(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Echinodermata Ophiuroidea"

X 



'^--t'C'CA. 






AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 

1911-14. 

UNDER THE LEADERSHIP OF SIR DOUGLAS A\AW50N. D.Sc, B.E. 



SCIENTIFIC REPORTS 

SERIES C-ZOOLOGY AND BOTANY. 

VOL. Vlli. PART 2. 



ECHINODERMATA OPHIUROIDEA 



BY 

Professor RENE KCEHLER, 

LYON. 



WITH FIFTEEN PLATES. J^J]^^^^^^^ 



PRICE: TEN SHILLINGS AND EIGHTPENCE. 



Ptintcd by Joho Speocc, Acting GoveromcDt Printer, Pbillip-strMt, Sydney. — 19». 



ISSUED JULY, 1922. 



Series C— REPORTS ALREADY ISSUED. 



Vol. 


Pa 


(II 


I 


III. 


2 


IV. 


1 


IV. 


2. 


(V. 


3. 



Price. 


B. 


d. 


8 


6 


2 


6 


8 


6 


3 


6 



FISHES. By Mr. Edoar R. Waite, F.L.S., South Australian Museum, Adelaide 

PTEROBRANCHIA. By Dr. W. G. Riuewood, D.S ., London 

UOLLUSCA :— PELECYPODA AND GASTROPODA. 

By Mr. C. IIedley, F.L.S., Australian Museum, Sydney 

MOLLUSCA :-CEPHALOPODA. By Dr. S. Stillman Berry, Redlands, Cal ' 

BRACHIOPODA. 

By Dr. J. Allan Thomson, M.A., D.Sc, Dirpctoi Dominion Museum, Wellington, N.Z. 6 
V 1. ARACHNIDA FROM MACQUARIE ISLAND. 

By Mr. W. J. Rainbow, F.E.S., Australian Museum, Sydney 1 
V. 2 BRACHYURA. 

By Miss Mary J. Rathbdn, United States National Museum, Washington, U.S.A. 1 

V. 3. COPEPODA. By Dr. G. Stewardson Brady, F.R.S 5 6 

V. 4. GLADOCERA AND HALOOYPRID^. By Dr. 6. Stewardson Brady, F.R.S 2 

y. 5. EUPHAUSIACBA AND MYSIDACEA. 

By Dr. W. M. Tatter<!All, D.Sc, K <>pr, University Museum, Manchester 1 6 
V. 6. CUMACEA AND PHYLLOCARIDA. 

By Dr. W. T. Calman, D.Sc, British Museum, Nfltural History 

OSTRACODA. By Mr. Fr derick Chapman, A.L S., F.R.M.S. Nati nal Museum, Melbourne... 
THE INSECTS OF MACQUARIE ISLAN ). Bv R. J. Tillyard, M.A., D.Sc. F.L.S., F.E.S., 

with APPENDICES by P of. C. T. Br es. Ph D. and A. M Lea, F.ES 

CALCAREOUS SPONGES. By Prof. A, S. Dendy, D.Sc, F.R.S., F.Z.S., King's College, London 
THE CHiETOGNATHA. By Professor T. Harvey Johnston, MA.. D.Sc, CMZS., and 

B. Buckland Taylor. F.L.S, Biology Department, University, Brisbane 

POLYCBLffiTA. By W. B, Benham, M.A. (Oxon ), D.S.:. (Lond.), F.R S., FN Z Inst 

MOSSES. By Mr. H. N. Dixon, M.A., F.L.S., and Rev. W Wai ter Watts 

THE ALGAE OF COMMONWEALTH BAY. By Mr. A. H. S. Ldcas, M.A., Oxon., B.Sc, Lond. 
THE VASCULAR FLOKA OF MACQUARIE ISLAND. 

By T. F. Cheeseman, F.L.S.. F.Z.S., Auckland Museum, N.Z. 6 6 
Vn. 4. BACTERIOLOGICAL AND OTHER RESEARCHES. 

Bv A. L. McLean, B.A. M.D. Ch.M. (M.C.) 16 
VIIL 1. ECHINODERMATA ASTEROIDEA. By Prof. RiNi Koehler, Universite, Lyon 38 



V. 


7. 


V. 


8. 


VI. 


1. 


VI. 


2. 


VI. 


3. 


VII. 


1. 


VII. 


2. 


\^L 


3. 



1 


3 


4 


7 


2 


9 


2 





1 


10 


12 





1 





3 






^^^'australasian antarctic expedition 

-^^ ' 1911-14. 

UNDER THE LEADERSHIP OF SIR DOUGLAS DAWSON. D.Sc, B.E. 



SCIENTIFIC REPORTS. 

SERIES C-ZOOLOGY AND BOTANY, 

VOL. Vlll. PART 2. 



ECHINODERMATA OPHIUROIDEA 



BY 

Professor RENE KCEHLER, 

LYON. 



WITH FIFTEEN PLATES. 



PRICE: TEN SHILLINGS AND EIGHTPENCE. 



frinted by John SJwnM, AcHof Governm»nt t>rloter, thUlip^tieet, Sydney.— 193J.. 
•93578— A 






TABLE DES MATIERES. 



Page. 



Introduction 

Gorgonocephalides 

Trichasterides 

Ophiacanthides 

Amphiurides 

Ophioleucides 

Ophiolepidides 

Liste par Stations des especes recueill es 
Liste des ouvrages cites 

Explication des Planches 

Index 

Planches. 



5 
9 
10 
12 
27 
36 
37 
85 
86 
88 
95 



IT ormuRES. 

Par RENE] KCEHLER, Professcur a la Facultc des Sciences de TUniversite de Lyon. 

Plates LXXVI-XC. 



Les Ophiures dc 1' " Expedition Antarctiquc Australasienne " sont au 
nombre de trente-scpt, dont la moitie environ, soit exactement dix-neuf, sont 
uouvelles, et trois d'cntre elles doivent fornaer le type d'autant de genres 
nouveaux. Voici 1' enumeration de ces especes rangees par families.^ 

GORGONOCEPHALIDES. 
Astrotoma Agassizii (Lyman). 

TRICHASTERIDES. 
Asteronyx Loveni (Miiller et Troschel). 
Astrodia bispinosa (l) nov. sp. 

OPHLACANTHIDfiS. 

Ofhiacantha vivipara (Ljangman). 
Ophiacantha frigida (Koehler). 
Ophiacantha sollicita nov. sp. 
Ophiodiplax disjuncta (Koehler). 
Ophiocamax applicatus nov. sp. 
Ophioripa conferta nov. sp. 
Ophiosparte gigas nov. gen., nov. sp. 
Ophiodaces inanis nov. gen., nov. sp. 

amphiuridEs. 

Amphiura proposita nov. sp. 

Amphiura deficiens nov. sp. 

Amphiura alyida (Koehler). 

A mph iura Mortenseni ( Koehler) . 

Amphiodia destinata nov. sp. 

Ophiactis amator nov. sp. 



I Les noms des espeoes nouveUes sont imprim&i ea oftractiree gras. 



6 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

OPHIOLEUCIDES. 

Ophiopi/ren regularis (Koehler). 

OPHIOLEPIDIDfiS. 
Ophiosteira echinulata nov. sp. 
Ophiosteira debitor nov. sp. 
Ophiosteira rotundata nov. sp. 
Ophiosteira Soioiiqai (Koehler). 
Ophioceres incipiens nov. gen., nov. sp. 
OpJiionotus Victoria; Bell. 
Ophioperla Ludwigi Kcehler. 
Ophiura flexihiUs (Koehler). 
Ophiura Rouchi (Koehler). 
Homalophiura mimaria (Koehler). 
Homalophiura irrorata (Lyman). 
Amphiophiura relegata nov. sp. 
Ophiurolepis tumescens nov. sp. 
Ophiurolepis accomodata nov. sp. 
Ophiurolepis mordax nov. sp. 
Ophiurolepis resistens (Koehler). 
Ophiurolepis gelida (Koehler). 
OpJtoicten megaloplax Koehler. 
Ophiomusium planum Lyman. 

Parmi les trois genres nouveaux, deux d'entre eux, Ics genres Ophiosparte et 
Ophiodaces, appartiennent aux Ophiacanthides et presentent I'un et I'autre des caracteres 
tres particuliers qui les separent des genres deja connus de cette famille. Le 
troisieme genre, qui appartient a la famille des Ophiolepidides, est tres interessant 
parce qu'il est intermediaire entre les genre Ophiolepis et Ophioplocus. 

Quant aux especes nouvelles, qui sont au nombre de trente-sept, elles 
appartiennent aux genres suivants : 
Astrodia. 
Ophiacantha. 
Ophiocaniax. 
Ophioripa. 

Amphiura (2 especes). 
Amphiodia. 
Ophiactis. 

Ophiosteira (3 especes). 
Amphiophiura. 
Ophiurolepis (3 especes). 



OPHIURES— KCEHLER. 7 

On remarquera tout particulierement le contingent important d'especes 
nouvelles apportees aux genres Ophiosteira et Ophiurolepis qui se trouvent augmentea 
chacun de trois unites. 

Les especes deja connues ont, pour la plupart deja, ete rencontrees dans lea 
regions antarctiques ou sub-antarctiques et j'en ai decrit plusieurs d'apres lea 
echantillons rapportes par les Expeditions de la " Belgica ", de la " Scotia " du 
" Niiurod " et du " Pourquoi Pas " : leurs limites d'extension geographique se 
trouvent ainsi largement reculees. C'est ce qui arrive par exemple pour les especea 
auivantes : 

Ophiacantha frigida, 

Amphiura Mortenseni, 

Ophiopyren regularis, 

Ophiocten megaloplax, 

Ophiosteira Senouqui, 

Ophioperla Ludwigi, 

Ophiura Rouchi, 

Ophiura mimaria, et 

Ophiurolepis gelida. 

qiii, jusqu' a present, n'avaient ete rencontrees que dans des regions bien eloignees 
et a des profondeurs souvent tres differentes de celles ou elles ont ete trouvees par 
r " Expedition Antarctique Australasienne." 

Quant aux autres especes, au nombre de six et qui sont : 
Astrotoma Agassizii, 
Ophiodiplax disjuncta, 
Amphiura algida, 
Ophionotus VictoricB, 
Ophiura flexibilis, et 
Ophiurolepis resistens, 

elles avaient deja ete rencontrees dana des regions plus ou moins voisines de cellea oil 
1' " Expedition Antarctique Australasienne " a opere ses dragages, et en particulier 
plusieurs d'entre elles avaient ete trouvees par Shackleton au Cap Royds, soit environ 
77° S. et IGO" W. 

Une mention speciale doit etre faite relativement aux trois especes : 

Asteronyx Loveni, 
Homalophiura irrorata, et 
Ophiornusium planum. 



8 EXPJtDlTION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

L'Asteronyx Loveni doit etre consideree comnic une espece absolument 
cosmopolite. Coiinue d'abord dans les regions arctiques et boreales do I'Atlantique 
et du Pacifique, en Europe et en Amerique, elle a ete rencontrec ensuite dans de 
nombreuses stations abyssales de TOcean Indien et des Mers du Japon, et, de plus, 
r " Endeavour " I'a draguec au sud de I'Australie, niais elle n'avait jamais ete observee 
dans les mers antarctiques. II en est de meme de 1' //. irrorala, forme egalement 
cosmopolite et aussi tres polymorphe, mais qui n'avait jamais ete rencontree, elle non 
plus, dans les mers antarctiques. Quant a VO. planum, on salt qu'elle n'est encore 
connue que dans I'Atlantique et dans I'Ocean Indien, ou elle vit generalement a de 
grandes profondeurs. 



0PII1URE8— KfEHLER. 9 

GORGONOCfiPHALIDfiS. 

AsTROTOMA Agassizii Lyman. 
{VI LXXVI, fig. 1 a 11.) 

Astrotoma Agassizii Lyman (1875), p. 24, T\. IV, fig. 57 et 58. 
Astrotoma Agassizii Lyman (1882), p. 272. 
Astrotoma Agassizii Koehlcr (1907^), p. 344. 
Astrotoma Agassizii Koehlcr (1908), p. 614, PI. XIH, fig. 120. 
Astrotoma Agassizii Bell (1908), p. 15. 
Astrotoma Agassizii L. Clark (1915), p. 181. 
Astrotoma Agassizii Bell (1917), p. 5. 

Astrotoma Agassizii Koehler (1922). Asteries et ophiures de 1' " Expedition 
Antarctique Suedoise," de M. Nordenskjold (sous presse), Stockholm. 

Station 2.— Lat. S. 66° 55'. Long. E. 145° 21'. 318 fms. 28 decembre 1913. Huit 

echantillons ; dans le plus grand le diametre du disque 36 mm. et les bras depassent 

320 mm. 
Station 3.— Lat. S. 60° 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 31 decembre 1913. Quelques 

echantillons; dans les plus grands le diametre du disque varie entre 17 et 27 mm., 

et dans les plus petits entre 5,5 et 10 mm. 
Station 4.— Lat. S. 65° 48'. Long. E. 137° 32'. 230 fms. 2 Janvier 1914. Un 

echantillon (diametre du disque 26 mm.). 

• Station 8.— Lat. S. 66° 8'. Long. E. 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Un 
echantillon (diametre du disque 14 mm.). 
Station 10.— Lat. S. 65° 6'. Long. E. 96° 13'. 325 fms. 29 Janvier 1914. Un petit 

echantillon. 
Station 12.— Lat. S. 64° 32'. Long. E. 97° 20'. 110 fms. 31 Janvier 1914. Trois 
echantillons (diametre du disque 10 et 15 mm.). 

La plupart dcs exemplaires dans I'alcool sont blancs on blanc jaunatre, quelques- 
uns sont devenus ferrugineux. La couleur notee a I'etat vivant etait " creamy yellow ' 
(St. 2). 

i: Astrotoma Agassizii est une forme antarctique et sub-antarctique : elle a ete 
decouverte par le " Hassler '" dans le detroit de i\Iagellan a une profondeur de 220 metres, 
et a ete retrouvee, pen de temps apres, par le " Challenger " dans les memes parages 
et a la meme profondeur. L'Expedition Nordenskjold a recueilli IM. Agassizii dans 
differentes localites; a la Terre de Graham, aux Shag-Rocks, au banc de Burdwood, et 

•93578—3 



Id EXPfiDITTON ANTARCTTQUE AUSTRALASIENNE. 

aux lies Falkland. i)"autre part 1" " Expedition Antarctique Australasienne " I'a 
rencontree entre les 60-6G° S. et les 94-97° E. et 124-145° S. ; enfin I'espece a ete retrouvee 
a la Terre do Victoria par la " Discovery " vers 77° >S. et 104° E. Son aire de repartition 
geo,5raphique est done tres vaste ; lea profondeurs a luiuelle elle a ete capturee varient 
entre 125 et 530 metres. 

Lyin ri a pal)lie une tres bonne description de VA. Agassizii, mais il n'a donne 
qii'iin petit no.nbre tie dessins. .Te reprodiiis ici les photographies de deux exemplaires 
des stations 3 et 7 clnz lesqncls le dianictre du disque est de 22 et 7 mm. respectivement 
(PI. LXXVl, (ig. 1, 2, 3, 8, !), 10 et 11), ainsi que quelques photographies de crocliets 
(fig. 4 a 7). J'ai eu roccasion d'indiquer autrefois que de tres petits exemplaires, qui 
avaient ete recueillis par I, " Expedition de la ' Scotia,' " au banc de Burdwood, a 56 
fms. de profondeur, etaient vraisemblablement des A. Agassizii. L'examen que j'ai 
fait des jeunes individus recueillis par 1" " Expedition Antarctic^ue Australasienne " 
m'a demontrt'^ <\uo ma determination etait correcte. 



TRICHASTERIDfiS. 
AsTERONYx LovENi MUller et Troschel. 



Voir pour la bibliographic : — 
Asteronyx Loveni Mortensen Th. (1912), p. 264, PI. XIV-XVIII. 
Asteronyx Loveni L. Clark (1915), p. 180. 
Asteronyx Loveni L. Clark (1916), p. 78. 

He Maria. 13 docembre 1912. 1,300 fms. Un echantillon. 

Le diametre du disque est de 23 mm. 

Les piquants brachiaux, au nombre de quatre a cinq dc chaque cote, ont tous la 
meme forme, et sur aucun des articles brachiaux le premier piquant ventral n'est plus 
particulieremont developpe que les autres. .Te rappelle que ceci arrive assez frequeniment 
meme sur de grands exemplaires ainsi que Mortensen I'a montie recemment. 

Je ne vois pas de caracteres qui permettraient de separer cet individu de 
VA. Loveni; on salt d'ailleurs que VA. Loveni a ete rencontree dans de nombreuses 
localites et tout recemment L. Clark I'a signale dans des regions extremement 
rapprochees de I'ile Maria ; il I'indique notamment a I'Est de Babel Island (Bass Strait), 
65-70 fms., a Gabo Island (Victoria), 200 fms., et au S.E. du Cap Everard (Victoria), 
200 fms. 



0PH1URES-K(EHLER. 11 

Astro uiA bispinosa nov. sp. 

(in. LXXVI, Hg. 12 a 15.) 

Station 13.— Lat. S. 35° 44^'. Long. M 135" 58'. 1,800 fins. 25 fevrier 1914. 
Cinq echantillons. 

Le diainetre dii disque varie entre 9 et 9,5 mm. ; les bras sont extremement 
longs, assez grcles ct trcs circonvolutionncs, de telle sortc qu'il est impossible d'apprecier 
exactement leur longueur : ces bras s'aniincisscnt progrcssivement et ils deviennent 
excessivement minces dans leur tiers terminal. 

Le disque est pentagonal avec les l)ords droits ou Icgercment excavcs ; il est 
plutot lenticulaire ct les bords sont un peu amincis tout en restant cependant par- 
faitement arrondis. La face dorsale offre dix cotes assez larges, mais ties saillantes, 
qui continuent les boucliers radiaux et s'etendent jusqu'au voisinage du centre. Cette 
face est couverte de plaques extremement minces, a surface finement chagrinee, 
inibrique.es et assez grandes, qui existent aussi bien sur les cotes radiales que dans les 
espaces interradiaux. Les boucliers radiaux, qui se montrent a rextrcmite de chaque 
cote, sont ovalaires, deux fois au moins plus longs que larges, avec les bords arrondis, 
un peu plus elargis a leur extremite proximale qu'a I'extremite distale. Les deux 
boucliers de chaque paire sont separes par un espace qui est presque egal a la largeur 
du bras a sa base, et qui se continue avec I'espace, plus ctroit et s'amincissant rapide- 
ment, qui separe les deux cotes radiales correspondantes. Sur la face ventrale, dans 
les espaces interradiaux, on retrouve des plaques analogues a celles de la face dorsals 
du disque, mais plus elargies transversalement et plus coui'tes que ces dernieres, tres 
finement chagrinees comme celles-ci, tres minces et imbriquees. Les fentes genitales 
sont assez apparentes mais etroites et elles sont limitees au cote du premier article 
brachial et a la partie distale des plaques adorales. Les boucliers buccaux sont petits, 
triangulaires, aussi longs que larges ou un peu plus larges que longs, avec un angle 
proximal obtus et un bord distal a peu pres droit, mais parfois ces boucliers sont 
fragmcntes en deux ou trois parties par des sillons irregulicrs. L'un de ces boucliers 
est beaucoup plus grand que les quatre autres, avec des angles arrondis et il offre une 
dizaine de pores aquiferes. Les plaques adorales sont grandes et fortes, deux fois 
p'us longues que larges, avec les cotes a ])cu pres paralleles. Les plaques oralcs sont 
assez hautes. deux fois plus liautes que larges, et saillantes. Les ]iapilles buccales 
laterales sont soudccs en uiic frangc continue qui parait formce par quatre papilles 
dont le bord lil)rc, convexo, est numi dc trcs fines spinules pointues; il existe en outre 
une papille tcrminalc imjiaire. grosse et epaisse, conique et a surface rugueuse. 

Les plaques bracliialcs dorsaics n'cxistcnt pas a proprcnicnt parler. ou du moins 
elles sont d'une minccur extraordinaire; en effet, on pent distinguer, au-dcssus des 
vertebres successives largement sopan'es par des nuiscles. des plaques Ire.'-: lines et 
transparentes dont je ne puis detinir les contours et dont laspect est identique a celui 
des plaques recouvrant le disque, c"cst-a-diro qu'cUcs sont ti"es finement chagrinees. 



12 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

Des plaques analogues, tres fines et transparentes, se niontrcnt sur la face ventrale des 
bras, mais il est possible de reconuaitre les contours des deux ou hois premieres de ces 
plaques : la premiere est grande, triangulairc. a peu pres aussi large que loiigue, les 
deux suivantes sont a peu pros quadrangulaires et aussi larges que longues egalement. 
Au dela, les contours des plaques vcutralcs proprement elites disparaisseiit et il n'existe 
plus qu'un recouvrement general transparent et finement cliagrine, comme cela arrive 
sur la face dorsale des bras. Les plaques laterales, non proemincntes, portent chacune 
deux piquauts, Texterne beaucoup plus court et plus etroit que I'interne. Ce piquant 
externe est conique, avec I'extremite assez pointue, et muni de fines denticulations dans 
sa partie terminale. Le piquant interne, beaucoup plus epais, est renfle dans sa region 
terminale qui porte de fortes spinules coniques. Les pores tentaculaires buccaux et 
les deux premieres paires de pores brachiaux sont uus; ceux de la troisicme paire sont 
munis chacun d'un piquant deja allonge et qui represente le piquant interne auquel 
s'ajoute, sur les pores suivants, un piquant externe beaucoup plus petit. A mesure 
qu'on s'avance vers I'extremite des bras, les deux piquauts deviennent simplement 
coniques avec la pointe arrondie, et, vers I'extremite meme de ceux-ci, ils arrivent a 
etre subegaux : leur longueur egale environ les deux tiers de I'article. Jamais ces 
piquauts ne se convertissent en crochets. 

Toutes les plaques superficielles du corps, aussi bien sur le disque que sur les 
bras, sont tres finement chagrinees et il n'existe nuUe part la moindre indication de 
granules, encore moins de crochets. 

La couleur des exemplaires en alcool est grise ou d'un brun clair. 

Rapports et Differences. — L'espece nouvelle rentrc bien dans le genre Astrodia, 
et elle est voisine de VA. tenuispina, type du genre, qui a ete trouve d'abord sur les 
cotes des Etats-Unis, et a ete rencontre par le " Talisman " vers 39°-42° N. et 2°-12° W., 
a 2,365-3,307 metres de profondeur; mais elle en differe immediatement par la presence 
de deux piquants brachiaux seulement au lieu de trois ; les piquauts internes sont plus 
de deux fois plus longs que Ic piquant externe et ils depassent I'article ; les cotes radiales 
iont egalement plus larges et plus allongees que chez VA. tenuispina. 



OPHL\CANTHIDES. 

Ophiacantha vivh'Ara Ljungman. 

Voir pour la bibliographic : 
Ophiacantha vivipara Koehler (08), p. 1)12. 
Ophiacantha vivipara Bell (08), p. 13. 

Ophiacantha vivipara Kcehler (12), p. 138, PI. XI, fig. 1, 2 et 10. 
Ophiacantha vivipara L. Clark (12), p. 105. 

Ophiacantha vivipara Koehler (22). Asteries et Ophiures recueillies par 1' 
" Expedition Antarctique Suedoise " de M. Nordeuskjold (Sous presse). 



OPHIURES— KCEHLER. 13 

Station 3.— Lat. S. 60° 32'. Long. E. IW 39'. 157 fms. 31 decembre 1913. Deux 

individus assez grands. 
Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92' 10'. (50 fms. 21 Janvier 1914. Quelques 

echantillons. 
Station 8. Lat. S. 66° 8'. Long. E. 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Un 

echantillon. 
Station 9.— Lat. S. 65° 20'. Long. E. 95° 27'. 240 fms. 28 Janvier 1914. Trois 

echantillons. 

Sauf un seul echantillon de la station 7, qui a cinq bras, tous les individus sont a 
six bras. Les exemplaires de la station 7 etaient notes, a I'etat vivant, " dark grey." 

Je n'ai rien a ajouter aux remarques que j'ai publiees en 1912 sur VO. vivipara. 

Ophiacantha frigida Koehler. 
(PI. LXXX, fig. 9; PI. VI, fig. 7.) 
Ophiacantha frigida Koehler (08), p. 608, PI. XIV, fig. 123-125. 
Ophiacantha frigida L. Clark (15), p. 206. 

Station o.^Lat. S. 64° 34'. Long. E. 127° 17'. 1,700 fms. 6 Janvier 1914. Deux 
echantillons. 

L'O. frigida a etc dccouvcrte par la '" Scotia " vers 62-71° S. et 16-20° W., a 
des profondeurs variants de 1410 a 1,775 fms. Les echantillons de 1' " Expedition 
Antarctique Australasienne " sont bien conformes au type. J'ajouterai seulement a 
ma description de 1908, uue remarque au sujet des plaques brachiales ventrales : 
les premieres de ces plaques seules sont grandes et triangulaires ainsi que je I'ai 
indique, mais les suivantes ne tardent pas a devenir plus petites, pentagonales, avec 
un angle proximal tres obtus, et un peu plus larges que longues ; elles se separent par 
un iutervalle qui s'allonge de plus en plus. 

J'ai indique dans ma description de 1908 que la papille buccale externe etait 
tres grosse et souvent epaissie, surtout a la base : j'ajouterai que son bord libre est 
frequemment irregulier et comme denticule, et elle donne souvent Pimpression 
qu'el'e est formee par la soudure de deux papilles difterentes, la plus externe plus 
courte que I'autre; la deuxieme papille buccale est, elle aussi, parfois un peu epaissie. 
Les pores tentaculaires de la premiere paire offrent ordinairement deux ecailles chacun, 
mais il pent n'en exister qu'une seule. 

.Te donne ici des photographies de la face ventrale de ces deux echantillons 
qui montreront la forme des plaques brachiales ventrales et les variations que 
presentent, dans leur forme, les deux papilles buccales externes; ces photographies 
serviront egalement de points de comparaison avec une espcce nouvelle que je decris 
ci-dessous sous le nom d'O. sollicita. 



14 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNB. 

Ul'illACANTUA SOLLICITA IIUV. sp. 

(Vl LXXIX, fig. 1 u 3.) 

He Maria. — 13 decembre 1912. 1 ,:{(i() I ins. Dou.x echantilions. 

Les iiidividus sont assez incomplets, surlout I'un d'cii.K qui est le plus grand 
efc fhez lequcl Ic diametrc du disque attoint 12 mm.; Ics bras sunt casscs (res pres de 
la base. Uans le deuxiemc. tlicz lequcl Ic diamctre du disque est de 8 mm., ccs bras 
3ont conserves sur une longueur de 25 a 30 mm. : ils sont assez fortement 
circonvolutionnes et nc sont pas du tout mouiliformes. 

Le disque est arroudi dans le plus grand echantillon, et sub-pentagonal dans 
le petit. La face dorsale est couverte de plaques serrees, petites, imbricpiees et egales, 
transparentes, a surface tres finement chagrinee et portant dcs batonnets courts et 
serres, coniques, termines chacun par un noinbre variable de spinules, trois a six en 
general, assez eourtes, coniques, pointues et de longueur inegale. A la peripherie du 
disque, ces batonnets sont un peu plus allonges. Le tout forme un recouvrement 
tres regulier et uniforme (PI. LXXIX, fig. 1 et 3). Les boucliers radiaux sont 
extremement petits et se trouvent a I'extremite de dix cotes a peine saillantes, qui 
existent sur les deux tiers du rayon du disque. 

La face ventrale du disque, dans les espaces interradiaux, est couverte de plaques 
un peu plus grandes que sur la face dorsale, tandis que les batonnets qu'elles portent 
sont plus courts. Les fentes genitales sont tres allongees et bien apparentes (fig. 2). 

Les boucliers buccaux, triangulaires ou losangiques, sont beaucoup plus larges 
que longs, avec un angle proximal obtus, des cotes droits et des angles lateraux 
legerement arrondis; le bord distal tres arrondi est parfois converti en deux petits 
cotes distincts se reliant par un angle tres arrondi. Les plaques adorales sont tres 
allongees, quatre ou cinq fois plus longues que larges, largement contigues, avec les 
grands cotes presque parall«'les, elargies en dehors et separant la premiere plaque brachiale 
laterale du bouclier buccal. Les plaques orales sont triangulaires, deux fois et demie 
plus h rites qu-J larges. Les papilles buccales laterales sont au nombre de trois, 
I'externe tres elargie, squamiforme avec le bord libre regulierement arrondi, et les 
deux autres sont allongees, coniques, avec la pointe obtuse; la papille terminale 
impaire est grosse et large. La surface de toutes ces papilles est tres finement 
spinuleuse. 

Les plaques brachiales dorsales sont grandes, triangulaires, avec le bord distal 
convexe parfois decompose en deux petits cotes reunis par un angle obtus, et un angle 
proximal assez aigu et tronque sur les premieres plaques ; ellcs sont aussi longues que 
larges. Les premieres plaques sont contigues, puis elles se separent les unes des autres 
par un intervalle etroit. 

La premiere plaque brachiale ventrale est assez grande, elargie triinsvcrsalement, 
avec le bord distal convexe. La deuxieme est tres grande, triangulaire, avec Tangle 
proximal tronque, le bord distal tres large et convexe; elle est plus large que longue. 



OPHIURES— K(KHLER. 15 

Les plaques suivantes sont pentagonales avec uii angle proximal tres obtus, des cotes 
droits et un bord d stal tonvexe. Toutes ces plaques sont plus larges que longues et 
elles sont largement separees les unes des autres. 

Les plaques laterales sont peu saillantes; elles portent d'abord chacune huit 
piquants brachiaux : le premier ventral depasse I'article et la longueur augmente 
jns(iu'a I'avant dernier qui egale doux articles; le dernier est plus court. Ces 
piquants sont cylindriques, plutot minces et pointus; leur surface est un peu 
rugueuse mais ils n'oft'rent pas la moindre trace de denticulations. 

L'ecaille tentaculaire, unique, est assez forte, conique, pointue et finement 
spinuleuse. 

Rapports et Differences. -—UO. • sollicita appartient aux Ophiacantha chez 
lesquelles la papille buccale externe est elargie. EUe rappelle surtout VO. frigida 
Koehler : elle s"en distingue par les bras non moniliformes et les piquants brachiaux 
plus courts, par les batonnets de la face dorsale du disque qui sont courts, coniques, 
termines par des spinules divergentes et inegales, tandis que chez VO. frigida ces 
batonnets sont allonges et deviennent presque de petits piquants offrant sur les bords 
des denticulations bien marquees et terminees par quelques spinules peu divergentes. 
Enfin, la papille buccale externe est ici simplement elargie avec un bord libre arrondi 
et convexe, au lieu d'etre irregulierement bosselee et comme formee par la fusion de 
deux papilles dont les pointes restent libres ainsi que cela arrive chez VO. frigida. 

Jj'O. sollicita rappelle egalemcnt VO. composita Koehler, dont elle diftere par 
ses boucliers buccaux plus grands et plus larges, par les piquants non echinules mais 
simplement rugueux, par les plaques brachiales dorsales plus grandes, par les 
batonnets du disque termines par quelques spinules inegales et n'arrivant pas tous 
k la meme hauteur. 

L'O. mesembria L. Clark est une petite espece dont les bras sont moniliformes, 
dont les plaques brachiales dorsales et ventrales sont plus ^etites et chez laquelle les 
batonnets de la face dorsale du disque sont plus allonges ; les piquants brachiaux sont 
aussi plus longs, plus fins et echinules. 

Enfin la forme de la papille buccale externe separe immediatement VO. sollicita 
de VO. cos)nica. 

Ophiodiplax disjunct.^ Koehler. 

(PI. LXXVIII, fig. 4, 5, 9 a 12.) 
Ophiodiplax disjuncta Koehler (11), p. 48, PI. VI, fig. 9-11, PI. VII, fig. 13. 
Ophiodiplax disjuncta Ktehler (12), p. 142. 
Ophiodiplax disjuncta L. Clark (15), p. 222. 

Ophiodiplax disjuncta Koehler (22), Asteries et Ophiures de 1' " Expedition 
Antarctique Suedoise," de M. Nordenskjold (sous presse), Stockholm. 
Station 2.— Lat. S. 66° 55'. Long. E. 145° 21'. 318 fms. 28 decembre 1913. Quelques 
echantillons. 



16 



EXPftniTION ANTARCTTQUE AUSTRALASIENNE. 



Long. E. 141° 39'. 



Station 3.— Lat. S. 60° 32'. 
echantillons. 

Station 4.— Lat. S. 65° 48' 
echantillon. 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92° 10'. 
echantillons. 

Station 8.— Lat. S. 66° 8'. Long. E. 94° 17'. 
echantillons. 

Station 9.— Lat. S. 65° 20'. Long. E. 95° 27'. 
echantillons. 

Station 10.— Lat. S. 65° 6'. Long. E. 96° 13' 
echantillons. 

Station 11.— Lat. S 
echantillons. 

Station 12.— Lat. S. 64° 32' 
echantillons. 



157 fms. 31 decembre 1913. PlusieurS 



Long. E. 137° 32'. 230 fms. 2 Janvier 1914. Un 

60 fms. 21 Janvier 1914. Plusieurs 

120 fms. 27 Janvier 1914. Quelques 

240 fms. 28 Janvier 1914. Plusieurs 

. 325 fms. 29 Janvier 1914. Deux 

64° 44'. Long. E. 97° 28'. 358 fms. 31 Janvier 1914. Quatre 

Long. E. 97° 20'. 110 fms. 31 Janvier 1914. Plusieurs 



Adelie.— 20 decembre 1913. 350-400 fms. Quelques echantillons. 

J'ai indique dans ma description de 1911 que les batonnets de la face dorsale 
du disque pouvaient se continuer en devenant plus petits sur les cinq ou six premieres 
plaques marginales dorsales, et qu'ils finissaient par disparaitre peu a peu. Le nombre 
des plaques braehiales dorsales sur lesquelles ces batonnets persistent, varie quelque 
peu ; tantot ils n'existent que sur les trois premieres plaques et les deux ou trois suivantes 
off rent seulement un petit batonnet sur leur bord distal ; ailleurs ces batonnets se con- 
tinuent plus loin et ils se montrent sur plus de la raoitie de la longueur des bras. Ils 
sont d'abord assez nombreux, puis leur nombre se reduit peu a peu; ils peuvent 
disparaitre sur certaines plaques pour reparaitre sur les suivantes, etc., et souvent ils 
se localisent sur le sillon transversal, caracteristique du genre, qui separe les plaques 
braehiales dorsales en deux parties. Je represente ici un bras sur lequel ces batonnets 
sont relativement nombreux (PI. LXXVIII, fig. 9). Je note aussi quelques variations 
dans la forme des boucliers buccaux qui, parfois, sont un peu plus longs et moins 
larges que dans le type, 

D'autre part, j'ai indique dans ma description de 1911 que la face dorsale du 
disque etait couverte de " petits batonnets assez ecartes, courts, coniques et dont le 
sommet emousse porte de deux a quatre ou cinq spinules tres fines et pointues; a 
la peripheric du disque, ces batonnets s'allongent un peu et ils deviennent cylindriques, 
leur surface est plus ou moins rugueuse, etc. ..." Tels sont, en effet, les caracteres 
que Ton observe le plus souvent, mais je remarque, sur les individus de 1' " Expedition 
Antarctique Australasienne," certaines variations interessantes dansla maniere d'etre de ces 
batonnets. Dans divers individus, en effet, ils deviennent extremement courts et se redui- 
sent a de petits granules coniques, dont le sommet est simplement rugueux (PI. LXXVIII, 



OPHimKS— KfETILER. 17 

tig. 10); iui contraire, dans dauties, ils s'allongent beaucoup plus et ils constituent 
des batonnets plus ou iiioius fins, ot ])liis on nioins longs, termines par trois ou quatre 
spinules tres minces, longues ct divergentes (Hg. 12). Vn ('■clinntillon dc la station 4 
otTre nienie une inodifiration tres curieuse : la plupart dos plaques doisales du disque 
portent dc petits piquauts ou batonnets allonges, inuiiis sur leuis Ijords de dents assez 
fortes, mais dans laregion centrale du disque on voit apparaitre de vrais piquants allonges, 
fins et rugueu.K (fig. 4 et 1 1 ). i5ieii iuieu.\, certains de ces piquants oftrent cette trans- 
formation curieuse que j'ai eu roccasion de rencontier i)()ur la premiere fois chez 
VOphiothrix stell if/era et que j'ai decrite dans nwn memoire sur les Ophiures recueillies 
aux Philippines par 1' " Albatross " (Voir Koehler, 1921, PI. CII, fig. 2,/). Ces piquants 
sont, en ettet, bifurques : leur partie basilaire est courte. puis le piquant se divise en deux 
autres allonges, subegaux, rapproches et cheminant parallelement Tun par rapport a 
I'autre; on peut reconnaitre quelques-uns de ces piquants l)ifurques sur mes photo- 
graphies (PI. LXXVIII, fig. 4 et 11). Get individu de la station 4 se fait remarquer, en 
outre, par une forme un peu speciale des boucliers buccaux qui sont a peu pres aussi 
longs que larges et presentent trois cotes subegaux, le bord distal un peu convexe (fig. 5) ; 
les papilles buccales laterales, au nombre de quatre, sont disposees sur un seul rang ; les 
plaques brachiales dorsales sont morcelees comme d"habitude et offrent quelques baton- 
nets sur leur bord distal. 

Je m'etais d'abord demande s'il y avait lieu de creer une espece nouvelle pour cet 
individu, mais je ne crois pas pouvoir fonder sur les difterences ciue je viens d'indiquer 
une espece particidiere, d'autant plus que Techantillon est unique; je me cont«nte de 
signaler pour le moment les particular! tes curieuses qu"il offre. 

La note de couleur prise sur I'individu vivant etait " pink." 

Je rappelle que le type de YO. dhjiincln provient du Cap Royds ou 1' Expedition 
Shackleton I'a drague a une profondeur de 60-80 fms. Charcot I'a retrouve vers 77° S. et 
70° W. a 254 metres. 

Ophiocamax applicatus nov. sp. 

(PI. LXXVIII. fig. 1. 2, 3, 13.) 

He Maria.— 13 decembre 1912. L300 fms. Deux echantillons. 

Dans Tun des iudividus, le diametrc du disque atteint 33 mm. et les bras sont 
casses a 65 mm. de la base; dans I'autre echantillon dont je reproduis ici les photo- 
graphies, le diametre du disque est de 25 centimetres et les bras sont casses a 70 mm. : 
leur longueur devait varier entre 90 et lOo mm. 

Le disque est arrondi, excave a I'origine des bras, et proeminent dans les espaces 
interradiaux ; la face dorsale est convexe, la face ventrale est plane ; les bras sont forts 
et epais. La face dorsale du disque est couverte de plaques fortes, imbriquees, subegales, 
dont chacune porte un ])iquant allonge et muni de dentiiulations. Ces piquants sout 



is 



FArKOITlON- ANTAHCTIQUE AURTHAI,ASIENNK, 



aiiiincis sur les deux tiers ou les trois quarts dc Iciir longueur, taiidis (juc leur region 
basilaire est epaissie ; les denticulations se montrent exclusivement sur la paitie amincie 
qui se terniine par quelques spiuules irregulieres, tandis que la partie basilaire reste 
lisse, niais a ruuion des deux regions se trouvent quelques dents particulioreiDent 
developpees (fig. 13). Les boucliers radiaux, assez petits, sont triangulaires, deux lois 
plus longs que larges et iminis de quelques piquants plus petits que ceux des autres 
plaques de la face dorsale ; les deux boucliers de chaque paire sont a peine divergents 
et sont separes par trois rangees de plaques. 

La face ventrale est couvert-e, dans les espaces interradiaux, de plaques 
imbnquees, plus petites que celles de la face dorsale et portant chacune lui piquant ((ui 
est egalement plus petit que sur la face dorsale; ces piquants se continuent jusqu'au 
voisinage imniediat des boucliers buccaux. Les fentes genitales sont tres apparentes 
et allongees. 

Les boucliers buccaux sont petits, triangulaires, aussi longs que larges, et ils sont 
completement depourvus de batonnets. Les plaques adorales sont larges et courtes 
avec les bords droits et paralleles. Les plaques orales sont petites. Les papilles buccales 
offrent la disposition ordinaire coninie dans le genre Ophiucanuu : elles sont nombreuses, 
denticulees sur toute leur longueur et terminees par une pointe aigue. 

Les plaques brachiales dorsales sont plutot petites, tringulaires, un pen plus 
larges que longues, contigues par le soiumet de leur angle proximal qui se releve en une 
petite saillie arrondie; ces plaques portent, parallelement a leur bord distal, deux ou 
trois rangees, d'ailleurs irregulieres, de tres petits batonnets spinuleux. Dans la partie 
moyenne et terminale des bras, les plaques dorsales deviennment beaucoup plus larges 
que longues, et elles peuvent se separer les unes des autres par un intervalle etroit. 

La premiere plaque brachiale ventrale est petite, elargie transversalement. Les 
suivantes sont tres grandes avec un angle proximal obtus, un l)ord distal tres large et 
ordinairement decompose en trois cotes, dont le median forme un lol)e tres elargi ; elles 
sont plus larges que longues et elles se separent des la deuxieme par un certain intervalle ; 
leur surface reste lisse et Ton n"ol)serve meme pas de batonnets au voisinage de leur bord 
distal. Au-dela du disque, ceS plaques deviennent pentagonales avec un angle proximal 
tres obtus, mais elles sont toujours plus larges que longues. 

Les plaques laterales, assez proeminentes, portent chacune sept piquants munis 
de denticulations assez fortes et rapprochees, sauf sur le premier piquant ventral : la 
longueur de celui-ci egale celle de larticle, puis cette longueur augmente jusqu'au 
sixienie qui, a la base des bras, pent depasser trois articles; le dernier piquant est plus 
petit. 

Les ecailles tentaculaires sont au nombre de cinq a six sur les premiers articles 
brachiaux ; elles sont dressees et spinuleuses ; puis leur nombre tombe progressivement a 
trois a deux et finalement a une. 



OIMUIHKS K(EFn-EI!. 19 

Rapports et Differences. — L'O. appllcalus appartient aux especes chez lesquelles 
los pliK^ucs brachiales dorsales lie soHt pas contigues; re n'est qu'a la l)ase des bras 
q'elles se toiu^hent s'liipleiiieut par lour auj^lc proximal. La nouvelle esjiece se rapproche 
suiiiiiil i\c V(f. nifl'i^ (K(i'ltlci) qui a ete decouverie par la " Helgica " par 70° S. et 80-92° 
W., entre :J(H) el .jO(t m. dc profoiideur. Les plaques hracliiale.s dorsales soiit encore plus 
rapprochees que dans cette derniere espeee oii elles sont nettenient ecartces les unes des 
autres. et elles ofTient vers leur bord distal deux ou trois rangees de batonnets spinuleux 
tres developpes; ici ces plaques sont coinparativenient plus petites que chez VO. gigas 
et ollcs sont a peine plus larges que loiigues. Les plaques dorsales du disque sont plus 
petites et })lus noiubieuses et les boueliers radiaux sont plus etroits ct plus largeiiient 
separes quo olioz VO. gigdi^', les bourliers bucoaux sont nus et les plaques brachiales 
ventrales out la surface tout a fait lisso saiis la inoindre trace de batonnets sj)inuloux 
vers leur bortl distal; elles sont plus elargies que chez VO. gigas; enfin les ecailles ten- 
taculaires sont plus nombiousos a la base des bras quo chez cette derniere espeee. 

(fi'iiioRiPA coNi'KirrA nov. sp. 

(I'l. LXXXV, tig. 9 a 13.) 

lie .Maria. — 13 deceinbre 1912. 1300 fins. .Six echantillous. 

Trois exeinplaires sont plus grands c[ue les autres et le dianiotre de leur disque 
varie eutre et 8,5 mm. ; les bras sont assez fortenient circonvolutionues et en partie 
brises, aussi leur longueur ne pent pas etre appreciee exactement. 

La face dorsale du disque est couverte de plaques nombreuses otTrant une legerc 
bordure transparente ; ehacune d'elles porte un piquant tres epais, allonge, cylindrique, 
avec Textreinite renflee en une petite tete garnie de spinules courtes, fortes, coniques 
et pointues, qui se continuent sur le reste de la longueur du piquant, mais en devenant 
luoins marquees. Comnie.ces piquants sont epais et que les plaques qui les portent 
sont plutot petites, ils restent serres et forment a la face dorsale du disque un revetcment 
tros dense et tres developpc. Ces piquants s'articulent chacun sur un petit tul)erculc 
arrondi de la plaque, et, lorsqu'ils sont tombes, on distingue les tubercules articulaires, 
comnie on pent le voir sur la photographic de Tindivitlu represente fig. 12. Dans les 
trois echantillous plus petits, les piquants sont comparativement plus gros et plus epais 
et ils se renflent progressivenient de la base a I'extremite (fig. 13). Les boueliers radiaux 
sont petits. triangulaires, a peine plus longs que larges, tantot contigus sur presque 
toute leur longueur, tantot se touchant seulement en ileliors et divergents sur le reste 
tic leur longueur ; parfois incnie ils sont completement separes I'un de Tautre. 

