(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Victoires et chansons [microforme]"

CIHM 
Microfiche 
Séries 
(l\/lonograptis) 



ICMH 

Collection de 
microfiches 
(monographies) 




Canadian ImtHuM for Htoloflcal Mleronpraductioiw / liwtitut canadiwi d« mieriHap.-7;!uetian( hlMorlquM 




1995 



^fW7 



TMhnical and BiMiofrapliic No<n / New tMhniqim n WMiofr'P'iiqiMi 



TM Imtitun hn «rampttd to obnin Hm bait erifinil 
oapy araiMM* taf filmint. FMtum of tlii< eopy «Meli 



a( Dm imaiu in Mit rapraduetisn. or «ihMi may 
liinjfieanily dianti tiM unnl mMhod of flhninf, ara 







Colourad oovHs/ 
Cwwftuf dt c o u lt u r 



□ Covtrs damaiid/ 



D 



I Caumnun andommaié* 

Covan n ' t oiad cnd/or laminaïad/ 
Comartui* raitauria at/eu pal l i c iiléa 



□ Com tMa mMnt/ 
La titra da eouwrtura manqua 



D 
D 
D 




Colowad napa/ 

Cartas géoy a phiquat an coiilaiir 

Cohwrad inli (i.a. othar than Mua or Madil/ 
Encra da coulaur (i.a. autra iqua Uaua ou noira) 

Colourad platas and/or illustratiom/ 
Planchas at/ou illustratiom an coulaur 

Bound with othar matarial/ 
Ralié aMC d'autras doewnanti 



□ Ti#it bindinf may causa shadewt or di s toction 
alont intarior margin/ 

La raliura sarria paut causar da l'omtara ou da la 
distorsion la long da la maria intériaura 

□ Blank laanas addad durint rastoration may appaar 
within dw tan. Whanaw postiMa, Ihtsa harn 
baan omittad f rom filminf/ 
Il ta paut qua cartainas papas Wanchas ajouttas 
lors d'una rastauration apparaissant dans la taxta, 
mais, lorsqua cala itait possiMa. cas pagts n'ont 
pas été fihnéas. 



D 



Additional commants:/ 
Commantairas tupplémantairat; 



L'Institut a microfilmé la maillaur axamplaira qu'il 
lui a été postiMa da sa procurar. Las détails da cat 
axamplaira qui sent paut-étra uniqua i du point da «ua 
hiblieprap h lqu a . qui pauaant modif iar una imapa 
raproduHa. ou qui pauvant axifar una medH ieation 
dans la méthode normala da filmaia sont indiqués 



□ Cotourad papas/ 
Papas da coulaur 

□ Papas damapad/ 
1^ 



□ Papas rastorad and/or laminated/ 
Pipas lastauréas at/ou p alll cu léai 

Papas ditooleurad. sninad or fond/ 
Papas décoloréas, tachatéat eu piqudM 



n: 



HShowdirouph/ 
Transparanca 

□ Ouality of print varias/ 
Qualité inép all da l'imprassion 

□ Continuous papination/ 
Papination continua 



n 



Indudn indaxias)/ 
Cemprand un IdasI indax 

Titia on haadar takan from:/ 
La titra da l'an-téta prosiant: 



□ Titit papa of itsua/ 
Papa da titra da la li 

I I Caption of issua/ 



livraison 



D 



Titra da départ da la linaiton 

Masthaad/ 

Génériqua (périodiquas) da la livraison 



i 



This itam is f ilmad at tha réduction ratio chacfcad 
Ca document ast filmé tu tau s da réduction indiqué 
'O» 14X 18X 



12X 



-k, / 



.Ï(R.>. 



22X 



y 



24X 



ZD 



Tha copy ftlmad h«ra ha* bon raproducad thanki 
to tha ganarotlty of : 

National Ubrary of Canada 



L'axamplaira filmé fut raproduH griea t la 
giniroalté da: 

BIbllothèqua natlonala du Canada 



Tha imagas appaaring hora ara tha baat quallty 
poulbla oonaldarlng tha condition and laglblilty 
of tha original copy and In iiaaping with tha 
filming contraet ipociflcatlona. 



Original copiât in printad papar covara ara flimsd 
baginning with tha front covar and anding on 
tha lait paga with a printad or iiluttrataJ Impraa- 
«ion, or tha back covar whan appropriata. Ali 
othar original copia* ara filmad baginning on tha 
f Irst paga with a printad or liluitratad Impraa- 
«lan, and andln(> on tha laat paga wIth a printad 
or liiuitratad Impraatlon. 



Tha lait recordad frama on aach mlcroficha 
■hall conuin tha symbol — •■(maaning "CON- 
TINUED"). or tha lymboi V Imaaning "END"), 
whichavar appiiaa. 

Map*, platat, charta, atc.. may ba filmad at 
diffarant raduction ratioa. Thoaa too iarga to ba 
antiraly Includad In ona axpotura ara filmad 
baginning in tha uppar iaft hand cornar, laft to 
right and top to bottom, aa many framaa at 
raquirad. Tha foliowing diagramt illuttrata tha 
mathod: 



l^a Imagaa tuivantaa ont été raprodultat avac la 
plut grand toin, compta tanu da la condition at 
da la nattaté da l'axampialra filmé, at an 
conformité avac lat condition! du contrat da 
flimaga. 

laa axampiairat originaux dont la couvtrtura an 
papiar att Imprlméa aont filmét an commançant 
par la pramiar plat at an tarminant toit par la 
damMra paga qui comporta una ampralnta 
d'impraaaion ou diliuttratlon, toit par la tacond 
plat, talon la cat. Tout lat autrat axampiairat 
originaux tont filmét an commançant par la 
pramiéra paga qui comporta una ampralnta 
dlmpraatlon ou d'illuttratlon at an tarminant par 
la darnWra paga qui comporta una talla 
ampralnta. 

Un dat tymboiat tulvantt apparaftra tur la 
darniéra Imaga da chaqua mlcroficha, talon la 
cat: la tymboia — »- tignifit "A SUIVRE", la 
tymbola V tignifia "FIN". 

Lat cartat, planchât, tablaaux, atc, pauvant étra 
fliméa é daa taux da réduction différante. 
Lortqua la documant att trop grand pour étra 
raprodult an un taui dlshé. Il att filmé é partir 
da i'angia tupériaur gaucha, da gaucha é droite, 
at da haut an bat, an prenant la nombre 
d'Imagae nécattaire. Laa diagrammee tuh/intt 
iliuttrant la méthode. 



1 2 3 




1 


2 


3 


4 


5 


6 



••Œoeofï nuunioN «si CHAn 

(AN» ord PSO TEST CHAdI No. 2| 



12.2 



l.l 



.25 



u US 



Là 

1.6 



^ 



APPLIED IN/HGE In, 

1 853 ea*l Hflin Slraat 



{7IB) *82 - 0300 - Phon. 
(718) 2ê8-59«9-ro. 



Vort. 14009 USA 



p. HUOOLIN, O. F. M. 



VICTOIRES ET CHANSONS 



Extrait de la Nouvelle-France 




QUÉBEC 
1913 



i 






P. HUOOLIN, O. P. 



M. 



VICTOIKES ET CHANSOjIS 



Extrait de la NouvelU-France 




QUEBEC 
1913 




VICTOIRES ET CHANSONS 

f.Dnon^i^„î^"„ï"' rj'"^'™' d» l;.g«™ «J» Sept ,n^ 

.«q«l j-« pu .oe Cr 3 u'Tn'ni:."^. ZLl^-.rH'"''"'' «'»~ 
•ox laotennde U A^cmiMW^ JW^Jl "P''— « eo donner autant 

«ne formuler un «S o^Zm ''"? ' ^'' P"'"* «'onnétement 

PMnnpoUUd.n»n:olrre°p„"TlVri.Trirr-r °1 '"'' 

à .« ,ui ont ^ .rr.^i-i-ïï-.''rx,'«^t^^^^^^^^^ 

gnen, de Willàm Heuh et de C-ril^,, % ■ ^^^^ ^ ^''"">»- 
^nt con.ignde.-erX de Ch;" X ^ ÙCltT f^'°'" 

l'onir. chron„?o£il".tre^^!i"J7J|^„^^^^^ v.i, .ni.„ 
I 

LA HONONOABfiLA 

dout.d„Tio»oi«.oh.v,«„ Nou."X"°n. dXîî;:''"'!'?' '"• "«^ 



— 6 — 

qni déchaîna en Europe la Zn^'/ntrli "° pnncipale peut-être 

çaiBe, et dont la c^S. d^ ?»„»H /r,"""""/"'»'*^» "*«"- 
CommeleditMXBonnJh„f T^/"' ''"'*"^™ oonaéquences. 

quént le Canada, à couna dn rfiflft»; ™'"^'™'"> «' même à oon 
convoité. Le triomnre de» «rml^ fucoeseives sur le territoire 
Chouaguen àSm Henr^Tca^r"'' * '" M?"'"'»^^'"' * 
recul coustint des CnS'l n'v «^l'!' "f T '1"° ''» ^'"P«' <»'"° 

on^T?l^f«^' Franchement, je donnerais ma part d'Améri- 



l_Jlf»n/oaJ« ,( l. Canada frmfal.. Septième édition. Pari., 1888. P. 16. 



— 7 — 
traftiTAÎ^koS^'?**™ f «France étant en paix depuis le 

lëeduM,58i8s.piet de VOhio, occupée par les FrancafaToat^nV 
combiné pour le succès de l'entrepriL : «éat on d"Km,Itde de 

auquel on donna le nom d, S^m.Î^. ■ «^ *°'° Virginienna, un fort 
France i c'est là que rtTè,e.u3ïhn! ,"'"" «""l^"'^'" d» I» Nouvelle- 

"^"li" ''"tP ■'^'"'S"^* 'e v;^c?pis:r""' -' ^'""'""'- '«•°'- 

vofoût^ratlntin?;r "tt^a'ft'auL'' ^"T"":^' ''«i'"' "» '^«'-»' «« 
de yingt.deu:t «nMiëute^nint colonel dan. il i?™ ardent jeune homme 
avec dea canon, dans la vaûée Ô^..f ^ ^ °°" T'^g-n'enne., descend 
«péditionnaire ïk«he:„r lenouTau'VÔ'rt ^^^^ '^■j?!"!' '" ™T' 

dana l'h.stoire commune de» Elau Ûnket de l.^™^.°"' /^■/•'« ,«"»•'> 
au lever du soleil, retentif .Un. IL A T » France, un feu de pe bton, 

fn.nç.ise vient ât™ surprise ^ubiv"ouret^ 

posent ont et*, sans sommation (,,4.^^,%'? ■ •" homme» qui U oom- 
un des Franc» .av^'eTsTé de donn^î î"'? P^'S'M'.er,. Au milieu du feu, 
mort sur les?adavr"» delw cc-,^^n. "."If ^. "" P^P'" i " ^t"" '"■"W 
de Jumonville, envové oommeTT, . ■. ^ *'î' "'' """''"• ""■""« ^"1»" 
Ceui-d, après leurtîfsteSre*âerS.ÎS>™'^t <<«» ^nglai». 

inconnu de G.CwiSQT™!.'^'^" °°""° B-gnature le nom alors 

La paix n'est plus possible, L'Angleterre débarque en Amérioue 
deux nouveaux régiments avec le général Braddo?k, tandis que U 
rrance envoie à Québec 3,000 homies de troupes. ' 

f„i^*n "°°'' ^ P'*"'" °''J«'=''f <J" général anglais est le 
fort Duquesne qm lui barre le chemin. A l'été de 1755 II se 

pleme forêt vierge, son armée se trouve en présence de celle de M. 



