Skip to main content

Full text of "Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France : depuis la fondation de la monarchie française jusqu'au 13e siècle; avec une introduction, des suppléments, des notices et des notes"

See other formats


j<V^, 



-i-:?:- 



\y' 


'é^ 


e^ 


"vC^ 


M^. .'^l^ 


\T ^. 


WWi. 


'A 


<^ 


•f^ 


*i^^^KII 




V 


H- 


•a^ lÀl'f 


r ^ 


^4 1 S 



t^--' 

dv 



^ 



'V^^/ 



.^^^5r^' 






ns 










COLLECTION 

DES MÉMOIRES 

RELATIFS 

A L'HISTOIRE DE FRANGE. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS- LE -PIEUX , POEME , 
PAR ERMOLD LE NOIR. — ANNALES DE SAINT- 
BERTIN ET DE METZ. 



PARIS, IMPRIMERIE DE A. BELIN, 

rue drt Matliurins-S^iint-Jarqucs , n. 14- 



COLLECTION 

DES MÉMOIRES 



RELATIFS 



A L'HISTOIRE DE FRANCE, 



DEPUIS LA FONDATION DE LA MONARCHIE FRANÇAISE JUSQu'aU i3' SIECLE j 

AVEC UNE INTRODUCTION, DES SUPPLÉMENS , DES NOTICES 
ET DES NOTES ; 

Par m. GUIZOT, 

PROFESSEUR d'histoire MODERNE A l'aCADÉMIE DE PARIS. 






A PARIS 



CHEZ J.-L.-J. JjRlERE, LIBRAIRE, 

KUE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS, N". 68. 
1824. 



). 



•'V 



FAITS ET GESTES 

DE 

LOUIS-LE-PIEUX, 

POÈME, 

Par ERMOLD LE NOIR. 



NOTICE 



SUR 



ERMOLD LE NOIR. 



Ermoldus NiGELLt/s, OU Ermold le Noir, nous 
serait absolument inconnu sans le poème qu'il 
a consacré à chanter les louanges de Louis-le- 
Débonnaire , et son ouvrage est le seul monu- 
ment qui nous apprenne quelques circonstances 
de sa vie. Nous y voyons qu'au moment où il le 
composa, c'est-à-dire peu avant l'an 826, il était 
exilé à Strasbourg pour quelque faute dont rien 
ne nous indique la nature. Quelques sa vans ont 
cru qu'il avait trempé dans la grande conspiration 
des fils de Louis-le-Débonnaire ; mais cette cons- 
piration n'éclata qu'en 85o; la conjecture n'est 
donc pas fondée. On trouve, en 834, ^^ abbé 
Ermold envoyé par Louis à son fils Pépin , roi d'A- 
quitaine, pour faire rendre aux églises les biens 
dont elles avaient été dépouillées , et notre poète , 
à la fm de son premier chant, forme le vœu d'aller 
vivre dans le royaume de Pépin. Trois diplômes 
de Louis-le-Débonnaire (en 855 et 857) font des 



Vllj NOTICE 

concessions àErménald, abbé du monastère d'A- 
niane en Languedoc, dans le diocèse de Mague- 
lonne; les noms à'Erménald et d'Ermold sont à 
peu près semblables; le neuvième siècle offre beau- 
coup d'exemples de transformations de ce genre ' ; 
et Ermold a célébré avec complaisance le monas- 
tère d'Aniane et les vertus de saint Benoît son fon- 
dateur. Du rapprochement de ces circonstances et 
de quelques autres éparses dans les vers du pané- 
gyriste de Louis-le-Débonnaire , Muratori a conclu 
qu'Ermold dut à son poème la fin de son exil , qu'il 
rentra dans les bonnes grâces de l'empereur , reçut 
de lui diverses missions, etmourutabbé d'Aniane. 
Ces conjectures, adoptées en général par les éru- 
dits, ne manquent pas de probabilité. 

Quant à l'ouvrage même d'ErmoM , il est de- 
meuré, jusqu'au dix-huitième siècle, enfoui dans 
les manuscrits de la bibliothèque impériale de 
Vienne. Marquard Freher en avait publié quel- 
ques vers, mais sans y attacher aucune impor- 
tance ni donner aucuns détails sur l'auteur. 
Pierre Lambeck le fit mieux connaître dans ses 
Coinmentarli de Augustisshna bibliotheca Cœsa- 
rea Vindohonensi (Vienne, i665 — 1679; 8 vol. 

■ Aruald et Arnold , Rainald et Uainold , Berlhald et Berthold . 
Hiinald et Hunold . etc. 



SUR ERMOLD LE NOIR. IX 

in-fol.); il rendit compte du but et de la marche 
du poème, en cita le commencement et la fin, es- 
saya de découvrir ce qu'avait été Ermold lui- 
même; et, après avoir excité la curiosité des éru- 
dits , promit de la satisfaire en publiant l'ouvrage 
entier. La mort l'empêcha d'accomplir sa promesse . 
Gentilotti, son successeur dans la charge de bi- 
bliothécaire à Vienne, la renouvela et ne la tint 
pas davantage ; il paraît même que , par une misé- 
rable jalousie, il mit obstacle aux efforts du savant 
Muratori qui fit plusieurs tentatives pour se pro- 
curer une copie du poème d'Ermold, et l'insérer 
dans sa collection des historiens italiens. Gentilotti 
mourut à son tour, et Garelli qui le remplaça, 
animé, pour la science, d'un zèle plus désinté- 
ressé, se hâta d'envoyer à Muratori cette copie 
tant désirée. L'illustre bibliothécaire de Modène 
la publia aussitôt en y joignant une dissertation 
sur le manuscrit, sur Ermold lui-même, et des 
notes où il porta son érudition et son exactitude 
accoutumées. L'édition de Muratori a été repro- 
duite, avec son commentaire, dans la collection 
des historiens français de Dom Bouquet. 

Il ne faut pas chercher dans ce poème une his- 
toire complète de Louis-le-Débonnaire , ni même 
des faits omis par les chroniqueurs qui nous ont 



X NOTICE 

raconte le règne de ce prince ; on n'y trouve rien 
fie nouveau en ce genre , non plus que dans la plu- 
part des grossiers essais poétiques de la même 
e'poque. Mais en revanche on y rencontre, sur les 
mœurs, la manière de vivre et d'agir, l'ëtat géné- 
ral de la société au neuvième siècle, des détails 
beaucoup plus étendus et plus animés que dans 
les chroniqueurs. Ces derniers ne s'inquiètent 
guère que des faits matériels; ils énumèrent les 
expéditions, les conquêtes, les révoltes, et ne nous 
font point pénétrer, pour ainsi dire, dans l'inté- 
rieur des événemens;en sorte que nous apprenons 
d'eux ce qui est arrivé sans jamais savoir comment 
se passait la vie des hommes qui y prenaient part, 
sans assister aux scènes dont ils ne nous indiquent 
que les résultats. Une telle sécheresse est impos- 
sible dans un poème, quelque simple et inhabile 
que soit le poète; la poésie vit de scènes et de dé- 
tails; elle A eut peindre ce qu'elle raconte; il lui 
faut des descriptions, des discours; elle recherche 
les circonstances qui donnent au récit de la vie et 
de la vérité; et quelque froide ou grossière que soit 
l'imagination du poète, il nous introduit bien plus 
avant que le chroniqueur dans les faits ou dans 
la société dont il nous entretient. C'est là le mérite 
de l'ouvrage d'Ermold et ce qui en fait un luonu- 



SUR ERMOLD LE NOIR. X] 

ment historique d'une assez haute importance. On 
ne rencontre nulle part des renseignemens aussi 
précis et aussi animés sur les réunions desChamps 
de Mai et les discussions C|ui y avaient lieu, sur la 
marche et les vicissitudes des expéditions mili^ 
taires, sur les travaux dont les empereurs carlo- 
vingiens chargeaient leurs missi dominici , sur les 
fêtes de la cour, les chasses royales , etc. Ermold 
ne raconte que peu devénemens; et pourtant je 
n'hésite pas à dire que ses tableaux du siège de 
Barcelone, de la campagne de Louis-le-Débon- 
naire contre le Breton Murman, de la visite du 
pape Etienne iv à Rheims , et de celle du Normand 
Hérold à Aix-la-Chapelle , contiennent plus de faits 
que les récits des chroniqueurs les plus minutieux. 
Quant au mérite littéraire de ce poème , il est de 
peu de valeur, pas aussi méprisable cependant 
que l'ont répété presque tous les érudits , plus ré- 
voltés d'une latinité barbare que touchés de quel- 
ques détails vrais et naïfs. A travers l'emphase 
laborieuse et l'ignorante rusticité du style d'Er- 
moldon rencontre çà et là, dans ses vers, c[uelcjues 
tableaux animés, quelques sentimens naturels, et 
surtout quelques comparaisons d'une simplicité 
assez poétique pour saisir vivement l'imagination 
du lecteur. 



xij NOTICE 

Le nom d'Ermold lui-même serait peut-être 
resté inconnu sans la bizarre peine qu'il a prise 
pour que la première et la dernière lettre de cha- 
cun des vers que comprend l'obscure invocation 
qu'il a place'e en tête de son poème , formassent , 
par leur réunion , le vers suivant : 

Ermoldus cecinit Hludoici Cœsaris arma. 

Nous reproduisons ici le texte de cette invoca- 
tion pour faire comprendre cet étrange acrostiche 
qu'Ermold a sans doute regardé comme un tour de 
force admirable , et qui , à coup sûr , lui a coûté de 
bien longs efforts. 



SUR ERMOLD LE NOIR. XllJ 



ERMOLDI NIGELLI PROLOGUS. 

pi ditor œtherea splendes qui Patris in arc K 

5! egnator mundi faatorque , Redemptor et aucto sa 

g ilitibus dignis reseras qui régna poloru g 

O lim conclusos culpa parientis Avern O 

r' uminis œterni reveliis qui Chrîsti tribuna r" 

O avid psalmicanus prœsaga carminis illu o 

G oce prius modulans dudum miranda relat G 

Cfi acra futurorum qui prompsit carmina vata t» 

O onfer rusticulo qui possim Cœsaris in ho Ci 

M ximii exigao modulanter poscito rit W 

O armiae gesta loqui. Nymphas non deprecor istu n 

—I nsani quondam ut prisci feceie périt •- 

:? ec rogo Piérides, nec Phœbi tramite lime :^ 

"- ngrediar capturus opem, nec ApoUinis alm — 

H alia cum facerent, quos vana peritia lusi H 

m orridus et teter depressit corda Vebemot S 

C^ inxina siderei potius peto luminis ut so p^ 

C «rus justitiae dignetur dona precat G 

O edere : namqne mihi non flagito versibus hoc quo o 

O mnia gestorum percurram pectine parv o 

i-i n quibus et magni possunt cessare magistr »-• 

a a:saream flectam aciem, sed cantibus haec bu n 

-M ncipiam celebrare. Fave modo Cbriste precant *-< 

Ci armina, me exilio pro quîs nunc principis ab ho Ci 

>■ uxilium miserando levet qui celsus in aul > 

M rigit abjectes , pareil peccantibus atqu fn 

CA pargit in immensum clari vice lumina soli c/i 

>■ Ita régis Cbristi princeps qui maxime sceptr ►• 

^ ex Hludovice pie , et pietatis mnnera Caesa ia 

^ nsignis meriti, praïclarus dogmate Christ ^ 

C« nscipe gratanter profert quae dona Nigellu C/) 

> nsnbus acta tamen qui tangere carminé vestr ►■ 
Ï3 egis ob setemi vestro qui pectore sempe ?3 
g ansit amor, Csesar famnium releveto cadente ^ 

> Ititonans Christus vos quo snblimet in aethr ■* 

C'étaient là les expédiens dont un poète s'avisait au 
neuvième siècle pour attacher son nom à son ou- 
vrage et le transmettre sûrement à la postëiité. 

F. G. 



FAITS ET GESTES 



DE 



LOUIS-LE-PIEUX, 

POÈME, 

Par ERMOLD LE NOIR. 



INVOCATION. 

(créateur , maître et moteur de ce monde qiie tu protèges et as 
racheté , toi qui brilles dans la demeure éthérée de ton père , toi 
qui ouvres , à ceux qui combattent dignement pour ton nom , le 
rojaume des cieux autrefois fermé par la faute de celle qui est vouée 
aux douleurs de l'enfantement ! toi , ô Christ ! qui as reconquis sur 
Tenfer le trône d'éternelle lumière , verse sur moi , homme simple 
et grossier , ce don des vers qu'eut jadis David , le chantre des 
psaumes , dont la voix , instruite à prédire l'avenir , dévoila , il y 
a tant de siècles , par ses accens prophétiques , les dogmes sacrés 
du temps futur si admirables à raconter , afin que je puisse , dans 
ce petit poème , célébrer les hauts faits dùgrand César avec quel- 
que harmonie et le ton qu'exige un tel sujet ! Je n'invoquerai point 
ici les nymphes , comme le faisaient autrefois dans leur folie les 
doctes de l'antiquité ; je ne supplierai pas les muses ; je n'irai pas , 
gravissant un rude sentier , fouler le seuil du temple de Phébus 
pour dérober son secours ou celui du puissant Apollon. Quand les 
anciens , jouets d'une vaine habileté , se livraient à de telles illu- 
sions , l'horrible et noir démon pesait sur leurs cœurs ; je m'élè- 
verai plutôt vers le? demeures des astres lumineux pour que le vrai 

I 



2 INVOCATIOÎ^. 

soleil de justice daigne accorder ses dons à mon humble prière. 
Non , je ne me flatte pas de parcourir dans mes vers , avec mon 
faible archet , le vaste cercle de ces hauts faits dont le récit pour- 
rait fatiguer les plus grands maîtres , ni d'être assez heureux pour 
attirer les regards de César: mais enfin je tenterai d'en illustrer 
cà et là quelques-uns par mes chants. Christ ! prête donc une 
oreille favorable à mes supplications ! fais que mes vers m'obtiennent 
la fin de mon misérable exil des bontés secourables de ce prince 
qui , du haut de son trône, élève les humbles , épargne les pécheurs, 
et tenant la place du brillant soleil , répand la lumière dans l'im- 
mensité ! Et tqi , monarque qui tiens en tes puissantes mains le 
sceptre sublime du Christ , pieux roi Louis , César si fameux par 
tes mérites et ta piété , toi en qui la foi du Christ jette un si vif 
éclat , recois avec bienveillance l'offrande que te présente Le Noir 
qui a tant d'audace que d'effleurer ton histoire dans ses vers ! je 
t'en conjure par cet amour qui toujours a rempli ton cœur pour le 
roi de l'éternité. César, puisse le Christ qui tonne du haut des 
cieux te récompenser d'avoir relevé ton serviteur dans sa chute , et 
t'assurer une place au sommet de la voûte éthérée 1 



POÈME 

D'ERMOLD LE NOIR, 

EN L'HONNEUR 
Du très-Chrétien LOUIS, César- Auguste. 



CHANT PREMIER. 



Louis, Auguste César, tu surpasses les plus célèbres 
empereurs par les richesses et la gloire des armes , 
mais plus encore par ton amour pour Dieu. Grand 
prince, dans mon audace j'aspire à chanter tes louan- 
ges! Daigne le Tout-Puissant, source de toute force, 
m'en donner les moyens ! Ces hauts faits du valeureux 
César, que dans son pieux amour le monde publie 
avec tant de raison , je vais tenter de les décrire ; peut- 
être serait-il plus sage de m'arréter dans une telle en- 
treprise et de m'en tenir à pleurer sur les funestes 
fautes dont je me suis rendu coupable. Homme simple 
et sans culture, j'ignore les secrets des muses, et ne 
saurais produire des chants disposés suivant les règles 
de l'art; mais la bonté d'un roi que touche plus l'in- 
tention que la valeur même du présent qu'on lui fait, 
enhardit ma timidité qui balance. De plus, et je l'a- 



4 ERMOLD LE NOIR. 

voue, mon exil me pousse dans la carrière^ les dons 
à présenter me manquent, et j'offre le seul bien dont 
je dispose. Je n'irai point au reste raconter une à 
une toutes les actions de Louis; je n'en ai ni la pré- 
tention ni le pouvoir, et mon talent serait trop au 
dessous d'une si grande tâche. Non, quand Maron, 
Nason , Caton , Flaccus , Lucain , Homère , Tullius et 
Macer, Cicéron ou Platon, Sedulius, Prudence, Ju- 
vencus ou Fortunat, et Prosper lui-même vivraient en- 
core , à peine pourraient-ils les renfermer toutes dans 
leurs fameux écrits, dussent-ils même redoubler leurs 
célèbres et mélodieux ouvrages ; et moi cependant , 
misérable nocher, n'ayant qu'un grossier esquif qui 
fait eau de tous côtés, je veux m'élancer dans le vaste 
océan de cette mer immense ! Que la main qui , pour 
sauver le fid-'le Pierre de la fureur des flots prêts à 
l'engloutir, souleva sa barque et lui prêta de nouvelles 
forces , prenne pitié de moi , me préserve de me perdre 
dans les gouffres de l'onde, et me pousse , magnifique 
César , vers le port de ta faveur. Allez donc mes vers , 
mettez dans tout leur jour les actions de Louis, et, 
dans le grand nombre , sache ma plume en choisir 
quelques-unes. 

Dans le temps où le sceptre des Francs fleurissait 
dans les mains vigoureuses de Charles, que tout l'u- 
nivers honore hautement du nom de père, quand la 
France répandait au loin et de tous côtés les éclats de 
son tonnerre, et remplissait le monde de la célébrité 
de son nom , le sage Charles , de l'avis de ses grands 
assemblés, distribua entre ses enfans les insignes de 
la royauté '. La France eût obéi à un prince du même 

■ En 781. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. I^'". 5 

nom de Charles, si le successeur dësigné eût recueilli 
l'héritage de son père. Ce monarque donna le royaume 
d'Italie à son bien-aimé Pépin, et à toi, Louis, il te 
conféra la couronne d'Aquitaine. La renommée ins- 
truisit bientôt l'univers de ce partage si égal , et Louis 
se rendit en triomphe dans les Etats confiés à ses soins. 
Ce fut par un miracle que ses parens donnèrent ce nom 
de Louis à ce jeune prince qui devait être si fameux par 
les armes, si puissant et si pieux. Ce nom de Louis, qui 
vient du xwol Ludus , apprend en effet que c'est en se 
jouant qu'il a donné la paix à ses sujets, Que si l'on préfère 
consulter la langue des Francs pour connaître l'ély- 
mologie de ce nom , on verra clairement qu il est com- 
posé de Hlut , qui veut dire fameux, et de TVii^^, 
qui signifie Mars. Encore enfant , ce noble rejeton 
qu'animait le souffle divin, accrut son royaume par 
l'honneur, le courage et la bonne foi. Avant tout, il 
se hâta d'enrichir de ses dons les temples des serviteurs 
du Christ , et, rendit aux saintes églises les biens dont 
autrefois on les avait dotées. Ne régnant sur les peu- 
ples que par la loi et la force de la piété, il rétablit 
l'ordre dans les États soumis à son sceptre, et leur 
donna une vie nouvelle. Par sa sage habileté , ce pieux 
roi dompta le caractère farouche des Gascons , et fit 
des agneaux de ces loups dévorans. Tournant ensuite 
ses armes rapides contre les Espagnols, lui-même les 
chassa loin de leurs propres frontières. Combien de 
hautes montagnes et de châteaux forts il soumit, en 
courant , à son empire , avec la faveur de Dieu ! Qui 
combattait pour lui.!^ je l'ignore; et quand je le saurais, 
ma plume grossière ne pourrait les rappeler tous. Je 
(lirai cependant ceux dont la renommée a porté ré- 



6 ERMOLD LE NOIR. 

cemment les noms jusqu'à mes stupides oreilles. Je 
laisse aux savans à parler des autres. 

11 était une cité inhospitalière pour les escadrons 
Francs , et , de plus , associée aux intérêts des Maures ; 
les anciens Latins l'appelèrent Barcelone , et Rome la 
polit en y introduisant ses mœurs. Toujours elle of- 
frait un asile sûr aux brigandages des Maures -, toujours 
des ennemis armés la remplissaient-, quiconque venait 
d'Espagne ou y retournait en secret, une fois entré 
dans cette ville , trouvait partout une entière sûreté. 
Habituée de tout temps à tomber sur de petits corps de 
nos fantassins pendant leur retraite, elle triomphait 
de les dépouiller. Beaucoup de nos ducs l'assiégèrent 
long-temps et firent contre elle diverses tentatives 
guerrières 5 mais toujours le succès trompa leurs vœux. 
Quoiqu'on déployât contre elle la force des armes, 
l'adresse, ou toute espèce de machines, toujours, forti- 
fiée comme elle l'était de murs d'une immense épais- 
seur et construits, de toute ancienneté, du marbre le 
plus dur, elle repoussa loin d'elle les efforts de la 
guerre. Chaque année, aussitôt que le mois de juin 
élève vers le ciel les moissons blanchissantes , et que 
l'épi déjà mûr appelle le tranchant de la faucille, le 
Franc menace les murailles de cette ville, inonde les 
champs et les métairies, arrache les fruits de la terre, 
et dépouille la campagne de ses dons; ou bien encore 
il ravage les vignobles au temps où le Maure a cou- 
tume de mettre au pressoir les doux présens de Bac- 
chus, art inconnu au Franc. Ainsi lorsque dans la 
saison d'automne d'épaisses armées de grives ou d'au- 
tres oiseaux habitués à se nourrir de raisins fondent 
du haut des airs sur les vignobles, elles arrachent et 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. 1". 7 

emportent les grappes , et les plus beaux raisins tom- 
bent sous les coups de leurs ongles et de leurs becs ; 
en vain alors du haut de la montagne le triste et mal- 
heureux vigneron frappe des cimbales ou s'étudie à 
pousser de grands cris 5 ce n'est pas pour lui une tâche 
facile d'empêcher ces cruels ennemis de s'avancer en 
troupe serrée et de ravager les fruits dont ils se gor- 
gent. De même les Francs , aussitôt que le temps arrive 
de recueillir les fruits de la terre , enlèvent aux ha- 
meaux toutes leurs richesses -, et cependant ni de si 
cruelles dévastations , ni d'autres malheurs divers , ni 
les coups pressés des armes de nos ducs ne peuvent 
briser le dur cœur du Maure. A peine les Francs agiles 
lui ont-ils ravi tant de biens , que de rapides vaisseaux 
lui en rapportent par mer d'aussi abondans. Long- 
temps le succès incertain se balança donc entre les 
deux partis , et la guerre se poussa des deux côtés , 
dit-on, avec un acharnement égal. 

Au printemps , lorsque la terre échauffée commence 
à reverdir, que l'hiver fuit chassé par la rosée des 
astres , que l'année se renouvelant rapporte aux fleurs 
les parfums qu'elles avaient perdus , et que l'herbe 
rajeunie ondoie remplie d'une sève nouvelle , nos 
rois agitent les intérêts du royaume et rappellent 
les antiques lois ' 5 chacun d'eux ensuite se rend sur 
ses frontières pour les mettre à l'abri de toute attaque. 
Alors le fils de Charles, suivant la vieille coutume des 
Francs , mande et rassemble autour de lui la foule dis- 
tinguée des hommes les plus éminens dans la nation % 

' Dans les champs de Mai. 

^ Le texte porte electos populi ; fpieltjiies savans ont entendu par là les 
élus du peuple , et en ont conclu qu'il y avait à cette époque de vraies 



8 ERMOLD LE NOIR. 

les grands du royaume, dont les conseils décident des 
mesures à prendre pour le bien de l'État. Les grands 
se présentent en toute hâte et obéissent de plein gré ; 
le faible vulgaire les suit, mais sans armes. Tous les 
puissans s'asseient sur l'ordre qui leur en est donné '; 
le roi monte sur le trône de ses aïeux , et le reste de 
la tourbe dépose au dehors les dons accoutumés qu'elle 
apporte au prince. L'assemblée s'ouvre ^ le fils de 
Charles prend la parole et profère ces mots du fon4 
de son cœur : 

« Magnanimes grands , vous que Charles a préposés 
(( à la garde des frontières de la patrie , et qui , par vos 
« services, vous êtes rendus si dignes de cette noble 
« récompense, le Tout-Puissant n'a daigné nous éle- 
« ver au faîte des honneurs qu'afin que nous pour- 
u voyions aux besoins de nos peuples conformément 
« aux anciennes lois. L'année revient après avoir par- 
u couru son cercle; voici le moment où les nations se 
« poussent sur les nations, et courent aux armes avec 
« une alternative de succès partagés. La guerre est 
« chose qui vous est bien connue; mais nous, nous 
« l'ignorons; dites donc votre avis, et quelle route 
« il nous faut suivre. » 

Ainsi parle le roi. Contre cette idée s'élève Loup- 
Sancion^ Sancion, prince des Gascons, qui gouver- 
nait sa propre nation , se sentait fort d'avoir été nourri 

élections, une représentation nationale; mais cette opinion est rejjonssee 
par tons les faits, et ces mots electos popu/i désignent ici non pas les 
élus , mais Vélite du peuple. 

' En 801 . 

' Sancio , c'est-à-dire Sanche- Ce Loup-Sanche était probablement 
le petit-fils de cet antre Loup, aussi duc des Gascons, qui , en 769, 
avait livré h Charlemagne l'Aquitain Hunold, réfugia dans son territoiie . 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. 1'^'. 9 

il la cour de Charles , et surpassait tous ses ancêtres en 
esprit et en fidélité. « Roi, dit-il, de ta bouche dé- 
« coule l'inspiration de tout sai,'e conseil ; c'est à toi 
« de commander , à nous d'obéir. Si cependant cette 
« affaire est livrée à notre discussion, mon avis est, 
« je le jure, qu'on conserve une tranquille paix, m Le 
duc Guillaume, de la cité de Toulouse, fléchit le ge- 
nou , baise les pieds du monarque, et s'exprime en ces 
termes : « Lumière des Francs , roi, père, honneur et 
« bouclier de ton peuple, toi qui l'emportes sur tes 
« ancêtres par ton mérite et ta science , illustre maître, 
« chez qui le sublime courage et la sagesse coulent, 
« avec une abondance égale , de la source paternelle ! 
« monarque, prête, si je le mérite, une oreille favo- 
« rable à mes conseils , et que ta bonté, grand prince , 
« exauce mes prières. Il est une nation d'une noire 
« cruauté , celle qui tire son nom de Sara ^ et est dans 
(i l'habitude de ravager nos frontières. Courageuse , 
« elle se confie dans la vitesse de ses chevaux et la 
K force de ses armes. Je ne la connais que trop, et 
« elle me connaît bien aussi. Souvent j'ai observé ses 
« remparts, ses camps , les lieux qu'elle habite et tout 
« ce qui les environne. Je puis donc conduire les 
u Francs contre elle par un chemin sûr. A l'extrémité 
« des frontières de ce peuple est en outre une ville 
« funeste qui , par son union avec lui , est la cause de 
« tant de maux. Si, par la bonté de Dieu, et succom- 
« bant sous tes efforts , elle est prise , la paix et la tran- 
« quillité seront assurées à tes peuples. Grand roi , 
« dirige tes pas contre cette cité , porte les funérailles 
« sous ses murs massifs, et Guillaume te servira de 
« guide. » 



10 ERMOLD LE NOIR. 

Le monarque souriant serre dans ses bras ce servi- 
teur dévoué , lui rend le baiser qu'il en reçoit , et lui 
adresse cette amicale réponse : 

« Nous te remercions pour nous, brave duc, nous 
« te remercions pour notre père Charles. Toujours , 
« sois-en sûr, tes services recevront les honorables 
« récompenses qui leur sont dues. Les détails que tu 
« viens de donner, depuis long-temps j'ai pris soin de 
« les tenir gravés dans le fond de mon cœur, et mainte- 
ce nant j'aime à les entendre publier hautement. Comme 
« tu le demandes , je me rends à tes conseils et sous- 
« cris à tes désirs -, toi , Franc , confie-toi en la promp- 
« titude de ma marche. J'en suis réduit, je l'avoue, 
« Guillaume, à n'avoir qu'une seule chose à te dire; 
« mais que ton ame recueille avidement mes paroles. 
« Si, comme je l'espère, Dieu m'accorde de vivre 
« assez pour cela , et que lui - même me protège 
« dans ma route, cruelle Barcelone qui, dans ton 
« orgueilleuse joie , te vantes de tant de guerres 
« faites aux miens, je verrai tes murailles, j'en at- 
« teste ces deux têtes » (car en disant ces mots il 
s'appuyait par hasard sur les épaules de Guillaume) ^ 
« ou il faudra que la foule profane des Maures se 
« lève contre moi , et que , pour sauver ses alliés et 
<{ elle-même, elle en vienne à tenter le sort du 
<( combat-, ou toi, Ijarcelone, tu seras, bon gré mal 
« gré , contrainte de m'ouvrir ces portes où il ne nous 
« a pas encore été donné d'entrer, et réduite à im- 
« plorer mes ordres. » 

Il dit : les grands poussent des murmures confus 
d'approbation , et leur foule pressée baise les pieds du 
puissant monarque. Ce prince alors interpelle Bigon, 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. l^*". I I 

cher à son cœur ' , et fait entendre à son oreille ces 
paroles si douces à sa grande ame. «. Va , rapide Bigon, 
« signifie ce que je vais te dire à la foule de nos fidèles, 
« et que ta bouche leur rapporte nos propres paroles. 
<( Dès que le soleil montera dans le signe de la vierge, 
« et que sa sœur suivra son cours dans le cercle qui 
« lui est assigné , que nos troupes triomphantes et 
« bien armées pressent de leurs bataillons les murs 
« de la ville que nous avons nommée. » Le docte 
Bigon exécute sans tarder ce que lui prescrit son maître 
bienveillant , et court de tous côtés porter avec célé- 
rité ses augustes commandemens. 

Cependant le jeune roi, brûlant d'amour pour le 
Christ, éleva pieusement pour les serviteurs de Dieu 
des murs dignes de les recevoir. La renommée publie 
en effet qu'il institua dans ses Etats de nombreuses 
congrégations de moines réguliers vouées au Très- 
Haut -, que si quelqu'un désire connaître tous ces saints 
établissemens , qu'il parcoure, je l'en conjure, le 
royaume d'Aquitaine : pour moi, dans cet essai, je 
n'en chanterai qu'un seul. Il est un lieu célèbre par le 
culte de la religion que le premier roi de la race de 
Charles a lui-même nommé Conques \ Autrefois l'asile 
des bétes fauves et des oiseaux mélodieux , il était 
resté inconnu à Ihomme que rebutait son aspect sau- 
vage. Aujourd'hui on y voit briller une troupe de pieux 
frères adorateurs du Christ, dont la célébrité s'étendit 
bientôt au loin jusqu'aux cieux. Le monastère qui les 
renferme , le religieux monarque l'a construit de ses 

' Probablement le même Bigou que plus tard Louis-Ic-Debomiairc 
nomma comte de Paris. 

^ Le monastère de Conques , dans l'cvcche de Rbodcz. 



12 ERMOLD LK NOIR. 

(Ions, en a posé les fondemens, l'a comblé do biens 
et s'est fait un devoir de l'honorer spécialement. Il est 
situé dans une grande vallée que baigne un fleuve 
bienfaisant et que couvrent des vignes , des pom- 
miers et tout ce qui sert à la nourriture de l'homme. 
C'est Louis qui a fait tailler le roc à force de travail et 
de bras, et ouvrir le chemin qui a rendu ce lieu acces- 
sible. Un certain religieux , nommé Date , est , dit-on, 
le premier qui vint l'habiter. Pendant qu'il conservait 
encore sa mère et vivait avec elle sous le toit de ses 
pères jusqu'alors échappé à la rage des ennemis , voilà 
que tout à coup les Maures répandent un effroyable 
désordre , et ravagent de fond en comble la contrée du 
Rouergue. La mère de Date , les débris de sa maison et 
tous ses meubles firent, dit-on, partie du riche butin 
de ces cruels ennemis. Dès que ceux-ci se sont retirés, 
chacun des fugitifs court à l'envi revoir sa maison et 
visiter les pénates qui lui sont connus. Date , dès qu'il 
a la triste certitude que sa mère et sa maison ont été 
la proie des Maures, sent peser sur son cœur mille 
pensers divers. Il équipe son coursier , se couvre 
de ses armes, réunit les compagnons de son mal- 
heur, et se prépare à poursuivre les ravisseurs. Le 
hasard veut que le camp où les Maures se sont retirés 
avec leur butin soit fortifié par un rempart et des 
murailles de marbre. Le rapide Date, ses compagnons 
et tout le petit peuple y volent à fenvi et se prépa- 
rent à en rompre les portes. Ainsi quand un épervier 
étendant ses ailes fond à travers les nues, enlève un 
oiseau dans ses serres et s'enfuit vers l'aire dont la 
route lui est bien connue , c'est en vain ([ue les com- 
pagnons de la victime poussent des cris , font retentir 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. I^' . K^ 

les airs de leurs voix ]iijj;nl)res et poursuivent le ravis- 
seur-, celui-ci, retiré dans son nid, à l'abri de tout 
danger, étouffe sa proie dans ses serres, la tue et la 
retourne sur le côté qui lui plaît pour la dévorer ^ de 
même les Maures , défendus par un rempart et maîtres 
de leur butin, ne craignent pas davantage l'attaque 
de Date, sa lance et ses menaces. Un d'eux l'interpelle 
du haut des murs et lui adresse , d'une voix moqueuse, 
ces cruelles paroles : 

« Sage Date , dis-nous donc, je t'en conjure , ([uelle 
« cause amène toi et tes compagnons vers notre camp ? 
« Si tu veux nous donner sur-le-champ , en échange du 
« présent que nous te ferons , le coursier sur lequel tu 
« viens couvert de ton armure, ta mère ira te re- 
« joindre saine et sauve , et nous te rendrons le reste 
« des dépouilles qu'on a enlevées ; si tu refuses , tes 
« yeux seront témoins de la mort de ta mère. » 

Date profère cette réponse affreuse à redire : « Fais 
u donc périr ma mère , peu m'importe , car ce coursier 
« que tu demandes, jamais je ne consentirai à te le 
« donner ^ il n'est pas fait, vil misérable, pour rece- 
u voir un frein de ta main. » Sans plus différer, le 
Maure cruel fait monter la mère de Date sur le rem- 
part et la déchire , sous les yeux même de son fds, par 
d'horribles supplices. On raconte en effet que ce bar- 
bare lui coupa d'abord les mamelles avec le fer, puis 
lui trancha la tête , et dit à Date : « Tiens , voilà ta 
« mère. » 

L'infortuné, furieux du meurtre de celle qui lui 
donna le jour, grince des dents, gémit et flotte incer- 
tain entre mille projets divers; mais, pour venger son 
trépas, aucune voie ne lui est ouverte, et la force lui 



t4 ermold le iNOIR. 

manque : triste et l'esprit égaré il fuit loin de ce fu- 
neste lieu. Abandonnant tout, et revêtu d'armes plus 
sûres pour son salut , il devient bientôt un pieux ha- 
bitant du désert. D'autant plus dur pour lui-même 
qu il s'était montré cruellement insensible autrefois 
à la mort de sa mère , ô Christ ! il revient d'un pas 
plus ferme sous ton joug. Long-temps plein de mé- 
pris pour la vie criminelle du monde , il pratiqua , sur 
lui-même et dans la solitude, de rudes mortifications. 
La renommée en arriva aux oreilles du pieux roi qui , 
sur-le-champ, appelle dans son palais le serviteur de 
Dieu ; et le prince et Thomme du Seigneur , tous deux 
égaux en piété , passent alors toutes leurs journées dans 
des entretiens où tous deux s'entendent également 
bien^ alors aussi le monarque et Date jettent les fon- 
demensde Conques, et préparent des retraites futures 
pour de saints moines. C'est ainsi que dans le lieu où 
naguère des troupes redoutables d'animaux sauvages 
trouvaient un abri, s'élèvent maintenant des mois- 
sons agréables à Dieu. 

Cependant les grands du roi et les phalanges du 
peuple , avertis , obéissent à l'envi aux ordres de Louis. 
Des bataillons de Francs arrivent de tous les points 
suivant l'antique usage , et une nombreuse armée en- 
toure les murs de Barcelone. Avant tous les autres, ac- 
court, le fils de Charles à la tête d'une troupe brillante, 
et lui-même guide les chefs qu'il a réunis pour la des- 
truction de cette ville. De son côté, le prince Guil- 
laume plante ses tentes^ ainsi le font Héribert, Liu- 
thard , Bigon et Béron, Sancion, Libulf, Hildebert, 
Hisambart et plusieurs autres qu'il serait trop long de 
nommer. Le reste de la jeunesse guerrière, Francs, 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , Cil. I^"". i5 

Gascons , Goths ou Aquitains , se répand et bivoua- 
que dans les champs. Le bruit de leurs armes s'élève 
jusqu'au ciel et leurs cris retentissent dans les airs. 
Dans la ville, au contraire, tout est terreur, larmes et 
gémissemens. C'est quand Tétoile de Vénus ramène 
avec elle les ombres de la nuit que tout se dispose 
contre toi , Barcelone 5 et bientôt tes richesses seront 
la proie de l'ennemi. Aussitôt en effet que la brillante 
aurore revient visiter les mortels , tous les comtes sont 
mandés et se rendent sous la tente du monarque ; tous 
s'asseient sur l'herbe, chacun selon son rang , et, l'o- 
reille attentive, sollicitent les ordres de leur prince. 
Alors le fils de Charles fait, de ses sages lèvres, des- 
cendre ces paroles : 

« Grands, que vos esprits accueillent mon avis. Si 
« ce peuple honorait le vrai Dieu, était agréable au 
« Christ , et voulait recevoir la sainte eau du baptême , 
K nous devrions faire avec lui une paix solide et l'ob- 
« server fidèlement, afin de le réunir au Seigneur par 
« les liens de la religion; mais il est toujours pour 
« nous un objet d'exécration , repousse la foi qui nous 
« assure le salut, et suit les lois du démon. La bonté 
a miséricordieuse du maître du tonnerre livre donc 
« en nos mains cette race impie et la voue à nous ser- 
« vir comme esclave. Gourons, Francs; renversons 
« ses murs et ses forts, et que vos cœurs retrouvent 
« leur ancienne valeur. » 

Ainsi lorsque sur l'ordre d'Eole les vents rapides 
volent à travers les campagnes , les forets et les ondes, 
et renversent nos toits domestiques , les moissons et 
les bois s'agitent en tremblant, l'oiseau du soleil peut 
à peine se tenir sur ses serres recourbées, et le mal- 



l6 ERMOLD LE NOIR. 

heureux nautonnier, cessant de se confier à sa rame 
et à sa voile de lin, la serre rapidement et s'aban- 
donne aux flots incertains de la mer ; de même à l'ordre 
de Louis toute l'armée des Francs court en foule cà et 
là pour préparer la ruine de Barcelone -, on se préci- 
pite dans les forêts -, la hache active fait de tous côtés 
retentir ses coups; les pins sont abattus, le haut peu- 
plier tombe ; l'un façonne des échelles, l'autre aiguise 
des pieux ^ celui-ci apporte en toute hâte des engins 
pour l'attaque; celui-là traîne des pierres-, des nuées 
de javelots et de traits armés de fer crèvent sur la 
ville; le bélier tonne contre les portes et la fronde 
frappe à coups pressés. 

Cependant les bataillons épais de Maures rangés sur 
les tours se préparent à défendre leurs remparts. Un 
Maure, nommé Zadun', était alors le chef de cette 
cité , à laquelle son ame ferme et courageuse dictait 
des lois. 11 s'élance vers les murs; la foule frappée de 
terreur l'environne et le suit. « Compagnons, s'écrie- 
« t-il, quel est ce bruit nouveau ? » L'un des siens 
répond à sa question par ces mots qui ne lui annoncent 
que de cruels malheurs : u Aujourd'hui ce n'est pas ce 
« vaillant prince des Goths, que notre lance a cepen- 
« dant repoussé tant de fois loin de ces murs, qui vient 
« tenter le sort des combats ; c'est Louis , l'illustre fils 
« de Charles ; lui-même commande ses ducs et a revêtu 
<i son iirmure. Si Cordoiie ne nous secourt prompte- 
« ment dans cette extrémité, nous, le peuple et cette 
« ville redoutable nous périrons. » 
Le chef voit du haut d'une tour les armes ennemies 

■ Zadfloii , Znde . Zutc- 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. l*^'. l'j 

au pied même des remparts , et du fond de son cœur 
abattu sortent ces tristes paroles : 

« Courage, pressez-vous, compagnons, sauvons nos 
murailles de la rage de l'ennemi ^ peut-être Cordoue 
nous enverra-t-elle quelque secours. Cependant une 
cruelle vérité qui m'afflige et me trouble , ô peuple ! 
assiège mon esprit r^ elle va vous frapper d'étonne- 
ment, mais je dois vous la révéler. Cette nation re- 
doutable qui , vous le voyez , vient assiéger nos 
remparts, est courageuse, habituée à manier les 
armes, dure aux fatigues et active dans les combats. 
Voici maintenant, je vous l'avouerai , ce qu'il y a de 
plus affreux à vous apprendre -, mais que je le taise 
ou le dise hautement, cela ne vous paraîtra pas 
moins funeste ; tous ceux chez qui cette nation cé- 
lèbre a porté la guerre ont bon gré mal gré subi l'es- 
clavage. Cet empire de Romulus, qui jadis fonda 
cette cité , elle l'a soumis à son joug avec tous ses 
vastes Etats. Toujours elle a les armes à la main^ 
dès l'enfance elle se familiarise avec la guerre. Re- 
gardez, le jeune homme porte les lourds matériaux 
pour l'attaque , et le vieillard dirige tout par son ex- 
périence. Je frémis d'horreur en rappelant seule- 
ment le nom des Francs 5 car c'est de sa férocité que 
le Franc tire son nom. Mais pourquoi, citoyens^ 
( mon triste cœur vous en dirait-il davantage ? Hélas ! 
( les maux qui nous menacent je ne les connais que 
( trop bien -, mais ils sont douloureux à vous annon - 
( cer. Ces murs qu'il nous faut défendre , ajoutons à 
( leur force par une garde constante et courageuse, 
( et que la troupe qui veille aux portes se montre in- 
telligente et digne de confiance. » 



l8 ERMOLD LE NOIR. 

Cependant la jeunesse des Francs , que suivent 
d'épais bataillons , foudroie les portes avec le bélier ; 
de toutes parts Mars fait entendre son tonnerre ; les 
murs, entourés d'un quadruple revêtement de marbre, 
sont frappés à coups redoublés, et les malheureux, as- 
siégés sont percés d'une grêle de traits. Alors le Maure 
Durzaz , du haut d'une tour élevée , crie aux Francs 
d'un ton railleur et avec l'accent d'un orgueilleux 
mépris : « Nation trop cruelle , et qui étends tes ra- 
« vages sur le vaste univers , pourquoi viens-tu battre 
« de pieux remparts et inquiéter des hommes justes? 
« Penses-tu donc renverser si promptement des mu- 
« railles , travail des Romains , et qui comptent mille 
« ans d'existence ? Barbare Franc , éloigne-toi de nos 
« yeux -, ta vue n'a rien d'agréable , et ton joug est 
« odieux. )) A ces outrages, Childebert ne répond 
point par des paroles -, mais il saisit son arc , court se 
placer en face de l'insolent discoureur , et, tenant dans 
ses mains son arme de corne, il la courbe avec effort-, 
le trait part, vole, s'enfonce dans la noire tête du 
Maure , et la flèche mortelle se plonge dans sa bouche 
insultante. 11 tombe, quitte à regret le haut de ses 
murs , et en mourant souille les Francs de son sang 
noir. Ceux-ci, le cœur plein de joie, poussent de 
grands cris , et les malheureux Maures au contraire ne 
font entendre que gémissemens plaintifs. Alors divers 
guerriers précipitent d'autres Maures sur les sombres 
bords. Habiridar tombe sous les coups de Guillaume , 
et Uriz sous ceux de Liuthard ; Zabirezun est percé par 
la lance et Uzacam par un javelot ; la fronde frappe 
Corizan, et la flèche rapide atteint Gozan. Les Francs 
ne pouvant combattre de plus près , employaient tour 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEU , CH. l^"". ig 

à tour les traits et les pierres, car l'adroit Zadun 
avait défendu aux siens de hasarder une bataille et de 
quitter leurs remparts. 

La lutte se prolongea ainsi pendant vingt jours avec 
des succès divers. Aucune machine n'est assez forte 
pour ouvrir un passage à travers les murs , et l'ennemi 
ne donne dans aucune embuscade. Cependantle Franc 
ne cesse de poursuivre sa belliqueuse entreprise , et 
continue de faire gémir les portes sous les coups re- 
doublés des poutres. Cependant aussi l'illustre fils du 
puissant Charles, tenant son sceptre dans ses mains 
et suivi d'une foule nombreuse , parcourt les rangs , 
exhorte les chefs , excite les soldats 5 et , comme le fai- 
sait toujours son père , les appelle aux armes. « Croyez- 
« moi bien, disait-il , vaillante jeunesse, et vous tous 
(t grands , croyez-moi bien , et que mes paroles restent 
« gravées dans vos âmes. Si Dieu le permet , je ne veux 
<( revoir ni le palais paternel ni mon royaume avant 
« que cette ville et ses habitans vaincus par les armes 
« et la faim ne soient venus humblement reconnaître 
(c mes lois. » Dans le même instant aussi l'un des 
Maures, se tenant h l'abri derrière les murs, et éle- 
vant sa voix jusqu'aux cieux , faisait entendre ces mots 
ironiques : « Francs , quelle est votre folie ! pourquoi 
<( fatiguer nos murailles de vos coups ? Il n'est point 
« d'artifice qui puisse vous rendre maîtres de cette 
« cité. Les vivres ne nous manquent pas 5 la viande et 
« le miel abondent dans la ville , et c'est vous que dé- 
« sole la famine. » Guillaume ne laisse pas ce discours 
sans réponse , et s'écrie du ton du mépris : « Maure 
« orgueilleux, retiens bien, je te prie, mes paroles ^ 
« elles ne te seront pas douces et ne te plairont point; 

2. 



'20 ERMOLD LE NOIR. 

« mais je les crois vraies. Regarde ce coursier si re- 
« marquable par ses taches de diverses couleurs , et 
(( sur lequel je menace vos remparts encore de trop 
(' loin ; il tombera sous nos morsures, et, broyé par nos 
« dents, nous servira de nourriture, avant que nos 
« cohortes quittent vos murs dont l'entrée nous est 
« trop long-temps fermée ^ et cette guerre une fois 
« commencée ne finira jamais. » 

Le Maure frappe de ses noirs poings sa noire poi- 
trine ; le malheureux déchire son noir visage de ses 
ongles recourbés-, le cœur glacé de terreur il tombe 
sur la face et pousse des hurlemens lamentables qui 
font retentir le pôle. Ses compagnons, saisis d'éton- 
nement , tremblent de la persévérance des Francs et 
de leurs terribles menaces, et désertent les remparts. 
Zadun , furieux , court à travers les flots d'un peuple 
immense , en criant : « Où fuyez-vous , citoyens? quelle 
tt route prenez-vous donc ? » Zadun , les tiens alors te 
rapportent la réponse du Franc. « Yoici ce qu'a résolu 
(( l'ennemi, disent-ils; écoute-le avant tout. De sa 
« dent cruelle il mangera ses chevaux plutôt que de 
« consentir jamais à abandonner le pied de tes mu- 
(( railles. — Infortunés citoyens, répond le chef, je 
« vous l'ai prédit depuis long-temps, telles sont les 
« guerres que fait cette redoutable nation ; mainte- 
« nant, dites, quel parti vous semble le plus utile 
« pour vous, et comment pourrai-je vous servir en- 
« core? — Tu vois , réplique le peuple, des nuées de 
« Francs qui travaillent de tous côtés à briser les murs, 
'( et les tiens tombent déchirés par le fer. Cordoue ne 
« t'envoie aucun des secours qu'elle t'a promis ; la 
a guerre , la faim , la soif nous alUigent de leur triple 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. l". 3r 

« fléau : quel moyen de salut nous reste-t-il donc , 
« sinon de demander la paix aux Francs et de leur 
« envoyer des députés en toute hâte ? » 

Zadun, frémissant de rage, déchire ses vêtemens , 
arrache ses noirs cheveux et se meurtrit les yeux. 11 
veut parler, le nom de Cordoue s'échappe à plusieurs 
reprises de sa profane voix , et long-temps les sanglots 
lui coupent la parole. « Maures! si prompts dans 
« les combats, s'écrie-t-il enfin, d'où vient ce funeste 
« découragement ? Compagnons , montrez donc votre 
« fermeté accoutumée ! S'il vous reste encore quelque 
« amour pour moi , je ne vous demande qu'une faveur; 
« accordez-moi cette seule grâce et je serai satisfait. 
« J'ai remarqué un endroit où les épais bataillons de 
« l'ennemi laissent une place vide au pied de nos rem- 
« parts et où il n'y a que peu de tentes dressées 5 c'est 
« un piège sans doute, mais peut-être pourrai-je me 
« frayer un passage sans être atteint et arriver à toute 
(( course , chers compagnons , jusqu'aux lieux bien 
« connus dont nous attendons du secours. Vous, ce- 
« pendant , mes frères , jadis inaccessibles à toute 
<( crainte, donnez tous vos soins à défendre les portes 
« jusqu'à mon retour ici ; qu'aucun événement , je vous 
« en conjure, ne vous fasse quitter vos fortes mu- 
« railles et sortir en armes dans la plaine. » 

Tout en donnant encore aux siens une foule d'or- 
dres , il quitte la ville , se glisse en se cachant, et plein 
de joie franchit un corps de Francs. Déjà il marche 
plus tranquille à la faveur du silence de la nuit; mais 
son malheureux coursier se met bientôt à hennir : à 
ce bruit, les gardes donnent l'éveil, des troupes sor- 
tent du camp, se dirigent vers le lieu d'où est parti le 



23 ERMOLD LE NOIR. 

hennissement et poursuivent Zadun ; troublé par la 
peur, il abandonne la route, retourne son coursier 
et se jette en aveugle au milieu de nos épais batail- 
lons. L'infortuné, le front chargé d'ennuis, ne voit au- 
tour de lui que des phalanges ennemies et n'a plus 
aucun moyen de s'arracher de leurs mains. Il est bien- 
tôt pris, chargé de fers qu'il n'a que trop bien mé- 
rités, et traîné tout trembhuit à la tente de Louis. 

La renommée , dans son vol rapide , trouble toute 
la ville de ses cris , et sa bouche lui annonce que son 
roi est prisonnier. Pères, mères, jeunes gens se lais- 
sent entraîner au désespoir-, le faible enfant et la jeune 
fdle portent partout cette triste nouvelle. Du camp des 
Francs un bruit non moins éclatant s'élève de toutes 
parts jusqu'au ciel, et les soldats se livrent de con- 
cert aux frémissemens de la joie. Cependant les noires 
ombres de la nuit se dissipent , et la brillante aurore 
ramène le jour. Les Francs alors se précipitent vers la 
tente du roi. Le fils de Charles leur parle d'un esprit 
calme , et adresse avec bonté ces paroles à ses fidèles 
guerriers : 

« Zadnn se hâtait de se rendre auprès des troupes 
« espagnoles dans le dessein de solliciter des secours, 
« des armes et tous les autres moyens de prolonger la 
« guerre^ fait prisonnier malgré sa résistance, on le 
« tient maintenant dans les chaînes et désarmé en de- 
ce hors de cette tente, et il n'a point encore paru de- 
ce vaut nos yeux. Allez, Guillaume, faites-le placer 
« dans milieu d'où il puisse voir ses remparts, etqn'il 
« ordonne sans tarder qu'on nous ouvre les portes 
« de la ville. » 

Cet ordre s'exécute sur-le-champ ; Zadun , attaché 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. I^*". 23 

avec des courroies , suit la main qui le traîne ^ mais , 
par une ruse coupable , il lève de loin sa main éten- 
due. Lui-même, en effet, avant de se séparer'des 
siens , leur avait dit : « J'ignore si la fortune me sera 
« funeste ou favorable ; mais si le sort veut que je tombe 
« au milieu des phalanges de Francs, vous, comme 
« je vous l'ai recommandé, restez, je vous en con- 
« jure, enfermés dans vos murailles. » Maintenant, 
tendant les mains vers ces murs chéris , il criait : 
« Hâtez-vous , compagnons , d'ouvrir vos portes trop 
« long-temps fermées. » Mais en même temps il cour- 
bait les doigts avec adresse et serrait les ongles contre 
la paume de la main 5 c'était un jeu perfide : par ce 
signe , en effet, il exhortait les siens à défendre leurs 
remparts, tandis que, bien malgré lui, sa bouche criait : 
« Ouvrez vos portes. » Guillaume s'aperçoit de la ruse; 
prompt comme l'éclair, il frappe le captif de son 
poing, et ce n'est pas un jeu. Frémissant de rage, il ren- 
ferme sa colère dans son ame, admire le Maure et bien 
plus encore son artifice ingénieux, et lui dit : « Crois- 
« moi , Zadun , si l'amour et le respect pour mon roi ne 
« me retenaient, ce jour serait le dernier de ta vie. » 

Cependant, tandis que Zadun est soigneusement 
gardé par les Francs , ses compagnons se préparent à 
défendre leurs murs. La lune venait pour la seconde 
fois , dans sa marche régulière , de terminer son cours ; 
Louis et ses Francs marchent alors vers ces remparts 
toujours fermés pour eux. D'énormes machines font 
retentir leurs coups -, de tous côtés elles battent les 
fortifications 5 la guerre déploie une fureur à laquelle 
jusqu'alors on n'a rien vu d'égal ; des grêles de flèches 
volent sur la ville ; la fronde , tordue avec violence , 



9-4 ERMOLD LE iNOIR. 

écrase l'ennemi 5 le monarque lui-même dirige Tat- 
taque et anime les ducs. Les Maures infortunés n'osent 
ni descendre de leurs murs élevés , ni même , du som- 
met de leur tour, jeter les yeux sur le camp des Francs. 
Ainsi lorsqu'une troupe d'oiseaux aquatiques, inquiète 
et tremblante, se plonge dans un petit fleuve, et que 
tout à coup l'aigle qui les aperçoit fond du haut de la 
nue et vole long-temps au dessus d'eux , les uns ca- 
chent leurs têtes dans les eaux et osent à peine la re- 
lever dans l'air, celui-ci se tapit au milieu des joncs, 
et celui-là s'enfonce dans la vase 5 mais l'aigle les me- 
nace sans cesse de ses ailes , les glace d'effroi , les fa- 
tigue et enlève ceux qui se hasardent à montrer la tête 
au dessus des flots : de même le glaive , la terreur et 
la mort poursuivent les Maures timides fuyant à tra- 
vers leur cité. Alors le pieux roi brandissant dans sa 
main son javelot , le lance violemment contre la ville 5 
le trait rapide vole, fend l'air, frappe les murs et 
s'enfonce dans le marbre de toute la force qui l'a 
poussé. A cette vue les Maures, lame troublée de 
crainte , regardent avec étonnement et le fer et bien 
plus encore le bras qui l'a lancé. Enfin, déjà plus 
que vaincus par la guerre et la faim , ils se décident , 
d'une voix unanime, à rendre leur vifle; les portes 
s'ouvrent, les asiles les plus cachés se montrent au 
grand jour. Barcelone, domptée par un long siège , 
subit la loi de Louis'. Sans perdre un instant, les 
Francs vainqueurs se montrent à tous les yeux dans 
cette cité dont ils souhaitaient tant la conquête , et 
commandent à l'ennemi. Ce fut le jour du sabbat que 
les Francs obtinrent ce glorieux succès, et que la ville 

■ En 801. 



FAITS ET GESTES DR I,OUIS-LE-PIEUX , Cil. l'^^ 9.5 

commença de s'ouvrir pour eux. Le lendemain , jour 
de fête , le roi Louis , empressé d'acquitter les vœux 
qu'il avait faits à Dieu , entre triomphant dans cette 
cité, purifie les lieux où l'on adorait le démon, et 
rend au Christ de pieuses actions de grâces. Le 
monarque victorieux confie alors Barcelone à une 
garnison sûre, et, avec la faveur de Dieu, lui et 
son peuple retournent heureusement dans leurs de- 
meures. 

Cependant un immense butin, composé des dé- 
pouilles des Maures et d'oifrandes des chefs Francs , 
est conduit pompeusement vers Charles ^ on y voit des 
armures, des cuirasses, de riches habits, des casques 
ornés de crinières flottantes, un cheval parthe avec 
son harnois et son frein d'or. Zadun, tout tremblant , 
qui voudrait tant ne plus revoiries Francs, et ne 
marche que d'un pas tardif, accompagne ces dons à 
regret. L'adroit Bigon se hâte de devancer l'escorte , 
vole à la cour de Charles , et est le premier à annoncer 
les nouvelles de cet heureux succès. La renommée 
les répand bientôt dans toute la cour , et bientôt aussi 
le bruit de ce triomphe arrive jusqu'aux oreilles de 
César. Bigon est appelé , se présente , baise les pieds 
du puissant empereur, reçoit l'ordre de parler, et 
obéit en ces termes : 

« Le roi Louis , ton fils , envoie des présens à l'au- 
« guste Charles son tendre père. Ces dons, ce roi vic- 
« torieux les a conquis sur les Maures par le glaive , 
« le bouclier et la valeur de son bras. Il te remet le 
« prince de la ville que ses armes ont soumise. César, 
« Zadun est devant tes yeux , et la cité qui jadis a dé- 
« truit un si grand nombre de Francs, abattue, subju- 



20 ERMOLD LE NOIR. 

« guée maintenant par la guerre, sollicite hiimble- 
« ment les lois de notre monarque. » 

L'empereur Charles, levant alors les yeux et les 
mains vers le ciel, dit d'une voix pleine de douceur ; 
« Puisse surtout la bonté du Très-Haut accompagner 
(( constamment cet enfant Lien aimé ! Quant à notre 
« faveur, qu'il y compte à jamais! Rejeton digne de 
« moi, comment pourrai-je rendre à Dieu toutes les 
« actions de grâces que je lui dois pour le don qu'il 
« m'a fait de toi , enfant justement célèbre et que j'ai 
« toujours chéri, conservant dans mon cœur la mé- 
<c moire de ce qu'autrefois me prédit de toi le pa- 
« triarche Paulin M » 

Ce savant prélat vint, dit-on, en effet, sur l'ordre 
du pieux monarque, le trouver dans son palais un 
jour qu'il était dans la basilique occupé, dans un res- 
pectueux recueillement, à chanter les louanges du 
Christ^ Charles, l'illustre fils de l'empereur , entre 
par hasard entouré d'une foule de grands pour prier 
le Seigneur , et s'avance à grands pas vers fautel où le 
saint prêtre remplissait ses augustes fonctions. Paulin 
demande quel est ce prince 5 un serviteur qui l'cutend 
le lui dit , mais le prélat en apprenant que c'est Charles, 
le premier né du roi, garde le silence, et celui-ci 
poursuit sa route. Quelque temps après paraît le héros 
Pépin suivi d'une foule de vaillans jeunes hommes^ 
Paulin interroge avec empressement le même servi- 
teur, et celui-ci répond de même avec vérité. Le pré- 
lat, dès qu'il entend le nom du prince, se rappelle 
qu'il est son roi , incline sur-le-champ la tête , et Pépin 
sort bientôt. Enfin Louis arrive le dernier, embrasse 

' Patiiaiche crAquilée. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. I^''. 27 

Tautel , se prosterne à terre en suppliant , fond en 
larmes , et prie long-temps le Christ qui règne dans 
les cieux de lui accorder sa secourable protection. Le 
saint évêque , à cette vue , se lève de son siège saisi 
d'un divin désir d'adresser de pieuses paroles à ce 
prince, véritable oint du Seigneur. Auparavant, au 
contraire, lorsque Pépin et Charles s'étaient éloignés, 
il était resté sur son siège et n'avait pas prononcé un 
seul mot. Le jeune Louis se prosterne avec respect 
aux pieds du pontife -, PauHn relève ce pieux roi, lui 
cite des passages de psaumes pleins de diverses allu- 
sions prophétiques, et lui dit : a En récompense de 
<( votre piété, allez trouver le grand Charles. Adieu, m 
Dès que l'homme de Dieu put arriver jusqu'à l'oreille 
de Charles, il lui raconta toutes ces choses comme 
elles s'étaient passées, ajoutant : « Si Dieu veut qu'un 
« prince de ton sang règne sur les Francs , c'est Louis 
« qui sera digne de s'asseoir sur ton trône. « Ces pa- 
roles , le prudent Charles les répéta à un petit nombre 
de serviteurs intimes qui avaient su lui plaire et mé- 
riter toute sa confiance. 

Cependant l'empereur ordonne à l'envoyé de se 
rapprocher et lui demande tous les détails de la vic- 
toire de Louis, comment cette fameuse Barcelone a 
été subjuguée, par quelle heureuse adresse on s'est 
emparé de Zadun, et quels ducs celui-ci a fait suc- 
comber dans cette guerre cruelle. Le brave Bigon obéit 
et raconte tous les faits avec une exacte vérité; le 
pieux empereur récompense honorablement ses pa- 
roles -, et , plein de joie , lui tend la coupe dans laquelle 
il buvait alors par hasard. Bigon la saisit et avale tout 
d'un trait le vin qui la remplit. César congédie bientôt 



28 ERMOLD LE NOIR. 

ce zélé serviteur , le comble de dons et d honneurs , 
et lui remet de riches présens pour son illustre fds. 
Joyeux et chargé de louanges et de bienfaits, Bigon 
se rend en toute hâte auprès de son maître. Puisses-tu 
de même , redoutable César , qui du haut de ton trône 
lances la foudre , permettre qu'un malheureux exilé 
retourne joyeux dans le royaume du puissant Pépin ! 
Et toi, mon premier chant, finis par ce mot de joie, 
afin de t'accorder en tout avec tes trois frères! 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PJEUX , CH. 11. 



CHANT SECOND. 



Ljes Francs, grâces à la bonté de Dieu, jouissaient 
de la paix sur tous les points de leur empire- le Sei- 
gneur et leur épée avaient partout terrassé leurs enne- 
mis. Charles , cet empereur si respecté de Funiveis , 
accablé déjà par la vieillesse, convoque dans son pa- 
lais une nouvelle assemblée '. Assis sur un trône d'or 
autour duquel sont placés les premiers d'entre les 
comtes , il s'exprime en ces termes : 

« Grands que nous avons nourris et enrichis de nos 
« bienfaits, écoutez : nous vous dirons des choses 
« vraies et suffisamment reconnues. Tant que chez 
« nous la vigueur des forces de la jeunesse a secondé 
« le courage , les armes et les fatigues violentes ont 
« été nos jeux. Jamais alors, nous nous en glorifions , 
« nous n'avons souffert, par une lâche mollesse et une 
(( honteuse frayeur, qu'aucune nation ennemie insultât 
« impunément les frontières des Francs. Mais déjà 
« notre sang se refroidit 5 la cruelle vieillesse nous en- 
te gourdit, et l'âge a blanchi la chevelure qui flotte sur 
<( notre cou. Ce bras guerrier autrefois si renommé 
«dans tout l'univers, mais où ne coule plus qu'un 
« sang glacé , tremble maintenant et peut à peine se 
« soutenir. Deux fils nés de nous ont été successive- 
« ment enlevés de cette terre et reposent, hélas! dans 

'E.i8i3. 



3o ERMOLD LE NOIR. 

u le tombeau. Mais du moins il nous est resté celui qui 
« depuis long-temps a toujours paru plus agréable au 
(( Seigneur ^ et le Christ ne vous a point abandonnés , 
« ô Francs ! puisqu'il vous a conservé ce précieux re- 
« jeton de notre race! Toujours cet illustre enfant 
« s'est plu à obéir à nos ordres et à proclamer haute- 
« ment notre pouvoir 5 toujours, dans son amour pour 
(( Dieu , il a su rendre aux églises leurs droits 5 toujours 
(( il a sagement régi les Etats que nous lui avons con- 
« fiés. Vous l'avez vu, il vient de nous envoyer un roi 
« prisonnier, des armes , des captifs et de magnifiques 
(( trophées, tous dons conquis par la destruction des 
« Maures. Que devons-nous donc faire ? Francs , dites 
« votre avis avec un cœur sincère , et nous nous em- 
(( presserons de le suivre. » 

Alors Eginhard, homme aimé de Charles, renommé 
par la sagacité de son esprit et la bonté de son cœur , 
tombe aux pieds du monarque , baise ses pas illus- 
tres , et , savant dans lart d'ouvrir de sages con- 
seils, prend le premier la parole. « César, dit-il, toi 
« dont la gloire remplit la terre et les mers, et s'est 
(( élevée jusqu'au ciel ! toi à qui les tiens doivent de 
« jouir du titre d'empereur ! il ne nous appartient pas 
« de rien ajouter à la sagesse de tes propres desseins; 
(c et en former de meilleurs est ce que le Christ n'a 
« daigné accorder à aucun mortel. Obéis, je t'y en- 
ce gage, aux pensées que Dieu dans sa miséricorde ins- 
« pire à ton cœur, et empresse-toi de les réaliser. 
« Grand prince , il te reste un fils , un fils bien cher à 
« ton cœur , et que ses vertus rendent digne de suc- 
« céder à tes vastes États î Tous , grands et petits , 
« nous demandons qu'il en soit ainsi ; l'Eglise le sol- 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH, H. 3l 

« licite aussi , et le Christ lui-même se montre favo- 
<c rable à ce projet. Ce fils saura, sois-en sûr, lorsque 
<( ta mort viendra nous affliger, maintenir par les armes 
« et le talent les droits de ton empire. » 

César, plein de joie, approuve ce discours, prie 
humblement le Christ, et envoie à son fils l'ordre de 
se rendre en toute hâte auprès de lui. Alors, en effet, 
comme je l'ai dit plus haut, le clément Louis régnait 
sur les Aquitains. Mais pourquoi tarder davantage à le 
raconter ? Ce jeune roi arrive sans perdre un instant à 
la cour de son père-, et dans Aix-la-Chapelle, clercs, 
peuple, grands, et surtout l'auteur de ses jours, se 
livrent à la joie. Charles alors rapporte mot pour mot 
à cet enfant bien aimé tout ce qui s'est passé , et lui 
parle en ces termes : « Viens, fils si cher à Dieu, à 
« ton père et à tout ce peuple soumis. Toi que le Sei- 
(( gneur a daigné me conserver pour la consolation 
« de ma vie , tu vois , mon âge s'avance rapidement ; 
« ma vieillesse va bientôt succomber , et pour moi le 
« temps de la mort s'approche à grands pas. Les soins 
« de l'empire que Dieu a daigné me confier, quelque 
« indigne que j'en fusse, occupent le premier rang 
« dans mes pensées. Ce n'est , crois-moi , ni la préven- 
« tion ni la légèreté ordinaire à l'esprit humain , mais 
« le seul amour de la vérité, qui dicte les paroles que 
« je t'adresse. Le pays des Francs m'a vu naître , le 
« Christ m'a comblé d'honneurs , le Christ a permis 
« que je possédasse les États de mon père. Je les ai 
« conservés et rendus plus puissans ; je me suis montré 
« le pasteur et le défenseur du troupeau du Christ ; le 
« premier des Francs j'ai obtenu le nom d'empereur, 
« et transporté aux Francs ce titre des enfans de Ro- 



32 ËRMOLD LE NOIR. 

« miilus. )) Il dit , et place sur la tête de son fils lîl 
couronne enrichie d'or et de pierres précieuses, signe 
de l'autorité impériale. « Monlils, poursuit-il, reçois 
« ma couronne -, c'est le Christ qui te la donne , et 
« prends aussi, cher enfant, les honorables insignes 
« de l'empire. Puisse le Dieu qui dans sa bonté t'a per- 
« mis d'arriver au faîte des honneurs , t'accorder de 
« réussir toujours à lui plaire ! » 

Alors le père et le fils , également satisfaits de ce 
don éclatant , reçurent avec piété la divine nourriture 
du Seigneur. 

jour heureux et à jamais célèbre dans les siècles! 
Terre des Francs , tu possédas deux empereurs ! 
France, applaudis ! Et toi, magnifique Rome, applau- 
dis aussi ! Tous les autres royaumes contemplent cet 
empire. Le sage Charles recommande longuement à 
son fils d'aimer le Christ et d'honorer l'Eglise , le presse 
de ses bras, le couvre de baisers, lui permet de re- 
tourner dans ses propres Etats , et lui dit le dernier 
adieu. 

Peu de temps après , accal)lé par les ans et la vieil- 
lesse. César va rejoindre dans la tombe ses antiques 
aïeux \ On lui fait des funérailles dignes de son rang, 
et ses restes sont déposés dans la basilique que lui- 
même a fait construire à Aix-la-Chapelle. On envoie 
cependant un exprès annoncer au fils la mort de son 
père. C'est le rapide Rampon qui part chargé de cette 
mission -, il vole jour et nuit, traverse d'immenses pays 
et parvient enfin au château où habitait le jeune mo- 
narque. 

Au-delà du fleuve de la Loire est un lieu fertile et 

' F.n 8iî. 



FAITS ET GESTKS DE I.OUIS-LE-PIEUX , CH. II. 33 

commode ^ entouré d'un côté par des forets , de l'autre 
par des plaines j il est traversé par les ondes paisibles 
du fleuve qui le vivifient -, les poissons s'y plaisent , et 
il abonde en bêtes fauves. C'est là que le triomphant 
Louis a élevé un magnifique palais. Uemandes-tu quel 
il est, cher lecteur? son nom est Thedwat \ Là gou- 
vernant avec piété les clercs et le peuple, César dis- 
pensait ses sages lois à ses sujets soumis. Tout à coup 
Rampon pénètre dans ce lieu et jette le trouble dans 
toute la cour par la nouvelle de ja triste mort du pieux 
Charles. Dès que le bruit en parvient aux oreilles du 
bon roi, il s'afflige, pleure et gémit sur son père. Bigon 
accourt au milieu des ofticiers qui attendent les ordres 
du monarque ^ accoutumé à voir son maître avant tous 
les autres , il l'exhorte à sécher ses yeux et à cesser 
ses pleurs. « D'autres soins , dit-il , doivent maintenant 
« t'occuper. Prince , tu le sais dans le fond de ton 
'( cœur, le sort de ton père est celiil qui attend tout 
<( le genre humain ^ tous, il n'est que trop vrai, nous 
« irons à notre tour vers ces lieux d'où nul ne peut 
« cependant revenir. Lève -toi , hâtons-nous de nous 
« rendre tous dans la basilique ; il est temps d'adresser 
« à Dieu nos vœux et nos chants religieux. » A la voix 
de ce fidèle serviteur, Louis se lève et engage tous les 
siens à venir avec lui offrir des prières au Seigneur. 
Cette nuit entière fut consacrée au chant des psaumes 
et des hymnes, et le jour suivant se passa dans la cé- 
lébration de messes solennelles. 

Déjà le ciel brillant voit se lever la troisième aurore, 
et le soleil remplit l'univers de l'éclat de ses ravons. 

' Le cliàlcnn de Doue. 



1^4 ERMOLD LE NOIF. 

De tous les coins du royaume accourt la foule em- 
pressée des Francs ^ le peuple, ivre de joie , se préci- 
pite tout entier au-devant de son roi -, les grands de la 
cour de Charles, les premiers de l'État et la cohorte 
amie des prêtres viennent tous en grande hâte ^ les 
chemins sont encombrés -, les portiques des palais re- 
gorgent-, on ne veut point être renfermé par le toit, 
on monte sur le faîte des maisons : ni le fleuve , ni la 
sombre horreur des forêts , ni les glaces de l'hiver , ni 
les torrens de pluie n'arrêtent les plus timides ; celui 
qui n'a pu trouver de bateau s'efforce, dans son im- 
patience, d'être le premier à traverser la Loire à la 
nage. Quelle immense multitude n'eût-on pas vue, du 
haut d'une roche élevée, s'élancer dans le fleuve faute 
de bâtimens pour la transporter ! Les habitans d'Orléans 
sourient aux efforts des nageurs , et du sommet de la 
tour la foule appelle de ses vœux le bord désiré. Un 
même amour enflamme tous les coeurs , et tous n'ont 
qu'un même tlesir , c'est de parvenir à voir le visage 
de leur prince. Tous arrivent enfin ; le pieux monarque 
les accueille tous aussi avec bienveillance, et chacun 
selon son rang. César entre bientôt en triomphateur 
dans les murs d'Orléans -, là brille l'étendard de la 
croix; là reposent vos reliques, saint Aignan-, là vous 
brillez d'un éclat sacré, bienheureux Tiburce, qui le 
premier avez élevé la fameuse cathédrale de cette 
ville -, et vous , saint Maximin et saint Avite , si renom- 
més par votre sainteté. De là Louis hâte sa marche 
vers les murs de Paris , où le martyr Etienne occupe 
le temple le plus élevé ^ où , très-saint Germain , on 
honore tes précieux restes 5 où brille Geneviève, 
cette vierge consacrée à Dieu. Applaudis avec joie. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PJEUX , CH. II. 35 

Irmin ', voici ce que tu as si souvent demandé qui te 
fût accordé ; tu vas voir Tarrivée de César , celui qui 
tonne au haut des cieux le permet 5 et toi , martyr 
Denis , ce prince n'a point passé devant ton temple 
sans y entrer pour solliciter de toi-même ta secourable 
intervention ! De là on prend le chemin direct , on 
traverse les Etats des Francs, et le roi, après une 
route heureuse , entre dans Aix-la-Chapelle. 

Muse, courage-, c'est ici qu'il faut fatiguer Dieu 
des plus humbles prières pour qu'il nous accorde 
le don de l'éloquence. Par où commencerai-je ? Cha- 
cune des choses qu'a faites ce héros a droit d'occuper 
le premier rang, et ses actions, pleines de bonté, jet- 
tent toutes un grand éclat. Après avoir enfin, par de 
sages mesures, pourvu à la sûreté des frontières du 
royaume , et tout réglé jusqu'aux bornes de l'empire , 
le libéral empereur se hâte de dispenser les trésors 
amassés par ses aïeux pour racheter les fautes de son 
père et obtenir le repos de son ame. Tout ce c[ue le 
courage de ses ancêtres et Charles avaient entassé , 
lui-même il le distribue aux pauvres et aux églises. Il 
donne les vases d'or , les vêtemens et les nombreux 
manteaux-, il répand avec profusion d'innombrables 
talens de l'argent le plus pur ; il sème des richesses de 
toute nature et des armes dont on ne saurait dire le 
nombre, et vous prodigue, infortunés, les dons qui 
vous sont réservés. Heureux Charles qui a laissé dans 
ce monde un fils soigneux d'aplanir à son père le che- 
min du ciel ! Sa piété ordonne d'ouvrir les antres des 
prisons, brise les fers des malheureux qu'on y a jetés 

' Abbë de Saint-Germain-des-Prcs , l'un des signataires du testament 
de Cbarlemagne. 

3. 



36 ERMOLD LE NOIR. 

et rappelle les exilés. Tout ce qu'il fait tient du mer- 
veilleux, tout devrait être consigné dans des chants 
dignes de mémoire : aussi sa renommée s'élève-t-elle 
aujourd'hui au dessus des astres. 

Louis , sans perdre un instant , envoie dans tout 
l'univers des commissaires , tous hommes choisis , 
d'une vie probe , d'une fidélité éprouvée , et que ne 
puissent faire fléchir devant leurs devoirs ni les parens, 
ni les perfides caresses, ni la faveur et l'ingénieuse et 
corruptrice séduction du puissant. Ils ont ordre de 
parcourir rapidement les vastes États des Francs , de 
rendre justice k tous , de réformer les jugemens ini- 
ques , et de délivrer ceux que , sous le règne de son 
père, l'argent ou la fraude avait accablés d'une dure 
servitude. Combien d'hommes et quels hommes vic-^ 
times de droits cruels , de lois corrompues par l'or , et 
du pouvoir des richesses , ce grand monarque , par 
amour pour l'auteur de ses jours, arrache au malheur 
et rend à liionneur de jouir de la liberté ! Lui-même 
leur accorde et confirme de sa propre main des chartes 
qui leur assurent à toujours le paisible usage de leurs 
droits. Lorsque votre père , ame des combats , con- 
quérait des royaumes par la force de ses armes, et 
donnait ses soins assidus à la guerre, cette funeste 
oppression avait été sans cesse croissant de tous côtés 
pendant un grand nombre d'années ; et vous , Louis , 
à peine sur le trône , vous avez enfin et sur-le-champ 
coupé le mal dans sa racine. 

Quels criminels etforts du démon ce prince n'a-t-il 
pas encore déjoués dans toute la terre ! de combien 
de dons aussi n'a-t-il pas comblé les adorateurs du 
Christ! Ces bienfaits, l'univers les célèbre par dea 



FAITS ET GESTES DE LÛlllS-LE-l'lEUX , CH. JI. '^'j 

chants de triomphe; partout la gloire en retentit, et 
le peuple les publie mieux que ne saurait le faire l'art 
des vers. 

Ce héros dont la science remplit le monde de son 
éclat toujours grandissant, ordonne, arme et nourrit 
l'empire confié à ses mains. Vers ce temps ', il invite 
à quitter le palais de Rome et à venir vers lui ce père 
des Chrétiens auquel notre heureux siècle a donné le 
nom d'Etienne 5 le saint pontife obéit par amour , se 
rend à ses ordres redoutables avec plaisir , et s'em- 
presse de visiter le royaume des Francs. De la ville de 
Rheims où il avait prescrit d'avance à tous les grands 
de se réunir, l'empereur, plein d'une sainte joie , voit 
s'approcher le vicaire de Jésus-Christ. Des députés 
courent en foule de toutes parts au devant de lui par 
l'ordre de César, et portent ses plus tendres vœux au 
ministre du Seigneur. Bientôt un messager qui devance 
le pontife romain accourt annoncer qu'il arrive et 
presse sa marche-, Louis alors dispose, arrange, pré- 
pare et place lui-même les clercs, le peuple et les 
grands; lui-même règle quelles personnes se tien- 
dront à sa droite ou occuperont sa gauche , et qui doit 
le précéder ou le suivre. Une foule de prêtres marche 
à droite sur une longue fde et contemple pieusement 
son chef en chantant des psaumes ; de l'autre côté s'a- 
vancent l'élite des grands et les premiers de l'Etat ; le 
peuple suit au dernier rang et ferme le cortège. Au 
milieu César resplendissant d'or et de pierreries se 
fait remarquer par ses vêtemcns, et brille bien plus 
encore par sa piété. Le monarque et le pontife vien- 
nent de deux côtés opposés l'un au devant de l'autre -, 

• En 816 



38 ERMOLD LE WOIR. 

celui-ci est puissant par sa dignité, celui-là est fort 
par sa bonté. A peine ont-ils fixé leurs regards l'un 
sur l'autre , que tous deux se précipitent au devant de 
pieux embrassemens. Le sage roi cependant fléchit 
d'abord le genou et se prosterne trois et quatre fois 
aux pieds du pontife en l'honneur de Dieu et de saint 
Pierre. Etienne accueille le monarque avec humilité, 
et le relève de ses mains sacrées. L'empereur et le 
pontife se baisent alors réciproquement sur les yeux, 
la bouche, la tête, la poitrine et le cou 5 alors aussi 
Etienne et Louis se tenant par la main et les doigts en- 
trelacés s'acheminent vers les éclatans édifices de 
Rheims. Ils entrent d'abord dans la basilique , adres- 
sent leurs prières au maître de la foudre et lui ex- 
priment , dans des chants religieux , leurs actions de 
grâces et leurs hommages. Bientôt après tous deux 
montent au palais où les attend un festin magnifique ; 
ils prennent place, et les serviteurs font couler l'eau 
sur leurs mains. Tous deux font honneur à un repas 
digne d'eux , savourent les dons de Bacchus , et leurs 
bouches échangent ces pieux discours : « Saint pontife, 
« dit César , pasteur du troupeau romain , vous qui , 
« par succession apostolique , nourrissez de la parole 
« divine les brebis de saint Pierre , quel motif a pu 
« vous déterminer à venir dans le pays des Francs ? 
« Répondez, je vous en conjure. » Le doux évêque 
réplique avec tout le calme de l'ame et en caressant 
toujours le roi de ses regards : « La cause qui autre- 
« fois fit braver à une reine du midi , par le seul désir 
« de voir un sage , les dangers d'un voyage à travers 
« des peuples divers, les neiges et les mers , est celle 
« qui m'a conduit, César , dans les Etats d'un prince 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , GH. II. 3{) 

« qui m'oflre ici des festins dignes de la magnificence 
« deSalomon. Depuis long-temps , illustre monarque, 
« la renommée m'a appris cjuels secours paternels vous 
« prodiguez au peuple de Dieu, de quelle splendeur 
« vos doctrines frappent le monde , et combien vous 
« surpassez vos aïeux par vos lumières et votre foi. 
« Aucun obstacle dès lors n'a été assez fort pour briser 
« ma ferme volonté de venir admirer de mes propres 
« yeux vos actions ; aucun discours n'eût pu me redire 
« sur vous tout ce que m'apprennent mes propres re- 
« gards, témoins de votre bonté. Je ne saurais donc 
« que vous répéter les paroles que cette grande reine 
u fit retentir aux oreilles de Salomon c[uand elle vit 
w le roi , ses serviteurs , la richesse de ses vétemens , 
u ses échansons et ses divers palais. Heureux les ser- 
« viteurs et les esclaves qui vous entourent et peuvent 
« contempler sans cesse vos illustres actions ! heureux 
« mille fois le peuple dont l'oreille peut recueillir vos 
« instructions ! heureux les royaumes qui sont sous 
« vos lois! Que tout votre amour honore constamment 
u le Très-Haut, dont la bonté paternelle vous a dispensé 
« tant de sagesse, et qui, maitre d'accorder à qui il 
« lui plaît l'avantage de succéder au trône de ses aïeux, 
H a aimé assez son peuple pour vous établir sur lui. 
« Voilà ce que disait la reine de Saba au puissant Sa- 
« lomon, et ce que moi, humble mortel, j'ose vous 
« adresser. Et cependant vous êtes plus grand et plus 
« puissant! Salomon ne connut que l'ombre de la vé- 
« rite 5 c'est la vérité même que vous honorez de votre 
(c culte. H fut très-sage, sans doute ^ mais il céda trop 
K aux douceurs de l'amour. Egalement sage, vous ne 
« vivez que pour le chaste amour du Seigneur. Il ne 



4o ERMOLD LE IS'OiR. 

