celui de la droi- 
ture 6c de la foumiflion. 

Mais fans anciciper furies temps â 
venir , rien de plus décifif contre un fub- 
terfuge commun aux novateurs de tous 
les temps, qui l'ont pallié chacun à leur 
manière ; rien déplus décitif ni de plus 
concluant , que la condamnation djes 
crois chapitres par le cinquième Concile. 
Cette decifion dépendoit de la connoif- 
fance de ce fait dogmatique , ou de la 
réponfe à cette queftion défait : Le fens 
naturel des écrits de Théodore, (ie 
Théodoret & dlbas, eft-il hérétique ? ^ft- 
il le fens Neftorien ? Ce Concile recon- 
nu pour oecuménique , a prononcé : l'Ë- 
gliie avoir donc véritablement , ou elle 
s'eft arrogé injuftiement le droit d*in- 
faiUibilite dam la çonnoi(&nce des faits 
dogmatiques. 

En Orient, où la feule pbftination, 
conjççie,UojW:rayQiis pbf§j:ivi^..pqnx;giç 

Mvj 






T* VII. 
Conc. Nie. 
Il 



«3. 



*i^<î .^ H'i s T o 1 n i; % 

^contredite ràworité du Concile, on 
?crut lie < devoir ufer d'aucune indul- 
' gence* Tous les évêques de la Paleftine 
le ralTeiiiblerent', pour approuver les 
Au i.pag. adirés. Alexandre d*AbiIe, le feulé vêque 
qui ofa rompre Tunanimité , fut dcpofé 
de rëpifcopat. 11 mourut quelques an- 
nées aprèsdConftantinople, accablé fous 
les ruines d'un édifice , dans un tremble- 
ment de terre. Les moines Origéniftes 
de la nouvelle laure de S. Sabas ne fe 
montrèrent pas plus dociles à des déci- 
* fions foUicitees u vivement par leur Co- 
' ryphée , Théodore de Cappadoce. Pen- 
dant huit mois, Eufthochius, patriarche 
de Jérufalem , tenta toutes les voies de 
la douceur pour les ramener. Eflfinil 
employa l'autorité impériale , pour les 
faire chafler , non-feulement de ce mo* 
naftere,mais de toute la province , &:il 

- mit dans leur laure (ix-vingt moines > 

:--d*une foi éprouvée. 

Entre les Occidentaux , on regarda 
comme inexcufables , ceux des Africains 
& des Illyriens qui s'étoient trouvés 

'' a Conilantinople au temps du Con- 
cile , & tous ceux qui , par le moyen 

< Àe ceux-ci , ou par d'autres voies sû- 

* xes, avoient pu s'inftruire de ce qui 



î) t t*Ê ê t i s I; 177 

manifcftoic la légitimité du Concile. 
Le diacre de Vigile > nommé Rufti- 
<]ue > contre lequel ce Pape avoit porté 
ia fentence , avant même que le Con- 
cile eût prononcé ^perfifta depuis à fou- 
tenir les trois chapitres. Il eut même 
l'audace d'écrire contre les décidons 
des Pères : il fut exilé dans laThé- 
baïde , avec quelques autres fchifma- 
tiques , fur-tout de fa province natu- 
relle qui étoit V.Afrique » Ôc où ils 
fe trouvoient en grand nombre. Plu- 
fieurs évêques y furent traités, pour 
le même fujet, avec la dernière ri- 
gueur. La modération dont on ufa au 
regard des autres Occidentaux , dut 
principalement fa fource à Téloigne- 
ment où ils y étoient du violent Juftinien. 
Toutefois cet Empereur , content de 
Vigile après quil eut donné fon ap- 
probation pontificale aux décrets oe 
Conftantinople j le laifla repartir pour 
Rome yôc le combla des effets de fa 
bienveillance. Il lui accorda, par un 
édit en forme , beaucoup de privilèges 
pour ritalie y ôc pour les Romains en 
particulier, la confirmation de toutes 
tes donations faites par les Rois de la 
face des Gdth&, à Texception a&wtr. 



si:. 



■iik 



% 



Ijî H Z s T I A E 

moins de ce qu^avoic iait Totila , 8c 
qu'il ne voulur jamais ratifier , parce 
qu*il traicoic ce Prince de Tyran. Par 
•cet cdit impérial, il fut encore or- 
donné, fi Ton découvroit quelques 
tierces , qui, après s*êtré confacrces 
â Dieu , le fuffent engagées dans le 
mariage , que , fans égard à cet enga- 
•gement , ni à tout ce qui regarde la 
dot, on hs fît rentrer clans leurs mo- 
nafteres ou leurs églifes , ôc reprendre 
les faintes inftitutions auxquelles elles 
s'étoient vouées. 

Le Pape Vigile tomba malade en 
s'en retournant , ôc mourut des dou- 
leurs aigucs de la pierre , dans llle 
même de Sicile où il avoit fait relé- 
euer ôc périr fon faine prédécelTeur 
oilvere. Mais avant ce inoment fatal , 
êc pendant une bonfie partie de fon 
pontificat qui fut de plus de dix-huit 
ans , il eut tout lieu de fentir le vide 
des grandeurs du monde , de fe raf- 
fafier de larmes 6c d'amertumes , dans 
une place où les cHmes qu'elle lui 
coûta lui avoient fait efpérèr Un tout 
autre fort. Perfécuté par l'Empereur , & 
par rim|:(ératrtce dont il avoit jlfoigneu- 
JktOÊOt recheiché Içs, bonnes grâces r 



■*^. 



.,»• 



f'V 



D B 



L* E G 1 I S B. 179 

en butte aux évêques d'Orient , d: 
fur-tout aux cabaleurs impies dont il 
s^oit relevé les efpérances , méprifc 
des Grands ôc du peuple , des bons 
6c des méchans , pour les variations 
qui les alarmèrent cour à tour , eu 
exécration à ceux des Occidentaux qui 
prétendoient foutenir un des plus faints 
conciles en défendant les trois chapi- 
tresj perpétuellement battu des plus 
violens orages ; quand il fe voit an 
portj de qu'il a déjà un pied fur le 
bord defiré qu'il redemandoit depuis 
fepc ans > il eft frappé des coups de 
la mort les plus douloureux 3c les 
moins attendus. Mais plus la dignité 
pontificale fut indignement traitée dans 
la perfonne de ce Pontife , plus audi 
rénergie du caractère divin qui lui 
avoit été conféré fe rendit feniible > 
nonobftant l'indignité primitive da 
fujet , quand ce Chef ae l'épifcopat 
fe réunitparfaitement avec fes membres 
divers. Tant il eft vrai que la fociété des 
enfans de Dieu n^eft point établie fur les 
appuis ruineux de la chair & du fang ^ 
mais fur le fondement inébranlable 
des Prophètes & des Apôtres , fur 
cette pierre angulaire qui a toute Fim- 



.iSo H1STOJK.E DB L*£GtISE. 

mutabilité du Fils de r£teniçl> Ic« 
quel prend lui-.iième en main le 
gourernaii de fon Eglife, quand Tin- 
capacité de fon Vicaire fait périclicçc 
ie navire. 








■=, -T*-=f«J "-**.« 



. .. •• ' 
•••■ .- i 



.w.-»<- 




HÏS T OÏR E 



Ok& 



:=C?=' 



Urf 



«>r 



LIVRE VINGTIEME. 

Depuis le cinquième Concile en 5 5 ^ j 
jufqu'à la fin de Saint Grégoire 
le Grand en 60^, 

Si l'Eglife Romaine n'avoît jamais 
eflTuyc plus d*opprobre , que dans 
la perfonne du Pape Vigile , jamais 
aurti les Romains ne fe montrèrent 
plus attentifs a maintenir la dignité du 
Siège Apoftolique , que quand il fut 
queftion de donner un fuccefTeur à 
ce Pûiicife. Le diacre Pelage , natif de 
Rome &: fils d'un Préfet du Prétoire:, 
ayant été élu par le plus grand nombre, 
une multitude de gens de bien , de* 
iplus diftingués de la ville > fe fépare- 



iti H 1 S T O I H K 

renc de fa communion , fur le bruit 
qui s*étoic répandu qu'ayant gagné la 
bienveillance de TËnipereur juftinien 
du vivant même de Vigile , il avoit 
été complice des mauvais traicemejis 
& de la mort de ce Pape. Ils cral- 
gnoient aufli qu'il n*eût pas dans la 
foi le degré de ftabilicé nécelTaire à 
un Souverain Pontife y parce qu'il avoit 
condamné les trois chaptres , après 
en avoir été le défenfeur. Par les fui:e$ 
de ce zèle précipité , la c'éfercion de- 
vint C\ grancle dans toute lltalie , qu'il 
ne fe trouva que les év èques de Pé- 
toufe & de Férentin à fa confccra- 
tion du nouveau Pape , & qu'on fut 
obligé de leur alfocier un prêtre d'Of- 
tie pour fécond aflîftant. Pelage fîu 
cependant reconnu en Italie , tant par 
la protedbion du Patrice Narfès que 
TEmpereur y avoit envoyé contre les 
Goths , que par la manière convain- 
cante dont il fit évanouir les fcup- 
^ons qu'on avoit conçus contre lui. 
Comme il étoit accufé fans preuves, 
il fe juftifîa par ferment , &c acheva 
de diitîper les préventions , en expo- 
fant tout l'ordre de fa conduite : il 
rcpréfenta qu'il l'avoic toujours con- 



urs con- 



formée â celle de Vigile ^ qu'il avoic 
craint d*abord » comme ce Pontife , de 
faire injure au Concile de Calcé- 
doine en condamnant les crois chapi* 
tres fans explication ^ qu'il avoit fouf-* 
crir enfuite à la Conlutution Pontifi- 
cale , ôc reçu enfin le dernier juge- 
ment de fon prédccefleur en conhr- 
ûiation du cinquième Concile. 

Pelage ne fut ordonné qu'au mois 
d'avril de l'année «55, trois mois après 
la mort de Vigile y les vacances du 
S. Siège j depuis la dernière révolu- 
tion de l'Italie , devenant plus longues 
qu'auparavant , par l'influence qiue les 
Empereurs » fort éloignés de Kome > 
commencèrent à prendre dans l'élec- 
tion ou du moins dans l'exaltation dés 
Papes. Les Rois Goths de Rome j Se 
avant eux , celui des Hérules » s'étoient 
attribué le droit de confirmer ces Pon- 
tifçs ; i quoi les Maîtres du monde 
n'avoient pas feulement penfé dans les 
beaux jours de l'Empire. Juftiniefi 
prouva pendant le reft:e de fon règne > 
que les Princes n'ont jamais été plus 
attentifs à ces fortes d'objets , que 
quand leur puilfance s'eft trouvée plus 
«VnceUnte > ou plus mal adnxiuiftrée. 



l94 H I s T O I R B 

procop. 1. Tandis que les affaires de TEglife 
^* abforboienc fon attention & toutes ftî 

iacultésj celles de r£mpiie écoient pre(- 
que défefpérées en Italie, où tout gé- 
miiToit dans le$>àlarmes ôc la confufion. 
Ses ' troupes nitoient pas payées , 6c 
n'obfet voient conféqueiument aucune 
difcipline. Les fubalcernes n'obciAbiem 
point à leurs chefs, ils ne fe tenoient 
pas même dans les camps, niais ferc- 
pandoient licencieufement dans les vil- 
les. Les chefs diviies d'intérêt ôc del 
fentiment , en uibieht de mêmej les 
uns à Ravenne, les autres à Rome , qui 
dans ces troubles changea pluiieurs fois 
de maître. Plusieurs secartoient jufquel 
.dans les villes les plus éloignées du cen- 
. tre des affaires, félon que le caprice 1 
ou le goût de Tamufement les guidoit. | 
On vit même, ce qui parut plus ex- 
traordinaire, de la jâcheté dans quel' 
ques Capitaines Romains. Mais la mau* 
vaife conduite fuf&foit pour ruiner leur! 
puiffance. Ils furent battus en plnfieun 
rencontres. Les villes fe rendirent cie| 
tous cotés. Une armée de fecours ve- 
nue du levant , fous la conduite de Dé' 
mécrius Lieutenant de Juflinien , fut 
^ totalement défaite. Naples ailiégée, & 



•■/■ 



D E l' E 6 L X s B. itf 

Iqu en vain Ton tenta de délivrer, fuc- 
comba, après avoir éprouvé tout ce que 
la famine a de plus horrible. 

Le Roi Totila , qualifié par l'Empe- 
reiir de tyran ôc de barbare, voulue 
(ncore avoir fur les Romains l'avantage 
de l'humanité, de la générofîtç , de tou*» 
tes les vertus les plus contraires à la bar« 
barie. Dès quil fur entré dans la ville 
de Naples, il fit diftribuer des vivre» 
ace pauvre peuple qui mouroitde faim; 
mais avec la tendr^fTe 6c les attentions 
I d'un père qui foulage des enfans ma- 
lades j 6c non avec Toftentation d'un 
vainqueur qui n'eft occupé que de fa 
gloire. Quelque magnificence qu'il mon- 
trât dans fa libéralité, les diflributions 
fe faifoiene avec poids 6c mefure ^ de 
peur qu'après une fi longue abftinence» 
ubondance de la nourriture n'étoufFâc 
des malheureux qui en avoient prefque 
perdu l'ufage. Le Roi fournit encore 
de l'argent 6c des voitures aux foldats 
de k garnifon, pour aller où ils vou- 
droient^ & il les fit efcorter par fes 
troupes , tant qu'il y eut à craindre pour 
eux. De toute part, les Goths obfer^ 
voient une exade difcipline, tandis que 
fes légions Romaines portoieut par-toyat 



..:» 



;%. 



%z^ 



H 1 s T O I K I 



Vt«cop. 



Creg. II. 
^ial.c.i4> 



indiftinâcinent le ravage ; de force que 
les habicans des villes & des campagnes 
avoienc plus à fouffrir de ceux qui fe 
donnoieiii: pour leurs défenfeurs^ que 
de leurs ennemis. A la prife de Rome, 
donc quelques croupes d'Orienc livre- 
renc une porce à Tocila, il épargna le 
fang des cicoyens , ôc l'honneur des fem< 
mes ; fe concencanc des richeiïes , donc 
il abandonna la meilleuiô parc à (ts 
foldacs. Mais ce pillage ne laifla pas de 
plonger les perfonnes même de qua- 
licé dans une iî grande mifere, que 
les dames du premier rang, encr autres 
la veuve du célèbre Bocce , furent ré- 
duites à meiidler de porte en poice. 
Le Roi des Goths fe crouvant près 
du Mont Cailîn , dans le cours de Tes 
yictoires, alla voirj'illuftre S. Benoît, 
fur la rumeur de tout le voifinage , qui 
lui atcribuoir un don éminent de pro^ 
phétie. Pour éprouver le Prophète, il 
fe fie annoncer, & lui envoya aulB-tôt 
iin de fes officiers, nommé Rigon câpres 
;lui avoir faic prendre Ùl chau{rure,fa 
pourpre , & mis à fa fuite trois fei- 
.gneurs, qui étoient ordinairement près 
4ie la perlonnedu Roi , avec des ccuyers, 
& toux le cortège <i'im fouverain. Rigoo 



.■■ :•* : 



9 1 L* £ C L 1 S t. itf 

étant aind entré dans le monaftere» S» 
Benoît qui ctoic aifis^ lui dit fans fa 
lever : Mon fils, quittez l'habit que vous 
portez» il ne vous appartient pas. Cet 
officier & tous ceux qui Faccompa- 
gnoient, fe profternerent avec effroi, 
la is ofer approcher du Saint. Ils ne fe 
relevèrent que pour courir apprendre 
au Roi ce qui venoit d'arriver. Totila 
vint lui-même; ôc du plus loin qu'il 
apperçuc le S. Âbbé> il fe profterna 
aullî avec refpedb. S. Benoît lui dit juf« 
qu'à trois fois de fe lever, fans qu'il 
oiâc le faire ; 6c il fut obligé de le re- 
lever lui-même. Alors il lui repréfenta 
fes devoirs ôc (es manquemens, avec 
la liberté d'un Prophète : ôc après lui 
avoir prédit fes conquêtes, ainfi que 
les autres événemens les plus marqués 
d'un règne de neuf années entières, il 
ajouta qu'il mourroit à la dixième : ce 
qui s accomplir ponâuellement. 

Le Roi,laifî d'une frayeur extrême, 
fe recommanda à fes prières, puis fe 
recira en fîlence. On remarqua, dans 
le refte de fa vie , qu'il avoir profité 
des leçons du Saint, qui prophétifa de 
même, quarante ans d'avance, la def- 
cruâion de fon propre monaiiere par 



Éît H I s T O X R M 

les Païens , c cll~d-dire par les Lom^ 
bords ; fans ncanmoins que les perfon- 
nés y duifenc périr. 11 avoic au mcme 
degré le don aes miracles. Il relTufcira 
l'enfant d'un père défolé , qui avoic ap- 
porté le mort à la porte du monaftere, 
en proceftant avec ferment, qu'il ne fe 
retireroit point que fon enfant n'eût 
recouvré la vie. 

fbitl. c. 4. Benoît avoit une fœur nommée Scho 

laftique, prévenue comme lui des bô 

. nédiàions d'en haut, & religieufe daiis 

un monaftcre voifin. Elle mi rendoit 

^ vifite une fois l'an. Il la recevoit, non 

dans l'enceinte de fon monaftere, mais 
dans un lieu deUmé , près de la porte, 
à la receptioa des hôtes. Un jour il s'jr 
fît accompagner par un grand nombre 
de fes difciples. Après avoir paflc la 
journée à louer Dieu , & à s'encretei)ii 
des chofes céleftes, ils prirent enfem- 
ble un petit repas fur le foir. Comme ils 
étoient encore à table , 6c que le Saint 
parloir de fe retirer j parce qii ii ij fà- 
foit tard; je vous prie en ^.cu ,r.'*j 
frère , lui dit Scholaftique , de ne pas 
me quitter de toute la nuit, & qiifi 
nous parlions de la célefte félicité juf- 
iJu'à demain matin. Ypenfez-vous, nw 
\ ^ '' " foeurJ 



ht t'E dL if-i. itf 

((tut , reprit B^oîc ? Non aifurémcnr , 
je ne puis patfer la nuit hors du mo* 
naftere. Scholaftique , fans infifter, s*in*^ 
dîne fur la cable t les mains appliquées 
fur le vifae' p ie avec«ifunon de lar^ 
mes; & qu ;'»w \\i fe relevé, quoiqu'un 
peu autnrpvanC le temps' fût parraice^ 
me> " (ereui 3 le tonnerre gronde, les 
ccùu^ fe fuccedent fans intervalle . une 
pluie d'orage tombe avec tant d'abon- 
dance & une telle violence, que ni 
l'abbé ni les frères ne: purent quitter 
l'abri où ils fe trouvoient. fienoit de- 
meura donc ttialgré 'lui, & la pieufe 
converfation fut prolongée julqu'au. 
lendemain» « -' ..^»'^4 

Mais c'ctôit pour la dernière fois. 
Trois ' jours après^ il vie , de fon. mo- 
naftére, P-ame de Scholaftique monter 
ail ciel, en^ forme de colombe. Il retw 
dit gtface à Dien , envoya cherchef *«» 
corps , ik le mit dans le tombeau qu'il 
âvbit préparé pour lui-même ; ordon- 
nan'-nu'ou l'y plaçât à fon tour, quand 
lé beigneur auroit difpofé de fa vie : 
Ce qui ne tarda poiflk H eut connoif- 
fance de fa' morC| dans le cours de 
I l'année où elle arriva, de il l'apprit à 
I quelques-uns de ^es difciples, en leuc 
Tome FI. * N 



R E 



*^ 



i^o H I S T ë t 

recomAMAckfit le fetreté Six jours aii^ 
paravaHic, il fie ouvrk fei!onibeaii% Au(Ii« 
foc il "fuc €û& <l*bne gf Aiide â«vfe , qui 
augmenta d« |oar «n jotur^ juCqua ce 
^e le dixième écanc «rrivé, il fe fie 
porter à T^gtile., où, entre les mams <les 
ëifciples qui le Ibttcenoienc.^ il re^gut le 
corps ôc le ûjng du Sauveur» pois rendit 
re4>ric en fNrianc > le ikmedi 1 1 Maf s 
<43. Oecce dévoûoii cle fe faire porter 
a régUtTe pour y cendre Taine » devim 
l?ecoinmaiidable par flufieurs autres 
exemples. 

Le terme des Xucoès de Todia veook 
d*f{re marqué^ Ôc déjà rinftnlinent d^s 
dedeins du ciel, malgré bien des qua* 
Jscés conttiaires en i^paretice â fa h^iuce 
dieAinatton, fe 'moncrcftc plus .propre i 
jb. rof^pltr qu^'aocUn des .Romains. Nar- 
ses., euntii^iie., étrangei:i, oiu pluflêt^fH 
fimi natocel de i'£nipire, en qualité 
de Persan , ayant pris parti dans les 
troupes Roma4nes,a la preâfiieitel^acaiUi 
4}u 11 vit perdre tdntre elles à •&<natîer^ 
s'étoit poitCé jusqu'à devenir Confulâ: 
Patrice. H patruc^ grand homme de 
guerre , qu'on ne trouva que lui fed i 
capable de récàl^lir les af&ires de rEm* 
pire en Italie ^ çA elles étoieat ftstm 



^ f^ !.*£ G L I s f« 



ursa»^ 
k Auffi* 

qu'à oc 
l fe fit 

r€^ut le 
isreivik 
Li MafS 



^nitçm^nt 



.i/ 



âavenoK 

ttieiit des 

l dks qat- 

fa hitute 

(propre à 

iiis. Nat- 

Auttot'Cft; 
n qttalité 

dans les 

batailk 

.ianationi 

inae <ie 
,e Imieii 



»9i 

rgy^s fi ft^ppaUJC -avpiî: icicé 4e ia ié- 
ttogif » jenvpya ç^ Ginif^i f>9f^ f 

pr«odige$^ }4m çémt h d»%aé§ d» 

k )qiMi,li(!é$ » ^ 4*0^i:er iss ^j^hm 
k$ pks i^]Ciu:a9r4Âm»4es;. hia^ %9kn$ 
ikm.9 il leâgnoii^wiç fidélité ;aJ^^ 
ficès-intad^ , ic qm i9ii( $;!é4a» ioos 1# 
ii^oe ^tûvamt » qii« -U 4^^e la Bivig 
iMiti;ag^flfîce« Ûin amo^ ««crime .4^ 4 
justice & ifi la diifaiplÂne «ne feoftok 
Ms k moiodredéfordrie 4an$ /bn luniié^* 
Il faicibit £)C-<o«t ad^iirer is^ lui iuoe 
fiété jfincore , qui^ ay^ajac hé h principe 
jde fon (pTQimer aMaobemonlt ^asx Jkiè^. 
mAWSi fm lame de coûtes fs^ vectui. 
Sa cosifmKS en Dim (k h yivaâté 
tk fa foi hoÀmt fuv^xkss à qe degcf 
^ opeoe ks merwciUesf dciteiUe âic« 
tncore plus qne Xim habilité juatavelle » 
Dpute éminence quelle Àoic« la caidp 
^ fes (uQc^ itonnans. 

Rien ne tint devant ce grand homme; 
Il ne reftoit à TEmpire fur la mer 
Adriatique , que la leule ville d*An- 
cône: encore ccoit-elleainégée» & prediee 
il viveme^t^jott^^^e voyoit aujnomeQC 

Nij -r 



'fc-' 



;r^'t, 



l^k H I S T O î R « ' 

dcf fuccômbér. Elle fut d'abord diJlivrce, 
ainil<qiie le peu de places Romaines qui 
iredoieilc ailleurs. Les eiinemis commen- 
cèrent auHli- tàt aptèà à trembler pour 
toutes les leurs. Chaque jourj o» leur en 
enlevoit quelqu'une. Différens combats 
ttffoit>li(roient àulji journellement leurs 
armées , & avançoient encore mieux les 
afïnires des Romains, par la terreur 
qu'imprimoit le ^om de Nacsès. Enfin 
«près quelques années, au terme mar- 
<{ué par "l'organe du Ciel, il trouva le 
iecréc d'engager une aâiion déciiîve , où 
le Roi Totila périt avec l'élite de fe$ 
groupes. Teyas qui ofa monter fur un 
troue fî chancelant, donna encore une 
-bataille, où il fe fit tuer à fon tourt 
l'an 555. Après quoi il ne refta de fol- 
dats Goths que pour défendre , ou plu- 
tôt ocaiper Pavie , êc quelques forterelfes 
«qui fe foâci'nrenc environ un an par IV 
vantaee de leur fltuation, ôc qu'on prit 
par ramine. Aind finit la monarchie j 
des Oftrogots dans l'Italie, que loni 
verra bientôt envahie par de nouveaux 
tBarbareSJ '-^ . o * ; (j f ; r , i 4 . **.< v/i*^»i» t-j i/i j 
■•^r^Le Pape Pelage, pour réprimer l 
contradi<^eurs fchifmatiques & turbu-l 
4ens du cinquième concile , fe fervii 



être 1 
&ulii 



t ri 



■hM»^, 



D B^ l' E G L 4 S î. 191 

tvantageufemenc de l'autorité de Narsès, 
qui n'avx}ic pas moins à coïur les incé- 
rcrs de TËdife que ceux dé l'Empire^ 
On précend que ce pieux général avôit 
autrefois engagé l'I^mpcreur 4 mieux 
traiter le dernier Pape, & qu*à cette Un 
il lui avoit fait attendte du ciel les grands 
fuccès qui accompagnèrent fes armes. 
Tout exad qu il le montroit à foijtenir « 
l'ordre de l'autorité , il écoit d'une dou- 
ceur de caractère & d'urte «déjiçateift 
de confcience, qui lui faifoienc toujpurs ^ 
craindre de pécher contre la religion » •^' 
quand il étoit queftiond'ufer de rigueur 

pour la défendre. ,.;:.:n^i.i j^.yk/ lié 
. Pelage fut çbligé dé lui éçrîre!,,|>oùf. Epift. ,. 
{ever fes fcrupules. Ne vous arrècez,pas, 
lui dit 'il, au)c vains dlfcoureurs qui 
tepréfentent la conduite de l'Eslife com- 
me une perfécution , quand elle corrige 
les mccnans , & les empêche de perdre 
les bons. On ne pc^fécute , que quand ^ - 
la rigueur paiTe les juftes bornes & 
tend a faire le mal : autrement, il faut 
abolir toutes les ioix divines & humaines 
qui infligent des peines aux crimes. Que 
le fchifme foit un mal , & qu'il doiv^ . 
être réprimé , même par la puilTance 
Cculi^rf ; ç'e^k ce qup V^ct'mKQ Se k% 



ail^tf 



r , i 



Vragm* x 



tÇ4 H X t T O T K tf 

Gatioiis ik^qs eiïiîiignent. Of ^[dcôti^ui 
h tknt n^é âa corp^ de i'af>6ftolat^ 
th îtsconctkMttiïtra dim U fchtfme« 
H# ttiÂpm dooc pa^s d*étiVùyéti YEtn^ 
f^tit i £006 hàfïM pîàé i àinft qiié 
Atlas Vous ravoiis déùiiaaàii ceùt (\m 
UotMtnt V&Èdte KWrarehiqtief^ Âvez^ 
Vo^s oublié t4 ^tië le ciel a fait pour 
tdii^i Wfdtie le tytnh Totilà fùUCidon 
VlGiàe 6c làVénétié> POft^qiioi donc 
kifltisi-^Votis^le^ évêqâes de des (itovin-^ 
m it&himtà cettk dé la ligiifié ^ bfiavet 
k ^. $iége, avec ti»e arfogàncê infap'' 
^rtable? Si c^eft le férâ^alé qui Voiij 
arrête, & la crainte de ^(Ter pour peN 
ifiécufeur ^ rappellesK-voiiS} ditc^e les ca- 
tidfis de Calcédoine ^ ki pjriMtpés du 
M#iiheiit(&iiix évê(]«(e d'Hi^ones ihilh! 
ecefiipliÉi ic mïtà.ë €&^Mt\iJtàêm 5 qd 
Aiétttreiie due ioti puifia^es dèlve^t pù^ 

ftit kl réhlfiiiâCi^tteè^y Don feuleiMene 

Et VtHiï i mais fàt k ébAÊfcatiéH déi 
ittà 01 par dé »d^ pfifèAs. S'ilfeftoit 
Mfël^Ue dilSëfillé à r«& évlâués , toti-> 
mitt k ji^eifii^At de i^Eglilé UDitrôt* 
fyïki léAdil â C. P^ èês années der- 

^ftktëè V U6 dévoient , tii^Mt î'ufagéi 

Aon» m^c/fet e^eltfttH^unS d'éMIr^eu^ 1 
«i^àbléé ilâAI dt {>^èftr l««ti tai« 



' t ♦? 



N 



' - ■ l' 



B I L* Ë 6 t I S I. 155 

tdnt que d'entondre les nôtres , & nt 
M$ fe mettfe au hafànâ^ en Êurpiani 
bf ytikx à la kimiera , de déchiritr TEv 
glifo'^t eCl^le earp$.de.j. C.C'eft spift.c« 
uii atcencàty & jamais il ne fut iiî 
ne &ra peifmts de tenir un ccmcilt * 
prctcuHer , pour en examiner un gés* 
néral. Mjiiis s*il ^i^ quekpie dotut 
fur un ob^eè de «eeoe importance , 
ceux qui cl%ercbenc la voie du fa)m ^ 
doivent demandée au ' Sié^e ApoibQi- 
liquâ kl raifai;i d«* et qu'ils ne cont' 
prennent pas j & ceux qui s'obftinent, 
au point de refuier rinfttuélton ëc 
de fuir le guide qui les rameiie a« : 
bon chemin \ les canon? veulent qu4k 
foieiit réprimés pat la puifTance £éc»- 
liere , de peur qu'ils n'en entraînent 
d'autres avec eux dans le précipice. 
C'eft ainfî que Pelage , traitai^ les ^/^^ 
ennemis du cinquième Concile » en rai- 
ibn de la connoUlance des ^its qui 
étoienc pluf eu moins i leuf portée, 
)ngeoie inexcufables les évèques de 
Tkalie êc du voifinagei qui pouvoienc 
«ifément ft*e» inftrisire. 

intr« les Gaulois plus ^iej^nés de 
k lumière j plufieurs ci^ignoionc coiv- 
jours de Wine loi qu'09 ne^i doa^ t , 

In IV V 



« 

I ^ • 






IpiAt 10. 



$,^6 H I s T :o 

acceinte au Concile de Calcé<^oine, 
Se que la doûrine même du Pape 
Pelage ne fut pas bien sure. C6s pré- 
lats témoignèrent fadis doute. leur ap- 
préhendon au Roi Childebert » qui 
envoya vers ce Pontife pour lui de- 
mander des reliques des SS. Apôtres, 
£c plus encore pour s'alTucer' pleine- 
ment de [fa i croyance^ f Envoyé s*ex- 
pli^ua rmcme aâèz ingénùniernt^, ice 
que nous voyons par krr réponfe de 
Pelage j où y eft dit que Ruffin , c'c- 
,toit le nom. de ce miniftre de cpn- 
fiance , lui avoir „reprcfenté avec frati' 
xhife , qu'il auroit du.faire au Prince 
une ample. & dairei profeffion ,<le 
foi i ou tout' au moins déclarer qu'il 
recevoit de point' en point la letcrç 
de fon faint prédécelTeur Léon, 

Quant à ce dernier article , reprend 
le Pape, nous avons commencé à le 
remplir , comme le plu^ (impie ^ & 
nous avons Hgné de notre propre main 
la déclaration faite par nous , de fou- 
tenir avec Taide du Seigneur Técrit de 
notre prédécelTeur Léon pour la foi 
catholique. Afin de ne lailTer aucun 
lieu au foupçon , je me fuis auiTi em- 
preilé à remplir le fe;ond article qiHp 



■^' 



. iri- »*■ ^ ^'/v.-- '.ff^. 



DE L* E C L I S- I. 197 

rilluftre Ruffin m'a propofé. Ainli 
nous vous envoyons la cçfhf tf&on dé 
notre foi , la plus tlaire & la j)1us ex-^ 
prelfe* Après ce prélude, « aprc^ 
avoir marque fon adhjéfion (îhcere aux 
quatre premiers conciles, , lé ' pape 
donne en effet la dcclaratio)i'la plus 
fatisfaifanre 5 fiir tous les points oii 
les préventions contre le cinquième 
Concile pouvoient làifler quelque om- 
brage j quoique dans cette alïemblce , 
dit-il, ôc ces exprcfîîouj méritent d'crre 
pelées , on n ait rien traite qui dônnq 
atteinte à la foi. Maïs depuis la riiort 
de rimpératrice Theodpiré j ajoute- 
t-il , il n*y a plus de difputë'j même 
en Orient, fur la croyance catholique,' 
Ainfi Pélaffe alTiirbitil , non que lés' 
queft— - — *"- ^ '- — i...« ^ 

Conc 



To'ii. 1. 
Co:"»t« CjU^î. 

F- 504- 




qui doit les pptter de jjRome Jtifqu'eiï 
France i preliVe aiiciéiiù^ 5è '/bïéii maV-| 
qiiée de- l'extrême' ' Venéfatîdiî 4onc' 







■4fbnc.i pag, 

S^« Jkc. 



i^ It ï s rh t A 1 

iôûî s'àiiiiitr ^Hè le llok & lès cvS- 
tûûes âè France avaient été contens 
de fa l^rôJFeâSoh de foi. Il lui accorda 
' th tnèihé temps rufagè du pallium y Se 
lé Hic, comme les p^décefleurs , Vi- 
cairè au S. Siégé dans t(Aices fel 
Gaules» Sapaudè avoic promis du fe- 
ironrs aiù pauvres de Rome , qui 
ttoieht èa plus ^and nombre que ja- 
inais » après tous lés pillages de cette 
èabitalé du mondé. Lé Pape lui rap- 

Sella fa tonne Volonté , & lui fréci- 
a le gèAre d*auni6ne le plus necef- 
iairé dans tes cènjonâures. La mi- 
lere j dit l^élagè , eft telle en nos 
contrées » qu'on y rencontre de toute 
part ctéis eéns bien nés & autrefois 
opiilens » oans une nudité qu'on ne 
p'cfiît éÂviiager fatis avoir l'ame péné- 
née de douleur. 

Sàpaude avoir pr^fidé quelque temps 
aùparàyanc, au cinc|uiemè Concile d'Aï- 
lés , ou i'on voi^ qCie le gouverne- 
ibem général des tnonafteres n'étoit 
pas lé mième pat-tout. Dahs cette pro- 
vinç(Ç, tant ceux d^hommes que ceux 
de nlleii font tenus Tous la jurifHic- 
c2on de Tévêqtie dioçefain. Quant 
atui clercs, ^n tenir dStbnd ladégca- 



,/r.j' 



-^ I t' E « L 1 s €. 1^9 

Afxiotï àts (wïàs dont l'tvcque leur 
a accocdé l*u(age » fous peinç de dif- 
ciplifie -> €*eft-â-^ire de pumnon cor* 
forelk , ppur les jeunes «erc^ qui (biK 
un deiks^fi des foudiftcres. Le r«$e 
des canons de c« Concile tend de 
ihlme à la confervation des ^ns ec« 
«léiùifttqiies. Tel fut aulfi Fabjer pfm* 
cipal de quelques autres conciles ce- 
fius en ce«emps-U. L'Ej^liie ayoitbeaii- 
cenp à ibul&ir des [Plages & de it 
déprédation » ^hs -des maicres demi- 
tmrbares , êe fous <les loix trc^ bmI 
^ablies ^our contenir leurs fi^fets , en^ 
cere^tfK avides ^ plus barbares qu^tn. 
De là ces étonnante» gilcernatives de 
vices ^ de vertus ^ de grands exem- 
ples 5c de grands Scandales qui aiïti* 
geoient ou conioloient I^ÉgU/e » iêlon 
que Us fujets ^ îles 'maStrè^ fuivoienc 
les impFe^ons .de la gMce» ou s'aban* 
donaoïent aux fpugues dt leur naturel. 
L^an '54a , les J^ois Childébert Se 
Clotaife lâîsent la guerre en Espagne. 
Comme i4s affîégeoient la ^ille àéStt^ 
figc^e, 5c ta preûTotenc vivement , Hift."fj^ 
lei babitans euFevt focénrs au -Oiéi^ G^Fniiii 
par 1* intefceffièn de l'illciAre Marm ^'^^ 
e; Vtthettt > là'^ove 5c4a^fewre-«arde. 



■f 



-V •■• 



■mf^-^'^m'- 



•4^< 



dS^ 



|e>o H I s T (5 I n B 

de leur patrie. Ils s*iinpo(erent des 
jeûnes rigoureux -y après quoi les hom- 
mes fe couvrant de cilice , les femmes 
parfsmant de cendres leurs cheveux 
epars, 6c chantant des pfeaumes tous 
•enfemble , ils portèrent autour des 
jnuraijles la tunique du Saint Martyi. 
Les aHiiégeans crurent d'abord quoo 
. /aifoit quelque maléfice : mais ayant 
appris qu'on imploroit contre eux le 
pouvoir de S. Vmcent , il furent fai- 
lis d'une crainte religieufe qui les d^- 
farma« Childebert ht prier l'évèque 
de le venir trouver , lui parla ^vec 
bonté , & lui demanda des reliques du 
Saint , avec lesquelles il fe rerira content. 
De retour à Paris , il fit bâtir près de 
la ville une églife en Thonneur de 
Ja Sainre Croix 6c de S. Vincent^ 
pour y placer les reliques du Saint Mar- 
tyr , avec unie magtiinque croix d'oreih 
|:ichie de pierreries , qu'il avoir enle- 
vée aux, Goths dans une autre expédi- 
]Dion contre leur Roi Anjalaric. L'é- 
' glife a bâtie pour cette i^ifon en forme | 
de croix , av^c ùh i&uteliâ chacune des 
qjis^tre extrémités ,î pafla pour l'un des 

!>lus f upecbefrédi$ces des Gaules* Toutes 
fs mui;aiUês. ta étoile coaveitâs de 



v^;^-^:V" 



V *^ 



\ 



■.^^■ 






D |E l' £ G L I S'E. ^I 

peincpres à fond d^or : la voûte , or« 
née de lambris àudi tichenienc ((ores'» 

{)orcoit fur des colonnes dit marbre 
e plus précieux. Le pave , en pièces, 
de rapport , ne^ fe faifoit pas moins 
admirer par la diverfité das fîeures > 
que par celle des couleurs. Mais le 
toit , d'un cuivre doré qui jetoit ^ui^ 
^dat éblouillant > frappoit |jp^, toute 
chofe ces bons François , peu ,ac<;outu- 
niés à de parçils fpedacles^ 6c il leu& 
fit donner à cette cdiBce Iç nom ,4^ 
l'Ëglife d'Or. Elle occupoit la , p(fce 
de celle qu'on ly^pelle aujo^rd'l^ui p^n^ 
Germain çlés-Pres y à cauiç dç f^^^*, 
miere (ituation dans une prai?ie tSc de 
S. Ger^iiain qui gçuvernoit alops ce 
diocc^fe. Cie préla;: r^vérç fut enterré 

quelqiie temp^ ^pc^s 4^^s V^i'><:<>^N 4^ 
S. Symphioçi^t>,i à^iî^.pprte 4e> çpttCj 
fgiiie , ,p^i$. , w?[«:isférA ij^iîpyf nératiop, 
4anç Vé^ify iplHfm^. Çhud^V^rt ne,f|^ 
pas mpinsiniagniiiquç^ dfins la{ dqt^a.tion, 
de ce tejtipîf ^,^^ il i^ip^rvH^ abqn^ 
damraent,:/if ,lie\^^yf;-9^;,idç,,jpgrtf.^ 
qui 4taif, i^fT^ire^i^r la^iVîij^f^jp fltt, 
culte diyin. JLjçJiarge^ l^fiSic.Çv^^quçi 
Ge^^nain, 4*7.. )4^!>br .Mtte^çotiHi^^jiaijt^ 

de relfgi^ia. ;,;çei:quç. %. auffiitrô^i.*^ 



',t c 



|Ô1 H I s T O t R 1 

S. Prélat » avec ancaiu ck CagefKè 4]iie 
dt zèle. 11 en choifit les prenuera inîH* 
turcurs ôc lafegle, qui étcic celle dé 
S. Antoine èc de S. Baiile , dans le 
JiKïnadere de S. SympKorien d*Âii(UR , 
dont k ferveur Kii étoit pancictiliére- 
ment connue» parce qu'il ecoit né dam 
cette irrllo. La'fetede>l<)ël^antprocke4 
le plaiUhrs évoques t'étanc déjà fendur 
A Paris pour la ccflébrer avec le Roi , 
Germain profita de la renconvre pour 
filtre la dédicace. 

Mais OttkMyett tomba dangeceu- 
fem«nt malade » -dç m«irut le 1 3 dé* 
ceiiibre 4p ^^!^ année -55^» Comme 
le Roi avoir dctcHtCt (a fëpuknfe étm 
cette égliie, ce fut une ràtfon de 
plus pour procéder- fans diékti à fa dé^ 
mcàtie, ^, xjertnfttn la fie fur 'le ehamp, 
aSDfté par S. Nicet ou Kifier 'àe Lyon , 
àtfil ne ' faut' pi|s coiifentalre a\^eç ^aint 
Èitét de Tte^és > -êc fàc ^àn^ autres 
éV^kies. Lé m^e jour il fk les db- 
feques du Prince , -oui^ en érigeant ce 
liipnttment'a^giifte vè îk piété, -n'ima-^ 

Étiojt -pas y tràQvierd vice un tom-' 
sitr; comme i%iii|iUe .^ ;^tne évè* 

qii«» eA dëâii^iee tlmpteC n^^^ 
guère lé ron&creir à la prèpiB mif 



■\ri' 



j\À\ . : 



B I l*E G I I St. fOf 

fnôîfe. On attribue encore au Roi 
Childcberc la fondation de r^jzlife d^ 
S. Germain l'Âuxerrois » une oei pA« 
roidès didi liguées de Paris. 