1— Moatcalm et U Oxitada Françad, pp. 19.20. 



— 8 _ 

guerroyer de, Can^d^^ns ^d^^Ju^^T Z "'h "^ ^ "u""""*» 
troupe,. m.«éB. oomme en oSiTS vert offr.1^"? '" ^"- "' 
embuaquAi derrière chaque tw^c d'.rb^ I- nl„. r ?' "' «■"""»'» 
Il n'y avait qu'à fusill» dan7lfl ,« t" .^ -n *""'" P»'"' ^e mire. 

îît:œuirentîârS^^^ 



Braddock avait toujoàra dit 
Qu'il viendrait, chose bien sûre 
Pour attaquer Pécody • 

Turelure 
Et renverser sa olAtnre 

Bobin turelure. 

2 

Beaujeu, Dumas, Lignery 
Ont voulu voir sa figure 
Et l'on mit même au défi 

Turelure 
De soutenir sa gageure 

Robin turelure. 



Aussitôt deux mille Anglais 
Se sont mis tous en posture 
Mais nos Huions et Français 
Turelure 



i - M, Péood, d« Cont«icai„, comm«d.nt du fort D„,ae.ae. 



— 9 — 

Ont ûut voler leur coiffure 
Bobin tureliue. 



Cinq cents • sont sur le chemin 
Attendent la sépuitnre ; 
1*8 Ontaouais, Algonquins 

Turelure 
Leur ont donné la tonsare 

Robin turelure. 



Les antres, épouvantés, 
Pour éviter la blessure 
Ont promptement décampé 

Turelure 
En maudissant l'aventnre 

Bobin tnrelure. 



Ils ont laissé lenrs canons. 
Fusils, poudre, sans mesure. 
Ainsi nous les attendons 

Turelure 
Avec leurs propres armures 

BoUn turelure. 



Eemeroions-les du mieux 
De leurs chariots et montures. 
S'ils reviennent par ces lieux 

Turelure 
Nous leur fournirons voitures 

Bobin turelure. 



baUnraT^iffz^s^ï.troïtS'?.»^^^^^^^ 



— 10 _ 



Nou» annonçons i Vaudreuil 
ijenr tr.ste ddcanfiture ; 
Il leur muquerii son denil 
Turelnre 

AlaPointe-àJa-Chevelnre 
Kobin turelure. • 

d'y marqner leur deail aux An.to ^ " i . . ?*' l' '"'""' f""""'» 

deaennemisetlesfitreirn™ àl«iîr"^''^'"' déconcerta le plan' 
Héla, ! ce qui en i^rZni f •. W """^ "» ?«"«. 

d'annoncer à M. de Vaudr"rieur tr?Z\ ^°«'." " '^jouis«ient 
&llait bien aussi qne le, vadnLTnL.'P''!l"'"' Uuqne,ne. il 
fifre . à leur . gracieuxV^uv^^rrSr' 'f" P'**"™ ' "J*^"" 
Vn courrier se dévoue à nirti? ' ''■*'«'°'«™Oeorge, II.. 

WUnnique. Il .^ive à sTjL« """'«f, "8™' * »» ««JesW 
et le dialogue suivant^W-gt. , S-fL 'J^^r ,'•'"^"' '" '^■ 
Encore un tour de quelque ^•^iiiCirdt'SqTeat P *•"■ 

1 

Courrier, qu'y a-t-il de nouveau î 
lu me parais troublé du cerveau 
A te voir tu me parais tout rêvait, 

fernu^rdXtŒer- 

Tous mes soldat, s'sont-ilB bien défendus î 



2- c'tta™ ■** ''™'el Diea de Québec 



— 11 — 



Ah I mon Boy, von» saurez pour vrai, 
Nous sommes battus des Français ; 
Braddock, notre puissant générai. 
Au lieu de donner a reçu la balle, 
Sans jamais avoir vu personne. 
C'est que beaucoup et peu l'ëtonne ; 
Parmi ces bois et ces verts feuillages 
Etaient cachés et Français et Sauvages. 

3 

Comment l'affaire s'est-elle passée 1 
Dis-moi au juste la vérité ; 
Se Eont-ils toujours battus dans le bois î 
Mes troupes ont-elles reculé quelques pas 1 
Ah I dis-moi donc qui a eu le plus d'avantages, 
l)e mes Anglais, des Français ou Sauvages î 
L-i Français avaient-ils le vent sur nous î 
Dis-moi comment nous avons eu le dessous. 



Pour vous dire la vérité, 

Aurait fallu s'y être trouvé, 

Mais je vous dirai bien pour le présent, 

Que c'est la faute dn commandant. 

Car dans le temps que les Français attaquent. 

Ions vos soldats étaient qui faisaient halte, 

Et quoique tons en bataille rangés. 

Ni plus ni moins a &llu reculer. 



Le feu a-t-il duré longtemps ? 

Ai-je perdu bien de mes gens f 

Tous mes équipages et tous mes chariots 

Se sont-ils rendus d'un pareil assaut ? 

C'est qu'ils n'ont pu jouer l'artillerie. 

Mes bombes et grenades ne leur ont pas servi ? 

Tous mes officiers ont-ils bien travaillé ? 

S'sont-ils battus en vaillants guerriers ? 



— 18 _ 



Ton. To. mortim et tous voi obutien 
Nont «rri qu'4 „„„. en-b.™™,^ '^ 

Vo«.^'^°V* "•' «""«J Koy Bourbon ^ 
Von, pouvei d.n,: Adieu I. Belle-Bivière. 

eL^ ~°lPi" ™ 1" " »»>" e° coûte» 
Encore, pent-étw ne l'anre^von. paa 



Oh ! adieu donc, tout e.t perdu. 
i'ni«îneje.ui«toujour»b«ttu 

Qne de tout perdre et de payer féoot 

qn^un^dXrelSire't ?:jr' Lt' "V"" ^'«"•'•«'- «"«'■ 
fta.entre.t&«urleclCpdebitaYlle D-'ii"'! "• '*'' ^"J"". 
Ferland, s'était préparé à U Lrt en ;«„, f^'''^''^' °°'" <"' ''">« 
avec un, partie*^ aS se. ta,u~s i sfr""' '""'' communion 
combat les 600 sauvaee* d?K i, Jf •'"'O"™ avait entraîné au 
à ce brave q»e^eSla vSre F^L'^J'."'''' *.«> "'"^'i'"' «' 
«charge de l'artiUei.o ala<Zn^,L.^^^^ ? T'' * ^ ^"'^^'^ 
assister an triomphe nue son ;J., ' P"i,'* ^'^"^ ^o B«««jeu, 

m&itait,ilq„e son nSm ât oéTbTet''"' K^ '^'^ ' * tout le moins' 
sçldat. qu'il avait conduitr* h^ht 1T ''^T?'" "'"«'" P" •»» 
d'entre eux se fit l'Homère de <J? thm '" P""' * ^ "'*<^- I-'u» 

compagnons embouchaTa^mpetVet^\l^^ »°'» "> 

digne commandant. -«"Pette et célébra ainsi la gloire de son 



1 - Cour, ghuuirt du Canada, II, p. 524. 



iil 



— 18 — 



Stnil» > qn'» batto les Angkia Ibiê] 
B«t un vrai ofBoier françaia, [bu] 
Morbleu. C'ert un bon vivant, pniaque 
Four vaincre il e'eat flohu du riique. 

2 

Braddook, • général angkia, [Ma] 
Cruel ennemi dea Françaia, [Mal 
Voulut faire le fendant, nuia zeate I 
De Beanjeu lui ficha son reste. 



Beaiq'eu aveo son air martial [dial 
Méritait fort un piédeatal ; [6m] 
Dam', via-à-vis d'un roi qui penae • 
Le mérite a sa récompenae. 



Il neut rien; ç'fut aaaez pour lui [6ia1 
Que de mourir pour noa lia. [bit] 
Stuila est avide de gloire. 
Qui donn' sa vi' pour la victoire. 



Oui, de Beanjeu rien que le nom Ibii] 
Fit beaucoup plus que le canon. [M 
Dana sa famille le courage 
Est tout ce qu'elle a d'apanage. 






3 — LouiaXV 



— 14 — 



Il est mort, mai» il eat vivant (M«] 
Dan» le cœur de nos braves gens. [Wt] 
Oui, d'sa valeur et d'son courage l'i", .{ 
Toujours nous rendrons témoignage. 



Stuila m^rit' les r'grpts du roi [6m] 
Qui meurt combattant pour ses lois, [biê] 
Quand le soleil luit sur la plante, 
Ses rayons la rendent vivante. 

8 

Si ma chanson n'a guèr* d'esprit [5m] 
Mon cœur sent bien tout ce qu'il dit [bU\ 
Souvent stuila qui veut mieux dire 
A beau style, n'ezdt' qu'4 rire. ' 

Brave troupier, va, personne ne rira de ta chanton. A cent rin- 
quante-sept ans du héros qu'eUe oélAbre, sa naïve sincérité nous 
émeut enwre et, qui sait, peut-être plus profondément qu'elle n'émut 
les contemporains. Car notre patrimoine à noue, las petits-flls des 
héros de 1766, n'est-ce pas l'épopiie écrite par nos ancêtres de leur 
épée trempée dans le sang anglais ? Non, aucun Canadien-français— 
m même aucun Anglais— ne rira de ta chanson, pas plus qu'il ne 
s étonne» du dithyrambe qui. de l'âme de ton brave commandant 
enseveU dons sa gloire, jailUt entonné par la consoienoe populaire. 