« régna seulement que sur le petit peuple d'Israël, et 
« vous , pieux monarque , vous étendez votre empire 
« sur tous les royaumes de l'Europe. Pressons donc 
« tous Dieu de nos ferventes prières pour qu'il vous 
(( conserve à ses enfans pendant de longues années. » 

Ces discours et beaucoup d'autres encore sont ceux 
que le saint prêtre adresse à l'illustre roi, et que César 
à son tour fait entendre au pontife. Cependant les 
coupes circulent abondamment 5 Bacchus émeut des 
cœurs tout disposés à s'épancher, et le peuple pousse 
des cris unanimes de joie. Le repas terminé, César et 
Etienne se lèvent, quittent la table et se retirent dans 
l'intérieur du palais. Cette nuit, tous deux la passent 
comme il fallait s'y attendre, dans des soins et des mé- 
ditations divers ; le sommeil fuit des yeux de tous 
deux. 

A peine le jour paraît que l'empereur appelle auprès 
de lui Etienne, les grands et ceux qui forment son 
conseil ; tous s'empressent de se rendre aux ordres 
du roi. Louis, couvert de ses vêtemens impériaux, se 
place sur un trône élevé , roulant dans son esprit une 
foule de pensées qu'il se dispose à développer ; à ses 
côtés , sur un siège d'or , il reçoit le pontife et semble 
l'associer au monarque qui le cliérit; les grands s'as- 
seient chacun suivant son rang. Alors le pieux César, 
prenant le premier la parole , adresse au pape et à ses 
fidèles serviteurs ces admirables paroles : 

« Ecoutez grands, et vous très-saint chef dos prêtres ; 
{( Dieu tout-puissant a daigné permettre dans sa misé- 
« ricorde que j'héritasse des Etats et du liant rang de 
« mon père ; ce n'est pas, je le sens, en raison de mes 
« niériles, mais pour ceux de r,iutcur de mes jours» 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. If. ^l 

« que le Christ, plein de bonté, m'a accordé de jouir 
« de tant d'honneurs. Je vous supplie donc, vous mes 
« fidèles, et vous illustre pontife , de me prêter, comme 
a cela est juste, le secours de vos conseils. Mais vous, 
« serviteurs qui veillez avec moi à la conservation de 
« cet empire , et vous bienheureux prélat , que ce 
« secours soit tel que le clerc et Thomme de la der- 
« nière condition , le pauvre comme le plus riche , 
« puissent , à fombre de mon sceptre , jouir également 
« des droits que leur ont transmis leurs pères ; que la 
« sainte règle donnée par les Pères de l'Eglise force le 
« clerc à ne pas s'écarter de la bonne voie ; que les lois 
u vénérables de nos Ecritures maintiennent le peuple 
« dans une douce union , et que l'ordre des moines , 
« fidèle aux préceptes de Benoît, fleurisse chaque jour 
« davantage , et se rende digne , par ses mœurs et la 
« pureté de sa vie , de participer aux festins des saints ; 
u que le riche exécute la loi , que le pauvre lui soit 
K soumis , et qu'il ne soit fait en rien acception des 
« personnes 5 que les mauvaises œuvres cessent de se 
<( racheter avec l'or et de prévaloir, et que les pré- 
« sens corrupteurs soient repoussés bien loin. Si toi et 
« moi, bien aimé pasteur, nous gouvernons avec justice 
« le riche troupeau que le Seigneur a confié à nos soins, 
« si nous punissons les médians , récompensons les 
« bons et faisons que les peuples suivent les lois de 
« nos pères ; alors la miséricorde du Très-Haut accor- 
« dera , tant à nous qu'à ce peuple qui nous imitera , 
« de jouir du bienheureux royaume des cieux, et sur 
« cette terre elle nous conservera nos honneurs et dis- 
<c sipera au loin nos cruels ennemis. Soyons l'exemple 
« des clercs et les guides des hommes même des 



4 2 ERMOLD LE NOIR. 

derniers rangs, et que chacun des deux pouvoirs 
suprêmes enseigne aux siens la justice. Israël , ce 
peuple choisi par Dieu dans son amour, à qui le 
Seigneur fraya un chemin sec à travers les flots de 
la mer, pour qui pendant tant d'années il fit pleu- 
voir dans le désert la manne nourrissante, et jaillir 
Teau de la roche amollie , dont il fut lui-même Far - 
mure, le glaive, le bouclier et le conducteur, et 
qu'il fit entrer triomphant dans la terre promise, ce 
peuple , tant qu'il conserva les préceptes que Dieu 
lui avait donnés, qu'il respecta la justice, montra 
de la sagesse, chérit d'un pieux amour ce même Dieu, 
suivit ses ordres sacrés et rejeta ceux des dieux 
étrangers, vit le Seigneur, par sa puissance divine , 
abattre devant lui les nations ennemies , lui accorder 
toutes choses prospères, et repousser loin de lui 
l'adversité. Quel eût été son bonheur si toujours il 
fût demeuré fidèle aux commandemens de Dieu î 
Il eût régné triomphant et à toute éternité ! Mais 
dès qu'une fois il se laissa entraîner à l'imprudente 
soif des richesses, il abandonna les voies de la jus- 
tice et de toute honnêteté , déserta le vrai Dieu , et 
adora bientôt de vaines idoles. Aussi souffrit-il alors 
justement tant de maux qui l'affligèrent. Mais le père 
du monde qui liabite les cieux , en envoyant sur son 
peuple des plaies et des fléaux divers , le corrigea , 
l'instruisit et lui rendit ses anciens droits. Aussitôl 
qu'Israël, accablé par le malheur, manifestait la vo- 
lonté de se souvenir du Seigneur, le compatissanl 
distributeur de tous biens recevait son pcu})lo eu 
grâce. Cette nation seide connaissait le vrai Dieu , 
l'adorait et o])éissait le plus souvent aux ordres (bi 



FAITS ET GESTES DE LOUJS-LË-PIEUX , CH. II. 4-^ 

« Très-Haut. Le reste de la foule des hommes suivait 
« les commaudemens de Satan , ignorait son créateur 
« et ne prêtait l'oreille qu'aux inspirations du démon. 
« douleur ! l'esprit de ténèbres régnait sur les trois 
u quarts de l'univers , et y tenait le genre humain sous 
« son sceptre ^ prêtres , rois , tous négligeaient les lois 
« solennelles du Seigneur et les saints sacrifices. Alors 
« notre miséricordieux créateur s'affligea sur nous , et 
« envoya sur la terVe le Verbe du salut dont la pieuse 
« bonté devait nous tirer de l'abîme. Touché de nos 
« maux, le Fils de Dieu lava de son propre sang les 
« péchés du monde , lui donna d'admirables préceptes, 
(c brisa , par sa divinité toute-puissante , les portes de 
u l'enfer , lui ravit ses élus et fit la guerre aux dé- 
« mons. S'élevant ensuite dans les régions supérieures 
« de l'air, il monta victorieux jusqu'au plus haut des 
« cieux , et nous accorda la féUcité de porter le titre 
« d'adorateurs du Christ, Quiconque veut aujourd'hui 
« jouir du nom de Chrétien doit donc s'etforcer de 
« suivre la route par laquelle son maître s'est élevé 
« au ciel. Je le sais, grâces à la bonté de Dieu, les 
« Chrétiens remplissent aujourd'hui le monde, et par- 
te tout règne la foi de l'Eglise; maintenant le nom du 
« Christ retentit dans tout l'univers , et ce n'est plus 
« le temps où il fallait que les serviteurs de Dieu cou- 
« russent à la mort pour rendre témoignage à son nom ; 
« la tourbe des infidèles qui rejette les préceptes du 
« Seigneur fuit au loin dispersée par la lance du Chré- 
« tien-, ces Pères de l'Eglise et nos ancêtres, victimes 
« autrefois d'une mort cruelle , brillent à présent dans 
<c la cour du Très-Haut. Mais si nous n'avons plus à les 
<( imiter dans leur mort, efforçons-nous au moins fie 



44 ERMOLD LE KOIR. 

« mériter , par la pureté du cœur , la justice et la foi , 
« de partager leur triomphe ; que , suivant le précepte 
« de Jean , chacun aime le frère qui est sous ses yeux , 
« et se rende ainsi digne de voir en esprit le Christ ; 
« c'est lui qui dit à Pierre : Simon, m'aimes-tu ou non ? 
« Pierre lui répondit par trois fois : Seigneur , tu sais 
« combien je t'aime. Si, répondit le Christ, tu m'aimes 
« en effet, Pierre, je te le recommande, conduis mes 
« brebis avec amour. Pontife, c'est donc à nous de 
« veiller sur ce peuple soumis dont le Seigneur nous 
ua confié la conduite. INous sommes, toi, le saint 
« prêtre , et moi le roi des serviteurs du Christ. Travail- 
« Ions à leur salut avec le secours de la loi , de la foi 
<( et des saintes instructions. » 

César ajouta ensuite ce peu de paroles que recueillit 
la pieuse oreille du saint pontife : 

« Vous qui régissez le domaine de Pierre , et avez 
« été choisi pour gouverner son troupeau , dites si 
« vous jouissez pleinement de tous vos droits; s'il en 
«( était autrement, je vous en conjure, parlez libre- 
« ment sur tous les points ; ce que vous demanderez , 
(i je le ferai volontiers. Les miens se sont toujours 
« montrés les appuis de la dignité de Pierre, et, dans 
M mon amour pour Dieu, illustre prélat, je saurai la 
i< protéger aussi. » 

Alors le monarque appelle Hélisachar, son servi- 
teur bien aimé , et lui adresse ces ordres pieux : 
« Ecoute et cours dresser des chartes où tu inscriras 
« ce que je vais dire pour que cela demeure, car telle 
« est ma volonté ferme et fixe à toujours. Nous en- 
« tendons que dans tous les royaumes que , par la grâce 
« de Dieu , régit notre sceptre , et dans toute l'étendue 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. H. 4^ 

« de l'empire , les droits de l'Église de Pierre et de son 
« siège, qui ne doit jamais périr, conservent toute leur 
« force, et que nul n'ose y porter atteinte. Cette Église» 
« si grande par le zèle de ses pasteurs, a, dès les pre- 
« miers temps , tenu le rang le plus élevé dans la chré- 
u tienté ; nous voulons qu'elle continue de l'occuper. 
« Les honneurs de Pierre se sont accrus sous le règne 
((de notre père Charles, qu'ils s'accroissent encore 
(( sous le nôtre. Mais , pontife, c'est , nous le répétons , 
« à la condition que celui qui est assis sur le trône de 
u Pierre se montrera fidèle aux lois de la justice. Voilà, 
« saint prélat , piour quel motif nous vous avons pressé 
<i de vous rendre auprès de nous. C'est à vous, main- 
ce tenant, bienheureux évéque, à nous assister puis - 
« samment dans cette tâche. » 

Le pontife alors levant les yeux et les mains au ciel , 
prie et adresse à Dieii ces touchantes paroles : 

« Dieu qui tonnes du haut des cieux et as créé tous 
K les empires , J ésus-Christ son fils , et toi Esprit saint , 
« toi Pierre , illustre dépositaire des clés du ciel , qui 
« enveloppes les fidèles dans tes filets et les conduis 
« aux royaumes d'en haut 5 et vous habitans des cieux, 
a dont Rome conserve les saintes reliques, et à qui 
« elle rend, avec un zèle continu, de pieux devoirs, 
u je vous en conjure, conservez pendant de longues 
« années ce monarque pour le bonheur de son peuple , 
« la gloire de ses Etats et de l'Eglise ! 11 surpasse ses 
« ancêtres en science, en valeur et en foi; il veille 
<( tout ensemble aux besoins de l'Eglise et aux soins 
« de son empire ; il comble d'honneurs le siège de 
H Saint-Pierre et se montre en même temps le père et 
'< le pontife , le nourricier et le défenseur des siens, ^i 



40 ERMOLD LE SOIR. 

A peine a-t-il achevé que, ravi du respect dont on 
l'honore et des dons faits à Saint-Pierre , il se précipite 
dans les bras du bienveillant empereur et lui prodigue 
de tendres embrassemens -, ce pieux pontife ordonne 
ensuite à tous , par un signe , de faire silence, reprend 
la parole, et, de sa bouche sacrée, fait entendre ces 
mots pleins de bonté : 

« César, Rome t'envoie les présens de Saint-Pierre; 
(( ils sont dignes de toi comme tu es digne d'eux , et 
« c'est un honneur qui t'est dû. » 

Il enjoint alors d'apporter la couronne d'or et de 
pierres précieuses qui ceignit autrefois le front de 
l'empereur Constantin; il la prend dans ses mains, 
prononce sur elle des paroles de bénédiction, et prie 
en élevant vers le ciel et ses yeux et le riche dia- 
dème : 

« toi , s'écrie-t-il , qui tiens le sceptre de la terre 
« et gouvernes ce monde, toi qui as voulu que Rome 
« fût la reine de l'univers , ô Christ! je t'en supplie, 
« entends ma voix et prête à mes prières une oreille 
« favorable ! Saint roi des rois , je t'en conjure , exauce 
(( mes vœux, et qu'André, Pierre , Paul, Jean et 
« Marie, illustre mère d'un Dieu de bonté, les secon- 
«dent; conserve long-temps Louis, ce sage empe- 
« reur-, que toutes les misères de cette vie fuient loin 
« de lui ; que tout lui soit prospère ; écarte l'infortune 
« de ses pas , et qu'il soit heureux et puissant pendant 
« de longues années. » 

11 dit, s'empresse de se tourner vers l'empereur, 
lui impose ses mains sacrées sur la tête, et ajoute: 
(( Que le Très-Haut, qui a fécondé la race d'x\braham , 
« t'accorde de voir des enfans qui t'appellent du doux 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. II. 4? 

« nom d'aïeul ; qu il te donne une longue suite de dcs- 
« cendans^ qu'il en double et triple le nombre, afin 
« que de ton sang s'élèvent d'illustres rejetons qui rè- 
« gnent sur les Francs et sur la puissante Rome aussi 
« long-temps que le nom chrétien subsistera dans 
« l'univers. » Le pontife alors répand sur César l'huile 
sainte, chante les hymnes adaptés à la circonstance, 
et place sur la tête de Louis le brillant diadème , en 
disant : « Pierre se glorifie , prince charitable , de te 
« faire ce présent, parce que tu lui assures la jouis - 
« sance de ses justes droits. » Le saint évêque voit 
alors l'impératrice Hermengarde, l'épouse et la com- 
pagne de Louis ; il la relève , la tient par la main , la 
regarde long-temps , pose aussi la couronne sur son 
auguste tête , et la bénit en ces termes : « Salut , 
« femme aimée de Dieu ! que le Seigneur t'accorde 
« vie et santé prospère pendant de longues années, et 
« puisses-tu toujours être l'honneur de la couche d'un 
ic époux qui te chérit ! » 

Le chef de l'Eglise distribue ensuite avec profusion 
de nombreux cadeaux en or et en habits qu'il tient 
de la munificence de Rome^ il en offre à l'empereur, 
à l'impératrice, à leurs enfans brillans de beauté; et 
chacun des fidèles serviteurs du monarque en reçoit 
à son tour et selon son rang- 

Le sage César paie à Etienne un ample tribut de 
reconnaissance, et donne Tordre de le combler des plus 
riches présens. On y distingue deux coupes brillantes 
d'or et de pierreries avec lesquelles le saint prêtre 
doit s'abreuver des dons de Bacchus 5 viennent ensuite 
de nombreux et magnifiques coursiers tels qu'il en 
naît d'ordinaire dans le pays des Francs. Là ce sont 



4 fi ERMOLD LE NOIR. 

mille objets divers d'or massif; plus loin sont entassés 
les vases d'argent, les draps du plus beau rouge et 
les toiles d'une éclatante blancheur. Que dirai-j'e de 
plus ? Le Romain reçoit des dons qui surpassent cent 
fois ceux que lui-même apporte de sa cité ; tous ce- 
pendant sont uniquement pour le pontife. Quant à ses 
serviteurs, la pieuse munificence de César leur dis- 
pense des largesses proportionnées à leur rang. Ce 
sont des manteaux d'étoffes de couleur, des vêtemens 
propres à la taille de chacun et coupés d'après la mode 
si parfaite des Francs, et des chevaux de divers poils 
qui, relevant fièrement la tête, ne se laissent monter 
qu'avec peine. 

Le prélat et les siens, charmés des présens qu'on 
leur a prodigués, se prépaient bientôt, avec la per- 
mission de César , à reprendre la route de Rome. Alors 
des députés , tolis personnages distingués , ont ordre 
d'accompagner le saint prêtre Etienne pour lui faire 
honneur, et de le reconduire jusque dans ses Etats. 

Le pieux empereur, non moins satisfait, revient, 
avec sori épouse et ses enfans , dans son palais de 
Compiègne. La mort alors lui enlève le fidèle Bigon. 
Le monarque n'apprend pas sans chagrin le trépas 
d'un serviteur qui ne se sépara qu'à son grand regret 
d'un maître chéri -, et César, par amour pour le père , 
partage entre les enfans et les biens et les honneurs 
que possédait Bigon. 

Bientôt cependant le bruit se répand au loin d.'iî^s 
l'univers que le religieux monarque veut réformer 
tous les abus sous lesquels ses Etats gémissent affligés. 
Louis ordonne en effet que l'élite des clercs et des 
fidèles éprouvés, dont la vie lui est bien connue ef 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. II. 49 

mérite son auguste suffrage , aillent dans les villes , 
les monastères et les châteaux, remplir toutes les bien- 
faisantes volontés que leur dicte ce bon maître. « Ser- 
« viteurs dévoués, leur dit-il, qui pouvez vous vanter 
« d'avoir été élevés par nous , et qui avez sucé les 
(( excellons préceptes de Charles notre père , montrez- 
« vous attentifs à nos ordres et gravez religieusement 
« nos paroles dans vos cœurs. Vous allez avoir à rem- 
« plir une tâche difficile, il est vrai, mais qui, si je 
« m'en crois , est utile et digne de zélés serviteurs du 
« Christ. Grâce à la bonté du Tout -Puissant et aux 
« heureux travaux de nos pères , les frontières de 
<c notre empire n'ont maintenant aucune insulte à re- 
« douter-, la renommée de la valeur des Francs a re- 
« poussé loin de nous de féroces ennemis , et nous 
« goûtons dans la joie les plaisirs d'une douce paix. 
« Mais c'est parce que nous n'avons pas de guerres à 
« soutenir que nous croyons le moment favorable 
« pour donner à nos sujets des lois dictées par une 
« sage équité. Nous voulons avant tout rendre à l'E- 
« glise le lustre et la richesse qui ont élevé jusqu'au 
« ciel le nom de nos augustes ancêtres, et (c'est un 
« dessein arrêté dans notre esprit) bientôt nous en- 
ce verrons dans tout l'univers des délégués cjui gou- 
« verneront les peuples d'après les règles de la piété. 
« Quant à vous , partez sans perdre un instant ; recueil- 
ce lez sur tout d'exacts renseignemens , et parcourez 
« scrupuleusement toutes les parties de notre empire ; 
« scrutez sévèrement les mœurs des chanoines , celles 
« des religieux et des religieuses qui remplissent les 
« saints mojiastères; recherchez quels sont leur vie , 
« leur respect pour la décence, leurs doctrines, leur 

4 



5o ERMOLD LE KOIR. 

« conduite, leur piété et leur zèle pour les devoirs de 
« la religion^ informez-vous si partout la bonne har- 
« monie règne entre le pasteur et le troupeau , si les 
« brebis aiment leur berger, et si celui-ci chérit ses 
« ouailles; sachez enfin si les prélats fournissent exac- 
« tement et dans des lieux convenables , les enclos , les 
« habitations , la boisson, le vêtement et la nourriture 
« aux curés , qui ne pourraient s'acquitter comme ils 
« le doivent des fonctions de leur saint ministère, si 
« ces secours ne leur étaient assurés avec un soin reli- 
« gieux par leurs évêques. Mais en même temps , 
« examinez bien quelles sont les ressources de chaque 
u église, si leurs terres sont bonnes ou peu fertiles. 
(( Tout ce que vous aurez découvert, confiez-le soi- 
« gneusement à votre mémoire ; montrez-vous em- 
« pressés de nous instruire de tout, et dites-nous bien 
« quels ministres du Seigneur vivent dans l'abon- 
« dance, la médiocrité ou la gêne, et quels manquent 
(( de tout, ce que nous souhaitons qui ne soit pas 5 
u apprenez-nous aussi quels sont ceux qui demeurent 
« fidèles aux anciennes règles tracées par les saints 
« Pères. Nous ne vous avons indiqué que bien som- 
« mairement les objets dont vous avez à vous occuper, 
« et c'est à vous d'y ajouter et d'étendre vos infor- 
« mations. » 

César ordonne ensuite défaire venir devant lui, pour 
recevoir ses instructions , des délégués choisis dans 
la classe des moines ; il les envoie visiter les saints 
monastères , et les invite à s'assurer si dans tous on 
mène une pieuse vie ' . 

Dans ces temps était un saint homme appelé Be- 

' Ceci so rapporte aux années 8i6 et 817. 



FAITS ET GESTKS DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. II. 5 I 

iioît ', bien digne d'un tel nom , et qui, par ses exem- 
ples, avait su mettre un grand nombre de gens dans 
la voie du ciel. 11 fut d'abord connu du roi dans les 
champs de la Gothie, et l'on n'a que peu de choses à 
dire de la vie qu'il menait alors ; depuis il fut à juste 
titre préposé comme pasteur et abbé à la direction du 
troupeau d'Aiiiane , et se montra pour ses brebis un 
doux conducteur. Le cœur du pieux monarque brûlait 
d'un ardent désir de voir l'ordre des moines et leur 
sainte vie s'étendre chaque jour davantage; Benoît 
seconda ce vœu et fut lui-même la règle , l'exemple 
et le maître auxquels les monastères doivent l'avan- 
tage d'être aujourd'hui agréables au Seigneur. Dans les 
pieuses mœurs de Benoît régnait une admirable bien- 
veillance ; il était vraiment saint autant qu'il est per- 
mis d'en juger à un simple mortel. Doux, aimé de 
tous, affectueux, calme et modeste , toujours il por- 
tait la règle religieuse gravée dans son cœur sacré. 
Ce n'est pas seulement aux moines, mais à tous, qu'il 
était utile, et, en toutes choses, il se montrait le père 
de tous. Tant de vertus l'avaient rendu cher au pieux 
empereur. Aussi ce prince s'empressa-t-il de l'emme- 
ner avec lui dans le royaume des Francs; aussi encore 
distribua-t-il les disciples de ce saint homme dans 
tous les couvens pour servir de modèles et de guides 
aux religieux , réformer tout ce qui pouvait se cor- 
riger , et lui transmettre par écrit de fidèles rapports 
sur les vices qu ils ne sauraient déraciner. 

Cependant le pieux roi et le saint prêtre Benoît 

' Saint Benoît, abbë d'Aniane ou St.-Aignan en Languedoc , dans le 
diocèse de Maguelonne , vers 780, puis d"'Inde ou saint Corneille près 
d'Aix-la-Chapelle, vers 816, mort le 11 février 821. 



Sa ERMOLD LE NOIR, 

agitaient dans leur esprit des projets agréables au Sei- 
gneur. Bientôt l'empereur, poussé par son zèle reli- 
gieux, prenant le premier la parole, adresse à Benoît 
ces mots pleins de son ordinaire bonté : « Tu sais , 
« je n'en doute pas , cher Benoît, quelle fut ma bien- 
« veiliance pour ton ordre , du premier moment où 
«je le connus; aussi désiré -je, dans mon sincère 
« amour pour Dieu, fonder, non loin de mon pa- 
(c lais , un temple desservi par trois religieux, et 
« qui soit vraiment ma propriété. Trois motifs ont 
« fait naître cette envie dans mon cœur, et je vais 
« te les faire connaître. Tu vois d'abord de quel far- 
te deau pesant la vaste étendue de l'empire surcharge 
« mon esprit 5 l'immensité des affaires rend en vérité 
« la tâche trop rude. Dans ce couvent je pourrais au 
« moins goûter quelque repos, et offrir au Seigneur, 
« dans ce secret asile, des prières que rien ne trou- 
« blerait, et qui lui en seraient plus agréables. Une 
« seconde raison me détermine-, tu l'avoueras, ton 
« séjour dans mon palais contrarie tes propres vœux , 
« et tu penses qu'il ne convient pas à des religieux 
« d'intervenir dans les affaires civiles et de courir au- 
« devant des fonctions de cour. Ce monastère une fois 
« établi, tu pourras surveiller les travaux de tes frères 
« et consacrer tes soins pieux aux hôtes qui visiteront 
« ce saint lieu ; puis une fois retrempé par la retraite , 
« revenir dans mon palais et t'y montrer , comme à 
«l'ordinaire, le protecteur des religieux. Le grand 
« avantage dont sera pour mes sujets et pour moi un 
«tel établissement auprès d'Aix-la-Chapelle, est la 
u troisième considération qui me frappe. Si en effet la 
« mort venait promptement détruire la partie terrestre 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. II. 53 

« de mon être , mes restes pourraient être confiés au 
« tombeau dans ce monastère -, là aussi ceux qui abju- 
« reraient la vie du siècle prendraient sur-le-champ 
« celle des serviteurs du Christ; et quiconque le sou-% 
« haiterait y trouverait de salutaires instructions. » 

A peine le saint religieux a~t-il entendu ces mots, 
qu'il se précipite aux pieds du monarque qui Thonore 
de son amitié, loue le Seigneur, célèbre la pieuse foi 
de César, et s'écrie : « De tout temps , magnanime em- 
« pereur, j'ai soupçonné ce désir de ton ame. Puisse 
«Dieu, le dispensateur de tout bien, te confirmer 
(( dans ce sage projet! » Ce monastère, construit par 
Louis et Benoît, fut appelé Inde, et prit le nom de 
la rivière qui coule devant ses portes. Trois milles 
seulement le séparent du palais impérial bâti dans la 
ville d'Aix-la-Chapelle , dont la renommée a porté le 
nom si loin. L'endroit où s'élève ce couvent était au- 
trefois un asile où se plaisaient les cerfs aux longs bois, 
les buffles et les chevreuils ; mais l'actif Louis en 
chassa bientôt les animaux sauvages, y bâtit, avec le 
secours de l'art, un monument agréable au Seigneur, 
dont lui-même posa les premiers fondemens avec cé- 
lérité, qu'il combla d'immenses richesses, et où, saint 
Benoît, l'on voit aujourd'hui fleurir ta pieuse règle, 
Benoît est en effet le supérieur de cette maison , 
mais Louis en est tout à la fois l'empereur et le véri- 
table abbé; souvent il la visite, en inspecte le saint 
troupeau, en règle les dépenses et lui prodigue ses 
largesses. 

Muse , que ta voix s'arrête ; ce second chant brûle 
de se réunir à son aîné ; et toi-même dois te réjouir du 
récit qui le termine. 



ERMOLD LE JNOIR. 



CHANT TROISIEME, 



A.IDÉE de la protection du Tout-Puissant, la gloire 
des armes de César allait toujours croissant ; toutes 
les nations jouissaient des douceurs d'une paix garan- 
tie par la foi , et les soins du grand Louis portaient 
la renommée des Francs au-delà des mers, et réle- 
vaient jusqu'aux cieux. Cependant César, fidèle aux 
anciennes coutumes , ordonne aux principaux gou- 
verneurs des frontières de ses Etats et à l'élite des 
ducs de se réunir autour de lui ' . Tous , empressés 
d'obéir , accourent au plaid indiqué , et font en- 
tendre des discours convenables à leur haute di- 
gnité. 

Parmi eux se distingue le noble Lambert ' issu de 
la race des Francs. Poussé par son zèle , il arrive en 
toute hâte de la province qu'il commande. C'est à lui 
qu'est confiée la garde de ces frontières qu'autrefois 
une nation ennemie , fendant la mer sur de frêles 
esquifs, envahit par la ruse. Ce peuple, venu des ex- 
trémités de l'univers, était les Brittons, que nous nom- 
mons Bretons en langue franque. Manquant de terres, 
battu par les vents et la tempête , il usurpe des champs, 
mais otfre d'acquitter des tributs au Gaulois, maître de 

■ En 8i8. 

' Coiiilc (Ir Naiilc!» 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , GH. 111. 55 

cette contrée à répoque où parut cette horde vomie 
par les flots ennemis. Les Bretons avaient reçu Fhuile 
sainte du baptême ; c'en fut assez pour qu'on leur 
permît de s'étendre dans le pays , et de cultiver paisi- 
blement les terres où ils s'étaient établis. Mais à peine 
ont-ils obtenu de jouir des douceurs du repos qu'ils 
allument d'horribles guerres , se disposent à remplir 
les campagnes de nouveaux soldats, présentent à 
leurs hôtes la lance meurtrière pour tout tribut , leur 
offrent le combat pour tout gage de reconnaissance, 
et les payent de leur bonté par une insultante hau- 
teur. 

Le Franc renversait alors de ses armes triomphantes 
des royaumes dont la soumission lui paraissait entraî- 
ner une lutte plus pénible : aussi la conquête de cette 
contrée fut-elle ajournée pendant un si grand nombre 
d'années que les Bretons, se multipliant chaque jour 
davantage , couvrirent bientôt tout le pays : aussi , 
encore enflés de trop d'orgueil , ils ne se conten- 
tèrent plus du sol où ils étaient venus mendier un 
asile , et portèrent la dévastation jusque sur les Etats 
des Francs. Malheureuse et aveugle nation! parce 
qu'elle est faite à de misérables combats , elle se flatte 
de vaincre le Franc impétueux î 

César cependant , attentif à imiter les exemples de 
ses aïeux , interroge Lambert , l'invite à lui faire sur 
tout un exact rapport : «Quel culte cette nation rend- 
« elle au Seigneur.? Quelle foi professe-t-elle? De quels 
« honneurs jouissent parmi elle les églises du vrai 
« Dieu? Quelles passions animent ce peuple .? Aime-t-il 
u la justice et la paix ? Respecte-t-il la royauté ? Mérite- 
« t-il notre bonté ? Nos frontières u'ont-elles surtout 



56 ERMOLD LE ]N01R. 

<( aucune insulte à redouter de sa part? Illustre Franc, 
« dit Louis, je t'en conjure , satisfais complètement à 
u toutes ces questions. » 

Lambert s'incline , embrasse les genoux de l'empe- 
reur, et répond en ces termes que lui dicte son cœur 
fidèle : a Cette nation trompeuse et superbe s'est 
« montrée jusqu'ici rebelle et sans bonté. Dans sa per- 
« fidie , le Breton ne conserve du chrétien que le 
« nom -, les œuvres , le culte , la foi , il n'en est point 
« chez lui ; les orphelins , les veuves , les églises n'ont 
(( rien à attendre de sa charité. Chez ce peuple , le 
« frère et la sœur vivent dans une infâme union 5 le 
<( frère enlève la femme de son frère ; tous s'aban- 
« donnent à l'inceste, et nul ne recule devant aucun 
« crime. Ils habitent les bois, n'ont d'autres retraites 
« que les cavernes, et mettent leur bonheur à vivre 
(c de rapine comme les bétes féroces, La justice n'est 
u parmi eux l'objet d'aucun culte , et ils ont repoussé 
(( loin d'eux toute idée de juste et d'injuste. Murman 
« est leur roi , si cependant on peut appeler roi celui 
« dont la volonté ne décide de rien. Souvent ils ont 
« osé se montrer juscjue sur nos frontières, mais ils 
« n'ont jamais regagné les leurs sans être punis de 
(( cette témérité. ); Ainsi parle Lambert. 

Le pacifique et pieux César, si célèbre par tous les 
genres de mérite , lui répond : « Le récit dont tu 
« viens, Lambert, de frapper nos oreilles nous est 
(( bien pénible à entendre , et nous paraît au dessus 
« de toute croyance. Quoi! une nation errante jouit 
(( des terres de notre Empire sans acquitter aucun 
« tribut, et pousse encore l'orgueil jusqu'à fatiguer 
.( nos peuples par d'injustes guerres! A moins que la 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. III. 57 

« mer qui apporta ces hommes ne leur oflVe un re - 
« fuge , c'est par les armes qu'il faut châtier leur 
« crime ; Thonneur et la justice le commandent. Mais 
« avant tout qu'un envoyé se rende en notre nom 
« auprès de leur roi, et lui porte nos propres paroles. 
« Ce roi a reçu les saintes eaux du baptême , et c'est 
(( assez pour que nous croyions devoir l'avertir , par 
« cette démarche, du sort qui le menace. » 

L'empereur alors appelle Witchaire, homme probe, 
habile et d'une sagesse éprouvée , que le hasard avait 
amené à l'assemblée. « Cours, A\ itchaire , dit Louis, 
« porte au lyran de ce peuple nos ordres souve- 
« rains -, répète-les-lui dans les termes où nous allons 
« te les dire et confier ^ dis-lui bien que l'etiet suivra 
« de près la menace. Lui et les siens cultivent dans 
(c notre Empire de vastes terres où la mer les a jetés 
(( comme de misérables exilés condamnés à une vie er- 
« rante. Cependant il nous refuse un juste tribut, veut 
« en venir à des combats, insulte les Francs, et porte 
« contre eux ses armes. Depuis que , par la bonté de 
« Dieu et sur la demande de toute la nation, nous 
(( sommes monté sur le trône de notre père et 
« avons ceint la couronne impériale , nous avons sup- 
« porté la conduite de ce roi, attendant toujours qu'il 
« se montrât fidèle, et vint lui-même solliciter nos 
(t lois. Mais depuis trop long-temps déjà cet esprit 
(c perfide balance à remplir son devoir, et, pour comble 
u de tort , le voilà qui prend les armes, et nous sus- 
ce cite des guerres criminelles. Il est temps, il est plus 
« que temps que ce malheureux cesse d'abuser et les 
(( siens et lui-même ; qu'il se hâte de venir humble- 
« ment demander la paix aux Francs. S'il s'y refuse , 



58 ERMOLD LE NOIR. 

« vole , et reviens nous faire un rapport fidèle et dé- 
« taillé. » Ainsi parle le pieux César. 

Witchaire s'élance sur son cheval, et court exécuter 
les ordres si sages de son maître. Ni ce roi des Bre- 
tons , ni le lieu où il a fixé sa demeure ne lui sont in- 
connus-, près de ses frontières même Witchaire pos- 
sédait une abbaye et des richesses vraiment royales 
qu'il tenait de la munificence de l'empereur. Non 
loin est un endroit qu'entourent d'un côté des forêts, 
de l'autre un fleuve tranquille , et que défendent des 
haies , des ravins et un vaste marais 5 au milieu est une 
riche habitation. De toutes parts les Bretons y accou- 
raient en armes , et peut-être alors était-elle remplie 
de nombreux soldats. Ce lieu , Murman le préférait à 
tout autre , et y trouvait tout ce qui pouvait lui ga- 
rantir un repos assuré. Secondé par la fortune, l'agile 
Witchaire y arrive précipitamment , et demande à être 
admis à parler au roi. 

Murman n'a pas plutôt appris qu'un envoyé du puis- 
sant Louis se présente , que son audace l'abandonne. 
Cependant il veut connaître la cause d'un événement 
si extraordinaire. Tous ses traits feignent l'espérance; 
il dissimule sa terreur, affecte la joie , commande à 
ceux qui l'accompagnent de se montrer gais, et or- 
donne enfin d'introduire Witchaire. 

« Salut, Murman, dit celui-ci; je t'apporte aussi 
« le salut du pieux et pacifique , mais vaillant 
« César. » 

Murman l'accueille bien , l'embrasse comme le veut 
l'usage , et lui répond sur le même ton : « Salut aussi 
u à toi Witchaire; puisse, je le désire, le pacifique 
« Auguste jouir constamment de la santé et de la 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , GH. 111. 5g 

«( vie , et gouverner son Empire pendant de longues 
« années! » 

Tous deux s'asseient, et font éloigner tous ceux 
qui les entourent. Alors commence entre eux un im- 
portant entretien que chacun soutient de son côté. 
Witchaire prend la parole le premier pour développer 
l'objet de sa mission, et Murman l'écoute ^ mais la sin- 
cérité ne dirige ni son oreille ni son cœur. « L'empe- 
« reur Louis , dit Witcliaire , que l'univers proclame 
« la gloire des Francs , l'honneur du nom chrétien , 
« sans égal dans l'amour de la paix et la foi à sa pa- 
« rôle, sans rival non plus dans la guerre, le premier 
« des princes par sa science et sa piété , m'envoie vers 
« loi , Murman. Toi et les tiens vous cultivez dans 
« son Empire de vastes terres oà la mer vous a jetés 
« comme de misérables exilés condamnés à une vie 
« errante. Cependant tu lui refuses un juste tribut ^ tu 
« veux en venir à des combats 5 tu insultes les Francs , 
« et prépares tes armes contre eux. Il est temps, plus 
« que temps , infortuné , que tu cesses d'abuser toi et 
« les tiens ; hâte-toi donc de venir demander la paix. 
« Je t'ai répété les propres paroles de César 5 j'en ajou- 
« terai quelques-unes , Murman , mais qui viennent 
« de moi seul, et me sont dictées par mon attache- 
« ment pour toi. Si tn exécutes sans tarder, et sans 
« que rien t'y contraigne , les ordres de mon prince , 
« comme lui-même t'y invite dans sa bonté , si tu de- 
« sires conserver avec les Francs une paix éternelle , 
« comme le réclament et le commandent même ton 
(( propre intérêt et celui des tiens, pars à l'heure même, 
« cours recevoir les lois du pieux monarque , et ac- 
« quitte envers hii des tributs que tu dois à lui seul. 



6o ERMOLD LE ^OIR. 

« et sur lesquels tu n'as aucun droit. Songe, je t'en 
« conjure , à la patrie , à tout ton peuple , songe à tes 
« enfans et à la femme qui partage ton litj pense sur- 
« tout que ta nation et toi \ ous avez le tort d'adorer 
« de vaines idoles , de violer Jes saints commande- 
« mens, et de suivre les voies du démon. Peut-être 
« le pieux roi te renverra dans tes champs , qui alors 
« seront bien ta propriété ; peut-être même te com- 
« blera-t-il de dons plus considérables encore. J'ad- 
« mets que tu fusses plus puissant que tu ne l'es, que 
« ton Empire s'étendît sur de plus vastes terres, que 
« tu eusses des soldats plus nombreux et une armée 
« mieux équipée ; je veux même que toutes les na- 
« tiens et tous les peuples accourussent à ton se- 
« cours , comme autrefois le firent pour Turnus les 
« Rutules, l'agile Camille, les cohortes de l'antique 
(( Italie , et tous les Lalins, qui cependant ne purent 
« vaincre Enée ; je veux que tu eusses pour toi le 
« Pyrrhus de l'Odyssée, ou le redoutable Achille, ou 
« Pompée à la tête de l'armée avec laquelle il com- 
te battit son beau-père -, il ne te serait cependant 
« point permis de faire la guerre aux Francs qui t'ont 
« reçu dans leurs champs, et t'y souflrent par bonté. 
« Quiconque , au reste , a commencé une fois à s'atta- 
« quer à eux , malheur à lui et à toute sa race ! Le 
« Franc n'a point son égal en courage j c'est son amour 
« pour le Seigneur qui le fait vaincre , c'est sa foi qui 
« lui assure le triomphe-, il aime la paix , et ne prend 
« les armes que malgré lui -, mais une fois qu'il les a 
« prises , nul n'est capable de tenir devant lui. Qui- 
et conque , au contraire , recherche la fidèle amitié 
« du Franc et la jH'otection de ses armes , vit heureux 



FAITS ET GESTES UE LOUIS -LE-PIEUX , CH. III, 6l 

« dans le repos et la joie. Courage donc! plus d'inu- 
« tiles délais 5 ne soufFre pas que des conseils enne- 
« mis t'abusent , et te précipitent dans mille malheurs 
« divers. « 

Murman attentif tenait son front et ses yeux fixés 
vers la terre quil frappait de son pied. Déjà Wit- 
chaire, par son discours adroit et des menaces insi- 
nuées avec art, avait commencé à fléchir le Breton 
qui hésitait encore dans ses projets. Tout à coup la 
femme perfide et au cœur empoisonné de IMurman 
sort de la chambre nuptiale , et vient d'un air superbe 
solliciter les embrassemens accoutumés de son époux 5 
la première elle lui baise le genou , la barbe et le cou, 
et presse de ses lèvres sa figure et ses mains. Elle va, 
vient, tourne autour de lui, lui prodigue en femme 
habile les plus irritantes caresses , et s'elforce avec 
une adresse insidieuse de lui rendre mille tendres 
petits soins. L'infortuné la reçoit enfin sur son sein , 
la serre dans ses bras, cède à ses désirs et s'aban- 
donne à ses douces caresses. La perfide alors se 
penche à son oreille, lui parle bas long-tempà, et 
parvient bientôt à porter le trouble dans les sens et 
l'esprit de son époux. Ainsi , lorsqu'au milieu des 
forêts et dans la saison des frimas, une troupe de 
bergers s'empresse de livrer aux flammes le bois que 
la hache a coupé , l'un apporte en toute hâte les 
morceaux les plus propres à prendre feu 5 l'autre jette 
de la paille au milieu du combustible le plus sec ^ un 
troisième anime le foyer de son souffle : bientôt le 
bûcher pétille, s'allume, et élève ses flammes jusqu'aux 
astres. Les membres glacés du berger se réchauffent ^ 
mais tout à coup le tonnerre gronde j la grêle , la 



62 ERMOLD LE NOIR. 

pluie , la neige tombent avec fracas , et toute la foret 
retentit des éclats de la foudre : le feu succombe à 
regret sous des torrens d'eau , et le bûcher ne donne 
plus, au lieu de chaleur, qu'une épaisse fumée. De 
même cette femme qui porte le malheur avec elle 
étoutfe dans le cœur de son époux l'effet des paroles 
du sage Witchaire. 

Jetant alors sur cet envoyé des yeux pleins d'une 
méprisante colère , et le regardant avec hauteur, elle 
adresse à Murman cette perfide question : « Roi et 
« honneur de la puissante nation des Bretons , toi 
« dont le bras a élevé jusqu'aux cieux le nom de tes 
« ancêtres, de quellieu vient un tel hôte ? Comment 
u est-il parvenu jusque dans ton château? Apporte- 
« t-il des paroles de paix ou de guerre? » Murman, lui 
souriant, répond en ces termes ambigus : « Ce député 
« m'est envoyé par les Francs; qu'il apporte ou la 
« paix ou la guerre , c'est l'affaire des hommes ; quant 
(( à vous , femme , ne songez qu'à vous acquitter 
u comme vous le devez des soins qui appartiennent à 
« votre sexe, » Witchaire n'a pas plutôt entendu cet 
entretien qu'il prend à son tour la parole : « Murman, 
« dit-il , donne-moi donc enfin la réponse que tu 
u souhaites que je reporte à mon roi ; il est plus que 
« temps que j'aille lui rendre compte de l'exécution 
« de ses ordres. — Souffre, répond Murman donl le 
cœur roulait mille tristes et inquiétantes pensées , 
« souffre que je prenne le temps de la nuit pour me 
« consulter avec moi-même. » 

Étendus sur la terre , les laboureurs avaient goûté 
les douceurs du sommeil; déjà les chevaux du Soleil 
ramenaient l'Aurore au sommet de la voûte azurée- 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX, Cil, Jll, 63 

L'abbé Witchaire court, dès la pointe du jour, se pré- 
senter à la porte de Murman , et demande sa réponse. 
Le malheureux paraît j il est enseveli dans le vin et le 
sommeil , ses yeux peuvent à peine s'ouvrir 5 ses lèvres, 
embarrassées par l'ivresse , ne s'écartent que diffici- 
lement pour laisser échapper ces mots entrecoupés 
par les fumées de son estomac , et dont il n'aura ja- 
mais dans la suite à se féliciter : « Hâte-toi de repor- 
« ter ces paroles à ton roi : les champs que je cultive 
« ne sont pas les siens, et je n'entends point recevoir 
« ses lois. Qu'il gouverne les Francs ; Murman com- 
« mande à juste titre aux Bretons , et refuse tout cens 
« et tout tribut. Que les Francs osent déclarer la 
« guerre, et sur-le-champ moi aussi je pousserai le 
« cri du combat , et leur montrerai que mon bras n'est 
« pas encore si faible. — Nos ancêtres , réplique Wit- 
« chaire, ont toujours dit , la renommée le publie, et 
« j'en acquiers aujourd'hui la certitude , que l'esprit 
« de ta nation se laisse entraîner à des mouvemens 
« inconstans, et que son cœur embrasse sans cesse 
« les partis les plus opposés. 11 a suffi d'une femme 
« pour tourner l'esprit d'un homme comme une cire 
« molle , et pour renverser par de vains propos les 
« conseils de la prudence. Le roi Salomon nous dit 
« dans ses préceptes de sagesse que lit fréquemment 
«( et que révère l'Eglise : Retirez le bois du feu , et 
« le feu cesse sur-le-champ 5 de même rejetez les sots 
« discours , et toutes les querelles s'évanouissent. 
« Mais puisque tu refuses de te rendre à mes conseils, 
« je ne suis plus pour toi qu'un prophète de malheur, 
« et je vais t'annoncer de dures vérités. Aussitôt que 
« la France apprendra ta criminelle réponse, elle fré- 



64 ERMOLD LE NOIR. 

« mira d'une juste colère , et se précipitera sur tes 
« Etats ; des milliers de soldats t'accableront de leurs 
« armes -, les javelots des Francs te couvriront de 
c( blessures ; des hordes pressées de combattans rem- 
<( pliront tes champs, et emmèneront toi et ton peuple 
« prisonniers dans les contrées qu'elles habitent j tu 
« mourras misérable , tu resteras étendu sur une terre 
« humide, et le vainqueur triomphant se parera de 
« tes armes. Ne t'abuse pas -, ni tes bois , ni le sol in- 
« certain de tes marais , ni cette demeure que dé- 
« fendent des forêts et des remparts, ne te sauveront. » 

Murman, le cœur plein de rage, se lève furieux 
du trône des Bretons, et lui répond avec hauteur : 
« Contre les traits dont tu me menaces, il me reste 
<( des milliers de chars, et à leur tête je m'élancerai, 
« bouillant de fureur, au devant de vos coups. Vos 
* a boucliers sont blancs^ mais je pourrai leur en op- 
« poser encore beaucoup que recouvre une sombre 
<c couleur : la guerre ne m'inspire aucune crainte. » 
Ainsi se parlent ces deux guerriers, et tous deux 
cependant sont animés de sentimens divers. 

"W'itchaire part chargé de cette réponse , et court 
reporter au pieux monarque les coupables discours 
de JMurman. Aussitôt César parcourt les Etats des 
Francs, et ordonne de tenir partout les armes prêtes. 
Sur le bord de la mer, à l'endroit où le fleuve de 
la Loire y décharge ses eaux avec violence et s'étend 
au loin sur la plaine liquide , est une ville que les 
anciens Gaidois ont appelée Vannes. Le poisson y 
abonde, et le sol est pour elle une source de richesses. 
Le cruel Breton l'attaque souvent dans ses courses , 
et y porte, suivant son usage, tous les fléaux de la 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX, CH. III. 65 

guerre. César enjoint aux Franes et à toutes les na- 
tions soumises à son Empire de se réunir dans cette 
cité pour une assemblée générale , et lui-même s'y 
rend de son côté. 

Jjientôt y accourent les peuples connus de tout 
temps sous le nom antique de Francs : familiarisés 
avec la guerre, ils ont leurs armes prêtes, et les 
portent avec eux. Des milliers de Suèves à la blonde 
chevelure, rassemblés parleurs centeniers, viennent 
d'au-delà du Rhin ; on y voit les phalanges saxonnes : 
elles ont de larges carquois , et avec elles marchent 
les troupes de la Thuringe. La Bourgogne envoie 
aussi une jeunesse diversement armée, qui se mêle 
aux guerriers des Francs , et en augmente ainsi le 
nombre. Mais redire les peuples et les immenses na- 
tions de TEurope qui se pressent vers ce lieu , est une 
tâche que j'abandonne ; les nombrer serait impossible. 

Cependant César traverse paisiblement ses propres 
Etats, bientôt ce grand monar(|ue arrive aux murs de 
Paris ; déjà, dans sa marche triomphante, saint martyr 
Denis , il a revu ton monastère où l'attendaient les 
dons que tu as préparés pour lui , puissant abbé Hil- 
duin^ Germain, ce prince a ensuite visité ton temple 
et celui du martyr Etienne ; le tien aussi , Geneviève, 
l'a reçu dans son enceinte. Le pieux empereur tra- 
verse ensuite les campagnes d'Orléans, et arrive au 
château de Vitry. C'est là , Matfried ' , que tu as dis- 
posé pour ton maître de superbes apparteraens , et 
que tu lui olïres des présens magnifiques et dignes 
de lui plaire. Mais bientôt, quittant ce lieu, il gagne 
la cité d'Orléans , et va y solliciter pour ses arme? 

' Comtp rl'Aiisprs. 



66 ERMOLD LE NOIR, 

les grâces et le secours de la divine croix. Alors , 
saint évêqne Joua', tu accours au devant de lui, 
jaloux de lui rendre les hommages dus à son rang. 
Déjà, monastère d'Aignan, il revoit tes murs , mais 
ne s'y arrête que pour demander quelques provi- 
sions ; et toi, Durand', tu viens et t'empresses de 
mettre aux pieds de César tout ce que tu tiens de 
sa munificence. Louis marche ensuite vers Tours , 
et veut visiter les temples de l'illustre Martin et du 
pieux martyr Maurice. Allons , ne perds pas un mo- 
ment, savant Friedgies ^, le temps presse : heureux 
abbé, tu vas jouir de l'arrivée de César -, o(Fre-lui de 
riches présens. Déjà le puissant Martin supplie ins- 
tamment le Seigneur d'accorder à ce monarque un 
voyage heureux. Le glorieux empereur parvient bien- 
tôt à la cité d'Angers , et va , saint Albin , honorer tes 
précieuses reliques. Là, Hélisachar, son serviteur 
chéri, se présente à sa rencontre le cœur plein de 
joie, et se montre soigneux d'ajouter par ses dons aux 
immenses richesses de son maître. César se rend en- 
suite dans la ville de Nantes, visite tous les temples , 
et dans tous offre à Dieu ses humbles prières. Là , 
Lambert, tu revois enfin ce roi après lequel tu sou- 
pirais de tous les vœux de' ton cœur ; tu le combles de 
présens magnifiques ; tu sollicites l'honneur de mar- 
cher contre les odieux Bretons , et tu pries César de 
daigner se reposer sur le secours de ton bras. 



'&' 



rep 



Ma muse ne saurait redire les noms de la foule des 
autres comtes et grands du royaume dont ni le nombre 



' Évcque d'Orléans. 

' Abbe du monasti-re de Saint-Aiçinan d'Orlcans. 

^ Abbë de Saint-Martin de Tonrs. 



FAITS i-:t gestf.s de louis-i.e-pieux , cil. m. 6- 
ni les richesses ne pourraient se compter. L'illustre 
empereur arrive enfin à Vannes, Aussitôt , fidèle à 
l'usage de ses aïeux , il dispose tout pour marclier aux 
combats , et assigne à cliacun de ses ducs la place 
qn'il doit occuper. 

Cependant Murman , le superbe roi des Bretons , 
travaillait sans relâche à joindre , pour soutenir la 
guerre , la force des armes et les ressources de la 
ruse. César, poussé de nouveau par cette religieuse 
bonté qui lui est ordinaire, charge un envoyé d'aller 
en toute hâte remettre encore sous les yeux des Bre- 
tons les maux qui les menacent, a Cours, dit-il , de- 
(c mande à ce malheureux quelle rage insensée le dé- 
« vore.? que fait-il ? pourquoi nous contraint-il à îe 
« combattre ? ne se souvient-il plus de la foi qu'il a 
u jurée , de la main qu'il a si souvent donnée aux 
« Francs , et des devoirs de sujet qu'il a remplis en- 
« vers Charles? dans quel abîme court-il se préci- 
« piter? L'insensé ! pourquoi veut-il donc être traître 
c( à lui-même , à ses enfans et à ses compagnons d'exil, 
« surtout quand une même foi nous unit à son peuple? 
« Si Dieu nous seconde, l'infortuné périra, et, ô dou- 
« leur! il périra sans être revenu à la foi. Telle sera 
« sa fin s'il persiste dans sa révolte. Que ce malheu- 
« reux fasse ce que nos ordres lui ont prescrit, et se 
« hâte de recevoir nos lois ; qu'il s'unisse aux adora- 
« teurs du Christ par les liens de la poix et de la foi, 
« et abandonne pour l'amour du Seigneur les armes 
« du démon. S'il s'y refuse, nous lui déclarerons, 
a quoique bien à regret sans doute , une guerre sans 
« relâche, et qu'U n'aura que trop raison de craindre. » 

L'envoyé court, comme il en a l'ordre, porter à 

5. 



6S ERMOLD LE NOIR. 

Murman les augustes paroles du roi , et méJe la prière 
aux reproches. Mais Tinfortuné , justement dévoué à 
un cruel malheur, ne sait point garder sa foi , et re- 
pousse les pieux commandemens de César. Affermi 
dans ses funestes idées par les sollicitations de son 
orgueilleuse femme , il ne répond qu'en termes durs, 
et montre un cœur embrasé de haine. La guerre est ce 
qu'il désire ; il j appelle tous les Bretons , dispose des 
embuscades, et prépare de perfides ruses. 

A peine cependant César a-t-il entendu la réponse 
de l'orgueilleux Breton qu'il ordonne de la publier 
parmi les Francs. Aussitôt leurs cohortes s'enflamment 
d'un noble courroux : déjà tout est prêt pour le combat ; 
le camp se lève, et le clairon frappe l'air de ses terribles 
sons. Cependant le pieux empereur place sur tous les 
points de fortes gardes avancées , et leur donne ces 
ordres que dicte son amour pour le Seigneur : « Sol- 
(( dats , veillez an salut des églises 5 gardez-vous de 
« porter la main sur les murs sacrés , et que , par res- 
« pect pour Dieu, la paix soit conservée à ses saints 
<( temples. » Déjà les champs retentissent du bruit des 
clairons; toute la foret s'en émeut, et la creuse trom- 
pette pousse ses gémissemens à travers les campagnes. 
De toutes parts on se met en marche : les bois offrent 
k ces peuples divers mille routes écartées , et la terre 
se couvre de guerriers Francs. Partout ils recherchent 
les approvisionnemens cachés dans les bois et les ma- 
rais, on que l'adresse et la charrue ont confiés à la 
terre. Hommes, bœufs, brebis, tout devient la proie 
malheureuse du vainqueur. Nul marais ne peut offrir 
nn asile aux Bretons; nulle forêt n'a de retraite assez 
sûre pour les sauver. De toutes parts le Franc se gorge^ 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , Cil. III. 69 

d'un riche butin. Comme César l'a recommandé, les 
églises sont respectées , mais tous les autres bâtimens 
sont livrés aux flammes dévorantes. 

Orgueilleux Breton , tu n'oses te présenter devant 
les Francs en rase campagne , et tu fuis le combat. 
A peine quelques-uns des tiens se laissent-ils aper- 
cevoir de loin, et enfoncés au milieu des buissons et 
des épais taillis qui couvrent les rochers ; à peine 
font-ils entendre le cri de guerre. Comme on voit 
tomber la feuille du chêne à la première gelée, les 
pluies d'automne , ou même la rosée dans les jours de 
la brûlante canicule , de même les infortunés Bretons 
remplissaient de leurs cadavres massacrés les bois, 
asile des bêtes féroces , ou les vastes prairies des ma- 
rais ; ils n'opposaient qu'une vaine résistance dans 
les défilés les plus étroits, et, défendus môme par 
les murailles de leurs maisons , ils ne livraient aucun 
combat. Déjà, Murman , le vainqueur parcourt dans 
tous les sens les côtes sablonneuses de tes Etats; déjà 
même s'ouvrent devant lui et tes bois inaccessibles et 
ton orgueilleux palais. 

Cependant, au fond de vallées qu'ombragent des 
taillis touffus , ce fier Breton excite ses coursiers , 
prend ses armes accoutumées , exhorte les siens d'un 
air de triomphe , gourmande long-temps leur lenteur, 
et fait entendre ces paroles échappées de son cœur 
superbe : « Vous , ma femme , mes enfans et mes ser- 
(( vileurs, restez sans crainte dans vos demeures om- 
et bragées par les bois. Quant à moi, suivi d'un petit 
« nombre de guerriers , je vais me rendre aux lieux où 
<( je pourrai plus sûrement passer la revue de mes ha- 
« taillons, et bientôt, je l'espère, mon agile coursier 



'jO ERMOLD LE >OIR. 

« me ramènera couvert de trophées et chargé de dé- 
« pouilles sous mon toit domestique. » 

A ces mots, il équipe son coursier, revêt son ar- 
mure , ordonne à ses fidèles compagnons de prendre 
les leurs , et charge ses deux mains de javelots. Il 
s'élance légèrement sur son coursier , etlui presse les 
flancs de l'éperon acéré ; mais en même temps il re- 
tient les rênes, et le fougueux animal s'agite et piaffe 
sous son maître. Au moment de franchir les portes , 
il commande d'apporter, suivant l'usage, d'immenses 
coupes remplies de vin , en prend une , et l'avale d'un 
trait. Alors, plein d'une confiante gaîté , il sollicite, 
selon la coutume , et au milieu de tous ses serviteurs 
qui l'enlourent , les embrassemens de sa femme et de 
ses enfans, et leur rend de longues caresses. Bran- 
dissant ensuite avec violence les javelots dont ses 
mains sont armées, il s'écrie : « Femme de Murman, 
« retiens ce que je vais te dire : tu vois , ma bien- 
« aimée , ces traits que tient dans ses mains ton époux 
i( animé par la joie , et déjà monté sur son coursier. Si 
«. mes pressenlimens ne me trompent point , tu les 
« reverras aujourd'hui même à mon retour teints du 
« sang des Francs. Je le jure , objet de ma tendresse, le 
i< bras de Murman ne lancera aucun javelot qui ne porte 
'c coup. Adieu , épouse chérie , adieu, porte-toi bien, » 
11 dit , et s'enfonce à toute bride dans des forêts ex- 
posées à tous les feux du soleil. L'insensé, c'est toi, 
Louis, qu'il va chercher pour son malheur! 11 anime 
d'un cœur ferme les siens à courir aux armes, et tons , 
enflammés par le démon de la guerre , se précipitent 
à Fenvi sur ses pas. « Vous le voyez, jeunes Bretons. 
Cl s'écrie-t-il , l'armée des Francs dév aste les cam- 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIELIX , CH. III. ^X 

«pagnes, enlève et traîne tout après elle, hommes 
« et troupeaux. amour de la justice! ô renommée 
« de nos ancêtres autrefois si glorieuse! hélas! vous 
« rougissez que votre souvenir soit sans efï'et ! Vous 
u en êtes témoins , les infortunés citoyens courent 
« mendier un asile aux forêts , et n osent se présen- 
« ter en armes et en rase campagne contre Fennemi. 
« Non , il n'y a plus à compter sur la fidélité. Où sont 
« maintenant ces bras dont on me promettait le se- 
« cours pour une année entière.^ Personne n'a le cou- 
(c rage d'affronter les Francs : partout ils sont les 
« maîtres-, partout ils pillent et emportent triomphans 
« les richesses que les Bretons ont amassées à force 
« de temps et de travail. Que la fortune ne permet-elle 
« que je me trouve en face de leur roi ! peut-être 
« pourrais-je lancer ce trait contre lui ^ peut-être, au 
« lieu de tribut, luiferais-je don de ce fer : certes, 
u du moins, oubliant tout danger, je me précipiterais 
(( en armes sur lui , et je m'estimerais heureux de me 
« dévouer moi-même à la mort pour la gloire de mon 
« pays et le salut du monde. » 

Un de ceux qui s'étaient associés à la fortune de ses 
armes lui répondit ces paroles qui n'étaient que trop 
vraies , mais ne pouvaient lui plaire : « roi ! ils sont 
« vains les discours que laisse tomber un cœur triste ; 
«( il y a maintenant plus de choses à taire qu'à publier. 
a Tu le vois, des milliers de Francs occupent la 
« plaine ; ils sont innombrables ceux qui remplissent 
K nos forêts et nos bois escarpés. Quant à leur puis- 
« sant monarque , entouré d'une foule de soldats de 
« diverses nations, il suit les routes frayées, et tra- 
ce verse paisiblement tes campagnes. Hélas ! cette race 



^a LRMOLD LE WOIR. 

« n'a c[ue trop ëtendn ses conquêtes jusques aux quatre 
« coins de l'univers, et tout être humain est soumis à 
« son empire. Murman, si tu m'en crois, contente-toi 
« de poursuivre ceux des Francs que tu verras mar- 
« cher isolés^ t'atlac[ner à leur roi ne serait pas sûr. » 
Murman secoue long-temps la tête , et s'écrie enfin : 
(c Tout ce que tu me dis est vrai sans doute , mais n'a 
« rien qui puisse me pLaire. » Les larmes alors inondent 
ses joues , le chagrin oppresse son ame , et son esprit 
troul)]é se précipite dans mille projets opposés. Bien- 
tôt il s'élance, prompt comme Fédair, sur les enne- 
mis qu'il rencontre, les attaque par derrière, et plonge 
son épéedans leurs larges poitrines^ il porte la fureur 
de ses armes tantôt sur un point, tantôt sur l'autre, 
et, fidèle à la manière de combattre de ses ancêtres, 
il fuit un instant pour revenir sur-le-champ. Déjà 
Murman, dans sa fureur, fait tomber sous ses coups 
la tourlje des gardeurs de pourceaux et des malheu- 
reux bergers qui suivent l'armée, et jonche la terre 
de leurs cadavres : telle une ourse dévorante à qui 
ses petits nouveau-nés viennent d'être enlevés , court 
en hurlant de rage à travers les champs et les forêts. 

Dans ces lieux était un certain Coslus. Une famille 
de Francs lui a donné naissance , mais sa race n'a rien 
de noble ; ce n'est qu'un Franc de la classe ordinaire, 
et jusqu'alors la renommée n'a rien publié de lui ; 
mais de ce moment la vigueur de son bras lui crée un 
nom célèbre. Murman, au milieu du carnage, l'aper- 
çoit de loin; plein de confiance dans la vitesse de son 
coursier, il fond tout bouillaul de colère sur cet 
ennemi. Le Franc qui ne compte pas moius sur la 
bonté de ses armes accourt à sa rencontre. La fureur 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. HI. 'j'i 

les anime Tmi et l'autre. Murman insulte de loin à sou 
adversaire par ces dures paroles : « Franc, c'est toi qui 
« le premier vas jouir de mes dons ^ ils t'appartiennent 
« ajuste titre, et te sont réservés depuis long-temps-, 
i(, mais, en les recevant , souviens-toi ([ue c'est de ma 
« main qu'ils te viennent. » 11 dit , brandit long-temps 
sa javeline armée d'un ter aigu , et la lance avec force. 
L'adroit Coslus se couvre de son bouclier , et repousse 
loin de lui le trait meurtrier. Supérieur par la force de 
ses armes et par son courage, le Franc répond alors 
avec le ton du triomphe aux menaces de son ennemi : 
« Orguedleux Breton, je n'ai point refusé les présens 
« que me destinait ta main -, c est à toi maintenant de 
« recevoir ceux qu'un Franc va t'offrir. « A ces mots, 
il presse son coursier de ses talons armés de fer, et 
fond avec impétuosité sur Mnrman. Ce n'est plus le 
moment de combattre avec de misérables javelots; 
la lance du Franc s'enfonce dans les larges tempes du 
Breton. Une armure de fer couvrait sa tête et toutes 
les parties de son corps 5 mais le Franc adroit lui porte 
un coup assuré. Miu-man que la lance a percé tombe 
sur la terre , et l'infortuné fait gémir bien à regret le 
sol sous le poids de son corps. Coslus alors s'élance 
de dessus son coursier, tire son glaive, et coupe la 
tête du vaincu. Le Breton pousse un profond soupir, 
et la vie fuit pour jamais loin de lui -, mais avant qu'elle 
Feût complètement abandonné, un des compagnons 
de Murman frappe Coslus d'un coup mortel. Impru- 
dent Coslus , ainsi tu péris , hélas ! au milieu de ta vic- 
toire ! Enflammé par son amour pour son maître, le 
serviteur de Coslus plonge son glaive dans le flanc de 
ce cruel ennemi, et celui-ci , cjuoique mourant, fait 



74 ERMOLD LE r<01R. 

à son adversaire une blessuie aussi fatale , et tous 
deux tombent sous le fer l'un de l'autre : ainsi dans 
le même champ où ces quatre guerriers avaient com- 
battu avec un superbe courage , un sort pareil réunit 
et le vainqueur et le vaincu. 

Cependant la renommée , fendant l'air de son vol 
léger, répand peu à peu dans tout le camp des Francs 
et fait passer de bouche en bouche la nouvelle que le 
cruel et orgueilleux Murman a succombé sous sa des- 
tinée ] le bruit court que déjà sa tête est apportée dans 
le camp. Empressées de la contempler, les cohortes 
des Francs se précipitent en foule de toutes parts , et 
poussent des cris de joie. On leur présente sur-le- 
champ cette tête que le glaive vient de séparer du 
corps ; elle est souillée de sang et dans un horrible 
désordre. On appelle AVitch aire; on veut qu'il paraisse 
sur-le-champ; on le presse de décider si la nouvelle 
qui se publie est fausse ou véritable. 11 lave à finstant 
même cette tête dans une onde pure , à l'aide d'un 
peigne en arrange la chevelure , reconnaît prompte- 
ment la vérité du fait sur lequel on lui ordonne de 
prononcer, et s'écrie : u Cette tête est celle de Mur- 
« man , croyez-m'en tous •, ces traits me sont trop bien 
« connus pour que je n'en aie pas conservé le souve- 
« nir. » Cependant le religieux César commande, dans 
sa bonté, de confier à la terre, suivant l'usage, le ca- 
davre du vaincu -, et les restes des Francs sont aussi 
déposés dans le tombeau avec toutes les cérémonies 
de la religion et les chants sacrés que l'Eglise a 
prescrits. 

D'un nuire côté, la renommée parcourt Ic.î forêts 
des Bretons, y répand la terreur, et crie d'une voix 



FAITS ET GKSTtlS DE 1.()[]IS-LE-P1EUX , CH. 111. r 5 

tonnante : « Une mort cruelle vous enlève votre roi. 
«Hélas! malheureux citoyens, courez, hâtez -vous 
« d'aller implorer les ordres de César, et tâchez que 
« du moins la vie vous soit accordée. Notre Murman 
u est tombé sous la lance d'un Franc, et a porté la 
« peine de son aveui^le confiance dans les conseils de 
« sa femme. » Les Bretons sont alors contraints de 
venir solliciter eux-mêmes le joug du roi Franc, et 
avee eux comparaissent les fils de Murman et toute 
sa race. Le triomphant Louis reçoit sur-le-champ les 
sermens des Bretons , leur dicte ses lois , leur accorde 
sa foi et leur rend ainsi la paix et le repos. Ce prince 
victorieux rend ensuite au Seigneur de profondes ac- 
tions de grâces , réunit à sa couronne un royaume 
depuis tant d'années perdu pour l'empire, ne laisse 
dans le pays qu'un petit nombre des siens, et, avec 
le secours de la bonté divine , reprend , plein de joie , 
le chemin de ses puissans Etats. 

Cependant les envoyés que César avait depuis long- 
temps chargés de parcourir la vaste étendue de fem- 
pire pour ajouter encore aux richesses et aux honneurs 
de l'Eglise , ont accompli les ordres de leur pieux sou- 
verain , ont mis toutes choses dans la règle la plus 
parfaite, et arrivent de tous les points prêts à lui faire 
de fidèles rapports. Ils reviennent après avoir, comme 
le leur avait enjoint le très-grand empereur , parcouru 
soigneusement des villes sans nombre, visité tous les 
monastères, les congrégations de chanoines, et tes 
religieux , ô Benoît! « Nous avons vu , disent-ils , beau- 
« coup de saints lieux richement pourvus, grâce à la 
K faveur de Dieu et à vos fidèles efforts, et pieuse- 
(( ment dirigés, administrer sagement leurs biens , 



76 ERMOLD LE KOIR. 

« donner de bons exemples, remplir régulièrement 
« toutes les cérémonies du culte , et, par la protection 
« divine, suivre la droite voie. Dans plusieurs, mais 
« en moins grand nombre , nous avons trouvé les biens 
« négligés, la conduite relâchée, et le service divin 
« célébré avec trop peu de pompe; nous avons près- 
ce crit fortement et avec tout le poids que nous tirions 
« de vos paroles , que chacun s'acquittât des devoirs 
« c|ui lui étaient imposés-, nous leur avons donné, 
« d'après vos propres instructions , des règles quipuis- 
« senties aider à marcher d'un pas toujours ferme dans 
« le bon chemin, et recommandé même Tétude du 
« livre où votre toute-puissance a recueilli les doc- 
« trines des évêques, et c[u'elle a fait rédiger par 
« leurs soins '. Ce livre , si nécessaire à l'un et à l'autre 
«sexe, nous l'avons répandu dans les villes et les 
« châteaux, et nous avons dit à tous les hommes ras- 
ce semblés pour nous écouter : Relisez sans cesse ce 
« livre; le pasteur s'y attache avec tendresse , le trou- 
« peau le chérit avec ardeur , et la foule du peuple se 
« montre toujours soigneuse de le révérer; dans ce 
« livre enfin, les jeunes gens et les vieillards même 
« chargés d'instruire les autres trouvent, ceux-là ce 
« qu'ils doivent apprendre, ceux-ci ce qu'ils doivent 
« enseigner, et tous ce qu'ils doivent aimer et vénérer. 
«Nous l'ajoutons avec confiance, César, depuis les 
« temps du Christ, depuis que la sainte Eglise a com- 
« menée de fleurir dans l'univers, jamais, nous ne 
« disous (juc la vérité, elle n'avait, sous aucun roi, 

' Ce livre, intitule: de l^ita cleiicnrum et sanciuîwnlalium , fut 
rédige, d'apiès les ordres de Louis, par les Pères du concile d'Aix-la- 
Cliapclle, tenu en 816. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. III. 'j'-j 

« porté la foi aussi loin qu'elle étend aujourd'hui, sous 
« votre règne et grâce à la miséricorde du maître du 
« tonnerre , l'amour du Seigneur et le respect dû à son 
« nom. Votre bras chasse au loin tous les hommes 
« criminels; votre bras protège tous les pieux servi- 
« teurs de Dieu. Vos doctrines rappellent tout ce 
« qu'ont enseigné nos ancêtres, et vous contraignez 
« tous vos sujets à s'y conformer religieusement. Ter- 
« rible aux médians, vous vous montrez bienveillant 
(c et doux pour les bons, et le monde prospère par 
« vos mérites. » César leur témoigne du fond de son 
cœur toute sa satisfaction , et les récompense par de 
magnifiques présens. 

Les Francs ont une coutume qui remonte à la plus 
haute antiquité, dure encore, et sera, tant qu'elle 
subsistera, l'honneur et la gloire de la nation. Si quel- 
qu'un, cédant à la force, aux présens ou à l'artifice, 
refuse de garder envers le roi une éternelle fidélité, 
ou tente, par un art criminel, contre le prince, sa fa- 
mille ou sa couronne, quelque entreprise qui décèle 
la trahison , et si l'un de ses égaux se présente et se 
porte son accusateur, tous deux doivent à rhonneur 
de se combattre le fer à la main en présence des rois, 
des Francs et de tout ce qui compose le conseil de la 
nation, tant est forte l'horreur qu'a la France pour un 
tel forfait. Un grand, nommé Béro % célèbre par d'im-^ 
menses richesses et une excessive puissance, tenait 
de la munificence de l'empereur Charles le comté de 
Barcelone, et y exerçait depuis long-temps les droits 
attachés à son titre ^. Un autre grand, auquel son 

' BJra. 
' En 820. 



'j^ ERAIOLU l.E >01R. 

propre pays donnait le nom de Sanilon ', exerça des 
ravages sur ses terres ; tous deux étaient Goths de 
naissance. Ce dernier se rend auprès du roi et porte, 
on présence du peuple et des grands assemblés, une 
horrible accusation contre son rival. Béro nie tout. 
Alors tous deux s'élancent à Tenvi , se prosternent 
aux pieds illustres du monarque , et demandent qu'on 
leur mette dans les mains les armes du combat. Béro 
s'écrie le premier : « César, je t'en supplie au nom 
« même de ta piété , qu'il me soit permis de repousser 
« cette accusation ; mais qu'il me soit permis aussi , 
« conformément aux usages de notre nation , de com- 
« battre à cheval , et de me servir de mes propres 
(( armes. « Cette prière, Béro la répète avec instance. 
« C'est aux Francs , répond César, quil appartient de 
« prononcer ; c'est leur droit; il convient qu'il en soit 
« ainsi, et nous l'ordonnons. » Les Francs rendent 
leur sentence dans les formes consacrées par leurs 
antiques usages. Alors les deux champions préparent 
leurs armes, et brûlent de s'élancer dans l'arène du 
combat. César, poussé par son amour pour Dieu , leur 
adresse cependant ce peu de paroles, expression vraie 
de sa bonté : « Quel que soit celui de vous qui se re- 
« connaîtra volontairement devant moi coupable du 
« crime qu'on lui impute, plein d'indulgence et en- 
« chaîné par mon dévouement au Seigneur, je lui par- 
te donnerai sa faute, et lui remettrai toutes les peines 
« dues à son délit. Croyez-le , il vous est plus avan- 
« tageux de céder à mes conseils que de recourir aux 
« cruelles extrémités d'un horrible combat. » Mais ces 
deux ennemis renouvellent leur demande avec ins-^ 

' Sanila. 



FAITS KT GESTES DF: LOUIS-LE-l'JiUX , CH. IIJ. ■y() 

fance, et crient : « C'est le combat qu'il nous faut; 
(( que tout soit disposé pour le combat. » Le sage em- 
pereur, cédant à leurs désirs, leur permet de com- 
battre selon la coutume des Gollis , et les deux rivaux 
ne tardent pas un instant à lui obéir. 

Tout près du château impérial, nommé le palais 
d'Aix, est un lieu remarquable, dont la renommée 
s'étend au loin. Entouré de murailles toutes de marbre, 
défendu par des terrasses de gazon et planté d'arbres, 
il est couvert d'une herbe épaisse et toujours verte. 
Le fleuve, coulant doucement dans un lit profond, 
en arrose le milieu, et il est peuplé d'une foule d'oi- 
seaux et de bêtes fauves de toute espèce. C'est là que 
le monarque va souvent, et quand il lui plaît, chasser 
avec une suite peu nombreuse, Là , ou bien il perce 
de ses traits des cerfs d'une immense stature, et dont 
la tête est armée de bois élevés , ou bien il abat des 
daims et d'autres animaux sauvages. Là encore, lors- 
que , dans la saison de Ihiver, la glace a durci la terre, 
il lance contre les oiseaux ses faucons aux fortes 
serres. Là se rendent Béro et Sanilon tremblans de 
colère. Ces guerriers d'une haute taille sont montés 
sur de superbes coursiers ; ils ont leurs boucliers re- 
jetés sur leurs épaules, et des traits arment leurs 
mains. Tous deux attendent le signal que le roi doit 
donner du haut de son palais: tous deux aussi sont 
suivis d'une Iroupe de soldats de la garde du mo- 
narque , armés de boucliers , conformément aux or- 
dres du prince , et qui , si l'un des champions a frappé 
du glaive son adversaire , doivent, suivant une cou- 
tume dictée par l'humanité, arracher celui-ci des mains 



8o ERMOLD LE NOIR. 

de son vainqueur, et le soustraire à la mort. Dans 
l'arène est encore Gundold qui , comme il en a l'habi- 
tude dans ces occasions , se fait suivre d'un cercueil. 
Le signal est enfin donné du haut du trône. Un com- 
bat d'un genre nouveau pour les Francs , et qui leur 
était inconnu jusqu'alors, s'engage entre les deux 
rivaux : ils lancent d'abord leurs javelots, se servent 
ensuite de leurs épées, et en viennent à une lutte fu- 
rieuse , ordinaire chez leur nation. Déjà lîéro a 
percé le coursier de son ennemi : aussitôt l'animal 
furieux se cabre sur lui-même, et fuit à toute course 
à travers la vaste prairie. Sanilon feint de se laisser 
emporter, lâche enfin les rênes , et de son épée frappe 
son adversaire c[ui alors s'avoue coupable. Aussitôt la 
vaillante jeunesse accourt, et, fidèle aux ordres de 
César, arrache à la mort le malheureux Béro épuisé 
de fatigue. Gundold s'étonne, et renvoie son cer- 
cueil sous le hangar dont il l'avait tiré-, mais il le ren- 
voie vide du fardeau qu'il devait porter. César cepen- 
dant accorde la vie au vaincu , lui permet de se reti- 
rer sain et sauf, et pousse même la clémence jusqu'à 
cons(Milir qu'il jouisse des produits de ses terres. 

bonté vraiment trop grande qui remet aux cri- 
minels leurs fautes , leur laisse des richesses, et souffre 
qu'ils continuent de vivre ! que cette même bonté, je 
le demande avec d'instantes prières, moi qui toujours 
me suis montré fidèle, s'étende jusqu'à me rendre au 
pieux Pépin! 

Déjà, Benoît, tu as fourni la carrière c[ue t'avait 
marquée le ciel, et, comme le dit la voix tonnante 
de l'apôtre Paul, tu as gardé la foi due au Seigneur < 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. III. 8l 

aussi tu vas maintenant suivre dans la cour céleste le 
saint dont tu portais le nom , et que tu as si bien imite 
sur la terre. Ton nom mettra fin à ce troisième chant, 
afin que tu daignes , illustre mort, te souvenir de ton 
Ermold. 



ERMOLD LE NOIR. 



CHANT QUATRIEME. 



iJES soins du religieux monarque s'étaient étendus 
sur tous les points de son Empire, et la foi des Francs 
portait son éclat jusqu'aux bornes du monde -, aussi 
de toutes parts les peuples et les nations entières ac- 
couraient en foule admirer la piété de César envers 
le Christ. Cependant il existait encore une nation à 
laquelle le perfide serpent avait laissé l'antique erreur, 
et dérobé la connaissance du vrai Dieu. Payenne, elle 
conservait depuis long-temps un culte réprouvé , et 
adorait non son créateur, mais de vaines idoles. Nep- 
tune était un de ses dieux ^ les oracles de Jupiter 
remplaçaient pour elle ceux du Christ, et c'était à Ju- 
piter qu'elle offrait ses sacrifices. On la désignait au- 
trefois sous fancien nom de Danois, et on le lui donne 
encore aujourd liui ^ mais , dans la langue des Francs , 
ces hommes prompts , agiles et trop passionnés pour 
les armes, sont appelés ]\ort-Mans. Ils vivent sur la 
mer , vont dans des barques enlever les productions 
de la terre , et se sont faits trop bien connaître au 
loin. Cette race a le teint beau, les traits et la stature 
distingués ; aussi la renommée rapporte-t-elle à elle 
forigine des Francs. 

Cédant à son amour pour le Seigneur, et touché de 
compassion pour cette nation égarée, César voulut 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. 83 

tenter de la gagner à Dieu; depuis long-temps il souf- 
frait de ridée que tant d'hommes de ce peuple et tant 
de brebis du Seigneur eussent péri sans que personne 
les eût éclairés. Son parti une fois arrêté , le roi 
cherche qui envoyer chez les Normands pour conqué- 
rir à Dieu un bien perdu depuis si long-temps. C'est 
Ebbon,évêque de Rheims, qu'il charge du grand 
oeuvre d'aller instruire ce peuple dans la croyance du 
Seigneur '. Ce prélat, Louis l'avait nourri enfant à sa 
cour, et s'était plu à le faire instruire dans les arts 
libéraux. 

S'adressant alors à ce fidèle serviteur, César lui 
donne dans ce long et brillant discours ses ordres 
dictés par la piété. « Va, saint prêtre, emploie d'a- 
<( ])ord envers ce peuple féroce les discours et les ma- 
« nières caressantes. 11 est dans le ciel un Dieu créa- 
« teur du monde et de tout ce qui habite les champs, 
« la mer et les pôles ; c'est lui qui fit le premier 
(( homme, plaça , ô paradis! notre premier père dans 
(c ta douce vallée , et voulut qu'il le servît pendant la 
« suite des siècles et restât, à l'aide de sa bonté, dans 
« l'ignorance de tout mal : mais, parce que l'homme 
« a péché, il est tombé , et par suite toute la race de 
« sesdescendans a été aussi déclarée victime de l'envie 
« du démon. Cependant ses descendans se multipliè- 
« rent, peuplèrent les forets et les campagnes, et 
« adorèrent non le Seigneur , mais de vaines images 
a ouvrage de leurs mains : bientôt aussi les flots du 
« déluge les engloutirent tous , à l'exception du petit 
u nombre de ceux que sauva l'arche sainte. De cette 
« faible semence sortit promptement une nombreuse 

' Eu 822. 

G. 



