Skip to main content

Full text of "Die politischen Testamente"

See other formats


■ 




m 



mi 



mm 




«W6«Ki»S«S9WMSaBWHIBWIBW9eBaW«B8^^ 



Hü 



•■' 



rbor] 

Presented to tbe 
library oftbe 

UNIVERSITY OF TORONTO 

by 

Eckehard Catholy 




3 




DIE POLITISCHEN 
TESTAMENTE 

FRIEDRICHS DES GROSSEN. 



REDIGIRT 



VON 



n ' 



PROF. DR. GUSTAV BERTHOLD VOLZ 




%S3E 



VERLAG VON REIMAR HOBBING 

IN BERLIN 

1920. 



Alle Rechte vorbehalten. 




Altenburg, S.-A. 

Pierersche Hof buchdruckerei 

Stephan Geibel & Co. 



Inhaltsverzeichniss. 

^*~ Seite 

-iJie Testamente des Königs IX-XH 

Testament Politique [1752]. 

Introduction , , i 

De I'administration de Ia justice i — 2 

Des finances 3—27 

Delarecette 4 — 8 

^&es revenus de la caisse de guerre et de son administration 4 — 6. 

*25e la caisse de domaines 6 — 8 

Des conseils preposes pour l'administration des domaines. . 9 — I2 

De la depense 12 — 13 

Des revenus que je me suis faits. 13 — 14 

De la Landschaft 14 — J 5 

Des arr angements commenc6s 15 — 20 

Du defrichement 15 — 16 

Des canaux acheves 16 — 17 

Des soieries 17 

Les manufactures de soie 17 — 18 

Des manufactures en laine 18 

Des fileurs de laine 18—19 

De la compagnie d'Emden 19 — 20 

De ce qu'il reste ä faire 20 — 23 

Du defrichement des terres 20 — 21 

Des canaux '".'.' 21 

Des soieries . '-• „...-.. 22 

Des manufactures de soie 22 

Des manufactures de laine . . 22 

Des fileurs 23 

Des manufactures qui nous manquent 23 

Des magasins d'abondance 24 

Des regles pour le commerce et les manufactures 24 — 25 

De quelques impOts ä rabaisser 25 — 26 

Courte recapitulation • 26 — 27 

De la politique , 27—80 

De la politique Interieure 27 — 40 

De quelques maximes de politique relativement ä la noblesse 29 — 30 

Des villes et bourgeois 3° 

Des paysans 30 — 31 

Des ecclesiastiques et de la religion 3 1 — 3 2 



VI 

Seite 

Des princes du sang .,, 33 

Des peines et des recompenses 33 — 35 

Si un sou verain doit etre avare ou prodigue 35 — 37 

Qu'un souverain doit gouverner par lui-meme. ...... 37 — 39 

Du ceremonial ' 39 — 40 

De la politique exterieure 40 — 76 

De la conduite ä tenir vis-a-vis des puissances de l'Europe 51 — 54 

Des qualites des negociateurs 54 — 56 

Des corruptions qu'il faut faire, et comment il faut s'en 

garder chez soi 56— 57 

Des grands projets de politique 57 — 59 

Reveries politiques 59 — 7 6 

Des successions qui peuvent retomber ä la maison royale . 60 — 61 

Des acquisitions par droit de bienseance 61 — 65 

Du but auquel on doit se proposer d'atteindre, pour con- 

solider la puissance de l'Etat 65 — 66 

Des changements qui pourront arriver en Europe 66 — 76 

Des tutelles 76 — 77 

Conclusion 77 — 80 

Du militaire 81 — 101 

Du choix des hommes 82 

Des cantons 82 — 83 

Des revues de commissaire que le souverain doit faire . . . 83 — 85 

Des recompenses pour les officiers 85 — 86 

De la discipline 86 — 87 

De l'ordre des regiments 87 

Des exercices et manoeuvres 87 — 88 

De l'artillerie 88— 89 

Des sapeurs 89 — 90 

Des forteresses 90 — g 2 

De tout ce qu'il faut pour munir une place de guerre. . . . 92 — 93 

Des magasins d'armes et de canons etc. pour l'armee .... 93 — 94 
De la grande economie de l'armee pour l'armement, uniformes 

et chevaux „ 94 — 95 

Du commissariat de guerre 95 — 97 

Du service et des quartiers en temps de paix. ....... 97— 98 

Necessite de toutes ces attentions 98 — 99 

De l'etat-major de l'armee 99 

Speculations pour l'avenir 99 — 101 

De l'education d'un prince . . 102 — 109 

Testament Politique [1768]. 

^De la justice 110— in 

Des finances in — 135 

Des domaines 112 — 113 

Des peages 113 — 114 



— VII 

Seite 

Des salines 114 

Des forets 114 

Des postes 114— 115 

De la monnaie 115 

Revenus de la caisse de guerre 115 — 117 

Des contributions 115 — 116 

Des. accises 116 — 117 

Du tabac 117 

De la banque 117 — 118 

Des caisses 118 

Des chambres de domaines et du Grand-Directoire 118 — 120 

Du tresor 120 — 123 

Des etats des pays electoraux ou de la Landschaft .... 123 

Du commerce . . . . . 123 — 126 

Du gouvernement relativement aux finances 126 — 131 

Vues pour l'avenir 131 — 135 

Du militaire 135^177 

Du commissariat en temps de paix 135 — 136 

Du commissariat en temps de guerre 136—137 

De la caisse de Wartenberg 137 — 138 

De la caisse en temps de guerre 138 

Des cantons en temps de paix 138 — 140 

Des cantons en temps de guerre 140 — 141 

De l'artillerie en temps de paix 141 — 142 

De l'artillerie en temps de guerre 142—146 

De l'infanterie en temps de paix 146 — 150 

De l'infanterie en temps de guerre 150 — 152 

De la cavalerie en temps de paix 152 — 154 

De la cavalerie en temps de guerre 154 — 156 

Des marechaux de logis et des ingenieurs 156 — 157 

Des places 157 — 159 

Des invalides . 159 — 160 

Des principes fondamentaux de la guerre 160 — 174 

Des officiers 174 — 177 

De la politique 177—230 

De la politique relativement au gouvernement 

intörieur du pays 177 — 191 

Du luxe 180 — 181 

Remarque utile 181 

Reparer promptement les provinces ruinees par la guerre. 182 

De la police generale 182 — 183 

Des contributions 183 — 184 

Des höpitaux 184 

De la religion 184 — 185 

Des punitions et des recompenses 186 

De la permission ou defense des sorties des bles 186 — 187 

De l'administration en general 187 — 191 



— vni — 

Seite 

De la politique etrangere 192 — 230 

Des provinces de la domination prussienne 193—196 

De Tetat present des interets et des liaisons des autres cours 

de l'Europe ; 196 — 209 

De notre Systeme 209 — 214 

De nos pretentions sur differentes provinces 214 — 216 

Des negociateurs 216—219 

Reves et projets chimeriques 219 — 229 

De l'education d'un prince et des tutelles . 231—236 

Des tutelles 236 

Expose du gouvernement prussien, 

des prineipes sur lesquels il roule, avec quelques 

reflexions politiques [1776]. 

[Des finances] 238 — 239 

Des magasins 240 

De Wartenberg 240 

De Tarmed 240 — 241 

De la politique 241 — 242 

De la justice 242 — 243 

Combinaison du total du gouvernement . . . 243 — 245 

Considerations 

sur Petat politique de l'Europe [1782] . . . 246—250 

Reflexions sur l'administration 

des finances pour le gouvernement prussien [1784] 251—253 

Personen verzeichniss 254—262 

Sachregister 263—294 



Vß/i - *i%t% 



Die Testamente des Königs. 

Die politischen Testamente Friedrichs des Grossen sind nicht 
Testamente im juristischen Sinne ; sie haben vielmehr den Character 
systematischer politischer Lehrschriften, wie sie von den Herrschern 
des Hohenzollernhauses zum Unterricht für ihre Nachfolger seit 
dem Grossen Kurfürsten aufgesetzt zu werden pflegten 1 . Auf die 
Bezeichnung als politische Testamente, die der König ihnen gab, 
scheint das im Druck verbreitete „Testament politique" Richelieus 
wie auch anderer französischer Staatsmänner 2 Einfluss geübt zu 
haben. Sein erstes politisches Testament verfasste Friedrich im 
Frühling und Sommer 1752, das zweite im Herbste 1768 3 . Als 
kurze Zusammenfassung ihres wesentlichen Inhalts erscheint das 
„Expose" du gouvernement prussien" 4 aus dem Frühjahr 1776, 

1 Die „Väterliche Vermahnung" des Grossen Kurfürsten vom 19. Mai 
1667 (zuerst veröffentlicht von L. v. Ranke, „Zwölf Bücher preussischer 
Geschichte," Bd. 25 u. 26 der Sämtlichen Werke, S. 499 ff-, dann in be- 
richtigtem Abdruck von Küntzel und Hass, „Die politischen Testamente 
der Hohenzollern," Bd. 1, S. 41 ff., Leipzig und Berlin 1919); die erste und 
die zweite „Vermahnung" Friedrichs I. von 1698 und 1705 (veröffentlicht 
als Beilage zu den „Testamenten der Kurfürsten von Brandenburg und 
der beiden ersten Könige von Preussen", hrsg. von H. v. Caemmerer, 
S. 423— 435; München und Leipzig 1915); die „Instruction" Friedrich Wil- 
helms I. von 1722 (in: „Acta Borussica, Denkmäler der Preussischen 
Staatsverwaltung im 18. Jahrhundert: Behördenorganisation und allgemeine 
Staatsverwaltung", Bd. III, S. 441 ff., hrsg. von Krauske und Loewe ; Berlin 
1901). — 2 „Testament politique d'Armand du Plessis, cardinal-duc de 
Richelieu" (Amsterdam 17 08 ); „Testament politique de Messire Jean Bap- 
tiste Colbert, ministre et secretaire d'Etat" (Haag 1704) und „Testament 
politique du marquis de Louvoi, premier ministre d'Etat sous le regne de 
Louis XIV, roi de France," hrsg. von Courtilz de Sandras (Köln 17 16). 
Sämmtliche drei Schriften befanden sich in der Bibliothek von Sanssouci. — 
3 Das Testament von 1752 ist zum Teil schon veröffentlicht von Hintze 
in: Acta Borussica, Behördenorganisation, Bd. IX, S. 327 ff. (Berlin 1907) 
und das Kapitel „Du militaire" des Testaments von 1768 durch v. Taysen 
in den „Miscellaneen zur Geschichte König Friedrichs des Grossen", hrsg. 
auf Veranlassung und mit Unterstützung der Königl. Preuss. Archiv 
Verwaltung, S. 119—158 (Berlin 1878). — 4 Vergl. (Euvres, Bd. 9, S. 181 ff. 



X 

während die „Considerations" vom Mai 1782 der Betrachtung der 
damaligen politischen Lage Europas und die „Reflexions" vom 
October 1784 1 der Darlegung der Grundsätze einer gesunden 
Finanzverwaltung gewidmet sind. Diese fünf Testamente gelangen 
in diesem Bande zum Abdruck. 

. Über ihre Entstehung sind in den Archiven keinerlei Akten 
vorhanden. Indessen ist ein innerer Zusammenhang zwischen den 
politischen Testamenten von 1752 und 1768 und den beiden, in 
aller Form aufgesetzten Testamenten Friedrichs, die von seiner 
Bestattung, der Erbeseinsetzung, den Legaten handeln, unverkenn- 
bar; denn sie sind um dieselbe Zeit und damit auch unter den 
gleichen Voraussetzungen politischer und persönlicher Art verfasst 
worden. Das erste dieser förmlichen Testamente datiert vom 
11. Januar 1752, das zweite vom 8. Januar 1769 2 . 

Dazu kommt noch eine Reihe letztwilliger Bestimmungen, die 
der König in den Kriegsnöten, zumal am Vorabend wichtiger Ent- 
scheidungen niederschrieb, ohne sich jedoch an die juristische Form 
zu binden. Unter ihre Zahl gehört zunächst der Erlass an den 
Cabinetsminister Graf Podewils vom Anfang März 1741 3 , wenige 
' 'Tage, nachdem Friedrich dem feindlichen Anschlage bei Baumgarten 
entronnen war. Zwei Tage" vor der Schlacht bei Mollwitz , vom 
8. April 1741 ist das Schreiben an seinen Bruder, Prinz August 
Wilhelm, datiert, in welchem er diesem für den Fall seines Todes 
. seine Freunde empfiehlt 4 . Aus der Zeit des Siebenjährigen Krieges 
v ^ jist die „Instruction secrete pour le comte de Finck" vom 10. Ja- 
jnuar 1757 5 zu nennen, ferner das „Testament" vor der Schlacht 
j bei Leuthen vom 28. November 1757 6 . In die Tage vor der 
Schlacht bei Zorndorf fallen das Schreiben an seinen Bruder, Prinz 
Heinrich, vom 10. August und die vom 22. August 1758 datierte 
„Order an meine Generals dieser Armee, wie sie sich im Fall zu 
verhalten haben, wann ich sollte todt geschossen werden" 7 . Hieran 

1 Veröffentlicht von Lehmann in der Historischen Zeitschrift, Bd. 60, 
S. 259 ff. (München und Leipzig i8cb). — * Das Testament von i7 6 9 ist 
zuerst veröffentlicht in den CEuvres, Bd. 6, S. 215 ff., dann in berichtigtem 
Abdruck mit dem Testament von 1752 als Beilage zu den von H. v. Caem- 
merer herausgegebenen „Testamenten der Kurfürsten von Brandenburg 
und der beiden ersten Könige von Preussen", S. 447 — 452 und 461 — 405. — 
3 Vergl. „Politische Correspondenz Friedrichs des Grossen" (P. C.), Bd. I, 
S. 201. 202. Der Erlass ist undatirt. — ♦ Vergl. CEuvres, Bd. 26, S. 85. — 
5 Vergl. P. C, Bd. XIV, S. 197. 198. - 6 Vergl. P. C, Bd. XVI, S. 70. - 
7 Vergl. P. C., Bd. XVII, S. 15«. 159 und 183. 



XI : 

reiht sich endlich die nach der Schlacht bei Kunersdorf verfasste T^*A"£J7 
„Instruction vor den General Finck" *, 

Die Zahl der Testamente ist damit erschöpft. Doch sei im 
Anschluss an sie noch der nach Friedrichs Weisungen im Cabinets- 
ministerium aufgesetzten Tutelar-Disposition vom 15. August 1756 
gedacht, der „Disposition Si . Königl. Majestät und Höchstderoselben 
Herrn Bruders, des Prinzen von Preussen Königl. Hoheit, wie Sie 
es nach Dero — Gott der Allmächtige gebe, bis auf die spätesten 
Zeiten menschlichen Lebens ausgesetztem — Tode in Ansehung 
der Regent- und Vormundschaft des minderjährigen Thron- und 
Churf olgers gehalten wissen wollen" 2 . Darin wird Prinz Heinrich 
zum Vormund des präsumptiven Thronerben Friedrich Wilhelm 
bestimmt, nach ihm Prinz Ferdinand, der dritte Bruder des Königs, 
endlich Friedrichs Schwager, Markgraf Friedrich Wilhelm von 
Brandenburg- Schwedt, doch soll diesem ein Regentschaftsrat zur 
Seite treten und ihm verboten sein, sich mit dem Heerwesen zu 
befassen. Als am 12. Juni 1758 Prinz August Wilhelm gestorben 
war, wurde am 4. Dezember des Jahres die „Disposition" erneuert 
und für den Fall des Todes des Königs Prinz Heinrich zum 
Generalissimus der Armee und Chef aller Collegien des Staates 
während der Minderjährigkeit des Thronfolgers ernannt 3 . 

Zum Schluss ist endlich noch auf einige Abhandlungen und 
Darlegungen Friedrichs hinzuweisen, die der Gedankenwelt seiner 
politischen Testamente nahe stehen. Für seine Ansichten über die 
Vergrösserung und Abrundung der Monarchie kommt vor allem 
der Jugendbrief an den Kammerjunker von Natzmer vom Februar 
1731 4 in Betracht. Die umfassende Uebersicht über die europäische 
Staatenwelt im Jahre 1740, die das erste Capitel der „Histoire de 
mon temps" enthält 5 , wird in den beiden Dokumenten von 1752 
und 1768 fortgesetzt. Für das Testament von 1768 bilden die der 
Geschichte der polnischen Theilung angegliederten Capitel „Des 
finances" und „Du militaire" 6 mit ihrem Rückblick auf das Re- 

1 Vergl. P. C, Bd. XVIII, S. 483. Die „Instruction" ist undatirt. — 
2 Im Königl. Hausarchiv in Charlottenburg. — 3 Beide Schriftstücke 
ruhen ebenfalls im Königl. Hausarchiv in Charlottenburg. — 4 Vergl. 
CEuvres, Bd. 16, S. 3 — 6 - — 5 Für die Redaction der „Histoire de mon 
temps" von 1 746 vergl. „Publicationen aus den Königl. Preussischen Staats- 
archiven", Bd. 4, S. iöi ff. (Leipzig 1879), und für die Redaction von 1775 
vergl. CEuvres, Bd. 2, S. 1 ff. — 6 Vergl. CEuvres, Bd. 6, S. 73—109 (in 
der Redaction von 1779); die Handschrift der noch unveröffentlichten 
ersten Fassung von 1773 befindet sich auf dem Königl. Geh. Staatsarchiv 
zu Berlin. 



- — xn — 

tablissement des preussischen Staates nach dem Hubertusburger 
/ rCJ Frieden eine wesentliche Ergänzung. Und wie in den Testamenten, 
so hat der König im Jahre 1777 in seiner Abhandlung „Essai sur 
les formes de gouvernement et sur les devoirs des souverains" * 
seine Anschauungen über den Fürstenberuf und seine Pflichten 
noch einmal zusammenfassend niedergelegt. 

1 Vergl. CEuvres, Bd. 9, S. 193 — 210. 



* 



Testament Politique [1752]. 

J'ai 1 fait cet ouvrage l'annee 1752, commence au mois d'avril, fini au mois 

de juillet. 

Introduction. 

.Le premier devoir d'un citoyen est de servir sa patrie; c'est 
une Obligation que j'ai täche de remplir dans tous les etats diffe- 
rents de ma vie. Charge comme je le suis de la premiere magi- 
strature, j'ai eu l'occasion et les moyens de me rendre utile ä mes 
concitoyens. L'amour que j'ai pour eux, me fait desirer de pouvoir 
encore apres ma mort leur rendre quelque Service; je n'ai pas 
1' extra vagance de croire que ma conduite doit servir de regle ä 
ceux qui rempliront ma place, je sais que le moment de la mort 
detruit l'homme et ses projets et que tout dans l'univers est assu- 
jetti aux lois du changement. Je n'ai d'autre intention en faisant ce 
Testament Politique que de communiquer ä la posterite ce que j'ai 
appris par experience, en qualite de pilote qui connait les parages 
orageux de la mer politique; j'entreprends de leur indiquer les 
ecueils qu'ils ont ä eviter, et les ports oü ils peuvent trouver asile : 
je n'entre point dans des petits details, j'embrasse tous les objets 
en grand, assure que tous ceux qui conduiront eux-memes le gouver- 
nail de l'Etat, m'entendront suffisamment. 

Le gouvernement roule sur quatre points principaux: 
l'administration de la justice, 
la sage economie des finances, 
l'entretien vigoureux de la discipline militaire 
et, enfin, l'art de prendre les mesures les plus justes pour 
favoriser ses interets qu'on nomme la politique. 
Parcourons successivement ces differentes parties. 

De Tadministration de la justice. 

Rendre justice soi-meme est un soin dont aucun souverain ne 
peut se charger , et un roi de Prusse encore moins qu'un autre. 
Le detail immense d'une seule cause absorberait le temps qu'il doit 
donner par preference aux autres parties du gouvernement. Mais 

1 Vorlage: je. 
Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. I 



parceque le prince ne juge pas lui-meme, il ne s'ensuit point qu'il 
doit negliger la justice. 

^T'ai trouve des lois contentieuses dans ce pays qui, au Heu de 
tavoriser les partis, embrouillaient les causes et allongeaient les 
proces. Je communiquai sur cela au grand-chancelier Cocceji le 
dessein que j'avais de reformer les lois et de n'en etablir d'autres 
que celles qui se trouvent fondees dans l'equite naturelle. Ce vene- 
rable magistrat executa ce projet avec une approbation universelle. r 
A present il est bien sür que les injustices se fönt plus rarement 
qu'autrefois, que les juges sont plus integres, les proces plus courts, 
et qu'il y a peu de causes pendantes aux tribunaux. II serait ä 
souhaiter que les souverains aient une attention singuliere pour 
bien remplir ce poste, et qu'ils trouvent des sujets de la droiture, 
de Thabilete et de Pintegrite du grand-chancelier: c'est l'unique 
moyen de conserver le bien qu'il a fait ä l'Etat; et le choix de ce 
personnage doit se faire avec d'autant plus de connaissance et de 
sagesse que le souverain depose entre ses mains une partie de son 
autorite et qu'il le rend arbitre de la fortune des citoyens. 

Nous voyons que, par un effet de l'imperfection des choses 
humaines, les meilleures institutions se corrompent: il faut par 
consequent y apporter de temps en temps la reforme oü eile est 
necessaire, et ramener toutes les choses au but de leur institution. 

Je me suis resolu de ne jamais troubler le cours des proce- 
dures: c'est dans les tribunaux oü les lois doivent parier et oü le 
souverain doit se taire; mais en meme temps ce silence ne m'a 
point empeche d'avoir les yeux ouverts pour veiller sur la conduite 
des juges, et il est etabli que deux conseillers du tribunal supreme 
fönt de trois en trois ans le tour des provinces, pour examiner la 
conduite des juges et pour les denoncer, s'il s'en trouve de coupables. 
II ne faut point faire misericorde aux prevaricateurs ; la voix des 
veuves et des orphelins en demande vengeance., et c'est au prince 
ä retenir dans leur devoir, par des exemples de rigueur, des 
magistrats qui fönt un usage aussi coupable de son autorite en 
abusant de la foi publique sous l'ombre de droit et de justice. II 
n'y a que ces sortes de prevarications contre lesquelles je ne puis 
me dispenser de conseiller une extreme severite; la raison en est 
que le souverain devient en quelque Sorte le complice du crime 
qu'il ne punit pas. 

1 Für die Coccejische Justizreform vergl. Acta Borussica, Behörden- 
organisatiön, hrsg. von Hintze, Bd. VI i, S. 82 ff. 106 ff.; VI 2, S. 965; 
VII, S. 884 f.; VIII, S. 902-904; IX, S. 810 f. (Berlin 1901-1907). 



Des finances. 

Si le pays doit etre heureux, si le prince veut etre respecte, 
il est necessaire qu'il entretienne Tordre dans ses finances; jamais 
gouvernement pauvre ne s'est attire de consideration : l'Europe riait 
des entreprises de Pempereur Maximilien, parceque ce Prince, avide 
d'amasser et prodigue en ses depenses, n'avait jamais d'argent, 
lorsqu'il devait entrer en jeu; les Italiens qui le connaissaient, 
Tappelerent Massimiliano senza denari. Nous avons vu que le 
delabrement oü Tempereur Charles VI laissa ses affaires en mou- 
rant, obligea la reine d'Hongrie ä prendre des subsides anglais, ce 
qui la rendit esclave du roi George et lui coüta la cession de quel- 
L ques belles provinces Jant a^nqus qu'au roi de Sardaigne. T Cette 
sage Princesse, qui a vu, combien le manque d'especes a prejudicie 
ä ses affaires, travaille ä present avec une application continuelle 
[ä] reparer ce desordre. La Saxe, si les finances s'etaient trouvees 
bien administrees, aurait pu jouer un röle dans la guerre qui com- 
menca l'annee 1740; mais se trouvant oberee, eile se loua aux plus 
offrants et fut malheureuse de tous les cötes: Auguste ne gagna 
rien avec nous et les Francais, et il fut ecrase, lorsque les subsides 
anglais l'avaient souleve contre la Prusse ; 2 s'il avait eu ses coffres 
pleins, il n'aurait pas eu besoin de vendre ses interets pour d'aussi 
modiques sommes. Cette meme Hollande qui secoua le joug de ses 
tyrans et qui joua, depuis, un si grand röle en Europe jusqu'apres 
la guerre de succession, cette meme Republique est ä peine 
comptee ä present parmi les grandes puissances , ä cause que le 
gouvernement est accable de dettes et, ce qui pis est, sans credit. 
Si la France continue ä se deranger, comme eile fait ä cette heure, 
eile pourra, malgre sa grande puissance, tomber dans Tabaissement 
et devenir un objet de mepris pour ses rivaux. 

1 Im Aachener Frieden 1748 trat Maria Theresia an Karl Emanuel III. 
die Stadt und das Gebiet von Vigevano, sowie einen Theil des Herzogthums 
Mailand ab. — 2 Am 11. April 1741 hatte sich August III. mit Oesterreich 
verbündet, schloss dann am 31. August eine Allianz mit Frankreich und 
am 19. September in Frankfurt einen „Partagetractat" mit Bayern, dem 
König Friedrich am 1. November beitrat. Nach dem Friedensschluss mit 
, Oesterreich am 23. Juli 1742 vollzog König August den Uebertritt auf die 
Seite Maria Theresias, der durch den Wiener Vertrag vom 20. December 
1743 besiegelt wurde. In einem neuen Vertrage vom 13. Mai 1744 und 
ebenso in der Warschauer Quadrupelallianz vom 8. Januar 1745 verpflichtete 
er sich darauf zur Stellung von Truppen gegen englische Subsidien. Vergl. 
P. C, Bd. I, 471; II, 529 ; HI, 403; IV, 413. 



Ces exemples fönt voir qu'aucune puissance ne peut se rendre 
formidable sans ordre dans ses affaires, et que, si la Hollande, la 
Saxe et la France se perdent faute d'economie, nous serions abimes 
pour jamais, si nous les suivions dans leur derangement , d'autant 
plus tot que la puissance de la Prusse n'est point fondee sur une 
force intrinseque, mais uniquement sur l'industrie. Cela est si vrai 
que l'Etat n'a d'autres ressources que ses revenus fixes, et qu'en 
cas d'un besoin tres pressant on ne peut s'attendre du pays meme 
que d'un emprunt tout au plus de deux millions: nous n'avons ni 
Perous ni riches compagnies de negociants ni banque ni tant d'autres 
ressources qu'ont les Francais, les Espagnols et les Anglais, mais 
au moyen de notre industrie nous pouvons parvenir ä figurer ä 
cöte d'eux. 

L'administration des finances roule sur l'exactitude dans la 
recette et l'ordre dans la depense. I 

De la recette. 
La recette des finances a des branches bien diff ereiltes ; tout ce qui 
s'appelle accises et contributions, est du ressort de la caisse de guerre. 

Des revenus de la caisse de guerre et de son 

administration. 

Les contributions sont des impöts que payent les seigneurs des 
terres et les paysans. On les a reglees par tout le pays par des 
taxes proportionnelles ; chaque cercle dans les provinces les paye 
dans la ville voisine d'oü cet argent est envoye au receveur de la 
province. Ainsi dans chaque province le receveur a Targent des 
contributions en caisse. Pour qu'il ne puisse pas voler le pays, on 
fait tous les mois la visite de sa caisse ; et s'il y a la moindre friponnerie 
de sa part, on Tarrgte sur-le-champ , on s'en prend ä sa caution, 
et de cette maniere le pays ne souffre jamais de perte, et ce qu'il 
paye, est employe pour l'entretien des troupes. j'ai trouve ces 
caisses dans un assez grand derangement; les receveurs ne rendai[en]t 
compte ä personne, et quand ils avai|en]t vole, de leur propre 
autorite ils faisaient payer a la province un mois de contribution 
de plus qu'elle n'y etait obligee. T Maintenant il est defendu sous 
peine de la vie d'imposer un sol de contribution sans un ordre de 
ma main; 2 et cet ordre je me garde bien de le donner, car le 

1 Der König; verallgemeinert hier einen einzelnen Fall. Vergl. Acta 
Borussica, Behördenorganisation, Bd.VII, S. 525 ff. — * Vergl. ActaBorussica, 
Behördenorganisation , Bd. VII , S. 674 f. (Artikel 8 der erneuerten In- 
struction für die preussische Kriegs- und Domänenkammer vom 28. Juni 1748.) 



— 5 

gentilhomme et le paysan ne doivent jamais etre foules: c'est au 
contraire un devoir d'ameliorer leur etat, si on le peut. II n'est 
qu'un cas oü les contributions peuvent etre hauss^es, et c'est, si le 
prix des denr^es se payait, d'une maniere fixe, le double de ce 
qu'elles coütent ä present : alors on serait oblige de hausser le pret 
du soldat, d'augmenter les pensions, ce qui ne pourrait se faire 
sans augmenter les revenus de l'Etat. 

Les accises sont le second fonds qui appartient ä la caisse de 
guerre. Les accises sont de tous les impöts les plus equitables; 
elles ne chargent point les pauvres: le pain, la viande, la biere 
doivent etre ä bon marche. l Cet impöt ne tombe que sur le luxe 
des riches. Chaque province a son tarif qui dirige les officiers de 
la douane- mais comme cet impöt, mal impose, peut causer un 
grand tort tant au 2 commerce qu'aux manuf actures , voici ä peu 
pres les principes sur lesquels j'ai reforme les tarif s: permettre 
gratis Tentree des premieres matieres que nos manuf acturiers mettent 
en oeuvre, comme laines etrangeres, soies etc.; laisser sortir, sans 
payer des droits, tous ouvrages faits chez nous, afin d'en augmenter 
le debit chez Fetranger et d'entretenir chez nous d'autant plus 
d'ouvriers; faire payer bien eher les ouvrages des autres ou leurs 
produetions dont nous pouvons nous passer, les ouvrages : le drap, 
les etoffes, les etamines, les bas, les chapeaux, les verres, les glaces, 
les galons, les ouvrages de ferronnerie, d'orfevrerie etc., parcequ'on 
les fait ici; les produits: le grain etranger, la biere etrangere, le 
cafe, la cannelle, de certains vins etc. f Ces impöts ne chargent que 
les riches ; ils defendent tacitement la sortie de l'argent et encouragent 
les manufactures. J'insiste si fort sur Tencouragement des manu- 
factures par les raisons suivantes: 

i° si vous travaillez chez vous ce que vous seriez obliges 
d'aeheter du voisin, votre argent reste dans le pays; 

2° vous pouvez fournir vos ouvrages ä vos voisins, comme ä 
la Pologne, la Russie, la Suede, le Danemark, et leur imposer cette 
espece de contribution volontaire qu'ils payent ä votre industrie; 

3° vous faites vivre chez vous des gens qui etaient sujets de 
vos voisins, que des etrangers nourrissent; 

4° vous faites entrer tous les ans par vos ouvrages des sommes 
considerables dans le pays; 

1 Von den Magistraten wurden unter Theilnahme der Steuerräthe und 
der Garnison-Commandanten Lebensmitteltaxen festgesetzt. — 2 Vorlage : 
tant qu'au. 



5° vous peuplez les villes, vous acqucrez de nouveaux sujets, 
ce qui est la veritable richesse des princes; 

6° vous augmentez les revenus de l'accise par la consomption 
de ces ouvriers nouveaux, ce qui n'est qu'un accessoire. 

L'accise des villes ressortit ä la chambre de chaque province, 
et ce revenu, Joint aux contributions, est le fonds dont les troupes 
se payent dans chaque province. Les presidents des [chambres de] 
domaines ont une attention continuelle sur les officiers des accises, 
pour empecher les defraudations ; et depuis l'annee 1 746 cette 
attention, jointe ä la bonte des dernieres annees, a produit ■ une 
augmentation de 140000 ecus. Ce qui fait [que] le revenu de la 
caisse de guerre, tant dans les vieilles provinces qu'en Silesie, passe 
les sept millions. Outre cela, cette caisse a besoin d'un fonds de 
680 000 ecus pour pouvoir avancer un mois de gage ä l'armee, 
quand eile entre en campagne, et ce fonds doit etre sacre. 

De la caisse de domaines. 

Les revenus des terres de la couronne (que mon pere a beau- 
coup augmentes), les revenus des salines, des bois, des peages, de 
la poste et des monnaies, joints ensemble, sont les fonds dont cette 
caisse dispose. 

Les domaines sont repandus dans toutes les provinces et in- 
corpores en bailliages. C'est une regle de les affermer tous les 
6 ans ; eile est fondee sur ce qu'ä chaque nouveau bail on rehausse 
Tamodiation ; et en faisant l'examen des terres, il s'en trouve toujours 
par-ci par-lä de nouvelles defrichees qui fönt hausser les revenus, 
que Ton perdrait , si on prolongeait le bail ä 1 2 ans , comme le 
souhaitent les fermiers. 

Dans Tadministration de ces terres il faut prendre grand soin 
que le baillif n'opprime pas les paysans, et qu'il ne s'erige pas une 
autorite tyrannique dans les terres qu'il a en ferme. Je ne con- 
seillerais pas ä la posterite d'augmentef le nombre'des bailliages; 
cette politique qui est bonne pour les petits princes, * serait mauvaise 
pour un roi de Prusse, auquel il faut une nombreuse noblesse, pour 
servir dans les armees. Qu'on ne me dise pas qu'on peut avoir 
recours aux etrangers; je peux repondre ä cette difficulte que j'ai 
appris par Texperience que j'en ai faite, que jamais la noblesse 
etrangere ne sert avec ce zele que celle du pays, que, dans un 

■ Anspielung auf den Fürsten Leopold von Anhalt-Dessau, dessen 
Beispiel Friedrich Wilhelm I. gefolgt war. 



7 

service aussi exact que le nötre, les etrangers se degoütent vite, et 
qu'ils quittent pour les sujets les plus frivoles et passent dans 
d'autres Services qu'ils enrichissent de nos connaissances. 

Le revenu important des salines va de meme fondre dans cette 
caisse. Ces salines sont en partie ä Halle, ä S alze , et j'en ai 
encore trouve dans le comte de la Marche et dans la principaute 
de Minden. Toutes les provinces, y comprise la Silesie, en recoivent 
leur sei ; nous avons de plus le debit de la Saxe , d'une partie de 
la Boheme (par contrebande), du Meck lembourg, de la Franconie et 
d'une petite partie du pays de Münster. II y a nombre d'officiers 
preposes pour empecher le sei etranger d'entrer dans les provinces; 
et [ce] qu'on a imagine de mieux pour empecher la contrebande. 
c'est d'avoir distribue le sei par familles, ce qui les empeche süre- 
ment d'en acheter ailleurs. 

La vente des bois est un objet considerable en Pomeranie, dans 
la Vieille-, la Moyenne- et la Nouvelle-Marche ; on prend la pre- 
caution d'en semer tous les ans du nouveau, de sorte qu'en laissant 
dans les forets assez de päturage pour les brebis, on perpetue 
cependant l'espece des arbres qui, ä l'exception des chenes, croissent 
vite. Nous retirons tous les ans de la France, du Danemark et de 
la Suede au delä de iooooo ecus par ces ventes. 

Les peages de la Memel, du Pregel, de TOder, de TElbe, du 
Weser, du Rhin et de la Meuse ne laissent pas d'etre une bonne 
branche des domaines. Ces peages influent beaueoup dans le 
commerce; quand ils sont mal regles, il en arrive de meme que 
des accises: [ils] mettent des entraves aux marchands et etouffent 
l'industrie. J'ai fait faire une balance des peages de FElbe et de 
ceux de TOder; et afin de favoriser le commerce de Stettin au 
dommage de celui de Hambourg, j'ai fait diminuer la taxe des 
marchandises (non defendues) qui viennent par l'Oder, de maniere 
que les vins de France, epiceries, couleurs de teinturiers s'aehetent 
a meilleur marche par la voie de Stettin que par celle de Ham- 
bourg , ce qui fera necessairement tomber tout ce commerce entre 
ies mains de nos marchands, qui-pourront devenir avec le temps 
les facteurs de la Saxe, de la Pologne et de la Boheme. On observe 
d'ailleurs pour les impositions des peages les memes regles que 
pour le tarif des accises. 

Les postes sont tres importantes dans ce t^ Etat, ä c^iise-que 
nous possedons tout le cours de lVlemel ä Gueldre f ( sans compter 
celui de Magdebour g ä Hambourg et les postes de traverse. Avec 
beaueoup de soin et d'attention. ces postes peuvent devenir plus 



considerables qu'elles ne le sont , en ajoutant de nouveaux cours, 
comme cela se peut faire, si l'on s'y prend bien. 

La monnaie rfa proprement ete etablie que par mes soins. l 
Nous n'avions personne dans le royaume qui possedät les connaissances 
de la grande finance; j'entendis parier de Graumann, et sur cela 
je Tai fait venir, 2 et voici ses principes. Les metaux sont une 
marchandise : l'Etat qui peut les acheter le plus eher , en aura en 
plus grande quantite. Celui qui poussera le prix du marc d'argent 
ä 1 5 ecus, sera le seul qui monnayera en argent ; et par le moyen 
de sa monnaie il aura de Tor tant qu'il voudra. La verkable Pro- 
portion de Tor et de l'argent se trouve en confrontant tous les 
changes de l'Europe et en trouvant un nombre qui s'ajuste dans 
tous les cas. Ce nombre est le marc ä 15 ecus. Nous travaillons 
sur ce plan. Le proje t est d'avoir des monnaie s ä Königsberg, 
Stettin, Breslau, deux ä Berlin, une a Magdöbourg, une ä Cleves, 
une ä Aurich et une ä Neufchätel. La petite monnaie de Berlin 
ne frappe que des petites especes, ä 9 pour-cent d'avantage, et on 
en achete Tor et l'argent ä plus haut prix, moyennant quoi de 100 
il reste encore 5 de gain. Quand ces cours de monnaie seront 
toutes etablies, on pourra f rapper 20 millions par an, nombre qui 
repond aux balances que le Portugal et l'Espagne pa)^ent annuelle- 
nient ä l'Europe. Les suites de cet arrangement sont que nous 
attirons le change de notre cöte, etant les seuls qui frappent monnaie. 
Ceux qui ont des remises d'argent ä faire, se trouvent obliges 
d'avoir recours ä nous , et NB. ce change favorable est 3 le plus 
haut degre de bonheur pour un Etat. Le souverain gagne un 
million et plus de revenu de cette seule branche, sans compter le 
gain des marchands qui peut aller ä la moitie du premier. 

Toutes ces branches differentes de revenus forment la caisse 
des domaines qui a besoin de 360000 ecus d'avance pour pa) T er 
exaetement les pensions . les gages, ^et pour finir son compte le 
dernier jour de Tan qui est au quartier de la Trinite. 160000 
ecus sont actuellement dans cette caisse-, les 200 oco ecus qui 
manquent, s'y trouveront Tannee 1755, si je reste en vie. 

1 Vergl. für das folgende Acta Borussica, Denkmäler der Preussi- 
schen Staatsverwaltung im 18. Jahrhundert: Das Preussische Münzwesen 
im 18. Jahrhundert, Münzgeschichtlicher Theil. Bd. IL Die Begründung 
des preuss. Münzsystems durch* Friedrich den Grossen und Graumann, 
1740— 1755. Hrsg. von Freiherr von Schrötter (Berlin 1908). — a J750. — 
3 Vorlage: et. 



^>v 



«P-* 



Des conseils preposes pour Tadministration des 

domaines. 

Dans chaque prov ince il y a une chambre de domaines, com- 
jposee d'un president et d'un certain nombre de conseillers, dont 
les uns ont ä faire les bails des bailliages, d'autres ont l'inspection 
des bois, d'autres des digues, chaussees et etangs, d'autres l'inspec- 
tion des villes, des accises, de la police et des manufactures. Elles 
ont toutes l'etat des revenus de leur province , et leurs l membres 
vaquent ä ce que la perception s'en fasse avec exactitude, promptitude 
et ordre. Chaque chambre a une instruction qui lui sert de regle 
et de laquelle eile n'ose point s'ecarter; comme toutes ces instruc- 
tions se trouvent entre les mains des presidents, je me dispense 
d'en rapporter le contenu. 2 

Tous ces Colleges des provinces,, exceptez- en ceux de la Silesie r ^ 
sont subordonncs an Grand-Directoire qui regle toutes les bagatelles 
et renvoie au prince les choses les plus importantes, en lui exposant 
la chose avec le pour et le contre. Le Grand-Directoire a un 
fonds de 150000 ecus 3 pour donner des remissions aux provinces, 
pour rebätir des metairies brülees, racheter des bestiaux, quand la 
mortalite en a fait perir dans les bailliages, rebätir des moulins, 
des eglises, des villages brüles etc. Outre ces 150000 ecus, la 
Prusse et la Lithuanie ont encore 1 40 000 ecus destines ä un meme 
usage. Les Colleges des provinces fönt tous les mois leur rapport 4 
au souverain, dans lequel ils detaillent Fetat de la province, celui 
des caisses avec une balance de ce que les accises et les peages 
ont rapporte pendant le mois, et de ce qu'elles ont rapporte Fannee 
d'auparavant dans le meme mois. Tous les ans apres la Trinite 
ils 5 envoient 6 une balance du commerce extraite des livres d'accise, 
par laquelle on voit les differentes especes de marchandises qui 
sont entrees dans le pavs T et celle s qui e n sont sorties. Par lä 
nous apprenons quelles manufactures nous manquent, et celles qu'il 
est possible d'etablir. D'ailleurs, en faisant le bilan de Targent 
qui sort et qui entre dans le pays , nous sommes en etat de juger 
avec fondement de Tetat de notre commerce et de celui des pro- 
vinces. On voit que, dans tout le pays, nous gagnons de nos voisins 
6 millions et quelques cent mille- ecus, et l'on peut, de plus, juger 

1 Vorlage: ces. — * Vergl. die erneuerte Instruction für das General- 
directorium und die neuen Instructionen für die Kriegs- und Domänen- 
kammern von 1748 (Acta Borussica, Behördenorganisation, Bd. VII, 
S. 655—839). — 3 Die Extraordinarienkasse. — 4 Die sogenannten „monat- 
lichen Zeitungsberichte". — 5 Vorlage: elles. — 6 Seit 1748. 



— . I0 — 

si les provinces se peuvent soutenir. Par ex[emple] : la Nouvelle- 
Marche paye en tout, accises, contributions et domaines, 700000 ecus, 
dont il reste 520000 ecus dans la province, pour payer les dicasteres ; 
et les troupes; 180000 sont envoyes ä Berlin. Par la balance du 
commerce on trouve que cette province y a profite 445000 ecus; 
donc en decomptant les exportations et les fonds qu'ils payent ä la 
couronne, la province s'enrichit encore annuellement de 265000 ecus: 
par consequent eile peut se soutenir et s'accroitre encore. II faut 
aller au fond des choses, pour etre en etat de bien gouverner. 

De meme le souverain recoit tous les ans une liste des extraits 
mortuaires et baptistaires de chaque province par laquelle T on 
peut evaluer le nombre d'habitantSj ce qui est tres important de 
savoir. 

A la fin de l'annee, chaque province et chaque caisse m'envoie 
son compte general, oü se trouvent tous les revenus, les non-valeurs 
et les surplus. Vers le mois de mai, le Directoire dresse le nouvel 
etat oü Ton voit tous les revenus, ce que rapportent les ameliora- 
tions des differentes provinces, et leur destination. Je compte de 
parier de l'etat dans Farticle de la depense, 2 ce qui fait que je me 
contente simplement de le nommer ici. 

Pour remplir tous ces emplois d'economie, il faudrait plus 
d'honnetes gens qu'un Etat n'en porte ordinairement. Croire que 
le monde est peuple de scelerats, c'est penser en misanthrope; 
s'imaginer que tous les animaux ä deux pieds sans plumes sont 
honnetes gens, c'est s'abuser en imbecile. II faut qu'un souverain 
se connaisse en hommes, pour choisir au moins des gens de probite 
ä la tete des provinces; et le nombre erant petit, on le trouve plus 
facilement. J'ai fait presidents de vieux officiers qui n'etaient plus 
en etat de servir, et je m'en suis mieux trouve que de tous ceux 
qui sont eleves dans la robe, ä cause que les officiers savent obeir 
et se faire obeir, que, lorsqu'on leur donne quelque chose ä examiner, 
ils le fönt eux-memes et avec plus de solidite que les autres. Mais 
ce n'est pas ä dire que tout officier tel qu'il soit se trouve propre 
a ces emplois. II est impossible au prince de connaitre tous ceux 
qu'on lui propose pour conseillers de domaine; il faut qu'il s'en 
rapporte ä ceux qui les proposent. Mais il doit chasser ceux qui 
se trouvent convaincus de malversation, et il y a des occasions oü 
il peut donner ces sortes de postes ä des officiers de fortune qui 
ont la sante faible. 

Quant au Grand-D irectoire, il vaut mieux qu'il y ait des; gens 

1 Vorlage: lequel. — 2 Veröl. S. 12. 13. 



— II 

d'esprit avec une probite equivoque que de betes honnetes gens. 
Des que le söüverain les connait , il peut les tenir dans le devoir 
et les obliger a che'miner droit; mais quand ils sont imbeziles, on 
n'en peut tiier aucun parti. C'est encore une attention que de bien 
choisir les personnes auxquelles on donne des commissions , et 
d'employer un chacun selon son talent : Teconome dans des affaires 
de bau, l'homme d'ordre dans Tarrangement des grandes caisses, 
l'industrieux dans l'etablissement des manufactures etc./ 

Les nombreuses provinces qui forment l'Etat, tiennent en 
largeur plus que la moitie de l'Europe. Situees sous des climats 
differents, et d'ailleurs ayant des mceurs, des usages et un commerce 
assortis ä leur Situation, il serait impossible de suivre les m£mes 
principes dans le detail de leur gouvernement. 

La Prusse ne produit proprement que des bles et du lin; la 
couronne y a un grand nombre de bailliages; mais comme l'in- 
temperie de l'air et les inondations auxquelles eile est exposee, 
ruinent souvent les recoltes, il faut avoir sans cesse la main ä la 
bourse, pour bonifier ces dommages. Ce pays manque presque 
tout-ä-fait d'industrie et a besoin de beaucoup de bons etablissements 
en manufactures. 

L'Electorat, la Pomeranie, le Magdebourg et le Halberstadt 
ont ä peu pres les memes denrees et la meme industrie. Ces pro- 
vinces, jointes ä la Siiesie, ont toujours fait l'objet principal de mon 
application, tant par rapport ä leur continuite qu'ä cause que c'est 
le coeur de l'Etat et qu'il peut se soutenir, au lieu que les autres 
provinces sont separees, et que, dans de certains cas, on ne pourrait 
pas les defendre. La Pomeranie et l'Electorat vendent des bois, 
du ble, des draps et toutes sortes d'etoffes de laine ä Tetranger; 
mais comme je me propose de parier dans la suite des arrangements 
pris et ä prendre, je n'en dis pas davantage ici. 

La Siiesie a des arrangements tout differents; la couronne y 
a peu de bailliages; les contributions y sont reglees sur un autre 
pied ; les ecclesiastiques et les nobles y payent beaucoup plus que 
dans aucune autre province, et le paysan y paye moins, proportion 
gardee: on a menage le paysan par politique, ä cause qu'il fait le 
grand nombre, et on a charge la noblesse, pour se defaire de 
certains grands qui etaient attaches ä la maison d'Autriche et qui la 
plupart ont vendu les terres qu'ils avaient en Siiesie. Le commerce 
de toile et de drap que fait cette belle province, merite d'etre en^ 
courage par les souverains. Les toiles rapportent presqu'autant 
ä la Siiesie que le Perou donne au roi d'Espagne. Je conseillerais 



12 — 

ä la posterite de ne pas toucher sans de tres bonnes raisons aux 
arrangements que j'ai faits dans ce duche. 

Le pays de Cleves ne tient rien ni de la Silesie ni de TElectorat 
ni de la Prusse. Le peuple y est tres paresseux. Comrae le bois 
s'y fait rare, on y trouve de belies plantations; et des etrangers 
qui sous ma regence se sont etablis dans ce pays , 3^ ont rapporte 
de bonnes manufactures. Les heritages des paysans sont tous 
separes les uns des autres et n'y forment pas des villages comme 
ici et dans l'Empire. La principaute de Minden ressemble davantage 
ä ces provinces ici; ce sont ä peu pres les memes usages, et ils 
ont des manufactures de toile f lorissantes , mais bien moins con- 
siderables que Celles de Silesie. La principaute d'Emden ne se 
nourrit que de ses bestiaux, et ils tirent beaucoup d'argent de 
l'etranger par la vente de leurs chevaux, de leurs vaches, du lait, 
du fromage et des tuiles qui vont dans tout le Nord. 

Sur la connaissance de tous ces pays on a dresse pour chaque 
province Instruction pour le president et pour la chambre des 
domaines. Les vouloir gouverner par les memes lois ce serait 
ruiner ces provinces de gaite de coeur; et par cette raison je con- 
seillerais ä la posterite de ne rien changer aux principes etablis, 
avant que de les avoir bien examines et prevu les inconvenients 
qui resulteraient d'autres arrangements. II est cependant bon de 
revoir ces instructions de temps ä autre, et comme les conjonctures 
changent, soit que le desordre ruine nos voisins, soit que la negli- 
gence des presidents fasse tomber l'industrie chez nous ou qu'on se 
propose quelques nouveaux etablissements , il faut renouveler les 
instructions, les adapter au temps et aux circonstances, indiquer les 
remedes pour reparer les dommages de la province, ou prescrire 
les moyens par lesquels on pourra profiter de la decadence des 
puissances voisines. Dans ces sortes d'occasions je crois qu'il est 
tres utile de changer les instructions, sans cependant toucher aux 
principes fondamentaux du gouvernement qui y maintiennent l'ordre 
et l'abondance. 

De la depense. 
Les revenus fixes de TEtat^montent ä 12 150000 ecus et un 
million de la monnaie, dont la Silesie paye 3400000 ecus, et les 
autres provinces 8750000. L'etat se forme ainsi. La caisse de 
guerre paye les regiments qui fönt 135 600 hommes; eile paye pour 
l'entretien des fortif ications , pour les uniformes de l'armee, la re- 
monte de la cavalerie, pour la manufacture de poudre qui fait par 
an 4000 Centner de poudre; la caisse de guerre paye, de plus, les 



13 — 

pensions aux gouverneurs, commandants et ä quelques autres offi- 
ciers. Ce qui forme la caisse des chevaux et uniformes, a ete si 
bien administre par le general Massow qu'elle fait par an une 
epargne de 150000 ecus, ce qui fait que son fonds va actuellement 
ä 765000 ecus, ce qui n'est pas süffisant; il faut continuer cette 
epargne quelques annees, pour avoir non seulement en argent 
comptant 900000 ecus, mais encore beaucoup de fournitures, cein- 
turons, armes, tentes etc. de faits dans les arsenaux. Jen parlerai 
dans l'article du militaire. 

La caisse des domaines ajoute 1 700000 ecus tous les ans ä la 
caisse de guerre, sans quoi eile ne pourrait pas payer les troupes. 
La caisse des domaines paye les apanages, les pensions aux dicasteres 
et quelque peu d'argent au souverain. Tous frais faits, toute de- 
pense acquittee, il reste 1300000 ecus des domaines de superflu, 
avec un million des monnaies, ce qui fait 2300000 ecus, ce qui 
augmente annuellement le tresor oü cet argent sert en cas de 
malheur, de guerre ou de calamite publique. 

La bonte de nos arrangements consiste en ce que jamais les 
caisses ne se trouvent confondues ; que, bien loin de manger d'avance, 
nous accumulons par annee et, qu'au lieu d'etre payes en comptes 
frivoles ou en papier, nous le sommes en bonnes especes; et 
qu'enfin nous ne changeons jamais rien durant le cours de Tannee 
ä l'ordre du tableau une fois arrete au commencement de Tannee 
economique. 

Des revenus que je me suis faits. 
La pension que je retire de TEtat , r etant presque toute ab- 
sorbee pas des entretiens militaires, comme la haute paye du ^ me 
bataillon, 2 mes supernumeraires, Tuniforme des officiers et l'entretien 
de leur table, j'ai eu recours ä d'autres fonds qui fönt des sommes 
considerables resumes ensemble et qui ne sont point compris dans 
le nombre des revenus de TEtat. 3 Je me suis reserve 100 000 ecus 

1 In den General -Domänen- Etats sind für die Person des Königs 
ausgesetzt: an Reisegeldern 20000 Thlr., zu Handgeldern 52000 Thlr. 
Ferner Dispositionsquantum bei der Extraordinarienkasse 48 4^9 Thlr., 
Dispositionsquantum beim ehemaligen Jagd-Etat 31 n Thlr. 6 gr. , zu der 
ehemaligen Kronprinzlichen Kasse 37000 Thlr. Die mit 211 139 Thlrn. 
3 gr. aus der General-Domänenkasse gespeiste Hofstaatskasse bleibt da- 
gegen bei dieser „pension" ausser Betracht. — 2 Das von König Fried- 
rich bei seinem Regierungsantritt errichtete 3. Bataillon des Regiments 
Garde, das als kronprinzliches Regiment nur 2 Bataillone gehabt hatte. — 
3 Diese Gelder bilden die später sogenannte Dispositionskasse des Königs. 



14 

de la Frise; j'ai fait monter la vente des bois ä 180000 ecus d'extra- 
ordinaire; les revenus des postes ont ete pousses cette annee ä 
110 000 ecus de plus qu'ils n'ont jamais rapporte; les accises et 
p£ages de la Silesie, la vente extraordinaire des sels et l'argent de 
certains fonds de depense menage ont produit la somme de 260000 
ecus; les ports de Prusse ont rapporte 56000 ecus au delä de l'etat, 
et les menages des chambres de domaines tant de Prusse que de 
Lithuanie, quand il n'y a point d'annees calamiteuses , montent ä 
30000 de la Prusse et ä 20000 de la Lithuanie. Tous ces revenus 
dont mon pere n'a retire que des bagatelles, en y ajoutant quelques 
extraordinaires des domaines, peuvent monter, un an compte dans 
l'autre, ä 700000 ecus. J'en ai pris pour moi 120000 ecus dont je 
me fais une pension de 1 o 000 ecus par mois , et tout le reste je 
Tai employe pour le bien de l'Etat, soit pour les fortifications, pour 
l'artillerie, pour la caisse des chevaux, soit pour des etablissements 
utiles dans le pays; et j'en ai meme donne au tresor, pour completer 
des nombres qui n'etaient pas ronds, et pour remplir les non-valeurs, 
lorsqu'il s'en trouve. 

De la Landschaft. 

La Landschaß est la noblesse en corps l qui, ayant avance de 
l'argent aux anciens electeurs, recut pour nantissement ce qu'on 
appelle siesje, ce qui est un impöt sur la biere, avec quelques autres 
fonds pareils qu'elle administre elle-meme, et qu'elle a fait valoir 
considerablement. Pendant la guerre de 1744, j'ai eu recours au 
credit de cette compagnie, et j'ai eu tout lieu de me louer du zele 
et de Tattachement de cette respectable noblesse. J'ai trouve par 
son moyen des ressources pour soutenir la guerre, sans lesquelles 
j'etais perdu par le manque total d'especes et l'impossibilite d'en 
trouver ailleurs. 

Le fonds de ce que doit la Landschaft aux particuliers , va ä 
5 millions d'ecus. Je suis d'opinion qu'il ne faut point acquitter 
cette dette, ou bien des particuliers, ne sachant oü placer leurs 
capitaux, se retireraient dans d'autres pays avec leurs biens, qu'ils 
ne pourraient pas faire valoir chez nous. Je ne conseillerais pas 
non plus d'augmenter cette dette, car les caisses du souverain s'en 
trouveraient trop chargees par les interets qu'il faudrait payer ? et 
"B'ailleurs, il faut, dans toutes les affaires de credit, tenir un certain 

1 Die kurmärkische Landschaft war nicht ein Pfandbriefinstitut wie 
die späteren „Landschaften", sondern das alte ständische „Creditwerk" der 
Kurmark aus dem 16. Jahrhundert. 



■ - 15 — 

milieu dont on ne saurait s'ecarter, sans embrouiller les choses. 
Jusqu'ä present la Landschaft paye exactement les intergts de ses 
dettes et rembourse les capitaux ä l'echeance des billets; si la somme 
qu'ils auraient ä payer, augmentait trop considerablement, comment 
pourrai[en]t-ils rembourser le nombre des capitaux qu'il faudrait 
restituer ä la fois? Et s'ils manquaient ä leurs engagements, que 
deviendrait leur credit? Cependant, dans des cas de necessite, 
comme dans une guerre, on pourrait trouver jusqu'ä la somme de 
deux millions ä emprunter; mais il faudrait les restituer incessam- 
ment ä la paix. 

Cette digne et fidele noblesse qui, dans toutes les occasions, a 
donne des marques de son attachement pour le gouvernement, merite 
d'etre traitee avec une distinction particuliere. Par cette raison il 
faut lui laisser le choix libre de son directeur, et comme de tout 
temps il a eu le caractere de ministre d'Etat, c'est au souverain ä 
le decorer de ce titre apres son election et ä ne se point meler de 
Tadministration des fonds qui sont affectes ä la Landschaft, d'autant 
plus que, depuis que le gouvernement saxon a touche ä l'admini- 
stration de la Steuer, x le credit des billets a ete perdu. 

Des arrangements commences. 

J'ai cru de mon devoir de travailler au bien de TEtat, et cela 
dans tous les genres. La guerre de trente ans, cette calamite 
affreuse, cette desolation qui ruina toute la Marche, la Pomeranie 
et le Magdebourg, avait si bien aneanti ces provinces que trois 
regnes dont deux furent entierement pacifiques, ne purent les retablir. 
Par tant de malheurs les provinces, l'annee 1740, se trouvaient en- 
core infiniment eloignees de ce que doit etre un pays bien police 
et florissant. Apres la paix, je me proposai de parcourir toutes les 
differentes parties de l'administration , par lesquelles on pouvait 
retablir ces provinces et les rendre aussi heureuses que leur Situation 
et le destin des hommes pouvait leur permettre de le devenir. Pour 
cet effet voici dans chaque partie ce que j'ai ebauche. 

Du defrichement. 
Le long de TOder, de la Netze, petite riviere de la Nouvelle- 
Marche, il se trouvait quantite de marais incultes, impenetrables et 

1 Die sächsische „Steuerkasse" war ein landschaftliches Creditinstitut, 
das Obligationen (Steuerscheine) ausgab. Die Entwertung der Steuer- 
scheine führte, wie aus Voltaires Lebensgeschichte bekannt ist, zu grossen 
Speculationen, denen König Friedrich durch die Edicte vom 8. Mai 174& 
und 13. November 1751 entgegentrat (vergl. P. C, Bd. VIII, 603). 



16 

sauvages. Je commencai par faire defricher les marais de Dämm 
aupres de Stettin; on travailla ä une digue, pour contenir l'Oder 
dans ses bords, et ensuite on partagea le terrain en villages qui 
furent distribues ä ceux qui entreprirent de les etablir. Cet ouvrage 
sera acheve l'annee qui vient, et peuple d'environ 4000 ämes. Entre 
Freienwalde et Rüstrin, TOder inondait les plus belies prairies et 
submergeait sans cesse un terrain admirable , mais que ses eaux 
rendaient inutile. On a donne premierement un nouveau lit ä l'Oder 
par le moyen d'un canal qui, allant d'un coude ä un autre, abrege 
la navigation de 4 milles. Ce canal sera acheve l'annee qui vient, 
et la riviere, resserree par des digues, decouvrira desormais un 
terrain oü 6000 ämes trouveront leur subsistance, des terres ä cultiver 
et des troupeaux ä nourrir. Si je vis, tout l'etablissement sera 
acheve l'annee 1756. Les marais de la Netze ont ete secfres de 
mäme et peuples de Polonais qui s'y sont venus etablir ä leurs frais. 
D'ailleurs j'ai fait rechercher toutes les terres incultes de la Marche- 
Electorale oü 12 nouveaux villages ont ete etablis. De meme les 
villes de la Pomeranie se trouvaient avoir beaucoup plus de terrain 
qu'elles n'en pouvaient cultiver. Toutes y ont fait des villages dont 
la plupart sont acheves ä present. Dans la Priegnitz, les gentils- 
hommes avaient des champs si etendus qu'ils ne pouvaient pas les 
cultiver. On leur a fait voir la necessite de les peupler, et cette 
annee ils y bätissent 8 villages nouveaux et, l'annee qui vient. 
1 2 autres. Dans le Halberstadt il y en a 5 d'etablis, de sorte qu'en 
resumant ce nombre depuis l'annee 1746, j'en suis ä present au 
I22 ieme yillage. 

Des canaux acheves. 

Pour abreger la navigation et communiquer des grandes rivieres, 
de l'Oder ä la Havel et de celle-ci ä la Spree, on a construit 
3 canaux, ä savoir celui de la Mietzel qui facilite le transport des 
bois de la Nouvelle-Marche, celui de la Finow qui Joint l'Oder ä la 
Havel, et celui de Plauen qui coupe ce triangle de Havelberg. En 
partant de Plauen et joignant ainsi la Havel ä l'Elbe, le canal de 
Plauen facilite le commerce de Magdebourg ä Berlin et gagne 
8 jours au moins de navigation pour le sol qui de lä va en Prusse, 
Pomeranie et SilCsie. Au lieu que ce sei se transportait par le 
canal de F[rederic]-Guillaume ä Francfort, celui qu'on envoie en 
Pomeranie et en Prusse, va r par le canal de la Finow dans l'Oder 
et de lä aux lieux de sa 2 destination ; et, par une espece de troc, le 

1 Vorlage: vont. — 2 Vorlage: leur. 



17 

bois de la Nouvelle-Marche , qui pourrissait dans les forets, pfisse 
de la Mietzel par l'Oder, la Finow, la Havel, par Plauen dans 
l'Elbe, de lä remonte la Saale et sert ä Halle aux raffineries du 
sei. Depuis que ces canaux sont acheve's, la ville de Stettin a 
considerablement augmente son commerce de cuirs de Russie qu'elle 
envoie ä Magdebourg et qui de lä se repandent dans tout TEmpire. 

Des soieries. T 

Le Grand Electeur avait fait planter un grand nombre de 
müriers dans presque- tous les cimetieres de la Marche. Ces müriers 
avaient soutenu Fhiver de 1709 et de 1740. Quelques particuliers 
en petit nombre avai[en]t fait de la soie. De ces faits il etait facile 
de tirer cette consequence que le froid ne tuait pas les müriers, et 
que ce que quelques particuliers faisaient en petit, pouvait reussir 
en grand. Sur cela on fit planter des müriers; toutes les com- 
munaut£s furent obligees d'en avoir; les baillifs, au renouvellement 
de leur bau, furent obliges d'en planter un certain nombre; et ä 
present il y en a, petits et grands, au delä de 400 000 dans le pays, 
outre ceux qui se plantent. tous les jours. Au lieu de 200 livres 
de soie que Ton gagnait, nous en faisons 2000 livres, et ceci doit 
augmenter considerablement. Par les extraits des accises se trouve 
que toutes les provinces consument par an pour plus de 400000 
ecus de soie; si nous gagnons donc 40 ou 50000 livres de soie, 
TEtat s'enrichk par an de 250000 ecus, et les particuliers, sans 
faire de nouvelles acquisitions que d'une industrie inusitee, ameliorent 
leur bien-etre. Pour encourager ces faibles commencements, je fais 
payer la soie de notre cru tout aussi eher que celle d'Italie; je 
donne des prix aux pr€tres de village qui ont fait le plus de soie, 
et des benefices ä ceux qui plantent des müriers. 

Les manufactures de soie. 
Pour que tout s'acheminät de concert ä l'amelioration du pays, 
dans le meme temps que les soieries naissaient, j'etablis des manu- 
factures d'etoffe et de velours. Ces ouvriers se sont etablis ici en 
me causant de grandes depenses; pour les diminuer avec le temps 
et pour rendre cet art etranger le nötre, j'entretiens 40 eleves ä 
mes depens chez ces ouvriers que je remplace par d'autres ä mesure 

1 Vergl. für das folgende Acta Borussica, Denkmäler der Preussi- 
schen Staatsverwaltung im 18. Jahrhundert: Die Preussische Seidenindustrie 
im 18. Jahrhundert und ihre Begründung durch Friedrich den Grossen, 
hrsg. von Hintze. 3 Bände (Berlin 1892). 

Corresp.Friedr.il. Ergänzungsband.- 2 



i8 

que ceux-lä deviennent maitres. Nous avons actuellement 500 metiers 
en soie tant ä Berlin qu'ä Potsdam; mais ce n'est qu'un faible com- 
mencement. 

Des manufactures en laine. 

Les manufactures en laine sont les plus naturelles au pays, 
parceque cette matiere est un de ses principaux produits. Mon pere 
avait etabli le Lagerhaus qui s'est fort augmente, depuis qu'on y 
a fabrique des draps comme ceux d'Aix-la-Chapelle. Ce raffinement 
a fait accroitre de 300 metiers cette utile manufacture. Un marchand 
nomme Wegeli avait dejä du temps de mon pere une manufacture 
considerable d'etamine, de serge et de petites etoffes ; depuis il l'a 
augmentee du double, et beaucoup d'autres marchands ont etabli de 
pareilles manufactures. Depuis peu il se fabrique beaucoup de 
cotonnades ä Berlin, et tous les jours on voit de nouveaux progres 
de rindustrie. Pour soulager les drapiers des petites villes, tous 
pauvres et hors d'etat de faire des avances, j'ai etabli quelques 
magasins de laine dans le plat pays, dont on leur fournit ä credit 
la premiere matiere, et qu'ils ne remboursent qu'apres que les 
draps qu'ils en ont travailles, sont vendus. Cette methode d'etablir 
des magasins de laine pour les petits ouvriers, et des magasins de 
soie pour ceux qui fönt des etoffes , est tres bonne et presque la 
seule par laquelle on puisse pousser ces sortes de manufactures. 
J'ai vu par les extraits des accises que nous manquons d 'ouvriers 
en Watte, et je suis actuellement occupe d'etablir une manufacture 
de ce genre ä Brandebourg. II est ä observer que, lorsqu'on veut 
etablir, en quelque genre que ce soit, une manufacture qui doit se 
soutenir, il faut preferablement ä tout avoir soin de trouver un 
marchand qui s'en charge; car le manufacturier ne peut pas travailler 
et vendre en meme temps sa marchandise, et de plus, le marchand 
entrepreneur a Foeil ä ce que Tetoffe fabriquee soit bien conditionnee, 
ce qui en facilite la vente. Rien ne fait plus de tort au commerce 
que le manque de bonne foi, qu'un faux aunage ou des tricheries 
pareilles. Pour empecher autant qu'il se peut, les ouvriers de frauder 
le public et les etrangers, il y a dans tout le pays des inspecteurs 
etablis qui revoient les marchandises et reprouvent avec fermete ce 
qui n'est pas de bon aloi. Cette attention est d'une grande im- 
portance, surtout pour le debit etranger. 

Des fileurs de laine. 
En examinant l'etat des manufactures de laine, j'appris que 
generalement tous les entrepreneurs se plaignaient de ce qu'ils 



— ip 

manquaient de fileurs. Pour y subvenir, ils fönt travailler les 
Saxons pour eux, de sorte qu'une grande quantite de filasse entre 
tous les ans de Saxe dans ce pays-ci. Pour y proc£der en forme, 
je reeherchai cette qualite" et le nombre de personnes qui pouvaient 
vivre ici de ce metier. Tout calcul fait, il se trouve que ce nombre 
va ä 60000 ämes. Je fus rejoui de cette decouverte comme d'un 
moyen tout trouve de rendre le pays plus peuple; et d'abord je 
pris des mesures pour avoir et pour etablir de ces sortes de gens. 
Pour qu'ils soient bien ä leur aise, il leur faut une maison, un petit 
jardin et assez de pre pour nourrir deux vaches. J'ai attire de ces 
colonies de Saxe, de Pologne et meme du Mecklembourg. J'en ai 
etabli ici aupres de Potsdam, ä Köpenick, dans la Nouvelle-Marche, 
en Pomeranie, aupres d'Oranienbourg et dans beaucoup de villages 
par le moyen des baillifs. Tout ce que je peux faire, c'est d'etablir 
1000 familles par an; et en comptant la famille ä 5 personnes, il 
me faudrait douze ans, pour avoir le nombre des 60000 complet. 
Des qu'on a place de ces sortes d'ouvriers, le premier soin ä prendre 
c'est de les attacher ä un marchand qui incontinent leur fournisse 
de l'ouvrage. 

J'ai de meme trouve que nous manquions de garcons macons 
et charpentiers ; et afin d'y pourvoir, j'en ai etabli 40 familles ici ä 
Potsdam et 200 aupres de Berlin. Dans le pays de Magdebourg, 
le manque d'habitants obligeait les gentilshommes et baillifs d'avoir 
recours au travail des Thuringiens qui venaient tous les ans faire 
nos moissons et s'en retournaient chez eux avec notre argent. Pour 
empecher cet abus, j'ai etabli dans les villages du Magdebourg 600 
familles de Thuringiens qui suffisent ä present ä faire la recolte. 

De la compagnie d'Emden. 

Apres la paix de 1746, je fus sollicite par beaucoup de mar- 
chands de leur accorder un octroi pour une compagnie Orientale 
qu'ils avaient envie de former ä Emden. A la fin je le leur 
accordai : x 

i° ä cause que cela procure aux particuliers le moyen de placer 
leurs capitaux au denier cinq, 2 et meme ä moitie du capital d'interet; 

2 que par ce commerce les billets de la compagnie, entrant 
en circulation, doublent le nombre des especes; 

3 que c'est une branche du commerce des Hollandais dont 
nous faisons l'acquisition ; 

4° que, par le moyen de cette compagnie, nous aurons ä meilleur 

. ' Das Octroi wurde am 4. August 1750 ertheilt — 2 = 20 c / . 

2 * 



20 

marche toutes ces drogues des Indes que nous achetons ä present 
de la seconde main; 

et 5° enfin qu'en liant le commerce d'Emden avec celui de 
Stettin, les entreprises de nos marchands en deviendront beaucoup 
plus considerables , et Stettin pourra faire une partie du commerce 
de Hambourg en Pologne, Boheme et Moravie. 

Pour faciliter le commerce de Stettin, j'ai fait commencer ä 
travailler ä un port aupres de Swinemtinde, ce qui etait si indis- 
pensable que jusqu'ä present les marchands ont souffert de grosses 
pertes, faute de pouvoir faire hiverner sürement leurs vaisseaux. 

Teiles sont ä peu pres les choses que j'ai ebauchees en divers 
genres ; mais qu'on ne s'imagine point que ces essais ont acheve ce 
qu'il y a ä faire. Je suis sorti d'une guerre onereuse, j'ai ete oblige 
d'employer les revenus de l'Etat aux besoins les plus pressants, tant 
pour retablir l'armee que pour faire des forteresses, remplir le tresor, 
augmenter et fournir Tartillerie (ce qui est d'un grand detail), payer 
les dettes anglaises , ■ moyennant quoi je n'ai pu employer ä ces 
differents usages qu'un argent amasse par mes petites epargnes. 
Comme la vie est courte et que ma sante est mauvaise, je ne presume 
point que je pourrai perfectionner aucun de mes projets ; mais j'en 
dois rendre compte ä la posterite, ä cause que j'ai fait examiner 
toutes ces differentes choses, et, par la connaissance que j'en ai, je 
peux la mettre sur les voies et lui indiquer les moyens de faire de 
ce pays un des Etats les plus peuples et • les plus florissants de 
TEurope. 

De ce qu'il reste ä faire. 

Du defrichement des terres. 

II faut regarder la Pomeranie comme un pays ä moitie inculte. 

II y a tant dans la Pomeranie citerieure qu'ulterieure grand nombre 

de marais ä defricher et oü Ton peut etablir i oo ooo ämes. II y a 

d'abord le lac de la Madue et les marais de TOder; il y a entre les 

1 Die auf Schlesien eingeschriebenen , im ßreslauer Frieden aner- 
kannten Forderungen eines englischen Capitalisten-Consortiums, von denen 
an Capital und Zinsen 1743— ^S 1 bereits 360000 Pfund Sterling abgetragen 
waren ; den Rest (45 000 Pfund) hat der König bei Ausbruch des Conflicts 
mit England im November 1752 beim Kammergericht hinterlegt, bis den 
preussischen Kauffahrern Schadenersatz für die englischen Kapereien (vergl. 
S. 5 2 ) geleistet war. Die beiderseitigen Ansprüche wurden durch die West- 
minsterconvention vom 16. Januar 1756 geregelt. Vergl. P. C« Bd. II, 516; 
IIL 397; VI, 602; VIT, 427; VIII, 596. 597; IX, 479; X, 528; XI, 474; XTI, 503. 



21 

mains des nobles assez d'arpents incultes pour y faire i oo villages ; 
il y a de meme autour des villes des contrees oü Ton peut etablir 
beaucoup plus de monde qu'il y en a actuellement. C'est au sou- 
verain ä faire defricher les biens de la couronne; il peut animer 
les gentilshommes ä ces sortes d'etablissement \ en y envoyant des 
personnes entendues qui en fassent le projet et leur en fassent voir 
l'avantage ; les villes ont commence ä faire de nouveaux etablisse- 
ments, il ne reste qu'ä les encourager ä poursuivre leur ouvrage; 
et dans toutes les fermes royales les fermiers, au renouvellement de 
leur bail, sont obliges (au lieu de hausser les bails) d'etablir un 
certain nombre de demi-pa)^sans qu'on appelle Häusler. 

Dans la Nouvelle-Marche il y a les marais de la Warthe et 
tout proche de Küstrin du cöte de Sonnenbourg un terrain süperbe 
ä defricher oü Ton peut etablir au delä de 1200 familles. II y en 
est de meme ä l'egard des gentilshommes de la Nouvelle-Marche 
que de ceux de la Pomeranie: grand nombre d'habitants peuvent 
encore peupler cette province. 

La Vieille-Marche est de ces provinces celle que je connais le 
moins, mais je sais que, dans les grandes forets de Gardelegen, il y 
a des marais ä defricher. II ne restera guere de villages ä etablir 
dans la Moyenne-Marche , ä moins qu'on ne veuille sacrifier des 
metairies et y mettre des paysans, ce qui rapporte moins, mais ce 
qui, apres tout, vaut mieux. Les pays de Magdebourg et de Halber- 
stadt sont si bien peuples que je ne crois pas qu'il y ait grande 
chose ä faire dans le plat pays. Mais en Pomeranie, dans la Nou- 
velle- et Vieille-Marche, le nombre des brebis peut etre conside- 
rablement augmente tant chez la noblesse qu'ä Tegard des villes et 
surtout du cöte de Stolp, Cörlin, Cöslin, et dans la Nouvelle-Marche 
vers Landsberg et les frontieres de la Pologne. Quant aux villes, 
mon avis serait d'y faire bätir tout massif tant pour menager le 
bois que pour prevenir les incendies; d'ailleurs il n'y a que la 
pierre de durable. 

Des canaux. 

On m'a propose de rendre la Rega navigable en Pomeranie, 
l'Angerapp en Prusse et de donner un cours droit et resserre ä 
TOder entre Breslau et Glogau. Mais comme je ne me suis pas 
trouve en fonds, j'ai ete oblige de laisser reposer ces projets qui 
meritent d'etre bien examines avant de les entreprendre, afin d'etre 
sür que la chose est possible, que le pays en retire un grand 
avantage, et que l'argent n'y est point place avec perte. 



22 

Des soieries. 

Lea soieries ne sont que dans le berceau. Dans 6 ans d'ici, 
lorsque les arbres seront assez forts pour qu'on puisse cueillir leurs 
feuilles, il faudra se pourvoir d'une grande quantite de graines de 
vers ä soie, afin d'en pouvoir fournir abondamment au public; il 
faudra faire imprimer le procede de Teducation des vers et de la 
facon de faire de la soie , organsin ; trame , filoselle etc., avoir des 
especes d'ecoles oü des servantes et des gens de la campagne 
puissent apprendre de quelle facon et quand il faut faire eclore les 
vers, comment il faut les nourrir, et comment il faut devider les 
cocons. II y a un pretre ä Berlin l qui a fonde un College qu'il 
appelle la Realschule, oü il a instruit tous les precepteurs ä faire de 
la soie; il n'y a qu'ä les envoyer dans la suite marguilliers dans 
les villages, et la noblesse et les baillifs des environs apprendront 
d'eux ä pousser cette utile culture. Dans nos climats froids, le 
grand art consiste ä ne pas faire eclore les ceufs trop tot ni tous 
ä la fois, et ä ne point donner des feuilles chargees de la rosee 
aux vers qui en deviennent d'abord hydropiques. 

Des manufactures de soie. 

Pour pousser ces manufactures, il faut non seulement accorder 
la libre sortie des etoffes travaillees dans le pays, mais encore 
accorder de certains prix (comme cela se fait en Angleterre) aux 
marchands qui en auront debite chez l'etranger; et comme nous 
n'avons pas ä beaucoup pres autant de metiers qu'il en faut, le 
souverain ne parviendra ä les bien etablir qu'en donnant de grosses 
sommes aux marchands qui se chargeront de ces manufactures, 
cette depense düt-elle mäme aller ä 100000 ecus par an. Et alors 
il faudra augmenter le nombre d'eleves entretenus aux depens du 
souverain 2> jusqu'ä 2 ou 300 pendant quelques annees, et nous pour- 
rons avoir 2000 metiers en tout. J'ai de plus etabli un grand 
magasin de soie ä Berlin, dont je compte d'augmenter le fonds 
jusqu'ä icocoo ecus, de Sorte que, dans un temps oü les soies 
rencherissent, nos ouvriers pourront travailler au meme marche et 
gagner la chance ä ceux de Leipzig, de Hambourg et meme ä ceux 
de Hollande. 

Des manufactures de laine. 
Je crois qu'il n'y a presque rien ä ajouter ä ces manufactures, 
et qu'il ne s'agit que de continuer ä les encourager, comme on a 
fait jusqu'ä present, et d'en etablir davantage en Prusse. 

1 Hecker von der Dreifaltigkeitskirche. — 2 Vergl. S. 17. 



23 



Des f ileurs. 
J'ai dit plus haut que nos manufactures peuvent entretenir 
60 000 fileurs ; il faut necessairement les faire venir. Une famille 
coüte ä etablir 60 ecus; si on depense 60000 ecus par an, voilä 
de quoi etablir 1000 familles, ainsi dans 12 ans on n'en manquerait 
plus. La Nouvelle-Marche, la Moyenne-, la Vieille-Marche et la 
Pomeranie fournissent assez d'endroits incultes pour les placer. 

Des manufactures qui nous manquent 

Cet article est plus etendu qu'on ne pense. La manufacture 
de couteaux et de ciseaux qui est ä Neustadt, n'est pas aussi 
etendue qu'elle pourrait l'etre, et merite d'etre portee au triple de 
ce qu'elle est. II faut pour le moins de 200 metiers de Watte dans 
le pays. Nous n'avons point d'aiguilles; on en peut faire ici tout 
aussi bien qu'ä Aix-la-Chapelle , et une pareille manufacture peut 
donner de Fentretien ä beaucoap de monde. Nous manquons de 
beau papier; on peut etablir un grand moulin de papier en 
Pomeranie aupres d'une petite riviere qui, dans la Pomeranie 
ulterieure, va se jeter dans l'Oder et qui a assez de rapidite pour 
mouvoir les roues. On peut acheter des Frisons les guenilles et 
les chiffons qu'ils vendent ä present aux Hollandais et qui pourrai[en]t 
arriver par Stettin ä bon marche au moulin de papier. Les manu- 
factures de cotonnade peuvent etre considerablement augmentees. 
On peut augmenter de meme Celles de grosse toile qui sont dans 
le plat pays. On peut etablir en grand nombre des manufactures 
de mouchoirs ä soie, de rubans m€me faits sur des moulins, de cuir 
de Russie, de ce cuir d'Angleterre dont on fait les semelles pour 
les souliers. On peut augmenter les faiseurs de boutons et de 
gants, en leur procurant le debit qu'ont ä present les Hambourgeois 
en Pologne, par les foires de Francfort. On peut encourager l'im- 
primerie, ce qui fait un objet considerable tant pour la consomma- 
tion du papier que par une espece de commerce dont le Nord ne 
s'est pas avise encore et qui produit que, par le moyen d'un seul 
exemplaire que le libraire achete et reimprime, il dispense tous les 
citoyens d'envoyer leur argent chez d'etrangers, pouvant trouver 
ce livre imprime ici, de sorte que tous les bons livres faits ailleurs 
ne deviennent que des manuscrits pour nos libraires. Mais toutes 
ces choses demandent des avances de la part du gouvernement, et 
cela m'a empeche de les pousser jusqu'ä present avec toute la force 
que je Taurais desire. 



24 

Des magasins d'abondance. 

Nous avons denx magasins d'abondance. Les uns sont pour 
Tarmee : j'en parlerai dans son Heu. T La destination des autres est 
de servir pour entretenir l'equilibre entre les villes et la campagne, 
vendre dans les villes, quand le ble est trop eher, et acheter ä la 
campagne, quand il est ä trop grand marche. On s'en sert aussi 
pour en avancer aux nobles et aux pa)^sans qui ont souffert par 
quelque calamite, et qui seraient ruines, si on ne leur procurait 
promptement cette sorte de soulagement. Nos magasins d'abondance 
destines pour le pays contiennent actuellement 8000 Winspel de ble. 
La regle qu'on suit, c'est de tenir le ble de facon, ä Berlin, qu'il 
ne passe pas un ecu, et ä la campagne, qu'il ne se vende pas sous 
le prix de la chambre qui est ici de 16 gros, dans la Nouvelle 
Marche et aupres de Stettin ä 14, et en Prusse et dans le Lauen- 
bourg ä i2. 2 

Des regles pour le commerce et les manufactures. 
Le fondement du commerce et des manufactures est d'empecher 
l'argent de sortir, et d'en faire rentrer. On empeche l'argent de 
sortir en fabriquant chez soi toutes les choses qu'on prenait autrefois 
de l'etranger, ce qu'on apprend par les extraits des accises qui 
marquent toutes les marchandises qui entrent et se debitent dans 
l'Etat. II est facile de juger, par ces extraits, des fabriques que 
l'on peut augmenter, et des nouvelles que l'on peut etablir. En 
second lieu, on empeche l'argent de sortir en aussi grande abondance 
qu'il arriverait sans cela, en cherchant les choses dont on ne peut 
se passer, ä leur source, en trafiquant soi-meme, ce qui fait que la 
marchandise qui coütait un ecu, lorsqu'on l'achetait ä Hambourg, 
ne coütera qu'un florin, achetee en Espagne. De cette sorte, en 
diminuant le prix des choses, on y gagne considerablement , outre 
le profit que fönt les marchands du pays, ce qui est autant de 
perdu pour ceux de Hambourg et de Hollande. Les manufactures 
fönt naturellement entrer beaueoup d'argent comptant dans un Etat, 
et elles nous en peuvent procurer beaueoup plus encore, vu le 
voisinage de la Pologne et de la Russie, pays qui manquent de 

1 Vergl. S. 95. — 2 Ueber die Kammertaxen vergl. Roden, „Kurz- 
gefasste Nachricht von dem Finanzwesen" (1774/75) beiPreuss, Friedrich 
der Grosse, Bd. 4, S. 457 (Berlin 1834), und Acta Borussica, Denkmäler 
der Preussischen Staatsverwaltung im iS. Jahrhundert: Getreidehandels- 
politik, Bd. III. Die Getreidehandelspolitik und Kriegsmagazin Verwaltung 
Preussens, 1740— 1756, hrsg. von W. Naude und Skalweit (Berlin 19 10 ). 



25 

tout et qui sont obliges de payer l'industrie de leurs voisins. Ces 
raisons doivent porter les souverains ä encourager les manufacturiers 
et les marchands, soit en leur donnant toute sorte de Privileges et 
immunites, soit en les secourant d'argent, pour les mettre en etat 
de faire de grosses entreprises. II faut de plus veiller sur les juifs 
et les empecher de se meler du gros du commerce, empecher que 
leur nombre n'augmente, et ä chaque friponnerie qu'ils fönt, leur 
öter leur privilege d'asile, ä cause que rien n'est plus contraire au 
commerce des marchands que le negoce illicite que fönt les juifs. 
J'ai introduit de plus que Ton montre ä tous les marchands les 
extraits des entrees des marchandises , pour qu'ils atent plus de 
facilite ä etendre leur commerce et ä voir de quel cöte et par quels 
moyens ils peuvent l'augmenter. J'ai dejä parle du commerce 
d'Emden et de Stettin ; x ainsi il n'est pas necessaire de repeter ici 
ce que j'en ai dit plus haut. Ce projet peut devenir tres important, 
s'il se realise. Je ne le verrai jamais acheve, mais la posterite 
pourra le voir, si eile suit le meme plan, en se servant des moyens 
propres pour l'executer. 

De quelques impöts ä rabaisser. 

Je ne conseille point aux souverains de rehausser aucun impöt, 
mais plutöt d'en rabaisser deux qui me fönt saigner le cceur, lorsque 
j'y pense. L'un de ces impöts est sur le plat pays et se nomme 
Reuter- Verpflegung:* ce serait un objet de 150000 ecus par an, 
si on voulait l'abolir, mais ce serait une ceuvre* digne d'un bon 
prince et qui soulagerait beaucoup les gens de la campagne qui le 
payent. L'autre c'est le service des villes. 3 La Pomeranie , le 
Magdebourg, la Silesie surtout en est excessivement chargee. Ce 
serait encore un objet de 150000 ecus qui retournerai[en]t au profit 
des villes, impöt dont les bourgeois sont foules et qui reellement 
empeche beaucoup de petites villes de devenir florissantes. 

Ceux qui liront ceci, diront sans doute : il est plaisant ä lui de 
donner des conseils ä ses successeurs, quand il peut les executer 
lui-meme. Je reponds ä cette objection : que je ne suis pas maitre 
de faire ce qui me plait • que je suis sorti d'une guerre fort onereuse ; 
que le principal soin apres la paix a ete d'assurer TEtat, de refaire 
un tresor, de retablir l'armee, d'achever les forteresses, d'assembler 

1 Vergl. S. 19. 2 °- — 2 Gewöhnlich „Cavalleriegeld" genannt (vergl. 
darüber Roden bei Preuss, Friedrich der Grosse, Bd. 4, S. 416. 427). — 
3 Vergl. S. 97. Ueber die städtische „Servisumlage" vergl. Roden bei 
Preuss, Bd. 4, S. 459- 



26 

des magasins, enfin de mettre les caisses dans un ordre convenable; 
et il ne serait pas prudent de rien changer ä cette methode, avant 
que tous les coffres se trouvent remplis. Selon les arrangements 
de nos finances, il y a tous les ans un reste d'environ 2 millions 

3 ä 400 000 ecus ; mais je n'ai pu y toucher ä cause des raisons sus- 
dites; et si jamais on se trouve en etat de rabaisser ces impöts, il faut 
que ce soit en acquerant de nouveaux revenus qui reparent cette perte. 

Courte recapitulation. 

II resulte de tout ce que j'ai dit ici au long de l'etat des finances, 
qu'un prince peut encore considerablement augmenter ses revenus, 
non pas en foulant les peuples et en mettant de nouveaux impöts. 
mais en soulageant ses sujets et se servant d'une industrie louable 
pour s'agrandir. Quant aux caisses generales, le point principal 
c'est de faire exactement payer leurs contributions aux peuples et 
leur bail aux fermiers, pour etre en etat de payer regulierement le 
militaire, les juges, les finances, les apanages de la maison et toutes 
les depenses de l'Etat, de ne point meler ni brouiller la recette de 
ces differentes caisses, de ne jamais depenser tout le revenu de 
l'annee, afin que, par l'epargne, le tresor " public soit sans cesse assez 
rempli pour qu'on puisse soutenir une guerre au moins pendant 

4 annees et parer ä toutes les calamites qui peuvent arriver a l'Etat; 
de bien choisir les gens de finance, de les tenir dans une Sub- 
ordination militaire et d'etre moins soigneux de donner des ordres 
qu'exact ä les faire executer. II y a tels edits qu'il faut renouveler 
de trois en trois ans, et il y a des fiscaux qu'il faut sans cesse animer 
ä faire leur devoir et ä contröler ceux qui contreviennent aux edits. 

Quant aux defrichements , au commerce, aux manufactures, 
j'en ai parle suffisamment. II ne me reste qu'un mot ä dire sur le 
devoir du souverain : c'est d'aimer le peuple et de le menager dans 
toutes les occasions qui dependent de lui, soit en lui accordant des 
remissions, soit en le soulageant des impöts trop durs qu'il porte, 
soit en soutenant la noblesse et ses Privileges de meme que les 
villes et en punissant les chambres de domaines et les fiscaux qui 
intentent malicieusement des proces aux nobles, aux villes et aux 
paysans. Un souverain doit regarder comme son devoir de proteger 
la noblesse qui fait le plus beau fleuron de sa couronne et le lustre 
de son armee; et par cette raison il doit non seulement les main- 
tenir en repos, mais tacher d'ameliorer leur etat et de les enrichir 
autant qu'il depend de lui. II y a une espece de gens desoeuvres 

1 Vorlage: afin que l'epargne et le tresor. 



v — 

et faineants qu'on appelle faiseurs de projets. Un souverain a lieu 
d'etre en garde contre toutes leurs mauvaises insinuations oü ils 
mettent sans cesse en avant l'interet du souverain, mais qui, bien 
examine, n'est autre que la perte et la ruine des sujets. De mes 
jours je ne connais aucun prince en Europe qui n'ait pas ete la 
dupe de ces sortes de fripons, mais le roi de Pologne l'a ete plus 
grossierement qu'aucun autre. 

Un prince qui aurait bien ränge ses affaires, trouverait ä faire 
des etablissements bien beaux et dignes d'un pere du peuple. L'un 
ce serait une maison avec des fonds attaches pour 200 veuves 
d'officiers; ce serait un objet de 25 ä 30000 ecus. L'autre serait 
des etablissements dans toutes les grandes villes pour elever les 
enfants trouves aux depens de l'Etat; et enfin une academie (qu'on 
pourrait fonder ä Berlin), pour y elever 20 jeunes gentilshommes 
dans l'etude des belles lettres et dans tous les exercices qui con- 
viennent ä des gens de naissance. ' Ce sont des projets que j'ai 
faits depuis longtemps, mais que je ne serai peut-etre jamais assez 
heureux que de pouvoir les executer. 

Fin de l'article des finances. 



De la politique. 

La politique est la science d'agir toujours par des moyens con- 
venables conformement ä ses interets. Pour agir conformement ä 
ses interets, il faut les connaitre, et pour parvenir ä cette connais- 
sance, il faut de Tetude, du recueillement et de Tapplication. 

La politique des souverains a deux parties: Tune qui regarde 
Finterieur du gouvernement , contient les interets de TEtat et le 
Soutien du Systeme du gouvernement; l'autre qui embrasse tout le 
Systeme de FEurope, travaille ä consolider la sürete de l'Etat et ä 
etendre, autant que cela se peut (par des voies usitees et permises), 
le nombre des possessions, la puissance et la consideration du prince. 

De la politique interieure. 

L'arrangement $es finances dont je viens de parier, fait partie 
de la politique interieure de l'Etat ; mais ce n'est pas tout: il y a 
bien d'autres choses ä observer. II faut d'abord s'appliquer ä con- 
naitre le genie des peuples que l'on veut gouverner, afin de savoir 

1 Dieser Plan gelangte 1765 mit der Gründung der „Academie des 
Nobles" in Berlin zur Ausführung. Vergl. die eigenhändige „Instruction" 
des Königs: CEuvres, Bd. 9, S. 75 ff. 



28 

s'il faut employer la douceur ou la severit£ envers eux, s'ils sont 
enclins ä des revoltes, s'ils sont portes aux mouvements , aux in- 
trigues, aux satires etc., quels sont leurs talents et ä quels emplois 
ils sont les plus propres.- Le jugement que je vais porter des nations 
que j'ai l'honneur de gouverner, ne porte que sur le nombre, et 
il faut toujours y faire Texception de quelques particuliers 7 ou mieux 
nes que les autres ou plus vicieux que leurs concitoyens. 

J'ai remarque que les Prussiens ont l'esprit fin et delie, qu'ils 
ont de la souplesse (qui degenere en fadeur, lorsqu'ils ne sortent 
pas de leur patrie) ; on les accuse d'etre faux, T mais je ne les crois 
pas plus faux que les autres. Beaucoup de Prussiens ont servi et 
servent avec distinction tant dans le militaire que dans le civil, mais 
je parlerais contre Taveu de ma conscience, si j'accusais un seul de 
ceux que j'ai connus, de faussete. 

Les Pomeraniens ont un sens droit et de la nai'vete; c'est de 
toutes les provinces celle qui a produit les meilleurs sujets tant pour 
la guerre que pour les autres emplois ; il n'y a que les negociations 
dont je ne voudrais pas les charger, ä cause que leur franchise ne 
convient pas dans des affaires oü il faut souvent jouer fin contre fin. 

La noblesse de FElectorat est voluptueuse; eile n'a ni Tesprit 
des Prussiens ni le solide des Pomeraniens. Celle du Magdebourg 
a plus de sagacite et a produit quelques grands hommes. 

Les Silesiens de la Basse-Silesie sont ce qu'on appelle de bonnes 
gens, un peu betes, ce qui n'est que la suite de la mauvaise educa- 
tion qu'ils ont recue: ils sont vains, ils aiment le luxe, la depense, 
les titres et haissent un travail suivi ou cette application austere 
que demande la discipline militaire; celui qui reformera un jour 
Teducation de cette noblesse, sera leur Promethee qui les animera 
du feu Celeste. Ceux de la Haute -Silesie ont la meme vanite'avec 
plus d'esprit, mais aussi moins d'attachement pour le gouvernement 
prussien, ä cause qu'ils sont tous catholiques et que la plupart de 
leurs parents sont etablis sous la domination autrichienne. 

Les gentilshommes du comte de la Marche et du pays de Minden 
ont fourni de bons sujets ä TEtat-, leur education un peu grossiere 
ne leur a pas donne ce brillant qu'on acquiert dans Tusage du 
monde; mais ils ont un talent superieur ä celui-lä, .qui est de se 
rendre utiles ä la patrie. 

Les Clevois sont des imbeciles, confus et engendres dans Fivresse 
de leur pere, qui n'ont ni des talents naturels ni de Tacquis. 

' Vergl. das Politische Testament Friedrich Wilhelms 1. : Acta ßo- 
russica, Behördenorganisation, Bd. III, S. 44S. 



29 

En general cette noblesse fait un corps respectable , dont je 
distingue surtout les Pomeraniens, les Prussiens, ceux de la Marche 
et du Magdebourg, ceux de Minden et du comte de la Marche. 
Cette digne noblesse a sacrifie sa vie et ses biens pour le service 
de l'Etat; sa fidelite et son merite doivent lui attirer la protection 
de tous ses souverains ; et c'est un de leurs x devoirs de soutenir 
les familles qui s'appauvrissent, pour les maintenir dans la possession 
de leurs terres : car ce sont eux qu'il faut regarder comme les bases 
et les colonnes de l'Etat. 

Dans cet Etat il n'y a ni factions ni soulevements ä craindre; 
il ne faut employer que la douceur dans le gouvernement et ne se 
defier que de quelques gentilshommes oberes ou mecontents ou de 
quelques chanoines ou moines de la Silesie, mais qui. loin de se 
declarer ouvertement , bornent leurs mauvaises manceuvres ä se 
rendre les espions de nos ennemis. 

11 n'est que peu d'occasions ou Ton soit oblige d'employer la 
rigueur. J'ai ete assez heureux jusqu'ä present d'avoir plutöt ä me 
plaindre de manquer de recompenses pour des personnes qui en 
meritent, que de cachots pour enfermer des coupables. Le general 
Walrave est le seul que j'ai fait arreter pour avoir voulu passer 
chez les Autrichiens et leur donner les plans de mes forteresses. 2 

A ces connaissances generales et trop vagues il faut ajouter 
celles des individus et approfondir les personnes dont on veut se 
servir, connaitre leur merite, leur fort et leur faible, pour employer 
chacun dans ce qui est de sa competence. Tous les souverains qui 
[ne] jugent de leurs ministres et de leurs g£neraux que par leur 
physiognomie, confient Tadministration de leurs finances ä un fripon 
aimable, une expedition vive ä un general lent qu'ils ont cru entre- 
prenant, une commission qui exige de la prudence, ä un etourdi qui 
a Thonneur d'etre leur maquereau, et par la ils gätent toutes leurs 
affaires. Peu d'hommes sont nes sans talents: mettre chacun dans 
sa place, c'est tirer un double avantage de tous ensemble ; c'est ne 
point se tromper et donner au corps du gouvernement plus de 
vigueur et de force, ä cause que tout sert et que tout est ä portee 
de servir utilement. 

De quelques maximes de politique relativement 

ä la noblesse. 
Un objet de la politique du souverain de cet Etat est de con- 
server sa noblesse; car quelque changement qui puisse arriver, il 

1 Vorlage: ses. — * Vergl. P. C, Bd. VI, 595. 604. 



3 o — 

en aura peut-etre de plus riche, mais jamais de plus valeureuse ni 
de plus fidele. Pour qu'ils se maintiennent dans leurs possessions, 
il est necessaire d'empecher les roturiers d'acquerir des biens nobles, 
et de les engager ä placer leurs fonds dans le commerce, de sorte 
que, si quelque gentilhomme est oblige de vendre ses terres, qu'il 
ne se trouvent que des gentilshommes qui les achetent. 

II est necessaire de meme d'empecher la noblesse de servir 
ailleurs, de leur inspirer un esprit de corps et de nation: c'est ä 
quoi j'ai travaille, et que, pendant le cours de la premiere guerre, 
je me suis donne tous les mouvements possibles pour faire passer 
le nom de Prussiens, pour apprendre ä tous les officiers que, de 
quelque province qu'ils fussent, ils etaient tous censes Prussiens, 
et par cette raison que toutes ces provinces, quoiqu'entrecoupees, 
fönt un corps ensemble. 

II est juste que la noblesse voue preferablement ses Services 
ä sa patrie qu'ä quelqu'autre puissance que ce puisse etre. Par 
cette raison on a publie des edits severes contre les nobles qui 
prenaient Service ailleurs sans en avoir la permission. Mais comme 
beaucoup de gentilshommes preferent une vie faineante et basse ä 
la gloire des armes, il est necessaire d'attacher des distinctions et 
de donner des preferences ä ceux qui servent, ä l'exclusion de ceux 
qui ne servent pas ; de faire de temps en temps rassembler les jeunes 
gentilshommes, tant en Pomeranie qu'en Prusse et en Haute-Silesie, 
pour les mettre dans les cadets et de la les placer dans les troupes. 

Des vi 1 1 es et bourgeois. 

J'ai laisse aux villes dans les anciennes provinces la liberte 
d'elire leurs magistrats, et ne me suis mele de ces elections que 
lorsqu'elles en abusaient, et que des familles bourgeoises attiraient 
ä elles toute l'autorite au prejudice des autres bourgeois. En Silesie, 
je leur ai öte le droit des elections, de crainte qu'ils ne remplissent 
les places d'echevins de gens devoues ä la maison d'Autriche. Avec 
le temps et quand la g£neration presente sera eteinte, on pourra 
rendre a la Silesie ses droits d'election sans courir aucun hasard. 

Des pay sans. x 
J'ai reläche aux paysans des Services qu'ils faisaient par le 
passe : au lieu de servir 6 jours de la semaine, comme par le passe, 

1 Vergl. Stadelmann, Preussens Könige in ihrer Thätigkeit für die 
Landeskultur, IL Theil: Friedrich der Grosse (Publicationen aus den K. 
Preuss. Staatsarchiven, Bd. n; Leipzig 1882), und Hintze, Zur Agrarpolitik 
Friedrichs des Grossen (Forschungen zur brandenburg. u. preuss. Ge- 
schichte, Bd. 10, S. 275 ff.). 



- 3i 

ils n'ont que trois jours de corvees. Ceci a irrite les paysans de 
la noblesse qui dans beaucoup d'endroits se sont opposes ä leurs 
seigneurs. Le souverain doit tenir un equilibre entre le pa) T san et 
le gentilhomme , de sorte qu'ils ne se ruinent pas Tun Tautre. En 
Silesie, le paysan, hors la Haute-Silesie pres, est sur un tres bon 
pied; en Haute-Silesie il est serf. II faudrait avec le temps tächer 
de le rendre libre. J'en ai donne l'exemple dans mes bailliages oü 
j'ai commence a les mettre sur le pied de ceux de la Basse-Silesie. 
On doit de plus empecher les paysans d'acheter des terres de nobles, 
et les nobles d'acheter des terres de paysans, ä cause que les pay- 
sans ne sauraient servir comme officiers dans l'armee, et que les 
nobles, en faisant des metairies des biens des paysans acquis, ferai[en]t 
diminuer par lä le nombre d'habitants et de cultivateurs. 

Des ecclesiastiques et de la religion. 

Les catholiques, les lutheriens, les reformes, les juifs et nombre 
d'autres sectes chretiennes habitent dans cet Etat et y vivent en 
paix: si le souverain anime d'un zele deplace s'avisait de se declarer 
pour une de ces religions, on verrait d'abord se former des partis, 
les disputes s'echauffer, les persecutions commencer peu ä peu et 
enfin la religion persecutee quitter sa patrie et des milliers de sujets- 
enrichir nos voisins de leur nombre et de leur industrie. 

II est tres indifferent ä la politique qu'un souverain ait de la 
religion ou qu'il n'en ait point. Toutes les religions, quand on les 
examine, sont fondees sur un Systeme fabuleux, plus ou moins ab- 
surde. II est impossible qu'un homme de bon sens qui entre en 
dissection de ces matieres, n'en voie pas Terreur ; mais ces prejuges, 
ces erreurs, ce merveilleux est fait pour les hommes, et il faut 
savoir assez respecter le public pour ne le pas scandaliser dans son 
culte, de quelque religion qu'il soit. 

Les juifs sont de toutes ces sectes la plus dangereuse, ä cause 
qu'ils fönt tort au negoce des Chretiens, et qu'ils sont inutiles ä 
l'Etat. Nous avons besoin de cette nation pour faire un certain 
commerce en Pologne, mais il faut empecher que leur nombre 
n'augmente, et les mettre, non pas ä un certain nombre de familles, 
mais ä un nombre de tetes, et resserrer leur commerce, les empecher 
de faire des entreprises en gros, pour qu'ils ne soient que detailleurs. 

Le grand nombre des catholiques se troüve en Silesie. On leur 
laisse le libre exercice de leur religion, mais pour empecher que 
les couvents n'ensevelissent pas dans leur celibat les esperances des 
familles , il est defendu de devenir moine ou religieuse avant Tage 



32 

de majorite. Je laisse d'ailleurs aux ecclesiastiques toute liberte et 
les droits qui leur appartiennent. Les eures sont d'assez bons gens, 
les moines sont plus portes pour la maison d'Autriche. Par cette 
raison je leur fais pa)^er 30 pour-cent de leurs revenus ä l'Etat, afin 
qu'ils soient bons ä quelque chose. Les jesuites, espece la plus dan- 
gereuse de tous les moines de cette communion, sont en Silesie sin- 
gulierement fanatiques de la maison d'Autriche. Pour opposer autel 
ä autel, j'ai fait venir des jesuites francais et lettres qui elevent la 
noblesse silesienne, l et par l'animosite qui regne entre ces moines 
francais et allemands, je les empeche de faire les intrigues dont ils 
seraient capables pour la maison d'Autriche. Les chanoines du 
Dome convaineus d'une partialite fanatique pour la Reine 2 m'ont 
oblige d'avoir l'oeil pour que toutes les places vacantes ne se rem- 
placent que par des sujets paisibles. 

Je suis en quelque facon le pape des lutheriens et des reformes 
le chef de l'eglise, je fais les pretres, et je n'exige d'eux que des 
moeurs et de la douceur, je dispense des cas de mariages, et je suis 
tres indulgent sur cette matiere, ä cause que le mariage dans le 
fond n'est qu'un contrat civil qui peut etre dissolu, des que les deux 
partis y consentent. Hormis frere et soeur, mere et f ils ? fille et 
pere, je permets avec indulgence qu'on se marie ä sa fantaisie; car 
il n'y a point de mal ä ces alliances-lä. 

Les autres sectes chretiennes sont toutes tolerees ici ; on ferme 
la bouche au premier qui veut allumer une guerre civile, et on 
couvre les opinions de novateurs du ridicule qu'elles meritent. Je 
suis neutre entre Rome et Geneve. 3 Si Rome veut empieter sur 
Geneve, eile y a du pire; si Geneve veut opprimer Rome, Geneve 
est condamnee. De cette facon je peux diminuer les haines de 
religion en pr€chant la moderation ä tous les partis, et je täche de 
les unir en leur remontrant qu'ils sont tous concitoyens, et qu'on 
peut aimer un homme qui porte un habit rouge, tout autant qu'un 
autre qui en porte un gris. 

Je täche d'entretenir bonne amitie avec le Pape, afin de gagner 
par lä les catholiques et de leur faire comprendre que la politique 
des princes est la meme, quand meme la religion dont ils portent 
le nom, est differente. Cependant je conseille ä la posterite de ne 
se pas fier au clerge catholique, ä moins que d'avoir des preuves 
authentiques de sa fidelite. 

1 Vergl. P. C, Bd. IX, 13. — 2 Maria Theresia. — 3 Voltaire sagt in 
der „Henriade" (II, 5): „Je ne deeide point entre Geneve et Rome." 



33 

Des princes du sang. 

II est une espece d'etre amphibie qui n'est ni souverain ni 
particulier, et qui quelquefois est bien diff icile ä gouverner : c'est ce 
qu'on appelle un prince du sang. La grandeur de leur extraction 
leur donne un certain orgueil qu'ils nomment noblesse, qui leur 
rend l'obeissance insupportable et tout assujettissement odieux. S'il 
y a quelque intrigue, quelque cabale ou quelque menee ä apprehender, 
c'est d'eux qu'elle peut venir. Dans cet Etat, ils peuvent moins 
que toute part ailleurs ; mais le meilleur parti qu'on puisse prendre 
avec eux, c'est de relancer vivement le premier qui leve l'etendard 
de rindependance , de les traiter avec toute la distinction qui 
appartient ä leur naissance, de les accabler de tous ces honneurs 
exterieurs, mais de les eloigner des affaires et de ne leur confier la 
conduite des troupes qu'ä bonnes enseignes, ä savoir, lorsqu'ils ont 
des talents et qu'on peut se confier en leur caractere. 

Ce que je dis des princes, s'etend aux princesses qui ne doivent 
jamais, sous quelque pretexte que ce soit, se m£ler du gouvernement. 

Des peines et des recompenses. 
Deux motif s principaux gouvernent les hommes : la crainte des 
punitions et l'espoir des recompenses. Pour les conduire, on les em- 
peche de ne se point £carter des lois de la societe dans laquelie ils 
vivent, en leur faisant redouter les rigueurs de la justice, et on les 
anime et les encourage ä des actions louables par Pappät de la 
fortune. Dans cet Etat le souverain n'a pas besoin, heureusement, 
d'user souvent de rigueur; il n'y a que des crimes de trahison 
contre FEtat qui meritent d'etre punis severement, et meme on 
peut empecher bien des gens de se laisser seduire ä commettre de 
semblables attentats. A la derniere guerre, j'etais informe que 
l'abbe de Grüssau, quelques ecclesiastiques et quelques nobles 
tramaient en faveur de la cour de Vienne. Je les fis arreter ou les 
releguai pendant les troubles dans d'autres provinces, * ce qui leur 
ötant les moyens de se rendre coupables, leur fit eviter les punitions 
qu'ils se seraient attirees inf ailliblement , si on leur avait laisse la 
liberte de suivre leur penchant. Apres la paix, ils retournerent 
tranquillement chez eux vaquer ä leurs affaires, et ceux d'entre eux, 

1 Für die Verschickung einiger Breslauer Domherren und des Abbe 
ßastiani während des Zweiten Schlesischen Krieges vergl. Lehmann, 
„Preussen und die Katholische Kirche," Bd. 2, S. 508. 511— 514. 521—526. 
532 (Publicationen aus den Königl. Preuss. Staatsarchiven, Bd. X; Leip- 
zig 1881). 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. , 3 



34 

qui sont raisonnables , doivent me savoir gre de les avoir oblige ä 
conserver leur innocence. 

Je Tai dit et je le repete: dans ce pays ici on est plus em- 
barrasse de trouver autant de recompenses qu'en demandent les 
belles actions, qu'on n'est contraint ä punir les mauvaises. On ne 
saurait assez estimer la vertu ni encourager ceux qui la pratiquent. 
L'interet de l'Etat est que ses citoyens la professent tous; il faut 
donc la faire connaitre, amplifier meme les belies actions, pour leur 
donner, s'il se peut, un plus grand lustre et inspirer de Temulation 
aux ämes nobles qui en sont susceptibles. Suppose meme qu'un 
homme qui, n'ayant pas recu de la nature cette elevation d'äme 
qu'ont les esprits bien faits, fit une belle action par avidite des 
honneurs et des recompenses , c'est toutefois beaucoup gagne , et 
quoique le motif de l'action soit bas en lui-meme, la belle action 
n'en est pas moins utile au public. Les vertus les plus utiles dans 
les citoyens sont l'humanite, l'equite, la valeur, la vigilance et l'amour 
du travail: cela fait des hommes utiles pour le civil et pour le 
militaire; ce sont ces sortes de qualites qu'il faut recompenser. 

Enrichir un homme sans merite par faveur, c'est marquer autant 
d'aveuglement que la T Fortune ; combler de bienfaits un maquereau, 
c'est dire au public : venez, faites le meme office, et les recompenses 
seront pour vous ; elever aux grandeurs un chasseur, c'est temoigner 
que la chasse est la premiere profession, le premier metier de l'Etat, 
et animer la noblesse ä choisir ce metier par preference. Mais 
qu'arrive-t-il de cette mauvaise distribution ? que le merite languit 
dans l'oubli, que la vertu ne jouit pas de l'estime qui lui est due, 
et que, faute d'emulation et d'encouragement, beaucoup de personnes 
qui seraient capables de se porter au bien, se negligent et ne rendent 
pas ä l'Etat tous les Services qu'il en pourrait attendre. L'espece 
de gens qui doivent elre recompenses, sont des juges integres, des 
financiers qui, sans fouler le peuple, ont par industrie fait hausser 
les revenus de la couronne, des negociateurs qui ont servi avec 
fidelite et adresse dans des temps critiques, des militaires qui ont 
genereusement hasarde leurs jours pour leur patrie, qui par la 
longueur de leurs Services ou par 2 leurs blessures meritent des re- 
compenses, des officiers entendus et capables de rendre ä l'avenir 
des Services, d'autres qui ont perdu leur sante et qui ne sont plus 
en etat de vaquer ä leurs emplois et qu'il y aurait de l'ingratitude 
de ne point assister dans leurs besoins. Enfin, pour qui seraient les 
recompenses, si ce n'est pour ces officiers qui se distinguent ä la 

1 Vorlage: qu'ä la. — 2 Vorlage: de. 



35 

guerre par des actions eclatantes, conduites avec art et executees 
avec audace ? Pour tant de personnes qui ont droit d'aspirer aux 
recompenses, nous n'avons que les decorations de deux ordres r sans 
pensions, 40 Amtshauptmannschaft ou capitain[er]ies, des benefices 
dans les cathedrales de Magdebourg, Halberstadt, Minden, Brande- 
bourg et Camin, quelques gouvernements de peu de rapport, des 
pensions sur les benefices de la Silesie et sur les commanderies de 
1 'ordre de Malte ; ajoutez ä cela quelques pensions sur la caisse des 
domaines. Quelles que soient ces faibles recompenses, il faut s'en 
servir avec art et relever, par la facon de donner, le prix de la 
chose que Ton donne. Si la faveur surtout n'a point de part ä la 
dispensation de ces bienfaits et qu'on ne les donne qu'au merite, il 
est sür que c'est le moyen le plus infaillible d'encourager ä la vertu 
et de faire que beaucoup de personnes en revetissent les dehors, 
qui, dans tout autre gouvernement, lächeraient le frein au deregle- 
ment de leur cceur; et tout Etat oü il y a le plus de vertu, doit ä 
la longue 1 'empörter sur les autres: ce sera iä que se feront des 
belies actions en plus grand nombre que chez tous ses voisins, et 
que, par consequent, le nombre de grands hommes sera superieur 
ä celui des autres peuples. Comme tous les hommes, par un effet 
de leur inquietude naturelle, tendent sans cesse ä ameliorer leur etat, 
il faut de l'economie jusque dans la distribution des recompenses, 
afin d'avoir toujours quelque faveur en r£serve qui serve ä tran- 
quilliser les plus avides. Donner peu et souvent: c'est un moyen 
infaillible de rendre les hommes heureux. 

Une belle qualite dans un prince est de rechercher le merite 
inconnu, de recompenser une belle action faite sans temoins, et c'est 
ä quoi il doit etre attentif et tenir autant d'espions pour etre in- 
forme des bonnes qualites des citoyens que les tyrans en entre- 
tiennent pour decouvrir les conspirations qu'on trame contre eux. 

Si un souverain doit etre avare ou prodigue. 

Je crois qu'il convient aussi peu ä un souverain d'etre avare 
que d'etre prodigue; mais il doit etre econome et genereux: eco- 
nome, parcequ'il est Tadministrateur des biens de l'Etat, que l'argent 
qu'il recoit, est le sang et la sueur du peuple, et qu'il le faut em- 
ployer au bien de tout le corps; depenser mal ä propos cet 
argent en temps de paix et manquer des grandes choses en temps 
de guerre, dissiper tous ses revenus sans prevoir l'avenir et etre 
oblige de fouler le peuple par des impöts nouveaux, quand l'Etat 

1 Der Schwarze Adlerorden und der Orden Pour le merite. 

-5 # 



— 36 

se trouve attaque, c'est agir en insense et plutöt en tyran qu'en 
pere du peuple. Un politique ne doit jamais dire : je n'ai pas cru 
que teile ou teile chose arrivät; son metier est de tout prevoir et 
d'etre prepare ä tout. Or dans ce pays qui se soutient par l'in- 
dustrie, celui qui le gouverne, doit ne pas tarder ä s'apercevoir qu'il 
n'a d'autres ressources pecuniaires que Celles qu'il peut se procurer 
en les preparant pendant la paix. II faut alors etre sourd aux dis- 
cours du public et mepriser ses vains jugements. Qu'il vous accuse 
d'£tre avare ou ladre, qu'importe ? il juge par de fausses notions et 
serait de votre avis, si vous lui communiquiez vos raisons. II faut 
suivre son Systeme, quand une fois il est bien fait, sans se laisser 
distraire dans son chemin par les cris des cigales ou par le coasse- 
ment des grenouilles. 

II nous faut environ 5 millions pour faire une campagne ; ainsi 
20 millions en fönt quatre. Amasser ces 20 millions et remplir 
les autres caisses selon le plan que j'en ai donne dans l'article des 
f inances , T est un devoir du souverain ; c'est un soin dont il ne 
saurait se dispenser et dont le peuple lui sait bon gre, lorsque, dans 
un temps de guerre, il ne se voit pas opprime par de nouvelles 
charges. 