Plus vite que l'éclair, plus craint que le tonnerre. 
Portant avec moi la terreur et la mort. 
J'ai passé comme un Mon des rivages du Nord 
Partout oi m'appelaient la justice et la guerre, 



1- I— Cette çhanion et U pièce suivante aont tirée» dei arcUves dei U«u- 
ment oommuniquê la copie qu'il en a prise. 



— 16 — 

Bt loi AngUin m'ont vu briaer comme du verre 

lout 08 qui a'oppouit à mon pniaunt effort. 

Au fort Uuqueene eenl • je lerTM de aupport 

Lonqu'il ne aembliit ploa qu'il en eût auTl» terre 

1* plu» aagd au oonaeil, le premier aux haaaida. 

nn vertos ont terni le luatre dea Oëaan 

Et rendu ce paya étonné de ma gloire. 

Quel aièole vit jamaia un ai grand oonqnérantf 

Vivant j ai triomphé, je triomphe en mourant, 

J£t choiais, pour tombeau, le champ de ma victoire. • 

l'intervention de la Mère de Diou, àinai ôr^on at OhnV. r !. 
remarque, en effet, d« même que le dŒ de "'ami»! Wafcur 

I - A I. copie de. .rehive. ce yer. et le prtcédent ., Ii«nt comme ,M . 

Partout où m'appelaitla ja.tiœ et I. guerre. 

Les Anglais m'ont to brùer comme du verni 

Métrique fautive, à Uquelle jw „médi« de mon mieux. 
2 — La copie porte encore : 

Et du fort Duqueane 

Ce qu. e.t uo mauvm. hémi.tiche, .«.. doute impuuble au oopi.1.. 

e4Te>!dem2,en?Jcto"" """""""' ' " ""-?»•*«, meure et rime- 
Ce\ ot'r^re'.f rfSfe'J?:^ .XVc" ■""*■ «'"*' -"-' ''■ fH' U= 1. 



— 16 — 



1 



D'au nouTtU* tam 
Onad at pnJMânt appui, 
C'nt voni, A Vierge Hii*, 
Qnc je ohente ■njourd'hui. 
Contre la Viriiinia 
Vona armai Totre braa, 
De notre oolonie 
Tona guidai laa aoldata. 



Braddock avec andaoa 
Fait marcher lea gucrrien, 
Et aur notre (arraaae 
Veut eueillir dea lauriera. 
II Teut dana noa campagnes 
Déployer aea drapeaux, 
Maia o'eat dana noa montagne 
Qu'ont échoai aea tiiTanx. 

3 

Mépriiant lea alarmée 
CYotk et de Boaton, 
IToua porterons lea armea 
Soua votre auguste nom. 
Donnei-noua la victoire 
Sur tous noa ennemia, 
Vous seule aurei la gloira 
De lea avoir soumia, ' 



Pleins d'un nouveau courage 
tàoat lea soldats français ; 
Vont avec les sauvages 
Au devant dea Anglais. 



1 — I/original porte bien mtfHii, maii la rime et la 



nuion exigent loiimit. 



— 17 — 

H'appayant inr Ifarlt 
Hlui an» tnr lanr TtUur, 
BIcDttt olMono t'tari» : 
iouit Ml b TBinqtitnr I 



Qainn oent* sur !■ pUo* 
VlfDMDt d'étra immola 
Qninn moU lur U pUoe, 
Vaiiu)uet(MMM«. 
Sneoèd* à h haidiaM» 
h'ifonnat» tt l'eftoi ; 
Maria ait la aaitraaaa, 
Tout flfchit à «a voix. 



Soutonai, gtanda nint, 
Motra pauT» paya, 
Il aat voira domaina, 
Faitaa flanrir ooa lia. 
L'AngUia aur noa hontièrea 
Porta lanra ëtandaida, 
£uno«i noa priiraa, 
Fortifiai noa ramparta. ' 

Prière nAïaaaaire et opportune. 

«.gœeirntrnrv:a1.?tenra,^^^Jd.'Lr4^ 

—aar noa frontiin« 
Portent lenia étendarda. 
Chonaguen, CariUon réoUment votre aide, 6 Vierge Marie I 
Exanoea noa priirea, 
Fortifiez noa ramparta. 

deQ-;;*'?,»"""'"" '"'"•'• "'"«'" "»""•-' «•• "<".iv« d. l-,MW.Dl.u 



— 18 — 



I 1 






j 



IL— OaonooM 
Mbnt» pu la vitttotn de ChotugMo. «— «-.an. 

roBOM I litu officiellement le 18 nui 176«. et, oioq Joan «vent U 
d<oU»Uon de. ho.tiIit<. en E««p,. le giniÀi mrqui.^dÎMonSSj» 
î?"*f PY,;?" •«"«"•l" <«• «outenir l'écUt de. lie de Fnnce n 
0.n*U, «Urqueit .ut le k1 de 1. Nonvelle-rnuifl.. O'ert le 1» da 

2S?„ J; Bi«nli.are»« ylerg^ Montoelm iiunganit U .Me de m. 
^tee'da'tTntiri'::''''''"' •"""•• «'-•«n»»."' '•"re 
Le. AngUi. tTtient depui. qnelqne tempe d^ii btti oette plaœ- 
forte, un. que 1 on eût pn le. emp«oher. Oiloe à ce point d'.ppni. 
il* oommu»U>eDt le commeroede. foomiree aTeo le. «UTagJ^d» 
p«y."den.haut,"eti un moment donné iU auraient pnTaprt. 
»voir oonwntré leur, force, à Chouaguen, dépendre, en trii. à 0*0^ 
toi jonr^ junqu'i Montréal, au coeur de U cobnie. Oe fort m dreiiMit 

SraST".^"SiiStïî:^,!"" •*^"'"* •"""" " ■*"""* "» 

Di. avant l'arrivée de Montcalm et de m. troupe., M. de Vau- 
drenil. gouverneur général, en avait réwlu U deetrucUon, et un 
projet de campagne avait été éUboré en coneéqaenœ: l'arrivée de 
Montodm et le renfort apporté pu' lee régimenU de la Sarre et du 
Hoyal-BouMillon précipitèrent la campagne. 

A cette nouyeUe la joie eet grande parmi le. troupe* nonveUement 
débarquée, qui brûlent de mar^Ser i la bataille, et Ton ae met en 
ro ite en chantant : — i ~ u.oï su 



Je oroi. que j'irona à Chouaguen, 

Qu'en die-tu, camarade t 

Je vois qu'on o'y prépaie bien 

Pour lui donner l'aubade ; 

Je vois arriver le oanv 

La bridondaine la faridondoa 



— 19 — 

Xt Ifontotloi arrivt >ii«i 

BWW 
A la fk^n d* Btnbi 
Mon uni. 



Nom noDi MmniH toni «miKiran^a 
Aveo Joie, oomiM on panaa, 
ÇUotont tonjonn, fort ivMUê, ' 
at mtrahiat en oadiinae. 
Tire», guiçoni, sur l'sriron 
U fâridondâine k «iridondon 
MoBi Terrant Cbougoeo tuiourd'hui 
. , ^ BiriW 

A Ih façon de Banbi 
Mon «mi. 



Ne oaigDou rjeu, mon cher ami, • 
Oeit Montoam qni noue guide: 
C wt un hëroa de toni 0I1& • 
Qui khm» t'invite. 
Il reut avoir Chouagnen, dit-on, 
I« fcridondaine la faridondon 
Son putuage sen pour lui 

Biribi 
A U &çon de Barabi 
Mon ami. 



I*» Anglaia bien s'avainnt riicl vante 
De venir k Montntal. 
Il» y ont, ma foi, bien M * 
D'une joie aana égale, 



J»;i^*T°""" •""•■ "" '• •*"•"•. «« qui n. rim. gué« .,„... 

'mut, o« qui «itiuM 

> l*baniiideUrime, 






i 



— 30 — 

Pour y voit no« bellea, don don 
La foridondaine la fuidondon 
Et dire i Vandreuil : Meroi I 

Biribi 
A la façoD de Barabi 
Mon ami. 

La dernière strophe, que je se sais vraiment comment écrire au 
passé ou a» futur, tant le texte manuscrit est défectueurpenrSssèr 

sTrK' t^''^r^"'\^'' '» «'""»™ * " victoire. 'orque "ette 
strophe a été ajoutée après coup. C'est en effet après b prisl du fort 
que messieurs les Anglais, faits prisonniers, furent oondSt. à Mon" 
réa^, y voir nos beUes et dire meroi à M. de Vandreuil pour m 
victoire qui leur valait... cette bonne fortune. '""'"'"' P°" » 
Or la victoire, Moutcalm se l'assura comme suit : 

rer. TS. hnriîîitSf.!.^. ^™' '" ''"''. ■'"""•n» «ne heure pour dêUbt- 
Ere de 17M1 /™? » ? • '* 1"^ rendu» pnaonmer« de guerre su nom- 
gleteï^ J^feur 2?^riîT„*'7*'"'"'' """^ '^'!'""'" '"'T» Vieille In. 
eentîlnrtetunel,;^^^,Sh..2;' drapeaux, tro» caisses militaires d'argent, 

fut'^d\\"s'sét7,"orL!?.'™ ?•?"'''' '"■''™ "*« Montoalm. une colonne (i) 
Le 21 août, la flottille française leva l'ancre, et saluant une dernière fois 



ViLZ?i>^L«"''rJil: "" '""•'"^' *' "" R"""" M- Chapais. Lacroix portait 



— 21 — 
•eul I. dl„o. dM rutaV. de S!o?iï,m ( ™ "" * «^" '""'"• 

puis encore une autre oUnwn, que la vlrve intwiWble de n„. !^f ' 



De notre Nouvelle-France, 
Général plein de vaillance, 

Fon pa 
Dans œa jours où Chouaguen 
Vient de tomber dans ta main, 
Je te bia la révérence 

Pon pa. 



Anglais, tontes vos mesures 
Devienne! ; des aventures 

Pon pa 
Qui grossiront nos jonmanx. 
Et surtout vos vains travaux 
Allongeront vos figures 

Pon pa. 



On dit que du fort Duquesne 
Vous abandonnez l'arène 

Ponpa; 
Que contre nos antres forts 
Vous tournez tous vos efforts. 
Mais nous changerons la scène 

Pon pa. 