Ce Prince fut Anccrement pleuré 
de tons Tes fujets ^ui le regardoienc 
comme leur pere, & plus encore det 
pauvres , en Taveur defquels il parut 
libéral jufquâ une forte de profuHon. 
Ayant un jour envoyé à S. Germon, qui AO. Benscf; 
lut reifembloit fort i cet égard , une^'J'^**'^ 
ifomme de C\x mille fous iPor » c*e(V- 
i^i-dire environ trente mille livres de 
notre nionnoie > aumôiie prodigieuft 
pour ces lemps-U ; TEvèque diitribua 
d'abord la valeur cfe quinze mille li- 
vres. AuAî-tôt après, le Roi le voyant 
au palais» lut demanda s'il avoit tout ^ 
donné. X*£vêque répondit, qu*apr^ '>f 
avoir fubvenu aux befoins preuans » il 
avoit réfervé la moitié dun don û 
confidérable pour les malheureux qu'il 
pourroit encore découvrir. Donnezbien 
vke le refte , dit le Roi ^ nous m 
manquerons pasi» avec le fecours da 
Ciel, de quoi donner : Ôc faiCmt mettra 
en pièce favai^Ile d'or & d'argent ^ 
il la hii remit ^, pour être dtftrit>uée^ 
U ne fut pas moins libéral pout ËËr* 



Y 



I R E 









■1 



304 H I $ T ,Q 

glife, ni moins zélé pour la difcipllne. 
1 fonda plus de monafteres peuc-erre 
[u'àucun de nos Rois, eue' grand foin 
e faire célcbrer les conciles, proté; 
gea la religion en toute manière, ho- 
nora de fa confiance , autant que de 
ïes dons-, les faints cvêques ôc les 
falaits abb^s qu*un règne (î chrétien 
fit fleurir dans toutes les provinces 
de fcs Etats. Tant d'œuvres de pieté 
ô: de bienfaifance effacèrent dan;: i'efr 
prit de fes fujets le' fouvenir dô l'a- 
trocité oà fon ambition Tavoit engage 
-contre des Princes de fon fang , & 
font raifonnablement préfumer qu'il 
en avoir conçu tout le repentir nécef- 
faire , pout Teffacer aux yeux même 
du Souverain Juge. 

Clotaire qui refta feul Roi de^ 
Frarïçois , pendant les deux ans qu'il 
.Survécut à fon frère Childebert , lans 
^yàk donné lés mêmes tnarques dé 
vertu durant fa vie , témbigru» quelque 
temps avant fa mort du. regret de fes 
ipcchés* Etant venu à S. Martin de 
Tours, il Y' fit'de^grands préfens , 
pria le ^ Saint , avec effufion de lanties , 
aitnplorçr piour lui la divine clémence j 
âc repailk toutes fes fautes dajls l'a- 



F^mif-» t^wri-f^ 






^-U 



A»i*- «'' 



DE l' £ G I. I S E. ^0) 

Hîcrtume de fou cœur. Il voulut êtrè 
enrerré comu>e foii frère ,& comme 
fon père Çloyis, dans yi^e églife qu'il 
eût fondée, & il choiiic pour cela celle 
de S. Mcdatdde Soiflbns , quil avpit 
commencée , ôc qu'acheva ion fils Si- 
gebert. Il laifTa quatre Princes , qqi 
parragejjent 4ej| npwyeai^ Jq royaume ^ 
co^nme avoiçnt fait les 4ls de Clovisv 
Charibert- établit fa, demeure à Paris, 
Gcmr^ix a byou rOU fi Çhalons-^fur-r 
Saône j Sigelbert à .Mets , ^ Clu/pe- 
rie à Soid^iis. Nous avons dcClotaire T.f 
u;ie ordonnance générj^ile , faite dans ^* ^* 
le temps. où, il, écoit feulJRoi, des Fran^ 

çois ;j éc par If^quelfe il d4feî^4oit 4*^* 
poufer des religieu^s , d'époi^^i niaU 
gré elle une yeuve -ou une fille.» & 
de priver les églifes de ce qui leur 
avoir été donne, par teftament. Elle 

{>orte encore ,^que loq jugera fuivanç 
es loix Romaines 'J^s, affaires entre Içs 
Romains, c'eft-â-dirç e;itre..lesGaiiilo*^ 
naturels , dçnt les .familles 'fe.jdiftinfj 
guoient encore des Barbares , Fraiacs^ 
Bourguignons ou Gotks , quoique tous 
Chrétiens , ôc prefque tous Catholi-j 
ques daps les Gaulçs. Car les Bo,ur-! 
gLiignot^ Ôc les Gotns,- n'ayant plu^quç 



•CtMie* 



^o€ ^^ H i s T O I R B ^ 

des paflenrs orthodoxes , ils s'étoient 
réams en foule à k vraie Eglife. 

En Efpagne mème> les Barbares com- 
mencèrent à fe rapprocher de la véritéé 
Les Sitevcls engagés dans rAnanifme , 
comme prefque tontes ces nations fep 
tentrionales, étoient établis en Galice 
depuis pins de cent cinquante ans. Leur 
RoiThéodmii: avoit beaucoup entendu 
1 *: parler ies miracles^ fans nombre > qui 
s'opérotent au tombeau du grand faim 
crfg.Mîrac» Martin. Son fils étant tombe malade, 
s.Mtfi.1.^, 5^ réduit à un point de langueur, où 
les xe^vttçes humaines , devenues inu- 
tiles, ne latiToient attendre <]ue la mort, 
Iç Roi voulut être inftruit plus à fond > 
fur la vie de les oeuvres du Thauma- 
turge des Gaulés. Qu'on m'apprenne, 
dit-il un jour au milieu de les cour- 
cifans.» ce que c'étoit que ce célèbre 
Martin, dont l'on raconte tant de mer* 
t#illes, 6c quelle religion il profefToit. 
On lui répondit que c'étoit un évcquc 
de Tours, qui avoit enfeigné à ion 
•peuple , que le Fils de Dieu & le S. 
Èfprit doivent être honorés autant que 
le Père, comme étant de la même fuW- 
tance. A l'heure même, faifant apprê* 
let autant d'or Ôt d'argent qoe pçfoic 



Il E !*£ G L I SE. |07 

Ton fils; qiion porte ce préfeilt i Tours, 
dit-il a quelûues-ims de fes cotntifan»; 
£1^ (i cet évemie fi vanté gtiérît mon 
£ls, pembrafFerat la foi qu'il l foute- 
nue, îles envoyés firent leurcommiflîon, 
6c rapportèrent an Roi qu'ils avoienc 
été témoins de plufteurs miracles. Ce- 
pendant le Prince malade ne giiériffoit 
point. Le Roi que la gr^ce cohduifoit 
pas à pas , comprit que fon fils ne te- 
couvreroit point la fanté,^ qu'il n'eût 
commencé lui-même par abjurer l'er^ 
fetit. Il batir auflî-tôt une églife ma- 
gnifique à S. Martin , promit que s'il 
pouvoir avoir de fes reliques, il croi- 
toii tout ce qu'il avoir enfeigné, 8c 
renvoya fur le champ à Tours, pour 
eâ demander. '^ ^ 

On né voulut donner, fui vaut la cou- 
tume , que des linges dépofés quelque 
tetnps fur le tombeau. M^îs tes envoyés 
demanderont, qu'il leur fut au moins 
petmi» d'^xpofer eux- mêmes ce qu'ils 
vouloient remporter, éc on le leur accor- 
da. Ils prirent une longue pièce de foie, 
<8c là peferent avant que de rexpofer, en 
difànt avec cette (implicite qui avoir au- 
ttefbis obtenu un miracle d!e même na- 
ture , tn fatear d'un Juge d'ttiraël i Sî 



J08 , H I i T O 1 R E^ 

nous trouvons grâce devant vous , h 
puiflTant Patron, faites que ce drap pefe 
deniain plus qu*aujoura hui , ôc nous 
le regarderons comme une relique pré- 
cieule. On veilla toute la nuit, Ôc le 
lendemain on pefa TctofFe avec le pre- 
mier poids, qui s'clcva rapid'îment , au- 
tant que le joug de la balance put monter. 
La joiô fut extrême j & ils emporterenc 
là relique, en chantàiit les louanges de 
Dieu , avec celles de fon ferviteur. Com- 
me ils palToient auprès des prifons , les 
prifonniers invoquèrent avec ferveur le 
faint Thaumaturge. Auflî - tôt leurs 
chaînes fe rompent , les portes s'ou- 
vrent ; ôc plus occupés de leur recon- 
noiiïance que de leur liberté, ils cou- 
rent fe profterner devant les reliques, 
en célébrant les^ louanges de leur libé- 
rateur. L*Evèque fît ratifier leur grâce 
par Tautorité, civile, qui ne crut pas 
devoir refyfer ce que la divine clémence 
accprdoit d'une nianiére fî viable. Lej 
"Sueves qui s* en retournoient par mer, 
éprouvèrent la navigation la plus favo: 
rfible; & la guérifon qu'ils follicitoient 
fut n prompte, depuis la dernière épreuve 
de leur foi, que le j^une prince parfaiter 
liùeht Rétabli vint au devant d'eux. Lf 



l-^n^rJ^A.. 



' DE t* E G t I S E. jcgi 

Roi Thcodmir tint parole , & fe con- 
vertit avec tout (oï\ peuple, cjui prit un 
tel attachement pour la vraie religion, 
qu'il n'afpiroi.c qivau bonheur d*endi> 
rer le martyre. Il k lit quantité 4*autre« 
miracles par le moyen cfes nouvelles re- 
liques , particulièrement fur les lépreux, 
q;ii fe trouvoient en très-grand nonir 
bre dans la nation des Sueves. 

Ce que S. Martin de Tours venoit Fortun. u 
de commencer, un aujtre S, Martin ,^*^*"^'** 
natif de Paiinonie comme le premier,' 
fe condutfîtà fa perfedion. Après quil i(îd.dciU 
eut vifîté les faints lieux, ôc acquis ^"^'- *^* *^* 
beaucoup d'expérience dans les yoiôs dm 
Seigneur j par fes voyages 6c fes entre- 
tiens avec tous les grands fervitelirs det^ ^ 
DieUj la Providence le condififït eit 
Galice, en mêrtle temps que les teli'quei 
y arrivôient. Elle avoit chôifi ce dignç 
inftrument,rune dey plui brillantes Itl- 
mieres de fon Hecle , pour inftruire les^ 
Sueves convertis, pout leur compofer 
des' livres de piété , pour régir & af- 
fermir leurs Eglifes ; &: pour y fbtidef 
des monafteres; H en ërabltt un de^ plus 
célèbres > à Dume,, près de Brague, &i 
on lui en donna le nom. C*eft la pre-^ 
Oiiereabbaye^uLî^it fuivi en Efpagne 



.f,1%:;. -jfe 



5^0 tï t s T O I R £ 

la règle de S. Benoît, à laquelle Mardn 

Au. Bcncd. la fournie. Quelque temps après , on 

.i.p.x<i. jj^ç ^^ concile dans la ville de Lugo, 

pour les affaires diverfes qui ne pbu^ 

voient manquer de naître dans les nou« 

velles Ëglifes. Le Roi 6t obferver aux 

Pères « que les diocefes étoient trop 

étendus, pour que 1 evêque en pût vi- 

iîter chaque xuince toutes les é^lifes, 

/ ,^,^ «: fuivant les canons j de plus, qu'un feul 

. . i.' métropolitain Jie iuffifou: pas , Ôc qu'il 

étoit difficile dUiTembler tous les ans 

le concile d'une ù vafte pravince. £q 

i Cionféquence on érigea Lugo en mctco- 

Foie, comme Bragiie rétoit diéjà, Se 
on fit de nouveaux évèchés^ l*un def- 
?uels eut fon fiege au mgmaftere de 
)iinie., dont le famt Abhé deyint ainiî 
le prenxier évê/jue. Od détermina au(G 
hs .pacoid^ de chaque diocefè, pour 
'j éviter les Sij^m^s enip?^ ies làvjèque» 
; voUins. ' 

On tmt jin amce concile i Jîcaguei 
dont le premier ob|et .fiit d'aÇ^cer h 
foi contre les reftesdttJRrifaUianijfipe. 
On y fit enfiûce â»$ canons de diici- 
nline, qui concecneiU ivefque touicsis 
les cérémonies^ Il y elib dfi&nau^e^ano 
oer dans TégUTe d'aotcespoéfi^s i^ue iei 






O E 



L*£ G L I S f. |II 

pfeazunes de les divins cantiques : règle- 
ment qui femble avoir (upprimé les 
hymnes, mais qui ne tint pas. Celui 
qui enjoint aux évèques, de faire le 
uiut comme les prêtres »par ces pareles 
Dominus vob'^cum^ ne tint pas davan** 
jcage 'y Ôc rufkae a toi^ours pré^> ilu pour 
ks évèques ^ de dire pax voèis au con> 
mencement de la medè^ Nous voyons 
que dès-lors les clercs inférieurs 4UIK 
^udiacres^ ne pouvoienc toucher les 
laTes ikfts* On Et auffi Ja disftilon des 
biens d^ TJÈsgU& en crois parts^ Tavoir 
x>our l'Évlque,, pour ie Ciçrgé« de pour 

les r^P^^i^*^* 

U y eut «dans les mîmes régipns» ^ ibid. pa«i 
yerslemème xooops , d*auGres cénobites ^*^ ., 
fanées y don; les ;plus connus iont >, .<:t<» 
£niilien d'Ai^^on,, ^,,S. Doiuc du 
piys de Valence^ qui le vchoifit pow 
ivèque, Dvnat illui^a tçllemerit lém i/î<!.iUiiâ4 
monaftique dans ces provinces, qu'il ^■}'* 
pSk dans h ituiae pour ayoir appctS 
lis premier en Efp;igne les Qbfecvanc^ 
régulières^ que nous y ayons toutefois 
tetnarquées long-temps avant lui. Il for* 
toit de l'Afrique* oh il avoir gouverné 
IW monaftere nombreux. Voyant cette . ^ . 
ççmxxéemçiaa^iQ de rinvaGon desBast / ^ 



■-:^''/iW'i 



** 



^ik H I s T o I R r 

5j ,. bares, il paîilîi k mer avec foixante-dix 
• . de fes difcipleàj &: tjiiânticé de bons 
livres, & les établit près de Çhative, 
an royaume 'de Valence, dans le nio- 
naftcre de Servit , qu'il fonda avec le 
fecours d*une femme illaftrè & vertueu' 
fe, nommée Mincée,.* Ilétoit au plus 
haut point de fà réputation , pour fà 
vertu & (qs miracles , fous l'Empire de 
Juftin le jeune. 

Pendant ce renouvellement heureux 
des mœtrrs aux extrémités de THefpérie, 
Juftiriieri régnant encore dans un âge 
fort avance démëntoit, pardes opinions 
aulïî bizarres quimpiiss*, rattachement 

<. - li î qu'îLavoit autrefois marqué pour la foi 
Ivagt. VI. orthodoxe. C'eft là qu'aboutirent enfin 

•*-^^* llv cùriofîté iÇiV matière d^ foii & fa 

, ^ iémérit'é à évajngélrffer fans itiiflîbn. Les 
Hér^crquéiOrigéiiiftesquil avoir pour* 
ïuivîs le plus vivement yfufent ceux 
mêmes qui le féduilîrenc, & rengagè- 
rent dans l'erreur des Incorruptibles. 
11 fe lailfa jperfuader |)ar ces kJ?co:^s 
de^ Eutychiefe \ que lé corps de J. C. 



'i»^ll>l^ 
»-*'? 



. îi*étoif fufceptible d'aucune altération, 
pas même par les affèdions rfaiiurelles 
les plus innocentes , telles que la faim 
6c là foif j en forte que durant* fa vie 

inor4:ellei 



»r 



D 1 L* E G L I $ I. y J' 

hiortislle , comme après fa rcfurre^ion» 
félon ces novateurs , il mangeoit & bu- 
voie fans aucun befoin. Quand Jufti- 
nien eut donné dans ces écarts , les dé- 
finitions &c les ordonnances furent bien- 
toc prodiguées > félon fa coutume. Le 
poias de l'autorité, l'appât de la faveur, 
les artifices & les pièges de la fédu6(ion, 
il mit tout en œuvre, pour faire ap- 
prouver fa folle Théologie aux évcques. 
Le Patriarche Eutychius fit alors tout 
ce qu'on pouvoir attendre d'un faint ôc 
io&Q prélat : il expofa au Prince les 
confcquences d'une pareille doctrine ^f 
qu'un corps incorruptible n'auroit poinc ; 
été allaite par laVierge-Meie, & t.e] 
pouvoir être proprement Se véritable- ; 
ment le corps de fon fils j /qu'il n'eue ' 
pas été arraché à la croix, ni mis à morci 
par les Juifs •, qu'en un mot cette opi- ■ ' 
|iiion rendoit les myfteres de l'Incarna- 
tion Se de la Rédemption abfolumenc 
imaginaires. On ne peut, ajouta le 
iSaintEvêquej nommer le corps duSau- 
jVeur incorruptible, qu'en ce qu'il ne 
fut fouillé d'aucun péché, & n'éprouva 
point la corruption dans le tombeau. 
Non moins ardent j ni moins impérieux 
pour l'erreur 5 qu'il fe l'étoit autrefois 

' TomcFL ' : : O ; • - 



■/. 



5r4 H T s T o I R 1 

montre pour la véricc , alors Jùftmiea 
flétrit la gloire d*un zèle > qu'il donna 
lieu de regarder comme reflet du tem< 
pérament. Il fit faifîr par un tribun la 
maifon patriarchale» tandis que le Pa« 
criarche célébroit le faint facrifice. En* 
fuite il envoya une troupe armée, pour 
{é faidr dans le lieu faint du Patriarche 
même , qu'on dépouilla & qu'on ren- 
ferma dans un monaftere» tandis qu'on 
lui faifoit fon procès : car on rougi^oit 
au fond, d'une conduite iî criante, 6c 
Ton auroit voulu trouver dans fa vie, 
dé quoi juftifier ou colorer en quelque 
forte de pareilles violences. Eutychius 
réclama les <ïanons , refufa de compa« 
roitre , ^ fut condamné par défaut; 
après quoi on le conduifit à Amafée, 
métropole du Pont, dans le monaftere 
qu^l avoit gouverné avant d'être évê- 
qû^ Jean le Scholaftiqne, Syrien de 
naiflance , Se chargé des affaires de lé- 
glife d^An(ioche a C, P. fut prdonDC 
a fa place. 

Il s'en falloir bien que cet apocrl* 
fiaire fui vît les fentimens de fon patriar- 
che Anaftafe, qui» ayant fuccéde depuis 
peu à Domnin , jouifibit déjà de Tefti- 
U^ de 4$ r^ffeftii?^ publique, ^iinail^^e 



'v,?« 



*.' 



/> 



Il s 



:inieii 
loniia 
tem- 
>un la 
lePa- 
e. En- 
, pour 
ciarche 
n ren- 
s qu on 
iigiCToil 
inte,& 
fa vie, 
quelcjue 
icychius 
compa- 
défaut; 
mafée i 
pnaftere 

tre évè- 
riçn de 
s de l*é- 
idoni;c 

apocri* 

ipattiar- 

ié depuis 

le l'efti- 

.naft^fc 



L*E G L I s e; )ij| '■';■' 

avoir en efFec, au degré fuprème, tou' 
tes les qualités néceuaires pour fe faire 
aimer Se honorer des perfonnes de tout 
état & de tout caraâere. 11 raiTembloic ïvagr.il^ 
dans fa feule perfonne les venus ôc les *' ^^' 
talens qui font le plus rarement réunis» 
k qui paroidènt en quelque forte in- 
compatibles. Il fe montroit tout à la fois , 
Qpable des plus grandes affaires, ôc 
propre aux aétails les plus multipliés. 
Il étoit éloquent , véhément ou difert, i 

félon que les perfonnes ou les objets : 
croient dignes de l'éoiouvoir; dans les ^ 
icntretiens fl:i voles, réfervé jufquà la 1 : ' 
taciturnité & à la froideur^ afïable avec 
i^nité, facile fans familiarité 6c fans ^^ 
oiblede , févere quand il le falloir , mais 
fans aucune dureté ^ ôc dans toutes ces - 

atiécés apparences, d'une égalité d!ame ^ ' 
ï d'une rermeré inalrérable. Juftinieti 
r tous fes efforrs , pour gagner uti 
vèque qui en eûr ataré tant d'autres* 
Mais toures fes rentatives furent par- 
lement inutiles. Le faint Patriarche 
ntreprit au contraire ^ comme il écbic 
[ort habile, de guérir Teforit altéré du 
rince. Mais le niai tenoit au fond da . 
mpéramenr, & brava tous les remeâ^s. 
bur empêcher la contagion, il iôfthii* 

Oij 



■•■M-, 



3)^. HT I s T O I R I 

f fit les moines Syriens qui l'avoienc con4 
fulcé, ôc les mie, dans la difpoûcion de 
roue fouffrir pour la bonne do6brine. 
Les évèques de l*Orienc regardoienc 

,. cous Anaftafe comme leur guide, ôc 
{€ faifoisnt gloire publiquement de fe 
conduire par fes impremonsj en force 
que TEmpcreur ayant demandé leurs 
loufcrlpi;ions pour fes dogmes imagi- 
naires , ils lui repondirent ineénûmenc 
qu'ils fuivoient l'exemple d'Anaftafe 
cVcque d'Antioche. Juftinien ctoit q:op 
entier dans fes fentimens , quand il le 
les figuroit conformes à la religion , pour 
ertuyer tranquillement une contradic- 
tion (i générale. Il en voulut d'abord 
punir le premier auteur. Mais comme 

■'il fç difpofoit à l'envoyer en exil, la 
mort l'enleva lui-même, le 14 Novem- 
bre de l'année 5^5, la quarantième de 
font règne, & la qi^itre-vuigt-quatrieme 
defonjige. 

Malgré les taches de fa vieilleflTe, 
comme il montra de grandes qualités 
6c beaucoup de vertu dans la force de 
' ion âge , la poftérité paroît lui avoir 
pardonne les tnaux qu'il a caufés à la 
'religion j de dont plufieurs hiftoriensl 
siTi^reiu qu'il fe repenûc, Le^ Crçcsj 



Tont placé dans leur ménologe. Il fit 
bâtir par tout l'Empire un très-grand 
nombre dcglifes. Outre les foixante- procop. 
trois dont on fait état, il établit dix 
hôpitaux & vingt-trois monafteres. L'a- 
varice quon lui reprocha, ne l'arrêtoit • 
pas dans ces occalîons. Mais l'amour 
de fes fujets auroit dû le détourner 
d'une prodigalité, qui, tout pieux qu'en \- . 
eft l'objet , ne fanroit être une vertu , 
quand elle eft à charge à tant de mal- 
heureux. Le plus beau monument qu'ait , 
laifle Juftinien, eft fans contredit Té- 
glife patriarchalc de Conftantinople , • 
dédiée à; la fagelfe éternelle , & norn- 
mée poiu: cela Sainte Sophie. Cet au- 
gufte temple commencé anciennenicur 
par Conftantin, & fini par Cunftance» 
avoir été incendié, & fut d'abord rebâti 
par Juftinien. C'étoit ainfi pour la troî- 
fieme fois qu'on le bânlioit , quand 
après l'affreux tremblement de terre', 
arrive fous fon règne, il voulut lui 
donner une magnificence encore fupé- 
rieure à fon premier état. Ce dôme 
fuperbe,le plus vanté de l'univers, fert* 
aujourd'hui de Mofquée aux Turcs. 
Le Pape Pelage éroir mort avant Jufti- 
flieiî , & dès Tan s <>o , le premier jçuc • 
X Oiij 



.ii''^ç.i 



P. 



Jll H I 8 T O t Kl 

.^ de Mars, après avoir tenu le Saint Sicgi 
? ;; près de quatre ans. Environ quatre mois 
I & demi après, c'eft-à-dire le 1 8 Juillet, 
on lui donna pour fucceflèur Jean III, 
iurnommé Catelin, fils d'Ânaftafe, du 
nombre dp ces grands qu'on nommoit 
îlluftres. Jean aclieva régUfe des Apô- 
tres S. Jaque & S. Philippe qu*avok 
commencée Pelage^ ôc il en fit la dédU 
Boit, ad I. caceavec beaucoup de pompe : d*où Ton 
Mai,pag.i». croit qu'cft venue la coutume de célé- 
brer eh commun la fèce de ces deiix 
apôtres le premier Jour de Mai. 

Sous ce pontificat, mourut dans uae 
«xtrème vieiilefTe le fameux Cafllodore, 
également diftingué par fa naiflance) 
par fon mérite, Ôc par les pofles hono' 
râbles qu'il avoir remplis. Il fut ConfuI, 
Miniftre principal de Théodoric , Préfet 
du Prétoire fous trois Rois confécutifs. 
Athalaric, Théodat & Vitigès. Mais il 
n,e réunit tant de grahdeur dans fa pe^ 
fonne, que pour en faire un facrifîce plus 
exemplaire. A l'âge d'environ foixance- 
dix ans , il quitta le monde , & fe re- 
tira dans le monaftere de Viviers , qu'il 
bâtit en Calabre, près du lieu de ii 
naiffance. Ce monaftere étoit fîtué au 
bas d'une montagne , fur le rivage de 



'\i 



1 1 L* E G 1 1 i Èé " m 

k mer ; & de là on voyoic fur la hau- 
teur celui de Caftel, où les moines, 
qu après de longues épreuves on jugeoic 
capables d*un recueillement plus paD* 
fait, alloient vivre en anachorètes. Ces 
deux maifons qui avoienc chacune leur 
abbé , ne formoient néanmoins qu'une 
communauté, divifée par Thabitation, 
mais parfaitement unie , par la confra- 
ternité & Tefprit de la règle. On voit 
par les écrits de Caflîodore, que le 
travail manuel , au moins d^un certain 
ordre, n*étoit pas alors d*uiie nécefficé 
îndifpenfable pour l'état monaftique , 
même pour des moines fort aufteres. 
Ce fa^ inftituteur propofe a fes reli- 
gieux , pour occupation principale , Té- 
tude de TÉcriture Sainte , & tout ce qui 
peut y fervir mêmea(Ièzindireâ:emcnr. 
Aft lieu du travail ordinaire , il les ex- 
horte fur-tout à tranfcrire les livres. 
Quant aux fùjets peu propres aitx let- 
tres , il leur commet le foin de Fagri- 
culture 8c de l'infirmerie, en fuppofaric 
encore pour ceux-ci une forte d'étude; 
puifqu*il leur confeille la ledure des li- 
vres propres à les rendre habiles dans 
leur emploi. "^-^ .Mr..--îm-^ - 

C'eft dans fon Inftitution des Divines 

Oiv 



-: l^'^ 









, Vibv* 



â|io Histoire" 
Ecritures , quQ Caffiodore donne cis 
«démens, & que Ton voit jufquoù 
«'Sendent j félon lui, les Arjs Libéraux, 
qu il juge nécelTaires ou utiles à l'é- 
tude des faintes lettres. Il compte au 
nombre de cçs Arts la Grammaire, k 
Réchorique & les Mathématiques, donc 
il a laide des traités abrégés dans le fé- 
cond livre de fon Inilitution^ ôc fous 
le nom 4e Mathématique, il comprend 
r Arithmétique, la Géométrie j la Mu- 
fîque& TAftronomiej ce qui fait en tout 
les fept ^rts libéraux, fi fameux depuis 
dans les écoles. Dans la première partie 
de rin(Htution , il traite de ce qui tend 
plus direÀement à fon but^ il fait le dé- 
nombrement de tous les écrits des Pères 
latins fur chaque livre de rEcritiire,! 
& de ceux des Grecs , qu^il avoit fait 
traduire. Tous ces ouvrages fe trba- 
voient dans la riche bibliothèque dont 
il pourvut ce monaftere. 11 indique de 
même les théologiens , les écrivains af- 
cétiques & les hiftoriens, entre lefquels 
il n oublie pas l'Hiftoire Tripartite, qu'on 
regarde comme fon ouvrage , parce qu'il 
jfut fait par fes foins. 

Cette hiftoire latine n'eft autre choffi 
.qu'une traduction des trois hiftoriens | 



\ ^ 



mpte au 
naire , k 
les , dont 
ins le fe- 

•y & fous 

omprend 
j la Mu- 
it en tout 
Lix depuis 
ère partie 
î qui tend 
■aftt le dé- 
des Pères 
Ecriture j 
avoit fait'l 
fe ttba- 
îque dont 
îdique de 
•ivains af- 
e lefquels 
ite, qu'on 
)arce qu'il 
^ .*> • 
litre chofe 
hiftorieiis 



Grecs, Soci?,te, Sozomene Ôc Théo-* 
doret , recueillis en un feul corps. Elle 
eft divifce en douze livres , 6c fert dé 
continuation à celle que Ruffin avoir 
faite des dix livres^ d'Eufebe , en y 
en ajoutant un onzième : ce qu*on 
trouva fi commode , que depuis fa 
publication les Latins n'onr guère connu 
d'autre hiftoire de TEglife. 

L'Italie pourvue de plufieurs grands 
hommes égaux dans leur genre a Caf- 
fiodore , ne t^'-'h point cependant â 
s'appercevoir qu , ftinien n étoit plus 
fur le trône. Maigre tous les défauts 
de ce Prince , il s*en falloir bien que 
Juftin fon neveu Ôc fon fuccefleur le 
valût. Ce n'eft pas que le nouvel Em- 
pereur manquât de religion. Il com- 
mença au contraire par la confoler 
des atteintes que fon oncle lui avok 
portées j & il rappella tous les évèques 
bannis , excepté S. Eutychius. Mais 
c'étoit un Prince abandonné à fés plaifirsj c x & >.' 
jufqu'à la brutalité ôc à une forte d'ex- 
travagance. Non moins avare que vo- 
luptueux , fouvent dans la prdtedion 
même cju il accordoit à TEglife , il 
cherchoit à fatisfaire fon avidité for'^ 
dide , qui faifoit argefit de tout > 
\ Ov . 



Eragr. n 
i Se». 

tu ht'-} 

.J ..l .1 



.^'.A V. 



11 H I s T O I H B 

même des cvêchés. Avec tant de baf- 
ùSe d*ame , on n*eft pas furpcis de 
trouver de la lâchetéc Mais ce qiû pa^ 
roît plus étrange dans Juftin » c'eft 

.^que manquant de courage» il ait été 
entreprenant , audacieux , Ôc fur-tout 

'Jqu'il ait fait aiTaflîner un de ùs pa- 
ïens nommé comme lui Juftin y homme j 

*;de confeil de d'expédition, dont la 
valeur , rhabilecé & la fidélité rccon- 

^nue faifbient le plus ferme appui de 
fa puidance. Un pareil Empereur fut 
bientôt niéprifé par les Barbares mê- 
mes. Il nétoit aucun peuple parmi 

,4tux 'y quelque obfcur qu il pût être, 
qui ne prétendît enfin a la gloire de 

3 mettre a fbn tour fous le foug ces 

y Romains avilis» qui depuis fi long- 
'temps y tenoient toute la terre. 
Depuis quatre cents ans > les Lom* 

^^bards, Germains d'origine» demeu- 
roient en Pannonie fans rien ofer , Se 

^ laiflfbieiit pafler devant eux les na- 1 
tions plus puiiTantes ou plus vaillantes. 
f arf Diac* Enfin , après l'extindJCi des OUro- 
i«"* ** ^ '^oths , la féconde annv4e de Juftin le| 
jeune » ils fortirent de leurs cantonne- 
\ : ; mens fauvages , fous la conduite dej 
ieiu ^91 Aft>oin > entrèrent en It^^ 






•KfV'^ 



V. 



/ 



'4 



)ares ms- 



D fi L* £ G L I S B. 5I) 

par h, vénerie , & fe rendirent maîtres 
de toate la contrée, jufqu'au delà de 
la Toicane , excepté Rome , Ravenne , 
Ôc quelques places extrêmement fortes , 
en affez petit nombre. Les Lombards 
étoienc Ariens ^ mais ils avoient avec 
eux pluHeurs autres Barbares , Panno^ 
niens » Bulgares , Gépides » Sueves » 
Noriques, encore Païens pour la plupart. 

Il n*y eut guère d'autres événenxens 
remarquables que cette invafion des 
Lombards, fous le pontificat de Jean 
Ili , qui dura néanmoins près de treize 
ans. La vacance du fiége , â fa more 
arrivée en 575 , dura plus de dix 
mois : délai furprenant pour un temps 
ou l'ambition & lapolitique n y avoienc 
pas encore accoutumé j mais les ra-f 
vages des Barbares en furent la caufe» 
Enfin on éiuc Benoît , furnomnié Bo-* 
nofe , Romain de naiflânce ^ & on 
l'ordonna le 5 fuin de l'an 574; 

Le Roi Alboin avoir été tué Tannée 
wérédente , par l'artifice de fa fcmm^ 
Kofemonde , après avoir rc^^né en Italie 
trois ans 6c demi ^ Se par conféquenc 
peu après la prife de Pavie , qui fou^ 
tint un fiége de trois mois. Cleph fuc^ 
élu Roi^ d la place d* Alboin; mais il 

y _ O vf 



".-** -wJ 



.4 



t . 



^ Paul. 



Greg. 
Dialog. c. 



914 ' Hl S T O I R B • 

fut rué dix-huit mois après. Ce qui 
fit paroître ce trône (i périlleux , que 
chaque Gouverneur refiant maître dans 
fa ville, la nation pendant dix ans 
n*eut point de Roi, mais feulement 
des Ducs , au nombre de trente : anar- 
chie ou tyrannie défaflreufe , qui Ht 
la défolation des peuples ôc de TE^ 
glife , ruina les villes Ôc les provinces , 
^dépouilla , renverfa les temples , mul- 
tiplia de toute part les meurtres ôc les 
D. atrocités. Chaque jour on trouvoit épars 
furies routes, ou pendus aux arbres, 
non feulement une multitude de morts 
du commun, mais les perfonnages les 
plus confidérables , fénateurs, illudres 
Romaines , évêques ôc abbés. 
in. Vers Nocéra , les Barbares prirent 
^7* un diacre , & fe firent un jeu des len- 
teurs cruelles de la mort à laquelle ils 
le condamnèrent. Le S. Prctt^ Sandule 
qui étoit révéré de tout le monde iti- 
difïinûement pour fes rares vertus, 
& qui n'avoit pu obtenir fa grâce , 
demanda qu au moins il lui fut per- 
mis d*en avoir foin jufqu'au dernier 
• moment, fe chargea de fa garde, & 
répondit de lui fur (a tête. Au milieu 
de la nuit y voyant toute la troupe 



*1 



flongée 
prifonnierj 
généreufe 
le péril ai 
roit expoi 
tance , foi 
Saint , foij 



\ 



-V 



•':#.: 



^,\ 



{^longée dans le fbmmeil , il die aà 
prifonnier de s*enfair. A une offre iî 
généreufe , le Diacre oppofa d'abord 
le péril auquel fon bienfaiteur refte^ ."' 
roic expofé. Adais i la féconde inf- 
tance , foie confiance au pouvoir du 
Saine , foie amour naturel de la vie» 
il fe perfuada que Sanâule trouveroit 
quelque reflfburce à ce danger , '& il 
mit fa propre vie a couvert par une 
prompte fuite. Les Barbares ne s'en 
apperçurent que ic matin ; & aux re^ ' 
proches qu'ils en firent au S. Prêtre i v 
il répondit tranquillehienc qu'il avoit i 
de quoi fatisfaire, & qu'il étoit prêc^ 
à mourir à la place du diacre fugitif. ^ 
Tu es bon homme, reprirent lésLom-^l ' 
bards ; il eft jufte que tu meures : maii i 
nous ne voulons pas te faire expirer pari ' 
de durs tourmens; choifis toi-inçmô - 
le genre de mort qiii te fait le moin*!; 
de peine. Il leur répondit. de le £iire 
mourir en la manière que Dieu le 
voudroit j & ils réfolurent de lui tran- 
cher la tête- Comme l'événement étoit^, 
lingulier , tous les Lombards du caniy 
ton s'adèmblerent pour Ce fpeâacle. 
San^kule demanda permiflîon de prier , 
1^ il l'obtint.. Après qu'il eut éxi 



f^ 



$x-€ H I s T o I n s - 

fore long^tetnps çrofterné , TexcaKeiir 
s*ennuya , 6c le ht lever. Il fe mie à 

fenoux » ôc l'épée étant déjà tirée ^ 
aiut Jean > empêchez ce crime , dit- 
il d*une voix haute, que tous les af- 
iîftans entendirent, A ces mots , le bras 
' ^- de Texécuteur demeura levé comme il 
létoit , Se fans au^un mouvement. 
Tous les fpedbateurs pouffèrent des 
cris d*admiration y on s'emprefla vers 
le Saint , on le pria de guérir celui qui 
avoir voulu le rrapper. il fit ce fécond 
miracle : mais il obligea cet homme 
â jurer auparavant , qu il ne ferviroit 
; ■ r^ de fa vie à immoler un Chrétien. Alors 
; ' toutes ces troupes de brigands lui of- 
** ' * frirent en reconnoiffance les oœufs , 
les chevaux Se les autres effets qu'ils 
avoient pillés : il refufa toute forte de bu- 
tin, & demanda la liberté des cap 
tifs , qui furent délivrés fur le champ 
aufli bien que lui. ■■.■. . *, 
, ;. Le même prodige for rehonvellé dans 
les Gaules, i la^'vue d^une partie de 
. la même nation , ^ui , fous trois de 
leurs Ducs ,pafla les Alpes, Se fit le | 
JIKreg.Ttu. ravage dans les provinces voifines. Saint 
^•***^** *^* ^* Hofpice vivoit reclus depuis plufieursl 
«anees^ près de Nice, dans une tour 



e mie a 
i tirée ', 
le, dit- 

Ics af- 
, le bras 
omme il 
ivemenc 
îrent des 
eàa "vers 
celui qui 
:e fécond 
; homme 

fervitoit 
tcn. Alors 
ds lui of- 
ooeufs , 

Fets qu'ils 
jrtedebu- 

des cap- 
le champ 



où il n'y avoir point de porte. Se où 
il fe noiurilToit de dattes 6c d'un peu 
de pain qu'on lui donnoit par une fe- 
nêtre. Pendant tout le Carême» il ne 
mangeoit que des racines d'Egypte , 
que des marchands lui procuroient. Il 
portoit pour vêtemens un cilice par def- 
fus des chaînes de fer qui liii lerroienr 
la chair étroitement. Il avoit prédit 
l'irruption prochaine des Lombards^ , 
en punition. des péchés de fes com- 
patriotes; 6c il confeilloit 1 tout le 
monde , même aux folitaires » de le 
retirer en des lieux plus fûrs. On le 
crut, & on voulut auâi remmener. Non y 
leur dit-il , ne craignez pas pour moi ^ 
ils ne me feront pas mourir. Les 
Lombards arriverentpeu après ^& fuie- . ' 
tant lesdéferts,au défaut des habitations 
ordinaires qu'ils trouvoient abandon- 
nées , plusieurs d'entr'eux rencontrèrent 
la demeure du Saint. Ils rouriierenc 
en vain tout à l'entour, en cherchant 
la porte. Irritée par les ob(bcles ,leiu: : 
avidité leur fit efcalader les murs,& 
brifer le toit de la tour. En voyant un 
homme exténué & chargé de chaînes » 
ils le prirent pour un meurtrier em-*'^'^ '- 
prifonné , 6c il les laiiTa dans leur per*^ 



^^ 



>4' 



$1% H I 8 T O f IL 1 » 

fuaHon. Alors un de ces Barbares étant 

defcendu , ôc cirant Ton fabre pour 

Jui en fendre la tète , le bras demeura 

.étendu ôc immobile. Hofpicc en ufa 

comme Sandkule : le Lombard guéri 

:fe convertit fur le champ , fe fit auf- 

ii-tôt couper les cheveux, & embraifa 

dans ce lieu- là même la vie monaf- 

tique. 

S* Hofpice opéra audi beaucoup de 
guérifons miraculeufes , entr*autres , 
celle d*un homme fourd & muet, 
dont le tenoit S. Grégoire de Tours, 
cjui le rapporte , & qu'il eft temps 
enfin de connoître lui-même : perfon- 
nage intérefTant, s'il en fut jamais, 
pour TËglife de France j non-feulemenc 
comme un des plus vertueux ôc des 
plus Xavans prélats du fixieme fiecie, 
mais, comme ayant beaucoup enrichi 
notre hiftoire, par la fécondité de fa 
plume. On Taccufe de crédulité : c'cft 
une' raifon fans doute d'examiner les 
témoignages dont il s'appui; datis le 
xécicde plufieurs chofes extraordinaires. 
ZViais audî quand il parle comme ce- 
,inoin oculaire , ou comme contempch* 
-.rain d'une multitude infinie de per- 
lionnes qui attefienc unanimement Iç» 



. \ 



év Jnemens du plus grand éclat , & les 
moins expofés aux périls de rillufîon 
& de la furprife ; alors on ne peut 
fedifpenfer de le croire» fans lui re« 
fufer ou un fens droit , ou l'amour de 
la vérité : préjugés également inju- 
rieux à Tun des plus grands faints Ôc ' 
des plus erands hommes des beaux 
temps de FEglife. 