Un prince econome est un prince sage et prevoyant qui se 
prepare des ressources d'avance et retranche ä son luxe et ä sa 
depense ces fonds qu'il destine en d'autre temps au soulägement 
des peuples. Un prince prodigue est comme un corps sans cesse 
devoye qui mange avec avidite, mais auquel les aliments les plus 
substantiels ne tournent pas ä bien. Un prince genereux est comme 
un corps sain qui se nourrit sobrement et distribue avec egalite par 
le moyen des veines ä tous ses membres la vigueur et la force. 
Un prodigue est une espece de fol qui fait des depenses inutiles et 
en neglige de necessaires. II y a des tristes exemples des malheurs 
que les prodigues ont attires sur leurs peuples. Mon grand-pere 
depensait tout son revenu et les subsides qu'il recevait, 2 pour l'entre- 
tien d'une cour nombreuse et mal choisie. Quand la Prusse fut 
affligee par la peste, 3 une depense de 20000 ecus pour fournir du 
pain ä ces malheureux, aurait sauve la vie ä 200000 ames et ä 
plus, mais le manque d'argent et des dissipations pueriles firent 
qu'on laissa impitoyablement perir ce grand nombre de citoyens, 
sans leur donner le moindre secours. 

La generosite est une vertu clairvoyante qui agit avec con- 

1 Vergl. S. 6. 8. 12. 13. 26. — 2 Von Oesterreich auf Grund des Kron- 
tractats vom 16. November 1700. — 3 1709. Vergl. (Euvres, Bd. 1, S. 119 und 124. 



37 

naissance de cause; eile est portee ä assister les malheureux, ä 
partager avec eux sa fortune; eile recompense liberalement les 
Services; eile est la derniere ressource et le refuge de ceux qui 
n'ont plus d'espoir que dans l'assistance du prince; eile previent 
les besoins, soulage tous ceux auxquels eile peut atteindre; et si 
cette generosite est sincere, eile est modeste, douce, n'exige point 
de reconnaissance ni ne s'empresse d'instruire la renommee de ses 
bienfaits. Peu depenser pour soi, donner ä propos et suffisamment, 
soulager ä temps, prevenir ceux qui ont besoin de secours, etre 
bon menager des deniers de l'Etat, les administrer sans confusion 
et avec epargne : ce sont des qualites royales qui s'eloignent autant 
de l'avarice que de la prodigalite. 

Ce pays ici est trop pauvre pour pouvoir fournir de grosses 
pensions ä des faineants ; il faut choisir, tant que Ton peut, de bons 
sujets laborieux et actifs et leur donner de quoi vivre honnetement; 
et pour ceux qui n'ont point de talents, il faut qu'ils s'attendent ä 
ne trouver point de fortune pour eux. 

Qu'un souverain doit gouverner par lui-meme. 

Dans un Etat comme celui- ci, il faut de necessite que le prince 
fasse ses affaires par lui-meme, ä cause qu'il ne suivra, s'il est sage, 
que Tinteret public qui est le sien, et qu'un ministre a toujours des 
vues detournees dans les affaires qui regardent ses propres interets ; 
qu'au Heu d'avancer des personnes de merite, il remplira les places 
de ses creatures et tächera de s'affermir par le nombre de personnes 
qu'il attachera ä sa fortune; au lieu que le souverain soutiendra la 
noblesse, reprimera le clerge dans ses justes bornes, ne permettra 
point que les princes du sang intriguent ou cabalent, et qu'il recom- 
pensera le merite sans ces vues d'interet que les ministres ont en 
secret dans tout ce qu'ils fönt. 

Mais s'il est necessaire que le prince gouverne par lui-meme 
l'interieur de son Etat, combien plus l'est-il qu'il dirige sa politique 
lui-meme, qu'il fasse les alliances qui lui conviennent, qu'il forme 
lui-meme ses desseins et prenne son parti dans les conjonctures 
delicates et scabreuses. 

Les finances, le gouvernement interne, la politique et le militaire 
tiennent de si pres ensemble qu'il est impossible de traiter une de 
ces branches, en se passant des autres. Lorsque cela arrive, les 
princes s'en trouvent mal. En France, quatre ministres gouvernent 
le royaume : celui de la finance sous le nom de contröleur-general, 
celui de la marine, celui de la guerre et celui des affaires etrangeres. 



38 

Ces quatre rois ne s'entendent ni ne s'accordent jamais; de l£ 
viennent toutes les contradictions que nous voyons dans le gou- 
vernement francais: Fun renverse par Jalousie ce que l'autre eleve 
par habilete • point de Systeme, point de projet ; le hasard gouverne, 
et tout se fait en France comme il plait aux intrigues de la cour; 
les Anglais savent tout ce qui se traite ä Versailles ; point de secret 
et par consequent point de politique. x 

II faut qu'un gouvernement bien conduit ait un Systeme aussi 
lie que peut Petre un Systeme de philosophie, 2 que toutes les mesures 
prises soient bien raisonnees, et que les finances, la politique et le 
militaire concourent ä un meme but, qui est l'affermissement de 
l'Etat et l'accroissement de sa puissance. Or, un Systeme ne peut 
emaner que d'une tete ; donc il faut qu'il parte de celle du souverain. 
La paresse, la volupte ou l'imbecillite sont les causes qui empechent 
les princes de travailler au noble emploi de faire le bonheur de 
leurs peuples. Ces souverains se rendent si meprisables qu'ils 
deviennent la fable et la risee de leurs contemporains, et que dans 
l'histoire leurs noms servent au plus d'epoque ä la Chronologie. Ils 
vegetent sur le tröne, indignes de l'occuper, absorbes a se satis- 
faire eux-memes. La negligence qu'ils ont de leurs peuples, devient 
m€me criminelle. Un souverain n'est pas eleve ä ce haut rang, on 
ne lui a pas confie le pouvoir supr€me, pour qu'il vive dans la 
mollesse, pour qu'il s'engraisse de la substance du peuple et qu'il 
soit heureux, pendant que tout le monde souffre. Le souverain est 
le premier serviteur de l'Etat. 3 II est bien paye, pour qu'il soutienne 
la dignite de son caractere; mais on demande de lui qu'il travaille 
efficacement pour le bien de l'Etat, et qu'il gouverne au moins avec 
attention les principales affaires. II lui faut sans doute des secours ; 
le travail des details est trop vaste pour lui; mais il doit ecouter 

1 Aehnlich drückt sich der König in der „Histoire de mon temps" 
aus (vergl. Publicationen aus den K. Preussischen Staatsarchiven, Bd. 4, 
S. 281 f., und CEuvres, Bd. 3, S. 3 f-). — 2 Vergl. auch die Aeusserung des 
Königs in seinem Schreiben an Maupertuis vom 20. August 1752 (Brief- 
wechsel Friedrichs des Grossen mit Grumbkow und Maupertuis, hrsg. von 
Koser, S. 276; Publicationen aus den K. Preussischen Staatsarchiven, 
Bd. 72; Leipzig 1898). — 3 Vergl. die synonymen Wendungen in Fried- 
richs „Antimachiavel" (CEuvres, Bd. 8, S. 65 f. und 168), den „Memoires 
pour servir ä Thistoire de la maison de Brandebourg" (ebda, Bd. 1, S. 123), 
der „Apologie de ma conduite politique" vom Juli 1757 (ebda, Bd. 27, 
Th. 3, S. 279), in dem Schreiben an die Churfürstin-Wittwe Maria Antonia 
von Sachsen vom 8. März 1766 (ebda, Bd. 24, S. 109) und in dem ^Essai 
sur les formes de gouvernement et sur les devoirs de leurs souverains" 
von 1777 (ebda, Bd. 9, S. 197 und 208). 



39 

les plaintes de tout le monde et faire rendre prompte justice ä ceux 
qu'on veut opprimer. Une femme vint presenter une requete ä un 
roi d'Epire, * qui la brusqua en lui disant qu'elle devait le laisser 
en repos: et pourquoi es-tu donc roi, repartit-elle, si ce n'est pour 
me rendre justice ? Belle sentence dont les princes devraient se Sou- 
venir sans cesse. 

Nous avons ici le Grand-Directoire , les Colleges de la justice 
et les ministres du cabinet qui envoient tous les jours leurs depgches 
au souverain avec des memoires plus detailles sur les affaires qui 
demandent sa decision. Les ministres exposent meme le pour et le 
contre dans les cas litigieux ou difficiles, ce qui met le souverain 
en etat de prendre son parti du premier coup d'oeil, pourvu qu'il se 
donne la peine de lire et de bien entendre l'affaire proposee. Un 
esprit juste saisit avec facilite le point capital d'une question. Cette 
methode d'expedier les affaires est preferable ä Fusage des Conseils 
qu'on pratique ailleurs, ä cause que ce n'est pas des grandes com- 
pagnies que resultent des avis sages, que les ministres ont entre 
eux des intrigues qui les divisent, que des haines et des passions 
de particuliers se melent dans les affaires d'Etat, que leur facon de 
debattre les affaires par des disputes souvent trop vives, y repand 2 
des tenebres, au lieu d'y apporter des lurhieres, et qu'enfin le secret, 
qui est Tarne des affaires, n'est jamais bien garde par tant de per- 
sonnes. 

II peut etre bon dans des cas embarrassants de consulter un 
ministre qu'on croira le plus sage et le plus experimente ; si on en 
veut consulter un autre, que ce soit separement, pour ne point jeter, 
par la preference d'un avis sur celui d'un autre, des semences 
d'animosite qui ne finissent jamais. Je renferme mon secret en 
moi-meme; je n'ai qu'un secretaire 3 (de la fidelite duquel je suis 
assure) dont je me sers : ä moins donc de ne me corrompre moi- 
meme, il est impossible que Ton devine mes desseins. Les ministres 
ne sont charges ici que des affaires de l'Empire; tout ce qui est 
negociation d'importance , traite ou alliance, passe par mes mains. 

Du ceremonial. 

La plupart des rois de l'Europe se sont forges des especes de 
chaines, sous le poids desquelles ils gemissent souvent. Mon pere 
a eu le courage de rompre les siennes, et en suivant ses traces j'ai 
conserve precieusement le depöt de la liberte qu'il m'a transmis. 

1 Vielmehr Philipp von Macedonien (vergl. Plutarch, Demetrius 42). — 
2 Vorlage: repandent. — ? Eichel. 



40 

J'ai meme rencheri lä-dessus, en ecartant les ministres etrangers le 
plus que j'ai pu, de ma personne. II n'y a point de rang ici, point 
d'etiquette, point d'ambassadeurs. Par cela meme nous sommes ä 
Tabri des disputes de pr£seance et de toutes ces chicanes de l'orgueil 
des rois qui, dans d'autres cours, demandent des attentions serieuses 
et qui derobent un temps qu'on peut employer plus utilement au 
bien public. 



.De la politique exterieure. 

Les provinces de la monarchie prussienne se trouyent presque 
toutes separees les unes des autres. Le corps de l'Etat oü reside 
sa force, est l'Electorat, la Pomeranie, [le] Magdebourg, le Halber- 
stadt et la Silesie. Ces provinces, le coeur du royaume, meritent 
la principale attention du souverain, ä cause qu'on y peut faire des 
arrangements solides , tant pour Pinterieur que pour la defense de 
ces provinces. 

La Prusse, separee de la Pomeranie par la Prusse polonaise, 
avoisine avec la Pologne et la Russie, dont Tlmperatrice est toute- 
puissante en Courlande. Le duche de Cleves et la Frise touchent 
ä la Hollande. La Silesie est limitrophe de la Boheme, de la 
Moravie et meme de THongrie. L'Electorat et le pays de Magde- 
bourg entourent la Saxe; la Pomeranie n'est separee que par la 
Peene des possessions allemandes du roi de Suede, et la principaute 
de Minden est entremelee du pays de Hanovre, de Münster, de 
Cassel, de Hildesheim et de Brunswick. 

Vous voyez que, par cette position geographique, nous sommes 
voisins des plus grands princes de TEurope; tous ces voisins fönt 
autant de jaloux ou autant d'ennemis secrets de notre puissance. 
La Situation locale de leurs pays, leur ambition, leurs interets, 
toutes ces combinaisons differentes fönt les principes de leur politique, 
plus ou moins cachee selon les temps et les conjonctures. 

La maison d'Autriche est sans contredit la plus ambitieuse 
de ces puissances. L'orgueil des Empereurs se transmet de pere 
en fils dans cette race imperiale. L'envie d'asservir l'Allemagne, 
d'6"tendre les limites de sa domination et d'etablir sa famille, sert 
de base ä tous ses projets. De toutes les puissances de TEurope 
c'est celle que nous avons le plus offensee, et qui n'oubliera ni la 
perte de la Silesie ni cette partie de son autorit£ que nous parta- 
geons avec eile en Allemagne. Sa politique actuelle est de retablir 
son armee, de mettre de Tordre dans ses finances et de conserver 



41 

la paix jusqu'au temps que ses arrangements se seront perfectionnes r 
de se fortifier d'alliances, comme eile l'a fait en s'unissant le plus 
etroitement qu'elle l'a pu, avec la Russie, l'Angleterre et la Saxe, x 
en essayant d'y joindre la Hollande, 2 en concluant avec TEspagne 
et le roi de Sardaigne un traite de neutralite pour l'Italie, 3 deguise 
sous la forme d'une garantie mutuelle de possessions. Par ce dernier 
traite, la maison d'Autriche se rend les coudees libres en Lombardie 
et decouvre clairement que son intention est d'employer ses forces 
ailleurs. 4 Malgre d'aussi bons arrangements, la cour de Vienne 
est trop sage pour attaquer la Prusse immediatement ; mais eile a 
fait un plan, qui est peut-etre un chef d'oeuvre en politique, ä cause 
qu'il reunit en lui tout ce qu'il y a de plus avantageux pour la 
maison : c'est de faire tomber la couronne de Pologne sur la tete 
du duc Charles de Lorraine. s Voici comme eile raisonne: „Par le 
traite de Petersbourg la Russie nous promet d'appuyer Telection 
du prince Charles en Pologne par un corps de 30000 hommes. 6 
Si le roi de Prusse le souffre, nous devenons bien plus puissants 
que lui; nous entourons la Silesie de tous les cötes, et alors ä la 
premiere occasion nous serons assez forts pour Ten depouiller. Si 
le roi de Prusse s'oppose ä force ouverte ä notre dessein, la Russie, 
nous et tous nos allies lui tomberont sur les bras. Nous ferons 
agir contre lui nos troupes d'Italie ; les Saxons meme seront obliges 
de combattre, et il arrivera ou que les Russes lui enleveront la 
Prusse, ou que nous lui prendrons la Silesie; auquel de ces cas il 
sera reduit ä faire la paix aux conditions que nous voudrons lui 
prescrire." 7 

1 Oesterreich war mit Russland durch den Petersburger Vertrag vom 
2. Juni 174 6 verbündet, dem England — allerdings mit Ausschluss der 
geheimen Separatartikel — am 10. November 1750 beigetreten war. Ueber 
Sachsens Beitritt dauerten die Verhandlungen noch an (vergl. P. C, Bd. V r 
583; VI, 607; VII, 432; VIII, 603; IX, 487). - 2 Vergl. P. C, Bd. VII, 349; 
VIII, 599; IX, 482. — 3 Den Vertrag von Aranjuez vom 14. Juni 1752. Schon 
vorher hatten Oesterreich und Spanien allein einen Vertrag am 18. April 
1752 unterzeichnet. — 4 Vergl. P. C, Bd. VIII, 556. 576; IX, 20. 125. 126. — 
5 Vergl. P. C, Bd. VIII, 600; IX, 484. — fe Der Petersburger Vertrag von 1746 
(gedruckt bei Martens, Recueil des traites et Conventions conclus par la 
Russie, Bd. I, S. 147 ff-; Petersburg 1874) enthält keinerlei Abrede über 
die polnische Throncandidatur des Lothringers. Die irrige Ansicht König 
Friedrichs gründet sich auf den Bericht seines Gesandten von Maltzahn, 
d. d. Dresden 7. December 175 1 (vergl. P. C, Bd. VIII, 555—559); die Nach- 
richt von der zugesagten russischen Hülfeleistung beruht auf Maltzahns Be- 
richten vom 21. März und 4. Juli 1752 (vergl. P. C, Bd. IX, 72. 73 und 159. 
160). — 7 Vergl. über das österreichische „System" auchP. C, Bd. IX, 19. 20. 233. 



— 42 — 

Le roi d 'Angle terre n'envisage l'Europe que de son electorat 
de Hanovre. Tout ce qui parait avantageux ä cet electorat, l'af fecte ; 
tout ce qui y parait contraire, Pirrite. La haine qu'il a contre la Prusse, 
vient en partie d'anciennes brouilleries du ministere hanovrien avec 
celui de Berlin, et en partie de l'envie qu'il porte ä l'accroissement de 
puissance de son voisin. II soutient la reine d'Hongrie, pour qu'elle 
favorise ses interets de Hanovre et ses vues d'agrandissement, comme 
de rendre hereditaire dans sa maison l'eveche d'Osnabrück, > d'obtenir 
la confirmation de l'Empereur de ces terres du comte de Mansfeld qu'il 
a en gage des Saxons 2 etc. Mais ces haines et ces animosites des 
deux maisons finiront ä la mort du Roi. Son- petit-fils, 3 eleve et nourri 
en Angleterre, n'aura pas le meme penchant pour ses Etats d'Alle- 
magne que le roi George, et il suivra (selon les apparences) le 
conseil des ministres anglais preferablement ä ceux de Hanovre. 

La Russie ne doit point se compter parmi nos veritables 
ennemis; eile n'a rien ä demeler avec la Prusse; c'est un ennemi 
accidentel. Un ministre corrompu par FAngleterre et l'Autriche 
a eu bien de la peine ä trouver un pretexte apparent, pour brouiller 
nos deux cours. 4 La perte de ce ministre doit remettre les choses 
dans leur etat naturel. 5 La politique de cette cour est de conserver 
Vascendant qu'elle a sur la Pologne, d'etre en assez bonne intelli- 
gence avec la maison d'Autriche, pour se fortifier par son secours 
contre une attaque inopinee des Turcs, et de garder autant qu'elle 
peut, une influence dans les affaires du Nord. 

Joignons 1 a S a x e ä ces trois grandes puissances. Ce vaisseau 
sans boussole navigue au gre du vent et des flots. Un ministre 
corrompu engage son maitre ä signer le traite de Petersbourg, 6 

1 Nach den Bestimmungen des westphälischen Friedens sollten im 
Bisthum Osnabrück immer abwechselnd ein katholischer und ein evan- 
gelischer Bischof, der letztere stets aus den Prinzen des Hauses Braun- 
schweig-Lüneburg, dem das Churhaus Hannover angehörte, gewählt werden. 
Vergl. für die auf die Säcularisation von Osnabrück gerichteten Bestrebungen 
Hannovers P. C, Bd. I, 140. 214. 220. 226; II, 278; VI, 57- «oi. 201. — * Die 
sächsische Regierung hatte als Sicherheit für Anleihen, die sie 175° bei der 
hannöverschen Regierung aufgenommen hatte, die Einkünfte mehrerer 
Aemter, darunter auch des sächsischen Theils der Grafschaft Mansfeld, 
verpfändet (vergl. P. C, Bd. VIII, 603). — 3 Auf Georg II. (1683 bis 1760) 
folgte, da sein Sohn, Prinz Friedrich Ludwig von Wales, bereits 175 1 starb, 
sein Enkel Georg III. (geb. 1738). — * Der Grosskanzler Bestushew hatte 
eine Etikettenfrage zum Vorwand genommen, um im November 175° den 
russischen Vertreter, Gross, aus Berlin abzuberufen und damit den diplo- 
matischen Verkehr abzubrechen. Vergl. P. C, Bd. VIII, 602. — 5 Vergl. 
P. C, Bd. IX, 141. — 6 Die Angabe beruht auf Irrthum: Die Verhandlungen 



— 43 ~ 

par lequel il exclut sa maison du tröne de Pologne. * Ce ministre 
ruine l'Etat par ses depenses et par les impöts qu'il fait payer au 
peuple, et au lieu de tenir une conduite circonspecte, qui convient 
ä la Situation de la Saxe qui place son roi entre l'enclume et le 
marteau, ce fol de ministre l'engage, contre les interets de sa maison, 
dans une alliance qui expose la famille royale ä tous les hasards 
de la guerre, sans lui donner la moindre esperance de profiter de 
ses benefices. 

Les Hollandais n'ont pas assez de discernement pour savoir 
qui ils doivent aimer ou qui ils doivent hair. Son gouvernement 
faible et sans credit devrait etre pacifique, pour s'affermir et pour 
payer ses dettes ; mais faisant tout ä contretemps, il est a presumer 
qu'il continuera d'agir de meme. II hart la France qui pourrait le 
proteger, et s'abandonne ä la discretion de TAngleterre qui ruine 
le commerce de cette pauvre Republique. On a persuade ä ces 
bons regents que TOstfrise entre les mains de la Prusse 2 ruinerait 
leur commerce, que la France et la Prusse unies pourrai|en]t Fatta- 
quer de front et ä dos et bouleverser son Etat. Mefiants, incertains, 
jaloux et toutefois faibles et sans argent, ils flottent entre differents 
sentiments et seront cependant toujours entraines par TAngleterre 
toutes les fois qu'elle le voudra serieusement. 

Toutes ces puissances plus ou moins sont dans des interets 
contraires aux nötres. La reine d'Hongrie, la plus sage et la plus 
politique d'entre elles, 3 se sert des passions des autres, pour avancer 
ses desseins. Elle cache son ambition et meme ses haines et ne 
veut se decouvrir qu'ä bonnes enseignes. Le roi d'Angleterre, plus 
hanovrien qu'anglais, suit ses passions; il veut s'agrandir par des 
achats (selon le Systeme du vieux Bernstorff ) ; 4 mais il ne calcule 
ni aussi juste ni aussi loin que la reine d'Hongrie. L'imperatrice 

über Sachsens Beitritt waren vielmehr noch in der Schwebe (vergl. S. 41 
und P. C, Bd. IX, 487 j; für Brühl als Förderer der Verhandlungen vergl. 
P. C, Bd. IX, 72. 

1 Infolge der Throncandidatur Carls von Lothringen (vergl. S. 41). — 
2 Auf Grund der 1694 ertheilten kaiserlichen Anwartschaft hatte König 
Friedrich 1744 Ostfriesland nach dem Aussterben des dortigen Fürsten- 
hauses dem preussischen Staate einverleibt. — 3 Vorlage: eux. — 4 Wie 
in Chur-Sachsen (vergl. S. 42), hatte der Churfürst von Hannover 1734 
auch in Mecklenburg acht Aemter in seinen Pfandbesitz gebracht, aus 
denen die Kosten der hannoverschen Execution von 1719 gedeckt werden 
sollten (vergl. P. C, Bd. I, 461 ; IX, 60). Für König Friedrich galt der frühere 
hannoversche Minister Freiherr Andreas Gottlieb von Bernstorff als Vor- 
kämpfer dieser Politik (vergl. (Fuvres, Bd. I, S. M3)- 



44 

de Russie, gouvernee par son ministre, peut le disgracier, et quel- 
qu'un en son temps lui peut faire ouvrir les yeux. La Saxe, comme 
je viens [de] le dire, se conduit, comme si eile etait dirigee par ses 
plus cruels ennemis, et le gouvernement de Hollande n'est qu'un 
melange d'imb£cillite et de faiblesse. 

Examinons ä present l'etat et la politique des puissances amies 
de la Prusse. 

La France est un de nos plus puissants allies. Un prince 
faible l se persuade qu'il gouverne cette monarchie, tandis que ses 
ministres partagent son autorite et ne lui laissent qu'un nom sterile. 2 
Une maitresse 3 qui ne travaille qu'ä s'enrichir, des gens d 'affaires 
qui pillent les coffres du Roi, beaucoup de derangement et de rapines 
abiment ce gouvernement de dettes. Les affaires se traitent super- 
ficiellement dans ce pays, dont le plaisir est le dieu. Tantöt les 
ministres prennent un ton de hauteur, et tantöt le derangement 
des finances les fait baisser tout d'un coup. La vivacite des Francais 
fait qu'ils n'agissent que par saillies. Lorsqu'ils veulent une chose, 
ils la desirent vivement ; mais ils se refroidissent de meme et passent 
d'un sentiment ä celui qui lui est le plus oppose, par cette legerete 
dont les meilleures tetes de ce pays ont de la peine ä se garantir. 

Malgre tous ces abus, la France est le royaume le plus puissant 
de l'Europe. Les vues de politique de cette nation resteront long- 
temps les memes. Son interet permanent est d'abaisser la maison 
d'Autriche, de soutenir les prerogatives des prihces de l'Empire, de 
diminuer le commerce des Anglais, de soutenir les interets de 
l'Espagne, fant ä l'egard du commerce qu'aux vues d'etablissement 
que la maison d'Espagne peut avoir en Italie , 4 afin de s'attacher 
cette puissance le plus etroitement qu'il se puisse; d'avoir un parti 
formidable dans le Nord, pour avoir la main dans toutes les affaires 
de l'Europe. Ses vues d'agrandissement sont d'etendre ses limites 
jusqu'au Rhin, qui servait jadis de borne ä l'empire des Gaules. 
Si la France se mele d'une guerre sur le Rhin ou en Flandre, c'est 
par interet et dans la vue de faire des acquisitions. Si eile se 
mele des affaires de Suede ou de Pologne, c'est par ostentation, 
et l'on doit etre certain qu'elle ne balancera pas de sacrifier la 
cause de ses allies pour avancer ses propres interets, pour peu 
qu'elle y voie jour. Les principes des Francais dans leurs traites 
sont de leur faire porter tout l'onereux de la guerre et de se con- 

1 Ludwig XV. — 2 Vergl. S. 37. 3$. — 3 Die Marquise von Pompadour. — 
4 Das Königreich Neapel und das Herzogthum Parma bildeten spanische 
Secundogenituren. 



45 

Server les bras libres , pour pouvoir agir comme il lui * platt ; eile * 
aime que ses alltes portent les plus grands fardeaux, et qu'elle n'ait 
qu'une charge legere. C'est pourquoi, dans toutes les negociations, 
il faut etre sur ses gardes avec cette puissance, pour n'en Stre 
point la dupe. 

La Suede n'a d'autre politique que de se soutenir vis-ä-vis 
de la Russie teile qu'elle est. Son animosite" contre la Moscovie 
Fexcite ä se venger de sa derniere guerre malheureuse et des- 
honorante; 2 mais si sa haine Fanime, son impuissance la retient. 
La Suede est un allie ä charge, 3 qui peut se trouver dans le cas 
de demander des secours, mais qui ne saurait en rendre. Cette 
nation aussi pauvre que vaine est dechiree par des dissensions in- 
testines qui achevent d'affaiblir et de decrediter son gouvernement. 

Le Danemark a son ambition comme un autre. II met sa 
principale force dans sa marine qui est bien entretenue, et neglige 
ses forces de terre. Sa politique roule sur Facquisition du Holstein. 4 
En partant de ce point, on peut expliquer toutes ses d£marches. 
Son interet parait demander que la Suede reste faible, et par cette 
raison il s'interesse au maintien de son gouvernement present. 
Peut-etre que la ville de Hambourg entre pour quelque chose dans 
la politique danoise, mais en cas qu'ils meditent cette acquisition, 
Faffaire ne parait pas müre encore. En general, le Danemark est 
une puissance plus faite pour se defendre chez soi, que pour porter 
la guerre chez ses voisins, ä cause que ses revenus qui suffisent 
pour la defendre, ne sont pas assez considerables pour lui donner 
les moyens de commencer une guerre offensive loin de ses frontieres. 

La republique de Pologne conserve Fanden gouvernement 
feodal que toutes les autres puissances de FEurope ont aboli. Ses 
voisins, interesses ä maintenir cette monarchie republicaine dans 
son etat de faiblesse, maintien[nen]t la liberte et Findependance des 
grands contre Fambition de leurs rois. Cette Republique n'est 

1 La France. — * 1 741 — 1743. — 3 Am 29. Mai 1747 hatte der 
König ein Defensivbündniss auf 10 Jahre mit Schweden geschlossen. — 
4 Es handelt sich um die Wiedervereinigung der Herzogthümer Schleswig 
und Holstein in dänischer Hand durch Verständigung mit dem Hause 
Holstein-Gottorp, dessen ältere Linie 1762 mit Herzog Peter in Russland, 
dessen jüngere Linie 1751 mit Herzog Adolf Friedrich in Schweden auf 
den Thron gelangte. Die Einigung mit Adolf Friedrich erfolgte durch 
die Verträge vom 7. August 1749 und 25. April 1750, mit der älteren 
Linie dagegen erst durch den „Provisorischen Tractat" vom 22. April 1767 
und den Vertrag vom 1. Juni 1773 (vergl. P. C, Bd. VII, 426; XXVI, 381; 
XXVIII, 574; XXXIV, 381). 



4 6 

troublee qu'ä l'occasion de Telection de ses rois. Divisee au dedans 
par deux puissants partis, l eile n'est dangereuse ä personne, et les 
voisins sont presque assures contre tout ce qu'elle voudrait entre- 
prendre, parcequ'il n'y a rien de plus facile que de rompre ses dietes. 

L' Empire est moins uni que jamais. L'Empereur y jouit 
d'une autorite tres bor nee, qu'il peut faire valoir selon les con- 
jonctures. Tous les princes ecclesiastiques sont attaches ä la maison 
d'Autriche, ä laquelle ils sont redevables de leur elevation. Les 
princes seculiers sont partages et se mettent ou du cöte de l'Em- 
pereur ou de celui de la France, selon ce que leur en dit leur 
interet. A la honte de ma nation je suis oblige d'avouer que jamais 
l'interet public n'a ete sacrifie davantage ä l'inter£t personnel que 
cela arrive ä present. Un roi d'Angleterre passe la mer avec un 
sac de guinees, et des sommes modiques servent ä corrompre les 
plus puissants princes du Corps Germanique. Ils sont devenus mar- 
chands; ils trafiquent du sang de leurs sujets; ils vendent leurs 
voix dans le College des princes et dans celui des electeurs. Je 
crois qu'ils vendraient leurs personnes, s'il se trouvait quelqu'un 
qui les voulüt payer. Ceux de ces princes qui se trouvent actuelle- 
ment engages avec la cour de Vienne, sont: l'electeur de Hanovre, 
Felecteur de Saxe, celui de Baviere, Mayence, Treves et les princes 
ecclesiastiques. Ceux qui sont allies avec la France et dans les 
interets de la Prusse, sont: TElecteur palatin, celui de Cologne, le 
duc de Württemberg, de Brunswick, la maison de Brandebourg de 
la Franconie. Ceux qui se mettent ä Tencan et qui ne sont pas 
encore achetes, sont: la Hesse, le duc de Gotha. La Saxe suit 
aveuglement les ordres de la Russie, et c'est PImperatrice qui 
Toblige ä entrer dans l'alliance de la cour de Vienne. 2 Cette 
servilite de la Saxe est une suite du traite fait avec la Russie ä 
l'occasion du couronnement d' Auguste II. Comme ce Roi devait sa 
couronne ä la Czarine, il fut oblige de s'engager qu'il ne con- 
tracterait aucuns engagements sans sa volonte. 3 

Nous n'avons jamais recu des subsides de personne ; Federic I er 
[est] le seul qui ait eu cette bassesse-lä. 4 II est bon de vous dire 

J -Die dem Hofe ergebene Partei der Czartoryski und die der Po- 
tocki. — 2 Gemeint ist der von Russland geforderte Beitritt Sachsens zum 
Petersburger Vertrage (vergl. S. 41). — 3 Ein Irrthum des Königs; denn 
weder das Bündniss, das Churfürst Friedrich August II. (als König von 
Polen: August III.) mit der Zarin Anna Iwanowna am 10. Juli (a. St.) 1733 
schloss, noch der Warschauer Vertrag vom 19. August 1733 mit Russland 
und Oesterreich über seine Erhebung auf den polnischen Thron enthalten 
die vermeintliche Verpflichtung. — 4 Vergl. S. 36. 



47 

que toute puissance qui se met aux gages d'une autre, se lie les mains et 
ne joue qu'un second röle, toujours dans la dependance de celui qui paye r 
et ä la paix obligee d'en passer par oü le veut cet allie trop puissant. 

Voici les puissances qui ne nous interessent pas aussi directement 
que ces premieres. 

L'Espagne, si eile suit ses veritables interets, doit etre in- 
separable de la France, tant pour soutenir son commerce contre 
les Anglais que pour se maintenir en Italie contre la maison 
d'Autriche. Elle peut s'ecarter pour un temps de ce Systeme, mais 
eile sera toujours obligee d'y revenir. 

Je ne dis rien du Portugal; ce Roi est le plus riche parti- 
culier de l'Europe; c'est le roi de la noblesse titree. 

Le roi de Sardaigne est un Cancer qui ronge le Milanais; 
il veut etre roi de Lombardie, et pour le devenir, il embrassera 
tantöt le parti de la France, tantöt celui de l'Autriche, pourvu qu'il 
gagne quelque terrain par chaque traite. 

Le Pape est une vieille idole negligee dans sa niche; il est 
ä present le premier aumönier des rois ; ses foudres se sont eteintes. 
Sa politique est connue : au lieu d'interdire des peuples et de deposer 
des souverains, comme autrefois, il est bien content, quand personne 
ne le depose et lui laisse dire la messe tranquillement ä Saint-Pierre. 

Le Grand-Seigneur 1 n'est point un Soliman ni un Ma- 
homet II 2 ; c'est un homme faible, qui a ete eleve parmi des femmes 
dans un serail. Quoiqu'impuissant, cet empire peut reprendre une 
autre face sous un autre sultan; mais ce qui nuit beaucoup ä son 
agrandissement, c'est la profonde ignorance du Divan sur les affaires 
de l'Europe, et Pancienne facon de faire combattre ses troupes, dont 
les vizirs ne s'ecartent jamais. Les guerres civiles de Perse, qui 
ont ruine ce beau royaume, donnent la liberte aux Turcs d'employer 
leurs forces contre les Russes ou les Autrichiens, selon qu'ils le 
trouvent ä propos. 

Apres avoir rendu compte des inter6ts de tous les princes de 
TEurope, il [est] juste que je vous rende compte des nötres. 

La Prusse: II faut regarder l'Europe chretienne comme une 
republique de souverains divisee en deux puissants partis. La France 
et l'Angleterre, depuis un demi siecle, ont donne le branle aux 
autres. L'opposition de leurs interets et des anciennes haines fönt 
que ces monarchies ne s'accordent jamais ensemble qu'apres avoir 
epuise leur pays d'hommes et leurs coffres des sommes qu'ils avaient 
pu y amasser. Que la Russie porte la guerre en Suede ou en 

1 Mahmud I. — 2 Mohammed IL hatte 1453 Konstantinopel erobert. 



48 - 

Pologne, que la maison d'Autriche menace' les libertes du Corps 
Germanique ou qu'elle fasse une invasion dans le Parmesan ou en 
Silesie, d'abord les deux puissances preponderantes prennent parti, 
et par le nombre des allies que chacune entraine avec eile, voilä 
un equilibre de puissances qui s'etablit et qui constitue une egalite 
•de force entre l'agresseur et l'attaque. Si un prince belliqueux fait 
une levee de bouclier dans un temps oü la France et l'Angleterre 
veulent eviter la guerre et s'entendent sur ce point, il est ä croire 
qu'alors elles offriront leur mediation aux puissances belligerantes 
et les forceraient ä l'accepter. Cette politique, une fois etablie en 
Europe, empeche les grandes conquetes et rend les guerres in- 
fructueuses, ä moins qu'elles ne soient conduites avec une grande 
superiorite et une fortune invariable. 

Vu la Situation actuelle des choses, vous jugez bien que la 
Prusse ne manquera jamais d'allies. Pour les choisir, il faut se 
depouiller de toute haine personnelle, ainsi que de tout prejuge, soit 
-contraire, soit favorable. L'interet de l'Etat [est] l'unique motif qui 
doit decider dans le Conseil des princes. Nos interets presents, sur- 
tout depuis Tacquisition de la Silesie, sont de demeurer unis avec 
la France, de meme qu'avec tous les ennemis de la maison d'Au- 
triche. La Silesie et la Lorraine sont deux soeurs dont la Prusse 
a epouse l'ainee et la France la cadette. T Cette alliance les oblige 
ä suivre la meme politique. La Prusse ne saurait voir d'un ceil 
tranquille enlever ä la France TAlsace ou la Lorraine, et les diver- 
sions de la Prusse en faveur de la France sont efficaces, parce- 
qu'elles portent ä Tinstant la guerre au centre des pays hereditaires. 
La France, par une raison semblable, ne peut souffrir que TAutriche 
reprenne la Silesie, parceque cela affaiblirait trop un allie de la 
France, qui lui est utile pour les affaires du Nord et pour celles 
de TEmpire, et dont les diversions (comme je viens de le dire) 
sauvent a coup sür la Lorraine ou PAlsace, en cas d'un danger 
eminent et imprevu. La politique de la cour de Versailles a de 
tout temps ete de s'opposer ä l'agrandissement et au despotisme 
•des Empereurs. Les interets de la Prusse sont les memes. Les 
Francais sont sans cesse en mesintelligence avec les Anglais, nous 
de meme avec les Hanovriens*, c'est la meme chose, et les interets 
des deux couronnes se trouvent autant de points de reunion. La 
France peut secourir la Prusse par des diversions qu'elle pourrait 

1 Im Frieden von Wien 173 8 hatte Stanislaus Leszczynski als Ent- 
schädigung für Polen die Herzogthümer Lothringen und Bar erhalten, 
die nach seinem Tode an Frankreich fallen sollten. 



49 — 

faire en Flandre ou sur le Rhin, par des alliances en soulevant, 
dans le cours d'une guerre, la Porte contre la Russie ou contre 
1'Autriche, par des troupes auxiliaires, en soudoyant un corps de 
troupes des princes allemands et en le remettant ä la disposition 
de la Prusse. Par tout ce que je viens de rapporter, vous voyez 
que cette alliance est naturelle, que tous les inter€ts des deux cou- 
ronnes se reunissent, et que, par consequent, les conjonctures de 
l'Europe ont forme ces liens plutöt que l'habilete des negociateurs 
n'y ait contribue. 

Quelqu'imposante que soit cette alliance, si vous y ajoutez 
encore la Suede et beaucoup de princes d'Allemagne, je ne compte 
en rien sur le secours de ces allies, et je ne fais mon calcul que 
sur mes propres forces. 

Une chose que je dois ajouter ä ces considerations , c'est que, 
si nous etions allies avec l'Angleterre et la maison d'Autriche (sans 
compter que ce serait contre nos inter£ts) , nous ne pourrions nous 
promettre aucun agrandissement dans ce parti, au lieu qu'unis avec 
la France nouspouvons esperer des acquisitions en cas de guerre, 
pour peu que le bonheur seconde l'effort de nos armes. 

Quoi que nous puissions nous attendre de la guerre, mon Systeme 
present est de prolonger la paix, autant que cela se pourra, sans 
choquer la majeste de l'Etat, ä cause que la France est dans une 
lethargie totale, que la mauvaise administration de ses finances la 
met presque hors d'£tat de se presenter sur la scene de Bellone 
avec la force et la dignite qui lui convient, ä cause que la Suede 
n'est qu'uft nom sans puissance, ä cause que la France a eu la 
negligence de se laisser debaucher l'Espagne , x ce qui nous prive 
d'une diversion en Italic 

Voici d'autres raisons. II ne nous convient point de recom- 
mencer la guerre ; un coup d'eclat, comme la conqu€te de la Silesie, 
est semblable aux livres dont les originaux reussissent et dont les 
imitations tombent. Nous avons attire sur nous l'envie de toute 
TEurope par l'acquisition de ce beau duche, ce qui a rendu tous 
nos voisins alertes. II n'y en a aucun qui ne se defie pas de nous. 
Ma vie est trop courte pour les remettre dans une securite avanta- 
geuse ä nos inter£ts. 

D'ailleurs, la guerre nous conviendrait - eile , pendant que la 
Russie est puissamment armee sur nos frontieres, qu'elle n'attend 
que le moment d'agir contre nous (ce que cependant eile ne saurait 

1 Durch den Vertrag von Aranjuez (vergl. S. 40- 

Corresp. Friedr. IL Ergänzungsband. 4 



50 

faire, sans etre secourue de subsides anglais) et quune diversion 
de cette puissance renverserait tous nos projets des le commence- 
ment de nos Operations? Dans de pareilles conjonctures , il n'y a 
rien de plus sür que de couler la paix et d'attendre en bonne posture 
de nouveaux evenements. Pour que ces evenements secondassent 
nos entreprises, il faudrait que Bestushew, ce ministre-empereur de 
Russie et vendu ä la cour de Vienne, füt disgracie, et qu'on püt, 
ä force de largesses, gagner son successeur ; il faudrait que la mort 
du roi d'Angleterre plongeät l'Angleterre dans les dissensions d'une 
minorite ; * il faudrait un Soliman sur le trOne de Constantinople et 
un premier-ministre ambitieux et tout-puissant en France. Alors 
et dans un arrangement pareil des affaires il est temps d'agir, quoi- 
qu'il n'est pas necessaire de paraitre des premiers sur la scene. 
Mon avis serait de laisser jeter aux parties belligerantes leur premier 
feu et de ne prendre les armes que lorsque les autres seraient fati- 
gues du combat. Cela nous conviendrait d'autant mieux que, par 
cette conduite circonspecte, nous serions dans un plus grand avan- 
tage, et ne pouvant pas par nos finances fournir ä une guerre longue, 
nous pourrions toujours soutenir les trois ou quatre dernieres cam- 
pagnes, en suivant la maxime du cardinal de Fleury: celui-lä reste 
le maitre de son adversaire qui a le dernier ecu dans sa poche. 

II est deux especes de guerres: celles qui se fönt par vanite, 
celles qui se fönt par interet. Ce sont des fols qui entreprennent 
celles de la premiere espece; il faut, pour s'engager dans celles de 
la seconde, avoir pris des mesures justes et ne divulguer son secret 
et le but qu'on se propose, que lorsque la paix devient* inevitable. 
Qui decouvre trop tot ses desseins, les fait avorter, parcequ'il donne 
ä ses ennemis et ä ses envieux le temps de s'y opposer. Qui sait 
se taire, peut parvenir ä faire de belles acquisitions ou, au pis aller, 
ä ne se pas couvrir de honte, s'il est oblige de faire une paix moins 
avantageuse qu'il Tavait espere. 

Les Russes et les Autrichiens doivent etre sans cesse observes 
par nous, la Russie par rapport aux affaires de Pologne et de Suede 
et aux alliances qu'elle pourrait projeter entre la Pologne et la cour 
de Vienne. L'Autriche demande de meme de grandes attentions, 
comme les principaux de nos ennemis, qui ont le dessein de placer 
le prince de Lorraine sur le tröne de Pologne 2 et qui voudraient 
etre despotiques dans l'Empire, toutes choses que nous ne saurions 
souffrir. A cela se demande, comment Fempecher? Voici les 
moyens que nous dicte le bon sens: nous allier avec les ennemis 

1 Vergl. S. 42 Anm. 3. — 2 Vergl. S. 41. 



51 

de nos ennemis, ä savoir la France, la Suede, quelques princes de 
l'Empire, si Ton peut, le roi de Sardaigne et le Türe m€me; tra- 
vailler ä rompre les dietes de Pologne, en depensant quelque somme 
ä propos, comme nous l'avons fait ; insinuer aux Polonais que la 
reine d'Hongrie et Timperatrice de Russie sont des voisins dange- 
reux, dont l'ambition pre"tend de disposer du tröne de Pologne sans 
l'aveu de la Republique et de rendre souverain le duc de Lorraine, 
apres l'y avoir place; mais surtout de faire sentir aux Turcs que 
c'est contre leur politique de souffrir que la Hongrie et la Pologne 
se trouvent reunies dans une meme famille. 

Dela conduite ä tenir vis-ä-vis des puissances de 

T E u r o p e. 

Un homme rompu dans la politique doit avoir une conduite 
toujours differente et toujours adaptee aux circonstances oü il se 
trouve, et aux personnes avec lesquelles il a ä faire. C'est un grand 
defaut en politique que d'agir toujours avec hauteur, de vouloir de- 
eider de tout par la force ou bien d'employer toujours la douceur 
et la souplesse. On devine bientöt un homme qui tient une conduite 
uniforme, et il ne faut point etre devine. S'il arrive que votre 
caractere est connu, vos ennemis disent : „nous ferons teile ou teile 
chose, il fera alors cela", et ils ne se trompent point; au lieu qu'en 
changeant et variant sa conduite, on les deroute, et ils se trompent 
dans les choses qu'ils croient prevoir. Mais une conduite aussi sage 
demande qu'on s'observe toujours, et que, loin de s'abandonner ä 
ses passions, on suive en esclave le parti que les veritables interets 
prescrivent d'embrasser. Le grand art est de cacher ses desseins, 
et pour cela il faut voiler son caractere et ne laisser entrevoir 
.qu'une fermete mesuree et temperee par la justice. 

J'ai täche de me conduire avec mes ennemis §ur ce plan. On 
a mis toute la politesse et toute la decence dans les negociations 
qu'il y a eues apres la paix avec la cour de Vienne. On en a use 
avec toute la douceur possible avec les Saxons, ä Farticle pres des 
dettes de la Steuer aux Prussiens, article stipule par la paix de 
Dresde , * et dont je ne pouvais rien relächer , sans faire un tort 
considerable ä beaueoup de bons citoyens. J'ai dissimule avec la 

1 Nach Artikel XI des Friedensvertrages mussten alle Schuldforde- 
rungen preussischer Unterthanen an die sächsische Ober-Steuer-Einnahme, 
sobald sie fällig waren, „ohnfehlbar" befriedigt werden. Vergl. S. 15 und 
P. C, Bd. V, 583; VI, 607; VII, 432; VIII, 603; IX, 487. 

4* 



52 

Russie, tant ä l'egard de l'affaire du capitaine Stackeiberg l que du 
rappel du sieur Gross , 2 que d'infinite de petits affronts qu'ils ont 
voulu me faire. J'ai dissimule sur tous ces points, ä cause que 
l'intention de la cour de Vienne (en faisant agir le chancelier 
Bestushew de la sorte) etait de me commettre avec la Russie, et 
qu'en effet les pretextes en etaient frivoles; ä cause qu'il faut bien 
se garder de faire ce que nos ennemis souhaitent que nous fassions, 
et, enfin, que la mauvaise volonte de la Russie ne vient que de la 
corruption d'un ministre qui, aujourd'hui en place, peut demain etre 
envoye en Siberie, par consequent, qu'il ne convient pas d'outrer 
les choses mal ä propos et de rendre la Russie un ennemi irrecon- 
ciliable, lorsqu'on peut esperer, ä la faveur d'un seul evenement, 
de rapprocher les interets. C'etait une grande faute ä Charles XII 
de changer d'ennemis et de s'acharner sans cesse sur les derniers. 3 
L'animosite des Autrichiens est celle dont il faut nous garder, et ä 
laquelle il convient de s ; opposer. Toutes les haines des autres puis- 
sances ne sont que des accessoires qu'il est bon de dissimuler. 

La conduite du roi George, toujours imperieuse et dure envers 
moi, m'a empeche de mettre dans les negociations qu'il y a eues 
avec les Anglais, toute l'amenite que j'aurais voulu. Le ministere 
anglais a refuse grossierement de faire justice aux marchands 
prussiens , dont des pirates anglais ont enleve les vaisseaux. 4 Le 
ministere de Hanovre s'est avise de m'attaquer ridiculement sur ma 
possession de la principaute de Frise. II a imprime des factums 
contre moi 5 et a meme voulu insinuer ä des cours qui sont en 

1 Stackeiberg war 1746 während einer Urlaubsreise nach seiner 
Heimath Livland von der russischen Regierung unter dem Vorgeben ver- 
haftet worden, russische Unterthanen zum Eintritt in preussischen Dienst 
geworben zu haben. Vergl. P. C, Bd. V, 567; VI, 594; IX, 105. 130. - 
2 Vergl. S. 42 und P. C., Bd. VIII, 602. — 3 Vergl. die ausführliche Be-^ 
gründung dieses Vorwurfes in dem 1759 verfassten Aufsatz des Königs: 
„Reflexions sur les talents militaires et sur le caractere de Charles XII, 
roi de Suede" (CEuvres, Bd. 7, S. 69 ff.). — 4 Während der Jahre 1745— 174S 
hatten englische Kaper unter dem Vorwand der Contrebande preussische 
Handelsschiffe aufgebracht. Vergebens drängte König Friedrich auf Ent- 
schädigung seiner Unterthanen. Vergl. S. 20 und P. C, Bd. V, 575; VI, 
602; VII, 427; VIII, 596. 597; IX, 479 und „Preussische Staatsschriften aus 
der Regierungszeit König Friedrichs IL", Bd. II, S. 433 ff. (Berlin 1^85). — 
5 Hannover, das auf Grund einer Erb Verbrüderung von 1691 Anspruch auf 
Ostfriesland erhob, hatte nicht nur 1745 die kaiserliche Bestätigung für 
die während des Interregnums durch das bayrische Vicariat vollzogene 
Belehnung König Friedrichs mit diesem Fürstenthum hintertrieben, sondern 
auch 1746 eine Klage beim Reichshofrath eingebracht. Als diese 1750 auf- 



— 53 - 

liaison avec lui , que j'avais empoisonne le prince de Frise. l De 
pareilles horreurs peuvent ä peine etre souffertes; mais personne 
n'a ajoute foi ä ces calomnies atroces. Des interets aussi contraires 
que les nötres et ceux des Hanovriens nous empechent d'e*tre amis, 
tant que Telectorat d'Hanovre gouverne la Grande-Bretagne, et des 
procedes aussi grossiers que ceux des ministres du roi George ne 
m'ont pas permis de mettre de la douceur dans ma conduite dans 
les affaires que nous avons eues ensemble. 

Les Francais demandent de grands menagements de ceux qui 
ont ä negocier avec eux. Si Ton veut gouverner le ministere 
francais, il faut lui persuader qu'on se laisse conduire par lui, de 
quoi on vient ä bout facilement, vu l'amour- propre de cette nation 
et la superiorite de lumieres qu'elle cr^it avoir sur le reste de 
l'Europe. J'ai defere par complaisance aux sentiments de Puyzieulx 
et de Saint-Contest dans des bagatelles, et je leur ai fait honneur 
de tous mes projets, comme si c'etai[en]t leurs idees que je croyais 
suivre. De cette facon on mene loin ces gens-lä, et dans les grandes 
occasions on les oblige de faire ce qu'on veut. 

Dans toutes les negociations que nous avons eues avec la Suede, 
nous leur avons donne des marques d'amitie et du desir que nous 
avons de les servir. 

Nous n'avons eu des negociations avec le Danemark que dans 
l'affaire de la comtesse Bentinck, et nous y avons mis tant de 
moderation que nous avons cede la moitie des demandes que nous 
avions proposees au commencement de la negociation. ■ II etait 
convenable de flatter cette puissance, pour Tattacher ä la Suede, et 
pour trouver en eile des dispositions pour nous allier avec eile dans 
le cas que la Russie voulüt detruire l'equilibre du Nord. 

genommen wurde, legte Preussen Einspruch am Reichstag ein. Damit 
flammte von neuem heftiger Streit auf. Vergl. S. 43 und P. C, ßd. I, 461. 
468; II, 525; III, 294; IV, 324; V, 183. 199; IX, 484, und „Preussische Staats- 
schriften aus der Regierungszeit König Friedrichs IL", Bd. II, S. 361 ff. 

1 Kard Edzard. — * Es handelt sich um eine Episode in dem Streit, 
den die Gräfin Bentinck mit ihrem seit 1740 von ihr geschiedenen Ge- 
mahl über die Ausführung ihres Scheidungsvertrages hatte. Durch den 
Reichshofrath war Sequester über die ihr gehörige Herrschaft Knyp- 
hausen in Ostfriesland verhängt und der König von Dänemark (als Graf 
von Oldenburg) mit dessen Ausführung betraut worden. Auf Bitte der 
Gräfin hatte ihr König Friedrich für obige Besitzung eine Schutz wache 
bewilligt. Daraufhin kam es zu langwierigen Auseinandersetzungen mit 
dem dänischen Hofe, die unter französischer Vermittlung erst im Sommer 
1754 ihren völligen Abschluss fanden. Vergl. P. C, Bd. VIII, 596; IX, 
478; X, 527. 



54 

Ainsi chaque conj(on]cture, chaque temps, chaque personne exi- 
gent une conduite differente. S'il est temps de rompre, il est bon de 
s'expliquer avec fermete et hauteur; mais il ne faut pas que Porage 
gronde, ä moins que la foudre ne tombe en m£me temps. A-t-on 
beaucoup d'ennemis, il faut les diviser, demeler lequel est Je plus 
irreconciliable , s'acharner ä celui-lä, negocier avec les autres, les 
endormir, faire des paix separees, düt-on meme y perdre, et quand 
une fois Tennemi capital est abattu, il est toujours temps de revenir 
et de tomber sur les autres, sous pretexte qu'ils n'ont pas execute 
leurs engagements. 

Des qualites des negociateurs. 

II y a une espece de gens plus honnetes que des espions 
vulgaires, dont la prqfession usitee dans le monde est autorisee par 
les souverains. Ils se les envoient reciproquement sous le titre 
d'ambassadeurs, de plenipotentiaires ou meme sous des noms moins 
honorables. C'est d'eux dont on se sert, pour endormir des envieux, 
pour corrompre des ennemis, pour decouvrir les desseins des voisins, 
pour faire des insinuations, des traites, des alliances etc. On choisit 
pour .cet emploi des gens d'un esprit souple et delie , discrets , in- 
corruptibles et capables de la plus profonde dissimulation. Ils 
doivent avoir acquis la connaissance des hommes; il faut qu'ils 
sachent dechiffrer, par les gestes et par ce qu'il y a de pantomime 
dans les differentes passions, les secretes pensees des personnes 
auxquelles ils ont ä faire, et que, par cette habitude longtemps 
reiteree, ils acquierent Tart de deviner les mysteres qu'on leur cache 
le plus soigneusement. Nous avons un seminaire d'ambassadeurs ; 
douze jeunes gens de condition, sous le titre de conseillers de legation. 
fönt leur apprentissage ä Berlin sous les yeux des ministres du 
cabinet. T 

Pour que l'Etat retire des Services importants de la legation 
des ministres, il est bon de les destiner aux cours oü Thumeur d'un 
chacun convient le mieux. 

Les negociations que nous avons ä present a Vienne, consistent 
en des chicanes. II faut y envoyer, par consequent, des ministres 
experts dans Taltercation qui, sans jamais s'emporter en paroles 
vaines, refutent solidement les arguments des Autrichiens. Le 
ministre prussien ä Vienne a Heu de se raidir sur les moindres 

1 Vergl. P. C, Bd. V, 34°. Diese 1747 geschaffene Anstalt ging während 
des Siebenjährigen Krieges ein und wurde 1775 auf Anordnung des Königs 
neu begründet (vergl. P. C, Bd. XXXVII, 198. 199; XXXVIII, 314. 315. 3»8> 



55 

bagatelles. S'il est bien d'en user quelquefois de complaisance avec 
ses voisins, cela ne doit jamais s'entendre vers la cour de Vienne, 
qui prend des complaisances pour des devoirs et se fait des droits 
chimeriques fondes sur les egards qu'on aura eus pour eile. Le 
ministre de Prusse qui reside ä Vienne, est proprement une vedette 
que la politique y a placee, pour y observer ce qui s'y trame contre 
nous. Ce ministre a differents moyens, pour y decouvrir ces mysteres 
d'iniquite. Les ministres des cours alliees se liguent ensemble, pour 
les decouvrir: ce que Tun apprend, il le cdmmunique ä l'autre et, 
par ces combinaisons , ils parviennent ä soupconner ou ä deviner 
meme de quoi il est question. L'envoye fait agir son secretaire 
qui, frequentant un monde tout different que son maitre, peut par 
ses conjectures augmenter ou diminuer les soupcons que Ton a des 
intrigues autrichiennes. 

Celui qu'on destine pour le ministere de France, doit etre sage 
et prudent, afin qu'il ne prenne pas feu aux saillies auxquelles les 
ministres francais sont sujets; il faut qu'il conserve son sang froid, 
pendant que les autres jettent leur feu, et qu'apres les avoir laisse 
parier, il les ramene tout doucement par des reflexions solides. 
L'etroite union qui subsiste entre les deux cours, a produit que, de 
notre cöte, nous avons negocie assez rondement avec eux. C'est 
une bonne maxime : Trop de finesse dans les negociations embarrasse 
les affaires et les gäte meme. Par cette raison, je me suis bien 
trouve de ne pas vouloir tirer au fin T avec mes allies. II faut 
cependant etre sur ses gardes avec les Francais, par la raison que 
l'usage de leur politique est de mettre en avant leurs allies le plus 
qu'ils peuvent, et de jouer derriere le rideau, röle qui ne nous con- 
vient en aucune maniere, qui nous chargerait de la haine des autres 
puissances, et qui, en nous exposant beaucoup, remettrait sans cesse 
la disposition de notre sort entre les mains des Francais. 

La conduite qu'on doit tenir envers ses ennemis, est differente ; 
il faut leur cacher ses desseins et dissimuler ses ressentiments. Si 
nous sommes mal avec la cour de Londres, un espion y suffit; si 
nous sommes bien avec eile, il faut y envoyer un agreable debauche 
qui porte, s'il se peut, mieux son vin que les Anglais, et qui, ayant 
bu, ne dise point ce qu'il doit taire. II faut, de plus, que ce soit 
un homme populaire et qui ait un exterieur de franchise. En Hoi- 
lande, on emploiera avec avantage un homme qui aura des manieres 
simples et du bon sens. Le secret est entre trop de personnes dans 
cette Republique pour qu'il y soit garde longtemps ; pour peu qu'un 

1 Lies: jouer au fin. 



56 

negociateur soit habile et veuille se donner de la peine, il peut le 
decouvrir. On fera un bon choix, si Ton envoie en Suede un homme 
sage qui ne se laisse point entrainer par les partis nationaux et qui, 
loin de tremper dans les intrigues des particuliers , travaille plutöt 
ä concilier les esprits. II faut en Danemark un homme ferme, ruse 
et sage. La cour de Petersbourg veut un homme intrigant et qui 
ait assez de penetration pour ne point s'en laisser imposer aux 
ostentations dont les Russes sont si prodigues ; il faut de plus qu'il [ait] 
le talent de seduire avec assez de circonspection pour que ceux dont 
il a achete Tamitie, n'aient pas Heu d'en rougir en public. La cour 
de Pologne ou de Saxe (ce qui ä present est synonyme) demande 
un homme mesure dans ses discours, retors dans les intrigues, ferme 
pour en imposer aux Saxons, lorsque, sous des pretextes frivoles, 
ils tendent ä eluder Tesprit du traite de Dresde, x adroit pour rompre 
les dietes de Pologne, lorsqu'il est de l'interet de la Prusse de les 
A^oir rompues. 

Ces ministres, choisis Selon leurs differentes qualites et distri- 
bue\s aux cours etrangeres, comme je viens de le dire, recoivent 
immediatement mes instructions. Si celui de Vienne donne avis ce 
quelque nouveau complot qui se forme, on mande d'abord aux autres 
ministres de tächer d'en decouvrir la verite, et il arrive qu'on 
eclaircit ä La Haye une intrigue formee a Petersbourg, qu'on 
apprend en Danemark ce qui se prepare en Pologne, que le ministre 
qu'on a en Angleterre, nous instruit des menees de la cour de 
Vienne etc. Je me suis si bien trouve de cette communication des 
nouvelles que je n'en saurais assez recommander l'usage a la posterite. 

Des corruptions qu'il faut faire, et comment il faut 

s'en garder chez soi. 

Les ministres que Ton a aux cours etrangeres, peuvent ä la 
verite avertir de beaucoup de choses; mais ce n'est pas süffisant, 
et il faut, ä quelque prix que ce soit, gagner des personnes en etat 
de procurer des nouvelles puisees de source. J'ai ä mes gages trois 
personnes qui m'ont trahi les chiffres et les secrets de leurs cours. ~ 

* Vergl. S. 51. — * Seit Frühjahr 1747 der österreichische Gesandtschafts- 
secretär Maximilian von Weingarten (vergl. P. C, Bd. VIII, 539; IX, 444; 
XII, 430. 499; XIII, 139 und „Preussische Staatsschriften aus der Regierungs- 
zeit König Friedrichs IL", Bd. 3, S. 478 ff.) und seit dem Frühjahr 1752 
der Kanzlist des sächsischen Cabinetsministeriums Friedrich Wilhelm 
Menzel (vergl. P. C, Bd. IX, 84. 487; X, 537; XI, 485; XII, 514; XIII, 618 
und OEuvres, Bd. 4, S. 18. 34 f.). Nähere Angaben über den dritten Spion 
liegen nicht vor. 



57 

Ces sortes de miserables sont utiles; ils sont comme des boussoles 
qui conduisent les navigateurs, pendant que les sombres nuages de 
la politique leur cachent le jour. II faut surtout avoir de cette 
espece de gens en temps de guerre, pour etre averti des projets de 
campagne que la cour a approuves, et des ordres qui sont exp£dies 
aux generaux ennemis. Par ces sortes de nouvelles que le prince 
Eugene recevait de Versailles, il se vit en etat de deconcerter les 
desseins des Francais. Je travaille actuellement ä m'ouvrir de ces 
canaux qui puissent me rendre les memes Services. ü 

La meme raison qui nous fait travailler ä corrompre des gens 
en place et qui peuvent nous informer des projets de nos ennemis, 
la meme raison, dis-je, invite nos ennemis ä faire la meme chose 
chez nous. Les secretaires du cabinet, les secretaires du bureau 
des affaires etrangeres, du bureau de la guerre, de celui des finances 
et les secretaires de legation sont ceux dont la corruption pourrait 
faire le plus grand tort aux affaires d'Etat. Par cette raison, j'ai 
des surveillants inconnus qui les epient et observent leurs demarches 
avec la plus grande attention. On doit se defier surtout des per- 
sonnes dont le derangement et la mauvaise economie les met sans 
cesse dans le besoin d'argent, et qui, pour satisfaire leurs creanciers 
et leur goüt pour la depense, deviennent traitres plutöt par legerete 
d'esprit que par noirceur. Ces sortes de caracteres ne sont pas 
recues parmi ceux auxquels on confie des choses importantes; on 
choisit dans ces bureaux des gens du pays, riches, de bonnes moeurs 
et de la discr€tion desquels on est assure ; on veille ä le*ur depense : 
si eile excede leur revenu, c'est un indice qu'il faut eclaircir sur-le- 
champ. On tient ä ses gages des domestiques des ministres etrangers, 
pour etre instruit de tous ceux qui frequentent leurs maisons, de 
ceux qui frequentent les secretaires d'ambassade (gens dangereux), 
et en un mot, de tout ce qui se passe chez eux, et sur des soup- 
cons on arrete des personnes qu'on interroge et qu'on relache, si 
elles sont trouvees innocentes. 

Des grands projets de politique. 

Les projets trop vastes et trop compliques reussissent aussi 
peu en politique que les evolutions trop composees reussissent peu 
ä la guerre. Quand Louis XIV youlut que TAngleterre, la Suede, 

1 Vergl. P. C, Bd. IX, 94. Am 22. April 1752 schreibt der König: 
„Dans le temps oü nous sommes, il est devenu presque du droit des 
gens que les ministres aux cours etrangeres tächent par tous les moyens 
possibles ä se procurer des confidents secrets" (vergl. P. C, Bd. IX, 95). 



5 3 

Pev6que de Münster et le duc de Brunswick conspirassent avec lui 
la ruine des Provinces-Unies , il ne tarda pas ä voir ses allies se 
ranger du cöte de la Hollande oppressee. r Lorsqu' Alberoni voulut 
armer toute PEtirope contre le roi d'Angleterre et la maisond'Autriche, 
ses projets expirerent dans leur berceau , 2 parceque Charles XII 
mourut, 3 que le Czar fut occupe par la guerre de Perse, et que le 
duc d'Orleans, regent de la France, se trouva plus adroit que lui. 
Lorsqu 'avant la mort [de] Charles II, 4 roi d'Espagne, PEurope 
regia la succession litigieuse de cette monarchie et nomma le prince 
de Baviere au tröne d'Espagne, ce jeune Prince mourut 5 et derangea 
les traites et les mesures prises avec tant de prudence. Quand la 
Russie et Pempereur Charles VI reglerent avec nous Pelection de 
la Pologne avant la mort d' Auguste I er , il se trouva qu'ils chan- 
gerent tous de mesure ä la mort de ce Prince, et que le traite fait 
devint inutile. 6 En vain Pempereur Charles VI voulut-il regier sa 
succession; en vain obtint-il de presque toutes les puissances de 
PEurope la garantie de la Pragmatique Sanction 7 ; sa mort emporta 
Phomme et effaca ses projets. 

Tous ces exemples fönt voir que de grands arrangements, pris 
de trop bonne heure, ne reussissent jamais, et que la politique, 
etant sujette ä trop de cas fortuits, ne donne point ä Pesprit humain 

1 Ludwig XIV. verband sich 1670 mit England, 1671 mit Bischof 
Christoph Bernhard von Münster, Herzog Johann Friedrich von Hannover 
und Bischof prnst August von Osnabrück, 1672 auch mit Schweden gegen 
Holland, das er 1672 angriff. Doch 1674 schlössen diese Frieden mit Hol- 
land oder, wie der Bischof von Osnabrück, ein Bündnis mit dem Kaiser; 
nur der Herzog von Hannover blieb den Franzosen treu, und erst Ende 
1674 zog Schweden ins Feld, dann aber gegen Brandenburg. — 2 Cardinal 
Alberoni plante 17 17 1 19 die Wiederherstellung der altspanischen Macht; 
sein Vorhaben scheiterte an dem Widerstand der Quadrupelallianz zwischen 
Frankreich, England, dem Kaiser und Holland. — 3 Karl XII. fiel vor 
Friedrichshall am 1 1 . December 1 7 1 8. — 4 In der Vorlage verschrieben : 
Charles VII. — 5 Churprinz Joseph Ferdinand, von Karl IL 1098 zum Uni- 
versalerben der spanischen Monarchie eingesetzt, starb am 6. Februar 1699. 
Mit. dem Tode Karls II. am 1. November 1700 kam der Kampf um seine 
Nachfolge zum Ausbruch. — 6 In einem Vertrage vom 13. December 1732 
(gedruckt in „Preussens Staatsverträgen aus der Regierungszeit König 
Friedrich Wilhelms L", hrsg. von Loewe, S. 4 2 9 ff. ; Publicationen aus den 
K. Preussischen Staatsarchiven, Bd. 87; Leipzig 1913) war für Polen die 
Candidatur des Infanten Emanuel von Portugal in Aussicht genommen. 
Der Vertrag gelangte nicht zur Ratificirung, und als Churfürst Friedrich 
August I. (als König von Polen: August II.) am 1. Februar 1733 starb, 
verständigte sich sein Sohn nunmehr mit Oesterreich und Russland (vergl. 
S. 46). — 7 Vom 19. April 17 13. 



59 

de prise sur les evenements ä naitre et sur tout ce qui est du d£- 
partement des contingents futurs. La politique consiste plutöt ä 
profiter des conjonctures favorables qu'ä les preparer d'avance. 
C'est pourquoi je vous conseille de ne pas faire des traites anticipes 
sur des evenements incertains et de garder les mains libres, pour 
que vous puissiez prendre votre parti selon le temps, les lieux, la 
Situation de vos affaires, en un mot, selon que votre interet Texigera 
alors de vous. Je nie suis bien trouve d'en avoir use ainsi l'annee 
1740, et j'en fais de meme ä present pour les affaires de Pologne : I 
j'avertis la France des desseins de la maison d'Autriche, 2 je la 
presse d'eveiller le Türe , 3 mais je me garde bien de me lier par 
des traites, et j'attends l'evenement, pour alors prendre mon parti. 

Reveries politiques. 

Voici pour le solide et pour le fond de conduite qu'il convient 
de tenir dans cet Etat. Venons-en ä present au chimerique. La 
politique a sa metaphysique, et comme il n'y a [pas] de philosophe 
qui ne se soit amuse ä faire son Systeme et n'ait explique selon son 
genie ces choses abstraites, il est permis de meme aux politiques 
de s'egayer dans le vaste cliamp 4 des projets chimeriques, qui 
quelquefois peuvent devenir reels, si on ne les perd pas de vue, et 
que quelques generations de suite, en cheminant vers le meme but, 
aient assez d'art pour cacher profondement leurs desseins aux yeux 
curieux et penetrants des puissances europeennes. 

Machiavel dit qu'une puissance desinteressee qui se trouverait 
parmi des puissances ambitieuses, ne manquerait pas de perir enf in. 5 
J'en suis bien fache, mais je suis oblige d'avouer que Machiavel a 
raison. II faut necessairement aux princes de l'ambition, mais il 
faut qu'elle soit sage, mesuree et eclairee par la raison. . Si le desir 
de son agrandissement ne procure pas des acquisitions au prince- 
politique, du moins soutient-il sa puissance, parceque les memes 
moyens qu'il destine ä agir offensivement, se trouvent toujours tout 
prets pour defendre TEtat, en cas que cette defense soit necessaire, 
et qu'il s'y trouve oblige. 

On s'agrandit de deux manieres, par de riches successions ou 
par des conquetes. 

1 Gemeint ist der österreichische Plan der Erhebung- des Lothringers 
auf den polnischen Thron (vergl. S. 4 1 )- — * Vergl. P. C, Bd. \TII, 597; IX, 
481.— 3 Vergl. P. C, Bd. VIII, 553. 554. 572. 573- 578; IX, 19. 24. 32. — 4 I n 
der Vorlage verschrieben: chou. — 5 Gemeint sind wohl die Worte im 
„Principe" (cap. 15): „Un uomo, che voglia fare in tutte le parti pfofessione 
di buono, conviene che rovini infra tanti, che non sono buoni.'* 



6o 

Des successions qui peuvent retomber ä la maison 

r o y a 1 e. 

La maison de Brandebourg a des droits de succession incontes- 
tables sur les marquisats de Baireuth et d'Ansbach. T Ces heritages 
ne sauraient lui etre disputes; le droit est trop clair pour que la 
chicane püt le rendre litigieux, et de plus, il n'y a aucun prince 
qui, ä l'extinction des deux lignes regnantes de Franconie, peut 
apporter la moindre Opposition ä la prise de possession de la branche 
royale. 

Nos pretentions sur le Mecklembourg sont aussi claires que les 
premieres; elles sont fondees sur un traite de conf raternite , fait 
entre les electeurs et les ducs de Mecklembourg; 2 cependant ä 
l'extinction de ces ducs l'affaire deviendrait litigieuse. La maison 
de Hanovre qui a trouve ce duche ä sa bienseance, sous pretexte 
du sequestre imperial, s'est mise en possession de quelques bailliages 
mecklembourgeois 3 et, par un compte autant arbitraire que ridicule, 
eile fait monter les frais du sequestre a des sommes si exorbitantes 
qu'elle croit, ä la faveur de ces grandes avances, garder un pied 
dans le pays et en partager une bonne partie avec la Prusse lors 
de l'extinction des ducs regnants. II y a actuellement huit princes 
de Mecklembourg en vie ; le cas de l'heritage ne parait pas prochain ; 
du moins parait-il sür que je ne le verrai pas. S'il arrivait dans la 
suite des temps, je serais d'avis qu'il faudrait, sans differer, se mettre 
en possession du duche et en chasser les troupes hanovriennes (ce 
qui ne serait pas difficile) et maintenir ses droits l'epee a la main, 
parceque le droit de possession donne un grand avantage dans le 
Saint-Empire Romain, et qu'on plaide ä son aise, quand on tire 

1 Die beiden von Churfürst Albrecht Achilles gestifteten fränkischen 
Secundogenituren wurden nach ihrem Heimfall, der 1603 mit dem Tode 
des Markgrafen Georg" Friedrich stattfand, von Churfürst Joachim Fried- 
rich neu begründet. Die Vereinigung beider Fürstenthümer erfolgte 1769 
und 1791 ihre Uebertragung an Preussen. Für den geheimen Vertrag 
vom 24. Juni 1752, das sogenannte „pactum Fridericianum", welches die 
alten Familienpacte erneuerte und die Wiedervereinigung der Markgraf- 
schaften mit der Krone Preussen von neuem festsetzte, vergl. P. C, Bd. IX, 
477; der Vertrag ist gedruckt bei H. Schulze, „Die Hausgesetze der re- 
gierenden deutschen Fürstenhäuser," Bd. III, S. 740 ff. (Jena 1883). — 2 Die 
Eventualsuccession war festgesetzt durch den Wittstocker Vertrag vom 
12. April 1442, erneuert 1693, 1708, 1717 und am 14. April 1752: vergl. P. C, 
Bd. IX, 60, ferner H. Schulze, „Die Hausgesetze" usw., Bd. II, S. 208 ff. 
(Jena 1878) und „Preussens Staatsverträge aus der Regierungszeit König 
Friedrich Wilhelms I.", hrsg. von Loewe, S. 177 ff. — 3 Vergl. S. 43, 
Anm. 4. 



6i 

tranquillement les revenus de son acquisition. II serait heureux 
pour l'Etat que ce cas echüt dans un temps oü le roi d'Angleterre 
se trouvät ou en guerre ou brouille avec la maison d'Autriche, ou 
que celle-ci eüt une guerre difficile ä soutenir, soit en Hongrie, soit 
dans le Milanais. Alors il n'y aurait pas de peine ä prouver que les 
Hanovriens ont tort, et que le droit incontestable est de notre cöte. 

Des acquisitions par droit de bienseance. 

De toutes les provinces de l'Europe il n'en est aucune qui 
convienne 1 mieux ä l'Etat que la Saxe, la Prusse polonaise et la 
Pomeranie suedoise, ä cause que toutes trois l'arrondissent. 

La Saxe cependant serait la plus utile; eile reculerait le plus 
la frontiere et couvrirait Berlin, ce siege de l'empire, oü se trouve 
la famille royale, le tresor et toutes les cours souveraines de justice, 
de finance et de monnaie, cette capitale trop vaste pour etre defendue, 
et demantelee par une faute de mon pere. 2 La Saxe remedie ä la 
faiblesse de la capitale et la couvre doublement par l'Elbe et par 
les montagnes qui la separent de la Boheme. Si Ton etait maitre 
de la Saxe, il faudrait faire de Torgau une place formidable. con- 
struire aupres de Wittenberg, mais plus pres de l'Elbe, une forte- 
resse dans le goüt de Huningue , 3 travailler a la hauteur qui est 
en delä de Zittau, de meme qu'ä celle qui est en deca de Peters- 
walde: par deux grands forts on boucherait ces deux chemins de 
la Boheme; il ne resterait que ceux qui menent a Carlsbad, a Teplitz 
et ä Gera , 4 ä defendre , mais ces endroits seraient d'autant plus 
difficiles ä passer pour une armee autrichienne qu'elle serait obligee 
de conduire ses vivres a charrois par des chemins affreux, longs et 
presque impraticables. Un general habile defendrait sans peine ces 
trois dernieres entrees, et l'Electorat serait couvert et entoure d'une 
double barriere. 

Quand meme on ne pourrait pas ajouter toute la Saxe ä l'Etat, 
on pourrait se contenter de la Lusace et prendre le cours de l'Elbe 
pour limite, ce qui remplirait le but qu'on se propose, en partie 
par l'arrondissement de la frontiere et par trois forteresses et un 
fleuve, dont Tabord formidable couvrirait la capitale contre l'insulte 
des ennemis. 

1 Vorlage: conviennent. — 2 Während der Jahre 1 734— • 737 wurde 
der grösste Theil der Befestigungen Berlins auf der Köllnischen Seite 
entfernt. Vergl. Nicolai, Beschreibung der Königlichen Residenzstädte- 
Berlin und Potsdam, Bd. i, S. XXXVII (Berlin 1779). — 3 Die Festung 
Hüningen war von Vauban erbaut. — 4 Gemeint ist wohl die Strasse 
über Eger nach Gera. 



62 

Vous pensez sans doute qu'il ne suffit pas d'indiquer les pays 
qui sont de notre convenience, mais qu'il faut proposer les moyens 
pour les acquerir. 1 Les voici: II faut dissimuler et cacher son" 
d essein, profiter des conjonctures , attendre patiemment Celles qui 
nous sont favorables, et quand elles sont venues, agir avec vigueur. 
Ce qui faciliterait cette conquete, serait, si la Saxe etait en alliance 
avec la reine d'Hongrie, et que cette Princesse ou ses descendants 
rompissent avec la Prusse. Ce serait un pretexte, pour entrer en 
Saxe, pour desarmer les troupes et se fortifier dans le pays. On 
tranquilliserait meme la France, 2 en lui representant qu'il est contre 
la politique (quand on fait la guerre) de laisser ä dos un ennemi 
aussi puissant que la Saxe. II serait facile de desarmer les Saxons, 
en faisant entrer par Halle, Brandebourg, Wusterhausen, Crossen 
et Naumbourg 3 cinq corps de troupes qui, pretextant de marcher 
en Boheme, enleveraient en chemin les garnisons saxonnes. On 
aurait un corps de cavalerie ä la tete de chaque colonne, pour 
empecher ces garnisons de s'enfuir ou de se joindre ä Dresde. Les 
troupes qui s'assembleraient aupres de Halle, marcheraient sur 
Leipzig, Mersebourg, Weissenfeis et Naumbourg 4 (cette derniere 
ville est importante pour le passage de l'Elster) ; ces faibles garnisons 
seraient forcees de mettre les armes bas. Le corps de Potsdam 
marcherait sur Wittenberg, dont on ferait faire le siege, en passant 
l'Elbe avec le reste des troupes, pour tomber sur les quartiers entre 
la Saale et l'Elbe. Le corps de Wusterhausen tomberait sur Torgau 
et toutes les garnisons voisines; celui de Crossen prendrait Guben, 
Forst etc.; celui de Naumbourg tomberait sur Görlitz, Zittau et 
Bautzen , et au moindre signal on se joindrait en decä ou en delä 
de l'Elbe, pour chasser les Saxons de Dresde et nettoyer les mon- 
tagnes voisines de la Boheme. Si Ton s'assemble en delä de l'Elbe, 
il faut eviter les defiles de Meissen et de Kesselsdorf et prendre 
[sa route] par Wilsdruff. II est sür que, malgre toutes les precautions 
et toute la diligence qu'on pourrait mettre dans cette expedition, 
que les troupes saxonnes des garnisons de Chemnitz, Freiberg et 
des montagnes se sauveraient en Boheme. Mais ce ne serait pas 
une affaire, et l'amour de la patrie, Joint au defaut de paye les 
dissiperaient dans peu de temps. 

Pour que ce projet püt reussir en entier, il faudrait que, pendant 

1 Für den Feldzugsplan gegen Sachsen vergl. die Ausführungen in 
Friedrichs Schrift: „Les principes generaux de la guerre" (CEuvres, Bd. 28, 
S. 9 f.). — * Die Dauphine Maria Josepha war eine sächsische Prinzessin. — 
3 Naumburg am Queiss. — 4 Naumburg an der Saale. 



63 - 

qu'on serait en guerre avec TAutriche et la Saxe, la Russie le füt 
avec le Türe, et il faudrait de plus susciter le plus d'ennemis qu'on 
pourrait, ä la cour de Vienne, pour n'avoir pas toutes ses forces 
ä combattre. 

Apres avoir subjugue la Saxe, il serait necessaire de porter 
la guerre en Moravie. T Une bataille decisive gagnee dans cette 
province ouvrirait les portes d'Olmütz et de Brunn et approcherait 
la guerre de la capitale. Dans le cours raeme de la campagne, on 
ferait bien de lever 40000 hommes en Saxe, de prendre pour des 
subsides des troupes des princes de l'Empire et de se procurer de 
nouvelles forces. La campagne suivante on travaillerait ä faire 
soulever la Hongrie. 20000 hommes de ces nouvelles levees entre- 
raient en Boheme et conquerraient sans peine ce royaume prive 
de defenseurs. Si, dans ces con jonetures , l'Angleterre se trouvait 
gouvernee par un roi indolent, on n'aurait pas besoin de penser ä 
Telectorat de Hanovre ; mais en cas que ce füt un prince belliqueux r 
on persuaderait ä la France de faire une diversion (par le moyen 
de ses troupes subsidiaires) dans cet electorat, ce qui procurerait 
des coudees franches ä la Prusse. Cette expedition de Hanovre 
forcerait l'Angleterre ä souscrire aux conditions que la France et 
ses allies voudraient exiger, et, par la paix, la France ferait Tacqui- 
sition de la Flandre, la Prusse rendrait la Moravie ä la reine de 
Hongrie et troquerait la Boheme contre la Saxe avec le roi de 
Pologne. 

J'avoue que ce projet ne peut s'executer sans beaueoup de 
fortune; mais si on le manque, pourvu qu'on ne divulgue pas son 
secret, on n'en essuie aueune honte, et quand meme on ne gagnerait 
pas du premier coup la Saxe entiere, il est certain qu'il serait tres 
faisable d'en demembrer une partie. Les points prineipaux seraient 
que la Russie et la reine d'Hongrie eussent ä soutenir une guerre 
contre le Türe, la France et le roi de Sardaigne. 

La province qui nous conviendrait le mieux apres la Saxe, ce 
serait la Prusse polonaise. Elle separe la Prusse de la Pomeranie 
et empeche de soutenir la premiere, par les difficultes qu'y met la 
Vistule, et par Tapprehension des descentes que les Russes pourraient 
faire par le moyen du port de Danzig. Ceci vous paraitra plus 
evident, si vous voulez bien considerer que le royaume de Prusse 
ne peut etre attaque que par les Moscovites ; que , s'ils fönt une 

1 Für Friedrichs Feldzugsplan gegen Oesterreich und den Angriff 
auf Mähren vergl. seine Ausführungen in den „Principes generaux de la 
guerre" (CEuvres. Bd. 28, S. 11 — 14). 



64 

descente ä Danzig. ils coupent F armee de Prusse de toute la 
connexion qu'elle a avec ce pays ici. et que, si cette armee etait 
obligee de se retirer, on serait oblige de lui envoyer au-devant un 
corps de troupes considerable , pour lui faciliter le passage de la 
Vistule. 

Je ne crois pas que la voie des armes soit le meilleur moyen, 
pour aj outer cette province au royaume, et je serais tente de vous 
dire ce que Victor Amadee. roi de Sardaigne, repetait ä Charles 
Emanuel: „Mon fils , il faut manger le Milanais comme un 
artichaut, feuille par feuille." 1 La Pologne est un royaume electif ; 
ä la mort de ses rois eile est sans cesse troublee par des factions. 
C'est de quoi il faut profiter et gagner, par sa neutralite, tantöt une 
vilie, tantöt un autre district, jusqu'ä ce que tout soit mange. 

Ceux qui seront assez heureux que d'achever cette acquisition, 
fortifieront sans doute Thorn, Elbing et Marienwerder et eleveront 
meme des moindres places le long de la Vistule, ce qui rendrait 
vaines toutes les entreprises que la Russie pourrait faire contre 
nous. II est certain que leurs troupes regulieres ne sont pas redou- 
tables. mais leurs Kalmouks. leurs Tartares, peuples incendiaires et 
-cruels, devastent les contrees, amenent des nations en captivite et 
brülent tous les lieux oü ils se trouvent les plus forts. C'est ainsi 
qu'ils en ont use en Finlande. et ce qui vous doit portef ä eviter 
la guerre avec la Russie autant que votre reputation vous le permet. 

Les acquisitions qu'on fait par la plume, sont toujours preferables 
ä Celles que Ton fait avec l'epee. On y court moins de hasards. 
■et on n'y ruine ni sa bourse ni son armee. Je crois qu'en faisant 
la conquete pacifique de la Prusse , il serait absolument necessaire 
•de reserver Danzig pour le dernier morceau , a cause que cette 
acquisition fera beaucoup crier les Polonais, qui debitent tout leur 
ble par Danzig, et qui craindraient avec raison de devenir dependants 
de la Prusse par les impöts qu'elle pourrait mettre. par le moyen 
de la Vistule et du port de la Münde, sur toutes les denrees que 
les seigneurs sarmates vendent aux autres nations. 

La Pomeranie suedoise est la province qui nous convient le 
mieux apres Celles dont je viens de parier. Cette acquisition ne saurait 
•se faire que par des traites. Je crois que le projet en est plus 
chimerique encore que des precedentes. Voici, cependant, comment 
cela pourrait reussir. La Russie, comme la puissance la plus con- 

1 Die Worte sind in der Vorlage unterstrichen. Vergl. „Histoire de 
mon temps" (Publicationen aus den K. Preuss. Staatsarchiven, Bd. 4. S. 188, 
und (Euvres, Bd. 2, S. 31). 



65 

siderable du Nord , alliait * la Suede ä la Prusse, 2 pour etablir un 
contre-poids dans la balance des pouvoirs. Si donc, dans une con- 
joncture heureuse oü la Russie aurait une guerre sur les bras. la 
Suede formait le dessein de revendiquer la Livonie, pourquoi la 
Prusse ne lui promettrait-elle pas son assistance, ä condition que, 
le projet execute, la Suede cederait ä la Prusse cette partie de la 
Pomeranie situee au dela de la PeeneV Voici la difficulte pour 
attaquer la Russie du cöte de la Livonie et de l'Esthonie: il faut 
necessairement avoir la superiorite sur mer. La flotte suedoise est 
faible, et nous n'avons pas une galere. II serait donc impossible 
d'assieger Reval, Narva et les autres places, sans compter que 
Farticle des vivres serait peut-etre tout-ä-fait impraticable, et supposant 
m£me que la Prusse reussit dans la conquete de la Livonie, n'est-il 
pas presque demontre que la Suede ne saurait avancer du cöte de 
la Finlande, empechee par les forteresses des Russes que leur assiette 
rend inattaquables ? Ainsi, apres beaucoup de sang verse, ä la paix 
ce serait un rendu. et chacun resterait en possession de ce qu'il a 
eu, avant de la commencer. 

Voilä ä peu pres tout ce que je peux dire touchant les acqui- 
sitions qui sont de notre convenience. Si cette maison produit de 
grands princes, si Tarmee se maintient dans la discipline oü eile est 
a present, si les souverains economisent en temps de paix, pour 
fournir aux depenses de la guerre, s'ils savent profiter avec habilete 
et sagesse des evenements, s'ils sont enfin entendus eux-memes, je 
ne doute point que TEtat n'aille en s'accroissant et en s'agrandissant, 
et qu'avec le temps la Prusse ne devienne une des plus considerables 
puissances de TEurope. 

Du butauquel on doit se proposer d'atteindre, pour 
consolider la puissance de l'Etat. 

Notre Etat manque encore de force intrinseque. Toutes nos 
provinces ne contiennent que cinq millions d'ämes. Le militaire est 
respectable, mais il n'est pas assez nombreux pour resister aux 
ennemis qui nous environnent. Nos revenus sont considerables, mais 
nous manquons de ressource en cas de necessite. Par industrie 
nous nous tirons d'affaire avec les troupes, en les faisant manoeuvrer 
deux fois plus que Celles de Tennemi et lui presentant, de quelque 
cöte qu'il vienne, toujours les memes hommes, ce qui ne laisse pas 
de les fatiguer beaucoup et de supposer beaucoup de vigilance dans 
celui qui les mene. Nos finances tournent toutes en epargnes et 

1 Vorlage: allie. — 2 Vergl. S. 45. 
Corresp. Friedr. IT. Ergänzungsband. 5 



66 

nous servent ä faire la guerre, sahs que nous ayons d'autres secours 
que ceux de la sagesse dans leur administration. Or, pour que le 
destin de PEtat soit solide, il ne faut pas que sa fortune tienne aux 
qualites bonnes ou mauvaises d'un seul homme. Pour qu'il se sou- 
tienne par lui-meme, voilä ce me semble le pied oü le militaire et 
les finances devraient etre portes. Je voudrais qu'on eüt assez de 
provinces pour entretenir iSocoo hommes, ce qui en feraient 44000 
de plus qu'il y en a ä present ; je voudrais que, toutes les depenses 
faites, il se trouvät tous les ans un surplus de 5 millions d'ecus, 
sür lesquels il ne faudrait assigner aucun revenu fixe, mais dont le 
souverain pourrait disposer ä sa fantaisie, apres avoir amasse 
20 millions dans le tresor. Ces 5 millions sont a peu pres les frais 
d'une campagne, T moyennant quoi on ferait la guerre de ses revenus, 
sans s'incommoder et sans charger personne , et en temps de paix 
on emploierait ce revenu ä toute sorte d'usages utiles ä l'Etat. 

Des changements qui pourront arriver en Europe. 

Comme nous sommes en train de nous livrer aux saillies de 
Timagination, il ne sera pas hors de propos de dire ici ce que Ton 
peut prevoir des changements qui arriveront en Europe. 

Je me garde bien de faire le devin ; je laisse ä Nostradamus ses 
Centuries 2 et aux prophetes les obscurites de leurs saintes enigmes ; 
je ne fais que lire par Fenchainure des evenements ce qui semblent 
en etre les suites naturelles. Mais comme mes conjectures sont 
assujetties ä des accidents inopines, qu'il faudrait penetrer des com- 
binaisons cachees, connaitre les habitants futurs de ce globe, savoir 
quels Etats porteront de grands hommes et quelles puissances 
s'amolliront, je ne donne toutes les choses que je prevois, que comme 
des reveries politiques ou comme des ombres privees de leur corps. 

L'Autriche: II parait que la maison d'Autriche ne se de- 
partira pas de son ancienne politique. Les ministres en sont les 
depositaires , et jusqu'ici les princes de cette maison ont defere ä 
leurs avis. Vous voyez depuis Ferdinand I er une pratique constante 
des memes maximes, un esprit de domination en toute chose, des 
tentatives frequentes d'etablir le despotisme dans TEmpire , une 
fermete opiniätre dans la mauvaise comme dans la bonne fortune, 
une raideur qui souvent a nui aux Empereurs. Vous voyez qu'ils 
affectent du mepris pour leurs allies qu'ils traitent comme leurs 

1 Vergl. S. 36. — 2 Nostradamus (Michel de Notredame), französischer 
Astrolog, verfasste Prophezeiungen, die er 1555 unter dem Titel „Les 
Centuries de Nostradamus" veröffentlichte. 



67 

esclaves, qu'ils ont paye d'ingratitude tous ceux qui leur ont rendu 
Service , qu'ils tournent toujours leur ressentiment contre celui qui 
les offense le dernier, et que, sachant dissimuler, ils n'ont jamais 
eu Part de mettre de la souplesse dans leurs negociations ni de 
ramenite dans leurs manieres. 

Voici ce qu'il y a contre cette puissance. Vous avez entendu 
par mon propre aveu que je n'ai pas la conscience nette vis-a-vis 
de cette Princesse. T Mais si faimerais ä lui ravir la Boheme, le 
roi de Sardaigne ne desirerait pas moins de lui prendre le Milanais, 
le Türe de subjuguer la Hongrie, le roi de France de joindre la 
Flandre ä son royaume, et la Baviere meme ferait revivre ses pre- 
tentions ä la charge de la maison d'Autriche, 2 pour peu qu'elle vit 
jour de les faire valoir. La mort du roi d' Angleterre , qui doit 
arriver bientöt , 3 de meme que la disgräce de Bestushew ou teile 
revolution qui arrive en Russie, seront tres desavantageuses ä la 
maison d'Autriche, qui ne peut rien esperer des Hollandais, vu leur 
grande faiblesse, et qui ne saurait s'attendre ä de grands secours 
de la part de la Saxe. 

Voici le pour: La Reine a mis dans ses finances un meilleur 
ordre qu'aucun de ses ancetres; sa bonne economie a repare pour 
ses revenus la perte qu'elle a faite de quelques belies provinces. 
Elle entretient actuellement 140000 hommes de troupes reglees; 
eile peut en tirer, outre cela, 40000 de la Hongrie. 4 Si le hasard 
fait naitre pour eile un genie comme celui du prince Eugene, sa 
puissance pourra renaitre de ses cendres et redevenir redoutable ä 
TEurope. Considerez de plus que la couronne imperiale ne saurait 
manquer ä rarchiduc Joseph, 5 vu qu'il n'y a point de rival capable 
de lui disputer le tröne des Cesars. 

L' Empire: Voici une autre question. Le gouvernement sur- 
anne et bizarre de l'Empire se soutiendra-t-il ou peut-on prevoir 

1 Maria Theresia. — 2 Durch die Pragmatische Sanction von 1713 
(vergl. S. 5 8 ) hatte Kaiser Karl VI. eine Erbordnung seines Vaters von 
1703 umgestossen, nach der die Töchter des Erstgeborenen, seines Bruders 
Joseph L, das Erbe antreten sollten, sobald in beiden Linien die männ- 
liche Nachkommenschaft ausstürbe. Die jüngere Tochter Josephs L, Maria 
Amalia, aber war die Gemahlin Kaiser Karls VII., des Vaters des Chur- 
fürsten Maximilian Joseph. Dazu kamen noch ältere Rechte, die auf eine 
Erbordnung Ferdinands I. von 1546 zurückgingen. — 3 Vergl. S. 42 
Anm. 3. — 4 Durch die Aufstellung der sogenannten Insurrection (vergl. 
(Euvres, Bd. 2, 'S. uo). — 5 Für die bisher vergeblich geführten Ver- 
handlungen über die Wahl Josephs zum Römischen König vergl. P. C> 
Bd. VII, 427. 428. 430; VIII, 600—602; IX, 484—486. 

5* 



68 

qu'il changera? Je suis cTopinion que la forme du gouvernement 
se soutiendra par les jalousies des membres de l'Empire memes et 
par celle des puissances voisines ; mais je n'en crois pas moins que 
le nombre des petits princes, surtout des villes imperiales, ira en 
diminuant. De mon temps j'ai vu le duche de Zeitz, Mersebourg 
et Weissenfeis tomber par succession ä la Saxe; ' j'ai vu la Frise 
reunie ä la Prusse, 2 le comte de Hanau Joint au landgraviat de 
Hesse, 3 Saxe-Lauenbourg ä l'electorat de Hanovre. 4 A Fextinction 
de la maison de Baviere cet electorat, le Palatinat et le duche des 
Deux-Ponts ne formeront 5 qu'un seul Etat. 6 La maison de Hanovre 
restera sürement en possession de l'evelche d'Osnabrück, des qu'ils 
Tauront recu apres la mort de Telecteur de Cologne. 7 Nous pou- 
vons heriter des pays de Mecklembourg et des marquisats de Fran- 
conie. 8 Ainsi les petites principautes seront sürement avec le temps 
englouties par les grandes. Un meme sort attend les villes impe- 
riales. Le roi de Danemark convoite la ville de Hambourg, la 
Saxe celle d'Erfurt, l'electeur de Baviere la ville d'Augsbourg, le 
duc de Württemberg celle d'Ulm; TElecteur palatin s'accommoderait 
volontiers de Francfort sur le Main, et le roi de Hanovre ne laisse- 
rait pas echapper Foccasion de mettre la main sur Bremen et 
Lübeck. II n'en est pas de meme des Etats ecclesiastiques. Le 
temps n'est plus qu'on secularise les eveches comme ä la paix de 
Westphalie. L'eveche d'Osnabrück est le seul qui soit expose ä 
changer de nature. Les autres sont tous catholiques et, par con- 
sequent, le Pape et tous les Catholiques s'opposeront ä leur secu- 
larisation; mais encore aucun prince catholique ne voudrait les 
posseder. 

II me semble vraisemblable, en examinant ainsi la Situation de 
l'Empire, que le pouvoir des Empereurs ira en diminuant, parceque 

' Der Rückfall der Lande Sachsen -Zeitz erfolgte 1718 , Sachsen - 
Merseburg 173 8 und Sachsen- Weissenf eis 1746. — 2 1744 (vergl. S. 43). — 
3 Mit dem Aussterben des hanauischen Mannesstammes 1736 fiel die Graf- 
schaft Hanau-Münzenberg an Hessen-Cassel und Hanau-Lichtenberg an 
Hessen-Darmstadt. — 4 Das Herzogthum Sachsen-Lauenburg fiel schon 
1705 an Hannover, doch erfolgte erst 1716 die kaiserliche Belehnung. — 
5 Vorlage: formera. — 6 Mit dem Tode Maximilian Josephs 1777 erfolgte 
die Vereinigung von Bayern und der Pfalz, mit dem Tode Karl Theodors 
1799 die Vereinigung dieser Lande mit Zweibrücken unter Maximilian IV. 
Joseph (seit 1806 König von Bayern). — 7 Churfürst Clemens August, Erz- 
bischof von Cöln, war zugleich Bischof von Osnabrück. Als dieser 1761 
starb, folgte ihm Prinz Friedrich, der zweite Sohn König Georgs III. Durch 
den Reichsdeputatiorishauptschluss kam 1803 Osnabrück an Hannover. 
Vergl. S. 42. — 8 Vergl. S. 60. 



€ 9 

les electeurs, devenus des princes puissants, peuvent baiancer l'au- 
torite et la puissance imperiale en s'unissant et s'epaulant des se- 
cours de la France. C'est cette raison qui fait craindre ä Vienne 
l'accroissement des maisons electorales et ducales. Mais les Em- 
pereurs ne sauraient y porter d'obstacles, des que cet agrandissement 
se fait par des successions claires et legitimes. 

II vous parait peut-etre etrange que j'emploie comme syn- 
onymes les mots de maison d'Autriche, d'Empereurs ou de cour de 
Vienne. Je le fais pour y avoir bien reflechi. On ne debusquera 
pas sitöt la maison d'Autriche du tröne imperial. II faudrait, pour 
y reussir, lui opposer une maison puissante qui. soutenue par de 
bons allies, peut postuler cette dignite supr£me, les armes ä la 
niain. Nous avons vu echouer le dernier Empereur de la maison 
de Baviere, *■ parcequ'il etait trop faible pour pouvoir r£sister aux 
forces de la reine de Hongrie, et il n'est ä present aucun electeur 
qui peut se mettre vis-a-vis du jeune archiduc Joseph sur le banc 
des pretendants au tröne imperial. Peut-£tre que, lorsque la Baviere 
sera reunie au Palatinat, que l'Electeur, maitre de ces provinces, 
pourra entrer en concurrence avec la nouvelle maison d'Autriche, 
pour lui disputer cette dignite supr£me ; il reste a savoir si ce Prince 
aura toutes les qualites requises pour ex^cuter un dessein aussi 
genereux. 

„Mais", me dira-t-on, „faut-il qu'un empereur soit catholique? 
et pourquoi ne pensez-vous pas ä faire entrer cette dignite dans 
votre maison?" Je vous reponds qu'il n'y a point de loi qui exclue 
les Protestants de la dignite" imperiale, mais qu'independamment de 
cela, je ne saurais vous conseiller d'ambitionner cette charge su- 
preme; qu'un roi de Prusse doit plutöt s'efforcer d'acquerir une 
province que se decorer d'un vain titre; que les premiers soins que 
vous devez prendre, sont de porter l'Etat au point de grandeur dont 
je vous ai fait un tableau ideal, et qu'enfin il ne vous est permis 
de sacrifier ä la vanite qu 'apres avoir solidement etabli votre 
puissance. 

La France: Apres TAllemagne, la France est la monarchie 
la plus puissante de l'Europe; mais les Etats ne sont que ce que 
les fönt les hommes qui les gouvernent. On peut preVoir presque 
avec sürete que les rois de France, vu la mauvaise £dueation qu'on 
leur donne, seront tous des princes faibles. Leurs gouvernements 
seront pareils au nom pres ä ceux de la race carlovingienne , 2 oü 

■ Karl VII. (vergl. P. C, Bd. III, 396. 397 ; IV, 405. — 2 Gemeint sfnd 
vielmehr die merovingischen Könige. 



70 - 

des rois indolents deposaient Fautorite royale entfe les mains des 
maires du palais. Heureux seront encore les Francais, si la nation 
se trouvait gouvernee par un premier-ministre ; au moins leur poli- 
tique sera-t-elle liee ä un Systeme, au lieu qu'ä present tout va au 
hasard, et que les ministres, chefs des departements, sont plus jaloux 
de leurs collegues que des ennemis du royaume. Le plus grand 
malheur qui peut arriver ä la France dans l'ordre des choses pos- 
sibles et prochaines, c'est Textinction de la famille regnante. Deux 
partis s'eleveraient d'abord les uns contre les autres , celui d'Es- 
pagne x et celui d'Orleans , d'oü se suivraient des guerres civiles. 
Ce serait alors que les ennemis de cette couronne auraient beau jeu, 
et qu'ils contribueraient ä la dechirer et peut-etre meme au de- 
membrement de ses provinces. Personne ne pourrait, dans une 
pareille "confusion, empecher ä la maison d'Autriche de reprendre 
r Alsace et la Lorraine ; 2 peut-etre que les Anglais feraient une 
irruption en Normandie et Bretagne , et cest ä savoir si ces puis- 
sances ennemies ne parviendraient pas ä partager la monarchie entre 
l'Espagne et le duc d'Orleans , ä condition de conserver leurs con- 
quetes. Mais le Dauphin est un prince qui peut voir augmenter sa 
famille, ? et la race regnante peut se perpetuer et conserver la cou- 
ronne. Si cela arrive. on trouvera dans ce qu'il y a d'histoires de 
France, l'histoire future de ce royaume. Souvent malheureux ä la 
guerre par sa negligence, il s'est releve soit par ses ressources im- 
menses ou par l'habilete de grands capitaines qui ont commande 
ses armees. Les entreprises malheureuses de Louis XII sur l'Italie 4 
n'affaiblirent point le royaume. A peine Francois I er fut-il sorti des 
prisons de Madrid, qail obligea Charles-Quint de lever le siege de 
Metz. 5 La France, perdue sous Henri III, devint redoutable ä ses 
voisins sous Henri IV. Louis XIV fut pres de succomber pendant 
la guerre de la succession; il se releva par la paix separee qu'il 
fit avec la reine Anne d'Angleterre, 6 et par le gain de la bataille 
de Denain. 7 Nous avons vu les affaires de la France, desesperees 



1 Das Haus der Anjou, das mit Philipp V. auf den spanischen Thron 
gelangt war. — * Vergl. S. 48. — 3 Der Ehe des Dauphins Ludwig war 
bisher ein Sohn und eine Tochter entsprossen. — 4 1499 — »5<M and 1507 
bis 1513. — 5 Ein Irrthum des Königs. Nach dem Madrider Frieden aus 
seiner Haft entlassen, schloss Franz I. 1526 sofort gegen Karl V. die Ligue 
zu Cognac, während die erfolglose Belagerung des von den Franzosen 
besetzten Metz 1552 stattfand. — 6 Am 8. October 171» wurden die Friedens- 
präliminarien gezeichnet, denen der Abschluss des Utrechter Friedens am 
11. April 17 13 folgte. — " 24. Juli 1712. 



7i 

apres la sortie de ses troupes de Boheme , x prendre une nouvelle 
face sous la conduite du marechal de Saxe qui, par le gain de trois 
grandes batailles 2 et par la conquete de la Flandre et du Brabant, 
avait mis Louis XV en Situation d'imposer des lois ä ses ennemis. 
Mais la faiblesse du Roi et de ses ministres fit qu'il ne profita pas 
de la plus belle occasion du monde, pour ajouter cette conquete a 
son royaume. 

La negligence et les abus qui sont dans ce royaume, feront 
toujours commettre de grosses fautes ä cette nation, et sa vivacite 
qui la porte egalement au bien comme au mal, contribuera, 
selon qu'elle est poussee, ä ruiner ou ä relever ses affaires, sans 
qu'il soit possible de deviner ce qui arrivera. Cependant la grande 
inollesse od cette nation est plongee, ne Tempechera pas de faire 
la guerre, surtout lorsque sa vanite l'engage ä croire qu'il est de 
la dignite de la France de se meler de toutes les affaires de TEurope. 
Ceci peut etre regarde comme une maxime, et vous pouvez compter 
qu'il ne se fera aucune guerre, pour peu qu'elle soit considerable, 
de laquelle la France ne soit [melee] bientöt.- 

L'Espagne: Je crois que les beaux jours de TEspagne sont 
passes, et que la branche de Bourbon qui y regne ä present, ne 
se distinguera que par de petites guerres en Italie, ä moins que la 
maison qui est ä present sur le tröne de la France, ne vienne ä 
manquer. 3 

Le Portugal: Le roi de Portugal n'est, jusqu'ä present, 
qu'un gros banquier titre. II fait valoir son bien en marchand ; 
peut-gtre que ses descendants le feront valoir en rois. 

Le roi de Sardaigne: Les rois de Sardaigne ont ete de 
pere en f ils de grands hommes. 4 Si Tespece ne degenere pas , il 
est probable que, dans un siecle peut-etre, ils seront rois de Lom- 
bardie. 

Rome: Les Papes sont ä present ce qu'ils doivent etre: les 
aumöniers des rois. Les foudres du Vatican sont devenues des 
tonnerres d'operas. Les princes, gueris des terreurs des excommunica- 
tions et des interdits, impriment la crainte ä leur tour au pontife 
romain. Rome tremble au nom des conciles generaux et des con- 
tributions que les armees catholiques tirent sans scrupule du patri- 
moine de Saint-Pierre. 

1 Im December 1742 (vergl. P. C, Bd. II, 519). — * Bei Fontenoy 
(11. Mai 1745), bei Rocoux (n. October 1746) und bei Lawfeld (2. Juli 
I 747). — 3 Vergl. S. 7.0. — 4 Gemeint sind Victor Amadeus II. und Karl 
Emanuel III. 



72 

L'Angleterre: L'Angleterre parait s'attendre ä une miii^nte. T 
Cette espece d'interregne formera de grosses factions dans ce 
royaume. Le gouvernement faible pour lors ne reprendra [pas] des 
forces, ä moins que le roi, devenu majeur, ne gouverne bien lui- 
m£me ou remette ses affaires entre les mains d'un ministre sage. 
II parait vraisemblable que le prince de Galles tout anglise s'aban- 
donnera plutöt ä la conduite des Anglais que des Hanovriens. 
Si, devenu roi, il change souvent de ministre, il changera en merae 
temps de politique. Tant que les secretaires d'Etat continueront ä 
corrompre les parlements, le parti de la cour conservera la 
superiorite, ä moins que le souverain ne s'avise d'entreprendre contre 
les lois et la liberte de la nation , ce qui reunirait tout le monde 
contre la cour et rendrait vaines toutes les seductions des ministres. 
Quoique L Angleterre ait ete souvent un theätre sanglant oü Tin- 
constance et meme la barbarie de la nation s'est jouee de la majeste 
royale, 2 il n'est pas ä croire" que la nation detröne la race aujourd'hui 
r£gnante. La cour a eu l'adresse d'unir le credit des fonds publics 
au maintien du gouvernement present ; la maison regnante conservera 
ce lien, ä moins qu'une longue guerre ne force la nation par son 
epuisement ä faire banqueroute. Quand meme cela arriverait, ce ne 
serait pas encore un acheminement au tröne pour la maison de 
Stuart. 3 La religion y oppose une barriere impenetrable. II est 
singulier qu'une nation de deistes exclue du tröne une famille qui 
Ta gouvernee, parcequ'elle est d'une secte differente que la haute- 
eglise; mais les anglicans sont tolerants, et tout catholique est per- 
secuteur. En supposant meme que la race des Stuarts ne s'eteignit 
point, qui lui remettrait sur la tete cette couronne tant de fois 
possed^e et tant de fois perdue? Serait-ce la nation? Les Anglais 
sont les bourreaux de Charles I er et les exilateurs de Jacques IL 
Sera-ce la France ? Elle ne s'est servie des Stuarts que pour faire 
des diversions en Angleterre. 4 D'ailleurs, la politique de la France 
s'accorderait bien ä rendre les Stuarts ou rois d'Ecosse ou rois 
d'Irlande; mais eile ne gagnerait rien ä les.etablir en Angleterre. 
II reste ä savoir si Tlrlande ou PEcosse seule aurait assez de force 
pour se soutenir contre TAngleterre; le prejuge ne leur est pas 

1 Vergl. S. 4 2 - 5°. — 2 Anspielung auf die Hinrichtung König Karls I. 
(1649). — 3 Jakob Eduard Stuart und sein Sohn Karl Eduard erhoben als 
Nachkommen des 1688 vertriebenen Königs Jacob IL Ansprüche auf die 
englische Krone. Sie gehörten dem katholischen Glauben an. — 4 In 
den Jahren 1708, 17 15/16, 1744 und 1745/46 (vergl. P. C, Bd. III, 3 8 9; IV, 
237. 398; V, 563). 



- 73 

favorable, car ils ont toujours ete vaincus par ces derniers, x oü est 
le siege des richesses et des ressources de cette monarchie. Or, si 
ce projet n'est pas faisable de demembrer ces trois royaumes et de 
donner ä l'Angleterre pour voisin un ennemi irreconciliable, toujours 
pret ä faire des diversions, lorsque le Conseil de Londres veut 
porter ses forces ailleurs, je crois qu'il est presque certain que les 
Stuarts ne seront jamais que des rois en peinture. 

Apres ce que je viens de vous dire, il m'est impossible de 
deviner jusqu'oü l'Angleterre conservera de l'influence dans les 
affaires de l'Europe. Si , comme Eric, 2 j'avais vu la race future 
qui doit gouverner ce royaume, j'en saurais davantage. Les 
royaumes dependent des hommes qui les gouvernent. Souvenez- 
vous que l'Angleterre, respectee sous Cromwell, fut meprisee sous 
Charles II. 

Du Danemark: Le Danemark travaillera sans doute ä 
s'assurer la possession du Holstein , et peut-etre ä s'approprier la 
ville de Hambourg. 3 II y a apparence que, si ce royaume fait la 
guerre, qu'il sera heureux sur mer par les soins qu'il a pris de sa 
marine, et battu sur terre par 1' extreme relächement de sa discipline 
militaire. 

La Suede, les voisins de ce royaume : Ce pays tout ä la fois 
aristocratique , democratique et qui conserve les dehors d'une mon- 
archie, la Suede, dis-je, eprouvera sans doute des changements 
considerables. Le peuple et les grands sentent le defaut de leur 
gouvernement. II y a un parti assez fort qui voudrait le corriger; 4 
pour peu qu'un roi de cette Republique soit ambitieux, et que 
l'occasion lui rie, on verra le despotisme retabli en Suede. Je ne 
saurais prevoir si le roi y aura la puissance qu'eut Charles XII y 
ou le pouvoir limite dont Gustave Adolphe se contenta. Si ce 
changement de gouvernement se fait dans le moment que la Russie 
est distraite par une guerre en Pologne ou contre le Türe, il est 
probable que l'entreprise reussira. Si cela se fait d'une facon pre- 
cipitee, le sou verain risque de se voir detröne par le parti de 
l'opposition soutenue par les armes russiennes. 

Vous me demandez sans doute: Est-il de l'interet de la Prusse 
que ce changement se fasse en Suede? Je vous reponds qu'oui r 
tant que la Russie sera aussi puissante qu'elle Test ä present. 

1 Lies: par l'Angleterre. — 2 Die nähere literarische Beziehung ist 
nicht festzustellen. — 3 Vergl. S. 45- 6? . — • Der „Hofpartei" stand die 
sogenannte „Freiheitspartei" gegenüber, die eine unumschränkte Herr- 
schaft des Senats und der Stände erstrebte. 



— 7 4 - — 

Comme il faut etablir une balance des pouvoirs dans le Nord , il 
est certain que la Suede, sous un gouvernement monarchique, 
pourra mettre son grain dans cette balance, au Heu qu'ä present 
c'est un allie ä charge l ou , pour mieux dire , tout-ä-fait inutile. 
D'ailleurs, la Suede est si fort affaiblie qu'il lui faut plus de trois 
generations de temps, avant qu'elle puisse devenir redoutable ä ses 
voisins. 

La Pologne: La Pologne qui conserve de meme ce melange 
de gouvernement moitie republicain, moitie monarchique, conservera 
probablement longtemps son ancienne confusion, ä moins que la 
maison d'Autriche ne place le prince de Lorraine sur le tröne et 
ne parvienne ä le rendre hereditaire, 2 de meme qu'elle en a use de 
l'Hongrie et de la Boheme: c'est ä quoi la Prusse doit s'opposer 
de toutes ses forces. La Russie meme, si eile connait ses veritables 
interets, ne peut ni ne doit le souffrir. Selon toutes les apparences, 
cette querelle fera naitre la premiere guerre en Europe, et le sort 
des armes decidera de la superiorite entre la maison de Prusse et 
la nouvelle maison d'Autriche. 

La Russie: Le voisinage de la Suede et de la Pologne me 
conduit naturellement en Russie. C'est, selon toutes les apparences, 
dans cette monarchie-lä que vous verrez arriver les plus singulieres 
revolutions. La Russie est gouvernee par une femme voluptueuse, 3 
qui abandonne le soin de ses affaires ä un ministre corrompu par 
d'autres puissances. 4 Dans l'interieur du gouvernement, cette femme 
maladroite accroit le pouvoir du clerge et lui remet toutes les con- 
tributions que Pierre I er leur fit payer-, eile perd ses finances par 
le peu d'ordre qu'elle y met, et par ses depenses •, eile laisse tomber 
le militaire, faute de discipline et surtout par le conge qu'elle 
accorde aux officiers etrangers. Son successeur 5 est un prince sans 
genie, sans posterite et, de plus, ha'f des Russes. La famille im- 
periale detrönee est toute en vie 6 et retenue en Siberie. On peut 
prevoir par cette exposition que ? si la Russie fait la guerre, qu'elle 
ne lui sera pas favorable, ä cause qu'elle manque d'argent et de 
bons officiers ; qu'il y arrivera sürement une revolution, soit du vivant 
de l'Imperatrice , soit apres sa mort; que le petit Iwan aura un 
parti, que peut-etre il chassera le prince de Holstein ; 7 ou peut-etre 

1 Vergl. S. 45- — * Vergl. S. 41. 50. 51. — 3 Zarin Elisabeth. — * Vergl. 
S. 4 2 - — 5 Grossfürst Peter. — 6 Der 1740 geborene und 1741 entthronte 
Zar Iwan IV. mit seinem Vater, Herzog Anton Ulrich von Braunschweig- 
Wolfenbüttel, während seine Mutter, die Regentin Anna, bereits 1746 ge- 
storben war. — 7 Grossfürst Peter. 



75 

les deux pretendants au tröne partageront-ils entre eux cette vaste 
monarchie. Quoi qu'il en arrive, on doit croire que le jeune Iwan 
sera un barbare qui se ressentira toute sa vie de Teducation qu'il 
a recue dans son couvent d' Archangel, qui placera toute sa con- 
fiance dans les popes qui Tont eleve et qui l'auront rendu plus 
russe que ne le fut Pierre I er , lorsqu'il parvint au tröne. Voilä ce 
qui doit arriver, ä moins que cet enfant ne soit doue d'un genie 
extraordinaire, et qu'il [ne] s'arrache lui seul de la crasse ignorance 
dans laquelle tous les grands ont interet de l'entretenir. 

Les guerres civiles en Russie, surtout le partage de cette 
monarchie serait ce qui pourrait arriver de plus favorable pour la 
Prusse et pour toutes les puissances du Nord. 

Vous nie demandez peut-etre ce que je vous conseille de faire 
ä l'occasion de tous ces changements que je prevois? Je ne suis 
pas assez temeraire pour vous'donner des conseils pour des evene- 
ments eloignes et incertains. Ce sont des matieres trop vagues 
pour pouvoir vous prescrire des regles precises de la conduite qu'il 
vous conviendrait de tenir. Je me contente de rep£ter ce que je 
vous ai dit avec plus de detail : gouvernez sagement vos f inances, 
pour avoir de l'argent, lorsque vous en avez besoin; ne faites 
d'alliances qu'avec ceux qui ont precisement les memes interets que 
les vötres ; ne faites jamais des traites , pour prendre des mesures 
sur des evenements eloignes ; attendez que le cas existe, pour prendre 
votre parti et pour agir alors en consequence 5 gardez-vous bien de 
mettre votre confiance dans le nombre et la bonne foi de vos allies ; 
ne comptez que sur vous-meme: alors vous ne vous tromperez 
jamais, et ne regardez vos allies et vos traites que comme une oeuvre 
surrogatoire. Le grand nombre des traites nuit plus qu'il ne sert; 
faites-en peu, toujours ä propos et de sorte que vous en ayez tout 
l'avantage, en y courant le moins de risque. 