1.-M. D. BoK»,oao.., llo„tcalm .t l. 0,na4. PranfaU, pp. 34-35. 



r^ 



— 22 — 



OlioMgaen qui te redn■■e^ 
C'est à toi que l'ou t'idreua 

Pon pa. 
O'eat Montoalm aveo Rigaud 
Qui n'ont sondé tes cré' \ni 
Que pour les réduire e; ioei 

Pon ps. 



Ils voul«:t<dt en leur présence 
Un peu TOUS voir en oadenœ 

Fonpa. 
Ces messieurs aiment le bal, ' 
C'est au bruit de l'arsenal 
Qu'ils font élever la danse 

Pon pa. 



Bn Français et du sauvage 
Vous avez vu le tapage 

Pon pa. 
Au son de leurs instruments 
Ont sauté vos régiments, 
Bien autrement qu'au village 

Pon pa. 









23 — 



Etait-ce par biengëance 
Qu'ils faisaient la révérence t 

■Non, je cioi» que vos soldats 
Njavaient point appris le pu 
D'une telle cantre<^n8e 
Fon po. 

8 

Fendant ce remue-ménage 
L'oiseau tombe avec la cage 

Fon pa. 
I-ossés de nos tourbillons 
Ils amènent pavillons 
Et s'en vont plier bagage 

Fon pa. 

9 

De oe grand bal sans mesure 
Fout achever la parcre 

Ponpa, 
Le sauvage, dague en main, 
Sans papier, sans autre tiain, 
Leur a fait une frisure 

Fon pa. 



10 

C'est fait de votre ermitage, 
Adieu tout le tripotage 

Fon pa. 
Le rhum n'aura plus de cours, 
Du castor et des peaux d'ours 
Vous n'aurez plus le plumage (I) 

Fon pa. 



— iM - 

11 

Puisque ainai l'on voua d^gniase 
Et qu'on voua tient dans U pmae 

Betoumez dans voa hameaux, 
Bepliei to';a va» drapeaux, 
Et ne battez plua la oaiaae 
Pan pa. 

12 

J'avaia prévu oet orage 
Quand voua montiez le rivage 

Pon pa, 
Car voua aavez que Villiers 
Avec tous ses eataflers 
Voua fit payer le péage, ' 

Pon pa. 

13 

Voua faites- voua une gloire 
De ne vouloir rien croire î 

Pon pa. 
Appiene.i qu'il vient un temps 
Où l'on en est dea dépens, 
Et o'eat la fin de lliiataire 

Pon pa. 



J><^'tidJMo«t2l"^J"^^iA^\'^'' ^"""•' «"Pi'^n.de I. marine, était 
5î^. ?.fi™° "'' ",?' ™ «t«"l'e"'ent de huit cents homme» des trôaDej 
ChôS«ùr''K"?',±''f"'^'T"f;il?' ™'"«™nf de IWmi du c?^'^" 

g9S?d^i%1fî^^MS,prfc 

■^ i juillet, .1 .urpnt, sur la mière Oiwégo, le convoi du lieutenanUolonei 



<fl i 



— 25 — 



U 



Pour qu'on wohe d'tgg m Ige 
Le Uroa d'un tel ournge 

Pon pa, 
Mâiqnei dana votre noneil 
Que le Marquis de V«ndr»uil 
voua fait à aon Indinage 

Pon pa. 

enS.t'n.tii""' "'•" "^ '"""' '»'" '<" ^»8'"' ' " •«"-"• >•«" 



Dernièrement i Chouaguen [biê] 
pu aiège ils ont voulu la fin, 
Ion lan la derirette 
Quand ils ont vu Rigaud venir ' 
Ion lan la deriré. 



Cet moutons ont vu dans leur paro r6i»l 
Quà la t«te de Bonrlamaïque, 
Ion lan la derirette 
Une balle vint s'aplatir ' 
Ion lan la derii^. 



<luoiqueBr«l,treetp„,i""re!î;u..„r p.» ^•"'«'■'•'no de pri.ot.nie™ 
Jf«.te./m, p. 95. pÏÏ où ron V„H que CoX^.'^v^^"'• " *"»"" * 

Kl^iri de pi« *àTé'de^i'w™ lr«S "?■;'" <?'. """«J"'" ordonn. .u .leur 
diln. et le, «"âge. Le .1ë, r d» Ri» <? '"^ ' '""'*«'" "« '«• «■>•• 
Quoiqu'il y .il bSi-p d?erûdVÔ° eé*tt;^ri"T«re"^t°" "f'" "" '' °'""°P- 



— 26 — 
S 



Quelle Mte ont donn oei gena-là 7 [bii] 
S'il» «oDt, ditaient-ila, tous oomm'oa, 
l>>n lan la derirette 
Btrblen I pooira-t^n les oodre 1 
Um lan la derirë. 



Si les Anglais sont des peureux, [èw] 
lia sont au moins industrienx 
Lon lan la derirette, 
Leurs gousaets ils ont sn garnir • 
Ion lan la derirë. 



A la saot^ de leur bon roi [Ma] 
Qu'ils ont si bien servi, ma foi, 
Lon lan la derirette 
Us boivent le jour et la nuit 
Lon lan la deriré. 

~.^^î!li*'*''? '^°°- Ç" qoelqna mw compatissante pour jeter un 
uH^f^"^"' P^^T,'" '«' """"'»" du vaincu ? Oui. Durant 
L^^ d«,Chon«gnen à Montréal, un honnête troupier de l'armée 
^„rH/"''ï""*ï'"P'^ ^^ ''^"Siai» qu'il voit tout aUttu. des 
causes de son chagnn, et le console.... TOo«« miitteri. 



It'ge" p:rd"^l"ir„-ri*Ji..°J*|P" •"^■"* " ■"■"ged. directeur du 
CoioM* â ^n fiJ^Z •?■*•. le feu de l'ennemi oena, «to. . Relation du P. 
dS?Snt ^"" P""»"'^"- J« P"le™i plu. loin de ce 

. ^•— Pffbftbie allusion i certaiues rumeurs d'anrès lesouellu lo. An.l.î. 

que Montoalm n'y trouva que 16,000 francs. A ce sujet M r'hapais écrit ■ 

;lx'^3ir.'°:rtmrt'd r"^sr"ii •"■« cj,nsidér;brrilïï« 

une narti» rf. iw "f"""™',"*» j» reddition de U place, se seraient distribué 
??eu?rde oetteal^atl™ ' /"ï""', l""" '^'"'^ rencontré aucune 
page 136 »«™»«'™- » i« iforjy*. rf. Monicalm, note au pied de la 



— 27 — 

Au. : AuêêUit que la lumiin. 

Le Françaia 

Apglaia, le chagrin t'ëtouffe, 
Sia-moi, mon ami, qu'aa-tu f 
Tea aooliera aont en pontonffe, 
Ton ohspesn 2*681 rabattu, 
Aa-tn quelque maladie 
Que tu n'oaea découvrir ? 
Apprenda-Ie moi, je t'en prie, 
Car je pourraia te giérir. 

L'Angloia 

Une mauvaiae pituite 
Qui m'a tombé aur le cœur 
M'aasuie que daoa la auite 
Je ne mourrai qu'en langueur. 
Ifaa^u paa quelque racine 
Qui puiase guérir mon mal ? 
Faia-moi prendre médecine 
Sana aile- à l'hépital. 

Le Françaia 

Si tu veux faire merveille 
Et te guérir comme il faut, 
Tu prendras une bouteille 
De la poudre de Kigand, 
Trente dragéea de Montoalm, 
De Villiera vingt-et-un graina. 
De Ligneria une disgme ; 
Tu guériraa pour certain. 

L'Anglaia 

Je voie bien que tu me railler. 
Tu ne me plaina qu'à demi, 
Tu m'arradiee lea entraillea, 
Me citant mea ennemia j 
Tu me pari' en ironie. 



— 28 _ 

Sou le matqna d'Arlequin, 

J» voli ton iDbtil g^nie 

Tn renz puler de Chonayen. 

LeFnnçaJi 

Quoi 1 t'a.t-ou prie oette place, 
Qni eat d'un ai grand renom, 
Fortifiie anr tonte faoe 
De mortiera et de canons 1 
Environnée d'une voûte 
Faite en forme de lambria. 
Et gardée d'une redoute 
Qui te metuit i l'abria 1 

L'Anglaia 

Il eat vrai qu'en Angleterre 
Noua aviona tonjonra compté 
De voua renvener par terre, 
Mais nong nona aommea trompée. 
Car vons avea tant d'adrasse 
Bt voa coups portent si bien ; 
Les nns tuent, les antres Measent^ 
Et les nAtres ne font rien. > 

de flegma prenait aon parti de a dé&ite et de iTnSSri. 

éZToJ:,'^^'"^"'"'^''' i-cheiuT'dii-i^'iLL'fZ: 

B^ïz^^' '"'j^^^'T^ «ui strophes de José sur la prisTX 
«1 S; îf T..- ■ ^.^'g-ov-Zr.^m était loin de LocheilL et U y 

!>!-./ !L s»1re.— et puis, vraiment, la satire de José av.it 

plus de grice que les vers oonsolateun, du Français de Ch^jl^ 
Et à cause de cela, et Locheill éUnt par aïue^rp^rfdt ° gS 



l._DiaIogu« emprmt* aux Chauom hiitoriquoi ie H L.ru« /„, „■« 



— a» - 



LooheiU, MnliBn.nt de «m ri» et de ut réflexioni " bon enbnt » 
pour loi. .u.« na peu de Jcé... et de ton. le, Canudien, ' 



Stuila qu'a pinoë Ohouaguen [6m] 
Sait vraiment bien manger aon bien. r6t»l 
ijam I c eat stuila qui a du mérite 
Et qui tronise un riège bien vite. 



Comme Alexandre il eat petite [bit] 
Mai» il a bien auUnt d'eaprit: [Mal 
Il en a tonte U vaillanoe, 
Et de César la diligence. > 



J étrillona messieurs les Anglaie [iial 
Qu aviont voulu faire lea mauvais. [Mal 
IJam ! c'est qu'ils ont trouvé des drilles 
Qu avec eux ont porté l'étrille I 






— 80 — 

4 



Qouid Dot' bon roi Mom toot ça, 
MorbUn I qu d'*i>e il en MotVa I 
Il Toin qne ton inhnt'rie 
Soatiandn bian n oolonic. 



Morblen I qaa j'aimoni not' gënénl 
Qai noiu a préservé* do mal 
Que oei Meuieuu da l'Angleterra 
Anriont tous bien voulu nous faire. 