Il étoit ne en Auvergne , d*une il- crfg. vW^ 
luftre famille , vers Tan 5 44. Son père ^' * * ***' 
Florence étoit frère de S. Gai éveque 
de Clermont, auprès de qui le jeune 
Grégoire fut élevé. Sa mère étoit pe- 
tite-fille de S. Grégoire éveque 'de 
Langres. 11 marqua d'heureux pen- 
chans & une tendre piété, dès fapre*-^ 
miere jeuneife. Ce fut pour accom-*^ 

{►lir un vœu quil fit alors, étant mal- 
ade , qu il entra dans la cléricature. 
Souvent il vifitoit les tombeaux des ^ 
faints , particulièrement celui de Saint 
Martin de Tours j fur-tout depfiis qu'il 
y eut été guéri d^une. maladie fort 
dangereufe. Ce grand fiége ayant perdu 
S. Euphrone , on s'y fouvint de l'édi- 
fication qu'y avoit fouvent donnée le « t 
neveu de S. Gai ; & l'on ne put en- ' -^ 
tendre fans admiration le récit d'uun 



f)0 Hl s T O I R 1 

infinité d'aâiioiis que chacun raconcoit 
deiiif, ■'Mit'' 

Ainii toute la ville unanimemenr, 
les évèques do la province » le clergé, 
la neblelTe, le peuple de la cité ôc de 
la campi^e le demandèrent pour ar- 
<hevique. Auffi-rôt on députa ce qu'il y 
avoir de plus illufbe vers le Roi Sige- 
bert» âmuToursappartenoit.Non feule- 
nient Grégoire mit de naiflknce & 
de mérite à être connu du Roi; 
mais il Ce trouvoit à la Cour, quand 
les députés arrivèrent. Leur demande 
le furprit & Talarma ^ car il joignoit 
à toutes fes grandes qualités une hu- 
milité fîncere ôc une extrême défiance 
de lui-même* Il n'épargna ni follici* 
tarions ni démarches j pour fe fouf- 
traire à une charge qu il jueeoit trop 
Jourde pour fes forces. Il rallut que 
le Rot & la Reine lui fiffent les plus 
preflantes inftances ^encore prirent-ils 
foin qu'il fut auffi-tôt lacré par 
Gilles archevêque de Rheims; de peur 
ou'il ne vînt à fe repenrir d'un con- 
Jlentement prefque forcé. Dans la 
crainte que même après fon facreil 
n'allât s'enfevelir dans quelque foli- 
Cude ignorée» on le conduisit incon- 



^ SI i' E et I t b; " jjf 

tinenc à Tours ^ où il fut reçu avec une 
joie incroyable , le dix-huitieme jour 
après la mort, de fon prëdécefTeur. 11 
avoir alors environ trente ans. 

Son premier foin fut de connoîcre 
toutes fes ouailles » & de fe lier par* 
ticuliérement avec la portion du trou- 
peau deftinée à fanâifier le refte par 
la vertu de l'exemple & de la parole. 
11 favoit découvrir les bons fujets juf^ 
me dans. lobfcurité des cloîtres ôc des 
défens, dont il acquit des connoif- 
fances Ci exaékes , qu'il nous a laifTé 
des vies très-circonftanciées d*un grand 
nombre d'illuftres (blitaires de fon 
temps. Pendant fon épifcopat » Venant» creg. VW, 
jiatitde Berri, quitta fa femme , à^^PP*^**»» 
la Heur de fon âge , Ôc vint i Tours 
embrafferla vie réguUere » fous TAbbé 
Silvain auquel il fuccéda. Il s*y ren- 
dit célèbre par les révélations 6c le 
don des miracles. Après fa mort fur* 
tout , il s'en opéra tant i fon tombeau 
qu'on montre encore aujourd'hui, 
qu'ils firent donner fon nom à ce 
monaftere» érigé depuis en églife col- 
légiale. 

Il y avoir à Tours un autre foli« 
taire > natif d'Auvergne ainii que l'Ec 



'••<*■ 



'H 



J-^ 



cf •;¥}•>■ 



1)1 UtttéÏÉLÈ 

vèque » de nommé Léobard. Gomtti^ 
il vivoic dans une cellule près de 
Marmoucier , il fut témoin de la que- 
relle de Tun des moines avec di^ 
voilins. 11 en prit tant de fcandale , 
qu*il penfoit à changer de demeure: 
mais TËvêque Grégoire étant venu 
faire fa prière à Marmoutier , fuivanc 
la pieufe coutume qui l'y attiroit fou- 
vent, Léobard convaincu que les ouailles, 
quelles qu elles foient , ne font aucune 
démarche sûre fans Taveu du padeur , 
lui communiqua fa réfolution. Le Saint 
£vèque lui nt connoître que c'écoit là 
^ une illunon , puis lui envoya des li- 
vres de pièce , dont la leâure acheva 
de la diiUper. Ce n'eft pas la feule 
occaflon ou ce guide éclairé montra le 
difcernement qu'il avoit des efprics. 
S. Sénoch reclus près de Tours, 
ctant forci de fa retraite pour aller 
voir fes parens en Poitou, revint plein 
de penfees de vaine complaifance , & 
fortement tenté de prélomption. Le 
vigilant Pafteur à qui rien n'échap- 
poit de fes devoirs envecs toutes les 
conditions , lui fit fentir fa faute , & 
le corrigea fi parfaitement , que Sé- 
noch vouloit prendre le parti de ntl 



près de 
i la que- 
vec des 
:andale , 
emeure : 
nt venu 
, fuivanc 
toit fou- 
s ouailles, 
it aucune 
pafteur, 
, Le Saint 
c ccoit la 
a des li- 
re acheva 
; la feule 
montra le 
; efprits. 
e Tours, 
)our allei 
rint plein 
fauce , & 
ption. Le 
n'échap- 
Itoures les 
■aute , & 
que Sé- 
rci de ni 



>.ù. 



D B L* £ 6 t 1 S I. 5 3 5!^ 
vpir jamai:s perfonne : mais le faee I 
Pfçlat jugeant que c'ctoit là une rélo- i' 
lotion excrême , peu conforme à Tef- y 
piiit de Dieu, il lui confeilla de ne I ' 
s'enfermer que le Carême , & depuis i 
k S. Martin jufqu à Nocl : ce que le ' 
Solitaire obferya ponâuellement. Âind « 
parvint-il à la plus éminente fainteté,* 
llpcoit de la nation des Teïfales «peuple i 
Barbare, confondu avec plufieurs autres, 1 
parmi les nations nombreufes qui s'ér 
ublirent dans les Gaules. 

La foi & les vertus ne font atta-^ 
chces ni à la célébrité ni a la culture V 
naturelle.. La Gaule Armorique, ce&^^^ 
à-çlire la côte maiitime de l'Océan , h 
duc d de durs infulaires pluHeurs def . 
b plus illuftres évèques. Les Anglois- r' 
Saxons ayant envahi l'île nommée^ 
jafque là Bretagne, les Bretons , fous 
b conduite de leur Prince Hengift,; 
$'(;toient rélîigiés dans l'Acmorique 1*a v 
plus avancée vers leurs cotes, & luil 
avoient donné , le nom de Bretagne. If ' 
Quoique cette tranfmigation datât de 
plus d'un (îecle , ce peuple plein de 
cara&ere & fort attaché a fes ufagec ,?ï^ 
reftoit toujours diftingué des Gaulois, 
mvM de moeurs que de langue \ «t| 



• " ■ V 



134 HlSTOlRI 

ibrce que le fécond Concile de Tours » 
tenu en ^66 ^ diftingue encore les 
évêques Bretons des Romains ou Gau- 
lois. Ces étrangers entretenant leurs 
relations avec les naturels de la Grande- 
Bretagne , continuèrent long-temps en-r 
core a en tirer des fujets. 

* De ce nombre fut S. Samfon y évèque 
de Dol en Bretagne. Il ctoit né dans 
la province de Galles, Ôc avoir pra* 
tiqué la vie monaftique fous la con- 
duite de S. Heltrut, que Ton dit avoir 
été difciple de S. Germain d'Auxerre. 
Ainfi attribue-t-on à cet Evêque de 
^Giule rétabliiïement des monafteres 
de la Grande-Bretagne , lors de fon 
fécond voyage en cette îlt. Samfon 
ayant fait de grands progrès dans les 
fciences 6c dans la vertu , fut ordonné 
prêtre par S. Dubrit , autre difciple 
de S. Germain , de qui devint évèque 
de Cacrléon, dans le pays de Galles. 
Le nouveau Prêtre > après fon ordina- 
tion a ne parut que plus humble & 
plus porté au recueillement. Il fe re- 
cira dans une lie écartée, pour y me- 
ner la vie érémitique. Mais on l'en 
cira , pour le faire abbé d'un monaftere 
<gu on difpit auili avoir été fondé par 



^.. 



«^ 



y me- 
>n l'en 
|nafterc 
dé par 



|S. Germain, Là il fut ordonné évêqûe 
I pour fon mérite ôc îa vertu , qui de jour 
en jour le rendoieno plus célèbre. Il pada 
la mer , Se vint dans la Gaule- Armo<* 
rique, où il fonda pluiieurs monaf« 
teres ^ entr'autres celui de Dûl ^ 
oui fut érigé de fon temps même en 
evêché. Il jaifoit porter une croix de» 
vant lui , comme font aujourd'hui 
les archevêques : méthode extraordi- 
naire, qui ne dut apparemment fon 
origine qu'au génie ou aux ufages parti- 
culiers de ces firetons » ôc qui fonda 
néanmoins pour la fuite , de la parc 
des évêqu^s de *Dol , de erandes pré- 
Itenrions aux droits de métropolitains. 
■Mais s'ils en jouirent fur un G foible 
Uondement , il ne leur en reile plus 
que cette décoration ^ fans aucune des 
Ipréroeatives dont elle eft le fymbole. 
I L'epifcopat de S, Samfon lui acquit 
Ibeauecuip de célébrité , & Ton ra- 
Iconce de lui un grand nombre de 
Itnerveilles. I^ .ut pour fuccelfeur Saine 
iMagloire fon coufîn-germain , élevé 
|comme lui fous la dilcipline de Saint 
leltrut. Samfon l'avoir emmené en 
îaule , après l'avoir fait diacre. En mou- 
rant, il. le défigna povic l^x fuccédcc« 






K ' ' 



:$i6 H X s T ô I K t 

Mais après deux ou crois ans d'épif-» 
copac , Magloire mit à fa place Bu- 
dpc fon difciple > ôc fe retira dans 
un monaftere de ^o moines , qu'il 
avoit fondé » 6c qu'il gouverna jufquè 
{^, mort. ; 

jVit.s.Macl. ; S. Samfon avoir un autre parent, 
^ Bibi. Fio- nommé Malo ou Maclou , qui fut 
**** encore élevé dans un monailere , & 

qu'on ordonna malgré lui évêque dt 
Yincheftre, dont fon père avoit éeé 
comte. Il avoit tant d'étoignement dei 
V , diftindions , qu'il s'enfuit iecrétement 
au delà des mers. 11 fe retira dans 
■' : une petite île de TArniorique, auprès 
d'un S. Solitaire nommé Aron. Près 
de là , dans une autre île , étoit la 
ville d'Aleih 5 renommée dès lors pour 
fon commerce, mais encore prefque 
toute païenne. Quelques Chrétiens 
fervens qui s'y trouvoient * fupplierenc 
le Saint "d'entœprendre la converfion 
de leurs concitoyens : ce qu'il fit 
avec tant de fuccès , fes- paroles étant 
foutenues par l'exemple des plus grandes 
vertus ^ par le don des miracles, que 
. 1^ plupart fe convertirent & Toblige- 
rent d*être leur évêque. S. Malo mou- 
rut. Yen. la fia -de l'aa 5<>s« 11 1*'^* 



r 



s parent, 
, qui fut 
Aère , & 
ivèque <!« 

avoir été 
ement dei 
îciérement 
étira dans 
[V>e, auprès 
Lron. Près 
croit la 
s lors pour 
ce prefque 

Chrétiens 
fupplierent 

converfion 
au'il^ fil 

rôles étant 

lus grandes 

racles , que 

Toblige- 

alo mou- 

5. U laJ^* 



DE L* E G t I S E. 3J7 

le reipeâ de fon nom Ci forcemenc 
gravé dans le cœur de fes peuples , qu ils 
donnerenr à. leur ville' le nom de 
leur Saint Pafteur. 

Saint Paul , qui donna le (îen jj^u, 
à Ton évèché de Léon, ôc S. Gildas,Matc. 
fur'^ommé le Sage, furent auflî difci- 
ples de S. Heltrut. La crainte de Tépif- 
copat fit encore palfer Paul dans les 
Gaules j 011 il rencontra de même ce 
qu'il- fuyoit. Après quelque féjour en 
différentes îles , il pénétra jufquà la 
ville de Léon^ où Teclat de fes vertus % 
& de fes miracles le fît élever a Tépif- 
copat; le Comte Vither ayant employé 
à ce fujet Tautorité du Roi Childebert. 
Au bout de vingt-quatre ans, fe fen- 
tant af(bibli de vieiUefTe, il quitta le 
gouvernelnent de fon églife , &c mit fuc- 
ceflivement à fa placfe deux de fes dif- 
ciples, qui ne tinrent le fîége qu*un an 
chacun : en forte qu'il fut obligé de le 
icprendre. Enfin il le remit onze • ans 
après à un autre difciple nommé Cé- 
tomerin, & il fe retira dans l'île de 
Bas , où il gouverna encore long-temps 
un monalleré nombreux, & mounit 
dans une haute réputation de fainteté. 
C'eft ainfi que le Seigneur fait fervir 
TomeFI, P i ' 



tt. 



# 



^mt' 



'^ 



53S Histoire 

à la fandtiE cation de fes élus, le con- 
cours comn»e fortuit des conjo.îdhnw'j 
] ou ils fe rencontrent» & jj>! fingakric**' 
de leur génie même , pourvu que leur 
coeur foit vérit;iblemi,sir à lui. 

Saint Gildas ne fut que prêtre. Il éroit 
natif de DumbrirtonenFcofiq ilprêchii 
dans le nord de la Grand e-Brctagiiè, 
puis en Irlande , où il réti>blit la [v.i- 
i:fctc ï'ii la foi ôc de la difcipline. Èn- 
iiii '1 paila dans les Gaules, s'établit 
dans la partie méridionale de FArmori- 
c]ue , près de Vannes , bâtit ôc habita 
jufqu'à la mort le monaftere de Buis, 
qui prit & porte encore fon nom. 

Les Evèchés de Saint -Brieu 8c de 
Tréguier doivent aulîi leur inlHtution 
à deux Saints , nés dans la Grande- 
* Bretagne. Saint -Brieu n*étoit d'abord 
' qu'un monaltere fondé par le S. Evêque 
prieu , qui , après avoir été ordonné eii 
Angleterre, pafla dans les Gaules, oui 
il £onda deux mona(leres , dont on| 
érigea le fécond en fiége épifcopal. 
Pour le fiége de Tréeuier, il futdV 
bofd à Lexobie , églifé plus ancienne. 
S. Tudval, encore Breton j - devint 1 
cvèque, d'abbé qu*il étoit au laftere 
de 7 Véguiçr fondé par Id-. .?me. Lel 



^'" 



!(i ccm- 
ondhni;3 

que leur 

e. 11 éroit 

il prêcha 
Breiagiiè, 
lit la [ni- 
jUne. Ën- 
, s'écablit 
rArmori- 
&c habita 
e «le Buis, 
1 nom. 
:ieu & de 
inlHtution 
Grande- 
it d'abord 
S. Evêque 
irdonné eij 
raules,où 
dont on 
épifcopal. 
il fut d'à- 
ancienne. 
r.; devint' 
.; laftere 
.^me. Le 



- D R l' £ G L I s E. }J? 

fîége épifcopal fut depuis transféré à ce 
m-^Fi Hltere,jqui en a fait oublier le pre- 
mier norn/Sur ces détails de l'état du 
chriiHanifme dans la province de Bre- 
tagne alors des plus incultes des Gaules» 
6v^ qui pour cette raifon nous avons dé- 
vcîojjpés autant qu'il convient à notre ^ 
dciîein général, on peut fe former une 
idée du refte de l'Églife de France, 
dans le mcme temps. 

Tous les évêques de la Bretagne Tom.i. 
croient dès-lors, comme aujourd'hui, coac.cai.f^ 

fous la dépendance de la métropole de '*^' 
Tours. Dans le fécond concile de cette ' 
ville, tenu en 5 6^ , ou 5 ^7 , nous voyons 
qu'il eft défendu d'ordonner dans l'Ar- , ^ * 
morique un évêqUB, foit Breton, foie 
Romani, fans le confentement de ce 
métropolitain & de Ces comprovin- ^ 
ciaux. On y voir encore la vigilance ex- 
trême de l'Eglife fur l'intégrité dès 
mœurs & de l'honneur de fes miniftres, 
hi Concile ne dédaigne pas d'entrer dans 
les détails les plus circonftanciés à cet 
égard. Il ftatue q^^'iin évèqt'^ qui aura 
été marié, fera oajouii accompagné 
de clercsjufqu dans fa chambiC, 6c te^- - 
lement (eparé de fa femme j que celki 
qui la fervent n ayent aucune commu- 



,^i:_' .^ 



.a. 






340 Histoire 

nicationmçme avec les gens deces clercs. 
Quant aux évcques qui n'ont pas été 
;Tiarif;s , il ne doit haoiter aucune fen> 
me chez eux. UArchiprctre doit avoir 
d la campagne un clerc qui couche dans 
fa chambre. Cette règle e(l jugce Ci im- 
portante , que l'embarras & la dépenfe 
font comptés pour rien dans fon ob- 
fervation. Ainh prefcrit-on qu'il y ait 
fept de ces clercs , pour fe relever par 
femaine. 

Il eft défendu aux clercs 6c au^ 
moines ^ de coucher deux dans un mê- 
me lit. L'entrée des monafteres d'hom- 
mes eft interdite aux femmes. On dé- 
fend de rechcf les mariages des reli- 
gieufes, foit qu'ell^ayent reçu le voile 
de la main de l'éfeque, foit quelles 
ayent feulement changé d'habit : ce qui 
faic entendre que la profeilion ne fe 
faifoitpas d'une manière expreffe; mais 
qu'elle étoit attachée à la vêt^re. Objet 
de doute qui commençoit feulepient 
à être bien eclairci ^ puifqu'il y avoic 
encore quelques-unes de ces religieufes 
qui prétendoient n'avoir pris 1 habit, 
que pouf n'être pas expofées à des ma- 
riages indignes d'elfes. 11 çft dit aiiifi, 
que lés veuves ne recevoient point de 



^' 



clercs, 
►as étç 
é fem- 
t avoir 
le dans 
î Cl im- 
lépenfe 
"on ob- 
ii y aie 
ver par 

ôc ii\x% 

un mc- 

d*hom- 

Ondé- 

ies reli- 

le voile 

quelles 

: ; ce qui 

>n ne fe 

fife-, mais 

e. Objet 

îUlepient 

y avoit 
jligieufes 

r habit, 

des nia- 
dit aiiifi» 

point de 



D fi l' £ G t I S i. 341 

bénédidion , pour fe confacrer à Dieu* 
Le Concile fit encore • pour- les cé- 
rémonies de la religion j 'des réelemens 
qui nous apprennent que dès-Tors il y 
avoir des images ainfi que des croix fut 
les autels , & qu'on y con fer voit l'eu- 
chariftie hors le temps du facrificej 
puifqu on avertit que le corps de Notre- 
Seigneur ne doit pas être mis fur Tau-* 
Itel au rang des images, mais fous la 
croix* On règle enfuite , &ç fort en dé- 
tail j Tordre Ôc Tétenduc de la pfalmo' 
die, ou des offices y pour les différens 
jours de les différences faifons. Dans 
i'ctat des jeûnes qu'on donne enfuite 
pour tOcice l'année , l'on voit qu'on jeû- 
noit encore Tavenc , comme le'carcme. 
Le même concile ordonna que cha- 
que cité prendroit foin de fes pauvres ^ 
chaque p||tre à la campagne , & cha- 
que citoyen à la ville fe chargeant d« 
l'un d'eux ; ^e manière qu'on ne vît 
point de vagabonds. Il traite de meur- 
triers des pauyres , les ufurpateurs des 
biens ecclénailiques j àc il veut qu'après 
trois monitions , s'ils perfiftent , on pro- 
nonce contre eux dans le chœur de l'é- 
glife , tout le clergé étant aflTetnblé , les 
nulédidio.is du pfei" ^ cenr-huit ieme. 

Piij 



54^ H I s T O I R B 

Il les tepté'C'^nte comme de nouveaux 
Judas, ♦'•u u' . , doit pas feulement ex- 
commutiier , mais anathémacifer : ce 
qui nous fait entendre la différence de 
lanatliême , Se de l'excommunication 
fîmple qui n'emporte : ^a$ ces fortes 
de malediélions. 

Quelques années après ce concile, 
Contran, Roi d'Orléans & de Bour- 
gogne , fit convoquer à Paris fii métro- 
politains & douze évêques , pour ter- 
miner le funefle différend qui étoit en- 
tre fes deux frères Sigebert , Roi d' Auf- 
trafic, ôc Chilpcric Roi de Soilfons. 
Tel étoit l'objet capital du quatnenv. 
concile de Paris. Le lieu de Tairemblie 
ne pou voit être mieux choifî j cette ville 
étant commune entre les trois frères. 
Car Chérebert, Roi de Paris, étant 
mort deux ou trois ans plut%, c'eft-à- 
dire ea 530 , & n*ivant laitTé que des 
filles, les Rois ies rreres, en fe parta- 
geant £qs Etats , avoient mis Paris en 
commun, ôc juré fuc les reliques de S. 
Martin , ferment réputé des plus invio- 
lables, qu'aucun d'eu k n'entreroit clans 
la ville fans k nfc itement des deux 
autres. 
•^ Les é vèques ne purent réconcilier les 



D B L* E G t 1 S E. ^45 

deux frères. Le mal venoit de plus loin, 
&prenoic fafourcedansrancipachieou la 
jaloufiede deux femmes, les Reines Fré- 
dcgonde ôc firunehaut, coûtes deux d'une 
grande beauté , toutes deux non feule- 
ment pleines d'cfpnr, mais de cette é'ié* 
y mon ôc de c^tte étendue de génie» 
qui loin de fe concentrer dans le petit 
cercle d'affaires ou d'amufemens ordi- 
naires à leur fexe, ne put jamais fe ren- 
fermer dans les bornes des Etats refpec- 
tifs de leur époux. Erunehaut cependant 
avoir plus cfe nobleife dans les idées , 
plus de vues pour le bien public, plus 
de cette 'Tandeur d iime, digne du Ir.ng 
des Roi? TLfpagn qui couloir dans 
fes veines , & beaucoup plus de vertus 
ou moins u vices, au rapport même 
des auteurs qu'cw-i Toit aujourd'hui fes 
calomniateurs. Fr légonde étoit plus 
cachée Ôc plus artihcieiife, plus féconde 
en expédiens Ôc en rcflfources , plus en- 
treprenante, ôc d'autant plus sûre de 
réuflîr, que ni probité, ni humanité, 
m pudeur , ni le refpédt de fa naiffance 
qui étoit des plus baflfes , ni enfin déli - 
catetFe d'aucun genre , ne mit jamais 
obftacle à fes delfeins. Animé par cette 
furie , Chilpiric fit ravager les Etats de 

P iv 



L.iV.c. 



544 Histoire 

fon frère , avec tant d'acharnement, 

Î[ue par le pillage des chofes les plus 
acrees , Tembralement des temples , le 
meurtre des clercs ôc le déshonneur des 
verges, les Eglifes furent plus aflfligéeS) 
dit Grégoire de Tours , que par la per- 
fécUtion de Dioctétien. 

Sigebert » de fon côté , vint faire le 
dégât jufqu*aux poKes de Paris. L*Évc- 
que Germain écrivit a la Reine Brune- 
haut , époufe de ce Prince , pour la 
. . conjurer de faite voir, qu'au lieu d'al- 
lumer cette guerre , elle ne travailloit 
qu'à l'éteindre. Mais les remontrances 
lurent bien foibles , auprès d'une, fem- 
me humiliée qui reprenoit le delTus. 
Sigebert poufTa les avantages, prit Paris^ 
Rouen , Ôc prefque tout le royaume de 
Chilpéric , qui le vit .réduit à s'enfer- 
mer dans Tournai. Le vainqueur l'y 
Hift. aflîégea. Alors S. Germain alla le trou- 
^^' ver, & lui fit cette prophétie : Si vous 
n'attentez pas à la vie de votre frère, 
vous reviendrez victorieux ^ au lieu que 
vous périrez miférablement , fi vous 
avez des vues parricides. Sigebert mé- 
prifa l'avis du ciel. Mais deux fcélérats 
?. envoyés par Frédégonde ralTaflînerent, 
tandis que les François de Neuftrie le 



**. « 



x> ^ l' E G L I s I. 545 

reconnoidbient pour leur Roi. Cecce 
mort changea tocalemenc la face des 
affaires. Tout rentra fous l*obci(Iance 
de Chilpéric , oui revint auili- toc à Paris, 
y furprit la Reine firunehaiit, veuve 
de Sigebert, la fie arrêter ôc conduire 
à Rouen. CUildebert , fils de Brune- 
haut , âgé feulement de cinq ans , fut 
porté à Metz par les bons ferviteurs 
defon père, &c reconnu Roi d*AuftraiIe. 
S. Germain mourut Tannée fuivaiue 
5}(>,à rage de quatre-vingts ans. En- 
cre les grandes vertus de ce laintévèquc, 
celles qu'on admira davantage en lui, 
furent ces qualités, (i différentes & (i 
difficiles à allier, de Marthe & de 
Marie, l'efprit doraifon 3c Tafliv^uité 
au travail. Souvent après avoir paifc ia 
nuit entière à Téglife, excepté quelques 
heures fur le matin où il fe recouchoir, 
pour qu'on ne s'apperçût point de Ces 
veilles , il ne laillbit pas de donner au- 
dience à une grande multitude, fiii- 
tout de pauvres 6c d'affligés , qu'il al- 
loit fouvent chercher lui-même dans 
les réduits où ils enfevelillbient leur 
Konte & leur mifere. On raconte ili 
grand nombre de miracles opérés â foi 
tombeau, & confirmés par la vénéra - 

Pv 



Ibîd. 
C.I4. 



L. V. 



54^ H I S T O I R f ^ 

tion des peuples, qui donnèrent Ton nom 
à IVglife de S. Vincent , où il fut tranf- 
féré. Le Roi Chilpéric qui fe piquoit 
de littérature , fit Ton épitaphe. 

Cependant ce Prince, uiant de fa 
fortune fans nul ménagement, fit mar- 
che* vers le Poitou Ion fils Meroué, 
dont iiignoroit Tinclinacion pour Brune* 
haut. Cette étrange pafîîc.» avoir pris 
nailTance à Paris , ou fe trouvant enfem- 
ble , ils s*étoient également irrites Tiin 
&c l'autre contre Frédégonde, qui avoir 
fait répudier la Reine Andoiiere , mère 
de Merouée, ôc venoit de faire allaf- 
fîner l'époux de Brunehaut, Leurs mé- 
contentemens & leurs r al heurs com- 
muns les attendrirent fouvei^t fur leur 
fort réciproque y & leur attendriffement 
dégénéra d'autant plus facilement en 
amour, que leur tendrelTe étoit mieux 
colorée, Ôc leur familiarité moins fuf- 
pedle j Erunehaut étant veuve de Tonde 
de Meroué. Mais elle étoit encore jeune, 
& n'avoir rien perdu de ces attraits fé- 
duifans, (i capables de furprendre une 
ame afFoiblie par ie chagrin. Merouée, 
fous prétexte d'aller voir fa mère con- 
finée & comme prifonniçie au Mans, 
paffa par Rouen , fc ligua avec les par- 



/ 



M% ' ^ 



D, E L* E,G l I S H. 547 

tifans de la Reine Brunehaut, 6c ïé- 
poiifa avec touces les cérémonies de TE- 
giife. Le Roi au défefpoir marcha con- 
tre luij parut enfuite lui rendre (es 
bonnes grâces j puis fur quelques nou- 
veaux foupçonSy le Ht arrêter, le con- 
traignit à [r.ndre la tonfure & Thabi^c 
de clerc, enfin i fe laifTer ordonne}: 
prêtre j 8c l'envoya dans le Maine , au 
monaftere de S. Calais , pour appren- 
dre les règles de la vie feclcfiaitique. 
Mais par Te fecours d'un capitaine du 
feu Roi Sigebert , il s'échappa , 6c fe 
rendit dans Téglife de S. Martin de 
Tours > afyle le plus facré du royaume. 
Le RqI lit ordonner au S. Évêque 
Grégoire , de chalfer le Prince qu'il 
traicoit d'apoftat , avec menace, en cas 
de refus , de mettre tout le p^s à feu 
& a fang. A Oiea ne plaife, répondit 
le S. Prélat , qii'un Roi cathoHque pro- 
fane les lieux que les Gots Ariens ont 
conftammént révérés ! & il lai (fa Mé- 
rouée d?ns fon afyle. Mais le jeune 
Prince ne croyant aucune barrière lacrée 
contre la fureur de fon père , & plus 
encore de Frédégonde , réfolut d'aller 
joimire Brunehauc qui avoit trouvé le 
moyen de fe fauver de Rouen , & qui 
: ,^ ^. * . P vj 



14^ Histoire' 

gouvernoic TAiiArade fous le nom de 
Ion fîlsj le jeune Childeberc. 

Avant de quitter le tombeau de S» 
Martin, il voulut lire dans l'avenir > par 
une pratique fuperftitieufe fort en ulage 
alors, quoique déjà fouvent condamnée 
dans les conciles , fous le nom du Sort 
des SaintSk II mit fur le tombeau le 
pfeautiet , le livre des Rois 6c celui des 
évangiles. Après avoir paffé trois jours 
de mite eir jeûnes , en veilles & en 
prières , il ouvrit àu hafard chacun de 
ces livres. Dans celui des Rois , le pre- 
mier verfet de la page étoit celui-ci : 
Parce que vous avez quitté le Seigneur 
votre Dieu, pour fuivre les dieux étran- 
gers , il vous a livré à vos ennemis. Les 
paffages des deux autres livres ne paru- 
rent pas moins efFrayans au Pritice qui 
fe les appUquoit : ce qui lui fit répan- 
dre beaucoup de larmes , avant de par- 
tir. Il eut néanmoins le bonheur de 
gagner TAuflrafie : mais il n*y fut pas 
reçu comme il s'y attendoit. Brunehaut 
plus politique que padionnée depuis le 
rétablifTement de £cs affaires , ne voulut 
pas déplaire aux Seigneurs Auftrafiens, 
qui étoient peu difpofés à ranima le 
^u de la guerre , pour un malheureux 



# 



D t L* C 6 L X S È. ^49 

trop renommé, devenu la fable de la 
France , ôc le Hambeaa de la difcotde 
encre les Princes François. Après avoir 
erré quelque temps en diverfes contrées, 
il fut enhn arrêté ôc maiSacré proche 
de Térouane. ■ ' rm^irm:^:m^fmj^i 

Mais avant cette cataftrophe , Chil- 
péric croyant £es principales victimes 
échappées ^ déchargea tout fon reflen- 
timent fur Prétextât évcque de Rouen , 
qui avoir conipatt à leurs malheurs, 8c 
qu'il accufa, non - feulement de leur 
avoir donné la bénédi6kion nuptiale , 
mais d*avoir fomenté la révolte. Il fît . 
alTembler à Paris quarante-cinq évêques, 
qui en formèrent le cinquième concile. 
Le Roi vint en perfonne , & parla ainfî Grcg. vn. 
à Prétextât en leur préfence : A quoi '*^^'^* 
avez- vous penfé, prélat téméraire, de 
marier avec fa tante , Merouéemon en- 
nemi plutôt que mon fils ? Ignorez- 
vous les règles Canoniques fur cette ma- 
tière? Vous n'en êtes pas demeuré là: 
vous avez tenté de me débaucher mes 
fujets par argent j & vo\Ê avez voulu 
faire paifer ma couronne fur la tête 
d'un autre. Les Francs , à ce difcours 
forti d'une bouche qu'ils croyoient in- 
capable de mentir, trémiflbient de co- 



J JO H I s T O I R B ... 

1ère, ôc voulpient lapider Tévcque. Mais 
le Roi qui voyoit mieux qu'eux les con- 
féquences d'un emportement pareil » 
voulut encore fe donner un air de mo- 
dération, en les retenant. Prétextât 
s*infcriv»t en faux contre ces imputa- 
tions^ Se £qs ennemis en offrirent U 
preuve. Mais elle ne conlifta qu'à mon- 
trer quelques préfenS que Tévèque avoit 
faits, ôc donc il convenoit, en niant 
fortement qu'i. eût tenté par-là d'ex- 
citer aucune révolte. Les evêques fei> 
tirent l'iniquité de la trame ourdie con- 
tre leur collègue. Un (impie archidiacre 
de rtglife de Paris, nommé Acciiis, 
fe leva dans ralfemblée , toutefois après 
que le Roi en fut forti , & dit avec 

>; force : Penfez-y bien, princes de rhgli- 
fe qui a les y ;ux tixés fur vous. Ue 
la démarche que vous allez faire, pour 
ou contre votre feml^lable, dépend vo- 

/; tre gloire ou votre opprobre éternel. 
Les évêques fe regardèrent fans rien ob- 

VjeéVer, mais fans ofer prendre une ré- 

f, folufion où^'on rifquât de déplaire à 

h terrible Frédégonde, l'ame de cette 

perfecunon. wvîrwy i^,^.. r -; 

11 n'y eut que le feul arcfievèque de 

Tours , le vertueux Grégoire , qui ap* 



DE L* Eglise. 



S5t 



jràya ce qu*avoit dit FArchidiacre , Ôc 
qui enchérit fur ce zèle , afin de relever 
le courage des ptélat!>. Mais il ne man- 
qua, point parmi eux, de bas courtifans 
& de perfides délateurs , contre le gé- 
néreux Archevêque. Aullî-tot le Koi 
l'envoya chercher , & lui dit avec émo- 
tion, du plus loin quil put fe faire 
entendre : tvêque , votre faint carac- 
tère vous oblige à faire juftice à tout 
le monde. Pourquoi donc me la re- 
fufez-vous ? Vous vérifiez bien le pro- 
verbe 'y que jamais Toifeau carnacier 
n'arracha l'œil à fonfemblable. Pruice , 
répondit Grégoire , fi quelqu'unde nous 
s'écarce des voies de la juftice , vous avez 
le pouvoir en main pour Ty faire ren- 
trer : maisfivoub vous en écartez vous- 
même, qui vous ramènera? Nous n'a- 
vons que le pouvoir de la parole » 
que vous écou ez fi vous voulez *y ôc û 
vous fermez Toreille , qui vous con- 
damnera , finon celui qui eft la règle 
& Tappui de toute juftice ? Le Roi 
infifta , & fit quelque menace : mais 
l'Evêque les reçut en faint , & fit 
à fon tour des menaces Ci effrayantes 
des jugemens de Dieu , que Chilpéric 
qui n écoit méchant que par une im- 



^. 



J51 ' H i s to ï R B •' 
predion étrangère , revint à fes pro* 
près fentimensj & cherchant à radou- 
cir le Saint , il lui fit mille caredes. 
Enfin Grégoire Tamena jufquà pro- 
fnectre avec ferment j de ne pas ôter 
la liberté au concile $ 6c de n*en rien 
exiger contre les canons. 

Mais Fréidégonde h'avoit pas ratifié 
ces engagemens. Pendant la nuit , elle 
envoya vers Grégoire , pour lui of- 
frir-deux cents livres d'argent, s'il 
laiiïbit condamner Prétextât , ôc lui 
fit aflinrer qu'elle avoir la parole de 
tous les autres évêques. Je ne {iiivrai 
le jugement des autres , répondit-il , 
qu'autant qu'il fera conforme aux ca- 
nons. Quand vous me compteriez les 
pièces d'or ôc d'argent par milliers , 
je ne changerai pas de deffein. 

Le Roi fe rendit encore à k féconde 
féance du Concile , dans Tefpérance 
" de convaincre Prétextât , au moins fur 
quelques-uns des chefs de Taccufa- 
tion. Mais ce Prince fut lui»-mcme con- 
vaincu ^ oiif plutôt confondu. H dit à 
quelques conhdens : Je fens que l'ac- 
cufé dit vrai ; mais que ferai^je pour 
contenter la Reine ? Après avoir rêvé 
quelques momens , il ajouta : Allez , 
tepréfentez à Prétextât , comme de 



\ 



E t' E G L I S î. 5 5^ 

Vous-même , que je fuis bon , ôc 
que je pardonne aifément ; que s'il 
s'humilie devant' moi i en £iifant l'a- 
veu de ce qu'oii lui reproche > il eft 
fur d'obtenir fon pardon. Ce propos 
fut auflî-tôt porté à Prétextât , qui crai- 
gnant plus que jamais la redoutable 
Frédégonde , donna aveuglément dans 
le piège* Le lendemain les évèques 
étant alTembiés , ôc le Roi "préfent y 
Prétextât fe profterna par terre , en 
avouant- tout ce qu'on lui imputoir^ 
Le Roi , par la plus bafle fourberie ,• 
fe jeta liii-nicme aux pieds des évè- 
ques , & leur demanda juftice. Qu'on 
le dépofe en lui déchirant fa tunique , 
dit-il , 6c qu'on l'anathématife 6ii ré- 
citant fur fa tcte les malédiârioils du 
pfeaume cent-huitième , ou qu'au liloins 
on rende contre lui une ferîtence d'ex- 
communicarion perpétuelle. Grégoire , 
fans craindre a attirer fur fa propre 
tcte tout le feu de l'orage , , fit de 
vives oppofitions, & réclama éloquem-" 
ment la promefïè fyie le Roi Venoif 
de lui faire , de ne rien eîtiger contre 
les canons^ On n'écouta* rien : Pré-» 
textat fut tiré de (cm (îé^e, & mi» 
dans une prifon rigouteiife^ 



1^ 



:î .> 






Greg. 
Bill c. 



. V. 
p. 



154 H I s T O I R E <> 

L'Archevêque de Tours avoit réfifté 
à une femme trop ennemie de la con- 
cradiâion , pour quelle ne fît pas 
naître quelque occafion de le perdre 
lui-même. Leudafte comte de Tours, 
déclaré depuis long-temps contre fon 
évêque , fe porta pour fon acciifa- 
teur. Mais la manœuvre étoit mal 
conçue j ^ l'imputation de vouloir li- 
vrer la ville au Roi Childebert , def- 
tituée de preuve & de probabilité , 
tomba d'elle-même. Le calomniateur 
n'en voulant pas avoir le dcmeuri , 
choifit encore plus mal fon fécond 
chef d'accufation. Il avança que Gré- 
goire diffahioit la Reine , en lui im- 
putant un commerce criminel avec un 
cvêque : procédé mal - adroit , qui 
outrageoit la majefté même des per- 
fonnes àuguftes dont on précendoit fer- 
vir là vengeance. Le Koi en fut fi 
choqué , que dans le premier empor- 
tement il fit battre & emprifonner 
Leudaile. Peu après cependant , il con- 
voqua un concile à Braine à quelques 
lieues de SoilTons , & fît comparoîcre 
Grégoire. Chilpcric s*y trouva lui- 
même , & dit aux évêques , qu'il ne 
pouvoir diillmuler ce qui touchoïc il 



V 



D s L* E L I S 1. 155 

vivement fon honneur ; qu*il ne pré- 
tendoit pas néanmoins violer k^ égards 
dus à la dignité épifcopale j que , quoi* 
qu'il y eût des témoins contre TE- 
vêque de Tours , (î l'on croyoit plus 
convenable de s'en rapporter à la conf- 
cience du Prélat , il y confentoit. Tout 
le poids de ces témoignages fe rédui- 
foic à celui d'un foudiacre de Tours, 
à qui le Comte e;' avoir fait efpérer 
révêché. Les Pères du concile dirent 
au Roi , qu'on ne devoir pas croire 
un inférieur contre fon prélat -, & l'on 
convint que Grégoire , après avoir dit 
la meiïe fur trois autels , fe purgeroit 
par ferment. On prit ce parti comme 
le feul propre â donner au Roi quelque 
fatisfadion. Ain(î l'Evèque de Tours 
accomplit ce qu'on venoit de propo- 
fer. Alors le Comte Lesdafte qui avoir 
trouvé moyen de s'évader , fut excom- 
munié de toutes les Eglifes ^ comme 
calomniateur Ôc auteur du fcandale ; 
après quoi Ton envoya le jugement 
aux éveques qui ij'étoient pas de l'af- 
lemblée. 4^ ^^ ^f -^i: 

Frédégonde n'étoit rien moins que 
fatisfaite. Mais quand l'occafion ne lui 
rioi: pas , elle favoit en attendre une 



"^> 



/^ 



^^6 U i $ T à i X i • 

iiieilleure. Cependant elle fe vif «v:cù^ 
pce de foucis beaucoup plus férieux. 
, Le bras du Seigneur commençoic â 

fe déployer fur elle* Dans Tefpace de 
quelques mois , ùs trois enfans mou- 
rurent de contagion^ Elle crut ou fei* 
gnit de croire , que Clovis leur frère 
aîné , d*un premier lit y leur avoir donné 
du poifon. Sous ce prétexte , il fut auf- 
^-tot aifailiné. Mais elle ne trouva point 
de confolation y dans la multiplication 
de (es crimesé Alors faifant quelque 
Ibiic. 3î. retour fur elle-même ; jufquici,dK- 
elle d fon mari , Dieu nous avoic 
épragiîés , tout méchans que nous 
{omavis ; mais voilà qu il nous fiappe 
par ^ôndrôit lejplus fen(îble,enÈ nous 
enkvant nos enfans. Tiàchons d'âppai- 
fer fa colère # Se diftribuons en au- 
mônes les tréibrs accumulés' par notre 
dureté. Chilpéric- qui auroic pu être 
bon avec une autre femme, diminua 
les impots ôc fit de grandes libéralités. 
La Reme eut la confolation de devenir 
encore mère , ôc accoucha d*un Prince 
qui régna dans la fuite fur tous les 
François ^ fous le nom de Clotaire II. 
Sa naiiïànce , en effaçant le fouvenir 
des fléaux précédens y ramena la joie 



X 



D I L* E « L I S E. 5 57 

S: la perverfixc , qui coiuinuerenc juf- 
qu'à la more ci« Chilpéric. 

Enfin ce Roi périt auprès de Chelles , 
pn revenant de la chalfe » fans qu'on 
put connoicre fon alfailin. La veuve, 
fans attendre d'autre accufation qud 
celle de fa confclence , fe réfugia dans 
l'églife de Paris. La principale autorité 
fur les François étoit paUee au Roi 
Contran , qui fe faille d'abord de la 
ville de Paris*, prétendant que fes frères , 
en y entrant plusieurs fois contre leur 
ferment, avoient perdn pour eux 6c 
pour leurs enfans le droit qu'ils y 
avoient. Frédégonde fe fie un mérite 
d'y confentir , lui marqua une con* 
fiance fans borne , feule re(ïburce qui 
lui reftât , Ôc lui préfenta le jeune Clo- 
faire qui n'avoit que quatre mois. 
Contran le fit reconnoître pour Roi 
de Soiiîbns , ôc de toutes les provinces 
que fon père Cliilpéric avoit poifédées. 

