(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "De la législation, ou Principes des loix"

Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing tliis resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for in forming people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http: //books .google .com/I 



<• '^r^^^'Tf^^jC' y^y^ 




t^y?^^^ eJ^ 







^N'^^^ 



% 



I 




/fU'" 




LEGISLATION , 



o V 



PRINCIPES DBS LOIX. 

Tar M. TAbbe D£ Mablt. 



■ ^ ■ ■ 1 1 ■ I. ■ ■ li 

Ab Refpublicis firmandas* & ad flabiliefidas vites , fanandof 
populos , omms noifara pet^c oratto. Ot, dt Leg, /. i « c. )7. 



PRE MljkRE P ARTIE, 




^ 



A AMSTERDAM. 



M. Dec LXXVL 



/ 



. - ■ I - ' ■ 



.J 



J .It*'* 

i 

'--'■■ 



k . 



mmm^^^^ 




: iili NEW YORK 

PUBLIC LIBRARY 
145777 

ASTOR,LCNOXAND 

TJLOEN FOUNDATIONS 

1900. 









ft- * • I « 




AVERTISSEMENT. 

d. ▼ ohis ita compleciendd in hat 
difputatione tota caufa eft univerfi 
Juris y ac Legum j Ut hoc , civile 
qiioddicimus y inparvufn quemdam 
& anguftum lociim concludatur : 
naturaenim Juris explicanda eft 
nobis J eaque ab hotninis repetenda 
natura : conftderanda Leges , qui^ 
bus civitates re,gi debeant . ...... 

Lex eft ratio fumma ^ inftta in. 
natura ^ qua jubet ea , quce fa-* 
ciendafunt^prohibetque contrarid. 
Eadem ratio quicm eft in hominis 
mente confirmata confecla ^ Lex 
eft. Cic- de Leg. 1. i. c. 17. & 
18. 



h AVERTK^MENT. 

f^ideo Legem neqtie hominum 
imffemis excogitscuam ^ necfcitum 
aliquod e£e populorum ^ fed ceter-- 
nam quiddam , qtu>d unhrerfum 
Mundum regeret ^ imperandi ^ 
pfohibendique fapientia. Itapriru- 
cipem Legem illam & ultimam y 
mentem ejfe dicebant ^ omnia ra^ 
none out cogentis ^ aut vetantis 
Dei , ex qua ilia Lex , quam Dii 
humano generi dederunt , recti e/? 
laudata : eft enim ratio > menfque 
fa,pientis ^ ad jubendum ^ & ad 
deterrendum idonea. Ibid. 1. 1. c. 8* 

JEft enim ratio profecia a rerunt 
natura ^ & ad recti faciendum 
impellens ^ & a delicto avocans ; 
qum non tum denique incipit Lex 
ejfe J quurn fcripta e(l y fed tum ^ 
quiim orta eft ; orta autemftmul 



I 



AVERTISSEMENT. ^ 

tft cum mentc iivina : quamob^ 
rem Lex vera ^ atque princeps, 
apta ad jubendum^ & ad vetan^ 
dum ^ ratio efi recia fummi Javis. 
Ibid. c. lo. 

Quid\ quod multa pemiciofi , 
multa peftiferh fcifcuntur in po^ 
pulis 3 qua non magisLegis nomen 
attingunt ^ quam Ji latrones aliqua 
confejju fuo fanxerint. Nam ne^ 
que medicorum prcecepta did verh 
pojfent ^ Ji qua infcii imperitiquc 
pro falutaribus mortifera confcrip^ 
ferint; neque in populo Lex ^ 
cuicuimodi Juerit ilia ^ etiamjt 
pemiciofum aliquid populus acce-^ 
peril. Ergo eft Lex jufiorum 
injufiorumque difiinclio y ad illam 
antiquijjimam ^ & rerum omnium 
principem exprejfa naturam^ ad 



. f 



v|. AVERTISSEMENT, 

quam Leges hominum diriguntur j 
qua fupplicio improbos afficiunt , 
defendant ac tuentur honos. Ibid. 
c. 13. 




TABLE 

Des Chapitres di la prcmiiu 

Panic. 

LIVRE PREMIER. 

Chap. I. ^^u*lL/aut connoitre ie ionkeur 
auqtulfhomme efi appellipar la nature^ 
& Us condittons aiixquelus die ltd per-* 
nut iitn heureux , pourjitgcrdes Loix 
les plus utiles a la fodite. Le devoir 
du Udjlauur efi de faire fleurir les 
qualites fociales par lefjuelUs nous 
fomnics invites a nous unir enfociite^ 

Page I 

Chap. IL La naturt a vouhi (fue Lega" 
liti dans la fortune & la condition dcs 
citoyens , jut une condipion ^lic^aire 
a laprofpirite des Etats. 47 

Chap. HI. De Citab^jfement de la pro* 
pnetii Elk rCtfi point la caufe de la 
rlunion des hommes en focietL La 
nature les invitoit a la communauti 
its Hens. * 74 

Chap. JV. Des obfiacles infurmontables 
qui ioppoftnt au retablijfement de Hga," 



vn] TABLE DES CHAPITRES. 

liti dctrulu* Dans tordrt dts chofcs 
ou nous nous trouvons , le Lc^Jlateur 
doit ^ avec prudcriu J toumer touus fcs 
forces contrc F avarice & P ambition^ i o i 

I - 1 - - — - ■ ■ 

LIVRE SECOND. 

Chap. L Cara3hre des Loix niccjfaires 
pourreprimer t avarice , ouprevcnir du 
moins une panic des maux qu*ellc pro^ 
duit dans les Etats ou la propriete des 
bitns tficonniu. 117 

Chap. Xii-Que les peuples fent contirtuel^ 
lement avertis par hwrs malhcurs-^ de 
corriger UursLoix. La fortune les favo^ 
rifcfouvent dans cette entreprife. ^On 
TU peut reprimer tfficacement Cavariu 
ou t ambition , qu*autant quontravailU 
a hs reprimer tautcs. deux a la fois* 

Chap. III. Caraclire des Loix neceffaircs 
pour reprimer & riffzr t ambition, dan^ 
tEtat & dans Us Mafffirats. zoo. 

Chap. IV. CaraBht desJLqix uficeffaires^ 
pour reprimer & regler Cambitim d^ns 
Us citoyens. X}( 



DE 





\ 



DE LA UGISLATION, 

o u 
PRINCIPES DES LOIX. 



^MaoSXM^ 



LI V RE PREMIER. 
CHAPITRE PREMIER. 

Qj^il faut coiwoitn It bonhcur auquel 
thommc^cjl apptlU par la nature , & 
Its conditions auxqutlUs tUe ltd ptrma 
iitrt heurtux , pour jugtr des Loix 
Us plus utilts a la, foditi. Lc devoir 
du JJajlateur efi dt fairt fiturir Its 
qualitts fodalts par ItfqudUs nous 
fommes invitis a nous umr tnfociitS^ 

JE me iuis trouv6 en fociec^ avec 
deux hommcs d'lin miritc rare , Tun 
Suedois & Tautrc Anglois : tons deux 
fe font cMinga^ dans les aflembUes 

A 



"t * i) B LA Legislation, 

dc leur Nation \ & jc vais rendre,. ^ 
avec toute Texadtitudc dont je fuis 
capable , Ics entreticns auxaucls ils 
ont cu la complaifance d'e m'admettre. 
Si jc r^uffis , je croirai ne pas rendre 
un fervice mediocre aux perfonnes 
qvii , etant perfuadees que le bonheur 
oil le malheur des hommes tient k une 
bonne on k une mauvaife L^giflation, 
aiment k s'occuper de cct objet inte- 
reflant;. UAnglois , pr^venu en faveur 
du gouvernement de fon pays , & 
dc la politique qui agite , trouble 6c 
dcchire TEurope , ne doutoit point 
de la fagefle cies Loix Angloifqs , & 
ne vouloit point d'autre bonheur que 
celui auquel fes compatriotes afbirent. 
Pour le Suedois , un pen plu5 difficile 
i contenter , & plein des idees des 
anciens Philofbphes fur Tart de r^gler 
une Ripublique , il croyoit tous les 
Etats y dont nous admirons la fagefle , 
prodigieufement 61oign6s des princi- 
pes d'une faee jpolitique. Nous nous 
trompons , oifoit-il fouvent a TAn^^ 
glois : je crains que nous ne nous 
foyons accoutumes i prendre nos 
prejuges & nos erreun pour aiitant de 
vcri:^* Avant que de chercher 1? 




ou Principes d£s Loix , luv. L ) 

bonhcur , ne feroit-il pas it propos de 
favoirceque c'eft? Ne faudroit-il pas 
s'inftruire des conditions auxquelles 
la nature nous le promet ? N'aurions- 
nous pas du commencer prudemment 
par nous informer du lieu ou Ton 
peut le trouver? En marchant k tatons, 
efperons-noos de ne pas nous egarer? 
Si nous cherchons ridiculement le 
bonheur ou il n'eft pas , nous nous 
fatiguerons inutilement; .& Tombre 
vaine que nous voulons embrafler , 
nous ecnappera fans cefle. Mes deux 
Philofophes fe rencoritrerent a Paris ^ 
& Teftime qu'ils con5urent Tun pour 
I'autre ,. ne tarda pas a les unir par 
la plus etroitc amitie. lis s'entretc- - 
noient fouvcnt deleurgouvernement^ 
de leurs loix ^ des partis qui divilcnt 
leurs Nations , de rcquiliore de I'Eu- 
rope , des forces des principales 
Puiflances , de leurs richefles , dc 
leurs resources , des traites. qui Ics 
uniflent ; & quoiqu'ils ne niflent 
prefque jamais aaccord , ils aimoient 
trop lincerement la verite , & ctoient 
trop capables de la trouver y pour ne 
pas fe ; rechercher. 
Par je ne fais quelle fatalit^^ on 

Aij 



de radminiftration deranges, vous 
ont forces a convoquer unc Dietc 
extraordinaire -, elle eft afletnbI6e, 
pn railbnne , on agit , on veut 
reparer les maux dont tout le monde 
le plaint , & perfonne nc voit que 
ces maux font le fruit devotre pau- 
vret6. Voila les fuites de vos der- 
nieres Loix fbmptuaircs dont vous 
vous Stes entctes mal-a-propos , & 
qui ne font propres qu'i ^touffer 
votre induftrie. Je vous le predis , fi 
vous ne corrigez pas vos Loix , fi 
vous n*adoptez pas des principcs 
oppofcs a vos maximes Platoniciennes^ 
vous manquerez toujours des manu- 
fadhires qui vous font necefliiires ; vos 
campagnes defertes languiront fans 
culture , & la fecoufie portee aux 
fortunes des particuliers , ibranlera 
vptre Gouyernement. 

Le fin^uli^r pro jet, coiftinua-t-il , 
de vouloir- vous reduire aux produc- 
tions de votre climat ; & pour vous 
rendre heureux , de profcrire impi- 
toyablemcnt les arts , le commerce 
&: rind«ftrie , tandis que toute TEu- 
rope vous apprend que les Etats leur 
doivent leur profpcrite. Pafle encore 



6u pRiJlciPfs t>ts Lone. Uy, L *f 

fi la nature , moins maratre ^ votre 
cgard , vous prodiguoit des bienfait^ 
qu'ellc euc refufes au refte du monde \ 
nous ferions dans la n^ceilite de re- 
coiirir ' a vous , &r vos fautes ne vous . 
porteroicnt qu*un prejudice mediocre* 
Vos triftes Rcformateurs , qui ne 
connoiflent pas les hommes , fe font 
conduits par jc ne fais q^u'elles idi^es / 
qui, peut-ctre , pouvoicnt xionvenii^ 
autrefois ^ quelque petit peuple de 
la Grcce, qui n'avoit quun bpurg 
&: les champs neceflaires pour les 
nourrir avec beaucoup de frugalitc s 
mais c'eA bien la peine de defirer un 
pareil bonheur : qu'il feroit infipide 
& laborieux ! Pour peu que cettc 
politique bifarre faflc des progrds 
parmi vous , je m'attends a voir bien- 
tot tirer vos fauvages S^nateurJ de 
la charrue. Quand propoferez - vous 
une r^compcnfe pour qui retrouvera 
la dclicieufe invention du broiiet 
noir ? U faudra porter une Loi pout 
ordonner de At trouver excellent. 
Savez-vous qu'avec vos grofles mon- 
noyesde cuivre , & votre degout pour 
I'argent , on pourroit deji vous com- 
parer avec les v^nerables Spartiates i 

A iv 



t DE LA LiGISLATIOK^ 

Afais je ne veux pasfaire de mauvaifes 
plaifanceries , & vous favez combieo 
le refpe&e une Nation jaloufe de £i 
liberty , ficonde en grands hommes^ 
^ qui a jou^ , pendant un liecle , un 
r61e fi confid^rable dans les affaires 
de I'Europe. Pourquoi. ne jouiflez- 
vous plus de la m£ine confid&ration ? 
Pourquoi n'2tes-vous plus les arbitres 
du Nord.? Pourquoi abandonnez-vous 
cet honneur k cette Cour de Ruflie , 
iqui ne r^gne que fur des efclaves } Ce 
n'eft que4>ar unefuitedeleurs andens 
pr£jug6s que les Puiflances du Midi 
xecherchent encore votre amitie ^ 
jnais d^fabufSes enfin de leur erreur , 
pourquoi commenceront-elles bien- 
t6t 4 vous n^lfger ? Ceft que les 
richefles font le nerf de la politique 
dans la paix comme dans la guerre , 
&c que vous vous ctes appauvris. 
Enrichiflez-vous done , fi vous voulez 
recouvrer votre ancienne reputation- 
Votre pauvrct^ vous lie /les mains, 
elle vous conticnt , malgr6 vous , dans 
vos limites , elle vous a arrache vos 
conqufites , elle continue a vous 
rcndie impraticablcs an dehors les 
entreprifes les plus aifees } commenccz 



ov Principes de$ Loix. liv. /• y 

par dcvenir riches pour dcvcnif ' 
puiflans. 

Cc font d*ctranges ^ens que vos 
L6giflateurs , ennemisdu commerce, 
des arts 6c du luxe. S*ils ne fentent pas 
cettiB viritl , . comment aiiront - ils 
I0ez de lumi^rc pour affermir les 
toix de votrc Gouverncment } S'ils 
h, fentent , pourquoi tardent-ils ^ 
irons dftiar ratfcr de Tauft^rit^ de vos 
Loix fomptuaires } peiit-fttre que 
n'etant pas aufS Philofophes queje rai 
d'abordidit , ils penfenflu'une ^roite 
mrcimonie pent faire la fortune d*un 
Etat 9 comme elte fait quelquefois 
ccUe d*un particuHeri peut- ctre fc 
forit-ils flatt& que leun Loix empft- 
clieroicnt que le peu d'argent qui 
circule parmi vous , ne paSSt chez 
les Ettangcrs pour y achetter les" 
chofes qui vous font neceflaires v 
peur-ctre croyent-ils qu'on peut faire 
le commerce en vendant beaucoup 
&r en n^achettant rien r mais j'ai de ja 
s la Iiberte de vous le dire plufieurs 
ois , c'eft fe rcpaitrc d*^une vaine 
cfaimere. Cc n'eft point avec fcs ma- 
tures & fon gauoron que h. Suede 
s^enriclnra. Le commerce ne s'&end 

A V 



s 



10 DE LA L:^GISI.ATI0N^ 

& nc fleurit cju'k proportion qu'un 
pcuple multiplie fes befoins, & donnc 
un fibre acces a toutcs les produdions 
etrangeres. Malgre quelqucs errcurs 
qu'on peut encore nous reprocher , 
voyez, je vous prie , par quels moy ens 
TAngleterre , pays en lui -mcme fi 
peu puiflant , eft parvenue , avcc Ic 
lecours d'un commerce lucratif , k 
fe rendre Tarbitrc de TEurope , & fe 
faire craindre & refpeder dans,toute$ 
les parties du monde. : . » 

En nous fic^uit fans ceSkJl^c novt\ 
veaux befoins , nous avons encourage 
tous les Arts , nous les multiplidns ; 
& nous nourriflbns , aux depens dc$ 
Etrangers , un .peuple innombrable 
qui fait notre force. Nos manufac-» 
tares font connues de tout I'liriivers ,^ 
& nous ne nous, et^dioris qu a les 
rendre agreables & necefllaires a 
toutcs les Nations. Par-tout ou il y a 
des hommes , nous fommes ^lirs de 
trouver quelque chofe qui nous eft 
utile, £n portant de tous cotes notra 
fuperflu , nous rafleniblons k Londres 
les delices & les riche^es da mbnde 
cntier; tandis que le tribut, 'qiiqnos 
plaifirs &n6tre travail payent k TEtat^ 



ou pRiNaPES »Es Iloix. Liv. L it 

fui foumit unc marine puiflantc & 
dofr allies donit il difpofe i fbn gr^. 
Des Loix fomptuaires auroient itran- 
gement ddrang^ ccttc profp<h-iti. 
Rcnfcrmis triftcment dans notre Ifle, 
inconnus, pauvres &: neceffiteux , \ 
peine y aurions-nous trouve dc <^uoi 
eqiiiper qudques vaifieaux ndccflaircs 
a riotre silrct6^ Nous aurions pear 
des peuples qui nous craignent , fir 
(jui cherchent ^ pcn^trcr nos inten- 
tions pour s'y eonformcr. Si la po- 
litique de vos R^formateurs evkt ct6 
fi funcfte \ TAngleterrc , poUrquoi 
efperez-vous qu'dle fera avantageufc' 
a la Suede ? Car enfin mon pays eft" 
traite par la nature avec moins de 
rigueur que le votre; & pour nous 
cgaler en richeflcs , vous avez beau- 
coup plus befoin que nous d'encou- 
rager le Commerce & Tinduftrie. 

Milord , lui repondit fon adverfairc 
en fburiant , voilk done nos difputes 
eternelles qui vont recommencer ; 
& cependant il feroit bien plus doux 
de fe livrer tout entier au plaifir de' 
la promenade. Vous en revenez 
toujours aux avahtages que vous re- 
tirez de votre commerce , & vous 

A vj 



II D£ LA Legislation 9 . 

favez cc que |*ai dei^ eu rhonneur 
dc vous reponarc cent fois. Faut -41 
Ic r6p6ter } Vous pcnfcz qu'il eft 
trcs - agr^ble dc multiplier fes jouif 
fances , &: en raflemblant chez fbi 
les richeifes & les volupt6; des quatre 
parties du monde , de fe {aire , pour 
ainfi dire » une exiftence nouvelie & 
plus ^tendue ; j'y confens , & je crois 
que vous n'avez pas tort , quand }€ 
ne fais attention qu'aux plaifirs aui 
accompagnent les richefles & les 
voiuptes. Mais quand fen confiderc 
les mites ficheuies , quand je vois 
qu'elles tiennent neceflairement k 
piufieurs vices tres - pernicieux , 
qu'elles d^gradent Thomme , &: 
contrarient les vues de k nature ; 
je penfe qu'il eft bon d'apprendre k 
fe contenter des plaifirs qui font 
ibus nos mains > St que pour ttrt 
viritablcmenr heureux , les Etats , 
comme les particulicrs, doiventfavoir 
r^tre avec fobriitc. Ne nous accoutu- 
mons pas , je vous prie , k traiter la 
nature de maratre , ce feroit ftrc 
ingrat , ou ne la pas connoitre. Par- 
tout 01^ elle a place des hommes » elle 
la plac^ , i cote d'eux ^ le bonheur , 



ou PamciPBS oes Loix. Liv. /. 1 3 

& il DC dent qa'i nous d'en jouir ;. 
c'eft que le bonheur eft bien plus 
dans nous-m£mes que dans Ics objets 
qui nous entourent. U nait de notre 
maniere de penfer; & ce n*eft point , 
croy eit - mot r uncf denr^e que les 
marchands vendent zwl peuples chez 
tcfquels lis trafiquent , ou qu'iis 
lapportent pel&-mele avec du lucre 
ic de la. cochenille. 

Peut-ctre y a-t-il pour les foci&& , 
de m£me que pour les iimples ci- 
toyen^,, de faux biens dont il faut 
fe defier y & c][ui fous une apparence 
f&kiiiante , mats trompeufe^ cachent 
un malheur veritable ; peut-etre que 
le bonheuc que vous imaginez , n'eft 
pas celui que la nature nous deftine ; 
peut-toe que pour ctre bon Ligifla- 
teur , il ne fumt pas^^ d'etre bon fi^ 
nancier ou bon eommercant ; peut- 
£tre qu'un Etat ne doit pas fe fairc 
craindre > parce qu'il s'expofe k fe 
faire hair; peut-^re eft-il nuifible de 
faire des eonquctes.' Que penferiez- 
vous 9 Milord > de vos maximes. , (i j, 
par bafard , on vous prouvoit que la. 
bonne politique n'eft point diftingu6c 
4e I'excellente morale i Quetqu'il 



14 >K I-A LsGISLAtlOK^ 

ca toil 3 le bonheor n'eft lamais nf 
tiifte ni laborieux. Tant pis poiur vos 
compitriotcs , s'ils croj^it qu'il entre 
tanc de diofcs ckns fa compofition.p 
Pour moi , >e Favoae , j'aorois de la. 
pdne a mc perfuader c^a'on le ren-^ 
contre au milieu des inquietudes ,. 
des alannes & des a^tations qui! 
accompagaent J*avariceK rambition^ 
Je n'irai point le chercher dans des 
banques ou dans des magafins de' 
marchandifes errangeres, puifque je 
fais qu'on le trouve parmi Ics pri- 
vations qui Yous paroiflent les plus 
dures. J'en appelle aux Spartiates ^ 
ui les Suedois feroient trop heureux 
e reffemblcr. Fiers de leur pauvrete , 
de leur temperance , de leur frugalite 
& de leur coxu'age , ils ctoient heu- 
reux , parce qu'ils etoient juftes 6c 
nc craignoient rien. Its rcgardoient 
en pitie les autres peuples de la Grice; 
ils croyoient voir des enfans ^ qui 11 
falloit fans ceflc des joucts pour s*a- 
mufer , &r qui fe fatiguoient inuti- 
lement a la pourfuitc de je ne fais 
quel bonheur qu'ils ne pouvoient 
atteindre. 
Le Philofopbe qui ^ en entrant 



3, 



Ou PaiNaPEs DES^ Loix^ Liv. L 15 

dans le oalais d*un riche voliiptueux , 
s'ecria : Que de chofes dont je n'ai pas 
bcfoin ! n ctoit-il pas plus prcs du bon- 
bear , que le polIeiTeur de ces infipidcs 
& raflafiantes fuperfluitcs ? Pourquoi 
done, Milord 5 vous donnez-vousla 
peine de plaindre un peuplequi auroit 
la fagefle de ce Philolophc ! Nc fonp- 
fonnezrvous point qu*u feroit etran- 
ge^ ou plutot qu'ii eft rmpoffible, 

3,ue la nature aft attache le bonheur 
es Natiops a ce qui feroit le mal- 
heur des particuliers ? S'il eft plus 
doux pour les Suedois de fe con- 
tenter de leur mediocrite , que de fe 
tourmenter pour faire fortune , j'en 
concluerai que la Suede eft moins k 
plaindre que T Angleterre. On pent 
plaifanter liir nos monnoycs de cuivre 
qc notre pauvrete •, nos aufteres Re- 
formateurs font gens de bonne com- 
pagnie , & ont aflez de fagefle pour 
nc pas trouvcr mauvais qu*on en ait 
moins qu'eux. 

Enfin , Milord , vous faites beau- 
coup valoir vos forces , vos reflburces 
& votre puiffance \ mais je ne me 
refoudrai a faire quelque cas de ce 
que vous appellez jouer un grand 



l6 I)E LA LiGISlAttbll, . 

r61e dans les tracafleries de TEurope > 
fe faire rcdouter , £tcndre ks do^ 
xnaines ^ & fonder un grand empire 
fur les mines de fes voiiins; que 
quand vous m'aurez prcnive que Fau- 
teur de la Nature , qui paroSt aimer 
les hommes ^ les a cep^idant defti- 
nes k fe hair , k fe tromper , k fe 
d^chirer mutuellement. Pour vous 
dire ma penfee en deux mots , je fuis 
convaincu qu'il n^ ^ de bonne po- 
litique &c de bonnes Loix dans une 
foci^t^ 9 qu^'au tant qu'elle fe conforme 
aux intentions de la Providence , qui , 
certainement , n'a pas attaclie le 
bonheur aux in juftices de f iambitioii 
& de Tavarice. Tachons done de 
connoitre ces intentions , au-lieu de 
nous ^tudier k contenter no& paf- 
(ions. L'hiftoire des peuples tes plus 
calibres nenous apprend-eHe pas qu*il 
eft pemicieux d'aecumuler richefles 
fur richeiles , & de fubjuguer fes 
voifins ? £t pour m*en tenir k TAn- 

fleterrc , feroit-eileaujourd'huimoinS' 
eureufc &c moins puiflantc , fi , 
depuis le commencement de ce 
fiecle ^ eile a*avoit pas voulu decider 
du fort de TEurope i Quel a ctd. lie 



00 PiUKcn>£s DBS |x>ix. I/V. /• 17 

fruit de cette politique que vous 
voulez que f admire ? Vous vous Atcs 
donne dcs peines infinies pour mul- 
tiplier vos cnnemis. Au milieu de 
toutes ces richeflfes qui vous ont donn6 
une ambition plus grande que vos 
forces, vous vous ices vus reduits k 
contrader des denes immenfes pour 
entreprendre &: iK^utenir des guerres 
qiii , dans le fond , devoient vous dtre 
indifierentes. Apres bien des fucc^s 
& des conquctes^ vous hes un peu 
moins bien que vous n'etiez aupar 
ravant. Vos ennemis vous craignent 
moim , & votre libert^ n*en eft pas 
plus folidement affermie \ votre po- 
litique n'eft done pas fage. 

Je fais cc qu'il en a coAte k la Suede 
pour complottcr , avcc des Puiflances 
ambitieufes y Taflerviflement de nos 
voifins , & allcr abaifler en AUema- 
gne la mai/bn d*Autriche , qui nc 
nous avoit fait aucun mal ; & que 
fes entreprifes gigantefques auroient 
affoiblie & <^puiiec avant qu'elle dk 
pu nous caufer quelque alarme 
raifonnable. On nous dit que la . 
Religion &c la liberte de TEiirope 
etoient en danger s on nous ofirit des 



iS DE LA LiciSLATIOHf 

liiblides » on nous fit efperer dc 

frandes conqucces » en un mot la 
ronce nous aflbcia a ies projecs am^ 
bitieux. Mais , quel ftit le fruit de 
cette gloire dont nous nous couvrions , 
& que vous avez la bonte d'admirer ? 
Nous fibnes diftraits de Fattention que 
nous devious a nos afiaires domeili- 
ques \ & tandis que nous nous men- 
trions comme Ies vengeurs de la 
liberti d*Alleniagne , nous n'etions 
plus en etat de defendre la notre. 
Nous nous laiflions enivrer par de 
faufles efperaaces^ Sc nos Rois ju- 
gerent que la conjondure etoit fa- 
vorable pour fe dcbarraflcr des Loix 
trop (ages qui Ies gfenoicnt. Us ne 
reuflirent que trop k flatter notre 
avarice & notre ambition , & c'etoit 
nous forger fecrctcment des chaines, 
Lcs Ordrcs de TEtat , moins unis , fe 
divifcrent , notre Gouvernement fe 
diforma peu - a - peu ; & fans que 
nous nous en apper^Ames , Ies fonde- 
mens de notre liberty s'ecroulcrenn 
C'eft une vcrite dont on ne peut doutcrj 
notre avarice &notre ambition avoient 
tellement affbibli rautcriti des Loix , 
ou plutot brife lcs reflbrts qui entrete-- 



OU PrINCIPES DBS Loix. Liv. I. ij 

noicnt unc certainc egalite cntrc rou- 
tes les parties de I'Etat , que dans 
une Aflemblee generate de la Nation ^ 
nous conientimes a nous donner un 
maitre. Nous ne tardames pas ji 
eprouver tous les exces du delpotifme % 
& e'en etoit fait de la Suede , (i nos 
Rois avoient malheureuiement eti 
aflez riches de nos d^pouilles , de 
celles de nos voifins & des fubfides 
de nos allies , pour vivre noncha- 
lamment en Monarques voluptueux 5 
pour nous corrompre par leur exem- 
ple , & nous avilir jtilqu'au point de 
nous faire aimer notre fervitude. 
Sans cette heureufe pauvfete qui vous 
choque , & dont vous voulez que 
nous nous defaflions , jamais nous 
n'aurions eu le courage , npres la 
mort de Charles XU , de fecouer. le 
joug qui nous accabloit , & dont il 
ne tiendroit qu'a moi de vous fairc 
une peintvirc aflez touchante. Enfin 9 
Milord , qufj nous refte-t-il de toute 
cette grandc confideration que nos 
pcrcs ont acquife ? Une petite pro- 
vince en AUemagne que nous fenons 
trop hcureux d'avoir perdue , & qui 
peut nous cxpofer a cent inconvcnicns 



1 



to t>E LA hieULAtiOUi 

ficheux ; & )e he fais quelle repu- 
tation qui porte Us PuifTances eeraii- 
?eres k marchander notre alliance. 
)e trafic honteux nous corrompt ^ 
nous divife , fubftitue des interets 
particuliers ^ ccux de la Patrie , nous 
empeche dp prendre les moeurs con^* 
▼enables h notre Gouvernement , & 
de donner a nos Loix la ftabilit^ &C 
la force dont elles ont befoin. 
Quoiqu*il en fbit , |e ne nie pas 
ue votre commerce ne vous procure 
e grandes richefles , mais jc nie que 
CCS richefles Ibient un bien , fi , en 
rendant les Anglois plus avides > elles 
les rendent injufies les uns a regard 
des autres. Ces richefles (bnt un mal , 
fi J 4 leur approche , Tamour de la 

floire , de la patrie 9 de la liberte 8c 
es Loix fait place i un vil interct; 
fi elles portent dans votre Parlement 
une corruption qui le rendle complice 
de rinju(tice & de la tyrannic. Avec 
notre pauvreti , nous pouvons encore 
efpirer de faire des citoyens , &c 
enaugmentanttoujours vos richefles , 
vous ne ferez que des mercenaires. 
£>e grandes richefles en rendent ndcef 
(aires de plus grandes encore , parce 



ou Prihcipes des Loix. Liv. L it 

que Tavarice eft infatiable; & voil^ , i 
nion gre > ce qui en fera tou jours un 
reilbrt dangereux dans les mains de 
la politique. DeTargent^ de Targent , 
n'importe 4 quel prix , de Targent ! 
C'eft-la ce oui a perdu la Republique 
Romaine ; o^ en v6rite , Milord , je 
nc dcvjne point quel Etat cette ma- 
niere de penfer peut fairc fleurir: 
car plus il fera riche , plus il s'y for- 
mera de brigands pour le pillen 

Vous me direz qu'en demandant 
des richefles vous demandez auj(fi 
des moeurs ; mais avec votrc per- 
miffion , ne voulez-vous point aflbcicr 
des chofes infociables ? Pour moi je 
me contente de demander des moeurs , 
& je ne fuis point effiray^ de la pau- 
vreti , parce que je fais que des 
citoycns pauvres font plus difpof^ ^ 
refpedcr la Jufticc & les Loix , que 
des citoyens riches. Je fais qu'avec 
Ic fecours des moeurs on peut fairc 
de grandes chofes \ je fais qu'avec 
toutes les richefles du monde ' les 
Romains ne purcnt fe d^fendre contre 
quelques bandes de barbares. II eft 
vrai que les traites , les alliances , la 
palx (k la guerre ne ibnt prcfque en 



.11 f>£ LA LEGISLATION, 

Europe qu'nnc afiaire d'argent •, mais 
fi rEurope a tort , la Suede n'a-t-ellc 
pas raifon de ne la point imiter ? Avec 
votrc argent voui n*acheterez que 
des foldats mercenaires ; avec dcs 
moeurs il m'eft aife d'imaginer un 
crdre & une difcipline qui me fe- 
ront des armees invincibles. Comp- 
tcrez-vous beaucoup (ur des allies que 
vous avez achetes a prix d'argent? 
lis s'etudieront k vous tromper & a 
vous mal fervir , pour que vous ayez 
plus long-terns befoin d'feux. Qu'im- 
porte une fuperiorite qu'on doit k fes 
richefles , elle difparoitra en pen de 
terns, puifque les richefles s'epuifent 
beaucoup plus promptcment qu'on 
ne les acquicrt. Un Etat qui fait la 
caerre a force d'argent , & non pas , 
fi je puis parler ainfi , a force de cou- 
rage , de difcipline & de talens , fc 
trouve toujours plus mal k (on aife 
en la finiflant qu'en la commen^ant 5 
& rien ne prouvc mieux que les 
richefles ne font pas deftinees a faire 
la profocrite des Nations. D'ailleurs , 
Milora , quand vos trifors feroient 
inepuifablcs , ^uel avantage 9 mcme 
p^Ua^er > enretircrie^-vous , fi , aulicu 




OU PrINCIPBS DBS LoiX. liv. L 2} 

d'un ennemi qui n*a ni dc meilleur^s 
Loix , ni une meilleure politique que 
vous , vous rencontnez fur votrc 
chemin auclquc peupic qui cut Ife 
courage aaimcr la pauvret6 & dc 
pcnfcr comme Ics S^artiates & Ws 
komains ? Nc craindriez-vous pas le 
fort des Pcrfes & dcs Carthaginois ? 
Au rcftc , cc n'cft point pour con- 
fervcrnotre argent, que, nous bornant 
a no5 produdions , nous ne vouloris 
rien achcter des Etrangers ; c*cft 
que nous craignons de nous faire des 
befoins inutiles , & que nous n'en 
avons deja que trop : que nous (bm- 
mes loin de la fimplicit^ qu'cxiffc la 
nature ! C'eftque lesPromoteursdenbs 
Loix fomptuaires ont cu le bon fens 
de s'ajppercevoif que les fuperfluit& 
nous font deja plus cheres que le Gou- 
vcrncment que nous aimohs , & que 
nous avons raifon d'aimer. lis favent 
que la liberte n'eft pas long -terns 
le premier des biens pour dcs honi- 
mes toujours expof6s 4 la tentation 
de s'enrichir. Us favent que I'argent 
des Etrangers n*a malheureufement 
que trop dc pouvoir dans nos Dictcs 
ftr notre S6iat \ 8f c'eft pour nou^ 



14 OE I'A LjEGISLATIOK) 

donner des moeurs convenables a un 
peuple libre > qu'ils font tons leurs 
efibrts pour nous rendre les richefles 
moins neceflaires. 

Vous pr^tendcz que notrc pauvrcte 
nous fera meprifer ; &c moi , ii ricn ne 
derange notre politique &c que nous 

Suilfions parvenir a meprifer i'argent 
z les beibins duluxe, je crois que 
cette m^me pauvrete > a force de 
nous donner des vertus , nous vaudra^ 
dans TEurope y cette confideration , 
cette eftime , cette autorite que les 
Spartiates meriterent autrefois dans 
laGrece. N'ch ricz pas , Milord, 
je parte trcs-ftrieufement 5 fi nous n'y. 
prenions garde , fi nous ne cherchions 
a nous pr^munir contre cette vanite 
& cette confiance qui accompagnent 
tou|Ours les frajgiles vertus des horn- 
mes 9 je craindrois que la profperite 
ne r£ufl!t enfin k nous giter : la 
confiddration n*cft que trop fouvent 
Tecueil du m^rite. Peut-ctre qtfcn 
nous accoutumant trop k ^re craints, 
aim^s & rcdpc&h , nous perdrions 
infenfiblement les qualites auxquelles 
nous devrions Tefpece d'empire que 
nous aurions fur nos ▼oifins* Peut-^re 

qu'i 



^"k la premiere inquietude qu*on 
nous donneroit , nous Toudrions 
parter en maitres , & conferver par 
la force une autoritc que nous n'au-i 
lions acquife que par notre jufticc , 
fiotre modirarioft & notre gencrofit6. 
Vous voyez , Milord , pourfuivit 
fiotre Phflolophe , que nous raifon- 
nons fur dcs principes trop diflferens 
&: trop oppofes pour nous entendre ; 
apres vingt difputes , nous ne fommes 
oc nous ne dcvons pas ctre plus avan- 
ces qu'apres la premiere. On diroit , 
ajouta-t-il fur un ton de badinage 8c 
en me regardant , que dcpnis que nous 
fommes en France , Milord & moi 
nouis avons oris le tour & la manierc 
des conversations francoifes. On y 
parle pour paflcr le terns > t>n y en- 
tame Dfufquement & fans pr^limi- 
naire les queftions les plusimportantcs 
par Tarticle qui auroit du les terminer i 
jamais on tfetablitretatde la qneftion, 
jathais oil ne remonte au point dont 
la decifion devoit refoudrc toutes les 
difficultes : auffi Dieu fait ce qu'on 
a dit apres avoir beaucoup parle.' 
Avaht que de raifonner fur teis outels 

prinqtpes qu'on regardccommeautauc 

B 



tC D£ LA Legislation, 

d'axiomes , il fitudroit , fi jc ne mc 
trompe , examiner fi ccs pretendus 
^xiomes ne font pas autant d'erreurs. 
Pour juger de la lagefle ou des vices 
d^ vo$ Loix & des notres , ne fau- 
droit-il pas aup^ravant tacher de pe^ 
netrer Les intentions de la nature k 
liotr? tpgard ? II peut fe faire que par 
une fuip^ de Tarrangement general 
des chofes , le bonheur qu'elle nous 
deftine ne s'achette point ^ prix 
d'argent, Tel arrangement feroit 
fleurir le commerce , tel autre en^ 
richiroit le fife &( doubl^roit les 
revenus de TEtat 5 j'en conviens , 
inais convenez ^ votjre tour qu'avec 
toutes ces belles Loix nous ne lerions 
gueres avances , fi ce n'eft point par 
un grand commerce & de grands 
revenus que nous pouvons nous rcnr. 
drc heureux. 

Avant que d'employer tels ou tek 
moyen? pour arriver a une fin , il me 
fenible qu'il ae feroit pas infcnfe de 
fc demander d'abord fi la fin qu'on fe 
propofe ,ej(l cellequ'on doit fe propofer^ 
C*(eft pour ^voir negligd de marcher. 
^vec cette pri^caution que les Legifla/* 
feurs , toujouf ? inp^rtainj^ Sf flottjins 




t)u Principes des Loix* Liv, L iy 

iu gre dcs paffions & des- prcjugej 
<lcs citoyens , n'ont jamais fu fur 
quel fondemcnt ils devoient ctablir 
ic bonheurdes Etats. Us fe ibntcgarcs 
des Ic premier pas , &: faifant ainfi 
leurs Loix fans regie & fans mcthodc , 
dcs erreiirs ont cternellcment fucccde 
a d'aiitres erreurs. Dc-la cette monf- 
trueufe varicte de Gouvcrnemens , 
de Loix , ^i'Ufages , de Coutumes que 
prefente la terre ; fpedacle qui peut 
amufer dcs efprits frivoles , mais 
cfirayant pour les perfbnnes qui 
pcnfent , & qui voyent , a la honte de 
notre raifon , qu*unc fortune aveugle 
&: capricieufe/ a gouverne le genre 
humain, Chacima vouiu fe conipofer 
a fa fantaifie un bonheur de fafte , 
^ip luxe , de volupte , d'avaricc., de 
^^ollefle , de tyrannic , de fervitude 
^ de cent autres folies parcilies ; 
mais la nature , qui n'a pas ainfi 
ordonne les chofcs , s'eft joue de nog 
ridicules pretentions. EUc nous a pu- 
nis de nos erreurs^ prefque tous les 
pcuples ont etc les vidimes dcs Loix 
infenfees qu'ils fe font faites. La 
foci^te n'a prefque offert par - tout 
quua ^flcmblage d'opprcflcurs &c 

Bij 



%i BE LA Legislation^ 

d'opprimdst Mille revolutions cruellcs 
ont de ji change mille fois la face do 
la terre , ^ rait dilbaroitre les Em-» 
pires les pins confiderables ; &: cc-i 
pchdant tant d'exp6rionces reiterees 
p ont pas mcmc pu nous faire foupr 
Connor que nous cherchons'lc bon-t 
hcur oii il n'cft pas. 

Au contraire, une prctendue philofb* 
phie prcnant ce qui fe fait d'infenfo 
dans fe monde pour la rigle de ce qui 
doit fq faire , eft venue au fecours 
de nos prcjuges , &: leur a donne je 
ne fais quel air de raifon propre k 
cternifer leur empire. Des cnarla-f 
tans ont flatte nos caprices ; & voulanis 
nous inftruire avant que d etre cuxt 
memes fortis de leur ignorance , leur 
bel efprit n'a pu leur tournir que dc||| 
fopbimies que nous avons pris pou^i 
des v^ritcs , & nous nous egarons avec 
inethodQ. Us ne (bnt'point dpfcendut 
dans notre coeur , ils n'ont point 
^tudid nos paffions , &c c'cft dans des 
chofcs , pour ainfi dire , ctrangeres 
i. Ihoaime qu'ils ont cherche les 
Loix & les Etabliflcmens qui de-?' 
voient faire le bonheur de la focietdt' 
§Ul faut 1« Qp grpii^e , la ProvideWQ 



%, fait des bonheurs difi<^rens pour les 
anciens & pour nous , jpouf TAfie , 
TAfrique , I'Amerique oC i'Europc* 
lis vous difotit graveni^nt que des 
Loix bonnes au dixieme degr£ de 
latitxide , ne Valent plus rien lous Ic 
trentieme j enverite , un Legiflatcuf 
ne devroit-il pas ^lut6t conUilter les 
affe(f):ions de not re coeuf , qu'un thcr-» 
mometre ; pour favoir cc qu'il doit 
ordonner ou d^fendre ? Qu'importent 
des plaines ^ des montagnds , lin fol 
plus (he J plus huraide , plus ou nloins 
fertile , le voifirlage de la met ou 
d'une grande riviere , &c cent autres 

Eareilles accidens, pour decider des 
oix les plus propres a faire le bon- 
heur de Thomme ? La nature des 
climats change -t--elle la ndture de 
fon CGBur? N'a*t*il pas paf-tout Ifes 
memes befoins , les memes organes , 
les memes fens , les m^mes pcnchans ,. 
les memes paffions & la meme raifon ? 
Par-tout Tattrait du plaifir & la cf aintc 
de la douleur ne fonc-ils pas les mo-» 
bUes de nos penfces & de nos anions ? 
Par- tout ne font-ils pas ^galement 
fujets k tromper le defir que noni 
avons d'etre heureux ) Sous Thqu^teui: 



>0 DE LA LHCrSLATION J 

conimc foils Ic pole , dans des plairiies 
& dcs vallccs comme fur des mon- 
tagncs,chacundenos fens n'ouvre-t-il 
pas notrc ame ^ cent paflions diffe- 
rcntcs ? Quelles font les tcrrcs favo- 
rifccs du ciet ou Favaricc , Tambition ^ 
la pArcdc & la volupte ne puiflcnt 
pas gcrmer ? Dans quels climats ces 
plantes empoifonnees fe produiront- 
cllcs impuniimcnt ? Dans^ un lieu ^ 
li Ton vent , nos paffions feront plus 
impcricules , & dans Tautre plus 
dilciplinablcs ; li elles feront expoiees, 
JL <ics tentations plus frequentes , ici 
desaccidens particulicrs en retarde-- 
ront Ic devetoppcment & le progres 5 
6c je confens d tout ce que vou& 
voudrez dire du pouvoir des climats.. 
Mais par- tout ces paffions ne font- 
cUes pas la fource de iiotre bonheur 
ou de notremalheur , fuivant qu'elles 
font bicn ou mal rcglccs } Par - tout 
dies ont done befoih d*ufl frein & 
d'un condudcur , la Loi doit done 
commencer par les rendre droitcs. 

Mais cc grand art de gouverner 
nos paffions , qui me Tapprendra } 
Oi\ en puiferai - je Tes fccretsi £>ans 
Tctudc du cceur bumain^ Jc fuis 



6v pRil^CIPBS MS LoiX. JUv* /. ft 

d'abord cffraye en d^couvrant ccc 
amour de nous -metiies. que nous ap« 
pellons l*aiisouf propre , paffion im-* 
bcricufe dont aucun hommc ne peut 
lb (eparcr fans s'aneantir , & qui eft 
Ic nlobile de toutes nos penfces , de 
tous nos mouvemens oc de toutes 
nos actions. EUe femble eleven unc 
barriere entre chacfun de nous , ou 
ne nous rapprocher que pour nous 
armer Ics uns contre les autres. Si jc 
ne fais pas apprivoiler ce monftre fa- 
rouche , il rompra fa chaine ; (i jc 
permets a des paffions , telles que 
Tavarice , la volupte & I'ambition , 
d'etre , pour ainfi dire , les miniftres 
de fes plaifirs , quels ravages ne dois- 
je pas craindre de fa fureur? Mais jc 
commence 4 me rafllircr , des que 
reflechiflant fur la fagefle de lana- 
turc , je fbup^onne qu*elle ne nous a 
pas condamnes a nous aimer pour 
nousrendre malheureux. 

Je defcends dans les abymes dii 
coeur humain , je decouvre que Ta- 
mour propre eft le lien qui doit nous 
unir en focietej fi je ne m'aimois 
pas , comment fcrois • je capable 
a aimer mon femblable ? Je vols 

B iv 



Jl ]>2 lA LiGTSLATlCKl 

avcc quel artifice acknirable I'Autei* 
de notre exiftence difpofe les diffc- 
rens befoins aaxquds A nous aflu- 
jettit , pour nous rcndrc n^eflairei 
les uns aux autres , & preparer notre 
amour propre k une bienvcillancc 
mutuelle. Ce n'eft pas tbut ,. il a 

I)hic6 dans notre ame plufieurs qua- 
iz6s focialcs qui- lae font , pour ainfi 
dire , qu'autant d*inftrnds involon* 
taires qui pr^viennent tonte reflexion^ 
qui nous rendent cher le bonheurdc 
nos pareils , & nous invitent par 
I'attrait du plaifir ou par la crainte 
de la doutcnr a nous rapprocher , a 
ncus unrr , a nous aimer , k nous 
fbniager , k nous fervir & a nous 
faire*des facrificcs rcciproques. J'ap- 
percois en moi la pitie , la reconnoit 
iance , le befoin d'aimer , la crainte, 
Tefperance , Tamour de la gloire , 
Temulation , d^c. Que de freins pour 
notre amour propre \ mais a peine 
me livrai-Je a la joie que me aonne 
cette dccouverte , que je retombc 
dans la crainte , en voyant combien 
ces qualites fociales , dont je m'ap- 
plaudis , peuvent produire de maux , 
li elles ne font pas coaduites & 



ou PRmci^es DBS Loix. Liv^ L n 

dirigees avec une extreme circonf^ 
pcd:ion. 

En cffct 5 elles pcuvent fe changer 
en autant de vices , dies peuvent 
s'^teindrc en quelque forte & s'ancan- 
tir fi elles ne font pas citltivccs. Que 
me fert d'avoir recu de la nature un 
coeur fenfible i la piti6 5 fi par les 
befoins fans nombre que je me fais 
chaque jour , jene travaillequ'a m'en- 
durcir > Y a-t-il quelque bonheur k 
attcndre pour les hommes , auand un 
vil interSt & de deteftablcs Dienfaits 
corrompront la rcconnoiflance &abit- 
feront du penchant que j'ai k aimer? 
Tout eft perdu fi la crainte qui doit me 
detourner du mal m'cmpcche d'ofer 
ctre homme de bien. Offrez-moi des 
plaifirs trompeurs , prefentez - moi 
une faufle confideration , & des-lors 
les deux reflbrts puiflans de Tefpe- 
ranee & de Tamour de la gloire , 
lepbnt auffi funeftes , pour la fociete y 

2u*ils auroient pu lui ctre avantageuxj 
r Temulation degeneree en envie & 
en ialoufie , portera par-tout la baine, 
la difcorde & le trouble, 

Voili , fi je ne me trompe , Milord , 
ies obfervations que les Legiflateiics; 

Bv 



)4 1>^ ^A LiciSLATTOKr 

dcs Nations ne doivcnt jamais perdre 
dc vuc en faifant leucs Loix. Us* 
devoicnt Ic regarder comme les. 
coop6ratcurs dc la Providence j iis 
devoicnt penfer qiVdIc ne notis in- 
vite Pilous unir en fox:ietc , que pour 
donncr plus d*6nergic k nos qualites 
fociales , & empechcr qu clles ne fe: 
dctournent dc la tin pour laquellc clles. 
nous ont etc donnces. Les Loix de- 
voicnt nous guider felon Ics vues de- 
la nature , &r Ics Magillrats devoicnt 
nous (aire reipcder ces guides. 

Or , je vous Ic demande aftuelle- 
mcnt , Milord , cil-cc en Angleterre 
que la politique s*eft plus rapprochce* 
qu en Suede, de ces principes dont: 
vous ne pouvez doutCF ? Jc vois a 

3uclle immcnfc diftaiice nousfbmnics 
u point de perfeftion ou la fociete 
doit alpirer , & combien nous aurons. 
de peine a nous debarrafler d'iine foule 
dc vices groffiers*, Mais enfin , en^ 
Tcglant &: moderant nosbefbins , nos- 
Loix (bmptuaires ne travaillent-elles. 
pas ')l rous cmpccher detrc incom- 
modes les uns aux autrcs. ? Ce luxe , 
<c commerce , cctte avarice , cette 
ambitioa dont vous voulcz. faire Ics 



OU pRIf/CtPES DBS Loix. Z/v. L f^ 

rcflbrts dc votrc Gouvcrncmcnt , 
font - ils bicn propres k fairc naitxc 
cntre les citoycns cettc bienveillance 
mutuellc qui les foulage des miferes 
8c de la foiblclle de 1 humanite ! U 
eft certain que plus les Loix nous 
apprendront a nous contenter de pcu , 
plus elles reflerreront les liens de la 
fociete , parce qu'elles developperont 
& entretiendront nos qualites focia- 
les. La terre ne nous offre qu'une 
quantity bornqe dc richefles; pour- 
quoi voulons-nous done avoir des 
befoins (ansbomes? Si lesLegiflateurs 
n'ont voulu ctre que des brigands , jc 
n'ai rien a dire; mais s'ils ont voulu 
ctre juftes , s'ils ont voulu faire Ic 
bonheur de la fociete , comment 
n'ont-ils pas eu Tcfprit dc foupconner 

Su'en rendant Ic fuperflu neceflaire , 
s derangeroicnt I'ordre de la Pro- 
vidence ,& qu'unepartic des hommes 
ne pourroit plus fatisfairc fes ve- 
ritables belbins , des que Tautre s'eti 
feroit d'imaginaires > Nos befoins 
qui , dans Tordre de la nature , de- 
voient nous unir , ne ferviront , dans 
J'ordre ou le ddbrdre de. vptre poli- 
tique y qu*a nous divifer. Qaand la 

B V) 



jtf DE LA LEGrSLATIOir; 

fociete n'eft plus qu*uri afTemblagtf 
de citoyens cnvieux , avides , jaloux 
&: ardcns k fe nuire , parce qii'ik nc 
peuvcnt fe farisfairc qu anx d^pens les 
wl\& dcs aotrcs y \c Legiflatcur efperc^-ar 
t-il d'y ramcncr Tunion , la paix & 
le bonbcur > en ne faifant que des 
Loix propres k irriter nos paffions. 

Vos Gompatriotcs , Milord , font 
de srands eakulateurs ; jc voudrois 
qu*ils me dtfent aux dcDens de com- 
bicn de citoyens , ou piutot de pro- 
vinces , eft fait le bonneur de votre 
Roi. Croyez-vous qu*un Anglois , qui 
to'a pas de quoi vivrc , n*ait aucun 
reproche k faire aux Loix qui ont 
ctabti une* lifte civile d'un million , 
& permis k quelques citoyens de 
pofleder des fortunes immenfes >Pour 
tacher inutilement de contenter les 
fantaifies direglees d'une douzainc 
d*hommes , il faut d^vafter TAfie 
cntiere. Quel eft cet animal monjP- 
tmeux qu*on appelle un Sultaa ou un 
5ophi ? II d^ore tons les fruits de la 
"teite; & fa faim , tou jours renou- 
VcU^e , n'eft jamais raflafiee. Je ne 
finirois point , Milord , fi je voulois 
vous faire voir en detail ^ comment 



C0 FiuKciPts UBS Loix. Uv. I. fj 

\k polidqiie , que vous louez , ne tend 
c)u ^ nons depraver , & rendre fb^ 
neftes les dons les plus pr^cieHx dc la 
nature. Si on tolere les beforns mu^ 
Tiles dans un £tat , fbyez sur qu'on 
ne tardera pas 4 les favorifer , parce* 
que les uns vouAront tout avoir , le$. 
autres n'auront rien. A mefure que 
les "befoins des citoyens fe multiplie*- 
ront & s'agrandiront , attendez-vous 
^ voir nos qualit^s fbciales s'afibiblir y 
s'^tcindre ou-fedenaturer, & les vices 
fe montrcravec plus dimpudcnce , & 
bientot mcme exigcrdes menagemens 
& des refpe^ls. Vous connoiflez les 
defaftres dont parle THiftoire j m^pris 
des Loix , ruine des moeurs , gucrrcs 
civilcs , guerres etrangcres , chiite des 
Empires , tous ces irraux n'ont point 
d'autre originc que notrc negligence 
k nous conformer anx vucs Sc aux 
regies de la nature. J'ai dc la peine 
^ croire qia'en invitant les Ligrffateurs 
qui ne fe font propofes que dc faux 
bicns & des avantages chimeriques , 
nousparvinffionsar^parcrlcurs fautes*^ 
A force de nous ecartcr dc ce que fa 
nature cxige de nous , eroyons-nous 
acquerir Ic droit de nous en ccarter 



fS DE LA LiciSLATlOKy 

chaque jour davantage ? Nous flattens* 
nous de la contraincfre par notre per- 
(everance dans le n^l , a fe preter 
cnfin a nos caprices > EUe nc man- 
quera pas a fes Loix , parce que nous 
y manquons. 11 n'en eft pas de ces 
Loix eternellcs qui ont precede la 
naiflancc des villes & des focictcs 
& qui , pour me feryir de rexpreffion 
de Ciceron , ne font que la uipreme 
raifon de Dieu mcmc , com me de 
ceiles qu'on publie tous les jours en 
Europe , &• qu'il fuffit de mepriler 
pour les faire rentrer dans le neant^ 
Je vous demande encore , Milord , 
fi Taufteritc pedantefque de nos Re- 
formateurs n'eft pas plus propre k 
nous rapprocher des vues & des in- 
tentions de la nature , & par confe- 
qucnt a nous mettre fur la route du 
bonheur , que les Loix par lefqucUes 
vousvoudriez que nous augmentaffions- 
nos befoins , nos fortunes , nos vices 
& nos prejuges? Eft-ceun fi grand tort 
de croire que , pour rendre la Suede 
floriflante , nous devons , autant que 
le permettent les circonftances pre- 
fcntes, rctablir les Loix de la nature j 
& pour les retablir ^ commencer par 



oupRiNciPFS DEs Loix; £/V. Z J9r 

It^cr , ou du moins diminuer, les 
obftacles qui $y oppofent? Pourctre 
homnie de bien faas effort , difoic 
Agcfilas , j evitc de m'expofcr a la 
tentation. Rappeilez-vous la noble 
fimplicite avec laqudic Ic Scythe 
Anacharfis refufa. les riches prclens 
de Hannon: Une pcau grofficre mc 
fcrt de veteiiicnt, je niarche pieds 
nuds , je couche fur la terre , la faim 
rae fait trouver dclicieufc la nourriturc 
la plus comniune: & la plus frugale ^ 
ainfi gardie^ tes dons pour tes citoyens 
«u pour les Dieiix, Unhommc qui 
avoit fi pai de befoins , pouvoit - iJ 
manquer de qudque vertii ? Pour 
ranimer le germe prelbue aneanti de 
nos qualites fociales , &: nous faire 
aimer notrc Patrie , nos Loix & notre 
liberte , eft - il li abfurde de nous 
inviter a mcprifer Targent ^ Et pour 
preparer certe heureufe revolution , 
cft-il li deraifonable de nous oter les 
Faifons &c les pretextes que nous 
avons d'cftimer les richefles? Platoa 
approuveroit notre politique , & vous 
me permectrez de preferer fbn ap- 
probation a ccile des banqukrs ae 
Londres. 



'40 i>t LALidistAtidj^i 

Vos compatriotes , Mil6rd, tfafef-' 
ront les intercts de la Patric , & fo 
proftitueront a la faveiir , taiit qu'ap- 
pauvris par leurs befoins , ils mnorc- 
ront I'art dc fecontcntcrd'unefortunc 
mediocre. Multipliez vos Loix , ellcs 
feront toujours moins puiffantes que 
la cupidite que vous avcz mife en 
honneur, fi vous ne commencez par 
rendrc les ricbeSes inutiles. Puifque 
vous vouler q^e Tar^ent fafle tout 
jwlrmi vous , pourquoi voule:;^ - vous 
qu'il ne piiifle pas corrompre les mem- 
bres de votre Parlement l On diroit 
<jue vous croyez que toutes les vertus> 
jufqu'au defintereflement meme , 
s'acnettent 4 prix d'argenr. Des que 
nous ayons vu que cette malheureufe 
corruption donr vous vous plaignez y, 
s'introduifoit parmi nous 5 nous avon« 
juge que Tavarice eluderoit la force 
des Lbix , rant que nous permettrions 
aux befoins tyranniques du.luxe de 
regarder Targent comme un bien; 
preferable k la vertu* 

Pour fuftifier complettement la fe^- 
Verit6 de nos Lcgiflateurs , il faudroh: 
faire voir qu'on peut lenr reprochcf 
crop de mollcHe &c de condefcendanccr 




©tj pKtitcm^ DBS Lorx. Z/V./. ^r 

II faudroit approfondir Ics idees que 
jc n*ai fait qu'^aucher y il faudroit , 
pour ainfi dire , arracher k la nature 
les fecrcts} & en examinant com- 
ment noits fbmmes parvenus k itouf- 
fer& corrompre nos qualit^s fbciales^ 
rechercher les moyens qu'ellc nous a 
donnes pour ks eonferver dans toute 
leur purete. Mais en voila aflcz , & 
vous n'exieez pas que je fafle untraiti 
complet dies Loix. Laiflbns - Ik nos 
Reformateurs mifanthropes , & per-- 
mettons a vos vaiffeaux de naviger 
dans toutes les mcrs , de faire redourer 
chez toutes lesNations le nom Anglois, 
& d'en rapporter des trefors immen- 
fes , cjui , cependant , nc vous fuflSront 
jamais , & qui , peut-ctre , vous pr6- 
cipiteront un jour dans cettc pauvrete 
que vous redoutez tant. Que fert 
aujoypd'hui de raifonner ? II eft plus 
fage 9 op du moins plus court , de 
laifler aUer le monde eomme il va, 
Jefuiseffraye de Tintcrvalle immenfe 
que nous avons mis entre le bonheur 
oc nous 5 & certainement nous ne 
fommes pas difpofes a le franchin 
Au lieu ae nous cntretcnir de nos 
fettifes & de nos malbeurs , nous 



41 DE LA LEGISLATldK'5 

fcrons bcaucoup micux de jouir d'une 
promenade qui nous prefente le fpec- 
tacle le plus agreable. La nature 
cxpirantc , & comme epuifee par les 
produdions de Tcte , femble rcnaitre' 
dans les beaux jours de Tautomne. Onf 
oublie qu'on touche au terns dcs fri- 
mats , ou fi on s'en fouvicnt , c'eft 
pour jouir avec plus d'cmpreflemcnt 
de la beaute du ciel^ En verit6 , 
Milord , c'cft un grand bonheur que 
Fempire de nos caprices ne s'etende 
pas fur Tordrc des faifons y nous n'au- 
rions pas manque dctout gater'^j 8c 
Dieu lait fi > 4 force de tout arranger 
jt notre fantaifie , le monde nc feroit 
pas rentre dans le chaos. Cette double 
vue m'enchante ^ k droite , fuivez la 
Seine qui , toujours fbus vos yeux 
dans le vafte demi - cercle qu'elle 
parcourt , fe partage & fcirvife 
cntrc CCS prairies , oc vient baigner 
inmilement les pieds arides de cette 
chaine de, nwntagnes* A gauche > 
parcotirez des yeux cette valice riante 
Oil une riviere , moins orgueilleufe , 
& bord6e de faules , porte en fer- 
pcntant la fecondit^ & l*abondance. 
Jc jie fais quel calme fc ripand dans 



T§me a la vue de cc$ hameaux que 
lespaflions dcs villes fcmblent rdP- 
peder. Malheur a qui n'eprouve pas 
ce plaifir. L'iiilagination s'abandonne 
a de donees reveries , & paroit nous 
dfre que c'eft - la le bonheur auquel 
nous fommes appelles* Pour moi ^ 
continua notre Pfiilofophe, je (brois 
rente de croirc que les peuples nc 
jouiront de tous les advantages de Ia 
fccicCv , qae quand leurs modeftes 
Magiftrats feront tires de la charrue,, 
C'eft alors qiie les Loix feroient juftes 
& impartiafey 3, *& les campagne^^ 
floriflaates. Aujourd'hui let infatia* 
bles befoins de-notreluxe & de notrc 
oifivet^ ne ceflent de tyrannifer les 
malheureux , que nous avons con- 
damnes a cultiver la terre. N'appro* 
chons pais de ces habitations , ftnoui 
voulons conferver Fillufion qui nous 
plait. Le travail qui accable les la* 
boureurs , ne feroit qu'un amufe- 
ment d^lieieux , fi tous les hommes 
le partageoient. Notre avarice 4es 
tient dans la mifere au milieu des 
fruits qu'ils font naitre pour nous i 
' la fiiear de leur front ; il leur refte 
i peine unc vile pature, ils ont tous 



H4 f>i lA L^GtSlAttOi^/ 

Ics vices dc la pauvrcte , & la Craiq|B 
dc Tavdhir eft pcut-fetre piie pour 
cux qud leur indigence prefcnte* 
Qu'on vante apres ccla la politique 
dc TEurope. Jc vous demande pardon^ 
Milord , & fans m'en appercevoir 
j^allois en revcnir a nos Loix fomp- 
tuaires & a nos Reformateurs^ 

C'eft ce que je defire , repartic 
Milord avec vivacite , & nous ne 
pouvons nous entretenird'unematicr^f 
plus int^reflante. Me voila un peu 
familiarife avec vos idces ^ depuis 
que vous me les avez developpecs 
avec plus d'^tendue ; & quand votre 
dbdrine feroit pire que celle de Platon , 
jc vous I'avoue , je fuis aflez difpofe h, 
ne vous pas contredirc. Vos premieres 
reflexions mont deji fort ebranle. 
Accoutume a ne confiderer la politi- 

aue & les Loix que relativement aux 
^bats du Parlement , aux intrigues 
dc nos Miniftres , aux proeres de notre 
commerce , a la furete de notre ban^ 
que, au produit de nos douanes, k 
nos colonies qui fe mutincnt , k Te- 
quilibre de TEurope qui a befoin de 
notre fecours , & a notre noarine ; 
vous m'avez tranfporte dans des 



ou PrikCipes dbsLoix^ Uv. L 4f 

regions toutes nouvelles , & cc que 
)'ai dcjk vu me donne envie dc con- • 
noitre Ic rcfte, Je n'cnvifagcois Icj 
richedes que par le c6te qui peut les 
faire cftimer. De la magnificence » 
des plaifirs , du luxe , oes efcadrei 
nombreufes , des ennemis qui nous 
craignent , des allies qui nous ref* 
pedent , des Princes d'AUemagne & 
dltalie qui fe difputent Thonneur 
utile detre nos penfionnaires s tout 
cela , fans doute , eft fort bpn ; mais 
apres vou$ avoir entendu , j'ai peur 
que les inconveniens ne foient plus 
grands que les avancages. 

J'ai fait Tapplication de tout ce quo 
vous nous avez dit , a cc que j'ai vu fo 
pa(Icr en Angleterre , & )e crois deji 
cntrevoir pourquoi un Gouvcrnoment 
ctabli fur les principes les plus fages , 
& qui donne les efp^rances les plus 
agreables , ne peut ceoendant pri^ 
venir les abus multiplies dont nous 
ne cedbns do nous plaindre. Nous 
avons trouv6 le malheureux fecret 
d eluder la force de toutes les Loix 
qui genent nos paflions. Admirez ma 
penetration; je commence k conce^ 
voir qu un Etait ne peut £tre beurciut 



4^ DIE LA LEGISLATION, 

qu'cn dbnnant dcs moeiirs aux ci- 
toycns , & qu'il eft inutile de fairc 
<les Loix pour Icur ordonncr d'etre 
|uftes ^ dcfinterefles & bienfaifans p 
ijuand on en fait en mcme-tems qui 
excitant notre avarice , & rendent 
ies vices neceflaires. La politique que 
}C regardois comme la fcience la plus 
conjedurale &c la plus incertaine , 
j'ai un vif plaifir a voir que ce n'cft plus 
le manege adroit d'un intrigant fouplc • 
& rufe , qui cherche a tromper en 
prodiguant Ies efperances agreables ; 
ou qui prend cent formes differcntes ^ 
fdon le befoin dcs circonftances , 
pour foitir d'un embarras & fe jetter 
dans un. autre. En me faifant connoi- 
tre Ies vues & Ies intentions de la 
nature a notre egard y en me mon- 
trant a quelles conditions elle nous 
promct le bonbcur , &: Ies moyens 
qu'elle nous a ckfnnes pour le trouver ^ 
VQUS m'avez appris aue la Legiflation 
eft {bumife a dcs regies audi sures que 
(imples : mais peut - etre en faut-il 
conclure que notre mal eft fans rc^ 
m^de. Puifque le Legiflateur doit 
conformer fa conduite a celle de la 
nature , comment pourrions - nous 



ov Principes des Loix* Uy. /. 47 

encore efpercr d'avoir de bonnes 
Loix } N'importe ; continuez , je vous 
prie , a me communiquer vos lumie- 
rcs -, il ell curicux de connoitre la 
route qu^ nos peres auroient dii tenir , 
& fi nous ctions periliad'es que la 
(bciete n'cft inalheureufe que par 
notre fautc , peut-crre ferions-nous 
quelques efforts utiles pour nous 
corriger, Je joignis mes pricres a 
celles de Milord , &: en entrant dans 
une des routes les plus agreables du 
bois , notre Philolophe continua k 
nous entretenir. 



CHAPJTRE IL 

La nature a voulu que Cigalite dans lae 
fortune 6* la condition des citoyens^ 
fUt une condition neujfairp a la 
profpirite des itats* ♦ 

Je confen^ avec d'autant plus de 
plaifir , reprit notre Philofbphe , k 
vous expofer mes id^es , que vous 
m'y confirmerez , li vous les ap- 
prouvez , ou que vos reflexions me 
;;etireront de Terrgur^ ft je metrompe* 



DE LA Legislation^ 
Jc vous ai parle , Milord , de nos 
qualites fociales , & quclque prevenu 
que vous fiiffiez en faveur de la fauflc 
politique que Ics hommes ont (ubfti- 
tuce a ccl|e de la nature , vous n*avez 

Su vous empSdier de fentir conAien 
importe aux Etats aue ces qualites 
d^touraees de leur deftination , ne fe 
d^adent ou ne degenerent en des 
paiBoQs dangereufes. Ce que j'ai dit 
jufqu*^ prefent ne fuffit point pour 
guidcr un L^giflateur ; s'il veut nc 
point s*egarer , il doit examiner fi 
la nature ne nous a point fourni 
dle-mcme Ics moyens de conferver 
nos qualites fociales dans leur puret6« 
EUe eft trop fage , fans doutc , & trop 
bienfaifante pour y avoir manque j & 
oous devons de notre i:6te etre aflez 
r^ifonables pour nous foumettre fans 
peine aux conditions qu'elle nous a 
impofeds, Ce n eft point dans les 
Loix d'Angleterre , de Suede , dc 
France ou a AUemagne , que j'etudic 
les devoirs duLegiflatcur J jedefccnds 
encore , Milord , dans les abymes 
de rnon coenr ; j'etudie mes aivers 
feutimens , j'examine Icurs rapports , 
leur Uaifon ^ & je crois d^couvrir que 

It 




tJU PkmciPEs iSes Loix» im /. 49 

la nature dcftinc les hommcs k fitrc 
egaux. 11 me fcmble que c'eft a 1 *^ 
^lite qu'cUe a attach^ la confervation 
Ic nos qualites fociales & le bonheun 
•& yen conclus que Ic L^giflat?eur n^ 
fe donncra que dcs peines inutiles , 
Ji toutc (on attenrion ne fe porte d'a* 
•bord a itabflir TegalitS dans la fortune 
i&C la condition des citoycns. 

Plus j*y reflechis & plus jc fuis 
convaincu que TiniSgalitie des fortunes 
& dcs conditions decompofe , pour 
ainfi dire , Thomme , & altcre les 
fentimens naturels de fon coeur ; parcc 
tjue des befoins fuperftus lui donnent 
tdors dcs dc(ks iautiles pour fon bon- 
Jbeur veritable , &c rempliflcnt fba 
-efprit des prejuges ou des erreurs les 
spins' injuftcs & les plus abfurdes. Jc 
crois que l^egalite ,>en entrctcnant la 
modcftic de nos befoins , confervc 
Jans mon ame une paix qui s'oppofe 
a la naiflance & aux progres des 
ipaflions. Par quelle ctran^e folic met- 
trions - nous de la recnerche , dc 
letude & du raffinemcnt dans nos 
befoins , fi Tinfegalite dcs fortunes 
nc nous avoit acc6uti|mes a regarder 
jCQttQ dSlicateflie ridicule comme une 

C 



/— 



50 D£ LA LiciSLATIONy 

preuvc dc fupiriorite , & n'eut valu 

?ar-la unc forte de confiderarion ? 
ourquoi m'avifcrois je de regardcr 
comme au deilbus de moi un homme 
qui m'eft peut-ctre fuperieur cnmeritc; 
pourquoi affcderois-je auelque pre- 
ference; pourquoi prctendrois-je avoir 
^uelque autorite fur lui , & ouvrirois- 
je ainfi la porte a la tyrannie , i la 
iervitude &: a tous les vices les plus 
funcftes k la fociete , fi Tincgalite des 
conditions n'avoit ouvcrt mon amc 
a Tambition , comme Tinegalit^ des 
fortunes Ta ouvcrte a Tavarice ? 11 
me femble que c'eft Tin^galite feulc 
qui a appris aux hommes k prtferer 
aux vertus bien des chofes iniitiles & 
pernicieufes. Je crois qu'il eft demon* 
tri que dans Tetat d'^galite rien ne 
Cbroit plus aifc que de pr6vcnir les 
abus oc d'affermir folidement les 
Loix. L'cgalite doit produirc tous les 
biens , parce qu'elle unit les hommes ^ 
Icur clevc Tame fie les prepare a des 
fentimens mutuels de bienvcillancc 
& 4'amitic; j'en conclus que Tin^ 
galitc produit tous les naux , parce 
gu'elle les degrade, les humilie 8f 
d6mc entr'eux la divifion & la h^nd. 



n 



f>v pRiKcipBs 1H5S LoiT. XiV. A 51 

Si j'etabiis dcs citoyens egaux , qui 
ne confiderent , dfans les hommes » 
que les vertiis & les talen« , Temu- 
lation fe tiendra dans de juftes bornes, 
Dctruifez ccttc egalite , & fur Ic 
d)amp remulation fc changera en 
envie & en jaloufie ^ parce <ju'cllc 
ne fe propofera plus une fin honnete. 
Pour fe convaincre de la verite dc 
CCS reflexions , il fuffit d'etudier le jeu 
de nos paffions , d'examiner avcc 
quelle adrelle &c quelle diligence 
clles profitent de tous leurs avanta- 
gcs 5 & comment en fe hcurtant ,• 
fe choquant , s'irritant , elles par-. 
viennent k nous dominer. Voyons 
cnfuitc cc qui fe pafle autour dc 
nous h moins il fub(i(xe d egalite dans 
un Etat , & plus j'y dccouvrc dc va- 
niti , dc baileile , dc durete, d'avaricc 
6c de tyranaic. L^educadon a beaa 
nous apprendre i deguifer ces fenti- 
mens , ils tranfpirent fle toutcs parts , 
jc les reconnois tous les jours fous le 
ma^ue dont ils fc couvrent , & ils 
n'attendent qu*une occafion impor- 
tante pour fe montrer fans pudeur^ 
U y a , Milord , quelques ames pri- 
viiegiees a qui la nature femble arvoif 



J» .BE LA LegISXATION. > 

iniprime d'unc manicre plus forte Icl 
qualite§ fbciales* Comment font-ellcs 
parvenucs k fe pr6ferver dc la coi> 
tagion genirale ? Je voudrois que la 
perlbnne chej qui nous nous trou- 
vons nous dit fon fecret j mais je lo 
deyine. Ceft par le fecours dune 
raifon cultiv^e & eclair^e qui lui fait 
mcprifer tous le^ pfejug^que doiinent 
de grandes richeUcs , de grands titres 
^ une haute naiflance. Uegalite Itu 
eft chere , jparce qu'elle n'a pas befoin 
des mifcrables diftinftions que nous 
^von^ imaginqe§ , pour etre diftia 

Mais quelques exceptions dont on 
qll etonne , ne detruiient point une 
xeglg generate j &C le genre humain 
fe livrcra toujours aux vices que doit? 
groduire Vinegalit^. . Des qu-on fup? 
pofe. de? richefles inegalemenr pari 
tag^es , peut-il fe fair^ que les plus 
ticbes ne s'abandonnent pas au qonfeil 
d'une parefle enchantereflT^ } Sera-t-on 
oifif fans imaginer de nouveaux plaiy 
firs 8f de nouvelles commodites ? 
^ura-t-on une delicatefle un peu 
recherchee , fans y mettrp un certain 
priJCa mq g^rtaini? val§ut^ Et co^n^ 



.^ 



rhencdra-'t-on is'cftimer fi follemcnr> 
fens Coihmcncer i mcprifer ccuX 
cui fcroht reft^s dans Icur premiere 
nmplicite ? Rfemarquez qu'il ne pent 
point y avoir d'inegalite dans la for- 
tune , fans qu'il n'y ait dcs riches , 
& par confequent des paiivrcs. Ceux»- 
ci ne vendront-ils pas kurs fervices 
aux autres , & leur ame ne fera^t-elle 
pas humiliee ? Ne jngeons pas de tc 
commencement de corruption par \t% 
abus m^diocres qu'il produit d'abord , 
mais par Tavenif malheureux qu'il 
annonce. Vouloiir donncr des borhes 
a ce qui eft mal , dit un des pluj 
grands hommes de Tantiquiti , /C'eft 
pretendre qu'un fou qui fe prccipite 
du rocher de Leucadc , fera le maitre , 
s'il Ic vcut , de fe retenir au milieu de 
fa chute. Pour pcu qu'on s'ecarte de 
laraifon, les paffions fepouffent & 
s'avancent avec une extreme viteflei 
Hh qu on commence i leurobeir, 
on fe plait a ne leur point refifter i 
Ciceron a raifon , & nos maux font 
fans remede. 

Suivez , je vous prie , cette chaine 
dc tous nos vices j dont le premier 

anneau ticnt arinegalitc des fortunes/ 

•-^ • • • 
Cu) 



54 T>^ I-A Li-GlSLATraKy 

D& que les richcfles domicront quei- 
cj^iie confideration , il Tout que les 
nches s'eflkyent k uforper rautorit«S 
publique. Comment voudriez - voiis 
que k pauvrctc fi humble &: (i vile ,. 
piit les retenir > Si Tambition fe con^ 
ouit i r^ard des pauvres avec quel- 
ques m^nagemem , fon fucces eft cer— 
tain* UEtat fc trouve dans Ic defpo- 
tifme avant quede s*cn appcrceyoir ^ 
& rimbccillit^du peuple cternifera fa. 
fcrvitude. Si rinegalitct dcs fortunes 
eft aflez grande pour que les riches ^ 
plus entreprenans &plus audacieu^^ 
affHrent ouvertement i la tyrannic j 
vom verrez que les pauvres , foit 
parce qu'ils ne font pas encore fa- 
miliariles avec le joug , foit parcc 
qu'ils font revolt^ par unc injure 
nouvelle , fc (buleveront & feront un 
eiSbrt en favenr dcs droits de Thumani-f 
t^. De-la g^ttefoule de diflenfions ,d& 
querelles y de conjurations , deguerres^ 
civiles & de revolutions , qui , apres 
avoir dechire, la R^publique , caufent 
fa ruine. 

Si qudque hafard favorable fuf- 
pcnd ces agitations , & que les partis 
conemis paroiilent fc rcconcilicr ^ 




6tJ. PaiKcipfis Dies Loix. Liv. /. 55 

I'Etat fera plus ou moins heureux ^ 
fuivant que les Loix , dont on iera 
convenu , r^procheront plus ou* 
moias les citovens de T^ealit^. Si 
cecte 6gatiit6 n eft pas entiere , Ic 
feu n*m poiat ^eint , il n'etk que 
cachi feus la cendre , & vous dcvez 
vous attendre k de nouveaux incen-* 
dies. Les ridieflfes . ibnt -: elles epfin 
parvenues ^etablir VAriftocritie ? Ce 
Gouveraement ne fubfiftera qu'autant 
que la fortune des tyrans du peuple 
fera egale. Si les uns acquierent de 
prandes' richeffes , tandis que les au«- 
trcs * refteront dans leur premiere 
m^diocrite , les mcmcs troubles qui 
ont detruit le pouvoir du peuple , 
dctruiront rautorite des Ariftocrates. 
Chaqae jour le Gouvernement fera 
eonfie a un. moins grand nombre de 
mains. 11 fe forme des complots , des 
parris & des ligues. Deji TOligarchie 
eft etablie v & les paffions , qui ont 
uni quelques tyrans , ne tarderont 
pas a le$ divifer. Apres avoir (bumis^ 
de concert la R^publiqi^ , chacun 
d'eux voudra foum^|tt^ les coUegues. 
Cclui qui prendra v afcendant , va 
itablir fa puidance en faifant perir 

C iv 



/ 



J<S .PE LA LidlStATrOTTy'! 

tout ce qui lui porte ombrage. Au3t 
Loix detfuites, focc^dc utaie volontd 
aveuglc & arbitrairc , &. de$ hommes* 
qui s'etoient rcunis en f$>ciete pour 
itre t^evireux^, font p^ufles par dcgrcs* 
dc malbeurlcCQ malhcurs toujour^ plus) 
grands , v^ ^ibiQcnt onfln ibu&rdesi 
Emper eurft ,, tamoc infenfes ^ tantotr 
kftbecillcs , tantiSt^ cruds ^ tantoti , 
injuftes ^ 8f toujours. accablcs dir 
poids de Icur-poiivoir , le chatimenc 
qu'ils ontmerite en s ecartant des vues> 
«c la natute. 

Tels font en partie Ics maux que 
nous avons rafletnblcs fur nos tctes yf 
depuis que Tin^alite des fortunes ne 
nous a plus permis d'avoir des Loix 
impartiales. Vous etes trop inftruit y 
Milord , poup qu'il foit neccflaire 
d'entrer dans des details^ Vous par- 
lerai-je de la niendicite , qui desho^* 
nore aujoiird'hui I'Europe , comme 
Telctavage a autrefois deshonore les 
Rlpubliques des Grecs& des Romains? 
Ce n'etoit pas , fans doute , aflez des 
malheurs domcftiqucs que nous nous 
fommes faits ; Ift^Natibns fe font ar- 
mees les unes contre les autres , &c 
tous l& droits de rixuinamtc oat ct6 



ou Principes DBS Loix* Uv. I. 57 

violes. Des terres , dit PlatOn , qui 
fuffifoient a des citoyensqui ne con- 
nbiflbient dans Tegalite que les bcfoins 
fimples & peu nombreux de la nature , 
ne purcnt plus fuffire a rentretien 
dune fociete a qui rinegalit^ des 
fortimcs avoir appris i cftimer les 
richefles , le luxe & les voluptes. 
11 parut avantageux de piller fcs 
voiuns , & parce que le pillage htoit 
utile , il fut bientot plus honore que 
la juftice dont on n'eut des-lofs que 
des idces faufles. Nous nous fimes deux 
poids & deux mefures ; & ila home 
de notre raifon , les riches infligerent 
peine de naort contrc le vol , parce 
qu'ils pouvoient ctre voles j & ap^ 
prouverent les conqu^tes , parce 

3u*ils ^toient eux-mcmes les volenti 
cs Nations. 

Mais de grace ^ Milord , je voui 
demande encore an moment d'au- 
dience , & vous me fefez enfuite 
toutes les objeftions qu*il vous plaira.: 
Permettez-moi d'a^uter que ce n^eft 
point en faifant un tableau des d6- 
fordres que Tinegalite a caufes , quo 
je me borne a prouver que Tcgalitc eft: 
BecejQTiiire aux hommes; iLa nature csk 

Cv 



jS VE LA L^ISIATIOK , 

avott fait unc Loi a nos premiers 
Peres , & .die avoit declare fes in- 
tenttoDs d'une maniere fi claire qu'if 
^oit impofliblede Icsignorer^Eacfiet,. 
qui peut nierqu'en (errant de (esmaiiis, 
nous ne nous (oy ons trouv& dans la plus 
parfaitc ^lite. N'a-telle pas donne k 
cous les hommes les mcmes organes , 
les ni^es befbins , la mcmc raiibn > 
les biens qu'eltc avoit repandus fur la 
terre , ne leur appartenoient-ils pas 
en commim ? Ou trouvcrez-vous un 
principe <f incgalitc ? Avoit - die eta* 
Dli a chacun un patrimoinc particulier? 
Avoit- elle place des bomes dans les 
champs i Elle n'avoit done pas fair 
des riches & des pauvres. Avoit-dlc 
privilegie qudques races par des bien- 
£uts particuliers , comme nous voyons 
qucpour ctablir Tempire des hommes. 
ku: les animaux , elle nous a doues^ 
dc plufieurs qualites fup^rieures } EUer 
A a done pas fait des grands^ & des 
pctits: dlen'a done pas deftine lea 
4nt r itre les maatres des amres. 

Cc a'cft pas tout , jpour aflPermir 
cette prdcictiie egalite , la nature 
H*avortr- elle pas place dans le coeur 
ntk ientiment de nobleie , 




OU PRINCIPES DES LoiX. XxV- /. f^ 

d'^levation & dc libcrt^ , qui dcvoit 
h defcndrc & la protigcr } Avec 
quelle cnergic ce penchant dc Tame 
ne fc montrc-t-il pas encore chez Ics 
Nations libres ^ Quoiqu'imouflc & 
cxpirant dans les pays defpotiques ^ 
Ics efclaves eux-mcmes ne le retrou- 
vcnt-ils pas en quelquc fortC dans le 
fond de leur cceur , quand on leur 
fait une injure k laqudle Thabitude 
de leur mifere ne les a pas accou- 
tumes ? Avec quelle force ce fenti- 
nfient , que pluficurs ficclcs de fervi- 
tude & ae tyrannic n*ont pu d^truire ^ 
devoit - il (e montrcr k la naiflance 
(Jes chofcs ? Plus r^galitc 6toit nhccC 
fairepourrendre IcshonMnes heureux, 
plus il etoit digne dc la fagcGTe dc la. 
nature de prendre dcs precautions 
pour la conierven Tandis qu'il eft (i 
aifc d'abufer , comme je Tai dit , de 
nos qualit6s fgciales; tandis que tou- 
jours voidnes de quclque vice , cllcs. 
peuvent (i facilemcnt fe dinaturer; 
|e vois , an contraire , que la Provi- 
dence n*a pas pcrmis que le fenti- 
meat de F^galite pilt ^c outr6- Plus 
21 fcra vif , plus il contribuera zu 
bodheut. Jamais il nc peut dc^encrer 

C v'} 



f " D ^ L A L E G I S L A Tl ON',' 

ftrdcvcnirun vice, parccqu'il ne pcnr 
jamais fetrc injiifte ; & que ne nousr 
filoignant pas moins- de la tyrannic* 
que dc la fcrvitudc , il unit Ics hom- 
ines & ne leur donne qu'iin mcme 
inrdr&t. Lc fentimicnr de. rigaliti n'eft: 
pas autre chofe que lc fentiment dc 
notre digniti ; c'eft en le^ laiflant af- 
fbiblir que les hommes* font dcvenus^ 
cfclaves , &: ce n*^eft qu*ien le ranimant 
qu'ils dcvicndront Horcs. 

Si vous vous 6ticz born^ , dit Mi- 
lord k notre Philofophe , k profcrirc.* 
la mortftrueufe incgalite qui s*teft* in- 
troduitc dans prcfquc tons les Etats' 
de TEurope , perlonnc , ;e crois ,,, 
jQ'auroit pii combattre vos reftexions ;•- 
»iais vous. demaJidcz une ^galkeri- 
goureufc , & vos argumens ne mc* 
pcrfuadent pas. Si la nature nous a* 
donn6 d\ine main I'i^galite , il mc 
paroit qu'elle Ta retiree de Tautre. 11* 
eft dilfficile dc fe perfuader que fi lai 
Providence avoit eu fi fort a eoeur 1« 
eonfervation de notre pretcndue ega^^ 
ht6 , eHe n'eut pas trouvc , dans lei' 
tr^forsde fa home , de fa fageffe &: dc*^ 
fapuiflance infinies, des moyens ceri 
tains de la confcrvcr. Vous me pari^ 




OU PRIHGIPES DES LotX^ Liv 71 &t. 

de n6s memes organcs > de nos memed 
befoins, dcnos mcmes droits auxjH-o- 
dudions fpontancesdeUtcrre, & j'en 
conviensy mais nous.avom dcs inclina- 
tions differentes & des forces & dcs ta- 
lens incgaiix.N'eB faut-il pas conclure 
que cctce egalitq dans laoiidle le 
genre humain a etc cree , n etoit , &c 
ne pouvoit etre ,.qii*un ctat dcpaflage? 
Toutfortbirut & informc des mains de 
la nature , & c'eft i Tiaut des bommes 
qull appartient de perfeftionncr (es 
ouvrages. Si Fetat dans lequel nou» 
fommes nes eft un etat dont nous ne 
puiflions nous ccarter fans contrarier 
les vues de la Providence^ pourquoi 
n*en eft-il pas de notr e independance 
comme de notre egalite ^ Toutes deux 
font desprtfen^e la nature -, pourquoi 
puis-jerenoncer a I'un , pouquoi faut-il 
que je conferve ^'autre^ Si nous fom- 
mes dcffines a former des focietcs \ & 
nousdevons faire desLoix pour ajouteu? 
une nory^elle force i eelles de ki na- 
ture y s'il faut crcer des Magiftratsj 
pourveillerarobfervation deces Loix> 
je concluerai de toutes ces vcrites , qui 
font ccrtaines , que nous ne fommes 
pas appelles pair la nature i vivre dans 



^1 DH LA Legislation J. 

rigalit^ ! car il eft Evident que Titar 
lie focicti fuppofc n^ceflairement une 
fubordi nation qui ne peut s'allier avec 
I'6galic6 q^iie tous deftrez cntre lcs» 
citoycns. il faut itablir une autorite 
rcpnnrantc & h, laquellerien ne puiSe 
r6fiftcr , pourprcvenir les abusj mais 
comment 6tabIirez-vous cetteaucoricc 
lans diitruire 1 c?a1it^. 