La face vcnfcrale est couverte de plaques subcgales. imbriquees, tran.sparentes, 
tiiUMuent granuleuses ct entourees d'une mince bordure ; ces plaques portent des piquants 
analogues a ccux do la face dorsalo dans la partio poriphori([ue du disque et devenant 
])lus courts ot plus rares a mivsuic (pi'oii s'approclio dos boueliers buccaux. Les fentes 
geui tales sont larges et allongees ; les plaques geiiitales sont etroites. 



20 EXPEDITION ANTAIUTIQUR ArSTI! Al, ASIKNNR. 

Les pieces buccales sont disposees coiiuiie clans les autres espoces du genre. Les 
boucliers buccaux soiit petits, plus laiges que longs, triangulaircs, avec uii angle 
proximal obtus. Les plaques adorales sont allongecs, contigues en dedans, elargies 
en dehors et separant la premiere {>laque l)raeliialc ventrale du bouelier l)U(ia]. Les 
plaques orales sont assez hautes. Les })apilles buccales laterales, generalment au 
uombre de quatre, sont tres longues, spiniiormes, avec lextreniite arrondie et parfois 
legerenient elargie; elles oB'rent, surtout vers leur extremite, des spinules fortes et 
coniques; la papille terminale impaire est un pea plus cuurte et plus renflce que les 
voisines. 

Les bras sont monilifornies, contournes et raides sur les exemplaires en alcool. 
Les plaques brachiales dorsales sont petites, triangulaires, avec un angle proximal aigu, 
des angles lateraux aigus egalenient et limites par des cotes concaves, et un liord distal 
tres convexe ; elles sont a pen pres aussi larges que longues et tres largement separees 
I'une de I'autre. 

La premiere plaque brachiale ventrale est petite, trapezoidale, plus longue que 
large, avec les deux grands cotes legerement divergents ; le bord proximal est plus long 
que le bord distal. Les plaques suivantes restent assez petites, un peu plus longues 
que larges, pentagonales, avec un angle proximal obtus, des cotes lateraux a peu pres 
droits se reliant par un angle arrondi au bord distal qui est arrondi egalemeut et souvent 
un peu echancre en son milieu ; toutes ces plaques sont largement separees. 

Les plaques laterales, proeminentes, portent chacune sept piquants gros, epais, 
cylindriques, avec I'extremite arrondie, et munis dans leur moitie distale de denticulations 
fortes, coniques et pointues ; leur longueur augmente du premier ventral, qui est un peu 
plus court que I'article, au dernier dorsal qui egale un article et demi ; les series dorsales 
de ces piquants sont rapprochees luiic de lautre vers la iigne mediane du bras sans 
etre tout a fait continues. 

L'ecaille tentaculaire est allongee, cylindrique, avec Textrcmite arrondie : sa 
surface est finement denticulee. 

Rapports et Differences.- -J' ai etaljli le genre Opiiioripa dans mun memoire actuelle 
ment a Timpression sur les Ophiures recueillies par 1' " Albatross "' aux Philippines, pour 
deux Ophiures nouvelles, les 0. margirutta et niujatur. L'O. conferta se rapproche surtout 
de I'OphiomitreUa ingrain que jai decrite d'apres les exemplaires recueillis par la 
" Scotia " a I'ile Gough (100 fms.), et qui doit rentrer, elle aussi, dans le genre Ophioripa, 
lequel, des lors, comprend actuellement quatre especes. L'espece nouvelle diftcre a 
premiere vue de VO. ingra'a par le revetement tres serre de la face dorsale du disque qui 
consiste en gros piquants epais, cylindriques, plus ou moins capites et munis de 
denticulations coniques et pointues, par les papilles buccales laterales au nonibre de 
quatre et generalement tres rugueuses, et eufin par les piquants brachiaux tres gros et 
epais, munis de fortes denticulations. 



OrmURES-KCEHLKll. 21 

Ophiospaktk iiuv. gen. 

. Uphiacanthidec ulicz latiucllc lout, le corps est convert d'un tegument qui cache 
les plaques du disque et dcs l)ras ainsi que les pieces buccales, et ne laisse a nu que les 
papilles buccales ainsi que los piquant s hrachiaux. Les contours des plaques 
apparaissent sur les individus desseches et Ton constate que Ic disque est convert do 
petites plaques arrondies, non indn'iquoes, avec des boudicrs radiaux de nioycnnes 
dimensions, et que les plaques brachiales dorsales et plaques ventralcs sdnt distinctes. 
11 existe des papilles buccales et des papilles dentaires : les papilles buccales internes 
sont petites et courtes; les papilles ext«rnes sont plus developpces, de forme aplatie 
et spatulee : les plus grandes, au nombre de deux on trois, s'inserent sur les plaques 
adorales et sur le bord interne des premiers pores tentaculaires buccaux; les autres 
papilles, plus petites, s'inserent sur le bord radial de ces pores. Les fent«s gcnitales 
.sont tres developpees et se prolongent j usque sur la face dorsale du disque oil Ton observe 
quelques papilles qui se continuent, en tres petit nombre d'ailleurs, sur la plaque genitale. 
Les bras, epais et forts, ne sont nuUement volubiles et ils ne peuvent s'inflechir que 
dans un plan horizontal. Les piquants brachiaux, qui se trouvent surtout sur la face 
ventrale des bras, sont bieu developpes, quoique courts, aplatis, appliques contre le 
bras et en forme de spatule ; leur extremite elargie est munie de fines spinules coniques. 
A I'extremite des bras, les piquants s'amiiicissent progressivement et devienuent 
simplement pointus sans changer de caractere. 11 n"existe pas d'ecaille tentaculaire, 
niais les piquants brachiaux recouvrent largement les pores tentaculaires. Les facettes 
articulaires des vertebres sont du type zygospondylien et ne permettent pas de mouve- 
ments dans un plan vertical ; V " umbo " et les deux tetes articulaires de la face proximale 
(PI. LXXVIl, fig. 8), comme aussi la saillic nicdiane de la face distale (fig. 7), sont tres 
developpes. 

Les affinites du genre Ophiosparte sont tout a fait ob.scures. Par Taspect exterieur, 
par son corps completement convert d'un tegument epais et mou, Taninial rappelle 
plutot une Ophiomyxidee ; mais en dessous des teguments, il existe sur les deux faces 
du disque, des plaques formant un recouvrement regulier, et sui' les bras des plaques 
dorsales et ventrales distinctes ; I'articulation des vertebres ne rappelle nuUement les 
dispositions simples qu'on connait chez les Ophiures inferieures. Je rapprocherais 
volontiers cette Ophiure du genre Ophiohlcnna, mais ellc s'ecarte nettement do toutes 
les Ophiacanthides connues. L'especc unique qui represente le genre Ophiuspaiie pent 
atteindre de tres grandes dimensions. 

Ophiosparte oigas nov. sp. 
(PI. LXXVII, fig. 1 a 8.) 

Station 7.— Lat. 8. 65" 42'. Long. E. 92 lu'. OU fms. 21 Janvier 1914. Deux 

echantillons. 
Station 12. -Lat. S. 04' 32'. Long. K. 07 2(i'. 110 fms. 31* Janvier ION. Un 

echantillon. 



22 RXI'liiniTION ANTAIicTIQUE AUSTHALASIENNE. 

Les trois iiKliviflus retiieillis [);ir 1" " Kxpedition Antarctique Australasienne" 
soiit assez diftereuts au point de vue dc la taille : In diainotre du di.squc passe de 23 a 
31 mm. dans los deux plus petibs, ct. il atlciut 48 mm. dans Ic plus grand (|ui proyient 
dc la station 7; clicz ce dernier les bras atteignent KM) mm. dc longueur et leur 
largeur a la base csfc de 12 mm. L'espece se range doni' parmi los [)lus grandos Opliiurcs 
conuues. 

Lc disque'est subpentagonal, epais, avec la face dorsale assez convexe : il doit 
etrc asscz mou ct cliarnu chez ranimal vivant. Les bras sont assez courts par rap])ort 
a la grandc taille du disquc, mais ils sont tres epais a la base ct ils vont en diminuant 
rapidemcnt pour devenir tres ctroits dans leur region terminale. 

Chez les individus en alcool (lig. 1), la face dorsale du distjue se montre couverte 
il un tegument epais, assez mou et plisse, qui cache completement les plaques sous- 
jacentes; celles-ci apparaissent dans lc plus petit exemplaire de la station 7 que j'ai 
desseche et que j'ai represente fig. 3. 4 et 0; ces plaques sont assez petites et minces; 
elles soul surtout tres petites dans la region cent rale ou Ton distingue cependant six 
plaques primaires un pen plus grandes que les voisines, et arrondies. I^ln deluirs du 
cercle central, les plaques devicnnent un pen plus grandes et sont un pen indtriquees. 
Les boucliers radiaux sont de dimensions moyennes ct plutot relativemcnt petits, 
trianguluires, avec les contours arrondis et uii angle proximal, aigu sur les uns et arrondi 
sur les autres; ces boucliers sont un pen plus longs que larges, et leur longueur egale 
le ciiKpueme du rayon du disque environ. Les deux boucliers de chaque pairc sont 
largement separes par deux rangees de plaques d'abord, puis par une seule rangee que 
coutinuent les premieres plaques brachiales dorsales. On jieut reconnaitre, en dehors 
de chaque bouclicr radial, sur la face dorsale du disque, rexti-emite de la fentc genitale 
garnie de quelques papilles courtes, minces et pointues. 

La face ventrale du disque (fig. 3) offre des plaques ind^ricpiees. plutot 
arrondies et subegales. Les fentes genitales, qui commencent aux boucliers buccaux 
sont tres longues, puisqu'elles se continuent j usque sur la face dorsale; les plaques 
genitales, etroites, odrent, vers la peripheric, quelques petites papilles identiques a 
celles de la face dorsale qu 'elles continuent. 

Les boucliers buccaux sont assez grands, un pen plus larges que longs, triangulaires, 
avec un angle proximal airondi et un bord distal fortement convexe. Les plaques adorales 
sont triangulaires, allongees, retrecies en leur milieu par les gros pores tentaculaires 
buccaux, elargies en dedans et en dehors ; en dedans, elles s'adossent I'une a I'autre sur la 
ligne interradiale mediane; en dehors, elles separent le bouclicr buccal de la premiere 
plaque brachiale laterale. Les plaques orales sont divergentes. deux fois plus hautes 
que larges. Les papilles buccales latcrales sont assez nombreuses : on reconnait d'abord, 
le long des plaques orales, une serie reguliei'c de papilles, generalement au iiond>i'e de 
quatre, dont la longueur s"accroit depuis rexterne. tpii est tres courte. jusqu'a 
I'iiiterne qui est allongee : ces papilles sont aplaties et leur surface est spinuleuse. et 



OPHlniKS- KdiHLEk. 23 

ellcs sont amincies a Icur Word extcrne; la papille tcnninale est identiquc a la 
precedente. II existe en outre deux ou trois papilles dentaires, identiques aux 
jiapilles buccales voisines. Va\ dehors, et separees par uii certain intervalle des 
p.ipilles qui paitcMit des plaques orales. on reconnait trois papilles s'inserant sur la 
|)laque adtjrale et sur le bord interradial du pore tentaculaire buccal : ces trois 
papilles sont plus grosses que les prccedentes, elles sont un pen plus allongees et 
surtout elargies a leur extreniite distale, de inaniere a prendre une forme en spatule 
([ui les fait ressembler aux piquants bradiiaux voisius. Le bord radial du jjore 
tentaculaire porte ordinairenient deux papilles de forme analogue, niais un pen plus 
petites : parfois il en existe trois. (^lant aux papilles orales, elles sont minces et 
pointues, et elles foiniout un ])aquet assez serre en dessous de la i)ile dentaire. 

Les deux ou trnis i)roini(''res plaques bracliiales dorsales (fig. 4) sont courtes 
et etroites, mais les suivantes deviennent plus grandes et surtout 'beaucoup plus 
larges : elles sont d'abord qiiadrangulaires avec un bord distal tres large et convexe, 
des cotes divergents avec des angles arrondis; le cote proximal est plus petit que le 
cote distal, tout en etant cepeudant assez long sur les premieres plaques : puis ce cote 
devient de ])lus (mi plus petit et les plaques arrivent a etre aussi larges que longues; 
meme a I'extremite des bras, elles sont plus longues que larges tout en restant toujours 
contigues. 

La premiere plaque brachiale ventrale (fig. 2 et 3) est grande, triangulaire, 
avec un angle pi'oximal el un lyord distal convexe; elle est un pen plus large que longue. 
Les plaques suivantes sont quadrangulaires, avec un bord proximal etroit, un bord 
distal large et convexe et des cotes divergents; elles sont a pen pres aussi larges que 
longues et toujours contigues I'une a I'autre. Dans la partie terminale des bras, ces 
plaques deviennent plus etroites et tres petites; elles sont alors un pen plus longues 
([ui- larges avec un angle proximal, et elles se separent par un certain intervalle. 

Les pla([ii(>s l)rachiales laterales, non proeminentes, portent, a la base des bras, 
chacuiic <iiH[ |)i(|iiants. Sur rt'.\<'iii))laire desseche (fig. 3 et (>). ces pieplants 
presentent une lormo nettement spatiil(M> : ils sont en effet elargis a ItMir extremite 
libre laquelle est tronquee et porte un certain nombre de pointes coniques et assez 
fortes; leur longueur augmente du premier ventral qui depasse un pen 1 article 
jusqu"au troisieme ou au quatrieme ; le cinquieme est un pen plus court. On 
reconnaitra facilement la forme et la disposition de ces piquants sur une portion grossie 
lie la face ventrale du bras que je reproduis ici (fig. (i). Sur les exemplaires restes en 
alcool (fig. 2 et 3), les caracteres de ces piquants n"apparaissent pas en raison de la 
couche t«'>gu mental re epaisse cpii les enveloppe et qui est tout a fait lis.se. Ainsi que 
je Tai (lit plus liaut, a Textremitc des bras les piquants deviennent sinqjlement plus 
petits et leur exticmite s'amincit progressivement ])our devenir finalement plus ou 
moins pointue et un pen irreguliere; je represente fig. 1) et 10, deux de ces piquants 
vus au microscope. Les deux premiers, parfois meme les trois premiers piquants 
bracUiaux, recouvrent le pore tentaculaire correspondant, mais je ue crois pas qu ou 



24 KXPI^.DITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNK. 

puisse domier au premier piquant le ik.iu decaille tciitaciilaiic Sur certains articles 
des gros echantillons, et notamment sur \r jrrand individu Ac la, station 12, on voit 
parfois an comiucucenient des l)ras. un tres petit piquant en <le(lans du premier 
piquant ventral; on poun-ait croire, au premier ahonl, a une ecaille tentaculaire, mais 
jestiniequece serait une erreur, car cette ccaille serait vraiment trop eloignee du pore 
pour meriter ce nom : il s'agit evideinment d'un tres petit piquant ventral 
supplenientaire. 

L'individu accompagnant le grand exemplaire de la station 12 portait la 
mention " pink." 

Opiiio DACES nov. gen. 

(PI. LXXVITI, fig. 6-8; PI. LXXXIII, fig. 7.) 

Le disque est nunii de j)laquos tres minces et imbriquees, completement 
depourvues de piquants et de granules et simplement recouvertes d'un tegument 
plus on moins transparent et plisse. Les boucliers radiaux sont assez grands et nus. 
Les papilles huccales laterales sont assez nombreuses et il existe, en plus, quelques 
papilles dentaires; les papilles buccales internes, petit^s et coniques, s'inserent sur 
les plaques orales et sont disposees en une serie reguliere dans laquelle elles sont toutes 
de memes dimensions, tandis que les deux ou trois papilles externes, plus grandes 
que les precedentes et inserees sur les plaques adorales, se montrent sur le pourtour 
du pore tentaculaire buccal correspondant. Les pores tentaculiares brachiaux sont 
grands et munis d'une seule ecaille. Les plaques brachiales dorsales sont grandes 
et contigues; les piquants brachiaux sont petits. 

Le genre Ophiodaces me parait devoir se placer dans la section II des 
Ophiacanthides de Matsumoto, mais il s'ecarte nettement de tons les genres que 
renferme cette section, en particulier par la grosseur des boucliers radiaux et des 
phupies brachiales dorsales et ventrales. II rappelle les genres Ophiophrum L. Clark 
et Ophioinedea Krehler, par les dimensions des papilles buccales inserees sur les 
plaques adorales; je dois dire a ce sujet que dans mon memoire (actuellement sous 
presse) sur les '' Ophiurcs des Philippines'", j'ai suggere que les deux genres 
Ophiophrum et Ophioniedea etaient synonymes et que le premier terme devait 
disparaitre. Dans le genre Ophiotrema, il existe egalement quelques papilles buccales 
plus grandes inserees sur les plaques adorales, mais les pores tentaculaires brachiaux 
presentent plusieurs ecailles, les boucliers radiaux sont plus petits ainsi que les 
plaques brachiales dorsales et ventrales. Evidemment TOphiure decouverte par 
1' '■ Expedition Antarctique Australasienne " doit faire le type d'un genre nouveau. 

Ophiobaces iNANiS nov. sp. 

(PI. LXXVIII, fig. 0, 7 et 8; PI. LXXXIII, fig. 7.) 

Station 8.— Lat. 8. 66"' 8'. Long. E. 94"^ 17'. 120 Inis. 27 Janvier 1914. Deux 
echantillonH. 



Ol'HirRES— K(EHLER. 25 

l);ms Ic ])lu,s grand exfm|ilairc Ic iliaiiirtiv dii (lisqiie niesure 11 mm.; les bras, 
assez epais a la l)ase, sont courts el Icui Idiiguciir iu> depasse pas 25 a 26 mm.; ils 
s'amiiK'isseiit a.ssoz progressivLMucnt jusqii'a lour extremite. Dans le deuxieme 
individn, qui est beaucdup plus petit, lo diainetro du disque est de 4. 5 mm. a 5 mm. 
et les bras n'ont ])as ])lus rjc (; mm. dc longucMir. 

Le disque est airondi mais quclquc pou exc.avo dans les espaces interradiaux. 
La face dorsale est couverte de plaques minces, transpa rentes, imin-iquees et 
subegales qui sont recouvertes par un tegument mince et transparent lui-meme, 
sur le(]uel sont resteos (Ixees des particules de vase dont je n"ai pas pu le 
degager completeinent. Au milieu des espaces interradiaux, vers le bord du 
disque, on reconnait un(> plaque ovalaire. elargie transversalement, beaucouj) plus 
grande que les voisines; toutes ccs i)la(|ues sont finement chagrinees. Les 
boucliers radiaux, tres proeminents, sont ovalaires, plus longs que larges et nus; les 
deux boucliers de cliaque ]iaire sont largement sopares Tun de I'autre et nn pen 
(livergents. 

La face ventrale du disque, dans les espaces inteiradiaux, est couverte de 
plaqiu^s imliriqnees, transparentes comme celles de la face dorsale et tres finement 
granuleuses. Les fentes genitales sont grandes, bien apparentes et allongees, bordees 
par des plaques genitales assez larges. 

Les boucliers Iniccaux sont ties grands avec un angle proximal obtus et un 

pen arrondi. des cotes legerement arrondis et un bord distal tres convexe se reliant aux 

boi-ds lateraux par des angles egalement arrondis; ils sunt un })eu ]ilus larges que 

longs. Les. plaques adorales sont grandes, allongees et etroites, beaucoup plus longues 

que larges, avec le bord externe fortement echancre par le tres gros pore tentaculaire 

buccal correspondant ; ees plaques sont contigues en dedans et elargies en dehors : 

elles separent largement la premiere plaque Ijracliiale laterale du bouclier buccal. Les 

plaques orales sont deux fois plus hautes que larges. Les papilles buccales forment 

d'abord le long des plaques orales une serie de papilles au nombre de cinq en general, 

courtes, coniques, avec le sommet arrondi. et dont la surface est fortement 

spinuleuse; la hauteur de ces papilles augmente depuis la plus externe. qui est presque 

triangulaire. iu8(|u'a la plus interne; la papille terminale impaire a la meme forme 

(|uo la precedente. On trouve en outre a rextremite des plaques orales deux ou trois 

papilles supplementaires qui sont vraisemblablement des papilles dentaires. D'autre 

part. Ic l)ord radial du i)ore tentaculaire buccal porte deux papilles coniques. placees 

au memo niveau (jue les papilles precedentes qu'elles continuent bien qu'elles soient 

separees d'elles par un certain intervalle. En outre, sur le bord interradial du pore 

tentaculaire. .se trouvcnt ordinairement deux autres papilles tres fortes et allongees, 

epaissies a la base, subegales, et qui s"insi>rent sur la plaque adorale; sur deux cotes 

. seulement je trouve trois papilles et sur I'un des cotes ces trois papilles sont subegales, 

tandis que sur lautre les deux ])apilles externes sont egales mais Tinterne est beaucoup 

plus petite. 

•iKt.'.Ts— 1) 



26 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

Les deux premieres pliKiiies Ijrai-hiales dorsales sont tres courtes et tres larges, 
quadrangulaires, avec des angles tres arrundis. La troisietne et la (|uatrienie sont 
plus allongees, mais toujours plus larges que longues. Ijii largeur iliniinuc sur la 
einquieme plaque et les suivantes ne scnit pas beauooup plus larges quo longues : ellea 
offrent un hord proximal etroit et droit, un cote distal convexe et des bonis lateraux 
divergents se reunissant an cote distal par des angles arrondis. Ces plaques 
deviennent aussi loiigues (jue larges et finalement plus longues que larges dans la 
partie terminale des bras, on elles prennent alors une forme hexagonale avec un cote 
proximal et un cote distal ])lus petits que les bonis lateraux qui sont egaux. 'J'outes 
ces plaques sont contigues. 

La premiere plaque brachiale ventrale est grande, quadrangulaire, avec un 
angle proximal obtus, un bord distal large et convexe, parfois decompose en trois 
petits cotes separes par des angles ol)tus; elle est plus large que longue. La 
deuxieme plaque, a pen pres aussi large que longue, offre un V)ord proximal eti'oit, un 
bord distal tres large et convexe et des cotes divergents; les plaques suivantes out- 
a pen pres la memo for?ue mais elles sont un })(mi plus larges que longues. A quelque 
distance du disque, le cote proximal s'efface et il est remplace progressivement par 
un angle plutot aigu tandis que le bord distal devient plus convexe. Toutes ces 
plaques sont d'abord contigues. puis elles se separent par un certain intervalle, en 
mome temps que les plaques sallongent ilavantage pour devenir Hnalement plus 
longues que larges. 

Les plaques laterales, peu proeminentes. portent il'abord cinq ct cnsuite 
quatre piquants petits et appliques centre le bras : le premier piquant, tres court, 
depasse la moitie de I'article, puis la longueur augmente progressivement potir atteindre 
celle de I'article; ces piquante sont munis de tines denticulations. visibles surtout 
dans leur deuxieme moitie. 

L'ecaille tentaculaire manque generalement sur les deux premieres paires de 
pores brachiaux ou se montre rudimentaire sur les pores de la deuxieme paire. Sur 
les articles suivants, elle est d"al)ord courte et conique. puis elle s'allonge progressivement 
et devient plus longue que large avec I'extremite arrondie; sa surface est (inement 
spinuleuse. 

Dans le petit iudividu que je represente PI. LXXXllI, tig. 7, la face dorsale du 
disque est couverte d'un petit nondjre de grandes plaques arroiidies, disposees un 
peu irregulierement et formant un cercle irregulier separe de deux grandes plaques 
centrales par une rangee de plaques beaucoup plus petites et arrondies; ces grandes 
plaques sont plus grandes que les boucliers radiaux. 



OPHIUUE.S-KCEHLBK. 27 

A.MrilUKlDES. 

A.MI'im l!.\ I'KOI'OSITA. 

(I'l. I. XX IX. iig. 8 a 12.) 

Station 3.— Lat. S. do :{■_'". Loii^. Iv III :j!t'. l.">7 fiiis. 31 dpcembre 1913. Cinq 

echantillons. 
Station S. -Ijat. S. tHi ,S'. Lung. E. '.J4 17'. 120 fins. 27 Janvier 1911. Un 

eeliantiiloii. 

TjC (liainctrc dii disqnc est unlinaiieinont cuinpri.s entre 7 ct 8 nun. ft clans un 
e.xeiuplairc il atteint pres dc 9 n\in. Chez un individu ou ce diametre est de 8 mm., les 
bras out .jO iiiin. dc longueur; ils .sont assez greles. 

Le disipie est aiiondi ou sul)peiitag(>nal avec la lace dorsalc un ])eu eonvcxe ct 
les ijords arrondis. La face dorsale est couvcrte de plaques tres inegales, assez grosses 
c1 un pen saillantes, separees par des sillons assftz forts et nc s'imbriquant qu'au voisinage 
ininieiliat de la peripherie, en meme temps que les plaques devicnnent plus petites. On 
rcconnait six grandcs plaques priiuaires : la centro-dorsale, arrondie, est plus grandc 
que les cinq radiales qui sont en general un pen elargies transversalenient, de forme 
varialjle et separees de la contro-dorsale par un rang de plusieurs petites plaques. Dans 
les espaces radiaux, se montrent generalement trois grandes plaques successives separant 
les deux houeliers radiaux de iliaque paire, et dans les espaces interradiaux on reconnail 
une rangee iiieiliane de plaques plus grandes avcc quelques scries de plaques Ijcaueouii 
plus petites. Les houeliers radiaux sont plutot petits, triangulaires avcc les cotes droits : 
ils sont trois fois plus longs que larges et leur longueur nest guere que le tiers du rayon 
tUi disque ; les deux boueliers de ehaque paire sont largeinent scpares et un peu divergents. 

Sur la face ventrale du disque les plaques sont plus petites, subegales, arrondies, 
peu ou pas imbriquces; elles sont quelque peu renflces. saillant«s et separees par des 
sillons tres marques. Les fentes genitales sont assez larges et allongces. 

Les boueliers buecaux sunt petits. triangulaires, avec le bord distal tres fortcment 
convexe et Tangle proximal, assez aigu. liinite par (.les bords droits; ils sont aussi larges 
que longs ou un peu plus larges (jue longs. Les plaques adorales, assez grandes, sont 
retreeies en dedans et fortcment elargies en dehors, ou elles torment un large lobe qui 
cnvoie une lame .separant le bouclier buccal dc la premiere ])laquc brachiale lateralc ; 
elles sont contigues sur la ligne interradiale mediane, et leur bord proximal est un peu 
concave. Les plaques orales sont assez hautes, deux fois plus hautes que larges. Elles 
sont terminees par deux paj)illes assez fortes mais courtes, un peu coniques, avec 
lextremite arrondie: la deuxieme papille. conique et plus mince, se trouve sur un plan 
superieur. Les plaques adorales portent ordinairement chacune deux papilles : 1 une 
tres grande, allongee, dressee obliquement epai.sse. cvlindriqne, avec Lextremite arrondie. 
existe constaminent ; la deuxieme. beaueoiip plus petite, est situee en dehors et manque 
parfois. 



28 HXI'KDITION AN'I AIJCTK^rK ArSTI!AI,ASIENNE. 

Lcs deux oil trois |)roinioiv.s pliKjiK's l)ra(lualcs dorsalcs sunt ( ivs pctitps ct trcs 
cotirtes. Les suivantes sont trcs graiules ct couvreut unc grande partie dc la face dorsale 
des bras; dies sont elargies transversalement . unc lois c1 dcniic |)lus larycs (|uc loiigucs, 
trapezoidales, avec Ic l)i>r(l proximal ctroit ct droit, lcs bonis latcraux divcrgents ct Ic 
cote distal tres grand et couvcxc ; lcs angles latcraux sont un ]icu arrondis. Toutcs ccs 
plaques sont contigues. 

La premiere plaque hracliiale ventralc est asscz petite, pentagonale. avec un 
angle proximal arrondi et un bord distal etroit. Les suivantes sont de taillc moyennc, 
pentagouales. a pen pres aussi longues que larges, avec Tangle proximal trcs obtus et 
arrondi, le bord distal trcs legcrement excave en son milieu; lcs angles latcraux sont 
arrondis. 

Les plaques lateralcs portent (piatre pi((uants un pen plus courts (|ue 1 article, 
subegaux, sauf le dorsal qui est un pen plus court. Ces piquants sont cylindriques, 
assez epais avec lextremite obtuse. 

II existe en principe deux ecaillcs tcntaculaires sur les prcmiei'cs paires de pores; 
ces euailles sont petites, un pcu coniques ou ovalaires, dirigees obliquement Tune et 
lautre : la papille interne est un pen plus petit^e que I'externe. Puis Tecaille interne 
nc tarde pas a disparaitrc ct rexterne persiste scule ; mais il y a des irregularitcs, et 
parfois, apres quelques articles portant unc seule ecaille, on en trouve un ou plusieurs 
munis de deux ecailles et cela parfois a une assez grande distance du disque. 

La couleur en alcool est grise. 

Rapports el Differences. — Malgre la presence assez frcqucnet d'une deuxicme 
papille buccale s'inserant en bchors dc la papille principale sur la plaque adorale, 
VA. propositd doit etre placee dans le genre Ampliiura s. gtr. ou sont placees egalement 
d'autres especes ayant une disposition des papilles buccales analogue, tclles que les 
A. diomedece Liitken et Mortenscn, A. Korece Duncan, difjitulu (L. Clark); VA. cagenice 
a aussi souvent une deuxienic papille buccale externe. Notre espece s'ecarte de toutes 
les Amphiiira numics de plaques sur les deux faces du disque et possedant deux ecailles 
sentaculaires, par les plaques du disque grandes, epaisses et un pen bombees, surtout 
tur la face ventralc; par ses piquants brachiaux au nombre de quatre, petits, courts 
et epais ; par les ecailles tcntaculaires au nombre de deux d'abord et dont le nombre 
tombe ensuite a un avec des irregularitcs. Je ne vois pas d'especes dont on pourrait la 
rapprocher surtout parmi lcs formes antarctiques. 

A.Ml'HIURA DEFICIENS UOV. sp. 

(PL LXXX, fig. 1 a 4.) 

Station 3.— Lat. S. 60' 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 31 decembre 1913. Un 

echantillon. 
Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. K. 92' 10'. (K) fms. 21 Janvier 1914. Un 

echantillon. 
Adelie. — 3 septembrc 1912. 25 fms. Un echantillon. 



(ii'iiiriiKs KdciiLKi:. I'O 

lj"iii(livi(lii (le 111 station 3 est assez grand, niais il n'ust pat^ en Ires bon etat; les 
iIl'ux. autres, plus pctits, sunt niieux conserves. Je decrirai res^xjce d'apres le plus 
<?rand individu qui est reprcseute JM. LXXX, tig. 3 et 4, et chez lequel le dianictre du 
dis([ue ost (k' S iiiiii. : les bras, qui ne soiit pas conserves sur toute leur longueur, 

dcvait'ut avoir ■2'> a l2S iinii. 

liC disipu' est ])r('S(|U(' circulaiic avec les lnu'ds arioiidis. La lare dorsale est 
couverte de placjucs inegales. inibriquees, plus grandes dans la region centrale et devenant 
plus petites a niesure qu'oii s'approche de la pcripherie; il n'est pas possiVjle de recon- 
nailro panni les plaques centrales de disposition en plaques priniaires. Les boucliers 
I'adiaux soiit petits, triangidaires et allonges, et leur longueur est un pen supcrieure a 
la Dioitie (lu rayon du disque; les deux boucliers de chaque paire sont rapproches niais 
non contigus ct pen di vergents, separes par unc seule rangee de plaques. La face ventrale 
du disque esl couverte de plaques assoz lines, airondies. suljegales et inibriquees; ces 
|)la(|ues couvrent a peu pres toute la face ventrale : cependant en s'approchant des 
l)oucliers buccaux. clles deviennent plus petites et se separent les unes des autres; et 
niciue dans le grand echantillon, il existe un espa(-e depourvu de plaques ininiediatement 
en dehors des l)oucliers buccaux. Les fentes genitales sont assez largos. 

Les l)oucliers buccaux, qui ue sont pas tres grands, sont un peu plus longs que 
larges avec un angle proximal assez obtus et arrondi, des bords lateraux droits et un 
cote distal droit ou tres legerenient excave. Les plaques adorales sont triangulaires, 
retrecies en dedans et contigues sur la ligne interradiale mediane ])ar un angle arrondi, 
tres elargies en dehors et separant largenient la premiere plaque brachiale laterale du 
bouclier buccal; le bord proxinud est legereinent concave. Les plaques orales sont 
petites et assez hautes. Les papilles buccales sont au nonibre de trois : Texterue, 
inseree sur la plaque adorale, est extrenieiuent developpee et sa base est elargie : elle 
est spiniforme avec Fextreniite arrondie et plus ou inoins dressee; la deuxieme, qui se 
trouve sur un plai\ superieur, est de dimensions moyennes, cylindrique et allongee. 
Knfin la papille interne est plus courte et plus forte, avec rextreniite obtuse. 

Les plaques brachiales dorsales sont grandes, de forme plutot ovalaire d'abord, 
puis elles deviennent triangulaires : ellcs sont un ))eu plus larges que longues, avec un 
angle proximal tres obtus et arrondi. et un boid distal fortement convexe ; les angles 
lateraux sont arromlis. Toutes ces plaques sont contigues. 

La premiere plaque brachiale ventrale, de ilimensions moyennes, est plutot 
(puulrangulaire avec un angle proximal arrondi limite par des cotes excaves et un angle 
interne plus ou moins accuse. Les suivantes sont quadrangulaires, etroites et notable- 
ment plus longues que larges. avec un l)ord proximal arrondi, parfois decompose en 
trois petits cotes, et uii Koid distal presque droit: elles sont toutes contigues. 

Les plaques laterales, assez proeminentes, portent chacune quatre piquants assez 
forts, epais. avec 1 extremiiite tres arrondie. subegaux et plus longs que larticle. 

Les pores tentaculaires, tres gros, soni loiupletemeiit depourvus decailles. 



30 EXriiDITloN ANTAKCTiyUK AUST1{ALASIENNK. 

Dans les potits cchantilldii.s. le diainotro dii disque est scuk'nu-iit de 3 iiiiii. ; je 
represente Tun deux ui (tig. 1 et 2). Les plaques de la face dorsale du disque sont 
extreiuement grosses, et peu noinbreuses ; les houclicrs radiaux, assez largcs, une 
fois et demie })lns longs que larges, sont contigns snr la nioitir de Iciir Itin^^ucni-. Les 
plaques liracliialcs dorsalcs, ovalaires, sont un pen jilus longncs (pie laiges. et separees 
par un iutervalle etroit; les pla([ues vent rales sont trcs allongees. Jia lace vent rale du 
disque est coinplctenicnt couverte de ])la([nes; les piquants hrachianx sont an nonihre 
de trois seulenient a la l»asc des bras. Malgre I'a.spect asscz dift'erent de la face dorsale 
du disque ciicz Ic grand et chez les petits echantillous. tous appartienncnt evidenunent 
a la mcnie espece. 

ffappoiis et Differences. Les Aniphiura chez losquclles les ecailles teniae idaires 
font defant ne sont pas tres noinbreuses. L'/l. defirleiis se rapproclie par divers carac 
teres de VA. difjna Koehler quo les Expeditions du " Travailleur "' et du '" Talisman" 
ont dragnee a une profondeur de 2,320 metres, par 19" N. et 20° W. ; inais chez cette 
derniere, la face ventrale du disque, dont le diametre n'a que 4 mm., est en tres grande 
partie uue et la fornie des boucliers buccaux est bien difTerelite : les boucliers radiaux 
sont larges, relativcment cmirts et assez divergents; les plaques brachiales dorsales sont 
plus elargies transversalement, etc. 

Parmi les csjK'ces antarctiques, je ne vois a conqjarer a VA. defciens que 
V A.lotneiitosa dont les boucliers buccaux ont une I'orme ditferente et dont la papille 
buccalc externe est peu deveioppee. 



Ami'HIUUA ALGiDA Kcchlet. 
(PI. LXXXI, fig. 10 a 12). 

Amphiura algida Koehler (11). p. 40, 1*1. \'1I, tig 14 et 15. 
Amphiura algida Lyman Clark (15), j). 23. 

Adelie. — 3 septenibre 1912. 25 fms. Quatre echantillons. 

Dans le type lespece, qui a ete trouve au Cap Royds (10-80 fms.), les plaques 
dorsales du disque sont tres grandes, sans plaques prinaires distinctes, et il existe une 
bordure peripherique de ])laques tres minces; la papille buccale externe est tres 
proeminente, avec rextremite obtuse et les piipiants brachiaux sont au nouil)re de 
quatre, le premier ventral un peu plus petit que les trois autres. Je retrouve ces 
memes caracteres dans les echantillons tie T " {Expedition Antarctique Australasienne,' 
et notamment la face ventrale du disque est couverte de plaques assez grandes et tres 
distinctes; I'ecaille tentaculairc est unique et allongee et la papille buccale externe 
n'est pas spiuiiurme, caracteres qui separent VA. algida de I'A. aiigalaris 



OrHIURES-Kn-niLKR. 31 

A.Mi'iui iiA .MuiiTi':N.SKNi Kteliler. 
(PI. LXXX, fig, 5, 6, 7 et 8). 
Amphium Mortenseni Kcehler (08). p. (if(4. I'l. XIV, fig. 121 et 122. 
Amphium Mortenseni Koehler (12). p. i:U, I'l. XII, fig. 2. 
Amphiura Mortenseni Lyman (lark (15). p. 235. 

Amphiura Mortnisrnl Kwhlcr (22), Arteiis et Ophures tie I" " Expedition 
Antarli(pic Siioiloise de M. NordiMiskjilld (Sous pie.s.se) 1!)-J'2. Stockholm. 

Station -2. -Lat. S. (iii r);V. Long. K. I ir, 21'. 318 tins. 28 decembre 1913. I'n 

eidiantillon. 
Station 3.— Lat. S. no :]•>'. Long. K. 141' 39' 157 fnis. 31 decoinbrc 1913. Trois 

ecliantillon.s. 
Station 7. -Lat. S. 05° 42'. Long. E. 92" Id', (iu Ini.s. 21 Janvier 1914. Quelqiies 

echantillons. 

Stition 9. -Lat. S. 65'' 20'. Long. E. 95 27'. 240 fms. 28 Janvier 1914. Deux 

echantillons. 
Station 12. -Lat. S. (U :V2'. Long. E. 97 20'. Ilulia.s. 31 Janvier 1914. Quelques 

(''(•liaiitillons. 
Adelio. -3-4 septend)re 1012. I'n eciiantillun. 
Adelie. — 25 fms. Deux eclumtillons. 

Adelie.— 21 decembre 19n. 55-60 fms. Trois echantillons. 
Adelie. -22 decembre 1913. 350-400 fms. Un echantilloiv. 

Le disque pent atteindre un diametre de 9 et 10 mm. Dans certains echantillons. 
j'observe que les pores tentaculaires des premieres paires peuvent n"ofi'rir qu une 
seule ecaille ; dans I'individu qui est represente pi. LXXX, fig. 6, les pores des deux ou 
trois premieres paires. et meme sur I'un des bras ceux des cinq premieres paires, n'ont 
en general (prune seule ecaille et la deuxieme n"apparait qu'ensuite; en revanche, 
lun des pores de la premiere paire a deja deux ecailles. Sur d'autres echantillons 
(fig. 7 et 8), les pores de la premiere paire out tons une ecaille unique et parfois \\ 
en est de nu^me sur ceux de la deuxieme paire, mais au-dela tous les pores portent 
deux ecailles. Sur dautres individus, le nombre des ecailles est de deux sur tous les 
l)ores. 

Je dois faire remarquer. au sujet des ecailles tentaculaires de I'.l Mortenseni, 
que dans mon memoire de 1908, le lithographe n"a pas rendu dune maniere fidele mon 
dessin represente fig. 122, et la disposition comme aussi le contour de ces ecailles se 
trouvent etre incorrects. En effet, ces ecailles ne sent pas pointues; elles sont plutot 
arron.lics ;\ I'extremite mais elles oflfrent d'ailleurs quelques variations; elles ne sont 



32 K.\l'i;i>ITI()X WTAIiCTKH'K AUSTK A 1. \Sl h'.XNK. 

pas HUH plus (waclcniciil ])('rpoii(li(uliiires luiio a I'autic mais ()l>liques, ct elles sont 
toiites deux mi pen (ilili([Ui's par rapport a I'axe dii l)ras. Les photograpliies que je 
reproduis ici donnoiit imc representatiim coiiccto de cos dispositions. 

[i'oxernplaire de la station 3 ctait marque "' reddish "; ceux de la station 7 et 
quelques-uns d'Adelie etaient notes : " disk grey, arms wlntisli."" 



AiMrHTOr)IA DRSTIXATA nov. sp. 

(PI. L.XXIX, iig. 4 a 7). 

Station lO.-Lat. y. 65° <>'. Long. E. !)(> i:V 325 fins. 29 Janvier 1914. Un 
echantillon. 

Station 11.— Lat. S. 64^^ 44'. Long. K. 97° 28'. 358 fins. 31 janviei' 1914. Trois 
echantillons. 

Deux des exemplaires de la station 1 1 sont de grandes dimensions et le diametre 
du disque depasse 10 mm.: le troisieme, ainsi que celui de la station 10. qui est 
d'ailleurs en mauvais etat. est notablement plus petit. 

Je prendrai comme types les deux grands individus de la station 11 qui sont en 
excellent etat de conservalidii. 

Le disque est grand et son diametre depa.sse un pen 10 nuu.; les hras ont an 
nioius 100 mm., ils sont conserves .sur une grande partie de leur longueur, mais leur 
extremite manque (PI. LXXIX, Iig. 4). Le disque est arrondi, assez fortement excave 
dans les espaces interradiaux ; les bras sont minces et ils conservent la meme largeur 
sur la plus grande partie de leur longueur. 

La lace dorsale du disque, un pen convexe, est couverte de plaques petites, 
subeg.iles et imbriquees, parmi lesquelles on distingue six plaques primaires, pen 
developpees, arrondies, a peine plus grandes que les voisines et separees par plusieurs 
rangees de plaques. Les plac^ues deviennent un pen plus grandes au voisinage des bouclieis 
radiaux, et plus petites a la peripheric du disque dans les espaces interradiaux. Les 
boucliers radiaux sont tres allonges, etroits et fins, legei'ement incuives. cinq a six fois 
plus longs que larges, pointus en dedans et assez fortement divergent s: les deux 
boucliers de chaciue paire sont rapproches en dehors tout en restant cependant separes 
par une plaque intermediare, et sur le reste de leur longueur ils sont separes ])ar 
plusieurs rangees de plaques. 

La face ventrale du disque est couverte de plaques notablement plus petites que 
celles de la face dorsale, briquees, as,sez saillantes, arrondies, mais n'arrivant pas 
e.xactement jusqu'aux boucliers buccaux ou jusqu'aux plaques genitales, et il reste sur la 
face ventrale un espace etroit qui n'est pas reconvert. On remarque que les plaques 
peripheriques du disque, aussi bien a la face dorsale ([u"a la face ventrale. sonl munies 



OPHIURES— K(EHLEU. 33 

sur Iciir Ixnd lilnv, (jiii so troiivo (r;iilh'uis kVriviiioiit releve, dc petites spinules 
excessiveincnt fines, coiutcs el lapprodiees (fig. 7). Les fontes genitales sont allongees 
et etroites. 

Les l)()iiiliers buccaux sont petits, presque losangiques, a peu pres aussi larges 
(|ue longs, aver iin angle pro.xiiiial assez marque, un angle distal arrondi et des cotes 
droits. Les placpie adorales sont petites. triangulaires, tres elargies en dehors et 
separant par >in l()l)e etroit le boudier buccal de la j)reiniere plaque brachiale laterale; 
elles sont aniinoies en dedans, niais cependant contigues I'une a I'autre. Les plaques 
orales sont deux fois plus hautes que larges. Les papilles buccales laterales, au nonibre 
dc trois, suivent un alignement assez regulier : rinterne est epaisse, large et obtuse 
avec le bonl libre tronque; la deuxieme, inseree sur la plaque orale, est conique, assez 
epaisse et se terniine en pointe emoussee; la papille la plus externe, qui s'insere sur 
la plaque adorale, est encore conique. niais plus developpee que la precedente et 
saillante. Dans les deux grands exemplaires, ces trois papilles sont presque egales, la 
deuxieme restant cependant un peu plus petite que les deux autres et I'externe etant 
plus saillante; dans le petit exeniplaire de la station 11, la deuxieme papille est plus 
pointue, mais surtout la papille externe est allongee, spiniiorme et tres pointue. Dans 
I'echantillon de la station 10, chez lequel le diametre du disque est de 5 mm., ces deux 
dernieres papilles sont aussi plus allongees. niais moins ce])endant que dans Tindividu 
precedent . 

Les premieres plaques brachiales dorsales sont tres petites et courtes. Les 
suivantes sont grandes et elargies transversalement, ovalaires avec des bords tres 
arrondis et contigues; dans le derniers tiers des bras, ces plaques se separent par un 
leger intervalle. 

La premiere plaque brachiale ventrale est trapezoidale, un peu plus large que 
longue, avec un bord proximal plus grand que le bord distal qui est etroit ; les cotes 
sont divergents. Les plaques suivantes sont pentagonales, un peu plus larges que 
longues, avec des cotes droits et des angles arrondis ; Tangle proximal est tronque et le 
bord distal est large et convexe; ces plaques sont contigues. Dans la deuxieme 
moitie des bras, les plaques deviennent aussi longues que larges et dans la partie 
terminale elles linisscnt par etre un peu plus longues que larges. 