Ce Roi de Bourgogne , comme on t 
le volt par ce feul trait , étoit bon , 
plein de franchife , enclin à pardon- 
ner, & fincérement religieux. Il fignala creg.Hîft. 
tout fon règne par un grand zèle pour * * *^^* 
l'avancement de la religion, par une ./ ,; 
libéralité prodigieufe envers les Eglifes ' ' ' 



'>^ 



^ ^ 

v^^^ 




> 



IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 





Ù 







'ks 




A* 







1.0 



M 



11.25 



iti|22 |M 

■o Hi 12.2 

u Ht ^" 
2.0 



lU 
BS 
U 



14.0 



la 




Photographie 

Sciences 

Corporation 




^ ^-^ 



33 WEST MAIN STREET 

WEUTER.N.Y MSM 

(716) 872-4503 



'^V^ 

^ 



'-^^ 



3 5^ H I s T o i'r B 

ôc les pauvres » en un mot par. tant 
de vertus , qu*il eft compté au nombre 
des faints. On trouve néanmoins quel- 
ques taches confidérables dans fa vie , 
comme dans celle des meilleurs princes 
de ces règnes barbares. On raconte 
qu'il fit auommer à coups de pierres 
un de fes chambellans , pour avoir 
tué un buffle dans la foret de Vôge. 
La Reine Auftrigilde fa femme lui 
ayant dit en mourant , que fes méde- 
cins Tavoient tuée , il eut la foibleife 
de lui promettre leur mort, & la 
cruauté de tenir parole. Mais on ne 
peur douter quil n'ait expié fes fautes, 
par un regret (încere & par la mul- 
titude de fes bonnes œuvres. Il n'yl 
avoir pas jufqu'à fes repas, qui ne fe| 
reireniilTent de fon refpeéfc pour la 
religion. 11 y invitoitfouVent les cvêques, 1 
qui! y faifoit adeoir honorablement; 
éc au lieu de chants de plaifîrs, on 
y chantoit un répons de lofHce divin,] 
ou quelque cantique. 

Les (aints prélats avoient beaucoup] 
de pouvoir fur fon efprit. Cependaml 
S. Grégoire de Tours s'étant employé 
pour faire rentrer en grâce le Comte 
de Bourdeaux Ôc un autre feigneurij 
,♦, . _ .., 



)ar. tant 
nombre 
Lns quel- 
fa vie , 
s princes 
. raconte 
e pierres 
lur avoir 
le Vôge. 
mme lui 
es méde- 
foiblelTe 
:t, & la 
ais on ne 
ss fautes , 
p la mul- 
;s. Il n'y 
qui ne fe 
pour k| 
s cvcques, 
blement ; 
aidrs, on 
^ce divin, 

beaucoup; 
'ependantl 
employé 
le Comte 
feigneur 



D B l'£ G L I s B. 5 59 

coupables cous deux d'un crime d'Etat, le 
Roi fie femblanc de ne pas entendre , 
de ne répondit rien. Alors le média* 
ceur charitable tournant fa fupplique 
en apologue ^ daignex m'écouter , bei-^ 
^neur » dit-il au Koi : mon maître 
m'a député vers vous. Que lui dirai-je , 
puifque vous ne .me répondez pas? Et 
gui eft votre maître , reprit le Roi 
econné 7 C'eft S. Martin , répliqua Gré- 
goire en fouriant. AuHi lot le Roi 
ht entrer Garacaire Ôc Bladafte, c*étoient 
les noms des deux feigneurs ; ôc après 
quelques reproches , il les reçut en 
grâce. 

Son zèle pour TEglife & la difci- 
pline rengagea à faire tenir différens 
conciles. On lemarqiie le fécond de 
Mâcon eri 585 , où furent préfens 
quarante-trois évèques , & quinze dé- 
putés pour les abfens. On y fit vingt 
canons, donc "le cinquième ordonne, 
fous peine d'excommunication , de 
payer les dîmes aux minières de la 
religion , fuivant la loi de Dieu & la 
coutume immémoriale des 4^ Eglifes. 
Le quinzième qui enjoint aux laïcs 
d'honorer les clercs majeurs , c'eft-à- 
dire ceux qui font dans les ordres 



^6o Histoire ' ' 

iacrés, porte 'en termes exprè» , que, 
quand ils fe rencontreront , û Tun & 
l'autre eiï à. cheval , le laïc otera 
ion chapeau ; & (i le clerc eft à pied, 
le laïc defcendra de cheval , pour 
le faluer. Il eft défendu aux veuves, 
même des moindres clercs , de fe re* 
marier > & aux clercs , d*a(Iîller , tant 
aux jugemens de mort qu'à leur exé- 
cution. Le Roi confirma par un édit 
les canons de ce concile» 

Quelque tetnps après, il fe tint i 
Âuxerre une autre affemblée , qui; 
quoique particulière à ce diocefe , mé* 
rite attention. Il y fut ftatué qu'on 
ne diroit pas deux mçffés par jour fur 
le même autel y principalement uni 
prêtre après un éveque ; ^ que les 
^^femmes ne recevroient pas xhariilie 
.dans la main nue y mais chacune fur 
fon linge nommé Dominical :. ufage 
très-particulier , que l'Eglife jgut fes rai* 
' fons de fupprimer. Ceoynode , dont 
les ftatuts ne femblent que l'exécution 
des ' canons de Mâcon , redreint pour- 
tant ai;x veuves des clercs fupérieurs 
la défenfe defe remarier , faite gcné- 
^ralementpar les Pères de Mâcon à celles 

jiie tous ie$ clercs fans nulle réferve. 

W- ' -;r.':^i:,^:^;>---^::^'*;/ Chaque 



à pied, 
, pour 
veuves, 
e fe re- 
:er , tant 
eur exé- 
un édit 



D E l'E G L I s E. 5(>r 

Chaque Eglife avoir fes coutumes pro- 
pres • qu*on maincenoic , quand elles 
nccoienc pas abuiîves. Ce fynode dé- * 
fend encore aux clercs de chanter Ôc 
de danfer dans un feflin , aux moines ' 
ôc aux abbcs d'ètce parrains d'aucun 
bapcifé. 

Après la mort du Roi Chilpéric ," 
la ville de Rouen rappella fon Evcque 
Prétextât. Il alla trouver le Roi Con- 
tran à Paris , & le pria de faire xe- 
vifer fa caiife. Frédégonde prenant le 
ton eccléfiaftique , ibutint qu*on ne 
devoir pas revenir fur une affaire jugée 
par quarante-cinq évêques. Mais les 
temps croienr bien changés : les prélats 
timides revinrenr au parti de la verru, 
qui devenoir le plus fur ; & pour ne - 
point paroître contraires à eux-mêmes , 
rEvcqu>î de Paris dit au nom de tous 
les aurres , que Prétextât n'avoir pas 
ké dépofé , mais foumis fimplemenc 
à une pénitence. Il fut rétabli au grand 
contentement de fon peuple, de Mé- 
laine qui avoit occupé ia place , fe 
voyant chaffé avec opprobre , fe retira 
aupcès de Frédégonde. Elle en conçut creg.ving 
un dépit cruel : mais elle diflîmula *^' î*' 
I environ deux ans, au bour defqueU 
Tome n, ■ .- ^-^ Q • 



^pi Histoire 

ie tranfporcanc à Rouen , elle Ik poi- 
gnarder Prétextât par un de fes ci- 
;1. claves , dans régiife mcnie où il s'ctoic 
rendu de fort bonne- heure pour i'ot- 
• Jfice. Il cria pour appeller du fecours , 
&c s'appuya fur l'autel qu'il inonda de 
- ; fon fang , en fe recommandant au 
Seigneur.Onremportadansfachanibre, 
* &on le mit fur foi» lit. La pertîde 
Frédcgonde vint aulîi-tot le voir , de 
parut plus . indignée que perfonne de 
.: / '■ . ce pieurtre impie , dont elle deman- 
doit avec imprécation qu'on lui fît 
connoître Tauteur. Le Saint Lvêqiie 
v * ne prit pas le change : D'où pani- 
; * jroit le coupj s'écria-t-il d'un ton qui 
> ' . Je lit croire infpiré, finon du bras qui 
/ • . a répandu lant de fang innocent , fans 
, ' épargner celui de nos Rois? Frédé- 
'/ gonde , fans fe déconcerter, lui offrit 
les médecins. Dieu veut me reVirer de 
ce monde , répondit-il j mais tremble, 
furie facrilége : il n'en vengera qu'avec 
, plus de rigueur le fang de wn miniftre. 

Les feigneurs qui fe trouvoienc pré- 
fens , ïïiarquoient leur horreur par uu 
•nvi .|;)o fourd murmure ; & l'un deux poulii 



e zclc jufqu'à dire à la Reine, comme 
m meaa5;ant , qu'on alloit^ foi?e les 



1 



m 



'î-l V 



■^'f 



\ ' 






DE l' E A L I S E. 5 (^5 

plus rigourcufes perquiiitions. Frédc- 
gonde l*ccoiita paifiblement , & lui dit 
qu'il avoic raifon ^ feignant de ne pas 
comprendre qu*on voulut parler d'elle. 
Peu après y elle trouva le moyen de 
fliire empoifonner cet ennemi gcné» 
reux de les noirceurs. 

Enfin Tefclave qui aVoit tué le Saint 
Eveque , fut pris , & déclara , que » 
pour commettre ce meurtre facrilége, 
il avoir reçu cent, fous d*or de la. 
Reine Frédégonde , cinquante de TE- 
vêque Mélaine > cinquante encore de 
l'Archidiacre de Rouen, & qu'on lui 
avoir promis de le mettre en liberté, 
ain(i que fa femme. Le meurtrier fu* 
bit le dernier fupplice : mais Frédé- 
gonde , habile fur-tout à ; tirer avan* 
tage du crime > fit rétablir Mélaine fur 
le fiége de Rouen. Prétextât eft honoré 
comme un Saint Martyr. 

Avant qu'on eût fait juilice de 
raffaflîn , i'Evêque de Bayeux , comme 
premier fuffragant d^la province , con- 
fulta les évèques de France. De leur . 
avis , il fit fermer le$ églifes de Rouen » c. 
jufqu à ce qu'on eût découvert le meur- 
trier; & l'on empêcha que le peuple 
a'alîîftâiau feçyicadiviii. C'eft un exein^ 



Greg. v#. 



fi>.^if<^ 



H 






5^4 HXSTOIRR 

pie des interdits ecclcfiaftiqiies , auquel 
on en pourroit joindre un grand nombre 
d'autres de ces temps anciens. Quelques 
années auparavant , l'égliie de Saint 
Denis ayant été profanée par. une 
grande efFuilon de fang,on cefTa d*y 
Faire l'office ; & les coupables furent 
excommuniés , jufqu à ce qu'ils enflent 
fatisfait. Léon , cvcque d'Agde fous la 
domination des Goths , pour obliger 
un feigneur de cette nation à reftitiiet 
un bien eccléfiaftique qu'il avoit ufur- 
pé , vint à l'églife de Saint André, y 
palFa la nuit en prières , Ôc le matin 
calfa les lampes qui pendoient a la 
voûte , en difant : La lumière ne luira j 
point ici , qu'on n'ait reftitué les biens j 
ce la maifon de Dieu. 

Tout ceci fe paflbit vers le com- 
inencëment du pontificat de Pelage II, 
qui aypit fuccédéj le 30 Novembre, 
au Pâj»e Befioîç, mort le 30 juillet de 
cette année 578. Pelage -fut confacré , 
fans attendre le confentement de l'Em-l 
pereur j parte, que, les Lombards te- 
noient Rome allïég^e. Toute l'Italie 
gcmiltoit fous leur oppreflîon. Ces 
Barbares , païens en partie , pôiiiroient 
}a haine oç la foi jufqu'd iWufîon du 



u 



L* Ë G 1 I 



1> E L' h G 1 I S C. 5(^5 

lang. Il y en eut qui voulurent con- 
traindre quarante payfans qu ils avoient 
mis aux fers , à manger des viandes 
confacrées aux idçles : mai$ ces Chré- 
tiens fidèles & généreux ïe lâilferenc 
égorger jufqu'au dernier. Les Idolâtres 
firent mourir d'autres prifonniers en 
pareil nombre , parce qu'ils refufoienc 
d'adorer une tête de chèvre. Ce fut 
dans le même temps qu'ils ruinèrent 
le monaftere du Mont-Calîîn , comme 
S. Benoît Ta voit prophétifé. Mais fé- 
lon la même prophétie , ils ne firent 
point de mal aux moines y qui s.'échap- 
perent tous ôc fe retirèrent k Rome. 
Pelage leur permit d'y bâtir un mo- 
nailere , auprès du palais de Larran. 
. La vraie religion n'étoit pas mieux 
traitée, par les Rois des Vifigots en 
Efpagne. Lévilgide qui avoir paru alTez 
modéré au commencement de fon re^ 
gne, conçut tprès quelques années un 
dépit fuî*ieux de Ce qui auroit dû lui 
fervir d*un puiiTant moyen de falur, 
c'eft-à-dire de la converfion de fon fils 
Herménigilde. Le jeune Prince avoit 
époiifé la Princelfe Ingonde, du fang 
de France j fille de Sigebert & de Brune- 
haut, 6c catholique très - fcrvcmte. Sa 

Qiij 



• i*' 



^66 Histoire 

foi avolt paiTé par les plus rudes épr€uves9 
de la part même de la Reine Gofvince, 
fa belle-mere , ôc en même temps fon 
aïeule par la Reine Brunehant, qu'elle 
àvoit eue de fon premier mariage avec 
le Roi Arhanagilde. Mais Gofvinre 
étouffant tous les fentimens de la na- 
ture , Ôc n'écoutant que fa paflîon pour 
r Ariaiiîfme , lui avoir fait endurer de 
fa propre main les plits indignes traite- 
Grcg. Tur. mens. Votil^nt un jour à toute force 

liift. v.c. jj. \^ faire rebaptifèr, à la façon des Ariens, 
ôc la Princeffe réfîftànt aux carelfes & 
aux flatteries , TA; ienne forcenée entra 
dans une telle fureur, qu'elle prit la 
petite-fille par les cheveux, la jeta par 
terre, la frappa lonç-remp* à coups du 
poings ôc à coups de pieds; ÔCy toute 
couverte de fang ôc de bleuures, la fit 
plonger dans une pièce d'eau, comme 
four la baptifer malgré elle. 

crcg. M^tp. Ingonde n'en eut que plus de ferveur ; 
"• ^' ôc prenant une méthode bien différente 
avec Herméiligilde fon épouX, elle fit 
fi bien par- la voie de la perfuafîon , 
par les charmes de fa douceur ôc de fes 
bons exemples, qu'elle le convertit après 
une longue réfîflance. Quand le Roi 
fon père eut appris cette nouvelle, il 



Dia 
15 



b» i'Egiïse. ^^7 

ievmt perfccaceur des plus ardens 6c 
des plus artificieux. Voyant que la pri- 
fon , les exils , les fupplices , ne faifoieiit 
que des martyrs ou ies confeileurs , il 
changea de méthode , ôc parut Te rap- 
procher de la religion catnolique , anh 
de fëduire les fimples. Ayant alTemblé 
un concile de fes prélats hérétiques , 
il fit régler , non - feulement qu'on ne 
rebaptileroir pas ceux qui aoandort- 
neroient la religion Romaine, mais 
qiion chanreroit dorénavant: Gloire au 
Père, par le Fils, dans le S. Efpritl Cette 
faulTe reflemblance avec la confclîîoii 
des orthodoxes , en trompa ôc en perver- 
tit pkifîeurs. 

Il s'en fallut bien que le Prince Her- 
ménigilde ne donnât dans ce piège : mais 
la chaleur d*un zèle naiflant ôc encore 
peu éclairé , le précipita dans un autre 
excès. N'imaginant pas que. la loi di'- 
vine lui défendît de fe fouîevei- contre 
un hérétique , quoiqu'il en fût le iils Se 
le fujet 5 à n'ayant encore pu l'appren- 
dre des pafteurs orthodoxes qui étoient 
bien fermes dans cette maxime , com- 
me le déclare à ce fujet Grégoire de 
Tours; il voulut fe ménager les fecours 
de l'Empereur, & prit des liaifons avec 

Q ^v 



V. 

J5- 



lîi/Lc. 



3(^8 Histoire 

le gouverneur du peu de po^Te/fions 
quireftoienc à TEmpire dans la Grande- 
Herpérie. Mais le Roi Lévigilde corrom- 
pit cet offîcfer Grec, moyennanc une 
fomme de trente mille lois d'or j Â: 
marchant bien vite contre Ton fils, il 
le réduifit i fe réfugier dans une églife. 
11 y entra lui-mjemc, releva le Prince 
qui s*étoit jetc d ies pieds > Ôc Tembralfa 
avec tendreiTe, après l'avoir alTurë qu'il 
ne feroit point maltraité. Cependant il 
fit figne à. Tes gens, qui Temmenercnt 
à Valence, après lui avoir arraché fcs 
iiabits ordinaires , pour le revêtir de vc- 
tenicns pauvres & humilians. 

On ne put fe faifir de la Princefle 
Ingonde , fon époufe j qui prit la route 
de (fondant! nople, avec fon fils encore 
enfant,^' qui mourut en chemin. Her- 
ménigilde reconnoifîant dans les fers , à 
Taragone où il avoit été tranfporté, 
la vanité des" grandeurs du monde , 
tourna fes affe<Stion5 vers le ciel. Il ajou- 
ta , par fes auftcrités volontaires , à la 
dureté de fa prifon; couchant fur un ci- 
lice, priant fans celfe^, ôc demandant 
a Dieu la force qui lui étoit néceOaire. 
la veille de Pâque, pen<!ant la me^e, 
Çqn père lui envoya uii évcc^ue ^rien'i 



/. 



% 1 L* £ d L I 8 t. 3^9 

pour lui rendre Tes bonnes grâces, s'ii 
recevoic la communion de la main dt 
cet hérétique. Herménigilde repoulfa le 
féduâeur avec indignacion , ôc tcmoi' 
gna la plus grande horreur de fes fug^ 
guftions. Auili-toc 1 evêque rapporta la 
léponfe au Roi> qui| ne fe polfcdanc 
plus de colère, envoya, dans fon em- 
porcemenc, des officiers pour tuer fon 
fais. Le martyr eut la tète fendue d'un 
coup de hache , Tan 586, le famedi 
faint, ij Avril, jour auquel TEglife 
honore fa mémoire. 

Les Sueves qui occupoienc la pro« 
vince de Gallicc, & qui écoient encore 
dans la première ferveur de leur con* 
verdon, eurent leur part aux cruautés 
de ce barbare fanarifme. Lévigilde ayant 
fubjttgué ces peuples ^ & réuni leurs 
terres à fa couronne, voulut de même 
aifervir leur religion, ôc les ramener â 
l'Arianifme. Mais le Seigneur ne pert 
mit pas qu'il abusât long-temps 4e fes 
fuccès. 11 tomba grièvement malade » 
Tannée même qui ïuiyii la laior'kde fo» 
fils^ Ôc en témoigtHuHvun yif regret 
de l'avoir fait mourir, il reconnue rM 
vérité de la reUgio;i catholique. Dés 
^aiuccs hotoaines : i^empècherenc fane 



.i^mr . 






57^ Histoire' 

cloute <îe la profelT'er publiquement; 
puifc|ue S. Grégoire le Grand nous don- 
ne la pénitence de. ce Prince pour in- 
fuffifante. Toutefois il ne vit pas plu- 
tôt le danger de fa maladie , qu'il 
fit venir S. Léandre , éyêque de Séville, 
qui avoit eu des liaifons intimes avec 
Herménigilde , ôc avoit été perfécuté 
v^ lui-même, jufqua Aibir la peine du 
banniilement. il le pria d'accorder la 
^ tnème amitié à fbn fils Récarede qui 
. àlloit lui fuccéder, & de lui faire em^ 
\, braflTer la même doAriner qu'à Hermé- 
nigilde. 11 mourut peu après , Tan ^^S 
de J. G. & le dix-hûitieme de fou 
règne. . 
* Crcg. Tur. Réc^ede fuivit en effet Texemple 
t.x:f.c.ij. de ion faint frère. La médiation de 
l'augufte Martyr fécondant le zèle du 
nouveau Roi , dès la première année de 
fon régne ^ il fut fi bien prendre' les 
évoques Ariens » que^ fans coups d'au- 
torité^ il les engagea à fe faire catho- 
liques. Toute la nation montra une do- 
ciliié fi prompte Se fî générale, que ce 
même Roi fe vit en éitat d'exclure tous 
les hérétiques, non- feulement des char- 
ges, mais du fervice militaire. Il ra- 
xaena auifi tous tésSueves, qu'on avoi|^ 



*:y 



■.^■î?:-. 



... i«5 * 



V E 



»« 



37» 



L* E Ô L I s F. 

pervertis en grand nombre^ & ne met- 
tant point de borne» à fon zèle, il abo- 
lir rnéréfîe jufques dans la partie de 
la Gaule Narbonoife qui ctoit dç f:k 
.domination. H y eut des miîrm.nres> 
des trames fecretes , des conjurations 
en forme. La Reine Gofvinte, belle- 
tnere de Récarede , confpira elle-mê- 
me , avec d'autant plus de danger pour 
le Roi , qu'elle lui infpiroit plus de (é- 
CLtrité, en feighant d'être catholique. 
Mais tout fut découvert à propos j ôc 
Gofvinte tira le Roi d'embarras , ea 
mourant dans ces conjonétures. 

Il ne s*agi(ïbit plus que de prendre 
les. niefutes convenables , pour donfter 
à de fi heureufes entrepnfes toute la 
ftabilité convenable. Ace defl'ein, le Roi 
fit convoquer à Tolède un concile dé Conc.p.Jî>, 
tolis lès pays de fou obcifïance , même 
des Gaules. Il s'y trouva foixante-qua- 
torze évêques. Se les députes de fix 
autres. On comniença, fui vaut les vues 
du Roi ,"par un jeune de trois jours j 
après quoi, on s*alïèmbk le fîxieme de 
Mai de Tan 5 Sjf. p.écârede étok pré-, 
fent. Il fit lire une profefiîon de foï 
ftghéede lui, ôc de la Reine Baddo> 
fbn époufe> dans laquelle il anathéma.'-* 



Toin. ^. 



.^-r 



371 H I S T O IR 1 

tifoi: Arius, fa doârine & fes coim 
plicei , receyoïc cxpreirément les quacr» 
grands v. ont îles , & en général tous les 
conciles orthodoxes. On prononça en* 
fuite vingt-trois anathcmes , contre les 
principaux chef^ de ladodnne Arienne, 
& Ton réprouva ce que fes défenfeursen 
regardoient comme l'arc • boutant dans 
le Concile de Rimini. On fit figner ces 
décifions par lès nouveaux convertis , 
feigneurs laïcs, ou clercs , entre lefquels 
on trouvée huit évêques Goths de naif- 
fance, comme le marquent leurs noms 
barbares. . ' . 

* Après cela, Ré(;aredè propofa de ri- 
gler la difcipline, pour remédier aux 
défordres occadonnes par Théréfie. Les 
prêtres & les évêques Ariens vivoieni 
avec leurs femmes, comme les gens da 
moiide. Le concile interdit cette licence 
â ceux qui font convertis : 6c prévenant- 
le danger, tant du fcaiidale que de Tin* 
continence, il veut qu^ils fe féparent de 
chambre , & s'il fe peut , de maifon. 
Il défend A tous les clercs de pourfuivre 
leurs confrères devant les Juges fécu- 
liers, fous peine d^excommunicationj 
6c de perte de la caufe. Il eft -clair par 
Je dernier. article > c^ueles deux poiiunr 



'-Ï-: 



^^^ 






I) E L^ E 6 L I S F. f^ 

ces , reccléfiaûi'que & la féculiere , coa» 
cburoienc enfenible : innovation qu il 
eft à propos d obrervér, & qui va de-^ 
venir commune à, cous les peuples , que^ 
le chridianifme commençolc a cirer de 
la barbarie. 11 en eft de même de i'Or^ 
donnance publiée par le Roi Récarede, 
pour la confirmation de ce concile, la* 
quelle porcoic peine d'excommunication 
concre les clercs ôc contre les laïcs, la 
confifcaciôn des biens, ou Texil, fui- 
vanç la qualité des perfonnes. On or- 
donna auilî en général robfervacion , 
tant des anciens canons , que des lettres 
fynodales des Papes ^ ôc Ton profcrivit 
tout redc d'idolâtrie dans les différentes 
régions foumifes aux Goths. On s'étu- 
dia particulièrement a abolir la pratique» 
audi dénaturée que commune parmi les 
Païens, de faire mourir les enfans qui 
étoient le fruit de la débauche. ' 

On tint un concile, cette même an- iMiW 
née , Ôc pour les mêmes fins , dans la loaj. 
partie des , Gaules qui obéifïoit aux 
Goths. Les évêques , au nombre de huit,. 
s'aflTemblerent a Narbonne, & ordon- 
nèrent de chanter le Ghria Patrie à la 
fin des pfeaumes; c'étoit une profefllîon 
de foi abrégée contre i*Arianifme. Oo 






V' 






Histoire ' ^, : 
a touc prare, de fortir du 



h'H 



^574 
défendit 

fandualre pendant la célébration de la 
melTe; êc à tout diacre, foiidiacre ou 
lecteur, de quitter l'aube, avant oue 
les myfteres mirent achevés j ce qui fait 
voir que Tufaze de Taube étoit cômniun 
à tous les cierci, ôc dès- lors affed'* 
au temps feul du fervice. Défenfc de 
fêter le Jeudi, comme confacré d Ju- 

. piter , & de travailler le Dimanche ; 
fous peine à l'homme libre, de payer 
dix fous d*or , ce qui faifoit une foniiîiô 
d'environ dix écus de notre monnoie; 
ôc à l'efclave j fous peme de cent coups 
de fouet. Ces peines temporelles prou- 
vent de nouveau, que les juges fécu- 
liers fe réuniflbient avec les évèques, 
ôc qu'on exécutoit pondtuellement les 
r^glemens du concile national de To- 
lède qui les obligeoit à venir appren- 
dre de la bouche des Payeurs, ce font 
fes termes , la manière dont il faiit gou- 
verner les peuples. 

Dans toutes ces ceuvres de zèle, S. 
Léandre guidoit principalement le Roi 
Récarede, à qui il étoit devenu parti- 
culièrement recommandable par la juf- 
tice que lui avoir rendue le Roi Levi- 
gîlde , dans un moment ou Tori juge fi 



fuinc 
depr< 
Jar, o 
hs pj 
de la 
de for 
la pari 
trcpd< 
differei 
' pour c< 
prcte)jt 
pereur. 
aitprès 
des cat 
afyle ai 
en cas i 
fut Cmg 
ment ef 
an plus 
la puiiî^ 
du ciel , 
Maîtres 
Ce fur 

contraéti 
qu'ils I 

I lettres. 

Grégc 
Jiiîaine , 
Pape Pel 



zèle , S. 
t le Roi 
lu parti- 
'ir la jaf- 
[oi Lévi- 



DE L*£ G t I S E. 375 

fainement des chofes. Ce qui achevé 
de prouver que Texil, pont ce faint Pré- 
lat, comme pour les cvcques orthodoxes 
les plus zélés , n*avoit été qu'un eifet 
de la perfécution ; Se non la punition 
de fon ambafTade à Conft-antinople , de 
la part d*HerménigiIde. Léandre avoit i/îcîor.iiiufL 
trop de lumières , comme on le voit par ^- ^^ ^'* 
difiérens ouvrages de fa compofition » 
pour conniver à la révolte , fous aucun 
prcteijte. 11 follicita ilmplement l'Em- 
pereur, foit pour obtenir fa médiation 
auprès du Prmce hérétique , en faveur 
des catholiques , foit pour ménager un 
afyle au Prince converti & à fa famille, 
en cas d'oppreflîon. Nous voyons qu'il 
fut fingulierement chéri, & invariable- 
ment eftimé du Pape S. Grégoire , qui > 
ail plus haut point de l'autorité ôc de 
la pui(ïance ou foit monté un miniftre 
du ciel , fur toujours û bien rendre aux 
Maîtres de la terre ce qui leur eft dû» 
Ce fur même à Conftantinople qu'ils 
contradterent cette grande intimité, 
qu'ils manifefterent depuis par leurs 
lettres. 

Grégoire , alors diacre de rÉelife Ro- 
maine , étoit âpocrifiaire 'OU légat dû 
Pape Pelag« auprès de 4'Einpéreur, Ce 



* -* * 



.il'.- 



^y^ tli 'i TOI Kt 

Saine illiiflre , le plus grand pet fonnage 
de fon (lecle , écoic né à Rome > d'und 
maifon aullT diftingaée par les vercus, 
que par la noblelîe & Topuleiice. Son 
père Gordien écoic un des plu s p m (Tans 
fénaceurs , & fa mère Silvie eH ho- 
norée comnie faince par TEglife. Gré- 
foire compcoir encre Tes ancêcres le Pape 
clix iV 9 donc les' pecices-iilles , £nii' 
lienne & Tarfille, onr écé mifes au nom- 
bre, des faimes. Il fuc luirmème Préteur 
de Rome, c'eft i-dire chef de la juftice 
civile de cetce capicale du monde. Dès- 
lors grand Jiomme de bien, il avoit 
réfolu de fervir parfaicemenc le Sei- 
gneur, fous Tor & ta fote que fa dignité 
robUgeoic de porcer : mais il reconnut, 
ou crue reconnokre qu il ceiioic au monde 
plus qu'il navoic penfé, &c il voulut 
tompre cous les liens qui Vy açcachoient. 
Avanc acquis par la more de fon père 
ia difpoficion de fes grands biens, il 
bâcic êc doca (ix monafteres en Sicile. 
A Rome , dans fa propre maifon , il en 
fonda un'fepcieme , qui fub(îfte encore, 




pauvres 
fc £g$ meilleurs yc£emeas^& Ufe fou* 



SB L* £ G L f è E. 377 

mit à TobcKTance» comme le dernier 
des religieux. On fît violence à fon hu^ 
milité, quelc^ue temps après ^ & les inf- 
tances unanimes des lireres l'oblSge- 
renr à les gouverner. Il fe nourrifloic joan.nitt. 
de légumes cruds, que lui foûrnilTbit '•'"• s» creg. 
fa fainte mere^ alors retirée à Celle- '^' 
neuve , qui devint un fameux monaf- 
tere. Elle faifoit tremper quelque temps ibid. 
ces légumes, Ôc les tid envoyoit dans 
une écuelle d*argenr , qu*il donna enfin 
à un pauvre, dans limpoÂibilité où 
l'a voient mis fes largefles précédentes 
de faire l'aumône autrement. Avec 
l'auftcritc de ce régime, il étoit per- 
pétuellement occupe, foit à la prière, 
loit à rétiide, à écrire, ou à dider: 
ce mû lui afFoiblit la fanté. Se le ré* 
duint à des infirmités continuelles. Lf 
Pape Benoît Tarracha de fa retraite» 

four l'ordonner un des fept diacres dç 
Eglife Romaine j 5c peu de tempi 
après. Pelage l'envoya a C. P. 

Si quelque chofe put confoler le pieux 
Grégoire , de ce commencement d'élé- 
vation, ce fut fans doute le caraébère 
du Prince auquel il étoit envoyé , c'eft- 
à dire de l'Empereur Tibère , qui ver 
ûX)it de fuccéder à Juftin mort en yjZ^, 



■à. 



»3- 



378 ri 1 S T O I H B 

Dès Tannée précédente , Tibère avoir 
été fait Cefar, par le confeil même de 
rimpératrice , qui voyant fon époux fu- 
. jet 'à des accès de frénéfiie , crut .ne 
pouvoir mieux faire que de lui alTocier 
un homme Ci fage. Jamais choix ne plut 
ivagr. y,à:^ysLnT^ge au peuple ; Tibère, outre la 
3. màjefté de la mine & de la raille qui 

pa£r^*** frappoit tou'5 les regards , ayant pour les 
fujets Tàmour (blide d*un père. Se toure 
la douceur d'une? mère. On admire 
fur-tout foh défînttf elTement âc fa libé- 
ralité , qui lui firent remettre une an- 
n^e entière de tributs à route TEmpire, 
aufli-tot qu'il s'en vit le feul maître. 
Le Patriarche Jean le Scholaftîcjue étant 
mort, là ville de Conftantuiople té- 
moigna là plus vive ardeur pour le ré- 
tablilfement d'Eucychius , ôc l'obtint fa- 
vît. s. Eu- cilemeht. Ge fut moins un retour d'exil, 
* iotï «."Apt. qu'une fête triomphale, & d'autant plus 
digne du pléux Prélat > qu'elle ràppel- 
loit l'eiitree du divin Pafteur fCix lieu 
de fon facrifîcé ôc de fa vie nouvelle; 
, le peuple étendant fes vêtemens fiirlà 
route, brûlant des parfums & portant 
des rameaux autour de l'evèque monté 
fur un âne. Il étoit connu pour un fainr, 
& le bruit d'un grand nombre de mi- 



i 



B 1 L* £ 6 L X s K.' 579 

racles faits durant douze ans de per- 
fécution, étoit parvenu d'Amafee i 
Conftantinople. 

Il tenpit cependant quelques opinions 
qui reflèntoient la doàrine d'Origene* 
Mais ce n'étoit que des confclquences 
éloignées , dont on ne voyoit pas faci- 
lement h connexion^tvec les principes ; 
encore les lâifla-t-il , quand on lui en 
eut fait connoîtce le^ danger. Il avoit 
avancé' de Vive voix 6c mis par écrit> 
qu après la réfuiveâion nos corps ne 
leroient plus palpables. S. Grégoire qui 
ne pouvoir refluer fon eftime â toutes, 
les i)onnes qiiaJités d'£utychius, «fouf- 
froit d*y voir cette tadie , & tenta de 
le faire changer d'opinion. A cet effet , 
ils eurent une Conéérence ^n re^Ie. 
11 ne. fut pas difficile au favant L^at 
de confondre le Patriarche ; mais il ne 
le perfuada pas fi tôt de la vérité , 
ni de la manière dont la fîngularité de 
fon opinion lui donnoit atteinte. Eu- 
tychius prétendit qu'elle n étoit pas 
cofittaire au fonds du dogme de la 
rcfurre£tion. Grégoire en jugea tout 
autrement , ôc crut devoir rompre tout 
commerce avec lui, jufquà ce qu"' 
confelïac la foi dans toute fou intégtf A.. 



r/' 



)éo Histoire 

Ce difFcrend 6c beaucoup d'éclat , 6c 
parvint d'abord d la connoilfance de 
TEmperçur , qui Ht venir les deux 
parties en fa préfence. Soit vénération 
pour k do^rine de TEglife Romainâ 
ôc les lumières de Grégoire , foie 
éloignement d'une (ingulanté contraire 
aux idées remues y {'Empereur Tibère 
prit Cl vivement parti pour le Diacre 
Romain , qu'il fut quemon de brûler 
le livre d'Êutychius : mais ', au forcir 
de la conférence, le Légat & le Pa- 
triarche tombèrent tous les deux ma- 
lades, ôc la maladie de celui ci devine 
mortelle. L'Empereur alla le vifiter, 
& le mal.ide prédit que le Prince 
mourroit bientçt lui-mcme. Dieu ne 
permit pas qu*un qvcque , doué de tant 
de vertus & de doiis extraordinaires 
d'en haut , lâi{ïat en mourant des pré- 
jugés toujours dangereux contre la 
vérité. Grégoire ne pouvant le vi- 
fiter, lui envoya fes amis , qu'il écouta 
fi bien , que , foulant aux pieds toute 
vaine gloire , il abjura hautement 
creg.Moi. fon étrange opinion. Ajourant même 
a fou défaveu les fi'^neî d^rérieurs & 
les plus exprefiîfs de fa conviction , il 
prit dans Ïq$ niains la peau de fua 



IKlV.C. 1^ 



DE l' £ 



G L I S 1. 



58f 



:lat , 6c 
mce de 
« deux 
léracion 
Lomainô 
I , foit 
oncraire 
Tibère 
I Diacre 
e brûler 
LU forcir 
: le Pa- 
eiix ma- 
:i devint 
vifiter , 
Prince 
Dieu ne 
' de tant 
dînai r es 
des prc- 
tDYïtïQ la 
le vi- 
il écouta 
ds toute 
utement 
c même 
■ieurs & 
c^ioii , il 
4e fba 



corps , & dit en prcfence de tout le 
monde : Je crois que nous relTufcirerons 
tous en cette même chair. C*eil ce qui fuc 
caufe que S. Grégoire , fans donner 
plus de célébrité à cette erreur par des 
pourfuitçs en règle , la lailfa tomber 
d elle-même ; avec d'autant plus de 
raifon , qu*après une rétractation (î 
authentique , il n*y avoit prefque per- 
fonne qui Ja fuivît. S. Eutychius 
mourut le dimanche de Todave de 
Paque i cinq avril 5?* j & PEglife 
en honore la mémoire le (ixiômë. Le. 
quatorzième d'août de la mçme année , 
l'Empereur Tibère , en mourant , vé «• 
rifia la prédi.ftion dû S^atriarche. 

Il avpit fait couronner la veille fon tva^t 
gendre Maurice né enCappadoce d'une *' 
famille oridnaire de Rome , d'un âî^e 
mur ayant déjà quarante-trois ans , oc 
d'une égale maturité d'efprit , plein de 
iens ôc de fagelfe , modefte , réfervé , 
fe communiquant peu , ôç voulant 
connoîcre à fond le^ fujets , avant que 
de leur accorder fa confiance ; d'ail- 
leurs bienfaifant , très-porté a la clé- 
meiicç j dont il donna de grands exem- 
ples dès Iç commencement de fon 
règne. Il ne fe fignala pas moins par 



ru 



3^^ R I s T I K « 

fa valeur > ni par toutes les aualitéf; 
qui font les grands Princes auiil bien 
que les grands Capitaines : mais ce 
qu'on admire uniquement en lui , ^ 
qui marque la trempe forte de fon 
ame , ou plutôt de fa vertu , c*eft qu'il 
ne fc démentit jamais fur le trône, 
au'il y fut audi affable Se auflî maître 
de fes pa/ïîons , qu'étant fimple par- 
ticulier, n avoir pour bafe folidc de 
tant de belles qualités , une religion 
purç; Se (încere » un attachement iné- 
branlable à la dodrine de l'Eglife & 
aux enfeignemens des . Fadeurs. Il ai- 
moit cordialement S. Grégoire , & 
l'honora jufqifa le faire parrain d'uii 
de fes eufanjdl* 
s. Tiico<'. Maurice fe fouvint , après fon cou- 
ap.BoU.t. ronnement, de la prédiàion ciue lui 
^'' en avoit faite autrefois en GalatieS. 

Théodore de Sicéon. Ce Prince n'étant 
encore que général de l'Empereur Tibe* 
re , pafla p^r cette province au retour 
d'une expédia on glprieufecoiiirc iesPer* 
fes. Sâpiétépropre Se la hau* ^*>i ♦ :on 
de S. Théodore l'engagèrent d l'aller voir 
dans la caverne qu'il habitoit,afin d'y ren- 
dre enfemble hommage au Dieu des 
^ra '*es , Se d'çn obtenir de nouvelles 



fuV'curs. 
bisqucmc 
ihiia qui 
^' des ce 
l'anant ; 
û lui dit 



i>^ .v>lem 

î>eigneur 

comment 

du fein ; 

plus pure! 

dore, avoii 

|lerie,&a\ 

de niarqu( 

fm d'un 

Soit refp( 

I qu'elle av< 

wiK d'ai^i 

I du commt 

, longue fu 

fifer cQt e 

fance,pnt 

fi y Se ce 

la puis ter 

plans Théo 

particulier 

M^WtyrS. 



lalité?; 
i bien 
lis ce 

e foii 
ï qu'il 
:rônc , 
naître 
e par- 
ide de 
eligion 
ic inc- 
;life & 
, 11 ai- 
•e , & 
Il d'uii 

Ml cou- 

.TÙe lui 

iatie S. 

n'étant 

Tibe- 

retout 

A .on 
lier voir 
[d'yren- 
ieu des 

Javelles 



DE L* E G L I S E. ^$1 

hvcurs. Le Saine folicaire encreti nr pu- 
bliquement le guerrier chrétien, des def- 
kuia que le Difpenfateur des fceptres 
ik. des couronnes avoir fur lui \ puis le 
prenant à p irr , au fortir de la prière » 
il lui di»^^ ; nnent qu'il iJ?roit Em- 
pereur. 