84 ERMOI.D LE IvOIR. 

(( génération dont une partie honora le vrai Dieu -, le 
« reste, tourbe infectée de poisons divers, suivit les 
(' voies du mal, et adressa son culte à de nouvelles 
(( idoles. Une seconde fois touché de compassion, 
(( Dieu envoya sur la terre le fils qui partage son 
« trône et règne avec lui au plus haut des cieux. Ce 
« fds , associant à sa gloire ce qu'il y a de mortel dans 
(( l'homme , délivra celui-ci de la tache du péché ori- 
(( ginel. C'est lui qui, capable par sa toute-puissance , 
« et avec le secours de son père, de sauver le monde, 
(( voulut par bonté mourir sur la terre , et , attaché à 
(( une croix , s'offrit lui-même et de son propre mou- 
« vement au trépas afin d'assurer son bienheureux 
« royaume à ceux qui combattraient pour son nom. 
« Assis à la droite de son père , et associé à son pou- 
« voir, il appelle ses serviteurs, en leur disant : Ac- 
« courez, et je vous donnerai le royaume des cieux. 
« Il veut aussi que ses élus ramènent à lui toutes les 
« brebis égarées, et les fassent participer aux saints 
« dons et aux cérémonies du baptême. Nul ne montera 
« dans la cour céleste s'il n'agit ainsi , s'il n'exécute 
« fidèlement les ordres du fils de Dieu, ne rejette le 
« culte du noir démon, et ne reçoit sans tarder le 
« présent sacré du baptême. Applique-toi donc, Eb- 
« bon , à rappeler ce peuple à cette foi ; elle est la 
« nôtre-, c'est celle que professe l'Eglise; il faut que 
« cette nation abandonne de vaincs idoles: obéir à un 
« vil métal sculpté est, hélas ! un crime dans l'homme 
« si grand par le don de la raison. Quel secours ob- 
« tient cette nation de son Jupiter, de son Neptune , 
« de ces je ne sais quels dieux qu'elle encense , et 
« de ces statues de métal ouvrage de ses mains? Les 



FAITS KT GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. 85 

-;( infortunés , ils adorent de vaines images, ils prient 
« des dieux sourds et muets et oflrent aux démons 
« des sacrifices qui ne sont dus qu'à Dieu. Ce Dieu , 
<( qui est le nôtre , ce n est point avec le sang des 
« troupeaux qu'il est permis de l'apaiser; les humbles 
« vœux de l'homme sont plus chers à sa bonté. De- 
« puis trop long-temps déjà ces malheureux se sont 
« abandonnés à une erreur profane ; le moment est 
« venu où ils doivent se soumettre à un culte glo- 
« rieux; la dernière heure du jour qui tombe les 
« appelle , et dans la vigne du Seigneur une part reste 
« encore pour eux -, c'est pour ces infortunés l'instant 
« de rompre avec les douceurs du repos, quand la 
« lumière d'en haut permet encore à Thomme de 
« chercher son Dieu, de peur que les cruelles ténèbres 
« de la mort fondant sur eux ne les surprennent en- 
ce gourdis par la paresse , et ne les livrent justement 
a aux feux dévorans. Va donc, saint prêtre Ebbon, 
« et prends avec toi les livres tant lus de la Bible qui 
« renferment les préceptes sacrés de l'ancien et du 
c( nouveau Testament -, porte à cette nation le doux 
« breuvage extrait de cette source sacrée , et que ces 
<c hommes y puisent à longs traits les doctrines du vrai 
« Dieu. Fais-leur entendre , quand les circonstances 
« l'exigeront, le langage sévère de la vérité, et qu'ils 
« connaissent enfin à quelles erreurs ils ont jusqu'à 
« présent prêté l'oreille. Hâte-toi d'aller trouver de 
a notre part leur roi Hérold, et rapporte-lui fidèle- 
« ment nos paroles. Mû également par notre piété 
tt envers Dieu et par les préceptes de notre sainte foi , 
« voici ce que nous lui faisons dire , et puisse-t-il , 
<( guidé par de sages conseils , recevoir nos paroles 



86 ERMOLD LE ISOIR. 

« avec un cœur bienveillant. Hélas ! que lui deman- 
« dons -nous? qu'il se hâte de quitter sans délai la 
« funeste voie de Terreur, d'adresser de pieux hom- 
« mages au Christ plein de bonté , de s'offrir lui-même 
« et avec empressement à ce Dieu dont il est l'ou- 
« vrage et qui l'a créé , de rejeter loin de lui des 
u monstres odieux, d'abandonner l'horrible Jupiter, 
« de renoncer à Neptune et de révérer l'Église. Ce 
« que nous souhaitons de lui , c'est qu'il puise à la 
« source sacrée du baptême les dons du salut et porte 
« sur son front la croix du Christ. Ce n'est pas pour 
« que ses États se soumettent à notre loi , mais uni- 
« quement pour gagner à la foi des créatures de Dieu , 
« que nous avons formé le dessein qui nous occupe 5 
« qu'Hérold en soit convaincu ; s'il le désire , qu'il 
u vienne promptement dans notre palais , et qu'il y 
« reçoive l'eau du Seigneur à sa vraie source. Lavé de 
« toute souillure, et comblé de présens en armes» et 
« en subsistances , qu'il retourne ensuite dans son 
« royaume et y vive de l'amour du Seigneur. Tels 
« sont les commandemens du divin maître du ton- 
te nerre que notre foi nous prescrit de faire connaître 
« à ce prince , et que nous voulons accomplir. » L'em- 
pereur ordonne alors d'apporter à Ebbon un présent 
magnifique, et ajoute : « Va, que Dieu soit avec toi. » 
Cependant du pays des rebelles Bretons arrive en 
toute hâte un messager apportant la funeste nouvelle 
qu'ils ont rompu le traité d'amitié que César avait 
conclu avec eux et ont violé la foi jurée '. Le triom- 
phant monarque convoque ses peuples nombreux , 
ordonne de tenir les armes prêtes, et se dispose à 

' F... 82}. 



FAITS ET GESTES UE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. ^J 

marcher rapidement en Bretagne. A sa voix la France 
toute entière se précipite^ les nations sujettes accou- 
rent , et toi-même , Pépin , tu te prépares à quitter 
ton royaume. César divise cette immense armée en 
trois corps, donne à chacun des chefs, et assigne 
leur poste aux grands. L'un de ces corps, il le confie 
à celui de ses fds qui porte son nom, et lui associe 
Matfried et plusieurs milliers de soldats -, dans l'autre , 
des hommes puissans sont réunis au roi Pépin et à 
Hélisachar ; mais la troupe qui les suit n'est pas nom- 
breuse ^ quant au troisième , celui du centre, le grand 
et belliqueux empereur s'en est réservé le comman- 
dement, et le sage monarque règle par ses ordres 
tous les mouvemens de la guerre. Les uns suivent 
Lambert, Matfried dirige d'autres bataillons, et vous, 
Louis ', quoique encore enfant, vous faites déjà la 
guerre sous votre père. Avec Pépin, des cohortes 
composées d'hommes à lui et de Francs portent par- 
tout leurs armes et le ravage, et se montrent l'hon- 
neur de la nation. Ses Francs, César qui les com- 
mande les mène par des chemins larges et fravés , et 
le royaume des Bretons ainsi traversé dans tous les 
sens reste ouvert devant nous -, moi-même , le bouclier 
sur les épaules et le côté ceint d'une épée, je com- 
battis dans ce pays : mais personne ne souffrit des 
coups que je portais, et Pépin, qui le remarqua, en 
rit et me dit dans son étonnement : « Laisse les armes, 
« frère , et préfère plutôt les lettres. » Les nôtres 
inondent les champs , les forets et les marais dont le 
sol tremble sous leurs pas^ le peuple ruiné par la 
guerre se voit enlever tous ses troupeaux ; les mal- 

' L(niis-1(-Geiiiiniii([iie , roi de Bavière dopuib l'an 817. 



88 ERMOLD LK NOIR. 

heureux Bretons ou sont emmènes captifs, ou tombent 
massacrés par le fer t, ceux , en petit nombre , qui 
échappent à ce sort cruel se soumettent aux armes de 
César, et César leur donne pour surveillans des ducs 
puissans pour les empêcher de céder encore au désir 
de susciter de nouvelles guerres. Ces mesures prises , 
le pieux et victorieux monarque reprend la route de 
ses Etats , et bientôt les Francs regagnent en triomphe 
leurs toits domestiques. 

Depuis long-temps Tévêque Ebbon avait atteint les 
royaumes normands ; déjà son zèle y répandait des 
dons précieux et dignes du saint nom de Dieu -, déjà 
le prélat est parvenu jusqu'au palais d'Hérold, et a 
versé dans son cœur la doctrine du Christ; déjà, 
touché des avertissemens du Seigneur, ce prince 
commençait à prendre confiance dans les paroles de 
César , et lui-même exhortait son peuple à embrasser 
la foi. « Que les faits répondent aux promesses, saint 
( prêtre, dit-il, et je crois. Retourne vers ton roi et 
( porte-lui ma réponse. Oui , je désire voir de mes 
( yeux le rovaume des Francs, la piété de César, les 
X armes, les mets, la gloire des serviteurs du Christ , 
et le culte de ce Dieu devant qui , comme tu le dis , 
la puissance suprême s'humilie, et à qui elle garde 
( une foi vive et constante ; si alors ton Christ, dont 
( tu célèbres les préceptes , accompht mes vœux , je 
l'adore et le prouve par mes actions. Que les dieux 
A auxquels nous avons consacré des autels continuent 
( d'être respectés jusqu'à ce que j'aie pu voir les 
( temples de ton Dieu. Si ce Dieu, qui est le tien, 
surpasse les nôtres en gloire, et prodigue plus qu'eux 
les dons à celui qui Tinvoque, la raison alors nous 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. 89 

« prescrira d'abandonner nos dieux-, nousobéironsavec 
t( plaisir au Christ, et nous livrerons aux flammes dé- 
« vorantes les métaux sculptés par nos mains. » II or- 
donne alors d'apporter des présens, et comble le prélat 
de dons tels que la terre des Danois peut en produire. 

Ebbon revient plein de joie -, les conquêtes futures 
qu'il présage pour la foi l'animent d'un saint trans- 
port j il rapporte à César une réponse faite pour lui 
plaire, et lui annonce à quelles conditions Hérold 
demande à recevoir les saintes eaux du Seigneur. Le 
religieux empereur rend de solennelles actions de 
grâces à Dieu le père de toutes choses et la source de 
tout bien -, en même temps il ordonne que tous les 
peuples soumis aux lois de son empire adressent sur- 
le-champ les vœux les plus ardens à Dieu pour que le 
Christ, qui par son sang a sauvé le monde entier, 
daigne arracher les Normands au cruel ennemi du 
genre humain. 

Le pieux monarque se rend alors par un chemin 
facile à Ingelheim avec son épouse et ses eni'ans. Ce 
lieu est situé sur une des rives que le fleuve du Rhin 
baigne de ses ondes rapides ; une foule de cultures et 
de produits divers en font l'ornement. Là s'élève sur 
cent colonnes un palais superbe : on y admire d'in- 
nombra])les appartemens, des toitures de formes va- 
riées , des milliers d'ouvertures , de réduits et de 
portes , ouvrage des mains d hommes maîtres habiles 
dans leur art. Le temple du Seigneur , construit du 
marbre le plus précieux , a de grandes portes d'airain 
et de plus petites enrichies dor ;, de magnifiques pein- 
tures y retracent aux yeux les œuvres de la toute- 
puissance de Dieu et les actions mémorables des 



go ERMOLD LE NOIR. 

hommes. A la gauche , sont représentés d'abord 
l'homme et la femme nouvellement créés , quand ils 
habitent le paradis terrestre où Dieu les a placés. Plus 
loin , le perfide serpent séduit Eve dont le cœur a jus- 
qu'alors ignoré le mal -, elle-même tente à son tour son 
mari qui goûte le fruit défendu; et tous deux, à 
l'arrivée du Seigneur, cachent leur nudité sous la 
feuille du figuier. On voit ensuite nos premiers pères 
travailler péniblement la terre en punition de leur 
péché -, et le frère envieux frapper son frère , non du 
glaive , mais de sa main cruelle , et faire connaître au 
monde les premières funérailles. Une suite innom- 
brable de tableaux retracent dans leur ordre tous les 
faits de l'Ancien-Tcstament, montre encore les eaux 
répandues sur toute la surface de l'univers , s'élevant 
sans cesse , et engloutissant enfin toute la race des 
hommes ; l'arche , par un effbt de la miséricorde di- 
vine , arrachant au trépas un petit nombre de créa- 
tures, et le corbeau et la colombe agissant diverse- 
ment. On a peint aussi les actions d'Abraham et de ses 
enfans, l'histoire de Joseph et de ses frères, et la con- 
duite de Pharaon ; Moïse délivrant le peuple de Dieu 
du joug de rÉgypte; l'Égyptien périssant dans les 
flots qu'Israël traverse à pied sec ; la loi donnée par 
Dieu, écrite sur la double table; l'eau jaillissant du 
rocher ; les cailles tombant du ciel pour servir de 
nourriture aux Hébreux , et la terre promise depuis 
si long-temps recevant ce peuple lorsqu'il a pour chef 
ie brave Josué. Dans ces tableaux revit la troupe nom- 
breuse des prophètes et des rois juifs, et brillent dans 
*^out leur éclat leurs actions les plus célèbres , les 
exploits de David , les œuvres du puissant Salomon, 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE~PIElIX , CH. IV. QI 

et ce temple ouvrage d'un travail vraiment divin. Le 
côte opposé représente tous les détails de la vie mor- 
telle qu'a menée le Christ sur la terre quand il y fut 
envoyé par son père. L'ange descendu des cieux s'ap- 
proche de l'oreille de Marie , et la salue de ces pa- 
roles : « Voici la Vierge de Dieu. » Le Christ , connu 
de puis long-temps aux saints prophètes, naît, ctTenfant 
Dieu est enveloppé de langes. De simples bergers re- 
çoivent les ordres pleins de bonté du maître du ton- 
nerre, et les mages méritent aussi de voir le Dieu du 
monde. Hérode furieux craint que le Christ ne le dé- 
trône, etfait massacrer les créatures innocentes que leur 
enfance seule condamne au trépas. Joseph fuit alors 
en Egypte , ramène ensuite le divin enfant qui gran- 
dit , se montre soumis à la loi , et veut être baptisé , 
lui qui est venu pour racheter de son sang tous les 
hommes dévoués depuis long-temps à la mort éter- 
nelle. Plus loin , après avoir, à la manière des mor- 
tels , supporté un long jeûne , le Christ triomphe par 
son art de son tentateur , enseigne au monde les saintes 
et bienfaisantes doctrines de son père, rend aux in- 
firmes la jouissance de leurs anciennes facultés , rap- 
pelle même à la vie les cadavres des morts , enlève 
au démon ses armes , et le chasse loin de la terre. 
Enfin on voit ce Dieu , livré par un perfide disciple , 
et tourmenté par un peuple cruel , vouloir mourir 
lui-même comme un vil mortel j puis , sortant du 
tombeau , apparaître au milieu de ses disciples , mon- 
ter au ciel à la vue de tous, et gouverner le monde. 
Telles sont les peintures dont les mains exercées d'ar- 
tistes habiles ont orné toute l'enceinte du temple de 
Dieu. 



9?. ERMOLD LE NOil\. 

Le palais du monarque , enrichi de sculptures , 
ne brille pas d'un moindre éclat, et l'art y a retracé 
les plus célèbres laits des grands hommes. On y voii 
les combats divers livrés dans les temps de JNinus , 
une foule d'actes d'une cruauté révoltante , les con- 
quêtes de Cyrus, ce roi exerçant ses fureurs contre 
un fleuve pour venger la mort de son coursier chéri, 
et la tête de cet infortuné triomphateur qui venait 
d'envahir les Etats d'une femme , ignominieusement 
plongée dans une outre remplie de sang. Plus loin 
se présentent les crimes impies du détestable Phalaris 
faisant périr avec un art atroce des malheureux qui 
font peine à regarder. Pyrille , cet ouvrier fameux 
dans l'art de travailler l'airain et l'or, est auprès de 
lui : le malheureux met sa trop cruelle gloire à fa- 
briquer sur-le-champ pour Phalaris un taureau d'ai- 
rain dans lequel le monstre puisse enfermer le corps 
entier d'un homme digne objet de pitié ^ mais le ty- 
ran précipite l'ouvrier lui-même dans les entrailles du 
taureau, et cet ouvrage de l'art donne ainsi la mort à 
celui qui l'a créé. D'un autre côté , Romulus et Rénius 
posent les fondemens de Rome, et le premier im- 
mole son frère à son ambition impie. Annibal, quoi- 
que privé d'un de ses yeux, n'en poursuit pas moins 
le cours de ses funestes guerres. Alexandre soumet 
par la force des armes l'univers à son empire ; et le 
peuple romain, d'abord si faible, croissant bientôt, 
étend son joug jusqu'aux pôles du monde. Dans une 
autre partie du palais , on admire les hauts faits de 
nos pères et les œuvres éclatantes d'une piété lidèle 
dans des temps plus voisins de nous. On y voit Cons- 
tantin , dépouillant tout amour pour Rome , Inilir 



FAITS ET GESTES UE LOUIS-LE-PIEUX , Cli. IV. C)3 

lui-mêinu et pour lui Constantinople. On y a aussi re- 
présenté riieureux Théodose, et sa vie illustrée par 
tant de belles actions. Là sont encore retracés le pre- 
mier Charles que la guerre rendit maître des Frisons, 
et tout ce que son courage a fait de grand. Plus loin 
tu brilles, Pépin, remettant les Aquitains sous tes 
lois , et les réunissant à ton empire , à la suite d'une 
heureuse guerre. Là enfin le sage empereur Charles 
déploie ses traits majestueux et sa tête auguste ceinte 
du diadème. Les bandes saxonnes osent s'élever 
contre lui, et tenter le sort des combats ^ mais il les 
massacre , les dompte , et les force à courber la tête 
sous son joug. Ces faits mémorables et d'autres en- 
core décorent ce palais , et charment les yeux de qui- 
conque souhaite les contempler. 

C'est de ce lieu que le pieux César donne ses lois 
aux peuples soumis à son sceptre , et dirige avec la 
sagesse qui lui est ordinaire l'immense machine de 
son Empire. 

Cependant cent navires volent sur les eaux du 
Rhin 5 ils sont ornés de voiles blanches artistement 
arrangées , et chargés de dons oiiérts par la nation 
des Danois. Le premier porte le roi Hérold '. C'est 
toi, Louis, qu'il vient chercher, et certes un tel hom- 
mage t'est bien dû , à toi qui portes si haut les hon- 
neurs auxquels l'Eglise a de si justes droits. Déjà ces 
bâtimens approchent de la rive , et entrent dans le 
port. César les aperçoit du haut de son palais. Dans 
sa bonté, il ordonne à Matfried de se rendre avec une 
nombreuse troupe de jeunes gens au devant de ces 
nouveaux hôtes, et lui-même leur envoie plusieurs 

' En 826. 



94 ERMOT.D LE NOIR. 

coursiers couverts de riches caparaçons de pourpre 
pour qu'ils puissent se transporter jusqu'à son château. 
Hërold arrive bientôt monté sur un cheval franc -, sa 
femme et toute sa maison se préparent à le suivre. 
César, plein de joie , le reçoit à l'entrée du palais , 
commande d'apporter des présens, et fait distribuer 
des mets de toute espèce. Hérold s'incline devant l'au- 
guste monarque , prend le premier la parole , et lui 
exprime ses vœux en ces termes : « César, si ta toute- 
« puissance l'ordonne , je suis prêt à te dire avec dé- 
« tail quels motifs ont déterminé moi , ma maison et 
« ma famille à venir te trouver dans ton illustre de- 
« meure. Suivant depuis longues années les lois de 
« mes antiques pères , j'ai jusqu'à ce jour conservé 
« leurs mœurs , adressé mes vœux les plus soumis et 
« offert , en suppliant , mes sacrifices aux dieux et aux 
« déesses qu'ils adoraient-, ce sont ces divinités que 
« j'ai jusqu'à présent priées de conserver par leur pro- 
« tection le royaume que m'ont transmis mes aïeux , 
« mon peuple , notre butin et nos toits domestiques , 
« d'éloigner de nous la famine , de nous soustraire par 
« leur pouvoir à tous les maux, et de nous accorder, 
« à nous leurs adorateurs , d'heureux succès en toutes 
« choses. Ebbon, l'un de tes prêtres, est venu sur les 
« terres des Normands, nous prêchant et uons proii- 
« vaut un autre Dieu. Il nous a dit qu il n'était qu'un 
« seul vrai Dieu créateur du ciel , de la terre et de la 
« mer, à qui seul tout culte était dû. Ce Dieu, ajou- 
« tait-il , a fait d'un limon échauffé l'homme et la 
a femme d'où sont sortis tous les hommes qui peuplent 
<( l'univers. Ce Dieu tout-puissant a envoyé sur la terre 
« son fils, dont le côté a rendu des flots d'eau et de 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-Pl EUS , CH. IV. ()5 

(( sang. C'est par ce sang que le fils , clans sa miséri- 
« corde, a racheté le monde de toute espèce de crime, 
(( et lui a assuré après la résurrection le royaume des 
« cieux. Ce fils de Dieu est appelé Jésus-Christ. Son 
« saint chrême rend heureux tous ceux qui l'adorent 
« avec piété. Quiconque ne confessera pas qu'il est le 
« maître du tonnerre , et ne recevra pas le don sacré 
« du baptême, sera, bien malgré lui, précipité dans 
« les gouffres profonds de l'enfer pour y demeurer 
<( dans la cruelle société des démons. Mais quiconque 
« désire monter dans les demeures célestes , qu'il re- 
« connaisse que le Christ est véritablement Dieu et 
« homme tout ensemble 5 qu'il purifie son corps dans 
« l'onde sainte du baptême , et efface toutes ses souil- 
« lures en se plongeant trois fois dans ces eaux salu- 
« taires au nom du Père , du Fils et du Saint-Esprit. 
« Ces trois personnes forment un Dieu unique, quoi- 
« que leurs trois noms soient divers ; leur puissance 
« et leur gloire sont égales, et ce Dieu a été, est et 
« sera de toute éternité. Quant à tous ces dieux de 
« métal , ouvrage de la main des hommes , ton 
« évêque les appelle de vaines idoles, et déclare 
« qu'ils ne sont rien. Telle est, bienveillant César, 
« la foi que le vénérable prélat Ebbon nous a dit de 
« sa propre bouche être la tienne. Touché par ton 
« exemple et par ses honorables discours , je crois 
« ton Dieu le seul vrai, et rejette à jamais les dieux 
« sculptés de la main des hommes. C'est donc pour 
« m'associer à ta foi que , me confiant aux ondes , je 
« suis venu dans tes États. — Hérokl , répond l'em- 
« pereur, ce que tu demandes avec ce langage ami , 
« je te l'accorde comme je le dois, et j'en rends des 



(^5 ERMOLD LE NOIR. 

« actions de grâces à Dieu ; c'est par l'etFet de sa mi- 
« séricorde qu'après avoir si long-temps obéi aux 
« ordres du démon , tu sollicites enfin d'être admis à 
« la foi des serviteurs du Christ. Allons , ajoute César 
« aux siens , courez tous , hâtez-vous de tout disposer 
« comme il convient pour répandre sur Hérold, avec 
« toutes les solennités d'usage , les dons précieux du 
« baptême : qu'on prépare les vêtemens blancs, tels 
« que doivent en porter les Chrétiens, les fonts bap- 
« tismaux, le chrême et l'onde sainte. » 

Tout se fait comme il l'a prescrit ; et dès que tout 
est prêt pour la cérémonie sacrée, Louis et Hérold 
se rendent dans le saint temple. César, par respect 
pour le Seigneur , reçoit lui-même Hérold quand il 
sort de l'onde régénératrice, et le revêt de sa pro- 
pre main de vêtemens blancs -, l'impératrice Judith , 
dans tout l'éclat de la beauté , tire de la source sa- 
crée la reine , femme d Hérold , et la couvre des ha- 
bits de chrétienne 5 Lothaire déjà César , fils de l'an- 
guste Louis , aide de même le fils d'Hérold à sortir 
des eaux baptismales ; à leur exemple , les grands de 
l'empire en font autant pour les hommes les plus 
distingués de la suite du roi danois qu'ils habillent 
eux-mêmes, et la tourbe tire de l'eau sainte beau- 
coup d'autres d'un moindre rang. grand Louis ! 
quelle foule immense d'adorateurs tu gagnes au Soi- 
gneur! quelle sauite odeur s'émane d'une telle action 
et s'élève jusqu'au Christ! Ces conquêtes, prince, que 
tu arraches à la gueule du loup dévorant, pour les 
donner à Dieu , te seront comptées pour l'éternité. 

Hérold, couvert de vêtemens blancs et le cœur ré- 
généré, se rend sous le toit éclatant de son illustre 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. [V. t)- 

parrain. Le tout- puissant empereur le comble alors 
des plus magnifiques présens que puisse produire la 
terre des Francs. D'après ses ordres , Hérold revêt 
une chlamyde tissue de pourpre ëcarlate et de pierres 
précieuses , autour de laquelle circule une broderie 
d'or : il ceint l'épée fameuse que César lui-même por- 
tait à son côté , et qu'entourent des cercles d'or symé- 
triquement disposés ^ à chacun de ses bras sont atta- 
chées des chaînes d'or ; des courroies enrichies de 
pierres précieuses entourent ses cuisses -, une superbe 
couronne, ornement dû à son rang, couvre sa tète-, 
des brodequins d'or renferment ses pieds \ sur ses 
larges épaules brillent des vêtemens d'or , et des gan- 
telets blancs ornent ses mains. L'épouse de ce prince 
reçoit de la reine Judith des dons non moins dignes 
de son rang, et d'agréables parures. Elle passe une 
tunique entièrement brodée d or et de pierreries, et 
aussi riche qu'ont pu la fabriquer tous les efforts de 
fart de Minerve ; un bandeau entouré de pierres pré- 
cieuses ceint sa tête ; un large collier tombe sur son 
sein naissant ^ un cercle d'un or flexible et tordu en- 
toure son cou-, ses bras sont serrés dans des bracelets 
tels que les portent les femmes 5 des cercles minces 
et plians d'or et de pierres précieuses couvrent ses 
cuisses , et une cape d'or tombe sur ses épaules. Lo- 
thaire ne met pas un empressement moins pieux à 
parer le fils d'HéroId de vêtemens enrichis d'or; le 
reste de la foide des Danois est également revêtue 
d'habits francs que leur distribue la religieuse muni- 
ficence de César. 

Tout cependant est préparé pour les saintes céré- 
monies de la messe ; déjà le signal accoutumé appelle 



98 ERMOLD LE NOIR. 

le peuple dans l'enceinte des murs sacrés ; dans le 
chœur brille un clergé nombreux et revêtu de riches 
ornemens , et dans le magnifique sanctuaire tout res- 
pire un ordre admirable. La foule des prêtres se dis- 
tingue par sa fidélité aux doctrines de Clément ', et 
les pieux lévites se font remarquer par leur tenue 
régulière ; c'est Theuton qui dirige avec son habileté 
ordinaire le choeur des chantres ; c'est Adhalwit qui 
porte en main la baguette , en frappe la foule des 
assistans et ouvre ainsi un passage honorable à César, 
à ses grands , à son épouse et à ses enfans. Le glorieux 
empereur , toujours empressé d'assister fréquemment 
aux saints offices , se rend à l'entrée de la basilique 
en traversant de larges salles de son palais resplen- 
dissant d'or et de pierreries éblouissantes -, il s'avance 
la joie sur le front et s'appuie sur les bras de ses fidèles 
serviteurs. Hilduin est k sa droite ; Hélisachar le sou- 
tient à gauche ; et devant lui marche Gerung qui porte 
le bâton marque de sa charge ' , et protège les pas 
du monarque dont la tête est ornée d'une couronne 
d'or. Par derrière viennent le pieux Lothaire et Hé~ 
rold couverts d'une toge et parés des dons éclatans 
qu'ils ont reçus. Charles encore enfant, tout brillant 
d'or et de beauté , précède, plein de gaîté, les pas de 
son père , et de ses pieds il frappe fièrement le mar- 
bre. Cependant Judith, couverte des ornemens royaux, 
s'avance dans tout l'éclat d'une parure magnifique 5 
deux des grands jouissent du suprême honneur do 

' Dom Bouquet pense qu'il s'agit ici de saint Clément i", pape de Tan 
de Jc'sus-Clirist 91 à l'an loo, et anquel ont ele attiibues des ouvrages 
qui contiennent beaucoup de détails sur les devoirs des prêtres. 

' Celle de portier en chef {sunurius ostiarius) du palais. 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. 99 

Tescorter 5 ce sont Malfi iod et Hugues : tous deux , Ja 
couronne en tête et vêtus d'habits tout brillans d'or, 
accompagnent avec respect les pas de leur auguste 
maîtresse. Derrière elle , et à peu de distance , vient 
enfin l'ëpouse d'Hérold étalant avec plaisir les pré- 
sens de la pieuse impératrice. Après on voit Friedgies * 
que suit une foule de disciples tous vêtus de blanc , 
et distingués par leur science et leur foi. Au dernier 
rang , marche avec ordre le reste de la jeunesse 
danoise parée des habits qu'elle tient de la munifi- 
cence de César. 

Aussitôt que l'empereur , après cette marche solen- 
nelle, est arrivé à l'église , il adresse suivant sa cou- 
tume ses vœux au Seigneur ; sur-le-champ le clairon 
de Theuton fait entendre le son clair qui sert de si- 
gnal , et au même instant les clercs et tout le chœur 
lui répondent et entonnent le chant. Hérold , son 
épouse , ses enfans , ses compagnons , contemplent 
avec étonnement le dôme immense de la maison de 
Dieu , et n'admirent pas moins le clergé , l'intérieur 
du temple , les prêtres et la pompe du service reli- 
gieux. Ce qui les frappe plus encore , ce sont les 
immenses richesses de notre roi , à l'ordre duquel 
semble se réunir ce que la terre produit de plus pré^ 
cieux. Eh bien, illustre Hérold! dis, je t'en conjure , 
ce que tu préfères maintenant ou de la foi de notre 
monarque , ou de tes misérables idoles. Jette donc 
dans les flammes tous ces dieux faits d'or et d'argent ? 
c'est ainsi que tu assureras à toi et aux tiens une éter- 
nelle gloire. Si dans ces statues il s'en trouve de fer, 

' Chancelier fie Louis-lc-Dc'hniinnirc et aljbc dr Saint-Mailin do 
Tours. 



lOO ERMOLl) Lb iSOIR 

dont on puisse se servir pour cultiver ies champs, or- 
donne qu'on en fabrique des socs , et , en ouvrant le 
sein de la terre, elles te seront plus utiles que de telles 
divinités avec toute leur puissance. Le Dieu véritable 
est celui auquel les Francs et César lui-même adres- 
sent leurs vœux solennels -, adore-le, et abandonne le 
culte de Jupiter. Fais de ce Jupiter des vases et des 
chaudières d'un sombre airain ; le feu leur convient 
comme au Dieu dont tu les auras fabriqués. Change 
ton Neptune en fontaines propres à contenir l'eau , 
et il ne perdra pas Thonncur de maîtriser les ondes. 

Cependant on préparait avec soin d'immenses pro- 
visions , des mets divers et des vins de toutes les 
espèces pour le maître du monde ; d'un côté, Pierre, 
le chef des pannetiers, de faulre Gunton, qui préside 
aux cuisines, ne perdent pas un instant à faire dis- 
poser les tables avec l'ordre et le luxe accoutumés. 
Sur des toisons dont la blancheur le dispute à la neige, 
on étend des nappes ])lanches , et les mets sont dressés 
dans des plats de marlire. Pierre distribue , comme le 
veut sa charge , les dons de Cérès , et Gunton sert les 
viandes. Entre chaque plat sont placés des vases d'or: 
le jeune et aclif Othon commande aux échansons et 
fait préparer les doux présens de Bacchus. 

Dès que les cérémonies du culte respectueux adressé 
au Très-Haut sont terminées, César, tout brillant d'or, 
se dispose à reprendre le chemin qu'il a suivi pour 
se rendre au temple ^ son épouse , ses cnfans , et tout 
son cortège, couverts de vêtcmens resplendissansd'or, 
et enfin les clercs habillés de blanc, imitent son 
exemple \ et le pieux monarque se rend d'un pas grave 
à son palais, où l'attend un festin préparé avec un 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. lOr 

soin di^ne du chef de l'empire. Radieux, il se place 
sur un lit ; par son ordre la belle Judith se met à ses 
côtés après avoir embrassé ses augustes genoux 5 le 
César Lothaire et Hérold, l'hôte royal, s'étendent de 
leur côté sur un même lit, comme l'a voulu Louis. Les 
Danois admirent la prodigalité des mets et tout ce qui 
compose le service de la table , le nombre des offi- 
ciers , ainsi que la beauté des enfans qui servent 
César. Ce jour, si heureux ajuste titre pour les Francs 
et les Danois régénérés par le baptême , sera pour eux 
dans la suite l'objet de fêtes qui en rappelleront la 
mémoire. 

Le lendemain, à la naissance de l'aurore, dès que 
les astres quittent le ciel et que le soleil commence 
à réchauffer la terre , César s'apprête à partir pour la 
chasse avec ses Francs, dont cet exercice est le plaisir 
habituel , et il ordonne qu'Hérold l'accompagne. Non 
loin du palais est une île que le Rhin environne de 
ses eaux profondes, où croît une herbe toujours verte 
et que couvre une sombre forêt; des bêtes fauves, 
nombreuses et diverses, la remplissent, et leur troupe, 
dont rien ne trouble le repos , trouve dans les vastes 
bois un asile paisible. Des bandes de chasseurs et 
d'innombrables meutes de chiens se répandent cà et 
là dans cette île. Louis monte un coursier qui foule 
la plaine sous ses pas rapides, et AViton, le carquois 
sur l'épaule , l'accompagne à cheval. De toutes parts 
se pressent des flots de jeunes t^ens et d'enfans, au 
milieu desquels se l'ait remarquer Lothaire porté par 
un agde coursier. Hérold , l'hôte de l'empereur, et ses 
Danois, accourent aussi pleins de joie pour contem- 
pler ce beau spectacle ; la superbe Judith , la pieuse 



ina tRMOLD LE NOIil. 

dponse de César , parée et coiffée magnifiquement , 
monte un noble palefroi -, les premiers de l'État et la 
foule des grands précèdent ou suivent leur maîtresse 
par égard pour leur religieux monarque. Déjà toute 
la forêt retentit des aboiemens redoublés des chiens; 
ici les cris des hommes , là les sons répétés du clairon 
frappent les airs; les bétes fauves s'élancent hors de 
leurs antres, et les daims fuient vers les endroits les 
plus sauvages; mais ni la fuite ne peut les sauver, 
ni les taillis ne leur offrent d'asiles sûrs ; le faon tombe 
au milieu des cerfs armés de bois majestueux, et le 
sanglier aux larges défenses roule dans la poussière 
percé par le javelot. César, animé par la joie , donne 
lui-même la mort à un grand nombre d'animaux qu'il 
frappe de ses propres mains ; l'ardent Lothaire , dans 
la fleur et la force de la jeunesse , fait tomber plu- 
sieurs ours sous SCS coups ; le reste des chasseurs tue, 
çà et là , à travers les prairies une foule de bêtes fauves 
de toute espèce. Tout à coup une jeune biche que 
la meute des chiens poursuit avec chaleur, traverse 
en fuyant le plus épais de la forêt , et bondit au mi- 
lieu d'un bouquet de saules -, là s'étaient arrêtés la 
troupe des grands, Judith l'épouse de César et le jeune 
Charles encore enfant ; l'animal passe avec la rapidité 
de l'air; tout son espoir est dans la vitesse de ses 
pieds ; s'il ne trouve son salut dans la fuite , il périt ; 
le jeune Charles l'aperçoit, veut le poursuivre à l'exem- 
ple de ses parens, demande un cheval avec d'instantes 
prières , presse vivement pour qu'on lui donne des 
armes, un carquois et des flèches légères, et brûle de 
voler sur les traces de la biche , comme son père a 
coutume de le faire. Mais vainement il redouble ses 



FAITS ET GESTES DE tOUlS-LE-I'lEUX , CH. IV. I o3 

ardentes sollicitations -, sa charmante mère lui défend 
de la quitter et refuse ù ses vœux la permission de 
s'éloigner. Sa volonté s'irrite , et comme il arrive à 
cet âge, si le maître aux soins duquel il est confié 
et sa mère ne le retenaient, le royal enfant n'hésite- 
rait pas à suivre la chasse à pied. Cependant d'autres 
jeunes gens volent, atteignent la biche dans sa fuite 
et la ramènent au petit prince sans qu'elle ait reçu au- 
cune blessure : lui, alors, prend des armes proportion- 
nées à la faiblesse de son âge , et en frappe la croupe 
tremblante de l'animal 5 toutes les grâces de l'enfance 
se réunissent et brillent dans le jeune Charles, et leur 
éclat emprunte un nouveau lustre de la vertu de son 
père et du nom de son aïeul. Tel autrefois Apollon, 
quand il gravissait les sommets des montagnes de 
Délos ; remplissait d'une orgueilleuse joie le cœur de 
sa mère Latone. 

Déjà César, son auguste père, et les jeunes chas- 
seurs chargés de gibier, se disposaient à retourner 
au palais. Cependant la prévoyante Judith a fait cons- 
truire et couvrir dans le milieu de la forêt une salle 
de verdure 5 des branches d'osier et de buis dépouil- 
lées de leurs feuilles en forment l'enceinte , et des 
toiles la recouvrent. L'impératrice elle-même prépare 
sur le vert gazon un siège pour le religieux monar- 
que, et fait apporter tout ce qui peut assouvir la faim. 
César, après avoir lavé ses mains dans l'eau, et sa belle 
compagne s'étendent ensemble sur un lit d'or , et , 
par l'ordre de cet excellent roi , le beau Lothaire et 
leur hôte chéri Hérold prennent place à la même 
table 5 le reste de la jeunesse s'asseoit sur l'herbe qui 
couvre la terre , et repose ses membres fatigués sous 



lo4 ERMOLD LE ,\OIR. 

l'ombrage de la foret. On apporte, après les avoir fait 
rôtir, les entrailles chargées de graisse des animaux 
tués^ la chasse, et la venaison se mêle aux mets ap- 
prêtés pour César. La faim satisfaite disparaît bientôt , 
on vide les coupes , et la soif à son tour est chassée 
par une agréable liqueur ; un vin généreux répand 
la gaîté dans toutes ces âmes courageuses, et chacun 
regagne d'un pas plus hardi le toit impérial. A peine 
y est-on arrivé qu'on puise de nouveau dans les dons 
de Bacchus une chaleur vivifiante, et que tous ensuite 
se rendent aux saints offices du soir. Après qu'ils ont 
été chantés avec le respect et la dignité accontumés, 
Louis et sa suite retournent au palais. Bientôt se ré- 
pandent dans le château des flots déjeunes gens; ils 
apportent et désirent mettre sous les yeux du mo- 
narque les trophées de la chasse 5 ce sont des milliers 
de bois de cerf, les têtes et les peaux des ours , les 
corps entiers de plusieurs sangliers aux longues soies, 
dés chevreuils, et la biche tombée sousks hoiiorables 
coups du jeune Charles. Le roi, toujours plein de 
bonté, distribue cette riche proie entre tous ses fidèles 
serviteurs , sans oublier d'en assigner une part consi- 
dérable à ses clercs. 

Cependant, à l'aspect de toutes ces merveilles, 
l'hôte de César, llérold , roule dans son cœur mille 
pcnsers divers, quand il voit marcher ensemble , et 
respectés comme ils doivent l'être , et les droits du 
trône et les devoirs envers Dieu ; il s'étonne et de la 
puissance de Louis et de la sincérité de sa foi; mais à 
la fin , rejetant loin de lui tous les sentimens incertains 
qui agitent son esprit , il embrasse le parti que Dieu 
même lui inspire ; de son ])ropre mouvement, il se 



FAITS ET GKSTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. Io5 

prosterne aux pieds de l'empereur, et lui adresse ees 
paroles où respire une fidélité sans réserve : 

« Illustre et puissant César, toi l'adorateur du vrai 
« Dieu et l'arbitre des peuples que ce Dieu qui peut 
« tout a confiés à tes soins , je reconnais combien , 
« grâce à la bonté du Seigneur, tu es justement cé- 
(c lèbre , patient , fort , religieux , redoutable par les 
« armes et clément tout ensemble -, je vois que, com- 
« blé outre mesure des biens de ce monde , tu ne te 
« montres ni moins libéral envers les indigens , ni 
« moins facile eL doux envers tes sujets ; toutes les 
«vertus, je le confesse, César, coulent chez toi à 
« pleine source, et ton cœur est sans cesse trempé de 
« la rosée céleste. La douce persuasion qui coule de 
« tes lèvres a soumis ma tête au joug du Christ, m'ar- 
« rache par ses conseils aux flammes éternelles, retire 
« ma maison et moi des voies funestes de l'erreur où 
« nous étions engagés , et abreuve nos cœurs des 
« eaux de la vérité. Ce n'est pas tout^ tu me renvoies 
« l'ame remplie du Seigneur , le corps chargé de ri- 
« chesses , comblé de dons divers en armes et en 
« objets de tout genre. Qui pourrait faire de telles 
« choses, s'il n'était embrasé de l'amour de ce Christ 
« qui prodigua tant de biens précieux à un peuple 
« ingrat ? J'en suis convaincu , toi seul es sur la terre 
« le chef de tous les hommes de bien , et c'est à juste 
« titre que tu tiens le sceptre de l'empire des chré- 
« tiens. De même qu'à mes yeux toutes les idoles dis- 
« paraissent devant le nom du Christ , de même toutes 
<( les puissances de la terre doivent s'humilier devant 
« ton nom. Que la formidable gloire des siècles an- 
« ticjues s éclipse donc tant que le maître du tonnerre 



îo6 ERMOLD LE NOIR. 

« conservera toute sa vigueur à ton empire. Peut-être 
« autrefois s'est-il trouvé quelque prince qu'on pour- 
ce rait égaler à toi pour la munificence et la valeur 
ï( guerrière , mais tu les surpasses tous en amour pour 
« Dieu. Au reste , que fais-je ? pourquoi , quand il faut 
« agir i, m'arrêter à de vains discours ? Il me suffira de 
c( peu de mots pour manifester toute mon admira- 
« tion. )) Il dit, et, joignant les mains, il remet de 
lui-même et sa personne et le royaume qu'il tient du 
droit de sa naissance en la puissance du roi des 
Francs. «Reçois, César, ajoute-t-il , le don de ma 
(( personne et des pays soumis à mes lois 5 c'est de ma 
« propre volonté que je me soumets à ton obéis- 
u sance. » L'empereur alors prend dans ses augustes 
mains les mains d'Hérold , et le royaume des Danois 
est ainsi réuni à l'empire des Francs si renommés par 
leur piété. Aussitôt le victorieux César donne à Hé- 
rold des armes et un coursier , comme le veut l'an- 
tique usage des Francs , et ce jour brillant voit se 
renouveler des fêtes où les Francs et les Danois font 
éclater une joie commune. 

Cependant Louis , voulant récompenser la piété du 
fidèle Hérold, lui prodigue les plus riches présens ^ il 
recule les frontières de ses États et y ajoute des terres 
fertiles en toutes sortes de productions , abondantes 
en gibier, et où il puisse se maintenir en cas de guerre. 
A ces dons le puissant César joint tout ce qui peut 
servir à rehausser l'éclat des cérémonies du culte 
divin , des vases sacrés , des ornemens pour les clercs 
engagés dans les saints ordres, des prêtres, et les 
livres reconnus comme catholiques. Sa piété ne s'ar- 
rête point là, et il envoie aux Danois des moines qui 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. lO^ 

s'offrent d'eux-mêmes à conduire ce peuple dans le 
chemin du royaume des cieux. Dire quels sont ces 
prësens, leur nombre et leur richesse, est au-dessus 
des forces de mon esprit , et mes chants ne sauroient 
y réussir. 

Cependant les nàutonniers verses dans la connais- 
sance des signes que l'onde présente aux navigateurs 
chargent les vaisseaux de trésors et de vivres , dons 
d une munificence vraiment royale ^ déjà les zéphyrs 
invitent la voile à se déployer» Le vent presse le dé- 
part et n'y souffre aucun retardement, car l'approche 
de l'hiver s'annonce par de redoutables présages ; 
aussi , Une fois les bâtimens chargés et les voiles re- 
nouvelées , Hérold comblé d'honneurs monte sur son 
navire avec la permission de César 5 mais son fils et son 
neveu demeurés dans le palais du roi y font le ser- 
vice militaire et s'acquittent des devoirs imposés aux 
Francs , tandis que lui-même, sur son bâtiment rempli 
d'armes et de provisions de toute espèce , regagne à 
travers les flots incertains de la mer le royaume qu'il 
a hérité de ses aïeux. 

C'est ainsi , Louis , que tu as assuré au Dieu tout- 
puissant de précieuses conquêtes , et réuni de vastes 
Etats à ton Empire 5 les pays que les armes de tes 
ancêtres n'ont pu soumettre par aucun comljat se sont 
donnés à toi volontairement; ce'que ni la puissante 
Rome, ni la valeur des Francs n'ont assujetti, tu le 
possèdes et le gouvernes en père au nom du Christ. 
Bien plus, ces orgues dont jamais la France n'avait été 
enrichie , dont l'empire des Grecs s'enorgueillissait 
avec trop de hauteur , et par la possession seule des- 
quelles Constantinople se vantait, César, de te surpas- 



I08 ERMOLD LE >01R. 

ser, Lu les as maintenant dans ton palais d'Aix-la-Cha- 
pelle. Se voir ainsi dépouiller de leur principale gloire, 
annonce peut-être aux Grecs qu'un jour il leur faudra 
courber leurs têtes sous le joug des Francs. Applaudis, 
France , tu le dois , et rends de pieuses actions de 
gârcces à Louis dont les vertus te garantissent, de 
si grands avantages, et que le Dieu tout-puissant, créa- 
teur du ciel et de la terre , permette que le nom de 
César soit célébré par tout l'univers pendant une 
longue suite de siècles ! 

Pendant c{ue je chantais ces vers , tourmenté par les 
remords de la faute dont je m'étais rendu coupable , 
je languissais dans les prisons de Strasbourg, de cette 
cité c|ui t'a dédié , Vierge Marie , des temples magni- 
fiques, et où la gloire dont tu as joui sur la terre est 
plus qu'ailleurs l'objet d'un culte respectueux. Sou- 
vent , dit-on , les puissances célestes ont visité ces 
temples 5 souvent on a vu les chœurs des anges y 
apporter leurs hommages à la mère du Christ , et une 
foule de miracles s'y sont opérés -, on en cite plusieurs, 
mais contente-toi , muse , d'en raconter quelques uns 
si la pieuse Vierge daigne L'inspirer. 

La garde de l'église consacrée à Marie fut autre- 
fois confiée à Theutram , bien digne de ce nom glo- 
rieux : il veillait nuit et jour devant l'autel dédié à 
la mère de Dieu , et passait la plupart de ses heures 
à prier le Seigneur ; aussi ce prêtre mérita-t-il , avec 
le secours de la bonté divine, de voir souvent les 
anges saints habitans des cieux. Une nuit, après avoir 
récité les psaumes et les hymnes sacrés, il se jette; 
sur unlit pour donner quelque reposa ses membres 
épuisés par la fatigue-, tout à coup il voit le temph^ 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-I.E-PIEUX , CH. IV. I OC) 

écJairé d'une lumière semblable à celle du soleil, et 
telle que la rëpaiid cet astre dans le jour le plus se- 
rein. 11 s'élance hors de son lit, et cherche à savoir 
d'où peuvent provenir les flots de lumière dont le 
saint édifice est inondé. Un oiseau de la grandeur 
d'un aigle couvrait l'autel de ses ailes étendues; mais 
, cet oiseau , ce n'est point la terre qui l'a engendré. 
Son bec est d'or ; ses serres sont d'une matière plus 
riche que les pierres précieuses ; sur ses ailes est ré- 
pandue la couleur azurée de Féther, et de ses yeux 
jaillit une lumière éclatante. Le saint prêtre , frappé 
d'étonnement, n'ose fixer ses regards sur ceux de 
l'oiseau, dont il contemple avec admiration et les 
ailes et le corps , et surtout les yeux étincelans. L'oi- 
seau demeure sur l'autel jusqu'au moment où les trois 
chants du coq se font entendre , et appellent les reli- 
gieux à l'office. Alors il prend son vol, et, chose mi- 
raculeuse , la fenêtre opposée à l'autel s'ouvre d'elle- 
même pour lui laisser la liberté de sortir du temple. 
A peine s'est-il élevé vers les cieux que toute lumière 
disparaît, et prouve, en s'éclipsant, que cet oiseau 
était un habitant du rovaume de Dieu. 

Aune autre époque, ce savant prêtre eut une vi- 
sion semblable, et ce que m'en ont raconté plusieurs 
religieux commande l'admiration. Il récitait à son or- 
dinaire des psaumes au pied de l'autel de cette même 
éghse, et employait à chercher Dieu du fond de son 
cœur les heures où déjà les ténèbres couvraient la 
terre. Ceux de ces disciples à qui la garde du temple 
était confiée pour cette nuit veillaient avec lui , et 
rempbssaient les devoirs auxquels la cloche les ap- 
pelait. A'oilà que tout à coup le fracas du tonnerre et 



IIO ERMOLD LE NOIR. 

un vent c^pouvantable ébranlent à coups redoubles les 
toits élevés du saint édifice. Les disciples tombent 
renversés dans la poussière -, tremblans , et l'esprit 
égaré par la frayeur, ils se prosternent la face contre 
terre; mais le prêtre intrépide élève ses mains vers 
le ciel , et veut s éclaircir de la cause de ce bruit ex- 
traordinaire. Bientôt il voit la voûte du temple sacré 
s'ouvrir, et donner entrée à trois hommes resplen^ 
dissans de lumière , couverts de vétemens blancs , 
dont les membres surpassent la neige en blancheur, 
et qui le disputent au lait par celle de leur teint. 
Celui qui est entré le troisième, plus âgé que les 
deux autres , s'avance pieusement appuyé sur eux 
comme sur ses serviteurs. A peine a-t-il touché le 
sol qu ils marchent religieusement vers l'autel de la 
Vierge sainte, et entonnent à haute voix des prières 
à la manière des simples mortels ; ils visitent ensuite 
les autres autels , récitant des prières toujours à haute 
voix , et telles qu'elles sont réglées pour chacun de 
ces autels. A la droite de l'église , il en est un eu effet 
sous l'invocation de Paul ; à gauche , un autre porte 
le nom de Pierre; d'un côté est lillustre docteur; de 
Pautre est le dépositaire des clefs du ciel ; entre eux 
brille dans tout son éclat l'auguste mère de Dieu ; l'ar- 
change Michel et la sainte croix occupent le milieu de 
la nef, et à l'extrémité se voit dans toute sa gloire 
Jean donnant le baptême à Point du Seigneur. Les 
habitans des cieux adressent leurs prières à ces saints 
dont souvent ils voient les âmes en présence de Dieu. 
Qui peut être en effet assez ignorant et insensé pour 
croire qu'on ne doive aucun culte aux corps des saints 
fondateurs de l'Église ? N'est-ce pas Dieu qu'on adorQ 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. I I ï 

dans ces serviteurs , objets de son amour, dont l'in- 
tercession nous aide à monter au royaume des cieux ? 
Pierre n'est pas Dieu sans doute 5 mais , je le crois fer- 
mement , les prières de Pierre peuvent obtenir que la 
peine de mes péchës me soit remise. Tant que ces trois 
hommes demeurent à parcourir le temple dédié à 
Marie , la voûte de l'église reste ouverte 5 mais à peine, 
après avoir accompli leurs saints vœux , sont-ils re- 
tournés vers le ciel, que cette même voûte, se re- 
fermant d'elle-même , reprend son ancienne forme. 
Le saint prêtre, voyant ce miracle, va retrouver ses 
compagnons que la stupeur de leur ame tenait tou- 
jours attachés à la terre : « Levez-vous, mes frères, 
« dit-il ; quel est donc le malheur qui peut vous forcer 
« à dormir ainsi lorsque vous devriez veiller? » A 
peine peuvent-ils laisser échapper quelques paroles 
à travers les sanglots qui les suifoquent , et tous dé- 
clarent ignorer comment ce sommeil les a sur})ris. 
« Courage, reprend leur maître*, remarquez avec soin 
« ce temps et cette heure 5 peut-être ce qui vient 
« d'avoir lieu est-il le précurseur de quelque autre 
« événement. » Sans doute, autant que je puis le 
croire, ce miracle désignait un saint pontife revêtu 
d'une des plus honorables dignités de l'Eglise , que le 
chœur des anges transportait dans le royaume des 
cieux. Et en effet, chose vraiment miraculeuse! dans 
le temps où le saint prêtre eut cette vision mourut 
le célèbre Boniface , tandis qu'il s'eiforçait de courber 
au joug de la doctrine du Christ les cœurs de fer des 
Frisons, et de frayer à ce peuple la route du cieL 
Cette nation , hélas ! profondément gangrenée , im- 
mola ce saint homme si capa])le de guérir le mal qui 



I 15 KP,M()l,n LK ÏSOIR. 

la dévorait, et lui ouvrit par cette mort les portes du 
royaume d'en haut. Eu montant au ciel avec deux; 
compagnons de son martyre , il voulut , Vierge sainte, 
visiter ton temple. 

toi dont les cieux admirent tant la haute vertu, 
dont le pouvoir est si grand sur la terre, et qui as ëté 
jugé digne de donner naissance au Sauveur du monde ^ 
toi dont l'autel a si souvent entendu ma respectueuse 
prière, accorde-moi ton secours , quelque faibles que 
soient mes mérites , et mets un terme à mon exil ; et 
si les gloires de ce monde continuent de me fuir et 
de m'être cruelles, souffre, pieuse Vierge, que, sous 
ta conduite , je m'élève jusqu'aux sphères célestes. 

Ermold, exilé , indigent et malheureux, t'offre, Cé- 
sar, cet essai de sa lyre grossière et discordante ; faute 
d'autres dons à te faire, il met ces misérables vers 
aux pieds de ta toute-puissance , et dans sa pauvreté 
il n'a que des chants à te présenter. Puisse le Christ 
qui tient dans sa main les cœurs des rois, les comble 
de sa grâce, tourne comme il lui plaît leurs pensées, 
qui a particulièrement fait fleurir dans le tien toutes 
les vertus , et l'a rempli de la plus éminente piété , 
t'inspirer, illustre monarque, de jeter un œil favo- 
rable sur ma misère , et de prêter une oreille bien- 
veillante à mes supplications ! Peut-être la vérité de 
mes paroles pourra-t-elle te convaincre que j-e suis 
moins coupable que tu ne crois du crime qu'on m'im- 
pute. Ne crois pas cependant que je cherclu' à m'<^x- 
cuser de la faute qui m'a précipité dans un cruel exil ; 
je me contente de demander que cette clémence sans 
bornes qui remet à tant de criminels les châtimens 
qu'ils ont encou\us , daigne se souvenir de l'exil dans 



FAITS ET GESTES DE LOUIS-LE-PIEUX , CH. IV. Il3 

lequel je languis. Et toi, belle Judith, digne épouse 
d'un tel prince , toi qui t'assieds à si juste titre avec 
lui au faîte de FEmpire , accorde ta protection à ma 
disgrâce , console un malheureux froissé par la dou- 
leur ; relève-moi dans ma chute , brise les fers d'un 
coupable, et puisse le Dieu qui tonne du haut des 
cieux, vous conserver tous deux , et vous combler de 
grandeurs, de richesses, d'honneurs et d'amour pen- 
dant de longues années ! 



FIN DU POEME D ERMOLD LE NOIR* 



ANNALES 



DE 



SAINT-BERTIN. 



NOTICE 



SUR 



LES ANNALES DE SAINT-BERTIN. 



Après la mortdeLouis-le-Dëbonnaire, deCharles- 
le- Chauve à Louis v, l'histoire de France est 
encore plus confuse et plus obscure que dans le 
dernier siècle de la race mérovingienne. La vaste 
e'tendue de l'empire de Charlemagne ne fit qu'a- 
grandir le chaos. Le nombre et la mobilité des 
partages qui en furent faits entre ses descendans, 
la fréquente similitude de leurs noms , l'enche- 
vêtrement de leurs États, la nullité de leur pou- 
voir dans la plupart des pays qu'ils étaient censés 
posséder, leurs continuels efforts pour se ravir 
réciproquement des provinces ou des royaumes 
qu'ils occupaient un moment pour les perdre aus- 
sitôt après, les progrès de l'indépendance féodale 
sans que pourtant les fiefs fussent encore des pos- 
sessions stables et bien déterminées, tout concourt 
à détruire , dans cette histoire , toute clarté, toute 
unité; et rien n'est plus difficile que de concevoir 
nettement quelle était alors la situation relative 



I 1 8 NOTICE 

de tant de souverains et de peuples , ou d'en suivre, 
à travers tant d'ëvënemens sans résultat, les in- 
nombrables vicissitudes. 

Les historiens modernes se sont appliques à 
porter quelque lumière dans ces ténèbres, quel- 
que ordre dans cette confusion. Ils en ont extrait 
les faits les plus importans pour les grouper au- 
tour des principaux noms propres et les distribuer 
dans un récit méthodique. Il le fallait bien pour 
faire une histoire qui pût, sans trop de fatigue, 
être comprise et retenue par les lecteurs. Mais 
de là résulte, dans leurs ouvrages, un mensonge 
peut-être inévitable. Les temps qui y sont décrits, 
les événeraens qui y sont racontés s'y présentent 
sous une forme beaucoup trop nette et trop régu- 
lière. Vainement l'écrivain parle du désordre qui 
régnait alors, de la mobilité des possessions, du 
démembrement de la souveraineté, de la nullité 
des princes; ses réflexions nous entretiennent du 
chaos , et il s'est efforcé de le bannir de ses récits ; 
il répète sans cesse que tout était confus , obscur, 
désordonné, et il travaille à tout éclaircir, à tout 
arranger avec quelque régularité; en sorte qu'il 
détruit, pour ainsi dire, d'une main ce qu'il fait 
de l'autre, et que plus il réussit à rendre l'his- 
toire claire et facile à suivre, moins il nous donne 



SUR LES ANNALES DE SAINT-BERTIN. I 19 

une idée juste du temps et de l'ëtat de la société. 
Les historiens contemporains n'ont point res- 
senti cet embarras ni tenté ainsi des efforts con- 
tradictoires ; il leur eût été impossible de saisir 
l'ensemble des événemens qui se passaient sous 
leurs yeux, de les classer selon leur importance, 
de les rattacher à un centre commun et d'en com- 
poser une narration bien ordonnée ; tous moyens 
leur manquaient pour une telle œuvre, et la plu- 
part d'entre eux n'en ont pas même conçu l'idée. 
Le désordre du temps a passé dans leurs écrits ; 
ils nous ont transmis les faits comme ils les avaient 
vus ou recueillis, c'est-à-dire pêle-mêle , s'assu- 
jétissant à peine à un faible lien chronologique , 
interrompant le récit incomplet d'une guerre pour 
parler de la querelle d'un évêque avec son métro- 
politain ou des délibérations d'un concile sur 
quelque point de dogme ou de discipline qu'ils 
indiquent sans l'expliquer, laissant là le concile 
assemblé pour raconter une incursion de cjuelque 
bande de Normands , passant tout à coup des dé- 
sastres des Normands aux négociations des rois , 
des négociations des rois à la révolte de quelque 
duc ou aux débats de quelques comtes, jetant çà 
et là un miracle , une éclipse , l'état de l'atmos- 
phère, les ravages des loups dans les campagnes , 



I20 NOTICE 

ne prenant nul soin de rien ëclaircir, de rien 
arranger, étrangers enfin à tout travail de com- 
position , à toute suite dans le récit , livrant seu- 
lement à leurs lecteurs tous les renseignemens 
qu'ils ont pu recueillir du fond de leur monas- 
tère, et aussi confus, aussi dépourvus d'enchaî- 
nement et de régularité' que l'étaient alors les 
actions des hommes et les affaires du monde. 

Ce n'est point dans de tels ouvrages qu'on peut 
commencer à apprendre l'histoire, car il faut l'y 
chercher laborieusement , l'en exhumer , pour 
ainsi dire, pièce à pièce, remettre chacune à sa 
place, et reconstruire ce passé dont les monumens 
ne nous offrent que des ruines. C'est là ce qu'ont 
fait les historiens modernes, et c'est seulement 
après les avoir lus , après avoir bien démêle' , dans 
leurs livres, la série des principaux faits et la 
situation des principaux acteurs, qu'on peut abor- 
der avec fruit la lecture des historiens contem- 
porains. Mais alors aussi ces derniers sont indis- 
pensables à qui veut vraiment savoir l'histoire ; 
eux seuls font comprendre , par le caractère même 
de leurs écrits, l'état réel de la société ; eux seuls, 
quand la science a fait son œuvre, contraignent 
l'imagination à faire aussi la sienne en se replon- 
geant dans le chaos qu'ils reproduisent fidèle- 



SUR LES ANNALES DE SAINT-BERTIN. 12 1 

ment. Sans les travaux des modernes , peu de 
lecteurs prendraient la peine de rechercher eux- 
mêmes, dans ces récits du temps, les membres 
épars du squelette de l'histoire; sans la lecture 
des contemporains, cette histoire ne serait, pour 
la plupart des lecteurs, qu'un squelette sans vie. 
Des chroniques du neuvième siècle, \es> Annales 
de Saint-Bertin sont peut-être celle à laquelle ceci 
s'applique avec le plus d'exactitude. Elles portent 
ce nom , non qu'un moine de Saint-Bertin les ait 
rédigées, mais parce que le manuscrit en fut 
trouvé dans ce monastère par le père Rosweid , 
jésuite, qui en fit faire une copie puliliée, pour 
la première fois, par Duchesne, dans le tome 5^ de 
sa Collection des Historiens français. Elles ont 
été réimprimées depuis , avec des variantes et 
quelques additions empruntées à d'autres manus- 
crits, dans plusieurs collections analogues, entre 
autres dans celle de Dom Bouquet. Dans leur en- 
semble, elles s'étendent de l'an y4i ^ 1'^"^ 882, 
mais sont composées de diverses parties qui ne sont 
évidemment ni de la même main ni d'une égale 
valeur. La première partie, de l'an 741 à l'an 814? 
est transcrite mot à mot des Annales dites de 
Lioisel ; la seconde, de l'an 814 à l'an 85o, répète 
les Annales d' Eginhard j la troisième, de l'an 



T22 iNOTlCE 

83o à l'an 836, est l'ouvrage d'un anonyme. Ces 
trois parties n'offrent aucun caractère qui indiaue 
qu'elles aient été rédigées par quelque contem- 
porain, et ne contiennent rien d'ailleurs qui ne 
se trouve, avec plus de détails et sous une forme 
plus intéressante , dans d'autres écrits , surtout 
dans ceux que nous avons déjà publiés. Il n'en est 
pas ainsi de la quatrième et de la cinquième par- 
ties; la question de savoir quels en sont les au- 
teurs a donné lieu à de longs débats ; mais , en 
hésitant sur leur nom, on n'a jamais révoqué en 
doute qu'ils appartinssent au siècle même qu'ils 
racontent. Il est maintenant à peu près convenu 
que la quatrième partie, de l'an 836 à l'an 86i , 
est l'ouvrage de saint Prudence, Espagnol d'ori- 
gine , mais venu en France en bas âge , et mort 
évêque de Troyes en 86i. La cinquième, qui va 
de l'an 86i à l'an 882, a été attribuée au célèbre 
Hincmar, archevêque de Rheims; et si elle n'est 
pas toute entière de sa main, on ne peut guère 
douter qu'elle n'ait été rédigée sous ses yeux et ter- 
minée par quelqu'un de ses élèves '. Nul homme, 

' Cette double opinion a été établie , i°. par deux lettres de 
M. Lévcque de La Ravalière , insérées dans le Mercure en i^oô cl 
173g; 2°. par une dissertation de Tabbé Lebcul\, intitulée : Exa- 
meii critique des trois dernières parties des Annales de Sainl- 
Bertin , avec les preuves démonstratives que Prudence de Troyes 



SUR LES ANNALES DE SAINT-BERTIN. l-ï!) 

comme on sait, n'a joiië à cette épocjue , dans 
l'Etat et dans l'Eglise, un rôle plus actif et plus 
important qu'Hincmar. 

Les quatre premières années de ces deux parties 
(de l'an 836 à l'an 840) sont les seules que nous 
ayons omis de traduire; elles ne contiennent que 
la répétition de ce qui se trouve dans les deux 

est auteur de la pénultième partie , et Hincmar de Rheims auteur 
de la dernière ; et insérée dans ses Dissertations sur l'Histoire de 
Paris (1^39), tom. i , pag. 432 — 497- " J^ serais volontiers de 
« cet avis , » dit Dom Bouquet dans sa préface du tome 7 de sa 
Collection des Historiens français , « si je n'étais arrêté par une 
« grande difficulté ; car je ne saurais nie persuader que Prudence 

« qui favorisait Gothescalc (Gottschalk) ait écrit ce qu'on en 

« lit dans les Annales de Saint-Bertin . à l'an 849- Ayant décou- 
« vert ma difficulté à M. l'abbé Lebeuf , et lui ayant objecté que les 
<f injures que l'Annaliste dit à Gothescalc ne pouvaient se concilier 
« avec la protection que lui donnait Prudence , cet habile homme 
« me répondit qu'il soupçonnait que l'original de Prudence était 
« tombé , après sa mort , entre les mains d'Hincmar , et que cet 
« endroit où il est parlé de Gothescalc , et qui avait été écrit autre- 
« ment par Prudence , avait été interpolé par Hincmar et changé 
« de la manière que nous le lisons présentement. Si cela était ainsi , 
« j'embrasserais de tout cœur le sentiment de ce savant abbé , et je 
« donnerais à Prudence cette partie des Annales. Pour ce qui est 
K de la dernière partie , le style de l'auteur , son génie, son éru- 
« dition sur les canons et les lois ecclésiastiques , son animosité 
« contre Prudence et Gothescalc , et toutes les autres choses que 
« détaille M. Tabbé Lebeul , conviennent parfaitement à flincmar. 
« Mais ce qui est rapporté sur la fin de l'an 882 , et qui paraît être 
« du même auteur , ne peut guère convenir à Hincmar qui était 
« près de mourir , s'il ne l'était pas déjà. Ainsi il faut attribuer 
« cette partie à quelqu'un des amis ou des disciples d'Hincmar. » 



124 NOTICE 

J^ies de LéOuis-le-Déhonnaire par Thégan et par 
l'Astronome. Mais , à partir de l'an 840 , les 
Annales de Saint^Bertin sont la chronique con- 
temporaine la plus détaille'e et la plus exacte qui 
nous reste sur le neuvième siècle ; elles devaient 
donc ne'cessairement entrer dans notre Collection. 
Je n'ai rien à ajouter à ce que je viens de dire du 
caractère géne'ral des chroniques de cette époque ; 
celle-ci est confuse comme toutes les autres, d'au- 
tant plus confuse peut-être qu'elle donne plus de 
détails sur certains faits , notamment sur les que- 
relles qui agitèrent alors les Eglises de France. 
La lecture en serait donc quelquefois pénible 
pour quiconque ne connaîtrait pas déjà assez bien 
l'obscure histoire des successeurs de Louis-îe- 
Dèbonnaire ; mais tout lecteur muni de cette ins- 
truction préliminaire trouvera , dans les Annales 
de Saint-Bertin , beaucoup de renseignemens 
curieux, et une fidèle image du déplorable état 
d'un pays constamment en proie aux ravages des 
Normands, au chaos de la féodalité naissante, 
aux guerres de princes incapables et aux débats 
d'évêques ambitieux. 

Nous avons ajouté aux Annales de Saint-Berlin 
un fragment qui s'étend de l'an 882 à l'an goS , 
et termine les Annales de Metz. L'auteur de 



SUR LES ANNALES DE SAINT-BERTIN. 10.5 

cette dernière chronique , qui commence à l'ori- 
gine de la monarchie française, était un moine 
de Saint-Arnoul de Metz, qui vivait encore au 
commencement du dixième siècle. Cette partie 
de son ouvrage est donc le re'cit d'un contempo- 
rain ; elle ne manque pas d'inte'rêt et conduit 
jusqu'à la fin du neuvième siècle l'ouvrage de saint 
Prudence et d'Hincmar ou de son clerc. 

F. G. 



ANNALES 



DE 



SAINT-BERTIN 



[84o.] JLjothaire, ayant appris la mort de son père , 
vint d'Italie dans la Gaule , et , transgresseur des lois 
de nature , orgueilleux du nom d'empereur, s'arma 
en ennemi contre ses deux frères , Louis et Charles , 
et les attaqua par les armes , tantôt l'un , tantôt l'autre. 
Cependant ses succès contre aucun des deux ne ré- 
pondirent point à son insolence , et , après avoir né- 
gocié , il s'éloigna pour un temps de tous deux à cer- 
taines conditions ; mais , dans la perversité de sa con- 
voitise et de sa cruauté , il ne cessa de machiner contre 
eux, soit ouvertement, soit en secret. 

[84i-] Cependant Louis et Charles, l'un au delà, 
l'autre en deçà du Rhin, soumirent ou se concilièrent, 
soit par la force , soit par les menaces , soit par des 
dons , soit à certaines conditions , tous les hommes 
des pays qui leur étaient échus. Lothaire , pendant 
les jours du carême , s'avança contre Louis jusqu'à 
Mayence pour lui livrer combat -, mais celui-ci faisant 
résistance , Lothaire demeura long-temps sans pou- 
voir traverser le fleuve. Cependant, par l'artifice et 
la perfidie d'aucuns du parti de Louis , Lothaire 
ayant passé , Louis se réfugia en Bavière. Un grand 
nombre des gens de Lothaire s'efforça aussi d'em- 



I-îS ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

pêcher Charles de passer la Seine ; mais , par la pru- 
dence des forts et par le courage des prudens , il 
arriva de l'autre côté du fleuve. Charles les mit deux 
ou trois fois en fuite. Lothaire , apprenant la déroute 
des siens et l'arrivée de Charles, repassa le Rhin, et, 
ayant placé des gardes pour s'opposer à Louis, marcha 
contre Charles. Louis, se précipitant sur les troupes 
que Lothaire avait préparées contre lui, en mit une 
grande partie à mort et le reste en fuite 5 puis il se 
hâta de s'avancer au secours de son frère Charles. 

Cependant les pirates danois , venus des rives du 
JXord, firent irruption sur le territoire de Rouen, et, 
promenant partout la fureur du pillage , du, fer et 
des flammes, livrèrent la ville, les moines et le reste 
du peuple au carnage et à la captivité , dévastèrent 
tous les monastères , ainsi que tous les autres lieux 
voisins de la Seine , ou les laissèrent remplis d'effroi, 
après en avoir reçu beaucoup d'argent. 

Charles marcha ensuite , plein d'aflection et de de- 
sir, à la rencontre de son frère Louis qui s'avançait 
vers lui 5 et tous deux , unis dans la charité frater- 
nelle , aussi bien que dans l'enceinte du même camp, 
dans leurs repas et conseils communs , adressèrent à 
leur frère Lothaire de fréquens messages sur le sujet 
de la paix , de la concorde , et du gouvernement gé- 
néral de leurs peuples et de leurs royaumes -, mais lui, 
se jouant sans cesse de leurs envoyés et de ses ser- 
mens , reçut d'Aquitaine Pépin, fds de son frère Pépin, 
mort depuis peu, et fit, au lieu dit Fontenaille, dans 
le pays d'Autun, des préparatifs de guerre pour enle- 
ver à ses deux frères leur portion héréditaire du 
royaume. Ses frères, ne pouvant le ramènera la paix 



ANNALES DE SAlINT-BKRTIN. I 29 

et à runion fraternelle, marchèrent contre lui, et le 
^4 juin , jour du samedi, ils le rencontrèrent au ma- 
tin. Beaucoup tombèrent des deux parts ; beaucoup 
furent mis en déroute , et Lothaire s'enfuit honteu- 
sement vaincu. 

On massacrait de tous côtés les fuyards, lorsque 
Louis et Charles, brûlans de piété, ordonnèrent de 
cesser le carnage; bien plus, par Tintercession du 
clergé , ils s'abstinrent de poursuivre les fuyards loin 
du camp , et il fut donné charge aux évêques que le 
lendemain , jour auquel pour ce faire on campa dans 
le même lieu , ils missent les morts en la sépulture , 
selon qu'ils en trouveraient l'occasion. 

Dans ce combat fut pris George, évêque de Ra- 
venne , envoyé de la part de Grégoire , pontife ro- 
main , à Lothaire et à ses frères en vue de la paix , 
mais que Lothaire avait retenu, sans lui permettre 
d'aller trouver ses frères ; on le renvoya chez lui avec 
honneur. Lothaire , se retirant , arriva à Aix , et là , 
pour pouvoir relever les combats , il s'efforça de se 
concilier les Saxons et les autres peuples voisins de 
ces frontières , permettant à cette fin aux Saxons 
qu'on appelle Stelling \ et dont il se trouve un grand 
nombre parmi cette nation , de choisir entre les di- 
verses lois et les coutumes des anciens Saxons , celle 
c[ui leur plairait le mieux. Toujours enclins au mal , 
ces gens aimèrent mieux se conformer aux rites des 
païens que de tenir les sermens qu'ils avaient prêtés 
à la foi du Christ. A Hérold qui , pour sa cause et 
au préjudice de son père, avait fait avec les autres 
Danois tant de maux aux pays maritimes , Lothaire 

' Voir les Mémoires de Nithanl. 

9 



I^O ANNàLËS DE SIINT-BEKTIN. 

donna pour (;e service A^'alcherenet les lieux voisins, 
forfait digne de toute exécration que de soumettre les 
terres des Chrétiens , les peuples et les églises du 
Christ, à ceux de qui les Chrétiens avaient reçu du mal ; 
en sorte que les persécuteurs de la foi chrétienne 
devinssent les maîtres des Chrétiens , et que les peu- 
ples du Christ servissent les adorateurs du démon. 

Louis soumit à sa domination , partie par terreur, 
partie par bienfaits , la plupart des Saxons , des Aus- 
trasiens, des Thuringiens et des Allemands. Charles, 
après avoir ordonné le pays de l'Aquitaine autant 
que le permit la condition des atlaires , traversa la 
France par le Mans , Paris , Beauvais , et s'en alla au 
pays d'Hasbaigne , s'attachant les peuples par amour 
plus que par crainte. Comme Lothaire , après avoir 
passé le fleuve du Rhin , méditait d'attaquer Louis 
par les armes , déçu dans ses projets , il se tourna 
soudainement contre Charles , pensant le vaincre 
facilement lorsqu'il l'attaquerait séparé et éloigné de 
son frère Louis. Charles, revenu à Paris, passa le 
fleuve de la Seine, et s'opposa long-temps aux entre- 
prises de Lothaire. Lothaire, empressé de passer le 
fleuve , remonta plus haut , et pénétra par le Hure- 
poix dans le pavs de Sens , d'où , sans combat , il ar- 
riva au Mans , livrant tout au pillage , à l'incendie , 
aux outrages , aux sacrilèges , forçant partout au ser- 
ment , sans arrêter même sa fureur sur le seuil des 
sanctuaires -, car il n'hésita pas à enlever tout ce qu'il 
put trouver des richesses qu'on avait déposées , pour 
les sauver, dans les églises ou dans leurs trésors, 
sous le serment des prêtres et des autres ordres de 
clercs -, il força même au serment les saintes nonnes 



A^'^'AL^.s de sai^t-bertin. t3i 

f 

vouées au service de Dieu. Charles, après avoir passé 
un loug temps à Paris , alla claus la ville de Châlons 
célébrer la fête de la Nativité du Seigneur. 

[842.] De là il se rendit à Troyes, et, passant par 
le pays d'Axois ' et la ville de Toul , il traversa les 
défilés des Vosges , et rejoignit son frère Louis dans 
la ville de Strasbourg. Lothaire , sans avoir rien fait 
pour lui ni pour les siens , après avoir ravagé les par- 
ties inférieures de la Gaule , repassa vers Paris le 
fleuve de la Seine, et retourna à Aix \ 11 lui fâcha 
très-fort d'apprendre la jonction de ses frères. Charles 
et Louis , pour s'attacher fermement l'un à l'autre les 
peuples soumis à chacun d'eux, se lièrent mutuelle- 
ment par un serment ; leurs fidèles et leurs peuples se 
lièrent de même à tous deux par des sermens, en telle 
sorte cpie si l'un des deux frères machinait contre 
l'autre quelque dessein sinistre, tous abandonneraient 
l'auteur de la rupture, et tourneraient à celui C|ui 
aurait gardé l'amitié et fraternité. 

Ces choses accomplies, ils envoyèrent vers Lothaire 
pour qu'il fit la paix 5 mais il ne voulut ni voir ni en- 
tendre leurs envoyés , et se prépara lui et les siens à 
marcher en armes contre ses frères. Lothaire , au pa- 
lais de Sentzich construit à près de huit milles du 
fleuve de la Moselle, empêchant le passage du fleuve 
par les gardes qu'il avait disposés sur les bords, Louis 
avec ses vaisseaux , Charles avec sa cavalerie, par- 
vinrent à Coblentz , et là , comme ils commençaient 
bravement à passer la Moselle, tous les gardes mis 
par Lothaire s'enfuirent au plus vite. Lothaire , épou- 

' Entre Troyes et B;ir-sm-Aiihe. 
' Aix-In-Chapclle. 

g. 



l32 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

vanlé de l'arrivée inopinée de ses frères , s'enfuit , 
ayant enlevé du palais d'Aix tant les trésors de Sainte- 
Marie que le trésor royal. Il fit mettre en pièces un 
plat d'argent d'une grandeur et d'une beauté merveil- 
leuses , où brillaient ciselés toute la figure de la terre, 
l'aspect des astres et les principales constellations sé- 
parées par des espaces égaux. 11 en distribua les par- 
ties aux siens , lesquels , bien qu'il les soudoyât d'un 
pareil salaire , l'abandonnaient en foule par compa- 
gnies 5 et, s'enfuyant par Châlons, après avoir célébré 
à Troyes la solennité de Pâques , il prit le chemin de 
Lyon. Louis célébra cette fête à Cologne , et Charles 
dans le palais de HerstaU , et , cessant pour un temps 
de poursuivre leur frère , ils recueillirent tous les 
hommes de ces pays qui venaient se réfugier autour 
d'eux. En ayant amassé un grand nombre , ils com- 
mencèrent à marcher après lui à petits pas -, car Lo- 
thaire, bien qu'à contre-cœur, se travaillant pour 
obtenir de nouer avec ses frères un lien do paix, leur 
envoya des messagers auxquels il avait beaucoup de 
confiance. On choisit pour cette négociation le voisi- 
nage de la ville de Mâcon ^ on s'en approcha de l'un 
et de l'autre côté, et, les deux camps étant séparés par 
la Saône , les deux partis vinrent et se réunirent en un 
commun colloque dans une certaine île du fleuve. On 
s'y demanda et on s'y accorda mutuellement pardon 
des choses faites par le passé 5 ils se jurèrent les uns 
les autres paix et fraternité véritable , et arrêtèrent 
de faire un partage exact et égal de tout le royaume au 
commencement d'octobre , dans la ville appelée Metz. 
En ce temps une flotte des Normands se rua tout 
à coup au point du our dans le pays d'Amiens, pil- 



A]N^ALES DE SAIINT-BERTIN. I 33 

lant, mettant en captivité, ou tuant les personnes 
des deux sexes , en sorte qu'ils ne laissèrent rien que 
les édifices rachetés à prix d'argent. Aussi les pi- 
rates Maures , apportés par le Rhône près de la ville 
d'Arles, ravagèrent impunément de côté et d'autre 
et s'en retournèrent leurs vaisseaux chargés de dé- 
pouilles. 

Charles passa de Mâcon en Aquitaine, et, l'ayanL 
parcourue , ne manqua point de se rendre au temps et 
lieu de l'assemblée dont on a parlé. Lothaire reçut à 
Trêves des envoyés des Grecs , et les ayant congédiés, 
il résida durant le temps de cette assemblée dans le 
palais qu'on nomme Thionvillc. 

Louis ayant parcouru toute la Saxe, dompta tel- 
lement par terreur tous ceux qui avaient jusqu'alors 
résisté à lui et aux siens , que s'étant rendu maître 
de ceux qui avaient commis une telle impiété que d'a- 
bandonner la foi chrétienne et résisté si fort à lui et à 
ses fidèles , il en condamna cent quarante à avoir la 
tête tranchée, quatorze furent suspendus au gibet , 
une quantité innombrable furent rendus incapables 
par l'amputation de quelques membres , et il n'en 
resta aucun en état de révolte. 

Cependant les Bénéventins, se querellant les uns les 
autres , invitèrent les Sarrasins d'Afrique qui, d'abord 
auxiliaires, mais tournés ensuite en violens oppres- 
seurs, s'emparèrent par la force de plusieurs de leurs 
villes. 

Charles s'étant rendu au mois d'octobre à la vilh^ 
de Worms, s'y réunit à son frère Louis. Ils y demeu- 
rèrent long-temps-, des messagers passèrent et repas- 
sèrent alternalivement entre eux et leur frère Lo- 



l34 ANNALES DK SAINT-BERÏIN. 

thaire ^ et ayant long-temps discuté le partage du 
royaume, on convint de choisir dans tous leurs Etats 
trois cents délégués chargés de décrire avec soin tout 
le royaume pour que, d'après leur description, les 
trois frh'es en fissent entre eux le partage égal et 
irrévocable. Ce choix fait , Louis retourna en Ger- 
manie et Lolhaire demeura dans les parties moyennes 
du royaume des Francs. Charles venant au palais de 
Quierzy , y prit pour femme Hermentrude , nièce du 
comte Adalhard , et se rendit à la ville du \ erman- 
dois, bâtie en mémoire de saint Quentin martyr, pour 
y célébrer la fête de la nativité et de l'avènement 
de Notre-Sèigneur. Il y eut en ce temps un tremble- 
ment de terre dans les Gaules inférieures. 

[843. J Lothaire et Louis vivaient en paix, chacun dans 
les confins de son royaume. Cliarles parcourut l'Aqui- 
taine ^ tandis qu'il y était établi, le breton Noménoé et 
Lambert ', qui lui avaient récemment retiré leur foi, 
tuèrentRenaud duc de Nantes et firent plusieurs prison- 
niers. De là s'élevèrent sans interruption tant et de si 
grandsmaux quedes brigands ravageant toutde côté et 
d autre en beaucoup de lieux de la Gaule , des honnnes 
furent forcés de mêler de la terre avec un peu de fa- 
rine pour s'en faire du pain et le manger. Un très- 
exécrable et déplorable fait , c'est qu'aux chevaux des 
ravisseurs abondait la pâture, tandis qu'aux hommes 
manquaient même ces morceaux de pain mêlés de 
terre. 