La politique des petits princes est un tissu de fourberie; la 
politique des grands princes est beaucoup de sagesse, de dissimula- 
tion et d'amour de gloire. C'est un grand defaut pour un homme 
d'Etat d'etre toujours fourbe- il est bientöt penetre et meprise. 
Les esprits pen£trants calculent une conduite uniforme; c'est pour- 
quoi il faut le plus qu'on peut, changer son jeu, le deguiser et se 
transformer en Protee, en paraissant tantöt vif, tantöt lent, tantöt 
guerrier et tantöt pacifique. C'est le moyen de desorienter vos 
ennemis et de les rendre circonspects dans ce qu'ils ont dessein 
d'entreprendre contre vous. II est non seulement bon de varier 



- 7 6 

sa conduite; surtout il faut la regier sur les evenements, la Situa- 
tion oü Von se trouve, le temps, les lieux et les personnes auxquelles 
on a ä faire. Ne menacez jamais vos ennemis; les chiens qui 
aboient, ne mordent pas. Mettez de l'amenite dans vos negociations ; 
adoucissez des expressions ou fieres ou outrageantes ; n'outrez jamais 
de petites disputes; ne donnez rien ä votre propre orgueil et tout 
ä l'interet de l'Etat; soyez discrets dans vos affaires; dissimulez 
vos desseins. Si la gloire de l'Etat vous oblige de tirer l'epee, 
que le foudre et Feclair tombent en meme temps sur vos ennemis. 
II ne faut rompre les traites que par des motifs importants. 
Vous pouvez y etre engage, si vous craignez que vos allies fassent 
leur paix separee, et que vous avez le moyen et le temps de les 
prevenir; si le manque d'argent vous empeche de continuer la 
guerre, ou si enfin des avantages importants vous en sollicitent. 
Ces sortes de coups de parti se peuvent faire une, tout au plus 
deux fois dans la vie, mais ce ne sont pas des expedients qui per- 
mettent qu'on y ait recours tous les jours. 

Des tu teil es. 

Si la Divinite se mele des miseres humaines, si la faible voix 
des hommes peut parvenir jusqu'ä eile, j'ose implorer cet etre in- 
connu et tout-puissant, pour qu'il daigne preserver cet Etat du fleau 
d'une minorite. II n'y a point d'exemple que le gouvernement d'un 
tuteur ait ete heureux; tous les exemples que l'histoire nous en 
rapporte, sont caracterises par les malheurs des peuples, les divisions 
et souvent par des guerres etrangeres ou civiles. Ce ne sont pas 
des guerres civiles que la Prusse doit craindre pendant une minorite, 
mais un gouvernement faible, une mauvaise administration des 
finances, une politique vacillante, un relächement dans la discipline 
militaire et la decadence dans cet ordre des troupes qui les a rendu 
invincibles jusqu'ä present. Surtout ce qu'il y aurait le plus ä craindre, 
serait une guerre dans ce temps de faiblesse. La maison d'Autriche 
se häterait d'en profiter, et ce serait le moment d'abaisser la puis- 
sance naissante de cet Etat, si jamais l'occasion s'en presente. 

II est cependant dans la nature des choses que ce cas vienne 
a exister ä la longue. II me serait impossible, ne connaissant pas 
la generation qui doit naitre, de conseiller de quelle maniere il 
faudrait se conduire dans une aussi triste conjoncture. Je crois 
cependant qu'il serait plus avantageux ä l'Etat de choisir le plus 
proche parent du jeune roi pour tuteur et de ne jamais confier une 
administration aussi delicate ä une femme. En voici les raisons. 



77 — 

Un homme communement agit avec plus de reflexion qu'une femme, 
il est plus fait au travail et, par consequent, plus capable d'entre- 
tenir l'ordre etabli dans toutes les parties du gouvernement qu'une 
reine douairiere, nouvelle dans les affaires, portee ä se laisser 
gouverner par des ministres et incapable de bien administrer les 
affaires qui ont rapport ä l'armee. Vous m'objecterez peut-etre qu'il 
y a beaucoup de hasard pour le jeune roi de dependre de l'ambition 
de son oncle ou de son cousin. Je reponds ä cela que le temps des 
empoisonnements n'est plus, que l'armee et tout le pays ont fait 
serment au jeune roi, que le tuteur ne peut rien entreprendre au 
delä des bornes qui lui sont prescrites, et qu'il faut autant un homme 
seul pour conduire un Etat avec une main assuree qu'il faut un 
tuteur absolu pour donner une bonne education ä un prince destine 
au tröne. Ce tuteur peut l'elever comme son fils, eloigner de son 
berceau les flatteurs qui corrompent' la vertu des princes, reprimer 
son orgueil et l'obliger d'acquerir les talents qui lui sont necessaires 
pour bien gouverner. De m€me qu'on donne des pleins pouvoirs a 
un general habile pour faire les mouvements les plus utiles pour 
le bien des affaires, de raeme il faut que ce tuteur soit despotique 
pendant la regence, et qu'il ne soit point lie ä l'approbation d'un 
Conseil qui lui donnerait ou des entraves mal a propos ou des 
occasions ä faire' des factions. 

C o n c 1 u s i i o n. 

Par ces details dejä trop allonges vous voyez sans doute de 
quelle importance il est qu'un roi de Prusse gouverne par lui-meme. 
Aussi peu qu'il aurait ete possible ä Newton d'arranger son Systeme 
de l'attraction , s'il avait travaille de concert avec Leibniz et Des- 
cartes, aussi peu un Systeme de politique peut-il se faire et se 
soutenir, s'il ne sort pas d'une seule tete. II faut que ce soit de 
celle du souverain ; il faut que la tete de Jupiter accouche de Minerve 
toute armee, c'est-ä-dire que le prince fasse son Systeme et l'exe- 
cute lui-meme. Plus vivement affecte de ce qu'il a pense, que des 
pensees des autres, il suivra ses desseins avec ce feu qu'il faut pour 
les faire reussir • et son amour-propre qui l'interesse ä son ouvrage, 
deviendra par cela meme utile ä la patrie. ^ 

Toutes les parties du gouvernement ont une liaison intime les 
unes avec les autres. La finance, la politique et le militaire sont 
inseparables ; il ne suffit pas qu'une de ces parties soit bien ad- 
ministree, il faut qu'elles le soient toutes, et qu'elles soi[en]t menees 
de front comme ces chevaux atteles au char des jeux olympiques 



78 

qui, faisant les meines efforts et tirant egalement, p«rcourai[en]t 
rapidement 'la carriere prescrite et amenaient le char ä son but, 
rendai[en]t leur conducteur victorieux. Un prince qui gouverne par 
lui-meme, qui s'est forme son s} r steme de politique, ne sera pas 
embarrasse dans des occasions oü il faut prendre promptement un 
parti, parcequ'il ramene toutes les choses au fin qu'il se propose. 
C'est surtout dans les details du militaire qu'il doit avoir acquis le 
plus de connaissances qu'il lui a ete possible. Les gens de robe 
fönt mal les projets de campagne, et ä quoi menent meme ses 
[plus] beaux projets, s'ils manquent dans l'execution par l'ignorance de 
celui qui s'en charge? Quiconque ne connait pas les besoins d'une 
armee, qui n'entre pas dans les details immenses des subsistances, 
qui ne sait point les moyens de rendre une armee mobile, qui 
ignore les regles de l'art militaire, qui ne sait ni discipliner les 
troupes dans les garnisons ni les conduire dans les campagnes, füt-il 
d'ailleurs 1'homme le plus spirituel, le meilleur econome, le politique 
le plus raffine, ne fera jamais de grandes choses, s'il n'est general 
lui-meme. Je me propose d'entrer dans un ample detail de ce qui 
regarde cette science, dans l'article suivant ; je ne veux ici que vous 
convaincre de la necessite qu'il y a pour un roi de Prusse d'en 
faire sa principale etude et d'encourager Tardeur de ceux qui em- 
brassent la noble et perilleuse profession des armes. 

La Prusse est entouree de voisins puissants et d'un ennemi 
irreconciliable qui est la maison d'Autriche. Ceci doit vous preparer 
ä voir arriver des guerres frequentes. De cela meme il resulte 
que le militaire doit etre le premier etat dans le royaume, de meme 
qu'il le fut chez les Romains, lorsque ces conquerants du monde 
etaient dans le periode de leur agrandissement , de meme qu'il le 
fut en Suede, lorsque Gustave Adolphe, Charles X ' et Charles XII 
remplissaient l'univers de leur gloire et faisaient retentir le nom 
suedois jusqu'aux plus lointains climats. Les charges, les honneurs, 
les recompenses excitent et encouragent les talents tourätour; les 
louanges donnees au merite fönt naitre cette genereuse emulation 
dans le coeur de la noblesse qui la porte ä prendre la profession 
des armes, ä acquerir des connaissances, qui la conduit aux distinctions 
et ä^la fortune. Mepriser les officiers et pretendre qu'ils servent 
avec honneur, c'est vouloir des contradictions. Encourager une 
profession qui fait la puissance du royaume, estimer ces colonnes 
de l'Etat (si je puis m'exprimer ainsi) qui le soutiennent, les pre- 
ferer ä cette espece d'hommes moux et pusillanimes qui ne servent 

' In der Vorlage verschrieben: Charles XL 



79 - 

qu'ä meubler une antichambre , ce n'est point les favoriser trop nt 
agir par caprice, mais c'est rendre au merite ce qui lui appartient, 
et brüler un faible encens sur l'autel d'officiers qui sont tous les 
moments prets ä verser leur sang pour la patrie. 

J'ai fait la guerre moi-meme, et j'ai vu que des colonels ont 
quelquefois decide du sort de l'Etat. On ne saurait faire la guerre, 
sans en venir ä ces actions qui fixent la destinee des empires. Une 
bataille gagnee ou perdue en elevant le parti victorieux terrasse le 
vaincu. La bataille de Ramillies 1 entraina la perte de toute la 
Flandre pour la France; la bataille de Höchstädt 2 fit perdre son 
electorat et toute la Suabe ä l'electeur de Baviere ; 3 Turin 4 chassa 
les Francais de la Lombardie, et Villaviciosa 5 placa Philippe, V 
sur le tröne d'Espagne et en fit descendre Charles VI. Cest 
pourquoi Henri IV disait qu'une bataille avait une longue queue. 
C'est dans ces jours importants et decisifs qu'on sent le prix des 
bons officiers; c'est alors qu'on les aime, quand on voit que, par 
un genereux mepris de la mort et par une constance inebranlable, 
ils forcent les ennemis ä fuir et ä leur ceder le terrain avec la 
victoire. Mais il ne suffit pas de les estimer dans le moment qu'on 
a besoin d'eux et que leurs actions vous extorquent des applaudisse- 
ments; il faut qu'ils jouissent, en'temps de paix, de la reputation 
qu'ils se sont si justement acquise, et qu'on distingue par des hon- 
neurs des hommes qui n'ont verse leur sang que pour l'honneur et 
pour le soutien de l'Etat. 

Tout le monde a les yeux sur le souverain dans les Etats 
monarchiques. Le public suit ses goüts et semble pret ä recevoir 
les impressions qu'il leur donne. De la il vint que les prelats 
romains etaient voluptueux et magnifiques sous Leon X, ruses et 
politiques sous Sixte-Quint, que l'Angleterre, cruelle sous Cromwell, 
devint galante sous Charles II, que les Provinces-Unies , quoique 
libres, devinrent une nation guerriere, animees par l'exemple des 
princes d'Orange, et que l'Empire Romain, paien sous les Antonin 
et les Titus, devint chretien sous Constantin qui suivit le premier 
ce nouveau culte. Dans cet empire il faut que le souverain soit 
ce qu'il y a de plus utile au bien de l'Etat et, par consequent, qu'il 
se mette ä la tete du militaire: c'est le moyen de donner du relief 
h cette profession et de soutenir l'excellence de notre discipline et 
de l'ordre qui est etabli dans les troupes. Je dis: de maintenir cet 
ordre; car si le prince ne s'y connait pas lui-meme, comment 

1 23. Mai 1706. — 2 13. August 1704. — 3 Maximilian II. Emanuel. — 
4 7. September 1706. — 5 10. December 1710. 



- 8o 

pourra-t-il juger de l'ordre et de la discipline des differents corps 
et des regiments? comment pourra-t-il corriger ce qu'il n'entend 
pas? comment pourra-t-il reprendre les colonels des fautes qu'ils 
ont faites, remarquer d'abord les parties qu'ils ont negligees, et leur 
enseigner comment et par quels moyens ils pourront remettre les 
regiments en bon etat? S'il n'entend pas lui-meme l'economie des 
regiments, celle des compagnies, la facon de mener les troupes, 
d'executer des manoeuvres de guerre, sera-t-il assez etourdi pour 
s'en meier? ce qui le rendrait ridicule par les absurdites qu'il 
pretendrait, autant que par les faux mouvements qu'il voudrait faire 
executer. Toutes ces connaissances demandent une routine conti- 
nuelle qu'on ne saurait acquerir qu'en servant soi-meme et en se 
faisant une application continuelle au Service. 

J'ose dire enfin qu'il n'y a que le <souverain qui puisse mettre 
cette discipline admirable dans une armee et la soutenir, ä cause 
qu'il faut souvent user d'autorite, reprimander severement les uns 
sans consideration de la qualite ni du grade, recompenser liberale- 
ment les autres, revoir le plus qu'il se peut, les troupes et ne leur 
pas passer la moindre negligence. II faut donc de necessite qu'un 
roi de Prusse soit militaire et qu'il soit le chef de Farmee, emploi 
si brigue dans toutes les republiques, si ambitionne dans les 
monarchies et cependant assez m£prise par la plupart des rois de 
l'Europe qu'ils croient se degrader, s'ils commandai[en]t leurs armees. 
Cest la honte du tröne que ces princes mols et faineants qui, re- 
mettant le commandement de leurs troupes ä leurs generaux, fönt 
-en meine temps un aveu tacite de leur pusillanimite ou de leur in- 
capacite. 

Dans cet Etat il y a certainement de l'honneur ä travaiiler 
conjointement avec la fleur de la noblesse et l'elite de la nation ä 
l'affermissement de cette discipline qui soutient la gloire de la patrie, 
la rendant respectable pendant la paix et victorieuse pendant la 
guerre. 11 faudrait etre ne bien miserable, absorbe dans la paresse 
et enerve par la volupte, pour regretter les peines et les soins que 
coüte le maintien de cette discipline militaire dont on est certaine- 
ment recompense par des conquetes et par la reputation, plus avanta- 
geuse encore pour les princes que le plus haut point de grandeur 
•et la plus vaste puissance. 



81 

Du militaire. 

Le militaire veut etre administre pendant la paix de la facon 
la plus propre ä le rendre utile en temps de guerre. II faut, dit 
Vegece, que la paix soit une etude de cet art et que la guerre en 
soit la pratique. 

L'art de la guerre se divise en deux parties. La premiere 
regarde le petit service, la Subordination, l'exercice, l'ordre des 
troupes, le choix des hommes et des chevaux, T^conomie du soldat 
et celle de Tof freier etc. La seconde partie regarde les connaissances 
du general : les projets de campagne, la tactique, les sieges etc. Je 
me borne dans ce chapitre ä traiter cette premiere partie, reservant 
Tautre au chapitre suivant. 1 

II faut que le prince - connetable connaisse bien l'importance 
d'entretenir une diseipline severe dans les troupes. Cette diseipline 
fait Tarne des armees. Tant qu'elle est en vigueur, eile soutient 
les empires. On n'a qua lire ce que Vegece 2 dit de la milice 
romaine," et si l'on veut des exemples plus recents, j'en trouve 
deux qui se sont passes de mon temps: c'est la perte de la 
diseipline des Suedois qui causa les malheurs dans la guerre de 
Finlande ; 3 les off iciers avaient oublie les regles de l'art, et les 
soldats, paysans de profession, ne savai[en]t ni obeir ä leurs com- 
mandants ni manoeuvrer devant Tennemi: de la se suivit la perte 
de la Finlande. L'autre exemple que j'ai vu, regarde les Hollandais. 
Leurs troupes etaient le modele de la milice europeenne sous- tous 
les princes d'Orange ; les Prussiens ont appris d'eux l'ordre et Tart 
de la guerre. Apres la mort du roi Guillaume, 4 les marchands 
d' Amsterdam, decores des titres de greffiers, de pensionnaires et 
d'Etats-Generaux, gouvernerent l'Etat. Ils firent leurs courtauds de 
boutique officiers, ils mepriserent ceux qui etaient les defenseurs de 
la Republique; Tage et la mort enleverent leurs bons officiers; les 
colonels devinrent les fermiers de leurs regiments; les subalternes 
s'amollirent, la lie du peuple, le rebut de la nation embrassa le 
metier des armes, et faute du nombre on enröla des mercenaires. 
Personne n'avait Poeil sur les troupes. La guerre 5 survint ; ce 
ramas meprisable de milice republicaine fut fait prisonnier ou se 

1 Vergl. das Nachwort unten S. 109. — 2 Flavius Vegetius, Epitoma 
rei militaris, Buch 1, Cap. 1. — 3 1741 — 1743 (vergl. S. 45). — 4 Des Erb- 
statthalters Wilhelms IIL, Königs von England (f 1 702). — 5 Gemeint ist 
der österreichische Erbfolgekrieg, namentlich die Jahre 1744 bis 1747, wo 
die militärische Unzulänglichkeit der Republik zur Wiederherstellung der 
oranischen Erbstatthalterschaft in der Person Wilhelms IV. führte. 
Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. - 6 



— 82 

couvrit de honte par sa lächete ; la Flandre f ut prise par les Francais, 
et la Hollande aurait ete ä la discretion de Louis XV, s'il avait 
voulu ou su profiter de ses avantages. 

Vous voyez donc de quelle importance il est pour tous les empires 
et surtout pour une puissance qui est dans son accroissement, que le 
prince soit son connetable, qu'il tienne la main ä la severite de la 
discipline militaire, et qu'il ne se degoüte pas des minuties du detail. 

J'ai ete eleve dans l'armee de mon enfance. Mon berceau a 
ete entoure d'armes. * J'ai servi de capitaine en remontant par tous 
les autres grades. Mon pere m'obligea dans ma jeunesse de m'ap- 
pliquer ä tout ce qui regarde la discipline des troupes, l'economie, 
l'exercice, et ä toutes les manoeuvres qui appartiennent ä la tactique 
de la guerre. Je puis donc vous parier sur ces matieres avec con- 
naissance de cause et vous dire toutes les choses sur lesquelles 
vous devez porter votre attention, si vous avez la noble ambition de 
conserver Tarmee dans Fetat formidable oü eile se trouve ä present. 

La premiere chose que nous examinons, c'est le choix des 
hommes dont les regiments sont composes. 

Du choix des hommes. 

Dans les vieux regiments d'infanterie nous ne voulons point 
d'homme dans le premier rang au-dessous de 5 pieds 8 pouces et 
dans le second au-dessous de 6 pouces bien mesures. Les regiments 
de ma creation ont en tous les rangs 1 pouce de moins que les 
anciens, mais ceux de Silesie s'egaleront dans peu aux vieux corps. 
Cette haute taille est necessaire; les hommes qui Tont, sont plus 
forts que les autres, et aucunes troupes de Tunivers ne saurai[en]t 
leur resister, lorsqu'ils 2 attaquent la baionnette au bout du fusil. 

Dans la cavalerie nous n'avons pas tant egard ä la taille qu'ä 
la carrure, pourvu que les cuirassiers ne soient pas au-dessous de 
6 pouces et les dragons de meme : cela est süffisant ; il leur faut 
cette taille pour monter sur des grands chevaux sans aide. Dans 
les hussards la taille n'y fait rien, mais on regarde ä Tage, et on 
ne souffre pas d'enfants dans les regiments. 

Des cantons. 

Tous les regiments, tant infanterie que cavalerie, ont des can- 
tons. 3 Ces cantons rendent les corps immortels en ce qu'ils 4 leur 

1 Vergl. auch die Epistel des Königs: „A mon esprit" (GEuvres, 
Bd. 10, S. 221). — 2 Vorlage: elles. — 3 Eine Ausnahme bildeten die Garde, 
die 3 in Wesel stehenden Infanterieregimenter und die Regimenter Prinz 
Heinrich und Franz von Braunschweig. — 4 Vorlage: qui. 



83 

fournissent des recrues et qu'en temps de guerre ils servent ä les 
completer. Une des raisons pour laquelle nous voulons que l'in- 
fanterie soit de haute taille, c'est que par lä ils 1 se voient obliges 
de menager leurs cantons et ä ne les pas appauvrir pendant la 
paix. II ne faut pas qu'une compagnie d'infanterie ait au delä de 
60 hommes du canton; le reste de la troupe doit 6tre enröle dans 
les pays etrangers. Une compagnie de cavalerie 2 ne doit avoir en 
paix que 30 hommes du canton. Par la bonne economie que j'ai 
etablie dans les cantons, Farmee a actuellement dans le pays une 
ressource de 20000 hommes capables de porter les armes, dont 
une partie a dejä fait la guerre et a ete renvoy^e dans les villages, 
et l'autre a la taille de 5 pieds 4, 5 et 6 pouces. II est de plus 
ordonne que les officiers accordent des permissions de se marier 
gratis ä tous les enröles du canton et ä tous les soldats nationaux 
qui le demandent. C'est pour peupler le pays et pour ne point 
laisser deperir Fespece qui est admirable. 

Tout etablissement est sujet ä des abus ; celui des cantons Test 
de m^me: les voici. Les officiers se fönt quelquefois payer eher 
les conges qu'ils accordent ä des enröles, ou ils prennent de Fargent 
du canton sous divers pretextes, ou ils enrölent des fils de marchands 
ou des manufacturiers ou des fils uniques de paysans. Ceux qui 
fönt des coneussions, meritent d'£tre punis severement, et il ne faut 
pas souffrir non plus que les officiers enrölent des manufacturiers 
ni des fils de marchands, et les obliger ä les relächer d'abord. 
Mais d'un autre cöte, il faut aussi tenir la main ä ce que les 
gentilshommes , les baillifs et les pretres, surtout en Haute-Silesie 
et en Westphalie, n'empechent les enrölements, et soutenir dans 
ces occasions le militaire contre le pays; et il faut sans cesse que 
le souverain tienne une espece d'equilibre entre le soldat et les 
gens des villes et des campagnes, pour que les uns et les autres 
ne s'emancipent point ä sortir de leurs bornes. 

Des revues de commissaire que le souverain 

doit faire. 

Dans ce pays-ci 3 tous les pr in temps, en Silesie vers l'automne 
tous les regiments s'assemblent pour Fexercice. II faut que tous 
les officiers s'y trouvent, et que les compagnies soient completes. 
Les chefs doivent alors repondre qu'ils ont fait sortir tous les in- 

1 Die Regimenter. — 2 Die Kürassierregimenter hatten Compagnieen ; 
je 2 bildeten eine Schwadron, so dass das Regiment aus 10 Compagnieen 
in 5 Schwadronen bestand. — 3 Die alten Provinzen. 

6* 



8 4 

valides, soit blessures incurables, soit jambes pourries, poitrinaires 
ou ceux que la vieillesse ou le defaut de dents T emp€chent de faire 
le Service. Tous ces invalides ne pourraient pas fournir la premiere 
campagne. On croirait les regiments complets, s'ils les trainaient 
avec eux, et l'annee d'apres on s'apercevrait des non-valeurs que 
leur infirmite ferait dans les compagnies, dont il faudrait pourtant 
les sortir alors. Si leur nombre etait tolere pendant un an, il 
deviendrait considerable ; et au lieu de compter, comme cela se 
doit, sur la force des regiments, l'armee, sans meme quelle eüt 
combattu, se trouverait affaiblie, des le commencement de la guerre, 
de quelques milliers d'hommes. Afin donc que les regiments soient 
en bon etat, il faut que le prince-connetable en fasse la revue tous 
les ans ou du moins le plus souvent qu'il peut, qu'il examine les 
compagnies, les recrues, qu'il voie si les morts et les invalides ont 
ete remplaces par des hommes aussi grands et aussi forts qu'eux, 
qu'il reprimande severement les officiers qui sur ce point ont neglige 
leur devoir, et qu'il donne des eloges ä ceux qui Tont rempli. A la 
revue on montre au prince les soldats invalides; il y a des fonds 
sur lesquels on leur assigne des pensions, et on en place d'autres 
qui recoivent de petits Services dans les accises de meme que les 
bas-officiers qui recoivent de meilleurs emplois. 

On examine aux revues les nouveaux bas-officiers. 11 faut que 
ce soient tous de vieux soldats, et je n'ai point souffert qu'un etudiant 
ou un jeune homme, ä moins qu'il ne füt noble, ne m'ait ete presente, 
ä cause qu'un vieux soldat aguerri et brave se fait respecter du 
commun soldat, et qu'un ecrivain n'a pas le ton du commandement 
ni cette vigueur qu'il faut pour r£sister aux fatigues. 

Ce que je dis de l'infanterie, regarde la cavalerie egalement. 
La cavalerie exige de plus qu'on examine la taille des chevaux. Je 
n'en souffre point sous 5 pieds 2 pouces, soit cuirassiers ou dragons. 
Si un regiment est mal monte, on en fait sortir toutes les mauvaises 
rosses qui ne sont pas en etat de fournir la carriere. On examine 
de plus si les regiments sont bien brides, ce qui est un article 
important; de plus, s'ils sont bien selles et si les etriers sont 
egalement raccourcis, pour que les hommes ne montent pas l'un 
trop long et l'autre trop court. 

Aux revues de commissaire on donne le conge aux officiers 
invalides; on chasse ceux dont la conduite ne repond pas ä leur 
caractere et au merite que des gens d'honneur doivent avoir ; et on 
remplace ceux qui sortent, par des porte-enseignes du regiment, 

1 Die Patronen mussten vor dem Gebrauch erst abgebissen werden. 



85 

dont on choisit ceux qui ont le plus d'esprit , dont la conduite est 
la meilleure et qui ont les meilleures attestations des officiers de 
Tetat-major. 

Une des principales attentions du prince est d'avoir dans l'armee 
de bons officiers de l'etat-major et un corps de capitaines bien com- 
pose. II faut que les capitaines soutiennent les compagnies, et qu'ils 
servent par inclination de corps et d'äme. Les officiers de l'etat- 
major doivent etre des gens d'esprit. Quand Tancien capitaine se 
trouve trop lourd ou trop pesant, on l'avance dans un regiment de 
garnison , et on en choisit un autre pour lui donner la majorite. T 
II faut choisir avec encore plus de soin les commandeurs des 
regiments ; 2 pour qu'ils soient bons, ils doivent etre braves, deter- 
mines, capables de prendre leur parti par eux-memes et severes 
observateurs de la discipline. C'est l'ecole des generaux. 

Ces derniers, on les choisit avec plus de soin encore; et si 
j'avais pu trouver des Turenne, je n'aurais employe que ceux-lä. 
On exige d'un general de la bravoure, des connaissances de l'art 
de la guerre, de la capacite et surtout cet heureux instinct qui fait 
qu'un officier s'oriente d'abord, qu'il se determine sans peine', et 
qu'il a des dispositions dans Tesprit et des ressources dans l'imagi- 
nation. On veut que, sans se relächer sur les details, il possede 
les grandes parties de la guerre, et qu'il soit agissant et rempli de 
vigilance. Comme on a besoin de beaucoup d'officiers - generaux 
dans une armee, il est impossible de les trouver egalement bons; 
du moins se garde-t-on de choisir des b£tes oü des personnes aux- 
quelles on peut reprocher quelque defaut de valeur, et Ton s'applique 
ä en trouver qui aient au moins assez d'intelligence pour bien 
executer les ordres qu'on leur donne. Ainsi quand des comman- 
deurs de regiments ou des generaux viennent ä mourir, le prince- 
connetable doit choisir sur tout le corps des officiers quelqu'un qui 
ait la capacite de le remplacer. L'ordre et le bon etat des regiments 
depend de la bonte de leurs 3 commandeurs, et Texecution des dis- 
positions d'une armee de Tintelligence et l'activite des generaux. 
C'est pourquoi le prince ne saurait assez employer d 'attention de 
les bien choisir. 

Des recompenses pour les officiers. 

Nous n'avons pas autant de moyens qu'il en faudrait pour 
recompenser les officiers qui se sont distingues. Les decorations 

1 Majors-Rang. — 2 Das Regiment hiess nach seinem Chef, wurde 
aber durch Obersten geführt. — 3 Vorlage: ses. 



86 

sont: l'ordre de l'aigle noir que n'obtiennent que les lieutenants- 
generaux, et l'ordre pour le merite. Mais tous deux ne rapportent 
pas le sol. Les pensions sont: sur la caisse des domaines environ 
25000 ecus, et 40 capitain[er]ies dont chacune rapporte 500 ecus. 
J'ai fait payer aux abbayes de Silesie quelques pensions pour les 
officiers ; j'ai de plus dans tous les chapitres des prebendes ä donner, 
quelques gouvernements. Mais ä dire le vrai, tous ces differents 
benefices donnent bien de quoi vi vre honnetement, mais pas assez. 
pour que les officiers et les generaux puissent faire des etablisse- 
ments pour leur famille. C'est cependant ce qui serait a souhaiter 
autant pour un nombre de militaires pleins de merite et peu grati- 
fies des dons de la Fortune que pour l'Etat meme, auquel il est 
honorable de recompenser largement les Services, et que dans des 
familles les petits-fils de ceux qui vivent ä present, puissent dire: 
voilä du bien que notre grand-pere a gagne en servant la patrie. 

De la discipli ne. 

La discipline railitaire introduit dans les troupes une obeissance 
aveugle. Cette Subordination soumet le soldat ä l'officier, l'officier a 
son commandeur, le colonel au general et le corps des generaux a 
celui qui commande l'armee. Un soldat qui murmure contre un bas- 
officier ou qui tire le sabre pour se defendre, un officier qui tire 
l'epee contre son commandeur, et ainsi du reste — contre tous 
ceux-lä est dicte peine de mort. Ce n'est point envers eux que le 
souverain peut user de clemence; l'exemple en serait dangereux: 
le moindre relächement entrainerait le libertinage, celui-lä Tesprit 
de sedition, et enfin les chefs, n'etant plus les maltres de leurs 
subordonnes, se verrai[en]t obliges de leur obeir. 

Voilä pourquoi les generaux et les colonels ont une autorite 
despotique sur leurs regiments. lls sont obliges d'en repondre. 
corps pour corps, au souverain ; le chef recoit les ordres du prince, 
et ce dernier est sür de leur execution. II arrive de la que des 
troupes, nourries dans cette Subordination severe, ne savent ni 
desobeir ni raisonner ni se plaindre ; qu'elles sont dociles aux com- 
mandements dans les plus grands dangers, et qu'elles affrontent la 
mort, lorsque leurs chefs le leur ordonne[nt] ; elles vont oü elles 
sont menees, et fönt des merveilles, lorsque l'exemple de braves 
officiers les encourage. 

La discipline contient le soldat et l'oblige de mener une vie 
sage et reglee: eile l'abstient de toute violence, du vol, de l'ivro- 
gnerie, du jeu et l'oblige ä etre retire dans son quartier ä l'heure 



8 7 

de la retraite. Un regiment bien discipline dou etre plus sage 
qu'aucun couvent de moine; et par cette severe Subordination on 
fait que toute une armee depend de la conduite d'un seul hommc, 
et que, si celui-la est un habile capitaine, il n'a qu'ä bien penser et 
€tre sür de l'exactitude de Texecution. 

De l'ordre des regiment s. 

On entend par le mot d'ordre l'egalite du Service et la precision 
de l'exercice. Dans un regiment en bon ordre, il faut qu'une com- 
pagnie soit semblable ä l'autre, meme tournure, meme ajustement. 
meme habillement, meme facon de porter les armes. L'ordre etablit 
la grande exactitude dans les mouvements et les manoeuvres de la 
guerre et influe dans tout ce que la tactique a de mecanique pour 
l'execution. L'ordre embrasse en meme temps tout ce qui concerne 
la vigilance des gardes, des patrouilles, l'exactitude de l'officier, son 
attention a visiter les quartiers, les höpitaux , Selon que cela est 
ordonne par mes Institutions militaires, ä quelques petits change- 
ments pres dans l'exercice dont j'ai introduit l'usage. Comme je 
ne veux pas copier ici ces Institutions militaires, * je vous y renvoie, 
en me bornant a vous faire remarquer qu'il est necessaire que le 
souverain ait un regiment, qu'il le discipline et l'exerce lui-meme, 
tant pour donner l'exemple ä l'armee qu'afin qu'il apprenne lui- 
meme a remarquer les fautes et a savoir les corriger, pour instruire 
les officiers a dresser, discipliner et exercer les troupes. 

Des exercices et manoeuvres. 

Les regiments se rassemblent tous les ans 2 pendant deux mois 
pour faire Texercice. Cet exercice ne tend qu'ä dresser le soldat 
et ä le rendre adroit. Apres ce temps j'ai introduit Tusage 
d'assembler dans des camps les troupes par province et de leur 
faire faire les manoeuvres de guerre, pour former les officiers et les 
entretenir dans Thabitude du grand Service. J'ai täche de perfec- 
tionner la tactique et d'exercer les troupes ä des facons differentes 
de se former, en lignes par la droite, par la gauche, ä deployer par 
le centre et avec diverses colonnes, afin de les former plus vite 
qu'aucunes troupes de la terre. J'ai exerce les officiers ä bien juger 
de leur terrain et ä l'occuper comme il faut, surtout ä se bien 
garantir les flancs. Je les ai dresse ä marcher avec un grand pas 
ä l'ennemi, a ne point tirer et ä se servir de la ba'fonnette, parce- 

1 „Reglement vor die Königl. Preussische Infanterie" und „Reglement 
vor die Königl. Preussischen Cavallerie-Regimenter". — 2 In der Vorlage 
verschrieben: tous les deux ans. 



88 

qu'on chassera ä coup sür l'ennemi avec cette mar che audacieuse, 
et qu'on perdra beaucoup moins que si on marchait ä lui lentement. 
Gagner une bataille c'est forcer l'ennemi ä vous ceder son terrain. 
Si vous marchez ä lui lentement, son feu vous fait perdre beaucoup 
de monde; si vous avancez ä lui ä grands pas, vous epargnez vos 
soldats, et votre contenance assuree le bat et le force de s'enfuir 
en confusion. J'ai de meme dresse les trois rangs de l'infanterie 
egalement, de sorte qu'ils alignent tous au moindre mot qu'on leur 
dit, et que les deux derniers rangs sont aussi bien dresses que le 
premier, ce qui est d'autant plus necessaire que le premier rang 
perd beaucoup dans la guerre, et que bientöt les deux autres 
deviennent les premiers ; alors il n'est plus temps de les dresser : 
il faut qu'ils le soient d'avance. 

J'ai forme la cavalerie ä faire toutes sortes d'attaques avec 
vivacite, ä combattre dans toute sorte de terrain, ä se former avec 
vitesse, ä se rallier promptement, ä couvrir ses flancs et ä gagner 
ceux de l'ennemi. Voilä, en peu de mots, en quoi consiste toute 
la science des generaux qui la commandent. 

On exige d'eux qu'ils soient prompts dans leurs resolutions; 
c'est ce que je ne saurais leur apprendre. On peut cultiver les 
talents que les hommes ont recus de la nature, mais il ne depend 
pas des rois de les distribuer ä qui il leur plait. Quand j'ai 
rassemble de gros corps de cavalerie, je ne me suis pas contente 
de leur faire faire toutes sortes d'attaques; je leur ai fait executer 
des retraites qu'ils ont couvertes, des fourrages verts et secs, selon 
les differents terrains, des affaires d'arriere-garde ; je les ai fait 
attaquer par les hussards qui fönt chez nous la petite guerre dans 
le courant de la campagne et le Service de cavalerie pesamment 
armee dans les batailles. II est necessaire que le prince-connetable 
fasse ces dispositions lui- meme, et qu'il tienne la main pour qu'elles 
soient executees avec precision ; s'il ne s'y trouvait pas present, 
les generaux se negligeraient, et leur nonchalance serait cause que 
l'armee ne profiterait pas de ces manceuvres, et que le temps des 
campements s'ecoulerait ä pure perte. 

De Parti llerie. 

L'artillerie merite en temps de paix la meme attention que la 
cavalerie et l'infanterie. Je ne repete point ce que j'ai dit sur le 
choix des officiers. Ceux de l'artillerie doivent surtout avoir etudie 
le genie et se sevrer du caprice attache ä tous les artilleurs de 
l'Europe, qui est de faire les difficiles mal a propos. 



8 9 

L'exercice qu'on fait faire ä Tartillerie, est relatif aux batailles 
et aux sieges. Pour ce qui concerne les batailles, on dresse les 
canonniers ä charger, viser et tirer vite des petits canons de cam- 
pagne , ä les trainer ä force de bras T avec une celerite egale ä la 
marche de l'infanterie. Pour ce qui regarde les sieges, on accoutume 
les canonniers ä bien viser , ä tirer avec des canons de tous calibres 
au blanc en leur donnant des distances differentes de 1 2 000 pas 2 
jusqu'a 600. On fait ensuite dresser des batteries ä ricochet pour 
enfiler les lignes de Prolongation d'un polygone qu'on a fait elever 
ä cet usage. On exerce les canonniers ä faire leurs batteries en 
une nuit, et quant aux ricochets, ä bien juger de la quantite de poudre 
qu'il faut charger pour faire bondir le boulet. Les obus servent 
le mieux ä cet usage, et je les prefere aux canons. On dresse de 
meme les bombardiers ä jeter les bombes de distances differentes 
ä l'endroit oü on veut qu'elles tombent. J'ai annexe les charpentiers 
des regiments au corps de l'artillerie, pour que le canon se trouvät 
mieux servi dans les batailles, et surtout pour suppleer aux artilleurs 
dont le nombre ne repond pas aux besoins de 1'armee. On fait 
exercer de meme les canonniers qui se trouvent dans les forteresses, 
pour que chacun entende et sache son metier. 

J'ai leve deux compagnies de mineurs que je fais exercer tous 
les ans d'une facon relative ä leur metier. On les fait travailler les 
uns ä la rencontre des autres, afin que sous terre ils apprennent ä 
juger du chemin qu'ils ont fait, et quand il est temps de faire sauter 
leur mine. A Bergen-op-Zoom, 3 les mineurs francais s'y sont tous 
trompes, et en se hätant de faire sauter leurs mines, ils 4 n'ont point 
evente celles des ennemis. On fait aussi faire des fourneaux que 
Ton charge, et on enseigne aux mineurs a connaitre les divers effets 
de la poudre et ä construire ces fourneaux en proportionnant la 
poudre et la digue qui le ferme, de sorte que la mine en sautant 
produise l'effet qu'on en attend. 

II faut un continuel exercice dans toutes ces parties de Fart 
militaire; si Ton ne forme pas chacun en temps de paix ä ce qu'il 
doit faire pendant la guerre, on aura des hommes qui portent le 
nom d'une profession qu'ils ne savent pas exercer. 

Des sapeurs. 

II me manque un corps de sapeurs. Je suis resolu d'en former 
un, aussitöt que j'en " aurai les moyens. Jen voudrais deux com-" 

1 Die Bataillonsgeschütze waren unbespannt und wurden von den 
Kanonieren gezogen. — 2 Lies: pieds. — 3 Die Festung wurde am 6. Sep- 
tember 1747 von den Franzosen mit Sturm genommen. — * Vorlage: elles. 



- go 

pagnies, chacune de 140 hommes, 10 bas-officiers et 4 officiers. On 
-choisit des charpentiers, menuisiers, marechaux etc. pour former ce 
corps; et il est necessaire de le former de meine en temps de paix, 
en employant le commun ä construire toutes sortes de sapes, comme 
on dresse les autres soldats. 

Des forteresses. 

Les soins du prince-connetable ne se bornent pas simplement 
ä entretenir les troupes en bon ordre ; il faut qu'il porte ses attentions 
sur tous les grands arrangements qui assurent la tranquillite de ses 
Etats, et qui sont necessaires ä faire ou ä soutenir la guerre. Je 
<:ompte des premiers l'entretien des forteresses et leur ravitaillement. 

Les places fortes sont comme des clous puissants qui tiennent 
-et attachent les provinces ä la domination du souverain. Pendant 
la guerre, elles servent de points d'appui a l'armee qui se trouve 
dans leur voisinage. Ce sont les nourrices des troupes ; leur enceinte 
formidable sert a mettre en sürete les magasins, les malades, les 
olesses et les amunitions de l'armee. Les forteresses qui se trouvent 
le plus proche des frontieres, deviennent des tetes de quartiers oü 
de grands corps peuvent s'assembler, pour hiverner ou pour porter 
de lä la guerre dans le pays ennemi ou , enfin , pour camper en 
assurance en attendant la jonction d'autres troupes. 

Je ne crois pas qu'il serait a propos de les trop multiplier. 
parcequ'elles coütent tant 1 a bätir, d'entretien, surtout de garnison. 
Le cas de faire de nouvelles places serait celui d'avoir ajoute, par 
des conquetes, de nouvelles provinces aux anciennes. Quant ä la 
structure des ouvrages, je crois qu'on pourrait se modeler sur ceux 
qui se trouvent dans nos forteresses, varies ä l'infini selon la nature 
du terrain et des vues que les endroits differents fönt concevoir, 
par rapport aux ennemis que Ton craint ou contre lesquels on 
medite une rupture. Les regles principales qu'il faut observer dans 
la construction des places, sont : i° de bien occuper le terrain qu'on 
veut fortifier, en y appliquant des ouvrages convenables, en placant 
ces ouvrages de facon qu'ils ne soient domines par aucune hauteur, 
et qu'ils se pretent par leurs flancs des secours reciproques. C'est 
un grand defaut aux ingenieurs de pousser trop loin les ouvrages 
dans la campagne et de les rendre si etendus et si nombreux qu'il 
faut une armee pour les defendre. Le grand art est d'operer avec 
peu de moyens des effets considerables ; et comme un habit, pour 
etre bien fait, doit aller au juste a la taille de celui qui se le fait 

' Vorlage: tant parcequ'elles coütent. 



— 9i 

faire, de meme une place bien fortifiee doit avoir des ouvrages 
proportionnes ä l'etendue de la ville qu'ils environnent, et de la 
garnison qu'on destine ä la defendre. Ceux qui n'observent pas 
ces proportions, tombent dans l'inconvenient de ne pas trouver dans 
de petites villes le couvert dont ils ont besoin pour une forte 
garnison, ni assez de place pour les vastes magasins de vivres et 
de munitions qu'une grande forteresse remplie de troupes exige. 
De plus, beaucoup de fortes garnisons affaiblissent une armee et la 
mettent presque hors d'etat de tenir la campagne. 

Examinons donc ici de quels moyens de defense il faut se servir, 
pour faire avec peu de moyens une grande defense. J'en trouve 
deux principaux. Deux elements, l'eau et le feu, chacun employe 
dans son lieu, opposent les plus grandes difficultes ä l'assiegeant 
et menagent beaucoup les troupes de l'assi£ge. On emploie l'eau 
aux inondations et aux avant-fosses, et lorsqu'on trouve des bassins 
pareils ä celui oü Neisse est situe, on peut se servir des avant- 
fosses, des ecluses et des inondations de meme que je l'ai pratique 
lä-bas. Au defaut de l'eau, il faut avoir recours au feu et bien miner 
le chemin couvert, le glacis et les ouvrages. Les mines allongent 
plus un siege et le x defendent mieux que les travaux ; elles obligent 
l'ennemi d'agir avec circonspection, et lorsqu'on les a fait construire 
a fleur d'eau, il est impossible ä l'assiegeant de les eventer. Une 
mine bien faite doit pouvoir sauter trois fois: premierement la 
fougade, en second lieu la chambre qui est ä dix pieds sous terre, 
et enfin la verkable mine qui est souvent profonde de 25 pieds et 
davantage. On se sert meme souvent de galeries majeures et de 
galeries commandantes, pour pousser ces rameaux le plus loin que 
Ton peut, au-devant de l'ennemi. On peut prendre pour modele de 
mines Celles qui sont ä Neisse au fort de Prusse, et toutes Celles 
de Schweidnitz. 

II est necessaire d'ajouter encore une defense au glacis des 
places qui se trouvent sur les frontieres de Tlmperatrice-Reine. Ce 
sont des caponnieres construites ä l'epreuve de la bombe, qu'on 
place au rentrant du chemin couvert 2 et qu'on garnit chacune d'un 
bas-off icier et de t 2 hommes. Ces sortes de caponnieres sont d'un 
usage excellent contre les surprises que les troupes legeres, les 
Pandours et Cravates, tentent quelquefois assez effrontement. Quant 
aux ouvrages, je crois que les meilleurs sont les doubles chemins 
couverts, pareils ä celui de Wesel, les enveloppes etroites, les ravelins 

1 Gemeint ist die Festung. — 2 In der Vorlage verschrieben : chemin 
ouvert. 



92 

avec des coupures et des flancs retires, les bastiom i\ lUncs etirrse 
oü Ton menage des endroits d'oü le canon, sans etre vu, peut 
defendre le fosse. Je dois ajouter ä ceci une invention que j'ai fait 
executer ä Glatz, qui est de faire, au lieu de lignes droites dans le 
glacis, des lignes courbes pour le defendre de l'enfilade dont les 
traverses ne garantissent jamais les lignes de Prolongation. Je crois 
meme qu'on peut prendre sur cette place le modele des bonnets dont 
on se sert. pour eviter de se voir domine par les hauteurs; et 
quant aux hauteurs voisines d'une ville, je ne conseillerais jamais 
de les faire fortifier; et il en coüte moins (lorsque ce ne sont pas 
des rochers) d'aplanir le haut des montagnes qu'on trouve trop 
proches, et de combler des creux qui serviraient ä l'ennemi de queue 
de tranchee, que de fortifier toute une campagne a Tinfini. C'est 1 
par ces moyens qu'on parvient ä faire de bonnes places de guerre, 
et qu'on conserve de fortes armees en campagne. 

De tout ce qu'il faut pour munir une place de guerre. 

II faut qu'une place, quand les ouvrages sont acheves, soit 
munie de tout ce qu'il faut pour soutenir un siege ; et si cette place 
est situee aux frontieres, eile doit etre pourvue pour sa defense et 
en meme temps de vivres et de munitions, pour procurer ä votre 
armee la facilite d'entreprendre de lä sur vos voisins. Quant au 
premier point, on peut regarder les ouvrages qui entourent une 
forteresse, comme la moindre depense; il faut ensuite y construire 
des casernes vastes pour y loger beaucoup de monde, et les meubler 
de lits et d'autres ustensiles necessaires. On peut y construire un 
grand höpital , pour y placer sürement les malades et les blesses. 
II faut un arsenal muni d'une nombreuse artillerie, de pieces de 12 
et 24 livres pour les remparts, de 3 et de 6 livres pour le chemin 
couvert, et de mortiers ä proportion de la defense. La construction 
des magasins a poudre ne demande pas moins d'attention et de 
depense; on les fait d'ordinaire dans les epaules des ravelins aux 
endroits oü l'on craint le moins d'etre attaque; on en construit 
meme de plus grands proche des rivieres, en les bätissant de facon 
qu'en cas qu'ils vinssent ä sauter, la muraille du cöte de la cam- 
pagne etant la plus faible, l'effort de la poudre ne puisse pas 
endommager la ville ni les fortifications. Dans une ville oü les 
ouvrages sont mines, il faut beaucoup plus de poudre que dans Celles 
qui n'ont pas de defenses souterraines ; 8000 Centner de poudre 
n'est pas trop pour une ville d'une mediocre grandeur; on compte 

1 Vorlage: ce sont. 



93 

iooo boulets par canon, 500 bombes pour chaque mortier et quelques 
millions de balles pour le feu de la mousqueterie. Afin de ne s'y 
pas tromper, on peut compter 1 800 coups pour chaque soldat de la 
garnison de meme que trois fusils par homme. On remplit les 
magasins d'artillerie de soufre, de salpetre, de meches, de plomb, 
de fer, de goudron, *de cordes, de pioches, de haches. de pelles, 
d'affüts de rechange , de Sattel- Wagens , de grues et de tous les 
ustensiles dont une ville assiegee a besoin pour se defendre. On 
bfrtit un grand magasin d'abondance, lequel doit contenir au moins 
de la farine pour nourrir la garnison pendant un an. 

Voici ä peu pres et tres sommairement les choses principales 
qu'il faut dans une forteresse. Si c'est ce qu'on appelle une place 
de guerre, et dont on veut se servir pour faire de la une guerre 
offensive, les magasins de farine doivent s'y trouver assez conside- 
rables, pour fournir ä l'entretien de 60 000 hommes pendant 4 mois. 

11 faut qu'on y rassemble un train d'artillerie, pour faire un siege, 
consistant en 25 mortiers, 30 pieces de 24, 20 pieces de 12, et 

12 obus avec le double de boulets qu'il faut pour la defense d'une 
place. II faut pour l'armee 8000 Centner de poudre, quelques millions 
de gargousses faites et chargees , 30 ou 40 pontons avec leurs 
haquets, x 15 ou 20000 fusils, des housses ; des selles, des pistolets, 
£pees, bridons, ceinturons, gibernes etc., afin que cette place puisse 
fournir ä l'armee qui agit, tout ce de quoi eile peut avoir besoin. 

Si tous ces preparatifs ne sont pas faits d'avance, on les payera 
le double plus eher dans le besoin , on ne les rassemblera pas au 
temps et au lieu marque, et le general, arrete a tout moment dans 
ses expeditions, hors d'etat de profiter de ses avantages, ne fera 
qu'une mauvaise et malheureuse guerre. 

Des magasins d'armes et de canons etc. pour l'armee. 
Nos magasins pour l'armee de campagne sont en grande partie 
ä Berlin et Breslau, a Magdebourg et Stettin. Nous avons 100 coups 
par homme dans les capitales de chaque province pour les troupes 
qui y sont en quartier. L'artillerie de campagne, consistant en deux 
canons de 3 livres pour chaque bataillon de fantassins tant que de 
grenadiers, est partagee entre Berlin et Breslau; ä cette artillerie 
est annexe un train de grosse artillerie, 2 pour servir en campagne, 
surtout dans les batailles, de petits mortiers et quelques obus avec 
toute la munition 3 convenable; avec 100 boulets par canon les 

1 In der Vorlage verschrieben: hoquetons. — 2 Vorlage: grosse 
artillerie legere. — 3 Vorlage: l'amunition. 



94 

artilleurs comptent d'etre munis pour deux campagnes. Je fais 
travailler actuellement ä augmenter ces munitions et ä en porter 
le nombre au double, pour n'etre point pris au depourvu. Nous 
avons d'ailleurs trois ponts de pontons, dont le plus grand se trouve 
ä Berlin, le second ä Magdebourg et le troisieme ä Neisse. Tout 
le plomb qui etait ä Berlin, a ete jete en balles; j'en ai muni les 
forteresses et n'en ai garde dans la capitale qu'autant qu'il en faut 
pour les regiments de cette province et pour la provision de l'ar- 
tillerie. II faut se pourvoir d'avance de plomb ; on l'achete au Harz 
au meilleur marche. Les boulets et bombes ne se fönt pas ici en 
assez grande quantite, et pour gagner du temps, j'en fais venir 
de Suede. 

A Berlin se trouve , de plus , le magasin general de l'armee. 
En fait d'armes et de fourniments il se trouve actuellement 2 1 000 
fusils ä l'arsenal (il en faut 20000 de plus), des selles pour 3000 ca- 
valiers , des ceinturons pour 8 regiments , des gibecieres , s bandou- 
lieres etc. Mais ce n'est qu'une ebauche du magasin qu'il faut pour 
l'armee, dont j'aurai occasion de parier dans un moment. Si Ton 
medite de faire une augmentation considerable dans les troupes, il 
faut s'y preparer et amasser d'avance armes, epees, bandoulieres, 
gibernes, pistolets, selles, brides, etriers, mors, ceinturons, tant pour 
la cavalerie que pour l'infanterie. Ces sages precautions, prises ä 
temps, rendent la guerre moins onereuse, lorsqu'il faut la faire, et 
procurent des ressources pour se completer plus vite qu'on ne le 
pourrait, si les armements n'etaient pas tous faits d'avance. 

De la grande economie de l'armee pour 1'armement, 

uniformes et chevaux. 
L'habillement de la cavalerie, de l'infanterie et des hussards et 
Targent que l'Etat paye pour la remonte, entre dans trois caisses, 2 
dont le lieutenant-general Massow 3 a la direction. L'uniforme de 
l'infanterie coüte par an 503650 ecus; l'uniforme de la cavalerie, 4 
dragons et hussards est paye par l'Etat ä 255686 ecus. On menage 
sur cela 40000 ecus. La remonte est payee par l'Etat [ä] 214258 
ecus; les rations vacantes importent 88103, donc on menage 
127 000 ecus ; de sorte que ces trois caisses epargnent sürement 
par an 152 000 ecus. De ce revenu s'est forme un fonds de 

1 Vorlage: egipsieres. — 2 Die General-Kleider-Kasse der Infanterie, 
die der Cavallerie und die General-Pferde-Kasse. — 3 Vergl. S. 13. — 
4 Unter Cavallerie sind die Kürassiere zu verstehen; sie hiessen auch in 
der Dienstsprache „Regimenter zu Pferde". 



N* 



95 

668 ooo £cus, qui peut fournir des chevaux ä l'armee pendant deux 
campagnes, et de iooooo ecus pour remonter les supernumeraires. 
Outre cela, cette caisse a fait faire pour iooooo ecus de fourniments 
pour le magasin de l'armee ; ce magasin, pour le completer, coütera 
encore 300000 ecus. Par-dessus toute cette economie, toute l'in- 
fanterie a un uniforme de reserve, ce qui n'est point lesine, mais 
precaution sage, pour avoir le dernier ecu en poche et ne point etre 
oblige ä saigner du nez devant un ennemi puissant qui, ayant plus 
de ressources que la Prusse, n'aurait qu'ä trainer la guerre en lon- 
gueur selon l'usage de ceux qui, pour mater leur partie adverse, 
trainent les proces et obligent leurs adversaires ä quitter la partie r 
faute d'avoir les moyens de fournir aux depens. 

Du commissariat de guerre. 1 

Le commissariat de guerre sert de base ä une armee ; c'est lui 
qui la nourrit. Pour cet effet j'ai etabli des magasins d'abondance 
dans toutes les provinces pour l'armee, separCs de ceux qui servent 
pour le pays dans les mauvaises annees. 2 Tout l'amas consiste- 
en 53000 boisseaux, 3 dont 49000 sont suffisants pour nourrir 
iooooo hommes pendant 17 mois 3 jours. Ces magasins sont di- 
stribues dans les places et les villes le long des grandes rivieres, 
de sorte que, de quelque cöte que se tourne la guerre, on les y 
peut transporter sans peine. Deux tiers de ces magasins consistent 
en farine, ä cause qu'elle se conserve mieux que le ble, et qu'en 
temps de guerre on ne peut pas trouver assez de moulins pour 
moudre la quantite qu'il faut pour Tarmed. Le tiers de ces magasins 
est en ble, afin de s'en servir, s'il y avait une cherte d'avoine, pour 
en nourrir les chevaux. Ce qui reste en ble, se change tous les 
trois ans, pour qu'il ne se gäte pas. Par ces arrangements , la 
chaleur, les souris et les insectes ne nous gätent jamais nos magasins. 

Le commissariat a l'inspection sur les caissons attachCs aux 
regiments. Pour en donner une veritable idee, j'entrerai dans un 
detail succinct de nos arrangements de vivres en temps de guerre. 
Quand on veut faire une expedition un peu longue, on distribue au 
soldat pour 6 jours de pain; les caissons attaches aux compagnies- 
en charrient pour autres 6 jours; et outre cela, le commissariat a 
des voitures dont chacune 4 transporte 3 tonneaux de farine. Ces 

1 Vergl. dazu den Abschnitt: „Des subsistances et du commissariat" 
in den „Principes generaux de la guerre" (CEuvres, Bd. 28, S. 17 — 2 °). — 
2 Vergl. S. 24. — 3 Verschrieben für: Wispel. — 4 Vorlage: dont chacune 
desquelles. 



96 

chariots sont distribues ä Königsberg, Berlin et Breslau et sont suf fisants 
pour conduire pour i o jours de farine, ce qui fait donc : le soldat porte 
6 jours, les caissons des compagnies 6 et le grand charroi io, total 
22 jours de subsistance. Pour augmenter promptement les depöts 
qu'on fait en pays ennemis oü Ton trouve du grain partout, j'ai fait 
faire pour chaque compagnie et distribuer a toute Tarmee des mou- 
lins ä bras; en battant le ble et le faisant moudre par le soldat, 
on peut avoir dans 8 jours pour 15 jours de farine, et celle-la, melee 
avec la farine du commissariat, fournit du bon pain. 

Outre tous c^s charrois, nous menons avec Tarmee des fours 
de fer pour la boulangerie ; nous n'en avions pas suffisamment la 
campagne de 1744, ce qui me mit dans un grand embarras, et comme 
l'experience rend prevoyant, j'en ai fait faire 48, ce qui suffit ä peu 
pres pour une armee de 100 000 hommes. Dans les guerres pre- 
cedentes, nous avons ete obliges de faire un embargo sur les bateaux 
des marchands ; mais comme on s'est apercu que cela alterait trop 
le commerce, on m'a propose de faire construire des bateaux fermes 
en haut pour transporter les bles et les fourrages. 30 de ces ba- 
teaux sont faits ; il en faut encore 140. Mais comme ils seraient 
exposes ä se pourrir pendant la paix, je me contenterai de faire 
couper et preparer les bois de charpente necessaires et de les de- 
poser ä Küstrin dans un magasin, et lorsqu'on en aura besoin, on 
pourra construire ces bateaux en x moins de 3 semaines. 

Le commissariat tient, de plus, des tables de toutes les pro- 
vinces et les repartitions pour les chevaux d'artillerie, des caissons 
et pour les valets et goujats de Tarmee. Les chevaux pour l'artillerie 
et les vivres sont fournis par le Havelland, le Magdebourg, le 
Halberstadt, le pays de Minden et la Pomeranie. Les regiments 
de cavalerie fournissent les valets d'artillerie de leurs cantons ; 
chaque regiment tire de meme ses goujats des paysans enclasses 
du canton ; les chevaux sont de meme enregistres et passent en 
revue deux fois par an devant le conseiller provincial. 2 Les chevaux 
de bagage pour les officiers forment la plus grande difficulte; je 
les paye aux officiers; mais comme ils auraient de la peine de Tes 
rassembler vite, j'en ai fait acheter quelques mille dans le Mecklem- 
bourg et les ai fournis aux officiers, au Heu de leur en donner 
l'argent, et cela vaut mieux. 

Münchow a fait un arrangement en Silesie, dont lutilite sera 
grande dans des cas presses et qu'on pourra imiter dans les autres 
provinces. II congiste en ce que les cercles de Silesie tiennent sans 

1 Vorlage: ä. — 2 Landrat. 



97 

cesse une certaine quantite d'avoine, de paille et de foin prete, qui 
est süffisante pour entretenir les chevaux qua une armee de 
60000 hommes, pendant 4 semaines. 

Du service et des quartiers en temps de paix. 

Le service des villes ' consiste dans une certaine somme d'argent 
que la bourgeoisie paye ä la garnison, pour qu'elle cherche ses 
logements et les bonifie aux bourgeois. Comme toute Tarmee a 
pendant 10 mois de Tannee des congedies (afin que, par Targent 
qui en revient au capitaine, il puisse enröler du beau monde dans 
les pays etrangers pour elever et recruter sa compagnie), les villes 
payent un certain nombre de soldats, c/est-ä-dire, dans les grandes 
ou dans les capitales des provinces, on fournit le service pour 
90 hommes, les bas-officiers et les officiers, et le complet pendant 
les deux mois d'exercice. La facon de loger et de conserver le 
soldat en temps de paix demande de bons arrangements. Voici ce 
que son entretien exige. Les dix mois de Tannee que les congedies 
n'y sont pas, il faut qu'il couche dans de bons lits, qu'il n'y ait pas 
plus de 4 hommes dans une chambre, qu'il ne soit pas löge dans 
des caves ou au-dessous des toits dans des galetas malpropres et 
malsains, qu'il ait 3 nuits franches de la garde, qu'il fasse menage, 
donnant, au jour de pr£t, 5 gros de sa paye ä son camarade qui 
tient le menage et qui le nourrit; le soldat cuit au feu du bour- 
geois oü il est löge. Par cet arrangement, on conserve le soldat 
sain, robuste et propre. Le menage l'oblige ä ne point tant se 
debaucher. II est sür de son diner; il ne peut pas s'enivrer tous 
les jours en eau de vie; il prend des liaisons dans la compagnie, 
s'attache ä ses camarades ; il devient moins malade ; et surtout, il 
est entretenu en temps de paix ä peu pres dans le meme genre 
qu'il doit l'etre en temps de guerre, accoutume ä cuire et ä faire 
bouillir sa marmite lui-meme. 

Toute notre infanterie est dans les villes. 2 Le plus grand avan- 
tage pour l'ordre et la discipline des regiments est, quand ils se 
trouvent en garnison dans le meme endroit, et lä on punit severement 
les soldats qui fönt les impertinents chez leurs hötes. pour que le 
bourgeois n'ait pas Heu de se plaindre du soldat ni le soldat du bour- 
geois. La cavalerie est de m€me dans les villes ; 3 mais il n'y a 
que peu de regiments qui soient dans la meme garnison. Les gens- 
darmes, le regiment de Buddenbrock, 5 escadrons de Schorlemer et 
5 de Zieten ont cet avantage; les autres sont tous plus ou moins 

1 Vergl. S. 25. — * Seit 1684. — 3 Seit 1718. 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 7 



9 8 

partages dans des petites villes. Ceux dont les quartiers ont le plus 
besoin d'etre resserres, sont le regiment de Fridric, de Prusse, ■ de 
Bredow et des carabiniers. Mais les difficultes qui s'y opposent, 
sont le manque de fourrage ou d'ecuries süffisantes. La cavalerie 
a pour l'ordinaire permission d'envoyer 20 chevaux par escadron au 
vert pendant 6 semaines ; mais il faut bien se garder de lui allonger 
la courroie sur cet article. 

Je n'ai pas encore parle des casernes. Elles sont bonnes dans 
de certains cas et lorsqu'on n'en abuse pas. Par exemple, dans les 
grandes villes il est bon d'encaserner tous les soldats maries pour 
le soulagement de la bourgeoisie. Par cette raison, j'ai dessein de 
faire bätir ä Berlin pour chaque regiment une caserne pour loger 
100 hommes. C'est d'ailleurs la perte des regiments que d'encaserner 
les soldats non maries; mais ces casernes deviennent necessaires 
dans des places frontieres oü, pendant la guerre, il faut assembler 
un corps de troupes considerable ; et alors le proverbe devient vrai 
que necessite n'a point de loi. 

Tout ce que j'ai remarque d'ailleurs au sujet du menage et de 
la conservation des fantassins, doit s'entendre de meme de la ca- 
valerie. 

Necessite de toutes ces attention s. 

Voilä ä peu pres tous les soins que le militaire exige en temps 
de paix. Si, au temps de ma mort, TEurope se trouve tranquille, 
il sera aise d'entretenir toutes ces choses dans le train oü elles sont, 
et oü, par Thabitude de quelques annees, elles ont dejä pris leur 
allure. Mais le moment oü le souverain peut avoir le plus d'ouvrage, 
c'est apres avoir termine la guerre, et que lui seul peut, par son 
exemple et son application, remettre les troupes et toutes ses affaires 
dans Fanden train, d'autant plus que ces details sont mis en oubli 
chez nombre d'officiers ou juges superflus par d'autres. Alors il faut 
que le prince-connetable travaille ä remettre la discipline en vigueur 
dans ses troupes, ä les exercer, ä leur faire faire des manoeuvres de 
guerre, ä punir les officiers qui se negligent, et ä les obliger par le 
poids de Tautorite souveraine ä s'acquitter exactement de leur devoir. 
C'est alors que le prince doit penser ä bien remonter sa cavalerie, ä 
completer Tartillerie de campagne et de siege, ä remettre l'economie 
dans les caisses, ä bien regier Teconomie et les quartiers des regiments, ä 
retablir les charrois du commissariat, ä reparer, faire ou approvisionner 
ses forteresses, ä ramasser le plus d'argent qu'il peut, par des voies 

1 Die Kürassierregimenter Markgraf Friedrich und Prinz von Preussen. 



99 

legitimes et ä remettre tout ce qui regarde larmee, sur le pied oü 
cela etait avant la guerre. C'est encore apres la guerre que le 
prince doit s'appliquer ä connaitre le caractere des officiers de l'£tat- 
major qui sont avances en campagne, afin de savoir, au cas d'une 
nouvelle guerre, ä quoi il les peut employer. Sans cette etude, tout 
sou verain qui commande son armee lui-meme, ou se verra oblige 
de consulter ses generaux sur les choix qu'il a ä faire, ou de choisir 
mal. Le Premier cas est sujet ä caution, parceque les generaux 
sont hommes ä passions ; le second cas est de s'abandonner au hasard. 
II faut donc qu'un prince s'applique ä bien connaitre la capacite des 
officiers, pour qu'il les charge de commissions qui sont ä leur portee 
et de leur competence. 

De l'etat- major de Parmee. 

Si le souverain veut lui-meme Commander son armee, il doit 
avoir l'etat-major de l'armee attache ä sa personne. Voici ä peu 
pres ce que j'ai ä present. Un quartier-maitre-general, un quartier- 
maitre-lieutenant , 5 ingenieurs ou dessinateurs , ce qui suffit pour 
une armee; mais il en faut le double et le triple selon le nombre 
de 1 'armee. J'ai 4 capitaines qui fönt le Service de majors de brigade, 
un adjudant qui a le detail de Parmee, quelques generaux et colonels 
pour leur donner des commandements de choix, des lieutenants- 
colonels et majors pour Commander les bataillons de grenadiers en 
temps de guerre, * et quelques aides de camp galopins. Je les sors 
de Farmee, ä cause que, si je les ötais des regiments pendant la 
campagne, leurs compagnies et le Service du regiment en souffrirait. 
Les capitaines s'emploient ä faire preparer les chemins, ä avoir 
Tinspection sur le bagage pour qu'il marche en ordre, pour s'en 
servir de meme aupres des convois. Outre cela, le colonel Retzow 
est ä la tete du commissariat , et il a 4 officiers qui servent sous 
lui dans le detail qui regarde cette partie. Tous ces officiers, sans 
cesse employes au meme metier pendant la paix, apprennent leur 
metier et le savent en temps de guerre. 

Speculations pour Tavenir. 

Voici une grande question : Peut-on reformer , corriger ou 

ajouter quelque chose ä notre exercice, ou faut-il le laisser tel qu'il 

est? Je reponds ä cela qu'en temps de paix je voudrais qu'on riy 

changeät rien, ä moins qu'apres Texperience d'une guerre nouvelle 

1 Jedes Infanterieregiment hatte 2 Grenadiercompagnieen ; aus ihnen 
wurden bei Kriegsausbruch selbständige Bataillone gebildet. 

7* 



IOO 

on [ne] trouvät quelque ehose ä redresser qui vaudrait mieux pour 
l'usage; en ce cas je crois qu'on fera bien de changer ce que l'ex- 
perience aura enseigne de plus utile. 

Si Ton se trouve en etat d'augmenter l'armee, en quoi doivent 
consister les nouvelles levees? Selon qu'est le pays que vous 
aurez conquis. Si c'est la Saxe, x vous pouvez y entretenir 40 ba- 
taillons et 40 escadrons ; si c'est la Prusse polonaise, 2 vous pouvez 
y lever deux ä trois regiments de hussards; si c'est le Mecklem- 
bourg, 3 vous pouvez y entretenir 10 bataillons et 10 escadrons de 
dragons. Je propose plus d'infanterie que de cavalerie en Saxe, a 
cause que vous serez oblige d'y bätir des forteresses et de les 
garder, et ä cause des montagnes voisines de la Boheme, oü l'in- 
f anter ie vous serait, en temps de guerre, d'une plus grande utilite 
que la cavalerie. Je propose beaucoup de hussards dans la Prusse 
polonaise, parceque le genie de la nation la porte plutöt ä servir 
ä cheval qu'ä pied, et que, contre les Polonais et les Russes, on 
tirera plus d'usage de la cavalerie que de l'infanterie , de troupes 
legeres que de troupes pesamment armees. Je propose de l'infanterie 
et des dragons en Mecklembourg , comme un corps capable de 
fortifier l'armee, n'y ayant pas de guerre ä craindre dans ce duche. 
des qu'on en sera en possession tranquille. 

En considerant les voisins puissants de cet Etat, il serait ä 
souhaiter que l'armee füt portee sur le pied suivant: 180 bataillons 
tant d'infanterie que de grenadiers, 100 escadrons de cuirassiers, 
100 de dragons et ico de hussards, 4 bataillons d'artillerie de 
campagne, 4 bataillons d'artillerie de garnison, 6 compagnies de 
mineurs, 4 compagnies de sapeurs, 200 officiers ingenieurs, l'etat- 
major, le commissariat et le reste ä proportion. Avec une armee 
aussi nombreuse, l'Etat pourrait faire face de tous cötes et se 
soutenir avec superiorite vi.s-ä-vis de ses ennemis. 

Pour moi, j'ai contribue de toutes mes forces ä Faugmentation 
de la puissance de l'Etat et de la force de l'armee. Je crois que 
mon temps est passe, et je laisse ces projets ä la posterite, pour 
qu'elle ne pense pas que tout est fait dans cet Etat et que, dans 
toutes les parties du gouvernement, ce qu'elle trouve etabli, n'est 
rien en comparaison de ce qui lui reste ä faire. 

A l'occasion de la force et du 4 nombre de l'armee, vous me 
direz sans doute que je ne parle que des forces de terre, et que je 
ne dis rien de la puissance navale. Je dois vous satisfaire sur cet 
article et entrer dans la discussion que cette matiere exige. Jusqu'ä 

1 Vergl. S. 61. — 2 Vergl. S. 63. 64. — 3 Yergl. S. 60. — 4 Vorlage: le. 



101 

present les revenus de l'Etat sont ä peine suffisants pour le paye- 
ment de Farmee et pour amasser assez d'argent, pour la faire 
manoeuvrer devant rennemi. Ce serait, ä cette heure, une grande 
faute en politique que de penser ä distraire nos forces. Les Autri- 
chiens sont nos veritables ennemis; ils n'ont que des troupes de 
terre, et c'est ä eux que nous devons penser dans tous nos arrange- 
ments militaires. La Russie ä la vdrite a une flotte et grand 
nombre de galeres; mais les parages de la Prusse ne lui sont pas 
commodes, pour faire des debarquements. Ainsi leur flotte en soi- 
meme ne peut nous faire d'autre mal que d'entrer dans le port 
neutre de Danzig et d'y debarquer des troupes, pour couper Celles 
de Prusse de la Pomdranie. x 

Si nous etions maitres de la Prusse polonaise, surtout de la 
ville de Danzig, le cas serait tout ä-fait chang£, et alors je con- 
seillerais d'avoir une trentaine de galeres avec quelques bacs, 
comme les Suedois, sur lesquels ils ont des batteries considerables 
qui entre des iles forment un möle et servent ä defendre les galeres 
qui sont ä la rade. On pourrait, outre cela, entretenir 8 ou 10 fre- 
gates qui escorterai[en]t ces galeres aux lieux oü Ton en aurait 
besoin. Je ne conseillerais pas de faire construire des vaisseaux 
de guerre, ä cause qu'on ne peut guere s'en servir dans la Baltique, 
et que c'est une depense furieuse. D'ailleurs, ä quel usage les 
employer? Serait-ce pour faire la guerre aux Russes? Qu'y a-t-il 
ä gagner dans ces provinces barbares et desertes de la domination 
de la Czarine? Les conquerir pour nous serait folie; les conquerir 
pour d'autres serait assez inutile, et si cela se devait faire, ce serait 
bien ä ceux qui voudraient jouir de nos conquetes , ä 2 nous preter 
leurs vaisseaux et leur flotte. Ainsi je crois que nous devons 
borner (en cas d'agrandissement) nos forces maritimes aux besoins 
que nous en avons pour notre propre defense. 3 

II y a d'autres arrangements plus necessaires ä prendre dans 
cet Etat pour Tavantage de Tarmee: c'est d'encourager les manu- 
factures de salp£tre, d'augmenter celle de poudre ä canon, de sorte 
qu'elle puisse fournir iocoo Centner par an, d'augmenter les fonderies 
de bombes et de boulets, d'augmenter la manufacture des armes et 
de la pousser au point quelle puisse livrer par an 20 000 fusils, 
10 000 epees et 4000 sabres. 



1 Vergl. S. 63. 64. — * Vorlage : ou. — 3 Für die Ablehnung des 
Vorschlages des französischen Seemannes Labourdonnais zur Gründung 
einer preussischen Flotte vergl. P. C, Bd. VIII, 411. 412. 



— - 102 

Apres avoir parle dans ce Testament Politique de toutes les 
parties du gouvernement, j'ajoute les idees que je me suis formees 
de Teducation qu'il convient de donner ä un prince, pour qu'il 
puisse fournir ä tous ces travaux differents, lorsqu'il parviendra 
au tröne. 

De l'education d'un prince. 1 

Les mauvais effets qu'a produits l'education qu'on donne assez 
generalement aux princes souverains, m'a fait reflechir souvent aux 
moyens qu'il conviendrait d'employer, pour former un homme digne 
de Commander aux autres. C'est sans doute ä la politique des 
ministres et ä Tinteret des ecclesiastiques, qui trouvent 2 leur compte 
ä elever des princes dans la timidite de la dependance, qu'on doit 
le plan des mauvaises educations que recoivent les fils des rois. 
Les ministres, jaloux de leur autorite et de leur pouvoir, ne 
voudrai[en]t laisser aux souverains que la representation , et tandis 
qu'ils gouvernent despotiquement , ils desireraient que leur maitre 
se contentät de la prerogative frivole que leurs ordres s'expedient 
en son nom. Pour accoutumer des l'enfance un prince au joug 
qu'ils lui destinent, ils Televent dans Tappareil de la grandeur et 
de la majeste; ils le sequestrent de la societe sous pretexte que la 
haute elevation de son rang ne lui permet pas de s'abaisser au 
niveau des mortels. Ils lui impriment une si folle opinion de son 
illustre naissance qu'il se croit une espece d'etre divin dont les 
volontes sont des lois, qui doit vivre, comme les dieux d'Epicure, 
dans une eternelle quietude. Ils lui fönt envisager les details comme 
indignes de son application ; il n'a qu'ä dire que la lumiere soit 7 et 
la lumiere sera; c'est ä ses domestiques ä travailler, et ä lui, 
faineant heureux, ä jouir du fruit de leurs peines. A toutes ces 
illustres chimeres se Joint la gene de Tetiquette. Ses pas sont 
mesures par le compas du ceremonial; ses discours, ses conversa- 
tions sont dictees par son gouverneur ; ses reverences sont assujetties 
aux qualifications de ceux auxquels il les fait, ses divertissements 
sont marques dans le livre des etiquettes et fixes aux jours et aux 
heures qu'il lui est permis d'en prendre. Son gouverneur lui inspire 
une grande mefiance de lui-meme; il n'ose pas entreprendre une 
bagatelle sans avoir demande conseil et sans en avoir obtenu la 

1 Vergl. hierzu die Instruction vom 24. September 1751 für Major 
von Borcke (CEuvres, Bd. 9, S. 37 ff-) und für Behnisch vom 26. Juli 1773 
(Hohenzollern- Jahrbuch 1901, S. 223). — 2 Vorlage: trouvant. 



103 

permission; et enfin cette habitude, longtemps continuee, rend l'eleve 
embarrasse avec le monde qu'il ne connait pas, mefiant de ses 
propres forces, timide, craintif, inapplique, ennuye" des affaires, et 
on en fait un esclave au Heu d'un maitre qu'il devrait etre. 

Les ecclesiastiques de leur cöte tächent de le rendre super- 
stitieux et bigot; ils essaient d'en faire un animal semblable aux 
fondateurs des ordres monastiques ; ils lui fönt un crime de ses 
moindres actions, afin que sa conscience, timoree et sans cesse dans 
la crainte des flammes eternelles, soit plus docile ä etre gouvernee 
par eux. On lui inspire une profonde veneration pour le sacerdoce, 
une sainte haine contre toute autre religion que celle des pretres 
qui l'elevent; et enfin, ä l'aide des terreurs que le diable lui fait 
sentir, les pretres parviennent ä le gouverner selon qu'il leur plait. 

Aux vues ambitieuses des ministres et interessees des ecclesia- 
stiques se joignent les bonnes intentions de ses parents qui achevent 
de tout gäter. Ils veulent que leur fils devienne un mortel parfait. 
Ces bonnes gens ne comprennent pas qu'il serait un imbecile, s'il 
etait sans passions ; cependant tous leurs voeux sont pour qu'il n'en 
ait aucune. Pour qu'il devienne savant, ils lui mettent dans la tete 
de l'erudition sans choix; ou ils parviennent ä le degoüter des 
sciences pour jamais, ou ä en faire un pedant parfait. Pour re- 
former ses moeurs, ils tyrannisent ses moindres desirs. A 15 ans 
ils pretendent que son esprit soit forme et qu'il ait cette maturite 
de raison que la nation francaise n'attrape guere avant les 40. On 
pretend meme qu'il devienne amoureux au moment que son pere 
le veut, et de la personne dont son pere fait choix, et qu'il soit 
pour le reste des femmes aussi froid que Priame l'etait pour la 
belle Helene. 

II resulte de cette education si sagement conduite que le pupille 
sorti de la tuteile devient un homme vulgaire et, apres la mort de 
son pere, un souverain ecrase sous le poids du gouvernement. 
Voilä ce que j'ai vu arriver pendant ma vie; et si j'en excepte la 
reine d'Hongrie et le roi de Sardaigne, x dont les genies ont triomphe 
de leur mauvaise education, tous les autres .princes de l'Europe ne 
sont que d'illustres imbeciles. 

Voyons, ä present, comment on doit faire pour former un 
homme d'Etat, capable de remplir tous les devoirs du gouvernement. 
Je suppose qu'on eleve un enfant, dont les organes de l'entendement 
sont bien construits et qui n'ait pas apporte au monde quelque vice 
incdrrigible. II faut lui choisir un gouverneur d'un caractere ferme 

1 Karl Emanuel III. 



- — 104 

et doux, qui suive exactement le plan d'education qu'on lui prescrit, 
avoir la meme attention pour les domestiques qu'on place aupres 
de sa personne, pour qu'il ne recoive dans sa jeunesse que les im- 
pressions qu'on veut lui donner. Depuis 6 jusqu'ä 1 2 ans il faut 
qu'il apprenne ä lire, ä ecrire, ä compter, qu'on lui donne une 
legere teinture de l'histoire ancienne et qu'il apprenne bien la 
geographie et l'histoire moderne depuis Charles-Quint jusqu'ä nos 
jours. II ne faut pas que Fetude de la geographie et de l'histoire 
soit seche et sterile ; en remplissent la memoire d'un enfant, il faut 
en meme temps parier ä son esprit, ou cette pedante methode 
d'etude ne laisse que des faits dans sa memoire. A l'occasion de 
la geographie, on peut lui apprendre les interets des princes, la 
difference des gouvernements, les branches principales du commerce 
que fait chaque peuple, ses productions et enfin la description des 
capitales. En lui enseignant l'histoire, on peut lui inspirer la noble 
Emulation d'imiter les grands hommes, et toute l'indignation que 
merite la memoire de ces princes qui ont croupi dans la mollesse 
ou qui se sont souilles de crimes. Ces sortes de reflexions, quand 
elles sont courtes et proportionnees ä l'intelligence de 1 ''enfant, 
poussent de longues racines qui fructifient avec le temps. 

Comme le militaire est la base de cet Etat, il est d'une ne- 
cessite indispensable de tourner l'esprit de cet enfant ä aimer la 
profession des armes. On y parviendra par bien des moyens diffe- 
rents. II faut lui en faire un jeu, un amusement, ne parier du 
militaire devant lui qu'avec ce saint respect dont les pretres parlent 
de leur revelation chimerique; il faut ne lui faire frequenter que 
ses maitres et des officiers, lui faire faire quelquefois le service, afin 
que l'habitude supplee au goüt naturel , en cas qu'il ne sente pas 
ce vif desir, cette impulsion du genie qui pousse ceux qui en ont, 
ä embrasser la profession pour laquelle la nature leur a donne un 
talent decide. 

II n'est rien de plus vrai que ce que dit le proverbe italien : 
les fautes des peres sont perdues pour les enfants. II semble que 
chacun soit oblige en venant au monde de payer son petit tribut 
de sottises; il vaut donc mieux que cet enfant paye son tribut et 
en soit puni, avant que de monter au tröne, que s'il s'avisait d'etre 
fol, lorsqu'il doit l'exemple de sagesse ä son peuple. Par cette raison 
je voudrais qu'on donnät ä cet enfant la liberte de faire tout ce 
qu'il voudrait; que son gouverneur ne le suivit pas partout, mais 
qu'on le reprimandät ou le punit severement de ses fredaines,' ce 
qui lui apprendrait ä se gouverner lui-meme, et par la crainte des 



105 

mortifications qu'on lui ferait, il deviendrait sage ä ses depens. S'il 
est colere, il faut ä force de punitions le rendre maitre des premiers 
ou du moins des seconds mouvements; s'il est prodigue, il faut le 
tourner en ridicule et par raison le rendre econome; s'il aime la 
chasse, la musique, la danse, le jeu etc., laquelle de ces passions 
que ce soit, loin de les lui defendre, je lui en voudrais tant donner 
qu'il s'en degoütät de lui-meme, afin de lui laisser le plaisir et de 
ne lui öter que la passion. Le principal soin de ceux qui l'en- 
vironnent, doit etre de lui former le coeur, de le rendre reconnaissant 
pour les Services, tendre envers ses amis, compatissant au malheur 
des hommes, rempli de sentiments d'elevation d'äme, de noblesse, 
de generosite, de cette noble ambition qui porte les belles ämes ä 
surpasser leurs egaux en merite, et surtout je voudrais qu'on le 
rendit humain, doux et porte ä la clemence et tolerant. 

Je ne parle point de religion. Ce que je viens de dire, suffit 
pour son cours de theologie. II faut cependant qu'il fasse pro- 
fession de la religion reformee qui est celle de ses peres, et qu'il 
sache assez de theologie pour trouver le culte des Catholiques le 
plus ridicule de tous. 

Quand cet enfant sera parvenu ä sa i3 i t ;mc annee, il faut etendre 
son etude et y ajouter un cours de morale, de physique, de meta- 
physique, des Clements des mathematiques, surtout de la fortification. 
Je ne parle pas des maitres qu'il lui faut pour les exercices de corps. 
Cela va sans dire qu'on lui fera apprendre ä danser, ä faire les 
armes et ä monter ä cheval. II serait bon de le faire passer par 
tous les grades militaires, pour qu'il apprit par son experience ce 
que le Service exige d'un chacun, et qu'instruit de tous les details 
dans sa jeunesse, il puisse en tirer usage dans un äge plus avance. 

Ce jeune prince sera eleve de cette maniere sans vanite, sans 
faste, comme un particulier* et contractant, des le berceau, de l'habi- 
tude et la connaissance avec les officiers qui, lorsqu'il sera sur le 
tröne, seront ses generaux, il prendra avec eux ces sentiments 
d'honneur et de probite particulierement attaches au metier des 
armes. On peut lui assigner une somme modique pour sa depense 
dont il faut qu'il soit lui-m€me le caissier; il faut l'obliger ä tenir 
ses comptes, ä €tre ränge dans ses affaires et ä mettre de l'ordre 
dans tout ce qu'il fait. Les hommes fönt presque toujours en petit 
ce qu'ils feraient en grand, s'ils etaient les maitres : Trajan fut citoyen 
tel qu'il fut empereur; Vitellius, le compagnon des debauches de 
Neron, fut de meme le plus dissolu des mortels sur le tröne des 
Cesars. 



— ioö 

Par ces raisons il est necessaire d'accoutumer ce jeune prince, 
dans les details de son economie, de sa maison, de sa vie privee et 
de ses occupations, ä l'application et aux vertus qu'on attend de 
lui, lorsqu'il gouvernera l'Etat. L'habitude a un pouvoir souverain 
sur les hommes, eile peut les mener au bien comme au mal, et 
c'est un des principaux merites d'une education sagement dirigee 
que d'elever les enfants dans l'habitude de leurs devoirs. On peut 
par lä suppleer au defaut des talents naturels; et qu'importe apres 
tout aux peuples que ce soit ou la eou turne ou le bon naturel d'un 
prince qui le porte ä bien gouverner, pourvu qu'il s'aequitte bien 
de son devoir? 

II faut que ce prince sache bien le francais; qu'il s'exprime 
en style de la bonne compagnie. Si Ton veut qu'il apprenne des 
langues, je crois que le latin et le polonais lui sont les plus ne- 
cessaires, mais je ne crois pas qu'il faudrait trop le fatiguer pour 
cette etude. 

II n'est pas moins bon de le rendre attentif et poli, d'autant 
plus que le manque d'attentions fait plus d'ennemis aux princes que 
le mal reel qu'ils fönt. 

Plus que ce jeune prince croit et plus il faut lui donner de 
liberte, afin qu'en vivant avec tout le monde, il apprenne ä connaitre 
les hommes, et qu'il entende leur raisonnement et leurs jugements 
sur les hommes en place. La seule attention qu'il faut avoir sur 
lui, c'est de l'empecher de frequenter mauvaise compagnie, de se 
Her avec« des gens tares dont la reputation est fletrie ou dont les 
moeurs sont trop dissolues. Les jeunes gens ont tous les passions 
vives et des inclinations ä la debauche. II faut user envers eux de 
tolerance et avoir en quelque facon compassion de la violence de 
leurs passions qui les domine[nt]. Je pense sur ce sujet comme 
Caton qui disait qu'il rendait gräce aux dieux, quand il vo5^ait sortir 
un jeune patricien d'une maison de joie, parcequ'il ne deshonorait 
pas la femme de son concitoyen. Si j'avais un fils, je lui pardonnerais 
cent fredaines de cette espece plutöt qu'un attachement constant ä 
la meme personne. Ces sortes de passions sont les plus dangereuses 
en ce qu'elles rendent esclaves les coeurs qu'elles subjuguent. Toutes 
les fautes de Henri IV n'ont ete causees que par l'extreme faiblesse 
qu'il avait pour ses maitresses. Toutes les passions qui n'ont pour 
principe que la debauche, passent, lorsque le temperament s'affaiblit ; 
celles qui sont l'effet du sentiment, restent dans l'esprit lors meme 
que le corps n'est plus de la partie. 

A 20, le jeune prince doit sortir tout-ä-fait de tuteile. II est 



10/ 

ä croire qu'on l'aura eleve avec severite, et qu'il aura souvent ete 
redresse et puni de ses fautes, humilie" pour ses hauteurs, trahi pour 
ses indiscretions, raille pour ses railleries, chätie pour ses duretes 
qu'on l'aura repris de son inapplication et surtout corrige sur tous 
ses defauts. Parvenü ä Tage de puberte, il faut lui donner des 
idees nettes de la forme du gouvernement, des constitutions du pays, 
des interets generaux de l'Etat, de l'art militaire et surtout des 
devoirs d'un general, de la*politique de l'Europe, de la science des 
negociateurs, de l'arrangement des finances, des manufactures, du 
commerce, de la police et des lois qui servent de base ä la justice. 
On Aura tout gagne, si on parvient ä lui donner du goüt pour la 
lecture. On n'apprend jamais aussi bien des maitres que ce qu'on 
s'apprend soi-meme, et la conversation des morts qu'on ne saurait 
accuser d'etre interesses, a plus de force que celle de nos contem- 
porains. C'est dans la lecture des bons livres de politique, de Philo- 
sophie, d'histoire, de guerre et de belles lettres qu'un prince peut 
se former et acquerir les connaissances qui lui sont necessaires; 
c'est surtout dans les livres d'histoire qu'il peut pressentir le juge- 
ment que la posterite portera de lui un jour. 

Ayant passe par les grades subalternes du militaire, on lui 
donnera un regiment dont il faut qu'il soit responsable comme un 
officier de fortune. II faut qu'il y fasse tout par lui-meme, et qu'il 
entre dans le moindre detail. Alors meme le jeune prince doit 
voyager avec le souverain dans toutes les provinces de la domination 
prussienne, pour qu'il apprenne ä connaitre toutes ces differentes 
provinces, les places de guerre, les troupes, les officiers, les con- 
seillers de finance et de justice et la noblesse, afin qu'avec le temps 
il ne gouverne pas en inconnu des inconnus. 

A moins que d'avoir des raisons bien fortes, je ne crois pas 
qu'il soit bon de marier un prince trop jeune. II faut au moins 
qu'il ait passe les premiers ecarts de la jeunesse et qu'il soit en 
etat de se conduire sensement. Les mauvaises suites des mariages 
prämatures sont que les princes se lassent tres vite de leurs epouses, 
que, s'ils ont des successeurs, ceux-lä viennent 1 dans un äge viril, 
lorsque le pere est jeune, et se lassent quelquefois d'etre longtemps 
princes h£reditaires. II faut en verite que tout so\t fait en son 
temps. Qu'un prince ä l'äge de 25 ou 26 ans se marie, ce n'est 
ni trop tot ni trop tard; mais, lorsqu'on les etablit, lorsqu'ä peine 
le poil follet ombrage leur menton, il n'en peut resulter que de 
mauvais mariages. 

1 Vorlage: deviennent. 



108 — 

Je ne conseillerais pas de faire voyager l'h£ritier presomptif 
dans des pays etrangers. Ses sujets veulent qu'il ait les moeurs et 
les usages de son pays et non pas des coutumes etrangeres. Et 
quant ä la politique, il est sür que tout le monde s'applique ä con- 
naitre Theritier d'une couronne, et que dans les pays etrangers on 
ferait ce qui se pourrait, pour le gagner et lui inspirer des prejuges 
favorables pour une nation plutöt que pour une autre, qu'il se 
trouverait des flatteurs qui gäteraient son esprit et corromprai[en]t 
merae ses moeurs, agissant 1 meme de cette maniere par les ordres 
de leurs maitres; ce qui ferait trop tot connaitre le caractere du 
prince qui doit gouverner, et donnerait aux autres cours le moyen 
de profiter de son faible, lorsqu'il monterait sur le tröne, ou du 
moins de lui donner toute sorte de prejuges qui, dans la suite, 
pourraient devenir prejudiciables au bien de l'Etat. Les plus funestes 
suites de ses voyages seraient, si ce prince, entraine dans le goüt 
des depenses, s'avisait 2 en devenant roi de faire le grand seigneur 
et de porter sa depense au delä de ses revenus. 

Vous voyez bien que le but de l'education que je propose, n'est 
pas de former un roi de theätre, mais un roi de Prusse qui soit 
capable de se conduire par ses propres lumieres, et qui, devenu 
prudent et sage ä ses propres dCpens, ait un esprit mür, lorsqu'il 
parviendra au tröne. Par ces raisons, je propose de l'elever comme 
un particulier qui doit etre l'instrument de sa fortune, qui, nourri 
loin des grandeurs et du faste, n'ait pas Pinsolente arrogance et la 
fierte insupportable qu'ont les fils des petits souverains d'Allemagne. 
Par ces memes raisons, j'exige qu'on l'accoutume ä une vie labo- 
rieuse, active et frugale, et qu'on cultive en lui les semences de 
vertus que la nature lui a dCparties. Je suis cependant bien loin 
de soutenir qu'un prince ainsi eleve n'ait pas quelque defaut; mais, 
comme disait Henri IV, il faut qu'il ait assez de qualites eminentes 
pour couvrir un petit vice, et d'ailleurs, les plus accomplis des hommes 
ne sont-ce donc pas ceux qui ont le moins d'imperfections ? 

J'ose affirmer qu'on ne fera qu'un prince mediocre du successeur 
presomptif en s'ecartant du plan d'education que je propose. Si on 
veut l'elever ä la facon des fils des rois, ce prince ne deviendra 
qu'un illustre # faineant, une idole encensee du public, qui s'adonnera 
ä la dissipation par ennui, et qui fuira les affaires par degoüt, qui 
ne connaitra ni ses peuples ni les hommes, et qui s'ignorera lui- 
meme, qui aura toutes les passions hors Celles qui conviennent aux 
souverains. Tels sont beaucoup de personnes dans le monde, qui 

1 Vorlage: agissent. — 2 Vorlage: s'avisant. 



109 

passent pour gens de bien et gens de bonne compagnie; mais 
ce qui n'est que defaut dans un particulier, devient vice dans 
un roi. 

J'ai trouve ä propos d'ajouter ä ce Testament Politique un traite 
de Tart militaire applique ä la tactique et aux evolutions des troupes 
prussiennes. x J'avais compose cet ouvrage il y a 4 ans ; et ne 
l'ayant voulu donner a personne de crainte d'indiscretion, je le joins 
ä celui que je viens d'achever aujourd'hui, afin que tout ce qui re- 
garde le gouvernement de cet Etat, soit en paix soit en guerre, 
se trouve reuni ensemble. 

A Potsdam, ce 27 d'aoüt 1752. Federic. 

Nach der eigenhändigen Niederschrift im Königl. Hausarchiv zu Charlottenburg. 

1 Die 1748 verfasste Schrift: „Les principes generaux de la guerre, 
appliques ä la tactique et ä la discipline des troupes prussiennes" (CEuvres, 
Bd. 28, S. 1 ff.). Vergl. S. 81. 



Testament Politique [1768]. 

Le devoir de tout bon citoyen est de servir sa patrie, de penser 
qu'il n'est pas uniquement pour lui dans le monde, mais qu'il doit 
travailler pour le bien de la societe dans laquelle la nature l'a place. 
J'ai täche de remplir ce devoir selon mes faibles lumieres et mes 
forces, depuis que je parvins, apres la mort de mon pere, ä la pre- 
miere magistrature de cet Etat. Je n'ai pas la sötte presomption 
de croire que ma conduite doit tenir lieu de regle pour mes suc- 
cesseurs; je ne m'apercois que trop que je suis homme, c'est-ä-dire, 
une creature composee du melange du bien et du mal, sujette ä 
faillir, et dont les lumieres sont aussi incertaines que les talents 
sont bornes. Toutefois ayant l'avantage d'avoir une experience de 
29 ans dans le maniement des affaires de cet Etat, je me trouverais 
coupable envers la posterite, si je ne lui rendais pas compte de ma 
conduite, des arrangements de justice, de finance, du militaire, de 
la politique, dans lesquels j'ai travaille pendant ma vie, et que je 
ne lui indiquasse pas les vues qu'une longue suite de reflexions m'a 
fait naitre 1 pour le bien public. Un pilote qui connait les parages 
dans lesquels il a navigue longtemps, peut donner de bons avis au 
jeune nautonier qui, faute de connaitre les ecueils, pourrait y faire 
naufrage. 

De la justice. 

L'administration immediate de la justice ne se fait de nos jours 
en presence d'aucun des souverains de FEurope. L'immensite des 
details d'un proces qu'il faut examiner, etudier, eclaircir, le laby- 
rinthe de la chicane, la profonde meditation que demande chaque 
cause, absorberait entierement le temps d'un monarque et lui ferait 
negliger des parties aussi importantes de son gouvernement que la 
justice, de sorte que les rois chargent de ce fardeau des hommes . 
reconnus integres et capables de soutenir les lois dans leur eclat et 
leur majeste. 

1 Vorlage: naire. 



III 

Quoiqu'un souverain n'administre pas la justice en personne r 
il n'en doit pas moins avoir l'oetl sur la justice et sur les juges. 
La chicane regnait ici dans les causes, les tribunaux etaient remplis 
de brigands, et les familles etaient ruinees par la longueur des 
proces. Ces abus me parurent intolerables. Je minutai un plan 
de reforme que je remis au grand-chancelier Cocceji, x homme aussi 
integre que savant jurisconsulte. II saisit mes intentions, reforma les 
tribunaux et publia ce code 2 qui, simplifiant les lois, en rendait la 
pratique plus aisee ; il reduisit ä un nombre convenable cette multi- 
tude de procureurs qui ruinaient les partis, et il sut asservir les 
juges ä Fobservation rigoureuse de leurs devoirs. 

Quelques bonnes que soient ces institutions , elles peuvent se 
corrompre par le temps; Fhydre renaissante de la chicane, ä laquelle 3 
on a abattu quelques tetes, en produit de nouvelles; Fesprit de 
rapacite reparait sous un masque different, et Ton elude les lois par une 
interpretation arbitraire. Pour maintenir donc la justice dans toute 
son integrite, il faut surtout apporter un choix eclaire pour la per- 
sonne du grand-chancelier et ensuite maintenir l'usage etabli d'envoyer 
des commissaires du tribunal supreme dans les provinces, pour exa- 
miner la conduite des presidiaux subalternes, ce qui doit se faire 
tous les trois ans, parcequ'etant sürs que leur conduite sera recher- 
chee, ces assesseurs en seront plus sur leur garde. 

II ne convient point au souverain qu'il fasse intervenir son 
autorite pour la decision des proces; les lois seules doivent regner, 
et le devoir du souverain se borne ä les proteger. Sürete des biens, 
sürete des possessions : voilä le fondement de toute societe et de 
tout bon gouvernement. Cette loi est pour le souverain comme 
pour le dernier de ses sujets; il doit veiller ä ce qu'elle soit main- 
tenue, et punir avec la plus grande rigueur les magistrats qui pour- 
raient y contrevenir. 

Des finances. 

Le malheur de notre condition a voulu que les finances fussent 
le fondement de la vie privee et de la vie politique. L'argent est 
le nerf d'un Etat; ses revenus sont le pouls par lequel on juge de 
la force de sa Constitution. Les princes ne sont consideres qu'autant 

1 Vergl. S. 2. — * Der Entwurf des preussischen Gesetzbuchs, das 
„Project des Corporis juris Fridericiani", dessen beide erste Theile, das 
Personen- und Familienrecht, sowie das Sachen- und Erbrecht enthaltend, 
1749 und 1751 erschienen. Der dritte Theil mit dem Obligationenrecht 
blieb unvollendet. — 3 Vorlage: auquel. 



112 

quils sont riches et puissants, et les peuples qui vivent sous la 
domination d'un prince qui a ses finances bien reglees, sont plus 
heureux que les sujets d'un souverain dont les revenus sont mal 
administres, parceque le gouvernement riche peut et doit assister 
les sujets, et qu'un gouvernement obere ne peut secourir personne. 

Nous n'avons ni Mexique ni Perou, aucun de ces etablissements 
etrangers dont le commerce enrichit les proprietaires. La Prusse 
n 7 a sa ressource qu'en elle-meme, un terrain assez sterile, de pauvres 
habitants. Cela n'emp£che pas cependant qu'avec beaucoup d'ordre et 
d'industrie, ce pays n'ait pu soutenir une guerre dure et ruineuse contre 
les plus grands monarques de l'Europe, et qu'apres sept annees de 
troubles, la France, TAutriche et l'Angleterre se trouvassent accablees 
de dettes, lorsque nous n'en avions point, et qu'il nous restait encore 
assez de fonds pour retablir les provinces ruinees et ä moitie devastees. 

Les finances ne peuvent s'ennoblir que par l'equite et Thumanite 
que Ton met dans leur administration. L'humanite doit presider et 
regier le genre des impöts; Tequite veut que personne ne paye ä 
TEtat au delä de ses forces, et que les taxes soient proportionnelles. 
Celui qui n 7 a que ioo ecus de rentes, ne doit donner que deux ecus, 
quand celui qui possede un revenu de.iooo ecus, peut en payer ioo, 
sans s'incommoder. Les taxes ne doivent se lever ni sur l'ouvrier 
ni sur le soldat ni sur le pauvre, mais sur le citoyen aise ou riche. 
Ces principes generaux doivent servir de base ä toutes les Operations 
de finances; il ne s'agit que de les bien appliquer. 

Les revenus que notre gouvernement tire des provinces, ont 1 
plusieurs branches: les domaines, les contributions, les peages, les 
accises, les salines, les forets, le tabac, la banque et enfin les postes. 
Je commencerai par lä, cependant en y ajoutant quelques articles 
relatifs aux caisses generales, au tresor, ä la police des villes, au 
commerce et quelques vues pour Tavenir. 

Des domaines. 

Les domaines dans cet Etat renferment deux branches, celle 
des bailliages et celle des douanes. Celle des bailliages roule sur 
Teconomie rurale ; le sol de la terre decide des progres qu'on y 
peut faire. La regle que Ton a suivie, est celle d'affermer les 
bailliages sur le pied que le fönt les gentilshommes , en exigeant 
du fermier tout ce que la terre peut rapporter, en lui laissant nean- 
moins un profit honnete, mais qui ne doit point degenerer en par- 
tage. On a fait des metairies des villages dans tous les endroits 

1 Vorlage: a. 



— "3 

oü cela s'est pu, parceque la population est le premier objet du 
gouvernement, et qu'avec beaucaup de peuple le prince en est tou- 
jours intrinsequement plus riche. On a defriche les contrees qui 
etaient sauvages et susceptibles de culture, tant le long de l'Oder 
qu'ä la Netze et la Warthe. Cela pourra s'achever l'annee 1771. 
Apres quoi il restera encore en Pomeranie quelques defrichements 
ä faire, peut-etre meme ä la Havel. Si je vis, j'entreprendrai d'y 
former des etablissements ; si ma carriere se termine plus tot, ce doit 
etre l'ouvrage de la posterite. 

II y a des personnes qui raffinent sur ragriculture , et qui ont 
essaj^e de suivre des usages etrangers; je ne les condamne ni ne 
les approuve : c'est au succes de les justifier. 

Des peages. 

Les peages se levent sur les rivieres et sur certains chemins. 
Autrefois cet impöt a 6te mis pour fournir de certaines sommes 
aux souverains; ä present on regarde cette perception moins comme 
un revenu que comme un reprimant qui empeche la contrebande. 

Le principe est tel qu'il s'agit de savoir combien d'argent sort 
annuellement de l'Etat pour des marchandises qu'il achete, et com- 
bien en entre par celles qu'il vend. Si vous recevez plus que vous 
donnez, la balance est en votre faveur. Si vous donnez plus qu'on 
ne vous rend, la balance vous est contraire. Pour que l'argent 
reste dans le pays, il faut favoriser les manufactures et les produits 
du pays et, par consequent, charger d'impöts considerables les den- 
rees de [la] meme espece que les contrebandiers et les marchands 
tächent d'introduire. La facon generale dont ils fönt ces defrauda- 
tions, est d'annoncer leurs marchandises sous. le nom de transit, 
comme passant par commission pour etre versees dans l'etranger; 
au lieu que ces ballots aillent ä ces lieux de leur destination, les 
contrebandiers les dechargent furtivement de leurs bateaux, les de- 
posent et en inondent les provinces. Pour empecher ces defrauda- 
tions manifestes, pour soutenir nos manufactures et pour empecher 
que l'argent ne soit prodigue aux etrangers, j'ai etabli la regie des 
douanes. x Cette branche n'est pas encore perfectionnee, mais on y 

1 Die Einführung der Regie im Jahre 1766 war eine Reform der 
Verwaltung der Zölle und indirecten Steuern. Diese wurde von der all- 
gemeinen Staatsverwaltung abgetrennt und besonderen Steuerbehörden 
übertragen, die dem neu als Fachdepartement eingerichteten IV. Departe- 
ment des Generaldirectoriums unterstanden. Die technische Leitung er- 
hielt der Franzose de La Haye de Launay nebst 4 Gehilfen. Mit der 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 8 



U4 

travaille, moins pour l'interet pecunier du souverain que pour Favan- 
tage du corps de FEtat; toutefois faut-il dire que, si Ton parvient 
ä detruire la contrebande, que les revenus de l'Etat y doivent gagner 
considerablement. 

Des salines. 
Les salines fönt une branche considerable du revenu des douanes. 
J'en ai trouve d'etablies ä Schönebeck ; * je les ai presque doublees 
par le debit de la Silesie. J'en ai etabli de nouvelles ä Minden 
comme ä Unna. Le grand secret des salines est d'aller au menage 
du bois, parce[que] qui diminue cette depense, augmente necessaire- 
ment le revenu. Cela s'opere ou par de la houille qui se trouve 
ä portee, ou par les ouvrages de gradation ou par la construction 
des fours qui epargnent la depense des bois. Peut-etre y aurait-il 
encore des epargnes ä faire, en employant des sacs au lieu de 
tonneaux pour le transport des sels. 

Des forets. 

Les forets ont ete fort ruinees dans nos provinces durant la 
derniere guerre. Le grand nombre de nos ennemis effarouchait 
rimagination, tout le monde nous croyait perdus, et chacun voulait 
faire sa main. Pour remedier ä ces pertes, on a fait des reglements 
pour les forets; les bois ont ete partages en coupe. Les forestiers 
sont annuellement obliges de semer des chenes, sapins et autres 
arbres, selon qu'ils sont convenables aux differents terroirs, et Ton 
tient la main pour que ces coupes se fassent regulierement. Le 
gouvernement fournit le bois presque gratis ä la ville de Berlin. 2 
On Temploie d'ailleurs pour retablir des maisons brülees des paysans, 
ou en donne aux gentilshommes, pour les soulager, quand les forets 
sont ä portee, et qu'on en peut couper des arbres sans prejudice. 
L'Oder et l'Elbe transportent des bois de construction qui se vendent 
en Danemark, en Hollande, en France et quelquefois en Angleterre. 3 
Le revenu des forets fait un objet et merite de ne point d'etre 
neglige. 

Des postes. 4 

Lorsqu'en Allemagne les postes furent etablies, le Grand- 
Electeur se chargea d'en faire la depense dans les vi] les qui ne 

Verwaltungsreform war gleichzeitig eine Tarifreform verbunden. Vergl. 
dazu S. 116. 

1 An der Elbe. — z Zu diesem Zwecke war 1766 eine Compagnie für 
Versorgung von Berlin und Potsdam mit Brennholz errichtet werden. — 
3 Dieser Aufgabe diente eine gleichfalls 1766 gegründete Nutzholzgesellschaft 
für die Kurmark und das Herzogthum Magdeburg. — 4 Vergl. S. 7. 8. 



US — 

lui appartenaient pas, et qui ne voulaient point s'en charger. Ces 
bureaux nous sont restes et nous donnent tout le cours de Mors 
ä Memel, de Berlin ä Hambourg ;. ajoutez-y les postes de la Silesie. 
Le tout ensemble forme un revenu considerable qui, etant actuelle- 
ment mieux administre , l forme une des meilleures branches des 
domaines. Je ne crois pas qu'il y ait ä changer ; il ne faut qu'y 
tenir Tordre et maintenir les arrangements introduits. 

De la monnaie.* 

Depuis la mort de mon pere, j'ai fait quelques changements 
dans la monnaie, en partie pour etablir une proportion plus juste 
entre Tor et Targent, en partie pour l'avantage des marchands 
manufacturiers. Pour expliquer ce dernier article, il faut savoir 
qu'un des principes des manufactures est de vendre ä meilleur marche 
que votre voisin. Si Targent dont on paye les ouvriers, est ä plus 
bas titre que celui d'un oranger qui travaille en concurrence, ma 
marchandise aura la preference, parceque sans perte je peux la 
vendre moins eher que l'autre. II est vrai qu'il ne faut pas ra- 
baisser notre titre, mais je crois qu'on ne doit pas. le rehausser non 
plus. Si la balance du commerce est en faveur de la nation, la 
monnaie teile que nous l'avons, nous est favorable. Si nous payons 
la balance aux autres nations, nous gagnons en faisant la monnaie 
plus pesante. La monnaie en general ne saurait produire un revenu 
fixe ; eile depend du change et d'une infinite de combinaisons du 
commerce ; ce qui fait qu'on ne doit jamais compter entierement sur 
son produit. 

Revenus de la caisse de guerre. 

Des contributions. 
L'usage a etabli dans ces Etats que le noble et le paysan sont 
contribuables. Mon pere a regle cette taxe proportionnelle par une 
commission qui s'est transportee sur les lieux, en etablissant de 
differentes classes, selon la nature du sol, des produits et de Tin- 
dustrie. 3 Je ne soutiendrai pas que les proportions soient toutes 
justes, parcequ/il est bien difficile qu'une Operation aussi compliquee 
se fasse avec toute l'exactitude qu'elle demande. II est d'ailleurs 

1 Nach dem Muster der Regie (vergl. S. 113) war auch die Verwal- 
tung der Post umgestaltet und 1766 als Postregie eingerichtet worden. — 
2 Vergl. S. 8. — 3 Das Ergebniss bildete für Ostpreussen die Einführung 
des Generalhufenschosses (17 16— 1720), die Grundsteuerregulierung in Pom- 
mern (1717/18) und in der Neumark (1719 — 1721). 

8* 



u6 — 

assez clair que la Marche-Electorale donne moins que les autres, 
et que les paysans de la principaute de Minden payent trop, ä Pro- 
portion des autres. Je leur ai rabattu cette annee 20000 ecus, et 
si Dieu me laisse [en] vie, je pense encore ä les soulager, en leur 
en remettant ä peu pres tout autant. Si la noblesse de Silesie paye 
davantage, il faut considerer qu'elle est infiniment plus riche, et 
que le commerce lui donne des moyens de gagner chaque jour 
davantage. 

Ces impöts se levent par mois avec beaucoup d'exactitude et 
sont aussitöt assignes aux troupes qui ont leur quartier dans les 
environs. Cette contribution doit etre regardee comme sacree; eile 
est necessaire, meme indispensable pour l'entretien de l'armee. 
Toutefois il ne faut jamais penser ä la rehausser, ä moins qu'il 
n'arrivät par la suite des temps que le prix des comestibles doublat 
de valeur. T 

Des accises. 

De tous les impöts dont on charge le peuple, l'accise [est] le 
plus leger et le plus imperceptible, parcequ'en achetant des denrees 
ou autre chose, chacun s'acquitte envers l'Etat, sans qu'il le sente. 
La regle de cette imposition est de charger le luxe, en soulageant 
la misere. Cela se fait, en faisant payer des droits d'entree aux 
vins etrangers qu'on consomme, aux etoffes de France, velours, 
draps v que nous faisons aussi bien ici qu'en pays etrangers. Les 
premieres matieres que nous travaillons, comme soies, cotons etc.5 
ne payent point d'entree, et tout ce qui est manufacture dans le 
pays, ne paye point de sortie, pour favoriser Tindustrie. 

La partie des accises etait si fort tombee depuis la guerre que 
j'ai fait venir de France des regisseurs, pour l'administrer. - J ; ai 
exempte d'impöts la farine, comme la denree la plus necessaire, et 
pour regagner ce qu'on perdait, Timpöt a ete remis sur la grosse 
biere; mais la petite biere ne paye rien. L'abus du cafe devenait 
intolerable. Par le moyen de Timpöt, on en a si bien restreint 
l'usage que le peuple boit, au lieu de cette liqueur etrangere, une 
espece de grain brüle qui croit ici communement dans les 
champs. 

On ne peut soutenir les manufactures que par le moyen des 
impöts qu'on met sur les marchandises de concurrence ; et cela doit 
etre, parceque l'on peuple le pays d'habitants, et qu'au lieu de payer 
ä nos voisins leur industrie, nous la payons a nous-memes. 

1 Vergl. S. 5. — * Yergl. S. 113. 



— w 

Les accises fönt un gros revenu , et lorsquelles seront tout-ä- 
fait bien administr£es, le produit doit encore augmenter d'annee en 
annee. 

Du tabac. 

Cette branche est de nouvelle creation. ' Son revenu est con- 
siderable et doit croltre, quand tout le projet sera entierement mis 
ä perfection. Voici sur quoi roule ce revenu. On achete tout le 
tabac qui se cultive dans le pays; on en fait encore venir de Vir- 
ginie, parceque le nötre n'est pas süffisant; on le fait travailler 
dans les grandes fabriques que j'ai etablies ä Berlin, Königsberg, 
Magdebourg et Breslau. De lä il se verse dans les provinces et 
dans l'etranger. II faut que le debit de la Saxe et de la Pologne 
nous bonifie les achats etrangers ; ce qui fait que notre consomption 
de tabac ne fait pas sortir un sol du royaume, mais l'enrichit encore. 
Ce revenu doit monter en quelques annees net ä i 500000 ecus. 

* 

De la banque. 

A la fin de la derniere guerre, le cours de change nous etait 
contraire. Les Hambourgeois et les Hollandais d'accord nous avaient 
impose un tribut onereux. Nous etions leurs esclaves involontaires, 
mais nous voulions nous liberer. Pour nous tirer de cette servitude, 
j'etablis ä Berlin la banque [ä] giro ; 2 qui commence ä present ä 
prendre consistance, et j'en etablis une de m£me ä Breslau. Le 
giro favorise les marchands en ce qu'ils peuvent y trouver de l'argent 
pour les lettres de change qui ne sont pas echues, et que les billets 
de banque ont cours chez nous et chez l'etranger comme la monnaie. 
A cette institution se joignent les lombards etablis dans les grandes 
villes, qui pretent de l'argent sur des ouvrages manufactures et 
d'autres a petit interet, pour empecher les juifs d'ecraser les peuples 
par l'usure. Par la banque nous gagnons la depense des provisions 
sur les lettres de change ; nous etablissons notre credit chez l'etranger, 
et nous nous preparons une ressource pour les temps de guerre et 
de calamites, en augmentant nos billets du double. 

Le fonds que j'ai en banque, est de 700000 ecus. Le rapport 
n'en est pas considerable et ne va qu'ä 5 pour-cent; mais comme 
l'Etat a besoin de grandes sommes en temps de guerre qui resteraient 

1 Ein staatliches Tabaksmonopol war 1765 eingeführt und für seine 
Verwaltung 1766 die Generaltabakadministration eingesetzt worden. — 
2 Die Bank war als Leih- und Girobank am 17. Juni 1765 begründet und 
seit 1766 auch zur Ausgabe von Banknoten ermächtigt worden. Zugleich 
wurde eine Bankfiliale in Breslau errichtet. 



— u8 

steriles dans des caveaux, je me propose d'y placer encore 900 000 
ecus qu'il faut , pour former des magasins de fourrage ä Magde- 
bourg, en cas de guerre, pour y trouver des subsistances pour trois 
mois. Ces 900000 doivent s'employer pour le commerce d'or et 
d'argent que la banque fait pour la monnaie, et pour des objets oü 
cet argent peut etre realise en deux mois au plus tard. 

La banque ne fera jamais un revenu considerable , mais eile 
peut devenir une ressource nouvelle dans les temps difficiles. 

Des caisses. 

Les differentes branches de revenus que je viens de specifier, 
forment les deux caisses generales des domaines et de la guerre. 
La caisse des domaines paye les apanages, les pensions, la cour et 
quelques Colleges; eile donne en surplus une somme teile qu'elle 
est couchee sur Petat, ä la caisse de la guerre pour Pentretien de 
Parmee, et eile verse toutes les annees une somme fixe au tresor. T 
La caisse de guerre paye Parmee, Fartillerie, Pentretien des fortifi- 
cations, — mais eile n'a aucun fonds pour en construire de nou- 
velles, — enfin les pensions du Grand-Directoire, les officiers preposes 
aux vivres de Parmee, et les ingenieurs. Dans chaque province, 
chacune de ces grandes caisses en a de petites auxquelles les paye- 
ments qui se fönt dans le voisinage, sont assignes. 