Les plaques laterales portent cinq piquants : les deux ventranx sont plus longs 
que I'article et un peu plus longs que les trois autres; tons ces piquants sont coniques 
et pointus, Le deuxieme piquant se termine par un petit crochet hyalin legerement 
recourse vers a bouche (fig. 7). 

Les pores tentaculaires sont grands et portent deux petites ecailles : Tinterne, 
un peu plus grande, s'etend sur presque toute la longueur du bord externe de la plaque 
brachiale ventrale correspondante. et elle est amincie ; Tecaille externe, placee a angle 
droit avec la precedente, est couchee le long du bord libre de la plaque laterale : elle 
est courte et se montre egalement aniim;ie. Ces deux ecailles se contiuuent sur une 

♦935TS-t: 



34 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

grande partie ile la longueur des bras, mais, dans la partie terminale de ceux-ci, elles 
devieanent plus courtes, et notainment I'ecaille interne deviant conique ; puis Tecaille 
externe disparait, tandis que I'interne persiste seule. 

Les deux grands individus sont d'un gris plus ou moins fonce dans I'alcool; 
les autres sont blanc-grisatre. 

Rapports et differences. — L' A. destinata rappelle les A. chilensis, perriercta L. 
Clark, Riisei Liitkoii et urtica Lyman pai- la disposition assez reguliere, du moins dans 
les grands echantillons, des trois papilles buccales; mais ces dift'erentes especes ne 
possedent que trois piquants brachiaux seulement. L'espece nouvelle se caracterise 
surtout par ses grandes dimensions, par les plaques dorsales du disque munies sur leur 
bortl libre, qui se trouve releve, de tres fines spinules vers la peripheric du disque, et 
cela a la fois sur la face dorsale comme sur la face ventrale; par le deuxieme piquant 
brachial ventral termine par un petit crochet recourbe, par les deux ecailles tentacu- 
laires allongees mais tres etroites. 



*o^ 



Ophiactis amator nov. sp. 

(Fl. LXXXI, fig. 1 a 6.) 

Station 3.— Lat. S. 60° 32'. Long. E. ur 39'. . 157 fms. 31 decembre 1913. Uu 
echantillon. 

Ile Maria. — 13 decembre 1912. 300 fms. Trois echantillons. 

Dans le plus grand exemplaire des iles Maria, le diametre du disque est de 7 mm., 
et les bra.? ont environ 25 a 30 mm. de longueur ; ils sont etroits et contournes ; dans les 
deux autres echantillons, le diametre du disque est de 5 mm. .seulement. Enfin dans 
I'individu de la station 3, ce diametre est de 7 mm. 

Le disque est arrondi, un peu excave dans les espaces interradiaux ; les bras, 
de raoyenne largeur, sont plus ou moins contournes, surtout dans les echantillons de 
I'ile Maria, tandis que dans celui de la station 3 ils sont peu recourbes. 

La face dorsale du disque est couverte de plaques imbriquees, assez grandes dans 
la region centrale et plus petites vers la peripheric. On reconnait habituellement six 
grandes plaques priinaires : une centro-dorsale arrondie et cinq radiales elargies 
transversesalement, separees de la centro-dorsale par un rang de petites plaques. On 
remarque dans les espaces radiaux deux plaques plus grandes que les autres, et dans les 
espaces interradiaux trois plaques successives, I'interne beaucoup plus courte. et entre 
elles un grand nombre de petites plaques. Un certain noml)re de ces plaques portent 
un piquant a.ssez epais et assez developpe; ces piquants sont nombreux sur I'un des 
echantillons de I'ile Maria, et ils sont moins nombreux dans les autres ou ils se trouvent 
surtout vers la peripherie du disque. Les boucliers radiaux sont assez grands, avec un 
bord externe plus ou moins convexe et un angle proximal arrondi; ils sont deux fois 



OPHIURES— KfEHLER. 36 

plus longs que larges ct leur longueur egale ;i pen pres la nioitie du rayon du disque. 
Les deux boucliers de cliaque paiie sont plus ou nioins divergents et separes par quelques 
rangees de plaques. 

La face vent rule du disque offre des plaques petites, inibriquees et portant des 
piquants noinbreux et forts surtout vers la peripherie, mais devenant nioins nombreux 
et plus petits a niesure qu'on s'approche des boucliers buccaux. Les fentes genitales, 
bien apprentes, sont etroites et allongees. 

Les boucliers buccaux, de moyenne taille, sont triangulaires, plus larges que 
longs, avec un angle proximal obtuse et des cotes droits; le bord distal est tres fortement 
convexe. Les plaques adorales sont assez grandes, deux et incnie trois fois plus longues 
que larges; elles sont largcnient contigues sur la ligne interradiale mediane, et elargies 
en dehors en un lobe plus ou nioins developpe qui envoie une mince lame separant le 
bouclier buccal de la premiere plaque bracliiale laterale. Les plaques orales sont de 
taille moyenne, une fois et demie plus hautes que larges. Les papilles buccales laterales, 
au noinbre de deux, sont squamiformes; Texterne surtout est tres developpee, elle est 
a peu pres aussi longue que large et son l)ord libre est tantot arrondi tantot tronque; 
la papille interne, plus petite, est courte et elargie. La papille terminale impaire, plus 
forte, est trilobce. 

Les plaques bracliiales dorsales, beaucoup plus larges que longues, sont 
triangulaires avec un angle proximal obtus mais tres net, des bords droits et un cote 
distal fortement convexe ; elles sont toutes contigues. 

La premiere plaque brachiale ventrale est tres petite, triangulaire, plus large que 
longue, avec un bord proximal allonge et un angle distal aigu, parfois tronque Ijea 
suivantes, de moyennes dimensions, sont pentagonales, avec un angle proximal tres 
obtus, des bords lateraux droits et un cote distal plus ou moins convexe. A partir de 
la deuxieme, ces plaques sont separees par un intervalle plus ou moins important. 

Les plaques laterales, proeniinentes, portent quatre piquants subegaux et 
egalant I'article : le piquant dorsal est cependant un peu plus grand que les autres ; 
tons ces piquants sont assez forts, cylindriques, avec I'extremitc arrondie. 

L'ccaille tentaculaire, unique, est extremement grande et se niontre d'abord 
squamiforme avec un contour arrondi et aussi longue que large au commencement 
des liras; elle devient ensuite conique et un peu plus allongee avec un sonimet arrondi. 

Dans I'individu dc la station 3, les boucliers radiaux sont un peu plus courts et 
les piquants de la face dorsalc sont un peu plus nombreux que dans les echantillons 
des Tile Maria auxquels, par le reste, il est parfaitement identique. 

La couleur des echantillons dans I'alcool est blanche ou ilun blanc grisatre. 

Rapports et Differences. — L'O. ainator me parait assez voisine de I'D. sjiwhwta 
L. Clark que 1" " Endeavour "' a rencontree dans le Detroit dc Bass, entre lUO et 300 fms. ; 
mais dans cette derniere espcce les piquants du disque sont tres petits, les ecailles 



36 EXPlilDITION ANTAROTIQUE AUSTRALASIENNE. 

tentacnilaircs et les papillcs biucalos plus petitos ogaloinent ; los deux cspcccs sont cer- 
tainemcnt diflcreutes. Malheureuseiuent Ics tleux photograpliies que L. Clark a donnees 
de rO. si/ttibiota sont un peu confuses, surtout cello de la face ventrale, et la comparaison 
ne pent pas etre poursuivie dans les details. L'espece nouvelle presente aussi beaucoup 
d'analogie avoc VO. asperula Philippi, et Ton pourra reconnaitre, d'apresles photographies 
que je reproduis ici de cette dernicrc espece (PI. LXXXT, fig. 8 et 9), les resseniblances 
et les dillercnces. Les plaques dorsales du disque sont plus grandes et les plaques 
priraaires sont plus distinctes, de nionie que les boucliers radiaux sont plus granils 
chez la nouvelle espece, les deux papilles buccales sont aussi plus grandes, tandis que 
les boucliers buccaux sont plus petits et nioins elargis transversalement : los plaques 
brachiales dorsales sont quadrangulaires, avec un cote distal tres net, au lieu d'etre 
triangvdaires avec Tangle proximal obtus; ces plaques sont plus elargies transversale- 
ment chcz l'espece noiivelle dont les plaques brachiales ventrales ont le bord distal 
tres fortement convexe, tandis que chez VO. asperula il est plus aplati et souvent offre 
une encoche en son milieu; enfin les plaques sont plus rapprochees. 

J'ai cru devoir repruduirc ici deux pliutograpliies de VO aspciula Ijiou que L. 
Clark ait, de son cote public recemment deux photographies de cette espece. L'un dcs 
exemplaires representes par lui porte sur la face dorsale du disque des piquants tres 
serres, tres forts et tres nombreux, tandis cpie I'individu dont je represente ici la face 
dorsale (PI. LXXXI, fig. 8), ne montre de piquants que vers la peripheric du disque, et 
ces piquants sont tres petits. L'individu reproduit par Clark et le mien representent en 
quelque sorte les etats extremes qu'on peut observer chez VO. asperula ou la disposition, 
le nombre, et la taille des piquants varient beaucoup. La photographic dounee par 
L. Clark de la face ventrale du disque laisse a peine reconnaitre les contours des plaques : 
c'est pour cette raison que j'ai cru devoir en reproduire ici une autre photographic 
(fig. 9) sur lac^uelle, j'espere, les details viendront mieux. 



OPHIOLEUCIDES. 

Ophiopyren regularise Koehler. 
(PI. LXXXVI, fig. 1 ct 2). 
Ophiopi/ren regulare Kochlcr (01), \). JC. PI. VIII, fig. 52 a 54. 
Ophiop!/ren regularis L. Clark (15), ]). 390. 

Station 8.— Lat. 8. 66° 8'. Long. E. 94 17'. 120 fms. 27 janvior 1914. Un 
echantillon. 

Le diamctre du disque est de 7 mm. ; Ic bras le mieux conserve est casse a 20 mm. 
de la base. Les plaques de la face dorsale du disque ne sont pas aussi regulieres que dans 

* L^s autres espdoes JdcritPii aat(-riearemont dtant au lua.wulin, il est plus correct JYcrirc retfiiUtrii. 



OPHIURES— KCEHLER. 37 

le type et les granules sont plus arromlis, inoins proemineuts. surtout vers la peripherie 
(hi (lisque. Les houcliers buccaux sont aussi un peu plus elargis et un peu plus courts. 
Je reproduis deux photographies de cet exeniplaire. 

La " Belgica " a decouvert VO. rcgularis par 70-71 S. et 87-92"' W., eutre 100 et 
350 metres de profoudeur. 



OrinOLEl'lDIDES. 
G. ormosTEiRA. 



Les collections de 1' " Expedition Antarctique Australasienne " renferment 
diverses Ophiures que je crois devoir rapporter au genre Ophiosteira et qui 
reprosentent, en plus de VO. Senouqui, trois esjjoces nouvelles : I'une de celles-ci, que 
je docrirai sous le noni d'O. cchimilata est voisinc du type du genre, VO. antardka; 
coninie dans cette dernierc, la plaque radiale inipaire separant les deux boucliers 
radiaux de chaque paire, forme uue saillic, une crete tres fortement developpee. Dans 
les deux autres especes que j'appellerai 0. debitor et 0. rotimdata, cett« plaque radiale 
est inoins developpee et les deux especes, par leurs caracteres, se montrent 
intennediaires cntrc les 0. aiitarctica et echinulata d'une part, et VO. Senouqui que 
j'ai decrite d'apres les cchantillons rapportcs par I'Expcdition Charcot d'autre part. 

A propos du genre Ophiosteira, il y a lieu de se deniander si Ton doit surtout 
le caracteriser par le dcveloppenient plus ou nioins considerable de la plaque radiale 
separant les deux boucliers radiaux de chaque paire et susceptible de former un relief 
important pouvant donner naissance soit a une crete tres elevee, epaissie ou amincie, 
soit simplement a une grosse saillie tuberculeuse. JJans ce cas, il y a lieu de ranger 
dans le menie genre, avec les Ophiosteira antarctica et echinulata, les 0. debitor, 
rotimdata et Seuouqui. On pourrait, au contraire, faire intervenir d'autres caracteres, 
notamment le nombre des piquants brachiaux, I'etat des pores tentaculaires pouvant 
porter ou non, sur leurs deux bords, plusieurs ecailles, etc., et alors il y aurait lieu de 
separer des Ophiosteira antarctica et echinulata, les trois autres especes qui devraient 
ctre placces dans un autre genre. 

Je crois pouvoir adopter la premiere manicre de voir, et je dccrirai, dans le 
mcme genre Ophiosteira, les trois especes nouvelles decouvertes par V " Expedition 
Antarctique Australasienne," conformcinent (railleurs a la niethode que j"ai adoptee 
en 1912, lorsquc'j'ai applique au genre Ophiosteira, VO. Se noiiqui <lc TExpcdition 
Charcot. On pourra suivre des lors, dans ce genre, une serie descendantc en partant 
d'especes dont les boucliers radiaux sont scpares par une plaque impaire extremement 
developpee et tres haute {O. antarctica, echinulata et debitor), pour aboutir a des formes 
ou cette plaque est beaucoup plus basse, telles que les 0. rotiiiidata et surtout Senouqui. 
Les piquants brachiaux, les pores tentaculaires et les plaques brachiales dorsales oflfrent 
des differences cpii nc sont pas en rapport avec le developpement de la placpie 
radiale impaire separant les deux boucliers radiaux de chaque paire. 



38 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

OphIOSTEIRA ECHINITLATA sp. nov. 

(PI. LXXXII, fig. 5 a 10; I'l. LXXXIII, fig. 1 a 7.) 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92° 10'. 60 fins. 21 Janvier 1914. Six 
cchantillons. 

Station 8.— Lat. S. 66" 8'. Long. E. 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Quatre 
echantillons. 

Adelie. — 14 decembre 1913. Communwealth Bay. 45-50 fms. Deux echantillons. 

Adelie.— 22 decembre 1913. 350-400 fms. Un echantillon. 

Les deux excniplaircs les plus grands sont ceux d'Adclie du 14 decembre, et 
le diametrc du disque atteint 15 mm. chez I'un d'eux dont les bras sont casses a 
35-38 mm., et 11,5 chez I'autre doiit les bras sont conserves sur une longueur de 
32 a 35 mm. Tous les autres individus sont plus pctits, et dans le plus grand le 
diametre du disque est de 9 mm., landis que les bras ont une longueur totale de 
35 mm. ; enfin dans les autres, le diametre du disque varie entre 6 ou 7 mm. Dans 
I'individu le plus grand, le disque a une hauteur totale de 8 a 9 mm. non compris la 
plaque radiale mcdiane surelevee en une crete tres proeminente. 

L'O. echinxlafa est I'espece qui se rapproche le plus du type du genre, 
VO. antarctica. MalheureuseuTent J. Bell qui, le premier a fait connaitre cette espece, 
n'en a pas public de description detaillee; il en a simplement donne plusieurs dessins 
ou photographies, notamment de la face dorsale du disque et toutes ses figures 
montrent que les plaques de la face dorsale du disque. plus ou moins nombreuses, 
sont toujours parfaitement lisses et inermes et n'offrent ni piquants ni granules. Or, 
dans tous les individus recueillis par 1' " Expedition Antarctique Australasienne," 
depuis le plus petit jusqu'au plus grand, toutes les plaques de la face dorsale, entre 
les boucliers radiaux et la grande plaque mediane saillante qui les scpare, portent 
chacune un gros piquant, epais, cylindrique et dresse, deux fois plus long que large 
avec I'ettremite legerement amincie et dont la surface est munie de dents coniques 
et pointues; certaines plaques peuvcnt memo offrir deux dc ces piquants. Dans le 
plus grand individu seulement quelques plaques sont depourvues de piquants; en 
revanche, d'autres en ont jusqu'a trois, mais les piquants, chez ce grand individu, au 
lieu de presenter un diveloppement en rapport avec I'augmentation de taille, sont 
au contraire plus ou moins fortement reduits et ils meritent plutot le-nom de granules 
allonges. La presence de ces piquants donne aux exemplaires recueillis par 
I'E.xpedition un aspect bien different de celui des echantillons representes par Bell. 

Pour en finir avec les caracteres.de la face dorsale du disque, j'ajouterai que, 
dans tous les individus, il existe au centre du disque une grands plaque arrondie, 
notablement plus grande que les autres et portant en son milieu un gros piquant jilus 
ou moins developpe, et qui, dans certains exemplaires, est presque aussi large a sa 
base que la plaque elle-meme qui le porte. Les autres plaques sont inegales comme 



OPHIURES— KCEHLER. SQ 

dimensions et elles sont generalement itiil)ii(iiiees sans que Ton piiisse reconnaitre 
aucune indication dc radiales primaires. J)an.s le jjIhs grand individu, les plaques 
interradiales forinent trois ou quatre series et les deux plaques medianes successives 
sont plus grandes que les autres. Les lioucliers radiaux sont arrondis et de forme 
legereinent uvalaire, a peine plus longs que larges et pari'uis un pen irreguliers, tandis 
que chez TO. anlnrctico, a en juger du nioins d'apres les dessins de Bell, ces boucliers 
seraient beaucoup plus allonges et relativement etroits. 

La grost-e plaque radiale niediane interealaire cpii separe les deux boucliers 
radiaux de chaque paire atteint toujours un grand developpement et elle s'eleve sous 
forme d'une lame epaisse et extremement saillante; cette plaque depasse largement 
en dedans le niveau du liord interne ou proximal des boucliers radiaux; en dehors 
elle arrive au niveau du bord externe de ces boucliers chez les petits exemplaires, niais 
chez le plus grand elle n'atteint pas tout a fait ce niveau. Elle se presente tantot 
sous forme d'une lame extremement e})aisse avec le bord libre arrondi, presque aussi 
haute en dehors qu'en dedans, tantot elle offre de profil une forme nettement triangulaire 
le sommet arrondi du triangle se trouvant tourne du cote du centre du disque. Sur 
presque tons les echantillons, cette lame offre le meme developpement dans les cinq 
radius du meme individu ; il pent cependant y avoir quelques variations : par exemple 
sur I'uii des grands exemplaires d'Adelie chez lesquels le diametre du disque mesure 
11,5 mm., je remarque que sur I'un des radius la plaque radiale interealaire est 
dedoublee, et il existe des lors deux cretes subegales, aussi larges et aussi epaisses Tune 
que I'autre et presque aussi developpees que dans trois des autres radius, tandis que 
dans le cinqueme radius du meme individu, la saillie est remplacee par trois grosses 
excroLssances tubcrculeuses, deux distales et une proximale (PI. VII, fig. 11). Dans 
les deux radius anormaux, les deux paires de boucliers radiaux rejetees sur les cotes 
sont notablemeut plus petits que ceux des trois autres paires. Chez les iudividus 
plus petits, je ne constate d'anomalie que dans un echantillon de la station 7 chez 
lequel le diametre du disque ne depasse pas G mm. : dans Tun des radius la plaque 
radiale mediane est completement avortee et les deux boucliers radiaux correspondants, 
a peine plus grands que ceux des autres paires, .sont contigus sur toute leur longueur 
suivant la ligne radiale mediane, 

Quand on regarde TOphiure par en haut, on aper^oit I'extremite de la fente 
genitale qui se prolonge sur la face dorsale et Ton reconnait quelques papilles basses 
et obtuses qui forment un petit peigne radial dans lecpiel quatre ou cinq papilles au 
plus sont visibles car elles n'existent que sur la partie externe des boucliers radiaux 

La face ventrale du disque dans les cspaces interradiaux est peu developpee . 
elle est recouverte par un petit nombre de plaques ind)riquoes, inegales, dont chacune 
porte un petit piquant qui devient plus petit a mesure qu'on se rapproche du bouclier 
buccal ; les fentes genitales sont tres allongees puisfpi'elles s'etendent depuis les plaques 
adorales jusqu'a la face dorsale, et les plaques genitales otjrent sur toute leur longueur 
une rangee de papilles courtes et obtuses. 



40 EXPI^.DITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNfi. 

Les boucliers buccaux, de dimensions moyennes, sont plus longs que larges et 
lis coinprennent ime partie proximale peu iinportante formee par un angle proximal 
un peu obtus et liniite par deux petits cotes droits, plus une partie beaucouj) plus 
developpee, elargie et limitee par un bord distal arrondi (lue sopare de la partie 
prcc-edeute une encoche correspondant au fond des feutes goiii tales. Les platpies 
adorales, assez courtes, sont environ deux fois plus longues que larges avec les cotes 
presque paralleles; ces plaques envoient en dehors une mince lame qui separe le 
bouclier buccal de la premiere plaque hiafliiale laterale. Les plaques orales sont 
etroites et elevees, presque deux fois plus hautes que larges. Les papilles buccales 
laterales. au noml)re d'une demi douzaine, sont petites' les trois externes un peu plus 
elargies que les trois internes qui sont etroites et tres courtes; la pa])ille terminale 
impaire est un peu plus grande que les voisines. 

Les plaques ])rachiales dorsales sont plus longues que larges et leur surface se 
souleve en un lobe epais ou crete dont I'extremite est arrondie et qui est dii'igee 
obliquement en avant; les plaques successives sont contigues a leur base mais les 
cretes que chacune d'elles fournit sont larges et separees les unes des autres. Dans 
la partie terminale des bras, les plaques sont separees et les dernieres, qui ont une 
forme simplement triangulaire, sont tres petites et depourvues de crete dorsale. Vues 
de profil. ces cretes offrent un bord distal presque vertical et droit, tandis que leur 
bord proximal est fortement convexe et se relie au bord proximal de la plaque par 
un angle arrondi. 

La premiere plaque bracliiale ventrale est assez grande, triangulaire, plus large 
que longue, avec un bord distal tres elargi; les deux ou trois suivantes sont 
quadrangulaires, avec un bord proximal droit, plus petit que le bord distal qui est 
convexe. Puis ce bord proximal est remplace progressivement par un angle aigu et 
les plaques deviennent triangulaires ; elles sont d'abord aussi longues que larges, 
puis elles deviennent progressivement beaucoup plus longues que larges. Tangle proximal 
devient tres aigu et les plaques se separent largement les unes des autres : leur taille 
se reduit de plus en plus, et, dans la partie terminale des bras, elles sont extremement 
petites, mais alors un peu plus larges que longues et toujours largement separees. 

Les plaques laterales sont tres hautes, une fois et demie plus hautes que larges ; 
elles portent a la base des bras dans les grands individus, huit a neuf piquants 
successifs, petits, papilliformes et subegaux : le premier piquant ventral et le dernier 
dorsal sont cepemlant ])lus petits que les autres. Tous ces piquants forment une 
serie ininterrompuc ([ui n'existe d'ailleurs que sur la nioitie ventrale de la plaque; les 
plus grands n'egalent mciue pas le tiers de la longueur de celle-ci. 

Les pores tentaculaires des premieres paires sont tres grands. Ceux de la 
premiere paire ont cinq ecailles proximales et trois distales, assez allongees et fortes; 
les pores des dcuxieme et troisieme ])aires out trois ecailles proximales et deux ou 
trois distales; ceux des quatrieme et cinquieme paires out deux ecailles proximales 



OPHIURES— KfEHLRR. 41 

efc line on deux ilistales. I'liis Ics ccuillcs distales disparaissent ainsi que Ics pores 
qui etaient devenus de plus en plus petits, et il n'existe plus qu'iine serie ininterronipue 
(If petits piqiiants bracliiiuix atteignaiit la plaque bracliiale ventrale. 

La couleur notoo cliez Ics iiuli\idu.s de la station 7 etait '" reddish.' 

Rapport.^ et Differences.— UO. echinulcUa est voisine de VO. antarctica dont elle 
diffoi'e par rarniature des jilaques dorsales et ventrales du disque qui portent chacune 
un gros piquant e])ais et cvlindrique, par la forme des boucliers huct-aux, et, a ce qu'il 
me semhle d'apres les figures de J. Bell, par la forme des bouc-liers radiaux qui sont 
plus larges et moins longs, par les eeailles tentaculaires plus epaisses sur les premieres 
paires de pores et qui existent sur le bord distal de ceux-ci. Le type de VO. antarctica 
avait ete decouvert par la " Southern Cross " au Cap Adare, par 20 fms., et le 
diametre du disque variait entre 7,5 et 10 mm.; I'espcce a ete retrouvee par la 
Discovery" dans des pai'ages voisins entre 1.'] et 100 fms. 

Kn 1917, J. Bell a jiublic de nouvellcs photographies d'une Ophiosteira qu"il 
appelle (). antarctica (17. I'l. II. tig. 1, '2 et :\). A ne considerer (pie ces photographies, 
il seinble que les pla<[ucs dor.sales du disque de rindividu represente tig. 2, 
porteraient un petit pi(|uant, mais Tauteur ne iournit aucun renseignement a ce sujet 
dans le texte. .le suis (Taitleurs persuade que les trois individus representes par 
J. Bell sous le noiii d'O. antarctica appartiennent, en realite, a trois especes 
differentes : poui- iiioi, I'Ophiure de la fig. 1, est certainement une 0. antarctica et Ton 
reconnait le iiombre cai'acteristique des picpiants brachiaux, mais les deux aiitres 
photographies representent d'autres especes ; le deuxieme parait devoir se rapporter 
a respi've (pie je decris plus loin sour le nom d'O. debitor, et la troisic'^mea une O. SenoiKjui. 

OlMilOSTEIRA DEBITOR nov. sp. 

(PI. LXXXll. fig. 1 a I.) 

Station 3.— Lat. S. 00° 32'. Long. E. 141 39'. 157 fms. 31 dtH-embre. 1913. Deux 



cell 



antillons. 



Les exemplaires ne sont pas tres complets; les bras sont ca.sses a une distance 
plus oil moins grandc du disque, cependant Tun des bras est conserve sur la plus grande 
partie de sa longueur, soit 30 mm. Ces bras devaient avoir environ 35 a 38 mm. de 
longueur totale; ils sont extremement etroits dans leur partie terminale sur 15 mm. 
de longueur environ. Le diametre du disque est le meme dans les deux individus. 
soit 10 mm.; ce disque est tres haiit et sa hauteur egale pres de nun. non compris 
les cretes formees par les plaques radiales impaires separant les boucliers radiaux. 

Le contour du disque est pentagonal. La face dorsale est couverte de plaques 

plutot petites, polygonales. legerement imbriquees, inegales. 11 n y a pas de rosette 

primaire mais seulement une grande plaque centro-dorsale arrondie. qui. dans lun 
*9:r)7s- F 



42 EXPEDITION ANTAUC'TiyUK AUSTHALASIENNK. 

des echiiiitillons -celui ddiit jc rcprodiiis la pliotographie ici - pdiic iiii pitpianl cyliu- 
driqiie et obtus a rextreniite. deux t'ois ])lus long que large; ce piquant conserve le 
meme dianietrc sur toute s.i longucMir et il otTro des stries longitudinales. Sur le 
deuxieine individu il n"v a pas la nioiiulre trace de ce piquant. |)ans les espaces inter- 
radiaux, .sur les faces laterales vorticales du disque, on distingue deux plaques plus 
grandes que les autres et, de chaque cote de celles-ci, des plaques plus potites; toutcs 
ces plaques sont tres iiueinent granuleuses, niais il n'y a pas la nioindie indication de 
piquants ou de granules. Les boucliers radiaux, parfaiteinent nus, sont places presque 
verticalement : ils sont irregulierement ovalaires, a peine plus hauts que larges et les 
deux boucliers de chaque paire sont tres rapproches car la i)laciue qui les separe est 
tres etroite. Cette derniere ne inesure guere plus d'un niilliinetre de largeur a sa base, 
elle depasse en dedans le bord posterieur des boucliers radiaux et donne naissance a 
une Crete, tres haute inais tres etroite, dont le bord dorsal est irregulierement arrondi et 
beaucoup plus mince que la partie basilaire. De plus, ce bord libre est souvent irre- 
gulierement dechiquete, sans doute ;i cause de son epaisseur tres faible qui le rend 
extremement fragile. La hauteur de cette crete atteint presque 4 mm. : elle ne part 
pas de lextremite proximale de la plaque mais commence un pen en dehors de 
cette extremite, a pen pres au niveau du bord proximal dos ])oucliers radiaux 
correspondants. 

La face ventrale du disque ne comprend. en dehors des boucliers buccaux. que 
quelques plaques petites et imbriquees situees simplement de chaque cote des boucliers 
buccaux, car ceux-ci atteignent presque le bord du disque. Les fentes genitales sont 
etroites mais tres apparentes; elles commencent a Textremite des plaques adorales 
et elles pa.ssent sur les faces verticales des l)ras jusqu"au lionl cxterne des boucliers 
radiaux. Les plaques genitales, etroites sur la face ventrale du disque, deviennent 
un pen plus larges sur les faces laterales de celui-ci; elles portent de petites papilles, 
obtuses et arrondies, dont on aper^oit a peine les trois ou qiuitre premieres loisqu"on 
regarde ranimal par la face dorsale. 

Les boucliers buccaux, de taille moyenne, sont triangulaires, un pen plus larges 
que longs, avec un angle proximal obtus et un bord distal tres convexe; les bords 
lateraux sont legerement echancres a une petite distance du sommet et cette echancrure 
corre.spond au fond des fentes genitales. Les plaques adorales, assez larges, sont deux 
fois plus longues que larges, avec les grands cotes paralleles, et elles separent la premiere 
plaque brachiale laterale des boucliers buccaux. Les plaques orales sont assez grandes, 
une fois et demie plus hautes que larges. Les papilles buccales laterales sont generale- 
ment au nombre de cinq : les trois premieres sont petites, obtuses, carrees et courtes ; 
les deux suivantes sont plus allongees et coniques, surtout la derniere. La papille 
terminale impaire est un pen plus grande que la piecedente. 

Les plaques brachiales dorsales sont tres etroites, deux fois eu meme deux fois 
et demie plus longues que larges; elles se prolongent en une crete tres haute et tres 
etroite, arrondie sur son bord libre avec des bords verticaux droits, Cette crete est 



oriiii i:ks kikiii.ki;. 43 

plu.s haute que large sur les deux ou trois j)reniiers articles brachiaux. plus elle devieut 
aussi haute que large et ensuite heaucoup plus lougue que haute, a niesure que sa hauteur 
diminue ; olle disparait a 11 iimi. environ de rextremite des bras. Les cretes 
successives sont tres rapprochees les unes des autres et inrnie tout a fait contigues 
au conimenceineut des bras, puis elles se separent par un intervalle tres etroit. Leur 
hauteur est presque egale a celle des plaques laterales correspondantes sur les premiers 
articles brachiaux. 

La premiere plaque brachiale ventrale est grande. tiiangulaire, un })eu plus 
large que longue, avec un angle proximal aigu, un bord di.stal presque droit et des angles 
lateraux tres vifs. Les deux plaques suivantes sont quadrangulaires, avec un bord 
proximal etroit, un bord distal large et convexe ou le plus souvent decompose en trois 
petits cotes ; les bords lateraux sont divergents. Ces plaques sont a pen pres aussi 
larges que longues, puis Ic cote ])i()ximal est remplace progi'essivement par un angle 
aigu et les plaques deviennent triangulaires, a pen pres aussi larges que longues en 
meme temps qu'elles se separent par un intervalle qui devient de plus en plus grand. 
Elles restent toujours un ])ou plus larges quo longues. 

Vues de cote, les plaques brachiales laterales sont quadrangulaires. un pen plus 
hautes que larges et elles portent, vers leur bord ventral, deux on trois petits piquants; 
en general on n'en trouve c{ue deux au debut des bras et trois un peu plus loin; ces 
piquants sont tres courts, papillifornies et tres rapprochos les uns des autres. 

Les pores tentaculaires des premieres paires sont grands et allonges, ceux de la 
premiere paire sont continus aux fciitcs l)uccales, et ils portent de chaque cote trois 
ecailles carrees, obtuses, un peu plus grandes que les papilles buccales auxquelles ils font 
suite; on trouve parfois quatre ecailles sur le bord distal. Les deux ou trois paires 
suivantes portent quatre ecailles sur chaque bord et parfois meme cinq sur le bord 
proximal des deux premieres paires; ces ecailles sont toujours tres grandes, rectangu- 
laires ou carrees, un peu inegales. Les pores suivants j'ortent trois ecailles sur chaque 
bord, puis Ton observe trois ecailles proximales et deux distales, et enfin le nombre 
des ecailles diminue progressivement jusqu'a ce qu'il ne reste plus (pTune seule ecaillc 
proximale. 

La couleur des individus en alcool est grise. 

Rapports et Differences. — L'O. debitor se distingue de I'espece precedente par 
les plaques dorsales et ventrales du disque nues et completement depomvues de piquants ; 
(•lie differo a la fois des O anfarcficn ct echimdata par la forme de la placpie radialc 
impaire separant les boucliers radiaux de diaque paire qui est mince et donne naissauce 
a une crete extremcment etroite: par les cretes egalement tres nunces que fournissent 
les plaques brachiales dorsales, par le petit nombre des piquants brachiaux, et enfin 
\)ar les pores tentaculaires plus developi)cs ct uumis sur leurs deux bords d'un plus 
grantl nombre (rccaillcs. lcs(|uclli's persistt-nt sur jilusieurs articles brachiaux. 



44 i;.\im;i)iti()N antahltique australasienne. 

OpHIOSTEIUA KOTINDATA UUV. Sp. 

(11. LXXXllJ, jig. 9 a 13.) 

Station !». Lilt. S. (5,5'' 2()'. Long. K. 95^ 27' E. 210 iiiis. 28 jaiivicr 1!»14. J>eu.\ 
ecliaiitillnii.s. 

Uaiis If [tlu.s grand t'.Keniplaiic que je priMuhai connnu type, Ic disqilc a 
un iliaiuctic dc 1 1 mm. ; I'un des bras est cassc a la base et les tpiatre autres sunt conserves 
presque siu' toute leiir longueur qui depasse 45 mm. Uans Tautre individu, qui est 
plus petit, le diametre du disque est de 8 mm. ct tons Ics bras sent casses a uiie petite 
distance de leur base. 

Lc disque est tres epais. La face dorsale est tros elevee et la ])la(pie qui separc 
Ics deu.x l)oueliers radiaux de cha-que {)aiie est tres grosse et elargie; elle forme une 
volumineux saillie arrondie. La face dorsale des bras oftre sur la ligne mediane une 
forte carenc arrondie. La face dorsale du disque ct des bras est arrondie. 

La face dorsale du disque presentc d'abord une tres grande plaque centro-dorsale 
arrondie, qui est presque contigue a la grande plaque radiale impaire separant les deux 
boucliers radiaux de chaque paire et dont elle est seulement separee par une rangee 
de plaques extrememeut etroites. La grande plaque radiale intermediaire comble a 
elle seule tout I'espace restant libre entre la centro-dorsale et les deux boucliers radiaux 
de chaque paire: son contour est ovalaire et elle est un ])eu ])lus retrecie vers son 
extremite distale; elle se releve en une forte procminence arrondie dont le sonunet se 
fcrouve vers le milieu de la plaque. Les l)Oueliers radiaux sont de taille luoyenne et 
ineme plutot uu peu petits, un peu plus longs que larges, irregulicrement quadrau- 
gulaires avec un angle distal assez marque, un bord externe convexe et un bord interne 
un peu concave. Les deux boucliers de chaque paire sont tres rapproches en dehors 
mais non contigus et largement divergents en dedans ; leur surface libre est tres convexe. 
Les espaces interradiaux sont occupes par une rangee principale de plaques successives 
inegales et imbriquees, accompagnees de quelques plaques beaucoup plus petites. A 
la peripheric du disque, apres avoir depasse le bord libre des boucliers radiaux. ces 
plaques deviennent plus nombreuses entre les deux ecailles genitales ; puis elles passent 
a la face ventrale. Les papilles que portent les plaques genitales sont tres basses et 
obtuses et elles restent localisces sur les faces laterales du disque: on nen apergoit que 
deux ou trois quand on regarde I'animal par la face dorsale. 

La face ventrale du disque oflEre, en dehors des boucliers radiaux, dans les espaces 
interradiaux d'ailleurs peu etendus, qu'un petit nombre de plaques arrondies, imbriquees, 
assez inegales. Les fentes genitales tres apparentes s'etendent depuis le bord des plaques 
adorales jusqu'a la peripheric du disque ; comme je viens de le dire, les plaques genitales 
portent, sur leur bord liljre, une rangee de papilles tres basses. 

Les trois premieres plaques brachiales dorsales sont comprises dans leehancrure 
formee par les deux boucliers radiaux de chaque paire et par I'extremite dorsale de la 
plaque genitale correspondante : ces plac^ues sont petites et etroites ; la premiere est 



DI'HIUKES -K(EIILKI{. 45 

triangulairc, la deuxiemc est rectaugulairc ct cuurtc, la (litisieiiie est tres elargie. Les 
plaques suivautcs sunt [)liis ctroites et elles devieiiiieiit rapidciucnt plus longues que 
larges, licxagonales, limitces par des I'Gtcs droits: les ilcux cot rs proximal et distal 
sont plus petits que les cotes lateraux. Toutcs ees plaques soiit contigues, sauf dans 
le dernier quart des l)ras, ou elles devienneiit ])lus allongees el i)liis etroites, dc forme 
sinipleinent losangique ct sc separcnt par uii intervalle de plus en |)Ius grand, en iiienie 
temps que leurs dimensions se reduisent ])rogressivement. Ccs plaques, en forme 
d'angle diedre, constituent unc careue tres mar({uee mais lout a fait arrondie et qui 
s'elVace pen a |)(mi |)our disparaid'o vers rextivinitc disialc des bras. 

La piemicre plaque hracliiale ventrale est grandt^, 1 riangulaire, avec uu angle 
proximal aigu et un Ijord distal arrondi. Les suivantes devicnnent quadrangulaires 
avec uu liord proximal droit et etroit, beaucouj) ])!us petit (pie 1(! bord distal qui est 
large et convexe; les cotes sont divergents. I'uis Ic bord proximal se trouve remplace 
progressivement par un angle aigu tandis que le bord distal se dec«)nq)osc en deux 
petils cotes, de telle sortc qu'a un moment donne les plaques sont licxagonales et deja 
un peu plus longues que larges; elles commenceiit des lors a se separer Tune de I'autre. 
A une certaine distance du disque, le bord distal devient simplement convexe et les 
plaques prennent une forme pentagonale rcstant toujours un peu plus longues que 
larges. A mesurc que les intervalles qui les separent devienneiit plus grands, les plaques 
deviennent i)lus hirges ct finalement elles sont plus larges que longues, simplement 
triangulaires avec un angle ])roximal obtus et un bord distal tres convexe. 

Les plaques latorales, hautes, portent chacune trois petits piquants papilliformes, 
sul)egaux, situes a egale distance les uns des autres ct rapproclics du boid ventral de la 
plaque. 

Les pores tentaculaires de la premiere j)aire sont grands et allonges et ils se 
continuent avec les fentes buccales; ils oft'rent de chaque cote quatre a cinq ecailles 
obtu.ses et carrees. Les trois ou quatre paires suivantes olt'rent cinq ecailles sur Icur 
bcfi'd proximal et quatre, puis trois sur leur bord distal; au-dela, les pores presentent 
quatre ecailles proximales et deux distales, puis le nombre des ecailles proximales tombe 
rapidement a trois et a deux, et eiifin sur une assez grande longueur des bras, il n'en 
reste plus qu'une seule ecaille distale ayant disparu depuis longtemps. 

Rapports et differences. — L'O. rotmtdata se distingue nettemeut des autres especes 
du genre Ophiosteira par la forme simplement arrondie de la proeminence, d'ailleurs 
tres elevee, qvie forme la grosse plaque radiale impaire separant sur la face dorsale du 
disque les deux boucliers radiaux de chaque paire, et par la forme arrondie de la carene 
des bras. Le nombre des piquants brachiaux rapproche VO. rotumUtta de VO. debitor 
que j'ai decrite ci-dessus et elle forme un passage entre les especes ou la plaque radiale 
separant les deux boucliers radiaux forme des cretes etroites, et VO. Senouqui que 
j'ai decrite en I'.tl-J et dont 1" Kxpedition Antarctique Australasiennc "" a retrouve de 
nombreux individus. 



4() KXI'liDlTlo.N ANTAKCTIQUI': AUSTlfAl.ASIKNNK. 

II oxistf uuc autre espcce d'Ophiosieira decrite recemment par Austin L'laik, sous 
lo uuiu d'O. Kaihlcri (^) et qui, comme les deux especes preccdeutes, ne posst'de que 
trois piquants brachiaux, mais elle s'en ecarte nettement par ses boucliers radiaux qui 
sont tres grands et renfles, pai' la I'uriiie tout a fait difterente des boucliers Imccaux. et 
des plaques hrachialt's dorsales qui sont separees a partii- dc la ciniiuionie, etc. 
L'O. Knehlerl nest d'ailleurs pas une forme antarctique : elle a ete draguee an large des 
cotes de TEquateur. a une profondeur de 401 fnis., et sa decouverte est tres intoressante, 
toutes les autres especes du genre etant antarctiques. 

Oi-iiiosTKiKA Senuuqui Koehler. 

(ri. LXXXVII, fig. 1 a 5.) 

Ophiosteira Senouqui Koehler (12), }). 110, I'l. X. fig. 8 a 11. 
Ophiosteim Senouqiii L. Clark (15), p. 344. 

Station 3.— Lat. S. 60° 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 31 decembre 1913. 'J'rois 

echantillons. 
Station 5.— Lat. S. 64° 34'. Long. E. 127° 17'. 1700 fnis. 6 Janvier 1914. Quelques 

echantillons. 
Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92° 10'. 00 fnis. 21 Janvier 1914. Deux 

echantillons. 

Station 12.— Lat. S. 64° 32'. Long. E. 97° 20'. 110 fms. 31 Janvier 1914. Plusieurs 
echantillons. 

Adelie. — Trois echantillons. 

Les trois especes du genre Ophiosteira que je viens d'etudier (0. echinulofa 
drbitor et rotimdata) ont montre les variations que peuvent presenter les formes 
appartenant a ce genre, dans la mauiere d'etre des plaques brachiales dorsales et dans 
le developpement des cretes ou proeniinences que peuvent offrir soit les plaques 
dorsales du disqne, soit les plaques brachiales dorsales, et rcxaineii comparatif de ces 
especes avec les exemplaires assez nonibreiix d'O. Senonqni rapportes par 1' " Expedition 
Antarctique Australasienne " prouve que rapplication que j'avait faite en 1912 de cette 
derniere esjoece an genre Ophiosteira est parfaitement justifiee. 

Les exemplaires, qui sont generalement assez grandes, le diametre de leur disque 
dcpassant souvent 20 mm., sont susceptibles d'oflfrir quelques variations interessaiites. 
Dans un echantillon de la station 12, repesente I'l. LXXX\'l, iig. 1 et 2, les plaques 
dorsales du disque sont tres fortement bombees et la plupart sont hemisphcriques, les 
boucliers radiaux eiix-memes qont tres renfles et il en est de ineme de la plaque impaire 
qui separe leur region proximale. plaque qui est suivie dune autre l)eaucoup plus 
petite ; les plaques brachiales dorsales se prolongent en une crete amincie et tres 

' Austin H. Clark. Two new Astroiailintc Ecliinoilornis fnim tlm Pacific Coaul of l''ip|uiiiljii> niiil Ecuixldi-. I'lori'edinii': 
„flh. r,',nln,,intl So-.ietiiof W'r^hiiijtoii. V.il. XXX, |>. 171, lOIT. 



oi'llllltKS K(Klll,Ki;. 17 

saillaute. JJaiis rexcinplairc dc la station 3. ivpn'sonte lig. H, les plaques doisalt's du 
disque sont beaucoup nioins saillantes et plus petites, mais les boucliers ladiaux 
restent encore assez saillants, et suitout la plaque radiale qui separe les deux boucliers 
de chaque paire se inontre tres haute et proeininente. Dans uu autre echantillou de 
la station 12. represente fig. 4, les plaques dorsales du disque sont fort pen saillantes, 
l)ien que les sillons de separation restent tres accentucs; les boucliers radiaux et surtout 
la plaque inipairo qui les separe sont encore assez fortenient liombes. Enfin, dans 
d'autres individus tel que celui de la station 3 qui est represente tig. 5, les plaques 
donsales du disque sont pen saillantes et peuvent meme tester tout a fait planes; 
les boucliers radiaux restent presque au menie niveau que les autres plaques du disque 
et la plaque qui separe les deux boucliers de chaque paire forme seulenient une legere 
proeniinence. La forme des plaques brachiales dorsales suit des variations analogues 
et la Crete mediane, si developpee dans certains individus, disparait progressivement. 
de telle sorte que ces plaques arrivent a avoir la forme d"un simple angle dicdre. 
tres aigu toujours, mais ne formant plus de crete a proprement parlor. 

Ophioc'eres nov. gen. 
(PI. LXXXIV, fig. 1 a (i, 13 et 14.) 