Des pirates Normands arrivés dans la ville de Nantes, 
après avoir tué Tévêque cl beaucoup de clercs et de 

' Comte di: Nanlrs siiiis Loais-li'-De'biniiiairo, ot ijni a^ait pasisc aux 
Kielons. 



ANNALKS DE SAIîNT-BHBTliN. l35 

laïcs sans distinction (ie sexe et avoir pillé la ville , al- 
lèrent dévaster les parties inférieures de l'Ac^uitaine ; 
enfin arrivés dans une certaine île , ayant fait venir 
de la terre , ils firent des maisons pour hiverner, et s'y 
établirent comme en une perpétuelle demeure. 

Charles alla trouver ses frères, et ils se réunirent 
à Verdun, où, le partage fait, Louis reçut pour sa por- 
tion tout ce qui est au-delà du Khin, et en deçà du 
Rhin Spire, Worms , Mayence et leur territoire-, Lo- 
ihaire, ce qui est entre TEscaut et le Rhin jusqu'à la 
mer, et de l'autre côté le Cambresis, le Hainaut et 
les comtés qui les avoisinent en deçà de la Meuse 
jusqu'au confluent de la Saône , du Rhône , et le long 
du Rhône jusqu'à la mer , ainsi que les comtés con- 
tinus ; Charles eut tout le reste jusqu'à l'Espagne. 
Après s'être fait serment, ils se séparèrent. 

En ce temps les Bénéventins , d'accord entre eux , 
chassèrentavec l'aide de DieulesSarrasins deleur pavs, 

[844-j Hiver très-mou jusqu'au commencement de 
février, varié par quelques intervalles de beau temps. 
Bernard comte de la Marche d'Espagne , qui méditait 
depuis long-temps de grands projets et aspirait au pins 
haut rang, fut déclaré , du jugement des Francs , cou- 
pable de lèze majesté , et subit en Aquitaine par l'ordre 
de Charles la sentence capitale. Grégoire pontife de 
l'Eglise romaine mourut , et Serge fut mis en sa place 
dans ce même siège. Après sa consécration à la cliaire 
apostolique, Lothaire envoya à Rome son fds Louis 
avec Drogon, évêque de Met/., ])our régler qu'à l'a- 
venir, à la mort de l'apostolique ' , aucun autre ne 

■ C'est le nom ffiu- flotireiit an p:ij)i' ia plupart des c'irnnicjncs latines 
(le ce temps. Nous le lui conserverons tians Oi-iie-ci. 



l36 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

fût consacré sans ses ordres et la présence de ses en- 
voyés 5 ils furent reçus à Rome avec beaucoup d'hon- 
neur, et , cette affaire terminée, le pontife romain 
donna à Louis l'onction qui le consacra roi et le décora 
du diadème. Il nomma l'évêque Drogon son vicaire 
dans les Gaules et la Germanie. Siginulphe, duc de 
Bénévent , se mettant avec tous les siens sous la puis- 
sance de Lolhaire, se fit redevable envers lui d'un 
tribut de cinq mille pièces d'or -, ce qu'apprenant ceux 
des Bénéventins qui tenaient auparavant un autre 
parti, ils se réunirent à Siginulphe et s'efforcèrent de 
chasser hors de leurs frontières le reste des Sar- 
rasins. 

Lambert avec les Bretons attaqua et tua au pont de 
la Mayenne quelques-uns des marquis de Charles. 
Pépin, fils du feu roi Pépin, attaqua dans le pays d'An- 
gouléme une armée de Francs allant trouver Charles, 
lequel assiégeait la ville de Toulouse ; il la défit si 
promptement et sans perdre aucun des siens , que les 
premiers ayant été tués , et les autres prenant la fuite 
avant même d'avoir commencé à combattre, il s'en 
échappa à peine un petit nombre; il prit les autres , 
ou, après les avoir dépouillés et obligés au serment, 
il leur permit de retourner chez eux. Dans cette atta- 
que imprévue, furent tués Hugues prêtre et abbé, fils 
du défunt empereur Charlcmagne , frère de Louis pa- 
reillement empereur , et oncle des rois Lothaire , 
Louis et Charles ; Richebot abbé et cousin des rois , 
c'est à savoir petit-fils de l'empereur Charles par une 
de ses filles, ainsi que les comtes Eckard et Ravan 
et plusieurs autres : furent pris Ebroïn évêque de Poi- 
tiers , Ragenaire évêque d'Amiens , l'abbé Loup et les 



ANINALES DE SAIINT-BERTIN. 1 37 

deux fiJs du comte Eckard , ainsi que les comtes 
Lockliard, Guntard etRichwin, et aussi Engilwin et un 
grand nombre de nobles. 

En ce temps le Breton Noménoé , dépassant inso- 
lemment les confins qui lui avaient été assignés à lui 
et à ses prédécesseurs , vint jusqu'au Mans , dépeu- 
plant le pays en long et en large , mettant aussi le feu 
dans beaucoup d'endroits ^ mais là ayant appris que 
les Normands avaient fait irruption en dedans de ses 
frontières, il fut forcé de revenir. 

Le roi Louis , entré dans les terres des peuples Ger- 
mains et Esclavons, en reçut quelques-uns sous sa 
domination, en tua quelques autres , et, par force ou 
par douceur , se soumit presque tous les petits rois 
de ces pays-là. Les Normands, ayant assailli par les 
armes file de Bretagne en la partie surtout qu'habitent 
les Anglo-Saxons, et demeurés trois jours vainqueurs 
dans les combats , allèrent de côté et d'autre pillant, 
volant , tuant et usant du pays à leur plaisir. Cepen- 
dant les trois frères, c'est-à-dire Lothaire , Louis et 
Charles, après de nombreux messages, passant alter- 
nativement de l'un à l'autre avec une amitié frater- 
nelle , se réunirent au mois d'octobre à Thionville -, 
et ensuite de quelques jours passés en conférences 
amicales et intimes , ils se confirmèrent la promesse 
de ne point manquer, dans le temps à venir, à la frater- 
nité et charité , d'avoir en méfiance et en exécration 
tous les semeurs de discorde , et de rétablir dans leur 
intégrité les biens des églises hideusement dilapidés 
en raison des pressantes nécessités des temps et gé- 
néralement donnés à des personnes incongrues, c'est- 
à-dire à des laïcs. Ils décidèrent d'envoyer en com- 



l38 ANNAI.es de SAINT-BERTIN. 

muiides messagers à Pépin , à Lambert et à Noménoé , 
afin que ceux-ci, faisant la paix, ne différassent pas de 
venir trouver leur frère Charles pour se conduire à 
l'avenir comme des fidèles obéissans • autrement ils 
leur annoncèrent qu'en temps opporlun ils marche- 
raient à eux réunis en un puissant corps d'armée pour 
prendre vengeance de leurs infidélités. 

Les Normands s'étant avancés par la Garonne jus- 
qu'à Toulouse , pillèrent impunément le pays de tous 
côtés; quelques-uns, après l'avoir quitté, entrèrent 
dans la Galice et périrent, une partie par les arbalé- 
triers venus à leur rencontre, une partie surpris en 
mer par la tempête ; mais quelques-uns d'entre eux 
pénétrant plus loin en Espagne , eurent de longs et 
rudes combats contre les Sarrasins : vaincus cependant 
ils se retirèrent. 

[845.] Hiver très-rude. Les Normands, avec cent 
vaisseaux , entrèrent le 20 du mois de mars dans la 
Seine , et ravageant tout de côté et d'autre, arrivèrent 
sans résistance à Paris. Charles fit dessein d'aller à 
leur rencontre; mais prévoyant qu'en aucune façon 
les siens ne pourraient remporter l'avantage , il pactisa 
aucunement avec eux, et, par un don de sept mille 
livres, il les empêcha d'avancer et leur persuada de 
s'en retourner. 

Le comte Fulrad et plusieurs autres gouverneurs 
des provinces de Lothaire se séparèrent de lui et s'em- 
parèrent pour eux-mêmes de toutes leurs provinces. 
Eurich , roi des Normands, s'avança contre Louis en 
Allemagne avec six cents vaisseaux le long du fleuve 
de l'Elbe. Les Saxons vinrent à leur rencontre , leur 
livrèrent combat, et, par l'aide de Notre-Seigneur 



ANNATA-:S OK SAINT-FERT! N. 1 3() 

Jésus-Christ, se rendirent vainqueurs; en se retirant, 
les Normands attaquèrent et prirent une ville des 
Esclavons. 

Une grande disette consuma les pays intérieurs de 
la Gaule, au point que s'accroissant elle dévora ])eau- 
coup de milliers d'hommes. Charles étant venu à 
Fleury, lieu auquel se trouve situé le monastère de 
Saint-Benoît , à douze lieues de la ville d'Orléans , y 
reçut à foi et serment Pépin, fds de Pépin, lequel 
promit de lui demeurer fidèle à l'avenir tout ainsi qu'un 
neveu à son oncle , et, en tous ses besoins, lui prêter 
secours selon ses forces. Charles lui octroya la domi- 
nation de toute l'Aquitaine, sauf Poitiers, Saintes 
et Angouléme ; en sorte que tous les Aquitains qui 
jusqu'alors avaient tenu le parti de Charles commen- 
cèrent à s'attacher à Pépin. 

Les anciennes querelles des Bénéventins et des Sar- 
rasins se renouvelèrent, et ils retombèrent dans leurs 
discords. Les Normands redescendirent le cours de la 
Seine , et , retournant à la mer , pillèrent , dévastèrent 
et livrèrent aux flammes tous les pays de la côte. Mais 
quoiqu'en sa justice la bonté divine, grandement of- 
fensée de nos péchés, eût écrasé de tant de maux les 
terres et royaumes des Chrétiens, cependant, afin 
de ne donner lieu que les païens calomniassent plus 
long -temps impunément d'imprévoyance et d'im- 
puissance le Seigneur tout - puissant et prévoyant, 
lorsqu'après avoir pillé et brûlé un monastère du nom 
de Saint-Bertin, ils s'en retournaient à leurs vaisseaux 
chargés de dépouilles, tellement furent-ils frappés de 
la justice divine ou aveuglés de ténèbres et de folie , 
qu'il ne s'en échappa qu'un petit nombre pour an- 



t4o ANKALES DE SAINT-BERTIN. 

noncer aux autres les voies du Dieu tout-puissaut ; 
d'où Ton rapporte que l'ame de leur roi Eurich fut 
chaugëe , et il adressa à Louis , roi des Germains , des 
ambassadeurs touchant la paix, prêt à délivrer ses 
captifs et lui restituer , en tant qu'il le pourrait , ses 
trésors. 

Lothaire , entré dans la Provence , la remit presque 
toute entière sous sa puissance. Les Danois qui, rannée 
précédente , avaient dévasté l'Aquitaine , revinrent 
assaillir les gens de Saintes , et , combattus par eux , 
les surmontèrent et s'établirent tranquillement en ce 
lieu. Charles marcha imprudemment des Gaules dans 
la Bretagne avec peu de monde , et, par l'adversité de 
fortune , vit toutes choses manquant aux siens , re- 
tourna en hâte au Mans , refit son armée , et se prépara 
à recommencer son attaque. 

[846.] Les pirates danois viennent dans la Frise , y 
lèvent à leur gré des contributions, et, vainqueurs 
dans les combats , demeurent maîtres de presque 
toute la province. Durant tout le cours de l'hiver , et 
presque jusqu'au commencement du mois de mai, un 
vent d'aquilon frappa cruellement les vignes et Jcs 
moissons ; des loups firent une incursion dans Jes par- 
ties inférieures de la Gaule et dévorèrent audacieu- 
sement les hommes; dans l'Aquitaine, assemblés 
en corps d'armée jusqu'au nombre de trois cents e1 
marchant en troupe , ils combattaient , dit-on , vail- 
lamment et de commun accord ceux qui voulaient 
leur résister. 

Charles, au mois de juin, tnit. contre la coutume, 
dans la ville de Saint-Kemi, du nom d'Epernay , une 
assemblée générale de son peuple, en laquelle pc- 



ANNALES DE SAINT-BERTJN. l/jl 

sèrent si lëgèrement les salutaires admonitions des 
évêques de son royaume touchant les ailaires de l'é- 
glise, qu'à peine lisons-nous que, depuis les temps des 
Chrétiens , on ait jamais à ce point mis de côté le res- 
pect de la dignité pontificale. En ces jours-là un cer- 
tain esclave qu'on trouva s'accouplant avec une cavale 
fut, par le jugement des Francs, condamné à être 
brûlé vif. De là Charles marchant avec une armée 
contre le pays de Bretagne , la paix fut traitée entre 
lui et Noménoé, duc des Bretons, avec des sermens 
de part et d'autre. Au mois de mai de cette année , par 
l'abondance des pluies, une telle inondation se ré- 
pandit dans la cité d'Auxerre que l'eau pénétrant en 
l'intérieur des murailles emporta dans l'Yonne des 
tonneaux remplis de vin-, et, ce qu'il y eut de plus 
merveilleux, une vigne avec sa pièce de terre, les ceps, 
les sarmens, les arbres et tout, fut charriée par la rivière 
d'Yonne sans se briser en aucune manière , et replacée 
toute entière, ainsi qu'elle était, dans un autre champ, 
comme si elle y eût été naturellement. 

Au mois d'août les Sarrasins et les Maures , arrivés 
à Rome par le Tibre, dévastèrent la basilique de 
Saint-Pierre , prince des apôtres , et emportèrent, avec 
l'autel placé sur la tombe du prince des apôtres , tous 
les ornemens et les trésors, puis allèrent occuper un 
mont fortifié à cent milles de la ville. Déjà quelques 
hommes de Lothaire avaient commencé sans scrupule 
à s'emparer de ces trésors; une partie de cette armée, 
allant à l'église du bienheureux apôtre Paul , fut vain- 
cue par les gens de la Campanie et tout-à-fait dé- 
truite. 

Louis, roi des Germains, marcha contre les Escla- 



l/|9, AN>'ALES DE SAINT-BKRTIN. 

VOUS-, mais accablé tant par les discordes intestines 
des siens que par la victoire des ennemis , il fut obligé 
de revenir. Louis, roi d'Italie , fils de Lothaire, com- 
battit les Sarrasins, et, vaincu, parvint à peine à re- 
gagner Rome. 

[847.] Des envoyés d'Abdirhaman , roi des Sarra- 
sins , vinrent à Charles , de Cordoue en Espagne , pour 
lui demander de confirmer leur paix et alliance 5 il les 
reçut et congédia honorablement dans la ville de 
Rheims. Bodon qui, depuis quelques années, renon- 
çant à la vérité du christianisme, s'était abandonné à 
l'infidélité des Juifs , crût en telle iniquité qu'il s'ef- 
força d'exciter les cœurs des Sarrasins, tant peuples 
que rois , contre tous les Chrétiens qui habitaient 
l'Espagne , à telles fins que , délaissant la religion chré- 
tienne , ils se convertissent aux croyances folles et 
insensées des Juifs ou des Sarrasins, ou qu'on les fît 
tous mourir sans y manquer. Sur quoi il arriva au roi 
Charles, et dans son royaume à tous les évéques, 
une requête lamentable de tous les Chrétiens de ce 
royaume pour leur demander d'obtenir dudit apostat 
qu'il cessât de tourmenter les Chrétiens habilant ce 
pays et de les faire mourir. 

Les Danois viennent dans les parties inférieures de 
la Gaule habitées par les Bretons, et l'emportent trois 
fois sur eux dans les combats. Noménoé vaincu fuit 
avec les siens, puis, par des présens qu'il leur en- 
voie, il écarte les Danois de son pays. 

Le o.'j janvier meurt Serge, pontife de Rome, et 
Léon est élu à sa place ' . Les Sarrasins , chargés de 
l'amas des trésors qu'ils avaient emportés de la basi- 

■ Lt'on IV , pape tlo Tan 8J7 h l\Tti 855. 



A.NISALES DE SAIÎ^T-BKRTiN. 1^3 

liqiie de l'apôtre saint Pierre, s'étaient efforcés de 
regagner leurs navires ; mais tandis que , voguant sur 
les eaux, ils insultaient d'une langue empoisonnée 
Dieu, Notre-Seigneur Jésus-Clirist et ses apôtres, voilà 
que tout à coup s'élève un inévitable tourbillon 5 les 
bâtimens se frappent l'un contre l'autre , et tous pé- 
rissent. On trouva, dans les vêtemens des morts rejetés 
sur le rivage de la mer, quelques-uns de ces trésors 
qui furent rapportés à l'église du bienheureux apôtre 
saint Pierre. 

Les Scotes ', attaqués pendant plusieurs années par 
les Normands, furent faits tributaires. Les Normands 
s'emparèrent sans résistance des îles situées dans les 
environs et s'y établirent. Lothaire , Louis et Charles 
envoyèrent à Eurich , roi des Danois, des ambassa- 
deurs, lui faisant savoir qu'il devait empêcher les 
siens d'infester les pays chrétiens , ou autrement ne 
faire aucun doute qu'ils iraient l'attaquer par les 
armes. En ce temps les Maures et les Sarrasins s'em- 
parèrent de Bénévent, et ravagèrent le pays jusqu'aux 
confins du territoire de Rome. Les Danois se jetèrent 
sur les côtes de l'Aquitaine et les dévastèrent 5 ils at- 
taquèrent long-temps la ville de Bordeaux. D'autres 
Danois s'emparèrent du port appelé Duersted et de 
l'île des Bataves. L'armée de Louis , roi des Germains, 
eut la fortune si prospère contre les E^plavons qu'il 
recouvra ce qu'il avait perdu l'année précédente. 

[848.] Les Esclavons entrent en armes dans le 
royaume de Louis , mais par le nom du Christ ils en 
sont vaincus. Charles vient à la rencontre des Nor- 
mands qui attaquaient Bordeaux et remporte vaillam- 

' Les Ecossais et anssi les habilans du nord de l'Angleterre. 



l44 ANNALES DE SAINT-BEETIN. 

ment sur eux la victoire. L'armée de Lothaire combat 
les Sarrasins qui s'étaient emparés de Bénévent , et 
demeure victorieuse. Les Danois, par la trahison des 
juifs d'Aquitaine , prennent la ville de Bordeaux , la 
dévastent et la brûlent. Les Aquitains, forcés par la 
mollesse et l'inertie de Pépin , s'adressent à Charles , 
et presque tous les plus nobles du pays réunis dans 
la ville d'Orléans avec les évéques et les abbés le 
choisissent pour roi. 11 est oint du saint chrême et so- 
lennellement consacré par la bénédiction épiscopale. 
Des pirates grecs dévastent sans résistance la ville 
de Marseille en Provence , et se retirent impunément. 
Les Normands dépeuplent le bourg de Melle ' et le 
livrent aux flammes. Les Scotes s'étant rués sur les 
Normands, et par le secours de Notre-Seigneur Jé- 
sus-Christ en demeurant vainqueurs , les repoussent 
de leurs frontières -, après quoi le roi des Scotes en- 
voie à Charles des ambassadeurs avec des présens 
pour lui demander paix et amitié , et le passage pour 
aller à Rome. Guillaume , fils de Bernard , s'empare 
plus par ruse que par force d'Ampurias et de Bar- 
celone. 

[849.] Lothaire et Charles, usant d'un meilleur con- 
seil, retournent à la paix et concorde fraternelle. 
Dans la Gaule, durant la nuit qui suivit le 17 février, 
tandis que 4es clercs adressaient au Seigneur les 
prières de la nuit, il se fit un grand tremblement de 
terre ^ cependant aucun édifice ne fut renversé. 

Un certain Gaulois, nommé Goltschalk , prêtre et 
moine du monastère d'Orbais dans la paroisse de Sois- 

■ Aujourd'hui chet-licu d'anoiicUsscmcnt dans le dcpaitomcnt des 
Dcux-'Scvres. 



ANWALES de SAINT-ÉERTIN. l45 

sons, enflé de sa science et adonné à de certaines 
superstitions , était allé en Italie sous couleur de re- 
ligion. Honteusement chassé, il vint en Dalmatie , en 
Pannonie , dans leNorique, soutenant, sous le nom 
de prédestination , par des discours et écrits empoi- 
sonnés, certaines choses entièrement contraires au 
salut ^ confondu et convaincu dans le concile des 
évoques en présence de Louis , roi des Germains , il 
fut forcé de retourner dans le diocèse de sa ville mé- 
tropolitaine , Rheims , gouvernée par le vénérable 
Hincmar, pour y recevoir le châtiment dû à son infi- 
délité '. Charles, très-exact observateur de la reli- 
gion, ayant convoqué l'assemblée des saints évêques 
desdits diocèses, ordonna qu il fût amené en leur pré- 
sence, et, y ayant été conduit, il fut publiquement 
flagellé et forcé de jeter au feu les livres de ses 
doctrines. 

Louis et Charles, réunis dans la charité fraternelle , 
parurent tellement enchaînés des liens de l'amour du 
sang, que, s'embrassant publiquement, ils recom- 
mandèrent mutuellement leurs femmes et leurs enfans 
à celui des deux qui survivrait à l'autre. 

Charles marche en Aquitaine. Le Breton Noménoé 
avec sa perfidie accoutumée s'empare d'Angers et des 
pays circonvoisins. Les Normands brûlent et dévastent 
Périgueux , cité de l'Aquitaine , et retournent impuné- 
ment à leurs navires. Les Maures et les Sarrasins pillent 
en Italie la ville de Luna , et ravagent sans résistance 
toutes les côtes de la mer jusqu'à la Provence. Charles, 

' (hiatemis illic dignum suœ perfidiœ Ici manquent, selon toute 

apparence , des mots que Ton a dû suppléer pour compléter le sens de 
)a phrase. 

'io 



l46 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

fils de Pepiii , après avoir quitté Lothaire , errant en 
Aquitaine pour lâcher d'y rejoindre son frère Pépin, est 
pris par les fidèles du roi Charles et conduit en sa 
présence. Sa perfidie envers son oncle et son père 
spirituel lui avait mérité la peine capitale, mais, par 
clémence , la vie lui fut conservée 5 en sorte qu'au 
mois de juin, en une assemblée tenue à Chartres par 
le roi Charles , après les solennités de la messe , il 
monta dans la chaire de Féglise et apprit à tous de sa 
propre bouche que , poussé par l'amour du divin ser- 
vage et sans y être forcé par personne , il voulait se 
faire clerc. Il fut donc béni par les évoques là présens, 
et reçut la tonsure cléricale. 

Louis , roi des Germains , attaqué de maladie , en- 
voya son armée contre les Esclavons 5 honteusement 
défaite , elle éprouva en périssant et en fuyant com- 
bien était dommageable pour elle l'absence de son 
chef. Charles entra en Aquitaine, et, favorisé du 
Christ, se soumit presque tous les peuples par les 
voies de la conciliation. Il ordonna aussi selon son 
plaisir de la Marche d'Espagne. Le Breton Noménoé 
se répandit en armes hors de son pays avec son inso- 
lence accoutumée. 

[85o] Guillaume, fils de Bernard, prend par tra- 
hison dans la Marche d'Espagne les comtes Aledran 
et Isambard , mais il est pris lui-même en trahison et 
tué à Barcelonnc. Les Maures dévastent tout sans ré- 
sistance jusqu'à Arles, mais en s'en retournant ils pé- 
rissent repoussés par les vents contraires. 

Lothaire envoie à Rome son fils Louis qui est reçu 
honorablement par le pape Léon et sacré empereur. 
Euricli , roi des Normands , est attaqué par deux de 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l^j 

ses neveux qui lui livrent combat. Il fait la paix avec 
eux en leur donnant une part de son royaume, et 
Roric , neveu d'Hérold , qui avait dernièrement quitté 
le parti de Lothaire , prenant avec lui une armée de 
Normands , vient par le Rhin et le Walial , avec une 
multitude de navires , dévaster la Frise , l'île des Ba- 
taves et les autres lieux voisins. Lothaire ne pouvant 
les vaincre les reçoit à serment, et leur donne Duers- 
ted et d'autres comtés. D'autres Normands viennent ; 
ceux-ci dévastent Térouanne et d'autres pays mari- 
times ; ceux-là vont dans l'île Bretonne attaquer les 
Angles qui en demeurent vainqueurs par le secours 
de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 

[85i] Meurt le Breton Noménoé. Lothaire, Louis et 
Charles se rassemblent au palais de Mersen, où , après 
être demeurés fraternellement un petit nombre de 
jours, ils arrêtent, de l'avis et du consentement de 
leurs grands, et confirment en y apposant le mono- 
gramme de leur nom , les conventions suivantes : 

Art. I . « Soit mutuellement pardonné entre nous , 
à tous ceux qui les ont commis, tout ce qui s'est fait 
par le passé de maux , d'hostilités , d'usurpations , de 
machinations ennemies ou autres actions nuisibles 5 
qu'ils soient entièrement effacés de nos cœurs, ainsi 
que toute malveillance et ressentiment , afin que , de 
ce moment, il ne demeure à l'avenir aucun souvenir 
de vengeance pour ces maux, hostilités ou atfronts. » 

Art. 2. « Qu'à compter de ce moment il existe entre 
nous, avec l'aide de Dieu, une telle bienveillance 
d'affection , de charité véritable , conservées d'un 
cœur pur', d'une conscience droite, d'une foi sans 
feintise, tromperie ou dissimulation, qu'aucun de 

10. 



t48 ATSKALES de SAlTs'T-BERTIN. 

nous ne convoite le royaume de l'un des autres ou ses 
fidèles , ou ce qui fait la sûreté , la prospérité et fhon- 
neur de son réunie , ni ne l'attaque par de mauvais 
conseils, ni ne consente à écouter les mensonges et 
les calomnies composées à plaisir par de secrets dé- 
lateurs. » 

Art. 3. « Chacun de nous aidera l'autre lorsqu'il 
sera nécessaire, et autant cju'ille pourra , de ses secours 
et de ses conseils , soit par lui-même ou par son fds , 
ou par ses fidèles , afin qu'il puisse dûment posséder 
son royaume, ses fidèles, la prospérité et la dignité 
royale, el que cjiacun d'eux fasse voir véritablement 
que le malheur de son frère , si malheur lui arrive, lui 
cause une tristesse fraternelle, et qu'il se réjouisse de 
sa prospérité j et avons arrêté de vivre , à compter de 
ce présent moment, en une telle foi les uns avec les 
autres que , si quelqu un de nous meurt , ceux de ses 
frères qui lui survivront la conserveront à ses enfans. » 

Art. 4- " Et comme la paix et la tranquillité des 
royaumes a coutume d'être troublée par des hommes 
qui errent de côté et d'autre sans rien respecter, nous 
voulons que, lorsque quelqu'un de cette sorte vien- 
dra à nous cherchant à se dispenser de faire raison 
et répondre en justice de ce qu'il a commis, aucun 
de nous ne le reçoive ni le retienne , si ce n'est pour 
l'engager à faire dûment raison et amende de ses 
actions; et s'il échappe à la justice qui lui est due , 
chacun de nous, lorsqu'il viendra dans son royaume, 
le poursuivra jusqu'à ce qu'il ait été obligé à faire ré- 
paration ou disparaisse du royaume. » 

Art. 5. « La même chose doit avoir lieu lorsque quel- 
qu'un aura été repris d'un évêque pour quelque crime 



ANNALES DE SAINT-BERÏJN. l4() 

capital et public , ou (jiie sous le poids d'une excom- 
munication il changera de royaume et de domination, 
afin de ne pas subir la pénitence qui lui est due , ou , 
qu'après l'avoir reçue, il se soustraira à son accomplisse- 
ment légitime , et que cependant il emmènera avec lui , 
dans sa fuite , ou l'une de ses parentes liées avec lui 
par l'inceste , ou une religieuse , ou une femme en- 
levée, ou une adultère, ou quelque autre qu'il ne 
lui soit pas permis de garder avec lui. Lorsque l'évé- 
que auquel appartient tel soin nous instruira de ces 
choses , le coupable sera diligemment recherché, afin 
([u'il ne trouve dans notre royaume aucun lieu pour 
y demeurer et se cacher, et n'infecte pas de son mal 
les fidèles de Dieu, aussi les nôtres ; mais il sera con- 
traint par nous ou par les ministres de la républi([ue 
de retourner vers son évéque ainsi que la proie dia- 
bolique amenée avec lui , et de recevoir la pénitence 
due au crime qu'il a commis publiquement, ou, s'il 
l'a reçue, on le forcera de l'accomplir. » 

Art. 6. (( JNos fidèles seront , chacun en son ordre et 
rang, véritablement en sûreté de notre part , en telle 
sorte qu'à compter de ce moment , aucun d'eus ne 
condamnerons, déshonorerons ou opprimerons contre 
la loi et la justice , contre l'autorité et le droit légi- 
time, ou ne tourmenterons par des manœuvres indues; 
et que, à savoir de ceux qui nous seraient vrais fidèles, 
nous prendrons le consentement en assemblée géné- 
rale selon la volonté de Dieu , et pour le salut de tous , 
en toutes choses relatives au rétablissement de la sainte 
Eglise de Dieu et de l'état du royaume, à l'honneur 
de la royauté et à la tranquillité des peuples qui nous 
sont commis -, afin que non-seulement ils ne nous 



l5o ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

veuillent point contredire ou résister dans l'exécution 
de ces choses , mais nous soient encore fidèles et 
obéissans , et nous prêtent de bonne foi l'aide et coo- 
pération de leurs avis véritables et sincères secours , 
pour accomplir les choses dont nous venons de parler, 
ainsi qu il est du devoir de chacun des princes et sei- 
gneurs en son ordre et rang. » 

Art. 7 . « De même qu'entre nous et nos frères ré- 
ciproquement, et nous avec nos fidèles et nos fidèles 
avec nous , nous nous réconcilions tous ensemble 
avec Dieu , et pour qu'il nous devienne propice , lui 
présentons en dévote offrande chacun l'aveu de nos 
fautes sans nous excuser ou justifier, en quelle oc- 
casion nous déclarerons devant tous et en détail ce 
que nous avons fait ou consenti chacun en particulier 
ou en commun contre ses ordres et décrets , relati- 
vement aux affaires de l'Eglise ou à celles de l'État ; 
et aucun de nous n'épargnera charnellement ni son 
ami , ni son parent , ni son allié , ni surtout soi-même, 
afin de pouvoir être épargné spirituellement et dans 
l'ordre du salut ; et, comme nous l'avons déclaré dans 
le précédent article , nous nous appliquerons de 
toutes nos forces et en commun à réparer le mal par 
de véritables avis et secours sincères , autant qu'il sera 
raisonnablement en notre pouvoir. » 

Art. 8. « Et si quelqu'un des sujets, de quelque ordre 
et rang que ce soit , manque à cette convention ou 
s'en retire, ou s'oppose à ce décret commun, les sei- 
gneurs, avec l'aide de leurs véritables fidèles, fexé- 
cuteront selon la volonté de Dieu et la loi et le droit 
légitime , soit que le veuille ou non celui qui s'oppo- 
sera et contredira aux conseils et décrets divins et à 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l5l 

cette convention. Et si quelqu'un des seigneurs man- 
que à cette convention ou s'en retire, se réuniront 
en une assemblée plusieurs des seigneurs , nos fidèles 
et les premiers du royaume 5 et alors, de l'avis de ceux 
des seigneurs qui auront observé les présentes con- 
ventions , ainsi que d'après le jugement et du com- 
mun consentement des évéques , nous déciderons 
avec l'aide de Dieu ce qui devra être fait envers celui 
qui, dûment averti, aura persévéré dans une incor- 
rigible résistance. Et afin que les capitulaires ci-des- 
sus soient fermement et inviolablement observés par 
nous avec la grâce de Dieu, comme aussi afin que 
vous croyiez assurément que nous les observe- 
rons , nous les avons souscrits de notre propre 
main. » 

Après ceci , les pirates danois ravagèrent la Frise 
et la Batavie, et s'étant répandus furieusement jus- 
qu'au monastère de Saint-Bavon appelé Gand , ils mi- 
rent le feu à ce monastère 5 ils vinrent à la ville de 
Rouen et poussèrent à pied jusqu'à Beau vais ; après 
l'avoir brûlée et s'en retournant ik furent arrêtés par 
les nôtres et en partie détruits. 

Hérispoé, fils de Noménoé, vint trouver Charles, et 
lui ayant donné les mains , en fut accepté et reçut de 
lui, dans la ville d'Angers , tant les babils royaux que 
la domination des Etats de son père auxquels furent 
ajoutés Rennes, Nantes et Retz. 

Les Sarrasins possédaient tranquillement Bénévenl 
et d'autres cités. Le roi Louis dévasta presque tout le 
pays des Esclavons, et les soumit à sa puissance. L'apos- 
tolique Léon, craignant l'irruption des Sarrasins, for- 
tifia d'une muraille Fégbse de Saint-Pierre, et, cou- 



l52 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

diiisant cette muraille jusqu'à la cité, rendit l'église 
contiguë à la ville de Rome. 

[852.] Les Normands arrivent dans la Frise avec 
deux cent cinquante-deux navires ^ après avoir reçu 
beaucoup d'argent , ils s'en vont ailleurs comme ils 
en ont décidé. 

Les Maures, par la trahison des Juifs, prennent Bar- 
celonne 5 après avoir tué presque tous les chrétiens 
et dévasté la ville , ils se retirent impunément. Char- 
les ayant invité Lothaire à un colloque en la ville du 
Yermandois , illustrée par le corps de saint Quentin 
martyr , le reçut fraternellement , le traita honora- 
blement , et lui fit des présens royalement 5 et, lors- 
qu'il s'en retourna , le reconduisit bénignement. 

Lambert et Garnier ', frères, principaux auteurs des 
discordes , périrent , l'un dans un piège , l'autre par 
un jugement. Le Breton Salonion se fit un des fidèles 
de Charles , et reçut en don le tiers de la Bretagne. 
Sanche , comte de Gascogne , prit Pépin , fds de Pépin, 
et le conduisit devant Charles. Charles l'ayant conduit 
prisonnier en France , et après un colloque avec Lo- 
thaire, ordonna qu'il fût tondu et renfermé au mo- 
nastère de Saint-Médard, dans la ville de Soissons. 

Louis , fils de Lothaire , allant à Bénévent, attaque 
la ville de Bari, et, le mur ouvert, abandonne, mal 
conseillé, ce qu'il avait commencé; car ses conseil- 
lers lui ayant dit qu'il y avait en la ville une bonne 
])artie de trésors dont il serait frustré s'il donnait li- 
cence à tous d'entrer de tous côtés, il rentra en son 
camp, défendant il tous les siens de faire irruption 

' Anciens ronilos île Nantes ((ui avaient pris [lail aux ravages des 13ie- 
lons, et fjnehinrrois iiiémc des Nornianils. 



ANNALES DK SAlNT-BKRXrN. l53 

dans la ville. Ceux-ci s'étant retirés, les Maures, du- 
rant la nuit, garnirent de travées la brèche faite à 
leurs murailles, de sorte que le lendemain matin , 
quand les ennemis viendraient , ils n'eussent rien à 
en redouter. La brèche étant donc réparée à grand 
travail , Louis avec son armée retourna chez lui. 

Abdirhaman, roi des Sarrasins, résidant en Espagne, 
meurt à Cordoue , et son fds succède à son royaume. 
Godefroi , fds du danois Hérold , autrefois baptisé à 
Mayence sous le règne de l'empereur Louis , fait dé- 
fection de Lothaire , et va trouver les siens ^ ensuite 
de quoi, ayant assemblé une puissante troupe , il vient 
attaquer la Frise avec une multitude de vaisseaux , 
puis entre enfin dans les territoires voisins du fleuve 
de l'Escaut. Lothaire et Charles marchent contre lui 
avec toute leur armée , et assiègent les deux rives 
du fleuve. 

[853.] Durant ce siège ils célèbrent la fête de la 
Nativité du Seigneur -, mais ceux du parti de Charles 
ne voulant pas se battre, on se retire sans avoir rien 
fait. Charles s'attache Godefroi par des traités. Les 
autres Danois demeurent en ce lieu , sans aucune 
crainte , jusqu'au mois de mars , et d'autant plus fu- 
rieusement que plus librement ils pillent , brûlent et 
mettent en captivité. 

Lothaire tient sur les fonts sacrés la fdie de Charles , 
et peu de jours après part pour retourner chez soi. 

Les Danois , au mois de juillet, quittent la Seine, 
vont sur la Loire, et dévastent la ville de Nantes, le mo- 
nastère deSaint-Florentetles lieux voisins. Charles, au 
mois d'avril, rassemble à Soissons , dans le monastère 
de Saint-Métlard , lui synode d'('véques ; et lui-même; 



l54 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

présidant ce synode, fait dégrader par jugement des 
évêqnes deux prêtres moines de ce monastère , qui 
avaient fait dessein d'enlever Pépin , et de s'enfuir 
avec lui en Aquitaine. Hincmar, évêque de Rheims, 
par le jugement du synode , dépose tous les prêtres 
diacres et sous-diacres de son église , ordonnés par 
Ebbon depuis sa déposition. Pépin prête à Charles 
serment de fidélité , et prend ensuite l'habit de moine, 
promettant d'observer les règles selon la manière et 
coutume des moines. Charles , venant à Quierzy avec 
certains évêques et abbés de moines , porte quatre 
capitulaires corroborés de sa propre signature , dont 
le premier déclare « que personne n'a été prédestiné 
« de Dieu au châtiment ; que Dieu n'a qu'une seule 
« prédestination appartenant au don de la grâce ou à 
« la rétribution de la justice. » Le second , « que le 
« libre arbitre , perdu jadis par nous , nous est rendu 
a par l'aide et la grâce prévenante du Christ. » Le 
troisième , « que Dieu a voulu sauver généralement 
« tous les hommes, bien que tous ne soient pas sau- 
« vés. » Le quatrième, « que le sang du Christ a été 
« répandu pour tous, bien que tous ne soient pas ra- 
« chetés par le mystère de la passion. » 

Presque tous les Aquitains abandonnent Charles , 
et font passer à Louis , roi de Germanie, des envoyés 
avec des otages pour se donner à lui. Ce môme Louis 
s'irrite violemment contre Charles à cause de cer- 
taines conditions convenues entre lui et Charles dans 
les temps de trouble '. Les AVénèdes manquent de foi 
à Louis avec leur perfidie accoutumée. L'empereur 
Lothaire , ayant perdu depuis deux ans sa femme , la 

' Il faul probablement ajouter : Et que Charles li'auail pas obscivécs. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l55 

très-chrétienne reine Hermengarde , avait fait entrer 
dans son lit deux servantes d'une de ses maisons 
royales, Tune desquelles, nommée Doda , lui avait 
donné un fils qu'il fit appeler Carloman. Il lui naquit 
d'autres fils de semblables adultères. Les pirates da- 
nois , passant pour aller dans les parties supérieures 
du pays de Nantes , viennent impunément à la ville 
de Tours le 8 novembre , la brûlent , ainsi que 
l'église de Saint-Martin et les lieux adjacens; mais la 
chose ayant été sue d'avance avec une évidente certi- 
tude , on avait transporté le corps de saint Martin à 
Cormery, monastère de cette église , et de là dans la 
cité d'Orléans. 

Les Bulgares, s'étant alliés aux Esclavons, et, à ce 
qu'on rapporte , invités par nos présens ' , attaquèrent 
violemment Louis, roi de Germanie; mais Dieu com- 
battant avec lui , il remporta la victoire. Les Grecs 
cependant s'élevèrent contre Louis , roi d'Italie et fils 
de Lotliaire , parce qu'ayant fiancé la fille de l'empereur 
de Constantinople , il différait d'accomplir le mariage. 

Les Romains, pressés par les incursions des Maures 
et des Sarrasins, se plaignent à l'empereur Lothaire 
de ce qu'il néglige tout-à-fait de les défendre. 

[854.] Charles, soupçonnant la foi de son frère 
Louis, vint trouver Lothaire dans le pays de Liège, 
où, après avoir long-temps traité des conditions d'une 
alliance mutuelle et indissoluble , ils la conclurent en 
présence de tous les assistans , la jurèrent sur les 
choses saintes, se recommandant réciproquement leurs 
fils , leurs grands et leurs royaumes. Cependant Louis, 
fils adolescent de Louis , roi des Germains , demandé 

' Les picscns de Chailcs-ln-Chauvc. 



l56 ANNALKS DK SAIINT-BEP.TIN. 

à son père par les liabitans de l'Aquitaine, passe la 
Loire, et est reçu de ceux qui venaient le chercher. 

Charles fait au temps du carême un voyage en Aqui- 
taine, et y demeure jusqu'au temps des fêtes de 
Pâques , et de tout son pouvoir pille , brûle et réduit 
en captivité tous les habitans de ce pays , sans que son 
audace et sa cupidité s'arrêtent, même aux églises et 
autels de Dieu. 

Lothaire, sur le Rhin, confère avec son frère Louis 
touchant une union fraternelle avec Charles. Après 
s'être piqués mutuellement par des discours pleins 
d'aigreur, ils se remettent d'accord , et s'unissent d'un 
lien de paix^ de quoi Charles, grandement inquiet , 
revient d'Aquitaine sans avoir rien terminé , et convie 
Lothaire à son palais d'Attigny. Là , s'étant réunis, ils 
confirmèrent ce qu'ils avaient conclu dernière- 
ment. 

Les Danois qui habitaient sur la Loire viennent jus- 
qu'au château de Blois et le brûlent, voulant ensuite 
poursuivre jusqu'à Orléans pour en faire de même -, 
mais Agius, évêque d'Orléans, etBurchard, évêque 
de Chartres, ayant préparé contre eux des soldats et 
des vaisseaux , ils abandonnent leur dessein , et re- 
gagnent la Loire inférieure. D'autres pirates danois 
dévastent la Frise dans les parties voisines de la Saxe. 
Lothaire et Charles adressent à leur frère Louis des 
envoyés touchant la paix et concorde , et pour qu'il 
rappelle son fils d'Aquitaine. Charles retourne v\\ 
Aquitaine. Pépin, fils de Pépin, qui, tondu au mo- 
uaslèrc de Saint-Médard, y avait pris l'habit de moine 
et fait serment de demeurer, vient en Aquitaine , où 
hi plupart des peuples courent so réunir autour de bii. 



AJNNALES DE SAINT-BEP.TIN. if)- 

Lc roi Charles, s'inquiétant peu de Pépin, force 
son neveu Louis qui était venu en Aquitaine, de re- 
tourner en Germanie vers son père. Charles, frère de 
Pépin, déjà ordonné diacre, quitte le monastère de 
Corbie. Le roi Charles consacre son fils Carloman à la 
tonsure ecclésiastique. Les Danois se livrent entre 
eux des combats intestins , et enfin , en trois jours 
d'une bataille furieuse et obstinée , sont tués le roi 
Eurich et plusieurs autres de leurs rois , et périt 
presque toute leur noblesse. Les pirates normands , 
habitant sur la Loire , incendient de nouveau la ville 
d'Angers. 

[855. ] Lothaire donne toute la Frise à son fils Lo- 
thaire 5 en sorte que Roric et Godefroi retournent 
dans le Danemarck leur patrie , espérant y obtenir 
la puissance royale. Lothaire tombe malade, ce qui 
donne occasion à ses frères Louis et Charles de réta- 
blir entre eux la concorde. Les Normands s'emparent 
de Bordeaux , cité d'Aquitaine , et parcourent à leur 
gré le pays de côté et d'autre. Charles, à la demande 
des Aquitains , désigne pour leur roi son fils Charles. 
Charles reçoit aussi honorablement Edelwolf , roi des 
Anglo-Saxons ', dans son passage pour Rome, lui 
rend tous les honneurs royaux , et le fait conduire 
jusqu'aux confins de son royaume avec les hommages 
dignes d'iui roi. Lothaire se plaint de Charles à l'oc- 
casion des soupçons qui s'élèvent sur sa foi. Beau- 
coup d'opinions contraires à la foi catholique s'élèvent 
en effet dans le royaume de Charles , et non pas à 
son insu. 

Au mois d'août , ('tant décédé Léon , évéque du 

' De 837 h 858. 



l58 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

siège apostolique , Benoît lui succède '. Dans ce même 
mois , on vit du côté de l'occident deux étoiles, l'une 
plus grande et l'autre moindre , s'avancer vers l'orient ; 
dix fois elles parurent tour à tour, jusqu'à ce que la 
plus grande demeura , et la plus petite ne se montra 
plus nulle part. L'empereur Lothaire , saisi de mala- 
die et désespérant de sa vie , se rendit au monastère 
de Pruym dans les Ardennes. Là , renonçant entière- 
ment au monde et à son royaume , il fut tondu , et 
prit humblement l'habit et la vie de moine. 11 parta- 
gea son royaume entre ceux de ses fils qui étaient 
demeurés auprès de lui. Lothaire , qui portait le même 
nom que lui, eut la France, et Charles la Provence. 
Il décéda six jours après, le 28 septembre , et reçut, 
comme il l'avait désiré , la sépulture en ce monas- 
tère. 

Les Aquitains , s'étant réunis vers le milieu d'oc- 
tobre dans la ville de Limoges , reconnurent unani- 
mement pour leur roi Charles , encore enfant , fils du 
roi Charles , et , après qu'il eut reçu l'onction ponti- 
ficale, placèrent sur sa tête la couronne, et lui re- 
mirent le sceptre. Les Normands, entrés dans la Loire, 
ayant quitté leurs navires, entreprirent d'aller par 
terre à la ville de Poitiers -, mais les Aquitains vinrent 
à leur rencontre , et les défirent de telle sorte qu'il ne 
s'en échappa guère plus de trois cents. 

Roric et Godefroi , n'ayant pas eu le succès pro- 
pice, s'établirent à Duerstcd, et possédèrent la plus 
grande partie delà Frise. Louis, roi des Germains , 
fut tourmenté par les fréquentes défections des Es- 
clavons. 

.' Benoît m , pape de l'an 855 J» l'an 858. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. iSq 

[856.] Hiver rigoureux et sec, grande peste qui fait 
périr une grande partie des hommes. Louis, roi d'Italie, 
fils de Lothaire, se plaint à ses oncles Louis et Charles 
du partage qui a été fait des royaumes que son père 
possédait en France , soutenant qu'il tient l'Italie de 
la munificence de son aïeul l'empereur Louis. Les 
Aquitains, méprisant l'enfant Charles qu'ils avaient 
précédemment élu , délivrent de ses gardes le moine 
Pépin qui s'était enfui du monastère de Saint-Médard, 
et s'en font un semblant de roi. Le roi Charles fait 
la paix avec le Breton Hérispoé , et fiance son fils 
Louis à la fille de celui-ci, auquel il donne le duché 
du Mans, jusqu'à la route qui conduit de Paris à 
Tours. Les grands du royaume de feu Lothaire éta- 
blissent roi de France son fils Lothaire qui reçoit 
l'onction sacrée. Le 1 8 avril, les pirates danois viennent 
à la ville d'Orléans , la pillent , et s'en retournent im- 
punément. Presque tous les comtes du royaume du 
roi Charles conjurent contre lui avec les Aquitains , à 
telle fin qu'ils appellent à eux Louis, roi des Ger- 
mains -, mais Louis ayant été retenu long-temps dans 
une expédition contre les Esclavons , où il perdit une 
grande partie de son armée , impatiens de ce retard , 
ils se réconcilient avec le roi Charles. 

Alors les Aquitains, rejetant Pépin, reçoivent de 
nouveau l'enfant Charles, fils du roi Charles, qu'ils 
avaient dernièrement rejeté , et le reconduisent en 
Aquitaine. D'autres pirates danois rentrent de nou- 
veau dans la Seine vers le milieu d'août , et , après 
avoir dévasté et ruiné les villes des deux bords du 
fleuve , et même des monastères et des villages plus 
au loin , s'arrêtent en un lieu proche de la Seine , 



i6g ANîhALES de SAljNT-BERTIN. 

nommé Jeufosse ', fort par son assiette, et y passent 
tranquillement l'hiver. Edelwolf, roi des Angles d'Oc- 
cident , revenant de Rome , après avoir fiancé au mois 
de juillet Judith , fille du roi Charles , la prend en 
mariage au commencement d'octobre , dans le palais 
de Yerberie , et avec la bénédiction d'Hincmar , 
évéque de Rheims , lui pose le diadème sur la tête , 
et la décore du nom de reine, selon qu'avaient accou- 
tumé jusqu'alors lui et sa nation. Ce mariage accompli 
des deux parts avec un appareil et des présens royaux, 
il s'embarque avec elle pour retourner dans son royaume 
de Bretagne. Louis, empereur d Italie , et son frère 
Lothaire , roi de France , avec Charles leur frère , en- 
fant , se réunissent dans la ville d'Orbe , où sont entre 
eux de tels discords sur le partage du royaume de leur 
père, qu'ils en viennent presque aux armes. Cepen- 
dant Charles , leur frère , que les grands avaient en- 
levé à son frère Lothaire qui voulait lui imposer la 
tonsure ecclésiastique, reçoit d'eux, ainsi que l'avait 
voulu leur père, la Provence et le duché de Lyon. 

Les Sarrasins du pays de Bénévent entrent par ruse 
dans Naples, la dévastent, la pillent, et la boulever- 
sent de fond en comble. 

[857.] Le 28 décembre', les pirates danois font 
une invasion en la ville de Paris, et y mettent le feu. 
Ceux qui habitaient sur la Loire inférieure dévastent 
Tours et les lieux environnans jusqu'à Blois. Quel- 
ques-uns des Aquitains , à la persuasion de certains 
Francs unis secrètement en conspiration contre le roi 
Charles, quittent le parti de l'enfant Charles , et S'^ 



' Fnssa-ijiiialili . à une lieuc de Vcnipti. 
» En 856. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l6l 

rangent au parli de Pépin. Le roi Charles et Lothaire 
son neveu s'allient avec de mutuels sermens. Louis , 
roi de Germanie, et Louis, empereur d'Italie, en font 
autant. Pépin, conjointement avec les pirates danois , 
dévaste la ville de Poitiers et plusieurs autres lieux de 
l'Aquitaine. Lothaire, usant illégitimement de concu- 
bines, rejette la reine sa femme. 

Dans la ville de Cologne, l'évéque Gonthier étant 
en l'église de Saint-Pierre , elle fut couverte d'une 
nuée très-épaisse de laquelle sortaient des éclairs re- 
doublés, quand la foudre, entrant subitement par la 
gouttière en forme de flamme , tua un prêtre , un 
diacre et un laïque, et s'alla cacher dans les entrailles de 
la terre. Aussi dans le mois d'août, Theutgaud, évêque 
de Trêves, célébrant les offices divins avec le clergé 
et le peuple , survint une nuée très-obscure qui épou- 
vanta l'église de tonnerres et d'éclairs , brisa la tour 
où sonnaient les cloches , et répandit en l'église de 
telles ténèbres qu'à peine pouvait-on s'y reconnaître 
les uns les autres , et l'on vit la terre s'ouvrir tout à 
coup , et un chien d'une grosseur énorme courir au- 
tour de l'autel. 

Les Danois habitant sur la Seine dévastent sans ré- 
sistance tout le pays j ils viennent à Paris, brûlent la 
basilique de Saint-Pierre , de Sainte-Geneviève, ainsi 
que toutes les autres , excepté la maison épiscopale de 
Saint-Etienne , l'église de Saint-Vincent et Saint-Ger- 
main et la cathédrale de Saint-Denis, lesquelles furent 
préservées du feu au prix d'une grosse somme d'argent. 
D'autres Danois du port qu'on appelle Duersted s'em- 
parent à main armée de toute l'île Batave , et dévastent 
les pays limitrophes. Hérispoé, duc des Bretons, est 

II 



162 AiSNALES DE SAIM-BERTIN. 

tué par les bretons Salomon et Almar depuis long- 
temps en querelle avec lui. Quelques-uns des grands 
du roi Charles, de compagnie avec les Aquitains , font 
beaucoup de pillages et autres torts. Frébaud, évêque 
de Chartres, fuyant à pied dans cette cité, poursuivi 
par les Danois, voulut passer à la nage la rivière de 
l'Eure , et mourut englouti par les eaux. 

[858. J C'est Tannée où Charles entra lui-même 
dans rtle de la Seine du nom d'Oissel ', où il courut 
un grand danger, ainsi que beaucoup le surent alors, 
et où son frère Louis vint sur lui avec tout un armement 
de guerre ; mais, par un bienfait ,de la miséricorde 
de Dieu , il ne s'en tira point à son honneur. Le jour 
de la fête de la Nativité , il y eut à Mayence , durant 
la nuit et durant la journée, de forts et redoublés 
tremblemens de terre qui furent suivis d'une grande 
mortalité parmi les hommes. 

Dans le territoire de ' la mer jeta un arbre ar- 
raché avec toutes ses racines, et jusqu'alors inconnu 
dans les provinces de la Gaule. 11 n'avait point de 
feuilles^ mais au lieu de feuillage il portait de petits 
rameaux en resseml)lance d herbe et de la même lar- 
geur, mais plus longs ; au lieu de feuilles , sur ces ra- 
meaux étaient certaines petites figures triangulaires , 
très-menues , et de couleur d'ongles d'iionmic ou os 
de poisson ; elles étaient attachées à la sommité de 
ces herbes , comme si ou ks y c ûl appliquées par 
dehors , à la manière de ces ornemens de divers mé- 
taux que l'on a coutume d'attacher sur le dehors des 
ceintures des hommes ou des caparaçons des chevaux. 

' En tic Fioucn et le Poiit-(l("-l"Arclio. 
' Le non! csl omis dnns le teste. 



ANNALES DE SAIlN'ï-BERTliN. r63 

Dans le pays de Sens, le jour du Soigneur, tandis 
que l'on célébrait les cérémonies de la messe dans 
l'église de Sainte-Procaire, un loup entra subitement, 
parcourut l'église , ell'raya les assistans , en fit autant 
du côté des femmes, et ensuite disparut. 

Edelwoll", roi des Saxons d'occident, meurt, et son 
fils Edelbold épouse sa veuve, la reine Judith. Ber- 
non , duc de cette portion des pirates qui habitaient 
sur la Seine , vient vers le roi Charles dans le palais 
de Verberie, et , mettant ses mains dans les siennes , 
luijure fidélité. Une autre partie de ces mêmes pirates 
prend Louis , abbé du monastère de Saint-Denis, avec 
son frère J oscelin , et exige pour sa rançon une très- 
grosse somme , pour laquelle , par l'ordre du roi 
Charles, on épuise dans son royaume beaucoup des 
trésors des églises de Dieu 5 mais cela n'ayant pas suffi, 
tous les évêques, abbés, comtes et autres hommes 
puissans , apportent à l'envi au roi beaucoup d'argent 
pour compléter ladite somme. Les comtes du roi 
Charles , unis aux Bretons , font défection de Charles, 
forcent son fils Louis et ceux qui l'accompagnaient à 
quitter, pleins de frayeur, le pays du Mans , à passer 
la Seine, et se réfugier devers son père. Le roi Lothaire 
confirme son alliance avec son frère Charles , roi de 
Provence, et lui donne deux évêchés sur la portion 
de royaume qui lui appartenait , savoir Belley et Mou- 
tiers. De son côté, Charles s'engage avec son frère 
Lothaire à lui laisser son royaume en héritage , dans 
le cas où il viendrait à décéder avant d'avoir pris 
femme et procréé des enfans. 

Dans le bourg de Liège, où repose le corps de saint 
Lambert , il survint soudainement au mois de mai une 



l6/\ ANNALES DE SAIIST-BERTIN. 

telle inondation causée par les pluies, que la Meuse, 
se précipitant avec violence hors de son lit , emporta 
les maisons , les murs de pierre et tous les édifices , 
avec les hommes , et tout ce qu'elle rencontra , et 
l'église de Saint -Lambert elle-même. 

Les Danois font une irruption dans la Saxe ^ mais 
ils sont repoussés. Benoît, pontife romain, meurt, 
et Nicolas lui succède ' , plutôt par la faveur et la pré- 
sence de Louis et de ses grands que par le choix du 
clergé. Le roi Lothaire , forcé par les siens , reprend 
sa femme qu'il avait renvoyée ; cependant il ne la re- 
çoit point dans son lit, mais la tient prisonnière. 

Le roi Charles vient au mois de juillet à l'île de 
la Seine, appelée Oissel , pour assiéger les Danois qui 
loccupaient. Son fds , l'enfant Charles , vient vers lui 
de l'Aquitaine. Avec lui il reçoit Pépin comme laïque, 
et lui donne en l'Aquitaine un comté et un monas- 
tère. Le roi Lothaire arrive au mois d*août à la même 
île , amenant du secours à son oncle ; ils assiègent les 
Danois sans aucun succès jusqu'au 22 septembre , puis 
retournent chez eux. 

Cependant Louis , roi des Germains , est attiré par 
les comtes du royaume de Charles qui l'appelaient de- 
puis cinq ans. Arrivé au commencement de septembre 
dans la résidence royale de Pontion , il vient à Sens 
par Châlons et Queudes 5 puis , s'étant rendu dans le 
pays d'Orléans , après avoir reçu d'Aquitaine et de 
Neustrie et du pays des Bretons tous ceux qui avaient 
promis de venir à lui, il retourne jusqu'à Queudes 
presque par la même route ; ce qu'apprenant , le roi 
Charles vient en liâte par Châlons jusqu'à la ville de 

' Nicol;is r' , pape de l\-in 858 h l'an 86';. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l65 

Brienne , où les premiers de la Bourgogne accourant 
autour de lui , il attend Louis qui le poursuit. Des mes- 
sagers cependant vont de l'un à l'autre , mais sans par- 
venir à aucun accommodement. Enfin , le troisième 
jour, c'est-à-dire le ii novembre, chacun des 
deux partis préparé au combat, Charles, se voyant 
abandonné des siens, se retire, et marche vers la 
Bourgogne. Louis, après avoir reçu ceux qui avaient 
déserté Charles , vient à la ville de Troyes, distribue 
à ceux qui l'avaient appelé des comtés, des monas- 
tères , des maisons royales et des propriétés , puis re- 
tourne au palais d'Attigny. Le roi Lothaire vient l'y 
trouver , et , après avoir renouvelé leur traité , re- 
tourne chez lui. Louis se rend par Rheims et le pays 
de Laon dans la cité du Vermandois, c'est à savoir au 
monastère de Saint-Quentin, martyr, pour y célébrer 
la fête de la Nativité du Seigneur. 

En ce temps, un moine du monastère de Saint- 
Vincent, martyr, et Saint-Germain, confesseur, reve- 
nant de Cordoue, ville d'Espagne, en rapporta les 
corps des bienheureux martyrs George et Aurélien , 
diacres , et la tête de sainte Nathalie , qu'il plaça dans 
le village d'Aimant pour les y conserver dans des 
niches. 

[85g.] Les Danois dévastent les pays au-delà de 
l'Escaut. Le commun peuple des pavs entre Seine et 
Loire , conjuré entre soi , résiste courageusement aux 
Danois établis sur la Seine ; mais sa conjuration étant 
conduite sans prudence , il est facilement défait par 
nos grands. Le roi Charles , ayant repris des forces , 
attaque inopinément son frère Louis , et le chasse hors 
des confins de son royaume. Le roi Lothaire vient en 



l66 ANMALES DE SAllST-Bi.KTJN. 

diligence vers son oncle Charles , et au commence- 
ment du carême , le jour du Seigneur, dans le palais 
d'Arches, ils se renouvellent publiquement l'un k 
l'autre les sermens qu'ils s'étaient faits. Charles donne 
à des laïques certains monastères qui précédemment 
avaient accoutumé d'être tenus par des ecclésias- 
tiques. 

Les pirates danois, ayant fait un long circuit en 
mer , car ils avaient navigué entre l'Espagne et 
l'Afrique , entrent dans le Rhône , ravagent plu- 
sieurs villes et monastères, et s'établissent dans l'ile 
dite la Camargue. Le roi Charles fait en divers lieux 
des assemblées d'évêques ; mais à quatre milles de 
Toul , dans le village de Savonnières , assistant avec 
les rois Charles et Lothaire à un synode d'évêques , 
il présente une accusation contre Wénilon, évêque 
métropolitain de Sens 5 cependant le procès est ditîeré 
à cause de l'absence de l'évêque Wénilon. De là il se 
rend à une île sur le Rhin, entre Andernach et Co- 
blentz , pour y entrer en colloque avec son frère le 
roi Louis. Cette conférence est renvoyée au 25 oc- 
tobre, dans la ville de Bâle. Louis y vient 5 mais 
Charles , en chemin pour y aller, retourne sur ses pas 
à cause de l'absence de Lothaire. Presque tous les 
Aquitains se tournent du côté de l'enfant Charles. 
Pépin s'associe au comte Robert et aux Bretons. 

Dans les mois d'août, de septembre et d'octobre , 
on vit au ciel , durant la nuit , des troupes armées. 
Une clarté semblable à celle du jour brilla continuel- 
lement à l'orient, et s'étendit jusqu'au septentrion , 
et de là partaient des colonnes sanguinolentes qui 
parcouraient le ciel. Les Danois vinrent de nouveau 



ANNALES DE SAINT-CERTlîv. 167 

au monastère de Saint-Valery et à la ville d'Amiens, 
et les ravagèrent, ainsi que tous les lieux environnans, 
par le pillage et l'incendie. D'autres se répandirent 
avec la même fureur dans l'île Batave sur le Rhin. 
Ceux qui habitaient sur la Seine vinrent de nuit at- 
taquer la ville de JNoyon , prirent l'évêque Immon 
avec d'autres noljles hommes , tant clercs que laïques , 
et, après avoir dévasté la cité, les emmenèrent avec 
eux, puis les tuèrent en chemin. Deux mois aupara- 
vant , les mêmes avaient tué en un village Hermen 
fried , évêque de Beauvais , et l'année précédente ils 
avaient mis à mort Blatefried, évoque de Bayeux. Par 
la crainte des Danois, les os des hienheureux mar- 
tyrs Denis , Rustique et Eleutlière , sont portés du Hu- 
repoix dans la ville de Nogent dépendant de leur ju- 
ridiction, et le 21 septembre ils sont placés avec soin 
dans des niches. 

Lothaire cède à son frère Louis , roi d'Italie , une 
certaine partie de son royaume , à savoir, ce qu'il pos- 
sédait au-delà du mont Jura , c'est-à-dire , les cités de 
Genève , Lausanne et Sion , avec leurs évêchés , mo- 
nastères et comtés ; il lui cède en outre l'hôpital situé 
sur le mont Jouy et un autre comté. 

Wénilon , évêque de Sens , se réconcilie avec le roi 
Charles sans avoir comparu en présence des évêques. 
Nicolas , pontife romain , décide selon la foi , et pro- 
nonce conformément à la loi catholique sur les dogmes 
de la grâce de Dieu et du libre arbitre , sur les véri- 
tés de la double prédestination et sur le sang du Christ, 
pour que ces choses soient enseignées à tous ]os 
croyans. 

[860.] Hiver rude et prolongé par des neiges et 



l68 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

des gelées continuelles depuis le mois de novembre 
jusqu'au mois d'avril. Lothaire , ayant pris dans une 
haine implacable sa femme Teutberge, l'oblige ' à 
confesser en présence des évêques que son frère Hu- 
bert s'est approché d'elle par le péché sodomique -, en 
sorte qu'elle est condamnée à une pénitence perpé- 
tuelle , et renfermée dans un monastère. Le roi Charles, 
séduit par les vaines promesses des Danois habitant 
sur la Somme , ordonne une exaction sur les trésors 
des églises , sur tous les manoirs, et sur les marchands 
même les plus pauvres , en telle sorte qu'on évalue 
leurs maisons et tous leurs meubles, et qu'on éta- 
blisse là-dessus une taxe ; car ces Danois lui avaient 
promis, s'il voulait leur payer trois mille livres d'ar- 
gent, de marclier avec lui contre ceux des Danois 
qui habitaient sur la Seine , et de les tuer ou de les 
chasser. 

Le 4 avril, durant la nuit, la nouvelle lune déjà 
commencée, une certaine tache obscure, en forme 
de croissant comme la lune elle-même, parut au mi- 
lieu, en telle sorte que la lumière paraissait sur les 
deux bords, mais que le miheu était sombre. On dit 
de même que le 6 avril , le soleil levé , l'on vit au 
milieu de son disque une tache noire, et celle-là étant 
descendue vers les parties inférieures, une autre aussi- 
tôt se jeta sur les parties supérieures, et parcourut 
tout le disque jusqu'en bas. Cela arriva le dixième 
jour de la lune. 

Les Danois qui habitaient sur la Somme, comme on 
ne leur remettait j)as le susdit tribut, prirent des 
otages, et naviguèrent vers le pays des Anglo-Saxons, 

' Ce. mot iii:m'j[ii<' dans !'• texte. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 169 

lesquels défaits et repousses , ils allèrent chercher 
d'autres contrées. Ceux de ces Danois qui s'étaient 
établis sur le Rhône parvinrent, toujours dévastant, 
jusqu'à la cité de Valence ; puis , après avoir ravagé 
toutes les parties circonvoisines , retournèrent à l'île 
où ils avaient pris leur demeure. 

Les rois Louis , Charles et Lothaire se réunissent 
dans le château dit de Coblentz. Là, après avoir long- 
temps entre eux traité de la paix , ils se jurent union 
et concorde. Louis, empereur d'Italie, est attaqué 
par une faction des siens , et sévit contre eux et contre 
les Bénéventins par le pillage et l'incendie. 

Les Danois qui étaient sur le Rhône vont vers l'Ita- 
lie, prennent et dévastent Pise et d'autres cités. Le 
roi Lothaire, en crainte de son oncle Charles, s'allie 
à Louis, roi de Germaùie, et lui donne, dans la vue 
de cette alliance, une partie de son royaume, à sa- 
voir l'Alsace. La femme de Lothaire , craignant la 
haine et les embûches de son mari, se réfugie devers 
son frère Hubert dans le royaume de Charles. Le roi 
Charles donne à son fils Louis le monastère de Saint- 
Martin. 

[861.] Au mois de janvier, les Danois brûlent 
Paris et i'église de Saint-Vincent, martyr, et Saint- 
Germain, confesseur ; ils poursuivent et prennent les 
marchands qui s'enfuyaient par eau en remontant la 
Seine. D'autres Danois viennent au pays de Térouanne, 
et le ravagent. 

Le 29 mars, après la huitième heure de la nuit, 
la lune entière s'obscurcit. Le roi Charles ordonne 
d'enfermer et de f;\ire clerc dans le monastère de 
Saint-Jejm son fds Lothaire. Galinde, surnommé 



l'jO ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

Prudence, ëvêque de la cité de Troyes , Espagnol de 
naissance , et des premiers dans la science des lettres , 
qui , quelques années auparavant , avait combattu le 
prédestinatien Gottschalk , violemment irrité ensuite 
contre quelques évêques qui s'opposaient avec lui à 
l'hérétique , était devenu lui-même ardent défenseur 
de cette hérésie. 11 mourut après qu'il se fut produit 
entre eux et lui une quantité non petite d'écrivasse- 
ries diverses et contraires à la foi ^ et, quoique tour- 
menté d'une longue maladie de langueur , il ne cessa 
d'écrire qu'au moment où il cessa de vivre. 

Carloman, fils de Louis, roi de Germanie, s'allie 
avec Restic , petit roi des Wenèdes , et , manquant de 
foi à son père, avec l'aide de Restic, s'empare d'une 
grande partie de son royaume. Louis prive de ses 
bénéfices Arnoul , beau -père "de son fds Carloman, 
et chasse de son royaume les petits-fils dudit Arnoul. 
Eux, avec Adalhard , oncle de la reine Hermenlrude 
et leur proche parent, que poursuivait Lothaire par 
la volonté de son oncle Louis , vont trouver Charles 
qui les reçoit bénignement, et les console par des 
bénéfices; presque tous ceux qui récemment avaient 
quitté Charles pour Louis retournent à Ch^rh^s qui 
leur rend sa familiarité et des bénéfices. 

Les Danois qui avaient dernièrement incendié la 
cité de Térouanne, revenant , sous leur chef Wéland, 
du pays des Angles, remontent la Seine avec deux 
cents navires et plus , et assiègent les Normands dans 
le château qu'ils avaient construit en 1 île dite d'Oissel. 
Charles ordonna de lever, pour les donner aux assié- 
geans à titre de loyer , cinq mille livres d'argent, avec 
une quantité non j)etite de bestiaux et de grains, pour 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. I71 

que son royaume n'en fût pas dévasté -, puis , passant 
la Seine, il se rendit à Méhun-sur-Loire , et, y reçut 
Robert avec les honneurs convenus. Geoffroi et Go- 
defroi , par le conseil desquels Charles avait reçu Ro- 
bert , en prirent occasion de le quitter avec leurs com- 
pagnons, selon l'inconstance ordinaire de leur race et 
leurs habitudes natives, et se joignirent à Salomon , 
duc des Bretons. Cependant un autre parti de Da- 
nois entra par la Seine avec soixante navires dans 
la rivière d'iiières, arriva de là vers ceux qui assié- 
geaient le château, et se joignit à eux. Les assié- 
gés, tourmentés du besoin de la faim et de toutes 
sortes de misères , donnent aux assiégeans six mille 
livres, tant or qu'argent , et se joignent à eux ; ils des- 
cendent ensemble le long de la Seine jusqu'à la mer, 
où l'approche de l'hiver les empêche d'entrer ; en sorte 
qu'ils se partagent en différens ports sur la Seine jus- 
qu'à Paris , selon leurs diverses associations. Wéland 
remonte la Seine avec ses compagnons jusqu'au châ- 
teau de Melun. Ceux qui avaient tenu le château 
d'Oissel occupent avec le fils de Wéland le monastère 
de Saint-Maur-les-Fossés. 

Hincmar, archevêque de Rheims , dans un synode 
de ses évêqucs sufFragans, tenu au monastère de Saint- 
Crépin et Saint-Crépinien , près de Soissons , prive 
delà communion, conformément au décret des ca- 
nons, Rothade , évêque de Soissons, jusqu'à ce qu'il 
se soumette aux régiemens ecclésiastiques auxquels 
il refusait d'obéir. 

Charles ayant délégué son fds Louis à la garde de 
son royaume sous la protection d'AdaJhard, oncle de 
la reine Hermenlrucîe, s'avança en Bourgogne avec sa 



172 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

femme jusqu'à la cité de Mâcon. Il était appelé par quel- 
ques-uns contre les Normands pour prendre Ja domi- 
nation de la Provence, où Charles, fds du feu empereur 
Lothaire, portait inutiiement et dommageablement le 
nom et les honneurs de la royauté 5 mais les choses 
lui étant peu prospères , après avoir fait sur les gens 
du pays beaucoup de déprédations, il revint à son 
palais de Pontion. Là il reçut, de la part de Louis son 
frère et de Lothaire son neveu , des messages apportés 
par Advence , évéque de la cité de Metz, et le comte 
Leutard ; et , les ayant congédiés , il célébra , selon 
l'usage, par des fêtes, le jour de la Nativité du Sei- 
gneur. 

[862.] Judith, veuve d'Ldelbold , roi des Angles, 
après avoir vendu les propriétés qui lui avaient été 
conférées dans le royaume des Angles, était revenu 
vers son père qui la tenait dans la cité de Senlis avec 
des honneurs de reine , mais sous l'autorité paternelle 
et la garde des évéques , à cette fin que , si elle ne 
pouvait vivre dans la continence, du moins elle se 
mariât selon le conseil de l'apôtre, c'est à savoir con- 
venablement et légalement. Charles étant venu par 
Rheims à la cité de Soissons , des messages certains lui 
apprirent en ce lieu que Judith s'était prostituée au 
comte Paudouin, et, du consentement de son frère 
Louis, le suivait sous un habit d'homme. En même 
temps Louis, sollicité par Geoffroi et Godefroi, avait 
quitté les fidèles de son père, et, fuyant dnrant la nuil 
accompagné d'un petit nombre de gens, avait passé 
comme transfuge à ceux qui l'appelaient^ en sorte 
que le roi Charles s'étant consulté avec les évéques et 
grands de son royaume, après avoir fait juger par les 



AJVNALES DE SAINT-BERTIN. l'j'5 

lois du siècle Baudouin et Judith, laquelle courait le 
monde avec son ravisseur et se rendait complice de 
l'adultère , demanda aux évéques de prononcer contre 
eux la sentence canonique selon Fédit de saint Gré- 
goire , « que si quelqu'un enlève une veuve pour l'ë- 
« pouser , et qu'elle y consente , que tous deux soient 
« anathémes. » Retirant aussi à son fds Louis l'abbaye 
lie Saint-Martin qu'il lui avait imprudemment donnée, 
il la donna, de même avec peu de prudence, à Hubert, 
clerc marié. 

Il se rendit de là à Senlis , attendant que le peuple 
se rassemblât , afin de placer des troupes sur les deux 
rives de chacune des rivières de l'Oise , de la Marne 
et de la Seine , pour que les Normands ne pussent 
aller piller. 11 reçut la nouvelle que l'élite des Danois, 
établis à Saint-Maur-lcs-Fossës , s'était rendue , sur de 
petits bâtimens, à la ville de Meaux-, il résolut d'y 
marcher avec ceux qu'il avait près de lui. Comme les 
Normands avaient détruit les ponts et s'élaient em- 
parés des bateaux, ce qui l'empêchait de les joindre , 
il prit, par nécessité , le parti de refaire un pont près 
de l'île de Tribaldou, ce qui empêchait les Normands 
de redescendre la rivière. 11 envoya cependant des 
troupes garder les deux rives de la Marne ; par quoi 
les Normands, grandement resserrés, envoyèrent à 
Charles des otages et des messagers pour lui proposer 
cette condition , qu'ils rendraient sans délai tous les 
captifs qu'ils avaient faits depuis leur entrée dans la 
Marne , et qu'à un jour convenu, ils descendraient la 
Seine avec tous les autres Normands et reprendraient 
la mer , ou que , si les autres ne voulaient pas s'en 
aller avec eux, ils se réuniraient à l'armée de Charles 



174 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

pour combattre ceux qui résisteraient; et environ 
vingt jours après , Wéland lui-même vint vers Charles, 
se recommanda à lui et lui prêta serment avec ceux 
qui l'accompagnaient -, de là retournant à ses navires , 
il descendit avec toute la flotte danoise jusqu'à Ju- 
miéges , où ils s'arrêtèrent pour réparer leurs bâtimens 
et attendre l'équinoxe du printemps. Les bâtimens 
réparés, les Danois, se divisant en plusieurs flottes, 
gagnèrent la mer et chacun fit voile de son côté , selon 
qu'il lui plut. La plus grande partie se mit en route 
pour aller vers les Bretons qui habitent la Neustrie , 
sous le commandement de Salomon, et auxquels se 
joignirent aussi ceux cpii avaient été en Espagne. Ro- 
bert leur prit dans la Loire douze bâtimens que Salo- 
mon y avait assemblés contre les conditions du loyer 
avec lui convenu, et tua tous ceux qui se trouvaient 
sur la flotte , si ce n'est un petit nombre qui s'échap- 
pèrent par la fuite. Cependant Robert n'étant pas en 
état de se défendre contre Salomon uni aux Nor- 
mands, comme on l'a dit, sortis de la Seine, il traita 
avec eux avant que Salomon les eût appelés contre lui, 
et, des otages donnés de part et d'autre , s'unit à eux 
contre Salomon pour la somme de six mille livres 
d'argent. Wéland vint vers Charles avec sa femme et 
ses enfans, et se fit Chrétien ainsi que les siens. 

Louis, roi des Germains, ayant cédé à son fils Car- 
loman la partie de son royaume dont celui-ci s'était 
emparé, Carloman se remit en paix avec son père et 
lui fit serment de ne plus s'échapper contre sa volonté. 
Ensuite Louis, fils du roi Charles, par le conseil de 
Geoflroi et de Godefroi, va vers Salomon, obtient 
une grosse troupe de Bretons , et va , à leur tête , atta- 



ANNALES D1-: SAINT-BERTIN. 175 

quer Robert, fidèle de son père. îl dévaste, pille, 
met à feu et à sang Angers , ainsi que les autres ean- 
tons où il peut parvenir. Robert atteint les Bretons qui 
s'en retournaient faisant de grands ravages , en tue plus 
de deux cents des plus considérables et leur enlève 
leur butin. Louis revient de nouveau l'attaquer; mais 
il est mis en fuite et ses compagnons dispersés ; il s'é- 
chappe à grand'peine. Cliarles, roi d'Aquitaine, fds 
du roi Charles , âgé de moins de quinze ans , épouse , 
à la persuasion d'Etienne, sans l'aveu et à finsu de son 
père, la veuve du comte Humbert. Louis, souvent 
mentionné, frère de Charles, suivant ses traces, 
épouse , au commencement du saint carême , de l'avis 
de beauconp des siens , la fdle du feu comte Hardouin, 
sœur d'Eudes. Vers le commencement de juin, Charles 
leur père fait venir tous les grands de son royaume , 
beaucoup d'ouvriers et de chariots au lieu qu'on ap- 
pelle Pistre', où d'un côté la rivière d'Andelle et 
de l'autre la rivière d'Eure viennent se jeter dans la 
Seine, et là il fait fortifier la Seine pour fermer le pas- 
sage aux navires normands, soit à monter, soit à des- 
cendre la rivière ; puis avec sa femme , serment prêté 
par les siens, il parle à son fils Charles en un lieu 
nommé Méhuii, et Charles presqu'aussitôt , soumis de 
paroles, mais d'une ame rebelle, se soulève et retourne 
en Aquitaine , et Charles revient à Pistre où il avait 
réuni une assemblée et un synode , et, parmi ses tra- 
vaux , il traite avec ses fidèles des affaires de la sainte 
Église et de celles de son royaume. Là Rothade , évêque 
de Soissons, homme d'une singulière folie, légale- 
ment privé de la communion par les évêques assem- 

' Oïl Pislos, auprès rlu Pont-dc-r Arche. 



î;j6 annales de saint-bertin. 

])lés et le synode provincial , se présenta , avec l'esprit 
(le rébellion qni lui était propre , devant le concile des 
(juatre provinces. L'assemblée de ses confrères, pour 
ne le pas déposer tout-à-fait , décida c[u il serait re- 
tenu en attendant l'issue de son appel au siège apos- 
tolique. Mais après le jugement de ce même concile 
dont il avait appelé, Rothade voulut toujours se rendre 
à Rome : alors douze juges furent constitués pour exé- 
cuter le jugement du synode^ mais lui, nouveau 
Pharaon par la dureté de son cœur, image des temps 
anciens, et changé en bête féroce par les excès qu'on 
voit consignés dans l'histoire de ses actions , ne vou- 
lut pas se corriger et fut déposé dans un faubourg de 
la cité de Soissons. 

En ce temps-là , il arriva un miracle dans la ville de 
Térouanne : le matin de l'Assomption de sainte Marie, 
le serviteur d'un citoyen de cette ville commençait à 
repasser un vêtement de lin vulgairement appelé che- 
mise^ afin qu'il fût prêt pour que son maître le pût 
mettre allant à la messe 5 lorsqu'ayant appuyé le fer à 
repasser, il voulut le retirer, le vêtement se trouva 
teint de saug, en sorte qu'à mesure que le serviteur 
tirait le fer , des traces de sang le suivaient, tant qu'en- 
fin le vêtement se trouva tout couvert d'un sang jail- 
lissant. Honfroi , évêque de cette ville , se fit appor- 
ter le vêtement, et ordonna qu'il fût conservé en cette 
église pour servir de témoignage ; et comme cette fête 
n'était pas chômée par les habitans de son diocèse, il 
ordonna qu'elle fût solennisée et cliômée de tous avec 
les honneurs qui lui étaient dus. 

Louis, qui avait abandonné son père, retourna à 
lui, et lui' demandant pardon , ainsi qu'aux évêques. 



ANNALES DE SA]NT-BERT1N. I-^ 

des fautes qu'il avait commises , s'oblif^ea par les plus 
étroits sermens à demeurer à Taveuir fidèle à son père. 
Son père , lui donnant le comté de Meaux et l'abbaye 
de Saint-Crépin , commanda qu'il vînt vers lui de 
Neustrie avec sa femme» Ses fidèles le priant de ne 
point faire la guerre contre Honfroi que Warengaud 
avait accusé d'infidélité, ily consentit et réconcilia 
Honfroi avec Warengaud. 

Louis', roi de Germanie, ayant appelé à Mayence 
Lothaire son neveu, lui demanda de marcher en armes 
avec lui contre un des petits rois des peuples dits 
Wénèdes. Lothaire promit d'abord d'y aller , mais 
ensuite manqua à sa promesse. Louis cependant, lais- 
sant dans son pays son fds Charles, parce qu'il avait 
dernièrement épousé la fille du comte Ercanguaire , 
alla contre les Wénèdes , conduisant avec lui son fils 
Louis. Là, ayant perdu quelques-uns de ses grands , 
et ses atfaires ne prospérant point, il retourna, après 
avoir reçu des otages, au palais de Francfort-su r-le- 
Mein. 

Les Danois pillent et dévastent par le fer et le feu 
la plus grande partie de son royaume ; il est aussi ra- 
vagé par d'autres ennemis nommés Hongrois, jus- 
qu'alors inconnus à ses peuples. 

Lothaire , l'esprit troublé , à ce qu'on rapporte , par 
les maléfices de sa concubine Waldrade , et poussé 
d'un amour aveugle pour cette prostituée , en faveur 
de laquelle il avait renvoyé sa femme Teutberge, la 
couronne avec l'appui de son oncle Luitfried et de 
Wultaire qui , à cause de cela , étaient près de lui en 
grand crédit, et , ce qui est honteux à dire , du con- 
sentement de quelques évêques de son royaume ; et il 



178 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

la prend pour femme et reine, à la grande douleur et 
malgré l'opposition de ses amis. 

Le roi Charles étant venu à Rheims , Hincmar , 
évêque de cette ville, convoque les évêques ses suf- 
fragans, et dédie en l'honneur de sainte Marie l'église 
métropolitaine de cette province, ainsi qu'elle lui 
était depuis long-temps consacrée. 

Louis , roi de Germanie , envoie à son frère Charles 
des messagers portant de douces paroles pour l'enga- 
ger à venir à sa rencontre dans le territoire de Toul ; 
et comme Charles n'avait pas voulu conférer avec Lo- 
thaire avant d'avoir dit à son frère les choses qu'il 
désapprouvait dans la conduite de son neveu , il s'é- 
leva de là en paroles des querelles non petites. 