J'ai mis toute clarte que j'ai pu, dans les recettes et les de- 
penses, pour que, d'un coup d'oeil, Ton puisse apercevoir leurs Ope- 
rations. Toutes ces caisses sont visitees par mois, afin que les 
receveurs ne puissent commettre de malversations. Bien administrer 
la recette, bien regier la depense: voilä tout Fart de la finance. 

Des chambres de domaines et du Grand-Directoire. 

Les provinces ont chacune un College de domaines, ä la tete 
duquel est un president. . Elles ont et leur caisse de domaines et 
leur caisse de guerre, sur lesquelles s'assignent les depenses in- 
terieures, et qui envoient leur surplus aux caisses principales. 

L'operation de ces chambres consiste ä renouveler les baux des 
bailliages. J'en ai fixe la duree ä 6 ans, parcequ'il se fait des 
ameliorations annuelles dont on perdrait le revenu pour trop long 
temps, si les fermes etaient prolongees;' c'est un principe dont il 
ne faut point s'ecarter. Les chambres recoivent les contributions, 
auxquelles veillent les conseillers provinciaux. Elles ont Tinspection 
sur la police interieure, comme sur celle des villes, pour Petape et 

1 Vergl. S. 13. — 2 Vergl. S. 6. 



H9 ~ 

la marche des troupes, sur le rebätissage des maisons incendiees ou 
tombees par vetuste, et elles T ont la petite justice dans les terres 
royales, de sorte qu'elles 1 sont chargees de l'economie rurale des 
bailliages, de l'execution du reglement des forets, de la police des 
villes et de l'encouragement des manufactures. 

Le Grand-Directoire, sedentaire ä Berlin, a l'ceil sur toutes ces 
chambres, exceptez-en celles de la Silesie, et c'est de lui qu'emanent 
les edits et toutes les lois qui peuvent tendre au bonheur des peuples. 
II envoie des commissaires dans les provinces, pour examiner la 
conduite des cönseillers subalternes et pour decider par leurs yeux 
les choses qui demandent une inspection locale. Le defaut de ce 
Directoire est qu'il agit avec trop de lenteur, et qu'il faut sans cesse 
l'eperonner, pour qu'il mette en execution les ordres qu'il a donnes. 
De lä vient que tout ce qui est bätiments et reparations, traine, 
quand il s'en mele, et que souvent je suis oblige d'en donner l'in- 
spection ä d'autres. 

Nous n'avons parle jusqu'ici que d'impöts; il est temps de 
parier de benefices. 

Les gens de la campagne sont exposes ä une infinite de cala- 
mites : grele, secheresse, foudre, mortalite de bestiaux etc. •, les villes 
sont quelquefois consumees par les flammes. Or, il n'est pas juste 
que celui qui perd son revenu, paye comme s'il en jouissait. Comme 
l'humanite demande que personne ne soit charge au delä de ses 
forces, il y a trois caisses d'etablies pour les indemniser de leurs 
pertes. Celle de Prusse a un fonds de 120000 ecus, celle de Silesie 
de 80 000, et la caisse extraordinaire dont dispose le Directoire pour 
les Marches, la Pomeranie et les autres provinces, a un fonds annuel 
de 250c 00 ecus. 2 Le souverain d'ailleurs supplee aux infortunes 
fortuites ; quand il y a des villes entieres consumees par les flammes, 
c'est ä lui, comme ä un bon pere, d'assister ses enfants et de les 
aider dans le besoin. Ces sortes de depenses m'ont beaucoup coüte; 
je ne les regrette pas, parceque c'est un devoir de tout homme, et 
de plus par consequent d'un homme puissant, d'assister les infortunes 
et les necessiteux. 

Mon pere a etabli un usage tres sage, qui consiste qu'ä l'annee 
economique, qui chez nous commence au premier de juin, on conclut 
par ecrit un nouvel etat sur lequel se couchent l'amelioration des 
revenus et la fixation de la depense. Cet etat doit etre inalterable, 
et je n'y ai mis la main qu'au renouvellement de l'annee. J'ai de 
m€me s£pare mes revenus de ceux de PEtat. 3 Un souverain qui a 

1 Vorlage: ils. — z Vergl. S. 9. — 3 Vergl. S. 13. 14. 



120 

des principes d'honneur, ne doit jamais toucher aux revenus du 
gouvernement qu'en les employant au bien de ce meme gouverne- 
ment. II peut toutefois se menager des ressources, en ramassant 
les superflus des Etats et tout ce qui ne fait que des rapports in- 
certains. C'est de ces epargnes que je fais construire les forteresses, 
que je retablis l'artillerie, que j'ai donne des indemnites aux gentils- 
hommes, et que j'ai fait edifier les villes detruites, retablir Celles * 
qui etaient pr£tes ä perir par vetuste, et que j'ai fait des defriche- 
ments le long de la Netze et de la Warthe. 

Cet Etat demande un bon econome, s'entend un homme sage, 
mais non pas avare. II y a un grand art ä depenser Targent ä 
propos; un prodigue bouleverserait tout ce gouvernement, qui ne 
subsiste que par une industrie infinie ; il ne faut etre ni dur ni avare 
ni prodigue et faible. 

Du tresor. 

Les fleaux qui menacent toutes les puissances, autorisent les 
princes eclaires ä se menager des ressources dans le besoin. Ces 
ressources consistent dans de Targent accumule dans des temps 
heureux et tranquilles, pour le depenser dans des temps oü la ne- 
cessite le demande. Les princes orientaux ont ete d'un temps im- 
memorial dans Tusage d'entasser richesses sur richesses. Les princes 
europeens ont cru qu'il leur convenait mieux de dissiper leurs revenus 
en temps de paix et d'ecraser d'impöts les peuples en temps de 
guerre. II faut fuir egalement ces exces, Pavarice stupide et la 
prodigalite insensee. 

En France, en Angleterre, en Autriche l'on contracte des dettes •, 
on abuse du credit ideal, on met contributions sur contributions pour 
payer le dividende, et tous ces Etats preparent une banqueroute, 
dont Tune se fera plus tard, Tautre plus tot. N ? est-il pas plus sense, 
plus juste, plus humain de restreindre sa depense en temps de paix 
et de mettre tous les ans une somme a cöte, qui sort ä la verite 
de la circulation, que d'avoir recours en guerre ä des emprunts, ä 
des friponneries, ä des filouteries, qui perdrai[en]t un particulier de 
reputation , et de doubler et tripler les impöts au premier coup de 
canon ? 

Chez nous les contributions et les taxes ne haussent ni ne 
baissent. Si nous n'avons pas toute TEurope ä combattre, nous 
pouvons garder les frontieres de telles sortes que le paisible citoyen, 
tranquille et sans etre vexe dans sa demeure, ignorerait que sa nation 

1 Lies: les maisons. 



121 

se bat, s'il n'en apprenait pas des nouvelles par les relations de 
campagne. 

La guerre entratne une depense prodigieuse et demande de 
fortes sommes pour la soutenir. Pour rendre l'armee mobile, il 
taut 2500000 ecus, argent qui s'assemble dans le petit tresor, et 
qui s'assigne, des qu'on veut mouvoir l'armee. II faut de plus 
900 000 ecus ä Magdebourg, pour y former un magasin de fourrage 
pour trois mois , ■ destine pour le corps qui agirait sur l'Elbe. II 
faut, pour former un pareil magasin de fourrage ä Breslau, 4 400 000 
ecus. Outre ces fonds, le grand tresor doit avoir 20 millions, 2 afin 
que rien ne manque ni n'arrete les Operations. J'amasse ces fonds 
par mon economie, et si je reste en vie comme en paix jusqu'ä 
Tannee 1773, toutes les caisses seront remplies. Outre ces caisses, 
la caisse generale de Wartenberg 3 a un fonds de 800000 ecus, 
pour recruter les chevaux de la cavalerie pendant les deux premieres 
campagnes. 

J'entretiens ä present 154000 hommes; 4 je pourrai les augmenter 
a t 63 00c C'est tout ce que nous pouvons entretenir en temps de 
paix. L'etat de guerre doit se pousser a 210000 hommes. Ces 
details sont tous faits et dresses. Ce n'est pas ä dire que chaque 
guerre exige d'aussi grands efforts; cela n'empeche pas qu'il faut 
les faire, car le nombre d 'hommes influe beaucoup sur les Operations. 
L'armee sur ce grand pied doit decompter 40000 hommes, pour 
garder les forteresses; reste a 170 coo pour mettre en campagne. 

Chaque campagne coüte 1 2 millions d'extraordinaire ; 5 d'oü les 
prendra-t-on, et comment continuera-t-on a les fournir? Pour vous 
expliquer cette Operation, il faut que j'entre avec vous dans le 
detail de nos revenus, et que [je] vous en fasse un tableau en 
raccourci. 

Les revenus des vieilles provinces fönt avec ceux de la Silesie 
ä peu pres i3 8oo[ooo] ecus, dont vous trouverez les etats et les 
details dans ma cassette. De ce revenu nous epargnons, annee 
commune, 1 400 000 ecus, qui vont au grand tresor : voila 1 400 000 ecus 
pour les extraordinaires de la guerre. Les revenus du tabac 6 feront 
1500000 ecus, ceux du nouvel arrangement des accises et peages 7 

■ Vergl. S. 118. — 2 Vergl. S. 66. — 3 Vergl. unten S. 137. 138. — 

4 Vergl. S. 66. — 5 Noch 1752 hatte der König die Kosten auf nur 

5 Millionen veranschlagt (vergl. S. 66). Der obigen Berechnung liegen 
die Erfahrungen des Siebenjährigen Krieges, zumal des Jahres 1757, zu 
Grunde. Vergl. P. C, Bd. XXVIII, 286. 287; XXXI. 430. 6 VergL 
S. 117. — 7 Der Regie (vergl. S. 113. "6). 



122 



500000: voilä deux millions, dont il faut decompter 400000 ecus 
pour les augmentations faites ou a faire ; reste[nt] 1 600 000 pour 
l'extraordinaire. Ce que j'appelle la petite caisse de Buchholtz, fait 
320 000 x ecus. Je tire d'ailleurs outre l'etat: 



720000 


. de Silesie, 


200000 


. . de la Prusse, 


135000 . 


. du bois, 2 


200000 


. des postes, 3 


130000 


. de la Frise, 


40 000 . . 


. des charges. 


IOO 000 


. du transit, 4 


60000 


. de Cleves, 


30000 . 


. de la Pomeranie, 


30 000 


. de la Marche, 


10 000 


. de Magdebourg et Halberstadt. 


12000 


. de la Nouvelle-Marche, 


3 000 


. des mines de Hohenstein, 


i 670 000 ecus 





Total 

Vous demanderez ce que devient cet argent. En temps de paix, 
je l'emploie ä rebätir les villes brülees ou ä reparer celles qui en 
ont besoin, aux fortifications, pour l'artillerie, pour retablir le pays 
et pour des gratifications , et je vis d'une partie de cet argent. 5 
En temps de guerre, il faut en employer 1370000 pour l'extra- 
ordinaire, ce qui fait avec les sommes precedentes: 

1 400 000 . . des revenus destines en temps de paix pour 

le tresor, 
1 600 000 . . du tabac et [des] fermes, ^ 

320000 . . de la petite caisse de Buchholtz, 
1370000 . . des extraordinaires, 
Total : 4 690 000 ecus. 

Faisons un compte rond: 4700000 ecus. Or, si la guerre se 
fait, il faut d'abord se rendre maitre de la Saxe. 6 On en peut tirer 
en argent et vivres 5 millions d'ecus: en voilä 9700000. Reste 
ä 2 300 000, qu'il faut y ajouter annuellement du tresor ; ce qui met 
le souverain en etat de soutenir huit annees la guerre la plus rüde, 
sans opprimer les peuples et sans contracter de dettes. L'on peut, 

1 Zuerst war geschrieben: 330000; daraus ist verbessert: 320000. — 
2 Vergl. S. 114. — 3 Vergl. S. 114. 115. — 4 Der im Verlaufe des Handels- 
kriegs mit Ghur-Sachsen 1755 eingeführte Durchgangszoll durch die Pro- 
vinzen Magdeburg und Halberstadt, — 5 Vergl, S. 14. — 6 Vergl. S. 62. 214. 



123 - 

en cas de besoin, emprunter quelques millions de la Landschaft, 
dont je parlerai ensuite, ainsi que des etats de la Frise. 

Des etats des pays electoraux ou de la Landschaft.' 1 
Les etats des Marches ont sur leur credit avance des sommes 
aux Electeurs, pour lesquelles il leur a ete assigne des revenus. 
La somme due allait, ä la mort de mon pere, ä 3 millions d'ecus. 
Les interets leur sont payes de l'impöt de la siese qu'ils administrent 
eux-memes, des villes et d'autres taxes qui leur sont abandonnees. 
Leur credit est aussi sür que bien etabli j j'ai augmente cette dette, qui 
se porte ä present ä 5 millions. Cest, je crois, la proportion qu'il 
faut conserver, pour que les veuves, les rentiers et autres gens de 
cette espece puissent placer leurs capitaux chez nous, au Heu de les 
faire circuler chez Tetranger. D'un autre cöte, je ne crois pas que, 
sans une necessite bien pressante , il füt convenable d'augmenter 
cette dette, parceque les terriens auraient de la peine a trouver des 
emprunts ä faire , si toutes les sommes etaient entre les mains du 
gouvernement. Tout cela , apres müre reflexion , me fait conclure 
ä ne point augmenter cette somme. 

Les etats de Frise ont un credit ouvert en Hollande. Au besoin 
on pourrait emprunter par eux; cela pourrait peut-etre aller ä un 
million. 

Du commerce. 

Ne nous comparons jamais aux Hollandais , aux Anglais, aux 
Francais et aux Espagnols pour notre commerce. Ces nations sont 
venues les premieres ; elles se sont emparees de tous les bons postes. 
II ne nous reste rien des branches les plus lucratives et des plus 
importantes. 

La Prusse est une puissance de terre ferme: il lui faut une 
bonne armee et point de flotte. 2 Nos ports dans la Baltique ne 
nous favorisent pas pour etendre notre navigation, et si nous n'avons 
point de colonies dans l'Afrique et dans TAmerique, 3 j'en felicite 
mes successeurs, parceque ces possessions eloignees depeuplent les 
Etats auxquels elles appartiennent , qu'il faut les soutenir par de 
grandes flottes, et qu'elles donnent sans cesse de nouveaux sujets 
de guerre, comme si nous n'en avions pas dejä assez avec nos voisins. 

Quoique ce grand commerce ne soit pas ä notre portee, ce 
n'est pas ä dire qu'il faille renoncer ä tout trafic, et qu'il n'y ait 

1 Vergl. S. 14. 15. - 2 Vergl. S. 100. 101 und P. C, Bd. XXXIII, 238. 
239; XXXVII, 182. 433; XXXVIII, 191 und CEuvres, Bd. 9, S. 203. — 3 Für 
den Verzicht auf Colonieen vergl. auch P. C, Bd. XXVIII, 502; XXXIII, 86. 



124 _ 

pas des avantages infinis ä gagner, en se proportionnant ä ses facultes 
et en n'entreprenant que ce que nous sommes sürs de pouvoir 
executer. 

Le commerce se fait de trois especes: 
1° denrees qu'onvend pour del'argent comptant; c'est [le] meilleur: 
2 marchandises qu'on troque contre d'autres marchandises; 
3° le transit ou commerce de commission. 

Pour savoir sur quelles branches peut rouler notre commerce, 
il faut resumer nos marchandises d'exportation et Celles qui nous 
sont d'une importation indispensable. Nous debitons pour 4 millions 
de toiles a l'etranger. La Silesie, de plus, exporte pour un million 
de draps en Pologne, Russie, Allemagne et Italic Nous vendons, 
souverain et gentilshommes, pour 300 000 ecus de bois de notre cru ; 
les marchands en achetent d'ailleurs de la Pologne pour Stettin, et 
de la Saxe pour Hambourg, sur lequel ils fönt leur profit. Nos 
petites etoffes de laine , de la fabrication de Lange et de Wegeli, r 
se debitent pour quelques cent mille ecus dans PEmpire. Nos salines 
de Schönebeck et de Halle fournissent une partie de la Saxe et de 
la Franconie, ce qui peut valoir quelques cent mille ecus. Le Magde- 
bourg vend son ble en Hollande ; la Prusse vend son ble et celui 
de la Grande -Lithuanie, ses bois et ceux de Pologne. La ville de 
Stolp en Pomeranie fait un petit commerce de toile, ceux de Cleves 
debitent leur bois et leurs grains en Hollande, les Frisons leurs 
chevaux. Voilä toutes les productions que la nature et l'art nous 
fournissent jusqu'ici. 

Examinons ä present quelles sont les importations indispensables. 
La Silesie, les Marches et la Pomeranie n'elevent pas assez de 
bestiaux pour leurs besoins; il en vient, toutes les foires de Brieg, 
de la Podolie pour des sommes importantes. Ces contrees ne nous 
fournissent point.de vin; il faut le tirer de la France et en partie 
d'Allemagne. Les cuirs nous viennent de Pologne et de Russie, 
le coton du Levant, des laines d'Espagne pour les beaux draps. 
Toutes les drogues des teinturiers, les drogues des apothicaires nous 
deviennent des importations necessaires. Nous avons quelques forges. 
Cela n'empeche pas que nous prenions, annee commune, pour 
20000 ecus de fer de Suede et pour de plus grandes sommes du 
cuivre. L'acier nous vient du T)^rol. 2 

En comptant donc nos importations et nos exportations , nous 
en formerons une balance oü il y aura pour nous plutöt perte que 
gain. C'est sur cette balance qu'il faut former les projets des manu- 

1 Vergl. S. 18. — 2 Vielmehr aus Steiermark. 



125 — 

factures qu'on veut etablir. Par exemple. nous avons assez de laine 
pour en faire des draps, pour nous en v€tir; nous gagnons 5000 livres 
de soie, et nous achetons le reste que nous faisons manufacturer 
chez nous, sur lesquelles nous gagnons la main d'oeuvre. Toutes 
les manufactures que nous avons, retiennent l'argent dans la circu- 
lation, et toutes les nouvelles que nous etablissons, nous enrichissent 
en nous conservant les especes. Voici mon principe: si nous ne 
pouvons pas gagner par nos exportations, diminuons nos pertes par 
tous les articles que les mains d'hommes peuvent ouvrager. 

Je suis ä present en negociätion avec la France, pour conclure 
avec eile un traite de commerce tres avantageux. ■ II consiste ä 
nous procurer un debouche de nos toiles immediatement en Espagne 
et en Portugal. Ce commerce se faisait autrefois par les Anglais. 
Si nous vendons directement nos marchandises de la premiere main, 
nos marchands y feront des gains considerables , et nous etendrons 
notre debit. Nous avons en Silesie des laines, qui se vendaient autre- 
fois en Autriche, et qui pourrissent dans les magasins. Nous les trans- 
porterons en France. 011 nous en avons un debit assure. La France 
s'engage de prendre de nos bois de construction pour ses vaisseaux ; 
nous les vendrons directement, donc on nous les payera plus eher. 
On etablira des chantiers a Stettin, on y construira des vaisseaux; 
on y gagne la main d'ceuvre. Les Francais les achetent pour leurs 
Compagnies. Notre porcelaine ~ nous fournira egalement un petit 
debit, en faveur de quoi nous nacheterons que des vins de France, 
ä quoi nous gagnons encore, parcequ'ils sont ä meilleur marche que 
les autres. Pour favoriser ce commerce naissant . il faut deblayer 
et aecommoder tout-ä-fait le port de Stettin. Cette depense peut 
aller ä 140000 ecus; si je vis, je la ferai. 

La Prusse continue ä vendre ses grains et ceux de Pologne, 
et les marchands de Königsberg peuvent faire le bachotage dans 
la Baltique, acheter des cuirs, du goudron, du chanvre en Russie, 
le troquer contre d'autres marchandises et gagner en sus. 

Emden nous fournit un port sur l'Ocean. Des marchands fran- 
cais y etablissent une compagnie de Bengale. 3 Cette Compagnie 

1 Die im Juni 1768 auf Vorschlag Frankreichs begonnenen Verhand- 
lungen führten zu keinem Abschluss (vergl. P. C, Bd. XXVII, 579- 5 8 °; 
XXVIII, 49 T - 492). — 2 Der König hatte 1763 die von Gotzkowski in Berlin 
angelegte Manufactur erworben. — 3 Es handelt sich um Pläne für die 
Erneuerung der während des Siebenjährigen Krieges eingegangenen 
asiatischen Handlungs- Compagnie zu Emden (vergl. S. 19- 2 ° und P. C, 
Bd. XXVII, 579) und für den Handel nach Ostasien. Die Verhandlungen 
führten zu keinem Ergebniss. 



— 126 

sera utile pour faciliter et augmenter nos exportations en draps, 
etoffes de laine, ambre, toile et porcelaine. Ils s'engagent ä un 
don gratuit de 30000 ecus par annee. Cette Compagnie peut de- 
venir utile; je ne voudrais pas cependant engager nos rentiers ä y 
placer leurs capitaux, parcequ'en temps de guerre eile aura toujours 
quelques risques ä courir. 

Voilä jusqu'ä present les vues solides que me fournit le com- 
merce dont nous sommes susceptibles. Peut-etre, lorsque cet esprit 
se sera plus developpe dans les marchands, qu'il y aura moyen de 
Tetendre plus loin. Je persiste cependant dans mon opinion que 
le commerce directe avec les puissances de l'Europe est celui auquel 
il faut nous borner. 

Je dois cependant ajouter un mot ä ce que je viens de vous 
dire, touchant les monopoles. Les Privileges exclusifs sont regardes 
comme contraires aux bons principes d'un Etat, parceque celui qui 
ne travaille pas en concurrence, fait de la mauvaise marchandise, 
sert mal le public et souvent devient promoteur de la contrebande. 
Ce principe, si vrai en g£neral, est pourtant sujet ä des exceptions, 
parceque vous ne pouvez former d'etablissements qu'en faveur de 
la monopole. Toutes les compagnies commercantes dans leurs com- 
mencements jouissaient de ce privilege , et les fabriques naissantes 
ne se peuvent accroitre qu'ä cette condition. Pour les fabriques, 
nous limitöns la monopole pour 8 ou 10 ans; et le privilege expire, 
chacun peut faire la m€me fabrication. 

Je ne dis pas tout ce qu'il y aurait ä dire sur le commerce; 
je n'epuise pas la matiere, mais en marquant le gros des choses 
tel qu'il se trouve de mon temps, c'est ä ceux qui me succederont, 
ä s'en instruire plus ä fond. Je leur presente un canevas; mais il 
faut qu'ils etudient partie par partie, et ils sentiront qu'on a com- 
bine ce qui £tait combinable, dans un pays oü il a fallu tout fonder, 
tout etablir, former les sujets, leur ouvrir des vues, en un mot, les 
conduire dans une route inconnue et nouvelle. 

Du gouvernement relativement aux finances. 

Vous voyez que les finances sont tres compliquees, qu'elles 
exigent beaucoup de connaissances, et qu'elles demandent une grande 
application. II est impossible que le prince entre dans tous les 
details minutieux de l'execution. II lui convient d'avoir des principes 
bien solides et de ne s'en point ecarter. 

Le premier principe qui se presente, le plus general de tous et 
le plus vrai, c'est que la verkable force d'un Etat consiste dans le 



12/ -r— 

nombre de sujets. Voulez-vous Faverer? Comparez la Höllande,. 
qui peut avoir 40 milles d'Allemagne de long sur 15 de largeur au 
plus, avec la Siberie, qui peut avoir en longueur 300 milles et peut- 
etre 100 milles ou plus de largeur. Vous trouverez en Hollande 
3 millions d'habitants industrieux, qui payent ä la Republique 15 ä 
16 millions d'ecus, et qui soutint seule la guerre contre Philippell, 
roi d'Espagne, son oppresseur et son tyran. La Siberie, dans cette 
vaste etendue de terre, ne contient que 600 000 habitants ; la Russie 
n'en retire pas 300000 ecus, et le premier conquerant qui se pre- 
senterait, subjuguerait ces d^serts, qui manquent de bras pour les 
cultiver et pour les defendre. Vous voyez donc que ce ne sont pas 
les limites etendues. mais le nombre d'hommes industrieux qui 
F empörte. Je pourrais etendre ces paralleles ä Finfini, vous parier 
de la Suede et de FAngleterre, de la Pologne et de PAllemagne, 
si ce que j'en ai dit, n'etait [pas] süffisant pour prouver la these 
que je soutiens. 

Pour suivre ce principe, il se presente deux moyens: Fun de 
defricher les terres oü elles sont susceptibles de culture, et d'y 
attirer de nouveaux Colons ; Fautre d'augmenter les manufactures 
qui sont ä etablir. J'ai profite de ces moyens, non sans beaucoup 
de defense, en etablissant des villages le long de FOder, de la 
Netze et de la Warthe, en cultivant en Prusse un marais qu'il a 
fallu saigner, en faisant de la plupart des metairies des villages, en 
etablissant quantite de fileurs de laine qui manquaient dans le plat 
pa) 7 s. La plupart de ces choses sont faites, mais tout n'est pas 
acheve, et je me reserve ä traiter cette mutiere dans un article 
particulier. z 

En fait de manufactures, j'ai augmente les fabriques de drap 
ici comme en Silesie et dans les provinces oü la laine est bonne. 
J'ai etabli toutes les fabriques de soie qui subsistent (non pour 
fournir ä Fetranger , mais pour nous pourvoir nous-memes). 2 J'ai 
etabli nombre de ferronneries dans les endroits oü le bois eloigne 
des rivieres pourrissait dans les forets. Toutes les cotonnades et 
les basins sont de mon institution, de meme que les fabriques de 
dentelles, la fayence, la porcelaine, Fetablissement des corroye[u]rs 
anglais qui preparent le cuir des bottes pour la cavalerie, des 
fabriques de bas et de gants tricotes, les etamines et le manchester 
de Desjardins, les blanchissages de toile dans la principaute de 
Halberstadt. En un mot, j'ai fait de grandes depenses pour attirer 
des mains industrieuses et pour les encourager au travail ; j'assignerai 

1 Vergl. S. 131. 132. — 2 Vergl. S. 17. 18 und 22. 



128 

encore, l'annee 1769, 20000 ecus d'encouragement pour les metiers 
ä soie, et j'espere par lä de consolider un etablissement aussi utile. 

J'en reviens ä l'agriculture. Nous avons beaucoup de terres 
sablonneuses. Si notre sol etait meilleur, nous pourrions doubler en 
bien d'endroits le nombre des habitants ; faute de cela, nous semons 
des sapins dans ce sable qui produit du bois, pour chauffer le 
paysan, et qui menage, par consequent le bois de construction des 
forets qui peut se vendre ä l'etranger. 

La politique de la finance, comme nous l'avons dit, exige qu'on 
augmente la population autant qu'on en trouve les moyens; mais 
eile veut aussi qu'on tache de conserver, tant qu'il se peut, les 
richesses que Ton possede, et qu'on ne les jette pas mal ä propos 
dans des mains etrangeres. C'est ce principe que l'on applique au 
tarif des accises et des peages, pour imposer rigoureusement les 
denrees que le pa}^s produit ou que nous fabriquons nous-memes, et 
pour empecher qu'un luxe trop raffine ne nous appauvrisse. Nous 
voyons, de plus, par les [billets d'Jimportation ce qui entre dans 
FEtat, ■ et c'est sur [leur] enonce que l'on forme ses speculations, pour 
attirer ä soi Tindustrie que l'on peut 7 et pour se passer des mar- 
chandises etrangeres, autant que cela est faisable. 

II est fort diff icile de trouver d'habiles f inanciers ; il est im- 
possible que tous les Kriegsräthe* aient du merite. Le souverain 
doit se borner ä etablir dans les chambres de bons presidents 3 et 
de leur donner de l'autorite, pour qu'ils contiennent leurs subalternes 
ou qu'ils mettent dehors les sujets inappliques ou dont l'interet et 
la rapacite sont nuisibles. II en est de meme des ministres du Grand- 
Directoire. 4 Ceux-lä doivent etre choisis avec plus de soins encore 
que les presidents; souvent on rencontre bien des difficultes a les 
trouver, comme on desirerait qu'ils fussent. De ceux que nous 
avons, mons[ieur ) de Hagen l'emporte sur tous les autres ; il repare 
par son activite le defaut de lumieres. Monsieur de Blumenthal est 
aussi honnete homme que borne; monsieur de Massow est un bon 
vivant, qui traite les affaires dans les moments de loisir que lui 
laissent ses dissipations. Monsieur de Horst a de l'esprit, de l'imagi- 
nation et de Tactivite. mais il est leger, inconsequent et souvent 
mauvais dialecticien. Nous avons Brenckenhoff 5 qui a de Tesprit et 
de la vigilance; on pourrait le placer comme ministre ä condition 

1 Vergl. S. 9- — 2 Vorlage: Krisrat. — 3 V r ergl. S. 10. — 4 Vergl. 
S. 10. 11. — 5 Brenckenhoff war 1762 als Geheimer Finanzrath mit Sitz und 
Stimme im Generaldirectorium aus anhaltinischen Diensten übernommen 
worden. Vor allem war er für das „Retablissement" thätig. 



129 

qu'on le gardät ä vue ; il est intrigant ; il est plus retors que les 
autres ; il les gouvernerait T tous, et je doute que les finances s'en 
trouvassent bien. 

Cette nation est lourde et paresseuse. Ce sont deux defauts 
contre lesquels le gouvernement a sans cesse ä lutter. Ce sont 
des masses qui se meuvent ä votre impulsion, et qui s'arretent, si 
Ton discontinue un moment de les pousser. Personne ne connait 
[autre chose] que les usages de ses peres; on lit peu; on n'est guere 
avide de s'instruire sur ce qui se pratique autre part, 2 de Sorte que 
toutes les nouveaut^s les effarouchent ; et moi qui ne leur ai jamais 
fait que du bien — ils pensent que je leur vais porter le couteau 
ä la gorge, des qu'il s'agit de faire quelque reforme utile ou quelque 
changement necessaire. Dans des cas pareils, je me suis confie a 
la droiture de mes intentions, ä l'aveu de ma conscience et aux 
connaissances que je m'etais procurees, et j'ai tranquillement pour- 
suivi mon chemin. 

Voici encore qu'il se presente une grande question: faut-il, en 
matiere d'impöts, preferer le bien de l'Etat au bien des particuliers, 
ou quel parti doit-on prendre ? Je reponds que l'Etat est 3 compose 
de particuliers, et qu'il n'y a qu'un bien pour le prince et ses sujets. 
Les bergers tondent leurs brebis, mais ils ne les ecorchent pas. II 
est juste que chaque particulier contribue ä soutenir les depenses 
de l'Etat, mais il n'est pas j'uste du tout qu'il partage la moitie de 
son revenu annuel avec le souverain. Le cultivateur, te bourgeois, 
le gentilhomme doivent, dans un Etat bien administre, jouir du gros 
de leur revenu et n'en faire qu'une part au gouvernement. Le seul 
cas que j'excepte, et oü les conjonctures pourraient forcer de tailler 
dans le vif, serait: si, apres avoir soutenu une guerre longue, la 
masse entiere se trouvait prete ä s'ecrouler, qu'il fallüt de necessite 
soutenir encore une campagne, pour sauver le pays et le proteger, 
on pourrait imposer des tailles extraordinaires. J'ose croire cepen- 
dant que, si l'on ne s'ecarte pas de mes conseils, et qu'on ne 
neglige point de maintenir le tresor en bon etat, on n'en aura 
pas besoin. 

Je ne saurais me dispenser d'ajouter ä ceci encore quelques 
mots en faveur de la noblesse. 4 J'en ai toujours use envers eile 
avec distinction et consideration, parceque ce corps fournit des offi- 
ciers ä l'armee et des sujets pour tous les grands emplois de l'Etat. 
Je Tai soutenu dans la possession des terres, et j'ai mis des entraves 

1 Vorlage: gouverneraient. — 2 Vorlage: autrui. — 3 Vorlage: et. — 
4 Vergl. S. 15. 26. 29. 30. 78 — 80. 

Corresp. Friedr. IT. Ergänzungsband. 9 



— 130 — 

aux roturiers, pour leur difficulter l'achat des biens nobles. Voici 
nies raisons. Si les roturiers possedent des terres, ils s'ouvrent la 
route ä tous les emplois. La plupart pensent bassement et fönt 
de mauvais off iciers ; on ne peut les envoyer nulle part. II ne faut 
excepter de ceci que des heureux genies et un merite eminent qui 
depasse tout ce qu'il trouve sur son chemin, et qu'il faut distinguer. 
Mais pour des gens qui ont assemble du bien souvent par des voies 
indignes, qui croient qu'ils merken t d'etre nobles, parcequ'ils sont 
riches, il faut leur fermer la porte, parceque les enfants de ces 
sortes de parvenus sont ordinairement de mauvais sujets ou bien 
effemines ou prodigues, et de plus, qu'en accordant des distinctions 
ä la richesse qui n'a point de merite, on avilit la vertu, et le public 
s'accoutume ä penser qu'avec du bien Ton fait tout dans le monde, 
et que les talents et la probite ne conduisent qu'ä l'höpital. J'ai 
anobli des militaires qui, ayant dans leurs longs Services fait voir 
des qualites dignes d'un gentilhomme, ont merite cette distinction ; 
j'ai anobli de m€me quelques gens de robe qui avaient rendu des 
Services ä l'Etat. 

Le seul moyen de conserver la noblesse, est d'introduire le 
droit de primogeniture , de creer des majorats, pour que Paine de 
la maison puisse conserver sa splendeur. Jusqu'ici je n'ai pas pu 
reussir ä persuader les peres de familles de faire de pareilles in- 
stitutions; avec ces gens il faut avoir • patience, on ne reussit avec 
eux qu'ä la longue et ä force de leur repeter la meme chose. Les 
liberalites du souverain peuvent venir en bien d'occasions au secours 
de la noblesse. Beaucoup dont les maisons et les granges etaient 
brülees en temps de paix, ont recu de moi gratis du bois des forets 
royales. Je leur paye ä present une partie de leurs dettes, et je 
me propose de leur preter une somme ä 2 pour-cent, dont le divi- 
dende sera destine ä pensionner des pauvres filles ou veuves de 
qualite, et cette fondation restera ä demeure. 

Ce sujet m'amene ä discuter jusqu'oü doit s'etendre la liberalite 
d'un roi de Prusse. x J'ai souvent agite cette matiere en moi-meme, 
et j'en reviens, apres bien des reflexions, ä ceci qu'un roi de Prusse 
doit se representer sans cesse une rupture prochaine, qu'il doit se 
peindre vivement ces provinces eparpillees et la puissance de ses 
voisins. Ce principe doit le conduire dans toutes ses actions, de 
sorte qu'il use de son revenu, mais qu'il ne perde pas de vue le 
tableau que j'ai represente, dans le paragraphe du tresor, de la 
somme de ses revenus qu'il doit employer pour l'extraordinaire de 

1 Vergl. S. 35—37. 



i3i 

la guerre , en cas qu'elle se fasse. ' Je crois donc qu'il ne faut 
point charger ces fonds de pensions ni de depenses fixes, pour en 
etre le maitre en cas de quelque rupture. Je prefererais donc la 
liberalite des presents ä celle des pensions ; il m'en coüterait moins 
de donner iooooo ecus que 2000 ecus de gages. 

Les liberalites d'un souverain doivent avoir pour but de sou- 
lager la misere, et non d'engraisser un favori, comme Auguste II 2 
qui, dur pour ses sujets, n'etait genereux qu'envers le comte de 
Brühl. Quel plaisir de pouvoir se dire qu'on a rendu tant et tant 
de familles heureuses! Si l'Etat ou le peuple fournit aux besoins 
du souverain, la justice, l'equite, l'humanite demande[nt] qu'ä son 
tour il soulage le peuple, et qu'il l'assiste dans ses malheurs; une 
main doit laver l'aütre; en un mot, il ne faut pas avoir en vue 
Tavantage d'un seul homme, mais du public : il, y a-t-il eu des cala- 
mites dans quelques provinces, que le prince s'en montre le pere, 
en reparant le mal autant qu'il est en lui ; de pauvres gentilshommes, 
sont-ils ruines, sans qu'il y ait de leur faute, que le prince vienne 
ä leur secours ; une ville, est-elle consumee par les f lammes, c'est 
au prince ä partager la perte des bourgeois ; un noble , ne peut-il 
pas marier sa fille, payez-en la dot, c'est votre devoir; mais pour 
ce qui est des recompenses, il faut les reserver pour le merke, pour 
les talents et pour les Services. En distribuant l'argent selon ce 
que je propose, le revenu annuel se depense, mais le revenu de 
l'annee prochaine est toujours libre; il demeure intacte et peut 
d'abord etre employe pour la guerre, s'il faut qu r on la fasse. 

Vues pour l'avenir. 

II ne faut pas croire que tout soit fait dans ce pays. La guerre 
de trente ans nous a beaucoup arrieres du reste de TAllemagne. 
Mon pere a retabli ce qu'il a pu; j'ai ajoute mon petit bout ä cet 
ouvrage ; 1 2 annees de guerre m'ont empeche de perfectionner bien 
des choses. 

Voici donc ce qui reste ä faire: La population et le bien- etre 
des laboureurs peuvent 3 s'augmenter dans le plat pays, parcequ'il 
nous reste des defrichements ä faire. La Warthe achevee, nous 
avons la Madue , 4 nous avons une partie de la Havel du cöte de 
Havelberg, nous avons la principaute d'Oppeln, oü je crois qu'il y 
aurait encore une trentaine de villages au moins ä faire, et par le 

1 Vergl. S. 121; 122. — 2 Churfürst Friedrich August IL (vergl. S. 46 
Anm. 3). — 3 Vorlage: peut. — 4 Vergl. S. 20. 

r> * 



132 

moyen des Polders dans la Frise, nous regagnerons en quelques 
annees tout le terrain de cette principaute que la mer avait inonde. ■ 

Deux choses pourront encore contribuer ä rendre le paysan 
plus aise: c'est la culture du houblon, si necessaire pour les brasse- 
ries , et c'est la culture des müriers ; 2 cette partie n'est encore 
qu'ebauchee, mais si Ton veut bien la prendre ä cceur, eile reussira 
immanquablement. Je crois de meme qu'il faudrait augmenter le 
nombre des ruches ä abeilles, faire planter aux paysans plus d'arbres 
fruitiers, leur apprendre ä engraisser des volailles, a augmenter les 
poules, pour vendre plus d'ceufs. 

II y a un ancien usage dans ce royaume, tres prejudiciable aux 
ameliorations que Ton pourrait faire, c'est le melange des terres 
des gentilshommes et des paysans et les prairies communes. L'ordre 
demanderait que les champs de chaque proprietaire fussent ensemble ; 
c'est une source de proces pour la campagne. On prend des gens 
de lois et des economes, pour regier ces partages. Je n'ai pas 
touche aux champs; mais pour les prairies, le partage s'en est fait 
par la justice. II est si avantageux pour le proprietaire que ceux 
qui n'entretenai[en]t que 6 vaches dans la commune, en peuvent 
avoir ä present 8 jusqu'ä dix. Cette matiere est delicate; eile veut 
etre maniee avec souplesse ; il faut de la douceur et du temps pour y 
reussir, mais si Ton y parvient, l'Etat en general y gagnera considerable- 
ment. L'exemple de l'Angleterre doit nous encourager ä l'imiter. 

Les laboureurs forment un corps respectable dans l'Etat; ils 
en sont le fondement, ils en portent le fardeau ; les peines sont pour 
eux et la gloire pour d'autres. Ils meritent que Ton pense a eux, 
tant pour ameliorer leur etat que pour ne pas negliger entierement 
leur raison. Les ecoles des villages etaient tombees en decadence. 
Beaucoup de maitres d'ecole qui savaient ä peine lire et ecrire eux- 
memes, laissaient les enfants qu'ils devaient enseigner, dans la stupi- 
dite et dans Fignorance. II a fallu reformer ces ecoles. J'en ai 
fait le commencement. 3 Les pretres qui ont des inspections, visitent 
deux fois Tan leurs dioceses et fönt deposer les maitres d'ecole in- 
capables de vaquer ä leurs emplois. Cependant il faudra encore 
augmenter dans quelques lieux la paye de ces employes, qui est 
trop mince. Tout depend de l'education des hommes: pour peu 

1 Die „Polder" sind Niederungen, die durch Dämme gegen das Meer 
geschützt werden. Die grosse Sturmflut von 1717 hatte Ostfriesland weithin 
überschwemmt. — 2 Vergl. S. 17. 22 - — 3 Vergl. das General-Landschul- 
Reglement vom 12. August 1763 bei Mylius, Novum corpus constitutionum 
marchicarum, Bd. 3, Sp. 265 ff. 



133 

qu'ils soient degourdis, ils deviennent industrieux et actifs ; l'ignorance 
qui les abrutit, les rend paresseux. 

Les villes nous fournissent une ample matiere de reflexions. 
Elles peuvent s'accroitre, si Ton parvient d'augmenter les fabriques 
de laine, en tenant rigoureusement la main ä ce que nulle etoffe 
de laine etrangere ne se debite chez nous, et en nous ouvrant de 
nouveaux debouches. Le depouillement des billets d'importation nous 
fournit ■ des vues pour les manufactures nouvelles. Pourquoi nous 
apporte-t-on de la gaze, des blondes, des bonnets tricotes et tant 
d'autres choses? pourquoi ne les faisons-nous pas? c'est donc ce 
qu'il faut etablir encore. Mais si nous pouvons augmenter les 
manufactures de laine, il en resulte un grand bien pour les cam- 
pagnes, parceque chaque proprietaire qui vend bien" sa laine, aug- 
mentera ses troupeaux et son revenu. 

Nous avons trop de juifs dans les villes. II en faut sur les 
frontieres de la Pologne, ä cause qu'il n'y a dans ce pays que des 
Hebreux qui fassent le negoce. Des qu'une ville est eloignee de 
la Pologne, les juifs y deviennent prejudiciables par leurs usures 
qu'ils fönt, par la contrebande qui passe par eux, et 'par mille fri- 
ponneries qui tournent au detriment des bourgeois et des marchands 
chretiens. 2 Je n'ai jamais persecute les gens de cette secte 3 ni per- 
sonne ; je crois cependant qu'il est prudent de veiller, pour que leur 
nombre n'augmente pas trop. 4 

Les villes payent une somme considerable pour le service. 5 
Je trouve que c'en est trop, et qu'il faut les soulager- le moyen en 
est aise: leur rabattre 200 coo ecus en temps de paix, payer cet 
argent des revenus du tabac et n'imposer cette meme taxe aux 
villes qu'en temps de guerre. Si je vis encore quelques annees, 
j'introduirai cet arrangement, parcequ'il ne faut surcharger personne, 
et qu'il ne suffit pas que le gouvernement soit riche, mais qu'il faut 
que le peuple soit heureux. 

Le plus grand crime et le plus commun qui se commet dans 
cet Etat, [estl celui des filles qui se defont de leur fruit ; toutes les 
mesures que Ton a prises jusqu'ä present, ont ete vaines. II faut 
en venir ä l'etablissement de maisons d'enfants trouves ä Berlin, ä 
Königsberg et ä Breslau. 6 Ces fondations sont coüteuses. Je sais 
qu'en Hollande oü il s'en trouve, il y en a qui jouissent d'un revenu 
de 40 000 ecus. Je crois qu'avec une bonne economie on les aurait 

1 Vorlage: fournissent. — 2 Vergl. S. 25. 31. - - 3 Anspielung auf die 
durch Maria Theresia erfolgte Verfolgung der Juden in Böhmen. — 4 VergL 
S. 31. — 5 Vergl. S. 25. 97. — 6 Vergl. S. 27. 



134 

ä meilleur compte. II faudrait placer .un capital de 400000 ecus 
et commencer ä Berlin une maison fondee avec un revenu de 20000 
ecus. Je crois qu'il serait süffisant, surtout si Ton [n'Jabsorbe pas 
la recette en donnant de grosses pensions aux directeurs. Ils doivent 
considerer Toeuvre de charite et penser que l'augmentation de leurs 
gages ne peut €tre prise qu'au detriment du pauvre et de l'orphelin. 

La bonne police demande que les prix des bles ne soient pas 
trop exorbitants; c'est un aliment dont personne ne peut se passer. 
C'est au prince ä tenir la balance exacte de ces prix entre le gentil- 
homme, le bailli, le paysan, d'un cöte, et, de Tautre, le soldat et 
le manufacturier. Le prix mitoyen du ble dont personne ne peut 
se plaindre, est 22 gros ou un ecu du Scheffel. C'est le marche 
de Berlin, qui- regle le taux des bles dans FElectorat. Par cette 
raison, je forme un magasin d'abondance pour la capitale; j'y mets 
280000 ecus; je le donne ä la ville avec ordre de vendre le Scheffel 
ä 22 gros, des que le prix du marche monte ä un ecu, et de re- 
fournir ce magasin en tirant des provinces oü il devient ä trop bas 
prix, de sorte qu'en baissant les gains des monopoleurs, on enrichit 
les contrees qui manqueraient de debit. l 

Encore un projet, pour mettre plus d'ordre dans FElectorat et 
plus de promptitude dans Fexecution des ordres , edits ou autres 
reglements pour le bien de FEtat: c'est d'etablir une deputation de la 
chambre des domaines ä Havel berg ou dans les environs. Cette 
chambre se trouve dans le voisinage de la Vieille - Marche , de la 
Priegnitz et de la Marche - Ucraine. 2 Elle peut avoir Foeil plus 
facilement sur ces contrees, penser et travailler ä des ameliorations 
en tout genre, observer les baillis ; porter son attention sur la police 
des villes, et tous les citoyens qui se trouvent sous son ressort, au 
lieu de voyager 15 milles, pour se rendre ä Berlin, en epargnerai[en]t 
la moitie, pour porter leurs plaintes au pied de ce tribunal qui 
serait ä leur portee. Deux deputations semblables sont etablies, 
l'une ä Cöslin, dependante de la chambre de Stettin, Tautre ä Mors, 
dependante de celle de Cleves, et nous nous en trouvons bien. 

J'ai oublie un article important: il regarde la permission dex- 
porter des bles. II y a des principes pour tout : celui qui m'a con- 
duit dans ce labyrinthe, se fonde sur le rapport des terres et sur 
la consomption. La Pomeranie, les Marches et le Magdebourg ont 
ete evalues en trois cadastres. Combien rapportent-ils dans les 
bonnes annees, dans les mediocres et dans les mauvaises "? Combien 
faut-il, pour nourrir les habitants de ces provinces? C'est ce gain 

1 Vergl. S. 24. — * Uckermark. 



135 

et cette consomption qui decident de la quantite qiie i'on peut vendre 
ä l'etranger. Notre exportation peut etre permise, quand nous vendons 
le ble ä 26 ou 28 gros, et que nous pouvons le racheter de la 
Pologne ä 16 gros; mais le vendre a un ecu, se vuider par l'ex- 
portation et le racheter ä 2 ecus par le besoin, c'est une mauvaise 
economic Le gouvernement y doit avoir l'oeil. 



Du militaire. 

Des arrangements militaires et tout ce qui regarde cette partie. 

Du commissariat 1 en temps de paix. 

La plupart de nos provinces ne sont pas abondantes. Ce que 
nous consumons, depasse de beaucoup ce que nous gagnions par la 
recolte. Dans une Situation aussi genante pour les vivres, le gouverne- 
ment serait expose ä manquer d'amas suffisants pour l'armee, si 
une guerre subite survenait. Dans ce cas on serait oblige ä sur- 
payer les grains, et les achats en seraient precaires. Pour obvier ä 
cet inconvenient, on a etabli de grands magasins destines unique- 
ment pour l'armee, 2 qui sont pr€ts, s'il 3 arrivait des ruptures in- 
opinees. Nous avons 36000 Winspels dans les vieilles provinces, 
transportables ä l'Elbe, qui peuvent suffire pour nourrir une armee 
[de] 80 000 hommes y compris les goujats ; c'est pour les Operations 
en Saxe. La Silesie est pourvue d'un meme approvisionnement 
distribue dans les forteresses, pour un corps egal qu'on pourrait 
faire operer en Moravie ou Boheme, ou bien pour couvrir les fron- 
tieres. Ces magasins donnent la facilite d'entrer en campagne, des 
que la necessite le demande, et vous avez vu plus haut les arrange- 
ments que Ton prend pour les fourrages, soit ä Magdebourg, soit 
en Silesie. 4 

Peut-etre sera-t-on ^tonne de ne pas trouver les m£mes pre- 
cautions en . Prusse ou en Westphalie et sur les provinces du Rhin. 
Si on ne Ta pas fait, c'est que, premierement, en Prusse l'affluence 
des grains qui y viennent de Pologne, est si prodigieuse qu'il n'est 
pas necessaire de former des magasins en Prusse. C'est, de plus, 
que la Prusse, teile que nous la possedons ä present, ne saurait 
se defendre contre les entreprises des Russes, ä cause qu'avec leurs 
galeres ils peuvent transporter des troupes au dos de l'armee qui 
doit la defendre, et que cette province, £tant coupee par la Vistule 

1 Vergl. S. 95- 9^. — * VergL S. 95- — 3 Vorlage: pour s'il. — 4 Vergl. 
S. 121. 



136 

du corps de FEtat, met ses defenseurs dans le risque d'etre recognes 
contre * cette riviere et de se rendre meme ä discretion. II n'y a 
point de place tenable en Prusse, et pour soutenir ce royaume, il 
faudrait avoir des places fortes le long de la Vistule et les passages 
de cette riviere bien assures. Ce pays ne nous appartenant pas, il 
est impossible de se soutenir dans l'autre bout; ainsi, toute fois et 
quand la Russie voudra envahir ce royaume, il faut commencer par 
Tevacuer. 

Le duche de Cleves se trouve en un cas pareil. C'est une 
province isolee qui ne tient ä rien ; eile ne peut etre attaquee que 
par les Francais. Ils se garderont bien de s'y hasarder, tant que 
nous ne serons point assaillis par d'autres ennemis, et dans ce cas, 
il ne faut point partager nos forces, ou nous sommes vaincus, etant 
trop faibles partout. 

Ne perdons point de vue nos veritables ennemis: ce sont les 
Autrichiens ; aussi est-ce contre eux que j'ai dirige toutes mes mesures. 

Le commissariat est charge, en temps de paix, de Tarnas des 
magasins. II y a des regles pour les achats. On tire les grains 
des provinces oü ils sont ä trop bas prix, pour les faire hausser, 
et si les prix surpassent le taux du magasin , on les achete de la 
Pologne. 2 

Du commissariat en temps de guerre. 

Si la guerre se fait, ces magasins ne servent que pour la premiere 
annee, et des qu'elle se declare, il faut songer aux approvisionne- 
ments dont on a besoin pour la suite. Le commissariat doit faire 
les arrangements pour amasser les provisions. En Silesie, nous en 
tirons une partie de la Pologne, et Tarmee de FElbe doit les faire 
fournir par les Saxons. 

Ceux qui sont ä la tete de cette commission, doivent veiller 
sur leurs subalternes. II n'est point de fripons egaux ä3 ces sous- 
commissaires ; des Argus ne servent pas pour eclairer leurs demarches ; 
ils ont cent moyens de cacher leur brigandage. J'en ignore beaucoup 
et me contente de rapporter leurs tours d'adresse les plus communs. 
Sous pretexte que certain cercle n'a pas suffisamment de fourrage 
ou de ble pour la fourniture, et qu'il 4 ne peut s'acquitter qu'en 
especes, ils lui fönt payer cette exception fort cherement et sucent 5 
par cette supercherie la substance des peuples. Quand les livraisons 
se fönt aux magasins, ils trouvent les grains mauvais, ils denigrent 

1 Vorlage: raccoignes ä. — 2 Yergl. S. 135. — 3 Vorlage: et. — 
4 Vorlage: qu'elle. — 5 Vorlage: sussent. 



137 

le foin ou l'avoine, pour obliger ceux qui les livrent, de loin d'acheter 
cherement leur approbation. Ils prennent ce qu'on appelle Aaf- 
maass, pour augmenter la livraison et pouvoir vendre ä d'autres 
rimmunite des livraisons. Ces tours qu'ils appellent grossiers, me 
sont connus; mais il en est cent que fignore. II faut que des 
surveillants, tant militaires que civils, veillent sur leurs actions, ce 
qui est faisable, quand on n'a pas une guerre aussi desesper£e a 
soutenir que la derniere dont nous venons de sortir. 

De la caisse de Wartenberg. 1 
La derniere guerre nous avait epuises; nous n'avions point de 
ressource et beaucoup de depenses ä faire. Cela exigeait une 
economie plus recherchee et plus exacte que celle que nous avions 
eue. Les magasins d'armes, de selles, de bottes, de fourniture 
etaient vides, nos tentes dechirees ; enfin, il n'y avait plus rien pour 
continuer la guerre ou pour la soutenir ä l'avenir. Un peu d'in- 
dustrie fournit ä tout ce qui nous manquait. Je commencais par 
reformer une partie des chevaux de la cavalerie, qui furent distribues 
dans des contrees oü tout etait devaste. Nous etablimes une economie 
pour les chevaux, en les mettant au vert pendant Tete et faisant 
livrer le fourrage au prix de la chambre 2 pour les autres mois. 

Dans l'infanterie, les regiments qui s'etaient distingues, con- 
serverent la recette de leur compagnie et de leurs congedies, pour 
faire eux-memes leurs recrues ; 3 d'autres regiments de la seconde 
classe garderent par compagnie 40 ecus par mois, pour chaque 
capitaine; la troisieme classe n'en eut que 20, et je me char- 
geais des enrölements pour eux. Avec beaucoup d'autres epargnes 
en petit, tout cela ensemble fit par an une somme de 800000 ecus 
dont j'eus ä disposer. J'en laissais 500000 ä Wartenberg, pour en 
fournir ses magasins, et j'en destinais 300000 pour le recrutage. 
Depuis la paix, Wartenberg a rempli la plupart de ses magasins. 
II a deux caisses: l'une pour acheter les chevaux d'augmen- 
tation en cas de guerre, s'entend ä 150 chevaux par 5 escadrons 
de cuirassiers et dragons, 600 pour chaque regiment de hussards, 
800 pour les bosniaques 4 et encore pour un regiment de dragons 

1 Oberst von Wartenberg leitete als Nachfolger Massows (vergl. 
S. 94) die Bekleidungs-, Ausrüstungs- und Ersatzangelegenheiten. — 
1 Vergl. S. 134. — 3 Bisher hatte der Compagniechef die Löhnung für die 
im Frieden jährlich auf 10 Monate beurlaubten .Landeskinder einbehalten, 
aus dieser Ersparniss die Kosten der auswärtigen Werbung bestritten und 
noch einen Ueberschuss für sich persönlich zurückgelegt. — 4 Die Bosniaken 
waren dem Husarenregiment Lpssow angegliedert. 



138 — 

et un de hussards ä lever; outre cela, 800000 ecus sont deposes 
dans une caisse particuliere, pour remonter la cavalerie en temps 
de guerre. T J'ai commande, outre ce que je viens de dire, 4c oco 
fusils pour Tinfanterie ä deposer dans les forteresses, des toiles pour 
les tentes de toute Tarmee et des fournitures de cuir. Wartenbera 
aura tout acheve l'annee 1772. 

A present toute la cavalerie est remontee sur le pied de paix. 
Je retire dejä 240000 ecus de cette caisse depuis 1768, que j'emploie 
ä Tartillerie et aux fortifications, 300 oco pour les recrues, et il 
reste ä Wartenberg 140000 ecus pour ces objets ci-haut marques. 

Quand cette caisse aura subvenu aux besoins de l'Etat, on 
pourra augmenter la fortune des capitaines dont les regiments sont 
le mieux en ordre. C'est un encouragement et qui mettra une 
emulation etonnante dans les troupes; mais il faut attendre que 
tout soit paye; car il y a Colberg et Stettin a fortifier, et il n'y a 
pas d'autre fonds. 

De la caisse en temps de guerre. 

Des que la guerre commence, Wartenberg est oblige de tout 
depenser, et il ne faut plus compter sur ses secours. Mais voici 
comme j'ai fait pendant la guerre, pour que les troupes se trou- 
vassent fournies au printemps, ä Pentree de la campagne, de toutes 
les choses necessaires. Vers le temps des quartiers d'hiver, les 
generaux recevai[en]t Tordre d'envoyer des listes de ce qui manquait 
a leurs brigades, tant cavalerie qu'infanterie. Wartenberg partait 
avec cette liste pour Berlin ; lä il prenait des magasins ce qu il y 
avait de plus presse pour les fournitures des troupes, et commandait 
le reste dans toutes les villes du pays, de sorte que nous n'avons 
jamais manque de ce qui etait necessaire pour Tarmee. quoiqu'il y 
avait des campagnes qui nous aient coüte 40000 fusils et 20000 
chevaux. Les troupes pourvues, Wartenberg commandait incessam- 
ment de nouvelles livraisons chez les ouvriers, pour etre en avance 
de pourvoir les troupes Tannee suivante. 

Son magasin peut fournir l'armee de tout ce qu'il lui faut 
pendant deux campagnes, quelque ruineuses qu'elles soient, et comme 
ce magasin se remplit sans cesse ä mesure qu'il se vide, tout se 
trouve prepare d'avance. 

Des cantons 2 en temps de paix. 

La population de nos provinces ne passe guere les 4500000 
ämes. 3 Decomptez-en 2250000 femelies, les enfants en bas age, 

1 Vergl. S. 121. - * Vergl. S. 82. S3, — 3 Vergl. S. 65. 



139 

les vieillards decrepits, restera un million d'hommes capables de 
porter les armes. Si nous ne voulions composer Tarmee que de 
nationaux, il faudrait deialquer 160000 hommes de ce million, ce 
qui serait hors de toute proportion. De la maniere que les choses 
sont arrang£es, le pays ne fournit qu'en tout ä l'armee 70000 
hommes. Cette proportion est forte, mais eile est tolerable. Ce 
qu'il y a de plus dur, c'est qu'en temps de guerre, ces meraes 
cantons ont encore ä fournir 25000 goujats, soit pour les valets 
des tentes, soit pour l'immense train d'artillerie qui est devenu 
necessaire. 

L'institution des cantons est de mon pere. x Cet arrangement 
utile a ete" imagine" avec bien de la sagesse. Les 60 citoyens des 
compagnies sont autant de cong£dies pendant 10 mois de l'annee, 
dont les gages retenus fournissent aux enrölements, ä la caisse de 
Wartenberg, ainsi qu'aux capitaines. 2 Ces 60 soldats-citoyens sont 
tous d'une meme contr£e; beaucoup entre eux sont parents et se 
connaissent. Ceux-ci mel£s avec les etrangers fönt une excellente 
composition. Ces cantons donnent de l'emulation ä qui sera le 
plus brave, et des amis ou parents qui combattent ensemble, ne 
s'abandonnent pas facilement. On ne prend point pour soldat un 
paysan etabli ni le successeur de la cense; on ne prend que des 
seconds fils et des valets. Les conseillers provinciaux assistent aux 
levees et r£clament ceux dont la perte pourrait devenir pr£judiciable 
au pays. 

Les r£giments n'ont pas des cantons egaux, il y en a d'infini- 
ment mieux partages que les autres. Les plus mauvais de ces 
cantons sont ceux de Ramin, de Dieringshofen, de Steinkeller, de 
Stojentin, de Münchow 3 et de Bülow. S'il nous arrivait de faire 
quelque acquisition, il faudrait en destiner une partie pour augmenter 
le nombre de leurs enröles. Les regiments de Henri et du pr[ince] 
Guillaume 4 manquent tout-ä-fait de cantons ; il s'en prepare un 
pour le prince Guillaume par les d£frichements de la Warthe et 
de la Netze, en y ajoutant ceux de FOder qui ne sont encore 
annex6s ä aucun canton. Le regiment de Henri peut en retrouver, 
des que les montagnes de la Sil6sie relivreront leurs 60 recrues 
comme autrefois. CeS honnetes gens ayant fait des efforts sur- 

1 Durch Cabinetsordres vom 1., 18. Mai und 15. September 1733 hatte 
Friedrich Wilhelm I. das Land in bestimmte Aushebungsbezirke für jedes 
Regiment, die sogenannten „Cantons", eingetheilt. — * Vergl. S. 137. — 
3 Das Regiment hiess 1768 bereits Kleist. — 4 Das Füsilierregiment Prinz 
Wilhelm vonBraunschweig(i752 ; Prinz Franz von Braunschweig ; vergl.S.82). 



140 

prenants pendant la guerre, je les en ai affranchis pour quelques 
annees; Tannee 70 ils pourront fournir quelque monde. Les trois 
regiments de Wesel n'ont point de canton, ■ parceque le peuple de 
ces provinces n'est guere propre pour le militaire; il est flasque et 
mou, et si le Clevois s'eloigne de ses foyers, il prend la maladie 
du pays comme les Suisses. Quoique ces regiments soient com- 
poses d'etrangers, pourvu que la discipline soit maintenue avec 
sev£rite, on les contient ögalement que les autres. Les cantons 
rendent les regiments attaches ä leur garnison, ä cause que, s'ils 
etaient changes et envoy£s au loin, ils ne pourraient point avoir 
l'oeil sur leurs congedies, et qu'il faudrait, en cas d'une rupture 
prompte, un temps infini pour les rassembler. 

II en est des cantons de meme pour la cavalerie comme pour 
Tinfanterie. 

Des cantons en temps de guerre. 

Les cantons rendent les regiments immortels, parcequ'ils reparent 
leurs pertes sans cesse. Ces cantons sont v la plus pure substance 
de l'Etat. Si les bras de ces agriculteurs ne fertilisaient pas, par 
leurs travaux, le sein aride des campagnes, la soci£t£ et le gou- 
vernement periraient. II faut menager ces hommes utiles et la- 
borieux comme la prunelle de l'oeil et, en temps de guerre, ne 
tirer des recrues du pays que lorsque la derniere necessit£ y con- 
traint. 

Tout ce que je viens de dire, est trop vague. Comment menager 
les cantons? oü trouver les recrues dont nous avons besoin? En 
tirant de la Saxe, oü la guerre se portera toujours (quand nous la 
ferons ä PAutriche), tout le monde qu'elle pourra fournir; en en- 
voyant les inspecteurs 2 faire la revue de leur inspection , pour 
avoir des listes exactes du non complet; en punissant severement 
les capitaines qui vendront des conges aux recrues livrees par la 
Saxe; en enrölant des deserteurs de Tennemi, qu'il faut partager 
en beaucoup de parties , pour qu'il n'y en ait 3 pas trop dans un 
meme regiment; en prenant des soldats exerces des regiments de 
garnison et les recompletant de Saxons livres et par des deserteurs. 

Si Ton prend exactement tous ces soins, il ne faudra par an 
que 4 ä 5000 recrues pour toute 1'armee, et ce nombre, quoique 
fort, ne saurait cependant depeupler le plat pays. On peut encore 
envoyer des enröleurs dans les provinces d'Allemagne oü les en- 
rölements ne nous sont point defendus. Si toutes ces cordes 

1 Vergl. S. 82. — 2 Vergl. unten S. 148. — 3 Vorlage: aient. 



141 

manquent, alors ä la bonne heure, les cantons sont notre derniere 
ressource. 

De Parti 1 1 er i e en temps de paix. 

Depuis qu'on s'est mis d'humeur de palissader les camps d'ar- 
tillerie et d'en prodiguer l'usage, ■ on ne peut se dispenser d'en 
avoir beaucoup. Mon pere n'avait qu'un bataillon d'artillerie de 
campagne. Je le doublais l'annee 1742, parceque l'armee etait 
augmentee, et je croyais en avoir beaucoup. Dans cette derniere 
guerre, ce corps est monte jusqu'ä 6 bataillons, et encore n'en 
avons-nous pas trop, quoiqu'outre ce nombre nous entretenons encore 
deux bataillons de garnison pour les forteresses. 

L'entretien de ces artilleurs devient inutile, si Ton ne se donne 
pas le soin de les dresser et de les avoir sous une inspection severe. 
C'est ce qui m'a engage de les encaserner ä Berlin oü, tous les 
printemps, on les exerce au tirage, comme aux emplois auxquels ils 
sont destines. Cet exercice roule sur deux objets: sur leur Service 
de campagne et sur leur Service de siege. 

Ce qu'on exige d'eux dans la guerre de plaine, est de trainer 
les canons de campagne. lorsque l'armee avance, 2 de conserver les 
intervalles des bataillons, de viser autant que possible et de charger 
vite ; dans des postes 3 Ton veut qu'ils mesurent le terrain qui est 
devant eux, pour savoir ä quelle distance il faut tirer ä pleine volee, 
ä quelle distance de but en blanc et, enfin, quand ils doivent em- 
ployer les cartouches. 

Leur premiere fonction dans les sieges est de demonter les 
canons de la place, oü Tusage a fait connaitre qu'en braquant trois 
canons contre la meme embrasure, Ton y reussit plus vite et plus 
sürement. L'ecole des bombardiers roule de meime sur les distances 
que Ton atteint par le plus ou le moins de poudre qu'on donne a 
la charge, surtout par Tetablissement des batteries ä mortier, qui 
doivent etre placees de facon que leurs jets se croisent et tombent 

1 Auf das grosse Aufgebot an Artillerie, das die Oesterreicher seit 
1756 im Felde verwandten, hatte der König bereits in seiner 1758 verfassten 
Denkschrift: „Reflexions sur la tactique et sur quelques parties de la guerre 
ou Reflexions sur quelques changements dans la facon de faire la guerre", 
sowie^in seiner Geschichte des Siebenjährigen Krieges hingewiesen (vergl. 
CRuvres, ßd. 4, S. 9 und Bd. 28, S. 151 ff.). — * Vergl. S. 89. — 3 Nach 
dem Sprachgebrauch des Königs sind unter „postes" feste Stellungen zu 
verstehen. In der Denkschrift von 1758 (vergl. Anm. 1) weist er auch 
auf die Kunst der Oesterreicher hin, ihre Stellungen zu wählen und zu 
befestigen. 



142 

au meme centre. Mais quelques soins qu'on se donne pour per- 
fectionner Texactitude de ces coups, Ton n'y parviendra jamais, 
parceque la pesanteur ou la rarefaction de Fair et la direction 
du vent y influent pour beaucoup; cependant des bombardiers 
bien exerces auront constamment la preference sur ceux qui ne 
le sont pas. 

Depuis la derniere guerre, Partillerie a ete pour l'Etat un 
abime de depense. Avec les derniers 300 000 ecus que je paye au 
mois de juin, nous nous trouvons avoir depense 145c 000 ecus. Cette 
somme parait enorme •, mais que Ton considere qu'il a fallu refondre 
la plus grande partie des canons qui etaient evases, que j'ai pour 
l'armee 100 canons de differents calibres en reserve, que j'ai fourni 
Silberberg x d'artillerie , que j'ai toute une nouvelle artillerie de 
siege preparee, que les forteresses sont fournies d'affüts de rechange, 
de madriers et de tous les ustensiles necessaires pour les sieges. 
Ajoutez ä cela des milliers de boulets de canon et de bombes que 
la guerre avait consumes, et dont il a fallu ravitailler les places, 
et sachez, quelque 2 grande qu'ait ete cette depense, qu'il en faudra 
ajouter une nouvelle non moins necessaire et utile, qui consiste dans 
la fönte de 70 obusiers de dix livres d'une nouvelle invention, qui 
portent les grenades royales ä 4000 pas. Ces bouches ä feu seront 
d'un grand usage pour l'attaque des postes difficiles et des montagnes 
contre lesquelles l'on ne saurait braquer le canon. 

Le general de l'artillerie se trouve encore charge de l'inten- 
dance des moulins ä poudre. Nous n'avons fait jusqu'ici par an 
que 4000 quintaux de poudre. Cette annee 1769, nous en ferons 
5000, parceque j'ajoute un revenu • de 20000 ecus aux 60000 que 
nous payions precedemment. II nous faut 6000 quintaux, que nous 
pourrons fournir l'annee 1770, quand j'aurai ajoute 19000 ecus ä 
l'etat des moulins ä poudre. 

Je ne resume point ici les provisions des arsenaux, parceque 
tous les details se trouvent dresses dans le livre en forme de 
memoire qu'on trouvera dans ma cassette, et que ces provisions 
doivent s'accumuler d'annee en annee. Je dois cependant ajouter 
pour l'intelligence de mes successeurs que, durant la derniere guerre, 
chaque campagne nous a consume 1 2 000 Centner de poudre. 

De Partillerie en temps de guerre. 
Ce que je viens de dire touchant l'exercice de l'artillerie en 
temps de paix, contient une grande partie du service qu'on exige 

1 Silberberg wurde als Festung neu ausgebaut. — x Vorlage : quelle. 



H3 

(Teile en campagne; toutefois cette matiere n'est point epuisee, et 
il y a des choses essentielles que je dois y ajouter. 

II faut des chevaux pour trainer toute cette immense artillerie. 
On prend de mauvais valets pour les soigner, sur la fidelite des- 
quels il n'y a aucun compte ä faire. On leur avait donne dans la 
derniere guerre des inspecteurs; de vieux officiers incapables de 
servir avaient des brigades, et de vieux bas-officiers pour sub- 
alternes, et cette attention est d'une necessite absolue pour faire 
aller cette machine; car si les chevaux crevent par la negligence 
des valets, adieu le canon! 

C'est dans les marches oü l'artillerie embarrasse le plus : lorsque 
Ton est proche de l'ennemi, on ne peut se dispenser de trainer le 
gros canon meme aupres des brigades auxquelles il est attache. 
Quand c'est ä une certaine distance de l'ennemi que Ton marche,. 
Ton* charge quelques bataillons de la conduite de l'artillerie, surtout 
lorsqu'il faut faire des marches forcees; car rien ne fatigue tant 
l'infanterie que de s'arreter ä tout moment, ou pour tirer une piece 
embourbee dans des ornieres profondes ou bien ä relever un affüt 
renverse. 

Nous distribuons le canon par bataillons et par brigades. Tout 
bataillon de la premiere ligne a deux pieces de 6 livres et un 
obusier de 7 et, de cinq bataillons en cinq bataillons, une grosse 
batterie de 10 pieces de douze. La seconde ligne n'a que de longs 
. canons de 3 livres, deux par bataillon, et les brigades des batteries 
de T2 livres, tout comme dans la premiere ligne; les obusiers de 
10 livres sont de reserve, pour les placer oü le general juge ä 
propos de s'en servir. Les bataillons francs x ont chacun deux jsetites 
pieces de 3 livres. 

Outre ce prodigieux nombre de canons, nous avons une ar- 
tillerie legere 2 d'un usage admirable , si on Temploie ä propos. 
Elle consiste dans 20 pieces de 6, et 4 obusiers. On choisit de bons- 
chevaux pour leur attelage, et tous les artilleurs qui servent ces 
canons, sont montes sur des chevaux polonais. Un capitaine et 
deux subalternes y sont annexes. Ce canon se transporte comme 
le vent, et en 3 moins d'une minute, vous avez une batterie dressee 
sur le lieu que vous designez. Si Ton met cette invention ä tous 
les jours, l'ennemi Timite, et vous serez ä deux de jeu ; mais si on 
menage ce secret, et que Ton n'use qu'a propos de cette artillerie 
legere, dans des moments decisifs et les plus importants, comme 

1 Die Freitruppen wurden erst bei Kriegsbeginn angeworben. — 
2 Sie wurde erst 1759 und 1760 errichtet. — 3 Vorlage: ä. 



144 

nous fimes ä Reichenbach, « il est indubitable qu'on en tirera le plus 
grand avantage. * 

Quand on fait la guerre, ou Ton attaque son ennemi ou on se 
laisse attaquer par lui. Si Ton est l'assaillant ,*on se bat dans des 
plaines ou Ton attaque des postes. Si c'est dans des plaines, un 
general prevoyant sera attentif de se procurer une grande superiorite 
du canon sur celui des ennemis ä l'aile qu'il destine pour l'attaque. 
Si c'est un poste qu'il veut forcer, et qu'il y a quelques hauteurs 
ä portee, il y etablira sans doute les plus grosses batteries qu'il 
pourra. II tächera de faire un feu croisant sur l'ennemi, afin de 
battre en breche la partie de ce camp qu'il attaque. Si les environs 
du poste se trouve[nt] depourvus de hauteurs , il ne lui reste de 
ressource que ses obusiers, dont il doit avoir bon nombre, pour 
bombarder la section du poste qu'il attaque, et pour faciliter ä ses 
tröupes les moyens de la victoire. II se fait de m€me un grand 
usage de canons pour passer ou pour repasser les rivieres, avec une 
disposition ä peu pres ressemblante ä ceile que nous avons executee 
entre les villages de Grube et de Marquardt. 2 

Lorsqu'on choisit des postes pour s'y defendre, c'est en partie 
sur l'artillerie que roule la defense. S'il. n'y a point de hauteur 
vis-a-vis et sur les flancs de ce poste, et qu'il est bien choisi, la 
premiere ligne est ä mi-pente, la seconde plus sur l'elevation, et l'on 
etablit les batteries de la premiere ligne de sorte qu'elles tirent en 
echarpe, ce qui fait un feu croisant devant tout le front. Les capi- 
taines qui commandent les grosses batteries, prennent d'abord leurs 
trois dimensions, celle ä toute volee, celle de but en blanc et celle 
des cartouches. C'est dans ces postes que les petits obusiers fönt 
un effet admirable, en roulant leurs grenades royales contre les 
assaillants. Les canons de la seconde ligne ne s'emploient que lors- 
qu'une section de la premiere ligne est battue, et les officiers d'ar- 
tillerie doivent avoir l'oeil que, si quelque corps plie, ils dirigent 
d'abord leur feu sur l'ennemi qui le poursuit. Cette seconde ligne 
et son canon repoussera ä coups sürs ceux qui se croient vainqueurs 

1 16. August 1762. — 2 Während der Potsdamer Herbstmanöver hatte 
der König am 24. September 1768 einen Uebergang über die Wublitz 
-zwischen den an ihr gelegenen Dörfern Grube und Marquardt, nordwestl. 
Bornim, ausführen lassen. Zunächst setzte eine Avantgarde auf Kähnen 
über, die, von dem Kreuzfeuer der Artillerie am diesseitigen Ufer unter- 
stützt, die Vortruppen des Gegners zurückdrängte. Dann begann der 
Brückenschlag und der Uebergang des Gros. Endlich wurde mit Hilfe 
einer Batterie, die der Avantgarde zunächst gefolgt war, der Gegner 
vollends geworfen. 



145 

pour si peu de chose. C'est surtout sur les flancs de Tarmee oü il 
faut avoir la plus grande attention et les pourvoir du plus de canons 
que Ton peut, pour les rendre inattaquables. 

Nous avons des canons de 1 2 livres coniques, qui ne sont bons 
que pour des detachements dans les saisons oü le mauvais temps 
et la pluie onf gäte les chemins ; ils ne portent pas aussi loin que 
les autres ; il n'y a que leur legerete qui les fait preferer, parcequ'ils 
sont transportables dans les montagnes et les mauvais chemins, 

Quand on assiege des villes, l'artillerie y est pour beaucoup. 
Voici ä peu pres les principales regles qu'il faut suivre: donner 
beaucoup de travailleurs pour les batteries, principalement aux 
premieres, parcequ'il faut forcer cet ouvrage et achever les batteries 
des la premiere nuit. Si ce travail tarde, on risque de voir ses 
batteries rasees par le feu de la ville, comme il arriva au prince 
Eugene au siege de Beigrade ; " mais si le travail s'acheve, et que 
la batterie, munie de ses canons, soit en etat de se defendre, i\ 
devient impossible ä 1'assiege de la raser. Ces premieres bouches 
ä feu sont destinees ä demonter le canon de l'ennemi; trois tirent 
sur les m£mes embrasures; les ricochets, en artend ant, enfilent 
toutes les lignes de Prolongation, et les bombes se jettent sur les 
bastions du polygone que Ton attaque, pour demonter les pieces et 
pour ebranler le rempart. II n'y a point d'art ä battre en breche; 
c'est pourquoi il n'est pas besoin d'exercer le Soldat ä ce tir ; 2 il 
suffit que Tofficier sache que les batteries que Ton destine ä cet 
usage, doivent etre placees au fosse de Touvrage, et que les boulets 
doivent f rapper -au pied de la maconnerie, pour faire ebouler le 
revetissement et la terre dont il est charge. 

Voici ce qu'on demande du chef d'artillerie dans une ville 
assiegee : il doit etre attentif de quel cöte Tennemi ouvre la tranchee ; 
des qu'il s'en apercoit, il doit la nuit meme faire conduire une 
vingtaine de pieces de 6 livres dans le chemin couvert et de lä tirer 
ä cartouche sur les couvreurs et sur les travailleurs. Si cela est 
bien execute, il fera perdre ä Tennemi plus d'une nuit, avant qu'il 
acheve son ouvrage, parceque, les travailleurs s'enfuyant, on ne peut 
les rassembler. Le temps se perd et le jour arrive, sans que les 
troupes soient entrees. C'est ensuite aux canons des bastions ä 
ruiner les batteries que l'ennemi eleve, ainsi qu'aux mortiers. Ces 
mortiers deviennent plus utiles encore, ä mesure que les travaux des 
assiegeants approchenl; de la ville ; alors ces bombes auxquelles on 

1 1717. — * Vorlage: tire. 
Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 10 



146 

a donne une faible charge, les desolent dans leurs tranchees, et les 
pierriers achevent de les abimer. 

Je ne parle point dans cet article des mineurs; je me reserve 
d'en ■ faire mention dans un paragraphe que je destine aux inge- 
nieurs, 2 parcequ'ils 3 ne sont pas proprement chez nous diriges par 
les artilleurs , qui se bornent aux canons , mortiers , obusiers et ä 
faire l'usage que j'ai indique de ces terribles armes. 

De Pinfanterie en temps de paix. 

Autrefois nous etions dans l'usage de composer nos regiments 
des plus grands hommes que nous pouvions avoir. Cela n'etait pas 
sans raison, car dans les premieres guerres ce n'etait pas le canon, 
mais les hommes qui decidaient la victoire, et des bataillons d'une 
taille elevee, enfoncant la baionnette, dissipaient tout d'un coup les 
troupes ennemies mal composees et dont les soldats ne pouvaient 
point se comparer ä la taille des nötres. Maintenant le canon a 
tout change ; des cartouches tuent un homme de six pieds tout comme 
un homme qui n'a que cinq pieds sept pouces. Le canon fait tout, 
et l'infanterie ne peut plus en venir aux armes blanches. Cependant 
il faut se garder de donner d'un exces dans l'autre. Si une taille 
enorme nous est inütile, une taille mediocre nous est convenable. 
Je voudrais que les vieux regiments finissent ä 6 pouces et les nou- 
veaux ä 5. 4 Le premier roi a [eu] 7 et demi, sans s'embarrasser de 
colosses d'onze pouces et de 6 pieds. Si je ne veux pas la taille 
trop petite, c'est que nos soldats, etant charges de 60 gargousses 
et de leur havresac, ont un poids considerable ä porter, et que, s'ils 
sont trop petits et faibles, ils succombent ä la fatigue, les traineurs 
augmentent, et l'on ne saurait entreprendre des marches forcees. 
Nous ne sommes pas encore de cette taille, mais nous pourrons 
Tacquerir, si la paix continue. Alors les cantons croitront, et les 
recrues etrangeres faciliteront ce choix. 

Le grand nombre rend les armees respectables. Je fais ä 
present des augmentations dans l'infanterie , 5 et j'aime mieux avoir 
des gens de 4 pouces et en quantite que d'en avoir de 6 pouces et 
moins-, car quand il s'agit d'occuper un poste qu'il faut remplir, ce 
n'est pas la taille, mais le nombre qui vous en donne les moyens. 

1 Vorlage: dans. — 2 Vergl. unten S. 157. — 3 Vorlage: elles. — 
4 Vergl. S. 82. — 5 Ein schlesisches Feldbataillon wurde neu errichtet, 
und durch Verstärkung der Compagnie um 40 Köpfe wurden 1 2 märkische 
Musketierregimenter auf den Kriegsfuss gebracht. Diese Vermehrung 
betrug rund 7000 Mann. 



, — 147 

Ce nombre une fois rassemble ne vous sert de rien, s'il n'est 
pas discipline, parcequ'il faut que cette masse soit obeissante et 
disciplinee, pour que Ton en tire parti. La discipline roule sur 
l'exactitude et l'obeissance. Elle commence aux generaux et finit 
aux tambours. La Subordination en fait la base ; point de raisonne- 
ments des inferieurs aux superieurs ; quand le chef commande, c'est 
aux autres d'obeir ; si les officiers ne sont pas ranges ä leur devoir, 
le commun soldat ne le sera jamais : c'est une chaine dont il ne 
faut qu'aucun chainon manque. Une multitude de soldats ne peut 
se gouverner sans severite et sans user quelquefois de rigueur. 
S'üs ne sont [pas] contenus par la discipline, ils s'adonneront aux plus 
grands exces. Leur nombre est bien superieur ä celui de ceux 
qui leur commandent. La crainte seule peut les contenir dans 
leurs bornes. Par cette raison , Ton punit severement les raison- 
neurs, surtout il n'y a point de gräce pour ceux qui mettent la 
main sur les bas-officiers ou qui s'oublient vis-ä-vis des officiers 
de la compagnie. Les fautes severement punies sont le vol, la 
desertion, tout ce qui touche la Subordination, la negligence des 
sentinelles, ceux qui jettent leurs gargousses pour ne point charger 
ä l'exercice, ceux qui ne viennent pas aux heures oü ils sont com- 
mandes; en un mot, tout ce qui est contraire aux bonnes moeurs, 
au service, ä la Subordination. 

Pour ce qui regarde les officiers, Ton veut qu'ils ne s'adonnent 
ni au jeu ni a une debauche licencieuse, qu'ils aient des mceurs et 
de Tambition, qu'ils se conduisent en honnetes gens, exacts dans 
toutes les choses qui leur sont commises, et surtout ne se bornent 
pas aux emplois qu'ils occupent, qu'ils s'elevent et se qualifient 
d'avance ä ceux qu'ils doivent occuper un jour. 

Quant au soldat, tout ce qu'on en peut tirer, est de lui donner 
l'esprit du corps, c'est-ä-dire meilleure opinion de son regiment que 
de toutes les troupes de l'univers, et comme, en de certaines occa- 
sions, les officiers le doivent conduire ä travers les plus grands 
dangers (l'ambition ne pouvant pas agir sur lui), il faut qu'il craigne 
plus ses officiers que les perils auxquels on l'expose, ou jamais per- 
sonne ne pourra le mener ä la charge ä travers une tempete de 
trois cents canons qui le foudroient. La bonne volonte n'engagera 
jamais le vulgaire dans de semblables perils; il faut que ce soit la 
crainte. 

Tout ce que je viens de dire, n'est pas süffisant encore pour 
former une bonne armee. II faut qu'elle soit agile, adroite, mobile 
et capable d'executer les dispositions des generaux; ou bien Thabilete 

10* 



' H8 

du general, inutile par l'ignorance des troupes, ne saurait deployer 
son art et ses ressources. II faut exercer les generäux, les officiers 
de Tetat-major, les subalternes et le soldat. 

L'exercice du soldat roule sur la charge, la marche en avant 
et les evolutions. Les batailles se gagnent par la superiorite du 
feu. Si j'en excepte les postes que Ton attaque, Tinfanterie qui 
Charge le plus vite, Temportera sans contredit sur celle qui charge 
plus lentement. Nous en avons la preuve par la bataille de Ross- 
bach, de Liegnitz et de Torgau et tant d'autres. Voilä pourquoi 
je me suis donne tant de soins pour introduire, apres la guerre, la 
vitesse de la charge dans l'infanterie et pour pousser aussi loin que 
possible l'adresse du soldat. Cela va mieux, mais il ne faut pas 
relächer sur cet article. L'exercice journalier des petites et grandes 
parades entretient le soldat dans cette coutume, de meme qu'a 
marcher en avant sans flotter et se rompre. Les manoeuvres fun- 
damentales se fönt tous les jours avec les gardes ; ■ elles dressent 
les officiers aux points de vue, aux alignements et ä tous les mouve- 
ments principaux que Ton peut executer avec les troupes, se rompre, 
se reformer: en un mot, ce sont des miniatures du grand tableau 
qu'execute une armee. Si ces attentions, ces soins journaliers et 
cette exactitude se maintiennent, Tarmee avec un bon general a sa 
tete demeurera presque invincible et toujours formidable. 

Comme il est impossible qu'on porte un ceil penetrant dans 
tous les petits details des regiments, j'ai etabli des inspecteurs qui 
ont un corps chacun sous leur inspection. 2 Ils sont obliges de 
repondre de Texecution des ordres que Ton donne aux troupes, de 
1'egalite , de la discipline , afin que les uns soient tenus comme les 
autres, et qu'il n'y ait dans le commandement ni trop de douceur 
ni trop de severite. Ils me fönt les rapports de la conduite des 
officiers, ils denoncent ceux dont la mauvaise conduite, la negligence 
et la b€tise meritent qu'on s'en defasse ; ils recommandent ceux qui, 
par leur application ou leurs talents, meritent qu'on les distingue; 
ils visitent souvent les regiments, les fönt exercer, corrigent ce qui 
est defectueux, et fönt les revues, lorsque mes affaires m'empechent 
de me rendre moi-meme dans les provinces. Ils president enfin aux 
enrölements et tiennent la main, pour que les cantons ne soient 
pas vexes par les capitaines, comme cela n'est que trop arrive 
autrefois. 

1 Für alle nicht beurlaubten Mannschaften fand täglich Exercieren 
während der Wachtparaden statt. — 2 Diese Einrichtung erfolgte 1763 
sofort nach Friedensschluss, und zwar provinz weise und in den Provinzen 
nach den beiden Hauptwaffen. VergL P. C* ßd. XXIII, 97. 98. 



149 

Je fais toutes les annees la revue des regiments qui s'assemblent 
ä Potsdam, Berlin, Stargard, Magdebourg et en Silesie, l parceque 
ces troupes fönt la plus grosse masse de l'armee. Le proverbe 
qui dit que Toeil du maitre engraisse le cheval, est vrai. Le mili- 
taire (s'entend les officiers) veut etre conduit par l'ambition, et rien 
ne lui en inspire davantage que lorsqu'il voit le souverain et tout 
ce qu'il y a de princes, lui donner l'exemple. Si ces regiments 
n'etaient pas rassembles souvent et exerces en presence du maitre, 
tout le monde se negligerait. Ils sont accoutumes ä voir leur roi 
ä leur tete, et il faut bien se garder de changer cet usage. D'ailleurs, 
toutes les corrections qui se fönt, toutes les recompenses que le 
maitre distribue en presence d'un corps d'armee, sont des aiguillons 
d'ambition et d'emulation. L'un agit par crainte, parcequ'il appr£- 
hende d'etre puni, l'autre pour meriter des recompenses. 

Considerez surtout que nos Etats sont divises, que les Marches 
sont ouvertes, et que nous n'existons qu'en tant que nous avons 
une bonne armee, et vous sentirez bien que nous devons nous faire 
honneur de tout ce qui la touche, et ne negliger ni nos soins ni 
nos peines ni notre exemple, pour Tentretenir en bon etat. 

Comme les revues se fönt le printemps et lorsque les champs 
sont couverts de moissons, on est borne ä faire en grand ce qu'on 
fait en petit sur une place de parade. Mais comme il est im- 
possible de former ainsi Tofficier, et que c'est sur un terrain mili- 
taire qu'il faut lui apprendre ä travailler, fai assemble des corps en 
automne, 2 apres la recolte, et alors, sans faire attention au simple 
soldat, tout l'exercice ne roule que sur les generaux et les officiers. 
Cela leur apprend ä executer ponctuellement les dispositions , ä 
profiter jusqu'au moindre avantage du terrain, les generaux ä bien 
manoeuvrer leurs brigades, les officiers ä bien conduire leurs bataillons 
On fait executer des attaques de toutes les especes, et des retraites. 
en toute Sorte de differents terrains et de cas. 

Si Ton n'exerce pas ces sortes de choses, les officiers tombent 
dans les fautes les plus lourdes, meme sans le savoir. L'ignorance 
des officiers et des generaux a fait perdre plus d'une bataille et 
manquer plus . d'une entreprise. On ne saurait s'y trop donner de 
peine pour leur enseigner, leur inculquer, leur faire pratiquer les 
regles de leur art. Cet art est si important pour TEtat qu'il est 
si etonnant qu'il soit si fort neglige. Quoi? L'on ne saurait devenir 
maitre cordonnier, sans avoir appris et longtemps fait des souliers, 
et l'on cree des colonels et des generaux en d'autres pays qui n'ont 

1 Vergl. S. S3. — 2 Vergl. S. 144 Anm. 2. 



150 

jamais entendu tirer des coups de fusil qu'ä la chasse? Quiconque 
n'aura qu'une theorie de la guerre sur des cartes, sera fort em- 
barrasse de lui-meme , s'il doit agir vis-ä-vis de l'ennemi. Le seul 
moyen de former ceux qui n'ont pas vu la guerre, est de les faire 
travailler avec des troupes sur des terrains differents, pour que 
leur oeil se forme ä juger promptement de l'avantage ou du des- 
avantage du terrain, pour qu'ils se routinent dans la tactique et 
dans differentes dispositions , et que, connaissant tout ravantage 
qu'on peut retirer d'un terrain , ils s'accoutument ä s'en prevaloir 
dans toutes les occasions oü ils ont ä manoeuvrer vis - a - vis de 
l'ennemi. 

Je destine un article ä part pour le terrain. T 

De l'infanterie en temps de guerre. 

Lorsqnune guerre commence, il ne faut pas que, les premiers 
jours de marche, l'infanterie fasse de trop grandes traites, parceque 
cela la ruinerait. II faut petit ä petit la mettre en haieine, et alors 
eile soutient les plus grandes fatigues. On a l'oeil que le menage 
se fasse par chambree, et Ton prend toutes les precautions contre 
la desertion que j'ai indiquees dans mon instruction aux generaux 
que vous trouverez ä la suite de cet ouvrage. 2 

Pour mettre une armee en mouvement, le premier soin est celui 
de la nourrir. Vous avez vu, dans l'article du commissariat , les 
arrangements que Ton a pris pour la construction des magasins. 3 
Cela ne suffit pas ; il faut avoir le moyen d'en conduire assez avec 
les troupes pour les nourrir 4 semaines. Nous avons des chariots et 
des fours de campagne, 4 et pour du fourrage, on en trouve partout 
dans les campagnes ou dans les granges. Lorsqu'on penetre dans 
le pays ennemi, il faut bien choisir les endroits oü Ton veut placer 
ses magasins; le gros depöt doit etre le plus en arriere, et le plus 
proche de l'armee le plus faible, parcequ'il est le plus expose aux 
insultes de Tennemi. 

En Boheme et dans la Moravie, l'on est souvent bien empeche 
pour trouver de ces lieux sürs, parcequ'il ne se trouve presque pas 
de ville de defense. C'est ce qui augmente Fembarras du general 
qui doit y faire la guerre, d'autant plus qu'il ^st trahi par les 
habitants du pays. 

1 Vergl. unten S. 160 ff. — 2 Vergl. in den diesem, wie dem Testa- 
ment von 1752 (vergl. S. 109) angeschlossenen „Principes generaux de la 
guerre" den Abschnitt: „Des troupes prussiennes, de leurs defauts et de 
leurs avantages" (CEuvres, Bd. 28, S. 4 ff-). — 3 Vergl. S. 135- — 4 Vergl. 
S. 95- 96. 



151 

II faut surtout maintenir l'ordre et la discipline en temps de 
guerre et la rendre meme plus rigoureuse. Le soldat n'en deserte 
pas plus pour cela ; et quand meme cela serait, il vaut mieux avoir 
cent coquins de moins et le reste en ordre que se trouver devant 
l'ennemi avec une troupe mal disciplinee. 

On fait exercer les regiments comme en temps de paix, lorsque 
l'on est dans des camps stables, surtout les recrues, pour les dresser 
aussi bien que les autres. Ce n'est point l'usage chez nous de meler 
des detachements, parceque ces gens ne se connaissent pas, et que 
la discipline en souffre toujours ; nous d£tachons des bataillons entiers. 
Le seul cas oü ces commandos meles peuvent avoir Heu, me parait 
etre pour une ville que Ton veut defendre, mais que Ton craint de 
perdre. Si l'ennemi la force, vous ne perdez point de corps entier, 
et la perte que vous faites, est insensible. 

Une armee a toujours des malades et des blesses; quelquefois 
le nombre en est considerable , quand il s'est donne de grandes 
batailles. II faut des höpitaux; l'humanite et la reconnaissance 
obligent d'avoir un soin de pere pour des gens qui si souvent 
risquent leur vie pour l'Etat. 11 faut un nombre de medecins et de 
chirurgiens süffisant pour les traiter, surtout quelques vieux officiers, 
gens de probite, pour v eiller ä ce que chacun fasse son devoir, et 
que personne ne vole les aliments, la soupe et ce que l'Etat paye 
pour l'entretien et pour la guerison de ces victimes honorables. II 
est bon d'avoir une provision de vinaigre dans les armees, pour 
corriger les eaux malsaines et bourbeuses; le soldat mele un peu 
de vinaigre ä cette eau; cela la clarifie et l'empeche d'etre mal- 
faisante. II faut toujours qu'un nombre de chirurgiens et de fraters 
soient aupres de l'armee, lorsqu'on veut livrer bataille, pour que 
l'officier et le soldat blesse soient promptement panses et trouvent 
quelque secours. 

Des que les troupes entrent dans les quartiers d'hiver, on les 
empeche de trop chauff er leurs chambres ; puis on les purge , puis 
on les saigne, pour prevenir autant que possible les maladies et les 
contagions; apres quoi l'exercice recommence comme en temps de 
paix. II faut, si cela se peut, relever ceux qui fönt la chaine des 
quartiers d'hiver, pour qu'ils jouissent de quelque repos, et qu'ils 
puissent ainsi que les autres exercer leur troupe. 

C'est surtout ä la guerre qu'il faut de promptes recompenses 
et des punitions severes, parceque le merite doit etre honore, tant 
pour lui-meme que pour exciter une noble emulation chez les autres. 
Un officier qui aura fait quelque action brillante, doit avancer de 



l 5 2 

deux grades, jouir de distinctions flatteuses et recevoir de quoi 
accommoder sa fortune, s'il est pauvre. Les punitions les plus severes 
doivent etre contre les negligences des gardes, l'inobservation des 
ordres ; car quant ä la lächete, il ne faut point d'autre punition que 
de chasser avec opprobre un pareil miserable. 

De la ca valerie en temps de paix. 

Mon pere m'avait laisse une mauvaise cavalerie, presque point 
d'officier qui süt son metier. Les caA^aliers craignaient leurs chevaux 7 
ne les montaient presque jamais et ne savaient faire que Texercice 
ä pied, ä peu pres comme Tinfanterie. De grands hommes et de 
grands chevaux la rendai[en]t si lourde que les effets ont montre, 
dans notre premiere guerre, la neeessite qu'il y avait de refondre 
tout ce corps. x 

Nous ne voulons pas une taille elevee pour la cavalerie; de 
7 ä 5 suffit pour les cuirassiers et les dragons, de 2 a 5 suffit pour 
les hussards, pourvu que les hommes ne soient ni fluets ni trop 
jeunes ni trop faibles, mais forts et robustes. 2 Les grands chevaux 
ne valent absolument rien pour l'usage. Nous voulons pour les 
cavaliers des chevaux de 5 pieds 1 pouce jusqu'ä 5 pieds 3 pouces, 
point de chevaux de Frise qui sont trop lourds, mais du Holstein 
et meme de la Nouvelle-Marche et de la Prusse. Nos dragons sont 
plus bas montes ; leurs chevaux sont de 5 pieds ä 2 pouces. Tous 
les dragons forment leur troisieme rang de chevaux tartares. 
Quelques regiments n'ont que cette espece de chevaux, parceque 
cela les rend d'un usage journalier, qu'en voyant plus souvent 
Tennemi, ils se forment plus ä la guerre, et que cette espece de 
chevaux soutient mieux la fatigue. Les chevaux des hussards sont 
du meme pays et ä peu pres de la meme bonte, parceque des 
chevaux agiles donnent un grand avantage ä une troupe contre 
une autre qui en a de plus lourds, que le cavalier se fie ä son 
cheval et devient plus brave, ä mesure qu'il se sent bien monte. 

Ce que j'ai dit de la discipline de l'infanterie, 3 regarde egalement 
la cavalerie, de sorte que je n'ai pas besoin de le repeter. Mais la 
facon d'exercer ces troupes, est toute differente. L'exercice de 
Finfanterie roule sur ses armes et sur ses jambes; Pexercice de la 
cavalerie ä dresser Thomme pour monter en ecuyer, et le cheval 
ä l'obeissance. Cette ecole demande des peines infinies; pour que 

1 Vergl. GEuvres, Bd. 1, S. 193; Bd. 2, S. 78; Bd. 3, S. 106 und Publi- 
cationen aus den K. Preussischen Staatsarchiven, Bd. 4, S. 229 und 369 f. — 
2 Vergl. S. 82. — 3 Vergl. S. 147. 



153 

chaque homme monte comme un ecuyer, il faut qu'un escadron soit 
dresse homme par homme, cheval par cheval, et cela, pour ainsi 
dire, toute l'annee. Cela est d'autant plus necessaire que, si Ton 
veut que cette machine joue ensemble, il faut que chaque ressort 
soit travaille avec le meme soin; et comment des gens qui doivent 
servir ä cheval, combattraient-ils Tennemi, s'ils etaient craintifs et 
timides sur leurs chevaux? • ~**^*«^. r -»<v, 

Quand les hommes sont dresses en detail, on les met en rangs, 
pour leur apprendre ä manoeuvrer ensemble, k faire les cas de con- 
version avec promptitude et surtout ä faire les attaques avec vivacite, 
sans se rompre, sans flottement, et diriges ä l'endroit que Tofficier 
juge ä propos. Les chevaux ont quatre jambes ; par consequent ils 
doivent avoir l'avantage de la promptitude et de la vivacite; car 
dans les chocs de cavalerie, ce ne sont pas les grands chevaux qui 
en decident, mais Timpetuosite de ceux qui attaquent. 

Tout ce qu'on peut faire pendant le printemps, est de dresser 
les cavaliers, les chevaux et les regiments aux grandes attaques, ä 
la differente maniere de se former, aux manoeuvres d'avant-garde 
pour couvrir une armee, ä celle d'arriere-garde pour couvrir une 
retraite, de sorte que tout cet exercice se borne au machinal, ä 
l'exception des soldats qu'il faut dresser ä faire les patrouilles, 
connaissance indispensable pour la cavalerie et . qui demande et 
exige meme de l'entendement du cavalier; aussi les flanqueurs et 
ceux qui fönt les patrouilles, sont-ils choisis et dresses expres pour 
cette fonction. 

J'ai introduit des inspecteurs dans la cavalerie pour la meme 
raison que dans Pinfanterie, l pour egaliser les regiments, pour revoir 
les troupes plus souvent et pour tenir la main ä Texecution de mes 
ordres. II est vrai qu'il y a de bons generaux et de bons chefs 
de regiment; mais il n'est [pas] plus facile de choisir 4 inspecteurs 
rigides que tant de chefs qui, pouvant avoir d'ailleurs de la valeur 
et de bonnes qualites, n'ont pas celle de maintenir Tordre. 

Les dragons, dans bien des occasions, sont obliges de mettre 
pied ä terre et de tenir lieu de Tinfanterie qui ne se trouve pas sur 
les lieux. C'est par cette raison qu'ils apprennent ä charger ä pied 
comme Tinfanterie; mais comme on [n']exige d'eux ce Service qu'en 
cas de necessite, on n'insiste pas sur une grande perfection de la 
charge ni des manoeuvres. Leur Service principal est toujours ä 
cheval. Les hussards ont des carabines, qui ont rendu de bons 

1 Vergl. S. 148. 



154 

Services en differents cas oü il a fallu chasser ceux des ennemis de 
villages ou de bosquets dont ils s'etaient empares. 

J'ai toujours fait la revue de ces regiments moi-meme ; * je les 
ai exerces moi-meme, pour qu'ils fussent convaincus que Texercice 
qu'on leur faisait faire, partait de moi, et pour encourager ceux qui 
servent par ambition, et pousser ceux qui ne servent qu'en guise 
de manoeuvres pour* gagner leur vie. Apres leur avoir fait faire 
les evolutions, les mouvements et les attaques qui servent de base 
a toutes les manoeuvres de guerre, je leur fais executer quelques 
dispositions qui se fönt journellement en campagne et dont, pour 
ainsi dire, Tusage est journalier vis-a-vis de Tennemi. 

Ceux de Silesie ont l'avantage de manoeuvrer apres les semailles ; 2 
ceux que j'assemble ici, comme pres de Magdebourg, en automne, 3 
ont un avantage de plus, qui est que chaque compagnie forme un 
escadron, 4 de sorte que les officiers qui n'en commandent pas 
actuellement, apprennent leur metier d'avance et se rendent propres 
aux commandements auxquels ils doivent aspirer. Ils apprennent 
non seulement ä juger de leur terrain, mais encore ä porter leur 
attention sur tous les mouvements de leurs ennemis , pour profiter 
de leurs fautes. Nos officiers de hussards excellent dans toutes ces 
parties ; ils ont bien appris ä connaitre le terrain ; ils ont de la con- 
fiance en eux-memes et toute l'experience qu'un officier peut avoir 
de la guerre. Nos officiers de dragons se sont beaucoup formes 
dans nos dernieres campagnes, parcequ'ils ont vu Tennemi plus 
souvent que les autres. Ceux des cuirassiers ne sont pas aussi 
degourdis, parceque Tespece de leurs chevaux plus lourds que ceux 
des autres m'a empeche de les employer en detachement et de les 
mettre ä toute sauce. 

De la cavalerie en temps de guerre. 

Une cavalerie disciplinee et exercee comme la nötre doit avoir, 
ä Touverture d'une campagne, les plus grands avantages sur celle 
de Tennemi, parceque les officiers sont demeures dans Tusage de 
toutes les connaissances de leur metier, et que les soldats sont en 
etat d'executer exactement tous leurs ordres. 

En guerre, une bonne cavalerie vous rend maitre de la cam- 
pagne; deux ou trois coups qui lui reussissent de suite, suffisent 
pour intimider Tennemi, qui n'a plus le coeur de se montrer devant 

1 Vergl. S. ^3- 8 4- — * Die schlesischen Exercierübungen begannen erst 
im Juli, und die Revuen fanden erst im August und September statt. — 
3 Vergl. S. H4 und 149. — 4 Yergl. S. 83 Anm. 2. 



155 

eile. Je suis moralement sür et persuade que, dans des plaines, 
notre cavalerie l'emportera sur teile que ce soit, pourvu que la 
disproportion du nombre ne soit pas trop considerable. 

En campagne, les detachements et les patrouilles roulent prin- 
cipalement sur les hussards et sur les dragons. Pour les patrouilles, 
il faut tenir la main pour qu'elles se fassent avec exactitude. Dans 
les camps oü j'ai commande, les officiers ont ete obliges de me faire 
leur rapport en personne et de repondre ä toutes les questions que 
je leur ai faites. 

Des que l'on fait une guerre de postes ,' on a de grandes 
attentions pour ne point exposer la cavalerie inutilement au feu 
meurtrier des canons, qui Tabimerait et contre lequel eile ne peut 
se defendre. Si vous etes dans un camp defensif ou sur des hauteurs, 
vous couvrez la cavalerie de ces memes hauteurs, en la tenant a 
portee de vous en servir. Je traiterai la facon de l'employer en 
parlant des grandes parties de la guerre. 2 Si vous voulez attaquer 
l'ennemi dans un poste, vous ne pouvez employer ä cette attaque 
que votre infanterie et votre canon, et vous devez choisir des bas- 
fonds a portee , oü vous placez votre cavalerie qui , au premier 
signal, vient vous joindre toute fraiche, et dont alors vous pouvez 
user, selon que vous le jugez ä propos. Tous les mouvements de 
la cavalerie sont rapides; eile peut decider d'une bataille dans un 
tour de main ; il ne s'agit que de l'employer ä propos , et je me 
propose, dans la suite de Touvrage, de donner des regles de quelle 
maniere il convient qu'on la fasse agir. 

La cavalerie se recrute facilement en temps de guerre, parce- 
que son Service n'est pas aussi meurtrier que celui de Tinfanterie, 
et qu'il }^ a plus de butin ä faire, appas seduisant pour le peuple, 
qui ne connait que Tinteret et qui ignore ce que c'est que la gloire. 
Des que la fin de la campagne arrive, Ton prend des arrangements 
pour remonter les hommes ; je ne saurais dire comment cela se fait 
qu'on trouve autant de chevaux qu'il en faut. II en coüte quelque- 
fois davantage; neanmoins la remonte ne nous a jamais manque. 

Les hussards et quelques corps de dragons sont ordinairement 
employes pour faire la chaine des quartiers d'hiver. Je voudrais 
que, lorsque cela se trouve possible, on eüt Tattention de les faire 
relever, pour qu'un peu de repos et de tranquillite reveillät en eux 
Paiguillon de Tambition; car en verite, quand un homme est epuise 
de fatigues, toute Sensation s'emousse et Tarne s'engourdit comme 
le corps. 

1 Stellungskrieg. — '* Vergl. S. 164—166. 



156 — 

On fait, avant l'ouverture de la campagne, exercer dans ses 
quartiers la cavalerie tout comme l'infanterie; car pour maintenir 
Fordre, il faut y travailler tous les jours: c'est comme une montre 
qui se detraque et se gäte, si on ne la monte pas tous les jours. 

Nos regiments de cuirassiers doivent etre en temps de guerre 
ä iooo hommes ; 5 escadrons de dragons en doivent faire autant, 
et les hussards ä 1600 combattants. *. C'est par cette raison que je 
me propose de faire, Fannee 1770, une augmentation de 300 hommes 
par regiment de hussards, pour qu'on ait le temps de les former 
pendant la paix et de les rendre utiles pendant la guerre. Nos 
facultes ne nous permettent pas d'en faire autant pour toute la 
cavalerie; aussi ne lui faut-il que 150 hommes par 5 escadrons. 

Pour l'infanterie , j'ai complete l'inspection de Möllendorff sur 
le pied de guerre , 2 parceque , dans un moment presse , il serait 
impossible de tirer ce nombre ni des recrues etrangeres ni des 
cantons. 

Des marechaux de logis 3 et des ingenieurs. 

L'art de la tactique devient inutile, s'il n'est pas applique au 
terrain. La veritable connaissance du terrain fait trouver des 
ressources etonnantes dans des moments malheureux. Sur ces 4 prin- 
cipes se fondent les veritables succes , et la plupart des generaux 
qui essuient des infortunes, ne doivent les attribuer qu'ä la negli- 
gence de ces regles ou bien ä leur ignorance. Le terrain pour le 
militaire est 5 comme la table d'echec pour celui qui veut jouer et 
bien conduire ses pions, ses coureurs, son elephant etc. 

Chez les Grecs, il y avait des £coles de tactique, de geometrie 
et de geographie militaire pour les jeunes citoyens qui se vouaient 
aux armes. J'ai concu l'utilite dont un tel etablissement pourrait 
etre dans ce pays, et j'en ai fait un ä cette imitation. J'ai choisi 
de jeunes officiers qui marquaient du genie, et je les ai fait travailler 
sous mes yeux ä tout ce qui peut avoir rapport ä la castrametrie, 
ä la fortification et aux dispositions des manoeuvres de guerre 
qu'enseigne la tactique. La grande legerete et l'esprit de debauche 
de ces jeunes gens retardent leurs progres. Leur usage doit etre 
de les employer en diverses armees, pour les camps et pour les 
marches, et de les envoyer avec des generaux qui vont en detache- 
ment, pour leur choisir des positions et regier leurs colonnes pour 

1 Die Husarenregimenter hatten je 10 Schwadronen, die übrige 
Cavallerie mit Ausnahme von 2 Dragonerregimentern nur je 5. — a Vergl. 
S. 146 Anm. 5. — 3 Quartiermeister. — 4 Vorlage: ses. — 5 Vorlage: et. 



157 - 

des marches; et comme ces personnes apprennent toutes les dispo- 
sitions que Ton peut executer, et qu'ils travaillent toujours en grand, 
cela doit former avec le temps d'excellents generaux, s'ils ne se 
perdent pas par ce malheureux esprit de libertinage. 

Les officiers ingenieurs peuvent servir ä un double emploi: 
quelques-uns ont du talent pour les fortifications de campagne; on 
peut les distribuer dans les armees. D'autres se bornent ä l'attaque 
et la defense des places. Pour ceux-lä, il faut les attacher au service 
de forteresses et les assembler, lorsqu'on se propose d'entreprendre 
quelque siege. 

C'est un grand defaut dans nos officiers d'infanterie que le peu 
d'application qu'ils ont pour la fortif ication , et l'extreme ignorance 
oü la plupart sont du terrain et des avantages qu'ils peuvent en 
tirer. Ils s'occupent ä bien exercer leur corps, ce qui sans contredit 
est d'une necessite essentielle, et ils negligent des connaissances que 
des officiers de leur caractere ne sauraient se dispenser d'avoir. 
Par le moyen de ces ecoles de fortification x que j'ai fondees dans 
toutes les provinces, nos jeunes subalternes seront mieux eleves que 
leurs" devanciers; et lorsqu'ils seront parvenus ä des grades plus 
eleves, on s'apercevra d'une education superieure ä l'ancienne qu'ils 
ont regue. 

Des places. 2 

La plupart de mes places sont en Silesie. Je les fais ä present 
fortifier, sans y menager la moindre depense, parcequ'il vaut mieux 
ne point avoir de forteresse que d'en avoir de mauvaises. 

Mon Systeme place la defense des ouvrages dans le chemin 
couvert et dans la profondeur des fosses, soit secs, soit pleins d'eau, 
et je prends toutes les precautions possibles pour rendre les surprises 
impossibles. La defense du chemin couvert roule principalement 
sur les mines et sur quelques fleches detachees , qui eloignent 
l'ennemi et l'obligent de commencer de les assieger, avant de pouvoir 
parvenir au glacis. 

Schweidnitz sera acheve l'annee prochaine 1769; Cosel est 
acheve; on travaillera l'annee qui vient, ä Silberberg, ä Neisse et 
encore ä Breslau, et je me flatte d'achever ces trois places l'annee 
1770. D'ailleurs, il faut encore un nombre de casemates que, si j'ai 

1 Unterrichtskurse für Officiere (seit 1763) am Sitz der Inspectionen, 
die während der vier Wintermonate stattfanden und sich namentlich aul 
Fortification und Geographie erstreckten. Vergl. die „Instruction für die 
Commandeurs der Infanterieregimenter" vom 1 1 . Mai 1 7 6 3 (CEuvres, Bd. 30, 
S. 294 f.). — 2 Vergl. S. 9°— ) 2 *> 



158 

vie, je ferai faire. Des que Silberberg sera acheve, il faudra per- 
fectionner le vieux chäteau de Glatz, abattre ses x maisons pretes ä 
tomber en ruine, construire de belies casemates et suivre en partie 
le plan du l[ieutenant]-c[olonel] Pinto. II ne reste alors qu'ä revetir 
les fosses de Glogau, qu'il faut approfondir, et en meme temps 
elever et rehausser le polygone qui regarde du cöte de la potence. 

Ces places bien perfectionnees assurent la possession de la Silesie. 
II n'y a qu'ä bien choisir les officiers auxquels on en confie la defense, 
ce qui est plus difficile qu'on ne pense. 

J'ai fait construire la forteresse de Silberberg 2 , pour avoir un 
libre debouche dans le comte de Glatz et pouvoir secourir cette 
place, au cas que l'ennemi rassiege. Silberberg d'ailleurs garantit 
et couvre la gauche du camp de Landeshut, un des plus importants 
pour couvrir la Basse-Sil£sie. 

La campagne que les Autrichiens firent l'annee 1757 et l'annee 
1760, a 3 fait connaitre l'importance de fortifier Breslau. 4 Elle sera 
mise au moins dans un tel etat qu'elle pourra arreter Tennemi durant 
deux mois, ce qui donne un temps süffisant pour voler ä son secours. 

J'ai deux places en Pomeranie, une dans la Nouvelle-Marche 
egalement importante. Comme les Russes nous firent la guerre, 
Colberg seul pendant longtemps arreta leurs progres. Küstrin de 
meme. Les marais defendent cette derniere place. Mais Colberg 
demande ä etre perfectionne. J'en ai fait dessiner le plan, avec des 
ouvrages qui gardent le port, et si le ciel me donne vie, l'ouvrage 
sera execute l'annee 177c. La ville de Stettin, capitale de la Po- 
meranie, demande egalement des attentions. La besogne ä faire 
roulera sur l'approfondissement des fosses et sur ce qu'il faudra 
resserrer des ouvrages trop etendus et encore miner le glacis oü 
jusqu'ä present il n'y a rien de fait. Les fortifications de Damm 
qui servent de tete de pont ä la Lastadie , 5 sont bien faites. Ce 
sont ä la verite des ouvrages de terre, mais inabordables ä cause 
des marais qui les environnent. 

Je ne dirai qu'un mot de Spandau, bicoque ä la verite, mais 
qui doit §tre regardee plutöt comme un magasin fortifie que comme 
place de guerre. En cas qu'on eüt ä craindre des guerres et d'etre 
expose aux incursions de l'ennemi, il faudrait tirer un bon retranche- 
ment du cöte oü se trouve la manufacture des armes. 

1 Vorlage: ces. — 2 Vergl. S. 142. — 3 Vorlage: ont. — 4 Die Oester- 
reicher hatten am 24. November 1757 Breslau genommen und im Sommer 
1760 belagert (vergl. P. C, Bd. XVI, 437; XIX, 634). — 5 Die am rechten 
Oderufer liegende Schiffervorstadt von Stettin. 



159 

Magdebourg est de toutes nos places la plus importante. C'est 
le refuge de la famille royale et la derniere ressource de l'Etat. 
Quoique la ville soit assez bien fortifiee, je crois qu'il serait bon 
d'y ajouter deux choses: une communication de la ville au fort de 
Bergue, et des mines au glacis. Le retranchement de la Suden- 
bourg n'est bon qu'en temps que la tranchee n'est pas ouverte; je 
ne conseillerais point d'y mettre des troupes, si l'ennemi veut tout 
de bon former le siege de cette place. Cependant deux choses feront 
faire de grandes reflexions aux puissances qui voudraient entre- 
prendre un siege aussi difficile: l'une est l'immensite de la circon- 
vallation qu'exige la place: l'autre le terrain plat et uni des environs, 
qui nous donnerait presque gain de cause, si notre armee s'ap- 
prochait pour en chasser les assiegeants. 

Des invalides. 

L'ingratitude est un vice affreux dans un particulier ; il devient 
detestable en un souverain ou quand une republique manque de 
reconnaissance. Un soldat qui sacrifie pour le bien public ses 
membres, sa sante, sa vigueur et sa vie, s'il est accable de vieillesse 
ou estropie de ses membres, a droit de pretendre aux bienfaits de 
ceux pour lesquels il a tout risque. Voilä pourquoi j'ai fonde proche 
de Berlin la maison des invalides. 2 Elle a le defaut de ne pouvoir 
contenir que 600 hommes. Ce n'est pas assez ä proportion de la 
force de 1' armee. La caisse de guerre dispose, outre cela, d'un 
fonds dont on paye un ecu par mois aux pauvres miserables qui se 
sont retires dans les campagnes; et pour tous les bas-officiers et 
les vieux soldats de merite, on leur donne de petits emplois dans 
les accises, dans les peages, au tabac et partout oü il vaque des 
emplois de leur competence. Independamment de tous ces arrange- 
ments, il se trouve encore quelques pauvres soldats auxquels on 
n'a point pourvu jusqu'ä present et auxquels je pense de creer un 
petit fonds. 