! oii^ii « de ce Saint nous' fait ad- 
irt' V lemeni fentir , à quel point le 
Seigneur eft maître de fes cions , & 
comment il tire , quand il lui plaît > 
du fein même de la corruption , les 
plus pures vertus. X-a mère de Théo- 
dore, avoir été une proflituée d'hôtel- 
lerie, & avoir eu cet enfant d*uii Officier 
de marque , qui alloit prendre polFef- 
fion d'un gouvernement de province. 
Soit refpeâ: pour l'origine du fruit 
quelle avoir conçu d*un Grand, après 
tant d*ai^res privautés avec des gens 
du commiin , foit repentir (încere d une 
longue fuite de crimes ; elle fit bap- 
tifer cet enfant aufli-tôt après fa naif- 
|fauce,prit grand foin de fon éduca- 
ti . , & commença une vie réglée. Des 
la plus tendre enfance , on remarqua 
dans Théodore une grande piété j en 
particulier , beaucoup de dévotion au 
I Mwtyr S. George extrçmement révéré 



i.-C 



^$4 Histoire 

dans le canton : de toute fa vie il l'ho-. 
nora , & le fit honorer , avec un zèle 
remarcjuable. Il embrafla très-jeune la 
vie folitaire ; & d'abord il fe tint ren- 
fermé depuis Noël jufqu'au dimanche 
5 des Rameaux , ne mangeant que , le 
famedi ,& le dimanche feulement, 
î quelques fruits ou quelques herbages. 
J L*Eveque d*Anaftafîople , près de Si- 
r ccon , Tordonna prêtre, quoiqu'il n'eût 
U; que dix-huit ans^ & cette diftin^^ion fut 
;' un nouvel aiguillon pour fa piété & 
*J^ibn eiprit d'amiégation. Il ie fit faire 
pour cellulle une cage de fer , lui-même 
étoic vêtu de fer , en avoit , pour tu- 
nique , uiie cuirafTe du poids de dix- 
huit livres , une rude ceinture , deJ 
foiilicrs j ôc pardefTus ce genre étrange 
de vêcemens , il portoit continuelle- 
ment une croix ae même matière , , 
longue dei dix-huit palmes. Il eut un 
grand nombre de difciples , ôc acquit] 
la plus haute. confidération* ce qui lel 
..fît arracher enfin à fa folicude. L'é- 
. >cque d'Anaftafiople étant mort , les 
citoyens Se le clergé allèrent trouver 
l'cvêque d'^ncyre , métropolitain Je 
la province, Se lui demandèrent pour 
Paiieur l'Abbé Théodore. Il fallut lui 



faire! 
paftoi 
les a 
le Pi 
'Maur 

auprè 
iavoit 
fe fai 
peuple 
lUullre 
iLproc 

bien <j| 
le coa 
rejette 
'amis I 

du'.ftec 

naftiqu 

ayecofi 

de'luii 

quittbi 

aân de 

preniie 

ibuveni 

à cette 

rajesj 

eilime i 



il riio-. 

un zèle 
jeune la 
tint ren- 
imanche 
que , le 
ilement » 
lerbages, 
s de Si- 
un n eut 
i^ion fut 
plétc & 
: fit faire 
lui-même 
pour tu- 
s de dix- 
ure , des 
e étrange 
intinuclle- 
matière, 
,1 eut un 
Se acquit! 
ce qiu le 
^ide. L'é-1 
nort , les' 
t trouver 

litain de 
rent pour 
fallut luil 

fairôl 



DE L* E C t I» S *. jlj 

faire violence jpour prendre le bâtotl 
paftoral , avec lequel il conferva toutes 
les auftérités de la folieude. Teil fut 
le Prophète qui promit TEmpire à 
'Maurice. 

S« Grégoire s'acquitta de fa légation 
auprès de cet Empereur , comme il 
l'avoir remplie auprès de-Tibere, cfn 
fe faifant chérir ôc révérer , tant du 
peuple que des grands, & des plus 
iUulbes Prélats de TOrient» Souvent 
iL procm^a; des focours à l'Italie , réduite 
à l'état le^ plus déplorable , ions là 
ty lannie des ' Lombards :' maÂis tout le 
bien ^*ii' faifoit dans l'élévanort , îie 
le conloloit que foiblêmenc de fé voir 
rejette, comme il s^en piagnoic à des 
amis pieux , au milieu des tempâfes 
da ftscle. Il bbfervoit , de la vie mo- 
naftique.^ tout ce qui étoit compatible 
Avecofa dignité. Il -avpit même auprès 
de ' lui' pluneurs de fes religieux qft'ii 
quittait le moiiis qu'il lui étoit podibkf, 
afin de ne perdre jamais de vue fes 
premie|:s enga^emeni;. Il leur faifoic 
ibuVenc.de pieuiigs conférences -, & c'eft 
.à cette occaubn qif il compof a fc» Mo- 
rales j qiiiiont toujours été en il gran^ 
eftime dans TEglife» il avoir commencé 
Tome FL -^ K 



2 • 

O I 



||^ H I s T o I R t 

pAE iettt e>pliquer ie livre Jd Igj>, 
«iffès* betiicoiip d*iiiftânces de ieiir 
parc pour vaincre Ton extrême tsiodef- 
cie^ S. Léandre de Séville « qui écoic 
encore à Conftancinople , & d^aucres' 
^is M te ïang «bftti^iic , joignant 
jietMrs fi^ëcitacioiiSxl celles des moines. 
11) eT^pofa le commencenient de vive 
iroixi dida deS hûniclies fur, le iidle ; 
;& quand il en eut le Joiûr y.ii en 
f-édigeâ toHce la fuiee » & en .fit un 

r'fiild commentaire divîfé en ; 5 livres. 
fiiKtîappeilé quelque temps! après en 
jtalie ^ dtt moins a^ont > les ; dtn^Madt 
^cafioànés pàa: l'ambiidcn'dii^^tviar- 
• lâie Jeani» dit k Jeûnear , qui reniplaça 
{lic^fcimisi Mais; pour lÀen «xpc^r ce 
,£li^i il fauK ceptendre la chofe à fa 
JR>urce , qui fut la . diélatioa cslônv' 
^e«il« de Gr^oice d'Amioche. 
, } : Cet^fttriacche^ acctàfédfadtitkete ayac 
& propre fœiir , avoir «ppeM^ à l^Em- 
^reur «<Sc . au Concile ;;. il idnc â i «Cdn^ 
^iirinople , on il aixtena , pour fon 
jioiifeil »j Evagre le «Scoiaftique i Jcreft-^à- 
#it>e avocat « qui i:a|Mporte ^Huiimême 
£4 ^tc. dans foii HfiftqirerËodh^aftiq^ie. 
^ipius lei pacr^rches (iiiinent de ce ju- 
j^emenCi oaenperfohne) ou par dé* 



^ I» 



^ » -ii. . ^ »- 1-4 ." ^ 



■»■' 



; ieiit 
Kiodef- 
li écoic 

ûgnanc 
noif^es. 
de vive 
efefte; 
,.il en 
i.fic un 
9 livres, 
anrès ea 

Facviar- 

.er ce 
fe à fa 




i^r 



«teavK 
lîEm- 

cttir Ion 
yjcîeft^à- 
ititnème 
Saftrqiie. 
e ce jtt- 
far àé" 



'• f; ». 



» 1 l' E 6 L I S fl. 1 8/^ 

nités. Le S^pac y aillfta auifi ^ & plu- 
heurs métropolitain^ j eu forte que Von 
eut dès^lors un exemple d'un de ces 
ca^ privilégiés » jugé par le concours 
dés d^eux PuidànqeSf le Sénat y eft 
ndinmé < s^rès les p^i^chps » mais 
avinç les/mécropoUtains. L*£vêque 
d'AuciocEe iuc trouvé innocent j Tac-» 
culaceur fut condamné au fouet & au • 

banniifement en punition de fa calom- 
iqiift. MaisK Ji^mhicteiix Pj^criarche de 
,<y^piftaiuitk)pie 4 qui vênoit de voir 
^ttt rOrient Wtiiis,|en quelque forte # 

i fa juriAlijâtion,, s'atrpgça le^ titr& i^é- 
yolçant d*é.vêqpe ufm^ef. Si-^ôt que creg.tv.^ 
)e Pafie mage en fut infosmé » il Epift. i<. ji- 
iÉcrivit i Conftantinople , caHànt de 
l'autorité de S. P^errr les ades- de ce 
! ÇoQBCsle^ )8^ . 4^fendant a Laurent 
, iiicceillbar de S. (fllré^iré dans la pla^ 
iej-4s^f d*aÛiftier aux, offices aviec 
Jean te leuneur. La .cl)ofe ne (fit pas . 
alors un plus grand bruit , parce que 
l'attention du Chef de TEglife fut 
attirée ailleurs , par une affaire plus 

pteltawie. :,B,;; , ■ ^ . ^ 

L*£xarqi^e de Ravenne , ç'c(k ain(i 
qu'on nomcuott depuis quelque temps 
le pdncipal officier de ^'Empereur en «^ 

Rij 






# 



' bards , le ■knp'e l'éiagè faîifit cette' ôc- 

càdon , poUr triiter avec Jès jdéfèiîfeurs 

fchifmat j(Jues des ef^bis clïapicèûs; 6e que 

l'état affreux Vlu' Ncjrd'afe rfolie, 6c 

lés hoftilités'pefpétitelIeS, î^èf'luiî'avdient 

Ton». V. pas encore permisV II écr ivîç aux Evê- 

t^.ic i^.?4r. ques d'Hlrie'ipouf- lesexhbrtét à rehtret 

* dans le fein ae l'unité : if leur remontra 

qu'ils n*avoient plus aiioui prétexte 

plauiible de rcfiftet' *, qu'à lèiir petit 

•iîômbte près ; tous les EvédrieS Liatihs 

'^Voient prîi'lepAr,tfi'Mi^ lâ' '(buttiiiriàii; 

' que cet exemple derdit èàV^îtr'eî d aù- 

■^ ' ràht plus Jpérfuafif , ^^Vaviiîc'' de le 

;dpnnef , ils avaient reconnu , avec 

'^outé la mattfrité poifible , que le cin- 
quième Concilié -n^ ' portoit'7.^nhine 

^'atteinte â celiiifdè Galçédoine;'q|iiece 

'^ui âvoit pu d'àbbr4' èâfe Icgîtrme , âu 

tnoins excufaWe ^ jpbuir le grah^ ^àm- 

bre des Occidentiaux , étoit aujourd'hui 

fouveraiiiement condamnable , dans on 

f^ecrt nombre d'indociles qui blâmoient 
à conduite de l'Egfife. €e fat S. Gré- 
goire qui tint la pîun^edu Pr^*, pour 
'ces repréfentations ^mt'Evc'quës d'iftrie. 
lElles ne produifîréiit ancuii'*éfFet , & 
i'oblHnation de ces prélats doxuia beau- 







.-j-t . -, 



coup d*exçrqçe A Gç éeoire dans le cours , 

mèii\e d^i^vpwilw C.« ne fur mot 
loiîg-^emps aprçs,.que ce ichnme s çrei-!!^ 
gnjit Ipf^jjfjblernepr. jais Jçt^yres; 4e zèle ] 
fweiit , ]g^; deif nîfejres^ , dp. ,Pape Pelage , 
qui mourut i iiome d'une maladie 
cciitagieiire ,. le huitième Février de ". 
l'année , 5 90 , . aprjès avpir^ oarupé . le 
S^Siége'pîus'dô douze, ans. Il écoiç (ij 
diaritable., qu'il\^t^dè la^nvVil'on. un 
hopitarpdur de ps^uvres? vieillards. 

Cepei.Klant l'eftime, & Taffed on des 
Romains pour, P Archidiacre Grégoire 
écoient pro^igieufes : ils en avoient„ 
donné dçs marqi^es ççonnantes ,,dès^^ 
fë pontificat, de Benoît. Le Saint, pal- , 
faut un jour uir le, ra^ché de Home iç.n. 
fut frapp^. de la "tj anchç iic extraordi^ j 
naire ,&; de' la beauté de quelques ei^ç. 
claves Anglois , expofés en vente : il 46"?^ 
manda au i^iarchand , fi des infortiMiës 
h intéreda.ns.' avoient au inoins, Ip.. 
HonKeuf"jci*êtré çhrépens? Coinme! on-, 
lui eût |:;çpo;idu que lion ; qviel dom- 
mage , dit-iî e>i fjiifpirant ^ qu^iin peu- 
ple li bien fait fou fous la puifïànce du ; 
i)cmon ! Incontinent il s'eii va trouver 
le Pape Benoît , Iju! propofe d'envoyet; 
te- ouvriers, éyangeliques ,dii^ la ' 






;;fi 



1 ^ 



1 * 



)5^0 HlStOlU B 

Grande-Bretagne V & îe conjure avec 
le$ plus grandes inftandè^def te mettre de 
leur nombre, pour ledr donner courage j 
en difaht due petTônhç fans te^ ^*^^r 
treprendrdit ce voyage' ' périfletixt ' te 
Pontife n*)r cojîfentit qu'avec beaucoup 
de peiné : mais le Peuplé Romain s'ac- 
troupant I cette nouvelle , de bordant 
le chemin pAr où le Ihtpe alloit à S. 
Pierne , fe mit à crier . : Vôu^ ofenfez 
le Prince des Apôtres. ^ vous caiifez la 
ruine de Rome , en laiflaiit aller Gré- 
goire. Le Saint n'étoit pas cependant 
encore diacre , mais feuiemet>c chargé 
de fon ttionaftere. Xe Pape euvova 
prOmptettient des courienr jpoirif le faire 
revenlt j^& ils ne le' jdigtiirèfnt qu'a 
trois journées de la ville : tant U s'écoit 
p'relTé d'avancer , dans fa crafhré de ce 
quî^rrivoit. 

L'ardeur dtf tous les ordres de ci- 



loan. 



D.l. 



toyerfs fût égalé pour rexaltatioh de 
Grégoire , dè,^ qu'ils vitjètît la' chaire 
pontificale Vairâticé^; IJ ' fuf élii , du 
conferttèment tfnahitr^é iii clergé , du 
âënat Se id {Peuple. En vain tâchà~t-il 
de fe faire croire indigne de cette place; 
en vain întéreffiirt-îif les âmîs, en leur 
çepréfeqtant a^ec lair^mès les- périls que 



« * 



I> B 



e avec 

ictredé 
mcage-) 
t h*6n- 

laacoyp 
in. s*at- 
ïûrdanc 
>it à S. 
^ffenfez 
iitfcz la 
et Gré- 
pendanc 
t charge 
envoya 
\U faire 
^t qu'a 
1 s*écoir 
rè de ce 



i de ci- 
itlori de 
a chaire 
ïlii", du 

*chà-t-il 
ttéplacej 
en leut 
)crils que 



L* £ G L 1 s R f^i 

£)n ame courcoit «. en r^ei^patie dians un 
inonde qu'il Jt'airoic miiité , qu aprè» 
avoÎD feati , pour & JvsÀblelTe > Vim- 
paâtbilite 4*y fâûrçifon falut. Sâr der^ 
ttiere refiburce étok dans l*£iiijp^eûr ,. 
donc il fe feocoit tout pamcAHêremeiK 
aimé. 11 lui écfivic ae la manière laf 
phs pràpce à le ga^nef , & lui fuggérà' 
VOL expédient auâd timple que sûr )^ 
faYoit>de ne point approuver Féle^ion. 
Mais Ceraiatn , Prérec de- Rome, en 
ayant ea quelque foupçon , prévint 
i-Enmeteur , ^ui bénit mille fois le 
ctel dWoir fait, tomber les fuffrages 
fur celai qu'il eèe ckoifi * lui-mèifne. 
Bien vke oa envoya Us leHresde fiif'' 
iion pàttff procéder au-^*ré; Grégoire^ 
ayant appns^la démat«*Ke du; I^éfèt^i!)^ 
n'attewîaiit plus de la Goiir qunïié té * 
ponfe connairre à Tes yœùx , réfo&it^d^ 
prendre k faite* Mais on s'étoit ençort^ 
précantionné contre cet obfhtcie , ^nrhet^ 
tant âe& gardes aux port^ de' lia \nHë. !! 
fe dégittia cependi^t , s'ènfei'ô\a''dàny 
une mamie d^6fîer, & fe- fit èiilete^ 
ar des mar^rhands. 11 ik ca^ha dahs létl 
ois & dans les cavernes > p'endam troî^ 
jours o|ai fureiit lin'ten^ éé'délbfitfôji 
pouDlè^eupld Rémain ^-j^us irt«{î?i!e# W 

- : R iv 









XJb. I. 



f^% H X s T O I R s 

c^ttri évadon* qite de toutes les»hoftilités 
4^$ Lp[)ibards« ;On ne celTa durant cet 
d!p4^ ^ de jeûnèr^yi de prier avec larmes 
&igçnîi^çipeàs, fiifqnaceqjie le Giel , 
pa,r des ti^djces miraculeux » découvrit le 
fugitif,/^ui fut pris & ramené a Rome. 
Il craignit aldrs qu'une plus longue ré- 
fi(bncei 4i9! s'opposât aux ordres de^la^ 
Proyiden<çe ^ iVfat confacréfbleniielle-' 
ment dans réglife de S. Pierre jileTtcoy 
fieme jpur de.ieptenibre de Tannée 5 90, 
ôc tint le fîége treize ans^ Il demeura 
néanmoins inconfolable du fardeau 

3u'on lui ay^it impofc , âc s'en plaignit 
e toute vpartiâ:&samis > de vive voix 
ëc par des .fet|re^ touchantes. 11 en écri- 
vis,, entr'autreis , à laPrincefTeThéoc^ 
C|fte fqpuf ^ l'En^pereur ^ difant qu'on 
l'ayoîc raipené au fiecle > fous prétexte 
de,l'çpiicop.at ^ qu'il fe trouvoit chargé 
df (pljjs^ d^ foins temporels qu'étanti laïc y 
qu'il ujexiilpit plus, ppur lui > ni joie ni; 
repgs V qu'une^^lév^ion apparente ne 
ùrvoit qu'à W f ^i^tef moins «Vertueux , 
^c^p^ conique i>t plu s méprifable ; qu'a- 
près s'ctre vu a^ conible de la félicité 
|(juii^aine» fans crainte comme fans de- 
j^l^ ppi^r tous les obj^s de ce monde ^ 
4^{e vayoit tout^àrconp. replongé dans 



'#'A,;' 



«■4 



D B 



l'E 



G L I S 



les frayeurs & les vias crlfles aUrmes. 
ayant tout a craindre., linon pour luii 






riçntrer en,nioi-mcnie, aprcsles 
fén fcrbiiYela route fèrmcé, Jk que mon 
intérieur elt devenu .ctranzer pour moi. 
Certes 1 Lmpei^ur doit avoir oij^n^t^jj 
fcrupiile^'ayoïr fait împoferun fî'gran'd 
mlniflp):é à un fl médiocre fujet. 

Jean évêqvie Àt Ravénne i*ayant 
Dlami aipicalement; de. s, être cache 
pour éviter le pontincat, quoiqu il en rut 
Il capable > le damt crût aue la meilleiire 
façon de repondre a ce reproche , c ctoit 
d^é^poler toute là fublimité & l'çtenduç 
des oblieatibns pontificales. Acetten;i^. 
Il çompora Ion. Paj^or^l ^ ouvrage en- 
core u .r^èàé Sans tbut^^rEslife/îllfe 
diviie en quatre parties ^ la première , 
fur la vocation i répiicopat , ou fur les 
diïpolitîphs qu'il y laut apporter 5, telles 
<|Ué les vertiis de tout genre , la fupério- 
ricé des lumières-^ lé courage^ l'amour 
du travail , &: fur-tout rèxemption 
d'une' Infinité de défauts , fiéùrés par 



\'Wi\ i 



î$4 ft'l s T 07 
4bce. Lés deux pârtieVfufvances cfakene 
fa maiiieriB donc lé f^tîevi appelle lifgici' 
inément doit sacqiiitcèr de la charge 
qu'il n'a point recherchée ; 6c d'abord 
tn général , comment il di^ic s'adon- 
her au foulagemenc du prochain ; pois 
dans les détails dç là troiiieme par- 
tie » comment il doit proportion- 
lier fés inflrûétiohs â la divérfîté des 
lieux y des temps , des perfonties difté- 
rentes , ôc des dirpo(îtiohs fucçeflives^de 
la même perfonne. La dernière partie 
foii^ni^àu Paftèur lui-même àésftéùt' 
Vatifs contre 1^ corruptîoii de ceux qu'il 
véur guérir , éc contre, le ppsfoh encore 
plus contagieux de l'orgur^tl.- Cet ou- 
vrage fut dès-jors Cl éftimé^ qùel^Em- 
pereur Mauricf en vpuliit avoir une co- 
pie ,^ & qu'Ahàtlaîé pi^trîarche'd^Ahtio- 
che le traduiilit énàréc ppiir ruiage des 
Egliiès d'Orienté ; . V 

Cinq à (îx molfs apr^s foii elÈaltatioh, 
Grégoire tint dans le mois dé' février un 
concile âRome,d'OU il envoya les let- 
tres fvnodâlès aux quatre patriarches. 
On obfèrve qu^dans cette 'lettre qui eft 
circulàir^, piitre Grégoire pôirefiTeur ac- 
tuel du Hcge d'An^ipchè , Ahaft^fe que 
lePoncifenelaifloit pas de reconhoîcre, 



^ftUi 

pereuj 
cetE% 

%life 
avec r 
iîonde 
tumej 

déciar< 
gj^ncjra 
Èvar^i 
pdari^ 
cendde 
Thédd. 
hnmn 



Je tefè 
vénérai 
burèi ( 
léuriùj 

■léttr lit! 
délient 
évidthi 
faire d< 

^rtdafti 
wcftliér< 
glifc Vi 



i ,-, 



taitcnt 
i li^iti- 
chargc 
rabotd 
s'adon- 
n i pais 
me par- 
portion- 
ficé àQS 
es difié- 
(Rvesde 

:e partie 

eux^qu il 
h encore 
^Cet ou- 

une co- 
â^Ahtio- 
itajge à& 

alcatioh, 
cvrier un 
a fes let- 
cfiarchcs. 

rë qui ^ 
effeiir ac- 
ft^feque 
)nh6ître , 



«(l id(& iK>mmé. Il éçrmiipiêmei r£m- 
pereur, que fi on ne permereofir pa^i 
cet Evèqne cMTé fiû recourner i tàtt 
%lire y OR renvoyât du moins à Rome, 
avec rufft|^e du pailiilm. tHm h v^tàfef- , y^jj^, 
fionde ^^'qaeeonrientyftftYanfr lacoQ^ 14. I7. 
fume '^ la lettipe circulaire ,* le S. febe 
déclare qu'if reçoit les qo^èré <K>nei% 
généraux, ôc iesrévereçphnneles oœHpre 
Ëvartgiles. Je porte lé mc'mè retpèdl , 
po»rhnfr41 ^au cinqtfiéMé, ^ li'fré- 
cendue lettre d%as d^é conéaniîWé^j 
TWddot^ , ronvairtc^dé dWfét 4a»{^i- 
ibnMidtiX^atëtf)*, «^ les édîïik-àe 

Je referte ?otttéi lés perfcmncs qàé des 
vénérables Conciles rejettent;, Se reçois 
burèi celles qu'ils hohbrènr i ^tfeé^^ére 
)ôiir;|iigéfrtetife fwrtant far un ^ônfente- 

.lék ikiWfe^j^-aui ôfe Ber dto' '^^^^^ 
ééWèt^Vy oA débet ceux qu'ils IreÀt. If eft 
évid^ht qi^S. Gn-gôire f^rle icidël*^- 
faire des trois -chamtres , cèmnic ^' Ife 
^Fét'oiteôîtAwii^éi^ireHeitient. €0^ fatrf^ja: 




dbî(Hqttente^{)< 
glife Uiliverfellè. Il s'énfuivroitdecettè 

Rv; T - 



ta !■ *-* 



,.* 



• .ri ■ 



,pi^utip^j^^lenienc fs^^(fp. êc cerné- 
xaue 4 ;quo les IchiJfinaciques fi vivement 
prenïs par S.Gijégoire, ne furent pour* 
t^nt; p^s qt|Ugç&i|e foumcjcr^ leur juge- 
mencd^lfÇgiil^.sM^uand elle condamna 
iC^ ; dàugereu^^^cpcs. : çonfçquençe aufli 
viii^iejni^ fc^macique » q^e:cqmraire 
^:Çoi^^ ùj fuite d^s procédés du. pnème 
Saiiii^t dans cette a&ire. • ^ 

,.Ççzéiç Pontife écrivit a Théod^nde 

9.^9? l^s , I^mb^fds > i qui éf oit cath6- 
liq)yWf,tfi^qui ^fivertitî d^nf la/uite le 
J5lç(i A)n époMx ,,%yç^ tc^m;^ la^nationdcs 
J|,ofH^i;ds.l Il;^tpî^ç>tettre,p^r les 
xtmi^,à^ Qw^fjfcapfîe de,Milan„;qrti en 
,q^aj^^f .^jéK^fiU!^ d^ }a Y jlfe Royale , 
«tpi^ à. port^ée dç coiinojrre les difpo- 
jji^Qiî^'çk la.ft^me,,i& ppMtes les.cir^pnf 
.i;atKl^^onvei;ûtj}l^Sf Cc^me il^ «<ac;i/ljbit 
/d*unfçoncile vu.d'çin œi;! bi^p^^inqLm 
par; |es 4i|fci^!Siis éycques d^ 1^ JÎp^h^^. 
^ie.a^Çonftfincje nç jugea paç à propos 
.id^*miéfenter la l^re 4k^ Rap^ aXhéodç- 
J|i^lflfeî>*4«Be«r^de,^ jfit^f danîî une p^r- 
f}m^?}^ .<l*ngere#^.;^^,rigaaoifaP.ce 

Ç^ïf e, ^pft^uue j,,^, f (^ivçfcx% W^/ mw 
Uttre,,,^!?^ Uqu4lç/il;)Ç^ cont^niça <Ie 
parler dies quatre piïemifxs conciles, ^ 
d'exiger que ta Reine embraiïac formel' 



lemenc la c(>h:^tnuiiion de. Con Ev^uew 
Si le fftge Pofirifc ne voulue pas. faire en*- 
crer une perfonne peu infkuite. , ôc. aui 
p;it: ,^ca; ne dévoie paâ l'être davantage , 
,dan$ ¥#e difçuiliQu eQcoce obfcure pour 
.unqpArtie d«$;payscatholic]^iesy & fur 
iaqueUe.on polivoic ^iféibent prendre le 
change,^ C'eA que le commun des Fidèles 
n'eft ; pas toujours obligé de connaître 
quels lont les points particuliers^e doc- 
trine décidés par 'L'£gliie , ni d'abjurer 
toiU^s les erjieurs^i d'une mamere: expli- 
cite. Mais s'il ajoute dans cette itiême 
lettre d Coiiftance, qu'on n'a point 
traite de la foi dansrie cinquième Coït- 
cile , il ntnt€nd rien autre chofequè ce 
qu'avoif dit Pelage daui£ fa lettre au 
Hoi CIdIdebQrt ,, favoir qtieibusVigile 
^<>n D'javoit!^4>oint dé6ni de nouveaux 
dçgiaes 4e fpi , ^^qui n'eui£bntd<^à iéoé 
dççidés d^ns Ift Coi^cile d'Ëphefe ourde 
GalcéJoine j ^ix un mot', qiie, tout ce 
que le cinquième Concile avoit de parti- 
culier ,c;étoM;J<2f jugement qi^;intctefr 
foirla,per/pftne dejÈrfs'^ t^k évcqoes 
mortSjdai^le .i^iftd^i'Eglifey nuis ddiu 
.on avo^t.^pndafipné/la.doàcinficoiiâgnée 
d^ps ^es^crks qui i^publidie»tiûus:lûin: 
npm. r, i-'î-T" ?sh rrrr*! , ■■■"'' eh' "^i^î ' 

Gré^($^jg {q ççm ppitaiiicme ivec tant 



. ^» Xv-i 



de fcvéricé envers les évèqaes qufconti 
nuoieac i défendre les crbis ^diitptrres , 

Su'ils eureiic recours » l'Empeteur 
laurice. Us fe plaignirent , non-feale- 
mentdesvioleiKefrexcrcées par i^xafc^e 
Sniaragde » «naisde ce que le Pape avoir 
eiivo/e des ordres pcmr faire amèrier à 
Rome * Sévère archevêque d'Âqnilée ôc 
chef des rchifmatiques » afin d'y être 
jugé canoniquemeiit. ' ils écoient iî con- 
vaincus de la fermeté dû & Pontife fur 
cet obûet, qu'ils a)oucereiit en parlant 
;de. lut: Nous ue pouvons Fâcct^iiokre 
poui; juge , celui qui e^ noire pttttie, 
ôc dont nous évitons lacomifkimioiiM''*; 

Mais ce que le Saint Pontifti témoi- 
gna dans ces con}onâ:ures avoir le plus 
a cœur , ce fut la co^verfion ^s Lom- 
bards. Leur Roi £utharis , qù*ils aVoienc 
élu après un interrègne de dix aAâées, 
écoit encoce morti' comme ibn^prédé- 
celTeur , fans laifftr d^enfan^*' Sa veuve 
Théodelinde qui plaiibit 4 1# Nation , 
âvoic été déclarée fon héritière, quoi - 

Sue fille d*ttn Priisce écràneer ;■ c^eft-â- 
ire du Roi de i^vkrà. Oiï*s'en rap- 
pel, ma, ^rta uniquemeiit'^ fon j^oût^ jpour i& 
éhoix d*un Roi; £(W époaia A^luphe , 
Duc de Turin , Tun des trençe qui avoit 
lerenu Tautoricé dofàtfit Tan^rchie : mais 



.!«. 



DÉ l/É é £ i 



r 1. 



ii^ 



elle exigea auÇiraVant qu'il abjitrâr 1*A* 
hanifme. §à, ffattoh des Lombarde i^ai 
paroît avoir tenu foiblemenc 1 l'héréiie» 
comme à tout principe de religion, fui- 
vit fi facilement l'exemple de fes Mâî^ ■ 
cres > qu'eii aiftz peu qk temps on ne 
vit plus d*Ariehs parmi eux. Ils n'en 
pourfaivirehc pas leur ' conquête avec 
moins idé chaleur. Bientôt les oofle/Iions . 
de l'Empire en halie fe' réduîfcrfent à 
Rome » Hàvenne , Naples ; ^ (]uelques 
Placesr ' de ' moindre i<rtportâîîCe i qui 
reftetentdaii^ t^n état {^ito]^abi& Lé Pape 
étoit oblige, s41 ne vouloir vbîè fôh 
peuple dans le ^Itis fuhefl;e^diéf^ré',-d'e 
|)rendre le foin temporel V.ei'Etat mê- 
me. Ariulphe , Dde Lombard dé Spo- 
Icte , vendit )ufqu;à Rt)rhe piller Si 
exptcier le^ demiétre^ àvvtiixéèi ^ ifn fçnrtié 
que le tendre p^eut tdÀiba fnilàd^ àà 
ci^grih. E'Exarc^e de RaVetine iiè-j^u*- 
voit féiit^liif 11 guei'rie, ôc liié i^ônlàii 
pas faitéia paix/îit Pape , après avoir 
brcfentîé les difpofitloiis dç TEmpetettr . 
k fit pour» ks R<Miins. ^éh exigea d'ei 
fbmmes WOiWkantes:ntâii.rièiï nét^t- 
ttit àrop iHïéièiix' itt fchatîtaWe pàftétiif^ 
poùîr aire èitfitt Vefptrèr foii tilalht^ds- 
reur trdupeau ', i^ il rtbuva moyeii de 
tout fournir. 



4. 
.:V3étt 



Vri- 



fçrf es eij; Jltalîe., en Saf 4fligj^ , efft .§in 
cile , & I jufqu'en Afrique. MTcgoire ne 
iugéa aucun, traya^l .indigne de lui , 

Çih.jq^ peut qa*4|di;ii^er^ If f^llicicu^f 
pacjçrnplfe (^j^i I^^ f^% m^^À î V» 9>7 
^3e^i^é^(5leç^&deçai^s ,,^^ 
* vomiiQfi ; de ^, ^^s ,' af itres i pcc^açipnsj 
».EpiA.4i.' Nous avjojns,appri5 i, q^çiyoiç^jl ^u; jSou- 
difigre, Pierre ,, aji^iiniftr^^^ 

^é^^ que nVy^^nr, p^s . ejjîforû..,vendi; 
leurs rr^ùs,] Us ifpiU citllgç^ 

''PfiJ ^i «ous or^çmipn^ qu^ ce,4^^^ 



»? V-i 



v..4iàil â --f^fiiucAÎ '3:-i*»" 



.-/ 



■ \..i. 



-4>^^:^^,.{->y. 



enréç| 
àek 

ce w 






- - D t l' E G L t iS E. 40*1 

n'excède |)as un fol i'or pour les riches,^ 
qu'il fok moindre pour îes'pauvfes , ife ' 
que toujours il tourne au profit du fer-* 
miefî, fatjsenprer dans rios comptes. Ce" 
droit ct(»it' parèîiieht ' feigneutiai , 8c ' 
formoit une e%ece de tribut payé par ^ 
ces payfans demi-ferfs. 

un abbé s'ëtant plaint que les babitans 
d'une terre de r^giife Romaine, encore^ 
en Sicile , « car 'fon patriniôirie étx)it des ' 
j plus confidérablés d^s cette Province ^: 
vouloient s'emparer d'une terre dû Mo-i' 
nafterej le fage Pontife manda au Soii-* 
diacre d'aller examiner la chofe fur les 
lieux, &\i'abandonner la prétention dé 
PEglife Romaine, fi le monaftere fe' 
uouvott. en pofTdffion depuis quarante 
ans. \j..- .. ■•■ ^ ■ ■ -<^^:v. ,) = >. ■ r.^ • > 
Mais c'ctoit principalement «a bon 
emploi de ces revenus que Grégoire 
s'employoit: avec une charité aiiflîgéné'; 
reufe qu'attentive; Comme il aiinoit à* 
imiter leikgê 8c le Saint Pape' Gékfe,- 
il fttivit l'état des patciprtoilles à» \*E^ 
glife*, tel que l'avoit dreflféce Poditiffe* 
j II eftima les revenus en argent , dont il 
faifoit la diftribution au clergé ,. aux offi- 
ciera de fa maifon , aux mOnaderes , 6c 
AUX différentes Eglifes , /bit pàtriar^ 



Ep.ift. f. 



4«^ 



H 






•W. 



châles ou c'tciilàiires , foicdiaconiés Se Cim- 
pl^s oratoire^. Ca^ largeffi^is ne fe. cen- 
rérmoienc pas encore 4^ns la ville de 
Rome ^ pas mènie dans l'Italie; mais 
elles s*écen4oient* aux provinces les plus 
joan.D.ii. ^^^igïi^es. Ongardoit .'>9 palais de. La- 
»4* cran un gros volume ^ cjncenanr le 

nôjin , Tage & TétaE dirons les pauvres 
iiTimacçiculés,, même diepuis long-tems , 
& que le Pape Grégoire i^ojitiiuiokcd'af- 
fifter. Le premier jmir de chaque mois , 
il diftribuoic en nature > félon la faifon , 
du blc , du vin , de^s légumes > de la 
viande , du lard , du^pdilTon » dé l'huile 
êc du fromage* Tovls Ws jours , dans 
chaque rue > û faifoic diilribuer les pro- 
vi(iOH$;Cpnyen2|hl^ aux malades» par (Jes 
officiers écablis exprès Avant que de 
manger , il envoyoit une partie des mets 
à des pauvres honteux. Son faceilaire , 
par (on ordre , invicoit chaque jour à fa 
cable douz^ étrangers , entre lefquels 
cind^c ^*il r^çuc une fois Jefà^^-Chrilt, 
&;;une autrefois fon Ange tiuélaire. 
Malgré ,to|is ces foins , on trouv'a un 
jour un pauvre moire dans le coin d'une 
rue écartée. Le Saint Pape s'imputant ce 
malheur , s'abftin^ de célébrer les faini!» 
myfteres pendant pluficurs jours. Il avoir 






■f-v- 
I s E. 



^ • . D B L* E G LISE. 40^ 

ki inclifiûtîons fi granaes de fi libérales., 

«jrtii fe pk'ir<Mt j ,e»v certaines ccrémp- 

ni^ , â faire lérvirVfës rafraich^lïemens^ 

accompagnés ide ftéfém atix pètlohnes. 

cor'fbituce» éti ^é\^né': ; attranc* iiéah- 

moins mie éés largeifesf V fi. propres à 

gagner les cœnrs ^ ne préjudicioienc 

poi nt aux nééeflîteiix. ^ ' * '^ ■/^^'['' 

Bi«n d\(ifétei\t de to Graiids cjiti font 

des iibéraikéls d^tnè main, éfe^îdc-f a*utre 

de cruelles éxadions ^ loth* dMliner i 

retievoir , il (é plaifoit , en mille con- 

jonàuies , à remettre ce qui ' hii croie 

dû 5 & pat'-tour fe reîâchoit très-favile- 

ment fur les rfroJt& j'jjour'peu qu'on les 

WQuvât onéreux. Il ne connoiflVoié l*é- 

purgne qtie pour fà propre pérfomie. 

Sa né 'étéïx aune fitnpiicité , ou pour 

mieux dire , d'uiie pauvreté prefque 

melFcante A fon f anjg. On pcojt juger du 

rcfte de Ta miiifon ^ par fon écurie. Vou$ 

nous zv&È- èllvoyé , îécrivoit-il A ceM '*** 

qui la fôurnillbit ,^ mt niauvars :chevaf 

^ cinq bbns ânes. Je nciàurois mon-: 

wr le cheval , parce qu'il eft mauvais jj 

ni les ânes, qui , quelque jbons qu'ils 

puilfenc écre , ne Ipnt que des ânes. 

Envoyeas -nous qu^bc 'chbte qui foit^ 

<l^ttfa|é y ô^ d^ notre ùfa jjèS ; ■ ' / 



I 



XII 



. f pi^ 



-iv 



k« 



Telle. eft une {farcie def foinis excé- 
ifieurs que prenoic ce grand Pape » non- 
o6n;anc les occupations . incon^par^ble^ 
ment p^us laborieufc)s^que lui ^ don- 
Voie fa manière ,4^ conduise TEglife 
Romaine , Ton infpedion patriarchnle fur 
. coures celles de Tlralie , ou même de TOc- 
cidenc, ôc le jnianieine^u desaffiûriBsde, 
rEgUfe^y^iverfelle. Il .execfoir même 
. coure la ji^rifdi/£bion mécropoUcairle'fur ii 
parrie méridionale 4e Tlcalie ^ 0u »d n,j 
avoir point d'autre archeycque.Quoiqail 
y en eue eu Sicile &;>(kns les autr^ iies y 
commeslçs £glif<ss y dép^ndoiei^t fpocia- 
lement,4if Sainjc Sicge ,,U encrpit daua 
une iij^^^é 4e louci$i, fu^Ttout pour ce 
quj,r9gaç4o|ç,|e choif Se la^ conduite cfeai 
. cvcques. 'Quèlqii^$runs4es habitansdc 
Rimini,cKoi(î|:ent lui certain Odoacin 
- pour évêque ,& le luJL envoyèrent avec 
une r^àfion çqn^rm%>j|j^leur$ vues. 
Mais le jiazje Pontife reftitf^d^. le con- 
facter» ^T^ur,pr49nnad*eiîichoinr un 
autr^. Pour, ^eu qui l eut d'inquiétude , 
ii cpmmettpic 4es perfonnes fûtes peut 
préiidec aux élections. IL youloit que 
chaquû évèque* fût tiré, de TEàlife va- 
canine ^aut^^tj qu^iL^to^t poinble* L'éla 
Tfiuoit i Rome ;fe taire oixlonn^r I aves 



■^'S": ■£:\ 



r 



G-L I i'i. 



extc- 

iiôn- 

don* 
BgUfe 
ilefuc 
l'Oc- 
rtesde, 
nȏme 
s'fprli 
Anlj 

fpQcia- 

'X làam 
source; 

ans de 
doacin 
t avec 

vues. 
le con- 
iHr un 
GCiide, 

s pout 
lit que 
life va- 

Vék 

y aveg 



' ^ if-D t ■ i} E G^L I 8 i. 405 
Ib d^eret de <bn élôftion y Se leS lërtret 
du vifitciirapoftolique. Voilà [ibiircjiioi, i 
dans la lifte des ordinations ftiités' par ' 
les Papes j on trouve ordinairement 
beaucoup) plus d*cvêqdô^' cfit de* Wêjtres ^ * 
0^ de diacres. Us ordorinôif^ntlcfes évo- 
ques pouf toute l'Italie!, (otivènt'e^^ f 
core pour d'autres régions , êid^ils' H*6i:- 
donnoicnt les autres miniftres que pour 
fEglife de Rome. '^ ' ' 
Dcmetrius, évêdue de Naplè^, fut 
dépofé^fjôut dés èrlmes qui ttiçVitdient 
lamoirt',^ fuiVant k rigueur' d^s l6ix. ^ V 
Gréjsjoir'e écrivit ait tlergéV i la • no- %^ ' ^ v 
bleflTe i» aui^ mà|p;illrats & au pèiip4ë , de J, 
•procéder incefîammenè à réledtibn d'un ; - 
cvèque* Enfin -, comme il ptéV'ôybif ^ue * 
fei cWe tfirôit pàJ auflS Vire qtï*il le 
foiihaitoît i *vlî la délicâtelFé des* fc urcônf- 
taiices ; il envoya pour vifiteur ',* dans 
l'4'ihteirvallé , Paul, évêquede là^ petite 
'ville de Nepi. Paul tjiii aiittèit teiidré- 
m«nt"fon peuple , après avoir été . 
quelque temps l Naples , prefTa le . 
l*ape de donner^ un titulaire à cette * 
Eglife, afin de s'en k'et'ourfiér ^romp- 
xenieht à' fort petit troupeau < ^ai^ Saint i » • BpW* 
Grégoite demanda encore dd temps pi6ur*??'«si »* ^ 
tctaWir folidement TEglife de Naples. 