Cependant Charles , avec les évéques qui l'accom- 
pagnaient , montra à Louis et aux évéques réunis avec 
lui un écrit contenant sommairement les raisons pour 
lesquelles il ne voulait pas communiquer avec Lo- 
ihaire, à moins que celui-ci ne promît ou de rendre 
dûment raison de sa conduite , ou d'y apporter un 
méritoire amendement , selon qu'il lui avait été or- 
donné. Sur cette promesse etautres conditions, Charles 
et les évêques qui étaient avec lui reçurent Lothaire à 
la communion -, mais lorsqu'on eut mis par écrit et 
que les conseillers leur eureht communiqué l'annonce 
qu'on devait faire aux peuples de ce qui était convenu 
entre eux, Louis et Lothaire la rejetèrent , principale- 
ment par le conseil de Conrad , leur conseiller et 
oncle de Charles, qui, à son ordinaire, étala dans 
cette occasion l'orgueil et la vanité de sa science , sans 
utilité pour lui ni pour les autres. 

La cause de ce refus était qu'on voulait laisser igno- 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. I79 

rer au public les raisons pour lesquelles Charles reje- 
tait Lothaire ; mais Charles , malgré eux , fit connaître 
pleinement à tous que c'était parce que , contre l'au- 
torité évangélique et apostolique , il avait renvoyé sa 
femme et en avait pris une autre ; et comme ils avaient 
communiqué avec la femme de Boson et avecBaudouin 
qui avait enlevé la fille de Charles pour Fépouser, et 
étaient excommuniés , il ne voulut pas communiquer 
avec Lothaire avant qu'on eût fait la susdite promesse 5 
en sorte que, convenant de se réunir au mois d'oc- 
tobre suivant sur les confins des comtés de Mouson 
et de Youzy, tous se séparèrent. Louis se rendit en 
Bavière pour faire la paix ou se battre avec son fils 
Carloman qui , avec l'aide de Restic , roi des Wénèdes, 
s'était révolté contre lui ; et Charles , passant par Pon- 
tion, vint de Toui à Quierzy, près des bords de la 
Marne. Là , il célébra avec beaucoup de respect le jour 
de la Nativité de Notre -Seigneur. 

[863.] Au mois de janvier, une flotte des Danois 
remonte le Rhin vers Cologne, et, ayant dévasté le 
port de Duersted et la ville de Nomnodoque ', dans 
laquelle s'étaient réfiigiés les Frisons , tué un grand 
nombre de marchands frisons , et réduit en captivité 
une multitude considérable, ils parviennent jusqu'à 
une certaine île près de Nuits. Là, Lothaire arrive 
avec les siens d'un côté du Rhin , et les Saxons de 
l'autre côté , et il les assiège jusque vers le commence- 
ment d'avril; en sorte que , par le conseil de Roric , 
les Danois s'en retournent comme ils étaient venus. 
Charles , fils de fempereur Lothaire et roi de Pro- 

' JVomnodoca. Il y a lieu de croire fjuc ce mot a t'tc tlc'Gauic par les 
copistes 5 on ignore quelle ville il désigne. 



l8o ANNALES DE SAINT-BE,RTIN. 

vence, depuis long-temps tourmenté d'épilepsie , 
meurt, et son frère Louis, appelé empereur d'Italie , 
vient en Provence , et attire à lui tout ce qu'il peut des 
grands du royaume. Lothaire , ayant appris ces nou- 
velles, s'y rend aussi, et, par la médiation de leurs 
domestiques et de leurs amis , ils conviennent de s'en 
retourner, et de traiter du sein de leur pays touchant 
ce royaume. Louis reprend donc le chemin d'Italie, 
et Lothaire celui de ses Etats. 

Le roi Charles se rend à la cité du Mans, et de là 
continue sa route jusqu'au monastère d'Entrame, où 
Salomon, duc des Bretons, vient à sa rencontre avec 
les premiers de sa nation , se recommande à lui , lui 
jure fidélité, fait jurer tous les grands de Bretagne, 
et lui paie , selon l'ancienne coutume, le cens de ces 
pays. Charles , en récompense de sa fidélité , lui donne 
en bénéfice une partie des terres dites entre deux 
eaux et l'abbaye de Saint-i\lbin. 11 reçoit en grâce 
Godefroi, Roric , Hérivée , et plusieurs autres qui ré- 
cemment et fréquemment lui avaient manqué de fidé- 
lité , et , avec son pardon , leur accorde des bénéfices. 
Il retourne au Mans, et y célèbre la pâque du Sei- 
gneur. Honfroi, marquis de Gothic, selon la cou- 
tume des Toulousains, sujets, dans cette ville , à sup- 
planter leurs comtes , chasse , au moyen d'un parti , 
Raimond à l'insu du roi Charles, et se met à sa place. 
Le roi Charles, revenant des pays au-delà de la Seine, 
reçoit Liutard , évêque de Paris , qui venait lui de- 
mander la paix de la part de Louis , empereur d'Italie, 
Gebhard, évéque de Spire, de la part de son frère Louis, 
roi de Germanie, et le comte INanthaire de la part de 
Lothaire son neveu. Charles avait toujours désiré gar- 



A^TS'ALES DE SAINT-BERTIIS. l8r 

der la paix , autant que le lui permettaient les attaques 
de ses adversaires. 11 reçut aussi de la part de son frc'^re 
Louis un autre envoyé du nom de Blitgaire, qui le pria 
de ne pas recevoir, dans le cas où il viendrait le trou- 
ver, Carloman, fils de Louis, qui l'avait quitté, et 
s'était enfui près de Restic , roi des Wénèdes. Peu de 
temps après, trahi et abandonné des siens, Carloman 
fut reçu sous serment par Louis, son père, qui le tint 
près de lui gardé librement. 

Charles reçoit avec honneur à Soissons , dans le mo- 
nastère de Saint-Médard, Rodoald, évéque d'Ostie , 
et l'évéque Jean, envoyés de Nicolas l'apostolique. 
Il les retint quelque temps avec lui , et , après leur 
avoir accordé le pardon qu'ils étaient venus demander 
pour Baudouin qui s'était réfugié en l'église des Apôtres, 
il les renvoya avec des lettres et des présens vers le 
siège apostolique. Ils se rendirent , comme légats 
dudit siège, à Metz, pour y tenir vers le milieu du 
mois de juin, d'après les ordres apostoliques, un 
synode à l'occasion du divorce qui avait eu lieu entre 
Lothaire et sa femme Teutberge , et de son mariage 
avec sa concubine A^\ aldrade qu'il avait prise pour 
femme contre les lois ecclésiastiques et les lois civiles. 
Dans ce synode , les deux envoyés , corrompus par des 
présens , cachèrent les lettres du seigneur apostolique, 
et n'accomplirent rien de ce cjui leur avait été com- 
mandé par l'autorité sacrée. Cependant , afin de pa- 
raître avoir fait quelque chose , ils envoyèrent à Rome, 
pour que leur affaire y fût réglée par le jugement 
du souverain apostolique , Gonthier, archevêque de 
Cologne , et Theutgaud , évéque de Trêves, avec des 
permissions que signèrent dans ce synode, par les 



l8?. A^'^■ALES DE SAINT-BERTIN. 

soins d'Haganon , les évêques avides et corrompus qui 
siégeaient dans les pays d'Italie appartenant à Lothaire, 
Le seigneur apostolique, pleinement instruit des choses 
qui s'étaient faites, et voulant condamner aussi Té- 
véque Rodoald qui, avec son confrère Zacharie, s'é- 
tait laissé corrompre à Constantinople par une cupi- 
dité semblable , convoqua un synode ; ce qu'appre- 
nant, Rodoald s'enfuit durant ]a nuit et disparut 5 mais 
Gonthier etTheutgaud, étant parvenus à Rome, furent 
condamnés par l'apostolique, d'abord en synode, puis 
dans l'église Saint-Pierre , comme on le verra dans la 
pièce suivante. 

« Nicolas , évéque , serviteur des serviteurs de Dieu, 
« à nos très-révérends ettrès-saints confrères Hincmar, 
« archevêque de Rheims, etWénilon, archevêque de 
« Rouen , et à tous nos confrères archevêques et évê- 
« ques habitant le royaume du glorieux roi Charles. 
« C'est chose manifeste aux yeux de tous que le crime 
« commis avec deux femmes, Teutbergeet Waldrade, 
« par le roi Lothaire , si cependant on peut véritable- 
« ment nommer roi celui qui ne sait point gouverner 
« par une règle salutaire les appétits de son corps, et 
« qui plutôt, par une faiblesse dissolue, cède à leurs 
« mouvemens illicites. Presque tous ceux qui , de la 
« terre et de la mer, affluaient vers notre église ou 
« siège apostolique , nous rapportaient que les évêques 
« Theutgaud et Gonthier lui avaient été fauteurs et sou- 
'c tiens dans une telle action. Les absens en informaient 
« par écrit notre apostolat : cependant nous refusions 
« de le croire , ne pensant pas que nous pussions ja- 
« mais ouïr telles choses sur des évêques , jusqu'à ce 
« qu'eux-mêmes, étant venus à Rome dans le temps 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l8.^ 

<( du concile , ont été reconnus , en notre présence et 
« en la présence du saint synode , pour tels que beau- 
« coup nous les avaient très-souvent annoncés ; tel- 
le lement qu'on leur a pris des écrits dressés de leurs 
« mains , et qu'ils voulaient nous faire autoriser par 
« notre seing 5 et tandis qu'ils s'efforçaient de tendre 
<c des pièges aux innocens, ils ont été déjoués dans 
« leurs artifices. Ainsi s'est accompli par la puissance 
« de Dieu ce qu'on lit dans les Proverbes : Oest en vain 
« qu on jette le jilet devant les yeux de ceux qui ont 
« des ailes ' , de manière qu'ils ont été enlacés et sont 
« tombés. Et nous qu'on avait dit faussement avoir 
« participé à cette infamie , par la toute volonté de 
« Dieu et la justice de nos défenseurs , nous nous 
« sommes relevé de cette accusation , et nous nous 
« trouvons debout. Ainsi donc , par notre décret et 
« celui du saint synode et en notre présence , ils ont 
« été déposés et excommuniés des fonctions sacerdo- 
(c taies , et deviennent , sans aucun doute , étrangers 
« au gouvernement de leur épiscopat. Que votre fra- 
« ternité donc , gardienne de la règle des canons , et 
« observant les saints décrets, se garde d'oser re- 
« prendre dans le catalogue des prêtres ceux que 
« nous en avons rejetés. Vous trouverez annexés ci- 
« dessous la sentence de la déposition prononcée 
« contre les susdits Theutgaud et Gonthier, ainsi que 
« les autres articles que nous avons promulgués et 
« sanctionnés d'accord avec le saint concile. » 

Art. 1^"^. « Le synode rassemblé dernièrement, c'est- 
« à-dire , sous le très-pieux empereur Louis , à la on- 
« zième indiction du mois de juin , dans la ville de 

' Piov«b, chap. I , V. 17. 



l84 A]S]NALES DE SAINT-BEKTIN. 

a Metz , par les ëvêqiies, ayant anticipé sur notre jiige- 
« ment, et violé témérairement les règles du siège 
« apostolique , est par nous déclaré cassé dès mainte- 
u nant et dans l'éternité, rejeté , et de notre autorité 
« apostolique nous le prononçons condamné à perpé- 
« tuité , et le décrétons ne devoir être appelé synode , 
u mais bien lieu de prostitution propice à l'adultère. » 
Art. 2. « Sur le rapport à nous fait des actes de 
(( Theutgaud, évêque de Trêves et primat des provin- 
«( ces belgiques , et de Gonthier, évêque de Cologne, 
« maintenant amenés devant nous et le saint synode , 
w touchant la manière dont ils ont connu et jugé de 
(c Taffaire relative à Lothaire et à ses deux femmes, 
u Teutberge et A\ aldrade , et les mêmes nous ayant 
« présenté sur cela un écrit signé de leur propre main, 
« et ayant affirmé de leur propre bouche, en présence 
« d'un grand nombre , qu'ils n'ont fait ni plus ni moins 
u ni autrement que ce dont on les accuse , et ayant 
u confessé publiquement et de vive voix avoir violé 
(( la sentence que notre très-saint frère Thaddée, ar- 
<( chevêque de Milan , et autres de nos collègues les 
« évêques , ont demandée au siège apostolique contre 
u Ingiltrude , femme de Boson, et qu'enflammé du 
« zèle de Dieu , nous avons rendue canoniquement 
w sur instance d'anathême ; dans toutes lesquelles 
« choses nous avons trouvé qu'ils avaient transgressé 
(c de plusieurs manières les décrets canoniques et 
« apostoliques, et violé témérairement la règle de 
u l'équité : nous avons prononcé par le jugement du 
u Saint-Esprit et l'autorité de saint Pierre résidante 
« en nous , (ju'ils devaient demeurer exclus de toutes 
« fonctions épiscopales, et étrangers à tout gouver- 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. l85 

« iiement de Tépiscopat ; que si , d'après leur pré- 
« cédente coutume , ils osaient accomplir, comme 
« évêques, quelques-unes des fonctions du sacré mi- 
« nistère , il ne leur sera permis d'espérer en aucune 
« manière leur rétablissement dans aucun autre sy- 
« node , ni aucun moyen de faire réparation ; mais 
« tous ceux qui communiqueront avec eux seront 
(( rejetés de l'Eglise, surtout si, ayant appris la sen- 
« tence portée contre eux , ils se hasardaient à aucune 
« communication. » 

Art. 3. « Que les autres évêques qu'on a rapportés 
« être complices des susdits Theutgaud et Gonthier , 
« s'ils s'unissent avec eux dans des séditions , conju- 
«( rations ou conspirations, ou s'ils se mettent héréti- 
« quement en dissentiment avec le clief , c'est-à-dire, 
« avec le siège de saint Pierre , soient liés par la même 
« condamnation; que si l'on apprend, d'ailleurs, par 
<( eux-mêmes , ou par des envoyés qu'ils nous feront 
«parvenir, chargés d'écrits de leur main, qu'ils se 
« tiennent attachés au siège apostolique, d'où leur épis- 
« copat a manifestement son principe 5 qu'ils sachent 
« que la permission de venir à nous ne leur sera pas 
<c refusée , et qu'ils ne craignent en aucune manière 
« de perdre leurs dignités pour des témérités ou des 
« signatures dont ils se seraient rendus coupables dans 
« des actes sacrilèges, mais qu'ils auraient rétractés. » 

Art. 4« " Nous avons dernièrement anathématisé 
« régulièrement, ainsi que ses fauteurs, Ingillrude , 
« fille du feu comte Matfried, qui , après avoir quitté 
« Boson , son mari , court le pays depuis environ sept 
« ans , vagabondant de côté et d'autre -, mais , à cause 
(( de sa contumace, nous ordonnons qu'elle soit liée 



l86 ANNALES DE SAl>'T-BËRTir<. 

(c des nœuds d'un anathême réitéré. Ainsi donc , au 
« nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit , seul et 
u vrai Dieu , et de tous les saints Pères , et de toute 
<( la sainte Éi^lise catholique et apostolique de Dieu , 
« qu'elle soit anathême avec tous ses complices, tous 
« ceux qui communiquent avec elle et lui prêtent as- 
« sistance -, en sorte que , comme nous Tavons déjà dë- 
« crété , si quelqu'un osait communiquer ou s'entre- 
« tenir avec elle en quelque manière que ce soit -, si 
« c'est un clerc , que , lié du même lien , il soit dé- 
« pouillé des fonctions cléricales ; que les moines aussi 
« et les laïques , s'ils désobéissent au présent décret , 
u soient également anathématisés. Cependant, si cette 
« femme retournait à son mari , ou se rendait à Rome 
« au siège apostolique de saint Pierre , très-certaine- 
« ment nous ne lui refuserions pas le pardon après 
« qu'elle aurait dûment satisfait; mais que jusque-là 
(( elle demeure sous les liens de l'anathême que nous 
« lui avons imposé alors et maintenant. Si cependant 
« quelqu'un communiquait sans le savoir avec ladite 
« Ingiltrude lorsqu'elle serait en route pour se rendre, 
<c dans ce dessein , au siège apostolique de saint Pierre 
« à Rome, ou, la connaissant, lui prêtait secours pour 
« s'y rendre , il ne tombera pas pour cela sous les 
« liens de l'anathême. » 

Art. 5. « Si quelqu'un méprise ces préceptes, man- 
« dats , interdiction , ordonnances ou décrets salutai- 
« rement promulgués par le chef du siège apostolique 
« pour la foi catholique , la discipline ecclésiastique , 
u la correction des fidèles , l'amendement des cou- 
H pables, ou la prévention des maux imminens ou à 
« venir, qu'il soit anathême. )> 



A^'?^ALES DE SAOT-BERTIN. 187 

« Nous souhaitons à Votre Sainteté en Jésus-Christ 
« une bonne santé. » 

Le 25 octobre, Charles tint dans le palais de Ver- 
berie un synode, où il réclama par les lois, sur Ro- 
bert, évéque de la ville du Mans , l'abbaye de Saint- 
Calais que celui-ci voulait retenir dans la juridiction de 
son évêché. Par droit de recommandation apostolique, 
il envoya aussi à Rome, avec des lettres et des mes- 
sages de lui et des évéques , comme le lui avait fait dire 
le pape, Rothade récemmentdéposé. A la recommanda- 
tion du souverain apostolique , il reçut à réconciliation 
sa fille Judith , et reçut aussi avec solennité Tenvoyé 
de Mahomet, roi des Sarrasins, venu à lui avec de 
grands présens et des lettres , énonçant désir de paix 
et d'une alliance amicale. Il ordonna cju'ils attendissent 
avec honneur et toutes les protections nécessaires, et 
dûment défrayés, dans la ville de Senlis, le moment 
où il pourrait les renvoyer honorablement à leur roi. 
De là il se dirigea en armes vers l'Aquitaine avec une 
troupe considérable pour y reprendre par la force son 
fils Charles, s'il ne voulait pas revenir autrement, et 
arriva jusqu'à la cité d'Auxerre. Là, comme le lui 
avait demandé le souverain apostolique, et par le con- 
seil de ses fidèles , il permit à sa fille Judith de s'unir 
régulièrement en mariage à Baudouin qu'elle avait 
suivi. De là il se rendit à la cité de Nevers, où il reçut 
son fils Charles qui venait vers lui, lui fit promettre 
par serment fidélité et soumission , et fit de nouveau 
jurer la même chose aux grands de l'Aquitaine. 

Deux des Normands qui , dernièrement avec Wé- 
land, étaient sortis de leurs navires, demandant par 
feinte , comme on le dit alors et comme la suite l'é-. 



l88 A>NALLS DE SA1^T-BERTIK. 

flaircil, à être faits Chrétiens, accusèrent WélanJ d'in- 
fidélité; comme il le niait, Fun d'eux, selon la cou- 
tume de sa nation , le combattit en présence du roi 
les armes à la main et le tua. Cependant on apprit la 
triste nouvelle que les Normands étaient venus à Poi- 
tiers : la ville fut préservée en se rachetant 5 mais ils 
brûlèrent Féglise du grand confesseur saint Hilaire. 
Le roi célébra la Nativité du Seigneur proche de la 
ville de Nevers, dans le lieu où il avait reçu son fils. 

[864.] Charles ayant levé une armée d'Aquitains, 
leur ordonna d'aller contre les Normands qui avaient 
brûlé l'église de Saint-Hilaire , et se rendit à Compiègne 
conduisant son fils Charles de même nom que lui ; il 
envoya ses messagers pour recevoir des villes et châ- 
teaux dans la Gothie. Les Normands marchent vers 
la cité d'Auvergne où , après avoir tué Etienne, fds de 
Hugues, avec un petit nombre des siens, ils retour- 
nent impunément à leurs navires. Pépin , fils de Pépin , 
qui, de moine , s'était fait laïque et apostat, s'allie aux 
Normands et suit leur religion. Charles le jeune , que 
son père avait dernièrement reçu venant d'Aquitaine, 
et conduisait avec lui à Compiègne, retournant de la 
chasse la nuit dans la forêt de Cuise , tandis qu'il ne 
songeait qu'à s'amuser avec d'autres jeunes gens de 
son âge , fut , de l'œuvre du diable , frappé à la tête 
par le jeune Alboin d'un coup de dague qui lui péné- 
tra quasi jusqu'au cerveau. Le coup , entré par la tempe 
gauche, traversa jusqu'à la mâchoire droite. 

Lothaire, fils de Lothairc , fit lever sur chaque ma- 
noir de son royaume quatre deniers, dont, sous le 
nom de loyer, il paya au Normand Rodolphe, fils de 
Hérold, et aux siens, une somme d'argent, avec un 



ANNALES DK SAINT-BERTIN. 1 <S() 

tribut annuel de beaucoup de farine, de brebis, de 
vin et de bière. 

Louis, qu'on appelait empereur d'Italie, invité par 
Gonthicr, prit pour injure à lui personnelle que l'a- 
postolique eût, comme on l'a dit ci-dessus, dégradé 
les messagers de son frère Lothaire, envoyés à Rome 
sur sa foi et par son intervention \ et, ne pouvant con- 
tenir sa fureur, il marcha vers Rome avec sa femme et 
accompagné des envoyés Theutgaud et Gonthier, dans 
l'intention de forcer le pape de Rome à les rétablir 
dans leurs évéchés; ou, s'il ne le voulait pas, de 
mettre les mains sur lui à son grand dommage. Ce 
qu'ayant appris , l'apostolique indiqua un jeûne avec 
des litanies générales pour lui et les Romains , afin 
que Dieu, par l'intercession des apôtres, mît en l'es- 
prit dudit empereur de bons desseins et du respect 
pour le culte divin et l'autorité du siège apostolique. 
L'empereur cependant arriva à Rome , et tandis qu'il 
logeait près la basilique de Saint-Pierre , le clergé et le 
peuple romain se rendirent à l'église de Saint-Pierre 
avec des croix et célébrant le jeûne et les litanies. 
Comme ils commençaient à monter les degrés de la 
basilique, les hommes de l'empereur les renversèrent 
à terre, les frappèrent de toute sorte de coups, bri- 
sèrent les croix et les drapeaux , et ceux qui en purent 
échapper prirent tous la fuite. Dans ce tumulte fut 
brisée et jetée en la rue la vénérable et merveilleuse 
croix qu'avait fait fabriquer très-proprement Hélène , 
de sainte mémoire , y enfermant du bois de la croix 
miraculeuse , et dont ensuite elle avait fait à Saint- 
Pierre un grand présent. Elle fut, à ce qu'on rapporte, 
ramassée par quelques hommes de la nation des Angles 



igo ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

et rendue au gardien. L'apostolique apprit ce forfait 
dans le palais de Latran qu'il habitait, et , peu après , 
sut de science certaine qu'on voulait se saisir de lui -, 
il entra secrètement en un bateau et se transporta sur 
le Tibre dans la cathédrale de Saint-Pierre , où il de- 
meura deux jours et deux nuits sans manger et sans 
boire. 

Cependant l'homme qui avait eu l'audace de briser 
la très-sainte croix mourut , et l'empereur fut pris de 
la fièvre ^ à cause de quoi sa femme envoya vers l'apos- 
tolique. Sur la foi de son injonction , celui-ci vint vers 
l'empereur-, et, après qu'ils eurent discouru entre eux, 
l'apostolique, ainsi qu'il fut convenu, rentra à Rome 
au palais de Latran, et l'empereur ordonna à Gonthier 
et à Theutgaud de s'en retourner en France dégradés 
comme ils étaient venus. Alors Gonthier envoya à 
l'apostolique , par le clerc Hilduin son frère , soutenu 
de ses hommes, ces articles diaboliques qu'il avait 
adressés , avec lenr préface , aux évéques du royaume 
de Lothaire, lorsque, comme nous l'avons dit, il re- 
vint à Rome à la suite de Louis , et dont jusque-là on 
n'avait pas pris connaissance. Il ordonna à Hilduin , 
si l'apostolique ne voulait pas recevoir son écrit , de 
le jeter sur le tombeau de saint Pierre. 

« A nos saints et vénérables frères et collègues les 
<( évêques, Gonthier etTheulgaud, en Notre-Seigncur, 
<( sahit. Nous prions avec supplication votre très- 
(( chère fraternité d'employer incessamment l'assis- 
<( tance de vos saintes prières en faveur de nous qui 
«prions assidûment pour vous, et de ne pas vous 
<( troubler ni vous effrayer des choses sinistres que 
« peut-être la renommée proclame de nous et de vous. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. I91 

u Nous avons cette confiance en la très -clémente 
«bonté de Notre -Seigneur, qu'avec l'aide de Dieu 
« les embûches de nos ennemis ne prévaudront pas 
« sur notre roi ni sur nous , et que nos adversaires 
« n'auront pas sujet de se réjouir de nous , bien que le 
« sire Nicolas , qui se dit pape , se déclare apôtre entre 
(( les apôtres , et se fait empereur de tout le monde , 
« ait voulu nous condamner à l'instigation et selon 
« le désir de ceux dont il est connu pour favoriser 
« les conspirations -, cependant de toute manière , par 
« l'aide du Christ , il a trouvé des résistances à sa folie, 
« et n'a pas eu ensuite médiocrement à se repentir de 
« ce qu'il avait fait. Nous vous envoyons les articles 
« écrits ci-dessous, afin que vous connaissiez nos su- 
« jets de plainte contre ledit pontife. Cependant, après 
« être sortis de Rome et nous en être fort éloignés , 
« nous sommes de nouveau rappelés à Rome , et c'est 
« en commençant à y retourner que nous vous avons 
« écrit ces petites lettres pour que vous ne vous éton- 
« niez pas de notre retard. Visitez et reconfortez sou- 
« vent le seigneur notre roi, tant par vous-mêmes 
« que par vos messages et vos lettres , et conciliez- 
« lui tout ce que vous pourrez d'amis et de fidèles-, ne 
« cessez pas surtout d'inviter , par vos admonitions , le 
« roi Louis , et recherchez soigneusement avec lui le 
« lien commun, car de la paix de leur royaume dé- 
« pend notre paix. Soyez, nos seigneurs et frères, 
« calmes d'esprit et tranquilles de cœur, car. Dieu 
« voulant, nous espérons vous annoncer de telles 
« choses que , guidés par l'esprit du Seigneur , vous 
u pourrez sans erreur y discerner ce que vous devez 
« faire et comment vous devez le faire. Cependant 



1C)2 ANNALES DE SAINT-BERTIX. 

a ayez soin de soutenir de toute manière ledit roi par 
u vos averlissemens , en telle sorte qu au milieu des 
« suggestions diverses il demeure immuable jusqu'à 
H ce qu il connaisse par lui-même les motifs des choses. 
« D'ailleurs , frère très-zélé , il est nécessaire et louable 
« de conserver inviolablement la fidélité que nous 
« avons promise à notre roi en présence de Dieu et 
« des hommes. Que Dieu tout-puissant daigne vous 
« maintenir en son saint service I » 

Art. i^'^. « Ecoute, sire pape Nicolas; nos pères et 
« frères les évêques nos collègues nous ont envoyés 
«. vers toi , et nous sommes venus de notre propre 
« mouvement consulter ton autorité sur les choses 
« que nous avons jugé comme il nous a paru conve- 
(( nable et selon les lumières de ceux qui nous ont 
« aidés et approuvés ; et nous avons apporté des écrits 
« montrant les autorités et les raisons que nous avons 
« suivies, afin que ta sapience, après avoir examiné 
« toutes choses, nous apprit ton sentiment et ta vo- 
ce lonté; et si ta Sainteté trouvait quelque chose de 
« mieux , nous lui demandons de nous instruire et de 
« nous guider , prêts , ainsi que nos confrères, quelque 
<( chose que tu veuilles suggérer conformément à la 
« justice et à la raison , à nous soumettre à tes sages 
« instructions. » 

Art. 2. « Mais durant trois semaines que nous avons 
« attendu ta réponse, tu ne nous as déclaré rien de 
« certain ni aucune doctrine, mais seulement un jour 
« en public tu as dit que , d'après les allirmations con- 
« tenues dans notre écrit , nous yjaraissions excusables 
u et innocens. » 

Art. 3. « A la fin, appelés par toi, nous avons été 



AïNlSALES DE SAINT-BERTIiN'. ig3 

a conduits en ta présence , ne soupçonnant aucune 
<( inimitié. Là, les portes fermées, par une conspira- 
« tion à la manière des brigands , au milieu d'une mul- 
« titude assemblée et mêlée de clercs et de laïques, tu 
« t'es efforcé de nous opprimer par la violence et sans 
(t synode , sans examen canonique , personne ne nous 
« accusant , personne ne témoignant contre nous , sans 
« aucun délai donné aux éclaircissemens delà discus- 
« sion, sans alléguer les autorités, sans confession de 
« notre bouche, et en l'absence des autres évéques 
« métropolitains et diocésains nos confrères; et, in- 
« dépendamment du consentement de tous , tu as 
« voulu nous condamner par ta seule volonté et fureur 
« tyrannique. » 

Art. 4- « Mais ta sentence maudite , contraire à toute 
« paternelle bénignité, étrangère à toute fraternelle 
« charité, injustement et sans raison portée contre nous, 
« en contradiction aux lois canoniques , n'a point été 
« acceptée de nous-, et, avec toute l'-ssemblée de nos 
« frères , nous la méprisons et rejetons comme un avor- 
« ton maudit; et toi-même, à cause de la faveur et 
« communion que tu accordes à des damnés et ana- 
« thématisés, rejetant et méprisant la sainte religion, 
« nous ne te voulons pas recevoir dans notre commu- 
ne nion et société , et sommes très-satisfaits que tu te 
<' séquestres de toute communion et société fraternelle 
« avec l'Eglise que tu dédaignes en t'élevant au dessus 
<( d'elle, et dont tu te rends indigne par l'enflure de 
« ton orgueil. » 

Art. 5. (( Tu as donc , par ta légèreté téméraire , in- 
« fligé sur toi-même , par ta propre sentence , la peste 
« de l'anathême lorsque tu t'es écrié : Qiœ celui qui 



IC)4 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

« Tt observe pas les préceptes apostoliques soit ana- 
u thème! car tu es coiiuiipour les avoir violés nombre 
(( de fois, annulant, autant qu'il est en toi, à Ja fois 
« les lois divines et les sacrés canons, et ne voulant 
(( pas suivre les traces de tes prédécesseurs les pon- 
« tifes romains. » 

Art. 6. (c Maintenant donc , nous qui avons éprouvé 
« ta fourberie et tes artifices, nous sommes, non pas 
« irrités de l'outrage que tu as fait tomber svu' nous , 
« mais enflammés de zèle contre ton ini([uité , et , sans 
« songer à notre personne indigne , nous avons devant 
(i les yeux la généralité de notre ordre , envers lequel 
« tu veux user de violence. » 

Art. 7. « Pour résumer ici en peu de mots notre 
« proposition spéciale , la loi divine et la loi cano- 
« nique nous apprennent très-clairement, et il est aussi 
(i stipulé par les vénérables lois du siècle , qu'il n'est 
(c permis à personne de livrer une vierge libre en 
« concubinage à un homme, surtout si la fdle ne veut 
« pas consentir à cette conjonction illicite ; et lors- 
« qu'elle est unie à un homme sien, du consentement 
« de ses parens , de foi, d'elFet et par l'affection con- 
(( jugale, on doit certainement la regarder comme sa 
« femme, et non sa concubine. » 

L'apostolique, nistruit d'avance de la chose, ne 
\ouluLpas recevoir leurs articles; cependant ledil 
llilduin armé , et avec les hommes de Gonthier, en- 
Ira sans aucun respect dans l'éghsc de l'apôtre saint 
l'ierre, et, comme le lui avait ordonné son frère; 
Goathier, si l'apostolique refusait de recevoir le dia- 
bolique écrit, voulut le jeter sur le tombeau de saint 
Pierre. Les gardiens s y opposant , lui et ses complices 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. IqS 

commencèrent à charger de coups ces gardiens , tant 
cfu il y en eut un de tué. Alors il jeta l'écrit sur le 
tombeau de saint Pierre , et, mettant Fépée à la main 
pour se défendre lui et ceux qui étaient venus avec 
lui, ils sortirent de Téglise, et, cet acte déplorable 
accompli , retournèrent vers Gonthier. 

Peu de jours après , l'empereur sortit de Rome où 
sa suite avait commis beaucoup de déprédations, dé- 
truit beaucoup de maisons , pollué des religieuses et 
d'autres femmes, tué des hommes et violé des églises. 
Il vint à Ravenne , où il célébra la Pâque du Seigneur 
avec autant de grâces de Dieu et des apôtres qu'il en 
avait mérité. 

Gonthier, étant arrivé à Cologne lors de cette même 
cène du Seigneur, osa, comme un homme qui n'avait 
point de Dieu, célébrer la messe et bénir le saint 
chrême ; mais Theutgaud s'abstint avec respect du saint 
ministère, ainsi qu'il lui avait été ordonné. Enfin les 
autres évêques s'étant employés auprès de Lothaire , il 
ôta à Gonthier son évêché sans consulter personne , 
le donna à Hugues , fds de Conrad , oncle du roi 
Charles et de sa tante maternelle , tonsuré clerc, sous- 
diacre seulement par le degré de son ordination, mais, 
par ses mœurs et sa vie, peu semblable à un fidèle 
laïque. Gonthier, irrité de cela, emportant tout ce qui 
restait dans cette ville du trésor de l'église, retourna 
à Rome pour y exposer par ordre au pape toute la suite 
de l'atlaire de Lothaire avec Teutberge et Waldrade. 
Mais les évêques du royaume de Lothaire adressèrent 
à l'apostolique des envoyés portant par écrit des pa- 
roles de pénitence et des professions canoniques, 
confessant que, dans l'atlaire de Teutberge et de Wal- 

i3. 



19(3 ANKAT.es de SAINT-BERTIK'. 

drade, ils avaient grandement dévié de la véritc' évan- 
gélique et des règles sacrées deTantorité apostolique. 
Cependant Lothaire , après avoir envoyé à l'apostolique 
Raoul, évêque de la ville de Strasbourg, avec des 
écrits , oii , selon sa coutume , il s'excusait et promet- 
tait faussement un amendement volontaire, alla par 
Gondreville et Remiremont à la rencontre de son frère 
au lieu qu'on appelle Orbe. 

Charles envoie à Rome avec des lettres Rol)ert , 
évêque de la ville du Mans , pour y conduire Rolhade , 
ainsi que l'avait ordonné l'apostolique -, mais 1 es évéques 
de son royaume ayant adressé au siège apostolique 
leurs vicaires avec les lettres synodales sur l'atlaire de 
ce même Rotliade, Louis leur refuse le passage. Ces 
envoyés, tant du roi que d(^s évêques , firent connaître 
secrètement au pape les causes de l'impossibilité où 
ils étaient de se rendre à Rome. Rothade, feignant 
une maladie , demeura à Besançon ; les autres retoiu'- 
nèrent dans leur patrie-, et Rothade, revenant après 
eux par Coire , protégé de Lothaire et Louis , roi de 
Germanie, ses fauteurs, alla vers Louis, empereur 
d'Italie, afin de pouvoir par son secours parvenir à 
Rome. 

Les envoyés du roi Charles revinrent sans avoir rien 
fait dans l'affaire pour laquelle ils avaient été envoyés; 
etHonfroi, chassé de Toulouse et de la Gothie, ayant 
passé en Italie par la Provence, Charles envoya de nou- 
veau à Toulouse et en Gothie d'autres messagers pour 
y reprendre ses terres et ses châteaux. 

Louis, roi de Germanie, marche en armes contre 
le chagan des Bulgares qui avait promis de vouloir se 
faire chrétien. Louis comptait, sil réussissait, aller de 



AlVîNALf^S DE SAliNT-BEBTl> . l^fj 

là rétablir Tordre sur la frontière des Wéiièdes. Les 
PSormands étaient venus en Flandre , apportés par une 
nombreuse flotte; mais les gens du pays leur faisant 
résistance, ils remontent le Rhin, et dévastent, dans 
les royaumes de Louis etde Lothaire, toutes les parties 
voisines des deux rives du fleuve. Charles tient , au 
commencement de juin , dans le lieu nommé Pistre , 
une assemblée générale, en laquelle il reçoit cin([ 
cents livres en argent de don annuel et cens du pays 
de Bretagne, que lui envoie Salomon, duc des Bre- 
tons , conformément à fusage de ses prédécesseurs. 
11 ordonne de fortifier la Seine , afin que les Normands 
ne puissent remonter ce fleuve; et, par le conseil de 
ses fidèles , et conformément à l'usage des rois ses 
prédécesseurs et ancêtres , il décrète trente-sept ca- 
pitulaires qu il ordonne d'observer comme lois dans 
tout son royaume. 

Pépin l'apostat est enlevé, par l'adresse des Aqui- 
tains , du milieu des Normands , et jnésenté dans cette 
assemblée aux grands du royaume comme traître au 
pays et à la chrétienté-, en raison de quoi il est de tous 
unanimement condamné à mort, et renfermé dans la 
ville de Senlis dans une étroite captivité. Bernard, fils 
par la chair et les mœurs du feu tyran Bernard , part 
de l'assemblée avec la permission du roi , comme 
pour retourner dans ses bénéfices-, mais la nuit, re- 
venu à main armée , il se cache dans une foret , atten- 
dant le lieu et l'heure de tuer méchamment, les uns 
disent le roi, qui , par le jugement des Francs , avait 
fait tuer son père , et selon les autres Robert et Rani- 
nulphe , fidèles du roi. Le roi , en ayant eu connais- 
sance , envoya des gens pour le prendre et le conduire 



1^8 A^Nà-LES DE SAINT-BERTIN. 

en sa présence, en sorte qu'il prit le parti de la fuite. 
Le roi, en conséquence, par le jngeraent de ses fidèles, 
reprit les bénéfices qu'il lui avait donnés , et les con- 
féra à Robert , son fidèle, 

Egfried, qui, dans les temps passés, de concert avec 
Etienne , avait soustrait à l'obéissance paternelle le fils 
du roi , de même nom que son père , est pris par Ro- 
bert, et présenté au roi dans cette même assemblée. 
Le roi , à la prière de Robert et de ses autres fidèles , 
lui pardonne ce qu'il avait commis contre lui, et, 
après qu'il a prêté serment , lui permet de s'en aller 
sans avoir reçu aucun mal et avec des présens. Charles, 
du lieu nommé Pistre , vient à Compiègne vers le com- 
mencement de juillet, renvoie honorablement len- 
voyé de Mahomet, roi des Sarrasins , qui était venu le 
trouver avant l'hiver, après lui avoir fait passer par ses 
messagers de grands et nombreux présens. Carloman, 
fils de Louis , roi de Germanie , qui habitait près de 
son père avec une garde, feignant d'aller à la chasse, 
se dérobe par la fuite à son père, et s'empare des 
Marches qu'd lui enlève avec le consentement des 
marquis par lesquels elles lui sont livrées. Son père, 
suivant ses traces, le fait venir à lui sous condition de 
fidélité , et lui confère des bénéfices. De là , revenant 
vers le palais de Francfort, il tombe de cheval en chas- 
sant un cerf en une forêt, et, blessé dans les côtes , 
il est porté en un monastère voisin , et envoie devant 
lui son fils Louis audit palais de Francfort où était 
déjà sa femme, et où, bientôt guéri, il se rend lui- 
même. 

Le pape Nicolas envoie de nouveau à tous les ar- 
chevêques et évêques des provinces de la Gaule, de 



iiNNALES DE SAINT-BERTIN. 1 99 

la Germanie et de la Belgique, pour conlirmer la dé- 
position de Tlieulgaud , archevêcpie de Trêves, et de 
Gonthier, archevêque de Cologne; mais il pardonne, 
comme il l'avait promis dans l'écrit ci-dessus , aux 
autres ëvêques du royaume de Lotliaire qui , après 
avoir consenti au divorce avec Teutbcrge et au ma- 
riage avec la concubine Waldrade , lui avaient en- 
voyé des lettres contenant la confession de leur faute. 
Il convoque un synode à Rome vers le commence- 
ment de novembre , annonçant qu'on y confirmera de 
nouveau la déposition des deux archevécjues , et qu'on 
y traitera de l'aflaire de Lotliaire et de celle d'Ignace , 
évêque de Constantinople, déposé l'année précédente, 
et en la place duquel un laïque avait été tonsuré et 
ordonné évêque. Les susdits ïheutgaud etGontliier 
vinrent de leur plein gré à ce synode , pensant que, par 
l'intervention de l'empereur Louis, ils obtiendraient 
de l'apostolique qu'il les rétablît dans leurs sièges. 

Louis , dit empereur d'Italie , est grièvement blessé 
par un cerf en rut qu'il avait voulu percer de ses traits. 
Arsène , apocrisiaire, demande à Nicolas , pontife du 
siège de Rome, de lui permettre d'adresser des mes- 
sagers à Charles pour c rtaines atfaires ecclésiastiques. 
Mais le pape le refuse, pensant que c'est à trompeuse in- 
tention et contre lui qu'Arsène veut envoyer des messa- 
gers en France. Hubert , clerc marié et abbé du monas- 
tère de Saint-Martin , est tué par les hommes de Louis, 
empereur d'Italie, contre la volonté duquel il tenait 
l'abbaye de Saint-Maurice et d'autres bénéfices dépen- 
dans de lui-, et Teutberge , sa sœur, renvoyée par Lo- 
thaire , vient se remettre sous la protection de Charles. 
Charles lui donne le monastère d'Avenay, et confère 



200 ANiNALES DE SAHST-BEKTIN. 

l'abbaye de Saint-Marlin à Ingelwiii , diacre de son 
palais. Robert, comte d'Angers, ayant attaqué deux 
troupes de Normands qui résidaient sur le fleuve de 
Loire , tue presque tous les hommes d'une de ces 
troupes, à l'exception de quelques-uns qui s'échap- 
pent par la fuite ; mais l'autre troupe , plus forte , ar- 
rivant par derrière , le blesse ; en sorte qu'il prend le 
parti de se retirer, ayant perdu un petit nombre des 
siens , et il guérit peu de jours après. 

[865.] Le roi Charles célèbre, dans le palais de 
Quierzy, la Nativité de Notre-Seigneur. Il vient à la 
ville de Ver , et environ le milieu de février , il reçoit 
honorablement , en la ville de Douzy, son frère Louis 
et les fds de celui-ci. Là , après en avoir consulté avec 
leurs fidèles, ils envoient à leur neveu Lothaire, par 
les évêques Altfried et Erchanrat , un message portant 
que , comme il avait dit souvent qu'il devait aller à 
Rome, il devait d'abord, selon les exhortations de 
l'apostolique et les leurs, s'amender en ce qu'il avait 
commis contre les lois divines et luuuaines, et au mé- 
pris de l'Eglise qu'il avait scandalisée par ses trans- 
gressions -, et qu'alors , après avoir mis ordre aux af- 
faires de son royaume, il irait, s'il lui plaisait, à 
l'église des apôtres pour demander et obtenir son par- 
don. Mais Lothaire , pensant qu'ils lui voulaient en- 
lever son royaume et le partager entre eux , envoya à 
son frère , l'empereur d'Italie, Luitfried son oncle , le 
priast d'obtenir de l'apostolique qu'il écrivît à ses 
oncles des lettres pour les engager à lui garder la paix 
et à ne point apporter de trouble dans son royaume ; 
ce qu'obtint l'empereur Louis. 

Cependant, par un jugement de Dieu, les Normands 



^^'IVALES DE SAJiST-Ri:i;TIN. îî(jî 

qui habitaicnL sur la Loire , favorisés du vent, voguent 
avec la plus grande impétuosité jusqu'au monastère 
de Saint-Benoît, dit de Fleury, y mettent le feu, et. 
en revenant, livrent aux flammes la ville d'Orléans, 
ses monastères et tous les édifices environnans, ex- 
cepté l'église de la Sainte-Croix , que la flamme, bien 
que les INormands y missent grand travail , ne put ja- 
mais dévorer; puis ils retournent au lieu de leur 
résidence, descendant de même le long du fleuve et 
ravageant les lieux voisins. 

De Douzy , Louis prit sa route vers la Bavière , et 
Charles , son fils , réconcilié avec lui et rentré dans sa 
maison , lui rendit les Marches qu'il lui avait enlevées 
et revint au palais de Francfort. Charles, venu par 
Attigny à Servais ' , y célèbre le saint carême et la 
Pâque du Seigneur, et envoyant dans la Gothie Ber- 
nard , né de feu Bernard et de la fdle du comte Rori- 
gon , il lui confie une partie de ses Marches ; et venant 
ensuite à la ville de Ver , il y reçoit des évêques et 
d'autres grands de l'Aquitaine qui étaient venus à sa 
rencontre, et, sur leurs nombreuses demandes, per- 
met à son fils Charles , encore mal corrigé , de retour- 
ner en Aquitaine avec le nom et le titre de roi. 

Le pape Nicolas envoie aux deux frères , Louis et 
Charles, ainsi qu'aux évêques et aux premiers du 
royaume, Arsène, évoque d'Ostie et son conseiller, 
avec des lettres de lui portant la demande que Lo- 
thaire, par son frère , l'avait prié de leur faire, non pas 
dans ces termes de civilité et ces expressions de dou- 
ceur apostolique dont les évêques de Rome avaient 
coutume, dans leurs lettres, d'honorer les rois, mais 

' Pi es de La Fcit, 



10-1 A!N^'ALES DE SAINT-BERTIN. 

avec des menaces pleines de malveillance. Ce même 
Arsène étant allé par Coire et par rAlleniai'ne tronver 
Louis, roi de Germanie, dans le palais de Francfort , 
lui porta les lettres de l'apostolique, et de là se rendit 
à Gondreville prèsdeLothaire. Là il lui remit, et aux 
évéques et premiers de son royaume, des lettres du 
pape portant que , s'il ne reprenait pas sa femme Teut- 
berge et ne renvoyait Waldrade , Arsène devait le 
rejeter de toute société chrétienne , le pape Fayant 
déjà excommunié en plusieurs épîtres précédentes et 
très-souvent déclaré exclu de la société des Chrétiens. 
De chez Lothaire Arsène venant, vers le milieu de 
juin, dans le palais d'Attigny, remit de même assez 
honorablement , aux rois Louis et Lothaire , deux 
lettres semblables entre elles. 11 ramena aussi avec 
lui et présenta à Charles Rolhade , destitué canonique- 
ment par les évéques des cinq provinces de Rheims , 
et rétabli par le pape Nicolas , non régulièrement , 
mais de sa propre autorité -, car les sacrés canons disent 
que , si un évoque dégradé de son rang par les évo- 
ques des provinces se réfugie vers Févêquede Rome, 
Févêque de Rome doit écrire aux évéques des pro- 
vinces frontières et voisines pour qu'ils s'enquièrent 
soigneusement de toute FalFaire et lui en rendent 
compte fidèlement selon la vérité ; et si Févêque de 
Rome leur renvoiede nouveau celui quiaétédépouillé, 
il doit leur adresser des légats à latere ayant autorité 
pour accomplir cette mission , afin qu'ils jugent avec 
les évéques-, ou, autrement, il doit regarder les évo- 
ques comme suflisans pour terminer FalFaire. L'apos- 
tolique ne voulut faire ni l'un ni Tiuitrc; et, mépri- 
sant le jugement des évoques qui, selon les sacrés 



AW.NALES DE SAlAT-BERTliN. 2o3 

règiemens, après avoir prononcé sur l'apparence des 
faits, s'en étaient référés au siège apostolique de toutes 
les choses jugées , il rétablit Rothade de sa propre auto- 
rité. Il renvoya donc à Charles Févêque rétabli avec des 
lettres portant que si quelqu'un, sans exception , s'op- 
posait en quelque chose à Rothade, soit dans la pos- 
session de sa dignité ou celle des biens de févéché , il 
serait anathême ^ ainsi , sans avoir consulté les évéques 
qui l'avaient déposé et sans leur consentement , Ro- 
thade fut rétabli dans son siège par le légat Arsène. 

Après cela Arsè'ue alla à Douzy , à la rencontre de 
Lothaire, conduisant Teutberge qui, depuis quelque 
temps , habitait honorablement dans le royaume de 
Charles ; et , après avoir reçu le serment que prê- 
tèrent, au nom de Lothaire, douze de ses hommes, 
il lui rendit en mariage cette même Teutberge , sans 
lui demander , comme l'ordonnaient les canons , au- 
cune réparation ecclésiastique pour son adultère 
public. 

On prêta aussi à Teutberge , au nom de Lothaire , 
un serment dicté et apporté de Rome par Arsène : « Je 
« jure et promets, par les quatre saints évangiles du 
« Christ que je touche de mes mains, et par ces re- 
« liques des saints, que mon seigneur le roi Lothaire , 
« fils de feu Lothaire , le sérénissime empereur , de 
« pieuse mémoire, recevra à l'avenir et désormais, et 
'( tiendra en toutes choses Teutberge sa femme pour 
« épouse légitime, et se conduira en tout avec elle 
« comme il convient à un roi envers la reine sa femme, 
« et que jamais , à cause des discordes survenues entre 
<( eux, il ne lui arrivera aucun mal, ni dans sa vie, ni 
'( dans ses membres , de h part de niondit seigneur 



•2(i[ ANNALES DK SAlNT-lîEIîTJ N. 

« Lotliaire, ni de quelque homme que ce soit, à sou 
« instigation , avec son aide ou de son consentement; 
« mais qu'il la tiendra , ainsi qu il convient à un roi de 
« tenir sa femme légitime ^ à cette condition qu elle 
« aura soin désormais de lui rendre en toutes choses 
'( l'honneur qui convient à une femme envers son sei- 
« gneur. » Suivent les noms de ceux qui prêtèrent 
ce serment. Parmi les comtes , Milon , Ratairc, Roland, 
Theutmar, Werembold, Rocidf-, entre les vassaux, 
Herbold, AVulfried, Eidulf, Berthmond, Nithard, Ar- 
noul. Ils jurèrent sur les quatre évangiles de Dieu 
et le très-précieux bois de la sainte croix du Seigneur 
et d'autres reliques des saints, le troisième jour du 
mois d'août, indiction treizième, dans le lieu nommé 
Vanderesse. Cela se fit au temps du sire apostolique, 
trois fois bienheureux et co-angélique Nicolas, par le 
moyen et les soins du vénérable Arsène , évêque , 
messager et apocrisiaire du suprême saint-siége ca- 
tholique, revêtu de l'autorité apostolique, et légat 
dudit sire apostolique Nicolas. Noms des évêques 
présens et intervenans : Hardvt^ick , archevêque de 
Besançon; Remède, archevêque de Lyon; Adon, 
archevêque de Vienne; Roland , archevêque d'Arles; 
Advence, évêque de Metz; Atton, évêque de Ver- 
dun; Franc, évêque de Liège; Ratald, évêque de 
Strasbourg ; Fulcric , chapelain et envoyé de l'empe- 
reur, y furent aussi du royaume de Charles , Isaac , 
évêque de Langres, et Ercanrat, évêque de Châlons. 
des mains desquels la reine Teutberge fut reçue , de la 
part du roi Charles, par Arsène, vénérable évêque 
et légat du siège apostolique, et par les susdits arche- 
vêques et évêques. Furent présens en ce lieu. po(u- 



\>'NALES DE SAIIST-BERTIN. lof» 

voir et ouïr publiquement ces choses, les hommes 
nobles de divers royaumes avec une multitude de 
peuple , desquels nous ne pouvons remplir ici les 
pages. 

Le même jour Arsène, ëvéque et légat du siège 
apostolique, et tous les susdits archevêques, remirent 
et donnèrent, entre les mains du roi Lothaire , la reine 
Teutberge, non seulement avec la recommandation 
susdite, mais avec adjuration et sous peine d'excom- 
munication, déclarant que si , en toutes choses , il n'ob- 
servait pas ce qui a été ci-dessus mentionné, il lui en 
serait demandé compte non seulement dans la vie pré- 
sente, mais dans la vie éternelle, au terrible jugement 
de Dieu, accompagné de saint Pierre, prince des apô- 
tres , et qu'il serait, par ce jugement, damné à toute 
éternité pour brûler dans les flammes perpétuelles. 

Cependant Lothaire envoya vers Charles des mes- 
sagers, promettant et lui demandant de s'allier mu- 
tuellement d'une solide affection ; ce qu'il obtint par 
1 intervention de la reine Hermentrude r^ et venant à 
Attigny, il y fut amicalement et honorablement ac- 
cueilli par Charles , et fut reçu dans l'alliance qu'il 
sollicitait. Arsène , revenant vers eux , leur apporta 
une épître du pape Nicolas pleine de terribles impré- 
cations, inconnues jusqu'alors à la modestie du siège 
apostolique, contre ceux qui, dans les années précé- 
dentes, avaient enlevé par violence à ce même Arsène 
de grands trésors, s'ils ne s'efforçaient de le satisfaire 
en lui rendant ce qu'ils lui avaient pris. Après avoir 
laissé cette épître et une autre contenant l'excommu- 
nication d'Ingdtrude qui , ayant quitté son mari Bosoii, 
s'était réfugiée avec un adultère dans le rovaume de 



2o6 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

Lothaire, et après avoir reçu de Charles la métairie de 
Vandœuvre, que l'empereur Louis, de pieuse mé- 
moire, avait donnée à saint Pierre, .et qu'un certain 
comte Viddon retenait depuis plusieurs années , l'é- 
vêque Arsène ayant obtenu de Charles les choses 
pour lesquelles il était venu vers lui , se rendit à Gon- 
dreville avec Lothaire que Teutberge y avait précédé. 
Il y demeura quelques jours pour attendre Waldrade 
qu'on devait lui amener en ce lieu pour la conduire 
avec lui en Italie. Là, en présence de Lothaire et 
Teutberge parés et couronnés avec toute la dignité 
royale , il célébra la messe le jour de l'Assomption de 
sainte Marie , et de là prit , avec la susdite Waldrade , 
la route d'Orbe , où l'on disait que l'empereur Louis , 
roi d'Italie , devait venir à la rencontre de Lothaire ; 
puis il se rendit à Rome, passant par rAllemagne et 
la Bavière pour recouvrer les patrimoines de l'église 
de saint Pierre situés dans ces deux pays. 

D'Attigny, Charles marcha en armes contre les Nor- 
mands qui étaient entrés dans la Seine avec cinq cents 
navires. Durant cette route, il perdit, par la négli- 
gence des gardiens, trois couronnes très-belles, de 
nobles bracelets et plusieurs antres clioses précieuses. 
Mais il retrouva le tout peu de jours après , excepté 
un petit nombre de pierres qui furent pillées dans un 
tumulte. Les Normands qui résidaient sur la Loire 
marchent par terre en troupes de gens de pied , sans 
aucun empêchement, sur la cité de Poitiers, la brû- 
lent et reviennent impunément à leurs navires. Mais 
Robert ayant tué, sans perdre aucun des siens, cinq 
cents de ces Normands établis sur la Loire, envoie 
à Charles (K\s enseignes et des armes normandes. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 9.0- 

Cbarles, venu jusqu'à Pistre où étaient établis les Nor- 
, mands, prend soin, par le conseil de ses fidèles, de 
refaire les ponts de la rivière de l'Oise et de la Marne 
à Auvers et à Charenton, car les liabitans qui, au 
temps passé , avaient construit ces ponts , ne pouvaient 
les reconstruire, empêchés par les incursions des 
Normands. A cause donc de fimminente nécessité du 
moment, Charles ordonna, à ceux qui étaient envoyés 
des parties les plus éloignées pour venir travailler à 
fortifier la Seine , de refaire ces ponts , avec cette con- 
dition que ceux qui les reconstruiraient alors ne se- 
raient à l'avenir, en aucun temps, soumis à fobliga- 
tion de participer à un pareil travail 5 et ayant envoyé 
des hommes pour garder les deux rives, il vint, au 
milieu du mois de septembre, à Orreville pour y 
chasser. 

Cependant, comme les gardes n'étaient pas encore 
arrivés en décade la Seine , les Normands envoyèrent 
à Paris environ deux cents des leurs qui, n'y trou- 
vant pas le vin qu'ils étaient venus chercher, retour- 
nèrent sans profit vers ceux qui les avaient envoyés. 
Plus de cinq cents d'entre eux voulant, de l'autre côté 
de la Seine, pénétrer jusqu'à Chartres pour piller, 
sont attaqués par les gardes du rivage ; et , après avoir 
perdu quelques-uns des leurs , et en avoir eu aussi 
quelques-uns de blessés, ils retournèrent à leurs na- 
vires. 

Charles envoie en Neustrie son fils Louis, sans lui 
rendre ni lui interdire le nom de roi. Cependant il lui 
donne le comté d'Angers , l'abbaye de Marmoutiers et 
les métairies qui en dépendent. Il donne à Robert , 
marquis d'Angers, le comté d'Auxerre et le comté de 



2o8 ANNALES DE SAllNT-BEPvTlN. 

Nivernois à unir aux autres dignités qu'il possédait. 
Louis , roi des Germains, reçoit son armée qu'il avait 
envoyée contre les AVénèdes, et qui avait eu des suc- 
cès. Son fds, du même nom que lui, fiance, contre sa 
volonté , la fdle d'Adalhard , dont l'ame de son père 
est grandement offensée. Charles se rend à Cologne, à 
la rencontre de son frère Louis, pour y jouir de sa con- 
versation, et, dans leurs entretiens, il apaise, par 
ses discours , entre le père et le fils , les discords ex- 
cités par cette témérité ; mais à cette condition que 
Charles n'épouserait pas la fdle d'Adalhard. Louis re- 
tourne à Worms et Charles à Quierzy -, il apprend en 
route que le 19 octobre les Normands étaient entrés 
dans le monastère de Saint-Denis , où ils étaient de- 
meurés vingt jours, conduisant chaque jour du hiitin 
à leurs navires, et qu'après beaucoup de ravages, ils 
étaient retournés sans empêchement à leur camp situé 
non loin de ce monastère. 

Cependant , les Normands établis sur la Loire , unis 
aux Bretons, marchent vers la cité du Mans^ et, après 
l'avoir pillée impunément, retournent à leurs navires. 
Les Aquitains combattent les Normands étal)lis sur la 
Charente, sous la conduite de Siegfried, et en tuent 
environ quatre cents ^ les autres s'enfuient sur leurs 
navires. 

Charles reçoit k Compiègne les messagers (|u'il avait 
envoyés l'année précédente à Mahomet, en la ville de 
Cordoue , et qui reviennent lui rapportant beaucoup 
(h; présens, à savoir, des chameaux, des lits, des 
tentes , diverses espèces d'étoffes et beaucoup de sen- 
l(;urs. De là étant venu à Routy , il ote à Adalhard , 
qu'il avait chargé de défendre le pays contre les Nor- 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 20q 

mands, et à ses proches , Hugues et Bérenger, qui n'a- 
vaient rien l'ait contre eux, les bénéfices qu'il leur 
avait donnés , et les confère à diverses personnes. 

Les Normands qui avaient pillé, comme on l'a dit, 
le monastère de Saint-Denis , sont saisis de diverses 
maladies. Les uns sont pris de la rage , d'autres de la 
gale -, d'autres meurent rendant par l'anus leurs intes- 
tins et leurs boyaux. Charles envoie des gardes contre 
les Normands et retourne à Senlis pour y célébrer les 
fêtes de la Nativité du Seigneur. Il y reçoit la nouvelle 
de la mort de son fils Lothaire , abbé du monastère de 
Saint-Germain. 

[866.] Le 29 décembre ', une partie des Normands 
qui résidaient sur la Loire , allant au pillage en Neus- 
trie, rencontre et combat les comtes Godefroi, Hérivée 
et Roric. Dans ce combat, Roric , frère de Godefroi , 
est tué, et les Normands , après avoir perdu beaucoup 
des leurs, s'en retournent fuyant à leurs navires. Ro- 
dolphe , oncle du roi Charles , meurt d'une douleur de 
colique. Les Normands remontent le lit de la Seine, 
viennent jusqu'à Melun et marchent sur les gardes 
placés par le roi Charles des deux côtés de ce fleuve. 
Les Normands , s'élançant de leurs navires contre une 
troupe qui paraissait plus forte et plus nombreuse , et 
à la tête de laquelle étaient Robert et Eudes, la met- 
tent en fuite sans combat et s'en retournent chargés 
de butin. Charles convient avec les Normands de leur 
payer quatre mille livres d'argent, et ordonne dans 
tout son royaume , pour acquitter ce tribut , une con- 
tribution de six deniers par chaque manoir libre , trois 
de chaque manoir servile , un de chaque habitant, un 

' En 865. 

14 



21 O ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

sur deuK chaumières , et dix de ceux qu'on tenait pour 
marchands ; on met sur les prêtres une taxe conforme 
aux moyens de chacun , et Ton exige de chaque Franc 
l'impôt appelé hénban\ On prit ensuite à chaque 
manoir, tant libre que servile , un denier, et enfin 
chacun des premiers du royaume apporta, par deux 
fois, tant en argent qu'en vin , une contribution pro- 
portionnée à ce qu'il avait de bénéfices, pour payer 
ce qui avait été convenu avec les Normands. Outre 
cela , tous les serfs pris par les Normands , qui , après 
ce traité, s'enfuirent de leurs mains, leur furent ou 
rendus ou rachetés au prix qu'il leur plut , et si quel- 
qu'un des Normands était tué, on était obligé de 
payer une somme pour le prix de sa vie. 

Louis, empereur d'Italie, avec sa femme Engel- 
berge , marcha à Bénévent contre les Sarrasins. Lo- 
thaire ayant repris à Hugues 1 évéché de Cologne , 
le confia, par l'intervention, à ce qu'on suppose, de 
l'empereur Louis son frère , à Hilduin , frère de Gon- 
ihier, pour qu'il fût censé le gouverner. Mais l'ad- 
ministration en demeura effectivement aux mains 
de Gontliier, excepté en ce qui touche les fonctions 
épiscopalcs. Cette métropole et celle de l'église de 
Trêves furent long-temps sans pasteur, contre les 
règlemens sacrés et an grand péril de beaucoup de 
fidèles. 

Charles doinie au comte Robert l'abbaye de Saint- 
Martin , ôtée à Engiiwin , et , par son conseil , il par- 

' Vi'hcrlban ( !icci-bami ) ciait oii^^iiiuircinctil l'anicudc iinposcc à iumix 
([iii négligeaient de se rcndie à l'aimcc j plus tard, et h l'époque dont d 
s'ai;rtici, ce mot fut vsgncmcnl applique j^i divers impôts payes par les. 
propriétaires tenus au service militaire. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 211 

lage entre ses compagnons les bénéfices situés au-delà 
de la Seine. Louis, par le conseil du même Robert, 
donne à son fils, pour l'enrichir, le comté d'Autun, 
pris à Robert par Bernard, fils de Bernard. 

Les Normands s'éloignent au mois de juillet de l'île 
située proche du monastère de Saint-Denis, et des- 
cendant la Seine , gagnent un lieu commode pour ré- 
parer leurs navires et en faire de neufs ; ils atten- 
dent là ce que l'on devait leur payer. Charles marche 
en armes vers Pistre avec des ouvriers et des chariots 
pour y faire des ouvrages qui empêchent les Normands 
de remonter de nouveau la rivière. Louis , roi de Ger- 
manie, assemble une armée pour aller, dans la Marche 
qui confine aux Wénèdes , contre quelques-uns des 
siens qui s'étaient mis en révolte; et, la précédant, il 
réduit en peu de temps les rebelles sans combat, et 
envoie l'ordre à son armée , à peine mise en mouve- 
ment, de demeurer 011 elle était. Les Normands pren- 
nent la mer au mois de juillet, et une partie d'entre 
eux s'établit pendant quelque temps dans un canton 
d'Italie, et, par un accord passé avec Lothaire, en 
jouit à sa volonté. 

Charles va avec sa femme au-devant de Lothaire à 
une métairie de l'abbaye de Saint-Quentin -, et , d'après 
quelques conventions, à ce qu'on dit, après avoir 
confirmé leur alliance, il reçoit en don de Lothaire 
l'abbaye de Saint-Waast. Charles va , au mois d'août , 
à la cité de Soissons et siège au synode convoqué par 
le pape Nicolas, où, selon la recommandation dudit 
apostolique, on suspendit le procès de Vulfade et de 
son collègue , ordonnés par Ebbon , ci-devant arche- 
vêque de Rheims, après sa déposition ^ et comme on 

'4- 



a 12 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

ne pouvait pas , en faveur de Vulfade et par égards 
pour quelques-uns, contrevenir ouvertement aux 
saints règlemens, et que le roi et plusieurs autres agis- 
saient fortement pour Vulfade , bien que les papes 
Benoît et Nicolas eussent confirmé , par leur signature , 
la dégradation des susdits régulièrement prononcée 
par un synode des évêques des cinq provinces, ne 
pouvant éviter autrement le schisme et le scandale, on 
imagina , conformément à l'indulgence dont avait usé 
le concile de Nicée envers ceux qu'avait ordonnés 
Mélèce après sa condamnation , et d'après la tradition 
du concile d'Afrique sur les donatistes , de les rétablir 
dans leur rang , pourvu cependant qu'il plût au pape 
Nicolas de changer la sentence qu'il avait confirmée. 
Ainsi donc le concile , ayant envoyé au pape Nicolas , 
selon la condition prescrite , des lettres par Egilon , 
archevêque de Sens , chargé aussi de plusieurs autres, 
se sépara sans qu'il s'élevât de discorde dans le clergé ; 
et comme, d'après les décrets d'Innocent, ce qui a 
été commandé de cette manière par la nécessité des 
temps, la nécessité cessant, doit également cesser, 
parce que autre chose est la règle légitime, autre 
chose est l'usurpation qui force d'agir ainsi dans le 
présent , on fit ainsi parce qu'on ne pouvait faire au- 
trement. Mais comme on demandait absolument que , 
do manière ou d'autre , Vulfade prit être fait évê- 
que, il parut à plusieurs qu'on pouvait, pour éviter 
la sédition , adopter le milieu qu'exigeait la né- 
cessité -, comme on lit dans saint Paul que , par 
le conseil de Jacob et des anciens de Jérusalem, 
on aima mieux exercer le culte avec Timothée, cir- 
concis depuis l'abolition de la loi , que d'exciter 



ANjNALES de SA1NT-BERTJ^•. '21 5 

un tumulte dans l'Eglise et dans le gouvernement. 
Les choses étant en cet état avant que la cause eût 
été jugée , Charles , de sa pleine autorité , nomma 
ledit Vulfade à la métropole de Bourges , à la place 
de l'archevêque Rodolphe , mort dernièrement. Avant 
que les évéques quittassent la ville de Soissons , 
Charles leur demanda de sacrer reine sa femme Her- 
mentrude; ce qu'ils firent, à sa demande, dans la ba- 
silique de Saint-Médard , et ils leur mirent à tous deux 
la couronne sur la tête. De ce lieu, le roi se rendit 
avec la reine à la rencontre de Lothaire au palais d'At- 
tigny, où ils rappelèrent Teutberge , femme de Lo- 
thaire , seulement de nom , et qui avait eu la permis- 
sion de se rendre à Rome. Là ils envoyèrent en com- 
mun un message au pape Nicolas, Charles par Egiion , 
archevêque de Sens, Lothaire par Adon, archevêque 
de Vienne, et par Waltairc son confident. Ils man- 
dèrent secrètement au pape ce qui leur plaisait. Après 
quoi Charles envoya son fils Carloman , abbé du mo- 
nastère de Saint-Médard, pour remettre à Yulfade la 
métropole de Bourges. Celui-ci arriva après le concile 
séparé, comme on l'a dit, et après que le même con- 
cile eut envoyé au pape Nicolas des lettres par l'ar- 
chevêque Egiion. Aussitôt, dans le mois de septembre, 
par la faiblesse de quelques évêques moins instruits 
des lois ecclésiastiques qu'ils n'auraient dû l'être , ga- 
gnés par la faction dudit Vulfade , et pliant sous les 
menaces que leur faisait Carloman au nom de son père, 
Vulfade, contre toutes les lois ecclésiastiques, fut, au 
lieu de l'ordination épiscopale, investi de la malé- 
diction comme d'un manteau. Celui qui avait présidé 
à ce désordre, plutôt qu'ordination, fut, au milieu 



2l4 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

de la cérémonie même , saisi de la fièvre et mourut 
bientôt après. 

Charles, fils de Charles et roi d'Aquitaine, dont le 
cerveau avait été ébranlé par la blessure qu'il avait 
reçue à la tête quelques années auparavant , long-temps 
tourmenté depilepsie, mourut le 29 septembre, en 
un village proche de Busençay, et fut enseveli par 
Carloman son frère et par Vulfade , en l'église de Saint- 
Sulpice près de Bourges. Charles fit décapiter, près 
de la cité de Senlis, Guillaume son cousin issu de 
germain , fils de feu Eudes , comte d'Orléans , et ar- 
rêté en Bourgogne par quelques-uns des siens pour 
avoir agi contre la république. 

Environ quatre cents Normands , mêlés de Bretons , 
venus de la Loire avec des chevaux , arrivent à la cité 
du Mans , et , après l'avoir pillée , viennent en s'en re- 
tournant jusqu'à un lieu nommé Briserte , où les 
comtes Robert et Ramnulphe, Godefroi et Hérivée les 
attaquent; et que Dieu eût été avec eux ! 

Le combat commencé, Robert est tué, et Ramnulphe, 
frappé d'une blessure dont il mourut peu après, est 
mis en fuite -, Hérivée est aussi blessé et d'autres tués ; 
le reste s'en retourne chacun de son côté: et comme 
Ramnulphe et Robert n'avaient pas voulu chriticr pré- 
cédemment ceux qui, contre leurs ordres, avaient 
osé s'emparer, l'un d(^ l'abbaye de Saint- Hilaire , 
l'autre de l'abbaye de Saint-Martin, il était juste que 
le châtiment en tombât sur eux. 

Louis , fils de Louis , roi de Germanie , par le con- 
seil de M'arnaire et de quelques autres à qui son père 
avait ôté leurs bénéfices à cause de leur infidélité en- 
vers lui , se met en guerre contre lui , excitant le Wé- 



A.NNALES DE SAINT-BERTIN. 210 

nède Restic à porter la dévastation jusqu'en Bavière, 
afin que son père et ses fidèles étant occupés de ce 
côté , il pût poursuivre sans obstacle ce qu il avait 
commencé. Mais Carloman , à qui son père avait donné 
cette Marche, repousse par ses efforts Restic dans ses 
Elats. Louis Tancren , que l'expérience avait rendu 
prudent en de telles afl'aires, se porte promptement 
au palais dit de Francfort, et son fils et lui s'étant 
nuituellement donné des gages, il le fait venir vers 
lui , et ils se promettent de conserver la paix jusqu'au 
27 octobre; en sorte que Louis retourne promptement 
défendre ses Marches contre Restic , pour revenir 
huit jours avant la fête de Saint-Martin près de la ville 
de Metz à la rencontre de son frère Charles et de 
son neveu Lothaire. Charles avait annoncé aux siens 
qu'il irait au secours de Louis avec une armée telle 
qu'il avait pu la rassembler, levée en grande partie 
par les évéques. 11 donna au clerc Hugues, son oncle, 
fils de Conrad, comte de Tours et d'Angers, fabbaye 
de Saint-Martin et d'autres abbayes , et l'envoya en 
Neustrie à la place de Robert : et faisant de fabbaye 
de Saint- Waast comme il avait fait auparavant de 
fabbaye de Saint-Quentin, il en retint pour lui le 
chef-lieu et les meilleures métairies , et partagea le 
reste aux siens, bien moins à leur profit qu'au préju- 
dice de son ame ; puis, avec f armement qu'il avait 
annoncé, il se rendit par Rheims, avec sa femme, à la 
ville de Metz, et parvint jusqu'à Verdun. La, il reçut 
des messagers de son frère Louis, lui annonçant qu'il 
n avait pas ])esoin qu'il se rendît vers lui avec son 
armée , parce qu'il s'était réconcilié avec son fils . 
comme il en avait eu l'intention , que la sédition sou- 



2l6 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

levée contre lui était complètement apaisée , et qu'il 
ne lui était pas opportun en ce moment de venir le 
trouver à Metz , parce que certaines affaires de son 
royaume le hâtaient de se rendre en Bavière. 

Charles, s'étant arrêté à Verdun pendant vingt jours 
environ, pilla cette ville et tous les lieux circonvoi- 
sins, comme l'aurait pu faire un ennemi , en attendant 
l'arrivée de Lothaire qui travaillait à Trêves auprès 
des évêques de son royaume , afin que Teutberge fût 
de nouveau faussement accusée et prît le voile 5 ce 
qu'il ne put obtenir. Cependant Charles reprit che- 
min par où il était venu-, les siens pillant sur la route 
tout le pays , il arriva à Rheims , et de là à Compiègne, 
où il célébra la Nativité du Seigneur. 

Le roi des Bulgares , qui , l'année précédente , par 
l'inspiration de Dieu , et averti par différens miracles 
et les afflictions de son peuple , avait projeté de se 
faire chrétien , reçut le saint baptême : ce que voyant 
avec déplaisir, les grands de son royaume soulevèrent 
le peuple contre lui afin de le tuer. Ainsi donc tous 
leshabitans des dix comtés se réunirent autour de son 
palais ^ mais lui , ayant invoqué le nom du Christ, avec 
quarante-huit hommes qui, zélés pour la foi chré- 
tienne, étaient demeurés avec lui, marcha contre toute 
cette multitude. Aussitôt qu'il fut sorti de la porte 
de la ville , lui et ceux qui étaient avec lui virent ap- 
paraître sept clercs tenant chacun à la main un cierge 
allumé , et qui se mirent à marcher devant le roi et 
ses compagnons : et ceux qui s'étaient soulevés contre 
lui crurent voir une grande maison tout en feu tomber 
sur eux , et les chevaux de ceux qui étaient avec le roi 
paraissaient à leurs ennemis marcher debout, et les 



AINNALES DE SAllNÏ-BERTJiN. '-4 I 7 

frapper de leurs pieds de devant. Ils furent saisis d'une 
telle crainte que , ne songeant ni à fuir, ni à se dé- 
fendre , ils tombèrent à terre sans pouvoir se remuer. 
Le roi tua cinquante-deux des grands qui avaient le 
plus contribué à soulever le peuple contre lui ; il laissa 
aller le reste du peuple sans lui faire de mal ; et, ayant 
envoyé vers Louis , roi de Germanie , avec lequel il 
était uni par une alliance , il lui demanda un évêque 
et des prêtres , et lorsqu'ils lui eurent été envoyés , il 
les reçut avec la vénération qui leur était due. Louis 
cependant, envoyant vers Charles son frère, lui de- 
manda des vases sacrés et des habits sacerdotaux pour 
l'usage des clercs^ en sorte que Charles ayant levé 
une somme assez considérable sur les évéques de son 
royaume ' 

Le roi des Bulgares envoya à Rome son fils et plu- 
sieurs des grands de son royaume ^ il fit passer à Saint- 
Pierre , avec d'autres dons , les armes dont il était re- 
vêtu , lorsque , par la vertu du nom du Christ, il avait 
triomphé de ses adversaires, adressa au pape Nicolas 
plusieurs questions touchant la foi aux sacremens , et 
lui demanda delui envoyer des évéques et des prêtres, 
ce qu'il obtint. Mais Louis, empereur d'Italie, ayant 
appris ces choses, envoya au pape Nicolas l'ordre de 
lui faire passer les armes et les autres dons que le roi 
des Bulgares avait envoyés à Saint-Pierre, desquels le 
pape Nicolas lui fit remettre une partie par Arsène , à 
Bénévent où il habitait, et s'excusa de lui envoyer les 
autres. 

[ 867 . ] En cette année du Seigneur 867 , Louis , abbé 

' Il y .1 ici , dans le mannsciil, une lacune dont on ne connaît pas l'c- 
tendue , mais qui ne peut ctie considérable. 



2l8 ANNALES DR SAINT-BERTIN. 

du monastère de Saint-Denis , et petit-fils de l'erape- 
reur Charles par sa fille aînée Rotrude, mourut le 9 
janvier, et Charles retint pour lui cette abbaye, dans 
le dessein défaire gérer, sous sa recommandation, les 
atfaires et les soins économiques du monastère par le 
supérieur, le doyen et le trésorier, et les affaires re- 
latives au service militaire par son maire du palais. 
Vers le milieu du carême, il se rendit sur la Loire en 
une terre où il manda les grands d'Aquitaine et son 
fils Louis , et , après avoir ordonné le service de son 
palais, il fit Louis roi d'Aquitaine. En revenant, il 
célébra la Pâque du Seigneur dans le monastère de 
Saint-Denis^ de là il se rendit à Metz pour conférer 
avec son frère Louis, roi de Germanie; et le 19 mai , 
vint à sa rencontre dans le palais de Samoucy Egilon , 
archevêque de Sens , avec des lettres du pape Nicolas 
pour le rétablissement des clercs de féglise de Rheims , 
à savoir Vulfade et ses collègues-, lequel pape Nicolas, 
agissant avec beaucoup d'activité, afin de les faire 
rétablir dans leur rang, alléguait dans ces lettres . 
contre Hincmar, archevêque t!e Rheims , beaucoup de 
c;hoses évidemment fausses. Ledit archevê(|ue ap- 
porta aussi au SL-igneur Charles des lettres dudit jiape 
à Lothaire et aux seigneurs de son royaume sur l'affaire 
de ses deux femmes, à savoir Teulberge et AVaIdrade, 
ordonnant d'envoyer Waldradeà Rome. Cliarlesdonna, 
de la part de l'apostolique , ces lettres à Lothaire qui 
le vint trouver au ])alais d'Attigny 5 de là il se rendit 
auprès de son Irère ; puis, à son reloiu', il revint par 
la forêt des Ardennes où était Lothaire : et, ayant or- 
donné qu'on levât une armée dans tout son royaume 
pour marcher eu Bretague contre Salomon, duc des 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. Iig 

rn'etons , il convoqua son assemblée ponr le commen- 
cement d'août dans la ville de Chartres. Cependant 
des messagers furent envoyés de part et d'autre pour 
traiter de la paix -, et Ton convint que Charles, ayant 
donné des ota^^es , Passwithen , gendre de Salomon , et 
par les conseils duquel celui-ci se conduisait en plu- 
sieurs choses, viendrait vers ledit commencement 
d'août trouver Charles à Compiègne , et que ce qu'ils 
auraient conclu et promis en cette conférence serait 
effectué ; que cependant ceux à qui on avait ordonné 
de se lever en armes demeureraient dans leurs mai- 
sons, mais tout prêts, afin que, s'il en était besoin, 
et si le roi les demandait , ils pussent venir en armes 
à Chartres le ^3 juin. 

Louis, roi de Germanie, envoie son fils Louis, avec 
les Saxons et les Thuringiens , combattre les Obo- 
trites , et ordonne à tout le reste des peuples de son 
royaume de se tenir préparés , afin de pouvoir mar- 
cher en armes aussitôt qu'il le leur ordonnerait. 

Lothaire, redoutant Charles qui revenait d'auprès 
de Louis, quitte la ville de Metz, et marche vers 
Francfort, où il fait la paix avec lui , qui auparavant 
lui était assez contraire -, il donne à Hugues , son fils, 
qu'il avait eu de AValdrade , le duché d'Alsace, et le 
recommande à Louis , à qui il confie le reste de son 
royaume, pour aller à Rome, où il avait d'abord en- 
voyé Waldrade. En revenant de Rome , il ordonne 
dans son royaume la levée d'une armée pour la dé- 
fense du pays contre les Normands , pensant que Ro- 
ric , expulsé de la Frise par les habitans , revenait 
avec l'aide des Danois. 

Charles, après avoir donné des otages, reçoit a 



220 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

Compiègne , au commencement d'août , Passwithen , 
envoyé de Salomon , et lui donne pour Salomon le 
comté du Cotentin avec tous les domaines, résidences 
royales et abbayes situés dans ce comté , et toutes les 
choses en dépendant, excepté l'évêché. Il confirme 
ce don par le serment des grands de son royaume. 
Du côté de Salomon , ledit envoyé prête en son nom 
serment de fidélité et de paix , promet qu'il portera 
secours à Charles contre ses ennemis, et que Salomon 
et son fils , ainsi que les pays qu'ils avaient auparavant , 
et ceux qui leur reviennent en raison de ce don , de- 
meureront fidèles à Charles et à son fils. Cette affaire 
conclue , Charles , par l'autorité du pape Nicolas , in- 
dique à Troyes un concile pour le aS septembre , et 
décide de s'arrêter à l'abbaye de Saint-AVaast et à sa 
métairie d'Orreville et aux environs pour chasser et 
passer l'automne. 

Le concile des provinces de Rheims , Rouen , Tours, 
Sens , Bordeaux et Bourges , se rassemble à Troyes le 
•25 octobre. Certains évêques, comme c'est l'usage, 
y favorisant Vulfade à cause du roi Charles , commen- 
cèrent par fabriquer , contre l'autorité des saints ca- 
nons et contre la vérité , plusieurs choses au préjudice 
d'Hincmar ; mais Hincmar , ayant opposé à leurs ma- 
nœuvres le droit et l'autorité, l'emporta au jugement 
de la pluralité-, et, d'un commun consentement, les 
évêques, qui se trouvaient d'accord entre eux , adres- 
sèrent au pape Nicolas une lettre écrite par Actard , 
vénérable évêque de Nantes, contenant le récit des 
faits dont il se traitait, laquelle lettre renfermait les 
mêmes choses que celle ([u Hincmar avait envoyée à 
Rome, au mois de juillet précédent, par ses clercs 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 221 

vêtus en pèlerins , pour éviter les embûches de ses 
adversaires, Actard prit , pour l'emporter, cette lettre 
composée dans ledit synode , et revêtue du sceau des 
archevêques qui s'étaient réunis au même avis , et re- 
tourna vers Charles avec quelques autres évêques , 
ainsi que lui-même l'avait ordonné. Charles cepen- 
dant, oubliant la fidélité et les travaux d'Hincmar, du- 
rant plusieurs années , pour son honneur et le soin de 
son royaume , obligea Actard à lui donner la lettre , 
et, brisant le sceau des archevêques, prit connais- 
sance de ce qui s'était fait dans le concile ; et , comme 
Hincmar n'avait pas été repoussé dans le concile comme 
il lui plaisait , il fit dicter en son nom une lettre au 
pape Nicolas , en opposition à celle d'Hincmar , la re- 
vêtit de son nom et de son sceau , et l'envoya à Rome 
par ce môme Actard avec la lettre du concile. 