Les officiers se trouvent dans le meme cas que le simple soldat. 
II y en a de blesses et d'infirmes qui ne sauraient continuer ä servir, 
et dont le mince revenu ne fournit point ä leur subsistance. On a 
imagine toutes sortes de ressources pour eux. Ceux qui ont ete 

1 Das Fort Bergen, später der Stern genannt, war an die Stadt- 
befestigung nur lose angeschlossen ; die Sudenburg war eine offene Wall- 
linie. Vergl. P. C, Bd. XXVI, 187. 188. — * Das mit der Inschrift „Laeso 
et invicto militi" geschmückte Invalidenhaus wurde in den Jahren 
1746—1748 erbaut 



i6o — 

generaux, recoivent des pensions de 1200, de 2000 ecus; les autres, 
on leur donne des places de maitres des postes ; d'autres deviennent 
conseillers des domaines, s'ils en sont capables ; d'autres s'emploient 
dans le commissariat. Enfin ceux qu'on ne peut mettre ä aucune 
sauce, ils recoivent de petites pensions de 5 ou 6 ecus par mois. 
Lorsqu'il y a quelque officier de Fetat-major trop bete pour occuper 
ce poste , . on lui donne une pension pour s'en defaire. La caisse 
de guerre a des fonds ä peu pres suffisants pour fournir ä cette 
depense. 

II y a eu, en cette derniere guerre, des regiments qui ont si 
mal servi l que, pour les punir, leurs invalides n'ont eu part ä aucun 
des benefices que Ton accorde aux autres, parceque les punitions et 
les recompenses se doivent proportionner aux Services. D'ailleurs 
Fhumanite, la commiseration, la reconnaissance, tous les devoirs de 
rhomme engagent le souverain d'etendre les effets de sa generosite 
et de sa munificence sur des sujets qui le meritent par leurs Services 
passes et par leur misere presente. 

Des principes fondamentaux de la guerre. 

11 en est de la guerre comme des autres arts : ils sont utiles 
par leur bon usage et pernicieux par leur abus. Un prince qui'fait 
la guerre par inquietude, par legerete, par ambition desordonnee, 
est aussi condamnable qu'un juge qui se sert du glaive de la loi 
pour en percer un innocent. La guerre est bonne, lorsqu'on la fait, 
pour soutenir la consideration d'un Etat, pour maintenir sa sürete, 
pour secourir ses allies ou pour contenir les projets d'un prince 
ambitieux qui se propose 2 des conquetes nuisibles ä vos interets. ' 

Les auteurs francais modernes, pour pallier les mauvais succes 
de leurs troupes, s'efforcent ä jeter du ridicule sur ce metier et de 
Tavilir autant qu'il est en eux. 3 Leur temerite meriterait d'etre 
reprimee par la police; car aucun art n'est plus beau ni plus utile 
que celui de la guerre, quand il est exerce par des honnetes gens. 
C'est ä Fabri de ces genereux defenseurs que le laboureur cultive 
son champ, que les lois se maintiennent dans les tribunaux, que le 

1 Der König zürnte den ostpreussischen Regimentern wegen ihrer 
schlechten Haltung in der Schlacht bei Zorndorf (vergl. P. C, Bd. XVII, 
475; XVIII, 769). — 2 Vorlage: proposent. — 3 Anspielung auf die Aus- 
fälle der Encyclopädisten gegen die stehenden Heere und das Waffen - 
handwerk. Für die an ihnen von König Friedrich geübte Kritik in seinen 
Abhandlungen: „Examen de Fessai sur les prejuges" (177°) und „Dialogue 
des morts entre le ,prince Eugene , mylord Marlborough et le prince de 
Liechtenstein" (1773) vergl. CEuvres, Bd. 9, S. 139. 145, ff.-; Bd. 14, S. 255 ff 



i6i 

commerce se fait, et que toutes les professions peuvent s'exercer 
paisiblement. 

L'honneur, le desir de la gloire, le bien de la patrie doivent 
animer ceux qui se vouent aux armes, sans que de viles passions 
sowillent d'aussi nobles sentiments. Avec de telles dispositions des 
guerriers deviennent respectables , et je ne vois en eux que des 
supports de l'empire et des remparts de l'Etat. 

Cet art , pour qui veut le posseder ä fond , merite une etude 
continuelle. Je suis bien eloigne de me flatter de l'avoir epuise; 
je suis meme dans Fopinion que la vie d'un homme ne suffit pas 
pour en voir la fin, parceque, de campagne en campagne, j'ai puise 
de nouveaux principes par l'experience recente, et qu'il reste encore 
une infinite de choses dont la destin£e ne m'a pas permis d'avoir 
l'experience. Cependant j'en ai assez vu pour donner des regles 
generales et surtout d'usage pour cet Etat. 

Dans toutes les expeditions que l'on projette, la premiere 
attention est pour les vivres. II faut les amasser. C'est l'af faire 
du commissariat 1 . II faut assigner les gros magasins dans les en- 
droits sürs, pousser en avant des depöts qu'on affaiblit ä proportion 
de leur proximite de Tarmee, pour que les troupes ne soient pas 
sans ressource, si l'ennemi parvient' a ruiner quelque depöt. 

Les projets de campagne vastes sont sans contredit les 
meilleurs, parceque, en les mettant en execution, on ne tarde pas a 
s'apercevoir de ce qui serait impraticable d'effectuer, et qu'en se ra- 
battant sur ce qui reste d'executable, on va plus loin qu'en ne formant 
qu'un petit projet, qui ne mene jamais ä grande chose. Pour en 
donner uh exemple, l'annee 1757, comme nous enträmes en Boheme, 
mon projet etait de traquer des extremites de ce royaume toutes les 
troupes autrichiennes pour les rassembler au centre. Une bataille 
paraissait dans ce cas pouvoir decider du sort de la guerre ; ce qui 
fit manquer ce projet, ce fut que la bataille de Prague, gagnee ä 
la verite par nos troupes, rejeta toute Tarmee du prince Charles 
dans Prague et en rendit le siege impossible. En second lieu, 
nous perdimes la bataille de Kolin; mais si nous Tavions gagnee, 
ceux de Prague auraient ete obliges de se rendre a discretion ; 2 
les Francais n'auraient pas hasarde le passage du Rhin; les Russes 
seraient demeures sur leurs frontieres de Courlande, et la cour de 

1 Vergi. S. 135. - 2 Vergl. P. C. Bd. XIV, 555- 556; XV, 491. 492 
und die Abhandlung des Königs: „Raisons de ma conduite militaire" 
(CEuvres, Bd. 27, Th. 3, S. 269 ff.). 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. II 



IÖ2 -- 

Vienne aurait fait la paix aux conditions qu'on aurait voulu lui 
prescrire. 

Ces sortes de grands projets ne sont pas toujours heureux. 
Quand ils reussissent, ils decident de la guefre. Temoin: la cam- 
pagne du prince Eugene qui, en delivrant Turin, T chassa les Francais 
de toute lTtalie; temoin: sa campagne et sa bataille de Höchstädt;* 
temoin: son siege de Beigrade. 3 Voilä les exemples qu'il faut se 
proposer pour modeles. Formez quatre projets de cette espece, et 
qu'un seul vous reussisse, vous voilä recompense de toutes vos 
peines. 

II faut s'attendre ä ne plus faire qu'une guerre de postes avec 
les Autrichiens. 4 La superiorite de notre cavalerie et la mobilite 
de notre Infanterie les obligefnt] ä eviter les grandes plaines. D'ail- 
leurs la Boheme, la Moravie, les frontieres de Saxe et de Silesie 
leur fournissent un terrain propre ä se mettre sur la defensive. Je 
n'ai aucun Heu de croire qu'ils se hasardent ä livrer des batailles 
decisives, mais bien de tomber en force sur quelque detachement, 
de l'enlever ou de le detruire. Si donc la guerre se faisait de mon 
temps , je vous dirais de quelle maniere je croirais devoir en agir 
contre eux; toutefois, pour dire exactement tout ce que Ton ferait, 
il faudrait savoir exactement le cas oü Ton serait ä la declaration 
de la guerre; quels sont nos allies, quels sont ceux des ennemis; 
en quel pays eile se fera, enfin toutes les circonstances des con- 
tingents futurs que j'ignore, parceque je n'ai pas le don de 
prophetie. 

Je voudrais donc d'abord gagner pays autant que le transport 
des vivres me le permettrait, pour vivre aux depens de Tennemi et 
pour choisir le terrain qui me serait le plus avantageux pour y 
etablir le theätre de la guerre; je tächerais d'assurer ma ligne de 
defense, avant que l'ennemi paraitrait dans mon voisinage; je ferais 
reconnaitre le terrain de tous cötes aussi loin en avant que Ton 
pourrait pousser les partis; je ferais lever ä la häte les cartes de 
tous les terrains propres ä servir de camp ä nos ennemis, et de tous 
les chemins qui peuvent y mener. Par ces soins, je me procurerais 
Tintelligence du pays, et mes cartes me mettrai[en]t au fait des 
postes attaquables ou inexpugnables oü viendraient s'etablir les 
Autrichiens. Je ne m'empresserais pas ä engager des affaires gene- 
rales, parcequ'on n' empörte de poste qu'en faisant des pertes con- 
siderables, et que, dans des pays montueux, les poursuites ne peuvent 

1 1706 (vergl. S. 79). — * 1704 (vergl. S. 79)- — 3 1717. — 4 Stellungs- 
krieg (vergl. S. 141 Anm. 3). 



163 

pas devenir decisives; mais j'assurerais bien mon camp; je le forti- 
fierais avec toute l'attention que cela demande, et je porterais toutes 
mes vues a bien battre les detachements de l'ennemi, parcequ'en 
detruisant un de ses corps detaches, vous mettez la consternation dans 
son armee, parcequ'il est plus facile d'ecraser 15000 hommes que 
d'en battre 8o[ooo], et qu'en risquant moins, vous faites ä peu pres 
la m€me chose. Multiplier de petits succes, c'est precisement amasser 
un tresor successivement. Avec le temps, on se trouve riche sans 
s'apercevoir comment on Test devenu. 

II ne faut hasarder l'attaque des postes forts que lorsqu'on 
s'y trouve force par la derniere necessite. Pourquoi? Parceque tous 
les desavantages sont pour ceux qui attaquent. Si un general habile 
prend un poste, il ne souffrira aucune hauteur ä 3000 pas de lui, 
oü Ton puisse etablir une batterie. Vous ne pouvez pas, dans le 
commencement de l'action, conduire avec vous votre cavalerie, ä 
moins de vouloir la ruiner inutilement. Vous ne pouvez vous servir 
ni de vos fusils ni de vos canons contre une hauteur dominante que 
vous attaquez : autant l vaudrait-il mener contre des hommes armes 
de toutes pieces des paysans, ayant pour toute defense des bätons 
blancs, et vous avez ä essuyer de la part de l'ennemi le feu des 
petites armes, du canon ä boulet, de la mitraille, infiniment plus 
meurtriere que le reste, et de la cavalerie dont Tennemi peut se 
servir egalement. 

Si, malgre tant d'obstacles, une raison superieure oblige d 'af- 
fronter tant de hasards, il y a encore des ressources pour Tentre- 
prendre. II ne faut attaquer qu'une section de ce poste, la droite ou 
la gauche ou le centre, selon qu'on y trouve plus de facilite. Toute- 
fois, si on ne s'attache pas ä la hauteur dominante de ce terrain, 
on ratera son coup dans la suite, parcequ'il faut que le premier 
effort decide du sort d'une bataille, et que les troupes se decouragent, 
si, apres avoir empörte un avantage sur l'ennemi, une difficulte plus 
grande vient s'offrir ä eux. 

Voici ce que prescrivent les regles de la tactique pour la dispo- 
sition. On forme l'armee vis-ä-vis de ce poste en biais, en sorte 
que l'aile qui doit attaquer, se trouve plus pres de l'ennemi que 
l'aile qu'on refuse. Devant l'armee se forment en deux ou trois 
lignes les troupes qu'on destine ä l'attaque; faute de canons, on fait 
des batteries d'obusiers, pour ralentir le feu du poste et proteger 
ceux qui doivent l'assaillir. Je donnerais la premiere attaque ä des 
bataillons francs, je les ferais monter sans ordre, ä la debandade et 

1 Vorlage: tant. 

11* 



164 

en tiraillant, pour qu'attirant sur eux le feu des ennemis, les troupes 
reglees puissent l'aborder en meilleur ordre. J'aurais des canons 
tout pres, pour suivre les attaquants et pour en garnir le poste 
qu'ils auraient empörte. Alors je ferais suivre de nouveaux corps 
d'infanterie pour les soutenir, pour achever la besogne, et ä mesure 
qu'on pourrait s'en servir, la cavalerie viendrait ä son tour; et 
suppose qu'on trouvät une impossibilite physique ou morale a s'em- 
parer de ce poste, je ferais retirer le corps de l'attaque, qui se re- 
plierait sur l'armee ; celle-lä et la cavalerie qu'on a menagee, seraient 
süffisantes pour favoriser une bonne retraite. 

Si les hauteurs oü Tennemi se trouve, ne sont que des especes 
de glacis, apres quelques attaques infructueuses de l'infanterie, on 
peut hasarder hardiment la cavalerie , mise en colonnes , x et dans 
peu de minutes, les lignes formidables de ces fiers Autrichiens seront 
deblayees. Cette manoeuvre de la cavalerie mise en colonnes est 
heureusement ignoree de tout le monde. Quelques officiers generaux 
de la cavalerie l'executeront, quand il sera necessaire. II faut la 
regarder comme un secret de FEtat, de meme que l'usage que je 
viens d'indiquer des obusiers de 10 livres, 2 parceque, des que ces 
choses sont connues, Ton s'en sert contre nous, et nous perdons 
l'avantage de l'invention. 

C'est une grande erreur de croire que des batailles en plaine 
ne soient pas aussi hasardeuses que Celles des postes. Le canon 
fait un effet terrible en rase campagne, et l'inconvenient est celui- 
ci que, si vous allez attaquer l'ennemi 7 toutes ses batteries se 
trouvent postees, et il peut tirer sur vous, tandis que vous formez 
les vötres, ce qui fait une terrible difference. En plaine meme, il 
ne faut jamais attaquer avec des lignes contre les lignes de l'ennemi, 
parceque c'est tout risquer, et que, si vous €tes battu, il n')- a 
personne pour couvrir vos debris. II faut toujours des attaques qui 
precedent l'armee, pour que le gros des troupes ne soit pas expose 
aux cartouches, et comme je Tai dit, pour ne pas tout risquer tout 
ä la fois. Les reserves sont de la derniere importance ; elles peuvent 
decider de tout, si Ton sait en faire usage. Un general qui peut 
disposer d'une reserve, peut reparer bien des malheurs; un general 
qui n'en a point, est reduit ä etre le simple spectateur d'un grand 
evenement. La disposition faite, s'il n'a pas une seconde ligne et 

1 Bei dem Angriff in Colonnen-Attacke gingen die Schwadronen, in 
Linie hintereinander aufgestellt, vor. Vergl. die „Instruction pour les 
generaux-majors de cavalerie" vom 16. März 1759 ((Euvres, Bd. 28. 
S. 171 f.). — * Vergl. S. 142. 



i6 5 

une bonne reserve, il court le plus grand risque d'etre battu. Ces 
deux avantages, au contraire, le mettent ä meme de reparer des 
pertes, de porter des secours contre les plus grands efforts de 1'ennemi 
et quelquefois de tourner, par sa reserve, tout le flanc de l'armee 
qui lui est opposee, et de lui tomber ä dos. 

S'il faut engager des affaires de'plaine, l'attaque d'une aile de 
cavalerie decide de l'affaire. C'est alors que l'artillerie legere 1 peut 
operer des merveilles, si, precedemment au choc, on remploie avec 
vivacite contre la cavalerie ennemie. Lorsqu'on remporte la victoire 
dans la plaine, il faut poursuivre l'armee qui fuit, sans reläche: 
c'est l'occasion de la detruire, parcequ'en plaine eile ne trouve 
pas de poste avantageux pour arreter votre ardeur. C'est pourquoi, 
quand on peut se battre a son choix, il faut preferer les terrains 
ouverts ä ceux qui sont coupes, parceque ces derniers vous em- 
pechent de profiter de vos avantages, et qu'une bataille sans pour- 
suite vous eoüte autant de monde qu'une autre, n'affaiblit pas con- 
siderablement 1'ennemi et ne vous fait souvent gagner qu'un demi- 
mille de terrain. 

Une armee qui mar che en regle, doit avoir trois corps sous 
sa dependance, une avant-garde pour eclairer le terrain par oü eile 
doit passer, une arriere-garde, pour que les colonnes soient couvertes 
par derriere, et une reserve qu'on emploie Selon le besoin, ou pour 
couvrir le flanc des colonnes, en guise de patrouille, si la marche 
se fait proche de 1'ennemi, ou pour couvrir le bagage. On fait le 
plus de colonnes que, l'on peut. Dans ces pays-ci, rarement nous 
pouvons en avoir plus de quatre. Je ne compte pas le bagage, 
auquel on en donne deux ou trois, si l'on peut, quand le mouvement 
de l'armee se fait en parallele avec la position de 1'ennemi. Par 
exemple, si l'on marche par lignes ä la gauche, il faut [que] le 
bagage aille ä la gauche des lignes, parceque l'armee le couvre; 
si ä droite, le bagage marche ä droite de l'armee. Si vous allez en 
avant, le bagage suit entre les colonnes et l'arriere-garde ; si vous 
vous retirez, le bagage precede votre retraite, toujours accompagne 
d'un corps destine ä le proteger, 

II est impossible qu'une armee soit toujours assemblee. II se 
presente souvent des cas qui obligent ä detacher. La meilleure 
raison qu'un general puisse avoir ä separer des corps de l'armee, 
est celle qu'eut monsieur de Luxembourg, pour obliger le roi 
Guillaume III ä faire de gros detachements. Monsieur de Luxembourg 
rappela les siens qu'il n'avait fait marcher qu'en intention de les 

1 Vergl. S. H3. 



— i66 

faire revenir; le roi Guillaume n'en fit pas de meme de son cöte, 
et il fut battu ä Landen. T Vous trouvez tous ces details dans 
l'Histoire militaire par Quincy 2 et dans les memoires de Feuquieres ; 3 
c'est oü je vous renvoie. 

On a besoin de detachements pour occuper des postes ä la 
droite ou ä la gauche de Tarmee, pour empecher que l'ennemi ne 
vous tourne. Quand on est ä certaine distance de Tennemi. il faut 
avancer un corps de troupes legeres aussi pres de son armee que 
cela se peut sans risque. Dans des plaines, on le compose de quel- 
ques regiments de hussards et des dragons. Ils doivent vous pro- 
curer des nouvelles; leurs patrouilles doivent aller sans interruption. 
On place entre ce corps et Tarmee quelques bataillons francs, pour 
lui assurer sa retraite, au cas qu'il soit pousse. Si c'est dans un 
terrain fourre, on place en avant un grand corps d'infanterie legere, 
auquel on ajute quelques hussards pour Taffermir et Tassurer. 

On fait des detachements pour s'emparer de passages ou de 
postes importants. Dans presque tous les cas, il faut que cette 
Operation se fasse avec un gros corps d'infanterie; car il faut se 
bien imprimer qu'il ne faut jamais employer les troupes que dans 
des lieux avantageux oü elles peuvent combattre. Soutenir un poste, 
garder des bois, des forets, des passages de rivieres: c'est Taffaire 
de Finfanterie. Jamais la cavalerie seule ne peut maintenir un 
poste, ä cause du canon; il ne faut point Femployer dans des pays 
coupes de fosses ou marecageux, dans de gros bois remplis de 
taillis, dans des montagnes äpres. Elle veut des plaines pour briller ; 
car eile doit executer tous ses coups avec vitesse, et que fera-t-elle, 
environnee de defiles ou dans des marais oü eile s'embourbe'? On 
la detache dans les plaines; eile est excellente pour les surprises, 
mais il faut l'employer dans sa force, et non pas dans des terrains 
oü il y a des impossibilites physiques qui Tempechent de reussir. 

De toutes les manoeuvres de guerre, celle qui demande le plus 
de prevoyance et de sagesse, c'est les mouvements retrogradifs. 
Lorsque vous vous retirez, vous aurez sürement de l'avantage, 
si le terrain va en s'elevant du lieu que vous quittez, parcequ'alors 
vous profitez d'une espece de glacis qui donne un avantage marque 
au feu de vos canons et de votre infanterie. II faut toujours recon- 

1 29. Juli 1693. Die Schlacht wird gewöhnlich nach dem Orte Neer- 
winden genannt. — 2 Histoire militaire du regne de Louis le Grand (Paris 
1726). — 3 Memoires de M. le marquis de Feuquieres, contenant ses ma- 
ximes sur la guerre et l'application des exemples aux maximes (Amster- 
dam 1731). 



\6y — : 

naitre cTavance le terrain par lequel on veut se retirer, pour adapter 
les dispositions sur le local. La meilleure methode est celle de 
disposer des corps de poste en poste, dont les uns se retirent sur 
les autres, de sorte qu'ils sont toujours soutenus. Ces sortes de 
manoeuvres sont lentes, mais elles sont süres; dans de certaines 
occasions il faut y recourir, comme nous ä notre retraite de Lauban, ■ 
dont vous trouvez la description detail] ee dans mes memoires. II y a 
une autre methode pour les retraites qui m'a bien servi l'annee 
1758, lorsque nous evacuames la Boheme: c'est de dresser des 
embuscades ä lennemi. ~ Quand il s'y est aheurte une couple de 
fois, il n'y retourne plus et vous laisse paisiblement poursuivre votre 
marche. II faut avoir la tete meublee de tout un magasin de dis- 
positions et de ruses, quand on veut faire la guerre, ou bien Ton 
ne sort jamais d'embarras. 

Les p o s t e s fönt un objet trop important pour que je les passe 
sous silence. Si j'avais ä faire la guerre, je ne voudrais jamais 
asseoir mon camp [autrement] que dans un poste fort, pour n'etre 
jamais oblige de combattre , si je ne le trouve pas necessaire. 
J'ajouterai ici une petite theorie pour les postes qui ne sera pas 
inutile. Mes quartiers-maitres ont recu de moi une ample instruction, 
que vous pouvez vous faire donner, pour approfondir cette matiere 
et vous Tapproprier davantage. 

Les differents postes sont derriere des defiles, des rivieres ou 
des marais, ou entre des bois dans des pays de plaine, et sur des 
collines ou montagnes plus elevees dans des endroits montueux. 
Le grand soin qu'on doit avoir, et qui est general pour tous ces 
terrains, c'est de bien assurer ses flancs. Si vous campez derriere 
un defile, votre avantage consiste en ce que Fennemi ne peut vous 
aborder que par un front etroit, et que tout votre feu se concentre 
sur ce front etroit qu'il vous presente. Si vous trouvez sur vos 
ailes quelque terrain eleve, il faut vous en saisir et le fortifier, soit 
d'abattis bien faits, soit de redoutes, de palissades ou de larges fosses. 

Si vous etes derriere une riviere, il faut moins faire attention 
ä ce qui se trouve devant votre front, qu'ä vbs ailes, parceque, si 
Tennemi veut la passer, ce ne sera pas vis-ä-vis de vous, mais ä 
votre droite ou bien ä votre gauche. II faut detacher de la cavalerie 
legere sur vos deux ailes, pour £tre averti de ses mouvements, et si 
vous avez bien fait reconnaitre les terrains qui vous environnent 
vous pouvez disposer votre marche avec une teile exactitude que 

1 Rückzugsgefecht am 1. November 1758 (vergl. CEuvres, Bd. 4, 
S. 217 f.). — * Vergl. CEuvres. Bd. 4, S. 200 f. 



168 

vous viendrez l'attaquer au moment que la moindre partie de ses 
troupes aura ■ passe ä votre bord. La meilleure methode pour 
disputer ä l'ennemi le passage d'une riviere, est de se tenir en dela. 
Voila ce que j'ai conseille au prince Ferdinand, pour disputer le 
passage du Weser, et qu'il a execute avec gloire. 2 

Lorsqu'on est derriere des marais , la premiere attention est 
toujours d'assurer ses flancs. Si Ton est dans un pays rempli de 
bois et de broussailles, on peut s'appuyer ä des forets en y faisant 
des abattis bien serres d'arbres qui se joignent, et de la profondeur 
de 600 pas. II ne faut jamais laisser de bois devant votre front, 
mais l'avoir ä dos, ne point vous camper dans des endroits oü une 
hauteur vous domine a 3000 pas, mais toujours choisir pour champ 
de bataille un terrain qui vous donne quelque elevation , pour que 
Fennemi soit oblige de monter en venant ä vous; car le moindre 
talus donne une superiorite marquee au feu de l'infanterie et du 
canon qui occupe ce terrain en sa faveur. 

Les camps que Ton assoit sur les collines ou sur les montagnes, 
se prennent en deux facons. S'il n'v a aucune hauteur dans les 
environs, et qu'elles versent dans la plaine, comme les hauteurs de 
Kunzendorff et de Bögendorff, 3 on place la premiere ligne a mi-cöte 
et la seconde ligne sur la crete. Si il y a vis-ä-vis des monts de 
la meme hauteur, la premiere ligne doit alors occuper la crete de 
la hauteur, et la seconde ligne devient reserve.. Ce n'est pas le front 
de ces camps pour lequel 4 on a a craindre, mais les flancs; c'est 
pourquoi, lorsque Ton a des corps detaches, on leur fait occuper 
ces terrains, qui assurent les positions en couvrant les flancs. Sur 
des hauteurs il faut placer l'infanterie de sorte que son feu porte 
du haut des montagnes jusqu'au fond. II faut que le Soldat voie 
jusqu'au pied de Teminence oü il est poste, parcequ'il doit tirer sur 
Fassaillant, et que le plus grand mal qu'il puisse lui faire, est de 
lui lächer de bonnes decharges, pendant qu'il est occupe ä gravir 
sur ces hauteurs. Si l'on vous attaque dans un pareil poste, toute 
votre defense roule sur le feu de l'infanterie et du canon charge 
ä mitraille; mais des que ce feu porte du derangement parmi ceux 
qui vous assaillent, il faut leur lacher 3 ou 4 escadrons de cavalerie 
qui acheveront de les detruire. 

1 Vorlage: auront. — 2 i75 8 (vergl. P. C, Bd. XVI, 43 2 und (Euvres, 
Bd. 4, S. 184 f.). — 3 Diese westlich von Schweidnitz gelegenen Höhen 
spielten im Feldzug von 1760, während des Lagers von Bunzelwitz (17 61 ) 
und im Feldzug von 1762 mehrfach eine Rolle als Stellungen der Oester- 
r eicher und Preussen. — 4 Vorlage: lesquels. 



169 

Apres la precaution que j'ai indiquee pour assurer les flancs de 
l'armee, une non moins necessaire est de prevenir les surprises. Si 
vous etes campe dans les plaines, votre sörete roule sur un gros 
corps de cavalerie que vous avez pousse en avant, et sur les pa- 
trouilles de cavalerie que vous faites aller toutes les nuits de chaque 
extremite de vos ailes. Si vous etes dans un pays fourre, vous 
entourez votre armee d'infanterie legere, de sorte que l'ennemi ne 
peut arriver sur l'armee, sans s'etre engage avec ces bataillons francs. 
dont le feu vous avertit d'abattre vos tentes et de vous mettre sous 
les armes. Une attention non moins importante dans toutes les 
especes de camps est celle de choisir des terrains forts par leur 
front, mais dont les sorties soient aisees. II faut beaucoup de 
chemins sur vos derrieres et peu sur votre devant, parceque, s'il 
n'y avait qu'un chemin pour entrer dans le meilleur poste du monde r 
il ne faudrait pas l'occuper, de crainte que l'ennemi, en vous barrant 
ce chemin, ne parvtnt ä vous en interdire la sortie et vous ttnt 
bloque. 

On fortifie les camps par des inondations en diguant les rivieres 
par des abattis serres, en coupant les arbres et les rangeant en 
ordre, selon la figure que vous voulez donner ä votre retranchement r 
en faisant de bonnes redoutes entourees de larges fosses, en placant 
\ r os batteries de facon que vous ayez des feux en echarpe, et des 
canons qui' enfilent les chemins creux et les bas-fonds, par des 
retranchements tout alentour, par des palissades et, enfin, par des 
mines en forme de fougasses, oü le terrain le permet. Tous ces 
expedients doivent etre employes, parcequ'il ne faut negliger aucune 
peine, n'epargner aucuns travaux, pour etablir la sürete des troupes 
et rendre votre camp inexpugnable. 

Cette matiere nous conduit naturellement ä dire quelques mots sur 
laguerre defensive. La guerre offensive est celle oü le general, 
ayant dessein d'attaquer Fennemi et de le vaincre par la force, saisit 
toutes les occasions de Faffaiblir ou de le detruire. La deferisive 
est celle oü le general se propose de ne rien hasarder, soit parcequ'il 
se sent inferieur ä son antagoniste, soit qu'il veut attendre son avan- 
tage du benefice du temps. Cette derniere espece de guerre est la 
plus difficile. J^es postes, les camps forts conviennent ä toutes les 
deux; ä l'offensive, parcequ'il ne faut jamais se battre, quand l'ennemi 
le veut, mais seulement quand on le veut soi-meme. La defensive 
ne peut se soutenir par le choix de bons postes. Tout general se 
trompe qui croit faire une bonne defensive en n'entreprenant rien 
et en se tenant pendant toute une campagne dans l'inaction. Cette 



— 170 

defensive finirait par rentiere expulsion de l'armee du pays que le 
general s'est propose de couvrir, parceque son ennemi, SLyant les 
bras libres, battrait tous ses detachements, le tournerait, lui et ses 
troupes, et le ferait retrograder de poste en poste jusqu'ä son entiere 
destruction. 

La bonne guerre defensive doit etre conduite avec un art si 
superieur que Tennemi ne puisse pas deviner que Ton veut eviter 
des engagements generaux. En effet, en se proposant de donner 
au hasard le moins d'influence que possible, on ne renonce point 
aux bonnes occasions qui se presentent et dont il faut profiter. On 
agit par detachements. On doit, quand on peut, battre ceux de 
Tennemi, faire la guerre ä ses subsistances , s'entend enlever ses 
convois, detruire ses magasins, chicaner ses fourrages, ie harceler en 
toute occasion. Toutes ces sortes d'entreprises peuvent se faire avec 
sürete ; tout ce qui vous peut arriver de pis, est qu'on batte un detache- 
ment de 2 ou 3000, et la perte legere que vous faites, ne peut en rien 
prejudicier au projet de vos dispositions generales. II faut que les 
troupes legeres soient sans cesse en campagne, qu'elles tentent des 
projets de surprise, qu'elles preparent des embuscades aux ennemis, 
qu'elles fondent sur lui partout oü ils le trouvent le plus faible, et 
que l'annee en fasse autant, si eile peut tomber sur quelque corps 
detache pour Taccabler et le disperser. II n'y a qu'ä bien etudier 
la guerre que Sertorius fit en Espagne contre Metellus et Pompee. z 
Elle 2 nous fournit un modele parfait de la guerre defensive. II 
faut Fetudier, et Ton se convaincra que bien connaitre le terrain et 
en savoir profiter, est, pour ce qui regarde Texecution, le plus grand 
art du general. 

Nous sommes mieux en cavalerie qu'en infanterie legere; c'est 
que nos hussards et nos dragons sont depuis longtemps sur pied, et 
que nous ne levons les bataillons francs que lorsque la guerre com- 
mence. Cependant d'excellents officiers de ce genre sont tres utiles, 
et je me donnerai des peines pour en rassembler encore quelques-uns. 

Les retraites sont de toutes les Operations de la guerre celles 
qui meritent le plus de prudence et de prevoyance dans leur 3 exe- 
cution, principalement quand ce mouvement se fait en presence de 
Tennemi. Souvent on decampe la nuit pour derober la connaissance 
de sa retraite ä Tennemi; mais les dispositions n'en doivent pas 
moins etre prises avec toutes les precautions imaginables. Le terrain 
doit regier la disposition que Ton medite; c'est lui qui doit fournir 
Tavantage de la faire en sürete. Les terrains les plus avantageux 

1 80—72 v. Chr. — * Vorlage: il. — 3 Vorlage: son. 



- 171 

sont ceux qui s'elevent derriere vous vers l'endroit oü Ton veut se 
retirer, parceque le terrain que vous quittez, est domine par celui 
que vous allez occuper. II faut que cette manoeuvre s'execute en 
presentant toujours un front ä l'ennemi; un corps vous couvre, et 
les lignes de l'infanterie se retirent en se traversant et se formant 
toujours derriere les autres. Des bois sur les flancs peuvent in- 
finiment favoriser cette Operation, parcequ'on les fait occuper par 
des detachements d'infanterie qui vous cötoient et vous garantissent 
vos ailes. 

Les grandes rivieres ä passer, en se retirant, demandent encore 
plus de precautions. II faut, primo, qu'ä l'autre bord de la riviere 
il y ait quelques collines qui dominent la rive dont vous vous 
approchez ; pour passer vos ponts, il faut un double retranchement 
au bout des ponts qui sont de votre cöte; Ton fait passer des 
batteries ä l'autre rive sur ces collines, pour defendre votre retranche- 
ment. Ensuite Ton garnit le grand retranchement d'infanterie. 
La cavalerie defile en attendant et passe la riviere. Vous placez 
votre arriere-garde dans le petit retranchement qui est proche du 
fleuve; alors l'infanterie du grand retranchement l'abandonne et 
passe la riviere. II faut des fougasses autour du petit retranchement 
de votre arriere-garde. Le gros de l'infanterie passe, on leve les 
ponts, et alors on embarque l'arriere-garde, qui se retire sur Tautre 
rive sous la protection des batteries que vous aviez d'avance etablies 
sur ces collines. 

Le detail de ces manoeuvres m'a empeche de vous parier des 
sieges. Je me borne ä rapporter les principes generaux dont il ne 
faut jamais s'ecarter. Si je voulais entrer dans les details, je com- 
poserais des volumes. 

Lorsquon veut assieger une place, il faut en avoir des plans 
et la bien faire reconnaitre, pour juger de l'endroit qui est le 
plus faible, et des lors il faut discuter et arranger d'avance le plan 
de conduite que vous vous proposez pour l'attaque. Des qu'on s'est 
determine pour le lieu oü Ton veut ouvrir la tranchee, il faut y 
assembler les provisions, le canon, la poudre, les gabions, madriers, 
ustensiles, boulets, bombes etc.; mais comme-Tennemi, des tours de 
la ville, peut observer oü va votre charriage, et juger par la de 
vos desseins, il faut que ces depöts s'assemblent de nuit, et qu'on 
en derobe la connaissance ä l'ennemi, autant que cela se peut, ä 
l'aide de fonds ou de broussailles ou de villages qui servent ä les 
cacher. II faut toujours embrasser par vos tranchees le polygone 
qu'on veut assieger, et que la premiere parallele serve de base et 



— 172 

d'appui aux autres que vous y ajouterez dans la suite; le plus pres 
de la place qu'on ouvre la tranchee, le mieux que cela vaut; que 
cela ne soit au moins pas au delä de 800, tout au plus 900 pas. 
Donnez beaucoup de travailleurs la premiere nuit, parcequ'ordinaire- 
ment on la derobe ä Tennemi, et qu'on n'y perd presque personne. 

Vous savez ce que j'ai dit dans Tarticle de Tartillerie. l II faut 
que les premieres batteries soient construites en meme temps, et 
que, des Taube du jour, vos canons puissent commencer ä jouer 
contre la place. Ensuite vient la seconde, et puis la troisieme 
parallele. II faut que les ingenieurs les tracent avec soin, pour 
qu'elles ne se trouvent point enfilees par les ouvrages de Tennemi. 
Alors commencent les sapes; c'est oü les precautions redoublent; 
alors Ton fait des puits, et il faut que le mineur fouille en terre et 
fasse eventer ou sauter toutes les mines des assieges, avant qu'on puisse 
cheminer plus avant. II faut bien se garder de hasarder des assauts 
au chemin couvert, avant que le glacis ne soit bien nettoye. 

Les places qui sont entourees d'eaux courantes , sont les plus 
difficiles ä prendre, parcequ'il faut etablir des ponts de fascinage 
sur ces fosses qu'un gouverneur habile vous enleve en lächant ses 
ecluses. 

Ceci suffit pour cet ouvrage. L'art de Tattaque merke d'etre 
approfondi; c'est Tobjet d'une etude suivie, et je nie borne ici aux 
regles principales. 

II nie reste enfin ä vous parier des quartiers d'hiver et 
de la chaine que Ton forme pour assurer ses quartiers. Dans des 
pays de montagnes , Ton etablit ses postes dans ces montagnes 
meines^ on y fortifie les gorges, Ton y fait de bons ouvrages avec 
des casemates de solives couvertes de terre, et derriere ces tetes 
on met de gros corps dans des villes ou des villages les plus attenants, 
qui accourent ä leur secours, lorsqu'ils sont attaques. Les postes 
avances se relevent, selon Toccurrence, de trois jours en trois jours 
ou de huit jours en huit jours. Les bataillons francs, meles de 
hussards, fönt des patrouilles sur tous les passages, et des dragons 
se trouvent ä portee de se joindre ä Tinfanterie en cas de besoin. 

Les chaines que Ton etablit dans les plaines, ne sont jamais 
aussi bien assurees que Celles des montagnes, parceque, dans la 
plaine, on ne peut se couvrir que de rivieres ou de marais. Les 
unes et les autres gelent dans l'hiver, et [si] Ton n'a pas pris la 
precaution de fortifier des villes et des villages qui sont ä la tete 
de cette chaine, il faut s'attendre d'etre chasse d'un moment ä 

1 Vergl. S. 145- H^. 



173 

l'autre. L'infanterie se trouve toujours en premiere ligne, et la 
cavalerie dans la seconde, parceque la cavalerie dans des quartiers 
risque plutöt d'etre surprise que Tinfanterie. Le cavalier court ä 
Fecurie, seile son cheval, il le monte, le village est T mal defendu, 
et Tennemi trouve moyen d'y p£netrer, avant que Tescadron soit 
rassemble. Pour eviter de pareilles algarades, on mele des bataillons 
francs avec des hussards dans les lieux qui sont le plus exposes, et 
c'est du nombre et de l'exactitude des patrouilles que depend la 
sürete de ces corps. 

On a invente, dans cette derniere guerre, une methode nouvelle 
de prendre des quartiers d'hiver: c'est de choisir une position cen- 
trale sur laquelle se retirent toutes les troupes que Fennemi assaillit 
en force. En general. c'est un principe essentiel dont il ne faut 
jamais se departir, que les troupes qui forment la chaine. aient un 
point de ralliement ä portee, un bon camp dans lequel elles doivent 
se rassembler et se former toutes les fois et quand l'ennemi vient 
en force pour les attaquer. Sans cette precaution Ton risque d'etre 
battu en detail. J'excepte de cette regle des defiles considerables 
dans les montagnes, que l'on est sür de defendre avec le peu de 
troupes qu'on y place. II faut que ces postes tiennent bon, et qu'on 
les secoure. mais en les evacuant, on ouvre la porte de la province 
ä Tennemi, et il est alors difficile de l'empecher qu'il nY penetre. 

Je joins ä cet ouvrage l'instruction que j'ai donnee ä mes 
generaux. 2 II ne faut pas s'etonner , si vous trouvez quelques 
contradictions dans ce que j'ecris a present, et ce que contient cette 
instruction. La raison en est que j'avais minute cette instruction 
apres la paix de 1746, et que, dans les guerres precedentes, Tennemi 
ne connaissait ni le terrain ni la tactique, que son artillerie £tait 
pitoyable, et que son infanterie ne valait pas mieux. Les change- 
ments avantageux des Autrichiens .dont on a vu les effets dans cette 
derniere guerre, 3 m'obligent d'ajouter des precautions et des raffine- 
ments de Tart ä Tancien ouvrage que j'avais compose. Alors nous 
ne travaillions que pour les plaines ; ä present il faut nous occuper 
de postes forts,. de montagnes, d'artillerie et d'attaques plus difficiles 
et plus compliquees que Celles que Tarmee a faites dans les pre- 
mieres campagnes. Je n'ecris point un traite sur la guerre; c'est 
un Testament Politique dans lequel je me contente d'indiquer les 
grands principes et les points qu'il faut discuter, qu'il faut apprendre 

1 Vorlage : et. — 2 Die Schrift „Les principes generaux de la guerre" 
(vergl. S. 109). — 3 Vergl S. 141 Anm. 1 und 3- 



174 

chacun separement. Les manoeuvres que nous faisons, menent toutes 
ä ce but; mais il faut en saisir Tesprit et n'en point faire une fausse 
application ; par exemple, il ne faut jamais deployer dans les plaines, 
mais dans les montagnes, pour en garnir le sommet tout d'un coup 
parceque, dans une plaine, le canon fouettant dans vos colonnes 
serrees, y ferait un ravage prodigieux, et qu'il ne peut vous porter 
aucun prejudice sur les montagnes oü votre mouvement est couvert 
contre Tennemi par leur sommet. Toujours agir selon le terrain, 
ne rien faire mal ä propos et saisir le moment convenable pour 
faire chaque chose: c'est ce qui constitue le grand capitaine. II 
faut avoir sans cesse ces regles devant les yeux, et cependant per- 
sonne n'est infaillible que le Pape. 

Des officiers. 

Dans une grande armee il faut, outre les officiers attaches k 
leur corps, qu'il y en ait encore beaucoup pour les divers emplois 
qu'il faut remplir. Nous avons 21 bataillons de grenadiers qui 
manquent de commandeurs. * A peine en pourrais-je fournir deux 
ou trois de mes aides de camp. Des que la guerre commence, il 
faut chercher et placer ces officiers aupres de ces bataillons ; il faut 
les choisir des regiments et leur donner une compagnie dans les 
grenadiers, 2 et le capitaine des grenadiers rentre dans le regiment. 
Cela fera ä peu pres 17 majors. 

J'ai quelques aides de camp-, il m'en faudra necessairement 
davantage. 

Pour les marechaux de logis et les ingenieurs, voici ä peu pres 
Tordre qu'il y aurait ä etablir, si la guerre recommence. II faut 
compter sur deux armees, dont Tune agit en Saxe, l'autre en Silesie. 
Anhalt, qui est le plus habile des marechaux de logis, doit en etre 
chef dans une armee, et Regler, qui est un officier de beaucoup de 
merite, doit en etre chef dans l'autre. Les jeunes officiers 3 doivent 
se partager egalement 7 pour chaque armee. 

II faut adjoindre ä chaque corps des ingenieurs geographes, 
pour lever les terrains et croquer des plans. Ce sont des lieutenants 

1 In Friedenszeiten gab es nur 5 stehende Grenadierbataillone; die 
übrigen wurden erst bei Kriegsausbruch aus den einzelnen Grenadier- 
compagnieen, die den Infanterieregimentern angegliedert waren, gebildet 
(vergl. S. 99). — 2 Auch der Regiments- und selbständige Bataillons- 
commandeur war gleichzeitig Chef einer Compagnie. — 3 Gemeint sind 
Quartiermeister und Quartiermeisterlieutenants (4 Hauptleute), sowie die 
Lieutenants im Gefolge des Königs (vergl. S. 156). 



i7S 

que je paye dejä, que Ton peut employer ä cet usage. Ensuite reste 
le major de Vilette pour une armee, le capitaine qui est ä Wesel, ' 
pour une autre. Les deux officiers qui enseignent les subalternes 
a Stettin et a Königsberg, peuvent etre employes egalement. 

S'il s'agit d'un siege, nous avons Lefebvre ou le comte d'Heinze, 
auxquels on peut confier la direction d'un siege et leur subordonner 
des officiers que Ton tire des forteresses. Nous avons d'Arletan 
pour les mines et d'habiles mineurs et bons officiers dans les com- 
pagnies de mineurs. Les deux Pinto ne rendront pas de mauvais 
Services dans de pareilles occasions. Mais quoique je vous marque 
quelques sujets, il faut vous confesser que leur nombre n'est pas 
süffisant, et quelques peines que je me sois donnees pour en attirer 
davantage , je n'ai pas jusqu'ici pu reussir selon mes vceux. Ce- • 
pendant je ne perds pas cet objet de vue, et je ne menagerai ni 
soin ni depense pour m'en procurer. 2 

C'est une etude importante de bien connaitre les officiers de 
l'etat-major et les generaux de l'armee. Si on ne les etudie pas, 
on les emploie de travers: on charge un homme lent d'une com- 
mission qui veut etre executee avec feu et vivacite, et Ton charge 
un homme ardent d'une commission qui demande de flegme et de 
la prudence. Je me crois donc oblige de rendre compte des officiers, 
tels que je les connais et qu'ils sont aujourd'hui, l'annee 1768. 

Le premier de tous pour Commander une armee, c'est sans 
contredit mon frere Henri. Apres lui, l'homme le plus ne pour ce 
metier est le colonel Anhalt; il a d'autres defauts, mais il faut 
passer sur tout cela , quand le bien de l'Etat veut qu'on emploie 
des gens capables, et se servir de bons sujets qu'on a, ou 
bien la guerre tourne desavantageusement , et l'on fait de mau- 
vaises paix. 

Nous avons quelques bons officiers pour les detachements: le 
general Ramin est admirable; le general Wunsch a beaucoup de 
talents ; le Vieux-Stutterheim n'est pas mauvais ; Möllendorff de- 
viendra bon. Lestwitz excellent, je le recommande surtout, parce- 
qu'il a de l'etoffe pour faire un grand general. Wolfersdorff rendra 
de bons Services, mais il ne lui faut point d'operation defensive. 
Le general Tauentzien excellent dans l'armee, et Gabelentz pour 
des detachements. Le colonel Rothkirch de Neisse et Koschenbahr 
formeront de bons generaux, Thadden a du merite, quand il ne boit 

1 Hauptmann Schöler leitete den Fortificationsunterricht (vergl. S. 157) 
in Wesel. — ■ Vergl. P. C, Bd. XXX, 376; XXXII, 560; XXXIII, 671; 
XXXVI, 537; XXXVII, 603. 



176 

pas. II ne faut pas que le prince Frederic 1 ait des detachements 
la premiere campagne ; il est trop etourdi et ne connait pas encore 
les Autrichiens; il n'a eu a faire 2 jusqu'ici qu'avec des Francais. 
Le pr[ince] Guillaume deviendra excellent, parcequ'il etudie tout 
et ne se contente pas de connaltre une chose, avant d'en avoir saisi 
les vrais principes. 

Dans la cavalerie, le general Se3^dlitz l'emporte sur tout le 
reste; apres lui, il y a Krusemarck, Dalwig, le petit Röder; le 
general Bülow admirable, Manstein tres bon, Hoverbeck bon. Le 
prjince] de Württemberg 3 tres brave , mais il a la vue tres basse. 
Reitzenstein homme de grand merite, Czettritz bon, mais trop doux, 
Zastrow et Alvensleben bons, Manstein 4 tres brave. Pour le reste, 
c'est mediocre, et il ne faut point leur donner de detachements. 

Dans les hussards, nous avons Lossow, grand officier de ca- 
valerie, tres capable de mener une aile et de tel emploi qu'on 
voudra lui confier. Werner bon, mais il ne faut point qu'il se mele 
de l'infanterie. Le vieux Möhring bon officier; Prittwitz grand 
officier, capable de tout ä quoi l'on veut l'employer, et nombre de 
bons officiers dans l'etat-major et de jeunes gens qui se forment 
journellement et donnent les plus belies esperances. 

Nous ne manquons point d'officiers pour les detachements de 
cavalerie. II serait ä souhaiter qu'il 3^ en eüt davantage pour l'in- 
fanterie; il faut esperer qu'il s'en formera. 

Les officiers de Fetat- major "de Tinfanterie ne sont pas aussi 
epures que je voudrais qu'ils le fussent. Je pousse a present les 
meilleurs capitaines de Tarmee que je connais ou bien auxquels on 
donne un bon temoignage, et par eux je remplis bien les places qui 
se purgent insensiblement de sujets peu propres pour leurs emplois. 
Car un officier de Tetat-major doit avoir quelque chose de severe 
dans le commandement, pour se faire respecter et maintenir rigou- 
reusement la discipli[ne] sur le pied oü j'ai prescrit que cela doit etre. 

Outre T attention que je porte au choix des officiers de l'etat- 
major, je n'ai pas moins d'attention aux generaux. Tous ne peuvent 
pas avoir un meme degre de lumiere. II ne faut pas au moins 
qu'ils soient tout-ä-fait betes, et personne ne parvient ä ce grade, 
h moins d' avoir donne des preuves de valeur. II ne faut jamais 
■detacher ceux qui ont peu d'intelligence; il faut les garder dans 

1 Prinz Friedrich von Braunschweig war 1 763 mit seinem Bruder, 
Prinz Wilhelm, in das preussische Heer eingetreten (vergl. P. C, Bd. XXIII, 
527). — a Vorlage: affaire. — } Prinz Friedrich Eugen von Württemberg. — 
4 Der Name ist versehentlich wiederholt: 



— 177 

les lignes et toujours bien choisir ceux qu'on emploie a des expe- 
ditions qui demandent de l'intelligence. 

Je n'ai rien touche" dans cet ouvrage du local du pays, soit de 
la Saxe, soit de la Silesie, de la Boheme ou de la Moravie, parceque 
j'en ai longuement parle dans mes memoires, 1 et que j'ai des 
cartes et des dispositions de toutes les marches que nous avons 
faites, et de tous les camps que nous avons occupes. Si la guerre 
se porte de ces cötes, comme il parait probable, vous avez la facilite 
de la faire dans des terrains oü tout est connu. Lisez mes me- 
moires: je vous indique tous les camps avec ce qu'il faut y observer. 
Voyez les plans, vous les y trouvez dessin^s. C'est un grand 
avantage d'entrer en campagne ainsi prepare. Tous les postes, tous 
les camps, toutes les marches sont reconnus et faits. II ne s'agit 
que d'en tirer parti en sachant en faire un bon usage. 



De la politique. 

De la politique relativement au gouvernement 

interieur du pays. 

La politique est Fart de lire dans Favenir et de deduire d'un prin- 
cipe donne les consequences qui en decoulent. Dans le gouverne- 
ment interieur de FEtat, eile s'applique ä etablir des lois utiles, ä 
connaitre le genie des peuples, ä savoir user de douceur ou de 
severite, selon que le caractere de la nation le demande, pour 
maintenir la sürete publique et F ordre dans le gouvernement. Dans 
un pays dont Fadministration est sage, tout doit etre combine et 
les differentes branches du gouvernement si bien liees entre elles 
qu'elles composent un tout parfait: c'est ce qu'on appelle Systeme. 
Ce Systeme ne doit point etre un ouvrage fait avec precipitation 
et legerete; il doit etre le fruit d'une profonde meditation, d'une 
grande connaissance des affaires, d'une prevoyance, du calcul et 
d'une sagesse consommee. II faut, en travaillant sur ces matieres, 
avoir Fidee de cette perfection imaginaire devant les yeux, pour 
s'en ecarter le moins que possible et pour en approcher le plus 
pres qu'il nous est donne d'y atteindre. 

J'ai touche dans les articles precedents tout ce qui regarde les 
principales parties de Fadministration ; il faut vous parier ä present 

1 Gemeint ist die „Histoire de mon temps" (in der Fassung von 1746) 
und die „Histoire de la guerre de sept ans". 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 12 



i;8 — 

du genie des peuples et de leur caractere general. Vous com- 
prenez d'avance que, lorsqu'on parle d'une nation, il y a toujours 
beaucoup d'exceptions ä faire, parcequ'il est impossible de definir 
chaque individu. 

.Les Prussiens T ne manquent pas d'esprit ; il y en a qui forment 
de bons sujets; il faut en excepter ceux qui habitent aux environs 
de Königsberg, dont l'education molle et trop effeminee n'a produit 
jusqu'ici que des faineants. J'ai eu lieu d'etre assez mecontent de 
la noblesse de ce royaume pendant la derniere guerre; ils etaient 
plus Russes que Prussiens, capables d'ailleurs de toutes bassesses 
dont on accuse les Polonais. Cependant j'ai tout oublie en leur 
faisant sentir leurs torts et mon mecontentement. Le peuple n'est 
point mechant. Les plus mechantes actions qui se commettent, ce 
sont des filles qui se defont de leur fruit, des garcons qui caressent 
des vaches, et quelques manants qui volent des troupeaux. Les 
lois doivent donc etre douces dans ce pays; car leur severite n'est 
necessaire que chez des peuples dont les passions vives les poussent 
aux derniers exces. 

Les Pomeraniens * ont un caractere de naivete ; ils ne man- 
querai[en]t pas d'esprit, s'ils etaient mieux cultives. Cependant ils 
ne seront jamais fins et delies. Le petit peuple est defiant et obstine 
dans ses opinions; ils sont interesses, mais ils ne sont ni cruels ni 
feroces, et leurs moeurs sont assez douces, de sorte qu'il ne faut 
point de severite pour les gouverner. Ils fönt de bons officiers, 
d'excellents soldats; il y en a qui servent assez bien dans les 
finances; mais ce serait en vain qu'on en voudrait faire des 
negociateurs. 

Les habitants des Marches x ont moins d'esprit. Ils sont pro- 
digues et frivoles, et il en est peu dont on puisse tirer parti. Le 
peuple est obstine dans ses opinions et ennemi jure des nouveautes. 
Ils detestent meme les etrangers, mais ils ne sont pas mechants. 

Ceux du Magdebourg et du Halberstadt * valent en partie mieux ; 
le petit peuple meme a des sentiments. Ils sont bons et ont plus 
d'urbanite que les autres. Pendant la derniere guerre, ceux du 
Magdebourg firent une collecte et envoyerent 40 oco ecus aux 
Pomeraniens pilles et ravages par les Russes. Ce trait est si beau 
qu'il en faut conserver la memoire soigneusement. 

Ceux de la principaute de Minden 1 ont de l'esprit. C'est le 
meilleur peuple du monde, industrieux, laborieux et fidele. Pendant 
la derniere guerre, les paysans se sont annonces d'eux-memes, pour 

1 Vergl. S. 28. 



— 179 

se faire soldats et combattre pour la patrie. Qu'est-ce que les 
anciens Romains ont-ils fait de plus beau ? 

Les Clevois ■ sont bien differents de ceux-ci. La noblesse, trop 
adonnee au vin, en a presque perdu la raison. Ce sont de toutes 
les provinces de cette domination ceux dont on peut le moins 
tirer parti. 

Pour les Silesiens, 2 ils ont de l'urbanite, meme les paysans; 
la noblesse a de 1'esprit, et pourvu qu'on arr£te sa legerete, on en 
peut tirer d'excellents Services, soit pour le militaire, soit pour le 
civil, soit pour quelqu'emploi qu'on leur donne. II faut faire une 
grande difference de ceux de la Haute- et de la Basse-Silesie ; les 
derniers ont la preference en tout sur les autres. Les comtes de 
la Haute-Silesie sont la plupart apparentes avec les Autrichiens; 
quelques -uns ont des terres en Moravie, d'autres en ont en Boheme. 
II ne faut point faire de fond sur ceux-lä. Le petit peuple, tout 
catholique, fremit au mot d'heretique ; ses prelres qui le gouvernent, 
et les prejuges de la religion Fattachent ä la maison d'Autriche. 
II ne faut pas non plus compter en Silesie sur toute la race mo- 
nacale, aussi peu que sur les chanoines de Breslau, retenus en 
temps de paix, intrigants en temps de guerre et secretement attaches 
ä ceux de leur religion. 3 Des qu'on prevoit une guerre prochaine, 
il faut faire arreter les personnes les plus suspectes et les envoyer 
ä Magdebourg ou bien ä Stettin jusqu'ä la paix, pour les empecher 
de nous trahir, de se perdre et pour s'epargner la fächeuse necessite 
d'exercer envers eux des chätiments plus rigoureux. II est sür que 
les Autrichiens ont etabli des personnes en Silesie qui s'y sont 
rendues possessionnees pour leur servir d'espions ; on en soupconne 
quelques-uns ; il faut les veiller, pour les mettre hors d'etat de nous 
nuire, en cas que l'opinion que Ton a d'eux, soit fondee. 

J'ai cru remarquer par mon experience que le grand defaut de 
la plupart des particuliers vient d'une education trop pitoyable qu'ils 
ont recue dans leur jeunesse. C'est ce qui m'a determine ä fonder 
un College ä Stolp, 4 de reformer l'academie de Liegnitz, de per- 
fectionner Teducation des cadets et de fonder ma petite academie 
a Berlin, 5 pour y elever avec soin la jeune noblesse. 

Quel que soit le genie de ces peuples, un homme habile en 
tirera parti, s'il sait bien choisir ses sujets et employer un chacun 
selon ses talents. C'est proprement Tart du prince, et comme il 

1 Vergl. S. 28. — * Vergl. S. 28. — 3 Vergl. S. 29. 32. 33- — 4 Das 
Cadettencorps in Stolp wurde 1764 gegründet. — 5 Die „Academie des 
Nobles" (vergl. S. 27). 

12* 



i8o 

est impossible qu ? il connaisse toute le monde, il doit du moins s'in~ 
former de la reputation de ceux qui en ont, leur parier et voir 
ensuite comment il peut les mettre en aeuvrei 

Du luxe. 

C'est la richesse d'un pays et la balance avantageuse de son 
commerce qui peut fournir au luxe, en ne considerant que les 
sources qui contribuent aux depenses; reste ä examiner si ce luxe 
est avantageux ou pernicieux aux moeurs. 

Les provinces qui se trouvent sous la domination prussienne, 
ne sont pas opulentes. Ce pays est tel que celui de Pharasmane : 
il -produit du fer et des soldats. x Nous avons peu de noblesse 
aisee-, nous pourrions 2 en avoir davantage, si tant de terres ne 
demeuraient incultes ä cause de leur sterilite. Quelques seigneurs 
qui ont ioooo ecus, 20, 30 ou 40000 ecus de rente, sont ce que 
nous avons de plus aise. Le reste est reduit au necessaire. Si 
Ton encourageait le goüt de depense dans ce pays, on ruinerait la 
noblesse (qui n'y est que trop encline), et je ne vois pas Favantage 
qui pourrait en resulter. Nous devons considerer ces Etats comme 
ceux 3 d'un gouvernement militaire; il faut que tout tende la. 
parceque nous avons des voisins puissants, des jaloux et des envieux. 
II est connu que le goüt de la depense et la mollesse enervent 
Farne et ruinent les familles; ce serait pour nous une double perte 
que d'amollir un peuple belliqueux et de le ruiner en meme temps. 
Ces considerations mont oblige de poser toutes les barrieres que 
j'ai pu imaginer, a cette depravation de mceurs qui, outre les suites 
que je viens d'indiquer, en entraine d'autres au moins aussi fächeuses. 
Quand le luxe s'introduit dans un Etat, aucun particulier ne le veut 
ceder a un autre en depense. Un bon cuisinier fait souvent le seul 
merite du maitre qui le possede; il en coüte moins de donner une 
fete que se rendre utile a FEtat. La depense regle la consideration 
et, petit ä petit, le public se persuade que, par une grande depense. 
on peut acquerir de Festime. II ne s'embarrasse pas des moyens 
illegitimes d'acquerir, mais d'avoir assez de bien pour attrouper 
autour de lui des flatteurs et des parasites. Ces choses que 
j'allegue ici, se voient en France, en Angleterre, en Russie et 
meme en Autriche. Tenons-nous-en a la f rugalite ; conservons notre 

1 Anspielung auf Crebillons Drama „Rhadamistus und Zenobia", wo 
Pharasmanes, König von Iberien, sein Reich in obiger Weise charakte- 
risirt. Vergl. P. C, Bd. XXXII, 197- — 2 Vorlage: en pourrions. — 3 Vor- 
lage: Celles. 



i8i 

noblesse et nos bonnes qualites ou, si vous voulez, nos vertus 
germaniques; imitons ce qu'il y a de bon chez nos voisins, et 
gardons-nous d'imiter leurs defauts. II ne m'en coütera pas beaucoup 
de peine, pour vous en citer des exemples. 

II y a un usage etabli dans la plupart des Etats de l'Im- 
peratrice-Reine que je voudrais que nous puissions transplanter chez 
nous: ce sont les fideicommis qui, faisant retomber les biens 
du pere ä son fils aine, perpetuent les possessions des familles. 
J'ai preche cet evangile ä notre noblesse. ' II faut tot ou tard 
qu'elle adhere ä cet arrangement , ou bien, dans trois generations, 
[par] le partage les terres s'absorbent, et la posterite de la plus 
grande famille est reduite ä la mendicite. Suppose meme que, dans 
cette suite de successions, il se trouve quelque prodigue, comme 
cela ne peut manquer d'arriver, la justice y met 2 alors sa main, 
eile sequestre ses terres, paye les dettes et les remet ensuite liberees 
entre les mains du possesseur. 

Remarque utile. 

L'on crie, dans bien des royaumes, sur la depopulation des 
campagnes, sans qu'aucun de ceux qui sont ä la tete du gouverne- 
ment, en connaisse la veritable raison; je crois l'avoir trouvee, 
aussi n'ai-je pas tarde ä prendre des mesures pour m'y opposer. 
C'est la noblesse qui achete les censes des paysans et, petit ä petit, 
en diminue le nombre. J'ai fait rechercher dans les cadastres la 
quantite de paysans qu'il y avait autrefois, et de ceux qu'il y avait 
apres la guerre; le nombre en etait considerablement diminue. 
Les edits ont arrete cet abus pour Tavenir, et j'ai retabli tout le 
nombre qu'il y avait eu anciennement. II ne faut point perdre cet 
objet de vue, si interessant pour les campagnes et si important 
pour l'Etat. 

D'ailleurs, j'empeche autant qu'il depend de moi, que la roture 
n'acquiere des terres, 3 parceque la condition de ces gens que l'on 
appelle du tiers-etat, demande qu'ils fassent le negoce, qu'ils 
amodient les terres, et ils trouvent cent occasions de trafiquer, pour 
placer leur argent; la noblesse en revanche na que la possession 
des terres oü eile peut placer son bien convenablement. Ainsi il 
faut maintenir tant qu'on le peut, chacun dans les bornes qui lui 
sont prescrites, ce qui fournit ä chacun des moyens pour sa sub- 
sistance. 

1 Vergl. S. 13°- — 2 Vorlage: fait. — 3 Vergl. S. 29. 30. 129. 130. 



182 — 

Reparer promptement les provinces ruinees par 

1 a g u e r r e. ^ 

Je souhaite plus de prosperite ä cet Etat que qui que ce soit. 
Cela n'empeche pas qu'il ne se voie expose aux vicissitudes de la 
Fortune comme tous ies royaumes de l'univers. Nos provinces sont 
separees les unes des autres, et des que nous avons plus d'un 
ennemi, il est impossible d'empecher qu'il n'y en ait pas quelqu'une 
de ruinee. C'est alors, des que la paix est conclue, qu'il faut faire 
les derniers efforts, pour la retablir tout [de] suite, ou l'on risque 
de depenser le double et de perdre le quadruple du temps, avant 
de la revoir florissante. 

Nous en avons des exemples domestiques. La guerre de 
trente ans avait entraine dans ces contrees une devastation totale, 
et le malheur des temps voulut que le prince fut aussi ruine que 
ses sujets. Les secours manquerent; tout le regne de Pelecteur 
Federic Guillaume, de mon grand-pere et de mon pere n'ont pas 
suffi pour reparer les dommages du pays. J'y ai travaille ä mon 
tour. Neanmoins il nous en reste encore des vestiges ; nous voyons 
par les grandes enceintes que les villes de Stendal, Havelberg, 
Tangermünde et Bernau etaient peuplees autrefois, et elles ne le 
sont plus. II y avait une ville ä Lebus entre Küstrin et Francfort, 
dont on decouvre ä peine les vestiges. x 

J'ai ete temoin d'une desolation ä peu pres semblable; 2 mais 
eclaire par les exemples du passe, je me suis mis devant la breche, et 
par les plus grands efforts j'ai tout repare. La meme chose doit 
se faire, si jamais le meme cas a Jieu, parceque le devoir du prince 
est d'assister son peuple, et que jamais occasion plus pressante ne 
peut se presenter que celle-lä oü il doit genereusement dispenser 
des secours ä tous ceux qui peuvent en avoir besoin. 

De la police generale. 
Dans un Etat bien gouverne il faut des principes et des regles 
pour tout; elles s'executent par ceux qui sont charges de la police. 
Elle comprend la sürete des voyageurs, l'entretien des grands 
chemins, des ponts, de bons etablissements pour les postes, afin que 
le public soit bien servi, de bons reglements pour le prix des denrees, 
pour les ouvriers, pour les loyers, pour les marchands meme, afin 
que personne ne soit trompe, et que personne ne friponne trop 
grossierement. * Elle veille pour qu'aucun brelan ne s'etablisse, 

1 Die Vermuthung ist nicht begründet. — 2 Im Siebenjährigen Krieg. 



I»3 

qu'on ne joue point des jeux prohibes, que les juifs n'exercent pas 
grossierement leurs usures, l enfin ä tout ce qui peut avoir rapport 
ä la vie civile, enfin ä ce qu'il n'y ait point de querelies dans les 
cabarets, et que ceux qui tiennent auberge, n'ecorchent pas les 
etrangers. La police doit faire observer les personnes suspectes et 
les faire arreter, en cas que les soupcons se confirment. Par son 
moyen, un ordre utile pour tous les membres de la societe s'etablit 
et se maintient dans les grandes villes, et par une autre police tout 
voyageur trouve sur sa route les aisances que Ton peut lui fournir. 
Je ne fais qu'effleurer cette matiere, mais comme eile fait partie 
du gouvernement, eile n'est point ä negliger. 

Des contributions. 

Chaque pays a ses usages pour tirer des impöts du peuple ; il 
y en a de faciles pour les princes et pour ceux qui (Kontribuent; il 
y en a de compliques qui sont onereux ä ceux auxquels on les im- 
pose. Quand un laboureur se trouve Charge de huit ou dix taxes 
differentes, et qu'il survient encore des contributions extraordinaires 
qu'on lui demande, cela derange sa petite £conomie, la confusion 
s'y met, et souvent sa ruine s'ensuit. Nous avons adopte une 
methode plus aisee et plus simple: c'est de n'admettre qu'un seul 
impöt et de nous y tenir invariablement. Le souverain retire, en 
temps de paix, des sommes dont il doit grossir ses epargnes pour 
les depenses extraordinaires, de sorte que, ce soit en paix, soit en 
guerre, l'impöt reste le meme : il ne hausse ni ne baisse. Chacun 
sait ce qu'il doit ä l'Etat; il peut faire un compte certain, et il est 
sür qu'arrive ce qui pourra, jamais on n'en exigera davantage de 
lui. Le souverain y trouve son compte egalement, parcequ'avec de 
l'economie et de l'arrangement il peut epargner, dans des temps 
tranquilles, les sommes qu'il lui faut pour les temps de troubles. 
Par une suite de ce principe, le paysan se conserve, tout le pays 
se soutient, et le gouvernement ne manque pas de ressources. 

On objectera peut-etre qu'un tresor rempli affaiblit la circu- 
lation des especes, le commerce et la richesse des provinces. Je 
puis repondre hardiment ä cette objection qu'il n'y a aucun pays 
oü il n'y ait pas de sommes considerables d'argent oisives, parcequ'il 
n'y a que certains fonds pour les placer. Chez nous les marchands 
ont leur bien dans le commerce, le bourgeois dans les fermes, ä la 
Landschaft, 2 dans le commerce interieur du pays, dans des maisons, 
ou ils pretent sur des maisons, comme les gentilshommes sur des 

1 Vergl. S. 135. — * Vergl. S. 123. 



184 

terres. Quand une fois tous ces fonds sont remplis, le * surplus de 
l'argent languit dans les coffres des particuliers et demeure egale- 
ment hors de circulation. Apres tout, suppose que ce tresor portat 
un leger prejudice ä la circulation , ne voyez-vous pas que 2 de 
deux maux il faut choisir le moindre, et que sans doute il vaut 
mieux ramasser des sommes pour se defendre contre ses ennemis, 
sans charger ses peuples, que d'augmenter cette pretendue circu- 
lation et de manquer de tout, lorsque des puissances voisines se 
liguent pour vous attaquer, et qu'alors vous seriez oblige de sur- 
charger les peuples d'impöts, sans meme pouvoir en tirer a temps 
les sommes dont vous auriez besoin pour une campagne? 

Des höpitaux. 
Nous ne manquons pas dans ce pays d'höpitaux et d'asiles 
pour la vieillesse, la misere et l'infirmite. Nous avons des maisons 
d'orphelins pour les enfants du peuple et pour ceux des soldats. 3 
Je crois qu'il serait bon de faire une institution particuliere pour 
les pauvres manceuvres qui s'estropient. J'ai d'ailleurs en vue de 
placer un fonds, pour donner des pensions aux veuves et orphelins 
d'officiers et ä de pauvres filles de qualite qui manquent de moyens 
pour s'etablir et pour vivre. Le principal abus des institutions 
pieuses vient de ce que ceux qui sont a la tete de ces etablisse- 
ments, pensent plus ä s'enrichir qu'au bien des pauvres ou des or- 
phelins pour Tinspection desquels ils sont institues. Nous voyons 
a present en Prusse de tristes exemples de rapacite et de brigan- 
dage, qui fönt honte ä des gens en place dont on n'aurait pas du 
soupconner la probite. 4 Pour empecher que de pareils brigandages 
se commettent ä l'avenir, Tinspecteur de chaque institution est 
oblige d'envoyer son bordereau de depense a la chambre generale 
des comptes, qui les revoit et, s'ils sont justes, lui expedie sa de- 
charge. Tant il faut veiller sur l'interet des hommes, tant il est 
difficile de trouver des hommes integres et vertueux. 

De la religio n. 5 
Un vieux roman de metaphysique, rempli de merveilleux, de 
contradictions et d'absurdite, ne dans l'imagination ardente des 

1 Vorlage: de. — 2 Vorlage: de. — 3 Das 1724 gestiftete Militär- 
wäisenhaus in Potsdam. — 4 Durch Cabinetsordre vom 10. Februar 176S 
an den Kammerpräsidenten Domhardt hatte der König eine Revision der 
preussischen Pia corpora angeordnet, die seit Jahren der Oberrechenkammer 
keine Rechnung eingesandt hätten. Während der Revision stellten sich 
bei dem Waisenhaus und dem Hospital in Königsberg verschiedene Miss- 
stände heraus. [Königsberg. Staatsarchiv.] — 5 Vergl. S. 3 1 - 3 2 - 



i8 S 

Orientaux, s'est communique dans notre Europe; des enthousiastes 
Tont debite, des ambitieux ont feint d'en etre persuades, des im- 
beciles Tont cru, et la face du monde a ete changee par cette 
religion. Les vendeurs de cet orvietan sacre se sont accredites ; ils 
sont devenus souverains, et il y eut un temps oü ils ont gouverne 
1' Europe par la parole. II s'est forme dans leur tete cet orgueil 
theologique et cet esprit de despotisme qui se conserve dans toutes 
les differentes branches de pretres, de quelque nom que soit leur 
secte. Autrefois le sacerdoce se melait dans toutes les affaires du 
gouvernement ; il parait qu'a present la mode en est passee. 

La religion lutherienne et la reformee qui sont les dominantes 
dans ce pays ici, ne pourront jamais pre judicier ä l'Etat, pourvu 
qu'on conserve leurs pretres dans l'etat oü il sont a present. Ils 
peuvent faire du bien, tant qu'ils veulent; mais on les rembarre, 
sitöt qu'ils veulent se meler de ce qui ne les regarde point. La 
moitie du pays de Cleves et un tiers de la Silesie sont catholiques. 
Le gouvernement doit non seulement les tolerer, bien plus les pro- 
teger contre toutes les vexations ou les injustices qu'on voudrait 
exercer sur eux, parcequ'il n'importe point ä un Etat quelle opinion 
metaphysique regne dans le cerveau des hommes; il lui suffit que 
tout le monde se conduise en bon citoyen et comme un membre 
attache a la patrie. 

Ces tröis religions peuvent vivre en paix, pourvu qu'on s'oppose 
severement aux controverses, qu'on jette du ridicule ä pleines mains 
sur des disputes usees, scolastiques autant qu'absurdes, et qu'on 
traite avec une egalite parfaite ceux qui suivent des cultes 
differents. 

Je me suis explique dans un autre article sur ce qui regarde 
le clerge catholique de Silesie. 1 j'ai toutefois lieu de croire qu'apres 
que toutes les places auront ete remplies par des sujets de ma 
creation, que la facon de penser se changera, du moins en quelque 
chose. Le fanatisme diminue ä vue d'oeil; la tiedeur succede ä 
l'enthousiasme ; il ne restera que quelque pretre, quelque abbe, 
quelque chanoine ambitieux du martyre, qui conservera de l'attache- 
ment pour le gouvernement autrichien ; mais bien faire observer en 
temps de paix ceux qu'on suspecte, les veiller de plus pres, si la 
guerre commence, et s'en saisir alors, me parait un moyen infaillible 
de les 2 empecher de nuire. 

1 Vergl. S. 179. — 2 Vorlage: leur. 



i86 

Des punitions et des recompenses. 1 

C'est ici une partie du gouvernement qui concerne purement 
les moeurs. Encou rager les talents, surtout la vertu, reprimer les 
defauts des particuliers et punir les crimes est une des principales 
parties de la legislation. Cela demande le plus grand discernement, 
pour savoir etablir des proportions necessaires entre les uns et les 
autres. 

Ce qui chez nous merite d'etre encourage, ce sont des juges 
integres qui se distinguent par leur desinteressement ; des generaux 
entreprenants et habiles qui soutiennent l'Etat, le defendent et le 
sauvent, quand il penche vers sa ruine ; des financiers desinteresses 
et honnetes qui, sans fouler les peuples, ne negligent pas les in- 
terets de l'Etat, comme monsieur de Hagen 2 que je peux citer 
hardiment pour exemple; ce sont des negociateurs qui, par leur 
dexterite, soutiennent bien les interets de l'Etat, en s'acquittant 
superieurement des commissions dont ils sont charges; ce sont des 
marchands qui augmentent nos exportations par leur habilete; ce 
sont, en merae temps, toutes les personnes qui se distinguent des 
autres par des actions vertueuses. Aux uns il faut des honneurs 
ou des distinctions, aux autres dont la fortune n'est pas considerable, 
des recompenses, soit un present en argent, soit des pensions, soit 
des canonicats, des prebendes, des Amtshauptmannschaft ou quelque 
chose de semblable ; aux marchands ou gens de cette espece quelque 
faveur dans leur commerce, quelque titre, quelque distinction qui 
leur tient lieu de recompense pour les Services qu'ils ont rendus 
au public. 

Le moyen le plus sür de reprimer les vices contraires au bon 
gouvernement, est de les accabler de mepris, de reprimer les grandes 
depenses par le moyen des droits qu'on impose sur les marchandises 
etrangeres, par des reglements de police et par des edits, pour em- 
pecher la noblesse d'endetter leurs terres. 

Pour ce qui regarde les crimes , heureusement pour nous , on 
se peut borner ä des punitions legeres. II arrive rarement des cas 
oü la justice soit obligee de sevir. Cependant il faut que le souverain 
signe tous les arrets, pour que, s'il se trouvait un cas graciable, il 
puisse mitiger la punition. 

De la permission ou defense des sorties des bles. 3 
II y a des principes pour toute chose et pour tout pays. Le 

defaut de ceux qui gouvernent, est qu'ils ne les recherchent pas 
1 Vergl. S. 33—35- — 2 Vergl. S. 128. — 3 Vergl. S. 134. 135- 



i8 7 

avec assez de soin et d'exactitude. Pourquoi ne sait-on ni en France 
ni en Angleterre, quand Texportation des bles est avantageuse ou 
nuisible ä ces royaumes? C'est qu'on ignore, dans ces pays, le 
produit des moissons et la quantite qu'il faut pour nourrir les habi- 
tants du royaume. J'ai fait cette Evaluation dans mes Etats; je sais 
ce que chaque province consomme, et ce que chaque province garde 
de reste, ou bien ce qu'elle est obligee d'acheter de surplus, pour 
nourrir ses habitants. Pour apprecier ces choses au plus juste, on 
a fait un cadastre de trois differentes moissons, bonnes, mediocres 
et mauvaises , par lequel x je peux juger s'il nous convient de 
permettre la vente des bles ou ä quel point il faut en limiter l'ex- 
portation. La Pologne meme entre en cette balance, et pour vous 
en donner un exemple, je citerai ce qui se fait actuellement. J'ai 
signe des passeports pour Texportation de 9000 Winspel de froment 
et de seigle du Magdebourg et de la Vieille-Marche. Ils le vendent, 
le seigle ä 1 ecu 2 gros, et suppose qu'ils en exportent trop, je 
n'en suis pas embarrasse, parcequ'en Pologne nous pouvons acheter 
le Scheffel ä 12 gros, qui revient ä Berlin ä 14, de sorte que le 
pays gagne sur chaque Scheffel 12 gros. Mais quand la recolte 
est mauvaise, et que les prix du ble sont plus chers en Pologne, 
il ne faut point en permettre l'exportation , ou vous vous mettriez 
dans le cas des Anglais qui, gagnant un ecu ä exporter leur pro- 
duit, ont ete obliges de racheter la meme quantite au double, de 
sorte qu'ä proprement parier, ils n'ont point eu de moisson la 
derniere annee. 

Le particulier dans chaque pays ne pense qu'ä son propre profit, 
mais un des devoirs d'un bon gouvernement est de combiner le 
bien general avec celui du particulier, et s'ils se trouvent en 
Opposition, le bien general doit toujours Temporter dans la balance. 

De l'administration en general. 

Six departements ressortissent ä ce gouvernement: i° celui de 
la justice, 2 de la guerre, 3 des finances, 4 du commerce et 
[des] manufactures, 5 du commissariat et 6° des affaires etrangeres. 

Monsieur de Jariges est 2 chef de la justice et s'en acquitte 
avec une integrite exemplaire. II tient sous sa main les tribunaux 
des provinces, qui lui sont subordonnes. Tout ce qui est proces 
civil, doit £tre juge" par les lois, et le devoir du souverain se borne 
ä les maintenir; tout ce qui regarde la vie, la mort et la destinee 

1 Vorlage: lesquelles. — * Vorlage: et. 



i88 

des citoyens, doit etre revu par le prince, pour adoucir et mitiger 
la rigueur des lois dans des cas oü la clemence peut avoir' lieu. 

J'ai toujours traite seul les affaires de la guerre, parceque j'ai 
cru devoir faire le metier de general et d'inspecteur. Quand on veut 
avoir ses affaires sur un bon pied, il faut s'en charger soi-meme; 
et comme ce qui regarde le militaire, est ce qu'il y a de plus im- 
portant, j'ai cru devoir m'en reserver les soins. Je ne m'en suis 
pas mal trouve, et je conseille ä mes successeurs de suivre mon 
exemple en cela, ou bien ils ne tarderont pas de s'en repentir, 
parceque le proverbe dit: „L'oeil du maitre engraisse les chevaux," 
et Ton peut dire ä plus forte raison : „L'oeil du maitre force les 
officiers ä se bien acquitter de leur devoir." 

Le Grand-Directoire , divise en 5 departements , a chez nous 
l'inspection des finances. Je lui ai abandonne les petits details peu 
importants et l'ai conduit dans toutes les grandes entreprises, parce- 
que chacun a plus de soin de ses propres affaires qu'en ont ceux ä 
qui il les confie. 

Le departement des manufactures et du commerce est nouveau; 
c'est moi qui Tai annexe au Grand-Directoire. r Je dirige de meme 
le grand de leurs Operations et leur abandonne des details, dans 
lesquels il est impossible qu'un souverain n'entre. 

Vous avez vu precedemment quelles sont les Operations du 
commissariat. 2 Celui-la n'est institue que pour executer les ordres 
qu'il recoit-, meme je lui indique toutes ses Operations. J'ai oublie, 
en traitant cette matiere, d'y ajouter un point important : c'est qu'en 
temps de guerre, independamment des gens de plume que l'on 
emploie pour les vivres, il faut dans chaque armee un general qui 
dirige la partie relative au corps oü il se trouve. 

Viennent ensuite les affaires etrangeres, qui embrassent tous 
les dem€les, les chicanes, les negociations et les traites qu'il faut 
faire avec d'autres princes. J'ai abandonne ä ceux qui president 
ä cette branche , tout ce qui regarde les affaires de l'Empire, 3 
sujettes ä bien des discussions et pour lesquelles il faut recourir 
sans cesse aux vieilles constitutions, ä des pactes de famille, ä des 
lois, ä des testaments, ce qui absorberait mon temps, sans que j'en 

1 Das Departement für Fabriken, Commercien und Manufacturen 
war 1740 gegründet und dem Generaldirectorium angegliedert worden; 
an seine Spitze trat der Minister Samuel von Marschall. Als dieser 1749 
starb, wurde zwar der Geheime Finanzrath Fäsch zu seinem Nachfolger 
ernannt, thatsächlich aber übernahm der König selbst die Leitung. — 
1 Vergl. S. 135 — !37. Für die Militärverwaltung war 1746 ein VI. Departe- 
ment bei dem Generaldirectorium errichtet worden. — 3 Vergl. S. 39- 



189 

avaneasse beaucoup. Je me suis r^serve, en revanche, les princi- 
pales parties de la politique, s'entend les negociations avec les 
grandes puissances, les traites ä conclure, les intrigues (car il en 
faut) et, enfin, tout ce qui est du ressort des interets principaux de 
l'Etat. 

Je n'ai jamais tenu de Conseils, parcequ'a bien savoir ce que 
c'est, il n'y a rien de plus nuisible. l Dans tout gouvernement il 
faut un Systeme, et il est bien difficile qu'un grand corps combine 
tant d'interets divers et chemine sans cesse invariablement au meme 
but. II n'en est pas ainsi d'un prince qui, reunissant toutes les 
branches du gouvernement, les fait aller de front ensemble 2 et les 
conduit a la fin qu'il se proppse. II faut d'ailleurs s'attendre que 
toute deliberation qui se fait entre beaucoup de conseillers, ne 
demeure jamais secrete, qu'entre ces hommes qui forment cette 
assemblee, il se trouve des ennemis, des gens qui s'opiniätrent sur 
leur sentiment, et qu'il en resulte plus de mal que d'avantage. Un 
prince qui sait bien ses affaires, qui les combine et qui calcule 
juste, va lui seul plus loin que tous les Conseils. II agit "avec 
vigueur, avec activite, avec secret, ce qui jamais ne peut arriver, 
quand sept ou huit personnes doivent se reunir, pour adherer au 
mehne sentiment. Je conclus de lä qu'un prince doit bien etudier 
son röle, pour etre en etat de gouverner par lui-meme. 3 Cela est 
avantageux dans tous les Etats, indispensable dans le nötre, parce- 
qu'il faut un point de reunion. Des branches d'un gouvernement 
ne sont que des branches. Les ministres se bornent ä s'acquitter 
tant bien que mal de la partie qui leur est confiee; ils s'informent 
peu des autres. II faut donc que le prince gouverne, s'il en a la 
capacite, ou bien qu'il prenne un premier-ministre ; c'est ce qu'ont 
fait tant de rois et tant de souverains en Europe. 

Mais voyons ce qui en est resulte, et que des exemples, etrangers 
et pris de ce qui s'est passe dans notre maison, vous eclairent sur 
la conduite que vous avez ä tenir, et sur ce qu'exigent vos devoirs. 
Rarement un premier-ministre a une autorite comme celle du sou- 
verain legitime. La plupart en ont abuse : Richelieu par esprit de 
hauteur et de vengeance, Mazarin par interet. Richelieu fit de 
grandes choses sous Louis XIII. II parait toutefois qu'un roi eclaire 
et, de raison, plus attache aux interets de son royaume, en aurait 
fait davantage en poussant plus vigoureusement la guerre contre 
l'Espagne et celle d'AUemagne. 4 Louis XIV regna par lui-meme. 

1 Vergl. S. 39. — * Vergl. S. 77- 78. — 3 Vergl. S. 37—39- — 4 Auf 
Grund eines Bündnisses mit Schweden nahm Frankreich seit 1635 am 



190 

Aussi la France devint-elle le premier royaume de FEurope, tant 
que Tesprit du Roi ne baissa pas. Sous Louis XV il [y] eut des 
Premiers - ministres. Fleury fut le dernier. Le Roi qui voulait 
regner par luimeme, mais que son indolence et sa paresse pour 
les affaires en rendai[en]t incapable, a mis sa confiance flottante 
tantöt dans un ministre, tantöt en un autre. Une miserable fille 
d'un commissaire proscrit T a gouverne sous lui ce royaume. La 
France manque de Systeme; chaque ministre fait le sien, et le 
nouveau ministre prend le contrepied de ce que son predecesseur 
avait fait. Vous en voyez des effets par le traite de Versailles, 2 
par la honteuse guerre que les Francais ont faite en Allemagne, 
sur mer et dans TAmerique, 3 par leur % ridicule expedition de Maroc, 4 
par celle de Geneve, 5 enfin par celle de Corse. 6 Voulez - vous 
vous rappeler l'histoire de votre propre maison, remontez ä George 
Guillaume. Son premier-ministre, le comte de Schwartzenberg , le 
trahit. 7 II n'avait ni troupes ni argent ni Systeme; aussi l'histoire 
rapporte-t-elle l'opprobre des procedes des Autrichiens et des Suedois 
envers lui, la ruine de ses Etats et Tavilissement affreux dans 
lequel il vecut. Vient Telecteur Federic Guillaume, qui a bien 
merite le nom de Grand, non seulement parcequ'il a tout fait lui- 
meme, mais parcequ'il est le restaurateur de TEtat et celui qui 
a jete les solides fondements de sa grandeur. Son fils Federic I er , 

Dreissigjährigen Kriege theil. Dem gleichzeitig beginnenden Kampfe mit 
Spanien machte erst der Pyrenäenfriede (1659) ein Ende. 

1 Die Marquise von Pompadour, die uneheliche Tochter des General- 
pächters Le Normand de Tournehem, seit 1 745 die Mätresse Ludwigs XV. — 
1 Der Vertrag vom 1. Mai 1756, durch den Frankreich auf Seite Oester- 
reichs trat. — 3 1755 — 1763. — 4 Eine Strafexpedition nach Marokko im 
Sommer 1 765, die den Franzosen namhafte Verluste brachte. — 5 Gemeint 
ist der von den Franzosen seit 1767 verfolgte Plan, auf ihrem Boden am 
Genfer See ein Trutz-Genf, die Veste Versoix, zu errichten, um den Zu- 
gang zur Schweiz zu sperren und Genf vom Berner Gebiet abzuschneiden. 
Ausserdem war Frankreich aufgefordert worden, in den seit 1765 dauern- 
den Verfassungsstreitigkeiten zwischen Magistrat und Bürgerschaft von 
Genf zusammen mit den Kantonen Zürich und Bern die Vermittlung zu 
übernehmen. Vergl. P. C, Bd. XXVI, 402; XXVII, 603; XXVIII, 5V1. - 
6 Genua hatte in dem Versailler Vertrage vom 15. Mai 176* Corsica den 
Franzosen abgetreten, die es mit Waffengewalt zur Unterwerfung zwangen 
(vergl. P. C, Bd. XXVII, 579- 581; XXVIII, 49'). - 7 So auch in den 
„Memoires pour servir ä l'histoire de la maison de Brandebourg", wo der 
König trotz Voltaires Zweifel seine ursprüngliche Fassung aufrecht er- 
hielt. Vergl. CEuvres, Bd. 1, S. 48 und „Miscellaneen zur Geschichte 
König Friedrichs des Grossen", hrsg. auf Veranlassung und mit Unter- 
stützung der Königl. Preuss. Archiv- Verwaltung, S. 275 f. (Berlin 1878). 



191 

plus faible, se laissa gouverner par ses ministres, surtout par le 
comte de Wartenberg. II acquit une dignite sans puissance, onereuse 
pour le faible, qui flatte la vanite d'un prince, sans augmenter sa 
puissance •, T il acheva de depeupler son pays, presque desert depuis 
la guerre de trente ans, en envoyant des troupes et des recrues, 
au service de l'Empereur, en Italie et en Flandre. 2 Mon pere r 
qui avait plus de genie, connaissait tous les defauts de l'administra- 
tion. II comprit que, pour relever 1 Etat, il fallait descendre jus- 
qu'aux plus petits details. II repeupla la Prusse depeuplee par la 
peste. 3 II encouragea l'agriculture ; il entreprit de grands defriche- 
ments; il etablit des manufactures indispensables, etablit de Vordre 
et de l'exactitude dans sa recette comme dans sa depense; il con- 
quit une partie de la Pomeranie suedoise avec la ville de Stettin ; 4 
il augmenta son armee, et au lieu de 24000 hommes qu'il avait 
trouves, il en laissa 66 000 ä sa mort. 5 

Je n'ajoute aucune reflexion ä ces exemples. Le principe est 
manifestement evident que le devoir d'un prince est de s'appliquer 
pour gouverner par lui-meme, qu'il doit etre ä la tete de tous les 
departements, surtout conduire lui-meme ses troupes, quand il fait 
la guerre; que c'est son interet et celui de ses peuples qu'il se 
conduise ainsi, et qu'ä la longue les souverains les plus appliques,. 
les plus assidus, les plus systematiques et les plus invariables dans 
leurs principes l'emportent sur leurs voisins, qui traitent ces affaires 
superficiellement et abandonnent les renes du gouvernement aux 
mains de leur ministre; car, comme je crois l'avoir dejä dit, il faut 
un point central qui unisse toutes les lignes du gouvernement. 6 
Si tout ne mene pas au meme but, si tout le monde ne travaille 
pas pour la meme fin, il y aura toujours quelque chose de defectueux 
dans le gouvernement, soit pour le militaire, soit pour les finances r 
soit pour la politique. 

1 Vergl. die Kritik des Königs über die Erwerbung der Königskrone 
in der „Histoire de mon temps" (CEuvres, Bd. 2, S. 53 und Publicationen 
aus den K. Preuss. Staatsarchiven, Bd. 4, S. 213 f.). — 2 Vergl. S. 36. — 
3 Vergl. S. 36. — ^ i m Frieden von Stockholm (1720). — i Die Angaben 
des Königs schwanken. Für 1713 giebt er in seinen „Memoires pour servir 
ä Thistoire de la maison de Brandebourg" die Zahl 30000 an (vergl. CEuvres, 
Bd. 1, S. 186), für 1740 einmal 60000, dann 66000, bez. 72000 (ebenda, 
S. 145. i75 und 190), in der „Histoire de mon temps" die Zahl 76000 (vergl. 
CEuvres, Bd. 2, S. 1). Nach einem Verpflegungsetat vom October 1739 
betrug die Sollstärke (ohne die sogenannten Neuen Garnisonen und ohne 
Uebercomplette) 76 202 Mann (vergl. „Urkundliche Beiträge und Forschungen 
zur Geschichte des preussischen Heeres", hrsg. vom Grossen Generalstab, 
Heft 7, S. 153 ff-; Berlin 1905). — 6 Vergl. S. 189. 



192 

De la politique etrangere. 

Un art conjectural et solvent trompeur sert de fondement ä la 
plupart des grands projets de politique. L'on part du point le plus 
affermi que Ton connait; l'on combine, comme l'on peut, des choses 
imparfaitement connues, et Ton en tire des consequences les plus 
justes que Ton peut. Pour m'expliquer plus clairement sur ce sujet, 
il est bon d'en donner un exemple. Voilä la Russie qui veut s'at- 
tacher le roi de Danemark. T Elle lui promet la principaute de 
Holstein-Gottorp qui appartient au grand - duc de Russie ; 2 eile 
compte de se. Tattacher eternellement ; mais le roi de Danemark est 
leger. Comment peut-on prevoir toutes les idees qui passeront par 
eette jeune tete? Les favoris, les maitresses ou les ministres qui 
s'empareront de son esprit et qui lui offrent, de la part d'une autre 
puissance, des avantages qui lui- paraitront plus- grands que ceux 
qu'il peut trouver avec les Russes, ne lui feront[-ils] pas changer 
-de parti comme d'allie? ■' . 

Une incertitude egale, quoique differenciee., se rencontre dans 
toutes les Operations de la politique etrangere , d'oü il resulte qu'il 
advient dans les grandes alliances, souvent le contraire de ce qui 
devait arriver selon les projets que les puissances avaient formes. 
Les Anglais, dans la guerre de succession, se proposent d'exclure 
la maison de Bourbon du tröne d'Espagne; cependant Philippe V 
demeure le maitre de cette monarchie. 3 L'annee 1740, les Franeais 
veulent placer la maison de Baviere sur le tröne imperial , et la 
nouvelle maison d'Autriche reprend le tröne. 4 

Vous pensez sans doute en vous-meme: pourquoi donc faire 
•des projets de politique, si l'evenement amene le contraire de ce 
-qu'on avait imagine? C'est que vous ne pouvez point contracter 
d'alliance, sans stipuler vos avantages, parceque votre allie ne 
s'oublie point en exigeant ceux qui lui conviennent, parceque ces 
projets d'une ambition reciproque sont le seul lien des nations, et 
que chaque puissance demeurerait isolee, sans les avantages qu'elle 
entrevoit dans son union avec une autre puissance. 

1 Christian VII. (geb. 1749), seit 1766 König. — 2 Für den „Proviso- 
rischen Tractat" vom 2?. April 1767 mit dem Verzicht des Grossfürsten 
Paul auf seinen Antheil an Holstein vergl. S. 45 Anm. 3. — 3 Im Frieden 
von Utrecht (1713), der dem spanischen Erbfolgekrieg ein Ende setzte, 
wurde Philipp V. als König von Spanien anerkannt. — 4 Nach dem Tode 
Kaiser Karls VII. (20. Januar 1745) wurde Franz Stephan als Franz I. am 
13. September 1745 zum Römischen Kaiser gewählt (vergl, P. C, Bd. IV, 
411)- 



193 

II y a des alliances offensives. Celles-lä roulent absolument 
sur des acquisitions et sur des avantages reciproques pour les 
parties contractantes. II y a des alliances defensives, qui se fönt 
dans Tintention d'empecher un prince ambitieux de s'agrandir, parce- 
que sa puissance deviendrait trop redoutable aux princes, qui par 
cette raison jugent a propos de s'y opposer. 

Pour se conduire [en donnant] le moins que Ton peut, au hasard 
dans des affaires aussi delicates, il faut, premierement, bien connaitre 
le fort et le faible de son propre Etat; il faut, ensuite, etudier les 
autres royaumes de l'Europe, leur force, leur faiblesse, leur Systeme, 
s'ils en orif un, le caractere du prince, celui de ses ministres, la 
bonte ou les defauts du militaire, de la marine et les ressources de 
l'Etat; car les revenus sont comme le pouls d'un homme par lequel 
on juge de la force du temperament. Tout ceci demande de l'appli- 
cation, des soins et beäucoup de combinaisons. 

Des provinces de la domination prussienne. 

Pour aller au fait, je commencerai par vous detailler la force 
et la faiblesse de cet Etat , parcequ'il faut se connaitre soi-meme, 
avant que de porter ses vues sur Tetranger. Vous savez ä quoi 
montent nos revenus; vous connaissez les. ressources que j'ai 
indiquees, T en temps de necessite ; vous etes informe egalement du 
nombre des troupes qui composent Farmee. 2 II faut considerer ä 
present la position locale des provinces. 

Je commence d'abord par la Prusse qui, vers le septentrion, 
est baignee des flots de la mer; vers Forient eile touche a la Samo- 
gitie; au midi eile avoisine ä la Pologne, et vers le couchant eile 
est coupee par la Vistule et par la Prusse polonaise du reste de 
nos Etats. Cette Situation la rend insoutenable , lorsque la Russie 
veut y porter la guerre, ä moins que Ton ne füt bien assure de la 
cour de Vienne, ce qui me parait tres problematique. Si cela 
arrivait, quelque peu vraisemblable que cet evenement paraisse, on 
pourrait soutenir ce royaume, en se portant avec une armee de 
70000 hommes du cöte de Tilsit et en faisant prendre derriere soi 
Danzig et Thorn, pour s'assurer de la Vistule et pour avoir son 
dos libre et sa communication assuree avec nos autres provinces. 
II est plus probable que les Russes n'attaqueront la Prusse qu'en 
etant allies des Autrichiens ; cela etant, il faut abandonner ce royaume, 3 
defendre la Vistule tant que cela peut se faire, et ensuite se borner 
ä la Netze et la Warthe, en ayant un corps retranche sous Colberg. 

1 Vergl. S. 121 — 123. — 2 Vergl. S. 121. — 3 Vergl. S. 135. 136. 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 13 



194- 

Si je me tourne vers l'occident, je trouve le duche de Cleves 
et de la Marche, separe de toutes mes autres provinces, enclave 
entre la Hollande, l'electorat de Cologne et l'eveche de Münster. 
Je vois, au delä, la principaute de Frise qui parait au bout du 
monde, et je concois que, si la France, etant notre ennemie, porte 
la guerre en Allemagne, Sans que nous ayons de forts allies, il faut 
commencer par abandonner ces provinces. Pour cet effet, j'ai fait 
raser les ouvrages de Gueldre, j'ai fait resserrer ceux de Wesel, et 
je me propose d'en faire miner tout un polygone, pour le faire 
sauter en meme temps que la garnison evacue la place. 

En retrogradant du Rhin vers l'Elbe, je trouve la principaute 
de Minden, situee sur le Weser et isolee du reste de nos possessions. 
Cette principaute peut se söutenir dans de certains cas; dans 
d'autres, il faut l'abandonner, comme il est arrive cette derniere 
guerre. Or, c'est un principe stable qu'il ne faut jamais fortifier 
des places dans des provinces qu'il faut abandonner, parceque vous 
preparez vos places pour l'ennemi, et pour reprendre ces pays 
perdus, vous etes force d'assieger des ouvrages que vous avez fait 
construire et dont d'autres se servent contre vous-meme. 

Nos provinces qui forment veritablement le corps de l'Etat, 
sont: la Pomeranie, les Marches, le Magdebourg, le Halberstadt et 
la Silesie. Ces pays peuvent se defendre, lorsque toute FEurope 
ne se trouve point liguee contre leur souverain. Du cöte de la 
Pomeranie, les Russes sont les ennemis les plus dangereux. Je vous 
ai trace un plan de defensive qu'il faudrait suivre , x ä quelques 
correctifs pres qu'il faudrait determiner selon les conjonctures et la 
Situation des affaires. Pour defendre les Marches et le Magdebourg 
contre les Autrichiens, il faut, des Je commencement de la guerre, 
s'emparer de la Saxe, se rendre maitre des montagnes de la Boheme, 
surtout de Peterswalde , 2 et detacher un corps en Lusace , pour 
veiller äux incursions que les ennemis pourraient faire par ce pays 
pour penetrer dans le Brandebourg. Quant ä ce qui touche la 
Silesie, si je conserve encore la vie pendant quelques annees, 
j'acheverai de perfectionner les places que j'ai fait construire. 3 Les 
camps principaux pour la defensive sont ceux de Landeshut avec 
un detachement dans le comte de Glatz , pour tenir en respect les 
ennemis du cöte de Braunau; contre les frontieres de la Lusace et 
de la Boheme le camp de Schmottseifen ; contre la Saxe celui de 
Löwenberg, et pour la Haute-Silesie , on en peut prendre un ä 
Neustadt ou bien ä Oppersdorf ou derriere la Neisse. Toutefois 

1 Vergl. S. 193. — 2 Y^ergl. S. 6i. 62. — 3 Vergl. S. 157. 158. 



195 

mon sentiment ne serait pas de commencer la guerre par une 
defensive, mais de penetrer d'abord en Moravie, l'endroit le plus 
sensible pour les Autrichiens, parcequ'en longeant la March, * on 
peut pousser des partis dans le voisinage de Vienne. 2 II est 
impossible de stipuler definitivement ce qu'il faudra faire, sans savoir 
le cas precis et les circonstances qui se presentent ä la rupture, 
savoir: avec qui Ton est allie, quels sont nos ennemis, et quel 
nombre de troupes ils peuvent nous opposer. 

Voilä donc deux vices inherents a la Situation de nos Etats 
que deux provinces qu'il faut abandonner des le commencement d'une 
guerre. C'est faire des pertes, avant que d'entrer en jeu. Voilä 
des revenus qui n'entrent plus au tresor, pour fournir aux depenses 
extraordinaires. Voilä des pepinieres de recrues pour l'armee dont 
vous n'etes plus en etat de tirer des secours. Ces considerations 
doivent engager ceux qui gouvernent ce pays, ä s'appliquer ä maintenir 
une bonne economie, ä menager dans le bon temps, pour avoir de 
quoi se soutenir dans les calamites. L'on peut cependant prevenir 
quelques-uns de ces inconvenients : pour les finances, en se faisant 
payer des quartiers d'avance, et de plus, en Prusse, il faut assembler 
20000 hommes des cantons, leur donner la paye de soldats et les 
annexer au corps de troupes que Ton est oblige de retirer de ce 
royaume. Cet expedient peut fournir des recrues aux regiments 
prussiens durant toute la guerre, si eile n'est ni trop cruelle ni 
trop longue. 

Vous devez concevoir, par la Situation de nos provinces, combien 
un militaire nombreux nous est indispensable. Pensez aux forces 
de T Autriche, ä celle.s de la Russie, ä celles des Francais ; ajoutez-y 
les Suedois et, si vous le voulez, les troupes de l'Empire. Ce n'est 
point que , selon les 3 apparences , toutes ces forces se reuniront 
contre nous, comme elles Font ete durant la derniere guerre. II 
n'en est 4 pas moins hors de doute que les ennemis qui voudront* 
nous attaquer, feront les derniers efforts, pour se procurer contre 
nous toute la superiorite qu'ils pourront. Or, il est de la prudence 
de prevoir les combinaisons possibles et de s'y preparer ä temps. 
Je travaille ä present au projet d'augmenter Tarmee. 5 Si je vis 
encore quelques annees, je pourrai en porter le nombre ä 166000 
hommes. Les arrangements qui sont pris pour la guerre, sont 
calcules ä Tentretien de 210000 hommes; 22 bataillons francs, qui 
s'y trouvent compris, doivent se lever dans l'Empire et partout oü 

1 Vorlage : la Morave. — 2 Vergl. S. 63. — 3 Vorlage : ces. — 4 Vor- 
lage: n'en n'est. — 5 Vergl. S. 146. 156. 

13* 



— i g6 

Ton peut trouver des soldats. II faut au moins que la Saxe fournisse 
20000 recrues, pour completer ce nombre. On petit faire entrer 
ces Saxons dans les regiments de garnison et en tirer de vieux 
soldats, pour en completer les regiments. Mais, pour ne nous point 
tromper, comptons sur 166000 hommes. II faut d'abord en 
deduire 30000 pour les garnisons des places fortes; il ne vous reste 
donc que 136 000 hommes pour mettre en campagne. Les Autrichiens 
seuls en fourniront autant. Pour resister ä un nombre superieur 
de l'ennemi et pour avoir de l'avantage sur un nombre egal, il faut 
que vos troupes valent mieux que celles de vos voisins. II faut 
donc les exercer ; il faut y veiller tous les jours ; il faut encourager 
l'officier par toute sorte de distinction ; et de plus, si le prince n'est 
pas soldat, s'il ne s'en mele pas lui-meme, s'il ne donne pas en 
tout l'exemple, s'il ne combat pas ä la tete de ses troupes, il faut 
se preparer avec certitude ä voir bouleverser un jour tout cet edifiee 
que nos ancetres ont eleve avec tant de peines , de soins et de 
perseverance. 

De l'etat present des interets et des liaisons des 
autres cours de l'Europe. » 

Pour confirmer les principes que je viens d'etablir, nous allons 
passer en revue toutes les grandes puissances de l'Europe, examiner 
leur fort, leur faible, approfondir leurs veritables interets, pour 
juger des mesures qu'il faut prendre avec elles, et du Systeme qu'il 
nous convient de suivre. 

D'abord se presente la Russie, sortie d'une guerre oü eile 
a fait pencher la balance du cöte du parti pour lequel eile s'est 
successivement declaree. 2 Cet empire est le plus vaste qui existe 
aujourd'hui dans le monde. Mais ne jugeons point de la grandeur 
d'une nation par l'etendue de ses terres; arretons-nous plutöt au 
nombre de ses habitants. 3 La Russie ne contient actuellement que 
9 millions d'ämes. Ce nombre doit s'accroitre, et cela formera la 
puissance la plus dangereuse ä l'Europe, quand eile sera parvenue 
ä defricher une partie du terrain inculte qu'elle possede. Actuelle- 

1 Vergl. S. 40—47 und P. C, Bd. XXV, 50 und 102—105. — 2 Im 
Bunde mit Russland entschloss sich Maria Theresia 1756 zur Offensive 
gegen König Friedrieh. Da der Tod der Zarin Elisabeth 1762 zum Sonder- 
frieden und Bündnis Peters III. mit ihm führte und dessen Nachfolgerin, 
Katharina IL, die Neutralität bewahrte, musste auch Oesterreich 1763 
Frieden schliessen. Vergl. P. C, Bd. XXI, 594—596; XXII, 621—623. 628. 
629. 631. 632. — 3 Vergl. S. 126. 127. v 



197 

ment on lui compte 1 5 millions de roubles de revenus, ce qui peut 
s'evaluer ä peu pres ä 1 7 millions de nos ecus. Elle soudoie 
340 000 * hommes en temps de paix. Ses frontieres inabordables lui 
inspirent une fierte" et une audace que peu de nations peuvent fonder 
sur d'aussi solides fondements. 

Son Systeme actuel n'admet heureusement point de Systeme de 
conquetes. Elle veut asservir les rois et donner des royaumes aux 
despotes qu'elle cree. Je ne suppose point de principes imaginaires 
de sa conduite ; ses actions temoignent en ma faveur. Vous voyez 
l'ascendant qu'elle a gagne en Suede, combien eile s'est appliquee 
a captiver le roi de Danemark. a Vous savez comment eile a fait 
eure le roi de Pologne , 3 et les 4 moyens dont eile se sert , pour 
prescrire des lois ä ces Republicains. Mais ce sont nous autres 
princes d'Europe qui soutenons son arrogance. Nos divisions con- 
tinuelles avee la maison d'Autriche empechent qu'une bonne alliance 
se forme pour s'opposer aux entreprises de cette nation. La Russie 
profite de nos fautes; eile est süre d'avoir un parti en Allemagne 
ä sa disposition, bien plus, de se voir recherchee par la Prusse ou 
par TAutriche, et forte de notre faiblesse, eile s'arroge un pouvoir 
et une puissance qu'il sera difficile de diminuer dans la suite. 

Quelque grand eclat que ce gouvernement jette de dehors, 
l'interieur du palais est agite d'inquietudes et aussi trouble d'in- 
trigues que toute autre cour de FEurope. C'est une femme qui 
craint la majorite de son fils 5 et le parti qu'il pourra former. C'est 
une ame dechiree des remords qu'excitent ses crimes. 6 Voilä d'un 
autre cöte un favori, 7 un amant dont le parti est oppose ä celui du 
ministre, 8 et ce ministre est sans cesse occupe ä se soutenir contre 
un adversaire aussi dangereux. 

Nonobstant ces vices interieurs, la Russie peut mettre 20 vais- 
seaux en mer et 1 00 000 hommes en campagne. Leur force consiste 
dans leur bonne artillerie. Leur cavalerie est mauvaise. Leur in- 
fanterie ne sait pas charger. Mais leurs cosaques sont des ennemis 
dangereux, parcequ'ils sont incendiaires, pillards et commettent des 
barbaries qui fönt fremir la nature. ' 

1 So. — * Vergl. S. 192. — ^ Unter dem Schutz der russischen Waffen 
war Stanislaus II. August Poniatowski am 7. September 1764 zum König 
von Polen gewählt worden (vergl. P. C, Bd. XXIII, 541. 542). — 4 Vor- 
lage: des. — 5 Grossfürst Paul wurde am 1. October 1772 volljährig er- 
klärt. — <y Anspielung auf die Absetzung Zar Peters III. und seinen ge- 
waltsamen Tod (vergl. S. 221). — 7 Graf Gregor Orlow. — 8 Graf Nikita 
Panin leitete die auswärtige Politik. 



— 198 — 

Les Turcs doivent avoir leur place immediatement apres ces 
Premiers. II est impossible de detailler avec exactitude les revenus 
de cet empire, parcequ'il y a beaucoup de casuel. Ce qu'on en sait 
ä peu pres, se reduit ä ce que les troupes sont payees par les 
provinces oü elles sont en quartier, et qu'il revient environ 1 2 millions 
d'ecus de surplus au Grand-Seigneur. Je ne compte pas les con- 
fiscations qu'il fait du bien des bachas et des grand-vizirs qu'il 
depose. II est certain qu'il a un tresor, que ce tresor a ete epuise 
dans la derniere guerre que cet empire a soutenue contre les Autri- 
chiens et contre les Russes. * Cependant , depuis trente annees de 
paix dont la Porte a joui, eile [a] eu le temps d'accumuler de fortes 
sommes. L'empire turc peut mettre 200 000 2 combattants en cam- 
pagne. Ses spahis forment le meilleur corps de sa cavalerie; ses 
janissaires fönt une troupe brave ä la verite, mais mal disciplinee; 
son artillerie est lourde, mauvaise et mal servie. La Porte n'a 
plus de grands generaux comme les Köprili 3 et d'autres, qui com- 
battirent des temps de Soliman et sous d'autres empereurs. Une 
ignorance stupide abrutit cette nation, et pendant que tous les peuples 
de l'Europe ont fait des progres, eile est restee dans son abrutisse- 
ment. Cette longue paix l'a meme amollie, ä ce qu'en disent ceux 
qui ont sejourne ä Constantinople. Les Turcs recoivent volontiers 
des presents, pour rester en paix; il est difficile ä les determiner 
ä la guerre. j'ai vu tous mes efforts impuissants a les soulever 
contre les Autrichiens durant nos derniers troubles. 4 Quelquefois 
la fougue des janissaires contraint le Grand-Seigneur ä rompre avec 
ses 5 voisins ; tout cela depend d'un caprice, d'une erneute et souvent 
d'une bagatelle. Toutefois le Grand-Seigneur ne peut pas declarer 
la guerre, ä moins d'avoir obtenu un fetva du Mufti; ce fetva est 
une espece de sanction qui declare l'entreprise legitime. 

II parait qu'ä present les Turcs ont le dessein de se meler des 
troubles de la Pologne. 6 S'ils en viennent ä une bataille avec les 

1 * 73 6 — 1 739- — 2 So. — 3 Vorlage : Couprouilli. Gemeint sind Mohammed 
und seine beiden Söhne Achmed und Mustapha Köprili, die unter Sultan 
Mohammed IV. und Soliman III.' als Grossveziere sich auszeichneten. — 
4 Trotz aller Bemühungen gelang dem König nur der Abschluss eines 
Freundschafts- und Handelsvertrages am 2. April 1760. Vergl. P. C, 
Bd. XII, 515; XIII, 619; XIV, 560; XV, 495; XVI, 445; XVII, 479; XVIII, 
774; XIX, 642. 643; XX, 67b; XXI, 598. 599; XXII, 637. — s Vorlage: ces. — 
6 Der Aufenthalt der russischen Truppen in Polen hatte zu Verletzungen 
der türkischen Grenze geführt. Die Pforte drängte daher auf Räumung 
Podoliens, die der russische Hof nur mit Vorbehalt zugestehen wollte. 
Mit der Verhaftung des russischen Gesandten Obreskow am 6. October 
1768 kam es zum offenen Bruch. Vergl. P. C, Bd. XXVII, S. 604—606. 



199 

Russes, ils ne tarderont pas a se repentir de leur inaction et peu 
de soin qu'ils ont pris de leur militaire. Ils ne peuvent s'attendre 
ä des succes qu'en temps qu'ils agiront de concert avec un allie 
puissant. 

La Pologne ne peut a peine se compter entre les puissances 
de 1'Europe. La population qui manque dans ce royaume, parceque 
les proprietaires des terres traitent leurs sujets en esclaves, est un 
des vices de cette Republique. II en est tant d'autres qui concourent 
ä son etat d'avilissement , comme la mauvaise administration des 
finances, un corps de i^oco hommes, entretenu pour tenir Heu 
d'armee. Enfin, tous les vices de Fanden gouvernement feodal s'v 
sont conserves jusques ä nos jours: des elections de leurs rois, 
suivies de guerres civiles, des dietes tumultueuses, dont aucune ne 
subsiste; point de legislation, point de justice. C'est le regne de 
l'anarchie. II y a longtemps que la Pologne serait subjuguee, si la 
Jalousie de ses voisins, armes contre l'ambition des princes qui 
voudrai[en]t la soumettre, ne les eüt retenus dans les bornes de la 
moderation. La Pologne, dechiree par des factions, est toujours 
faible; tant que durera son gouvernement d'aujourd'hui, eile sera 
peu redoutable ä ses ennemis autant qu'ä charge ä ses allies. La 
noblesse est fiere autant qu'arrogante dans la prosperite, lache dans 
Tinfortune, avide de corruptions, aussi incapable de prendre des 
partis vigoureux que de les soutenir. En un mot, c'est, selon moi, 
la derniere nation de TEurope. 

La puissance autrichienne dont nous allons parier, merke 
une attention plus particuliere. Cette maison des Cesars etait allee 
en s'affaiblissant depuis le temps de Charles-Quint; x sous l'empire 
de Charles VI eile se releva; mais apres la mort de cet Empereur 
et l'extinction des mäles de cette posterite, 1'Europe crut qu'elle 
etait perdue. Une femme 2 la releva et la soutint avec fermete ; 
eile devint i'idole d'une nation naguere seditieuse 3 qu'elle fit com- 
battre pour ses interets. Cette femme regne encore. Si eile n'a 
pas remplace les provinces qu'elle a perdues, 4 par d'autres qu'elle 
a conquises, eile a trouve des tresors en mettant de l'ordre dans ses 
finances, et ses revenus montent aussi haut que ceux de l'empereur 
Charles VI du temps meme qu'il possedait^Naples. 5 On compte 
ses revenus a 26 millions par annee. Actuellement eile entretient 
140000 hommes; eile peut augmenter ce nombre ä 200000, si 

1 Die Vorlage wiederholt noch einmal die Worte : en s'affaiblissant. — 
2 Maria Theresia. — 3 Ungarn. — 4 Vergl. S. 3. — 5 Im Frieden zu Wien 
(i73&) musste Karl VI. auf das Königreich Neapel verzichten. 



- 200 

l'occasion et la conjoncture le demande[nt]. Sa puissance serait plus 
redoutable encore, si eile n'etait [pas] obligee de decompter par 
annee 8 millions d'ecus, pour payer le dividende, et un fonds pour 
amortir les dettes qu'elle a contractees durant la derniere guerre. 
Elle a eu l'art de trouver et de choisir d'habiles ministres; son 
Conseil est superieur, par la sagesse et par une conduite syste- 
matique, ä ceux de tous les autres rois. Elle fait tout par elle- 
raeme. Son fils ' se laisse par eile instruire dans les affaires et 
suit ses impulsions. Le prince Kaunitz et Hatzfeldt sont ses meilleurs 
ministres. Les generaux qui ont le plus de celebrite, sont Lac) T et 
Laudon ; si eile venait ä les perdre, il lui serait difficile d'en choisir 
de pareils parmi le grand nombre qui lui reste. Cependant, jusqu'ä 
present, la cavalerie autrichienne est mauvaise; son infanterie vaut 
mieux, surtout pour les postes, et son corps d'artillerie est aussi 
bon qu'il peut etre. 