Courage , Milord , rcpondit notrc 
Philofophe en badinant , jc vols qu'il 
n*eft pas aif6 dc vous contenter. Mah 
pourquor , me faifanc rhonncur de 
croire que j'aie aflifte aux confeils de 
la Providence , exigez-vous que je 
vous explique comment les hommes 
fi Foibles , li bornes & fi impuiflans , 
ont pu r6fifter k leur vocation , & 
renoRcer & F^galit^ ^u fa volonte 
toute puiflante les appelloit 3^ Cc qud 
|e ne comprends pas , & ce qii*aucun 
Philofophe ne comprendra lamais, 
c*cft par quel motifDieuavouIu creer 
tm 6trc td cpie rhommc , qui , par 
les befoins de ^fes fens eft rabaifle k 
ta condition hnmiliante des brutes , 
tandiSL que par fon intelligence il eft , 
pour me fervir deTexprelfion dc Ci~ 
ccroft , en commerce avec la Divinit^ 




meme. Cefl: unmyfterequi confond 
notre rdfon , que ce noeud qui aflem- 
ble 6^ lie des qiialites fi diflfcrentes, 
cniplut6t fi oppofees. Mais quelque 
fncompr^henftDle au'eix (bit la caiuc , 
cet aflemblage eft fait , il doit eti 
rcfultcr un ctre trcs-imparfait & fujct 
ircrreur ; & c'eft parce que rhommc 
eft fujet k Terreur , qu'il a pu afoufer 
de fa liberti , 8r ne pas fuivrc la , 
vocation i laquelle il &ort appdl6» 
Mais ne nous engageons pas , Mi- 
lord, dans unequeftionmetaphyfique 
qui paffe les bornes 6c notre intelli- 
gence ; ce: n'cft pas dans^ cette vie 
que tombera le voile qui nous couvre 
fes yeux. Tbus vos raifonnemens fe. 
reduiroient i des plaintes de ce que 
Fhomme eft accablc dMnfirmitcs ; &: 
Jc vouis r^pondrois tou jours cjue ie vois 
ces infirmites , que j'cn fuis touch^ t 
mais querhomme ctant Tou vrage d utr 
Diei , qui fait ndceflairement tour 
pour te mie.ix , je fuis perfiiad^ que 
nous avons toutes les perfedions donr 
notre nature eft fufecptible. Je vou- 
drois qiie Dieii m'eiit 6t^ Ta liberty 
de faire Ie mal , mais jc vois tous les- 
fecoiTTs qu*il m*a donncs pour faire 
fe biexu 



^4 OEiA Legislation,' 

Vous nc tirerez , je crois , auctm 
avantagc dcs inclinations , dcs forces 
& dcs talcns difFerens des hommes , 
,pour prouver que Tegalite dans lar 
quelle ils font nes, nepouvoitfubfifter. 
Prenez garde , Milord , de ne pas 
confbndre notre etat prefent & celui 
de nos peres , quand ils fortirent des 
mains de la nature- Combien Tine- 
galit^ , unc fois introduite parmi les 
citoyens , n'a-t-elle pas produit de 
befoins , d'arts , de profellions , dq 
vices , de prejuges , cl*habitudes. & de 
oaffions, qui, n'ctantque fonouvrage 
he venus apres elle, n'ont pu , par con- 
ftquent , contribuer i bannir Tegalite? 
Les b^oins de nos premiers peres 
ctoient trop fimples pour que leurs 
inclinations fiiflent auffi varices que 
vous le pretendez* Rappellez-vous ce 
qu*on a ^crit fur les moeurs dcs Sau- 
vages d'Afirique & d' Amerique , vous 
verrez qu'ik font renfermes dans un 
cercle tres - etroit d'occupations , & 
oue leurs befoins , qui font les mtmef 
cans leur egalite > leur donnent le 
xncme caraftere. 

je dis la meme chofe dcstalens; 
la nature ne les repand point avec 




ou Principbs DIS Loit. IdV* /r ^J 

ifez d'inegalitc , pour qu'ils puiffent 
etablir une grande difference dans la 
condition des hommes. Ceft notre 
Education , fi capable d'abrutir les' 
ims & de dcvclopper dans les autres 
les facultes de leuramc, qui nous per-* 
fuadc que la Providence a fait aiff(&> 
rentes clafles d'hommes^ Dans ces 
troj:fs de rocber que nous avonS' vu* 
en monunt fur cettc mcmtagtie , hi- 
mifere y cache peut-etre des Horace , 
des Ferfcn , des Malbourouck , de$ 
Ariftides , des' jfepamidondas & ui«- 
Lyctif gue. Dans la premiere finrationt • 
des hommes , une education egalc- 
divcloppoit ipeu pres les memcs ta« 
lens dans tous , & u quekjucs citoyensi 
ctoient diftingues par leur merite , iW 
ctoient amplement recompenf& par 
feftime plublique 8c par les MagiP 
tramrcs auxquelles ils etoient Aleves. 
Pour Finegalit^ des forces , il ne 
m'cft pas moins difficile de concevoir 
comment elle a pu contribuer i 
bannir Tegalite. La nature a-t-elle 
cree des briaree , des homn^s a cent 
bras , pour aflfiijettir mon efpece } 
Non ; defarme ^ fans les grifles & les 

dents d'uo. lion ^ comment vquIcz:^ 



6^ D£ laLeoislation, 

vous que jc contraignc mes parcils 4 
reconnoitre une fupcrioriti que jc 
n'ai pas 1 fi f^hufe de mes forces , nc 
fe formera-Ml pas une Kgue pour me 
punir&ne fuccomberai-^je pas fous les 
efforts de huit on dix hommes plus, 
foibles que moi ! Eft-ce avantT&a- 
bliflement de la (bci&c , que vous 
fiippofex que Tin^galiti des forces ait 
dctruit r6galit6 dont nous parlous? 
En ce cas , je dirai que vous faitesun 
reman twi vraircmblable. An milieu 
de ' Tindependance la plus entiere , 

3uand on n*a pas encore Telprit d'avoir 
cj Loix & des Magiftrats , quand on 
ne fait encore ce que c'eft qii'ordon- 
ner , difendre & dominer , comment 
voulez-vous qu*il fe forme des projcts 
de tyrannic ? Vous boulevcrfez toute 
la marchc des idees & des paflions 
humaines. Avant que de fe foumettre 
iJa volonti arbitraire d'un honune , 
on devoit s'accoutumcr a la flibordi- 
nation , en commen^ant par fe fou- 
mettre ii des Loix & ileurs Miniftres* 
N'eft-ce qu*apres rctabliffement de la 
fociiti , que fera arrivde ccttc fnneftc 
revolution ? Mais je vous r^ponds que 
la ibrce peut btcn avok fervi detitrc 



OV PRINCIPES DES Loix. Liv, /. 6y 

pour meriter de la confidcrsttion &: 

avoir du credit chcz un people groffier 

& barbare , mais non pas pour oannir 

legalice , quand une fois il eft aflez 

cclaire pour avoir forme une fbciet^. 

Puifquela fin que fe propofent dcs horn* 

mes r^unis par tes Loix ^ eft de former 

unemaffedepuiflancepublique, pour 

arrcter & reprimer les violences &: les 

injuftices des particuliers , comment 

la force d un cftoyen lui fervira-t-cUc 

a faire reconnoitre fa fup^riorit^ & fa 

tyrannie > Non , Milord , ce n*eft 

|X)int la faute de la nature , fi les 

nommes ont perdu teur egalit^ , ils 

n'ont point abuf<^ des forces in^gales 

qui leur etoient donn^es , il faut 

recourir 4 d^autres caufes. Ceft la 

faute de la politique & des Loix qui 

ont cte aflez impnidentes & aflfez 

inconfider^es pour pcrmettre que 

des Magiftrats s^accoutumaflent dans 

Texercice d'une trop longuc Magiftra- 

ture , a la douceur de commander,, 

euflcnt I'adreflc de toumcr la puif- 

iance publiquc k leur avantagc par- 

ticulier , & s'en rendiflent enfiik 

les maltres* 

Jc ne nie pas que la nature ne nous 



eS tt LA LEGlStATlbil, 

diftribue inigalement fcs bienfaitifj 
tnais il mc fembld que c6 n*dft point 
avec unc difbroportibn egale a la 
toonftrticufe difference que nous 
Voyons dans la fortune des hommes* 
En nous donnant des gouts , des qua- 
lites , des forces &destalensdifferens^ 
die n*a point voulu nous tendre uA 

{>iege i ni tious preparer k la plus 
igcre ih^galit^ ; C2it ^ quelcjtie petite 
que vous luppofiez cette in^galit^ , 
cUe fefbit toujours un vice, qui he 
tiianqucroit pas de prendre > en pea 
de tttns y des forces , & de produirc 
•cafin les iiiaux les plus extremes. La 
nature n'a recherche qu'a multiplier 
& reflerrer les liens qui doi vent nous 
unir fous Tempire des Loix. C'eft par 
ce partage in^gal dont notre amour 
proprcnous emp^chedenous plaindre, 
qu*elle nous rend plus utiles les uns 
♦aux autres , fuffit a tous nos befbrns ; 
& nous invite i ce commerce de 
fervices & debienfaits qui nous eft 
neceffairc. Ces dons differens de la 
nature qui contribuent a faire fleurir 
la fociet^ , contribuercnt , dans la 
naiflance des chofes , a la former. Si 
tousles hommcs ayoieqit cu dansle 




ov Prikopes des Loix. liv. /. €p 

incmc degrc , les mcmcs qualitcs , 
Ics memes inclinations , les m^mes 
forces , les tncmcs talens » ils fe fe-^ 
roient rapproches moins aifemcnt , & 
cbacun auroit cte moins difpole k fc 
mettrc 4 la place qu'il dcvoit occuper. 
Je vous prie , Milord, dc nepas 
croire qu'il ait fallu confervcr Tindc- 
pcndancc comma Tegalite pour nous 
rendre heureux. Toutes deqx, il eft 
vrai , font des dons de la nature , 
mais ils font differens , &: ils nous ont 
cte faits pour une fin differcnte ; nous 
n'avons pas etc crccs egaux , parce qu'il 
nous importoit de refter independans 5 
mais nous fommes nes independans, 
parce qu'il nous importoit de naitre 
egaux &: de refter dans notre egaliti. 
Cctte verite devient fenfible , quand 
on Fait attention que I'indcpendance , 
qui confifte k ne rendre compte de ia 
conduite^ perfonne , & ne relever , 
fi je puis parler ainfi , que deslnmicres 
dc fa raifon & des mouvemens de fa 
Confcicncc , ne peut f ibfifter dans 
I'crat de fociete ou Thorame , devenu 
cizoyen -^ . voit au - deffus de lui des 
Loix , des Tribunaux & des Magip. 
(rats* S'U floUs a £ce utile dc formcrr 



7© DE XA LiciSLATrCK^ 

des fodites y il nous a done cte utile 
de TcnoncOT a notre indcpcndancc. II 
h'cn eft pas dc m^mc dc notrc ega- 
Hte , & jc vous ai dcja prouv^ qu'cllc 
eft la fburce dcs plus grands biens , & . 
qu'on nc pcut la perdrc fans s'cxpofer 
aux plus grands maux ; il nous etoit 
done utile dc n'y pas renonccn 

Il me fcmbic que ec n'cft qu*en 
Turquic , ou dans quelqu'autfe Etat 
dcfpotique , qu'on peut eroire que la 
fubordination , neccflairc dans la'^fo- 
cict6 , foit incompatible avcc Tegalite. 
Si ma raifon particulierc eft uibor- 
donnee i la raifon publique de FEtat, 
fi je eonfens d obcir aux Loix , fi jc 
reconnois un Souvcrain dont \c fais 
partie , dc mcmc que tous les autres 
cit»yens , pourquoi ne fcrois-je plus 
1 egal dc ceux qui n*ont que les mc- 
mcs droits que moi ? Les Magiftrats , 
me direz - vous , ne font-ils pas au-» 
defliis de vous ? Non , vous repondrai- 
jc , 2t moins que je n'aie etc aflez 
infenfe pour me donncr un maitre, 
ou que je n'aie accorde a ce M agiftrat 
Ic aroit de m'opprimer en lui aban-' 
donnant un trop grand pouvoir , ou 
dc$ prerogatives, qui leparcnt feft 



ou Principes des Loix, Uv. L 71 

int^rets des miens. Mais fi confultatic 
les regies les plus fimples du fens 
\ commun , ccs Magiftrats , que j'ai 
places dans leur tribunal , n occupent 
qu'unc place que jc puis ocaipcr a 
mon tour^ s'ils font obligi's d'obeir 
aux Loix coiiime moi , li jc puis les 
punir pour les avoir violces , s'ils nc 
ibnt que charges dc la procuration 
de leurs concitoycns & de la miennc 
pour maintcnir Tordrc , & n'ont 
qu'ane autoritc empnintce&'paflagerc; 
pourquoi le rc(pe<a que je dois a dc 
pareils Magiftrats , m*aviliroit - il au 
lieu dc m'nonorcr ? Pourquoi unt 
pareille fubordination feroit-clle op- 
pofcc a Tcgalitc la plus enticre ? Je Ic 
lais , Milord , nous avons befoin d'unc 
puiflancc reprimante ^^ mais je fuis 
K^t cpie pour inopofer aux hommes » 
ies Magiftrats qntf^ point befoin de 
tout cet ajppareiWHc lafte , dc gran- 
deur & de puifllance qui les accom-> 
pagnc. 

Je nc iais par quelle (aulic6 , dit 
Milord i notre Philofophc , les meil* 
Icurcs raifons nc fo jprcfentcnt jamais 
que les dcmi^res a notre cfprit. Jc 
vous abandonnc tqlus le» raifofmi^ 



y\ tt tA LioxsL ATIO^i 

mens que ie viens deiaire ; mais ce qut 
prowvc iuvinciblement que les hom- 
ines nc font pas dellincs k refter egaux 
dAUN la (ociit6 , c'eft au'avcc quclquc 
i!;gj!ilic^ q\)c le partageaesterres ait etc 
[t'ait « il clt impoiliblequelaRepublique 
i\*ait bicnt6t des citoycns riches & 
Ucx ciun'cns pauvrcs \ & cctte incga- 
\\\i dcsi ' K^rtuncs produira ncccflairc- 
iwciu Vin<ipHt6 dcs conditions. Ccft 
tu)C dcrtiiicc inevitable ; car il fcroit 
inicnii dc porter dcs Loix pour or- 
donner aux citoycns d'avoir la memc 
intelligence , la nwme induftrie , Ic 
mfimegoilt pour le travail & le mcnxc 
nombre d'cnfans, Ainfi les terres pro- 
<iuiront plus dans de certaines mains 
&: moins dans d'autrcs , & avcc unc 
^galitc dc partage il y aura bientot 
une incgalit6 de fortune. Laiflez Ic 
terns dc recueil|M|l|L dc p^rtagerles 
fuc€e({k)i)s & le^lwitages ; attendcz 
la troifieme generation , &:.fe voiis 
r^ponds que vous ne trouverez plus 
d*egalitc dans votrc Republique. La 
Xoi ordonncra-t^elle de faire tons les 
cent ans un noitv^au partage dcs 
tcrrcs^ Dans cccas jc vous avertisqiic 
jk^^eme^lc iiem pirequc Ic aial. A la 

fin 




\ 



hv pRiNciPEs DEs Loir. Hv* L 7}' 
fin dc chaque fieclc , on ncgligera dc 
cultiver dcs terres qu*on n'efpcrera 
pas dc confcrver. II Ic formera , • dc 
tous cotes , des cabalcs & des partis , 
& au lieu dc reformer la Republiquc, 
vous la pcrdrcz. 

Jc vous repondrai , dit notrc Philo- 
fophe , qu it n'eft pas impoffiblc dc 
remedicr \ la plus grandc partic dc 
CCS inconv^nicns , ou plutot dc Ics 
prevcnir j puifqu'il cff prouve que 
Ics Spartiatcs ont vecu pendant fix 
cents ansdansia plus grandc egalitc; 
& que vous nc pouvez nicr que dcs 
inftitutions qui ont fubfifte pendant 
fix fieclcs , ne tenoicnt point i unc 
mode , a un enthoufiafmc , a un fa- 
natifnae paflagcr , & pouvoiem , par 
confequent , ic confcrver pendant un 
million d'annces. Quel fut le fecret 
dc Lycurgue pour operer cc prodige ? 
11 fcntit la force dc votre objcdlion , 
& nc fe contcntant pas de partager 
igalcmcnt Ics terres , & dc nc 
produire qu'un bien paflagcr & 
tres-court , il^ta, ^ fes concitoycns 
U propriete dc Icurs terres. Elks ap- 

Sartcnpicnt \ la Republiquc , qui en 
iftribua une portioa ^ cbaquc pcre 



74 De la Legislation^ 

dc famille? , gour en jouir en qualitd 
de fimplQ ulufruitier, S'il fe glifla 
difFerens abus chez Iqs Spartiates j^ 
s'ils furent enfin ies maitres de dif* 

f>ofer a leur gre dq Ipurs terres , &: 
i cette revolution fiinefte perdit fans 
reflburce la R^publiaue & les Loix 
de Lycurgu^ , il me iemble qu'on ea 
peut tirer les inftnidions les plu$ utiles 
Fur la nature des propri^tes j il iiiQ 
femble qu'on en doit: conclure quQ 
If. nous ne pouvons trouver le bonhcur 
quq dans la comniunaute des bienSi» 
Jc vousprie. Milord, de nepas pcrdrg 
patience , & de m'ecouter, 

V:. , , \ ■ I, : I ■ . . T . . . . — ^r 

C H A P ITR E III, 

Pe retahlijjcment JU Ia propriiti. EtUf 
ricfi point la caufc dc la riimion des 
homm^s en focieti. La nature les 
invitoit a la cemmunmte des biens^ 

Je vqus ai aflcz parle , continua notrc 
^hilofophe , des avantagcs dc Tegalitc j 
&r votre dernier argument , pour prou* 
ver qu'elle ne peut fubfifter g^vec 1% 



ou Principes des Loix. Liv. /. 75 
propriete des biens , eft d'une fi 
grande force , que je nc balance point 

»a rcgarder cette malheureufe pro- 
priete comme la premiere caufc 
dc I'inegalitc des Fortunes *& des 
conditions , & par confequent de tous 
nos maux. Les Poetes que Platon vou- 
loit chafler de fa Republique , ont 
mieux connu que les Legiflateurs & 
la plupart des philofophes , Toriginc , 
la naarche & les progres des fentimens 
du cocur humain. Us ont appelle fiecle 
dor cct heureux tems ou les proprietcs 
ctoient inconnues i & lis ont fenti 
que la diftindion du tien & du mien 
avoit produit tous les vices. 

Quelle miserc , je vous prie , que 
des perfonnes qui paflcnt pour philo- 
fophes , repetent eternellement les uns 
apres les autres , que fans la propriete 
il fie pcut point y avoir de fbciete > 
Eft-il vrai que ce foit pour s'aflurer 
la jouiflance dc fes pofleffions , qu*on 
ait fait des Loix & des Magiftrats > 
Les hommcs fe font rapprochcs , 
parcc qu'ils avoient des qualites 
ibciales , & que leurs befoms les 
invitoient i s'aidcr & a fe fervir 

piutucllemeat* Cell parce qu'ils 

Viy 



7^ DE LA Legislation,'^ 

etoient fujets a des mouvemens d'im- 
patience , de colere , d'emporte- 
ment , de haine & de vengeance ; 
c'eft parce que tous n'etoient pas ' 
cgalenlfent dociles aux confeils dc 
leur raifon , &c que fouvent on abufbit 
du droit de fe venger &" de punir fes 
ennemis , qu'on etablit une puiflancc 
publique a qui on remit le foin de 
punir , de venger ou de reparer le$ 
injures & les injuftices des particuliers, 
Certainement la fociet^ s*eft formee, 
avant que la terrc Rit aflez pcuplee 

f)our que fes produdions fpontanees ; 
a chalFe & la peche , ne puflent plus 
fuffire a la fuWiftance cie fes habi-^ 
tans, Powrquoileshommes auroient-ils 
imagine, danscettefituation, deculti^ 
ver les champs ? Ce n'eft que le befbin 
qui peut nous forcer a travailler. La 
terre n'avoit alors aucun prix , aucun^ 
valeur; autant qu*on peut remonter 
a Torigine des Natiofos , tous les 
nionumens ne nous indiquent-ils pas 
qu'elles ont commence par ctre er- 
rantes? Comment done ppuvoientr? 
dies avoir des proprietes ^ Si les 
focietes fe font formees fans les 
conpoitre , pourquoi n'auroient-cll^ 
^pu fubfijfter {aas leur fccours ? 



btt Principes des Loix. Livi 1. ^7 

Quand les hommes , en fe mul- 
tipliant , fentirent enfin la neceffite 
f d'avoir des demeures fixes & de cul-* 
tlver la terre ^ jc vows demande fi la 
premiere idee qui fe prcfenta a leur 
<jfprit , fut de faire un partage & d e- 
tablir des proprietes? Enfaifant im eta-^ 
bliflfement nouveau , il eft de la nature 
de nofre efprit de fe conduire encore 
par les idees av6c lefquelles Thabitude 
Fa familiarife. U eft done raifonna- 
ble de penfer que nos peres , obliges 
de travaiUer pour fe procurer une 
fubfiftance plus commode , reunirent 
leur travail en commun, comme ils 
avoient deji reuni leurs forces pour 
former une puiflance publique, Aprcs 
avoir uni leur travail , ils devoient 
recueillir en commun. Vous voyez 
avec quelle fagefle la nature avoit 
tout prepafc-pour nous conduire a la 
commimaute des biens , & nous em- 
pccher de tomber dans Tabyme oOi 
Tetabliflement de la propriete nous 
a jettes. Pour moi , je vous Tavoue , 
bien loin de regarder cette commu- 
naute comme . une chimere imprati- 
cablc , j'ai de la peine k deviner 
comment on eft venu /i etablir des 

Diij 



yi dI ia Legislation^ 

proprietes. Je n'ai la-defliis que dcs 
conjeftures qui ne me fatisfont pas 
cntiercment , & fi je ne craignois dc 
manquer de refped a nos peres , 
quels reproches ne Icur ferois- je pas 
pour avoir fait une faute qu'il ctoit 
prefque impoffible de faire. 

J'avois garde jufqu'alon un profond 
filenee ; iriais ces dernieres paroles 
me parurent un paradoxe fi extraor- 
dinaire , que Je ne pus m'empecher 
d'interrompre notre Philofophe. Ce 
qui m'etonne beaueoup , lui dis-je ,, 
c'eft que vous foyez emoarrafle d'une 
ehofe qui ne m'embarrafle nuUement* 
Pourquoi nos peres font-ils fi cou- 
pables , & quels grands obftaclcs 
ont-ils eus k fiirmonter pour dcvenir 
mechans ? 11 me femlble que les 
fottifes ne font que trop naturelles 
aux hommes* N'eft-il pas tout fimple 
que ce fond d'avarice & d'ambition 
que nous portons dans notre coeur ;. 
n'ait pas voulu fe contcnter de^, la 
communaute de biens ? Si ces deiix 
paffions , avant que d'etre aiguillon- 
nees par la propri^te , ^toient beau- 
coup moins adives qu^aujourd'hui* 
t. £Ues devoient cependant nous foU 



bU PRINCIPES DES LOIX* Jtm /. ^^ 

licitet avec aflez de conftancc & de 
force pour obtenir enfin tout cc 
qu'elles demanderoient ; & il auroit 
fallu une cfpece dc miracle pour que 
nos peres n'euflent pas fait la fautc 
que vous leur reprochez* 

Vous auriez raifon , me repondit 
notre Philofophe , fi la nature avoit 
fait rhomme avare & ambitieux^ 
comme elle fa fait fenfible a la pitic , 
a la colere , a la reconnoiflance , a 
I'amitie , &c. Mais puifqu elle vouloit 
le mettre i portee de fe rendre heu^ 
reux , elle s'eft bien gardee de lui 
donner les deux vices qui contribuent 
le plus a (bn malheur. L'ambition &C 
Tavarice ne font' pas meres , fi jc 
puis parler ainfi , mais fiUes de Tine- 
galite. Pour fe convaincre que ces 
deux paffions etoient inconnues a la 
naiflance des chofes , & ont fuivi & 
n'ont pas precede la propriete , il fuffit 
de faire attention qu'avant cet eta- 
bliflement , les richefles ne confiftant 
[a'en des fruits que le terns alteroit 

corrompoit promptement , il etoit 
inutile d'en cueillir ou d'en cultiver 
plus qu'on n*eA pouvoit confumer. 
Puifqu'il n*y avoit point de fortune , 

D iv 



il ne devoit point y avoir d'avafice; 
Mais le germc de cette malheiifeufe 
paffion fill jett^ parmi les hommes , 
dcs que la propri^te fut coiinuc. Lc 
citoyenne regarda plus leclfamp qu'ii 
cultivoit du meme osil qu'il Tavoit 
vu jufqu'alors j il s'occupa davantage 
de lui - meme dans fon travail , il 
oublia le bien public , & fut des-lors 
moins genercuic* 11 s'etablit un com^ 
merce des denrecs que chaque famillc 
ne put confumer. Le fuperflu ne fut 
plus unc chofe inutile depuis qu'oa 
pouvoit Fccbanger ; les befoins aug- 
menterent , on fentit I'a vantage d'etre 
riche. Voila Tavarice ; & cBe nc 
tardera pas de s'accroitre en inventant 
tous les jours de nouvcaux moyens 
de fe fatisfaire. 

II en eft de meme de Tambition. 
3e fais que quelques philofophes ont 
pretendu que nous naiflbns cnnemis 
les uns des autres, & qu'en com- 
mencant a refpirer, les hommes eu- 
rent le defir de fe faire la guerre ^ 
de fe dechirer & de s^aflervir mutuel- 
ment •, mais au liai .de m*arreter i 
refuter cette abfurdc philofophie , 
ne fuffit-il pas de demander fur quelle 



i 



o,u Prwcipes des Loix. JLiy. /. 81 

apparence de raifon on imagine que 
la nature ait arrange de telle forte 
notre condition , qu'un homme nc 
puifle fitre heureux qu'aux depcns 
3'un autre ? Tout ne nous dit-il pas 
cue le foin de notre confervation a 
tfaborddu nous occuper entierement > 
Pourquoi veut - on qu'un etre qui 
penfe , s'expofe au danger de la guerre 
Fans e{perance d'un bien ? Si on veut 
me perfuader que Icshommes avoient 
de Tambition avant la naiflance de 
la fbciete, il faut me faire voir les 
avantaees que cette paffion pouvoit 
leur prefenter ; il faut me demontrer 
qu*il n'y a point d'abfurdite \ fuppofer 

3ue des hommes qui n'avoient que 
es idees d'egalitc , de libertc & 
d'independance , pouvoient former 
des projets d'empire , dc fervitude & 
de tyrannie. 

Pafle encore , fi on avoit rejette la 
naiflance dc Tambition au tems ovt 
les focietcs fe fbrmerent. On pourroit 
dire , avcc quclque ombre de vrai- 
femblance , queles Magiftrats , flattes. 
du plaifirdc commander , &fiers de fc 
voir les Miniftres des Loix , fc livrc-- 
rent a des cfp6raaces ambitieuies ; 

Dv 



82 ©E LA JLiGlStATTCV 9. 

mais jc vous avouc , que j'aurois; 
quelbue peine i le croirc. Comment 
ees elperanccs ambitieufes pouvoicnt- 
dies s'aflbcier avec Pegalitc i laquellc 
©n etoit accoutume avant retabliflc- 
ment dcs propriety ? Remarqucz , je 
Vous prie , que chez tous les pcuples^ 
dont nous connoiflbns Thiftoire , Ta- 
varice a toujours precede Tambition^ 
Plus une Nation eft pauvre , moins 
il doit s'y former de projcts d'ambi- 
tion & de tyrannie. Pourquoi cela ^ 
C'eft qifil eft infiniment aifc it de& 
hommes pauvres d'arranger de telle 
inanidre les Magiftrat'ures , qu'on n'ait 
rien i craindre de I'autorite des Ma^ 
giftrats J &" qu'ils feroient des infen-* 
les , s'ils ofoient afpircr a n etre pas les 
fimplcs organcs de la Loi. C'eft que 
rien n'eft plus facile dans cette iitua* 
tion que ainfpirer i tous les eitoyens 
f amour du bien public ; &c que ccttc 
verru , qur etouffe Tambition , ne 
laifle paroitrc que T^mulation & IV 
mour de la gloire. L'ambition fuppofe 
des proprietes. Avant qu'il j ait des 
ambitieux , il doit y avoir aes riches 

3ui Jouiflent de leurs avantages , & 
ont la fortune foic k la fois enviec 



ou pRiKciPES MS Loix; Liv. /. 85 

& rcfpeftcc. Sans cela rhommc fc 
donneroit-il la peine d'etre ambitieux ? 
Etouffant & corrompant la pliipart 
de ks qualic^s fbciales , par quel 
interet pourroit-il fe r^foudre i com- 
xnettrc les injuftices & les violences 
necellaires au fucces de I'ambition > 

Rien ne me paroit plus aiCe que dc 
contenir les hommes dans le devoir , 
avant qu*on eutetabli des proprietesj 
car rien n'etoit plus aife que de pour-» 
voir a leurs befoins & de les fatis- 
feire. Je crois voir les citoyens diftri- 
bu6s en difFerentes clafles ; les plus 
robuftes font deftines i cultiver la 
terre , les aiitres travaillent aux arts 
groffiers dont la foci6te ne peut fc 
paffer ; je vois par-tout des magafins 
publics , oil font renfermees les ri- 
chcflcs de la Republique ; & les 
Magiftrats , vraiment peres de la 
Patrie , tfont prefque point d'autrc 
fondion que d*entretenir les moeurs , 
& de diftribuer a chaque famille les 
chofes qui lui font neceflaires. 

C'eft , felon les apparences, la 
parelle qui troubla le bonheur de cet 
age d'or. Peut-etrc que Acs hommci 
plus iadolens & moins adifs que let 

Dv) 



$4 DE LA LEGrStATTOK,. 

autres , & qui attendoient leqr fub-^ 
fiftance du travail commim dc \x 
fociete , la fcrvirenr avec morns 
d'affiduitc & de zelc. Lcur noncha- 
lance y comme tons les autres vices , 
augmcttta en n'etant pas reprimee, 
Lcs pareflenx furent k charge a leuc 
concitoyens qui fe plaignirent y 8c 
la RepuWiquecommenca aetre agit^c 
par ces diflenfions. Si vous n'etes pas 
content de ces conjcdures , vous 
pouvez attribuer la naiflance des pre- 
miers defordres a I'injuftice des Ma- 
ciftrats , qui , dans la diftributron des 
fruits ou dfes autres chofes ncceflaires , 
fe firent k eux-memesune meillcure 
part , ou marquerent unc preference 
iDJufte pour leurs parens & leurs amis^ 
. Quoiqu il en fbit de ces premiers 
inecontentemens qui preparoientune 
revolution frneftc , croyez-vous, 
ajouta notre Philofophe en me fa-rant 
la main , qu'il ftk impofiibled'y rem^- 
dier? les paffions alors n'avoient point 
Topiniarrcte & la force qu'elles eurent 
depuis. Pour profcrire la parefle , il 
ne s'agiflbit que d'cncourager an tra- 
vail en portant des Loix qui auroient 
xeveiUe ^ dans lcs citoyens , tixi&inA 



otT Principes des Loix. Uv. L 85 

natiirel qui nons invite ^ rcchercher 
Tcflime ae nos pareils , & a craindrc 
leur mepris. Pour arrcter Ics ptaintcs 
des hommes laborieux qui trouvoicnt 
mauvais de travailler pour des eitoyens 
inutiles a k focicte ; il fuffifoit de leur 
accorder des recompenfes & des diC- 
tindlions qui les auroient fait regarder 
comme les bienfaiteurs & les pcres 
de la Patrie. Si le mal venoit des 
preferences injuftes des Magiftrats 
dans la diftribution des fruits ; on 

fjouvoit , fans beaucoup de peine j> 
es rappellcr a leur devoir. Millc 
moyens y tons plus fimples les uns 
que les autres , fe prefentoient a Ix 
politique de nos peres , &tous etoicnt 
cgalementproprcs i maintenir I'ordre.. 
II feroit inutile de vous en parler , 
&: il eft aife de les imagincr , puif- 
que plufieurs peuptes , malgre I'em- 
portement de nos paffions , ont encore 
trouve le fecret de prefcrire des regies 
aux Magiftrats, &: de les eontraindre 
a obeir aux Loix. 

On fe livra fans reflexion a, des 
mouven:icns de colere , d*indignation 
& de vengeance. Puifque noirs nc 
vivons plus , dircac Ics citoycm les 



1 



plus laborieux , des fruits fpontancJ 
de la terre , & que le travail de nos 
bras eft neccflaire a la fociete , il eft 

{'ufte que chaque citoyen y contri- 
me ^ealement. II n'y. a qu'un moyen 
pour bannir la parefle &: charier Ics 
parefleux 5 que deformais les fruits 
de la terre n*appartiennent qu'a ceux 
quilesauront cultives , & aux ouvriers 
qui leur donnent , pour ainfi dire , 
une nouvelle exiftence. Nous efperons 
envain que lesMagiftratsmettront dans 
nos diftributions la juftice & Timpar- 
tialitc que nous defirons. Pour arreter 
le coiflrs des maux dont nous nous 
plaignons , que tardons-nous done a 

rrter une Loi qui attribue & donnc 
cbaque citoyen la recolte que fcs 
fbins auront produite ? Faifons un 
partage egal de nos terres , la n6- 
ceffite , la plus puiHante des Loix , 
bannira la parefle; le befoin donnera 
de la force, de Tadivite & de Tir-* 
duftrie , & nos Magiftrats feront 
debarrafles dun emploi qn'ils nc 
peuvent remplir. On ne decouvrit 
point Tabyme qu'on creufoit fou$ 
les pas , & on porta la Loi funeftc 
qui ordonnoic Ic partage des terres* 



btr pRurcrpEs nis LoiXrZ/V.A S^ 

Croyez-vous , dit Milord en badi** 
nant , m'avoir convaincu avcc vos 
idees poetiques ? II ne manque ^ la 
dcfcription de votre fiecle aor que 
des ruifleaux de kit qui ferpen tent dans 
Ics plaines ; & fi vous nc m'aviez deji 
prouvc qu'on n*abandonne point im- 
punement Ics regies 6troitcs de la 
nature , je ne ferois point trop f^chi 

3u'on nous etlt fait pafler du fiecle 
'or au fiecle d*argent. Si je vousdis 
qu*une pcdnte d'avarice eft peut-ctre. 
neceflaire aux hommes pour les fairc 
agir ; vous me repondrez qu*ils fe 
porteronr infenfiblement aux dcrniers 
exces , & j*ai peur que vous n*ayez 
raifon. QuoiquH en foit , la commu* 
naute des biens rcpand une extreme 
langueur dans la ibciete* Quel en- 
;ourdiflement ! Vous avcz bien raifon 
le craindre que k parefle , k plus 
paifible des paflions , ne trouble 
cependant vos citoyehs. Pourquoi 
travailleroient-ils ? iJa culture de la 
terre doit etre negligee , Sc les cam- 
pagnes ne produiront que des moiflbns 
fteriles fous des mains qui nc ferQ||t 
pas animees par la proprietc , car on 
ne travaille pas pour les autres avec 



ti DE LA LeGISLATIOII, 

la mcme ardeur que pour foi. Quel 
chetif fpedacle auroient d'ailleurs 
prefonte les focietes , qui , pour fe gou- 
verner par vos principes , auroient ete 
obligees d'etre extrememcnt petites? 
Quelle occupation faftidieule pour 
des Magiftrats que I'unique foin dc 
raflenibler les produftions de la terre , 
de vifiter les atteiiers des artifans , &c 
de diftribuer triftement aux citoyens 
les denrees & les vetemens dont ils 
ont befoin ! Enfin , fi tous les hommes 
ne reftoient pas dans ce premier ctat , 
ne voyez-vous pas que ceux qui fe 
leroient opiniatres a ne point changer 
de fituation , auroient ete bientot 
cnvahis par quelqite voifin dont I'a- 
varice & rambition auroient fait unc 
puiflance fonnidable > 

Milord , repondit notre Philofophe, 
fi les hommes n'ont pas befoin d'a- 
voir des proprietes pour ctre fenfibles 
au plaifir& a la douleur , foyez sur 
<jue la communaute des biens ne les 
jettera pas dans cct engourdiflement 
que vous redoutez. Je ne eonviendrai 
{mint qu*on doive etre avidc & avarc 
pour que la terre foit bien cultivee* 
Votre ot>je(^lion n'eft pas nouYcUc 



OU PRINCIPES DES LoiX. Uv* /. ^0 

pour moi, oi> me I'a propofee cent fois, 
& cent fois , j'ai pric mes adverfaires 
d*obferver qii'en ne fefaifantpasuac 
idee nette de la difference qu'il doit 
y avoir entre des hommes qui ne fe 
font pas ecartcs des inftitutions de la 
nature , &«des hommes qui en font 
moftrueufement eloigncs j il eft pret 
que impoffible de s'entendre en rai- 
fonnant avec eux. Par nne erreur 
etrange , ils confondent les fentimens 
de notre education & ceux de la nature; 
parce que des Tenfance notre ame eft 
ouverte aux erreurs & aux paffions 
que nos peres fe font faites ,&qu'elles 
leules font capables de nous donner 
de Taftion Sc du mouvement ; nous 
nous fommes accoutumes a les ap- 
peller abufiveraent Tinftinft de la 
nature* N'ayant aujourd'hui , pour 
route politique , que Tart de nous 
fervir de nos vices pour nous remuer 
& nous donner de la vie ; fans doute 
nous rcfterions immobiles & fans 
adion a la vue des motifs qui de- 
termineroient & entraineroient les 
citoycns de mon age d'or. Nous 
pefons tout au poids a un vil intcrct , 
nos plaifirs &: nos douleurs dependent 



ti DE LA LeGISLATIOII, 

la mcme ardeur que pour foi. Quel 
chetif fpedacle auroient d'ailleurs 
prefe^iteles focietes , qui , pour fe gou- 
verner par vos principes , auroient ete 
obligees d'etre extrememcnt petites > 
Quelle occupation faftidieule pour 
des Magiftrats que i'unique foin dc 
raflenibler les produftions de la terre , 
de vifiter les atteliers des artifans , &: 
dc diftribuer triftement aux citoyens 
les denrees & les vetemens dont ils 
ont befoin ! Enfin , (i tous les hommes 
ne reftoient pas dans ce premier etat , 
ne voyez-vous pas que ceux qui fe 
leroient opiniatres a ne point changer 
de fituation , auroient ete bientot 
cnvahis par quelqite voifin dont I'a- 
varice & rambition auroient fait unc 
piiiflance fonnidable > 

Milord , repondit notre Philofophe, 
fi les hommes n*ont pas befoin d'ia- 
voir des proprietes pour ctre fcnfibles 
au plaifir & a la douleur , foyez sur 
que la communaute des biens ne les 
jettera pas dans cct engourdifTement 
que vous redoutez. Je ne eonviendrai 
{mint qu'on doivc etre avidc & avarc 
pour que la terre foit bien cultivee* 
Votre objcikioxi n'eft pas nouYcUc 



CV PRINCIPES DES LoiX. Uv^ /. ^0 

pour moi, oi> me I'a propofec cent fois, 
& cent fois , )'ai prie mes advcrfairej 
d*obferver qu'en ne fe faifant pas unc 
idee nette de la difference qu'il doit 
y avoir entre des hommes qui ne fe 
ibnt pas ecartcs des inftitutions de la 
nature , &«des hommes qui en font 
moftrueufement eloigncs ; il eft pret 
que impoffible de s'entendre en rai- 
fonnant avec eux. Par nne erreur 
etrange , ils confondent Ics fentimens 
de notre education & ceux de la nature; 
parce que des Tenfance notre ame eft 
ouverte aux erreurs & aux paffions 
que nos peres fe font faites ,&qu'elles 
feules font capables de nous donner 
de Taftion &c du mouvement ; nous 
nous fommes accoutumes a les ap- 
peller abufiveraent Tinftinft de la 
nature. N'ayant aujourd'hui , pour 
toute politique , que Tart de nous 
fervir de nos vices pour nous remuer 
&" nous donner de la vie ; fans doute 
nous rcfterions immobiles & fans 
adion i la vue des motifs qui de- 
termineroient & entrain eroient les 
citoycns de mon age d'or. Nous 
pefons tout au poids d'un vil intcrct , 
nos plaiiirs &: nos douleurs dependent 



^O ©E LA L^GISLAtlOl^^. 

de nos gains & de nos pertes ; mzli 
des hommcs qui ne font pas avares , 
ont d'autres fources dc plaifir & de 
peine. 

On ne travaille point , dites-vous , 
avec la meme ardeur pour les autres 
que pour foi ; cette verke eft incon- 
teftabfe pour tous les terns. Mais qui 
vous a dit que ce cultivateur infati- 
gable , qui fait des recoltes beaucoup 

Elus abondantes que ne I'exigent fes 
efoins & ceux de fa famille , nc 
travaille pas pour lui ! II travaillera 
veritablement pour lui , Milord , fi les 
Loix ont fu attachcr de la gloire & 
dc la confideration a fbn travail. Au 
milieu de notre corruption , nous 
voyons encore des hommes qui , con- 
duits par Teftime de leurs pareils & 
Tapprobation de leur propre conf- 
cience , croyent travailler pour leur 
bien particulier en s*immolant au 
bien public. Pourquoi done la com- 
munaute des biens ne produiroit-elle 
pas des heros? Nous fommes ad:ifs 
& laborieux par avarice j en nous 
conformant aux intentions de la na- 
ture , nous Taurions ete par devoir , 
pour cviter le mepris & gouter Ic 



ov Principf.s MS Loix. Z/v. /. 91' 

plaifirqui accompagne la confidcra- 
tion. Raflurez-vous done , Milord ; 
mais quand ie ferois oblige dc eon- 
vcnir que aans la communautc dcs 
bicns , les r^coltcs feroient moins 
abondantes que dans Tetat de pro- 
priete qui devafte tant de provin- 
ces J qu'en concluriez-vous ? lime 
femble que fans tomber dans unc 
trop lourde abfurdit6 , je pourrois 
croire qu'il eft plus avantageux pour 
le genre humain d'avoir qnelqiies 
vertus , que beaucoup de fruits. Que 
deviendra , dit - on la population ? 
Je reponds qu*il vaudroit mieux pc 
compter qu'un million d'homme^ 
heureux fur la terre entiere , que 
d'y voir cette multitude innombraole 
de mifcrables & d*efclaves qui ne vit 
qu*i moitic dans rabrutiflement ^ 
la mifere. Mais j'ajoutc que fi les 
hommes n'avoient jamais etabli la 
propriete , la terre feroit auffi culti- 
vec & auffi peuplee qu'elle peut 1 ctre. 
Le bonheur ne multiplie-t-il pas les 
hommes ? On n'auroit point vu de 
ces Gouvernemens qui aevorent les 
habitans. 

Vous m'avez demande quel chetif 



Ji BE LA LeGISIATIOM, 

fpeftacle prcfenteroient des focieteff 
n^ceflairement bornees a un petit 
nombre de families ; pour moi je 
vous detnandc , a mon tonr , quel 
Ipedaele li admirable ofFrent ces 
grands Etats , dont les parties j mal 
unies , fe choquent , fe heurtent , &: 
ne peuvent former un corps regulier* 
Tandis qu'une portion des citoyens 
s'abrutit dans la mifere , Tautre s'abru- 
tit dans Tabondance. Tout languit , 
tout vegete a peine, tout meurt faute 
d aftion , on ne connoit que des 
mouvemens momentaties & convul- 
fifs y on veut eflayer fes forces & on 
ne fent que fa foiblefle ; enfin une 
longue decadence annonce une ruine 
certaine. En nous donnant de li foi- 
bles lumieres , en mettant des borncs 
. fi etroites a notre attention & a notre 
vigilance , la nature ne nous inftruit- 
clle pas que nous ne fommes point 
deftines a former de grands Empires i 
Je vous en demande pardon , Milord , 
des hommes vertueux & heareux , 
quelque petit que foit leur nombre , 
Xte font point une chofe fi chetive 
aux yeux dun philofophe. Ce qui mc 
paroit ridicule , c? font cos graadQs 



t>u Principes des Loix. Liv. 1. 9} 

focieies qui s'egarent avec methode > 
que rexperience n'cclaire jamais , & 
qui font prccifcment tout ce qui peut 
augmenter leurs maux , en efperant 
toujours de les guerir. 

Quelle occupation , dites - vous ,' 

Sour des Magiftrats , que le foia 
'examiner fi cnaque citoyen s'acquitc 
avec exaditude du travail dont il eft 
charge , de raflcmbler dans des ma- 
gafins , de confervcr & de diftribuer , 
par egales portions , les fruits de la 
terre & les autres chofes dont les fa- 
milies auront befoin. En effet , rien 
n'eft fi plat que des Magiftrats conver- 
tis en piqueurs d'ouvriers , en regiP 
feurs de terre & en maitres-dliotel ; 
fans doute , il eft bien plus fagc d'avoir 
epargne aux notresde fi fades emplois, 
& pourennoblir leurs fondlions, de les 
mettre dans la neceffit6 de ne rien 
faire ou de ne faire que des fottifes* 
En effet , parlez-moi d'un Magiftrat 
occupe a marchander les membres du 
Parlcment , qui etudie le prix de 
chacun , & qui ne Tachetera que ce 
qu'il vaut pr^cifement : Voiu des 
talens qui honorent un etre raifon- 
nable, Nourrir ^ vetir des hommes \ 

quelle mifere I 11 eft bien plus beau 



1^4 I>E ^^ LiciSLATION, 

d'imaginer de$ banqueroutes ou des 
tours de pafle-pafle pour piller les 
citoyens & acheter des voluptes k 
Icurs depens 5 c'eft dans ces heureufes 
inventions que Tefprit fe deploye. 
Pardonnez-moi , Milord , mes mau- 
vaifes plaifanterics ; & je vous demandc 
ferieulemcnt , a mon tour , s'il eft unc 
occupation plus digne dfes Magiftrats , 
que de veiller k la fubfiftance des 
hommes ; de facon que cette vile 

f)ature, dont nous avons befointous 
es jours , ne devienne pas un principe 
de trouble & de difcorde. 

Mais enfin , il n'eft pas vrai que 
dans la communaute des biens , les 
fonftions de la Magiftrature fuflcnt 
bornees a la fimple diftriburion des 
fruits & des vetemens. Nous eprou* 
vions des defordres , puifque nous 
avons ete forces > pour les reprimer, 
de creer une puiflance publique des 
Loix & des Magiftrats. Nos qualites 
fociales tienncnt de bien pres a quel- 
que vice , la pitie a la foiblefle ^ Te- 
mulation i Tenvie , I'amour du plaifir 
i la volupte , Torgueil a la vanite , 
i'amour au repos a la parefle , &c. 
vToujours prets a nous egarcr ^ toujour^ 



Oui^RINCIPES DES LoiX. Z/V. /. 95 

cntoures de pieges , nous avons con- 
rinuellement befoin que les Loix nous 
gardent. Des Magiftrats fans ceflc 
occupes du foin de les fairc obferver , 
d'epier nos befoins pour fblliciter des 
reglemens favorablcs , ou faire revo- 
quer ceux qui ont ete faits avec ne- 
gligence ou trop de precipitation, 
ne penfent - ils qu'a des puerilites ? 
Dans les moindres abus , il faut de- 
meler le principe des plus grands 
maux , & Tetouflfer avant qu'il ait Ic 
terns de fe developper. Puifque les 
Loix font neceflaires pour etayer notrc 
raifon chancellante & nos fragiles 
vertus , foyez sur que les Magiftrats 
ne manqueront jamais d'affaires impor- 
tantes, Mais quand ils feroient riduits 
i n'etre exaftement que les economes 
de leurs concitoyens , de quoi vous 
plaindriez-vous ? Seroit-ce un fi grand 
malheur qu'une foci6t6 eut une coniP 
titution anez fage pour que fes Ma- 
giftrats , libres de tout foin & de toutc 
inquietude , n'eu<Tent rien a faire? 
Aimeriez-vous mieux des Etats o\V 
les citoyens , genes par des Loix qu'ils 
haiflcnt , laiTent la conftance du Gou- 

vemement , trompeat fa vigilance ^ 



^tf DE LA Legislation, 

& lui communiquent enfin tons leurs 

vices* 

Jc nc comprends pas pourquoi Ics 
focietes qui n'auroient pas abandonne 
cette premiere (ituation que je regrete, 
feroient envahies par les peuples voi- 
Cns qui fe feroient hates d'en iortir. Jc 
vous renvoye a Platon pour vous rat 
furer ; voyez comme Socrate refute 
la meme objedion que vous mepro- 
pofez. Ne fbyez pas en peine de ma 
Republique , dit-il a Adimante : unc 
armeepauvre & compofeede citoyens 
heureux , eft invincible ; elle battra 
toujours une armee deux ou trois fois 
plus nombreufe qu'elle , &: qui ap- 
partiendra a un peuple riche. L'ex- 
perience ne nous apprend-t-elle pas 
qu'un lutteur fobre eft toujours vain- 
queur dun lutteur intemperant ? Nous 
ne manquerons point de fecours , 
nous nous adreflerons a quelqy es Etats 
voifins, en leur difant que nous n'avons 
befoin ni d'or , ni d argent , ni dc 
conquetes , & que nous leur aban- 
donnons les depouilles de nos enne- 
mis , s'ils nous aident a les vaincrc. 
Croyez - vous , ajouta-t-il ^ que de 
p^reilles offres foient rejettees , & 

qu'on 



ou pRmcipEs MS Loix. Liv. 7. 97 

<ju^on aime micux attaquer des dogiics 
maigres& robuftcs, qucde fc joindre 
k cax contre un troupeaii gras &: dcli- 
cat. Voila, Milord , comme on rai- 
Ibnne, iquand Vavaricc , qui degrade 
1m amcs , n'a pas appris a rcgardor 
rargcnt.comme lencrfdela guerre &: 
dc la paix. Socratc auroit etendu cc 
raifonnement s*il cut parle dans un 
pays qui n'ciit pas connu le pouvoir du 
courage , deladifcipKne &des moeurs; 
mais la Grece n'avoit pas oublie que 
toutes Ics forces de Aerces avoient" 
echoue contre les villes de Laced^- 
monc &c d'Athenes. 

Apres tout , cette ambition , cei 
conquetes , ces - armces que vous 
redoutez dans vos voifins , vous fer- 
viront a cnnoblir les fonflions dc 
votre Magiftrature 5 en s'occupant 
du foin dc repoufler , avcc fucces , 
les injures & les armes de quelquc 
peuple inquiet & ambitieux , ellc 
s'elevera au-dcffus de ces petits <jic- 
tails cconomiques dont vous faites 
trop pen de cas. Vos Loix , Milord > 
acquerront plus de majeft6 ; vou$ 
verrez fe former des ctabliflemens 
propres a faire autant de hcros que 



$i DE LA LEGISLATION,' 

vous aurez de citoycns 5 ils feront 
commandos par des Miltiade , dcs 
Themiftocle , des Lconidas, Sans 
fuppofer des Magiftrats egaux a 
Lycurgue , il ruitra une Republique 
plus excellente encore que celle de 
Lacedemone , parce que les principes 
de fon Gouvernemcnt ne s'ecartcront 
en aucuri point des vues de la nature. 
Me trompai-je , fi je crois qu'iin bon 
Gouvernement & de fages Loix font 
Ic plus sur rempart d un Etat contFC 
fes ennemis ? Que TEurope feroit 
hontcufe de fa politique , fi elle 
K)uvoit appercevoir qu'il eft infenf^ 
I'efperer de grandes enofes , en reni* 
dant les citoyensvicieuxlRecherchez, 
je vous prie , les caufes qui ont ruin6 
tant de peuplesdont parle THiftoircj 
SfC vous vcrrez conftamment que ce 
n'eft point au petit nombre de leurs 
(bldats , ni a leur pauvret6 , qu'il 
^ 15* en faut prendre , mais a quelquc 
' vice de leur Gouvernement, Eft-ce 
pour n'avoir eu que trente mille ci- 
toyens , point d'or , & des domaines 
peu 6tendus , que Sparte a etc 
detruite, ou pour avoir abandonni 

j.c$ iaftitution? dp fpn L^^iflatgur i 



OXJ PRiNcrWEs DEs Loix. Liv. L 9 J 

t^uand on confidcre de quel point dc 
foiblefle les Romains font partis pour 
conquerir le mondc , & de quel dcgrd 
de piiiflance & de grandeur quelques 
bandes dc mes anciens compatriotes 
les ont fait decheoir , on eft bien 
tente de croire que la fortune des 
Etats ne tient a rien dc ce que notre 
politique moderne eftime tant. 

C'eft unc grande folic de fe plus 

occuper de fes voifins que de foi- 

mcmc; que vous importe qu'ils foient 

infenfes , pourvu que vous ne les 

imitiez pas dans leur folic ? Vouiez- 

vous trouver des allies fidelcs,&n'avoir 

point d'enncmi redoutable? faitesref-, 

peder votre juftice , votre pauvrete , 

votre temperance , votre conftance &c 

votre courage. Or , je vous demande fi 

une Republique ovi Icsbiens font com- 

muns , n'eft pas plus difpofce k fuivre 

cette politique , qu'un Etat qui s'enor- 

gucillit dc fes richeflcs ; & parce qu'il 

cftriche, ne peutarmer pout fa dcfenfe 

qu'une canaille meprifablc* Quel eft 

le Prince aujourd'hai qui peut mencr 

contre fes cnnemis vingt mille Spar- 

tiates } La petite ville oe Sparte etoit 

done plus forte que ne Teft aujourd'hui 

E ij 



145777 



too De tA Legisiation. '. 

le Monarque le plus redou table. Si 
nos Xerces n'avoient pas affaire a 
d'autres Xerces , ils ne troCiveroient 
par-tout que des Salamines, desPla* 
tee & des Micale, 
' Je ne craini pas que la communaut^ 
des biens laifle les ckoyens indiff^^ 
rens fur le fort dc- TEtat. Moins on 
eft occup6 de fes richefles , de foa 
luxe & de fes voluptes , plus on eft 
attache au bien public j on parok 
s'oubRer pour n'aimcr que les Loix 2 
Fcxperience le prouve , i&r la raifon 
confirme I'experience. Si je n'ai au-r 
cune propriete , & que je recoive 
des mains des Magiftrats toutes les 
chofes dont j'aibefoin , foyez sur que 
faimerai ma Patrie , parce que je lui 
dcvrai tout, Ne nous faifons pas illu-^ 
fion , la propriete nous partage en 
deux clafles , en riches & en pauvres* 
Les premiers prefereront toujours leur 
fortune domeftique a celle de TEtat j 
& les feconds n'aimeront jamais un 
Gouvernemcnt & des Loix qui per^ 
mettent qu ils foient malheureux. Les 
citoycns de ma Republique compare- 
ront leur fituation a celle des ennemis 
qui les veulent fubjuguer j fier^ dp leur 



OU PftlNClPES DBS LOlX. Liv. I. 1 01 

^galit^ , jxloux de Icur libert^ , ils 
vcrront qu'ils ont tout a pcrdre en 
pallant fous une domination ctran* 
gcrc , & leur defefpoir donnera unt 
Force nouvelle )l toutes leurs vertus. 



C H A P I T R E IV. 

Dcs obfiacUs infumiontablcs qui s*op^ 
pofcnt au ritahlijftmtnt dc ti^alite 
ditndtt* Dans tordrt its chofes ou 
nous nous trouvons , U Le^Jlateur 
doit J avec prudence , tourner toutes fes 
forces contre [avarice & C ambition. 

Je comprends i merveillc tout cela , 
dit Milord d'un ton aflez afBuje , & 
vous mc faites trembler pour TEuropc. 
J*avois efpere qu'en nous cntrctenant 
des Loix, vous me fcricz connoitre 
ccUes qui pcuvent nous conduire au 
bonheur ; oc je crains que vous ne 
m'ayez (implement prouve que nous 
fonunes dans un abymc d'ovi il eft 
impoffible de fortir. Apres tant de 

Eiij 



rox DE LA Legislation, 

fottifes &: de bevues faites , refaitesv 
;€omi:nencees , confommees , accu- 
jwulees pendant une longue fuite de 
Bichs ^. comment la politique s'y 
prendra-t-dle pour reparer fes torts? 
Je vou$ connois, vous etes inflexible 
dans vos principes 5 vous allcz retablir 
Tcgalite , & rafFermiflantparla com- 
munaute des hicm , vous allez, k 

I'exemple de Platon 

N'en doutez pas , reprit notre Pht* 
fofophe avec vivacite y fi Je pouvois 
detruire les prejuges qui egarent notre* 
raifon , fi je pouvois arracher de notrc* 
coeur les paflions tyranniques qui Tat 
ferviflent , je ne balancexoi?. pas ua 
moment a remettre les hommes daas 
la plus parfaite egalite- Si on me: 
kiiffbit faire 5 je vo*is donnerois des. 
Loix bien plus rigides que- celles de 
Platon ; car je fuis fache , poor vous 
le dire en paflant, quece philofophe 
Qui voutoit nous prefenter le tableau 
^auneRepublique parfaite , ait echoue 
dans fon entreprile , parce qu'il n'a 
pas ofe traiter les fi^nples citoyens 
comme il traite Iqs Magiftrats. U a 
^nti , il eft vrai , que pour, faire^ 
^$ M^giftcats 5i dQs guerri^s aufli 



OtJ PrINCIPES DES LoiX. Z/^. /. lOJ 

accomplis qu'il le defiroit , il falloic 
les rendrc innacceflibles a Tavaricc 
& k Fambition , & ne leiir laifler , 
par confequent , aiicune proprietc , 
aiicune fortune ^ &: charger le public* 
de leur entretien. Craignant mcmc 
que des interets de famille ou les 
liaifons du fang ne les detournaflent 
de leur devoir » il a outre la prudence 
& les .precautions jufqu a etaolir entrc 
cux la cominunautc des femmes 5 &C 
voila , je crois , la feule Loi dont 
liotre libertinagc pourroit s^accom- 
moder. 

Mais puifque Platon efperoit tant 
tfavahtages en reglant aiDfi la condi- 
tion des Magiftrats & des guerriers , 
3ue n'etabliffbit - il la communaute 
cs biens entre tous les citoyens ? 11 
ne lui en auroit pas plus coute. Je 
fais bien qu'il dit auelque part, que 

Spur juger du bonneur d'unc Repu- 
lique , il fuffit d'examiner le carac- 
tcre & les t^ens de ceux qui la 
gouvement & la defendent \ mais y 
avec fa permiflion , je prends la li- 
berte de lui demanaer , li , pour ju- 
cer du caraftere & des talens des 



t©4 ^^ ^^ Legislation^ 
JMagiftrats & des guerriers , il ne fauc 
pas examiner les mceurs particulieres 
des citoyens. Platon a peur que les 
Philofophes ^ a qui il confie le Gou- 
vernement , ne preferent la retraitc 
a Tembarras des affaires , & ne fe 
refufent aux defirs de leurs conci- 
toyens qui les appelleront a la Ma- 
^iftrature •, pour moi jc craindrois 
que des gens qui aiiront toutes les 

f^affibns que donnc la propriete , ne 
iifTent bientot Eatigues oc excedes 
de toutes les vertus que Platon raf- 
femble a grands frais dans fes Ma- 
giftrats &: fes Guerriers. II avoue que 
fa R^publiquc aura cnfm le fott 
commua aux autres Etats ; & qu*a- 
pres bien des agitations , fes Pnilo- 
fophes , degoutes de leur fagefle , 
conjureront contre FEtat » s'accor- 
deront a faire entr'eux le partage 
des terres > & traiterorit en efclaves 
le refte des citoyens. Pour trouver la 
caufe de cette fatale decadence , il 
a recours k je ne fais quels raifon- 
nemens d'AArologie judiciaire que je 
n'entends pas trop bien, Mais au 
lieu de s*ea prendre aux aftres ^ 
& dTimagincr qu'apres une certainc 



OU PriNCIP£S DEsLoIX. Liv.I. lOf 

revolution , ils nc pourront plus pro- 
duire dcs hommes proprcs a 1 etude 
de la philofophic j n'auroit - il pai 
ith plus court & phis raifonnablc: 
d'en accufer les vices qu'il avoit 
laiflT^s a fes citoyens en leur donnant 
des proprietcs y & qui fe feroient 
infcnfibtement communiques aux 
Magiftrats & aux Guerriers? 

N'eft-il pas evident oue des hom- 
mes qui eftimeront les rioieflcs , parcc 
qu'ils ont des proprietes , & qui 
voudront avoir les vices de Fopulence^ 
feront tentes de meprifer des pbilofb- 
phes entretenus aux depens du public > 
En leur accordant Fentretien Ic plus 
modefte , on croira en faire trop pout 
cux. On les regardera conune un 
fardeau pefant & incommode pour la 
Republique ; on les prendra pour des ' 
mercenaires •, &: loin de leur obeir , 
on en exigcra une molLe complai- 
lance. Plus les Magiftrats , confommes 
dans Tetudedc la fagefle , en fuivronr 
fcrupuleufement les regies dans leur 
adminiftration 5: phis le pcuple , qui 
n'eft pas prepare a ces hautes fpe- 
culations , fera difpofc a prendre pouf 

E.V 



tQ6 DE LA LEGrSLAXrON, 

des reveries les Loix auftcres dont if 
ne fentira , ni la juftice , ni le befoin^. 
En etabliflant la communaute dcs. 
biens entre les fimples citoyeivs , 
comme entre les Magiftrats & les. 
Guerriers , il auroit cte facile de for-^ 
mer nne Republique qui auroit trouve 
en elle-mcme tous les moyens ne- 
ceflaires pour fubfifter eternellement ; 
mais des que^ Platon a manque ce 
point ejQTentiel , il doit s'elever des 
paffions dans le coeur de fes citoyens^ 
Quelque timides qu'on fuppofe ccs 
paffions a Icur naiflance , ellcs ac-» 
querrent des forces en travailknt 
inccflamment a ranimer des Loix qui 
Its contrarient. Etles feront naitre^ 
des diflenfions , des querelles , des 
troubles j &; deis queries Magiftrats 

' cmportes, fi je puis parler ainn , par 
le torrent des moeurs &: des opinions . 
publiques, auront cprouvc que leur 
philofophie ne peut triompner des. 
vices des citoyens , leur vigilance fe- 
relachera. Us commenceront eux- 
mcmcs , fans Tinfluence des aftres , 
a fe degovker de leur vertu. De-li , 
a: fc familiarifir avec le vice , a 

laimer meme , la diftance eft courtQ j 



ou Frincipes des Loix* Z/V. /. r6j 

& TEtat nc tardcra pas a Tc miner. 
Mats laiflbns-la Platon , &: nc 
craignez pas , Milord , que jc fon^c 
a fiiirc une RcpuWiquc plus parfaitc 
que la fienne j Ics matcriaux m6 
manquent pour 61ev?r . un pa'reil Edi- 
fice. Si jc m^avifbis dc propofcr a la 
premiere clafle des citoycnS', dc rc- 
nbnccr a teurs prerogatives ,, & dc 
fc confondrc avcc Ic dernier ordrc 
dc I'Etat; eommeht imaginez-vous 
qu'on redit ma propefition ? La va- 
nite revoltce des Grands paroitra ctrc 
' kur feulc paffion.- J'aurai beau rai- 
fonncr^ j^aurai beait prbuvcr , mes- 
raifonnemens^ feront inutiles ; nies 
preitves feront perdues. Offrirai-je Ic 
bonheiir? on le rejettera avcc dcdain , 
& on facrifiera tout a la conlervation 
d'une dignite dont on eft fouvent fati- 
gue , S^qu'on vcut cependant tou jours- 
augmenter. Si ce maiivais fucces nc* 
me rebute pas , & qu'cfperant avoir" 
meilleur marche de Tavarice que de 
la vanite , feflaye de' retablir Tcga- 
lite par tine, nouveilcdiftribution des 
fortunes 5 je paflcrai infailliblement 
pour un fol ^ &" j'eprouverai bientot que 
i'avarice n'eft/pas moins intraitablc: 

E vj 



icJ ©E lA LegislatioitJ' 

^ue la vanite. Oa diroit que les 
hommcs n'ont qu'une paflioa domi- 
nante y m^is fbyez sur qiu'ils en on : 
deux ^galement fortes. ^ ^gakment 
imperieufes , egalement durables y, &i 
qui oat fak une alliance eternelle 
cntr'eU'es. N'eft-on que riche? on 
veut ctrc grand. N'eft-on que grands 
on veut etre ciche. £ft-on riehe 8^ 
grand i on veut &re plus riche & 
plus grand encore* 

Jciraisminie', MiforJ , vousr dire 
quelquc chofe de plus incroyable* 
Quand^ force d'eloquence & de dc- 
monftrations ^ paffez-nK)i eerte fup- 
pofition ridicule, on auroit fait le 
miracle de riduire les gpands & Icsr 
riches k fe contenter rfuBbe: entiercr 
cgalitc avec les perfonnes qu'ik me- 
prifeat y je ne fais fi les petits & les 
paUvres y voudroient confentir , ou* 
du moias s'ils pourroient prendre de& 
ipntinvcass conformes 4 leuc nouvellc 
fituation^ Ce n'eft point une plai- 
fanteric, le& chofes en^ font venues ^ 
dans, prefque toutc: TEurope , k un 
lel dcgrc aaviliflement & de mifere^ 
qu'ils auroient une forte dtf repu*- 
{oajxca ou de bonte k egaler les 



• CTU pRINdPES DBS LoiX*. Uv. T^ %Oif 

aittres y & fc trouveroientembarrailBs 
4 leur cote. N'avez-vous jamais ten* 
contr^ de ces faommea vMs , ft con-^ 
Taincus de leur neanir , &: fl flatt^ 
d'approcherde teurs ^iperieiirs y qu'iia 
achetent par dcs bafiefles Thonneur 
de ics fervirflr demeriterun de lews: 
regards ? Lepeupteades emportemens 
d'infbience , mais aucun principe d'£- 
galitc. J*ai cm rcmarquer cent foii 
dans les perfbnncs mcmes qui fc pi* 
quenr de pcnfer avec le plus de 
|uftefle & de force , qu'ellcs fc laiA 
fent fiirprcndre par Iccrat des gran- 
deurs & dcs richcflcs , & retombcnt 
machinatcmcnt dans la phce o\i la 
fortune Ics a fait naitrc 

Les Grands font bien bons de crain- 
dre que les petits ne le& depouillent 
de leur graiadeiTr. Tous les Etats onr 
cu , a rcur naiflance , des Loix fa- 
vorables a Tegalite , tous ccpendanf 
Dnt vu fe former des diftindions &r 
des preferences choquantes entre les 
citoyens ^ Sc quoique les richefles 
& les dignites fuflcnt d'abord pen* 
impofantes , cUesont cependant lufit 

four fubjuguer la multitude : tant 
empire des richeffes & des dignites 



eft purflant i Songez, jc vous pri'e-^ 
combieii il fallut de terns aux Pie- 
bey ens, memes de Rome, poutifeTe- 
foudre a partager la Magiftrature iaivcc: 
Ifes Patriciens. Le peupler eependant 
n'y ctoit point accoutume ,, comme- 
il eft aujourd'hui dans^ prefquetouta 
FEurope , a n'etrc compte pourrienk. 
L'exil de: Tarquin hxk avoit infpirc 
I'amour le plus extreme de h, liberteV 
on lux avoit donne l-efperance de ne: 
plus obeir qu'aux Loix ; il avoit fou- 
tenu une guerre longue , opiniatre , 
& qui avoit du clever fes fentimensr 
Toutefois ces malheureux Plebeyens , . 
combien n'eprouverent-ils pas de mau- 
vais traitemens de la part des Nobles,, 
avantqu'ils fbngeaflenr, je ne dis pasa 
les humilier , mais a ie defendre ? Le 
peuple, enfin laflf^ dela tyrannie des 
Grands, fe retire flir le Morit Sacrc; 
il etl aflez fort pour perdr^ fes enne- 
mis , ou reprendre du moins I'cgalite 
quelui donnent les Loix; mais je ne 
Lais quel refpeft arrete fa vengeance ; 
& fon ainbition fe. borne a n'ctre 
pas opprime. Les Magiftrats* ^ qu'il" 
charge de veiller a fa surete , nont 
aucune. marque de. Magiftrature ,& 




ou PkiNcn?Es DEs 'Loix^ Liv.il iit 

font affis humblement i. ta portc: 
exterieuredu Senat.. Ccs.TBibuns qui, 
connoiflbient leurs forces , &: fi em- • 
prcflcs a relever la dignitc dc leur 
ordr©4|pur augmentcr leur peuvoir>., 
quelldfpeine n'eurenc-ils pas 4. fairer 
piker aux. Plebeyens. les principes. 
(e TegaKte^' Si la. multitude, s'agite: 
quelquefois dans, la place publique ,, 
fi tout retentitde fes plaintes , (i.ellc 
paroit refolue i s'emparer de Tauto- 
ritc , ne craignez rien ; unc forte 
d'inftindr aveugle & confiis , fruit dc* 
rhabitude &^ de je ne fais- quelle 
pudeur , retient les Plebeyens ; 6^ fans 
qu'ils s'en apper^oivent cux-mcmes , 
cet inftinft calmera leur inquietude. 
II faut qu'ils fc familiarifcnt peu-a- 
peu avec Tambition qu'on veut leur 
infpirer, &: s'ils obtiennent , dans, 
un moment d'emportement , le pri- 
vilege de partager les faifceaux avec 
les Patriciens, il s'ecoulera deux fie- 
cles avant qu'ils ofent jo^uir de fet 
honneur. 

L'Hiftoire die tons les peuples eft 
une preuvede ce que je dis ; la votre^ 
Milord , le demontre. Les chei's de 
vos Puritains voulanteleyeiunevraic 



tl2 D2 LA LEGISLATrOK^ 

R^pnbHquerur les ruinesdelaRoyauti 
& de la Pairie auxquclles vous eticz. 
accoutumes , auelle refiftance invin- 
cible n'cprouverent-ils pas de la part 
dcs citayens memes qui crowient la 
revoke legitime , qui avoiSi-t pris 
les armes pour reprimer les abus , 8c 
qui nc pouvoient fc refoudire a chan- 
ger les prineipes du Goavernement i 
Apres des evenenaens qui paroiflbientr 
li proprcs adonner ua nouvel cfprit 
& de nouvelles Loix a. votre Nation ^ 
vous vous retrouvates dans la meme 
fituation o\i vous etiez auparavant* 
Pour r&ablir Tordce , ehacun fe re- 
mit k fa place ^ perfonne n ofa etre 
Tcgal de fon fopericur , & vous 
en revintes par habitude a votre 
grande Charte^ Voila la nvarche de 
t'efprir & da cceur humarn. A quels 
fignes un Legiflateur connoitra-t-il 
done (i un peuple peut encore fe con- 
ibrmer aux vues de la nature , pour 
jouir-dans I'egalite du bonheur auqucl 
cllele deftine ? C'eft quand les moeurs 
feront modeftes , & que les. befbins 
feront diminues au point que le pauvre 
foit content de fa pauvrete , & que le 
fichc ne txouve aucun avantage k 



00 pRjrkciPES DEs Loix. Z/V* /. 1 1 f 

ctrc richc ; c'eft quand les vcrtu5 
fcront plus honorees & plus utiles que 
les titrcs & les richefles, &: qu'on 
jugera des rangs par la probite. 

Vous voycz que je ne vous donne 
pas de grandes dpcrances ; & (i vous 
voulezjettcr ks fondemeiis d'unc Re- 
publique parfaitc , je vous confeillc , 
ajouta notre Philofophe en riant , 
d'allcr cherchcr des citoye^s dans les 
forets d*Anierique ou d*Afr:quc. Les 
malhcureux fauvages de ces contrcc» 
ne font qu'ignorans^ C*eft parce qu'il 
He leur eft pas encore venu dans I'ef- 
prit de cultiver la terrc , d'avoir des 
troupeaux &: des demeures fixes > &c 
de fongcr aujourd'hui aux befoins 
qu'ih auront demain ) que ton jours 
incertains de leur fort , toujours pref- 
fes par ia neceflk^ de la (aim ou du 
repas> touioiira occupes de la chafle 
ou de la pcchc , ils n'ont pas Ic terns 
de penfor & de s'afirancnir de leur 
mifore. Mais quelle energic ne re- 
marque-t-on pas dans tous les mou- 
vemens de leur ame ? Leurs vices & 
leurs prcjugcs ne tiennent point 
comme les notres , a la moHefle , aif 
luxe ^ aux vokptes ^ a une faiiilc 



It4 DE LA LEGIStATrori4'^ 

gloirc , a Fambition & a Tavaricew^ 
QiicUes reformes ou quels ctablifle- 
mens peut-on done leur propofer qui 
foient au-dcflu& rfe leurs forces ? 

II feroit plus facile de porter ces 
fauvagesa cultiver les arts neceflaires> 
que nous i abandonner les arts fu- 
pcrflus. jc retrouve dans leur fociete , 
a peine ebauchee , la plus parfaite- 
^galite. Elle n'admet aueune diftinc- 
tion entre le chef de la Tribu & le 
dernier pere de famille y il n'eft chef 
que par ce qu'il a donoe plus de 
preuves de courage y & il ceflera de 
I'etre , s'il fc laifle forpafler. Les 
peuples qui , parmi eux cultivcnt 
quelque peu de bted diode ou de 
manioc , n'ont point encore partag^ 
leurs champs par des fofles , cfcs. 
haies ou des homes: teurs femmes 
bechent y' fement St recoltent en 
commun. Leurs naaris ne font point 
•blig&, par dcs Lofx , a partager 
leur cfeafle dans k hameau^ mais ils 
§^ deshonoreroient a leurs propres 
yeux s'ils ne le fatfoient pas. L'hof- 
pitalite leur eft chere , & fans fonger 
qu*ils font prets a manquer de tout^ 
ils prodiguent aux. paflans tout ccr 



©u Principes des Loix. Liv. L rr j 

qu'ils ont. On dit mcme que dans la 
Horide quclqiies Tribus qui fcment 
du mais ^ portent leur recolte dans 
des greniers publics , & que chaque- 
famille y prend , avec regie &c fans 
avidite ,les grains dontelle abefbin. 
Quelles heureufes difpofitions pour 
etablir la conimunaute des bienst 
C'eft fu5 les bords de I'Oyo ou du 
Miffiflipi que Platon pourroit etablir 
fa Republique; quel dommage que 
nous croyons civilifer ces peuplcs en 
teur d©nnant nos vices & nos pre- 
jiiges ! 

En verite,>. dit Mitord a notre 
Philofophe , je defefperc , conune 
vous., cieja eonveriion generate- cfe 
FEurope ; cependant quand je fonge- 
aux bifarreries de la fortune , & fur- 
tout aux faillies & aux caprices de 
notre imagination , il me fembje que* 
Hous fommes capables de tout , & 
qu*un rien fuffit quelquefois pour nous 
porter aux extr^mites dont nous pa- 
roiflbns les plus ^loign&. Je ne vou- 
drois pas r^pondre que-vous ne viffiez- 
^ablir dans quelque canton , cette 
egalite & cette communaute de 
JbiQns. qucLYWs. a'ofezr plus efpecer* 



IKf DE LA LiGlSLATldti ^ 

Rappellcz-vous , je vous prie , qu'att 
milieu dcs troubles qui nous agitercnt 
fous le regne de Charles I , il s'eleva 
line efpcce ^illumine ^ qui , par un 
melange bifarre de folk & de raifon , 
loignit aux reveries les plus extra-^ 
vagantes Tur la Rdigion quelques 
idees de la plus fage morale. Get hom- 
me , fans lettres , limple artifan , nif^is 
eloquent k fa maniere , & dom^ine 
par une imagination imp^rieufc , crXit 
avoir un commerce regie avec Di^u. 
II precha la paix , Tunion , la cha- 
rite , & fit de votre cgalite politique 
le principal dogme de fa Religion. 
Bxk peu de terns il raflembla autou4r 
de mi un nombre confiderable die 
|)rofelytes , qui , fe croyant tous pro- 
phetes comme leur chef , mcprifoiene 
trop les biens de la terre pour n'avoir 
pas le plus grand dcfinterdfferaent. La 
fnigalite la plus auftere ne lair coiV 
toit rien ; 8c ne voulant reconnoitre 
niaucun fuperieur , niaucun inferieur, 
lis refiifoient de faluer le Roi , & Ic 
tutoyoient comme le dernier porte- 
faix de la cite. 

Si on eut faitprefcnt d'une ifle a ces 
enthouliaflies ^ de meme que JQ ne 



ov l^RiNciPis DEs Loix. Ltv. L 117 

quel Empcrcur en voulut donner une 
aux Platonicicns pour y etablir la 
Republique dc leur maitrc , je nc 
doute point qu'ils n'cuflcnt fait rc- 
vivre parmi eux la communaute dcs 
biens. £a faut-il d'autre prcuvc que 
la villc d'Euphrate , fondec par dcs 
Quakers rigidement attaches a leur 
premiere dodrinc , & qu'on a nom- 
mes Dunkards ou Dumplers ? Tout 
appartient en commun aux habitans 
de ccttc villc heureufc. - Propriete , 
fortune , di^ite , rang , en un mot , 
ilsignorent tout ce qui pourroit bleflcr 
rigaliti^ la plus partaite. Chacun , di- 
fent les relations, f«mplit, avec ccttc 
cxaftitudc &r ce z^ qu'infpire le fa^* 
natifme , les trava«x qui lui font 
affignes, Les produdions dela terre 
font mifes en commun ; voilk Ic 
trifor de la Republique &" le patri- 
moine dcs citoyens. Les Punkards 
ont des manufachircs , ils cultivent 
les arts n^ceflaircs , non - feulcment 
pour leur propre ufage , mais encore 
pour faire au dehors un petit com* 
mcrce qui les met en etat d'echanger 
chez leurs voifins unc forte de fuperflu 
avec les chofos ii^ceflaires qui leur 
manqucnt. 



C'eft dommage , quand Charles IL 
donna a Guillaume Pcnn la province 
<lepuis nommee Pcnfylvanie , que Ic 
fanatifmc des Quakers fe fut un peu 
rallenti, Vingt ans plutot , tous ces 
Illumines , qui fontreftes parmi nous 
& dans la Baflc-AUenKigne , fe fe- 
Toicnt cmbarques \ la luite dc Icur 
condudcur. En voyant cc grand nom- 
brc dc fujcts , Tambition de Pean 
auroit etc fatisfaite , & pour peupler 
fes deferts , il ne fc fcroit pas vu aans 
la ncccflite d'y appeller des profanes 
a qui il falloit prefenter un autre ap- 
pas que la communaute des biens* 
Unc circonftancc , un evenement , 
un hafard de plus , & vous voyez 
que toute la Pcnfylvanie fe feroit 
gouvernce par les memes maximes 
que la ville d'Eupferate^ Ce qui n'eft 
pas arrive alors , pcut arrivcr dans la 

luitc des terns, Elperez done* 

La belle reffburcc que vous me 
prefentez , reprit notre Philofophe ! 
Je voudrois pouvoir efperer i mais k 
vous parler franchement , je fais peu 
<le cas d'une fagefle ou Ton ne par- 
vient qu'a force de folic. Lai«(Ibns-la 
vos Quakers , qui n'ont trouve qu'unc 



OTJ Principes ots Loix. Liv. L 1 1 jr 

verite inutile. A qiioi kur fert lenr 
cgalitc , dont ils font incapablcs dc 
profiter pour former unc Republiquc 
raifonnaole 1 Regardant commc un 
crime d'oppofer la force a la force., 
& de repouflcr un cnnemi qui veut 
nous dctruire , ils ne pcuvent fe fou- 
tcnir que par la protedion d'un Gou- 
vernement etrangcr, & font, par con- 
{equcnt , toujours a la veille de leur 
ruine. Quelle focicte ridicule ! quoi- 
qu'il en foit des fanatiques qui pour- 
ront un jour mieux reuffif qu'eux ; 
fai quelque peine i croirc que des 
Illumines foient faits pour ctre dc 
fagcs Leeiflateurs. 

Quand Tegalite nc fubfifte plus ; 

quand les citoyens ont partage les 

terrcs , quana la communaute des 

biens ne peut plus ctre retablic ; quels 

font done , me direz-vous , les devoirs 

d'un Legiflateur ? II doit imiter un 

pilotc que des vents contraires de- 

tournent imp6rieufement de fa route. 

U ne s'abandonne point a leur fureur, 

il louvoye , il difpofe fes voiles de 

maniere qu*il va au plus pres. Les 

paffions, quela proprietea fait naitre, 

lont dans lesEtats ce que les vents font 



tiO bl LA LiciSLATION,' 

fur la mer ; n'allez point k leur rca-* 
centre , cllcs vons entraineroient , 
vous fcriez fubmerge. Mais il y a 
cettc difierence entre . Ic pilotc & Ic 
Legiflateiir , que Tun , ibumis aux 
viciffitudes du terns , nc pcut com- 
mander aux tempctes 5 & que I'autre , 
femblable au Neptune dc Virgile , 
cnchaine , quand il veut , Aquilon & 
'Boree , & ae laiflc rouler fur ks flots 
que Zephyr, Mais , pour vous parler 
fans figure , quel fera le fort dcs hom- 
mes , Milordf , fi les Loix , deftinces 
a rcprimer les paffions , &: entretenir 
Ic calme dans la fociete ^ y excitent 
cUes-mcmes des tempctes continuelles? 
Pour connoitre les intentions de la 
nature a notrc egard , le Legiflateur 
a du defcendre oans le cocur humaia 
& en pen6trcr tous les rcplis &: tous 
les fecrets ; pour apprendre comment 
il reparera nos malheurs , il doit encore 
y ctudier Torigine &Ie jeu de nos paf- 
lions , leurs caprices , de quels em- 
portemens elles font capables , Sc 
comment elles pcuvent encore etrc 
rcprimees. II me femble que la pre- 
miere paffion que nous a donnee la 
propricte , c'eft Tavarice > (i je ne me 

trompe , 



00 Prikcipes des Loix. Liv. L 121 

ttompc , c'eft d'ellc que ddcoulcnt 
tous nos vices & tous nos malhcurs ; 
il faut done Tattaquer. Mais ccttc 
paiHon fiirieufe acqiiiert de nouvelles 
rbrccs dans le combat ; plus ellc 
craint , plus die devient audacieufe , 
& finit tou jours par remporter la 
viftoirc- Loin dc combattre 4 force 
ouverte , le Lceiflateur doit done 
ufer de rufe &c aartifice j & la pre- 
miere confequence que je tire de cc 
Erincipe , c'eft que dans tout Etat oil 
L propriete eft une fois etablie , il 
faut la regarder comme le fonde- 
ment de Tordrc ^ de la paix & de la 
furete publique. 

En efFet , Milord , apres avoir rc- 
jette le bonheur que la nature nous 
offroit, & don t nous avons deja tant 

>arle , quelle feroit notre fituation , 
[i le L^giflateur ne faifoit pasrefpeder 
fcrupuleufement la propriete que les 
hommes font convenus de regarder 
comme la fource & le principe de 
leur pro{peritc ? lis feroient done con- 
damnes a ne pas meme jouir de Tappa^ 
rence du bonheur, Rappellez - vous 
combien quelques Republiques an- 

cienncs ont etc malheoreufes , parcc 

F 



111. DB LA Li«IStATIOK> 

que ks droits de la propriete n'y ont 
pas 6te facres. Tous Ics jours on en- 
tendoit les cris du peuple qui deman- 
doit un nouveau partagc des terres , 
pii rabolition des dettes 5 & ces cris 
itoient le fignal de la diFcorde. Les 
plaintes & les demandes de la mul- 
titude , fi elles etoient rejettces , ne 
fervoient qu'a faire naitre des haines 
impiacables. Une defiance generalc 
s'cmparoit des efprits -, on faifoit des 
injures , parce qu'on craignoit d'en 
recevoir > & les citoyens , occupes 
de leurs foupeons , de leur3 jaloufies , 
de leurs cralntes , de leurs efperances 
& de leur fortune donmeftique , n ai» 
moient plus , nt leur liberte , ni leur 
patrie. Le Legiflateur obeiflbit-il aux 
cris du peuple? Les citoyens depouil- 
les , & les citoyens enricbis n^en dc^ 
venoicnt pas meilleurs citoyens ; les 
uns ne fongeoient qu'k reparer leurs 
pert^s •, les autres ne m^ritoient que 
de nouvelles injuftices , & TEtat fc 
trouvoit divif^ en deux Republiqucs, 
Tous m^prifoient egalement les Loix 
ftuxquelles ils ne pouvoient plus avoir: 
aucune confiance. Le citoyen le plus 
gwd^gigu?: ae ft croit plus unhomm© 



r 

10U pRmciPEs DEs Loix^ Liv. T. 115* 

prive , &prendla place dcs Magiftrats; 
de-la Tempirc de la force &les guerres 
xivilcs : c'eft ainfi que des revolutions, 
toujours caufcs & cfFets Ics uncs des 
autrcs , dc calamites en calamitc^^ 
pouflcnt i'Etat a fa mine cntiere. 

n fcroit inutile de vous parler des 
<lcfaftres fans nombre auxquels les 
Monarchies ont etc cxpofecs , lorfquc 
les Loix n'ont pas cu la force d'y 
fairc refbeder la propriety qu'clles 
avoicnt etablie. Qui ne fait pas que 
la fdupart des foulevemens & de$ 
r^voites font Touvrage dc la rapine 
des Princes , de leurs miniftres & de 
leurs favoris ? Les Rois feroient moins 
jaloux de cetteautoriti qui ecrafetout, 
& qui les affbiblit , h leur avarice 
avoir des bornes- Qui ne voit pas 
que la pauvrete , la faim , la mifere, 
le luxe , le fade , la devaftation des 
provinces , raneantiflement du cou- 
rage & des efprits , font les fuites 
funeftes d'un Gouvcrnement qui ne 
travaille pas a diminuer fcs befoins ? 

A la naiflancc des chofes , toute Loi 
ctoit vicieufe qui fe relachant fur 
la communaute des biens, tendoit, 
dc la maniere la plus indirede , k 

Fij 



1X4 DEtA Legislation, 
favorifer retabliflement de la pro- 

})rietc y mais au contraire , toiite Loi 
era fage aujourd'hui qui tendra a 
Qter a nos paffions quelque moyen on 
quelque prctqxte de blefler les droits 
de la propriete , de la m^niere memq 
la plus legere. U nc fuffit pas , Mi- 
lord , de reprimer Tavarice y il faut 
etrc attentir a toutes les demarche^ 
de ^ambition •, pile eft nee avecTinega^ 
Jit6 des fortunes •, ^ fi vous permettez 
aux riches de croirp qu'ils font defti- 
pes 4 commander , vous gemirez 
bientot fbus tous les malheurs de Tam- 
bition & de ravaricc. 

Ceft pour n*avoir pas fait ces re^ 
chercbes fur la generation de nos 
vertus & de nps vice^ , qu? les Loij? 
n'ont prefque produit aucun bicn dans 
le monde •, elies devroient etre I'ou- 
vrage de lafagefle la plus confommee, 
& elles nc paroiflent aux yeux d'un 
homme qui raifoiine , que le monu- 
ment le plus authentique de la folii? 
Iiumainc. S'il ne s'agiflpit pas du bon- 
keur , c'eftr^-dirc , de tout ce que 
pous avons de jplus preciqux , pour- 
roit-on s'empecner de rirc , quand ot\ 
yoit de graves Legiflateurs qui ^ ^a 



cu Principhs des Loix. Liv. IL 115 

fe plaiffnant de quelques abus qu'ils 
pr^tendent corriger, finiflcnt cepen- 
dant par publier une Loi qui Ics 
favorife ? Ayez dcs vues gcncrales fur 
le bien public , connoiflez la fourcc 
oii vous devczle puiferj confitltezla 
nature , &" jamais vos Loix nc nous 
prcfenteront un bicn faux &: paiTager \ 
jamais , pour arretcr un mal medio- 
cre , elles ne jctteront dans I'Etat Ic 
germe d'une calamitc generate & 
perpetuclle. Le plus grand bonheur 
pour les hommes, ce feroit dc voir 
tombcr daris Toubli & le mepris cettc 
multitude de Loix dont ils font ac- 
cablcs. Vous avez beau entafler regle- 
mens fur reglemcns , vous multiplicrez 
vos malheurs , fi vous nc vous attachez 
pas i detruire les deux principaux vi- 
ces que nous donne la prbprictc. 

Je pourrois avancer aue c'eft en 
ccla que confide aujourahui parmi 
nous toute la Legiflation. Je pourrois 
prouver du moins que ce n'eft que 
par ce moyen que nous pouvons nou^ 
debarrafler des vices qui nous oppri- 
ment, & remontrer au monde ces 
Rcpubliques ancienncs dont quelques 
fages admiront la fagefle, & cnVicnt Ic 

F iij 



12^ DE £A LlGrStATION^ 

bonheiir. Mais ce feroit un Legiffatenr 
bicn ftupide que celui qui fe conten- 
teroit de dire aux hommes r Je vousi 
defends d'etre avares; vous ne ferez 
point ambitieux > vous ne prcfererez 
point Tiargent a la probite j vous ai- 
merez votre Patrie , & vous vous ren- 
drez dignes desemplois avant que d'y 
afpirer. 11 nc fuffit point d'infligerde*. 

{>eines ftvcres contre tes dclits que 
'avarice & Tambition fci-ont com- 
mettre. Ces deux paffions , toujours. 
aftives , tou jours ingenieufes, toujours. 
adroites a fe d^guifer , fe joueroienr 
fans peine de rimbccillitc d*un Legit 
lateurquin^employeroit quece moyea 
pour les reprimer. L'art confifte a les. 
tenir y pour ainfi dire , endormies &r 
cngourdies; en ecar>tant les tcntations. 

2ui nous inviteroient i ctrc avarcs, 
c ambitieux j en un mot , les LoiK 
n'ont rien fait & ne feront ricn tant 
qu*elles n'auront pas difpofe la viQ 
privce du citoyen & les reflbcts du» 
Gouvcrnement , de facon que nous, 
trouvions notre bonheur fans Te fet-^ 
€ours de I'avarice & de rambitioo,. 





DE LA LEGISLATION » 

o u 
PRINCIPES DES LOIX. 

.0 ■ I '■'•''"TttTi*" ' ' I — ^ — It 

LIVRE S S CO ND. 



■■ 



:_>»*<< -T 



CHAPITRE PREMIER. 