Les susdits clercs d'Hincmar, arrivant à Rome dans 
le mois d'août, avaient déjà trouvé le pape Nicolas 
très-malade, et grandement occupé de la dispute qu'il 
soutenait contre les empereurs grecs Michel et Basile 
et contre les évêques d'Orient 5 ce qui les avait fait 
demeurer à Rome jusqu'au mois d'octobre. Cependant 
le pape Nicolas reçut très-favorablement ce que lui 
avait écrit Hincmar, et lui répondit qu'il était satisfait 
de tout point ; mais il lui écrivit une autre lettre, ainsi 
qu'aux archevêques et évêques du royaume de Charles, 
pour leur notifier les calomnies que les empereurs 
grecs et les évêques d'Orient élevaient contre la sainte 
Eglise Romaine , et contre toute Église faisant usage 
de la langue latine , parce que nous jeûnons le samedi, 
que nous tenons que le Saint-Esprit procède du Père 
et du Fils , et que nous défendons aux prêtres de se 



222 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

marier. Les Grecs disent que nous autres Latins faisons 
le saint chrême avec de l'eau de la rivière ^ ils nous 
reprennent de ne pas nous abstenir, comme eux, de 
chair pendant les huit semaines qui précèdent la Pâque, 
et pendant sept de fromage et d'œufs -, ils prétendent 
aussi que le jour de Pâques, à la manière des Juifs, 
nous offrons et bénissons sur Fautel un agneau en 
même temps que le corps du Seigneur ; ils se fâchent 
encore contre nous de ce que nos clercs se rasent la 
barbe; ils prétendent que parmi nous un diacre est 
ordonné évêque sans avoir passé par l'office de prêtre. 
L'apostolique ordonna à tous les métropolitains des 
ditiérentes églises et à leurs suffragans de répondre 
sur toutes ces choses, s'exprimantde cette manière à 
la fin de sa lettre à Hincmar : « Lorsque ta charité 
(( lira cette épître, frère Hincmar, qu'elle s'applique à 
(( la faire également porter aussitôt aux archevêques 
« et évêques du royaume de notre fds le glorieux roi 
« Charles, et ne néglige pas de les exciter, afin que 
« chacun d'eux , dans son diocèse , en confère en as- 
ti semblée avec ses suffragans , en quelque royaume 
« que soit situé leur siège , et aie soin de nous faire 
u savoir ce qu'ils auront reconnu , afin qu'exécutant 
K avec soin nos intentions , tu règles tout ce qui a rap- 
« port aux diverses affaires contenues dans notre pré- 
ri sente épître, et nous en expose dans tes écrits le 
u récit sincère et prudent. » 

Donné le lo des calendes de novembre '. 

Hincmar, ayant reçu cette lettre vers le milieu de 
décembre, la relut avec plusieurs évêques dans le 

' Le 23 oclobrc. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 2^3 

palais de Corbcry ', où habitait le roi Charles, et s'oc- 
cupa , comme il en avait reçu la mission , de la faire 
parvenir aux autres archevêques. Le pape Nicolas 
était mort vers le milieu du mois précédent \ Le pape 
Adrien ^ lui succéda au pontificat par le choix des 
clercs et le consentement de l'empereur Louis ; et Ac- 
tard , arrivant à Rome avec la lettre ci-dessus men- 
tionnée , le trouva déjà installé sur le siège aposto- 
lique. 

Cependant Arsène, homme très-artificieux et d'une 
grande cupidité , séduisant Theutgaud et Gonthier de 
la fausse espérance de leur rétablissement , afin d'en 
obtenir des présens , les fit venir à Rome. Ils y de- 
meurèrent long-temps, et y perdirent presque tous 
leurs gens. Theutgaud y mourut , et Gonthier n'y évita 
cpi'à grand'peine la mort corporelle. 

Lothaire envoya à Rome sa femme Teutberge afin 
qu'elle s'accusât elle-même, pour qu'il pût se séparer 
d'elle; mais le pape Adrien ne voulut pas croire à ces 
sortes de fables, et il fut ordonné à Teutberge de 
retourner vers son mari. 

Charles , du consentement de son frère Louis , or- 
donna d'assembler à Auxerre , pour le commence- 
ment de février suivant, quelques évéques, afin qu'ils 
y traitassent de l'afïaire de Lothaire. Ensuite Charles, 
ayant reçu, ainsi que beaucoup l'ont dit, des présens 
considérables d'Egfried qui possédait déjà l'abbaye de 
Saint-Hilaire et plusieurs autres très-grands bénéfices, 
ôta le comté de Bourges au comte Gérard, sans i'cn- 

' Dans le diocèse de Laon. 

' Le 1 3 novcmbic 86^ . 

' Adrien ii , pape de 867 à S'}'2. 



Hl^ ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

tendre, sans même qu'il fût accusé d'aucune faute , et 
le donna à Egfried 5 mais Egfried ne put parvenir à 
évincer Gérard du comté 5 à cause de quoi Charles , 
passant par la ville de Rheims, vint à Troyes , et 
de là à Auxerre, où il célébra la Nativité du Sei- 
gneur. 

[868.] L'an 868 , Charles se rendit d'Auxerre sur la 
Loire dans un de ses domaines. Cependant les hommes 
du comte Gérard se rassemblèrent en grand nombre 
en un village où était Egfried ^ et , comme Egfried ne 
voulait pas sortir d'une maison très-bien fortifiée dans 
laquelle il s'était renfermé, ils y mirent le feu, et, 
l'en ayant ainsi chassé, lui coupèrent la tête, et reje- 
tèrent son corps dans les flammes. Alors Charles, pour 
punir ce crime, se rendit au pays de Bourges, et là il 
se commit tant de crimes, soit violation des églises 
ou oppression des pauvres , ou antres forfaits et dé- 
vastations de tout genre , que la langue ne pourrait 
le raconter , et qu'il a été prouvé par témoignage qu'en- 
suite de ces ravages beaucoup de milliers d'hommes 
moururent de faim. Non seulement il ne fut pris au- 
cune vengeance de Gérard et de ses compagnons, 
mais ils ne furent pas même expulsés du pays de 
Bourges. Ensuite, après avoir retiré au fils de Robert 
ceux des bénéfices de son père qu'il lui avait cédés 
après la mort de celui-ci , et après avoir ôté aussi au 
fils de Ramnulphe les bénéfices de son père , et donné 
à Frothaire, archevêque de Bordeaux, l'abbaye de 
Saint - Hilaire qu'avait eue ledit fils de Ramnulphe , 
Charles se rendit au commencement des jeûnes , avant 
le saint carême , au monastère de Saint-Denis , et de 
là à Senlis. 



AiSNAÏ.ES DE SAINT-BERTIN. 2^i5 

Les Normands rcmonUMiL la Loire, parviennent à 
Uriéans , et, après avoir butiné, s'en retournent impu- 
nément à leur résidence. Charles se rend le samedi d'a- 
vant Je dimanche des Rameaux au monastère de Saint- 
Denis, et y célèbre ia Pâque; et, avant d'aller de là à 
Servais , le second jour des Rogations , par Advence , 
évéqae de Metz , et Grimiand , chancelier de Lothaire, 
porteurs de lettres du pape Adrien, il en reçoit une à 
Jui adressée , dans laquelle ce pape lui ordonne de 
s'abstenir de toute attaque au royaume de l'empe- 
reur Louis et à celui de Lothaire. Les messagers appor- 
tèrent aussi , aux évoques du royaume de Charles , des 
lettres contenant l'absolution de Waldrade, et dirent 
([ue des lettres pareilles avaient été envoyées aux 
évoques des royaumes de Louis et de Lothaire : cepen- 
dant l'absolution de Waldrade était à cette condition 
([u'elle ne cohabiterait en aucune façon avec Lothaire. 

Charles, arrivé à Servais, y reçut Actard , évêque 
de Nantes, revenant de Rome, d'où il lui rappor- 
tait des lettres , l'une desquelles faisait réponse à 
celle qu'il avait écrite au pape Nicolas contre Hinc- 
mar. Dans cette réponse, l'apostolique lui enseignait, 
entre autres choses , qu'il devait laisser à l'avenir et 
pour toujours assoupies ces inutiles questions. Actard 
en apporta une autre à Hincmar remplie de louanges 
et dilections sur sa fidélité, et pour le faire délégué 
de l'apostolique en ces pays concernant les affaires de 
Lothaire. 11 apporta une troisième lettre pour les ar- 
chevêques et évéques cisalpins , afin que , s'il survenait 
vacance en quelque ville dépendant de leur métro- 
pole , ce même Actard, à qui les incursions des païens 
cl l'oppression des Bretons ne permettaient pas d'ha- 

t5 



1I0.6 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

biter sa ville, eii fût nommé pasteur par l'autorité 
apostolique des évéques de la province. 

A la quatrième férié après le commencement du 
carême , Eleuthère , fils d'Arsène , par le moyen de 
son père , trompa et enleva par ruse la fille du pape 
Adrien , fiancée à un autre , et l'épousa ; de quoi le 
pape fut grandement centriste. Arsène, se rendant à 
Bénévent près de l'empereur Louis , est pris de mala- 
die ^ et , après avoir remis ses trésors entre les mains 
de l'impératrice Ingelberge , et avoir conversé, dit-on, 
avec les démons , il s'en va, sans communion, se rendre 
en son lieu. Après sa mort , le pape Adrien obtient de 
l'empereur des envoyés pour juger selon les lois ro- 
maines le susdit Eleuthère ; mais ce même Eleuthère, 
à ce qu'on rapporte , par le conseil de son frère Anas- 
lase, qu'au commencement de son pontificat Adrien 
avait fait bibliothécaire de Rome, tueStéphanie, femme 
de ce pontife, et sa fille qu'il avait enlevée, et lui- 
même est tué par des gens envoyés de l'empereur. Le 
pape Adrien, ayant rassemblé un synode, renouvela 
de la manière suivante les condamnations déjà por- 
tées contre ledit Anaslase. 

Voici quelles étaient ces condamnations : 

Sur le côté droit du ta'bleau représentant le concile 
qui les avait prononcées , il était écrit : 

« Sous le règne de nos seigneurs les empereurs Lo- 
« thaire et Louis, augustes, le seizième du mois de 
(( décembre ',Léon, évêque, serviteur des serviteurs 
« de Dieu : 

« Soit à compter de ce jour, par notre autorité et 
« l'autorité apostolique, privé de la communion, se- 

' En 85o. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 227 

« Ion les institutions canoniques de Dieu tout-puissant 
« et de l'apôtre saint Pierre , jusqu'à ce qu il compa- 
« raisse en ma présence spéciale pour y être jugé ca- 
« noniquement, Anastase, prêtre, que nous avons or- 
« donné au titre de Saint-Marcel, et qui, l'ayant quitté, 
« a passé, sans nous en donner connaissance, àd' autres 
« paroisses , que nous avons rappelé par des messages 
(( et par lettres , et pour lequel nous avons envoyé aux 
« seigneurs empereurs des messagers , les suppliant de 
« lui ordonner de retourner dans sa paroisse, et qui 
« maintenant , vagabondant cà et là , a persisté deux 
« ans dans son émigration , a été appelé par deux 
« conciles sans s'y rendre , et sans qu'on puisse le 
« trouver ; en sorte que , comme on l'a dit , errant à la 
« manière des animaux , il habite secrètement , par la 
« persuasion du diable , des contrées étrangères ^ et 
« que, s'il ne vient pas, il soit à jamais exclu de la 
« communion, m 

« Après le pontife romain , ont concouru à cette ex- 
communication l'archevêque de Ravenne, celui de 
Milan, et d'autres au nombre de soixante-quinze. » 
Sur le côté gauche du tableau , était écrit ce qui suit : 
« Léon , serviteur des serviteurs de Dieu , à tous 
« les évêques , prêtres , diacres , sous-diacres , et tout 
(( le clergé et peuple chrétien. Vous savez, mes chers 
« frères , que nous sommes très-bien et très-pleine- 
(( ment avec vous ; maintenant , par précaution , et 
(c pour être transmis à la mémoire des temps futurs , 
« nous voulons qu'il soit connu à votre dilection 
« comment , à l'instigation et persuasion du diable , 
H Anastase , prêtre , que nous avons ordonné au titre 
« de Saint-Marcel, ayant, contre les statuts des Pères, 

i5. 



228 \1NNALES DE SAINT-BERTIN. 

« déserté cette église et la province , erre depuis cinq 
« ans , à la manière des bêtes , dans des paroisses étran- 
« gères. Appuyé de l'autorité canonique , nous Favons 
« rappelé trois et quatre fois par des lettres aposto- 
« liques -, et , comme il a refusé de revenir , nous avons 
« rassemblé à cause de lui deux conciles d'évéques , 
« et, ne pouvant parvenir à le voir ni à le faire cora- 
« paraître en notre présence spéciale , nous lavons 
« dans cette assemblée, par notre commune sentence, 
«( privé de la sainte communion, le voulant, par ce 
«jugement d'excommunication, forcera revenir au 
K giron de la sainte mère Eglise qu'il a abandonnée. 
« Mais , enveloppé dans les ténèbres de l'erreur, et 
a méprisant les averlisscmens apostoliques et ceux du 
•< saint concile, il n'a aucunement voulu s'y rendre ; 
« en sorte que , habitant à Ravenne , nous l'avons pro- 
« clamé de notre propre bouche, dans l'église de 
« Saint-Vital, martyr, le'dix-neuvième jourdu mois de 
« mai ', et le proclamons de nouveau dans l'église de 
(( Saint-Pierre l'apôtre, le dix-neuvième jour du mois 
(' i\c juin, anathême de par les saints Pères et de par 
(( nous, et que tous ceux qui voudraient, ce qu'à Dieu 
« ne plaise, lui prêter secours ou assistance ([uelconque 
<> pour être choisi ou parvenir à la dignité ponlilicale, 
« soient assujétis au même anathême. » 

« Après le pontife romain, ont concouru à cet ana- 
ihême Jean, archevêque de Havenne, JNoLhing et Si- 
gefroi, évêque du seigneur empereur, et six évêques 
sulfragans dudit archevêque, dont nous ne faisons 
point mention ici, et d'autres tant de la ville de Rome 
que d ailleurs , au nombre de cinquante-six, sans 
' En 853. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 229 

compter les prêtres et diacres de la sainte Eglise ro- 
maine. )) 

Il était en outre écrit sur les battans d'argent du 
tableau : 

« Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. 
« La quatrième année du pontificat du très-saint, uiii- 
« versel et co-angélique pape Léon vu , et l'an qiia- 
« rante-deuxième de l'empire des très-invincibles cm 
« pereurs Louis et Lothaire', le huitième jour du 
« mois de décembre , a commencé le saint et véné- 
« rable synode assemblé par la grâce de Dieu et la vo- 
« lonté de sa divine sagesse dans l'église de l'apôtre 
« saint Pierre. Dans ce très-saint et vénérable synode , 
<( après avoir pompeusement célébré la grâce secou- 
« rable du Seigneur, et après diverses admonitions et 
« exhortations pieuses et salutaires des évêques, des 
« prêtres ou clercs et de tous les chrétiens, a été dé- 
« posé justement et canoniquement Anastase, prêtre , 
« au titre de Saint-Marcel , parce que , contre l'auto- 
« rite canonique , il a abandonné sa propre paroisse , 
« et est demeuré jusqu'à présent dans une paroisse 
« étrangère, et qu'appelé, excommunié, enfin anathé- 
« matisé , comme il est démontré dans la véritable 
(( peinture de ce synotle , il n'a point voulu venir dans 
« deux conciles d'évêques assemblés à cause de lui -, 
< en. raison de quoi le souverain pontife et les évêques 
u présidant au synode , au nombre de soixante-sept , 
« l'ont, comme nous l'avons dit, à cause de sonau- 
« dace insensée , déposé et privé de la dignité sacerdo- 
« taie en l'année, le mois et le jour ci-dessus men- 
« tionnés. » 

■ En 853. 



23o ANJNALES DE SAINT-BERTIN. 

Tout ce qui précède avait été écrit par l'ordre du 
pontife Léon. Après la mort dudit Léon , évêque de 
digne mémoire , ce même Anastase , anathématisé et 
déposé , revenant , par la puissance séculière , des 
lieux cachés où il vagabondait comme un larron, sé- 
duit par une fraude diabolique, et enveloppé de té- 
nèbres , à la manière des larrons , s'empara , comme 
un païen et un barbare , de l'église en laquelle il ne 
lui était pas permis d'entrer, et , pour la perdition et 
perte de son ame , accompagné de ses détestables com- 
pagnons et complices, détruisit et même arracha le ta- 
bleau de ce vénérable synode. Le bienheureux et il- 
lustre pape Benoit le restaura et l'orna de couleurs 
brillantes. L'apostolique Adrien rendit ensuite le dé- 
cret suivant : 

u Adrien, évêque , serviteur des serviteurs de Dieu. 
« Il est connu à toute l'Église de Dieu ce qu'a fait 
« Anastase du temps des pontifes nos prédécesseurs ^ 
(c tout le monde a su ce qu'avaient décidé contre lui 
« Léon et Benoît , très-éminens évêqvies de sainte mé- 
« moire , desquels l'un l'a déposé , excommunié , ana- 
« thématisé ; et l'autre le reçut , dépouillé de ses 
(( vêtemens sacerdotaux , à la communion comme 
« laïque. De même , après lui, notre très-saint prédé- 
« cesseur le pape Nicolas , comme s'il se fût conduit 
« fidèlement envers la sainte Eglise romaine , le rjeçut 
u de la même manière dans le sein de cette Eglise. 
« Cependant son infidélité est apparue maintenant, 
« en ce qu'après avoir pillé notre palais patriar- 
« chai, effacé les écritures du synode, où se trou- 
ce vaient les décrets portés en divers temps par les 
(( saints pontifes , tant sur lui que sur ses pareils , et 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. ^3 1 

« les institutions faites dans le vénérable synode par 
« ces saints pontifes, et retouchées avec Tadditio» d'un 
« nouvel anathême , il les a fait violer en nous les 
« enlevant, et a forcé des hommes à venir dans les murs 
« de cette ville, à la manière des voleurs, pour semer 
« des discordes entre des princes très-pieux , et dans 
« l'Eglise de Dieu , et a engagé à priver des yeux et 
<c de la langue un certain Adalgrim qui s'était réfugié 
<( dans l'église ; mais , de plus , comme beaucoup de 
« vous l'ont appris , ainsi que moi , d'un prêtre son 
« parent, nommé Adoin, et comme cela nous a été 
« révélé par d'autres voies, oubliant nos bienfaits, il a 
« envoyé à Eleuthère un homme pour l'exhorter à com- 
« mettre des meurtres qui , comme vous le savez , ô 
« douleur ! ont été accomplis -, et , à cause de toutes 
« ces choses et autres qu'il a faites en grand nombre , 
« et par lesquelles il a frappé et blessé l'Église de 
«Dieu, que jusqu'à présent il n'a cessé d'attaquer 
« par ses machinations artificieuses, de l'autorité du 
« Dieu tout-puissant et de tous les saints Pères et 
« des vénérables conciles et des susdits pontifes , en 
« même temps par la sanction de notre jugement, 
« nous ordonnons que ce même Anastase soit soumis 
« à ce qu'ont solennellement prononcé sur lui les sei- 
« gneurs pontifes Léon et Benoît , sans rien ajouter ni 
« retrancher à leur anathême, et voulons qu'il der'.eure 
« privé de toute communion ecclésiastique, jusqu'à 
« ce qu'il soit venu nous faire raison , en présence du 
« synode , de toutes les choses dont il est accusé ; et 
(( soit enveloppé dans la même excommunication qui- 
et conque communiquera avec lui , soit en paroles , 
« soit en mangeant ou buvant : car notre Église a 



>.d-J. ANNALKS l)i: SAliNT-BliRTIN. 

« sLiflisamnient murmuré et murmure encore de ce 
« que 9 aspirant à des choses trop élevées pour lui , 
K il a témérairement usurpé ce qui lui était interdit, 
« et est entré dans le lieu défendu. Si , tandis qu'il a 
« été éloigné de la ville de Rome , il a osé rechercher 
'( ou recevoir soit l'ordre de prêtrise , ou quelque rany 
« que ce soit dans la cléricature ou dans le saint mi- 
« nistère , ce qui est contre les ordres desdits pontifes 
'( et contre le droit, car il avait promis de ne jamais 
« s'éloigner de la ville de quarante milles, et de ne 
« jamais chercher à reprendre le grade de prêtre ni 
« de clerc , qu'il soit à jamais anathême avec tous ses 
« fauteurs , complices et satellites. » 

« Porté en présence de toute la sainte Eglise romaine, 
et devant ce même Anastase , en l'an premier du pon- 
tificat du seigneur Adrien , suprême pontife , le quatre 
des ides d'octobre ' . )> 

Lothaire , se méfiant de Charles, alla de nouveau 
vers Louis , et obtint qu'il lui ferait faire serment en 
son nom de ne lui nuire en aucune manière s'il pre- 
nait pour femme Waldrade ^ ensuite de quoi il vint 
au palais d'Attigny parler avec Charles , et convint 
avec lui qu'après le prochain commencement d'oc- 
tobre , ils conféreraient de nouveau ensemble. Charles, 
séjournant dans les domaines royaux situés dans h' 
pays de Laon , ordonna à Hincmar, évêque de Laoïi, 
sans qu'aucun évêque de ses sutfragans en fût instruit, 
d'envoyer son avocat plaider sa cause devant la jus- 
tice séculière, parce qu'il avait enlevé des bénéfices 
à quelquCvS-uns de ses hommes. Cependant l'évêqu* 
réclama, et dit qu'il n osait pas , renonçant au jugemeni 

' Le 12 ociolnc 8(Jy . 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. "iji) 

ccclésiastiquo , se rendre devant la jusdee séculière , 
comme il lui éf ail ordonné , et il ne vint pas au lieu 
où se tenait la justice séculière , mais fit savoir au roi 
les causes de son impossibilité. Cependant le roi 
Charles, ordonnant à des personnes infâmes déjuger 
de cette atïaire, comme le susdit évêque, ayant juré 
qu'il ne pouvait venir , n'avait envoyé personne , et 
n'avait pas présenté d'avocat devant la justice sécu- 
lière, par le jugement desdites personnes, l'évéque 
fut privé de tous les biens et propriétés ecclésiastiques 
qu'il avait, et qui étaient spécialement destinés à 
l'usage de l'évêché. Ensuite le roi étant venu à Pislre 
au milieu du mois d'août , y reçut son tribut annuel, el, 
mesurant le château, donna à chacun des hommes de 
son royaume la portion de travail qui lui était assignée. 

Cependant Hincmar, archevêque de Rheims, con- 
duisant avec lui Hincmar, évêque de Laon, alla vers 
le roi à Pistre avec d'autres évêques , et montra au roi , 
par paroles et par écrit, combien ce qui s'était fait ap- 
portait de préjudice à l'autorité épiscopale et à toute 
l'Eglise. 11 obtint que l'évéque fût remis en possession 
des choses dont il avait été dépouillé , et que , comme 
l'ordonnent les lois sacrées , l'afïaire fût terminée dans 
l'assemblée ecclésiastique de la province où elle devait 
être jugée, par l'arrêt de juges choisis, et, s'il était 
nécessaire, par l'examen d'un synode. 

Dans cette môme assemblée, le roi reçut trois marquis, 
à savoir , Bernard de Toulouse , un autre Bernard de 
Gothie , et encore un troisième Bernard. Il reçut aussi 
les messagers de Salomon, duc des Bretons. Par ces 
messagers , Salomon lui faisait dire de ne pas marcher 
lui-même pour attaquer les Normands qui résidaient 



^34 A^NALES DE SA.INT-BERTIN. 

sur la Loire , parce que Salomon était prêt à les at- 
taquer avec une grosse troupe de Bretons, pourvu 
seulement que Charles lui envoyât du secours. Le roi 
lui envoya d'abord Angelram, son camérier et maître 
des armées et l'un de ses conseillers intimes , et en- 
suite son fils Carloman , diacre et abbé, avec une cou- 
ronne ornée d'or et de pierres précieuses , et toutes 
les parures à l'usage de la royauté , et suivi d'une troupe 
comme le lui avait fait demander Salomon; puis il 
alla chassant à sa maison d'Orreville. La troupe , à qui 
le roi Charles avait fait passer la Seine avec Carloman, 
dévasta quelques pays , mais revint , par l'ordre du roi 
Charles, sans avoir rien fait contre les Normands 
qu'elle était allée combattre, et ainsi chacun retourna 
chez soi. 

Les gens de Poitiers , ayant fait un vœu à Dieu et à 
saint Hilaire, furent, pour la troisième fois, attaqués 
par les Normands, desquels ils tuèrent plusieurs et 
mirent le reste en fuite 5 et , après avoir prélevé sur le 
butin leur offrande volontaire , ils consacrèrent à saint 
Hilaire la dixième partie du reste. Le roi Charles étant 
revenu vers le commencement de décembre à Ouierzy 
où il avait mandé plusieurs grands de son royaume , 
tant évéques que d'autres , et déjà irrité contre Hinc- 
mar, évêque de Laon, parce qu'il avait envoyé à 
Rome à son insu, et avait obtenu des lettres l'autori- 
sant à ne se pas rendre devant lui , fut grandement 
offensé de ce que cet évêque continuait à lui résister 
avec opiniâtreté ; en sorte que ledit évêque , souvent 
sommé de comparaître devant lui , et refusant d'y ve- 
nir , se rendit à son siège sans la permission du roi, et 
excita sa colère plus que ne le requiert la gravité épis- 



ANNA.LES DE SAIIST-BERTIN. 235 

copale. Charles venant à Compiègne, y célébra la 
Nativité du Seigneur. 

[869.] Comme ce même évêque Hincmar, sommé 
par d'autres évéques de venir les trouver , refusait 
d'obéir à leur injonction , Charles envoya à Laon une 
troupe levée par plusieurs des comtes de son royaume, 
afin qu'ils lui amenassent par violence ledit évêque. 
L'évêque se plaça avec son clergé auprès de l'autel, et 
quelques autres évéques s'étant entremis , il arriva 
que ceux qui avaient été envoyés ne l'arrachèrent 
point de l'église , mais retournèrent vers Charles sans 
lui, et il se fit prêter serment par tous les hommes 
libres de son évêché. Charles cependant , grandement 
irrité, convoqua, à Verberie, le 24 avril, un synode 
de tous les évéques de son royaume , et ordonna que 
Hincmar fût sommé d'y comparaître; pour lui, il se 
rendit au bourg de Cosne avec beaucoup d'incom- 
modités , à cause du temps qu'il faisait et de l'excès de 
la famine. Là quelques Aquitains vinrent à sa ren- 
contre ; mais trois marquis , savoir , les trois Bernard 
qu'il pensait devoir s'y rendre , n'étant pas venus , il 
retourna à Senlis, non sans inquiétude et sans avoir 
rien fait. De là il alla au monastère de Saint-Denis, à 
la quatrième férié avant le commencement du carême, 
y accomplit le jeûne du saint carême, y célébra la 
Pâque du Seigneur , et commença à construire , dans 
l'intérieur même du monastère , une forteresse de bois 
et de pierre. Avant d'aller à Cosne , il avait envoyé 
partout son royaume des lettres ordonnant à tous les 
évéques , abbés et abbesses , d'avoir soin , au prochain 
commencement de mai , de lui apporter l'état de leurs 
bénéfices et la liste de ce qu'ils possédaient de do- 



:>.M\ ANNALES DE SAINT-BEKTIN. 

mailles. Les vassaux du roi avaieul ordre de dresser 
l'état des bénéfices des comtes, et les comtes des bé- 
néfices des vassaux , afin qu'ils apportassent cet état 
à ladite assemblée ; et le roi ordonna que l'on envoyât 
à ladite convocation de Pistre sur cent manoirs un 
serf, et sur mille manoirs un char avec deux bœufs , 
ainsi que les autres redevances dent est très-fort chargé 
son roA'aume , afin que les serfs achevassent et gar- 
dassent ce château qu'il avait ordonné de construire 
en pierres et en bois. 

Lolhaire , envoyant vers Charles et vers Louis , les 
pria de n'apporter aucun trouble dans son royaume 
jusqu'à ce qu'il revînt de Rome ; cependant il ne reçut 
de Charles aucune promesse : mais ayant eu de Louis 
l'assurance qu'on a dite , il s'achemina pour Rome , 
après avoir parlé d'abord avec son frère l'empereur 
Louis, pour qu'il obtînt, s'il était possible, du pape 
Adrien , qu'il pût renvoyer Teutberge et reprendre 
Waldrade, et il ordonna à Teutberge de venir après 
lui à Rome. Mais, à ce qu'on disait, l'empereur Louis, 
attaqué parles Sarrasins , ne devait pas s'éloigner pour 
accomplir la demande de son frère , le roi des Grecs 
lui ayant envoyé en toute hâte plus de deux cents na- 
vires pour le secourir contre ces mêmes Sarrasins. 
Lothairc, voulant continuer le voyage qu'il faisait à 
Rome à cause de ses femmes , et qu'il avait entrepris 
en un temps peu propice , à savoir au mois de juin , 
arriva à Ravenne où il rencontra des messagers de 
son frère qui lui conseillait de ne pas aller plus loin et 
de ne pas demeurer plus long-temps dans son royaume, 
mais de retourner chez lui , pour se réunir ensuite 
dans un lieu plus commode et un temps plus opportun 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. •2'd'j 

et y traiter de ce qu'il voudrail. Lothaire, laissant 
Home de côté, parvint vers son frère à Tîénévent; et, 
au moyen tle beaucoup de sollicitations, de présens 
et de peines , obtint de lui , par sa femme Ingelberge, 
que ladite hii^elberge revînt avec lui, Lothaire , jus- 
qu'au monastère de Saint-Benoît , situé sur le Mont- 
Cassin. Il y fit aussi venir vers lui et Ingelberge , par 
un ordre de l'empereur, le pape Adrien; et, lui ayant 
fait beaucoup de présens, obtint de lui, toujours par 
tngelberge , que le pape lui chantât la messe et lui 
donnât la sainte communion ; moyennant cette assu- 
rance qu'après que le pape Nicolas eut excommunié 
Waldrade, û n'avait eu avec elle aucune cohabitation 
ni commerce charnel, ni aucune sorte d'entretien. 
Ce malheureux, à la manière de Judas, feignant une 
bonne conscience et l'impudence sur le front , ne crai- 
gnit ni ne refusa d'accepter à cette condition la sainte 
communion. Lui et ses fauteurs la reçurent du pape, 
et, parmi eux, la reçut au nombre des laïques Gon- 
thier, auteur et défenseur de ses adultères publics , 
après avoir fait au pape Adrien, devant tous, la décla- 
ration qu'on va lire : 

« Moi , Gonthier, en présence de Dieu et des saints, 
« je déclare à mon seigneur Adrien, suprême pontife 
« et pape universel, et aux vénérables évêques à lui 
»< subordonnés, et au reste de l'assemblée, que je ne 
« repousse pas, mais accepte humblement la sentence 
« de déposition portée canoniquement contre moi par 
« le seigneur Nicolas -, en raison de quoi je ne me 
<( permettrai pas d'exercer le saint ministère, à moins 
« que, par votre miséricorde, vous ne veuilliez venir 
<c à mon secours 5 et ne veux jamais soulever aucun 



^38 AWNALES DE SAINT-BERTIN. 

« scandale ni opposition contre la sainte Eglise ro- 
« maine ou son pontife, mais proteste que je me mon- 
« trerai et demeurerai dévot et obéissant envers la 
« sainte mère Eglise et à son chef. Moi , Gonthier , ai 
« souscrit de ma propre main cette déclaration faite 
« par moi. Donné aux calendes de juillet, en l'église 
« du saint Sauveur, située au monastère de Saint- 
ce Benoît, sur le Mont-Cassin. » 

Le pape ayant reçu cette déclaration de Gonthier , 
qui se tenait placé parmi les laïques , la lui fit relire à 
haute voix, en présence de tous, au milieu des laïques, 
et lui dit : « Et moi je te concède la communionlaïque, 
(( à cette condition que tu observeras aussi long-temps 
« que tu vivras ce que tu as promis en cette nia- 
it nière. » 

Ingelberge étant ensuite retournée vers Tempereur 
son mari, le pape Adrien retourna à Rome où Lothaire 
le suivit de près, et le pape Adrien étant rentré à 
Rome, Lothaire se rendit à la cathédrale de Saint- 
Pierre , où nul du clergé ne vint au-devant de lui. Il 
arriva seulement accompagné des siens jusqu'au sé- 
pulcre de saint Pierre , et étant entré pour y habiter 
dans un pavillon près de l'église de Saint-Pierre , il ne 
le trouva pas seulement nettoyé avec le balai. Il s'é- 
tait imaginé que le lendemain, à savoir un dimanche , 
car il était venu le samedi à la basilique de Saint- 
Pierre, la messe lui serait chantée, mais il ne put 
l'obtenir dudit pontife. Ensuite entrant à Rome dans 
la deuxième férié , il prit son repas avec le pape dans 
le palais de Latran^ et, après lui avoir fait présent de 
vases d'or et d'argent, il obtint que le pape lui don- 
nerait une lionne , une palme et une baguette , lesquels 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 239 

présens furent interprètes en cette façon par lui et les 
siens , à savoir , que la lionne signifiait qu'il repren- 
drait Waklrade , la palme qu'il se montrerait victorieux 
en ce qu'il avait entrepris, la baguette qu'en persistant 
il contraindrait de se soumettre à sa volonté les évê- 
ques qui lui résistaient. Mais ce n'avait pas été là l'in- 
tention du pape et des Romains, car ce pontife résolut 
d'envoyer dans le pays de Gaule févéque Formose et 
un autre évêque, afui qu'ils traitassent, avec la plura- 
lité des évêques , de ce que demandait Lothaire, et re- 
portassent au synode les résolutions prises au com- 
mencement de mars, et par lui proclamées à Rome à 
la même époque. Il ordonna aussi, par ses lettres, 
que quatre évéques du royaume de Louis , roi de 
Germanie , y vinssent avec les envoyés dudit roi , et 
quatre évêques du royaume de Charles avec ses en- 
voyés, et quelques évêques du royaume de Lothaire , 
afin de confirmer, au nom des autres, les choses qui 
auraient été jugées ou ordonnées par le synode, tant 
sur les atfaires d'Orient que sur celles d'Occident. Il 
espérait que les messagers qu'il avait envoyés dernière- 
ment à Constantinople , à cause de la querelle qui s'é- 
tait élevée entre le pape Nicolas et les Orientaux , 
seraient alors revenus. 

Lothaire, s'en retournant fort joyeux de Rome, 
arriva à Lucques où il fut pris de la fièvre, et la con- 
tagion se déclara parmi les siens qu'il voyait mourir 
par tas devant ses yeux. Mais ne voulant pas com- 
prendre le jugement de Dieu, il continua son chemin 
jusqu'à Plaisance , où il arriva le 6 août. Il s'y arrêta 
à cause du jour du Seigneur ^ et vers la neuvième 
heure il tomba soudainement privé de mouvement , 



•>/]0 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

perdit l'usnj^e de la parole, et, le lendemain , mourui 
à la seconde heure du jonr, et fut porté en terre dans 
un pauvre monastère voisin par le petit nombre des 
siens qui avaient survécu à la contagion. 

Charles habitait alors à Senlis, où lui et sa femme 
Hermentrude, revenus de Pistre, répandaient en au- 
mônes aux églises et aux saints lieux leurs trésors et 
tout ce qu'ils avaient de biens, les rendant ainsi au 
Seigneur de la main duquel ils les avaient reçus. 

Ayant appris la nouvelle non douteuse de la 
mort de son frère, il quitta cette ville et vint à Atli- 
gny. Là il reçut de certains évéques et de quelques- 
uns des principaux du royaume de feu Lothaire des 
messagers qui lui étaient envoyés pour qu'il demeurât 
en ce lieu et n'entrât pas dans le royaume qui avait 
appartenu à Lothaire jusqu'à ce que son frère Louis , 
roi de Germanie , fût revenu d'une expédition qu'il 
avait faite à main armée contre les Wénèdes, contre 
lcs(pi('ls souvent, durant cette année et l'année précé- 
denle, il avait combattu de près sans en tirer aucun 
profit, mais plutôt à son grand dommage-, ils deman- 
dèrent tlonc à Charles qu'il envoyât des messagers au 
palais d'ingelheim où résidait Louis, et lui fit savoir où 
et quand ils pourraient se réunir pour traiter du par- 
tage du royaume. Plusieurs, par un plus sage conseil , 
lui mandèrent qu'il d(;vait faire en sorte, (piand il le 
pourrait commodément , de se rendie à JMelz; et qu'ils 
avaient déterminé de venir à sa rencontre lant sur le 
chemin que dans cette ville. Charles, comprenant que 
leur conseil était le meilleur et le plus salutaire , se 
iîâta de faire? ce qu'ils lui proposaient, et ("tant donc 
venu jusqu'à V erdun, ily reçutplusieursdee(.' royaume^ 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. li^l 

ainsi que Hatton, évéque de cette ville, et Arnoiil, 
ëvêque de la ville de Toiil , qui se recommandèrent à 
lui. De là venant à Metz vers le 8 septembre , il y reçut 
à recommandation Advence, évéque de cette ville, 
Francon, évéque deTongres, et beaucoup d'autres-, 
en sorte que le 9 du même mois , dans la basilique de 
Saint-Etienne, les évéques qui se trouvaient présens, 
et tous ceux qui y étaient venus avec eux , firent de la 
manière suivante les actes et déclarations que l'on va 
voir. 

« L'an de l'Incarnation du Seigneur 869, indiction 2, 
le 5 des ides de septembre, dans la ville de Metz, 
église de Saint-Etienne, martyr, devant le roi, et les 
évéques présens , Advence , évéque de cette ville, an- 
nonça publiquement au peuple , par ses paroles et ses 
écrits , le capitulaire suivant : 

« Vous savez , et il est connu de beaucoup en plu- 
ie sieurs royaumes, quels et combien d'événemens nous 
« avons eu à soutenir en commun pour affaires très- 
ce notoires durant le temps du maître que nous avons 
« eu jusqu'à ce jour, et de quelle douleur, de quelle 
« angoisse sa mort funeste nous a dernièrement frap- 
« pés au cœur ; en sorte que, privés et tristement dé- 
« laissés de notre roi et prince , nous avons considéré 
«( que , pour nous tous, l'unique refuge , le seul et sa- 
« lutaire conseil était de nous tourner, avec jeûnes et 
« oraisons, vers celui qui donne secours dans les né- 
« cessités et les tribulations , à qui est le conseil , à qui 
« est le royaume , et de qui il est écrit : // donnera à 
« qui il voudra; vers celui en la main duquel sont 
« les coeurs des rois , qui réunit en une même maison 
« ceux d'un même esprit , brisant les murailles qui 

16 



242 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

(c les séparent , et faisant de deux choses une seule ; 
« nous le devons prier, dans sa miséricorde , de nous 
« donner un roi et un prince selon son cœur, qui nous 
« gouverne en droit et justice , ordre et protection , 
« nous sauve et nous défende conformément à sa vo- 
« lonté, et appelle et unisse à lui unanimement tous 
« nos cœurs ; un roi qu'il ait choisi et prédestiné se- 
u Ion sa miséricorde pour notre salut et notre avan- 
« tage. Enfin donc, comme, d'un accord unanime, 
« nous avons reconnu que la volonté de Dieu qui fait 
« la volonté de ceux qui le craignent et entend leurs 
« prières , est que nous ayons pour héritier légitime 
« de ce royaume , c'est à savoir , pour notre maître , 
« roi et prince actuel, Charles, à qui nous nous sommes 
<( remis volontairement pour qu'il nous gouverne et 
K nous soit à utilité ^ nous désirons donc , s'il vous 
«■ plaît , que , par un signe certain , tel que nous vous 
«le ferons connaître après qu'il aura parlé, nous 
« montrions que nous le regardons comme choisi de 
(( Dieu et donné par lui pour notre prince , et que 
« nous ne soyons pas ingrats envers ce Dieu libéral 
« à notre égard pour les bienfaits qu'il nous a accordés, 
« mais que nous lui rendions des actions de grâces par 
<( nos prières, afin qu'il nous le conserve long-temps 
« pour le salut et défense de sa sainte Eglise , la con- 
« servation et l'avantage de tout ce qui nous appar- 
« tient , en sûreté , paix et tranquillité , et que , lui 
« obéissant d'une fidèle dévotion, et jouissant sous son 
« administration du bonheur que nous aurons choisi, 
« nous vivions sous lui en son service ; et, s'il lui plaît. 
« il nous paraît convenable et nécessaire que nous (>n- 
« tendions de sa bouche ce qu'un peuple Wâèlo ol 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. ^43 

« unanime à le servir doit entendre d'un roi très-chré- 
i< tien , afin que nous le recevions d'un esprit dévoué , 
« chacun dans son rang. » 

Après cela , le roi Charles déclara en son propre 
nom les choses suivantes à ceux qui étaient présens 
dans cette église , et dit : 

« Puisque , ainsi que l'ont dit d'une seule et même 
« voix ces vénérables évéques , lesquels ont montré 
« des indices certains de votre unanimité , et comme 
« vous l'avez proclamé , je suis arrivé ici par le choix 
« de Dieu pour vous sauver , protéger , conduire et 
« gouverner -, sachez que , Dieu aidant , je veux main-' 
« tenir l'honneur et le culte de Dieu et des saintes 
« églises du Seigneur, et, selon mon savoir et mon 
« pouvoir, honorer, préserver et maintenir chacun de 
« vous en honneur et préservation , selon l'ordre et le 
« rang de sa dignité et de sa personne , et à chacun , 
« dans son rang , selon les lois qui le concernent, tant 
<( ecclésiastiques que séculières , conserver la loi et la 
« justice , afin que chacun , selon son rang, sa dignité 
« et son pouvoir, me rende les honneurs royaux et 
« l'obéissance qui m'est due , maintienne mon pou- 
tt voir, et m'aide à tenir et défendre le royaume que 
« Dieu m'a donné , ainsi que vos prédécesseurs l'ont 
« fait justement , fidèlement et raisonnablement à mes 
« prédécesseurs. » 

Après cela, sur la réquisition et à la demande d'Ad- 
vence , évéque de la ville , et des autres évéques des 
provinces de Trêves , à savoir , Hatton, évéque de 
l'église de Verdun , et Arnoul , évéque de la cité de 
Toul , conjointement avec les évéques de la province 
de Rhcims, Hincmar, évéque de Rheims , déclara pu- 

i6. 



2^4 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

bliquement les capitulaires suivans , en présence des 
autres évêques et du roi , et de tous ceux qui assis- 
taient dans cette église. 

« Afin qu'il ne paraisse pas indu et présomptueux , 
à moi et à mes vénérables collègues les évêques de 
notre province, de nous mêler des ordinations et af- 
faires d'une autre province , qu'on sache que nous 
n'agissons pas en ceci contre les sacrés canons, parce 
que , ainsi que le montrent l'autorité ecclésiastique 
et la très-antique coutume , l'église de Rheims et 
celle de Trêves , en ce pays de Belgique , ainsi que 
celles qui leur sont commises , sont tenues pour 
sœurs comprovinciales, et , à cause de cela, doivent 
exercer leur juridiction en commun et par un juge- 
ment synodal , et conserver de concert les choses 
établies par les saints Pères , maintenant ce privi- 
lège que , des évêques de Rheims et de Trêves, celui 
qui aura été le premier ordonné aura sur l'autre la 
primauté. La loi divinement inspirée nous enseigne 
( et dit : Si vous entrez dans les blés de votre ami , 
vous en pourrez cueillir des épis , et les froisser 
X avec la main, mais vous n'en pourrez couper avec 
( la faucille \ Le champ de blé, c'est le peuple, 
( comme le Seigneur Ta montré dans l'Evangile, lors- 
( qu'il dit -.La moisson est grande , mais il j a peu 
( d'ouvriers ; priez donc le maître de la moisson 
( qu'il envoie des ouvriers en sa moisson '. C'est 
( pourquoi vous devez prier pour vos évêques , afin 
que nous puissions vous parler dignement. Le champ 
( de blé de l'ami est le peuple de la province confiée 

' Doiucron. chap. a3 , v. aS. 

* Évang. sel. S. Matlli. chap. 9, v. 37. 



AiNNALES DE SAINT-BERTIJN. 245 

« à un autre métropolitain. Ainsi donc , par exhorta- 
« tion, et comme brisant les épis avec la main, de- 
« vons-nous vous porter à la volonté de Dieu , et vous 
« maintenir en l'unité de FEglise ; mais nous ne por- 
« tons pas la faucille du jugement parmi les paroissiens 
<( des provinces confiées à un autre métropolitain , 
« parce que ce n'est pas là ce que nous considérons 
« comme nôtre. Une autre raison, c'est que nos véné- 
a râbles seigneurs et confrères évêques de cette pro- 
ie vince , n'ayant pas d'évéque métropolitain , ont prié 
« et admonesté notre exiguité d'agir par une charité 
« fraternelle en leurs affaires comme dans les nôtres 
« propres. En est-il ainsi , nos seigneurs nos frères ? » 
Et ces évéques répondirent : a 11 en est ainsi 5 c'est 
«par la volonté de Dieu que notre seigneur et 
« roi actuel , lequel , dans les pays qu'il tient et a 
«tenus, gouverne et a gouverné utilement, traite 
« et a traité salutairement le pays, et nous et nos 
« églises, et le peuple qui lui a été confié , est venu, 
« sous la direction du Seigneur, de là en ce pays où vous 
« avez aussi afflué ; et vous vous êtes volontairement 
« recommandés à lui par l'inspiration de celui qui ins- 
« truisit tous les animaux , sans que nul les y forçât , 
« à se réunir dans farche de Noé , image de l'unité de 
« lEglise. Vous le pouvez reconnaître non seulement 
« en ce que vous a dit notre seigneur évêque et con- 
« frère Advence , tant en son nom qu'en celui de nos 
« vénérables confrères et les siens les évéques, mais 
<( encore en ceci que son père le seigneur Louis , 
« pieux empereur Auguste de sainte mémoire , est 
<fr issu par le bienheureux Arnoul , duquel le pieux 
« auguste Louis a tiré son origine charnelle, de la race 



^46 ANISALES DE SAlNT-BERTm, 

« du célèbre Louis % roi des Francs, qui fut converti 
« avec toute sa nation par la prédication apostolique et 
« catholique du bienheureux Rémi , et baptisé la veille 
« delà sainte Pâque avec trois mille Francs, sanscomp- 
« ter les enfans et les femmes , et reçut du ciel le saint 
u chrême que nous conservons encore , et fut oint et 
« sacré roi 5 et que cedit empereur Louis a été couronné 
« empereur à Rheims par le pape de Rome Etienne , 
« devant l'autel de la sainte mère de Dieu , Marie , 
u toujours vierge-, et ensuite, dépouillé par quelques- 
« uns de son empire terrestre , il a été rétabli dans cette 
« partie de son royaume par l'unanimité des évéques 
u et du peuple des fidèles, dans l'église et devant le 
«sépulcre de saint Denis, illustre martyr , et dans 
«( cette même maison où nous sommes , devant l'autel 
«d'Etienne, premier martyr, et, selon le sens que 
« nous donne finterprétation de son nom , couronné 
« par les prêtres de Dieu , aux acclamations du peuple 
« fidèle , et remis en possession de la couronne et 
« du gouvernement impérial : ce que nous avons 
« vu, y étant présent. Et comme, ainsi que nous le 
(( lisons dans les histoires sacrées, les rois, quand ils 
« acquéraient de nouveaux royaumes , mettaient sur 
« leur tête les diadèmes de chacun de ces royaumes, 
« il ne vous paraîtra pas hors de propos , vénérables 
« évêques , que, s'il plaît à votre unanimité, il soit 
<( consacré par la sainte onction de Dieu, en signe du 
« royaume duquel vous êtes venus vous réunir au- 
« tour de lui et vous recommander à lui , et soit cou- 
« ronné devant cet autel par le ministère sacerdotal ; 
« que, si cela vous plaît, exprimez-le tous ensemble 



ANNALES DE SAINT-BERTJN. 'l^'j 

« par VOS propres voix. » Et tous s'ëtant ëcriés de 
concert , le même évêque dit : « Offrons donc unani- 
« menient nos actions de grâces au Seigneur en chan- 
« tant Te Deiim laudamus. )> 

Après cela , Charles fut couronné roi par les évéques 
avec la bénédiction sacerdotale ; puis , venant à Flo- 
ringues , il donna ordre à ce qui lui parut devoir être 
fait: ensuite de quoi il se transporta dans la foret des 
Ardennes pour y prendre l'exercice des chasses d'au- 
tomne. Cependant son frère Louis obtint, à certaines 
conditions, la paix des Wénèdes , et envoya , pour la 
ratifier, ses fds avec les marquis de ses terres , lui 
étant demeuré malade dans la ville de Ratisbonne -, et 
ayant envoyé ses messagers à Charles , il lui fit parler 
des pactes entre eux conclus , et du partage du royaume 
de feu Lothaire j à quoi Charles fit une réponse telle 
qu'il convenait. 

Cependant Basile, que Michel, empereur des Grecs , 
avait appelé à Tempire , tua par trahison ce même 
Michel , et s'empara de l'empire. 11 envoya ensuite à 
Bari son patrice avec quatre cents vaisseaux pour por- 
ter secours à Louis contre les Sarrasins , et pour 
prendre des mains de Louis sa fille qui était fian- 
cée à Basile, et la lui amener, afin qu'il se joignît à 
elle en mariage. Mais certains événemens étant inter- 
venus , Louis ne voulut pas donner sa fille au patrice 5 
en sorte que le patrice retourna à Corinthe très-mor- 
tifié : et Louis revenant de l'attaque des Sarrasins sur 
le pays de Bénévent , ces mêmes Sarrasins sortirent 
de Bari , et suivant par derrière l'armée de Louis , ils 
lui enlevèrent plus de deux mille chevaux, et, avec 
ces chevaux , s'étant ordonnés en deux troupes , ils 



ii4<^ ANNALES DE SAINT-BEKTIN. 

montèrent à l'église Saint-Michel sur le mont Gar- 
gano , dépouillèrent les clercs de cette église , et beau- 
coup d'autres gens qui s'y étaient réunis pour prier, 
et retournèrent chez eux avec beaucoup de butin : la- 
quelle action troubla grandement l'empereur et l'apos- 
tolique , et aussi les Romains. 

Louis , fils de Louis , roi de Germanie , se prenant 
à faire la guerre avec les Saxons contre les Wénèdes 
qui sont dans le pays des Saxons , remporta en quel- 
que sorte la victoire , avec un grand carnage d'hommes 
des deux parts. En revenant de là, Roland, arche- 
vêque d'Arles , qui , non pas les mains vides , avait 
obtenu de l'empereur Louis et d'ingelberge fabbaye 
de Saint-Césaire , éleva dans file de la Camargue, de 
tous côtés extrêmement riche, où sont la plupart des 
biens de celte abbaye , et dans laquelle les Sarrasins 
avaient coutume d'avoir un port , une forteresse seu- 
lement de terre , et construite à la hâte ^ apprenant 
l'arrivée des Sarrasins , il y entra assez imprudemment. 
Les Sarrasins , débarqués à ce château , y tuèrent 
plus de trois cents des siens , et lui-même fut pris , 
conduit dans leur navire, et enchaîné j auxdils Sar- 
rasins furent donnés pour le racheter cent cinquante 
livres d'argent , cent cinquante manteaux , cent cin- 
quante grandes épées et cent cinquante esclaves, sans 
compter ce qui se donna de gré à gré. Sur ces entre- 
faites, ce même évêque mourut sur les vaisseaux le 
19 septembre. Les Sarrasins avaient habilement ac- 
céléré son rachat, disant qu'il ne pouvait demeurer 
plus long-temps, et que, si on voulait le ravoir, il 
fallait que ceux qui le rachetaient donnassent promp- 
tement sa rançon, ce qui fut fait : et les Sarrasins, 



ANNALES DE SAJM-BERTJN. ^49 



ayant tout reçu , assirent l'évêque dans une chaise , 
vêtu de ses habits sacerdotaux dans lesquels ils Fa- 
vaient pris , et, comme par honneur, le portèrent du 
navire à terre ; mais quand ceux qui l'avaient racheté 
voulurent lui parler et le féliciter, ils trouvèrent qu'il 
était mort. Ils l'emportèrent avec un grand deuil , et 
l'ensevelirent le 22 septembre dans le sépulcre qu'il 
s'était fait préparer lui-même. 

Salomon, duc des Bretons , fit la paix avec les Nor- 
mands habitant sur la Loire, et récolta avec ses Bretons 
le vin des territoires qui lui appartenaient au pays 
d'Angers. L'abbé Hugues et Godefroi , et les habitans 
d'au-delà de la Seine ayant combattu les Normands 
habitant sur la Loire , en tuèrent environ soixante , 
et ayant pris un certain moine apostat qui avait quitté 
la chrétienté pour se joindre aux Normands, et incom- 
modait grandement les Chrétiens, ils le firent décol- 
ler. Charles requit que les villes au-delà de la Seine , 
à savoir le Mans et Tours , fussent fortifiées par les ha- 
bitans , afin qu'elles pussent être de secours au peuple 
contre les Normands. Les Normands, apprenant cela, 
demandèrent aux habitans de ces pays une grande 
somme d'argent et beaucoup de froment, de vins et 
de bestiaux pour faire la paix avec eus. 

Charles ayant appris certainement dans sa maison 
de Douzy, le 9 octobre, que sa femme Hermentrude 
était morte le 6 octobre , dans le monastère de Saint- 
Denis où elle fut ensevelie, envoya aussitôt Boson^ 
fils du feu comte Eouin , en message vers sa mère et 
sa tante maternelle Teutberge, veuve du roi Lothaire, 
afin qu'il lui amenât sa sœur, nommée Richilde , 
qu'il prit pour concubine : pourquoi il donna à ce 



^So AiSJNALES DE SAINT-BERTIN. 

même Boson labbaye de Saint-Martin et d'autres bé- 
néfices, et se rendit en grande bâte au palais d'Aix , 
conduisant avec lui cette concubine , afin d'y recevoir 
sous sa domination , d'après ce qu'ils lui avaient 
mandé , ce qui restait des gens de ce pays ayant ap- 
partenu à Lotbaire ^ et il annonça qu'à la fête de Saint- 
Martin il se rendrait au palais de Gondreville pour y 
recevoir ceux qui viendraient à lui de cette province 
et des parties supérieures de la Bourgogne. Cepen- 
dant arrivé à Aix , il n'y acquit aucun de ceux qui ne 
s'étaient pas donnés à lui auparavant, et de là, comme 
il l'avait annoncé, il se rendit à Gondreville. Il y reçut 
les évêques Paul et Léon , envoyés par le pape Adrien 
avec des lettres pour lui , pour les évêques et les grands 
de la portion des Gaules appartenant à son royaume. 
Ces lettres portaient que nul ne devait envabir ni at- 
tirer à soi ni s'etforcer de tourner en sa faveur le 
royaume du feu roi Lotbaire, lequel était dû par 
droit d'béritage à l'empereur Louis son fils spirituel , 
et lui revenait après la mort de Lotbaire, non plus 
((u'aucun des bommes babitant en ce royaume^ que 
si quelqu'un l'osait , non seulement ce qu'il ferait se- 
rait invalidé par l'autorité du pape, mais qu'il se trou- 
verait lié d'anatbême et logé avec le diable, et que 
si quelqu'un des évêques écbappait en se taisant sur 
l'auteur de cette témérité impie, ou y consentait par 
défaut de résistance , il serait nommé non plus du nom 
de pasteur, mais de celui de mercenaire, et que, 
comme les brebis ne lui appartiendraient pas , à lui non 
plus n'appartiendrait pas la dignité pastorale. Avec 
ces évêques vint un messager de l'empereur Louis , 
du nom de Boderad , agissant pour la même alfaire. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 25 I 

Charles cependant , après avoir renvoyé les messagers 
de l'apostolique et de Tempereur, trompé par les vains 
rapports de faux messagers qui lui avaient affirmé que 
son frère Louis était près de moi^4r , se mit en chemin 
pour l'Alsace pour y gagner Hugues, fils de Wilfried, 
et Bernard , fils de Bernard : ce qu'il fit. De là il vint 
à Aix, et y célébra la Nativité du Seigneur. 

[870.] De là Charles se rendit à Noyon pour y entrer 
en colloque avec le Normand Roric , auquel il s'unit 
par alliance ; et le jour de la fête de Septuagésime , 
après avoir fiancé et doté sa concubine Richilde , il la 
prit en mariage , et reçut de son frère Louis , roi de 
Germanie , des messagers inattendus, qui lui annoncè- 
rent que, s'il ne sortait d'Aix incontinent, ne rendait 
pas tout le royaume de Lothaire , et n'octroyait pas de 
bonne volonté aux hommes de Lothaire de tenir ce 
royaume comme ils le tenaient au temps de sa mort , 
il viendrait sans faute lui livrer combat. Les messagers 
allant et venant de part et d'autre , l'affaire fut menée 
à ce point qu'ils se firent mutuellement serment de 
cette façon : « Je promets, au nom de mon seigneur, 
« que mondit soigneur consent que le roi son frère ait 
« telle partie du royaume du roi Lothaire que ceux-ci 
« ou leurs fidèles en commun trouveront juste et équi- 
(( table , et qu'il ne le trompera ni ne lui fera tort par 
« mauvais conseil, fraude ou surprise dans cette por- 
« tion ni dans le royaume qu'il a tenu jusqu'à présent , 
« pourvu que son frère conserve inviolablement tant 
« qu'il vivra à mon seigneur la même fidélité que j'ai 
« promise au nom de mon seigneur. » 

Après qu'on eut pris ces sûretés mal sûres, Charles 
sortit d'Aix, et, d'une seule traite, vint à Compiègne 



t?5'i ANNALES DE SA1NT-BERTI^ . 

OÙ il reçut douze messagers de son frère Louis , en- 
voyés pour le partage du royaume , lesquels , vaniteu- 
sement enflés et de la santé corporelle de Louis et de 
sa prospérité . parce crue, tant par ruse que par com- 
bat , il avait vaincu ïe A\ énède Restic , qui depuis un 
long-temps le harcelait grandement, ne tinrent pas 
ainsi qu ils le devaient le serment fait entre eux. On 
agita de part et 'd'autre , en beaucoup et diverses ma- 
nières, Taffaire de ce partage par divers messages qu'on 
s'envoya mutuellement, tant qu'à la fin Charles deman- 
da qu'ils se réunissent pacifiquement dans le royaume 
que , selon le serment prêté entre eux , ils se devaient 
partager , pour le partager sous serment , comme il 
serait réglé par eux avec l'accord et le consentement 
de tous leurs fidèles. 

Cependant Hincmar, évêque de Laon, recherché 
pour plusieurs choses , particulièrement touchant ce 
qu'il devait de soumission à la puissance royale et sa 
désobéissance envers son archevêque, présenta , dans 
le synode desdits évêques provinciaux, pour être dé- 
chargé d'inculpation , un écrit souscrit de sa main , 
contenant ceci : « Moi , Hincmar , évêque de l'église 
« de Laon, serai désormais et toujours fidèle et obéis- 
(( sant à mon maître et seigneur le roi Charles , selon 
<c mon ministère, ainsi qu'un homme le doit être à 
<( son seigneur , et un évêque à son roi , et promets 
« d'obéir, selon mon savoir et pouvoir, au privilège 
« d'Hincmar , métropolitain des provinces de l'éghse 
« de Rlieims, selon les sacrés canons et décrets pro- 
« mulgués par le siège apostolique. » 

Carloman, fils du roi Charles, et tenu pour abbé 
de plusieurs monastères , méditant traîtreusement de 



ATVNALES DE SAINT-BERT1>'. 253 

tendre des embûches à son père , fut privé de ses ab- 
bayes et gardé dans la ville de Senlis. Charles ayant 
envoyé vers son frère Louis à Francfort ses messagers, 
à savoir Eudes, évéque de Beauvais, et les comtes 
Eudes et Hardouin , lui demanda qu'ils se réunissent 
en même lieu pour partager le royaume de Lothaire ; 
puis il vint à Pontion où il reçut les messagers de son 
frère lui annonçant qu'il fallait qu'il vînt à Herrstall , 
et que son frère Louis viendrait à Mersen , et qu'ils 
se rassembleraient au commencement d'août entre 
ces deux endroits, et que chacun d'eux amènerait 
quatre évêques, dix conseillers et trente serviteurs 
et vassaux. Le roi Louis, comme il s'y rendait, vint 
à Flammersheim dans le pays Ripuaire, tomba d'un 
plancher dont les bois en dessous étaient consumés 
de vétusté , et un peu blessé guérit promptement. 
De là il vint à Aix, et les messagers des deux frères et 
rois allant et venant de l'un à l'autre , ils se rassem- 
blèrent cependant le s8 juillet au lieu des conférences, 
et partagèrent de cette manière entre eux le royaume 
de Lothaire. LeroiLouis eut pour sa portion : Cologne, 
Trêves, Utrecht, Strasbourg, Baie, l'abbaye de Sus- 
tren , Berg , Neumoutiers , Kessel , Indes ou Saint-Cor- 
neille , Saint - Maximin , Hesternach , Oeren , Saint- 
Gangulf, Favernay, Pobgny, Luxeuil, Lure, Baume, 
Vellfaux , Moyenmoutiers, Saint-Die, Bonmoutiers , 
Estival , Remiremont, Morbach, Saint-Grégoire, Mor- 
munster, Eboresheim, Homowa, Maësmunster, Sainte- 
Othilie, Saint-Etienne de Strasbourg, Ehrenstein, So- 
leure, Graufel, Alta-Petra, Lusten, Vaucluse, Châtel- 
Châlons, Herbodsheim, fabbaye d'Aix, Hoënkirche, 
Augskirclie, le comté de Testrebant, la Batavie et les 



254 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

districts sur la rive droite de la Meuse inférieure : sur 
la même rive de la Meuse supérieure , Liège , le district 
d'Aix et Maëstricht : dans le pays des Ripuaires , les 
cinq comtés de Meyen, de Bidburg, de la Nied, delà 
Sare inférieure, de Bliets, de Salm, de FAlbe, du Sund- 
gau, de Calmont, de la Sare supérieure, de TOrnain 
qu'avait possédé Bernard, de Saulieu, du Bassigny, 
de Salins, d'Emaiis, le Bâlois : dans FAlsace, deux 
comtés : dans la Frise , deux des parties dépendantes 
du royaume de Lothaire. A ce partage , et pour l'amour 
de la paix et de la charité , nous avons ajouté la cité de 
Metz avec l'abbaye de Saint-Pierre et de Saint-Martin, 
le comté de Mœsegaw et tous les villages qui en dépen- 
dent, tant résidences de seigneurs que de vassaux, dans 
les Ardennes , et tout ce qui est depuis la source de 
la rivière de l'Ourte le long de son cours vers la Meuse 
en allant en droite rive vers Bidburg , selon que l'ont 
en commun exactement reconnu nos messagers. En 
sont exceptés ce qui s'étend vers l'orient à travers 
rOurte, et les abbayes de Prum et de Stavelo avec 
tous les manoirs tant seigneuriaux que de vassaux. 

Voici ce qu'eut Charles en partage en ce même 
royaume : Lyon , Besançon , Vienne , Tongres , Toul , 
Verdun, Cambrai , Viviers, Uzès , Montfaucon, Saint- 
Mihiel , Colmoustiers ; Sainte-Marie dans le pays de 
Besancon, Saint-Martin au même lieu-, Saint-Claude, 
Saint-Marcel, Saint-Laurent, Sens, l'abbaye de Nivelle, 
Maubeuge , Laube , Saint - Gaugeric , Saint - Sauve , 
Saint-Crépin, Fosse, Maroille, Honcourt, Saint-Ser- 
vat, Malines, Liers, Soignies, Antoin, Condé, Mer- 
bech , Dickelvenne , Leuse , Calmont , Sainte-Marie- 
de-Dinant , Eich , Andenne, Wasler, Haut-Mont, le 



ANNALES DE SAINT-BERTIV. «55 

comté de Toxandrie : dans le Brabaiit, quatre comtés ; 
le Cambrésis, le Hainault, le Loots ^ dans le Has- 
baigne , quatre comtés ; le pays de la Meuse supérieure 
sur la rive gauche de la Meuse , le pays de la Meuse 
inférieure du même côté, Liège, et dans le pays de 
Wésel , Scharpeigne , le pays de Verdun , le Dormois , 
Arlon, le pays de Vaivres ; deux comtés, celui de 
Mouson, de Châtres et de Condrou, dans les Ar- 
dennes -, le pays le long de la rivière de l'Ourte , 
depuis le lieu où elle a sa source , le long de son 
cours, jusqu'à la Meuse , et tout ce que , du côté de 
l'occident, elle traverse dans le Cidburg, ainsi que 
l'ont en commun exactement reconnu nos messagers ^ 
le pays de Toul, ou autrement de l'Ornain, qu'a pos- 
sédé Tetmar -, le Barrois , le Pertois , le Saumurois , le 
Lyonnais , le Viennois , le Vivarais , le pays d'Uzès , la 
troisième partie de la Frise. 

Le lendemain , à savoir le lo du même mois d'août , 
Charles et Louis se réunirent, et, se disant mutuelle- 
ment adieu, ils s'en allèrent chacun de son côté; 
Louis retourna à Aix , et Charles , ordonnant à sa 
femme de venir à sa rencontre à Lestines , prit pos- 
session comme il lui plut de la portion du royaume qu'il 
avait reçue. De là, s'en allant par le monastère de 
Saint-Quentin à Servais , et passant par Quierzy pour se 
rendre à Gompiègne , il prit dans la foret de Cuise 
l'exercice de la chasse d'automne. 

Louis, qui n'avait pas eu la patience de se faire suf- 
fisamment guérir par les médecins de la blessure 
qu'il avait reçue , comme on Fa dit , en tombant d'un 
plancher, se fit couper par ces mêmes médecins toutes 
les chairs gâtées ; en sorte qu'il demeura à Aix en son 



256 ANiNALES DE SAINT-BKRTIN. 

lit plus long- temps qu'il ne l'avait pensé, et, presque 
désespéré , échappa à grand'peine à la mort. Là , il 
reçut des envoyés de l'apostolique Adrien, savoir, 
Jean et Pierre , cardinaux et évêques , et ce même 
Jean, prêtre de l'église de la cathédrale de Rome. 11 
reçut aussi, envoyés par l'empereur Louis, l'évêque 
Vibod et le comte Bernard, venant lui annoncer qu'il 
eût à ne rien prendre du royaume de son neveu Lo- 
thaire , lequel devait aller à son frère l'empereur Louis. 
Il les congédia promptement , les fit passer à son frère 
Charles; et, aussitôt qu'il commença à se porter un 
peu mieux, voyageant devers Ratisbonne, il ordonna 
que Restic , roi des Wénèdes , pris par Carloman par 
la trahison du neveu de Restic lui-même , et qu'il te- 
nait en prison depuis quelque temps, ayant été jugé 
à mort, eût les yeux crevés, et fût envoyé dans un 
monastère ; puis il ordonna que ses fds Louis et 
Charles vinssent vers lui. Ceux-ci, ayant appris par 
les soins de leur mère que leur père était porté de 
meilleure volonté envers Carloman qu'envers eux , 
ne voulurent pas venir à lui. Louis vint avant le com- 
mencement du carême à l'assemblée des siens qu'il 
avait convoquée à Francfort ; et les envoyés s'entre- 
mettant de lui à ses fils, on fit des conventions de 
part et d'autre , portant que , jusqu'au mois de mai 
prochain , ils n auraient rien à craindre de leur père, 
et qu'eux ils cesseraient les ravages qu'ils avaient com- 
mencés dans son royaume , et demeureraient en paix 
jusqu'au temps convenu. Cette affaire finie , Louis re- 
tourna à Ratisbonne. 

Charles , après les chasses d'automne , s'en vint au 
monastère de Saint-Denis pour y célébrer la fête de ce 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 267 

saint. Ce même jour, durant les solennités de la messe, 
lesdits messagers de l'apostolique vinrent à lui avec 
des lettres à lui adressées et aux évéques de son 
royaume , contenant de terribles défenses de toucher 
au royaume de feu Lothaire, qui devait appartenir à 
l'empereur son frère. 11 les reçut avec beaucoup de 
chagrin-, et, par les prières de ces messagers, ainsi 
que de quelques-uns de ses fidèles, il délivra son fils 
de la captivité où il était dans la ville de Senlis , et lui 
ordonna de demeurer avec lui. Il fit aussi conduire à 
Rheims ces messagers du seigneur apostolic|ue et de 
l'empereur. Il y fit rassembler plusieurs de ses fidèles, 
et, y ayant demeuré huit jours, congédia les messa- 
gers, puis adressa au seigneur apostolique des en- 
voyés, savoir, le prêtre Anségisile, abbé du monas- 
tère de Saint-Michel, et Lothaire, laïque, et, par eux, 
un parement pour l'autel de Saint-Pierre , fait de ses 
habillemens d'étoffe d'or , et deux couronnes d'or 
ornées de pierres précieuses ; puis il alla jusqu'à Lyon. 
De là Carloman , s'étant enfui de nuit d'auprès de son 
père , vint dans la province de Belgique. Ayant ras- 
semblé avec lui plusieurs satellites et fils de Bélial, il 
fit, parfœuvre de Satan, de telles cruautés et ravages 
que cela ne saurait être cru , si ce n'est de ceux qui 
virent et souffrirent ces dévastations : ce que Charles 
prit en grande fâcherie. Cependant il ne quitta point 
son voyage , mais s'en alla promptement à Vienne pour 
assiéger la ville où était Berthe , femme de Gérard , 
car Gérard demeurait dans un autre château. Durant 
ce siège, les pays circonvoisins furent grandement 
dévastés. Charles, agissant avec habileté, attira à lui 
la plupart de ceux qui étaient à Vienne 5 ce qu'ap- 



9-58 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

prenant, Berthe envoya quérir Gérard. Celui-ci 
étant venu, rendit la cité à Charles qui y entra la 
veille de la Nativité du Seii^neur, et y célébra cette 
fête. 

[871.] Charles ayant pris Vienne en sa puissance, 
obligea Gérard de lui donner des otages pour assu- 
rance qu'il rendrait ses autres châteaux aux messagers 
du roi; et, ayant donné à Gérard trois navires pour 
s'en aller sur le Rhône avec sa femme Berthe et ses 
effets, il lui permit de quitter Vienne, et confia cette 
ville à Boson, père de sa femme; puis il se hâta de 
revenir le plus vite qu'il put, par Auxerre et Sens, au 
monastère de Saint-Denis : ce qu'apprenant, son fils 
Carloman marcha avec ses complices à Mouson, et 
dévasta ce château et aussi les villages circonvoisins. 
De là il envoya à son père quatre des siens chargés de 
messages trompeurs, lui mandant qu'il voulait venir, 
se fiant à sa foi , et sans en recevoir aucun bénéfice , 
pour réparer le mal c[u'il avait commis envers Dieu 
et envers lui , pourvu qu'il traitât miséricordieuse- 
ment ceux qui étaient avec lui, de manière qu'ils 
eussent la vie sauve : cependant il ne cessa pas un 
instant de continuer le mal commencé. Le roi Charles 
retint deux des messagers de son fils Carloman, et lui 
envoya avec les deux autres «losselin , abbé, et le 
comte Baudouin, beau-frère de Carloman, lui faisant 
passer une convention par laquelle il pouvait en sû- 
reté venir à lui s'il le voulait-, mais ce même Carloman, 
feignant par artifice qu'il allait venir vers son père , 
lui envoya d'autres messagers demandant des choses 
impossibles, et marcha vers le pays de Toul. Charles 
demanda qu'il fût porté jugement contre tels qui lui 



ANNALES Dr-; SAINT-BERTIN. o^.îp 

avaient traîtreusement enlevé, à lui leur seigneur, 
son fils , diacre et ministre de la sainte Eglise , et avaient 
fait dans son royaume tant de crimes , forfaits et dé- 
vastations. Après qu'ils eurent été condamnés à mort, 
il ordonna de confisquer tout ce qui leur appartenait, 
et, ayant envoyé des troupes pour chasser de son 
royaume ce même Carloman avec ses complices , il 
demanda contre eux le jugement épiscopal -, et l'apos- 
tolique ayant ordonné qu'on ne prît avec eux aucune 
nourriture, ces mêmes évoques, dans les diocèses des- 
quels ils avaient fait tant de maux , les privèrent de la 
communion, selon les sacrés canons, et comme il était 
contenu dans les lettres que , d'après les sacrés ré- 
glemens , ils transmirent aux autres évêques. Charles 
requit aussi le jugement des évêques de la province 
de Sens contre Carloman qui était diacre de ce dio- 
cèse , et qui, après avoir prêté deux fois des sermens 
dont il s'était parjuré , comme son père eut soin de le 
faire savoir par une dénonciation publique à ceux qui 
se trouvaient présens , avait commis contre lui une 
telle rébellion et infidélité et tant de forfaits dans son 
royaume. Ensuite , le temps du carême s'approchant , 
Charles retourna au monastère de Saint-Denis pour y 
demeurer jusqu'à la fête de Pâques. Il y célébra la Pâque 
du Seigneur. Carloman, poursuivi par les troupes en- 
voyées après lui par son père , passa le Jura, et, comme 
il avait fait en Belgique et en Gaule , ne s'épargna pas 
à continuer le mal qu'il avait commencé. 

Cependant Hincmar , de nom seulement évêque de 
Laon , homme d'une insolence singulière , se révol- 
tant contre la vérité de l'Évangile et l'autorité apos- 
tolique et ecclésiastique , et aussi contre le roi , com- 



260 ANNALES DE SAIJS'T-BERTIN. 

mettant , sans aucune retenue , des cruautés contre 
ses voisins et ceux qui lui étaient confiés, tant clercs 
que laïques, et méprisant d'obéir aux admonitions ré- 
gulières de son métropolitain, irrita enfin contre lui et 
son roi, et son archevêque, et les évêques de tout le 
royaume ; en telle sorte qu'au mois d'août le roi as- 
sembla un synode à Douzi , pour qu'on y portât régu- 
lièrement un jugement contre sa perversité. Le même 
roi Charles, à la demande de ses neveux Louis et 
Charles, fils de son frère Louis, alla à leur rencontre 
pour s'entretenir avec eux à Verdun , et de là revint 
au synode de Douzi. 

En ce même temps , Hugues , abbé du monastère 
de Saint-Martin, et Godefroi et autres d'au-delà de 
la Seine, étant allés imprudemment en une île de la 
Loire où les Normands avaient leurs fortifications , 
s'en échappèrent à grand'peine, avec grand dommage 
et la perte de bien des leurs. Cependant Hincmar vint 
avec beaucoup d'orgueil dans le synode auquel avait 
été présentée requête par le roi Charles, conformé- 
ment aux règles ecclésiastiques. Là , régulièrement 
accusé et convaincu de choses très-certaines, il reçut 
une sentence régulière de déposition, comme on le 
voit consigné dans les actes de ce synode. Le synode 
envoya cette sentence au siège apostolique par Ac- 
tard , vénérable évêque qui y avait siégé. 

Les susdits neveux du roi vinrent aussi vers lui à 
Douzi, le priant de les réconcilier avec leur père; 
mais il lui vint aussi des messagers de son frère Louis , 
le priant qu il vînt à sa rencontre pour conférer près 
Maëstricht : ce qu'il fit ainsi , conduisant avec lui les 
messagers de ses neveux , afin qu'ils exposassent de 



ANNALES DE SAINT-BERTIK. 201 

leur propre bouche à Louis ce que demandaient ses 
fils. Le roi Charles entendit aussi à Maëstricht les mes- 
sagers de son fils Carloman par l'intervention de son 
frère Louis , et, de même qu'auparavant, il l'invita à 
venir vers lui sous condition d'amendement. Cette in- 
vitation ne servit de rien : Louis et Charles demeu- 
rèrent quelque temps en ce colloque , sans qu'il en 
résultât que peu de chose ou rien-, en sorte qu'au 
commencement du mois ^e septembre ils se sépa- 
rèrent , et chacun de son côté songea à retourner chez 
soi. Louis prit sa route vers Ratisbonne, parce qu'il 
avait souffert un grand dommage du neveu de Restic 
qui avait succédé à celui-ci dans la principauté des Wé- 
nèdes ; Louis avait perdu ses marquis avec une grande 
multitude des siens, et avait été malheureusement dé- 
pouillé des pays par lui acquis dans les années précé- 
dentes. Charles retourna par Lestines vers sa maison 
d'Orreville pour y chasser, durant lequel voyage il 
reçut plusieurs messagers d'Italie , l'invitant à aller en 
Italie, parce que son neveu Louis avait été tué par les 
Bénéventins, ainsi que sa femme et sa fûle. Prenant 
sa route par la cité de Rheims , il arriva à la ville de 
Besançon. Cependant Carloman , apprenant que son 
père le poursuivait, vint vers lui, à la persuasion des 
siens, avec une feinte humilité. Son père le reçut, 
et lui ordonna de demeurer avec lui jusqu'à ce qu'il 
vînt retrouver ses fidèles en Belgique , et décidât par 
leurs conseils quels bénéfices il lui devait donner. 
Mais Louis , roi de Germanie , ayant reçu nouvelle de 
la mort de son neveu l'empereur Louis , envoya son 
fils Charles dans les pays qu'il tenait au-delà du 
Jura , afin de lier à lui autant de gens qu'il en pour- 



262 ANNALES DE SAIlNT-BERTIiN. 

rait par un serment de fidélité-, ce qu'il lit ainsi. 
Cependant , tandis que Charles demeurait à Besan- 
çon, ses messagers, qu'il avait envoyés devant lui en 
Italie, lui annoncèrent que l'empereur Louis était 
vivant et sain de corps. Adalgise , avec d'autres Béné- 
ventins , avait conspiré contre l'empereur, parce que , 
pressé par sa femme , ledit empereur avait décidé de 
l'envoyer en un exil perpétuel-, et comme, pendant la 
nuit, Adalgise se préparait à assaillir l'empereur, ce- 
lui-ci , avec sa femme et les gens qui étaient près do 
lui, monta dans une haute tour très-fortifiée , et s'y 
défendit avec les siens trois jours durant. Cependant 
l'évêque de cette ville obtint des Bénéventins c[u'après 
avoir reçu serment de l'empereur, ils lui permissent 
de descendre de la tour sain et sauf. 11 jura , ainsi 
que sa femme et sa fille, et tous ceux des siens qui 
étaient avec lui , que jamais , ni alors ni après , ils ne 
chercheraient à tirer, ni par lui , ni par qui que ce fût , 
aucune vengeance des choses commises contre lui, et 
n'entreraient jamais avec une armée dans la terre de 
Bénévent ; en sorte qu'étant sorti par Spolette, il pril 
sa route vers Ravenne, mandant à l'apostolique Adrien 
de le venir trouver à son passage pour l'absoudre 
lui et les siens de leur serment. Cependant Lambert 
et un autre Lambert , apprenant que l'empereur leur 
imputait des choses qui avaient été faites contre lui , 
se partirent de lui, et allèrent se rendre dans le pays 
de Bénévent, parce qu'ils étaient alliés d' Adalgise. 
L'empereur les ayant suivis , envoya sa femme à Ra- 
venne , où il avait fait dessein de tenir son assemblée , 
et manda aux grands du royaume d'Italie de venir vers 
elle, afin d'y traiter des choses (ju'il avait ordonnées. 



VNNALES DE SAINT-BERTIN ^63 

en attendant qu'il revînt de son expédition ^ mais, 
comme il ne pouvait atteindre les deux Lambert qu'il 
poursuivait , il reprit la route qu'il avait voulu tenir 
d'abord. 

Charles cependant, apprenant que l'empereur Louis 
qu'il avait cru tué était vivant , vint tout droit de Be- 
sançon , par Pontion et par Attigny , jus([u'à Servais , 
où il tint l'assemblée de ses conseillers; et, par leurs 
conseils, il ordonna que Carloman fût de nouveau gardé 
à Senlis, et que ses complices dans les divers comtés 
prétassent serment de fidélité; en sorte qu'il leur 
permit d'habiter son royaume , pourvu qu'ils se pla- 
çassent sous la seigneurie de ceux de ses fidèles qu'ils 
choisiraient, et qu'ils voulussent vivre en paix. En- 
suite il alla de Servais à Compiègne, et y célébra la 
Nativité du Seigneur, 

[872.] Quittant enfin Compiègne le 20 janvier, 
Charles prit sa route pour aller dans un monastère con- 
férer avec les Normands Roric et Rodolphe , et reve- 
nir à Compiègne au commencement du carême. Le 
samedi avant le dimanche des Rameaux, il se rendit 
au monastère de Saint-Denis, et y célébra la Pâque du 
Seigneur. Après Pâques , il alla à Saint-Maurice à la 
rencontre de l'impératrice Ingelberge , comme il le lui 
avait mandé par ses messagers ; mais , apprenant par 
des nouvelles certaines que la même Ingelberge de- 
vait, au mois de mai , conférer à Trente avec Louis, 
roi de Germanie , il quitta la route convenue , et alla 
à Servais. Là, Adalhard vint, de la part de son frère 
Louis , lui demander qu'il allât conférer près de Maës- 
tricht avec ledit Louis , lorsqu'après avoir envoyé de 
Ratisbonue son fils Carloman avec une armée conlre 



264 AJNTSAl.ES DE SAINT-BERTIN. 

les Wénèdes , il retournerait à Aix. Cependant Charles 
nomma Boson , frère de sa femme , camérier et maître 
des huissiers de son fils Louis, auquel il donna les 
bénéfices de Gérard , comte de Bourges , et , l'envoyant 
avec Bernard et un autre Bernard , marquis d'Aqui- 
taine , il lui confia le gouvernement de ce royaume. 
Cédant aussi à Bernard , comte de Toulouse , après lui 
avoir fait prêter serment , Carcassonne et Rasez , il le 
renvoya à Toulouse. 