' *-■•• 



- >/■- , 



4^^ 'W î s T O 1 R,B 

Ce eém^ élevé, qui voyoic en grand) 
ne in pas diiHcuUc de commettre à i'é- 
A vèque d-mi petit iicge le gouvernement 
à*m}t EglUe |)l us importante* é 
' g^ ' ^^ , Le Souverain Pontife a 6i(«rçpit pas le 
' iniemê Qouvqir , du moins immédiate- 
' tinent , i^ur les provinces dépendantes lies 
I>|ïétropoics dç Milan Ôc d*Aquilée ; 
Imoins encore fur l'Efpagqe Se la Gaule. 
H eft vrai que dans les Gaules , il avoic 
foti Viqtii^ qui étoit, l'Evcque d* Arles; 
V con;iifafs .çeljui de, T)^e0kio^iqqe Tétôic 

^^ pour, rJUy rie Occidentale, il y avoit 
une fujsordinaci^n équivalente dans Us 
; " /lUtires parties de rOvcidenfi j âc nous 
'^voyons, qu'en Afrique les Papes, pte- 
Hnoient connoilfance de bien des afiàires , 
^^veiiloieac à la célébration des conciles & 
[i^ la nQanucçntion' dçs canons qvi on y 
îiUcffbiç. . ■ ;• ■ ^ -■ -='- ■' 

. ^ ; ' L*àii 5^^i,iliçjcraia dans TUlyrie unel 
^.affaire contentieufe » qui, en nous don- 
: nant une idée des embarras 6c des tra^ 
^yaux de S. Grégoire , préfence un détail | 
• ^ucéreiTantde la procédure ^ccléiîaftique) 
' Idç un «exemple notable dje l'autorité du 1 
^|S. Siège- jufqueMdans r|lmpir«i d'O- 
u.EfiA.6* rieu|r. Adrien «vêque «le TKeb^ ^ ayant 
9' été poucfuin deyant TEmpereur pour 




:%■ ■ 



yrie une 
us don- 
des tra^ 
m détail 

orité du 
ttfd'O- 

^ ayant 
iu£ pour 



407 
, par 



DE L* E G L I S E. î 

des caufes civiles &c criminelles 
deux méchans diacres qu'il avoir dépo- 
fcs^ le Priixe , fuivant lès canons , ren« 
voya Adrien à J^an de Lariife fon mé- 
iropolicain, pour juger définitivement 
le civil , \i)former du criminel , & en 
faire fon rapport à, la Cour. Quoique les 
occufacions hilTent dénuées de preuves , 
l'Archevêque de Lanife ne laiiia pas de 
condamner raccu(^> tant fur le crimirrel 
que fur le civil. 11 ajoura même la vio- 
lence ^l'oppreilion a l'injuftice, ik ren- 
fermer Adrien dans une, étroite prifon , 
nonobftant i'âppel interjette à 1 £mpe- 
:em , Se le conrraigiitt <i acquiefcer , 
par un écrit iigné de fa main , au juge- 
ment de rtfn^ de l'autre objet. Toute- 
f<i>i&rEvèque ^primé conferva a(Tèz' dt 
Ijbferté d'efprit , pour ne confefifef ïoi; 
Çfétend4!is crimes <jue J)ar des expref- 
lions ambiguës , qui laiifïolent une ou- 
verture à fa juftification. Si-tot qu*il 
flït élargi ,|1 tkpourfuivFe fon appel dje- 
vAiit l'Empereiur, & repréfentâ tous les 
aâesde la pf>océdure faite par 1* Archevê- 
que - L''Ën^pereur en commit l'examen 
i H($ttQrait nonce ^tt Pape iC P. $ & à 
^⻫n kcisétMfe d'itftt. Tous deux 
r^nv^oyereht 'Adrien &you5 > àpsès^'la 



■•% 



.4 



■'^:A- 



■•= ^«^''^ 



^q8 h 1 s t o I ^ b 

plus exa^ difcailion. Maison obtint 

. un npuvel ordre de r£mpereur, pour ren- 

«yoyer çncoce cecce affaire, à ^£v^^ de 

. la Première r J uftiniene , nommé J ean 

^fCorame ççlvù de Lart(re<i ^ Vicaire du 

. ;,S. Siège en qualité. de Prinuc d'illyrie. 

UËvcque de; Thebes ne fut pas mieux 

convaincu au tribunal du Primat qu*à ce* 

lui du Métropolitain > n eut. plus lai 

i m^me foib^lefTe de fe confelPic coupable, 

. ,& néanmoins futLxondamné à la dépoli- 



tion. 



XV^im 



Alors il appella au Pape > lignifia fon 

appel à Jeap de Jultiniene > qui promit 

au jf^o^içe Honorât d'envoyer des agens 

. i Rome > pour foutenir ion jugement. 

Adrien s'y tranfpotta lui-même , & len- 

; dit plainte contre les injuftices deîonl 

;. Priiliat; & de ton MétiropoUtain tout en-l 

. femble* Le Pape Grégoire attendit iQHg'l 

^ temps 3 & toujours en vain » qu'ils en-l 

|; voyailent quelqu'un félon leurpromeiTe^i 

. pour foutenir leur fentençe. Mais cel 

; grand homme n'étant pas d'humeur âcé*! 

. 4çr aux terg^verfat>qns^ à la manoeuvre,! 

, procéda a^ j ^gement, ^ans jpto de délai ,' 

exaj;ntna itrè« - ^tt^nti venant v c^i^^ ^ 
, piKKrédures .de^ Jean de InacilTei que celle 
^'^d^Jesui ^d^ij^liniene >-& trouva km 

. fentençe 



■■I ,'•■ 

■s 



obtint 
nr ren- 
q^de 
\éJean 
aire du 
lllync. 
i mieux I 
quàce-l 
plus lai 
aupable, 
i dépoli- 

;mfia fon 
u promit 
les agens 
ugement. 
, & ren- 
de îonl 
ntoucen-i 
xdit feng 
quilsen-l 
promefel 
Mais ce| 
tneuràcé-i 
lanGBttvn 
de délai. 
^, tant II 
que ccil* 

uva le' 

fentenci 



ÎS 






D I L*£ G l I S I. 40^ 

fentences auflî injuftes dans le fond qu'ir- 
régulières dans les formes. Audî-coc il 
rétablit Adrien dans fon (iée^ , aprèc 
avoir calTé fans management Xa fentence 
duPrimac > & condamnacelui-cià trente 
jours de pénitence , pendant lefquels il 
feroit privé de la communion , fous 
peine a un traitement plus rigoureux , 
s*il n'obéifIbit« 11 fe réferva même à exa- 
miner & i punir plus févéremeiides au- 
tres abus qu'il pouvoir avoir faits de fon 
pouvoir en lUyrie, & fe montra d'au^ 
tant plus ofFenfé des prévarications de ce 
Prélat 9 qu'il étoii depofîtaire d'une por- 
pon plus refpe^ble de l'autorité ponti- 
ficale , en fa qualité de Vicaire du S# 

Quant au Métropolitain Jean de Lar u. cpift. 7» 
riffe » Grégoire lui écrivit en ces cermies: 
Vous méritiez ^ avant votre dernière 
faute « d'être exclus de la communion 
du corps de J. C^ ppur avoir méprifé 
l'admonition de mon prédéceileûr , qui 
avoir exempté de votre jurifdi^ion !'£- 
vêque Adrien & fbn Eglife de Thebes. 
Pouffant néanmpins ladciuceur ^ la con- 
defcendance auflî loin qu'elles peuvent 
aller , nous nous contentons d'ordonner 
l'exécution de ce premier ordre \ en forte 
TmtVL ...... 5 



,* 



4IO 



H I s T O X R 1 



que les préceiicions que vous pourrez 
avoir contre Adrien , foienc décidées 
par nos Nonces à C. P. (i elles font mé* 
diocres , ôc renvoyées ici pardevant le 
fîége de Pierre , û elles fonr confîdéra- 
blés : le tout fônspeme d'excommunica- 
tion » donc vous ne pourrez ècre abfous 
que par ordre du Pontife Romain , ex- 
cepte aTarticle de la mort. Vous refti- 
tuerez aitni fans délai tous les biens'nieu- 
blés ou immeubles de TEglife deThebes, 
qil'on vous accufe de retenir, fui vant l'é^ 
tat ci-joint. Sur quoi s'il y a quelque dif- 
férend , nous voulons encore que notre 
Nonce à la Cour d'Orient en prenneco::- 
iioidance. C'eft ainfî que le PapeS.Gré- 

foire termina cette affaire concernant des 
Iglifes de la Grèce , qui forma toujours 
le re(Ibccleplus immédiat dupatriar chat 
de Conftahtinople. 

■ Pour ceux d'Alexandrie, d'Antioche 
& de Jcrufalem , rien n'indique que !e 
Succeffeur de Pierre y entrât dans les 
mêmes détails. On y trouve cependant 
des a€bes de fa jurifdi(^iDnfpéciale, dans 
quelques cas extraordinaires. Jean prêtre 
de Calcédoine ayant été accufé de Thé- 
réfie des Marcioniçes , le Patriarche de 
Conftaneinople lui doruia des juges , qui 



urrez 
idées 

it mc- 

antle 

idéra- 

unica» 

ibfous 

î, ex- 

î refti- 

s'nicu- 

'hebes, 

"- .^" 
[ue dif- 

.e notre 
meco'.i- 
S. Grê- 
lant des 
oujoucs 
:iarchat 



î que le 
dans les 
)endant 
e, dans 
n prêtre 
de rhé- 
Liche de 



\ 



D 1 L* E G L I »Ei 4tl 

procédèrent avec peu de nuturîcé, %6 
le condamnèrent , malgré une prc^e£* 
ion de foi tcès-orchodoxe v ce qui fiie 
reconnu, fur les aâes mêmes, dnprcM 
ces » dans un concile tenu à Rofne l'an 
595* £n€onfëquence,le Pape Grégoire r. £pii< 
cabale jugement rencki par ws juges quef m> i<*>7> 
le Patriarche avoir comna^ \ & facei^é 
fut renvoyé abfous. Ce^élede jurifdic^ ' 
tion du Souverain Pontife véftd'autanc 
lus remarquable > qu'il ^exeriçoie fue 
e Patriarche lean le Jeûneur» dans le 
temps même où il preuoit le titre d*^« 
vêque Univ«rfel ; & ce Prélat te feu- 
mettottàrErêque deRome; piiiiWit 
lui avoit envoyé fes agens , avec fes let- 
tres de créance & les pièce* Ju procès. 
Dans lemème concile» un autre prêtre 
nommé Athanafe « qui étotc moine du v > 
monallere de Tamnat en Lycaohie » fîie 
juftiâé des accufations iiKef^tée^ contre l :\ 
lui & contre les moines Tes conftéres.^Li^ i .. 
gens duPatriarche de C. P. préteÂddiéné 
que ces iblitaires avoienc pM^lé côî^i^ le 
Concile d'Ephefe; MaistefàH^n^^oii^ife r. Cpift- 
reconnut qu'ib s'étmcnt p<réc4féméht?^te- '^ 
vés contre des propofitions Pclagiennes 
inférées dan$ certaines ^xjpes ile-cé^onr \ ^, . 
cile. U examina rexehîpkîré cju«n ayi^iç ^ ^ 

S ij .r'=r-7^ 






ly£gH(erlloaiaine » & n'y> trouva rien de 

ftmblable. U fie apporter de Ravenne 

<ui autre exemplaire très-ancien , qui fe 

trouva 1 .parfaitement conforma : âicelui 

if RomiS ; ; & il apprit aux députés de 

QiPé i fetei^tr en garde contre les impof* 

^eurs qvii nttribuoient des propoilaons 

hérétiques au Concile d'Ephefe* , 

. Il $*ea expliqi^ plus librement encore 

; pr lettre au Patrice Narfès , ce grand 

nornfQe égalén^nt.pi^ux & vaillant. J'ai 

^igneufçment examiné le Concile d'£- 

» pkàffii lui dit'il , ôc je penfe qu'on y a 

: V ^ Ëiit^Içiué altération» aans le goût de la 

• faifincation inférée par l'Eglife de C. P. 

dans un pai^^ge. du Conçue de Calcé- 

{ii% 4oine. Il y a toute apparence que ceci fe 

irapporçe a4 fameux canon qui concerne 

les préto^^tives du fiége de la Nouvelle 

Rome. Cl^erchez donc > ajoute le Pon* 

tijFe, cherchez le$ plus anciens exem- 

; , pl^rçsdçce Saint Concile > &défiez- 

'r* „ > you$ .4lPs.Qouveaux. Les Latins font bien 

; , pli|s vrakq^e Us Grecs ; & fi nos gens 

jii^îî ./ ne f^.piqiicn^ pal de tint d*efprit , ils 

ne ikn^f^P9nflm& féconds en impof- 

^uref>^tb*i^i;iur^':a:?f>in ^ili v- «vi /•• 
^ Le>. J^ape étoit indifpofé depuis af 
(ez Ipngrtemps contre l'ambirieux Pa- 



•4 ' 



trlarch 

moins 

cher di 

plaint i 

nafeav 

des COI 

Conftaj 

fort lé{ 

cela voi 

reprit,: 

de votri 

a-t-il d( 

de Dieu 

ne le fa< 

répondr 

hi4che ^ 

Eft-ce 1 

abftinen 

lailTer 

bouche 

contrain 

néanmoi 

jugemen 

nom; r 

foient d 

cette dé 

qui étoit 

preflè vi> 

jet, dont 



r 



u 



*t; 



DE L* E 6 L I S t. 4];^ 

triarchejde Ç.p* & celui -iciptt'dKTok 
moins 4'Hunieurqu(e Jamais à rien relilf- 
cher de fes pr^cencionis. Le Papes'étst^ 
plaine à lui , df c^ que Jq moine Atha- 
nafeavoic été maltraité >jufqu'à recevoir 
des coups de bâton , dans Véglife de 
Conftancinople' ; le Patriarche répondit 
fort légèrement, qu'il ne favoit ce que 
cela vouloir dire. Sur quoi le S. Ponufe 
reprit, : J*ai été ppdigieufement étonné 
de votre réponle. Si elle eft vraie 9 qu'y 
a-t-il de pire , que de voir les ferviteurs 
de Dieu ainfi traités, & quelePafteur 
ne le fâche pas^ Ôcû vousiefavez , qu^ 
répondre â ces mots de rEcriture/; X<z 
bouche qui ment , donne la mort à Vami\î 
Eft-ce là oà. fe termine votre grande 
abftinence ? &ne vaudroit^-il pas mieux 
laifTer entrer de la viande dans votre 
bouche , que d'en voir fortir undifçQurs 
contraire à la vérité ? t)ieu me, garde 
néanmoins de faire tomber diç vous mojii 
jugement ! Ces lettre^ portent ;,yotj:f 
nom \ mais je ne croijs pas qu'e)^$ 
foient de vous. Le Saint impute enfuire 
cette défaite pu^ile à un jeune homine 
qui étoit auprès du Patriarche , ^îMe 
preffe vivement d'écarter ce mauvais fu* 
jet /dont ï\ lui détailla tous les défau^i» 
/ Sii; 



1 ; il*»t.: 



•n 



^ Mj r t é i K É 

tiMTëc ui!^ jnfbÀè qui montnr' i qnel 

i-fièâtit ce grandPâpe poMtc laiigilanct 

|inRtifiei|lé^ ^ ■ ■ -^ ' ' '' 

i liiréciivtt (Bil cMtè tttème oeèaffioti an 

l^fnctf Narsis , «f ki dit : Je Vous dé- 

^kr« (]ueje Ibisrefplu à pourfumé cette 

Affaire de tout m<^ podVoir. Si je vois 

qtt^an> ne ^rde pas les canons du Saint 

âégev C>ieu'm'uirplrérà ceque fedoi^ 

faire contre ceux qui lès niét>rHerit; & 

tienneni'empècheta d*obéir à fa voix. 

Dans les aékes du jugement rendu en 

premier relTort par le Patriarche de C. 

r. puti envoyés à Rome , Jean le Jeû- 

iieur-lnrenoit prefque à chaque ligne, le 

iitre^^e Patriah:hé (EcuméniqMe. Saint 

Ùté^tt fîit extrêmement fcandalifé 

4l*ttiie quaMçation il faftueufe. Après 

elf avoir &it piolet deux fois à Jean par 

IV. ipift fbii Konce, ti lui en écrivit lui-même en 

*• ces termes: Gomment êtes'rvous devenu 

li^^f^érent de ce que' )è vous ai connu 

pi^éfpiis , ' quand ndns'a^fons ensemble 

il^s relations fî doiicès. & (î amicales? 

Qubi- de plus étonnan|ï I Vous qui ne 

'petifièz qu à fuir l*épifcopat , vous ufez 

"aujourd'hui de cette dignité , comme (i 

vous Ta viez recherchée avec le plus 

dr ambition. VoU» vous difîez indignedu 



t) 1 L*E C t.1 s K. 4I| 

liomd'^vèque, ôc maîncenanc vous vous 
Tarrogez à vous feul. Pelade mon pi^é^ 
déceifeur vous en a éctït des kttres crès- 
fbrteS) eiKxUTanc les aé^ du concile 
que vous avies tenu contre notre firere 
lEvèque Grégoire* Depuis que je fuis 
appell^N AU gouvernement de 1 Eglife , je 
vous en ai faic parler par mes nonces ^ 
& parce qu^il ^uc préparer doucement 
les plaies , avant qiié 0-7 porter le fer , 
je vouspriefiKe ntoineiit j je vou? con- 
jure avec ro! *vi les in(îances êc tous les 
égards poilî = ^ ? ^'de réfîfter à ceux <qui 
vousâaccent, en vous attribuant un titre 
inoui , Se auÂi plein dé ridicule que d*or* 

Sueih Ne favez«vous pas que le Concile 
e Calcédoine <^féra cet honneur aux 
éviques de Rbme , en fes nommant 
Poiiti&s Univerfels? Mai» aucun d'eux 
n a jamais voulu Tadopter , de peur 
qu'ils ne panifient attribuer Tépifcopat à 
eux feuls , de Tôter à tous leurs frères. 
Ainfî ce (avant Pape croyoitril toute la 
hiérarchie renvertée par cette attribu- 
tion ,^ qubn ne pônvoit , fansbleifer 
la foi , reconnokre' un feûliévâque pro- 
prement dit , dont les autres ne fuA- 
fent que lés vicaires. Il parut auffî pré- 
voir aès4ors les fuites fimeftes de Fam- 

Siv 



i^ 



41^ H I. s T OI H I 

bicipn fchifmatiquedesévèques deConf- 
tancinople. 

Pour les détourner par toures les voies 
^ poffibles , il écrivit à S. Eulog^^ patriar- 
che d'Alexandrie , & releva en ces ter* 
xnes > nonpfeulement la dignité du Siège 
Apoftolique, maïs Tavant^e des trois 
grands ftéges de TOrient fur celiû de 
v.ïjpift. C. P. Quoiqu'il y ait eu pluiieurs Apô- 
tres > le fiége du Prince des Apôtres a 
feul prévalu , pour iautorité , en vertu 
* ^^ ^^ primauté. Ce guide lumineux 
éclate en trois lieux dinérens : il repofe 
à. Jamais fur le fiége qu'il afixéà Rome , 
ôc où il a termine fa carrière mortelle. 
Celui d'Alexandrie tire fon honneur de 
l'EvangéUftc fon difciple qu il y a en- 
voyé. 11 a affermi la dignité de celui 
d'Anrioche , en l'occupant fept ans , 
quoique pour enforrir enfuite. Âinfi ce 
n'efl qu'un iiéee du même Apôtre » dans 
lequel néanmoins trois évèqiies préfidem 
aujourd'hui par l'autorité divine» 
iv.Epift. Il écrivit à TEmpereut pour les mê- 
mes raifons , quiluite^oient fortement 
ait cœur \ comme on peut en juger par 
^ ^ ' la vivacité dis images ^ des expreffions 
qu'il emploie. Toute l'Europe » luidit- 
„ ii> eft livrée auxBarbares^ lesfbrterefles 



'Y>- c 



•!.'*■ 



;nK^.;1^ 






SI K* £g L I S<«. 41^ 

ruinées» les cités décruices > le^ pro-, 

vinces ravagées , les torres incultes , la 

vie des Fidèles entre les tnàins des Idolâ* 

très. Rome , autrefois la maîtrellè du 

monde » accablée aujourd'hui de dou»- 

leurs ôf dopprobres > abandonnée par* 

fes citoyens » infultée par fes ennemis g 

ne peut plus s'attendre qu'à une ruiné eii-^ 

tierie. Qu eft devenue la majefté de TËm-f 

pire, du Sénat, du Peuple Romain^ 

de ces Quefteurs ôc de ces Proconfuls ,| 

qui fe répandoient dans les provinces », 

pour en rapporter Tor Se les lauriers, les 

plus précieux 6c les plus illudres moni^-- 

mens? Mais pourquoi parler des Frèle^ 

humains ? Les rempans ôc les édifices 

oui prometcoient aégaler la durée des 

necles,ne fbnt plus^què des amas de 

ruines. Cependant les évèques , au lieu^ . 

de pleurer foiis la cendre , cherchent: 

de nouveaux titres à leur vanité. Puis 

Éiifant allufio^ à l'extérieur naortifié 

de ïean de C. P. nous détruiforis > 

aloute-t-il, par nos exemples , ce que 

nous prêchons de viye voix. Nos os foçit 

atténués par le jeûne , & notre efp^îç 

gonflé d'orgueil. Nous avons le coc^ 

plein d'enflpre , fous des vêcen^^iistijj^ 

prifablesç. r Couchés fur la aiirè ' ' 

. --^ . Sv 



f 



'''■"■-' , .-■■■ •% 



Jit^ 'H X 1 t o ï R f 

d&<etch«ns à dominer ^ ôc nous cachons b 
rapacité du loup, fous i'excérieur débon- 
naire de la Brebis. Revenant enfuite à 
Tintérè^ que la foi prenoit à cette contef- 
l^tibn ; ce tit^ itia caufe , dit-il > mais 
là caufe de TEglife Univerfelle due je 
foutiertV. Plufiérts évêques de G. P. Qnt 
M ^jtîôh-feùlemem hérétiques , mais 
héténlai^ues » comitib Neftorius & Ma- 
cédonius. Si donc celui qui remplit ce 
iîége , étoit évêque univerfel » la foi de 
tout l^épifcopat potttrciit manquer dans 
fa perfônne , & t^Uce rEglile tomber 
avfec M. Pour mbi , j'è me fais gloire 
'4*ècre le ferviteur de;tousles évèques. 

Atàid s'énonçoirce g^and Pape> qui 

"prit même le titre de Serviteur des fer- 

viteurs de Dieu : àbaifîèment glorieux > 

et jugé par fes liiccëfTetirs digne d'une 

imitatÎQh éternètte. Il écrivit encoi^elâ 



ièShs iï^l'ïmbérâcricè Coriftantine, auflS 
bien qu*à $. Eulôge d'AfebtaridrieV;^ à 
S. Anaftàfed'AntioChe , foir iritérelTcs 
à cette âfFaif« par léurà ^uaKtLsde p2t- 
laîàrches. Si l'on pôriijef d*ufér die ce ti- 
éttX l^r dit-il fcrî ijevenW ï cô qp k 
Aâppoit le plus i^hoù-feulément oii dé* 
^dé tôii^ les patriarches V pais qi^knd 
ciM qu'pidi nèmttiè t/ttivètTel tentera- 
dansiWéttr > il ae jfe trouvera plus <M 



ï*épifc 
Dà 
roît c 
contre 
reJiqu 
prouva 
parmi 
auxO( 
desSaJ 
pour e 
relique 
rEgîife 

ges exji 
beaux , 
de leur 



■:.i^''. : ■' o . 



D E 



Mvii 



L* E G t 1' S ï. 4Ï9 

fépifcopàc aucun abpui à k ' Vérité. 
Dans la lettre à Flmpéuâtrice , il pa- 
roîc craindre qu'elle ne fbit prévenue i 
contre lui. Elle lui avoir demandé des - 
reliques : mais le Saint Docteur n*ap- 
proavoit pas la méthode déjà commune 
parmi les Grecs , & encdre inconnue ";- 

aux Occidentaux , de toucher aux corps ■ 
des Saintspour les divifer, ou feuleitieht . 
pour en faire la ttanilàtion. Toutes les . v 
reliques des 5^aints Apôtres qu envoyoit 
TEgule Romaine , confîftoient en des lin- ; ' 

fes expofés quelque temps fur leurs tom- 
eaux , tout au plus en quelque limaille 
de leurs chaînes , quand toutefois on en 
pouvoit avoir. Suivant la même lettre 
de Saint Grégoire à ConftaiitineJ 01 / >, 
venoit fbuvent demander de cette pou- 
dre de fer , réputée plus pécieufe que ^ '- 
l'or & les pierreries. Le Pontife pre- / 
nant la lime ,' en tir oit quelquefois au 
premier efîai 5 d*autres fois , on faifbit 
de longs efforts ^ns en rien tirer. * - 

Si j'y puis réu'flîr , écrivît donc le Saiiii:, m. Epift- 
je vous enverrai incefîamment quelques 
pirticules des chaînes que Saint Paul a 
portées au cou &: aux mains, & qui font 
beaucoup de miracles. Quand il eft ou- 
vertomeat ii ueftion de Pentreprife dU 

Svj 



30. 



:^- 



4io 



34 



HiSTOXRI 

IV. EfUL Patriarche Jean ; qu'il eftirifte > dit-il» 
pour nous , qui » afin de détourner de 
]>lus erandes calamités » épuifons con- 
tinuellement notre Eglife 'y qu il eft dur 
pour moi , qui ne fuis preique à Rome 
que le tréforier des Lombards , comme 
celui qu'y a l'Empereur pour fon armée 
de Ravenne^ qu'il m'eu trille & acca- 
blant de porter le faix de l'afflidion de 
toutes les Eglifes , qui dans la crainte 
Se l'humiliation, gémilTent continuelle- 
ment de l'orgueil d'un feul évcque ! Il 
cft vrai que les fautes de Grégoire mé- 
ritent bien ce châtiment. Mais le Prince 
des Apôtres n'a point de péchés, qui lui 
doivent attirer cette injure. 

Toutes les inftances du Saint Pontife 
ne produifirent aucun effet , & le Pa- 
triarche de Conftantinople foutint l'ot^ 
rieil de fon titre jufqu'a fa mort , qui , 
la vérité, n'étoit pas éloignée. Outre 
ion auftérité , qui lui fit donner le nom 
de Jeûneur , il parut Û détaché des biens 
Se des commodités de la vie , qu'après 
fon trépas on ne trouva chez lui qu'une 
couchette de bois , tme méchante cou- 
verture de laine , & un feul manteau: 
foible apologie néanmoins , s'il n'y avoit 
d'autres motifs qfte ce fimulacre de 



- 1, 



i ? j-^ #• ,♦ 3 



» B L* £ O l'i si. 411 

T^r^H , pour laiifer à Dieu feul le juge- 
ment de ce qui fe psUla dans fon ccsur. 
L'Eglife Gceque i nonore conune un 
Saint. Le titre de patriarche œcuméni- 
que ne fipit point avec lui ^ mais il pa^a 
à fon fuccedèur Cyriaque » homme 
tranquille dç iimple , qui vraifembla- 
blement n*auroit pas eu la force de le 
prendre , & qui n'eut jamais celle de le 
quitter^ tant l'amour des diftinâions 
eft^ général » quand on fe perfuade que 
c*eft rintérêt de fa place qu on foutient » 
plutôt qu^ celui de fa perfonne. Saint 
Grégoire ne voulut pourtant pas rom- 
pre i unité pour ce fujet. 11 fît même 
un acçiieil ei^traordinaire aux députés 
de Cyriaque <. qui apportèrent à Rome 
fes lettres ife fa profeflion de foi. )lavt>it 
reconnu ploiîeurs bonnes qualité^ en lui» 
dè$ le temps qu*il étoit légal a Conftan* 
tinopie y & il lui réitéra les ^(nciens té- 
moignages d'amitié y ce qui ne Tem- 
péchai point de défendre à fon nonce de 
célébrer la meflè avec lui , dans la crainte 
de paroître approuver , par trop de con- 
defcendancç, une prétention qu'il jugea 
toujours hautement condananable. 

Tandis que ce grand Pape étendoit , 
;dn£[ fa vigilance à toutes les parties d« 



'/ 



nIB^< 



4X1 H I s T 9 I R 1 

Monde Chrccien , il appfir » avec actranc 
de douleiir que de farprif^ » qu- ail cehcrt 
même de la CacKolicicé » la Sardaigne 
éroîc encore idolâtre dans fa plus'erahde 
étendue y prefqae tous les pafriànsde 
cette itè croapmatit dans le paganifme. 
11 en écrivit à toaS'les nbbles ôc i tàixs 
ks propriétaires des terres i eh leur re^ 
prélentanc d'une maniéré touéhahtè, que 
cet ordre d'hommes ne leur avoient été 
foumis par la providence, qu afin qu'ils 
leur procuraiTeot des biens éternels, pour 
les Services temporels qu'ils- eti rél36- 
Toiént» . ' ; 

nt. Epift. * ^ iKécrivit bien plu$ forteçient ehcôre 
^ à Janvier , é vèque de jQaj^iâîd Ôc 'mé- 
tropolitain de la province , fur ce que 
les ferïs de fa propre Eglife, comme 
de bien d'autres , reuoient enfbtelis^lans 
leis mêmes ténèbres.^ Que me fert , dic- 
- il , de vous exhorter à fauver" lesétVaw- 
ger^ j fi vous négligeî^ de •coAvèt'tLi; vos 
gens ? Que toittles-^é^tes y falTent 
une férieufe attention. Si j'en dé- 
couvre quelqu'iin qui ait un feul valTal 
idolâtre vr^^x^rcerai lur lui toute la (é^ 
véritéque '«iérit^ le pafteur- mercenaire. 
Les étrangers^ à convertir djpiit ' le Pape 
parle ki; ^coi^t les* peuples dé rîlb> 



■«.•• 



h 1 L* £ G L I s 1. . 4r| 

nommés fiarbaricins , dont le chef Hof- 
piton avoit déjà reçu le baptême* Lezéfé 
Pontife > pour travailler i leur conver* 
iton 9 envoya de fervens midionnaires » 
qu*il recommanda tant à Hofpiton qu'au 
commandant Romain. Il reprit aufli 
Tévéque deCagliari , homme aflfez mou 
néanmoins^y de ce qu'il avoit excom- 
munié une perfoni^e de marque pour 
des injures qu'il en avoit reçues. Â ce 
fujet» il nous apprend que les canons 
defendoient aux évéques d'employer 
les foudres de TEglife pour leurs inté- 
rêts perfonnels. £n preflant cet évêque 
de travailler au falut des ferfs de TE- 
glife , il lui confeille d'inipofer à ceux 
qui s'obftineront dans rinodélité , des 
charges qui les obligent à entendre rai- 
fon , mais qui ne leur failênt pas yïo^ 
lênce. Si l'on peut jufquU un certain 
point prefTer les' converfions » ou, 
pour mieux dire , en écarter les ob(la- 
clés , on ne doit jamais aller jufqu'à la 
contrainte de la tyrannie. 

Rien n'étoit plus contraire au géni<e 
fagé & modéré de ce grand Pontife. 
Les Juifs d& la même ville de Cagliari 
s'éfant venus plaindre à Rome de ce 
qoe l'un ^*éax ^onvçrti nouvellement , 



I R e 



i. 



iv.Epift. 



'414 H 1 « T 

t'écoic emparé de leur fynagogue dès 
lé lendemain de fon baptême , le Pon- 
tife blâma cette ferveur mconddérée. Il 
n*hé(îea point â faire ôter de ce lieu la 
croix Ôc rimage de la Sainte Vierge , 
qu'on y avoir déj4 mifes ; ni à rendre 
l'édifice aux Juifs» après l'avoir réta- 
bli dans fon premier état. 11 faut ufer 
avec eux , , écrivoit-il alors à l'Evéque 
Janvier ^ d'une modération qui les attire 
en les édifiant , de non d'une iimpétuo- 
Cité qui les révolte en les contraignant ^ 
puifi^u'il efl écrit : Je vous offrirai un 
facrihce volontaire. C'eft par les exhor- 
tations (Se l'édification de la charité, 
ajoute-t-il généralement » (ju'il faut git- 
gner les Infidèles à la religion Chré- 
tienne , & non pas les en éloigner par 
les menaces Se la terreur. 

Il écrivit dans lés termes fulvans aux 
adminiibrateurs du patrimoine : de !'£- 
clife Romaine en Sicile , par rapport aux 
Juifs ^ûi étoient dans ces terres, Ôc qui ne 
vouloient pas fe convertir. Mon avis ell 
que vous envoyiez des lettres de tous 
cotés , & que vous promettiez expref- 
ièment de ma part , quoh diminuera 
le cens à tous ceux qui fe convertiront^ en 
forte que ce^uiqui paye iic^i(^4p|^^!¥a 



B I l' E G i t S 1. 41 5 

remife du tiers; celui qui en paye crois ou 
quatre, en payera un de moins. Et ne crai- 
gnez pas que cette diminution de nos re- 
venus foit 4 pure perte. Si les pères ne fe 
converci(!ènc pas parfaitement, les enfans 
recevront le Baptême en de meilleures 
difpoHtions. Telle étoit la conféquence 
pratique des principes de S. Grégoire , 
pour attirer au Chriftianifnie, fans y con- 
traindre. Le zèle tycannique lui déplai- 
foie (î fort , qu*il en écrivit jufque dans 
les Gaules , aux évêq'ies d*Àrles êc de 
Marfeille, fur des plaintes que lui avoienc 
faitesjîluneurs Juifs ^ que dans ce pays 
de commerce on baptifoic grand nom- 
bre des leurs , plus par force que par 
perfuafion. 

C'écoic S. Virgile , qui dors gottver- 
nôi$ TEglife d'Arles , après avoir été 
abbé de Saint Simphorien d*Autun. 11 
étoit né en Aquitaine , d'une famille 
considérable , Se avoit quitté de grands 
biens pour fe faire moine de Lérins. Le 
Pape lui accorda , comme à fes prédé-» 
ceUeurs , le vicariat des Gaules Se le 
pallium. Ce vicariat s'étendoit à tous 
les Etats de Childebert , qui ^ outre fon 
apanage propre , fuccéda » comme on 
Ta vu ) au Roi Goniran, ôc régna mime 



• Epîft.4fj 



fort avÂiit dans la Gfermanie. Au tekei 
te droit devoir >*éx^rver , fuivant la Idc^- 
tre du S. Paf^,> f^s préf udice dfls mé- 
cropolicains* Mais, Ci quelque évèque ^ 
ajoute telle» veut faire un gran4 voyage, 
il ne le pourta fans votre permiâion. 
S*il furvient quelque queftion de foi , 
^;:; ou quelqu'autre affaire di£Scile , vous 
' i a(Tèmblerez douze évêques pour la jii« 
ger^ & fi «lie ne pouvoit être décidée 

^i.j»iiî^ de la forte, vous nous enverriez le ju-» 

gement* 
tViÉiiA. - S^Grégoire écrivit une lettre encort 

1^* plus importante à S* Vigile , & en même 

temps, car elle étpit circulaire» à Sya^rius 
d/Auçu»>è£(beriu$ (ieLyon,& â Didier 
de Vienne, tous prélats des plus diftiih 
gttésjentreceu^des pciûles. Eue tendoit à 
cé^cmer différons abus. L*abbéCyriaquc 
qui étoit le porteur de la lettre , devpit 
être auflî le promoteur d^ la réforme. 
1! s*agifïbit en premier lieu de la fîmo- 
nie dai9s là Collation des ordres facrés : 
abus d 'âucatttc plus dangereux» qu'on s'en 
faifoit moins de; fcrupule., fpUs prétexte 
que Targent acquis par cette voie , s*em- 
ployoit en bonnes ceuvxes. Sur quoi le 
Saint Pontife inculque fortement , que 
c*e& le propre de'vmepiétc fauffe Ôc dam* 






'*•, '''-. 



\.. 



• 1 L* £ ft t 1 s 1* * 4i^ 

nabk, 4e faips d^on bien mai acquis la 
matière de ia charité' ^^ qu'autre chofe 
eft de faire- Taumone pour racheter fes 
péchés » autre chofe de commettre dtê 
péchés pour faire raumôné. 

Il s'eieve enfuite contre les ordina** 
tiens précipitées, & il prétend qu'en côn« 
féirant' 4'épifcopat à des laïcs qui n'ont 
pas exerce tous les ordres inférieurs , on 
?iole la-défenfeque fait S. Paul d'ordon* 
net un néophyte : car il faut, dit-il , te- 
nir à, préient pour néophyte , celui qui 
eft nouveau aans l'habit de religion, 
c'eft-â-dire dans l'habit ectléâaftique s 
d'où l'on inféré , que , depuis rétaolif» 
fement des nations barbares , lesécdé^ 
(iaftiques retinrent la robe Romaine ou 
l'habit long; Ôc que pari* habit laïque qui 
leur étoit interdit , on entindoit les vê- 
tèmens courts & leftes de ces peuples 
tous guerriers 6c chalTéurs. S. Grégoire 
recoihmahdè encore, la célébration dejs 
conciles* Vous favez , dit-il , qu'il feft 
ordonné par les canoq^lEle les celébret 
deux fdisVan: itiais sTîl y a quelque 'em- 
pêchement , nous voulons au moins » 
toute excuf^ ceffante , qu'ils fe tiennent 
une fois l'année. Cotnmencez par en 
a&mbler un> pour la réformaaon dé 



'4ll * H I s T 6 I R ■ 

tous ces abus , â la diligenc<ede rEv^ué 
$iagrius& de TAbbé Cyriaque ^ après 
c|uoi > Syagrius iious en envercalaxela- 
uonpar cçt Abbé* 

Il paroîtra (îugulier que rÉvèqueil' Au- 
cun lembleici .1 emporter fur ceux d'Ar- 
les 8c de Lyon. Mais le Pape connoif- 
foie Tutilité dont Siagrius pouvoît être 
à TEglife s par 1 affeûion toute particur 
liere dont ks Rois de France de la R^ine 
Brunehaut Thonoroient. Il vouloit d'ail- 
leurs reconnoître les bons offices de cet 
Evèque ^pourlaconverfion des Anglois. 
A ce fujet feulement , il lui accorda le 
pallium qu'il demandoit depuis long- 
temps. Mais pour honorer fon fîége, 
aum bien qu« fa perfonne . il donna le 
premier rang dans la province , après 
Lyon qui en «ft la métropole» à l'Eglife 
d'Autun» qui jouit encore de cette pré- 
rpgative. 

Quelques années auparavant , rjEglife 
d^Autun avoit eu riionneui: 4e fournir» 
daiislaperfonne de fonDiacre Euftafe^ 
un, digne fuccefléur à S. Sulpice le Sé- 
vère archevêque de Bourges » qu'o;i ho- 
nore le 29 de janvier » Se qu'il ne faut 
pas confi;>ndre avec S. Sulpice le. Pieux, 
<}ai occupa depuis le même fiége. Dans 



m 



DE L* £ G L I S e; 41^. 

le mèùie temps floriilbit 1* Abbé S. Yrier, creg. nmi 
fameux danscetce province, par la gêné- ^'«««confei; 
rofîré àvf façrifice qu'il & à Dieu de tou$ 
les«vancage5 d'une naiuance illolbre , 6c 
par Téclac defes miracles. 
Dans le grand nombre de fes difci- .{^•^"'•' 

Îles, on remarque particulièrement le * ^''^^ 
)iacre3. Vulfaïc, comme le feul exem- 
ple bien sûr ou bien connu de la vie des 
Scylites en Occident. Après avoir pris les 
bons principes de la difcipline régulière 
(bus 1 Abbé Yrier, il paifa dans le pays de 
Trêves, près du château d'Ivois , &ba« ^^ 
(itun mpnaftere fur une montagne voi<» 
fine* 11 y fit drellèr une colonne , où il 
demeura, long -temps debout & nu* 
pieds. Mais queb que fuffent le courage V 
k la ibrce 4^ tempérament dans ce nou- 
veau Simécfn, L<Hnbard denaiflànce, 
il ne put furmonter la rigueur du cli-i ^ 
mat. Le Iroid lui fit tomber ,plufie^rs 
^is les ongles des piedç. Rien ne le re-t 
butoir cer^ w^ndant ; & il eut la çonfolation 
dç faire quitter Tidolatrie aux peuples 
voifins i- qui accouroient en foule à un 
ffé^acleu .étrai^e. Us avoient une idole 
gigantefque de Diane , en grande véné- 
ration daiis toute Téteiid^e; de ces vaftes 
^tèts . fous k nom de la Diane d'Ar-* . , 



4f «. 



4J^ . H I s T ô z & X 

dene. Vulfaïc fit tant par fes exhorta- 
tions Ôc par hs prières , qu'il les enga< 
gôa d*abord à br^er les petites i<!bks , ôc 
enfin à. renverfer la grande j ôc à la dé- 
duire en poudf e. Cependant les évequcs 
'" dirent au StyUte: Votts ne devez pas 
pretet^dre a imiter le grand Simeon 
d*Antiocke : là difFérénce des* pays ne 
vous permet pas de mener une vie pa- 
reille. Defcendez de votre colonne , ôc 
logez ^vec'-les frères que 'veus àVez" r^f- 
^ lemblés. Soti h^milinéluipet'fdadaf auf- 
:'* 1 . fi-t6t -y que Tobciflànce viloit ttiieut que 
' , le iàcrifice. Ildefcendit^ veciit afvec les 
autres ,* & convainquit aiftfîéôuc le 
monde , qu'il n'ayoit été conduit que 
par4*efpntdu Seigneur , pour le faius 
d'un peuple Barbare , que irappoit fur- 
«ûftK le ipeâiacle d^ ées'au^rités éton- 
nantes, ' :..,;.: [^ -, ' ■' ■ 

Le monàfterèd^ Sre 'Ràdégonde four- 
nie > vers le ihèmet^mps, u^^^edack 
non moins extraordinaire , niais -"bien 
différent » dans la icandaleufe^voltede 
k' Religieufe Chïodielde , fiHeMu Rei 
Ghérèbert. De 'déorc de '4î avbir pas été 
faite àbbiêfle > elle K^rtit de fon (:<>uvenr > 
avec Bafine fa <?otifiné-germàine , fille 
du Roi Ckilpéric , de environ quarame 



«teg.Hm 



autres 
dans fi 
Poitiei 
retenii 
tes, el 
d'éclat 
s'exécu 
temps 
freafes 
Toutef 
des ôc 
n'ayant 
pas une 
choies l 
leur rel 
commei 
jours d* 
verent s 
plorable 
eohjura 
coûté ta 
«offrit 
foft de 
ment av 
dit l'ait 
tons jan 
Ions ail( 
mille , 
leur fait 






>*.*: 



D B 



f. 