CaraSerc des Loix nicejf aires pour ri-^ 
primer t avarice , ouprevenir du mains 
une partie des mdux quelle produit 
dans les Etats ou la proprieti des hiens 
ejl connue. 

jN o u s voici arrives a rextremit6 ^vL 
bois , dit notrc Phitofophe , afleyons* 
nous fur cettc bruy ere. Cctte vue bdr- 
nce , cc vallon ctroit qui n'cft prefquc 

F iv 



/ 



Il8 DE LA LEGIStATiaKT^ 

qu'une ravine > cettc montagric cou- 
vcrte de bois qieri s'clcve dcvarit nous , 
tout cela plait , interefle , attache , 
aprcs que les yeux fe font cgares fur 
les valies campagnes qui bordent ta 
Seine. On croirok ctretranfporte dans 
les dcferts de la Thebaide ; nous 
fommes feuls dans Tunivers. Ce n'eft 
pas ici que je placerois ma maifon , 
mais f aimcrois i y venir rever ; ckns 
un lieu fauvage. Tame , moins dif- 
traite, fe replie plus aifement for 
clle-mcme y & (ans doute....^ 

Voila qui va le mieux du monde , 
dit Milord avcc gaiete , mais yc n*ai 
pas oublie que vous nous avez parle 
de deux ennemis redoutabks de la 
fociet6 , Favarice & I'ambition y & yc 
meurt d'impatience de favoir avec 
quelles Loix vous voulez les com- 
battre & en tripmpher. Soit, reprit 
notre Philofophe , & je vous dirai , 
fans preambule>que felon que le Gou- 
vernement fera plus ou moins ayide 
& interefle , les citoyens eftimeront 
plus ou moins les richeflcs. Que faut-il 
condure de cette premiere verite > 
Que les Loix n'oppofcront jamais 
qu'une rcfiftancc inutile aux effort 



OV PrIKCIPES DBS Loix. Uv. II. 1 Z9 

^ Tavarice &: des vices qui en dc^ 
Coulent , fi elles nc commcnccnt par 
diminuer les finances de I'Etat. Tcl 
fut le principc de Lycurguc 5 &: jc 
voudrois que ces petites gens qui fe 
donncnt la liberte de blamer fa con- 
duite , parce qu'ils font incapables 
d*en comprendre la fagelle , mc difent 
comment ce Lcgiflateur s'y feroit pris 
pour obtenir cfe fes citoyens qu'ils 

!)refcraflent leur liberte , leur patric , 
a gloire , la juftice , la temperance 
& la frugalitc, a jene fais combicndc 
chofes qu'il eft fi aife de trouver plus 
agreables ; s'il eut etabli fa Republiquc 
de facon qu un trefor eiit etc ncceflairc 
a fes fucces. Les deux Rois du moins , 
les Senateurs & les Ephores , Magif- 
tratsd'une Rcpublique riche , auroienr 
d'abord doutc qu'il fut de leur dignitc 
de vivre avec la fimplicit^ que pref- 
crivoient les Loix. \h auroicnt etc 
cxpofes a une tentation continuelle > 
y auroicnt-ils rcfifte pendant fix cents 
ans ? 11 y a grande apparence qu^ls fe 
feroient fait des beibins , puifque 
tEtat auroit eu des richefles. Je viens 
de vous dire que dans la Rcpublique 
dc Platon , les ibices des citoyens 



^l8 feE LA LiGISJlATlONJj 

C'eft dommage , quand Charles XL 
donna a Guillaume Penn la pirovincc 
<lepius nommec Penfylvanie , que Ic 
fanatifmc des Quakers fe fut im pcu 
rallenti. Vingt ans plutot , tous ces 
Illumines , qui fontreftes parmi nous 
& dans la Baflc-Allen>agne , fe fe- 
Toient embarqucs a la liiite dc leur 
condudcur. En voyant cc grand nom- 
brc de fujcts , Tanabitioa de Penn 
auroit ete fatisfaitc , & pour peupler 
fes deferts , il ne fc fcroit pas vu dans 
la n^ccffite d'y appeller dcs profanes 
a qui il falloit prefenter un autre ap- 
pas que la communaute dcs biens. 
Une circonftance , un evencment , 
un hafard de plus , & vous voyez 
que toute la Penfylvanie fe feroit 
gouvernce par les memes maximes 
que la ville d*Eupferate* Ce qui n'eft 
pas arrive alors , peut arrivcr dans la 

liiite des terns, Efperez done 

La belle reflburce que vous me 
prefentez , reprit notre Philofophe ! 
Je voudrois jpouvoir efperer i mais k 
vous parler franchement , je fais pcu 
de cas d'unc fagefle ou Ton ne par- 
vient qu a force de folic. Lai«(Jbns-li 
vos Quakers , qui n'ont trouvc qu'unc 



ev pRiNcrPEs Dis Loix. Llv. IL Tft 

au Gouvernement aiicun pr&cxtc 
pour fouler le peuple & detoumer Ics 
finances du trelbr ; c'cft que Ics befoins 
de I'Etat etanr mediocres , le Gouver- 
nement plus aifement ^enc dans Ccs^ 
operations , n'a pu emferouiller I'ad- 
miniftration des finances & en fairc 
on chaos ; c'eft que des Magiftratsf^ 
f etenus par des Loix fomptuairei , ne 
fentent pas la neceffite a une fortune 
fcandaleufe pour .^e hcureux y c'eft 
que le Gouvernenftcmt ctant toujours 
nche , parce qii'il a peu de befoins ,. 
il lui a ete plus racile dc conferver fes 
ufages antiques , c'eft - a - dire , de 
rcmplir fa deftination naturcUe , & 
d'etre bienfaifant. Ailleun FEtat ap^ 
pauvrit les citoyens , ici il vient au 
Fecours de ceux qui ont foufFert une 
perte •, il aide un citoyen a retablir fa 
maifon incendiee ; il dedommage le 
cultivateur dont une grele ou quelque 
accident a trompe les cfperances -, il 
^nvoye a des eaux ctrangeres un in- 
firme que la mediocrite dc fa fortune 
ieroit languir dans fa maifon. 

Ceft aimi que les Loix , ne contri- 
buant qu'a donner des befoins & des* 
moeurs fimplcs ,, ont forme un fyft^mc 



TfO trB LA t i G I S t A T ra'N> 

devoient corrompre les Magiftrats>'» 
& je gagerois que: dans Gelle-ci lai 
corruption des Magiftrats fe- feroitr 
€ommtmiquee promptement aux ci- 
toyens.. 

11 faut que l^Etatait peu debefoins ,, 
fi on veut que lies Magiftrats foienr 
)uftes v&'pourles attachcr encore plus, 
etroitement ala jufticc ,.il ftiutqueles. 
Loix ne leur hiflcnt pasd^utres be- 
foins qu'au refte- des, citoyens, C'effc 
parce qu'en Suiflc on eft. plus attache 
qu'ailleurs a ces. regies , qu'on y eft: 
auj[fi plus heiireux..Le Canton deBerne: 
a , dit-on:, un trefor, & du moins iV 
eft certain qu'il a place des fbmmes. 
confiderabl(2s chezliss etKLngers..C'eft, 
je crois , une imprudence de n'avoir- 
pas aflez eompte lur le pouvoir de lai 
. vertu ;- &, peut-etre la Republique^ fcr 
.trouvera-t-elle" mal* un jour aavoir- 
tetabli dans fon fein^ un foyer d*avarice: 
8c de difcordci. Miais pourquoi ces. 
richefles n'ont-eltes pas encore porte: 
dans la Siiifle les ntaux qui- lesac- 
eompagnent par*tout. aillcurs ? Ceft: 
que:t*Etat ayant moins.de: befoins ,. 
pent n'employer que des moy ens plus* 
iimples. pQur: y, fiibvenir. , &: ne laiffor 




eV pRINCrPBS DIS Loix. llv. IL T^t 

au Gouvernemcnt aiicun pretexts 
pour fouler le peupic & detourner Ics 
finances du trelbr ; c'cft que Ics befoins 
de TEtat etanr mcdiocrcs , le Gouver- 
nemcnt plus aifement ^enc dans fcs^ 
operations , n'a pu emferouiller I'ad- 
miniftration des finances & en fairc 
nn chaos ; c'eft que des Magiftrats; 
tetenus par des Loix fomptuaires , ne 
fentent pas la neceffite aune fortune- 
fcandaleufe pour ^e hcureux y c'eft 
que le Gouvernemcmt ctant toujours 
nche , parce qu'il a peu de befoins ,. 
fl lui a ete plus racile de conferver fes 
ufages antiques , c'eft - a - dire , de* 
remplir fa deftination naturelle , & 
d'etre bienfaifant, Ailleun I'Etat ap^ 
pauvrit les citoyens , ici il vient au 
fecours de ceux qui ont foufFert unc 
perte; it aide un citoyen a retablir fa 
maifon incendiee ; il dedommage le 
cultivateur dont une grele ou quelquc 
accident a trompe les cfperances , il 
^nvoye a des eaux ctrangeres un in- 
firnve que la mediocrite de fa fortune 
feroit languir dans fa maifon. 

Ceft aimi que les Loix , ne contri- 
buant qu'a dbnner des befoins & des* 
aaoeursfimplcs ,, ont forme un fyft^c 

By), 



1)1 DB tA LeGISLATIOIC, 

d'adniiniftration qui previent , arrcte J 
ou retarde Ics ravages de Tavarice* 
Laiflez pcrdre cctte nmplicitc , &: je 
vous riponds que tous Ics regkmcns 
faits pour y fuppleer , n'auront aucua 
fucces. Lesbeloins demcfuresde laRc- 
publique ne pcuvent s'affocier long- 
terns avec ia modeftie des moeurs,. 
Soyez sur que les befoins des Magif^ 
trats, qui ebranlent fans ccfk les. 
Loix , les reflti^&rferonr infaillibles 
jnent. Tout ee qtrir tend a augmenter 
les befoins de TEtat ou des Magiftrats , 
eft done, par fa nature, un vicej 
toute Loi proprc , au contraire , k. 
les din>inuer , eft done une Lot 
falutaire & iage. 11 feroit infenfe 
d'efperer que les citoycns fuflent con-^ 
tens de leur precieufe medio crite , 

?uand le Gouvernemcnt leur donnera 
exemple , le gout 8c la paffion dn 
luxe &• de la magnificence. On a 
admire la fomptuofit^' des edifices. 
publics que Rome eleva fbus teregne 
meme de fes Rois ; cette s;randeur ^ 
a-t-ondit , etoit ua augure^ela haute;, 
fortune ou la RepubKque ^toit appel- 
lee nnais pourquoi n'^toit-cepas cgale- 
ment no augure de ia dec^euce fk 



[i ■■ 



w 

OU PRINaPES OHS LoiX* Uv. //, Iff 

dc faruine \ En voyant Ic Capitolc & 
le palais du Prince » le patncien ne 
s'accoutiimoit - 1 - il pas a trouver fa 
chaamiere trop petite* &trop pcu com- 
mode ? 11 s'eleva dans fon ame des 
defirs & des bcfoins inconniis ; de-la 
une avarice groffiere qui faillit a 
perdrc la Rcpublique naiflante , qui 
s'oppojfa aux progrcs de fbn Gouvcr- 
ncment; 8rqui le dcguifant enfuitc 
fous le mafque de la gloire &: de 
f amonr de la Patrie , pronta de toutcs 
les circonftances pour introduire dans 
Rome un luxe cnorme qui mcpriia 
a la fois les Loix ancienncs & les 
reglemens nouveaux dont quelques 
gens dc bien voulurent etayer la Rd- 
publique prete a s^ccroukr. 

Uart du Legiflatcur confiftc a di- 
minuer les beloins de TEtat , & non 
pas i augmenter ks rcvenus Pour 
liibvenir plus aifement a fes beloins. 
Je fais que des Magiftrats intcgres & 
incorruptibles ont reuffi par les feulcs 
voyes de Teconomic, i groffir letrcfor 
public ; on les a loues , & ;e puis ref- 
pefter teur probitc fir lent indiiftrie^ 
mais non pas leiirs himieres. lis de- 
cent privoir que leurs (iic€efleu» 



1J4 15EIA LEGrStATTXTN', 

»'imit€roientpaslcur vertu, &c que fc" 
vice abufcroit du niauvats exemple^ 

211'ils avoient donne. L'Etat enriehi 
mtira moiiis le prix dc reconomie r 
cnfaifant casde Fargcnt , il appreii- 
dra aux citoyens a 1 aimer , il taudrai 
enfin les vcxer pour fatisfaire dcs be- 
foins dont il auroit ete plus court 8c 
plus facile d'apprendre i fe paflcr. A 
mefure que I'avarice croitra , il s'ita- 
blira une plus grande diftance cntrc 
les riches K les pauvres , &c c'eft en- 
vain que les Loix tentcront alors de 
s'oppofer aux progres rapides dcs vices, 
qui accompagncnt toujouts les ri?- 
cheflcs & la pauvrete^ 

Toute invention pour augmenter 
les revenus ,de I'Etat ou les droits du 
fife , eft done une invention funefte ^ 
&: au lieu d'exiger de Targent , la po- 
Ktique n'auroit jamais du demander 
uc des fervices. P<3ut-ctre fuffiroit-il 
e (avoir ttiiftoire de rctabliflement 
(de chaque impofition dans une Re- 
publique , pour (avoir Fhiftoire de fes 
malheurs y &: connottre tous les pas* 
qu'elle a faits vers (a decadence. Pui(^ 
que retayiflcment de la propriety ai 
ctabli la redoutable maxime :^m pwn 



3 






eu pRiNapEs DEs Lory, Liv HI rj% 

ncn , & que I'Etat doit avoir un rcve^ 
nu , que ce foit du moins une Loi 
mviolable de n'etablir jamais que des 
hnpots direds fur les terres.. Jc ne fais. 
pas cctte demande , parce que toutc" 
autre impofitton eft pliis onereufe au^ 
peupte , & qu'il eft prouve que tous. 
les droits levcsd'une autre maniere,, 
retombent ton jours fur les ppoprietsti-^ 
res des terresXes beaux raiibnnemcns: 
me touchent peu ; mais ce qui mc* 
touche , c'eft que des hommes qui 
tf ont ricn , fbient foumis a quelquer 
tribut; c'eft qu il eft injufte qu'apres. 
avoir lacrifie mes bras , mon travail ^, 
mes fueurs a TEtat , il reprenne , par 
un tour de pafle-pafle ,. une-partie du- 
iaiaire que )'ai re^u pour cultiver ou^ 
pour deirendre des terres oii je ne pof- 
federien. Cette iriiuftice me rendra*. 
ma Patrie moins cbere-, & conduit 
a la mendicitc , qui eft It dernier des; 
©pprobrcs pour res hommes., Remar- 
quez que Timpofitibn direfter fur les, 
terres avertit fans cefle le Gouverne-^ 
ment & les citoyens deleurs befoin& 
mutuels s ^^i contraire- , rimpofitibm 
ihdire<9:e laifle aux Magiftrats milfe 
jcetfflctcs 8c milic Hioyens artificienjsL 



'^i^ DI LA LEGrSLATrdlTf 

pour fatisfake leurs paffioiis & trom^ 
per les peuplcs* L art de lever les 
impots , qui ne pent etre trop fimple , 
deviendra une fcience myfterieufe 
dont il fera impoffible do connoitrc 
les abus : enfin les citoyens fe trouvo- 
font opprimes , parCe qu'ils contri- 
bucntpouracheterlebanheiir public 
C'eft pour s'etre conduites par dc$ 
principes diffcrens que la plupart des 
Puiflances de TEurope fontaoymees 
de dettes & reduitcs a vivre d'em- 
prunt. Nous nous pcrmettons de dire 
ici librcment notrc pcnfcc , & vous 
ne trouverez pas nuuvais , Milord , 
continua notre Philofophe , (i je vous 
fais remarquer quekjues vices de votre 
adminiftration. Dans votre ifle , qu'il 
eft li aife de rendre innacceffible a vos 
ennemis , fans voifins , &: riches des 
produdions que vous prodigue une 
terre fertile , que vous importoient , 

{'e vousprie, lesquerellesderEurope? 
^ourquoi vous-^tes vous fait un beioin 
de maintenir , i grands frais , un 
cquilibre qui fc feroit bien maintenu 
fans vous ? Qu'ctes-vous allcs faire 
aux Indes & en Amerique ? Vos pcres 
s'en ctoieut paflcs fi long-tems ! vous 



C'U PklNCIPES DBS LoiX. Liv. //. 1 if 

avcz voulu acqucrir des richefles , mais 
4Vouez-le , ce n*etoit pas la peine dc 
vous enrichir pour vous endetter. Des 
Loix propres a donner de la mode- 
ration au Gouvernement , vous au- 
roient cte plus utiles que votre argent 
& vos baiiques. Voulant enrichir 
TEtat , vous il'avez enrichi que Ics 
parriculiers 5 les befbins que Ics ri- 
chefles leur ont donnes , fe font telle- 
ment multiplies , que perfonne n'eft 
content de fa fortune domeftiquc. Mn 
fe croit ruine fi on ne raugmenrc 
pas. Rien ne fe fait qu'i prix d'argcnt; 
&: vbs Loix ne paivent plus reparcr 
les d^fordres que votre impruacntc 
politique a fait naitrc. 

Comme les befbins des Magiftrats 
contribuent ordinairement plus que 
tout le refte ^ multiplier les befoins 
de TEtat , & que leurs moeurs deci- 
dent des moeurs publiques, je vou- 
drois que les richefles ne fuflent point 
un titre pour parvenir aux Magiftra- 
tures. Negligez ce point , & on com- 
mencera ridiculement a devenir avare 
& a s*enrichir pour fe rendre digne 
d'adminiftrer , fans prevarication , les 
aftaires de la Rcpublique* Je \o^ 



i 

t 

IjS OE tA LiGIStATlON, ', 

drois fur-tout que la Loi ne permit ;. 
.d'attacher aucun emolument aux Ma- j 
eiftratures. Si Rome avoit fbudoyd i 
les hommes qui la delivrercnt du joug ' 
des Tarquins , jamais elle ne feroit . 
parvcnue a ^tablir fa libcrte , fi cllc 
avoit enfuitc donne des gages , dc$ 
appointemens & des falaires a fcs 
Confuls , a fes Didtateurs , k fes Tri- 
buns , a fes Cenfcurs, Pourquoi auroif 
on vu dans la Republique plus de 
enrage ^ de dcfintereflement , dc 
TOgnanimite , de patience , d'amour = 
des Loix , de la gloirc , de la liben^ '■ 
& de la Patrie , que dUns nos Etata 
ittodemet? Jecfoirois qu*Il eft plus 
aife de faire des hAros avcc quelque$ 
JFeuiUes dc laurier ou dc chenc , 

3u*avec beaueoupd'argent. Ne voyant 
ans les Magiftratures que des de- 
voirs , des peines, des loins & dc la 
gloire , les amcs communes n'oferent 
y afpircr ; voil^ cc qui fit la force & 
la grandeur des Romains^ S'ils avoient 
connu nos honoraires , nos penfions » 
lios profits , tout cxtoyeii , pourvik 

au'il cut aim^ Targcnt , fe feroit era 
igne du Confulat & de la Cenfqre. 
XL Y ^wroit afpire ^ & en y afpirant^ 



OU pRlKCrPES DES LoiX. Liv.lT. I J5>* 

il auroit mis TintrigiTC & la corrup- 
tion a ki mode y il y feroit parvenu , 
& fon fucces auroit fait voir que le 
mcrite 'etoit inutile. II me ftmble 

2UC je devinc ailcmenr ce que Rome 
jroit alors devenue. Les honnetcs 
|cns , apres quelques efforts pour 
fauver la RepuDlique , en auroient 
abandonne ladminiftration , pour 
ehercher le bonheur dans la retraite ;. 
& vous (avez , Milord , ce que c'eft 
que des Adminifirateuis fans vertus 
fir fans tatens. 0} 

Je n'ignore pas les beaux raifettWfu 
mens cue Tavarice & le ''pi^gi^ 
Hi'oppolcront; Totitc peine , dit-OTT, 
fn^rite un fahire s propos d'cfclave. 
LeMagiftrat, ajoute-t-on, nigliee 
les affaires domeftiques , & il eft juftq^ 

3ue FEtat le dedommfage \ propos. 
e commis. La R^pubKquc a tort ft 
file accabte fes Magiftrats dc^ travail ; 
qu'ellc partage leurs fondions. pour 
les rendrc legcres &: agrcables. Le 
Magiftrat a tort dc fon c6tc , & les 
ioix n*^ont pas eu Tart de le rendre 
digne de fa place , (i , aux dep^ns de 
fe. fortune domefticjue y il ne fait pas. 

tcbfit« bcauQoup de gloirQ Cc I'^ftimft 



140 DE LA LeGISLATIOK,' 

de fes concitoyenSi Mais il convicnr , 
cntends - je dire k tout le monde , 
que des Magiftrats vivent avec uiie |! 
certaine decence , itne ceftaine poin^ ] 
pc , une certaine magnificence j ii'cft- 
ce pas la , me dit notre Philc^phe ca 
s'empcchant de rire , ce que Vous 
appellez reprefenter ? Voila les propos 
d'un bommc aflez vil &: aflez corrompu ' 

f)0ur que des valets de chambre , unc 
i vree brillante , des equipages , un . 
palais , & une table fomptueufe , Ic 
touchentplus que fes devoirs. C'eftafin; 
j^i^m^ peuple entier ne fe degrade pas ] 
^gC^te'^i point de faire ferieufcmcnt . 
cfe II plattes objcdions , que les Loix ' 
doivent tout tenter pour empfichcr ; 
jue le Magiftrat n'ait , dans (a mai- 
on, d*autres befoins quun fimplc 
citoyen. Jean de Wit , accompagn^v - 
dans les rues de la Haye , d'un petij; 
laquais , portoit devant lui une cnan- " 
defle pour Teclaicer , n'^toit - il pas 
xcfpefte & des (iens & des _Monaf 
ques les plus puiflans de TEurope ? 
Vingt chevaux dans fes ecuries & 
trentc valets dans fes antichambres , 
qu*auroient-ils ajoute a la confid^ra- 
tjon dont il joiuflbit ? En perdant la 



?< 



OU PillNCIPES DBS LoiX.i/v. tl. IJ^t 

fitnplicitc modefte cjui a fondc la Rc- 
publique dcs Provinces-Unies , \c 
voudrois &voir ce qu'ellc a gagnc. 
Uii moycn infailliblc pour dcgrader 
Dotre Gouvcrncment , ce feroit d aiig- 
menter les appointemcn$ de nos Scina- 
tcurs ; & nos neveux ne feront heu- 
rcux quie quand ils ne parleront des 
lalaires que nous leurMonnons au- 
jourdliui , que comme d unc barbaric 
de Icur^ pcres. 
*Jc ng finirois point , Milord, fi jc 
voulois entrcr dans le detail de toutes 
les Loix , ncceflaires pour arrcter les 
nv^j^es de Tavarice , & porter Tad- 
miniftr^tion d'une Rcpubliquc au plus 
[ haut degre de perfection . Je vous 
^ dirois que les appointemens les plus 
inediocres font un grand vice , ou du 
I pioins^e germe d un grand vice. Un 
[ Magiftrat gage s'accoutumera peu-a- 
^ •* pcu 3l pefer I^s fervices au poids dc 
la cupiaite , &: il ne tardera pas a 
Jcs eftirner plus que fes falaires, II 
fc n6gligera , o^ pour lui rendrc 
unc certaine ^divite , il faudra aug- 
nienter fes honoraircs , ou il faura 
bicn les augmenter lui - m&mc en fc 
pay*nt par f?$ mains, Mais fans vous 



J4^ DE LA LeGISIATIONj 

yarler dc la generation & du progres ; 
ie nos vices , je vous dirai cc que \ 
Afoit Ciceron a Atdcus & a fon frerc ,' ] 
<n s'entrecenant , commc nous fai- j 
fons , fur Ics Loix : 11 fuffit de re^ I 
chercher Tefprit qui doit Ics didcr , .j 
& de trouvcr > fi je puis parler ainfi , ; 
line pierre de touchc pour jugcr dc ! 
leur purete , & une mefure qui nous . 
indique a quelle diftance du bonheur 
ou de la perfedion politique chaquc 
Etat eft place, 11 fuffit de tracer au 
Lcgiflateur la route qu'il doit tenir , ^ 
5*il ne vent pas s'cgaren 

Puifque les vices de la Republiquc 
fe multiplient neceflairemcnt avec les 
richeflcs du fife , le Lcgiflateur doit 
done travailler fans relache a dimi- 
nuer les impots. Si ce n'eft pas 1^ 
I'objet conftant & perpetuel de fa 
politique , les befoins de TEtat aug- 
menteront de jour en jour , parcc 
que fes Magiftrats deviendront de jour 
en jour plus avidcs- Ne vous attcndez 
pas a trouver dans vos citoyens cettc li- 
ocralice que les Roinains montrerent 

Eendant la fecondc guerre Punique. 
fous ne nous fieronspas a la foi aui 
Gouvernementqui nous a appris aetre 



ou Principes bes Loix. Liv. IL 145 

avares. Vos compatriotes , Milord , 
ont tort d'etre fi fiers dc leur credit 
public ; s'ils pretent leur argent par 
interct & non par generofite , )'ai 
pcur (jue ce credit .public fi vante , 
nc foit pour la Rcpublique , que ce 
que font les ufuriers pour un jeune 
libertin qui eft prelTc de fe ruiner, 
Je diftingue , continua notre Phi-, 
lofophe ,<leux fortes d'avarice , Tune, 
paraonnez-moi ccs expreffions , que 
j'appelle confervatrice , &: Tautrc 
conquerante. Dcs que la proprietc eft 
conftuc parmi les hommes , il feroit 
inutile de vouloir leur oter I'envic 
de s'cnrichir ou d'accroitre leur for- 
tune; la Loi doit fe bonier a tempercr 
Tavarice , la diriger , &: I'entourcr , 
pour ainfi dire , de barrieres qui la 
conticnnent , & rempechcnt de pro- 
duire cts maux publics & domef 
tiques qui troublent & dcgradent les 
Etats, Le L6giflateur commencera a 
nous rapprocher beaucoup des vues 
dc la nature , quand il aura contraint 
oette paffion i n'etre que conferva- 
trice. 11 y a un art pour empccher 
qu'cUc ne deginerc en une lefine 

3 in rend i'hommc vil , infatiable & 
ur J oppofez - lui des etablifleniens 



144 ©^ la.Legislation 5 
qui apprennent aux citoyens qu'il 
peut y avoir unepauvrctehonoraole. 
Cxjnibattez Tavarice , en faifant aimer 
la gcnerofite y & bientot cette pat 
fion , placec a cote de reconomie & 
de la prevoyance , qui , dans tous les 
terns o^ dans tous les lieux , font des 
vertus , favorifera la modeftie des 
inoeurs , & cependant ne fera point 
fburde aux priercs des malheureux. 
Tant que dans la crainte de queique 
accident imprevu &rpeut-etre chimeri- 

3ue, ou que pouraugmenter la fortune 
es fiens , un avare fe bornera a di- 
minuer fcs propres befoins , fbn amc 
fera plutot fermee aux vertus , qu'ou- 
verte aux vices , il np fera ni gen^- 
reux , ni injufte i citoyen mediocre , 
il ne prefcrera pas la fortune de TEtat 
a la fienne , mais auffi il ne lui portera 
point de coup capable de 1 ebranler. 
Pour Tavaricc conquerante , qui 
rcgarde Ic bien d'autrui comme un 
butin qui lui appartient , & que fes 
flicces rendront de jour en four plus 
hardie ; vous fentez qu'il faut 1 etouffcr 
fous le poids des Loix les plus feveres , 
fi die eft nee ; &fi heureufcment elle 
eft encore, inconnue , ayez toujours 

dcvant 




OU PRJNCIPES DBS LoUC* Liv, II. 1 4 5 

devant les ycux que voiis ne dcvez 
cct avantage qu'aux foins que vous 
avez pris de contenir &: de reprimer 
Tavarice confervatrice : rcdoublez 
done d'attention, & n'admettez ja- 
mais aucun de ces etabliflemens qui 
donnent a un citoyen le firetextc de 
vexer un autre citoyen. Des que la 
fociete eft infectee de cet efprit de 
pillage que donnent les fermcs des 
droits publics , Tagiotage des papiers , 
& les impofitions krbitraires , n'ef^ 
perez plus d'y rctrouver quelquc refte 
de juftice & de probite. La rufe , la 
fraude , la violence , Tartifice , la chi- 
cane , voila ce qui fcrmera fon ca- 
radere. Les citoyens fe tendront des 

!>ieges , les fripons trouveront tous 
es jours des dupes , & tout fera perdu 
quand les dupes feules feront desho- 
norees. Apres avoir fait des lachetes 
a prix d'argent , on en fera bientot 
pour rien. De Taccouplement de toys 
ces vices , naitra un vice encore plus 
dangereux ; on pillera d une main pour 
diffiper de Tautre. Cette avarice 
proaiguc, dont les be foins font tou- 
)ours renaiflans & toujours extremes , 
ne fe reftifera a aucun attentat j ellc 

G 




i4<^ DE LA Legislation, 

rend les ames atroces. C'cft elte qui 
a forme les Catilina & tous ccs hom- 
ines abymes de debauches & de dettes 
dont parle Cefar , & qui ne pouvoient 
trouver leur falut auedans la ruine dc 
laRcpublique. Ceftelle aufli qui a for- 
me ees lacBfes inftrumens de la tyran- 
nie de Tibere , de Neron & de leurs 
pareils. A quoi ferviront alors ua 
Agis ou un Caton ? Sur quelles bafes 
porteroicnt les Loix } Le torrent des 
moeurs publiqucs renverfera toutes 
les digues qu'on lui oppofera. 

Dans les pluspetitsdefordres , qu*on 
s'accoutume a voir le germe des plu$ 
grandes calamites. Si , par hafard , 
Milord , ily avoit en Europe quelaue 
Etat auquel les reflexions que je fais 
dans cette promenade ne paroiflTent 
que les reveries timides d un deck-- 
mateur qui exagerc fes craintes , ne 
prendriez-vous pas cette folle igno- 
rance , du coeur humain & de U 
generation c|e nos vices, pour la preuvc 
la plus comjHctte de fa mauvaife ad- 
miniftration ? Jc nc me laflerai point 
dc prendre des precautions; &r s'il eft 
encore terns d'e mpccher que ravariccJ 
ne dpvicnn^ cpncjuer^nt^ , jc deniandc 



OUpRINClPfiS DXS Loix. Liv. 11. 147 

qu4P^egiflateiir s'etudic a diminucr 
Ics befoins des limples citoycns , avcc 
la mcme attention qu'il diminue ccux 
dc la Republique & des Magiftrats. Si 
ks paffions de la multinidc nc font 
pas reprimees , dies ne manqueront 
pas de fe communiqner au Gouver- 
ncment & de Topprimer. Pourquoi 
aimons-noiis Ics richcffes ? C'eft que 
Ics Loix peu prevoyantes , ont per- 
mis que les plailirs , les honneurs & 
la confideration s'achetaflent a prix 
d'argent; c'eft qu'elles pcrmcttent a 
Topulencc de fe montrer avcc un 
fafie qui nous eblouit , qui nous 
trompe , qui fcrt d'abord de voile aiix 
vices , qui les excufe enfuite , & qui 
finit par les faire refpeder. Voulez- 
vous que je ne defirc pas le bicn d'au- 
trui ddnt je fuis jaloux ? arrangez 
vos Loix de facon que je fois content 
d*une fortune mediocre. Rcndez-moi 
les richefles inutiles , fi vous ne vou- 
Icz pas que je nVoccupe des moyens 
d'en amafler. Rome &" la Gr^ce avoient 
des plaifirs & des honneurs qui nc 
coutoient rien , & elles curent des 
•moeurs. Je fais qu'il y a des hommcs 
heureufement nes , qui fe plaifent 



148 De la Legislation^ 

dans la mediocrite ; mais ^e ngi^^re 
^n eft petit •, prefque pptfonnc n'a 
le courage d'etre heureux a fon goAt j 
on vent Tetre a la maniere de tout Ic 
monde , parce qu'on veut que fon 
bonheur (oit remarque & peut-etre 
envie. On fe croira pauvre a Londres 
avecmilleguinees , lorfqu'on y entend 
repeter , de tpus c6tes , qu'jl en faut in 
moinj avoir cent mille pour etre riche, 
Vous voyez deja combien eft digne 
de mepris la politique de ce^ preten- 
dus philofophes qui nous vantent 
^ternellcment le luxe, lls^ regardent 
comme un grand bien les depenfcs 
impertinentes des riches •, mais n'eft-cc 
pas un mal qu'il y ait des citoyens 
qui faflent des depcnfes impertinen- 
tes ? EUes font vivre les pauvres, 
IVIais remedier k la mifere des pauvres 
par la folic des riches , c'eft reparer 
une feute par une faute , c'eft en 
faire deux. Les riches feroient mieux 
d'enfouir leur or , ils ne rendroient 
meprilables qu eux , & ils rendent 
vicicux tous ceux qui les envient , 
qui les admirent , ou qui veulcnt les 
imitcr. Les ancicris penfoient plus 
fenf^m^pt tjup nous j dans aucun de 



ov PuiKciPEs DEs Loix. Uv.IL 149 

Icurs ecrits vous ne trouvercz Tcloge 
dcs richeflcs , ni Tabfurde apologie 
du luxe. On eprouvc jc ne fais quelle 
amertume dans Tame , & on lent 
naitrc cependant fur fes levres un 
rirc de pitic , quand on voit des Etats 
fc plaindre de leur corruption &: fc 
tourmenter en mSmc-tems pour aug- 
nicnter Icurs richefles & cncourager 
le luxe. 

J*e(pere bien , Milord ^ que nes 
Riformateurs qui vous ont tant cho- 
que , ne s'en tiendront pas k ce qu'ils 
ont fait jufqu'ici. J'efpere qu'on ne 
retablira jamais chez nous Ics arts 
inutiles qu'ils ont profcrits. J'ejperc 
qu'ils laifleront aux arts neceflaires 
une certaine groffierete qui leur fied 
fi bicn. J'efpere qu'a force de fim- 
plicite nous degouterons la Famille 
Royale de la prerogative puerile de 
paroitre chamaree de galons & de 
broderies. Quand je fongc combicn 
les talens agreables ont etc funeftes 
aux Atheniensj combien les tableaux, 
les ftatucs & les vafes de la Grece ont 
fait faire d'injuftices , de violences 
& de tyrannic aux Remains j jede- 
mandc a quoi pcut nous ctre bonne 

Giij ^ 



150 DE LA Legislation, 

une Academic de Peinuire ? Laiffbns 
croire aux Italiens que leurs babioles 
honorent les Nations j qu on vienno 
ehercher chez nous des modeles dc 
Loix , de moeufs & de bonheur , & 
Ron pas de peinture. 

Je ne finirois point de vous parler 
des Loix fomptuaires , fi jc voulois 
vous faire connoitre tous leurs avan- 
•tages. EUes doivent s'etendre fur 
tout , meubles , logemens , table , 
domeftiques , vctemcns ; fi vous ne- 
gligez une partie , vous laiflez unc 
porte ouverte a des abus qui s'cten- 
dront fur tout. Plus vos reglcmens 
fcront auftercs , moins Tincgalite des 
fortunes lera dangereufe. Les riches 
tacheront de valoir quelque chofepar 
eux-mcmes , s*ik defefperent de fe 
faire confiderer par leurs valets , leurs 
chevaux & leurs habits 5 les pauvres , 
moins avilis , travailleront k fe faire 
eftimer, des que Teftime fera attachec 
ji des chofes qui peuvent leur appar- 
tenir comme aux riches. Je Tavoue » 
je ne devine point par quelle manie 
CCS Loix fomptuaires , u recomman- 
dies par les anciens , font fi mepri* 
? .' ftcs par les modernes 5 il n'y a pa^ 



OU PRIKCIPFS DES LoiX. Liv. 11. 1 5 I 

cependant de Loix plui^ifccs ^ faire, 
& dont on puifle affurcr plus facile- 
ment Texecution. 

Sans rcprochcr au commerce les 
befoins fans nombrc cju'ilnousdonne, 
& les fuperfluites qu il nous rend n^- 
ceilaires \ n'eft-il pas vrai que n'etant 
cntrepris que par cupidite , fon eforit 
eft eflentiellement contraire ^ Tefprit 
de tout bon Gouverhement ? N'a-t-il 
pas encore aujourd'hui ^ & n'aura-t-il 
pas eternellement les memes vices que 
les anciens lui ont reproches ? Les 
commer^ans n'ont aucune Patrie; , 
Leur liberte , leurs peincs , leurs 
• fervices , nos fantaifies , nos vices & 
nos caprices font 5 pour ainfi dire , 
autant de denrees dont ils trafiquentj 
les regies de leur cupidite & de la 
notre , voila les regies de leur morale. 
Loin de favorifor cette profeffion , 
les Etats de Tantiquitc , les mieux 
gouvcrncs , eurent foin de Tavilir. 
Elle fut abandonnee a des efclaves ou 
a des citoyens meprifes , pour que 
Tinteret du commerce ne devintpas . 
Tintcrec de la Republique, Pour nous 

[u'avons - nous gagne a nous ecarter 
e ces principes ? J'ai bien peur que 

G iv 



I 



t$z DE LA Legislation. 

nous n'ayonsjfeit la meme faute qu'ou 
reproche a Carthage. 

Vous favez ce qu on a dit dc cettc 

RepuWique , plufieurs philofophes 

ontparleavec eloge dc fes Loix; & 

clle auroit etc heurenfe fi fon Legif- 

lateur , auffi prcvoyant que Platon , 

cut regarde Ic voihnage de la mer 

comme une tentation de faire Ic comA 

merce •, & pris des mefures pour ea 

d6tourner Ics citoyens. Les Cartha- 

ginois abufcrent dc leur fituation y 

cblouis par une faufle profperite , le 

commerce devint une profeflion ho- 

norable,& des qu'on I'avoit permis 

aux principaux citoyens , comment 

la Republique qu'ils gouvernoient > 

n'auroit - ellc pas eu les gouts , les 

paffions , les int^rets & la politique 

d'une Republique commcr^ante ? EUe 

devint conquerante pour augmenter 

fes richeffes , &: joignaiit les vices 

auc do^c Tambition k ceux que 
onne f avarice , ellc fut malheu- 
reufc au dedans , & fe fijt au dehors 
dei ennemis qu'clle rie pouvoit 
viincre. 
Les Etatsqui , parmi nous , ontleplus 
favorifc le commerce , n'eprouvent 



ov Principes des Loix. Liv. II. 155 

pas de moindres inconvcniens. A 
peine fe fbnt-ils enrichis , ou'ils one 
forme des cntreprifes au - aeflus de 
Iciirs forces , & les befbins de Tam- 
bition font plus confiderables que Ics 
reflburces de Tinduftrie. Apres avoir 
tire du peuple plus qu'on n'en pou- 
voit raifonnablement attendre, il a 
fallu ciiU)loyertour-a-tour la violence 
& Tartince , & Tappauvrir pour en-- 
richir Ic fife. On a vu naitre les Trai- 
tans , c'eft-a-dire , des hommes qui 
n'ont que deux occupations , Tune de 
raflafier , s'il eft poflible , la aipidite 
du Gouvernemcnt , en inventant tous 
les jours quelque nouveau moyen de 
la fatisfaire y oc Tautre d'introduire , 
un luxe immodere dans une Nation 
qu'ils appauyriflent. Une barricre eter- 
nelle fepare les inttrcts du Gouverne- 
mcnt de ceux des fujets. On ne de- 
vroit fongcr qii'a prcvenir la chiite de 
TEtat , cependanton veut encore faire 
des conquctes 5 & cette habitude qu'on 
a contraftee parce qu*on fe croyoit 
fort , fubfifte parce qu'il eft doux de 
fo deguifcr fa foiblefle. Mais que doit- 
il enfin refulter de cette firaation > 
De paffer , comme Carthage > (bus 

Gv 



154 i>E LA Legislation, 

ui:ie puiflance etrangerc , pu dc torn-, 
ber dans le dernier aviliflement. 

Tel eft , Milord, renchainement 
inevitable de nos vices & de nos mal- 
heurs. Ce n'eft point k tel Prince ou 
k tel Miniftre qu'il faut s'en prendre 
de Tabus qii'on a fait des richeflcs , 
mais aux richefles mcmcs , qui , par 
leur nature , ne peuvent s'aflbcier avec 
dc bonnes Loix. Sans doute , il y a 
des regies pour faire fleurir le com- 
merce & ga^gner beaucoup d'argent , 
mais elles ne fcront jamais fleurir la 
fociete y parce que vos befoins aug- 
menteront encore plus que vos ri- 
chefles. On aura beau confulter les 
financiers , tous leurs confeils feront 
perfides : il n'y a qu'un moyen dc 
s'enrichir , c'eft d'apprendre a fe con« 
tenter d*une fortune mediocre. 

Allons en avant , Milord. Apres les 
Loix qui doivent profcrire le com- 
merce & la finance , diminuer nos 
befoins &: favorifer la modefl:ie des 
moeurs , il n'en eft point dc plus ne- 
ccflaires que celles qui reglent I'ordrc 
des lucceflSons. Les Loix des premiers 
Romains , a cet egard , etoient admi- 
rables ^ cUes ne permettoicnt pas que 




OU PRINCIPES DES LoiX* Liv. IL t^% 

le patrimoine d'unc famille pafsit 
dans une autre comme heritage. U 
eft (i aife de fcntir combien cet ordre 
favorable a Te^alite , eft utile a chaque 
citoyen , & uc voir tous les avanta* 
ges qui en rcfultent , que je ne puis 
faireaucun casdes raifonnemens des 
Jurifconfultes, On n'a point , difent- 
ils, une veritable proprietc de fon 
bien, fi on n'eft pas le maitre d'en 
difpofer a fa fantaifie. Des que le droit 
de proprieteeft ctabIi,pourquoi feroit- 
il injuAe qu'un teftateur fc choisit k 
fon gre un heritier , & etablit une 
fubftitution ? Pourquoi un pere ne 
pourroit-il fans injuftice partager inc- 
galement fes enfans ? Ceft cettc fa- 
cultc qui lui donne un pouvoir prc- 
cieux pour la Rcpublique , & qui le 
rend veritablement le Magiftrat de fa 
famille. 

Fort bien , mais je reponds a ces 
Jurifcoafultes que fi la Loi veut nous 
cmpecher d'avoir des fantaifies dcrai* 
fonnables , pernicieufes a la focicte , 
& par confequent i vous - memes , 
clle ne viole pas plus votre droit de 
proprietc , qu*elle ne blelTe votrc 
tiberte naturelle > en vous defendant 

Gvj 



1^6 vE LA Legislation, 

d'offenfer un citoyen ou d'infulter via 
Magiftxat. La propriete , comme nousr 
en fommes convenus , Milord , ouvrc 
la porta k cent vices & a cent abus , 
il eft done prudent que des Loix ri- 
gidcs vcillent k cette porte. En nc 
permettant pas qu'on fafle le moindre 
tort a votre fortune , elles peuvent 
vous ordonncr de ne vous en fcrvir 
& de n'en difpofer que de la maniere 
la plus avantageufe a la fociete , &: 
la plus conform e a vos vrais intcrets, 
Un teftateur pcut , fans doute , fubf- 
. tituer fbn bien , ft TEtat ne le defend 
pas 5 mais TErat a-t-il raifon de le 
permettre, fi les fubftitutions tendent 
a mettre trop d'inegalite entre les fa- 
milies ^ J'ai bien pcur que ce ne foir 
notre vanite feule qui nous fait traiter 
inegalement nos enfans, II importe 
i la Republique que le pere fbit le 
Magiftratdeia fumillc 5 maisluiim- 
porte-t-il que les enfans qui font fon 
cfperance , &: qui doivent un jour la 
gouvemer , s'accoutument a agir par 
des vues d interet ^ & ^ croire , des 
Icur cnfance , que f argent eft la 
fccom^enfe naturelle du merite ? 
Daos la plnpart des Etats dc TEu* 



OU PRINCIPFS DBS LoiX. LlV. II. I ^J 

rope 5 ily a aujourd'hui tant dc caufes 
de cupiditc & d'avarice , qii'il eft 
impomble de juger , avec une cer- 
taine exaftitiide , de$ maux que pro- 
duifent les Loix qui permetrent aux 
pcres de partager incgalement Icurs 
enfans , & laiflcnt a chaque citoyen 
la liberte de diffiper fes biens ou acn 
difpofel" arbitrairement. Mais chez 
les Grecs & les Romains , nc voit-on 
pas clairement que cette negligence 
du Legiflatcur altera les moeurs de 
laRepublique ? Les Atheniens les plus 
fages blamerent la Loi de Solon , 
qui permit de faire A^s tcftamens* 
Si le citoyen avoit et^ y pour ainfi 
dire , attache a fon patrimoine , on 
auroit refifte avec plus de courage aux 
paffions qui font les diffipateurs. 11 
eft certain que Sparte , qui fe laflbit 
deja des Loix de Lycurgue , ne tomba 
dans la plus extreme corruption ^ 
qu'apres que le citoyen , devenu pro- 
prietaire de la portion de terre dont 
il n'etoit auparavant qu ufufruitier ^ 
put Talicner , la vendre & la donner 
a fa fantaifie. A Rome , Icmemc abus 
combattit fourdement les inftitutions 
les plus fages de la Rcpublique , en 



158 DE LA LiciSXATIOK, 

triompha cnfin , & laifla uft librc 
cours a Tavarice. 

Dans un Etat bien gouverne , le 
Legiflateur etabliroit fans doutc des 
formalitcs qui gencroicnt la vente &c 
ralicnation des biens. Pour conferver 
plus d'igalite dansles fortunes , il ne 
permcttroit pas , fans doute , que les 
teftamens. fuflent connus. La Loi dit 
poferoit du bien de chaque mourant , 
ou fi elle lui laiflbit la faculte de dif^ 
tribuer afon gre fon mobilier , ce 
ne feroit que pour reconnoitre le 
zcle &: rafledion de ks ferviteurs , 
& faire rentrer ainfi dans la clafle des 
pauvres quelcjues richeffespernieieufes 
aux riches. Reglez les degrcs de pa- 
rente qui donneront droit aupartage 
d'une fucceffion vacante 5 mais ne 
les etendez pas trop loin , de peur 
que des cfperances trop etendues 
n'ouvrent Tame a la prodigalite & a 
Tavarice. La fiUe unique d un citoyen» 

f>orteroit une fortune dangercufe dans 
a famille de fon mari ; elle en abu- 
feroit infailliblement & corromproit 
les Loix domeftiques ; pour fauver fes 
moeiurs & fauver les moeurs publiques 
du danger dont elles font menacees , 



ou Principes des Loix- Xiv. IL i yj 

qu'cUc- ne poflede done que la troi- 
iietne parrie de la fucccffion , & que 
ion pere ou fes tuteurs lui donnent 
deux frcres adoptifs. Si un homme 
n'a aucun heriticr , que Ion bien n'ap- 
partienne pas a TEtat qui dtfit donner 
fexcinple du defintereflement , que 
cette fucceffion foit partagee egaie- 
ment entre les families pauvres du 
lieu qu'habitoit celui qui la laiile; 
Qu'il leroit heureux que les riches 
s'accoutumaflcnt a regarder les indi- 
gens comme leurs jfils , leurs freres & 
leurs heritiers ! Sans entrer dans un 
plus grand dei;ail , je dis , en un mot , 
qu'une bonne Legiflation doit conti- 
nuellement decompofer & divifer les 
fortunes que Tavarice & Fambition tra- 
vaillent continuellement a raflembler* 
Jamais vous n'enchainerez ces paf- 
fions adives & imperieufes, fivous 
n'avez recours aux Loix agraires. 
Ces Loix , dit-on , ont perdu la R^- 
publique Romaine. Ceft une erreur. 
C'eft parce qu*on les avoit violees , 
& non parce qu'on les avoit faites , 
que la libert6 a eprouve des fecoufles 
qui I'ont ruinee? Quelle folie de penfer 
que des Loix qui defendoient de 



l6o D£ LA LiciSLATION IT 

pofleder plus de cent arpens de terrc , 
c'eft-a-dire qui nc permettoient de fc 
rendre, ni nflez riche , ni aflez puif- 
fant pour opprimer fes concitoyens , 
aient etc propres a faire des ufurpa- 
teurs &• «es tyrans ? Plus la propo- 
(ition des Loix agraires cxcitoit a a- 
gitation & de querelles dans la place 
publique , plus les Remains devoient 
en fentir la neceffite. Le Tribun Li- 
cinius n'eut pas de bonnes intentions , 
il ne voulut , felon les apparenccs , 
que mortifier les Patricicns , mais fon 
plus grand tort fut d'avoir lui - meme 
peu refpede fa Loi , & de n*avoir 
pas pris les mefures neceffaires pour 
forcer les citoyens a y obeir. Les Re- 
mains eurent tort de ne pas prevoir 
qu'en fe livrant a leur ambition pour 
cnrichir la Rcpubliquc , ils ne fe- 
roient plus les maitres de temperer 
Tavarice desparticuliers. Leur fccondc 
£iute fut de tolerer les rapines des 
riches , tant qu'elles nc furent pas 
exceffives , & de vouloir enfin retablir 
brufquement des Loix oubliees & 
meprifees , dans des circonftances ou 
I'avarice & I'ambition avoienr fait 
des citoyens puiflans , qui > nc fc 



ou Princi?e$ des Loix. Liv. IL i(>i 

courbant qu'a regret fous Tempirc des 
anciennes Loix , n'attendoient qii'im 
pretexte pour prendre les armes & 
devenir acs tyrans, 

S'il eft vrai qu'un riche ne croira 
jamais qii'un pauvre ait les niemes 
droits que lui 4 radminiftration des 
affaires ; lamais vous ne parviendrez ^ 
fans le fecours des Loix agraires , £ 
confervcr une ccitainc ^galit^ qui eft 
neceflaire pour unir les citoyens > 
maintenir Fequilibre entre toutes les 
parties du Gouvcmcmcnt , & cm- 
p^her qu*on ne porte des Loix par- 
tiales. Quand , dans des converfations 
pareilles 4 celle que nous avons adhiel- 
lement , j'ai dit qu un Etat , ou Ton 
ne connoit encore qu*un ordrc de ci- 
toyens , doit donner des homes fixes 
aux poflcflions de cbaque citoyen , 
ou ne pas permettre qu'on pofledc au- 
del4 d'une certaine quantite de terre ; 
on n'a jamais manque de me dire que 
Tagriculture feroit negligee. Mais que 
m'importe cet inconvenient , s'il me 
fert a en eviter un plusgrand ! Que les 
recoltes foient moins abondantcs y 
pourvu que la Rcpublique ne fc par- 
ugepasen PatriciensSccii Plcbcyens* 



idl DE LA LiciSLATIOK, 

D'ailleurs je nie aue des Loix agraircs 
nuifcnt k I'agricultiire. Les trop gran- 
des pofleffions frappent la terre de 
fterilite , cc font Ics petits heritages 
qui font les micux cultives. En bor- 
nant , dit - on , les efperances & Tin- 
duftrie ' dc vos principaux citoy ens ■, 
vous les engourairez, C'eft ce que Jc 
fouhaite, (i , par cet engourdiflement, 
on entend Thabitudc qu'ils contrade* 
ront de ne rien defirer au-dela de ce 
que la Loi leur permet de pofleder ^ 
je le nie fi on entend , au contraire , 
cette pareflc qui accompagne la mi- 
fere. Vos citoyens , ajoute - t - on , 
abandon oerpnt le pays , ils dcferte- 
ront pour fe faire une nouvelle Pa- 
trie, Entendrai-fc tou jours ces mifc- 
rables objections ? Qu'iis fuicnt ccs 
hommes pervers dont les paffions ne 
peuvent obcir a des Loix falutaires ; la 
Republiquc y gagnera , elle n'aura 
plus dans fon fein des ennemis du 
Gouvernement / des Loix &: des 
nioeurs, Mais perfonne ne fuira ; la 
tyrannie du Gouvernement &r des 
Magiftrats chafle quelqucfois les ci- 
toyens , mais des Loix juftcs par leur 
aufterite mcme les attachcnt , au- 
contraire , a leur Patrie. 



ov Principes des Loix. Liv. II. 16 j 

Dans un pays o\i les hommcs font 
diftribues en differens ordres , & jouif 
fent , par confcquent , d'line fortune 
& d*une confideration diffcrcntej je 
fens qu*il eft impoffiblc de prefcrirc 
a Tavarice & a rambitiori les mcmes 
regies que dans un Gouvernement 
Democracique ; mais s'il n'eft pas 
permis d'atteindre a la perfedion , 
doit-on negliger de s'cn rapprocher ? 
Pourquoi n'etabliroit - on pas. un pa- 
trimome certain pour chaque ordre ? 
Nous avons en Suede un commence* 
ment de cet ufage ^ il y a des terres 

2ui ne peuvent etre pofleddes que par 
es Gentilshommes ^ & d'autrcs par 
des Bourgeois. PIufieursEtats ontportc 
des efpeces de Loix agrairej contrc 
I'aviditi du Clergcj& Tavantagequ'ils 
en ont retir^ , auroit du les avertir de 
faire , en faveur du bien public , les 
memes Loix contre la cupidite des 
autres dafles de citoyens. Que ne 
diilingue-t-on des terres nobles , des 
terres ecclefiaftiques , des terres ro- 
turieres , qui , fuivant leur diftribu- 
tion , ne pourroicnt ctre polftdces 
que par des Gentilshommes , des 
Ecclefiaftiques & des Roturiers, Si la 



1^4 ^E LA Legislation^ 5 
fortune dc chaque citoyen , dans (k 
clafle , pouvoit changer , diminuer 
ou s'agrandir^ la fortune de chaque 
ordre refteroit du moins la mcme , ' 
& aucun ne tomberoit dans le me- 
pris. Pourquoi permet-on au Seigneur 
d'un village ou dune communaute de 
s'cn rendre le feul proprietaire > C'eft 
en depeuplant un pays , y multiplier 
les vices de Topulence & les vices 
de la pauvreti. 

Ccft , je Tavouerai , en faifant 
Tapplication de ce que nous difoit 
notre Philofophe fur la matiere im- 
portante des Loix agraires 3 ^ ce que 
|e vois pratiquer parmi nous , que je 
compris davantage la fagefle de la 
doftrine. La cupidite des riches en- 
vahit tous les heritages fans que les 
Loix s*oppofent a leurs ufurpations 
&: viennent au fecours des pauvres, 
Le Gouverneriient feodal etoit fans 
doute ce que la licence a puimaginer 
de plus contraire a la fin que les hom- 
ines fe font propofee en fe reuniflant 
en fociete ; malgre fes pillages , fbn 
anarchic , fes violences & les guerres 
privccs , nos campagnes ccpendant 
n'etoient point devaftces comme elles 



ou Principes des Loix. Liv. IL i^j 

le font aujourd*hui. L'cfpeccde point 
d'honneurau'on fe faifoit dc compter 
beaucoup ae vaflaux dans fa terre , 
& d'y pofleder un grand nombre dc 
fujets , fcrvoit , pour ainfi dire , dc 
contrcpoifon k la tyrannic des fiefs. 
Loin ae devorer tout ce qui Tentou- 
roit , Ic Seigneur orincipal faifoit 
des dcmembremens de (a terre pour 
fe faire des defenfeurs , & les families 
fe multiplioient fous fa protedion. 
Mais lorfque ce Gouvernement fe fut 
detniit par fcs propres mains , on nc 
jugea des terres, qui avoient perdu 
l^ur dignite , (jue par leur revcnu ; 
&c on voulut reunir a foi routes les 
poffeffions, Dansuntcrritoire qui etoit 
autrefois partagc entre plufieurs fa- 
milies qui y vivoient avec honneur , 
on ne voit plus qu'un feul Seigneur , 
qui a fait autour de lui unc vafte fo* 
litudc. Pour s'agrandir , on a pas 
craint d'achetcr le patrirhoine dc$ 
malheureux payfans , & de Ics con- 
damncr k une pauvret^ plus dure que 
r^ncienne fervitude de leurs pires. 
Nos campagnes ne font couvcrtes que 
d*hommes livides&dccharncs, a qui il 
jip relip qu? leurs |?ras pour fairq vivrc 



i66 DE LA Legislation, 

a moitie une famille malheureufd. 
Qu'ellcs font rares ces pcrfonnes ai- 
nices da ciel & des hommcs , qui 
refpedeht le patrimoine dcs pauvres , 
& croyent que tout payfan qui arrofe 
la terre de fa fueur , doit y avoir une 
pofleflion ! Avcc notrc manie de nous 
cnrichir & de nous ennoblir , il arrive 
que toutes les pofleffions paflent entre 
les mains de la Nobleflfe , que leTiers- 
Etat fe degrade de jour en |our, &fon 
aviliflement avilit le refte de la Nation. 
Si les Loix , continua notre Philp- 
fophe , ne doivent pas permettre qu'il 
fc faHc au dedans de grandes for- 
tunes , quelles precautions nedoivent- 
clles pas prendre pour que les citoyens 
n'aillent au dehors amafler des ri- 
chefles qu ils rapporteroient dans leur 
Patrie , & qui derangeroient necef- 
fairement rharmonie du Gouverne- 
ment le plus fage ? Un exemple va 
vous faire entendre ma penfee. Quand 
Calvin fe retira a Geneve , & donna 
des.L^ixa cette Republique naiflTantc, 
on nfe peut douter qu'il n'ait pris plu- 
fieurs mcfures tres - prudentes pour 
etablir le bonheur des citoyens. II 
donna a tous les memes droits , les 



OU PRINCIPES 1>1S LoiX. Liv* IL I (y-J 

mcmcs prerogatives , la mcmc dignite. 
Diifferens Confeils ^tablis avcc des 
pouvoirs differens & furbordonn^s 
les iins aiix autrcs , fembloicnt devoir 
fixer Tcgalit^ & la liberte, Tel ^toit 
Tordrc , que Ic peuple ne pouvoit 
jamais ctre force d'obeir \ des Loix 

3ii'il n'auroit pas agrees , & il aban- 
onnoit fans danger toute la puiflance 
cxecutricc il des Magiftrats qu'il avoit 
lui-mcme choifis. Calvin ne manqua 
pas dc faire des Loix fomptuaires , 
mais fpit qu'il ne connut pas aflez le 
coeur hunaain & la marcne des paf* 
fions , foit que Tegalitc des fortunes & 
le territoire borne de la R^publiquc 
lui fiflent cfpcrer que les Gencvois nc 
feroient pas cxpofes a de fortes ten- 
tations , & continueroient a aimer 
leur honnete &: precieufe mediocrity , 
il negligca dc les premunir contre les 
amorces de Tavarice, Le L^giflateur 
fe trompa. Ses citoyens etoient ^ 

{>cine raflures fur le fort de leur Re- 
igion & de l^ur libcrtd , que com- 
mencant k jetter les yeux au dehors , 
ils virent , avec une forte de degoiit , 
la mediocrite de leur fortune. Aucune 
\,o\ ne venant a leur fecours pour les 



i58 . DE LA Legislation^ 

iiider a etouffer le germe d*unc ava- 
rice naiflantc , ils fortircnt de ^chez 
cux , s'aflbcierent a la malheureufe 
induftrie de kurs voifins , fe rcpan- 
dirent dans toute TEuropc, y firent 
Ic commerce & labanque avecfucces, 
& rapporterent , dans leur Patrie , desi 
fichefles qui cmouflerent la rigueur 
bienfaifante des Loix fbmptuaires ; 
& fans qu*on s*eiii appercut , TEtat 
fut partage en citoyens riches & en 
citoyens pauvres. 

Uegalite politique des citoyens 
ctant coranlec par Tincgalite qui s'etoit 
etablie dans Icur fortune , rien nc 
fait plus d'honncur i la fagefle des 
Genevois que la tranquillite dont ils 
continuerent a jouir j &: fans doutc 
il faut Tattribuer aux Loix fomptuai- 
res qui empechoient que lesuns n'ofaf 
fent mont'reravecfafte leurs richefle^, 
& que Ics autres ne les viflent avec 
cc refped: qui prepare a rhumiliation 
& conduit a la fervitude. Cependant 
les richefles n'etoient pas entrees im- 
punement a Geneve , & ce levain de 
difcorde & de diifenfion devoit y 
fcrmenter. Les richer, conduits par 
vet efprit de p^rcimonie & d'epargne 

que 



OV PlUNCIPES DES Loix. Liv. IL 1 6^ 

qac donnc Ic commerce , nc vour. 
bicnt pas acheter Tautorite qu'ils dc- 
(iroient, & que les pauvres auroicnt 
vraifemblablement vendue 5 ik pro- 
tcndoient Tacquerir pcu - a - pcu , &c 
fans Qu'il leur en coutat rien. lis. 
a'infuttoient pas Ics pauvres , mais . 
ils les meprifoient en fecrcc s \^% Loix 
i;i*etoient pas violces , mais cludees 
ou d^toumees de leur fens naturel ; 
on ne commettoic pas de grandes. 
in juftices , & cependant les nouvelles. 
moeurs faifbient pancher le Gouver- 
nement vers TAriftocratic. Le peuplc. 
qu'on n'avoit pas corrompu , s'ap- 
percut du danger que couroit fa 
tiberte , il devint inquict & fbup^oa- 
ncux; les riches, de leur cote , cqn- 
9urent des alarmes \ les querelles 
cclatcrcnt en/in , & nous les avons 
vues naitrc &: fe calmer i deux re- 
prifes. La paix eft J^tablie , mais fub- 
Uftera-t-clle ? Les Rcprefentans ont 
demande au'on augnientit les gages 
des Magiftrats ; cette demande eft- 
cUe d'un Don augure ? Annonce-t-elle 
des citoyens contens de leur fortu- 
ne? Puilqu'ils eftiment les richeflcs^ 
ferontrils difpof& ^ prendre les 

H 



tj(9 bs LA LEGIS-tATIOM ji 

mcfurcj neceflaires pour en prevc-j- 
nir Ic? abus } Puifqu'ils s'occupent 
d'autf^ chof^ gue d<^ \^ux liberty , 
fcront ^ Us capaples de lii defendre ? 
Je a'^n difconvicns pas , pourfuivit 
notre Philofopb^ : la politique que 
fc vouspr6f<^nte , ^ft un peu dure pour 
des efprits famiiiarifcs depuis oien 
des Cycles avec les vices ot les pre^ 
fuge3 que nous ^imons en Europe j 
fi )c la publiois dans un Ouvrage , je 
tie dout^ point qu'on ne la frondat 
avec beaucoup de mcpris, Apres tx3ut , 
cc n*eft pas la faute des philofophes 
s'ils voyent les chofts teiles qu'elles 
fonte S'il Icur i6toit piermis de changer 
les Loix d^ la nature & de donncr Iff 
bonhgur i mgilleur marchi qu-elle , 
Jls 1? feroient (an$ doute par com- 
j^laifance ; puifqu'on ne veut pas avoir 
celle de les entendre &: de les croire t 
mais ils nelc peuvenrpas , & fen fiiiy 
Bche. Malgr<6 Tempire qu*ont prif 
nos pr^jugis & nbs paffions , il ne 
faut pas l^fler prclcrire les droits dc 
la raifon &: de la vertu, Malgre Tim-p 
prudente ftcurit^avec laquell? nous 
nous conduifbns j il ne rant pas fe 

laCcr do ff^knter »ux hommcs 1^ 




OU P^IKCIPES DBS LoiX^ Uv. JI. ly^ 

feule do Arine qui leur eft falutairc^ 
Nos poliriques me font pitie par la 
ftupioice avec laquelle its fe flaccent 
^*avoir aflermi pour toujours le Gou- 
vernetneoc de leur Nation* Non , 
Milord ^ quand on volt que touce la 
iagefle de Lycurgue n'a pu empccher 
que Lacedemone ne pent , ne faut-il 
pas avouer que jamais les Loix n'onc 
pris aflez de precautions contre Tava;- 
rice } II ne funS,t pas de ne laifler aucua 
serine de vice dads la Repjiiblique y il 
hiuc la premuniri contre ceux de fes 
voifins. Examinez avec foin Ics Loix 
de Lycurgue , vous vcrrez qu'il avoit 
pris les mefures les plus efficaces pour 
ecartcr de la Laconic les vices qui 
infe^ient la Grece ; mais ccla no 
fuffijTpit pas , puiibue Lac6d)6mone 
a p6ri. .11 faut done ie prccautionncr 
contre dcs accidens qui n'arriveront 
peut-etre jamais, mais qui pen vent 
arriver : il faut avoir pris cent pre- 
cau^QAs inutiles ^ pour croire qu'on 
a'en ni^ige aucune neceilaire ; il 
fecut que le Legiflateur parolfle dcfier 
cous les caprices de la (orUfpie^ 

Sparte etoit attachee a fes: devoir* 
par trop de li^ns^j pg^r fe la^&fi 
^ Hij 



Iji DE tA Li^I5LAT!OMj 

cntrainer au mal par Ic mauyais excnV 
pie des autrcs villes dc la Gr^ce ; mak 
cnfin I'arnf^^c de Xerc^s panit aux 
pbrtcs dii Pdopohefe avec le faftc , 
k luxe & Routes les richcffes dc 1* Afic; 
cUcfut'dcfaitc i- Platte : & ks Spar- 
tiates qm avbicnt cu jufqu'alors le 
courage de miprifer les d^pouillcs 
midipcres des Grecs , furent eblouis 
par celles d^s Pcrfes •, ils furent rentes ,; 
€C n'eiirent pas^ k boh ?fprit de^fc 
cqntenteir encore de I'honheur de- lit 
viftoirel En dcmarid'ant leur parf du 
butin, pcut-etrc fe mepretioient-ils 
fur la nature du fentiment qui les 
iaifbit agir. lis ob^iflbient k cette 
cupidit^ leerette que letir ddn'noient 
kurs monnoks 'de ^iBF &l*e(pecc-de 
propri6t6 k laqueUe its etoient ^cbu* 
tunics , & ils crby'oient ^%e dbrnkiider 
qvL^tin aveu public' que- la Gii^cclcur 
aevoit fon lalut. Quoinu'il en foit ^ 
ks d^pouilles des Perles altererent^ 
Its mo^urs de Lated^mone , 8c^ por-» 
terent unc pkye mortelle k ki conft 
titutioa de la R^publique. Avant la 
guerre ^Medique , Miltiade & Th6- 
Aitftock 4i'aur6idilt ^famais imaging 
dy p^^ocipr Qtt corrompant k S^ii^t ^ 



cu PamciPEs MS LcJix;* Lw*tt. 175 

Ics Rois & les Ephores , i prix d*ar- 
gcnt- Pericles le tenta , & quelqucs 
talens fiiffirent pdur ach^te^ des horn- 
mcs qui commen^oient i fe laifler 
Corrompre plr leuf avarice. D^s qu^'oa 
n*ob^ifloit plus reUgieufemctit \\% 
plus importante des Loix de LycJur- 

J j^ j^ CUpii^'^" ->i^--^ -i:/ri- 

spublique 

politique 

fanner. On C3(igcl des tributs de (z% 
ennemis & de fes allies^ Souspretcxtc 
de faire des gucrres neceflaircs au 
dehors & d'avoir unc flotte , on forma 
un trefor public \ & de cc trefor lc5 
richcflcs s'^coulerent fecretcmenc 
dans les maifons des Magiflrats & 
des dcoyens. A melurc que le pou* 
voir des Loix s'affoiblit , la corrup* 
tion fe montra avec moins de retenue, 
&)arte iprouva eiifin le fort des autres 
.R^puWiques de la Grece , & fut plus 
milbeareiifc ^ fes vices que par fes 
id^laitcs. 



^ 



H iij 



ijt DE LA Legislation,' 

me fuffifent a peine pour refpirer; 
€'cft parcc qu'elle eft incapable dc me 
gucnr , qu'eUe doit me laifler I'ef- 
perance. Mais la politique qui erec 
a la focietc les organcs ae la vie qui 
lui manqucnt , & dont tous les re- 
medes font infaillibles ; ellc trahiroit 
les hommes fi elle leur cachoit la v^ 
rite* Les peuples refleitiblent i cts 
malades qui n'ont pas la force de 
prendre une potion amere , ou de 
ibuflfrir une operation douloureufe: 
il faut les intimider pour leur doriner 
du courage i ce feroit les trahir, que 
leur cacher leur fituation. 

Nous fommes avertis continuelle- 
jtnent par nos malheurs , denous faire 
<i'autres Loix que celles dont nous 
^ous plaignons ; & pendant long- 
temps je conviens que cts avertifre- 
mens font inutilcs. A mcfure qu*unc 
nation prend de nouveaux vices , il 
paroltqu'cUe devient plus incapable 
3e recfevoir une reforme \ & qu enfin 
il lui eft impoffible de fc corrirer t 
xTeft irne erreur* Les vices font doux 
i leur naiflance i &r d'ailleurs , une 
-partie des citoyens les tourne alors 
u fonpirofit, travaillc 4 nous ie& 



av PumciPEsr x>fis Loix. Llv,!!. 177 

jBtire aimer , &c fe fert do nos paffiony 
pour fatisfaire les (tennes r voil^ pour- 
quoi les homines nefccorrigent jamais 
que tard. Mars qnand les vices font 
eiifinfentir leuramertitmedechirante, 
quand tous les ordres de la Republic 

r€ fbuffirent egalement des defordres; 
fe forme naturellement entre eux 
une conjuration ; & fi un peuple ne 
fe corrige pas , il ne faut s'en prcndire 
qu*k fon ignorance. La Pologne eft 
une grandc preuvc de cettc veriti** 
Tant qu'elle n'a point cte mcnacic 
de la ruine entiere de fa liberte , tant 
qt^'une partie dcs grands a trouv6 
quelques avantages dans I'anarchie , 
on a el!uy£ inutilement plufieurs 
orages. Mais aujourd'hur que la RuP 
fie a manifefte fes projets ambitieux ^ 
qu*elle opprime tout egalement , & 
rcduit le Roi i n'etre que le miniftre 
de fes volont^s V aujourd'hui que tout 
:encil-hommeP6k)noisfevoitmenac6 
ctre traitc comme un Rufle , & fent 
que les Lpix qui ont fait fes malheurs, 
me peuvent les reparer ; il defire fani 
doute la refo^me de fon Gouverne- 
Btient. Si la Pologne parvicnt , avec 
ie fecours de k Porte > a fecouer le 

Hv 



^ug ^ ccr nc; fcraquc: fbnr ignorami: 
4jui rempechera de fe corriger ::cUc^ 
aflez fouffert pour ne; rcjettcr aucuhi 
isemede*,. quclquc amer qu*il foit ,, 
pourvii qu'il puifle guerir (t$ maux*. 
. Oa diroit que h, fortune fert qud-^ 
qucfoisr les Etats , fans qu*ils. le fit- 
cncntr^ fins qu-ils s*cn doutcnt \, fans; 
cju'ils ledefirent.. Je vous parl6is.tout«- 
i-rheure^, continua notxe Philofophc^ 
d!tirt; evehement etranger a \x confi 
titution de Lacedemone* , qui^ altera- 
fes moeurs & pcrdit les Loix de cettC! 
Rejpublique 5 n'y auroit - il pas auffi: 
^uelquetois de ccs evchemens ex- 
Ofiordinaires &c imprevus qui arra^- 
c&ent un peuple a les vices ^ & Ic: 
liitertent dans la neceifitd de faire de: 
nouvelles Loix ? Vbus nevoulez ricn 
cfpeirer; Milord , en voyant Textrfime 
corniption de PEuropc •, & moi , j'ofc 
encore. e(p6rer quelque- chofe , eai 
iroyanr les extremes bifarrcrics de 1;^? 
fortune^ 

Humili^s , avilis, d^grad^s (bus le^ 
6ouvernement dur &: arbitraire de* 
Gharlfes XI , nous courions aa-dcvam 
de la fervitude:, & nous aurions 6t^: 
dans , rim{ttiifl^ce: do; toto^zc n<a^ 




cfu PkiwcxpiisTMs toix; Uv.IL tj^. 

dialhes , fi des evenemens qu'il 6toit 
iinpoffible de pr^voir , ne nous euflent 
poi]fl& malgre nous hors de rabyme 
oOi nous «tion$^ Vous vous rappellcr 
avcc quel art ce Prince s'^oit empar^ 
d*uneaifto]it6 que- nes tx)ix lui reRi^ 
fbient^ :^^^^ s'ctrc^ fcrvi.dcs tiorts d^ 
fii noble£(e pour la rendre fufpede Sc 
odieufe aux autres ordres , il fe fervk 
de fenrs forces pour Taccabler. En- 
richi de fes depouillcs , il cortompic 
Des chefs du Clerg6, des Bourgeoi»^ 
&r des Payfans 5 il intimida le reftej 
& toute la Su8de , etonnee du |oug: 
fims lequel elle etoit foumife , vour 
krt fc pliaindre ; mais on ^toufia fes 
murmures- Sous ua Prince dcventr 
dbfpotique, & qui-, doutanr encore de- 
fe puiflance; vouloit cependant r%ncr 
f^r la crainte , ce fiit un criine que 
le fe' foiivenir des ancicnnes libert^ 
de la Niatii)n.. En violanr tous no^ 
droits?, on ne daignoit pas meme nouS 
promettre de les refpeder dans^^ % 
fuite 5 en un mot, it fallut paroitrc* 
efclave pour ctre en s6ret6 dans ft 
maifon. Nous nous avilimfc?- jfufqu^ 
alfer briguer l,es Fiveurs d'ttee^^ eout 
qui ne: ittettoit aucuria' borhifc-i fiat> 



XJO ; tin lA LlGTStATIOrirJ 

jnfuftices* Entour^s d'efpions & dc 
delateuFs , nous a'osames plus nous 
fier ks uns aiix autres ; chaque boit 
eitoyen- crat etxe feul boa citoyea 
dans VEtat; il ne fentitr que la foi- 
blefle ^ ; il d^fefpcra du lalut de 1^ 
chofe publique; ^ comme voUs en de* 
iefperez en ce mojtnent >. & il ne Gxih 
^ft^ aucune trace de^ , r^ncien efprit 
de fa nation*. - V *■ 

Pendant la mihorite 4i?.CharIcs XII ^ 
nous ne montrames auGi)n defir de- 
recoUvrcr nos anciaincs prerogatives.. 
Nops auribns: ete perdtis. pour, too?- 

rurs, ft ce Prince:, en commen^anr 
fe connoitxe & ^ gouverner par 
lui-m&me , n'eut ete occupe. qu'ii^ 
joui^ de la fortune immenfe que fbn: 
nere lui avoit llaiffee , &c que fa Cour. 
ilk devenue une ecole, de volupte & 
de ferviciude^ Nous aurions encore itii 
fcxdusydy, fe livrant i la, politique 
tnfte , fbupconneufe &: cachee diiR. 
iFibcre, ilfe tut applique i rendre plus: 
i^lideune xutx)rita qu'il auroit craint 
^ de perjure*. Qui n-admirera les bafards: 
l^^^f^rlefq^ la.fcxctune nous, 
^^uwnjtttva la nb)^rte , en nous four 
meij^jaurPaixcele plusintraitabLe;;!, 



on PumciTOs DEs Loix* Zm 77. i9i 

le ptus altier &r le plus defpatique qui 
fut pLttkzh } vous (avez avec quel me* 
pris il nous traita. U nous mena^ , 
dit-on , dc nous en voyer fa bottc pour 
Bous gouvcrner. • Mais fi Charles XII 
Bcpouvoit fouffrir aucuneoppofitioni 
ai Ics volont^ y c'cft qu'it fentoit cw 
lui , je ne fais quelle elevation , )C 
ne fais quelle impatience fubUine,* 
quie kit perfuadoient qu'etant &it 
|K)ur etonner tcs hommes , rien ne: 
dcvoit lui rafter. Heureufcment pour 
nous, nos voifini qui ne le connoif- 
£^entpas^y Pirriterenr; il eUt indignd: 
qu'oo ofc ne le p^^s menager ; ilor*- 
jonne lagwcrrcv & ilpart pleinde* 
re^erance , ou plutotde la certitude: 
de. fe vcngcr. Tons Ics fours nous ap- 
pre^ons une nouvelle viftoirc qu-oir 
ofck peine croire: Thcrotfrne roma- 
Bfefque & contagieux qui pafle du: 
Prince i fes foldats & k tous fcs ftr- 
jcts,. nous retire de notre abbatte- 
ment; & Fenthoufiafme avec lequei: 
BOus admirens un heros , nous pre- 
pare a ne plus obeir fervilcment k. 
un autre hpinme;. (?eft ainfr , & }c: 
B^Q doute f asr, que la Grcce ^erafecr 
par Phiiippe, reprit uae partie daftau 



wciensfcntimcnsau bruit des explbiti^ 
d- Alexandre, rougitde fon efclavagc^^ 
8c foupira apres ^ libcrtc. 

Nou^ avions befoin de biend'autreft^ 
ivehctnens encore plu^ extraordinaii-^ 
Ks mic fes premieres, vidoires dcr 
Charles , pour nous faireune: fortune" 
digne de nous. Nous aurions etc ac- 
eables de:^lia; gloireSrde la reputa- 
tionr dcr notre Heros , s'il fut rcntr^^ 
triomphant dans fes Etat^^ II falloit^ 
qu'ir filt vaiiicu i Pultava , qu'il alfit: 
enercher unc- retraitc a Bender , Sc 
sfopihiatrit a y perdrc plufieurs air-^ 
nicS' pr&icufes a fon reflentiment 5^ 
pour auc nous puiiEons voir renaitrc^ 
fes dietes prefquc oubliees de* la na-^ 
tion , recourir a« des Loix qua nous^ 
avioris aimees , &c apprendrea nous 
fiiflSre i nous-mcmes. Cetoit beau-^ 
coup ^ tout cela cependant ne fiiffifbitf 
pas pour nous rendre libres.. Bibing j' 
Morn , Ferfen , Creutz, nonis cHets k 
Ik Patrie & dont la gloire vivra cter-^ 
nellement. Que leur auroit fervi k cux- 
& i nous de chercher dans les mine^' 
de: TEtat les reftes epars^^ de* notre 
eonftitution , & de preparer ii dcs^ 
plus fages un fondemem^ {iliisJ 






ov FkiKcxPEs DES JLotx^Im^* it. tT^ 

&fide , iiCharles centrant en avantu^ 
der dans fon Royaume y n'y ei^ en' 
mielqur (bite parte le malheur qui> 
K fuivoit ? U falloit que r plus occnpf: 
de: fel cnnemis que de fes iiijet^, il< 
nous lafsac defoR hcroifnie r il fallbic 
qu'occupe de fa feule vengeance, tl 
nogligeat le fort de laSuede apres liii v 
il raltoit qu'if nc laifsat point de filS' 
pour iui iucceder^ il falloit que la. 
mort Fan-Star au milieu de fa car-" 
riere* ^firavant que la pefantcur dc: 
llage lefixat dans fa Capitale.. 

Je m-arrcte , Milord, a vous fairc* 
' remarquer routes ccs dreonftances; 
extraordinaires , pour vous prouver* 
eombien la fortune eft puiflante y, 
&" avec quel art die prepare quet— 
qucfois^.menage & conduit les cvene^ 
mens qui doivent donner un nouveaui 
caracftere i tour un pcuple. Si j'exar- 
minois en detail THiftoire de routes 
l-Europe , je trouverois^ vraifembla— 
blcment qu'il n*y a point de nation '. 
gui n'ait recu les memes faveurs de lai 
fortune , 8^ qui n'eAtpufe corrigcr,, 
fi elle euf fu eombien illtti importoitc 
de fe delivrer defes vices & de fes^ 
|«rejuges. En apprenaatja mort d'uoi 



V84 DX CA LifiisLATTa^r^ 

Prince qui nous avoir gouvcrncs ar^ 
btoaircmcnt ^ nous parihn^ <}» 
hotntnes libres &: cHgnes dc Fetre 
tou)oanr On Ic regreca , on le plaf- 
gnfr, on Taima , on Tadinira plus mie 
jamais, parce que nous avions Ion 
, courage; cependant on tic fiit occupe 
orfi clever F&lifice d*un nouvcau 
<§buverncmcnt , parce que le pouvoir 
arbitraire nous avoit appris qu'on ne 

rit fetre heureux que par le fecours 
fous la protcdion des Loix. Tout 
int6ret etranger k la Kbertc fut n&- 
glige. Nous, pariimes delivrqs 8c desi 
▼ices qui nous a^voicnt £bumis k 
. Charles X I , & des vices encore plus 
dangcreux avec lefquels le dei^H>- 
tifmc; nous avoit famifiarifes. Nous 
n'eun^es tous qu'un mcme efprit. Nous 
oubliames nos anciennes jajbufies ^ 
nos haincs , nos rivalites > nos in juf- 
tices, nos ihfures , nos rcproches , 
nos foupcons , & jufqu'aux paffions 
dont il femblcr que k coeur numain: 
ne fe ftparc jamais., quand il en efk 
une fois infefti. 

Qu'un Hiftorien fidele de ces eve- 
nemens , inftruifc la pofterite , donne 
ztm homines Tefperance d'un avenir 



r 



OU PuiNCtPES DES LoiX. Liv. II. 1 85 

hcureux , & nous apprcnnc que la 
nature in^puifablc dans fes bicnfaits, 
produit encore de ccs ames fortes & 
couraeeufes qiie nous admirons dans 
la Grece & dans Rome. La nobleflc, 
i qui on avoit confifque fous les der- 
niers regnes , fes mailons & fes tcrres, 
ne fongea point i y rentren Perfonnc 
ne reclama fes droits particuliers , 
perfbnne nepenfaa reparer fes pertes, 
& a raflembler les debris de fa fortune 
domeftique. Nous avions tout The- 
roifme de Charles XII; nftiis nous 
nous propofions une fin plus juftc. 
Par une efp^ce de prodige , nous , 
qui pendant les longues dilgraces qui 
luivirent la journee de Pultava , n*a- 
vions hh attentifs qu'a foutenir TEtat 
chancellant, & ne rien faire qui nc 
fut digne du courage outre de notre 
Prince; nous fimes avcc joie dcs 
facrifices a nos voifins, pour nous 
livrer k des foins plus importans que 
4es fiegcs & des batailles. 11 eft beau ^ 
lansdoute de s^enfevelir fous les mines 
de fa Patrie ; mais il eft plus beau en- 
core d'elever un grand edifice fur ces 
ruines. Nous eAmes la fagefle de pen- 
fer que retabtiirenient dcs Loix & 



Prince qui nous avoir gouvcrncs ar* 
bitrairemcnt , nous parihne:^ (Jes* 
hotnmes libres & cHgncs dc Ffetre 
toujouHr On le rcgreca , on le plaf- 
^nrt , on Talma , on Tadmira plus cue 
jamais , parce que nous avions ion 
courage; cependant on ne fiit occupe 
qrfi clever Fedifice Jun nouveau 
Gouvernement , parce que le potrvoir 
arbitraire nous avoit appris qu'on ne 
pcut ctre hcureux que par le fecours 
& fous la protection des Loix. Tout 
interct Stranger ^ la Kbcrtc fut ne- 
glige. Nous parumes dclivrqs 8c des; 
vices qui nous avoient £bumis k 
Charles XI, & des vices encore plus 
dangcreux avec lefqucls le defpo- 
tifmc; nous avoit famifiarifcs. Nous 
n'eun^es tous qu'un mcme efprit. Nous 
oubliames nos anciennes jaibulies ^ 
nos haincs , nos rivalitcs > nos in juf- 
tices , nos ihfures , nos rcproches , 
nos foupcons , & jufqu'aux paffions 
dont il (emble que le coeur numain 
ne fe fepare jamais., quand il en eft: 
une fois infefte. 

Qu'un Hiftorien fidele de ces ^ve- 
ncmens , inftruiie la pofterite , donne 
znx Ibonunes Tefperance dun avenir 



ou PrinApes des Loix. Liv. II. 185 

hcureux , & nous apprcnnc que la 
nature inepuifabic dans fes bicnfaits , 
produit encore de ccs ames fortes & 
couraeeufes que nous admirons dans 
la Grece & dans Rome. La nbbleflc, 
i qui on avoit confifque fous les der- 
nicrs regnes , ^cs mailons & fes terres, 
ne fongea point i y rentrer, Perfbnnc 
ne reclama fes droits particuliers , 
perfonne ne penfaa reparer fes pertes, 
& a raflembler les debris de fa fortune 
domeftique. Nous avions tout The- 
roifme de Charles XII; nftiis nous 
nous propofions une fin plus juftc. 
Par une efp^ce de prodige , nous , 
qui pendant les longues dilgraces qui 
luivirent la joum^e de Pultava , n*a- 
vions ct6 attentifs qu'a foutenir TEtat 
chancellant, & ne rien faire qui nc 
f6t digne du courage outref de notre 
Prince ; nous fimes avcc joie dcs o 
facrifices a nos voifins, pour nous 
Uvrer ^ des foins plus importans que 
4es fieges &: des batailles. It eft beau ^ 
fansdoute de s^enfevelir fous les mines 
de fa Patrie ; mais il eft plus beau en- 
core d'elever un grand edifice fur ces 
mines. Nous eAmes la fagefle de pen- 
fer que retabliiTenient dcs Loix & 



.\ 



i^jrb' i>E I'A Legislation , 
comble , la patience a un tcrme au< 
<jucl fuccedc k defcfpoir. Lcs Corfcs 
commcncent la Guerre avec des four- 
chcs & des batons ; etonncs dc leur en- 
trcprifc, ils ne penfcnt pas qu'onpuiflc 
&crc libre •, plutot que de manquer 
d'un maitrc, lis fe donnent a un Avan- 
turicr de Baron de Nuoff-, & c*eft 
parce qtfUs n'efpercnt aucun fecours 
etrangcr , qu'ils ofent cnfin vouloir 
fc rcndre independans. Mais , je vous 

{)Fic , reniarquez qu*ils tircnt alors dc 
curs maUieurs pafles I'a vantage dc 
fc voir dcibarrafl^s des errcurs & des 
prejuges que lcs fiefs , la nobleffe &c 
de grandes fortunes out etablis pref- 
que par-tout ailleurs. La vie fini|plc , 
groflierCjfnigalc &modefte a laquellc 
lis ont (fete accoutumes fous Ic joug 
des Genois , iic fert qu a leur donncr 
un couraigc plus opiniatre , &lcs pre- 
are a rcccvoir fans peine les Loix 
5s plus propres i reprimer Tavaricc. 
L'abolition de tous les privileges nc 
liifle fubfifter en Corfc qa'un .ordrc 
dc citoyens: Fifegalitcdont la politique 
fait tant dc cas , fc trouvc naturdlc-: 
meht labile *, & rien n'ed: plus aif<b 
que ^c confo^e I'int^r^particulici; 




ou Princip£s des Loix. Liv.IL if 9 J 

At Ghaqiic citoycn avec Tinterct ge- 
neral de la patrie. 

Paoli n'a pas fu profiter dc ces cir* 
conftances favorablcs. Soit qu'il n'eiit 
pas les lumiercs neccOaircs i un Le- 
giflateur v foit que fon ambition , oc- 
cupec dc fa fortune particuliere , ait 
trabi le courage de fes compatriotcs ; 
cct bomme qui pouvoit etre un 
Ariftobule & un Brutus , languit obt 
eurcment a Londres ; & vous voycz 
fenfiblcmcnt que la Corfe auroit eu 
Ic fort de la HoUandc , fi elle eAt eu 
i la tete de' fes affaires un Prince dc 
Naflau^ 

Combicn dc revolutions prepar^es 
par la fortune , avortent par notre 
ibttife \ tant6t on efoere trop , tant6t 
on n*€fpere pas affez> On iait ' a la 
hate ^es Loix , fans fongcr fi ellei 

J)euvent fubfiftcr, & fi on yobeira 
orfijue les efprits auront repris leur 
tranquillity ordinaire. On attaque des 
Coutumes qu'il ^toit indifferent de 
d^truirc, Profcrit-on des abus ? On 
ne manque pas de rcfpcdcr les caufes 
qui les ont prodtiits , & qui doivent 
les conferver. En trn mot ^ oh n'a 
pref<ju5 ]imv9 cofnpris <|ue I'of df c 



ir^l i>£ i-A Legislation^ 

immuable des chofes eft tel que dani 
tout lieu oii il y a des riches , il y 
aura bientot des hommes puiflans; 
& que dam tout lieu oii il v a des 
hommes pui^flans il y aura oientot 
des riches. On n'a jamais fu qu'il eft 
inutile de reprimer fcparement Tava- 
rice ou rambition , parce que ccs 
deux paffions ont contrade une al- 
liance eternelle , & s'etayent mu- 
tuellement : epargner Tunc , c'eft 
favorifer Tautre. 

En effet, fuppofbns que les Ple- 
beyens dc Rome qui fe rctirerent fur 
le mont facre , fe fuflent laiflfes fe- 
duire par I'apologue de Menenius 
Agrippa; &<jue con tens d'obtenir Ta- 
bolition des dettes, d'ouvrir les prifons 
aux dcbiteurs ^ & de faire porter 
quelques Loix fijveres contre Tufure 
des Grands, ils cuflfent neglige dc 
demander des Tribuns- N'eft - il pas 
evident qu'en fe conduifant avec cettc 
imprudence , le peuple n'auroit joui 
que d'un foulagement paflager ? Lcs 
Patriciens n'auroient pas manque de 
feindre quelque moderation pour doa- 
ner le terns aux elprits de fe calmer , 
^. laiflcr cffaccr les traces de leur 

lyrannie ; 



oxj Principes des Loix« Z/V. //. 195 

tyramiie ; mais ils auroient prepare 
tourdement la ruinc des Loix qu'ils 
vcnoient d'accordcr. Inftruits par la 
crainte k mcnagcr leurs intcrcts avec 
plus d'art , tous leurs bienfaits au- 
roient cte auiant de picgcs , & leur 
ambitioci n'auroit cherehc qu*a fe 
dedommager de ce que perdoit leur 
avarice. Sous pretexte aobeir fcru- 
puleufement aux Lx>ix ou de les per- 
redionner , ils en auroient abnfc. En 
d^funiflanJ; les Plcbeyens qui n'au- 
roient cu ni des protefteurs , ni ua 
point de reunion dans Jes Tribuns , 
ils auroient trouve le fecret de les 
afifervir. Apres avoir forge les chaincs 
avec lefquelles ils devoient garotter 
le peuple , ils fe feroieht fervis dc 
leur autorite pour s'emparer de routes 
les richeflcs de U Republique. 