Ophiolepidinee chez laquelle les plaques brachiales laterales sont divisees, 
conime dans le genre Ophiolepis en deux parties subegales : I'une interne occupe la 
face dorsale des bras et avec sa congenere couvre une bonne partie de cette face que 
complete la plaque brachiale dorsale correspondante ; I'autre occupe les cotes des 
bras et porte deux petits piquants. Les plaques brachiales dorsales sont assez 
petites et elles subissent uu morcellement qui, chez les jeunes, ne se nianifeste qu'a 
une assez grande distance du disque, mais qui. chez les adultes, commence des la l)ase 
des bras : les plaques se divisent d'aljord pai- un sillon transversal en deux moities 
tres inegales, la proximale tres petite et Ic iionihrc des fragments peut augmenter, 
mais il ne depas.se generalement pas le chiil're de tiois ou quatre. Dans la partie 
terminale des bras, les plaques dorsales .se reduisent beaucoup et elles finissent par 
disparaitre completement, tandis que les deux parties internes des plaques brachiales 
laterales de chaque paire se rcuuissent sur la ligne mediane dorsale et y forment une 
assez grande plaque triangulaire. divisee en deux moities par un sillon longitudinal, 
([u'on pourrait prendre pour une plaque brachiale dorsale ordinaire si Ion n'avait pas 
suivi revolution des plaques laterales. Les plaques de la face dorsale du disque sont 
petites, subegales, tres epai.sses et il n'existe pas de plaque plus grande entouree par 
d'autres plus petites; les boucliers radiaux sont egaleinent de petite taille. Les grands 
pores tentaculaires sont reconverts par une grosse ecaille arrondie. Les fentes genitales, 
tres courtes, commencent aux l)oucliers buccaux mais elles ne depassent pas la longueur 
du premier article biachial ; il existe des papilles buccales laterates mais pas de papilles 
deutaires. 



48 EXPliniTION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

Ce genre lapijelle a la lois les geiuos Oijhiulcpls et Op/iiojdocKs. 11 se rapproclie 
du premier par la division en deux fragments des plaques brachiales latorales, mais 
il en diftore par la grosseur dc la ])la(jue lateralc supplementaire. pai' les plaques 
dorsales du disque subegales et par la presence d'une seule ecaille tentaoulaire (pii est 
grosse, ovaliiire on arrondie, an lieu de deux. II se rapproclie du genre Ophioplocus 
par le morcellement des plaques brachiales dorsales, mais il eu diflere par ce. que ce 
morcellcment est pen important, les plaques successives restant toujours distinctes. 
Dans le genre Ophioplocus, les fragments representant la pla(|ue brachiale dorsale 
morcelee sont toujours nomhreux et constituent tin eiisenil)k' important, boaucoup 
plus important quo la placjue -brachiale lateralc interne. C'ette derniere reste 
constamment de petite taille ; dans la derniere partie des bras, on voit les fragments 
qui correspondent a chacpie ))laque bi'achiale dorsale devenir moins nombreux et Ton 
recounait toujuors tres facilement les contours de la plaque brachiale dorsale ; vers 
I'extremite des bras, ces plaques brachiales doi'sales, qui sont a pen pros intactes et 
non fragmentees, sont toujours plus grandes que la plaque bi'achiale laterale interne, 
laquelle reste tres petite et ne tend jamais a se substituer a la plaque ))ra(liialc dorsale. 
C'est le contraire qui arrive dan le genre Ophioceres. On jugeia facilement de cette 
ditl'i'ience en comparant les photographies que je reproduis ici de deux extremites 
de bias de VOpliioccres (fig. 13 et 14) et d'une extremite de bras (VOphioploriis imhricalus 
(fig. 12). Kn outre, le genre Ophioceres se distingue tlu genre Ophio plums \)iiv la 
presence d'une seule ecaille tentaculaire an lieu de trois on quatre. 

11 y a lieu de ranger dans \e. nouveau genre V Ophioplocus Hiillotii l<\irquhar de 
la Nouvelle Zelande, qui ne possede qu'une seule ecaille tentaculaire, grosse et arrondie, 
et chez Icquel le morcellcment des plaques brachiales dorsales s'effectue suivant un 
mode bien conforme a celui ([ui existe dans I'espece antarctique decouverte par 
r " Expedition Antarctique Australasienne," et non pas du tout comme dans le genre 
Ojthioploci's. 

Ophioceres incipiens nov. sp. 

(I'l. LXXXIV. fig. 1 a 0, 13 et 14.) 

Station 3.— Lat. S. 00° 32'. Long. R. 141' 39'. 157 fms. 31 dccembre 1913. Trois 
echantillons. 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92° 10'. 00 fms. 21 Janvier 1914. (Quatre 
echantillons. 

Station 12.— Lat. S. 64° 32'. Long. E. 97° 20'. 1 lo fms. 31 Janvier 1914. Plusieurs 
echantillons. 

Le diametre du disque peut atteindre 12 mm. mais il depasse rarement 10; dans 
un individu chez lequel le disque a, 10 mm. les bras out 3.5 mm. de longueur : ils sont 
souvent un pen inegaux. Le disque est assez epais avec des bords tres arrondis; les 
bras sont etroits mais raides et resistants tout en etant assez souvent un peu recourbes. 
Les plaques du disque sout soudees les unes aux autres et forment une carapace assez 
solide. 



OI'HIURES— KCEHLRH. 49 

he colli oui (111 (lisque est generalemenl jiciit agonal. La face dorsale est couverte 
de plaques incgalos, irregulierement polygonales on arioiiflies, pen ou pas iniliriquees, 
mais tres solidinent unies et separees par des silloiis profonds, tandis que leur surface 
est plus on moins l)oinl)('o. La saillie dos plaques est en general d"antant plus marquee 
que les euhantillons sunt plus grands, et dans les pctits cette saillie n'est pas tres marquee. 
Vers la peripheric du disquc, les plaques deviennent j)lus petites. On distingue le plus 
souvent uno rosette de si.K plaques primaires avec une centro-dorsale arrondie. et, 
separees d'elle par qnelques rangees de plaques, cinq radiales elargies transversalement, 
situees a pen pres a egale distance du centre et des herds du disqne. On reconnait 
aussi. vers la ])eripherie du disque, une plaque interradiale plus grande que les autres et 
elargie transversalement. Les boucliers radiaux sont petits, arrondis ou ovalairies, 
plus petits que les plaques primaires, et les deux boucliers de chaque paire sont tres 
largement separes par un cspace convert de plusieurs rangees de plaques et qui egale la 
largeur du liras. 

La face ventrale du disque est couverte de plaques inegales, irregulierement 
arrondies, un pen imbriquees et serrees, a surface legerement borabee; leur bord libre 
est parfois un pen saillant. Les fentes genitales sont assez larges, mais tres courtes et 
u pen pros limitees an premier article bracliial. 

Les boucliers buccaux, petits, offrent un angle proximal obtus, limite par deux 
cotes un pen excaves et un lionl distal tres convexe, offrant souvent en son milieu un 
lobe plus ou moins saillant. Les jilaques adorales sont petites, deux fois et demie plus 
longues que larges, avec les grands bords presque paralleles; elles .sont cependant un 
pen plus etroites en dedans ou elles se trouvent continues et un pen plus larges en 
dehors; elles envoient une mince lame qui separc le boucliiM' lnucal de la premiere 
plaque brachiale laterale. Les plaques orales sont jjetites et basses. Les papilles 
buccales laterales sont au nombre de cinq : I'externe assez mince est un pen pointue, la 
deuxieme est tres large et rectangulaire, la troisieme est plus etroite; les deux autres 
sont encore plus etroites et aniincies avec Textremite tronquee. La papille terminale 
impaire est plus large que la precedente et obtuse a lextremite. 

Les plaques dorsales du disque qui separent les deux lioucliers radiaux de chaque 
paire se continuent a la base des bras avec des plaques plus petites, \u\ pe\i plus larges 
que longues et saillantes, comprenant deux ou trois rangees transversales irregulieres, 
parmi les((iicllcs il est absolument impossible de distinguer des plaques dorsales et des 
plaques laterales, et ce n'est qu'im ])ou i)lus loin qu'on pent reconnait re les deux sortes de 
plaques. Les plaques dorsales sont tres petites, losangiques, un peu plus longues que 
largos, et souvent separees par un petit intervalle. U est rare que ces plaques restent 
enticres sur les premiers articles dans les grands echantillons. et elles se morcellent des 
la deuxieme ou la troisieme; sur les echantillons moyens ou petits, ce morcellement 
commence seulement plus loin. Dans les grands individus, les plaques se divisent 
par un sillon transversal en deux fragments tres inegaux : liin proximal, tres petit et 
arrondi, Tautre beaucoup plus grand. .\ une lortaino ilistam c tW' la base des bras, le 



50 FA'I'I^DTTION AXTA INTIQrF, ATSTIiAT. ASIEMNK. 

morcelleinent dcvicnt |)liis invifiilicr el Ics IVaijiiu'nls sc nioiit rent au iininlirc i\v Irois 
et lueme de qiuitre ; puif-. a luesiue (jue les bras s'iunineissent et que les plaques deviennent 
plus petites, la fragiueutatiou disparait. Les plaques se retrecissent de plus: en j)lus et 
elles tinissent par disparaitre elles-iuenics, eedaiit la jilace aux plaques lalerales qui 
s'etendront des lors jusqu'a la niediane dorsale de la luauiere que j"iudi(|uerai plus loin. 
Sur les individus plus jeunes, le moreellement des plaques apparait, eoinnic je viens 
de le dire, seulement a une certaine distance de la base, niais ces plaques s'atrophient 
toujours dans la partie terminale des bras et elles disparaissent pour etre remplacees par 
'es plaques laterales. 

La premiere plaque brachiale ventrale est petite, tiiangulaire, avec un angle 
proximal. Les suivantes sont grandes, pentagonales, un pen plus larges que longues, 
avec un angle proximal arrondi limite par deux petits cotes; les bords lateraux sont 
divergents et excaves par les gros pores tentaoulaires correspondants. le cote distal est 
tres grand et convexe. Ces plaques sont d'abortl contigucs, puis, a une certaine distance 
du disque, elles se separent par un intervalle etroit et elles deviennent un pen plus longues 
que laj'ges. 

Des la base des bras, les plaques laterales sont divisees en deux parties, interne 
et externe. La partie interne est graiule et elle couvre une bonne partie de la face 
dorsale des bras; sa forme est irregulierement triangulaire avec les angles arrondis et 
disposes de telle sorte que leur somniet est proximal taiidis <iuc lour base est distale; 
ces plaques sont presque contigues. La partie exteTiie. ([ui {nvsente les caracteres 
d'une plaque brachiale laterale normale, est limitee aux cotes des bras et porte deux 
petits piquants assez courts et papilliformes, le ventral plus epais et un pen plus long que 
I'autre. A la base des bras, les regions internes triangulaires des plaques laterales sont 
separees par les plaques dorsales, mais a mesure que celles-ci se retrecissent, les jilaques 
laterales se rapprochent de la ligne mediane et elles arrivent a sc touclici' ]»ar leur angle 
interne. Puis cet angle se troncpie pen a pen et il se transforrne en un petit cote distinct 
par lequel les deux plaques de chaque article s'adossent rune a Tautrc sur la ligne 
mediane; ce cote devient progressivement plus grand, et dans la legion terminale des 
bras, lorsque les plaques bracliiales dorsales auront disparu, ces deux plaques laterales, 
largement adossees I'une a I'autre, formeront ensemble une plaque tiiangulaire large, 
separee en deux moities par un sillon median et qui parait etre une pla(|ue brachiale 
dor.sale de grandes dimensions (fig. 13 et 14). 

L'ecaille tentaculaiie est tres grosso et arrondie; sui' le premii-r article il s'y 
ajoute une petite ecaille interne, ai'rondie comme I'ecaille principale. 

La couleur nntee chez I'aiiimal vivant etait " pink."" 

L"0. incipiens a ete retrouvee par I'Expedition Nordenskjiild qui a I'ajiporte 
deux echantillons provenant. Tun du banc de Hhag-Rocks ( 1 (id m.). et Tautre de la (ieurgie 
du Sud (75 m.) 



oi'iiii i;ks K(i;iiM';i!. 51 

OriiitiNurrs N'icioim.k ./. Ildl. 

(),,lnniml>,s VirtoHwW-W (02). |). 2l(i. I'l. X X \' 1 I I . tlR. l-(). 

< Iji/nniinliis ViclDi-'ni Kd-'liliT (06), p. lili. 

Ophiunnhis Viclori'i- \W\\ (06). p. 1:5. 

OphioHolxs V,rlnri<r K.rlil(-r (12). ].. 1 I ). ri. X. fig. 2 h 4. 12 et 13 ct PI. XI, 

lig. S. 

(>pliii,ni)his Virhn'nr li. ('liirl< (15). p. '.V2.1. 

Station 2.- -Lat. S. 6(5° 55'. Long. K. 1 4.-) 21'. :}1S fiiis. 28 decembre 1913. Assez 

niiiulirt'ux (M-liaiilillons. 

Station 3. Lat. S. (iO 32'. Long. K. 141° 39'. 157 fnis. 31 .lecembrc 1913. 
Quelqucs ccliaiitillons. 

Station 7.— Lat. S. (i.j 42'. Long. K. 92^ 10'. (iO fnis. 21 janvirr 1914. Trois 

ocliaiilillons. 
Station 8.— Lat. S. OO" 8'. Long. E. 94 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Qnelques 

ec'hantillons. 
Station 9.-Lat. S. (55" 20'. Long. E. 9."/' 27'. 240 fms. 28 Janvier 1914. Deux 

(''cliaiilillons. 

Station 11.— Lat. S. (54" 44'. Long. E. 97° 28'. 358 fms. 31 Janvier 1914. Qnelques 

echantillons. 

Stationl2. Lat. S. 64°32'. Long. E. 97 20'. 110 fms. 31 Janvier 1914. guelques 
ecliantillons. 

Adelie. — Un efhantillon. 

Les echantillons sont en general de taille moyenne et le diametre du disque varie 
entre 20 et 25 nnn.. niais d'autres sont lieauconp plus petits; les individus plus grands 
sont iiicn moins noml)reu.\ ; dans Tun d"eu.\ co diametre atteint 35 nun. 

Les exemplaires dc la station 7 ('taii'iit notes •' reddish purple "" et "' red brown.'' 

Je n"ai rien a ajonter aux remarques et aux pliotographies que j'ai publiees 
relativenient a tette espeee en 1912. 

()i'Hiui'EitL.\ Li i)\vn;i Kahler. 

Ophiopcria Ludwiyi Kadder (12). ]>. 12(;. PI. X, fig. 1. 5. (5 et 7. 
Ophiojicrld Liiihriiji Tj. Clark (15). p. 348. 

Station III. Lat. S, (15 (i'. Long. E. !»(! 13'. 325 fms. 29 Janvier 1914. Up 
echantillon. 



52 EXPKDITION ANTARCTIQUE AUSTiJALASlENNE. 

Station 11. I.al. S. 04' 44'. liong. E. 97" 28'. 358 fiii.s. .'51 Janvier H»14. I'n 
echantilldii. 

Lc (liaiuotre du tlisque est t mnpris eutrc 19 ct 21 mm. ; k-s bras sout casses assez 
prcs llv la l)aso. 

.Je rappcllc ((iic ci'lto es|)ecc a ('iv tniuvee par Clianol vers 64 S. o( 75 W., 
a 7(1 m., ot a Tile du IJoi (Jcorges (75 m. VMv a etc retrouvce par I'Expeditiun Nordens- 
kjiild a la (ioorgie du Sud eiitre 200 et 310 in. 

Oi'iiUKA Fi^KxiiULis {KccMcr). 

Ophiof/Ii/pha Jlexibilis Koehler (11), p. 44, PI. V, fig. 1 et 2. 
Honmlophiura Jlexibilis L. Clark (15), p. 326. 

Station 3.— Lat. S. 00° 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fnis. 31 decembre 1913. Un 
echantillon. 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92° 10'. 60 fms. 21 Janvier 1914. Quelques 
echantillons. 

Station 12.— Lat. S. 64° 32'. Long. E. 97° 30'. IIO fms. 31 Janvier 1914. Un 
echantillon. 

Les individus sont tons plus pctits que rechantillon ipii m'avait servi do type 
et le diametre de leur disque ne depasse pas 5 mm. : ils sont d"ailleurs parfaitemeut 
conformes au type. L'espece a ete decouvcrtc par 1' Expedition Shackleton au Cap 
Royds par 60-80 fms. 

Ophiura Rouchi {Koehler). 

(PI. LXXXV, fig. 1 et 2.) 

Ophiogh/pha Rouchi Koehler (12), p. 107, i'l. IX, fig. 11 et 12. 
Homalophiura Rouchi L. Clark (15). p. 327. 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92'' 10'. 60 fms. 21 Janvier 1914. Quelques 
echantillons. 

Station 8.— Lat. S. 66' 8'. Long. E. 94" 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Six 
echantillons. 

Les exeniplaires sout tous bion conformes au type ct toujuurs dc petite taille; 
dans le plus grand individu de la station 8, le diametre du disque atteint presque 6 mm. 

Jc rappcUc que le tyj^o de lespcce a etc trouve par Charcot par 64 S. ct 75" W. 
dans le chenal de Roosen, entre 70 et 129 m. 

Les six plaques prinuiires sont a.ssez .souvcnt plus grandcs que dans lc tvpe, 
comme on pent le voir sur la photographic que je reproduis PI. LXXXV. fig. 2, et la 
plaque centro-dorsale surtout peut etre notablement plus grande (pu' les cinq radiales, 



Ol'lin HKS— K(EULEI{. 53 

iiiais cellcs-ci lui suiil t««ujours ((mtiguos par uiio |>(>itinii. Iros mluite de lour l)or(l 
proxiniiil ct il n'v a que cinq petites plaques qui scparent inconiplctcnient la centro- 
(lorsalc (lu (■(•nlc dcs nuliales prinuiiics. I )iins Ics petits ochantillons, la rosette priiuaire 
CouvR' unc ^raiidc |i;irlic ilc l;i face dursalc dii discpic (li^i. 1). 

\j(). Riniiln so fait rcnian(iu'r p.ir la taillc dcs pores liMilaculairo.s des premieres 
paircs et surtout parceuxde la ))r(Miiieie paire. j'llle est voisiue de I'O. flexihilis (lue j'ai 
sigualee ci-dessus. et qui a, eomiue elle, les pores tentaeulaires des preiuieres paires tres 
develop])es. On distiuguera les deux esjM'ces aux caracteres suivants : chez VO.Jlexibilis, 
les boueliers radiaux, grands, sont eoniplctenient separes de la centro-dorsale par un 
rang coiitinu de plaques plus petites, et en outre, a la suite de chaque bouclier buccal, 
vicnt une grande plaque niediane inipaire elargie transversalenient (pii manque chez 
VO. Rouchi ; enfin les pores tentaeulaires diminuent plus rapidement de taille, les plaques 
brachiales dorsales sont moins larges et plus longues chez VO. flexibilis, ou elles sont 
sonvent ineme un ])eu plus longues que larges. 

L. Clark a classe les deux 0. flexibilis et Rouchi dans le genre Homalophiiira : 
je ne puis accepter cette maniere de voir car les pores tentaeulaires des premieres paires 
restent tres developpcs, surtout chez VO. flexibilis, les peignes radiaux sont bien appa rents 
et tout rensemble des caracteres est bien conforme a ceux du genre Ophixrn s. str. 



HOMALOPHIURA MIMARIA {Kalllcr). 

(PI. LXXXVI, fig. 3 a 0.) 
<)p/iio</h/i>lKt uinimna Kirhler (08), p. 590, J'l. IX, fig. 88 ct 89. 
Houialophiitra inimaria Matsumotn (15), p. '2()7. ' 
Homalophiura niiniarid L. Clark (15), p. 32(). 

Station 8.— Lat. S. (Hi 8'. Long. K. 94 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Un 
echantilloii. 

Le diametre du disque est de 1.5 mm., uu seal bras est conserve sur toute sa 
longueur et il mesure (io nun. Le disipie est assez mince et de forme pentagonale, 
la face dorsale est un pen convexe, deprimee dans les espaces interradiaux ; la face 
ventrale est plane. Les bras sont plutot allonges et minces, a pen pros aussi luutts 
que larges avec une carene dorsale arroiulie. 

L"individu recueilli par 1" " Expedition Antarctique Australasienne," secarte 
quclque peu du type que j'ai decrit dapres les individus que la '" Sccitia,"' a decouverts 
par 71^ S. et 16' W. a 1410 fms. et dans le plus grand desquels le diametre du disque 
mesurait II luiii. seulement. Les petites differences que je releve doivent tenir a la 
t-iille ])lns gnm ic di' iiiidividu, mais il iTest jias inutile (!?> la decrire ici avec quelques 
details, 



54 KXrKDITION \N'TAI{('T1QIII5 AUSTltAI.ASIENNK. 

liii fiici' (lursiilo (111 (lis(|Ur ost h'-grre'iiicnl ('''liiiiicivc :"i rorii^iiic di's Inns; vWv est 
rouviM'tc (le plaqiio.s irroguliorcs. It'jrr'rciiient snillantt's vers les tiords, et ]ioiii' la |ilii[)art 
|)i'tit('s. aiToiidics, S('' pa ires par dcs silloiis assiv, laT'<^i's I't liicn niai(|U(''s ; pariiii cllos, 
ini rocduiiait six |)la(pi('s priiiiaircs : la cciil id dorsalo est arrnnilie. Ires legereiiieiit plus 
graiule que les ciiui radiales ipii soul iiii pen ovalaires, separces les lines des auties aiiisi 
(pie de la centio-dorsale par trois raiigt'-es an moins do i)etiles ])laques. On pent 
reiuimaitre, dans les espaees nidiaiix. une phupie plus grande (pie les vuisines, separanl 
les cxtreinites pniximales des deux boueliei's de cluupic paiie, et, dans les cspaces 
iilteiTadiaux. deux phniiies successives ma is non ((nitigues, doiit la (leinii're oeeiipe 
la peripiierie dii (lis(pie. Les ixjiicliers ladiaiix lie soul pas tres grands, niais ils sunt 
cependant notahleinent plus grands que les autres plaques du disque, triangulaires, 
avee les angles tres arrondis et iin pen plus longs que largcs ; les deux houclicis de eliaque 
pairc sunt un pen diveigents et separes sur tuutc leur longueur, en dehors par une 
raugee de plaques suecessives, et en dedans par la grossc |)la(jue radiale signalee plus 
haut, a laquelle s'ajoute ordiiiairement une petite plaque de cliaque eotii". On pent 
reeonnaitre, sur la face dorsale, quelques papilles radiales eourtes et obtuses. inais 
cependant un pen plus longiies que larges et qui se continuent sur toute la longueur de 
la placpie genitale en dcvenant rectangulaires et plus largcs que longues. 

La face ventrale est couverte, en dehors des lioucliers buecaux. par iiii certain 
ii')Mil)re de plaques grandes, polygonales, arrondies, plus grandes que sur la face tlorsale 
et assez inegales. Les fentes genitales, tres etoitcs, s'etendcnt jusqu'a la peripheric 
du disque ; les plaques gcinitales sont minces. 

Les houcliers Uuccaux, assez grands, sont triangulaires, plus largcs que longs, 
avec un angle proximal assez ouvert et un cote distal legereiuent convexe, se reliant 
par des angles arrondis aux bords lateraux qui sont droits. Les plaques adorales 
sont tres allongees et assez etroites, an moins deux fois plus longues que larges, un pen 
plus larges dans leur inoiti(^' interne, taudis quelles sont legereiuent retiecies dans leur 
partie externe par les pores tentaculaires voisins. (pii sont tres allonges. Les plaques 
orales sont grandes et hautes, plus hautes que les adorales, avec les grands Ijords 
paralleles, deux fois et demie plus larges que longues. Les papilles buccales lateralcs, 
au nombre de six et parfois de sept, et qui se continuent avec les ecailles tentaculaires 
proximales des pores de la premiere paire, sont obtuses, carrees ou rectangulauires, mais 
a contours bien distincts ; la derniere est un pen allongee et pointue. La ])apille inipairc 
terminale est assez grande, allongee et pointue egalement. 

Les plaques brachiales dorsales sont fortement convexes, de maniere a determiner 
la carene dorsale des bras et leur boid distal n'est pas applique contre le l)ord proximal 
de la plaque suivante, mais il s"en ecarte quelque peu et se releve de maniere a I'endre 
plus apparente encore la carene mediane des bras. Les premieres pla([ues sont rect- 
angulaires, plus larges que longues; elles dcviennent rapidement aussi longues (pie 
larges et m(^mc un pen plus longues que larges avec un ('(jte proximal (?troit. un c6t(! 
distal large, couvexe et proeminent, des l)ords lateraux droits et divergents. C'cs 



OPHir'RES— KCEHT.RR. 55 

plaques soiit contif^iK's sur uue assez <];raiiil(' IdiitiiKMii' des l)ras. puis dies se separent 
progress! \('iii('iit cii mi'iiic t('iii])s (ju'cllcs i|c\icini('iit siniplcini'iit tiiaiigulaires. 

\j:\ prt'mi(~T(> |)l;ii[U(' l)i;nlual(' vcntrale est grande, triangulaire, avec un angle 
proximal plus on luoins anniuli ct uu hold distal trt\s convexe ou defonipo.sc en trois 
petits cotes; ellc est un pcu pus large que longue. La deuxienie est plus grande, 
beaucoup plus large et contigue a la precedente par son petit l)ord proximal; son Ijord 
distal est tres lai'go et il se relie aux cotes par des angles tres aigus. Les plaques sui- 
vantes toujours grandes, sont triangulaires elles sont separees Tune de I'autre, niais 
("lies (icvicnnent lapideniont tres courtes et rostent des lors trois t'ois plus larges que 
longues avec un angle proxiuial tres obtus et un bord distal tres convexe; Tespace qui 
les separe Tune de Taut re finit par etre tres allonge. 

Les ))laques laterales portent, sur leur bord distal, sept et meme huit petits 
j)i([uauts, papillifornies, subegaux : le premier ventral cependeant un pen plus grand 
([ue les autres ([ui sont disposes assez regulierement en une rangee contigue. Le 
noinbre de ces piquants tombe rapidement a sept puis a six. 

Les pores des premieres paires tentaculaires sont tres allonges, t'eux de la 
premiere paire ])oitent six ecailles proximales et cinq a s'x distales; ceux de la seconde 
paire quatre a cinq ecailles pioxi males et trois distales; ceux des troisieme et quatrienie 
paires trois ecailles proximales et deux distales ; ceux de la cinquieme^ enfin deux 
ecailles proximales et une distale; puis les pores disparaissent rapidement en meme 
temps ([uil no reste plus qu'une seule ecaille proximale tres petite 

Kn resunu''. les principales ditlerences que je releve entre cet iudividu et le type 
de I'cspece sont offertes par les plaques dorsales dii disque plus noinbreuses et plus 
petites, les six plaques primaires notablement plus ])etites et plus ecartees, les plaques 
brachiales dorsales un pen plus saillantes et un pen moins allongees, la premiere plaque 
brachiale ventrale plus grande, les deuxieme, troisieme et quatrieme plac^ues ventrales 
plus larges. les premieres papilles radiales visil)les quand on regarde I'animal par la 
face dorsale et legerement allongees. (Vs petites differences tiennent evidemment 
a la taille plus grande de I'individu et il s'agit incontestablement de la meme espece. 

HoM.\LOPHIURA IRROUATA (Li/liKtll). 

(V\. LXXXVl. tig. 1.-) et Ki.) 

Voir pour la bil)liographie et la synonymie : 
Ojihlina iirorala L. Claik (11). p. (l-i. 
()j)hi()f)If/j)lHi irmntid Kodilcr (14). p. IS. 
Olililiiitt iimnild L. Clark (15). ]>. S'Ju. 

et ajoiitcr : 
Ophioiihipha intcijia Koddcr (08). ]). :)St. I'l. \lll. lig. 79 et 80. 
Ophiofjiijpha Jifjimifn Keehler (08). ]). .")S7. IM. IX, tig. 83 et 84. 

Station 5.— Lat. 8. (U" 34'. Long. E. 127'' 17'. 1,700 fins. Janvier 1914. Uue 

dou/.ainc d'rcliantilloiis. 



5(1 KXrftniTION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

Station 1.3. Lat. S. 35" 44^'. Long. K. 135^ 58'. 1,800 fm.s. 25 fevrier 1914. 
Cinq (''chantilldiis. 

Dans lo plii.s grand exemplairc, le diamctre du disqiie atlcint 27 umi. ct 21 niiii. 
dans les plus petits. Dans tons ces echantillons, les bras sont casses pres de leur base, 
sauf an seul qui est conserve sur une longueur de 00 iniii., et (jui, coniplet, devait 
atteindro au nioin.s loo mm. 

•J'ai deja eu Toccasion (14, p. 18) dindiqucr ma maniere de voir, conforme a 
celle de L. Clark, sur la synonymic de 10. irrorata, qui doit etre consideree niaintenant 
comme une espece ayant une tres vaste extension geographiq\ie et susceptible de 
presenter des variations a.ssez grandes pour qu'on ait pu decrire a cote d'elle plusieurs 
espces differentes qui doivent lui etre reunies. J'admettais alors avec L. Clark 
qu'il y avait lieu de reunir a \'0. irrorala de TAtlantique, les 0. orhiculata Lyman, du 
Japon, grandis Verrill de TAtlantique, tumulosa Liitken et Mortensen de la region de 
Panama, itinndata Koehler I'Atlantique, et involuta Koehler de lOcean Indien. De 
plus, I'etude que je viens de faire des echantillons antarctiques recueillis par 1' " Ex- 
pedition Antarctique Australasienne " m'a montre qu'ils sont egalement tres voisins de 
deux formes rapport ees par la '" Scotia " et que j'ais cru devoir separer specifiique- 
nient sous les noms dX). integra ct fyu rata, et qu'en somme ces deux especes devaient 
etre reunies a VO. irrorata. Celle-ci presente des lors ime extension geographique 
beaucoup plus vaste encore que je le croyais en 1914, puisqu'elle penetre dans les regions 
antarctiques. 

Dans les echantillons de 1' " Expedition Antarctique Australasienne,'" la face 
dorsale du disc^ue est couverte de plaques extremement fines et les six plaques 
priinaires, qui .sont distinctes, sont tantot tres petites et tres rapprochees, tantot un 
peu plus grandes et un peu plus ecartees; les boucliers radiaux sont tantot tres 
courts, triangulaires. un peu plus longs que larges, tantot une fois et demie au nioins 
plus longs cjue larges. Les piquants brachiaux sont toujours au nonibre de trois 
seulement, le piquant dorsal un peu ecarte des deux autres qui sont rapproches du 
bord ventral de la plaque laterale. Les boucliers buccaux presentent aussi quelques 
variations : tantot ils sont notablement plus laiges que longs, tantot ils sont plus 
petits et a peu pres aussi longs que larges. Les jjapilles radiales sont basses, 
obtuses, niais toujours bien apparentes. 

Ces echantillons se rapprochent plutot de la t'oiiiie ([uc jai decrite sous le nom 
d"0. ititpgra en raison de I'existence de papilles radiales l)ieii distinctes, tandis que 
chez YO.figxrata il n'existe que de tres petites plaques, maispas de papilles a proprenient 
pai'ler. Va\ revanche, la forme des Ijoucliers buccaux rappelle dadvantage celle que j'ai 
indiquee chez VO. figurata; quant aux boucliers radiaux, ils sont tantot courts, 
comnre c'est le cas dans cette derniere espece, tantot plus allonges comme chez VO. 
integra. Ces variations sont de I'ordre de celles qu'on observe chez les differentes 
formes d'O. nrurala : en ce qui ccmcerni' luitaiimnMit les papilles radiales, on sait 



()|'III|-|;ks K(Kiii.ki!. bl 

que ces pupilles soul . oidinaiii'iuciit ilitiintes ct l)ieii lorinees. iiiais qu'elles 
manqnent on qu'elles sont reuiplacees par de petites plaquettes chez I'O. (frandis de 

1 At l;mf i(|ii('. 

L. Clark a classe les (). jujiunta et intqint. coiiiiuo d ailleurs \'(). invnita et .scs 
divers synonymes, dans le genre Ophiuru s. str., mais il nie parait que Tespece est 
beaucoup inieux a sa place dans le genre Humalophium en raison de la redTlction des 
pores tentaculaires au dela des premieres paires, dii petit nombre des piquants 
brachiaux. de I'etat des papilles radiales, etc. 



AmPHIOPHIURA RKT-KCATA IKiV. sp. 

(I'l. LXXXVlll. lifT. 1-7). 

Station 7.— Lat. S. 65° 42'. Long. E. 92 10'. (iO fins. 21 Janvier 1914. I'ne 

di/.aine d'ochantillons. 

Station 8. -Lat. 8. (>6° 8'. Long. K. 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Quatre 
echantillons. 

Le disque est aplati et lenticulaire ; son diametre reste habituellement compris 
entre 6 et 8 mm. et il est souvent plus petit; les l)ras sont greles et niesurent 25 a 28 
mm. Dans le plus grand exeniplaire de la station 7. le disque atteint 10 mm. et les 
bras out a peine 30 mm. de longueur. L'en.semble de Tanimal est pen robuste. 

Le discpie est li;ibit\iellement pentagonal. Sa face dorsale est couverte de 

plaques relativement peu nombreuses, les unes grandes et les autres, beaucoup plus 

petites, intercalees entre les precedentes. On reconnait toujours une rosette de six 

grandes plaques primaires subegales, les radiales parfois uu peu plus grandes que la 

centro-dorsale, et un peu ovalaires, separees de la centro-dorsale par une rangee de 

petites plaques, mais dans les petits individus elles lui sont ordinairement contigues. 

II existe en outre un nombre variable de plaques un peu plus petites dans les espaces 

radiaux et interradiaux, sans que Ton remarque des plaques sensiblement plus grandes 

que les autres avec, dans les intervalles. des plaques beaucoup plus petites. I^es 

boudiers radiaux ne sont pas tres grands et d'ailleurs leurs dimensions, conime leur 

forme, sont assez variables : tantot ils sont a peine superieurs aux plus grandes plaques 

du disque, tantot ils sont sensiblement plus grands, triangulaires. un peu plus longs que 

larges avec les angles arrondis. Les deux boucliers do i haque paire sont divergents. 

assez rapproches, maiz non contigus en dehors sur certains exemplaires. tandis que 

sur d'autres ils sont plus ecartes et separes par une serie de deux grosses plaques ou 

par quelques plaques plus petites. 11 nexiste pas de papilles radiales, nuiis on aperyoit 

parfois sur les grands exemplaires. et cela d'ailleurs d'une maniere inconstaute. deux ou 

trois petits granules sur le bord extame des boucliers radiaux : ces granules ne se 

contiuuent pas sur la face ventrale. 
•MJTS- n 



58 EXPliDITlON ANTAKMTIQUE AUSTKALASIENNE. 

La lare veutrale du disqiie est cuiiverfe. cii drhor.s des boucliers buccaux, pal 
quelques plaques assez grandes, ]khi iiombreuses, airondics et a surface assez hombee; 
en general, on remarque une plaque inediane plus grande reniplacee parfois j)ar deux 
plaques, puis par quelquee autres plaques plus petites. Les fentes genitales sont tres 
etroites et courtes et n'atteigueut pas la peripheric du disque ; leur bord interne est 
limite par trois plaques successives assez etroites et coiupletement depourvues de 
papilles. 

Les b(juclicrs huccaux sont assez grands, triangulaires, plus larges que longs, 
avec un cote distal arrondi et un angle proximal plus ou luoins allonge, separe parl'ois 
du reste de la plaque par un silloii transversal; la loiiiu? de ces boucliers est d"ailleurs 
un pen variable. Les plaques adorales sont fortes, assez epaisses, deux fois et deniie 
plus larges que longues, a pen pres aussi larges en doflaiis (|u"on dehors et ne se 
prolongeant pas entre le bouclier buccal et la pieiniere plaque brachiale laterale. 
Les plaques orales, de taille moyenne, sont deux fois plus longues que larges. Les 
papilles buccales laterales, au nombre de quati'e, sont grosses et epaisses. ol)tuses, 
subegales, carrees, et la paioille terminale impaire est un peu ])lus I'orte que la 
precedente. 

Les plaques brachiales dorsales sont petites. Les deux ou Irois premieres sont 
courtes et elargies trans versalement. Au dela, res plaques deviennent losangiques, 
toujours plus longues que larges et elles se separent par uu intervalle qui devient assez 
allonge. 

La premiere plaque brachiale ventrale est grande, ovalaire ou trapezoidale, avec 
un bord proximal etroit; elle est un peu plus large que longue et ordinairement plus 
grande que la plaque suivante. Celle-ci est triangulaire, plus large que longue, avec 
un angle proximal tres obtus et un bord distal tres convexe. La taille diminue beaucoup 
sur les plaques suivantes qui sont separees par un intervalle s'allongeant de plus en 
plus La deuxieme plaque touche a peine la premiere ou meme elle en est deja separee 
par un espace etroit. 

Les plaques laterales portent, sur leur bord distal, trois petits piquants papilli- 
formes, generalement eloignes I'un de I'autre : le premier ventral est rapproche du bord 
ventral de la plaque et le dernier dorsal de son l)oi'd dorsal. 

Les pores tentaculaires des trois ou quatre premieres paires sont tres grands 
niais leur taille diminue rapidement : le premier offre trois grandes ecailles de chaque 
cote et parfois quatre; le deuxieme porte trois ecailles proximales et trois ou deux 
ecailles distales plus petites; le troisieme deux ecailles proximales et une distale; au 
dela, il ne reste plus qu'une seule ecaille proximale \u\ peu allongee et petite et les pores 
se reduisent de plus en plus. 

La couleur des echantillons dans I'alcool est jaunatre ou jaune brunatre parfois 
meme assez foncee. 



(il'JIirUKS K(KIII,KH. 59 

Rapports ct Differences. -LA. rrleijadi iippaitient evidenuuent au genre 
Aniphiophiura en raison des dimensions des pores tentaculaires des premieres paires. 
Kile est remarquahle par scs Ijras greles et par la petitesse des plaques brachiales 
dorsales qui sont losangicpies et largement separees les unes des autres; par les trois 
piquants brachiaux egalement espaces sur le l)ord distal des plaques laterales, ct par 
I'ahsence de peigne radial. Par la forme des plaques brachiales dorsales, elle rappelle 
\A. frigida. mais elle s'en ecarte nettement par les pores tentaculaires des premieres 
paires tres gros et munis de grosses ecailles, i)ar la taille des papilles buccales, par les 
boucliers buccaux elargis. par les plaques dorsales du disque moins nombreuses, et enfin 
par l.^s fentes genitales limitees en dedans par trois plaques successives. Parmi les especes 
antarctiques de I'ancien genre Ophiura s. lat.. elle rappellerait un peu les 0. Brucei 
Ko?hler. scissn Koehler et inermis Bell, en raison de ses bras greles, de la forme des 
plaques brachiales dorsales et de I'absence des papilles radiales; mais ces especes 
rentrent toutes trois dans le genre Homalophiura en raison de Tetat reduit de leurs 
premieres paires de pores tentaculaires. Je ne vois pas d'autres especes antarctiques 
avec lesquelles on i).>urrait confondre VA. relcgata; les seules qui presenteraient 
quelques caracteres conunuuns avec elle sont les Ophiura Eouchi et fleribilis en raison 
de la taille et de la disposition des plaques dorsales du disque ainsi que de la grosseur des 
premieres paires de pores tentaculaires; nuiis ces deux especes sont de vraies Ophiuru 
avec peigne radial bien developpe, etc., et elles s'ecartent d'ailleurs par d'autres 
caracteres de VA. relegata. 

G. Oi'HUKOLKi'is MattiinHuto. 

On salt que le genre Ophiarolepis a ete etabli par Matsumoto, qui a choisi comme 
type, represente d'ailleurs par une espece unique, I'ancienne Ophioghjphu Deshayesi 
Lyman. Get auteur a caractcrise le nouveau genre surtout par la forme ovalaire des 
pfaques adorales, par la presence d'une a trois plaques supplementaires entre les plaques 
orates et adorales, par I'absem^e de papilles radiales et genitales, par la presence d'uii 
seul piquant brachial et de trois ecailles tentaculaires, etc. (Voir Matsumoto 191"). 
p. 281.) 

Je tiens pour excellent le genre Ophiiirolepis. mais j'estime qu'il y a lieud'apporter 
quehiues modifications a la diagnose de Matsumoto. Comme je crois devoir rapporter 
au genre Ophiurolepis non seulement quelques nouvelles especes decouvertes par 
1'" Expedition Antarctique Australasienne," mais aussi deux autres especes antarctiques 
que j'ai decrites autrefois en les rapportant au genre OphiogUjpha, il me parait indi.- 
pensable de bien preciser avant tout les caracteres du genre Ophiurolepis en considerant 
I'espece prise comme typi' par Matsumoto. 

Je piLSsedc dan.s ma lollection deu.\ e.lianlilloiis d"n. Dcsliai/esi provenant <le 
Kerguelen et rapportes. Tun par la " Gazelle." Tautre par le " Challenger." tons deuN 
fiont en tres bon etat de cotiservation. Hans rechantillon du " Challenger."' le disque 
a un diametrc dr- I.", mm.: il est tics epais et .sa face d.u.sale est fortement convexe 



CO KXI'KDII'KtN ANTAItf TK.)!!': AlSTIIAl, \SI KNNK. 

tandi.s que Tautre a iin diamebre de 19-o mm. etest plus aplati. Jc reproduis ici quelques 
photographies de ces deux specimens (1*1. LXXXV. fig. 'A a 8). La plaque buccale 
supplementaiie. placee sur Ui ligae interradiale mediane, est parfaitemeut apparente ; elle 
est tantot simple, tantot divisce en deux parties tres inegales par im sillon separant du 
reste de la plaque uue partie de laugle proximal; on reconuait pariaitcment cettc 
plaque sur mes photographies fig. 3 et 7. Pour le moment, je me coutente de notev 
simplement I'existence de cette plaque supplementaire. II n'existe pas de papilles 
radiales, mais, en dehors des boucliers radiaux. (»ii reconuait un certain nombre de 
granules aplatis, disposes en plusieurs rangees et formant ce que Lyman a appele ■ a 
sort of arm comli "' ; ces papilles ou petites plaquettes aplaties se continuent sur le bord 
interne ou radial ile la fente genitale en devenant subitement plus fortes, de forme 
quadrangulaire et en se disposant de maniere a former une rangee reguliere, parfaitemeut 
identique a la rangee de papilles que Ion observe si souvent sur la meme plaque dans 
les especes du genre Ophiura s. lat. La senle difference est que ces papilles sont lua pen 
inegales et qu'elles n'atteignent pas I'extremite de la fente genitale, qui est limitee par 
deux petites plaques distinctes faisant suite a la plaque genitale principale; ces deux 
petites plaques resultent du morcelleinent de la region proximale de cette derniere. 
Le paquet de tubercules aplatis ou plaquettes qui existe sur la face dorsale du disque, 
en dehors des boucliers radiaux, pent passer pour une sorte de peigne radial comme la 
dit Lyman: on pent le comparer a ce qui existe chez les Homalophiura tesseUata, 
H. confrafjosa, Amphiophium carinifem et Ophiomaria Doderleini par exemple. ainsi 
que dans quelques especes du genre OphioniHsiiiin telles que les 0. fainiliare Koehler et 
joUense L. Clark. On pent contester I'liomologie de ces formations avec les papilles 
radiales ordinaires des Ophiura s. lat., mais il me parait inexact de dire qu"il n'y a pas 
de papilles genitales, comme Ta avance Matsumoto, car celles-ci existent parfaitement. 
II y a d'ailleurs des variations dans les caracteres des papilles radiales et de la plaque 
genitale chez les different«s especes que je rapporte au genre Ophiurolepis. Les papilles 
radiales sont plus ou moins developpees, et, au lieu de former un paquet comme chez 
10. Deshayesi, elles peuvent se disposer en nme rangee unique assez reguliere, et elles se 
reduisent meme parfois a de petits tubercules coniques; dautrefois elles sont plus 
grandes, plus apaties ; ce sont de veritables plaquettes ressemblant aux plaques voisines 
de la face ventrale du disque et il est difficile de tracer une limite entre les deux forma- 
tions. La rangee de papilles qui s'etend le long de la fente genitale est ordinairement 
bien formee et leur taille augmente un pen vers I'extremite proximale de ces fentes. 
(Juant aux plaques genitales elles-niemes, leur region proximale est toujours separee de 
la partie principale dela plaque, tantot sous forme dune plaque miique triangulaire, 
tantot sous forme de deux plaques successives ; parfois ces deux plaques, qui ne sont 
pas tres grandes, sont pen differentes des papilles voisines. 

Lyman, dans .sa description de \'(). Defiliai/i'si. dit ■ gciutal ])lates formed of 
two or more pieces." Matsumoto ne fait pas mention de cette disposition daiis sa 
diagnose du genre Ophiurolepis. Or il n\e parait important de noter que les plaques 
genitales de 10. Deshaijeni comprennent toujoiirs une partie piiii(i])ale distale assef/ 



(M'llMKI'iS K();ill.i;i!. Hi 

elaigie et unc region pioximalc loriuoe d'une on deux jx-tites pieces distinttes qui 
paniissent provenir dii moicclleinent de lette plaque : toutefois il est parfois difficile 
de decider si telle piece liinitaut le fond de la fente genitale est un petit fragment de la 
plaque genitale ou mie papille genitale distincte. 