Mettez-vous bien dans Tesprit qu'il n'y a aueun grand prince 
qui n'ait 2 pas dans la t^te l'idee d'etendre sa domination. L'Impera- 
trice-Reine sans doute a son coin d'ambition comme les autres. La 
politique veut que ces desseins soient couverts de volles impene- 
trables, et que l'on en differe l'execution, faute de moyens pour [le] 
faire avec avantage. II ne faut donc attribuer le Systeme paeifique 
que la cour de Vienne affiche, qu'aux t8o millions d'ecus qu'elle 
doit et qui l'obligerai[en]t de faire banqueroute, si une guerre sur- 
venait, avant qu'elle en eüt acquitte une partie considerable. 

Je devrais sans doute m'etendre sur le sujet de l'empereur 
Joseph. Je ne l'ai point vu, et il faut se defier des bruits publics 
qui courent des jeunes princes. On peut cependant assurer avec 
certitude qu'il marque de preference un grand penchant pour 
l'economie et pour l'ordre des affaires : c'est ce que temoignent ses 
actions. D'autres veulent savoir qu'il a l'esprit rempli de projets 
d'agrandissement, qu'il medite la conquete de la Baviere ä l'extinc- 
tion de la maison electorale ; 3 d'autres pretendent qu'il se flatte de 
s'emparer de la republique de Venise par droit de bienseance. Ces 
projets me paraissent trop vagues pour que l'on puisse compter 
lä-dessus. 11 faut attendre apres qu'il aura succede ä l'Imperatrice, 
sa mere, pour juger par ses actions de son caractere et des desseins 
dont il est capable. 

Vous parlerai-je du Saint-Empire romain, qui n'est ni 

1 Joseph IL, seit dem Tode Franz' I. (1765) Römischer Kaiser und Mit- 
regent. — 2 Vorlage: est. — 3 Vergl. P. C. Bd. XXIV, 416. 420; XXV, 
3*3- 387. 392; XXVII, 573- 585. 



/ 



201 

romain ni saint, de ce chaos de petits Etats, trop faibles pour agir 
par eux-memes et toujours englobes dans la masse de quelque grande 
alliance? La se presentent les Electeurs ecclesiastiques devoues ä 
la cour de Vienne, dont ils sont les creatures ; la c'est l'electeur de 
Baviere 1 assujetti par son voisinage ä la cour imperiale. Ici c'est 
l'electeur de Saxe, 2 rejeton de rois dont il n'a conserve que la 
fierte, situe entre la Prusse et l'Autriche, prevoyant ä chaque guerre, 
quelque allie qu'il choisisse, la ruine de son pays. II a 4 300 000 [ecus] 
de revenus et 40 millions de dettes. II peut entretenir un corps de 
30000 hommes de mauvaises troupes, dont le sort a ete, depuis la 
bataille de Mühlberg, 3 d'etre battues dans toutes les occasions. 
Cette maison conserve toujours l'esperance de remonter sur le tröne 
de Pologne, idee qui peut se realiser, mais au plus grand prejudice 
de la Saxe. 

D'un autre cOte se presente l'electorat de Hanovre qui, faible 
par lui-meme, joue toutefois un röle en Allemagne, parceque cet 
Electeur est roi d'Angleterre. L'electorat rapporte 3600000 ecus. 
On a vu les troupes de Hanovre former un corps de 24000 hommes; 
a present ils n'en entretiennent que 13, et le roi d'Angleterre ne 
considere cet electorat qu'avec indifference , comme une province 
dependante de la Grande-Bretagne. 

Si nous poussons plus avant, nous trouvons l'Electeur pa- 
latin, plus dependant de la France que de l'Empire. Son revenu 
monte environ ä 3 millions d'ecus. II a deux forteresses: Man- 
heim, sa capitale, et Düsseldorf. II a une milice de 12000 hommes, 
ä peine süffisante pour defendre ces deux places. 

Viennent ensuite les ducs de Brunswick, de Württem- 
berg, de Gotha, le landgrave de H e s s e , les eveques de Bam- 
berg et de Würzbourg, princes qui peuvent fournir quelques 
troupes pour des subsides, et qui, au demeurant, influent peu dans 
les grandes affaires. La France, la maison imperiale, l'Angleterre 
et nous autres decidons du parti que ces princes prennent. Ils sont 
comme les Suisses: ils se vendent au plus offrant et, souvent par 
crainte, ils prennent des partis contraires ä leurs interets. 

Les deux grandes puissances de ce. corps si mal compose, ce 
sont la maison d'Autriche et celle de Brandebourg. Leur equilibre 
maintient les privileges, les possessions et la liberte de cette repu- 
blique de princes, qui a risque plus d'une fois dans les temps passes 
d'etre opprimee par les Empereurs. Depuis la paix de Westphalie, 
le pouvoir imperial, restreint a de justes bornes et contenu par la 

1 Maximilian III. Joseph. — 2 Friedrich August. — ' 24. April 1547. 



202 

rivalite de la Prusse , ne se deborde plus comme autrefois. Meme 
dans cette derniere guerre, l'Empereur n'a pas ose risquer de me 
mettre avec le roi d'Angleterre et les princes de notre parti au 
ban de 1' Empire, quoiqu'il en eüt bonne envie. 1 

En passant le Rhin nous trouvons la France, tantöt redou- 
table, tantöt faible, selon qu'elle a ete bien ou mal gouvernee. 
Louis XV retire de ce ro}~aume ico millions d'ecus, dont il en 
faut decompter 40 millions, pour payer les immenses dettes dont 
le gouvernement est charge. L'affreuse depense et le brigandage 
des ministres, des financiers et des. intendants a, depuis le ministere 
du cardinal de Fleury, bouleverse tout Tordre de la recette et de 
la depense. Quatre ministres ou plutöt quatre rois se partagent le 
gouvernement de ce royaume : celui des finances, celui de la guerre, 
celui de la marine et celui des affaires etrangeres, et chacun y fait 
ce qu'il veut. 2 Ils ont une chambre de comptes, et depuis 25 ans, 
il n'y a point eu de compte rendu ni revu: c'est encourager le bri- 
gandage en lüi procurant pleine securite. Les dettes de l'Etat sont si 
monstrueuses qu'ä la premiere guerre le Roi sera oblige de declarer 
la banqueroute, qu'il fait dejä en partie. Dans cette annee 1768, a 
peine le Roi a-t il 100 [cco] hommes, y compris la milice, dans son 
royaume. La marine n'est pas retablie; au lieu de 80 vaisseaux de 
ligne que la France devrait avoir dans ses ports, on lui en compte au 
plus 50. Le comte de Choiseul, sans en avoir le nom, fait les fonctions 
de premier-ministre ; c'est un homme d'un esprit inquiet et leger. Je 
crois que le defunt Pape 3 qui etait infaillible, ne se trompait pas, quand 
il le definissait en disant qu ec ' etait un fou qui avait bien de l'esprit. 4 
Le pacte de famille 5 est de tous ses projets, depuis qu'il est ministre. 
celui qui lui fait le plus d'honneur. Reste a savoir comme il se tirera 
de sa conquete de la Corse. 6 II n'y a aetuellement en France ni 
grands generaux de terre ni de grands marins. La legerete, Tin- 
application et une inconstance inherente a cette nation Tempechera 
de briller par les armes, jusqu'au temps qu'il s'eleve quelque esprit 
superieur et capable de les rendre victorieux en depit de ieurs 
defauts. 

La politique de la France n'est point d'accelerer la guerre dans 
ce moment ici, parceque c'est pousser ou precipiter sa banqueroute, 
et par une inconsequence frappante eile entreprend l'expedition de 

1 Vergl. unten S. 228. — 2 Vergl. S. 37- 3«. — "> Papst Benedict XIV. — 
4 Vergl. P. C, Bd. XXV, 175. — 5 Der am 15. August 1761 zwischen Frank- 
reich, Spanien, Neapel und Parma geschlossene bourbonische Familienpact. 
der seine Spitze gegen England richtete. — 6 V r ergl. S. 19°- 



203 

Corse. C'est son argent qui souleve les Turcs contre les Russes. x 
Elle brouille le Portugal avec l'Angleterre, 2 pour faire perdre a 
cette derniere puissance le commerce lucratif qu'elle avait etabli 
avec les Portugais, et il faut s'attendre, quoiqufc mons[ieur] de 
Choiseul doive desirer la paix, qu'il attisera les premieres etincelles 
qui donneront Heu ä une nouvelle guerre. 

. Le pacte de famille et les liaisons intimes de la France avec 
l'Espagne m'entrainent ä vous parier des successeurs de Charles - 
Quint, bien degeneres de leur gloire et de leur puissance. L'Es- 
pagne m'est moins connue que la France, parceque ce royaume 
influe moins sur notre politique que les autres. On donne ä l'Es- 
pagne 24 millions de revenus; je ne saurais garantir cette somme. 
La depense qu'elle fait, n'y repond pas. On lui compte 55000 
hommes tout au plus de troupes de terre et trente vaisseaux ä 
mettre en mer. II parait que le maitre du Potosi et du Mexique 
devrait etre plus puissant, et qu'il y a quelque vice dans l'admini- 
stration des finances. Le sieur d'Aranda, qui gouverne ä present 
cette monarchie, a trouve une ressource nouvelle pour augmenter 
les revenus de son maitre, qui est de seculariser les riches abbayes, 
les gras 3 couvents et les institutions que le fanatisme et la super - 
stition ont fondees. 4 II est impossible de vous marquer quel en peut 
etre le produit, parceque de raison je me suis plus applique ä ce 
qui regarde ma propre administration, qu'ä ce qui me touche d'aussi 
loin que l'Espagne, avec laquelle nous ne pouvons etre en relation 
que relativement ä nos exportations de toile. II [ne] faut considerer 
l'Espagne, dans le moment present, qu'en qualite d'une puissance 
absolument dependante de la France. Elle peut avoir beaucoup 
d'influences sur ce qui regarde l'Italie, mais peu ou point pour notre 
Allemagne, a moins que le Conseil de Vienne, superieur en ses 
vues et dans ses negociations , ne l'engageät a faire des avances 
d'argent consideralples ä la maison imperiale. 

Je ne dirai que deux mots en passant sur le Portugal. Je 
serais bien embarrasse de vous donner de justes notions de ce 
royaume, parceque des relations contradictoires m'empechent d'en 
porter un jugement solide. II est sür que le possesseur du Bresil 
et du Portugal emprunta des sommes considerables des Anglais, 
lorsque le tremblement de terre renversa Lisbonne et quelques 
autres villes de ce royaume ; 5 il est sür qu'il eut recours aux Anglais 



593- 
ber 1755 



Vergl. S. 198. - 2 Vergl. P. C, Bd. XXVI, 384. 395; XXVII, 578. 
' Vorlage: gros. — 4 Vergl. S. 220 Anm. 6. — 5 Am 1. Novem- 



— 204 

dans la guerre que PEspagne lui fit en dernier lieu. » II n'entre- 
tient que 24000 hommes qui encore sont mal pa} T es; il n'a pas au 
delä de 10 vaisseaux de guerre ä sa disposition. De lä je dois 
conclure que le Bresil et le Portugal ensemble ne rapportent pas 
de grands revenus, et que les calculs qu'on en a tires dans les 
pays etrangers, ont ete de beaucoup exageres. Le roi de Portugal 
recoit beaucoup de diamants bruts du Bresil ; mais quel temps faut- 
il pour les vendre? et eombien ne faut-il pas en retarder la vente 
pour n'en pas faire tomber les prix"? D'ailleurs, le Portugal a si 
peu d'influence en Europe que je ne dois pas m'appesantir sur son 
sujet. II peut fournir l'occasion d'une guerre avec. l'Angleterre: 
v T oilä tout ce qui nous importe d'en savoir. 

Pour TAngleterre, eile nous touche de plus pres, parce- 
qu'il ne se fera rien en Europe dont eile ne soit directement ou 
indirectement melee. Le revenu dont cette puissance peut disposer 
en temps de paix , ne passe guere 1 8 millions. Le reste des taxes 
est employe au payement de son dividende ; jusqu'ä present, depuis 
la derniere guerre, il n'y a point de fonds d'amortissement etabli, 
parceque le courant de la depense a meme surpasse le revenu. 
Aucune puissance de l'Europe jamais n'a fait autant valoir le credit 
ideal que TAngleterre. Elle a ete assez habile pour attirer ä eile 
l'argent de tous les autres Etats. Les Suisses, les Hollandais, les 
Allemands et les Francais meines y ont place leurs capitaux ; mais 
comme il y a un terme ä tout, et que les prodigieuses sommes 
qu'elle doit, surpassent la valeur de tout cet empire, eile se trouve 
sur le point d'une faillite. Les ministres qui le gouvernent ä present, 
sont embarrasses du choix des impöts qu'ils sont obliges de mettre 
sur les peuples, pour fournir au courant de la depense. Ils ont 
cependant une ressource qu'ils se reservent pour la derniere ne- 
cessite, qui est d'imposer une taxe proportionnelle sur les terres 
qui se sont cotisees arbitrairement du temps du roi Guillaume III. 
Cela peut leur procurer un revenu annuel de 8 millions d'ecus, 
süffisant pour contracter encore 160 millions de dettes, somme 
süffisante pour soutenir encore quelque campagne, malgre les vols 7 
les depredations et le brigandage tolere dans ce pays en tout ce 
qui s'appelle depense de guerre. L'Angleterre entretient 200 vais- 
seaux de ligne; eile paye, tant dans ses trois royaumes que dans 
ses possessions d'Asie et d'Afrique, 80 000 hommes de troupes de 

1 Im Jahre 1762, um Portugal zum Anschluss an den bourbonischen 
Familienpact zu zwingen (vergl. S. 202 und P. C. Bd. XXI, 587. 591 • 
XXII, 624). 



205 

terre ferme. Elle s'est vue, dans la derniere guerre, la souveraine 
des mers. Ses troupes de terre nationales et subsidiaires ont prospere 
dans toutes les contrees oü eile les a employees. 

Mais tous ces avantages ont ete aneantis par une paix preci- 
pitee. Un Bute, precepteur du roi d'Angleterre regnant, un homme 
jusqu'alors inconnu de toute l'Europe, est devenu le ministre de son 
pupille. L'illusion lui fit croire qu'il deviendrait l'idole de la nation 
en precipitant la paix; il la fit en sacrifiant tous les allies de 
l'Angleterre, surtout en usant envers moi des procedes infames, 
dont vous trouverez des traces dans nies memoires. T Cet homme 
perdit tous les avantages que les Anglais avaient gagnes par leur 
valeur. II s'eleva contre lui des factions qui subsistent encore, et 
dont les divisions perdent toute la consideration dont l'Angleterre 
devrait jouir vis-ä-vis des puissances etrangeres. Les Francais, 
qui se sont apercus de ce vice du gouvernement , ont entrepris 
l'expedition de Corse* par la seule raison qu'ils ne comptaient pour 
rien le gouvernement actuel. A cela se Joint l'esprit de sedition 
qui regne dans les colonies de Boston, de la Nouvelle-York et dans 
celles de Pensylvanie, 3 d'oü Ton peut conclure qu'un gouvernement, 
tellement occupe chez lui, et des ministres, sans cesse attentifs ä 
se maintenir en place, ne seront pas entreprenants. Reste ä savoir 
si le Roi sera le maitre du nouveau Parlement qui s'assemble, 4 ou 
s'il ne le sera pas. Pour epuiser cette matiere, il faut remonter ä 
sa source et vous dire que c'est la princesse de Galles, 5 la mere 
du Roi, qui est la premiere cause de tant de troubles. C'est eile 
qui soutient ce Bute qui, des eaux de Bareges, gouverne la Grande- 
Bretagne; 6 c'est eile qui, apres la mort de Bute, placerait le pre- 
mier de ses amants a la tete des affaires pour gouverner par lui. 

' In den von Frankreich und England gezeichneten Präliminarien 
von Fontainebleau (3. November 1762), denen am 10. Februar 1763 der 
Friedensschluss zu Paris folgte, wurden die preussischen Besitzungen am 
Rhein 'nicht mit einbegriffen. Vergl. P. C, Bd. XXII, 6ij. 614, und 
ÖEuvres, Bd. 5, S. 213 und 220 ff. — 2 Vergl. S. 19°. — 3 Die starke Be- 
steuerung der amerikanischen Colon ieen nach dem Kriege führte zu 
starken Differenzen mit dem Mutterland. Die Colonieen erzwangen 1766 
die Aufhebung der ein Jahr zuvor eingeführten Stempelsteuer. In Boston 
kam es 176S zu Unruhen, doch erst 1773 brach der offene Conflict aus. 
Vergl. P. C, Bd. XXV, 385 ; XXVI, 3S3; XXVII, 576. — 4 Am 8. November 
1768 trat das Parlament zusammen. — s Prinzessin Augusta von Wales, 
die Wittwe des 1751 gestorbenen Prinzen Friedrich Ludwig von Wales. — 
ft Um sich vor dem Häss des Volkes zu retten, hatte Bute im Sommer 1768 
England verlassen und sich zum Kurgebrauch nach Bareges in Frank- 
reich begeben. Vergl. P. C, Bd. XXVII, 266. 



206 

Ainsi, que Bute meure ou qu'un autre lui succede, ce sera la meme 
chose, parceque cette Princesse, douee de peu de genie, conservera 
jusqu'ä sa mort ce meme esprit d'intrigue. 

Quel est donc le Systeme de l'Angleterre? Aucun. Elle en 
prendra un, lorsque la nation forcera le ministere ä rompre avec 
les puissances du Sud , x qui ne tarderont pas ä lui en fournir une 
bonne occasion. II ne faut pourtant pas croire avec legerete que 
l'Angleterre est sur son declin. Si la guerre a Heu, il y aura 
quantite de ministres renvoyes, jusqu'ä ce qu'il se presente un homme 
de genie, capable de conduire superieurement les affaires. L'Angle- 
terre ne manque point de bons officiers de marine, qui suivent 
moins les ordres du ministere que Fimpulsion de leur genie, et qui 
sont capables d'executer de grandes choses. Et si j'en dois juger 
sur les notions que je me suis procurees, il est plus apparent que 
la France touche ä une banqueroute generale que FAngleterre. 
C'est un evenement nouveau auquel il faut s'attendre ä la premiere 
occasion, que de voir une puissance obligee par une banqueroute 
ä faire la paix avec ses ennemis. Je ne dois pas oublier de vous 
dire que le principe des Torys, qui gouverne[nt] ä present l'Angle- 
terre, est de ne penser qu'aux avantages du commerce de la nation, 
d'eviter toute guerre de terre ferme ainsi que toute alliance avec 
les puissances du Continent. Quelque faux, quelque absurde que 
soit ce principe, il est bon de le connaitre, pour ne point prendre 
de fausses mesures avec cette puissance, tant que les Torys ont le 
gouvernement en main. 

J'ai peu de choses ä vous dire de la H o 1 1 a n d e , qui du temps 
passe jouait un si grand röle. Elle est tombee, parcequ'elle a 
neglige sa marine et son militaire; encore plus, parceque, chez les 
particuliers, cet amour de. la patrie qui constituait le caractere d'un 
vrai Hollandais, s'est eteint, que les negociants excessivement en- 
richis preferent leur avantage particulier a l'avantage public, et 
que, dans un Etat republicain, les deliberations sont lentes, et que 
les resolutions se prennent presque toujours, quand il n'est plus 
temps de les executer. La Republique entretient actuellement 
24000 hommes; eile n'a que 12 vaisseaux pour mettre en mer. 
Ses ressources sont immenses, mais eile manque de la premiere 
chose et de la plus necessaire dans l'Europe : de la consideration. 
La derniere guerre que les Republicains ont faite, 2 a decredite leur 
militaire et, durant les derniers troubles de l'Allemagne, les Fran- 

1 Spanien und Frankreich. — 2 Für Hollands Theilnahme am öster- 
reichischen Erbfolgekrieg vergl. S. 81. 



207 

cais les ont asservis d'une facon humiliante. La reputation perdue 
ne se regagne pas si vite; il faut que la posterite repare, par une 
conduite ferme et par les plus grands efforts, les fautes passees. 

II me reste a vous parier succinctement de la Suede, du Dane- 
mark, du roi de Sardaigne et du roi de Naples. 

Depuis la Diete de 1755, le gouvernement suedois est devenu 
entierement republicain. ■ Le Roi y figure ä peu pres comme un 
premier senateur sans credit; le Senat, sans le consulter, marque 
de son sceau des edits et d'autres pieces, et il arrive souvent que 
le Roi trouve son seing dans des pieces publiques qu'il est bien 
sür de n'y avoir pas appose. La derniere guerre et les depreda- 
tions des Senateurs ont acheve d'epuiser d'especes un pays d'ailleurs 
pauvre et qui paye la balance du commerce ä tous ceux qui tra- 
fiquent avec lui. Le revenu de ce royaume monte ä 3 millions 
d'ecus; encore ne se pergoivent-ils qu'en billets de banque. Ils 
entretiennent 40000 hommes, tant troupes nationales qu'etrangeres, 
dont il faut compter 30000 paysans attaches ä leurs boställen r 
arrangement vicieux qui leur donne de mauvais laboureurs et de 
mauvais soldats. Ils ont 20 vaisseaux, tant de fregates que de 
ligne, mal entretenus et mal equipes. Pendant la derniere Diete de 
T766, le Senat a ete assez malhabile pour decrediter lui-meme la 
banque de Stockholm , 2 d'oü il est venu que Targent comptant est 
devenu aussi rare dans cette capitale que les lettres de change. 
Deux factions partagent le royaume; une partie du Senat est pour 
la France, l'autre pour la Russie ; il n'y a que le parti de la Suede 
pour lequel personne ne se declare ; la faction russe est ä present 
la dominante. 

Le royaume, dans Textreme affaiblissement oü il se trouve, est 
dans une impuissance morale de se meler des interets qui agitent 
TEurope. Ce ne serait qu'en prodiguant de grosses sommes que 
quelque puissance prodigue pourrait lui fournir, que la Suede 
pourrait mettre des troupes en campagne; encore le nombre ne 
passerait pas 18000 hommes. Elle manque de bons ministres 
comme d'habiles generaux et d'amiraux experimentes. 

1 Für den stürmischen Reichstag von 1755/56, der nach dem miss- 
lungenen Staatsstreich der „Hofpartei" die Macht der Krone noch mehr 
einschränkte, vergl. P. C, Bd. XI, 486; XII, 5H. 5*5; XIII, 618. — * Der 
Reichstag von 1765/66 hatte die schon seit Jahren bestehende Misswirth- 
schaft der Finanzverwaltung schonungslos aufgedeckt; besonders scharf 
war sein Vorgehen gegen die schwer belastete Bankverwaltung. VergL 
P. C, Bd. XXIV, 168. 430. 



— 208 

On compte au roi de Dane mark 3600000 de revenus. II a 
des dettes et peu de ressources pour ses finances. II entretient 
actuellement 24000 hommes de troupes etrangeres et une milice de 
30 000 hommes, repandue dans ses Etats, mais qu'il ne saurait ras- 
sembler longtemps, faute des fonds pour les payer. Vous voudriez 
peut-etre savoir quel est le Systeme politique de ce gouvernement ? 
Je serais bien embarrasse de vous le dire. Je crois qu'ils n'en ont 
aucun, qu'ils sont pacifiques par impuissance, qu'ils se flattent de 
l'acquisition du duche de Holstein- Gottorp T (que je [ne] voudrais 
cependant pas leur garantir), et qu'ils prendront des subsides de 
qui leur en donnera pour ne rien faire. Ils ont une bonne flotte 
de 30 vaisseaux, bien entretenue. C'est la partie de leur gouverne- 
ment qui est le mieux administree. 

Nous voici enfin en Italic Le prince temporel le plus puissant 
dans ces beaux climats est sans contredit le roi de Sardaigne. 
II est le maitre des Alpes; il en peut rendre le passage si difficile 
aux Francais qu'ils ne pourront point se soutenir en Italie, a moins 
que ce Prince ne soit leur allie. Les pays du roi de Sardaigne 
sont plus ouverts du cöte du Milanais, et il me parait qu'il a plus 
lieu d'apprehender la maison d'Autriche que celle de Bourbon. Ses 
revenus montent a 6 millions d'ecus; il entretient 30000 hommes ä 
present ; il peut en payer 40 000 en temps de guerre. Ses forte- 
resses constituent sa principale depense; c'est lui qui a fortifie les 
Alpes. D'excellents Ingenieurs qu'il a ä son service, ont invente 
une methode nouvelle qui, selon mes connaissances, peut rendre im- 
prenables les places qui se trouvent dans des rochers. L'alliance 
de l'Imperatrice-Reine et des rois de France et d'Espagne met la 
politique du roi de Sardaigne hors d'activite; pour qu'il se fasse 
valoir, il faut que ces puissances soient brouillees, pour qu'il 
puisse choisir celui des partis avec lequel il croit trouver le plus 
d'avantages. 

Je considere le royaume de Naples proprement comme une 
province dependante de l'Espagne. Les Deux-Siciles ne rapportent 
que 4 millions. Le roi de Naples ne peut guere entretenir au dela 
de 16000 ä 18000 hommes, et quelque guerre qui se fasse en Italie, 
pour qu'il s'y soutienne, il faut que le roi d'Espagne lui envoie une 
flotte et des troupes. 

Don Philippe, 2 le dernier des princes apanages de la famille 
d'Espagne, possede le Parmesan et le Plais antin, pays d'un 

1 Vergl. S. 45 und 192. — 2 Vielmehr Herzog Ferdinand L; sein Vater. 
Philipp, war bereits 1765 gestorben. 



209 

si mince produit qu'il retire des pensions de l'Espagne et de la 
France, pour entretenir sa maison avec dignite. 

De notre Systeme. 

Apres avoir parcouru ce tableau general de l'Europe et nous 
etre fait une idee des gouvernements actuels de ces Etats, il faut 
maintenant rassembler tous ces objets epars et les ramener aux 
vues que notre politique doit se proposer. 

Je vois d'abord quatre grandes puissances qui Temportent sur 
les autres, et qui jouent le premier röle sur le theätre des vicissi- 
tudes que nous appelons le monde: c'est la France, TAngleterre, 
la cour imperiale et Timperatrice de Russie. Nous voyons, d'un 
cOte, les Bourbons. unis par leur pacte de famille, allies ä l'Im- 
peratrice-Reine ; d'un autre, TAngleterre isolee et menacee d'une 
guerre de la part de ces puissances liguees. Nous voyons ensuite 
dans le Nord la Russie, alliee avec la Prusse, la Suede, le Dane- 
mark et la Pologne. Les autres rois et princes figurent ä peu pres 
comme les dieux secondaires chez les pai'ens. 

A present le but de la politique francaise est de miner l'Angle- 
terre, de saper son commerce et de se preparer, conjointement 
avec l'Espagne, ä lui susciter le plus d'embarras qu'il sera possible, 
pour lui faire ensuite avec superiorite une guerre vive par terre 
en Amerique et par mer, oü l'occasion s'en presentera. La maison 
d'Autriche se propose d'acquitter ses dettes, pour se trouver par 
la suite des temps en etat de nous depouiller de la Silesie. La 
Russie s'est melee de troubler la Pologne, plus par vanite que par 
ambition. 

Apres la derniere guerre, toute sorte de raisons me determi- 
nerent ä conclure une alliance avec cette puissance. x Premiere- 
ment, parceque ce fut la premiere qui, se detachant de nos ennemis, 
conclut avec nous une paix particuliere; 2 en second lieu, parceque 
l'Imperatrice ne rompit point cette paix ä son avenement au tröne ; 3 
en troisieme lieu, parceque nous avions besoin d'une paix stable 
pour reparer les malheurs de la derniere guerre, et que rien n'y 
pouvait contribuer davantage que notre alliance avec la Russie. II 
faut convenir qu'il y a quelques objections ä faire contre cette 
alliance: nous avons ete obliges de nous preter aux mesures que 

1 Die Defensivallianz mit Russland wurde am H. April 1764 ab- 
geschlossen (vergl. P. C, Bd. XXIII, 545. 546). — 2 Am 5. Mai 1762 (vergl. 
S. 19 6 Anm. 2). — 3 Am 9- Juli i7 62 - 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 14 



210 — 

l'Imperatrice avait prises pour l'election d'un roi de Pologne ; \ 
nous avons ete obliges de fermer les yeux sur les troubles qu'elle 
a excites en Pologne, pour proteger les Dissidents, augmenter les 
droits du Roi, surtout pour intervenir par sa garantie, afin de rendre 
inebranlables les changements dans la forme de gouvernement 
qu'elle avait introduite dans ce royaume. - II faut convenir que 
nous avons ete obliges de nous preter ä des arrangements que 
nous ne pouvions pas tout-ä-fait approuver, et qui n'etaient pas 
entierement conformes ä nos interets- mais qu'on reflechisse que 
la Russie serait parvenue egalement ä ses fins en se liguant avec 
la maison d'Autriche, et que, sans toutes ces complaisances, nous 
n'aurions pu conclure avec eile notre traite. II faut se rappeler de 
plus que, le moment que la paix de Hubertusburg se conclut, nous 
ne pouvions choisir d'autre allie que la Russie, que les Anglais ne 
nous avaient non seulement abandonnes, mais trahis, 3 que les 
Francais nous avaient marque trop d'animosite, et de plus, qu'ils 
etaient allies avec les Autrichiens, nos ennemis irreconciliables. 
Notre position actuelle nous mettait donc dans la necessite de nous 
Her avec cette puissance preferablement aux autres. En politique 
il ne faut point avoir de predilection pour im peuple et d'aversion 
pour un autre. II faut suivre aveuglement l'interet de l'Etat et 
s'unir avec la puissance dont, dans le moment, les interets s'ac- 
commodent le mieux avec ceux de la Prusse. 

Si je [suis] sur le point de convenir d'un traite de commerce 
avec la France, 4 c'est uniquement pour donner une nouvelle im- 
pulsion ä notre commerce languissant, pour etendre nos exportations 
et pour attirer de l'argent etranger dans le pays qui manque d'es- 
peces. II faut regarder ce traite comme un avantage passager dont 
il faut user, tant qu'il dure. 

Nos interets permanents exigent que nous continuions nos 
liaisons avec Fimperatrice de Russie, que nous les resserrions meme. 
L'occasion de la rupture des Turcs nous est favorable. J'espere, 
comme les Russes ont besoin de moi, de prolonger la duree de 
notre alliance de 10 ans et de les engager a nous garantir la suc- 

1 Für die Erhebung des russischen Candidaten Stanislaus August 
Poniatowski auf den polnischen Thron vergl. P. C, Bd. XXIII, 536 — 542. 
545 — 547. — 2 Katharina II. betrieb die Herstellung der confessionellen 
Parität in Polen. Es kam zu einer Reform der polnischen Verfassung. 
Der Reichstag von 1 767/68 setzte die neuen Grundgesetze fest, für welche 
Russland in einem Vertrage vom 24. Februar 1768 die Garantie übernahm. 
Vergl. P. C, Bd. XXIII, 542; XXIV, 423. 428; XXV, 394. 398; XXVI, 391. 
393- 394- 398; XXVII, 589. 591. 592. — 3 Vergl. S. 205. — 4 Vergl. S. 125. 



211 

cession de Baireuth et d' Ansbach. J Ce sont des provinces qui 
doivent nous retomber par droit de succession, 2 que les Autrichiens 
nous envient, 3 et dont nous obtiendrons la possession ou bien un 
dedommagement plus a notre portee et qui arrondisse le corps de 
l'Etat. 

La politique la plus sage est d'attendre l'occasion, de voir alors 
dans quelles conjonctures on se trouve, et d'en profiter selon qu'elles 
nous semblent favoriser. Ceux qui pretendent amener les evene- 
ments, s'y trompent presque toujours et voient leurs desseins 
echouer. 4 Que n'a pas tente la politique, pour regier d'avance la 
succession d'Espagne, et comment Tevenement n'a-t-il pas fait 
tourner ä rebours les projets que les ministres avaient formes ! s 
Si 6 vous voulez des exemples plus frappants , rappelez-vous les 
projets que tant de puissances concurent contre nous, cette derniere 
guerre, et voyez ce qui en est resulte! Le plus sür est de saisir 
l'evenement et d'en profiter, quand il arrive. 

La plus grande erreur dans laquelle on puisse etre, est de 
croire que des rois ou des ministres s'interessent ä notre sort. Ces 
gens naiment qu'eux-m£mes ; leur inter€t est leur dieu. Leur style 
devient insinuant et flatteur ä proportion qu'ils ont besoin de vous. 
Ils vous jureront avec une faussete infame que vos interets leur 
sont aussi chers que les leurs ; mais ne les croyez pas et bouchez 
vos oreilles aux chants de ces sirenes. 

L'on sait ä peu pres ä quoi s'attendre des grandes puissances 
avec lesquelles on peut avoir ä traiter. Les Anglais vous payeront 
des subsides et vous considereront comme un manoeuvre mercenaire 
que Ton met dehors, du moment qu'on n'a plus besoin de son 
ouvrage. Les Francais donnent difficilement des subsides ou les 
rendent faibles, parcequ'ils sont oberes eux-memes. Pour vous faire 
entrer dans leurs vues, ils vous offriront la possession de la lune, 
pourvu que vous vous donniez la peine de la conquerir. Les 
Autrichiens sont lents dans leurs deliberations et regardent leurs 
allies plutöt comme leurs Sujets qu'en puissances independantes qui 
s'unissent ä eux pour des avantages communs. Les Russes exigent 
plus de leurs allies qu'ils n'ont intention de faire pour eux. 

1 Für den Antrag der Verlängerung der Allianz unter den obigen 
Bedingungen, den der König Anfang November 1768 in Petersburg stellte, 
vergl. P. C, Bd. XXVII, 420. 421. $97- — * Vergl. S. 60 und 214. — 3 Bereits 
bei den Verhandlungen in Hubertusburg hatten die Oesterreicher versucht, 
die künftige Wiedervereinigung der Markgrafenthümer mit der Krone 
Preussen zu verhindern (vergl. P. C, Bd. XXII, 438. 439). — 4 Vergl. 
S. 57—59. — 5 Vergl. S. 58. — 6 Vorlage: que si. 

14* 



212 

Teiles sont les grandes puissances de l'Europe. II faut de 
l'habilete, de la souplesse, de l'intrigue et de la depense, pour en 
tirer parti et les obliger de concourir, sans qu'ils remarquent, au 
but oü Ton tend. On peut engager facilement les Franeais dans 
une guerre en flattant leur vanite, en leur representant qu'il serait 
contre leur dignite qu'ils ne se m€lassent pas de tout ce qui se 
passe en Europe. C'est un grand embarras pour leurs allies que 
leurs mauvaises mesures en temps de guerre* apres avoir debute 
par quelque coup d'eclat, vous les voyez battus et chasses, pour 
peu que la guerre dure. C'est ce qui leur est arrive si souvent en 
Italie, en Allemagne apres Höchstädt, T en Flandre apres l'af faire 
de Ramillies, 2 dans la guerre de 1740 en Boheme 3 et en Baviere; 
dans nos derniers troubles , comment n'ont-ils point ete traites ! 
Leurs allies ne sauraient compter sur leur assistance; tant un 
caractere d'inconsequence et de legerete domine dans toutes leurs 
actions. 

La premiere attention d'un prince doit etre de se soutenir. la 
seconde celle de son agrandissement. Ce Systeme demande de la 
souplesse et qu'on se prete ä tout pour l'executer. Tan tot on va 
ä la bouline, tantöt on vogue ä pleine voile ; mais il ne faut jamais 
perdre son objet de vue. Ce qui ne reussit pas le premier jour. 
parvient ä maturite par le temps, et le moyen de cacher son am- 
bition secrete, est d'affecter des sentiments pacifiques jusqu'au 
moment favorable oü Ton peut deployer ses vues secretes. Voila 
comme en ont agi tous les grands politiques. C'est un principe 
dont on ne peut s'ecarter, sans irriter la Jalousie de toutes les 
nations et leur donner le temps de prevenir vos projets. 

C'est encore une grande question: quand il est permis de 
f rapper ce qu'on appelle de grands coups d'Etat? (j'adoucis les mots; 
cela signifie : quand on doit duper les autres ?) Ceux qui croient 
que ces procedes sont legitimes, les excusent en alleguant que Ton 
ne prend des engagements et que Ton n'a ä traiter qu'avec des 
fourbes et des fripons, ainsi qu'il est permis de leur rendre la 
pareille. D'autres sont d'avis que les fourbes se decreditent eux- 
memes, et qu'on reprochait meme au cardinal de Mazarin qu'il 
avait un grand defaut en politique: c'est qu'il etait fripon en petit 
comme en grand. A mon avis, il faut s'ecarter le moins que l'on 
peut, de la probite. Si l'on voit qu'un autre prince ne chemine 
pas droit, il est sans doute permis de lui rendre la pareille, et s'il 

1 Vergl. S. 79- l ^ 2 - — 2 Vergl. S. 79- — 3 Vergl. S. 7°- 7 l - 



213 

y a des cas oü le manque ä ses engagements soit excusable, c'est 
quand le salut ou le plus grand bien de l'Etat le demande. 

Abandonnons ces horreurs; on peut se les epargner et meme 
eviter des positions desagreables en examinant bien les traites 
d'alliance que Ton veut conclure, en evitant les sens equivoques 
et ne promettant que des choses possibles que Ton a l'intention 
d'executer. La prudence veut neanmoins qu'on ne se fie ä ses 
allies qu'ä bonnes enseignes, qu'on veille sur leur conduite, et que 
Ton compte moins sur leur assistance que sur ses propres forces. 
On ne fait jamais d'acquisitions que par soi-meme. Les princes 
qui se sont flattes que leurs amis concourraient ä l'ouvrage de leur 
grandeur, en ont ete detrompes par l'evenement. Je puis vous 
citer l'empereur Charles VII, l'electeur de Baviere Maxim ilien r 
et, en dernier Heu encore, le malheureux prince Edouard. 2 II 
semble, en lisant ce que je viens d'ecrire, qu'on dira : pourquoi des 
allies, s'ils vous sont inutiles ? D'accord ; remarquez cependant que 
c'est beaucoup de les avoir lies de facon qu'ils n'osent [pas] vous 
nuire, et c'est beaucoup de gagne, quand, dans une entreprise difficile, 
on peut €tre tranquille sur le sujet de quelques-unes de ces grandes 
puissances. 

Je vous ai entretenu des coups que d'autres princes peuvent 
nous porter, en vous detaillä*nt la Situation entrecoupee de nos pro- 
vinces. 3 Examinons un moment en quoi nous pouvons etre dange- 
reux ä nos voisins. 

Je commence par la Russie. Ses frontieres avantageuses la 
mettent ä l'abri de toutes nos entreprises. II faudrait une flotte 
superieure ä la leur pour hasarder l'offensive, et je crois que le 
seul plan capable d'une bonne execution serait de longer la Baltique r 
toujours cötoye de cette flotte pour ne pas manquer de vivres, et 
diriger sa marche par Riga, Reval et l'Esthonie jusques ä Peters- 
bourg. Mais quelle difficulte infinie de prendre tant de places fortes, 
de conserver Tarmee dans ce climat rüde et barbare, et 4 quand 
on aurait fait cette conquete, on n'aurait rien gagne, sinon de 
recogner ce peuple feroce dans son ancien repaire. 

Nos frontieres avec la Pologne nous donnent des facilites de 
penetrer dans ce royaume par la moitie de sa circonference. Qui- 
conque possedera le cours de la Vistule et la ville de Danzig, sera 
plus maitre de cet Etat que le roi qui le gouverne. 

Si nous nous trouvons en Opposition avec la Suede, nous pou- 

1 Maximilian IL Emanuel (vergl. S. 79). — 2 Karl Eduard Stuart 
(vergl. S. 72). — 3 Vergl. S. 193. 194. — 4 Vorlage: en. 



214 

vons lui enlever sans peine ce bout de la Pomeranie qu'elle possede 
encore. II ne se peut guere que nous ayons des demeles avec le 
Danemark, et c'est autant 1 de gagne. 

Si nous avions des brouilleries serieuses avec l'Angleterre, 
nous pourrions nous venger d'elle en nous emparant de l'electorat 
de Hanovre, pays peu prepare pour se defendre. 

Les Francais sont trop recules, leurs frontieres trop loin des 
nötres pour tirer [vengeance] directement des torts ou mauvais 
procedes qu'ils pourraient avoir avec nous. 

II n'en est pas de meme de Tlmperatrice-Reine. Aussi souvent 
que nous aurons des raisons de tirer Fepee, les uns vis-a-vis des 
autres, * il faut toujours commencer par envahir la Saxe et porter 
de la un corps en Boheme le long de FElbe. II faut une plus 
grande armee en Silesie qui, tenant des detachements ä Landeshut 
et dans le comte de Glatz, penetre en Moravie du cöte de Hultschin. 
Si nous avons des allies qui agissent de concert, nous pouvons les 
rejeter, la vSeconde campagne, au delä du Danube. 3 II faudrait 
que les Turcs agissent en meme temps en Hongrie ou qu'un de- 
tachement de 30 000 Russes peneträt sur le Danube entre Press- 
burg et Bude. Ce serait le moyen de s'emparer de la Boheme, 
pour la troquer ensuite contre un electorat plus voisin de nos fron- 
tieres. 4 

II faut etre prepare ä tout evenement ; ainsi , ayant calcule 
d'avance les mesures que Pon peut prendre contre les puissances 
avec lesquelles on peut se brouiller, on prevoit et Ton previent les 
hasards qu'elles 5 peuvent nous faire courir , et Ton connait les 
avantages que Ton peut tirer, soit de leur liaison, soit de leur ini- 
mitie. Par exemple, il vaut mieux avoir la Russie pour alliee que 
pour ennemie, parcequ'elle nous peut faire beaucoup de mal, et que 
nous ne pouvons pas le lui rendre. 

De nos pretentions sur differentes provinces. 

Les margraviats de Baireuth et d' Ansbach 6 doivent retomber 
a la maison regnante apres Textinction des deux Princes regnants. 
II ne faut pas se fiatter que cette acquisition se fasse, sans qu'il y 
ait du sang repandu, ä moins que les grandes puissances ne fussent 
justement alors occupees ailleurs. II me parait qu'il faudrait prendre 
possession en y envoyant un seul regiment de hussards, pour ne 

1 Vorlage : d'autant. — 2 Vorlage : vis-ä-vis les uns des autres. — 3 Vergl. 
S. 62. 63. 195 und 219. — + Das Churfürstentum Sachsen (vergl. S. 63 und 
219). — 5 Vorlage: ils. — 6 Vergl. S. 60. 



215 

point affaiblir Farmee par des detachements et pouvoir se porter eri 
force tant en Saxe que T sur les frontieres de lTmperatrice-Reine. 
La cour de Vienne nous envie cette acquisition, parcequ'elle aimerait 
mieux nous affaiblir que de voir notre agrandissement, que ces deux 
margraviats sont voisins de la Boheme et du cercle d'Egra, et qu'un 
roi de Prusse, possedant Baireuth et Ansbach, disposerait des voix 
du cercle de Franconie. Je crois qu'il y aurait moyens de s'accom- 
moder en troquant ces margraviats contre des pays voisins de nos 
frontieres, soit contre la Lusace, soit contre le duche de Mecklem- 
bourg. 2 Par cette permutation, ITmperatrice-Reine n'aurait pas le 
chagrin de nous avoir pour voisins sur d'autres frontieres, et je crois 
que cet expedient pourrait nous epargner une guerre. 

Nous avons des pretentions sur le Mecklembourg, fondees sur 
un ancien traite de confraternite, 3 qui ne devient valide qu'apres la 
mort des derniers ducs. Ces Princes ont pourvu ä ce que leurs 
Etats ne nous retombent pas sitöt : ils sont d'une f econdite ä re- 
peupler une garenne, tandis que la sterilite de notre famille nous 
menace de sa f in prochaine. 4 

Les principautes d'Anhalt doivent nous retomber de raeme. 5 
Ce sont des evenements qui, selon les apparences, n'arriveront jamais. 

Nous avons egalement des droits sur le landgraviat de Hesse, 
fondes sur d'anciens pactes de famille. 6 

Un pays voisin du nötre, un terrain qui nous arrondit, est cent 
fois plus important qu'un pays eloigne et separe de nos frontieres. 
Si je ne consulte que le droit de bienseance, je trouve que le pays 
qui nous convient le mieux, c'est la Saxe: il nous arrondirait, il 
couvrirait la capitale contre les incursions des Autrichiens. 7 II est 

1 Vorlage: tant qu'en Saxe. — * Vergl. P. C, Bd. XXXIII, 288. — 
3 Vergl. S. 60. — * Die Ehe der Brüder des Königs, Heinrich und Ferdi- 
nand, und seines Neffen, des Thronfolgers Friedrich Wilhelm, war kinder- 
los oder noch ohne männliche Nachkommenschaft. Auf diesem letzteren 
allein aber ruhte nach dem Tode des Vaters August Wilhelm (1758) und 
des jüngeren Bruders Heinrich (1767) die Zukunft der Monarchie. — 5 Die 
Ansprüche gründen. sich einmal auf die Vermählung des ältesten Sohnes 
des Churfürsten Friedrich L, Markgraf Johann, mit Barbara, der Tochter 
Rudolfs III., des vorletzten chursächsischen Askaniers. Als 1422 mit Chur- 
fürst Albrecht die männliche Linie des Hauses Sachsen-Anhalt- Witten- 
berg erlosch, gelangte aber das Herzogthum Sachsen mit der Churwürde 
an das Haus Wettin. Zweitens kommt für die Ansprüche die Erbver- 
brüderung in Betracht, die 145 7 zwischen den Häusern Brandenburg, 
Sachsen und Hessen geschlossen wurde; der Vertrag wurde 1587 und 1614 
erneuert, blieb aber ohne kaiserliche Bestätigung. — 6 Vergl. Anm. 5. — 
7 Vergl. S. 61. 



2l6 

dejä lie avec notre commerce et procurerait, s'il nous etait l Joint, 
les plus grands avantages ä l'Etat. Apres la Saxe, la Prusse polo- 
naise et Danzig 2 serai[en]t peut-etre la possession la plus favorable ; 
car. ayant fortifie quelques places sur la Vistule, on pourrait de- 
fendre la Prusse royale contre les entreprises des Russes. Le 
Mecklembourg ensuite, en y joignant la ville de Hambourg. nous 
mettrait ä meme d'augmenter notre commerce et de le faire aA r ec 
un bien autre avantage que precedemment. 

Ces vues que j'indique, peuvent donner lieu ä de profondes 
meditations : le temps et l'occasion en pourront realiser une partie, 
si notre famille prospere et qu'elle se multiplie. 

Des negociateurs. 3 

II faut dans la politique se Her avec des puissances, les observer 
toutes, encourager les unes, retenir les autres, penetrer les desseins 
de ses ennemis, endormir ses envieux, flatter, dissimuler, corrompre, 
persuader m^rne, afin que les affaires prennent le train qu'on se 
propose de leur donner. On täche de choisir des personnes d'un 
esprit delie, adroit, souple et profond ; ceux qui ont trop de hauteur 
et de fierte, reussissent rarement aux negociations. Le bon sens et 
la justesse d'esprit sont les qualites les plus indispensables pour tous 
ceux [qui] sont charges du metier d'honnetes espions aux cours 
etrangeres. II est difficile chez nous de faire un bon choix de ces 
sortes de personnes, parceque ce maudit esprit de frivolite l'emporte 
chez nous sur Papplication et sur le jugement. Nous avons actuelle- 
ment quelques personnes habiles, quoiqu'en petit nombre. Je compte 
ä leur tete monsieur de Rohd, qui se trouve actuellement a Vienne ; 
nous avons monsieur de Maltzan ä Londres, qui s'acquitte tres bien 
des commissions dont il est Charge. Voici mons[ieur] de Goltz qui 
va partir pour Versailles; 4 j'ai de lui l'opinion qu'il repondra ä ce 
que j'en attends. Le comte de Solms n'est utile en Russie que 
parcequ'il est intimement lie avec mons[ieur] de Panin, premier- 
ministre. 5 Le poste de monsieur de Rohd est le plus difficile 7 
parcequ'il est naturel qu'on se cache de lui, et qu'il n'en faut pas 
moins qu'il m'instruise de ce qu'on negocie a Vienne, des arrange- 
ments que Ton prend pour le militaire, et de ce qui concerne les 
finances de cette monarchie. 

1 Vorlage: etaient. — 2 Vergl. S. 63. 64. — 3 Vergl. S. 54—57- — 

4 Erst Anfang 1769 wurden die diplomatischen Beziehungen mit Frank- 
reich wieder aufgenommen (vergl. P. C, ßd. XXVII, 580; XXVIII, 49 1 ). — 

5 Vergl. S. 197. 



217 — - 

Un ministre a trois moyens pour se procurer des nouvelles: 
former des connaissances, detacher des mouches pour recueillir des 
nouvelles, corrompre des commis ou des domestiques , quelquefois 
contredire un ministre empörte qui lui en dit plus, dans un moment 
de vivacite, qu'il ne pourrait apprendre apres de longues recherches. 
II faut surtout qu'un ministre ä une cour etrangere, non content 
d'y exercer des corruptions, veille qu'on [n']en fasse pas dans sa 
maison, et que surtout il garde ses chiffres avec la plus grande 
exactitude. 

Le ministre qui part pour Versailles, aura besoin de bien 
mesurer ses actions et d'etre sans cesse sur ses gardes. Le duc 
de Choiseul, d'un caractere intrigant et inquiet, T se proposera sans 
doute d'affecter avec lui la plus grande intimite, de multiplier les 
Conferences, pour donner des soupcons ä la Russie qu'il se traite 
autre chose entre nos deux cours que des affaires de commerce ; 
mais on y pourvoira, parceque la chose est prevue. D'ailleurs il 
faudra que le sieur de Goltz redouble de flegme, se trouvant avec 
la nation la plus inconsequente et la plus etourdie. 2 

Le ministre que nous avons ä Londres, est 3 le seul auquel il 
convienne de marquer quelque fierte, parcequ'il se trouve chez une 
nation aussi arrogante que haute, vis-ä-vis de laquelle un homme 
presomptueux se fait mieux valoir qu'un homme modeste. 

II faut mettre de la franchise dans les negociations que Ton 
suit avec les puissances amies; il faut employer l'art et la finesse r 
quand il faut traiter avec des puissances dont on se mefie. La 
corruption peut avoir lieu partout, mais il ne faut point en etre 
prodigue envers des personnes qui ne peuvent vous etre d'aucune 
utilite. On reconnait ceux sur qui la corruption peut avoir lieu: 
ce sont les prodigues qui, ayant tout depense, en sont sans cesse 
aux expedients; souvent la necessite de sauver leur honneur en 
payant leurs dettes, les determine a rinfäme parti de se vendre. 
Avant la derniere guerre, j'avais fait debaucher trois secretaires de 
nos ennemis, qui me vendirent les chiffres de leurs maitres, leurs 
depeches et des actes des archives de Dresde. 4 Cela montre 
qu'autant qu'il est utile de corrompre, autant faut-il etre sur ses 
gardes, afin que les etrangers ne nous rendent pas chez nous la 
pareille. La mefiance est la mere de la sürete ; il n'est permis qu'ä 
quiconque ne connait pas les hommes, de se fier ä eux. 

1 Vergl. S. 202. — 2 Vergl. die Weisung des Königs vom 30. October 
17O8 für die Instruction für Goltz: P. C, Bd. XXVII, 410-412. — 3 Vor- 
lage: et. — 4 Vergl. S. 56. 



218 

Ces ministres m'envoient deux fois par semaine leurs relations. 
J'y reponds regulierement, et le departement des affaires etrangeres 
leur communique les nouvelles qui peuvent servir pour leur eclair- 
cissement. II ne suffit pas d'avoir des ministres dans les cours 
etrangeres pour y etre informe de ce qui se trame. II faut, lorsqu'on 
trouve des gens bien degourdis, les envoyer sans commissions; ils 
sont inconnus, ils se faufilent partout, et ils en appren[nen]t quelque- 
fois davantage que les personnes en place qu'on emploie. C'est 
une necessite d'etre informe ä temps des desseins de ses ennemis 
pour les prevenir. Tout le monde est consterne d'un evenement 
ina[tte]ndu ; pour peu que Ton Sache d'avance de quoi il est question, 
Ton prend ses arrangements ä täte reposee, et Ton n'est point de- 
monte. II faut se figurer que quiconque se trouve engage avec tous 
ces grands rois et princes, est ä peu pres comme un homme qui 
tombe entre les mains de brigands. Les trahisons, les parjures, les 
infamies ne leur coütent rien. Si l'on [n'javait pas son petit coin 
d'ambition, l'on serait bientöt croque par eux. Du moins il resulte 
des projets offensifs que l'on forme, que Ton reste prepare pour une 
bonne defensive, et Ton se soutient. 

Chez nous, on veille sur les ministres etrangers. ' On observe 
ceux qui frequentent leur maison, leurs secretaires, et l'on prend 
toutes les mesures imaginables pour les veiller de pres, tant pour 
prevenir les corruptions qu'ils pourraient avoir intention de faire, 
que pour avertir ä temps les etourdis qui les frequentent, du danger 
auquel ils s'exposent. On ne saurait pousser assez loin Tattention 
sur le sujet de ces ministres, parceque le long sejour qu'ils fönt 
aux cours oü ils resident, leur donne ■ des habitudes dans le com- 
merce des hommes ä Berlin, surtout des femmes, pour se procurer 
des notions qui devraient demeurer soustraites ä leur connaissance. 
Car il y a des choses qui doivent etre couvertes des voiles les plus 
impenetrables , comme les desseins que l'on forme, les alliances 
secretes que l'on conclut, les changements dans le militaire, la force 
et la faiblesse de TEtat, les revenus et les ressources qu'ont les 
finances. Ces matieres doivent meme etre cachees aux allies, 
parceque, s'ils .sont aujourd'hui vos amis, le lendemain ils peuvent 
devenir vos ennemis. II y a des occasions en politique oü il faut 
paraitre plus faible que Ton [n']est, pour engager vos allies ä faire plus 
d'efforts qu'ils n'en ont envie; il y en a d'autres oü il faut se 

1 Mit dieser Aufgabe hatte der König im Frühjahr 1768 einen Ham- 
burger, namens Ellermann, betraut (vergl. P. C, Bd. XXVII, 35). — 2 Vor- 
lage: donnent. 



219 

rendre le plus redoutable que Ton peut, si par lä Ton peut obliger 
son ennemi ä ne point rompre la paix etablie. Tout ceci mene ä 
la dissimulation , et je conviens qu'un prince ne peut se passer de 
cet art, tant qu'il doit traiter avee des* souverains comme lui. La 
dissimulation devient reprouvable, quand le iört s'en seit envers le 
faible, le prince envers le sujet. 

Reves et projets chimeriques. l 

Je vous ai entretenu des vues que la Situation locale nous 
donnait sur des provinces qui se trouvent situees ä notre bienseance. 2 
Maintenant examinons quelles conjonctures il faudrait dans le monde, 
pour les faire reussir. 

Pour acquerir la Saxe, 3 je voudrais que la maison d'Autriche 
füt engagee dans une guerre en Italie et meme en Brabant contre 
les Francais, que les Russes eussent ä combattre les Turcs, et 
qu'alors, maitre de toutes nos forces, nous puissions entamer la 
maison d'Autriche, porter et attirer tout le fort de la guerre sur 
le Danube, occuper la Boheme sans defense. Alors il ne s'agirait 
que de gagner une bataille, pour leur dicter la paix, donner la 
Boheme aux Saxons, prendre leur electorat, renoncer ä cette dignite 
et donner ä PEmpereur, pour se consoler, le plaisir d'eriger ä son 
choix un nouvel electorat. 

Quant ä la Prusse polonaise, 4 il me parait que ce serait de la 
part de la Russie que Ton rencontrerait le plus grand obstacle pour 
executer ce dessein, et peut-etre vaudrait-il mieux gagner ce pays 
par negociation, morceau par morceau, que par droit de conquete, 
comme Victor Amadee disait ä son fils: „II faut, mon fils, gagner 
le Milanais, comme Ton mange un artichaut, feuille par feuille." 5 
Dans un cas oü la Russie pourrait avoir un besoin pressant de 
notre assistance, il y aurait peut-etre moyen de faire ceder Thorn, 
Elbing et une banlieue, pour communiquer de la Pomeranie ä la 
Vistule. Une autre fois ce serait un autre morceau; il faudrait 
reserver Danzig pour la fin de Toperation. 

Je regarde Tacquisition du Mecklembourg 6 et de l'importante 
ville de Hambourg comme plus facile, parcequ'il me semble que les 
circonstances des princes, margraves de Baireuth et d' Ansbach, 
pourraient y mener avec moins de peine. 7 

Je crois meme qu'il ne serait pas impossible d'acquerir ce bout 

1 Vergl. S. 59—75- — * Vergl. S. 215. 216. — 3 Vergl. S. 215. — 
+ Vergl. S. 216 und P. C, Bd. XII, 456; XVIII, 592. 612. 613. — 5 Vergl. 
S. 64. — 6 Vergl. auch P. C, Bd. XVIII, 612. — 7 Vergl. S. 215. 



220 

de la Pomeranie que possede le royaume de Suede. Ce serait une 
affaire de negociation. Dans un moment oü ce royaume serait 
presse d'argent, erj corrompant quelques Senateurs, il ne serait pas 
irhpossible de reussir. T 

Ce qui m'a donne lieu ä ces meditations, est l'attachement que 
j'ai pour ma patrie. Je voudrais qu'un roi de Prusse püt entretenir 
en temps de paix 180000 hommes, et qu'il ait tous les ans, depense 
faite, 5 millions de surplus, 2 qu'il pourrait employer aux avantages 
de l'Etat et des particuliers , tant que la paix dure , toutefois sans 
assigner des perisions sur ce fonds, afin de le verser pour les extra- 
ordinaires de l'armee en temps de guerre. 

Mais j'en reviens sur le principe que j'ai souvent rappele et 
sur lequel j'insiste de nouveau, que jamais rien de grand ni d'utile 
se fera dans un Etat oü le prince ne regne pas par lui-m€me, 
parcequ'il faut une tete pour concevoir un dessein et pour reunir 
la politique, le militaire et les finances, pour qu'elles concourent 
toutes au meme but. 3 Quand le prince veut une chose , tout le 
monde s'y prete ; quand c'est un ministre , tout particulier croit le 
valoir et ne fait que ce qu'il juge ä propos. Ce metier exige des 
connaissances detaillees que l'on acquiert par son application • il 
exige des soins, mais l'on en est recompense par des avantages de 
l'interet de l'Etat, et surtout par la reputation qu'un prince ne 
saurait se donner assez de peines d'acquerir et de conserver. Je 
fais des voeux pour que mes successeurs s'impriment bien cette 
grande maxime, et qu'ils la suivent toujours, afin que le bonheur 
de cet Etat soit inalterable, et que sa duree surpasse celle des plus 
anciennes monarchies. 

Maintenant, apres avoir traite tant de matieres graves, il nous 
est permis de nous egayer un moment en portant nos vues sur les 
changements qui paraissent probablement devoir arriver en Europe : 4 
c'est faire un almanach pour l'annee passee ; c'est faire le prophete» 
N'importe; examinons ce qu'il nous est permis de deviner. 

Commencons par la religion qui parait parvenue ä toucher ä 
sa decrepitude. Les progres de la philosophie dans ce dernier siecle 
ont , 5 petit ä petit , forme des proselytes ; les yeux commencent ä 
se dessiller. Les ministres qui gouvernent en Portugal, en Espagne, 
en France, ä Vienne, se sont depouilles de toute superstition. 6 Ces 

1 Vergl. S. 64. 65 und P. C, Bd. XXIV, 194. 218. — ■ Vergl. S. 66. — 
3 Vergl. S. 189. — 4 Vergl. S. 66—75. — 5 Vorlage: a. — * Anspielung auf 
die Vertreibung der Jesuiten; sie begann in Portugal unter Pombal 1758. 



221 

hommes d'Etat rie respectent plus ■ les prejuges des peuples [qu'Jen 
temps qu'ils doivent les menager. A cela se Joint que les grandes 
puissances, toutes oberees et qui ont epuise leur credit, ne peuvent 
plus trouver de ressources qu'en depouillant les abbes et les moines 
des biens immenses que la credulite des peuples et la doctrine du 
purgatoire leur [ont] valus. Ces biens sont entames dans tous ces 
royaumes. L'on secularise les couvents; Ton diminue le nombre 
des moines, pour avoir de Targent, et il en resultera de necessite 
qu'en detruisant les couvents , 2 ils fönt taire 3 ces trompettes du 
fanatisme, qui nourrissaient la superstition dans les esprits faibles 
du vulgaire. Plus que cette superstition ira en diminuant, plus les 
ministres s'en enhardiront. L e P a p e voudra s'opposer ä leurs entre- 
prises, ce qui donnera Heu d'eriger des primats dans tous les 
royaumes ; par la suite des temps, on entamera le bien des eveques, 
et peut-etre qu'en un siede il n'y aura plus qu'un eveque ä Rome, 
et quelque prince s'emparera, par droit de bienseance, du patrimoine 
de Saint-Pierre. Ces changements arriveront plus tot ou plus tard, 
selon que les conjonctures les favoriseront. II en resultera que les 
haines de religion seront eteintes, et que le fanatisme, arme dont 
les politiques des siecles passes ont fait tant d'usage, se rouillera 
entre les mains de la posterite. 

II est plus diff icile de vous dire ce qui peut arriver en R u s s i e. 
Ce qui conviendrait le mieux ä nos interets (de tous les evenements 
possibles), serait, 4 si deux factions, en s'elevant les unes contre les 
autres, parvenaient ä partager ce vaste empire. La rivalite de ces 
deux souverains les empecherait de se meler des affaires de l'Europe. 
II est bien diff icile de rien arreter sur le gouvernement present et 
de savoir d'avance si ITmperatrice se soutiendra sur le tröne ä la 
majorite de son fils. 5 Ce sera toujours une epoque dangereuse pour 
eile. Si eile apprehende son fils, il est ä craindre qu'il prenne les 
hemorroides vers ce temps; on sait combien cette maladie est 
dangereuse en Russie. 6 Tout ce que Ton peut conjecturer de ce 
vaste empire, tout ce qui parait devoir arriver, selon la marche 

in Frankreich unter Choiseul 1764 und in Spanien unter Aranda 1767. 
Die Aufhebung des Ordens erfolgte erst 1773 durch ein päpstliches Breve. 
1 Vorlage : plus que. — 2 In der Vorlage fehlt : couvents. — 3 Vorlage : 
terre. — 4 Vorlage: seraient. — 5 Vergl. S. 197. — 6 Anspielung auf den 
gewaltsamen Tod Zar Peters III. In dem Trauer-Manifest vom 7. Juli 
(a. St.) 176 2 wurde ausdrücklich auf „seine gewöhnlichen, schon oft vor- 
gekommenen Hämorrhoidal- Anfälle" hingewiesen. Vergl. B. v. Bilbassoff, 
„Geschichte Katharinas II." (deutsch von P. v. R.), Bd. II, Abth. 1, S. 171 
(Berlin 1893). 



222 

ordinaire, c'est qu'il ira en croissant. Bien des räisons me le fönt 
croire. II est immense et eontient des royaumes entiers qui peuvent 
se peupler, et qui ne le sont pas aujourd'hui. Si je suppute sur mes 
Etats ce que la population augmente annee commune, je dois compter 
que, s'augmentant chez nous annuellement d'ä peu pres 56000 ämes, 
ce nombre doit etre le double en Russie. Or en 10 ans, je vois 
donc que la Russie s'accroit par elle-meme d'un million 60 000 ämes. 
Dans trente ou quarante ans cette progression se fera sentir bien 
plus fortement. Les revenus de l'Etat deviendront plus conside- 
rables, ä mesure de la population, et cet empire plus redoutable ä 
ses voisins. Le czar Pierre I er a donne la premiere impulsion ä 
ce peuple presque inconnu avant lui; mais que de progres n'a-t-il 
pas fait depuis ? et par quelle demence l'Europe aveuglee contribue- 
t-elle ä elever une nation qui pourra lui devenir fatale un jour? 

Passons ä la Pologne. Sa Constitution se soutient jusqu'ä 
present par la Jalousie de ses voisins; chacun d'eux la devore en 
secret et envie ä son competiteur la part qu'U se destine, de sorte 
que cette anarchie dure encore. Mais ce qui m'en rend la duree 
suspecte, ce sont ces elections des rois que les Russes se sont aceou- 
tumes de forcer depuis ce siecle ; T ce sont ces nouveautes qu'ils in- 
troduisent contre la forme des constitutions de ce royaume , 2 et il 
me parait apparent qu'ä la fin ces voisins trop puissants s'entendront 
pour partager cette proie. Peut-etre restera-t-il un royaume resserre, 
enclave dans le centre des Etats de ces trois puissances, qui sont 
la Russie, la Prusse et TAutriche. Je crois meme que le Grand- 
Seigneur pourrait en avoir sa part, comme on jette un morceau de 
pain ä un mätin de basse-cour, pour l'empecher d'aboyer. 

Je ne pronostique rien de f avorable pour les T u r c s. Ils ont 
deux voisins dangereux, aguerris, qui entretiennent un militaire dis- 
cipline autant que nombreux, tandis que les Turcs, negligeant toutes 
les connaissances , toutes les sciences et surtout Tart de la guerre, 
ne ressemblent plus ä ces Turcs du temps de Mahomet et de Soli- 
man, 3 qui fonderent par la valeur cet empire, qui s'amollit de jour 
en jour. Cet Etat qui n'a ni ministres ni guerriers, me semble 
devoir succomber et s'affaiblir, des qu'il sera oblige de faire la guerre 
ä des voisins aussi eclaires que puissants. 

II n'en est pas de m£me de la maison d' Autriche. Une 
femme 4 qu'on peut compter pour un grand homme, a releve la 

1 Gemeint sind die Wahlen von August IL, August III. und Stanis- 
laus IL August Poniatowski (vergl. S. 46 und 210). — 2 Vergl. S. 210. — 
3 Vergl. S. 47. — 4 Maria Theresia. 



223 

monarchie chancelante de ses peres. Elle eleve son fils dans ses 
principes; son Conseil est superieur ä celui de tous les autres princes 
de PEurope. Elle a forme des officiers et une bonne armee. Dans 
cette possession et avec tant de preparatifs on peut aller loin. Peut- 
etre formeront-ils le dessein d'annexer la Baviere ä leurs Etats, x 
peut-etre de conquerir Venise et ses dependances, peut-6tre de re- 
prendre la Silesie. Le jeune Empereur tiendra ses voisins alertes. 
Malheur ä ceux qui le perdront de vue ou qui s'endormiront dans 
une securite trompease! 

L'on peut compter qu'un objet principal de la politique autri- 
chienne sera de conserver constamment la dignite imperiale dans 
cette maison, et peut-etre serait-il possible avec le temps que le 
debordement de la puissance des Russes obligeät la Prusse et 
PAutriche ä s'unir intimement, pour opposer leurs efforts communs 
ä Pambition dangereuse de ce vaste empire. II se peut encore que 
les maisons d'Autriche et de Bourbon se brouillent de nouveau, et 
que cela ramene des guerres de Pespece de Celles qui se sont faites 
si longtemps entre ces deux maisons rivales. L'Italie meme en 
fournira des pretextes; c'est le seul cas oü un roi de Sardaigne 
trouvera Poccasion de se faire valoir. 

Je doute que la France reparaisse jamais avec la meme 
splendeur et avec cet eclat qu'elle jeta du temps de Louis XIV. Si 
ce n'etait que Peducation qu'on donne aux successeurs de la couronne, 
cela suffirait pour me faire mal augurer d'elle. Que doit-on 
attendre des princes eleves par des bigots, comme s'ils devaient 
devenir des capucins ? qu'on tient renfermes comme dans une prison, 
et qui ne connaitront jamais les hommes, faute de les avoir fre- 
quentes? Auxquels on preche sans cesse de ne pas penser par 
eux-memes et d'en croire en tout leur confesseur pour leur äme et 
leurs ministres pour leur royaume"? II faut observer de plus que, 
pour remedier au desordre epouvantable des finances, ce soin de- 
manderait seul le cours d'un regne long et pacifique. Le genie 
leger et souvent inconsequent des Francais doit porter prejudice ä 
leurs entreprises. Leurs troupes ne sont guere disciplinables, leurs 
officiers encore inoins, parmi lesquels regne un esprit d'independance, 
de desobeissance et de libertinage qui doit nuire aux bonnes mesures 
que pourront prendre les generaux qui les commanderont. 

Independamment de ces vices du gouvernement et de ces defauts 
de la nation, il ne faut pas se figurer [que la France] va se dissoudre. 
Une couple de grands hommes peuvent reparer bien des malheurs, 

1 V-erffl. S. 200. 



224 

Un Sully ä la tete des finances , un Richelieu dans le Conseil , un 
Türenne ä la tete des armees feraient en peu valoir cette nation. 
II faut a la verite d'heureuses conjonctures, pour que tant d'heureux 
genies naissent ä la fois, que le souverain les connaisse, surtout 
<m'il les emploie; mais cela n'est pas impossible. D'ailleurs la 
nation francaise a la penetration vive; 'eile est douee de beaucoup 
de valeur ; eile a des ressources dans l'imagination ; ces tetes 
■chaudes sont sans cesse en fermentation et ont produit souvent des 
etourderies heureuses. II n'y a qu'ä lire l'histoire de France pour 
s'en convaincre. Le plus grand vice de la nation, c'est cette de- 
pravation de mceurs qui gagne chaque jour, le peu d'application des 
grands, ce goüt excessif des plaisirs qui leur fait oublier leurs devoirs 
et negliger les affaires dont ils sont charges, enfin ce goüt de luxe 
et de depense qui, en leur creant de nouveaux besoins, augmente 
leur avidite, pour acquerir des biens par les voies, les plus illegitimes, 
et parceque le public honore ceux qui fönt des depenses, sans accabler 
de mepris ceux qui, par des fletrissures et des brigandages, se sont 
enrichis. 

La Hollande me presente le spectacle d'une republique 
denaturee de ses principes fondamentaux. L'amour de la patrie, 
cette vertu essentielle dans tout gouvernement libre, s'est change 
en amour du bien particulier. Le Stathouderat qui dans son origine 
etait electif, est devenu une charge hereditaire, T et la frugalite de 
la nation qui contribua presqu'autant a Tenrichir que son commerce, 
s'est changee, par la communication contagieuse que les marchands 
de Hollande ont avec les Francais, en un luxe qui va chaque jour 
en se debordant davantage. Au lieu qu'autrefois les Provinces-Unies 
pouvaient mettre en mer cent vaisseaux de guerre, ils en ont a 
peine vingt a present. Leurs constitutions s'opposent a ce qu'ils 
aient un bon militaire. Le peuple est riche; il a beaucoup de 
ressources en argent, mais ils manquent de point de ralliement qui 
reunisse toutes leurs forces pour Pavantage public. Si le hasard 
fournit une occasion, et qu'il se rencontre en meme temps un 
Stathouder capable d'en profiter, ce sera Tepoque d'un changement 
entier dans la forme du gouvernement de cette Republique. Un 
prince sage qui profitera de ces circonstances , se gardera bien de 
prendre le nom de souverain de Hollande ; il se contentera d'en 
avoir le poüvoir et en sacrifiera le titre. Si jamais cela arrive, 
vous verrez les habitants d' Amsterdam, quand ils apercevront les 
fers dont ils sont charges, quitter leur patrie et se refugier a Batavia 

1 Seit 1747- 



225 

qu'ils appellent dejä la nouvelle Amsterdam. La Hollande ne figure 
en Europe qu'en temps que les maisons de Bourbon et d'Autriche 
sont en guerre. C'est le moment de se faire rechercher, des uns 
pour la neutralite, des autres pbur leur alliance. Ils ne se meleront 
pas des autres troubles de l'Europe, et il faut leur applaudir. Leur 
commerce, qui- les met souvent en Opposition avec les Anglais, leur 
inspire une Jalousie de rivalite" envers cette nation ; mais leur 
faiblesse ne les empechera pas moins de ne se pas commettre sur 
mer avec eile. l > 

Apres cette derniere paix , l'Angleterre £tait parvenue au 
plus haut point de grandeur, de consideration et de puissance oü 
peut-etre jamais eile soit montee. George II meurt, un prince faible 
lui succede, un favori 2 fait les fonctions de premier-ministre, sans 
en avoir le titre. Voilä la desunipn dans le gouvernement, les 
factions parmi les grands, Tesprit de seditton chez le peuple, de 
fausses mesures dans le Conseil, des partis faibles de pris, quand 
il fallait des r^solutions vigoureuses, et ä peine cinq ans de paix 
sont-ils ecoules apres la guerre que ce peuple perd sa consideration, 
son credit et son ascendant en Europe. La nation anglaise est sur- 
chargee de dettes. A peine les ministres imaginent-ils des impöts 
pour l'acquit des interets que des representations fortes les obligent 
d'abandoriher leur projet; 3 mais quel que soit leur embarras pour 
trouver des fonds, leur credit est si bien €tabli qu'il va toujours 
sur les prejuges de son ancienne r^putation. L'on peut preVoir 
cependant qu'il ne se soutiendra pas ä la duree. Ce sera peut-^tre 
Taffaire d'une guerre coüteuse de le ruiner tout-ä-fait, en obligeant 
le gouvernement ä se declarer insolvable. Cette catastrophe boule- 
versera tout le commerce de l'Europe, parceque les premieres 
maisons de marchands tombant ä Londres entraineront dans leur 
chute les plus gros commercants de tous les autres royaumes li£s 
avec eux. II est impossible de prevoir ä quelqu'un qui, comme 
moi, n'a jamais ete en Angleterre, les suites que cette faillite pourra 
causer dans le royaume. Les ministres seront ä plaindre qui se 
trouveront ä cet e>enement dans le ministere. II est toutefois ä 
croire qu'il faudra 20 ann£es ä la nation, avant qu'elle parvienne ä 
r£tablir son credit. La Jalousie que les puissances commercantes 
ont prise de l'Angleterre, les ligue sourdement ensemble pour 
traverser les accroissements de ces insulaires. Les Francais et les 
Espagnols vont leur enlever la branche de Portugal, 4 qui valait 

1 Erst 1780 kam es zum Kriege. — 2 Bute (vergl. S. 205). — 3 Ge- 
meint ist die Stempelsteuer (vergl. S. 205 Anm. 3). — + Vergl. S. 203. 
Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 15 



226 

6 millions d'ecus de b£nefice aux Anglais. La France essaie.de 
plus de faire passer de ses marchandises aux colonies de PAmeYique 
dependantes de la Grande-Bretagne. 

En resumant tout ce que nous venons de dire, il semble que 
le beau periode de la grandeur de cette nation touche ä sa fin. 
Un gouvernement faible, une banqueroute qui se prepare, un 
commerce que l'on entame, et des ennemis vigilants qui se preparent 
ä la guerre : tout cela semble annoncer un edif ice qui menace ruine. 
Mais representons-nous, d'un autre cöte, la haine que tout Anglais 
a pour le nom francais, qui vaut au gouvernement autant au moins 
que son credit ideal qu'il est sur le point de perdre, deux cents 
vaisseaux de ligne pr£ts ä mettre en mer, une pepiniere d'habiles 
officiers de marine, une nation feconde en hommes de genie, 
enthousiastes de la belle gloire. Ces derniers articles Pemportent 
en verite sur les premiers, et j'en conclus que Thabilete des parti- 
culiers, la force de la puissance et quelques grands hommes feront 
encore aller la machine, en depit de Tinsuffisance de ceux qui la 
gouvernent. 

Comme nous venons de parier de la Hollande, de l'Angleterre et 
de la France, je ne dois pas oublier de faire quelque mention des 
changements que le temps prepare et amenera dans leurs colonies. 
Ces possessions si eloignees des puissances dont elles dependent, 
doivent avoir une tendance naturelle ä s'en separer, parceque la 
race des premiers Colons , apres quelques generations passees , ne 
tient plus ä la souche dont eile etait un rejeton. Alors ces peuples 
commencent ä sentir leur force accrue par le nombre des habitants 
et de leurs produits, supportent avec peine la dependance oü leur 
nation souveraine les tient; ils inclinent ä rejeter ce joug etranger 
et forment le dessein de composer un peuple ä part et libre. Les 
Anglais se trouvent actuellement menaces par leur colonie de 
Boston. x Les Francais eprouveront , par la suite des temps , de 
pareilles rebellions des peuplades qu'ils ont en Amerique, et les 
Espagnols doivent s'attendre ä des revoltes dans le Perou comme 
au Mexique. Cela ne tient souvent qu'ä un seul homme hardi, 
entreprenant, capable d'etre un chef de parti, qui se mette ä la tete 
des mecontents. Les Hollandais me semblent les plus prudents de 
tous dans les mesures qu'ils prennent pour leurs colonies. S'ils ne 
les con[ser]veront pas toujours, au moins leur restera-t-il Favantage 
de les perdre les derniers. 

Ces revolutions ne se feront probablement qu'en temps de 

1 Vergl. S. 205. 



227 

guerre. Si, par exemple, l'Espagne se trouvait engag^e en guerre 
avec l'Angleterre, les Mexicains pourraient secouer impun£ment 
leur domination, assur£s d'etre appuyes dans leur dessein par les 
Anglais. Ceux de Boston, de la Nouvelle- York , de la Virginie, 
de la Pensylvanie en pourrai[en]t faire autant, parceque les Espagnols 
les protegeraient sans faute. Ce sont des choses que le temps doit 
amener necessairement , et qui d£tromperont les souverains de 
l'avantage qu'ils se sont promis des possessions eloignees de leurs 
Etats. Que Ton calcule ce que leur ont coüte* ces etablissements 
lointains, les guerres et les depenses qu'ils ont faites pour les 
soutenir, les sujets qui se sont expatries pour remplir ces terres 
6trangeres, et Ton conviendra qu'il n'y a de possessions avantageuses 
que celles qui arrondissent les Etats. l 

Je vous dirai peu de chose du Dane mark. Ce royaume faible 
ne me parait pas dans son accroissement. Quelle conquete peut-il 
faire que sur la Suede? et quelles acquisitions est-ce que d'ajouter 
quelques provinces incultes, mal peuplees et situees sous un ciel 
rigoureux, aux provinces que le Danemark possede actuellement ? 

La Suede probablement demeurera dans l'etat languissant oü 
nous la voyons. Ce n'est pas ä dire que la forme du gouvernement 
n'essuie des changements; il semble meme qu'ils se preparent. 2 
Un gouvernement republicain, degenere en anarchie, se lasse ä la 
longue de la division des grands ; le peuple murmure d'etre expose 
ä la vexation d'un grand nombre de Senateurs, et la nation, pour 
soulager ces maux, se jette entre les bras du gouvernement mon- 
archique. Reste ä savoir quel bien un roi pourra faire en jouissant 
en Suede d'un pouvoir non limit£? II reunira les partis divises, 
il fera qu'il y aura des Suedois en Suede, au lieu qu'on n'y connait 
ä präsent que des Francais et des Russes; 3 il pourra mettre sur 
un meilleur pied le militaire en abolissant les bost allen , et plus 
d'ordre dans les finances, mais pourra-t-il retablir le credit et le 
commerce? Non, parceque la Suede manque d'assez de produits 
d'exportation pour payer ses importations indispensables \ ainsi l'Etat 
demeurera sans force et sans consideration. 11 vaut cependant mieux 
pour les voisins que le gouvernement republicain subsiste, que si 
le roi y gagnait trop de pouvoir, parcequ'il y a plus de nerf dans 
le gouvernement d'un seul que dans celui de plusieurs. 

Passons ä present ä ce qui nous touche de plus pres. Exami- 
nons ce que l'avenir prepare auSaint-Empireromain, gouverne- 

1 Vergl. S. 123. — z Für den Staatsstreich König Gustavs III. im 
Jahre 1772 vergl. P. C, Bd. XXXII, 673. - 3 Vergl. S. 207. 

15* 



228 

ment bizarre et surann£, que Pequilibre de deux puissances soutient 
encore. II me parait incontestable que, depuis la paix de West- 
phalie, le pouvoir des Empereurs est de beaucoup diminue. Nous 
avons vu, depuis, trois electeurs-rois T contre lesquels on ne pouvait 
pas proc£der, comme Charles -Quint envers Telecteur de Saxe 
Maurice, * ou comme Ferdinand II en usa envers le malheureux 
Federic V, Electeur palatin. 3 En revanche, les electeurs perdraifenjt 
egalement leurs peines, s'ils voulai[en]t detröner Joseph II, comme 
ils detrönerent autrefois 4 Wenceslas de Luxembourg, roi de BoMme. 
Voilä dejä des changements considerables, dont on ne s'apercoit pas, 
parcequ'ils ont ete successifs. 

Autrefois il y avait 7 electeurs ; ä present nous en comptons 9. 5 
Ce nombre pourra diminuer ä l'extinction de la maison palatine, 6 
et si la maison d'Autriche cedait la Flandre ä la France , 7 ne 
pourrait-elle pas s'approprier la Baviere? Cet esprit de partage ne 
se communiquerait il pas ä d'autres princes puissants ? Tout le 
monde voudrait s'arrondir, le fort aux depens du faible, et malheur 
aux abbayes, comme aux villes imperiales qui se trouveraient ä la 
bienseance d'un voisin assez fort pour s'en emparer! L'Empereur 
en aurait donne Texemple ; il serait condamne au silence et dans la 
ne*cessite de consentir tacitement ä tant de * depredations. Nous 
avons ete sur le point de voir une revolution ä peu pres pareille 
durant la derniere guerre. II s'agissait ä Vienne de mettre au ban 
de l'Empire les electeurs de Brandebourg et de Hanovre. Ces 
deux Electeurs, informes des desseins de leurs ennemis, convinrent 
entre eux (sans doute avec une audace condamnee des pedants 
publicistes) de soustraire la Basse- AI lemagne du Saint-Empire romain 
et d'etablir pour eux un gouvernement particulier. 8 Ce qui n'a pas 

1 Für Preussen und Hannover vergl. Anm. 8. Ausserdem ist Churfürst 
Maximilian IL Emanuel von Bayern gemeint, der, obwohl nach der Nieder- 
lage bei Höchstädt (vergl. S. 79) 1706 geächtet, im Frieden von Rastatt 
17 14 sein Land zurück erhielt. — 2 Vielmehr war es Johann Friedrich 
der Grossmüthige, der nach seiner Gefangennahme bei Mühlberg (vergl. 
S. 20 ) auf die Churwürde verzichten musste , die an Herzog Moritz und 
damit an die Albertinische Linie des Hauses Wettin überging. — 3 Chur- 
fürst Friedrich V. wurde nach der Niederlage auf dem Weissen Berge bei 
Prag (8. November 1620) in die Acht und seiner Lande für verlustig er- 
klärt. — 4 >4o->. — 5 Zu der in der Goldenen Bulle festgesetzten Zahl der 

7 Churfürsten kam 1623 Bayern und 1692 Hannover. — 6 Weder Chur- 
fürst Maximilian Joseph von Bayern noch Churfürst Karl Theodor von 
der Pfalz hatten Nachkommenschaft. - 7 Vergl. P. C, Bd. XXVII, 385. — 

8 Offenbar denkt der König an seine im Herbst 1759 nach London gesandten 
Vorschläge, bei Friedensschluß durch Säcularisationen und Ländertausch 



229 

eu lieu alors, peut s'executer dans un autre temps, et ä la fin cette 
r£publique de princes viendra ä se dissoudre et eomposera des 
gouvernements s^pares dont il ne m'est point [possible] de vous 
faire la description d'avance. 

Voilä ä peu pres ce que Ton peut augurer de l'Europe. Je 
vois partout des prineipes de changement; les causes subsistent; il 
leur faut plus ou moins de temps pour se d£velopper. Quand avec 
cela je considere que la vicissitude ou le changement est, dans le 
physique comme dans le moral, une des lois immuables de la nature, 
je peux, sans trop errer, parcourir les r£volutions qui sont daris le 
nombre des £venements possibles ou dont j'aperoois les causes 
secretes. Tout art conjectural est trompeur. Je calcule des pro- 
babilites ; mais il arrive tant d'e'venements impre>us dont les ressorts 
£taient cach^s ä notre Penetration, qu'on ne saurait assez se d£fier 
de la faiblesse de l'esprit humain et de sa vaine prudence. Qui, 
par exemple, aurait dit, l'ann^e 1670, que la Russie deviendrait une 
puissance redoutable ä l'Europe entiere? Qui aurait cru. Tan 1700, 
que la Suede perdrait toute sa consideration ? Qui aurait imagin£, 
Fannee 1 7 1 2 , que la France deviendrait l'alliee de la maison 
d'Autriche, et la Suede de la Russie? 1 Toutes^ ces choses sont 
arrivees, sans €tre prevues; il en sera de meme de l'avenir. 

Je ne m'assume 2 point ä faire des pronostics pour cet Etat ; 
je me borne ä des voeux bien sinceres pour sa conservation et pour 
sa splendeur. Veuille le Ciel que nous voyons bientöt une postente" 
nombreuse et la succession affermie! 

die Macht Hannovers und Preussens zu consolidieren (vergl. P. C, Bd. XVIII, 
592. 612). Dagegen handelt es sich in den 1756 — 1759 mit Hannover ge- 
führten Verhandlungen lediglich um den Plan einer Union der evangelischen 
Fürsten Deutschlands unter preussisch- hannoverscher Führung. Dabei 
spielte wohl zeitweilig der Gedanke eines protestantischen Sonderreichstags 
eine Rolle, doch wurde in dem preussischen Vertragsentwurf als „Haupt- 
zweck und die fürnehmste Absicht der Union" bezeichnet, „das gesammte 
Reich in seiner wohlhergebrachten Verfassung nach Maassgabe des west- 
phälischen Friedens und anderer Grundsatzungen aufrecht zu erhalten* 
(vergl. Hermann Meyer, „Der Plan eines evangelischen Fürstenbundes im 
Siebenjährigen Kriege", S. 51; Celle 1893). Auch wurde ein geschlossenes 
Auftreten der Verbündeten in Regensburg gegen österreichische Ueber- 
griffe ins Auge gefasst. Die Verhandlungen führten aber zu keinem Er- 
gebniss. Vergl. P. C, Bd. XII, 512; XIV, 557; XV, 494. Für die Absicht, 
über König Friedrich die Reichsacht zu verhängen, vergl. P. C., Bd. XVI, 441* 
und CEuvres, Bd. 4, S. 103, und Bd. 15, S. yo, wo auch von der geplanten 
Reichsacht gegen den Churfürsten von Hannover die Rede ist. 

1 Ein Bündniss zwischen Russland und Schweden bestand damals 
nicht. — 2 Vorlage: assusse. 



230 

Au reste, ayant porte le fardeau de l'administration toute ma 

vie, je n'ai pas la demence de vouloir gouverner apres ma mort. 

II faut que chacun porte son fardeau et se gouverne avec toute la 

sagesse dont il est capable, en prenant son parti sur l'occasion et 

selon les circonstances. J'insiste simplement sur les qualites princi- 

pales d'un souverain. J'exige qu'il soit honnete homme, qu'il ait ä 

coeur les interets de ses peuples, qui sont inseparables des siens ; 

qu'il soit laborieux et vigilant, ou la machine s'arrätera; qu'il soit 

mefrant en finances, parceque pour 1 la plupart les gens d'affaires 

sont fripons; qu'il ait 2 ä coeur qu'il travaille lui-m^me, et qu'il 

commande son armee, parceque c'est le seul moyen d'avoir une 

bonne armee, et que ses troupes le fönt considerer en temps de 

paix et vaincre en temps de guerre; parceque cet Etat ne peut se 

soutenir, sans avoir un militaire assez nombreux pour se faire 

redouter, et que nous sommes environnes d'ennemis plus puissants 

que nous, contre lesquels, d'un jour ä l'autre, nous pouvons avoir 

ä combattre. J'exige qu'il porte ses vues dans l'avenir, pour 

prevoir les choses qui se trament, qu'il observe ses voisins et ne 

fasse des alliances qu'apres avoir bien pese les conditions, avec des 

princes qui ont dans ces temps les memes interets que les siens. 

Je lui conseille de cacher son ambition et ses desseins, d'avoir de 

la prudence dans ses deliberations et de la.fermete ä lesexecuter; 

enfin, qu'il entre dans tous les details du gouvernement, pour savoir 

gouverner par lui-mäme; qu'il ne confonde point le caprice et la 

fermete, mais que les bonnes et solides raisons l'emportent sur les 

prejuges et sur la passion. J'annonce ä tout prince qui remplira 

ces conditions, les plus grandes prosperites, une gloire durable et 

une consideration personnelle, et je ne puis prevoir que des malheurs 

pour ceux qui, s'abandonnant ä leur nonchalance, laisseront aller 

les choses \\e\ir train, sans daigner s'en meler, et de qui la com- 

modite et la mollesse, l'emportant sur leurs devoirs, remettront le 

gouvernement de l'armee et de l'Etat en d'autres mains. Je souhaite 

que de^pareilles choses n'arrivent jamais, et comme l'education d'un 

prince influe si fort sur le reste de sa vie, je joindrfai] quelques 

remarques sur ce sujet, en recommandant encore le salut de cet 

Etat, sa prospeYite, sa felicite, sa gloire ä celui 3 qui gouverne tous 

ces^mondes divers, qui abaisse, qui eleve les empires et qui tient 

dans ses mains la destinee de tout l'univers. 

1 Vorlage: par. — 2 Vorlage: est. — 3 Vorlage: ä celui ä celui. 



231 

De l'education cTun prince 1 et des tutelies. 

Cest une negligence coupable de la plupart des souverains que 
le peu de soins qu'ils prennent de l'education de leurs enfants, ou 
le 2 plan vicieux qu'ils suivent pour les elever. La nature donne 
aux hommes des talents et des d^fauts; on ne saurait transformer 
un imbecile en homme d'esprit, mais une bonne education corrige 
des defauts et cultive les talents oü eile en trouve. Un heritier 
presomptif n'est pas un enfant que Ton doit negliger: de lui peut 
dependre la felicite d'un peuple, sa grandeur et son accroissement. 

L'usage commun que Ton suit, est de mettre un jeune prince 
entre les mains des gouverneurs et d'ecclesiastiques. Les uns 
l'elevent, pour qu'il se mefie de lui-meme et ne se confie qu'en 
ses ministres, les autres pour le rendre devot et le gouverner sous 
pretexte de diriger sa conscience. Cest l'oppose" de ce que Ton 
doit faire. Un homme ne pour le gouvernement doit apprendre ä 
se conduire et ä se decider lui-meme. Je voudrais qu'apres ses 
heures d'etude on le mit dans le grand monde, parcequ'il doit 
apprendre ä connaitre les hommes, et qu'on les ignore, si on ne les 
fre*quente pas ; et qu'importe des petites incongruites et des enfances 
ä cet äge qui ne tire[nt] point ä consequence? On ne se corrige 
que par ses propres fautes. Donner ä un jeune prince l'education 
simple d'un particulier est, ce me semble, ce qu'il y a de plus 
convenable, pour qu'un sot orgueil ne s'empare pas de lui dans un 
äge aussi tendre, pour qu'il apprenne ce qu'il doit aux autres, et 
que, n'ayant point la töte preoccupee des prejuges d'une illustre 
naissance, on lui mette dans l'esprit de faire sa fortune par lui- 
meme. La vanite et l'orgueil entrent d'eux-memes dans l'esprit 
des hommes; il ne *faut pas les leur inculquer. 

Ses etudes les plus necessaires sont celles de Thistoire. Je 
voudrais cependant qu'en se contentant de lui donner une teinture 
de l'histoire ancienne, on insistät davantage sur ce qui s'est passe 
depuis Charles-Quint jusqu'ä nos jours. Apres cela la philosophie, 
surtout la logique, pour exercer son raisonnement et lui donner de 
la facilite pour combiner des idees. Je voudrais qu'on l'exercät 
beaucoup sur cette matiere, en lui faisant rendre raison de toutes 
choses, en l'obligeant de soutenir des theses de lui-m£me et aux- 
quelles le pre*cepteur n'aurait pas touche. Ensuite [il faut] lui donner 
des principes de morale, pour lui inspirer des sentiments de justice 
et en m£me temps former ses moeurs. S'il incline aux belles-lettres, 

1 Vergl. S. 102—109. — * Vorlage: du. 



2 32 

il faut lui en donner une teinture, parceque cela fera le bonheur de 
sa vie dans toutes les situations oü la fatalite" pourra l'eprouver. 
Pour ce qui regarde la religion, il doit dans ce pays-ci adherer ä 
la religion reformee, mais sans prejuges superstitieux, surtout sans 
fanatisme, ä cause des trois religions £tablies chez nous, entre 
lesquelles il convient qu'il demeure neutre. * Un homme peut etre 
tres vertueux, sans croire aux fables absurdes que des imposteurs 
habilles de noir lui content. II suffit de se respecter soi-meme et 
de nous ressouvenir dans toutes nos actions de cette maxime ad- 
mirable : „Ne f altes pas aux autres que ce que vous voulez quHls 
vous fassent." 2 

II est necessaire qu'un prince apprenne bien la fortification, pour 
savoir fortifier, defendre ou attaquer des places, et parceque l'etude 
de la fortification apprend ä bien juger et profiter d'un terrain, chose 
si essentielle pour tout general qui veut exceller dans son metier. 3 

Que ce prince parle coulamment le francais. Cette langue est 
devenue celle des negociations , des cours et des honnetes gens. 
S'il sait 4 un peu de latin ou d'italien, cette connaissance ne lui 
portera aucun prejudice. 

On ne songe qu'ä remplir et surcharger la memoire de la 
jeunesse : c'est l'education ordinaire qu'on lui donne, et l'on neglige 
de lui former le jugement. II est sans doute necessaire, pour avoir 
des idees, d'en fournir ä la memoire, ce receptacle de notre entende- 
ment. Mais doit-on s'y borner? et n'est-il pas bien plus impor- 
tant de cultiver de bonne heure le jugement, de l'exercer, de 
l'avancer, de le rendre precoce, parceque c'est de son Operation 
que dependent les Operations et la conduite des hommes? 

Des que ce prince approche des 1 5 ans, il faut le mettre dans 
le militaire et le faire passer par tous les grades, afin qu'il apprenne 
l'art de la guerre, et par principes et par sa propre experience. 
En m£me temps, quel exemple pour la jeune noblesse qu'un heritier 
presomptif, qui fait le Service d'officier en passant par les derniers 
grades, pour s'elever insensiblement au plus eleve ! Qui peut refuser 
de s'appliquer, quand il voit un jeune prince qui apprend ä obeir, 
pour savoir Commander un jour? 

II me semble qu'il ne faut pas trop gener la jeunesse; cela la 
rend timide, et si vous la tenez trop severement, eile en devient 
d'autant plus effrenee, quand eile est livree ä elle-meme. Puisqu'il 
faut que tous les hommes fassent des sottises, il vaut mieux qu'elles 

1 Vergl. S. 32. 105. 185. — * In der Vorlage unterstrichen. — 3 Vergl. 
S. 17°- J74- — 4 Vorlage: cet. 



233 

se fassent dans la jeunesse que dans un äge plus avance\ On ne 
se corrige que de ses propres fautes. Qu'on permette donc aux 
jeunes prinees d'etre jeunes, mais qu'on les reprenne de leurs exces : 
Vous aimez les plaisirs; ä la bonne heure! mais ne les 1 preförez 
pas ä vos devoirs. Souvenez-vous que Henri IV se fit un tort 
infini en negligeant ses affaires pour ses maitresses; souvenez-vous 
que Louis XV s'est deshonore en laissant gouverner son royaume 
par la Pompadour. Vous aimez trop le vin. N'oubliez jamais qu'on 
d£tröna un empereur Wenceslas, 2 parcequ'il etait un ivrogne ; ayez 
toujours present ä votre memoire la bataille de Pinczow, 3 oü 
Auguste fut battu par Charles XII, parcequ' Auguste etait ivre. 
Vous etes empörte. Rappelez - vous l'histoire de l'electeur Jean 
Sigismond, qui se brouilla avec un prince de Neubourg pour un 
soufflet qu'il lui donna. 4 Ce soufflet traina pour un demi siecle le 
proces que la maison avait avec ces Prinees palatins pour la succes- 
sion de Cleves. Vous avez une ambition desordonnee. Que l'exemple 
des malheurs qui sont arriv£s aux ambitieux, vous corrige! Jules 
C£sar est assassine dans le Senat; Charles-Quint se fait moine ä 
Saint- Juste ; 5 Louis XIV est sur le point de quitter sa capitale et 
de convoquer son arriere-ban vers la fin de la guerre de succession ; 
Charles XII est assie"ge dans Stettin et ne se sauve qu'ä peine sur 
une barque legere pour regagner les bords de son royaume. 6 
Vous etes nonchalant et paresseux. Relisez la vie de Francois I er ; 
voyez-y le derangement de ses finances, l'abandon du militaire, tout 
le gouvernement bouleverse, toutes suites necessaires de son inappli- 
cation et de sa frivolite ; rappelez-vous l'administration de l'electeur 
George Guillaume; repassez l'histoire de l'empereur Charles VI: 
vous n'y verrez que faiblesse et negligences. Tant qu' Eugene 
vecut, 7 il fut l'Atlas de cette monarchie ; son g£nie et son bras la 
soutinrent. Des qu'il fut mort, tout tomba ? parceque le gouverne- 
ment fut alors comme un corps sans äme. 

1 Vorlage: leur. — 2 Vergl. S. 228. — 3 Südlich vom Orte Clissow, 
nach dem die Schlacht vom 19. Juli 17 02 gewöhnlich benannt wird. — 
4 Die Anecdote bezieht sich auf eine Zusammenkunft, die Churfürst Johann 
Sigismund mit dem Pfalzgrafen Wolfgang Wilhelm von Pfalz-Neuburg auf 
dem Schlosse zu Düsseldorf 16 13 über die Theilung der Jülich-Cle vischen 
Erbschaft hatte (vergl. (Euvres, Bd. 1, S. 25). Die endgültige Regelung 
erfolgte erst 1666 zwischen den Häusern durch den Clevischen Erbver- 
gleich. — 5 Karl V. wohnte nach seiner Abdankung 155 6 im Kloster, doch 
wurde er nicht Mönch. — 6 Am 22. December 1715 flüchtete Karl XII. 
aus Stralsund, nicht aus Stettin, wie der König irrthümlich schreibt. — 
7 Prinz Eugen starb am- 21. April 1736. 



234 

Avec cela, il faut qu'on accoutume ce jeune prince ä mettre 
de Pordre dans tout ce qu'il fait. Qu'on lui assigne quelque argent 
pour sa depense, qu'il en tienne des comptes, et qu'on le rende 
exact jusque dans les petites choses, parceque tout ce qui degenere 
en coutume chez les hommes, leur reste, et qu'ä la duree Ton ne 
peut compter que sur ce que Phabitude a rendu inherent ä la 
personne. J'insiste sur cet article d'autant plus qu'il faut de Pordre 
dans toutes les branches de Padministration d'un Etat ; qu'un prince 
doit etre econome de Pargent des peuples ; qu'il ne doit pas souffrir 
que cet argent soit vole, parcequ'il appartient ä PEtat, et que lui- 
meme n'en doit faire usage que pour le bien du pays et Pavantage 
des particuliers. Si de deux defauts il en faut un, il vaut mieux 
dans cet Etat pauvre qu'un prince soit avare que prodigue. * 

De tous les vices qu'un prince peut avoir, le plus intole'rable 
selon moi c'est la durete. On pardonne des injustices, quand elles 
sont commises par ignorance, mais un homme dur est en horreur 
ä tous ses concitoyens. La plus aimable des vertus c'est Phumanite ; 
on Pappelle humaine, parcequ'elle est dans notre nature et pour 
ainsi dire inherente ä tout mortel qui, dans ce court passage rempli 
d'adversites et de traverses, doit soulager ses freres, pour leur aider 
ä supporter le fardeau de la vie. Un guerrier peut etre compatissant 
comme un philosophe. Cent occasions se presentent ä lui oü il 
trouve Poccasion d'exercer cette aimable vertu. Traiter les autres 
comme nous voudrions en etre traites, ceci comprend tout ; il n'y a 
qu'ä suivre cette maxime. 

Quand le prince sera parvenu ä Page de vingt ans, ce sera 
le temps oü Pon pourra lui donner une idCe du gouvernement de 
PEtat, lui montrer les principes sur lesquels les finances s'admi- 
nistrent, et les details de recettes et de depenses, lui enseigner tout 
ce qu'un prince doit savoir du commerce, pour qu'il s'en forme un 
tableau net, et qu'il se fasse un precis des regles generales dont 
on ne doit point s'ecarter, si le commerce doit fleurir. II faut aussi 
qu'on lui fasse connaitre le fort et le faible des provinces et pour- 
quoi les principes de Padministration different d'une contree ä Pautre. 
Quant ä la justice, il doit savoir pourquoi les tribunaux ont 2 ete 
£tablis', les lois qui gouvernent, quel en est Pesprit et combien il 
est important aux citoyens que les proces soient abreges, et que les 
juges soient integres. Pour ce qui concerne le militaire, il doit en 
faire une etude continuelle, soit en lisant de bons livres ecrits sur 
la guerre et des histoires des deux derniers siecles, soit en prati- 

1 Vergl. S. 35—37. — * Vorlage: sont. 



235 

quant avec les troupes sur le terrain les e>olutions telles que, selon 
les regles, il faut les executer vis-ä-vis des ennemis. Quand il se 
promene, il peut faire ses remarques sur le terrain dont l'£tude est 
indispensable. Le souverain qui est oblige de voyager, peut le 
conduire avec lui, afin qu'il apprenne ä connaitre le pays et les 
troupes, et qu'il voie tout ce que les differents corps de Tarmed 
executent, qu'il fasse connaissance meme avec les jeunes officiers, 
qui deviendront ses generaux apres la mort de son pr£d£cesseur et 
dont il saisira plus facilement le caractere, quand ils sont dans les 
moindres grades, que s'ils £taient dejä generaux. De cette facon 
il apprendra ä connaitre les hommes et discernera ceux dont il peut 
se promettre de bons Services. 

Ce jeune prince doit connaitre tous les traites recents que ses 
predecesseurs ont faits. On lui donnera des connaissances sur les 
interSts des princes, sur les caracteres de ceux qui gouvernent les 
nations, principalement sur les interets de son propre pays et de sa 
maison. On lui dira qu'autant que la vivacite* et la promptitude 
sont utiles pour un guerrier, autant un politique doit avoir du flegme, 
de la dissimulation , pour bien conduire les affaires; que, dans le 
cabinet, il faut aller ä poids et ä mesure, bien discuter les cas qui 
se presentent, et user de la penetration et du jugement, pour savoir 
se decider avec sagesse. La politique demande des conjectures, des 
combinaisons et des calculs ; il faut tout prevoir et souvent deviner 
les intentions que Ton cache, pour ne point etre la dupe de fripons 
qui mettent tout leur art ä tromper des princes qui manquent de 
circonspection. 

En suivant cette methode, on peut former un prince, pour qu'un 
jour il gouverne avec honneur et gloire son Etat. Si une education 
molle et trop effeminee en fait un courtisan, si Ton met, des sa 
tendre jeunesse, dans la tete d'un prince qu'il peut tout, qu'il n'est 
pas petri d'un meme limon que ses sujets, qu'il est d'une race divine 
et ses peuples d'une nature abjecte, faits pour adorer tous ses 
caprices, enfin qu'il tient leur vie et leur fortune en ses mains, 
pour en user selon son bon plaisir, on forme un homme imbu de 
lui-meme, presomptueux et dur qui meprise dans le fond de son 
äme tout ce qu'il ne croit pas appartenir ä son sang, un prince qui 
croit que l'application l'abaisse, qui s'imagine que ce sont les plus 
heureux des esclaves que ceux qui peuvent le servir utilement, qu'il 
n'a qu'ä Commander pour etre obei, que les hasards d'une campagne 
ne doivent point etre courus par lui, et qu'il doit etre comme la 
Providence qui, en lancant le tonnerre, demeure invisible. Mais ses 



236 — 

ennemis prennent quelquefois la liberte' de se moquer de cette 
Providence et de maltraiter cruellement ceux qui en sont les re- 
pr^sentants. Ces rois de l'espece dont je parle, ne savent que 
representer comme les comediens qui jouent un röle de monarque 
sur le theätre. Ce n'est pas lä des hommes ; il nous faut des princes 
laborieux, actifs, sages et vigoureux, qui sachent agir par eux- 
m£mes, servir de point de reunion aux inte'rets de l'fitat, Commander 
leurs armees et negocier eux-memes. Le seul moyen de les former 
tels, est celui que j'ai indique dans le plan de l'e'ducation que j'ai 
propose. 

Des tutelles. 1 

Le Ciel preserve que nous ayons des minorites dans cet Etat. 
C'est un malheur pour tous les pays, quand un souverain en bas 
äge parvient au gouvernement. II faut des Conseils de r^gence 
et des tuteurs pour le pupille et pour FEtat. 

Ces tutelles dans ce pays-ci ne seraient [pas] aussi orageuses 
qu'en France, ni n'eprouveraient des guerres civiles comme les 
temps de la Ligue ; 2 mais elles affaibliraient le ressort qui est dans 
toutes les branches du gouvernement, et elles pervertiraient Fedu- 
cation du jeune roi, parceque ce serait ä qui gagnerait sa confiance 
et ä qui flatterait le plus ses defauts. Ajoutez ä cela que le Conseil 
de tutelle, ayant goüte la douceur du commandement , ferait jouer 
tous les ressorts de Pintrigue pour se le perpetuer. 

Cependant ce cas peut arriver, et quel serait alors le meilleur 
parti ä prendre? Selon mon avis, il faudrait choisir le premier 
prince du sang et lui confier toute l'autorite entiere, parceque c'est 
le seul moyen de conserver de l'unite' dans le gouvernement et de 
l'ordre dans les affaires. La nature des Conseils est la lenteur, 
et jamais 3 compagnie n'a pris de parti vigoureux que l'ancien 
Senat de Rome. Mais tous les peuples ne sont pas les anciens 
Romains, et chez nous il se trouve peu de tetes politiques. Cette 
tutelle fournirait ä nos ennemis la meilleure occasion qu'ils pourrai[en]t 
trouver, de rabaisser cette maison. Un Conseil oü l'autorite se 
trouve partag^e, serait la perte de l'Etat et du pupille; mais un 
prince de la maison peut agir en vertu de l'autorite' dont il est le 
d£positaire , prendre des resolutions vigoureuses et defendre les 
inte'rets de sa patrie et de son souverain contre les projets dangereux 
d'ennemis qui veulent opprimer un orphelin. 

1 Vergl. S. 76. 77- — 2 Unter der Regierung Heinrichs III. — 8 Vor- 
lage: jamais de. 



— 237 

En voilä peut-£tre trop sur les matieres que je me suis propose 
de traiter. Je ne regretterai ni ma peine ni mon temps, si je puis 
me flatter que cet ouvrage sera de quelque utilite. Du moins ai-je 
cru qu'il etait de mon devoir de coueher par £crit mes sentiments, 
pour que la posterite les lise, et qu'apres avoir bien approfondi la 
matiere, eile rejette ce qu'elle trouve de defectueux, et adopte ce 
qu'elle croit utile ä TEtat, auquel j'ai consacre ma vie ainsi que 
mes travaux. 

Sanssouci, ce 7 de no[ve]mbre 1768. Federic. 

Nach der eigenhändigen Niederschrift Im Künigl. Hausarchiv zu Charlottenburg. 



Expose du gouvernement prussien, 

des principes sur Iesquels il roule, avec quelques reflexions 

politiques [1776]. x 

Tour se faire une idee generale de ce gouvernement, il faut 
examiner en detail toutes les branches du gouvernement et puis les 
combiner ensemble. 

[Des finances.] 

Je commence par les finances, qui sont comme les nerfs dans 
le corps humain, qui fönt mouvoir tous les membres. 

Depuis la guerre, 2 les revenus de TEtat ont ete prodigieuse- 
ment augmentes, savoir: de 1700000 ecus par Pacquisition de la 
Pomerellie, 3 un million du tabac, 4 100 000 de la banque, 5 50000 
du bois, 6 400000 des accises et peages, 7 130000 du sei de Schöne- 
beck, * 56000 du loto, 9 au delä de 200000 ecus par les nouveaux 
taux des bailliages, 100 000 ecus des bois; 10 de sorte qu'ä present le 
total des revenus monte ä 21700000 ecus, dont, outre toutes les 
autres depenses de TEtat acquittees, 187 oco soldats " sont entre[te]nus. 

Les depenses decomptees, il reste tous les ans 5700000 ecus, 
dont jusqu'ici 2 oco 000 ont ete annuellement deposes dans le 
tresor, I2 et 3700000 ecus ont ete employes, soit aux fortifications, 
soit aux ameliorations du pays, soit pour reparer des malheurs,. 
ainsi qu'en subsides pour les Russes 13 et [en] bätiments. Mais 4a 

1 Das Testament ist wahrscheinlich auf Anregung der Königin-Wittwe 
Juliane Marie von Dänemark im April 1776 verfasst. Vergl. ihr Schreiben 
vom 23. März 1776 (P. C, Bd. XXXVIII, 9) und unten S. 243, sowie Hohen- 
zollern- Jahrbuch 1916, S. 185 ff. — a Dem Siebenjährigen Kriege. — 3 Die 
Erwerbung Westpreussens im Jahre 1772. — «■ Vergl. S. 117. — 5 VergL 
S. 117. "8. — 6 D. h. aus der Nutzholz- und der Brennholz-Handelsgesell- 
schaft (vergl. S. 114). — 7 Vergl. S. 113 und 116. — 8 Vergl. S. "4. — 
9 Die Lotterie war 1763 eingeführt, zunächst als Zahlenlotto, und dann mit 
der Klassenlotterie verbunden und verpachtet. — IO Der Forstverwaltungs- 
überschuss. — " Vergl. S. 66. 121. 195. 220. — » Vergl. S. 121. — ,3 Wäh- 
rend des Türkenkrieges 1768/74 war der König nach der Allianz von 
1764 zur Stellung eines Hülfscorps oder zur Zahlung von Subsidien im 
Betrage von jährlich 400000 Rubeln verpflichtet. Auf seinen Wunsch 



— 239 

destination de ces 5 700000, en temps de guerre, est pour payer 
les extraordinaires des campagnes, qui montent chaque ann£e ä 
11 millions, x de sorte que, 5700000 decomptes, reste ä ajouter 
annuellement la somme de 5 300000 ecus. Cette somme doit £tre 
prise du tresor, qui est fourni de 19300000 £cus, outre 4300000 
ecus, ce qu'on appelle le petit tresor, destine* ä rendre Tarmee 
mobile. 2 Nous avons encore, d'ailleurs, 4200000 ä Breslau, tout 
prets pour acheter et amasser les fourrages pour une armee de 
60 oco hommes, et 900 000 dans la banque pour acheter du fourrage 
pour six semaines ä Magdebourg ; 3 en outre , la caisse de guerre 
doit avoir 1 t 000 oco, pour pouvoir payer, en temps de guerre, les 
r£giments d'avance; 4 4 oco 000 s'y trouvent dejä, les autres y seront 
dans trois ans. Mais il faut remarquer que, si Ton veut puiser tous 
les extraordinaires de guerre du tresor, qu'on ne pourra durer que 
quatre campagnes, ce qui fait que de necessite il faut s'emparer 
de la Saxe, 5 menager le plus que l'on peut , le tresor , qui ne doit 
servir proprement qu'ä remplir le vide de quelques provinces en- 
vahies par l'ennemi. Voilä le fond des choses, qui demontre qu'il 
faut user de la plus grande economie pour avoir le dernier ecu en 
poche, lorsqu'on negocie la paix. 

Cet argent, ces deux millions qui sortent tous les ans de la 
circulation en entrant dans le tresor, paraitront une somme tres 
considerable ; 6 mais ce qui justifie cette Operation, est que la balance 
du commerce est en faveur de TEtat de 4 400 000 ecus , de sorte 
que la circulation des especes augmente encore dans le public an- 
nuellement de 2 400 000 ecus. Cette balance etait contre la Prusse 
ä la mort du feu Roi, oü la monarchie perdait annuellement 500000 
ecus par les importations. J'ai trouve moyen, en etablissant beau- 
coup de manufactures, et surtout ä l'aide de la Silesie, de la mettre 
sur l'etat que je viens d'annoncer. 7 C'est pourquoi il ne faut pas 
perdre les manufactures de vue : par leur moyen, cette balance peut 
encore s'augmenter dans nos possessions actuelles de quelques cent 
mille ecus. Mais ce qui importe surtout, c'est de conserver le bon 
ordre etabli maintenant pour la regie des deniers publics et la 
surveillance sur toutes les caisses; sans quoi le peuple paye beau- 
coup, et le souverain est vole. 

hatte sich Russland mit Subsidienzahlungen einverstanden erklärt (vergl. 
P. C, Bd. XXVII, 597. 598; XXVIII, 504). 

1 Vergl. S. 121. — * Vergl. S. 1*1. — 3 Vergl. S. "8 und 121. — 
♦ Vergl. S. 0. — 5 Vergl. S. 122. 194. 214. — b Vergl. S. 120. 183. 184. — 
' Vengl. S. 9. Vorlage: de l'annoncer. 



240 

Des magasin s. * 
II y a un magasin ici de 36 000 Winspels, dont on peut nourrir un 
an une armee de 60 000 hommes ; il y a un magasin pareil en Silesie 
pour le m€me nombre de troupes, et d'ailleurs un fonds de deux millions 
pour acheter des grains de la Pologne; ce qui pourra fournir 120000 
Winspels, par le moyen desquels le pays sera ä l'abri de toute famine, 
et, en cas de guerre, avec le ble" qu'il y a dejä, on aura de quoi faire 
trois campagnes. 

De Wartenberg. 2 
"Wartenberg a tous les ans 440000 ecus d'epargne, qui sont 
employes en partie pour les armes, pour augmenter son depöt, en 
partie pour rartillerie, dont on a construit les canons pour la nou- 
velle forteresse de Silesie , 3 et une reserve , ä laquelle on travaille 
encore ä present, de 400 canons de reserve pour la campagne. 

De l'armee. 

La Situation de cet Etat nous oblige d'entretenir beaucoup de 
troupes ; car nos voisins sont PAutriche, la Russie, la France et la 
Suede. Le pied de guerre est de 220000 hommes, 4 y compris les 
bataillons francs et l'augmentation dans la cavalerie. De ce nombre 
on pourra mettre en campagne 180000 hommes; mais des qu'il faut 
former trois armees, il saute aux yeux que nous n'en avons pas 
trop en comparaison de nos voisins. 

Je crois que la discipline doit rester sur le pied oü eile se 
trouve, ainsi que les evolutions introduites, ä moins que la guerre 
ne change • 5 car alors il n'y a de parti qu'ä se plier aux circon- 
stances et ä changer avec elles. Mais pour egaler les ennemis ou 
les surpasser, il faut que ce soit par Fordre et par la discipline, 
encourager les officiers et les distinguer, pour qu'une noble emula- 
tion les porte ä surpasser leurs adversaires qu'ils ont ä combattre. 
Si le souverain ne se mele pas lui-m€me du militaire, et s'il n'en 
donne pas Fexemple, tout est fini. Si Ton prefere les faineants de 
cour au militaire, on verra que tout le monde preferera cette faine- 
antise au laborieux metier des armes, et alors, au lieu que nos offi- 
ciers sont nobles, il faudra avoir recours aux roturiers, ce qui serait 
le premier pas vers la decadence et la chute de Tarmee. 