C'cft parce que les Tribuns ac- 
quirent le pouvoir d'aflembler le 
peuple , de fufpendre les delibera- 
tions du Senat , d'approuver ou dc 
rejetter fes dccrcts , de demander 
raifon wx Magiftrats de leuf* adminif- 
tration^, en un mot , c*eft parce <que 
la nouyelle conftitution attaquoit & 
reprimoit egalement Tambition & 



194 ^^ ^^ LEGISLATION, &rc. 
Tavaricc , que la Rcpublique fut 
heiireufe. Des qu*on eft moins attentif 
i Tunc , I'autre en profite pour ctre 
plus hardie & plus entrcprcnantc, Sui- 
vez dans THiftoire Romaine rHiftoirc 
de ces deux paffions , & vous vcrrez 
qu'a peine Tavarice eft parvenue k me- 
prifer les Loix agraires, que rambitioA 
menace de detruire lalibert<i publique. 
En ireformant notre Gouverncment , 
il le fautavouer, nous n^avons pas 
eu la mcme fagefle ou le mcme bon- 
heur que les Romains. Notre dicte , 
f rappee des maux qu'avoit caufes le 
pouvoir arbitraire , ne craignit en 
qiielque forte que de voir s'6lever un 
nouveau Charles XL Vous connoiflet 
notre conftiuition , vous favez que le 
Prince plac(i att^leflbus des Loix leur 
eft foumis ; on regla qu'il ne feroit 
avec le Sdnat que le fimple executeur 
des volontcs de la Nation. Apres avoir 
itabli les bornes que Tautorite royale 
ne devoit jamais pafler , on crut avoir 
tout fait 5 cependant Touvrage n'etoit 
qu'6bauch6 ; & faute d'une foule de 
Loix neceflaires pour corrigef les d^ . 
toycns de leur avarice & de leur 
-jonbitipn , notre Gouverncment nc 



« 



ou Principes dis Lorx. Liv. IL 195 

tarda pas a recevoir des fecoufles ca- 
pables dc Tcbranlcr. Lc mari de la 
Reinc Ulriquc ayant he aflbcic au 
tr6nc , trouvamauvais d'etre beaucoup 
moins puiflant en Suede avec le titrc 
dc RdI , qu'il ne Tetoit dans la Heflc 
avcc la qualite de Landgrave. II exa- 
mina cc qui fc paflbit autour de lui , 
il lut dans les coeurs ; & fe flattant de 
Ics corrompre par des dons &r*tief 

1)romcfles > il fe flatta de reprendre 
*autorite dont fes predecefleurs avoient 
joui, Ses intrigues allerent fi loin que 
la premiere di^te qui fiit aflemblic 
apres fbn eledion , fe vit dans la n6- 
ccffite de lui marquer fon meconten- 
tement. EUe fit une deputation au 
Roi ; & Lagerbcrg , fbn Marechal , 
lui dit que la Nation lui faifoit de- 
mander de renoncer a toutes les pra- 
tiques qii'il mettoit en oeuvre pour 
etendre (on pouvoir au mepris des 
Loix &: a la ruine du Gouvernement ; 
qtfon lui donnoit vingt-quatre heures 
pour dcliberer & prendre fon parti 5 
« que ce terns expire , s'il ne taifoit 
pas ta-promeflc quc/h lui demandoit, 
on d6clareroit le tr6ne vacant. 
Nous avons diininue la prerogative 



19^ DE LA LEGJStATIOXj 

royalc , nous avons donne au Prince 
une tres-grande dignite & un pouvoir 
tres-mediocre ; cela peut nous fuffirc 
a I'egard du Roi 5 mais n'avons-nous 
a craindre que lui ? Pourqwoi ne nous 
craignons-nous pas nous-menies ? Les 
paffions des citoyens font-elles moin^ 
dangcreufes que celles du Prince ? 
Pourquoi done avons-nous neglige dQ 
rcgler , moderer , tcmperer & diri-r 
ger notre avarice & notre ambi- 
tion ? Si par hafard un Ordre de TEtat 
avoit des privileges qui fiflent incliner 
le Gouvernement vers T Ariftocratie , 
ne devrions - nous pas y remedier ? 
Nous faifons un trafic nonteux des 
interets delaPatrie aveclesPuiflances 
ctrangeres ; quand on vend fon hon- 
neur , eft-on bien eloigne dc vendre 
fa liberte? Qu'on arrccie le cours dc 
ces abus par de npuvelles ' Loix , ou 
nous eprouverons un jour que celles 
que nous avons aujourd'hui ne pou- 
yoient pas nous fuffire. Ne nous per- 
mettons pas d*aimer & de confidcrer 
ies richeflcs , li nous ne voulons pas 
^tre les vidimesde Tambition; atta- 
quons Tafmbition , & ne lui permetT 

tpn? pas 4? k repaitre d'efperaacej 



^ 



ou Pringipbs MS Lone. Liv. II. 197 

flatteufes j fi nous ne voulons riea 
craindre de ravaricc. Soyons surs 
qae les ambitieux qui cherchenc a 
prix d'argent a fe rendre puiflans , fc 
dcdommagcront amplement des avan- 
ces qu'ils font aujourd'hui , s'ils peu- 
vcnt s*emparcr de Tautorite i loyons 
stirs que des citoyens trop riches pour 
aimer notrc egalite , font les ennemis 
de notre Gouvernement. 

Vous aimez trop la vcrite , Milord , 
pourfuivit notre Philofophc , pour ne 
pas me permettre de vous parler avcc 
la franchife qu'elle infpirc. Je vous 
dirai done que votre conftirution mfe 

Earok infiniment moins affiirce que 
L notrc. Votre Roi , dites-vous , ne 
pent faireaucun mal , &" n'eft puiflant 
que pour faire le bien j mais fi vous 
parlez ferieufement quand vous tcnez 
ce langage , je vous demande pour- 
auoi vbiw avcz eu tant de revokes , 
de guerres civiles & de revolutions/ 
Pourquoi done vos Publiciftes les plus 
favans, ne peuvent-ils affigner les 
bornes precifes que les Loix prefcri- 
vent a la prerogative royale & aux 
privileges de la Nation } Que figni- 
fient done tous ces galimatias de vos 

111) 



I9S DE LA LEGISLATfONy 

Eapiers publics, quireprefentent la If-* 
ertc toil jours attaquee, tou jours chan- 
celantc , & qui fe plaignent des 
cntreprifes continuellei du Miniftere. 
Croyez-vous qu\ine lifte civile d'un 
million , fort bien propre a reprimcr 
Favaricc d'un Prince? Eft-ce pour 
rempecher d'etre ambitieux , que vous 
lui accordez une part dans la Putflance 
legiflative , &r que vous le laiflez Ic 
maitre de difpofer de tous les honneurs 
&: de toutes les graces de TEtat ? On 
diroit que vous avez penle que I'argent 
appaife la foif de rargent , que le 
pouvoir appaife la foir du pouvoir. 

Pour ne pas craindrc Tambition & 
Tavarice du Prince, avez -vous d« 
moins fongc a preferver les citoy.ens 
de ces deux pafllons ? Point du tout* 
Vos Loix fur le commerce paffent 
pour Ics Loix les plus importantes, 
&• toutes ne tendent qu'a le rendrc 
tres-riche & tres - Iucrati£ Ou font 
vos Reglemens contre le luxe ? Tout 
ne vous porte-t-il pas k trouver la 
mediocrity ridicule oc infupportable > 
Si les richefles fervoienta faire excufer 
les vices , fi elles faifoient confiderer 
ua mal honn^te hoipme > pourquoi 



\ 



OV PRINCIPES DBS LoiX. Uv. II. IpJ) 

feriez-vous etonne qu'au meprij de 
votrc honneur & de vos fermens , les 
places du Parlement fiiflcnt vendues , 
oc que ceux qui les auroient achecces 
les rempliflent mal ? Si rambition peut 
fe fatisraire par des moyens bas & 
honteux , fi en trahiflant la Patrie on 
peut parvenir a de grands hoiTneurs , 
Tauc^il etre furpris (][ue des homin?! 
qui a*ont fait bcducoup de bruit dans 
Ic parti de loppofition , que pour fc 
faire craindre & fe vendre plus che- 
remcnt , finiflcnt par etre de detefta- 
bles Miniftres ? Vous vous mainteneB 
moins par vos Loix que "par I'efprit 
de liberte qu'elles ont donnee autre- 
fois k la multitude , & que 1^ peu- 
pie a confervcrparce qu'il n'eft pas 
corrompu par les richefles , & qu'il 
ne peut etre ambitieux. 

Vous vous alarmez fur votre fort , & 
vous avez raifon ; mais ccs alarmcs, qui 
vous font n^ceflaircs pour vous tenir en 
garde contre les dangers de votre fitua- 
tion, ceiferont qiiand la corruption 
aura fait de nouveaux progres ; & 
quelles feront alors vos reflburces ? A 
propremcnt parler , vous n*etes pas 
gouvernQS par vos Loix], mais par 

Viv 






too S>t LA LegISIATIOK^ 

les^venemens J Icscirconftanccs, & 
fur-tout par les intercts & les paffions 
des perionnes qui font k la tete de$ 
affaires. Les Loix trop flexibles de 
votre conftitution , parce qu'cli& ne 
fe communiquent pas une force mu- 
tuelle 5 fe pretent trop aifement 
k tout. Nulics , fous Henri VIII. & 
Elifabeth , elles reprcnnent quelquc 
vigueur fous Jfacques , parce que cc 
Prince timide a moins de talensquQ 
fes predecefleurs pour parvenir a fes 
fins. Voyez eomme elles cbangent 
de forme , & > pour ainfi dire , de 
nature entre les mains des deux 
Charles , de Cromwel , de Jacques II. 
& de Guillaume III. 



CHAPITRE III. 

CaraSiredes Loix nicejfaires pour riprimer 
& rigtert ambition dans CEtat 6* dans 
Us Maffrfirats^ 

JVliLORD ctonne , & peut-etre conA 
terne de ce qu'il vcnoit d'entendre , 
parut un moment rcveyr & penfif j & 



ou Principes desXoix. Uv. IL loi 

il fe feroit abandonne a fcs reflexions , 
fi notre Philofophe nc Ten eut tir6 , 
en m'adreflant quelqucs paroles ^tran- 
geres aux matieres qui nous occu- 
poient. Revenons \ nos Loix , dit- 
Milord avec vivacite. Vous me voyez 
dans une fituation violente ; ce n'eft 
pas vous qui m'affligez , cc font les 
crreurs de mon pays qui m*inquietent. 
Plus on meditc fur la nature du coeur 
humain & les principcs qui doivcnt 
guider un Lcgiflateur , plus il eft 
impoffible de ne pas plaindre les 
focietes. Souvent elles ne fa vent ce 
qu elles veulent , & plus fouvent 
encore elles fc livrent a des efp^ran- 
#es infenfees , &prennentune route 
oppofee i celle qu'elles cherchent. 
Puifque les paflions les plus funeftes 
ont aide prefque toutes les Loix , il 
eft jufte que miftoire n'ofFre ou'un 
tableau prefque continuel de miseres, 
de defaures o^ de calamites. Le paflS 
ne me touche gueres \ mais que ce 

{)afle eft un malheureux augurc pour 
'avenir! Que de triftes reflexions 

Je ne puis cependant relifter au defir 
de connoitre des vcrites qui m'affli- 
geront 5 & je n'ai pas oublie qu'apres 

1 v 



202 i)E I A Legislation, 

avoir propofedes Loix contreravarice, 
vous aevez atta(juer rambition.r 

Soit , * rcpondit notre Philofophe , 

mais je vous avertis que jc n'ai ricn 

de confolant k vous dire. Je crois, 

pourfuivit-il , avoir prouve gucrEtat 

ne pouvoit eftimer les richefles , fans 

que les citoyens ne les confideraflent 

aufli ; j'ajoute aftuejlcment que Tarn- 

bition d\me Republiquc fc commu- 

niquera neceflairement a fes citoy ens* 

Quoique I'^avarice & Fambition expo- 

fent egalement un peuple k miUe 

dangers , & le conduifent cnfin k fa 

mine •, je mets cependant une grandc 

diflference entre ces deux paffionsf* 

L'une avilit neceflairement & degrade 

Fame , Fautrepeut quelquefbis Telever 

& Fagrandir. Une Republique avare 

ne fera jamais rien de grand , parcc 

que Je citoyen y prefere fa fortune 

partituliere a la fortune publique* 

Ifonimez - moi , je vous prie , une , 

y-ertir utile a ta focicte que le Legifla- 

teur puiffe donner a, des hommes 

avaresi U n'en eft pas de mcme d*une 

Republique ambitieufe ; elle peut 

aimer la guerre , fe rendrc incon^- 

mode i fes voiUns , conquerir dips 



k 



ou Principes des Loixr. Uv* 11. zo j 

Provinces , & faire cepciidant cnvier 
jfbn fort , fa gloire & fon bonheur^ 
Si fes Loix ont cu foin d'affbcier i, 
cctte paffion Ics vcrtus avcc lefquelles 
elle pcut s'allier , tcls font le courage , 
Famour dc lalibcrte & dc la Patric, 
la gcn6rofitc , le deftntcrellemcnt , 
&c. Le citoyen , fi jc puis parlor ainfi , 
n'eft alors ambiticux que de Tambi* 
tion publiquc ; il s'enyvre de la for- 
tune dc TEtat , & met fa gloire a Ic 
fervir & a fe facrifier a fes intercts. 
Tcls ont etc plufieurspcuples anciens , 
& fur-tout les Remains , qui , faifant 
une guerre continuellc pour s'agran- 
dir , conquirent I'ltalie plus par leur» 
vcrtus que par la force de leurs armes. 
C'eft parce que I'ambition pent 
avoir des commencemens hcureux 8^" 
brillaos , que la politique lui fait fi 
aifement grace ; & qu'il n'y a prefquc 
point de Legiflateur, qui, par ks 
etabliflemens , n*invitefa Republique 
i s'agrandir. Quoique Tambition , 
habilement menagee , fonde les ref- 
forts du Gouvemcment , & donne 
quelquefois aux citoycns des vertus 
que nous devons aimer & refpefter , je 
crois cependant que les Loix doivent 

I v) 



104 i>E LA Legislation , 

profcrirc , fans pitie , cretre paflion* 
Les qualites heroiques que nous ad- 
mironsle plus dans les Romains , peu- 
vent fe trouver , avec le mcme eclar, 
dans unc Republique , qui , par prin-' 
cipe de moderation , aimera la paix , 
&: ne fera la guerre que pour fe de- 
fendre : Laceoemone en eft la preuve* 
N'y a-t-il pas meme unc gloire fu- 
perieure i la rfoirc des conqu&es ? 
J'entends la gloire qui reftilte de la 
pratique de la juftice , & qui s occupe 
du bonheur de tous les hommes* Avec- 
quelque vertu que Tambition (bit ' 
aflbciee , n'eft-il pas vrai qu'elle lui 
communique infenfiblepient fa rouil- 
le , & raltere peu-a-peu > 

Je ne me trompe point , Milord , 
quand je dis que lanibition denature 
toujours un peu les vertus qu't>n lui 
joint. Avec cette confiance qu'injf^ 
pirent toujours les forces & les fucces , 
confukera-t-on avec foin les regies 
les plus exades de la ^iftice ? Un 
peuple ambitieux ne contradera-t-il 
pas naturellement unc certainc apret^ 
de caradlerequirendra fcs vengeances 
terribles ? 11 ne connoitra point Tin- 
dulgeace dont les hommes ont tant 



OU PRINCIPES DBS LoiX. Z/V. //. 20 J 

de be(bin ; il fe fera un droit dcs gciis, 

3ui , par fa rigueur , fe rapprochera 
e Tinjuftice. Defirera-t-on dc fub- 
juguer fes voilins 5 prendra - 1- on la 
peine de les foumettre,& nc dcfirera- 
t-on jamais de s'enrichir dc leiirs de- 
pouiUes ? Tous les peuples ambirieux 
ont jttge , fans qu'ils s'enappercuflent , 
de Timportance de leu£| iucces par le 
butin que leur valoit la*idoirc. Dans 
les plus beaux terns de la Repiiblique 
Romaine , fes Generaux expofoient 
dans leur triomphe les depouilles des 
-vaincus j & le pcuple qui fe repaiflbit 
avec plaifir de ce fpeftacle , n'avoit 
pas , fans dome , un defintcreffement 
auffi entier que les Spartiates , qui 
ne faifbient la guerre que pour (c 
dcfendre ou proteger leurs allies. 
L*ambition foutenoit ainfi Tavarice: 
Chacun voudra etendre ks heritages, 
i Texemple de la Republique qui veut 
etendre fes domaines. Auffi Tufure 
qu'on vouloit profcrire, fubfifta-t-elle; 
o^ les riches corrompus par leur am- 
bition , n'oublierent point Tart dc 
faire valoir leur argent. De - 1^ , la 
longue refiftance qu'on fit a Teta- 
bliflement des Loix agraircs , &: ta 



l0(> DE LA LEGISLATION^ 

negligence cternelle avec laquelle 
dies furent obfervees. 

Enfin n'cft-il pas vrai que rambition 
dctruira toujours la grandeur qu'elle 
a elcvee ? Les vcrtiis doivent s'aftbiblir 
infenfiblemcnt & difparoitre fans 
retour , puifqiie I'avarice eft fans 
ceflTe excitee. La decadence eft plus 
lente tant qi^n fait la guerre a des 
Nations pauWes ; mais avec quelle 
celerite un peuple ne court-il pas k 
fa ruine , qiiand fes armees out vaincu 
des provinces riches 8c puiflantes ? 
Vous vous rappcUez Ce que je difbis , 
il n'y a qu'un moment , de la cor- 
ruption que le butin de Platee fit 
naitre i Lacedemone ; je pourrois 
vous defigner en detail les vices que 
les Romains durent a leurs guerres 
Puniques , & ceux^u*ils rapporterent 
des diflferentes contrees de TAfie qu'ils 
foumirent. Quandles richeflcs auront 
enfin detruit les vertus que Tambition 
s'etoit a0bciees , la Republique fera 
avilie par les vices bas qu'on repro- 
che aux Cartbaginois , ou dechiree 
par ceux qui allumerent les guerres 
civiles des Romains. Si la molleflle , 
la Uchete , la bafle intrigue &c le 



ou Principes des Loix»Z/v. //. 207 

menfbnge n'yrcgnentpas, il s'clevcra 
des Marius , des Sylla , des Ccfar > 
des Pompce , des Odtaves ; & ccs ci- 
toyens ambitieux jetteront Ics fon- 
demens d'line tyrannic perpctiiclle. 

Si rtmbitioii eft fi funellc pour Ics 
peuples memes qui ont eii Tnabiletc 
delui aflbcierles plus grandes vertus^ 
fi CCS peuples fe font toujours perdus 
par les fucces mcmes qui ont d abord 
cleve leur fortune , fera-t-on furpris 
des maux fans nombre qui afliegent 
ces Etats qui ont ofe ctre ambitieux , 
& afpirer i fairc des conquctes , 
quoique leur conftitution fe refusat 
a toute efpcce d'agrandiffement } Suc- 
combant fous Ic poids de Icurs entre- 
pri fes y & fe croyant par vanitc dignes 
3'une grande fortune , des obftacles 
infurmontables les ont inutilcment 
avertis de leur foiblefle. Us ont recouru 
aux cxpediens, & epuifeleurs reflbur- 
ces. II auroit et^ plus commode & plus 
aife de vivrc en paix , que de faire lans 
cede de nouveaux eflforts & des guerres 
infrudiueufes* Lecombledu ridicule, 
c'eft qu on ait imagine que Targent 
ctoit Tame des fucces. Quelques Prin- 
ces ont cru qu'avec Targent , qui a 



lo8 DE LA LiciSLATIOK, 

perdu la Republique Romaine , ils 
acheteroient une grandeur qu'ellc ne 
devoit qu'a Ion courage , a fa difci- 
pline , a (a patience , a fa magnani- 
mite , a fbn defintereffement , a fon 
amour de la gloire , de la Patric & de 
la liberte , a fa temperance , en un 
mot a fes bonnes moeurs. Ils ont fait 
la guerre en banquiers. Qu'en eft-il 
arrive ? lis ont eu Tambition & les 
vices de Carthage. Les finances du 
fife k font epuilecs , les fujets mer- 
cenaires ont mis leurs fervices medio- 
cres a un prix exorbitant ; & fi ces 
Etats fubfiftent encore , c'eft que leurs 
ennemis auffi vicieux & auffi foibles 
au*cux , ne peuvent avoir quq.de demi 
fucccs qui les ruinent egalement. 

De ces reflexions , Milord , que 
faut-il concltire ? Que le Legiflateur 
devant s*occupcr du foin de former 
une Republique eternelle , ne doit 
done pas lui permettre d etre ambi- 
tieufc. Qu'il ne croye pas que de 
. grandcs provinces faflfent le bonheur 
& la force d'un Etat , & qu'il lui de- 
fende expreflement de faire la guerre 
pouragrandir fes domaines. La guerre 
oiSenfive doit etre regardee , par Ic 




ou Principes des Loix.r Liv. IL 209 

Legiflateur , commc un crime , & la 
guerre defenfive comme le rempart 
dc la Republique ; qu'il penfc done 
qu'apres avoir rendu les citoyens heu- 
reux par la juftice , il faut en fairc 
des fbldats capables de dcfendre leur 
bonheur. Apprenez - leur a moiirir 
avec plaifir pour la Patrie. Des Ic 
berceau inftruifez les enfans a rcf- 
pedlerleurs dcfcnfcurs. Quelavalcur 
loit , apres la juftice , plus honorcc 
que tout le rcfte. Multipliez les rccom- 
penfes qui lui font dues , mais avec 
cette fage economie qui , loin de les 
degrader, les rend plus prccieufes. 
Les couronnes civiques des Rotnacag 
etoient un etabliflement admirable ; 
il eft beau que des hommcs qui pro- 
diguent leur fang , fachent cftimer la 
vie d'un citoyen. Que vos jeunesgens 
exerccs a des jeux qui fortifient Ic 
temperament & donnentdu courage, 
aiment la paix , non pas par crainte 
des maux & des dangers de la guerre; 
mais parce qu'ils icront contens de 
leur fort ; mais parce qu'ils fcront 
perfuades que la paix eft 1 etat nature! 
des hommcs, & que la force ne doit 
£tre employee que contrc des animaux 



tio D£ lA Legislation, 

ftfoccs qui nc peuvcnt fe gouverner 
par les lumieres de la raifon. 

Je me rappcllc un beau morceau 
de Platon. N'eft-il pas injufte , n'eft-il 
pas bonteux , fait - il dire a Socrate , 
que des villes Grecques foient mifcs 
en fervitude par des Grccs ? Notre 
devoir , au contraire , fi quclque 
Puiflfance etrangere vouloit les afler- 
vir , ne feroit-il pas de vciller a leur 
surete & de les defendre ? Nos foldats 
fe deshonorent, &deshonorcnt Icur 
vidoire & le champ de bataille , en 
depouillant les ennemis vaincus & 
prives de la vie ; eft -• ce la le prix 
tfLC doit fe propofer la valcur ? Crai- 
gnons de profaner la faintete des 
Temples , en y portant les armes & 
les enfeignes aes vaincus ; les Dieux 
qui nous invitent i nous aimer , re- 
jettent de pareilles ofFrandes. Rcf- 

} jettons les fruits de la terre , ne 
byons jamais des incendiaires *, que 
gagnerons-nous a rendre nos ennemis 
implacables ? il ne peut point y avoir 
de veritable guerre entre les Grecs j 
s'ils font obliges de prendre les armes 
les uns-contre les autres , qu'ils fc 
traitent commc des amis qui doi vent 




ou Principes des Loix. X/V. //. 1 1 f 

bicntot fe reconcilicr 5 que le vain- 
queiir contraigne moins Ic vaincu k 
ccder a la neceflite , qu'il ne Tinvitc 
a ccoiitcr les confeils dc h, raifon ; 
au'il le corrigc en ami pour Ic rcndrc 
lage , & non pas en ennemi pour Ic 
perdre. Si unc ville a des torts , Ics 
femmes , les enfans , les maifons , 
les temples , les fcpulturcs , les mu- 
railles ne font pas coupables , & nous 
nc dcvons punir que les auteurs dc 
Tinjuftice. 

Voila une doddnc tres - fage , la 
morale Tapprouve , parcc qu'ellc eft 
honnete , & la politique doit Tap- 
prouver , parce qu'ellc eft utile ; mais 
Platon nc lui dpnne pas aflez d'cten- 
due. Ce qu'il dit des Grecs , je vou- 
drois que le Ligiflateur le dit de tous 
les hommes-, car la terre entiere eft 
notre Patric commune , comme la 
Grece Tetoit des Grecs. D'ailleurs s'il 
importe aux Grecs d'etre raifonnablcs 
les uns a Tiigard des autres , pour- 

3uoi leur feroit-il avantageux d'etre 
eraifonnables envers les ctrangcrs ? 
On m'obiede ordinairement qu'il eft 
bien difficile d'infpirer une parcillc 
moderation aux citoycns ^ pendant 



Ill BE LA LieiSLATION, 

3u'on fait tous fes efforts pour en faire 
'excellcns foldats. Auffi conviens-je 
qu'il n'eft pas aife dc donner dc bonnes 
Loix a line Republique. Je fais que 
les Spartiates mcmcs n'ont pas tou- 
jours montre la moderation que Ly- 
curgue leur avoit recommandee •, on 
peut leur reprocher la guerre de la 
Meflenie , qui ne finit que par la ruine 
enticre de (es habitans. La haine que 
nous infpirc Tinjuftice d'un ennemi , 
n'eft que trop propre k nous faire illu- 
lion. Apres s'ctre dcfcndu avec fuc- 
ces , on fcra porte k croire qu'il eft 
permis & utile de fe* venger. L amour 
dc la gloire nous trompera ; on dira , 
^omme Caton , qu*il faut detruire 
Carthage , parce qu'elle eft puiflante ; 
on croira que c'eft uae eritreprife glo- 
rieufe , parce qu'il faut pour Tcxecuter 
des qualites & des talens que les hom- 
mes ont raifon d'eftimer. A force de 
confidercr les vertus militaires , on 
craindra qu'une paix trop longue ne 
foit capable de les affoiblir ; on pen- 
fera que la difcipline la plus vigilante 
ne fuffit pas pour exercer les foldats , 
& qu'il importe de faire qiielquefois 
la guerre pour ne pas laiucr amollir 



ou Principbs des Lok, Lh 11. 1 1 j' 

le courage. Plus je fenf combicn Ics 
confeils de cette mauvaife politique 
ou de nos paffions peuvcnt nous cga- 
rer , plus je fuis perfuad^ qu'il eft 
neceffaire que le Legiflatcur nous 
* averrifle de nos devoirs de la maniere 
la plus claire , &: nous montrc tous 
les ecucils ou nos paffions , quelque- 
fois ddguifees en vcrtus , peuvent 
nous conduire. 

II s'en faut bien que la plus grande 

moderation & le plus grand courage 

foient incomparibles 5 li Icur alliance 

pft rare , c*eft que les Loix ne Tont 

prcfque jamais preparec. Qu'il foit 

done ordonne a tous les citoyens de 

croire que la guerre eft le plus grand 

des maux apres la ruine de la Rcpu- 

blique , & la paix le plus grand des 

biens apres la confervation des Loix. 

Que route euerre qui n'eft pas entre- 

prife pour fe defenore , (bit regard6e 

comme une in juftice ; aue celui qui 

Taura confeillec , reponae du fang de 

fes citoyens , & puiflfe etre cite devant 

les Tribunaiix comme un ennem^ 

public. Que ces maximes , .pour de* 

venir Tefprit nationnal ^ foient enfei- 

gae^s par les vieiUards aux jcunM 



114 DE LA Legislation, 

gens , & que les meres memos enr 
inftruifent les cnfans , dcs que leur 
iame d^veloppee commencera a fairc 
ufage de leur fens. Si vous ne favcz 
pas inftruirc & regler le courage dc^ 
vos foldats , s'ils ignorent oii , com- 
ment & pourquoi ils doivent vaincre , 
fbyezsurs queleur amourpour lagloire 
& leurs fucces ne tarderont pas a don- 
ner a la Republique une ambirion 
ruineufc. Que fous pretexte de preve- 
nir I'ennemi , ou pour quelqu'autre 
raifon que ce fbit, il.ne fbit jamais 
permis de porter la guerre {lir fbn ter- 
ritoire. Attendez -la fur votrc fron- 
tiere , par-la vous lui laiflerez plus de 
tems pour calmer fbn emportement , 
vous ferez vous-mcme moins tente 
d'abufer de votre vidoire , &: les con- 
ditions de la paix feront moins diffi- 
ciles. La Loi ordonnera de vaincre ou 
de mourir , parce qu'elle aura prepare 
les citoycns a prefcrer la gloire a la 
vie; mais elle defendra , Ibus peine 
d*infamie , de pourfiiivre un ennemi 
qui a pris la fuite , dc depouiller les 
morts* , & de faire du butin. Ainfi 
la viftoire vous fera difputee avec 
moins d'opiniatretc , & vous ne vous 




ou Principes des Loix. I/v. II. 215 

laiflcrez corrompre , ni par Tambi- 
tion , ni par ravarice. 

Ne vous contentcz pas d'avoir , i 
rexemple des Remains, un college 
de Prctres Feflaliens pour juger dc la 
jufticc ou dc rinjufticc dc la guerre , 
& remplir les Icntes formalitcs avec 
lefquelles die doit ctre dcclarce. Vous 
fcriez trop heureux qu on vous rcpro- 
chat la fage lenteur que les Grecs jc- 
prochcrent aux Lacedcmoniens. Unc 
d6claration de guerre nc peut etrc 
nicditce trop long - terns ; ce n'cft 
que quand elle eft faite qu il faut agir 
avec cel6ritc pour etonner fcs enne- 
mis & hater le retour de la paix. 
Etabliffez une clafle de Magiftrats, 
dont la feule occupation foit de con-^ 
ferver la paix. Us leront toujours prcts 
a rcparcr les torts & les injures que 
vous aurcz pu faire par ignorance on 
par empqrtement. 11 leur fera ordonne 
de prcvenir tout fujet de rupture & 
de cultiver Tamitie de vos voifins. S'il 
s'clcve quclque difFcrend entr'eux, ils 
travailleront k les concilier. Us ncgli- 
gcront , par gcncrofitc , routes ccs 
bagatelles pueriles dont TEurgpc fait 
au/ourd'hui des aflfaijres fi grandes & 



2lff PE LA Le<5ISL ATION f 

fi difficiles* Faire beaucoup de bruit;' 
s'irriter ou s'alarmer pour des riens ; 
c'eft bien plus deceler la pctitcfle de 
fes vues, que montrcr une . attention 
diligente a manier fcs intercts. 

Que vcut-pn , que fe propofe-t-6n 
avcc cette politique de jaloufie & dc 
defiance que les peuples ont les uns 
a regard des autres > Ellc n'eft bonne 
qu'a hater le mal qu'on craint , & 
qui ne feroit peut-etre jamais arrive. 
Quelle fplie de nous affoiblir pour 
cmpecher qiie nos voifins ne s'agran- 
diflent I Toutes ccs {peculations fur 
Tavenir , font d'autant plus vaines 
aujourdTiui , que TEuropc fcmble fc 
conduire au haiard , &que les alliances 
n'ont aucune ftabilite. Si vos Magit 
trats de la paix jugerit en arpenteurs 
de la puiflance des Etats , je vous pre- 
dis que vous ne jouirez jamais a un 
moment dc repos. U faudra imagincr 
un mot d'equiliore entre les puiflances. 
Pour fe faire une grande reputation 
de prudence , il faudra que vos Ma- 
giftrats foient inquiets , hargneux » 
taquins , jaloux, incomn>odes, vi- 
lionnaires & ambitieux. II faudra 
qu'ib viemient , commede^ chevaliers 

errans , 



ov pRmaPEs DBS Loix. Ziv. //. 217 

errans , fe mcler des chofes qui ne les 
rcgardent point , & reparcr des torts 
dont ils n'ont point k fe plaindre. En 
vcrite , Milord , cettc routine dc 
tracafleric &c d'inqui^tudc , que nos 
paffions ont honoree du nom de poli- 
tique 9 a et^ une des plus grandes 
fburces des malheurs de Thumanite. 
Je ne concois point pourquoi les Le- 
giflateurs qui ont regie les droits &: 
les devoirs reciproques des citoyens 
pour entretenir la paix dans I'Etat , 
ont tou jours neglige de fairc des. Loix 
pour regler les cfevoirs de leur Na- 
tion envers les etrangers , & confer- 
yer ainfi la paix dans la focietc ffeneralc 
ides hommes. N eft-il pas evident que 
fans ce fecours le droit des gens he (era 
jamais etabli fur des principes fixes , 
que la politique d*un peuple fera tou- 
)ours incertainc & flottante , & que 
fes interets changeront auffi fouvent 
oue les vues & les paffions des per- 
ik>nnes qui les gouvcrnent fucceflivc- 
ment ? 

Vos compatriotes , Milord, fc font 
fait beaucoup plus de mal par la poli- 
tique que je blame ^ qu'ils n'en au- 
roient recu de leurs ennemis ; &: jc 

K 



tii f>^ I'A Legislation 9 

fuis fach6que parune fuite des an- 
cicas pr6 juges que la guerre de Guftave- 
Adolphe , en AUemagne , nous ^ 
donnes , nous nous occupions tant 
des forces & des int^ret$ de quelques 
puiflKnces qui devroient nous ctre in- 
diffi6rentes, Places ^ Fextr^mitKi dc 
VEurope , born^s par la mer , la Noif- 
vege & la Laponie 9 nous n*avons a 
craindre que la Ruffi^ qui nc peut 
avoir de coji^uit^ conftante , & qui 
nous craindroit , fi nous pouvions 
donner une certain^ confiftance k 
notrS Gouvernement. Notre premier 
fbin doit 6tre d? nous oecuper de nousr 
mcmes. Que nous ferions forts , fi en 
march^ndftnt notre alliance , les etranr 
gers n§ nous divifoiqnt pas ! Ofoni 
croire que nous pouvons nous fuffire 
^ nous-mfemes 5 diclarons k toutc TEu* 
irope que nous vx)ulons la paix & que 
nous ne ferons la guerre que pour 
defendre nos poflemonsj c'eft-la Ic 
, feul moyen d'arrfeter le cours de cettc 
corruption que les Strangers ont in? 
. troduite parmi nous , & qui nous fcra 
plus fiuiefte que rindifference dont 
lis nous mena^ent. 
Si CCS r^flpxjons font juftcs, il eft 




. f 



OU PHINCIPJES DES LoiX. LlV^ 77, 11 {> 

aife dc deviner les Loix que le LegiC 
latent ptefcrira aux Magiftrats de 1^ 
paix^ L'ambition nous Fait rcgardcf 
nos voiAns conime des ennemis n^ 
turcls qui nous gcncnt , nous cmpe- 
cheat dc nous agrandir , &^ dont il 
f aut fc deficr ; la jufticc nous Ics repre- 
Icntera comme des amis qui doivent 
nous aider & nous fecourir , & U 
Loi doit nous ordonncr dc les traiter 
en allies fideles ; &: de les guerir , par 
jiotrc indulgence , des foupcons 8c dc 
ia jaloufie qu'ils pourroicnt avoir. S'ils 
font attaques par une Puiflancc etran- 
gerc qu'ils ont ofFenfee , faitcs tous 
vos efforts pour les concilier , &: mon- 
trcz que vous aimcz la Jufticc j s'ils 
font attaques injuftemcnt , vous les 
defcndrez , parce qu ils forment una 
barriere qui vous couvrc. Vous np 
vcndrcz point vos fcrviccs pour nc 
pas ouvrir votrc ame a Tavaricc , &c 
pour apprendre a vos allies a nc pas 
vendre Icurs fecours. L'amitie n eft 
point venale , & les Beats , de mSmc 
que les particuliers , n'ont pu compter 
(ur ricn , des qu*ils en ont fait un 
commerce honteux. Une Republiquc 
fc piquera dc generofite, li cllc ^ 

Kij 



12b DE LA LeGI'SLATION , 

recu & non pas achete vos bienfaits j 
clfe vous fervira avec zele , fi vous 
Tavez fervie avec d^fintcreflcment. Jc 
le repete , Milord , c'eft pour avoir 
abandonn^ ccttc partic importante dc 
la fociete aux caprices de nos paffions , 
au lieu de la gener par des Loix , que 
la politique trafiquant de fes fervices ' 
& dc fes f?cours , a pris i'fefprit d'un 
marchand ou dun agioteur. EUe a 
cru les vcndrc toujours k trop bon 
march6 , & les acheter trop cherc- 
ment > elle a mis une forte de gloire 
a tromper &: k fairc des dupes avec 
fubtilite. De-la Tinutilit^ de prefquc 
toutes nos alliances y de-la nos intri- 
gues & les plaintes 6tcrnelles que des 
allies font les uns des autres. 

Vos Loix feront plus ou moins fages , 
fuivant qu*elles feront plus ou moins 

Sropres k vous lier avec vos voifins , 
e facon que vous ne formiez qu'unc 
R^puplique federative : voilk le plus 
haut degre de perfeftion ou la politi- 
qiie puiue s'elever. Si vous voulez y 
rcfliehir , vous verrez que les Grees 
dArcnt autrefois leur bonheur a cettc 
confeddrapipn , & que la perte de Icuf 
Ubgrt^ fuivit de pres leur^ divifions. 



I 



OU PrINCIP£S D£S LoiX. Llv. 11. Ill 

Ccft Talliancc des Trcizc Cantons 
ui fait encore aujourd'hui la siiret6 
€ la Suifle. Chaciine de ces R<^pu- 
bliques eft foible par elle-meme ^ 
toutes font fortes par Tint^rct com- 
mun qui les unit; Aucun de leurs voi- 
lins ne fonge ^ s'agrandir ^ leurs de- 
pens. Suppofez-les divifces entr'elles , 
& for-le-champ vous verrez que des 
allies perfide.s leur ofTrirontdes Tecours 
dangereux , & que fous pretexte de 
Ics iervir , on ne cherchera qu'a les 
fubjuguen 

Lespofleffions ctrangcres fcront ftvc- 
rement interdites. Si je demande a quoi 
elles peuvent ctre utiles , Tcxpcrien- 
ce de tous les terns me repond qu'elles 
font tou jours pernicieufes. Des provin- 
ces f<^par€es donnent neceflairement 
deux interets k un Etat. Ont - elles des 
forces egales ? elles k d6ficront Tunc 
de Tautre , & leur jalouiie les rendra 
ennemics. Ont-elles des forces incga- 
les ? je puis vous ripondre que jamais 
le Legiflateur ne parviendra k ctablir 
entr'elles des Loix impartiales. Si la 

}>rovince la plus puiflante n'a pas la 
agefle d affranchir celle qui lui eft fou- 
jttiSc , ellc en voudra dcvenir le tyrahj 

ii; 



Ill DE LA LEGISLATrON^ 

cUe ne travaillera qua Taffoiblir pour 
conferver plus aif^^mcnt fon empire ;, 
& fi die ne fe fait pas une ennemic^ 
elle n'aura du moins que des fujets qui 
la ferviront mal. Eft-ce pour lever acs 
tributs fur unc province etrangerc , 
que vous voulez la pofleder ? En cc 
cas craigncz d'etre punis.de votre ava- 
rice par les maux qu'elle vous caufera» 
D'ailleurs fongez que des poflcffions 
iloignees coutent tou jours plus qu'ellcs 
ne rapporteiit. Si c*eft Tambition qui 
vous confeille , fi elle vous perfuade 
qu il eft beau d*avoir des fujets , vous 
ne ferez pas long-tems fans vous ap* 
percevoir qu'elle vous trompe,. En 
verite , j*iai regret que les Puiflances 
ui nous ont depouilles de la Livonie 
c dequelques Principautds que nous 
avions conquifes en Allemagne dana 
le dernier necle , ne nous aient pas 
rendu le fervice de nous enlever la 
Ponicranie > car nous n'aurons pas le 
couraee de Tabandonner. Je voudrois 
bien lavoir k quoi nous fcrt cettc pra^ 
vince. Elle nous ouvre , dk-o» , r Al- 
kmagnes fen conviens : mais qu'avonsiv 
nous affaire en Allemagne ? Que votre 
pays ne foit ouvert i pcrfonne , Q vou4 



t 



voulcz ctrc libres & indepcndans^mais 
auffi n'ayez point d€ porte pour cntrcr 
chcz les autres , fi vous ne voultiz pas 
vous expofct i la tentation d'etre 
avares , injuftes & ambitieux. C'eft k 
cette malheureufc facility de porter 
la guerre dans route TEurope , que 
tEijpagne , autrefois fi floriflante , doit 
en partie fa foiblefle & Fengourdifle- 
mcnt oil elle fe trouve. La France 
n*auroit-elle pas 6te trop hcureufe que 
I'ltalie , TEmpire & les Pays-Bas lui 
cuflent etc ^ternellement fcfmcs ? 

maniei 

pier rAmcriqueapres 
LesGrccs feuls ont coftipris ce que de- 
voient etrc des Colonies \ dies fcrvoient 
ilesd^barraflcr des citoyens qu'unheu- 
leux Gouvernement multiplioit trop > 
car la trop grandc abondance d'hom-^ 
mes eft un mal , comme la depopula^ 
tion ; & jamais lis n'ont penf^ que des 
citoyens , cjui aQoient cultiver une 
terre etrangerc , ne duflcnt pas jouir 
d'unc entiere mdependancc. Tant6t 
c'eft Tambition y tant6t c'eft Tavarice 
qui a fond£ nos^ Colonies , & elles ont 
CQ lcfortqu*clles de voient avoir. Vou* 

Kiv 



114 DB LA LeGISLATIoK , 

yoyez Ics fuites de Tambition E(pa- 
gnolc ; FAmcrique eft devcnuc inu- 
tile k celte Monarchic , cUc a change 
en defert les provinces qu'ellc y poC 
fcde , & fes mines d*or & d*argcnt 
lie Tont pas meme enrichie. Selon les 
apparences ^ Milord , vous allez voir 
les fuites funeftes de Tavarice de vos 
compatriotes. lis n'ont fongi qu'a 
ouvrir de nouvcUes branches a kur 
commerce ; & ce commerce a de)^ 
caiife des guerrcs qui ont coutc prefquc 
autant d'argent que le commerce en 
a rapportc. Mais cc n'eft pas tout ,* 
pour rendre ccs Colonies avantageu- 
fes , il a fallu les facrifier ^ la Metro- 
pole , & ricn n'itoit plus aifi. Des 
£tats qui fe forment & qui ont be(bin 
de protedtion , resolvent les Loix 
qu'on veut leur impofer , mais ils ac-. 
quierent peu-a-pcu des forces , & 
quand il$ s'apperjoivent cnfin qu'ils 
peuvent fc iqfiire k eux - memes & 
defob£ir impup6ment , devez - vous 
compter fur feur docilit^ ? L'avarice 
de la M^tropole a fond6 le grand ou^ 
yragc de vos Colonies ^ &c Tavarice 
de vos Colonies dStruira les projets 8c 
ks efp^rances de la Mecropok. Vq$ 



©U PkIKCIPES DBS Loix. Liv. II. 1^5 

Colonics s'eflaycnt ^ Tindipcndancc , 
& vous £ces accoutumes 4 ime domi- 
nation que vous ne pouvez , ni con- 
fcrvcr , ni abandonner. Peut-&re vous 
en coAtera-t-il & beaucoupde fang 
& beau coup d'argentpour pcrdre TA- 
mcrique que vous devriez afFranchir: 
^'itoit bien la peine de vous faire dc 
fi grands etabliflemens fbus un autre 
ciel. Quoiqu'il en foit, nous avons 
cu , comme vous , le gout des Colo-^ 
nics 3 & je nc fuis pas fach^ que la 
nouvcUe Suede foit de venue la Pen- 
fylvanie. Mais revenons i nos Ma- 
giftrats de la paix \ la Loi doit eit 
Former un college tou Jours fubfiftant ^ 
afin cjue le nicme efprit , l^s tn^mes 
maximes > la mteie doftrinc fe con- 
fervent parmi cux. 11 faut leur accor- 
der une aflez grande autoriti , pour 
qu'ils puiflent infpirer k la R^mibBquc. 
leurs lentimens , au lieu d'obdir aux 
volontes capricieufes d'une multitude 
fouvent trompee par un avantage oaf 
fager , & toujours incapable de lire 
dans I'avenir , & dy voir ce qu*cllc 
doit attendre de ks entreprifes. 

Ce feroit , fans doute , beaucoup 
qued'avoir etabli les Loix dont je viens 

Kv 



d*avoir rhonneur deveras parlcr; nuis 
cnLegiflation rien n'eft viaimentbon, 
rieiv n*eft vraiment utile qu'autant que: 
tQutes fes parties , faites les unes pour, 
fes autres , f'e pretent iinc fowre mu- 
tuelie ;: &r mes Loix nc puoduireicnr 
qii'un, bien treis- mediocre ou- tres- 
cou^^,. fi le Magiftrat qui , pour mc: 
fej?vir dc rexpreffion de'Cit?eron, clt 
unc Eoi parlante , comme la Loi ctt: 
un» Magiftrat muet , peut tcoubler ,, 
altercr & deranger, par fon ambi-?- 
tion ,. les moeurs & la Gonftitution dc: 
KEtat;. En llii donnant un trcs-guand! 
pouvoiF pour conferver & protegee 
efficaccment les Loix , faites en forte: 
qu*iP n'en puijQTe abufer pour les fairc: 
weir a fes volontdi.. Comment Ife. 
tegifla-teur parviendra-t^it a li fin? 
quejedefire? Ceft., pourluivit notra: 
Philofopbe , en partageant Ik Magif^ 
trature, oula Puiflance executrice , . 
«n difFerentes parties qui feront con— 
fices a diffeirens citoyens.X'un fervira^i 
dc: fui^eillant a Tautre , tous feront 
contimieJlement avertis paplfcurs coif 
l%ue$ ,. que leur pouvoir. eft: Hmit&c. 
Tant que It Magiforajt ae pafle point 
ks biornes quiltuiont gcelcmes.^ quo: 



tisxi nc lui puifle refiftcr^ Dcs qu'il 
he fc contcnte pas d'etre lerminiAre 
desLohc , qu'iltrouve detouscotcsdesr 
ebftaclies qui le fafTent rcntrer dans 
foa.dcvoii? , ou qu'il n^ puifle echap- 
per air ckatiment> s il ed inc^^blcr 
de fc cDrrigen 

. Un Legiflateur prudent fait qu'il n'ai 
afiaire c^u'a des hommes , il n'exiger^ 
done point des Magiftrats un courage ^ 
des forces &r une fagefle qui ne peu* 
vent appartenir qu'a dcsintelligenccs. 
fiip6rieures. II ne leur impofera pas* 
dcS' devoirs trop etendus ou trop nom-r 
Bfcux. II icartera les tentations aux-» 
qiielles leur vanite eft expofce , &: 
qiii:j)ourroit degenirer en ambition., 
ta Eoi doit done abreger le terns d€s> 
Magiftraturcs , 5 raifon du pouvoii? qui^ 
feur eft confie. Les Romains itoteois: 
admirables dans cettepartie. Lc'Dicr 
tateur qui avoit , pour ainfi dire , daiu* 
fes mains le fort de la Ripubliquc", ne: 
regnoit que pendant fix mois , fi^faMia? 
giftrature &oit r6fervce pour dcs cir^ 
conftances extraordinaircs ^i chars:£ 
^n poids au-defliis de$ forces^ae 
imanite, onn'exigeoitqu'iinefEkt^ 
"^ & pafiagcr* U a*avoit pas lift: 

K.VJI, * 




Xi9 • DB LA Legislation^ 

terns de former de 2randese(perance^ ^ 
& moins encore ac fe fcrvir de fon 
pouvoir pour Ic rendrc dangcrcux aux 
Loix & a la liberty. Le cenfeur dont 
la Magiftrature demandoit plas d'aiii^ 
t6riti que de talens , excr^oit pendant 
cin^ ans une i^orite que TEtat ne 
craignoit point , parce au*elle ctbit 
redoutce des citoyens. Mais la Ma- 

tiftrature des Confuls , des Preteurs 
€ des Tribuns etoit annuelle^ parcc 
que leurs fonftions etoicnt plus p6ni- 
bles , & que leur adminiftration ^toit 
telle qu'ils pouvoient aifement fe faire 
un grand nombre de creatures & dc 
partifans* En un mot , vous ne re- 
douterez point Tambition des Magif- 
trats , fi vos Loix font telles qu'ils 
aient toujours devant les ycux , qwc 
bientot ils fe retrouveront dans la 
clafie ordinaire des citoyens , &r feront 
obliges de rendre compte dc leur con- 
duite. 

Rien n'eft plus fcandaleux que ce^ 
fortunes fubites qui portent les ci- 
toj^en^ des occupations les plus obl^ 
ctttes Jtiix emplois les plus rcleves 
1^ plus importans. Si la Loinetrr 
pas u routeparlaquellc on parvien 




bu pRiNcii^ES d:es Loix. I/V. //. ii^ 

tiux premieres Magiftratures , fi elle 
n'exige pas des ^preuves rigoureufes , 
vous verrez que dcs hommes qui n'ont 
cu , ni k terns ^ ni les occaiions de 
marker Teftime & k confiancc du 
public , s*emparcront du Gouvcrnc- 
ment. Quoiqtfon penfe aujourd'hui 
que Tcforit , & peut-ctrc Ic bel ef- 

{)rit , fupplee k tout , je crois que 
'art de commander veut £tre £tudi6 
meme par un homme de ginie. Avec 
des talens ordinaires qu'on parvienne 
fubitcment i un emploi fup^rieur , & 
je fuis silr qu'on nc montrera qu'une 
prifomption infupportable -, avec beau« 
coup d'efprit meme , on fera cent fau- 
ces qu'on fera incapable de riparer , 
& ce n*eft pas li le fcul inconvenient 
qu'il faille craindrc. Des que les Loix 
ne conduiront pas par degr^s le ci- 
toyen a la plus haute elevation , 
toutes les Magiftratures fubalternes 
en feront avilies & digrad^es. On 
fc croira deshonor^ , fi on n*eft pas 
Conful , quand i peine on miriteroit 
d'etre Edile. Une ambition ridicule 
tournera toutes les tStes, & il n'en 
f aut pas davantage pour digouter les 
perfonncs qui ont ae la vertii & dcs 



lalcnS', &: Ics Eloigner du Gouverr 
aenrcnt. On ne trouver2t dans lfes> 
premieres. Magiftraaires que dcs in-r 
trigans , & dans les Magiftratures 
fubaltemes mie des fots qui n'auront 

Sas^ mcrne* znez d'cfprit pour dcvcnir 
es intrigans , ou des gens d'cfprit 
qui fc contenteront d'etre de bas tri- 

?ons.. La Ripublique eft albrs peiduc^ 
ambition rfaura aucune des vcrtas 
avec lefquelles^ elle peut ctrc aflbcicCy 
& tous les vices des Magiftrats fe trou- 
vercMit dans les citoyens. Qults'^leve: 
alorsunhommecourigeux & capable 
dc profiter de cette awarchie pour, eta- 
felir fa fortune 5 s'il ne devient pas un 
tyran , fon ambition caufera du moins> 
des maux innorabrables dans TEtat. 

Lc Legiflateurr nc doit jamais per- 
mettce* cpe fous pretexte du bien pu- 
^lie^, un Magiftrat conferve la dignite 
dont il eft revctu , lorfque letems ou 
ii doir Fabandonner elll arrive. Les 
Romains fe fontmaltrouves den'avoir 
pas conflu cctte Loi 5 en prolongeant 
tcs. Magiftcatures , enfaifent des Pror 
^onfuls, iFsderangercnttout Fequilibrc* 
k'toute rfiarmonicrde leuir Gouveme- 
aacnt. L'ambif ion; acquit dcs forces..' 




Comompii; par I'exercicc: ctinii crop* 
Jong pouvoir ,. ©n fa livra i de trojp 
vaftes cfperanceSi.Quand on obeit^ua 
Themiftocle qu a un Phocipn , il clt 
bien siir que fbn fuccefleurnelcvaudKt 
pas^N'importc^ ilfaut avoiclccoura-- 

fc-tfe preterer une bonne conftkutioji 
ces gcands hommcs. Si Themiftocle: 
& Phocion font prolonges dans leuc 
Magiftrature ,.un lot, unfripon , dans* 
dix ans^obtiendront lememe honneur- 
Jer voudpois cependanc que le* Magif- 
trat put fe flatter de parvenir encore: 
aux premiers honneurs apres avoir et4 
confondu quelque terns avec les fim- 
>les citoyens -, cette efperance luis 
lonnera lin zele qui ne laiflera jj|r- 
mais Iknguic les Loix & le Gouveri- 
nement.. 

Je comprendsamerveille , dit Mi- 
ford , combien ii eft ncceflaire dfe^ 
multiplier les ])^agiftratufes , de chan- 
ger fouvent les Magiftrats ,. de ncr 
conferer k vieaucun pouvoir , & de nc; 
ppint permettre dei pafler fans inters- 
tice d'uiie, dignite importante i une: 
autre dignite hnppctante, Mais iii 
cette regfeefli f^ci plufieuis cgards ,;, 
oIIg^ m'enil)ar£a(ia ^ oiautres^. QueUr 



i}t D£ tA Legislation^ 
Rcpublique pourra vous fournir un 
iflez grand nombrc d'hommcs cxccl- 
lens pour toutes les Magiftratures dont 
vous aurez bcfoin? J'admirc la Suede * 
fi tous les trois ans ellc peut envoycr 
a fa diete dcs Reprefcntans dignes dcs 
fonftions auguftcs dont ils font chat*- 
gesi ce que je fais bicn, c'cft que 
rAhjgletcrre ne jouitpas du hicmcbon- 
heur. Pour avoir un Parlcmcnt com- 
pofe de perfonncs tcUcs ijue jc les 
ibuhaite , jc n'ofe vous dire a quel 
petit nombre de Reprcfentans il fau- 
droit le reduire. 

ReduifezvotreParlement, rcduifez- 
le tant qu*il vous plaira , repartit notre 
Philofbphe , & je vous predis qu*apres 
Favoir mutilc , vous aurez encore plus 
de fujets de plainte que vous n*en 
avez aftuellemcnt. Cc ne font pas les 
hommes , ce font les Loix qui vous 
manquent de menie qu'i nous. Com^ 
ment les vertus & les talens perce- 
roient-ils avec eclat , tandis que nous 

Scrmettons a ravarice& a Tambition 
c faire fans cefle de nouveaux efforts 
pour les ^touffer ? Tant que Rome 
a fu fe pr^fcrver de ces deux paf- 
fions , n'a-t-elle pas trouv^ tpiis les 



1^ 



ou PaiNapEs DEs Loix. Uv, IL i j ) 

ans les Confuls , les Prcteurs , les 
Tribuns cjui lui etoicnt neceflaircs? 
Spartc qui n'avoit qu*un petit nom- 
bre dc citoyens , nc manqua jamais 
d'aucun talent utile ^ parce qu'cUc 
itoit pauvrc, qu'elle aimoit fa pau- 
vrete , & que pour obtcnir une place 
de S^nateur ^ il n'etoit queftion que 
de fe diftinguer par ks vcrtus. 

Plus il y aura de citoyens qui pour- 
roHf raifonnablement cfp6rcr de par-** 
venir aux Magiftratures , moins la 
R^publique fera expofte i manquer 
de Magiilrats capables de la gouver* 
ner. Si les feuls Patriciens dc Rome 
avoient pu ctre Didateurs , Confuls , 
Pr^teurs , Cenfeurs , &c. ils h'auroieht 
fait certainement que des efforts mc- 
diocres pour devenir de grands hom- 
mes, A peine les Plib^yens laiflferent* 
ils voir qu'ils afpiroient aux grandi^ 
dignit^s , qu'une Emulation plus cont 
tantc & plus aAive d^veloppa les vcr- 
tus & les talcns dans l«s deux ordres 
delaR^publique. Faut-il vous Tavouer? 
Jufqtfi prdfent nous tfavons eu pref 
que aucun S^natcur dont nous ayons 
ilk parfaitemcnt contens ; 4 chaque 
diete nous faifons des r^formes dans Ic 



1J4 ^^ LA LiciSLATlON, » 

Senat : mais cc n'cft pas que le$ gratt- 
des vertiis & les grand* talens man- 
quent en Suede , c'eft que nous Ics 
etoufFons en confenrant des Magif- 
tatures a vie* Des Magiftrats pcrpe- 
tuels ne fentent pas la neccllite de fe 
hater dc f aire de grandes chofes ; & 
Ic parti qui afpire i pofleder leur di- 

Sfnitc , rfa pas la patience d'attendre 
eur mort. On intrigue pour s*ouvrir 
nne place au Senat , & il eft naftiret 
que let S6nateurs fe defendent par dei 
intrigues. Voila line des prihcipalcs 
fources dc nos nvaux , &c n nous vou-' 
Jions y remcdier , il faudrort conw 
mcnccr par ne plus faire des Senatcurs 
perpetuels. Permettons mcmc aux 
diflferens ordrcs dcpouvoir entrcrdans 
le Senat , & fur-lc-champ chaque 
ordre qui ne s*occupe en quelquc forte 
que de fes intcrets particuliers , em- 
braflera Ics intcrets g^ncraux dc FEtat 
6c prcndra un nouvcl cfprit* 

Plusnnc Nltion eft bicn conftituic, 
moins cllc cxige dc talens extraoreti-»- 
naircs dans fes Magiftrats ; Fefprit 
g£n£ral de la R^ublique fupplee k 
tout cc qui leur manqite. A mcfure 
q;uc lbs difficuttib deviendroat plus 



OV PrINCIPES BBS LoiXr Liv. IT. 2J J 

rrandes,lcs reflforts du Gouverncmcnt 
ic tendront avec plus dc force 5 &c dc 
grandes vemis ne manqueront jamais 
de prodiiire de grands talcns^ Les Gau* 
lois afficgent Rome, ne foyez pas 
inquiet, il paroitra un Camille. Anni* 
bal crcera des Fabius , dcs Marcellus , 
des Scipion , & il fcta vaincu par des 
Gencraux inf erieiirs , mais animes ,; 
pounainfi dire, & proteges parleg^nie 
de la Republique. 5i toutcs les villes de 
la Grece avoient 6te autant deLaccde- 
mone , fi plufieurs d'entr'elles n*a- 
voient pas ^te aflez Mches pour s*iallier 
avec Xerces ; fi les Atheniens eux- 
mcmes avoient ete capables d'aban- 
donner leur vrlle pour co^ferver leur 
liberte , auroit-il ete befoin d'un The- 
miftocle pour triompher des Perfes l 
Je vous prie , Milord , de faire 
attention que les Etats font plus ou 
moins expof& a fe trouverdans ces 
conjondures terribles qui dcmandent 
des takns cxtraordimircs , fuivtwit 
qu'ils font plus ou moins 61oignes des 
principes dont je vieos de vcus cntrc* 
tcnir* Une Republique qui a de boa-; 
nes Loix , eft peu uijette i eprouvcr 
les .caprices de la feccune y comme 



1)6 DE LA LiciSLATlON^ 

fcs maiix font mediocrcs , des talens 
mediocres &^ui ne fuppofcnt que du 
bon fens , fufnront pour y faire d'ex* 
ccllens Magiflrats. A mefure que vous 
laiflerez prendre au contraire plus de 
force 4 r^arice & k Tambition , Tad- 
miniftration devicndra plus difficile. 
Dans la fituation ou fe trouvent la 
Dlupart des peuples de TEurope , la 
Providence nous prodigueroit inutile- 
ment des Lycurgue. Au milieu des paG 
fions infeniees & des int^rets mobiles 
& capricieux qui nous gouvernent , 
comment la politique pourroit-t-ellc 
fe prefcrirc quelque regie certaine ? 
Nos vices oppofent par-tout des obf- 
tacles fup^rieurs a nos talens. 



CJIAPITRE IV. 

Caractcri des JLotx niceffaires poiir ri^ 
prirfur & rigkr rambition dans Us 
eieoyens^ 

Je ne (ills pas au bout de mes reflexions^ 
pourfilivit notre Philofophe^ & quoi-^ 
que les Loix que je vous ai propofces 
jdfqu'ici , foient neccflaircs k TctabliP 



ev Principes des Loix. Liv. 77. i j.7 

femcntdu bon ordre , je crois qu-elles 
ncferoient point capables de le confer- 
ver , fi le Legiflateiir negligcoit dc 
regler rambition des fimples citoyens. 
Je Tai deja dit , les vices de ccux qui 
gouvernent ne manquent jamais de fe 
communiquer k ceux qui font gouver- 
nes ', mais n'eft-il pas egalemen t prouv6 
que Ics vices de ces derniers corrom- 
pent toujours le Gouvernemcnt & les 
Magiftrats ? 

On fait trop peu d'attention aux in- 
terets de cette multitude qu'on appelle 
la populace. Ces citoyens qui font 
toujours prcts a oublier quils font 
hommes , au lieu de les avilir chaquc 
jour davantage , il faudroit leur ap- 
prendre a connoitre leur dignitc. Plus 
on les humiliera , plus la vanitc des 
grands & des riches fera infenfee & 
oppreffive ; de-li ces gucrres d'efcla- 
ves , ces revokes de payfans 8^ ces 
cmeutes d ouvriers qui ont fouvent 
mis la R^publique en danger. Quand 
le L^giflateur parlc a la multitude » ^ 
pourquoi prend-il toujours le ton d'un, 
defpotemenacant ? Que n'a-t-il quel- 
quefois la douceur d'unpere indulgent? 
Il eft barbare de punir le pcupie do hi: 



I 



IjS D^ LA LEGISLATION, 

ftiipiditc a laquellc on la condamnc. 
Lc fcntimcnt dc la craintc n'eft pas Ic 
feul que la nature nous ait donnc pour 
nous rcndre difciplinables ; pourquoi 
done la politique n'emploic-t-cUe que 
cclui-la? Siellc y eft forccc , c'cft unc 
prcuve que lesLoix fontextrcmemcnt 
vicieufes , & il faut fc hater de Ics 
-corrigen Puifque Ics derniers citoycns 
ont des devoirs bas & peniblcs i rcm- 
plir , ennobliflez Icur ctat , en recom- 
pcnfant ccux qui s'acquittent de leurs 
devoirs d'u ne maniere liiperieu re. Ten- 
tcz tout d'abord pour les retirer de cettc 
miferc qui les abrutit. La mendicit^ 
deshonorc &: aflfoiblit un Gouverne- 
ment. Les aumoncs des riches ne re- 
parent pas le mal ; & fi vous ne voulez 
pas que les vices des riches profitent 
des vices des pauvres , profcrivez la 
pauvrete. 

Que les citoyens rcgardent les Ma- 

giftratures comme la plus haute recom- 

penfedumerite ,& qu'ilsfoient sursdc 

les obtcnir en f« diuinguant par leurs 

' vcrtus & leurs talens. Si les Loix font 

Sarvenues a etablir cctte maniere 
c penfer , vous avez excite une 
emulation genirale y vous aurcz de 



% 



OU PaiNCIPES DES LoiX. Liv» II. 2J9 

grands Magiftrats , & Ics citoycns qui 
afpircnt aux honneurs dc la Rcpu- 
blique , empecheront que ccux qui y 
font parvenus ne fc negligent ou ne 
j'cgarent. Solon ne confultoit- pas 
cctte regie quand il vouloit au'on 
recueillit une ccrtainc mcfure d'huile 
ou dc fromcnt pour s'^lever aux Ma- 
giftratures \ c'etoit , fi je ne me trompc, 
un aflez mauvais moycn dc corrigcr 
les Atheniens dc leurs vices , que dc 
jrcndrc Ics richeflcs plus n^ccflaircs 
que les vertus & les talens , pour par- 
vcnir aux honneurs de la Rcpublique. 
Qu*cn rifuka-t-il ? D'abord la tyran- 
nic de Pififtrate , qui fc fervit du me- 
contcntcment dcs pauvrcs pour op- 
primer les riches , & dans la fuitc 
rinfolcncc dc la multitude , qui vou- 
lant poir6dcr4Joutc Tautorite (ans pou- 
voir exerccr les Magiftratures , jetta 
Athenes dansk plus monftrucufe anar- 
chic. Jc ne vois qu'un pays au monde , 
ajouta notre Philofophe d'un ton moi^ 
i\h railleur , moitic ferit\ix , ou tout 
fc vend , s'achete , f(? brocante , oi\ 
toutes les dignites , routes les charges 
font tariffees , & oii Ton n'eft cepen- 

^nx jam^5 caibarraflc de trouvcr \ 



IjS DE LA LEGISLATION, 

ftupiditc a laquellc on la condamnc. 
• Lc fcntimcnt dc la craintc n'eft pas Ic 
feul que la nature nous ait donnepour 
nous rcndre difciplinables ; pourquoi 
done la politique n'emploic-t-cUequc 
cclui-la? Siellc y eft forccc , c'cft unc 
prcuve que les Loix fontextrcmemcnt 
vicieufes , & il faut fc hater de les 
-corrigen Puifque les derniers citoyens 
ont des devoirs bas & penibles a rem- 
plir , ennobliflez leur ctat , en recom- 
penfant ceux qui s'acquittent de leurs 
devoirs d'une manicre luperieure. Ten- 
tcz tout d'abord pour les retirer de cettc 
mifere qui les abrutit. La mendicitc 
deshonore &: aflfoiblit un Gouverne- 
ment. Les aumones des riches ne re- 
parent pas le mal ; & fi vous ne voulez 
pas que les vices des riches profitent 
des vices des pauvres , prolcrivez la 
pauvrete. 

Que les citoyens regardent les Ma- 
giftratures comme la plus haute recom- 
penfedumerite ,& qu'ilsfoicnt sursdc 
les obtcnir en fe diuinguant par leurs 
' vcrtus & leurs talens. Si les Loix font 
parvenues a etablir cctte manicre 
de penfer , vous avez excite unc 
emulation gencrale » vous aurcz de 



k. 



OU PaiNCIPES DES Loix. Liv. IL 2J9 

grands Magiftrats , & Ics citoycns qui 
afpircnt aux honneiirs dc la Repu- 
blique , cmpccheront que ceux qui y 
font parvenus ne fc negligent ou ne 
s'cgarent. Solon ne confultoit- pas 
cette regie quand il vouloit qu'on 
recueillit une ccrtainc mcfure d'huile 
ou de froment pour s'^levcr aux Ma- 
giftraturcs •, c'etoit , (i je ne me trompc, 
un aflez mauvais moycn dc corriger 
les Atbeniens de leurs vices , que dc 
jrendrc Ics richefles plus n^ceflaircs 
que les vertus & les talens , pour par- 
venif aux honneurs de la Rcpublique, 
Qu'cn rifulta-t-il ? D'abord la tyran- 
nic de Pififtrate , qui fc fervit du mc- 
contcntcmcnt des pauvres pour op- 
primer les riches , & dans la fuitc 
Tinfolcnce dc la multitude , qui vou- 
lant polTeder toute Tautorite (ans pou- 
voir exerccr les Magiftratures , jetta 
Athenes dansk plus monftrucufe anar- 
chic- Je ne vois qu'un pays au monde , 
ajouta notre Philofophc aun ton moi.* 
ti6 raillcur , moitie feritux , ou tout 
fe vend , s'achete , f(? brocantc , oi\ 
toutcs les dignites , routes les charges 
font tarif^es , & oii Ton n'eft cepen- 

tJant jam^$ caibarraflc de trouvcr \ 



14<> ^^ ^^ Legislation, 
point nomme dcs hommes tres-exccl* 
fens pour toutes ies parties de Tadmi- 
niftrarion. ^ 

Jc voudrois favoir comment fe fait 
ce miracle ; mais ce que je fais tres- 
bicn , c'cft que chezquelques peuplcs 
oii Ies Loix ordonnentde tout donncr 
airmcrite , tout va cependantauffimal 

auc fi Targent y dccidoit de toutes Ies 
iftindions. Sans doute qua force d*ar- 
tificc, defraudes, de menfonges & 
debaflefles , dcs intrigans y obrien- 
nent Ics dignitcs que Ies riches ache- 
tent ailleurs.Jeconclus dela. Milord, 
qu'il ne fuffit point de ne pns vendrc 
Ies Magiftratures , il faut empcchef 
que Fintriguc ne s'en cmpare. Qui de 
vos compatriotesou dcs miens ontpris 
k cct 6gard Ies mefures Ies plus fages ? 
En Anglcterre tout fert a faire au Roi 
des flatteurs & des parrifans; c'eft 
lui fcul qui donne , ote , redonne & 
confers a fon grc toutes Ics dignitcs. 
En Suede , au contrairc , il faut fongcr 
k meriter la faveurda la Nation avant 
aue dc plaire au Roi ; & s'il eft plus dif- 
ficile de tromper le public qu'un Prin- 
ce qui fouvent ne voit rien & quelque- 
fois eft interefte k mal faire , vors 

coAviendrez 



OU PutNCIlPES DBS LoiX. ZfV. //• 14! 

convicndrcz que dcvant avoir beau-, 
coup moins d intrigans que vous , le 
meritc eft plus sAr d'etre rccompenft 
en Suede, qu'en Angleterrc. 

L'intrigue reflcmble a Thydre dc la 
Fable , coupez une tete , il en renaSt 
une autre. Tou jours varice dans fa con- 
duite , tou)ours nquvelle , toujours in^ 
fatigable , toujours invifible , quoiquc 
toujours prefente , elle trompe la 
vigilance des Magiftrats ou fe fert de 
leur pouvoir , & ^ude la force des 
Loix en feignant dc les refpcdcr* 
Combien de mefures n'a pas prifes 
une R^publique celebre pour emp&- 
cher que Tintrigue ne dilposdt de {i 
premiere Magiftrature? DeTavenue 
qui y conduit , les Loix , fi je puis 
parler ainfi , ont fait un labyrinthc 
torttieux , dans Tefp^ance que les 
intrigans s'y perdroient ; mais its 
ont 111 fe faire un fil qui les conduit 
ayec fur et^. En ce cas j aimerois l>eau-« 
coup mieux la methode des Suifles » 
oui tirent au fort leurs Bailliages : Ic 
fort eft quelquefois jufte , mais des 
intrigans nc le font jamais. 

Si le Legiflateur veut epier l'intri- 
gue dans toutes fes manoeuvres , 8c 

L 



14^ D£ lA LeIgislation^ 

oppofer uneLoiachacune de fcs rufeSj 
je ravcrtis que jamais entreprife nc 
fut plus inioifec. II faut rcmonter a 
la fource du mal ; donnez des moeurs 
a vos citoycns qui font corrompus. 
Quoiqu'en difcnt aujourd'hui nos 
grands pbilofopbes , tout depend des 
moeurs \ & plus on approfondit les 
operations de la politique ^ plus on eft 
convaincu dc cettc veritc. S'il s'eft 
forme des partis dans la Republique » 
travaillez ^ dctruire ce qui les divifes 
tachez de les concilier , avant que de 
leur ordonner d'etre jv(les les uns ^ 
regard des autres, Chaptau , Bonnet » 
yffihg , Thorys , chacun prcftrera le 
plus niediocre perfonnage de fon parti 
au plus grand nomme qui lui eit op« 
pole. Je voudroi^ que les ioix , apres 
avoir ^abli quelques diftindion$ pour 
ricompenfer le n^erite dans les nrtb^ 
pies citoyens , ordonnaflent que fani 
ces r^compenfcs de la vie privee , on 
ne put dpirer aux emploii publics. 
Par4a il n'y aura point dc )our oii 
i'on ne fonge afe faire des titrespour 
fe rendre digne des Magiftratures; 
On contradera Thabitude d'aimer le 

bien , £c de re^peder le meritet Le$ 




OU PlUNCIPBS D£S LoiX. IdV. II. I4) 

cfprits en pcu dc terns fcront accou-- 
tumcs k un certain ordrc , & s'il pcut 
paroitre ridicule de demander une 
Magiftrature fans prouver qu*on Ta 
meritce j ii paroitra infenfe de Tac- 
corder. Ce feroit encore une aflcz 
bonne Loi que ceile qui ordoRneroit 
de folliciter ouvertement tes honneurs 
auxquelles on afpire. Je ne crains 
rien tant oue ces ambitieux honteux > 
qui , fous te mafque de la modeftie &C 
de la moderation , femblent (e tcnir 
k Tecart , tandis qu'ils rempiiflent ia 
Republique de leurs intrigues. Toutes 
leurs demarches font tortueufes Sc 
tenebreufes y & qui agit ainfi dans le 
fccret pour tromper & (^uire , erti- 

fjoie fansfcrupule la fraude , Tartificc; 
e men(bngc oc la calomnie« 

Sous pretexte d'ecarter les cabalei 
idu peupie & de fairedemeilleursclKH 
fes , ne permettez jamais aux Magi(^ 
trats de nonuner aux M^iftratures 
vacantes. Vous ouvririez la ponek 
un grand abus pour en privenir un 
petit. Les Magiftrats ne manqueroient 
pas de favorifer leurs parens &: leurs 
amis. Au lieu de fonger au bien g6« 
neral > ils s'occuperoient du biett 

Lij 



i44 I>E LA LioiStATION ,^ 

Darticulier de leurs Magiftratures \ 6c 
tons la protediondccette Ariftocratie. 
naiflante ,vous vcrriez bientot fc for-* 
mer des families privil6giecs , qui 
abuferoicnt de Tautorite. Si le peuplo 
B*eft pa5 corrompu au point dc vcndre 
fes fuffrajges au plus oftrant & dernier 
cncheriflcur , jc prtfere fcs choix a 
ccux des Magiftrats, Le peuple peutfe 
trompcr , mais ce n'eft point une rai-' 
fbn pour le privet d*un droit qui lui 
ftppartient , & fans lequel il tomoeroit 
dans la fervitudc. S'il a des erreurs , il 
fkut Teclair^ren rintireflantala chofc 
jjubliquc, & prendre des precautions 
Bour qu'ilne puifle pas perlevererdans 
Ics fautes. Que la Loi ne permette 
4onc pas d'opiner fecrctement par la 
voie du fcrutin, Vous favcz , Milord , 
combien cette m^hode introduifit 
d'abus & de corruption dans Ics Co- 
rnices des Romains. Cicerons'en plaint 
amerement* Chaque citoyen abufa du 
BCiyftcre qui le d^roboit aux reproches , 
pour commcttre lesplus hautcsinjuf- 
tices. Pcu d4iommes , en effet , favent 
rougir k leurs propres yeux de leur$ 
foibleflcs ) on ecrit fans pudeur ce 
qu*Qa ne prononceroit pas fans etro 




ibV l^RXl^CIPES DBS LoiXrim //. £45 

ideconccrtc. Si le fcrutin paroit nc*- 
ccflaire dans quelqucs Etats ^ con*- 
elucz-en que la v^rit6& la probit^ nc 
peuvent &y montrer im|)uhetn€^ht ; 
dkes que la veitu y eft timidc , & par 
confequent fans force 5 dites que la 
main de la tyrannic commence a $*ap- 
pefantir fur toutes les tfetes , & que 
bientot rien ne pourra lui ifcfifter. 

Vous voyez , reprit notre Philofo* 
phe , apres s*etre tu un moment , que 
1^ fais tous mes efforts pour fubftituer 
remulation k Tambition. Ceft 3ans 
la vue d'encouragcr & de favorifcr la 
vertu embellie par les talens , que je 
voudrois profcrire par mes Loix mille 
ufages connus en Europe , & dont ellc 
n'a pas Tefprit de connokre le danger* 
Je 1 avouerai •, je fuis choque des dif^ 
tinftions hercditaircs , quand je vois 
qu'un grand homme n'eft fbuvent que 
le pere d'un fbt. Si vous me fc per- 
mettiez , je mettrois tout le monde a 
fa places mais puifque nous fommes 
convenus que c*eft une entreprife im- 
poffible , it n'eft queftion que d'exa- 
miner par quels moyens on peut fc 
rapprocherderegalitenaturelle,&ne 
la Dlefler que l(^gcrement , en laiflant 

L iij 



14^ DE LA LcGIflATlON^ 

cependant fubfifter ces diftindions 
dcmt la vanit^ eft (i jaloufe. 

Je ne vcux pas qn'un bourgeois dt 
la cit^ de Londres fbit Tcgaf du pre- 
mier Pair d'Angleterre 5 a Dieu ne 
plaife: j'ordonnerai k chacun de payer 
un tribut de re(peA aux perfbnnes que 
la fortune & le prqjuge elevent au- 
deflus de lui. Laiflcz-moi faire , j*6ta- 
blirai a cet egard une etiquette f^vere 
&rigoureufc; mais en impofant des 
obligations aux petits , j'efpere que 
vous voudrez bien me permcttre de 
ne pas affranchir les Grands de tout 
devoir. Que ceuX-ci foient auffi hauts 
qu'ils le voudront , pourvil que les 
autres ne foient pas obliges d'etre vils 
& bas, Je vous laiflc le maitre d*eta- 
blir toutes les diftances & toutes les 
preferences que vous voudrez , pourvu 
qu*il n*en relulte , ni la tyrannic, ni 
ia fer\^itude , & que les droits les plus 
inconteftables de Thumanite foient 
refped^s. 

Par exemple , Milord , les Gentils- 
hommes forment en Suede le premier 
corps de TEtat , & font fuperieurs aux 
Ecclcfiaftiques , aux Bourgeois & aux 
Payfans 5 oc je voudrois qu!en confer- 




OU PlUNCIPBS DBS Loix« /./v. //. 247 

vant tous les privileges & toutes les 
prerogatives qui ne donnent que de la 
confideration , nous ne fiilions cue 
partager avec les aucres Ordres les 
droits qui donnent de Tautorit^i II me 
femble qu'il ne r^ultera pas de grands 
inconveniens de Tinegalit^ de rang & 
de diftindion entre les citoyens y fi 
tout fe reduit 4 des fbrnialites de po-* 
litefle & d'^gards entre les particu- 
liers. Quelquepeuimporifantes , quel- 
que vaines cependant que fbient le& 
prerogatives que le Legiflateur eft 
oblige dVcorder aux (Merens Or- 
dres d'une Republique \ jc voudrois 
?[u'ilfe defiat de la vanite > la plus 
rivole &* la plus confiante des pa(^ 
(ions. En jouiflant de diftinftions pu- 
remcnt honorifiques , on les regardera 
comme un titre , pour avoir une au- 
torite reeile ; les fophifmes paroitronc 
autant de demonftrations. Ce font les 
refpeds inutiles rendus \ I'ancienneti 
ou a Tilluftration des races , qui ont 
donne a la nobiefle Tambition de fe 
rendre puiflantc. D'abord elle rcuffira 
a s'attribuer quelques dignit^s ou quel- 
qucs ^agiftratures particuli^res , & 
ii on ne s'oppofe a fes entreprifi^ ^ Ic 

Liv 



ij^t DB LA LEGISLATION^ 

Gouvernement le plus libre , inclinera 
f crs I'Ariftocratie. 

Je fuis cfautant plus attache i ce 
partage igal de Tautorit^ entre les dif- 
Firens Ordrcs de FEtat , & j'exigc dc 
la part du L6dflateur une exaditude 
d^autant plus icrupulcufc a ce fu jet , 
oue fes tautes les plus l^eeres, ont 
iuffi pour ruiner la liberte de pluficurs 
Nations qui avoient , comme nous , 
des dietes ou des aflemblees generales. 
Si la nobleflle de Dannemarck , pour 
vous en donner un exempie , n'avoit 
pas joui de plufieurs privileges parti- 
culiers i fon Ordre , tels que de pof- 
f<Mer les charges les plus importantes 
& d'entrer dans le Senat 5 jamais fa 
vanit6 , fon orgueil & fon ambition 
ne Tauroient portee k ces execs qui 
firent conjurer fa perte. Si les autres 
Ordres avoient 6te aflez puiflans pour 
r^fifter k la nobleffe , jamais ils n'au- 
roient regard^ Tetabliflement d'une 
Monarchiearbitraire , comme lafeulc 
rcflburce contre les vexations d*une 
Ariftocratie injufte* La meme caufe , 
ibus le regne de Charles XI y a deja 
produit les memes eflfets en Suede ; 8c 
pour privenir une fcconde revolution 



ou Principes Dfis Loix« Liv* Ih x^$ 

done Ics fuites feroicnt , felon lc$ ap- 
parences , pluslongues & plus funeftes 
que les mauxde la premiere > jefou- 
haite , de tout mon coeur , que noft 
Ecclefiaftiques , nos Bourgeois & nof 
Payfans , auffi fagcs que les P16beyens 
de Rome , penfent que la Patrie leur 
appartenantautantqu'a lanoblefle , il$ 
y doivent jouir des memes droits: Jc 
defire que pour aflfermir I'egalite que 
nous pretendons tpus aimer, & fans 
laquclle il n*y a poiot de liberte veri- 
table , ils ofent tpus afpirer aux me- 
mes dignites. Si mes camarades les 
Gentilshommes blament le voeu que 
je fais, je dirai qu'ils dccelent leur 
ambition; je dirai oue leur chagrin 
ou leur inquietude efl: une preuve que 
nies alarmes font juftcs , & qu'il eft 
terns de donner des bornes a notre 
imbition. Je fais ici Ic r61e que Va- 
erius Publicola faifoit i Rome ; les 
^atriciens de fon terns I'aceuferent de 
ahir leur caufe , & la pofterite jugea 
I'il avoit defendu leur fortune en leS' 
npechant d'en abufer. 
J ai dit qu'il falloit oppofer des Loix 
raires a Favarice, pour rempccher. 
nvahir toutes les richefles \ j'ajoutc 

L V 



X^O BE LA LiGISlATlbK, 

adaellementqu'il Biut oppofer k Tam^ 
bidon desLoix que )'a{^eucrai, fi vous 
iK>iilez 9 Jigmtains y pour Tempecher 
de s'emparer de coute f autorit^ : & 
CCS Loix feront plus ou moins parfai- 
tes , fuivant qu elles ctabliront une 
^alite plus ou moins enti^re entre 
les differens Ordres. S'il eft impoflible 
d'oter a Tun d'eux quelque jurildidion 
ou quelque adminiftration qui rompt 
r^uflibre dupouvoir ; un Legiflateur 
Be peut-il pas ie retourner avec adrefl^? 
Nc pcut-ilpasftentcr de Taflbiblir^en 
creant quelque nouveUe Magiftrature 
qu'il confiera k TOrdre le moins pui(^ 
lant? La noblefle fera moins haute & 
moins entreprenance , fi eUe fait que 
dans certains cas elle eft fbumife k un 
tribunal de bourgeois , & la bourgeoi- 
fie fe laiflera moins degrader , fi elle 
fent queles Gentilshommes ont befbin' 
d*clle. Tels font les devoirs d*un Le- 
giflateur qui veut former une Nation 
libre. Mais quand la Republique eft 
une fois ^tablie &c fait elle - mcme 
fes Loix y il me femble que les ordres 
kifi^rieurs doivent fe degrader de jour 
en jour, s'ils fouffirent patiemment 
les plus petits abus , &: ne travaillcnt 




ov PamciPEs des Loix. Uv. IL 2 $ t 

pas \ fe rendre plus puiflans. Je fais 
bicn qu'on Ics accufera d'fetrc dcs f<^ 
ditieux , des ennemis du repos public y 
mais on a fait les metnes reprocnes aux 
Tribuns dcs Romains; & jc n'ignorc 
pas que Ics Patriciens durent i rinqui^- 
tudc dc CCS Tribuns Tavantage d'etre 
Ics premiers citoyens de la Ripubli* 
que la plus illuftre* 

Apres le pouvoir que donncnt Ics 
Magiftratures , rien n'cft plus propnc 
que Ics ricbclles ^ in(pircr une ambi« 
tion demefufce. Si k la (up^riorit^ du 
rang vous joignez la fupcriorit6 dcs 
richcflcs , il en r^fultcra Tcfperancc 
dc reuffir dans toutcs fes cntrcprifcs , 
& cette efperancc n'eft point diftin- 
guee de Tambition , ou du moins die en 
eft toujours accompagn^c. Pour vous 
oppofer aux ravages ^nt cette paf&OR 
vous menace , que Ics Loix aflignent 
done dcs bomcs i la fortune du pre- 
mier Ordre. Que la nobleflc ait un 
patrimoine qu'elle ne puiflc aiigmcn- 
ter , que (bus aucun prctexte il ne lui 
foit permis de pofledcr Ics terrcs ou 
ics neritages qui font deftin^s ^ un 
autre Or(frede citoyens. Chez vous. 
Milord j la noblcfle n'itant compofed 



^5^ ]»I lA LiciSLATIOK* 

4|tte d*un petit nombre de Pairs r vou9 
a^rez peut-£tre pu vous pafler de pren'- 
dre CCS prccauaons \ car quei^ue con^ 
fidcrables que ibient fes richefles^ 
dies n*ont aucune proportion avec 
cellesdesCommunes* Mais en France » 
Mr exemple, o^ Ton a d*autres id^es 
de la nobiefle, oik tout le monde a kt 
fureur d'etre Gentilhcxkune , od il eft 
fi aif^i de s'annoblir > il eft evident 
oue fi on ne s'owofe pas aux progres 
m cette clafle ae citoyens , le Tiisrv 
£tat y compofe de fanuUes pauvres &: 
£uis confidcration y n'aura aucune 
force , & languira biemot fous les. 
Loix les f4us rigoureufes deFArifto^ 
cratie ou de la Monarchic. 

Pour maintenir un juftc cquilibre 
entre tous les Ordrcs de TEtat , & 
c'eft aujourd'hui la feule egalite qu'on 

Euifle ctablir & confervcr parmi les 
ommes , le Legiflateur neaoit point 
fouffrir qu*il y ait des citoyens qui 
ne foient pas compris dans quelqu'un 
de ces Orores , ou qui n'y jouiflent 
pas d'un droit reel, Ces hommcs dont 
on auroit neglige le fort , fcroicnt 
fomblables aux efclaves des ancient 
qui ne faifoient point partie de la: 




ou Prikcipes des LatXr £iVr //• iff 

Ripubfiquc : ils anroient ccrraine- 
mcnt bcaucoup ^indifference pour 
ITtat , & en devicndroient pcuc-&re 
Ics ennemis. N'itantpas fous la fauvc- 
garde & la protcoionr d'un Com 
puiflant , Ic Gouvernen\ent les nie»- 
nageroit peu , & il finiroit par Icar 
cpprimen Si par leur nombrc* ils font 
en etat dc fc faire* craindrc , & , dcr 
forcer les Magiftrats i des condef- 
ccndanccs , ils ne manqueront pas de- 
les dcshonorer. Si les caprices & les 
cmeutes ic ccttc multitude ne font* 
pas rcprim^s , elle jouira d'un pou- 
voir irregulier & fans regFc, qui ne 
laifflera aucun empire- aux Loix. C*eflr 
alors que Fambition enfante les plus;; 
vaftes projets r & il ne faut qu'un ci- 
toyen audacieux qui fache ie fervir 
des mouvemens convulfifi de la mul- 
titude , pour que la tyrannic foit eta- 
bKe fiir la ruine des ancicnnes Loix,. 
Tous les peuples de TEurope onr 
eu des dietes ou des aflemblces na^ 
tionnales qui poflcdoient Fa puiilance 
legHlative , & les Princes n'etoient 
que les exceuteurs dc la Loi : maiis jc 



1{4 9S I.A JLBGISLATieN , 

^ois c^iftamment dans leor Hifloire 
ifBL\m des principaux moyens qa'on 
a employ^ pour etablir le pouvoir 
aibitiaire , ^a cii de jctter des germes 
de divifion dans chaque OidredeFE- 
nt. Paivli , diaqaeOrdre a perdu la 
force qui kd eft prcqxre, & il a (uc- 
combi , parce qu'il eft devenu inca* 
paUe de refifter a fes ennenus. Le$ 
Loix , Milord , ne donneront done 

S^ chaque Qidre le pouvoir qui 
t hii appartenir » fi elles font aflez 
imprudentes PCMir ne fonper qu'un 
fern Ordre aune fbule de citoyens 
qui fe m£[ni(ent , qui ont des pre- 
tentions oppofces , ou Qui ne pen* 
vent avoir un mcme intcret. Ce corps 
^infi compofc de parties pen faites 
Ics unes pour les autres , ne (eroit 
flu'un corps monftrueux , incapable 
aagir , ou s'il ^^iflbit, ce ne leroic 
que pour fe dechirer de fes propres 
mains. 