Louis , roi de Germanie , ayant appelé à lui ses fils 
Louis et Charles afin de les réconcilier avec Carloman, 
on leur prêta serment en son nom pour les tromper -, 
mais eux et leurs hommes prêtèrent aussi serment 
pour tromper leur père : et celui-ci voulant qu'ils 
allassent avec leur frère Carloman contre les Wénèdes, 
il ne put l'obtenir -, en sorte qu'il envoya avec Carlo- 
man une armée aussi grande qu'il put, et, comme 
on l'a dit , conférant à Trente avec Ingelberge , sans 
égard aux sermens passés entre lui et son frère , il lui 
rendit en secret la partie du royaume de Lothaire qu'il 
avait reçue de Charles, sans le consentement et à 
l'insu des hommes de feu Lothaire qui s'étaient re- 
commandés à lui ; en sorte que Louis et Ingelberge 
firent entre eux des sermens dissemblables , et con- 
traires à ceux qu'il avait prêtés auparavant à son frère. 
La chose finie , Ingelberge envoya un messager à 
Charles, lui mandant, comme auparavant, qu'elle le 
rejoindrait à Saint-Maurice. Charles cependant , ayant 
appris ce qui s'était fait entre elle et son frère , ne 
voulut pas y aller , mais envoya vers elle ses messa- 
gers qui ne lui rapportèrent de sa part rien de sa- 
tisfaisant. 



ANNALES DE SAlISr-BEr.Tl> . Si6* 

Le pape Adrien, selon le dessein de son prëdé- 
cesseur Nicolas , envoya à Constantinople , à Terape- 
reur Basile et à ses fils Constantin et Léon , Augustes, 
ses messagers , à savoir, Donat, évéque d'Ostie, l'é- 
véque Etienne , et Marin , diacre de la sainte Eglise 
romaine, avec lesquels se mit en route Anastase, 
bibliothécaire du siège de Rome , versé dans les lan- 
gues grecque et latine ^ et , ayant assemblé le synode 
que ceux dont il se composa ont appelé le huitième 
concile général % on y apaisa le schisme qu'avaient 
élevé la déposition d'Ignace et l'ordination de Photius, 
en excommuniant Photius et rétablissant Ignace. Dans 
ce synode , on décida sur l'adoration des images au- 
trement que ne l'avaient fait auparavant les docteurs 
orthodoxes; et, par la faveur du pontife romain qui 
s'accordait à la doctrine des Grecs sur l'adoration des 
images, on établit plusieurs choses contre les anciens 
canons et contre le synode même , comme le décou- 
vrira clairement qui lira les actes de ce synode. 

L'empereur vint à Rome la veille de la Pentecôte , 
et , couronné le lendemain par le pape Adrien , après 
les cérémonies de la messe , il se rendit avec lui cou- 
ronné et à cheval, en grande pompe, au palais de 
Latran ^ puis , ayant rassemblé une armée , il marcha 
de Rome dans le pays des Bénéventins -, et , comme 
les grands d'Italie avaient en haine Ingelberge à cause 
de son insolence, ils firent prendre en son lieu à l'em- 
pereur la fille de Winégise ,et obtinrent de l'empereur 
qu'il envoyât à Ingelberge un message pour l'obliger 
de demeurer en Italie , de ne pas venir après lui , et 

Le huitième concile ge'néial tenu h Constantinople s'ouvrit le 5 oc- 
tobre 86g et fut clos le 28 février 870. 



2(j(i A^JNAIES DK, SAINT-lîlVRTlA'. 

d'atleiidre qu'il retouniât en Italie. Elle, n'obéissant 
pas à son ordre, fit dessein d'aller après lui, et en- 
voya à Charles Tévêque Wibod , comme pour faire 
amitié avec lui, croyant que Charles ne savait pas ce 
qui s'était passé entre elle et Louis , roi de Germanie. 
Wibod vint trouver Charles en Bourgogne , car ce- 
lui-ci y était venu pour quelques affaires. Il y apprit 
que Bernard, surnommé le Veau , avait été tué par les 
hommes de Bernard, fils de Bernard, et donna ses 
bénéfices audit Bernard, Charles retourna de Bour- 
gogne à Gondreville au commencement de septembre 
pour y tenir l'assemblée dont on a parlé ci-dessus, 
et après y être demeuré quelque peu , et avoir or- 
donné ce qui lui parut convenable, il vint dans les 
Ardennes pour y chasser. Au mois d'octobre , il alla 
à Maëstricht en des navires sur la Meuse pour y con- 
férer avec les Normands Roric et Rodolphe qui vinrent 
à sa rencontre sur des navires. Il reçut bénignement 
Roric parmi ses fidèles; mais Rodolphe machinant 
contre lui des perfidies , et lui demandant plus qu'il 
ne devait , il le renvoya sans avoir rien fait avec lui , 
et prit soin de garantir ses fidèles contre ses embûches. 
De là, retournant à Attigny à cheval , il y célébra la 
Nativité du Seigneur dans le monastère de Saint-Mé- 
dard. Le pape Adrien étant mort, Jean, archidiacre 
de l'Église romaine, fut substitué en son lieu le i4 
décembre '. 

[873.] Un grand nombre de gens du royaume de 
Charles prévoyaient que Carloman causerait encore de 
nouveaux maux dans la sainte église de Dieu et dans les 

' Jean \ 111, ji;i[ic (le 872 à 8S-2. 



AINMALES OK SAIMT-liKKTlN. 'l'^'~ 

autres royaumes, pour lesquels cas Charles avait publié, 
par l'autorité royale et avec le conseil de ses fidèles , 
selon la coutume de ses prédécesseurs, des lois 
propres à maintenir la paix de l'Eglise et la sûreté du 
royaume, et avait ordonné à tous de les observer. 
Charles fit donc assembler les évéques de son royaume 
à Senlis , où était le même Carloman, afînd'exercer con- 
tre lui le ministère épiscopal, selon les sacrés canons , 
desquels, comme le dit Léon, on ne doit point s'é- 
carter par négligence ou présomption. Ainsi firent-ils, 
et ils le déposèrent , selon les.saints réglemens , de tout 
degré ecclésiastique, lui resservant la communion des 
laïques. Cela fait , l'antique et rusé ennemi des hommes 
suggéra à Carloman, ainsi qu'à ses complices , un autre 
dessein, à savoir, qu'il serait plus libre de s'élever au 
titre et pouvoir royal , et que , n'étant plus dans les 
ordres ecclésiastiques, il pouvait aussi se défaire de 
sa tonsure. C'est pourquoi , après sa déposition , ses 
complices commencèrent à se réunir de nouveau à lui 
avec encore plus d'ardeur, et aussi à lui amener ceux 
qui voulaient s'y associer, afin de le tirer, aussitôt 
qu'ils en trouveraient occasion , des mains de ceux 
qui le gardaient , et de l'établir roi. On fut donc obligé 
de remettre Carloman en jugement pour les méfaits 
omis dans le jugement des évéques, et, selon les lois 
sacrées , il fut condamné à mort pour ses crimes. Par 
une sentence plus douce , il fut privé des yeux , aux ap- 
plaudissemens de tous ceux qui étaient présens, car on 
voulut lui laisser la faculté et le temps de se repentir, 
et lui ôter les moyens d'aggraver ses forfaits , ainsi 
qu'il le méditait. Ainsi voulut le roi frustrer la perni- 
cieuse espérance des ennemis de la paix, et empêcher 



tï68 ANNALES DE SAIINT-BERTIN. 

l'église de Dieu et la chrétienté dans son royaume 
d'être troublées par une funeste sédition , en même 
temps que par le ravage des païens. 

Louis , roi de Germanie, vint, avant la Nativité du 
Seigneur, à Francfort , où il célébra cette fête, et in- 
diqua une assemblée vers le commencement de fé- 
vrier. Il ordonna à ses fils Louis et Charles, ainsi qu à 
d'autres fidèles et aux hommes du royaume de Lo- 
thaire qui s'étaient donnés à lui , de se trouver à cette 
assemblée. Pendant qu'il demeurait dans cette ville , 
le diable vint à son fils .Charles sous la forme d'un 
ange de lumière , et lui dit que Dieu , offensé contre 
son père qui méditait sa perte à cause de son frèro 
Carloman , lui enlèverait sous peu son royaume, qu'il 
destinait à ce même Charles auquel il le donnerait 
bientôt. Charles, frappé de terreur de ce que le dé- 
mon demeurait obstinément attaché à la maison où il 
se cachait , se réfugia dans une église où , l'ayant pour- 
suivi , le diable lui dit de nouveau : Pourquoi crains- 
tu et fuis-tu ? Si je n étais pas em>oj'é de Dieu 
pour t' annoncer ce qui doit bientôt ariiver, je n'en- 
trerais pas à ta suite en cette maison du Seigneur. 
Par ces paroles et d'autres discours engageans, il lui 
persuada de recevoir de ses mains la communion que 
Dieu lui envoyait; ce que Charles fit , et Satan entra 
en lui après la bouchée qu'il avalait. Charles étant venu 
vers son père , et ayant assisté au conseil qu'il tenait 
avec son frère et les autres fidèles, tant évêques que 
laïques, saisi d'un accès soudain il se leva, et dit qu'il 
voulait quitter le siècle , et qu'il n'aurait avec sa femme 
aucun commerce charnel , et déceignant son épée , 
îl la laissa tomber à terre ; et , comme il voulait se dé- 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 269 

pouiller de son baudrier et de ses vêtemens , il com- 
mença à être tourmenté. Les évêques et d'autres 
hommes l'ayant saisi , tandis que son père et tous les 
assistans étaient troublés d'une très-grande stupeur , 
l'entraînèrent dans l'église. L'archevêque Luitbert , 
s'étant revêtu des habits sacerdotaux, commença à 
chanter la messe ; lorsqu'on en fut à l'endroit de l'é- 
vangile , il se mit à crier à haute voix , dans la langue 
du pays , malheur l et continua ainsi à crier malheur 
jusqu'à la fin de la célébration de la messe. Son père 
le confia aux évêques et aux autres fidèles pour le 
conduire aux lieux consacrés par les saints martyrs , 
afin que , délivré du démon par leurs mérites et leurs 
prières, il pût, avec le secours et la miséricorde de 
Dieu, redevenir sain d'esprit, lise proposa ensuite de 
l'envoyer à Rome 5 mais quelques circonstances em- 
pêchèrent ce voyage. 

Tandis que Louis, empereur d'Italie, demeurait à 
Capoue, Lambert-le-Chauve étant mort, et le patrice 
de l'empereur des Grecs étant arrivé dans la ville 
d'Otrante au secours des Bénéventins qui promettaient 
de lui payer le cens que jusque-là ils avoient donné aux 
empereurs des Francs, comme Louis ne pouvait s'em- 
parer autrement d'Adalgise , il manda à l'apostolique 
Jean , compère d'Adalgise , qu'il vînt vers lui dans la 
Campanie et réconciliât Adalgise avec lui 5 il voulait 
qu'il parût que , par l'intercession du vicaire de Saint- 
Pierre, il accueillait Adalgise, car il avait juré de ne 
jamais s'éloigner de ce pays avant de s'emparer de lui, 
ce qu'il n'aurait pu effectuer par force. 

Charles fit annoncer que des ennemis s'avançaient 
du côté de la Bretagne, afin que les Normands qui 



2;jO AÎSÎS'ALBS DR SAINT-BERTIA. 

s'étaient emparés de la ville d'Angers ne se doutassent 
pas qu'il avait dessein de marcher contre eux et ne se 
réfugiassent pas en d'autres lieux où il ne pourrait 
pas de même les enfermer. Pendant qu'il marchait 
pour cette expédition , il apprit sur la route même 
que , par les soins de son frère Louis , roi de Ger- 
manie, et avec le secours de deux faux moines, Car- 
loman l'aveugle avait été enlevé du monastère de 
Corbie, par les hommes qui l'avoient autrefois suivi , et 
que d'accord avec Adalhard qui était intervenu dans 
l'affaire, il avait été conduit vers Louis pour s'opposer à 
son père. Charles n'en fut pas extrêmement troublé ; 
et , continuant son entreprise , il assiégea avec l'ar- 
mée qu'il avait rassemblée la ville d'Angers que les 
Normands, après avoir dépeuplé les villes, renversé 
les châteaux, incendié les monastères et les églises, 
et rendu les campagnes désertes, habitaient déjà de- 
puis un long temps. Comme Salomon, duc des Bre- 
tons , l'appuyait de son secours avec une armée de 
Bretons de l'autre côté de la rivière de Mayenne, 
il entoura la ville d'un très-fort rempart. Pendant que 
le roi Charles était occupé à cette atlaire , Salomon 
envoya vers lui , avec les premiers des Bretons , son 
fils AVigon, lequel se recommanda à Charles et lui 
prêta serment en présence de ses fidèles. Pendant ce 
temps, le Normand Rodolphe, qui avait commis de 
grands ravages dans le royaume de Charles, fut tué 
dans le royaume de Louis avec plus de cinq cents de 
ses compagnons. Charles en reçut la nouvelle non 
douteuse dans le moment qu'il résidait près la ville 
d'Angers. L'Allemagne, la Gaule, et surtout l'Es- 
pagne furent dans ce temps inondées d'une si grande 



ANNALES DK SAIM-13KRTIN. 9.7 1 

multitude de sauterelles qu'on auroit pu les comparer 
à la plaie d'Egypte. 

Comme Louis , roi de Germanie , se disposait a 
tenir une assemblée dans la ville de Metz, on lui 
annonça que , s'il ne se hâtait bien vite de venir à 
Munich au secours de son fils Carloman contre les 
Wcnèdes, il ne le reverrait plus. Etant retourné aussi- 
tôt, il marcha vers Ratisbonne , et confia Carloman 
l'aveugle à l'archevêque Luitbert pour qu'il en re- 
çût les alimens dans le monastère de Saint-Albin à 
Mayence : montrant ainsi par un signe évident combien 
il étoit mécontent des maux que ledit Carloman avait 
faits à la sainte église de Dieu , au peuple chrétien 
et à son père en tous temps et en tous lieux où il 
avait été le maître. Arrivé à Ratisbonne , Louis fit sa 
paix comme il put par ses messagers avec les Wé- 
nèdes gouvernés par ditlérens princes. Ayant reçu des 
députés envoyés par les peuples nommés Bohémiens 
pour lui tendre des pièges, il les fit mettre en prison. 

Charles , assiégeant vaillamment et étroitement les 
Normands dans l'enceinte de la cité d'Angers, les 
soumit en telle sorte que les premiers d'entre eux 
vinrent vers lui, se recommandèrent à lui, lui prê- 
tèrent les sermens c[u'il exigea, et lui livrèrent des 
otages tant et tels qu'il les demanda, jurant de sor- 
tir de la cité d'Angers à un jour convenu, et de ne 
commettre tant qu'ils vivraient, ni soufiVir qu'on com- 
mît aucun ravage dans son royaume. Ils demandèrent 
la permission de demeurer jusqu'au mois de février 
dans une certaine île de la Loire et d'y avoir un 
marché , promettant qu'au mois de février tous ceux 
d'entre eux qui auraient déjà reçu le baptême et 



2^2 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

voudraient à l'avenir demeurer sincèrement attachés 
à la religion chrétienne se rendraient auprès de lui, 
que ceux , encore païens , qui voudraient devenir 
chrétiens seraient baptisés par ses ordres , et que les 
autres sortiraient de son royaume pour n'y revenir 
jamais, comme on l'a dit, à mauvais dessein. Ensuite , 
accompagné des évêques et du peuple, et avec les 
plus grandes cérémonies de la religion , Charles remit 
à leur place avec des présens considérables les corps 
de saint Albin et saint Licin qui avaient été par crainte 
des Normands enlevés de leurs tombeaux. Charles 
donc, après avoir chassé les Normands de la cité 
d'Ane^ers et reçu leurs otages , se mit en marche au 
mois d'octobre, et par le Mans, Evreux et son nou- 
veau château de Pistre arriva à Amiens au commence- 
ment de novembre ; de là s'étant livré à l'exercice de 
la chasse à Orreville et aux environs, il parvint au 
monastère de Saint- Vaast , et y célébra la Nativité du 
Seigneur. 

[874] L'hiver fut long et rigoureux, et la neige 
tomba en si grande quantité que personne ne se sou- 
venait d'en avoir jamais tant vu. Charles pendant la 
purification de Sainte-Marie tint une assemblée avec 
ses conseillers dans le monastère de Saint-Quentin 5 
et, après avoir observé le jeune du carême dans le 
monastère de Saint-Denis, il y célébra la Pâque du 
Seigneur. 11 tint aussi le i3 juin en la ville de Douzi 
une assemblée générale dans laquelle il reçut les dons 
annuels^ ensuite, passant par Attigny et les lieux 
où il avait coutume de s'arrêter, il arriva à Com- 
piègne. La longue sécheresse de l'été causa une di- 
sette de blé et de foin. 



ANNALES DE SAINT-BEETIN. 278 

Charles avait reçu dans ces entrefaites, sur Salomon, 
duc des Bretons , des nouvelles vagues annonçant 
tantôt qu'il était malade , tantôt qu'il était mort. Il 
eut à Compiègne un avis certain de sa mort tel que 
nous allons le rapporter. Poursuivi par les principaux 
d'entre les Bretons , Pascuilan , Wursan et Wigon , 
fils de Rivilin , ainsi que par des Francs à qui il avait 
causé de grands dommages, et voyant son fils Wigon 
captif et gardé en prison , il s'enfuit et se retira à 
Paculière', et s'étant réfugié dans un petit monas- 
tère afin d'échapper à leurs poursuites , il fut trahi 
par les siens ; et , comme il ne devait éprouver aucun 
mal de la part des Bretons , il fut livré à des hommes 
francs, Fulcoald et d'autres. Ayant eu par eux les 
yeux crevés , il fut trouvé mort le lendemain , ainsi 
justement récompensé d'avoir tué , sur l'autel où il 
invoquait le nom de Dieu , son seigneur Hérispoé qui , 
pour échapper à sa poursuite, s'était réfugié dans une 
église. 

Louis, roi de Germanie, envoya vers son frère 
Charles son fils Charles avec d'autres députés pour 
lui demander qu'ils conférassent ensemble près delà 
Meuse. Comme Charles se rendait à cette entrevue, 
il fut attaqué d'un flux de ventre, ce qui l'empêcha 
d'arriver au temps marqué ; en sorte que le colloque 
des deux rois, à savoir Louis et Charles, eut lieu sur 
les bords de la Meuse à Herstall vers le commence- 
ment de décembre. De là Charles s'en retourna par 
le monastère de Saint-Quentin et célébra à Compiègne 
la Nativité du Seigneur. Louis , ayant célébré cette 

' J'igiioïc la position de ce lieu. 

i8 



«74 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

même fête à Aix , s'en retourna de là au palais de 
Francfort de l'autre côté du Rhin. 

[8^5] Charles se rendit vers le commencement du 
carême au monastère de Saint-Denis où il célébra la 
Pâque du Seigneur ; sa femme Richilde avorta la nuit 
durant la quatrième fête de Pâques -, le fds qu'elle mit 
au jour mourut aussitôt après avoir recule baptême. 
Tandis qu'après son enfantement elle attendait dans 
le même monastère les jours de ses relevailles , 
Charles alla à Baisiu-, de là, avant l'Ascension du Sei- 
gneur, il retourna à Saint-Denis pour y célébrer les 
Litanies , et vint à Compiègne la veille de la Pente- 
côte. Louis, roi de Germanie, tint son assemblée à 
Tribur dans le mois de mai , et , n'ayant pu y accom- 
plir ce qu'il avait projeté, il indiqua pour le mois 
d'août une autre assemblée dans le même lieu. Charles 
vint dans le mois d'août à Douzi près des Ardennes , 
où il reçut la nouvelle certaine de la mort de son ne- 
veu Louis , empereur d'Italie. C'est pourquoi , quit- 
tant incontinent cette ville, il se rendit à Ponthion , 
ordonnant à tous ceux des conseillers qui se trou- 
vaient à portée de venir à sa rencontre , et ramassant 
sur sa route tout ce qu'il pouvait de secours. De là , il 
aUaàLangres, et y attendit ceux qu'il avait dessein 
de mener avec lui en Italie. Après avoir conduit sa 
femme Richilde à Servais, en passant par Rheims , et 
envoyé son fils Louis dans la partie du royaume qu'a- 
près la mort de son neveu Lothaire il avait reçue au 
préjudice de son frère , il se mit en route au commen- 
cement de septembre , et, passant par le monastère 
de Saint-Maurice , il traversa le mont Joux et entra 
en Italie. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 2^5 

Louis, roi de Germanie, son frère, envoya son fils 
Charles en Italie pour s'opposer à son frère Charles 
qui le força de prendre la fuite et de sortir de ce pays. 
Mais Louis, roi de Germanie , envoya contre son frère 
en Italie son autre fils Carloman avec tous ceux qu'il 
put rassembler. Instruit de son approche , le roi 
Charles s'avança à sa rencontre avec une armée supé- 
rieure , et Carloman voyant bien qu'il n'était pas en 
état de résister à son oncle , eut avec lui une entrevue 
dans laquelle il lui demanda la paix-, et tous deux 
s'étant prêtés des sermens mutuels , Carloman s'en 
retourna de chez lui. Louis, par les avis d'Engelram, 
autrefois camérier et attaché à la maison du roi Charles, 
et dépouillé de ses bénéfices et rejeté de sa familiarité 
à la persuasion de la reine Richilde, s'avança jusqu'à 
Attigny avec une armée et son fils nommé comme lui 
Louis. D'après les ordres de la reine Richilde , les 
grands du royaume de Charles s'engagèrent par ser- 
ment à repousser cette attaque ; mais ils ne s'en oc- 
cupèrent nullement, et de leur côté mettant à sac le 
royaume de Charles , ils le dévastèrent en manière 
d'ennemis. Louis le saccagea pareillement avec son 
armée ; en sorte qu'après avoir célébré à Attigny la 
Nativité du Seigneur , et avoir ravagé le royaume de 
Charles , d'accord avec les grands de ce royaume , il 
s'en retourna avec quelques comtes du royaume de 
son frère qui s'étaient donnés à lui. Passant parla ville 
de Trêves , il arriva au palais de Francfort de l'autre 
côté du Rhin , oii il célébra les jours du carême et la 
Pâque du Seigneur. Il y reçut la nouvelle certaine 
que sa femme Emma était morte à Ratisbonne peu de 
jours après la Nativité du Seigneur. Plusieurs grands 

i8 



2^6 AINISALES DE SAINT-BERTIN. 

d'Italie étant venus vers Charles , et quelques uns s'y 
étant refusés , il s'avança vers Rome sur l'invitation 
du pape Jean, qui le reçut avec une grande pompe 
dans l'église de Saint-Pierre le 17 décembre. 

[876. J L'an du Seigneur 876, le jour de la Nativité 
du Seigneur ^ , ayant olTert à saint Pierre un grand 
nombre de riches présens , il fut oint et couronné et 
appelé empereur des Romains. 11 quitta Rome le 5 
janvier , et retourna à Pavie où il tint son assemblée. 
Ayant nommé duc de ce pays et décoré de la couronne 
ducale Boson frère de sa femme , et lui ayant sur sa 
demande adjoint deux collègues dans ce royaume , il 
s'en retourna par le mont Joux, le monastère de Saint- 
Maurice , Besançon, Langres, Châlons- sur-Marne , 
Rheims et Compiègne-, il arriva au monastère de Saint- 
Denis où il célébra la Pâque du Seigneur. Là , ayant 
mandé les députés de l'apostolique, Jean de Toscane, 
Jean d' Arezzo et Anségise de Sens, par l'autorité apos- 
tolique et leur conseil par lui sanctionné , il indiqua 
un concile pour le prochain "mois de juin dans la ville 
de Ponthion , où il se rendit par les cités de Rheims 
et de Châlons. Après le départ de l'empereur pour 
la France , Boson, par le moyen et les coupables ar- 
tifices de Berenger , fils d'Éverard , prit en mariage 
Hermengarde, fdle de l'empereur Louis, qui demeurait 
près de lui. 

Le 21 juin, les évêques et autres clercs étant vêtus 
des habits ecclésiastiques , la maison et les sièges ten- 
dus d'étoffes , et dans le chœur du concile un pupitre 
élevé en face du siège impérial , le seigneur empe- 
reur Charles, vêtu d'or, fait à la manière des Francs, 

' En 8-5. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN, 277 

vint dans le concile avec les légats du siège apostoli- 
que. Les chantres ayant chanté l'antienne , Exaudi 
nos Domine^ avec les versets et le Gloria, après le 
Kjîie eleison, l'oraison faite par Jean, évêque de Tos- 
cane , le seigneur empereur s'assit dans le concile. 
Jean , évêque de Toscane , lut des lettres envoyées 
par le seigneur apostolique \ il lut aussi une lettre 
touchant la primatie d'Anségise , évêque de Sens , à 
cette fin que toutes les fois que l'exigerait l'intérêt 
de l'Église , soit qu'il s'agît de convoquer un concile , 
ou de traiter d'autres affaires , il fût revêtu dans la 
Gaule et dans la Germanie des fonctions apostoliques; 
que les décrets du siège apostolique fussent par lui 
communiqués aux évêques , et que , lorsqu'il serait 
nécessaire , le siège apostolique fût par lui instruit 
des faits, et qu'il connût des affaires les plus impor- 
tantes et les plus difficiles , pour que , d'après son con- 
seil , le siège apostolique en ordonnât et décidât. Les 
évêques ayant demandé qu'il leur fût permis de lire 
la lettre qui leur était adressée , l'empereur ne voulut 
point y consentir -, mais il leur demanda ce qu'ils ré- 
pondraient là-dessus à l'envoyé de l'apostolique : leur 
réponse fut qu'avec la réserve des droits et privilèges 
de chaque métropolitain , établis par les sacrés canons 
et les ordonnances des pontifes romains publiées d'a- 
près ces mêmes canons , ils se conformeraient aux 
ordres du seigneur Jean, pape apostolique. L'empe- 
reur et les députés de l'apostolique agirent de tout 
leur pouvoir pour que les archevêques répondissent 
qu'ils obéiraient absolument à la primatie d'Anségise, 
comme l'avait dit l'apostolique. Ils n'en purent arra- 
cher aucune autre réponse que celle que nous avons 



278 ANNALES DE SAllNT-BERTliy. 

dite. Le seulFrolhaire, évêque de Bordeaux, qui, par la 
faveur du prince, avoit passé, contre Jes règles, de Bor- 
deaux à Poitiers , et de là à Bourges , répondit par 
adulation ce qu'il savait devoir plaire à l'empereur. 
Alors l'empereur irrité dit que le seigneur pape lui 
avait confié son pouvoir dans ce concile , et qu'il s'ap- 
pliquerait à faire exécuter les choses qu'il y ordonnait. 
D'accord avec Jean , évéque de Toscane , et Jean , 
évêque d'Arezzo , il prit la lettre fermée et la donna 
à Anségise ^ il ordonna de placer un siège pliant 
au - dessus de tous les évêques de son royaume ci- 
salpin auprès de Jean évêque de Toscane , qui était 
assis à sa droite , et commanda à Anségise de passer 
dessus tous ceux qui avaient été ordonnés avant lui , et 
de s'asseoir sur ce siège. L'archevêque de Rheims ré- 
clama, disant, en présence de tous, que cela était con- 
traire aux sacrés réglemens. Cependant l'empereur ne 
rétracta pas son arrêt -, et comme les évêques lui de- 
mandaient Ja permission de prendre copie de la lettre 
qui leur était adressée , ils n'en purent rien obtenir. 
C'est ainsi que le concile se termina ce jour-là. 

Le 22 du même mois , les évêques s'assemblèrent 
de nouveau : dans cette assemblée on lut les lettres 
envoyées aux laïques par le seigneur apostolique , 
ainsi que la manière de l'éiection du seigneur empe- 
reur, confirmée par les évêques et autres du royaume 
d'Italie ^ on lut aussi les capitulaires qu'il avait donnés 
au palais de Pavie -, il ordonna à tous de les confirmer, 
il fit la même injonction aux évêques cisalpins. Ainsi 
se termina le concile ce jour-là. 

Le 3 juillet, les évêques s'assemblèrent sans l'em- 
pereur , et des discussions eurent lieu sur les prêtres 



ANNALES DE SAIM-BERTIN. 'fj^ 

des différentes paroisses qui réclamaient auprès des 
envoyés de l'apostolique. Ainsi se termina le concile 
ce jour-là. Le 4 du même mois , les évêques s'assem- 
blèrent encore. L'empereur, assistant au concile , en- 
tendit les députés de son frère Louis , savoir , AVille- 
bert, archevêque de Cologne, et les comtes Adalhard et 
Meingaud , chargés de demander pour lui une partie 
du royaume de l'empereur Louis, fds de Lothaire leur 
frère , comme elle lui revenait , disait-il , par droit 
d'héritage, et lui avait été assurée par serment. Jean, 
évêque de Toscane , lut la lettre envoyée par le pape 
Jean aux évéques du royaume de Louis , et en donna 
copie à l'archevêque Willebert pour qu'il la portât à 
ces mêmes évêques. Ainsi se termina le concile ce jour- 
là. Le lo juillet, les évêques s'assemblèrent, et les 
envoyés du seigneur apostolique vinrent vers la neu- 
vième heure. C'étaient l'évêque Léon, apocrisiaire , 
neveu de l'apostolique, et l'évêque Pierre, lis appor- 
taient des lettres à l'empereur et à l'impératrice , et 
des salutations de l'apostolique aux évêques. Ainsi se 
termina le concile ce jour- là. Le ii juillet, les évê- 
ques s'étant assemblés, on lut la lettre de l'apostolique 
sur la condamnation de l'évêque Formose , du nomen- 
clateur Grégoire , ainsi que de leurs adhérens -, et il 
offrit au roi , de la part de l'apostolique , des présens 
dont les principaux furent un sceptre et un bâton 
d'or. Il envoyait aussi pour l'impératrice des pré- 
sens consistant en manteaux et en bracelets ornés 
de pierres précieuses. Ainsi se termina le concile ce 
jour-là. 

Le i4 juillet les évêques s'assemblèrent : l'empe- 
reur envoya les vicaires de l'apostolique faire aux ar- 



280 ANNALES DE SAINT-BERTIIN. 

chevéques et évêques de dures réprimandes sur ce 
qu'ils ne s'étaient pas assemblés la veille, selon 
qu'il le leur avait ordonné. Ceux-ci ayant expliqué 
leur conduite par des motifs légitimes et canoniques, 
la réprimande en resta là. D'après l'ordre de l'empe- 
reur, Jean, évêque de Toscane, lut de nouveau la 
lettre touchant la primatie d'Anségise, et on recom- 
mença à demander une réponse aux évêques , et cha- 
cun des archevêques ayant répondu qu'ils voulaient 
obéir régulièrement aux décrets du pape comme leurs 
prédécesseurs avaient obéi à ses prédécesseurs , leur 
'réponse fut reçue avec moins de difficultés qu'elle ne 
l'avait été en présence de l'empereur. Après bien des 
débats au sujet des prêtres de diverses paroisses qui 
réclamaient auprès des envoyés de l'apostolique , on 
lut la pétition de Frothaire, évêque de Bordeaux, qui, 
ne pouvant demeurer dans sa ville à cause des incur- 
sions des païens , demandait qu'il lui fût permis d'ha- 
biter la métropole du pays de Bourges. Les évêques 
rejetèrent unanimement cette pétition, et les envoyés 
de l'apostolique ayant ordonné aux évêc^ues de s'as- 
sembler le 16 juillet , l'empereur arriva le matin à neuf 
heures , paré et couronné à la mode des Grecs et con- 
duit par les envoyés de l'apostolique vêtus à la ma- 
nière romaine. Les évêques étaient revêtus des habits 
sacerdotaux , et les autres apprêts étaient semblables 
à ceux du premier jour dans lequel commença le con- 
cile. Et comme la première fois , après qu'on eut 
chanté l'antienne : Eœaudl nos Domine ^^ avec les 
versets et le Gloria , ainsi que le Kyrie eleison _, et 
que l'évêque Léon eut fini l'oraison , tout le monde 
s'assit. Jean, évêque d'Arezzo , lut une cédule dé- 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 281 

pourvue de raison et d'autorité. Après quoi, Eudes, 
évéque de Beauvais , lut quelques capitulaires dressés 
par les envoyés de l'apostolique , par Anségise et par 
le même Eudes , sans la participation du concile , et 
qui , incohérens et sans utilité , étaient d'ailleurs dé- 
pourvus de raison et d'autorité. C'est pourquoi on ne 
le joignit point aux actes du concile. On fit une nou- 
velle interrogation au sujet de la primatie d'Anségise-, 
et, après beaucoup de plaintes de l'empereur à des 
envoyés de l'apostolique contre les évêques, Ansé- 
gise en obtint ce jour-là précisément tout autant que 
le premier jour du concile. 

Ensuite , l'évêque Pierre , et Jean , évêque de Tos- 
cane , se rendirent à la chambre de l'empereur et ame- 
nèrent dans le synode l'impératrice Richilde couron- 
née , se tenant debout auprès de l'empereur ^ tous 
se levèrent , se tenant debout chacun à son rang. Alors 
l'évêque Léon, et Jean, évêque de Toscane, com- 
mencèrent Laudes , et après c|u'on eut dit Laudes 
pour le seigneur apostolique , le seigneur empereur ? 
l'impératrice et les autres, l'évêque Léon ayant selon 
la coutume fait l'oraison , le concile fut dissous. En- 
suite l'empereur, après avoir fait des présens aux 
envoyés de fapostolique , Léon et Pierre , les renvoya 
à Rome , et avec eux Anségise , évêque de Sens , et 
Adalgaire, évêque d'Autun. Cependant furent bap- 
tisés quelques Normands , amenés pour cela à l'em- 
pereur , par Hugues , abbé et marquis : ayant reçu des 
présens ils s'en retournèrent vers les leurs \ et, après 
le baptême, ils se conduisirent de même qu'auparavant, 
en Normands et comme des païens. Le 28 juillet l'em- 
pereur quitta Ponthion et vint le 3o à Châlons-sur-Marne 



282 ANNA.LES UE SAIWT-BERTIN. 

OÙ , à cause de quelque indisposition corporelle , il sé- 
journa jusqu'au 1 3 août. 

Le i3 août il alla à Rheims, et de là vint directe- 
ment à Servais. Le 27 , il envoya vers son frère Louis 
et son fils les évêques et grands de son royaume , les 
légats de l'apostolique , à savoir , Jean , évêque de 
Toscane, et Jean, évêque d'Arezzo, ainsi que Tévêque 
Eudes , avec d'autres députés venant de sa part. Les- 
dits messagers annoncèrent à l'empereur , lorsqu'il 
se rendait à Quierzy , que ledit roi Louis était mort à 
Francfort le 27 août, et avait été enterré le 28 du 
même mois dans le monastère de Saint-Nazaire, L'em- 
pereur , ayant envoyé ses députés vers les grands du 
royaume de son frère défunt , partit de Quierzy et vint 
àStenay, dans l'intention de se rendre à Metz et d'y 
recevoir ceux des évêques et grands du royaume de 
son frère défunt qui viendraient à lui. Mais , ayant 
soudainement changé de résolution, il marcha vers 
Aix-la-Chapelle , d'où il alla à Cologne accompagné 
des légats de l'apostolique , tous ceux qui étaient avec 
lui s'étant mis à tout ravager sans aucun respect de 
Dieu. Les Normands, avec environ cent grands navires, 
qu'en notre langue on appelle barques , entrèrent 
dans la Seine le 16 septembre. Cette nouvelle avant été 
annoncée à l'empereur , alors à Cologne , ne changea 
rien au dessein qu'il avait entrepris. Cependant Louis, 
son neveu , s'avança vers lui de l'autre côté du Rhin 
avec des Saxons et des Thuringiens, et envoya des 
députés vers l'empereur, son oncle , pour lui deman- 
der de le traiter avec bénignité, ce qu'il n'obtint pas. 
Alors lui et ses comtes supplièrent la miséricorde 
du Seigneur par des jeûnes et des litanies , tandis que 



AJNNALEà DE SA1M-13EKTIÎ< = 283 

se raillaient d'eux ceux qui étaient avec l'empereur. 
Louis, fils du roi Louis, en présence de ceux qui 
étaient avec lui , mit dix hommes à l'épreuve de l'eau 
chaude , dix à celle du fer chaud , et dix à celle de 
l'eau froide , tous suppliant Dieu de déclarer par son 
jugement si Louis devait de droit avoir, sur le royaume 
que laissait son père , une portion plus considérable 
que celle qui lui était échue dans le partage fait avec 
son frère Charles , par le consentement et les sermens 
de tous deux. Us n'en reçurent aucun mal. Alors Louis 
passa le Rhin à Andernach avec son armée. L'empe- 
ceur l'ayant appris , envoya à Herstall , avec l'abbé 
Hilduin et l'évêque Francon, l'impératrice Richilde 
qui était grosse. 11 marcha lui-même le long du Rhin 
contre son neveu avec son armée , lui ayant adressé 
des députés pour lui dire qu'il envoyât quelques uns 
de ses conseillers au-devant des siens afin qu'ils trai- 
tassent ensemble de la paix. Louis , ayant reçu ce mes- 
sage humblement et avec soumission, demeura per- 
suadé qu'il ne serait point attaqué jusqu'à ce que cette 
convention fût expirée. 

Vers le 7 octobre , l'empereur ayant disposé ses 
troupes se leva au milieu de la nuit, et, faisant déployer 
les étendards, marcha par des chemins rudes et difîi- 
ciles ou plutôt même impraticables , dans le dessein 
de fondre inopinément sur son neveu et sur ceux qui 
étaient avec lui. 11 arriva à Andernach , ses soldats et 
ses chevaux harassés par la fatigue d'une route diffi- 
cile et rude et par la pluie qui les avait inondés toute 
la nuit. Voilà que soudainement Louis et les siens 
apprirent que l'empereur s'avançait contre eux avec 
une puissante armée. 11 demeura ferme avec ceux du 



a84 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

pays qui étaient pour lui ; les troupes de l'empereur 
s'étant précipitées sur eux, ils leur résistèrent vail- 
lamment , et les troupes de l'empereur tournèrent le 
dos. Louis dans la poursuite vint sur l'empereur-, 
mais celui-ci ayant pris la fuite s'échappa à grand'- 
peine avec peu de monde. Un grand nombre qui au- 
raient pu s'échapper en furent empêchés parce que 
tous les bagages de l'empereur et de ses gens , ainsi 
que les marchands et vendeurs de boucliers qui avaient 
suivi l'empereur et l'armée , fermèrent en un chemin 
étroit le passage aux fuyards. Les comtes Ragenaire 
et Jérôme furent tués dans ce combat , avec beaucoup 
d'autres -, l'évêque Astolphe , l'abbé Joscelin , les 
comtes Aledramm , Adalhard , Bernard et Evertaire , 
ainsi que beaucoup d'autres, furent pris dans ce même 
champ de bataille et dans la forêt voisine ; tous les ba- 
gages et tout ce que portoient les marchands tombè- 
rent au pouvoir de l'armée de Louis. Ainsi fut ac- 
complie cette parole du prophète : ^^ Malheur à vous 
« qui pillez les autres ! ne serez-vous pas aussi 
« pillés ' ? » Tout ce qu'avaient les pillards qui étaient 
avec l'empereur et eux-mêmes, devint la proie des 
autres ^ de sorte que ceux qui avaient pu s'échapper 
par le secours de leurs chevaux avaient leur vie pour 
tout butin. Les autres furent tellementdépouillés par les 
paysans qu'ils furent obligés , pour cacher les parties 
que la pudeur défend de montrer, de s'envelopper de 
foin et de paille, et que ceux que ne voulurent point 
tuer les ennemis qui les poursuivaient , se sauvèrent 
tout nus. Ainsi le peuple qui venait pour envaliir 
éprouva une grande plaie. Richilde ayant appris le 9 

' Isaïc, chap. 33 , v. i. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 285 

octobre la fuite de rarmée impériale et de Tempereur 
lui-même , quitta Herstall et se sauva la nuit sui- 
vante au chant du coq. Elle enfanta dans la route 
un fds que son serviteur prit devant lui et porta à 
Antenay , où ils arrivèrent en fuyant. L'empereur ar- 
riva le soir du 9 octobre au monastère de Saint-Lam- 
bert. Francon et l'abbé Hilduin ayant quitté Richilde 
le 6 pour aller vers lui , l'accompagnèrent jusqu'à ce 
qu'il fût arrivé après Richilde à Antenay. De là il alla 
à Douzi , d'où il retourna à Antenay , et indiqua une 
assemblée à Salmoucy quinze jours après la messe de 
Saint-Martin. 

D'Andernach Louis , fils du feu roi Louis , retourna 
à Aix par Sentzich , et y séjourna trois jours. De là il 
alla à Coblentz à la rencontre de son frère Charles , et 
lorsqu'ils eurent parlé ensemble , Charles alla vers 
Metz, et de là revint malade en Allemagne -, Louis passa 
le Rhin. Carloman , leur frère , alors occupé à faire 
la guerre aux Wénèdes , ne vint, comme il l'avait 
annoncé, ni vers eux ni vers son oncle l'empereur 
Charles. 

L'empereur Charles envoya Conrad et d'autres 
grands du royaume vers les Normands , qui s'étaient 
embarqués sur la Seine , pour qu'ils tâchassent , de 
quelque manière que ce fût , de conclure un traité 
avec eux, et vinssent le lui annoncer à l'assemblée 
qu'il avait indiquée. Le seigneur empereur Charles 
vint à l'assemblée qu'il avait indiquée à Salmoucy. Il 
y reçut des hommes de la partie du royaume de feu 
Lothaire que son frère Louis lui avait prise , et qui 
vinrent vers lui après sa fuite d'Andernach , et il leur 
donna quelques abbayes comme elles étaient et sans en 



2:86 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

rien retenir-, il donna à quelques-uns des bénéfices 
sur l'abbaye de Marchiennes qu'il avait partagée, et 
ensuite leur permit de s'en retourner. Il rangea les 
troupes qui campaient sur les bords de la Seine pour 
s'opposer aux Normands. Etant venu à la ville de 
Verzenay , il y tomba dangereusement malade d'une 
pleurésie , en sorte qu'on désespéra de sa vie, 11 y 
célébra la Nativité du Seigneur. 

{877.] Cependant l'empereur Charles guérit , et , pas- 
sant par Quierzy , il vint à Compiègne. Tandis qu'il y 
était , son fils né sur la route , pendant que Richilde se 
rendait à Antenay, tomba malade 5 et ayant été tenu 
sur les fonts de baptême par son oncle Boson et nommé 
Charles , il mourut , et fut transporté au monastère de 
Saint-Denis pour y être enseveli. L'empereur Charles 
ayant passé le carême à Compiègne , y célébra aussi 
la Pâque du Seigneur , et reçut Jean Pierre , évêque , 
et un autre Pierre, aussi évêque , envoyés de l'apos- 
tolique Jean , et chargés de l'appeler à ï\ome , tant 
par leurs discours que par les lettres qu'ils appor- 
taient à l'apostolique , afin que , selon sa promesse , 
il défendît la sainte Eglise de Rome , et la délivrât des 
païens qui l'infestaient. 

Au commencement de mai, l'empereur convoqua 
à Compiègne les évêques de la province de Rheims et 
des autres provinces , et fit consacrer par ces mêmes 
évêques avec un grand appareil , en sa présence et en 
celle des envoyés du siège apostolique , l'église qu'il 
avait fait construire en ce palais. Ensuite il tint son 
assemblée générale le t 4 juin, y régla par des capi- 
tulaires de quelle manière, jusqu'à son retour de Rome, 
son fils Louis devait gouverner le royaume de Franco 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 287 

avec ses fidèles et Jes grands, et comment on devait 
faire payer le tribut à la portion du royaume de France 
qu'il avait avant la mort de Lothaire, et à laBourgogne: 
à savoir un sou de chaque manoir seigneurial , de cha- 
que manoir libre quatre deniers pour la taxe des sei- 
gneurs, et quatre sur l'avoir du cultivateur 5 des ma- 
noirs serviles , onze deniers pour la taxe des seigneur* 
et deux sur l'avoir du cultivateur. Il régla aussi que 
chaque ëvêque recevrait des prêtres de sa paroisse , 
selon ce qui était possible à chacun, cinq sous pour le 
plus, quatre deniers pour le moins de chaque prêtre , 
et le remettrait aux délégués de l'empereur. On leva 
ce tribut sur les trésors des églises , en proportion de 
la valeur de leurs biens. La somme payée se monta à 
cinq mille livres d'argent. Tous ceux de Neustrie, 
tant évêques qu'autres gens habitant au-delà de la 
Seine , payèrent tribut aux Normands selon qu'il leur 
tut imposé et qu'ils le purent. 

Le seigneur empereur Charles , quittant Quierzy , 
passa par Compiègne et Soissons , et arriva à Rheims; 
de là , faisant route par Châlons , Ponthion et Laon , 
avec sa femme et une immense quantité d'or, d'ar- 
gent , de chevaux et d'autres richesses , il passa de 
France en Italie , et , lorsqu'il fut parvenu de l'autre 
côté du Jura jusqu'à Orbe , vint au devant de lui l'é- 
vêque Adalgaire qu'il avait envoyé à Rome, dans le 
mois de février, pour le concile que devait tenir le 
pape Jean. Ledit Adalgaire rapporta à l'empereur, 
comme un grand présent , un exemplaire des actes 
de ce concile. Le résumé de ces actes , c'est qu'a- 
près des louanges nombreuses et multipliées pour 
l'empereur, on décréta que son élection et promotion 



288 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

au sceptre de l'empire , célébrée à Rome Tannée pré- 
cédente, était déclarée stable et permanente pour le 
présent et à tout jamais ; que si quelqu'un tentait de 
la troubler ou de la violer, quels que fussent son rang , 
sa dignité ou profession, il demeurerait à perpétuité 
sous les liens de l'anathéme jusqu'à ce qu il en donnât 
satisfaction ; que les auteurs et instigateurs de ce des- 
sein , s'ils étaient clercs , seraient déposés , et , s'ils 
étaient laïques et moines , pour toujours frappés d'ana- 
tliême; et que, comme le concile tenu l'année précé- 
dente à Ponthion, près Andernach , n'avait servi de 
rien , l'autorité de celui-ci devait à jamais l'emporter. 
Le même Adalgaire annonça aussi , entre autres choses, 
à l'empereur, que le pape Jean devait venir à sa ren- 
contre à Pavie. 11 envoya donc Odaire, notaire de la 
seconde chancellerie , les comtes Goiram , Pépin et 
Herbert , pour veiller au service du pape , qui se hâta 
de se rendre auprès de lui , et le rencontra à Yerceil , 
où ii fut reçu de lui avec les plus grands honneurs , 
et ils cheminèrent ensemble vers Pavie, Charles reçut 
dans cette ville la nouvelle certaine que Carloman , 
fds de son frère Louis, s'avançait contre eux avec une 
grande multitude de guerriers : c'est pourquoi, quit- 
tant Pavie, ils vinrent à Tortone. Richilde , ayant été 
consacrée impératrice par le pape Jean, s'enfuit promp- 
tement avec le trésor du côté de la Maurienne. Ce- 
pendant l'empereur , demeurant quelque temps avec 
le pape Jean dans le même endroit , y attendit les 
grands de son royaume : l'abbé Hugues , Boson , Ber- 
nard, comte d'Auvergne, et Bernard, marquis de 
Gothie , auxquels il avait ordonné de venir vers lui ; 
mais ceux-ci, ainsi que les autres grands de son 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. '>.89 

royaume, excepté quelques évêques, conspirèrent 
tous contre lui. Ayant appris qu'ils ne viendraient 
point, dès que lui et le pape surent que Carloman 
s'approchait, l'empereur s'enfuit après Richilde, et le 
pape Jean se hâta de se rendre aussitôt à Rome. L'em- 
pereur Charles envoya par lui à l'apôtre saint Pierre 
l'image du Sauveur attaché à la croix , faite en or d'un 
grand poids, et ornée de pierres précieuses. 

Carloman, ayant reçu la fausse nouvelle que l'em- 
pereur et le pape Jean s'avançaient contre lui avec 
une grande multitude de guerriers , prit lui-même la 
fuite par où il était venu : ainsi Dieu , selon sa misé- 
ricorde accoutumée , dispersa le rassemblement qu'il 
avait formé. 

Charles , attaqué de la fièvre , prit en breuvage , 
pour s'en guérir, une poudre que lui donna son 
médecin, Juif nommé Sédéchias, pour qui il avait 
trop d'amitié et de confiance. Mais c'était un poison 
mortel qu'il avait avalé ; et , porté à bras à travers le 
Mont-Cenis, étant arrivé à un endroit appelé Brios, 
il envoya dire à Richilde qui était en Maurienne de 
se rendre vers lui-, ce qu'elle fit : et onze jours après 
avoir pris le poison, il mourut dans une misérable 
cabane , le 6 octobre. Ceux qui étaient avec lui ayant 
ouvert son corps dont ils retirèrent les entrailles , et 
l'ayant parfumé comme ils purent de vin et d'aro- 
mates 5 ils le renfermèrent dans un cercueil , et se 
mirent en route pour le transporter au monastère de 
Saint-Denis , où il avait demandé d'être enseveli. Ne 
pouvant le porter à cause de l'infection qui en sortait, 
ils le mirent dans un tonneau enduit de poix en de- 
dans et en dehors, et enveloppé de cuir; ce qui ne 

19 



ago ANNALES DE SAINT-BERTI?» . 

put en ôter la puanteur. Arrivés avec peine à une 
certaine chapelle de moines de l'ëvêchë de Lyon que 
l'on appelle Nantua , ils le mirent en terre avec le 
tonneau qui le renfermait. 

Carloman , de son côté , malade presque jusqu'à 
la mort, et rapporté chez lui dans une litière, de- 
meura ainsi durant un an , en sorte qu'il fut déses- 
péré de plusieurs. 

Louis , ayant reçu à Orreville la nouvelle de la mort 
de son père Charles, se concilia tous ceux qu'il put . 
leur donnant des abbaves et des comtés et des ma- 
noirs , selon ce que demandait chacun , et prenant 
sa route parQuierzy et Compiègnepour se rendre aux 
funérailles de son père dans le monastère de Saint- 
Denis. Là, apprenant que son père était enseveli, et 
que les premiers du ro}*ume, tant abbés que comtes, 
indignés de ce qu'il avait donné des bénéfices à quel- 
([ues-uns sans leur consentement , s'étaient réunis 
contre lui, il retourna à Compiègne. Cependant les- 
dits grands, avec Richilde, dévastant autant qu'il était 
en eux, arrivèrent au monastère d'Avenai, convo- 
quèrent leur assemblée à Mont-Vimar, d'où ils en- 
voyèrent leurs messagers vers Louis. Mais Louis leur 
adressa ses envoyés-, et des messagers allant et venant 
entre eux. on parvint à obtenir que Richilde et les 
grands allassent vers lui à Compiègne : et ils convo- 
quèrent leur assemblée à Chesne-Herbelot , dans la 
forêt de Cuise. Richilde , venant vers Louis à la fête 
de Saint-André, lui apporta un acte par lequel, avant 
de mourir, son père lui avait transmis le royaume, et 
une épcc dite de saint Pierre , j)ar laquelle il lui en 
donnait l'investiture, et aussi le vêtement roval . la 



ANNALES DE SAI^T-BERTJ^. 291 

couronne et le bâton d'or et de pierres précieuses : 
et lorsque , par des envoyés qui passèrent et repas- 
sèrent entre Louis et les grands du royaume , il eut 
été traité avec chacun des bénéfices qu'ils deman- 
daient, Louis, du consentement de tous, tant des 
évêques et abbés que d^s grands du royaume et de 
tous les autres assistans , fut sacré et couronné roi le 
8 décembre par Hincmar, archevêque de Rheims. Les 
évêques se recommandèrent à lui , eux et leurs églises, 
sauf leurs privilèges canoniques, pour en être dûment 
protégés, promettant, selon leur savoir et pouvoir, 
de lui prêter fidèlement dans leur ministère se- 
cours et conseil. Les abbés aussi et les premiers du 
royaume et les vassaux du roi se recommandèrent 
à lui, et lui firent, selon la coutume , serment de 
fidélité '. 

Quand le roi Louis , fils de l'empereur Charles, fut 
couronné à Compiègne , les évêques lui présentèrent 
requête ainsi qu'il suit : « Nous vous prions de nous 
«accorder que, conformément au premier capitu- 
« laire , lequel , d'accord avec ses fidèles et les vôtres 
« et les légats du siège apostolique , Josselin lisant , 
« votre seigneur empereur a très-récemment, à Quier- 
« zy , déclaré devoir être par lui et par vous observé, 
« vous nous gardiez , à nous et aux églises qui nous 
« sont confiées, le privilège canonique et nos droits 
« légitimes, et que vous nous donniez protecrion, telle 

' Ici la chronique de Saint-Denis ajoute : « Mais pour ce que i'estoire 
« parle souvent des abbcz, du roïaume porroîent aucun cuider que ce 
« fussent moine et genz de religion : mais nous cuidons mieux , selon ce 
'( que l'csloire donne a entendre, que ce fussent baron ou grant home 
« spcnler a mi l'on les donast on a tens on a vie. x 

ï9 



2t)2 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

« qu'un roi la doit avec justice , en son royaume , à 
« chaque évêque , et aux églises qui lui sont confiées. » 

Ledit Louis fit aux évéques la promesse suivante : 
« Je vous promets et accorde que , conformément à 
« ce premier capitulaire , lequel , d'accord avec ses 
« fidèles et les nôtres et les légats du siège aposto- 
« lique , Josselin lisant , le seigneur empereur mon 
« père a très-récemment, à Quierzy , déclaré devoir 
« être par lui observé ' , que je vous garderai, à vous 
« et aux églises qui vous sont confiées, le privilège ca- 
« nonique et vos droits légitimes , et que , Dieu ai- 
« dant, je vous donnerai autant que je pourrai pro- 
« tection, telle qu'un roi la doit en son royaume à 
« chaque évêque et aux églises qui lui sont confiées. » 
Voici le capitulaire ici rappelé : 

« Touchant les biens et honneurs de Dieu et des 
« saintes églises situées par la volonté de Dieu sous 
« la puissance et protection de notre gouvernement , 
« nous voulons , avec l'intervention du Seigneur , 
« qu'ils soient conservés à l'avenir en leur intégrité , 
« tels qu'ont été ces biens et honneurs du temps de 
« notre père de bienheureuse mémoire , et avec les 
« augmentations de propriétés dont lesdites églises 
« ont été bénéficiées et enrichies par notre libéralité ; 
« et que les prêtres et serviteurs de Dieu obtiennent 
« le droit ecclésiastique et les privilèges qui leur sont 
« dus , ainsi qu'une respectable autorité , et que la 
« puissance des princes, la vigueur des hommes puis- 
ce sans et les administrateurs de la république con- 
« courent avec eux en toutes choses, ainsi qu'il est rai- 
« sonnable et juste , afin qu'ils puissent convenable- 

' Selon Sirmond et Baluic , par lui et par moi obsert^é. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. rig'i 

« ment exercer leur ministère , et que , Dieu aidant , 
« notre fils observe avec une égale fidélité les choses 
« susdites. » 

Lors l'évêque Anségise et les autres évêques pré- 
sens à Compiègne , quand ils bénirent Louis , fils de 
l'empereur Charles , se recommandèrent à lui en ces 
termes : 

« Je me recommande à vous , moi et l'église qui 
m'est confiée, pour que vous nous gardiez le droit 
légitime et la justice , et nous donniez protection telle 
que, selon raison, la doit un roi garder et donner aux 
évêques de ses églises. » 

Les susdits firent en même temps les promesses 
suivantes. 

« Moi un tel je promets ceci : de ce jour et à l'avenir, 
selon mon savoir et pouvoir, et selon mon ministère, 
je servirai fidèlement mondit seigneur et roi Louis, 
fils de Charles et d'Hermentrude, de mon secours et 
de mon conseil, en ce qui concerne la foi que je lui 
ai prêtée et mon sacerdpce , ainsi que le doit de droit 
un évêque à son seigneur. » 

Sur quoi ledit Louis fils de Charles promit à son 
tour : 

« Moi Louis , établi roi par la miséricorde de Dieu 
« et l'élection du peuple, je promets, prenant en té- 
« moignage l'Église de Dieu, à tous les ordres, à sa- 
<c voir, des évêques, prêtres, moines, chanoines et 
« nonnes , de leur garder en leur entier dorénavant 
«les réglemens écrits par les Pères, et corroborés 
«. des attestations apostoliques. Je promets aussi de 
« garder au peuple , dont par la miséricorde de Dieu 
n le gouvernement m'a été confié en l'assemblée gé- 



5g4 ANNALES DE SA1]ST-BERT1> . 

(( nërale de nos fidèles , les lois et statuts conformé- 
« ment à ce qu'ont inséré dans leurs actes les rois 
« et empereurs qui m'ont précédé et ont ordonné de 
(( tenir inviolablement et observer à jamais. Moi donc 
(c Louis, ayant relu cette promesse par moi faite spon- 
« tanément, de rectitude et amour de justice, je Fai 
« confirmée de ma propre main. » 

[878.] Le roi Louis célébra la Nativité du Seigneur 
au monastère de Saint-Médard près de Soissons. De 
]à il se rendit à sa maison d'Orreville , et célébra 
Ja Pâque du Seigneur au monastère de Saint-Denis , 
et à la persuasion de Hugues, abbé et marquis, il passa 
de l'autre côté de la Seine , tant pour aller au secours 
de Hugues contre les Normands, que parce que le 
fils de Godefroi avait envahi le château et les béné- 
fices du fils du feu comte Eudes, et parce que Aimon, 
frère du marquis Bernard, usurpant la cité d'Evreux, 
commettait de grands ravages dans tous les pays d'a- 
lentour. 11 se permit, outre cela, de piller le pays 
d'Eric, comme l'auraient pu faire les Normands. 

Louis ayant passé jusqu'à Tours, y tomba malade 
à ce point qu'on désespéra de sa vie. Lorsque , par la 
miséricorde de Dieu , il se porta un peu mieux , par 
l'intervention de quelques-uns de ses conseillers amis 
de Godefroi, à lui vint ledit Godefroi amenant avec 
kii ses fils , avec qui l'on convint qu'ils rendraient au 
roi Louis le château et les bénéfices qu'ils avaient 
envahis, et les auraient ensuite par concession. Alors 
Godefroi amena une partie des Bretons à promettre 
fidélité au roi, mais ils la gardèrent ensuite comme 
des Bretons. 

Le pape Jean . irrité contre les comtes Lambert et 



A^îlSALES DE SAIIST-BERTIÎS. 2Ç)5 

Adalbert , parce qu'ils lui avaient pillé des villages el 
une ville , les frappa d'une épouvantable excommu- 
nication, puis sortit de Rome, arriva par mer à Arles 
le jour de la Pentecôte , et envoya ses messagers au 
comte Boson. 11 vint par son secours jusqu'à Lyon, et 
de là envoya a Tours ses messagers au roi Louis, lui 
mandant qu'il irait le trouver où cela lui conviendrait. 
Louis, envoyant à sa rencontre quelques évéqucs, le 
pria de venir jusqu'à Troycs, et le fit défrayer par les 
évêques du rovaume ; et sa maladie l'empêchant de 
revenir plus tôt, il alla le trouver à Troyes au commen- 
cement de septembre. Sur ces entrefaites, le pape Jean 
ayant assemblé un concile général des évêques des 
provinces des Gaules et de la Belgique, y fit relire 
l'excommunication qu'il avait portée à Rome conlre 
Lambert, Adalbert et aussi Formose, et Grégoire no- 
menclateur et leurs complices ^ et il demanda que 
les évoques concourussent à cette excommunication. 
Sur quoi les évêques présens lui demandèrent que 
comme c'était sur une pièce écrite que leur avait été 
prononcée par son ordre, dans le concile, l'excommu- 
nication portée par lui , il leur octroyât également de 
lui donner par écrit leur consentement ^ et le pape 
Jean l'ayant octroyé , le lendemain les évêques pré- 
sentèrent au pape dans le concile le diplôme suivant : 
« Très-saint seigneur et révérend père des pères, 
« Jean, pape du premier siège de l'Eglise catholique 
« et apostolique , à savoir du saint-siége de Rome , 
H nous les serviteurs et disciples de votre autorité, les 
<i évêques des provinces gauloises et belgiques, nous 
H souffrons avec vous de ces choses que des hommes 
« méchans et ministres du Diable , ajoutant à la^ plaie 



'«96 ANNALES DE SAINT-BERTIN. 

« de vos douleurs , ont commises contre notre sainte 
(( mère et maîtresse de toutes les églises, et plaignons 
(( vos douleurs eh unissant nos larmes aux vôtres 5 
« et nous conformons de nos vœux , de notre voix , 
« de notre unanimité et de l'autorité du Saint-Esprit , 
« par la grâce duquel nous avons été consacrés au 
« rang d'évêques, au jugement que , par le privilège 
« de Saint-Pierre et du siège apostolique, a porté votre 
« autorité contre eux et leurs complices , conformé- 
ce ment aux sacrés canons , dictés par l'esprit de Dieu , 
« consacrés par le respect du monde entier , et con- 
« formément aux décrets des pontifes du siège romain, 
« vos prédécesseurs , et les frappant du glaive spiri- 
« tuel qui est la parole de Dieu. C'est à savoir que 
« ceux que, comme nous avons dit plus haut , vous 
u avez excommuniés , nous les excommun^ns , ceux 
« que vous avez rejetés de l'Eglise, nous les rejetons, 
(( ceux que vous avez anathématisés, nous les anathé- 
« matisons , et ceux qui , après avoir régulièrement 
« satifait à votre autorité, seroient reçus du siège apos- 
« tolique , nous les recevrons. Mais comme nous li- 
ce sons en l'histoire sacrée des plaies d'Egypte juste- 
ce ment envoyées de Dieu , qu'il n'était pas une mai- 
ce son en laquelle ne fût un mort gisant, et qu'aucun 
ce ne se trouvait pour en consoler un autre , parce 
ce que chacun avait en sa maison de quoi pleurer, nous 
ce pleurons aussi en nos églises des choses déplorables 5 
ce nous supplions donc en toute humilité d'esprit le 
ce secours de votre autorité , vous priant de promul- 
ce guer un capitulaire émané de votre autorité, du- 
ce quel nous nous puissions servir contre ceux qui en- 
ce vahissent les biens de nos églises, afin que, munis de 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 297 

« la censure du siège apostolique , nous puissions do- 
« rénavant nous et nos successeurs , par un principe 
« commun , nous soutenir plus vigoureusement et 
« plus facilement, avec TaidedeDieu, contre les per- 
« vers ravisseurs et dévastateurs des hiens et posses- 
« sions ecclésiastiques , et les contempteurs du saint 
« ministère épiscopal. En sorte que , selon la parole 
« du prédicateur par excellence et la publication 
(( de votre autorité , livrés qu'ils seront à Satan , leur 
« âme soit sauvée au jour de Aotre-Seigneur Jésus- 
« Christ \ » 

Lors Jean Tapostolique et les autres évêques as- 
semblés à Troyes portèrent contre les usurpateurs des 
biens ecclésiastiques l'excommunication suivante : 

« Touchant les usurpateurs des biens ecclésiasti- 
« ques que les sacrés canons rédigés par l'esprit de 
« Dieu et consacrés parla vénération du monde entier, 
« ainsi que les décrets des pontifes du siège aposto- 
« lique, ont déclaré devoir demeurer sous le poids de 
« l'anathème jusqu'à ce qu'ils eussent régulièrement 
«satisfait, et touchant les ravisseurs dont l'apôtre, 
« parlant au nom du Christ , a témoigné qu'ils né 
« possèdent pas le royaume de Dieu , interdisant à 
« tout vrai chrétien de prendre sa nourriture avec de 
(( tels hommes tant qu'ils persévéreront dans leur 
« crime -, nous décrétons , en vertu de la puissance du 
« Christ et par le jugement du Saint-Esprit, que si, 

' Cest la forme d'excommunication employée par saint Paul , dans sa 
première e'pître aux Corinthiens, conlre un Chrétien qui s'était rendu 
coupable d'une intrigue criminelle avec sa belle-mère. Il ordonne qu'il 
soit retranché du milieu des fidèles , « et ainsi jivrdh Satan pour morti- 
« fier sa chair , afin que son arac soit sauvée au jour de Notre-Seiç;nenr 
<t Jésus-Christ. » ( 1'- Eptt. aux Corinlh . chap. 5, v. 5. ) 



398 ANNALES DE SAINT-BERTIÎS. 

« avant les prochaines calendes de novembre, ils n ont 
u pas restitué aux églises auxquelles ils appartien- 
«. nent, en leur faisant satisfaction régulière, les biens 
(( qu'ils leur ont injustement enlevés , ils soient, jus- 
« qu'à restitution des biens ecclésiastiques, et jusquà 
« ce qu'ils aient fait satisfaction , tenus éloignés de la 
(c communion du corps et du sang du Christ -, et si les 
« contempteurs du saint ministère épiscopal et des 
« excommunications ecclésiastiques régulièrement ad- 
« monestés, conformément à l'autorité évangéliqne et 
(( apostolique, par les évêques à qui il appartient de le 
(t faire , ne viennent pas à résipiscence en donnant 
« régulière satisfaction, ils demeureront, jusquà ce 
(( qu'ils aient satisfait, serrés des liens de l'analhème ; 
a et, s'ils meurent dans leur opiniâtreté, que leurs 
a corps ne soient point ensevelis avec des hymnes et 
(( des psaumes ^ qu il ne soit pas fait mémoire d'eux 
(( aux saints autels entre les fidèles trépassés; car l'a- 
it pôtre et évangéliste Jeanadit : Il ya un péché qui 
t( va à la mort, et ce il est pas pour ce péché-là que 
« je dis que vous priiez ' . Le péché qui va à la mort est 
« la persévérance dans le péché jusqu'à la mort ; et les 
«saints canons des anciens Pères ont décidé, par 
<i linspiration du Saint-Esprit, que les corps de ceux 
u qui se donnent volontairement la mort, et de ceux 
« qui sont punis pour leurs crimes, ne seront point 
« portés à la sépulture avec des hymnes et des psau- 
K mes. Suivant lesquels décrets nous avons, par le ju- 
u geraent du Saint-Esprit, décidé ce qui précède tou- 
« chant les usurpateurs et ravisseurs des biens et 
'( propriétés ecclésiastiques , s'ils no viennent pas à 

' 1" Epît. (le S. Jean , chap. 5, v. 16. 



ANNALES DE SAIîST-BERTI> . rit)C) 

« résipiscence , ainsi que l'a ordonné le bienheureux 
« Grégoire , lorsqu'il a dit : Parce que de tels hommes 
« ne sont pas chrétiens je les anatliématise, moi et 
« tous les évéques catholiques, et aussi l'Eglise uni- 
« verselle. » 

Lequel diplôme le pape Jean fit écrire à la suite de 
son excommunication, et le confirmant de sa signa- 
ture , le fit souscrire à tous les évêques du concile -, 
ensuite, d'après son ordre, furent lus dans le con- 
cile les canons de celai de Sardique et le décret du 
pape Léon touchant les évêques qui changeaient de 
siège , et aussi les canons africains contre les trans- 
lations d'évêques, ainsi que contre les renouvelle- 
mens de baptême et ré-ordination , et cela à cause de 
Frothaire , évêque de Bordeaux , qui , de Bordeaux , 
disait-on , avait passé à la cité de Poitiers et de là à 
celle de Bourges. 

Louis, ayant été couronné par le pape Jean le 
7 septembre , invita ledit pape à sa maison , et , dans 
un repas magnifique, lui et sa femme lui rendirent 
honneur par beaucoup de présens, puis il le fit re- 
conduire à la cité de Troyes; ensuite il demanda par 
ses messagers à ce même pape de couronner sa 
femme Reine, mais il ne put l'obtenir'. Les évêques 
Frothaire et Adalgaire présentèrent cependant au pape 
dans l'assemblée des évêques une ordonnance du 
père de Louis, par laquelle il transmettait le royaume 

' Parce rpi'il l'avait épousée après avoir renvoyé , par l'ordre de sou 
père, Ansgarde qu'il avait épousée sans son consentement, et dont il 
avait deux fils , Louis et Carloman. Cette seconde femme, que le pape 
refusa de couronner, se nommait Adélaïde. Elle avait e'te' donnée à Louis 
par son père ; il la laissa grosse en mourant. 



3()0 ANNALES DE SAIKT-BERTIN. 

il son fils , lui demandant de la part de celui-ci qu'en 
vertu de son privilège il confirmât cette ordonnance. 

Alors le pape Jean produisit une copie d'une or- 
donnance attribuée à l'empereur Charles concédant à 
l'Eglise romaine l'abbaye de Saint-Denis, laquelle or- 
donnance plusieurs pensaient avoir été fabriquée par 
le conseil desdits évêques et autres conseillers de 
Louis, afin qu'il pût avoir un prétexte d'ôter cette 
abbaye à Josselin , et de la prendre pour lui. Le pape 
Jean dit que, si Louis voulait qu'il usât de son privilège 
sur la première ordonnance , il fallait qu'il confirmât 
aussi, par une ordonnance de lui, celle de son père 
sur l'abbaye de Saint-Denis. Cette atïaire, comme prove- 
nant d'intrigues et non de justice, n'eut aucune suite. 

Après cela, le lo dudit mois, le roi Louis, obligé 
par les sollicitations de quelques uns des grands de 
son royaume , vint à la demeure de l'apostolique-, et , 
après qu'ils eurent parlé en particulier , il revint avec 
lui à l'assemblée des évèques tenue en une salle joi- 
gnant la demeure de l'apostolique ^ et après qu'on eut 
excommunié Hugues , fils de Lothaire , ainsi qu'Ai- 
moin et leurs complices, qui avaient usé de violence 
envers quelques évêques , le pape Jean , d'accord 
avec le roi , dit qu'HedenulpIie , qu'il avait par son 
autorité sacré évêque, devait garder son siège et 
exercer les fonctions épiscopales , et qu'Hincmar l'a- 
veugle ' chanterait s'il le voulait la messe, et jouirait 

' Evètpie de Lnon , letciiii dopuis deux ans en prison par ordic du 
concile de Soissous , et même qnclcpic temps charge de fers. Il paraît 
qu'il elait devenu avengle en prison, et que , durant sa captivité, le 
pape, an jugement du(|ucl il avait ete renvoie par le concile, avait 
poniine Heden\dplie h sa place. 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 3oi 

d'une partie des biens de l'évêché de Laon ; et He- 
denulphe ayant prié le pape qu'il le déchargeât de ce 
siège, disant qu'il était infirme et voulait se retirer 
dans un monastère, il ne le put obtenir -, mais il lui fut 
ordonné par le pape, d'accord avec le roi et les évêques 
du parti d'Hincmar, de garder son siège et remplir 
les fonctions épiscopales. Comme lesdits partisans 
d'Hincmar eurent entendu ce qu'avait dit le pape 
Jean, qu'Hincraar l'aveugle chanterait la messe s'il le 
voulait, et que le roi consentirait qu'il jouît d'une 
part des biens de l'évêché de Laon , soudainement les 
évêques des autres églises provinciales, et les métro- 
politains des autres pays, sans l'ordre du pape, con- 
duisirent en présence dudit pape Hincmar revêtu des 
habits sacerdotaux 5 puis, l'emmenant, ils l'accompa- 
gnèrent à ré*glise en chantant, et lui firent donner la 
bénédiction au peuple. Ainsi se termina ce concile. 

Le lendemain , Louis invité par Boson se rendit à 
la maison de celui-ci avec quelques-uns de ses pre- 
miers conseillers, et traité en un festin, reçu avec hon- 
neur par lui et sa femme , il fiança son fils Carloman 
à la fille de Boson; et par le conseil de ces mêmes 
conseillers il distribua les bénéfices de Bernard , mar- 
quis de Gothie , à Thierri le camerier , à Bernard , 
comte d'Auvergne , et à quelques autres qu'il désigna 
en son particulier. 

Le pape Jean partant de Troyes se dirigea vers 
Châlons , puis de là prenant sa route par la Maurienne , 
entra en Italie , conduit par Boson et sa femme , à 
travers les passages de Mont-Cenis. 

Le roi Louis revenu de Troyes à Compiègne , y 
ayant reçu la réponse que lui rapportaient les en- 



302 AiNNALES DE SAIIST-BERTIN. 

voyés adressés par lui à son cousin Louis , pour obte- 
nir qu'ils fissent la paix ensemble , il vint avec quel- 
ques-uns de ses conseillers jusquà Herstall. Et au 
commencement de novembre s'étant réunis auprès de 
Mersen , ils arrêtèrent entre eux la paix , et convo- 
quèrent, à la purification de Sainte-Marie, une assem- 
blée pour s'y réunir de nouveau, Louis, fils de Charles, 
venant à Gondreville , et Louis , filsdeijouis, à l'en- 
droit qu'il trouverait commode dans les environs de ce 
même lieu. En cette même assemblée, du consente- 
ment de leurs fidèles, ils convinrent d'observer entre 
eux les choses suivantes : 

« Ceci est la convention faite , au lieu nommé Fo- 
ron , dans les calendes de novembre , année de l'in- 
carnation du Seigneur 878, entre les glorieux rois 
Louis, fils de l'empereur , et Louis, fils 8u roi Louis , 
eux et leurs fidèles approuvant et consentant, et le 
roi Louis , fils de Louis , portant la parole. « Nous 
« voulons que le partage du royaume de Lothaire dc- 
(c meure tel qu'il a été fait entre mon père Charles et 
« votre père Louis ; et si depuis le règne de notre père 
« quelqu'un de nos fidèles en a usurpé quelque chose, 
« il doit sur notre injonction s'en dessaisir. Touchant 
« le royaume qu'a possédé Louis, empereur d'Italie , 
« attendu que , jusqu'à présent , il n'en a encore été 
« fait aucun partage, quiconque le tient maintenant 
« continuera à le tenir de la même manière , jusqu'à 
u ce que , par la volonté de Dieu , nous réunissant de 
« nouveau avec nos communs fidèles , nous déci- 
« dions et arrêtions ce qui nous semblera le meilleur 
a et le plus juste; et comme pour le présent il ne peut 
«être fait droit touchant le royaume d'Italie, (jue 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 3o3 

u chacun sache que nous en avons réclamé et récla- 
<( mous , et , Dieu aidant , réclamerions notre part. » 

Le jour suivant fut fait ce qu'on va lire : 

Art. i*""^. « Vu que . pour quelques causes d'em- 
u pechemens , notre amitié et alliance ne peut être 
« maintenant confirmée , jusqu'à la future assera- 
« blée où nous avons déterminé de nous réunir \ 
« qu'entre nous, Dieu aidant, se conserve en toute 
« pureté de cœur, droite conscience et foi non men- 
« teuse, une telle amitié qu'aucun de nous n'entre- 
« prenne ou conseille rien sur la vie de l'autre , son 
« royaume , ses fidèles , ni rien de ce qui appartient 
<( à la sûreté ou à la prospérité et à l'honneur de son 
(i royaume. 

Art. 2. « Que si en quelqu'un de nos royaumes 
«se soulevaient des païens ou de faux chrétiens, 
« chacun de nous, ou par lui-même, ou par ses fidèles, 
« aide l'autre sincèrement , et le mieux qu'il lui sera 
(( possible, de son secours et de ses conseils, ainsi qu'il 
« en sera besoin , et selon qu'il le pourra raisonnable- 
« ment. 

Art. 3. « Si je vous survis, j'aiderai le mieux que 
« j.e pourrai de mon secours et de mes conseils votre 
(( fils Louis encore enfant, et les autres fils que le 
« Seigneur vous aura donnés , afin qu'ils puissent pos- 
« séder tranquillement par droit d'héritage le royaume 
« paternel ^ et je vous prie de même, si vous me sur- 
« vivez , d'aider , le mieux que vous pourrez , de votre 
« secours et de vos conseils, mes fils Louis et Carlo- 
« man,et les autres que m'aura voulu donner la divine 
(( bonté , afin qu'ils puissent posséder en paix le 
« royaume paternel. 



3o4 ANNALES DE SAIiNT-BERTIN. 

Art. 4- '^ Qwe si quelque délateur et détracteur en- 
« vieux de notre repos , et ne voulant souffrir que 
a notre royaume demeure en paix , avait cherché à se- 
« mer entre nous des querelles, contentions et discords, 
« aucun de nous ne le reçoive ou ne l'admette de sa 
« volonté, à moins que ce ne fût dans l'intention de le 
« produire réciproquement en notre présence et celle 
«. de nos communs fidèles pour y faire raison. Que 
« s'il s'y refusait , il n'ait avec nul des nôtres aucune 
« sûreté, mais soit d'accord entre nous rejeté de tous 
« comme menteur et diseur de faussetés, et voulant 
« semer la discorde entre les frères , afin qu'à l'avenir 
« nul n'ose faire arriver à nos oreilles de semblables 
« mensonges. 

' Art. 5. « Que de concert et le plus tôt que nous pour- 
« rons nous adressions nos messagers aux glorieux 
« rois Carloman et Charles, pour les inviter à l'assem- 
« blée que nous avons arrêtée pour le 6 de février , 
« et les conjurer de ne point manquer à y venir -, et 
«que si, selon notre désir, ils veulent s'y rendre, 
« Dieu aidant , nous nous réunissions en un com- 
« mun attachement à la volonté de Dieu , au s-alut de 
« la sainte Eglise, à l'honneur de nous tous , au salut 
« et à l'avantage de tous les peuples chrétiens à nous 
« confiés. Que dorénavant en celui qui est un , nous 
« ne soyons qu'un, n'ayons qu'une seule volonté, et, 
<c selon ce que dit l'apôtre , ne disions et ne fassions 
<c tous qu'une même chose , et qu'il n'y ait entre nous 
« aucun schisme. 

Art. 6. « Que si cependant ceux que nos supplica- 
« tions ont appelés et invités à cette assemblée , re- 
« fusaient d'y assister par eux ou leurs délégués, nous 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 3o5 

ce n'omettions pas, conformément à ce que nous avons 
« arrêté, de nous y rendre, et de nous unir ensemble 
« selon la volonté de Dieu , à moins que par Tévéne- 
« ment de quelque obstacle inévitable la chose ne 
« soit absolument impossible ; et que s'il en advenait 
« ainsi , chacun de nous en instruise l'autre à temps, 
« et que pour cela notre amitié ne soit pas diminuée 
« ni changée , jusqu'à ce que , par l'ordre de Dieu , 
H elle soit en temps convenable parfaitement con- 
« firmée. ., 

Art. 7. « Que les biens des égbses , tant épisco- 
w pales qu'abbatiales , en quelqu'un de nos ro3'^auraes 
(( qu'en soit située la manse , soient possédés sans 
<( aucun empêchement par les titulaires desdites égli- 
« ses , et que si l'on commet quelque dommage , en 
« quelque royaume que se trouvent les biens, il en 
(( soit fait régulière justice. 

Art. 8. « Et vu que des hommes vagabonds et ne 
« respectant rien ont coutume de troubler par des 
u violences la paix des royaumes , lorsqu'un de ceux- 
u là viendra à l'un de nous pour éviter qu'il soit fait 
« droit et justice de ce qu'il a commis, nous voulons 
« que nul de nous ne le reçoive ou retienne , à moins 
« que ce ne soit pour l'amener en justice et à due 
« correction. Et s'il échappe à la justice qu'il mérite, 
« que chacun de nous , dans quelque royaume qu'il 
« arrive , le poursuive jusqu'à ce qu'il soit amené en 
«justice ou expulsé et exilé ciu royaume. 

Art. 9. (( Nous voulons que ceux qui ont justement 
« perdu leurs propriétés eu notre royaume , soient 
« jugés comme il a été réglé du temps de nos prédé- 
« cesseurs. Mais que ceux qui disent les avoir perdues 

9.0 



io6 ANNALES DE SÂINT-BEBTIN. 

(( injustement, viennent en notre présence, et, comme 
(( il est juste , reçoivent , selon qu'il sera jugé , ce qui 
« leur appartient. » 

[879.] Cela dit. Louis fils de Louis retourna chez 
lui, et Louis fils de Charles , passant par les Ardennes, 
célébra à Glare , Fan 879 de Tincarnation , la fête delà 
Nativité du Seigneur; et, après avoir passé quelque 
temps dans les Ardennes , il se remit en route, et vint 
à Pônthion vers la purification de sainte Marie, d'où 
voulant aller d^ns le pays d'Autun pour y réprimer la 
rébellion du marquis Bernard, il passa jusqu'à Troyes. 
Mais sa maladie augmentant, car on le disait atteint 
de poison, il ne put aller plus loin, et remettant son 
fils Louis du même nom que lui sous la tutelle spé- 
ciale de Bernard comte d'Auvergne, il envoya avec son 
fils à Autun l'abbé Hugues , Boson et ledit Bernard . 
ainsi que Thierri et ses compagnons , afin qu'ils 
reprissent ce comté pour Thierri , auquel il l'avait 
donné précédemment. Il se rendit avec grande dif- 
ficulté à Compiègne , passant par le monastère de 
Jouarre : et sentant qu'il ne pouvait échapper à la mort. 
il envoya à son fils Louis, par Eudes évéque de Beauvais. 
et par le comte Alboin, la couronne , l'épée et les au- 
tres signes de la royauté , mandant à ceux qui étaient 
avec lui, qu'ils le fissent sacrer et couronner roi. 11 
mourut ensuite le jour du vendredi saint, 10 avril, le 
soir déjà venu. Le hmdemain , à savoir la veille de la 
sainte Pâque, il fut enseveli dans l'église de Sainte- 
Marie. 

Eudes et Alboin ayant appris qu'il était décédé, don- 
nèrent à Thierri le camérier ce qu'ils avaient apporté . 
et retournèrent en grande hâte. Ceux qui étaient avec 



ANNALES DE SAINT-BERTIN. 3o^ 

le fils du roi, apprenant la mort du père de cet enfant, 
mandèrent ceux des grands qui se trouvaient en ces 
quartiers, pour que, venant à leur rencontre, ils s'as- 
semblassent à Meaux , à cette fin d'y traiter de ce qu'ils 
avaient à faire par la suite. 