Les pores teutuculaires de hi preniieio pairo ciiez I'O. Ikshayesi sont Ijien 
developpes et allonges; ils s'ouvrent en dehors des fentes buccales, niais lis sont ties 
rapproches de celles-ci. Ces pores sont tres etroits et retrecis par de grosses ecailles 
rectangulaires, inegales, epaisses et fortes, qui parfois ineme resseni blent a de petites 
plaques, et qui sont au nonibre de trois en general. Les pores suivants sont beaucoup 
plus petits; on distingue (■ei)endant, au dela de la premiere paire, deux paires successives 
qui portent en general chacune trois ecailles proximales. Matsunioto dit qu'il existe 
sur les articles suivants trois ecailles tentaculaires et un seul piquant brachial, mais 
i'estimo quOn doit interpreter les choses d'une inaniere un peu diffeiente. 11 me parait 
plus correct de dire quil nexiste (jue deux ecailles tentaculaires tres rapprochees, 
petites, allongees. papilliformes et un ])eu pointues, et que les plaques laterales portent 
chacune deux piquants brachiaux papilliformes egalement. En effet. immediatement 
en dehors et uu-dessus de deux premieres papilies qui peuvent etre consitlerees comme 
deux ecailles tentaculaires, vient une troisieme papille que je considere comme un 
premier piquant ventral, et celui-ci est separe de la deuxieme ecaille tentaculaire par 
un intervalle sensiblement plus grand que cclui qui separe cette deuxieme ecaille de la 
premiere, car ces deux ecailles sont parfaitement contigues; puis, a une assez grande 
distance de ce premier piquant et vers le bord superieur de la plaque, se trouve un 
deuxieme piquant bracliial. Dans d'autres especes que je crois devoir rapporter egale- 
ment au genre Ophiurolepis, la formation qui fait suite sur le cote des bras a la deuxieme 
ecaille tentaculaire, est incontestablement un piquant brachial; non seulement il est 
un peu plus court que les deux ecailles tentaculaires dont il est plus ou moins rapproche, 
mais de plus, il se trouve place a une distance trop grande de la plaque brachiale ventrale 
pour qu"il soit vraiment possible de le considerer comme une troisieme ecaille tentaculaire. 
Dans deux especes que je decrirai sous les noms d'O. tunicseois et O. iitoniar. le piquant 
ventral est separe de la deuxieme ecaille tentaculaire i)ar un espace vide tres distinct et 
il ne pent subsister aucuu iloute sur sa nalure: il existe bien reellement deux ecailles 
tentaculaires et deux piquants brachiaux. l']n somme, ceci est surtout une affaire 
d'interpretation: il n"v a pas grande difference entre la maniere de voir de Matsumoto 
qui decrit trois ecailles tentaculaires et un piquant dorsal situe a une certaine distance 
de ces dernieres, et la mienue qui compte deux ecailles tentaculaires seulement, un 
premier piquant ventral tres rapproche de ces ecailles et un deuxieme situe a une certaine 
hauteur sur les faces laterales du bras, 

11 me reste a considerer un autre caractore du genre Opliiioolefis auquel Mat- 
.sumoto attribue certainement une grande importance: je veux parler de la presence 
d'une plaque supplementaire situee sur la ligne int«rradiale mediane, entre les plaques 
orales et adorales. Cette |)l.iiiuc so montre sur mes deux cxenqilairos d"0. Df.sliaycsi 



(« KXl'KDITIoN AXTAUCTIQUE AUSTHALASIKNNK. 

(fig. 3 et 7) et elle aft'ecte la fonnc dun losange presqiie regulier. Kile a etc indiquee 
et representee aiissi l)ien par Lyman que par Studer, niais ces auteurs sont tres brefs 
a son sujet; Lyman dit sciilement qu'il oxiste, a la jdiictioii dcs ])laqiie.s adorales et 
orales, une petite plaque supplcnientaii'e losangicjue ; et Studer, que les plaques adorales 
sont separees en dedans par une plaque losangique qui se trouve inter^alee entre les 
deux plaques adorales et les plaques oi'ales correspondantes. 11 y aurait grand intcret 
a savoir si cette plaque impaire se rencontre dans tons les exeniplaires d'O. Deshaijesi 
recueillis, soit par le " Cliallenger,"' suit par la " CJazelle " ; malheureusement les auteurs 
ne iu)us donnent auniu renseignement sur ce point et disent seulement qu'au lieu 
d'une seule plaque il pent s"en niontrer deux ou trois. Retenons done ceci, c'est que 
cette plaque supplementaire pent suhir certaines variations chez IT). Deshm/esi. 

.I'ai retrouve la meme plaque, avec les memes caracteres et la meme situation, 
chez un assez grand nombre d'Ophiures que je crois devoir rapporter au genre Ophmrolepis 
et qui appartiennent a cinq especes differentes: troi.s nouvelles cpie je decrirai ci-dessous 
sous les noms d'Ophiurolepis tumescens, 0. laordax, et O. acconiodata, et deux autres 
especes que j'ai rapportees autrefois au genre OphiofjJypha, les 0. gelida et resistens. 
Or, chez ces difterentes especes, j'obsevre des variations dans les caracteres de cette 
jilaque intermediaire, qui est tantot unique, tantot fragmentee, petite chez certains 
individus, beaucoup plus grande chez d'autres. ou pouvant meme faire completement 
defaut. Dans I'espece nouvelle que je decrirai plus loin sous le noni d'O. tmnescois, et 
qui est representee par six individus, la plaque supplementaire existe chez tous, soit 
enticre, soit le plus souvent morcelee ; il en est de meme chez VO. acconiodata representee 
par trois individus, et chez \'(). mordax, representee egalement par trois echantillons, 
elle ne manque que dans le plus petit. Au contraire. chez les 0. resistens et gelida, la 
plaque intercalaire n'est pas constante: tantot elle est tres apparehte, en forme de 
losange rcguliei- avec les cotes et les angles symetriques, tantot elle est irreguliere ou 
morc-elee en deux ou trois iragments. tnntot cnfin elle est rudimentaire ou pent meme 
faire completement defaut. 11 ne para'it pas dailleurs y avoir la moindre relation entre 
la presence de cette plaque et la taillc dcs individus, (^ar si elle fait gencralenient defaut 
ilans les petits exemplaires. elle pent se montrer (hms des echantillons dc moyennes 
iliniensions, tandis qu'elle manquera totalement dans de grands exemplaires; de plus, 
chez un meme echantillon elle existera dans certains interradius tandis qu'elle fera 
totalement defaut dans d'autres, ou bien s'y presentera avec une forme differente. 
11 est incontestable que cette plaque impaire supplementaire resulte d'un morcellement 
des plaques adorales voisines et qu'elle est fonnee par un fragment detache de la region 
proximale de I'une de ces plaques, on par cUmix fragments detaches des deux plaques a 
la fois ct qui se sont sondes sur la ligne interradiale mediane mais qui peuvent rester 
.separes. Des individus, comme celui que je represente I'l. XC, hg. 15, sont interessants 
a considerer: dans deux interradius (qui sont tournes vers la gauche dans ma photo- 
graphic), la plaque intercalaire est tres bien formee, tandis que dans les autres elle 
n'existe pas, mais les doux plaques adorales de chaque paire sont inegales et Tune 
d'elles est plus longue (jiic lautie: si Ton suppose (|iic la region prdxiniah' dc la plaque 



(iI'llll'KKS KiKIII.Ki;. 03 

plus louguc se «i)il (iL'tarliot' par uii .sillini du icste do lu plaque, iiou.s obtieiKlioii.s line 
plaque intercalaire ideutique a celle ties deux interradius de gaiudie, car, par reciprocite, 
on pent dire que si dans ces derniers interradius le sillon de separation ne s'etait pas 
I'orinc, la disposition losterait la iiieme que dans les trois autres interradius. Chez une 
autre 0. resistens, representee fig. 18 de la nienie planche, on voit, dans les deux interradius 
tournes vers le haut, que la plaque intercalaire mediane est reniplaree par deux petites 
plaques paires, triangulaires, a pen pies egales, forniees evideniniout chacune par un 
petit fragment proximal detaclH'' de chaque plaque adorale voisine. 

.le revieiidrai ]>liis Idin sur ces dispositions. 

II I'aut ajouter aussi que dans (|ucl((ii('s especes (VOphinrolepis, les boucliers 
buccaux pouveiit egalement sul)ir un certain morcellement de leur region proximale 
et meine chez Tune d'elles, VO. accomodala, ce morcellement pent interesser la 
totalite du bouclier. 

11 resulte des remai'ques qui precedent que la presence d'une plaque buccale 
intercalaire placee sur la ligne interradiale niediane nest pas constante dans le genre 
Ophiurolepis, et que dans deux especes que je crois devoir attribuer a ce genre, elle 
pent faire defaut chez certains exemplaires. On pourrait m'objecter des lors que, 
dans ces conditions, ces deux especes ne devraient pas etre rangees dans le genre 
Orphiurolepis et qu'elles seraient mieux a leur place dans le genre Homnlophinm par 
exeinple. A ceci je repondrai que les 0. gelida et resistens presentent, par tous leurs 
autres caracteres, une trop grande ressemblance avec les autres especes du genre 
Ophiurolepis pour qu'il soit impossible de les en separer generiquement. A mon avis, 
il suffit que la plaque buccale intercalaire mediane ptisse se montrer chez certains 
individus pour que nous devious tenir compte de ce caractere si remarquable qui n'est 
connu dans aiicun des autres genres demembres de I'ancien genre Ophiura, sil est vrai, 
comme je le crois, que cette plaque supplonientaire soit morphologiquement un 
morceau detache de la region proximale de luue des plaques adorales ou des deux 
plaques de la meme paire. L'inconstance que j'ai signalee a la fois dans sa presence 
et dans sa forme s'expliqiie, comme on s'explique que la region proximale des 
boucliers buccaux se detache dans certains exemplaires du reste de la plaque, tandis 
que dans d'autres ces boucliers restent indivis. En tout cas, je le repete, le fait que 
cette plaque se montre a peu pres dans la moitie des individus chez deux especes, et 
dans presqne tous dans les quatre autres, doit etre pris en scrieuse consideration et 
iin tel caractere presente une certaine importance; on doit en tenir compte. Je crois 
cependant qu'il ne pent plus etre considere commo un caractere de tout premier ordre 
puisqu'il est iiicou.stant et je serais d'avis de modifier la diagnose ([ue .Matsumoto a 
donnee du genre Ophiurolepis en disant : " il pent exisler on il oxiste souvent— - 
une plaque buccale intercalaire, simple ou morcelee." Quant aux caracteres essentiels 
du genre Ophiurolepis, ils sont fournis par la disposition des plaques genitales et leur 
morcellement dans leur region proximale qui reste toujours separee du reste de la 
plaque, par la forme des plaques dorsales du disque. les unes beaucoup plus grander 



<)4 I'lXl'I'.DITKt.N v.NTAIiCI'K^l'K AISTI! Al, ASI KNNK. 

eiitourees par cles plaques tres petites, i)ar I't'paiisseui ineiiu' de ce disque, par les pores 
tentac'iilaires tres petits a la base des bras, et diaparaissaiil au-dei;! dii disqiio, par la 
presence de deux ecailles tentaculaires et de deux piquantn l)rathiaiix. ])ar les bras 
tres hauts et restant generaleineut assez minces, et* par I'absence <le vraies papilles 
radiales qui se trouvent reinplacees par de simples gramdes d"ailleurs inconstants. 
I'outes ces dispositions se retrouvent dans les (). fesistcns et //elida, aussi bien que dans 
r 0. Deshayesi et dans les trois especes nouvelles que je vais decrire; les attinites de 
oes six especes ne saiiraient etre revoquees en doiite. 

Ol'llIfKOI.KriS TrMESCKNS JIOV. sp. 

(PI. LXXXVII, fig. G a 8: et Hi A U.) 

Station 3.— Lat. S. 60' 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 3J decembre 1913. Deux 
echantillons. 

Station 9.— Lat. S. 65° 20'. Jx)ng. !*:. 95' 27'. 240 fms. 28 janviei- 1914. Deux 
echantillons. 

Station lO.-Lat. S. 65 6'. Long. E. 96° 13'. 325 fms. 29 Janvier 1914. Deux 
echantillons. 

.1 ai desseche quatre de ces exemplaires que je designerai respectivement par 
les lettres A, B, C et D, et d'apres lesquels je decrirai I'espece. 

Le disque est toujours tres epais et tres haul: dans le plus grand iudividu de 
la station 10 (C) chez lequel le diametre est de 11 mm. (PL LXXXVII, fig. 10, 12 et 14), 
cette hauteur atteint 6 mm. Le contour esfplutot pentagonal et la face ventrale est 
presque plane avec la region buccale uu peu saillante; les bras, assez minces, vont 
en s'amincissant progressivement jusqu'a I'extreniite qui est un peu pointue; ils 
mesurent 45 mm. environ de longueur tandis que leur largeur a la base n'est quo de 
2 mm. seulement et la hauteur est un peu superieure a leur largeur; leur face ventrale 
est aplatie. Dans les autres exemplaires, le diametre du disque varie entre 8 et 12 mm. 
Tout I'ensemble de I'animal est tres robuste et fort. 

La face dorsale, extremement bombee. est couverte de plaques tres inegales 
et solidement miies, parmi lesquelles on distingue une rosette centrale de six gro.s.ses 
plaques primaires arrondies, bombees et egales : les cinq radiales touchent la centro- 
dorsale par leur milieu et sont separees les unes des aiitres par trois petites plaques 
successives, la moyenne plus petite. Kii dehors, on obseive, dans les espaces ladiaux, 
une j)remiere plaque tres saillante, ovale, .separant les regions proximales des deux 
boucliers radiaux de chaque paire, et, a .sa suite, une autre plaque Ires petite. Dans 
les espaces interradiaux, on rencontre une premiere plaque un peu plus petite que les 
six plaques primaires, puis deux autres petites plaques successives dont la derniere 
atteint la face ventrale du disque. 'I'outes ces plaques sont separees par des sillons 
larges et assez profonds et quelques autres plaques beaucdup plus; petites viennent 



OPHtUKKS— KtEHLEU. 65 

s'intercaler eiitre elles. Les boucliers ladiaux sum uii pen plus grands que les six 
plaques priiuaires, lui i)eu saillants et plus longs que larges, avcc un angle proximal 
assez aigu, un angle externa tres arrondi et un peu preeminent; les deux boucliers 
de chaque paire sont separes en dedans par les deux plaques signalees plus haut, et 
en dehors ils sont contigus sur une tres petite partie de leur longueur vers leur quart 
externe, puis ils se separent de nouveau par deux petites plaques successives, la 
premiere triaugulaire, I'autre quadrangulaire et tres courte. Les papilles radiales 
n'existent pour ainsi dire pas; cependant quelques petites plaques voisines du bord 
externe des boucliers radiaux offrent, en dehors de ces boucliers, des granules 
rudimentaires formant un petit paquet qui se continue d'une part en une petite 
rangee de granules separant la premiere plaque brachiale dorsale de la plaque voisine 
de la face dorsale du disque, et d'autre part sur le bold radial de la plaque genitale, 
ou elles se developpent en une petite rangee de papilles irrcguliercs sur le bord interne 
de la fente genitale : la derniere de ces papilles est beaucoup plus grande que les 
autres et Ton pent se demander si Ton doit la considerer comme une veritable papille 
ou comme une petite plaque detachee de la region proximale de la fente genitale. 

La face ventrale oftre, en dehors des boucliers buccaux, ime grosse plaque 
arrondie, qui atteint le bord du disque et qui est contigue au bouclier buccal dont elle 
est separee sur les cotes par une plaque tres petite ; d'autre part, vers la peripherie du 
disque, se montrent deux autres petites plaques. La plaque qui fait suite au bouclier 
buccal est parfois divisee en deux autres. Les plaques genitales sont de dimensions 
moyenaes, allongees et tres retrecies en dedans. Les fentes genitales sont etroites 
et allongees. La partie proximale de la plaque genitale se separe du reste de la 
plaque sous forme d"une petite plaquette triaugulaire, tantot unique, tantot 
accompagnee de deux autres plus petites, et il est parfois tres difHcile de decider si 
I'une de ces petites plaquettes est un fragment exigu de la plaque genitale ou, au 
contraire, si c'est une papille genitale plus grande que les autres. 

Ijcs boucliers buccaux sont grands, triangulaires ou pentagonaux, avec un 
angle proximal assez aigu limite par deux cotes droits, deux bords lateraux se reliant 
aux precedents par un angle tres obtus, parfois complctement omousse. et un bord 
distal arrondi; ils sont un peu plus longs que larges. l..es plaques adorales, assez 
larges, sont deux foia plus longues que larges avec les bords paralleles et elles ne 
separent pas en dehors la premiere plaque brachiale laterale du bouclier buccal. Les 
plaques orales sont plus petites et plus etroites, deux fois plus longues que larges. 
Les papilles buccales laterales, au nombre de cinq, sont basses, rectangulaires. separees 
par (les lignes peu marquees et forment par leur ensemble une (range etroite : la 
papille externe est un peu plus large que les preredenles et la pa])ille terminale, 
losangique est plutot petite. La plaque intercalaire mediane exist e dans les six- 
exemplaires recueillis par I' " Expedition Antarctique Australasienne," tantot entiere, 
tantot, et le plus ordinairement, fragmentee. Les boucliers buccaux peu vent 
egalement etre fragmentes a des degres variables dans leur region proximale. 8ur 

•0357S I 



(.\6 KXI'KDITIOX ANT.VIiCTlQlK Al'STKALASI KXNK. 

rexemplaire A (PI. LXXXVIl, fig. 8), l;i panic itiuximalc di-s Ix.ucliers hiiccaux est 
separee du reste par uu silloii trans vert^al on oblique, sous iorme tlune petite plaque 
irregulierement triaugulaire. qui, tantot reste simple, tantot se divise en deux ou trois 
autres. La plaque interradiale niediane suppleiuentaire est grande, losangique, et 
reste generalenient entiere, raais cependant sur deux interradius son angle pioxiiual 
eat separe du resbe par un sillon transversal oblique pen apparent d'ailleurs. 

Dans rec'hantillon B (I'l. LXXXVlI, fig. 7). Tangle proximal de.s l)oucliers 
buccaux est aussi niorcele en deux ou trois petites plaques et la plaque losangique inter- 
calaire est generalenient morcelee elle-mcme en quelques autres plaques en n(iiiil)re 
variable. Enfin sur Tindividu C (fig. 14), j'observe des dispositions analogues : la plaque 
intercalaire mediane est generalement morcelee en petits fragments dont les limites 
sont d" ailleurs tres obscures et difUciles a apercevoir. Dans le plus petit exem- 
plaire de la station 10 chez lequel le diametre du disque est de 8 mm. (D), les 
contours des pieces buccales s'aperyoivent inoiiis nettement sous le tegument, quatre 
des boucliers buccaux sont entiers, et sur le cinquieme. Tangle pioximal est morcele en 
deux petites plaques. La plaque mediane intercalaire existe toujours dans Tun des 
interradius : elle est entiere, allongee et de forme losangique, dans les autres elle souleve 
le tegument en petites eminences arrondies, mais il m'est impossible de reconnaitre 
si cette apparence est due a des irregularites de la surface de la plaque ou a une frag- 
mentation reelle. 

Dans les deux autres individus qui sont restes en alcool, on pent recomiaitro 
qu'il y a une plaque intercalaire ordinairement morcelee, mais il est tres difficile cTen 
distinguer les contours a travers le tegument assez epais, et pour en reconnaitre la forme 
il aurait fallu faire dessecher egalement ces individus. En somme, la plaque intercalaire 
existe part out. 

Les plaques brachiales dorsales sont epaisses, renflees et elles forment une carene 
assez peu marquee d'ailleurs et arrondie. La premiere est grande, quadrangulaire. 
beaucoup plus large que longue, avec des cotes divergents et un bord distal ties convexe : 
ce boi'd est separe en son milieu de la plaque suivante, par quelques granules analogues 
a ceux qui separent la premiere plaque brachiale de la plaque voisine de la face dorsale 
du disque, mais ils sont moins developpes. La deuxieme plaque devient triaugulaire, 
a peu pres aussi large que longue ou encore un peu plus large que longue, avec un angle 
proximal tres arrondi et contigu a la plaque preeedente ; au point de reunion de ces 
deux plaques, se montrent encore un ou deux petits granules. Les plaques suivantes 
restent d'abord tres rapprochees et presque contigu es. puis elles se separent par un inter- 
valle assez etroit; leur bord distal se dispose souvent en deux petits cotes, ce qui Icur 
donne une forme losangique et elles deviennent un peu ])lus longues que larges. Dans 
la partie terminale des bras, elles sont tres petites, simplement triangulaires et largement 
separees les unes des autres. 

La premiere plaque brachiale ventrale est tres grande. triaugulaire. a peu pres 
aussi longue que large, avec les bords un peu arrondis; elle ^^st toujours separee de la 



OrilirKE-S-KCEHLKK. 67 

suivante par an certain intervalle. Cette deiixieme plaque est tiiangulaire. beaucoup 
plus large que longue, avec un angle proximal obtus, des angles lateraux tres aigus 
et un bonl distal tres large et convexe. Au dela, les plaques deviennent plus etroites, 
les angles lateraux s'arrondissent et elles se scparent par un large intervalle. 

Les plaques laterales, tres hautes, et non pr^eniinentcs, portent sur lour bord 
distal, deux piquants extrenienient courts, petits, papilli'ormes et ressemblant plutot 
a des granules coniques; ces deux ])iquants sont assez rapproches Tun de I'autre et le 
piquant ventral est separe de la deuxiemc ecaille tentaculaire par un intervalle bien net; 
entre les deux piquants, on reniarque souvent une petite proeininence du bord de la 
plaque. 

Les pores tentaculaires sont tres peu developpes, sauf ceux de la premiere paire 
qui sont allonges et portent trois ou quatre ecailles proximales et generalement trois 
ecailles distales rectangulaires et a contour mal indique; ces pores sont separes des 
fentes buccales. Les deux paires suivantes, tres petites, portent deux ecailles proximales 
et une distale; au dela, les pores disparaissent et il n'existe plus que deux tres petites 
ecailles proximales papillii'ormes et peu differentes des piquants brachiaux. 

Eapforts et Differences. — L'O. tuinescens se distingue des autres Ophiurolepis par 
la hauteur consideral)le du disquo qui est presque hemispherique, par la difference de 
taille tres marquee des plaques qui i-ecouvrent la face dorsale, dont les uues sont 
extreniement grandes et peu nombreuses, tandis que 'es autres restent tres petites, par 
la hauteur des bras et par la disposition des piquants brachiaux. Je ne vois parmi 
les autres especes antarctiques de I'ancien genre Ophiura aucune forme dont on pourrait 
rapprocher VO. tumesceus. L'O. ambigua, de Keiguelen, est une veritable Ophhira 
s. str. avec un disque moins haut, des plaques dorsales plus nombreuses et mons inegales, 
des papilles radiales, des piquants brachiaux plus developpes, etc. II ne pent pas etre 
ciuestion de comparer notre espece avec des Amphiophiiira a disque tres eleve tels que 
les A. buUala, convexa, coronata, etc., dont les pores tentaculaires tres grands se contiuuent 
sur une tres grande partie de la longueur des bras. 

Ophiurolepis accomodat.v nov. sp. 

(IM. LXXXIV. liiT. 7 a 11 ct 17.) 

He Maria. — 13 decembre 1912. 1,300 metres. Trois echantillons. 

Le disque est grand, pentagonal, avec la face dorsale bombee et la face 
ventrale plane; la hauteur du disque est seulement de G a G,o m.ni. Les bras sont 
assez etroits a la base et ils vont en se retrecissant tres progressivement jusqu"a Tex- 
tremite: leur face dorsale est tres arrondie et la face ventrale presque plane. Ces 
bras sont presque toujours brises a mie petite distance du disque : dans un individu 
chez leqnel le diametre du disque me.sure 25 mm., le plu.s grand bras est con.serve sui 
une longueur de 50 nun., il mosurait -I mm. dc largeui a sa base et 2 mm. a trois centi 
metres du disque. Dans les dou.x autres individus, le diametre du disijue nu'surc 



68 KXPKIMTION ANTAUCTIQUE AUST11ALA81KNNK. 

respectivement 23 et 24 inm. La liauteur de ce disqiie varie entre 6 et 6,5 mm. Dans 
la desciiptiou qui suit je designerai ces trois individus par les lettres A, B, et C. 

La face dorsalc dii ilisquc est couverte de plaques noinlireuses, arrondies, les 
unes plus grandes et un ])eu iuegales. les autres phis potites et reguliereinent disposees 
au tour.des precedentes. On })eut reconnaitre une rosette })rimaire de plaques arron- 
dies, subegales, a surface convexe, legeremeut ecartees les unes des autres; les plaques 
radiales sont separees de la centro-dorsale par un intervalle qui egale ou depasse la 
moitie du rayon du disque; elles ont environ 2 mm. de diametre. Les autres plaques 
du disque sont plus petites, de dimensions assez inegales, toutes arrondies et separees 
par des sillons assez larges et bien nuxrques. On reconnait dans les espaces interradiaux 
deux plaques un peu plus grandes, et, a leur suite, une troisieme elargie transversale- 
ment qui occupe la peripheric du disque, mais on n'aperyoit pas de dispositions regulieres 
dans les plaques plus petites qui entourent les autres plaques plus grandes. Les 
boucliers radiaux, de taille moyenne, sont triangulaires avec les angles arrondis, une 
fois et demie plus longs que larges, et les deux boucliers de chaque paire sont separes 
sur toute leur longueur, en dehors, par une serie de plaques elargies transversalement, 
et en dedans par trois series de plaques ; leur longueur ne depasse guere le tiers du 
rayon du disque. Ces boucliers presentent, a leur surface, des fissures irregulieres qui 
toutefois, restent assez courtes et ne se rejoignent pas, de telle sorte qu"on ne pent pas 
dire que ces boucliers sont morceles. En dehors de chacum d'eux se trouve un paquet 
de granules aplatis : les plus voisins des boucliers radiaux sont plus gros que les autres. 
Ces granules se prolongent sur la face ventrale du disque et ils torment un petit paquet 
de chaque cote de la base des bras ; quelcpies-uns d'entre eux se continuent sur le bord 
radial de la plaque genitale, mais sans former de rangee reguliere et ils disparaissent 
avant d'atteindre le fond des fentes genitales. 

Dans Fexemplaire A (PI. LXXXIV, fig. 8), les plaques genitales sont allongees et 
un peu etroites, et leur angle proximal est separe du reste par un petit sillon oblique sous 
forme d'une petite plaque tres etroite ct allongee. Dans I'individu C. (fig. 7), cette 
plaque detachee est tautot simple, tantot divisee en deux, mais on remarque qu'en 
plus la partie distale ou peripherique de la plaque genitale est, a son tour, separee du 
reste soit par un sillon unique, soit meme par deux ou trois sillons qui arrivent a 
determiner un groupe de petites plaquettes inegales et irregulieres. Dans Tindividu 
B (fig. 11). la plaque genitale est morcelee sur presque toute sa longueur par de petits 
sillons transversaux, et, de plus, elle se divise dans sa region distale en fragments 
extremement petits qui continuent des fragments analogues provenant des plaques 
ventrales du disque : ces fragments sont si petits qu'ils passent aux granules voisins, 
formant, comme je I'ai dit plus haut, un petit paquet de chaque cotee de la base des bras. 

La face ventrale est couverte, en dehors des boucliers buccaux. de plaques 
inegales, polygonales et irregulieres, plus grandes dans la region proximale ; ces plaques 
sont aplaties et separees comme les plaques dorsales du disque par des sillons larges 
et assez profonds. Les fentes genitales conimencent a rextn'mite des plaques adoralep. 



OI-HUKKS— Ka^HLKK. 69 

mais elles s'arretent bien avaiit d'atteindie Ic hoid du disque. ("est dans rcchautillon 
C que les plaques ventiales du di.squc oft'ront la disposition la plus reguliere (fig. 7). 

FjOS pieces huccales n'ott'rent pas les inemes dispositions dans les trois individus. 
(''est dans rccliantillon A (fig. 8), que ces pieces paraissent avoir sui)i Ic nioins de modi- 
fications secondaiies. Les houclieis Inu-caux, de inoyennes dimensions, sont a pen pres 
aussi longs que larges, triangulaires ou pentagonaux, avec un angle proximal assez 
ouvert liniite par deux cotes droits, deux bords lateraux droits et un cote distal arrondi 
relie aux bords lateraux par des angles eux-memes arrondis. Trois de ces boucliers 
ofErent, vers leur sommet proximal, un petit sillon transversal qui separe du reste une 
portion de Tangle proximal sous foiine d'une ou deux petites pieces successives ; dans 
le quatrieme bouclier, les parties laterales sont separees du reste par deux sillons longi- 
tudinaux; quant an cinquieme, ses contours sont irreguliers et il presente des sillons 
longitudinaux ou obliques qui le divisent en quelques fragments irreguliers et inegaux. 
Les })laques adorales sont assez etroites, legerement fusiformes et amincies en dehors ; 
elles sont deux fois et demie plus longues que larges ; les plaques orales, un pen plus 
courtes, ont les grands cotes paralleles. Entre les plaques orales et adorales, il existe 
une plaque supplcmentaire dont les contours sont quelque pen obscurcis par le tegument; 
tantot cette plaque reste unique, tantot elle se divise en deux par un petit sillon longi- 
tudinal qui rejoint la petite plaque separce du 1)ouclier buccal. Dans I'individu B. 
(fig. 11), les contours des boucliers buccaux ne sont pas tres reconnaissables en raison 
de I'existence de nomljreux sillons oi'ientes suivant des directions difterentcs. mais 
principalement longitudinales ou obliques, et qui morcellent ces boucliers en im tres 
grand nonibre de fragments petits et tres inegaux au nombre de trois a six ou sept. 
Ces sillons sont profonds et assez larges. Cette fragmentation s'etend aussi aux plaques 
voisines de la face ventrale du disque, de telle sorte qu'il est parfois difficile de tracer 
les liniites du bouclier; elle se prolonge jusqu'a la peripheric du disque et interesse 
meme la plaque genitale dont la region proximale se trouve morcelee en petits frag- 
ments. Mais il y a plus. La region proximale des cinq boucliers buccaux subit un 
developpement particulier : elle sallonge en se fragmentant et elle forme plusieurs 
series de petites pieces ovalaires. qui s'insinuent entre les plaques adorales. se con- 
fomlent avec des petites pieces analogues proveuant evidenunent du morcellement de 
la plaque mcdiane intercalaire qui etait bien distincto et bien independante dans 
I'echantillon A, et tout cet ensemble atteint les plaques orales. Ces dernieres. deux 
fois et demie plus longues que larges. ont la meme forme que dans I'individu A : au 
contraire, les plaques adorales sont tres courtes et ime fois et demie seulement plus 
longues que larges. Uans I'individu C (fig. 7), les boucliers buccaux offrent aussi des 
sillons qui les morcellent. mais ces sillons et les fragments qu'ils determinent sont pen 
uoinbreux et les contours dos l)()ucliers restent ])arfaitement distincts; de plus, le 
morcellement de leur region proximale. comme aus.si celui de la plaque mediane inter- 
calaire voisine, est beaucou]) moins maniue que dans I'individu B: aussi les plaques 
adorales snnt-elles plu.>^ longues : leur forme est a pen pi-es la meme que dans I'echan- 
tillon A, comme c'est le cas aussi pur les plaques orales. 



70 EXPfiDlTlUN ANTAHCTlyUK AUSTKALASIENNK. 

Dans les trois excniplaiics, Ics papilles Ijuctales laterales sont au nombre de 
cinq et parfois de six ; elles sont petites, basses, tronquees, rectangulaires ou carrees, 
sauf la deruiere qui est iin pen allongee ot conique ; la papille impaire teniiinale est a 
peine plus graiule que les voisines. 

Les plaques brachiales dorsales sont assez petites. Les deux premieres sont 
courtes et elargies transversalenient avec un bord proximal tres convexe. Les plaques 
suivantes s'allongent et deviennent hexagonales avec les six cotes a peu pres egaux et 
elles sont aussi larges que longues; elles sont aussi contigues. Puis les deux cotes 
proximal et distal se reduisent progressivemeut et elles disparaissent, de telle sorte 
que les plaques prenuent unc forme losangique : elles se separent alors par un inter- 
valle tres etroit. Leur surface est parfaiteinent lisse dans les individus B et C, mais 
dans rindividu A, elles sont un peu rugueuses ou plntot marquees de p^tits tubercules 
tres aplatis et inegaux, dont la partie voisine des plaques ])rachiales laterales presente 
aussi des traces. Ces plaques ne sont jamais fragmentees. 

La premiere plaque brachiale ventrale est assez grande, un pen plus petite 
cependant que la suivante, avec un angle proximal tres arrondi et un bord distal con- 
vexe ; elle est un peu plus large que longue ; elle est nettement separee de la suivante, 
dont Tangle proximal est bien marque dans rechantillon B, mais elle en est moins 
ccartee dans rechantillon ('. Les plaques suivantes deviennent triangulaires : la 
deuxieme et la troisieme sont aussi longues que larges, et les autres deviennent plus 
larges que longues, avec un angle proximal assez aigu et un bord distal tres convexe; 
ces plaques restent toujours assez grandes, tres rapprochees les unes des autres et 
I'intervalh^ <(ni les separe nc s'clargit jamais beaucoup. 

Les plaques laterales sont liautes, non proeminentes (fig. 9) et elles portent 
deux piquants bracliiaux : le premier ventral est tres rapproche des deux ecailles 
tentaculaires et le deuxieme dorsal en est assez ecartc; ces deux piquants sont plus 
petits meme que les ecailles tentaculaires et le piquant ventral est souvent indistinct, 
mal forme on meme il manquo completemont. 

Les pores tentaculaires ne sont pas tres developpes sauf ceux de la premiere paire 
qui sont grands, allonges et portent cinq ecailles proximales et trois ou quatre distales ; 
ces pores sont tres rapproches des fentes buccales. Les trois paires suivantes sont 
beaucoup plus petites mais encore bien apparentes cependant, quoique leurs dimensions 
se reduisent rapidement ; les pores de la deuxieme paire out quatre ecailles proximales 
et trois distales; ceux de la troisieme paire trois ecailles proximales et deux distales, 
et ceux de la quatrieme paire enfin deux ecailles proximales et nne distale; au dela. il 
n'existe que deux petites ecailles tentaculaires. pa|iilliformes, ((ui sont legerement 
ecartees de Tangle externe de la i)laqne brachiale ventrale. II y a une legere difference 
entre les piquants ])rachiaux et les deux ecailles tentaculaires, celles-ci etant ini peu 
plus longues que les piquants : toutes deux sont extremement etroites. fines et point\ies. 
Tecaille externe un peu plus grande (pie Tintcrne. 



ol-HUKKS— Kd":!!!.!':!!. 71 

Happoiia el Differences. — Kn raisuii du iiioicellenient plus mi luoins marque 
de la region proxiinale des plaques genitales ainsi que de la presence de granules plua 
(»u luoins nombreux remplayant les papilles radiales sur la face dorsale du disque, et 
fonnant un petit paquet sur lea rotes de celui-ci a la base des bras, par la forme des 
plaques brachiales ilorsales petites et losangiques, et enfin par la disposition des pores 
teataculaires sur les premiers articles brachiaux, VO. accomodaln doit evidemmeut 
prendre place dans le genre Ophiarolepis. Bile s'ecarte des autres especes de ce genre 
par les plaques dorsales du disque qui n'oil'rent pas une distinction aussi reguliere que 
dliabitude en plaques plus grandes entourees de plaques beaucoup plus petites; la 
difference de taille entre ces deux sortes de plaques etant nioins marquee que dans les 
autres especes et le discpie lui-meme est moins eleve. LYA accoiitvdala est tres remar- 
qualjle par le iuorcellement que peuvent presenter les boucliers buccaux, les plaques 
ventrales du disque voisines de la plaque genitale, et cette derniere plaque elle-meme 
dans sa region distale. 

Ol'HIl'KOLKPIS MOUDAX UOV. Sp. 

(PI. LXXXVIM. liti. 11 a 17.) 

Station 6.— Lat. S. 63^ 13|'. Long. K. H)l 42'. 870 fms. 14 Janvier 1914. 
Un ecJiantillon. 

■Station 8.— Lat. S. 0(5" 8'. Long. E. 94" 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. T^n 
echantillon. 

Station 10.— Lat. S. (io ti'. Long. E. 96 13'. 325 fms. 29 Janvier 1914. Un 
echantillon. 

Le disque est pentagonal, les bras sont etroits, plutot greles et ils n'atteignent 
pas sans doute une grande longueur: ils paraissent tres rigides. Dans I'exemplaire 
de la station 6, le disque n'a que 13 mm. de diametre et Tun des bras, presque entier, 
mesure 32 mm.; dans celui de la station 8. lo diametre du disque est de 21.5 mm. et 
les bras sont casses pres de la base ; enfin dans Texemplaire de la station 10, le diametre 
du disque est de 20 mm. et les bras sont conserves sur des longueurs variant entre 20 
et 32 mm. Les plaques du disque sont tres solidement unies et forment, par leur 
ensemljle. une carapace assez rigide; sa face dorsale est convexe et la face ventrale 
est plane. Le discjue est epais avec des bonis tres arrondis, sa hauteur dans les deux 
plus grands individu.s varie do (5 a (5-5 mm. 

La face dorsale du disque est couverte ilc plaques a surface plane, inegales, les 
unes grandes et arrondies, les autres beaucoup plus petites et irregidierement polygonales 
ou arrondies separant les premieres. On reconnait une rosette de plaqiu^s primaires 
avec une centro dorsale arroudie et grande, et cinq radiales elargies transversalement, a 
peu pres aussi grandes que la centro-dorsale dont elles sont separees par une rangee luiique 
de plaques (fig. 12 et 14) ou par deux rangees de plac^ues plus petites (fig. 13) : dans 
I'individu de la station 8, ces deux rangees de plaques .sont bien distinctes et 



72 EXPEDITION ANTARCTIQUE AUSTRALASIENNE. 

reguliereinent disposces. tandis t^iw dans celiii df la station 10, les plaques sont 
beaucoup plus irregulk^ies. On dehors, on distingue, dans les espaces radiaux comme 
dansjes espaces inteiradiaux. un certain nonibre de })laques tres inegales, les unes 
plus grandes, les autres heaucouj) plus petites et irregulierement dis])()sees, separees 
par des sillons assez tins. Les houcliers radiaux sont grands, triangulaires, plus longs 
que larges, rapproches mais non contigus en dehors, diveigents en dedans, et separes 
par plusieurs rangees de plaques. Les papilles radiales sont remplacees par de petites 
plaquettes elargies transversalenient, formant une ou deux rangees irregulieres, pen 
ou pas saillantes : ces plaquettes passent sui- les cotes des bras, puis sur la face ventrale 
ou elles apparaissent sous forme de petits granules arrondis et aplatis, ou de petites 
plaquettes allongees et disposees irregulicieinent, assez pen nonibreuses d'ailleurs, et 
qui atteignent les fentes genitales. 

La lace ventrale du disque est couverte, dans les espaces interradiaux, de 
plaques irregulieres, polygonales et aplaties. A la peripheric tlu disque, les plaques 
voisines du quatrieme article brachial sont tres petites, et il est tres difficile de les 
distiuguer des granules radiaux ou des fragments provenant du morcellement des 
plaques genitales a ce niveau. Les plaques genitales sont etroites et morcelees en 
plusieurs fragments : on pent recomiaitre une plaque plus grande que les autres, 
representant la region moyenne de la plaque genitale, etroite et assez courte; vers 
le bord de la plaque adorale, on distingue un fragment tres allonge et tres etroit, tandis 
que vei-s la peripheric se montrent deux ou trois petits fragments, mal formes et 
inconstants, qu'il est le plus sou vent impossible de distinguer des granules ou des 
plaques voisines. Les fentes genitales elles-memes sont tres etroites et courtes : elles 
s'arretent presque au niveau du milieu de la face ventrale du disque et leur longueur 
egale une fois et deniie celle de I'article brachial voisin. On pent parfois reconnaitre 
sur leur bord interradial une ou deux petites papilles rudimentaires, cela surtout sur 
I'echantillon de la station 10, mais, en principe, les bords des fentes genitales sont 
nus. 

Les boucliers buccaux ont des contours assez irreguliers en raison du 
morcellement, irregulier lui-meme, qui les affecte. En principe, ces boucliers sont 
triangulaires, avec le sommet allonge dans les deux exemplaires des stations 8 et 10 
(fig. 10 et 17), et un bord distal fortemeut convexe; ils sont plus longs que larges; 
aucun d'eux n'est entier. En eflfet, leur angle proximal est separe du reste du bouclier 
par un sillon transversal ou oblique, tout au moins dans les deux plus grands 
exemplaires, et cette portion ainsi separee du reste est divisee elle-meme en deux parties 
inegales par un sillon longitudinal. D'autre part, la partie principale du bouclier 
of?re a sa surface des sillons incomplets sur I'echantillon de la station 10; ces sillons 
sont plus nombrcux et ils divisent Ic bouclier en plusieurs fragments distincts sur 
I'individu de la station 8; dans Texemplaire de la station G, qui est plus petit. Tangle 
proximal est peu allonge et il n'est pas separe du reste de la plaque, sauf sur I'un d'eux 
(fig. 15), trois boucliers n'offrent qu'on sillon longitudinal irregulier qui les divise 
chacun en deux parties inegales; les deux autres boucliers sont divises en plusieurs 



OlllllHKS— K(KHI>EH. 73 

tragments inegaux et irieguliers. Les plaques adorales sout allongees, fusifonnes, 
assez etroites, deux fois ou deux fois et demie plus longues que larges. Les plaques 
orales, plus petites, soiit deux fois plus longues que larges avec lea grands cotes 
paralleles. Eiitre les plaques adorales et orales, il existe sur les deux grands exemplaires, 
une plaque intercalaire, irregulierement losangique. assoz grande. d(jnt les contours 
sont souvent un peu obscurcis par le tegument ; tctte plaque est tantot simple, tantot 
divisee en deux parties incgales par un sillon longitudinal. Dans le plus petit individu, 
cette plaque n'est pas distinct*, ou elle Test si peu qu'il est vraiment difficile de dire si elle 
existe ou non; toutefois un leger ecartement des plaques voisines semble indiquer 
son apparition prochaine (fig. 15). Les papilles laterales sont tres basses, petites 
rectangulaires et elles forment une frange tres peu importante, dans laquelle on pent 
distinguer quatre ou meme cinq papilles plus une papille terminale impaire qui n'est 
pas beaucoup plus grande que les autres. 

Les deux ou trois premieres plaques brachiales dorsales, comprises dans une 
legere echancrure du disque entre les boucliers radiaux, sont tres courtes et larges, quatre 
fois au moins aussi larges que longues. Les plaques suivantes deviennent beaucoup 
plus longues et plus etroites; elles sont losangiques, aussi longues que larges, puis 
elles deviennent plus longues que larges ; elles sont separees, par des sillons assez larges 
et profonds, des plaques laterales voisines. Les plaques dorsales se separent les unes 
des autres vers la quatrieme ou la cinquieme par un intervalle d'abord tres court et 
qui devient ensuite plus important. 

Les trois premieres plaques brachiales ventrales sont assez grandes, puis la 
taille diminue rapidement a partir de la quatrieme. La premiere est triangulaire, avec 
un angle proximal tres arrondi, les cotes convexes et un bord distal droit ; elle est aussi 
large que longue ou meme un peu plus longue que large. Les plaques suivantes sont 
aussi triangulaires, la deuxieme aussi longue que large, la troisieme plus large que longue 
et les suivantes deviennent de plus en plus courtes, mais aussi plus larges relativement, 
et elles arrivent a etre deux fois plus larges que longues ; elles se separent au dela de 
la troisieme par un intervalle qui devient de plus en plus long. 

Les plaques laterales, hautes, portent deux piquants tres petits et papilliformes : 
I'un, ventral, est place a quelque distance des deux ecailles tentaculaires, et le deuxieme 
est rapproche du l)ord dorsal de la plaque. 

Les pores tentacidaires de la preniiere paire sont peu developpes, assez eloignes 
des fentes buccales et tres etroits; ils ofi'rent deux ecailles proximales et externes, un 
peu plus developpees que les ecailles distales ou internes, qui sont au nombre de deux 
ou trois. A la suite, on pent reconnaitro trois paires de pores punctiformes, situes 
sur les cotes de,s plaques brachiales ventrales; ceux de la premiere paire ont deux 
petites ecailles proximales et une distale, mais les deux paires suivantes n'ont que 
deux ecailles proximales et ces deux ecailles se continuent sur les articles suivants; 
toutes deux sont extremement etroites, tines et pointues, Texterne un peu plus grande 
•;(:!.">: s—K 



74' EXPEDITION ANTARCTfQUK ALWTRALASIKNNH:. 

line rinterne, ct elles se distinguent facilement des deux piquants brachiaux, qui sont 
seusibleineht plus petits, de telle sorte que la difference est tres nette, comme cela 
arrive d'ailleurs aussi chez VO. tumescens. 

Rapports et Differences. — L'O. mordax lue parait d^vpir etie rapportee au genre 
Ophiurolepis eb elle se rapproche de I'espece que je vien? de decrire sous le noni 
d'0,.accomodata. Elle en dittere toutefois par les plaques dorsales du disquc qui sont 
beaucjoup plus inegales et se distinguent nettement en plaques notablement plus grandes 
entourees par des plaques beaucoup plus petites; ces plaques sont tout a fait planes, 
et elles sont separees par des sillons assez ctroits, tandis que chez VO. accomodaia les 
[)laques sont subegales, legerement saillantes et sont separees par de larges sillons 
assez profonds ; par les papilles radiales beaucoup moins developpees, par les boucliers 
Iniccaux plus grands, par les plaques brachiales dorsales plus petites et losangiques se, 
separant rapidement les unes des autres et aussi par la hauteur des plaques brachiales 
lat^rales. 