Ce que vous appellez la Commune 
en Anglcterre , aevroitpeut-ctre com- 

f3fer quatreou cinqclafies de citoyens^ 
en dirois autant de la noblefle de 
France ^ fi on ne m'a pas trompc. On 



OV PRIHCIPES D£sLoiXrZ/v«.//. ^55 

die, pourliiivit notrc Philofbphe, eii 
m'adreflant la parole , que les per- 
(bnnes dont rorigine fe perd dans 
robfcurit^ & la grandeur de vos an- 
ciens ficfi , s*opiniatrcnt k nc regar- 
der que comme leurs^aflfranchis ou des 
bourgeois , tous ces ^nnoblis , qui dc 
leur cote font bien decides k fe croire 
gentils-hommes. Eft - il vrai cue cba- 
que famille fe faffe un petit iyftcme 
de vanite , & que mcprifant fes infi- 
rieurs pour s cgaler a fes fup^rieun » 
chacun fe perfiiade qu'il forme un 
ordre k part? Eft-il vrai que k m£me 
manie regne parmi les Bourgeois } II 
n'y a pas la de quoi plaifanter , me dit 
notrc Philofophe , cti voyant que jc 
ne pouvois m'empccher de fourire k 
fa queftion •, car cctte vanite puerile 
doit produire plufieurs inconveniens. 
Quoiau'il en {bit, je croirois ouc 
guana les citoyens d'un meme Ordrc 
le haiffent , fe meprifent & ne peu- 
vent avoir un meme intcrfet , il faut 
en compofer des Ordres diflfcrens. 
Ceft en faifant deux Ordres de no- 
blcfle, connus fous les noms d'an- 
ciea & de' noiiveau Portiques , que 



^9^ HB LA Legislation i 

G6ws eft parvenuc a terminer Its 
OKicUcs de Ics Patticiens. Quand 
dcs citoycns (bnt reiett^ par FOrdre 
dans lopiel ik voodroieofentrer , & 
d6daignent celui qui voudroit les 
recevoir , la Loi doit alors en former 
une dafle i part^ fi elle ne veut pas 
qa'ils devieanent les ennemis de tous 
lesOrdres. 

La diilribution des citoyens en 
difiSrentes clafles , m^rite une atten* 
tion particuliere de la part d an Le- 
giflateur. En general , je puis dire y 

2VLon ne pent trop multiplier les 
)rdrcs. RappeUez - vous combien il 
y avoit de tribus , ou plut& de ecn^ 
Juries dans la R^ublique Romaine ^ 
& toutes avoient leur voix.PIus ces 
Ordres feront nombreux , moins il y 
aura de difproportion ou de diftancc- 
cntr'eux i & prefque tous ks citoyens. 
feront reellement attaches a faRe- 
pubtique. Plus leur nombre fera* 
grand , plus Fautorite fera partagee ;. 
chaque OAlre par confequent fera 
moins puiflant \ il s'accoutumcra 4 
agir avec une certaine circonfpedion,. 
& il fera moins tente d'abufer dc. la. 




ou PiUNcrPEs DBS Loxx. IXv.Ih 157 

puiflance qu il poflede. Si Je fuppofc 
dans un Etat huit Ordres dont le 
concours foit neccflairc pour fake 
annuler , changer ou modifier \^% 
Loix_L je fuis sCir d'y trouvcr plus de 
ftabilite que dans une RepuMique, 
qui ne partageroit fes citoyens qu*en 
trois ou quatre clafles. Je fuis per- 
fuade qu'aucunc affaire n*y fera ne- 
gligee ou regardee avec d^dain; les 
interets des nommes les moins con- 
fiderables , & par - tout aillcurs m^-* 
prifes , y feront difcutes & defendus 
avec autant de courage que de pru- 
dence. 

Suppofons aftuellement , Milord , 
qu'au liQu d'etre diftribuees en quatre 
claffes, la Suede n'en comptat que 
trois ; & je vous prie d'examiner ce 
qui en refulteroit. N'eft-il pas Evident 
que la nobleffe trouvant moins d obf- 
tacle aux progres de fbn ambition , 
s'y livreroit avec moins de retenue ? 
Qu'elle gagne aujourd'hui un Ordre , 
elle n'eft pas plus avancce qu'aupara- 
vant : tout refte dans la meme litua- 
tion ; rien n'efl change , & la diete 
ne peut porter aucviiie nouvelle Loi. 



158 0E tA LiGISLATIOK, 

La neceffit^ de gagner deux Ordres 
atfermit nptrc Gouvcrncmcnt j qu*il 
fuffife d'cn gagner un , |c vous re- 
ponds que ranu)ition fera plus bardie 
cc plus entreprenante ; je (uis s{ir que 
cctte corruption dont nous nous plai- 
gnons , augmentera avec les intri- 
gans 5 &c vraifemblablement Ic mcil- 
leur moyen pour cmp6cher les Etran- 
jers de nous corrompre , cc feroit 
le les mettre dans le cas d'achecer 
beau coup de citoyens. Cinq Ordres ne 

Eroduiroient pas a cct egard un meil- 
mr effet que quatre; mais fix feroient 
beaucoup plus favorables a la conf- 
ritutibn , parce que les ambirieux 
auroient befbin ae feduire ou de 
corrompre trois Ordres pour faire 
adopter leurs prpjets & leurs Loix. 
Sans doutc c^eft dans la vue de fe 
preparer des fucces plus aifes que 
notre Noblefle voudroit exclure le 
Clerg6 de nos dietes j mais j'efpere 
que fon entreprife ne reuffira pas. 
Jrefpere que les bourgeois & les 
payfans fentiront combien il leur 
importe de conferver au Clerge fcs 
droits y s'ils font jaloux des leurs. Je 



ou PafNciPEs DEs Loix* Uv^ IL X ^ 

fbuhaite meme , aue compofant deux 
nouveaux ordres aes gens de Loi , & 
des perfonnes qui ont des profeffions 
utiles a TEtat , ils les aflbcient au 
partage dela Souverainete. Meprifons, 
puifqu'on le veut, ce qu*on appelle 
la multitude , la lie du peuple \ mais 
c'eft une faute impardonnable de nc 
pas traiter en citoyens des hommcs 
qui meritent de TStre , que leurs foncr 
tions pendent confiderables , & qui 
peuvent fe fervir de leur credit pour 
fe venger de Tin jure que leur fait la 
Republique. J'exccpte cependant les 
Milices qui ne doivent jamais former 
un Ordre dans le corps legiflatif. Cc 
feroit ouvrir la porte a la violence 
& a la tyrannie •, cette claffe de mi- 
litaircs Legiflateurs intimideroit & 
fubjugueroittous les autres Ordres. Jc 
conclus de cette v6rit6 , que c'eft un 
vice monftrueux en politique d'avoir 
feparc Titat du foldat de celui de 
citoyen. Pour ne pas craindre les 
Militaires , on eft oblige de les traiter 
en merccnaires & en fujets ; & il 
eft infenfe d'avilir, de d^rader ou 
dc mecontenter ks defenfeurs de la 
Patrie. 



\ 



l6o DE LA LEGISLATIONi 

Me permcttrez-vous , Milord* de 
vous communiqucr quclques refle- 
xions , au fu jet dc la irianiere dont vous 
avcz partaeez TEtat en trois Ordrcs , 
le Roi , Ics Pairs , & le refte des 
Citoyens? Pouvez-vous ne pas trem- 
bler , en voyant que vous avez etabli 
pour le premier Ordre , non pas unc 
corporation de citoyens, mais un feul 
homme a qui vous avez confi6 toute k 
puiflance executrice, de qui decoulent 
tous les pouvoirs particulicrs , qui a 
des revenus immenfes , qui cree tons 
les Magiftrats , qui fait des Grands 
i fon gre , & qui a le droit ridicule 
de fulpendre toute adivite dans les 
deux autres Ordres qui font deftincs a 
le balancer ? Auffi avez-vous fouvent 
courbe la tcte (bus la main accablantc 
du defpotifme. Votre Parlement fait 
pour veiller a la liberte de la Nation , 
cc defendre fes droits , Ta trahie cent 
fois , &c a forge lui-mcme les chaines 
qu'on lui preparoit. Ce n'cft point a 
la force de votre conftitution que 
vous devez le retabliflement de votre 
liberty y mais k des hafards extraor- 
dinaires j mais a des evcnemens qui 



OU PklKCIPES MS Loix. Uv. IL x&x 

luifont etrangers. Ce n'eft point parce* 
que Tautorit^ dcs Pairs & des Com* 
munes etoit fupcricure , ou du moins 
6galc i celle du Prince que vous avez 
fecou^ le JQug, c'eft parce qu*il y 
avoit en HoUande un Stadhouder dont 
Tambition 6toit fans bprnes, &: qui 
avoit autant d'^l^vation , de courage 
& de reflburces dah$ l*efprit que 
Jacques 11 en avoit peu. Votre hainc 
& vos plaintes auroient cte impuif^ 
fames, tile Stadhouder des Provinces^ 
Unies ne fut venu k votre fecours. 
Vous me direz , Milord , que votre 
liberte eft en sdretc , parce qu'unc 
maxime fondamentale de votre conjp* 
titution ordonne que le confentement 
unanime du Roi , des Pairs & des 
Communes foit n^ceflaire pour faire 
une Loi. Voili qui va le mieux du 
monde \ mais je vous reponds qu'il eft 
inutile d'avoir une maxime Tonda- 
mentale k laquelle on peut d^fobeir 
impunemcnt. Comment les Anglois 
ne s'apper§oivent - ils pas que cette 
unanimite des trois Ordres , pour 
donner force de Loi i tin Bill, efl; 
^xtr^mem^nt favorable au Roi . 



i((i DE tA Legislation, 

puifqu'elle lui laifle le pouvoir de re j et« 
tcr tout ce oui lui eft contraire > tancQs 
qifU a d'aiUeurs tanc de moyens pour 
lamener les Pairs & les Communes 
4 (on opinion ? Voila le danger qu*on 
court ^ donner une parcie de la puif- 
fance legiflative k ceux qui font char* 
ges de la puiflance executrice. Mais 
ce n'eft pas tout ^ &c void un autre 
inconvenient de ce melange des deux 
autorites : il arrive qu'un Roi d' Ah- 
gleterre , dont on aiguillonne fans 
ceflc Tavarice & I'ambition , ne pent 
ftre juge & puni Icgalement, s*il 
viole les devoirs que vous lui avez 
prefcrits -, & que vous ne pouvez re- 
tablir I'ordre que par une cmeutc , 
une commotion & une guerre civile. 
Le Gouvernemcnt de Suede me 
paroit preferable a cet cgard -, nous 
avons parfaitement diftingue & fc- 
pare la puiflance legiflative de la 
puiflance executrice. L'ambition de 
nos Magiftrats ne nous caufe aucune 
inquietude; ils nous gouvernent ,mais 
de la nianiere dont nous voulons etre 
gouvern^s y &c s'iis trahiflent nos ef* 
perances nous les puniflbns. Rien 




OU PrIMCIPES DBS Loix* Ziv. IL idy 

n*arf etc & nc fufpend Tadion de notre 
diete , & Tadivite de votre Parlement 
eft fufpendue par le pouvoir du Roi. 
Nous avons fcnti que fi le Roi & le 
Senat formoicnt un cinquicmc Ordrc 
dans la diece , ils abuferoient aifemenc 
du credit que leur donnc leur Ma- 
giftrature j leur ambition feroit irritie, 
en partageant la Souverairiete qu'ils 
voyent aujourd'hui au-deflus de leur 
tcte. lis feroient a port^c de nous in- 
timidcr & de nous corrompre ; ils 
pourroient avec un pen d'adreflc cin- 
der la force dcs Loix qui leur deplai-^ 
roient , & les condamner enfin i fe 
taire. 

Malheureufemcnt les Loix ont pref^ 
que toujours ^t^ faites au hafard ; 
ouvrages de la raifon , elles nous au- 
roient procure lebonheur auquel nous 
fommes appell& : ouvrages des paf- 
(ions , dies ont fiiit notre malheur. 
Elles n'ont fervi qu'i nous ^garer, 
elles n'ont fervi au'i nous attacher 
a nos erreurs. Apres nous avoir appris 
cette grande verit6 , qu'il faut rcipec* 
ter les Loix , on abule de ce rcvpcGt 
pour nous faire aimer &: vteepcr dcs 



l64 J)E LA LEGISLATION^ &C. 

injuftices 6c des abfurdit^. Levons- 
nous » continua notre Philofbphe ;' 
achevons notre promenade , & moc- 
quons-nous de ces Politiques fublimes 

3ui cbargcnt Tavarice & Tambition 
c faire Ic bonhcur des peuples , ou 
3ui fe flattent de faire oans un Etat 
es reformes avantageufes en m6na- 
geant ces deux paffions. 

Fin dc la pnmirc Panic* 




DE LA 

LEGISLATION, 

o a 

PRINCIPESDESLOIX. 

Par M. I' Abbe DE Mablt. 

AdRerpubLicufirmandii , & ad Sabiliendll Tires. linandD* 
populos , einHii noilri pc.pc oraiio. C«. Ji Uf. I. i, t. if 

SECONDS PARTIE. 




A AMSTERDAM. 



M. DCC. LXXVI. 






T 



THE NEW YORK 

PUBLIC LIBRARY 

145773 

A9TOK, LENOX AND 

TILABH FOUNDATMINft. 

ItOO. 



Ik. 



<? 




TABLE 

es CHAPiTRE,sde.lafccondc 

Fartie. 

LIVRE TROISIEME. 



Chap. L JL/e s pricamions avet Uf^ 
qiuUcs U Le^Jlatcur doit preparer Us' 
citoycns Jtun Etat corrompu y a fir 
rapprocker des vues dc la nature. Pag. % 

Chap. 1L Ce quon ru pent auendre , 6^ 
ce quon pent efpertr des divers Gour- 
vernemeaisconntts en Europe , relative^ 
meat a la Legijlation*. 54. 

Chap. Ill* Des rigles ginimtcs que Ik 
Piuffance legijlative doitfi prefaire «• 
elle-mime pour ne pas 5 egaren Principes 
gineraux par lef quels elle doitjuger dc 
r importance & de la niuffiti de chaque- 
Loi, 5 8' 

Chap. IV. Que te Liffjlateur doit faire 
aimer fis Loix. Les chatimens doivent 
etre doux^ Du pouvoir des bonnes- 
moeurs pour attacker Us citoyens aw 
Gouverncment.. cut 



iv TABLE DBS CHAPITRE J, 



. r 



LIVRE QUATRIEME. 

Chap. !• Des Loix rclativement a tidu- 
cation que la RipuhUqtu doit donrur 
aux citoytns. x 3 5 

Chap. II. Dc la nlujjitl de reconnoitre 
un Etrefupreme. Des maux queproduit 
PAtfUifme* Des Loix qiCon doit Ivl 
oppofer. i(>4 

Chap. III. De la neuffiti dun culte 
public^ Que le Ugi/lauur doit le faire 
refpecter , & empecher que la Keliffxm 
n$ degenire en fanatifme & enfuperf- 
tition. 108 

Chap. IV. Des Loix nicejjaires pour 
etablir Vunion entre la reUgion & la 
philofophie y ou pour empicher que 
tune 7U digerxre en faperjlition y & 
t autre en impietL Conclufion de cet 
Ouvr<^ X3 z 



FindelaTabkf 



J>E 





DE LA LEGISLATION* 

PRINCIPES DES tOIX 
SECONDS PjiRTiE. 



LITRE TROISIEME, 



CHAPITRE PREMIER. 

Des precautions av€C UfqtulUs U Li^fldf 
teuT do'upTejranr Us citoyefis £un Eta 
corrompu , -afe rapprocker d€s vms 3t 
la nature, 

Prenons cettc route k gauchtf^ 
dit Milord , gagnons le fond de la 
valine , nous nc coutons aucun rifqu* 
de nous ^garcr , en allant le long 
//. Parue^ A 




t PE lA LfciSLAtlON, 

du coteau par lequd nous ibmmes 
venuSb Quand le terns ne nous invi- 
teroit pas a prolonger notrc prome- 
nade , je prends un interet trop vif k 
la dodrine que vous venez de nous ex- 
pofer , pour fonger ^ rctoumcr par le 
chemin le plus court. Je Tavoue , pour- 
luivit-il-, vos premieres propoiitions 
m'ont d'abord pani autant de para- 
doxes; mais aduellement la vcrite m'en 
paroit demontrec. Que vous m'au- 
riez epargne d'erreurs & de mauvais 
laifbnnemens y fi , des que nous avons 
commence a parler de nos Loix , vous 
m'aviez prefentc vos idees dans toute 
kur etendue. Plus j*applique vos prin- 
cipes , k ce que je me rappelle de 
THiftoire , & a ce qui fe pafle (bus 
nos ycux dans toute TEurope •, plus 
je fuis perfuadi avec vous que tous 
Ics maux de la fbciete font le fruit 
de Tavarice & de Tambition. Par- 
tout , je vois que cos deux paffions 
touvernent Ics Confeils des Princes 
f les aflemblces des Nations , & 
epufent de plus grands ou de moin- 
dres maux , fuivant que les Loix leur 
laiflent unc carrierc plus ou moins 
' Jibre, 



ou Principes des Lczx. Ltv. III. ; 

J'cn fuis convaincu; cc n'cfl: que 
par hafard qu^ ces deux paflions ont 
quelquefois procure des avantagcs 
paflagers. Quelqucs Princes & quel- 
oues Magiftrats ont eu Tadrefle dc 
s en fervir pour former & exccuter dc 
grandes entreprifes ; & fur-le-champ 
de mauvais raifonneurs ri'ont pas 
manque de prcfenter ces (ncchs perni- 
cieux , comme des modeles qu'il 
falloit imiter : mais que cette pr^ 
tendue porfpcrite a hth courte ! A vant 
que de Jouer Tavarice & Tambition 
qui ont fait gagner quelquefois des 
batailles , & paroitre un peuple avec 
eclat s avant que de les regarder 
comme le principe & le reflbrt d'un 
bon Gouverncment ; il falloit exa-r 
miner quelles ont etc les fuites n6- 
ceflaires dc ces fucces momentanes. 
Apres avoir irrite ces deux paffions 
pour leur donner plus de force & 
d*6nergie, efperera - 1 - on de s'en 
rcndre le maitre & d'arrcter leur 
mouvcment deftrudif ? 

Je le dirai fans flaterie : les Loix 
que vous venez de nous propofcr mc 
paroiflent trcs-fages , & les feu les ca- 
paries de rcndre la fociete hcureufe* 

Aij 



4 DE LA .LiciSLATlONj 

Vous pouvcz y jc crois , fouffrir cet 
iloge que jc vous donnc groffiere* 
ment , puifque ces Loix ne font paj 
de vous : vous ne \qs avez point ima* 
ginees , vous n'avez fait que les re- 
cueillir chez les pcupies dont nous 
admirons le plus les vertus , & dont 
nous envions le boohcur. Quoique 
vous ne parliez plus de nous ra- 
nicner a la Communaute des biens : 
quoique vous nous laifEez nos pro- 
prietes & les mifcres de notre vanite 5 
cfperez-vous , dans la malheureufe 
pofition oii fe trouve TEurope, qu'elle 
ne rejettera pas vos Loix ? Vous au- 
rez beau faire , nous ferons plus de- 
praves que vous ne fercz indulgent. 
Nous rellemblons i ces malades qui 
fe plaignent , qui defirent , difent-ils , 
la fant6 , &: qui n'ont pas le courage 
de fuivre le regime qui la leur ren- 
droit. Qu'un L^giflateur ofe propofer 
f^rieufement vos Loix , & vous verrcz 
avec quel dWain clles feront accueil* 
lies. Chimeres s*ccriera-t-on , reveries 
de Tenfance du monde ! Nous ne vou- 
lons point de votrc bonheur;6pargnezt 
vous la peine de fonder , a Texemple 
de Platon ^ une Republique ima^i^ 



k' 



ou PjCikcipes des Loix. Liv.'llJ. ^ 

xiaire; & donnez-haus des Loix qui 
rie commencent pas par nous rcridrC 
riialheuf ^x , #n nous prtvanf de tbu* 
lios plaifirsrf 

Je fuis tout Conffole, tepondit notrd 
Philofophe , du mepfis <Juc voiis m'an^ 
Jionccz : mais notre objct ri'cft pa^ 
dans cet entretien , d'im^giner des 
Loix qu'on veuiUe rcccvoir. Si j'avois 
forme ce ddlVin 5 )e fais bkn , 
Milord , commerit je' m'y pf cndrois i 
aii lieu de parle'r i la riaifon ; je par- 
lerois aux paffions & aui^ prejug^* 
Je flatterois 1^ nfanie de chaque peu<^ 
pie k qui j*aurois atfatrie ; &: de rhau-^ 
vais raifonnemens paflcroieiit pour 
des demonftrations. Je fcrois un ample 
recueil des friponnerie's & des fubti-^ 
iites qui oiit eu qu6ique fkcces y je 
parlerois du pouvoir de Targent , 'je 
peindrois le monde fou/nis a des am*^ 
bicieux , je^ donnefoi^ do belteai efp^ 
ranees ; & fans doute mes lecons 

J>rocureroient quclque avai^tage paC- 
ager ^ de$ Ptiifiunce^ a:vares &c ambi- 
tieufes. Mais il ne s'agit p3LS de cela 
entre nou^. Je cherrhe les Loix aux- 
quelles la nature nous a foumis ^ & 
UtM tefquelles lies hpmnies ne feroat 

A nj 



6 c£ LA Legislation, 

g'lmais que dc vains efforts Pour eta- 
lir unc fociete heurcufe oc pcrpe- 
uier fbn bonheur. 11 faut done fe rd* 
foudre , repartit Milord , k pcnler 
triftetnent que nous fommes condam- 
ACS 4 ctre pour toujours les vidimes 
de nos paffions. J'en ai peur , r^pliqua 
Aotre Pnilofbphe , & je voudrois , pour 
ma confblation , etre aflez vifionnairie 
pour croirc aux charmes dc revidcnce, 
& me perfuadcr qu*un jour viendra j 
oii les paflions foumifes & refpec- 
tueufes fe taifant en fa prefehce , 
nous prendrons fans efibrt le parti 
' d'etre )uftes & raifonnables ; mais , k 
nc vous pas mcntir , cette revolution 
ne me paroit pas aulQ procbainc 
qu*aux Economiltes. 

Cependant , il faut vous Tavouer , 
j'ai quclquefois mes acces d'efperance; 
quelqueroisjemedemandc, pourquoi 
nous ne pourrions pas faire un pas 
yers le bonhcur , en adoptant les Loix 
un peu f^veres dont je viens de vous 
parler. Pourquoi , me dis-je , fcrions- 
nous incapables de faire au|ourd*hui , 
ce qu'ont fait autrefois des peuples , 
qui peut-^tre ne valoient gueres micux 
que nous i Lcsl Spartiates 6c les Ro^ 



k 



ou Principes dks Loix* -trK. III. 7 

mains avoient nos vices > aYaat.que 
d'avoir les vertus que nous adinirons: 
Les uns &: les autres connoiflbient la 
fatale propriete , & lis ne Tavoient 
point ^tablie parmi eux impuncment. 
L^-deflus 3 je me fais un tableau dc 
Tambition des Spartiates , quand Ly 
curgue leur donna des Loix , & de 
ravarice des Romains , quand la li* 
berte fucc^da aux Tarquins. C'cft^ 
ainfi , Milord , que par d*agreablc$ 
rev«eries je chercne ^ me confolen 
Non , non , interrompit Milord ^ 
avec vivaciti , ce ne font point 1^ 
des reves. Vous m*avez parlc , *il n*y 
a qu'un moment y de )e ne iais coni« 
bien de circonftances y de halards &r 
devenemens extraordinaires parleif- 
quels la fortune change quelquefois 
les moeurs & Tefprit d'une Nation. 
Voili ce qui fonde mts efpcranccs i 
lafl^s du mal , il nous peut prendre 
fantaifie de faire un pas vers le h\M : 
rcvers , profpcriti , difgraces , pour* 
quoi vomez-vous que tout (bit iter- 
ncllement perdu pour la Soci6t6 \ 
Aprcs tout , les hommes raifonnent , 
& I'exp^rience peut les eclaircr. 
A force d'etre les dupes de cettc mau- 

A iy 



t D£ LA LiciSLATiaN^ 

vaifo politique dont ravarice &: 

rambition font les auteurs & les inf- 

tnimens : pourquoi n^ouvriroient-ils^ 

pas enfia les ycux ? Vous ni-avcz: 

converti , pourquoi voulez-vous que 

d'autres foient plus attaches que moir 

i. leurs pr.ejuges? U eft doux d'efpd- 

Xfiv , & )*cfpere en effet , puifque la 

terns cmmene tout, qu*flL paroitra 

€nfin un L^giflateur inflexible & cou- 

wgeux, qui, fans menagement pour 

nos vices nous forcera d'qtre heurcux^ 

Eh ! voili precifement , s'^cria notre 

Philolbphe, le malra-droit Legifla- 

teur que je redoute. S'il ne falloit 

que. du courage pour corriger le^ 

bommes , ik auroient. deja ciDe cor-« 

rig^s cent fois; carrHiftoireeft.pleinc, 

4e ces braves Ligiflateurs qui ont; 

voulu nous arracher a. nos vices. Mais 

U faut de la patience ; mais il faut 

un art extreme k lyianier des paffions 

iwp^onneufes fie toujours pretes a 

s*aigrir & a s'irriter. Quel eft 1^ Le- 

giflateur qui pent s'oppofer au tor-. 

i^ent des paffions & de Topinioa 

publique ? U y a , Milord , dans la 

Solitique commedansia m^decine'j^ 
es rQmQdets qui par leur oatu]:^^ nQ: 




€tj PkiNcfp£$ DEs Lonr. £19. Iff. f 

font psis deftin^s Wiierir ; niais qut 
|freparent le bon eflet de ceux qu'on 
employe etiTuite , & qui attaqueront 
le liege ou lia fburce du mal. Les 
Legiflateurs y je ne fais par quelle 
fatalite y moins habiles que les mede- 
Gins y ont rarementconnu la difference 
de ces remedes , & les ont prefquc 
touiours adminiilres au hafar^l. Quand 
il falloit fc contentcr d'inviter , dc 
fpUiciterj dc preparer , ilsont voulii 
contraindre > mais on n'obtient riea 
en demandant trop & mal-^-propos^ 
Sans doute il auroit 6te avantageux 
aux Romains, que les citoyens qui 
s'ctoient retires fur le Mont facri, 
aii lieu de rentrer i Rome avec des 
Magiftrats qui n^avoient (implement 
que le pouvoir de s'oppofer aux d&- 
Gircts du Senat qui .feroient tort au 

;euple , y fuflent re Venus avec des 
Vibuns ,. revctus de Tautdrit^ qu*ils 
acquirent dans la (uite peu-i-peu , 
& qui fut fi utile & la R^ubhque. 
Il auroit ^te avantageux , pour prif- 
venir les diflenfions de la place pu* 
blique , de r6gler les droits dts deux 
brdrcs 5 & de porter en un jour routes? 
Lbix fsurorablesk r^galit^^ & quiv 

A-v « 



lO I>£ LA LiciSLATIOtr^ r; 

firent la grandeur dcs Romains. Mais 
en voulant trop obtenir , il eft vrai- 
femblable que les Pl^b^yens n'air^ 
roient rien obtenu. Les Pacriciens 
filers , courageux & acroutumes a ^re 
dcs mans , auroient pref^re leur ruine 
cntiere i la pcrte de Icur autorite* 
11 cut ite a craindrc que ces Tribuns , 
trop puiil^ns a leur naiflance y nc 
fu(U^nt a leur tour devenus dcs tyrans. 
Us auroient eu d'abord trop d avan* 
tage fur les Patriciens , pour fentir 
combien il leur importoit de fe con- 
duire avec moderation, N'ayant pas 
cu le terns , au milieu dcs agitations 
& des interets oppofes de la nobleSc 
&: du peuplc , ac fc faire une poli- 
tique o^ des maximes convenables au 
bien public, ils auroient excit^ les 
commotions violentes de TAnarchie^ 
an lieu d etablir Tordre & la paix. 

En voyant dcvant lui le out oil 
rEtat deit tendre , que le Lcgiflateur 
ne (bit jamais la dupe de ion z^le 
|K)ur le bien public ; il s*cn eloigne* 
loit en vonlant s'en approcher trop 
brufqucment. Jamais il ne me perfua- 
dera s^il D*a pas merits ma confiarice 
^ mon dtinixc. Qu'il trava&Ilc k & 



on Pjtmcms dm Loiz. Li9. III. 1 1 

reformer Iui-m£me , qu'il paroiflfe 
onblier fcs proprcs intirto , s*il vcut 
que je me fie a fes Loix. Qu'il pre- 
pare enfuice & conduife la riforme 
qu'il mddite , avec la lenteur que la 
nature employe ellc - rcAmc pour 
changer le genie , Ics moeurs oc le 
carafikcre d'une Nation. Faites atten- 
tion , Milord , que (a marche n'eft 
|amais brufque ni pr^cipitce. Remar« 
qucz qu'en vertu du pouvoir qu'cUe 
a donn6 a Thabitude fur notre efprit, 
pouvoir quf contribue tant^ notre traiv 

auillite, nous tendons tous i vne (brte 
'inertie qui nous porte i fetre encore 
aujourd'hui & demain ce que nouk 
Prions hier. Un dvenement , quelqui 
important qu*il fbit , n'ayant jamai) 
chans;^ en un jour le caraftere d'uil 

f^eupie ; la politique feroit infcnftltf-i 
i avec le fecours d'un npuveau Codfe 
de Loix , elle fe flattoitde donneif 
fubitemeht a une Nation un g6nife| 
nouvcau. J'ai ^tudii ces "^vdricmen* 
memorables , qui , au ntpport dd 
Hiftoriens , ont fait une rivolutiorf 
cntiere & prompte dans Ics Soci^tds.? 
& jc crois avoir touj6ursremarcjii6 que 
ces^ivenemcns cf£ateu9S' , ii tc puk 

A* »• f r * 

VI ' 



JkX. .« DJB LA I'^GKi.Arraii, 

parler airifi , n*auroicnt ricn produit ,: 
s^ifc ne s'ctoient prefeatcs aprcs una 
foule d^autre*^ evcnemens-, & dans 
dcs cifcoaftanccs qui avoient prepaid 
>eu-a-peu la revolution. Le fpediacle 
fc Luerece violee & qui fe; punit du 
crime de Tasquin , nc dctruit la 
Royaut6 a. Rome, que parcc (ju'on 
y avoir confervi d'anciennes idees 
de liberte , & que les Rois , par leurs 
vexations & leurs in jtuftices, avoient 
lafle la patience de leurs fujets , fans 
i^voir eneore eteint leur courage. Sr 
Tarquin n'avoit cte qu'un Prince 
ordinaire , Tattentat de fbn fils n'au- 
roit caufe qu'une emeute paflagere^ 
rDe m&nc files Plcbcyensle fuflent- 
retires fur le Montiacreii la premiere 
inj&ftice des Patricians , tout fe feroitc 
promptement accommod^'. Les Grande, 
auroientfait des promefles vagnes Sc 
incertaines, lepeuples'en feroitcoa-! 
tente; &< au lieu ae cette conftance 
b^roique quir ramena Tisgalite entre 
ies deuxOrdres de la Repwlique , lest 
Fatriciens auroient encore exerc^leiin 
tjnrannie fur le peuple. 

L'amour de la nouveame auquel 1^ 
pIufKut des HiltorieAs a:ccocdcat tantk: 



■■^ 



CTU Pkincipbs DBS Loix» Lht III. vy 

de pouvoir , & qui ieur eft fi utilo 
pour expliqucf les 6venemcns qu'ils 
fapportcnt , n'eft en v4rit6 qu'une 
emmere. Examines ku nature* denocro 
coeur & dc nocrc cfprit , & vou$ 
jugcrez que nous ibmmes au con- 
traire pbrtes^ nousdefier de routes 
ks chofes avec lefquelles nous ne 
Ibmmes pas^ . familiarifes. Ce qu'on 
appelle amour de la nouveaute ,. n'eflr 
en efFet qu'une kilitude de k iitua-* 
tion dont nous avons raifon de n'ctro 
pas contens. Ceft parce^ que. nous 
nous trouvons mal dans la place que 
nous occuports , que nous voulotis- 
en changer ; 6c remarquez qu'alors^ 
m&me nous» V' revenons fkns nouir 
en appercevoir, &:coiiune entraines, 
par une forte d'inftini^. Les HoUan- 
dois font-ils las de k tyrannie de Phi-: 
lippe U } lis ne travaiUent point a fe* 
rendre libres ; ils* ne cherchent qu'un. 
nouveau Maitre , & c'eft parce qu'lls*. 
n-en^ trouvent, jpoint c^'Hs fondent 
enfin une RifipubUque. 

. Prendre un m^ontentement paf— , 
fiiger pour une difpofition habituell'e>, 
Kgarqcr un moment d'cffbrvefcence ^ 
4'engpueiiient ou^ d'oithoiifiafme. ^ 



t4 I>£ I'A LiciSLATlON, 

romme Ic principe d'une revolution , 
e'en unc crrcur grofliere. Nous avons 
lios habitudes qu'il faut romprc ; & 
le L^giflateur qui Tignore ne fera 
que des Loix inuriles. Je vous citerai 
un exemple remarquable. Quand 
Votre C harlesll. remonta fur Ic Tronc 
de fes peres , vos compatriotes , 
Milord, forrircnt en quelque forte 
dc Icur caradere. lis montr^rcnt unc 
|oic exceflive au rctour de ce Prince 
fugitif qu'ils avoicnt profcrit , & 
dont le pcrc ^toit mort fur un ^chaf- 
faud, Ceft unc yvrcffc gen^ralc qui 
s*£tend de Londres jufquaux extri- 
mit^s de TAngletcrre. Au milieu des 
fttes & des illuminations , on fe hire 
dc faire le proces i plufieurs per- 
ibnncis qui avoient 4te cxceptees de 
Famniftic y on exhume les corps de 
Cromwcl , dc fon Gendre Ircton 
& de Bradflan, pour les attacher k 
wajgibct. L^cngoucment du pcuple 
paflc )ufqa*afi Parlcment ; on prcnd 
ce mouvement conyulfif de la Nation 
pour unc difpofition au pouvoir iar- 
Ditrairc; & un Bill eft portc pour pret 
crire I'obiiflance aveugle. Comment 
wtrc' Parlcment ; Mflord ^ ne s'appcp* 



OV PjlINCfPES DES LoiX. ZiV. ///• I f 

9tit-il pas que le regne auftere &: dur dc 
Cromwel n'avoit pas fuffi pour ecouf* 
fer chez vous Tamour de la libert^ 
& de rindependance que vos guerres 
civilcs n'avoienc rendu que plus adif ? 
Pourquoi vos bons pacriotes, indignds 
de tout ce delire ; crurent-ik voir la 
ruine entiere de votre liberce ? II 
ne failoit pas prendre la chofe fi 
ferieufetnent. La joie du peuple ne 
prouvoit point qu'il aimit le defpo- 
tifme 9 &c la nouvelle Loi du Parle* 
mentne devoit avoir aucuneautorite. 
Charles 11. ne s'y trompa pas ; 11 fentic 
qu'il ne devoit pas tout oCcr (ur on 
tr6ne dont les nurches ^oient encore 
enfanglant^. 11 conlulta plus le ca* 
radere de fa Nation, que la nouvelle 
Loi , & il fit bien. Quand fbn fuc-* 
ceileur , moins prudent , voulut agir 
en Maicre abfolu , il fbuleva les 
efprirs , & les Stuards font all& r6* 

gner k Saint-Germain-en-Laye & k 
.omc 5 fur quelques Valets & quel- 
quesCatholiques iuperftitieux. 

Le Lc^iflateur ne peut done comp- 
ter fur fes nouvelles Loix , qu'autant 
qu'elles ont quelque analogie avec Ic 
caraftere de la NatioA qu'il veut x^ 




t^ DE UA X^GrstATfOHf',' 

former. Mais je Ic plains beaucbupv 
fi cette Nation n?a aucun* caradcrc r 
fi cnervee par fes vices cUc ne defire 
rien, ou ne defire que foiblementr 
Comment s'y prendra-t-il pour fixer 
€c prot^e inconftant > La conftance dd 
Legiflateur £elai£bra;&un moment dc 
diftradion detruira fon ouVrajge. Si les 
eitoyens neibnt que de grands ehfanl* 
que toucafiede egalement^ ^cToudrois 
qu'on fbngeit d^bord i ieur donner 
up caradere. Examinez fi cette mol^ 
klle de Tame ne tient pas k- Thabi^- 
tude de s'occupec de chofirs qui ne 
peuvent occupcr qu'un moment ^ 
e'eft-k-dire^ k des plaifirs ou k des 
niaiferies dont on eu n^ceflarremenif 
bien-tot las. II £iiut alofs prifenter 
aux efptits , des objets capables de 
feire une impreflion plus vive , & 
(ur-tout plus aurablc. Tichez de don* 
ner k Tame des elans ou des fecouflbs 
qui la retirent de fbn oifivetel Sans 
profcrir^ trop rigoureufemcnt les an* 
ciennes moeurs, renfermez d'avantage 
le citoycn en lui»meme , qtfil ait 
un interet k changer de conduite. Si^ 
Tame eft affaiflSe par la crainte fir 
^bitude de la nuicrc ^ .conuhencea^ 




OU PrINCIPES DBS Loix. liv^ IIL XJ 

^ vous montrer moins fevere & plu9 
indulgent. Commencc-t-on enfin a fc 
former un caradere narioniial ? Pro- 
fitez-ea pour encourager quelques 
vertus & quelques talens ^ exciter de 
TemuIatioH* Bien-tot le^Lcgiflateur 
Be marchera plus a tatons , & fes 
premiers fucces lui apprendront ce 
qu'il peut efperer. 

Si vous etes oblige de reformer le . 
caradere d'un peuple pour Ic prepa- 
rer k recevoir un nouveau Gouvep* 
nement y. tentez de donner plus d'ac* 
tiyite aux pa£ion& qui foot les plus 
favorables ^ rex^cution dc votre 
projet. Sur-tout j etudiez avec (bin 
quelle eft la pafllon qui vous oppofq 
les plus grancB obftacles ; mats gardezr^ 
vous de I'attaquer diredement -& de 
front ; vous k revolteriez , & die 
triompheroit de vos Loix. Pour pr^ 
parer les. Romains a la fervitude , 
Augufte employa la crainte \ pour lea 
accoutumer a la perte de leur Ubertc^ 
il fe garda bi^n de les accabler da 
poids de (on pouvoir. C'eft un Ma> 
narque abfblu qui feint de s'honoref 
des Magiftratures de Tancienne R6 
pi^bli^^ue., IL promec dal>diquer I4 




|8 Dt LA LeGISLAT10K> 

Souverainete qui lui eft plus chere 
que la vie. Pour fairc oublier les 
anciennes Loix , 11 en fait defirer dc 
nouvelles. Enfin ces Romains 9 (i fiers > 
fi braves , fc courbent fans d^fefboir 
fous Ic ioue^c Tibcre. S'il eft pomWc 
d'amcncr pas-a-pas les hommes )ufqu'4 
limer & louer la fervitude ; foyez 
silr , Milord , qu'avec un peu dc fbin , 
il eft plus aife de r^veiller dans leur 
ame le fentiment prefque eteinc de 
k liberty. L'Hiftoire de la Ligue des 
Acheens vous prouvera cettc v6rit6. 
Mais fans remonter (i haut , examinez 
comment les Suifles font parvenus k 
lecouer le joug des Seigneurs qui les 
opprimoient. 

Si Tavarice des citoyens rend l^Etat 
malheureux , que le L^eiflateur com- 
mence par int^reffcr la vaniti ou 
I'ambition des principaux citoyens k 
fe moins occuper du fbin de leur 
fortune domeftique. Diminuez peu- 
a-peu leurs befoins; diminuez les re« 
compenfes p^cuniaires \ mais en ren* 
dant plus pr^cieufes celles qui ho« 
horent. Moins je ferai fenfiblea cet 
inter^t qui avilit FEurope , plus je 
icrai pr6t k aimer le bien public. C'eO: 




ov Prikcipes des Loix« Ziv. ///• 19 

beaucoup eagner que de fubftinier 
I'ambition a i'avarice ; car cette der* 
nicre paflion eft toujours bafle ; 6c 
Tautre , comme j*ai eu rhonneur de 
vous le dire , pent s'aflbcier k des 

Sualites eftimable^. Mais fi I'ambirion 
cs ci toy ens trouble le Gouvemo- 
ment , que le Lcgiflateur (bnge moins 
a la detruire par la force des Ix>ix , 
qu'a la diriger & Teclairer, en lui 
ailbciant les vertus avec lefquelles 
clles peut s'allier. Si Tambition ne 
peut plu^ compter fur la faveur $ fi 
vos reglemens font faits de fa^on 
qu'elle ne puifle raflembler des forca 
pour troubler I'Etat , ou par fes baA 
leflTes & fes importunitds s'emparer 
des r^compenfes que la fuftice deftine 
au merite , cet ambitieux que vous 
craignez , deviendra enfin un bon 
citoyen. Jenefinirois point 9 Milord » 
fur cet article ; & je vous dirai , en 
un mot qu'un Lcgiflateur habile prend 
alors le ton & fa conduite d'un ami 

aui corrige (on ami. Quelque£ois il 
iflimulera par prudence fes vrais (en- 
timens. Ce n'eft point dans le moment 
que je jouis » pour ainfi dire , de tons 
les plaifin de men vice > que vom 



at4 'Ot LA LfGtSLATlON^ 

xiformc , que la Pologne , ravagce par 
fes proprcs armecs , t>uyrft Ics yevfx , 
-& commencat ^ fe laffer de fes de- * 
fordoes? Non-j^ j*ofe vous predire 
que les malheurs qu'clle eprouve &: 
les pr^tendues bonnes intentions de 
la Cour de Petersbourg lui feront 
inutiles. 

Mais laiflbns la Ruilie , qui veut 
aflervir & non pas corriger la Polognej 
& pour faire connoitre tout ce qu'on 
attend de la fagefle d'un Legiflateur ^ 
il vaut mieux vous raconter comment 
Aos peres parvinrent autrefois k nous 
deiivrer de notre anarchie & de Teni-^ 
pire des Danois. Vous favez quelle etoit 
notre fituation vingt ou trente anis 
avant que Guftave Vafa ftit plac6 fur 
le trqne* Nous ne rellembuons pas 
mal i ces anciens Goths qui ont rume 
I'Empire Romain. Nos Loix etoienc 
informes &c groffieres ; & pour com- 
ble de maux , en les aimant nous ne 
pouvions nous refoudre k y ob6in 
Tourmentcs par T^mbition du Clcr- 
;e , Tinquietude de la noblefle , la 
^rutalite des nayfans & loiiivet^ des 
bourgeois) fans puiflance publique^ 
faps Magiftrats ^ nous voulions krc 

libres ^ 



^ 



ov Pamcipfis dbs Lodc. Idv. III. i j 

libres , fans favoir cc que c'cft que 
la lii3eFt6 > ni comment ^on doic la 
conferver. Le Dannemarck fe flatu 
de profiter de nos defbrdres pour nous 
aflervir , Comme la Ruflie profite aur 
)ourd'hui de ccux dc la Pologne pour 
la fubjuguer. Un Prince qu on a ap^ 
pelle le Neron du Nord , Chriftierne 
ne reuffit que trop a brifer les reflbrts, 
de notte roible Gouvernement. 11 
voulut glacer toutes les ames par la 
terreur. Le fang de nos peres couloit 
de tous c6tes ; les Danois opprimoient 
la Suede conftemee : mais comme vous 
voyez aujourd'hui fe former des con- 
ffecierations dans toutes les provinces 
de Pologne que les Rufles devaftent , 
il s'eleva , du milieu de nos mines , 
un grand homme qui forma le pro jet 
de Fompre nos fcrs apres avoir rom* 
pu les nens. 

Guftave avoir prepare unc revoke 
dans la Dalecarlie , o^ il fe fit un parti 
aflez puiflant pour que fon armee fer- 
vit d'afylc Sc de point de reunion 
it tous les citoyens qui avoient encore 
la fotce d*aimer leur Patrie &: leur 
libertc. Suppofons que cc Prince , 
qui fentoit u neccflStc de fairc. finir 

//. Panic. R 



l6 DE LA LfGISLATZON ^ 

Tanarchie & de donner une. forme au 
Gouvcrncmcnt , un protedeur aux 
Loix, & de la majefteala puiflance 
publique > fc fut fait proclamer Roi 
a la t£te de fon can&pj fuppofons en- 
core qu cMi lui cut co^re line autorit6 
beaucoup plus etendiie que celle de 
fes prWecefleurs , & qu'il cut fait les 
Loix les plus fages ^ les pJtus falu- 
taires. Qu en feroit-il arrive? Guftavc 
fc feroit rendu fufpeft i fa Nation, 
Quoique les Suedois euflent'dej^ aflez 
fouflfert pour devoir f^ courber fous 
1^ main oienfaifante du Lcgiflateur , 
ils fe feroient defies de fes iptentions, 
Les enncmis de Chriftierne feroient 
^llcs a lui avec moins d'cmpreflfement, 
fes foldats memes craignaat de s'etrip 
donn6 un mattre trop puifl^nt Fau- 
roient fervi avec moins- de zele. Un 
moment de prof^rit^ auroitfuffi pour 
fiurc reyivre les anciens pr^jugcs, En 
voyant au milieu de nous un pouvoir 
qui nous etoit inconnu , nous aurions 
0fxx que la tyrannic de Guftave avoit 
inccedd i la tyrannic de Chmftieme. 
Le Clerge , aont Tavariee & Fambi- 
tiOA auroient et^ 6galemcnt alarmecis , 
ii; fcrpit livr^ a r^mportemept le plu* 



ou Prikcipes DBS Loxx. £dv. III. If 

dangereux , & pour confcrvcr fori 
empire ebranle le feroit ligue avce 
les ennemis de la Patrie. La Nobleflc 
inquiete & jaloufe auroit vu avec iridi- 
gnation la fortune d'un Gencilhomme 
qui n*avoit eu que fon courage &c (ci 
talens pour s'elcver au - defi&s de fcs 
pareils ; & auroit jette le Royaume 
dans de nouveaux troubles. En fe 
hatant trop , Guftave auroit egale- 
ment mal fervi fon ambition & ft 
Patrie ; & le titre de Roi , a la faveur 
iluquel il auroit cru donner plus de 
force aux Loix , ne lui auroit cii 
cffet confere qu*un pouvoir plus in* 
certain & plus contefte que celui doht 
les Adminiftrateurs avoient joui ayant 
, lui , & qui filt incapable de preyenir 
ou d'arreter les defordrei do' l^Etiat: 
, Je ne vous dirai point, Milord^ 
que Guftave , occupc du bieh public , 
negligea les interSts de fa fortune ; jc 
ne vous parte ni d'un Ariftide , nid'un 
Fabricius , & depuis bien des fieclei 
TEurope ne mirite plus de voir dc 
tels hommes. Quoiqull en (bit , ci^ 
Prince ne forma qli'urt feul projct de* 
deux defleinV de rendre k fa Patri^ 
fon independancc , & de s'elever fur 

B i; 



^i DE LA Legislation^ 

J0 tronc pour le laiflcr i fa poft^rit^. 
Ucrut quele Gouvcrnement ne pren- 
droit aucune coniiftance ; que les Loix 
fcroicnt, fans vigucur , &( les Suedois 

{)ar con(6qu^nt malheureux , tant que 
a cpuroQPo elective feroit achetee a 
Prix d^arg^mt ou dopn^e a rintriguc. 
our rendrfs la Nation libre fans que 
fa liberty put degencrer en anarchie j 
ppur etablir im prdre fixe dans fes 
• ilictes ^ faire agir le Scnat avec di- 
gnity , ii crut qu*il dovoit fe rcndre 
plus puiflant que ne Tavoient 6te les 
^ncien§ Rois ; car fi la premiere Ma* 
giftraturcd^ TEtatn'^ pas folidement 
jitfermiQ , n'attendez rien de celles 
qui lui font fubordonn^es: voila le pro-» 
jetdeGuftave.Mais remarquez ^vec 
quelle fage ientQup , avec quelles fages 
precaqtions il tache d'arriver au but 
qu'il s'eft projx)fe. D-abord il fe con-^ 
tentp de r^vieiller 4an$ tous les cQ^urs 
\cs fentitnens dindignation , d'audace 
§e de gpaprofit6 que la tyrannie dp 
phriftierne 4toit prcte k y etqufFen 
|l ex?itq I4 haine pour bannir la 
prainte &* difppfqr i la vengeance, 
^ la tete de$ Payfan$ de la Daiccarlie 
^nc paroit que leur egal, Avant que 




eV PRIKCIPBS DES LoiX. LtV* III. Iff 

de vouloir paroitrc puillant , il vcuc 
fe faire aimer. II fait que fi les Suedois 
defirent pendant long-tems de le por- 
ter fur le trone ^ fa Fortune fera plus 
folidement ctablie. Eft - il parvenu , 
par une longue (uite de fucces &c de 
profperit6s , a ebranler Tempire dc 
Chriftierne ? il ne prend encore que 
le titre modefte d'Adminiftrateur , &: 
continue k fe rendre n<&ceilaire. VoiUc 
comment cc Prince eflaie , pour ainfi 
dire , la couronne , & reforme no- 
tre Gouvernement 5 voici par quels 
moycns il affermit & confomma (on 
ouvrage. 

II s'agiflbit de rcprimer Tautorit^i 
du Clerge qui pofleaoit des ricfaefles 
immcnfes , formoit le premier Ordre 
du Royaume, occupoit plufieurs forte- 
reffes importantes,&: s'ctoit accoutum^ 
depuis trop long-tems a commander 
pour ne pas conjurer la ruine du nou* 
veau Gouvernement. Les EccUfiafti- 
ques itoient d*autant plus rcdoutablesf;' 
qu'ils pouvoient nous perfuader , tant 
nous etions ignorans & fuperftitieux ! 
que c'eft offenfer la Religion que dc 
ae pas refpeder les ufurpations & Ic^^ 
injuftices de fes Miniftres. Ajoutez i- 

Bii) 



)0 DE lA LiGIStATIOKy 

tous CCS avantages , quequcUes que 
ifuflent leurs manoeuvres & Icurs pre- 
tentions , lis etoient surs de la pro- 
teftion de la Cour de Rome , dont 
Ics bulles , les intcrdits & les excom- 
munications faifoient alors trembler 
les Monarques les plus puiflans. A 
quoi auroient fervi les Loix , fi on 
avoit laiflfe fes forces an Clerge? 
<5uftave s'appliqua d'abord k faire 
conferer les pfincipales Prelatures k 
des hommes qui lui riiflent devoues, & 
[Ui , par la nonchalance & la timidite 
e leur caradere , feroient fur-tout 
incapables de proteger & de fbutenir 
1^ pretentions de leur Ordre. Ces 
lichefles , qui rendoient le Clerge fi 
ficl: & fi puiflant , on s*en fert adroi- 
tement pour lui faire des ennemis. 
On ne permet pas au peuple de s'ac- 
CQutumer k fa mifere ^ en lui donnant 
Tefperance d'avoir une fortune moins 
jnalheureufe > on lui apprend k mur- 
murer , a fe plaindre , oc on Tinvite k 
croire que Ic fuperflu des Ecclifiafti- 
oues eft le patrimoine des pauvres ; 
u Guftave depouille les uns pohr fou- 
lager les autres > il donne des parti* 
(ans au nouveau Gouvernement , Sc 



2 



ou Principbs DBS Ldix. Uy. 111. 5 1 

affbiblit fes ennemis.. On demande 
que le Clerge contdbue aux chaises 
de TEtat avcc ceux qui Ic d^fendent ; 
& tous Ics Ordres du Royaume font 
interefles a^prottecr la juftice dc ccttc 
Loi. Qientot on tait fouhaiter a la No-> 
blelle de rentrer.dans les terres dont 
fes peres s'etx>ientdepouill£s pour doter 
des Eglifes SiC des Monalteres : les 
divifions des deux premiers Ordres - 
empechent qtfils ne fe rfeuniflent , & 
le Gouvernement en profite pour s'af- 
l«ttnir. 

Guftave porta le dernier coup a la 
puiflance du Clerge , en inipirant k 
la Nobleile Tambition de former le 
premier Corps du Royaume. On nt 
tarda pas a lui enlever les fbrtereflcs 
qu'il pofledoit & dont il avoit fi fou- 
vent abufe. En ne parlanc que de la 
faintete du miniftere &c des devoirs 
des Eveques , on leur ferma Tentrie 
du Senaty fous pr^cexte de lie les pas 
detx>urner des loins fpirituels iqui dcr 
voient les fixer dans l6urs diocefe^ 
Ces Prelats ainii degrades , ne trou^ 
verent auam Vengeur dans les Pror 
vinces ; car Guftave , tou jours attache 
aux mcmes prindpes , avoit fait perdfc 

Biv 



%u% Moines la coniid^ratioh & id 
credit done ils jouiflbient. lis ^toienc 
laflSs dc Iciir profcffioii & miprifts , 
parce qu'on les avoit rcfornles inalgr6 
cux. Ne craigne^ pas que le fanatifme 
ibuleve la multitude , ni que la Cour 
fie Rome interpofc fon autorit6 pour 
sconferver a TEglife dc Stiede fcs an- 
iciennes prerogatives, Le Prince a tout 
prevu. II a favorifc depuis long-tems les 
opinions naiffantes de Luther,il a ap- 
pelle dans fes Etats desDofteurs Alle- 
mands, qui , pour le moins, fongeoient 
autant a rendre TEglife Romaine pdieu- 
fe & ridicule , qu a rappellcr le fouve- 
xiir de la dodrine & de la difcidline des 

{premiers fiecles.Pourmieux leconder 
eur z^le & leurs predications , il (b 
garda bien de profefler ouvertement 
la confeflion d'Ausbourg. 11 paroit at- 
tach6 a rancienne Religion , aBn que 
pcrfonne n*ofe s'en declarer le pro- 
tedeur Sc le defenfeur ; Guftave nfe 
feint de la pratiquer que pour mi^ux 
Taccabler , & il ne montrc enfin fes 
vrais fentimens , que quand le Clergi 
a cefle d'etre redoutable. 
Cell: en priparant ainfi les nou- 
^r^eaut^Si c'elt en nepubliantdes Loix 



ou Prikcipes MS Loix, Xiv^ i//. ff. 

qu'apres les avoir fait defirer , leur 
avoir menage une protedion puiflitnte 
& change la forme du Gouvernement, 
que nous parvinmes k fbrtir de notre 
anarchie. Nous changeames de Relf^ 
^ion & de Gouvernement , fans eprou- 
Ver aucune de ces fecouCfes ou de ces 
convulfions violentes auxquelles les 
aucres Etats ont ete expofes > quand 
ils ont cte partages fur le cuke > ou 
qu'ils ont voulu etablir Tadminiftra- 
tion publique fur de nouveaux prin- 
cipes. Jc nedis point que Guftaveaic 
fait tout cc que hi Patrie^oit en dr^e 
d'exiger de lui ; avec tant die courage ,' 
tant de prudence , tant d'art & a a- 
dreile , y auroit-il eu pour lui quelque 
cntreprifc impraticable •, fi Tintcrct dc 
(a fortune particuliere ne lui avoit 
fait negliger la fortiitie dc TEtat , ocl 
s'il eiit vecu danfs uti CieCtc qui n'oM 
>as ignor^ quelles font les fburces de 
afelicite puDlique? Quoiqu*ii en foit. 
Milord, la Suede eft une grandepreuvC 
que rien n'eft impoflible k lin Legifla-^ 
teur habile y il tient , potir ainfi dire ^ 
notre coeUr & riotre efprit dans (tk 
mains , il peut fai^e des nommes n6^ 
vcaux. ' ' *-*' 

Bv 



I 



/ 



24 ' l>£ LA LiGiSI.ATION> 



« 



CHAPITRE IL 

Ce qu*on nc pent atundn y & u qi^on 

pern efperer dts divers Gouvtrmmens 

comtus tn Europe > retativemcnt a l€ 
U^Jlation. 

Je vous ai ccoutd avec ta plus grande 
attention , dit Milord \ plus vous vous 
^es etendu fur, les fages precautions 
ayeC; kfqudleis un Legiflateur doit 
inenager les vices & les prejuges 
d*un peuple^ &: plus je crains que 
vous n'ayez eu raifon de n'appeller vos 
Loix que d'agr^btes reverie. La re- 
volution de Guftave Vafa prouve 
que rien n^eft impoilible )l un Legif- 
Mjtpur habife y nxais tous les talens 
de ce grand homme n'auroient - its 
pas hi perdus pour fa Patrie y fi ait 
fieu de naitre dans une Nation vio- 
lemment agitee par fes defordres y &c 
dont tes Lmx n'ayoient a^cune con-r 
fiftancei it eiit paru ch/ezivin .peuple 
qip aufoit .tecu ;tranqutitlement an 
:^^eu de fes vices , de fes pre)>igd9 



t • .. T, 




OU PKtVfCt^^ t>ES Loix* LiV. III. 3 1 

& 'des malheurs a^ec lefqucls il au* 
roit ^te familiarift ? Toutc rdfbrmc eft 
praticable fous la maio dun hommo 
de genie; mais il faut qu'il lui foil 
permis d'agir, A rexccprion de la 
Pologne qui eft trop malheureufe 
aujourd'hui pour ne pas fe preter k 
de nouvelles Loix , & ou il pourfoit 
par confequent s'elever un Guftavc 
Vafa •) je ne vois dans toute TEurope 
oue des Gouvememens' propres i d4-» 
fcfperer tous lesi Lycur^ies & too* 
les Solons du mcmdc* 

Je vous en prie , continua Milord ^ 
comment voudriez-vous qu'un S^ultaff 
yvre de fbn pouvoir , & abyme dans 
fignorance 8c la crapnle de fbn (et^' 
rail , qui de vdit' iieti ^ cmi cTbiitenii^ 
ricn , ou qiiri ne vbit & n-entcnd qud 
des femme$' 6c des botntties qui Itii 
fellemblent j 8c qui jovriSenif de ibff> 
pouvoir 8c de fa ftupidit^ ; osat s*ile- 
vcr jufqu'i penfer qu'it eft de foil 
devoir de rendre heureiHx les efckvesi 
da'ii'm£prife1^S(>n ande <ft toute dafis^ 
fes fensy'fe fesfeti^ iraflafiSs ne Ta^ 
^wtiffent^^rien'qucde Tennui qui^ 
Vacc^Ie* Qa&lk autre r^onne peM^ 
if nifditer que ctille d*urle Sultanc^ ct9 

Bv) 



d*un favori qui ne favent pas avec 
aflfez d*art preparer fes plaiiirs , ou 
prevoir fes caprices? Tout Conftan- 
tinpple eft en feu > les Janiflaires 
furieux ont pris les armes ; ik de- 
mandent a grands cris la tece da 
Sultan ou de fon Vifir 5 on veut un 
autre maJtrcj mais perfonnc n*a TeP 
prit de demander un autre Gouver* 
ncment. Voil^ Timage de TEmpirc 
dcs Turcs. Placcz Ik Guftavc Vafa .• 
Qu*y fera-t-il ? Mais Ipyez syr que; 
tous les Sultans & tous les fbts peuples 
de TEurope tie font pas a Conitan- 
tinople. 

Ce qu'on appelle commun6ment 
\mc Monarchic temiperee.^ ne me 
donne pas dc grander efperaoces. Le$ 
ames , il eft yr^i ,; ne font point ^n-r 
core glaceesjpar H craint^; maj^ 
elles font cependant aflfez d6grad^ 
pour ne ricn defircr avec force. Fa-^ 
miliarife avec les abus , & trop 
ignorant pour eq. pr^vojr 1^ foites ^ 
on eft bien pl^s ^^ifpofc % en kifl&r 
aaltre de.nouvcaux, qtfir^prioier les 
^nciens p^r des, .Loix faljyta^res: Jje 
me mets k hi place d^Hp Priincq; qi^ 
commande tine, .. Nation. accpuciAQ^c. 



ou PAincipbs bes Lcix. Uv* in. }t 

1^ s'accommoder de tout. Qu'arrivera^ 
t-il ? Je jouirai d*une fortune & d*une 
ficurit^ aflez grandes pour me croire 
au-defliis de ces Loix , par leiquelles jc 
dois 9 dit-on , me gouvemer , & qui 
contrarient toujours quelqu'une de 
mes paflions. Diftrait par des plaifirs » 
enteurre de flatteurs qui forment une 
barriere entre la v6rit^ & moi ; les 
foibles murmures , les plaintes 1^ 
geres dc mon peuple ne monteront 
point jufqu'aux pieds de mon trone > 
pour m'avertir de mes devoirs. Quand 
rien ne me manque , convenez qu'il 
feroit fort Strange que je m'avis&fle 
de (bupconner que mon Royauihe 
peut avoir des befoins. 

Mais je fuppofe que par un eflbrf 
de genie je me derobe a mes pr£)u- 
g6s , &: veiiille fufpendre quelques 
defbrdres; quelle alarme ne rcpan- 
drai - je pas dans ma Cour ? Ces 
hommes en apparence fi dociles & 
fi rempans, craignent trop que je 
ne fois juftc , pour ne pas faire avoi^, 
tcr mCs genereux projets. Rufe , 
fraude , intrigue j ils tenteront toiitj 
& "je vous avoue qu'il eft trcs-vrair 
femblable que )e n aurai pas le cou^^ 



' DC LA LioiSt ATtdK ^ 

rage 6c la fermete dpnt j'aoirois befbiri 
pour r^uffir. Vous voyczce qui reftil- 
tera de 1^» Tenter inutilement de 
corriger de mauvaifes Loix » . c'eft le^ 
confirmed On s'accoucume a fes 
vices , les abus fe multiplient , &; 
Ics* maux de TEtat deviennent ineu-r 
tables. Tel efl: le progres des paffions 
Uches qui aviliOlent & degradeiit une' 
Nation, que ce que je pourrois en- 
core executer aujourd'hui avec- un 
courage &c une prudence medtocres > 
mon SacceShiir avec les vertus & les 
salens d'un Trajan ou d'un Marc- 
Aurele , n'ofera pas mgme y penfer* 
Paflbns a^eliement daas les pays 
ovl la Puiflance legiflative eft dcpofee 
dans les mains des citoyens. Je ii^is 
que les devoirs de la juftice & de rhu- 
manicc y fbntnnkieux remfdis qu'ail* 
Icurs 5 cependant combien leur conA 
titution n'eft-elle pas encore eloignce 
de ce point de perfedion auquel vous 
^(pirez. Qulraportc que nous ayons 
tin Parlement , & que nous puiffions 
iSlire librement nos Reprcfentaos , li 
nos .moeurs font celles quenoij: abu» 
fiops de notre liberte, & que nous 
vendions nos fufirages i Dans tomes 



OU PjtXNCIPES DES LoOC. /il^« ///• Jf 

ks Nations libres del^Europcravaricc 
ou rambition infede les hommes que 
nous avons charges de nous faire des 
Lx>ix : comment doncpeut-on efp^ret 
au'ils profcriront des paffions dont ils 
iont efclaves ? Plus vous m'avez fait 
fentir le prix de T^galite , moins je 
fuis raflure. Nulle part je ne trouvc 
une balance 6gale entre les difT^rens 
Ordres de I'Etat > chcz nous elie jpexi^ 
che continuellement du c6te du Roi, 
& chez vous du c6t£ de la Noblefle ; 
ainfl les deux Nations les plus libres 
de rcuropaS^ les mieux conftituees , 
tendent continuellement k fe d^for- 
mer •, & bien loin d'efpirer des Lohc 
plus falutaires , je crains la mine ea* 
tiere de celles que notis avons* 

Ce ne font pasnos moeurs fculer^ 
pourfuivit Milord, ni les vices dc 
nos Gouvernemens qili m^eflfhiyent^ 
c'eft I'etendue meme des Etats qui 
m'ote toute cfbcrance. Creez a votrc 
6 des Arifticles , des Epaminbndas , 
es Catons ; repandez--en un douzainc 
on deux en Suede &: en Angleterre ; 
& vous verrez qac nous n'en ferons 
pas plusavanc&quauparavant* Je vais 
plus loin y &: quand ces fages fcrpient 



£ 



4^ De LA Lbgislatiok^ 

charges de nous donner des Loix , jc 

Sageroisque nous trouverionslefecrct 
Y defobcin En effct , quel homme 
peuc avoir aflez de g^nie & de cou- 
rage pour imprimcr un mouvcmcnt 
nouveau , & donner de nouvellcs 
mdeurs k cette maflfe enorme de 
grandes Provinces qui ne compofent 
qu*une feule Socictc ? U fuccombera 
ndceflairement fbus le poids d'une 
pareille cntreprife. Si un ancien , je 
crois que c*eft Ariftote , a eu raifon 
de dire qu*un Dieu mcme nc pour- 
roit etabiir une bonne police dans 
une Cite trop nombreufe : que pen- 
feroit-il de nos vaftes Etats y oi\ le 
vce s'accredite fi aifement dans Tobi^ 
curit^ , & n'eft fouvent connu des 
Magiftracs que quand il eft aflez fort 
pour les braver? 

Les petites ^epubliques des anciens 
avoienr un grand avantage fur nos 
Etats modcrnes , qui font fi fiers da 
CCS grandes poflfeffions qui les affoi-*. 
bliflent , en relachant tous les reflbrts 
du Gouvernement. La mediocriti d© 
leur fortune moderpit les defirs dc^ 
Magiftrats & des Citoyensj on y itohf 
plutot ambitieux qu'avare. En Europ^ 



ou Principes des Loix. Z/V. i//. 4» 

tou$ nos voeux font immodcres. Lcs 
Etats qui fe croycnt forts font des 
cntreprifes au-deflus de Icurs forces » 
& lcs citovens nc font qu'avares- Lc 
petit nomore des citoycns n'en comj 
pofoit en quelque forte qii'une feule 
famille. lis fe connoiflbient tous j ils 
pouvoient s'entendrc aifement & fc 
concilier. Aujourd'hui une Socicte 
eft , pour ainfi dire , compofte dc 
plufieurs peuplcs qui ont , ou croyent 
avoir des interets oppofes, Les Co- 
rnices des anciens etant trcs - fr^- 
quentes , parce qu'elles pouvoient 
s'aflembler fans peine & fans frais ; 
les interets publics n*6t6ient jamais 
oublies. Pour nos aflembldes g6n6- 
rales 9 elles font a charge aux citoyens, 
par confequent elles font tares ; & 
on y arrive plus plein de fes affaires 
domeftiques que de celles de la Pa- 
trie. Autrefois , fi une Republique 
avoir un vice , fouvent tous les ci- 
toyens en fouffroient, & faifant un 
effort general pour fe corriger , il 
ctoit bien difficile qu'on ne trouvat 
pas enfin un remede a fes maux. II 
ne falloit qtfun bon citoycn , un bon 
Magiftrat, un bon moment pour faire 



41 DE lA LicXSLATIOll, 

prendre une rcfolution falutaire, C'eft 
ainfi qu*en un jour Lycufguc fit dc 
Lacedemdnc unc R^publiqne nou- 
velle. Ceft ainfi que les differetis 
partis qui divifoicnt Athenes fe laf- 
lercnt cnfin de leurs haines , & con- 
vinrent de prendre Solon pour arbitre, 
& d'ob^ir aux Loix qu'il leur difte- 
roit. Enfin . c'eft aififi que les Romains, 
avant qu'ils fc fiiflcnt agrandis & cor- 
rompus par leurs conquetes , trouve- 
rent toujours , dans la lagefle de leurs 
Magiftrats, un remede efficace pour 
tous leurs maux. Chez nous , au con- 
traire 5 tout eft fi bien ordonnc que ce 
qui fait le malheur des uns fait le bon- 
heur des kutres. La conftitution n'a 
pas un vice qui ne foit avantageux a 
un grand nombre de citoyens j & 
comptez que plus ce vice fera confi- 
d^rable, plus fes protedeurs feront 
puiflans. En voyarit ce qull feudroit 
xaire , jamais on ne le fera. Un abus 
difparoit ^ mais il n'a {>as ete corrigc ; 
un autre abus lui a fucc6de , &r nous 
aurions a la fois tous les vices , (1 
heureufement ils n'^toient pas tels , 
gtfils ne pcuvent point fubnftcr en- 
lemble. • 



ot; Principes des Loix. Liv. IIL 4 ^ 

Courage , Milord , r^pondit notro 
Philofopne , il me femble que vous 
avez fait des progres aflez rapides 
dans la bonne dodrinew Mais per- 
mettez - moi de vous le dire , peut-- 
ctre donnez-vous aux anciens quel- 

2ues eloges qu'ils ne m^ritent pas, 
r pent - etrc difcfpirez - vous trop 
aifement des modernes. Si vous me 
tranfportez ^ Conftantinople ou dans 
quelqu'autre pays abruti par le def- 
potifine^ je conviendrai fans peine 
qu'il nY faut attendre aucune revo- 
lution heureufe. Mais il n'en eft 
tout- ^- fait de m6me k f6gard 
Monarchies que vous appelles tem« 
p6r^es. Si rien ne s'oppofe k la pente 
naturelle de ce Gouvernement , j*a- 
voue qu'il devicndra en peu de tems 
le defpotifme de Turquie & de Perfc, 
C'cft id que j'implore les caprices 
heureux de la fortune. Puifque le 
nom du defpotifme eft odieux dans 
ces Monarchtes temp£r£es ^ puifque 
le Prince fc fbumet encore k de cer- 
taines (brmalit^ ; puifqu'il daigne 
ccouter des remontrances > puifque 
Tefprit de la Nation eft encore un 
frcin capable de Varriter & de fy£i 




44 ^^ tA LiciSLATIOl^^ 

pendre les abus ; pourquoi ces moeurs 

nationales nc pour roient-cUes pas cau- 

fer unc revolution? C'eft ainfique fous 

Jacques I. vous commentates k vous 

plaindre du joug rigoureux que vous 

portiez depuis le regne de Henri VIII , 

& vous ctes parvenus k le fecouer. Ceft 

ainfi que vous avez vu fe former une 

Republique dans les Pays-has , qjuand 

Philippe IL traitaen cfclaves dcsnom- 

mes qui n'etoient pas encore familia- 

rifts avec Tefclavage. S'il fuffit d'un 

Jacques I. ou d'un Philippe IL Princes 

ui ne font pas rares , pour produirc 

€ grands cmngemens ; vous voyez » 

dit notrc Pbilolophe en riant, qu*il 

nc faut d6fefp6rcr de rien, Mais par- 

lorts ferieufement. Sans prendre les 

armes , fans faire la guerre civile , 

parti que je condamnc pour cent rai- 

lons , & que jc crois tres-dangereux 

dans une Monarchic oii le Prince tient 

cntre ks mains routes les richeffes & 

toutes les forces de TEtat; pourquoi 

ne rcfteroit-il aucune reflburce a une 

Nation qui eft fur le penchant de fa 

mine ? 

Toutbienconfidcrc, bien pcfc, bien 
ejLWvnc^ on trouve dans VHiftoire 



a 



ou PRmciPES D£s Loix. liv. in. 45 

quelqucs Princes qui , ayant la (agedc 
aetre effiray es de leur toute^poifl&nce , 
en ont remis volontairement unc 
partie a leur Nadoiu Pourqooi ce qui 
eft deja arriv^ n'arriveroiMl pas en- 
core ? Calculez , (i vous le voulez , 
combien il faut de fiecles pour pro- 
duire un Theoponu>e , un Trajan , 
un Antonin , un Qurlemagne , je 
vous acporderai tout le terns que vous 
me demanderez ; mais enfin ces j^ands 
hommes peuvent renaitre > & |e (up- 
pofe qu'il en naifle un fur le tr6ne d'unc 
Monarchie temp^^e : void mes rai- 
fonnemens. D^aDord il ne fera point 
gate par fon education, parce que ces 
ames fuperieures tiennent tout a elles- 
memes , s elevent par leurs propres 
forces & ne cedent point k I'exemple. 
JTefpere enfuite qu'on luidiraau moins 
une fois qu'on n eft pas Roi feulement 
pour Ton plaiiir , & qu'un Prince eft 
oblige de rendre f^ fujets heureux* 
Cette verite ne fera pas perdue. A 
peine mon jeune Monarque com- 
mcncera-t-il^ peflediir , qu'il (entira 
toute Tetendue de fcs devoirs* On 
^ura beau lui dire qu'il eft Timage de 
Dieu fur la terre » u vcrr^ bien qu'il 




j^6 DE LA Legislation. 

n'cfl: qu'un homme , & qu*cn fe char- 
gcant dc tout fairc dans fon Royaume, 
il fe reduit k la condition humiliante 
d'un automate qui n'agit que par dcs 
impreffions & des mouvemens etran* 
gers. Bientot la grande ame fe de- 

Sloie , & mon h^ros ne fe charge que 
'un fardeau qu'il puiflc porter. 
Tenant cepcndant par quelque fil 
aux foiblefles de Thumanit^ , ce ne 
(era point fans unc forte d*<h:onnement 
qu'il balancera a fe depouiller de (a 
coute-puiflance y mais la magnanimite 
Femportera cnfin fur la vanit6. II 
verra qu'en fe demettant de fon pou- 
voir , li Taugmentera encore ,, &* que 
fes dijets , conduits par Tamour , la 
confiance , Teftiine , le refped & la 
veneration , fe prccipiteront a fcs 
pieds. Toute Tenergie de fon ame fe 
montrera alors ; il jouira du pouvoir 
le plus etendu que puifle pofleder un 
homme , de la eloire d'avoir fait unc 
Nation libre , oii plaifir d*avoir affer- 
mi la fortune de fa maifon , &• dc 
penfer que Ics generations vertueufes 
& heurcufes qui vont fe fucc6der , 
(cront fon ouvrage. Croyez-vous, 
Milord , que mon Thcopompe ou 



t 



ou Principes des Loix. Uv.UL 47 

mon Charlemagne nepuifle pas triom- 

Eher de la corruption de fa Cour , tc 
rifer tous les obuacles qu'on voudroit 
lui oppofer ? Voyez cc que Pierre 1. 
a fait chez les Ruiles. Le Prince que 
)e vous predis , fera , fans doute , 
routes les reflexions que nous venons 
de faire. N'en doutez pas. C'eft dans 
la nature m6me de Thonune & de la 
fociete, qu'il puifera fes Loix. En eta- 
bli(Iant le grand interet du bien pu- 
blic , en nous le faiGmt aimer , il nous 
detachera fans efibrc dc tous ces pe-* 
tits vices obfcurs & bas qui nous licnc 
ii etroitemcnt a nocre interet per* 
fonnel. 

Quoiqu'il en foit du (brt qui attend 
ies Monarchies temperees , il s'en faut 
bi,en que je defe^re des peuples li- 
bres. Je vois, comme vous^ en An* 
gleterre &: en Siiede » trop d'in^galite 
entre les diflfirens Ordres de TEtat ; 
ce vice de notre conftitution produit 
de grands maux 9 il en produira de 
plus grands encore s'il augmente ; 
mais rHiftoire Romaine vient encore 
^ mon fecours., & m*apprend qu'il 
pcut etre corrigc. Les Patriciens $'6- 
(oient empar^ de route Tautorit^ que 




^i DE LA Legislation, 

Ics Roisavoientufitrpee , ^vous (avcz 
avcc quelle vigueur ils en ufoient 
quand ils apparent la mort dc Tar- 
quin* Voila des maux extremes , la 
tyrannie paroit inevitable , & pour 
voir s'clcvcr la libcrte , il ne faut cc- 
pendant que porter la Loi qui creera 
Ic Tribunat. Analyfez , Milord , THit 
toire Romaine i rccherchez la caufe 
de cette revolution qui fit prendre a 
la Rcpublique une face nouvcUe , & 
vous n*cn trouverez point d'autre que 
Tamour de la liberte &* des Loix. 
Des qu'il y a des Tribuns , le peuple 
commence k aimer une Patrie oii 
il ne craindra ni injuftice ni vexa- 
tion. Les Grands , avertis qu'un Ma- 
giftrat veille a la porfe du ^enat poui: 
$*oppofer k leurs d^crets s'ils bleflenft 
la aignit6 du jpeuple , agiffcnt ave6 
plus de circonfpedion , & leur timi4 
dite les prepare ietrc juftes. Lesmoeur$ 
changent infenfiblement, & Tegalitc 
la plus parfaitc eft enfin etablie. 

Or je vous Ic demande , Milord , 
Tamour de la liberte & des Loix eft-il 
cteint en Angleterre ? Get amour 
n'eft-il pas un furveillaht tou jours 
attoctif a la conduite du Miniftcre? 

n'cmpeche-t-il 




OD Prin^ipes des Loix. Zm ///. '49 

N*empcche-t41 pas que Ic Roi ric fc fcrve 
des avantages de fa pr^ogative , pour 
etendre fonautorite? Je ne me fierois 
pas a votre Parlemcnt , il peut Strc achc- 
te , il pent ctrc corronl^ , il peut vcn- 
dre la Nation ; & vos moeurs & vos 
richeflcs ne fe pretent que trop a cc 
trafic abominable. Mais a votre anciea 
parti des Wighs & des Thoris , a fuc- 
cede ce que vous appellez le {>arti dc 
rOppofition ; & voilk votre Tribunat. 
Je (ais que le pafti de TOppofitioa 
n*eft pas compofc des plus hbnnetes 
gens du monde , & que la plupart ne 
tont tant de bruit que pour (e fairc 
craindre & fc vendre plus chcrcment ; 
mais croyez-vous que les Tribuns de 
la Republique Romaine fuflent les ci- 




triciens , & tendoit a Tegalitc 5 dc 
mcme Tambition & Tavarice de vos 
Oppofans cftunebarriere contre Tam- 
bition du Roi & Tavarice des membres 
du Parlemcnt qui fe vendent. L'Oppo- 
fition eft Tame de TAngletcrrc , elle 
la ticnt attentive i fes intcrcts , elle 
reunit fes forces , &c dans le cas ou le 
JL Partic. C 




" 59 ^^ ^^ LiciSLATIONf 

Roiprofitsroic avec aflez d'art de fa 
puiflance pour conjurer , de concert 
avec le Parlemenc , la ruine de la 
libcrtc , Ics Qppofans jctteroicnt Ta- 
larme ; il k fcimit une revolution : &c 
pourquoi vos compatriotes n'en pro- 
&eroient-ils pas pour etablir le Gou- 
vernemcnt fur de plus fages propor- 
tions. 

On nc Ta pas fait encore , me di- 
rez- vous , j'en conviens j mais faut-il en 
conclure qu'on ne le fera pas ? Avant 
Je Tribunat dc Licinius Stolon , les 
Plebc;yens de Rome n'avoient pu par- 
vcnir i partager avec les Patriciens , 
les Magiftratures curules j falloit-il 
en conclure que cet honneur leur 
feroit toujours refufii? Qninze jo^urs 
avant la mort de Charles XII. qui 
auroit pu prevoir que nous touchions 
au moment d ctre le peuple le plus 
libre de TEurope ? Ce qu on croit im- 
poffible aujourd'hui , arrivera peut- 
Itre demain, C'eft un bon augure pour 
I'avenir que cette efpece d'obfcurite 
ou la prerogative royal e & les privi- 
leges ae la Nation fe trouvent enve- 
loppesparmi vous. N'eft-ce pas beau- 
coup que Tembarras &( Vincerutude 



ou PjoNciPEs MS Loix.I/V. III. 51 • 

de vos Jufifconfultes , quand ils veu- 
lent en fixer les bornes refpedives ? 
Get embarrass cette incertitude vous 
les devez au parti de TOppofition 5 
c'eft une prciive que la lioerte na- 
tionale a autUnt de partilans que la 
prerogative royale. Les armees , fi jc 

f»uis parler ainfi , font en prefence \ 
e Roi a de meilleures armes que la 
Nation , il eft vraifemblable qtfil 
vaincra , mais ce n'eft pas cependant 
une viiftoire certaine. 
Avec lefecours de votre Oppofition, 
Milord , . vos compatriotes nc peuvent 
trembler pour leur liberty , que quand 
ils auront affaire k un Prince aifez nardi- 
^aflfezambitieux pour vouloir decider 
|rar la force la grande queftion de fc$ 
droits ; & alors je ne vous vois de 
feflburce que dans un courage heroi- 
que. Mais daiis un terns calme , dans 
un terns ordinaire , votre Gouver- 
fietnent en equilibre entre la Monar- 
chie abfolue oc la franche R^publi- 
•que , ne penche daucun cote. Si vous 
en profitcz pour dimihuer infenfible- 
inent la prerogative royale, vous 
verrexbientot. Milord , qu'avec de 
iiouveUes Loix vous pcrdrez prompte- 



• 5*- ^^ ^^ LBGISLATIONi' • 

mentcesmoeursquivoiis ^pkauvantent; 
& qui font fi fi^vorables aux dcflcins de 
U Cour. Dcs que Ic Prince nefera plus 
afles^ riche pour corrompre le Parle- 
ment ; de$ que les forces qu'il com- 
iliande ne ppurront plus lui donner 
dc trop grades efperances j foyez sArs 
que vpus prendrez fans eftort des 
mceur$ convenables i votre libcrtc* 
Vous connoitrez les errcurs dc la po^ 
litiqme qui vous a conduits jufqu'ici , 
& vous trouverez le bonbeur qui eft . 
deA;in^^3( )iotpmes, 

A regard de ma Patrie , ce n'eft 
point rAriftpcratie que je redoute. Jq 
lais bien que la Noblefle ne s'pmparerij 
pas de U puiflance publique > jamais; 
il ne lui viendra dans Tefprit d*e^i-? 
ployer la force pour fervir fon am- 
bition ; & il eft impoffible que par 
des voies d'artifice & de corruption ., 
elle parvienne a fe faire deferer par 
la diete la fouverainet^. Mais je crains 
cette vanite que nous donnent des pri- 
vileges particuliers ; elle ne nuit pas 
4 U liberty pubtique , mais elle nous 
Qtnpeche de jouir des avantages dont 
notre Gouvernement eft fufceptiblc, 
Je voudrpis que neus perdiiUons nps 




ov Pkmcipts Dfis Loric. Lii^. 111. $i 

prerogatives , barce du'cUes rallehttO- 
lent labtrc ^mulariori, Knc pcrmettent 

f>as i tbus Ics Ol^dfeS d'aimer cgalement 
eiir Patric* Enfin , Milord , fongez , 
pour votre confolation , que dans toiis 
ies pays libres ^ la liberte ptoduira 
toujours quclqucs-iines de ces amcs 
fortes qui ibnt incorruptibles , & qui 
n'aimeht que Ic bien.Quand ies moeurs 
font corrompus j ii reftc en<*ore qtiel-^ 
que reflburce* II n'y a pas jufqu'aux 
intrigans memes qiii ne puiflent fervir 
Icur Patrie ; ii n'y a pas jufqn'i ua 
•V... dont on ne puifle tircr parti* 
Des fripons , obliges dc fe dcguiler & 
de nlontrer ies fentimens Ies plus lion^ 
n^es poUrs'accr^ditcr, ne rappellent' 
lis pas tous Ies jours Ies principes de la 
plus faine politique ? & ils empcchc- 
ront qu*ils ne foient oubli^s. 

Plus Ies Etats font etendus , plus 
Ics abus s'y gliflcnt facilement ; on 
ne pcut nier cctte viritL Quelquc 
vafte ccpendant que (bit un Empire, 
le nombre ni Titendue dc fcs pro- 
vinces n'oppofent pas A la politique 
des obftacics infurmontablcs , ioit 
qu*on Veuille le reformer , foit qu'on 
veuillefimplemcnty conferverle bon 

Ciij . 




54 I>E I'A LiciSLATIOKj 

ordrc. Les hommesont p^- tout la 
xn£me raifon , , les mimes boipmfi, les 
mimes qualites fociales & le principe 
des mimes paffions -, voila un grand 
point dc reunion. Un Legiflataw- ha- 
bile en ne donnant k differences pro- 
vinces que les mimes Loix, le raeme 
Gouvernement & le mime int^rit , 

{jeut n'en former qu'un f^ul Etat dont 
cs refforts & les mouvemens, feront 
riguliers. A force d'art il peut oppo- 
fer aux abus qui naiflent dans une 
fociet^ etendue , des Magiftrats auffi 
vigilans que ceux d*une petite Rcpu- 
blique. II ne faut 3 pour riuflir dan$ 
fiettc entreprife , que dicorivpofer , 
pour ainfi .dire j, un Etat , &: faire de 
toutes fes provinces autant de Repu- 
bliques fed^ratives. Leur union tera 
leurs forces au dehors , & la mediocre 
etendue de leur territoire fcra leur 
silrete au^dedans.; 

Charlemagne nous offre Texemplc 
8c le modele de cette poHtique. II 
commenca par divifer les terres de fa 
domination en cent provinces iiS6- 
rcnres ; tout fbn fecret fut d*y for- 
mer des aflemblees particulieres , o\i 
tous les Ordres des - citoijrens furcor 



6v PiONciPES DBS Loix. Liv* UL 5 5 

admis \ & qui f urent charges de veit- 
ler a tous Ics befoins de leur diftrid^ y 
d'y reprimer les abus &: d'y faire 
refpeder les Loix. Par ce partagc 
chaque province prit fans efibrt le 
mouvement qu*on vouloit lui impri* 
mer , & TEmpire cnticr cut un nouvel 
efprit & de nouvelles moeurs, Ce Gou* 
vernement auroit etc folidement af- 
iermi , fi les circonftances nulheu- 
reufcs ou Charlemaene fe trouva^, 
lui euilent permis de faire tous les 
ecabliflemens que lui didoit fa fagelle; 
ou fi fon fils eiit etc aflez courageux 
& aflez eclaire pour mettre la derniere 
main a ce grand ouvrage ; je veux 
dire pour conferver a chaque pro- 
vince fa forme de Republique , & faire 
refpeder ces champs de May ou ccs 
aflcmblees generalcs qui Icrvoient 
^de lien k routes les parties de TEm- 
pire ) en ne leur donnant qu'un m^me 
inter<t. 

Athenes , Corinthe , Thebes & les 
autres Rcpubliques de la Grice ctoient, 
par les raifons que vou« avez dites » 
plus fufceptibles d une rcforme , que 
de grands Etatsj mais je vous prie de 
remarquer^ Milord , que lesm^mes 

Civ 



5^ I>~£ LA LiciSIATION i 

^aufes qui les rendoient plus propres 
^ fc corrigcr de leurs vices , contri- 
buoicnt audi a rendre leurs Loix plus 
inccrtaines 8c plus flottantes. De-la 
<:ette inconftance dans Ics principcs 
dc Icur Gouvernement ; de- la ces fac- 
tions qui fe fuccedoient tour-a-tour , 
& qui , en detruifant tour-a-tour tou- 
te$ les Loix qui leur etoient contrai- 
xes , n'en laiUbient eniin lubiifter au* 
cune. Quand tous les citoyens d'une 
Republique font aflembles , TEtat 
a'a plus de frcin. Qui pent modercr 
:fe$ caprices? Qui peut lui prefcrirc 
•des Loix? Qui peut I'obliger aob^ir a 
:celles qu'il a taites? N'eft-il pas Ic 
maicre de les changer ^ de tout dif- 
ibudre & de donner , en un mot , 
une nouvclle forme au Gouverne- 
ment? A qui doit-il comptc de fa 
conduite? Cequi eft arrive dans plu- 
;fieurs Republiques ancicnnes , eft une 
preuve que dans un moment de fer- 
mentation , d'cnthoufiafmc , de colerc 
.ou de reconnoiflance , les Ix)ix les 
,plus fages &: les plus refpcA^es n'y 
ctoient pas toujours en surete. U n*cn 
eft pas ae mcme dans les pays o\i la 
^^a4:ion. trop nombrcufc n'eft a(Tcm- 



OU PAfKCIPErBES Loix. Uv. III. 5 7 

blee que par fes Reprefentans ; ces 
dietes font moins hardies , moios ca- 
pricieufcs , moins legeres , moins 
mconftantes , parce qu'ellcs ont un 
cenfeur dans le Cotps de la Nation 
qui les obferve. Des deputes qui 
jiaturellement doivent dcfirer Teftimc 
^e leurs commcttans , & qui pouvant 
en etre d6favoues , ont fans effort une 
Circoflffpeftion & une rctenuc que les 
Atheniens , par cxemple , ne pou- 
voient point avoir dans Icur place 
publique. lis font fbumis aux regies 
^ablies ; s'ils les violent , leurs ades 
font nuls ) &: le cri de la Nation les 
av^rtit qu'ils opt trahi leur devoir. Je 
croirois , pour le dire en paflant , que 
les Loix auroient eu plus de ftabifitc 
dans les Republiqucs anciennes , fi , au 
lieu d'affembler tons les citoyens dans 
la place publique , le people divifit 
en Tribu« comme nous le fommes 
en Provinces , en Comtes ou en clafles 
differentes de citoyens , n*eilt eu dans 
fes Cornices qu'un certain nombrc 
de Reprefentans. Peut-ctrc qu*on an- 
roit alors reprocbe i la Democratic 
moins de ces vices qui Tont li foi*^ 
vent perdue. 