Cependant, par l'entremise de l'abbé Hugues, il fut 
convenu entre Boson et Thierri , que Boson aurait le 
comté d'Autun , et que Thierri recevrait en échange 
les abbayes qu'avait Boson en ce pays. L'abbé Josselin 
n'oubliait pas les injures et les perfidies qu'il avait 
eu à souffrir de ses envieux : comptant sur la fami- 
liarité qu'il avait contractée avec Louis roi de Ger- 
manie et sa femme , et avec les grands de ce pays , 
lorsque pris à la guerre près d'Andernach , il fut con- 
duit de l'autre côté du Rhin , il commença à songer 
en lui-même de quelle manière il pourrait rendre le 
talion à ses ennemis. Il s'associa Conrad, comte de 
Paris , en le flattant de la fausse espérance du premier 
rang, et lui racontant par quels moyens il -pourrait 
exécuter son dessein ; et avant que ceux qui étaient 
avec le fils du roi vinssent à l'assemblée convoquée à 
Meaux, ils se hâtèrent de réunir au lieu où le Tairin 
se jette dans l'Oise ' tout ce qu'ils purent d'évéque^ 
et d'abbés et d'hommes puissans, sous prétexte, après 
la mort du roi , de traiter ensemble de la paix et de 
l'état du royaume ; et ils persuadèrent à ceux qui y vin- 
rent d'appeler dans le royaume Louis, roi de Germa- 
nie, disant qu'il leur accorderait sans aucun doute les 
bénéfices qu'ils n'avaient pu jusqu'alors obtenir. Ils 
envoyèrent donc au roi Louis et à sa femme des mes- 
sagers , leur mandant qu'ils se hâtassent de venir de 

■ Creil. 

20. 



iJo8 ANNALES DE SAliNT-BERTIN. 

suite. , et d'attirer à leur parti tout ce qu'ils pourraient 
d'ëvéques, abbés et grands de ce royaume ; puis ils vin- 
rent par Soissons et le long de l'Aisne jusqu'à Verdun, 
commettant beaucoup de pillages et dévastations. 
Louis étant venu à Metz , ils lui envoyèrent de nou- 
veaux messagers , le priant qu'il vînt jusqu à Verdun, 
afin qu'ils pussent amener plus facilement à lui le 
peuple de ce royaume. Louis cependant venant à 
Verdun , son armée se livra tellement à toutes sortes 
de crimes que les méfaits des païens parurent sur- 
passés par les siens. 

Hugues , Boson , Thierri et leurs associés . ayant 
appris ce que machinaient Josselin, Conrad et leurs 
complices, envoyèrent vers Louis à Verdun Gonthier. 
évêque d'Orléans , ainsi que les comtes Goiram et 
Anschaire, pour lui otïrir cette portion du royaume de 
Lothaire le jeune que Charles avait eue de son par- 
tage avec son frère Louis , père dudit Louis , afin que , 
recevant cette portion dudit royaume, il retournât 
dans le sien, et laissât Louis en possession du reste 
de ce qui lui revenait du royaume de son père Charles. 
Louis et les siens, ayant accepté cette otVre, reje- 
tèrent avec déshonneur Josselin , Conrad et leurs 
complices ; et Louis , après avoir reçu la portion de 
royaume qui lui était offerte , retourna à son palais de 
Francfort. 

Cependant sa femme , apprenant ceci , en eut un 
grand chagrin, disant que, s'il eût continué d'aller 
comme jusque-là, il aurait eu tout le royaume. Jos- 
selin et Conrad , aussi en grand embarras , se réfu- 
gièrent vers la reine , se plaignant de la manière dont 
ils avaient été déçus. Mais Louis leur ayant envoyé des 



ANNALES \)K SAINT-BERTIN. 3<)f) 

messagers pour les réconforter de sa part, et aussi 
d'autres comme otages , ils s'en retournèrent , pillant 
et dévastant tous les lieux qu'ils purent atteindre, et 
rapportèrent pour réponse à leurs associés que Louis 
viendrait le plus tôt qu'il pourrait avec une grande 
armée, ne le pouvant pour le présent, parce qu'il 
avait reçu la nouvelle non douteuse que son frère 
Carloman étant frappé de paralysie et près de mourir. 
Arnoul , son fils , que Carloman avait eu d'une con- 
cubine, s'était emparé d'une partie de son royaume , 
et qu'il fallait donc qu'il se hâtât de se rendre en c(^ 
pays, ce qu il fit; et, ayant apaisé aussi prompte- 
ment qu'il lui fut possible les troubles éleyés en ces 
quartiers , il retourna vers sa femme. Cependant l'abbé 
Hugues et les autres grands qui tenaient pour les fils 
de leur défunt seigneur Louis , à savoir Louis et Car- 
loman , apprenant que Louis allait venir dans le pays 
avec sa femme, envoyèrent au monastère de P'errièrcs 
quelques évéques , Anségise et d'autres , et y firent 
sacrer et couronner rois les deux enfans '. 

Sur ces entrefaites , à la persuasion de sa femme 
qui disait vouloir renoncer à la vie, si, fille, comme 
elle l'était, de l'empereur d'Italie, et fiancée à l'em- 
pereur de Grèce , elle ne faisait pas son mari roi , Bo- 
son , forçant quelques-uns par des menaces, alléchant 
la cupidité des autres par des promesses d'abbayes et 
de manoirs qu'il leur donna ensuite , engagea les 
évéques de ces environs à le sacrer et couronner roi. 
En même temps Hugues , fils de Lothaire le jeune et 
de Waldrade, ayant rassemblé une multitude de bri 
gands, se prépara à envahir le royaume de son père. 

' Louis ti Carloman. (ils de l^oiiis-lc-Dèguc, 



3lO AISINALKS DE SAIINT-BERTIN, 

Charles , fils de feu Louis , roi de Germanie , passa 
en Lombardie , et prit possession de ce royaume. 
Avant qu'il traversât le mont Joux, Louis et Carlo- 
man se rendirent à Orbe pour conférer avec lui 5 et , 
tandis qu'il cheminait vers la Lombardie , et qu'eux 
retournaient sur leurs pas , il leur fut annoncé que 
les Normands qui habitent sur la Loire ravageaient 
par terre les pays qui l'avoisinent, et aussitôt, mar- 
chant de ce côté, ils les rencontrèrent le jour de la 
fête de Saint-André, en tuèrent beaucoup, en noyèrent 
beaucoup dans la rivière de la Vigenne, et, par la vo- 
lonté de Dieu, l'armée des Francs revint victorieuse 
et sans ancune perte. 

[880.] Louis, roi de Germanie, parti d'Aix avec sa 
femme , prend sa route vers ces quartiers , et vient jus- 
qu'à Douzi. Là vinrent à sa rencontre Josselin et Con- 
rad déjà abandonnés de plusieurs de leurs complices. 
Louis et sa femme passèrent à Attigny , de là à Acheri , 
et arrivèrent à Richemont; et voyant, ainsi que sa 
femme , que , comme Josselin et Conrad ne pourraient 
tenir ce qu'ils leur avaient promis , ils n'obtiendraient 
pas ce qu'ils avaient espéré , ils firent amitié avec les 
fils de Louis , et , après être convenus d'une assemblée 
à Gondreville pour le prochain mois de juin , retour- 
nèrent dans leur pays. Louis rencontra les Normands 
en son chemin, et, Dieu lui prêtant secours , son ar- 
mée et! tua une grande partie-, mais il perdit en Saxe, 
par les Normands , un grand nombre de ses fidèles. 

Cependant les fils du feu roi Louis revinrent en la 
cité d'Amiens, et partagèrent entre eux le royaum(^ 
de leur père , selon que le déterminèrent leurs fidèles : 
c'est à savoir c(ue Louis eut de la France ce ([ui en res- 



AMNALES DE SAIiM-BERTlJN. in 

tait au royaume de son père , ainsi que la Neustrie et 
ses Marches; et Carloman eut la Bourgogne, l'Aqui- 
taine et leurs Marches ; et à chacun des rois , comme 
il fut convenu , se recommandèrent les grands qui pos- 
sédaient des bénéfices dans l'un ou Tautre royaume : 
de là re venant à Compiègne, ils y célébrèrent la Pâque 
du Seigneur; puis, passant par les cités de Rheims et 
de Châlons , vinrent trouver leurs cousins à l'assem- 
blée convenue pour le milieu de juin à Gondreville -, 
à laquelle assemblée Louis , retenu par la maladie , ne 
put se rendre , mais il y envoya pour lui ses délégués. 
Charles s'y rendit , revenant de Lombardie. 11 fut, dans 
cette assemblée, convenu d'un commun consente- 
ment que les rois , fils du feu roi Louis , se rendraient 
à Atligny avec les troupes de Louis , roi de Germanie, 
pour attaquer Hugues, fds de Lothaire le jeune ; et 
comme , venant en ce lieu , ils ne trouvèrent pas 
Hugues, ils attaquèrent en combat Thibaut, son beau- 
frère , et , lui ayant tué beaucoup de monde , le mirent 
en fuite -, puis , avec une armée tirée de leurs royaumes, 
et unie à ladite troupe de Louis , roi de Germanie , 
lesdits rois , après avoir établi bonne garde pour dé- 
fendre leurs royaumes contre les Normands résidant 
à Gand , marchèrent, au mois de juillet, en Bour- 
gogne par la ville de Troyes contre Boson , que le 
roi Charles devait , avec une armée , venir attaquer 
dans le même pays. Ils chassèrent en leur route les 
gens de Boson du château de Mâcon, prirent ce châ- 
teau, et donnèrent le comté à Bernard, surnommé 
Plante- Peine. Charles, Louis et Carloman marchèrent 
ensemble pour assiéger Vienne, d'où Boson s'enfuit 
dans les montagnes, laissant en cette ville sa femme, 



•^I'.'> .MSiS'ALES i)K SAIIST-BEKÏJJN. 

sa fille et une grande partie de son monde. Cependant 
Charles , qui avait promis d'assiéger Vienne de concert 
avec ses cousins , aussitôt qu'ils se furent entre eux 
prêté serment , quitta le siège , marcha en Italie , et , 
venant à Rome , obtint du pape Jean de le sacrer em- 
pereur le jour de la Nativité du Seigneur. 

[88i.]Carloman demeuraavec les siens à combattre 
la révolte de Boson -, Louis son frère était retourné en 
son pays pour s'opposer aux Normands qui, rava- 
geant tout sur leur route, occupaient le monastère 
de Corbie , la cité d'Amiens et d'autres saints lieux. 
Après en avoir tué une grande partie et mis les autres 
€ri fuite , Louis avec son armée tourna lui-même le 
dos et prit la fuite sans être poursuivi de }>ersonne , 
montrant ainsi, par le jugement de Dieu, que ce qui 
s'était fait contre les Normands l'avait été par la vertu 
non pas humaine mais divine; car, les Normands 
revenant de nouveau en une partie dudit pays, ledit 
Louis alla à leur rencontre avec ce qu'il put avoir de 
monde , et quelques-uns de ses conseillers l'enga- 
gèrent à bâtir , en un lieu nommé Stroms, un château 
fait de bois-, mais il servit plutôt à fortifier les païens 
qu'à défendre les chrétiens , car ledit roi Louis ne 
put tiouyer personne à qui remettre la garde de ce 
château. Il s'en retourna donc à Compiègne , et y 
célébra, en l'année 88a , la Nativité du Seigneur et les 
fêtes de Pâques. 

[882. J Là il lui fut annoncé que son cousin Louis, 
fils de Louis, roi de Germanie, dont la vie étoit inu- 
tile à lui-même, à l'Eglise et à son royaume, venait 
de succomber à la mort '. Les grands de cette partie 

' }^ 21» janvier 88?. 



AINJNALES DE SAIIST-BERTJN. MO 

«le son royaume qui avait ëtë donnée audil Louis 
pour payer son départ, voulurent se reeommander k 
lui, afin qu'il eonsentît à leur laisser ce que son père 
et son aïeul avaient reconnu pour être à eu^; mais, 
par le conseil de ses grands, il ne les reçut pas à 
recommandation, à cause du serment qui avait été 
fait entre lui et Charles. Mais il leva une troupe de 
guerre à la tête de laquelle il mit le pomte Thierri , 
pour les aider contre les Normands^ et, passant lui- 
même la Seine pour aller recevoir les princes Bre- 
tons et combattre les Normands, il parvint jusqu'à 
Paris, où il fut pris de maladie. On le transporta en 
litière au monastère de Saint-Denis , où il mourut au 
mois d'août ' et fut enseveli. 

Les grands du royaume dépêchèrent vers Carlo- 
man , lui envoyant cette nouvelle , et lui mandèrent 
que, laissant du monde pour assiéger Vienne et ré- 
sister à la révolte de Boson , il se hâtât de venir vers 
eux le plus promptement qu'il lui serait possible , 
parce qu ils étaient prêts en armes pour aller à l'a 
rencontre des Normands , qui avaient déjà brûlé les 
cités de Cologne et de Trêves , ainsi que les monas- 
tères continus à ces villes, le monastère de Saint- 
Lambert dans le pays de Liège, et celui de Pruim, et 
de là étaient venus s'emparer du palais d'Aix, de tous 
les monastères des diocèses de Langres , Arras , 
Cambrai, d'une partie du diocèse de Rheims, et l'a- 
vaient en partie brûlé ainsi que le château de Mou- 
zon, avaient tué Wala, évêque de Metz, qui s'était armé 
et les avait combattus au mépris des saintes autorités 
et des fonctions épiscopales, et avaient mis en fuite 

' Le 3 ou le 5 août. 



3l4 ANNALES DE SAINÏ-BERTIN. 

ceux qui raccompagnaient. Les grands étaient égale- 
ment prêts à recevoir Carloman et à se recommander 
à lui, ce qu'ils firent. Dans le mois de septembre , 
tandis qu'il se préparait contre les Normands , on lui 
vint annoncer la nouvelle certaine que Vienne ayant 
été prise , Richard , frère de Boson , lui avait amené 
en son comté d'Autuu la femme et la fille dudit Boson. 
Cependant Hastings et ses compagnons les Nor- 
mands, sortis de la Loire, étaient venus attaquer les 
côtes. Charles, dit empereur ', marcha contre les 
Normands avec une grande armée , et vint jusqu'aux 
lieux où ils s'étaient fortifiés. Là il se concilia leurs 
cœurs , et , par l'intervention de qijelques hommes , 
obtint à l'amiable de Godefroi et des siens qu'il reçût 
le baptême , et lui donna la Frise et lesmitres béné- 
fices qu'avait possédés Roric. Il donna aussi à Sige- 
froi et Wurmon, et à leurs compagnons, plusieurs 
milliers de pièces d'or et d'argent t[u il avait enlevées 
au trésor de Saint-Etienne , de Metz , et autres saints 
lieux, et leur permit de demeurer où ils étaient, 
ainsi qu'ils avaient fait précédemment pour la dévas- 
tation de son royaume et de ceux de ses cousins. Il 
envoya aussi Hugues , fils de Lothaire le jeune, pour 
saisir les revenus ecclésiastiques de l'évêché de Metz , 
contre les saints canons qui ordonnent de les con- 
server au futur évêque. A la demande d'Engelberge, 
femme du roi d'Italie , que l'empereur avait emmenée 
en Allemagne, il la renvoya à Rome au pape Jean , 
par Leudoard, évêque de Verceil, et quitta les Nor- 
mands pour aller vers Worms tenir son assemblée aux 
calendes de novembre :, à laquelle assemblée vint 

' Charles-lc-Gios. 



ANNALES DE SAINT-BERTKX. 3l5 

l'abbé Hugues , accompagné de gens qu'il avait pris 
avec lui; et il alla vers Charles, lui demandant qu'il 
restituât à Carloman , ainsi qu'il l'avait promis , cette 
portion du royaume que Louis son frère avait reçue 
pour prix de sa retraite du royaume. Il n'obtint rien 
de satisfaisant -, mais son absence apporta grand dom- 
mage au royaume, parce que Carloman n'avait pas 
avec lui de quoi résister aux Normands , plusieurs des 
grands du royaume lui ayant retiré leurs secours ; 
en sorte que les Normands vinrent jusqu'aux environs 
du château de Laon , brûlèrent même et pillèrent ce 
qui était dans l'enceinte du château , et ils formèrent 
le projet de venir à Rheims-, puis, repassant par 
Soissons et Noyon , de revenir attaquer le susdit 
château, et de soumettre le royaume à leur domi- 
natiorl. Ce qu'apprenant avec certitude , l'évêque 
Hincmar , comme les hommes qui dépendent de 
l'évéché de Rheims étaient alors avec Carloman , s'é- 
chappa, non sans risque, la nuit, avec le corps de 
saint Rémi et les ornemens de l'église de Rheims ; et, 
transporté dans une chaise à porteurs , selon que 
l'exigeaient ses infirmités corporelles , parvint à 
grand'peine de l'autre côté de la Marne , à une ville 
nommée Epernay. Les chanoines , moines et nonnes 
se dispersèrent de côté et d'autre. Une troupe de 
Normands , qui précédait le gros de l'armée , arriva 
jusqu'aux portes de Rheims, pilla tout ce qu'elle 
trouva hors de la cité , et brûla quelques petits vil- 
lages ; mais la cité même , qui n'avait aucune défense 
de remparts ni de bras humains , fut défendue par la 
puissance de Dieu et le mérite des saints, et ils n'y 
entrèrent pas. 



3lG ANNALES DE METZ. 

Garloman , apprenant rinondation des Normands , 
vint contre eux avec ce qu'il put rassembler des 
siens, en tua une grande partie tandis qu'ils étaient 
à piller -, plusieurs furent noyés dans l'Aisne. 11 reprit 
aussi le butin de ceux qui étaient allés à Rheims , 
comme ils voulaient retourner vers leurs camarades -, 
mais la partie la plus considérable et la plus vaillante 
des Normands se renferma dans un certain village du 
nom d'Avaux, où ceux qui étaient avec Garloman 
n'auraient pu aller sans grand péril ^ en sorte que vers 
le soir ils se retirèrent peu à peu , et se logèrent dans 
les viUages voisins. Les Normands, aussitôt c[ue la 
lune se fut levée, sortirent du village où ils étaient ., 
et s'en retournèrent par où ils étaient venus *. 

* Ici finissent les Annales tle Saint- lierlin ; ce (jiii hiiil osU lir»' des 
Annales de Metz. (Voir la Notice. ) 



[883.] Le roi Louis , fils de Louis-le-Uègue , meurt 
à Saint-Denis, et y est enterré honorablement '. Tous 
les peuples de la Gaule le pleurèrent avec de grands 
gémissemens, car il avait été d'excellentcvertu, et avait 
puissamment et vaillamment défendu son royaume 
contre les incursions des païens. Entre ses autres faits 
courageux, est particulièrement célébré le vigoureux 
combat qu'il livra aux Normands dans un lieu nommé 
Sodaltcourt, dans lequel combat, dit-on , il fit tomber 
sous le glaive plus de huit mille des ennemis. Son 
frère Garloman régna à sa place sur son royaume. En 

' C'est par «ircur ([ne les Annales de Metz |)iacent la nunl (U; Lonis 1 1 1 
l'ti 883 j il lunuiiii , comme on vlent'ch; le voif , le 3 on le 5 aont 88"J. 



APJNALES 11K METZ. 3ir 

ce temps, Bcrlulphe, évêqiie de Trêves, passa au Sei- 
gneur le i7) février. Le 8 avril lui succéda au ponti- 
ficat, par l'élection des clercs et de tout le peuple, 
le très-révérend évéque Ratbod, En ces mêmes jours 
Robert fut, en Téglise de Metz, le 22 avril, sacré 
évéque par ledit évéque Ratbod. 

Environ ce temps, Hugues, fds de Lothaire, en 
espoir de recouvrer le royaume de son père , com- 
mença , par le moyen de quelques factieux , des dis- 
cords et démêlés. Tous ceux qui abhorraient la paix 
et la justice affluèrent vers lui ^ en sorte qu'en peu de 
jours il eut sous ses ordres une innombrable multi- 
tude de brigands, entre lesquels vinrent vers lui et 
lui donnèrent les mains, séduits d'une vaine espé- 
rance, plusieurs des grands du royaume, à savoir les 
comtes Etienne , Robert, AVicbert, Thibaut, et avec 
eux Albert, père d'Etienne. Par eux furent exercées 
en ce royaume tant de rapines et de violences qu'entre 
eux et les Normands il n'y eut point différence de mé- 
chanceté, si ce n'est qu'ils s'abstinrent de meurtres et 
d'incendies. Ainsi le Dieu tout-puissant s'élevait en sa 
colère contre le royaume de Lothaire -, et faisant périr 
jusqu'aux germes, détruisait tellement dans leur racine 
les forces de ce royaume , qu'ainsi s'accomplissait la 
prophétie et malédiction prononcées contre lui par le 
très-saint pape Nicolas, 

En ce temps aussi le comte Wicbert tua Hugues qui 
l'avait soutenu en son jeune âge. A peu de jours de là 
Bernard, épris des beautés de la femme d'un noble 
liomme qui lui gardait grande fidélité, le fit tuer en 
trahison et sans considération, et s'unit en mariage à 
la femme. Elle s'appelait Friedrade. Avant de s'unir 



3l8 ANNALES DE METZ. 

à Bernard , elle avait eu pour mari Engelram , homme 
puissant, de qui elle eut une fille qui prit ensuite en 
mariage le comte Ricuin , et à laquelle ce comte lit 
couper la tête pour outrage qu'elle lui avait fait. 

[884-] Les Normands entrent dans la rivière de 
Somme, et s'y établissent. Carloman , ne pouvant 
souffrir leurs incursions très-multipliées , leur promet 
de l'argent pour qu'ils sortent du royaume. Aussitôt 
l'ame de ces peuples avares s'enflamme du désir de la 
pécune : et exigeant douze mille livres d'argent pur et 
éprouvé, ils promettent la paix durant douze années. 
Après avoir reçu cette somme si énorme , ils détachent 
du rivage les cordes de leurs navires, y montent et 
retournent vers les bords de la mer. Sur ces entre- 
faites , Carloman part pour les chasses où , grièvement 
blessé par un sanglier, il perd en peu de temps et vie 
et royaume ' 5 quelques ont dit qu'il avait été blessé 
par un de ses suivans qui portait son arme sans atten- 
tion . et que , comme il avait commis le fait non volon- 
tairement, mais contre son gré, le roi l'avait caché 
pour ne pas conduire un innocent à la mort. 

Les Normands, lorsqu'ils ont connaissance de la 
mort du roi, reviennent incontinent en son royaume. 
L'abbé Hugues et les autres grands leur adressent des 
envoyés pour se plaindre hautement de la violation 
des promesses et de la foi données. A cela ils répon- 
dent qu'ils ont fait pacte avec le roi Carloman , et non 
avec quelqu'autre , et que celui, quel qu'il soit, qui 
succédera à son royaume, s'il veut posséder l'empire 
en paix et repos , leur donne la même somme et quan- 
tité-d'argent. Épouvantés de telles injonctions, les 

' Le 6 décembre 884. 



ANNALES DE METZ. 3l9 

grands du royaume envoient des messagers à l'empe- 
reur Charles , et d'eux-mêmes l'invitent à prendre le 
royaume 5 et allant à lui le vont trouver à Gondreville 
oii , les mains données et sermens prêtés selon l'usage , 
ils se soumettent à sa domination. 

Cette même année , les Normands qui étaient venus 
de Danemarck à Chinheim avec l'assentiment de 
Godefroi , remontent le Rhin en des navires , et ayant 
occupé la ville de Duisbourg , construisent en ce lieu 
des fortifications à la manière accoutumée et y résident 
tout l'hiver. Le duc Henri plaça près d'eux son camp , 
et les empêcha de faire aucun butin. Prenant la fuite 
à l'approche de l'hiver, ils brûlent leurs retranche- 
mens et retournent aux pays maritimes. 

En ces jours -là aussi les Normands quittent la 
Somme et retournent au royaume de Lothaire, posent 
leur camp sur ses confins en un lieu nommé Louvain , 
et de là désolent, par de continuelles incursions , 
l'un et l'autre royaume. L'empereur, pour réprimer 
leur méchanceté , envoya une fois ou deux ses armées , 
mais il ne se fit , contre la si grande rapacité de ces 
furieux, aucune action qui soit digne de mémoire. 

[885.] Hugues , faisant dessein de se révolter contre 
l'empereur, adressa secrètement, dans la Frise, des 
envoyés à Godefroi , auquel il était allié de parenté , 
ayant pris sa sœur en mariage ^ il l'exhortait à lui en- 
voyer dans son pays et rassembler de partout une 
nombreuse armée d'auxiliaires pour lui porter secours 
avec toutes ses forces, afin qu'il pût revendiquer par 
les armes le royaume paternel ; et si , par son habi- 
leté et la vertu de son secours , il obtenait un succès 
prospère, il lui promettait en récompense la moitié 



Jao ANNALES DK METZ. 

du royaume. GodefVoi, comme empoisonné par la sé- 
duction de ses promesses, chercha la matière d'une 
occasion qui lui pût servir de prétexte pour se sous- 
traire à la fidélité de l'empereur. Il envoya donc in- 
continent vers l'empereur Gérulphe et Gardulphe ., 
comtes des Frisons, lui mandant que, s'il voulait le 
voir persévérer en la fidélité qu'il lui avait promise , 
et défendre les frontières du royaume contre des in- 
cursions de sa propre nation , il fallait qu'il lui donnât 
Coblentz, Andernach, Sentzich et plusieurs autres^ 
domaines dépendans du fisc de l'Empire, qu'il voulait 
avoir à cause de l'abondance des vins dont regor- 
geaient ces terres, tandis que celles dont la munifi- 
cence des princes lui avait accordé la possession 
n'étaient point fertiles en vin. 11 faisait cela en inten- 
tion secrète que , si sa demande lui était octroyée, il 
introduisît les siens aux entrailles du royaume, et 
spéculât ensuite sur les divers événemens ; que si elle 
lui était déniée, il pût, comme ofiensé , se jeter avec 
apparence de justice sur ce ([ui lui était refusé, et en 
prendre occasion de rébellion : lesquelles rusées ma- 
chinations et conspirations de faction ayant été pres- 
senties de l'empereur, il médita avec Henri, homme 
très-habile par la sagesse de ses conseils , quels moyens 
il pourrait prendre pour exterminer l'ennemi qu'il 
avait introduit aux confins de son royaume ; et sachant 
des lieux rendus inaccessibles à une armée par d in- 
nombrables cours (féaux et des marais impénétrables, 
il détermina de travailler à ses desseins par artifice 
plutôt ({ue par force. Il rendit donc réponse aux en- 
voyés, et leur donna congé de retourner vers Gode- 
froi et lui dire que, par ses messagers, il rendrait, sur 



ANNALES DE METZ, 321 

Tobjet de leur mission , telle réponse qu'elle convien- 
drait à Godefroi et à lui, pourvu seulement qu'il per- 
sévérât dans la fidélité qu'il lui avait promise. Après 
cela il envoya Henri au même Godefroi ; et, pour ca- 
clier la fraude qu'il méditait, envoya avec Henri Wil- 
libert, le vénérable évêque de Cologne. Henri ordonna 
à ses satellites d'entrer , non en troupe , mais séparé- 
ment, et de se réunir au lieu et jour qu'il leur marqua. 
Il vint lui-même à Cologne avec peu de monde ; et 
ayant pris avec lui ledit évêque, s'avança incontinent 
en Batavie. Godefroi ayant appris leur arrivée, alla au 
devant d'eux au lieu nommé Herispich, là où le Rhin 
et le Wahal se réunissent en un même lit , et, plus loin, 
se séparant l'un de l'autre , ceignent la Batavie de leurs 
abîmes. L'évêque et le comte étant entrés en cette île, 
écoutent beaucoup de choses de Godefroi , en répon- 
dent beaucoup de la part de l'empereur; et, le soleil 
tournant vers l'occident, ils terminent la conférence , 
sortent de l'île et retournent à leur logis pour revenir 
le lendemain. Henri exborte l'évêque \ appeler le 
jour suivant , hors de l'île , Gisla , femme de Godefroi , 
afin de l'engager à travailler à la paix de tous ses 
soins, et que , durant ce même temps, Henri traitât 
avec Godefroi l'alFaire du comte Everard , dont Gode- 
froi avait violemment enlevé les propriétés ; puis il 
persuade à Everard de s'élever au milieu de l'assemblée 
se récriant à haute voix sur finjustice qu'il a soufferte. 
Alors cet homme , de nation barbare et féroce , ré- 
pondant par des paroles dures et outrageantes, Eve- 
rard tire incontinent son épée et le fiappe d'un grand 
ccjip sur la tête avant qu'il ait pu se lever de terre. 
Que dirai-je de plus ? Frappé d'abord par Everard , 

21 



32'-« ANNALES DE METZ. 

puis percé de coups par les satellites de Henri , Gode- 
froi meurt, et tous les Normands trouvés en Batavie 
sont massacrés. Peu de jours après, du conseil de ce 
même Henri , Hugues , attiré par des promesses à 
Gondreville, est pris en trahison; et, par l'ordre de 
l'empereur, ce même Henri lui arrache les j'eux, et 
tous ses partisans sont dépouillés de leurs dignités. 
A-près cela, il est envoyé en Allemagne dans le mo- 
nastère de Saint-Gall ; de là ensuite rappelé dans sa 
patrie, et récemment, du temps du roi Zvventibold , 
tondu de ma main dans le monastère de Pruim , car 
j'étais en ce temps, quoique indigne, gardien en ce 
lieu du troupeau du Seigneur '. 

[886.] Les Normands, quittant Louvain, entrent dans 
la Seine, dressent leur camp près de Paris, et enfer- 
ment la cité d'un siège. En la saison du printemps, l'em- 
pereur envoya contre eux le duc Henri , mais il n'eut 
pas de succès; car les ennemis étaient, dit-on, trente 
mille et plus, presque tous robustes guerriers. En la 
saison avant que les moissons fussent rentrées dans 
les granges, le même Henri vint jusqu'à Paris avec une 
armée des deux royaumes -, et, s'approchant, avec un 
petit nombre de gens, des légions qui environnaient la 
ville , fit le tour des fortifications , examina la situation 
des lieux , et s'enquit du lieu par où on pourrait , avec 
le moins de danger, livrer combat à l'ennemi. Mais 
les Normands, apprenant l'approche de l'armée, creu- 
sent à l'entour de leur camp des fossés de la largeur 
d'un pied et de trois en profondeur, et les couvrent 
de paille et de broussailles, réservant seulement, sans 

' Cetir pliiasi' csl pi isi' lextiicllrini'nt «le l.i clirfiiiicjitf di- Klift^iiion . 
abbf (If Pi ni II). 



ANNALES DE METZ. ^9.'^ 

y toucher, les sentiers nécessaires pour aller et venir. 
Ensuite leurs éclaireurs ', qui s'étaient cachés dans les 
chemins creux de la route , voyant Henri s'approcher, 
sortent des endroits où ils se tenaient embusqués , 
l'attaquent à coups de traits et l'insultent do la voix. 
La grandeur de son a nie ne pouvant supporter un tel 
outrage, il court sur eux, et aussitôt le cheval qu'il 
montait trébuche dans la fosse cachée et tombe à terre 
avec lui. Alors les ennemis volant vers lui avec la plus 
grande rapidité avant qu'il soit relevé de terre , le 
percent de coups sur la place, et, à la vue de toute 
l'armée, le tuent sans retard, emportent ses armes 
et enlèvent une partie de ses dépouilles. Cependant 
sa troupe , se précipitant avec impétuosité, leur arrache 
à grand'peine son cadavre inanimé , et transporté par 
les siens à Soissons , il y est enseveli dans la basilique 
de Saint-Médard. L'armée, ayant perdu son chef, re- 
tourne chez elle. 

En ce même temps meurt à Orléans l'abbé Hugues, 
homme d'une grande puissance et d'une grande pru- 
dence , et il est enterré à Saint-Germain-d' Auxerre. 
Le duché qu'il tenait et gouvernait avec force et sa- 
gesse est donné par l'empereur à Eudes ; fils de Robert, 
en ce temps comte de Paris , et qui , avec Josselin , 
évêque de cette même ville , la défendait de toutes ses 
forces contre les Normands qui continuaient de l'as- 
siéger assidûment. En ces mêmes jours , au milieu des 
embarras du siège, ledit évêque Josselin passa de ce 
monde en l'autre : en son lieu l'empereur substitua 
l'évêque Ascheric. Après cela l'empereur , passant chez 

' l.atrunriili . soldais arnits k la légère , destinés aux embus- 
cades. 



3tî4 a:vnales de metz. 

tous les peuples de la Gaule , vint à Paris avec une 
immense armée , et établit son camp près des ennemis; 
mais il ne fit en ce lieu rien qui fût digne de la ma- 
jesté impériale. Enfin , après avoir laissé les Nor- 
mands piller les terres et pays au delà de la Seine , 
parce que les habitans de ces lieux ne se voulaient 
pas soumettre à lui , il se retira et prit sa route par 
TAllemagne. 

[887.] Et d'abord il chassa honteusement d'auprès 
de lui un certain Luitward, évêque de Verceil, homme 
qui lui étoit très-cher et son unique conseiller dans 
l'administration des affaires. Ledit évêque était accusé 
d'adultère , parce qu'il était secrètement en la compa- 
gnie de la Reine avec plus de familiarité qu'il ne con- 
venait. Peu de jours après sa femme Richarde fut par 
lui , pour ce même fait , accusée en l'assemblée pu- 
blique ; et, chose étonnante à dire, il protesta ne 
l'avoir jamais connue charnellement , quoiqu'elle lui 
fût depuis plus de dix ans unie par les liens d'un lé- 
gitime mariage. Elle, de son côté , se déclara impollue 
de toute approche charnelle non-seulement avec lui , 
mais avec tout autre homme , et se glorifia d'une 
virginité sans atteinte. Elle attesta vouloir sans aucune 
crainte, s'il plaisait à son mari , en appeler au jugement 
de Dieu tout puissant , en prouvant son innocence 
par l'épreuve du combat singulier ou celle des fers 
brûlans, car c'était une femme religieuse. Le divorce 
ayant éti' prononcé , elle se consacra au service de 
Dieu dans la retraite du monastère qu'elle avait cons- 
truit sur ses terres. 

Ces choses accomplies , l'empereur commença à 
devenir malade de corps et desprit; et, au mois de 



A]SNALES DE METZ. SaS 

novembre, vers la fête de la mort de saint Martin , il 
vint à Tribur où il convoqua une assemblée générale. 
Cependant les grands du royaume, s'aperce vaut que 
non-seulement les forces du corps, mais les facultés 
de l'esprit l'abandonnent , appellent d'eux-mêmes au 
royaume Arnoul , fils de Carloman 5 et , par une sou- 
daine conspiration, se détachantde l'empereur, passent 
tous à lenvi audit Arnoul , en sorte qu'en trois jours 
à peine resta-t-il à l'empereur un seul homme pour 
exercer du moins envers lui les offices de l'humanité. 
Il lui était seulement donné à manger et à boire aux 
frais de l'évêque Liutbert. C'était une chose digne 
d'être donnée en spectacle, et où, par la vanité des 
fortunes , on doit regarder la juste valeur des destinées 
humaines ; car , de même que précédemment , lors- 
qu'il avait la fortune seconde , les richesses affluaient 
autour de lui aa-delà de ce qu'il en pouvait employer, 
et sans qu'il lui en coûtât ni les sueurs du travail , ni 
l'épreuve des combats , il avait tiré à lui la souveraineté 
de tout cet Empire si vaste, en sorte que depuis Charles- 
le-Grand , il n'était pas un roi qu'en majesté , puis- 
sance et richesse , on pût mettre au dessus des rois 
des Francs j de même , cette fortune devenue contraire, 
renversant , comme pour déployer la fragilité des 
choses humaines, tout ce qu'elle avait accumulé, lui 
enleva honteusement, en un seul instant, ce dont 
jadis , souriant à ses prospérités , elle l'avait glorieu- 
sement enrichi. Réduit à la mendicité , et ses affaires 
désespérées , songeant non plus à la dignité impériale, 
mais aux moyens d'avoir sa subsistance quotidienne , 
il envoya vers Arnoul lui demander en suppliant une 
pension alimentaire pour se sonLenir en la vie pré- 



^16 ANNALES DE METZ. 

sente. 11 lui adressa aussi, avec des présens, son fils 
Bernard qu'il avait eu d'une concubine , le recom- 
mandant à sa foi. Chose déplorable à voir qu'un si opu- 
lentempereur, dépouillé non seulementdes grandeurs, 
mais manquant des nécessités de la vie ! Arnoul lui 
accorda en Allemagne quelques terres du fisc pour 
qu'il en tirât des alimens ; puis , ayant heureusement 
rétabli la paix en France , il retourna en Bavière. 

[888.] L'empereur Charles, troisième de son nom 
et de sa dignité , mourut la veille des ides de janvier ' , 
et fut enseveli au monastère de Reichenau. Ce fut un 
prince très-religieux , craignant Dieu et gardant de 
tout son cœur ses commandemens, très-dévotement 
obéissant aux décrets ecclésiastiques , libéral en au- 
mônes , et incessamment appliqué à l'oraison et au 
chant des psaumes , adonné d'une ardeur ineflable 
aux louanges de Dieu , s'en remettant de toutes ses 
espérances et de tous ses conseils aux dispensations 
de la Providence. D'où il arriva que par d heureux suc- 
cès toutes choses concoururent à son avantage , telle- 
ment que le royaume des Francs acquis par ses prédé- 
cesseurs à grand travail , et non sans etlusion de sang, 
tomba en peu de temps et facilement tout entier sous sa 
domination, sans combat et sans aucune opposition. 
Que si cependant, vers la fin de sa vie, il fut dépouillé 
de ses dignités et privé de tous ses biens , ce fut, nous 
le croyons, une épreuve favorable non-seulement à sa 
purification, mais, ce qui est bien plus, à son salut, 
puis(|ue , dit-on , il la suj^porta très-patiemment , se 
répandant enactions de grâces dans l'adversité comme 
dans la prospérité ; en sorte (|u'il a reçu ou sans aucun 

' Le lU jauvici , h Indiiijjfn en SonaI>c. 



ANNALES DE METZ. 027 

doute recevra la couronne de vie que Dieu a promise 
à ceux qui raiment. Après sa mort fut dissoute , à faute 
d'héritier légitime , Tunion des royaumes qui avaient 
obéi à sa domination, et chacun d'eux ne pouvant at- 
tendre un maître naturel , voulut se donner à soi- 
même un roi tiré de son sein ; ce qui éleva de grandes 
agitations de guerre : non qu'il manquât parmi les 
Francs de princes capables par leur noblesse , courage 
et sagesse , de gouver iier TEmpire, mais parce qu'entre 
eux l'égalité de naissance, de dignité et de puissance 
entretenait la discorde , aucun n'étant assez excel- 
lent entre les autres pour qu'ils daignassent se sou- 
mettre à sa domination. Car la France avait donné le 
jour à beaucoup de princes dignes de manier le gou- 
vernail de l'Empire , n'était que la fortune, pour leur 
perte mutuelle , les armait tous les uns contre les 
autres d'une égale émulation de vertu. 

Ainsi cjuelques peupl s d'Italie élurent pour leur roi 
Bérenger, fils d'Everard, lequel tenait déjà le duché du 
Frioul 5 quelques autres élevèrent à la dignité royale le 
duc de Spolète W idon , fils de Lambert. De cette que- 
relle résultèrent ensuite tant de carnages de part et 
d'autre, tant de sang humain fut répandu que, selon la 
parole du Seigneur , le royauiiie , divis(' contre lui- 
même, arriva presqu aux dernières misèresde la déso- 
lation. A la fin Amidon, demeuré vainqueur, expulsa 
Bérenger du royaume. Ainsi chassé, il alla vers le roi 
Arnoul, et implora sa protection contre ses ennemis. 
Ce que fit Arnoul et comment il pénétra deux fois en 
Italie avec son armée, sera rapporté en son livre. 

Sur ces entrefaites les peuples de la Gaule réunis 
d un conseil et d'une volonlé commune élurent pour 



30lS annales de METZ. 

leur roi , avec le consentement cVArnoul , le duc 
Eudes, fils de Robert, dont nous avons fait mention 
un peu plus haut : homme vaillant et habile , qui pas- 
sait devant tous les autres pour la beauté de sa figure, 
la hauteur de sa taille , la grandeur de sa force et 
de sa sagesse. Il gouverna vigoureusement la répu- 
blique , et combattit , sans se lasser , les continuelles 
déprédations des Normands. 

En ce temps Rodolphe , fils de Conrad , neveu de 
l'abbé Hugues dont nous avons parlé ci-dessus , oc- 
cupa la province située entre le Jura et les Apennins, 
et, ayant attiré à lui quelques grands et plusieurs 
prêtres , prit la couronne au monastc're Saint-Mau- 
rice , et ordonna qu on l'appelât roi. Après cola il 
fit parcourir à ses envoyés tout le royaume de Lo- 
thaire , et par persuasion et promesses disposa en sa 
faveur les esprits des évêques et des seigneurs. Ar- 
noul l'apprenant tomba incontinent sur lui avec une 
armée, mais lui s'échappa par la fuite, et suivant d'é- 
troits sentiers, chercha en des roches très-sûres un 
poste de salut. Durant tous les jours de leur vie , Ar- 
noul et Zwentibold son fds poursuivirent ce même 
Rodolphe , sans lui pouvoir jamais causer aucun mal , 
parce que, comme on l'a dit, un pays inaccessible, 
n'olfrant en maints endroits de passages qu'aux seuls 
hiboux, empêchait que les rangs serrés de ceux qui 
le poursuivaient pussent pénétrer jusqu'à lui. 

Cette même année, les Normands qui assiégeaient 
la ville de Paris firent une chose miraculeuse et inouic, 
non pas seulement en notre âge, mais dans les âgespré- 
cédens; car pressentant que la cité serait imprenable, 
ils commencèrent aussitôt à travailler de toutes leurs 



AÎNNALES DK METZ. 829 

forces et industrie, afin de jjouvoir, laissant la ville 
derrière eux , faire remonter la Seine à leur flotte avec 
toutes leurs troupes, et, entrant ainsi dans la rivière 
de l'Yonne, arriver sans obstacle aux frontières de 
la Bourgogne. Cependant les citoyens s'opposant 
par tous les moyens possibles à ce qu'ils remontas- 
sent le fleuve , ils tirèrent leurs bâtimens à sec pen- 
dant un espace de plus de deux milles, et, tout péril 
passé de cette manière , les remirent à flot sur la 
Seine. Et peu après quittant la Seine , ainsi qu'ils l'a- 
vaient résolu , ils naviguèrent sur \\ onne avec la plus 
grande célérité. Ils approchèrent de Sens , et là éta- 
blissant leur camp, assiégèrent de tous côtés la ville 
durant six mois consécutifs , dévastant presque en- 
tièrement la Bourgogne par le pillage , le meurtre et 
l'incendie. Mais les citoyens se défendant vigoureu- 
sement, et Dieu les protégeant , ils ne purent jamais 
prendre ladite cité, quoiqu'ils l'attaquassent à beau- 
coup de reprises avec les plus grands efforts et toute 
l'industrie de leurs ruses et de leurs machines. 

[889.] La nation des Hongrois, peuple très-féroce 
et plus cruel que toute espèce de bétes sauvages, in- 
connue dans les siècles passés , où elle n'avait pas 
même de nom , sortit des royaumes Scythiens et des 
marais immenses produits par Tépanchement du Ta- 
naïs. Mais avant de poursuivre le récit des actes cruels 
de ce peuple , il ne sera pas superflu de rapporter , 
d'après les historiens , quelque chose de la situation 
de Ja Scythie, et des marais des Scythes. La Scythie 
se prolonge", disent-ils, vers forient, bornée d'un 
côlé par le Pont , de l'autre par les monts Riphées , 

' Jl csl inuiilo <!e prévenir le lecteur yuc cette description de la Scy- 



33o ANNA.LES DE METZ. 

au dos par l'Asie et le fleuve Ithase. Elle s'étend 
cependant beaucoup en longueur et largeur -, les 
hommes qui Thabitent n'ont entre eux aucun partage 
de terres , car ils labourent très-peu les champs. Ils 
n'ont aucune sorte de maison, toit ou résidence, mais 
toujours paissant leurs bœufs et leurs brebis, sont 
accoutumés d'errer parmi les déserts incultes. Ils con- 
duisent avec eux leurs femmes et leurs enfans dans 
des chariots, lesquels, couverts par en haut contre la 
pluie et les hivers , leur tiennent lieu de maisons. 11 
n'est parmi eux aucun crime plus odieux que le larcin, 
car sans aucun toit ni clôture pour renfermer leurs 
bœufs , brebis et alimens , s ils se permettaient de 
voler, qu'auraient-ils de mieux que la vie des bois? 
Ils n'ont pas comme les autres hommes cupidité d'or 
et d'argent. Ils s'adonnent aux exercices de la chasse 
et de la pêche , vivent de lait et de miel , ignorent 
l'usage de la laine et des étoffes , et quoique exposés 
à de perpétuelles froidures , se couvrent seulement 
de peaux de bétcs sauvages et de fourrures. Us con- 
quirent trois fois l'empire de l'Asie, mais quant à eux, 
demeurèrent toujours hors d'atteinte et invincibles à 
la conquête étrangère , et ne s'illustrèrent pas moins 
par le courage des femmes que par celui des hommes ^ 
car, comme ils ont fondé les royaumes des Parthes et 
des Bactriens, et leurs femmes celui des Amazones, 
à considérer généralement les actions des hommes el 
celles des femmes, il est inc(;rtain lequel des den\ 
sexes a parmi eux acquis plus de gloire. Ils chassèrent 
de Scvihie. Darius roi des Perses, le forçanl à nue 

ihie et de l'ancienne histoire des divcis peuples conf'ondns sons le nnni 
de Scjllies, est pleine d'erreurs. 



ANNALES DE MhTZ. ,i3l 

fuite honteuse , massacrèrent Cyrus avec toute son 
armée ; ils détruisirent également Zopire, général d'A- 
lexandre-le-Grand avec toutes ses troupes-, ils ouïrent 
les armes des Romains , mais ne les sentirent pas. Ils 
sont dressés aux travaux et aux combats ^ la force de leur 
corps est immense 5 et ils abondent tellement en multi- 
tude , que le sol natal ne suffit pas à les nourrir ; car les 
contrées septentrionales sont d'autant plus salutaires 
au corps de l'homme et favorables à la propagation 
de l'espèce, que plus éloignées de la chaleur du soleil, 
elles sont plus glacées par le froid de la neige -, tandis 
qu'au contraire , toute région méridionale , plus voi- 
sine des ardeurs du soleil , abonde toujours en ma- 
ladies , et n'est point propre à conserver la ^ ie des 
mortels. D'où il est arrivé qu'il sort de dessous le pôle 
arctique de telles multitudes de peuples que toute 
cette région, depuis le fleuve de Tanaïs jusqu'à l'oc- 
cident , bien cju'elle renferme divers lieux désignés 
chacun par son nom propre, a été non sans sujet 
souvent appelée du nom général de Germanie , et de 
cette populeuse Germanie , les peuples du midi tirent 
souvent à prix d'argent d'innombrables multitudes 
de captifs; et aussi comme elle produit tant d'hommes 
qu'elle suffit à peine à les nourrir , il en est fréquem- 
ment sorti des peuples qui ont désolé les portions 
de l'Asie-, celles de l'Europe situées en leur voisinage, 
et surtout la misérable Italie , ont éprouvé la cruauté 
de presque toutes ces nations. 

La nation dont je parle, sortie du susdit pays , 
avait été cliassée du lieu de sa résidence par un peu- 
ple voisin nommé les Peucins, parce qu'ils la sur- 
passaient en force et en nombr(\ et (juo les i hamps, 



332 ANNALES DE METZ. 

comme nous l'avons dit , ne suffisaient pas à la mul- 
titude surabondante des habitans. Ceux-ci, chassés 
par la violence, partent, disant adieu à leur patrie 
pour chercher des terres qu'ils puissent cultiver-, et 
d'abord errant dans les déserts des Pannoniens et des 
Avares , ils y cherchent çà et là , par la chasse et la 
pêche, leur nourriture quotidienne. Ensuite ils tour- 
mentent d'incursions multipliées les frontières des 
Carinthiens, des Moraves et des Bulgares, en tuent 
quelques-uns par l'épée, des milliers à coups de 
flèches , qu'ils lancent de leurs arcs de corne avec 
tant d'art qu'il est très-difficile de s'en garantir. Us 
ne savent pas se battre de près, en troupes , ni pren- 
dre les villes par siège-, ils combattent en se préci- 
pitant en avant à course de cheval , puis ils pren- 
nent la fuite ^ souvent ils feignent de fuir, et ne 
peuvent combattre long-temps. Au reste leur clioc 
serait impossible à soutenir si leur vigueur et leur 
persévérance égalaient leur impétuosité. Très-sou- 
vent, dans la chaleur même du combat, ils aban- 
donnent le champ de bataille, et peu de temps après 
reviennent à la charge; de sorte que lorsqu'on se 
croyait sûr de la victoire , on avait encore à soutenir 
le combat. Cette manière de faire la guerre est d'au- 
tant plus dangereuse qu'elle est inusitée chez les 
autres nations. La seule différence qui existe entre 
ceux-ci et les Bretons, c'est qu'ils se servent de 
flèches , et les autres de dards. Ils vivent en manière , 
non d'hommes mais de bêtes féroces, et l'on rapporte 
«[u'ils mangent la chair crue et boivent le sang ; ils 
coupent par morceaux les creurs tics hommes qu'ils 
prennent et les dévorent comme un remède; ils ne 



ANNALES DE METZ. 333 

se laissent point fléchir à la miséricorde, et leurs en- 
trailles ne sont jamais émues de pitié. Ils se coupent 
les cheveux jusque sur le sommet de la tête ; ils mar- 
chent, habitent , campent et délibèrent sur leurs che- 
vaux'. Ils apprennent à leurs enfans et à leurs es- 
claves à monter à cheval et à lancer des flèches très- 
adroitement. Le génie de ces peuples est vain, remuant, 
fourbe et précoce. Les femmes y sont, dit-on, aussi 
cruelles que les hommes. Soit dehors, soit chez eux , 
toujours agités du besoin de mouvement, ils sont 
naturellement taciturnes , et plus prompts à agir qu'à 
parler. Non seulement les pays ci-dessus désignés , 
mais encore la plus grande partie du royaume d'Italie, 
furent ravagés par la cruauté de cette affreuse nation. 

La même année , les Normands quittant la ville de 
Sens, fondirent de nouveau sur Paris avec toutes 
leurs troupes 5 les citoyens leur ayant tout-à-fait in- 
terdit la descente du fleuve , ils levèrent de nouveau 
leur camp, et assiégèrent la ville avec toutes leurs 
forces; mais, par le secours de Dieu, leurs efforts 
furent inutiles. Peu de jours s'étant écoulés, ils s'em- 
barquèrent de nouveau sur la Seine ^ et, entrant dans 
ia Marne , ils incendièrent la ville de Troyes et ra- 
vagèrent tous les pays d'alentour, jusqu'à Verdun et 
Toul. 

[890.] Le roi Arnoul donna à Zwentibold, roi de 
l'Esclavonie moravienne, le duché des Bohèmes qui, 
jusqu'alors gouvernés par un prince de leur sang et 
de leur nation , avaient inviolablement gardé la fidé- 
lité promise au roi des Francs. Arnoul lui fit ce don 

' Le texte porte super illns ; mais il y a tM'ideminent erreur, et l'on -doit 
lire stij'er eqiioi. 



334 ANNALES DE METZ. 

parce qu'avant son avènement à la couronne, ils 
avaient été unis des liens de l'amitié , et que Zwenti- 
bold avait tenu sur les fonts de baptême un fils qu'il 
avait eu d'une courtisane, et l'avait appelé de son 
nom , Zwentibdld. Ce don fut la source de giandes 
discordes et rébellions : car les Bohèmes renoncè- 
rent à la fidélité qu'ils avaient gardée jusqu'alors , 
et Zwentibold , voyant que l'addition d'un autre 
royaume avait considérablement augmenté ses forces, 
enflé d'un orgueil superbe, se révolta contre Arnoul. 
Arnoul en étant instruit , entra avec une armée dans 
le royaume de Moravie, et rasa tout ce qu'il trouva 
hors des villes. A la fin , comme tous les arbres frui- 
tiers et autres étaient coupés jusqu'à leurs racines, 
Zwentibold demanda la paix -, et , ayant donné son fils 
pour otage , il parvint enfin à l'obtenir. 

Dans le même temps, les Normands quittant la 
Marne retournèrent vers Paris ^ et, comme le pont 
les empêchait absolument de descendre la rivière, 
ils campèrent pour la troisième fois, et essayèrent de 
nouveau l'attaque de ladite ville. Mais les habitans , 
endurcis par des fatigues et des veilles continuelles , 
et aguerris par des combats perpétuels, leur ayant 
opposé une vigoureuse résistance , les Normands . 
désespérant de leur expédition , traînèrent leurs vais- 
seaux sur le rivage avec de grands travaux, et, re- 
gagnant ainsi le lit du fleuve, ils poussèrent leur 
flotte vers hîs frontières de la Bretagne. Ils assié- 
gèrent , dans le territoire de Coutance, un certain 
château dit de Saint-Lô^ et, lorsqu'ils eurent inter- 
cepté tout accès vers la source des e.iux , les habi- 
tans, consumés par la soif, se reiidircnl , et pour 



AiNiNALES DK MKTZ. 3.:î;> 

condition on leur promit seuleineuL la vie : le reste 
leur devait être enlevé ^ et , quand ils furent sortis 
de leurs remparts , cette nation perfide , profanant sa 
foi et ses promesses, les égorgea tous sans que rien 
les retînt : Févêque de l'église de Coutance fnt tué 
avec tout le reste. 

Il existait dans ce temps entre Alain et Judicaël, 
ducs des Bretons, une grave contestation au sujet du 
partage du royaume. Les païens ayant trouvé les 
Bretons dans cette division et séparation , non pas tant 
encore des terres que des esprits , se ruèrent sur eux 
avec confiance. Les Bretons , combattant chacun sé- 
parément pour son compte , et non d'un général ef- 
fort, et se refusant Fun l'autre le secours , comme si 
la victoire devait appartenir à chacun , non à tous , 
éprouvèrent de graves échecs ; ils furent égorgés de 
tons côtés, et toutes leurs possessions enlevées jus- 
qu'à la rivière du Blavet. Alors enfin , s'apercevant 
combien leur discorde leur avait été funeste , et 
combien elle avait augmenté les forces de leurs en- 
nemis , ils se rallièrent mutuellement par des en- 
voyés, convinrent du temps et du lieu du rendez- 
vous, et réunirent, pour faire la guerre, leurs forces 
communes. Judicaël, qui, plus jeune, était plus 
désireux d'illustrer son nom , sans attendre Alain , 
engagea le combat avec ses compagnons , tua beau- 
coup de milliers d'ennemis , força le reste à se réfu- 
gier en un certain canton où, les ayant imprudem- 
ment poursuivis plus loin qu'il n'aurait dû , il fut tut 
par eux , ne sachant pas qu'il est bien de vaincre, 
mais non pas de pousser trop loin la victoire ^ car h- 
désespoir est à redouter. Ensuite \lain , avant r:(s- 



336 ANNALES DE METZ. 

semblé toute la Bretagne, fit- vœu que si, par la 
grâce divine , il parvenait à vaincre ses ennemis , il 
consacrerait à Rome, à Dieu et à saint Pierre la 
dixième partie de tous ses biens. Tous les Bretons 
ayant également formé ce vœu , il s'avança au combat ; 
et, en étant venu aux mains , il fit un si grand carnage 
des ennemis que, de quinze mille qu'ils étaient aupa- 
ravant, à peine quatre cents regagnèrent-ils la flotte. 

[891.] Les Normands, considérablement affaiblis 
par deux combats consécutifs dans la Bretagne , diri- 
gèrent leur flotte vers le royaume de Lothaire , et , 
y ayant établi leur camp , se livrèrent au pillage. Le 
roi Arnoul envoya contre eux une armée, et ordonna 
de camper sur les bords de la Meuse, et d'empêcher 
les ennemis de traverser ce fleuve. Mais , avant que 
l'armée se fût réunie à l'endroit indiqué , auprès de 
Maëstricht , les Normands , tenant le haut du fleuve , 
le traversèrent aux environs de Liège; et, laissant 
derrière eux l'armée qui venait les attaquer, se ré' 
pandirent dans les forêts et dans les marais aux en- 
virons de la ville d'Aix : ils égorgèrent tous ceux 
qu'ils rencontrèrent, et s'emparèrent des chariots et 
des voitures dans lesquels on amenait des vivres à 
l'armée. Cette nouvelle étant parvenue à l'armée , 
([ui déjà le jour de la nativité de saint Jean-Baptiste 
se trouvait presque toute rassemblée, frappa les es- 
prits moins de crainte que de stupeur. Les chefs, 
ayant convoqué une assemblée, ne délibérèrent pas 
tant sur le danger que sur l'incertitude de la si- 
tuation, ne sachant s'ils devaient, entrant dans le 
territoire des Ripuaircs, se rendre à Cologne, et de 
là, passant par Pruim , se diriger vers Trêves, ou 



ANNALES DE METZ. 3^7 

bien, par crainte de la multitude de troupes assem- 
blées contre eux, passer la Meuse, et se hâter de 
marcher contre la flotte. La nuit étant alors survenue 
les força de dissoudre leur assemblée. Le lendemain, 
aussitôt que parurent les rayons de la lumière de 
l'aurore , ils s'armèrent tous , et , déployant leurs 
étendards, descendirent le fleuve et s'avancèrent au 
combat ; et , lorsqu'ils eurent traversé un torrent 
appelé Goule, les bataillons s'arrêtèrent ensemble. 
Ensuite on résolut que, pour ne pas fatiguer inutile- 
ment toute l'armée , chacun des grands enverrait 
douze des siens, qui, rassemblés en un seul corps, 
iraient à la découverte des ennemis. Tout à coup 
parurent les éclaireurs des Normands : toute la mul- 
titude les ayant suivis en confusion, sans l'ordre 
des chefs , attaqua dans un petit village la troupe des 
fantassins qui, réunis en un seul corps, repoussèrent 
aisément les Normands qui arrivaient dispersés , et 
les forcèrent de reculer en arrière-, ensuite, faisant, 
selon la coutume, résonner leurs carquois, ils pous- 
sent un cri au ciel et en viennent aux mains. La ca- 
valerie des Normands accourt avec la plus grande 
vitesse, et le combat étant devenu plus sanglant, par 
l'effet de ses péchés l'armée des chrétiens , ô dou- 
leur! prend la fuite. En ce combat périrent Sun- 
zon , évêque de Mayence , et le comte Arnoul , et 
aussi une innombrable multitude de nobles hommes. 
Les Normands , après la victoire , s'emparèrent du 
camp rempli de richesses, et, ayant mis à mort ceux 
qu'ils avaient pris dans le combat , regagnèrent leur 
flotte, chargés de butin. Cette déconfiture eut lieu 
le 26 juin. 



33B ANNALES DE METZ. 

Tandis que ces choses se passaient ainsi , le roi 
Arnoul était occupé aux extrémités de la Bavière à ré- 
primer l'insolence des Esclavons. Lorsqu'il apprit la 
défaite des siens et la victoire des ennemis , d'abord 
il fut grandement contristé de la perte de ses fidèles, 
et il se plaignit avec gémissement de ce que les Francs, 
jusque-là invincibles, avaient tourné le dos aux enne- 
mis. Ensuite , méditant en son cœur valeureux l'in- 
dignité de l'affront , il fut enflammé de colère contre 
les ennemis, et, ayant rassemblé une armée tirée des 
royaumes orientaux , passa bientôt le Rhin , et établit 
son camp vers les bords de la Meuse. Quelques jours 
s'étant écoulés , les Normands , enorgueillis du der- 
nier combat , partirent avec toutes leurs forces pour 
aller ravager le pays. Le roi s'avança contre eux avec 
des troupes légères. Les Normands, à l'approche de 
cette armée, se fortifièrent sur les bords d'une rivière 
appelée la Dyle, formant, selon leur coutume, des 
amas de terre et de bois , et insultèrent les troupes 
d' Arnoul par des éclats de rire et des reproches, leur 
disant avec insolence et dérision qu'ils se ressou- 
vinssent de Goule, de leur honteuse fuite, de la dé- 
faite qu'ils avaient éprouvée , et que bientôt ils en 
éprouveraient autant. Le roi , enflammé de colère , 
ordonne à ses troupes de quitter leurs chevaux et de 
combattre à pied. Les soldats, plus prompts que la 
parole , sautent de cheval , et , poussant le cri d'en- 
couragement , ils se précipitent sur les remparts des 
ennemis, et. Dieu leur envoyant d'en haut des forces 
miraculeuses , ils en font un grand carnage, et jonchent 
la terre de leurs cadavres; de telle sorte que, d'une 
innombrable multitude qu'ils étaient auparavant, à 



ANNALES DE METZ. , 339 

peine eu resta-t-il un pour aller aunoncer à la flotte 
la nouvelle de leur défaite. Après cet heureux succès, 
Arnoul retourna en Bavière. 

[892.] Dans le mois de février, les Normands, qui 
étaientrestéssur leurs vaisseaux, traversèrentlaMeuse, 
pénétrèrent dans un bourg des Ripuaires , et , rava- 
geant tout avec la cruauté qui leur est naturelle, ils par- 
vinrent jusqu'à Bonn. Delà, s'en retournant , ils s'empa- 
rèrent d'une certaine métairie appelée Landolfsdorf , 
où l'armée des Chrétiens vint à leur rencontre , mais 
n'y accomplit rien dont on puisse faire honneur à son 
courage. La nuit étant survenue , les Normands s'é- 
loignèrent de ladite métairie , et , redoutant l'attaque 
des ennemis , n'osèrent pas se confier aux plaines et 
aux champs-, mais, retirés dans les forets , et laissant 
l'armée derrière eux à leur gauche , se dirigèrent avec 
la plus grande diligence possible vers le monastère de 
Pruim-, et, comme ils s'y furent précipités avec vio- 
lence, l'abbé et la congrégation des frères s'échap- 
pèrent à grand'peine par la fuite. Les Normands , étant 
entrés dans le monastère, pillèrent tout ce qui s'y 
trouvait, égorgèrent quelques-uns des moines et plu- 
sieurs des gens de la maison, et emmenèrent Jes autres 
captifs. Quittant ce monastère , ils entrèrent dans les 
Ardennes, où ils attaquèrent un certain château bâti 
nouvellement sur une montagne élevée , dans lequel 
s'était réfugiée une innombrable multitude de peuple , 
s'en emparèrent aussitôt, tuèrent tous ceux qui s'y 
trouvaient , s'en retournèrent vers leur flotte avec 
un butin considérable , et , leurs vaisseaux chargés , 
ils regagnèrent avec toutes leurs troupes les régions 
d'outre -mer. 



22. 



34o ANNALES DE METZ. 

Dans Tannée ci-dessus indiquée , au mois de juillet, 
le comte AValther , cousin du roi Eudes, c'est-à-dire, 
fils de son oncle Adalhelm , leva contre ledit roi , par 
les conseils de quelques-uns, les armes de la rébel- 
lion , et , étant entré dans Laon , s'etForça de tout son 
pouvoir de contrarier l'autorité royale 5 ce qu'ayant 
appris Eudes , il forma le siège de cette ville qui se 
rendit aussitôt. Ensuite , par le jugement de tous les 
grands alors présens, il fit trancher la tête audit Wal- 
ther pour avoir, par une conspiration publique , tiré 
l'épée contre son roi et seigneur. De là il partit pour 
aller en Aquitaine réprimer l'insolence de Ramnulphe , 
de son frère Gozbert , d'Ébulon , abbé de Saint- 
Denis , et de quelques autres qui refusaient de se sou- 
mettre à sa domination. 

La même année , le u.S août , le comte Mégin- 
gaud , neveu dudit roi Eudes , fut tué en trahison 
par un piège que lui tendirent Albéric et ses com- 
pagnons dans le monatère de Saint-Sixte, dit Rotila. 
Dans le même temps , Arnoul , vénérable évêque 
de l'église de Wurtzbourg, ayant, par les conseils 
et à la persuasion de Popon , duc de Thuringe , mar- 
ché contre les Esclavons, fut tué dans ce combat. 
Rodolphe, frère du comte Conrad, obtint son siège , 
et lui succéda dans l'épiscopat. Arnoul investit son 
fils Zwentibold d'une partie des bénéfices du comte 
Mégingaud. Popon, duc de Thuringe, fut dépouillé de 
ses dignités, et son duché fut donné à Conrad qui, après 
l'avoir possédé pendant un petit espace de temps , le lui 
rendit de son propre mouvement. Il passa ensuite entre 
les mains du comte Burchard qui jusqu'à présent fa 
gouverné avechabileté. Tandis que le roi Eudes demeu- 



ANNALES DE METZ. 34 1 

rait en Aquitaine , la plus grande partie des seigneurs 
Francs l'abandonnèrent , et , par les menées de l'ar- 
chevêque Foulques et des comtes Héribert et Pépin, 
Charles, fils de Louis, et, comme nous l'avons dit 
plus haut, de la reine Adélaïde, fut élevé au trône 
dans la ville de Rheims. 

[893.] Arnoul, quittant la Bavière, vint à Franc- 
fort, et, passant le Rhin, parcourut la plus grande 
partie des villes du royaume de Lothaire. Dans sa 
route , les évêques lui offrirent des présens considé- 
rables. Eudes , ayant réglé ses affaires dans FAqui- 
taine , revint en France , et , avec son frère Robert , 
mit en fuite Charles , et poursuivit ceux qui l'avaient 
abandonné. Ebulon, abbé de Saint-Denis, assiégeant 
avec ardeur un certain château situé dans l'Aquitaine, 
fut tué d'un coup de pierre. Eudes remit sous sa do- 
mination le monastère de Saint-Denis. 

Charles, ne pouvant résister aux forces d'Eudes, sup- 
plia Arnoul de lui accorder son secours. Ledit roi tint 
à Worms , en la saison d'été, une assemblée publique. 
Charles y vint, s'attacha Arnoul par des présens con- 
sidérables, et reçut de sa main le royaume qu'il avait 
usurpé. Les évêques et comtes qui demeuraient aux 
environs de la Meuse eurent ordre de lui porter se- 
cours , de le conduire dans son royaume , et de le 
placer sur son trône ; mais tout cela ne lui servit de 
rien ; car le roi Eudes , apprenant ce qui se passait , 
s'établit avec une armée sur les bords de TAisne , et 
empêcha entièrement les troupes d'Arnoul d'entrer 
dans le royaume. Les chefs du roi Arnoul, voyant 
Eudes vigoureusement préparé au combat , se reti- 
rèrent, et retournèrent chez eux. Charles se réfugia 



34^ ANNALES DE METZ. 

dans la Bourgogne ^ mais Eudes étant retourné à Paris, 
il s'empara denouveaudesfrontièresduroyaume. Ilfut 
poursuivi par les fidèles d'Eudes : ainsi, des deux côtés 
alternativement, périt un grand nombre d'hommes. 
Il s'éleva une grande haine , se commit des ravages 
sans nombre et des rapines continuelles. 

[894.] Arnoul entra avec une forte armée dans le 
territoire des Lombards , et , vers le temps de la Purifi- 
cation de sainte Marie, s'empara par les armes d'un 
château appelé Bergame , et fit pendre Ambroise , 
comte de cette ville , à un arbre devant la porte même 
de la ville ; ce qui frappa d'une telle crainte les autres 
cités que personne n'osa lui faire obstacle , et que 
tous vinrent au devant de lui. 11 parvint jusqu'à Plai- 
sance 5 de là , s'étant dirigé vers les Apennins , il entra 
dans la Gaule, et vint à Saint-Maurice. 11 ne put faire 
aucun mal à Rodolphe qu'il cherchait, parce que 
celui-ci avait gravi les montagnes, et s'était caché 
dans des lieux très -sûrs. Son armée fit souffrir de 
grands maux au pays situé entre le Jura et le mont 
Joux. Ensuite il vint à Wor-ms , où il tint une assem- 
blée, voulant mettre son fils Zwentibold en possession 
du royaume deLothaire ^ mais lesgrandsdece royaume 
refusèrent absolument d'y consentir. 

L'assemblée dissoute , le même prince étant venu à 
Lauresheim donna à Louis, fils de Boson, par l'inter- 
vention de sa mère Ilcrmengarde, quelques villes avec 
les bourgs adjafcens dont Rodolphe était en posses- 
sion -, mais ce don lui fui inutile, puisqu'il ne put 
réussir en aucune manière à h's enlever d'entre les 
mains de Rodolphe. La même année mourut Widoii 
qui gouvernait l'Italie et avait le titre d'empereur. 



AJJNALES DE METii. 343 

Lambert son fils obtint la couronne , et étant venu à 
Rome se fit couronner du diadème impérial par le 
pontife du siège apostolique. Dans le même temps 
Hildegarde, fille du roi Louis, frère de Carloman et 
de Charles, ayant été accusée par quelques uns au- 
près d'Arnoul , fut dépouillée de ses propriétés 
royales et ensuite envoyée en exil dans un couvent 
de filles qu'on appelle Chemisheim 5 mais peu de temps 
après elle rentra en grâce et recouvra la plus grande 
partie de ses biens. Vers ce temps Zwentibold, roi 
des Esclavons de Moravie, homme sage et habile 
entre tous les siens , termina son dernier jour : ses 
fils régnèrent peu de temps et malheureusement , le 
royaume ayant été ruiné de fond en comble par les 
Hongrois. 

[895.] 11 y eut à Tribur un grand concile contre 
plusieurs séculiers qui s'eiforçaient d'affaiblir fauto- 
rité épiscopale ^ vingt-six évéques et abbés résidant 
en monastères y corroborèrent de leur signature plu- 
sieurs décrets touchant l'état de la sainte Eglise. En- 
suite Arnoul se rendit à Worms où les grands de tous 
les royaumes étant venus se soumettre en son obéis- 
sance, il tint une assemblée publique 5 dans cette 
assemblée , du consentement et de Tapprobation de 
tous , il mit son fils Z wentibold en possession du 
royaume de Lothaire. Dans cette même assemblée 
le roi Eudes vint trouver Arnoul avec des présens 
considérables et en fut reçu avec honneur. Ayant 
obtenu tout ce qu'il était venu demander, comme il 
s'en retournait en son royaume , ses gens attaquèrent 
au milieu du chemin févêque Foulques et le comte 
Adalung qui se rendaient auprès d'Arnoul avec des 



344 ANNALES DE METZ. 

présens que lui envoyait Charles ; ils se jetèrent sur 
eux en poussant des cris. L'évêque prit la fuite , et 
Adalung reçut une blessure mortelle ; tous leurs 
bagages furent pillés : ledit comte fut enterré dans 
une ville appelée Beltheim. 

La même année Zwentibold ayant rassemblé une 
armée immense dans le dessein d'étendre les limites 
de son royaume , s'avança vers Laon comme pour 
porter secours à Charles contre Eudes , et forma le 
siège de cette viUe 5 mais il ne put réussir à s'en em- 
parer, quoique pendant un grand nombre de jours on 
combattît des deux côtés avec la plus grande vigueur. 
Apprenant qu'Eudes , qui en ce temps demeurait en 
Aquitaine , s'avançait avec une armée . il se retira 
avec toutes ses troupes et retourna dans son royaume. 
Dans ce temps Ludelm, homme vénérable, fut or- 
donné évêque dans l'église de Toul par le métropoli- 
tain Radbod et ses suffragrans. 

[896.] Arnoul étant entré pour la seconde fois en 
Italie vint à Rome, et d'accord avec le souverain 
pontife s'en rendit maître ^ ce qui était inouï et sans 
exemple dans les siècles passés, excepté lorsque, long- 
temps avant la nativité du Christ, les Gaulois de Sens 
en firent de même sous la conduite de Brennus. La 
mère de Lambert que son fils avait laissée à la dé- 
fense de Rome s'enfuit secrètement avec les siens. 
Arnoul étant entré dans la ville fut reçu avec de 
grands honneurs par Formose, pontife du siège apos- 
tolique ; couronné devant le tombeau de saint Pierre , 
il fut créé empereur : à son retour il fui attaqué d'une 
paralysie dont il demeura malade un long temps. 
[893;.] Les comtes Etienne, Odoacre , Gérard cl 



AINNALES DE METZ. 345 

Matfiied perdirent les bénéfices et les dignités dont 
le roi les avait revêtus. Zwentibold vint à Trêves avec 
une armée , et partagea entre les siens les terres qu'a- 
vaient occupées lesdits comtes, gardant pour lui un 
monastère auprès d'Horrea, et celui de Saint-Pierre 
situé à Metz. Ensuite il consulta son père par des 
messagers , sur la femme qu'il desirait prendre en ma- 
riage ; d'après son avis , il envoya un message au comte 
Othon pour lui demander en mariage sa fdle Oda. 
Olhon lui accorda très-volontiers sa demande, et lui 
donna sa fdle , à laquelle il s'unit en mariage , ayant 
après Pâques célébré la cérémonie nuptiale. La même 
année, Arnoul vint à AVorms, et il tint une assemblée 
à laquelle Zwentibold vint assister. Avec l'intervention 
de l'empereur , Etienne , Gérard et Matfried se récon- 
cilièrent avec son fds. 

[898. j Le roi Eudes fut pris de maladie, et termina 
son dernier jour le 3 du mois de janvier ; il fut en- 
terré à Saint-Denis avec les honneurs convenables. 
Les seigneurs rassemblés s'accordèrent de conseil et 
de volonté à mettre Charles à leur tête. La même 
année , Zwentibold, je ne sais par quelle instigation, 
éloigna de lui le duc Reginaire son très-fidèle et uni- 
que conseiller , et l'ayant dépouillé des bénéfices et 
héritages qu'il possédait dans son royaume, lui or- 
donna de sortir du royaume dans l'espace de treize 
jours. Reginaire s'étant réuni au comte Odoacre , et 
à quelques autres, entra avec eux, leurs femmes, leurs 
enfans et tous leurs meubles, dans un certain lieu très- 
sûr, appelé Durfos % et s'y fortifia. Le roi, en étant 

' Pièt> (!e Doidieclilj selon ie coiiilç tic liiiiiau. 



v34t> ANNALES UE METZ. 

instruit , rassembla une armée , et s'efforça d'enlever 
leurs retranchemens ; mais il n'y put réussir à cause 
des marais et des nombreux épanchemens de la MeUse 
en cet endroit. Le roi ayant levé le siège, lesdits 
comtes se rencHrent auprès de Charles , et l'introdui- 
sirent avec son armée dans le royaume. Zwentibold, 
comprenant trop tard qu'il était enveloppé , s'enfuit 
avec peu de monde. Charles vint tout droit à Aix, en- 
suite il s'avança vers Nimègue. Sur ces entrefaites , 
Zwentibold se rendit auprès de l'évéque Francon ^ et 
le prenant avec lui ainsi que tous les siens , il passa la 
Meuse et vint à Florichingen avec tous les grands du 
royaume qui, demeurant en ces cantons, ailluèrentvers 
lui. Joyeux de passer d'une situation si désespérée à 
un renouvellement de forces, il reprit confiance et 
marcha pour combattre son ennemi. Charles, quittant 
Nimègue , vint à Pruim , et de là fit marcher ses troupes 
contre Zwentibold. Cependant les armées s'étant ap- 
prochées ne se livrèrent point de combat, mais des 
envoyés allant de l'une à l'autre, on conclut la paix 
qui fut jurée par serment. Charles traversant la Meuse, 
rentra dans son foyàiime. 

[899.] Zwentibold eut à Saint -Goar un colloque 
avec les grands d'Arnoul et de Charles , et avec les 
siens. Du royaume d'ArnoiU y assistèrent, l'archevê- 
que Hatton , les comtes Conrad et Gebhard ^ du côté 
de Charles, l'évéque Ascheric et le comte Odoacre. 
L'événement, dans la suite, mit plus clairement au 
jour ce qu'ils résolurent entre eux dans cette assem^ 
blée , hors de la présence du roi. Zwentibold vint de 
nouveau ;i Durfos avec une armée, et mit en usage 
tous les moyens pour s'emparer de cette place j ses ef- 



ANNALES DE METZ. 347 

forts n'ayant eu aucun succès , il ordonna aux évêques 
de prononcer anathênie contre Reginaire, Odoacre et 
leurs associés. Mais les évêques refusant de prononcer 
ranatliême , il employa les menaces , les reproches et 
les outrages; il leva donc le siège, et cBacun s'en re- 
tourna chez soi. Vers la fui de l'année, l'empereur 
Arnoul passade ce monde en l'autre, le 29 novembre % 
et fut enterré honorablement à OEttingen , où est aussi 
le tombeau de son père. 

[900.] Les grands et les seigneurs qui avaient été 
soumis à Arnoul, s'étant réunis ensemble à Foracheim, 
créèrent leur roi , Louis, fils du prince , qu'il avait eu 
d'un légitime mariage, et l'ayant couronné et revêtu 
des ornemens royaux, ils l'élurent au trône. Tandis 
que ces choses passaient en Germanie , il s'éleva entre 
Zwentibold et les grands une implacable discorde 
à cause des ravages et rapines qui se commettaient 
dans le royaume , et parce que le roi disposant des 
affaires avec des femmes et des personnages vils, 
rejetait les plus honnêtes et les plus nobles, et les 
dépouillait de leurs bénéfices et dignités , ce qui le 
rendit odieux à tout le monde. Ils passèrent donc 
à l'envi du côté de Louis, fintroduisirent dans le 
royaume , et lui ayant donné la main , à Thionville, se 
soumirent à sa domination. Louis ayant traversé le 
Rhin, Zwentibold rassembla tous ceux qu'il put , par- 
courut les villes de son royaume , et ravagea tout par 
le feu et le pillage ; comme s'il eût pensé qu'il pou- 
vait rappeler vers lui ceux qui l'avaient abandonné 
à cause de son insolence et de sa cruelle méchan- 

' Le 8 ilc'ccmbif. 



348 ANNALES DE METZ. 

ceté , en commettant encore des actions plus cruelles 
et plus horribles. Louis fut appelé de nouveau dans 
le royaume, et, le i3 août, Zwentibold fut tué 
par les comtes Etienne , Gérard et Matfried , en un 
combat livré sur les bords de la Meuse. La même an- 
née le comte Gérard prit en mariage la femme dudit 
Zwentibold. 

[901. ] Les Hongrois étant entrés dans la Lom- 
bardie , ravagèrent inhumainement tout ce pays par 
le feu et le pillage. Les habitans s'étant réunis en 
corps pour s'efforcer de résister à leurs violences et 
à leurs sauvages fureurs , des multitudes innombra- 
bles périrent sous leurs traits : plusieurs évêques et 
comtes furent massacrés. Liiitward , évêque de l'é- 
glise de Verceil , ami très-intime et conseiller secret 
de feu l'empereur Charles, et riche au-delà de ce 
qu'il est possible d'estimer, emportant avec lui des 
richesses et des trésors incomparables , comme il s'ef- 
i'orçait de tous ses vœux d'échapper à la cruelle fé- 
rocité de ces barbares, tomba sans le savoir entre 
leurs mains , et fut bientôt mis à mort^ les richesses 
qu'il emportait avec lui furent pillées. 

[90g.] Adalbert, avec ses frères Adalhard et Henri, 
ayant rassemblé une forte troupe, sortit d'un châ- 
teau appelé Babenberg, et marcha pour combattre 
Eberhard et ses frères Gcbhard et Rodolphe, dont 
nous avons parlé un peu plus haut. Ceux- ci rece- 
vant vigoureusement .leur attaque, se précipitent sur 
l'armée le fer à la main , renversent tous ceux qu'ils 
rencontrent, et ne s'arrêtent point qu'ils n'aient forcé 
l'armée de leurs ennemis à prendre la fuite. Dans ce 
combat, Henri fut tué, Adalhard fut pris, et eut en- 



ANNALES DE METZ. 349 

suite la tête tranchée par l'ordre de Gebhard; Eber- 
hard tomba percé d'un grand nombre de blessures , 
et, après le combat, trouvé parmi les cadavres de 
ceux qui avaient été tués , il fut reporté chez lui , et 
mourut peu de jours après. 

[903.] Adalbert chassa de son église Rodolphe, 
évêque de Wurtzbourg; il ravagea cruellement les 
biens et possessions de ladite église. Contraignant les 
fils d'Eberhard , et leur mère , de sortir de leurs pos- 
sessions héréditaires , et des bénéfices qu'ils tenaient 
de la munificence royale , il les obligea de se retirer 
au-delà de Spechtshart. 

Vers ce temps-là Foulques, archevêque de Rheims, 
fut tué par un certain Winemar , satellite du comte 
Baudouin. Voici comme on rapporte la cause de ce 
meurtre : ledit Baudouin avait envahi, sans que per- 
sonne le lui cédât , le château d'Arras , c'est-à-dire , 
l'abbaye de Saint-Waast. Le roi Charles la lui ayant 
enlevée , la donna en bénéfice à l'évêque Foulques. 
Baudouin, supportant impatiemment la chose, envoya 
AVinemar vers cet évêque , pour le prier de ne point 
lui enlever, poussé par la cupidité, le bénéfice que 
jusqu'alors il avait tenu et possédé : en outre, il lui 
promit des présens considérables , s'il pouvait par son 
aide et intervention recouvrer ladite possession. Mais 
l'évêque n'y ayant aucunement consenti , et ayant fait 
à Winemar une réponse plus dure et plus amère 
qu'il ne convenait, celui-ci , à finstigation du diable, 
et enflammé d'une extrême fureur , s'éloigna de lui , 
et étant entré avec ses compagnons dans une certaine 
forêt, comme Foulques revenait de voir le roi au palais 
de Compiègne, il se précipita sur lui et le tua aussi- 



35o ANNALES DE METZ. 

tôt. Henri fut élevé au siège de Rheims ; lui et beau- 
coup d'autres évêques excommunièrent Winemar , 
et pour ce crime inouï le frappèrent d'un perpétuel 
anathème. 



FIN DES ANNALES DE SAINT-BERTIN ET DE METZ. 



TABLE DES MATIÈRES 



CONTENUES 



DANS CE VOLUME. 



Notice sur Ermold le Noir , . Pag. vij 

Ermoldi Nigelli prologus , . . . xiij 

Dks faits et gestes de Louis-le-Pieux , poème, par Ermold 

le Noir i 

Invocation Ibid. 

Chant i 3 

Chant ii aq 

Chant ni 5«J^ 

Chant iv 82 

Annai.es de Saint-Bertin ii5 

Notice sur cet ouvrage 1 1 y 

Annales de Metz , 5 16 



FIN de i,a table. 




• 



■-«M 



'•1 



*>t.J 






A i 



m^