Ophiurolepis resistens (KoehJer). 

{n:^XXX\l, fig. 7 a 10 et 18, 19; PI. LXXXVlIi, tig. 8 a 10; PI. XC, % 7 A 22.^1 
Ophioglypha resistens Kcehler (11), p. 42, PI. VII, fig. 9 a I2! '' ' ' ' 

Arnvhiovhiura resistens L. Clark (15), p. 315. 

Station 3.— Lat. S. 60° 32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 31 decembre 1913. Quelques 
, echantillons. , 

lil '.ijiij .^.jiiiir. 1^ \-i^.^i, U\u^ ^"ii lii iii'iV >!y! -,lii'!l - 

Station 7.— Long. S. 65° 42;v.i Lat. E. 92° 10'. 00 fms. 21 Janvier 1914. Nondneux 
echantillons. A, [,uu\ ,, , 

Station's.— Lat. S.feb*' '8'-.' Long.' E:' 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Quelques 
echantillons. 

. 'i!')ni''V I ; I.I'!-; >'(u;i,| >((!([ |,,; .^'.I-!1,| 

Station 12.— Lat. S. 64° 32'. Long. E. 97° 20'. 110 fms. 31 Janvier 1914. Quelques 

echantillons. 

.„..-. -i...| 1... ..,,,., 

Adelie.--4septembre 1912. Lat. S. 67°. Long. E. 142° 30'. 25 fms. Commonwealth 
BaVf Quelques ecliantillons. 

-nll'il/n'ili Mi IM ■-•^.llj.ll,:-'), i;-' ' .-'Hl.'i.-i- 

Ydelie.— 14 decembre 1912. Lat. S. 07°. Long. E. 142° 37'. 15-20 fms. Common- 
wealth Bay. Deux echantillons. 

'■'■'''ICi'"''' . 'I'M. !••■.'■ ■l-|i(;t| • 

Adelle. — 20 Janvier 1913. Quelques echfintillons. 
Adelie.— 21 decembre 1913. Quatre echantillons. 

Les individus d' Adelie sont notes les uns : "pink," les autres "pink colour 
dorsaily, whitish ventrally." 

"*'"'' J'ai etabli VO. resistens d'apr^s des echantillons recueillis par le " Nimrod ' au 
Cap Royds a 10-20 fms. de profondeur, et cela a une ^poqtieoili n'ayantpas encore eu 



OrHirHKS-KUiHLEK. 75 

I'occasion rretudier les noiubicux exeinplaiies d'O. gdldu que j'ai eu en mains depuis 
lors, je n'avais pas soup^onne les affinites tres etroites que presentent ces deux especes ; 
de fait je n'avais compare VO. resistens qu'aux VO. Martoisi Studer et atweps Kcehler. 

Dans les exemplaires recueillis par Ic '" Nimrod " et cheK lesquels le disque pouvait 
atteindre un diamotrc de \2 mm., Tapparence etait assez rolniste : le disque etait assez 
epais et les bras, plutot hauts, etaient courts, ainsi que je le representais en 191 Ij 
print'ipalement PI. VII, fig. 9 : ces bras se montraient plus ou moins carencs. J'indiquais 
dans ma description originale que les plaques brachiales dorsales portaient, en arricrc 
de leur bord distal, un gros tubercule arrondi. d'autant plus saillant que les bras etaieht 
plus gros. La face dorsale du disque etait couverte de grandes plaques arrondies, 
sdparees par des plaques plus petites; les boucliers radiaiix etaient epaissis vers leur 
bord externe et les autres plaques de la face dorsale du disque avaient, dans les grands 
individus, une tendance a H'e])aissir vers leurs bords. surtout a la poripherie du disque. 
Les papilles radiales formaient, cliez les pctits individus, une bordiu'e reguliere en dehors 
de chaque bouclier radial et se continuaient sur les fentes gcnitales qui etaient allongees 
et atteignaient la peripherie du disque : tandis que chez les grands individus, ces papilles 
formaient jusqu'a deux ou tiois rangees irreguli^res a la face dorsale du disque. 

Comme certaines de ces dispositions rappellent celles que j'ai reconnues chez 
VO. (i)'lida, j'ai tenu a revoir les echantillons recueillis par I'Expedition Shackleton et 
je reproduis ici les photographies de deux d'entre eux (PI. LXXX^'I, fig. 7 et 8) ; je 
les ai compares avec soin aux individus recueillis par 1' " Expedition Antarctique Austia- 
Idsienne " et que je rapporte respectivement a VO. reffistenn et a VO. ffclida. et voici. en 
resume, les remarques que j'ai ))u faire. 

Les 0. resistens et gelida constituent deux especes parfaitement distirictes. Dans 
les grands exemplaires de VO. resistens, le disque, epais, a la face dorsale couvfertfe de 
p'aques un pen epaissies, et les plaques brachiales dorsales se soutevent vers leur milieu 
en une proeminence plus ou moins accusee; les bras sont relativement courtvS et epais 
a la base; compares a des 0. (jelida dont le disque a le memc tUametre, ces bras sont 
beaucoup plus courts et leur longueur ne depasse pas i)eaucoup le double de ce diaraelre. 
Dans des individus plus pctits, les bras sont un pen plus grands et ils arri vent environ 
au triple de ce diametre. mais en revanche leur carene dorsale est beaucoup moius 
accusee et les protuberances que portent les plaques brachiales dorsales soiit aussi 
beaucoup moins nuarquees. De meme aus.si les plaques dorsales du disque sont a pevi 
pres planes et n'offrent pas ces epaississments qui existent toujours chez 10. gclida, 
meme chez les petits exemplaires. II est interessant de comparer a ce point de vue les 
aspects que montrent les photographies (hi disque chez des exemplaires de petite taillfc 
d'O. (/elida, tels que coux que jc roprixhiis PI. LXXXVI. fig. 11. 1"J. 13. 14 et 1-5, a 
celles de divers (). re^sisten^ plus gros commc ccux que rcpmsentent les figures 7, 10, 14 
el 17 de la PI. XC. I)"autre part, los fenles genitales etroites .se prolongent toujours. 
chez VO. resistens, jusqu'a la peripherie du di.sque, ce qui n'est pas le cas cliez 10. geJida, 
ot hi bordure de papilles que ])orte ces fentes est toujours tms reguliere. II ne pent pnf 
y avoir la iiioindrc (•onlu.-^ion rntro Ics (K^ux esp-ces. 



76 KXl'liDITlOX ANTAHlTiyUE AUSTRALASIENNE. 

.le dois ajoutor iiue luoii iitteiitiun uyant ete attiiee sur les carac-teies ilu genre 
Ophifirolepis, j'ai rctiouvo ehez 10. resistens deux caracteres de ce genre que je n'avais 
pas inentionnes on liMl : d'abord les plaques genitales «uii1 divsiees a leur extremite 
proxiniale en un ou deux petits fragments allonges, et de plus, dans bcaucoup d'echan- 
tillons, il existe unc petite plaque supplementaire intercalaire entre les plaques adoridcs 
et orales, ainsi que cela arrive dans le genre Ophiunilepis. J'ajouterai toutefois qu'un 
certain nonihre d'indivitlus ne possedent pas la nioindre trace de cette plaque, et c'otait 
precisement le cas de ceux qui m'avaient servi de types pour ma description de 1911. 
D'autre part, j'avais indique, dans cette description, la presence de quatre piquants 
brachiaux : j'avais considere alors qu'au dela des premieres paires de pores les ecailles 
tentaculaires faisaient defaut et que des lors toutes les formations portees par les articles 
brachiaux ineritaient le nom de piquants. J'ai explique plus haut que les ecailles 
tentaculaires et les piquants brachiaux out souvent des formes tres voisines : ici les uns 
et les autres sont papilliformes et tres reduits; on conyuit done qu'on puisse dire qu'il 
existe trois ecailles tentaculaires et un piquant brachial comme I'a fait Matsumoto, ou 
quatre piquants brachiaux romine je le disais en 1911. Mais comme dans certaines 
especes, que je ne connaissais pas en 1911, on pent distinguer de la maniere la plus 
nette deux ecailles tentaculaires et deux piquants brachiaux, j'estime quil est preferable 
d'etendre cette maniere d'interpreter les cho.ses a tout Ic genre Ophiurolcpis ainsi que je 
1 ai dit plus haut. 

Les exemplaires d'O. resislena de 1" Expedition Antarctiquc Australasienne " 
sont assez nombreux et ils ont ete principalement trouves a la station 7 ; ils presentent, 
ainsi que ceux de la station 3. un aspect moins robuste que les exemplaires du " Nimrod " 
dent se rapprochent au contraire davantagc quelques individus I'ecueillis sur les cotes 
de la Terre d'Adelie et dont je m'occuperai d'abord. 

('hez ceux-ci, les bras sont generalement epais et relativement courts, le disque 
est assez epais lui-meme et les plaques qui le recouvrent sont assez fortes ; ces exemplaires 
ressemblent beaucoup a ceux qui ont etc recueillis par T Expedition Shackleton et qui 
m'ont servi de type en 1911. Ces caracteres sont surtout marques dans deux exemplaires 
du 21 decembre 1913 (PI. LXXXVI, fig. 18 et 19, et PI. XC, fig. 7 et 8). L'un de ces 
individus est tres grand, le diametre de son disque atteignant 14 mm. : les bras sont tous 
incomplets, ils devaient avoir 35 a 36 mm. de longueur : leur largeur a la base est de 3 mm. 
et leur hauteur de 2,5 mm. Les plaques de la face dorsale du disque sont tres grosses, 
pen nombreuses et la plupart d'entre elles sont plus ou moins epaissies vers le centre tanflis 
que les autres le sont vers leurs bords et toutes presentent quelques stries concentriques. 
Les petites plaques qui les separent sont assez peu nombreuses. Les papilles radiales 
forment deux ou trois rangees successives, les plus grandes rapprochees des boucliers 
radiaux. La face ventrale est occupee. en dehors des boucliers buccaux, par une grande 
plaque interradiale impaire. Les plaques genitales sont assez etroites et leur region 
proximale est separee du reste sous forme d'une petite piece tres mince et allongee ; 
les fentes genitales s'etendent jusqu'a la peripheric du disque et ofltrent sur leur bord 
iuterradial une rangee de papilles tres regulieres. Les plaques brachiales dorsale sont 



fil'lin I;KS- KCKHI.KH. 77 

t'paissos et hautes, ot luontient iiiie prueiniiiencc tres arronrlie; bref, nous ictiuuvoiis 
dans ces individiis tons les caractcres tvpiques de VO. resistens. J'ajoute, en pins, qu'il 
existe une petite plaque buccale supplerncntaire entre les plaques orales et adoiales ; 
cette plaque, dont la forme varie d'un interradius a Tautre, est assez grande et plus ou 
moins exactement losangique (PI. XC, tig. 8). 

Dans le deux'icnie exeniplaire de la nieme localite (PI. XC, fig. 16), chez lequel le 
diaraetre du disque est de 9 mm. et les bras, ont 25 mm. de longueur, les caracteres sont 
analogues a ceux du precedent mais la plaque buccale supplementaire est beaucoup 
))lus petite. Ueux autres exemplaires d'Adelie recucillis le 14 decembre 1913 offrent, 
chez I'un. un disque assez epais reconvert de plaques saillantes sur la face dorsale et les 
bras sont assez elargis a la base, tandis que chez I'autre le disque est plus aplati, les 
plaques qui en recouvrent la face dorsale sont planes et les bras sqnt moins elargis a 
la Imse. De nieme un autre individu recueilli, comme les deux premiers dont j'ai parlc 
phis haut, le 21 decembre 1913, est tout a fait conforine a la plupart des autres 
echantillons d'O. resistenn provenant des stations 3, 7 et 8 principalement, dont je vais 
parler luaintenant, et il a comme eux les bras plus allonges et amincis. Enfin les 
echantillons recueillis a Adelie le 4 septembre 1912 ont les bras assez epais a la base, 
mais ces bras sont plus longs et les echantillons ont des caracteres intermediaries entre 
les precedents et ceux des stations 3, 7 et 8. Ces derniers ont des bras extremement 
greles : leur longueur est rarement supcrieme a quatre fois le diametre du disque, elle 
peut cependant atteindre cinq fois ce chiffre, mais le caractere essentiel de ces bras est 
d'etre tres etroits des la base et d'aller on s'amincissant dune maniere tres lente jusqua 
I'extremite. Des individus chez lesquels le diametre du disque atteint ,3 mm. ont des 
bras mesurant 20 a 21 mm. et cette longueur arrive a 28 ou 30 mm. chez ceux dont le 
diametre du disque est de 7 mm. ; dans tous, la largeur des bras a la base est seulement 
de 1,2 a 1,3 mm. tout an plus (PI. XC, fig. 7 a 12 et 14 a 19). Les plaques dorsales du 
disque sont planes; les plaques brachiales dorsales sont simplement arrondies ou elles 
n'offrent qu'une proeminence peu developpoe (PI. XC, fig. 20, 21 et 22). Les individus 
ont dans leur ensemble une apparence plus delicate et plus grele que chez les formes 
types du Cap Royds et la plupart des individus d'Adelie ; chez eux egalement la difference 
de taille entre les grandes plaques de la face dorsale du disque et les plus petites qui sont 
intercalees entre elles. est moins marquee. Les autres caracteres. concernant notamment 
les papilles radiales, les plaques genitales, les papilles genitales, les pores tentaculaires, 
etc., sont bien ceux de VO. resistens. 

Je iioterai cependant les variations que peuvent presenter certaines plaques, 
particulierement les boucliers buccaux et la plaque orale intercalaire mediane. Les 
boucliers buccaux tantot sont entiers. tantot ils offrent une fi.ssure i|ui separe du reste 
de la plaque le soramet de I'angle proximal ; dans certains exemplaires. ces boucliers 
l)ucci\ix re=<t?nt (;ot\tigus sur toute leur largeur avec la grande pla(]ue interradiale 
inipaire qui lui fail suite et qui recouvre une bonne paitie de la face ventrale du disque ; 
ohftz d'autres. on rcmarque deux petites plaques contigues aux angles lateraux de ces 
lioucliors luui'aux ot les separant cii part if il(>s plaques voisines, 



7S EXPfiUITJON ANTAKCTIQUK AUSTJIALASIENNE. 

En vc (£ui coiicemc l;i plaque buucalc intercalaire incdiane, j observe cliez I'O. 
iresistens des variations tres interessantes. Dans le plus grand excmplaire d'Adelie 
(I'l. XC, fig. 8), cette plaque existe dans les cinq interradius; elle est simple, losangique, 
assez petite, luais son contour varie un peu. Dans iin dtnixioinc individu d'Adelie 
(fig. 19), les cinq plaques snnt tres grandes, reguliereiuciil iosaiigiipics et egales, tiindis 
que dans un troisienie individu provenant egaleuient d'Adelie (fig. IG), elles sont plus 
petites, simples dans trois interradius, mais dans les deux autres elles se divisent soit ^n 
deux soit meme en ipiatre petites plaques distinctes. Dans les deux individus repre- 
sentes fig. 9 et 1 1 , la plaque reste rarement simple et elle est le plus souvent divisee en 
deux plaques egales on inegales, placees a cote Tune de I'antre. Dans I'individu de la 
fig. 12, la plaque intercalaire est grande, beaucoup plus longue que large; dans deux 
interradius oi\ elle se montre plus grande que dans les trois autres, elle est suivie d'une 
autre plaque plus'petite qui represente vraisemblement la partie proximale ,detacli6e du 
bouclier buccal correspondant. Dans I'exemplaire de la fig. 15, cette plaque existe dans 
deux interradius et fait defaut dans les trois autres, mais dans chacun de ceuxTci, I'une 
des plaques adorales est beaucoup plus grande que I'autre et sa region proximale, qui ne 
s'est pas detachee du reste de la plaque et qui empiete sur I'autre plaque adorale, corres- 
pond evidemnient a une plaque intercalaire : I'origine, aux depens d'une plaque adorale, 
de cette plaque intercalaire apparait nettement sur cet individu. Enfin sur rechantillon 
de la fig. 18, I'un des interradius offre une plaque intercalaire entiere, sur trois autres 
la plaque est divisee en deux autres contigues, egales ou inegales, provenaat manifeste- 
ment chacune de la plaque adorale voisine ; enfin dans le cinquieme interradius la plac^ue 
detachee de la region proximale d'une des plaques adorales reste un peu en dehors de la 
ligne interradiale mediane. 

Dans d'autres echantillons, la plaque intercalaire est plus petite ; tantot elle 
existe sur tons les interradius, tantot seulement sur certains d'entre eux, ou l)ien eiicore 
il est impossible d'en trouver la iiioindre trace. . 



En raison des dift'erences que j'ai signalees plus haut dans la hauteur du disque, 
dans I'epaisseur des plaques qui en recouvrent la face dorsale ainsi que celle des plaque 
brachiales dorsales, de la longueur et de la largeur des bras, je crois devoir distingue 
chez VO. resistens une forme typique plus robuste qui constituera une variete robusta : 
celle-ci est representee par la plupart des echantillons du " Nimrod " et par la plupart 
de ceux que 1' " Expedition Antarctique Australasienne " a recueillis a la Terre cl'Adelie, 
et une deuxieme forme, moins forte, a bras plus greles et plus allonges, a plaques dorsaies 
du disque planes, a plaques brachiales dorsales peu elevees, representes par les individus 
que I'Expedition a recueillis aux stations 3, 7, 8 et 12 et quelques-uns a la Terre d'Adelie, 
forme qui constitu une vanete que je propose d appeler (jracms. 

■> 'lin.ri''' -lllli , II Ji; I / I ■■!(; "ill;!!.!; I -lii l'i(iif(i(r ■■■{ M|(i )|m kI '.| 

Un individu ({ue j'ai trouve parmi les echantillons de la station 7 et dont le disque 
a 8,5 mm. de diametre, merite une mention speciale ( V\. LXXX VIII, fig. 8, 9, et 10). La 
face dorsale du disque est tres convexe et la hauteur est de 4, 3 mm. ; le^s bras sont oasses 
pres de leui' base a rexception dun soul (|ui est conserve sur presque tout sa longueur. 



Ol'HH'RES— KiJilH.Elt. 79 

soit l.> mm. Le disque est toUeiueut Ijoinhe quil pieud uu'e forme pieHqiie liemisplierique 
avec la face ventrale legerement convexe; sou contour est pentagonal avec des cotes 
arrondisi La face dorsale est couverte de grandes plaques arrondies, separees par des 
plaques beaucoup plus petites ; la surface de ces plaques ii'est nuUement bonibee mais 
elle reste a peu pres plane ou meme elle est quelque peu deprimee; toutes ces plaques 
sont soudees ensemble et elles sont separees par des sillons tres larges et assez peu pro- 
fonds, leur surface est finement grauuleuse. La plaque buccale supplementaire existe 
dans les cinq iuterradius, tantot simple, tantot morcelee et elle est assez graude. Les 
bras sont etroits et delicats, et ils s'amincissent progressivement. Les plaques brachiales 
dorsales out la face dorsale arrondie, mais deviennent plus saillautes dans leur raoitie 
distale, de maniere a constituer une crete peu developpee et arrondie. 

En raison de la forme hemispherique du disque cet individu presente un aspect 

assez special, et, vu de profil, il rappclle plutot VO. lumescens que I'O. reaistens ; cependant 

je ue vois aucun caractere important qui permette de le separer^e. cette deruiere espece. 

.,■, -.1, 
Oi'HiiROLEPis GELIDA {Koehler). 

(PI. LXXXVL fig.' ri"a 15; PI. LXXXIX, fig. 1 a 14; PI. XC, tig. 1 a (5.) 
Ophlo!)ltjpha gdkla K(jehler (01), p. 17, PI. L fig. 6 a 8. 
Ophioglyjyha (jelida Koehler (12), p. 102, PI. IX, fig. 4 a 10 et 13 a 15. 
Homalophiura gelida Jj. C\avk (15), p. 320. 

Station 2.— Lat. S. 66° 56'. Long. E. 145° 21'. 3IS fms. 28 deceml)rc 1913. Cinq 
'"'': individus dont quatre de petite taille. 

.^tatidn 3.— Lat. S. 00° .32'. Long. E. 141° 39'. 157 fms. 31 deoembre 1913. 
Quelques echaiitillons. 

Station 8.— Lat. S. 66* 'sV'tong. E. 94° 17'. 120 fms. 27 Janvier 1914. Plusieurs 
echantillons. 

Station 9.— Lat. S.,, 65° 20', Long. E. 95° 27'. 240 fms. 28 Janvier 1914. Deux 
echantillons. 

Station 10.— Lat. S. 05" 0'. Long. K. 90 13'. 325 fms. 29 Janvier 1914. Quatre 
,!,!■, echantillons. , ,^i , ; ., : 

Station 11.— Lat. S. 04 44'. Long. E. 97° 28'. .358 fms. 31 Janvier 1914. Vh 
echantillon. 

Stafion'12. -Lat. S. 04° 32'. Long. E. 97° 20'. 110 hu^. 31 janvior 1914. Plusieurs 
echantillons. 

Les (limensiuns variant lieaucoup, depuis les plus petits individus de la 
station 2 che;5 lesq^uels le diametre du disque atteijit a peine 4 mm., jusqu'aux plus 
grands chez le^quels ce diametre atteint et depa.sse 18 mm. 

liMiLa tres belle serie d'exemplaires recueillis par 1" "Expedition Antarctique 
.^ustralasienne," j\ laquelle est venu se joindre un certain nombre d'individus recueillis 



80 KXI'KDITIOX ANTAR(;TIQUK AUSTK A LASIKNNh:. 

par le " Pourquoi Pas?" et c{ue jai revues eii ineiiie temps ({ue ies premiers, me 
touniit I'occasion de revenir sur certains points d'orgaaisation de cette espece 
antarctique qui est susceptible de presenter diverses variations, et d'en preciser Ies 
caracteres en Ies comparant a ceux d'esjieces voisines recueillies par la meme 
Expedition, chose que je n'avais pas pu faire jusqu'a maint«nant. 

L'O. (felida est surtout caracterisee par la hauteur du disque et le developpenient 
en epaisseur que sont susceptibles de prendre la plupart des plaques dorsales du disque 
ainsi que Ies plaques brachiales dorsales : Ies unes et Ies autres peuvent, en eft'et, se 
soulever en proeininences, en saillies, en protuberances de forme etde developpenient 
variables, comme on le voit sur Ies differentes photographig's que je reproduis ici 
(PI. LXXXVI. fig. 12 a 15 ; PI. LXXXIX, fig. 2, 3, 5, 6, 7 et 13), principalement sur des 
echantillons chez lesquels V fopfioii flabello-digitatus , I'Eponge dont j'ai deja parle en 1912 
p. 103, et qui a I'habitude de se fixer sur VO. gelida, n'a pas pris une grande extension. 
Les plaques dorsales du disque sont particulierement epaisses et saillantes avec le bord 
plus ou moins releve du cote externe. Les grandes plaques de cette face sont tres 
grosses et on pent reconnaitre une rosette primaire generalement tres developpee ; les 
petites plaques qui les separent sont de dimensions plus ou moins reduites. Les 
boucliers radiaux sont triangulaires, generalement une fois et demie plus longs que 
larges. Les bras sont relativement greles et allonges; j'ai represente en 1912 
(PI. fX, fig. 4), la face dorsale d'une 0. gelida recueille par TExpedition Charcot, avec 
un bras conserve sur toute sa longueur. Les plaques brachiales dorsales sont 
fortement carenees, leur face dorsale etant relevee en une proeminence conique ti-es 
accusee, dont le sommet, ordinairement aigu, parfois arrondi, n'occupe pas exactement 
le milieu de la plaque, mais se trouve reporte vers son bord distal. 11 est 
remarquable, et j'insiste beaucoup sur ce caractere, que sur des echantillons de petites 
dimensions, tels que ceux que j'ai repre.sentes ici PI. LXXXVI, fig. 12, 13 et 14, les 
plaques dorsales du disque presentent deja leur aspect si caracteristique, et cela chez des 
individus dont le disque n'a pas un diametre superieur a 4 mm. ; chez ces petits 
individus, les bras ont egalement acquis tons les caracteres qu'ils possedent a I'etat 
adulte et la carene dorsale est tres apparente; de telle sorte que la determination de 
ces petits echantillons n'oftre pas la moindre difiiculte et il n'y a aucun doute a avoir 
sur lour specification. Certains de ces petits individus, tel que celui qui est represente 
PI. LXXXVL fig- 14, chez lequel le diametre du disque n'a que 5,5 mm., portent deja 
sur leur face dorsale TEponge caracteristique. Cette Eponge se trouve sur la plupart des 
grands exeraplaires a un etat de developpenient plus ou moins marque et elle arrive 
a recouvrir plus ou moins completement la face dorsale du disque et meme des bras; 
elle reste le plus souvent localisee sur la face dorsale, cependant elle pent passer sur 
les cotes et envahir la face ventrale, au moins a la peripheric du disque. Je 
represente ici (PI. XC, fig. 1 et 2) deux echantillons chez lesquels Vlophon flaheUo- 
digitatus a pris un developpement considerable et recouvre toute la face dorsale du 
disque ainsi qu'une bonne partie des bras et se prolonge egalement sur la face ventrale. 
II eat important de remarquer que VO. gelida est la seule Ophiure actuellement connue 



Oliin IMvS k(KHLl-:U. 81 

sJilr laquelle se inonlrc Vlup/ion, de telle sorto quo Ton pouirait faiic la doterniination 
de rOphiiire en constatant simplement la piesenre de TEpongp. On trouve aussi 
assez frequeinment siii- I'O. iirlidn iin Koraininifere du genrt' Folliniliiia qui se uinntre 
sur la lace dorsalc du disquc on un oil doux oxouii)laiios. 

D'aiitros iiidiviilus locuoillis par 1" " Kxpoditiou An1ai(ti(iuo Australasieniie."" tela 
que ceux ([ui soul rcproseutes PI. LXXXIX, fig. 2 (station 3) et 5 (station 8), ont les 
plaques dor.salos du disquc plus petites et plus nonibreuses que chez les autres individus. 
On reconnait toujours copendaut les plaques priinairos. puis, en dehors, un nomhre 
plus ou nioins eleve de plaques relativenient grandos, goneralenient arrondies, qui 
sout separees par des plaques beaucoup plus petites. La forme des houcliers radiaux 
varie ogalenient : tantot ils sont triangulaires. tantot ovalaires on arrondis: sur 
(pertains exeinplaires ils sont aussi larges quo longs, sur (Tautres ils se montrent plus 
longs que larges et ils peuvent parfois s'allonger beaucoup (PI. LXXXIX. fig. 2 et 0). 
Les plaques offrent toujours certains epaississements, surtout vers leur poripherie. ainsi 
que des zones concentriques d'accroissement plus ou nioins epaisses et accentuees. 
Cette face dorsale du disque reste assez fortenient convexe. Les papilles radiales 
sont toujours pen doveloj)y)ees. irregulieres ot inegales. 

Los plaques de la face ventralo du disquo dans les espaces interradiaux,. coninie 
aussi les pieces buccales, sont parfois ol)scurcies par le tegument. Ces plaques offrent 
aussi des saillies et des stries concentriques d'accroissement et les petites plaques qui 
se trouvont a la poriphoiio du disquo sont parfois tellement saillantes qu'elles deviennent 
franchement coniquos ot plus tiautes que larges. Les fentes genitales restent 
etroites. ot. conHiie je Tai fait roniarquer en 1912. elles n'atteignent pas le bord du 
disquo. La ivgion proxiniale des plaques genitales est separee du reste de la plaque 
par nil sillon (pii detache un petit fragment triangulaire, generalenu'ut allonge et tres 
constant. Le bord libro de la plaque genitalo porte des papilles ordinairemeut pen 
distinctes, inegales, formant rarement une rangee continue et de forme un pen 
irroguliere. Les boucliers buccaux sont suivis d'uno grande plaqiu^ intorradiale 
nirdiauo dfmt la forme et la gros.seur varient d"ailleurs. 

L"angle proximal des boucliers buccaux est soparo du resto par un sillon 
transversal ou oblique, determinant la formation d'uno jjotito plaque susceptil)le de so 
morceler elle-mome et qui s'avance entre les deux plaques adorales. Entin il pout 
exister entre les plaques adorales et orales une placiuo intorcalaire mediane qui ofltre 
des variations analogues a celles C[ue nous avons vues cho/. V(). resisfens. Cette 
plaque supplementaire est tantot unique, tantot remplaceo par doux ou trois autres 
petites plaques, comme ce'a arrive dans les autres osjX'ces du genre Oplwi role pis. 
mais la prosouce de cette plaque est tout a faii inconstai\te. Sans entror dans do longs 
'details il sullit de jeter un coup d"oeil sui- (pu-lques-unes des photographies que je 
lojjroduis ici pour voir les variations i(ue cette plaque presente. Elle est bien 
ilovoloppo ot rosto simple dans los exemplaires representes iig. 8 (Pourquoi Pas?) et 14 
(stat'on 8). surtout ciioz ce dernier ou olio est tros allongee ot rejoint le bouclier buccal 

•93oTS— I. 



H-2 KXI'KDITION AMTARC'TIQUK AUSTKALASIEXMl'l 

oorrespoudant ; dans 'es exemplaiies representes fig. 10 et 11 (Pourquoi Pas?) elle est 
plus petite et parfois inoreelee; dans I'individu de la fig. 12 (station 2), elle n'existe que 
dans deii.x interradius et dans les trois autres les plaques adorales. egales, s'adossenl 
reguliiTOMUMit rune a Taiitre siir la ligiio iiitoriadiaic iiu'-diant'. Dans les exeinj)laires 
representes fig. 4 (statiiin :{) et fig. <)( Pourquoi Pas?) la plaque fait conipletement defaut- 
mais les plaques adorales ofYrent souvent des inegalites surtout dans deux interradius de 
I'exemplaire represente fig. 4 et dans les cinq interradius de I'exemplaire represente 
fig. 9. Chez ce dernier, on reniarque notarament que I'une des plaques adorales est 
constamment plus grande que I'autre et que les deux plaques de chaquc paire ne 
s'ado.ssent pas regulierenient sur la ligne intorradiale rnediane : Tune d'elles est plus 
grande et il ne manque plus qu"un petit sillon separant du reste la partie interne de 
cette plaque plus grande pour donner naissance a la pla([ue interoalaire. 

Les deux piquants brachiaux sont un pen plus developpes chez VO. fielida que 
chez les autres especes du genre Ophinrolepis ; les deux eeailles tentaculaires sont aussi 
un pen plus grosses et le premier piquant ventral est toujours separe, par un intervalle 
assez important, de la deuxieme ecaille tentaculaire, de telle sorte qu"il ne pent pas y 
avoir la moindre ditficidte a distinguer les piquants brachiaux des eeailles tentaculaires. 



L'O. gelida appartient bien an genre Ophinrolepis, et elle se distingue facilement 
des autres especes que ce genre doit comprendre ma'ntenai,it. Je rappellei-ai encore 
une fois qu'elle se distingue de VO. resistens par ses dimensions plus grandes, par ses 
bras beaucoup plus allonges et relativement plus grcles. par les plaques florsales du 
disque epaisses et relevees. par les plaques brachiales dorsales formant ime crete tres 
saillante et pai' la jjiesence tres frequente, presque constante, d'une eponge parasite, 
V lofhon jlaheUo-diqitatus. qui ne se rencontre pas dans les autres especes du genre. 

L'O. anceps c[ue j'ai decrite en 1908, d'apres des echantillons (juc ia " Scolia " a 
dragues par 71 S. et 10" W.. a 1,410 fnis.. doit aussi etre placee dans le genre 
Ophinrolepis. Cette espece est voisine de VO. gelida, mais elle s"en distingue nettement 
par ses bras tres courts, moniliformes, par les plaques brachiales dorsales offrant 
seulement une proeminence conique rapprochee de leur bord distal et ne formant 
jamais de carene proprement dite, par les plaques brachiales laterales tres saillantes, 
par les pores tentaculaires plus reduits encore que chez VO. gelida, par les boucliers 
buccaux plus allonges et enfin par ses fentes genitales tres courtes; c'est une espece 
essentiellement abvssale. 

Ophiocten m i:( ; a loplax Koehler. 

(IM. I. XX. \ IV. iig. I.-, et 10.) 

Ophiocten megaloplae Koehler (1901). p. 22, I'l. \'l. fig. 38 el 39. 
Ophiocten megaloplax 1j. Clark (1915), p. 329. 

Station 2.— Lat. S. 00' 55'. Long. K. 145 21'. 318 I'ms. 28 decenibre 1913. 
Quelques echantillons. 



ol'llllKES- K(EH1.KH. 83 

Statiuu S. Lat. S. (iii S'. Lmig. Iv !)4 17'. 120 fins. 27 Janvier 1914. guelques 

echantillons. 
Station 9. I.at. S. (i.V 2(1'. Long. 111. 95 27'. 240 Inis. 28 Janvier 1914. Plu.sieurs 

eoliantillon.s. 
Station lo. l.at. S. G.3 (>'. I.ung. Iv 9() 13'. :$2.) Inis. 29 Janvier 1914. ^I'n 

eehantilliiu. 
Station II. Lat. S. (-.4 iT. Long. E. 97 2S'. :{.-)S Inis. :{} Janvier I'.H 1. (guelques 

echantillons. 

Le dianietre du (lis(|uc varie cntic .■> iM li> nnn. <'t il os.illc le ]>\ns souvent 
aiitour (le 7 nun. I^a disposition des ])la(|nes dor.sales du disqiie varie dans une certaine 
mesure en ce qui concerne surtout la t;iille de la plaque centrale et eelle des plaques qui 
I'entourent a une petite distance : dans certains e.xemplaires. la centro-dorsale est 
e.vtrenienient grande. dans (Lautres elle est assez reduite. On ob.serve souvent, et 
•separe d"elle par un on deu.K rangs de petites plaques, un cercle de dix plaques arrondies, 
egales et disposees d'nne maniere tres regnliere: d'autrefois on remarque quelques 
irregularites dans le noiul.re de ces placines (oinnie le niontre la pliotograpliie (juc je 
iv])ro<luis ici ri. LXXXIW tig. H). Ailleurs. enlin. le cercle et tres irregulier plus ou 
nioins nial forme et inconiplet et U rappelle le dessin que j'ai public en 1901. 

Je reproduis egalenient >nie photographic dc la face ventrale d'un des individus 
dc la station 9 (fig. 1.1). 

( )l'lllll.Ml SUM I'l.A.MM (/>////"'*'). 

^'oir pour la Itiidiograjtliic : 

Ophiomusiidit phni'im Koddcr (1907). p. 205. 
OphiotKUSiHiii jJainnn Koddcr (1909). ]>. 
Ophioiimsiuiii phtiHiiii L. Clark (I9i.">), p. :!32. 

Station 13.- Lat. S. 35. WV'. Long. K. 135 5S'. I .«0(l fnis. 25 fcvricr 1911. 
(Juatrc echantillons. 

Le dianietre du <lis(pie viiric cnfrc 21 et 25 n\ni. 

Je ne puis pas distinguer ces individus des exeinplaires d'O. jilatnint que j ai eu 
Toccasion d'etudier et qui provenaient de dif^erentea localites; tout an plus y a-t-il 
lien de nientionner une tcgere dilTereiue dans la dispo.sition des piquanls brachianx qui 
soni nn pen pins longs que d'habitud.'. Kn general ces piqiiants sont an nouibrc dc 
.ill, I oil six avec (pielqucs irregularites. Ics deux premiers piquant.s ventraux et les deux 
derniers dorsaux un pen plus courts et les deux piqnants moyeiis un pen plus longs. 
J'ai deja eu Toccasion dcxamincr des echantillons d"0. ilaiKim chez lesquels les 
pi.piants brachianx etaient pins fortcment dcveloppes que chez d"autres: ou bien ces 
piquants oltraient des irregularites che/, le meme individu. Ics pi.piants inoyens etant 



Si KXI'KDITION .\\TAi;iTI(.>ri': ACSl'HAI.ASIKNNK. 

le plus soiiveat uii pen plus loits tpu- k's aiitres; toute fois jc dois rerun unit re que dans 
les echantillons de V " Kxpoditiou Antarctique Australasiennc," les piquants sont encore 
uu pou plus lorts que d habitude. Mais je ue erois pas que cette legere difference 
suHiso pour etaljlir uue separation avec uue especc qui offre precisement des variations 
dans les caracteres des piquants braehiaux. II existe (pielques granules plus ou uioins 
dcv'xMoppes a la base des bras et les pores tentaeulaires piesentent asscz souvent deux 
ecailles proxi males. 

•le rappelle que VO. ptanaub habite tuujours les graudes protondeurs et quelle a 
ete rencontree dans ditt'erentes stations, soit de lOeean Atlantique, soit de TOcean 
Indien. 



<ii'iiiri;i;s kikiii.ki:. 



s.> 



l.ISTK I'AI! STATIONS DKS Ksl'R'ES IMOCI KI I,M KS. 



MUt.ioiiK. 



I.utitu'k- S. I.oiiifitmic K. rriifiuiilciii. 



hill I'. K,s)if-i 



-tat mil •_' 



Sti.t.inl, .". 



Stat.ioM !^ 



Station !> 



Station 10 



(i(i 55' ., II.-) -2]' 



(ifi :',2' 



fit; s' 



r.7 «■ 



111 :','.<' 



Station i 


lioMS' . 


.. 1:37" 32 


Station 5 


(11 .'il' . 


. 127 IT 



Station fi 


... (;;t 


i:5r. 


.. 1(11 12 


Station 7 


... 65 


12' . 


. i)2 10' 



'.II IT' 



(15 2(1' .. 95^ 27 



".t(i 13 



;'.1S (nis.... 



28flm'iMKn. I'.i|3 



Aslrolumn Ayustthii, Op/nodiplux 
(lisjinuiu. Opliioiioltix Victoria:, 
(llihinriilejiia (/t/ldn, (JpliioHen 
miyiilojiliis. 

151 fni.s.... 31 (U'ccnil)!!' ]!i|3 Aslrotoiiid Afiusxizii. Oiililiniiiiiliii 

riiijifira. Ojtliioiliplui ilisjimtta. 
AuqJiima Morhn.sviii, Oiihiuclis 
amator, U/iliiosleiru debitor, 
I Ophiostcira Senoitqm, Opinoceres 

' imipieiig, Ophionotus I'ictoriw, 

() phi lira ficiihilis, Opliiarolepis 
tiimejtceiis, Ophiiirolepis rcsislens, 
(Jpliiiirolepix ijclidii. 



230 fnis.... 2 jiinvi.T I'.H I 
l.T("l fni.s. 6 janviir IIU I 



NT(i fnis....I ]4 Janvier I'.tl 

I 
(iO fnis. ...' 21 Janvier I'.tl 



r.'tt fin.s..,. 21 JHiiviei I'.tll 



21(1 fnis.... 28 Janvier I'll 1 



328fnts... 



2{t janvi.M I'.tl I 



.. Ophiodiphix dixjitinta. 

.. Ophiucanllia frii/idii, (Iphiosteiru 
Seiwttqtii, Homalopliiurn irro- 
rain. 

.. Upliiiiroli'pis uiordax. 

Opliiairnitha liripara. Opliiodip/ax 
I disjiiiiclfi, Ampliivra Morterifeni, 
Ophiosleira ecliiiiu/ala, Opliio- 
sleira Seiiom/iri, Opiiiocircx 
incipiens, Opiliiovotiis Yiclnriir, 
Ophiura jlejfibilis. Opiiiiirn 
Itoxichi, Amphiophiura rclrtjfita, 
Ophiiirolepis resislevs. 



Axtrotoma .UpiKsizii. OphiiKiinlhn 
riripara, Ophiodiplax disjuiiila, 
Ophioptfrrti rajiiluris, Ophio- 
xti'ira echiinildtd. Ophionoltix 
VI(lori(r. Ophiura fhnichi, 
llomalophiuni iniitinrid. Amphi- 
o phi lira rc/ffidtn. Ophiuro/fpis 
morddx. Ophinrofipis rrsisleiix. 
OphidroU'pix ficliila. Ophiocteii 
tneyaloplar. 

Ophidtaidha ririjara, OphiodifJux 
disjiiiirta, Amphiuru Morlrnseiii, 
Ophioxlcira rotdudald. Ophiiiro- 
lepis liimesceiis. Ophiuro/ejtis 
gelidd. Ophioilin iiiciialnplos. 

AclrotoDid Aijassizii, Ophiodiphix 
disjumta. Amphivdid deslinaUi. 
Ophioperla Ludirigi, Ophiuro- 
/epis tiime^reHS, Ophiiirolepix 
mnrdnx. Opliimtvii fiirgu/oplaj\ 



Mi . KXI'I'-.DITKiN .\NT.\I!( Tl(.)l !■; AISTIJAI.ASI K.NM:. 

LIS'l'H I'Ai; STATIONS DIOS KSI'KCKS llKCClAUAV.i^ contininil. 



Stations 



SUltioi, I." 



A.l.'-ll.' ... 



lies Mariii 



l.iiiiluili- S. Loiiifitiidr K. I'liifiiinli-iii 



Hate 



HsiM^CCN. 



Stiition II ... fvi'-ir ... 07° 2S' ...':ri8{ins....!31 jiinvicT I'.H I 



Stiiti.iii 12 ...I (i|- ;l-2' ... 117" 20' ... I 111 fin...... .'U jaiiyici IMI I 



:i.")'ir ... 1 :!.")■ -W... I.sodfni,^. 27 frviirv I'.il I 



divLT.s 



l.;>Oil fills. 13 doccnilnv Ii)l2 



Ophiodipfcur dispmcia, Amphiodiu 
desllnala, Ophinnotuft Victoria', 
Oplnoperla Lvdivit/i, Ophinro- 
lepis ijdida, Opliiocleii meyalo- 
plax. 

.[stroloiiiu Aiids.siiii, A)i( phiura 
MoTlenseni, ()p/iio$leira Seiwa- 
qtii, Ophioceres incipient, 
Ophionolux Viclorkr, Ophiurd 
fcxihilis, Ophiiirolepis reslsleiis, 
Oph iurolep i.s qel id a . 

Aslrodui hispiii.osn. HoiHidojdii'irn 
irroralii, ()pliiomiixi>im p/(nnim. 

Opliiudiphw disjuiiilu, Ainpliiuru 
Mortenseni, Ophiosteira echinv- 
lata, Ophiosteira Senouqui, 
UphioHotus Victoria', Oplniiro- 
lepis rcsistens. 

Axlero^i/x l.oii'tn, Opliutcantlia 
sollicila, Ophiocamux uppiivalus, 
Opiiiaripa conferia, Ophia-clis 
(imator, Ophiiirolepis accomodata. 



LISTK DKS orVHAdES (TTE8. 

7"). I>\.M.\.N (Til.). < )|i|iiin-i(|;i' iiiiil .\.s| rophytidn'. Ilhi.slnilal ('(ifaldi/iic Miis. Cfniji. 
Zaoloi/i/. .\ii. S. ('iniil)ii(li.f('. 

S-_'. Lv.M.\.\ (Th.). Rcjunl (III llir Ojihnimidca <lri-(li]i(l hi/ JI.M.S. " Clmlh iigir." 
Zoology. \'()1. \'. 

111. K(KHLi;i: (Iv.). -Resultats (lu Voyage du S.^■. • nd^ica "' (m\ 1887-188!). Echinidr's 
ct Ophiurcs. Anvers. 

ii7a. Kcjchlkr (K.). -Revision de la collection ties Ophiuios du Mus(Mini d"lli.stoiie 
iiatnrello dc Pari.s. BuJIc/iii Sricnlijii/iir de hi France et de la liehiii/iie. \'<>l. XLl. 
i'aiis. 

oTi!. KiKiiijoi! (It.). iv\[)edit iotis .sciciit irKjiic.'^ du " Tra\ aillnir " rl dw " T:ili.siii;ui." 
< >|)liiures. I'ari.'s. 

08. I)KLL (J.). -National Antarctic ICxpeililion. Natural History. \'(>l. I\. luliin- 
odervai. Loiulres. 

08 KiKHLioi; ( IJ.). — Asteries. Ophiurcs ot Kchinides dc I' " Kxpcditinii .\iitai(ti(|uc 
Xationale Ecossaise." Tramael ions Iu>;/(il Sue.. Hdiiihnrnli. Ndl. XIA'I. 



oniii KKs K(i.;iii,i-;i{. , . 87 

09. lvu:iiLi:i{ (II.). -Hcliiiiuileniies provenaiit dcs caiiijjagne.s du varht " I'riiicesse 
Alice."' ResuUata des campagnes scientip/ues dxi Prince de Monaco : fnsr. XXXIY. 
.Monaco. 

11. C'L.MtK (II. I.yiii;m.). Xdidi I'acilic ( »|iliiiiians in t lie ('ollcclidii n| t lie I'.S. 
Xatioiial. .Mii.souiii Smillisoiiidii I iishhdioii. /inlletin To. \\'asliington. 

11. !\<i;hlkr (K.). r.ritisli .\iitaictic Kxpcdiiion Il»()7-(i9. Biol(.<iy. \'nl. II. Pan l\'. 
Asteries. Op/iiiircs el l-lchmiilrs. LniKlnvs. 

1-2. MoUTKX.sK.v (Til.). TcImt Aslcnniii.r Lorcni. Zeil. f. iri.ss. Zoolotiic. /Id. CI. 
Leipzig. 