Cv 



fS DE tA LlGIStATIORi 



C H A P I T R E 1 I L 

Des rhgUs gineraUf quf la Pmffam^ 
Ufffiativt doit ft prefcrin a elUr-mimi 
pour tH pas s'lganr. Prindpts %lnl-r 
ranx par Ufquils die doit jugtr JU^ 
PimpoTtanu & dcU niuffiti dc chaque^ 
Lou 

JruisQuE vous le voulcz ^ rcprir 
Milord , il faut bicn confentir a cc 
que quelques Etats deTEuropc r&a- 
bliflent les Loix que vous aitnez ; 'fy 
confens : ils s^appfiqueront i reprimcr 
Pavaricc & rambition ; voiliun wand 
edifice eleve , mais il fera peu foiide. 
N'etant pas poffible de profcrire la 
propriete qu'accompagne toujours Ti- 
negalit^ des fortunes & des conditions y. 
vous devez vous attendreque Tavaricc 
Sc Tambition luttcront encore four- 
dement contre le L^giflatcur. Ce que 
ces paffions irigi6nicmcs ^ adives & 
puiflTantes ont fait a Sparte ; ce qu elles 
ont fait 4 Rome, m'apprendce qu^cllcs 
feront encore dans la Rcpublique que 



OV PRINCIPES DBS LoiX. Liv. III. 59 

vous vous etes donne la peine d'ima- 
giner , & que vous ne vous flattcz 
pas fans doute de porter a un plus 
haut degre de perredion. Ces p^- 
fions ne le montreront d*abord qu'avcSc 
unc forte de pudeur & de retenue , 
elles fe deguiferont , elles prendrotit 
meme le mafque de quelque vcrtu 
pour trompcrles Magiftrats oc fcfairc 
louffrir. Elles remperont humblement 
pour fe mettre en 6tat d'clevcr uiie 
tete altiere contre les Loix , & en )es 
foulant enfin aux pieds , elles entral- 
neront les Magiftrats & les Lc^ifla- 
tcurs. Je fuis fache de vous predire la 
decadence de votre Republique \ 
mais vbyez avec quel art Vambition 
de Lyfander a corroinpu Jes Laccdi- 
moniens. Ceft fous pr^texte de fcrvhr 
leur amour de la gloire.&r de la Pa- 
trie , qu'il les rend avarc^^, & c'cft 
en feignant de perfcftionner les infti- 
tutions de Lycurguc qu'il les detruiiu 
Chez les Romains on commenca par 
depouiller la vertu d'une certain eau£> 
teritc qui lui donne de la force , & 
on crut qu'on ne faifoit qu*adoucir%'$ 
mceurs. Elles s'adoucirent en efi^t > l6s 
Magiftrats s'accoutumerent malgi^i 

Cvj 



fO ©E LA' LEGISLATION,^ 

eux 4 lindulgence , & une veritable 
corruption en fut la fuite neceflaire. 
Que voulez - vous aue jc vous dife ? 
Les Loix s'ufent inlenfiblcmcnt , & 
quand I'Etat commence k s'appercc* 
voir de fa decadence , il n'eft deja 
;^plus terns d'y remedier. 

Vous ne craindriez pas , Milord , 
i^pondit notre Philofophe , que 1^ 
pafiions triomphaflent des Loix , fi 
. IsL Puiflance legiflative s*acquittoit dc 
tous fes devoirs , ou comimen^oit k 
.slmpofer i cUe-mcme des regies pour 
ne pas s'egarer dans fa marcbe. Nos 
paffionsfontpleinesderufe , d'adrefle, 
d'artifice i mais c'eft devant un L6- 
giflateur qui ne leur fait pas fentir que 
tout ce manege ne fera bon k rien^ 
Nos/paffions ^nt trop habiles pour 
Ic proj)ofer long-terns un but qu'il leur 
icroit impc^ble d'atteindre 5 leur ac- 
pviteefttoujoi;irspiropartionnce k leur 
efperance de reuflir.. En me difant , 
"Milord , que les. Loix s*ufent , j'avoue 
que Jcn'e wends pas. bien ce que vous 
voulez. me dipfc. Entendez-vous que 
ICitemsufe le&Loix comme des meu- 
btes &^ mon Eabit ? Je vous repondrai 
qtic le tems , aw contraire j donne dc 



% 



ou Principes DBS Loix. Xiy. ///. 6i 

Isr force aux Loix > & les rend pius 
icberes & plus refpedables ; parce que 
rbabitudc a un pouvoir mervcilleax 
fur nous. Dcs Loix etablies par an 

f>rejugc , uncanode , un caprice , $*u- 
ent & s'affoibliffent dc jour en jour 5 
c'eft que de jour en jour on s^apper^oif 
davantage de leur inutility* Mais des 
Loix qui nous raprocheroient des vues 
de la nature , des Loix veritablement 
utiles a la fociete ; leur autorite s'af- 
fermiroit , au contraire , de jour en 
pur y a la Puiflance legiflative ne con- 
couroit elle-meme a les aflbiblir par 
fa mauvaife conduite. 
. Vous me demanderez quelles font 
done ces regies que le Legiflateur doit 
d'abord s'impofer k lui - mcme : ks 
voici. Son premier foin doit ctre dr 
meritcr la confiance publique & dc 
fe faire refpeder. Une Nation qui »e 
contribue en rien aux Loix , ne man- 
quera jamais de les prendre pour un 
joug incommode, Elle fe defiera ton- 
jours d'un Prince &: dun Senat dc: 
]?atriciens qui veulent decider de fba 
fort. Cette defiance ote aux Loix leur 
force dans le moment mcme oii elle& 
font publiees. Citez-moi quelque. 



it DC tA LiGISlATlOVi 

Ariftocratie , &far*toutquelc[uc Mo- 
narchie ovk les Loix aietit £te obfer- 
vies pendant quelque-^tems avec une 
forte de religion. La ligcretc avec 
laquelle on les multiplie 5 d^rade le 
L6^iflateur ; il a beau aflurer que Ton 
Edit irrevocable eft fait pour fubfifter 
iternellement ; on ne ie croira pas i 
on fait , par experience , que Tou vragc 
d*ua caprice doit £tre bient6t detruit 
par un autre caprice. Auffi voit - on 
quelquefois aue des Princes decries 
font obliges ae con voquer des aflcm- 
blees de Notables ou meme des Etats^ 
Gineraux pour terminer les troubles 
oik Tirrigulariti &c la confiifion de 
leurs Loix ont )ettc le Gouvernement. 
Je conclus de-li , Milord , qu'un 

Eeuple n'aura de confiance en fes 
oix , qu'autant qtf il fcra lui-m^me 
fon propre Ligiflateun Ne craignez 
pas cependant que je confic la Puif^ 
iance Ligiflative k la multitude. LUif- 
toire de la Grcce m'a trop appris com- 
bicn la Democratic eft capricieufe , 
volage & tyrannique. Quand le peu- 
ple mt fes Loix ^ il ne manque jamais 
de les mcprifer ; parce que c'eft I'intri- 
guc , Tengouement , la precipitation , 



OU PRINCIMS DEsLoiX. XlVJ//. (f 

la cabale *, ou refprit de parti qui tn 
a publiees. Cell done aux homines 
que chaque Ordre a choi(i pour Ic re<- 
prefcnter , que ccttc autorite (upr&mc 
doit ctre confine. Jc vous avertis memei 
que je fcrai prevcnu pcu favorable-' 
ment pour cctte augufte aflembUe^ 
li elle n'eft pas foumife a de certai- 
nes formalites qui me repondeiK en 
quelque forte de la fageffe avec la- 
quelle elle procedera dans fes opera- 
tions; Que rien ne puifle fe d^der 
par acclamation. Que le projet d'unc 
Loi nouvelle ou d'une Loi qu'on vcur 
corriger, foit remis k un Comite chargi 
d'en raire Texamen- Huit jours apres 
que les Commiflaircs auront fait leur 
rapport, ilfera permisacbaquemem- 
bre de Taflemblce de parler pour ou 
contre la Loi; on laiflera encore paffer 
Jt^uitjours avant qued'alter aux opinions* 
1a puiflance legiflative ne fauroit trop 
rcnechir , & , fi jc puis parler ainfi , 
fe replier fur elle - meme. Alors on 
recueillera les fuffrages de la maniere 
la plus propre i entretenir Pordre & 
prevenir la confufion. 

En empechant qu*on ne fe livre k 
Tengouement & a renthoufiafme y 



^4 l>S I'A L^CISLATXOK 5 

crai^cz dc lafler & de fatigucf le$ 
efprits. J'aimc ^ez cette Loi Polo- 
noife qui defend dc dclibercr aux 
lumiercs. En cffet , Milord , Tatten- 
tion des hommes a fes homes ; & s'il 
eft ridicule de fixer le ttms que doit 
durer unc dicte , il eft fage de limiter 
celui de chaque feance. J'ai de la 
peine 4. comprendre comment vos 
compatriotes , qui ne fortent qucl- 
quefois du Parlement qu'^ deux ou 
trois heures du matin , ont pu confer- 
ver cette fraichcur de tete que doit 
avoir un L^giflateur. J*ai peur que 
dans c^s feances ctemelles la raiibn 
n'accorde, par laffitude , tout ce que 
Topiniatrete demande. 

bi chaque depute n'a pas le droit 
dc propofer k Ion gri unc Loi nou- 
YcUe ou la reformation d*une ancicn- 
ne 9 vous expofez la Puiflance legifla-^ 
tive aux plaintcs d'unc partiedc TEtat. 
S'il faut-dcs formalites pour obtenir 
cette permiffion , vous ou vrez la portc 
a Tintriguc ; & I'intrigue nc fera ja- 
mais que des Loix injuftes* Un de- 
pute qui ne depend point de fes com- 
mettans , pent croire qu'il a une 
autorite qui lui eft proprc , & trahif 



0U PRINCIPES DEsLoiX.i/v. ///. tf J 

Icurs interets. Qu'il nc puifle done 
faire quclque demande qn'autant qu'il 
y fera autorife par fcs inftruftions. 
Cctte methodc licra plus etroitement 
les citoycns a la Puiflance legiflativc, 
clle attachera les Rcprefcntans a leur 
devoir , la confiance naitra , & les 
Loix fcront plus refpedees. 

Je n'entends point la penfeedequel- 
ques Politiques qui recommahdent 
a la Puiflance legiflative de s'cxpri- 
mer avec unc majeftueufe bricvctc ; ils 
veulent que la Loi fe contente d'or- 
donner ou de defendre. Mais (i le 
Legiflateur n'eft pas d'unc efpecc fu- 
perieure i Thomme , pourquoi de- 
daigneroit-il de motiver fes ordrcs ? 
Parlant k des etres raiibnnables 5 & 
ctant lui-mcme fujet a Terreur , n*cft- 
il pas de foa devoir de convaincre la 
raifon de ceux qui doivent obeir , ic 
de profiterde leurs lumieres ? Une Loi 
qui difcute avec moi mes propres in- 
terets , me previent en fa faveur ; jc 
crois entendre les confeils d*un ami , 
& non pas la yoix imperieufe d*un 
maitre; j*ob^s^vec zele , ou du moins 
fans repugance ; & le Legiflateur nc 
perd fa majeftueufe brie v etc que pour 



66 BE LA Legislation 9 

acqueriji^ plus d'cmpirc fur mon e^rit, 
C'eft k ccttc ftchercflc des Loix que 
je ferois tcnte d'attribucr unc grandc 
partie des vices dc la Legiflation. Dc 

auel fro0t auroit-on ofe publier tant 
e Loix qui offenfcnt & aeshonorent 
rhumanite , fi on eut ete oblige d'ex- 

fofer les motifs qui les didoient } Lc 
rince le plus ignorant & le plus cf- 
clave de fes paffions , auroit rougi 
lui-meme des raifonnemens abfurdes 
&* fopbifHques dont il auroit tache de 
couvrir fes injuftices j & les peuplds 
mieux inftruits auroient et^ plus ref* 
pedes , ou du moins plus m^ages* 
Jamais TeJprit de la Loi ifauroit 6ti 
douteux ni equivoque ; peu de Loix 
par confequent nous auroient fuffi. 
Ceft en abandonnant les regies de 
notre conduite &c de nos droits aux 
difcuflions int^reflScs des citoyens & 
des jurifconfultes , que nous jfommes 
en quelque forte parvenus i n'avoir 
plus de Loix , en ^tant aceablcs fous 
le nombre des volumes monftrueux 
qui les jTcnfermcnt. Quelque dcmandc 
qu on fafle , quelque droit qu*on d^- 
fende , on aura des Loix pour & con- 
tre foi ^ & f] Je ne fais quelle routine y 



ou pRiNCiPES DBS Loix. Liv. III. 6y 

qu^on appcUe Jurifprudencc , n'a pris 
la place des Loix , les Juges embar- 
raUes prononceront des jugemens ar- 
bitraires. 

Je voudrois , Milord , que Ic Lc- 
giflateur ne l*e contcndt pas d'cxpofcr 
vaguement k la tete de fa Loi 5 le 
bien qu'il en attend ; je voudrois qu'il 
rendit compte des reflexions qui 1 ont 
guide > qu'il d^montrat la n^ceflit^ de 
Ion reglement pour rcprimer Tabus 
qu'il attaque ; .& fit fentir a quels p6- ^ 
rils on s'expoferoiten ceflantay obcir. 
Outre que par cette methode on ga- 
gneroit n^ceflairement la confiance 
des citoyens , il arriveroit qu'en pcu 
de terns les pr&unbules des Loix tor^ 
meroient le Traitc le plus complet 
& du Droit naturel & dn Droit poli- 
tique. J'en fuis fdche , mais j*ai k 
cette occafion un reprochc k faire k 
Lycurgue. En faifant une r^forme qui 
devoir faire des Spartiates un peuple 
tout nouveau , il leur rcprelenta » 
fans doute , tous les avantages qui en 
refulteroient , & c'^toit une raifon 
pour les attacher k leurs nouvelles 
Loix. Mais nc les auroit-il pas atta- 
ches par ua fecond Ucn , & pks fore 



tt DE LA LieiSLATlOf^, 

que le premier, fi, prevoVant d'avaiic^ 
les tentations &c les perils auxquels lis 
feroient expofes dam la fuite des fic- 
cles , il leur avoit appris a n'y pas 
fuccomber. Toutes mes Loi^c , devoir 
dire Ic Legiflateiir , fe pretent tin fe- 
cours mutviel , etlei tendcnt toutes i 
un objet unique , c'eft de votls jFairc 
aimer la juftice 5 la temperance , la 

?;loire & la Patrie^ & je fuis sur qu'i 
a fuite de ccs vertus voiis trouverez 
le bonheur- Si vou^ ceflcz un joair 
dPobeir rcligieufement k un de mes 
reglemcns , n'efp^rez pasdcconfervcr 
les autres, votre ame une fois ouvertc 
i one paffion deftrtxdive de la fociete, 
n'aura plus la force de ' refifter aiix 
autres.- 

Si Lycurgue eut demontr6 qu^un 
vice en entraine toujours un autre a 
fa fuite, qu'un pax d'argent donne 
n^ceflaircmenr Tenvie d'enavoirbeau- 
coup , & que beaucoup d'argcnt de- 
truit infailliDlement les moeurs & Ie$ 
Ldix J s'il eutt prouve , a la tete de 
fes Loix , que I'ambition d\ui peuplc 
le conduit toujours a fa ruine •, s'il 
cilt fait voir qu*il faut d'autant plus fe 
pr^cautionner centre cctte paflion-. 



ou Principes DBS Loix. liv. ///. 69- 

qu'clle feduit par des fucces^ fiatte 
Tamour de la gloirc , & femblc nous 
donner des forces ; lesSpardates , pre- 
munis d'avance contre les tentations 
auxquelle^ i|s furent cxpofes , au« 
roienc vu , avcc moins dc danger , les 
Tcfp^tks de la Greee , les richefles des 
Perfes & les depoujlles de Mardonius 
aprcs la journey de Platce, Lcur ambi- 
tion n'auroit pas etc flattee de refpece 
d'empire qu ils avoient acquife fur les 
Gr^cs , il$ a'auroienc ete touch^ que 
de la gloire de les tenir unis & de 
conferver jia paiii^ Us auroientm^prife 
les richefles de Xerces 3 &c leur ava* 
ricp naiflante ne leur auroit pas per- 
fuade qti'il importoit a leur gloire 
d'ay oir uns ip^xf du butin. Loin d'etre 
irrit^s contre rambition des Atbeniens 
apres la guerre MccUque , ils les au- 
roient plaints. Au lieu.d'oppofer de 
I'ambition a de rambidon ^ oc dc mon^ 
trer des (bup^ons , des haines & unc 
rivalitc qui allumerent la guerre fu- 
ncfte du Pcloponefe •, ils ne ft feroient 
occupcs qxxk calmer la jaloufie des 
Atheniens , & retablir fur des fonde- 
mens plus folides Tancienne confede- 
r jtjion des Grecs, Les raifons qu'ils 



J^ D£ LA Ll^GISLATION, 

auroicnt lues a la tStc dcs Loix de Ly- 
curguc pour aimer la paix , leur au- 
roicnt icrvi i convaincrc la Grecc 
entiere. Si un malheureux cfprit de 
verrige avoir enfin allum6 la guerre, 
Sparte nc fc fcroit point abandonnce 
fans rctour i fon reffcntiment ; die 
auroit travailU fans ccflc i calmer les 
paflions *, elle auroit attendu qu'Athe- 
nes , d^fabufte de fon erreur , cut 
compris qu'cllc avoit fait unc entrc- 

Erife au-deflus de fes forces. Jamais 
y lander , (bus pretextc d'acqu^rir de 
la jgloire & de la puiflance , n'auroit 
ofe propofer i fes concitoyens de rui- 
ner-Athenes , de devenir les tyrans de 
la Grece , de lever dcs tributs fur les 
allies , & de former un trefor public. 
Les Loixde la Republique lui auroicnt 
impofe filence •, & cct homme qui 
fut le deftruifteur de fa Patrie & de la 
Grece , auroit confacri fes talens a 
ieur bonheur. 

Mais il ne Gxffit pas de connoitre 
la fin prochaine qu'on fe propofc par 
unc Loi , il faut d^couvrir , u je puis 
ie dire , les fins les plus eloimees ; 
car unc route , d'abord agr^ablc & 
Aeurie , peut conduire ^ un precipice^ 



n 



OV PrINCIPES DBS LoDc. liv. III. Jt 

Que m'importe , en cffct , d'avoir 
aujourd'hui des etaUiflemens utiles , 
fi je dois en abufer demain pour me 
rendre malheureux ? Ceft le tort 

2a'on peut reprocher aux Romains , 
t vraiiemblablementils nel'auroient 
point eu , fi cette Republique , (i 
lavante dans Tart de eouverncr les 
bommes , toujours & (age , toujours 
fi courageufe > n'avoit pas imprudem- 
meat oublie de fe demander k elle- 
mcme a quoi aboutiroit tant de pr^^ 
voyance » de fagefle & de fermet^. 
Vos Loix , pouvoit-on lui dire , vous 
ont appris ^ meprifer les richefles ^ i 
n aimer que la gloire , votre liberte 
&c votre Patrie > aucun talent , ni au- 
cune vertu ne peut £tre chez vous 
fans recompenfe , votre difcipline 
militaire eft admirable , & aucun de 
vos voifins ne vous attaquera impun^- 
ment. VoUk 3 fans doute, bien des cho- 
fes pi'opres k rendre une foci^e heureu- 
fe oc noriflante j vous avez ^leve un 
grand edifice, mais faute de porter 
vos regards dans un avenir ^loigne , 
peut - ctre n'avez - vous pris aucunc 
mefure pour I'elcver fur des fonde* 
mens incbranlables. L'cclat vous a 




7% DE €A Legislation^ 

feduits 5 &c vous avez neglige la fb* 
lidite. Pcut - ctrc que fans vous en 
appcrccvoir , vous travaillez vous- 
mcmes ^ hiter la ruine de votre gran- 
deur. 

Exanrinons votre conduite , diroisje 
aux Romainsf quelles Loix avez-vous 
Jakes pour vous emp^cher d'abufer 
un jour de vos talens & meme de vos 
vertus ? Sans ces Loix cepehdant vous 
n'etes que dans une route qui conduit 
4 un precipice. Vous vous croyez def- 
tines 4 gouverner le mondc , vous 
ne meditez que des conqu^tes , & je 
fais que les moyens que vous employez 
pour former un grand Empire , vous 
ripondent du (ucces> mais ce font 
precifement les chofes dont vous vous 
glorifiez , qui me font trembler pour 
vous. Croyez-m'en , faites de nou- 
velles Loix pour etcrnifer celles qui 
font aujourahui votre bonheur. Jc 
vous demande ti , trouvant beau de 
vaincre & de fubjuguer vos voifins , 
vous refifterez conftamment i Torgueii 
qu'infpire la vi<aoire. Au milieu cte vos 
triomphes votre vanite ne vous rendra- 
t-elle pas. durs , imperieux & enfin in- 
luimaiQS ? £n voyant Thumiliation des ^ 

vaincus ^ 



\ 



DO Principes DBS Loix. Liv* UL 7 f 

vaincus, en ferez^vous toufoursdes 
alii^ , n'en fbrez-vous jamais des & 
jets ? Au lieu de leur laifler leurs Coo- 
tumes , lAirs Loix & leur Gouvernc- 
ment ^ ne voudrez-vous pas un jour 
Jes forcer d*obeir i vos Prcteurs ? Ua 
peuple qui a des forces fuperieures , a 
oefoin de plus de precautions & de 
Loixqu'un autre , pour ne pas s'ecarter 
des regies de la juilice. Que cardez- 
vous done d'oppofer des barricres in- 
furmontables a votre ambition ? Tant 
<[ue vous fentirez que vos vertus vous 
font n^ceflaires pour fubjuguer vos 
ennemis , je erois que vous les garde- 
rez ; mais le moment fatal arrivera 
enfin ou vos forces feules paroitroitr 
vous fuffire pour achever vos conqud- 
tes. Corrompus alors par les ^iq^% fc- 
duifans des vaincus , cette pauvret^ 
que vous aimez , vous paroitra incom- 
mode. L'ambition d'un peuple con- 
querant eft elle-meme pn commence- 
ment d^avarice; &. des que vous com- 
menccrez a etre avares , vous ne Ic 
ferez point comme des hommes foi- 
bles & timides, Votre foif de Tor ne 
pourra s'etancher ; les richeflTes du 
monde entier que vous aurez pille , 



74 DE LA Legislation, 

nc vous fuffiront point. Apres ctrc 
devenus des tyrans au dehors , ferez- 
vous encore capables d'etre librcs au 
dedans ? Les Loix qui ctabliBent votre 
liberte , feront detruites par vos vices ; 
vos citoyens divifes s'armeront les 
uns contrc les autrcs , .& la ruine de 
votre Republique vengera Tunivers 
opprime- 

Que jamais le Legiflateur nc s'oc- 
cupe du feul moment prcfent , s'il ne 
veut pas que les Loix qui paroiflent les 

Slus iages , ne dcviennent une fource 
e malheurs. J'en liiis fache , Milord , 
& je croirois que votre Palement a 
unpcu neglige cette regie importante, 
quand il a donnc a vos Colonies des 
Loix quine pouvoient ctre bonnes que 

Sour un tems tres-court : je veux parler 
e cc riglement qui facrifie leurs in- 
terets i ceux de la Metropole. Ces 
Loix vous ont dabord procure les 
avantages que vous en attendiez ; vo- 
tre commerce s'eft etendu , & vos 
Colons d' A merique vous ont cnrichis 
en s'enrichiflant eux-mcmes, Mais 
feute d'avoir prcvu qu'en dcvenant 
puiflantes, vos Colonies h'auroient 
plus befoin un jour de votre protcftion. 



% 



ou Precipes des Lotx. Liv» til. 7 j 

& fc ct^)ir6icntopprimees par Ics Loix 
qui ont fait Icur prolperite , voiis vous 
trouvez aujourd'nui dans le pins grand 
cmbarras, Vous etcs a la vcille cfe per- 
drc votre Empire d'Aimerique & votrc 
commerce ; )C nc dis pas que cc fbit^ 
un mal reel pour vous , mais yous 
croyez que cen eft tin 5 STpeut-ctrc 
vous ruinerez-vous poiii' confervcr vos 
pretendus avantages : voila un mal- 
heur 5 &:unLegiflateurprevoyant vous 
Tauroit 6pargne. 

Apres quelc corps l^giflatif a pris le* 
mcfutes neceflaires pour ne pas abufer 
dc foil autorite, il doit travaillcr a la 
conferver toute enticre , &r fe dcfier 
du pouvoir qu'il confie aux Magiftrats. 
JTai deja dit , Milord , comment jc 
croyois qu'on devoit fe prcmunir con-r 
tre leur ambition ; je me contenterai 
d'ajouter que les Loix ne peuvcnt 
defigner d'une maniere trop clairc ni 
trop detaillec les devoirs de chaquc 
Magiftrature: la moindre confuhon 
i cet egard produira des tyrans. Jc 
vous predis que tout eft perdu , fi , fous 
prctexte de faire un plus^grand bien 
u'on ne demande , leMagiftrat abufc 
u mot d'adminiftration pour vouloir 

Dij 



3 



7<^ BE tA LiciStATIOK* 

hre Dto fage que les Loix* Si vous nc 

punufez pas un Magiftrat qui fe rend 

criminel en faifant le bien centre les 

regies , vous aure:z bientot a la tite des 

^maires , des intrigant & des fripons 

Qui violeront impuncment les Loix. 

Que les Magiftrats foient obliges de 

rendre comptedc leur conduite , qu'on 

Texamine avec attention 5 maisfans 

haine. J'ai bien p§ur que Timpunitq 

dont \QS cpmpatriptes ont fait uno 

prerogative royale , nc devienne unc 

prerogative niinifterielle 5 il eft trop 

aifc a 6viter 1? chatiment , quand on 

fert un maitre qui ne peut etre puni, 

ban? la fituation ou la propri6t6 des 

bi^ns a reduit les fociet^s , on ne fait 

rien pour ti%n > I'Etat doit done avoir 

des revcnus pour payer les tr^vaux ou 

les fervices publics. S'il exigc des corr. 

vces , il fera m^ fervi , &: il en naitra 

chaque jour mille injuftices criantes« 

Prendrcz-vous Ic parti d'aflSgncr k la 

Republique des domaines particuliers? 

Je vous rcponds que vous expofez les 

M^giftrats a la tent^tion de faire des 

marches frtfuduleux avec les fermiers 

publics ; & ^ la fin U tentation fera 

plus forte que h verju, P'aiHeurs il 



i^cfiiltcroit dc cette m^hode qiie Ics 
rcvenus n'^tant pas 6gaux tons les ans , 
TEtat feroit tant6t trop riche & tatit6t 
trop paiivrc, & les adminiftrateurs 
profiteroient de cettc incertitude, 
pour pSchcr , comme on dit , en eatt 
trouble. Si la Loi n'accorde au Qoit- 
vcrtlemeiit d'autfes fondsquc des con- 
tributions fur les citoy ens , il fera ccr- 
tainement plus attentif i radminiftra- 
tion des finaAces^ J'aime aflez qvtk 
Tavarice des Magiftrats on oppofc 
Tavaricc des particulicrs. Que chaque 
annee le public regie les depenfcs de 
la R^publique •, puilqu'il doit les payer, 
il faut efperer qu'il lera plus cconomc 
que les Magiftrats. Sous pr^tcxte dc 
liibvenir k des frais impr^ivus , ne per- 
niettez jamais de lever des fubudes 
furabondans. L'exaditude la plus fcru- 
puleufc eft ici de la plus grande im- 
portance ; apres avoir laiflS aux admi- 
niftrateurs des finances des occafions 
& des moyens de les pillcr , ce feroit 
cnvain que vous porteriez les Loix les 
j)lus feveres contrc leurst malvcrfa- 
tions. Voila les regies fondamentales 
dc la regie des finances ; . elles font fi 
importantes que je ferois rente de voiit 

D iij 



7? DE LA Legislation, 

rcpcter tout ce que je vous ai dit fur 
ravarice ; mais je me contcnte d'a jou- 
ter que Thonncur & non les richefles , 
doit etre la recompenfe d'une fage ad- 
miniftration dans cette partic. Uame 
des jeunes gens cftrarcment ouverte 
a Favarice , .confiez-leur done le foin 
dc percevoir & de manier les revenus 
dc lEtat J mais qu ils aient toujoars 

})refenta I'efprit , qu'on ne veut qu'ef^ 
ayer leur vertu, les accoutumer a 
Tordre , & les preparer a remplir des 
Magiftratures plus elevecs. 

S'il eft neceflaire dc refufer aux 
Magiftrats des richefles avec lefquelles 
ils acheteroient la Puiflance legiflati- 
ve , il faut fc garder , avec le memc 
foin , de leur abindonner des forces 
avec lefquelles ils la fubjugueroient. 
L'Hiftoire n'eft pleine que d'hommes 
riches a qui on a vendu le privilege 
de violer toutes les Loix , ou de fol- 
dats heureux qui Tout ufurpe. Rap- 
pellez-vous , je vous prie , ce que je 
difois , il n'y a qu'un moment , de 
Talliance etroite que I'avarice & I'am- 
bition ont contraftee. Si le Magiftrat eft 
riche , il aura bientot des forces ; s'il a 
des forces ^ il vous contraindra biemdc 



ou Princip£$ des Loix. Liy. III. 79 

a Tenrichir. Concluez de-li que la 
principale attention du Legiflateur , 
en donnant des defenfeurs a la Repu- 
blique contre fcs cnnemis etrangcrs , 
doit etrc de n'y pas fairc naitre des 
ennemis domeftiques. 

On peut s'inftruirc , dans THiftoirc 
Romaine , des regies les plus falu- 
taires a cet egard , & du danger qu'on 
court a les violer, Tant qii'il fallut 
commencer par etre foldat pour de- 
venir Magiftrat , & qu on n'adinit 
dans les legions que les citoyens qui 
avoient au moins quatre cents drag- 
mes de bien , il regna une harmonic 
parfaite entre les fondions civiles & 
les fondions militaires ; & la Repu- 
blique n'eut rien a craindre de fcs 
Generaux ni des armees, Mais des que 
le luxe cut , en quelquc forte , avili 
la profeffion des armes , que les fa- 
tigues de la guerre parurentinfuppor- 
tables , & qu*on voulut ctre volup- 
tueux ou puiflant a Rome , fans avoir 
pafle par les differens grades de la 
milice ; il fallut remplir' les legions dc 
cptte populace indigente qu'on n'y 
avoit pas autrefois admife. Ces nou- 
veaux foldats n'eurent plus le memo 

Div 



So DE LA Legislation, 

int^ret que les anciens , & la revolu- 
tion fut promptc. A peine Marius , 
en portant la guerre contre Jugurtha , 
cut-il donnel'exemple d'enroler deces 
citoyens qui reflemblent a nos mer- 
c6naires , que la Republique dut fentir 
qu*ellc n'avoit plus la meme autorite 
fur ks Generaux. Des foldats qui , en 
ouelque forte , n'etoient plus citoyens, 
fnrent moins attaches au Senat 8c a la 
Nation qu'au Proconful qui les com- 
mandoit. De-la les guerres civiles , la 
mine de la liberte & retabliflement 
de la tyrannic. De ces evenemcns 
ncceflaires &: tous lies les uns aux 
autres , ne faut-il pas conclure que 
la defenfe de la Patrie ne doit etre 
confine qu'aux citoyens les plus intc- 
refles a fa confervation ? Si la milice , 
en qui relide la force de la Republi- 
que , n eft pas plus confideree que 
toute autre clafle de citoyens , elle 
aura de la jaloufie , elle aura .de la 
. haine y & quelque ambitieux proBtera 
de ces pallions pour s'emparer de 
Tautorite piibliquc. Que les Lgix ne 
ftparcnt jamais les fondlions militai- 
, res des fonftions civiles ; li ks pre^ 
micres font fubordonnees aux aurres , 



ouPamctP£s des Loix. Uv. IIL Sx 

TEtat n*aura que les plus mauvaifes 
troupes du monde •, fi les fecondes , 
au contrairc , font fubordonnies aux 
premieres , les Loix civiles feront fans 
force , & la fortune des citoyens nc 
fera jamais afluree. 

Hcs troupes mercenaires ne con- 
viennent qu'au pouvoir arbitraire , & 
ne peuvent s'aflbcier avec la libertc. 
Pour avoir fepare la qualite de foldat 
de celle de citoyen , combien vos 
peres , Milord , n ont-ils pas eprouve 
de malheurs i Rappellez - vous la 
guerre que vous rites i Charles I. 
A peine Tarmec du Parlemeht con- 
nut-elle fes forces par fes fucces , - a 

{)eine eut - elle triomphe des Roya- 
iftes , que fon General accabla le Par- 
lement & foumit \i Nation. Tout 
peuple qui veut ctre libre , doit done 
adopter la methode des Suiflcs , qui ^ 
fans troupes reglees & ramaflces dc 
toutes parts , ne diftinguent point leurs 
citoyens de leurs defenfeurs. J'avoue 
que la Suede a encore bien des chofes 
i defirer k Tegarddes milices , & je nc • 
ferai raflltrc & content que quand 
nous formerons nos armees comme 
les Romain^ formoient les leurs. 

Dv 



82 ; \ DE LA Legislation, 

Vous rn'objederez , fans doiite , 
que des foldats leves tous les ans &: 
fuivaht le befoin , n'auront jamais les 
moeurs , Tefprit & la difcipline qu'ils 
doivent avoir. Vos frontiercs. , direz- 
voiis , ne feront point refpedees par 
dcs voifins qui auront des milices uni- 
quement & continqellement occu- 
pees de la difcipline & des exercices 
militaires. Jc le riie hardiment. Ces 
milices de citoycns auront ime dif^ 
cipline & nn courage fuperieur ala 
difcipline & au couragede vos foldats 
merc^aires , fi, les Loix s'etudient a 
leur faire aimer leun devoirs- Quand 
les fonftions dii foldat ne feront pas 
diftinguees de celles du citoyen ^ 

3uand il faudra pafler par Jes grades 
e la milice p6ur parvenir aux Ma- 
giftratures ; foyez siir qu il s'ctablira 
3ans TEtat de nouveaux principes 
d'education. Vous verrez les jeunes 
gens fe former , dans leurs jeux , aux 
exercices militaires , &:acquerir , fans 
cflTorts , les qualites que vous ne don- 
nerez qu'imparfaitcment a des foldats 
qui ont vendu leur liberte & leurs 
fervices* Votrc Nation pourra 6trc 
vaincue a plufieurs reprifes y elle fera 



OU PRINCIPES DES LoiX. Liv. lit. 8 J 

ccpendant indomptabic , parcc au'il 
faudroit rexterminer pour s'^taolir 
fur f«s terres , & fon courage lui four- 
nira fans cefle dcnouvelles rcffburccs. 
La Pologne a certaincment un mau- 
vais Gouverncrnent , tout lui manque 
pour fe faire craindre dc fes voifins , 
on la divife fans peine , on penetre 
dans fes provinces , on les ravage. 
Toujours prete a fuccomber, ellea 
cepcnd|,nt toujours conferve fon in- 
depenoance. Pourquoi ? c'eft que leg^* 
nie militaire de fa N'oblefle a uipplee , 
jufqu'a prefent , a tout ce qui lui man- 
jue. Que craindroit cettc Republique 
1 elle avoit des Loix proprcs a lui 
faire aimer la difcipline ,• lordre & 
Tunion , &r que Tintrigue , la faveur, 
la force & i efprit de parti n'y dc- 
cidaflTent pa? de tout ? Qu\me armce 
ennemie defcende fur les cotes d'An- 
glererre , qu'un nouveau Guillaunic 
gagne deux ou trois batailles, & jc 
fuisperfuadc , Milord , que vousfcrez 
fubJMj^ues fans retour. Vos citoyens 
accoutumes ^ux fenles fonftions ci- 
viles , au commerce , a Pagriculnirc ^ 
ne jugeront point que Icur libcrtc eft 
plus precicufe que Icur fortune , & 

D v> 



2 



$4 BE LA LicFSLATION^ 

apres une moUe r^fiftance , traiteront 
avcc le vainqiieur. 

Paflbns aux autres maximes f9nda- 
mentales de la Puiflancc Icgiflativc. 
Elle doit ctrc pcrfuadec que pcu de 
Loix fuffifeiit , leur grand nombre Ics 
afibiblit , & prouvc que Tignorance 
les a faites. Au lieu a en publier de 
nouvelles , il feroit tres-fouvent utile 
de fe homer a prendre des mefures 
four faire obcir aux anciennes. Le 

flus grand fervice qu*an pu Areadre 
quelques Nations de TEurope , ce 
Icroit peut-ctrc de debrouiller le chaos 
de leurs Loix , & d'apprendre du moins 
aux Jurifconfultes quelles parties de 
leur Code font en vigueur , & quelles 
parties ne fubfiftent plus. 

Avant que de publier une Loi > que 
le Legifl^teur fe demande fi elle eft 
necenaire y car route Loi inutile eft 
neceflairement pcrnicieufc. Peut-etre 
%tc produira-t-elle pas un mal pofitif , 
mais elle embarrauera du moins lor- 
dre de la fociete , elle en genera le 
mouvement. II eft injufte , il eft ri- 
dicule d'inqui^ter les citoyens pour 
Tobfervation d'une Loi qui nc pcut 
produire ^ucun bien. Quand il n'en 



OTJ PRINaPES DES Loix. X/i^. ///♦ 8 J 

rcfulteroit pour cux que Tinconvi- 
nient d'etre fondcs a fe plaindre , ce 
feroitun grand mal. U eft facheux 
que dcs hommes raifonnables puifletit 
refufer leur approbation k la Loi ; ik 
auront moins de confiance dans le 
Legiflateur,j& feront, par confequent, 
moins dociles & nuDins attaches k la 
ibciet^* Si vous exigez qu'on refpcdc 
&r qu on aime une Loi dont on ne 
devinc pas Putilite , vous nous empfi- 
chez de faire ufagc de notre raiifbn , . 
vous nous rendex imb^cilles autant 
que vous le pouvez > & de quel droit 
cxigerez-vous enfuite que nous ayons 
pour votre adminiftration & pour la 
Patrie cc refpea& cet amour qui fer- 
ment le caraftere d'un citoyen utile ? 
Le Magiftrat lui-mcme deviendra in- 
capable de remplir les fonftions pour 
lelquelles vous Tavez cree. Plus tl fera 
eclaire , plus il fe laflera pronaptemenr 
de veiller a Tobfervation d*une Loi 
qu'il m^prifc. Quelquldce qu'il ait de 
fes devoirs, fon attention ft^relachera? 
malgrc lui il aura de Tindulgcnce pour 
des citoyens qui ne font pas coupables^ 
quoique prevaricateurs. Bientot ecttc 
indulgence deviendra une foiblefle 



%8 1»i LA LidlSLATipilt/ 

tic vices qu*il faut detruirc , & fi Ic 
L^giflateur ne doit pas les attaquer 
brufquemcnt & fans preparation , qu'il 
Te garde bien dc Ics proteger quand 
Ics circonftances lui permcttcnt de 
les affbiblir. 

Si nous fuppofons , Milord , un 
Gouvernement oii regne la plus par- 
faite igalite entre les citoycns ou du 
xnoins lentre les differens ordres de la 
fbciete , )e conviendrai qu'un teiblif- 
fement nonveau qui derangeroit , foit 
direiftement , foit indiredement , Te- 
quilibr^ de ceite conftitution , feroit 
un vice. Mais fuppofons un Gouver- 
nement ou des pr6)uges imperieux ne 
Eermettent pas dc propofer & d'eta- 
lir Tegalit^ ; pourquoi feroit - il in- 
digne aun fage Legiflateur , en fei- 
gnant de ne pas toucher aux coutumes 
anciennes , de porter de nouvelles 
Loix qui prepareroicilt une revolu- 
tion ? La contrariete dans les Loix eft 
un mal , quand ellc trouble les reflbrts 
.d*un Gouvernement etabli fur de fa- 
;es proportions •, mais elle eft un bien 
fi elle fiifpend Taftivite d'un mauvais 
Gouvernement , & peut en changer 
infenfiblement les principes. Gardons* 



ou Principes DIS Loix. X/V. ///. 89 

nous d'un refped fupcrftiticux pour 
Ics Loix aduellemcnt eq vigucur. Jc 
demandc fi la contrari^te que Tcta- 
bliifement du Tribunat mit dans ta 
Republique Romaine , nc fut pas un 
bien , &: je ne me laificrai point inti- 
mider par les. plaintes &r les cris dos 
Patriciens. 

Peres confcripts , leur dirai-jc , 
cefTez de vous alarmeit^ vous etcs 
trompcs par votre avarice & votrc 
ambition. Get etabliflement dcs Tri- 
buns que vous regardcz comme le plus 
grand malheur de la Republique , en 
Fcra la profperitc. Plus vous etcs irritis 
contre cette nouveauti , plus je vois 
qu'elle eft ncceflaire. Vous dites que 
Rome va ctre agitee par des quereUes 
& des diflcnfions continuelles 5 mais 
croyez-vous qu'il lui fut plus avanta- 
geux d etre opprimee par votre tyran- 
nie ? Vous vous plaignez de la ruinc 
de votre pouvoirj mais faites atten- 
tion que ce pouvoir itoit un vice iA- 
fupportablc. Le peuple connoit mieux 
vos intercts que vous-memes , les Loix 
qu'il demandera -& qu'il obtiendra , 
en vous empcchant d'etre des tyrans , 
vous feront auffi favorables qu'a luv* 



90 ©E LA Legislation, 

mcme. Si on vous abandonnoit a vos 

f)affions , vqyis nc fericz biemot que 
es premiers citoyens d'une Republi- 
que malheurciife &c meprifee ; & ne 
fentez vous pasqu*en la perdant , vous 
perdricz enlin ces diftindions & cette 
autorite dont vous etes Q jaloux > 

Je voudrois , Milord , qu'ii fe for- 
mat une efpece de Trjbunat en 
Angleterre ;#je voudrois qu'il s'y ele- 
vat une Puiflance dont Teffort conti- 
nuel fut dirigc contre ccs branches de 
la prerogative royale , qui ne peuvent 
s'aflbcier avec une vraie libertc. Tant 
que vous manqiierez de ce reflbrt , 
vous vous plaindrez des abus de votre 
Gouvcrnement fans pouvoir Ics cor- 
riger. Tant que vous conferverez vos 
anciens pr^juges ; tant qu'une Loi 
nouvelle ou un evenemcnt nouveau , 
ne vous donnera pas un nouvel eiprit > 
vous ne ferez aucun progres , & la 
fortune vous ramenera inutilement 
les revolutions dont vous vous applau- 
diflez , & dont cependant vous n'avez 
tire aucun avantagc durable. 

Les voeux que je fais pour TAngle- 
terre , Milord , vous penfez bien que 
je les fais avec le meme zeie pour ma 



OU PRINCIPES DES LoiX. Z/v. ///. <^I 

Patrie. Je vais peut-ctxc pafler dans 
votre efprit pour un homme trop ex- 
traordinaire & trop bifarre j je fbu- 
haiterois que la Noolefle fe hatat d'a- 
bufer des privileges qui lui font par- 
ticuliers , fi j'efperois que les autres 
Ordres fuflent aflez fages pour la cor- 
riger efficacement , c*eft-a-dire , pour 
ctablir une parfiitc egalite. Malneu- 
reufement nous avons nos prejuges 
comme vous avez les votres •, & peut- 
etre que nos neveux font deftines a 
imiter plutot les Danois , qui fe don- 
nerent a uri maitre pour fe venger dcs 
injures de la Noblefle , que ces oraves 
Plebeyens de Rome qui ne fongerent 
point a rctablir le throne des Tarquins 
pour fc faire un defenfeur. Je ne fais 
par quelle fatalite les hommes laflfes 
d'une tyrannie ne font prefque jamais 
que lui en fubftituer une autre. 






9^ D£ LA LiciSlAtlOK^ 



m 



CHAPITRE IV. 

Que U Ligijlattuf doit fairc aimtr fcs 
Loix. Lcs chdtimcns doivcnt icn doux. 
Du pouvoir des bonnes, moeurs pour 
attacker Us citoyens au Gouvernement. 

1l eft certain , dontinua notre Phi- 
lofophe , que quand nos premien 
Peres fireht entr'eux des conventions , 
des tfaites , des Loix , & jetterent en 
un mot les fbndemens de 'la fbciit^ , 
chacun d'eux ne put avoir d'autre 
motif que fon intcrct parti culier pour 
renoncer i foil indcpcndancc. Uidee 
du bien public n'etoit pas encore nee ; 
^ en parler alors aux Bommes , c*e6t 
.6te leur parler une langue etrangere. 
C'eftparceque chacun fentoit dans fa 
foiblefle le befoin de s'unir a fcs pareils 
pour en etre fecouru , &: Tavantagc 
de s*engager a remplir i I'egard &% 
autres des devoirs que tous s'engage- 
roient de remplir au fien , qu'cii fit des 
alliances , & qu'on fe foumit i une 
autorite publiqiie. La Legiflation diit 
done fe propoier de rendre chaque 



ou Princifes des Loit* Liv. III. 9 j 

citoyen heureux > & je vous demande , 
Milord , de quel droit Ics Legiflateurs 
fe font affranchis d'une obligation fans 
laquelle la Ibciet^ n*auroit jamais he 
formic. S'cft-il fait une revolution 
dans la nature du coeur &c dc Tcfprit 
humain t Si nous avons encore les 
m^mes afifedions que nos premiers 
peres ; s'il eft encore impoffible'i 
chaeun de nous de renoncer au defir 
d'etre heureux s fi je fiiis forc6 dc prS- 
ferer mon bien particulier k celui des 
autres ; fi cette Loi , felon Texprel^ 
fion de Ciceron , ne peut etre violee 
fans detruii:e toutes les regies de nos 
devoirs & de nos'vertus y n'eft-U 
as evident que ce <]ue nous gppel- 
ons le bonheur public , ne peut etre 
compofe que du bonheur particulier 
de chaque citoyen ? N*cft - il pas ab^ 
furde qu'un L^giflateur efpcre de faire 
aimer fes Loix a des hommes dont 
il a neglige les interi^ts ou qu'il im^ 
mole a fes cjiprices ? N*eft-il pas in>- 
fei^fe de vouloir fixer le bonheur dans 
un Etat , oii la plupart des citoyen^ 
font mecontens de Icur condition ? 
JLe? paffions ne feront-elles pas un ef- 
fort cominuel pour fecpui^r le jpyg 



E 



■M 



94 I5E LA Legislatiok, 

qu'on Icur aimpofc? Quels defordres 
n*en doivent pas r6fultcr ? bientot les 
tyrans de la fociete feront prefquc 
auffi malhcureux que Ics viftimes 
mcmes dc Icur tyrannic. 

Je dis que le bien public rcfiilte 
dc Tamour que les Magiftrats & Ics 
ci toy ens ont pour leurs Loix ; parcc 
qu'avec cet amour rien nc manque 
pour rendre une Republique heureufc 
or floriflante , & que fans cette af- 
fedion ellc eft divifee au dedans , &: 
ne fe defendra point au dehors centre 
les attaqucs de fes cnnemis. Jc con- 
cluerai de cette verite que cc n'eft 
que par une fottife monftrueufe que 
tant de Legiflateurs ont cru faire Ic 
bien public , en portant des Loix qui 
devoient ctre oaieufes. Pourquoi, ;e 
vous prie , dans quelques Etats ou 
tout eft ividemment facrifie aux in- 
tcr^ts de quelques pcrfonnes , ofe-t- 
pn prononcer Ic mot de bien public , 
& lous ce prctexte exiger des lacri- 
fices dc la part des citoyens ? Apres 
n'avoir fait que des mecontens , il 
eft aflcz plaifant , dc s'attendre a ne 
trouver que des h6ros. En un mot I 
tout Lcgiflatcur eft infenfc > qui , cri 



ou Principes des Loix. Uv. III. 9 c 

voulant faire le bien public, ignore 
que je ne puis etre remue que par 
mon avantage particulier. 

Peut-etre , me direz-vous,, Milord , 
que les peuples dont nous admirons le 
plus la lagefle , ont fouvent exige dc 
grands facrifices •, mais je le nie. Ja- 
mais , dans ces Republiques , les Loix 
il'ont ete aflez brutales & aflez ineptes 
pour ordonncr au citoyen de prefererle 
Dien public a fon avantage particulier ; 
elles fe font borneeskrinviterde s*ou- 
blicr lui-meme pour s'occuper de Tin- 
teret general : oc fi elles avoient para 
Texiger , elles auroient eteint cette 
flamme qui fait les Codrus & les 
Decius. C'eft en faifant aimer les 
Loix & le Gouvernement , que les 
Legiflateurs ont eu Tart de faire aimer 
la Patrie jufqu'au point qu on fe de- 
vouoit avec tranfport a fon fervice. 
On lui facrifioit la fortune , parcc 
qu'elle la protegebit vcritablement ; 
on lui facrifioit fa vie , parce qu'dle 
cnyvroit les citoyens de Tamour de 
la gloire. Cctoit dans Tamour de foi- 
memc qu'on cherchoit & qu on trour 
voit le principe de Tamour du bieA 
public ; c'eft ainfi qu'un Spartiate , 



^6 DB LA Legislation, 

avant la guerre du Pcloponefe , un 
Athenien dans les beaux jours d'Athc- 
nes , & un Romain dans le fiecle de 
Dccius , trouvoit (on bonfaeur par- 
ticulier dans ce qui faifoit le bonheur 
dc la Republic^ie ; &, ce n'eft qu'en 
vivant fous des Loix qui rK)us rcn- 
dentheureux, que nouspouvons nous 
liire cette heureufe iilufion. * 

Que toutes vos Loix foicnt done 
impartiales , car il n'y a que ceiies- 
& de juftes. Quelles nous rappro- 
chent 9 autant qu -11 eft poffible , de 
I'egalitie; car les citoyens degrades 
ne prcndront qu'un interct mediocre 
k TEtat , & les autres feront plus at- 
taches a la confervation de leurs pre- 
rogatives , qu'au bien dela Republi- 
que. Que vos Loix apprenncnt aux 
citoyens k fe contentcr de peu ^ car 
on a retxurqtt6 que moins les hom- 
mcs font occupcs de leur fortune do- 
meftique , pfa« ils s'intereflent au 
bien public s & que rheroi'fme s'eteint 
i mefurc que les richeflcs , le luxe 
& les volupt^s fe multiplient. Chez 
*m peuple ainfi gouverne , il n'y aura 
ou^e des diftradions a punir , puifque 
1 amour de I'ocde & de la juftice fera 

dans 



dans tous ies coeurs 5 Quc vos Loix 
foicnt done infinimcnt douces & hu- 
maines. Vois-je infligcr deschatimens 
fever cs } j'accufcrai le Lcgiflatcur d'i- 
gnorance & de diircte. S'il pritcnd fe 
faire rcdouter dcs eoupables fans fe f ai- 
re aimer des gens de bien , il n'attem* 
dra point le but qu'il fe propofe : des 
Loix tEop dures n'empccheront pas 
plus le mal , que des Loix trop molles 
ne porteront au bien ^ en prodiguant 
mat k propos Ies recompenfes. 

Pour n etre pas reduit k la facfaeufe 
cxtremite d'ecrir e Ies Loix en carac- 
tcres de fang , &c de conduire Ies ci- 
toyens par la terreur & la crainte , 
que le Legiflateur Ibit aflez habile 

f)our profiter des qualites fociales quc 
a -nature nous a donnees. Qu'il aver- 
tiflc plufieurs fois avant que de pu- 
nir ; qu'il travaille k nous rendre hon- 
teux de nos fautes , & que le chati- 
mcnt , fi Je puis parler ainfi ., frappc 
Tame plutot que le corps. E»fin un 
Legiflateur eclaire s'pocupera plus des . 
moy;ens de prevenk lesdelits,que de 
la mani^e dont il Ies punira. U.le 
faut avouer , ks Romains ont eu , k 
cet egard , une fageflle qu'on ne peuc 
11. Fame. E 



^S DE tA LtGlSLATIOK^ 

trbp admirer. Lcurs Cenfeurs , commc 
autant dc fentinellcs , avoicnt les ycux 
continucllcmcnt ouverts fur les vices 

aui chcrchoient k fe glider dans la 
ipubliquc. Us 6cartoient Iqs tenta- 
tations •, ils cmpfechoient qu*on nc 
tomMt dans ie precipice , parce qtfils 
ne permettoient pas d*en approcner. 
Dcs peines legeres , telles que de pri- 
vcr un Chevalier dc fon anneau & dc 
fon cheval , de fermer I'entrec du 
S^nat k un Scnateur , ou dc fairc dcP- 
cendre un fimple citoyen dans unc 
Tribu moins honorable que-' telle oii 
il etoit infcrit , fuffirent , pendant 
long -terns , pour nc voir a Rome 
aucun de ces dlelits que la corruption 
des moeurs y fit cnfin paroitre , & 
dont nos fuppliccs atroces n*ont pd 
arreter le cours, 

Quand les punitions ordipaires fem- 
blent n'ctre plus capables d'^mpcchcr 
les delit^ > jq voudrois que les Loix j 
au lieu dfC dcvenir plus fev^res , fc 
f:ontcnc^flcnt d'etre plus vigilantes. 
Que ne tachc-t-ron de connoitre la 
fource du mal dont on k plaint. Pour 
m'avoir pas Jt punir rigourcufement 
IcspxfresticuitcuxoO ravaricc 2c Tam^ 




ou PaiNciPEs PBS Loxx. liv III. 9f 

bicion fe porteront , arrctez , pat 
des chatimens doux & nouveaux , 
tout cc qui pcut eguifer & favorifcr 
ces deux pamons. Des Loix qui ont 
fuffi pour gouvcracr ics peres , pour- 
quoi ne fuffiroient - elies pas pour 
gouverner les enfans » dans un terns 
que les vices , encore nouveaux , 
confervent une certaine timidit6 ^ 
Que te Legiflateur s'oppofe done aux 
premiers progres du maL Alors il fiif-: 
fira peut-etre , pour corriger les ci- 
toycns , de retirer les Magiflrats dc 
Tefpece d'aflbupiflement ou ils fe laif^ 
fent quelquefois tomber. Je ticherois 
de donner une nouvelle autorit^ au 
Gouvcrnement ; je creerois , s'il le 
faut , une Magiftrature extraordinaire 
& pafTagere , qui , en donnant une 
fecouflfe aux efprits , romproit les 
habitudes nouvelies , & remettroit en 
vigueur les ajnciennes Loix. Voili , 
Milord , (1 je ne me trompe , la feule 
methode qu'un Legiflateur doive em- 
ployer pour nous corriger. Le fang 
des hommes ell aflez precieux pour 
devoir Tepargner. A mefurc que les 
vices dcviennent plus audacieux Sc 
plus entreprcnans , fi les Loix s'armcnt 

Eij 

145773 



f09 /-BE LA Li^ISX^ATfOKi ' 

rfuiie feverite laouveUe ,r il faudra 
done ne donneraucune bornea notre- 
cruautc, Vous fubftituerez la roue au 
gibet , mais qu'ajouterez^vous bientot 
a la roue 2 Vous etonnercz les efprits, 
& vous nc les corrigcrcz pas. Ce n'eft 
point en etx)uffint lej femimens d-hu- 
manite que la nature pous a donnes , 
que vous contraindrez les bommes 
a devenir meilleur^, Dcs Loix fan- 
guinaires h&teront la decadence que 
vous voulez fufpendre. En voulant 
effrayer les coupablcs , vous abniti^* 
rez les gens de bien. Des hommes 
aui ne font retenus que par la craintc , 
fe familiariferont peu-i-peu avec 
Tid^e des nouveaux fupphces i leur 
ame deviendra atroce. En 6tanttoutQ 
proportion entre; les delits & les pei-^ 
lies , vous VOU3 verrez enfin oblig^ 
de jetter dans ibn four un boulanger 
pour avoir veadu fbn pain ' k faufle 
mefure* L'Etat ne fera peut)16 qua 
de ces efclaves timides qui ai6shono< 
rent TAfie , qui ne font que des imr 
b^iUes ou des fcel^rats , & le Le-* 
'giflateur ne fera plus qu'iui bourreau 
occup6 k inventer de npuvsUes tor*^ 




OUpRIKCIPES DBS LoiX.llV. ///. I0< 

• Jc fuis raviy dit Milord i norre 
Philofbphe , dc vous efttt^ndrc ^: & 
j-adopte avec aviditc Ics principcs 
humains que rous vcnez d'etablir. Je 
fiiis perfuadcr que c'eft la fautc dcs 
Loix fi les hommes font mechans. 
Apres avoir tout arrangidc lamaniere 
la plitsJ propre a multiplier Sc irriter 
nos bcfoiiis &c nds paffibns ^ oii' veut 
ians menagement nous empccher 
d'etre vicieux , & Ic Legiflateur lious 

{mnit barbareihcnt dc fes errcurt. Si 
es nations dc TEuropc avoidnt fait 
elles-Mnemes leuf code crimioet > 
fans doute elles aunoient eiu cette dou- 
ceur, que vous defirez^&oos cito^ens 
ferbicnt trait^s commc Fpnt ct^ .aur 
trcfois ccux de la Grece & de Rome. 
Mais ce font des maitres elevcs au- 
•deflfus des Loix & cjuipeuventlesvioler 
impuncment , qui orit 6te & font en- 
^corelesLegtflateurs dc prefque routes 
les nations. Fiers de fcur pouvoir^ 
endurcis^par la profpcritc j Sc accou- 
tum^s k nxepriter leurs fujets > ils ne 
croyent pas que leur Royaume meritc 
qu*ils fedonnent la pcmede penfer 
pour le gouvcrncr. Cnatimens 6c to- 

compeiues^ tout eft decern^ au ha£uNi 

«n • • » 



s*cft d&lar^rcnncmi dc b Nation, cmj 
dun de fes membres du'elle cioit de- 
fendte &:{)n3t^ger. Gcarok dc guerre, 
ajoute-t-6n , appartenoit k tous les 
hommes , dians r^at do nature , puif- 
que n'ayant point dc Tribunal pour 
jugcr Icurs difier^ns , its ne pouvoient 
les terminer que par la forces &ils orit 
r^figne ce droit au L^iflateur , quand 
Us ont form^ des focietes. Voila pour- 
quoi le^s Etats qui font encore les un* 
k regard des autres dans cette inde- 
racmnce primitive, Sc n'ont point 

Juge, jouiflcnt du droit de fdpec, 
pouvant tuer legitimement un ennemi 
ctrangcr qui les attaquc in^uftcmcht ,, 
/^ourqubi n^uferoient-ils pas du m&ne 
'droit contre un ennemi domeftiquc 
qui les ofFenfe? 

J'entends k mcrveille ces beaux 
raifonnemens , mais je ne fuis pas 
convaincu. Une R^publique de Qua- 
kers n'eft quune Republique d'imbe- 
'cilles y qui en outrant la morale , la 
d£truit ; defendre a la juftice de re- 

f^oufler Tinjuftice , c'eft cncourager 
es medians , & leur abandonner 
rempirfe du monde. Je conviens done 
*qu un Etat doit oppofer la force k U, 



eu Principisides Lqjx, jUv* IIL i of 

force, &: pent Uvrer bataiUe a une 
puiflance etrangcrc qui vcut raflcr- 
vir, qui pille fcs c&)maiQes., qiai .veut 
s^en craparcr, pvt quiTcfufe opinia- 
. tremeot d'ecoutcr les coiiicils de U 
raiibn.. Un Etat n'a quQ Ge.moyea 
poiir confervcr fa libertc & fes biens ; 
&: la neceflite ou 11 eft de rcduire 
Son ennemi par la force, eft une 
preuvc certaine qu'il a Ic droit de 
le faire. Mais la Republique a- eft ja- 
mais dans cc cas^* regard des eitoyens 
: criminelsqu'elle fait p^rirtous les loucs 
^un sibet ou fur un. echaffiiua.' Le 
coupaole doiit ellc s'eft faide , ne peut 
plus lui!nuire. Charge de fers , dans' 
une prifon , oommeat petit - A ctrc 
encore affez a cratnd'rc , pour qu*on 
foit autorifc i le faire mourir? U 
demande grace , il desnande Ik* vie , 
d ne peut plus ^re fufpedt a la So- 
ciete , ifeft dans une lituation encore 
plus graciable qiie cet ennemi ctraft- 
ger qui a jett^ fes armes , qui ftiit ou 
qui s'feumilie , &; qui implore ma 
clemencc;. Si jc fuis oblige , ainfi que 
vous nous Tavez prouve , d'etre alor« 
gfinereux, & d'&routerles fentimens 
le ttiumanit^ , fi jc viole tous fcs 

E V- ■' ' 



lOS* D7 tA LEGISLATICFrV 

tin cnnetni dotneftique x]ui voudroit 
fcsperdre;. ■ 

' Vous av€z dit , Miford , auela n6- 
ceffite. oii Tc troava une- Ripubliqur 
d*Dppofer la force i un ennemr&ran-- 
ger , eftutie preuve certaine du droit 
qti'eHc a de le faiire , & H me fembie 

ab'avec ccF m£me argument auquet 
eft impoflibledc, ricn r6pondre,de: 
iblide^ je puis vous. prouvec que les 
£oix. dbivent quciquefox& prononcer 
IsL peine de morr. Je dis quedes qull' 
y X dcs bommes capables de com- 
•mettrc um meurtre volontairet & m^* 
dit^ ,. des. enipoifonneurs & des a&- 
iaffins, leLegiflateur doit les condam*- 
Jier a pcrdre la vie» Tout me dit qu'iK 
XX' Y a plus d'ordre , de reglc^. de silret^i, 
iii de droit facr^ parmi. les hommes^. 
fit fe: fort d'un, citoyen vertueux >il 
pire que celui d'un meurtrier : c'eft: 
cependant ce qui arrivcroit , ft je 

Eerdois le premier , le-plus giand Sc 
r plus irr^parahle des biens ^ tandis: 
«ie! mon anaffiii'CDiaiieryeroit la vie^ 
Tout' me d^ontre que les Loix 
contre le meurtrc feront inudles , .fi 
on ne condamne pas le meurtrier ^ 
inort«.Sans cette Loi.> la haineou 1^ 



OU ^INCIPES MsLoix«£iV.i77. lO^ 

Vengeance d^ln tache pourrott fe fit- 
tisfaire , en jouant , ft je. pub parler 
ainfi ^ im jeu tnop inegat centre le 
citoyen dont if mediteroic ta mort r 
Tun ne metttx>it au jeu qaer Gl It- 
berte , &c Tautre y mettroir fa vie* 
Je connois , Milord , les. ra^nne- 
mens de quelques Philoibpbes cjui 
voudroient , comme voos , pro&nre 
les peines capkales* Sll faut tes ea 
croire y il y a des genes , des prifbus ,, 
des fers j des travaox cnri peuvent 
rendre ki vie plus ternble c|ue la. 
mort ; mais en ce cas ,. je leur de*- 
mandececpie c'eft done quecesbeaux 
fentimens d'bumanice dont ils fc pa- 
rent y &c jc.fuis i^chd pour eux cpi'^ 
force de meditations ^ ils fbient par* 
venus . k cette cruaute fublime de 
Tibere qui nc faifbit naourir fes 
ennemis que quand i1 avoit epuifo: 
tous les moyens. de les tourmenter*. 
II eft vrai que 11 un malheureux qui e(t 
%ondamn£ k une prifbn perpetuelle ,. 
devoit conferver pendant toute fa 
vie les m^es fentimens. de trouble, 
decraintc &c de defefpoir qu'it iprouvc 
dans le premier inftaiit qu'on 1-a pr^ci- 
pite dans un cachot;^il feroitpluspunii 



izo DE LA Legislation, 

que par la mort ; mais dans ce cas-, 
nc faudroit-il point , par humanitc 
Ic debarrafler du poids dc la vie? 
Nc nous faifons pas illufiofl ; la vie 
paflera toujours chez les hommcs 
pour le plus grand des biens > & il 
eft fi certain que la crainte de la 
mort augmente le trouble & le mal- 
hcur des prifons , qu*il n'y a aucua 
de ces fcelerats qu'on meneaugibct, 
qui ne regardat comme une iavcur 
la prifon la plus dure , & les travaux 
les plus pcnibles. Vn aflaffin croit 
faire le plus grand mal a fon ennemi 
en lui otant la vie y il xegarde done 
la mort comme le plus grand des 
ihaux; c'eft done par la crainte de 
perdre la vie qu'il faut arrctcr les 
emportemens de la haine & de la 
vengeance* 

On parle fort i fon aife de ces 
travaux penibles qu*on veut fiibfti- 
tuer a la peine de mort ; mais ne 
fcroit-qn point embarraffe, fi je d^ 
mandols qu*on entrat la-deflus dans 
queloues details ? Ces travaux , quel- 
oue durs qu'ils foient , ne font-il pas 
aans toute la terre le partagdfde Tin- 
digences & pburquoi voulez - vous 



ou Prikcip^ des Loix. Liv* III^ at 

que le criminel & Tindigent ayent 
le m&nc fort ? D'aiUetirs , pouvez- 
v«is efpirer qu'on nc fe rdacfaera 
point dans les travaux que vous im•^ 
poferez ? Oii trouvcrez - vous tous les 
bourreaux qui vous feront neceffaircs? 
De quel nombre d'hommes atroces 
n*avcz vous pas befoin , pour que vos 
Loix foicnt rigidcment executecs? 
Quoi , jamais la piti^ n'entrera dans 
Icur cc3eur? Quoi , janniais ccs bour- 
reaux ne fe laifleront furprendre a 
un fentiment d'humanite ? Prenez-y 
garde ; vous exigez mi'il y ait parmi 
Vous des monftres ; oc ces bommes 
odieux , s'ils exiftoicnt , le Legifla- 
teur devroit peut-ctre les traiter 
comme des aflaffins^ Ce n'eft pas tout, 
je confens que la pitic foit cternel- 
lemcnt inconnue i ces bourreaux; mais 
feront - ils affez genereux pour ne ja- 
mais vendre une indulgence qui af- 
foibliroit le pouvoir oc vos Loix ? 
Enfin , Je fais que la force de Tbabi-r 
tude eft telle que les hommes s'ac- 
coutument k tout. Ces criminels dont 
on pretend que la vie malheureufe 
doit fervir d'un grand exemple au3|: 
citeyens > ofcront peut-cire paroitre 



■irz DE LA LiGISLAxrONr 

rafs & heureur au milieu de teur 
infortniie. II n y a pas quinzc jours 
^que je rcncontrai unc bande de 
malhcureux qu'on cnvoyoit aux ga- 
leres j Sc je votrs rcponds que jamais 
ipedaele nc fiit moins propre k fervir 
d-excmple & d'in(lru£tion. lis chan- 
toient de toute leur force j s'ils a'a- 
Yoieut pas m^endidy fi je n'avois pas 
Tu leur chaine , je crois que ^'aurois 
cnvie leur fort. Je n-^ajoutc qtfua 
-mot t aucun de ces criminds que 
vbus condamnez a Pefclavage pour 
toute leur vie, ne rompra-t-ii fcs 
fers ? aucun ne recouvrera-t-il fit li- 
berty en fayaiit? Si quelqucs-tuis. 
cchappctit i Icurs bourreaux , il n*en 
faut pas d*avantage, tant refperancc 
jfe,gli0c aifement dans le coeurhu- 
main, pour que cent coquins felivrent 
au crime avec confiance^ 

Je fuis ebranle par vos railbns,. 
reprit Milord, 6r je ccmviens avcc 
vous que le Legiflateur ne peut trop> 
aous eloigner wl crime , en mettant 
fous nos yeux des excmples: frappans 
des matheiTrs dans lefquek le vice 
nous entraihe; mais je^ nie que la. 
feifiie de mort jToic lieccl&ire ^m 



^v PaiNciPEs DEs Loix. Liv. JIL try 
produirc cet efFet. La mort n'cft qu'im 
inftant. Les fcclerats favent qtf ellc 
eft inevitable , ils fe familiarifent 
avcc cettc idee, ils s'accoutument a 
n'en ctre point effrayes ^ Tignominic 
de leur fin ne les touche pas , puifquc 
toute leur vie eft pleine d'ignominie. 
Ce qui les frapperoit avec phis dc 
force y c'eft la crainte d'un ayenir 
oii ils ne verroicnt que dcs cachots , 
des fers , & des travaux continued 
Reniarquez , ajouta Milord , que le 
fupplice d'un criminel condamne i 
mort , n*eftpourIa plupartdcs hom- 
ines qu'un fpeftacle qui ne laiflc 
point dans leur efprit dcs traces aflcr 
profondes. On n'y voit qu*un objct dc 
compaffion ou dlndignatibn. On nc 
fent point cette terrcur falutairc 
qu'imprime le long fupplice d'ua 
homme condamni l la lervitude la 
plus dure. D*aiUeurs cette dcrnicre 
maniere de punir inftruit continuel- 
lement les citoyensj & fautre au 
contraire nc donnc qu une ijaftrucr 
tion paflagcre. 

Fort bien , Milord , repondit notrc 
Philofophej la mort n'cft qu'un inftant, 
)C i'avoue > mais c'eft un inilaot (^[ui 



114 DE LA LlGISLATION^ 

decide de tout , il tcrmine le terns 
& ouvre les portcs de TEternit^. Get 
inftant fait Frcmir la nature. 11 n'efl: 
pas aufli facile que vous le penfcz k 
un coupable de fe familiarifer avec 
Tidec de la mort qu'il merite tous 
les jours, puifque ces malheurcux 

?[u'on traine au gibet tremblent & 
rcmiflcnt, & qu'on en voit fi pen 
qui s*en approcnent avec fermcte •, 
alors meir^ leur courage n*eft qu*unc 
brutality farouche. Quoiqu'il en foit , 
il s'agit moins de punir le coupable , 
que de detourner du crime les ci- 
toycns qui pourroicnt Timiter. Quel 
eft rhomme qui ne fera pas plus 
6mu en voyant executer fon pareil 
da^s la place pi4>lique, qu*en vifi- 
tant des prifons ou une galere , quand 
rimage de la douleur & de la mifere 
y fcroit toUjours pr^fentc ? 

On ne voit, cfites-vous, dans le 
Ipedacle d'un criminel condamne au 
dernier fupplice , qu'un objct dc 
compaflion ou d'indignation. Si cela 
eft vrai , Ibyez sur que vos Loix cri- 
minelles font injuftes , abfurdes , in- 
humaines &c barbares. C'eft quelles 
puniflent une fragilitc d'un moment 



ou Principes des Loix. Liv. III. 1 1 j 

comme un crime ; c'eft que confon- 
dant un valet fripon & un meurtrier , 
dies les font perir du meme fupplice; 
C'eft que vous rcvoltez la railon en 
condamnant a mort un coupable qui 
pourroit fe corriger , & dont Ic delit 
nc fuppofe qu un commencement de 
corruption. Vous faites pis encore , 
vous conduifez fur un ^chafaud un ci* 
toycn qui n*a rien fait de has , dont 
je fuis oblige d'eftimer le courage & 
la probite , qui a obei a un prejuge ou 
a une erreur que vous n'avez pas 
detruit , & que je mcprifcrois , s'il 
avoit ete aflcz lache pour preferer 
fa vie a fbn honneun Ne croyez pas 
que des qu on etablit la peine dc 
mort , il faille qu*elle fbit friqucnte 

{>our reprimer les paffions, & produirc 
'effet que le Ligiflateur en attend* 
Vous ditcs que la fervitude que vous 
voulez (ubftituer aux peincs capitales , 
aura Favantagc d'avertir contmuelle- 
ment les citoyens du pouvoir des Loix. 
Mais j'ai d^ja r^pondu i cctte objec- 
tion, & j'ajoute que cequi avertit con- 
tinuellemment , finit par n*avertir ja- 
mais. On fe familiarife avec touf; 
& c'eft pclat--6:re parce que k peine 



Il((j DE LA LiGlSLATIO:^. 

dc mort eft trop commune dans qud- 
ques pays , qu'fellc y infoirc une ter- 
. reur moins lalutairc. Plut ati ciel que 
ces exeniplcs terribles de la jufticc 
fuflent plus rares ! Si les delits qui me- 
ritent la motx ne font pas freqii ens , 
il eft inutile que les punitions fartes 
pour les pr^venir fc muItipKent ; cctte 
rarete lera la preuve la plus forte 
que les Loix font fages. 

Noutf allons nous rapprocher , Mi- 
lord , & certainement nous n'aurons 
plus qa'iione meme opinion, quand 
je vous aurai dit qu^it n'y a que deux 
coupables qui meritent la mort. L'un 
eft raflaffin, & fen ai dcja dit les 
raifons ; & Tautre eft celui qui , felon 
nos principes fuedois > trahiroit fa 
patrie, foit pour y etablir le pouvoir 
arbitrairc , loit pour la foumettre a 
line puiflance ctrangere. Prenez bien 
garde , je vous prie , k mes cxpref- 
lions ^ car je fcrois fache que vous 
puiftiez croire que je regarde comme 
crimihel & perturbateur du repos 
public , un citoyen qui a Ic courage 
de ne pas flatter ia nation , & qui 
defire des changemens qui la ren- 
droient heur6ttfe« 11 eft aftez (inguKer 



E 



ou Patncipes DBS Loix. £?v. til. 117 

que je fois oblig6 d'avcrtir qu'il nc 
fkut pas punir un citoycn qu'on doit 
aimer & refpie^n Mais cc n'eft pas 
ma faute ^ s!il y ^aujourd'hui tant dc 
pays oii C^ado nc pourroit paroitrc 
ians dangler. Quand la yerit;^ ^ punic , 
foyez sur que les Loix ont kt^ faites 
ar cieux a qui Terrcur , Ics ?hxxs $c 
:s vices font utiles s & qu'elles pr^ 
parisnt S^^annoncent la mine aun 
Etat. 

Pour les autres delits , imagines 
des peines differentes, despdibnsplus 
ou moins dures , le banniflement^ des 
amcndcs & d'autrcs pareillcs correcr 
tions. Gardez - vous d'infliger les 
memes punitions pour des delits qui 
ofienfent inegalement la Societe^ 
vous cboquericz la raifbji dc^ ci- 
toyens , vpus Ipur oteriez touje con- 
fiance en y ojis , & vpus devjfsz cc- 
pendant fongpr k les mettre dans vos 
interets. En admcttant dans mon code 
la peine de mort , mais dans deux 
oceafions feulement , ie n'ai cherch^ 
qu'^ me rapprdt^her iles vues de la 
aatqre. C'eft pay humanity que je 
me fuis' armc de rigucur. J'ai era 

jremarquer que Jes peuples les pliw 



IXS X>£ tA LioiSLATIONy 

{ages ont cm cette fev^rite n^ceflaire; 
& que la douceur trop indulgente 
des Lx)ix ne produit, comme chcz 
les Barbares ^ que des moeurs atroces; 
J'ajouterai que la mort la plus douce 
eft Ic fupplice le plus cruel que puifle 
admettre un Legiflateur prudent. Perc 
dc lapatrie , ilpunira en perej il pu- 
nira a regret. Quel (uneile emploi 
que celui d'imaginer des tortures ! 
loin de s*abandonner k cette indigna- 
tion rigoureufe que le crime inipirc 
naturellement a un homme vertueux, 
il refpe^era ce fentiment precieux 
d'humanit^ que la nature a place dans 
notre coeur. 

Ce n'eft pas aflez que les Loix jfbient 
douccs &c humaines pour etre aimees 
des citoyens ; il faut au'on fachc 
qu'on n*en a rien k craindre en rem- 
pliflant fes devoirs , & qu'elles ac- 
cordent une protcdion c^rtaine k 
Tinnocence. Elles doivent done tou- 
jours prefumcr que Taccufc eft inno- 
cent 5 elles doivent done le rafliircr 
^ontre la crainte qui poul-roit le trou* 
bier , & lui fournir tous les iecours 
poffibles pourprouver fon innocence* 
II vaudroit mieux s'expofcr k voir 



ou PaiKcipEs DBS Lone. Liv. III. 119 

ichapper cent & mille coupables aa 
chitiment qu'ils ont merite ^ que de 
voir punir un innocent. Si ce malheur 
arrive , que ce fbit un deuil pour la 
Republique , & qu'elle fafle un exa- 
xnen de Ion code criminel. On diroit 
que la plupart des Legiflateurs ont 
craint d'etre les dupes d'un criminel 
hardi, audacieux, eftront6, confirme 
dans le mal > &c que fes remords ne 
trahifient jamais. Mais ^ pourquoi ne 
fongent-ils pas que Tinnocence peut 
ctre timideocdcconccrtee par Tappa- 
reil de la Juftice ? Le premier fenti- 
ment d'un honncte Eomme qu'oa 
accufe d*un crime ^ doit etre une 
certaine honte qui le ^Sne i il eft 
confus d'^voir a fe juftifier , il voit 
avec terreur Tincertitude des. juge- 
mens humains , & il feroit abfurde do 
prendre fon embarras pour un aveu 
des fairs fur lelquels on Tinterroge. 
Vos Loix font vicieufes & barbares, 
fi la prifon faite pour s'aflur^r de la 
perfonne d'un citoyen qu*on foup- 
^nne de n ctre pas innocent , com- 
mence par ctre une veritable punition* 
N^ permcttcz d'arreter un homme 
que quand il eft furpris pn flagrant 



ixo DE LA Legislation, 

dclit. La juftice , Milord , fc pontcnte 
chez vous dcs cautions que donne un 
accufe de fe rcprefcntcr , & cct ufage 
eft digne dun peuple qui connoit Ic 
prix de la iibertc. C*eft pour avoir 
multiplie fans befoin Ics pcines capi- 
talcs , c'eft parce qu'on oheit a des 
Loix timidcs & tyranniqueis , que 
tant de peuples commenccnt leurs 
procedures criminelles par onfermer 
un accuie dans un cachoL Quqlle re- 
paration lui accordera-t-on, s'il eft 
)uge innocent ? aucune. Comment 
done Ic Gouvernement ne ftroit-il 
pas odieux , puifqtfil fait des injus- 
tices qu*il ne repare pas > Les anciens 
ajournoient un accufe pour compa- 
roitre devant les Juges ; s'il redoutoit 
un jugefnent , il fe banniflbit lui- 
meme , &: la juftice etoit fatisfaite. 

Que vous dirai-)e de Tufage de la 
queftion ? EUe n'^ itc imaginee que 
pour des efclavcs que leurs inaitres 
ne regardoient pas comme des hom^ 
mes, EUe eft d'autant plus infenfce , 
que les juges qui Tadmettent , nc 
la regardcn^ pas cependant comme 
une preuve de la verite. Tout cc 
qu'on dit au milieu des tortures , eft 

nul 



OU PRINCIPES DES LoiX. LlV. III. Ill 

nulfi on fe dedit ; pourquoi done , eft- - 
on inhumain fans fruit } Voiis ne con- 
noiflez point ccttc malhciircufc qiicf- 
tion en Angleterre , & nous I'avons 
profcrite en Suede ; piiiffions - nous; 
avoir des imitateurs! Vous parkrois- 
je -dcs procedfes de ces Tribunaux 
iniques qui bleflcnt la religion , en 
f eignant dc la defendre ? Je ne penfc 
pas que ce delire An fanatifine puiflc 
jamais s'introduire dans un Etat pafla- 
blement admindftre. Ulnquiiirion nee 
<lans des fiecles d*ignorance , doit 
Jifparokre des que la raifon com- 
mence a s'cclairen Mais ce qui fe 
rencontre par-tout , ce font des Jugcs 
qui ont imagine une gloire funeftc 
a trouver des coupables, Ames viles; 
& corrompues , fophiftes alteres de» 
fang ^ ils tendent des picges a Taccufii 
qu'ils interrogent , ils cherchent ilc. 
tromper , ils Tentourent d-efpions SC' 
de delateurs , & pour le perdre fei- 
gncnt des fentimens d*humanite qu'ils 
n ont pas, 

Qrfil n'y ait jamais dc punition 
fans jugement , ni de jugement fans 
line procedure reguliere. Agir par 
tuie methode differente, ce feroit 



Ill DE LA Legislation,^ 

vtne injufticc ; ^ une injuftice cffrayc 
tout Ic mondc , mais ne corrige pcr- 
fonne. Etabiir dcs commiffions , chan- 
ger TordFC dcs Tribunaux & des Ju- 
rididions , c'eft declarer qu'on veut 
faire perir un innocent. Pour favo^ 
rifer r^ccufe &: cmpecher en memc'' 
temps que les juges ne foi^nt cor- 
rompus ou peu attentifs fur eux- 
mcmes ^ que les Loix ne craignent 
point d'entrer dans le plus grand dc-- 
tail , en prefcrivant les regies ou les 
tbrmalitcsdontilpefera jamais permis 
de s'^carter. Que tout foit ordonno 
de la maniere la plus claire & la plus 
precife fur le nombre & la qualit6 
dcs juges & des temoins , fur les in- 
terrogatoires , les recolemens & la 
confrontation. Que le Magiftrat pro- 
nonce fon avis a haute voix ; qu'il 
foit oblige de rapporter dans fon ju- 
jement le texre de la Ix)i qui con- 
lamne le coupable ; qu'il s'engage 
par ferment k no jamais juger en 
vertu d'une Loi qu'jl croira injuftc. 
Que les procedures qui font enfevelies 
myfterieufcment dans Tobfcurite des 
grefies , foient ouvertes au contraire 
^tous les cifpyens qui s'intcreflent au 



%u Precipes msLoix. Liv. lit. ix^ 

Ibtt du condamne : ce fera unc inA 
trudion pour les citoycns , & un frcin 
pour les juges. J'ai dit qu'il falloit 
ra^porter dans un jugcmcnt la Loi 
qui condamne un coupablc j & ricn 
n'cft plus niccflaire pour empccher 
que cfes )ugcs corrompus n*eqoutent 
lours paffions , &: que des jugcs hon- 
nctes gens ne foient trompcs , tantoc 
par leur pitic , &: tant6t par I'aniour 
nieme de Tordre : aegligez ces regies , 
il en naitra unc Jurifprudence arbi- 
trairc qui ouvriroit la porte a route 
forte d'abu^ &: d'injuftices. Si la Loi 
n'a point prononce contre un delit , 
que celui qui Ta comniis ne fubifle 
aucune peuie. Le juge doit feule- 
ment avcrtir Ic Legiflateur qu'il man- 

3ue quelque chofe a fon ouvrage , & 
ire an coupabU qu'il ne s'eft pas 
conduit en bon citoVen , qu'il a viole 
He confcil que lui donnoit fa raifon, 
&- qu'un honncte homme ne fe per- 
mct pas tout cc que les Loix n ont 
point dcfendn. On dit qu en certain 
pays , c'^cft fans dout^i; en Bvirbarie , 
quand les prcuvcs d'un crime qui mc- 
ntc la roue , ne font pas complcttes , 
on envoyc raccrffc aux galcrcs i mais 

Fij 



114 o^ ^^ Legislation, 
I'aime i croirc que la raifpn bumaine 
nc s*cgare point a cct execs. 

Un eoupabie nc laiffe-t-il auciine 
cfpcrance de rctoiir a la vertu ? il 
ferok dangercux de lui permettrc de 
jouir de la fopi^te •, ainfi que les Loix 
Ic condamncnt a uiie prifon perpe- 
tuelle. Ce n*eft point, pouf dc pareils 
hon^mes qu'eft rait le D^nniiflfement s 
par fa nature , cettc punition n*eft 
deftin6e qu^a f6parer pour un terns 
limite un coupable dcs objcts qui lui 
font chers , 6f Tinviter k fe corriger 
en rentrant en lui-meme. Mais fi 
un homme meritoit un banniffement 
perpetuel , ou qu'il ftit njdceflaire de 
le priver pour toujours de fa patrie , 
4de quel droit envoyeriez-vous cette 
pefte chez vos voifins ^ Ce feroit en 
quelquc forte violer le droit des na- 
tions. Si vous vous doftnez eette libertc 
i Icur egard, i\$ fe la donneronta leur 
tour au v6tre, & toutes les nation^ 
fe corfompront mutuellement. Que 
jamais la confifcation des biens n'ait 
lieu. Un citoyen eft coupable $ mais 
pourqucM priveriez-vous Cqs proches 
Sf fes h^ritiers qui font innocens, dun 
^^^.qui leur a^artient ? D'aill^urs ^ 



OU PRINCIPES DEsLoiX. ii/i'* IIL lij 

trous tenteriez la Cup;dit;e du Goii-^ 
vernemcnt- Je voud^ois mcme que 
les amendes n'euflent lieu , que quand 
il s'agiroit de 6unir des delits que 
ravafice auroit Fait qomftiettre : hiais 
que cet afgeftt , le tribut du vice ^ 
ne {buille jamais les mains des Ma-^ 
giftf ats ^ qu'il foit diftribuc. atix indi-* 
gerisv ^ . 

Un des plui gfands inconv^niens 
des Legiflations dures , c'eft d'avoir 
cbranle Tempire des Loix , en aiito- 
torifant Tufage des lettres de grace^ 
Laiflbns,dire aux gens qui ne penfent 
^as , qu^il eft beau que 1 indulgence & 
e pardon accompagnent les Princes ^ 
c'cft dire en d autrcs termes qu'il eft 
(age d'^enhardir les citoyens au mal, 
en laiflant aux coupables I'efperance 
de n'etre pas punis.' Des que la Loi 
ne. fera pas toujours inflexible , tou- 
jours agiflantc , cUe ne tardera pas 
k etre meprifee. Le bien que vqus 
croyez faire , fervira de pretexte pour 
faire le mal/ II y aura des families 

{^uiflantes par leurs dignites ou par 
eurs richefles , qui jouiront bicn-tot 
de Timpunite ; St cependant cc fo^t 
les coupables puiilans par IcJur rang 



i 



12^ DE LA LiGISLAXrONi, 

& leurs richefles , qu'il importe dxr^ 
vantage de pirair. 

Si vous voufez que tes Loix pa- 
roiflcm: deuces & humaines , quoique 
fevcres , etabliflex des Loix qui' , fi 
je puis parler ainli ,, tempcrent & 
corrigent cette rigueur que vbus 
craienez tant 5 accordcz dti recom- 
penlcs aux aftions qui font contraires 
aux delits que vous puniflex. Quand 
la peine de mort , par exemple , fera 
portee centre ceux qui trahiflent la 
Kepubliquc , il eft sur qu*elle paroi- 
tra moins dure , a proportion que 
Ic Legiflateur aura itc phis, attentif 
i recompenfer tes citoyens qui aimcnt 
la patrie &qui la fervent avcc diftinc- 
tion, Voulez-vQus qu*une Loi fevere 
contre fq meurtre m^dite paroifle 
douce ? Que cclui qui aura fauve un 
citoyen pret a perir , foit honore y 
comme chcz les Romairis , d'une 
couronne civrque^ Pour accoutumer 
les hommcs a fe gouverncF par le 
fentiment de la vectu & de Thon- 
neur, attachez une certaine honte 
a chaque punirion ; mais etabliflez en 
memc-tems des moyens par lefquels. 
i3» coupable pourra fe layer de Tqiw 



OU pRINCIPfiS DES LoiX. Liv* in. JLZ/ 

{)cce de fletriflurc que Itii aura in>- 
prime un jugtimenf, carileft dangQ- 
reux de le jetter dans Ic derefpoir;, 
& doux de rendre i la Rcpublique 
un homme dc bien. Ce n'eft qu'en 
rcparant mes torts , ce n'eft qu'en 
montrant que je me fuis corrige , qu'il 
doit m'etre permis de me rcabiliter* 
Le Legiflateur hatt les d^lits , mats 
il plaint ks coupables. Scmblablc k la 
providence dont il eft le coop^ra- 
teur , il doit pardonner a un repentir 
fincere. Dieu lit au fond du coeur 
nos fentimens ; mais le Legiflateur 
ne les connoit que par les adions 
qu'ils produifent. 

Ceft par cette methode , Milord , 
iu on etablira une focicte heureufe, 

, fi je ne me trompe , on ne peut 
employer d'autres moyens fans s'ega- 
rer. Que la vigilance des Magiftrats 
ne fe relache jamais; un inftant dc 
negligence produit des fiecles dc ca- 
tamites. Que les Loix foient tellcs 
que les Magiftrats voyent tout par 
eux-memes^ & que , fous prctexte de 
chercher le vice dans Tobfcurite ou il 
fc cache encore , ils n'ecoutent j^ 
mais la voix des dclateurs Sc des ci^ 

Fiv 



11? D£ LA LiciSt AflO'N , 

^ions. Qu'un Etat eft malheureux' , 
-s-'il a befoin de ces funeftes inftru- 
«mens ! lis ne font neceflaires qu'a 
-rinfuftice & a la tyrannic II importe 
«aux hommes d'etre' unis par une con- 
fiance mutucUej que les Loix qui 
veiilent fe faire aimer, ne les privent 
done pas dc ce bien. A quels dc- 
fordres ne faudrqit-il pas s'attendre , 
fi la delation etoit ordonnee, & qu'on 
fe rendit quelquefois coupable en 
n'^tant pas un traitre 8c un d^lateur ? 
Tout me dit que j 'ignore ce que je 
fais fous la religion du fccret ; de 
quel droit les Loix me regarderont- 
elles comme criminel , fi je n'ai pas 
trompe la confiancc de mon ami ? 
Puis-je ne les pas hair , fi elles me 
mettent dans la neceffite de rougir 
fi je leur obeis , ou de perir , commc 
de Thou fiir un 6chafaud , fi je fuis 
honnete homme ? 