L*E G LIS f. 4|y 

autres relizieufes qu'elle atoit engagées 
dans fa rébellion. Mérouée , évèque de 
Poitiers , avoit faic riinppflîble pour les 
retenir : mais rompant portes de barrie* 
res y elles n'en avoient donné que plus 
d'éclat a leur défertion fcandaleufe, qui 
s'exécuta au mois de février , par un 
temps déG#able y après des pluies a^ 
freufes qui avaient abîmé les chemins. 
Toutefois ces filles , naturellement timi- 
des ôc G. délicates , alloient à pied i 
n'ayant pas une voiture entr'elles toutes» 
pas une bcte de fomràe pour porter les 
choies lespkis néceffaires^ tout le monde 
leur refiiiant le fecours 8c les vivres , 
comme à des apoftates. Après quelques 
jours d'une fatigue excefltve , elles arri- 
vèrent a Tours , dans l'état le plus dé- 
plorable. Le S. Evcque Grégoire les 
eohjura de ne pas détruire ce qui àvoit 
coûté tant de travaux à Ste Radégonde, 
s'offrit à être leur médiateur , & fe fit 
fort de tout arranger à L'ur contente- 
ment avec l'Evêque de Poitiers. Non ^ 
dit raltiëre Chrodielde , nous ne "raite- 
tons jamais avec nos tyrans : nous vou- 
lons aller rroiiver les Rois de notre fa- 
mille , leur apprendre l'injure qu'on 
leur fait dans^ nos perfonnes , & que des 



é 



4fi H I s T or K E 

nâiîfrAbles né^ pom: ccre nos efcUves , 
foienc pûmes , comme il convient « ;}cur 
avoir rraité ^lles-mèmes en efclaves des 

• filles de Rois. Tout ce qutï rEv'itJjuepas 
faire > ce iîn de les recenii peniiinc le 
rcfte de la mauvaifçialfon. Il comptoir, 
eii gagnant du temps » xéu^ix è les cal- 
«»si": mus lafieEôXihrodielii||iîartïtpour 
Il Cour j dès que le cemp& ruf paiÏÏàie j 

, liûili ne 4 Tours, avec Bafine , le lefte 

■ <ia ciiZ ¥terges fugitives. 

: klle fw oiexi reçue du Roi y ôc Von ar- 
rêta <ju*ii y auroit une afïemblée d*évc- 
ques , pour prendre connoii&;ice defon 

^ affaire. JEn attendant ce Concile _, Chro- 

, dieide revint à Tours joinare &$ reli- 
gieufes, dont pbfieurs s'étoient laiifé 
ra^o^cir pendant fon abfçnce« Dans h 
crainte d'ime plus grande dc^eâ:ion , elle 
£ajO[èn]i>la une i^roup^d^ vagabon4s ôc de 
fccicratSp^ retourna précipitamment à 
l^oiriers , s'établit dans l'égliie d^ Saint 
Hi|aire, cpnime dans une plaç)^ d'armes, 
d'où elle exerça les dernierçs violences 
fur fon propre monaibere, 6c mime con- 
tre les évèques. Gondégifile, archevêque 
de Bourdeaux 6c meiçrppph> :ui de 1$ 
province > vint i Poitiers , :c queir 
gfic- uns de fes (ufïi:agar>« , ro ^* arrêter 



h fc 

gés 

ï^on 
tomi: 
arien 
e/cqi 

gandi 
rent J 
coups 
pavé, 
autres 
ques-i 
ter e ft 
C'é 
Leubo 
avec t 
prend 
temps 
quoiqi 
Çrifoni 
iîne, 
éprouv 
ce plus 
monaft 
ne put 
inftri!^ 
dres les 
le Com 



A_ , ji^- 



, acur 
ss des 

ïiiit le 
ftptoit, 
es cal- 
k pour 
lEbie i 
[q tefte 

1*011 ar- 
evc' 
îdefon 
, Chro- 
ifes reli- 
ît lailTé 
DansU 
on , elle 
4s & de 
ment à 
^e Saint 
i'açmes, 
Lolences 
mecon- 
levèque 
n de la 
i^c quel*, 
arrèrer 
le 



D ï L* E Ô L I S t. 45f 

le fcandale. Ces prélats ayant été obli- 
i>és d'ufer des foudres de TEgliie , " 
i.\ mmQ du dernier remède à Tooftina- 
ijon , Chrodielde & les religieufes re- 
tombées dans rapoftalie Te portèrent aux 
arientats les plus facriléges. Comme les ' 
évêques étoient dans Teglifei , les bri- 
gands quelles avoientfoudoyéss*y jette- 
rent le bâton â 1^ main , chargèrent de 
coups les prélats , les renverferentfurle 
pave , mirent en fang les diacres Se les 
autres clercs, 8c en alTommerent quel- 
ques-uns. La nuit fui vante , le monaf- ' 
tere fut aflîégé ôc forcé. ^' 

C'étoit principalenient à TAbbeflè' 
Leuboiiere qu'en vouloit Chrodielde , 
avec toute la fureur d'une femme qui. 
prend fur fa riVale un afcendànt long- 
temps difputé. On enleva Leuboiiere , 
quoique grièvement malade ,& on l'em- 
pifonna dans lamailon qu'habitoit Ba-* 
' line , en attendant le plailîr de lui faire 
éprouver les raffinemens d'une vengean- ^ 
ce plus réfléchie. On pilla fur le champ le ^ 
monaftere , & on n'y laJiraque ce qu'on 
ne put empoîc'. Cependant la Cour 
indru^f-e de c ^s violences , ionnales or- ]- 
dres les plii;5 rigoureux. En conféqu .nce, 
le Comte de Poitiers attaqua la troupe 
Tme FL T 



.— ,Ai, •■^'*lSaâk">i'.r.%. 



'i*..^ 



i. ■•*^ 



"W 



454 H I s T o I R I ' 

fédicieufe , tira ces bandits du monaftere 
où ils s'étoient cantonnés , & leur ât en- 
durer des fupplices exemplaires. Les uns 
eurent les mains coupées j les autres, 
le nez ^ les oreilles : tous furent punis , 
ou diilipés. La terreur Ôc la rivalité mi> 
rent ladiviÇon jufque parmi lesreligieu- 
fes révoltées. Chrodiade vouloir domi^ 
ner avec empire ; fia^e » fiere de la 
même naidànce , ne vouloir pas fe fou- 
mettre : chacune avoit fes créatures , Ôc 
fe fit un parti. Mais bientôt la plupart 
des relieieufes fe difperferent^ quelques- 
unes chez leurs parens , ou dans leur 
particulier ; d'autres dans les premières 
cpmmunautés où elles avoient été éle- 
vées. 

Quand le calme fut rétabli par rauto- 
rite féculiere > les éyêques entendirent 
les accufations dont on avoir tant tait de 
bruit contre Tabbeffe légitime. Mais les 
révoltées n'avoient pas plus de droit dans 
le fond que dans les formes. On les preiTa 
de demander pardon à leur Supérieure , 
de réparer le fcàndale Ôc les dommages 
commis : elles le refuferent avec encore 
plus de fcàndale , menaçant hautement 
dp tuer TAbbefle , qui cependant futré- 
tabUfi dans iegouvernement de fon mo- 



» Ë l*Eg LISZ. 4)f 

t^aftere. Enfin ce différend fcandaleux fuc 
terminé par le concile qui fe tint à Metz 
dans la même année 5 90 , ôc où. Chro- 
dielde 6c Bafine obtinrent leur abfolu- 
tion. fiafîne profternée devant les évê- 
ques, demanda pardon, en promettant de 
iQ réconcilier avec fon abbeife, 6c de ren- 
trer dans fon moi^ftere. L'impérieufe 
Chrodielde protefta qu'elle n*y rentreroic 
pas, tandis <jue l' Abbeife Leuboiiere y ref- » 
teroit. On intercéda pour elle , au nom 
des princes de fon fang ; 6c dans lefpé- 
rance que le temps pourroit guérir cet 
efprit emporté , on trouva bon quelle 
demeurât dans une terre que le Roi lai 
accorda. ;,.4s:^v: ,-.;.•- f -m-: 

On jugea dans le même concile laf - 
faire de Gilles archevêque de Rheims , 
pour qui même il avoir été principale- 
ment affemblé. Après avoir nié long- trcg. 
temps , contre les plus fortes preuves , '^* 
tout à-coup ce Prélat fe confefla coupa- ^ 
pie d'une multitude de crimes d'Etat ; 
d'avoir toujours agi contre le fervice du 
Roi Childebett , & de fa mère Brune- ^ 
haut , jufqu'à confeiller de fe défaire de 
la Reine , pour accabler plus aifément le 
Roi fon nls : r^avoir foufflé le feu des 
guerres hor;i .^s qui avoient caufé tant 

TiJ 



x.*J 



""-) -,-.1 



43v H I s T O I R I 

4e ravnr.o c'^as les Gaules ; &: pour £e 
prc^'îi. :JUK * U.ÎS dffaftreufes deChilpéric 
£c de f rédcgonde , d'avoir reçu deux 
mille fous d or , & beaucoup d'autres 
préfens. Les évèques lui obtinrent la vie 
qu'il mcritoit d<= rt 1 . , le dépoferent 
du facerdoce , & ordonnèrent à fa place 
le Prêtre Romulphç fils du Duc Loup. 
Après quoi il fut exilé à Strasbourg , & 
l'on fit la recherche de fes tréfors. On 
lailfa à fpn Eglife ce qui provènoit des 
biens eccléiîaftiques j & ce qui étoit le 
fruit de fes intrigues , fut confifqué au 
profit du Roi, 
Vit coi.in Cependant un illuftre étranger, ucm»- 
rfi-p'^^' ^^ Colomban, confoloit l'tghfe des 
(jaules de ces fcandales domediques. Il 
f . étoit natif d'Irlande , où, avec toutes 
^ ; les connoilïàn^es convenables à un hom- 
me bien néj il avoit acquis la fciencein- 
fini.rent plus eftiiable des faints. Très- 
bien fait de f^ petfonne , doué d'un ef- 
prit vif v^ brillant , 4'une îime droite 6c 
pleine d'énergie , incapable de mollir & 

Erefque de fjéehir il prévit dç bonne 
eure tous le.^ >érii^ qu'il auroit à courir 
dans lemonc , ôc l prit le parti d'y re^ 
poncer. Pour le faire avec plus de fuc- 
^ès I il quitja fon pays ^ malgré laréfif 



V E t*E 6 t t SE. 4ff 

Hnct de fa mère. Après avoir parcouru 
diffêrentes régions , il arriva dans leê 
Gaules, â rage de trente ans, avec douzcf 
autres moines des Ifles Britanniques^ U 
s*établitau milieu des dcferts de laVôge, 
dans le lieu qu'il trouva le plus rude ÔC 
leplus fauvage, appelle encore aujour-> 
d nui Anferay. Mais fa communauté 
devenant bientôt Fort nombreufe , il 
chercha un endroit moins relTerré , dans 
le même défert , & bâtit i huit mille 
d'Anfgray le monaftere de Luxeu. Cet 
ctabliiiement fe trouvant encore infufH- 
fant, il fut ohligcd'en fiiireuntroilîéme, 
qu'il nomm ' ' ^ntaines , à caufe de l'a* 
bo lance d. [qs eaux. 11 inftitua des fu- 
périe jrs d'une ver ta éprouvée , dan^ 
chacunv^ de ces habitations , où il rciidoit 
tour-à-tour 

Nous avons encore la règle qu'il leut 
donna , &qui fut long-temps la plus fui- 
vie par les cénobites des Gaules. Elle ed 
courte & fîmple , comme toutes ces inf- 
titutions antiques j & partage le jout 
entre la prière , le travail & la leéture. 
La nourriture ne fe prenoit qu'à l'heure 
de none , & devoir être celle des pau- 
vres y c'eft-û-dire des herbes , des légu- 
mes > de la farine détrempée dans 

Tiij 



/^ 



43^ H I s T O I H 1 

l'eau, avec un petit pain. La pfalmodie, 
comme dans la règle de S» Benoît, étoic 
plus on moins longue > félon les fêtes & 
lés faifons diverfes. 

A la fin de la règle fe trouve le p^- 
nitentiel j ou la manière de corriger les 
fautes des frères. Les punitions les plus 
fréquentes font les coups de fouet , qui 
peuvent aller jufqu'à deux cents ; mais 
jamais plus de vingt-cinq à la fois , Ôc 
6x feulement pour les fautes légères. 
Les moines faiioient le figne de la croix 
fur tout ce qu'ils prenoient. £n fonant , 
ils fe muniflbient d'huile bénite pour 
oindre les malades. 11 paroît qu'ils por- 
toient auffi l'euchariftie , puifqu'ifv a 
des pénitences pour ceux qui la laiflent 
corrompre. Le Sautt diftingue claire* 
ment deux fortes de péchés ; les péchés 
mortels, que l'on doit confelfer au Prè* 
tre » & les moindres péchés , que l'on 
cpnfelïbit fouvent à l'Abbé. On voit que 
S. Colomban avoit luCaflien , d'où font 
tirés pluiieurs articles de fon péniten- 
ciel. Il a im fécond ouvrage fous le 
même titre , qui marque les peines ca^ 
noniques de toutes fortes de crimes Se 
pour toutes fortes de perfonnes : ce qui 
montre > aufli bien que l'exemple du S; 



■^^^ 



DE l' £ G L I S E. 4$f 

infticuteur qui prèchoic par - tout où il 
paflbit > que fes compagnons 6c (es dif- 
ctples n*étoienc pas tellement concen^ 
très dans la retraite j qu'ils ne s'occu-* 
paiTent des fondions de la charité apof- 
tolique. 

Il avoit apporté d'Irlande Tufaee par- 
ticulier aux habitans de cette île 9 de 
célébrer la Pique ^ le quatorzième jour 
précis de la lune , 6c non le dimanche 
fuivantavec TEglife Romaine* Inquiété Bibi.pp. 
à ce fujetpar les évèques de France j il "î':'''!??' 
en écrivit au Pape S. Grégoire avec une 
grande liberté , 6c beaucoup plus d'at- 
tachement qu'il ne convenoit , pour un 
ufaee rejeté depuis long-temps par l'E* 
gliw Univerfelte , 6c tout-à-fait étran-* 
ger à l'Eglife où il vivoit. Ces lettres 
nr furent pas rendues. Il en écrivit d'au^ 
très a pluneurs évèquesdes Gaules , leutf 
témoigna qu'il avoit pris fon parti , 6c 
qu'en vain l'on tenteroit de le faire 
changer. Voyez , difoit -il , cequevoul 
ferez à de pauvres vieillards étrangers; 
je crois qu'il feroit plus expédient de les ^ 

confoler que de les inquiéter. Que vous 
demandé - je , finon qu'il me foit per- 
mis de vivre en repos dans ces bois au- 
près des os de dix-fept de nos frères qui * 

Tiv 



440 H I s T O I R s 

y font enterres ? Ne ferons-nous venus 
de Cl loin pour Tamour de Jéfus-Chrift , 
qu afin de nous voir chalTer par les évê- 
ques du lieu où nous le fervons ? Il eft 
difficile de juftifier > quoique dans un 
Saint, ce premier trait d'attachement 
â fon propre fens. Mais comme les 
aftres les plus lumineux , les plus brilr 
lantes vertus ont leurs tacnes & leurs 
cclipfes. S. Colomban écrivit une fé- 
conde fois à Rome, Se ne témoigna d'at- 
tachement à fon obfervance particulière» 
qu'autant qu'elle ne feroit pas jugée con- 
traire à la foi. 

Dans le même temp & le même 
genredevie,maisàram e extrémité du 
monde Chrétien , floriflbit S. Jean , fur- 
nommé Clymaque. Ainfi le nomtna-t- 
Gïï y du mot grec qui fignifie échelle , à 
caufe de fon traité de la perfection évan- 
gélique , qu'il intitula Echelle du Ciel > 
& qui tient un des premiers rangs entre 
les écrits des ancitr? afcetes. Jean fut 
abbé du monaftere du mont Sinaï , où 
il étoit entré dès Ta^e de feizc ans , & 
>dont on l'avoit force de prendre la con- 
duite après quarante ans de folitude. 
Son humilité avoit une grande répu- 
gnance à publier les produdions de fon 






fon 



DE L* E L I s s. 44% 

efprit. Il ne mit au jour fon excellent 
livre , qu*après bien des inftances réité- 
rées par l'abbé du monaftere de Raïche , 
qui lui fie craindre de réiîder à lefpric 
de Dieu , de d'encourir le châcimencdu 
ferviteur inutil<;. Cet ouvrage eil^com- 
pofé de trente degrés de perfection , ou 
pour foutentr l'idée figurée de l'auteur , 
de trente échelons , qui marquent l'en- . 
çhaînement progreflif des vertus , ÔC 
comme les diverfes ftations de la vie 
intérieure , depuis la fuite du monde 
6c du péché , jufqu au détachement pap 
fait de tous les objets terreftres. 

L'auteur joint aux .préceptes les exem- 
ples dont il avoit été témoin oculaire , 
en vifitant les célèbres monafteres de 
r Egypte. Rien n'y avoit paru plus ad- 
mirable à fes yeux que la parfaite fou- 
miffion des religieux confommés dans 
l'étude de la fagclfe , comme dans l'exer- 
cice de toutes les vertus , & qui , après 
quarante ou cinquante ans de profeft- 
fîon , obéifToient avec une (implicite 
d'enfant à quiconque les gouvernoit 
au nom du Seigneuu. Ce qu'il raconte 
des rigueurs de la pénitence que fri- 
foient près d'Alexandrie ceux qui étoient 
tombés y depuis leur profeilion , dan^ 

T y 



Si»' 






5..î.CUm. 

Sc.il.Saniii. 



441 H .1 S T O I H I * 

quelque péché grief , nous pardîtroî^ 
aofolument incroyable , fi nous en ju- 
gions par la lâcheté des pénicéns ordi- 
naires de ces derniers fiecles. 

Ily avoitpour ces premiers pénitens une 
habicaiiou- particulière > nommée la pri- 
fon, à un mille de diftance du grand mo- 
naftere. On ne s'y renfermoit que de fon 
plein gré : mais ceux qui s*y étoientainfi 
condamnés eux-mêmes , n*en fortoient 
plus , que Dieu n'eût fait connoître à 
l'abbé qu'il leur avoit fait miféricordd. 
11 n'entroit dans ce lieu, ni vin, ni huib, 
ni feu même ; nulle autre nourriture 
qu'un pain groflîer , &c quelques herba- 
ges. Le lieu écoit affreux , d'une 
obfcurité effrayante , d'une infedion 
révoltante pour toute perfonne qui n'eût 
pas été entièrement morte a foi - même. 
Il infpiroit , par le feul afpeâ: , la com- 
ponction 6c une falutaire triftelfe. Mais 
d€ peur que les fombres penfées n'y dé» 
géneradènt en défefpoir, le fupérieur par» 
ticulier d^ ces pénitens , homme d'une 
vertu & d'une expérience confommée ^ 
prenoit un très-grand foin d'écarter l'en* 
luii , en les tenant perpétuellement occu- 
pés. Dans les courts intervalles que leur 
l;ufroit une oraifon prefque continuelle. 



ils 
pall 
terj 
hei 



B E t* E G t I S f . 445 

ils ihertoienc en oeuvre des feuilles de 
palmier qu'on leur apporroit du monaf- 
cere. Telle écoit leur amufemenc, dans les 
heures de relâche. 

Dans leurs faintes ferveurs , les* uns 
pafToienc la nuit X Tair , ôc debout , fai-« 
fant violence à la nature , pour empê- 
cher le fommeil , & fe reprochant leur 
lâcheté , quand il les accabloit. D'autres 
avoient les mains liées derrière le dos > 
comme des malfaiteurs publics y & le 
vifage abattu , les yeux triftement pen- 
chés vers la terre , ils crioienc qu'ils n'é- 
toient pas dignes de reairder 1^ Ciel , 
ni d'adrefler la parole a leur Créateur. 
Plufieurs ét.endus par terre , dans la cen- 
dre arroféede leurs larmes, fe tenoient 
le vifage entre les genoux , pour cacher 
leur confufion , ôc faifoient tous leurs 
effors pour étouffer leurs foupirs ôc leurs 
gémiflfemens. Bientôt n'en écan»- plus les 
maîtres , ils éclatoient tout-à-coap en 
fanglots ; ôc regrettant leur première 
innocence , ils poufToient des cris pareils 
aux rugifïemens d'une lionne i qui l'on 
a ravi fes petits. Quelques-uns , tous 
femblables a des ftatues immobiles, l'œil 
ouvert & fixe, paroiffoient comme abru- 
tis par la douleur. Mais quel efl le cosut 



I .; 



X s T O I R E 






444 H 

oSez dur , ajoute S. Jean Climaque 
à ce tableau dont il portoit par-tout la 
profonde empreinte 'y quel eft le marbre 
ou Tairain, qui n*eût été attendri par les 
accens que la plupart faifoient retentir ? 
Confîdérant en eux-mêmes» de quel haut 
point de vertu ils étoient tombes y qu'eft 
devenue , s*écrioient-ils » l'ancienne 
beauté de notre ame , 6c l'éclat de notre 
première ferveur ! Où fonc-ils, ces heu- 
reux jours , dont nous ne nous fouve- 
nons qu'avec amertume ? Qui nous re- 
mettra dans cet état d'innocence Se d'in- 
tégrité y où le Tout-puifTant habitoit 
avec nous , & nous regardoit avec com- 
plaifance ? En proférant ces plaintes lu- 
gubres , deux torrens de l^mes )aiilir> 
loient de leurs yeux, & plufieurs en 
croient devenus prefque aveugles. Ils 
4lemandoient à hante voix , comme de 

frécieufes faveurs, d'horribles maladies^ 
épilepfîe , la paralyfie , la privation de 
tous leurs fens ^ de tous leurs membres» 
avec les fléaux les plus épouvantables qui 
puflènt les accabler pendant la vie, pour- 
TU que le Juge fuprême leur fît grâce a 
la mort. Quelquefois ils fe difoient l'un 
à l'autre : Croyez-vous, mon frère, que 
Aous obtenions enfin miféricorde l 



9 1 L*E G L I $ I. 445 

Croyez-vous que nous parvenions un jour 
i riieureux terme, où rien de fouille n'en- 
trera ? Ne comptons que fur la clé- 
mence de notre Dieu j ne cédons de 
mortifier, crucifions fans pitié une chair 
impure ôc meurtrière , qui a donné la 
mort à notre ame. Leurs genoux écoient 
couverts decalus auflî durs que ceux des 
chameaux, leurs yeux horriblement en- 
foncés , leurs joues fillonnées ôc à demi 
rongées par l'ardeur brûlante de leurs 
larmes ^ enfin leur fein tout meurtri fous 
le caillou dont ils fefrappoient fans ceffç, 
leur faifoit quelquefois vomir le fang en 
abondance. >; 

Tel étoit encore l'efprit de pénitence, 
du temps de S. Jean Climaque , c*eft-à- 
dire à la fin du fixien^ flecle y puifque 
le Pape S. Grégoire lui écrivit , pour fe ^^^ j-j^ 
recommander à fes prières , dont on u. 
connoifToit le prix jufqu*aux extrémités 
de l'Occident : la lettre efl au plutôt de 
Tannée (îoo, durant laquelle S. Jean Cli- 
maque étoit encore abbé. Il quitta cette 
place , fur la fin de fes jours , fe recirri 
dans la fbiitude où il avoir mené autre- 
fois la vie d^anachorete , &y termina fa 
fainte carrière , en travaillant aVec uns 
nouvelle ardeur à la grande oeuvre de fà. 
propre perfe<5^ion. 



44"^ Hi s T A X & 1 ' 

Parmi tous les travaux ôc les fblllci' 
tudes du miniftere pontifical » S. Gré- 
goire ii*avoit jamais perdu de vue l'objet 
qui le toucha fi fort , avant même que 
d'être élevé au pontificat , je veux dire 
la converfion des Anglois , à laquelle on 
lui a vu dévouer fa propre personne : il 
prit fon temps 6c fes mefures , afin de 
mieux affurer l'exécution de cette grande 
entrcprife. Il avoit dans les Gaules un 
adminiftrateur des biens qu'y poflëdoit 
l'Eglife Romaine. En lui preferivant fé- 
lon fa coutume Tufage précis de ces re* 
venus , qui s'employoient régulièrement 
en œuvres de charité fur les lieux , il 
chargea cet adminiftrateur , qui étoit 
prêtre Ôc fe nommoit Candide > d*ache* 
ter dç jeunes captifs Anglois , de les 
mettre dans des monafteres , ôc de les 
faire inflruire parfaitement des principes 
delà religion. C'étoit autant d'ouvriers , 
qu'il prétendoit préparer pour la miffîon 
d'Angleterre. 

L'an 596 , il fit partir pour cette îl« 
chérie , Auguftin prévôt de fon monaf- 
tere de S. André de Rome , avec quel- 
ques autres religieux. Il les recommandi^ 
par fes lettres à plufieurs évêques des 
Gâules qu'ils dévoient trouver fur leur 



i>i L'Eeiisi. 447 

route, entr*autres, à Pelage de Tours fuc- 
cefTeur du S. Evêque Grégoire mort de- 
puis quelque temps , ôc à Pallade de 
oaintes. Nous remarquerons enpafTanc» 
que le Pape envoyoit à celui-ci des reli* 
ques , pour quatre autels d*une même 
eglife qu*on venoit de bâtir , & qui en 
avoit jufqu a treize : exemple f are alors. 
Le Pontife ne manqua point d'écrire à 
la Reine Brunehaut > & aux jeunes Rois 
fes petits- fils , tant pour ménager leur 
protedion auprès des Rois d* Angleterre , 
que pour procurer à (os miffionnaires 
des coopérateurs parmi les prêtres fu- 
jets des Rois de France^ Les trancs étant 
fbrtis de la Germanie > auflî bien que les 
Anglois > 6c parlant à peu près le même 
langage , ils étoient les plus propres à 
traiter avec ces voiHns. Dans cette lettre , 
ôc dans quelques autres du même Pape , 
on voit quelle idée oii avoit dès-lors k 
Rome de l'Empire François. Le S. Pape 
dit à Childebert , qui régnoit à la vérité 
fur prefque tous les peuples de la domi- 
nation Françoife, qu'il eft auflî élevé par- 
deflus les autres Rois , que ces Rois le 
font pardefTus les autres hommes. 

Les Anglois ôc les Saxons , paflfés des 
bords Germaniques dans laGrande-fire- 



44» 



Histoire 



tagne environ cent cinquante ans aiipa* 
ravant, y avoient établi pliifieurs royaur 
mes , dont celui de Cant étoit le plus 
puifTant. £thelebert fon cinquième Roi , 
qui le gouvernoit depuis trente-fîx ans , 
"avoit épouie une princelTe Françoife, 
nommée Berthe , HUe du Roi Chére^- 
bert. La «religion des deux époux étoit 
bien différente \ puifque le Roi adorotc 
encore les idoles. Mais la Reine devoit 
avoir le libre exercice du Chriftianifme 
pour fa maifon \ à quoi elle ne fe borna 
' point. Souvent elle parloit de nos faintes 
vérités au Roi fon mari , & fe fervoit de 
tout l'afcendant de fa tendrelfe, pour l'at- 
tirer à la foi. C'ctoit le deftin des Prin- 
cedès de France de tirer les nouveaux 
conquérans de l'Europe, des ténèbres de 
l'idolâtrie & de l'héréne. Mais le moment 
d'Ethelebert n'étoit pas encore venu. Il 
reçut les miflîonnaires avec bonté , fut 
même curieux de les entendre , & fe ren- 
dit à ce delfein dans l'île* de Taner , fur 
la côte de la province de Cant où ils 
avoient aborde. Mais il voulut tenir l'au- 
dience en pleine campagne, par un vieux 
préjugé qui lui faifoit craindre , qu'en 
refpiraiit le même air que lés prédica- 
teurs du Chriftianifme dans un lieu fer- 



t) I i' £ c 1 I S i: 449 

mé ) ils ne vinfr^nt à Tenchancer par des 
opérations magiques. Lc^ miracles s'o- 
. péroicnt encore fréquemment dans cet ' 
conjonctures , où il étoit queftion d*é« 
vangélifer de jour en jour de nouveaux 
Barbares ^ 6c ceux-ci les attribuoient » 
comme les premiers ennemis de TEvane 
gile , aux opérations de la magie. . 

Cependant les miflionnaires airîvc- Cffg.Tor. 
rent en ordr'^ de proceiiion, portant une n. 
croix d'areent avec rim^,g«ciu Sauveur , 
chantant des litanies, demandant à Dieu i/ ' 
le falut des peuples pour lefquelsils ve- 
noient de fî loin. Le Roi les fit aireoir , 
pour les entendre à loifir. Nous vous an- 
nonçons , lui dit Auguilin , la plus heu* 
reuie de toutes les iiouvfslles. Le Dieu 
cout-puifTantqui nous envoie, vous offre 
par notre oreane un règne fans fin , «i' • 
compagne d une paix ec d'une joie inal- 
térable. Pour vous en afliirer la pofïef- 
(lon ) il ne s*agit que d*en faire hom- 
mage à ce Maître fuprême qui a fait de ' 
rien le ciel , la terre , & tout ce qu î!$ 
contiehncnt. Voilà de belles promeffes» 
dit lé Roi y mais comme elles me "pa- 
roitïènt incertaines , je nepuis abandon- 
ner pour elles ce que j'ai obfervc fi long- 
temps > avec toute la nation des Anglois. 



45<^ Hi s T o I R 1 

Toutefois Cl d*autL'es les trouve m bîeri 
fondées, je ne prétends pas les priver des 
avantages que vous y attachez : attirez à 
votre religion tous ceux que vous pour- 
rez perfuader. Puifque vous venez de (ï 
loin par amour pour nous , & dans Tin* 
tentionde nous faire par: de ce que vous 
croyez de plus vrai êc de meilleur ^ loin 
de vous maltraiter , je vais vous faire 
donner tout ce qui eft néceiTaire pout 
votre fubfiflance. 

On fournit en effet aux millionnaires 
toutes les chofes convenables , avec un 
logement dans la ville de Dorovern , ca- 
pitale du royaume de Cant , Se qui fut 
noniinée dans la fuite Cantorberi. U§ 
p^aricjuerent lamanierede vivre des Apô- 
ir«s Ôc des premiers Fidèles , ne recevant 
que les chofes indifpenfablement nécef» 
ïaires à la vie , jeûnant & priant d'une 
manière fi édifiante , qu*un grand nom» 
bre de ces infulaires méditatifs; ôc 'judi^ 
deux , touchés fur-tout par cetre prédi- 
cation muette du bon exemple , deman* 
derent le baptême. Le Roi ravi lui^ 
tnème de la pureté de la vie des miflîon** 
naires , Ôc reconnoifTant la folidité*de 
leurs promnfTes aux miracles qu*ils fai- 
Ibient pour les confirmer , crut enfin , 



r 

n E l' E L I s E. 451 

de Fucbapcifc : après quoi, les converfion' 
s*opérerenc en roule. Echeleberc en avoi^ 
la plus grande joie : mais il ne concrai«> 
gnic perfonne j parce qu il avoir appris 
des Romains , que le lervice de J. 
doit erre volonraire. 11 Ce concenroït « 
témoigner de la confiance ëc une 
veillance particulière à ceux qui proie 
foienc la même religion que leur aouve-* 
rain. 

Auguftin repafTa en France , & fuc 
ordonné évêque par S. Virgile d* Arles 
Vicaire du Pape dans les Gaules. Il y 
avoir à Cancorbéi lune ancienne églife» 
baciepar les Romains : le nouvel Evèque 
la'dédia , fous le nom de S. Sauveur , en 
fit la métropole , ou plutôt la primatie 
d'Angleterre ; ôc le Roi la dota magni* 
fiquement. Tous ces événemens nepou- 
voient manquer de combler de conlola- • 
tion le S. Pape Grégoire. Augudin les 
lui manda par le Prêtre Laurent ôc le 
Moine Pierre > qu'il fit partir auili toc 
pour Rome; 3c par la même voie , il 
confulta le Saint Père , fur plufieurs arti- 
cles relatifs au régime de la nouvelle 
chrétienté. 

Laurent ne revint que trois ans après ; 
mù& avec un renfort d'ouvriers apofto- 






^. ^^ 




IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



l.l 



LilM 125 

lï 114 ■" 
2.0 



■u 



lU 

L25 iH U 116 



I 



0% 







V 




Photographie 

Sciences 

Corporation 



29 MfST MAIN STREfT 

WEBSTER, N.Y. 14580 

(716)872-4503 








•K 




ffX 



#•• 



'45> H I s t o t n « 

liques, qu'on avoir préparés durant cet 
intervalle. Il éroit chargé de lettres pour 
le Roi &: la Reine des Anglois , pour 
Brunehaut dont le Pape loue extraordi* 
nairement la foi êc la religion ^ pour les 
Rois fes petits-fils , & pour plufieurs évè- 
aues de France , auxquels il recomman- 
Goit inftamment la miffîon d'Angleterre*. 
Dans la lettre â Auguftin , il commence 
par le féliciter desfuccès de fes travaux ; 
ipîft. puis il ajoute : Au milieu de taiit de 
fujetsde joie^ ne ceflez pas de tremblef , 
mon très-cher frère. Dans les merveilles 
que le Seigneur daigne opérer par vos 
mains , fouvenez-vou^ que quand les 
difciples difoienc avec tranfport à leur 
divin Maître que les démons leur obéiA 
foient en fon nom 9 il leur répondit : 
Ne vous réjouiffh^ pas de cette puijfance ; 
mais feulement de ce que vos noms font 
infcrus au Ciel. Songez , ajoute le Saint 
Pape , que ces grâces d'éclat ne font pas 
des grâces pour vous \ Se que comme 
cous les élus ne font pas des miracles , 
tous ceux qui en font ne font pas du 
nombre des élus. Tandis que le Tout- 
pui({ànt agit' au dehors par votre minif> 
tere , jugez- vous févéremenC en votre in- 
lérieur. Ràppellez-vous toutes les fautes 



DE L^ E o t I S I. 455 

que vous avez commifes , afin de rcpri- 
tner l'orgueil qui pourroic s'élever dans 
yorrecŒur. £ncre les preuves fans nom^ 
bre des miracles de S.Auguftin en An-> 
glecerre , il n*en eft point de plus con« 
vaincances que ces avis férieux de U 
parc de S. Grégoire.^ 

11 répond epfuite « fur les articles de 

la confultation qui lui avoit été adrelfée » 

qu'on doit partager les revenus de TE-* 

glife en quatre portions^ la première 

pour l'évêque qui eft obligé à Thofpita- 

lité^ la féconde pour le clergé; la troi<i> 

tieme pour les pauvres , 6c la quatrième 

pour les réparations. Pour vous , ajoute-^ 

t-il, qui avez (fontradfcé & qui ne devez 

jamais oublier les engagemens de la vie 

monaftique , ayez foin d'établir dans la 

nouvelle Eglife des Anglois » la vie 

commune, à l'exemple des premiers 

Fidèle^. Voilà pourquoi fans douce , à 

Cantorbéri , & en bien d'autres Eglifes 

^ l'Angleterre , les moines tenoient la 

place des chanoines. S. Grégoire ordonne 

auffî , ôc dans les termes les plus fort$ > 

queles foudiacres , comme tous les ec-* 

cléfiaftiques qui font dans les ordres fa^ 

crés , gardent relizieufement la conti* 

a^nce» Spn ancçnçiQn finguliçre fm: ce 



' w. 



454 H I s T o X Ê. E f • 

point provenoic de Tabus contraire, qu'il 
venoit de réformer dans i*£glife de Ca-> 
tanè en Sicile. Aujguftin. étant encore 
feul évêque d'Angleterre , le Pape lui 
permet a en ordonner d autres, lui feul , 
|ufqu*à ce que la difcipline générale 
puiàe être mieuxobfervée. Alors on s'af- 
femblera trois ou quatre , dit-il , pour 
l'ordination ^ comme dans le monde 
on aiïèmble des perfonnes déjà mariées , 
pour prendre part à la joie des noces. 

C'eft un crime , pourfuit le Pape dans 
fon inftrudfcion, d'époufer là femme, 
tant de Ton frère que de fon père : ce- 
pendant les deux frères peuvent époufer 
les deux fœurs. Mais quoique la loi Ro^ 
maine permette les mariages des cou- 
fins- germains , TEglife qui compte ce 
degré pour le fécond , les iî dit févé* 
rement ^ en accordant .néanmoins la 
permiffîon de fe marier, au troifîeme 6c 
au quatrième degré. Les maris doivent 
s'abftenir de leurs femmes , tant ^l'ellep 
alaitent leurs enfans, comme il eftdu 
devoir maternel de le faire. Il n'y a 
point de temps réglé , où la femme , 
après fes couches , foit obligée ftridbe- 
ment de s'abfenter de Tégliie. Pour les 
temples des fau^t Dieux > le Pontife tieà 



.^^i'- ; .;i»^ 



1>E L*£0LISI. 45^ 

pas d'avis qu on les abatte j mais qu*a« 
près les avoir purifiés» on les faife paiTer 
du culte des démons à celui du Sei- 

Î;neur. £t parce que les Idolâtres, dans 
eurs facrihces ,. immoloient beaucoup 
de viâimes dont ih faifoient des feftins^ 
il confent qu aux fètes des Martyrs 6c 
des autres Saints , les Anglois convertis 
prennent des repas modeftes , fous des 
loges de feuillage dreffées autour des 
égïifes 'y afin , dit-il , que par des ré- 
jouiffances ufitées , mais innocentes , on 
leur infpire infenfiblement le goût d*unè 
joie intérieure & toute célefte. On ne 
doit pas oter tout d'un coup à des efprits 
durs j leurs anciennes coutumes j comme 
on ne parvient pas à un lieu fort élevé 
en fautant > mais en montant pas à pas. 
Auguftin avant reçu ces inftrudbicns^ 
établit des éveques à York, à Londres, 
& dans quelques autres^ endroits. Le Roi 
£thelebert,conftantdans la foi qu'il avoir 
embrafiee après de mûres réflexions , y 
perfévera avec édification jufqu à la fin 
de fbn règne , qui dura encore plufieurs 
années, 6c qui fut très > heureux. Le 
Pape S. Grégoire , de fon côté , ne ceffa 
toute fa vie de prendre le même inté* 
rèt i ces Eglifes naiilantes , que Ci fon 
attention n'eût pas été partagée entre les 



m" 



•.••%'i-: 



'-%. 



^45^ Histoire 

foins de coûtes les autres Eelifes. Maigri 
cette application continuelle aux devoirs 
de là papauté , il . remplifîbit ceux d'é- 
vèque , comme s*il n'eut cté chargé que 
^ d*un feul diocefe. Pendant tout le cours 
de fon pontificat , il ne cefTa de regar- 
der lobligation d'inftruire , comme la 
plus indifpenfable , ni d'adminiftrer la 
parole par lui-même. Il ayoit d'abord 
compolé une fuite de quarante home* 
lies fur les évangiles ordinaires , qu'on 
lifoit dès-lors à la méfie dans le même 
ordre qu'on les y lit aujourd'hui. Il en- 
treprit enfuite d'expliquer au peuple les 
prophéties d'Ezéchiel : matière conve- 
nable au malheur des temps , 6c non 
moins afibrtie au goût de l'Orateur, qui 
ramenoit volontiers le texte facré au 
fens moral. Les trois premiers chapitres 
fournirent d'abord douze homélies à la 
fécondité de fa plume. Mais comme on 
appréhenda qu'il ne pût expliquer de la 
forte la fuite de l'ouvrage , on le pria 
d'entreprendre la dçrniere partie » qui 
concerne le rétablifTement du temple de 
la Sainte Cité ;, Se qui devoit être la 

Î>lus confohnte. Il fit encore dix homé- 
ies fur cette matière , quoiqull n'en 
ait expliqué qu'un chapitre. Le touchant 



/ 



nen 
:hant 
lateur 



' I» e l' E G L I s 'K. 4^ 

Orateur écoic Ci goûté » qu'on copioic 
fes difcours ^^andis même qu'il les pro- 
notxçoic 

Ses Dialogues ne furent pas reçus avec 
moins d'emprelTement : car il ne fe 
contQntoic pas d.*inftruire de vive voix ; 
mais fe croyant redevable aux Fidèles 
de tout ordre 6c de tout pays , il cher* 
choit à les inftruire Ôc à les édifier en 
toute manière. Il compofa les Dialogues, 
â la prière de fes frères » c'eft-^L-dire » 
des clercs &def religieux avec lefqueis 
il vivoit ^miliéremenf. On racontoit 
beaucoup de miracles faits en Italie dé- 
fais un cenain nombre d'années ; ôc les 
perfonnes d'une piété folide fouhai" 
toient ardemment d'en tenir le recueil 
du S. Pontife. Il regardoit lui-même 
cette colleâion de raits merveilleux , 
comme beaucoup plus propre que les 
diflertations favantes ëc tous les raifon- 
nemens , à perfuader les Infidèles qui 
reftoient en Italie, prefque tous férfs 
ruitiques , ou foldats barbares 6c ignô- 
rans. En effet , elle fervit d'autant plus 
efficacement â la converfion des Lom« 
bards , qu'ils connoifibient par eux-mè* 
mes la vérité de la |^upart de ces pro- 
digçs, opérés depuis peu lor des geni- 
TmcFL Y 



■ • ■.ii»"v' 



4tS H X s T O I H B 

de îeur naeioii. Cec ouvrage fut reçu 
de tout le monde avec des applaudiite* 
mens extraordinaires , 6c il a été eftimé 
invariablement» pendant huit à neuf fie- 
clés. Pour démentir le refpeéb de toute 
Tantiquicé» ou du moins pour porter 
Tatnenume de la cenfure julqu à la dé* 
ri (ion êc au mépris > il ne ralloi:t pas 
une moindre imprudence que celle des 
héréfies qui fe font élevées contre le ce-' 
Ubac religieux ôc les plus pures obfer- 
vances cie la pcrfëdbion chrétienne : 
mais leur haine > trop vifîblement in- 
téreiTée , fe décrie elle - même. Saint 
Grégoire leur feroit moins odieux » 
s'il n exaltoit dans fcs dialogues une 
multi^ide de faints perfonnages. qui 
avoienc trouvé leur famteté dans la vie 
iiionaftique » & s'il n'y conftatoit la 
croyance des points capitaux.de doc- 
trine y contre lefquels nos fchifmatiques 
réformateurs ont fait leur tardive ôc fa- 
crilége , proteftatlon. Les yerms.& les 
miracles du S. Patriarche des cénobites 
deTOccident remplifTent tout le fécond 
livre de ces pieux dialogues. Dans le 
quatrième > principalement emplpyé â 
prouver rimmortaitté dé l'ame ^Jie faine 
doi^ur enfeigne , qu'il^ y a un purga- 



,>..>, 



. « 

D E 



L*E C L I 8 t. 45^ 

totre > pour purifier par le feu lésâmes 
des dérunts oes moindres fouillures » Ôc 
pour expier ce qui ne l'a point été par U 
iatisfa^ion. 