12. KdCiii.EK (R.). Dcii.xii'iue hLKpeditioii Aiitar(ti(|iio Krancaiso 10(»S-ir»|(i. Sciences 

nafurellefs. Echiiiodermes. Paiis. 

15. Matsu.moto (II.). -A Monograpli of .la|)anc,so (Jphiuioidea arranged according 
to a new classification. Journal of the College of Science, Imperial VniversiUj, 
Tokyo. Vol. XXXVIII. Arl.-l. Tokyo. 

1."). Ci.AKK (H. Lyman.), -('atalogue of recent ( )|iliiuian,s. Memoirs of the Museum 
of Comp. Zoolofiji al Il'tmnil Coller/e. Vol. .V.VI'. .Vo. 4. Camliiidcre. 

If). (.!l,.\rk (ir. Lyinaii). -Keport on the Sea-Lilies. Starfishes, Brittle-Stars and 
Sea-lTrchins obtained hy the F. f. S. " l^'ndcavoui-."" Citmmoinrcallh of .i n.^/,fili<i, 
Fisheries. Vol. IV. Part I. Svdnev. 

17. Bk,ll(J.).— British .Vntarctic (• Terra-Nova") E.vpedition. IfJlo. .Xatiiral History 
lle))ort. Zoology. Vol. I\'. Xo. I. lu-hinoderma. l^ondres. 

21. KtKHLKR (K.). -Au.stralasian Antarctic Expedition 1911-1914. Sciontili.' K'eports. 
Series C. Vol. VIIL Part I. Asteries. Sydney (sons presse). 

22. KtKKLKR (Pv.). -Asteries et Ophiures recueillies par les E.xpeditions Antarctiques 
Suedoise de .M. XordiMi.skji'iJ.l. Stockliolin (sous presse). 






O^V*ft~^-^'A 



SS KXI'KDITKiX ANTAIiCTIgl'l': AlSI'liAI.ASlKNNIv 

KXPLK ATION" DES I'LANC'HES. 

I'l.AN.IIK LXXVI. 

Kii;. I. Axliiildiiiii A(/itssizli : ('X(Mn])l;urc de la station '.i. (ho/, loqucl c discjiu' a an 

(liainetie de 2'2 iiiiii. Face ventrule du disque. dr. 1. S. 
Kig. 2. Aslrotonm Afjasslzli : iiietne echantillon Face dorsale du disque. (ir. I. S. 

Fig. :i. Astfotoma Afjossizil ; lo lueine echantillon entier. Face doisale. It-gt'ivMicnt 
reduite. 

Fig. 4. AslidtoiiKi Affmsizii ; |) quant l)ia(hial an ronuuenccnifnt des bras. (ir. 40. 

Fig. 5. 0. et 7. AslrotoDia A()assizii : piquants l)rachiaux tiansforme.s en crochet 
(lan.>^ la paitie toiinina'e de.s bras (Jr. 100. 

Fig. 8. Aslrotomn Aqassizii ; exeniplaire de la .■station 7 iloni le di.sqne a 7 mm. de 
diametre. Face dorsale du disque (Jr. 4. 

Fig. 9. Ash-otoiaa Agassizil : menie exeniplaire. Face ventrale. (Jr. 4. 

Fig. 10. Anholonia /iqassizii; ineme exemplaire entiei-. Face dorsa'e. (Ji'. 2. 

Fig. 11. Asfrotoma Agassizii: portion dun Inas de I'exemplaire lepresente fig. 1 a ;5 
\'ne laterale. (Jr. 8. 

Fig 12. Aatiodiu bispinosa; exeniplaire entier. Face dorsale. (Ir. 2. 

Fig. I'.i. Asfrndia hispitiosa; vue laterale dun l)ras. (Jr. lo. 

Fig. 14. Afilrodid hiapinosa: face dorsale du disque. (Ji-. o. 

Fig. 1."). Ash'odiii hispinosa; face ventrale. (Jr. .5. 

Pl.A.VCHK. J.XXVll. 
Fig. I a lo. OjjIiiofijMiiie i/lnns. 

Fig. 1. Fac-e dorsale du plus grand echantillon de la station 7. legeiement grossie. 
Fig. 2. Face ventrale de I'exemplaiie de la station 12. legerement gro.ssie. 
Fig. li. Face ventrale liu |)etit cxiMuplaire de la station 7. (Ii'. 2. * 

Fig. 4. Face donsalc du meme. (Jr. 2. 

Fig. .5. Face ventrale de lexemplaire represente iig. 1. legerement grossie. 
Fig. (). Portion de la face ventrale d'un bras dii petit individu de la station 7. (Jr. 7. 
Fig. 7. Face distale dune vertebre. Gr. 10. 
Fig. S. Face ])roximale d un(> vertebre. (Jr. 10. 
Fig. !( et ilf. l)cu\ pi(|uan1s de rextremite distale des bras. (Ir. .").). 

I'l.A.XCIIK LXXVili. 
Fig. 1. Opinocanmx applicata; lace dorsale. (Jr. 1,8. 
Fig. 2. OphincaiiKix applicata; face ventrale. (Jr. 2. 



(il'IIH l!KS K(KHI,Klt. 89 

Kig. 8. Ophiocunuu appliciUii: puitioii j^rossie de la iace rlorsale. (Ir. .3. 

Kig. 4. Ofjhiodipldr disjnncta; ccliantill<»n do la station 4. Kace dorsale. (ir. 3,5. 

Kig. 7). O phiodi plax disjiincld; meme tMhiuitillon. h'acc vcntrale. (!r. 4. 

Kig. ti. Ophinddces imitili.s: exeinplaire ciitier. Face (lorsalc. (ir. 2. 

Kig. 7. OphioduGc.s iniUilis; face ventrale. (Jr. 4.5. 

Kig. 8. Ophiodaces m»/(7i.sv face dorsale. (Ir. 4.5. 

Kig. !). Opkindiphi.rdisjinirf.ii; jjortioii dc la face dorsale (Vun Itras. (!r. 4. 

Kig. 10. Opltlodiplax disjuiula; portion de la face dorsale dn disque d'nn individu 
muni de simples granules, (ir. 12. 

Kig 11. Ohhiodiplax disjnncta; exempUiire de la station 4. Portion de la face 
dorsale du disque. (ir. 12. 

Kig. 12. Ophiodiplax disjiuicla; portion dc la face dorsale du rlisque dun echantillon 
nuiiii de batonnets. (Ir. 12. 

Kig. 13. Ophiocamux applicala; piquant. 

Planch K LXXI.X. 

Fig. 1. ()phiacant}((t sollirila; exemplaire entier. Kace doisale. (ir. 4. 

Kig. 2. Ophlacantha sollicita; face ventrale. Gr. 4. 

Fig. .T. Ophidcantha sollicita; face dorsale. Gr. 10. 

Fig. 4. Aniphiodiadesdnafa; exemplaire de la station 1 1 entier. Kace dorsale. (ir. 2. 

Fig. 5. Amphiodia destinata: face dorsale plus grossie. Gr. 3,<). 

Fig. t). Amphiodia destinata: face ventrale. Gr. 3.(i. 

Fig. 7. Amphiodia destinata: poition de la face ventrale du disque. (ir. 8. 

Fig. 8. Amphiura proposita: face dorsale. (ir. 2. 

Fig. 9. Amphiura proposita: face dorsale dun autre exemplaire. (ir. 2. 

Fig. 10. Amphiura proposita; face ventrale. Gr. 4. 

Fig. 11. Amphiura proposita; face ventrale dim autii' individu. (ir. 4. 

Fig. 12. Amphiura proposita; face dorsale. (4r. 4. 

Fig. 13. Amphiura proposita; face ventralt> <run troi.sieme echantillon. (ir. 4. 

Planchk I.X.X.X. 

Kig. I. Amphiura deficiens: exemplaire de la station 7 dont Ic diametre du disque 
n"a que 3 mm. I''ace dorsale. (ir. 8. 

Fig. 2. Amphiura deficiens; face ventrale du menu\ (ir. 8. 

Fig. 3. Amphiura deficiens; exemplaire de la station 3 (diametre du distpie 8 mm.). 
Face dorsale. Gr. 3.2. 

Fig 4. Amphiura defirien^i; face ventrale dn mome. (ir. 3.4. 



90 IvXI'KDITlnx ANTVIU'TIQUK AUSTRAKASIEN'NH. 

Fig 5. Ainphiura mortenseni; face dorsalf. (ir. .S.(i. 

Fig. G ii 8 Ainphiura mortenseni; face ventiale dc trois exemplaiies difl'erents de 
la Stat on 7. (Ir. 3,5. 

Fig. !t. O/iliiacdiitha fri(/id(i: face vent rale. (ir. '.].'}. 

I'l.ANCHK J.XXXl. 

Fig. 1. Ophiactis amator; exeiiiplaire de I'ilo Maria. Face dorsalc dc raniiual entior. 
Gr. 3. 

Fig. 2. Opliiactis (tiiuUor; face dor.sale dii disquc plii.s gro.ssie. (ir. 5. 

Fig. 3. Ophiactis amator; face ventrale. (xr. 5. 

Fig. 4. Ophiactis amator; exeniplaire de la .station 3. Face donsalo. (ir. 3. 

Fig. 5. Ophiactis amator; face ventrale du nieuic. (<r. o. 

Fig. 6. Ophiactis amator; face dorsale d'un autre individu de I'ile Maria. (I. ;}. 

Fig. 7. Ophincantha frigida; face ventrale. (ir. 4. 

Fig. 8. Ophiactis asperula; face dor.sale. Gr. ].(>. 

Fig. 9. Ophiactis aspenda; face ventrale. (ii-. 3,.'5. 

Fig. 10. Ainphiura algida; face dorsale. (Jr. 2,G. 

Fig. 11. Ainphiura alxjida; face dorsale plus grossie. (ir. 5. 

Fig 12. Ainphiura ah/ida; face ventrale. Gi'. ;"). 

Planche LXXXII. 

Fig. 1. Ophiosteira debitor; face ventrale. (^r. 3,5. 

Fig. 2. Ophiosteira debitor; face dorsale. dr. 3.5. 

Fig. 3. Ophiosteira debitor; face dorsale vue un ])(mi olili([uenient. (ii-. 4. 

Fig. 4. Ophiosteira debitor; vue laterale. Gr. 4. 

Fig 5. Ophiosteira echinulata; grand exeniplaire d'Adelic. \iic laterale dun hras. 
Gr. 6. 

Fig. (}. Ophiosteira echinulata; nienie ecliantillon ; vue laterale du disque. (ir. (i. 

F g. 7. Ophiosteira echinulata; vue laterale du disque d'un autre excuqjlaire. Gr. (i. 

Fig. 8. Ophiosteira echinulata; face ventrale de Techantillon represente fig. 0. (ii-. (i. 

Fig. !). Ophiosteira echinulata; vue ()l)li(iue de la face doisale du nieme. (!r. 3. 

Fig. 10. Ophiosteira echinuluta; vue laterale dun i)etit cchantillou de la station 7. 

Fig. 11. Ophiosteira echinulata; face dorsale d'un individu d'Adelie anoruial. (ii. 3. 

Planchk LXXXIH. 
Fig. 1 a 7. Ophiosteira echimdata: divers echantillons des stations 7 et 8. 
Fig. 1. Face dor.sale. Gr. 4. 



oi'iiniiKs KiKiii.Ki;. yi 

Fig "2. 1"';hc (Iui.smIc. < '<v. '.i. 

Fig. 'A. \\ie laterale. ('>r. 5. 

Fig 4. Face dorsalc. ('•v. 4. 

Fig. o. Face (loi>aic' viic iiii jicii nliliqiiciiiciit . (jr. 4. 

Fig. (I l:\Ke ventralo. (Ir. 4. 

Fig. 7. Face voiitrale (run autre individu. (ir. 4. 

Fig. 8. Ophiodaces inulilts; petit exeiiii)laire. Face dorsale. (Jr. 4. 

Fig. 9. Ophiosleira roUtndata; exeiiipiaire cut er. Face dorsale. Gr. J, 7. 

Fig. 10 Ophios'eira rotnndalu; face dorsale. (Jr. 3.S. 

Fig. 11. Uhpiosleira^ rotiindata; vue laterale da <lis(iue. (Jr. '.i.H. 

Fig. 12. Ophiosleira rotundata; face ventiale. («r. 3.8. 

Fig. 1."}. Ophiosfeim mfimdala; vue laterale dim lua.s. (Jr. .j..'}. 

Fig. 14. Ophinsfpim rrhiiuilaia: eclmiitillon il'Adelie; face dorsale. Gr. (i. 

Flaxche LXXXIV. 

Fig. 1. 4 et ."). Ophiocen'/i iiicipiens. Faces veutrales dc trois iudividus dift'erents. 

Gr. ;{,-2,3 et (i. 
Fig. 2, 3 et (). Ophiocercs imipiens. Faces dorsales de trois individus dift'erents. 

Gr. 3. 
Fig. 7 Ophinmlepis accontodata; exemplaire ('. Face veiitrale. (!r. 1.8. 
Fig. 8. Ophiurohpis accomodata; exemplaire A. Face ventrale. (Jr. 1,8. 
Fig. 9. Ophiurolepis accomodata; vue laterale d"un l)ras. (Jr. 3. 
Fig. 10. Ophiurolepis accomodata: exemplaire C. Face dorsale. (Jr. 1,8. 
Fig. 11. Ophiurolepis accomodata; exemplaire B. Face ventrale. (Jr. L8. 
Fig. 12. Ophioplocus imbricatns; extremite d'un l)ras. Cv. 4. 
Fig. 13 et 14. Ophiocercs Inciptens; cxtremites de deux bras. Gr. 5. 
Fig. 15. Ophiocten megaloplax; face v^trale. (Jr. 4. 
Fig. Hi. Ophiocten megaloplax; face dorsale. Gr. 2. 
Fig 17. Ophiurolepis accomodata: vue laterale du disque. Gr. 3. 

ri.A.vciiK LXXXW 

Fig. I. Oplniini Hnurhi: lace ilorsale. (Jr. ."). 

Fig. 2. Opliiura liouchi: face dorsale dun autre ecliantilloii. (Jr. 4. 

F g. 3. Ophiurolepis Dcshai/esi: lace ventrale. (Jr. 2.(). 

Fig. 1. Ophiurolepis Deshaip'si: vue laterale du di.-<i|ne. (<r. 3. 

Fig- 5. Ophiurolepis Deshaip'si; lace limsale. (Jr. 2.(>. 



92 KXI'KDITloX ANT AIJCTIQIK AISTUALASIKNNK. 

Fig. (). Ophiurolcpis Deshai/csi: Uirv duisalc diiii mitic iii(li\i(lu. (ir. 2. 2. 

Fig. 7. Ophiurolepis Desliai/esi; face ventiali- dii mome. (Jr. 2.2. 

I*'ig. S. Ophinro'eplfi Desliai/csl: xuc latvnile (run lua.s. (Jr. 4.S. 

Fig. !l. Ophioripa conferta: hue ildisalc. (ir. 2.2. 

l^'ig. Id. Opinonpa CDiifcita: lace dor.sale du iiu'iuc plii.s grussio. (ir. 4 5. • 

Fig. II. Opiiioripa conferta: lace venti'ale du iiK'Mue. dr. o. 

Fig. 12. Opiiiorijxi coiifciia; face dursale dun autre echantilloii dans leqiiol la 
plupart de.s piquants sont toiubes. (Jr. 4.o. 

Fig. i;{. Ophioripn cniiferta: face dorsale d'un troisieme echantillon plus petit. Gr. 8. 

i'L.\.\(iiK LXX.Wi. 

Fig. I. Ophiopi/ren ref/iilarls: face dor.sale. (!i-. 4,5. 

Fig. 2. Ophinpt/reii r('(/iilaris; face vcntiale. (Jr. 7. 

Fig. :i. Hoiiialophiiiru inimaria; face ventrale. (Jr. 4. 

Fig. 4. Hoiualophiina iiiimarla: face dorsale. (!r. 4. 

Fig. 5. Homalophiina tnitiiand; vue laterale du disque. (ir. 4. 

Fig. ('). Homalophiara tniiiKiria: vue laterale d'uu bras. (ir. 8,5. 

Fig. 7. Ophiurolepis resistens; echantillon dc T Expedition Shackleton : face dorsale. 
(4r. 1,C. 

Fig. 8. Ophiurolepis resistens; autre echantillon de la menic Expedition. (Ir. 1,(5. 

Fig. 9. Ophiurolepis resistens; echantillon de la station :\ ; face dorsale. (!r. 2. 

Fig. 10. Ophiurolepis resistens-; autre exemplairc de la nieine station. I''ace dorsale. 
(ir. 2. 

Fig. 11 a 15. Ophiurolepis gelida; face dorsale de divers echantillons de petite taille ; 
le dianietre du disque inesure respectivenient : 

Fig. 11. 3,8 nun. (h: 18. 

Fig. 12. 4,5 nun. (Ir. 7,7. 

Fig. 13. 7 nun. (ir. 4,2. 

Fig. 14. r),r^ nun. (ir. 5. 

F^ig. 15. 7 rum. (!r. 5. 

Fig. l(i. Uotnalophiurd irrordta: face dorsale. (Jr. 1,7. 

Fig. 17. floinalophiura irrorata: face ventrale. (Ir 1.7. 

Fig. 18. Ophiurolepis resistens; echantillon dAdelie ; vue laterale d'un bras. Gr. 3. 

Fig. 19. Ophiurolepis resistens; autre echantillon dAdelie. Vue laterale dun bras 
(Jr. 3. 



()i'iiiii:Ks KiKiii.Ki!. u:\ 

I'l.ANCMK LXX.WII. 

I'ig. I. OjtIiiDslcird SciiinKjiii : ('•clumtillon ilc in stiition \1. Fjicc rloisalr viir iiii pen 

i)l»li(|U('iiU'iit. (Jr. '2,5. 
Kig. 1*. Opliiostclni ScHOuqui; autre ecliiuitilloii tW hi mumiic station. Kace dor.snle. 

Gr. 2,3. 
Kig. :{. Ophiosteira Senouqui; echantillon de la station :?. Face <l(Hsalo. (ir. 2. '2. 
Fig. 4. Ophiosteira Senouqui; echantillon de la station 12. Fa( i- (husale. (!r. 2.5. 
Kig. .■). Ojihiosteim Senoxqui; echantillon de la station 3. Face dorsalo. iiv. 2.5. 
h'ig. (>. Ophiurolepis tumescens; echantillon K (.station 9). Face dorsalc. (4r. 3,(). 
Fig. 7. Oph'nt role pin Imnpscens; echantillon l>. I'Vice ventrale. Gr. 3,(5. 
Fig. 8. Ophiarohpis fumescens; echantillon A. (station 3). Face ventrale. iU. 3,t) 
Kig. t). Ophiosteira Senouqui; vue laterale d"un l)ras. tir. 5,5. 
l-'ig. 10. Ophinrolepi.s lumescens; echantillon V (station 10). Face dorsalc. Gi. 2. 
Fig. II. Ophiurolepi.s tuniescens; echantillon A. Face dorsale. (Jr. 2.S. 
Fig. 12. Ophiurolepis lumescens; echantillon ('. \\w laterale dn di.-itiue. (Jr. 3,0. 
Fig. 13. Ophiurolepis tuniescens; echantillon A. Vue laterale du disque. (Tr. 3,G. 
Fig. II. Ophiurolepis tumescens; echantillon ('. Face ventrale. (Jr. 2.4. 



Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 
Fig 

Fig 



I'[..\N( hi; T XXXVIII. 

I a 7. ^[iii phopjimrd releijalu. (Jr. 5. 

1. Face dorsalc. (Jr. .5. 

2. Face ventrale. (Jr. 5. 

3. Vue laterale du dis((uc. (Jr. .">. 

4. Face dorsah-. ( Jr. 4. 

5. Face ventrale. (Jr. 5. 

(>. \'ue laterale dun hras. (Jr. 10. 
7. Face dorsale. (Jr. 4. 

S. Ophiurolepis resistens ; echantillon dc la station 7; lace ventrale. (Tr. 4. 
St. Ophiurolepis resistens; vue laterale ilu disque du meiiie individu. (ir. 4. 
1(1. Ophiurolepis resistens; echantillon de la station 7; lace dorsalc du nienie. 
(Jr. 4. 

II a 17. Ophnii'oU'pis mordar. 

Fii:. 11. \'u(' laterale dun l)ras. (Jr. 7. 
Fig. 12. Iv liantillon dc la station (i ; face ilorsale. (Jr. 1. 8. 
Fig. 13. Fchantillon i\o la station 8: face dorsalc. (Jr. 2. 
Kig. 14, Fchantillon de la station (i ; face dorsale. Gr. 3. 
Fig. 15. Fchantillon de la station (i : face ventrale. (Jr. 3. 
Fig. Mi. lilchantillon de la statinii 10: face ventrale. Gr. 2.2. 
V\i<. 17. Kcliantillon dc. la stalion S; face ventrale, (Jr. 2.4. 



(J4 KXl'J'lDITKiN .\NT\I!(TU.U'I': ACSTKALASIKNNK. 

ri,.\N( III-, i.xxxix. 

Fig. 1 ii 14. I>j)liii(n>l('i)is (/I'hdii. 

Kig. I. Kcliaiit illdii (If la station S; \ur (ililujiic ilc la lace vriilralc 

liii ilis(|ii('. dr. "J.."). 
Fig. "J. lOcliaiit illdii lie la .station 'A: lac-c doisaic. (i|-. '2..'). 

Le gros.si.sseniont dcs indixidus suivants. ic])r()(luits tiji. 2 a II. ().sfille 

aiitour d*' "2 ciivirnu. 
Fig. :}. Ec-lianlillon dc la station 1 1 : face dorsidv. 
Fig. 4. Face ventralc du nuMnc. 

Fig. o. Face dorsale dc rechantillon <lc la station S lepre.'iCDte tig. 1. 
Fig. (!. l<](diantillon de la station II; lace dur.salo. 
Fis. 7. \ ue latrrale du disnuc du inonie. 

Fig. 8 a 11. Fcliantillons recuoillis par Ic " I'ouniuoi i'as?"; faces 

vcntrales. 
Fi". 12. Rctiantillon dc la station 3; face ventrale. 
Fig. I."?. Face dorsalc du memo. 
Fig. 11. Face vt-utralc dc rechantillon dc la station S rcpresente 

lig. 1 et .-). 

I'l..\.\( IlK XC. 

Fig. 1 et 2. Opliliiwlcpin gelida. Echantillons de la station S. conipletement 
reconverts, snr la face dorsale. par V lophoii jiabeUo-digituttis. Gr. 2. 

Fig. 3 a (5. Ophiufolepis (jdida. N'ues latcral(>s de divers hras. (ir. 2. 

Fig. 7 a 22. Opliinrolcpis resinleiis. Les echantillons des tig. 7. S. 

16 et 22 ])r«)viennent d ,\<lclic. les auti'es des stations 7 et 12. Les 
grossissenients sunt 
de 1.8 et 2 pour les fig. 7 et 8 ; 

de 3 pour les fig. 9 a 19 representant des faces dorsales, ventrales 

et laterales du disque ; 

et de (i pour l(\s fig. 20 a 22 representant des viies lateialcs du lo'as. 



Ol'HUKKS— KdCIII.Kll. UH 



iM)i:\ 



I'VI.K. 

««;omorfa/rt (OpHMifiii.Ki'is) ... ... .. .. .. .. ... .. .. cT 

./(7rt,Mmi' A.STROTDMA ... ... ... ... ... .. ... ... ... ... <) 

a/(;i7(/(/ A.virmi'K.v ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ;J0 

iimalor (Ophiactis) 34 

AMPHIURInES ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... . 07 

Amphiura alfjida .iO 

Amphiura deficiens 2S 

Vmi'HIIRA difiiKi ... ... . ;;o 

.Vmi'mhra (liiii)i('il('(v ... ... ... ... ... ... ... ... 28 

Vmi'iiiuka eiHjciiiir ... ... ... ... ... ... . 28 

Ami'iiiii'.a A'(>/(7i' ... ... ... ... ... ... ... ... 28 

A\ll'ini-|!A )/)o;7i; «.«'«/ ... ... ... ... ... ... ... ... . . , . .•;! 

.Vmi'hiura propnsilit ... ... ... ... 27 

\V\'\\IVRK lomciltOKII ... ... ... ... ... ... ... . .-'(I 

.\\iiiii()i)iA clillnmix ;il 

.VMi'iiinDiA ili'.tl I iialti ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. ;J2 

Ami'hiudia jicrrlcrrlii ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ;>,| 

.Vmi'hidhia h'ilsci ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... :!| 

.Vmi'iiioi-hhra re/cifdld ... ... ... ... ... ... ... ... ... .-,7 

.VMi'Hioi'MirKA rc.si.ilt'iiJi ... ... ... ... ... ... ... 71 

niitarctira (Ophiostkira) ... ... ... ... ... ... ... ;i7^ ;5H 

apidicaliis (OvHUuwww) ... ... ... ... ... ... . 17 

.VsTKRONY.K Iahi'iiI ... ... ... ... ... ... ... ... ... . |(| 

\s.TR(nn.\ hispinoxa ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... \l 

A'iTRODiA teiniUpina ... ... ... ... ... ... ... ... ... ' ... 12 

.VsTRoTOMA (./f/Cf.f.s-i;//) 

l>i.<ipi)tns(i (.VsTRoiii.\) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ]| 

(7///c)(,s/.s- (.Vmi'iiiiiiha) ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. .•',1 

com/xw//^ (Ophiacantiia) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 1.", 

roiift'ria (Ophioripa) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... lit 

ro.imira (Ophiacantii.v) ... ... ... l.f, 

(/cAiVw (Ophiostkira .'17.11,11 

deficioix (.Vmphu'ra) JS 

/)c.'l//fl//C.<!l (OPHIOCI.VPKA) ... ... ... ... ... ... ... :,'.) 



ilO KXPKDITKiX A.NTAKCTlylTH Al'STI! Al, AS| K.VN K. 

I'AUK. 

destiiKilii (XMi'HJoni a) ... ... . . . • . • . . ••. 32 

dinmnhcr (.Vmi'HIIha) ... . . ... ... ... . ... •.• .. ••. 2H 

tlisjilllclll ((>I'H1.\(AN TIIA) ... ... ... ... ... ... ... ... ... I'i 

(v7(ni((/((/(( (Oi'iMosrKiti.v) ... ... ... ... ... ... .. ... .■)". .■)^*, 4.'» 

eiiflenicr (.Vmi'hu'h.v) ... ... ... ... ... ... ... ... •.• ■■■ -f^ 

ftqiinila (()rnioi;i-vi'ii.\) ... ... ... ... ... ... ... •.■ ••. :">5 

Jlexihilis (()i>niri!.\) ... ... ... ... ... ... ... ... •.• ••• 52 

frigiiln (Ophia( anth..\) l-i, 15 



fle/?Wa (lIo\iAi.(ii'Hiri:A) T'.' 

gelida (Oi'imuiu'i.i.is) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 7S» 

glgnx (Oi>hi().«;i>aj{tk) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... l!', 21 

(lOKCONdCKI'HAI.IDK.S ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .9 

lldMAl.llI'llirilA (It'fillll ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... "'.I 

llilMAI.ul'HHKA inoidid ... ... ... ... ... ... ... ... ... 55 

HoMALOPHii'KA mimaiid ... ... ... ... ... ... ... ... ... 53 

Hiiltoui (OpHTon.ocrs) 48 

indmcatiis (Oriiini'i.ori s) ... ... ... ... ... ... ... 48 

inanis (Ophiodace.s) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 24 

imipieiiK {Ovmocv.Kv.a) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 48 

iiujrala {()i'iiiii\irii;i:i,i.A) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 20 

inlef/m (Oi'iiioim.vhiia)... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 55 

irrornla (\hi\\\\.iifui[\'..\) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 55 

irrornld {(^•nun.],yrH.\) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 55 

inonilti (Oi'MiruA) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 5.T 

Korc.ii' (.Vmi'hipua) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 28 

Loveni (Astkko.nv.x) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 10 

Lmlwigi (Oimuiiim.'.ki.a)... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 51 

mar(jfiMa/rt (Oi'iiinitii'A)... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 20 

megal()i//nx (Oi-iiioctkn) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 82 

me.ie>ni)riit (()i'mia( antha) ... ... ... ... ... ... 15 

mimnria (HoMAi.ormriiA) ... ... ... ... " ... ... ... 5.3 

mimaria (Ophiooi.ypha) 53 

morilar (Ophii'roi.epi.s) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 71 

Morletucui (Amphiura) ... ... ... ... ... ... ... ... ... 31 

ntujaUir (Oi-hioripa) ... ... ... ... ... ... ... 20 



OI'IIIURES— KCKIII.RI!. U7 

VAr.T.. 
OlMII \i ANTIIA (UHl/KWlVcf ... ... ... ••■ •■ •■• •■• ■•• ■■ l'^ 



t liiii MANTiiA cosmirii 



( triiiAiAN niA vii-ijiiirii . 



Ol'll II M KKKS iiiri jiiciia 



1 



OriiiAi ANTiiA/nVyiW" ... ... ... ••• ■ • •■■ •■ I.j, 1.") 

< 'i'iiiAr.\NiiiA iiK'jicmhria ... ... ... .•■ ••■ ■•■ ••• l-^ 

Ol'lllAIANTIIA .V(i//»//f( ... ... ... ... ... ... ... lo, M 



12 



OrillAiANTiriliK.S ... ... ... ... .•• ■■• ••■ ••• 1- 

Oi'iiiAi lis </)Hrt/f)r •... ... ... ... ... ... ... ■•' ... ••. •'»'l 

Oi'MiAiiis tixjufiihi ... .. ... ... ... ... ... ... ... • • 30 

(ll'lll.\( I IS .<//»('//()/(( ... ... ... ... •■■ ... ... •■• •■■ ■■■ •'•' 

( tiMllor.l.KNNA ... ... ... ... ... ■•• .•• •■. ■■■ ••• •■• 21 

Ol'll II II A MA.\ «/)/»//'■"'".''■ ... ... ... .•• ■•. ■•■ •■• ••• •■• '" 

( >l'll|i)rKI(K,S ... ... ... . . ... ... ... ••• ... ... ••• ■!< 



48 



Oi'iiiocTi' N i}i('<iii/(iji/(i.r ... ... ... ... ... • • ••• •■• ••. 82 

(t|'ll|nl)Ar|> . . ... .•• ■■• ■■• 24 

< Ililliil'Il'I.AX ilixj'nirlti ... ... ... ... ... ... .•• ... ••. 15 

Ol'll ii":i.\ I'll A 2)es7K/.i/M(' •■• ■•■ ■•. ■•• ... 50 

Ol'llllXM-Vl'llA /((/»C(7/rt ... ... ... ... ... ... •■■ ■•. ... ... 65 

oi'nioc.i.vrii.\ iiili'fiiii ... ... ... ... ... ... ••• •■■ .■• .■• 55 

Oi'HiiiGi.Yi'HA inorald ... ... ... ... ... ... ... .•■ ... •. 55 

()riiiui;i,Yi>HA mimaria ... ... ... ... ... ... ... ... ... 53 

Ol'lUnl.Kl'iniDES ... ... ... ... ... ... ... ... ■■• ••• S7 

Ol'llIuLKPLS ... ... ... ... ... ... ... ... ..■ ... .•• 48 

Ol'llIUl.EUt'IOKS ... ... ... .. •■. ... ... ..■ ■■• •.. 36 

Oi'uioi.ot'us imhric'iliis ... ... ... ... ... 48 

Ol'HIOMEDEA ... ... ... ... ... ... 24 

Oi'iiiOMiTRELLA in{jrala ... .•• ... ... 21 

Oi'HioMusirM plaihuni ... ... 91 

Ophiondti's Vicfniiw ... ... ... 51 

Oi'HiorKKLA Lmiwifii ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 51 

Ophiophruea 24 

OniKjPLoii'.s 48 

Ophioplocus lliilloui 48 

t)pHiopYREN rajularif! ... ... ... ... ... 36 

OpiiiORi PA co/i/er/o 20 

() [■■iiomv A inarginald ... ... ... ... .■ 20 

(li'iiiORiPA miiialor ... ... ... .. ... . . 20 

OnilOSPARTE 21 

Ol'll lOSPARTE (/«(/«,< In. 21 

Ol'IIIOSTKlRA ... 37 



98 



KXI'KDITIUN AN'I'AIUJTIQUE AUSTRALA8IENNE 



OpiiinsTKiiiA (iiihiniiai 

(IflllDSTKlUA I' llilllllula 

Oriii()STi;ii;A lotnndulu 
Oi'iiiiisTKiuA Sviiitiiqiti 
Oriiioriiitix strll'hirrii . . 

OniloTUKMA 

• •mil itA Jlciiliiti.s 
( hiiiritA h'oiwJii 
( li'iiiUROLKris Inmesceiis 
( iriuuKoMcris iiccomodaln 
OriiiunoLKi'is monkij ... 
( •rmuKoi.ui'is reslstcis 
( >riini{OLEi'is (jdkUi ... 
UrmuRA irrorula 
Oi'iiiUBOLEi'is Malsninoti) 
Oi'io DACES inanis 

perriercla (Amphiouia) 
lilaiium (Ophiomusii'm) 
■projiosita (Amphiuka) ... 

regular (Ophiopyken) 
rdeijata (Amphiophhtsa) 
resislem (Am phiophiu ua ) 
n>si.He)Ui (Ophiuuomcpi.s) 
Iliisei (Amphiodia) 
roliindala (Ophiosteira) 
Roitchi (Ophicra) 

Scnotiqiii (Ophiosteira) 
soUicila (Ophiacantjia) 
sldliyera (Ophkitiiri.x) 
syinbiola (Ophia(.ti.s) ... 

lenuispiim ( Astro dia) 
lomeiUosa (Ampiiiura) ... 
Trii.'iiasterides 
lumescens (Ophiurolepis) 

Victoria} (Ophionotuk) 
vivipara (Opuiacantiia) 





P 


MiK. 




37 




;57 






;;7 






;}7 






.•;7 


. 




17 






2i 






52 






52 






(54 
li7 






71 
74 






79 


. 




55 






5'J 






24 






34 






83 






27 






36 






57 






74 






74 






34 


.. 


37 


44 
52 


.37, U, 


44, 


4(i 


. 


. 13 


14 
17 
35 

12 

10 
01 

51 
12 



[I.Wlalcs.] 



S}(li)e}': Juhit SpL'iitx*, Acting Ouvcruiiiciil ]'rinU-r--lU2'J. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL. VIM. PLATE 76. 




• '.•:*"■: s -(I 



Planch K LXXVIl. "^ _. 
Fig. 1 a 10. Oj>liiusj)((rU' ()i(/ns. 

Fig. 1. Face dorsale ilu plus grand echantilloii de la .station 7, legeienieiit grossie. 
Fig. 2. Face veutrale de Fcxcniplaire do la .station 12. legcicnieut giossie. 
F^ig. 3. Face ventrale du petit e.xeniplaire de la station 7. (Jr. 2. « 

Fig. 4. Face dorsale du menie. Gr. 2. 

Fig. 5. Face ventrale de I'exeniplaire represente fig. 1, legerement grossie. 
Fig. G. Portion de la face ventrale d'un bras du petit individu de la station 7. Gr. 7. 
Fig. 7. Face distale d'une vertebre. Gr. 10. ' 
Fig. S. Face proximalc d'une vertebre. Gr. 10. 
Fig. 9 ct 10*. Deux piquants de I'extremite distale dcs bras. Gr. 55. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL VIII PLATE 77. 




Pr.AxciiE LXXVIII. 1 

Fig. I. OphioccntHtx applicala; U\QC dovmh. Or. ],8. * 

Fig. 2. Ophiocnmax applicala; face ventrale. Gi-. 2. 



Ol'IIIURKS-KtElILKR. 8!) 

Fig. 3. Ophiocanuix appUcaia; portion grossie de la iace dorsale. Gr. 5. 

Fig. 4. Ophiodiplax disjttnctu; echantillon de la station 4. Face dorsale. Gr. 3,5. 

Fig. 5. Ophiodiplax disjiincta; meme ecliantillon. Face ventrale. Gr. 4. 

Fig. 6. Ophiodaces iniUilis; exemplaire entier. Face dorsale. Gr. 2. 

Fig. 7. Ophiodaces iniUilis; iace ventrale. ' Gr. 4.5. 

Fig. 8. Ophiodaces {niitilis; face dorsale. Gr. 4,5. 

Fig. 9. Ophiodiplax disjmicta; portion de la face dorsale d'un bras. Gr. 4. 

Fig. 10. Ophiodiplax disjtnicia; portion de la face dor.sale du disque dun individu 

muni de simples granules. Gr. 12. 
Fig 11. Ohhiodiplax disjumta; exemplaire de la station 4. Portion de la face 

dorsale du disque. Gr. 12. 
Fig. 12. Ophiodiplax di,sj,uvcia; portion de la face dorsale du disque d'un echantillon 

muni de batonnets. Gr. 12. 
Fig. 13. Ophiocamax applicaia; piquant. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C. VOL. Vli;. PLATE 78. 




AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL VIII PLATE 79. 




Planchk IjXXX. 
Fig. 1. Amphiura deficient: exemplaire de la station 7 dont le dianietre du disque 

ii'a que 3 mm. Face dorsale. Gr. 8. 
Fig. 2. Amphiura defcieus; face ventrale du meme. CJr. 8. 
Fig. 3. Amphiura deficiois; exemplaire de la station 3 (diametre du disque 8 raiv..). 

Face dorsale. Gr. 3,2. 
Fig 4. Amphiura deficiens; face ventrale du meme. Gr. 3,4. 



90 



E.\l>KDlTU).\ .V.NTAIlCi'UiL lO AU.STIl.U.ASIMNXK. 



Fig 5. Amphiura morlenseni; face dorsale. Gr. 3.(). 

Fig. (5 a 8 Amphiura mortenseni; face ventrale de trois exemplaires differents de 
la stat'ou 7. Gr. 3,5. 

Fig. 9. Ophiacanfha frif/ida; face ventrale. (jr. '^,'). 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL VIM PLATE 80. 




•i»:t578 I' 



Tlaxche LXXXI. 

Fig. 1. Ophiactis amalor; exeiiiplaire de Tile Maria. Face dorsale de Tanimal entier. 
Gr. 3. 

Fig. 2. Ophiactis amator; face dorsale du disque plus grossie. Gr. 5. 

Fig. 3. Ophiactis amalor; face ventrale. Gr. 5. 

Fig. 4. Ophiactis amator; exemplaire de la station 3. Face dor.^ale. Gr. 3. 

Fig. 5. Ophiactis amator; face ventrale du meine. Gr. 5. 

Fig. 6. Ophiactis amator; face dorsale d"un autre individu do I'ile Maria. G. o. 

Fig. 7. Ophiacantha frigida; face ventrale. Gr. 4. 

Fig. 8. Ophiactis asperula; face dorsale. Gr. 1,C. 

Fig. 9. Ophiactis asperula; face ventrale. Gr. 3,5. 

Fig. 10. Amphiura algida; face dorsale. Gr. 2,G. 

Fig. 11. Amphiura algida; face dorsale plus grossie. Gr. 5. 

Fig 12. Amphiura algida; face ventrale. Gr. 5. 



AU&TRALAblAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C. VOL VIII. PLATE 81. 




AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL VIII PLATE 82. 




AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C VOL VIII PLATE 83. 




'AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C. VOL. VIM PLATE 84. 




'!t:«7s-ti 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C. VOL VIII PLATE 85. 




AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C VOL. VIII. PLATE 86. 




Ol'lliniKS^-KcKllLliR. 93 

Planche LXXXVIl. 

Fig. 1. Ojihioateiia Senonqiii; ocliantillon do la station 12. Face dorsale vue mi jieii 

obliquement. Gr. 2,5. 
Fig. 2. Ophiosteint Senouqui; autre echantilloii Jc la ineino station. Face dorsale. 

Gr. 2,3. 
Fig. 3. Ophiosteira Senouqui; ecliantillon de la station 3. Vace doisale. Gr. 2,2. 
Fig. 4. Ophiosteira Senouqui; echantilloii de la station 12. Face dorsale. (Jr. 2,5. 
Fig. 5. Ophiosteira Senouqui; echantillon de la station 3. Face dorsale. Gr. 2,6. 
Fig. 6. Ophiurolepis tumesceus; ecliantillon B (station 9). Face dorsale. Gr. 3,(). 
Fig. 7. Ophiurolepis tumescens; ecliantillon B. Face ventrale. Gr. 3,G. 
I'^ig. 8. Ophiurolepis tumescens: ecliantillon A. (station 3). Face ventrale. Gr. 3,0 
Fig. 9. Ophiosteira Senouqui; vue laterale d'un bras. Gr. 5,5. 
I'^ig. 10. Ophiurolepis tumescens; echantillon C (station 10). Face dorsale. Gr. 2. 
Fig. 11. Ophiurolepis tumescens; echantillon A. Face dorsale. Gr. 2,8. 
Fig. 12. Ophiurolepis tumescens; echantillon C. Vue laterale du disque. Gr. 3,6. 
Fig. 13. Ophiurolepis tumescens: echantillon A. Vue laterale du disque. Gr. 3,6. 
Fig. 14. Ophiurolepis tumescens; echantillon C. Face ventrale. Gr. 2,4. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C VOL VIII PLATE 87. 




Planchk LXXXVIII. 
Fig. I ;\ 7. Atnphophiiirti rclcfjdla. (iv. 5. 
Face doisale. Ur. 5. 
Face ventrale. Gr. 5. 
Vue lateralc du disquc. Gr. o. 
l"'ace dorsalc. (<r. 4. 
Face ventrale. (Jr. 5. 
\'ue laterale d'uii bias. Or. U). 
Face dorsale. Gr. 4. 

Ophiurolepis resisteiis ; ecliantillon de la station 7; face ventrale. 
Ophiurolepis resistenn ; vue lateralc clu disque du meiiie individu. 
1(1. Ophiurolepis renistens ; echantillon de la station 7; face dorsale 
Gr. 4. 
I 17. Ophinrolepis nmrria.r. 

Fig. II. \'ue laterale d'uu bra.s. Gr. 7. 

Fig. 12. Echantillon tie la station () ; face ilorsale. Gr. 1 

Fig. 13. Echantillon de la station 8; face dorsale. Gr. 

Fig. 14, Echantillon de la station 6; face dorsale. Gr. 

Fig. 15. Echantillon de la station (i ; fiice ventrale. Gr. 

Fig. 16. fichantillon de la station 10; face ventrale. Gr 



Fig. 


1. 


Fig. 


2. 


Fig. 


3. 


Fig. 


4. 


Fig. 


0. 


Fig. 


0. 


Fig. 


7. 


Fig. 


8. 


Fig. 


9. 


Fig. 


1(1 


Kig. 


II 



Gr. 4. 
Gr. 4. 
du nienie. 



. 8. 
2. 

3. 
3. 



iMg. 17. 



2.2. 

Echantillon de la station 8 : face ventrale. Gr. 2.4. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C. VOL. Vill PLATE 88. 




•i):J57.S— K 



«).i KxriiDi'iuix .\N'iAi;cTJ(,iUK alsti;ai>.\siknnk. 

I'l.ANCllK LXXXIX. 

Fig. 1 a 14. f)phiiirijh'}iis (jd'uhi. 

Fig. 1. l']rhautilIoa de la station 8; viic oblique de la face veiitrale 

dii disque. Clr. 2. .5. 
Fig. 2. l<>liautillon do la .station 3 ; fate doisalc. (ir. I'.o. 



Lc guossissenient des individius suivants, repioduits hg. "J a 14, oscille 

autour de 2 environ. 
Fig. 3. Echantillon de la station 1 1 ; face dorsale. 
Fig. 4. Face ventrale du niome. 

Fig. 5. Face dorsale de recliantillon dc la station S represente fig. 1. 
Fig. (). Echantillon de la station 11 ; face dorsale. 
Fig. 7. Vue laterale du disquc du nionic. 
Fig. 8 a 11. Ecliantillons recucillis par lc " Fourquoi Fas ?'' ; faces 

veutrales. 
Fie 12. Echantillon de la station 3; face ventrale. 
Fig. 13. Face dorsale du mcnie. 
Fig. 14. Face ventrale de I'echantillon de la station 8 represente 

fig. 1 et 5. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 



SERIES C VOL. VIII. PLATE 89. 




I'laxciik X.C. 

Fig. 1 ct 2. Ophiiirolcpis (/elida. Echantillons de hi station S, completement 
reconverts, siir la face dorsale. par V I opJwn jktheUo-diQitatus. Gr. 2. 

b'ig. 3 a (5. Ophiurolepis i/dida. \'ues latcrales de divers 1)ras. ("F. 2. 

Fig. 7 a 22. Ophiurolepis rcsislciitf. Lcs ccliaiitillc/ns dos fig. 7. S. 

I(> pt 22 provioniicnt dAdolic, lcs autrcs des statinns 7 et 12. J.,es 
grossissenients sunt 

de 1,8 et 2 pour les fig. 7 et 8 ; 

de 3 pour les fig. 9 a 19 representant des faces dorsales, vent rales 
et laterales du disque ; 

ot dc (.1 pour ios fig. 20 a 22 representant des vues latcrales du bras. 



1 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



SERIES C. VOL. VIII. PLATE 90. 




Series C. -REPORTS IN COURSE OF PREPARATION. 



FORAMINIFERA 
HYDROZOA... 
ACTINO:<OA ... 
TREMAT0DE8 
CEST0DE8 ... 