6 

Stuila qu'a fait oetta cbanion 
Est un granadiar, bon luron. 
Qui donn'rait volontien sa via 
Pour le salut de sa patrie. 

Que dites- vous des trois demiires strophes î Je leur trouva un air 
da naïf anobantement et de simple héroïsme qui m'émeut vraiment, 
et ma fait songer que les soldats da France étaient bien dignes da 
leur général, oomme celui-ci était digne de commander à da tels 
hommM, pour qui rien ne comptait, pas m«ma leur vie, devant le 
salut de la patrie. Jusqu'au tressaillement d'aise du grenadier à la 
pensée du plaisir dont sautera son roi dont je ma délecte. Et ce ori 
du cœur : t Morblen ! que j'aimons not'géoéral 1 »... A quelles victoires 
ne pouvait prétendre un chef aussi chéri de ses soldats I 

Aussi bien la chanson suivante rend-elle témoignage de la con- 
fiance qu'inspirait aux troupes la bravoure de Montcalm, et da l'affao- 
tueuse estime qui liait à sa fortune tous ces braves gens. 



Se lauriers qu'on coupe une palme 
Pour couronner le grand Hontcalm, 
Que de Chouaguen la réduction 
Send vainqueur de l'Albion. 



— 81 — 

A qoel honneur na pcnt prftondn 
Le noble «nteur d'un li beau fidt I 
Troli forte nu4e, rMniu en oeadtN, 
Tel eet eon premier ooup d'eieti. 



1 



Pourquoi dono tontee oee eUrmea 
Qui Uieient oiaindre pour noe ermet t 
Ce fort, qu'on put en ai peu démonter. 
Atait-ll donc à redouter f 
Ignonit-on que U prjaenoe 
Du général de noa Fnnçua 
Devait dompter hon de défense 
Lea bateiUon* dea fiera AngUia ? 



Ah I de quelle donœ eapéranoe 
Un ohef de toile diligence, 
Qui aemble avoir Bellone i aea cttéa, 
Flatte toua noa ooenra raaaurés I 
En vain veut-on vanter la forœ 
Dea régimenta de Carillon. 
Maie œ n'eat pina qu'une amorce 
Que donnent cea braves ohampiona. ' 

S, 7^^^: "^^}^ oouatante et vindicative du gouverneur oonbi 

k ^tSn m'Z.iT' '*•' r, '"" P*"""'»' fortheureuaeuTt!! 
lantuatMnmtouededem ohe& responaaWes chacun de la aéourité 
dn Canada, et au«ii leur valeur commune quoique différfnto Tul 
ceU ne pouvait manquer dégrouper autour de l'un ou de r^^tieX 

^^l_8an. doute ..r.it.llprt«r.bl. d'écrir, oomm, .uit ce. deux demi.,. 

Ce n'est rien da plus qu'une amorce 
Qu'on donne 1 oe brave champion, 

Lrdie..eet"t'Jlîî;5^"^b™/.Th'.S;pS'nr'''^ '"• d' Jorce * U 



i 



— 82 — 

Que h adèle Rtoominri* 

Snr In andM dM Tentt porté* 

Do gnnd VtadnaU pnbU* ki Mploiti 

Et da Lonia la Jmta ohoii. 

A qui poavaiUU miau remattn 

LlionDanr at la gloira daa lia 

Qu'à oalni qni p^tand aonnatti* 

A ion poDToiT toa» oaa paya t 



Dam lui U foraa at 1* prudanoa, 
Aveo U foudra da la Fnnoa, 
Fait radoatar la aoeptra da noa nia, 
Dont il aontlant ai Uan la poida. 
Un coup d'iolat da aa pniaaanoa 
Matqua l'heuranz oommanoamant, 
Kt tambla annonoar par avance 
Da Ma armai la dënan>>]ient. 



Que da viotoiraa aisnaMaa I 

Qua da proTinoea Maoléea I 

Par oombian d'anlrea rapidea auooèa 

Son règne illuitre aea progrèa I 

Dea ruinea enoc famantea, 

Des eunemia les uataillons 

Sont pour tous dea prenvea parlantes 

Qu'il conserve dans sea prisons. 



Ainsi de Vaudreuil sons l'empire 
I« Canadien vit et respire ; 
Il court, il vole an combat sous aea lois, 
Par sa valeur venge aea droit». 



— JS — 

Pour !• bnolMnr de M patti*, 
^ui», ooMinre-r --m lonoteinp» 
Notre eontien el notre Tie. 
«ou t'adminne duu lee telente. 

Ji^Zl^, ?" '*'""•, •■"•"** """ "«" «»'"«•»' q«l. lai pour 

vZV«'«"""V"«! 1°« J« n'en oonnei. p., *?.„£;, ..„. * 

M PhnSS n •^"""* '""'« """•■" bibliophile et antiq3 
M. riUIéM Oagnon, prenait une part tria anti» Il ^ ^-.^^ 
quelque tempe une ooLne «,u, oetTrubriqu. • ^ '""°'"" 

AuTlgOlTÉg 0ANADMHMI8 



LlB PRITU 0B08I8 DB NOTRE BUTOIKI. 

Il aignait Biblo. 
Po^Uè«X,lYt'.Bl?' r ^'^-^-'d»»' de Sainte-Anne-de-la. 

u»iot^etTn'^:^%^uro.rrr9v;;ir'''''""^ 

UoD cher fiiblo, 
3 



lll 

Ml 



'î^v.. 



lie 



1 



— 84 — 

ohanirân*' "^ '" °''"*'" ï»'"™»' W™ <•«« noherohM inr U paternité d6 la 
Si vous oroyei qu'elle puiaie intérauer rat leoteun et qu'elle loit encore 
Inédite, comme on me l'a auui«, faiteien ce que bon vou» semblera. 

Votre bien dévoué. 

E.C, 

la lettre de E. 0. et la chanson forent publiées sans antre réf&enoe. 

Ayant à rééditer cette même chanson, qni fait partie de la copie 
de lH«tel-Dieu de Québec, je ne vonlns pas négliger la reUtion du 
Père Coqiart, et voici ce qni en est. 

An XlIIe volume, 1ère série, fol. 6411-6498, de la copie des 
■• Documenta inédits relatifs à la NouveUe-Franœ ", se trouve en eflét 
une lettre du Père Coquart adressée à son frère, maire et lieutenant- 
général de police à Paris ; elle est pi^cédée d'une lettre très brève de 
oe dernier, présentant an ministre la relation dn jésuite. 

Cette relation n'est pas datée et ne porte pas d'indication de lien 
mais par le contexte il est clair qu'elle fut écrite à Québec, et dans 
1 automne de 1756, et expédiée en France par les derniers navires de 
cette année. Elle contient une foule de détails historiques, spéciale- 
ment sur les opérations militaires du Canada, et le récit de la cam- 
pagne de Chouagnen ; l'auteur y fait aussi la revue des événements 
de 1 année. La relation n'est pas signée (il s'agit toujours de la copie, 
bien entendu.) et finit sans aucune des formulej usitées à la fin d'une 
lettre. La chanson la suit immédiatement. 

Or, au cours de la relation, pas la moindre allusion à la chanson, 
oe qui parait inexplicable, si U Père Coquart en est l'anteur. Il y a 
plus. En tête de la chanson, l'indication da l'air est laissée en blanc, 

après la formule qui l'annonce : Sur l'air de , lacune qui permet 

de conclure avec assez de certitude que nut au plus le Père Coquart 
a-t-il envoyé une oorie de la chanson à sou frère, et qu'il en était si 
peu l'auteur qu'il ignorait même de quelle musique la chanson avait 
emprunté sa mélodie. ' 

Voilà bien de l'écriture, je l'avoue, pour aboutir à ne pouvoir 
attribuer au Père Coquart la paternité de la suivante chanson. 

. ]:— S' toutefois la relation originale, qui est à "sris, ne fournit pas cette 
indication, ce que j'ignore. Il est à propos de faire remarquer que la copie 
des archives prOTinoiales est très mal faite j le copiste ne paraîtras touioïra 
comprendre ce qu'il copie. Une main plus récente a complété au crayon 
Undication laissée en blano à la copie : la chanson va sur l'air de Fous 
demandez une cAmison. C'est bien oe que porte le manuscrit de l'HAtel- 
Çieu. On trouvera la musique dans les Canliqua de Peîlegrin, 1706, pane 1. 
Au noté, page 35, n° 30. ' '""'»"«""• 



k^^^'fP^.M' ^ 



— 38 — 



m 
i 



y-ne oéUbrou du grand Taadreuil 

iji gi>g$B«e et la gloite. 
Toute '.'Ar,.;' itetro e*t en deuil 

Au bra ' le sa victoire. 
Ohouagne n'est plus. Nos soldats 

L'v>i.t fircë de se rendre, 
Et ses mure ne sont plus qu'un tas 

De poussière et de cendre. 

2 

En vain London de ses guerrière 

T rassemble l'ëlite, 
Montcalm avide de lanriera 

N'y court que trop v'ja ; 
BelJone lui prête sou char, 

Et, sûr de la fortune. 
De trois choses que fit César 

H n'en omet aucune. ' 



Déjà je vois de nos héros 

Une troupe intrépide 
S'élancer au milieu des flots 

St franchir un rapide. 
Rigaud leur montre le chemin, 

Et marchant à leur tête 
Porte l'alarme, et Chouaguen 

Devient no<je conquête. 



Enfin les voilà dans nos fers. 
Ces hommes redoutables. 






I 



^ - ^ . 