Mais ce qui indifpofe encore davan* 
rage les Proceftans centre S. Grégoire , 
c*eft l'ouvrage quHl intiù)le le Sacra- 
xnentaire , Se qui forme le recueil des 

Î^ricres êc dçs cérémonies que doit faire . 
e prêtre dans l'adminiftration des fa* 
cremens Se la célébration du S. fkcrifice. 
Le Pape Géld*e avoit déjà fait la collée-' 
tion des me(Iès de toute i*année. Mais 
S. Grégoire , après plufieurs retranche- 
mens de quelques additions , mit le joue 
en un volume > qui eut alors la plus 
grande célébrité » & qui lui a fait at- 
tribuer tout l'ouvrage. Il n'en t ft point 
qui faffe mieux fentir tout le refpeéb 
qui eft dû à nos faintes folennités , 
quelques minutieufes qu'en puifïènt pa* 
roître certaines bbfervances. On les voie 
révérées & pratiquées religieufement 
dans la plus naute antiquité. L'ordre Ôc 
les priflltes d'aujourd'hui font prefque 
les mêmes, qu'aux temps lés plus reculés» 
Nous chantons encore a rintroït un ver* 
fet du pfeaume qu'on chantoit autrefois 
tont entier. On a fait le même chan- 

Vij 



4^0 H I s T p f R.S 

^cMneot i i*offertpir^ ^ à I2 commu- 
nion ; parce que les cotninumons moin$ 
nomprej^riss > dans nos meffes dçveiiue^ 
plus fréquences » ne demandent plus I9 
ineme çipace de temps qu'autrefois ; 
non plus que r.intrQÏt 9 qui fe difoi^ 
anci^bnemént , tandis que le peuple en* 
croit d^n$ lePlieu fajin^ ^ Ôc qu'un nom- 
breux clecgé ç'ayançoic majelcueufemenp 
vers rauceX Aujiniçcélébrancdonnoie-il 
le iîgnal pour chan^çr le gloriaPatri du 
Pf. quand couc étoicprcc, Cépoienc l^s Fi^ 
deles qui ofFrçienc le pain & le yin pour 
la cpnlccracion , & qui faifoienc ce pain 
cux-mènies. A cecce Qccaûon, une damç 
Romaine ^eceyanc un jour la commU* 
nion de la main de $. Grégoire^ ne 
pue ç'empècher de fovtpire en encjpndanç 
nommer corps de- Jefus-Chrift ^ le pain 
qu'elle avoir fait de jfips mains.. Mais 
le Saint voulanj: ^rmir la foi chan- 
celante d'une Chrétienne fi foible , ^ 
garder l'hoftie , fe mit çn prières , puis 
ja lui moptiz changée en çliair ^ a la 
vue d^ touf lé monde. Pou^ Jte canoii 
de ')a meiï^ > pn le lit encore dans le 
facramentaiice de S. Grégoire , tel mot 
pour mot que nous le recitons aujourr 
'4*huit ^xcepté ces feules paroles , diefq{if 



Ai L* E^ G L I s t. 4^1 

é 

i^ojlros in tuâ pacc difponas j qu'on croit 
âu'il ajouta à la féconde orailon > pour 
demander la paix au Seigneur , dans ces 
temps de trouble 6c de calamité. Il n'y a 
guère plus de différence entre notre ' 
canon ôc celui qui fe trouve dani un 
traité des facremens qu'on attribue 
â S. Anibroife y Ôc qui eft incontefta- 
blement très-ancien. Comme les meifes, 
êc fur-rbut les meiïès fblennelles étoient 
beaucoup moins fréquentes alors qu'au- 
jourd'hui , on avbit marqué les églifes 
où l'office fe devoir célébrer en ces 
jours , ôc même chaque jour du carême 
6c des quatre-temps. Telle eft l'origine 
des dations , réslées pour Rome dans le 
facramentaire de S. Grégoire > conmie 
elles le font encore dans le miffel Ro- 
main. Il faut obferver que les fètes des 
Saints fe célébroient toujours dans les 
églifes ou repofoient leurs reliques. 

On verra fans doute avec plaifir , 
comment on diftribiia pou i ces dations , 
tant les eccléiîafliaues que les églifes de la 
capitale du monde chrétien. Cette ville 
immenfe avoit été divifée par l'Empereur 
Au^fte en quatorze régions ou quartier: : 
ihais dans l'ufage eccléflaflique on n'en 
comptoir que fept , entre ierquelles on 

iij 



4^1 H I I T I R I 

parcAffea les iglïhs 6c le clergé. Aiufi 
coiu Tes clercs iervant tour i tour cha- 
aue jour de la (emaine » ceux du troi- 
lieme quartier étoient de fervice le di- 
manche > ceux du quatrième » le lundi » 
& ainfî de fuite. Il y avoit à Rome 
quatre fortes d*éelifes ^ les patriarchales 
nommées particuuérement bafiliques » au 
nombre de cinq > S. Jean de Latran > 
S.Pierre du Vatican, Sainte Marie-Map- 
jeure » S. Laurent hors de la ville , Ôc 
SteCroix de Jérufalem; le^ titulaires» au 
nombre de trente dès la fin du cinquième 
iiecle^ ôc quiétoientproprementlespar 
roiffes gouvernées par despr&tres dont le 
chef fe nommoit Prêtre CardinU i àc à, 
quelques éoardsrépondoit àce que nous 
appelions Curé ; les, diaconies , où il y 
avoir des bureaux pour ladiftri^tiondes 
aumônes >gouvernéesibus Tarchidiacre, 
par les fept diacres régionaires » un pour 
chaque région , Se par unadminiftrateur 
temporel , nommé le Père de la diaco- 
nte> Ôc qui devoir rendre compte auPon- 
tife. S. Grégoire vouloir quib fuHênt 
clercs , Ôc exempts de la jurifdi6bion fé- 
culiere ^ afin que les laïcs n'eulTent au- 
cune occafion aenvahir le bien des pau- 
vres. Outre les fept diacres régionaires j^ 



» I 



E L I B I. 



4<^ 



il V en avoir d'autres dans les ^gUfes ri- 
cuiaires » fous la dépendance cm Prècré 
Cardinal. Enfin les oratoires ou chapel- 
les, oui n*a voient régulièrement ni prêtre 
en titre, ni office public, fe trouvoicnt 
la plupart dans les cimetières ^ (k l'on y 
envoyoit un prêtre , quand on jujgeoit 
À propos d'y Taire célébrer. Il y avou des 
oratoires dans quelques mai fons particu- 
lières 'y ôc quelque? oratoires auili , faif- 
faut exception à la règle générale, 
avoient un prèrre titulaire pour y célé- 
brer la 'menfe , quand le fondateur le fou* 
haitoit ; ou à certains jours de dévotion, 
qui y atciroient im grand concours de 
hideles. Ces oratoires étoicnt des efpcces 
de titres d'un fécond ordre. 

Outre les rits du facrement Ôc du fa- 
crllicede rEHchariftie , on trouve dans 
le facramentairedeS. Grégoire, drdans 
le livre des Rubriques Romaines , qui 
eftau moins de fon temps i lesccrémo^; 
nies du baptême, de l'ordination, des pro- 
cédions publiques & des litanies, avec 
la bénédidtion des cierges, des cendres , ' 
des rameaux , & plufieurs autres prati- 
ques refpedbables par leur antiquité , 
comme par la piété qu'elles infpirent. Il 
y eut cependant des murmuratcurs q'ii 

V iv 



I I 



Toan. Di^c 
lit c. 6. 



4^4 HlSTO«RB 

accufereiic le Pape Grégoire , de faire 
injure à l'Eglife Romaine , en adoptant 
les uf^iges de FËgiiiê de C» P. Mais ilfit 
voir, que, fans imiter la Nouvelle Rome» 
dans ce qiii paroidbir jiouveau , il na- 
voit rétabli que les anciennes coutumes» 
Sur ce qu'on parut craindre enfnite,que 
lei tarées ne ie ptévaluffent de ce pro^ 
cédé 'y qui doute , répliqua-t-il , que 
ceçte Ëglife ne foit foumife au S. Siège , 
coninieTEmpereuv-^ TEvêque deConf- 
cantinople le déclarent en toute occa* 
iîon. Si cette ville, ou toute autre moins 
coniidérable a quelque bonne pratiqué 
qui lui foit particulière , )e fuis prêt i. 
imiter jufqu'au d^^rnier de mes inférieurs^ 
Le dédain ou TindifFérence ne fait pas 
la prééminence j i& le bien ne connfte: 
pas dans le mépris de ce qu'on peut ap- 
prendre de meilleur, ' 
• Enfin ce grand Pape necrut pas fe ra»- 
valer » en réglanr le chant de TEglifei 
& c'eft de lui que nous tenons ce qu'on 
appelle encore de fon nom léchant Gré- 
gorien. . Pour cela , il étabKt à^Rome 
une école de chantres , qui fublîfta plus 
de trois cents ans après lui. Tout accablé 
qu'il croit d'affaires & de travaux , il 
eniployoit des heures entières à faisa 



>•*. 



•♦^ 



D t 



apr 



l' £ G L I s I. 4<î5 

chanter les jeunes clercs , quilanîthoic , 

Î[ti'il accompagnoit , qu'il menaçoit af- 
ez fouvent , dit - on ,, rinftrument de 
la corredion à la main. 11 avoit le 
goût exquis, 6c Toreille d'une jaftefTe 
parfaite* Toutes les. Églifes fe faiforent 
uii plàidr d'adopter foncliant. Les Gau- 
lois regardèrent comme une faveur, d'ê-; 
tre infti;uits par des élevés de fon école , 
dui pafTerent par les Gaules avec les mif- 
uonnaires de l'Angleterre. Le Diacre 
Jean qui vivoit dans le neuvième (îeclè , 
dit avoir vu , avec l'original de Tantipho- 
lïiet du Saint qu'on gardoit encore , le 
lit de repos où il fe mettoit quand il fai- 
foit chanter les enfans , & linftrument. 
dont il les menaçbit. 

Pour fuffire à tant d'occupations diffé- 
tentes , il devoit jouir au moins d*une 
fanté inaltérable. Mais il éprouvoit tout 
au contraire de perpétuelles infirmités. 
C'étoit un gros ôc grand corps , comme 
il le dit dans fes lettres , qui n avoit que 
les apparences de la force. Stl complexion 
délicate avoit encore été altérée par. fes 
pénitences excèflîves , long-temps avant 
fon pontificat ; en forte qu'il étoit réduit 
à la nécefllîté , iî onéreuie à fon auftère 
vertu ^ de prendre fouvent de la nourri -- 
•.. Vv . 



■^: 



j^6ô H I s T O^ I H B 

ture, mais peu à la fois. Il écoit encore 
tourmenté habituellement par unegoutce^ 
fi violente» qu'on craignoit fouvent pour 
fa vie. 11 y a près de deux ans^, écrivoit* 
il l'an ^oo à S. £uloge d'Alexandrie > que 
je fuis retenu au Ut , avec de fi grandes 
douleurs aux pieds» qu'à peine les jourfi^ 
de fêtes puis-)e être levé pendant trois 
heures., & célébrer l'office. Au(fî-t6c 
après , la violence du mal m'oblige à me 
recoucher. Il a fes degrés, plus ou moins 
cruels : mais il n'eft jamais aHTez médio- 
cre pour me laiffer goûter le plaifir de vi- 
vre , ni adez exceifif pour me procu- 
rer la confolation de mourir. Il y a long*^ 
temps , écrivit-il l'année fuivante, qu'il 
n'eft plus queftion de melever. Quand 
la goutte me quitte , un feu dévorant fe 
répand dans tout mon corps , porte les 
convulfîons ou la défiûllance dans chacun 
de mes membres, &affeâe jufqu'à mon 
courage. Je fens tant d'autres inconuno- 
dités , que je nepuis les fpécifîer. £n un 
mot, toute la maffè de chùr que j'anime à 
peine , eft tellement imbibée de mali- 
gnes humeurs , que la vie m'eft un fup- 
plice. J'attends &defire la mor^ comme 
mon unique remède. 
Mais le Seigneur, pour épurçr encore 






D 1 J £ G L X S C. 4^7 

davantage la vertu de fon ferviceur , lui 
envoya une peine d'efprit , dont la feule 
perfpeéèive lui fut plus fenfîble que tou- 
tes les foufFrances du corps. Heureufe" 
ment, elle n eut prefque point d'autres 
fuites , que les premières alarmes. UËni-' 
pereur Maurice étoit juftement cher au 
Saint Pontife, pour les tendres liaifons 
qu'ils avoient depuis long-ntemps enfem- 
.ble , & plus ençpre pour le zèle de ce 
Prince à foutenir & à procurer tout ce 
qui tendoit au biendeTEglife. Cet Em- 
pereur donna cependantune déclaration, 
portant défenfe à ceux de fes fujets qui 
avoient exercé des charges publiques ^ ou 
qui croient enrôlés dans la milice , d'em- 

. brailèr la vie monaftiqne. Le Pape fut 

• extraprdinairement amigé d'un ordre 
qui lui fembioit fermer La porte du fa^ 
lut à un grand nombre de Fidèles ; fit de v 1 1 . i 
vives remontrances , êc néanmoins fe '-^i*'^! 

^foumit préalablement à Tautorité qui 
avoir droit fur les chofes de cet ordre. 
Ceft ainti qu il s'en exprima ; & il en- 
voya lui-même le refcrit impéuial dans 

i les différentes provinces. Ce qui éditia 
tellement l'Empereur , qu'il modifia ùyn 
ordonnance , & défendit feulement. de 
recevoir dans les moiiafteres les honimes 

.' Vvj 



iz. 



^69 H r s T ô I R 1 

engagés dans les affaires publiques » avant 
qu'ils euffent rendu leurs comptes. Quant 
aux geiis de guerre , il ordonna de bien 
•examiner leur vie , & de ne les admettre 
si la profeffîoa réeuliere , qu^après les 
avoir éprouvés pendant trois ans dansleurs 
habits féculiers. Telie étoit la règle gé- 
nérale, autrefois établie par les Novelles 
de J.udinien. Mais S* Grégoice fe con-^ 
tentoit de deux ans de probadon y pour 
les conditions ordinaires.. Pour les gens 
de guerre , il ne diminuoit rien des 
trois ans, & cecommandoit que pendant 
tourcetempson éprouvât foieneufement 
leur vie ôc leurs mœurs, de peur que 
quelqu'un d*entr*eux ne fe repentît dans 
la fuite , du parti qu'il auroit embraifé. 
Maurice & rendit beaucoup plus cou- 
pable pai^ un trait de dureté , auflî fu- 
nefte dans fes- fuites , que difficile à con- 
cilier avec le caraâere tendre ôc bien- 
fàifant de cet Empereur. Ayant perdu 
une bataille 'contre le Can ou Roi des 
Avares ,.ilre£ufa de payer la- rançon des 
prifonniers ; quoiqu'on ne demandât 
par tête que la: fixieme partie d'un fou 
d'or; ce qui ne faifoit que quatre oboles , 
&ç moins de vingt fous de notre monnoie. 
N Ce.refasfordidie mit k Vainqueur Bat- 



-%:r--:r« 



B E li* £ 6 £ X S' E. 4(^> 

bare dans une r^l le colère , qu il fit maf- , 
facrerfur le champ le»foldats Romains ^ 
au nombre de douze mille. Alors TEm- 
pereur fentis fa faute Ci vivement , qu tl 
envoya de l'argenté des<:ierges aux prin^- 
cipa)i|églifes de aux principaux monaf- 
teres , afin qu on y priât le Seigneur de 
le punir en cette vie plutôt qu en l autre.' 
Il obtint reffet de ces prières. 

L an. (>oi , ayant voulu obliger fes 
troupes à paAer l'hiver au delà au Ds(- 
nube , elles fe mutinèrent avec £îireur>» 
chaflerent leur Général Pierre , frère de- 
Maurice , 8t proclamèrent Emoereur 
un iimple centurion , nommé Pnocas. 
La ville impériale fuivit l'exemple de ** 
l'armée. Maurice fut obligé de s enfuir 
de nuit , après avoir quitté toutes les 
marques de fapuiffancej qui ne faifoient 
plus que fon effroi. 11 n en ^t pas moins 
reconnu^ Oh l'arrêta, avec fa femme ,- 
cinq de fes fils , & fes trois filles, c*eft- 
à-dire tous fés enfans , excepté l'aîné de 
fes fils , nommé Théodofe , qu'il avoit 
dé)à fait courontlter Enipeteur , ôc qui 
échappa pour lor& ^u Tyran^ Maurice TheophyU 
& fes cinq fils furent impitoyablement ^""«c* ^"«1 
égorgés 5 près «de Calcédoine. Le cai^ ^chr.Pafch^ 
jiage commença par les jeunes princes, p- î?^* 



JW 



f. 



470 H I s T o I & 1 

qu on fie mourir fous les yeux de cet in* 
fortuné père, fins quil lui échappât un 
feul mot de plainte. Tout ce qu'on lui 
entendit dire durant le mafTacre , ce 
furent ces paroles du pfeaume : yous 
étesjuJU , Seigneur^ & votre jugement efi 
équitable. Il arriva même que la nourrice 
du plus jeune de ces Princes ^ pour 
lui fauver la vie , lui fubftitua fon 
propre fils , qu'elle eut la force de li- 
vrer aux bourreaux. Maurice s*en ap- 
perçut » & en avertit Phocas , en difanc 
qu il n étoit pas jufte de faire fouffrir 
. l'innocent pour le coupable. On fit en- 
core périr le frère de r£mpereur , & 
plufieurs perfonnes de la première dif^ 
cinâion. Cette effroyable fcene fut 
donnée le mardi vingt-feptieme jour 
de novembre de Tan 601 ^ après que 
Maurice eut régné vingt ans & trois 
mois. Une ^q les filles nommée So- 
pâtre , trouva fa fanâification dans les 
calamités de fa famille» & parvint à 
une Ç\ haute vertu , qu elle eft honorée 
comme Sainte par wEglife. 

Phocas fut couronne par le Patriar- 
che Cyriaque, &fes. images furent 
envoyées à Rome. Le S. Pape ne pou- 
▼oit les voir fans horreur': mais il fe 



D B L* E G I I S I. 471 . 

fournit à l'ordre terrible de la Provi- 
dence. 11 écrivit niènie au nouveau n.Epiii. 
Maître , pour procurer tout le bien , 3'* 
ou du moins pour empêcher tout le 
mal qu il pourroit, 11 demanda en même 
temps du fecours contre les Lombards > 
dont les troubles de TEmpire augmen- 
toiént l'audace. Nfai ; Phocas , allez em« 
baràlTé par les fuites ordinaires des 
grands attentats, n'étoit pas en état d'en 
envoyer. Le Pontife fut contraint d'ufer 
de farelTource accoutumée , c'eft-à-dire 
de s'épuifer en libéralités , pour ménager 
te fang des Fidèles^ 'Enfin cônfumé de 
travaux , de chagrins ,& de maladies , il 
mourut le treizième de mars de Tannéç 
^04 , après avoir tenu le S. Siège treize 
ans, fix mois 6c dix jours. Il fut enterré à 
S. Pierre » pr^s du lieuoùrepofoient S. 
Léon Se quelques autres de fes plus illuf- 
très prédeceileurs. 

S. Grégoire èft celui de tous les Pa- 
pes dont il nous reile le plus d'é- 
trits ; fans y comprendre les commen- 
taires fur le livre des Rois ôc fur le 
Cantique , que l'on croit être de Claude 
abbé ^ de Clafle ^ quoiqu'ils fe trou- 
vent entre les œuvres de S. Gré- 
goire. Cet M>kéi écrivit de mémoire 



f.'i '/i 



K 



I s T O X k 1 



ce qu*il avoir appris du S. Dodbeur 9^ 
non-feulemenr fur les livres des Rois »* 
mai^ fur rHepraceuque , les Prophètes 
Se les Proverbes. Le Saint trouva «u il 
âvoit altéré fon fens eh beaucoup d en-^ 
droits ) de il fît retirer les écrits, â là 
mort de Claude : ce qp! n a point, 
empêché qii on ne les gliflat par la 
fuite dans Ta collection des œuvres de 
ce Saint Pape. Ceux que compofâ incon- 
teflablement S, Grégoire, fondes Mo- 
rales fur Job > divifees en trente-cinq li- 
vres , vingt-deux honii^Jies (ur Ezéchiel ^ 
ouatante fur tes Evangiles, qur^tre livres 
de dialogues, êc douze de lettres. L'Ân- 
tiphonaire 6c le Sacramentaire font auffi 
tout entiers de lui , excepté quelques ad- 
ditions qu'on y a faites , comme il eft or- 
dinaire dans ces fortes d'ouvrages. Le 
ftyle de ce Père, & fur-tout fa diûion, 
fé feritent du mauvais soût de fon 
(iecle : mais ce défaut eft avantageu- 
sement compenfé parl'ondion divine | 
qui fait le caradfcere de fon éloquence, 
jbatt. Diac. Q^ conferva , avec fon corps , fon 
paîlium , fa ceinture , Se un reliquaire 
qu'il ponoit au cou , & qu'on prefumq 
lui avoir tenu lieu de la croix paftoralè 
que portent nos évoques. Ce ne» qu une 



^it. jv. 80. 



'■;« 



Ù E L*Eo L X s E. 475 

boîeè d argent » extrêmement mince » 
êc (\tLï montre; comme tout ce qui 
^toit à l'ufage du Saint > la fimjNl^ 
cité 6c la pauvreté' évangélique auft 
Pontife, fi grand toutefois ëc (i ma^ 
gnific}ue dans fes libéralités. Il s*étoit 
Hit peindre dans fon monaftere de 
S. André y pour que la vue <le ion poi>- 
rraît rapDellat plus long-tehips à fes 
moines rèfprit de ki leçons & de 
leur prpfemon.' 

Le Diacre Jean qui avoir vu ce ta- Cap. 7«i 
bleau , nous a laifTé , d après ce monu- 
ment f la peinture fuivante de S. Gré- 
goire. Il étoit d*iine grande taille , avoit 
le tour du vifage mitoyen entre la lon^ 
gueur 6c lajrondeur , les cheveux affèz 
noirs 6c frifés , le devant de la tôte 
chauve , avec deux petits toupets , la 
couronne grande , la barbe* médiocre > 
le front beau > la phyfîonomie noble 6c 
fort douce. Son vêtement conHûoit en 
une planète ou chafuble de couleur de 
châtaigne , une dalmatique, avec le pal- 
lium entortillé autour des. épaules 6c 
pendant fur le cotéi Le Diacre Jean 
ajoute qu'on avoit coutume de peindrti 
le S. Ëfprit en forme de colombe , fur la 
cctede ce Pece :.tant oaécoit.convainco. 



4t4 HisToini tt L'Eottsi; 
de l'affiftance qu'il en receyoit » Se dont 
Kcm^on divine fe rend encore fenfible 
dans la leâure de {es 'ceuvres : écries 

Sleins de lumière 6c de chaleur , d'une 
oûrine toujours exade» contenant pref- 
que eux-feub tour Tenfemble de la reli- 
gion, les vérités de la foi & de la morale 
dans leurplus grande pureté. 

Tel fut , cuns Tordre des temps , le 
dernier de ces quatre Pères qu'on a cru 
pouvoir comparer aux quatre £vangélif- 
ces^ & tel» dans Tordre du mérite , un 
des plus illuftres doâeurs extraordinai- 
rement fufcités » pour répandre fur tous 
hs (iecles â venir les dons lumineux du 
bel Sif^ede TEelife , auquel il conferva » 
iufqu âla fin du fixiemeuecje, cette qua- 
lification honorabb. 



7 : . 



Fin du Terne FL 



...1,: -i. 



flpNaa 



TABLE 

I fcfcf 



47Ï 



TABXE 

CHRONOLOGIQUE ET CRITIQUE, 

Depuif Van 49^ , jufqu'à l'an ^04, 



■ . ' y Ji ' 



îi 



TOME S IX I EM E, 



PAPES. 

XlrX.S. Anaftafc lî , 
mortlc 17 J^/bv. 498. 

JL Symmacjue.otdonne le 
XI Nqv, 498. mott 19 
JwV, fi4. 

Ifl. Hormirdas , élu itf 
Jtfi/. 5 14. mort tf Août 

IIi; s. Jean I , élu xj 
u^o^r 5 1 ) . mort 1 8 Mai 

$%6, 

Llir. Félix III , élu 14 
JmL J16. mort au com- 
meacemcnt à'OHoire 

5)0. 

LIV. Bonifacell, ordon. 
ïj O^. J36. mort en 
Oii.ouNov. yj** 

tY« JeaoII, ord.xi Janv, 



SOUVERAINS. 
£m p^ERi u s. s. 

^ïIa STASE, mon eh |i8r 
JuftinJ, 5x7. 

Juftinienl» 3^f. 

Jullinll^. * /78. 

Tibère II, /81. 

Maurice 

Rois de France. 

Clovis, premier Roi Chré- 
tien-Catholique , con- 
verti en 4^6 ,^ mon en 

Thierri,Roi(Ie Mecs,^ $ 54. 

Clodomir d'Orléans/ 5x4. 

Childebert de Paris, ^558. 

Clotairc de SoifTons , ; 
puis de toute lamonar- 
chic, 561. 



4ié tA 

P A P E S. 

LVI. Agapic ,. ord. \Jfi^ 
5)>f. mort x%Avrly^€* 

lyn. SUycre» or4.. 9 J*àn 
f )tf. mon io Imn f )&'• 

IVIII. Vigtle , ord. 11 
>/bv. ^j7. moR IO 

LIX. Péta^I, conucté 
en Avnl^^yiBLvaYi^ 
micr Àfitrf . ffo. 

UL Jean ÏII y cotai, it 
JuiL $60, mon x 3 Jitii. 

IXI. Benoit Bôhofe , ord. 
t JutH 5/4. mon ^o 
Jtt/7. t,7t. 

LXII. I^éhige II, conlacré 
lejOjWin'. 5^8. rtif)^t r 
f/vr. j^o. 

IXIII. Saint Cr^oire le 
Grand, élu 8 fIv;$90* 
taon IX Mars ^04. 

A N T 1 P A 1 B t. 



à Le. 

Rois »i E»amci. ; 

^,Cb^rebert djP PArii , ) j <? 7. • 
dontiraa d'OMéans , f 5 9 ) . 
ChUpéric de $ôifron,( 584. 
Sigeoert de Mets , jns. 
Cfotaire-IL 

KOIS 9*E.8PA0N1. 

■ • 

Rjécarede, premier Roi. Ca- 
hotique , embraffe là 
traie foi en 587 , meurt 
en tfox. 

liuva n ^ mort en ^03% 

Vittéric. 

i 

ROIt D^ÀNOL^Bimi. 

Etliefi>ert » Roi de Cant i 
Tiln dei répt royanmes) 
qui compofent l'Hep- 
tarchie , embraiTe Id 
premier le Chriftianirj 
me, en 597I 



S( vr, 



laurenr, 
Bipfcôre , 
Vigile , regardé 
comme ÀAtipape^ 



d'àbctd 



.A» 



■ r» 



J 



I 






itv-:;.*; 



TABLE. 



477 



SlCTAIKIfi 



n 



.^ENTBiiius corrompit 
U formç du baptême , 
cq $06, 

5. s I rt ^utycbien « chef 
^ <^ uépabalcs, 511. 

'ï'hémiIHus , chef des 
Aenoïtcs qvi refuToient 
2i J. C. U comioifTance 
denosmyftercs, ^|o. 

Barfaniensou S^midulucs» 
qui {butenoient que J. 
C. n'avoUroufFeR qu'en 
apparence t jis* 

Jaque-Zan^e , ch^ des 
l^utychiens Jacobices , 

Jean-Philopone , chef des 
Trithéites qm admet- 
toient trqti Pieuz dans 
la Trinité « 557. 

QrigéniftesV 5^7' 

Xûjîorrupa'blçs^ jff^ 



S 



PlKtlCUTIONS. 

Xu'E M p« 1 EUR Anaftafe 
perfécute àpluHeurs rc^ 
prifes les Catholiques 
attachés au Concile de 
Calcédoine. 

Perfécution des Vandales 
en Afrique , depuis l'an 
$06 , jufqu'à la mort du 
RoiTrafamond, en j i ; . 

Horribles cruautés du Juif 
Dunaan contre les Chré- 
tiens Omérites , en ;it. 

Perféçutions de Cofroés, 
Hoi de Perfe , fur les 
frontières de l'Empire ^ 

Cruautés diverfes des Lom- 
bards contre Ips Fidèles. 

Perfécuaon du Roi Lévi- 
gilde en Efpagne , en 



ty 



, ..♦.•ttJ»».-. i» > 



l_< 



» ■ 



! ' 



47* 



t À 6 L È, 



Ecrivains zccLir 
s I ASTiquis. 

JbiNNODius , élevé furie 
ficge de Pavie , vers 
l'an po. Il alaiifé beau- 
coup de lettres & d'o- 
pufcules , doht quel- 
ques-uns fouruilTcnt de 
bons renfeignemcns 
pour rhiftoire. 

Boëce , l'un des meilleurs 
écrivains de Ton temps 
en profe & en vers, eut 
latete trahchécen 514, 
par orijrc du Roi Théo- 

• donc, pour fes intelli- 
gences avec les Grecs , 
a ce qu'on prétend. Il 
nous rcde d« lui un 
traité de la Trinité , un 
autre des deux Natures 
en J. C. & cinq livres 
éloquens , intitulés de 
la Confolatipn de la 
Philofophie. 

S. Fujgence, évéque de 
Ruipe , 5} 5. Il mérite 
le nom qu'on lui a donné 
A'Augufiin de fonfiecle^ 
tant pour fonëloquènce, 
que pour avoir été ce- 
lui oes difctples de ce 
Per: j qui eu a le mieux 



Principaux Con.-» 
c 1 L E s. 

C^ONciLE de Rome, 499, 
LePape Symmaque » 
Uvec foixante - douze 
évêqties , y rendit diffé- 
rens décrets , pour faire 
ceifer lés abus qui fe 
conunettoient à l'élec- 
tion des Papes , gênée 
f>ar la puiffance Técu- 
iere. 

Concile de Rome, 501 , 
oijî le Roi Théodoric en- 
voya un évéque en qua- 
lité de viHteur , poui* ju- 
ger des prétentiofis de 
SymmaqUé & de Lau- 
rent à la papauté. Sym- 
maqiie refufa d*y corn- 
paroitre. ,^ 

Concile de Pàliné , jfôl. 
Cent quinze évéques y 
déclarèrent le Pape Sym . 
maque décharge devant 
les nommes, des accufa- 
tions intentées contre 
lui , laiflànt le tout au 
jugement de Dieu. Ils 
annuUerent aufll une or* 
donnance par-laquelle le 
Préfet du Prétoire avoit 
défendu d'élire ou de 



■■• f'-- 



■■< 



TABLE. 



47 > 



ECKITAINS ECCLS- PRINCIPAUX C O If • 
SI AS TIQUE S. CI LE S. 



rai(î& développé Udoc- 
trine. 

Denis le Petit , moiae 
, Scytiie , vers 540. Il a 

: ^it une coUeâion de 
canons, dans laquelle 
font inférées les aécré- 
tales des Papes , depuis 
Sirice jufqu'à Anaftafe. 
C'ed lui qui a introduit 
l'ufage de dater de la 
naillance de J. C. 

Arator , foudiacre de l'E- 

flife Romaine , a pu- 
lié, en 544, unever- 
fîon en vers des Aâes 
des Apôtres, 
ferrand , diacre de Car- 
'^ thage , 6c difciple de S. 
Fulgence, fe déclara des 
,^ premiers contre la con- 
i ( damnation des trois cha- 
..pitres. On a de lui une 
» Bibliothèque des Pères, 
une Colle dion abrigée 
^des canons, & quelques 

opufcules. < 

S. Ccfaire d'Arles , 541. Il 
. nousalaiflé des Homé- 
lies inftrudives & tou- 
chantes , avec d'autres 
. ouvrages , dont les édi- 
tions jufqu'icinerépon< 



confacrer l'Evêque d« 
Rome , fans le confen- 
tement de l'Empereur. 

Concile d'Agde, fo6. 0^ 
y fit 48 canons de difci- / 
pline. Se Ton y en ajout» 
depuis 15 autres, tirés 
de conciles poftérieurs. 
On y trouve l'origine 
des bénéfices eccléuaf- 
tiques. . 

Prcmi'^r Concile d'Or- 
léans , 511 , pour la^ 
difcipline cléricale & 
monaftique. 

Concile de Tarragone, 
$16. On y ordonna que 
•f'obfervation du diman- 
che commenceroit dés le 
famcdi : ce qui a donné 
l'origine à l'iuage où l'on 
eftenEfpagne de s'abf- 
tenir d'ceuvces ferviles 
le famedi furie foir. 

Concile d'Epaone, c'eft-à-^ 
dire d'Alboaau dioc. de 
Vienne ,517. Il|fut corn- 
pofé de tous les évéques 
du royaume deBourgo- 
gne , &: fit 40 canons. 
On y abolit la confécra- 
tion des diaconeifes. 

Concile de C. P. On y rc* 



8o 



TABLE 



(Ecrivains Ecclé- 
siastiques. 

deac pas à leur mérite. 
. Cafliodore » 5^5. Auteur 
d'un grand nombre d'ou- 
r irr^es, tant* de Philo- 
. fophie que de Théolo- 
gie. Les plus eftimés 
lont les Inftitutionsaux 
Lettres Divines , & le 
traité de l'Âme. Il fit 
audi traduire de grec en 
latin, fous letitre d'Hif- 
toûre Tjriparcite, fesHif- 
toires Eccléfiàftiques de 
Soçrate, de Sozomene 
& de Théoddrct , en 

* rangeant félon l'ordre 
chronologique les faits ^ 
raptonés par ces tfois 
Hiltoriens» 

Libérât , diacre de Car- 

thage.» auteur de.l'Hîf- 

coire abrégée qui nous 

^ tefte du Neftôrianiûnç 

&dfirEutychéif{|içV 

Viûdr; ^vcquc de Tun, 

noné en Afrique , dcdé- 

. fenfeur ardent des trois 

chapitres , $6^, Il a 

■ laiiTé une Chronique, 

. qui commence en 444 , 

. j:finit en y^f. ' ■ 

7ean le Scholaftique , pa- 

• tfiarche. de Conftanti- 



Principau X Con- 
cile s, 

mit le Concilie de Cal- 
cédoine & S. Léon dans 
les diptyques : on réta- 
blit les catholiques per- 
fécutés , & l'on con- 
damna les hérétiques , 
fans épargner le nom 
d'Acacc, 

Concile de Brevi au pays 
de Galles, 519 > pour 
éteindre en Angleterre 
les dernières étmcelles 
du Péh^ianifne. 

Concile de Satdaignc , 
vers yii , tenu par Içs 
évéques exilés d'Afri? 
que , touchant la Grâce 
&: le Libre^Arbitre. 

Concile de Carthage^ 5x5, 
pour rendre grâce à 
Dieu de la paix accordée 
à rççtife d'Afrique. On 
y mamtint les monafte- 
ires dans lejms, exemp- 




^ Concile d'Orange, 519. 
On y foufcrivit plufieurs 
arrides envoyés par le 
S. Siège , touchant la 
nécelmé de la grâce 
pour le commencement 
même du falut , & fur la 
gratuité du don de per. 
févcrancç, 



T A B L E. 



^ 



CcRiTAiNS EccLi- Principaux Con< 

SIASTiqUES. 'CILES. 



' nople , 578. II a fait 
une colledion de ca- 
nons , rangée félon l'or- 
dre des matières. 

£vagre le Scholaftique a 
fait une Hiftoire £c- 
clélîftaftique , qui com- 
mence ou Socrate & 
Théodoret finilTent , 
c'eft-à-dire vers 4ji, 
& qui continue jufqu'à 
l'an 494. ^ 

Jean le Jeûneur , pa- 
triarche de Conftanti- 
nople , 55^. On a de 
lui des homélies, & 
deux Pénitentiels. 

S.Grégoire de Tours, $9^» 
Il nous a lailTé l'Hif- 
toire des François en 
dix livres, comprenant 
les faits eccléfîaftiques 
& profanes , depuis l'é- 

- tabliiTement du Chrif- 
tianifme dans les Gau- 
les jufqu'à l'an 595 i 
huit livres de la Vie & 
des Miracles de différens 
Saints, & d'autres ou- 
vrages. Quoique fon 
ftyle foit dur Hc peu 
limé , & que l'Auteur 
foit trop crédule au 
Tome FL 



févérance. 

Concile de Vaifon , j%^ ; 
où l'on introduiut ea 
France la coutume de 
chanter le Kyrie dty- 
fon , à la melfe & aux 
autres offices , félon 
l'ufage des Eglifes d'O- 
rient & d'Italie. 

Concile de Rome 3 5}^» 
dans lequel Boniface 
II révoqua le décret 
qu'il avoir fait ligner 
aux évéques , pour être 
autoiifé a fe choifir un 
fucceffeur. 

Concile de Conftantino- 

. pie , 5 3 ^ , où le Pape 
Agapit fit fubftituer 
Mennas à la place d'An- 
thime de C. P. & con> 
damna d'autres évéques 
hérétiques de l'Orient. 

III. Concile d'Orléans , 
5 5 8. On y voit que l'an- 
née commençoit alors 
en France avec le mois 
de macs. 

Concile de C. P. ver* l'an 
545 , pour approuver 
redit de Juflinien , qui 
anathématifoit l'Origé- 
nifme. 



>it% 



TABLE 



EcitlTAXNS ICCLS- P&INCXPAt7S GOU*' 
SXASTXQUES. C I L £ S. 



regard des prodiges , il 
fournie cependant des 
conAoi^ances utiles & 



Concile de Mopfueftc »' 
550 , pour s'amirer que 



sûres 



au moins pour 
les faits qui fe font paT- 
fés de Ton temps , & fur 
lefquels fa haute vertu 
ne permet pas de révo- 

3uer en doute la vérité 
e fon témoignage. 



le nom de l'Evéque 
Théodore n'étoit pas 
dans les diptyques , & 
en rendre compte au 
Pape. 
Concile de C. P. V« géné- 
ral , depuis le 5 mai juf- 
qu'au 1 juin 553. Cent 
Soixante évéques y con- 
damnèrent les trois chapitres , & leurs auteurs morts 
dans la commuaion de l'Eglife , malgré l'abfence du 
. Pape Vigile , qui refufa de s'y trouver. On y con- 
damna auin les erreurs d'Origene. Le Pape (e 
rendit enfuite à l'avis du Concile , & donna une 
conlHtution pour le confirmer. 
Concile de Jérufalem » 553 > pour la confirmation du 

cinquième Concile. 
Premier Concile de Brague , 5^3 , où fe confomma la 
converfîon des Sueves , & le publièrent plufîeurs dé- 
cidons contre les Ariens & les Prifcillianiftes. 
II. Concile de Mâcon , $%$. On y défendit la plai-* 
doirie , ainlî que les œuvres ferviles , le dimancne , 
& l'on y ordonna le paiement de la dîme. C'eft 
le premier concile qui falTe mention exprelTe de la 
dîme eccléfiaftique, comme dette : mais il y efl dit > 
qu'autrefois tous les Fidèles étoient exaâs à la payer. 
Concile de C. P. 588 , où Jean le Jeûneur fc ât donner 

le titre de Patriarche Œcuménique. 
Concile de Metz , 590. Gilles de Reims y fut dépo{^ 
pour des crimes d'Etat , & Ton y termina l'afrairc 
des religieufes de Poitiers , révoltées contre leur ab'' 
bclfe. 



TABLE; 



Principaux Concilis. 



«4 



Concile àe Gévaudan , 590 , qui attache la note ée 
bâ.tardiCe aux enfans que la femme du Comte £ula> 
lius d'Auvergne , depuis Ton mariage avec lui , avoic 
eus du Comte Didier. 

Concile de Rome, 550, contre les évéquesfchirmati- 
ques de 1' ftrie. 

Concile de Rome , 591 , où S. Grégoire , après avoir 
dit qu'il révéroit les quatre premiers conciles 
comme les quatre évangiles , ajoute qu'il pone le 
même refpedt au cinquième. 

Concile de Rome , ^9^. On y abfont Jean , prêtre de 
Calcédoine , quiavoit appelle au Pape de la condam- 
nation portée contre lui par le Patriarche de C. P. 
Les prêtres aflîs comme les évéques , & les diacres 
debout y eurent voix délibérative. 

Concile d'Huefca > 598 , pour obliger au célibat les 
prêtres , les diacres & les foudiacres. 

Concile de Sens, ^01, où l'on croit que S. Colomban 
refufa de Te préfenter , parce qu'on y devoir 
agiter la queftion de la Pâque. . 

Concile d'Âneleterre , ^04. S. Auguftin de Cantorbéri 
y ayant exnorté fans fuccès plufîeurs évêques Bre- 
tons à fe conformer aux ufages de rEslile Ro- 
maine, leur prédit les fléaux qui défokrent le 
pays quelque temps après. 



sV' 



FIN. 



«I 



Erkata et Tome Vl. 

X A G E 101 , Yene au diocefe de BeJUai , Uf, Albon a9 
diocefe de Vienne. * . . 

F. 154, deux onces , llf, douze onces. ' 

P. if5, Marcien, /(/iMardon. 

P. 1^5^ , afFeâés duNe(lorianirnie,//yrinfeâés du NeC* 
torianirme. ' 

PP. 199 & 500 , la fauve-garde, de leur patrie, lif, la 
fauve-garde de leur pacne. 

P. 41 8 , ce n'eft ma caufe , lif. ce^n'eft pas ma caiife* 

P. 4x <f , à S. Vigile , ///: à S. Virj"'*- 







*"> 




|*^*Mt 



U 



s'ii 



. T; ' 






.:^** 



i 






■ i^^-^.^ ? 



:-^'^it- 


l 


■ « #^ 


ï\ 




\ 



!>? 



. *1 i. i-^ 



Mm 



Ki-, 



t ». 



■♦ .s- 



!"t '„S. 



i'' t.