NEMATODES (FREE) 

ROTIFERA AND TARDIGRADA 

POLYZOA 

ECHINOIDEA 

OPHIUROIDEA 

CRINOIDEA AND HOLOTHUROIDEA 
ANNULATA (EXCEPT LEECHES) ... 



LEECHES 

CRUSTACEA AMPHIPODA AND C. ISOPODA 

CRUSTACEA MACRURA AND C. CIRRIPEDA 
MALLOPHAGA 

TICKS 

PYCNOGONIDA 

TUNICATES 

BIRDS 

MAMMALS 



ZOOLOGY. 

Mr. F. Chapman, A.L.S., F.R.M.S., National Museum, Melbourne 

Mr. E. A. Briggs, B.Sc, Australian Museum, Sydney. 

Prof. J. Arthur Thomson, F.R.S., University, Abenieen 

Dr. S. J. Johnston, University, Sydney. 

Dr. T. Haks'BY Johnston, University, Brisbane. 

Dr. N. A. Cobb, Bureau of Plant Industry, Washington, U.S.A 

Mr. J. Shephard, Melbourne. 

Miss L. R. THOKNKf.KY, AniVilesiile, England. 

Prof. R. Koehler, Uuiversite, Lyon, France. 

Prof. R. KoEHLEU, University, Lyon, France. 

Prof. M. Vaney, Uuiversite, Lyon, France. 

Prof. W. B. Benham, M.A., D.Sc, F.R.S., University of Otago 

Dunedin, New Zealand. 
Chas. Badham. B.Sc, M.B., University of Sydney. 
Prof. C. Chilton, M.A., D.Sc., F.L.S., Canterbury College, Christ 

church, New Zealand. 
Miss F. Bage, M.Sc, F.L.S., University, Brisbane. 
Dr. T. Harvey Johnston, University, Brisbane, and Mi. L 

Haerison, B.Sc, Sydney. 
Mr. L. Harrison, B.Sc, Sydney. 

Prof. T. T. Flynn, B.Sc, University of Tasmania, Hobart. 
Prof. W. A. Herdman, F.R.S., University, Liverpool, England. 
Mr. H. Hamilton, Dominion Museum, Wellington, N.Z., anc 

Mr. R. Basset Hdll, Sydney. 
Mr. H. Hamilton, Dominion Museum, Wellington, N.Z. 



BOTANY. 

PHYTOPLANKTON AND FRESHWATER Mr. A. Mann, National Muwum, Washington. 

ALGAE. 
LICHENS AND FUNGI Mr. E. Cheel, BoUnic Gardens, Sydney. 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 

1911-14. 

UNDER THE LEADERSHIP OF SIR DOUGLAS nAWSON, O.B.E., BE., D.Sc, F.R.S. 



SCIENTIFIC REPORTS. 

SERIES C— ZOOLOGY AND BOTANY. 



Edited by Professor T. Harvey Johnston^ 
University of Adelaide. 



VOL. VIII PART 4. 



CRINOIDEA 



BY 



AUSTIN H. CLARK. 
United States National Auseu/v 



PRICE: THREE SHILLINGS. 



If holly set up and printed in Australia by i 
David Harold Paisley, Government P*rinteh, Sydney, New South Wales, Australia. 

1937. 



ISSUED 27th SEPTEMBER. 1937. 
3242— <i 



Series C— BIOLOGICAL REPORTS. 



VOL. I— 

Part. 1— DIATOMS. By Albert Mann, Ph.D., U.S. National Museum, Washington, D.C 

„ 2.— FORAMINIFERA, By F. Chapman and W. J. Pars, Melbourne 

„ 3.— PARASITIC INFUSORIA FROM MACQUARIE ISLAND. By Prof. T. Harvey 
.Johnston, University of Adelaide. (In press.) 



Price. 
£ 8. d. 
9 
15 



VOL. II— 

Part 1.— JIALLOPHAGA AND SIPHUNCULATA. By Prof. L. Harrison, University of Sydney 6 
„ 2.— CRUSTACEA, ISOPODA AND TANAIDACEA. By H. M. Hale. Director, S.A. Museum. 

(In prexs.) 
„ 3.— IXODOIDEA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide. (In press.) 
„ 4.— CRUSTACEA AMPHIPODA (GAMMARIDEA). By Prof. G. E. Nicholls, University of 

Western Australia. (In press.) 
„ 5.— CRUSTACEA AMPHIPODA (HYPERIIDEA). By Dr. K. H. Barnard South African 

Museum Cape Town. (In press.) 
„ 6.— CRUSTACEA MACRURA. By Freda Bage M.Sc. Women's College, University of 

Queensland. (In jrress.) 
„ 7.— CRUSTACEA CIRRIPEDIA. By Freda Bage. M.Sc, Women's CoUege, University of 

Queensland. (In press.) 
„ 8.— PYCNOGONIDA. By Dr. I. Gordon-. British Museum. (In press.) 



VOL. Ill- 
Part L— FISHES. By E. R. Waite, late Director South Australian Museum 

„ 2.^PTER0BRANCHIA, By W. G. Ridewood, D.Sc 

„ 3.— ASCIDIAE SIMPLICES. By Sir W. A. Herdman, C.B.E., F.R.S 

„ 4.— RHABDOPLEURA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide. (In press.) 
„ 5.— ASCIDIAE COMPOSITAE. By Dr. Herve Harant, University of Montpelier. (In press.) 






8 


6 





2 


6 





4 






VOL. IV— 

Part 1.— PELECYPODA AND GASTROPODA. By C. Hedley 

„ 2.— CEPHALOPODA. By Dr. S. S. Bekry 

„ 3.— BRACHIOPODA. By Dr. J. A. Tho.m.son 



8 6 
3 6 
6 



VOL. V— 

Part 1.— ARACHNIDA. By W. J. Rainbow 

2.— BRACHYURA. By M. J. Rathburn 

3.— COPEPODA. ByG.S. Brady 

4.— CLADOCERA AND HALOCYPRIDAE. By G. S. Brady ... 
5.— ELTHAUSIACEA AND MYSIDACEA. By W. M. Tattersall 
6.— CUMACEA AND PHYLLOCARIDA. By W. T. Calman 

7.— OSTRACODA. By F. Chapman 

8— INSEf'TA. BvP. TTn.vMM, 





..010 




..010 




..056 




2 




..016 




..013 




.. 4 7 




..029 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION 

1911-14. 

UNDER THE LEADERSHIP OF SIR DOUGLAS AAWSON, O.B.E., B.E., D.Sc., F.R.S. 



SCIENTiFIC REPORTS. 

SERIES C— ZOOLOGY AND BOTANY. 

Edited by Professor T. Harvey Johnston, 
University of Adelaide. 



VOL. VI il PART 4. 



CRINOIDEA 



BY 

AUSTIN H. CLARK, 
Unitbd States National A\useu«. 



PRICE: THREE SHILLINGS. 



Wholly set up and printed in Australia by 
David Harold Paisley, Govkbnment Printer, Sydney, New South Wales, .^ustraua. 

1937. 
3343— A 



CONTENTS. 



I. Introduction ... 

11. The Antarctic Crmoid Fauna ... 

III. Key to the Comatulids of the Antarctic 

IV. Description of material submitted for report- 

Promachocrinm kergnehnsis Carpenter 

Solanometra antarctica Carpenter 
Florometra niatvsoni, sp. nov. 
Anthometra adriani Bell 
Notocrinits virilis Mortensen 

V. Bibliography 



PAGE. 

5 

5 
7 

8 
9 

10 
14 
16 

17 






CRINOIDEA. 

By Austin H. Clark, United States National Museum. 



I -INTRODUCTION. 

In spite of all the work that has been done upon the Crinoidea of the Antarctic 
region, unexpected new forms still appear in every extensive collection from that area. 

Because of their dependence upon a definite and narrowly dehmited range of 
conditions, the Crinoidea are very locally distributed in all seas, and although they may 
be exceedingly abundant in a given region they will not be found unless one happens 
to hit upon one of the often very circumscribed areas in which they occur. 

So we may expect that for some time to come new crinoid types will continue 
to be found in the Antarctic seas, especially in the deeper waters. 



II.-THE ANTARCTIC CRINOID FAUNA. 

The following crinoids are found m the Antarctic faunal area— that is, along 
the shores of the Antarctic continent and about Kerguelen, Heard Island and the South 
Orkneys — in water of less than 600 fathoms in depth. 

Order COMATULIDA. 
Sub-order Macrophreata. 

Family Antedonidae. 
Sub-family Zenometrinae. 
Emnorphometra concinna A. H. Clark. 

Sub-family Heliometrinae. 
Promachocrinus kerguelensis P. H. Carpenter. 
Solanometra antarctica (P. H. Carpenter). 
Florometra mawsoni, sp. no v. 
Anthometra adriani (Bell). 

Sub-family Bathymetrinae. 
Isometra viinpara Mortensen. 
Thaumatoinetra nutrix Mortensen. 



« AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 

Family Notocrinidae. 
Notocrinus vinlis Mortensen. 

Order INADUNATA. 
Family Plicatocrinidae. 

Ptilocrinus antardicus Bather. 

The genera Promachocrinus, Solanometra, Anthometra and Notocrinus are confined 
to this region. Eiimorphometra is represented by another species (hirsuta) at Marion 
Island. Isometra is represented by another species off the coast of South America 
as far north as Montevideo. Ptilocrinvs is represented by a second, much larger, species 
(brucei) in deep water (2.485 fathoms) in the Antarctic regions, and by a third (pinnatm) 
in deep water (1,588 fathoms) off British Columbia. Florometra includes numerous 
species which range northward from Cape Horn along the western coast of South and 
North America to Alaska and the Aleutian Islands, and thence southward to southern 
Japan. The genus Thaumatonietra is very widely distributed in deep water, although 
it does not occur in the Arctic or in the eastern Pacific ; but there is some doubt whether 
the species described as Thaumatometra nutrix really belongs to this genus. 

The genus Ptilocrinus is the only genus of stalked crinoids known from the 
Antarctic in shallow water. 

In sharp contrast to the richness of the Antarctic, the Arctic fauna is very poor 
in crinoids, including only two species. These with their ranges, are : — 

Heliom£tra glacialis (Leach) : Arctic seas and southward to the eastern shore of 
Hudson Bay, Georges Bank, off Cape Cod, Massachusetts, Iceland, the Faeroe Islands, 
northern Norway (West and East Finmark), and eastward along the Russian coast to the 
New Siberian (Liakhof) Islands; also (var. maxima) from Cape Patience (Terpenia), 
Sakhalin Island, and the Gulf of Tartary southward along the Asiatic coast to the Korean 
Straits. 

Poliometra prolixa (Sladen) : Arctic regions ; westward to Grinnell Land, 
southward to the vicinity of Godhaab, west Greenland, Cape Brewster, east Greenland, 
the vicmity of Jan Mayen, the cold deeps west, north and east of Iceland, the Faeroe 
Channel and Finmark, and eastward to Kara Bay and just east of Wilczek Land. 

Heliometra glacialis belongs to the HeHometrinae and is closely related to the 
various species of this sub-family occurring in the Antarctic regions and in the east 
and north Pacific. Poliometra jnolixa belongs to the Zenometrinae, and is related, 
though not very closely, to Psathyrometra antarctica which is found on the borders 
of the Antarctic continent at a depth of 1,430 fathoms. 



CRINOIDEA— CLARK. " 

Among the stalked crinoids the genus Ilycrinus (fannily Bourgueticrinidae) is 
found, in very deep water, only in the extreme north and south — from Enderby Land 
to the Crozet Islands {australis A. H. Clark), in the cold deeps north of Iceland and the 
Faeroe Islands (carpenterii Danielssen and Koren), and in the north Pacific from south- 
eastern Alaska to the Commander Islands {complanatus A. H. Clark). 

The unstalked crinoids or comatulids which occur in the Antarctic in less than 
600 fathoms may be differentiated by means of the following key. 



IIL-KEY TO THE UNSTALKED CRINOIDS 
(COMATULIDS) OF THE ANTARCTIC. 



«' Ten rays and 20 arras (small specimens may have less than 10 rays, but 
never less than 6 rays, with twelve arras) 

(I* Five rays and 10 arms — 

y First pinnule (P,) composed of very short- segments, few or none of 
which are longer than broad. 

c* Proximal pinnules shorter than those following, and Pj short«r 
than Pj; dorsal perisorae between the arm bases heavily and 
completely plated; ventral surface of. the disk with very 
numerous plates, especially in the anal area; colour in life 
crirason, red-brown or brown when preserved 

c* Proximal pinnules longer than those immediately following; 
Pj longer than Pj, or Pj and Pj of the same length and longer 
than P3; dorsal perisorae between the arm bases and ventral 
surface of the disk wholly without plates ; colour in life yellow, 
of flesh colour with the pinnules pink, never crira.son. 
rfi Elements of the division series and brachials with a con- 
spicuous and usually high narrow median keel; segments 
of Pi from the base to the tip with high carinate processes 
on the outer side ; Pj much shorter than P, and composed 
of segments most of which are much longer than broad; 
in life flesh coloured with the pinnules pink 

d^ Elements of the division series and brachials without high 
and narrow raedian keels ; Pj of about the same length as 
Pj ; in life bright yellow. 
e* Large and robust, the arms about 125 mm. long; Pj with 
about 60 segments ; cirri with about 40 segments, most 
of which are not longer than broad ; brachials beyond 
the third syzygy short, much broader than the length 
of the longer side : dorsal surface of the brachials before 
the third syzygy smooth 

e* Smaller and more slender, the arms not more than 
85 mm. long; P, with not more than 36 segments; 
cirri with not more than 30 segments, those in the 
proximal two-thirds (except the basal) much longer 



Promachocrinus kerguelensi s. 



Notocrinus virilis. 



Anlkometra adriani. 



Solanometra antarctioa. 



8 



AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 



than broad ; brachials beyond the third syzygy nearly 
or quite as long on the longer side as broad ; brachials 
before the third syzygy with an abruptly elevated 
spinous patch in the distal portion of the dorsal surface, 
or with the distal edge everted and much produced ... 

6* First pinnule (Pj) composed of segments which, except for the basal, 
are much elongated. 

c* Genital pinnules with the second and third segments greatly 
expanded, forming a broad chamber (?), or with the second-sixth 
segments broadened, most so on the second-fourth and less so on 
the fifth and .sixth (3*); arms about 65 or 70 mm. long; cirri 
with 28-35 segments, few or none of which are appreciably longer 
than broad 

c* No expansion of the segments of the genital pinnules. 

<P Cirrus segments without dorsal processes, except for the 
opposing spine ; about XLV cirri, which are closely .set on a 
low rounded conical centrodorsal ; elements of the division 
series and brachials smooth 

fp Shorter segments in the outer half or two-thirds of the cirri 
sharply carinate dorsally with prominent dorsal spines; 
about XXX cirri, which are arranged in ten crowded columns, 
two beneath each radial, on a long sharply conical centro- 
dorsal ; elements of the division series and lower brachials 
with very spiny edges and numerous fine spines on the dorsal 
surface; arms 30 mm. long; cirri with 20-23 segments, 
7 mm. long 



Florometra mawsoni, sp. n. 



Isomeira vivipara. 



Thaumatometra nutrix. 



Eutnorphometra concinna. 



IV.-DESCRIPTION OF MATERIAL SUBMITTED 

FOR REPORT. 

Family Antedonidae Norman (emend. A. H. Clark). 
Sub-family Heijometrinae A. H. Clark. 
Genus Promachocrinus P. H. Carpenter. 
Promachocrinus kerguelensis p. H. Carpenter. 

Tx)calities.— Station 1, 354 fathoms, December 22, 1913 (thirty-six); Station 2, 
.il8 fathoms, December 28, 1913 (seven); Station 3, 157 fathoms, December 31, 1913 
(three); Station 8, 120 fathoms, January 27, 1914 (two); Station 9, 240 fathoms. 
January 28, 1914 (five); Station 10, 325 fathoms, January 29, 1914 (three); Station 12, 
110 fathoms, January 31, 1914 (eight). 

Distribution. — Shores of the Antarctic continent, and also Heard Island, 
Kerguelen, and South Georgia. The bath)anetric range is from 10 to 354 fathoms. 

This is the commonest and most widely distributed, and also the largest, of the 
Antarctic crinoids. 



CRINOIDEA— CLARK. 9 

Colour in life. — Arms white, pinnules, and occasionally the cirri also, light 
heliotrope or violet, the ventral surface yellow or yellowish (Station 2). Sometimes 
the arms are narrowly banded with violet at the sy^ygies (Station 10). 

Notes. — Of the sixty-four specimens in the collection, fifty-three have the usual 
10 rays and 20 arms. One example has 10 rays and 22 arms (Station 12), one of the IBr 
axillaries bearing two IIBr series, resembling the IBr series, each with two arms. Four 
specimens have 9 rays and 18 arms (Stations 1, 2 [2], and 3). Three specimens have 8 
rays and 16 arms (Stations 2, 8, and 12). Three specimens have 6 rays and 12 arms 
(Stations 1 [2], and 8). Except for the 9-rayed examples, these are all much less than 
full size. The 8-rayed specimen from Station 8 is about two-thirds grown, and that from 
Station 12 is very small. The 6-rayed specimens are half the normal size or smaller. 

In the specimen with two IIBr series and 22 arms (Station 1) one of the IIBr series 
is normally developed. The second is situated on the left distal face of the IBr axillary 
and is turned so that its dorsoventral axis makes an angle of 90° with the dorsoventral 
axis of the other, and of the IBr series which bears them. The axillary of this IIBr series 
therefore has one of its lateral angles (the right) extending directly outward while the 
other (the left) is directed inward. Of the two arms arising from this axillary, one 
(which normally would be the right) extends outward from the general circle of arms 
with its dorsal surface to the left, while the other (normally the left) extends inward 
within the circle of arms and is not visible in external view. 

In some of the specimens (Station 9) the middle two-thirds of the outer half of 
the fourth and following brachials is abruptly elevated and densely covered with very 
small erect spines; or (Stations 2. 10) on the sixth and following brachials a triangular 
area with the base occupying the entire dorsal portion of the distal edge and the apex 
in about the middle of the middorsal line is abruptly elevated and finely spinous. This 
elevation of a portion of the dorsal surface of the brachials disappears at about the 
thirtieth brachial, after which point the bracliials have slightly produced and strongly 
serrate distal ends and sometimes a roughened dorsal surface. 

Some individuals (Station 1) show no elevation at the synarthrial lines, while in 
others (Station 1) there are rather prominent small conical synarthrial tubercles. 

The longest complete cirri (Stations 1, 10) are 70-80 nmi. long and consist of 36-40 
segments. The terminal claw is long, sharp, and very slejuler, gently curved in the 
proximal third but becoming straight in the outer two-thirds. 

In the largest specimen with well preserved arms these are about 150 nun. in 
length ; but in some of the specimens the arms must have been nearly or quite 200 mm. 
long. 

Genm Solanometra A. H. Clark. 

SoLANOMETRA ANTARCTICA (P. H. Carpenier). 

Localities.— iitation 1. 354 fathoms, December '2-2. 1913 (one); Station 3. 157 
fathoms, December 31. I!il3 (five); no locality (three). 

3242— B 



10 AUSTRALASIAN ANTAllUTIC EXI'l'DI'lION. 

Distribution. — Known only from Heard Island, the " Discovery '" stations at 
Winter Quarters and near Mts. Erebus and Terror, and tlie " Aurora " stations listed 
above. The batlivnietrie range is from 75 to 354 lathonis. 



'p>^ 



Colour in life. — Yellow. 

Remarks. — This species is easily distinguished iVoiu its lelatives by the sliort 
cirri witli not more than 40 segments of which tlie longest are about twice as long as 
broad, and the majority, in large cirri, are broader than long. The segments have 
rather flaring ends which give them a very characteristic appearance. The bracliials 
beyond the oblong proximal are short, twice as broad as their greater (exterior) length. 
The axillaries aje very broad, broader than long. Pg is more like P4 than it is like Pg, 
and the segments of the outer pinnules are strikingly short. 

In general appearance this species is extraordinaiily lik(' the Arctic Hcliometra 
glacialis. 

The six-rayed specimen of this species recorded (as Antedon antarctica) from 
the " Terra Nova "" collections by Piofessor F. Jeflfrey Bell in 1917 is undoubtedly an 
example of Promachocrinus keryaelensis. 

Genus Florometka A. II. Clark. 

FlOROMETRA MAWSONI, sp. HOC. 

'^Antedon anlarctien (part) Bell, National Antarctic Exped., Nat. Hist., 4, Ecliinud., 
1908, p. 4 (■■ Discovery " ; Winter Quarters). 

? Solanometra antardim (part) A. H. Clark, Smithonian Miscellaneous Collections. 
61, No. 15, 1913. ]). 61, No. 3 (• Discovery ■": Winter Quarters). 

Promachocrimis (Promachocrinus) keryueknsis (part) A. H. Clark, Die Crinoiden der 
Antarktis, 1915, p. 130 [bottom of page] ; ph 4, iigs. la, lb (vicinity of Gaussberg, 
222 fathoms). 

Description. — The centrodorsal is moderate in size, flattened hemispherical, with 
numerous (from 60 to 80) cirrus sockets whicli are closely crowded and irregularly 
arranged, though on the apical half showing a tendency to become aligned in columns. 
Beneath each radial there are between four and five sockets, irregularly alternating 
higher and lower, one or more being smaller than the others. 

The cirri are XL-L, 27-29, the longest 20-25 mm. in lengtli. The first segment 
is very short, the second is from half again to twice as broad as long, the third is half 
again as long as its median width, and the fifth-seventh are about three times as long 
as their median width ; those following very slowly decrease in length so that the 
outermost fourteen or fifteeii are about as long as the distal width, exce})t that the 
penultimate, which is narrower than those preceding, is from half again to twice as long 



CRIXOIDEA— CLARK. ^^ 



as broad, and the antepennltinuito may be somewhat elongated. The third and 
following segments are constricted centrally with the dorsal and ventral (and also lateral) 
profiles markedly and evenly concave and the flaring distal ends overlapping the bases 
of the succeeding segments all round, though somewhat more strongly dorsally than 
elsewhere. As the segments decrease in length distally the dorsal and dorsolateral 
portions of their distal borders become more strongly produced and at the same time 
finely spinous, with a prominent tooth in the middorsal Une. On the short outermost 
segments the dorsal surface becomes sharply carinate. As a result of the production 
of the dorsal surface of the segments the dorsal profile of the outer half of the cirri is 
very strongly and conspicuously serrate. The opposing spine is very small, low, conical, 
and subterminal in position, rarely somewhat elongated. The terminal claw is as long 
as, or longer than, the penultimate segment, and is very slender and only moderately 
curved. 

The distal edges of the radials are even with the rim of the centrodorsal in the 
midradial Une, but curve strongly upward in the interradial angles where they are 
considerably produced outwardly, the general surface of the interradial triangle formed 
by the anterolateral portions of two adjacent radials being deeply sunken. The edges 
of the radials are very finely spinous. 

The IBrj are exceedingly short and band-like, between six and eight times as 
broad as the median length, broadly chevron-shaped, with the lateral borders convergent 
distally. The lateral portions of the distal edge are more or less strongly armed with 
fine spines. The IBrg (axillaries) are rhombic, somewhat broader than long, with all 
the sides rather strongly and almost equally concave. Their lateral angles project for 
some distance beyond the obtuse anterolateral angles of the IBrj. The anterior (distal) 
edges are finely spinous. 

The 10 arms are about 85 mm. long. The first brachials are five or six times as 
long exteriorly as interiorly. From the inner side their distal border runs parallel to the 
proximal border to beneath the posterior projection of the second brachial, then turns 
distally and runs at an angle of about 45° with the proximal border to the outer distal 
angle. The distal edge is roughened with numerous very small spines, the roughenmg 
being broadest in the middle. The second brachials are very much larger than the first 
and are irregularly quadrate. Their outer border is about as long as the outer border 
of the first. A small area, roughly a right-angled triangle with the hypotenuse 
coinciding with the distal border and th(> opposite angle proximal and median, is 
roughened with fine short spines. The first syzygial pair (composed of brachials 3 + 4) 
is almost oblong, but slightly longer interiorly than exteriorly, with the proximal and 
distal borders slightl\- concave. Tlic central half of the distal border is somewhat 
produced and is armed with short spines, this production being broadest in the median 
line The next four brachials are wedge-shaped with strongly concave ends, twice as 
broad as the median length, with the longer side about half again as long as the shorter. 
The distal border is abruptly everted, and the central half is strongly produced at right 



12 AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 

angles to tlie axis of the arm, forming (as viewed along the arm) a high rounded triangular 
coarsely spinous process. Shortly after the second syzygy the brachials become very 
obliquely wedge-shaped with strongly concave ends, not quite so long as broad, with the 
distal border rather strongly but evenly produced and coarsely spinous. Distally the 
brachials become gradually less and less obliquely wedge-shaped, and toward the end 
of the arms somewhat longer than broad and slightly constricted basally. The coarsely 
spinous production of the distal edge is conspicuous to the arm tips. 

Syzygies occur between brachials 3 + 4, 9 + 10 and 14 + 15, and distally at 
intervals of 3 muscular articulations. 

Pi is 10 mm. long, very slender, flexible and flagellate, and is composed of 36 
segments of which the first is between two and three times as broad as long, those 
succeeding gradually increasing in length and becoming about as long as broad on the 
eighth and very slightly longer than broad on the thirteenth-fifteenth, the remainder 
being about as long as broad. The third-fifth segments have the outer edge (the edge 
toward the arm tip) somewhat swollen and produced into a roundedly angular blunt- 
edged process, which on the next two segments is truncated and lower. The last 
eighteen segments have the side toward the arm tip with a prominent rounded process 
which is minutely spinous on the crest, the distal profile of this portion of the pinnule 
being prominently scalloped as in Anthometra adriani. On the six or eight segments 
preceding these, going toward the base of the pinnule, the swelling of the edge of the 
segments becomes more and more restricted to the distal end, and also progressively 
lower, finally disappearing altogether. 

Pg is "of about the same length as Pj, but it is considerably stouter basally, 
somewhat less flexible, and is composed of only 30 segments. The first segment is 
twice as broad as long, trapezoidal, the second is longer with the proximal angles 
broadly truncated, the third is about' as long as broad, and the ninth and following are 
about twice as long as the width of their proximal ends. Distally the segments become 
shorter again, the last four or five being about as long as their greatest width. On the 
tenth segment the median portion of the distal border of the side toward the arm tip 
becomes swollen and minutely spinous. On the segments succeeding this swelling 
rises in height and extends basally so that the end of each segment on the side toward 
the arm tip projects some distance beyond the base of the following segment, the dorsal 
profile running in a straight line from the apex of this production to the base of the 
segment. Gradually the maximum height of this projection moves basally, and on the 
last four or five segments is about in the middle, so that the segments are seen to be 
provided, on the side toward the arm tip, with a conspicuous evenly rounded finely 
spinous blunt-edged crest. 

Po is 8 mm. long with 16 segments, somewhat stouter basally than Pg, less flexible, 
and tapering evenly from the base to the tip. The first segment is about three times 
as broad as long, the second is broader than long with the proximal angles broadly 
truncf tod, the third is nearly or quite half again as long as broad, the fifth is twice as 



CRINOroEA— CLARK. 13 

long as broad, and those following slowly increase in length, becoming about three times 
as long as broad di.stally. The side of the segments toward the arm tip bears a rather 
broad roughened line of fine spines and a slight and inconspicuous tuft of longer spines 
at the distal end, while the distal ends of the outer segments are sUghtly produced and 
finely spinous. 

P4 is 7 mm. long with 16 segments, and resemble P3. 

The distal pinnules are about 15 mm. long with 25, segments which have a broad 
roughened or minutely spinular line along the side toward the arm tip. 

Localities.— ^tAt'wn 2, 318 fathoms, December 28, 1913 (two): Station 8. 120 
fathoms. January 27, 1914 (six); Station 9, 240 fathoms. January 28, 1914 (two); 
Station 10. 325 fathoms, Januaiy •_>(). 1914 (four); Station 12, 110 fathoms, January 31. 
1914 (eleven); no data (two). 

Distribtdion.— Known only between Lat. 64'' 32' and 66° 55' S., from Long. 
94° 17' to 145° 21' E. The l)athymetric range is from 110 to 325 fathoms. 

.Vo^es. This species is described from one of the two specimens from Station 2; 
the other is similar to the one described. 

Other specimens show that the centrodorsal varies from low flattened hemispherical 
or broadly truncated conical in the larger examples to conical with slightly swollen 
sides, about twice as broad at the base as high, in the smaller. The arms in fully grown 
individuals vary from about 70 to 85 nun. in length. Pj has from 26 to 36 (usually about 
30) segments. The longest cirri are 25 mm. long with 26-29 segments. 

The proximal brachials either have the middle portion of the distal edge 
greatly produced into a thin rounded triangular deeply serrate fin-bke process at right 
angles to the axis of the arm, or there may be on the dorsal surface an abruptly elevated 
triangular area thickly studded with minute spines with the base occupying about the 
middle half of the distal edge and the more or less rounded apex on. or very near, the 
proximal edge. In a lateral view of the arms these elevated spinous areas appear as high 
rounded processes which are about their own width apart ; but they may become much 
iiairowed and restricted to the distal half or less of the brachials, in which case they 
appear as short and broadly rounded carinate processes. 

The entire absence of any median cariiiation on the elements of the division 
series and first two brachials at once distinguishes this species from similarly small 
specimens of Anthometra adriani. 

In the British Musonm there are several small comatulids collected by the 
" Discovery " at Winter Quarters of which I wrote in 1913 that they ''are probably 
antarctica, but their small size renders accurate determination difficult." It is quite 
likely that these will prove to represent the present species. 



14 AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 

In 1015 I rofordcd and fio;urcd what I considered at the time to be a half grown 
individual of Promachocrinns kerfiuelensis with 5 rays and 10 arms which had been dredged 
by the " Gauss " in 222 fathoms (400 metres) in the vicinity of Gaussberg. In this 
specimen the cirri were said to be 52 mm. long with 33-37 segments. The centrodorsal 

15 conical, 4 mm. broad at the base and 4 mm. high, and shows no resorption at the 
dorsal pole. The dorsal surface of the earlier brachials is thickly beset with fine spines. 

This specimen was figured natural size (fig. la) and also twice natural size (fig. 16). 
The original photographs were not very clear, and the background was blocked out by 
myself. While the larger figure does not show the scalloped profile so characteristic 
of the arm bases of this species, this is mdicated in the smaller figure on the left side, 
so that it may have been inadvertently obUterated in the larger figure in the blocking 
out process. 

I am now inclined to believe that this so-called 5-rayed individual of 
Promachocrimis kerguelensis is in reality a specimen of Florometra mawsoni, and that the 
cirri described (52 mm. in length with 33-37 segments) may have come from a different 
individual. 

Remarks. — There seems to be no doubt that this species is properly referable to the 
genus Florometra, from the other species of which it differs only in the much smaller size 
and in the greater development of the modification of the dorsal surface and distal 
edges of the earlier brachials. 

The genus Florometra ranges from Cape Horn northward along the western coasts 
of South and North America to the Bering Sea, westward along the Aleutian Islands, 
and southward along the Pacific coast of Japan to Sagami Bay in southern Japan. 
It has not previously been found in the Antarctic seas. 

Genus Anthometra A. H. Clark. 

Anthometra adriani {Bell). ^ 

Localities. — Station 1, 354 fathoms, December 22, 1913 (twenty-three) : Station 2, 
318 fathoms, December 28, 1913 (four): Station 3, 157 fathoms, December 31, 1913 
(three); Station 8, 120 fathoms, January 27. 1914 (one); Station 9, 246 fathoms, 
January 28, 1914 (two); Station 12, 110 fathoms, January 31, 1914 (fifteen). 

Distribution. — Confined to the shores of the Antarctic continent where it is 
generally distributed and common, beijig. except for Promachocrinus kerguelensis, the 
most abundant crinoid. The bathymetric range is from 110 to 354 (? 500) fathoms. 

Colour in life. — Arms flesh colour, the pinnules pink. 

Notes. — The longest cirri (Station 12) are 90 mm. long with 81 segments. The 
first segment is about four times as broad as long, the next three are about three times 
as broad as long, the fifth- is slightly over twice as broad as long, the sixth is nearly as 
long as broad, the seventh is one third again as long as broad, and the ninth-twelfth 
are nearly twice as long as broad. The segments following very slowly decrease in length 



CEINOIDEA— CLARK. 15 

80 that the last eight are scarcely longer than broad. After about the twelfth the 
median portion of the distal dorsal border becomes very slightly prominent. In dorsal 
view the middle third of the distal edge is seen to be slightly bowed outward and serrate. 
Later this becomes slightly elevated and more strongly serrate, appearing in lateral view 
as a slight terminal spine directed obliquely forward. Distally this projection slowly 
narrows, on about the tenth segment from the end the dorsal surface of the segments 
becoming broadly and roundedly subcarinate ; the median elevation gradually becoming 
still narrower and more easily evident, and the last two segments before the penultimate 
are distinctly carinate dorsally. The opposing spine is a longitudinally (elongate tubercle 
occupying the distal half of the penultimate segment. The terminal claw is somewhat 
longer than the penultimate segment, moderately stout and evenly curved. In the outer 
half the cirri taper very slowly and gradually to a slender tip. 

The proximal pinnules may be described as follows (large specimen from Station 
12) :- 

Pj is 20 mm. long with 50 segments. The first 4 or 5 segments are about twice 
as broad as long, and the remainder are all broader than long. The third and following 
segments have a prominent c'arinate crest on the side toward the arm tips. On the 
third the crest is broad and gently convex, on the fourth and fifth the process is roundedly 
pointed, and on the segments following the crest long and high, rising to a height of half 
the width of the segment or more, with the outer edge straight and parallel to the 
longitudinal axis of the segment. These prominent crests on the segments present 
in general the same effect as the combs on the proximal pinnules of the comasterids, 
but the outer edge is straight so that they are in shape oblong with the corners rounded, 
and they are situated on the side of the segments toward the arm tip instead of on the 
opposite edges as in the comasterids. The pinnule is slender, evenly tapering, flagellate, 
and flexible. 

Pa is 12 mm. long with 18 segments of which the ficrst three are twice as broad 
as long, the seventh is about as long as broad, and those following gradually increase 
in length, the distal being twice as long as broad. The pinnule is slightly stouter basally 
than P^, tapers more gradually, and is less flexible. It tapers gradually to a point, and 
there is no modification of the segments. 

Pg is 10 mm. long with 20 segments and resembles T^; P4 is 12 mm. long with 19 
segments; P5 is 12 mm. long with 18 segments, very slightly stouter basally than P4. 
The pinnule increases slowly in width to the fifth and sixth segments, the seventh 
tapers strongly distally,- and the terminatmg segments are slender. Viewed dorsally, 
the first two segments are very short, the fourth is about as long as broad, the seventh 
is about twice as long as the central width, and those following soon become about four 
times as long as broad. The fourth-seventh segments have their ventrolateral edges 
produced and broadly rounded, these flanges serving as a protection for the gonad. In 
lateral view the fourth-seventh segments are seen to be broadened, this broadening 
being greatest on the fifth. The seventh and eighth taper distally, and the ninth and 
following are slender. 



16 AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 

Pg is 22 mm. long with 36 segments. Viewed laterally it increases in width 
to the fifth and sixth segments, tapers on the seventh-ninth, and is slender with 
increasingly elongate segments from that point onward. The fourth-sixth segments 
have a slight flange-hke production of the ventral edges. The following pinnules are 
fiimilar, about 20 mm. long, with the third-seventh segments somewhat expanded and 
with their ventrolateral edges produced into a thin narrow flange. The genital pinnules 
have much the same appearance as those of the species of Perissometra. The ventral 
surface of the pinnules is completely enclosed by large covering plates imbricating 
distally, each of which bears a more or less elongate finger-hke process extending over the 
median line, the finger-like processes of the plates on the two sides of the median line 
exactly dovetailing over the median line. 

In the largest specimens (Station 12) the arms are about 160 mm. long, or somewhat 
less than twice as long as the longest cirri. 

There is very considerable variation in the height of the middorsal carinate 
processes on the brachials, particularly on the more or less oblong brachials before the 
third syzygy. In occasional specimens (Station 1) the processes on these proximal 
brachials are almost wholly obsolete, being represented only by low obscure and broadly 
rounded tubercles, while in others (Station 1) they are very high with the crest forked. 



Family Not(jcrinidae Mortensen. 
Genus Notocrinus Mortensen. 
NoTOCRiNUS viRiLis Mortensen. 

Localities.— 8tsit\oxi 1, 354 fathoms. December 22. 1913 (three); Station 3, 
157 fathoms, December 31, 1913 ( four). 

Distribution. — Previously recorded only from the Swedish South Polar 
Expedition, 1901-1903, Station 5, in Lat. 64° 20' S., Long. 56° 37' W., at a depth of 
82 fathoms (150 metres) ; and from " Terra Nova " Station 341, off Cape Bird Peninsula, 
McMurdo Sound, at a depth of 44 fathoms (80 metres). 

It is probably to be found everywhere along the shores of the Antarctic continent, 
though more locally distributed than the other Antarctic species of large size. The 
bathymetric range is from 44 to 354 fathoms. 

Colour in Life. — Crimson. 

Remarks. — This species is much less fragile than the other comatulids found in 
the Antarctic regions. 



CRTMOIDEA— CLARK. 17 

V-BIBLIOGRAPHV. 

Bell, F. Jeffrey (1917).— Echinodenna, Part I. Actinogonidiata. Briti.sh Antarctic 

(" Terra Nova ") Expedition, 1910, Natural History Reports, 
Zoology, 4, (1), 1917, 1-10. [Records Promachocrimis 
kergaelensis, Solanomelra anlardica and Anthoinelra adriani 
" Terra Nova " collections.] 

Clark, Austin H. (1911).— Notes sur les Crinoides actuels du Museum d'histoiro 

natnrelle dc Paris. Bulletin du Mus. d'hist. nat., Paris, No. 4, 
1911, 243-2G0. [Includes an account of the comatulids 
(Florometra magellanica) collected by the Mission scientifique 
from the du Cap Horn, pp. 257, 258.] 

Clark, Austin H. (1913).— Notes on the Recent Crinoids in the British Mu.seum. 

Smithsonian Miscellaneous Collections, 61, (15). 1913. 1-89. 
[Fromachocrhms keryuelensis, p. 60; Anthometra adriani, 
p. 61 ; Florometra magellanica, p. 62.] 

Clark, Austin H. (1915).— Die Crinoiden der Antarktis. Deutsche Siidpolar-Expedition, 

1901 1903, 16 (Zoologie 8), 1915, 103-209. [A complete 
monographic account of the crinoids of the Antarctic and 
subantarctic regions, based primarily on the " Gauss " 
collections.] 

Clark, Austin H. (1918).— The Unstalked Crinoids of the Siboga Expedition. :Mono- 

graphe XLTIt, Siboga Expeditie, Resultats, 1918, 1-300. 
[Antarctic genera of Heliometrinae included in a key to the 
genera of that subfamily, p. 239; key to the species of 
Florometra, pp. 240-242 ; list of the species of Florometra, 
pp. 242-244.] 

Clark, Austin H. (1921).— A Monograph of the Existing Crinoids. United States 

National Museum, Bulletin 82, vol. 1, the ComatuUds, 
part 2. 1921. pp. i-xxv. 1-795. [Detailed account of the 
' pentacrinoids of Promachocrinus kergnelensis, pp. 530-557, 

figs. 881-937, pp. 533, 538. 541, 545, 549; description of 
pentacrinoids of Anthometra adriani, pp. 557-559. fig. 938. 
p. 549.] 

Clark, Austin H. (1923).— Crinoidea. The Danish Ingolf-Expedition. 4. (5), 1923, 

1-58. [The Antarctic genera of Heliometrinae are included in 
the key to the genera of that subfamily (p. 52). and Isometra 
vivipara (p. 42) and Thaumatometru initrir (p. 43) are listed.] 



18 AUSTRALASIAN ANTARCTIC EXPEDITION. 

Clark, Austin H. (1929).— On some Recent Crinoid.s in the Collection of the British 

Museum. Journ. Linn. Soc. London (Zoology), 36, 1929, 
635-664. [Record oi Notocrinus virilis from " Terra Nova " 
Station 341 on p. 664.] 

MoRTENSEN, Th. (1917). — Notocrinus virilis u.g., n.sp.. a new viviparous Crinoid from 

the Antarctic Sea. Preliminary Notice. Vidensk. Medd. 
fra Dansk naturh. Foreu.. Kobenhavn, 68, 1917, 205-208. 
[Preliminary description and account of Notocrinus virilis, 
with a mentio)! of the other crinoids — " Antedon hirsuta" 
Protnachocrinus kerguelensis , Anthometra adriani and a new 
species — secured by the Swedish South Polar Expedition.] 

MoRTENSEN, Th. (1918).— The Crinoidea of the Swedish Antarctic Expedition. 

Wissensch. Ergebnisse d. schwed. Siidpolar-Exped., 1901- 
1903, 6, (8), 1918, 1-23. [Detailed descriptions of Notocrinus 
virilis, Isometra vivipara n.sp., and Thanmatometra nutnx, 
n.sp., and records of Anthometra adriani and Promachocrinus 
kerguelensis from the collection of the Swedish South Polar 
Expedition.] 

MoRTENSEN, Th. (1920).— Studies in the Development of Crinoids. Papers from the 

Department of Marine Biology of the Carnegie Institution 
of Washington, vol. XVI (Publication No. 294), 1920, pp. i-v, 
1-94. [Early development of Isometra vivifara^ pp. 31-48, 
pis. XI V-XXIII ; of Notocrinus virilis, pp. 49-53, pis. XXIV- 
XXVI, text figure 7 ; and of Thaumatometra nutrix, pp. 56-58, 
pi. XXVIII, text figure 8.] 



r,/<j. 



Sydney : David Harold Paisley, Uoveniment Hrintei — 1937 



VOL. VI— 
Part 1. 

9 



CALCAREOUS SPONGES. By Prof. A. S. Dendy 
-CHAETOGNATHA. By Prof. T. Hakvey Johnston 
3.— POLYCHAETA. By Prof. W. B. Benham 
4.— OLIOOCHAETA. By Prof. W. B. Bexham 
5.— GEPHYREA INERMIA. By Prof. W. B. Benham 

6.— POLYZOA. By MLss L. R. Thounley 

7. MAIHNE FRKR-LIVING NEM.\S. By Dr. N. A. Cobb 



Pricic. 

£ a. d. 

2 

1 10 

12 

3 

2 

2 

5 



VOL. VII— 

Part 1.— MOSSES. By H. N. Dixon and W. W. Watts 

„ 2.— THE ALG.« OF COMMONWEALTH BAY. By A. H. S. Locas 

3.— VASCULAR FLORA OF MACQUARIE ISLAND. By T. F. Cheeseman 

I 4.— BACTERIOLOGY AND OTHER RESEARCHES. By A. L. McLean 

5.— ECOLOGICAL NOTES AND ILLUSTRATIONS OF THE FLORA OF MACQUARIE 
ISLAND. By H.Hamilton 



1 
3 
6 
16 




6 
6 




5 



VOL. VIII— 

Part l.—ECHINODERM ATA ASTEROIDEA. By Prof. Rene Koehleh 

2.— ECHINODERMATA OPHIUROIDEA. By Prof. Rene Koehler 

„ 3.— ECHINODERMATA ECHINOIDEA. By Prof. Rene Koehler 

4.— CRINOIDEA. By Dr. A. H. Clakz, U.S. National Museum, Washington, D.C. 



1 18 

10 8 

1 18 
3 



VOL. IX- 

Part 1. 
.. 2. 



THE BR YOZOA (Supplementary Report). By A. A. Livtngstonb 

-ACTINIARIA. By Prof. Oskar Cari.gren and Dr. T. A. Stephenson 

^.--ALCYONARIA, MADREPORARIA AND ANTIPATHARIA. By Prof. J. A. Thomson 

and Miss N. Rknnie 

4._HYDR0Z0A. By Assist. Prof. E. A. Bbiggs, University of Sydney. {In press.) 

5.— NON-CALCAREOUS SPONGES. By M. Burton, M.Sc, British Museum. (In press.) 



10 
5 



10 



VOL. X- 
Part 



1.— TREMATODA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide 

2.— ACANTHOCEPH.tVLA. By Prof. T. Harvey Johnston and Effie M. Best, M.So., University 

of Adelaide 

3.— LEECHES. By Prof. J. P. Moore, University of Pennsylvania. {In press.) 

4.— CESTODA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide. {In press.) 

5.— PARASITIC NEMATODA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide. {In 

press.) 
6.— ACARINA. By H. Womersley, A.L.S., F.R.E.S., South Australian Museum. {In press.) 
7.— ECHINODERIDA. By Prof. T. Harvey Johnston, University of Adelaide. {In press.) 



4 



2 6 



The Reports on the Birds, Mammals and certain Invertobrata will be included in the records of the British, 
Australian and New Zealand Antarctic Expedition of 1929-1931 as joint reports. ~ 



( 



^ 










SMITHSONIAN INSTITUTION LIBRARIES 



3 9088 00049 1100 



■ '■\'^'':". ■■ '■ /. .■''■■ill!:' S rii:iiililU»iill 



, I n ■ ' > ' 



'1. I- 



..V^'^i' 



-,!'',! I 



■,;H:'''.M-'i:i'':;.:i;;i;!i|i'i™ 



It' . ' ,tll . 'l' 



wm 



f