Je ne me deguife point , Milord ^ 

au'en fc conformant aux principes 
ont je vous ai entretenu dans notre 
promenade, ma Republique ne ftit 
encore expofee a des difgraces & a 
des revers. N'oubliez pas , je vous 
prie , qu'obligc par condefeendancc 



cru pRiNciPEs DBis 'Loix.Uv* III. tl^ 

Eour la mechanccte & la fottife dcs 
ommcs , de ne pas detniirc la pro- 
pricte dcs biens , & Tinegalitc dcs 
fortunes & dcs conditions ; je fuis rcftc 
bien eloign^ dcs vues dc la nature. 
J'ai laiflc parmimcs citoycns un gerqic 
d*avarice & <l'ambition qui nc ten- 
dra qu'a fe developpcr. Les pafllons 
feront un cflfort continucl contrc mcs 
Loix , ellcs parvicndront i corromprcr 
Ic Lcgiflateur mcme j tout Tcdincc 
«'&rouiera en pcu de terns, fi vous 
tf avcz pas commence par donner dcs 
moeurs aux citoycns , &pris les mc- 
fores les plus prudentes pour les con- 
ferven Puifque la nature bicnfaiCantc 
feme autour de nous dcs plaifirs , 
lachons en joiiir , mais ne les frela- 
tons pas \ voilk en quoi confiftent les 
bonnes moeurs, L'art gate tout ; que 
nous ferions heureux fi la nature 
feule prcparoit nos plaifirs ! La tcm-^ 
perance , la fruealite & le travail ont 
teurs d^lices , oc un peuple qui s'cn 
contenteroit , n'auroit prefque pas 
befoin d'avoir dcs Loix. Ten appellc 
^ THiftoire, j'eri appellc. Milord , i 
votre propre experience : qui font les 
Anglois les plus attaches au bien 

F V 



IJO DF LA LioiStATlOS-y 

public & les plu5 difpofe& a s'y fa- 
crificr ? Sont-ce. ces hommes fatigues 
dc leur oifivetc &: de leurs voluptcs. 
qui. employ exit tant d'artiftes a leur 
bonbeuc , qu ces. citoycns medeftes. 

3iu coaaoi0€iat & fcntent le priif 
tine vie firugak. &. Uboriciifc ? 
Ufaut fair© axtentipn que lesLoix 
Be s'alterent jamais que* fzt la deca- 
dence meme des moeurs. Tasjt que Ics. 
moeutis. i§^b6ftcnt , l.es^ rcvep^^ les 
diigraces ^ les orages r, ks, malheurs 
nc font rien , pa^xe.que la Rqpublique 
reti;ouve en ellc-meme uu ueffbrt 
capable de la remonter.. Uaeaoui? de 
Tordre & du bien- pubtie la. guide 
encore quand elk s'efgare.^ & la ra^ 
menc cnfii^i daas le. chemiiH qu'clle 
avoit abandoune.parnwgardeou pai? 
furprife. Les mcx:ui:s commencent- 
cUeS: a fc corromprc h foyez . suf 
que Ijes Loix commcnccnt: auffi a 
perdre de leur credit & de leur au- 
terjtc.. On dcchqit fans qu'on s'cft ap»- 
percoiye j ou eft dcctiu avant que 
de Gomioitre fa decadeaqe: , avant 
que d-cfv etre avcrti ; on ne peut 
plus remonte;; au point d'ou Voi\ eft 
' toDibq > oa. n'a pc\s mc^ip. U, for.<;Q: 



^v Prwcipes dIs Lorx. Liv. III. lyx 

de le defirer. Lc pfopre dcs mai^ 
vaifes moeurs , c'cft dc s'applaudir 
elles-mcmesde leur depravation. Dans 
une pareille Republique oii trmive- 
rez - voirs dcs hommes qui ofent pra- 
pofcr le bien ? Qnand de noiiveaux 
Catons s'ecrieroicnt : O terns ! 6 
moeurs ! quel en fcroit le fruit ? Ccs 
Loix , cette fagefle , cette fimplicitc 
de nos peres qu'on voudroit encore 
nous faire aimer , nous nc Ics regar- 
dons plus que comme des monimieRs 
de leur grofliefcte. 

Ce n'eft point , Milord , par des 
preceptes de pedanterie , ni par de 
faftidieux difcours , ni en nous acca- 
Want d'lme foule de devoirs mimi- 
tieux 5 qu'on parvient a eonferver les 
moeurs chez un pettpl^ v ^^ft cf 
dormant aux enfians uiie cducatl^i 
qui les prepare a etre de* hom'm^i 
juiles & tcmperans , c*eft en les ac- 
eoutumant de bonne heure , par le 
fecours de la religion , a penfcr que 
nous fommcs fotrs Ics veux Sc fous 
la main d\m fu^ dont il eft im- 
poffible de tromper la vigilance &r la; 
j^uftice. Une bonne education nous^ 
fait contrafter des habitudes honn&esv, 

I vjj 



?< 



1J2 ©B LA LicifLATION, SCC. 

& nous foumit ainfinn pr^fervatif 
contre les paffions > tandis que Dieu; 
jui eft devenu , fi jc puis parler ainfi^ 
e premier Magiftrat de la Rcpubli- 
que , fupplee a ce qui manque i nos; 
Loix & les protege. Ceft pour cette 
raifon que les Legiflateurs anciens 
regardoient Tcducation des enfans 
& la religion des peres , comme le- 
fondement des Loix &: de la felicite 
pubKque. Platon & Ciceron valoient 
Dien nos politiques^ modernes , qui 
pretendent fe pafler de probite. Et 
puifque nous ne decouvrons point en-^ 
core le fommet de la tour qui cou- 
ronne le chateau , nous avons le tems 
de nous entrctenir , a leur exemple , 
de ces matiercs importantes, &: d'e-r 
xaminer par. quels principes fe Legif- 
Jliteur doit fe conduire a Tegard de 
f Education & de la religion^ 





DE LA LEGISLATION, 

o tr 
PRINCIPES DES LOJX. 

LITRE qUATRIEME. 

■I .>it«-B*CT.t»,i , II ^ 

CHAPITRE PREMIER. 

JiiS Loix nidtivemtnt a fei/ucanon que- 
la Ripubliqiu do'u dontur aux a* 
toyens. 



OviTAVT Fufage que Ics liommra; 
feront deleiirs qualites fociales, pour- 
fi'ivit notre Phifofophe , ils feront dcs. 
Miltiade,dcs AriftidCj^desFabhciusj, 



14^ D£ LA LiciSLATION > 

iricnt , i chcrchcr desplaifirs nou- 
veaux , vous ne tardcrez pas a voir 
naitre unc corruption gen^rale. L'opi- 
niatfcte pcrfcvcrantc aes jeunes gens 
triomphcra de la fagcffc nonchalantc 
de leurs percs j on aura de la fbiblcflc 
en croyant rfavoir que de Tindul- 

fence^ Si on commence a miriger 
aufl[erit6 des Loix , cllcs feront 
bicntot fans antoritc. Pour obtenir 
encore quelque chofc de lajeuneflc 
indocile , on s'cxpofera a dcvenir 
fon cfclaves & cnaquc gcncratfon 
nouvelle vcrra paroitre quelques vi- 
ces nouveaux qui en preparcront de 
plus grands encore. 

Ccft au relachement qui s*intro- 
duifit dans Tcducation Athcnienne, 

3uePlatonattribue laprincipalc caufc 
es malheurs qui affligerent fa Patric 
aprcs la guerre Mcdique. Des Auteurs , 
dit-il , mclcrent &: confondirent Ics 
difFerens genres dc mufique , & Ics 
Magiilrats ne s'ctantpas oppofes avcc 
affez de*force a cctte nouveautc dan- 
gercufe , les jeunes gens nc fc con- 
tcntcrcnt plus de la limplicitc majef- 
tucufe des fpeclaclcs anciens. Lcs 
plaifirs qui Iciir avoicnt fuffi , Icur 



ov pRmciPBs i>ES Loix. Uv^IF. 145 

parurcnt infipidcs ; & au lieu de cettc 
mufiquc male & courageufc qui de- 
voir rame , ik voulurcnt.que ie thea- 
tre retentit des fons qui n'infpiroient 
qu'une foUe gaietc ou une volupte 
encore plus infenfee. La modcftie ne 
regna plus dans les fpeftacles , les 
applaudifl^mens & Igs fifflcts furent 
cgalejnent uynultucux ; & la revo- 
lution qui s'etoit faite aux theatre , 
en produifit une dans le gouvernc- 
n^ipnt de la Republique. La jeuneflc , 
Here 4e ,s*etre rcndue Tarbitre &: le jugc 
des plaifirs publics , ne regarda plus 
qu'avec un certain d^dainles fagesqui 
pr^voyoicnt la ruinc de la liberte , 
€n voyant la decadence des moeurs , 
& cU^ ne tarda pas a penfer qu'ellc 
devoit avoir dans Tad^niniftration des 
affaires , la memc autorit^ qu'elle 
avoit ufurpec fur les Hiftrionj , les 
PoKtes &• les Muficiens. Les percs 
ne trouVlSrent plus , dans leurs fa- 
milies , la meme deference a leurs 
confeils , & bientot ib donnerent inu- 
tilcment des ordres. On nie voulut 
plus obeir aux Magiftrats, &r tout 
ai>nonca a la Republique qu'elle n*au* 
roit plus de Miltiade , d'Ariftide , de 
Themiftocl^ , ou (ju'elle les auroit fans 



'jr44 ^'^ ^^ OLioisLATtoN^ 
confentirk Ics coixfulter & a les croirc 
MUord , pourfuivit notre Philolb- 
phc , jc m'apper^ois au fourirc qui 
vous jcchappe , que vous preneztout 
cc que je viens de vous dire de la de- 
cadence des Ath^riiens ^ pourcc qu'oii 
appelle communement les reveries ou 
les chimeres dc Piaton j mais permet- 
^ez^^noi de vous le dii.e , fi ces refle- 
xions vous paroiflcnt tinges dc trop 
loin & plus lubtiles que vriies , n'elt- 
ce point parce que nous jugeons de 
1^ iituation d'Athenes par celle de la 
plupart des Etats n\odernes ? A force 
joe nous -etre corrompus , nous avons 
oubli6 lliiftoire de la generation de 
DOS vices & la veritable origine de no- 
tre corruption. Tourmentes par les be- 
vues & les pa^^ns tantot pdieufes 8c 
tantot ridicules de nos vieillards & de 
nos Magiftrats dont Tinfluence eft di- 
refte & fenfible ^ nous xie fongcons 
point a nous en prendre a 1^ licence 
dans iaquelle nous^levoils nos jeunes 
gensJleft vrai qu'iisji qnt aucucie auto- 
rite, mais ils en auront un jour, firTon 
ibuffrira alors des vices qu'ils auront 
contraft^s dans leurs premieres an- 
^^es. Nos maux font fi anciens » & il$ 

tipnncAt 



1^ 



ou PRmaFES MS Ldix< Liv* IK 1*45 

ticdtient \ la fois a tant de caufes dif- 
f<Jrentes , qu'il eft prcfquc impoflSblc 
d'affigncr lesefictsaac cnacunc d'cllcs 
a produits. Mais PIatx)n ctoit temoin 
dc la revolution dont il fe plaint , il 
voyoit . qu'i meliire que Ics jeunes 
Atncniens avoicnt etc moins mo- 
deftcs dans leurs plaifirs , ils avoient 
moins refpeftc Ics talens& les vcrtiis; 
que chaque citoyen avoit etc moins 
attache a fcs devoirs ; que les moeurs 
publiques s'etoient altcrecs , & que 
les Loix qui avoient fuffi autrefois 
pour entretenir Tordre & la paix ^ 
n'etoient plus capables de prevenir 
les divifions , les intrigues & le de- 
fordrc. II fentit par-la de quelle im- 
portance etoit une bonne education , 
ccbientot nous ferions convaincus, 
commc lui , de cette v6rit5 , fi nous 
parvenions , par une forte de miracle , 
a bien Clever notre jeuneflc. Nous 
verrions qu'en lui donnant de$ moeurs; 
nous aurions travaille indiredement^ 
mais efficacement a reformer no$ 
Loix , liotre Gouvernement & nos^ 
Magiftrats. Nous verrions que nos che& 
ic nos condudeurs qui s'applaudiOent 
//• Panitn . . Q i 



^ 



tJ^6 BE lA LBdlSLATlON, 

aujourdliuid'&trc aimables & fri voles, 
recenus alors par la ceiiliire des jeunes 
gcnSjCommcnccroicnt a avoirqqelquc 
honte de Icurs vices. Des Loix que 
nous tol^roDs , que nous aimons me-* 
me , noos paroicroient bientot into- 
Icft^les ; & nous devrions autant de 
bien a une bonne Education , qniie les 
Ath^niens d^irent de mal aux evenc- 
mens qui d^angerent les moeurs de 
la ^erniefl^. 

Je me liappielle ce que me difbit k 
Zuridi an Suifle > homme digne des 
anciens tarns , & dont je cultiverai 
toujours avec (bin la precieufe amitie. 
Vous ctcs aflcz content , me difoit-il , 
de notre Gouvcrncment j nos Loix 
vous paroiflent fages , & quoiqu'elies 
aient ett fanes dans un cems ou TEu- 
rope barbare ne nous donnoit que 
des exemples d'injuftice & de tyran* 
tiie , ctles font aflez juftes. Tout tend 
ii nous (aire aimer Tiigalite , nos Ma- 
giftrats font fans fsiAe , les fimples 
citoyefis ne craignent point leurs ca* 
f>ric6s , & cfn s-attendroit i trouver 
^rminous Tamour le plm vif pour la 
«trie. Opendant f y vois je ne fais 
quelle tiideur qui n eft -point digne 



OX) PRINClPfcS DBS LcMXvi/V. '/^. ^^47 

dc notrc Ubert6 , & que les Grccs 6c 
Ics Romains auroicnt rcgardce commc 
im grand vice. Petfonnc ne fe plaint , 
ni ne peut fc plaiilflrc que ie Gouveiv 
nement lopprimt , tout le monde 
convient de fa douceur ^ &: cepch^ 
dant nos Loix nous font , eri quelqoc 
forte , indifferentes. Quoiqu'etlcs noiis 
foient niceflaires pour evitcr Toppref- 
fion & confcrver la tranquillite pu- 
blique ^ nous n'avons pas ie courage 
dc les aimer avec cette thaleur qui 
clcve Tame dcs vrais R^ublicains, 
J'ai beau cbercfeer , ajoutoit41 , les 
caufqs de cett^'imlbeurcufe noncha- 
lance , je n*cn veis point d'autre que 
notre negligence "4 nous f aire d*«xcei- 
lens citoyens.parimeexdcHentc^d^ca- 
tion* Nous n'avons pas affez de (bin dc 
pp^papdr-iios '^uoes gens a fe conteA- 
tcr -du boAhcur que iK>tre Gouver- 
nen^ent doit \ei\t * x>Snr. Nous les 
. laiflbns dans une trop grande oifiveti, 
Inous leur permettons trop dc choifir 
k leur gre leurs plaififs •, & ecs plaifirs 
- n^tant que -trop 'fotivetit diffenens i^c 
teux^ue demanded doit perm ctwc 
la: tdfdiitioh rfuit peuple mrfc , notls 
^f^mttilti 't&aidms ^ets a d^ginirer. 



148 DE tA Legislation^ 
Nos jeunes gens voyageiit enfin fans 
ctrc prepares a meprifer Ic fafte & le 
luxe qui d^vaftent^nos voifins ; & ils 
fe laiflent eblouir par Teclat trompcur 

3ui les accompAgne. A peine voyent- 
s des vicps inconnus parmr nous, 
qu'ils plaignent leur Patrie de nc Ics- 
pas avoir. Us fouffrent avec peine 

2u'on leur rcproche une fimplicitc 
ont ils feroicnt fiers , s'iU avoient ete 
bien Aleves. Ik apprennent k eftimer 
c^ntmiferes dangereufes q^ue nos Loix 
ont cu raifon de profcnre comimc 
autant de picges de la tyrannic. Ils 
copient avec eflfort des vices qui les 
rendroient malheureux , fi nos Ma- 
giftrat$ n'etoient pas aflez fages & at 
fez vigilans pour les ctouffer des qu'ils 
pftnt fe montrer, En faifant un exa- 
men de nos moeurs , peut-ctre feroit- 
il aifii de nous dire : C'eft d'][talie auc 
nous avons apportfe cctte iibttifej ceile- 
jci nous vicnt en droiturc de France , 
celle-lk d*Alleqiagnc , & cette der- 
niere de Hollanae ou d'Angleterr©. 
Que Lycurgue avoit raifon dc defen- 
dre aux Spartiates la communication 
des autres Grecs ! Nos jeunes ^ns m-^ 
yicnnenc d^n$ nos montag&cs* bi^n 



ou Principes DBS Lbix. jtiv. IF. 14^ 

determines k trouVCr leurs cortipa- 
triotes infupportables 5 il$ h'obiifferif 
qu'a regret a dcs Loix qu'ils trouvcnt 
gcnantes ; on fe plaint dc leur pe- 
aanterie , on voudroit s^y (buftraire , 
& notre GouVerncment no produit 
que la moitii dii bicn que nos Legif' 
lateurs s'en etoient promisT Nous ai- 
mons encore notre libcrte & notrc 
Patrie , mais moUemcnt , paree que 
nous n'avons pas accoutume d^s Ten- 
fance nos citoyens a hair les vice^ 
fpuvent agreables qui fuivent ou qui 
prcparent la fervitudc : quel prcfagc 
Funefte pour I'avenir ! 

Quoiqu'il en foit , Milord , de ces 
reflexions qui meriteroient un long 
commentaire ; je crois que vous ferez 
bientot perfuadc , avec moi , que la 
Rcpublique ne formera jamais d'ex- 
cellens citoyens , tant que Teducation 
nc fera pas publique & g^nerale. Pcrv 
mettez • vous aux percs de famillc dc 
fe faire arbitrairement des regies ^ 
cct egard ? 11 me fcnible des-lors q[u*il 
doity avoir dans ks mosurs une vanete 
qui n'y permettra aucunc confiftance; 
La icuncflfe trompera des jpcres & dcs 
meres a qui Icur^ tendrcflic n'eft que 

Gill 



1-5^0 dE LA LE^ISlbATiaK, 

trop pi^ogte i, faire iifufion y & fans 
oerdre aucuti de lefirs' vices , \c$ en-« 
ians'fe haterenc de' prbodre ceux de 
ieurs parens. Ccs citoyens , nes avcc 
des cara^eres , des temperamens dc 
des inctinations difierentes y mais 4 
qui k RepublM^e doit donner des 
pnncipes commnns d'umon >'de pact 
& de concofdie, pour • n'a voir , s'il 
cftpoflible^ qu'iin mcme eQ>rit, ne 
porteront ckns 1^ focicte que les pre- 
)ug6s domeftiques de leur education 
& de leur profeffioa. Chacun ne con- 
fid^rera le bion de TEtat que par 1- a* 
vantage de fon OrdrO en particu-^ 
lier y on fe [oraindra , on fe m^pri- 
fera , on fe b^'ira. Attendd: ~ voiis 
done ^ n'avoir qu'une RepuWique di* 
YJfee par les interets contraires de 
Ics citoyens , &jgouvernes par des 
intrigans qmi ne feront oceupcs que 
de leur fortune domeftuaue;; 

Dans la fituatt6n a6hieiie' des ehot 
fes eaEurope, jeae nifepasqiieire^ 
^cation domeftii^e ne pniiie etre 
pi^eferable ^ pe que nous appcllons. 
tommun^ment one education publi- 
one. Je le ftdbs ^ &r ee» n'eft point 
cuias le ch^tea^oilo^Ms nous ttqu>? 



cu Principes Dis Loix. liv. ty. 151 

vons aduellement qu'on en TOurrcik 
douter; ^W ^ encore des iWnillc^ 
qui ont refift^ a la contagion gene- 
rale , & Gii rhonncur femble lubfti- 
tue comme les terres, Je conviens 
que des parens vertueux & eclair^s 
donneront ufie meilleure Education 
que des maitres mercenaires > dont 
tout Fobjet eft d*enfcigncr pcnible- 
xxient dans un College , un peu de 
mauvais latin & bcaucoup de fot- 
tifes , & qui ne raflemWcnt , pour ' 
ainfi dire , une foule d'enfans , que 
pour qu'ils fe communiquent plus ai- 
iement leurs vices & leurs prejug€;$. 
Je conviens de tout ce que vous 
voudrez 5 mais que refulte-t-il de 
cette education domeftique ? Quel^ 
ques bonnetes gens qui feront le 
bonheur de Icur famille & de leurs 
amis, mais qui n'aiiront aucune in- 
fluenceiur Icsmcxnirspubliaucs. Eft-CQ 
la tout Tavantage que doit fe propofer 
un L^giflaxcur t 

Quand je parte , continiia notre 
Philofophe , cic Teducation publique , 
Dial me prifervc dc penfcr aux XJni- 
verfit^s oc aux Colleges ^tablis eo 
Europe s il n'appartient pas^ j^ dey 



lift 0V L A LiciStATIOlT , . 

pedans qui n'ont aucune idee de h 
fccietc ni de$ reflforts qiii la font 
mouvoir & flcurir , dc pretendrc a 
Thonneur d'clever des citoycns* Je 
demande que dans chaque ville & 
chaqne canton , la jeuneue ait un lieu 
d'cxcrcicc ou fclle fe raflcmble a des 
beures marquees . Je defirc avec les 
plus fages Legiflateurs de Tantiquite , 
quelle s'y forme i tout ce qui pcut 
tortifier ion temperament & elever 
Tame en ccartant les voluptes & les 
deficateflcs qui cnervent le corps. 
Que les jeunes gens trouvcnt du plai- 
fir & de la gioire k porter des far- 
deaux 5 a courir , a nager , k luttcr , 
Ji lancer des pierres & des Javelots. 
Tantot qu'ils creufent unetranchee, 
& que tantot ils la comblent. Qu'ils 
apprenncnt a braver routes les intem- 
pericsdes faifons & a ne rieii craindre. 
11 faut commencer par s*accoutumer 
*au mal-aifc pour ctre heurcux route fa 
vie. Enfin , que les elcves de la Repu- 
bliquc fe familiarifent avec les armes 
qui doivent fervir 4 la defenfe d« la 
Patric , &c cxecutcnt avec la plus 
grande pr^cifion toutes les dvplutions 
militaires. 



OV PRINClPfiS DES LoiX. LlV* IV. 1 5 J 

Si vous avez regie dc telle manicrc 
la difcipline dc ces champs de Aiars> 
que Ics jeunes gens diftribucnt cux- 
memes les recompcnfes qui font dues 
au mirrte ; foyez convaincu que vousr 
avez forme une ceolc oii Tamour de 
la gloire clcvera* des hcros. Us s*inC- 
truiront journellement i la pratique 
dc la juftice , & remulationne dege- 
nerelra ni en ciivic ni en jaloulie. 
Voulez^vous accoutumer la jeuncflc 
i robciflanceT &■ i la fubordi nation 
fi neceflaires parmi fes bommes , tc 
lui apprendre en mcme-tcms a com- 
mander ? Divifez-la en turmes ou en 
compagnics , & que chacunc ait fcs: 
chefs ou fes capitaines qu'elle aura 
cfaoifis. Par cette m^hod^e vous par*- 
viendrez nieme i vous fai|icr cfes^Nla-* 
giftrats qui. gouvefeeront un' Jour la: 
Rcpublique Tatni arrogance & fans* 
orgueil \ parce Su'ily fe fcront adcou- 
tum^s de boniie heure i commander 
fans caprice & fans hauteur des cama- 
rades qui imoroient Tart de flatter le 
vice. Cc n eft ni un pedant. ni un mer-; . 
cinaire qui doit prdndcr a la police de • 
ces fcux 5 cct honneur doit ctre la* 
paifible r^ompenfe des Magiftrats ' 

Gv 



\ 



i$4 n^J^tA LicittATroHr 
quiontveiUieaferTaatutilementIa.pa- 
trie , Sc qui raiment aflez pour s'occii* 
per dc la g&icration fuivante* Watoa 
etablk des oanquets publicspour la jcur 
neile de Pa Republique ^ &: ilvexxt que: 
la joie libre. & naive qui regne dansb 
ces fetes , prete. aiTcz de graces i, la: 
frugalite & a la temperance , pour 
qu'on nV fongc point a la vol'upte- 
Get etaoMement eft tres-fagej je^ 
voudrob que chaque turme ou chaque 
compagnie edit fes fpflins , & qjue: 
fan chef £ut charge lui-mcmc: d ele- 
ver une barriere entre les plaiiirs &c 
ia licence^ Lcs^ jeunes gens feronr 
morns tentes de s^carter de leurs de^ 
^Qirs y quiad Us en ieront avertis par 
qxt j^onmie 4^, )eur age.- NecraigpeZv 
iD^s. quCv qctui-ci (crp^R^^x^ ilaura 
jpuns eilbrt la, vigilance & pexa^tude^ 
qpi lafijguent fouy-enf un -vieu^ Ma- 
giflxat. II aimera a. exercer foa a^-* 
tx)rite fur fes pareils^ & s'il s'dtudie a^ 
n^ leur pas d^laire , i\^ craindra em 
meme>tems les reprQcbq$ d^ ksp fii^ 
perieujB^-.. •.'/.] .,-. . ; ;....' ; ' 
La lUpubkque: a'cil pj^ contf^ofcei 
41iommes feuls ^ Sc j& vous ayertifi« 
qjoe vous a'avez. rien faii& il; vousf 



otjP^mcwfis DEs 'Loix.Liv. iV. 155 

negKgcz Pcducarion des fcmmcjf. II 
faut choiiir ou d*cn fairc des hom- 
ines comme iSparte, ou deles con- 
datnner \ la rcrraitCr Si vous ne leur 
donncz pas la force , le courage & 
Tclcvation dont je parle , ellcs vous 
communtqueront toutes leurs foiblef- 
fcs. Elles veulcnt dominer comme y 
nous , mais par de pctits moyens ^ 
la rule , Tartifice , les larmcs , lc$ 
bouderies , la pitie & toutes les ref- 
fources inepuifables dc' la coquette*' 
rie. U n'cn faut pas dayantagc pour 
fubjuguer le plus brave homme; tc 
fi nous fommes* domptes , vous n'aurcr 
qu'une Republique de femn>elettes^ 
Nous ferons les efclaves de nos fern- 
mes , ellcs feront les tyrans de tetir 
maifon , & bientot des Magiftrats & 
des Loix, Elles feront un commclrce* 
de leur jpudeur , & moins elles cfi 
auront, plus le commerce f«:a lucratif. 
Je vous defie de me eiter un Etar od 
les femmes arent eu du pouvoirfaris 
ddtruire les moeurs , tes tofai &' le 
Gouvernement. Elevez done fcs Jctf- 
nes fillc8 a la modeftic' &: \, famous 
du travaiL Formcz leurs: premieres 
moeurs defa^on qu'elles n'ambitioii'' 

G v) 



t$(9 PB LA la^Gt&LArtOKr 

ncnt point d'autrc gloirc cprc ccMe 
d'etre d'excellentcs meres de fomiHe* 
Si eiles font oifives dans Iciir maifon > 
la retraite leiir paroitra infupportablc^ • 
& des que la diffipacion Icur fcra ne- 
ccflaire x ^^^^^ aimcronr toutc autre 
chofe que leur man & leurs enfans;. 
Quclque attention. Milord, que 
j^aic apportee pour fairc de bons . ci- 
toyens > nc croyesi pas en etre quitte 
k fi bon marche. Je connois j:rop Ic 

fouvoir des paffions dans une Rcpu- 
lique ou. Tinegalite des fortunes &r 
des conditiofis Ics echaufFe &: les 
irrite continuellement',, pour ne pas 
vous parler encore de quelqiTcs eta-* 
bliflemens que }c crois indifpenfables*. 
Platoa , que j'aime a vous citer ; 
croyoit que les Grees pouvoiient air 
£^ent abufer des qnalit^s un peit 
f^des & lauyages que leur donnoit 
la Gymnaftique > & c-eft pour pre-*- 
vcnir cet abus ^ qu'il vouloittempcrer 
f^thimu&Que UgrolfierGteoulr'elpece 
de43ratalke qu'on ne contra^fbe que 
fr<Dp* Jibuvent au milieu des exercices. 
violens du champ de Mars. A fba 
..cxemple , je voudrois eclairer I'ef*- 
pcit ,/& conauire pedodiquemiSiiti vwfn 




ou PRmcxPEi 6KS Loix. Ziv. IK i y7 

;euncs citoy ens dans des dcolcs o\x 1 on 
formeroit icur raifon ; S^dcft-l^ que 
fans ^tre o\(\k , ils fe d^laflTcroieat 
utilemcnt dc tears fatigues* 

Que ta bafe de ce$ OTOides Ibit une 
faine morale > ou ta connoi(ianc& des 
regies par lefquetles doit fe conduirc 
un ctrc raifonnabte qui ne peut &trc 
tieureux qu'en obetflant k fa raifon. 
Mai^je vous prie de faire attention 
que fion ne pr^fente pas a vos jeunes 
clevcs dt% Veritas ftmptes , certaines 
& cvidentes , les paffions produrront 
bicnt6t des fopliifles , qui , a force 
de fubtiKfer , rcpandront \t doute fur 
tout , & corrompront tes moeurs. Ne 
faites paint 4 autrui ce c|ue vons ne 
voudriez pas oui vous foit fait. Ccft 
de cettc viritc ijue part tout Lcgifla- 
teur qui vcut faire de fages Loix fiir 
nos devoirs mutucts \ &r ion premier 
foin eft qu'cHc foit grav^e dans I'ef- 
pri^; de tous les citoycns. Toute la 
morale confifte i divelcpper les con- 
f<^uences de cc prtecpte dont Tob- 
fervation nous rcndrti fenfll;>Ies , bu- 
n>ains , bieiifaifans, & noirs infpirera,^ 
par confluent , ime confiance rcci- 
proque. Q^ic le X^iflatCisr ordcBme 



t$i DE LA LiGlStATIOnr 

rfaccoutumcr les jeunes citoyens i- 
;uger du plus grand bien ou du plus 
grand mal d une action , par le plus 
grand avantage on Ic plus grand tort 
qui ctt r^faiicra pour les autres. Avec 
Ic fecours de. cettc mefure , nous 
apprcndrons a donncr k chaque verm 
& k chaque vice la place qui lui ap* 
partient naturdlemcnt. A la tetc de 
cette edhieile morale fe trouverJik les^ 
vcrtus. & les vices qui intcreflcnt le 
corps cntier dc la fociete , & dans un 
rang inf&ieur ceux qui nc regardcnt 
que la vie privee & dom^ftique. U' 
B*en faut pas davantage pour voir 
difparoitrc cette foule innombrable 
de prcjugcs qui a exercc , Sfqui exerce 
cncoreaujourd'hui un empire fi cruel 
& fi inutile fur le monde entier,^ Vos 
citoyens philofbphes ne fe tourmen-»- 
teront point pour acqucrir & prati- 
quer des vertus qui ne font bonnes 
a rien ; & qui ne font eftim^es » jque 
parce qu'elles font bifarres , extraor- 
^air^ , peu conformes k noire na^ 
turfe , d'une pratique difficile , & con- 
fervees par la mode & Thabitiade; 

Le but de fa foci^te n'&ant que de 
coD(ferver k tous ksfeonuneiles droitt 



©TJ PltXKCIPES BE&toiX. £/v. /P^ t$^ 

€(v^ils ciennent des mains tiberales de* 
KL nature , & leLegiflateur n&devant . 
aous impofer que des devoit^ ou'iS 
IIOU& impoFte- a chacun^ de rempw ;; 
vous fencez aif^nentde quellein>por- 
tance il eft d'etudier Ic droit naturel* 
que je pourrois appcllcr Ic droit dc 
Fegalite entre les nonimes. Sans cette 
etude, la moraAe qui n'a que des> 
principes incertains. , courra nique de* 
a-'egarer a cbaque pas. Connoiflez ce 
quo la. nature exige denous » St vous* 
vcrrcz qu'iiaV a point, comimenouB^: 
lecroyons-oroinairement, difierentes^ 
morales pour le- ricfee , pour le- pau* 
vre , pour Ic grand , pour le petit ,, 
pour le Magiftrat , Ic Scraverarn & le: 
nmpiccitoyen; voutvevitz que Ic 
pere dansia famiUe , Te f(£hatteur dans< 
ia Republiquev '&^ la Republique dansi 
Ic monde enticr i doivent avoir les* 
memes principes de condaite; Enfei- 
mez a vds ;eunes flcves lUiftoire de^ 
feur Nation^ , fir telle des anciens 8c 
de VO& voifins 5 mais len^enttods poinr 
que vous les occnpiez de ces dvene- 
mens obfcursrque des pWans ont re* 
tir& de Fobfcuritibuibdevoient torn- 
ber6c refter*. Attachez-les^r^dc 



itfo tE LA LeGISLATIOK,' 

des peuplcs Ics plus cclebrcs par leitrs 
moeurs > leur prudence , leur courage 
& leur amour de la jullice &c de 1^ 
Patrie. En etudkht leurs Loix , faires 
remarquer le bicn & Ic tnal qti'elles 
ont produits; & votre Legillation fc 
perfeftionncra fans effon. Tons Ics 
peuples ont cprouvc des nfevolutions , 
or rien n'cft plus ncctflaire que d'en 
connoiCre les caufes , fi vous voulez 
prcvoir d'avahce les biens que voat 
pouvez efpcrer & les maux que vous 
devez crajndre. Phis les jeunes ci^ 
€oyens acquerront de connoifiances 
dans cecte partie , phis its d^tefteront 
cette politique ruincufe quicroit ati*il 
eft utile d'etre in;ufte , rourbe , aOSh 
mule Sc mi^ehant. Us fe convaincront , 
par Texperjience de tous les terns , que 
tespaffions> tclles que Favarice &c 
I'ambition , nedonnent qn'unc proi^ 
perit6 pafla^ere > que la vertii leiile 
a fait fleunr les fbcietes , & que le 
vice feul les a ruinees. Us apprendront 
a mepriferxe que TEurope eftime, 8c 
s'ils ne pendent pas encore toutes les 
vcrites , il^ fcfont du moins dcgag^s. 
d*ime foule innonibrable d'erreurs^ 
L'educatioa doit nous difpofer x 




ou Principes des Loix. Liv. IV. i6\ 

aimer le Gouvcrncment awqucl nous 
devons obeir, maiscraignezd'infpirer 
un amour aveuglc & iiipcrftitieux qui . 
nous empcchcroit dc voir les vices dc 
nos Loix & d'en dcfirer de meilleurcs. 
Que voulez - vous qu'on efpcre d'ua 
peuple qui cprouve tous les jours les 
mconveniens de ia conftitution , & 
qui cependaiit eft tonjours perfuade 
qu'il obcit au plus fageGouvernement? 
11 nous importe , a nous autrcs Sue- 
doJ5 , de connoitre les dcfauts de nos 
Loix ^ & permettcz-moi de vouslc 
dire , Milord , c'eft Tadmiration <^uc 
vous avez pour votre forme de Gou*** 
vernemcnt , qui nc vous a pas permis 
de proHter des occafions Frequcntes 
que vous avezeues de la corriger,& qui 
perpetue les maux dont vous vous 
plaigncz. U n'apparticnt qu'au LegiP 
iateiir , dont toutes les vues font con- 
formes a celles de la nature , de pren- 
dre les mejfures les plus eflicaces pour 
fixer les principes de (pn adminift ra- 
tion. Tenter cctte entreprife , y rcut 
fir mcmc , s'il droit poffible , jquan^ 
les principes du Gouvcrncment font 
encore yicieux , cc fcroit attachcr 
les citoyens 4 Icurs vices & k Ictin 



t6l |5E LA LiciSLAtlONi 

erreurs, & fous Tapparenced'un grand 
bien , produire un grand mal. 

Pour mc faiic. entendre , Milord , 
il faut fe rappciler que route focicrc 

3ui n'eft pas parvemie au plus haut 
egre de perfedion , c*efl:-a-dire , 
qui n'a pas encore etabli la plus par- 
faite egaltte entre les citoyens , ou du 
moins entre leurs difFerentes clafles > 
^feprouvc neccflairement mille agita- 
tions qui troublent rharmonie de fes 
parties & doit Stre totou tard la vjdti- 
medes vices defbnadminift ration. Si , 
dans cette fituation facheufe , la Re- 
publique n'eil pas inftruite de ce qui 
lui manque ; fi les citoyens ignorent 
ce qu'ils doivent defirer , n'en doutez 
pas y on fe conduira au hafard , les 
vices de TEtat deviendront de jour en 
jour plus confidcrables , & caufcront 
enfin fa rume. Rappellez-vous ce que 
tant de peuples anciens & modernes 
ont ^prouvi dans de parcilles circon t 
tances. Les citoyens le font fervis des 
▼ices du Gouvernemcnt pour avancer 
leur fortune parttculiere , & tandis 
que les Loix perdoient infenfiblemeiit 
leur autDrite.5 les Magiftratsabufoient 
de Isux pouvoiir y &c la RipubHquc 



ou Principes des Loix, Liv. IF. i(/j 

eft devenuc la proye du defpotifmc 
oil de Tanarchie. 

Voulez-voiis perfevcrcr dans votrc. 
ctar de perfedion aprcs y ctrc par- 
venu, ou vous mcttrc iportce de vous 
en approcher chaque jour davantage ^ 
Que les Loix de TiedocationctabKrient 
t^galitifi la plus entierc entre les eii- 
fank AccotJttimez-rcs a raimcr.Quand 
lis ferdntbieti perfuad& que la nature 
n'a *poiftt fait des nobles & des rotu- 
riers , des riches &r des pauvres > quand 
fls aurdnt contrafte de bonng neure 
Fhabitude de ne s'eftimer & de ne fe 
confiddrer que par !euri qualitcs per- 
fonnelles , foyez sAr que dans la fuite , 
s'il vivent fbus les Loix de la Demo- 
cratie > ils feront moins tentes dc 
creer un Ordrc de Patriciens & un 
Ordre de Pleb^ycns. S'ils vivent fous 
un Gouvernement moins fage , les 
grands & les riches ne penfSit point 
que tout doit leur appartcnir , feront 
moins attach^ a leurs diftra^ions ; & 
la rcforme de la R^publique fera par 
conf(!quent phi* aifiSe. Moins Ic pre- 
mier Ordre des citoycns feraavare, 
orgueilleux '& infolent , plus le peu- 
plc fans haincr , &: prefque fans en vie 



1^4 ^^ ^^ Legislation, 
& fans jaloufie , fera difpofc a fc tcnir 
fans murmurer dans la place pu la 
fortune Taura mis. Quand il s'ag^ra 
de reformer quelque Loi , & de fc 
rapprochcr encore davantage de Tcga- 
lite , ce ne fera point tumultuairement 
&C en formant des conjurations , des 
cabal es &c des partis. Je voudrois que 
les grands euifentappris, dans leur edu- 
cation , quils nc peuvent rienperdrc 
k fe faire aimer , & i rendrc ccmfi- 
durables ceux qui Icur font inf6rieurs. 
Je voudrois que ceux-ci fuffent con- 
vaincus' qu*il leur fuffit d'avoir des 
vertus & des talens pour etre stirs de 
reftrme & de la cipnfid^ration du 
public* 

^ " ' • ■ ■ » T^ 

CHAPITRE IL 

D^ la niuffiti dc reconnoitre un £,irefu- 
preme.Des mauxqucproduitfAtheifni^ 
Des Loix qu^ on doit lui oppofer. 

J E comprends a inerveille votre pen- 
fte , dit Milord , je vois que toutc 
votre education tend a donner de bon- 
nes moeurs aux ^toyens 3 & je fen$ 



OU PRINCIPES DIS Loix. Liv. iF. 1 d^ 

oiic CCS bonnes moeurs font des guides 
cgalement neccflaires pour empechcr 
-que la Republique nc s'egare , fi ellc 
eft dans le bon chemin , ou pour Ty 
amencr fi ellc Ic cherchc encore. 
Jc n*en doutc pas , dcs hommes cleves 
fuivant vos maximes, feroicnt foii- 
vent de ces actions grandes & fubli- 
mcs que le L^giflateur aurgit tort de 
nous prefcrirc. Que les Loix ordon- 
ricnt de fairc ?€ que firent les deux 
D^cius & Horatius Cocles , &: je nc 
fais fi on y obeira. Mais formez unc 
fccondc Republique , Romainc , & 
bicntot des neros fe devoueront pour 
le falut de la Patrie , ou s'oppoftront 
feuls 4 i'effort cfen arm^e fnti^re. 
L'objet que vous vous propofez dans 
votre OTUcation , e'eff que chaqiic 
citoyen devi^enne pour lui-meme un 
Magiftrat plus fevcre que celui qujB 
les Lqix ^tabiiflent ; « je eonvipns 
que fi nous ne fommes tpute notrp 
yie que de grands enfansque le Qou* 
yernement foit oblie6 de tenir , poiir 
ainfi dire > ^ la lifiere pour nous em- 
P&dier dd tomber , nous n*auron$ 
qn'unc Republique mal afiermie. Mais 
voa]pfii!itte2r*vous > ;^utfuivit Milord ^ 



.tS5 DB LA LjIgISLATIOK > 

3UC vous Loix faflcnt aflfez aimer f or- 
rc & Ic bicn , pour rcndrc facile la 
pratique dcs vertus les plus penibles; 
c^ que vows verrez naitre &: fubfifter 
long - terns un peuple de heros dans 
une foci^te ovi la propricte des biens 
tend , an contraire , . a donner fans 
Cefle de nouvelles forces a Tavarice 
& ^ Tanibition ? 

Sparte', que Lycurguc avoit a bien 
pr^munie contre tous les vices , s'eft 
corrompue ; ainfi votre Republique fe 
corrompra , elle contradera inienfi- 
blement de nouveaux vices. Com- 
bien d'atnes a ont .aucun reflbrt ! 11 
n'eft que trop commun de trouver de 
ces hommes froids &c infenfibles k 
Taiguillon de la gloire. Ceftau milieu 
de cette multitude innombrable ck 
citoyens fans caradere que fe formera 
la corruption que vous craignez. II 
firffit que quelques citoyens , gouvcr- 
nespar despailioas imperieufes , (bient 
ribelles k la voix du Legiflatesir , ppur 
qu'ils ruinent les fondemens de votre 
Republique* 'lis fc livrcront'. liburdc 
meat a leurs vices., U leur £bra:ikcile 
de tromper la vi^aope des rJ^dagiP- 
trat3j| K Vimpmiti ks jsooudant 4^ 




OU PjlINCIPES DES Loix. LlV. IF. 1 6j 

jour en jour plus cntreprcnans , ils 
violeront bicntot Tordre avcc impu- 
dence , &• obtiendront cnfin dcs Loix 
qui les favorifcnt. 

Raflurez-vous , Milord , rcpondit 
notre Philofophe , & necraigncz point 
unc revolution dc la part de ces nom- 
nies fans caradere dont vous avez d*a- 
bord parle. Ils obeiflent nonchalam- 
ment a Tefprit de la Rcpubliquc qui 
ies entrainc ; &: fens ctre vertueux , 
ils ne foat pas ccpendant medians : 
cc ne font point eux qui prcparent ou 
hitent la decadence des Gouverne-^ 
mens. Je conviens , avec vous , qu'il 
y a des citoyens qu'on ne pent lans 
dangci: perarc un feul moment dc 
vi^ leurs paffions les rendent capa- 
bles de tout , & leur adrefle leur 
aflure I'impunitc. Voil^ les ennemis 
des Loix & des Etats. Qu'il y ait done 
ties cenfeurs infiniment fupcrieurs en 
fagefle , en vigilance , en exaftitudc 
i ceux de la Republiquc Roinaine , & 
qu'ii foit impoffiblc de fe fouftraire 
a leurs regards. Ceft la religion feulc 
qui pent apprendre auxhommes qu'ik 
ont a leur c6te un juge toujours pri^ 
fern qui les obierve ^ qui lit dans leurs 



^68 DE LA Legislation, 

pcnfccs & defcend dans Ics abymes 
de Icur coeur. Platon Ta dit, qu aucun 
delit nc foit fans punition , ou voiis 
verrczlcs citoycnsle familiarifcr pcu- 
a-peu avec Ic mal , & violcr cnfin 
ouvcrtcment les Loix Ics plus facrcciJ 
& les plus importantes* Mais com- 
ment cnaquc -delit fcra-t-il puni? 
Comment les citoyens qui connoif- 
fcnt les bornes ctroites de la fagefle 
humaine, feront-ils perfuades auc 
le coupabic n'echappe jamais au cM- 
timent , s'ils ignorent qu'ils font fous 
la main & fous les yeux d*tm Etrc 
fuprcmc qui gouvernc le monde , & 
dont la jufticc recompenfe la vertu 
& punit le vice ? Si cette dodrine 
onvre une fourcc nouvclle de pM^^ 
pour I'homme de bien ; fi fon ame ; 
occupeed^licieufementdefes devoirs, 
les remplit avec zele & en attendant 
line reconipenfo encore plus delicieu- 
fe, jouit.cn quclque forte dans. cette 
viedubonheur de la vie future -, avoue^ 
qu'elle infpire une terrcur falutaire 
aux mechaiis , les retient , ou par la 
voie des remords Ics rappelle au re- 
pentin 

Jc vous dirai done , avec Ciceron , 

dans 



dans fon Traite dcs Loix , que les 
citoyens foient convaincus que les 
Dieux font les maitres de toutcs cho- 
fes , que leur providence prefide a 
tout , qu'clJe eft la fourcc de tous no« 
biens , &: qu'ils tiennent un compte 
cxad de toutes nos adions. Voila la 
premiere , la plus iihportante & la 
plus neceflaire de toutes les Loix \ car 
s'il n'y a point de Dieu , il n'y a point 
de morale* U eft impoffible d'offirir ^ 
rhomme dcs motih fuffifens pour 
^Tengager d'obeir plutot a fa raifon 
qu'a fcs paffions \ & il ne (era jufte 
qu'autantqu'ilnepourra fo fouftrairea 
la vigilance des Loix & des Magiftrats. 

On appellc ordinairement Athees , 
ces philofophes fi communs aujour- 
d'hui , qui nient Texiftcnce d'un Etre 
fuprcme ou la Providence , croyent 
que totit eft matiere. Us difent qu'unc 
certaine proprietc de cette matiere ^i^ 
qu'ils appellcpt Tame du monde , 
&r qu'ils repaftdent Hberalement dans 
toutes fes parties, fait penfex. rhom- 
me , rouler la mafle dcs corps ccieftcy 
fur nos tetes , & vcgeter les plan tesfous 
nos pieds* Par une fuite de cette admi- 
rable dodrine , Us vous foutiendront 

//. Fartic^ H 



170 ^fi LA LEGISLATION^ 

qu'une fatalite avcuglc & irrefiftible 
goiivcrne tout. Elle a lie les evene- 
mens avec une chaine que rien ne 
pent rompre. L'hommc lans libertc 
neft qu'un inftrument jpaffif , il vcut 
ce que la ncceffite lui fait vouloir , il 
eft poufle par les objets qui le frappcnt 
comme les nuages par les vents. II ne 
delibere point quand il croit delib6- ^ 
rer \ il ne fe determine point , il eft 
determine •, & il n y a , par confe- 
quent a Ton ^gard , ni bien ni mal 
moral , ni jufte ni injufte : en un mot, '^ 
tout eft egal pour lui hors la doulcur 
& le plamr qui decbire ou chatouille 
fes fens. 

Je lais que d*autrcs philofophcs moins 
entreprenans contre Dieu , refpedent 
fen tr6ne ; mais ils ne veulent point 
qu'il s'abaifle jufqu'a laifler tomber fcs 
regards fur la terre. Nous ne mcritons 
pas , quoifiue nous foyons fon ou- 
vrage , qu'il daigne s*occupcr de nous« 
Ceft k nous k nous anfanger comme 
nous pourrons , pour diminuer nos 
9)aux ^ nous n'avons rien k attendre 
de Dieu , & notre ame eft condamnee 
4 la mort , lorfque les organes qu'ellc 
fait agir foot i^its par le tctns ou les 



ou Principes BBS Loix. Liv IF* i-jy 

maladies* Ccs philofophesdqivcntctre 
mis , par Ic Legiflatcur , dans la mcme 
clafle que les matcrialiftcs.L*cfFct de ccs 
differentcs opinions eft Ic mcme pour 
la focietc , puifqu'cllcs coupent egale- 
ment toutc relarion entre Dieu & lc$ 
honamcs. Dicu eft pour Thommc com- 
mc n'ctant pas , dcs que nous nc Ic re- 
regardons point comme notre jugq. 
Qu'importe ce qu'on penfc dc la nature 
dc Dieu , de notre ame , de notre li- 
berte , de notre raifon , dc nos paP- 
fions , de nos devoirs , de nos vertus &c 
de nos vices , dcs qu'un mcme fort at- 
tend les gens de bicn & les medians, 
J*en demande pardon ^ tous ces phi- 
lofophes,mais ilme femblc qu'ilsfont 
neceflairement inconfequens , s'ilis 
s*opiniatrent i avoir dc la probit6 
dans les occafions qui ne fe pr^fen- 
tent que trop fouvent de faire Ic mal^ 
impuncment & mcme avec avantagc. 
Quoi dc grands philofofdics feroicnt 
aflez fots pour agir fans motifs , & 
ft facrificr a une vertu imaginee par le \ 
vulgaire ignorant ? Tranchons Ic mot ,, 
cette philofo{Jiie fait nccefl&irement 
dps hypocrites dans le cpurs ordinaire 
de la vie ^ &: des fcclerats s'ils pcuveat ^ 



i-Jt DE LA LeGISLATIONJ 

cfpdrer de I'ctrc avec qudque fucccs, 
Tandis qu'il n'y a point d'homme qui 
n'^prouvc en lai-meme un combat con- 
tinuel entrp fa raifon ^ fes p^ffions;tafi' 
dls que dcs Gpuvcrnemens grpfliers & 
dcs Loix ineptcs nous invitent puif- 
famment au maf ou le dfSfendcnt foi- 
blemcnt ^ tandis que le vice cleve 
cent coquins pi tour de nou? , & que 
la vertu languit fouvent m^prifee s 
tandis que tout ce que nous voyons , 
tout ce que nou3 ^prouvons , nous ap-' 
prend que la pratique de nps devoirs 
cxige de la vigilance , du courage , 
de la fcrmete & un? conftance prc- 
cautionnee pour refifter aux amorces 
du vice 5 je croirai bonnement que ces 

f)hilofophes prennent la peine de r^-? 
ifter i leurs paffions ? Us fe refuferont 
k une perfidie , a un menfonge , k unc 
bafleflfe, i une calomnie qui feroit 
leur fortune ? Us facrifieront des gouts 
6f des plaifirs qu'ils croyent innpcens 
& meme louablcs , i une chimere de 
vertu diiSicilc dont Us fe mpqucnt aflez 
libremcnt , quand ils parent devano 
des perfonnes qui font dignes d*6.cpntei: 
Icur dodrine? Malgrc la crcdulitd que 
ppu5 reprpchent ces grands philolp* 



00 Principes des 'Lcnx.Liv4 IK iy$ 

phes, je les avertis que nous ne ctoyon;^ 
p^s Volontiefs ileur probite. lis onj: 
beau parler de Icur amoyr pour la 
vertu en termes magnifiqucs , on lej5 
voit i travers le malquc dont ils taf 
chent de fe couvrir , & on les voijc 
tels qu ils font, S'ils prennent mcme 
le parti defefperc de faire avec eclat 
quelque adion honnete , on aura 
encore la malice de penfer qu'ils nc 
cherchent qu'a jetter un voile fur 
cent chofes peu regulieres ou hon- 
teufes quails fe permettcnt tous les 
jours. 

Lorfquc Cyneas expiiquartt a Fa- 
bricius le fyfteme d* Epicure , lui dit 
que cette philolophie etoit la dodrinc 
la plus accreditee chez, les Grecs ; fe 
Romain pria les Dieux que les enne- 
tfiis de fa Patrie penfaflent toujours 
ainfi pour n'etre pas redoutables- Fa- 
bricius avoir raifbn de croire que des 

{)hilofoplies qui aneantiflent le LegiC- 
ateur oc le Magiftrat fuprcme de Tu- 
nivers , aneantiflent en meme -terns 
tous les droits de notre raifon y &C 
laiflent une libre carriere a nos pal- 
fipns. Des que Thomme eft aveugle 
au point de ne pas diftinguer le biea 

XT'** 

Hiij 



174 DE LA Legislation, 

$t Ic mal moral 5 des qu*il eft priv^ 
du fcntiment intiritiif de fa conf- 
cience , oii trouycra-t-il un gnide? 
Quel Legiflateur , qtiellcs Loix , qricl 
Gouvernemcnt fourniront au citoyen 
dcs motifs pour lui fairc aimer conf- 
tammcnt fes devoirs > Puifqu on peut 
tromper les Loix & les Magiftrats , 
quel fera le garant de la prooit^ pu- 
blique f Au lieu d'etre unis par les liens 
de la confiance , les citoyens doivent 
tous fe defier les uns des autres ; & 
la /bciete en quelque forte diflbutc , 
n'eft plus qu'un aflemblage de bri- 
gands. 

Je penfe prefque comme vous , dit 
Milord en interrompant notre Philo- 
fopbe ,' & je ferois aflez difpofe k 
croire qu'un Athee conftqucnt n'eft 
pas en effet un fort honncte homme. 
Cependant permettez - moi de vous 
demander pourquoi I'Ath^ifine feroit 
plus fiinefte pour la focidte , que 
ces religions ridicules > qui , en nous 
faifant adorer des Dieuxfourbes, in- 
Juftes, cruels, capricieux, &c« nous 
invitent , en quelque forte , au vice. 
J'ajoute que n fldolatrie eft un plus 
grand mal aux yeqx de Dieu 3 que 




OU PRINCIPES DBS LotX. Uv* IV. I75 

TAtheifme , elle doit auffi produire 
de plus grands maux parmi les horn"* 
mes ; & il me femble qu'il eft aflez 
naturel que Dicu pcnfe comme Plu- 
tarque , qui a dit qu'il aimeroit mieux 
qu'on aflurat qu'il n'y a iamais eu de 
Plutarque , que ii on difbit qu'il a 
ete un mal honncte homme^ Or oa 
ne peut nier que malgr^ la religion 
la plus abfurde & la plus fcandaleufe , 
la Grece & Rome n'aienc produit les 
hommes de la terre les plus vertueux ; 
pourquoi done rAtbeifmenepourroit- 
il laifTer fubfifter la vertu dans un pays 
ou il feroit ^abli , avec de ceitaiaes 
precautions ?PourqueiiineRctmbliquc 
ne pourroit-elle fubfifter (ans reli- 
gion > Des voyageurs" aflurent quails 
ont trouve des peuples qui n*avoient 
aucune idte de la Divinit^. On pre- 
tend qu'avec des Loix plus fcveres , 
plus exades & plus vigilantes que les 
notres 9 on pourroit contraindre des 
Athees a fe conduire aufli r^guliere- 
ment que s'ils avoient une morale. 
.Vous {avte qu*un philofbphe modernc 
a fait des raifonnemens afTez forts 
pour prouver que leur fociet^ poup- 
roit etre heureufe & floriflante. 

Hiv 



jy6 DE LA Legislati€>n, 

MUord , dit notre Philofophc , fl 
faudroit unc journcc entiere pour re- 
pondre k vos queftions ; mais fans 
entreprcndrc d'expliqucr Tcfpecc de 
myftcre qui enveloppe le Paganifme 
& fcs Dicux , cc qui nous ecartcroit 
^ tropde nosLoix; permettez-moi de vous 
faire fimplement remarquer, que (i les 
Romains n'avoient retire aucun avan- 
tage dticultc religieux qu'ils rendoient 
i Jupiter ^ Venus , Mercure & autres 
mal nonnctes Divinitcs , jamais Fabri- 
cius , dont je viens de vous parler , 
& qui entre nous avoit le fens com- 
jHiun , n'auroit etc aflez infenfe pour 
le preferer a TAtheifme de Cyn^as. 
Quelque contrairc aux raoeurs que fut 
la religion des anciens , ce vice ctoit 
fans doute corrige par une dodrine 
particulidrc qui leur apprenoit que 
Jupiter puniuoit fevercment dans Ics 
.hommes , les libertes que prenoient 
les Dieux. Peut-ctre regardoit-on les 
<:ontes ridicules du Paganifme comme 
des myftcres , des emolcmes , des alle- 
gories 5 peut-ctre croyoit - on que ce 
qui etoit mal dans les hommes , ^toit 
bien dans les Dieux dont Fetat eft fi 
diiScrent du n6tre : c'eft ainfi que los 




ou Principes des Lore. Liv. IF. 1 77 

petits , parmi ik>us , approuvent dans 
les grands , ce qu'ils olament dans 
Icurs pareils, Quoiqu'il en foit , cette 
religion y malgrc fcs folies > etoit fans 
douce utile a la fbciece , puifquc les 
politiques les plus eclaircs , s'en fer- 
voient avec avantage pour afiermir 
la probite des citoyens , & qu'ils ont 
conflamment regarde fa dicadence 
comme le iigne des malheurs publics* Ai 
ces Dieux meprifables qu'on adoroit&: 
qu*on n'auroit ofe imiter , etoit ^inte 
Tidee d*un Tartarc &c des Champs 
Elifees \ dans Tunon puniflbit les horn- 
mesqui auroient voulu prendre lesxncr 
mes licences que les Dieux , & dans 
les autres on recompcnfoit les vertus 
qui honorent le plus rhumanite. Dc6 
que les vertus &: les vices attendoient 
un fort difierent dans une feconde 
vie , la religion n'etoit-elle pas un plus 
sur garant de la probite que TAtheifr 
me ? Quelque infeiifee qu elle foit , 
un iageLegiflateur en faura tirer partiy 
mais il ne peut rien efperer de TAr 
thcifme. On peut avoir de fauffcs re- 
gies de la fuftice & de ks devoirs^ & 
c'eft un mal y mais ce mal n'cft - il 
pas moindre que ceUii de n'en a\ok 



ij8 DELA Legislation^ 

aucunc notion , ou dc croire que roar 
ce qui nous fait plaifir eft bicnf Laiflez: 
4 la raifon le terns de s'eckirer & dc 
fc perfedWonner J & la dieotode la 
plus abfurde peut devenir pcu-i-pcu 
la religion a Ariftidc , de Socrate &: 
de Plat^jon, 

La penfee dc Plutarquc eft tres-rai- 
fonnable , & cependant il pourroit 
fe fairc que rAthiifme fut un plus 

f rand max aux yeux de Dieu, que 
idolatrie la plus nionftrueufe. Je ne 
fuis point aflcz temirairepourvouloir 

S^netrer les ^ugemens de la fageflc 
ivine ; mais nc pourroit-on pas dire 
qu'elle voit avec indulgence le cultc 
le plus infenfd , parce que Fintentioa 
de ceux qui Tont etabli & qxn le pra- 
tiquent eft fage ; certainement s'ils 
avoient jm mieux fiiire ils Fauroient 
fait. Sa bontc lui reprefente fans ccfle 
qu'il nous a donnc une raifon fujettc k 
rcrreii^r & lente k fe former. Dieu 
n*eft pas Plutaroue , il n'eft pas horn- 
me pour hvc bleflB de nos in|ures.. 
Peut-etren'exige-t-ilpasdes temples ^ 
des autels , un cutte pour lui , mais^ 
pour nous. II n'a pas befoin de nos 
kcrifices , il fe fuflit k luk-meme^ mais 




OV PRINCffES DES Loix. Liv. IV. ijy 

il nous importc , mais nous svons b^ 
foin dc lui rcndrcnoshommagcs^Ceft 
parce qu'il nous aimc, c'cft parce qu*il 
nousafaits pour vivrc eii (bciete , c'cft 
4>arce au'il veut etrc le Ken aui nous 
tinit , oc fc rendre le garant dcla fdi 
oue nous nous promettons , quefacen* 
fure nous eft neceflaire & qu'il Fcxcrce 
fur nous* C'cftparccquerAthfifine de- 
grade rhonimc en otanta Tuni vers unc 
Magiftrature dont il ne pcut fc paflcr % 
c'eft parce que cct Atheifine perd la 
Ibcietc en detrutfant route confiancc 
& route surete entre les citoyens , que 
Dieu le punira. U doit ctre plus indul- 

fent pour la cibftrtne rfun Muphti ou 
'un Bracmane que pour celled'Epi-* 
cure ou de Spinofa. 

Je crois , n Ton veut , que les voya- 
geurs ont trouvc des peupies qui n'a- 
voient aucune idee de Dieu, de la 
fpirituaiit^ de notre ame , ni des rc- 
compenfcs & des chatimens qui nous 
attendent dans une autre vie > maisfi* 
cet Atheifme peut fu&fifter parmi des 
fauvages qui vivent encore 4 la ma- 
niere des brutes , & que la faim , la 
mifere & la nudke pourfuivent dans 
kurs retraitcsj qu'enpeutTOftconclure 

H vj 



l8o I>E LA LEGISLATiaK, 

pour des focietcs rcgulieres & qui 
font eclaifces par les lumieres de il 
politique , des fciences & des arts > 
A-t-on p^ams vu des hoimnes avoir 
4es Loix &: des Magiflrats , & ne 
point ayoir de culte rdigieuxi ? Si les. 
V9yageu^ avoicnt abufe du privilege 
de mentif jufqu'au point de pubKcr 
de pareitks relations, ia philofophi^ 
o ?»iu-oit pas du les crmre. Remar- 
qitcz d'aiUeurs qiie des fauvages peu-^ 
vjeot ignorer qtt'il y ait un Dieu , mais 
il ne nieront point fon exiftemrei Ik 
ne prctendront point qu'il n'y a ni 
bien ni mal moral ; & quelque gf oC- 
fierque foit leur inftind, ik mettront 
unodiiSerence entre tromper & dire 
la vcrite , entre fecourir fon voifia 
prhf k perir & I'aflafliner, II y a um 
Atbdifmequi ignore qu'il y^a un Dieit 
&:des regies de morale, & un Atheit 
xnc qui enfeignc qu'il n'y en a points 
L'un fuppofe une extreme ignorance-^ 
mais Tautre ne peut s'aflbcioc qu'ayec 
jwie extreme depravation •. 
-f Je ae-fais quel Empereur > dont je 
jui^ flchc d'avoir oublie le: njom ^ 
VQuloit , dit - on ,. donnet uae ifle 
Aux jrfbjiofophes Platonicicns > goui^ 




cprouvcr s'ils pourroicnt y fonder unc 
RepubUquc iiir Ic plan que leur mai- 
tre en a trace 5 pour moi , fi j^ctois 
Prince , j*accordcrois volontiers unc 
de mes provinces i tons les Athees 
du nwnde pour y etablir la merveit 
leufe RepubHque de Bavle* Voulez- 
vous permettre^ Mrlorcf, que pour 
rcpondre k vos queftions y fe liiivc 
eette idee bifarre? Machartedecon- 
ceffion ne tardera pas a ctre dreflce ^ 
& la voila publiee > & vous penfez 
bien que TEurope va retentir de mes 
cloges , car nos. philofophes font men- 
veilleufemem encHns a la flattcrie ; & 
il eft bien decide que je fuis le plus 
puiflant genie de Vunivers^ Bient^ 
mos Athees, tropvains pour douter 
du fiicees de leurs Loix & de leur 
Gouvernement , s'emprefleront a ve- 
nir prendre pofleflion de kurs nou*^ 
veaux domames. Voila d'abord de 
grands philofophcs , les ims plaifans , 
les autres f^rieux , qui ont tout vu ^ 
tout examine , tout gen^ralife •, ils 
tt1gnoi?ent rien , & trament apres eux 
rniile petits beaux efprits , qui fe font 
hates de dire quelque impicte trrvial(? 
poor tacher dfi faire du bruit ^ ioxtit 



iSi D£ LA Legislation, 

dc Icur obfcurite. A Icur fuite arrive 
pele-mele une foule de femmes edan- 
tes plus oa moins philofophes , mivant 
qu'elles one eu ou qu'elles ont plus ou 
moins d'amans. Void dc jeunes U* 
bertins qui , pour nc rien craindre , 
voudroient am>rendrei ne rien croire* 
Vous voycz a aflez beaux commencc- 
mens , &c que la Republique naiflante 
ne manquera, ni de Magiftrats, m 
de ce qu'^n appelle ailleurs le people 
ou la populace. 

On s^aflemble done pour donner 
•une forme au Gouvemement ^ & 
comme }c Cms de bonne compofiiion , 
)e fuppofe que tons ces fagcs , qui 
dans le fond fe halflcnt & fe m^prK 
fent, rendront cependant ^fticeaa 
plus grand merite, & conviendront 
cntr^eux dt quelque fubordination.. 
lis ont lu YEfpr'u d^s Loix , ainfi je 
ne doute point que leur Gouverne- 
ment politique ne foit admirable. Ife 
ont tant dit que Thomme eft un ani- 
mal vicieuxoirmechant par fa nature^ 
qu^ilfauts'attendre a leur voirprcndrc 
tes mefures les phis fages pour epou- 
vanter les coupabFes , & invitcr le». 
citoyens k faire des a&ions utiles ila^ 
ibcietd. 




ou PjuKciPES DEs LoiXr £m IV^ i9| 

Ces philofbphes (bat fi pcrfiiades 

2ae la pWofopnie & la potitKpie ooo* 
ftent a meprifer. k fuperftitkm \ &: 
jk ont fi fbuvent repet£ que toutc re- 
ligion n'eft ^'une vaine^ barbare fii- 
perftirion y qui abrutit notre railbn $ 
qu'ils ne manqueront pas de fatre ua 
cat^chifine qui porte la lumiere dans 
rcfprit dc Icurs cnBtns ^ & Ics pre- 
munifle centre Tcrrcur qui leur efk 
naturelle. Agir autremcnt , cc fcroit 
nne inconfequence y ou une inctitfe- 
rence pour le bien public done il fe« 
roit infufte de les croire capables* Si 
ce n'eft pas dans la premiere aflem* 
blee de la Nation > ce fera du moins 
dans la feconde , que /on Senat lui 
rcprefentera , avec beaucoup d'clo- 
quence > aue la Republique , a peine 
formee 3 eft menacee dune dccaaence 
prochaine , fion li'oppofepas de bonne 
neure une barriere infurmontable aux 
erreurs qui affiegent la saifbn humain 
ne. Nos Loix poKtiques , dira le Con- 
jRiI ou le Tribun du pcuple , ne nou* 
fuffifent pas > ayons dcs penf&s di- 
gnes de nous ; j^vl ^clairant notre fie- 
cle , preparons le bonheur dcs races 
ftitures. Pour j^e ce grand ouviage/ 



1^4 1»E LA Li6ISXATION> 

il eft queftioa de nous manager ane 
pofterite digne de aous , & qui nous 
lurpafle mcme s'il^ eft poflible,. Lcs 
peuples. fuperftitieux ctabliffcnt d*^a- 
Dord les Loix de leur religion ; &: c'eft 
ainfi qu'en trompant I'efprit des en- 
fans , ik font parvenus a faire regncr 
in>p6rieu(erne»t rienorance & I'er- 
reur ^ & a contraindrela tdiiloifopbie a 
n'ofer fe montrer , ou a fe retraftet 
qiiand clle avoit laifle percer quelques- 
uns de (es rayons, A leur exemple , & 
pour le trionaphe dc la verite , faifons 
ce qu*ils ont fait en faveur de leurs 
pr^juges. Lcs tems , eontinuera-t-il , 
Ibnt arrives ou la philofophie pent fe 
montrer route cnticre , tous- les voiles 
qui couvrcntla nature doiyent tomber 
a la fois. N'ayonsaiicun de ces mena- 
gemens pcrnicieux par lefquels nous 
ctions obliges de dcguifcr notre doc- 
trine > tandis que nous vivions au 
milieu d\ine multitude aveugle , in* 
tol^rante &: incapable dc s'elcver ju(^ 
qu'a nous. N'^ayons plus dc fecrets , 
prodiguons routes nosrichefles, mon- 
trons que nous fomme$ des peres ten- 
drcs i en epargnant ^ nosen^ns les fa- 
tigues qpe nous ^caufees la rcchcFciMr 




OU PRIKCIPES DBS Loix. Llv^ IV. I 8 y 

de la verite : laiflbns-leur im heritage 
qui nc leur aura rien coute. On ne 
pcut familiarifer dc trop bonne heurc 
les cfprits avec nos principes ; il faut 
apprendre ^ nos enfans nos con(&- 
qucnces , avant qu'ils foient en etat 
deles appercevoir par eux - mcmes. 
Cell par cettefage education que les 
hommes les plus groffiers compreri- 
dront fans peine nos ccrits les plus 
profonds & les plus fublimes. 

Apres avoir entendu un fi beau dX-^ 
cours , la diete nationafe portera fans 
doutc une Loi pour ordonner aux pe- 
res d'enfeigner k leurs enfans qu'il 
n'y a point deDieu, & que lesigno- 
rans ont appell^ de ce nom effrayam: 
une certaine harmonie, un certain 
mouvcment, un certain rapport, en 
vertu defqucls toutes les parties de 
Tunivers agiflent cnfemble , fe fou- 
tiennent , fe dcfendent & fe detrui- 
fent tour-i'tour pour fe reproduire ; 
de maniere que le nionde ,, ouvrage 
a quelques cgards admirable , eftplein 
cependant de tant de defauts & a im- 
perfedions , qu'il nc pcut avoir et4 
fait par un ctre mfiniment intelligent^ 
infimment fage & infinimcntpuSanCi 



ti6 DB LA Legislation, 

Pour prouver ccttc viritc fondamen* 
tale , on etalera avcc foin ccttc loh- 
guc fuite dc miferes & de calamites 
qui pourfuivent le genre hamain. La 
Providence n*eftdoncqu'un mot vuide 
dc fens que les fotsont imaging contrc 
toute raifon ,' pour cxprimer une chi- 
mere qui n'cxiftc pas , c'eft-i-dire , 
Tadlion par laquelle un Etrc fuprcmc 
eft fuppofe conferver & gouverner 
i'univers, Apres cette premiere Ic^on, 
il fera ordonne i tout pere d'ajouter 
que le monde eft itcrnel & fublifte 
par lui-mfimci puifque la creation, 
qui eft I'adion ae tirer une chofc du 
neant , eft impoffible. Mais (i on aime 
mieux que fordre que nous voyons 
dans Funivers y ait iucc^6 a un chaos, 
& ait eu un commencement , il (era 

Eermis de dire que c'eft Touvragc du 
afard & le fruit d'une combinaifon 
fortuite des Clemens. 

Apres avoir d6veIopp6 d'unc ma- 
niere (i claire & fi fatisfaifante ce que 
c'eft que Tame du monde , on paflera 
k Texplication de la notre. La fubf- 
tance qui penfe en nous , demandcra- 
t-on k un enfant , eft-cllc diftinguec 
par fat nature de la matierc qui 



ou PaiNciPEs DBS Loix* iiv* 7/^* 1 ?7 

compofc notre corps ? Et la Loi or- 
donnera qu'avant ac repoiidre , on 
Taccoutumera a faire un eclat de fire, 
ou a laiflercoriimeechapperunlburirc 
dedaigneux : ccla revient au memc. II 
dira enfuitequelafpiritualiti deTatne 
eft une de ces reveries agreables airi 
doivent etre releguees dans le pays aes 
Sylphes & dcs Gnomes y que la pcnftc 
eft une propriete de la matiere , quand 
die eft organifee d'une facon propre 
a former un bomme, unfinge, un 
chien , un cheval , &rc. & que la ma- 
tiere , foivant qu*clle eft arrangee pour 
former des organes plus ou moins fob- 
tils , plus ou mpins dclics , plus ou 
moins difpofts k agir de concert & 
rapidement les uns for les autres , eft 
auffi plus ou moins propre 2l penfen 

Demanderez-vous a un petit Ath^e 
de huit ou dix ans ce que c'eft que la 
mort ? U fera aflez bien inftruit pour 
vous repondre que cVft la reflation 
du mouvement neceflaire^our witre-- 
tenir la forte d*organitation qui fait 
penfer , boire , manger , voir , mar* 
cher , entendre , toucher , &c. S'il a 
ineme quelque m6m6ire , & qu*dn 
ait pris un ibin particulier de fbh edu^ 



l88 D£ LA LiciSlATtO^^ 

cation , il vous^ fcra quclqucs plai- 
fanteries fur les fables dont on a la 
folic de nous attrifter en noils parlant 
d'une autre vie. II prendra meme quel- 
quefois le ton de fon precepteur , & 
ne manquera pas de fe feliciter du 
bonheur qu'il a d'avoir tete en naiflanr 
Id kit de la philofophic , &r d'etre 
dcbarrafle pour tou jours des terrcurs 
paniques qui defolent les hommes 
aveuglcs par Ic mcnfongc & les pre- 
juges , & qui n'ofant jouir fans crainte 
& fans remords des douceurs de la 
vie , fe rendent en etfet malheurcux 
dans Tefperancc d'un' bonbeur chi- 
m^rique. 

A peine fera-t-il inftruit qu'il n'y 
a point de Dieu , & qiie cette vie 
n'eft fuivie d'aucune* recompenfe ni 
d aucun chatiment , qu*il fera terns 
de lui apprendrc que I'homme n*eft 
point libre , & qu'il doit fe dcficr de 
ce fentiment interieur qui voudroit 
lui perfuader qu'il eft le maitre de 
fes adions, 11 hiudra dire & redire k 
cet enfant que toute la fagefle hur 
maine confifte a ^yiter la douleur &c 
trouver le plaifir ; que ces Loix na- 
ture lies dont les fots Sc les pcdaas 



OU PRINCIPES DBS I-OIX. LlV» IF. l%f 

font tant de bruit en voulant rck- 
ver les droits de la raifbn , ne font: 
que cct amour de foi meme par lecjuel 
chaque individu fe regarde &" doit fe 
regardcr comme le centre , Tobjct 
& la fin de tout^ que rcmpirc du 
nionde eft ^bandonnc a nos paffions ; 
& que notre raifon , deftinee a les 
ftrvir , parpe qu'elle a pioins de force 
qu'elle , doit leur fournir fimplement 
lei moyens de fe fotisfair^ avec plus 

de faccilite. 

Vou$ n'etes pas au bout , Milord ,' 
des fublimes inftrudion$ qu'une R6- 
publique d' Athecs doit ddrtner i fes 
jeunes Aleves. Apres leur avoir bicn 
grave dans Tefprit qu'il n*y a ni juftice 
ni injufticg , ni vertu ni vice j & ea 
jaittendant qu*ils puiflent lire par eux- 
memes danjs quclques ouvrages admi- 
rabies la demonftr^tion de ces verites, 
les inftituteurs feront charges , par la 
Loi , dene rien negliger pour les pr6- 
munir contre Ips preiuges de Tigno- 
ranee ^ de la fuperftition , & les.ac- 
jCoutumcr iune logique male &r vigou- 
reufe qui ne fe laifle point cffrayer par 
Acs cpnftquences quelquefois un pcu^ 
fcvoitantes, Pour eflayer^Jes forces- 



1^ DE LA LioiSLATION> 

d'un enfant , on lui propofera dif^ 
ferens petits problcnics a rcfoudre* 
Par cxempie , on lui demandera sll 
regarde du memc oeil la ocrfonne qui 
lui donnc un jouet & fon camaradc 
cnvicux qui le brife par jaloufie , ou 

2ui Ic dcrobe* S*il hefite k repondre , 
r que fa rcconnoiflance & Ion indi- 
gnation lui fallent en quelque forte 
oublier le grand principe oue routes les 
aidions font egales, ileft euentiel de lui 
faire hontc de fonembarras. On n'aura 
pas fait vingt fois a un enfant des ques- 
tions pareilles i celles que vous venez 
d'cntendre , que fon efprit aguerri con- 
tre je ne fais ouels fentimens que la 
nature a places dans notre coeur , 
s'accoutumera a cette humanite in- 
dulgente qui excufe touts &:accnierra 
cette noblefle de penfer qui nc s eton- 
lie de rien. A quinze ans un jeune 
Athee fera aflez forme pour n'etre point 
furpris que fes maitres nc mcttent au- 
cune difference cntf e Caton & Cati- 
liaa^ & les eflimcnt egaletnent» 

Voili , Milord , la dodrine fuqefte 
dont TAtheifme infede neceflaire- 
ment les efprits; voil^t ce quedevient 
la morak , a^res qu'oo a ccfle de 



OU PRINCIPES DES LoiX. Z/v. IK I JI 

reconnoitre Tcxiftcnce d*un Dicu ; & 

je vous demande a men tour (i unc. 

Republique qui jpoufleroit f abfurditi 

jufqu'a vouloir fairc de bons citoyens 

en lettant dans toutes Ics ames des fe- 

mences dc fceleratefle , pourroit fiib- 

fifter. Je vous demande , Milord > fi ces 

philofophes fublimes qui connoiflent 

tout hors les hommes au milieu defquels 

ihvivcnt, pourroicnt porter leurs LoiK 

& inftruire leur jeuneflfe , fans $*ap- 

perccvoir de leur extravagance. Qui- 

d'entr'cux fcroit aflcz hardi pour nc 

pas trembler en voyant qu'il confic 

fes interets les plus chers , -Ton repos , 

fa fortune & fa vie , k une canaille 

dont il faut continuellemcnt fe defier ? 

Qui d'cntr'eux ne fentiroit pas enfin 

le bcfoin que nous avons d*un Dieu , 

d uneProvidence &de la morale, &que 

la probiti de nos pareils nous eft necet 

fairc pour dormir tranquillement. 

SI la verite , Milord , eft tou jours 
utile , TAthcifme n*eft done pas la 
verite , car il eft toujours plus funeftc 
aux hommes que la guerrq , la famine 
&la pefte. Meffieurs, prendrois-jc 
la libertc de dire i la diete g^nerale 
de la Republique de Bayle , j'admire 



l-^t , DE LA LeGISIATION," 

I'art extreme avec lequel vous entaflez 
precautions fur precautions pour vous 
engager a ctre honnctes gens j mais 
pourquoi ne rcmarquez • vous pas 

Su'avec un peu.dc vertu vous pro- 
uiriez , d'une manicrc plus fimple, 
plus facile & plus sure , les effets que 
vous attencjcz inutilement de vos 
Loix ? Les philofophes font amis d une 
-certaine fimplicite dans leurs opera- 
tions , pourquoi done votre code efl> 
ii fi compliquc ? Pourquoi avez-vous 
tant de Loix ? J'ai peur que quelque 
efprit malin ne difc que vous vous 
d^fiez de votre philofophie &: de vos 
citoyens. Voulant faire ce qu'on ap- 
pelle vulgairement des Magiftrats in- 
tegres , vigilans , courageux &: juftes , 
il me femble que vous devriez donner 

Suelque valeur a la vertu. Pourquoi 
one elevez-vous vos enfans dans une 
dodrine qui Icur apprend que les 
hommes fontce qu'il plait a un deftin 
aveugle , & non pas ce qu'ils defirent 
d'etre 5 &: que fintegrite , la vigilance , 
le courage & la juftice , vains noms , 
ne valent pas mieux dans le fond que 
la fraude, la negligence , la poltron- 
nerie & Tinjuftice ? fi. la vertu n'eft 

qu'un 




s 



feu PumciPEs Dis Loix. Liv. Jf^. 19 j' 

^u'un prcjuge inutile , tachez dc vous ' 
en patter •, fi elle eft un bicn reel , 
aycz le bon fens d*y preparer Ic coear 
de vos enfans. Vousaurez beau fairc , 
jc craindrai toujours que vos Loix ne 
foient jamais aflez feveres pour con- 
tenir des hommes aguerris i la magna- 
nimite dc vos principes. Si n'oubliant 
)as votiy dodrine fur la mechancet6 
lu coeur humain , vous prenez le par- 
ti de doubler le nombre de vos Ma- 
giftrats 5 je prendrai la iiberte de vous. 
reprefenter que cette reflburce n'aura- 
aucun fucces; & que deux Magiftrats 
dioifis parmi des citoyens mal-hon- 
nctes gens , ne font pas plus utiles k 
la foci^tc qu*un feuL 

En efFet , Milord , il ne faut pas 
penfer que Ics citoyens de la R6pu- 
blique de Bayle imitaflent dans leur 
conduite , ces Atbees qui font au jour- 
d'hui difperfes dans route TEurope. Si 
ceux-ci ne font pas les plus mechans 
des hommes ; s'ils derogent quelquc- 
fois aux principes deleur philofophie; 
Qi des mouvemens involontaires dc 
probit^ previcnnent leurs reflexions 
quand il faut agir , ils le doiveat k 
reducation humaine qu'ils cnt re^ue^ 
//. Panic. I \ 



194 ^s ^^ Legislation » 
I Quand ils ont commence i philolb^ 
pher , ils avoicnt deja dans Ic cocur 
des principcs affcz profondemcnt gra- 
ves pour nc pouvoir ctre cnticrcmcnt 
effaces \ ils avoicnt de)k contrad^ des 
habitudes s & leur cara^ere qui ctoit 
form<§ , 3. pu s'alt^rer , mais n'a Dai 
cnticrement ete change par leurs (pe- 
culations, Aujourd'hui que nos Ath6es 
vivcntavecdes hommcs moinshabiles 
qu*cux , & affcz fimples pour croir^ 
au vice ^ a la vertu ^ ils font inyit& , 
par Icur propre interet , par ia crainte 
du mcpris &c de la haine publique , k fe 
refuftr aux conftquences pratiques de 
leur philofophies ils contrefont les hon- 
netes gens par condcfcendance pour 
nous , & parce qu'ils font encore quel-r 
que cas de Topinion publique. Mais 
toutescesbarricres neferont-elles pas 
levees dans une R^publiqued*Athees ? 
Meffieurs , dirois-je encore , vous 
vous vantez de connoitre tous Ics 
myfteres &c tous le$ fecrets de ce que 
vous appellez la grande ame de 
Tunivers y mais pour former une 
foci6te , n'auriez ^ vous pas du pru-- 
demment commencer par etudicr le 
coeur hwmain ? Pouvez-vous ignorcr 
que les vertus 5c Ics vices qui font 




ov Privcipes ©es Loix* -t/V. IK i^^f 

fleurir oici qui perdent Ics Etats , ne 

font 

ic L 

Pourquoi nc favcz - vous pas que ccs 
Loix pcrdcnt bcaucoup de Icur pou- 
voir , fi Veducation ne nous fait con- 
trader des habitudes louables , avant 
meme que notre raifon foit en ctat 
de juger de tout le mal que les vices 
font aux hommes ? Nous avons befbin 
d*apprendre k avoir une confciencc 
& des remords avant m^me que de 
connoitre le prix de la vertu. Pour 
-votrc honneur ne foyez plus en con- 
tradidion avec vous-mcmes ; ne dites 
-plus que des politiques adroits ont ima- 
gine un Dieu , une Providence , Tim- 
niortalite de Tame , des peines & des 
Tccompenfes dans une leconde vie , 
pour gouverncr plus aifcment les hom- 
mes dans celle-ci ; ou convenant dc 
TutilitJ de cette doftrine , ne foyez 

})oint aflcz mal-habilcs pour n*en voU- 
oir tirer aucun fecours. Vous avez , 
fans doute , trouve quelquefois en 
vous-memes des fentimens de jiifticc , 
d'humanit6 & de bienfaifance ; fi la 
nature nous les a donnas pour notre 



t^a DE LA LeGISIATIOK, 

aviiutag© commun , pouropioi travail- 
kz>vous , je vous pric , a les ctouflfer? 
S'ik font Touvrage de Tart & dc Tc* 
ducation , pourquoi voulcz-vous que 
votre education nous r endc mechans , 
tandis qu'il feroit aifc dc nous rendrc 
meilkufs ? Je vous le dcmandc , votrc 
haute prudence n'a-t-clle point la- 
deflus quelquc neproche 3i fe fiaiirc i 
Lc fcntiment d^ la Jionte que nous 
eprouvoR^ quand nou$ fommes bli- 
mps , eft un des prefens les plus jH-e* 
cieux que la nature ait pu nous faire. 
De grace , Mcffieurs, poyrquQi n'en 
rontez- vous pas pour nouj^ df^touf ner 
es anions qui font nuifibles kk^Co^ 
cicte ? Si les peines que voii$ infligercsj 
aux coupables , iie touche^t que le 
corps > U elles ne frappent pas fame 
en U couvrant de conJFufion , a votre 
place je n*eft>^ferois pas que les fup^^ 

Slices les plus durs fuflent capables 
'intimider & d'arreter vos intrcpide^ 
citoyens 5 ils feront bien forts contre 
le« LoiK , quand ils feroqt parvenus k 
braver la bonte. Des qU*on eft fans 
morale , il ne fauj: pas un courage 
bien extraordinaire pour s'accoutu-* 
mera regarder la roue ^ de$ torturei 



I 



otJ l^BLiifJCitES DifiLotx; tii/. IF. i^ 

'^tntoxt j)lus cruelles 5 cotnnxc 6ri'e 
violentc attaquc de goutte du de co- 
lique^ Votis aurez le chagrin de vofr 
mille Coquini affei r^buftes & aflci 
phildfcphes pouf fe perfuader que ct 
n*eft pas un fi grandl tnalhcur de perflf 
fous la main dun bourreau. lis s'tvi'* 
harditoUt ati ^riftie , en fe difaht que 
-fi leur fin eft douloureufe , die eft 
courte. Petit- etre {)a^vicndroilt-ils i 
fe felieiter de n'^trd |)as expofcs k ve^ 
geter mifcrablcment dans ifne triftfi? 
Tieilkfle , pour mourir dah$ un \\t'^ 
tOurmentes par dcs douleurs aigucs, 
ou par une d^faillance tht^t plu^ 
inftipjjoftabk* Si les fuppfices font 
inutiles pour d^tourner du mal , fbyci 
iAr que vos citoyens fe moqueronC 
des rccompenfcs que vous leur pre-* 
fenterez pour les mviter au bicn jil$ 
fe croiroient vos dupes en ticfiant it 
les marker. En effet , les rdcompenfcs 
ne font rien , quand clles nc font pas 
diftribuees par des hommes capable^ 
d'apprccier nos adions. Quelle vertu 
peut-on eftimer , quand par fes prin-^ 
cipes on ne pcut m^prifer aucuil 
vice ? 

. Jc vous prie de rcmarquer , Milord^ 

lily 



ipJ i>E tA LicistATraw, 

^ue quand a force de gibets & de 
roues , la Republique de Bayle par- 
vicndroit i empecher les grands cri- 
mes; jamais elle ne pourroit faire 
naltre cette honnetete de moeiirs qui 
jrend les hommcs d^licats & fcrupu- 
leux y je ne dis pas dans leur conduite 
publiquc , mais dans leurs penfees & 
dans 1 examen fecret qu'ilsfont d'eux- 
mSmes. Dicu nous preferve que dcs 
Athecs retrouvent jamais Tanneau de 
Giges. Comment arretcra - 1 - on Ic 
€ours de ccs coquineries fburdcs fur 
lefquclles les Loix n*ont , pour ainfi 
dire, aucune prife? Comment par- 
viendra-t-on i punir ccs fauflet^, 
ces trahifons , ces calomnies medit6c& 
dans I'obfcurite , publiees avcc art ^ 
& dont Dieu feul peut decouvrir la. 
fburce &: Tartifice ? Qu'un m^chant 
homme qui ne craint ni Dieu rii fa 
confciencc eft i fon aife au milieu de 
fcs vices \ II nous brave en affcAant 
une faufle fimpKcit^. II fe jouera imt 
punement de la vigilance des Ma* 
giftrats; toujoursfoupconn^ , on n'aura 
que de demi - preuves d^ fes crimes. 
Vous ordonnerez , fi vous le voulez ,. 
d^ chatimens contre ce& iojiiftices.^ 



dt; pRiNcxpEi DtsLoix. tlvAV. 1^9' 

CCS fraudes , ccs haines , ces ven- 
geances , ces efcamotteri^ , ces in-* 
trigues auxquelles les Lcgiflateiirs 
n'ont inflige jufqu'i prefent aucane 
peine. Mais jc vous avertis qu'on 6lu- 
dera aifement la force dc vos Loix. 
Croycz-vous qu'il appartienne i tous 
les Etacs d etablir la cenfure de la 
R^puWique Romainc ? Des Magif- 
trats qui notent & tachent un citoycn 
fans torme de proces , font V^us le 
plus criant & le plus abfurde ^ fi les 
mcEurs ne font pas fbuverainement 
lefpedies. Quoi , on trouveroit parnd 
nos Ath^es des hommes dignes d'&tre 
des Cenfeurs & des Catons ! Quoi , 
lis fe flatteroient d'etablir au milieu 
d'eux une Ma^ifbuture que les Ro- 
mains ne purent conferver quand 
leurs moeurs furent corrompues ! Non, 
Milord , fi ces Magiftrats avoienc 
d'abord quelque autorite , ils ne s'en 
ferviroient que pour etablir une in- 
auifition funefte , fervir leurs paf- 
fions &: etablir leur tyrannic, lis 
trouveront le fecret d'etre mechans 
impuncment , en Tetant d'abord avec 
une forte de retenue & de prudence; 
&bient6t ils fefervirontde leur credit 

liv 



too D£ tA LeGISLATIOK ," 

& dcs Loix memes pour faire des fiiy 
jttftieesquihdteront la ruinc de TEtat. 
II eft aflez heureux qu'cn faifant 
fous leiirs efforts pour nous prouvcr 
tque FAtheifme peut faire fleurir una 
Republique , les ennemis de Dieu nous 
fourniflent la preuve peut-ctre la plus 
complette de fon exiffencc. Son nom 
fans doiite eft ecrit fur routes les par- 
ties de Funivefs y la grandeur & la 
beauti dc Touvragc publient, jc I'a- 
Youe , d^une maniere bien eloquente, 
la puiffance & la ^gefle de rouvricr ^ 
Biais nous ayant- fiaits de fa^on que 
nous ne pouvons nous pafler dc lut > 
lie fe montre-t-il pas encore plus 
dairement ^ nos yeux ? Ce temoin » 
ce juge de toutes nq; anions &: de 
toutes nos penfees , qui eft indifpen^ 
fablenient n6ceflaire i notre bon*^ 
heur > c'eft-ta la preuve la plus coi> 
vaincante au'il y a un Dieu. EUe 
eft a la fois ecrite & dans notre efprit < 
& dans notre coeur. Dieu nc permet 
pas que nous le m^connoiflions on 
que nous foublions , en n*ayant pas 
permis a la prudence humainede p0u- 
voirfe fuffire 4 elle-meme. Par-tout 
b fageffe des bommes trouve de& 



6tJ pRiNCiPES DBS Loix; Lly.fP^. lOIf 

feorncs, & au-dela de cesborncs> 
cllc ne voit quHinabyme fans fond,^ 
fi cllc ne trouve pas Dicu & la foir 
dcs fermensr Sans lui'. nous flotterions 
dans une inccrtimdc. etcmellc ; fans 
lui nous verrionsfens ceflfe s*^croulcr* 
TedifiGe mal allure de la (bcietc. Ma 
foibleflc, ma. force-, mcs befoins, 
mon bonheur y mes catamites y mes 
craintes , mes incertitudes , mes e(* 
perances , tous Ics fentimens que j'c- 
prouve, fontautantde voixqui^m'ap- 
pellent a cet Etre fuprfeme;^ Jc fens 
qu*il eft le premier Ken qui unit les* 
hommes; fans lui plus de confiance les 
uns pour les= autres , & nous ne pou-- 
vonstrouver aucun rcpos^lansle mon-^ 
de; Udoitctrele premier garant da ? 
pade que nous avons fait en entrant: 
en foci6te; cc n'eft quc-furtla foi'^^c; 
cette garantie 9 que jcoomptefurlafoti 
de mes concitoyens. Si la jjufiicehu** 
maine in*opprime , il me refteun con*^ 
folateur ; k mon innocence me rendra 
encore heureuxau milieu destmal- 
heurs , fi je puis appcHcrderU m6- 
chancete ou de la fottife des^bommcs 
au tribunal de la fageffe divine* 
QjLi'eUe exiftc cette. Republique^ 

I V 



id bB LA LicrstATiONv 

4' Aty es \ Scd fes choyens , li&s fels. 
nns des autres , ne fe fuyent^pas ei^ 
je difperfant dans les pays Voifins >• 
©u nc fc dechkcnt bientot par leur^ 
propres mains , j*ofe vous prcdire ,, 
Milord y qu'avant qu'il s'y eleve uncr 
quatricmc generation y ellc: fera de- 
fabufec de fcs crrcurs^ Fiez-vous-oa^ 
au defip que nous avons d'etre Ecu- 
rcux ; il ncrpeut s'iccommoder d'unc*- 
philofopkie: qui , en nc produifiint; 
que des maux toujours renaiflans, ne^ 
aonne mcmc aucune confolation pat 
^ger«.. Je fais jufqu'oii Ton pcut aJIer 
par engagement defyftcme, maislo. 
vanitc & I'entetemcnt ont leur^ bor- 
nes: Quclques Athces r^pandus ga & 
li dans les grandes villes dc I'Europe , . 
^euvent ,. lans effort , refterattaches 
leuE doftrinc Leur vanit6 eft fatis- 
faite , ils croyent fe faire remarquer 
par la hardieiie de leura fentimcns y. 
lis croyent que les fots les regardent 
cbmmedc grands gehies;, & vivant*^ 
d'ailleurs dans des Etats religieux , . 
Icur dodrine Icnr paroit commode v 
& its ne font point inquietes par les 
alarmes. aue leur infpireroient dc5 
citoyens lans morale.^ Mais dans 1^ 



era P^mciPES des Eoix. Liv. IV. toj 

R^ublique de Bayle , il n'y aura ,. 
au contraire, aucun merite k etrc* 
Athee^ & cbacun craindra fon con- 
citoycn comme un mechant homme : 
on fe laflera. done de cette fituation*. 
Apr8s avoir tant public que la fuperf^ 
tition eft la caufe de tous les maux > 
on ouvrira malgre foi les y eux , on 
verra fon erreur , on re^rettera les 
pr(6jugds des peuples voihns , & on 
commencera a voir , avec moins dc 
mepris , une dodrine favorable a Tor- 
dre de la fociete , propre k unir les 
hommes par quelques vertiis , &c qm 
peut feule les confoler dans les adver- 
litcs auxquelles leur condition les ex*- 
pofe. Eyabord pn donnera des prin- 
cipcs moins tranchans k h, jeufteflc. 
De r Atheifme on paflcra au Dcifme* 
Quelque entoufiafte repandra de ccs 
fables qui flattent le gout nature! que 
nous avons pour le merveilleux , & 
lbs Magiftrats enfin , foit pour s'ac- 
quitter plus aifement de leurs devoirs , 
foit pour fe rendre plus puiflans k U 
faveur de la cr^duHte du peuplc, 
fevoriferont les pFogrcsde la religion ^ 
& la Republique aura des dogmes., 
des pretres & des certeionies reli- 
gieulcs.. I vj 



t04 DE £A LiGlttJtrtOTf^ 

Jc fiih ravi dc vx)trc pr^didioir ^^ 
iit Milord cnu intcrrompant? notre: 
Phiiofbpbe , & je la cix)ts d'autanr 
plus sure, que rAAeifmCj quoique* 
prcche: avcc une extreme liberty par* 
des hommes qui avoient beaucoup^ 
d'efprit V n'^ jamais pii: s'ijtendrc, ai> 
dela de certaines bomes ,. & devenir 
la dodrinc g^nerale -d'auerme Nation;. 
Malgre notre orgueiL, nous, fentons. 
Botre ndanten admirant la gmndeur- 
& la beaute de Kuniyers.j. k notre: 
foiblefle nous porte naturcllement i. 
ehercher< dans Ics cienx le maitrexle: 
laterre; Plut6c.que.-de:ne rienadorjer- 
nous ^leverons des autelSaunJnpker^ 
iune V6nus^ , a un ApoUon-, . aux 16-- 

fumes de:nos> lardins ,, aux- volailles^ 
cnos baflbsrcours.. Mais enfin puiC- 
qnC'rAtheifmc, fi pen analogue a no* 
tre: efprit & a notrc: coeur , ne. fcra 
jamais la dodrineque.d'nnpctit nom*- 
lire d-hommcs ; puifque. les Athees. 
»'onr aucun interet d*etendre leur 
dodrine , je ferois-aflezportc a croirc 
qtt'ils: ne meritent pas que le Lcgifla* 
tQur- les. tf aire. avcc. une extreme fe- 

Qmlo r%)ndit notre. PJuIofophe;^ 



auffi ne demandai-je pas qu'on allumc 
des buchers. Dieu a'a pas. befoin de 
fious pour fc vcnger , il fauia punur 
rimpiete commcellelc mcrite. Ainli 
le Legiflateur doit fe homer a infliger 
les cm^cimens necdTaires pour inti- 
mider TAthcifine &r Tempccher de 
eorrompre la.fbciete.. Mais ne croyex 
pas Milord y que malgre robfcurite 
a laquelle cette fuaefte philofbphie 
eft condama&r, ellepuiflGfemontrer 
fans danger. Voyez.la Grecc outant 
do. philolophcs parlerent de la Divi** 
nite avec la plus grande licence j ils 
ne parvinrent pas a faire fermer les 
temples & briler Tes^ autels ^ mais ea 
diminuaatL^ufques dans le peuple met 
me la^CFainte des Dieux & le xei^ejBt 
du a des chofes qu*il avoit regards 
commc facrces \ la religion qui avoit 
regne fur le coeur , ae irappa plus les 
yeux que^ par un vain fpedacle dc 
ceremonies. Une carriere plus, fibre 
fut ouverte aux paffions^ en ceflant 
de rcdouter les Dieux., on apprit a 
taromper les hommesj la foi des ferT- 
mens fut fans force,. pa viola lesLoix^. 
quand on efpera depouvoir les violet 
!mpimemcnti,& les Republicjues fa-^ 



20S 3B tA LiCTStATION, 

miliarifees pcu-a-peu avec tons Ic* 
vices , tombcrcnt enfin dans cctte cor- 
f uptionf^xtrcme qui caufa leur ruinci 
L'Arhcifine , il eft vrai , n'infedlc: 
ordinairement que les ci toy ens les 
plus confidcrables de la Republiqnev 
mais ce font eux qui decident de fori 
fort i &: leur conduiteirrcguliere , en- 
mettant a la mode une certaine indif- 
ference pour la religion , corrompt 
les citoycns memcs qui ne penfent pas 
commeeux.Les honunes dont le cceur 
eft le plus religieux , ne le font alors 
qu'avec moileffe , & fi je puis parler 
ainfi , ils aflbcient a leur religion les 
vices accr^dites par rAtheifme; 11 me 
femble qu'on peut diftinguer dans lc$ 
pauvres , les vices qu'ils tiennent du 
liixe des riches , de ceux qu'ils doi - 
vent a leur pauvrete ; &: peut - etrc 

{5^ourroit-on diftinguer egalement dans^ 
es perfonnes religieufes les fautes 
qu*elles commettent par foiblefle , &c 
celies qu'elies font, parce qu'ellcs 
vivent dans un terns ou la religion 
eft peu refpedce. 

Platon ordonne dans fon Trait6' 
des Loix , que fi on entend parler d^ 
Dieux diune maniere impie. , . on ea- 



ou PkmciPEs DBS toix. Liv. IV. loj 

prennc la defenfc ; &r rien n'eft pliis^ 
fage.Ilexige mcme qu'bn en inftruifc* 
Ifes Magiftrats , pone qu'ils y reme-^ 
dient. Mais j'avoue que je ne puis ap» 

i?rouver cettc Loi 5 jai une averfioa* 
fecrette contre la delation , elie eft 
feafle , elleeft odieufc, elle avilit le&. 
Bommcs , elle les rend fufpefts Icsk. 
uns aux autres ;: & fous aucun pre-- 
texte le^ Legiflatcur ne doit Fordon- 
ner. Un mot cchappe contre la reli- 
gion , S^qui ne fuppofe pasuQ dcflcin> 
elair & formel d attaquer la Diviniter 
& les principes de la morale , n*eft* 
jamais excufable; mais il feroit injuftc 
&C cruel de punir comme un Cfime, 
ce qui peut n'ctrr qu*une etourderie , 
©u le premier mouvement d'im efprit 
qui eft vivement frappe d'une diffi- 
cuke qu'ilne peut reloudre. Pourcet 
infenfe qui dogmatife & travaille , 
foit en public , foit en fecret, a fe 
faire des complices ou des difciplcs , 
Platon le condamne a cinq ans de 
prifon.. Separe pendanp tout ce tems 
du commerce des citoyens , il nc doit 
voir que les Magiftrats charges de 
reclaircr & de le faire rentrer en 
llii - meme;. Si apres cettc cerredion 



loS J>e LA L£6islatiok/ 

il n'cft pas corrige, & continue 1 
publier (xdodrine, le Legiflateur a'a 
plus d'indulgcHce , Platon le condana»- 
nc impitayablement ^ mort , & or- 
donne que foa cadavre , port^ hors 
des cerres de la R6publi(^ue , foit jette 
k la voirie. Cettc; f6v6nte mc paroit 
©utr6e. Et ma%r6 moa rcfpcA pour 
D&difciple de x)crate, je croirois fa 
Loi plus fage , (i elle fe contentoit 
d'cntermcr un coupable^ incorrigible' 
dans une prifon. perp^elle.* 



C H A P X T RE II 1. 

De td nktffitl Jtun cuttt piibHc* Que 
te LJgiJlaicur doit U fdire rcfpcStr y. 
& empicher qiu Ut Religion ne diginlrz 
en fanOtifmc & en fuperjiition. > 

IIn m'apprcnant qu'il y a un Dieu ; 

au'il eft men Jugc & le difpenlateur 
c tous les bicus dent je puis y ma 
raifon ni*apprcnd , continua notre 
Philofophe , que jc dois le refpeder , 
Taimcr , Ic craindrc & \m ofFrir Ic 
tribut do ma reconnoiirkince j & c'cH. 



OU PRINCIPES DES LoiX.ZzV. If^, tOf 

de ces fcntimens reunis qu'cft ne chcx 
tons les peuples Ic culte religicux 
qu'ils rendent a la Divinite. Dans leur 
bonheur on dans leur malheur , ils (c 
font raflembles comme par inftindfc 
pour honorer Diea par leur joie, ou 
pour iniplorer fon fecours par dcs 
prieres Sc Acs facrifices. Dire que cc 
culte doit etre abandonne au zele & 
a Fimagination des citoyens , & qu'il 
eft inutile d elever des temples & des 
auteis , d'inftituer des ceremonies , 
& d'avoir des pretres pour y prcfider ; 
• c'eft une opinion audi ridicule que 
dangereufe. II fuffit que les hommes 
aient un devoir 4 remplir , pour que 
le Legiflateur fbit oblige de le ibu- 
mettre i dcs regies certaines. Je me 
croirois digned'un chatimcnt fevere, 
ii j'o(bis decrier un culte utile a mes 
concitoyens , ou fi j'entrcprenois dd 
le detruire , je meriterois^..^* 

Je vous entends , dit Milord en iW'- 
terrompant notrc Pbilofbphe avcc 
vivacite , mais ne penfez pas qu'apres 
vous avoir abandonne fans regret les 
Athees, pour en faire tout ce que v©u$ 
youdrcz , je vous permette de con- 
fiamaer les D^iftes a la prifon. Quel 



2IO DS LA LiGISlATtOI}^> 

eft , jc vous pric , leur crime 2 Ties 
phUofophes , qui recomioiflent dans 
1 Etre fuprfemc Ics mcmes attributs que 
vous , qui croycnt que la Provi- 
dence gouvcrnc runivcrs , & que 
des recompenfes ou des chatimens 
nous font deftincs dans une feconde 
vie , qui ordonnent en un mot d'obeir 
jt Dieu en obeiilant fidelement a la 
raifon qtfil nous a donnee pour nous 
fervir de guide; quelles atarmes dc 
pareilsphilolbphcspeuvent-ilsdonner 
a la Rcpublique? Quelque grand que 
foit Dieu , fai Torgueil cfc croirc , 

Fardonnez-moi ces expreffions , que 
kommage de relpeft > d*amour & de 
reconnoiifance que lui rendcnt des 
£tres raifonnabres dans le fbnd de 
leur coeur , peut ne lui etre pas de«* 
fagreable. Mais pourrois - je penfer 
qu'il attend de nous ces vaines cere- 
monies qui ne font propres qu*i itouf 
fcr le veritable efprit de la religion , 
& qui font inutiles a la focict^. 

Je conviens avec vous , rcpartit 
notre Philofophe , qu*une religion 
toiite metaphyfique , en degageant 
notre ame de nos fens pour Telever 
lufqu'a Dieu , paroitroit plus fublime. 



or Principbs dbs Loix« Liv. IF. tit 

& mc repondroit dc la probite du 
citoyen qui la pratiqueroit. Mais per- 
mettcz-moi de vous dcmandcr fi die 
fcra plus conformc i la Hature des 
hommcs. Nous ne fommes pas dcs 
Anges. Si notre amc cxerce un grand 
pouvoir fur notre corps , il eft egalc* 
ment certain que notre corps cxerce 
a fbn tour un grand pouvoir fur notre 
amc j & c'eft parce que Icur adion eft 
rcciproque , que je veux une religion 
qui , en nous elevant a dcs idics ipi- 
rituclles , tiennc cependan! k un ctftte 
& a dcs ceremonies corporelles quif 
uniflent les citoyens entr^cux par dc5 
adions fenfibles y &: les dift>ofent k 
n'avoir qu*un mcme efprit , & k rcm- 
plir Icurs devoirs mutuels. Vous at- 
tendez , Milord , degrandes chofesdc 
la religion rafinee des D^iftes , eUe 
produira peut-^tre quelqucs fagcs ; 
mais ce que je fais i nen pouvoir 
douter , c'eft que fi vous n^gligez de 
rappeltcr la multitude par un culte 
public , pcriodique & unifbrme i la 
penfee d'un Dieu jufte y bicnfaifant ^ 
qui gouverne Ic monde , & lit dans 
le fond de notre coeur j vous vcrrcx. 
CQ quelq^ue focte tout fentiiBent dc 



112 DE LA LieiStATION> 

rclirion s'aneantir pen - a - pcu , oti 
fc dcfigurcr de la manierc la pUi« 
ctrangc. 

Qiiand Ics fbcictcs , en fc formant ^ 
auroient futvi avcc la plus grande exac- 
titude y les intentions de la nature ; 
quand eltes auroient continue a fe 
conformer a Tordre dont je vous ai 
d'abord parl6 , }e doute qu'elles n'eiif- 
fent pas cu befoin d un culte public 
& rcgulicr pour perp^er leur bon- 
heur. Mais nous , Milord , nous ac- 
cablcs /bus le poids des a£faires que 
nous avons eu la fottife de nous faire; 
nous enyvres de nos plaifirs &c de 
nos voiuptcs ; nous eouvemes ou jrfu^ 
tot tyrannif^s par des paffions audi 
injuftes & auffi violences que notrc 
avarice & notre ambition -y tandis que 
la terre eft couverte d'une multitude 
innombrable d'hommes condamnes k 
gainer i la fueur de leur front le pain 
qui les nourrit ; fommes-nous faits pour 
porter mitaphyftquement nos regards 
vers le ciel ? Pouvons-nous nous paflfer 
d'iune religion qui , k des hcures mar- 
quees 6c i, des jours fblemnels , nous 
rappelle dans des temples pour rafrat- 
ctur dans notre memoircla crainte dc 



cv pRmciPts -DES Lcix. Liv. If^. if j* 

I>icu & ramour de nos devoirs ? II nc 
faut point fc fairc illufion , voyons les 
hommcs tcls qu'iis font. Tandis que le 
culte public &icsexerciccs journaliers 
de la religion ont fi peu dc pouvoir 
fur notre amc toujours diftraitc , com- 
ment peut-on efperer que votrc Deif- 
me fera un frein capable d'arreter les 
oitoyens d'une Repiiblique ou tous les 
vices font encourages ? il en eft de la re- 
ligion comme desLoix civiles. Croy ez- 
vous qu'il fuffifc de les publier pour 
iju'on y obeiflc ? N'avons - nous pas 
befoin que des Tribunaux nous aver- 
tiflent continuellement qu'elles font 
en vigueur ? & comme les Loix fe- 
roient inutiles fans les Magiftrats , la 
religion , loin de conferver fon pou- 
voir , dcviendroit une fburce de dit 
corde , de haioe & d'erreur , fans un 
culte autorift , & fans des pretres qui 
en regkroieot J'of dr? & ies c^cemo* 
nies. 

C'eft d'aprcs cq$ confid^rations que 
fi je eonviens avec vous que la reli- 
gion doit clever notre ame a des pen- 
ices fublimes .& fpirituelles , il faut 
que vous conveniez avec moi que 
pour $tre utile aux homme$ ^ elle 



^14 DB I'A LiGISLATION, 

doit ^tre accompagn^e d*un culte 
fenfible & pubKc. Si vous n'admettez 
qu'une dc ces deux vcrites , vous tom- 
bcrcz, jc crois , dans Tcrrcur; 8i 
c'eft en Ics regardant toutes deux com- 
me la regie cfcs Loix gui intcreflcnt la 
religion , que le Ligiflateur nc s ega- 
rera jamais* 

Voulez-vous vous en rapporter k 
tin grand hommc qui a gouverne fa 
Patrie dans les terns les plus diJFHciles , 

2u-on ne peut certainement pas accu- 
:r de fiiperftition , & qui a etudie 
en philofbphe les rcglemens les plus 
propres a f aire flcurir une Republique? 
Jc pcnfe , dit-il , qu*il doit y avoir 
des temples dans les villes ; & je ne 
puis adopter Topinion des Mages de 
Perfe qui perfuaderent a Xerces dc 
bruler les temples des Grccs , parce 
qu'ils renfermoient entre des murailles 
les Dieux a qui tout doit hre ouvert , 
& dont Funivers cntier eft le temple 
& la demeure. Les Grecs & nos pe- 
res y ajoute Ciccron , ont penfe plus 
fenfcment. Pour aflfermir la piete que 
nous dcvons aux Dieux , ils ont voulu 
en quclque forte les faire habiter par- 
mi nous y & cette dodrinc eft avan- 



<\v PRiNGiPfis Dis Loix. Liy. ly. H.J 

tagcufc i la fociite , puifque , felon 
la rcmarque de Py thagore , la piete & 
la religion ne font jamais tant d'im- 
preffion fur Tefprit , que lorfquc nous 
lommes occupes du cuke des Dieux. 
Ceft pour cela que Tales , le plus 
celebre des fept Sages de la Grece , 
a dit que nous devons ctre perfuadcs 
que tout eft plein de Dieux ; car nc 
les perdant point de vuc , nous ta- 
cherons de nous rcndre plus dignes 
de leur protedion. 

Si je nc puis m'empccher d'approu- 
vcr le fentiment de tous ccs Sages , 
ne dois-je pas croirc que c'eft fc ren- 
dre coupable que de detruire ou d*^- 
branler feulement dans les citoyens 
les motifs qui les portent a refpeftcr 
le cuke religieux qu*ils rendent a la 
Divinite ? Pourquoi fait-on confifter 
aujourd*hui toute la philofophic a me* 

?rifer .& hai'r%^utcs les religions? 
ourquoi declame-t-on continuelle- 
ment contre les ceremonies & les 
rites dont les hommes font convenus 
pour marquer leur refpcdk & leur 
reconnoi fiance a TEtre fuprcme \ 11 
isntre , fans doute , beaucoup d'igno* 
jrance dans cette conduite rear U 



tfif DI tA LiciSlATlONlf 

plupart dc nos philofophcs nc jfbnt 
gucrcs que des cipeces dc beaux e{^ 

Slits qui ne Ic donncnt point la peine 
e Her enfemble quelques idees. lis 
ne prcvoyent pas que le mepris des 
ceremonies doit conduire i Toubli de 
Dieu. Plus ils fe plaignent ame- 
rement des prc^ug^s religieux qui. 
gouvcrnent le monde ; plus ils de- 
vroient penfcr que les hommes , na- 
turellement portes a la fuperftition , 
ont befoin qu'un cultc fixe & certain 
les prcferve dc toutes les folics oil 
leur imagination , leur ignorance, 
leur crainte , leur efperance & leur 
fanatifme les porteroient , puifque 
la dodrine de oes pretendus jJiilo- 
fophes produit un grand mal , Platon 
avoir raifon de les profcrire ; &quand 
vous leur accorderiez , Milord , votrc 
proteftiofl , je ne pourrois , en votrc 
Faveur, me difpenft#»dc les (Sparer 
pour quelque terns de la fbciete. 

Tout hommage , difent fouvent les 
D^iftcs , eft recu , parce que Dieu qui 
nous jugc fur nos intentions , n'exige 
pas que nous lui rendions un hom« 
mage digne de lui , mais tel que nous 
ibmmes capables dc k rendrc. Par 

quelle 



IL 



__ f 

. OV PWNCHPES MS LjOIX« -Kv* IV. llj 

3ne11e raifon s'acfaament-ils done li 
eerier ime religion qu'ik ne eroycnt 
pas d^fagreable ^ Dieu & qui eft 
utile a leurs eoneitoyens ? S'ils nc 

f>euvent dire le bien qu'ils fe propo- 
cnt , & fi leur temerite eft proprc 
a porter le relaehement dans les 
moeurs & le trouble dans la foeiit^ ; 
les Loix ne font-^lles pas en dri>it de 
les reprimer? 

Je vous Favoue, Milord i n*eft-ce pas 
nine des plus granldes ealamites dc 
I'Europc , que eette lieenec avcc 
laquelle on attaque ouvertement ia 
religion qu*on y prSfefle ? Je nc 
fuis point Theologien , mais quand 
cette religion feroit auffi faufle que 
toutes les autres , n'eft-il pas vf ai que 
dans la iituation adtuelle des ehofes , 
c'cft prefque la feule regie de morale 
qu'aient la plupartdes hommes,&que 
fi elle leur manque , ils ne connol- 
tront plus aucun frein 5 Que fignifient 
done toutes ees rapfodics impertinen- 
tes qu'on nous debite eomme autant 
de lemons &' de preceptes de philo- 
Tophie? Puifque nous n*avons point 
dc Deifte qui ne fe eompare modefte- 
mcn€ a Soerate ^ je voudrois au moini 
IL Pamt* K 



Il8 BE LA LiciSLATION,' 

que tous ces petics Meffieurs (on- 
geaflent k rimiter. Ce fage T qui 
parloit dc I'Etrc fuprcmc avec toute. 
ta-dimite & la grandeur ou pcut at-. 
teinore Tcforit humain , vivoit au 
milieu des luperftitions les plus grof- 
(teres. Le voyoit - on infuiter a la 
religion publiquc ? Invitoit - il les 
Atheijjiens k fermcr leur temples & i 
brifer leurs autels ? Penfez-vous que, 
ce fiit par fon confeil qu'Alcibiade . 
mutila les ftatues de Mercure. Je 
crois bien qu'en raifbnnant avec Pla-» 
ton ou quelqu'autre philofophe , il ne 
rejettoit pas uae plaifantcne qui fe 

{)refentoit a lui , mais pour corriger 
e peuple dc fes erreurs , il ne prit 
jamais le parti infenfe de fe declarer 
Tenncmi de Jupiter ou de Minerve* 
11 ne declamoit pas eontre les Dieux 
d' Athcnes , il fe contentoit de mon^ 
trer la verite , en parlant de la fageflc 
& de tous les autres attributs de TEtre 
fupreme. Avant que d*abandonner . 
\c cultc de Saturrie , de Jupiter , d'A- 
poUon , &c. & de rcnoncer k toutcs 
CCS fatjes que imagination des po&t 
tes avoit creees ; il vouloit que l^s 
jprecs commen^affent k connoitre fe 
lefpedcr le ©ieu que Tuniver* doVt 



ou pRiNCiPEi DEsXoix. Liy. IF. 219 

adorer. Pour tout dire en un mot, 
il aimoit , il ch^riflbit dans fes con-* 
citoyens Ic fentimcnt dc piete qui 
les attachoit i leurs pratiques fupcrf- . 
titieufes , & il cfperoit acn profiter 
pour leur faire embrafler , fans fcan-* 
dak , fans trouble , fans danger pour 
les moeurs , une religion plus rai- 
fonnable. 

Quoiqu*il en foit , tout Deifte qui- 
vont d(§truire les rites d'une religioa 
pour ramener les hommes k un culte 
mterieur & purement fpiritucl, doit 
fetre contenu comme un vifionnairc 
& un illumine dont la dodrine ne 
convient pas alafocictc. Je vous laifle 
le foin de porter la Loi que vous croi- 
rcz la plus propre a Ic guerir \ mais 
fongez quil vautmicuxlui faire prenr- 
dre de Tellebore que de la cigue. La 
Lx)i doit infliger une peine a Timpic 
qui infulte puoliquement la religion 
par des adions facrileges , & au Dciftc 
qui Toutrage & Tavilit par fes dif- 
cours. Je crois que nous ferons bien^ 
tdt d'accord fur la nature de ce cha* 
timent ; car vous favez que je n aime 
pas les L^giflateurs barbares , & une 
retraite. de quelques mois dans un^' 
prifpn pent (ufSre. K ij 



I 



ilO 9E LA L^.GISLATIOK^ 

Nos penr6es ou nos fentimens fc« 
crecs ne doivent pas etre foumis aux 
Loix humaines j fi vous ne voulez 
pas itablir la tyrannic la plus r6vot 
tante. Que les hommes jueent Ics 
aftions , Dieu feul ^ugc les pcn-^ 
{its. Mais fi ce qu'on appelle phi- 
lofophic Gclate publiquetnent & 
>roranc avec m6pris Ic cultc rendu k 
;a Divinitd , vous devez etre d'autant 

Slus indulgent que le public fcandaHf^ 
c r6volt6 montrera plus de z81c k 
vcnger la religion. S'il eft tiede dans 
un pareil cvenement , s'il en plaifan^ 
te , connoiflez tout le danger dont 
vous ctes menaci , mais n^irritez pas 
le mal par uns ftv^ritc ddplacie. Si 
vos Loix font trop fcvcres , vous in£ 
pireroz de la pitie pour le coupable 
K de ^indignation contre les Magif* 
trats& lc§miniftres de la relieion^ 
D'abord on ne vous obiira qu*a re- 
gret , ^ bientdt Timpunit^ augmen* 
tera le difordre que vous vouliez cm- 
pcchen Prevenez Timpiiti pour n'^trc 
pas dans le cas de la punir. Cberchez 
alors par quels moycns vous pouvcz 
rendre i la religion (on ancienne di* 
gniti. Soyez plus attcntif a la confer^ 
Vfttion dQs mopurs. VeiUQ;^ av«p plus 



6v Principe} bes Lolx* I/v. IV. iit 

de (pin ^ ce queries Ath^es &: les D6if^ 
tcs n'ofeiit. publier leur doiftrinc ; & 
^orccz fur-tout Ics miniftres de la re- 
ligion ^ non pas a avoir un zele .atnef 
& indifcret qui les feroit hair , mai$ 
^ prendre une conduite qui les fera 
relpeder. 

Quand un Deiftc fera enferme pour 
avoir violc la Loi du filence qui lui 
eft impofee , qu'on n'oublie rien pour * 
Tinftruire oc lui faire connoitrc fa> 
faute. Les Magiftrats doivcnt pren- - . 
dre la libcrte de lui reprcfenter qu'il 
a etc tres-imprudent , & que fon im- 
prudence eft trcs-funefte a la fociet(§* 
Si c'eft pour faire du bruit & attirer 
fur lui Tattentioii dii public , qu'il a 
liepandu des opinions hardiesj on lui 
fera voir le neant de la gloire & dc 
la miferable celebrite qu'il fe propo- 
foit. S'il pretend que lamour de la 
verite le tranfporte , & que fa grandc 
ame ne peut s'empecher dc montrer 
Terreur quand il Vappercoit ; vous Ic 
ftUciterez d'etre le martyr de la phi- 
lofbphie. S'il feint quelque fcrupule 
de pratiquer une religion qu'il nc 
croit pas vraie v faites lui fentir la - 
difference qu'il y a entre un hypocrite 

K iij 



Ill »E LA Li^ISL'AtlOKf 

qai fe pare baflement d'un zele men- 
tcur , & la fageffc d*un hommc qui 
fe Gontentede rcipeder une religion 
dont fcs concitoyens nc peuvent fe 
paflcr. Que le coupable ne recouvre 
la liberte qu'en promettant de fe con- 
duire a Tavenir avec prudence & 
circohfpedion. N'cxigei point de lui 
..une rctraftation , vous feriez dupe fi 
vous y comptiez j & vous accorderiez 
ii une aftion deshonorante une grace 
qui ne peut etre accord^e qu'a un 
repentir fincere. Une rechiite doit ^ 
ctrc punie par deux ou trois ans dc 
prifon. Si apres cctte longue correc- 
tion , un D^ifte a tpujours la mcme 
foif de la celebrite & du martyr , il 
faudra bien cnfin fe r^foudre a le trai- 
ler comme un Achee. 

Vous voyez , Milord , que je ne 
faurois approuver la Loi de Ciceron 
qui veut qu*onpunifle de mort celui 
qui ne fe fera pas foumis k la decla- 
ration par laquclleics Augures auront 
decide qua telle chofe eft faite contre 
le droit , les aufpices & les regies j 
ou celui qui aura derdb^ par adreffe 
ou oris de vive force quelque chofe 
de (acre-, ou un depot mis dans un 
lieu faiQt, On ne fauroit trop le re- 
f 



pitcr, la religion doit ctrc humaihc; 
(&• pour lui confervcr fa dignite , tie 
fufnt-il pas dc fcparer de la focietc 
cclui qui a gf ofane les chofes faintes i 
Vous m'ebranlcz , dit Milord h. 
notre Philofophe ^ mais vous ne m*a- 
vcz pas entierement Convaincu. Jc 
fens que les hpmmes doivcnt avoir 
des temples & un Culte public ; U 
en refulte fans doute de grands avati- 
tages, mais ccs avantagcs nc font-ik 
pas balancespardes inconv6niens k peu* 
pres egaux? uh que la religion feraliec 
a des pratiques dont il nc fera pas 
permis de s'^carter \ des qu*il f?ra 
ordonne de les regarder comme fa- 
crees ; d^s auc les Loix defendront 
d'examiner K de douter , foyez sur 
qu'on ne fera pas loin de la fuperfti- 
tion , & que la fuperftition detruira 
en peu de terns les principes de la 
morale. On attribuera quelque vertu 
fublime &.myft6ricufc i des pratiques 
u'il ne faut confid6rcr que commc 
es ceremonies. Rappellez-vous , ;c 
vous pric , quel pouvoir les Grccs & 
les Romains attachoient a Icurs ini- 
tiations. On penfoit purifier fon 
^mc fans fe repentir du paflS , & 

Kiv 



I 



114 i>< i-A LieisiAtxoi^^ 
fans fc propofcr d'etre x ravenirpfiw 
homme de bieiir On croira queUieu 
d^termin^ par notre bommage , va 
changer k notre gr^ I'ordre immuablc 
de la natures &: au lieu de nous ^dieir 
h aToir de la prudence &: du courage , 
on attendra froidement des fucces 
qull cut fallu prefer* Prenez-y 
garde , une fuperftition en entraitie 
toujouis un autre k fx fuite : & quelle^ 
mileres ne fera-t-on pas enfin oblig^ 
de refpeder ? On croira aux augures 9. 
aux fbnges de la nuit , aux jours heu- 
reux y aux jours malheureux ; tout 
deviendra un figne de la volonte du 
ciely & avec ces regies ridicules dc 
conduit c , que deviendra le genre hu- 
main , & i quoi lui fervira fa raifbn l 
Je ne m'en tiens pas-la , &- fans 
vous parler de toutes les erreurs que 
des religions infenfees ont ripanducs 
dans le monde, j'ajoute, pourfuivit 
Milord , qu'en coudamnant la phi- 
lofophie au filence , vous favorifez 
les abus que nos paffions doivent in* 
troduire aans la religion meme la plus 
fainte & la plus relpedablc. Scsmi- 
niftres , apres tout ne feront que dcs 
hommes. Vivant au milieu de nos 
vices qu'ils ne pourront corriger ^ 



barce qiic toutes les iriftitutions po- 
iitiques dxcitent hotrc avarice & 
tiottc ambition j aiiront-iis long-tcm$ 
ie courage dc tefifter a la tentatioa 
de nous inaiter ? S'ils .commenceht 
unc fois a ne pas micus^ valoir que 
tious , les regies de la morale nc 
commcnceront-elles pas k fe courber 
cntre leurs mains ? rappetlez-vous cc 
que Pafcal reprochc a des Cafuiftes -^ 
qui , avec leuf probabiliu & leur di- 
rection if intention , enfeignent Tart de 
pecher faintemeftt ; ou qui pour fe 
rendre commodes & agreables , ftibt 
tituent aux devoirs les plus eflcntiels 
les pratiques les moins gcnantes & les 
plus inu tiles. Soyez silr que ces faux 
dodeurs fe ferviront du refocd dA 
i la religion pour faire.rcfoeifter leury 
crKCurs 5 & dcs-lor$ les luperftitions 
les plus dangcreufes n'infederonr- 
€lles pas la fociete ? 
. On imaginera cent manieres difiS- 
rentes d'etre a la fois religieux & mal- 
honnete homme. Ne me dites point 
que je cherche a m'inquieter ew pr^^ 
voyantdes malheurs chimeriqties. J'en 
appeUerois a THiftoire de TEurope 
^ntierc. Quel eft le pays , pendant 

Kv 



1X(? 91 LA LiGULATIOK> 

que la raifon nous ordonne de nous 
aimer » ovi les hommes ne fe font 
pas hais &: perfecut^s, parcequ'ils 
adoroient Dieu d'une maniere oifiTe- 
rente ? Combicn de fois la jfuperfti- 
cion n'a-c^eUe pas voulu nous perfua* 
dcr que Dieu eft cruel & avare ? 
Comoien de euerres Tambition des 
pr^tres n'a-t-eUe pas aUum^es I Com- 
bfen,c....* 

Fort bicn , Milord , reprit notre 
Philofbphe , vous Stes en train de rap* 

Sorter la cbronique fcandaleufe des 
ccl^fiaftiques > Sc quoique je fufle 
charmi , en qualite de bon proteftant, 
de vous entendre raconter en detail 
tousles abus qui exciterent enfin la 
j^volte de Luther & de Calvin contre 
Ic Papc & fon clerge , permettez- 
moi de vous intcrrompFe , & de 
vous faire remarqucr que tout ce 
que vous pourriez dire des vices des 
prctres , ne prouve rien contre la ne- 
ceffit^ d*un cuke public & d'une reli- 

Sion. Mais avant que d'en venir-la^ 
faut ripondre k routes vos objec* 
tions ; & jc vais les fuivre dans Tordrc 
que vous les avez propofees. 

Vous avez done peur que Tufagc 
des prieres & la confiance que nous 



ou PKiKaPES VES Loix. Liv. IV. %ij 

iavons dans les fecours de Dieu, ne 
nous jettent dans une apathie grof> 
fierc ? rafliircz-vous. N'eft-il pas siir 
Que refp6rance d'un bien que nous 
aefirons , nous eleyc le courage , &: 
nous rend , pour ainfi dire , fuperieursi 
a nous-mcmes? Pourliuoi done rnothmc 
religieux qui impliore la divinite , (]ui 
Tafloci^ ^ fes entroprifes , & qui a 
une efperance vive de riuffir avec 
fon fecours , tombetoit - il dans une 
Idche Sc nonchalant!^ pufillanimitiB 
C'eft le Philofophe froidement per- 
fuad^ qu'il n'eft que Ic jouet d'uric 
fatalit6 aveugle , ou qui connoit Tin- 
certittide dcs chofes numaines , aui 
doit refter engourdi au milieu ae$ 
evenemens , ou eprouvtrune forte dc 
timiditi ftupide. Plus on fait de fa- 
crifices & de prteres k Dieu , pfl's 
I'ame aequiert dc cette chaleur qui 
developpe & multiplie les talens , 
les re0burces & les moyens de r^uffir. 
Je n'en veux point d'autre preuve que 
ratten,tion dcs Romains a mettrc res 
Dieux dans leurs int^rcts. 

11 eft fort ridicule , j'en conviens, de 
croire aux augures , aux (bngfes , adx 
forts , aux oracles j cependant jc nc 

Kvj 



Stiis m'empecher d'aveir qaelc|ue ia^ 
ulgence pour ces ntaiferies qm s-aQb- 
cient , je ne (ais comment , avec dc 
grandes qualitcs que je chercherois 
inutilement dans ces Philofbphes ver- 
biageuFS qu on rencoatf e par-tout. Je 
voudrois bien favoir (i la Republique 
de Bayk » qjuand Mef&eurs tels & 
tels fcroicnt fes Coniuls & fes Tri- 
buns , fc conduiroit avec cettefuperio^ 
rit^ de prudence & de courage qu'on 
ne ceilera iamais d'admirer dans les 
Romains* lis eeoient cq)endant aflez 
ibts pour ne rien^ entreprendrc fans 
^onfulter aupacavant te vol des oi- 
ieaux. Leurs poulets facres qui de^- 
voient avoir appetit pour qu'on osat 
livrer bataiUe , ne les- empecherent 
pas de pcendre les mefures les pkis 
cfficaces^ pour parvcnir au but que 
fe propofoit leur ambitioov Quoicjue 
Sylla ait ecrit dans fes memoires 
qu'un General doit ctre fidele k exc^ 
cuter ks chofes dont il eft averti en 
ibnge , n'eft-il pas mis au rang des 
plus grands capitaines ? Sa conduite 
n'offre-t-clle que les delircs d'un cer- 
veau appefanti par le (bmrneil & 
trouble par la lupcrffiition ? Qu'im- 
porte qu'on croye i des jours heu- 



ou Paincipbs Ms Loix* Liv. IK tiy 

rcux ou malhcurcux ? cent fots n'y 
croyent point , & font cepcndant 
tons les jours cent fottifes •, tandis que 
des bommes de genie & entetes de 
auelques erreun niperftiticufcs , font 
^ges & prudens. Du terns d'Ariftide , 
de Themiftocles & de Cimon , le» 
Grecs confultoient fcpwpuleufement 
Foraclc d'ApolIon , avant que dc 
former leurs entreprifesj firent-ilt 
alors de moins grandes chofcs , que 
quand des Philofophcs leur curent 
appris k dedaigner les trepieds de 
Delphes > 

Si ]c ne me trompe , il fern diffin^ 
guer deux fortes de faperftitions.L'une 
telle que celle des augures ^ des en^ 
trailles des viftimes & des poulets 
facres des Romains, trompe Fefprit, 
mais ne le jette dans aucune erreur 
prejudrciable k la fociete, L'autre en 
attribuant a de certaines pratiques la 
vertu de nous purifier & de nous 
rendre agreables k la divinite, nous 
ccarte des regies de la morale , &: 
nous fait ncgliger tons nos devoirs- 
II arrive alors que la religion qui 
doit nous porter au bien par les mo- 
tift les plus puiflans , nous en dc- 
tournc au contraire , & nous jett^ 



/ 



i * Lii*^'* ^^^ I'abus que 
**" Aiw ito prctres font dc la 
«fr- .**'^^ 1» cridulite populairc , 
frf(*'^ jb religion. Si la religion 
^^^ /bperftition , ce n'eft pas 
^^^ 6ute du Lcgiflateur , que 
f^:;^cmcmcnt tombc dans TA- 
fLjhc, ou devient tyrannique. Dcs 
!Z^ois un de ces deux cxces dans 
j^qxiblique , je m'en prends aux 
2^ qui n'ont pas eu Tart d'etablir 
jg telle fa^on les Magiftratures , que 
Ics Magiftrats ne puflent abufer de 
' fcur pouvoir , ni les ciroyens de leur 
liberce. De meme auand je dccouvre 
des pratic](ues fuperftitieufes dans une 
religion, j'accufe le Legiflateur de 
negligence. Je lui reproche de n'a- 
voir pas cte aflez en garde contrc les 
paffions des pretres. Pourquoi , lui di- 
rai-je , n'avez-vous pas contenu les 
miniftrcs de la religion dans leur 
devoir? Pourquoi avez-vous permis 
qu'ils oubliaflent leurs propres regies ? 
Pourquoi jie vous ctes-vous pas defie 
dc leur avarice & de leur ambition ? 
Pourquoi n'avez- vous pas etc attentif 
a confcrver les principes de la mo- 
rale dans leur purete ? Mais commeles 
tbus d'un Gouvernement ne doivcnc 



OU PrINCIPES D£sLotX« Liv^ IV. If* 

»oint faire diflbudre la fociet^ , ccux 
le la religion ne doivent pas faire 
renoncer a im cultc public. 

U faut 6tablir , Milord , unc al- 
liance etroitc cntre la^ religion & la 
philofophie. Quelle alliance, me direz- 
vous , efbelle poffiblc ? oui , clle eft 

rffible, & mSme ellc feroit tres-aifte, 
les prctres & les philofophes nc 
nous trompoient pas , quand ils difent 
qu'ils aiment la verite & notre bon- 
heur* Voila un interet commun qui 
doit les reunir ; & j*entreprendroi$ 
avcc goipreflement cette n^gociation^ 
fi i'etois perfuad6 que les puiflanccs 
belligerantes parlaflent avec finccritd 
& vouluflent la paix. Par malbeur , 
Tamour de la vertu & du bicn de la 
focicte nc font plus que dc grands 
mots que les hommes profanent , & 
avec lefquels ils tachent de fe trom- 
per. La vraie philofophie eft auffi rare 
que le vp^i efprit de religion 5 la char* 
latanerie s'eft gliflee par-tout , & c'eft 
ce qui fait qu'avec tant de pretres 
& de philofophes tout va fi mal dans 
ce monde. Je ne defefpererois pas 
cependant de leur alliance, ou du 
moins de les ^ir vivre fans diffen- 
tion ^ (i un Legiflateur avoit la fa- 



gefle de porter les Loix qu'on efl eii 
droit d'attendre de lui. 



CHAPITRE IV. 

Dts Loix rUujfains pour itabUr tutdofi 
tntn la rtli^n & la pJiilcfophic > ou 
pour tmpicher que turu ru degcnkh 
en fuptrRition , d* Vauttt tn impiiti* 
Conclujion dc M Ouvrage. 

Je fcrois aflez curieux , dit Milord 
en fburiant , de connoitre ces Loix 5 
car k entendre les reproches que les 
prctres & les philofophes fe font de- 
puis (i long-temps , on feroit tcntc 
de croire que leur haine eft iffe- 
conciliable. Vous me rappellei je ne 
fais Quel Preteur Romam dont j'ai 
oubKe le nom & qui commandoit 
dans la Grece. Etourdi & fcandalife 
des difpiTtes cternelles des phifo- 
fophes , il Icur offrit fa mediation 
pour faire la paix , &: promit dc 
dcfendrc detoutes fes forces les Veri- 
tas dont on feroit convenu. La Grece 
& Rome rirent de la bonhommie dii 
Preteur , il nc rcuffitjSias j &c je craiw 
drois que vous n'euffiez pas aujowr- 



^U PRmCTPfiS DBS Loix* Uv. IK 1 j J 

d'huf un fticces plu$ heureiix dans 
renttcprifc que vous croycz aifte* 
Pcut-etrc que vous propoferez des 
Loix qui formeroient en effet unc 
attiance entre les prctres & les phi* 
lofophcs , fi on y obeiflbit 5 mais on 
n'y ob^ira pas. Vous aurcz beau mar- 
cjuer les limites refpedives de la re- 
ligion & de la /phiiofophie V & defei*- 
dre de les paner fous les peines les 
plus feveres , on les paflera. Attendez- 
vous des deux cotes a des hoftilites &c 
^ des incurfions. L'.envie de doniiner 
fur les efprits , fans parler du refte f 
n'eft pas une paffion dont il foit fa- 
cile de corriger les hommes ; & quand 
ils font refolus a fe hair , lis ne 
manquent jamais des raifons les plus 
Ipecieufes pour colorcr leursinjuftices* 
Vous avez raifon , repondit notre 
Philofophe , & je n'oferois rien ef- 
p^rer, fi dans cette grande affaire , 
je me comportois comme de ceftains 
n^gociateurs qui croyent qu'il fuffit 
de figner un traite pour raire une 

Eaix folide; ou comme de certains 
egiflateurs qui penfent qu'un abus 
eft reprime , quand ils ont porte uno 
Loi pour le profcrire. Mais avcc votrc 
permifUon > U me femble que je pro- 



ij4 ^^ ^'^ LiGlStATlOK^ 

ccdcrois differcmmcnt. Vous n*avC2 

{>cut-etre pas remarquc que dans tout 
. e cours ac notre cntrctien , )'ai re- 
farde commc Ic fondemcnt d'unc 
onnc Lcgiflation , le foin d*un Le- 
giflatcur a connoitre fcs devoirs & k 
Ic prefcrirc dcs regies a lui - meme. 
Avant done que d'intimer mes ordres 
aux miniftres de la religion y je 
icommencerois par me convaincre 
que je dois me oorner k rendre les 
hommes heureux dans ce monde , & 
k regarder la religion comme le lien 
des citoycns , &: comme le garant de 
leur probitc. • 

En effet , Milord , fi je veux faire 
TApotre au lieu d'etre Legiflateur , 
n'y a-t-il pas mille k parier contrc un, 
que confondant des idees difFerentes i 
4^ aveugle.par tin zele indifcret , \c 
negligerai les chpfes de cette vre > 
J'abuferai bientot de mon pouvoir 
po'ir accrediter ma dodrine & 
mes opinions; je croirai que je re- 
ponds de Tame de mes concitoyens ; 
par amour poiir eux , je les forcerai 
a faire leur falut k ma maniere > je 
prefiderai a des Concilcs ; j'entre- 
prcndrai dfe regler les dogmes & les 
4;;eremoiiie$ de la reiigion. Que tir- 



OU PRINCIPES DES LpiX. Liv. IK 1 J ^ 

fultera-t-il de ce fanatifinc > Jc rivol* 
tcrai les confcicnces , je mc rendrai 
odicux y pour intimidcr mes cnncmis 
& me fairc dcs partifans , il faudra 
repandre d'unc main les chatimens , 
& de Tautre les feveurs , c'eft-a-dire , 
que je ferai des hypocrites , des par- 
)ures , que j'accrediterai pieufemcnt 
la plupart des vices que j'aurois dxi di- 
truire avec le fecours de lagfeligion# 
Ce ne font pas la les feuls incoi^vi- 
niens que je crains. Des que j'aurai 
fait une ligue avec les pretres pour 
contraindrc les efprits, au lieu dc 
►erfuader , }e ne tarderai pas i ob^ir 
. toutes leurs paffions. Comme j'aurai 
celfe d'etre Legiflateur pour devenir 
Thiologien , ils ceflcront dc leur c6t6 
d'etre Theologiens pour devenir L6- 
giflateurs. La religion meprifee par 
les miniftres n>femes , ne fcra plus un 
frein pour les citoyens. Les pretres 
-«ttbuferont de leur credit &: de ma 
foiblefle : bien-tot ils feront aflez 
hardis pour demander les Loix les 

f>lus favorables ^ leur avarice & i ^ 
eur ambition , & moi aflez imbecillc 
pour me croire facrilcge fi je ne leur 
obeis pas. La religion degenerera 
alors en fuperftition. Si dcs ^cns fca^ 



l)i( t)£ LA LicistArio«r> 

fis r^Iament les droits de la v6rite 
& Client i I'abus , il faudra les punif 
comme des impies ; vous verrez enfia 
fe former des intrigues , des cabales^ 
des partis; les cruaut^s, les violences , 
les fraudes (cront appellees pieufes;S^ 
tin Etat tourmente par tons les vices 
que la fuperftitton & le fanatifme 
trainent k leur fuite ^ eprpuvera las 
{dus gr^ds malheurs. 

Je ne fais , Milord , que vous ttion* 
trer bien imparfaitement la marchc , 
Tordrc & les progres des paflions 
humaines & dc leurs abus ; mais s'il 
^oit neceflaire , il me feroit bicri 
facile de vous dembntrer Tinjufticc 
des reproches que les Ath^es &c les 
Diiftes font a notre religion. Quellel 
abfurdif^ d'accufer une dodrinc qui 
nc prSche que Tunion , Tordre , la 
paix , la bienfaifance &: la charit^ , 
d'avoir produit tous les maux qui 
font Touvrage du fanatifme ! Je vous 
abandonne les prfetres, car ils font 
hommes, & capables par conftquent 
des plus grands exces ; & je .vous 
prie d'oblerver attentivement dans 
toutes Jies hiftoires , fi la corruption 
du facerdoce n*a pas oris fbn originc 

dans U faute qu'ont Uite ks li^a- 



ou Principes DBS Loix. I/v. IF. i jf 

teurs de ne pas fe borner a rendre 
ks hommes neureux dans ce monde* 
Pour moi jc crois avoir rcmarque que 
Ic vrai moyen dc nc tirei aucun 
avantagc de la religion , & de cor- 
rompre fa morale j c eft d'avoir donn6 
aux prctrcs une autorit^ tdmporelle. 
II fe fait alors un melange de la re- 
ligion & de la politique \ Sc elles fc 
dcnaturent & fe corrompent mutuel- 
lement. L'Hiftoire ancienne & THif- 
toire moderne ne prouvent que trop 
cette trifte virite. Que le Lcgiflat^ur , 
en fe borijant a nous rendre heureux 
dans ce mondc , force done les mi- 
niftres de la religion i nc s'occuper 
que dc Tautre: qu'il )r ait done des 
Loix fondan^entalcs qui tiennent tou- 
joups fpparees les chofes fpirituellcs 
&: les chofes t?mporelles, 

C'ctoit une niauvi^ife Loi que celle 
qui accordoit aux Augures une (i 
;rande autoriti dan$ i-adminiflration 
Ic la Rcpublique Romainc. Si le vol 
des oifcaux & les entrailles des vie- 
times ne leur paroiflbient pas favo- 
rables , ils f6paroicnt les Comices, 
quelque fikt le Magiftrat qui les eiit 
^aftembleS) ib annuloient les ades 
&( Le$ Loix qua cos aifemblees avoient 



1)9 BC LA LiciSLATieMy 

port^es : lis ordonnoieht aux Confuls 
d'abdiquer leur Magiftrature , & de- 
cidoient , ajoute Ciceron , de tour 
ce qui Xe faifoit au-dedans &: au- 
dehors. C'etoit leur donner unc con-: 
(ideration politique -y & ils ne devoient 
avoir qu'une confideration religieufe ; 
c'eft-k-dire , que les miniftres de la 
religion doivent etre rcfpedcs par 
leurs vertus & leur dodrine , & non 

Ear I'autorite dont ils jouiflcnt. Gcttc 
oi devoit (bumettre les Romains aux 
Augures , comme les Gaulois le furcnt 
a leurs Druidess elle devq|^ deranger 
Tordre de leur haute deftince. Si elle 
ne produifit aucun mal , fi elle fut 
mcme utile k la Rcpublique , c'eft que 
les Augures ne formant point un 
ordre oiftingue du refte des citoyens , 
n'avoient point d'autre interet que 
celui des Patriciens , & ne pouvoient 
en defendre & proteger les preroga* 
lives , qu'autant qu ils n'abuferoient^ 
pas de leur divination , pour exiger 
du peuple des facrifices incompatibles 
avcc fon amour extreme pour la li- 
bertc. Ceft que dans une Rcpublique 
qui avoit des mocurs , &• oii Ton air 
moit , malgrC la fureur des partis , 
h. gloire &c. £i patrie > leur qualic^ 




ou Principes des Loix. Liv. IF* iff' 

dc citoycn contenoit Icur pouvoif 
d'Augure y c'eft qu'ils craignoicnt le$ 
Dicux , €toient pauvres , ^ avoient 
cette heurcufc nmplicite qui accom- 
pagne la temperance. , 

, Si les Augures nc s'emparerent pas 
du Gouvernement , ou du moiiis nc 
le troublercnt pas par leurs intrigues , 
quand il fut corrompu par ks vic- 
toires ; ne Fattribucz qu'aux paf- 
fions des Remains^ qui etoient alors 
remues par- de trop grands objcts 
d'avarice & d'ambition, pour craindrc 
encore les Dieux , refpefter la reli- 
gion , &: laifler a fes miniftres quel- 
que credit. Quand un Augurc , felon 
Texprcffion d'un ancien , ne pouvoit 
rcncontrcr un autre Augure fans rirc; 
quand il n'y avoit plus a Rome que 
quelques vieilles femmes qui cruflfent 
a Plucon , aux Furies &r aux enfers ; 
ce terns n*^toit-il pas bien favorable 
^ aux Augures pour avoir dc Tambi- 
tion & gouverner la Republique f 
Ainfi Rome n'echappa d'abord i la 
tyrannie des pretres , que par des ac-*' 
cidens qui nc pouvoient toujours fub- 
iifter ; & enfiiitc par des vices qui la 
pr^cipiterent fous le joug dc fes G6-4 
0(6rau*. 



^40 bs lA Li61SLATIO)^» 

Quclqne ferme r^olution , contK 
mia notrc Philofophc , que Ic Lcgif- 
latcur ait prife , de ne kifler aux 
prices aucune adminiftration poll* 
tiquc , pour confcrvcr k la religioa 
ia pureti & la confiancc dcs citoyens; 
jamais il ne r^uflira dans (on entre- 
prife , s'il tfaffermit Tordre , & nc 
prend dcs mcfures pour forcer fans 
violence les miniftres de la religion 
^ fe contenter d*une fortune qui 
pent s*allier avec de bonnes moeurs^ 
Vous favez ce que les gens de bien 
& les favans qui rcgretenf les pre* 
miers fiicles de TEglife , ont dit du 
|)ouvoir dcs richeflcs & de la corrup- 
tion qui les accompagnent \ voila la 
fource du mal , &: c'eft li qu*il faut 
remontcr. L'Etat doit pourvoir a la 
fubfiftance des prccres. Mais il y 
doit pourvoir avec modcftic. Qu'iU 
aient des falaires , comme en Hoi- 
lande , & non pas dcs domaines 
comme en AUcmagnc & en France : 
de pctitcs tcrrcs oonncroient envic 
d'en avoir de grandes , & de grandes 
tcrrcs corrompent Icurs pofleflcurs. Si 
Ic prctre manque dcs chofcs dont un 
hommc frugal & tcmpirant nc peut 

fe 



bu PiuNciPEs DES Loix, Llv. IV. 141 

fc pafler , vous Taviliflez. SUs man- 

3ucnt dii neccflairc , ils fc plaindront 
e leur fort, ils voudront le chan- 
ger , ils fe fcrviront de la religion 
en intrigans. S'ils ne rcuffiflTcnt pas , 
on aura pour eux le mepris qu'on a 
pour dcs pauvrcs qui eftitnent Ics 
richefles , & qui font dcs efforts inu- 
tiles pour s'enrichir. S'ils reufliflent , 
les temples feront infcdes par Ta- 
varice , & vous y trouverez bientdt 
tous les vices qui accompagnent les 
richeffes , le luxe & roifivete. 

Ce n'eft point fans raifon que les 
philofophes les plus fages de Tanti- 
quite vouloient bannir les richefles 
des temples , & y fubftituer une fim- 
plicite ^ugufte. Dieu n'a que faire , 
dit Ciceron , de notre fafte , & c'efl: 
par les fentimens de notre coeur qu'il 
nous juge, Peut-il fbuffrir qu'en exi- 
geant de riches offcandes ,^on ferme 
Tentree de fes temples aux pauvres : 
les impies , ajoute-t-il , n'ont qu'a 
6couter Platon , pour apprendre com- 
bien ils font inlenfes de pretendre 
a^aifer les Dieux par des pre fens. 
Ce philofophc leur demande fi Dieu 
eft t)lus foible & moins gcnercux que 
IL Panic L 



s 



141 D£ LA LfGISLATIOK'^ *. 

les gens de bien qui rejetcent les 
bienfaits dcs m^chans. L'or & Tar- 
gent , dit encore Platon , ne font 
point employes impnnimcnt a la de- 
coration des temples. Uivoire qu'oa 
tire d'un vil cadavre , nc paroit pas 
un prefcnt aflcz pur pour etrc offert 
aux Dieux ; & Tairain & le fer con* 
vi wnent plus aux ufages de la guerre 

3u'au fervice dcs temples. Si on veut 
edier une ftatue de bois ou de pierre, 
Ju*elle foit toute de la meme maticre, 
\c donnez aux Dieux que des vcte* 
mens faits fans art, & refcrvez les 
^(Fes teintes pour les enfeignes mi-* 
litaircs : en un mot , que toutes^ vos 
offrandes foient fimples, mais pri^ 
fentees par des mains pures. 

Les pretrcs voudront avoir des ri* 
chefles & des palais , & quoique vous 
puifliez faire , ils les auront , fi les 
temples font riches & (bmptucux* 
En efFet , Milord , on ne peut fe de* 
guifer que les liberalit^s indifcrettes 
des premiers Chretiens n'ayent cor^ 
rompu les moeurs de Icurs pafteurs , 
les charit^s dcs uns devinrent un 
picge pour la vertu dcs autres, Au 
milieu de I'or ^ de Targent dont 
les Ecclefialtiques etoient ks ddpofi* 



ou Principes Dts Loix. Liv IF. 14 j 

iSires & les difpenfaGeurs , ils com-- 
mcncerent ^ s'appercevoir au'ils nc 
pofledoient ricn , & ils fc d^goute- 
rcnt dc Icur pauvrete. Ils fc pcrfua- 
derent 5 tant les paffions font propres 
4 fairc illufion , que Dicu vend fcs 
graces & fes iaveurs » & que les dons 
qu'on faifoit ^ fes miniftres lui etoienc 
agr^ables. Ils eurent un patrimoine » 
& TEglifc deja trop riche pour con- 
ferver Ton ancienne fimplicite , quand 
Conftantin la fit triompher , touchoit 
au moment oii elle alloit perdre la 
plupart de fes vertus. Apres avoir 
acquis des richefles, on voulut ac- 
querir du pouvoir ; & on ne fe fervit 
des richefles & du pouvoir que pour 
troubler le monde eniien Les Eveques 
firequenterent les cours , & au lieu 
d'y repandre quelques vertus , ils y 
pnreiit eux-mcmes les vices des cour- 
^ tifans. U n'etoit plus terns pour Ic 
Ligiflateur de les arreter par fcs Loix 9 
ils s*etoicnt fouftraits a fon autorite ; 
& on devoir s*attendrc que formant un 
ordre independant & fepare de la 
(bci^t^ , ils nc fongcroient qu'a TaC- 
fervir. II eft jufte que les pretres 
ibicnt juges fouverains dans les chofes 

Lij 



144 ^^ ^^ LegislatioNj 
qui regardent la religion i mais it 
eft pcrnicieux que leur perfonne no 
refte pas foumife aux Loix civiles. En 
leur laiflant des richefles & des hon-^ 
neurs qui les for^oient k etre avares 
& ambirieux ^ il 6toit impoffible qu'ils 
renoncaflent a kur avarice & a leu? 
ambition. 

Ces deux paffions , Milord , ont 
fait les memes playes a la religion , 
qu'elles ont faites a la fociet^. Je nc 
me contenterois done pas dans ma, 
oouvelle Ripubliquc , de borner la 
fortune des miniftres de la religion ; 
je diminuerois leur nombre autant 
que peuvcnt le permettrc leurs foncr 
tions , afin qu'ils fentiiTent leur foi- 
ble (Te , ^ ne formallcnt pas des 
pro jets trop. hardis. En itabliflant 
entre eux la fubordination la plus 
exade , je les rapprocherois , autant 
qu'il me feroit poffible de Tcgalite 
la plus parfaitc, Le clcrg6 de Hoi- 
lande me paroit etabli lur les plus 
lagQs principes. Que voulez-vous at- 
tendre de vos Lords fpirituels? lis 
jouiflent d'une dignite trop ^minentc 
dans leur ordre, Ceft encore pis dans 
TEglife Romaine ; le facerdpce y cli 
^ la fois ^ trop puifTantSc trop avili ^ 



|Jour que la religion fbit refpedcc 
commc elle doit I'^tre. 

Taht que les pretres ferdnt confi* 
dcrcr leur dodrine par la fageflfe dc 
Icurs moeurs & de leur condiiite > 
voufi fentez , Milord , que la teligiori 
ne peat ctre exp^e a aucune in- 
jure s car Tenvie SWa jaloufie ne lui 
feront point d'ennemis. Des hommes 
qui n,c la regardent aujourd'hui que 
comme une invention humaine , 
n'oferoient Toffenfer, quand itieme 
le Legiflateur n'auroit port^ aucune 
Ijoi contrc les impics j la crainte feule 
de rcvblter les efprits & de fe rendre 
odieux , les retiendroit dans le devoir. 
Mais des que des pretres profanes ih- 
commoderont la lociite par des pre- 
. tentions injuftes , par leur avarice , 
Jeur luxe , leur fafte , leur oifivete & 
leur gentillefle-, des que ne valant pas 
micux que nous , ils nous choquerorit 
cgalement., & par leur indulgence 
relachee , & par Tamertume de leur 
zele : comment fera-t-il poffible d'6- 
tablir une forte d'alliance entre la 
religion & la. philofophie ? Tant 
flu'on aura du bon fens y on fera in* 
c[ign6 & fcandalift ; & commenf 

Liij ' 




14^ D£ LA LeGISLATIOK> 

cmpcchcra-t-on de tourner en ridi- 
cule des hommes cjui ordonnent au 
nom de Dieu d'avoir des vertus dont 
ils ont im foin extreme de fe prc- 
ferver ? Quand leur conduite les aura 
rendu meprifables , il n'y aura qu*un 
public hwetc fi^ftupidc <jui puifle 
les refpefter ; &Pb le public eft h^ 
bete & ftupide , la Republique n'eftr 
cUe pas perdue } S'il refte quelque 
lumiere , il ne tardera pas k s'ir 
lever des hommes irr^ligieux ^ui 
auront Taudace d*attaquer la religion 
mcme , & de perfuader aux perfonnes 
peu attentives que Ics vices des pr6- 
tres appartiennent a la religion y on 
dira qu'elle ne pent faire que du 
mal , parce que fes miniftres font 
devenus incapables de faire du bien. 
Pour faciliter Taccord de la reli- 
gion & de la philofbphie , j*ai encore 
quelques melures a prendre y & je 
vous averris que la religion fera 
obfcurcie &: denguree par &s fuperf- 
titions infenfces , fi la fociete a la-^ 
quelle vous donnez des Loix , nc 
cultive pas fa raifon , & neglige dc 
s'inftruire par Tetude du droit nature! 
& de la morale dont nous parliont 
il n'y a qu'un momenta Si les laiquea 



oe PiuKciPEs Dis Loix. Liv. IK 147 

font ignorans , le clerge fera tenc^ 
d'abuler de fes connoiflances , & bien- 
tot il ne fe donnera pas la peine nie* 
ceflairc pour devenir favant j I'igno 
ranee varegner, &lavcc quelle raci- 
Kte les pratiques les plus indifFcrentes , 
les plus pueriies & les plus fuper- 
ftitieufes ne prennent - elles pas alors 
la place- des devoirs les plus euentiels? 
c'eft alors que pour fatisfaire leur 
avarice & leur ambition , des prctres 
oferont vous dire que Dieu aime Tar- 

Sent , & lui preter leur colere , leur 
aine & leur emportement. Rien 
n*eft plus aife que de fe perfuader cc 
qu'on a interk de croire; & bicil- 
tot des vices qu'on appellcra . des 
beaux noms de charite & de zele , 
rififteront a toute la force des Loix* 
Voyez avec quelle facilite tout 
s'altere & fe corrompt dans I'igno- 
rance ; elle change en quelque forte 
la nature des chofes ; & je ne vous 
en citerai qu'un exemple , mais bien 
propre i vous faire fcntir Timportancc 
de la vdrite que je vous propofe, Ce- 
toit fans doute bien fait aautorifer 
lapicte qui portoit les fideles a vifiter 
les tombeaux des Saints; car il eft 

Liv 



I4S 9B LA LiciSLATI«]^5 

naturel, que s'occupant dcs vcrtus des 
hommes c6lebrcs dont ils alloient 
bonorer les reliques , ils conguflent 
un dcfir plus viF de les imiter. Ces 
fortes de pelerinagcs produifircnt un 
cffet falutaire tant qu'on les fit dans 
Tefprit qui les avoit etablis ; mais la 
ferveur des fiddles diminuant cnfin 
de jour en jour , on ne jugea pas que 
ces pclerinages devenoient plus rarcs, 
parce qu*on ctoit moins pieux , mais 
qu*on etoit moins pieux , parce qulls 
ctoicnt moins frequens. Des Ecclefiaf- 
tiques , peut-ctre zeles , vraifembla* 
blement intercfles , ' mais surement 
ignorans, travaillerent done a rani- 
mer la foi des fideles : ils fongerent k 
les tromper pour leur bien j on ne 
parla plus qiie des miracles qui s*o- 
peroient fur les tombeatix. des Saints , 
& fans qu^on s*cn appercut , on pre- 
toit k la religion le fecours du men- 
fonge. Cette ferveur ne fut encore 
que paflagere ; car il n*y a que la 
verite dont on ne fe laflc jamais 5 & 
pour ranimer la piete , il fallut done 
cnfeigner qu'avec le fecours . de ces 
pelerinagcs on obtenoit la rcmiffioa 
de tous fcs peches. 
L'ignorance qui avoit etabli cc beau 



DU t^RlKCIfES DBS LoiX. Liv. IV* l^f 

principe , ne manqua pas d'en con^' 
dure , que fi les tombeaux des Saints 
avoient le privilege de purifier les 
ames , la terre fainte devoir avoir unc 
vertu bien plus efficace & plus etcn- 
due. Voili done les voyages d'outre- 
mer k la mode , & ]es prfetres les 
ordonnerent comnie les medecins or- 
donnent au jourd'hui les eaux de Spa &c 
de Barege, De ce qu*il ctoit (i utile pour 
le falut d'aller viiiter les*lieux faints , 
on en conclut aflez naturellement 
qu'il feroit encore plus meritoire d*en 
cnafler les infideles qui les profa- 
noient. Voila done la folie des Croi- 
fades etablie , & tous les principes 
du droit des gens '& des Nations 
aneantis. Mais ne croyez pas qu^on 
s- en tienne la ; plus Terreur a laquellc 
on s'abandonne eft grande , plus les 
confequences qu'on en tirera feront 
nombreufes. Puifqu'on efface les plus 
grands pechcs en rcpandant le fang ' 
des infideles ; pourquoi la guerre con- 
tre les heretiques ne feroit-elle pas 
agreable a Dieu i Pourquoi ne les de- 
pouilleroit - on pas de leurs bdens > 
Pourqiioi les Princes fufpeds d'here- 
fie refteroient-ib tranquillement fur 

Lv 



15^' *K ^^ LiGISLATIOK^ 

leur trone } Si les Ecclcfiaftiqucs pea* 
vent faire la guerre , pourquoi nc 
pourroient-ils pas faire des conquctes ) 
Puifque tout appartient i Dicu ^ pour- 
quoi ceux qui le reprefentent iie fe^ 
loient-iis pas les maitres de tout } 

Mais fi Tignorance avilit Sc de- 
grade la religion , il y a > Milord , 
Qne fcience qui ne lui eft pas iqoins 
fonefte. 11 falloit que les hommes qui 
ont etahli des chaires & des do&eurs 
en Theologie , ignoraflent parfaiiic* 
ment la nature de notre coeur & dc 
notr« efprit. lis ne connoijQbient pas 
fans dome notre curiofit^ , notre pre* 
fomption, notre audacc, notre yamte^ 
ni combien. il nous paroit doux dc 
r^gner fur les opinions* La religion 
ne peut etre enfeignce avec trop de 
fimplicite y & comment a-ton pu fc 
flatter qu'en etabliflant des dilputes 
rcglces entre les Theologiens , on 
parviendroit i faire triompher la ve- 
rity , & n*etablir qu*unc mcme doc- 
trine ? La veritable Icience de la reli- 
tion confifte k connoitre fes dogmes 
c fes rices , & a les tranfmettre a fcs 
cnfans comme on les a recus de fcs pc- 
res. Des aue vous pcrmettcz aux Theo- 
logiens ae ne s'en pas tenir aux lecoos 



OU PaINCIPIS DBS Loix. Z/v. IK jt jl 

<fun fimpic cathccbifme 5 foyez siV 
que toutes les Loix que vous fcrcr 
pour rendrc utiles leurs controverfes , 
neproduiront^que des qucrelles dan- 
gcrcufes. Matgr^ vous , vos Theolo- 
giensfc diviferont, ils fc hairont, i\% 
le perftcutcront pour la plus grandc 
gloire de Dicu , ils fe rcndront mu- 
tuellement meprifables ; & tandfe 
que leurs argumens troubleront le 
Hionde^ il ne pourra plus y avoir 
aucune union entre la religion & la 
philofophie^ Plus les Dodcurs feronr 
divifes , plus la foi des gens d'efprit 
s'aflbiblira > il fc formera des incre— 
dules , & ils profiteront des divi- 
(ions des Th^ologiens pour ofcr fc 
montrer* 

Cicdronveut, dansfbn Traitc des 
Loix , que perfonne n'ait des Dieux 
i parr , foit nouveaux , foit crran- 
gers , pour leur rcndre un cultc par* 
ticulier; i moins qu'il» n'ayent ctt 
authentiquement reconnus* II a raifon j 
car felon fa remarquc , ces Dieux & 
ces ceremonies inconnues, qui ne font 
avoues ni des pr&res , ni du fenat , 
doivent produire beaucoup de eonfu- 
fion dans le cultc , & rendront inutile 

L yy 



'±$1 DS LA LiGIStATXOK> 

un des rcBbrts tes ptus puiflans de tz 
foci^e. 11 defend encore qu'oB nc 
puiflc vaquer a des facrifices parti- 
cullers fans y appeller Ics miniftrcs 
publics de la religion. Le motif qtf il 
en donne , c'eft que n'y ayant au- 
cunc forte de religion , fi ellc eft 
raifonnable, qtii ne fbit relative k 
quelque college de prctres publics ^ 
on ne doit point cniindre d'y em-' 
ployer leur miniftcre, Ne pourroit- 
en pas ajouter qu'il feroit dangcreux 
de fouffrir dans la Republique dey 
pretres inconnus & clandeftins j puif^ 
qu'ils pourroient fe fouftraire k lacen- 
lure des Loix & a la vigilance des 
Magiftrats , & faire des fanatiques 
& oes illumines ? D'ailleurs les pr&res 
anciens voyant diminuer leur confi- 
deration par ccs intrus , s'acquitte* 
rbient avcc moins de zele de leur 
devoir , ou abuferoient de leur credit 
pour perfecutcr les partifans du cultc 
nouveau. En effet , une religion ^ 
telle que celle des ancien« Romains , 
a beau etre tolcrantepar fa nature, 
les pretres ne fouffriront jamais pa- 
tiemment qu un nouveau Dieu vienne 
leur debaucher Icurs dcvots r c^cft a 
quoi le Legiflateur doit pourvoir, & 



ou Principes DEsLo*x. -t/V./^. 15 J 

c*eft en menageant cettc foiblefle d© 
rhumanit6 qu'on previcnt les trou- 
bles. 

Jc dis done que le Gouverne- 
ment doit ctre intolerant ; mais nc 
Ibyez pas cflTraye , Milord , de cettc 
cxpreffion ; par Tintolcrance , je 
n'entends qu*unc extreme attention 
k empcchcr qtt la religion ne s*al- 
tere , ou gu'il ne s'en forme unc 
Houvelle : & tout le monde fait , k 
I'exception de nos philofophes-beaux- 
cfprits , que les Romains eurent cette 
intolerance , tant que leur Republi- 
que fut bicn gouvernee. Mais unc 
religion nouvelle s'eft-elle formee ? 
Je dirai alors avec F Auteur de rEfprie 
des Loix , qu'il n'eft plus terns de la 
profcrire , & qu il faut la tolerer* 
Si c'eft une fuperftition qui puifle etrc 
dangereufe , ne lui oppofez que dc 
la douceur , fes abus memes eclaire^ 
ront enfin les efprits ; & des Loix trop 
feveres les attacheroicnt plus forte- 
ment a leurs erreurs. Si yous ctes affcz 
mal habile pour faire plaindre les 
Novateurs , s'ils peuvent pafler pour 
martyrs, vqus augmenterez le nombrc 
de leurs partifans.- Quel avantage 
d'ailleun trouvera-t-on a forcer cfcs 



Ij4 !>£ i-A Legi»latiov, 
citoyens de trahir leur religion I 
Des hommcs qui n'obdiflcnt pas 4 
leur confcicRCC, obeiront-rk ndei& 
ment aux Loix > au lieu de profcrjre des 
malheureux qui s'cgarent, voyezpar 
quels moyens vous pouvez vons aflb* 
cier la nouvelle religion & tui (aire 
aimer le Gouvemement. Si vous m'd- 
tez quelqu*un des dfdits qui m*ap* 

{)artiennent comme citoyen, )'aurai 
ieu de me plaindre; je me m6fierat 
de vous , parce que jc croirat que 
vous vous mefiez de moi ; je mc 
rendrax vraifemblablcment coupable, 
parce que je vcrrai que vous me 
regardez deja comme tel. Des quVn 
Ldgiflatcur eft aflez eclairc pour mc 
tolerer , il doit m accordcr tout ce 
ui ne bleflc pas les bonnes mceurs 
les principes du Gouvemcmcnt# 
II doit proteger la nouvelle religion 
aufE fincerement que I'ancienne ; s'il 
ne le fait pas , il en naitra d^abord 
des plaintes , des murmures , des; 
rcprochcs. Les (candales &: les haines 
fuccederont^ & les citoyens feront S 
armes les uns contre les autres* 

La religion chretienne eft ,.dit-on , 
intolerantc par fa nature ; mais cn- 
tendons-nous, je vous prie^ Si on veut 



I" 



ev PiiiNapBS DBS Lotx« X/v# IK i^f 

dire gu'ayant ct6 cbnn^e aiix bommes 
par Dicu meme , fcs miniftrcs nc 
peuvent adopter dcs errcurs contraircs 
a^ix Veritas qui Icur font rcvel^cs , ni 
^mettne un nouveau culte , comme 
Ic pouvoicnt autrefois les Grecs & 
IcsKomains; on araifbn; mais qu^it 
y a loin dc cette intolerance eccl4- 
fiaftique k la tolerance civile & po- 
litique ? Quoi ! parce que les Luth6- 
iriens, les Catholiques Romains&^les 
Calviniftes ne peuvent s'admettre mu- 
tuellement k leur communion , doi- 
vent-ils s'egorgcr ? Dieu feul fait 
quelle punition m^rite Terrcur de 
fefprit y mais la raifon nous demontre 
que dans ce monde ce n'eft point un 
crime digne demort. Le Lcgiflateur 
peut-il fe rendre coupable , quand 
il obeira k la Loi etemelle, qui or- 
-donne aux hommes de s'aimer? Je 
Tavoue ; j'aurois quelque peine k 
croire que le Gouvemement fit unc 
faute en imitant la bonte & la pa- 
tience de Dicu. 

Plus'^e zele aue les miniftres de 
h, religion chretienne ont pour Ic 
faint des ames', eft propre k leur fairc 
illufioH , plus le Legiflateur doit etrc 
attentif a refifter a cette forte de 



fedudion. Vous ctcs dcftine , doit-il 
leur dire , a montrer aux hommcslc 
chemin qui conduit au ciel j & quand 
vous avez prie Dieu d cclairer par fa 
grace ccux qui refufent de vous croire > 
votre miffion eft remplie. Voili votre 
devoir J je vous exhorte a le remplir , 
& vous prie de me permettrc de ne 
pas manquer au mien. Je fuis Magif 
trat & non pas Apotre. La paix , la 
tranquillite , en un mot , le bonheur 
de la focietc ; voila les objets que Je 
dois me propofer 5 & je vous demandc 
fi je fuis arm6 de Tepee pour punir des 
citoyens qui rempliflent to^s les de- 
voirs que la patrie exige d'eux , & 
qui pratiquent la religion qu*iJs 
croyent la plus agreable a Dieu. Que 
chacun s'en tienne aux devoirs de Ton 
ctat , & tout le mondc fera heureux. 
Ne croyez pas que nos obligations, 
foient oppofces. Si je me livrois a. 
votre zele, je ferois hair une doc- 
trine que vous devez faire aimer. Je 
ferois une folic , puifque la verite ne 
fe perRiade point par la fofcc ; je 
fervirois mal Dieu , puifque l1lom— 
mage d'un hypocrite qui trahit fa 
confcience ne peut lui plairc > en 
aflbciant a vos myfteres des hommes 



^i CH font indignes , Je profanerois 
unc religion que vous voulcz con- 
ferver dans toute fa piirete, &c je 
me rendrois coupabie de leur facri- 
lege. Je vous dois , il eft vrai , mt 
protedion 5 mais , m'cgarer avec vous 
B^parvos confcils imprudens , feroit- 
ce vous proteger ? Remarquez au 
contraire qu'en me bornant au bon- 
.' heur temporel de la fociete , je vous 
donne une proteftion veritablement 

. utile •> c'eft vous apprcndre a ne pas 
obeir a un zele indifcret qui vous 

. rendroit coupables , & comme ci- 

toyens & comme miniftres de la 

■ reugion. Quand J'aurai confenti a 

vous faire detefter & a me faire hair 

^moi-meme par des Loix inutiles , in- 
juftes & fanguinaires ; penfez - vous 

> que la religion s'en trouvera mieux , 

■ & que fes ennemis ne fe multiplier 

; ront pas ? 

Ces confiderations font d'autant 
plus importantes , Milord, & font 
i des principes d'autant plus certains^ 
' qu'on ne peut s'en ecarter une fois 
fans tomber dans un abime de maux 
d'ou il eft en quelque forte impoffible 
de fortir, Des que le Gouvernement 
^ura cte aifez malheureux pour faire uu 



I5S t>t LA LiciSLATIOH) ' 

adc dc pcrftcution , vous verrcz U 
religion degenercr en fanacifme. Nc 
mctrez jamais en oppofition Ics Loix 
divines & les Loix humaines ; car 
Us gens de bicn qui croycnt entendre 
les ordres de Dicu , n'ob^iront pas 
k des hommes : & comme on fe croit 
en droit de les perfccuter , ils fe 
croiront en droit de fe d^fendre. Alors 
routes les pafljons irritees & foulevccs 
par les difordres que produit Tin- 
)ufticc,fe portcront aux violences les 
plus abominables ; & fen appellb 
aux guerres dc religion dont TEu- 
rope a etc defolee; a quelle ven- 
geance , k quelle lachet6 , k quel 
crime, a quel forfait les mains des 
fanatiques lerefuferent-cUes? 

La nValitc des Princes du fang & 
des Guifes n'auroit produk que des 
tracaflcries de cour ; fi les violences 
de Francois I. & de fon fils a I'egard 
desReformes, nc les euflent invites 
afe precautionner contre lesinjuftices 
du Gouvernement. L'ambition du 
Prince de Condc ne fiit plus la baflc 
& intrigante ambition d'un courtifan, 

Suand TAmiralde Coligny Teut averti 
e joindre la caufe k celle des Calvi- 
oiftes m^contcns. II ^tonna alors fail 



OU PjMNCIPES ©BS LoiX. Liv. If^. 1 JJ 

ennemi qui fut r^duit a paroitre plus 

Catholique qu'il ne Tctoit en effet , 

pour fc faire un parti & prevenir fa 

ruinc. Le Roi perdit tous fes droits 

& tout fon pouvoir , parce que (a 

perfecution indifcrete avoit allum6 

le fanatifme. Perfonne ne voulut iui 

obeir j les uns Taccufoient d'&re trop 

Catholiaue , lesautrcs dene T^tre pas 

aflez , o^ tons mepriferent l'autorit6 

, royale. Vous vous rappellez dans 

\ quelle foiblefle tomba le Gouverne- 

' ment toujours oblige de faire la paix 

' & la guerre , fans jamais pouvoir 

conctlier dcs hommes qui croyoicnt 

ne pouvoir fubfifter qu'en cxtermi- 

\ nantleurs ennemis. 

\ Telle eft la malheureufe fituation 

' Gi\ fe trouve un Etat , quand des 

I religions fe font fait d'affez grandes 

j* injures pour en venir aux armes. Lc 

f pafle donne des alarmes pour fave- 

nir , & la haine femble fe reproduirc 

inceflamment. U s*ccoulera des fiecles 

avant que le Legiflateur trouve les 

efprits affcz laflT^ de leurs diflenfions 

pour recevoir les principes d'une fage 

tolerance qu*il eut ^te d abord fi fx^ 

cile de faire adopter. La Ligue tut 

vaincue par Henri IV a & qudquc 



cnvie qu eAt ce Prince d etablir un« 
paix folide , il ne put procurer i fe$ 
fujets qu*une treve, De combien d^ 
maux les hommcs ont-ils done befoiii 

Eour apprendrc a etre fages : TEdit de 
^antes , qui dans ces circonftances ^ 
ctoit fans doute la Loi la plus raifbn- 
nable qu'on put publier , ne content* 
perfonne, & laifla fubfifter les an- 
ciennes haines&les anciens fbupcons. 
La neceffitc ou Henri IV avoir ^tc 
de fe faire catholique , etoit une 
preuve evidente qu'il n'etoit pas pof- 
lible de faire une paix folide entre les 
deux religions. En forcant Henri IV a 
faire une abjuration , les Catholiques . 
devoient fe flatter qu'ils le forceroient 
encore, lui pu fon fuccefleur,afervir ■■ 
leur haine -, & les Calviniftes temoins 
de ces fentimens , devoient ctre tou- 
jours prets a recommencer la guerre, 
parce qu'ils n'etoient point aflez ftu- 

f)ides pour croire qu'on refpederoit 
eurs privileges. S'il paroiflbit facile 
de detruire les Proteftans , c'etoit une 
raifon pour qu'on le tcntat; fi Ten- 
treprife paroiflbit difficile , c*etoit une 
raifon pour qu'on la crut neceflairc. 
Ainfi la guerre civile etoit inevita- 
ble , fi le Gouvernement 6toit encore 



ou Pringipes des Loix. Liv, IF. tit 

aufli foible qu'il Tavoit ete fous Ics fils 
de Henri 11 5 ou bien il falioit s'at- 
tcndre a la revocation de I'Edit dc 
Nantes , fi le Gouvcrnement avoit de 
la force & de la vigueur. Quoiqu'il 
arrivit , la France devoir done en- 
core fb fentir fous les fucceflcurs de 
Henri IV , de la faute qu'avoient fliite 
Francoifi I, &: fon fils , en donnant 
rcxemple de la perfecution. 

En Angleterre meme , Milord , o\i 

fous les aufpiccs d'un fage Gouverne- 

ment, U raifon a fait tant de pro- 

gres ; combicn ne retrouvez-vous pas 

encore de traces de vos haines thco- 

logiques ? Combien n'a-t-il pas fallu 

de terns , de guerres & de dcfaftres 

'^ iivant que ' les AUemands aycnt pu 

; reparer les torts que leur a faits leur 

^ intolerance ? Peut-etre meme que le 

■, feu des diflenfions n'eft pas entiere- 

.' ment dteint s peut-etre n'eil-il que ca- 




apres 

que le Gouvcrnement etabli par la 
paix de Weftphalie n'ait pu diffiper 
cntierement les defiances & les haines 
jdes Catholiques & des Proteftans ? 
Nous voici i la fiji dc notre prome i 



l6t DE LA LiciSLATZON,' • 

nade , & fans doute vous h'etes pat 
fachi , Milord , dc commcncer i de- 
couvrir le fommet de la tour qui 
couronnc le chateau. II y a a0ez long* 
terns que nous nous cntretenons oe 
Leeiflation & de Loix ; converfation 
trifte , qui fait decouvrir k chaque 
inftant tout ce que la focicte pourroit 
£tre fous la main d'un Legiflateur ha- 
bile qui auroit ^tudie les vues de la 
nature , & qui nous montre dans quel 
abime de maux des Loix faites fans 
mcthode nous ont jettcs & nous re- 
tiennent. Quand jc lis THiftoire des 
nations , il me femble que des aveu- 
gles ont conduit d'autres aveugles ; 
quand je lis les Codes de leurs Loix, 
je vois que les paffions , les caprices, 
les prejuges & Tignorance ont etc les 
Lcgiflateurs du monde. Aprcs une 
longue fuite de generations, quel- 
ques peuples n*ont pas meme pu reuC 
fir k donner une forme conftante k 
leur Gouvernement. Onjuge de fbn 
droit par fbn pouvoir. Des revolutions 
eternelles fe fuccedent les unes aux 
autres. Chacun avance quand on nc 
le force pas de reculer , & en recu- 
lant chacun confervc Tefperancc dc 
rccouvrer ce qu'il perd : ainfi les Loix 



ov Princxpes des LoiXi Ziv. JK i ^ j. 

toujours incertaines &: flottantes font 
fans ibrce & fans adivitc. 

Poucquoi nous plaindrc de nos 
malheurs , apres avoir fait tout ce que 
nous avons pu pour nous rendre mal- 
heureux? Apres nous Strerendus fourds 
k la voix ce la nature , il nous fied 
bien ' de Taccufer d'injuftice. Elle 
nous crie que nous fommcs egaux y 
& il nous plait , en faifant des Loix , 
de fuppofer qu'il n'y a point d'ega- 
lite , & de croire qu*il eft fage de 
lacrifier le genre humain aux paffions 
de quelques individus. La nature ne 
nous a rait ni avares , ni ambitieux ; 
& cependant nous voulons que Ta- 
varice & Tambition foient les deux 
principes de Tordre & des mouvemens 
de la fbciete. Eft-il jufte que des fols 
pour rccompenfe de leur folie, ob- 
tiennent le bonheur qui eft promis 
aux fages? 
II faut enfin revenir fur nos pas , 

[ Milord , il faut r^parer nos fauces & 
prendre unc route nouvelle , fi nous 

, voulons enfin forn\er des focietes rai- 
fonnables , & non pas des aflbciations 
de brigands. Pour favoir k quelles 
Loix nous dcvons nolis foumettre , il 
faut remonter k ces Loix eterneUcs 



a(f4 DE LA LiciSLATION , &C. 

oni font, dit Ciccron , la raifon meme 
dfe Dicu y aui ont precede la naiffance 
des villes oc dcs locietes , & que ni 
le S6nat , ni le peuple ne peuvent chan- 
ger. U faut etudier notre coeur , nos 
paffions, nos befoins & Ics reflburces 
de notre efprit. Nous fbmmes , me 
direz-vous a unc diftance immenfe du 
but que nous devons nous propofer , 
& j'en conviens y mais par quelle 
.Arrange logique en concluerez-vouj 
qu'au lieu ae nous en rapprocher de 
^cguelque pas, nous devons nous en 
tfibigner encore d'avantage ? Mes 
principes de Lcgiflation ne paroitront 
a de certaines gens que des rcves chi- 
meriques; mais qui doir-on accufer 
de fe repaitre de chimercs , moi qui 
chcrche a penetrer les intentions de 
la nature , & qui ne propofe que 
Acs Loix auxquelles les peuples les 
plus fages &• les plus heureux ont 
obH y ou ces politiques profonds qui : 
fc flattent d'affujettir la nature a leurs - 
caprices , qui s*opiniatrent a courir 
aprcs un bonheur qui les fuit , & qui ^ 
cfperent de nous rendre bons citoyens 
a force de multiplier &: d'etendre nos 
vices ? 

FIN. 



i"* 



' . ' ! = i 



DEC 7 - 1938