Nous n'avons ä present que 7 o citoyens par compagnie ; 6 il ne 
faut point s'ecarter de ce principe, pour menager le pays qui, par 

1 Vergl. S. 95 und 135. — 2 Für die Kasse von Wartenberg vergl. 
S. 137. — 3 Silberberg (vergl. S. 157. 158). — 4 Vergl. S. 121. 195. 196. — 
5 Vergl. S. 99. 100. — 6 Vergl. S. 83. 139. 



241 

l'augmentation de la population, pourra fournir des ressources en 
recrues, si la guerre le rend. n£cessaire. 

Les forteresses sont en bon etat, ä l'exception de Stettin, dont 
le plan est tout fait. II faudrait miner .toute Tenceinte de Magde- 
bourg. x La partie dans laquelle nous sommes les plus faibles, est 
celle du genie. II nous faudrait encore trente bons officiers ing€- 
nieurs; 2 mais la difficulte est de les trouver. Les mineurs sont 
bons. II faudrait egalement augmenter le nombre des quartiers- 
maitres, 3 parceque, suppose trois armees, leur Service demande plus 
d'habiles gens que nous en avons. 

Notre population est de 5 200000 ämes, 4 dont 90000 ä peu 
pres sont soldats. Cette proportion peut aller; mais il ne faut pas 
que Ton prenne plus des cantons que 840 par regiment d'infanterie 
et 400 par [regiment de] cavalerie. 

De la politique. 

Un des premiers principes de la politique est de tächer de 
s'allier ä celui de ses voisins qui peut porter ä l'Etat les coups les 
plus dangereux. C'est par cette raison que nous sommes en alliance 
avec la Russie, parcequ'elle nous rend le dos libre du cöte de la 
Prusse, et que, tant que cette liaison dure, nous n'avons pas ä 
craindre que la Suede ose nous attaquer en Pomeranie. Les temps 
peuvent changer, et la bizarrerie des conjonctures peut obliger ä 
prendre d'autres engagements ; mais jamais on ne trouvera avec 
les autres puissances Pequivalent des avantages que Ton trouve avec 
la Russie. Les troupes francaises ne valent rien, et les Francais 
sont accoutumes ä ne secourir que faiblement leurs allies; et les 
Anglais, faits pour payer des subsides, sacrifient leurs allies, ä la 
paix , 5 pour f avoriser leurs propres inter€ts. Je ne parle point de 
la maison d'Autriche, avec laquelle il parait presque impossible que 
des liens solides se forment. 

S'il s'agit des vues politiques d'acquisition qui conviennent ä 
cette monarchie, les Etats de la Saxe sont sans contredit ceux qui 
lui conviendraient le mieux, en Farrondissant et lui formant une 
barriere par les montagnes qui separent la Saxe de la Boh€me, et 
qu'il faudrait fortifier. 6 II est difficile de prevoir comment cette 
acquisition pourrait se faire. La maniere la plus süre serait de 
conquerir la Boheme et la Moravie et de les troquer avec la Saxe ; 7 

1 Vergl. S. 159. — 2 Vergl. S. 174. i75- — 3 Vergl. S. 174. — 4 Vergl. 
S. 65. 138. — s Vergl. S. 205. — fa Vergl. S. 61 und 215. — 7 Vergl. S. 63 und 
214. 219. 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 16 



242 — 

soit enfin que cela püt s'operer par d'autres trocs ou des possessionis 
du Rhin, en y ajoutant Juliers ou Berg, ou de quelque facon que 
cela se fasse, cette acquisition est d'une necessite indispensable pour 
donner ä cet Etat la consistance dont il manque. Car, des qu'on 
est en guerre, l'ennemi peut avancer de plain-pied jusqu'ä Berlin 
sans trouver la moindre Opposition dans son chemin. 

Je ne parle pas, d'ailleurs, de nos droits de succession au pays 
d' Ansbach , * Juliers et Berg , 2 et le Mecklembourg , 3 parceque ce 
sont des pretentions connues, et dont il faut attendre l'evenement. 

Comme l'Etat n'est pas riche, il faut se garder sur toute chose 
de se meler dans des guerres oü il n'y a rien ä gagner, parcequ'on 
s'epuise ä pure perte, et qu'une bonne occasion arrivant ensuite, on 
n'en saurait pas profiter. Toutes les acquisitions eloignees sont ä 
Charge ä un Etat. Un village sur la frontiere vaut mieux qu'une 
principaute ä soixante Heues. C'est une attention necessaire de 
cacher autant qu'il est possible, ses desseins d'ambition et, si Ton 
peut, de reveiller l'envie de l'Europe contre d'autres puissances, ä 
la faveur de quoi Ton frappe son coup. Cela peut arriver, et la 
maison d'Autriche dont Pambition va le visage demasque, 4 s'attirera 
de 5 reste l'envie et la Jalousie des grandes puissances. Le secret 
est une vertu essentielle pour la politique aussi bien que pour l'art 
de la guerre. 

De la justice. 6 
Les lois sont assez sagement faites dans ce pays. Je ne crois 
pas qu'on ait besoin d'y retoucher; mais il faut que, tous les trois 
ans, il se fasse une visite des tribunaux des provinces, pour qu'il 
y ait des surveillants qui s'informent de la conduite des juges et 
des avocats, que l'on punit, quand on les trouve en defaut. Mais 
comme les parties et les avocats tächent d'eluder les meilleures lois, 
il est necessaire que, tous les vingt ans, on examine par quel raffine- 

1 Vergl. S. 6o. 214. — 2 Von der Jülich-Clevischen Erbschaft waren bei 
der Erbtheilung 1666 (vergl. S. 233) Jülich und Berg an das Haus Pfalz- 
Neuburg gefallen und, als dieses mit Churfürst Karl Philipp von der Pfalz 
1742 ausstarb, an dessen Nachfolger, Erbprinz Karl Theodor von Pfalz- 
Sulzbach, übergegangen, da König Friedrich in dem pfälzischen Suc- 
cessionsvertrag vom 24. December 1741 auf seine Erbansprüche verzichtet 
hatte. Vergl. P. C, Bd. I, 46«; II, 5 2 5- — 3 Vergl. S. 60 und 215. — 4 In- 
folge der österreichischen Rüstungen während seiner Erkrankung im 
Winter 1 775/76 maass der König dem wiener Hofe den Plan bei, sofort 
nach seinem Tode Preussen anzugreifen. Vergl. P. C, Bd. XXXVII, 
592—594, und (Euvres, Bd. 6, S. 123 f. — 5 Vorlage: le, — 6 Vergl. S. 1. 2 
und 110. in. 



243 

ment ils allongent les proces, et qu'on leur mette des barrieres 
(comme on a fait ä präsent) * pour ne pas prolonger les proces, ce 
qui ruine les parties. 

Combi na ison du total du gouvernement. 

Comme le pays est pauvre, et qu'il n'a guere de ressource, 
c'est une ehose necessaire que le souverain ait 2 toujours un tresor 
bien muni, pour soutenir au moins quelques campagnes. Les seules 
ressources qu'il peut trouver dans le besoin, consistent dans* un 
emprunt de cinq millions de la Landschaft, 3 et ä peu pres quatre 
millions qu'il pourra tirer du credit de la banque ; 4 mais voilä tout 
II a ä la veYite, en temps de paix, 5 700000 dont il peut disposer; 
mais la plupart de cet argent doit ou entrer dans le tresor ou Stre 
employe" ä des usages publics, comme forteresses, ameliorations, 
manufactures, canaux, defrichements , forteresses, bätisses de villes 
dont on fait les maisons en pierre qui sont en bois, le tout pour 
rendre la Constitution de l'Etat plus solide. 

Ces raisons que je viens d'alleguer, exigent que le souverain 
de ce pays soit econome et homme qui tienne le plus grand ordre 
dans ses affaires. Une raison aussi valable que la premiere s'y 
Joint encore: c'est que, s'il donne l'exemple de la profusion, ses 
sujets, qui sont pauvres, veulent l'imiter et se ruinent. II faut sur- 
tout, pour le soutien des mceurs, que les distinctions soient unique- 
ment pour le merite et non pas pour les richesses; 5 ce principe 
mal observe en France a perdu les mceurs de la nation, qui autre- 
fois ne connaissait que le chemin de l'honneur pour parvenir ä la 
gloire, et qui croit ä present qu'il suffit d'etre riche pour Stre honore. 

Comme les guerres sont un gouffre oü les hommes s'abiment, 
il faut avoir l'ceil ä ce que le pays se peuple autant que possible, 
d'oü il resulte encore un autre bien: c'est que les campagnes en 
sont mieux cultive'es et les possesseurs mieux ä leur aise. 

Je ne crois point que, dans ce pays, on doiye jamais se laisser 
persuader de former une marine militaire. 6 En voici les raisons. 
II y a en Europe de grandes marines, savoir: celle d'Angleterre, 
celle de France, d'Espagne, du Danemark et de la Russie. Jamais 
nous ne pourrons les egaler; ainsi, avec quelques vaisseaux de- 

1 Am 15. Januar 1776 vollzog der König die „Neue Verordnung, um 
die Processe zu verkürzen" (vergl. P. C, Bd. XXXVII, 395. 404, und Mylius, 
Novum corpus constitutionum marchicarum, Bd. 6, Sp. 17 ff.). — 2 Vor- 
lage: est. — 3 Vergl. S. 14. l 5 und 123. — 4 Vergl. S. 117. 118. — s Vergl. 
S. 34. 35- 180. — 6 Vergl. S. 100. 101 und 123. 

16* 



244 

meurant toujours inferieurs ä d'autres nations, la depense serait 
inutile. Ajoutez que, pour tenir une flotte, Pargent qu'elle coüterait, 
nous obligerait de reformer des troupes de terre; que le pays 
n'est pas assez peuple pour fournir des recrues ä Parmee et des 
matelots pour les vaisseaux, et enfin, que les batailles de mer 
sont rarement decisives; d'oü je conclus qu'il vaut mieux avoir 
la premiere armee de PEurope que la plus mauvaise flotte des 
puissances maritimes. 

La politique doit porter ses vues aussi loin qu'elle peut, dans 
Pavenir et juger des conjonctures de PEurope, soit pour former des 
alliances, soit pour contrecarrer les projets de ses ennemis. II ne 
faut pas croire qu'elle peut amener les evenements; mais quand 
ils se presentent, eile doit les saisir pour en profiter. x Voilä pour- 
quoi les finances doivent etre en ordre. C'est par cette raison que 
de Pargent doit §tre en reserve, pour que le gouvernement soit pret 
d'agir, sitöt que les raisons politiques lui en indiquent le moment. 

La guerre m£me doit etre conduite sur des principes de la 
politique, pour porter les coups les plus sanglants ä ses ennemis. 
C'^tait sur ces principes qu'agissait le prince Eugene, qui a rendu 
son nom immortel par la marche et la bataille de Turin , 2 par 
Celles de Höchstädt 3 et de Beigrade. 4 Les grands projets de cam- 
pagne ne reussissent pas tous; mais quand ils Sont vastes, il en 
resulte toujours plus d'avantages que par ces petits projets oü Pon 
se borne ä la prise d'une bicoque sur les frontieres. 5 Voilä comme 
le comte de Saxe ne donna la bataille de Rocoux 6 que pour pou- 
voir executer, Phiver d'apres, son dessein sur Bruxelles, qui lui 
reussit. 

II est evident, par tout ce que je viens de dire, que la politique, 
le militaire et les finances sont des branches si etroitement liees 
ensemble qu'elles ne sauraient €tre separees. II faut les mener de 
front , 7 et de leur combinaison , assujettie aux regles de la bonne 
politique, resultent les plus grands avantages pour les Etats. En 
France, il y a un roi qui dirige chaque branche ä part: c'est le 
ministre qui preside , soit aux finances , soit ä la guerre , soit aux 
affaires etrangeres. Mais le point de ralliement manque, et ces 
branches, n'etant pas reunies, divergent, et les ministres ne sont 
chacun occupes [que] des details de leur departement, sans que 
personne ne reunisse ä un but fixe Pobjet de leurs travaux. 8 Si 

1 Vergl. S. 57—59 und 211. — 2 Vergl. S. 79. — 3 Vergl. S. 79- — 
4 16. August 171 7- — 5 Vergl. S. 161. 162. — 6 11. October 1746. — 7 Vergl. 
S. 77- 78 und 189. — 8 Vergl. S. 37. 38 und 202. 



245 

pareille chose arrivait dans cet Etat, il serait perdu, parceque les 
grandes monarchies vont malgre les abus et se soutiennent par 
leur poids et leur force intrinseque, et que les petits ßtats sont 
vite ecrases, si tout en eux n'est [pas] force, nerf et vigueur. 

Voilä quelques rgflexions et mes idees sur le gouvernement 
de ce pays, qui, tant qu'il n'aura pas pris une plus grande con- 
sistance et de meilleures frontieres, doit 6tre gouverne* par des 
princes qui soient toujours en vedette, les oreilles dressees, pour 
veiller sur leurs voisins, et pr€ts ä se d6fendre d'un jour ä l'autre 
contre les projets pernicieux de leurs ennemis. 

F e d e r i c. 

Nach der eigenhändigen Niederschrift im König!. Geheimen Staatsarchiv zu Berlin. 



Considerations sur Petat politique de 
l'Europe [1782]. 

JJepuis les liaisons que l'Empereur a contractees avec la Russie, 
il ne faut plus que la Prusse compte sur l'alliance de l'imperatrice 
Catherine. * Elle 2 croit peut-etre pouvoir mener de front deux 
puissances que leurs intere" ts opposes rendent ennemies 3 , ce qui 
est impossible. L'Empereur, non content d'avoir mis dans ses filets 
l'imperatrice de Russie, pour assurer ces liaisons dans l'avenir, a 
par le moyen des Württembergs entierement subjugue la jeune 
cour. 4 Que le Grand - Duc soit entierement enchaine par cette 
cabale ou non, cela est indifferent ä l'Empereur, parcequ'il pourra 
assez ä temps fomenter une revolution en Russie qui mette la 
Grande-Duchesse sur le tröne, laquelle l'amour lui attache, ä ce 
que tout Vienne dit. 

En suivant la conduite de l'Empereur pied ä pied, j'y d^couvre 
beaucoup de prudence. II demeurera tranquille et ne frappera aucun 
grand coup, avant d'avoir arrange ses finances; et l'on voit avec 
quelle application il fait argent de tout: rayant les pensions dans 
le civil, secularisant les couvents dans ses Etats, enfin tächant de 
profiter de tous les moyens qu'il peut decouvrir, pour remplir ses 
coffres, acquitter ses dettes et de se mettre dans la Situation la 
plus formidable oü se soit trouve prince de l'Europe depuis les 
beaux temps de Louis XIV. II n'a fait que commencer cet ouvrage, 
il lui faut quelques annees pour le perf ectionner ; aussi attendra-t-il 
Foccasion. Quoique, sans §tre devin ni prophete, il est aise de 
deviner qu'il se propose d'ecraser entierement la monarchie 
prussienne, pour etablir ensuite sans Opposition son despotisme en 
Allemagne, il attendra tranquillement ma mort, pour mettre la 

1 Am 18. Mai 1781 hatte Kaiser Joseph IL ein Defensivbündniss mit 
Katharina IL geschlossen. Die preussisch-russische Allianz von 1764, in 
den Jahren 1769 und 1777 erneuert, dauerte nach dem Buchstaben noch 
bis 1788. — 2 Katharina IL — 3 Oesterreich und Preussen. — 4 Die Ge- 
mahlin des Grossfürsten Paul, Maria Feodorowna, war eine württem- 
bergische Prinzessin; ihre jüngere Schwester, Prinzessin Elisabeth, war 
auf Betreiben Josephs IL mit seinem Neffen, Erzherzog Franz, verlobt. 
Ende 1781 hatte das grossfürstliche Paar den wiener Hof besucht. 



247 

main ä l'oeuvre: c'est pourquoi Tunique instruction de son ministre 
ä Berlin x est de veiller sur ma sante" et de lui en mander des 
nouvelles süres. 

Des que je ne serai plus et que ses fonds seront assez accrus 
pour entreprendre une guerre longue et dispendieuse, il tächera 
d'exciter la Russie contre la Prusse, en tächant d'envenimer les 
discussions renaissantes qui s'elevent ä l'egard de la ville de Danzig 2 
et de quelques Polonais qui ont des possessions ä la Netze ou dans 
le pays de Culm. Quant ä lui, il chicanera les frontieres de la 
Silesie, soit par de nouveaux impöts, soit par des querelies faciles 
ä exciter entre cette drogue de gens qui ceignent 3 ses frontieres, 
et les marchands silesiens; il fera des querelles aux Saxons pour 
le fief de la Lusace, 4 peut-etre ä la mort du margrave de Baireuth 
et, sür de la Russie, il s'opposera ä cette succession : 5 en un mot, 
s'il ne lui faut qu'un pretexte pour exciter des brouilleries, il le 
trouvera facilement, et ce malheureux pays sera attaque, d'un 
cöt£, par la Russie en Prusse et, de l'autre, par les Autrichiens, 
soit en Silesie, soit en Lusace et en Saxe, pour p6n£trer droit ä 
Berlin. 

Voilä Pexpose des maux dont nous sommes menaces : ils sont 
si considerables et d'une teile importance qu'il faut faire les plus 
grands efforts d'esprit et epuiser toutes les sources de l'imagination 
pour trouver les moyens de resister ä cet ouragan ou de conjurer 
de bonne heure cette tempete. Quoiqu'il ne faut compter plus sur 
ses allies que sur soi-meme, il faut cependant chercher ä former 
des alliances pour mettre au moins une espece d'egalite et un contre- 
poids ä la preponderance des ennemis, afin que, de tous les cötes, 
on puisse au moins leur opposer des forces qui ne soi[en]t pas trop 
inferieures ä Celles de nos ennemis. 

Je commence par examiner ce que Ton peut esperer de l'Alle- 

1 Reviczky. — * Zoll- und Handelsstreitigkeiten mit Danzig, die sich 
aus der Besitzergreifung des Hafens durch Preussen (1772), aus dem gleich- 
zeitig eingeführten preussischen Weichselzoll und dem Handelsvertrage 
zwischen Preussen und Polen von 1775 ergaben und deren Vermittlung 
Russland übernommen hatte. Vergl. P. C, Bd. XXXII, 655; XXXIII, 666 
bis 668. 672. 673; XXXIV, 392. 393. 399. 400; XXXV, 547. 553; XXXVI, 
534. 535. 54o. 54M XXXVII, 599. 607. 608. — 3 Vorlage: segnent. — 4 Im 
Frieden von Prag (1635) hatte Oesterreich die Lausitz als böhmisches 
Manneslehen an Sachsen abgetreten. Churfürst Friedrich August gehörte 
seit dem bayrischen Erbfolgekrieg zu Oesterreichs Gegnern. — 5 Vergl. 
S. 211 und 214. 215. Seit 1769 waren Ansbach und Baireuth in der Hand 
des Markgrafen Alexander vereint, der unvermählt war. 



— 248 — 

magne. J'y vois l'electeur de Mayence vendu ä la maison d'Autriche, 
l'electorat de Cologne pret ä tomber dans les mains d'un archiduc, x 
celui de Treves hors d'etat de figurer, le Bavarois et Palatin esclave 
du proconsul Lehrbach qui le gouverne, comme le Romain Popillius 
commandait ä Antiochus roi de Syrie; je vois le duc de Württem- 
berg qui va ä Vienne obtenir le diplöme de princesse pour sa garce 2 
et postuler le chapeau electoral: il ne reste donc dans toute cette 
Allemagne que Pelecteur de Saxe sur lequel on puisse compter, et 
Felecteur de Hanovre, Brunswick et la Hesse qui pourraient etre 
susceptibles d'entrer en ligue avec la Prusse. 

Si je me tourne vers la Pologne, je n'entends parier que des 
intrigues que la cour de Vienne y met en usage pour y former 
un parti \ son intention sans doute est de se servir de ce parti pour 
faire des hostilites dans nos provinces, des qu'elle nous aura declare 
la guerre. II faut donc necessairement que nous soyons attentifs ä 
nous procurer des adherents dans cette Republique, ou pour contre- 
carrer les projets de nos ennemis, ou pour s'y opposer : ce qui serait 
encore preferable. 

En me tournant vers la France, vous y trouvez un roi faible ? 
qui, dans quelques annees, s'accoutumera ä porter tranquillement 
le joug de son epouse, 4 des ministres que la seule idee d'une regence 
fait trembler, un parti autrichien forme qui, pour exalter 5 cette 
alliance, attribue tous les succes des Francais dans la guerre 
presente 6 ä cette heureuse union qui attache l'Empereur ä leur roi 
et qui leur donne la faculte d'employer toutes leurs forces contre 
l'ennemi permanent de l'empire des Gaules. 7 Si Pimperatrice de 
Russie voulait s'obstiner ä mettre bientöt en ceuvre son beau projet 
de FEmpire grec, 8 ce serait le seul cas oü l'Empereur, se declarant 
contre la Porte, fournirait aux Francais un pretexte valable de 
rompre leur alliance avec la cour de Vienne; mais ä moins que 
cet evenement n'arrive, il ne faut point se flatter de pouvoir former 
des liaisons solides avec la France. 

Reste ä parier de TAngleterre. Depuis que Bute est mis hors 
de jeu, 9 des liaisons entre l'Angleterre et la Prusse rentrent dans 

1 Erzherzog Maximilian, seit 1780 Coadjutor von Cöln und Münster. — 
2 Franziska von Hohenheim. — 3 Ludwig XVI. — * Maria Antoinette. — 
5 Vorlage: exaler. — 6 Zwischen England und seinen Colonieen in Ame- 
rika, mit denen sich Frankreich 1778 verbündet hatte. — 7 England. — 
8 Das alte griechische Kaiserreich mit der Hauptstadt Konstantinopel 
sollte unter dem 1779 geborenen Grossfürsten Constantin als russische 
Secundogenitur begründet werden. — 9 Das alte Ministerium unter Lord 
North, den König Friedrich als Fortsetzer der Politik Butes (vergl. S. 205 



249 — 

la possibilite" des choses, parceque le nouveau ministere de Londres 
est honn£te et dans de bonnes dispositions pour nous. Ceci n'est 
qu'un prejuge favorable ; il faut porter l'examen plus avant et savoir 
avant tout, la paix conclue, si l'Angleterre sera en etat d'assister 
ses allies ou si son epuisement l'aura reduite ä une inaction totale, 
ä une espece de paralysie politique. Si eile n'est pas entierement 
affaiblie, on gagnerait par eile les secours des troupes hanovriennes, 
hessoises et de Brunswick qu'on 'pourrait opposer aux entreprises 
que les Autrichiens , par le ministere de l'electeur de Cologne, 
pourrai[en]t avoir formees sur les possessions prussiennes au Rhin 
et dans la Westphalie; d'autre part la France, ä la fin de cettc 
guerre, aura de meme besoin d'un regime de finances, pour reparer 
la profusion des depenses que cette guerre lui a occasionnee. De 
sorte que tout le fort de la guerre que je prevois, sera, d'un cöte, 
de la Prusse et, de l'autre, de l'Autriche et de la Russie, ä moins 
qu'il n'y arrive entre ci et ce temps des evenements favorables qui 
nous rendent la chance plus avantageuse, soit en brouillant la France 
et l'Autriche, soit en dessillant les yeux de l'imperatrice de Russie, 
soit en amenant ou la mort de l'Empereur ou de la Grande-Duchesse 
ou quelque chose de semblable. 

Mais il ne faut jamais compter sur les cas fortuits, et sans 
compter ce en quoi la Fortune peut nous assister, ne comptons que 
sur les moyens que la prudence et la politique peuvent nous fournir 
pour nous remettre en bonne posture. Voici des idees. Si, apres 
la paix generale, le delire autrichien continue de troubler les tetes 
de Versailles, il faut renoncer ä ces gens, x sans" toutefois se brouiller 
avec eux; on peut m6me les flatter, quoiqu'ayant besoin d'allie, 
nous sommes dans la necessite de nous tourner vers l'Angleterre. 
C'est un pis aller toutefois dont on pourrait tirer quelque parti en 
Allemagne, et pourquoi ne point travailler alors ä former une triple 
alliance entre nous, les Turcs et les Anglais ? Si nous sommes en 
guerre avec la Russie et l'Autriche, nous ne pouvons esp£rer en 
de diversions plus favorables que de la part des Turcs. Cette nation 
est bien disposee pour nous, et je crois que, faute de mieux, ce serait 
une ressource qu'il ne faut aucunement mepriser. 

Toutefois il n'est pas encore temps d'agir, ä moins d'etre con- 
vaincu des mauvaises dispositions de l'imperatrice ä notre egard; 
en agissant trop vite, nous travaillerions pour l'Empereur, et nous 

und als dessen Werkzeug betrachtete, war am 20. März 1 782 gestürzt. An 
der Spitze des neuen Whigministeriums stand Marquis Rockingham. 
1 Die Franzosen. 



250 -*— 

lui fournirions un pr£texte pour aliener de nous entierement l'esprit 
de PImpeYatrice, ce qui serait une demarche de la derniere impru- 
dence. Toutefois pour preparer les voies, s'il en fallait venir ä ce 
dernier expedient, j'ai prepare les moyens de nous frayer une nou- 
velle route pour notre correspondance de Constantinople : nos lettres 
importantes passeront par Varsovie, de la au bacha de Chozim qui, 
par ordre de la Porte, les fera remettre ä Constantinople — d'autant 
plus qu'on risquerait trop de faire passer des depeches de cette 
importance par Vienne et par la Hongrie. 

Voilä en gros mes idees sur l'avenir* je ne me negligerai sur 
rien, je n'epargnerai ni mes peines ni le peu de capacite que j'ai, 
pour detourner de dessus nos t£tes ces malheureux presages. Mais 
si, apres ma mort, Monsieur mon neveu s'endort dans la mollesse ; 
qu'il vive dans Tincurie; que, prodigue comme il est, il dissipe 
les fonds de TEtat et qu'il ne ranime pas toutes les facultes de 
son äme — je prevois que Monsieur Joseph le jouera sous jambe, 
et que, dans 30 ans d'ici, il ne sera plus question ni de Prusse ni 
de maison de Brandebourg; que TEmpereur, apres avoir tout 
englouti, finira par assujettir TAllemagne dont il veut depouiller 
tous les princes souverains pour en former une monarchie, comme 
Test la francaise. Je fais mille voeux pour que mon pronostic se 
trouve faux par Tevenement, que mes successeurs fassent leur devoir 
comme des gens senses, et que la Fortune d£tourne la plus grande 
partie des fleaux dont nous sommes menaces. 

Ce 9 mai 1782. Federic. 

Nach der eigenhändigen Niederschrift im Königl. Geheimen Staatsarchiv zu Berlin. 



Reflexions sur l'administration des finances 
pour le gouvernement prussien [1784], 

Les Etats de la Prusse ne sont ni riches ni opulents, le sol 
en general y est assez aride, et les seules branches du commerce 
qui rendent la balance des importations et exportations favorable, 
consistent dans le d£bit des entoilages, des etoffes de laines et du 
commerce du transit que nous fournit la Pologne, la Saxe et les 
Etats situes sur le cours du Rhin. Du temps de mon pere, nous 
perdions 500000 ecus annuellement ä cette balance; 1 par Tacqui- 
sition de la Silesie et de la Prusse polonaise et par la quantite de 
manufactures nouvellement ötablies, j'ai change" ces choses de- 
favorables en notre faveur au point que, l'annee passee, le profit 
net de notre commerce, en d^comptant les importations, nous a 
produit net un profit de 443°o°° £cus. . 

C'est sur cette augmentation d'especes que j'ai arrange Tadmini- 
stration des finances, me trouvant par lä en etat de mettre tous 
les ans 3000000 de cöte , 2 en avantageant encore le pays de 
1 400 000 d'augmentation de numeraire annuellement. Nos revenus 
de l'ann^e 1783 ä 1784 ont ete de 21730000 ecus; 3 defense faite, 
il reste 7120000 dont le souverain peut disposer. II faut bien se 
garder d'employer ce fonds en depenses fixes, mais il faut le reserver 
pour la guerre qui se fera certainement ä peine apres que faurai 
les yeux fermes. 4 

Une campagne coüte environ en depense extraordinaire 1 2 000 000 
ecus. 5 Si la guerre se fait, au Heu des 7000000 que nous avons 
de surplus, il ne faut compter que sur 6 000 000, par 6 le defect des 
accises et [parceque] quelques sommes que peuvent fournir les autres 
caisses en temps de paix, manquent alors. Nous avons trois cam- 
pagnes en fourrage tant ä Breslau qu'ä Magdebourg ; 7 nous avons, 
in natura tant qu'en argent , trois annees de farine pour toute 
Parm€e , 8 et par ces precautions nous pouvons fournir gratis aux 
trois premieres campagnes, savoir grains, fourrages et les 6 000 000 

1 Vergl. S. 239. — 2 Vergl. S. 238. — 3 Vergl. S. 238. — 4 Vergl. 
S. 242 Anm. 4. — 5 Vergl. S. 121 und 239. — 6 Vorlage: parceque. — 
7 Vergl. S. 121 und 239. — 8 Vergl. S. 135 und 240. 



— 252 - — 

pour l'extraordinaire de la guerre; et nous avons encore dans le 
tresor pour suppleer en entier ä trois campagnes. De sorte que, 
par une sage administration, je suis parvenu ä pouvoir faire soutenir 
ä ce pauvre pays six campagnes, sans avoir besoin de rehausser 
les impöts ou de charger l'Etat de dettes onereuses qui le consument 
et l'appauvrissent ä la duree, et qui tot ou tard menent ä des 
banqueroutes infames et frauduleuses. 

Afin de soutenir ce pauvre pays depourvu de grandes ressources, 
il faut suivre les principes sages, equitables et fondes sur l'etat 
chetif oü ce pays se trouve : s'entend separer les revenus du prince 
du revenu de l'Etat. Ce dernier doit etre sacre et envisage comme 
uniquement destine, en temps de paix, aux avantages des citoyens, 
soit pour defricher des terres, soit pour donner aux villes les 
manufactures qui leur manquent, soit enfin pour rendre tous les 
etablissements plus solides et les particuliers , depuis le noble äu 
manant, plus aises et plus ä leur aise. Ce revenu de l'Etat bien 
administre" sert encore ä en prendre annuellement une partie mise 
en reserve, pour suppleer aux frais de la guerre et sauver le pauvre 
peuple des impöts dont un souverain malhabile le chargerait en 
temps de guerre; par cette sage economie on soulage le peuple, 
et l'Etat se menage des ressources süffisantes pour les cas fortuits 
qui l'obligent a defendre ses possessions contre des usurpateurs 
voisins. 

Dans l'administration des finances il faut savoir brider ses 
fantaisies, ses passions ou ses goüts; car, en premier lieu, les 
revenus de l'Etat n'appartiennent pas au souverain: cet argent n'a 
d'emploi legitime que celui qui procure le bien et le soulagement 
des peuples. Tout prince qui dissipe ce revenu en plaisirs et en 
liberalites deplacees, est moins souverain dans ses Operations que 
voleur de grand chemin, parcequ'il emploie cet argent, le pur sang 
des peuples, en depenses inutiles et souvent ridicules. Car il faut 
partir de la qu'aucun prince ne peut dire avec verlte: „A present 
nous n'aurons plus la guerre, nous n'avons qu'ä vivre ä TEpicurienne 
et penser ä satisfaire nos passions et nos plaisirs." Qu'arrive-t-il ? 
Voilä une guerre qui s'allume subitement, et notre Epicurien, pour 
avoir mange son ble en herbe, se trouve au depourvu dans le 
moment qu'Hannibal est ad portas, comme disaient les Romains. 

Toutes les actions des hommes doivent etre la suite d'une 
profonde r£flexion et ne doivent etre entreprises qu'apres y avoir 
profondement et mürement delibere. Mais j'ose dire avec assurance 
que les souverains doivent pousser leur prudence plus loin que les 



253 — • 

particuliers, parcequ'un faux raisonnement de ces derniers n'entraine 
que le malheur d'une famille, au lieu que, si les rois ne pensent 
que superficiellement ä l'avenir, s'ils prennent des mesures in- 
considerees, ce sont des millions d'hommes qui en souffrent, leur 
gloire qui se ternit, et leurs ennemis qui profitent de leurs sottises. 
Ces consequences sont si importantes qu'on ne saurait assez les 
inculquer dans l'esprit de ceux que la naissance destine au gou- 
vernement, surtout [si] ces princes ont le defaut d'€tre prodigues, 
d'avoir une aversion pour les calculs de finances, et qu'outre cela 
ils aient la betise d'avoir contracte l'habitude de se laisser voler 
indifferemment par tous leurs domestiques. Ou il ne faut pas 
aspirer au gouvernement des Etats, ou il faut former le noble 
projet de s'en rendre digne , en acquerant toutes les connaissances . 
qui forment les princes, et en s'encourageant par une noble 
emulation ä ne refuser aucun des travaux et des soins que le 
gouvernement exige. On dira, par exemple: „Les comptes 
m'ennuient." Je reponds: „Le bien de l'Etat exige que je les revoie, 
et en ce cas rien ne me doit coüter!" Voyons les plus grands 
Etats de TEurope: ä quel exces ils sont endettes! Pourquoi? 
Parce[que] , la paix faite, ils n'ont jamais pense ä l'acquit de leurs 
dettes. L'entretien des cours et la prodigalite des souverains ont 
absorbe tous les revenus ordinaires, et les choses ont ete poussees 
ä une teile depravation sous Louis XV qu'en pleine paix, pour suffire 
ä ses depenses desordonnees, les contröleurs des finances ont annuelle- 
ment augmente les dettes nationales de 30 et 40 millions de livres. 
Encore faut-il observer que, dans un royaume comme la France, 
il y a des ressources immenses, mais que, dans un pauvre pays 
comme le sont toutes les provinces prussiennes, la ruine dans peu 
deviendrait totale et irreparable. 

Voilä des reflexions que mon successeur fera bien d'approfondir 
et de s'approprier , afin qu'apres ma mort TEtat soit en etat de se 
maintenir et de ne pas succomber: ce qui arriverait certainement, 
s'il n'avait qu'un prodigue et un evente ä sa t£te. 

Ce 20 octobre 1784. Federic. 

Nach der eigenhändigen Niederschrift im Königl. Geheimen Staatsarchiv zu Berlin. 



PERSONENVERZEICHNISS. 1 



A. 

Adam Friedrich, Reichsgraf von 
Seinsheim, Fürstbischof von Würzburg, 
Bischof von Bamberg: 201. 

Adolf Friedrich, König von Schwe- 
den , Herzog von Holstein - Gottorp 
(t I77i): 40-45- 207. 

Alberoni, Giulio, Cardinal und span. 
Premierminister (f 1752): 58. 

Albrecht III., Churfürst von Sachsen- 
Wittenberg (f 1422): 215. 

Albrecht Achilles, Churfürst von 
Brandenburg (f i486): 60. 

Alexander, reg. Markgraf von Bran- 
denburg- Ansbach , seit 1769 auch von 
Baireuth : 214. 219. 247. 

Alvensleben, Achaz Heinrich von-, 
preuß. Generalmajor und Chef eines 
Dragonerregiments: 176. 

Anhalt, Heinrich Wilhelm von, preuß. 
Oberst, Flügeladjutant des Königs und 
Generalquartiermeister: 174. 175. 

Anhalt-Dessau: siehe Leopold. 

Anna, Königin von England (f 17 14): 
70. 

Anna Iwanowna, Zarin von Rußland 

(t I740): 46. 

Anna, Regentin von Rußland, Gemahlin 
des Prinzen Anton Ulrich von Braun- 
schweig, geb. Prinzessin von Mecklen- 
burg-Schwerin (f 1746): 74. 

Ansbach: siehe Alexander; Georg Fried- 
rich. 

An ti och us IV., König von Syrien : 248. 

Anton Ulrich, Prinz von Braun- 
schweig- Wolfenbüttel (f 1774): 74. 

Antoninus Pius: 79. 

Ar an da, Graf, Pedro Pablo Abaraca de 
Bolea, span. Erster Generalcapitän und 
Präsident des Rathes von Castilien : 
203. 220. 221. 



d'Arletan, Guillaume Louis Auguste, 
Oberstlieutenant im preuß. Mineurcorps : 

175. 

Augusta, Prinzessin von Wales, Wittwe 
des 1751 gestorbenen Prinzen Friedrich 
Ludwig von Wales, geb. Prinzessin von 
Sachsen-Gotha, Mutter König Georgs III. 
von England (f 1772): 205. 206. 

August IL, König von Polen, Chur- 
fürst von Sachsen (f 1733): 58, 201. 
222. 233. 

August III., König von Polen, Chur- 
fürst von Sachsen , Sohn des voran- 
stehenden (f 1763): 3. 27. 42. 43. 46. 
58. 63. 131. 201. 222. 

August Wilhelm, Prinz von Preußen, 
Bruder König Friedrichs II. (f 1758): 
215. 

B. 

Baireuth: siehe Alexander; Friedrich 

Christian ; Georg Friedrich. 
Bamberg: siehe Adam Friedrich. 
Barbara, Markgräfin von Brandenburg, 

Gemahlin des Markgrafen Johann, geb. 

Herzogin von Sachsen - Wittenberg 

(t 1465): 215. 
Bastian i, Johann Baptista, Abbe" und 

Donapropst in Breslau : 33. 
Bayern: siehe Clemens August; Joseph 

Ferdinand; Karl VII.; Karl Theodor; 

Maria Amalia ; Maximilian II. Emanuel; 

Maximilian III. Joseph; Maximilian IV. 

Joseph. 
Behnisch, Christian Friedrich Gottlieb, 

Erzieher des Prinzen Friedrich Wilhelm 

von Preußen : 102. 
Benedict XIV. , Römischer Papst 

(f 175b): 202. 
Bentinck, Gräfin, Charlotte Sophie, 

Gemahlin des Grafen Wilhelm Ben- 



1 Die Schreibung der Namen erfolgt, soweit möglich, nach den eigen- 
händigen Unterschriften. 



- 255 



tinck, von ihm geschieden, geb. Gräfin 
Aldenburg: 53. 

Bernstorff, PVeiherr, Andreas Gottlieb, 
ehemal. hannöv. Minister (f 1726): 43. 

Bestushew - Rumin, Graf , Alexej 
Petrowitsch., russ. Großkanzler (-j* 1766) : 
42. 44. 50. 52. 67. 

Blumenthal, Joachim Christian von, 
preuß. Etatsminister und Chef des 
I. Departements des Generaldirectoriums : 
128. 

Borcke, Graf, Adrian Heinrich, preuß. 
Major und Gouverneur des Prinzen 
Friedrich Wilhelm von Preußen (bis 
1764): 102. 

Braun schweig- Wolfenbüttel: siehe 
Anna ; Anton Ulrich ; Ferdinand ; Fried- 
rich; Karl; Wilhelm. 

Bredow, preuß. Kürassierregiment: 98. 

Brenckenhoff, Franz Balthasar Schön- 
bergk von, preuß. Wirkl. Geh. Finanz-, 
Kriegs- und Domänenrath: 128. 129. 

Brühl, Graf, Heinrich, chursächs. Pre- 
mierminister (f 1763): 42. 43. 131. 

Buchholtz, Johann August, preuß. 
Kriegs- und Domänenrath , Tresorier 
und Hofstaatsrentmeister: 122. 

Buddenbrock, preuß. Kürassierregi- 
ment: 97. 

Bülow, Christoph Karl von, preuß. Ge- 
nerallieutenant von der Cavallerie, Com- 
mandeur en chef des Dragonerregiments 
Baireuth und Generalinspecteur der 
ost preußischen Cavallerie: 176. 

Bülow, preuß. Infanterieregiment: 139 

Bute, Lord, John Stuart, früherer engl. 
Erster Lord des Schatzes: 205. 206. 
225. 248. 



Caesar: 233. 

Carabiniers: siehe Leibcarabiniers. 

Cato: 106. 

Choiseul d' Amboise, Herzog, Stephan 
Franz, Graf von Stainville, franz. 
Staatssecretär und Chef des Departe- 
ments der Auswärtigen Angelegenheiten 
und des Krieges: 202. 203. 217. 220. 
221. 

Chozim, Pascha von: 250. 

Christian VII., König von Dänemark: 
192. 197. 208. 

Christoph Bernhard, von Galen, Bi- 
schof von Münster (f 1678): 58. 



Clemens August, Herzog in Bayern, 
Erzbischof und Churfürst von Cöln, 
Fürstbischof von Osnabrück (f 1761): 46. 
68. 

Clemens Wenzel, chursächs. Prinz, 
Erzbischof und Churfürst von Trier 
(seit 1768): 201. 

Cocceji, Freiherr, Samuel, preuß. Groß- 
kanzler der Justiz (f 1755): 2. III. 

Cöln: siehe Clemens August ; Maximilian 
Friedrich. 

Constantin, der Große, oström. Kaiser 

(t 337) : 79- 
Constantin, russ. Großfürst, zweiter 

Sohn des Großfürst-Thronfolgers Paul: 

248. 
Cr6billon, Prosper Jolyot de, franz. 

Dramatiker (f 1762): 180. 
Crom well, Oliver, Lord-Protector von 

England (f 1658): 73. 79. 
Czartoryski, Fürsten, poln. Magnaten- 
familie : 46. 
Czettritz, Freiherr, Ernst Heinrich, 

preuß. Generallieutenant und Chef eines 

Dragonerregiments: 176. 

D. 

Dänemark: siehe Christian VII. ; Fried- 
rich V. ; Juliane Marie. 

Dalwig, Georg Ludwig von, preuß. 
Generalmajor und Chef eines Kürassier- 
regiments: 176. 

Descartes, Ren6, franz. Philosoph 
(f 1650): 77. 

Desjardins, Fabricant: 127. 

Dieringshofen, preuß. Infanterieregi- 
ment: 139. 

Domhardt, Johann Friedrich von, Präsi- 
dent der Kriegs- und Domänenkammer 
in Königsberg: 184. 

E. 

Eichel, August Wilhelm, preuß. Geh. 
Kriegsrath und Cabinetssecretär : 39. 

Elisabeth, Zarin von Russland 
(f 1762): 40. 43. 44. 46. 51. 74. 101. 
196. 

Elisabeth, Prinzessin von Württem- 
berg, Tochter des Prinzen Friedrich 
Eugen, verlobt mit Erzherzog Franz: 
246. 

Ell ermann, Joachim Christoph, poli- 
tischer Geheimagent des Königs in 
Berlin: 218. 

Emanuel, Infant von Portugal: 58. 



256 



Emmerichjoseph, Freiherr von Breidt- 
bach zu Bürresheim, Erzbischof und 
Churfürst von Mainz (f 1774): 201. 

England: siehe Anna; Augusta; Fried- 
rich; Friedrich Ludwig; Georg I. ; 
Georg II.; Georg III.; Jakob II.; 
Karl I.; Karl II.; Wilhelm III. 

Eric: 73. 

Ernst August, Herzog von Braun- 
schweig-Lüneburg, Fürstbischof von Os- 
nabrück, seit 1679 Herzog und seit 
1692 Churfürst von Hannover (f 1698): 
58- 

Eugen, Prinz von Savoyen, österr. Feld- 
herr und Staatsmann (f 1736): 57. 67. 
145. 160. 162. 233. 244. 

F. 

Fäsch, Johann Rudolf, preuß. Geh. Fi- 
nanzrath, beim V. Departement des Ge- 
neraldirectoriums : 188. 

Ferdinand I. , Römischer Kaiser 
(t 1564): 66. 67. 

Ferdinand II. , Römischer Kaiser 
(t 1637): 228. 

Ferdinand, König von Neapel und 
beider Sicilien, Infant von Spanien : 207. 
208. 

Ferdinand I., Herzog von Parma, Pia- 
cenza und Guastalla, Infant von Spa- 
nien: 208. 209. 

Ferdinand, Prinz von Braunschweig- 
Wolfenbüttel, preuß. Generalfeldmar- 
schall (bis 1766): 168. 

Ferdinand, preuß. Prinz, dritter Bruder 
König Friedrichs II. , Generallieutenant : 
215. 

Feuquieres, Marquis, Antoine, franz. 
Feldherr (f 1711): 166. 

Fleury, Andreas Hercules von, Cardi- 
nal und franz. Premierminister (f 1 743) : 
50. 190. 202. 

Frankreich: siehe Franz I.; Hein- 
rich III. ; HeinrichlV.; LudwigXU.; Lud- 
wig XIII.; Ludwig XIV.; Ludwig XV.; 
Ludwig; Ludwig XVI. ; Maria Antoi- 
nette; Maria Josepha. 

Franz I., Römischer Kaiser, Großherzog 
von Toscana, Herzog von Lothringen 
(f ! 7 6 5) : 4 2 - 4 6 - 192. 200. 202. 

Franz I., König von Frankreich (1*1547): 
70. 233. 

Franz, öster. Erzherzog, ältester Sohn des 
Großherzogs Leopold von Toscana: 246. 

Franz Georg, Graf von Schönborn, 



Erzbischof und Churfürst von Trier 
(t 1756): 46. 

Franz von Braunschweig (1768: 
Wilhelm von Braunschweig), preuß. In- 
fanterieregiment: 82. 139. 

Markgraf Friedrich, preuß. Kü- 
rassierregiment: 98. 

Friedrich V., König von Dänemark 
(t 1766): 53. 68. 

Friedrich I. , Churfürst von Branden- 
burg (f 1440): 215. 

Friedrich I. , König von Preußen 
(t 1713): 36. 46. 146. 182. 190. 191. 

Friedrich II., reg. Landgraf von 
Hessen-Cassel : 201. 

Friedrich V., Churfürst von der Pfalz, 
König von Böhmen (f 1632): 228. 

Friedrich III., reg. Herzog von Sachsen- 
Gotha: 46. 201. 

Friedrich (Friedrich August) , Prinz 
von Braunschweig- Wolfenbüttel, zweiter 
Sohn des Herzogs Karl, preuß. Ge- 
nerallieutenant, Chef eines Infanterie- 
regiments: 176. 

Friedrich, engl. Prinz, zweiter Sohn 
König GeorgsIIl., seit 1 764 Fürstbischof 
von Osnabrück : 68. 

Friedrich August, Churfürst von 
Sachsen : 201. 247. 248. 

Friedrich Christian, reg. Mark- 
graf von Brandenburg-Baireuth (f 1769): 
214. 219. 

Friedrich Eugen, Prinz von Württem- 
berg, preuß. Generallieutenant, Chef des 
Dragonerregiments Württemberg: 176. 

Friedrich Karl, Baron Erthal, Erz- 
bischof und Churfürst von Mainz (seit 
1774): 248. 

Friedrich Ludwig, Prinz von Wales, 
Sohn König Georgs II. (f 1751): 42. 
205. 

Friedrich Wilhelm, der Große Chur- 
fürst, Churfürst v. Brandenburg (f 1688) : 
17. 114. 182. 190. 
Friedrich Wilhelm I., König von 
Preussen (f 1740): 6. 14. 18. 28. 39. 
61. 82. 110. 115. 119. 123. 131. 139. 
141. 152. 182. 191. 239. 251. 
Friedrich Wilhelm, Prinz von 
Preußen, ältester Sohn des Prinzen 
August Wilhelm: 215. 250. 253. 

G. 

Gabel entz, Georg Karl Gottlob von 
der, preuß. Generallieutenant und Chef 



257 



eines Infanterieregiments, Commandant 
von Schweidnitz: 175. 

Garde, Regiment, preuß.: 13. 82. 

Gensdarmes, preuß. Kürassierregi- 
ment: 97. 

Georg I*| König von Großbritannien, 
Churfürst von Hannover (f 1727): 58. 

Georg IL, König von Großbritannien, 
Churfürst von Hannover (f 1760): 3. 
42. 43. 46. 50. 52. 53. 61. 67. 68. 72. 
202. 225. 228. 229. 

Georg III., König von Großbritannien, 
Churfürst von Hannover, Enkel des 
voranstehenden: 42. 68. 72. 201. 205. 
225. 248. 

Georg Friedrich, reg. Markgraf von 
Brandenburg - Ansbach und Baireuth 
(f 1603): 60. 

Georg Wilhelm, Churfürst Von Bran- 
denburg (f 1640): 190. 233. 

Goltz, Freiherr, Bernhard Wilhelm von 
der, preuß. Oberst, Flügeladjutant und 
Wirkl. Kammerherr, designirt zum Ge- 
sandten in Paris: 216. 217. 

Gotzkowski, Johann Ernst, Kaufmann 
in Berlin : 125. 

Graumann, Johann Philipp, preuß. Geh. 
Finanzrath und Münzdirector: 8. 

Gross, Heinrich von, bis 1750 russ. Ge- 
sandter in Berlin : 42. 52. 

Grus sau, Abt des Klosters: 33. 

Gustav II. Adolf, König von Schwe- 
den (f 1632): 73. 78. 

Gustav III., König von Schweden: 227. 

H. 

Hagen, Freiherr, Ludwig Philipp, preuß. 
Etatsminister, Chef des III. Departe- 
ments des Generaldirectoriums: 128. 186. 

Hannibal: 252. 

Hannover: siehe Ernst August; 
Georg I. ; Georg II. ; Georg III. ; Johann 
Friedrich. 

Hatzfeldt, Graf, Karl Friedrich , österr. 
Wirkl. Geh. Rath, Präsident der Mi- 
nisterial-Bankdeputation und der Hof- 
kammer: 200. 

Hecker, Johann Julius, Prediger an der 
Dreifaltigkeitskirche und Director der 
Realschule in Berlin : 22. 

Heinrich II L, König von Frankreich 

(t 1589): 70. 236. 
Heinrich IV., König von Frankreich 
(f 1610): 70. 79. 106. 108. 233. 
Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 



Heinrich, preuß. Prinz, zweiter Bruder 
König Friedrichs II., General der In- 
fanterie, Chef eines Infanterieregiments: 
175. 215; das Regiment: 82. 139. 

Heinrich, preuß. Prinz, zweiter Sohn 
des Prinzen August Wilhelm (f 1767): 
215. 

d ' H e i n z e , Magdelaine Touros, Oberst- 
lieutenant im preuß. Ingenieurcorps : 1 75. 

Helena: 103. 

Hessen-Cassel: siehe Friedrich II. 

Hohenheim, Franziska von: 248. 

Horst, Freiherr, Julius August Fried- 
rich von der, preuß. Etatsminister und 
Chef des IV. Departements des General- 
directoriums: 128. 

Hoverbeck, Freiherr, Reinhold Fried- 
rich, preuß. Oberst und Chef des Leib- 
carabinier- Regiments: 176. 

1. (j.) " 

Jakob IL, König von England, 1688 

entihront (f 17.01): 72. 
Jakob Eduard (Stuart), engl. Kron- 
prätendent, Sohn des voranstehenden 

(f 1766): 72. 73. 
J a r i g e s , Joseph Philipp von, preuß. 

Großkanzler der Justiz: 187. 
Joachim Friedrich, Churfürst von 

Brandenburg (f 1608): 60. 
Johann, der Alchimist, Markgraf von 

Brandenburg , Sohn des Churfürsten 

Friedrich I. (f 1464): 215. 
Johann Friedrich, .reg. Herzog von 

Hannover (f 1679): 58. 
Johann Friedrich, der Großmütige, 

Churfürst von Sachsen (f 1554): 228. 
Johann Friedrich Karl, Graf von 

Ostein , Erzbischof und Churfürst von 

Mainz (f 1763): 46. 
Johann Sigismund, Churfürst von 

Brandenburg (f 1619): 233. 
Joseph L, Römischer Kaiser (f 1711): 

67. 

Joseph IL, Römischer Kaiser: 67. 69. 
200. 219. 223. 228. 246 — 250. 

Joseph Emanuel, König von Portu- 
gal: 47. 71. 204. 

Joseph Ferdinand, Churprinz von 
Bayern (f 1699): 58. 

Juliane Marie, Königin- Wittwe von 
Dänemark, Gemahlin des 1766 ge- 
storbenen Königs Friedrich V., geb. 

17 



258 



Prinzessin von Braunschweig- Wolfen- 
büttel: 238. 
Iwan IV., entthronter russ. Zar (f 1 764) : 
74-75- 

K. 

Karl V., Römischer Kaiser (f 1558): 

70. 104. 199. 203. 228. 231. 233. 
Karl VI., Römischer Kaiser (f 1740): 

3. 58. 67. 79. 199. 233. 
Karl VII., Römischer Kaiser (Churfürst 

von Bayern) (f 1745): 67. 69. 192. 

213. 
Karl I., König von England (f 1649): 72. 
Karl II., König von England (f 1685): 

73- 79- 
Karl X. Gustav, König von Schweden 

(f 1660): 78. 
Karl XII., König von Schweden (f 1 7 1 8) : 

52- 58. 73- 78. 233. 
Karl II., König von Spanien (f 1700): 

58. 
Karl III., König von Spanien: 203. 208. 
Karl, reg. Herzog von Braunschweig- 

Wolfenbtiltel : 46. 201. 
Karl Alexander, Prinz von Lothringen, 

österr. Generalissimus: 41. 43. 50. 51. 

59. 74. 161. 
Karl Eduard (Stuart), engl. Kron- 
prätendent: 72. 73. 213. 
Karl Edzard, Fürst von Ostfriesland 

(t 1744): 53- 
Karl Emanuel III., König von Sar- 
dinien, Herzog von Savoyen : 3. 41. 
47. 51. 63. 64. .67. 71. 103. 207. 

208. 219. 223. 

Karl Eugen, reg. Herzog von Württem- 
berg: 46. 68. 201. 248. 

Karl Philipp, Churfürst von der Pfalz 
(f 1742): 242. 

Karl Theodor, Churfürst von der 
Pfalz, seit 1777 auch von Bayern: 46. 
68. 201. 228. 242. 248. 

Katharina II. , Kaiserin von Russland, 
Gemahlin des Zaren Peter III., geb. 
Prinzessin von Anhalt- Zerbst: 196. 197. 

209. 2to. 221. 246. 248 — 250. 
Kaunitz-Rittberg, Fürst, Wenzel, 

österr. Hof- und Staatskanzler: 200. 
Köprili, Mohammed, türk. Großvezier 

(t 1661): 198. . 
Köprili, Achmed , türk. Großvezier, Sohn 

des voranstehenden (f 1676) : 198. 
Köprili, Mustapha, türk. Großvezier, 

Bruder des voranstehenden (f 1 69 1 ) : 1 98. 



Koschenbahr, Ernst Julius von , preuß. 
Oberst und Commandeur eines In- 
fanterieregiments: 175. 

Krusemarck , Hans Friedrich von, 
preuß. Generalmajor, Commandeur en 
chef des Regiments Gensdarmes und 
Generalinspecteur der märkischen Ca- 
vallerie: 176. 

L. 

de Labourdonnais, Bernhard Franz 
Mähe, franz. Seemann: 101. 

Lacy, Graf, Franz Moritz, österr. Ge- 
neralfeldzeugmeister und Präsident des 
Hofkriegsraths : 200. 

Lange, Georg Anton, Fabricant in Bres- 
lau: 124. 

L a u d o n , Freiherr, Gideon Ernst, österr. 
Generalfeldzeugmeister : 200. 

Launay, de La Haye de, preuss. Geh. 
Finanzrath u. General-Accise-Regisseur: 

113. 

Lefebvre, Simon Deodat, Major im 
preuß. Ingenieurcorps: 175. 

Leh rbach, Freiherr, Franz Sigmund, 
österr. bevollm. Minister am chur- 
pfälzisch-bayr. Hofe: 248. 

Leibcarabiniers, preuß. Kürassier- 
regiment: 98. 

Leibniz, Gottfried Wilhelm von, deut- 
scher Philosoph (f 17 16): 77. 

Leo X., Römischer Papst (f 152.1): 79. 

Leopold L, Römischer Kaiser (f 1 705) : 
58. 67. 191. 

Leopold, reg. Fürst von Anhalt-Dessau, 
preuß. u. Reichsfeldmarschall (f 1747): 6. 

Lestwitz, Hans Sigismund von, preuß. 
Generalmajor und Chef des Grenadier- 
Garde-Bataillons: 175. 

Liechtenstein, Fürst, Joseph Wenzes- 
laus, österr. Generalfeldmarschall (f 1 772): 
160. 

Lossow, Daniel Friedrich von, preuß. 
Generalmajor, Chef eines Husaren- 
regiments: 176; das Regiment: 137. 

Lothringen: siehe Franz I. ; Karl 
Alexander; Stanislaus I. Leszczynski. 

Ludwig XII., König von Frankreich 

(t 1515): 70. 
Ludwig XIII., König von Frankreich 

(f 1643): 189. 
Ludwig XIV., König von Frankreich 
(t 1715): 57- 58. 70. 166. 189. 190. 
223. 233. 246. 



259 



Ludwig XV., König von Frankreich 
(f 1774): 44- 67. 71. 82. 190. 202. 
208. 233. 253. 

Ludwig, Dauphin, Sohn des voran- 
stehenden (f 1765): 70. 

Ludwig XVI., König von Frankreich, 
Sohn des voranstehenden : 248. 

Ludwig Philipp, Herzog von Orleans : 
70. 

Luxemburg, Herzog, Franz Heinrich 
de Montmorency, franz. Feldherr 
(t 1695): 165. 

M. 

Macchiavelli, Niccolo di Bernardo dei, 
florentin. Staatsmann und Geschichts- 
schreiber (•}• 1527): 59. 

Mahmud L, türk. Sultan (f 1754): 

47v 

Mainz: siehe Emmerich Joseph ; Fried- 
rich Karl ; Johann Friedrich Karl. 

Malt zahn, Hans Dietrich von, preuß. 
Geh. Legationsrath , bevollm. Minister 
in Dresden: 41. 

Maltzan, Graf, Joachim Karl, preuß. 
Kammerherr , bevollm. Minister in 
London: 216. 217. 

M a n s te i n , Leopold Sebastian von, preuß. 
Generalmajor und Chef eines Kürassier- 
regiments: 176. 

Marcus Aurelius Antoninus: 79. 

Maria Amalia, Römische Kaiserin, 
Gemahlin Kaiser Karls VII., geb. österr. 
Erzherzogin (f 1756): 67. 

Maria Antoinette , Königin vonFrank- 
reich, Gemahlin König Ludwigs XVI., 
geb. österr. Erzherzogin: 248. 

Maria Antonia, Churfürstin- Wittwe 
von Sachsen, Wittwe des 1763 ge- 
storbenen Churfürsten Friedrich Christian, 
geb. Prinzessin von Bayern: 38. 

Maria Feodorowna, Großfürstin von 
.Rußland, Gemahlin des Großfürst-Thron- 
folgers Paul, geb. Württemberg. Prin- 
zessin : 246. 249. 

Maria Josepha, Dauphine von Frank- 
reich, Gemahlin des Dauphins Ludwig, 
geb. chursächs. Prinzessin (f 1767): 
62. 

Maria Theresia, Römische Kaiserin, 
Königin von Ungarn und Böhmen 
(f 1780): 3. 32. 42. 43. 51. 62. 63. 
67. 69. 91. 103. 133. 181. 199. 200. 
208. 209. 214. 215. 222. 223. 



Marlborough, Herzog, John Chur* 
chill, engl. Feldherr und Staatsmann 
(f 1722): 160. 

Marschall, Freiherr, Samuel, preuß. 
Etatsminister und Chef des V. Departe- 
ments des Generaldirectoriums (f 1 749) : 
188. 

Mas so w, Hans Jürgen Detlev von, preuß. 
Generallieutenant und Generalkriegs- 
commissar (*j" 1761): 13. 94. 137. 

M a sjs'ow , Valentin von , preuß. Etats- 
minister und Chef des II. Departements 
des Generaldirectoriums: 128. 

Maupertuis, Peter Ludwig Moreau 
de, Präsident der Berliner Akademie 

(t 1759): 38. 
Maximilian L, Römischer Kaiser 

(t 1519): 3- 

Maximilian, österr. Erzherzog, Sohn 
Kaiser Franz* I. , Coadjutor von Cöln 
und Münster : 248. 

Maximilian II. Emanuel, Churfürst 
von Bayern (f 1726): 79. 213. 228. 

Maximilian Friedrich, Graf von 
Königseck- Rothenfels, Erzbischof und 
Churfürst von Cöln (seit 1761): 201. 249. 

Maximilian III. Joseph , Churfürst von 
Bayern (f 1777): 46. 67. 68.201.228. 

Maximilian IV. Joseph, seit 1795 
reg. Herzog und Pfalzgraf von Zwei-* 
brücken, seit 1799 Churfürst von Bayern 
und der Pfalz , seit 1 806 König von 
Bayern : 68. 

Mazarin, Julius Mazarini, Cardinal 
und franz. Premierminister (f 1661): 
189. 212. 

Mecklenburg, Fürstenhaus: 60. 215. 

Menzel, Friedrich Wilhelm, chursächs. 
Cabinetskanzlist : 56. 217. 

Metellus: 170. 

Möhring, Christian von, preuß. Gene- 
ralmajor und Chef eines Husarenregi- 
ments: 176. 

Möllendorff, Wichard Joachim Hein- 
rich von, preuß. Generalmajor, Com- 
mandeur des Regiments Garde und 
Generalinspecteur der märkischen In- 
fanterie: 156. 175. 

Mohammed IL, türk. Sultan (f 1481): 
47. 222. 

Mohammed IV., türk. Sultan, 1687 ent- 
thront (f 1691): 198. 

Moritz, Churfürst von Sachsen (f 1553): 
228. 

17* 



2ÖO 



MÜnchow, Graf, Ludwig Wilhelm, preuß. 
Etatsminister, dirigierender Minister von 
Schlesien: 96. 

Münchow (1768: Kleist), preuß. In- 
fanterieregiment : 139. 

Münster: siehe Christoph Bernhard. 

Mustapha III., türk. Sultan: 198. 222. 

N. 

Nassau - O ranien: siehe Wilhelm III.; 

Wilhelm IV.; die oranischen Prinzen: 

79. 81. 
Neapel: siehe Ferdinand. 
Nero: 105. 

Newton, Isaac, engl. Physiker und Phi- 
losoph (f 1727): 77. 
Le Normand deTournehem, franz. 

Generalpächter: 190. 
North, Lord , Friedrich , engl. Erster 

Lord des Schatzes (bis 20. März 1 782) : 

248. 
Nostradamus (Michel de Notredame), 

franz. Astrolog (f 1566): 66. 

o. 

Obreskow, Alexej , russ. Wirkl. Staats- 
rat^ Gesandter in Konstantinopel : 198. 

Oesterreich: siehe Ferdinand [ I. ; 
Ferdinand II.; Franz I.; Franz; Jo- 
. seph I. ; Joseph IL ; Karl V. ; Karl VI. ; 
Leopold I. ; Maria Theresia ; Maxi- 
milian I . ; Maximilian ; die österreichi- 
schen Kaiser: 40. 48. 66 — 69. 199. 201. 
223. 228. 

Orleans: siehe Ludwig Philipp ; Phi- 
lipp IL 

Orlow, Graf, Gregor, russ. Kammer- 
herr, Generallieutenant und General- 
adjutant der Zarin: 197. 

Osnabrück: siehe Clemens August ; 
Ernst August; Friedrich. 

Ostfriesland: siehe Karl Edzard. 

P. 

Panin, Graf, Nikita, russ. Wirkl. Geh. 
Rath und Senator, Oberhofmeister des 
Großfürsten Paul, Leiter der Auswär- 
tigen Angelegenheiten Rußlands: 197. 
216. 

Parma: siehe Ferdinand I.; Philipp. 

Paul, russ. Grossfürst-Thronfolger, Her- 
zog von Holstein-Gottorp : 192. 197. 
221. 246. 

Peter L, der Große, Zar von Rußland 
(t 1725): 58. 74- 75. 222. 



Peter III., Zar von Rußland, Herzog 
von Holstein-Gottorp (f 1762): 45. 74. 
75. 196. 197. 221. 

Chur-Pfalz: siehe Friedrich V.; Karl 
Philipp; Karl Theodor. 

Pfalz-Neuburg: siehe Wolfgang Wil- 
helm. 

Pharasmanes, König von Iberien : 180. 

Philipp IL, König von Macedonien: 39. 

Philipp II., König von Spanien (f 1598) : 
127. 

Philipp V., König von Spanien (f 1746): 
70. 79. 192. 

Philipp IL, Herzog von Orleans, Regent 
von Frankreich (f 1723): 58. 

Philipp, Herzog von Parma, Piacenza 
und Guastalla, Infant von Spanien 
(f 1765): 208. 

Pinto, Graf, Ignaz, preuß. Major und 
Quartiermeister: 158. 175. 

Pinto, Graf, Ignaz, preuß. Hauptmann 
und Flügeladjutant: 175. 

Plutarch: 39. 

Polen: siehe August II.; August III. ; 
Stanislaus I. Leszczynski ; Stanislaus II. 
August Poniatowski; die polnischen 
Könige: 45. 46. 64. 199. 222. 

Pombal, Marquis, Graf von Oeyras, 
Don Sebastian Joseph de Caravalho, 
portugies. Premierminister: 220. 221. 

Pompadour, Marquise, Jeanne (f 1764): 
44. 190. 233. 

Pomp ejus: 170. 

Popillius Laenas: 248. 

Portugal: siehe Emanuel ; Joseph 
Emanuel. 

P o t o c k i , Grafen, poln. Magnatenfamilie : 
46. 

Prinz von Preussen , preuß. Kürassier- 
regiment: 98. 

Preussen: siehe Albrecht Achilles ; 
August Wilhelm ; Barbara ; Ferdinand ; 
Friedrich I. ; Friedrich I. ; Friedrich 
Wilhelm; Friedrich Wilhelm I.; Fried- 
rich Wilhelm; Georg Wilhelm; Hein- 
rich; Heinrich; Joachim Friedrich; Jo- 
hann ; Johann Sigismund. 

Priamus: 103. 

Prittwitz und Gaffron, Joachim 
Bernhard von, preuß. Oberst und Com- 
mandern: des Husarenregiments Zieten: 
176. 

de Puyzieulx et de Sillery, Louis 
Philogen Brulart, franz. Staatssecre- 
tär: 53. 



26 1 



Qu ine y, Marquis, Charles Sevin, franz. 
Militärschriftsteller (f 1736): 166. 

R. 

Ramin , Friedrich Ehrentreich von, preuß. 
Generallieutenant und Chef eines In- 
fanterieregiments: 175; das Regiment: 

139. 

Regler, Ludwig Wilhelm von, Oberst- 
lieutenant im preuß. Ingenieurcorps : 174. 

Reitzenstein, Karl Erdmann von, 
preuß. Oberst und Commandeur eines 
Dragonerregiments: 176. 

Retzow, Wolf Friedrich von, preuß. 
Oberst und Generalintendant : 99. 

Reviczky von Revisny, Freiherr, 
Karl Edmund Alexander, österr. außer- 
ordentl. Gesandter und bevollm. Minister 
in Berlin: 247. 

Richelieu , Herzog , Armand Jean 
Duplessis, Cardinal, leitender Staats- 
mann Frankreichs (f 1642): 189. 224. 

Rockingham, Marquis, Karl, engl. 
Erster Lord des Schatzes (seit dem 
27. März 1782): 249. 

Röder, Friedrich Wilhelm von, preuß. 
Oberst und Chef eines Kürassierregi- 
ments: 176. 

Römischer Kaiser: siehe Ferdinand I. ; 
Ferdinand II. ; Franz I. ; Joseph I. ; 
Joseph IL ; Karl V. ; Karl VI. ; Karl VII.; 
Leopold L; Maximilian I. 

RömischerPapst: siehe Benedict XIV.; 
Leo X; Sixtus V. 

Rohd, Jakob Friedrich von, preuß. Etats- 
minister , bevollm. Minister in Wien : 
216. 

Rothkirch, Hans Christoph von, preuß. 
Oberst und Commandeur eines In- 
fanterieregiments: 175. 

Rudolf III. , Churfürst von Sachsen- 
Wittenberg (f 1419): 215. 

Russland : siehe Anna Iwanowna; Anna; 
Anton Ulrich ; Constantin ; Elisabeth ; 
Iwan IV.; Katharina II.; Maria Feodo- 
rowna; Paul; Peter I.; Peter III." 

S. 

Sachsen, Graf von, Moritz Arminius, 
Generalmarschall v. Frankreich (f 1750): 
71. 244. 

Chur-Sachsen: siehe August IL; Au- 
gust III.; Clemens Wenzel; Friedrich 



August; Johann Friedrich; Maria An- 
tonia; Moritz. 

Sachse n-Got ha : siehe Friedrich III. 

Sachsen - Wittenberg: siehe Al- 
brecht III.; Rudolf III. 

Saint. -Contest, Marquis, Frangois Do- 
minicus de Barberie, franz. Staats- 
secretär des Auswärtigen : 53. 

Sardinien (Savoyen): siehe Karl Erna- 
nuel III.; Victor II. Amadeus. 

S c h ö 1 e r , Johann Friedrich Wilhelm von, 
Hauptmann im preuß. Ingenieurcorps: 

175. 
Schorlemer, preuß. D ragonerregiment : 

97. 

Schwartzenberg, Graf, Adam, bran- 
denburg. Staatsmann (f 1641): 190. 

Schweden: siehe Adolf Friedrich; Gu- 
stav II. Adolf; Gustav III. ; Karl X. 
Gustav; Karl XII. 

Sertorius: 170. 

S ey d 1 i t z , Friedrich Wilhelm von, preuß. 
General der Cavallerie, Chef eines Kü- 
rassierregiments, Generalinspecteur der 
schlesischen Cavallerie: 176. 

Sixtus V.., Römischer Papst (f 1590): 

79. 
Soli man II., der Prächtige, türk. Sultan 

(f 1566): 47. 50. 198. 222. 
Soli man III., türk. Sultan (+ 1691): 

198. 
So lms, Graf, Victor Friedrich, preuß. 

Geh. Legationsrath und Kammerherr, 

bevollm. Minister in Petersburg: 216. 
Spanien: siehe Ferdinand; Ferdinand L; 

Karl IL; Karl HL; Philipp IL; Phi- 
lipp V. ; Philipp. 
Stackelberg, Friedrich Daniel von, 

preuß. Capitän: 52. 
Stanislaus I. Leszczynski, König 

von Polen (bis 1735), Herzog von 

Lothringen (f 1766): 48. 
Stanislaus IL August Ponia- 

towski v König von Polen: 197. 210. 

213. 222. 
Stein kell er, preuß. Infanterieregiment: 

139- 
Stojentin, preuß. Infanterieregiment: 

139. 
Alt-Stutterheim, Joachim Friedrich 

von, preuß. Generallieutenant, Chef 
eines Infanterieregiments und General- 
inspecteur der ostpreußischen Infanterie: 
175. 



2Ö2 



S d 1 1 y , Herzog, Maximilian deB£thune, 
Herr von Rosny , franz. Staatsmann 
(f 1641): 224. 

T. 

Tauentzien, Bogislav Friedrich von, 
preuß. Generallieutenant, Chef eines In- 
fanterieregiments und Generalinspecteur 
der schlesischen Infanterie: 175. 

Thadden, Georg Reinhold von, preuß. 
Generalmajor und Chef eines Infanterie- 
regiments: 175. 

Titus: 79. 

Trajan: 105. 

Trier: siehe Clemens Wenzel; Franz 
Georg. 

Tu rk e i : siehe Mahmud I. ; Mohammed IL ; 
Mohammed IV.; Mustapha III.; Soli- 
man II. ; Soliman III. « 

Turcnne, Vicomte, Heinrich de L a To u r 
d'Auvergne, franz. Feldherr (f 1675): 
85. 224. 

V. 

Vauban, Sebastian le Prestrc de, 
Marschall von Frankreich (f 1707): 61. 

Vegetius, Renatus Flavius, röm. Mili- 
tärschriftsteller: 81. 

Victor Amadeus II., König von Sar- 
dinien , Herzog von Savoyen (f 1 732) : 
64. 71. 219. 

La Villette, Francois Jarry de, Major 
im preuß. Ingenieurcorps: 175. 

Vitellius: 105. 

Voltaire, Franz Arouet de, franz. 
Schriftsteller: 15. 32. 190. 

w. 

Walrave, Gerhard Cornelius von, ehemal. 
preuß. Generalmajor: 29. 

Wartenberg, Friedrich Wilhelm von, 
preuß. Oberst, seit 1770 Generalmajor, 
seit 1763 Generalintendant des Mon- 
tierungswesens : 121. 137 — 139. 240. 

Wartenberg, Reichsgraf, Johann Ca- 



simir Kolbe , preuß. Oberkammerherr 
(f 1712): 191. 

Wegeli, Johann Georg, Fabricant in 
Berlin: 18. 124. 

Weingarten, Maximilian von, österr. 
Legationssecretär in Berlin: 56. 217. 

Wenzel, König von Deutschland (ab- 
gesetzt 1400) und von Böhmen (f 1419) : 
228. 233. 

Werner, Paul von , preuß. General- 
lieutenant und Chef eines Husarenregi- 
ments: 176. 

Wesel, die preuß. Infanterieregimenter 
in (1752: Dossow, Jungken, Wuthe- 
nau; 1768: Hessen -Cassel, Britzke, 
Eichmann): 82. 140. 

Wilhelm III., König von England, Prinz 
von Oranien, Erbstatthalter der Nieder- 
lande (f 1702): 81. 165. 166. 204. 

Wilhelm IV., Prinz von Oranien, Erb- 
statthalter der Niederlande (f 1751) : 
81. 

Wilhelm (Wilhelm Adolf), Prinz von 
Braunschweig- Wolfenbüttel, dritter Sohn 
des Herzogs Karl, preuß. Generalmajor 
und Chef eines Infanterieregiments 
(f 1770): 176. 

Wilhelm von Braunschweig, preuß. 
Infanterieregiment: siehe Franz von 
Braunschweig. 

Wolfersdor ff, Karl Friedrich von, 
preuß. Generalmajor und Chef eines 
Infanterieregiments: 175. 

Wolfgang Wilhelm, Pfalzgraf von 
Pfalz-Neuburg (f 1653): 233. 

Württemberg: siehe Elisabeth; Fried- 
rich Eugen; Karl Eugen. 

Würzburg: siehe Adam Friedrich. 

Wunsch, Johann Jakob von , preuß. 
Generalmajor und Chef eines Infanterie- 
regiments: 175. 

z. 

Zastrow, Johann Wenzel von, preuß. 
Generalmajor und Chef eines Dragoner- 
regiments : 176. 

Zieten, preuß. Husarenregiment: 97. 



SACHREGISTER. 

Anhalt. Preussische Erbansprüche auf „les principautes d' Anhalt" 215. — Auf den 
Eintritt des Erbfalles ist nicht zu rechnen 215. 

Aasbach-Bai reuth. Die Markgrafen stehen auf Seite Preussens und Frankreichs 46. 

Erbansprüche Preussens 60. 68. 210. 211. 214. 215. 219. 242. 247. — 

„Ces heYitages ne sauraient lui Stre dispute^" 60. — „II faut attendre l'evene- 

ment" 242. — Plan des Königs für die Besitzergreifung bei Eintritt des Erbfalles 

214. 215. — Auf kriegerische Auseinandersetzung mit den Oesterreichern ist zu 
rechnen 214. 215. 247, — da sie der Krone Preussen diesen Machtzuwachs nicht 
gönnen 211. 215. 247. — Daraufhin plant der König, den Heimfall der Mark- 
grafschafien oder eine Entschädigung sich von Russland verbürgen zu lassen 210. 
211, — zieht ihren Austausch gegen Mecklenburg oder die Lausitz in Betracht 

215. 219. 

Bamberg und Würzburg. Das Bisthum politisch ohne Bedeutung 201. 

Bayern. Erhebung zum Churfürstenthum 228. — Churfürst Maximilian II. Emanuel 
geächtet 79. 228. j — Kaiser Karl VII. zu schwach , um sich gegen Oesterreich zu 
behaupten 69. 192. 213. — Aussicht auf Vereinigung von Bayern, Pfalz und Zwei- 
brücken 68. 228. — Der Churfürst alsdann vielleicht in der Lage, dem Hause 
Habsburg die Kaiserkrone streitig zu machen 69. — Ansprüche des bayrischen 
Hauses auf die österreichische Erbschaft 67. — Absichten auf Augsburg 68. — 
Churfürst Maximilian III. Joseph den Oesterreichern ergeben 46. 201, — des- 
gleichen sein Nachfolger Karl Theodor 248. — Oesterreichische Absichten auf 
Bayern 200. 223. 228. 

Braunschweig. Das Land ohne politische Bedeutung 201, — liefert dem Meist- 
bietenden Subsidientruppen 201, — kommt als Verbündeter Preussens gegen Oester- 
reich in Betracht 248. 249. — Herzog Karl Anhänger Preussens und Frankreichs 46. 

Cöln. Erzbischof Clemens August mit Frankreich verbündet 46. — Erzbischof Maxi- 
milian Friedrich „creature" Oesterreichs 201. 248. 249. — Erzherzog Maximilian 
Coadjutor 248. 

Curland. Russland gebietet in Curland allmächtig 40. 

Dänemark. „Royaume faible" 227. — „Le roi de Danemark (Christian VII.) est 
leger" 192. — Dänemark für Offensivkriege zu schwach 45, — nimmt Subsidien, 
„pour ne rien faire u 208. — „Ils sont pacifiques par impuissance" 208. — „Leur 
politique roule sur l'acquisition du Holstein" 45. 73. 192. 208. — Absichten auf 
Hamburg 45. 68. 73. — Finanzen und Heer 20S. — ^Extreme relachement de la 
discipline militaire" 73. — Hauptstärke beruht auf Marine 45. 73. 20S. 

Zwischen Dänemark und Preussen bestehen keinerlei Streitigkeiten 214. — 
In der Bentinckschen Streitfrage ist König Friedrich nachgiebig, um sich die Mög- 
lichkeit einer Allianz mit Dänemark gegen Russland offen zu halten 53. — Der 
Gesandte in Kopenhagen muss sein : „un homme ferme, rase" et sage" 56. 

Russland sucht Dänemark an sich zu fesseln 192. 197. — Die Dänen haben 
von Eroberungen in Schweden keinen Vortheil zu erwarten 227. — Es liegt in 
ihrem Interesse, dass Schweden schwach bleibt 45. 



264 England-Hannover. 

England-Hannover. Georg II. „n'envisage l'Europe que de son electorat de Ha- 
novre" 42, — „plus hanovrien qu'anglais" 43. — „U veut s'agrandir" 42. 43, — 
auf Kosten von Sachsen 42, — in Mecklenburg 43. 60, — plant die Säcularisation 
von Osnabrück 42. 68. — Seine Absichten auf Bremen und Lübeck 68. Heim- 
fall von Sachsen-Lauenburg 68. — Sein Tod steht bald zu erwarten 67. — Politische 
Tragweite seines Todes 50. 67. — „L' Angleterre parait s'attendre a une minorit6" 
72. — „Cette espece d'interregne formera de grosses factions" 72; vergl. 50. 

Georg III.: „prince faible" 225, — „tout anglise" 42. 72, — gleichgültig 
gegenüber Hannover 42. 72. 201. — Georg III. und Bute 205. 225. — Unheil- 
voller Einfluss der Prinzessin von Wales 205. 206. — Bute ihr Werkzeug 205. — 
Sturz von North 248. 249. 

Entthronung des Herrscherhauses steht nicht zu erwarten 72. — Frage der 
Rückkehr der Stuarts 72. 73. — Ihrer Erhebung auf den englischen Thron steht ihr 
religiöses Bekenntnis entgegen 72. — Sie bleiben stets nur „des rois en pein- 
ture" 73. — Die Stuarts als Werkzeuge Frankreichs 72. 213. — Englands Schick- 
sal hängt von seinen Königen ab 73. 79. — Frage der Theilung der drei König- 
reiche 72. 73. — England als Sitz der Macht ; gegen England können sich Schott- 
land und Irland nicht behaupten 72. 73. 

England als Vormacht Europas 47. 48, — an allen politischen Vorgängen 
auf dem Festland betheiligt 204. — Seine Politik im spanischen Erbfolgekrieg 
70. 192. 211. — England während des Siebenjährigen Krieges „la souveraine des 
mers" 205, — steht 1763 auf dem Höhepunkt seiner Macht 225. — Der überstürzte 
Friedensschluss bringt es um seine Erfolge 205. — Dieser ist Butes Werk 205. — 
„II semble que le beau pe>iode de la grandeur de cette nation touche ä sa fin" 

226. — „L'Angleterre isol£e" 209, — befolgt kein System 206. — Kräftige Aussen- 
politik steht nicht zu erwarten 205. — Der Hof herrscht durch Bestechung 72. — 
„Gouvernement faible" 226. — Die Minister uneinig 225, — denken allein an 
Selbstbehauptung 205. — Innere Parteiungen bringen England um sein politisches 
Ansehen 205. 225. — Neue Kriege können zu neuem Umschwung führen 206. — 
Englands Hülfsmittel und Aussichten 226. 

Die Engländer „faits pour payer des subsides" 241, — betrachten ihre Bundes- 
genossen als Söldner 211, — opfern sie ihren eigenen Interessen auf 211. 241. — 
„Le principe des Torys" 206. — Die Krone muss sich hüten , die Gesetze und 
Freiheit der Nation anzutasten 72. — „Nation aussi arrogante que haute" 217. — 
„Nation föconde en hommes de g€nie, enthousiastes de la belle gloire" 226. — * 
Sittenverfall 180. 

Der Staatscredit als Machtfaktor der englischen Politik 204. 226, — dienst- 
bar den Interessen der derzeitigen Regierung 72, — ist auf die Dauer nicht ge- 
sichert 225. — England der Bankier Europas 204. 225, — nach dem Siebenjährigen 
Kriege verschuldet 112, — steht vor Bankrott 204. 225. 226. — Letztes Hülfsmittel 
bildet Erhebung einer Grundsteuer 204. — Schlechte Verwaltung der Finanzen im 
Kriege 204. — Schuldenwirthschaft 120. 225. — Zusammenbruch als Folge eines 
Krieges 72. 225, — * führt zum Weltbankrott 225. — Wiederherstellung des Credits 
erfordert 20 Jahre 225. — Finanzlage 204. — Alle Handelsnationen stehen gegen 
England einmüthig zusammen 225. — Fehlerhafte Getreidepolitik 187. — Heer 
und Flotte 204. 205. 226. 

Hannover: „province dependante de la Grande-Bretagne" 201 1 — „pays peu 
pre'pare' ä se deTendre" 214, — „faible par lui-m£me" 201, — spielt nur durch 
seine Verbindung mit England Rolle in Deutschland 201. — Plan der Losreissuog 
Hannovers vom Deutschen Reiche 228. — Absichten auf Mecklenburg 43. 60. — 
Finanzen und Heer 201. 

Drohender Conflict Englands mit den amerikanischen Colonieen 205. 226. 

227. — Voraussichtliche finanzielle Folgen des Krieges mit ihnen 249. 

England und Preussen: Feindliche Haltung Georgs II. gegen König 



England-Hannover. Frankreich, 265 

Friedrich 42. 52. — Gegensatz der hannoverschen und preussischen Interessen 48, — 
im Hinblick auf Ostfriesland 52. 53, — auf Mecklenburg 60. — Hannover will 
Preussen die Erwerbung von Mecklenburg streitig machen 60. — „Anciennes 
brouilleries du ministere hanovrien avec celui de Berlin" 42. — „Ces haines et ces 
animosit£s des deux maisons finiront ä la mort du roi" (Georg II.) 42. — Solange 
die hannoverschen Interessen in der englischen Politik den Ausschlag geben, kann 
keine Freundschaft mit England bestehen 53. — England verweigert die Ent- 
schädigung für die als Prise aufgebrachten preussischen Schiffe 52. — „Proced^s 
grossiers" der englischen Minister 53. 

Ein Bündniss mit England liegt nicht im preussischen Interesse 49. 21t. — 
An Englands Seite darf Preussen nicht auf Erwerbungen rechnen 49. — Frage der 
Theilnahme Englands bei einem Kriege gegen Oesterreich 63. — Bei Streit mit 
England kommt Angriff auf Hannover in Frage 214. — England hat Preussen im 
Siebenjährigen Krieg „geopfert" 205. 210. — Nach dem Sturz von North kommt 
neues Bündniss in Frage 248. 249. — „Le nouveau ministere ... est honnöte et 
dans de bonnes dispositions pour nous" 249. — Das Bündniss mit England: „c'est 
un pis aller" 249. — Hannover als Verbündeter gegen Oesterreich 248. 249. 

Die erforderlichen Eigenschaften für den preussischen Gesandten in London 55. 
217. — „Si nous sommes mal avec la cour de Londres, un espion y suffit" 55. — 
Zufriedenheit des Königs mit Maltzan 216. 

England sucht Oesterreichs Freundschaft 42, — tritt der Petersburger 
Allianz bei 41, — unterstützt die Wahl Erzherzog Josephs zum Römischen König 
• 46, — steht auf Seite Oesterreichs 46. 

England und Frankreich: Interessengegensatz und alter Hass beherrschen 
ihre Politik 47. 48. — Der französische Name in England verhasst 226. — England : 
„l'ennemi permanent de l'empire des Gaules" 248. — Frankreich benutzt die Stuarts 
als Werkzeuge 72. 213, — darf von ihrer Thronbesteigung keinen Vortheil erwarten 
72, — plant die Vernichtung der Macht Englands 209, — und des englischen 
Handels, zumal mit Portugal 44. 203. 209. 225, — erstrebt die Ausfuhr seiner 
Waaren nach den englischen Colonieen in Amerika 226, — bedroht im Bunde mit 
Spanien England mit Krieg 209. 225. — Die englischen Colonieen dürfen auf 
spanische Unterstützung bei ihrer Erhebung gegen England rechnen 227. 

Russland von englischen Subsidien abhängig 50. 

England und Holland: siehe unter Holland; England und Portugal: siehe 
unter Portugal. 

Frankreich. Kritik der Regierung Franz' I. 233. — Heinrich IV. vernachlässigt über 
seine Maitressen die Staatsgeschäfte 106. 233. — Frankreich unter Ludwig XIV. 
die erste Macht Europas 190. — Rückblick auf seine Politik gegen Holland 57. 
58, — im spanischen Erbfolgekrieg 58. 70. 212. 233. — Kritik von Richelieu 189, — 
und Mazarins 189. 212. 

Ludwig XV. : „prince faible" 44. 71, — von der Pompadour beherrscht 233. — 
„Son indolence et sa paresse dans les affaires" 190. — Frankreich im österreichi- 
schen Erbfolgekrieg 70. 71. 192. 206. 212. — Durch Schuld Ludwigs XV. ging 
der Siegespreis verloren 71. 82. — Frankreich im Siebenjährigen Krieg 190. 212. — 
Politik nach 1763: 190. 202. 203. — Der bourbonische Familienpact 202. 209. — 
Die Erwerbung Corsicas 190. 202. 203. 205. — Umtriebe in Europa 203. — Ver- 
treibung der Jesuiten 220. — Vernichtendes Urtheil des Königs über die französische 
Politik unter Ludwig XV. 190. 233, — über die Pompadour 44. 190, — über 
Choiseul 202. 217. — „C'est un homme d'un esprit inquiet et leger" 202. 217. — 
Er bedroht den europäischen Frieden 203. 

Ludwig XVI.: „prince faible" 248, — steht völlig unter dem Einfluss Maria 
Antoinettes 248. 

Vergleich der französischen Herrscher mit den Merovingern 69. 70. — Ihre 



2 66 Frankreich. 

schlechte Erziehung bringt nur „schwache Fürsten" hervor 69. 223. — Bei Aus- 
sterben des regierenden Herrscherhauses droht Frankreichs Zerfall 70. — In die 
Herrschaft werden sich voraussichtlich die spanischen Bourbonen und das Haus 
Orleans theilen 70. 

„La France est le royaume le plus puissant de l'Europe" 44. 69, — mit 
England die Vormacht Europas 47. 48, — spielt auch nach 1763 noch grosse 
Rolle 209. — Die Glanzzeit Ludwigs XIV. ist endgültig vorüber 223. — „II ne 
faut pas se figurer [que la France] va se dissoudre" 223. — Grosse Männer und 
glückliche Conjuncturen können einen Umschwung herbeiführen 70. 223. 224. — 
„Son inte"ret permanent" 44. — Frankreich strebt nach der Rheingrenze 44, — 
wird an Kriegen am Rhein und in Flandern theilnehmen, sobald es Eroberungen 
plant 44, — an den Ereignissen in Polen und Schweden „par ostentation" 44, — 
vom Verluste seiner Colonieen in Amerika bedroht 226. 

„La France manque de Systeme" 38. 70. 190. 244. — 1 „Quatre ministres ou 
plutot quatre rois se partagent le gouvernement" 37. 38. 44. 190. 202. 244. — 
Sie behandeln die Geschäfte lässig 44, — auf einander eifersüchtig 70, — befolgen 
das entgegengesetzte System des Vorgängers 190. — „Chacun y fait ce qu'il veut" 
202. — „Le hasard gouverne" 38. 70. — Die Ernennung eines Premierministers wäre 
als Glück zu betrachten 70. — Frankreich „tantot redoutable, tan tot faible" 70. 
202, — wird sich aus Eitelkeit in alle grösseren Kriege mischen 71; vergl. 212, — 
besitzt „ressources immenses" 70. 253, — „dans une lethargie totale" 49; vergl. 
50. — Misswirthschaft und Zerrüttung der Finanzen 3. 44. 49. 70. 71. 120. 202. 
211. 223. 249. 253, — drohen zum Verfall des Reiches zu führen 3. — Finanz- 
noth zwingt zu friedfertiger Politik 202. 223. — Ausbruch eines Krieges führt zum 
Bankrott 202. — Frankreich nach dem Siebenjährigen Krieg verschuldet 112, — 
kaum zu Subsidienzahlungen im Stande 211, — steuert auf Bankrott los 120. 206. — 
Finanzübersicht 202. — Fehlerhafte Getreidepolitik 187. 

Die Franzosen sind leicht in Krieg zu verwickeln 212, — entbehren der Aus- 
dauer 212. — „Leurs mauvaises mesures en temps de guerre" 212. — „Leurs alli6s 
ne sauraient compter sur leur assistance" 212. 241. — Frankreich bürdet ihnen die 
Lasten auf 44. 45. 55. 212, — opfert sie für die eigenen Interessen 44. — Auf 
die Versprechungen der Franzosen ist nicht zu bauen 211. 

Heer und Flotte 202. — „Les troupes francaises ne valent rien" 241. — Ihre 
Mängel 223. — Es fehlt an grossen Feldherren und Admiralen 202. 

Lichtseiten des französischen Charakters 224. — „Le genie leger et souvent 
incons6quent des Francais" 44. 202. 212. 217. 223. — „Ils n'agissent que par 
saillies" 44. 55. — „Vivacit6" 44. 71. — „Vanite" 53. 71. 212. — „Tetes chaudes" 
224. — „Goüt de luxe et de defense" 71. 224. — „Le plaisir est le dieu" 44. — 
Sittenverfall 71. 180. 224. 243, — und deren Ursachen 243. 

Frankreich und Preussen: Rechtfertigung der Allianz beider Mächte 
durch König Friedrich 48. 49. — „Cette alliance est naturelle" 49. — Ihre Inter- 
essengemeinschaft gegenüber Oesterreich und England-Hannover 48. — Die Er- 
oberung Schlesiens fesselt Preussen an Frankreichs Seite 48. — Schlesien und Lo- 
thringen sind als Schwestern zu betrachten 48. — Weder Preussen noch Frankreich 
kann die Rückeroberung von Elsass und Lothringen oder von Schlesien durch 
Oesterreich zulassen 48. — Sie können sich gegenseitig durch Diversionen helfen 

48. 49. — Nur im Bunde mit Frankreich darf Preussen auf Erwerbungen rechnen 

49. — Der König kann den Franzosen bei einem Kriege mit ihnen keinen Schaden 
zufügen 214, — muss bei ihrem Angriff seine westlichen Provinzen räumen 136. 
194. — Das Bündniss als Vorbedingung zum Siege über Oesterreich 63. — Unter- 
stützung des preussischen Angriffs auf Oesterreich und Sachsen durch eine Diversion 
der Franzosen gegen Hannover 63. — Ihr Siegespreis soll Flandern sein 63. — 
Wegen Sachsen sind sie durch gütliche Vorstellungen zu beruhigen 62. — König 
Friedrich unterrichtet sie von dem österreichischen Plan der Erhebung des Prinzen 



Frankreich. Hamburg. Hannover. Hessen- Cassel. Holland. 2 67 

Karl von Lothringen auf den polnischen Thron 59; vergl. unter Oesterreich 
und Polen. — „Nous avons negocie - assez rondement avec eux" 55. 

Ein neues Bündniss kommt nicht in Frage, weder 1763: 210, — noch 1782: 
248. 249. — Ihre Finanzlage wird die Franzosen hindern, am Kriege Oesterreichs 
gegen Preussen theilzunehmen 249. — König Friedrich will sich mit ihnen nicht 
überwerfen 249, — verhandelt über den Abschluss eines Handelsvertrages 125. 
210, — lediglich zur Hebung des preussischen Handels 210. 

Maximen für Verhandlungen mit Frankreich 53. — „II faut lui persuader 
qu'on se laisse conduire par lui" 53. — Instruction für den Gesandten in Paris 
55. — Goltz für den dortigen Posten in Aussicht genommen 216. — Seine In- 
struction 217. 

Die Unterstützung der deutschen Fürsten liegt im französischen Interesse 44. 
46; vergl. unter Römisches Reich. 

Frankreich und Oesterreich: Das traditionelle Ziel der französischen 
Politik die Schwächung des Hauses Habsburg 44. 48. — „Ces deux maisons rivales" 
223. — Sobald das Königshaus in Frankreich ausstirbt, bietet sich für Oesterreich 
die Möglichkeit, Elsass und Lothringen wieder zu erwerben 70. — Das Versailler 
Bündniss von 1756: 209. — Sein Abschluss war nicht vorauszusehen 229. — Seine 
Folgen für Frankreich 190. — König Friedrich zweifelt an seiner Dauer 223. — 
Ein Bruch steht nur zu erwarten, sobald Russland zur Eroberung Konstantinopels 
schreitet 248. — „Le delire autrichien" 248. 249. — Französische Absichten auf 
Flandern 67. — Durch Ueberlassung von Flandern wird Oesterreich vielleicht 
Frankreichs Zustimmung zur Erwerbung von Bayern erlangen 228. 

Spanien auf Frankreich angewiesen 47, — von ihm abhängig 203. — • Zu- 
sammenschluss beider Mächte im bourbonischen Familienpact 202. 209. — Im 
französischen Interesse ist die Unterstützung der Spanier und ihr Anschluss an 
Frankreich geboten 44. — Daher hätte Frankreich den Abschluss des Vertrages 
von Aranjuez zwischen Spanien und Oesterreich nicht zulassen dürfen 49. 

Frankreich und England: siehe unter England; Frankreich und Holland: 
siehe unter H o 1 1 a n d ; Frankreich und Portugal: siehe unter Portugal; Frank- 
reich und Sardinien: siehe unter Sardinien; Frankreich und die Pforte: siehe 
unter Türkei. 
Hamburg. Pläne der Einverleibung von Hamburg in Preussen 216. 219, — in 
Dänemark 45. 68. 73. 

Hannover. Siehe unter England. 

Hessen-Cassel. Der Landgraf hat politisch noch keine Stellung genommen 46. — 
Heimfall von Hanau 68. — Das Land ohne politische Bedeutung 201, — liefert 
dem Meistbietenden Subsidientruppen 201, — kommt als Verbündeter Preussens 
gegen Oesterreich in Betracht 248. 249. — Erbverbrüderungsvertrag mit Preussen 215. 

Holland. Holland hat seine politische Machtstellung eingebüsst 3. 206. 207, — durch 
Schwinden des vaterländischen Geistes 206. 224, — durch Vernachlässigung von 
Heer und Flotte 206. 224. — Bedeutung der Oranier für Holland 79. — Das Heer 
der Oranier als Vorbild für Europa 81. — Heer 206, — und Flotte 206. 224. — 
Der Verfall des Heeres hat die Niederlagen im österreichischen Erbfolgekrieg ver- 
schuldet 81. 82. 206. — Nur bei Krieg zwischen Oesterreich und P'rankreich kann 
Holland noch politische Rolle spielen 225. — Die Holländer: „m£fiants, incertains, 
jaloux et toutefois faibles et sans argent" 43. — Ihre Politik muss friedlich und 
neutral sein 43. 225, — entbehrt des Systems 224, — - wahrt nicht das Geheimnis* 
55. 56. — Mangel an Entschlusskraft 43. 206. — „Leur grande faiblesse" 43. 44. 
67. 225. — Es fehlt an Geld und Credit 3. 43. — „Melange d'imbecillite - et de 
faiblesse" 44. — Kluge Colonialpolitik 226. — Aussichten für Errichtung des König- 
thums 224. — Das wirthschaftliche Bild Hollands im Vergleich mit Sibirien 127* — 
Luxus und Sittenverfall 224. 



j68 Holland. Mainz. Mecklenburg. Oesterreich. 

Für Preussen genügt in Holland ein Gesandter, „qui aura des manieres 
simples et du bon sens" 55. 

Holland und England: Die Holländer auf den englischen Handel eifer- 
süchtig 225. — Die Engländer suchen den Handel der Holländer zu vernichten 
43, — verhetzen sie gegen Preussen 43, — werden sie nach Belieben in jeden 
Krieg verwickeln 43. 

Holland und Frankreich: Die Franzosen in Holland verhasst 43, — 
behandeln Holland im Siebenjährigen Kriege schändlich 206. 207, — hätten 
Flandern im Aachener Frieden bekommen können 71. 82. 

Oesterreich sucht die Holländer zu gewinnen 41, — hat von ihnen keine 
Hülfe zu erwarten 67. 

Mainz. Der Erzbischof „cr^ature" Oesterreichs 46. 201. 248. 

Mecklenburg. Erbansprüche Preussens 60. 61. 68. 215. 219. 242, — sind un- 
anfechtbar 61. — Der Eintritt des Erbfalls steht nicht sobald zu erwarten 60, • — 
da die herzogliche Familie noch viele Mitglieder zählt 60. 215. — „II faut attendre 
1'eVenement" 242. — Der König ist entschlossen , bei Eintritt des Erbfalls seine 
Ansprüche mit Gewalt zu behaupten 60. 61, — zieht den Austausch von Mecklen- 
burg gegen die fränkischen Markgrafschaften in Betracht 215. 219. — Sobald das 
Herzogthum einverleibt ist, sind keine weiteren Kämpfe zu befürchten IOO. — 
Bedeutung von Mecklenburg für den preussischen Handel 216. 

Auch Hannover erhebt Ansprüche auf Mecklenburg 43. 60. 

Oesterreich. Maximilians I. verschwenderische Finanzwirthschaft 3. — Lebensende 
Karls V. 233. — Seit Karl V. befindet sich das Haus Habsburg im Niedergang 199. 

— Seit Ferdinand I. verfolgt Oesterreich die gleiche Politik 66. — Karl VI. und 
die Pragmatische Sanction 58. — Seine Regierung: „faiblesse et negligences" 233. 

— Zerrüttung des Staates bei seinem Tode 3. 199. — Prinz Eugen: „1' Atlas de 
cette monarchie" 233. — Das Ziel der österreichischen Politik : Erhaltung der 
Kaiserwürde im Hause Habsburg 223; vergl. 69, — „d'etablir le despotisme dans 
l'Empire" 40. 50. 66. 246. 250; vergl. unter Römisches Reich. — Charakte- 
ristik der kaiserlichen Politik 66. 67. — Sie ist herrisch 66 , — hochfahrend bei 
Verhandlungen 67, — langsam in der EntSchliessung 211, — undankbar 67, — 
„prend des complaisances pour des devoirs" 55 , — zeigt „fermeie" opiniätre dans 
la mauvaise comme dans la bonne fortune" 66. — Die Verbündeten werden als 
„Sclaven" behandelt 66. 67. 211. 

Maria Theresia hat Oesterreich wieder zur Macht erhoben 199. 222. 223. — 
Ihr „Genie" hat über ihre schlechte Erziehung triumphirt 103. — „On peut [la] 
compter pour un grand homme" 222. — „Elle fait tout par elle-mSme" 200. — 
„Elle a son coin d'ambition comme les autres princes" 200. — »Elle cache son 
ambition et m£me ses haines" 43. — „Elle se sert des passions des autres [puis- 
sances]" 43. — Sie ist das „Idol" der Ungarn 199. — Ihr Verdienst um die Ord- 
nung der Finanzen 3. 67. 199, — und um das Heer 223. — Sie sah sich zu Land- 
abtretungen an Preussen und Sardinien gezwungen 3. 67. 199. — Ihr Plan zur Er- 
hebung des Prinzen Karl von Lothringen auf den polnischen Thron 41. 43. 50. 51. 
59. 74, — „peut-etre un chef d'ceuvre en politique" 41. — Sie verfolgt friedliche 
Politik bis zur Vollendung ihrer Rüstungen 40. 41 , — sucht ihre Stellung durch 
Allianzen zu stärken 41. — Ihre friedliche Politik nach 1763 ist durch die Schulden- 
last des Staates bedingt 200. — „Son Conseil est superieur ä celui de tous les 
autres Princes" 200. 223. — Kaunitz und Hatzfeldt ihre besten Minister 200. 

Erzherzog Joseph hat für die Wahl zum Römischtn König keinen Rivalen zu 
fürchten 67. 69. — Er besitzt „grand penchant pour l'economie et pour l'ordre 
des affaires" 200. — „II a l'esprit rempli de projets d'agrandissement" 200. — Ihm 
werden Pläne auf Bayern beigemessen 200. 223. 228, — und auf Venedig 200. 



Oesterreich. 



269 



223. — Seine wahren Absichten werden sich erst nach dem Tode Maria Theresias 
enthüllen 200. — „Le jeune Empereur tiendra ses voisins alertes" 223. — „L'am- 
bition de la maison d'Autriche va le visage d£masqu6" 242. — Die Ziele der 
Politik Josephs II. 246. 247. 250. — Seine Finanzwirthschaft: „ü fait argent de 
tout" 246. — „L'Empereur finira par assujettir l'Allemagne" 250. 

Die Schwäche der österreichischen Monarchie 67. — Ihre Stärke 67. — 
Finanzübersicht 199. — Ordnung der Finanzen 40. 67. 199. 209. 246. — Verschul- 
dung nach dem Siebenjährigen Kriege 112. — Schuldenlast 200. — Finanzielle 
Misswirthschaft 120. — Ausbruch eines Krieges führt zum Bankrott 200. 

Reform des Heeres 40. 223. — Seit den Schlesischen Kriegen hat sich die 
österreichische Kriegskunst und das Heer sehr verbessert 173. — Ihre Lagerkunst 
141. 162. 173. — Urtheile des Königs über die Armee 200. 223. — Besonders die 
Artillerie ist unübertrefflich 200. — Heeresstärke 67. 196. 199. — Laudon und 
Lacy die berühmtesten Führer 200. 

Oesterreich und Preussen: „Les Autrichiens sont les principaux de nos 
ennemis" 50. 52, — „nos veritables ennemis" 101. 136, — „ennemis irr^conciliables" 
78. 210. — „Ir.terets opposes" 48. 246. — Ein Bündniss mit den Oesterreichern 
ist gegen das Interesse Preussens 49, — kommt nicht in Frage 193. 241, — wofern 
nicht Russlands zunehmende Macht dazu führt 223; vergl. 197. — Sie sind durch 
den Verlust Schlesiens aufgebracht 40. 67, — halten an dessen Rückerwerbung 
fest 40. 41. 209. 223, — gönnen Preussen keinen Machtzuwachs 49. 211, 215. 247; 
vergl. unter Ansbach-Baireuth. — „Je n'ai pas la conscience nette" 67. — 
„Rivalität" Preussens im Reiche 40. 201. 202. 228. — Preussen kann Machtzuwachs 
Oesterreichs nicht zulassen 48. 

Die Oesterreicher bewahren Frieden bis zur Vollendung ihrer Rüstungen 
40. 41, — greifen Preussen nicht unmittelbar an 41, — ausser zu Zeiten einer 
Minorennitätsregierung 76. — Die Erledigung des polnischen Throns und die Er- 
hebung des Lothringers auf ihn wird ihnen die Möglichkeit bieten, Preussen zu 
überwältigen 41; vergl. unter Polen, — wird zum Kriege führen 74. — Der 
König kann die Abführung des Planes nicht dulden 74. — Seine Gegenmaass- 
nahmen 50. 51. 59. — „J'attends l'evenement" 59. 

Joseph II. sinnt auf Zertrümmerung Preussens 246. 247, — plant neuen Krieg 
246. 247. 249. 250, — im Bunde mit Russland 247. 249; vergl. unter Russland, 

— wartet auf Gelegenheit 246, — auf König Friedrichs Tod 246. 247. 251, — 
sucht alsdann nach Vorwand zum Losschlagen 247. — Der König kann nur auf 
Sachsen, sowie auf Hannover, Braunschweig und Hessen rechnen 248, — plant 
Aufstellung einer Armee aus den Truppen der letztgenannten Staaten in West- 
deutschland 248. 249. — Die Hauptlast des Krieges fällt auf Preussen 249. — „U 
n'est pas encore temps d'agir" 249. — Warnungen an den Thronfolger vor 
Joseph IL 250. 

Feldzugsplan des Königs gegen Oesterreich 63. 162. 194. 195. 214. 219. — 
Bei Kriegsausbruch ist Sachsen sofort zu besetzen 62. 122. 140. 194. 214. 239; 
vergl. unter Ch ur-Sachsen. — Die ersten Operationen gegen Oesterreich 162. — 
Nach Unterwerfung Sachsens ist der Krieg nach Mähren zu tragen 63. 195. 214. — 
Mähren: „l'endroit le plus sensible des Autrichiens" 195. — Im folgenden Feldzug 
ist Ungarn zur Erhebung zu bringen und Böhmen zu erobern 6$. — Der Vor- 
marsch gegen Wien und an die Donau bringt die Entscheidung des Krieges 63. 
195. 214. 219. — Schwierigkeit der Anlage von Magazinen in Böhmen und Mähren 
150. — Operationen der Bundesgenossen 214. — Politische Vorbedingungen 50. 
63. 219. — Der König fordert, dass Oesterreich gleichzeitig mit möglichst vielen 
Gegnern im Kampfe stehe, „pour n'avoir pas toutes ses forces ä combattre" 63. 
219. — Preussen muss sich, Herr aller seiner Kräfte, auf die Oesterreicher werfen 
219. — Diese können allein ebensoviel Truppen wie Preussen ins Feld stellen 196, 

— sind auf Verteidigungskrieg angewiesen 162. — Im Kampfe gegen Oesterreich 



2>jo Oesterreich. Osnabrück. Parma. Persien. Chur-Pfalz. Polen. 

ist nur auf Stellungskrieg zu rechnen 162. 163. 173. — Auch der König will Feld- 
schlachten vermeiden 162. 163, — sich auf Angriffe gegen detachirte Corps be- 
schränken 163. 

Regeln für die Politik gegenüber Oesterreich 51. 54. 55. — Der König ver- 
sucht mit dem wiener Hofe gütlich auszukommen 51. — „Les negociations . . . 
consistent en des chicanes" 54. — Die Oesterreicher sind dauernd zu beobachten 
50. 223. 250, — haben Spione in Schlesien 179. — Der preussische Gesandte in 
Wien: „une vedette que la politique y a placke" 55. — Instruction für den Ge- 
sandten 54. 55. 216. — Der König mit Rohd zufrieden 216. — Der wiener Ge- 
sandtschaftsposten ist der schwierigste 216. 

Oesterreich und Russland: Durch den Petersburger Vertrag von 1746 
ist Russland zur Unterstützung der Candidatur des Lothringers in Polen verpflichtet 
41. — Diese widerspricht den russischen Interessen 74. — Russland wünscht Ein- 
vernehmen mit Oesterreich gegen die Pforte 42. — Oesterreich sucht Russland und 
Preussen zu entzweien 52. — Josephs II. Bündniss mit Katharina II. von 1781 : 
246. — Er beherrscht den jungen Hof 246. — Ein Bündniss Russlands mit Preussen 
und mit Oesterreich unvereinbar 246. 

Auch Chur-Sachsen soll der Petersburger Allianz beitreten 41 — 43; vergl. 
46, — wird in den Krieg gegen Preussen hineingezogen werden 41, — läuft an 
Oesterreichs Seite alle Gefahren des Krieges, ohne Aussicht auf einen Vortheil 43. — 
Oesterreich hat von Sachsen keine grosse Hülfe zu erwarten 67, — wird ihm viel- 
leicht die Lausitz streitig machen 247. 

Abschluss des Vertrages von Aranjuez mit Spanien und Sardinien 41. — 
Durch den Vertrag sichert sich Oesterreich die Neutralität Italiens 41, — bekommt 
freie Hand gegen Preussen 41. 49. — Sardinien hat mehr von Oesterreich zu be- 
fürchten als von Frankreich 208. — Für die Absichten auf die Lombardei siehe 
unter Sardinien. — Ein Krieg mit Sardinien als Vorbedingung eines preussischen 
Angriffs auf Oesterreich 63; vergl. 219. 

Frage eines österreichisch-türkischen Krieges 63; vergl. unter Türkei. 

Oesterreich und Bayern : siehe unter Bayern; Oesterreich und England : siehe 
unter England; Oesterreich und Frankreich; siehe unter Frankreich; Oester- 
reich und Holland: siehe unter Holland; Oesterreich und Polen: siehe unter 
Polen; Oesterreich und Sardinien: siehe unter Sardinien. 

Siehe ferner unter Römisches Reich. 

Osnabrück. Absichten Hannovers auf Osnabrück 42. 68. 

Parma. Der Herzog bezieht von Spanien und Frankreich „Pensionen", „pour entre- 
tenir sa maison avec dignit6" 208. 209. 

Persien. Verfall des Reiches durch Bürgerkriege 47. 

Chur-Pfalz. Aechtung Churfürst Friedrichs V. 228. — Churfürst Karl Theodor 
steht auf Seiten Frankreichs und Preussens 46, — mehr von Frankreich abhängig 
als vom Reich 201. — Seine Absichten auf Frankfurt a./M. 68. — Finanzen und 
Heer 201. 

Die Ansprüche von Preussen auf Jülich und Berg 242. — Der König zieht 
ihren Austausch gegen Sachsen in Betracht 242. 

Siehe ferner unter Bayern. 

Polen. „Cest le iegne de l'anarchie" 199. — „Son etat de faiblesse" 45. 199. — 
„M Hange de gouvernement moitie r^publicain moitie monarchique" 74. — »Tous 
les vices de l'ancien gouvernement feodal s'y sont conserves jusqu'ä nos jours tt 
45. 199. — Tiefstand auf allen Gebieten des politischen und wirthschaftlichen 
Lebens 199. — Spaltungen im Innern 46. 199. — Die Königswahlen führen zu 
Bürgerkriegen 45. 46. 64. 199. — Aussicht auf Besserung erst unter festem König- 
thum 74. — „Cette anarchie dure encore" 222. — Geringschätziges Urtheil König 



Polen. Portugal. Preussen. 271 

Friedrichs über den polnischen Adel 178. 199. — „C'est . . . la derniere nation de 
l'Europe" 199. — Polen seinen Bundesgenossen zur Last 199, — kann nichts gegen 
seine Nachbarn unternehmen 46 , — nur durch deren Neid untereinander vor dem 
Untergang bewahrt 199. — Aussicht auf Theilung durch Preussen, Russland, Oester- 
reich und vielleicht auch die Türkei 222. 

Polen und Preussen: König Friedrich beabsichtigt, Polen vor der Can- 
didatur des Lothringers zu warnen 51; vergl. unter Oesterreich, — den Bruch 
des Reichstags herbeizuführen 5 1 ; vergl. 56, — sich Anhänger in Polen zu schaffen 
248. — Streitigkeiten über Danzig 247. 

Plan der Erwerbung von Polnisch-Preussen 63. 64. 216. 219. — König Fried- 
rich denkt an „conquete pacifique", auf friedlichem Wege ein Stück nach dem 
anderen zu erwerben 64. 219, — nach dem Vorbilde der Erwerbung der Lom- 
bardei durch Sardinien 64. 219, — durch Verhandlung mit Russland 219. — Das 
letzte Stück soll Danzig bilden 64. 219. — Günstige Gelegenheit bieten die pol- 
nischen Unruhen anlässlich der Königswahlen 64. — Mit der Erwerbung Polnisch- 
Preussens wäre die Verbindung zwischen Üstpreussen und Pommern hergestellt 63, 

— die Vertheidigung Ostpreussens gegen Russland möglich 216, — künftigen Lan- 
dungen der Russen in Danzig vorgebeugt 63. — Nach der Einverleibung ist die 
Weichsellinie zu befestigen 64. — Der Besitz von Danzig und der Weichsellinie 
macht Preussen militärisch zum Herrn von Polen 213. — Gegen Polen ist vor- 
nehmlich Cavallerie zu verwenden 100. — Die russische Politik in Polen entspricht 
nicht dem preussischen Interesse 210. 

Polen und Russland: Die Russen suchen ihren maassgebenden Einfluss 
in Polen zu erhalten 42, — mischen sich ein 197^. 209. 210, — «plus par vanite 
que par ambition" 209, — als Königsmacher 46. 58. 197. 210. 222, — schreiben 
Gesetze vor 197. 210. 222. 

Oesterreich plant die Erhebung des Prinzen Karl von Lothringen auf den 
polnischen Thron 41. 43. 50. 51. 59. 74; vergl. unter Oesterreich, — sucht 
sich eine Partei zu bilden 248. — Frage eines Bündnisses 50. 

Polen und Sachsen: Churfürst Friedrich August bewahrt die Hoffnung auf 
Wiedererlangung der polnischen Krone 201 ; vergl. unter Chur-Sachsen. 

Polen und die Pforte: siehe unter Türkei. 

Portugal. Der König von Portugal ohne politischen Einfluss in Europa 204, — 
„n'est qu'un banquier titre" 71, — „le plus riche particulier de l'Europe; c'est le 
roi de la noblesse titr6e" 47. — Vertreibung der Jesuiten 220. — Finanzlage 204. 

— Heer und Flotte 204. 

England treibt „commerce lucratif" mit Portugal 203. — Der Gewinn be- 
läuft sich auf 6 Millionen Thaler 225. 226. — Die Portugiesen suchen an England 
Rückhalt gegen Spanien 203. 204. — Dieses will sie zum Anschluss an den 
bourbonischen Familienpact zwingen 203. 204. — Frankreich sucht England mit 
Portugal zu entzweien 203. — Portugal „peut fournir l'occasion d'une guerre avec 
l'Angleterre" 204; vergl. auch unter England. 

Preussen. Tendenz der Politischen Testamente I. 20. 69. IOO. HO. 220. 237. — 
Das Verhalten des Königs soll seinen Nachfolgern nicht als bindende Richtschnur 
dienen 1. 110. 230. — „Je n'ai pas la demence de vouloir gouverner apres ma 
mort" 230. — „Je suis homme, c'est-ä-dire une creature composee du melange du 
bien et du mal, sujette ä faillir" 110. — „Je crois que mon temps est pass6 u 20. 
100. — „Tout n'est pas acheve" 20. 100. 127. 131. 