— 36 — 

Ces bravea qui domptent les mers. ' 
Sur terre ils sont traitables ; 

Dès les premiers coups de canon 
Lenr bravoure imbëdlle ' 

S'alarme et vient dans nos prisons 
Demander un asile. 



h 



A Carillon l'on dit pourtant 

Qu'ils auront leur revanche. 
Autant en emporte le vent 

Qui souffle dans la Manche. 
Los Canadiens leur font peur, 

Et Loudon est trop sage 
Pour oser contre leur valeur 

Mesurer son courage. 



mmm9M 

2 — Du lutin tmbteillu, faible. 
J-Lem»nu.orit porte: Ih .ouJUnt *.„. la manch^ oe qui „'. .uoun 



^ v^^tJ. »^ 



— 37 — 



Mais de tous ces exploita brillants 

Quelle est l'âme secrète 1 
On la connaît par ses talents ; 

Faut-il d'autre interprète ? 
Oui, c'est Bigot qui des vainqueurs 

Soutient le bras terrible 
Et fait circuler dans les cœurs 

Cette force invincible. ' 

ffiatÎN™ fj'S"'»»' déclaré l'âme de tous nos triomphes sur 
1 anglais I Non, là, on ne se serait pas attendu à celle là Or ™. 

oeue des archives provinciales, on lit distinctement Bieot Bimt 1 1« 
concussionnaire, l'affameur de la colonie, le chef abhoSé puis*^ftti-é 
d'i^^TT; ■ ^>^ '" ^'8°' -^^^ "Plendeurs orZues du ChUv. 
d or et de tant de mémoires accusateurs; non romaufsquês muz Ir 

Oui, c'est Bigot qui des vainqueurs 

Soutient le bras terrible 
Et fait circuler dans les cœurs 

Cette force invincible. 

de°'''R?^T^."^'""'"""' '""■^*=''» ^^ Montcalm, au-dessus 
nrf;rH:„^*î^"? •"""^ P'^»'"'* •J'»"™'" œ nom à ceuTaui 
procèdent, et à celui surtout que je vais dire), au-dessus de to^ls 

2— Cité par M. Chapai,. u Marqui. <U McnLl^ p. 348. 



— 38 — 

d^en^eurs de la colonie, c'ert encore à 1. Sainte Vierge, protectrice 
cl™l.„ °»''«'K<l"«.l'o'',«ttribua le brillant fMt\farme. d^ 
^no^Z;. ' '" "^l" °"'""' '? •<'°''"«™» «t 1« reconnaisMnce J 
«?t ™?, V.'n"/ "m ^^^ '"P^'j;'"' "* •" P-^Mrencea particnUères 
«oit pour Vaudeuil, soit pour Montoalm, «oit pour.r.. l'antre 
n.raient plu. de heu chacun, le. chef. euT-même.. pouvant «.n^ 
S?«nl'ïf4n'::t^'" '""" rivaUt.. devant U^o^phatTc: 

te giinéral dont la haute ngesM 

Eemplit ce. lieux de joie et d'allégrewe 

N'a jamais oublié dans se. noble, travaux 

Que o'e.t à vous qu'eet dû l'honneur de .e. drapeaux. 

»oJui'°j'"v5 ?"'"'' P?"T*,'' '°«'" «" veraeto du Te Omm, .on. le. 
Toute, de lëglise parousiale de Montréal au retour de l'expédition d. 
Ohouaguen. les .trophes suivante, du cantique i Marie. '™"'""'" 

Air : Adororu tous. 



Augn.te Eeme, au jour de votre fête. 
De Chouaguen nous faisons la conquête ; 
Ce jour trois fois heureux de votre Assomption 
Assure à ce pays votre protection, [bis] 



Depuis longtemps l'Anglais avec audace 
Avait sur nous usurpé cette place, 
Mais ne savait-il pas qu'en s'attaquant à nous 
Il pourrait attirer votre courroux f [bis] 



De nos soldat, le belliqueux cortège 

Sous votre nom en commence le siège ; 

Vous dirige, leurs bra., leurs canons, leurs mortiers, 

H est-ce pas à vous que sont dû. le. lauriers î [M.] 



— S0 — 



I«« mure tombent aons l'effort de la fondre. 

Le fer, le feu rëdnùent tout en poudre. 

Tu ne subaistea plus, orgueilleuse oW, 

Tes soldats sont heureux d'être en captivité, [bis] 



Montoalm, Bigaud et toute leur armée 

Inviteront la prompte Renommée 

A publier partout que c'est à votre doigt 

Qu'ils doivent le succès de ce brillant exploit, [bis] 

6 

Le général dont la haute sagesse 
Remplit ees lieux de joie et d'allégresse 
N'a jamais oublié dans ses nobles travaux 
Que c'est à vous qu'est dû l'honneur de ses 

[drapeaux, [bis] 



I' 
MI 

'i 

m 



Nous nous joignons au doux concert des anges 
Pour annoncer votre nom, vos louanges ; 
De vos divin» bienfaits le présent, l'avenir. 
Graveront dans nos cœurs un constant souvenir, [bis] 

III. — WlLLUM HeNBT 

Sur notre victoire du fort William Henry je ne connais qu'une 
chanson ; encore n est-elle pas inédite, et n'est-eUe pas " fameuse " ■ 
de mauvaise prose alignée en vers pires encore. Le fusil pesait moiua 
au bras de 1 auteur que la plume ; le style est d'un exact historio- 
graphe racontant les péripéties du siège. A qui aura lu le récit de la 
bataille la chanson paraîtra une réplique, et pour lui les vers foison, 
neront d allusions précise» aux incident» chronologique» du siège 

En VOICI donc tout d'abord le récit par M. de Bonnechose ; cette 
DeUe prose voue donnera bonne bouche, et fera mieux passer le» ver» 



'il 



i 



— 40 — 

hi". ", .m. A Mon"?»" ,, on i »h,ï.. ]• ". ''"■"".• """ ''" ""' "'" "•"'l" 

bord ,lu 1„. .ni^riour , l«„« iC;. „;", u îi! -'"'""'"ront r»r„,«n .ur 1« 
quo.«ngl»i,o,,|ui lo .6lo„,l»io„?o; ,'fl.„ôi,^ ? "oururont «ui »ux h«r. 
lu™., quo l„o.,l,,,.p,o IWIIU on Hvot'l,; """""'■" '"'■ '» '■'"""" «"« "''-'"• 

c..,uiuito, par l'ing^ o T r.mlmi.in.'' ir .'"'FT '" '' """ ' '" "("rôti™., 
1» journal rf.liK6 ", Itouy»iZ roroonTr!^*'.''''''!''"'''''?'''"'''*''"'" •'•"" 
Malgré « garnT.,m ,„ Xm ù "ôin """ul''""' '"" "'"'''""" '!• I" '»"«•■«. 
.on c«„n rotranohf, I. nla'oo.ouva^^.^- ."'""•'•"" 'l"»'""" "«"on. et 

dait ,iK mille l'ommoi , d'i'm rô^„ hô?,, i '"''' '" S"^"' *^'''''' ™niui»ii. 

de ce ctfté lo/lmi, ror,t«io;,l ."îoncleu." n ! l 'lî" "'"•'»"""" ''« i'Hu.l.on , 

«orile r«r Webb pour i" ror„,r .on Wr/?' '"" ''f '=■ """K™ ! "Ile et.lt 
.eoour,, et pour fen.aiêrTcanituW^IL """",''"" 1" P»" »"«<l<ire .on 
MontcalnUui«crivilŒt«t m;?' ""',''''''''• *'"""• "»i' P"rdu. 
«ir avec de. pri,„„nre« "'. DroJurt ?? H ' ''" '""■' ""■•"■• ™""* '''" •" 

obligé ,lo laîro la liuorre ° •" Queûef ft^rên 1 "," *7r" .■■'" ""'"■ * I"' i° •"'" 
Tjtéran éco...i. eî, reooiaut Bar Bon»?™,!,'" ""l'^f»»''"" "t I» doulinr du 
Webb : un .old.t .oui po^rôifro .llî^^""""" '«'"'"'""'"•«ondu m...ag, d. 

reî;.Ui,r'' "■ '•""■<••"•''" fort ba.U«nt 1. chamade, Wil.ia. . ,u„.y .. 



l-MonUOrn ,1 h Canada Frmfi,, pp. 66 .t .uiv. 



— 41 — 



Quel Oit 00 Kiiorrior InvinoiWo 

Qui vient i\ Rraniln imn pour nm voir ? 

l»o |iar«l« Il ont iiivinoihlo 

En (limtit cju'll |irilton(l m'avoir, 

tJ'Dlt-il fniro ootto nniiilo.oi, 

Fulro (». ,|ii'il n fuit r«iitrii ? 

A (JliniiBKtion il iinim n ,ur|iri», 

Ici nottit lomnioa nvorti». 



Jo fn\» do MnntOBlm, nsna dmitanoe, 
Qui vioii» pour te voir aujoiml'liui. 
1 oiir toi il n'y a (iliin il'ospc^ranno, 
Han» quolipio tnin|« tu anran pria, 
Mo» Franijai» d'im cmtt aniniri 
Vont devant toi l,ioi,trtt paraltro, 
Mos SauvoKo» et me» Canadion», 
Qui tom font leur devoir trè» bion. 

3 

Je aaia qne te» Frantjai» «ont brave», 
Te» BauvaRo" et ten Canadion», 
Mai» plutflt que d'Stro osolavo» 
iJo me rendre il no »era rien. 
J'ai de» mortier» ot de» canon». 
Un retranchement imprenable, 
Do» bombe», boulet» à foi»on. 
Toute» sorte» de munition». 



Je me moque de te» menace», 
lie te» mortier», de te» canon», 

J'ai de» oanonniera très Bavant»' 
Qui te feront de» polit«»»e»; 
Crois-moi, ne fa;<i pas lo vaillant, 
Tb ei i moi dan» peu d'inatanta. 



— 42 — 



Allont, Fnnçaii, prenona eonnge, 
Faites donc voir votre valeur, 
Faites des Anglais nn carnage, 
Montrez que vous avez du cceur. 
Tirez, bombardez, oanonnez, 
Boraaez, mettez tout en cendre ; 
Sous les drapeaux du grand Bourbon 
Faites éclater son grand nom, 

6 

Que chacun montre ici son zèle 
Pour aller o"vrir la tranchée. 
Qu'il s'arme de pioches et de pelles 
Pour travailler de tons cités. 
Que l'on pose toutes les batteries, 
Mortiers, bombes et oaronades. 
Afin que toute l'artillerie 
Jone poni la glaire de Louis. 



Ah 1 je vois bien que je me meurs. 
Je vois dans la consternation. 
Je vois les Français tout à lîenre 
Envahir tous mes bastions. 
Déjà mes Anglais étonnés 
Ne savent où prendre asile ; 
Je crois qu'il budra céder. 
Demandons à capituler, 

8 

Ahl grand Montcahn, que de carnage I 
Vous détruisez tous mes Anglais, 
Suspendez donc votre courage. 
Et pardon, messieurs les Français, 
Délivrez-nous donc, s'il vous platt. 
De Ja fureur de vos Sauvages ; 
Kons vous demandons simplement 
1^8 honneurs de guerr' seulement. 



— 48 — 



Oni, Je f aoeoida ta dnnandab 
Uiis il tant qaa tu itoh' tant 
Que duu troi) moie il but me rendn 
Toui In Fran^ie que tn m'ti pria ; 
Et pour plua grande lûreté 
Je retiena donie olBdera bravea, 
Sèa maintenant tu peux partir 
Et de longtempa ne revenir, 

10 

Je ferai encore mon poaaibla 
Four t'ezempter de la fureur 
De mea Sauvagea intr^pidea, 
De mes Français pleine de valeur. 
Maia souviens-toi qu'il ne faut pas 
Njuguer les troupes de Louis qninn j 
Montoalm caresse tes cantons 
A oonpa de bombes et de canons. ' 

Montoalm a le dernier mot dans ce duel hom&ique ; c'est juste, û 
était Français et du Midi, où l'on a U langue bien pendue, et M^ro 
était Anglais...et, comme U panilt, un peu mal en tmin ce jour-là 

A sa prochaine rencontre avec ces messieurs d'Angleterre, Mont- 
oalm aura encore le dernier mot et le dernier coup de fusil Je veux 
dire a tanllon, 

IV. — Cabiixos 

Carillon I... La magie de ces trois syllabes chargées de gloire fran- 
çaise fait vibrer nos cœurs et toujours le fera. La victoire de Carillon 
est lune des plus belles, non seulement de l'épopée militaire fran- 
çaise au Canada, maia encore des annales de l'humanité. Vingt mille 
Anglais battus, mis en déroute par trois miUe cinq cente des nôtres I 

<^iddva t quid miles I quid etrata ingetiHa ligna t 
En etgnum ! En victor ! JOma hie, Deua ipte triumphiU, ' 



2 Ne rantei m le chef, m l'armée, ni m» boi« abattoi : Toioi Vttmiml l 
70ie= le T&i«4ucur 1 C'a.t Dieu, oui, 'o'e.t Dieu qu. .M^oi, wômph^ 1 *"* ' 



— 44-. 

du général de Aé^rCjrtr'ret'''"™' " """ '" '"""^ 

trée. .u, le. ruil'roe '«r^utletoTw'lSSÎr' '??" 'T' T^'"' 
yontc:,oendr6à MontréJ™, la voie du ^"^^ ^'^•' °' ^^''^ 
rivière Biohelieu. A k Mtrdn I J ri. ^° Çhamplam et de 1. 

barre 1. route à l'envahiJeÛr 1« Z?^'°,&°- '" ""' °^^' 9°' 
mal entretenu de clSrnr.rnr" /"'L'"."'^"' ■"•• ""• Pl" 

' U frnrîTTP"^" ^^^^^^^^^^^^^^^^ """■• '' """'"' 

à C^Son. '""™'"' •"' '""^'*' 'o™* = " iraattendrele, Anglai. 

duTant li. f l,oe, un maiMlon m.i il ni,' • "^^ ""'* demi-porté» de cMon 

retr.not.™ent b.,tionné con.Sùuîveo Z ?r„ '" '^°" '"*'"«""'. d«n. un 
temp,, on déboi.er,it Iwentour, iul!.l™. lî"?! "P/'P"'" i «a même 
leur, branche. .ig„i.é,. .erw'de owîiXw"". '^ "'■'•™5«»' * «•'". 

«n'ir..";T^,'si;°?ri"„'iLirtt"hrt'.° 3." f^n*^?- 1- '"-p" •p»'*"- 

le. .inuo,it*. du .01 et tou, ,e. bLtion. H?^i'^"'*'«''° '^'""" ' " •"''•It 
ment. De. b»tterie. imp«,5,é<,,"t 1° ' Jin^nî,'/ JW'"^'" récip,™ue- 
remueLà droite, quelque. troSée,ôu'o^n.« , '"' b'V'ent 1. fcrJd. 
M«. rabati. p™je.éVurdéfeS?e.'".p7 "ohë.'r£."it'à'?Z' '" '"""'• 

drijet^x^téirTàr-"^:.* 'î,"T' ?■"■--' '-«-p'». '••« 

hêtre, pourpre, .ur ij „ir "*^ , " 'f '""ble. tombent aur le. bouleaux la. 
eue che'iohaJt dr/eu" ÎXave ul'- '"m""!*,''/ ■ '»-' o»" roepènSant" 
"ViveLévi.!" Il «couranu^"Vd"°ï,~;"^^^ ^"8" '» """î^' 

Kjldat. d'éUto. Orâceà cerenf-fT..1 <''°<>-''»''on. avec quatre cent. 
d» combattant, ..ra'dt trof. mml'cTn, "«r "'""" * ""P"' '" ■""""" 

KouMillon au Centre, avec ion Sneâu Zi^T '^'" "'° '•""'"'' ""y»'" 
.Oleil de juiJiet, brûlant en ce clirS?" un .oM STv' i™"?' "', •"«"• I* 
n«. du Champlain. " Me. enfanU 1. S?„„i! 'Î'P'!' ' "''"in"' le. 

en étant à ter« «,n haUu wKx l,n. '° ■»"'i='>»"'ie, " dit Montcalm 

l..Anglo.Américain.XwSZ.TclSf'l'''"".''°'».°°™«-"»". 
nadier. en t«te et cha..eu« .ur le. «ï^cî ° «"■'" colonne., gre.' 



— 48-- 
ta»ri:?'.*.te."n1 ^rtauTS"""""- '"'^•"•ft-S.I.Ju.qu'.lor. 
~tin„„t lntrtpi,le"V„?4« l'îhl"^''*""' ""• '• Plo-nf. r«„l*r.nt, nui. 

f»rem„l.. Mai. l'«nnL,r„rr.,î"t pï . J*tur,'ïïi;;* 1' '""''■'"■'in p.r 
•'««i.nt oruM a..ur6.. d'une fMile .iolAl™ l^n^^.!* . i' f*"" '™"P" l"* 
«•gr.nd» boi. .i r.aout,bU. danl îTu^'ll '^ ' ?" «*"t*"'' ''«""It. d» 
«tmlt., 1. r.tr«te en Paniqué '•"*»*''™. «"'«t "hing* l'.rrtt «n 

p.™i: îïo'r„"^ï,'i j: sr ?î;i.Si.''drF'ren' T^""'- "";'■""'"- 

L« diable emporte le< gooneurg 
Avec les aooneries 1 
Quand tout le monde est déconfit 
L'on n'a pas tort de crier • fi I 
Du carillon de la Nouvelle-France. 

Cette spirituelle chanson dut avoir on l7Ka ,,-. / 

.Pl^rt p., ren«.» d'une aUnne'^îe" man" ,1^^! S.é1 Ins' 



•ur M. M«roh«id. ■»"»»«•(:»« AfatortjuM, 1897, sveo une notice 



-Sk^Sm 




— 48 — 



u OÀinLo» n u iroimLu.nAaoi 



Mwiicnn, qotnd noai tTou apprit 

Vot pomptuu ipprochM, 

Il «et Tnl, noni d'itou pu prii 

De flunbMnx ni de torohe* ; 

Mai» pour bien mienz roui honom 

D abord non» avona fkit Koner 

U carillon [bù] de la NoureUe-Franoe. 

2 

On dit qna la oMmonial 

Vona parut inaammode ; 

Ceat Hontoalm notre g<o<ral 

Qui l'a mig à la mode ; 

Car dèi qu'on voit de to» loldata, 

Il faut qu'on sonne à tour de bras 

Le oarillon [i,i*J de la Nouvelle-Franœ. 



Voua voM plaignez que toua noa ain 
Voua éoorobent l'oieille, 
Cependant ces brillanta concerta 
S'aooordent i merveille ; 






— 47 — 

Montotlm m uaïqm 1m Momita 

Xt Mt tronpw Iw oontMunM 

Do OMilloD [&<<] d« U NoavtU«.FMao«. 



Voni Mp^riu dau Dotr* fort 

Manger uns Hlada; 

Nom TKui avoni aarri d'abord 

Une flne poivrade. 

Tou> la trpuviei d'on ai haot goût 

Que voua D'ent«ndi« plna laa oonpa 

Dn oariUon [bù] de la NonTalla-FniiM. 



Voni aTei bien aenti lea aona 

Diffirenta de nos clochea, 

Pour en diatinguer tona lea tona 

Voua ^tiea un peu proches, 

n ne fallait point avanoer 

Quand voua avez vu oommenoer 

Le carillon [Vi.>] de h Nouvelle-France. 



Vous n'avez pas vu le plus beau 

De nos o^rémonies. 

Si les troupes qu'avait Rigaud 

Se fussent réunies, 

Vous eusaiea vu le Canadien 

Sauter et joindre le tocsin 

Au carillon [Ma] de la NouveUe-France. 



w 



Vous avez ''sus ce jour perdu 
Vos chapeaux et vos tuques ; 
Si les Indiens eussent paru 
Vous perdiez vos perruques, 



— 48 — 

Voui enaaiez crié, mais en vain. 

L'on n'eût point atrttë le train 

Du oarilbn [6m] de la NonveUe-Franoe. > 

Un AngUàt : 

Meioi, meaaienra, de vo» honnenta. 

IJÙMona les tailleries ; 

Le diable emporte les sonneurs 

Avec les sonneries : 

Quand tout le monde est dto)nflt 

L'on n'a pas tort de crier : fi ! 

Du cariUon [Ma] de U NouveUe-Franoe. 

Au fond, je ne blAme pas messieurs les Anglais, et personne ne les 
Mimera, de n'avoir pas apprécié U mélodie du Carillon de la Nouvelle- 
^^iJ" T"^ seulement, parce que je n'en ai pas i eipUoation 
plttJtéteange leur envie-et c'est à quoi le chanVonnier ramène 
leur partie de campagne aux champs de Carillon— de venir 1& s'em 
SïS'.'.hîSJÏ^L.^t °".'^' ressouvenir galment de la IZ, 
débauche d'herbe tendre qu'en un pré de moines passant le teave 
âne du bon Lafontoine s'était permise, et qni, i lui aussi, valut un 
haro dans les grands prix. 

Or, chose curieuse, et preuve que aalade n'est point I& que nom 
nmer avec poivrade, la chanson suivante résume aussi en une envie 
feméhque pour la salade de OariUon l'entrepris.) des Anglais. > 

wn7™ ï?!^^"''?^''' «' P™H''? inopportune, aux Boéne. barUrei de 

DoreU i L'armée, et trop petite arm«e du roi, vient de battre leTennem,. 
QueUeMuméepourla France I Si j'avais eu deux oenta ^nvî™ ' 

«rvir £t«t. i on dét«hement de mille h„mm«Télitrdon?rIÎS^offil 

ji^^"**?'' 1™ J* ■" loupçonne abiolument pas le sens on'il «nn.u..t 

ESfi. .!?./*"*?'' "i" "■."""? 1" •»*«>"«> P"i«que deux clJum^l^SS 
it 1?% •^*' °"'' ""I^Wlfi" ««i : Le» Anglais pensèrent nous maï^; 
•nsaUde.. ou encore: Ils .'imaginèrent ne faire qKne bouohéë d?îio™ 

troupe tormSa de différentes arme», ma s ie ne vois nan oii«nn.7Sir.!._ • ' 
mpGent «Jade en ce sens. Conte'nu en'cemol™ y" aZ>n dTeS.'! 

a^ïSJTsoTaïÏKtir """"■" ''"'^"' "" "- ««^"-2 ne «^î 



— 49 — 



Ce fnt un beau lamedi, 
En mil sept cent cinqnsnte-hnit, 
Que les Anglais ont &it attaque 
Sur nos frontièies de Carillon. 
Vivent nos braves bataillons t 



^gt mille hommes ils ont avancé, 
Croyant noua épouvanter, 
Croyant manger une salade 
Dans les cantons de Carillon. 
Vivent nos braves bataillons 1 



La salade qu'ils ont mangée 
Etait fort bien assaisonnée ; 
Mais le vinaigre est un pen aigre 
Dans les cantons de Carillon. 
Vivent nos braves bataillons I 



Us ont avancé dans le fonds 
Croyant y prendre nos vallons, 
Mais grtoe à nos canonnière 
^is de lenn barges furent coulées. 
Vivent nos braves canonnien I 



Pauvre roi Georg», te Via foutu. 
Pour toi la bataille est perdue > 



i'.iï^S'Lt'.LS.':'"^ """ '" ''^""•" *'"''^ le Lame, i ,„i 



— 50 — 

La mnaée exprimée en cette atrophe inoompUte est admirablement 
acherée dans œ triolet, rencontré à la suite d'une lettre de U Miie 
Jucheiean de Saint-Ignaoe, aux arohiTas de l'HAtal-Dien de Québec : 

Atco raison 
Le loi George aura l'humeur noire. 
n ie fichera tout de bon 

Avec raison 
Quand il apprendra la victoire 
Dont le Oinada se fait gloire 

Aveo raison, 

Oe triolet, qui > vaut seul un long poème, > ' est an mannsorit 
précédé d'une chanson de cinq couplets, sous la rubrique : Chanttm 
eanadienne. Canadienne elle l'eat, mais seulement dans son applica- 
tion aux événements du Canada d'une chanson franiiaiss composée 
en 1767 sur les maréchaux d'Esttées et de Sichelien : 

Nous avons deux généraux 
Qui tous deux sont maréchaux. 
Voilà la ressemblance. 
L'un de Mars est le favori 
Et l'autre l'est de Louis, 
Voilà la différence. ' 

L'auteur de la Chanton eanadienne est peut-ttre la Mère Juche- 
reau elle-même ; elle l'adresse à un correspondant en France, aveo 
une lettre datée du 20 octobre 1758. 



OHAMBOH OANADIINNI 
1 

Le Français comme l'Anglais 
Prétend soutenir ses droits, ' 



1 — Foor lui domier... oette valeur, U m'a fkllu régulariser le triolet, &utif 
au manuscrit ; 

Aveo raison 
Le roi George aura l'humeur noire, 
Avec nÙBon, eto. 

i Ckmtnu iitlorifiHt, loo, oit., p. 18. 

S-^n éorivait alon Anglois, que l'on prononçait Anglovoit, œ qui rimait 
aveo droits, aussi prononoft âiouniU. 



la Mère 
)aébeo: 



uinaaiit 
Humêon 
applioa- 
>mpoaée 



Jache- 
oe, avec 



it, fautif 



lirimût 



— 81 — 

Voilà la leaBemblanoe ; 
Le Français par ëquit^ 
L'Anglais par daplidté, 
Voilà la diffërenoe. 



L'Anglais bit des prisonnien, 
Kons en faisons par milliers, 
Voilà la ressemblance ; 
Le Franoais les traite bien, 
Et l'Anglais les traite en olùen, 
Voilà la différence. 

3 

n noua a pris des vaisseaux. 
Nous lui prenons des obAteaoz, 
Voilà la ressemblance ; 
Il nous rendra notre bien 
Et nous garderons le sien. 
Voilà la différence. 



Chouaguen vaut Beaus^'our, > 
Chaonn triomphe à son tour, 
Voilà la ressemblance ; 
Mais Tis-à-Tis de Carillon, * 
Qu'y a-t-il à mettre de bon 1 
Voilà la différence. 



1— Ls fort da Beaiuijoiu, en Aoadie, pri« par les Anglui en 1766. 
»ir:iîfl-r5""îrf dol-Hotel-meu, au W de Carillon a PortMahon. Ce 

SSfï^/i'*l'"°»^'^> Ki°l»lieu,et«n. doute ila oh««on rf». 
adie, dont la ohanBOn canadienne n'e.t qu'un dioalque, ainai oue je l'ai dit, 

MHarf.fc!,i^. •^'''•?''; "•"•'^enne. La Uère Sainte-Hélène mm 
™11. *, ^ "^ «touclie à .a copie. Deux édition, de oetto ohanioiu 

Sjl^SreX^îttlrJt'Srar""""" ''''"'"» '''^'"' «» -» ^ 



_62_ 



L'AngUia cherche des laurien, 
Autant en font nos gneirieis, 
VoiU la ressemblance ; 
Les Français en font amas, 
L'Anglais n'en moissonne pas, 
Voilà la différence. 

Hélas I les lauriers moissonnés à Carillon nous les avions payés 
d'une autre moisson : 700 hommes de l'armée française avaient été 
tués I " Chifbe énorme dans une si petite armée, où le prix d'un 
homme se multipliait par le cane des distances entre la France et 
l'Amérique. " ' 

Et Bottgainville et Bourlamaque étCT<!nt blessés, et les hôpitaux 
regorgèrent de nos soldats. 

A-t-on jamais songé à ces milliers de soldats des régiments du 
Béam, du Languedoc, du Royal-Boussillon, succombant sur nos 
" arpents de neige ", pour nous conserver Français î Ah 1 les braves 
cœurs I.... Et a-t-on assez réfléchi sur cette poignante réalité : Ces 
vaillante laissaient en France leur patrie, une famille : un pire, une 
mire, des soeurs, une femme, ou une " promise ", images aimées et 
lointiiines vers qui se tournaient leurs regards expirante T.... Quels 
denils dans les foyers de France ! 



Far ulleuTi, la prise de Fort-Uahon, l'un des plus beaux faits d'armes de 
la guerre de Sept Ans en Europe, fut chantée en France comme le luirent chei 
nous DOS Tictoires. Le recueil manuscrit de l'Hâtel-Dieu se termine par une 
« chanson française » sur la prise de Port-Uahon ; j'en cite, 4 titre de curio- 
sité, le premier couplet. 11 y en a trois. 

Ces braves insulaires 
Qui font, qui font sur mer les corsaires, 

Ailleurs ne tiennent ^uère. 

Le Pori'Mahon est pns. 

Le Port-3f ahon est pris. 

Ils en sont tout surpris, 

Il est pris, il est pris. 

Ces forbans d'Angleterrg, 
Ces fou', ces fou', ces foudres de guerre. 

Sur mer comme sur terre, 

Dès qu'ils ont combattu 
Sont battus [f<r]. 

1 — ^BoHirlOHOsa, Montealm et h Canada FrançaUj p. 92. * 



— 68 — 

1 5"°"^ 'î™''^" '""'*"' P*"^'» » II» no rënssirent pM àgarfer 
le Canada i la France, c'est vrai, mais le Bouvenir fervent qui leur 
enrvit ne contribue-t-U pas à nous conserver l'âme française ? Il 
njasnr œlaancnn doute, depuis un demi siècle surtout que le 
passé revit dans le présent» par la vertu de l'événement qu« voici 



Le premier jour de l'année 1858, les abonnés du Journal de 
klMbeo recevaient en hommage de nouvel an, en guise sans doute de 
la chanson coutumière, un poème nouveau d'allure héroïque. Le 
poèmt, contenu en hait pages in-octavo, imprimé sur papier azur, 
comptait trente-deux strophes et dtui cent quarante-quatre vers : an 
bas dn dernier on lisait ce nom : Octave Crémazie. C'était l'appari- 
tion du Ihapeau de Carillon, destiné à commémorer le 100* anni- 
versaire de la grande victoire, et plus encore, "ar sa portée générale, 
4 raviver la flamme nationale au cœur de la ace canadienne-fran- 
çaise. 

Le poète feisait à sa race par ce poème un cadeau de nouvel an 
comme jamais elle n'en avait eu, et j'imagine aisément les patrioti- 
ques ardeurs qui, en l'hiver de 1858, réchauffèrent le cœur de nos 
teaves gens, à l'évocation— très neuve pour cette généiation— des 
gloires ancestrales. Le poète leur demandait : 

Fensez-^ous quelquefois ft ces temps glorieux 
Où seuls, abandonnés par la France leur mère, 
Nos aïeux défendaient son nom victorieux 
Et voyaient devant e. 'nir l'armée étrangère ? 
Eegrettez-vous enoor ces jours de Carillon 
Où, sous le drapeau blanc enohahiant la victoire, 
Nos pères se couvraient d'un in nortel renom, 
Et traçaient de leur glaive une héroïque histoire ? 

Begrettez-vous ces jours où, lâchement vendus 
Par le faible Bourbon qui régnait sur la France, 
Les héros canadiens, trahis, mais non vaincus. 
Contre un joug ennemi se trouvaient sans défense 1 
D'une grande épopée ô triste et dernier chant. 
Où la voix de Lévis retentissait sonor^. 
Plein de hautes leçons ton souvenir touchant 
Dans nos cœurs onblieux sait-il régner encore î 



— M — 

Vot ecBui n* aont plna ontdieax, giloa à tM rtn, A btrde I 'Bt 
te nuw— l'axil qne tn nbiiMJf • dft an Mn «dond— ^ qund «lie • 
Tonln n ohoiiir niw derin^ * mi* It ton UMon OM mott : Jt mê 
«OUVMIU /... 

Lm modaitM ohanwni ptr moi exhnmta de !■ ponnièta dn 
kiohivM «niont-ellei apporta aniù qndqne aliment an onlta dn paaa< 
ohsi msa oompatriotea ? J'ai dMié ntte i^oompenia à ma peine. 



^1