Maximen: Vaterlandsliebe: „vertu essentielle" 224. — Erste Bürgerpflicht 
ist, dem Vaterlande zu dienen I. 110. — „L'interet de l'E\at est l'unique motif qui 
doit decider dans le Conseil des princes" 48. — „II ne suffit pas que le gouverne- 
ment soit riche, mais il faut que le peuple soit heureux" 133. — „II n'y a aucun 
grand prince qui n'ait pas dans la tete l'id£e d'etendre sa domination" 200. — 



2 n 2 Preussen (Herrscher und Regierungssystem). 

„Les grandes monarchies vont malgre" les abus et se soutiennent par leur poids 
et leur force intrinseque ; les petits ßtats sont vite ecras6s, si tout en eux n'est pas 
force, nerf et vigueur" 245. — „La r£putation perdue ne se regagne pas si vite" 207. — 
„Les Etats ne sont que ce que les fönt les hommes qui les gouvernent" 69. — „Les 
royaumes d^pendent des hommes qui les gouvernent" 73 ; vergl. 66. — In Mon- 
archieen wirkt der Herrscher vorbildlich 79. 243. — „La politique des petits princes 
est un tissu de fourberie" 75. — Fast alle Fürsten Europas „illustres imbeciles" 
103. — „L'insolente arrogance et la fierte insupportable qu'ont les fils des petits 
souverains d'AUemagne" 108. — „Fanatismus" als Waffe der Staatsmänner ver- 
gangener Jahrhunderte 221. — „La plus aimable des vertus est l'humanit^" 234. — 
„Un guerrier peut etre compatissant comme un philosophe" 234. — „La faiblesse 
de l'esprit humain et sa vaine prudence" 229. — „P eu d'hommes sont nes sans 
talents" 29. — „Tout d6pend de l'6ducation des hommes" 132; vergl. 230. — 
Grenzen der Erziehung 231. — „Les hommes fönt presque toujours en petit ce 
qu'ils feraient en grand, s'ils etaient les maitres" 105. — „L'habitude a un pouvoir 
souverain sur les hommes" 106. 234. • — „On ne se corrige que par ses propres 
fautes" 104. 231. 233. — „Les belles-lettres : le bonheur de la vie" 231. 232. 

Historisches: Beispiele 3. 36. 52. 57 — 59. 64. 68 — 71. 73. 78. 79. 81. 
105. 106. 108. 127. 131. 145. 162. 165. 166. 170. 189 — 192, 211 — 213. 228. 233. 
236. 244. 248. 252. — Rückblick auf den I. Schlesischen Krieg 49. 59. 152. 212, — 
auf den II. Schlesischen Krieg 14. 33. 96, — auf den Siebenjährigen Krieg 144. 
148. 158. 160 — 162. 167. 168. 198. 202. 211.' 212. 228. 

Kritik der Regierung des Churfürsten Johann Sigismund 233, — des Chur- 
fürsten Georg Wilhelm: „il n'avait ni troupes ni argent ni Systeme" 190; vergl. 

233. — Er wurde von Schwartzenberg verrathen 190. — Der Grosse Churfttrst hat 
die Grundlage zur Macht und Grösse Preussens gelegt 190. — Abfälliges Urtheil 
über König Friedrich I. : 36. 46. 190. 191. — Er wurde von seinen Ministern regiert 
191. — Die Erwerbung der Königskrone hat Preussens Macht nicht vermehrt; „une 
dignite* sans puissance" 191. — Friedrich Wilhelms I. Verdienste um Preussen: „mon 
pere a r^tabli ce qu'il a pu" 131. 191. — Abfällige Urtheile des Königs über den 
Thronfolger Friedrich Wilhelm : „sa mollesse" 250. 253. — „II est prodigue" 250. 
252. 253. — Lässt sich dieser von Joseph IL überrumpeln, wird in 30 Jahren weder 
von Preussen noch vom Hause Brandenburg mehr die Rede sein 250. — Prinz 
Heinrich zum Heerführer ausersehen 175. — „La sterilite de notre famille nous 
menace de sa fln prochaine" 215. 216. 229. 

< 

Herrscher und Regierungssystem. 

Das Königliche Amt: „Le souverain est le premier serviteur de l'Etat" 
38, — „Charge de la premiere magistrature" I. 110. — „II n'y a qu'un bien pour 
le prince et ses sujets" 129. — Pflichten des Herrschers 26. 35 — 39. 77 — 86. 
119. 131. 182. 187 — 191. 220. 230. 234. 244. 245. 250. 252. 253. — Regenten- 
tugenden 35. 37. 230. — Für den Fürsten muss die „reputation" am höchsten stehen 
80. 220. 230. — Warnung vor „ambition desordonn^e" 160. 233. — Er muss 
weiter denken als der Privatmann 252. 253, — das Gleichgewicht der Stände er- 
halten 181, — den Geist der von ihm beherrschten Völker kennen 27. 28. 178. 
179, — Menschenkenntniss besitzen 10. II. 29, — einen Jeden nach seinen Talenten 
verwenden 11. 29. 179. 180, — darf durch seine Stellung zur Religion keinen 
öffentlichen Anstoss erregen 31. — „II nous faut des princes laborieux, actifs, sages 
et vigoureux" 236. — Geiz und Verschwendung sind vom Uebel 35. 36. 120. 130. 
131. 234. — Gefahren der Verschwendung für den Staat 35. 36. 252. 253. — Geiz 
ist der Verschwendung vorzuziehen 234. — „II ne faut etre ni dur ni avare ni 
prodigue ni faible" 120. — „Un prince doit etre econome de 1' argent des peuples" 

234. — Er soll seinen Unterthanen mit Sparsamkeit das Beispiel geben 243. — „II 
doit Stre Econome et gene>eux" 35. — Das Lob der „geberosite" 36. 37. — Keine 



Preussen (Herrscher und Regierungssystem). 2 7 ^ 

Günstlingswirtschaft! 131. — Warnung vor „Projectemachern" 26. 27. — Der 
König Feind des höfischen Ceremoniells 39. 40. — Behandlung der Prinzen von 
Geblüt 33. 37. 

Erziehung des Thronfolgers: 102 — 109. 231 — 236. — Ihre Bedeutung 
230. — Ihr Ziel : „pas de former un roi de th£atre , mais un roi de Prusse" 108. 
236. — .Gefahren falscher Erziehung 103. 108. 109. 235. 236. — Warnung vor den 
„vues ambitieuses des ministres et inte>ess£es des ecclesiastiques" 102. 103. 231; 
vergl. 223. — Die Erziehung muss von vornherein auf das W äffen hand werk ge- 
richtet sein 104. 105. 107. 232. 234. 235; vergl. unter Heerwesen. — Der Prinz 
bekomme ein eigenes Regiment 107. — „Le militaire: e'tude continuelle" 234. — 
„Je propose de l'elever cornme un particulier" 105. 108. 231. — Er soll im Um- 
gang Menschenkenntniss erwerben 106. 231. 235. — Gefahren schlechten Umgangs 

106. — Keine zu strenge Ueberwachung 104. 232. 233. — Er ist in Allem an Ordnung 
zu gewöhnen 105. 234, — erwerbe „la noble Emulation d'imiter les grands hommes" 
104. — Erziehung im refurmirten Bekenntniss 105. 232. — Bedeutung der Herzens- 
bildung 105. 231. — Besonderer Werth ist auf Urtheilsbildung zu legen 232. — 
„Les etudes les plus necessaires" 231. — Sprachkenntnisse 106. 232. — „Goüt pour 
la lecture" 107. — Einführung in die Staatsverwaltung und die auswärtige Politik 

107. 234. 235. — Der Thronfolger soll den Herrscher auf den Revuereisen begleiten 
107. 235. — Aber keine Auslandsreisen 108. — Keine vorzeitige Heirath 107. 

Selbstregierung: Der König von Preussen „muss selbst regieren" 37 — 39. 
77. 78. 189 — 191. 220. 230. 236; vergl. auch unten unter Aeussere Politik, 
Finanzverwaltung und Heerwesen, — an der Spitze aller Departements 
stehen 191. — Ist er dazu nicht im Stande, muss er einen Premierminister wählen 
189. — Nachtheile der Regierung durch einen Premierminister (Mangel an Autorität, 
Missbrauch der Macht) 189, — an historischen Beispielen erläutert 189 — 191. — 
„II y a plus de nerf dans le gouvernement d'un seul que dans celui de plusieurs" 
227. — Warnung des Königs vor Ministerräthen 39. 189 — 191. 236. — „Je n'ai 
jamais tenu de Conseils" 189. — Weder das System noch das Geheimniss bleibt 
bei ihnen gewahrt 189. — „La nature des Conseils est la lenteur" 236. — Selbst- 
sucht der Minister 37. 39. — Eine Ausnahme bildet allein der römische Senat 
236. — Verkehr des Königs mit den Behörden 39. 188. — Die Entscheidung liegt 
in seinen Händen 39. 188. 189. — Schäden einer vormundschaftlichen Re- 
gierung 76. 236. — Auch diese soll in den Händen eines Einzelnen liegen 76. 
77. 236, — aber niemals einer Frau 76. 77. — Der Vormund muss unumschränkt 
sein 77. 236. — Frauen dürfen sich in die Regierung nicht mischen 33. 

Regierungssystem: „Tout doit etre combine" et les differentes branches 
du gouvernement si bien liees entre elles qu'elles composent un tout parfait: c'est 
ce qu'on appelle Systeme" 177. — Vergleich mit philosophischem System 38, — mit 
dem olympischen Wettrennen 77. 78; vergl. 189. 244. — „Dans tout gouvernement il 
faut un Systeme" 189. — „Un Systeme ne peut emaner que d'une töte" 38. 77. — „II 
faut un point central qui unisse toutes les lignes du gouvernement" 189. 191. 220. 
236. 244. 245 ; vergl. 224. — „II faut suivre son Systeme, quand une fois il est bien 
fait" 36. 126. 177. 189. — Das abschreckende Beispiel der französischen Regierung 
37. 38. 190. 244; vergl. unter Frankreich. — Das Ziel: „l'affermissement de 
l'fitat et l'accroissement de sa puissance" 38. 65. 69; vergl. 76. 82. — „La finance, 
la politique et le militaire sont inseparables" 37. 38. 77. 78. 189. 191. 220. 244. 

Staatskunst: Die Regierung muss das Wohl des Einzelnen und des Staates 

in Einklang bringen 187. — „Le bien geneVal doit toujours l'emporter dans la 

balance" 187. — In Preussen ist milde Regierung am Platze 29. 33. 186. — Nur 

Hochverrath verdient strenge Bestrafung 33. — Vorsichtsmaassnahmen gegen Landes- 

verrath bei Kriegsausbruch 33. 34. 179. 185. — Ueber Strafen und Belohnungen 

als Hebel der Staatsbürgertugend 33 — 35. 186; vergl. unter Rechtspflege. — 

Aufzählung der Belohnungen, über die der König verfügt 35, — der Tugenden, 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 18 

C 



274 Preussen (Land und Leute. Die Provinzen;. 

die Belohnung verdienen 34. 131. 186. 243. — Die nützlichen Tugenden des Staats- 
bürgers 34. — „Donner peu et souvent: c'est un moyen infaillible de rendre les 
hommes heureux" 35. — Gegenstand und Grenzen der Wohlthätigkeit des Herrschers 
119. I3 1 - 

Land und Leute. 

Geographische Uebersicht über die Provinzen 40. 193 — 195. — „Nos provinces 
sont Separees les unes des autres" 30. 40. 130. 149. 182. 213, — „tiennent 
en largeur plus que la moitie de l'Europe" II. — „Toutes les provinces, 
quoiqu'entrecoupees , fönt un corps ensemble" 30. — Die Churmark, Pommern, 
Magdeburg und Halberstadt und Schlesien: „c'est le coeur de l'Etat" II. 40. 
194. — Auch in militärischer Hinsicht 11. 40. 149. 194. — Preussens Stärke 213. 
214, — und Preussens Schwäche 193 — 195. — „Deux vices inherents ä la Situation 
de nos fitats" 195. — Im Kriegsfall sind Ostpreussen und die westlichen Provinzen 
zu räumen 135. 136. 193. 194; vergl. unter Russland und Frankreich. — 
Auch die Churmark liegt feindlichen Angriffen offen 149; vergl. unter Ch ur- 
Sachsen. — „L'Etat manque de consistance" 242. 245. — „La puissance nais- 
sante de cet E\at" 76. 82. 

„Notre Etat manque encore de force intrinseque" 4. 65. 245, — „ne subsiste 
que par une industrie infinie" 4. 26. 36. 120, — „n'a sa ressource qu'en elle-meme" 
112. — „Nous n'avons ni Mexique ni Pe>ou" 4. 112. — „Le pays est pauvre" 37. 
112. 180. 234. 242. 243. 251 — 253, — „depourvu de grandes ressources" 243. 
252. — „Le sol en general y est assez aride" 112. 128. 135. 180. 251. — „Ce pays 
est tel que celui de Pharasmane: il produit du fer et des soldats" 180. — Preussen 
infolge des Dreissigjährigen Krieges rückständig 131. — Noch 1740 waren alle durch 
ihn verursachten Schäden nicht geheilt 15. 182. — Rückblick auf den Sieben- 
jährigen Krieg: Preussen hat ihn ohne Schulden überstanden 112. — Sorge des 
Königs für das „Retablissement" des Landes 137. 182. — „J'ai tout repare" 182. 

Charakteristik der Bevölkerung 178. 179, — und des Adels in den einzelnen 
Provinzen 28. 29. 178. 179. — „Cette nation est lourde et paresseuse" 129, — scheut 
Neuerungen 129, — neigt nicht zu Aufruhr 29. 33. 236. — Bürgerkriege sind bei 
Minderjährigkeit des Herrschers nicht zu befürchten 76. 236. — Der König hat 
sich bemüht, seine Unterthanen mit nationaler Staatsgesinnung zu erfüllen 30. — 
„Chez nous il se trouve peu de tetes politiques" 236. — „Ce maudit esprit de 
frivolite" 156. 216. 

Die Provinzen. 

Churmark: Durch den Dreissigjährigen Krieg verheert 15. 131. 182, — zahlt 
weniger Contribution als die anderen Provinzen 116. — Plan der Errichtung einer 
Kammerdeputation bei Havelberg 134. — Wirthschaftliche Eigenart It. — Ausfuhr II, — 
Landesculturarbeiten 16. — Colonisation 16. 19. — Canalbauten 16. — Regulirung der 
Havel bei Havelberg 131. — Adel 28. 178. — Volkscharakter 178. — Gründung der 
„Acadgmie des nobles" in Berlin 27. 179. — Die „Churmärkische Landschaft" 14. 
15. 123, — hat freie Wahl des Directors 15. — Die „Bierziese" 14. 123. — Ver- 
gleich mit der „sächsischen Steuerkasse" 15. — Ihr Fonds beträgt 5 Mill. Thlr. 14. 
123, — nicht zu erhöhen 14. 15. 123. — Die Kriegsanleihe von 1744: 14. — Bei 
der Landschaft kann im Kriegsfall Anleihe von 2 bez. 5 Millionen aufgenommen 
werden 4. 15. 123. 243. — Altmark: Dem König am wenigsten bekannt 21. — 
Urbarmachung der Gardelegischen Brüche 21. — Hebung der Viehzucht 21. 124. — 
Colonisation 23. — Mittelmark: Colonisation 16. 19. 21. 23. — Neumark: 
Urbarmachung des Warthebruchs 15. 16. 21. 113. 120. 127. 131. — Canalbau 16. — 
Colonisation 19. 21. 23. — Hebung der Viehzucht 21. 124. 

Pommern: Durch den Dreissigjährigen Krieg verheert 15. 131. 182, — „pays 
a moitie" inculte" 20. — Kammerdeputation in Cöslin 134. — Gründung des Cadetten- 
corps in Stolp 179. — Adel 28. 178, — zu Diplomaten ungeeignet 28. 178. — 



Preussen (Die Provinzen), 2 7g 

Volkscharakter 178. — Wirtschaftliche Eigenart El. — Colonisation 16. 19 — 21. 
23. — Trockenlegung der Brüche, im besonderen des Oderbruches und des Madue- 
Sees 15. 16. 20. 113. 131. — Schiffbarmachung der Rega 21. — Hebung der Vieh- 
zucht 21. 124. — Anlage des Swinemünder Hafens 20. — Verbesserung des 
Hafens in Stettin 125. — Schiffsbau 125. — Der Stettiner Handel 7. 17. 20. 25. 
124. — Der von Stolp 124. — Ausfuhr 11. 

Magdeburg: Durch den Dreissigjährigen Krieg verheert 15. 131. 182, — 
dicht bevölkert 21, — Adel 28. 178. — Volkscharakter 178. — Wirtschaftliche 
Eigenart II. — Ausfuhr 124. — - Colonisation 19. — Spende für das verwüstete Pom- 
mern 178. — Halberstadt: Dicht bevölkert 21. — Adel 178. — Volkscharakter 

178. — Wirthschaftliche Eigenart II. — Leinenbleichereien 127. — Colonisation 16. 

Ostpreussen: Unter Friedrich I. durch Hunger und Pest zu Grunde ge- 
richtet 36. 191, — durch Friedrich Wilhelm I. wiederhergestellt 191. — Der Adel 

28. 178. — Der König mit ihm unzufrieden 178. — Volkscharakter 178. — Wirth- 
schaftliche Eigenart II. — „Ce pays manque presque tout-a-fait d'industrie" II. — 
Ausfuhr 124. 125. — Der Ostseehandel 125. — Schiffbarmachung der Angerapp 
21. — Urbarmachung 127. — Für die Lage Ostpreussens bei einem Kriege mit 
Russland vergl. unter Russland. 

Minden: Zahlt zuviel Contribution 116. — Wirthschaftliche Eigenart 12. — 
Der Adel 28. 178. — »C'est le meilleur peuple du monde, industrieux, laborieux 
et fidele" 178. — Freiwillige Gestellung der Bauern im Siebenjährigen Krieg 178. 179. 

Cleve und Mark: Wirthschaftliche Eigenart 12. — Ausfuhr 124. — Ver- 
streute Dorfanlage 12. — Der Adel 28. 179. — Volkscharakter 12. 140. 179. — 
Die Bevölkerung des Herzogthums Cleve zur Hälfte katholisch 185, — unkriegerisch 
140. — „C'est une province isolee qui ne tient ä rien" 136, — die schlechteste 
Provinz der Monarchie 179. — Kammerdeputation in Mors 134. 

Schlesien: „Cette belle province" II. 49, — nimmt Sonderstellung unter 
den preussischen Provinzen ein 9. II. 119. — Der Adel 28. 179. — Volkscharakter 

179. — Unterschied zwischen Ober- und Niederschlesien 28. 179. — Die Nieder- 
schlesier verdienen den Vorzug 179. — Dem oberschlesischen Adel ist nicht zu 
trauen 179. — Patriotische Haltung der Gebirgskreise während des Siebenjährigen 
Krieges 139. 140. — Ein Drittel von Schlesien ist katholisch 185, — die niedere 
Bevölkerung von Oberschlesien ganz und gar 179. — Die katholischen Geistlichen 

29. 31. 32. 179. 185; vergl. auch unter Innere Politik (Kirchenpolitik). — 
Oesterreich besitzt noch Anhänger im Lande 11. 28. 29. 33. 179. — Leibeigen- 
schaft der Bauern in Oberschlesien 31. — Belastung des Adels und Schonung der 
Bauern II. II 6. — Den Städten steht freie Magistratswahl nicht zu 30. — An 
den Einrichtungen ist ohne sehr gute Gründe nicht zu rühren II. 12. — Jahres- 
einnahme aus Schlesien 12. — Errichtung einer Bankfiliale in Breslau 117. — Reform 
der Ritterakademie in Liegnitz 179. — Wirthschaftliche Eigenart II. — Ausfuhr 
124. — Der Leinenhandel 11. 124. 125. 203, — /ein „Peru" für Preussen 11, — 
soll auch auf Frankreich ausgedehnt werden 125. — Seine Absatzgebiete 124. 203. — 
Hebung der Viehzucht 124. — Regulierung der Oder 21. — Dorfgründungen 131. — 
Dauernde Bereithaltung von Fourage für den Kriegsfall 96. 97. 

Ostfriesland: Erwerbung 43. 68, — von Hannover bestritten 52. 53; 
vergl. unter England. — Die ost friesischen Stände 123. — Sie können im Kriegs- 
fall dem Könige I Mill. Thlr. leihen 123. — Wirthschaftliche Eigenart 12. — An- 
legung von „Poldern" 132. — Ausfuhr 12. 124. — „Emden nous fournit un port 
sur l'Ocean" 125. — Emdener Compagnie 19. 20; vergl. 25. — Pläne zu ihrer 
Erneuerung 125. 126. 

Westpreussen: Für den Plan der Erwerbung von Polnisch-Preussen und 
ihre geographische und militärische Bedeutung vergl. unter Polen. — Die Er- 
werbung 238. — Jährlicher Ertrag 238. 

18* 



276 Preussen (Behörden. Aeussere Politik). 

Behörden. 

Generaldirectorium: Ressort und Aufgabe 9. 10. 119. — Eintheilung der 
Departements 187. 188. — Das Handelsdepartement vom König eingerichtet und 
geleitet 188. — Wahl der Mitglieder 10. II. 128. — Charakteristik der Minister 
Hagen, Blumenthal, Massow und Horst 128. 186. — Das Generaldirectorium be- 
richtet über wichtige Fragen an den König 9. 39. 188, — entscheidet selbst alle 
Bagatellsachen 9. 188, — verfügt über Extraordinarienkasse zur Unterstützung der 
Provinzen 9. 119. — „Le defaut de ce Directoire est qu'il agit avec trop de 
lenteur" 119. 

Kriegs- und Domänenkammern: Betrachtungen über das Wesen der 
Kammern 9 — 12. — Verfassung, Ressort, Berichte 9. 10. 118. 119. — Jährliche 
Kassenabschlüsse 10. — Conservation der vom König getroffenen Einrichtungen ; 
Revision der Instructionen und ihre Erneuerung 12, — Die schlesischen Kammern 
unterstehen nicht dem Generaldirectorium 9. 119. — Plan der Errichtung einer 
Kammerdeputation in oder bei Havel berg 134. — Der Herrscher muss auf gute 
Kammerpräsidenten sehen 128, — ihnen Autorität geben 128. — Ihre Wahl aus 
verabschiedeten Officieren 10. — Obliegenheiten der Kriegs- und Domänenräte 9. 
118. 119. — Sie sollen besonders die Accisebeamten überwachen 6. — Schwierig- 
keit ihrer Wahl 10. 12S. 

Sonderverwaltungen: Münze: 8. 115. — Die Gründung der preussischen 
Münze ein Werk des Königs 8. 115. — Graumanns Münzprincipien 8. — Grund- 
regeln des Münzwesens 115. — Münzfuss 8. — Münzstätten 8. — Münzgewinn 8. 
12. 13. — Schwankender Ertrag 115. — Gold- und Silberhandel 118. — Bedeutung 
des Münzwesens für Handel und Industrie 115. — Die Zukunft des preussischen 
Geldmarktes 8. — Post: Begründet durch den Grossen Churfürsten 114. 115. — 
Hebung des Postwesens 7. 8. — Einrichtung der Postregie 115. — „Je ne crois 
pas qu'il y ait a changer" 115. — Ertrag 14. 122. — Salinen: 7. 114. — Ertrag 
124. 238. — Forstverwaltung: Waldwirthschaft 7. 114. 128. — Misswirthschaft 
während des Siebenjährigen Krieges 114. — Regie: 113. 114. 116; vergl. unter 
Finanz Verwaltung (Steuern und Zölle). — Verwaltung durch französische 
Regisseure 116. — Tabak: Errichtung der Generaltabakadministration 117. — 
Ihre Grundsätze 117. — Ertrag 117. 131. 238. — Lotterie: Ertrag 238. 

König Friedrich und seine Diener: er rühmt Cocceji in, — Jariges 187, — 
und Hagen 128. 186. — Charakteristik der Minister Blumenthal, Massow und Horst 
128, — Brenckenhoffs 128. 129, — seiner Generale 174 — 176, — und der Gesandten 
Rohd, Solms, Maltzan und Goltz 216. 

Aeussere Politik. 

Allgemeines: Wesen und Begriff der Aeusseren Politik 27. 1 92. 216. 235. — r 
Sie ist „un art conjectural et souvent trompeur" 192. 229. — „La bizarrerie des 
conjonctures" 241. — „Le theatre des vicissitudes" 209. — Der Erfolg aller Maass- 
nahmen ist unsicher 58. 59. 192. — Dem Menschen ist die Voraussicht der künf- 
tigen Ereignisse versagt 229, — und eine Einwirkung auf diese 58. 59. — Die 
genaue Kenntniss des eigenen Landes und der fremden die Grundlage aller Politik 
193. — Das Ziel der Politik ist die Sicherung des Staates und die Erhöhung seiner 
Macht 27. — „La premiere attention d'un prince doit etre de se soutenir, la seconde 
celle de son agrandissement" 212. 

Das System Europas: Das christliche Europa bildet eine Republik von 
Herrschern, die in zwei Parteien getrennt sind 47. 48. — Die Vormächte sind Eng- 
land und Frankreich 47. 48. — Dadurch ist ein Gleichgewicht der Kräfte geschaffen, 
das jede Eroberung verhindert 48. — Vier Grossmächte spielen in Europa die Haupt- 
rolle (Frankreich, England, Oesterreich und Russland); dazu kommen Preussen, 
Dänemark, Schweden und Polen 209. — „Les autres rois et princes figurent ä peu 
pres comme les dieux secondaires chez les pai'ens" 209. 



Preussen (Aeussere Politik). 277 

Preussen von mächtigen Nachbarn umgeben 40. 78. 100. 180. 195. 230. 240. — 
Alle diese sind „ennemis secrets de notre puissance" 40. — „Aucun qui ne se d6fie 
pas de nous" 49. — Es gilt, den Neid der Nachbarn zu beschwichtigen 49. 212. — 
Oesterreich der Hauptgegner ; „toutes les haines des autres puissances ne soiit que 
des accessoires" 52; vergl. unter Oesterreich. — Preussen und seine Nachbarn 
40. 213. 214. — Seine Gegner 40 — 44. — Seine Freunde 44. 45. 

Das preussische System: Preussen hat durch die Eroberung Schlesiens 
den Neid ganz Europas erweckt 49. — „II ne nous convient point de recommencer 
la guerre" 49. — „Mon Systeme present est de prolonger la paix" 49, — da der 
König auf seine Bundesgenossen, Frankreich und Schweden, nicht rechnen kann 
49; vergl. unter Frankreich, — wegen des Neides von ganz Europa 49, — da 
Russland nur auf Gelegenheit zum Losschlagen wartet 49. 50. — Auf einen zweiten 
Erfolg, wie der von 1740, ist nicht zu hoffen 49. — Vergleich mit den Büchern, 
„dont les originaux reussissent et dont les imitations tombent" 49. — Es gilt, 
„d'attendre en bonne posture de nouveaux 6venements" 50. — Voraussetzungen für 
ein neues kriegerisches Unternehmen 50. — Auch dann will der König warten, bis 
die kriegführenden Parteien erschöpft sind 50. — Voraussichtlich führt die polnische 
Thronfolge zum nächsten Kriege in Europa 74; vergl. unter Oesterreich. — 
Seit 1764 ruht das preussische System auf dem Bunde mit Russland 209. 210. 241 ; 
vergl. unter Russland. — Der König will sich in keinen Krieg mischen, „oü il 
n'y a rien ä gagner" 242, — muss stets mit der Möglichkeit eines neuen Krieges 
rechnen 36. 78. igo. 131. 214. 230. 245, 251. — „II faut etre prepare ä tout evenement" 
36. 214. — „Un roi de Prusse doit se repr^senter sans cesse une rupture prochaine" 
130, — etre „toujours en vedette" 245; vergl. 55. — Warnungen des Königs an 
den Thronfolger vor Oesterreich 250. — Wiederholung des Siebenjährigen Krieges 
steht nicht zu erwarten 195. 

Handhabung der Politik: Der König behält sich die Leitung der aus- 
wärtigen Politik und alle wichtigen Entscheidungen vor 37. 39. 188. 189. 236. — 
Den Cabinetsministern ist die Behandlung der Reichsangelegenheiten überlassen 39. 
188. •*- Das Geheimniss ist zu wahren 39. 76. 189. 242; vergl. 38. 55. 56, — 
Voraussetzung für den Erfolg 50. — „Le secret . . . est l'äme des affaires" 39, — 
„vertu essentielle" 242. — „Je renferme mon secret en moi-meme" 39. — Nur ein 
Secretär hilft dem König bei Erledigung der Geschäfte 39. 

„Des grands projets de politique": 57 — 59. 75. 192. 21 1. 244. — 
Der Staatsmann soll möglichst weit in die Zukunft schauen 230. 244, — um 
Allianzen abzuschliessen und den feindlichen Anschlägen vorzubauen 244. — „Ceux 
qui pr^tendent amener les £venements, s'y trompent presque toujours" 57 — 59. 211. 
244. — Der König warnt vor ausschweifenden Entwürfen 57 — 59. 75. 244, — erläutert 
seine Warnung mit historischen Beispielen 57. 58. 192. 211, — empfiehlt Politik 
der freien Hand 59. 75. — Sie hat sich 1740 bewährt 59. — Er wendet sie gegen- 
über dem österreichischen Plan der Throncandidatur des Lothringers in Polen an 59 ; 
vergl. unter Oesterreich. — „Le plus sür est de saisir l'£venement et d'en 
profiter, quand il arrive" 59. 75. 211, 244. — „II ne faut jamais compter sur les cas 
fortuits" 249. 

Allianzpolitik: Scheidung zwischen Offensiv- und Defensivallianzen 193. — 
Das Selbstinteresse die Grundlage aller Verträge 192. — „Les projets d'une ambition 
reciproque sont le seul lien des nations" 192. — Allianzen werden geschlossen, um 
das Gleichgewicht der Kräfte mit dem Gegner herzustellen 247, — um dem Partner 
die Hände zu binden 213, — um den gefährlichsten Gegner unschädlich zu machen 
241. — Nur das Staatsinteresse darf entscheiden 48. 210. — Die Gemeinschaft der 
Interessen ist maassgebend 75. 210. 23c. — Keine Allianzen über in ferner Zukunft 
liegende Ereignisse 75. — Vorsicht bei Abschluss der Verträge 213. — „La Prusse 
ne manquera jamais d'alltes" 48. — Warnung vor dem Vertrauen auf die Hülfe 
der Bundesgenossen 49. 75. 213. 247. — „Je ne fais mon calcul que sur mes propres 
forces" 49. — Bündnisse und Verträge sind nur „oeuvre surrogatoire" 75. — „Le 



278 Preussen (Aeussere Politik). 

grand nombre des traites nuit plus qu'il ne sert" 75. — Feststellung der Fälle, die 
Vertragsbruch rechtfertigen 76. 212. 213. — Vertragsbruch kein alltägliches Hülfs- 
mittel 76. — Warnung vor Subsidien vertragen. 46. 47. 

Regeln für das politische Verhalten den Fremdmächten gegenüber: 
5 1 — 55- 75« 7 6 - 211— 213. 216—218. 235. — Nur die Staatsinteressen dürfen maass- 
gebend sein 51. 76. — Warnung vor dem Glauben an ein persönliches Interesse 
fremder Herrscher und Minister für Preussen 211. — „Ces gens n'aiment qu'eux- 
memes" 211. — Vergleich der Herrscher der Grossmächte mit „Briganten": „les 
trahisons, les parjures, les infamies ne leur coutent rien" 218. — Stets gleichförmige 
Haltung ist nicht ratsam 51. 54. 75. 76. — Vergleich mit Proteus 75. — „II ne faut 
point etre devine" 51. — Die Haltung nach Zeit, Lage und Gegner verschieden 51. 
54. 76. 212. — Mahnung zur Aufrichtigkeit gegen Bundesgenossen 55. 217. — Aber 
auch ihnen ist nicht alles zu offenbaren 218. — „Trop de finesse dans les nggociations 
embarrasse les affaires et les gäte merae" 55. — Den Feinden gegenüber ist Miss- 
trauen am Platze 217. 218. — Im Kriege muss man sich an den Hauptgegner 
halten 54. — Weder Hochmut noch unnötige Drohungen 76. 216. — „U faut leur 
cacher ses desseins et dissimuler ses ressentiments" 55; vergl. 51. 52. — Frage der 
politischen Moral 76. 212. 213. 219. — „Un politique doit . . . avoir de la dissimu- 
lation" 235. — „II faut voiler son caractere" 51. — „C'est un grand defaut pour 
un homme d'Etat d'etre toujours fourbe" 75; vergl. 212. — „II faut s'ecarter le 
moins que l'on peut, de la probit£" 212. 

Vergrösserungsabsich ten: Nur an Seite Frankreichs, aber nicht Oester- 
reichs und Englands, darf Preussen auf Eroberungen rechnen 49; vergl. unter 
Frankreich, Oesterreich und England. — „On ne fait jamais d'acquisitions 
que par soi-meme" 213. — Vorbedingungen für einen erfolgreichen Krieg 50; vergl. 
63. 219. — „II faut necessairement aux princes de l'ambition, mais il faut qu'elle 
soit sage, mesuree et eclair^e par la raison" 59. 233; vergl. 200. — „Si l'on n'avait 
pas son petit coin d'ambition, l'on serait bientot croque" 218. — Zugeständniss an 
Macchiavelli 59. — Zum mindesten sichert Offensivbereitschaft die Defensive 59. 
218. — „Dissimulez vos desseins!" 50. 51. 55. 63. 76. 212. 230. 242. — „Le moyen 
de cacher son ambition secrete, est d'affecter des sentiments pacifiques jusqu'au mo- 
ment favorable oü l'on peut deployer ses vues secretes. Voilä comme en ont agi 
tous les grands politiques" 212. — Ein anderes Mittel: „de r6veiller l'envie de 
l'Europe contre d'autres puissances, ä la faveur de quoi l'on frappe son coup" 242. — 
„Qui decouvre trop tot ses desseins, les fait avorter" 50. — „II ne faut jamais 
perdre son objet de vue" 59. 212. — „Le temps et l'occasion en pourront realiser 
une partie" 216. — Erwerbungen, die das Staatsgebiet abrunden, sind die wich- 
tigsten 215. — „Toutes les acquisitions e'loignees sont ä charge ä un Etat. Un 
village sur la frontiere vaut mieux qu'une principaute ä 60 Heues" 242. — Fried- 
liche Erwerbungen verdienen den Vorzug 64. — „Tableau iddal" des preussischen 
Staates 69. — „Nos pretentions sur diffe>entes provinces" 60. 61. 214. 215. 242; 
vergl. unter Ansbach-Baireuth, Mecklenburg, Anhalt, Hessen und 
Chur-Pfalz. — „Acquisitions par droit de biens£ance" 61 — 65. 215. 216. 219. 220. 
241. 242; vergl. unter Polen, Chur-Sachsen, Schweden und Hamburg. 
— Vorbedingungen für Preussens Aufstieg zur Grösse 65. 220. 

„Reveries politiques": 59 — 75. 219 — 229; vergl. 99 — 101. — „La politique 
a sa metaphysique" 59. — Für die Erwerbungen durch Erbschaft und Eroberung 
vergl. den vorhergehenden Absatz. — Forderungen für die innere „Consolidirung" des 
Staates (Staatsschatz und Heer) 65. 66. 220. — Sein Schicksal darf nicht von den 
guten oder schlechten Eigenschaften eines Einzelnen abhängen 66. — Die Erwerbung 
der Kaiserwtirde liegt nicht in preussischem Interesse 69, — bedeutet keinen Macht- 
zuwachs 69. — Die Erwerbung einer neuen Provinz wiegt mehr als ein leerer 
Titel 69. — Betrachtungen über die künftige Gestaltung Europas 66 — 75. 220 — 229 
(vergl. die Einzelheiten unter den Staaten selbst). 



Preussen (Aeussere Politik. Innere Politik). 279 

„Des negociateurs" : 54 — 57. 216 — 218. — Die Gesandten: „honnStes 
espions aux cours £trangeres" 54. 216. — Ihre Aufgabe 54. 216. — Die für sie 
nöthigen Eigenschaften 54 — 56. 216. 217; vergl. auch unter den einzelnen Staaten. — 
„Un ministre a trois moyens pour se procurer des nouvelles" 217. — Verkehr des 
Königs mit den Gesandten 56. 218. — Das Cabinetsministerium hat sie von allen 
laufenden Meldungen zu unterrichten 56. 218. — Diplomatenschule 54. — Ursache 
des Mangels an tüchtigen Diplomaten 216. — Charakteristik der Gesandten (Rohd, 
Maltzan, Goltz und Solms) 216. — Bedeutung der Spione und Agenten 218. — 
Der König empfiehlt Bestechungen an fremden Höfen 56. 57. 217, — zumal in 
Kriegszeiten 57. — „J'ai ä mes gages trois personnes" 56. 217. — Vorsorge gegen 
Bestechungen durch |fremde Mächte 57. — Ueberwachung der fremden Gesandten 
in Berlin 218. — Der König hält sie sich möglichst fern 40. 

Innere Politik. 

Wesen und Begriff der Politik 27. 177. — Ihre Handhabung eine der vier 
Hauptaufgaben jeder Regierung 1. — Zwei Arten : innere und äussere Politik 27. — 
Ziel der inneren Politik 27. 

Bevölkerungspolitik: „La population est le premier objet du gouverne- 
ment" 113. — Bedeutung einer hohen Bevölkerungszahl für den Staat 113. 126. 
127. 197, — für Landwirthschaft und Heer 243. — Auf ihr beruht: „la veritable 
richesse des princes" 6. 113, — „la veritable force d'un Etat" 126. 127. — Ver- 
gleich von Holland und Sibirien 127^ — „Ce ne sont pas les limites £tendues, 
mais le nombre d'hommes industrieux qui Temporte" 127. — Colonieen entvölkern 
das Mutterland 123. — Desgleichen religiöse Verfolgungen 31. — Bauernlegung 
als Ursache der Entvölkerung des platten Landes 31. 181. — Maassnahmen zur 
Vermehrung der Bevölkerung: innere Colonisation 6. 19. 127, — Dorfgründungen 
112. 113. 127, — Hebung der Manufacturen 6. 19. 116. 127, — Beschränkung 
der Zahl der Inländer im Heere 240. 241, — Erlaubniss für die Soldaten, zu heiraten 
S^. — Bevölkerungszahl 65. 138. 241. — Jährlicher Zuwachs 222. — Procentsatz 
der Soldaten 241. — Jährliche Tauf- und Sterbelisten 10. — Der König plant, 
Findelhäuser anzulegen 27. 133. 134, — ein Arbeiter-Krüppelheim 184. — Alters- 
heime, Armen- und Waisenhäuser 184. — Maassnahmen gegen Unterschleife bei 
ihrer Verwaltung 184. 

Die Stände: Adel: „Cette digne et fidele noblesse" 14. 15. 29. 30, — „le plus 
beau fleuron de la couronne et le lustre de Tarmed" 26, — „les bases et les colonnes 
de l'Fltat" 29. 78. — „Ce corps fournit des officiers ä l'armee et des sujets pour 
tous les grands emplois de l'l£tat" 129. — Politische Maximen in Betreff des Adels 
29. 30. — Charakteristik des Adels der einzelnen Provinzen 28. 29. 178. 179. — 
Gedanken des Königs über die Conservation des Adels 26. 29. 30. 129. 130. 180. 
181. 186. — Der König als Schirmherr des Adels 6. 26. 29. 30. 37. 129. 130. 181, — 
empfiehlt die Schaffung von Majoraten 130. 181, — fordert Unterdrückung des 
Luxus 180. 186. — „Nous avons peu de noblesse aisee" 180. — Keine Verstaatlichung 
des Grundbesitzes zum Nachtheil des Adels 6. — Keine Veräusserung adeliger Güter 
an Bürgerliche 30. 129. 130. 181 , — an Bauern 31. — Maassnahmen für bessere 
Erziehung der adeligen Jugend 27. 30. 179. — Fürsorge für adelige Wittwen und 
Töchter 130. 184. — Ueber Adelsverleihungen 130. 

Der Adel und das Waffenhandwerk 26. 30. 78 — 80. 129. 130. 240 ; vergl. 
unter Heerwesen (Officiere). — Der Heeresdienst erfordert zahlreichen Adel 6. — 
Verbot fremder Dienste 30. 

Adel und Bauer in Schlesien (Frohndienst) 31. — Adelige sollen keine Bauern- 
güter kaufen 31, — ihre alte Zahl wiederherstellen 181. — Der pommersche 
Adel soll sich an den Landesmeliorationen betheiligen 20. 21, — ebenso der neu- 
märkische 21. — Vergl. auch unter Wirthschaftspolitik (Agrarpolitik). 

Bürger und Städte: Absprechendes Urtheil des Königs über den bürger- 



2 8o Preussen (Innere Politik. Finanzverwaltung). 

liehen Stand : „la plupart pensent bassement et fönt de mauvais officiers" 130. — 
Den Bürgerlichen ist der Handel vorbehalten 18.1. — Ihr Ausschluss vom Officier- 
qorps 130. 240; vergl. unter Heerwesen. — Sie dürfen keine adeligen Güter 
erwerben 30. 129. 130. 181. 

Der König als Schirmherr der Städte 26. 133. — Freie Wahl der Magistrate 
in den Städten der alten Provinzen 30. — Herabsetzung der städtischen „Servis- 
umlage" 25. 26. 97. 133. — Bedeutung der Industrie für die Städte 133. — Massivbau 
der Häuser 21. 243. — Aufgaben der Polizei 183. 

Bauern: Sie dürfen keine adeligen Güter erwerben 31. — Ihr Ausschluss 
vom Of ficiercorps 31. — Vergl. ferner unter Wirtschaftspolitik (Agrarpolitik). 

Aufgaben der Landes- und städtischen Polizei 182. 183. 

Kirchenpolitik: „De la religion" 31. 32. 105. 184. 185. 232. — Das 
persönliche Bekenntniss des Landesherrn kommt für die Politik selbst nicht in 
Betracht 32. — „11 faut savoir assez respecter le public pour ne le pas scandaliser 
dans son eulte" 31. — Der König und die kirchliche Dogmatik 31. 184. 185. — 
„Je n'ai jamais persecute" . . . personne" 133. — Erziehung des Thronfolgers im 
reformirten Bekenntniss 105. 232. — Der König warnt vor Religionsverfolgungen 

31. 185. 232, — predigt Toleranz der verschiedenen Bekenntnisse untereinander 32. 
185. — Der Landesherr hat den Frieden zwischen ihnen zu erhalten 32. 185, — 
keins derselben zu bevorzugen 32. 185. 232. — „II convient qu'il demeure neutre" 
232. — „Je suis neutre entre Rome et Geneve" 32. — „II n'importe point ä un 
Jttat quelle opinion m6taphysique regne dans le cerveau des hommes; il lui suffit 
que tout le monde se conduise en bon citoyen" 185. — Die Geistlichkeit ist in 
Schranken zu halten 37. 

„La religion lutherienne et la reTormee . . . sont les dominantes dans ce pays" 
185, — „ne pourront jamais prejudicier ä l'Etat" 185. — „Je suis . . . le pape des 
luthe>iens et des reform£s le chef de l'eglise" 32. — Ernennung der Geistlichen 

32. — Ueber Ehescheidungen 32. 

Den Katholiken ist freie Religionsübung gestattet 31. — Verbot des Eintritts 
Minderjähriger ins Kloster 31. 32. — Der König sucht gutes Einvernehmen mit dem 
Papst 32, — „afin de gagner par lä les catholiques" 32, — zieht französische 
Jesuiten nach Schlesien 32, — warnt vor dem Clerus 32. — Neigung katholischer 
Geistlicher zu Oesterreich 29. 32. 179. 185; vergl. unter Provinzen (Schlesien). — 
„Le fanatisme diminue ä vue d'oeil" 185. 

Die Juden: „Tis sont inutiles a l'Etat" 31. — Ihre Zahl ist zu beschränken 
25. 31. 133. — „Nous avons trop de juifs dans les villes" 133. — „Le negoce 
illicite des juifs" 25. 31. 117. 133. 183. — Nur für den Kleinhandel nach Polen sind 
sie nicht zu entbehren 31. 133. — Prohibitivmaassregeln gegen ihr Ueberhand- 
nehmen im Grosshandel 25. 31. 

Schulwesen: Seine Bedeutung 132. 133. 179. — Maassnahmen des Königs 
für bessere Erziehung der adeligen Jugend 27. 30. 179. — Begründung der „Acad£mie 
des nobles" in Berlin 27. 179, — und des Cadettencorps in Stolp 179. — Reform 
der Ritterakademie in Liegnitz 179, — und des ländlichen Schulwesens 132. 

Maassnahmen des Königs gegen Ueberhandnahme des Luxus 128. 180. 186. 
243. — Ursachen für das Entstehen des Luxus 180. — Er bedroht das Land mit 
Verarmung 128, — mit Sittenverfall 180. 243. — „Le goüt de la defense et la 
mollesse £nervent 1'äme et ruinent les familles; ce serait pour nous une double perte 
que d'amollir un peuple belliqueux et de le ruiner en merae temps" 180. — 
„Tenons-nous-en ä la frugalite, conservons notre noblesse et . . . nos vertus germaniques" 
180. 181. — Abschreckende Beispiele bieten Frankreich 180. 224. 243, — Holland 
224, — England, Russland und auch Oesterreich 180. 

Finansverwaltung. 

Die Finanzwirthschaft ist eine der vier Hauptaufgaben jeder Regierung I, — 
ein Theil der inneren Politik 27. 



Preussen (Finanzverwaltung). 2 8l 

Maximen: „L'argent est le nerf d'un l£tat" m. 238. — „Les revenus sont 
comme le pouls d'un homme par lequel on juge de la force du temp6rament" m. 
193. — Bedeutung einer geordneten Firanzwirthschaft für den Staat 3. 4. in. 
112. 183. 193. 234. 239. 252. 253. — Diese sichert ihm Macht und Ansehen 3. 4. 
in. 112. — Beispiele für die schädlichen Folgen von Misswirthschaft 3. 120. 
253. — Cardinalpunkte aller Geldwirthschaft 4. 13. 26. 112. 118. 239. — „Bien 
administrer la recette, bien regier la depense: voilä tout l'art de la finance" 4. 26. 
118. — „L'humanite doit pr^sider et regier le genre des impots" 112, — „demande 
que personne ne soit charge au delä de ses forces" 112. 119. — Die Taxen müssen 
nach dem Vermögensstand abgestuft sein 112. — „II faut preferer le bien de l'Fltat 
au bien des particuliers" 129. — „La plupart des gens d'affaires sont fripons" 230. 

Allgemeines: Notwendigkeit einer geordneten Finanzwirthschaft für Preussen 
4. 26. 35. 36. 65. 75. 130. 131. 183. 195. 234. 239. 243. 244. 251—253. — Diese ist 
von Friedrich Wilhelm I. eingeführt 191. — Preussen ist darauf angewiesen, jähr- 
liche Ersparnisse zu machen 26. 36. 65. 66. 183. 243. 251 — 253. — „Nos finances 
tournent toutes en epargnes" 65. — »L es finances: le fondement de la vie privee 
et de la vie politique" in. — Die einzigen Hülfsmittel sind die festen Einnahmen 
4. — Durch Hebung der Industrie allein lassen diese sich steigern 26. 239. — 
Die Einkünfte reichen kaum zur Erhaltung des Heeres 101. — Das Ziel der Finanz- 
politik : Erzielung eines jährlichen Ueberschusses von 5 Mül. Thlrn. 66. 220. — 
Finanzbereitschaft für den Fall eines künftigen Krieges 130. 131. 183. 243. 244. — 
Daher dürfen die Fonds nicht mit festen Ausgaben und Pensionen belastet werden 
131. 220. 251. — Das Einkommen des Folgejahres ist nicht anzugreifen 131. — 
Im Kriegsfall sind die Steuern in den zu räumenden Provinzen im Voraus zu er- 
heben 195. — Kriegsanleihen kommen in Betracht bei der Churmärkischen Land- 
schaft 4. 15. 123. 243, — den ostfriesischen Ständen 123, — und der Bank 243. — 
Verwendung der Jahresüberschüsse im Frieden 14. 66. 120 — 122. 238. 243. 252. — 
Im Kriege dienen sie zur Bestreitung der ausserordentlichen Kosten 65. 121. 122. 
130. 131. 183. 220. 239. 251. 252. — In Krieg und Frieden bleibt die Höhe der 
Steuern gleich 120. 183. — Der einzige Ausnahmefall 129. — Vortheile der preussi- 
schen Steuerverfassung 183. — Der König warnt vor Aenderungen der Finanz- 
gebarung 26. 239. — Lage der Finanzen nach dem Dresdener Frieden 20. 25, — 
nach dem Hubertusburger Frieden 112. 

Staatshaushalt und Hof halt: Die Staatseinnahmen 4 — 8. 112 — 118. 

238. — Ausgaben 12. 13. 118. — Betrag der Jahreseinnahme 12. 121. 122. 238. 
251, — ihres Wachsthums 238, — des jährlichen Ueberschusses 13. 26. 121. 238. 

239. 243. 251. — Ausseretatsmässige Einnahmen 13. 14. 120. 122. 238. — Trennung 
der Staatsgelder und der persönlichen Einkünfte des Königs 119. 120. 234. 252. — 
„Le revenu de l'Etat doit etre sacre" 252. — Die „Pension" des Königs 13. — 
Die Königliche Dispositionskasse 13. 120. 122. 238. 25t. — Die Königlichen Monats- 
gelder 14. 119. 120. 122. — „La petite caisse de Buchholtz" 122. 

Kassen- und Rechnungswesen: Hauptgrundsätze 13. 26. 118. 239. — 
Der Generaletat 10. 12. 13. 119, — von Friedrich Wilhelm I. eingeführt 119. — 
„Cet etat doit etre inalterable" 13. 119. — Jährliche Kassenabschlüsse der gesamten 
Kammern 10. — Monatliche Revision der Kassen 4. 118. 

Kassen: Generalkriegskasse: Einnahmen und Verwaltung 4 — 6. 
115 — 118. — Ertrag 6. — Ausgaben 6. 12. 13. 116. 118. — Bei Regierungs- 
antritt des Königs war die Kasse in Unordnung 4. — Ihr ist ein Fonds angegliedert 
für die Soldzahlung des Heeres im Kriege 6. 239. — Betrag desselben 239. — 
Generaldomänenkasse: 6 — 8. — Zusammensetzung ihrer Einnahmen 6 — 8. 
112. — Ausgaben 13. 118. — Zuschuss zur Generalkriegskasse 13. 118. — Tresor- 
quantum 13. 118. — Ihr ist ein Fonds angegliedert zur Regelung des Jahres- 
abschlusses 8. — Betrag desselben 8. 

Steuern und Zölle: Contribution 4. 5. 115. 116. 183. — Grund- 



282 Preussen (Finanzverwaltung. Wirtschaftspolitik). 

Steuerregulierung durch Friedrich Wilhelm I. 115. — Die Contribution wird als 
einzige Steuer auf dem platten Land erhoben 183, — nach abgestuften Taxen 4. 
115, — bleibt sich in Krieg und Frieden gleich 120. 183. — Voraussetzung für 
die Erhöhung der Steuer 5. 116. — Auf eigenmächtige Erhöhung steht Todes- 
strafe 4. — „Cette contribution doit etre regardee comme sacr£e" 116. — Behand- 
lung von Minden und der Churmark 116. — Provinzial-Steuererheber 4. — Frage 
der Abschaffung des „Cavalleriegtldes" 25. 26. — Accise: 5. 6. 116. 128, — 
von allen Steuern die gerechteste 5. 116. — Grundsätze der Tarifreform 5. 6. — 
Lebensmitteltaxen 5. — Reform durch Einführung der Regie 116. — Grundsätze 
der Erhebung 116. — Ertrag 121. 122. — Die Accise dient zur Einschränkung 
des Luxus 116. 128, — zum Schutz der Landesindustrie 5. 116. 128. — Zoll- 
wesen: 7. 113. 114. — ; Zollpolitik des Königs 7. — Einführung der Regie 113. 
114. — Ihr „Princip" 1 13. — Theorie der Aus- und Einfuhrzölle 5. 113. 128. — 
Fluss- und Strassenzölle 7. 113. — Für die Einführung der Regie sind nicht 
finanzielle Interessen maassgebend 114. — Die Regie als Maassnahme gegen 
Schmuggel 113. 114, — noch zu vervollkommnen 113. — Ihr Ertrag 121. 122. 238. 
Regalien: Für Münze, Post, Salinen- und Forstverwaltung siehe unter Be- 
hörden (Sonderverwaltungen), — für Holz- und Salzhandel unter Wirtschafts- 
politik (Handel), — für Domänen unter Wirthschaftspoli tik (Domänen), — 
und für Zölle siehe den vorstehenden Absatz. 

Der Staatsschatz: 66. 120 — 122. 239.243. — Seine Rechtfertigung durch 
den König 120. 1S3. 184. 239. — »Cet argent sert en cas de malheur, de guerre 
ou de calamite" publique" 13. 26, — zur Bestreitung der ausserordentlichen Kriegs- 
kosten im Falle eines Krieges 13. 26. 36. 66. 121. 122. 184. 220. 239. 243. 252; 
vergl. unter Heerwesen (Kriegskosten). — Der König mahnt, „de maintenir le 
tre"sor en bon etat" 129, — ihn nach Friedensschluss sofort wieder aufzufüllen 98. 
99, — ergänzt ihn nach dem Dresdener Frieden wieder 20. 25. — Der Staatsschatz 
soll 20 Millionen Thaler betragen 26. 36. 66. 121, — gespeist aus den jährlichen 
Ueberschüssen des Staates 13. 118. 121. 238. 243. 251. 252. — Zuschüsse des 
Königs 14. — Bestand 239. — Nebenkassen: Der Mobilmachungsfonds (le petit 
tre\sor) 121. 239. — Der Tresordepot bei der Generalkriegskasse 6. 239. — „Ce 
fonds doit etre sacre" 6. — Der schlesische Schatz („Fouragebestand in Schlesien") 
121. 135. 239. 251. — Die Magdeburger Fouragegelder 117. 118. 121. 135. 239. 
251. — „Si je reste en vie comme en paix jusqu'ä l'annee 1773, toutes les caisses 
seront remplies" 121. — Bestand der Kassen im Jahre 1776: 239. 

Wirthschaftspolitik. 

Allgemeines: Die geographische Lage der Monarchie verbietet einheitliche 
Wirthschaftspolitik II. — Nur die Marken, Pommern, Magdeburg und Halberstadt 
und Schlesien sind einheitlich zu behandeln II. 40. — Wirthschaftliche Eigenart 
der Provinzen II. 12. 

Manufacturwesen: Merkantilistische Regeln 5. 6. 24. 25. 113. 115. 116. 
124. 125. 128. — Regeln für die Begründung einer Manufactur 18. — Trennung 
in Arbeiter und Unternehmer 18. — Gewerbeinspectoren 18. — Zoll und Accise 
haben die Industrie zu schützen 128. — Grundsätze für die Förderung 5. 6. 25. 113. 
133. — Förderung durch Staatszuschus.se 17. 22 — 25. 127. 128. — Ueber Monopole 
126. — Sorge für die Aufnahme der Industrie 9. 127. 128. 133. — Bereits etablirte 
Zweige 17 — 19. 127. — Geplante Förderung derselben 22. 23. 127. 128. 133. — 
Manufacturen, die in Preussen fehlen 18. 23. 133. — Die Hebung der Industrie als 
Mittel zur Besserung der Handelsbilanz 239, — zur Erhöhung der Staatseinnahmen 
26. 239. 

Leinenindustrie: 11. 12.23. — Ausfuhr 124. 125. 203. 251. — Leinen- 
bleichereien 127. — Wollindustrie: Ihre Förderung 18. 22. 127. 133. — Ihre Be- 
deutung für die Landwirthschaft 133. — Fortschritte der Berliner Industrie 18. — 



Preussen (Wirtschaftspolitik). 283 

Das Lagerhaus in Berlin 18. — Wollmagazine auf dem platten Lande 18. — Aus- 
fuhr 124. 251. — Ansetzung von fremden Wollspinnern in der Mark und in 
Pommern 19. 23. 127. — Led erman ufac'tur: 17. 23. 124. 125. 127. — Seiden- 
industrie: Anfänge in Preussen 17. 127. — Ihre Förderung durch Staatshülfe 17. 
18. 22. 127. 128. — Maulbeerbaumzucht 17. 22. 132. — Seidenbauschulen zur 
Förderung der Seidencultur 22. — Seidenmagazine in Berlin 22, — auf dem platten 
Lande 18. — Ertrag des preussischen Seidenbaus und Bedarf 17. — Preis der Seide 
17. — Die Industrie soll nur den inneren Bedarf decken 127. — „Ce n'est qu'un 
faible commencement" 17. 18. 22. — Porcell an man uf act u r 125. 127. — 
Papierindustrie 23. — Buchdruck und Buchhandel 23. 

Handel: Preussen kann sich mit den grossen Handelsmächten nicht ver- 
gleichen 123, — muss sich auf den europäischen Handel beschränken 123. 126. — 
Für Preussen handelt es sich um Schaffung eines völlig neuen Wirtschaftszweiges 
126. — Theorie des Handels 124. — Merkantilistische Regeln 24. 25. 113. 124. 
125. — Bedeutung der Zölle für den Handel 7. 113. 128. — Die Juden und der 
Grosshandel 25. 31; vergl. 18. — Förderung durch Staatszuschüsse 25. — Accise- 
Extracte 24. — Import-Extracte 25. 128. 133. — Handelsstatistische Jahresbilanzen 
9. 10. — Jährlicher Gewinn aus dem Aussenhandel 9. 251. — Die Handelsbilanz vor 
1740 ungünstig 239. 251, — hat sich vortheilhaft gestaltet 9. 239. 251 ; vergl. 124, — 
durch die Erwerbung von Schlesien 239. 251 , — und von Westpreussen 251, — 
durch den Leinen-, Woll- und Transithandel 239. 251. — Ueberblick über die 
preussische Ein- und Ausfuhr 124. 125. — Der Transithandel nach Polen und 
Russland, nach Böhmen und Sachsen 7. 20. 24. 25. 124. 125. 251. — Königsberg 
und der Ostseehandel 125. — Hebung des Stettiner Handels 7. 17. 20. 125; 
vergl. 25. — Bedeutung des französischen Handelsvertrages 125. 210; vergl. unter 
Frankreich. — Der Brieger Viehmarkt 124. — Das schwedische Eisen 124. — 
Stahl aus Steiermark 124. — Blei aus dem Harz 94. — Holzhandel: 7. 114. 124. 
125. 128. — Ertrag 7. 14. 122. 23S. — Der neumärkische Holzhandel und die 
brandenburgischen Canäle 16. 17. — Salzhandel: 7. 114. 124. — Der Umsatz durch 
die Erwerbung Schlesiens verdoppelt 114. — Fremde Absatzgebiete (durch Schmuggel) 
7. 124. — Maassnahmen gegen fremde Salzeinfuhr 7. — Vorschläge für billigeren 
Betrieb 114. — Der Salzhandel und die brandenburgischen Canäle 16. 17. — Tabak- 
ausfuhr nach Sachsen und Polen 117. 

Handelsgesellschaften: Frage der Monopole 126. — Emdener 
Compagnie 19. 20; vergl. 25. — Pläne zu ihrer Erneuerung 125. 126. — Errichtung 
der Nutzholz- und der Brennholz-Handelsgesellschaft 1 14. — Ihr Ertrag 238. — Be- 
gründung der Leih- und Girobank in Berlin, nebst einer Filiale in Breslau 

117. — Ihre wirthschaftliche Bedeutung 117. — Grundcapital 117. — Ertrag 117. 
238. — Die Bank: „ressource pour les temps de guerre et de calamites" 117. 

118. — Plan eines Bankdepots in Magdeburg zur Beschaffung von Fourage im 
Kriegsfall 117. 118; vergl. oben unter Finanz Verwaltung (Staatsschatz). — Ver- 
wendung dieser Gelder im Frieden 118. — Frage einer Kriegsanleihe bei der 
Bank 243. 

Verzicht des Königs auf Ueberseehandel und Colonieen 123. 227, — aus 
Mangel an einer Flotte 123; vergl. unten unter Heer wesen , — aus Gründen der 
inneren und äusseren Politik 123. — „La Prusse est une puissance de terre ferme" 
123. — „Tendance naturelle" der Colonieen, sich vom Mutterland loszureissen 226. 
227. — „Cela ne tient souvent qu'ä un seul homme hardi" 226. — Der Abfall 
erfolgt, sobald das Mutterland im Kriege liegt 226. 227. 

Landescultur und Meliorationen: Zustand Preussens vor 1740: 15. — 
Begonnene Arbeiten 15 — 17. — Neue Aufgaben 20. 21. 113. 131. 132. — Urbar- 
machung (Trockenlegung) 15. 16. 20. 21. 113. 120. 127. 131. 132. — Coloni- 
sation 16. 19 — 21. 113. 127. — Ansetzung von fremden Wollspinnern, Maurern, 
Zimmerleuten und Erntearbeitern 19. 23. 127. — Anlegung von Dörfern 16. 



284 Preussen (Wirtschaftspolitik. Rechtspflege. Heerwesen). 

13I1 — aus Vorwerken 112. 113. 127. — Canalbauten 16. 17. 21. — Die Ver- 
bindung zwischen Stettin und Magdeburg 17. — Vergl. auch oben unter Pro- 
vinzen. 

Domänen: 6. 21. 112. — Domänenpolitik des Königs 6. — Verpachtungs- 
modus der Domänenämter 6. 112. 118. — Die Erneuerung der Pacht hat alle 
6 Jahre zu erfolgen 6. 118. — Die Pacht richtet sich nach dem Bodenertrag 112. — 
Verpflichtung der pommerschen Domänenpächter zur Ansetzung von Häuslern 21. — 
Steigerung der Einnahmen aus den Domänen 238. 

Agrarpolitik: Fürsorge für den Bauernstand 30.31. 131 — 133. 181. — 
„II faut menager ces hommes utiles et laborieux comme la prunelle de l'ceil" 
140. — „Le souverain doit tenir un 6quilibre entre le paysan et le gentilhomme" 
31. — Einschränkung der Frohndiensle 30. 31. — Leibeigenschaft der Bauern in 
Oberschlesien 31. — Schutz vor Uebergriffen der Domänenpächter 6. — Die 
Steuerverfassung schützt den Bauern 183. — Maassnahmen gegen Bauernlegung 
31. 181, — durch Wiederherstellung der früheren Zahl der Dörfer 181. — Verbot 
des Kaufes adeliger Güter 31. — Reform des ländlichen Schulwesens 132. 

Der König wünscht, mehr Dörfer als Aemter zu haben 21. — Abbau von 
Vorwerken 112. 113. 127. — Gemeinheitstheilungen, vorläufig der Weideflächen 
(Hütungen) 132. — Versuche mit fremder Bodenwirthschaft ; „c'est au succes de 
les justifier" 113. — Hebung der Viehzucht 21. 124, — von Obst- und Hopfenbau, 
Hühner- und Bienenzucht 132. 

Getreidehandelspolitik: 24. 134 — 136. 186. 187. — „La farine: la 
denr^e la plus n^cessaire" 116. — Die Ernte deckt nicht den Verbrauch der Mon- 
archie 135. — Das Ziel der Getreidehandelspolitik ist Versorgung des Landes und 
Regulirung der Getreidepreise 24. 134, — nach den Kammertaxen 24, — ver- 
mittelst der Landesmagazine 24. — Grundsätze für die Regulirung der Preise 24. 

134. 136, — für die Getreideausfuhr 134. 135. 186. 187, — an einem Beispiel er- 
läutert 187. — Den Maassstab für Aus- und Einfuhr giebt die Ernte- und Verbrauchs- 
statistik 134. 135. 187. — Polen in diese einbezogen 187, — beliefert Ostpreussen 

135. — Die preussische Ausfuhr 124. 125. — Bestand der Getreidemagazine 24. — 
Das Berliner Magazin 134. — Vorschüsse an Landedelleute und Bauern in Zeiten der 
Noth 24. — Für die Kriegsmagazine vergl. unter Heerwesen (Kriegscommissariat). 

Rechtspflege. 

Die Rechtspflege eine der vier Hauptaufgaben der Regierung I. — Ihre Hand- 
habung 1. 2. 110. III. 187. 242. 243; vergl. 234. — Der Herrscher kann sich 
nicht selbst mit der Rechtsprechung befassen I. HO, — hat lediglich die Gesetze 
aufrecht zu erhalten III. 187. — „Les lois seules doivent regner, et le devoir du 
souverain se borne ä les proteger" III. — Keine Cabinetsjustiz 2. III. 187. — 
Ausübung des Begnadigungsrechtes 186. 188. — Rückblick auf die Coccejische 
Justizreform 2. III. — Die Processe müssen kurz sein 234. 242. 243. — Edict zur 
Abkürzung der Processe 243. — »L« lois servent de base a la justice" 107. — 
Aufgaben der Gesetzgebung 186. — Sie darf in Preussen milde sein 178. 186. — 
An den Gesetzen keine grossen Aenderungen mehr nöthig 242. — Justizvisitationen 
2. in. 242. — Cocceji : „homme aussi integre que savant jurisconsulte" III. — 
Lob von Jariges 187. — Vergl. auch oben unter Herrscher und Regierungs- 
system (Staatskunst). 

Heerwesen. 

Allgemeines: Die Kriegskunst zerfällt in zwei Theile (Zusammensetzung 
und Dienst des Heeres und Strategie) 81. — Im Kriege wird das Friedensstudium 
in die Praxis übersetzt 81. 149. 150. — „Cet art me>ite une etude continuelle" 161. 
234. — Rechtfertigung des Waffenhandwerks gegen die Ausfälle der Encyclopädisten 
160. 161. — n La noble et peVilleuse profession des armes" 78. 161. — Gerechte 
und ungerechte Kriege („par vanite" und „par inte>et") 50. 160. 



Preussen (Heerwesen). 285 

Preu-ssen ein Militärstaat 78. 104. 180. — „Le militaire est la base de cet 
Etat" 104, — „doit etre le premier £tat dans ce royaume" 78. — Die geographische 
Lage Preussens bedingt starkes Heer 149. 195. 230. 240. — „Nous n'existons qu'en 
tant que nous avons une bonne arm£e" 149. — „Ce qui regarde le militaire, est ce 
qu'il y a de plus important" 149. 188. — Aenderungen sind nur nach neuen Kriegs- 
erfahrungen einzuführen 99. 100. 240. — Das holländische Heer unter den Oraniern 
die preussische Schule 81. — Das preussische Heer muss tüchtiger sein als jedes 
andere 196. 240, — das Doppelte leisten 65, — „la premiere armee de l'Europe" 244. 

Der König von Preussen muss selbst das Heerwesen leiten 188. 196. 240, — 
selbst General sein und an der Spitze des Heeres stehen 78 — 80. 82. 149. 188. 191. 
196. 230. 236. 240, — zumal im Kriege 191. 196. — „C'est le seul moyen d'avoir 
une bonne armee" 230. — Der „König-Connetable" 81. 82. 84. 85. 88. 90. 98. — 
Er muss persönlich die Musterungen abhalten 83. 84. 149, — die Manöver leiten 
88. 149. 154, — selbst ein Regiment haben 87, — die Fähigkeiten seiner Stabs- 
officiere und Generale kennen 99. 175. — Nur er kann die Armee discipliniren 79. 
So. — Er hat nach Friedensschluss das Heer auf den Stand vor dem Krieg zu 
bringen 98. 99, — das Gleichgewicht zwischen Heer und Land zu bewahren 83. — 
„J'ai loujours traite seul les affaires de la guerre" 188. 

Friedensstärke des stehenden Heeres bei Regierungsantritt und Tod Friedrich 
Wilhelms I. : 191, — im Jahre 1752: 12. 66, — im Jahre 1768: 121, — im Jahre 
1776: 238. — „Je voudrais qu'on eüt assez de provinces pour entretenir 180000 
hommes" 66. 220. — Zusammensetzung des für Preussen als erforderlich bezeichneten 
Heeres 100. — Augmentation der Infanterie 146. 156. 195, — und die Bestreitung 
ihrer Kosten 122. — Geplante Augmentationen 122. 195, — bei den Husaren 156, — 
bei der Cavallerie bei Kriegsausbruch 137. 138. 240, — für die Neuerwerbungen 
100. — Kriegsetat 121. 195. 196. 240. — Die Festungsgarnisonen sind davon in 
Abzug zu bringen 121. 196. 240. — Aufstellung von 22 Freibataillonen im Kriegs- 
fall 170. 195. 196. 240. — Geplante Aushebungen in Sachsen 6^. 140. 196; vergl. 
unter Chur-Sachsen. 

Charakteristik der Generale bei der Infanterie, Cavallerie und den Husaren 
175. 176. — Prinz Heinrich zum Heerführer ausersehen 175, — nach ihm General 
Anhalt 175. — Bei der Infanterie fehlt es an guten Detachementsführern 176. — 
Der Geneialstab 99. 241. — Seine Vertheilung im Kriege 174. 175. — Mangel an 
Adjutanten 174. — Auswahl der Generale und Stabsofficiere 85. 176. 177. — Be- 
mühungen des Königs um Schaffung eines Corps tüchtiger Stabsofficiere 176. — 
Seine Fürsorge für die Capitäne der besten Regimenter 138. — Unterricht junger 
Officiere durch den König 156. 157. — Unterrichtscurse der Officiere in der For- 
tificationslehre 157. — Walraves Hochverrath 29. 

Der König und seine Officiere 78. 79. 85. 86. — Panegyricus auf sie 
78. 79. — Sie sind les „colonnes de l'fitat" 78. — Das Officiercorps : „la fleur 
de ia noblesse et l'elite de la nation" 80. — Bedeutung des Adels für das Heer 
6. 26. 30. 78 — 80. 129. 130. 240. — Anforderungen des Königs an den Stand 147. 
161. 240. — „Le militaire (s'entend les officiers) veut etre conduit par l'ambition" 147. 
149. 240. — Der Herrscher muss die Officiere auszeichnen 30. 78. 79. 196. 240, — 
gerade sie belohnen 34. 35. — Belohnungen und Gnadenpensionen 85. 86. 151. 
152. 159. 160. — Belohnungen im Felde 151. 152. — Ausschluss des fremden Adels 
6. 7, — der Bürgerlichen 130. 240, — der Bauern 31. — La plupart des roturiers 
„fönt de mauvais officiers" 130. — Einstellung der Bürgerlichen: „le premier pas 
vers la decadence et la chute de 1'armeV' 240. — Sorge für den Nachwuchs durch 
Begründung der „Acad^mie des nobles" in Berlin 27. 179, — durch Erziehung 
junger Edelleute in Cadettencorps 30. 179. — Civil- Versorgung abgedankter Officiere 
159. 160. — Sorge für die Officierswittwen 27. 184. 

Exacter Dienst (ordre) und Mannszucht (discipline) die Cardinaltugenden des 
preussischen Soldaten 76. 79. 80. 86. 87. 147, — machen ihn unbesiegbar 76. — 
Für beides droht Gefahr unter vormundschaftlicher Regierung 76. 



286 Preussen (Heerwesen), 

Wesen und Begriff der Disciplin 86. 147. — Ihre Erhaltung eine der vier 
Hauptaufgaben jeder Regierung 1. — Sie muss unter der Autorität des Herrschers 
stehen 79 — 82. — Bedeutung der Aufrechterhaltung der Mannszucht 65. 76. 79 — 81. 
86. 87. 147. 151. 152. 240, — an historischen Beispielen erläutert 81. 82. — „La 
discipline fait l'äme des arme>s" 81, — „doit rester sur le pied oü eile se trouve" 
240, — „roule sur l'exactitude et l'ob£issance" 147. — „La Subordination en fait 
la base" 147. — Die militärische Disciplin verlangt blinden Gehorsam 86. 147. — 
Sie bewirkt, dass eine ganze Armee dem Befehl eines Einzelnen gehorcht 87. — 
Nur die Furcht kann den Gehorsam aufrecht erhalten 147. — Der Soldat muss den 
Officier mehr fürchten als jede Gefahr 147. — Auf Insubordination steht Todes- 
strafe 86. 147. — Strafwürdige Vergehen 147. — Aufrechterhaltung der Disciplin 
im Felde 151. — Belohnungen und Bestrafungen im Felde 151. 152. — Der Soldat 
muss „Corpsgeist" besitzen 147. — „La discipline contient le soldat et l'oblige de 
mener une vie sage et reglee" 86. — „Un regiment bien discipline doit etre plus 
sage qu'aucun couvent de moine" 87. 

Rekrutirung der Armee 82. 146. 152. — „On ne souffre pas d'enfants 
dans les r£giments" 82. — Cantonsystem: 82. 83. 138 — 141. 240. 241, — von 
Friedrich Wilhelm I. eingeführt 139. — Ausnahmen 139. — „Les cantons rendent 
les legiments immortels" 82. 140. — Vortheile 139. — Das Land besitzt dank 
dieser Einrichtung eine Reserve von 20000 waffenfähigen Leuten 83. — Miss- 
bräuche 8^. 148. — Der preussische Unterthan: „espece admirable" 83. — Die 
Mischung mit den Ausländern: „excellente composition" 139. — Zahl der In- und 
Ausländer bei der Truppe 83. 139. 240. 241. — „Les cantons sont la plus pure 
substance de l'E^at" 140, — müssen geschont werden 83. 140. 141. 240. 241, — 
im Kriege „derniere ressource" 141,. — haben in Kriegszeiten jährlich 4000 bis 
5000 Rekruten zu stellen 140, — auch die Knechte zu liefern 139. — In Ost- 
preussen sind bei Kriegsbeginn 20000 Cantonisten einzuziehen 195. — Regimenter 
ohne oder mit schlechten Cantons 82. 139. 140. — Unterhalt der Truppen aus 
Contribution und Accise 4. 6. 12. 13. 116. 118. — Quartiere: Das Heer ist in den 
Städten untergebracht 97. 98. — Nur ein Theil der Cavallerieregimenter liegt in der- 
selben Garnison 97. 98. — Die städtische „Servisumlage" 25. 26. 97. 133. — Quartier 
und Verpflegung im Frieden 97. — Nur die verheiratheten Soldaten liegen in 
Kasernen 98. — Ueber Kasernen 98. — Fürsorge für Kranke und Verwundete im 
Felde 151. — Versorgung der invaliden Soldaten 84. 159; vergl. 160. — Das 
Invalidenhaus in Berlin 159. 

Revuen des Königs: Musterung der Truppen 83. 84. 149. 154. — 
Exercirübungen und Manöver 87. 88. 149. 154. — Herbstmanöver bei Potsdam 
und Magdeburg 144. 149. 154, — zur Ausbildung der Officiere und Generale 149. 
154. — Ihre grundlegende Bedeutung 149. 150. 154. 

Die einzelnen Waffen: I nfanterie 82 — 84. 87. 88. 146 — 152. — Rück- 
blick auf frühere Zeiten 146. — Einfluss der Artillerie auf die Infanteriewaffe 146. 
— Ausbildung 87. 88. 148. — Dienst im Kriege 150. 151. — Verwendung im 
Felde 166. — „La mobilite de notre infanterie" 162. — Abbau der Compagnie- 
wirthschaft 137. 138. — Einrichtung und Aufgabe der Generalinspecteure 148. — 
Augmentationen 146. 156. — Mangel an Commandeuren für die bei Kriegsbeginn 
aufzustellenden Grenadierbataillone 174; vergl. 99. — Aufstellung von Freitruppen 
bei Kriegsausbruch 170. 195. 1^6. 240. — Ihre Verwendung 163. 164. 166. 169. 
170. 173. — Cavallerie: 82. 84. 88. 152 — 156. — Rückblick auf ihren Zustand 
1740: 152. — Ihre Reform durch den König 152. — Ausbildung 88. 152. 153. — 
Dienst im Kriege 155. 156. — Verwendung im Felde 164 — 166, — in der Schlacht 
165. — „Une bonne cavalerie vous rend maitre de la campagne" 154. — „Elle 
peut decider d'une bataille dans un tour de main" 155. — Erfindung der Colonnen- 
attacke 164, — ist geheim zu halten 164. — „La superiorite' de notre cavalerie" 
162. — Sie ist jedem Gegner in der Ebene überlegen 155, — darf im Stellungs- 



Preussen (Heerwesen). 287 

krieg nicht exponirt werden 155. 163. — Dragoner und Husaren sind vornehmlich 
für Detachements und Patrouillen zu verwenden 155. 166. — Infanteriedienst der Dra- 
goner 153. — Kriegsfuss der Cavallerie 156. — Geplante Augmentation bei Kriegs- 
ausbruch 137. 13S. 240. — Ersatz im Felde 155. — »Son service n'est pas aussi 
meuririer" 155. — „Economie pour les chevaux" (Grasung) 137. — Unheil des 
Königs über die Kürassier- und Dragonerofficiere 154. — „Nos officiers des 
hussards excellent dans toutes les parties" 154. — Die Husaren sind für den 
Kleinkrieg bestimmt 88. — Ihre Aufgabe: Patrouillen, Detachements und Schutz 
der Winterquartiere 155. — Sie sind mit Karabinern ausgerüstet 153. 154, — mit 
Tartarenpferden beritten 152. — Kriegsfuss 156. — Geplante Augmentation für 
1770: 156, — bei Kriegsausbruch 137. 138. — Einrichtung und Aufgabe der 
Generalinspecteure 153. — Artillerie: 89. 141 — 146. — Ihre Zahl 1742 ver- 
doppelt 141. — Bestand im Siebenjährigen Kriege 141. — „Le nombre ne repond 
pas aux besoins de l'armee u 89. 141. — Die Zimmerleute sind ihr angegliedert 

89. — Ausbildung 89. 141. 142. — Regeln für die Belagerung 145. 171. 172, — 
für die Vertheidigung 145. 146, — für den Feldkrieg 144. 145. — Feldartillerie 
bei den Truppen 93. 143. — Der Geschützpark der schweren Artillerie 93. — Be- 
spannung und Aufsicht 143. — Bedeckung im Felde 143. — Leichte Zwölfpfünder 
145. — Erfindung und Verwendung der zehnpfündigen Mörser 142. 144. 164, — 
und der berittenen leichten Artillerie 143. 144. 165, — ist geheim zu halten 143. 
164. — Wiederherstellung der Artillerie nach dem Siebenjährigen Krieg 142, — „un 
abime de tlepense pour l'Etat" 142. — Beschaffung einer Geschützreserve für den 
Krieg 142. 240. — Jährlicher Pulververbrauch im Kriege 142. — Herstellung von Pulver 
12. 101. 142. — „Caprice attache ä tous les artilleurs de l'Europe, qui est de faire 
les difficiles mal ä propos" 88. — Mineure: Zahl und Verwendung 89. 175; 
vergl. 146. — »Les mineurs sont bons" 241. — Pioniere: Plan der Errichtung 
von 2 Compagnien 89. 90. — Ingenieurcorps: 157. 174. 175. 241, — bedarf 
der Vermehrung 175. 241. — Uebersicht der Ingenieur-Officiere für Belagerungen 175. 

Festungen: 90 — 93. 157 — 159. 241. — Ihre allgemeine Bedeutung: „clous 
puissants qui liennent et attachent les provinces ä la domination du souverain" 

90, — im Kriege 90. — Warnung, allzu viele Festungen anzulegen 90. — In Pro- 
vinzen, die im Kriegsfall geräumt werden müssen, sind gar keine zu bauen 194. — 
Regeln für Festungsbau 90. 91, — für Vertheidigung 91. 92. 157. — Ausrüstung 
der Festungen 92. 93, — für Offensivkrieg 93. — Alle Maassnahmen sind schon 
in Friedenszeiten zu treffen 93. — Magdeburg: „de toutes nos places la plus im- 
portanle" 159. — Daselbst geplante Arbeiten 159. 241. — Spandau: „plutöt 
magasin fortifie que place de guerre" 158. — Küstrin 158. — Befestigungspläne 
für Colberg 138. 158, — und Stettin 138. 158; vergl. 241. — Die Mehrzahl der 
Festungen liegt in Schlesien 157. — Ausbau derselben 157. 158. 194. — Anlage 
der Festung Silberberg 142. 157. 158. 240. — Bedeutung von Silberberg und 
Breslau 158. — „Les forteresses sont en bon etat" 241. — Einschränkung der Be- 
festigungen in Wesel 194. — Schleifung der F*estung Geldern 194, — der Be- 
festigungen von Berlin 61. 

Arsenale und Waffenmagazine 13. 93. 94. 137. 240. — Das Hauptmagazin 
befindet sich in Berlin 94. — Sein Bestand 94. — Künftige Aufgaben 101. — Für 
Augmentationen ist die Ausrüstung vorher fertig zu stellen 94. — Die Bestände 
reichen für 2 Feldzüge 138. — Beschaffung von Kleidung und Ausrüstung im 
Kriege 138. — Sie untersteht nebst der Beschaffung der Remonten dem General 
Mas»ow, später Wartenberg 13.94. 95. 121. 137. 138. 240. — Betrag der dafür be- 
stimmten Kassen 13. 94. 95. — Jährliche Ausgabe 94, — und Ersparnisse 13. 94. 
*37- I 3^« 2 4°« — Geplante Höhe der Kassenbestände 13. — Aus einem besonderen 
Fonds wird die Versorgung der Armee mit Pferden für 2 Feldzüge bestritten 94. 
95. 121. 138, — sowie die der Ueberzähligen 95, — und der Augmentationen 
bei Kriegsbeginn 137. 138. — Pontons 94. 



288 Preussen (Heerwesen). 

Das Kriegscommissariat: 95. 96. 99. 135 — 137. 150. 161. 188, — erhält 
seine Directiven vom König 188, — „sert de base ä une armee" 95, — hat für die 
Verpflegung des Heeres im Felde zu sorgen 95. 161. — Im Kriege muss ein General 
an die Spitze des Commissariats jeder Armee treten 188. — Kriegsmagazine für 
Getreide 95. 135. 150. 240. 251; vergl. 24. — Ihr Bestand 95. 135. 240. — Sie 
reichen nur für das erste Kriegsjahr 136. 240, — und nach Ankauf aus den dafür 
bestehenden Fonds für 3 Feldzüge 240. 251. — „Regles pour les achats" 136. — 
In den westlichen Provinzen und Ostpreufsen sind keine Magazine vorgesehen 135. 
136. — Bereithaltung von Fourage in Schlesien 96. 97. — Gelder zum Ankauf von 
Fouragein Magdeburg und Breslau 117. 118. 121. 135.239. 251 ; vergl. unter Finanz- 
verwaltung (Staatsschatz), — • für 3 Feldzüge 251. — Regeln für Getreide- 
beschaffung im Kriege 136. — Anlage der Magazine der Feldarmee 150. 161. — 
Proviantfuhrwesen 95. 96. 150. — Die Truppen können auf 22 Tage Proviant mit 
sich führen 95. 96. — Die Frist ist auf 4 Wochen zu erweitern 150. — Stellung 
von Knechten und Trainsoldaten 96, — von Artillerie- und Trainpferden 96. — 
Eiserne Backöfen für die Bäckerei 96. — Handmühlen für das Heer 96. 150. — 
Transportkähne für Getreide 96. — Das betrügerische Unterpersonal und seine 
Ueberwachung 136. 137. 

Strategie: „Je n'ecris point un traue" sur la guerre" 173. — Der König 
beschränkt sich auf „Grundprincipien" 173, — verweist für die militärische Geo- 
graphie auf seine historischen Schriften 177; vergl. 194. — Den Testamenten sind 
die „Principes gen^raux de la guerre" angehängt 109. 173. — Der Widerspruch, 
in dem die Grundsätze des Testaments von 1768 mehrfach mit den „Principes" 
stehen , beruht auf den Fortschritten der Gegner in der Kriegskunst 173. — „De 
campagne en campagne, j'ai puise' de nouveaux principes par l'experience re- 
cente" 161. 

Maximen: Dem Feldherrn geziemen „vivacite" et promptitude" 235. — „Tou- 
jours agir selon le terrain, ne rien faire mal ä propos et saisir le moment con- 
venable pour faire chaque chose : c'est ce qui constitue le grand capitaine" 174. — 
„Le plus grand art du general : bien connaitre le terrain et en savoir profiter" 
170. — Bedeutung der Geländekenntnis und -benutzung 150. 156. 170. 174. 232. — 
Vergleich mit dem Schachspiel 156. — „Le secret: vertu essentielle pour la guerre" 
242. — „La guerre doit etre conduite sur des principes de la politique, pour porter 
les coups les plus sanglants ä ses ennemis" 244. — Die Feldzüge des Prinzen Eugen 
als Muster der Kriegführung 162. 244. — Schlachten entscheiden oft das Schicksal 
von Staaten 79. — Ausspruch Heinrichs IV., „qu'une bataille avait une longue 
queue" 79. — n Les batailles de mer sont rarement decisives" 244. — „Gagner une 
bataille, c'est forcer l'ennemi ä vous c£der son terrain" 88. — »Les batailles se 
gagnent par la sup^riorite - du feu" 148. — „Maintenant le canon a tout chang£ . . . 
Le canon fait tout" 146. — Seit 1756 übermässiges Aufgebot an Artillerie 141. 
173. — „Le feu meurtrier des canons" 155. — Vortheile der schiefen Schlacht- 
ordnung 164. — „II ne faut jamais employer les troupes que dans des lieux avan- 
tageux oü elles peuvent combattre" 166. — „Les £volutions trop compos^es re- 
ussissent peu ä la guerre" 57. — „Le nombre d'hommes influe beaucoup sur les 
Operations" 121. — „Le grand nombre rend les armees respectables" 146. — „II 
ne faut point partager nos forces ou nous sommes vaincus, etant trop faibles 
partout" 136; vergl. 219. — Definition der Offensiv- und Defensivkriege 169. 

Feldzugspläne: Warnung des Königs, sie allzu sehr zu begrenzen 161. 
162. 244, — erläutert am Feldzug von 1757: 161. 162, — an den Feldzügen des 
Prinzen Eugen 162. 244, — und des Grafen Moritz von Sachsen 244. — „Les 
projets de campagne vastes sont sans contredit les meilleurs" 161. 244. — „Quand 
ils reussissent, ils d£cident de la guerre" 162. — Feldzugsplan gegen Oesterreich : 
siehe unter Oesterreich, — gegen Russland 213, — gegen Sachsen 62; vergl. 
unter Chur-Sachsen. — Defensivkrieg: 169. 170, — schwieriger zu führen 



Preussen (Heerwesen). Rom. 289 

als Offensivkrieg 169, — beruht auf Wahl befestigter Stellungen 169. — „On agit 
par d£tachements u 170. — Der Feldherr darf sich nicht auf Defensive beschränken 

169. 170, — noch merken lassen, dass er keinen Offensivkrieg führen will 170. — 
Der Krieg des Sertorius : „modele parfait de la guerre deTensi ve" 170. — Stellungs- 
krieg: 144. 155. — Nur dieser kommt künftig in Frage 173. — Angriff auf feste 
Stellungen 144. 163. 164, — ist nur im höchsten Nothfall zu unternehmen 163, — 
nur mit einem Flügel 163. — Den Angriff eröffnen Freitruppen 163. 164. — Ver- 
teidigung fester Stellungen 144. 168. — Bedeutung der Artillerie dafür 144. — 
Stellungswahl („petite theorie pour les postes"): 167 — 169. — Nur feste Stellungen 
sind künftig zu beziehen 167. — Stellungen hinter Flüssen 167. 168, — auf Höhen 
168, — in bedecktem Gebäude 168. — Flankendeckung 145. 167. 168. — Vorsicht 
vor Ueberfällen 169. — Sicherung 169. — Vertheidigungslager in Schlesien 194. — 
Feldschlachten: 144. 164. 165, — will der König nach Möglichkeit vermeiden 
162. 163. 173. — Sie bieten gleiche Gefahr, wie der Angriff auf feste Stellungen 

164. — Angriff nur mit einem Flügel 164. — Bedeutung der Reserven 164. 165. — 
Die Cavallerie bringt Entscheidung 165. — Verfolgung nach der Schlacht 165. — 
Märsche: bei Kriegsbeginn 150. — Kriegsmärsche 165. — Rückzüge: 166. 167. 

170. 171. — Flussübergänge: 171 ; vergl. 144. — Detachirungen: 151. 

165. 166. 170. — Belagerungen: 171. 172. — Winterquartiere: 151. 155. 
156. 172. 173. — Neue Methode: W T ahl einer „Centralstellung" 173. — „L'infanterie 
se trouve toujours en premiere ligne" 173. — Schutz durch Postirungsketten 172. 
173. — Deren Ablösung nöthig 151. 155. — In den Winterquartieren muss exercirt 
werden 151. 156. 

Alle militärischen Maassnahmen sind auf die Oesterreicher berechnet 101. 136. 
162. 173; vergl. unter Oesterreich. — Der König plant, im Kriege gegen sie 
zwei Armeen aufzustellen, eine Elb- und eine schlesische Armee 121. 135. 174. 214. 
215. 239. 240. — Für die erforderliche Beschaffung von Getreide und Fourage vergl. 
oben unter Kriegscommissariat. 

Kriegskosten: Preussen kann aus finanziellen Gründen nur kurze Kriege 
führen 50. 95. — Sieger bleibt, wer den letzten Thaler in der Tasche hat 50. 95. 
239. — Der König veranschlagt die ausserordentlichen Kosten eines Feldzuges 
auf 5 Millionen Thaler 26. 36. 66, — nach den Erfahrungen des Siebenjährigen 
Krieges auf 11 bis 12 Millionen 121. 122. 239. 251. — Plan ihrer Deckung 66. 
121. 122. 239. 251. 252, — mit Hülfe des Staatsschatzes 13. 26. 36. 66. 121. 122. 
184. 220. 239. 243. 252; vergl. 50 und unter Finanzverwaltung (Staatsschatz), — 
unter Besetzung Sachsens 122. 239; vergl. unter Chur-Sachsen. — Damit rechnet 
der König 1752, vier Feldzüge bestreiten zu können 26. 36, — und 1768 acht 
Feldzüge 122, — allein mit Beihülfe des Staatsschatzes und ohne Besetzung Sachsens 
1776 vier Feldzüge 239, — und 1784 sechs Feldzüge 252. — Für den Mobil- 
machungsfonds und die übrigen für den Kriegsfall bestimmten Fonds vergl. unter 
Finanzverwaltung (Staatsschatz). — Kriegsanleihen bei der Churmärkischen 
Landschaft 4. 15. 123. 243, — den ostfriesischen Ständen 123, — bei der Bank 243. 

Verzicht auf Flotte 65. 100. 101. 123. 243. 244, — im Hinblick auf den 
Hauptgegner Oesterreich 101, — auf die Unmöglichkeit für Preussen, ausser dem 
Heer noch eine Flotte zu unterhalten 100. 101. 244, — auf die drohende Zersplitterung 
der Kräfte 101. — Der Vorsprung der anderen Grossmächte ist nicht einzuholen 
243. 244. — „11 vaut mieux avoir la premiere armee de l'Europe que la plus 
mauvaise flotte" 244. — Die Begründung einer Flotte kommt erst nach Erwerbung 
Westpreussens in Frage 101, — lediglich für Defensivzwecke 101. 

Rom. Der Papst hat seine weltliche Macht eingebüsst 47. 71. 185, — „ä präsent 

le premier aumonier des rois" 47. 71, — in einem Jahrhundert nur noch Bischof 

von Rom 221. — Das Wirken der Aufklärung 220. 221. — Vertreibung der 

Jesuiten in Spanien, Frankreich und Portugal 220. 221. — In Deutschland stehen 

Corresp. Friedr. II. Ergänzungsband. 19 



fOO Rom. Römisches Reich. Russland. 

keine Säcularisationen von Bisthtimern mehr zu erwarten 68; vergl. 228. — Der 
römische Clerus unter Leo X. und Sixtus V. 79. 

Der König von Preussen sucht gutes Einvernehmen mit dem Papst 32. 

Römisches Reich. Absetzung König Wenzels 228. 233. — Karl V. und Churfürst 
Johann Friedrich der Grossmtithige von Sachsen 228. — Lebensende Karls V. 233. — 
Churfürst Friedrich V. von der Pfalz geächtet und abgesetzt 228. — Aechtung des 
Churfürsten Maximilian II. Emanuel von Bayern 79. 228. — Plan der Reichsacht 
gegen König Friedrich und Georg II. 202. 228. 

„Le Saint-Empire romain . . . n'est ni romain ni saint" 200. 201, — „r6publique 
de princes" 201. 229, — „chaos de petits Etats" 201. — „Ce Corps si mal com- 
pos6" 201. — „Le gouvernement suranne" et bizarre de l'Empire" 67. 227. 228. — 
Nur durch die Eifersucht der Reichsfürsten und der Nachbarstaaten wird sich das 
Römische Reich erhalten 68. — Der Kaiser besitzt nur beschränktes Ansehen 46. — 
Seit dem westphälischen Frieden sinkt seine Macht dauernd 201. 202. 228. — 
Preussen hält ihm das Gleichgewicht 40. 201. 202. 228. — „Le pouvoir des Em- 
pereurs ira en diminuant" 68. — Die Absetzung eines Kaisers kommt nicht mehr 
in Frage 228. — Oesterreichs Politik geht auf Unterwerfung Deutschlands 40. 50. 
66. 246. 250; vergl. unter Oesterreich, — auf Erhaltung der Kaiserwürde im 
Hause Habsburg 223. — Diese wird bei Oesterreich bleiben 69. — Der König hält 
ihre Erwerbung nicht mit dem preussischen Interesse für vereinbar 69. — Das 
Churfürstenkolleg 228. — Der Kaiser fürchtet die wachsende Macht der Chur- 
fürsten 69. — Tendenz zur Bildung grösserer Staaten auf Kosten der kleinen Fürsten 
und der Reichsstädte 68. 228, — unter Schonung der geistlichen Fürsten 68. — 
„Tout le monde voudrait s'arrondir" 228. — Der Kaiser, da mitschuldig, dagegen 
machtlos 228. — Deutschland wird schliesslich in selbständige Reiche zerfallen 
229. — Plan der Losreissung von Preussen und Hannover 228. 229. 

„L'Empire est moins uni que jamais" 46. 68. — Die geistlichen Fürsten 
„creatures" Oesterreichs 46. 201. — Die weltlichen sind theils Anhänger Oester- 
reichs, theils Anhänger Frankreichs 46. — Die Fürsten politisch ohne Einfluss, von 
den grossen Mächten abhängig 201, — treiben oft verkehrte Politik 201, — opfern 
das Reichsinteresse ihren persönlichen Interessen auf 46. — „Ils sont devenus mar 
chands ; ils trafiquent du sang de leurs sujets ; ils vendent leurs voix dans le College 
des princes et dans celui des eMecteurs" 46. — „Ils sont comme les Suisses: ils se 
vendent au plus offrant" 201. 

Russland. Peter I. als Begründer der russischen Machtstellung in Europa 222. — 
Russland strebt nach beherrschendem Einfluss in Polen und den nordischen An- 
gelegenheiten 42; vergl. unter Polen und Schweden, — dankt seinen Aufstieg 
dem Gegensatz zwischen Oesterreich und Preussen 197, — von beiden Mächten 
umworben 197, — „profite de nos fautes" 197, — hat im Siebenjährigen Krieg 
die Entscheidung gegeben 196. — „Cette vaste monarchie" 75. 196. 197. 221. 
223, — „ira en croissant" 221. 222, — bildet steigende Bedrohung für Europa 
196. 222. 229, — durch seine schnell wachsende Bevölkerungszahl 196. 222. — 
„L'ambition dangereuse de ce vaste empire" 223. — Seine Grenzen sind unangreif- 
bar 65. 197. 213. — Theilung des Reiches wäre für Europa vortheilhaft 221. 

Zarin Elisabeth: „femme voluptueuse" 74, — überlässt die Regierung dem 
Kanzler Bestushew 74, — von ihm beherrscht 43. 44. — „La politique de cette 
cour" 42. — Verfall des Reiches unter ihrer Regierung 74. — Bestushew: „ce mi» 
nistre-empereur de Russie" 50, — von Oesterreich und England bestochen 42. 50. 
74. — Nach seinem Sturz steht Systemwechsel zu erwarten 42. 50. 52. 67; vergl. 
44. — Aussicht auf Revolution und Theilung des Reiches unter Iwan IV. und 
Peter III. : 74. 75. — „Ce jeune Iwan sera un barbare" 75. — Peter III.: „prince 
sans g6nie" 74. — Rückblick auf dessen Tod 197. 221. 

Katharina IL verfolgt keine Eroberungspolitik 197. 209. — Ihre Politik in 
Polen entspricht nicht den preussischen Interessen 210. — „Son beau projet de 



Russland. 



29! 



l'empire grec" 248. — Ihre Mitschuld am Tode Peters III. : 197. — »Elle craint 
la majorite" de son fils" 197. 221, — wird sich vielleicht seiner entledigen 221. — 
Ränkespiel am Hofe 197. — Gegensatz zwischen Orlow und Panin 197. — Der 
junge Hof 246. — Grossfürstin Maria Feodorowna als Kronprätendentin 246. 

Das wirthschaftliche Bild Sibiriens im Vergleich mit Holland 127. — Be- 
völkerungszahl und Wachsthum 196. 222. — Finanzübersicht 197. — Verfall 
des Heeres unter Elisabeth 74. — Stärke und Kritik des Heeres 197. — „Les co- 
saques sont des ennemis dangereux" 64. 197. 

Die Russen denken bei Allianzen einseitig an ihre Interessen 21 1, — lieben 
„ostentations" 56. — „Leur fierte" et arrogance" 197. — Sittenverfall 180. 

Russland und Preussen: „La Russie n'a rien ä demelcr avec la Prusse; 
c'est un ennemi accidentel" 42. — Der Abbruch der Beziehungen ist lediglich 
Bestushews Werk 42. 52. — An der Entfremdung trägt dieser allein die Schuld 
52. — Mit seinem Sturz wird das alte Verhältniss wiederhergestellt werden 42. 52 ; 
vergl. 50. — Der König sucht offenen Bruch zu vermeiden, „j'ai dissimule avec la 
Russie" 51. 5 2 « — Russland wartet nur auf den Augenblick zum Losschlagen 49. 
50, — nPeut porter k l'£tat les coups les plus dangereux" 214. 241, — der Haupt- 
gegner der Erwerbung von Polnisch- Preussen durch Preussen 219, — muss im Hin- 
blick auf Schweden und Polen dauernd beobachtet werden 50. — Bürgerkriege in 
Russland oder die Theilung des Reiches ein Glück für Preussen 75. 221. — Preussen 
kann den Russen keinen Schaden zufügen 214. — Die erforderlichen Eigenschaften 
für den Gesandten in Russland 56. 

Rechtfertigung der Allianz mit Katharina II. von 1764: 209. 210. 214. 241. — 
Preussen hatte keine andere Wahl 210. — Falls Preussen sich weigerte, würde 
Russland mit Hülfe Oesterreichs seine Absichten in Polen durchgesetzt haben 210. — 
„II vaut mieux avoir la Russie pour alli£e que pour ennemie" 214. — Kein anderes 
Bündniss bietet annähernd gleiche Vortheile 241. — Die Allianz sichert den Frieden 

209, — bietet Rückendeckung gegen Oesterreich 241, — Schutz gegen schwedische 
Angriffe 241. — Ihre Festigung und Fortsetzung liegt im preussischen Interesse 

210. Sil. — Der König plant, den bevorstehenden Türkenkrieg zu benutzen, um 
die Verlängerung des Bündnisses zu beantragen 210, — um die russische Bürgschaft 
für den Heimfall der fränkischen Erbschaft oder eine Entschädigung zu erlangen 
210. 211; vergl. unter Ansbach-Baireuth. — Zahlung von Subsidien während 
des Türkenkrieges 238. — Solms steht sich mit'Panin gut 216. — Die Russen als 
Bundesgenossen bei einem Kriege Preussens mit Oesterreich 214, — als Gegner 50. 

Seit dem Bündniss zwischen Katharina IL und Joseph 11.(1781) ist auf Russ- 
land nicht mehr zu rechnen 246. — Joseph IL plant, die Russen als Werkzeug 
gegen Preussen zu benutzen 247; vergl. unter Oesterreich. — Der König will 
den Bruch mit ihnen möglichst hinausschieben 249. 250. 

Offensivkrieg kommt gegen Russland nicht in Frage 101. — Alle Eroberungen 
führen zu nichts 213. — Die Russen sind durch ihre Grenzen vor preussischen An- 
griffen gesichert 213, — können nach Landung in Danzig die Truppen in Ost- 
preussen abschneiden 63. 64. 101. 135. 136. — Ostpreussen kann allein von Russ- 
land angegriffen werden 63, — ist militärisch nicht zu halten 135. 136. 193, — 
solange man nicht Oesterreichs sicher ist 193, — muss bei Angriff geräumt werden 
1&» l 93> — Vertheidigungsplan für Ostpreussen und Pommern 193. 194. — Ent- 
wurf eines Feldzugsplans gegen Russland 213. — Der König warnt vor Krieg mit 
Russland 64, — fürchtet die leichten russischen Truppen 64. 197. — Gegen sie 
verdient Cavallerie den Vorzug 100. 

Russland von englische n Subsidien abhängig 50. — „La Saxe suit aveugle"- 
ment les ordres de la Russie" 46. 

Russland und Dänemark: siehe unter Dänemark; Russland und Oesterreich: 
siehe unter Oesterreich; Russland und Polen: siehe unter Polen; Russland 
und Schweden: siehe unter Schweden; Russland und die Pforte: siehe unter 
Türkei. 

19* 



292 Chur-Sachsen. Sachsen-Gotha. Sardinien (Savoyen). 

Chlir-Sachsen. Schuld Augusts II. am Verlust der Schlacht bei Clissow 233. — Zur 
Vorgeschichte der Wahl Augusts III. zum König von Polen 46. 58. — Rückblick 
auf die unglückliche sächsische Politik im österreichischen Erbfolgekrieg 3. — 
August III. als Opfer der „Projectemacher" 27, — treibt Günstlingswirthschaft 131. — 
Brühl bestochen 42, — veranlasst seinen Herrn, gegen die Interessen seines Hauses 
zu handeln 42. 43. — „Ce ministre ruine l'Etat" 43. — Churfürst Friedrich August 
hat nur den „Stolz" seiner Vorfahren bewahrt 201, — hält an Hoffnung auf Wieder- 
erlangung der polnischen Krone fest 201. — Die Verbindung mit Polen für Sachsen 
ein Unglück 201. — Heimfall von Zeitz, Merseburg und Weissenfeis 68. — Sächsische 
Absichten auf Erfurt 68. — Sachsen infolge seiner geographischen Lage „zwischen 
Hammer und Amboss" (Oesterreich und Preussen) 43. 201, — in russischer Ab- 
hängigkeit 46, — treibt selbstmörderische Politik 44, — verkauft sich dem Meist- 
bietenden 3. — Verschuldung und Misswirthschaft 3. 15. — Finanzen und Heer 201. 
Sachsen und Preussen: König Friedrich sucht mit den Sachsen gütlich 
auszukommen 51, — besteht fest auf seinen Ansprüchen 51. — „Ils tendent a eluder 
l'esprit du traite" de Dresde" 56. — Seit 1778 steht Sachsen auf Seite Preussens 
248. — Die erforderlichen Eigenschaften für den Gesandten in Dresden 56. 

König Friedrich plant die Erwerbung von Sachsen 61 — 63. 214 — 216. 219. 

241. 242, — will sich eventuell mit der Lausitz begnügen 61, — im Austausch 
gegen die fränkische Erbschaft 215; vergl. unter Ansbach-Baireuth, — oder 
gegen die rheinischen Provinzen und Jülich-Berg 242, — will auf die sächsische 
Churwürde verzichten 219. — „Cette acquisition est d'une necessite" indispensable" 

242, — die denkbar vortheilhafteste 61. 215. 216. 241. 242. — „La Saxe rem^die 
a la faiblesse de la capitale" 61. 215. 242. — Der Plan ist geheim zu halten und 
die günstige Gelegenheit für seine Ausführung abzuwarten 62. 63. — „La maniere 
la plus süre serait de conqu£rir la Boheme et la Moravie et de les troquer avec la 
Saxe" 63. 214. 219. 241 ; vergl. 67. — Ein österreichisch-sächsisches Bündniss und 
der Bruch Oesterreichs mit Preussen würden die Erwerbung erleichtern 62. — Der 
Bruch mit Oesterreich als „Vorwand" für den Einmarsch in Sachsen 62. — Feld- 
zugsplan gegen Sachsen 62; vergl. 135. — Vorbedingung für das Gelingen des 
Plans : Russland und Oesterreich im Kampf mit der Türkei, Frankreich und Sardinien 
62. 63, — Krieg Oesterreichs mit Frankreich und Sardinien und Krieg Russlands mit 
der Türkei 219. — Bei Kriegsausbruch mit Oesterreich ist Sachsen sofort zu be- 
setzen 62. 122. 140. 194. 214. 239; vergl. unter Oesterreich. — Vortheile der 
Besetzung von Sachsen: Stellung von Rekruten 63. 140. 196, — Lieferung von 
Geld und Lebensmitteln im jährlichen Betrage von 5 Millionen Thalern 122, — als 
Beitrag zu den ausserordentlichen Kriegskosten 122. 239; vergl. unter Preussen 
(Heerwesen). — Pläne für die Befestigung Sachsens nach der Erwerbung 61. 100. 
241, — und für die Errichtung neuer Truppentheile in Sachsen 100. 

Hannoversche Absichten auf sächsische Gebiete 42; vergl. unter England. 
Sachsen und Oesterreich: siehe unter Oesterreich. 

Sachsen-Gotha. Das Land ohne politische Bedeutung 201, — liefert dem Meist- 
bietenden Subsidientruppen 201, — hat politisch noch keine Stellung genommen 46. 

Sardinien (Savoyen). Die sardinischenJKönige : „de pere en fils de grands hommes" 
71. — Das „Genie" Karl Emanuels III. hat über seine schlechte Erziehung trium- 
phiert 103. — Er ist der mächtigste weltliche Fürst Italiens 208, — „le mattre des 
Alpes" 208, — „un Cancer qui ronge le Milanais" 47. 67. — „II veut etre roi de 
Lombardie" 47. — Die Lombardei kann nur stückweise verspeist werden, „wie eine 
Artischocke" 64. 219. — In 100 Jahren ist vielleicht das Ziel erreicht 71. — Um 
dahin zu gelangen , wird sich Sardinien bald mit Oesterreich , bald mit Frankreich 
verbünden 47. — Ein Bündniss dieser beiden Staaten miteinander setzt es „hors 
d'activite" 208. 223. — Sardinien hat mehr von Oesterreich als von Frankreich zu 
befürchten 208. — Erwerbungen im Aachener Frieden 3. — Finanzen und Heer 
208. — Vorzüglicher Ausbau der Alpenfestungen 208. 



Sardinien (Savoyen). Schweden. Sicilien (Neapel). Spanien. 293 

Frage eines Bündnisses mit Preussen 51. — Die Theilnahme Sardiniens als 
Vorbedingung für einen Krieg Preussens gegen Oesterreich zur Eroberung von 
Sachsen 63. 219. 

Sardinien und Oesterreich: siehe unter Oesterreich. 

Schweden. „La Suede n'est qu'un nom sans puissance" 49, — hat sein politisches 
Ansehen eingebüsst 227. 229, — ausser Stande, sich in die europäische Politik zu 
mischen 207, — kann erst nach drei Generationen wieder politische Bedeutung 
erlangen 74. — Kritik Karls XII. 52. 

„Pays tout ä la fois aristocratique, democratique et qui conserve les dehor 
d'une monarchie" 73. — „Gouvernement republicain, d6g6n6r6 en anarchie" 227. — 
Seit dem Reichstag von 1755 ist die Macht der Krone vollends gesunken 207. — 
„Le roi y figure ä peu pres comme un premier senateur sans credit" 207. — Innere 
Spaltungen 45. 207. — Es giebt in Schweden eine französische, eine russische, aber 
keine schwedische Partei 207. 227. — „On verra le despotisme rdtabli en Suede" 

73. — Aussichten auf Herstellung der absoluten Monarchie 227. — Der Staats- 
streich wird gelingen, sobald Russland durch äussere Kriege beschäftigt ist 73. — 
Republikanische Verfassung liegt im Interesse der Nachbarstaaten 227. 

Schweden : „pays pauvre" 45. 207. — »Etat languissant" 45. 207. 227. — 
Finanzübersicht 207. — Schlechte Finanzlage 207. — Keine Aussicht auf Her- 
stellung von Credit und Handel 227. — „La Suede est un alli£ ä la Charge" 45. 

74. — Heer und Flotte 207. — Mängel der Heeresverfassung 207. 227. — Durch 
Mangel an Disciplin ging der Krieg gegen Russland verloren 81. — Nur mit 
Hülfe von Subsidien kann ein Heer aufgestellt werden 207. — Die Flotte ist 
schwach 65. — „La Suede manque de bons ministres comme d'habiles generaux et 
d'amiraux experimentes" 207. 

Schweden uud Preussen: Das Uebergewicht Russlands hat Schweden 
zum Bündniss mit Preussen bestimmt 64. 65. — Verfassungsänderungen liegen im 
preussischen Interesse, solange Russland seine derzeitige Machtfülle behauptet 73. — 
Mit Russland verbündet, hat Preussen keine schwedischen Angriffe zu befürchten 
241. — Der König stellt sich zu Schweden freundschaftlich 53. — Als Gesandter 
genügt „homme sage", der sich dem Parteigetriebe fern hält 56. 

König Friedrich plant die Erwerbung von Schwedisch-Pommern 64. 65. 213. 
214. 219. 220. — Der Plan ist „chimärisch" 64. — „L'acquisition ne saurait se 
faire que par des traite"s" 64, — durch Kauf 220, — als Preis der Unterstützung 
gegen Russland 65, — auf dem Wege der Eroberung 213. 214. 

Schweden und Russland: Rückblick auf den russisch-schwedischen Krieg 
von 1741 bis 1743: 45. 64. 81. — Dieser endete mit dem Verlust Finnlands 81. — 
Frage eines neuen Krieges und der Rückeroberung Livlands 65. — Schweden als 
Gegengewicht gegen Russland 73. 74, — sucht sich gegen Russland zu behaupten 
45, — brütet Rache für den verlorenen Krieg 45. — „Son animosite contre la 
Moscovie" 45. — Finnland sichert die Russen vor schwedischem Angriff 65. — Ihr 
maassgebender Einfiuss in Schweden 42. 197. 207; vergl. 229. 

Schweden und Dänemark: siehe* unter Dänemark. 

Sicilien (Neapel). Das Königreich: „province dependante de l'Espagne" 208, — 
kann ohne Spaniens Hülfe sich militärisch nicht behaupten 208. — Finanzen und 
Heer 208. 

Spanien. Rückblick auf den spanischen Erb folgekrieg 58. 79, — auf Alberonis Poli- 
tik 58. — Verfall Spaniens seit Karl V. 203. — „Les beaux jours de l'Espagne 
sont passet" 71. — Anwartschaft des Königshauses auf den französischen Thron 70. 
71. — Spanien ohne Einfiuss auf Deutschland 203, — wird sich auf kleine Kriege 
in Italien beschränken 71, — auf Frankreich angewiesen 47, — von ihm abhängig 
203, — wegen seines Handels 47, — wegen der Secundogenituren in Italien 47 ; 
vergl. unter Parma und Sicilien, — vom Verlust seiner Colonieen bedroht 226. 



2Qa Spanien. Trier. Türkei. Venedig. Württemberg. 

227. — Vertreibung der Jesuiten 203. 220. 221. — Arandas Kirchenpolitik steigert 
die Einnahmen der Krone 203. — Finanzübersicht 203. — Heer und Flotte 3,03. 

Die Beziehungen zu Preussen erstrecken sich nur auf den Leinenhandel 203. 

Spanien und England : siehe unter England; Spanien und Frankreich : siehe 
unter Frankreich; Spanien und Oesterreich: siehe unter Oesterrei ch; Spanien 
und Portugal: siehe unter Portugal. 

Trier. Die Erzbischöfe Franz Georg und Clemens Wenzel „creatures" Oesterreichs 
46. 201, — „hors d'etat de figurer" 248. 

Türkei. Mahmud I. : „homme faible" 47 , — weder mit Soliman II. noch mit 
Mohammed II. vergleichbar 47. -— Verfall des Reiches 222. — Die Türken durch 
den langen Frieden verweichlicht 198, — können unter starkem Sultan wieder eine 
Rolle spielen 47 ; vergl. 50, — sind schwer zum Krieg zu bestimmen 198. — »Tout 
cela depend d'un caprice, d'une erneute et souvent d'une bagatelle" 198. — »>Une 
ignorance stupide abrutit cette nation" 198. 222. — „La profonde ignorance du 
Divan sur les affaires de l'Europe" 47. — Finanzlage 198. — Stärke des Heeres 
198. — Das Heer in schlechtem Zustande 198. 199. — Veraltete Kampfweise der 
Truppen 47. — Vernachlässigte Kriegskunst 222. — Mangel an Feldherren 198. — 
Die Pforte darf auf keine militärischen Erfolge hoffen 198. 199. 222. 

Die Pforte und Preussen: Der König hat sich während des Siebenjährigen 
Krieges vergeblich bemüht, die Türken zum Angriff auf Oesterreich zu bestimmen 
198, — sucht sie gegen den österreichischen Plan der Erhebung des Prinzen von 
Lothringen auf den polnischen Thron mobil zu machen 51. 59; vergl. unter 
Oesterreich, — fasst für den Fall eines neuen Krieges gegen Oesterreich und 
Russland ein Bündniss mit ihnen und mit England ins Auge 249. 250. — „Cette 
nation est bien disposee pour nous" 249. — Die Frage einer türkischen Diversion 
nach Ungarn 214. — Vorbedingung für Krieg mit Oesterreich zur Eroberung 
Sachsens ist Krieg der Pforte gegen die Kaiserhöfe 63, — gegen Russland 219. 

Die Bürgerkriege in Persien geben den Türken freie Hand gegen Oester- 
reich und Russland 47. — Ihre Absichten auf Ungarn 67. — Russland am 
Vorabend des Türkenkrieges 198. 199. 210. — Ohne Bundesgenossen werden die 
Türken unterliegen 198. 199. 222. — Katharina II. plant die Errichtung einer 
russischen Secundogenitur in Konstantinopel 248. — Frankreich wiegelt die 
Türkei gegen Russland auf 203. 

Die Türken planen Einmischung in Polen 198, — werden bei der Theilung 
vielleicht auch ein Stück erhalten 222; vergl. unter Polen. 

Venedig. Dem Kaiser Joseph II. werden Absichten auf Venedig beigemessen 200. 223. 

Württemberg. Das Land ohne politische Bedeutung 201 , — liefert dem Meist- 
bietenden Subsidientruppen 201. — Herzog Karl Eugen Anhänger Preussens und 
Frankreichs 46, — strebt nach dem Churfürstenhut 248, — wünscht die Erhebung 
Franziska von Hohenheims in den Fürstenstand 248. — Absichten auf Ulm 68. 



Berichtigungen : 
Es ist zu lesen : 
S. 131 Z. 24 v. o. : intact statt intacte. 
S. 135 Z. 4 v. o. : vider statt vuider. 
S. 182 Z. 1 v. o. : qu'ä (statt: que) qui que ce soit. 
S. 199 Z. 5 v. o. ist das „ne" hinter „la Pologne" zu streichen. 



-«»»■> 









1987 









PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY