(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Etudes expérimentales et cliniques sur la tuberculose v. 3, 1892"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



ÉTUDES 



EXPÉRIMENTALES ET CLINIQUES 



SUR LA 



TUBERCULOSE 



Droits de traduction et de reproduction réservés. 



ÉTUDES 



EXPÉRIMIÎPiTALES ET CLINIQUES 



TUBERCULOSE 

^H PDBUËKS sors L* DmECTioN as 

H M. I.K PpoFE-sEuni.Y^Méïili;-. ï J 



ARTIIAUD, AVEKDANO, BERLIOZ, CAVAGMS 

CECCHEHELU, CLADO, COCBKZ, CORML, COUHMONT, C. ERNBT, FOHGUE 

JAROLD, IIËRICOLTRT, KIENI-ni, D. LELOIB, LËCINE, LEROUX, MOHEL-LAVALLI^E 

HOHEAU, FALIIAHD, L. PEUCU, A. P0M:ET, E. QL'TÎIOUAUD, RAÏMOHD 

J. HEBOtL, J. RBKAUT. Ctt. RtCllET, RIEL, SOLLES, 11. SURHOHT 

TACBARD, P. TDIËRY, P. DE TOMA, TUPnEB, VALUDB 

VERNECIL, Vf(iNF.RON, I'. VILLEMIN 



Secrétaire de la Rédaction : 
D- L.-H. PETIT 



TOHB DEUXlfiMB 



PARIS ^*^fRAt(01^ 






G. MASSON, EDITEUR 

■.IBRAtRE DE 1. -ACADAHIE DE HËDBCINK 

ce. BOUt-EVARK SAIST-OKRMAIN, 120 

1888-1890 

S 



i 



D I I 

35 

988-50 

INDEX BIBLIOGRAPHIQUE 

DES 

TRAVAUX PUBLIÉS EN 1888 SUR LA TUBERCULOSE (>) 

PAR 

LE D' L.-H. PETIT 



Généralités. — Charcot (J.-M.). Œuvres complètes, t. V. Maladies des 
poumons et du système vasculairCy 654 pp., 2 pi. in-8o. Paris, Lecros- 
nier. — Coats (J.). Sut la pathologie de la P. P. in Leci. to Practi- 
tioners. London, p. 105 à 280. — Cornil (V.). De la T. en général. 
Joum, des Conn. méd.j p. 27, 36, 45. — Coustan. Étude statistique, 
étiologiquc, clinique, des diverses formes de la T. chez le soldat. Arch, 
de m(fd. et pharm. mil,^ t. XI, p. 417 ; t. XII, p. 5. — Fotbkrgill 
(J.-Milner). Chronîc bronchitis ; its forms and treatment. London, Bail- 
lière, 163 pp., 1 pi. in-S®. — Hedenius (P.). Sur l'étiologio et Tana- 
tomie de la T. P. Upsala Lakaref. Forh., t. XXIII, p. 650. — Hk- 
RARD (H.), Cornil (V.) et Hanot (V\). La phtisie pulmonaire. 2« édit, 
Paris, F. Alcan. — James (Alex.). Pulmonary Phthisis. Edinburgh, Pent- 
land, in-8o. — Latbam (P.-W.). The Harveian Oration. Lancet, t. II, 
p. 751. — LiEBBRMEisTER (C). Dcutsche med. Woch., p. 517, 544, 564, 
597, 789, etc. -^ PrrdObl. Geschichte der Tuberculose. Hamburg. — 
Sbepbekd (R.-J.). La phtisie comme maladie de la nuit. Lancet, 1. 1, 
p. 668. — TnoMAS (W.-R.). Ktiologic et curabilité de la P. Brit. med, 
Journ., t. I, p. 239. — Wbittaker (J.-T.). Théorie do la T. P. Med. 
Reg. Philad., t. III, p. 601. 

Abcès. — Allbxicb (G.). Abcès rétro-pharyngien dû à la carie des pre- 
mières vertèbres cervicales. Riv. venet. d. se. med., t. VIII, p. 583. — 
BoucBBT (V.). Mal de Pott; abcès rétro-pharyngien inférieur. Loire 
méd.f p. 85. — Bruck (M.). Mal de Pott cervical ; abc^s rétro-pharyn- 
gien ; compression du neK vague. Pester m. ch. Presse, t. XXIV» 
p. 504. — BucQUOY.* Abcès T. multiples ; T. P. ; influence du traitement. 
Bull, et Mém, Soc. méd. des hâp., p. 195. — Duret. Traitement des 
abcès froids dans la cozo-T. Joum. des se. méd. de Lille ^ t. I, p. 24. 
— EsTORc (A.). Emploi de Tiodoforme dans le traitement d'une tumeur 
blanche du genou et d'un mal de Pott avec abcès par congestion. Succès. 

(1) Abréciatiotu : P. P. phtisie pulmonaire. — T. : tuberculose, tuberculeux. 
TUBERCULOSE. — II. a 



11 L.-H. PETIT. 

Gaz. hebd. de Hontp.. p. *9. — Hambau (André). Le li 
abcès par coDgestion & l'aide de« injeclioas dëth«r iodoromiù. Th. de 
doct. Paris, a" 315 el Thérap. ronfemp.. p. 250, 257, 281. — Hari^et 
(L.-J.l- Abcès froids périosseux [gommes liibeiTuleuBcs). Th. de dorl. 
Lille, 28 Juin, a" 50. — Houïkl. Inji-olion» d'èlher iodoforraé dans un 
abcès froid. Auestbësic proloDgée. BM. et Nim. Soc. de chu:, Paris, 
p. ses. DiscaeB.:Quënu, p. 566, 5S2; Verne u il, 370, — J*nKii{J.). Oiis. 
d'un cyilicerque solitairi; dans un abcèt Iroid. Gai. inifd. de Slraib., 
p. 41. — Reclus (P.). Trailemenl des abcéa Iroids, in Clin. chir. 
de l'HSIel-Dieu, p. 13. — Ricsrt. InjectioDs de sublimé dans les abcès 
froids. Joum. de mtd. el de chir. pral., p. 399. — Roaat (E. de). Pas- 
sage intra-cranicD du pus dans la carie du lemporal avec abc^s par cou - 
gt'Btion au cou. Bu/l. de r. Accad. med. di Roma, t. tX, p. 1F)(. — 
Savrk (L.-H.j. Traitement des abcès en ra]>por( avec les affections dca 
vertèbres par i'iucision et la drainage. Trans. înt. med, Coagr. VVn- 
shing., t. L p- '^Ti. — Vernkuii.. Deux cas d'ost^ile du baasiu; traite- 
ment des abcès ossifluents par les injeclious d'éther lodoroi'nt^. Echu 
med.. Touloune, (. II, p. 273. 

AddnopaUiie. — Eva (P.-S.). Recb. eipir. sur la relation de laffeetion 
KaDglioanairescrofulcuse avec d'autres fomiea de T. Brit. med.Journ.^ 
I, 1, p. 7S8. — Chili. (C). Om Lvnfekirtdtub. Betydning i Baluear-^ 
derrn. Hosp. Tid., Kopenb., 3û six., t. VI, p. aiS, 278. — G[ub ;W.-T.,i. 
i)u cou des scrofuleux el de sou traîlement chirurgical. Gtast/oie med. 
Jùurn., l. XXIX, p. 27. — OtiiosABKnT. EitirpatioD d'edâniles lubor- 
culiFUStffide l'aisselle. /ou rn. (fcj ac, mtd. de Lille, 1. 1, p. 79. — Hess (E.). 
EogorgemenC T. des ganglioni du médiastîn en rapport avec un H brome 
du ptiar^ni chez une vache. Schw. A., p. S6G. — Mabiba (A.J. T. des 
poumons el des ganglions mëdiaslinaux. Bull. Soc. anat., p. 205. — 
MoHAUED DEN Hamed (Vilal). De la casé o- tuberculose ganglioDnaire 
el de son traitement par l'igaipuncture. Th. de doct., Lille, o> 61, — 
TiuvKS [W,-K.]. Traitement des adènîlea scrofulcuscs du cou par 
rablalîoo. Laaeet, t. Il, p. 103. 

Air. — Stuaus (I.). Sur l'absence de microbes dans l'air eiplrë. Ann. dt 
Vlniiitut l'tuleur, i. Il, p. 181. 

Âlcoolinue. — Ai.ison. Conir. à l'étude de l'influence de l'alcoolisme sur 
le développement de la T. P. et de la cirrhose atrophique. Arch. gén. 
de mt<d.. l, C1.XI1. p. 280. 

Aliénation mantale. — Mlcele (W.-J.). De ta folie d»ns se* rapports 
avec l«s alTrciion* du cceur et de l'aorte et avec la P, P. Bril. m. Joiuti., 
l. 1, p. B03. S7Ï. Lamel. t. 1, p. 9U. 

AnaUmie pathologie, bactériologie. — Bauhoahten (P.). CiHtiqtie do 

la théorie phagocjtniru de Metchnikoff. Zeittch. f. »lin.Med.,vo\. XV, 
p. 1, — Ddk (L.j. Meibode de coloration rapide de* bacilles de U 
T. et de ta lèpro. Li/nn uiAf.. (. LVIl, p. 669. JU^m. joc. da ic. tnid. 
de Lyon, p. 128. — DuBiar (H.). Uanael pratique de micr«hiologie. 



BIBLIOGRAPHIE DE LA TUBERCULOSE. lll 

Paris, O. Doin, in-l2. — Gûnther. Sar une méthode rapide de colo- 
ration des bacilles T. Wiener klin. Woch,, p. 292. — Hammsrshlao. 
Rech. bactér. chim. sur les bacilles de la T. C. R. des travaux présentés 
à la 7/« session de la Soc. helvétique des se. nat., p. 75. — Lannbgracb. 
Microbes du poumon. C. R. Soc. de biol. Paris, 8* sér., t. V, p. 233. — 
Laulanié. Étude critique et expérimentale sur les cellules géantes nor- 
males et pathologiques. Th. de doct., Lyon, 30 janvier, n» 399. — 
LiGUORi (Fr. de). Microscopia. Les cellules géantes et le bacille T. (en 
italien). Bari, 1887, in-8o, 13 p. — Loomis (H.-P.). Procédé simple et 
rapide de colorer les bacilles T., à Tusagc du médecin praticien. Med. 
Rec. New-York, t. XXXIII, p. 631. — Lubimofb (N.). Sur la coloration 
des bacilles de la T. et de la lèpre. Centr. f. Bact. u. Parasit, t. III, 
p. 540. — Macnamara (C.-E.). Sur le bacille T. Dublin Joum. med. 
sc.j t. LXXXVI, p. 369. — Maistriau. Sur l*histogénèse du T. Ai*ch. 
méd. belges, 3« sér., t. XXXIV, p. 365. — Mbtchnikofp (E.). Sut le 
rôle phagocy taire des cellules géantes T. Arch. f.path. Anat.^ de Virchow, 
t. CXIII, p. 63, 2 pi. Ann. de VlnstHut Pasteur, p. 505. Réponse à la 
critique de M. Weigert au sujet des cellules géantes de la T. Ibid., 
p. 604. — Pastor (E.-A.). De la structure et du mode de développe- 
ment des bacilles T. Ejened Klin. Gai., Saint-Pétersb., t. VIII, p. 12. 

— Pawlowskt (A.-D.). Culture des bacilles de la T. sur la pomme de 
terre. Ann. de Vlnstitut Pasteur, t. II, p. 303. — Perroncito (E.). Cons. 
sur la matière dont se décèle le virus dans la T. et les noyaux T. 
Giom. di r. Accad. di med. di Torino, 3« sér., t. XXXVI, p. 101. — 
PiTTiON. Procédé rapide pour la recherche du bacille de la T. Province 
méd., 17 mai. — Rbnaut (J.). La nouvelle méthode rapide de -colora- 
tion des bacilles T., de MM. Pittion et G. Roux. Gaz. méd. de Paris, 
p. 289. — Roux et Pithion. Mode de préparation du bacille T. Comp. 
R. Soc. des se. méd. de Lyon, t. XXVIII, p. 128. — Sbhlbn (von). 
Ëtude sur les méthodes bactériologiques. Centr. fur Bacter., vol. IV, 
p. 685, 722. — Vablsch. Beitrag zur Prage nach der Tenacitat der Tu- 
berkel-bacillen. Diss. inaug., Konigsberg. — Weigert (C). Sur la 
théorie de Metchnikoff relative aux cellules phagocytes. Fortschr. der 
Med., p. 809. 

Animale (Tnb.). (Voir Contagion, Viande). — Bayard. Rapport entre 
la T. des bovidés et celle de Thomme. Atvh. f. wiss. u. prakt. Thierh, 
Bd XV, Hft I. — BouRGOUGNON (H.). Sur un cas de transmission de 
la T. de Thommeau chien. Bull, et Mém. Soc. de méd. de Paris, p. 154. 

— Brush (E.-F.). T. bovine. New-York. med. Joum. t. XLVII, p. 156 
et 314. — BuTBL (G.). La tuberculose des animaux et la phtisie pul- 
monaire. Paris, Asselin, in-8*. — Johne. Cas de transmission de la T. 
du chien à Thomme et sur Tinfection chez Thomme par la voie cuta- 
née. Deutsch. Zeits. f. Thierm, p. lll. — Kabrhel (G.). Recherches 
chimiques sur les granulations T. du bœuf et sur la T. par inocula^ 
tion du lapin. Wiener Ztg., n® 10. — Lucet. Sur un cas de T. abdo- 
minale chez la vache. Rec. de méd. vétér. t., V, 7« sér. p. 244. — 



L.-Ii. PETIT. 

EoiPKB (D.). Die Bakdmfituag dnr Tuberculose (Parliueliti dar RId^ 
Tieha. Uïterwieck, 'la-S'. — SchindelIla. Un e&t de T. chez le cheval. 
VEtl. Zeitit/i. f. wut. Vclerinaïk. l. Ill, p. 69. — Wallev (T.). T. 
■nîmale daniacs rupporuavec U P. ehei l'homme. Edinb. m. Journ., 
I. XXXIll. p. 984,1078; The Vrteria.,i.L\l,p. 512. Bi-it. med. Journ. 
l. I.p. 418. 
[ Abui. — ScauciiAEuiT (Kari). Sur lu flatule k l'aotu T. Sammliing KUn. 

Yorli-aegt. n» 286. 
I Aorte. — HiTciURD (H.). Aonile et T. Hev. gén. de elin. el de thér 
|i. 617. — PoTHEBAT (E.). MilI (Ib l'ott dorsD-lombaire. lufleiioni de 
l'aorte atHJominale. Bull. Soc. anal., p, ii'j. -- Sée (Geiinain). Anê- 
iTysme de l'aorlB «1 T. P. BaU. Acad. de méd.. t. XX, p. 273. 
I AnicnUtiolU (Voir Abcès). — Anobrek. Sur la T. articulatoire. Mûii- 
chen. M. Wùch., p. i3S. — Antona (D'). Synovite T. de rarlicululi.in 
du coude gauche, arthrectumie. La Rifomia med., 3 mars. — Aug- 
sChac (Ed.). Da l'ostéo-arthrite T. du coude et plu3 sp^cislemeut do 
■OD trailemenl par la résacUon «ous-p«riosléa. TA. de doct. Montpel- 
lier, 11 mai, n* 3S. — Bahkbu (A.-E.-S.). Trois leçons aur les affoi:- 
liou articulaires T. et leur traitameut opëratoire. Bril. med. Journ. 
1. I. p. 1302, 1258, 132Ï. ~ Bosoh (Cari). Die Bebandiung T. Oeleok- 
enbiunduDgea. Diti. tnaag, Berlin. — Cbahorro (Roseudo). Conlr. i 
l'élude de la T. aigu^ dea ai'ticulatians (hfil arthrose T. aiguë). TA. de 
doct. Paris, n° UOl. — Cbauvel. Rapport sur quatre obtervatioDa 
d'artbrectomie du genou Taitea pour dea lumeun blnncbea, par M. Do- 
lorme. Ùull. et Mém. Soc. de cAir. Paris, p. 218. Discussion, p. 221 . — 
DuPiN. ConiribuliDu û l'étude du Irailement des tumeurs blanches par 
les injections interstitielles et intra -articulaires d'éiher jodofurm^. Oa: 
dei hùp. de Touloute, t. II. p. 11, 33, etc. — Gbhstbr (.\.-Û.) Le trai- 
Icmenl opératoire moderac des affeelions T. des articulations. .Infi. 
_ of Surg., t. VU, p. 211. — Iuschott (F. ïaii], Traiiemoiit des ai- 
Uitites fongueuse». Ann. île la Soc. de méd. de Gand, p. 197. — 
Hymtbr (H.). Artlireclomie complète pour arthrite T. dons deux cas 
(coude dans l'un, genou dans l'autre). Bu/falo m. el n. Journ., 
1. XXVIII, p. 52. — LtiCAS-CH^UPlONNlBRK. Arthreclomîe et résection, 
(. tt Mém. Soe. de ehir. Paris, p. 245. — Ollier. De la synoTsc- 
M ou ablation de la aynoviale. Lyon méd., t. LVIII, n" 21, p. %. 
- Pw.l.ARn (B.). Traitement de l'arthrite T. du genou par l'ai-tbrec- 
l^tomie. Lancet, t. I, p. 1IS8, 1211. — Reboul (J.). Osl4o-aitbrite T. du 
kgenou gauche chez un homme de liO ans, aubluiation du tiliiii en ar. 
a dehors. Dull. Sac. anal., p. 982. — ScasFt^a. Oba. d'un 
e rdteclîon du poi^et suivie de guëriaon (avec T. P.). Gaz. méd. 
, p. 102. — ScBUiD-MoNN-ARD (CaH). Uebcr Pathologie und 
gaoae d«r Qolenktub.. insbesondero der Fussea. Disi. iiiauy. Kiel. 
t (Paulj, ludications de l'arthreclomie dans la T. articu- 
lûre. Zeiltch. f. Chir. Bd XXVU, p. 307. — Va» Hook (W,), Tra' 
'a U T. wcro-iliaque. Journ. amer. med. Attoe. t, XI, p. 51 



BIBLIOGRAPHIE DE LA TUBERCULOSE. V 

(René). Ostëo-arthrite T. de rarticulation scapulo-humërale. Th» de 
doct. Paris, n» 84. — Wilcox (S.-F.). T. du genoa et du coude. Résec- 
tion. S, amer. Jour, homœop. New-York, 3« sér., t. III, p. 127, 131. 

Associations bactériennes (Voir Hybridité). Nettbr et Delpeuch. Ca- 
rie du rocher (chez un T. — Abcès multiples). Présence simultanée 
dans tous ces points d*agents parasitaires pyogènes et saprogènes. 
UulL Soc. anat.y p. 764. — Stern (S.) und Hirschlbr (A.). Études sur 
les associations microbiennes. Orvosi Hetilap^ n^ 21, 22 et Centr, f. 
Bacter., p. 233. — Jaccoud (Voir Typhoïde, fièvre). 

Bouche (Voir Langue). — Gleitsmann (J.-W.). Cas de T. primitive de 
la cayité buccale. NeW'York m. Journ., t. XLVIII, p. 719. — Kiener 
et FoRouB. Contr. à Tétudc de la T. buccale. Et. exp. et clin, sur la 
T., t. II, fasc. 1, p. 326. — Porter (F.-H.). T. du nez, de la bouche, 
du pharynx. Buffalo med. andsurg. Joum,^ t. XXVII, p. 295. 

Cancer. — Lubarsch (Otto). Sur le cancer primitif de Tiléon, arec 
remarques sur la coïncidence de la T. et du cancer. Virchow*s Archiv, 
vol. CXI, p. 280. — Puech (P.). Cancer de la trachée et T. P. 
Montpellier méd.j 2« s., t. XI, p. 5. — • Thomson (H.). Ulcère T. et 
psoriasis de la langue. Brit. med. Journ., t. II, p. 66i. 

Cavernes. — Bruek (E.-T.). Drainage d'une caverne pulm. Proc. Phil. 
m. Soc.f t. VIII, p. 203. — Oodlke (R.-J.). On the surg. treat. of 
pulm. caviiies. Lancet, t. I, p. 437, 511. — Mays (T;-J.). Traitement des 
cavernes pulmonaires. Med, News, t. LUI, p. 197 et Coll. and clin. 
Rec. Philad., t. XI, p. 207. — Paliard. Caverne pulmonaire ayant l'ap- 
parence d'un kyste hydatique. C, r. Soc. des se. méd. de Lyon, p. 8. — 
Porcher (F. -P.). Cas d'injection de solution iodophéniquée dans une 
caverne P. Trans. South Car, med. Assoc, Charleston, p. 91. — Wi- 
BiN (N.). Pleurotomie chez un sujet T. ; ouverture spontanée d'une 
caverne dans la plèvre incisée ; amélioration considérable des symp- 
tômes thoraciques. Mort par péritonite. Arch. méd. belges, 3« s., 
t. XXXIII, p. 156. 

Ceirean, Cervelet (Voir Encéphale). 

Chlorose. — Felici (N.). Des rapports de la chlorose avec la T. Th. de 
doct. Paris, 1888-89, n» 7. 

Congénitale (T.). Huouenin (P.). T. des nouveau-nés et T. congénital^. 
Gaz. des hôp.,.p. 785. 

Cœnr. — Debra y. T. P. et lésion valvulairc du cœur gauche. Presse méd, 
belge, n® 30. — Giovanni (A. de). Altérations du cœur dans la P. P. 
Boll. êcientif., 1887, t. IX, p. 1, 33, etc. — Henry (F. -P.). Rétrécisse- 
ment aortique compliqué de P. P. Policlinic. Philad., t. V, p. 260. — 
KiDD (P.). Rétrécissement mitral associé avec la P. P. Trans. path. 
Soc. t. XXXIX, p. 81. — Tison (Voir Intestin). — Pawinski (Voir 
Hiliaire). 



>l L.-U. PETIT. 

CangTéi. ^ NIalvoï. Le CongrËs de la tutierculow tenu à Paris les 23. 
26. 27, 2B. 30 et 31 juillet I8S8. Ann. de la Soc. méiL ehir. de Liège, 
|i. i9*, — Petit (L.-H.). Compte rendu de l'organigaLion el de hi 
aituation financière du congrès de la T. Revue seieiil.. t. XLIl, |i. 137. 

— Union méd. 3' t. t. XLVI, p. 133. — Vgtssi6rb. Rapport à il. le 
maire de Rouen sur le congrès... pour l'dtnde de la T. bumsmc el 
aninlAto. lloueu. U p. ln-8. 

CoDlagion, Intaction, TranimiiBion (Voir Ëtiologie). — Carrbrii y 

Mino (H.). Conlagioa T. par la voie gi'mulc. Un cas clinique. Oaz. 
med. calai. Barcelone, t. XI. p. 385, 118. — Cornil (V.). Sur la coii- 
Ugion de In T. pnr les raiiqut'uses. Tribune mifd.. p. 389. — Klick 
(L.-P.). Coniagioiilé de ta P. (pulmonîle T.). Trans. med. Soc. Penn., 
1. XX, p. )6t, a pi. — Phll. med. Time»., vol. SVriI, p. etil. et .V.r. 
med.Rec.l. XXXIV, p. 050. — GwtTiti {T.j. Med. lieg. Phitad.,l. 111, 
p. 3fl7. — Lardikr. La tubcrcu!osA i l'écola. Bull. mtd. des Vosges, 
n° 10. p. 711. — LAUsaED.tf. TubrrcuUuitioo des indigènes par lesêiran- 
gcra dan< les «Ulioni d'Iûïer. NéCE9Bil^ de réglementer cl d'enseigner 
i'li;giëae plus spdoialetncnt dans ces slstions. Auocialion franc, porn- 
t'avanc. des icieneea, 1" pan. p. 22fi; S' part., p. U7. — Lehnbrt. T. 
cliez un cheval, transmise probal>l«ment par un bœuf. Sâchs Berichl< 
p. 50. — NacARD (E.l. Décret du 2S juillet ajouiaut U T. â la liste des 
maladies contagieuses el arrêta ministériel pour l'exéculioti de ce dé- 
cret, Rev. de méd. viH.. T s. l. V, p. 539. — I'oktkb (W.). Med. Iteg. 
PhiUid., l. m, p. 152 elJoiini. am. med. Aasoc..\. X, p. 320. — Thu- 
MASSEN (H. J. P.|. La IransmiisibiUlë de la T. Hec. de méd. vit., T s. 
t. V, p. 656, 78t. 
Coïklgle (Voir Abcétj. — B[lh,\i.t (M.). Coialgia; coio-tuborculoie, 
Ann. d'orlhop. et de chir. pral., p. 17, 33, etc. — Dukbt (H.). Joiirn. 
de* K. m€d. de Lille, l. XII. p. 25, 

Crachat! [Voir DiagnoiUcJ. — Qti,incbbr (J.). et dr Gennes. Sur la 
dêsinfecllon des craclioirs des T, Rev. d'hygiène, t. X, p. 193. — Mac- 
EBMiE (O. Hunier] . Le crachat dans «es rapports avec le diagnosiir. 
le pronostic et le irailemeul àei maladies de la gorge el des poumons. 
Trad. et annoté par Léon Pelil; préface de Orancher. Paris, iii-K. 

— ToMA (P. Di). Sur la vimlance des crachats "Ï.Ann. unia. di med. 
F chii:, t. 283, p. 161. 

CiirabiliU. ~ Bollimuer [0.). Ueher Enlslehung und Heilbarkcit Uer 
Tuberculose, in-8». — Thomas (W.-R.). Bnl. ined.Journ. T. I. p. 239. 

Développement. — Lamgeiuians (P.). Sur la propagation des bacilles T. 

dans l'organisme. Virchoie'a Archiv, t, CXII, p. 16. — Meneau 

(J.-B.-J.). ContributioD à l'élude clinique du processus tuberculeux. T/i. 

de doel. Bordeaux, 23 mars, o" 50. 
IHabèta. — B.ioou (A.), Li T. P. dons te diabète sucré. Th.de daet., 

Paris, n" 338. — iLiat (C). La P. diabétique el ses indicalions Ihé- 



BIBLIOGRAPHIE DE LA TUBERCULOSE. VII 

rapeatiqaes. Rev, gén. de clin, et de thér., p. 633. — Hunt (W.). 
Gangrène diabétique (Tub. P. Il fois sur 144). Med, News y t. LUI, 
p. 687. 

Diagnostic (Voir Crachats, Sémdiologie). — Dibudonné (Georges). Dif- 
ficultës du diagnostic dans quelques cas de Tomiques et de fausses 
gangrènes du poumon. Th, de doct., Paris, n» 369. — Espina y 
Capo (A.). Diagnostic précoce de la T. P. Paris, in- 8, 32 p. — 
FowLER (J. Kingston). The localisation of thc lésions of phthisis in rela- 
tion to diagnosis and prognosis. London, in-8. — Fraenkel (A.). Exa- 
men bactcrioscopique des épanchements purulents de la plèvre et 
de sa valeur comme moyen de diagnostic. Charité- Ànnalen^ t. XIII ^ 
p. 447 et Berl, Woch.f p. 407. — Fussell (M. H.). Valeur diagnostique 
du bacille T. dans les crachats. Proc. Philad, med. 5oc., t. VIII, p. 90. 

— HiRSCH (M.). Du diagnostic de la période initiale de la P. en parti- 
culier par la bronchophonie. Deutsch, med. Woch. p. 319. — Iscovesco. 
Sarcome pulmonaire simulant la phtisie. Bull. Soc. anat., p. 183. — 
JossBRAND. Maladie d'Addison. Capsulite caséeuse non T. Province 
m^'d., Lyon, p. 545. — Kidd (Percy) et Taylor (H.-H.). Sur la valeur 
du bacille T. pour le diagnostic clinique. Proc. roy. med. and chir. 
Soc. London, N. S., t. Il, p. 394; Med. chir. Trans., t. LXXI, p. 331. 

— Nocard (Ed.). Sur le diagnostic précoce de la T. bovine. Rev. de 
med. vétér, 7« s., t. V, p. 580. — Rendu. Dilatation bronchique ou T. 
Gaz. des hôp.^ p. 999. — Tavbl. Du diagnostic de la T. chirurgicale 
par les inoculations au cobaye. Corretp. El. f. schweizerAerzle, p. 314. 

— Troup (F.). Diagnostic précoce de la phtisie par le microscope* 
Edinh. med. Joum.^ t. XXXIV, p. 1. — Ziemssbn (H. von). Diagnostic 
de la T. in À7i7i. Vorlr., n* 9. 

Encéphale (Voir Infantile).— Baudouin. T. ducervelcL Hydrocéphalie. 
T. P. Mort par corps étranger du pharynx. Buli. Soc. anat. p. 340. — 
Broca (A.) et Sbbileau (P.). De Tintervention chirurgicale dans les 
maladies cérébrales (abcès, reliquats de traumatisme, tuberculose, 
tumeurs). Gaz. des hôp.j p. 869. — Collin(L.)* Tumeur T. du cervelet; 
prédominance des symptômes gastralgiques. A^nih. de méd. et pharm. 
mil., t. XI, p. 244. — Lboueu. Tumeur T. du lobe gauche du cervelet. 
Bull. Soc. anat. y p. 22. — Mosny (ë.). Obs. de T. massifs du cerveau 
localisés dans : 1» le pied de la 3« circonvolution frontale et la partie 
voisine de la fix>ntale ascendante du côté gauche; 2o la partie supé- 
rieure de la frontale ascendante du côté di*oit. Bull. Soc. anat., p. 358. 

— Dk Rbnzi (E.). t. du cervelet. Rev. clin, e terap.y Naples, t. X, p. 1. 

— Senator. Solitaro T. in linken Thalam. opt. Rechtsseitige Âtaxie. 
Cfiarité-Annalen, t. XIII, p. 323. — Simon (R. M.). Cas de T. géné- 
rale et de tumeur T. dans le lobe gauche du cervelet. Birmingh. med. 
flei7.,t. XXIV, p. 150. 

Epistazis. — Micas (â. de). Epistaxiset hémorrhagies supplémentaires 
des règles chez une T. Gaz, des hôp. de Toulouse, t. II, p. 297. 



I..-H. PETIT. 

Hebf. Ulcère T. WeminiUr Hoip. Rep. London. t. III 
. p. LSS. — Leuièrs. Dilalation de l'eitoniac; entéro-eolite chronique, 
pleurëBÎe eL péricardite T. ; granulie. Bull. Soc. onaL clin, de Lille, 
IBS7, (. U, p. 28. 

AtiDlogia (Voir ConUoion, InfectiOD]. — Biauisn (11.). Dei porles d'en- 
trée de la T. âm. mM. de Paria, p. 423, 438, etc. — BoLUNOi»i(0.). Sur 

. Vétiologie et laaurabilitd de la T. Manchen.'nfil. Woeh., p. 479,500.^ 
Cblli. TransmisBibilité dei germes pathogènes par rintermddiaire des 

, déjections dos mouches. Hait, de la Soc. LancUiana deg. osp. di Roma, 
f*ac. 1. — CoKNET. Ladiiséniiiiilioades bticillesT. en dehors du corps. 
Zeilxh. f. Hyg., t. V, p. )91. — Hofhann (E.). Du danger de la dis- 
sémination de la T. par les nsoucbes. Jahrelh. d. Geaelli, f. Nal. u. 
Hfilk. in Dreid., 1B87-18S8, p. 145. — Mats [J.-T.I. De t'habilleaieiit 
des reruiiies comme facteur délenuiniLnt delà P. P. Meri. Ntiea, I. LU. 
p. 1. — Phiup (R.-W.). T'-aua. ijiter. med. Congr. (1887). Washington, 
t. I. p. 205, et B,U. med.Joum., l. I, p. 180. /"AiV. med. Times, t. XVIII, 
p. 8. — Pl*tt (J.-H.l- Rapports de U T. bacillaire avec la P. P. 
Brooklyn m. Journ., t. 11, p. 261. — Rabl (J.}. ËtioloBie de U scro- 
fuloce. Jalirb. f. Kinderh. Bd. 27, p. 8. — Sp^eth. Influence de la com- 
pressioo pulmonaire sur la T. P. Wwlem. med. Corr. Bl., t. LVIII, 
p. 105, — SuHiioNT. Du rôle du bacille dans les a Bec lions do poi- 
li-ine. Joiu-H. de méd. ehir. de Bnixellet, t. LXXXVl, p. 449, 513. — 
Weichsklhaum (A.). Sur l'éliologie de la T. Cenir. f. Baklrr. luid 
fartuil., p. im, 628, etc. 

'irjtipèlt. — SoUiGS (E.1. Influence de l'érjsipile de l'homme sur l'^vo 
lulion de 1a T. eipérimentale du cobaye. Éludes eipér. et elin, sur la 
T., t. II, fasc. I, p. S5. Journ. de mfd. de Bm-deaiij:, I. XVUI, p, 51. 
— Waibbl. t. p. guérie sous l'influence d'un érvsipèle de la face. 
Munch. med. Woch., n" 4B, p. 8(1. 
Ezpirimantala (Tnb.) (Voir Êrjiipèla]. — Coanet. Recb. eipèt. sur la 
T. Verhamil.d. Congr., f. innere Jtferf., p. 299. et Wiener mal. Woch., 
p. 756, 798. — Daucsez. Des dirflcultâa expÉrimentalea de rmoaulaljon 
de la T. cutanrSe. France méd., l. I, p. 576. — Waivuissiiï (R.-A.J. 
. Histoire de T. expérimentale. Hygina, t. L, p. 23). — YEnstN (A.). 
£tude «ur le développement de In 'T. eipérimenlale. Ànn. de l'Insl. t'at- 
. teur, I. II, p. 24D, 5 pi., et TMx de docl. Paris, n" 23U. 

(Voir Anut). 

Us. — Cornu. (V.). A propos de la ctmimaDication de MM. H. Mania 
et Ledonx-Lebard sur le foie T. du lapin après injection inira-vei- 
^neuse de bacilles T. C. r. Soc. de 6iol., p. 447. — Cowleï (R.). Ictère 
xnivi do mort chei un pht. Ann. r. Aead. de cien. med, de la llabana, 
t. XXIV, p. 312. — Gilbert et Liov. T. eipérim. du foie. C. r. Soc. 
de biot., p. 727. — Lauth (G.). Essai sur ta cirrhose T. T/i. de docl. 
Pftris, n* 68. — Martin (H.) et Ledoux-Lebaiw. Le foie T. du lapin 
«pp>^i injection inirn-veineufie des bacilles T. C. r. Soe. de biol.. 



BIBUOGRAPHIE DE LA TUBERCULOSE. IX 

8« s., t. V, p. 370. — PiLLiBT (A.). Carie costale. CaverDO T. de la 
face convexe du foie. Idiotie. Malformatioa de Tutërus et du vagin. 
Bull. Soc, anat.f p. 589. — Pruoden (T.-M.). Cirrhose du foie avec 
P. chronique, néphrite diffuse chronique et péritonite T. Proc, Netv- 
York path. Soc. (1887), p. 108. 

Gaines tandineutet. — Hall (R.-J.). Affection T. de la gaine du ten- 
don de Textenseur du pouce. New-York tned. Journ., t. XL VII» 
p. 297. — Rbtnibr (Paul) et Wurtz. Kyste à grains rizi formes. Inocu- 
lation, T. généralisée. Bull, et mém. Soc. de chir. Paris, p. 982. — 
Jalaouier. /6td., p. 1017. — Van Merris. Des kystes synoviaux à 
grains muriformes (avec baciUes T). Bull. méd. du Nordj p. 42. — 
Wallich. Nature T. des synovites à grains riziformes. C. r. Soc. de 
biol., p. 762. 

Génitaux (org.) de la femme (Voir Ovaire, Salpingite, Utérus, Vagin, 
Vulve). — CoRNiL (V.). Sur la T. des organes génitaux de la femme. 
Études expér. et clin, sur la T., t. II, fasc. i, p. 57. — Krzywicki 
(C. von). Vingt-neuf cas de T. uro-génitale, dont un cas de T. des deux 
ovaires. Beilr. z. path. Anal. u. z. allg. Path., von Ziegler undNau- 
werk, Bd III, p. 297. 

Génito-nrinaîres (Voir Contagion, Rein, Urinaires, Vessie). Schmitz 
(Robert). Ueber génital T. Diss. inaug. Bonn. 29 pp. — Watson (F. -S.). 
Cas de T. de la vessie, de la prostate et des reins, ayant débuté par une 
épididymite T. Autopsie. Boston med. and surg. Journ., t. CXIX, p. 4. 

Gontte et T. — Moluère (Humbert). Sur l'immunité relative dont 
paraissent jouir les goutteux vis-à-vis do la T. Lyon méd. t. LVII, 
p. 567, d9 15. C. R. Soc. des se. méd. de Lyon, p. 34. 

Gnérison de la P. P. (Voir Carabilité, Érysipèle). — Auld (A.-G.). Un 
cas de guérison de P. subaiguë avec remarques sur la pathologie de 
la maladie. Laneet, t. I, p. 270. — Delon (A.). Un Ph. guéri par les 
inhalations d^anhydride sulfureux. Montp. méd., 2^ s., t. X, p. 116. — 
Grand. T. P., accidents initiaux aigus. Guérison. Bull. Soc. anat.-clin. 
de Lille, 1887, t. II, p. 131. — Simson (F.-T.). Arrêt de la phtisie 
du sommet. Lancet, t. II, p. 110. 

Hémophilie. — Edwards (W.-A.). Association rare de maladies : P. et 
hémophilie. Univ. med. Mag. Philad., t. I, p. 36. 

Hémoptysie. — André. Ëtudc anat. path. sur les hémoptysies termi- 
nales chez les P. Gaz. méd.-chir. de Toulouse, p. 58, 68. Rev. méd. de 
Toulouse, p. 21. — Bbrnabei (C). L*lpécacuanha dans les hémo- 
ptysies T. Riv. ilal. di terap. ed igiene, t. VIII, p. 225, 275. — Chauvin 
et Jorissbxne. Sur le traitement de l'hémoptysie par Tiodcforme. 
Progrès méd., t. VII, p. 387. — Lœwenthal (L.). De l'hémoptysie in- 
termittente chez les P. Centr. f. klin. Med., p. 705. — Peter. T. P. 
hémoptysies, vomitifs et révulsils. Gaz. des hop., p. 83, 967. 

Hémorrhagie (Voir Ëpistaxis, Hémoptysie). 



Z L.-H. PETIT. 

HirédiU. — BocKn iC.) . M«bng«« clinîquca sur la T. Hoip. Tid. Co- 
penh.. 3' •-. t. VI, p. MIT. (Histoire dune ramlUe do T.i. — Dks- 
P1AN9 Déni*). Du rûle de l'hérédilé dans IVrinlogie do la P. P.T*. de 
rfotl. Ljon, no M*. — SoRKNsBs (T.). Harp. Tiit. Kopeati. 3* s. 1. VI, 



BApilanx. — C*M8 (J.)- La hfipîtaui maritimes, au point de vue de la 
scrofule ei de lu T. nall. Aead. roy. de mfd. rfe Belgîqur, (« s.. I. II. 
p, 3li. — RoBsi (E. DB,', La Krofule, le Ijncille de Kûcb el les bApîlnui 

maritimu^ italien!;. Lo Spfrimi^itale. 1. LXl, p. \m. 

HjbriditA ^Voir Alcoaliame, AasodationibacUrisimei. Cancsr. Cœur. 
Goutte, HémopbiUa. Rhumatims, Sjphiliij. UiN>toLPBB(M.). De l'h>- 
bridité palholoRÏqne daoa les afleclion* osseuses d'origine parasitaire. 
Fait remarquable de coeiislence sur le même malade de deui afTec- 
tions ofseufes parasitaires de onturo différente (syphilis et T.). Lj/on 
méd., 1. LVllI, p. (57. — Ooullioud (P.). Des séquestres par ioreclion 
mixte (T. et septicémie). Lyon mM., I. LVIlI. p. 237. Mim, Soc. ilr) 
te, mfd. de Lyon, p. 172. — ?othiih.at (E.). Ostéoinjélitc r( T. fin/'. 
Soc. anal., p. 738. — Markow (Voir Petn). 



Hyitérie. - 



TOBI 



A.l. CoDtr. é. l'étude de l'hyatdrïe pulmoDaïn 
historique). Th. de docl. Paris, n" Ï68. 



ImmunilA. — Halteh (L.). Sur 1' 
pour la P. P. Berl. klin. WoeA., p. 726, 751, 767. 

Infantile (T.). — Demhe [R.). T. mtJiaire aigne chei le» enfants, XXV 
tterichl iièer d. Jennrr'schen KindertpUal, Bcrn. — Duo.iup. Trois cas 
de T. îurHuttle.dontruo est conOrmatif de la doctrine des localisations 
cérébrales. Montp. méd.. 3° sér., 1. XI. p. It», I pi. — Okiffithb 
(J.-J.). Ph. sigue chei un feunc eaûtnt. N.-Y. Sied. Rec, t. XXXIV, 
p. 133. — Leroux (H.). La T. du premierAge, d'après les obseriations 
inédites du professeur ParroU Éludri rxpér. el clin, sur la T., l. II, 
fasc. 1, p. 1. — Stl-bors (0.). La T. comme cause de mortalité infan- 
tile. Lamxt. t. Il, p. E>9. — Sturoes |0.). Quelqui^s formes cliniques 
de h T. chez les calants. Weilm. Hosp. Rqi. Londou, t. IV, p. 1. 

Infection. Inoculatioa. — .\vendano (L.). Sur un ulcère T, de 
l'arant-hras survenu par inoculslion accidenleUe. Ètiule» txp. et clïn. 
tur ta T., t. Il, fasc. I, p. 217. — B.viuie& [Cari). T. annlomiqne à Ib 
mkiu arec T. secondaire des os et des articulations. Diss. inaug,, 
Wurzburg. — Cbadvbïu (A..). La nature inlèciiensc de In T. flerur 
teient., t. XLIII, p. 130. — Eve (P.-S.]. Inoculation de la T. par la 
circoncision judaïque. Lancel, t. 1, p. 170. — Jacquot (E.). Infection 
T, par »oie génitale. Th. de docl. Paru, n" 357. — Klinr (L.-B.i. Na- 
hi«j infectieuse de la P. P. Phil. med. Txmei, t. XVIII. p. 6(S. — 
[L,). Tub. inoculée. Cor. til. d.altg. arstl. Verein v. Tku- 
I, Weimar, t. XVIl, p. B23. — Rbvercin (J.-L.) et Mato» (.\.I. 
ff, uulomique renfermaat des bacilles. Revue méd. de la StiUie rom,, 



BIBLIOGRAPHIE DE LA TUBERCULOSE. XI 

t. VIII, p. 447.— SiROT (Octave). La T. est-elle Traimont parasitaire? 
Beaiine, 32 p. in-8. — Tuffirr. Un cas d'inoculation T. chez Thomme. 
Études exp. et clin, sur la 7., t. II, fasc. 1, p. 233. — LsFàvRB, Lbssbr, 
ScBMiDT, Steinthal ( Voir Peau) . 

Intestin. — B.vr. Rëtrëcissement T. de Tintestin grêle. Marseille méd„ 
p. 117. — Bioos. T. de l'appendice vermiforme. N,-Y. med, Rec.f 
t. XXXIV, p. 656. — Dboail (L.). Des hémorrhagies intestinales des T. 
Th. de doct, Paris, n» 2il. — Girode (Joseph). Contr. à 1 étude de l'in- 
testin des T. Th. de doct. Paris, n» 107. — Handford (H.). Rétrécisse- 
menta T. multiples de l'intestin. Tram, path, Soc.j London,t. XXXIX, 
p. 117. — HoPKiNS (F.-W.). T. des lymphatiques, ulcère du côlon, 
colite et néphrite croupales. Med. Rec. New-York, t. XXXIV, p. 107. 
— HuDSON (L.). Ulcération T. de l'intestin, associée avec la présence 
de pépins de fruits. Trans. path. Soc. London, t. XXXIX, p. 112. — 
KiNXicuTT (F.). Paralysie aiguë du gros intestin, due aune ulcération 
T. simulant une péritonite généralisée. Med. Rec. New- York^i. XXXIII, 
p. 384. — Mac-Call (R.-B.). Typhlite, avec abcès intra-péntonéal ou- 
vert dans le côlon, chez un T. Cincin. Lance t Clinic, N. S., t. XX, 
p. 352. — Marins (G.-H.). Carie de la cinquième vertèbre lombaire 
produisant une obstruction chronique du rectum ; ulcération étendue 
du périnée. Lancet, t. I, p. 876. — Olmvier (A.). Entérite T. et T. mé- 
sentérique. Complication rare : thrombose primitive de la veine cave 
inférieure. Progr. tnéd., 2® sér., t. VII, p. 201, 228. — PEPPERCtGRiF- 
FFTBS. Cas de T. P. avec ulcère du duodénum. Amer. Joum. med. se. y 
L XCV, p. 34. — Sezary et Anne. Traitement de la diarrhée de* T. par 
l'acide lactique. Lyon méd.y t. LVIII, p. 598. — Tison. T. intestinale 
et pulmonaire, sans rétrécissement de l'artère pulmonaire, malgré la 
présence d'un bruit de souffle caractéristique. Btdl. Soc. anat.^ p. 839. 

• 

Lait (Infection par le). — Combe (Emile). De la transmission de la T. 
parle lait; de l'hygiène des vacheries. Th. de doct., Paris, n« 98. — 
Dkmme. Infection T. des ganglions mésentériques d'un enfant sans 
antécédents héréditaires, après avoir pris du lait cru provenant d'une 
vache T. Wiener med. Blâlter, p. 161. — Naoy (J.). Infection d'un en- 
fant par le lait d'une nourrice T. Gyogt/aszat, t. XXVIII, p. 115. — 
NocARD (E.). La viande et le lait des animaux T. Rec. de méd. vét.^ 
. 7« sér., t. V, p. 569. — Nocard (E.). Infection T. par le lait (chat)- 
Recueil de méd. vélér. (fiu//.), p. 537. — Parker (L.). Contagion de la 
T. parle lait de vache. Brit. m. Journ., t. I, p. 8i7. — Steioenberokr 
(S.). Infection d'un nouveau-né par le lait d'une nourrice T. Gyogyaszol» 
t. XXVIII, p. 77, et Pester med. chir. Presse, n® 7. — Thomson (John}. 
Cas de phtisie aiguë avec grandes cavernes chez un enfant nourri par 
une mère phtisique. Trans. of Ihe Edinb. obst. Soc.^ 1887-88, vol. XllI, 
p. 216 ; Edinb. med. Journ., t. XXXIV, p. 326. 

Langne. — Nolden (Gabriel). Ulcération T. de la langue. Diss. inaug. 
Bonn. — PoNCET (A.). Tuberculome intra- lingual. Lyon méd.^ t. LVIII, 



XII L.-H. PETIT. 

p. 169. — Whitr (W.-R.). Ulcération t. de la langue. Tram, path. Soc, 
London, t. XXXIX, p. 102. 

Larynx. — Blindbrmann. Sur les nouvelles méthodes de traitement de 
la T. laryngée. Heidelberg, in-8. — Bonomb ^A.). Forme insolite de 
T. laryngée. Giorn. di r. Accad. di med. di Tovino, 3" sér., t. XXXVl, 
p. 40. — Brownk (L.). Opinions récentes sur la pathologie et le trai- 

* tementde la T. de l'arrière-gorge et du larynx. Trans. intem, congr, 
Wash., t. IV, p. 19. — Castex. Laryngite T. Bull, Soc. anat.^ p. 693. 

— CoHRN (J.-S.). Rétrécissement du larynx après cicatrisation étendue 
d'une ulcération T. Amer, Jowm. med, se, t XC VI, p. 597. — Dehio (K). 
Tumeur T. primitive du larynx. St.-Petersb, med. Woch.^ p. 131. — 
RspiNA Y Capo (A). Traitement des complications de la T. laryngo- 
pulm. Rev. d, med, y cir. pract., t. XXII, p. 9 et 68. — Oottstein. 
Traitement local de la T. du larynx. Breslau, aerzi, Zeilch.^ p. 153. — 
OououENiiEiM (A.) et TissiKR (P.). De la phtisie laryngée pseudo-po- 
lypeuse. Ann. des mal. de Vor. et du larynx^ p. 332. — Oououbnheim et 
TissiER. Phtisie laryngée. Paris, G. Masson, in-8, 342 p. — Guinibr 
(Henri). Des sulfureux dans la phtisie laryngée. /?«t;. mefix. (/e laryng., 
p. 513,566. — Guinibr. La T. laryngée aux eaux sulfureuses des Pyrénées. 
Gaz. hebd. de Monlp.^ p. 313. — Hajbk (M.). Diagnostic de lapérichon- 
drite T. et carcinomatcuse du larynx. Internat. KUn. Bundschau^ t. II, 
p. 284. — Hennig (A.). Tumeur T. du larynx; laryngotomie. Berl. KUn, 
Woch.^ p. 564. — Heryno (Th.). La curahilité de la phtisie du larynx 
et son traitement chirurgical. Traduit et annoté par F. Schiffers. Pa- 
ris. Carré, in-8, 204 p. 2 pi. — Heryno (T.). Du curettage des ulcéra- 
tions T. du larynx et de ses suites. Allg. Wiener Pied. Zeitg.^ p. 59. — 
Krimer. Sur la T. laryngée, son traitement (par l'acide lactique) et sa 
guérison./)ei//«(7i. med, Woch.y p. 939, 988, etc. — Kidd (P.) Delà tra- 
chéotomie dans la P. larynjçéc. Irtnce^ t. I,p.618. — Likuermann (H.). 
De rétiologie de la P. P. et laryngée et de leur traitement à toutes les 
périodes de la maladie. Paris, G. Masson, in-8, 83 p. — Luc. Obs. de 
T. laryngée guérie par l'emploi répété de Tacide lactique et de Tiodo- 
forme. Union méd. S*" sér., t. XLV, p. 252. — Mackenzie(I1.). Cas de 
laryngite chronique, probablement T. traitée par la trachéotomie et 
par Tablation intra laryngée de la tumeur. Brit. m, Journ., 1. 1, p. 244. 

— Oltuszewski (W.). Effets de Tacidc lactique dans la T. du larynx. 
, Deulaeliem. Wovh., p. 146. — Pbakb (W.-P.). Cas de laryngite T. 

trachéotomie pratiquée avec la cocaïne. Lancety t. II, p. 519. — IIei- 
cubrt (Max). Applications locales de l'acide camphorique (dans la T. 
, laryngée). Berl, KUn, IV'ocA., p. 533. — Rosenbero (A.). Traitement 
de la T. laryngée. Therap, Monatsh, t. II, p. 327, 375, 421. — Schlei- 
ciiBR (W.). Sur quelques cas bénins de T. laryngée. Ann, Soc, de 
méd, fTAnverSy t. XLIX, p. 189. — Schwann (C.-A.). Laryngite T. et 
iodol. Diss. inaug. Bonn, 1887. — Sokolowski (A.). Cure et traitement 
de la soi-disant P. laryngée. Gaz. Uk., Varsovie, 2* sér., t. VIII, 
p. 737. — Srriirnv (Z.). Traitement de la T. du pharynx et du larynx, 
par les méthodes les plus récentes. <taz. ï^k. p. 203. — Strbit (R.). 



i 



lIlilUOOHAPHIE TE LA TUBEHCULOSE, iril 

Barlrig«mr Bohandlungiler KehlkopfsgtliUae. Dis», î'iiiag.W)iniiurg. 
— WiGNEB \C\.). Séjour tlsDs lei lieux àieyia cumme traitement Je la 
P. laryngée. Med. .Veirj., t. LUI, j.. a-Jl. — WBi.aB (D.-E,). I.nijngila 
T. JoBm. amri: mtil. Aisoe.. p. 620. — Witii (P.-C.-O.). Die locale 
DehaadluDg dor Larynx T. Dits, iniiug. Bonn, 1B87. 

Lymphatique!. — Avesd.vîio (Vgir Infection). — Hoi-kin» ^Fr.-\V,]. T. 
des lymphatiques. .V.-l". mal. Bec, t. XXXIV, p. lUl. — ScaMinr-Uu- 
Sur rimporlance de 1& voie ljnipli:itique pour lu propngalioo ilu 
r. dana l'orgAniime des bovidé». ZeilscH. (. Fleisdibetc/iau, IBer- 
II], p. 131. 

Méningite. — Bos^rlut (Françuis). Conlr. à l'élude de la méningiln T. 
r.bci Ips jeunes enfaols ègé3 de mciins île deux an*. TA. de doct. Paris, 
n- il*. — Bbower (D.-R.)- I-er<"> =''"■ »'"' 1» M- T- Joum. amer. 
. Atioc, l. X. |i. 1 à 5. — Cbaron. Morl subite A la suite de inéDÏn- 
ffU: ehet un oiifiinl de i ans atteint d'unu coxalgie réoento. Journ. de 
tid. i^hir. de Biuxelles, t. LXXXVI, p. i. — Dl'camp (A.). Des mani- 
s ophlhalmoscopiqueB de la méningite T. Th. de doct. Monl^ 

•pellier. 18 iléccnil)re. — Duitça (D.). T. géarimUséc, T. des muniage» 
coinprimani le cerrelel. Journ. de méd. dr BordeaiLr,i, XVIll, p. 248. 
(Soc. d'anal, et île jihye. de Bord). — Eowardh (Blanche). Adénopa- 
ttiie ttacbéo-bronohiqae. Ménin^te T. chez un enrant de 6 moii. Au- 
topsie. France mH., l. Il, p. 1081, iOTi. — Uakribon (G.-W.). Ued. 
and. turg. Kep. Philsit., l, LVin,p. 804.— Lauscukahh (0.). Inflani- 
nution T. dos méninges et gastromalaiie. Fealer med. r/iii: Pi-vue, 
t. XXIV, p. 805. — Lemlomi (V.). Plaqua de méningite T. limitée aux 
ciKOnTolutionB motrices. T. géaéraliâée. Bull. Soc. anal., p. 897. — 
Liiaeot.. Méningite T. suirie do guérison. Mfm. et Bull, Soc. de mfd. 
et rhir. de Bordeaux, p. 572. — Quittel. La méningite était-elle duc 
au (Mumaiiime ou à la tuberculose ? Autopsie dans uu cas de médecine 
li-gHle. Vierleljahr. fur geriebll. tneil.. t. XLIX, p. 211. — Weill. 
Uéniogiw T. dans l'utérus. Lyon méd., t. LIX, p. 02. 

e (lub.). DtrrfticH (P.). Pathogénie de laT. miliairs généralisée 

lê.ZeilifA. f. Heilk,t.lX,p. 97,1 pi. — UoLT, Ferouson, T. milîaire 

■. N.-r. med. Ree., t. XXXIV, p. S7Ï, 573. — Fusteruanm [J.). 

e aignë. N. Y. med. Ree.. 1. XXXIU, p. H. — QrauKR (H.). 

lologie de la T. milifiire aigué. Traitf. Mîth. tned. Soi: Dâiroii. 

— Korurr (A.-K.) Cas de T. roiliairc. Ejened. Kl'm. Ga:. Si- 

b., t. VllI, p. 117. — Lk Noc (Louis). Conti-. i. l'étude do la 

suffocante de ta T. miliairc aigué. T'A. de docl. Pai-is, n* 2U4. — 

« (W.). lofcctioa primitive de T. miliaire. Gaz. Lek. Varsovie, 

Lp.SSI. — PAWiNaiii(J.).CaBdeT. P. miliaire aigué (aapbyxiante) 

>c tachycardie (asthme .cturdiaque). Gaz. Lek. p. 3fl3. — Turmbr (P.- 

|. T. miliaire du poumon avec ganglioDS bronchiques caséeui après 

B scarlatine avec néphiïtc. Méniogile T. Illitstr. m, Neu:3. Lond., 




p. I. — Dnuis (Voir Infantile). 



â 



ÏLV 1..-H. PETIT. 

Moelle épiniâre. — OBOLONSKV.Sur iin cas de T. delà moeTto^mèrè avSc 

l'ilensioii du procesaui T. pai- lu voie du canal central. ZtiUch. {. 
Ilùlk., p. m, ) p. 

Huqnemei (Voir Contagioa). 

Nerta. —ii.m. (P. -.^.). Relation des oerfs périplidriques avec la P. Diiu. 
inuiig. Si-P^tersb., SB pp. — Leiioux (Pierre). Contr. A Téiude du 
lOTia chei le» T. TA, (ir rfoe/. Paris, n" S8t.— Maïs (T.J.) P. P. conîi- 
dérÉe comme névrose. Thtr. Gax., :t= .ër., l. IV, p. 7iS. — Moheau (L.:, 
Né«rït« périphérique dam le cours de la T. Gaz. dei b6p. de Ton- 
loust,^. 11, p. 233. — PiLLiET (A.). Pleurile T. propagée au pueuroo- 
gaslrique. Progrès inM. 2« >ér., l. VII, p. 295. 

Nai. — Kik[:ï! ;Z,]. t. de la piluitaire, in P. Bruns. Bertr. a, Ktin. Chsr. 
Bd ni, Hefi 3. 



Nutrition. — Bonaiidi (E.). Sur la présence des bases urganiqi 
maini:!! dans les eicrëliuns des T. Ga^. med. ïlal. tomb., p. 



s (plo- 



Œil. — Iluoi (E.). T. do la choroïde. Gns. med. ilat. lomb., p. 1»S. — 
Fucus. IritiE. T. primitive. Soc- de mêd. de Viennie, âS mai. — Oillet 
Dit QitANOMONT. Lupus de la conjonctive; inoculation expérimentale; 
l^nj rallia lion de h T. Bull, et mtm. Soc. de méd. prat. Paris, p. ISS. 
— Lawpord (J.-B.). Ueiu cas de T. oculaire. OpMh. tti>ip. Hep., t. XII, 
p. 1 19. — Mac Hardt (M.-M.). Localised T. or cborold, ènuolétttion 
■nilrecoverj. 7V«ji».oj*A(A.Siic. o/Wçu'ii'ed Kiagdgm. Londou, l. VIII, 
7J. firit. med. Journ., t. 1. p. lOII. — Nbbsr. Conir. â la T. de 
l'œil. Arch. of ophlh., vol. XVI, u« i, p. M*. — Rhein. Deux cas du 
T. de la conjonctive. Grtrfe't ArcliiP. vol. XXXIV, Hefl J, p. 6S. — 
ScDHELLEa (Cnrl. O. L.). Ueber einen Fall voo geheiller IrÎHlaber. 
nât. iaaug. Halle. — SnSAHs (C). Cas de T. miliaire de la choroïde 
reconnue pendant la vie. Lïverpool m. ch. Jouiii.. \. Vlll, p. SOI. -- 
Waokkmanh. AfTections T. de l'œil (conjonctive ut choro'lda). Gemfe't 
^-■cftic, 1. XXXIV, Heft 4, p. Un. - Wiluams (A. D.}. Dépit de 
substance T. dans la chainlire vili>ée. &l.-l.tiuis med. and turg. Journ., 
n" 5, 1. LIV, p. 307. 

Œiopbage. — WROBLeaKi (W.), T. du l-œaophage. t;a:. Uk. Varsovie, 
1S87, p. y.'J2, 973, IDO.-I, 1021. 

OpérstiODR chat lei T. (Voir Abcii, idénopalliie, Articulations, Ed- 
cépbalB, Lar3mx, Œil, Oi, Ptritonite, Pleurésie, Pnenmothonui, 
Racbîs, Hein, Testicule, Tasiie). — Devos (C). Dangers ei opportu- 
nité de l'intervention chirur^'icate che^ les T. Preme méd. belge, t. XL. 
p. îa5. — EicHENBKROER (Emil). Sur la giioéralisation du processus T. 
k la suite drs opérations, en particulier cbei les cnraols. Dits, inaug. 
Brugg, 1887, — Polaili-on et Lboiu?id. Ënormc myome de la vessie. 
Ablation; P. P. palopanle. Mort. Ann. des mat. drt organrn gèn.-urin. 
p.6IH. — ScaivAB'n(E.). Cure radicale d'une grosse hernie da 1'!) ilia- 
a irrédticlible chez un T. Congf. français chir., t. III, p. 186, — 



BIBUOGRAPUIE DE LA TUBERCULOSE. XV 

Shepherd. Ablation de la langue, suivie de mort par T. miliaire aigué. 
Med. News, Philad., t. LUI. — Veeneuil. Fongosités T., tumeur 
blanche, amputation. Gtu, des hôp., p. 82. — Weinlbchner. Rétré- 
cissement cicatriciel de l'œsophage; gastrostomie ; cathétérisme répété 
par la bouche et la fistule. Mort de T. Aertxl. Ber. d, K, K, allg. Krank. 
zu Wien (pour 1886), p. 215. 

Oreille. — Habbrmann (J.). Études anat. path. sur la T. de Toreille. 
ZeiUch, f. Eeilk., t. IX, p. 131. 

Ot (Voir Hybridité). — Barung (G.). Nécrose T. des os du crâne ten- 
dant à la perforation. Lancet, t. I, p. 620. — Cator (Henri-A.). T. de 
Tos malaire. Th. de doct, Paris, no 161. — Ceccherrlli (Andréa). Le 
tannin dans la T. des oa et des articulations. Études expet\ et clin, 
sur ta r., t. Il, fasc. I, p. 281. — Oangolphb (M.). T. osseuse, abcès 
ossifluent intra-médullaire. Lyon méd., t. LIX, p. 145. — Hbnnies 
(I^mst). Zur Kenntniss der F&lle von T. Caries des Symphjse auf 

• Gnuid klin. Beobachtungen. Diss, inaug. Greifswald. — Kunzb 
(Reînhard). Das Evidement bei T. Epiph>*sen-Erkrankungen altérer 
Leute. Dûs, inaug, Wunburg. — Minin (A.-V.). Traitement de la T. 
des os. Vratch, p. 603. — Picou et Labeoa. Dactylite T. (spina ven- 
tosa). Gaz, méd, chir, de Toulouse^ p. 97. — Pollosson (M.). T. cen- 
trale d'un cartilage costal. Lyon méd.^ t. LVIII, p. 99. C, r. Soc, des 
se, inéd, de Lyon^ p. 59. — Rbclus (Paul). Rapport sur un mémoire 
de 51. Grimaud intitulé : De l'action des eaux de Barèges dans la T. 
osseuse. Bull, et mém, Sop. de chir. Paris, p. 126. — Ribera y Sans 
(J.). Com. sur l'intervention opératoire dans la T. osseuse et articu- 
laire chez les enfants. Ann. d. obst. ginec. y ped, Madrid, t. VIII, 
p. 225. — Wackerhaobn (G.). Invasion T. des os. Brooklyn med, 
Journ., t. II, p. 11. 

Oraire (Voir Génitaux, org.). — Griffitth. T. de Tovaire. Lancet, t. II, 
p. 914. 

Peau. — Besnier (E.). Ulcération T. de la peau. Journ, des méd. prai,^ 
p. 161. — BowEN (John -F.). Deux formes de T. cutanée. Boston med, 
and surg, Joum.^ vol. CXIX, p. 151. — Finger. De la T. verrucosa 
cutis et de ses rapports avec le Lupus et la T. Deutsche med. Woch,, 
p. 85. — FouRNiBR (A.). T. de la peau. Tubercules anatomiques. 
Lymphangite T. à foyers gommeux. Soc. méd, des hôp., p. 432. — 
HiRscHFELD (Otto), Uebor Lupus und Hauttuberculose. Diss. inaug. 
Bonn. — Lbfèyrb (Armand). Sur la T. par inoculation cutanée chez 
l'homme. Th, de doct, Paris, no 142. — Leloir (H.;. De la scrofule et 
<le la T. étudiées en particulier au point de vue dermatologique. Bull, 
inéd.y p. 875. — Lesser (von). Inoculation T. de la peau. Deut. med. 
Woch., p. 592. — Lyot et Gautier. T. cutanée. Bull. Soc. anat,, 
p. 227. — Marianblu (A.). Ulcération cutanée T. périanale. Gior. 
ital. d, mal, ven. e delta pelle., t. XXIX, p. 66. — Morbl-Lavalléb. 
Scrofulo-T. de la peau. Études expér, et clin, sur la 7., t. II, fasc. I, 



m I..-U. VEVIT. 

p. ISî, — HaREL' Lavam.éb (a.). Deux cm de T, yeTMi^inàtâeii 
peau; du trailcmwii iodofoniié appliqua par la niethode liypodermique 
i la scrofule T. cui&nëo non ulcépaiire. ,1nn. de derm. el syph., p. 21, 
Si. ^Marrow (P.-A.). ReUlion du papîtloma avec la jjphilis el la 
T. de la peau. Trant. Ann. Dermal. A»»o<\ Boston, p. 31. Seuj-York 
med, Joura., t. XLVIU, p. 607. Journ. ofcalan. el gen. urin. dittatet, 
t. VI, p. 361, *0i, — QuiMT (C). Uober phtliiaiiclie LungenhauifiBlt'ln 
Dits, inmif/. Wuriburg. — Rafin (M.). Di- l'emploi de l'ucide lactique 
dawi le traitement Uc cerlames ulcérations T. de lu peau et dca ma- 
queutea. Lyon mfd-, t. LVlll, p. 341. — Srauiirr (M.-B.). Cas d'ino- 
culaliun locale ds lu T. cuiaaee. Arb. a. d. dilr. univ. Polikliu zu 
Leipi., p. 33. — Stkintbai. (C.-F.]. T. de la jieau par icoculation et 
aato'iarectioa. OeuUiM ined. IV'ocA., p. IHt. 
Pénil. — Kraeke. Deuffc/iemnf. IVocft., p. 1074. — Kraske^i EnguscI!. 
Ann- des mal. des org. gin. urin., p. 810. 

Périeardite. — Buackhann (C.). Sur la pêricardite T. chez les entants. 
Disl. inaug. OBltiugon. — Hddklo. Pérîcardile liéinorrliagique clieï 
un T. [épancliemeal de dcui titres). Ponction du péricarde. Bull. Sor. 
anal., p, 1031. — Siico.v (J.l. Oan^'ions T. intrathofaoiques ouvoris 
dans le péricarde. Hev. inent. des mal. de Cenfance, t. VI, p. 49. — 
Stukoes. Pêricardite rliumatismalo et T. Weitminsl. Holp. Rep. 
LonJoD. 1. III. p. 1. 

Pdrïtonite. — Alahartink. Périt, T. généralisée; mort nubile. J!,oitv; 
mM., t. Vit, p. 23!». — Caussade. Conlr. A l'étude de 1» p. T., 
périionile péri-bèpatiqua T. 9uppurée, perforaliou du diaphiigme; 
votnique: opération; résection du liord inférieur du thorat. Ouërison. 
' Revue méd. dei mat. de l'enfance, p. 350. — Caussauh. Péritonite T. 
Aboès T. développé» dans lu grand ëpiploon. Vaste poelio, OuTerlnres 
multiples derinlestiD grêle dans ta paroi postérieure. Buil. Soc. anal., 
p. 490. — CixBALl (F.). l'érilonlte T. primiliïe. Speriineitlale, t. I.XI, 
p. 621. — QnossiCH. Pester med. chir. Presse, p. 733. — LAwroRD 
Knaoos (R.). Importance de l'ascite dans la péritonite T, Guy's Hmp. 
Rrp., p. 437, — PoiBBiUT (E,). Vaste tumeur pumlcnle de l'sbdomeB 
duc à une T. vertébrale, ajsot simulé un kfste hydaijque suppuré du 
fine. Bull. Soc. anal., p. 104S. " SEYPrenT (Joh.). Uc'ier die prim&re 
Bauchrelltuberoulose. Dhi. inaug. Halle. — Stkvkn (J.-L.). Deui cas 
de tumiiramion abdominale cliei des enfaDls prèicatani des fraclares 
considérées habituellement comitie caractéristiques du T^bes meeen- 
lerica (arec péiitonite T.). Glaigoip med. Journ., t. XXX, p. 265. 
— WooDHïADlO.-S.). Leçons eur les T. et le labes mésentcriquc. Med. 
Press and Cire: n, s., t. XLVI, p. 77 et 102. tonce(, I. 11, p. 51, 99. 

Nritonits [.Traitement chirurgical). — Bruen |B.>T.). Proc. Phitad. 
meil. Soc,, t. Vlll, p. 201. — Cauot i A.). Boston med. and surg. Joum., 

L CXIX, p. 121 Campana (A.i. l-aparoioraie dans un cas da përito- 

nlla T. Ranofft. ined., j" s.. 1. VI, p. 102. — Caspersohn. Mîllk. f. d. 




DIBLIOGH&PnlE fi£ LA TUBERCULOSE. XVII 

•fer. SeMme. Hohl. AerUe. Kiel, p. nS. — Curbb (T.-K.). Un css 

« pâritoniie T. gtiéH ea lavant U cavité abdamicale avec une solu- 

d'acide phéniqae à 1 p. lOU. Trana. clin. Soc. Loudon, I. XXL 

\f, 43. — Eluot (J.-W.l. T. du péritoine ; évacualion (le Taseile par 

f Uparotomie. QaérlsoD. Boiloa m. and c/iii: Journ., l. CXVIIF. 

ip. f92, — Grbcbbh [Malhias). Laparotomie in PeHt. Gijnàk. Sluditn. 

Ârrlin, in-S. — Hetdbnreicd (A.). La laparotomie dans la péritonite 

l'7. Semaine mM.. p. 4T3. — Houans (J.]. Deui cas de tapar. pour 

1 aicile cauite par péritonite T., deux guérisoDS. lantel, 1. l, p. ms. 

f •— IvBRSEx (A.). Péril. T. lapar. Cynœlc. ag oàsl, Medd. Copvoh. 

L VU, p. i*0, — KHAaoR. Trana. clin. Soc. Loniion, t. XXI, p. 37. — 

I KuMUou, (H.}. Laparotomie pour T. abilominale. Arch. f. Klin. 

^hif., L XXXVIl, p. 39 et Wiener mtd. H'ocA., p. 2[9, 2fl0. - Lubl.^m 

R.). Laparotomie pour p^riiouile T. Cliiiif/ue. CMcago, l. IX, p, SI. 

- Muc8H l'Howard). Cas de périioaite T. traitée par laparotomie et 
l (Iraiuage. Traïu. clin. Soc. Loodon, t. XSL P- 2»8. — Robson (A.-W, 
liMajoj. Deux cas de laparotomie pour péritonite T. Lancet, t. II, 
I p. 1170. — Roo9ENBuaa(D'' L.). Fteatbundel a. f. c. Dondera. Aiuslcrd., 
Ip.ïl1. — Trzedicky (R.). Laparot, pour pérttoaile T. Wiener med. 
Tf WotA,. p. IS1.21*. 

- Addiob. Coi de P. aiguë 1 lorme «affocante ehez une jeune 
l'Slle de 17 ans. Bull, et Mfm. Sec. de mtd. prat.. Paria, p. 693 (Vuir 

- BixcEEL (J.). Com, lar une série de 17 cas de thoracoto- 

■die. Gai. méd. de StroMÙ., p. 109, 131. — Cooivoaud [A.1. Etude cri- 

Fnqu* et clinique sur les rapports éliologiques de la plour^sîe avec-l» 

T. Journ. de mtd. de Bordeauj:, I. XVII, p. 801 ; Mt'm. de la Soc. de 

■t de chir. de Bord., p. 3S7. Disc, 551. — Deuetrbmcu (T.). la- 

r jectioDs intra-plearale» d'air stérilisé comme traitement des plcurëaiei 

eisudatires consécutives à la T. SpHalul. t. VI11, p. 179. — Donhix 

(H,-B.t. The anteoedeois of pleure-fj. Weitm. Hosp. Rep. Londoo, 

p, IJ. — Fkaentzel (O.). Quand faut-il ouvrir lea épnncheinenta puru- 

lenta de la plèvre par la pleurotomie? Charité Annalen,l.. XIII, p. JIU. 

I -- HORBACBS iW.-H.}. Cas de P. compliquée d'empyèine; guérison. 

k httnctt.i. L p. 1247.— Jaccoud. Des pleurésies phtisiogénei. A propos 

Ktfun cas de pleuréaio sèche diaphragiuatique, Vnian MiM., 3' aérie, 

t X. XLV, p. 321. — Leahind (J.-It.). Des produits patholoKiijiics intra- 

pleuraui, leurs causes, aigniftcations et relations spëciSquei avec la 

P. P. N.-Y. mtd. Ree., l. XXXIV, p. 525. — Rkhh (E. de). Ktiologie 

de la pleurésie, dfarga^ni, t. I,p, 27. — Thibaudet. Pletiréiie T. liémor- 

I diagique i marche infectieuse; péritonite T. Journ. det >c. mid. de 

I Ulle, t. II, p. 225. — WEn-BROOK (B.-P.). De la pleurésie comme cauM 

l'Prédispoaaote de P. P. NeiP-York med. Jotira.. I. XLVll, p, 617. — 

\ Williams (U.-F.) et White (J.-Blake). Sur quelques causes prédispo- 

f Mule* de* exsudais pleuraux. Non- York m. Journ., t, XLVUl, p. 47. 

- WooD (W.-B.). Traitement de la prédisposition à la P. P. cb«i les 




I 



xvnn L.-H. PETIT. 

enfants. New-York med, Journ,, t. XL VIII, p. 47. Discussion. — X. 
Pleuro-pneumonie et T. LancetyX. II, p. 180. 

Pneumonie. <— Hirschlbr(A.). T. et pneumonie croupalc. Wienermed. 
Presse f no 28. — Liebermeistriv (C). Pneumonie et T. P. Deutsche 
m. Woch., t. 101. » Rbnaut (J.). Un mot sur les formes pneumoniques 
de la T. Études exp, et clin, sur la T., t. II, fasc. 1, p. 189. — Riel (Ph.}. 
Note sur la pneumonie T. lombaire. Études exp, et clin, sur la 7., t. Il; 
fasc. 1, p. 197. 

Pnenmothoraz. — Qabb (Hoadley). Pneumothorax à récidive. Brit. med. 
JourQ., juillet, t. II, p. 178. — Gaillard (L.). Du pneumothorax simple 
sans liquide et de sa curabilité. Arch, gén. de méd,, t. 161, p. 275, iil. 

— Leplat. Note sur un cas dliydro-pneumothorax chez un T.; in- 
fluence heureuse de cet accident sur la marche de la maladie. BuU. Soc, 
anat, clin, de Lille ^ t. Il, p. 7. — Leyden (E.). Sur le pyo-pneumo- 
thorax T. Dtustche med, Woch,^ p. 649. — Moizard. Pneumothorax et 
antisepsie pleurale. Gaz. hebd, Paris, p. 522. — Osmerod (J.-A.). 
Caverne T. avec pneumothorax chez un enfant de six mois. Trans. 
path. Soc, London, t. XXXIX, p. 66. — Potain. Des injections intra- 
pleurales d'air stérilise dans le traitement des ëpanchements pleuraux 
consécutifs au pneumothorax. BuU, Acad, de méd,^ 2< sér., t. XIX, 
p. 537. — RisNAUT (J.). Hydropneumothorax chez un T. Injections de 
liqueur do Van Swieten. Mort subite. Lyon méd,, t. LVIII, p. 316. — 
Obs. pour servir à Thistoire de Tantisepsie pleurale dans Thydropneu- 
mothorax. Gaz, méd, de Paris y p. 272, — Roosbvblt (J.-W.). Pyo- 
pncumothorax dépendant de la P. P. Proc, N,'York path. Soc, (1887), 
p. 204. — Weil. Pyo-pneumothorax T. P. et opération d'empyème. 
Union méd. et se, du Nord-Est^ p. 78. 

Prédispoiition. — Causît (Léon). Du sourd-muet et do sa prédisposi- 
tion à contracter la P. Th, de docl, Paris, no 370. -- Councilmann (W.- 
T.). N.'York m, Journ,, t. XLVII, p. 421. — Dix (T.-L.). Prédisposi- 
tion à la T. N,'York med, Journ,, t. XLVIII, p. 292. —Israël (Emile). 
Recherches pour servir à l'examen de la théorie de M. Bidder sur la 
prédisposition tuberculeuse et de la thérapeutique à la sonde qu'il éta- 
blit sur cette théorie. Copenhague, in-8o. — Laudouzy (L.). Opportu- 
nités tuberculeuses (opportunité innée : terrain vénitien; opportunité 
acquise : terrain variolisé) envisagées dans leurs rapports avec le dia- 
gnostic précoce et la prophylaxie de la T. humaine. Rev, d'hyg., p. 754. 

— Laudouzt (L.). La première enfance considérée comme milieu orga- 
nique dans ses rapports avec la T. Gaz, hehd,, p. 485, 502. Lystkr 
(H. -F.). Les terrams non drainés prédisposent-ils à la P. P. ? Trans, 
Mich, med. Soc, Détroit, p. 101. — SOrensen (T.). Peut-on admettre 
l'hérédité, et spécialement la prédisposition héréditaire, en ce qui 
concerne la T. ? Hosp. Tid, , 3« sér., t. VI, p. 525, 551, 1144. — Sozinskey 
(T. -S.). Le sexe et la consomption, Med, and surg, Rep, Philad., 
t. LVIII» p. 357. 



BIBUOGBAPHie DE LA TLBEBCULOSE. XIX 

Irophjluia. Brutim-Cipl-s. Prophjlaxie de la T. P. Urée de ses divers 

modes do propag&liaa. T'A, de itod., Moalpellîer, 26 {uillel, n° 80. — 

Ëloi |Ch.). La ^érapeutique prophjlacliqac de 1h P. P. Ga:. hebd. 

Paris, p. 1*7. — Marcds. Prophjlaiio de U T. Drultclie m. Woe/i., 

p. 301. — Ransome (A.). Traita, aan. Inl. Gr. Bril. London, 1SS7-8S. 

I. IX. p. iSt. 

fnttaX». — AuDiN. Aheét proslato-bulbo-périnéal auirï de mort par 

P. F. aiguë et méoiDipte T. Bull. Soc. anat., p. 209. — Reliqubt, T. 

wguê de la prostalo. Ann. de* mal. ilea org, gJn.-ui'in., p. (39. — 

STD-sa.iM (C.), Affection T. Je la vésicule aéininale gauche et da la 

noilié ),-aache de la prostate, avec extension au canal dérérent gauche. 

Trani. path. 5oc Loodon. t. XXXIX, p. 197. 

I^Hudo-ttibarcQlotfl. — Cuakrim et Rooer (O.-H.]. Sur une pieudo-T. 

bacillaire. C. i: Acad.des sciencet.i. C\i, p. 868; C. r. Soc. de biol., 

_ p. aii. — Dur [L.). P>eudo-T. bacillaire. C. r. Acad. da ar., l, CVl, 

p. 1037, — DoR (L.l. De la T. atrepco-bacillaire du lapin et ducobaje. 

C. r. Soc. de biot., p. 449. — Nocard (Ed.). Les dilTërentei rormea de 

la T. Kec.deméd. vélér.,!' aër., t. V, p, 585. 

Bteliii (Voir Abcte). — A.bbk(R.). Tumeur T. comprimaDt la moelle épi- 

nière; paraplégie compléta; opération; guérison. fiew-ïoric m. Joum., 

t.XLVll[, p. 585. ~Ai,Ei*NDEa. M.il Je Polu Lieerpool "led. and sari/. 

Joum., t. VIII, p. âOO. — Babweu. (Et.). Appareil peu coOteui et efBcace 

. pour «upporlur la tète dam Ibe cas de Mal de Pott cervical, Laacet. 

[ l. II, p. 1IS8. — BRUcK(M.).Deuieasde"cariaT. des tertèbrea. Onrasi 

. lutil., Budapest, t. XXXII, p, GÏ8. — CnARon. Un cas d'ostéite varté- 

Lbrale T. CtimifW!. Brux,, l. II. p. Î09. — Dhïos. Obs. de T. vertébrale. 

Y^Prtittmid. Mge.l. XL, p. 65. — F.vure (J.-L.). T, osseuse. Mal de 

[ Potl localisé à la partie postérieure des corps vertébraux. EnvshiBEfl- 

1 ment du canal vertébral et de iadurc-m&re rachidienne. Abcès tuber- 

f ouleux Ititérau». Ostéite de la voûta orbitaire. Propagation i la dure- 

. nére crânienne et compression cérébrale. Biil/, Sor. anal., p. 250. — 

I FisBBE [F.-C). Cnrie du rochis avec abcès; oaléolomiB pour dlflor- 

. mité du tibia. Romarques, Lancel, t. II, p. 866. — Frabnkki. (A.). 

Traitament do lacarie rertébraleT. Wienrp m. Woch., p. 321. — Lah- 

, ITELONOUE. T. vertébrale; mal de Pott postérieur; mal aous-occipital; 

I T. lacro-iliaqae; T. du sacimmetdii coccji. Vol. in-8, 418 pp. — Leuars. 

Mal de Pott lombaire; [abcès énorme de la l'osae iliaque ; ponctions et 

injections d'élher iodoformé; amélioration coneidérabla ;J mort par 

urémis. Bull. Sac. anal., p. 103. — Princeteau. Caria vertébrale géoé- 

ralisée; carie des quatre dornièrea cotes droitaa; abcès par congestion; 

pleurésie gauche ; mort. Joum. de mtd. de Bordeaux, t, XVIII, p. 85. 

— PftOBY. 0»l(*ile T. de la colonne vertébrale. C. r. de la Soc. des ic. 

mM. de Lyon, p. 3. — Saltzuann. Ostéite T. d'une vertèbre lombaire. 

TnitementopératoireibonrésulUt.FiruAiiUitar.Aanr/i., lSg7,t.XLVI, 

-WBia«T( 0.-A.|. Cas de mal de Potl avec courbure angulaire du 

nchis; U^panation pour compression de la moelle, tance/, l. II, p. 64. 




i 



XX L.-H. PETIT. 

Rein. — Braatz (E.). T. chronique du rein, avec affection intercurrente 
aiguë de cet organe. Saint-Pelersb. med. Woch., p. 351. — Cayla. T. 
du rein. Ses rapports avec la T. génito-urinaire. Gaz. des hôp,, p. 12S. 

— GuYON (F.). T. rénale. Ann. des mal. des org. gén, urin,^ p. 577. 

— Halle (Noël). T. rénale uoilatérale droite; uretérite descendante 
et oblitérante; cystite interstitielle ;uretéro-pyélite ascendante gauche. 
BulL Soc, anat., p. 709. — Haward (Warrîngton). Ablation d'un rein 
mobile T. Med. chir. Trans., t. LXXI, p. 81. — Iscovbsco (Henri). 
Contr. à Té^ude de la néphrite scrofulcuse. Th. de doct. Paris^ n^ 42. 

— Jaccoud. Urémie à forme gastro-intestinale. Praticien^ p. 89. — Lb 
Qac (G.-L.-M.). Étude sur la tuberculose rénale primitive. Th. de 
doct. Bordeaux, i3 janvier, n9 32. — Loomis (H. P.). T. primitive du 
rein. Froc. N.-York path. Soc. (1887), p. 190. — Marsh (H.). T. du rein 
simulant une affection maligne. Autopsie, Lancet^ t. I, p. 469. — 
Matlakowski. Un cas de néphrectomie pour T. rénale. Gaz. Lekarska, 
p. 17. — Maunsbll (H.-W.). Cas de pyélo-néphrite scrofuleuse, abla- 
tion du rein. Guérison. Trans. intercolon, med.y Congr. Australas., 1. 1, 
p. 147. — RoBsoN (A.-W.-M.). Néphrotomie pour abcès dans un 
rein T. Brit. med. Journ., t. H, p. 814. — Syme (G.-A.). Courbure 
angulaire du rachis; modification compensatrice dans les vaisseaux 
du cou; rein strumeux. Austral, med. Jotirn.y n. s., t. X, p. 412. — 
Terrillon. Néphrectomie abdominale pour un rein ectopié T. Gué- 
rison et amélioration de l'état général. Ann. def mal des org. gén. 
urin., p. 739. — Willard(db F.). Néphrectomie pour T. rénale. Trans. 
umer. surg. Ass. Philad., t.* VI, p. 505. 

Rhumatisme et T. — Potain. T. rhumatisme et érythème polymorphe 
Gaz. des hôp.^ p. 1041. — Sybrs (H.-W.). Analyse de 500 cas consé- 
cutifs de rhumatisme aigu (dont 16,6 pour 100 chez des tuberculeux), 
Lancet, 1. 1, 30 juin. 

Salpingite. — Cornxl (V.). Joum. des conn. méd. prat., p. 403. — 
Jbannkl (M.). Salpingite T. à forme kystique. Gaz. hebd. Paris, p. 327, 
341. — Stbmann (Ernest). Beitrftge sur Kenntnis der Salpingitis T. und 
gonorrholca. Diss. inaug. Kiel. 

Scrofule (Voir Hôpitaux). — Hulshopf (S.-K.). Over de leeteckniss van 
bel begrip « scrophulose ». Nederl. Tijdschr.^ n» 11 et 14. — Modiollvno 
(E.). Rapports de la scrofule avec la T. Progt^sso med., t. II, p. 747. 

— Dâsir db Fortunet. Étude critique sur la nature de la scrofule. 
Pathogénie et traitement do rophthalmie dite des scrofuleux. Th. de 
doct., Lyon, 18 juillet, n^ 427. 

Sein. — Dubrbuil. Tumeurs du sein; T. mammaire. Gaz. méd. de Paris, 
p. 198. — Hbbb (R. G.). Tumeur T. du sein. Trans. path. Soc. Lon- 
dun, t. XXXIX, p. 446. 

Sémiiologie. — Barton (B.-J.). Signification de la raucité de la voix et 
de l'aphonie dans la P. P. Bristol med. Chir. Joum., t. VI, p. 12. — 
BATTLB(Et.). Diagnostic précoce de la P. P. commune; valeur séméio- 



BIDLIOGHiPUIB DIS LA TUBEBCULOSC. 



XII 



logique des respirations anomiBles. Th. de docL, Paria, d" 282. — 
Cnopf. DiazoreaclioD und Lun^mphtiaie. Disi. iaaug. Wurzburg. — 
Haabb8hoh (S. Herbert). Du TomUsoment dans la P. P. eo panïca- 
lier de l'association Je ce lymptôrae avec les iësïoas du sommet du 
liouiDQii gauche. Saiat-Barlh. ilasp. Rep., vol. XXIV, p. i'H. — Sti- 
CEER iO.|. De l'importance aéméiuiique du liaérê gingival de {iVëd'j- 
ricq-Tbooiptoii dans laP. T. ifiindiener med. Wonh,. p. 6IS. 

' Ureasai [Voir Gainas tandineniu, Péricarde, Péritoine). — VisacaoT 
lOïw.), T. des séreuses. Zeiheh. (. kUn. Metl., t. XllI. p. 174. 

j SUtiitiqne. — Béer (B.). Enquête sur la tubcrculuse. Va dpilogne du 
congrèi de lu Tuberculose à Paris. Wiener tned. Bi., p. U3T. — BkB' 
toerand (E.-L.). Statistique de la P. P. i Alger [18SJ-85). Joum. de 
mèii. el pKarm. de CAlgérie. p. 156. — Evins ((}-A.|. Hand-hook of 
hiatorical and geo^aphicat phthisiolog; with Eipecial reFercace to tbe 
distribution o( consumplion in Ihe Uoiied States. New-York, 29S p, — 
FsaoïigOH (James-E.-A.). La P. P. dans la Gajane anglaise, The 
Georgetown kotp. Rep. pour 1S8T, p. il, — Fuilley. La Tuberculose 
dans le 16* corpa d'armée. Montpellier, Cabiron, ia-8. — GaiMSB.iw 
(T. W.). Sur la fréquence el la distributioD de la P. et des uutre!< 
maladies des organes res]i ira to ires en Irlande, rmn-'. Acad. med. Ire- 
land. 1881, t. V, p. 31*. — Hart (B.-P.). Report on collective in- 
T«>tigaUon of P. P., Sainl-lMuis Cour, of med , t. XIX, p. (93. — 
ScBiu&T {Jos.]. De l'eTiensioD de la T. d.'ini le Spessari. Friedreick's 
Blal. f. gerichi. Med., I. XXXIX, p. 237. — Surni (W.-E.). Étude 
sialîsUque et ctimaloloirique de la F. et de U pneumonie dans te Has- 
RBchusells. Wof». med. Soc. Buslou, t. XIV, p. ï*5, et broch. in-8, 
. Li phliaio pulm. à Nantes. Gai. mtd. de Nantes, 



p. 103. — X. La Tuberc 
port, p. 71. 



I dans l'ai 



1 (allemande), Militarrap- 



. hrrdaalai (Capanlat) (V 
des capsule» «urrénalos i 
généralisée simulant uu< 



3ir Diagnostic). — Bai.i.enohibn. T. ancienne 
ans inélaaoderniie;T. pleuraleaigu€;graniilie 
1 méningite. Mort. Joum. d. sv. mfd. de Lille, 
I. T. des capsules surrénales et de l'appareil 
oriniire el génital, pas de T. des poumons. Rull. Soc. anal., p. 339. 
Vaqubz (Henri). Maladie d'Addison. T. dus capsules surrénales. Bull. 
Sot:, anal., p. 621. 
Ii'^ptailis. ~ Arnold (S.-D.). Coïncidence d'ulcération T. et ijphilitique 
dan* le larynx. Pacifie, m. et turg. Jour»., t. XXXI, p. 70. — Bbrtbl- 
una (J.-B.). Rapports entre la T., la acrolule et la aypbilis. Cincin. 
Laneel-Clinic, n. a., i. XX, p. S21. — Oououbnheik (A.). Sjpbilis et 
T. lurjDgées; diagnostic des formes associées. Rev.gén. de clin, el de 
thtr.. p. *73. — HuTCBisaos (J.-H.). Herpi>a loster afiTeciBOt un bras 
el l'épaule; P. F. Paralysies hystériques avec signes da syphilis coo- 
«atutioanelle. PolUlin. Philad., i. V, p. 225. — Landi (P.). Dolln 
epididymile ed Orcliite cronica, sempliee, T. et aiQlitica. Raecogl. med. 



à 




L.-H. PETIT. 

.. V, p. 337, 389, i09. — Scbnitzlbr (Joh.). De la typhilia pul- 
monaire et de 5oninllueiicc«urtaP. P. Wieo. G6 p., io-S. — Scbuulv 
- (E. S.)- Diagnostic différentiel des affections laryngées T. syphili- 
tiques et rhumaliamsles. Tram, intern, med, Congr. Waih., t. IV, 
p. 3S. — Stbvens (E.-S.). Rapports de la T. arec in scrorule et la 
■yphilie. Cinci'n. Lancet Clîmc, n. s., t. X7i, p. 02i. — Zxrrsn. (B.). 
Apparition aimultanée de la syphilis et do la T. P. Et^fleiion sur les 
inrections milles. Peiter med. cAir. Presse, p. 7tJ2. Inlern. Klin. Rund- 
Khau, p. 1233, 1265. 
Snonn. — Dt Mattei (E.). Star la tranimissibiliL^ de la T. par les sueurs 

des P. Areh. per le te. med., t. XII, p. 29?. 
TMticnlfl. — Brnnett (W.-H.). De l'apparition de la T. du testicule 
comme afTeclion locale, en particulier dans ses rapports a>'ec l'utilll^ 
des opëraliona précoces dans certains cas. fi-oc. roy. il. n. S. Soc. 
London, n. s., t. H, p. 328. Med. chir. Trans., t. LXXl, p. 139. Lan- 
eel, t. I, p. 173. — Chbrkau (Georges). De la T. testiculaîre diffuse. 
Th. d« rfoct, Paris, n" 46. — Faueh (J.-L.).Orchito T.à msrcbe rapide. 
Bail. Soc. anat., p. ai9. — Fbbv (L.). Epididjmlte T. bilatérale; ar- 
thrita fongueuse du ooade gaucho; eemi-cai (ratio n ; résection de Viçv 
didynie d'après le procédé de Malgaigne; amputaiîou du bras; ^é- 
risoD. Wiener med. Presse, p. 1485. — Lahqkau. Epiplolte T. chez un 
enfant. Hydrocèle vaginale congénitale. Cure radicale des deux aflec- 
tions, BuH. So^, anal., p. 316. — Larob.iu et L. CaAUFiOHHiÊRE 
Hjdroci>le vaginale et épiplocèlc chei un enfaut de 5 ans ; éplploile 
T. Cure radicale de l'épiplocèle, de t'bjdrocèle et de la T. BaU. et 
mém. Soe. de chir. de Paria, p. 816. — Lyostoh (O.-F.). Testicule» T, 
Castration, guérison. Med. àeg. Philad., t. IV, p. 193. — Mobton 
(Th. Q,). Philad. Acod. ofturgery, 5 novembre. — Amer. Neuii, t. LUI, 
p. 619. — Renaud. Fongus T. des deux tetticules; castration. Joum. 
dei ic. méd. de Lille, 1. 1, p. 55, 83. — Rbhaud. Fongus T. des deux 
testicules. Castration. Bull. Soe. anat. clin, de Lille, iMl, t. Il, p, 2S$. 
I — SPADAito (C). T. primitive multiple des testicules; ablation, guéri- 
1, Gaz. dtoip., t. IX, p. (10, 41B. — Tatlor (R.-W.).. .imer. Joum. 
med. «l'en., t. XCV, p. 43. — VRiiNKai. (A.). Traitemcnl de l'Iiydroctlc 
■jmptomatique de la T. de l'épididjim et du leslicule. Éludes exp. et 
ur la T., t. 11, faic. 1. p. 337. — Villktkuve. Traitement du 
. testicule T. Marseille méd.. I. XXV, p, 387. 

int. — Oén&alités. — Alauonb (Edwin W.l. The euro of Coa- 
■ompiion, London, 8° édit. — CoaNEx. Sur la manière d'être de* ba- 
"'llei de la T. dans l'organisme animal aou» l'influence de subsliinei'» 
ilraTuil leur développement. Zeilsehrift f. Ihjt/iene, t. V, p. 98. — 
\NDBaER (A.). Nouveau moyen de traitement de la T. Mllrtchener 
■ Woeh., p. 667, 691. — Le\-in (S.-M.). Traiiemool local de la P. P. 
r 1«B injections de médicameota dans le parenchyme pulmoanire. 
M. inaug. Kovna, 101 pp. — Mavs (T.-J.). Traitement de la P. P. k 
policlinique de Philadelphie. Med. and surg. Bep.. i. LVIII, p. I9S. 



BIIILIOGRAPIIIE DE lA TUBEBCULOSE. 



:(\[ii 



- NoDiLLE. ilote sur lo (nilemcnt de la T. P. BuU. lor. de miii. 
I Gand. — KrABisiLÊoE (B.). Les nouveaux li'uUemettts de la P. 
. Talr.vo;. p. 3^1, 3G0, etc. — Soruani. Action âis diS^rentei 
ibgtanceB sar le bacille de la T. Rvadi-ivnlo de lit. Irnnb. di ac. 

- STOftll. Meiures k adopter jiour rérudication de la T. The Veleri- 
I. LXl. p. S5î. — SuKKR Y CiTOBViLL* (F-!, lief. de med. y 

: praet., t. XXIII, p. 33T. — Vii.i.euin (P,). ËiuUe eipér, de l'ac- 

1 de quelques agent» chimiques sur le di'feloppement du bacille de 

k T. Th. de doei. ParU, a« 153. — Èludei exptr. et clin, sur la T. 

L H. faac.I.p. 2-i-.Bull.gfn.de (/iCr.. l. CXVIV, p. 530. - Wkskkbr. 

ïraiiemeat ami-parasitaire de la P. P.€enlr.f.Bael.,f.\39.— Whit- 

cm [J.-T.). h-ew-York med. Bec, l. XXXIII. p, 701. — Wilbon 

-C.]. Thérapeutique ^tiolngique dam les maladiee inreclieuEcs (Phti- 

>. Therap. Gn:, 3' sër. i. IV. p. T2tl. — 'Wohhs (A.). Traitement d« 

1 P. P, bacillaire chronique. Sl-P(lerab. med. Woch., p. 319. — 

'fERtUN (A.). De l'action de quelques antiseptiques et de la chaleur 

■ur le bacille de la T. Ann. de rinilitut Pasteur, t. Il, p. 60. — Zikms* 

SSH (B.-v.). Le trailemeiil de la T. (en allemand) in Klinûche Vor- 

tràgr, 10* Vortr., 32 p. in-8°. — Den Njaslc ftisislerlliiien. Etrii, p. 403. 



• cunpboriiina. - 



FÛRIll 



'. Klitl. Woch 



j"l. Keichiuit, 



« AnorhydriiinB. — Audollent (Faulj. Th. de docl. Paris, n' 3i1. 
' Bardct. BuU. et Mém. Soc. de med. prat., Paris, p. 9t, — Bkr- 
HnoM. Bull. Soc. de tnAi. de l'ari», p. 63. — Chevt. Union méd. et 
, du Nord-Ett, p. 71. — Dbsplats (H.). Joura. drt te. méd. de 
l. U, p. 285. — OAOKn (C.i. Deutiche med. Woeh, p. SB*. Pester 
med. chir. Prêta, p. 709. — 0[|.liakd [Benrif. Du traitement de la T. P. 
pir le* inhalations d'acide (tuorh^drique. T'A. de docl. Paris, □■■ i3. 
— QoKn. Rev. méd. de la Suitse rom., p. 163, SUl. — OHAUvusa (J.) 
ket Cbàdtard (P.]. BuU. méd., p. 731. Ann. de l'Institut Pmleur, t. II, 
- Jagcoud. Action de l'aude fluorhjdrique sur la bacille T. 
bill. Acad. de méd., Paris, t. XX, p. eU7, 6'âi. — HÉttAKD. iMd., 
l. 6». — Jarj*ïay (C). BuU. gén. de Ihér.. t. CXIV, p. 2)1. — Lépikb 
t Paliakd. Oba. clin. »ur le traitement de la P. P. par l'acide fluor- 
rdrique. Ètttdvt exp.tt clin.sur la T., t, II, fasc. I, p. 237. — Morkai; 
U.). et CocBtx (A.). Contribution à l'eiude du traitement des maladies 
s voies respiratoires et particulièrement de la T. P. par les inhala, 
• d'acide fluorhydrique. .4noc, franc, pour l'avant:, des aeiencei- 
n, !•■ part. p. 223, 2* part. p. *30. — Etudes expér. ri clin, sur la 
l, II, fasc. 1, p. S71. — Scioi.t.A. Uzione di ehiumra nf eono di 
*- mtd. Oines, 18SB. — Trudeai; (E.-L.). Uni. Newa, l. LU. p. 486, 

Acîda lactlqoft. — Keiuer, Luc, OLTuaîEwsKi (Voir Lar^nz;. — Se- 
i*iiv et Ankb (\'oir Intestiu). — Rafin (Vo'w Paau). 

idda ■atiojliqna. — Henruran (¥.). Traitement des ulccrations T. par 
l'acide sslicjlique. Ann. Soe. rnéd. chir. de Liège, t. XXVII, p. 553. 






L.-H. PETIT. 

Acide inllbïdriqae (Voir InjacUoiM guenaei racUlM]. 

Acide salfurflux. — Coppin (René). Th. ite itocl., Pajis, n" 181, — 
Darier. Bull, tfrti. lie tli^., l. CXIV, p. iCi. — Mooesû (E.), An, Soc. 
enp. de hidr. med. Madrid, t. VU, p. 123. 

Air chaud. — Kbi;ll (E.). BeH. klin. Woek., p. 787, 8)3. — Wsigkrt 
(L.). Nouvelle iniStliode de Irsiur la P. P. pnr le» inhaUtioQB d'iiir 
chaud aec. New-York mtd. Hec, t. XXXIV, p. C93. 

Air libre. — Drttweilkii. Traitemant bjgi^nique de la P. Ree. de méd.. 
p. 702. — Dix (T.-L.]. New-York med. Joui-n., l. XLVU. p. t63. — 
R. B. Sur le iraUemenl des T. par l'air. La Normandie méd. p. 377- 
— WiiRDEs (H.-B. Ton], La Ph. d'après la méihode du D' H. Breh- 
mer'a. Ugesk. f. Ltrger. Copenh., p. 197. 

Air marin (Voir HdpiUox}. -' AuutiNaïun. Sur l'muTre des hospices 
mariliiues et sur les nouiellea fondations d'Arcacbon et de BaujuU- 
BUr-Mer pour lei enfaQU débilea. lymphatiques et acroruleux. Hti: 
d'hygiine, 1887. t, IX, p. 1049, — Flimn (Edgar). Oleongariff et la baie 
deBaotry. Duèlin Joum. l. LXXXV, p. ifli, — Lb KÈue. Ii^kail : ÎU 
Uealth-Resorts and WatcHng Places. Londoii, in-S". — Gilles (M,). 
Ëtude aur l'influence de l'air mnrin chet les T. i\ Thûpital du Pbaro. 
Marseille mcd. p, 113. 

AlUtnde (Voir Climat). — Alluutt (T.-Clifford). Uavoe. Lani:el, 13 oct., 
t. II, p. 701. — Brbduer. Cure d'altitude et cure de lerratn et leurs 
rapports rfciproquos. Wietter ZCg., p. 133, — Clintos Waonbh. New- 
York med. Joum.. l. XLVIU, p. 437, - Conti (Pielro). Masina. dans 
la Valteline, Giorn. d'igiene. 1. III, p. 161, — Dryscalb (C.-R.). Dstc;. 
BHI. med. Joum., t. II, p. 420, — Jacoby ^PauI). PhUeie et altitudes. 
T'A. de doct. Paris, a' 77. — Juhon (L.). De la valeur thérapeutique 
des climalB d'altitude dans l.i phiigie. France méd.. t. II, p. 1697, — 
Knioht (F.-I,). Med. New», t. LUI, p. 582. — Kumtie (M,). Arco, dans 
le sud du Tjrol. Arco, in-8». — Lowb (J.). Laneet, i. II, p. S13, — 
PouEET. Les phtisiques & Davos. Lijon mtd., t. LIX, p. 274. — Scbhid 
(Karl). Wùrteinh. Corresp. Bl., a- SO (En Souabe), — Schhid (F.). 
Ëtade comparative des stalioas hiveroales d'Andermatt, Davo» el Saiut- 
Beateuberg. Correip. f. Schuiei:. Aerzie, p. 43. — VEAAatmi, Le climat 
de la montagne et ton action thérapeutique en été et en bi ver. lA/on méd., 
V LVili. p. 35.— WiSB (A.-T.). Sur le climat des Alpes Suisses, avec 
obs. de P. P. traités à S 000 pieds d'altitude. Tram. inl. med. Congr. 
W/uh.. l. V, p. \îi. — WtLLiAUS (C.-T.). Résultais du Lraitomenl de 
la P. P. par le s^j'^ur 'ur les hautes altitudes d'après l'analyse de 
141 cas. Proe. roy. med. and chir. Soc. n. a., t, II, p. 380. Med. ehir. 
Tram., t. LXXI, p. 297 ; Laneet, t, I, p. 1000. 

Aniline. — Ai.bitbki (J.). Traitement de la phtisie par la méthode de 
Krrminn,y. Med. Obùzr., t. XXIX, p. 73, tn«ce(, L I, p. 569. 

Antifébrine < Voir Antipyrine.. 




■ BiBLIOORAfiilE DE LA TUBERCULOSE. XXV 

riBtipyriiiB. — MAY8(T.-J.)-Antipji>lne, anlifébriaeet phéoacelina dam 
Il de U P. P. Med. and mrg. Hep. Phliad., l. LIX, p. t6l. 
- MouTOM (E.). Des diverses mëlhodos il'aDlisapsie dans le 
de la T. P. Paris, in-a», 16 p. — Spencer (W.-H.]. Brit. 

I med, Joiirn., t. I, p. 185. 

I AneniC- — Pi.beken. Zut Buchner'schea ArseabeliandluDg bd T. Diss. 

I inaug. Wunburg. 

I Cabinet pneamatiqas. — Fox (S.-A.). Gaiilard'i. Med. a avrg. Joam. 

I Nfu-'Yoï-k. i. XLV, p. 531. — LiEiiio (Q. von). Mùnehen. med. Woch., 

I p. Î85, 30t. — ÏUrs IT.-J.). lied. Mfwl, t. LU, p. 251. 

t Uomal. — Chbroh. Union tnéd., 3* aér., t. XLVI, p. 561. — Doin- 

I iiA>H [A.!. Therap. Monalth., l. II, p, *I5, — Ma^tell (G.I. Priiger 

y Med. Woch.. p. SIB. 

I Camphre (Voir Phéaate de camphre). 

I Uriam '.Voii' Oxalale de cërium). 

I Chlomre de calcium. — M.ns (T.-J.). Emploi du chlorure de calcium 

I dans les sfieclioQ» glandulaires du cou. Arch. jixdïair. Philad., l. V, 

I p. 411. 

I CUmat. Glimatothérapie. — Allbn (J.-H.). Napier Kuripapanga (Haw- 

I kcs hoj proïÎQce, NouïeUc-Zélande). Br'il. med. Journ.. t. 1, p. 293. 

I — AxaitxEiEX (A..). St'Pelei-ab. Med. Woc/i., p. 109. — Astles (H.-E.). 

1 Remarques sur les climats de l'AusIralio du Sud et leur influence sur 

■ la P. P. Trant. inlei-colon. med. Congi: Ausli-ala». (1887), Adélaïde, 

■ 1. 1, p. 56. — Bassols 1 Pbim (A.). Climnlerapia eipaflola en la liais 
I pulmonar (ËtuJes des diCTérenti points r|ui, en Espagne, aui Iles Ba- 
I léarei et ani Canaries, peuvent ^Ire utilises comme sanitaria pour les 
I phtisiques). Barcelona, J. Seii, 43ï p. in-8. — Bowditcb (V.). Valeur 
I comparée des difTéreuia élëtnents climatiques dans lo iraKeineni de la 
t P. Amer.Neu'i, I. p. — BRUK'({E.-T.).Iniporlaiica relative des diffë- 
I renia élâmenta climatiques dans le traîleinenl de la P. P. Med. News, 
f t. Lin, p. 405. — Bhukv. BowwTcn. KmoHT. etc. N.-Y. med. Bec., 
r L XXXIV, p. 3S7. — Cl*b (Conrad). Lusein Rciaoskiuo. H'ien. med. 
f Wrch., p. 186. — Dknisoh (C). Le climat préférable pour la P. P. 
I Bril. med. Journ., t. H. p. 703, ^- Dt!iAnDiN>BHAiiusTz. Bull. <j€n. de 

Ikér., t. CXIV, p. 337. — Éoiteur du N.-Y. med. Itecord. t. XXXIll, 
I p. 668 : Choix d'un climat pour le traitement de la P. P. — Fisk 
(S.-A.). Du Colorado comme station pour les maladies de consomption. 
Arch. roum. de métl. el de cAi>.. t. I, p. 447. - J.vïnb (Walter-A.). 
' Colorado. Med. Seuii. 10 novembre, t. LUI, p. (iïO, — Kkiobt (F.-L). 
Botlon med. and suTg. Journ., t. CXVIII, p. 343. — Loohib (A.-L.), 
Ama: med. Nemi, a' 39, Bcpt.,L LUI, p. 345. — MimuiNocK (Allard). 
Fiat Roek et Henderson ville (Caroline du Nord). Phil. rep., t. LVIII, 
p. îSi. — Onihds. Du traitement de la T. P. Des sanatoriums. Un avan- 
tages des climats tempères. Go:, inéd. Paris, p. 581,593. — Pakkidson 



i 




L.-H. PETIT. 

(James-ll.), CaliTarnie. Brit. ined. Joum., t. I, p. 353. — Stuobr. 
Beiirage znr clîroaliichea PlithiiJothorapie. Dia. inaug. Wuriburg. 
Créoaota.— Von Brunn. Brrl. klin. Woch., p. tt6. — Driver. Btrl. iJi'n. 
Woeli., p. 713. — Flcnt (Auslin) et Ruston Maurv. Nero-Kort med. 
Jour»., l. XLVIII, p. en. — ÛuiTMAîHi (P.). Propriété» antiseptiquea 
ds la créosote et sa Toleurdana la P.P. Zrîlach. f. klin. med., l. XUÏ, 
p. 438. — Kaatzer (P.). Beil. klin. Woch... p. 2li. — Ko-BnsTWN, 
TheT. Mùnatuk., t. U, p. tl9. — Le3odilix>n (L. P. G.). Do Tatmo- 
Bpfaère créosotes et de ta créoiota dans le Irnileraeat Je 1* P. P. Th. 
de doet. Paria, a« 314. — MiQNOK (René). Do la flérre dans la phtisie 
chronique et de aon traitement par la créoiole. T'A. de doct. Parïl, 
n" 18. — MosTKTRo (J.-V.). Bratil med., t. III, p. 98, 105. — Rosen- 
uuïCH (L.). Créosote (inj. parenoh.). Wiener meil. Preste, p. 81, 865, 
910, 92j. — RosENTHAL (J.]. Sur l'emploi de la créosote daog U T. 
50ua forme d'une eau minérale. Bal. klin. Woch., p. 6iD, 667. — Sed- 
iwn (J.). Gaz. Lek. Varsovie, 2" sér.. t. V[1I, p. 132 et 136. — Sedziak 
(J.j. lojectiona intra-parcndijaisteuses de créosote dans le traitement 
de U P. P. Gas. Lek. Variovie, p. 634, 659, 688. — Stakikwicz (T.). 
lojectiona intra-pulmonairca de créosote, au point de vue de U chirur- 
pia du poumon. Allg. med. Centr. Zii/, p. 815, — V*N der Vlobt (A.), 
.Inri. Soe. de méd. de Oand. t. LXVII, p. 133. 
ËUbliiieinenta (Voir HApiUtu). — Dbstrec (Henri]. Du traitemeni 
hygiénique ilc la P. P. dans les élabUssemeiits Cenné.s. T'A. de doct. 
Paris, 0," t)S. — KnsTscuHAKiP.^Q.j, Stations aanitairoa et établiasc- 
ments pour ti; traitement do la phtisie bacillaire. Med. Iteg. Philad.. 
t. IV, p. 361. iVeii-- roj-t med.Joarn., t. XLVII, p. 173. 
EQCalyptol. — Pons (Th.-E.), Cona. sur le Irnitcment de la T. P. Injec- 
tions hjpo dermiques d'eucaljptol. Th. de doct. Paris, n" 130. 
deriâce.— Ridi.on (John). De l'exercice aans fatigue dam le traitement 

de la T. P. New-York med. Rec, U XXXIV , p. 7. 
Cxarcicea reipiratoiras. — Bussev (C.-B.). Culture de la musique 
vocale comme moyen de prévenir la phtisie. New-York med. Journ.. 
l. XLVUl. p. 6U3. 

I 6aT«go. — Millard(H.-B.). .Veu^rori m. Journ., t. XLVII, p. 95. 

I Bniicol. — HoKNEit [3.).'Prager U. Woch., l. XIII, p. 119. 

I Mypopbotphitef. — Csurcbill (John F.j. London, in-B. 

I InfBCtionB galeuses rectales. — BnEitMan (A.]. Birmingham med. Rev., 
i|M.). Appareil simple pour les injections d'acide 
carbonique i:l d'hjdrog-ène sulfuré dans le traitement de la T. P. Fiiuka 
tak. Sal». handl., t. XKX,p. 4T7. — FERNAïinEz Oaun.v (G.-F.l.Ga*. 
tted. de Grenada, t. VI, p. 1 et aoiv. — Lamalliréb (de). Union 
W*(„3»a. t.XLV,p. 165, — Mit.LAHD(a.-B.). New-York med. Journ., 
i. XLVII, p. 9!i. — PAJLUAmT (Ch.j. Traitemeni de la T. pariea lave- 
incnta gSMui d'acide aulfhjdriquc. T'A. de docl., Ljoa, 3 «oAt, d« 43S. 
— Parbau (F.-W.). Neu'-Orlean» m. and ». Journ.. t. XVI. p. 412. 



BIBLIOGnAPHIB DE LA TCBERCCLOS 
ir. Pi-esse, l. SXIV, p. 



XÏVII 



- SCHUSTSE, 



P*v.ii-V*jNa. Ptsier mfiL i 
DfHtti'he med. Wocli.,p. S 
lojecUoni intra-pnlmonaim (Voir Créosote). ~ Smith <R.-S.j. Tram, 

inlei: merf. Consi: Wathing. (1887). l. I, p. 195. ' 

lodolonae (Voir Abcèi, Articnlations, Tueline). — Labordg (A.-D.)> ' 

De» injeclions cBïilairea et intorititiellca d'élher iodoformé dans le irai- 

(«mrDt des tuWrcatasïs loca!**. Th. de doc/. Bordeaui, 4 mai, n" 57. 

— Lcc ■ Voir LarTiii;. 
lodol. — Scnw.iNfi (Voir Laryni)' 
Henlha. Menthol (Voir Taîeline). — BEEHAn (.i.-J.)-Lo meiiihol ilansla 

P. larjDgé? el putm. el dans d'antres maladies. Ann. dis mal. de 

roreilU et du larifox, L XIV, p. 4S8. — BitiDsoN (W.-L.). Huile de 

mealhe poivrije. Lancel, L i, p. SIS, S87. 
MarcnraiBi-iodiiradel. — Mlqubl (P.) et &\jx.rr (A.). Traitement do I* 

T. P. par les pulvérisations bi-iodo-mercuriquei. Paris, G. Manon, 96 p, 
Oxalata de cérinm. — Cheesman (H.). Hew-York med. Rec.,T. XXXIII, 

p. ft02, 
Osrgèaa. ^ Ii*Vio»i£ (A.). Oxygène purel oxygène ozoniio..W«i. c/ii-on. 

Ma-icA«(fJM. VIU. ].. 37. 
OioneiVoirOzfginei. — B:RoiiKorF(A.-A.). Fra(cA,p.54,'l,S65. — Stern 

jB.). De i'acdon de l'eau o^onéc sur la marche de la T. Dêulich. m. 

Zeil.. p. 433,585. 
Phèoacétine (Voir Autipyriaei. 

Fhénatedecamphrs. — SuiTu(l{.-S.}.Ai-iWo;in.cAJr.Joui-ii.,t.Vl.p.l83. 
lénilfion. — Peinaco (J. do D.), fia;, med. de Gitnada.X. Vil, p. 665, 689. 
Snllnre de calcium.— Witherlk\C.-B.). S.-Y. med. Rec, t.XXXlIl.p. 12. 
Tanin. — rB,BE«ELu{A.) (Voir 0«J. — Jaobr {fi»). New-York med.Rtc. 

T. XXXIV, p. 2flO; tpad. dans Union irtéd., 3« s. l. XLVII, p. 138. — 

RanoyD et AnTitADD. Éludes aurla irEÛtement iliologique de la T., en 

particulier par le tannin. Études exp. el clin, sw la T.. t. II. fasc. I, 

p. 309. 
Tartre itiliili- — Paboeaud (A.). Le tartre stibié appliqué au Irai'ement 

des affecitDDS broncho-pulmonaires et des maDifestalions diverses de la 

P, P. Joiim. de In Sac. de med.etdepharin.de la llnufe-Vienne, p. 163. 
Thymol. — Brue» (B.-T.). Therap. Gai., 3= s. l. IV, p. ioa. 
TobercnlDae non pulmonaire. — Marchal. Atitopsie démontrant qu'on 

pouvait mourir T. sans avi.ir la moiadi'o T. dans les poumons. Arc/i. 

méd. Mgen. 3' »,. i. XXXIII, p. 10*. 
Typhoïde (Fîivrei. ~ J*c(.oud. Fièvre lypholdo chez un sujet T. Oaz. 

fit) hép-, p. 2j3. 
trinairei (Voies) [Voir Mmto-nrinaire.Rein, Vegeie). — Fhre(J.-L,). 

re. Bull. Soc. aniit., p. 399. 
rUn». — Bloos IH.-M.). T. primitive de l'utérus et dos trompes. 




i 



uviii 



L.-H. PETIT. 



W.-l'.inerf. !!«■., t. XXXlV,p. 101. — CottNn.. Analomie p&thol^qâa 
des métrUes (T. uttriae). Joui-n, dfs eonii. iiiéd. prat., p. 203 et suiv, 

Ticcination. — Berlioz (P.). Reclierches ejipirimen laies sur la vacci- 
nalioii et la guérison de la T. Èludfi eiplr. tl tlin. iw la T., t. 11, 
fasc. 1, p. 109. Joum. de la Soc. méd. et pharm. du l'Itère. Grenoble, 
l. XII, p. 163, IBS. — Cavaonjs (V.). Sur l'injection soua-outanie de 
malièrn T. en quantités croissante!. Éludes erpir. et clin, sur la T., 
t. Il, faic. I,p. ili. 

Tagin. — BiEnrnEiiKD (Mai). Cm de T. du vagin sani autre lésion T. 
des organes du Uassin. Zeitach. f. Geb., lot. XV, Hft 2, p. 425. 

Vaiflline. — Smith (H.). Traitement de la P. P. et larjn([éa par le spraj 
de vaseline chaude associée au menthol et ù l 'io déforme. Juui-n. ainci'. 
med. Aiioc. Chicago. 1. XI, p. tlil. 

VeiBÎe. — Blanc (E.). Cjstile T. douloureuse; taillu hypogaalriquo; 
drainage da Uemons; résultat fonctionnel parfait. Gai. rnéd. de Paiv, 
p. 351. — OuiARD (F .-P.]. Traitement chirurgical de la T. vésicale. 
Ann. dei mal. dci orij. gin. urjn., p. 753. — OuvoN. Note sur le 
traitement chirui'gical de la T. de la vessie. Congi: franc, de chir. 
pi'oe.-cerb. et mém., t. IIl, p. 363 et Kev. de chir., p. 3ii. — Kido (P.). 
nicêralion T. con^id(!rab1c de la vessie; T. de l'urèthre. Trana. path. 
Soc. London, t. XXXIX, p. 185. ~ Krysibwicz (B.|. Sur le draina^ 
périnéal de la vessie chez l'homme. Deulacke med. IVoch., p. ]05. — 
MAi.LeT(M.). T, génito-urinairc. Atrophie de\aveis\e. Bull. Soe. anal., 
p. 806. — Paruektiek. Hartmann' Tuffikr, Baey. T. urinaÎK. Bail. 
Soc. anal,, p. 4SS. — Retikdin (J.-L.j. Taille hypogastrique pour 
cjitileT. Ann. mal. art), gén. urin., p. 51. — Z[NSHiu»TEa. Cystite 
intense avec ulcération T. de la vessie, et bacilles T. dans l'urine. 
Wiener med. H'oo/i., n» 3», p. 1029. 

Tiaade. ~ Oiiatia et Liénaux. Contr. à l'étude de la viruLence d« la 
viande des sujets T. Annal. belg. , ^. ^M. —llt-Ki cIGoti. Surla T.dana 
ie« rapports avec la viande comme aliment. EUais-lulhring. Ber., p. (i. 

TisUISMa. CoL^uaiiottN fD.). Ph. sénile. Auil, med. Joum,, t. X, p. 7. 

Timi. — Caorac et Malet. Rech. eiper. sur la virulence des matière* 
T. desnichées, putréllcca uu congelées. Lj/on mid., U LVIll, p. 3SS. ~ 
KoLB ^K.). ejurlaiinilencedelaT.Jfûnc/irn. med. Woch., p. 416. — 
UoNTBL(S.).Eii^is d'atténuation du virus T.Biforma med.,l. IV, p. 44. 
I TalaiUs. — HF.BB (R.-0.). T. des volailles. Trans. palh. Sor. London. 
1B87-88, L XXXIX, p. 471. - Siblkï (W.-K.). Ibid.. p. 4St. 

Tnlra. — Dbmmb. T. des organes génitaux eilernes féminins. Ifienn' m. 
BiBtttT, 1S87, t. X, p. 1577. — Zweiobauh {M.]. Cas d'ulcération T. 
de la vulve, du vagin et de la portion vaginale de l'utérus. Berl. klin. 
Wocti., p. (43. 
U. — Lbrol-x (Voir Nsrft]. — Hutchimbon (Voir Syplùlis). 



I 



LA TUBERCULOSE DU PREMIER AGE 

d'après les observations inédites 

A 

DIT PROFESSEUR PARROT 

PAR 

LE D' HENRI LEROUX 

ANCIKN CHBK DR C L I N I y T K DK LA FACULTÉ 



M. Troisier, qui possède toutes les notes manu- 
scrites du professeur Parrot, avait annoncé, à propos 
de l'intéressante communication de M. Landouzy (Ij 
à la Société médicale des hôpitaux (1886), qu'il avait 
l'intention de réunir les observations recueillies par 
notre regretté maître sur la tuberculose du premier 
Age. Il a bien voulu nous confier ce travail, qui n'est 
point, — nous tenons à le dire immédiatement, — 
une œuvre posthume de M. Parrot, mais un simple 

(l) Landol'zy et QcEYBAT. Note sur la tuberculose infantile (Soc. 
méd, des hôpitaux, 188(5, p. 169.) 

Voir en outre : Damaschi?90. Note sur la tuberculose des enfants 
n la mamelle ilbid., p. 1U3). — Oueyrat. Contribution à l'étude dv 
la tuberculose du premier dge. Thèse de Paris, 1886. — Lannklon- 
GVE, De la tuberculose externe congénitale et précoce. Mémoire qui a 
paru dans le premier volume de ce recueil, p. 73. — Bosselut. 
Contribution à Vétude de la méningite tuberculeuse chez les jeunea 
enfants âgés de moins de deux ans. Thèse de Paris, 1888. 

On trouve dans ces publications une bibliographie complète de 
la question. L*ouvragede West n'y est cependant pas signalé; dans 

TCBERCULOSB. — II. 1 



t iu:nhi i.kroi'x. 

recueil des faits qu'il iivait ohsenés ; 

ajouté quelques commentaires et une description 

d'ensemble. 

M. Parrot eût certainement participé d'une autre 
ra(;on à l'œuvre de la tuberculose. Nous avons cru 
cependant qu'il n'était pas sans intérêt de faire con- 
naître une partie des matériaux qu'il avait accumulés 
sur cette question. 



I 



Nous avons dépouillé un dossîcrde 21 'J observations 
d'enfants au-dessous de 2 ans; nous n'avons analysé 
et nous ne publions que les plus complètes : nous 
avons, à l'aide de la totalité, dressé un tableau que 
nous n'insérons pas dans ce mémoire, mais qui nous 
servira à établir quelques données statistiques. 

On sait qu'à l'hospice des Enfants- Assistés, la plu- 
jiarl lies enfants sont reçus, sans qu'il soit possible 
d'avoir de renseignements sur leur état de santé an- 
térieure, non plus que sur la santé de leurs parents; 
aussi, ne pouvant déterminer le début des accidents 
provoqués par la tuberculose, nous avons indiqué, 
comme ilge, celui que les enfants avaient au moment 
de ietir mort : dans tous les cas l'éclosion de la tuber- 
culose doit être reportée de quelques mois ou de 
quelques semaines en arriére. 



ses Le%-»m uir tes mnladies des enfitnls, p. 5(i7, West ijoniie un 
tabli^au porLanl sur 497 cii% jusqu'à lo ans; il relève iiu-d'.'ssui île 
I an 2U garçons el 17 flilet, lotnl: 46; de I ft 2 ans, 3't garçons H 
38 mies, lotal : 72. Ces chilTres pronveraienl qu'en An^leli^rre au 
moins, n'eiisle pas la croyance à la raret<'' de la tuberculose ia- 
famile. 

Consultez également l'arLîrle Phtisie du Dict. 'TirycJop. dii$ 
ne. taéd., par UM. Grancher et llutinel (p. '6it< et suiv.) qui conlient 
des renseignements slatisliquessurla tuberculose suivant les Ages. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 



I. OBSERVATIONS DE TUBERCULOSE ORDINAIRE 

Obs. I. — Tuberculose aiguë généralisée viscérale 

et ganglionnaii*e. 

Pest... Léontine, 8 semaines (1870). Athrepsie, refuse de 
téter et vomit : elle a du muguet dans la bouche, et meurt 
au bout d*une dizaine de jours. 

Autopsie. — Foie, rate, reins, capsules surrénales criblés 
de granulations miiiaires, ainsi que le poumon gauche; le 
poumon droit présente dans son lobe moyen un bloc jaune 
caséeux, et dans son lobe inférieur plusieurs gros tuber- 
cules plongés dans un tissu sain, mais semé de fines granu- 
lations disséminées. Les ganglions trachéaux, bronchiques, 
inguinaux, mésentériques, stomacaux, sont tous infiltrés de 
tubercules. 

Dans les deux choroïdes, près du passage du nerf optique, 
on trouve un groupe de plusieurs granulations jaunes. La 
muqueuse gastrique a sa coloration normale et renferme plu- 
sieurs tubercules miiiaires. L*iléon contient, mais seule- 
ment au niveau des plaques de Peyer, un certain nombre 
de granulations; on en retrouve quelques-unes sur la mu- 
queuse du côlon. 

Une granulation est logée dans le cœur à une petite dis- 
tance de la séreuse, au niveau du ventricule gauche. 

Obs. il — GranuUe pleurale et intestinale, 

Jig..., Nathalie, 2mois(i868). 

Autopsie, — La plèvre pariétale droite est semée de très 
fines granulations grises, surtout à la partie postérieure, au- 
devant des côtes, — rien à gauche. 

On trouve de très nombreuses granulations, grises pour 
la plupart, quelques-unes plus grosses et jaunes au centre 
dans la rate et le foie, dans les reins elles sont plus rares. 
Les plaques de Peyer dans Tiléon sont tuméfiées, mais ni 
tuberculisées, ni ulcérées; dans le colon on voit des follicu- 
les tuberculeux, et quelques-uns sont le siège d*ulcérations 
cupuliformes. 



HENni LEROUX. 



Obs. III. — Granulie généralisée. 

Lai. .M Augustine, 2 mois. Âthropsie chronique; ne passe 
que quelques heures à Thôpital. 

On trouve à Tautopsie de fines granulations dans la rate, 
le foie, les capsules surrénales, les reins, les intestins et sur 
le péritoine. 

Les poumons sont farcis de tubercules jaunes, surtout le 
gauche ; chacun d'eux renferme en outre un ou deux gros 
noyaux caséeux. Les ganglions trachéo-bronchiques sont 
totalement caséiiiés. 

Obs. IV. — Pneumonie casreusc avec caverne du sommet. 

Mou..., Eugénie, *î mois. Ne passe que huit jours àTinûr- 
merie; Texamen de la poitrine^ négatif d*abord, y révèle 
bientôt Tcxistcnce de râles dans la région supérieure droite; 
dans les derniers jours on note l'existence d'une ophthal- 
mie purulente; Tenfant avait perdu iOO grammes de son 
poids en 7 jours. 

Autopsie. — La plèvre droite estinfîltrée de granulations 
miliaircs grises et jaunes. La plus grande partie du lobe 
supérieur du poumon est convertie en une masse caséeuse, 
sur laquelle on distingue cependant les lignes polygonales 
et rouges des lobules. Le sommet renferme une cavité an- 
ractueuse, etla partie inférieure de gros noyaux disséminés; 
les doux autres lobes sont sains. 

Le poumon gauche, souple et emphysémateux, est criblé 
de granulations miliaires, jaunes. 

Reins farcis de granulations grises naissantes. 

Sur la choroïde de Tœil droit, on trouve des granulations 
grises, et les caisses des deux oreilles sont pleines de pus. 

Obs. V. — Ilépatisntion du lobe inférieur droit, Splénomf*gaUe, 

Cord..., Julie, 2 mois etdemi(1870), entre atteinte de diar- 
rhée et de muguet : elle maigrit rapidement; on finit par 
trouver sous le scapulum droit un souffle assez limité, avec 
de la matité et des râles disséminés. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 5 

Autopsie. — Poumon gauche sain ; sur toute la hauteur 
du poumon droit, exsudât abondant de matière flocon- 
neuse verdâtre; le sommet du lobe supérieur est induré; 
le lobe moyen est sain, le lobe inférieur est complètement 
solidifié et contient des noyaux caséeux durs ou ramollis, et 
quelques fines granulations. 

La rate très tuméfiée présente un grand nombre de granu- 
lations : le foie et les reins n'en renferment qu'un moindre 
nombre. 

Obs. VI. — Tuberculose miliaîre généralisée. 

Lai..., Louise, 2 mois et demi, porte sur les fesses et les 
membres inférieurs une éruption papulo-squammeuse d'ori- 
gine suspecte. Elle est prise de diarrhée verte, se cachectise 
et meurt au bout de huit jours. 

L*autopsie montre de nombreux tubercules dans les reins 
et le foie, la rate farcie de granulations, ainsi que les gan- 
glions do la petite courbure de Testomac; celui-ci présente 
quelques exulcérations sans caractères précis. 

Les poumons sont parsemés de granulations grises ou 
jaunes, logées au milieu d'un tissu aéré et normal. 

Le lobe inférieur gauche est compact, et sur un fond vio- 
lacé tranchent les granulations gris jaunâtre. Le lobe mo- 
yen droit possède près du hile un bloc dur formé de granu- 
lations agglomérées. 

Dans le gros intestin, près de la valvule, on voit des 
granulations sur la paroi. 

Obs. Vil. — Caverne pulmonaire. Granulie secondaire. 

Lho..., Henri, 3 mois et demi. 

Autopsie. — Quelques granulations tuberculeuses dans la 
rate (15 grammes), le foie (115 grammes) et les ganglions 
méscntériques. 

Les poumons sont criblés de granulations; le droit con- 
tient de plus, dans la partie supérieure du lobe inférieur, 
une caverne remplie d'une matière puriforme et mesurant 
15 millimètres de diamètre. Les ganglions du hile droit et 
de la trachée sont caséeux et ramollis. 



6 HENRI LEROl'X. 

Obs. VIII. — Pleurésie purulente. Tubet*culose pulmonaire. 

Gui... Paul, 11 semaines. — Pendant les quatre semaines 
que Tenfant passe à Thôpital, on a constaté un érythème 
des membres inférieurs, un amaigrissement progressif, une 
toux fréquente, qui ne s^accompagne de râles que dans los 
derniers jours de la vie. 

Autopsie. — Lésions pleuro-pulmonaires considérables. 
Du côté droit, exsudât pleural interlobaire, et sus-diaphrag- 
matique généralisé, de couleur jaun&tre, purulent dans la 
grande cavité. Au sommet du lobe supérieur, gros noyau 
caséeux, ramolli, entouré de grappes de granulations tuber- 
culeuses jaunâtres. Les lobes moyen et inférieur sont cri- 
blés de granulations tuberculeuses grises ou jaunes, qui 
sont comprises dans un parenchyme non aéré, conges- 
tionné. Le poumon gauche présente dans toute sa hauteur 
une infiltration do granulations disposées en grappe, sou- 
vent jaunâtres. 

I^a rate renferme des granulations tuberculeuses. Sur la 
face antérieure de Testomac, il existe quelques ulcérations 
en cupule. 

Obs. IX. — Caséificntion du poumon. Granulie secondaire. 

Pierre Marins, 3 mois. — Atteint de diarrhée et de muguet 
à Tâge de trois semaines, il se rétablit quelque temps, puis 
rentre à Tinflrmerie, complètement cachectisé, et présen- 
tant des signes d'hépatisation pulmonaire des deux côtés. 

Autopsie. — Dans le poumon gauche, fines granulations 
grises ; dans le lobe moyen du poumon droit, un noyau 
caséeux, entouré de granulations jaunes. Œdème considé- 
rable de Tépiglotte et des replis aryténo-épiglottiques. Gra- 
nulations tuberculeuses sur les plaques de Pcyer, dans les 
reins, la raie, le foie et le cerveau. 

Obs. X. — Tuberculose pulmonaire et intestinale. 

Jal.... Joséphine^ 3 mois et demi, présente pendant la 
dernière semaine de son existence les signes d*une congestion 
du sommet droit, puis du gauche, avec cyanose très accusée, 



TUBERCULOSE DU PREMIER AtiK. 7 

œdème, sécheresse de la langue et muguet ; elle perd 
300 grammes de son poids en treize jours. 

Autopsie, — Lésions pulmonaires considérables. Le pou- 
mon gauche est farci de tubercules, qui lui donnent un 
aspect granité ; le tiers du parenchyme au moins semble 
dégénéré ; à la base, il y a quelques cavernules. Le poumon 
droit contient moins de granulations, mais le lobe moyen 
renferme un très gros noyau, ramolli au centre. 

La rate et le foie ne présentent que quelques granulations. 
Sur rintestin grêle, on voit des ulcérations dont le diamètre 
Tarie de 1 millimètre à i centimètre, quelques vaisseaux 
lymphatiques infiltrés se rendant aux ganglions tuberculisés. 

Obs. XL — Gramilie généralisée, 

Hich..., Paul, 3 mois et demi, gros et bien portant, est 
pris soudain de vomissements, de diarrhée et de toux, devient 
livide et meurt en quarante-huit heures. 

A Tautopsie, on trouve une granulie généralisée. 

La plèvre pariétale, viscérale ou diaphragmatique est cri- 
blée de granulations, la plupart grises, qui, sur le muscle, 
font une couche presque continue, et établissent d*intimes 
adhérences avec le poumon droit. Celui-ci est criblé de gra- 
nulations ; en outre, on trouve à la partie postérieure du 
lobe inférieur un noyau jaune gris, entouré de tubercules. 
Le poumon gauche présente des lésions analogues, flnes 
granulations, parfois confluentes et formant des plaques et 
novaux caséeux. 

Quelques granulations sur les méninges, sur et dans les 
reins^ et un grand nombre sur et dans le foie. 

La muqueuse de l'estomac, surtout près du pylore, est 
criblée de petits amas noirâtres, recouvrant des ulcérations 
arrondies. 

Obs. XIL — Tuberculose splénique, intestinale et osseuse. 

Per..., Ernest, 3 mois et demi, cachectique, atteint de 
fistule anale et d'hémiplégie faciale droite complète, sur- 
venue avec une otorrhée. Il présente une anorexie complète, 
et bientôt quelques râles dans la poitrine. Mort en douze jours. 



4 



8 IIKNRI IJEROUX. 

Autopsie. — IjCS lésions du poumon sont peu accentuées. 
Le poumon droit ne renferme que quelques granulations dis- 
séminées ; le gauche contient en outre à la base un gros 
noyau casécux. La rate est farrie do grosses granulations ; 
le foie est moins altéré; sur Tintestin on voit des tubercules 
et des ulcérations. Le rocher, du côte droit, est atteint 
d*ostéite tuberculeuse; la pie-mère de voisinage est tr<>s 
adhérente, épaissie et infiltrée à son niveau de quelques 
granulations jaunes. 

Obs. XI II. — Tuberculose gênét*alisée. 

Mat..., Julien, 4 mois, chétif, pesant moins de 3 kilog., 
entre avec de la diarrhée, et présente des signes d*indura- 
tion au sommet du poumon droit. 11 meurt au bout de huit 
jours, apn>s avoir notiblcment maigri, et sans que la tem- 
pérature ait dépassé 38*,7. 

Avhtpslr. — Plèvre pariétale droite farcie de tubercules ; 
gros noyaux caséeux dans les lobes inférieur et moyen du 
poumon droit, le reste du parenchyme de ces lobes est criblé 
de granulations grises ou jaunes, ainsi que le lobe inférieur 
du poumon gauche. 

Sur répiploon, il existe quelques granulations. Le foie et 
la rate sont criblés de granulations miliaires; les reins sont 
moins envahis. 

Obs. XIV. — Vastr caverne à lu bnsi* du poumon. 
Granulations dans d'autres organes. 

Mart..., Kmilie, 5 mois, entrée pour une syphilide papulo- 
tuberculeuse, est bientôt prise de diarrhée, maigrit et meurt 
en quelques jours. 

Autopsie. — Le tiers du lobe inférieur du poumon gauche 
est converti en une vaste caverne à loges, dont la paroi 
épaisse est criblée de granulations tuberculeuses jaunes, 
caséeuscs, tandis que les quelques granulations disséminées 
dans le lobe du poumon gauche, ou dans le poumon droit, 
sont grises. La rate et le foie contiennent un certain nombre 
de granulations. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 9 

Obs. XV. — Broncho-pneumonie et tuberculisation 

généralisée. 

Caîl..., Eugénie, 5 mois et demi, présente dans tout le 
poumon droit des signes de pneumonie, râles, retentisse- 
ment du cri, et meurt au bout de cinq jours. 

Autopsie. — Tuberculisation généralisée des poumons, 
qui sont criblés de granulations isolées ou agminées. A la 
base du lobe inférieur gauche, masse jaune de 1 centimètre 
de diamètre ; la partie postérieure de ce lobe présente des 
signes de broncho-pneumonie, et une légère exsudation 
pleurale semée de masses tuberculeuses ; il existe des adhé- 
rences interlobaires récentes; les ganglions bronchiques 
sont gros, caséeux, quelques-uns ramollis. 

Le poumon droit, encore plus inûltré, présente au sommet 
quelques granulations ramollies ; tout le lobe inférieur est 
hépatisé. Les ganglions trachéaux ont Taspect de marrons 
dinde. 

Sur la face antérieure de l'aorte, tractus long de 3 centi- 
mètres, rempli de matière tuberculeuse. Le thymus est 
tuberculeux et pèse 4 grammes. La rate, volumineuse, ren- 
ferme beaucoup de granulations et quelques gros noyaux 
caséeux superficiels. 

Il existe des tubercules dans le foie, les reins et la mu- 
queuse intestinale, avec adénopalhie mésentérique. 

Obs. XVI. — Vaste cavettie pulmonaire. — Tuberculisation 

généralisée. 

Vieux..., Alexandrine, 8 mois, cachectique ; diarrhée, 
œdème des membres inférieurs ; meurt au bout de huit jours. 

Autopsie. — Tuberculisation généralisée. Le poumon 
gauche est parsemé de granulations grises : le lobe supérie ur 
contient en outre quelques cavernules formées au sein de blocs 
caséeux. Le poumon droit renferme dans son lobe moyen 
une vaste caverne, capable de loger un œuf de pigeon, à 
parois anfractueuses, creusée au milieu du lobe totalement 
hépatisé. Le lobe supérieur ne renferme que des cavernules 
et un semis de granulations. 



10 HENRI LEROUX. 

L*épîgloUc et les replis aryténo-épiglottiques sont très 
tuméflés, et on voit dans les gouttières pharyngées, et à la 
base de la langue, des ulcérations superficielles. 

Le foie et la rate renferment un assez grand nombre de 
tubercules. Les deux intestins, Tiléon comme le côlon, sont 
atteints d'ulcérations peu nombreuses, répondant à des gan- 
glions caséeux. 

Obs. XVIL — Tuberculose généralisée. 

Gros..., Louis^ 8 mois, chétif; porte sur le thorax des 
ulcérations peu profondes, mais larges ; plus tard> il se déve- 
loppe des bulles de pemphigus sur la face. 

Autopsie. — Nombreuses granulations à la surface du foie 
et quelques grains jaunes dans Tintérieur; des granulations 
très récentes dans la rate; un gros tubercule dans un 
des reins; ulcérations intestinales accompagnées d*adéno- 
pathie mésentériquc et do nombreuses granulations tuber- 
culeuses. 

Le poumon gauche renferme dans son lobe inférieur un 
gros noyau jaune et une petite caverne, tous deux entourés 
d'un semis de granulations ; dans le lobe supérieur, semis 
peu abondant de granulations, ainsi que dans le poumon 
droit. 

Obs. XVIII. — Tuberculose pulmonaire, splénique 

et intestinale. 

For..., Charles, 8 mois, maigre; ulcérations profondes 
derrière les oreilles et sur Tocciput. On note à son entrée un 
souffle à la partie supérieure du poumon gauche : trois jours 
après, rAles crépitants à la base droite. Mort le sixième jour 
de la maladie. 

Autopsie. — Dans le poumon gauche, granulations nom- 
breuses, superficielles ; à la partie postérieure du lobe infé- 
rieur, un noyau casèoux plus profond, quelques granulations 
dans le lobe inférieur. Le poumon droit ne contient que 
quelques granulations au sommet; tout le lobe inférieur est 
atteint de pneumonie de teinte grisâtre. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. i\ 

11 existe des granulations dans la rate, des ulcérations 
dans rintestin, avec adénopathie mésentérique tuberculeuse. 

Obs. XIX. — Cavernes pulmonaires et laryngées, — Ulcérations 

intestinales. 

Ëmmér..., Lucie, 9 mois^ maigre, rachitique, présente dans 
les deux tiers inférieurs du poumon gauche des râles et un 
souffle médiocre d*intensité ; bientôt ces bruits deviennent 
plus retentissants et se rapprochent du gargouillement. Le 
dernier jour le souffle est nettement caverneux. Le séjour à 
Tinfirmerie a duré six jours. 

Autopsie. — Le poumon gauche renferme dans la partie 
postérieure et moyenne du lobe supérieur une vaste cavité, 
avec des diverticules remplis d*un pus d^odeur légèrement 
gangreneuse. Le sommet qui est adhérent aux côtes ne con- 
tient que de nombreuses granulations au milieu d*un tissu 
fibroïde. Le lobe inférieur contient aussi dans son sommet 
une vaste cavité avec prolongements anfractueux, pleins de 
pus. Le poumon droit n'est semé que de rares granulations 
grises. 

Le larynx présente sur les deux cartilages aryténoîdes de 
vastes ulcérations très creuses. 

Le foie et la rate contiennent quelques granulations. Dans 
rintestin, on voit des ulcérations auxquelles répondent des 
traînées blanchâtres de lymphatiques infiltrés de tubercules 
qui aboutissent à des ganglions profondément tuberculisés. 

Obs. XX. — Cavernes pulmonaires et dilatations bronchiques. 
Lésions tuberculeuses dans le foie et Vintestin. 

Rich..., Clément, quatorze mois. Pendant les seize jours 
que Tenfant passa à TinArmerie, on nota tout d*abord un 
souffle intense à la base du côté gauche, accompagné de 
gargouillements, puis bientôt des râles dans toute la hauteur 
du côté droit, qui prirent à la base le caractère de gar- 
gouillements; des convulsions terminèrent la scène clinique. 
Le père était mort phtisique. 

A V autopsie y on trouva de graves lésions pulmonaires. La 



42 HENHl IXROUX. 

base du poumon gauche adhérait à la plèvre pariétale et au 
péricarde; tout lo lobe inférieur était induré, sclérosé et 
rempli de cavernes pleines de matière caséeuse, à odeur 
légèrement gangreneuse ; le sommet ne contenait que quel- 
ques cavernules. Le poumon droit ne présentait à la base 
que des dilatations bronchiques avec des noyaux de pneu- 
monie lobulaire et au sommet que quelques granulations. 

Le foie contient quelques granulations, Tintestin quelques 
ulcérations tuberculeuses. 

Obs. XXI. — Tuberculose osseuse, cérébrale , pulmonaire 

'ravcrnes). 

Chois..., Esther, li mois, porte sur la tête une éru- 
ption d'impétigo conflneiito, sur le dos une éniption ecthy- 
mateuse. Le coude gauche présente les signes d'une tumeur 
blanche ; sur le dos du deuxième métacarpien gauche il 
existe une fistule, aboutissant à l'os ; sur le dos du cinquième 
métacarpien droit on note un gonflement notable. Quelques 
jours après son entrée i\ Tinfirmerie, l'enfant est pris d'une 
forte fièvre et enlevé rapidement par une congestion pul- 
monaire prédominant à droite, et dont les signes disparaissent 
dans les dernières vingt-quatre heures. 

Autopsie. — Au sommet du poumon gauche, il existe une 
caverne entourée d'un tissu scléreux, tout le reste du lobe 
est infiltré de granulations grises en grappe. Le poumon 
présente en outre des adhérences pleurales étendues. Le 
poumon droit est sain. 

Des coupes pratiquées sur le cer>'eau mettent à jour un 
noyau tuberculeux de 6 millimètres de diamètre, siégeant à 
la périphérie du lobe sphénoïdalde l'hémisphère gauche. 

Les autres viscères sont sains. 

L'ouverture de l'article du coude montre l'existence de 
lésions fongueuses considérables et très vasculaires ; sur 
rhumérns on voit le cartilage articulaire ramolli, érodé par 
places ou décollé, et l'épiphyse renferme quelques amas 
caséeux. Sur le cubitus, la plus grande partie de la surface 
articulaire est recouverte de fongosités ; entre l'olécrane et 
la diaphysc existe une cavité remplie de matière gélatineuse 



ti:berculose du premier âge. 13 

dont le centre est caséeux et de quelques séquestres osseux ; 
toute la diaphyse d*ailleurs est excessivement tuméfiée» ce 
qui est dû à la formation de couches superposées, donnant 
Taspect de la lamellisation. 

Le cinquième métacarpien droit présente une altération 
gélatiniforme du tissu spongieux avec quelques petits amas 
jaunâtres. Le deuxième métacarpien droit, fort augmenté 
de volume, renferme un séquestre mobile, qui répond à 
toute la longueur de la diaphyse; il est poreux et très léger; 
la cavité est tapissée de tissu gélatiniforme. 

Obs. XX.II. — Plenrt'sifi fuberculeuse. Sclérose pulmonaire. 
Péritonite et pntih'ite tuberculeuses. 

Car..., Ernest, 15 mois, entre le 11 avril avec les signes 
d'une pneumonie du sommet droit ; une période courte d'a- 
mélioration est bientôt suivie d*un affaiblissement avec cya- 
nose, sans retour de signes bien accusés dans les poumons. 

Autopsie. — Le poumon gauche ne contient que quelques 
granulations. Le poumon droit est soudé aux côtes par des 
adhérences généralisées qui sont inQitrées de larges plaques 
jaunes tuberculeuses. 11 est sclérosé dans presque toute sa 
hauteur, semé de granulations plus ou moins développées, 
et ne renferme qu'un gros noyau caséeux, ramolli au centre, 
dans le lobe moyen. Les ganglions trachéo-bronchiqucs for- 
ment d'énormes masses caséeuses. 

Le larynx présente des ulcérations sur les aryténoïdes. 

On trouve dans le périfoine de grosses plaques étalées sus- 
hépatiques, un semis de granulations autour de l'intestin, 
et sur les parois du petit bassin. 

Les intestins sont ulcérés par places et semés de tuber- 
cules. 11 existe une adénopathie mésentérique considérable. 

Obs. XXni. — Broncho-pneumonie caséeuse, — Masses 

caséeuses dans la rate. 

Gir..., Henri, 16 mois, reste près de sept semaines à l'infir- 
merie; on constate des signes persistants de broncho-pneu- 
monie bilatérale, souffles, râles, prédominant surtout à la 



14 HENRI LEROUX. 

base du côté gauche, avec une fièvre vive, la température 
s^élevant souvent entre 40® et il* et le pouls outre 160 et 
190 pulsations. 

Autopsie. — Lésions typiques de broncho-pneumonie ca- 
séeusc. A gauche, des fausses membranes recouvraient le 
lobe inférieur, dont toute la moitié supérieure était totale- 
ment caséifice, tandis que la moitié inférieure ne Tétait que 
par îlots: la première contenait au centre une caverne irré- 
gulière capable de contenir une noix, et remplie de pusd*o- 
deur infecte; le lobe supérieur pressentait à sa surface, et 
dans rintérieur, des granulations isolées ou en grappe. Du 
côté droit il existait, le long du bord postérieur du lobe in- 
férieur, une broncho-pneumonie en nappe, avec ilôts caséeux. 
Dans le lobe supérieur on retrouve les mêmes lésions qu*à 
gauche, ainsi que dans le lobe moyen. 

Les cordes vocales inférieures sont légèrement exulcérées. 
La rate renferme des petites masses caséeuses. 

Obs. XXIV. — Cartfrnr pulmonaire et hnmcho^pneumonie 

tuberculeuse. 

Vogt, Joséphine, 18 mois, entre dans un état d^émaciation 
très accusée, et dyspnéïque; les poumons étaient remplis 
de raies, et aux sommets on percevait un souffle, plus in- 
tense du cùlé gauche, oîi les râles avaient le caractère de 
gargouillements et où il existait une matité notable. Mort 
en quaranto-huit heures. 

A Fautopsie on trouva : dans le poumon droit, les bronches 
et les bronchioles remplies de pus, deux noyaux de lobules 
congestionnés aux sommets des deux lobes, et quelques rares 
granulations tuberculeuses; dans le poumon gauche, des 
adhérences anciennes entre les deux plèvres, surtout à la 
région postérieure ; une vaste caverne au sommet, capable 
do loger une noix, à parois anfractueuses, communiquant 
avec une série de petites cavernules situées au-dessous et 
remplies de pus et de matières jauni\tres; la partie inférieure 
du poumon est infiltrée de tubercules, gris, saillants sur la 
coupe. Les bronches sont pleines de pus. 

Les autres viscères ne contiennent pas de tubercules. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 15 



Obs. \XV. — Cavef^nes pulmonaires bilatérales, L*'sions 
tuberculeuses dans le foie, la rate et r intest in. 

Hieg..., François, 18 mois, présente le 18 mars un souffle 
au sommet gauche, le 25 mars un souffle au sommet droit 
et meurt cachectisé le 31 du même mois. 

A Tautopsie, granulations dans le foie et la rate : ulcération 
ovalaire de l'intestin avec adénopathie considérable du mé- 
sentère ; les deux poumons adhèrent à leur face postérieure ; 
le droit est farci de tubercules jaunes et de cayernes dans 
le lobe supérieur et la partie su|>érieure du lobe inférieur; 
le poumon gauche renferme à la partie moyenne une vaste 
caverne de près de 4 centimètres de diamètre. 

Obs. XXVI. — Plenro-pneunionie tub^rculfuse. — Adéno- 
pathie tuberculeuse généralisée. 

Les..., Ernest, 19 mois, entre le 13 décembre 1872 à Tin- 
tirmerie; c est un enfant pâle, sans appétit. A partir du 15, 
on trouve dans la poitrine, au sommet gauche, puis à droite, 
des foyers caractérisés par une respiration rude, soufflante, 
avec retentissement du cri, foyers mobiles d'un jour à l'autre. 
Le 31 décembre, éruption de rougeole: mort le i janvier. La 
fièvre avait oscillé entre 38.4 et 39,5, le pouls entre 110etl80. 

Autijpsie. — Lésions pleuro-pulmonaires étendues. Le 
poumon droit est entouré par une coque pleurale très adhé- 
rente, et renfermant sous les côtes des noyaux et des plaques 
casécuses dont quelques-unes fort épaisses. Le lobe supé- 
rieur présente Taspect caractéristique de la pneumonie ca- 
séeuse, surtout dans sa partie inférieure, où Ton trouve une 
masse blanc jaunâtre, friable, et en quelques points creusée 
de cavernes. Le lobe inférieur est œdématié. — pas la moindre 
granulation. 

Le poumon gauche, œdématié, ne contient que quelques 
noyaux de broncho-pneumonie : la plèvre pariétale pré- 
sente quelques plaques caséeuses que Ton trouve à la face 
pleurale du diaphragme. 

Sur la trachée, au-dessous de la glotte, on trouve quel- 



16 HEMii Lenoox. 

ques ulcérations en cupulo. Sur l'inlestin grûle, des ulcéra- 
tions ovales, taillées à pic, suns appaience do granulation. 
Des allérations caséeuses analogues à celles des poumons 
se retrouvent très accentuées dans les ganglions bronchiques, 
trachéaux, mésentériques, cervicaux. 

Obs. XXVII. — Graniilif pulmonnh-e. Sfili'nii/ur, hèpaHijue. 
TuOfi-cule cardiaque. 

Hou..., René, 20 mois (1870). La mère de cet enTant se 
meurt do phtisie. 11 entre à l'infirmerie, présenlant dans 
toute retendu*^ des deux poumons des râles sibilants et mu- 
queux, surtout au.\ bases ; au bout de 3 à 4 jours, ces rAles 
preunentun caractère de gargouillements, cU'enrantmeurt 
10 jours après son entrée, ayant présenté constamment une 
température oscillant entre iO" et W," et un pouls entre 
toO et 200. 

Àulopsie. — Les deux poumons .sont criblés de granula- 
tions grises; plusieurs ganglions sont jaunes et ramollis, le 
foie semé de granulations grises, ainsi que la Tace inférieure 
du diaphragme ; la rate grosse, farcie de tubercules plus gros 
et plus jaunes : les reins n'en contiennent que quelques-uns et 
le cœur un seul à la face postérieure du ventricule gauche. 

Obs. XXVlil. — Tubereiilosn pulmnimirf ri iiih-tthiule. — 
Polifarlhrile suppuré''. 

Le..., Jeanne, âOmois, meurt le jour de son entrée ilinlir- 
merie. On avait noté un ballonnement notable du ventre 
«t constaté à l'examen de la poitrine l'existence d'une 
igranda quantité de riles humides, muqueux. 
> Autopxîe. — Les Intestins sont criblés de tubercules isolés 
ou agglomérés: quelques ganglions mésentériques sont 
tuberculeux. Dans le foie un seul tubercule. Le poumon 
;druil, qui adbëreaux eûtes par des Iraclus celluleux anciens, 
ÎDÛltrés de plaques jaunes tuberculeuses, présente à la base 
m noyau de 1 centimètre, complètement caséeux et entouré 
l'un semis de granulations grises. Le poumon gauche con- 
tent au sommet un noyau ramolli, entouré de granulatious 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 17 

grises. On trouve un pus abondant remplissant les articu- 
lations des genoux, hanches, cous-de-pieds, épaules, poi- 
gnets, coudes. 

Obs. XXIX. — Tuberculose pulmonaire ^ splénique et 

hépatique. 

Yerd..., Louis, 20 mois (août 1875, avril 1877). Enfant pâle, 
présentant sur le scrotum, la verge et la partie des fesses 
voisine du sillon interfessier, des ulcérations arrondies, à 
bords saillants, à fond paie, avec auréole violacée, légère- 
ment indurée. Les ganglions de Taine sont augmentés de 
volume. Pendant les 11 jours que cet enfant passa à l'infir- 
merie, on nota dans la poitrine Texistence de râles muqueux 
disséminés, très fins et très nombreux les derniers jours, et 
le retentissement du cri au sommet droit. 

Autopsie le 23 avril 1877. — Le poumon droit, très conges- 
tionné, est semé de granulations miliaires, grises à la péri- 
phérie, blanches au centre. Au sommet elles forment une 
masse compacte, qui coule au fond du vase. Le poumon 
gauche renferme au sommet une masse caséeuse du volume 
d*une noix, ramollie au centre. Tout le reste du parenchyme 
est infiltré de granulations miliaires. 

Le foie, très gras, contient des tubercules jaunes enkystés 
et quelques granulations grises. La rate, très volumineuse, 
est recouverte d'une épaisse enveloppe blanchâtre semée de 
granulations jaunes. 

Obs. XXX. — Tuberculose pleuro-pulmonaire {cavernes) 

et intestinale. 

Wal..., Emile, 21 mois, se présente dans un état de cachexie 
très accusée, et avec une diarrhée abondante; affaiblisse- 
ment du murmure vésiculaire, surtout aux bases, et quelques 
frottements pleuraux adroite; Tenfant ne passe que trois 
jours à l'infirmerie. 

Autophie. — Lésions pleuro-pulmonaires considérables, 
adhérences presque généralisées du poumon aux côtes; 
les fausses membranes, pariétales ou diaphragmatiqucs, sont 
semées de granulations ou de larges plaques caséeuses. 

TUBKRCULOSB. — U. 2 



18 HENRI LEROUX. 

Le poumon droit présente dans son lobe supérieur une 
cavité anfractueuse, communiquant largement avec une 
bronche, et des cavernes plus petites formées aux dépens 
de masses caséeuses incluses dans un tissu sclérosé; ces 
lésions se retrouvent dans les deux autres lobes du côté 
droit, et très atténuées du côté gauche. Les ganglions 
trachéo-bronchiques sont le siège d^altérations caséeuses 
similaires. 

11 existe des granulations peu nombreuses dans le foie, la 
rate, les reins, sur les méninges et quelques ulcérations du 
petit intestin. 

Obs. XXXI. — ConvuhUms rpHepti formes, — Tuberculose pul- 
monaire. — Tubercule cérébelleux. 

Go..., Marie, !î ans, était depuis deux mois dans les divisions 
oii on avait remarqué sa débilité et son manque d*appétit, 
quand soudain, le 24 novembre 1870, elle fut prise d'attaques 
convulsives avec porte de connaissance durant 3 heures, 
écume sanguinolente à la bouche, déviation conjuguée des 
yeux; après ces grandes crises du début, il subsista une con- 
tracture surtout marquée aux membres supérieurs, accom- 
pagnée de quelques secousses limitées; plus tard les phé- 
nomènes convulsifs se bornèrent aux membres du côté 
droit et aux veux; Tinsensibilité était absolue. L*enfan( 
mourut au bout de 3H heures. 

Autopsie. — Dans les deux poumons, adhérences pleu- 
rales, semis de granulations pulmonaires au voisinage du 
hile, un gros noyau central à gauche, quelques cavernules à 
droite. 

Les méninges et le cerveau sont sains, mais à la face infé- 
rieure du lobe gauche du cervelet on trouve une plaque 
jaune correspondant à deux gros noyaux jaunes, caséeux, 
dont Tun est légèrement ramolli au centre. 



TUBEHCLLOSE DU PREMIER AGE. 19 



II. TUBERCULOSE AVEC LÉSIONS DES MÉNINGES 

OU DE l'encéphale VÉRIFIÉES PAR l'aUTOPSIE 

Obs. XXXll. — Tuberculose m^ningéey pulmonaire, 

hépatique, elc. 

Va..., Charles, 2 mois et demi, à rhospice depuis une di- 
zaine de jours, toussait fréquemment; Texamen de la poi- 
trine avait été négatif: le 30 juillet 1868 on note sous le 
scapulum droit un bruit de souffle à Tcxpiration ; Tenfant 
était très oppressé et cyanose ; peu après il fut pris de mou- 
vements convulsifs, surtout dans les membres supérieurs; 
il mourut dans les 24 heures après son entrée à Tinfirmerie. 

Autopsie. — Méninges congestionnées, et semis de granula- 
tions, aussi bien sur les circonvolutions que dans les anfrac- 
tuosités; elles sont nombreuses le long de la scissure de 
Sylvius, à la partie interne des lobes frontaux, et surtout 
en avant du genou du corps calleux; sur ces derniers points 
la substance cérébrale est ramollie et rougeâtre. Les pou- 
mons sont criblés de granulations grises et de tubercules 
miliaires jaunâtres, saillant au milieu d'un parenchyme aéré, 
et insufflable dans toute son étendue; le lobe supérieur du 
poumon droit contient en outre un tubercule gros comme 
une noisette, caséeux et ramolli au centre; au bile de ce 
poumon existe un gros ganglion caséiflé ainsi que plusieurs 
des ganglions trachéaux qui sont ramollis et suppures. 

On voit de nombreuses granulations grises à la surface du 
foie, et à la coupe de cet organe, quelques-unes dans les 
reins et dans la rate. Sur la muqueuse intestinale on voit 
saillir de petits tubercules jaunes, ombiliqués, quelques- 
uns déjà ulcérés. Les ganglions du mésentère, du cou, de 
l'aine, étaient gros et inflltrés de granulations^ 

> 
Obs. XXXIII. — Méningite cérébro-spinale tuberculeuse, — 

Tuberculose généralisée . 

Henri Jules, 3 mois, a présenté des convulsions dans les 
dernières heures. 




IIE^RI LEKOCX. 



».,=»**■ 



Autopsie. — Méningile cérébro-spinalo tuberculeuse.^ 
la base du ceneau il y a une nappe de pus essentielle- 
ment formé de leucocytes, s'étendiint du cbiasma jusi]u'à la 
partie la plus reculée des pédoncules cérébelleux, englobant 
les nerfs à leur sortie, et atteignant par places une épais- 
seur de 4 à 5 roilliniètres; sur l'arachnoïde et le long des 
vaisseaux, à la base comme à la face supérieure, il y a de 
nombreuses granulations. Le cerveau est ramolli dans les 
points sous-jacents à l'exsndat méniiigitique. Sur la moelle, 
qui est également ramollie, le pus s'étend de son origine 
jusqu'à la queue de cheval. 

L'examen hislologique du nerf facial montre que les flbres 
du périnèvre sont envahies par des noyaux identiques à 
ceux des granulations méningiliques, et que la myéline est 
segmentée dans presque tous les points. 

Le poumon gauche est parsemé de petites granulations, 
ainsi que le droit, qui présente en outre dans les deux lobes 
moyen et inférieur des blocs superficiels caséeux entourés 
de grappes de granulations plus grosses et jaunes. La sur- 
face de la raie est criblée de tubercules, qui sont moins 
nombreux A l'intérieur; le foie en contient quelques-uns; le 
rein gauche n'en renferme que deux, te thymus qu'un seul. 
Il y a en outre des ulcérations intestinales sur l'iléon. On 
trouve des granulations dans les ganglions des bronches, 
de la trachée, du mésentère, du cou. 

Obs. XXXIV. — Méningile luifirulose e^n'brospinale. 
Caverne pulmonaire. 

Klein, Françoise, 3 mois et demi. Dés le 31 octobre, l'en- 
fant parait triste, soulTraDte; le 3 novembre, on constate des 
convulsions irréguliëres prédominant du câté droit du corps 
et de la face, les yeux étaienl convulsés, tantôt à droite, tan- 
tôt et plus souvent à gauche et en bas; après les secousses 
cloniques il restait une raideur exagérée des membres, et 
l'enfant tombait dans un état comateux. La journée du 3 se 
passa dans un état de somnolence persistante; l'enfant ava- 
lait difficilement, urinait peu ; les pupilles étaient plus dila- 
tées, inégales, et le strabisme s'accusait. Le i survint une 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 21 

diarrhée abondante ; la respiration était ralentie, inégale ; les 
pupilles deviennent insensibles à la lumière; Texcitation de 
la peau amène des mouvements réflexes, sans cris, ni ex- 
pression douloureuse de la figure; résolution complète; 
mort dans la soirée. 

A Tautopsie, tuberciilisation généralisée. L'encéphale, 
pÂle, présente toutes les altérations d'une méningite tuber- 
culeuse, c'est-à-dire un semis de granulations grises ou lé- 
gèrement jjaunes; elles étaient abondantes au milieu de la 
base du cen-eau, près de la pointe des lobes sphénoîdaux 
et sur le cervelet, sur le bulbe et la protubérance, autour 
des pédoncules cérébraux, des nerfs optiques, et sur la scis- 
sure de Sylvius ; abondantes encore à la région antérieure des 
hémisphères et dans les plexus choroïdes ; près de la scis- 
sure de Sylvius, de la voûte à trois piliers, et dans les ven- 
tricules latéraux, la substance cérébrale était ramollie. 

Le canal rachidien présentait des lésions analogues, c'est- 
à-dire quelques granulations à la face interne de la dure- 
mère, un épaississement très considérable de Tarachnoîde 
et de la pie-mère, infiltrées de granulations, surtout au ni- 
veau de la queue de cheval, et un léger ramollissement de la 
moelle, surtout à la région cervicale. 

Le poumon droit, souple et aéré, était criblé de fines 
granulations grises : le poumon gauche était encore plus 
altéré, et à la partie supérieure du lobe inférieur il conte- 
nait une caverne formée aux dépens d'un amas de granula- 
tions caséifiées et ramollies. Les ganglions trachéo-bronchi- 
ques étaient gravement dégénérés et caséeux. Le foie et la 
rate, qui est volumineuse, renferment de nombreuses granu- 
lations grises : les reins n*en renferment qu'un petit nombre. 

Obs. XXXV. — Granulie pleuro-pulmonaire, méningée, 

intestinale y etc. 

L..., Léon, 3 mois et demi, présente des signes de broncho- 
pneumonie bilatérale, surtout à droite, et meurt 6 jours après 
son entrée à Tinfirmerie. 

Autopsie. — Les poumons sont indurés et compacts à leurs 
régions postérieures et présentent des noyaux congestionnés ; 



22 HK.VKI LKiiorx. 

ea oulre \U sont criblés de granulations grises soû^pIëS^^" 
\es ou i n le rstili elles : au milieu du lobo inférieur droit, on 
trouve une masse indurée, fcrisùtre ; du côté gauche, le lobe 
supérieur est bien plus infiltré riue le lobe inférieur. I^s 
ganglions brunchiques sont pour la plupart convertis on 
matière caséeuse indurée ou ramollie. Il existe des gnmiiU- 
tions sur la plèvre au niveau desbcissures interlubaires, des 
parois et du diaphragme, avec formation d'adhérences, prin- 
cipatemenl du côté droit. 

On trouve des granulations grises dans les reins, dans la 
raie et le foie; l'estomac est sain ; l'intestin conlienLdes gra- 
nulations Jaunes disséminées, surtout dans les plaques de 
Peyer, et les ganglions de la petite courbure de l'estomac, 
du pancréas, rélro-maxîllaires et cervicaux renferment des 
granulations jaunes ou grises. 

A la périphérie des hémisphères centraux, et surtout près 
de la grande scissure, on voit sous l'arachnoïde de petites 
granulations iniliaires. 

Obs. XXXVl. — Méningite tuberculeiae. — Tubirculrs dniii 
f estomac, le pà-icarde, les ptnonons. 

Barb..., Georges, i mois (1877^, Le jour de son enlréi; à 
l'infirmerie, on trouve desrdles dans les poumons et lo re- 
lenlissement du cri au sommet gauche. Dès le soir, il est 
pris de convulsions très répétées et de durée inégale. Pen- 
dant ces crises, les pupilles sont dilatées, les yeu\ portés 
en haut, la face déviée !l droite, et la raideur très accentuée 
aux membres supérieurs. Un cri marque le début de In con- 
vulsion, le rétrécissement des pupilles indique la On. i'.es 
convulsions se répètent pendant six jours, accompagnées 
d'une lièvre assez vive oscillant entie 38,() et 33,5, de 
diarrhée cl d'une légère glycosurie. 

Autopsie. — Sérosité abondante sous l'aracbnolde ; grou- 
pes de granulations tuberculeuses du cAtè droit sur la corne 
frontale, la lace îuliirne de l'Iièmispliére en avant du lobe 
paracentral. dans l'anfrartuosilé entre les circonvolutions 
IVontales moyenne el inférieure, au niveau du lobule de 
l'insula; outre les granulations, e.vsudat jaun<tlre dont 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 23 

répaisseur atteint par places 3 ou i millimètres; du côté 
gauche, on trouve des granulations seulement au niveau de 
rinsula et la substance cérébrale n'est pas ramollie, comme 
elle Test à droite sous les amas de granulations. 

Les reins et la rate ne contiennent que quelques granula- 
tions, tandis que le foie en est criblé. 

La paroi postérieure de Testomac renferme une granu- 
lation grosse comme un pois, qui semble siéger dans sa 
tunique fibreuse ; les ganglions de la petite courbure comme 
ceux du mésentère sont remplis de granulations tubercu- 
leuses : rintestin présente des ulcérations en cupules au 
niveau des plaques doPeyer et de petites granulations. 

Le poumon droit est criblé de granulations miliaires 
grises. A la partie supérieure du lobe supérieur on trouve 
des noyaux jaunes; à la partie inférieure, un grand nombre 
de vacuoles pleines de pus aéré. 

Le poumon gauche contient au sommet une cavité assez 
volumineuse remplie de matière caséeuse molle; le reste du 
poumon est semé de tubercules miliaires. Les ganglions 
trachéaux et bronchiques forment do grosses masses jau- 
nâtres et ramollies. 

Il y a quelques granulations tuberculeuses sous le péri- 
carde viscéral. 



Obs. XXXVIL — Méningite lubercuieuxe. — Granulie 

généralisée. 

Gre..., Eugénie, 4 mois, syphilitique, entre le 30 juillet 
1877 ; on constate au sommet gauche un souffle intense qui 
persiste jusqu*au jour de la mort (10 août). Convulsions 
pendant les 24 dernières heures. 

Autopsie. — Très nombreuses granulations dans la rate, 
qui est volumineuse ; quelques-unes dans le foie, qui est 
également très gros, dans les reins, dans Tintestin grôle, où 
elles accompagnent des ulcérations. Dans les poumons, 
tuherculisation miliaire généralisée, qui s*cst produite dans 
un parenchyme bien aéré; à la base soulemc^nt du poumon 
droit, au milieu d*un bloc congestionne, il existe une masse 



24 UKNHt LEHOtIX. 

jaune ayant le volumo et la ransistance d'un marron d'Inde, 
'sauf en deux points ramollis et excavés. 

Méningite tuberculeuse, & la base de IVncéphale, jus- 
qu'en avant des nerfs olfaclirs ; le maximum de la lésion 
est au niveau de la scissure deSylvius gaucbe ; le lobule de 
l'insula est ramolli, ainsi que le ventricule latéral et le 
corps strié; du cùlé droit, les lésions sont bien moins ac- 
centuées. 



Obs. XXXVIII. — tuberculose H'hièralisi 



fuleui 



- Tuberculei cérébraux. 



- Méning'Ui: tuber- 



Web...,Louis,6 mois et demi, très pâle, rachitique, entre à 
l'indrmerie pour des gommes cutanées; dès le surlendemaio \ 
on note une légère convulsion, et un peu d'bémiplégie faciale I 
gauche avec dilatation et insensibilil<^ de la pupille de ce 
cMé. L'enfant tombe dans un coma entrecoupe de rares . 
convulsions et meurt au bout de-t jours. 

Autopsie. — Diins le poumon droit, nombreuses granula- 
tions grises; dans le poumon gauche, noyaux caséeux nu 
sommet, ailleurs des granulations: des granulations sur la 
plèvre thoracique. et du pus dans la cavité gauche. 

Méningite de la base, surtout au niveau des scissures de J 
Sylvius, du pédoncule cérébral droit et sur la face supé- | 
rieure du cervelet; dans l'hémisphère gauche, un gros tu- 1 
hercule jaune près du sillon de Rolando et quelques ] 
petits tubercules dans les circonvolutions de l'insula. 

Granulations assez rares dans le foie et dans les reins, 
très nombreuses dans la rate; ulcérations dans l'iléon aa | 
voisinage de la valvule iléo-ccecale ; nombreuses granula- < 
tions sur le mésentère. 



Obs. XXXIX. — Méningite tubercaleusr suppuree. 
Tuberculose pulmonaire. 

^s.... Maria, 3 mois, est apportée le i juin 1889 dans J 
L l'état suivant : les membres sont raides ainsi que le cou» 
L les pupilles moyennement dilatées et le pincement aug- 
I mente beaucoup leur dilatation, la sensibilitéest énioussée ; l 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 25 

l'enfant semble avoir perdu sa connaissance. Le début 
des accidents semble remonter à 8 jours: il y aurait eu 
d*abord des vomissements, puis au bout de 5 ou 6 jours la 
contracture serait survenue. 

La mère est morte de phtisie galopante. 

Autopsie. — Quelques noyaux caséeux et granulations 
dans les deux poumons. Les circonvolutions cérébrales 
sont aplaties, par un épanchement séreux assez abondant; 
au niveau des scissures de Sylvius, entre les nerfs olfactifs 
et le bulbe, toute la base du cerveau est masquée par un 
exsudât verdâtre très épais : des granulations tuberculeuses 
se propagent le long des vaisseaux sur les faces externe et 
interne. 

Obs. XL. — Méningite tuberculeuse, — Ulcérations intestinales. 

Tuberculose pulmonaire. 

Lee..., Joseph, 8 mois, entre à Tinfirmerie pour des 
accidents syphilitiques, fissures, plaques muqueuses, etc. 
Le 4 février 1881 , raideur de la tète, insensibilité de la pupille 
à la lumière, tache méningitique ; ces symptômes persistent 
3 jours. L^enfant meurt sans présenter d'autre signe qu*un 
peu de contracture dans les membres. 

Autopsie. — Noyau caséeux à la base du poumon gauche, 
atélectasie de la base du poumon droit; ulcérations intesti- 
nales. Méningite de la base, dont le maximum est au voisi- 
nage de rentrée de la scissure de Sylvius ; les circonvolutions 
sont aplaties, et les ventricules latéraux contiennent une 
notable quantité de sérosité limpide. 

Obs. XLI. — Méningite tuberculeuse. — Tubercules cérébraux, 

pulmonaires, intestinaux. 

Bré..., Anna, iO mois, entre à rinflrmerie avec des signes 
évidents de méningite; tète renversée en arrière, yeux 
convulsés en haut et à droite, pupilles dilatées, mais inégales : 
la respiration est régulière, et mélangée de râles humides; 
le pouls oscille entre 130 et 140, la température entre 36,7 
et 38, et s*élève à 39 dans les dernières heures : Tenfant 
meurt au bout de 4 jours. 



26 HENRI LEROUX. 

Autopsie. — Une quanlité notable de liquide $*échappe â 
Touverture du cràno: le cerveau paraît anémié; la pie-mère 
présente un grand nombre de fines granulations grisâtres, 
surtout au niveau du chiasma et des scissures de Sylvius, et 
adhère médiocrement à la surface des circonvolutions, qui 
sont un peu ramollies. 

Le cerveau contient plusieurs gros noyaux tuberculeux, 
toussitués dans la substancegrise: hémisphère gauche, dans 
la partie inférieure de la corne frontale, dans le lobe occipi- 
tal, dans le corps strié, dans la couche optique et dans le 
pédoncule cérébral ; hémisphère droit, dans la partie posté- 
rieure et supérieure du lobe frontal, dans la couche optique. 

Le poumon gauche renferme dans son lobe inférieur une 
masse jaunAtre, ramollie au centre, entourée de noyaux 
jaunes plus petits, puis do très nombreuses granulations 
grises. Dans le poumon droit, les trois lobes sont également 
infiltrés de granulations grises disposées en grappes, au 
milieu d*un parenchyme emphysémateux. 

Les ganglions trachèo-bronchiques présentent des lésions 
variées , sclérose , granulations grises ou dégénérescence 
caséeuse très accusée. Les ganglions du mésentère, porteurs 
d'altérations analogues, forment une masse considérable; 
le mésentère lui-même est semé de nombreux tubercules 
gris, et sur la portion de Tiléon voisine de la valvule de 
Bauhinonvoitde larges ulcérations semées de petits tuber- 
cules jaunes saillants. 

Les autres viscères sont sains. 

Obs. \L1L — Méningite tubcf'cuieusr latente, — Granulio 

pulmonaire. 

Tu..., Juliette, 11 mois, faible ; dès le premier jour on 
trouve à la base du poumon gauche, puis bientôt du pou- 
mon droit, des râles fins et du souffle; ces symptômes per- 
sistent, accompagnés de diarrhée et d'une fièvre qui oscille 
entre 38 et 38,8 pendant un mois; dans les 8 derniers jours, 
la température s*élève à iO et môme 40,5. 

Autopsie, — Dans le poumon droit, tubcrculisation géné- 
ralisée en grappe avec qudques cavernules ; dans le poumon 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 27 

gauche, lésions analogues avec dilatation des bronches, et 
légère sclérose du lobe inférieur ; de ce côté, la plèvre est 
infiltrée de plaques jaunes tuberculeuses. 

On trouve aussi des tubercules dans la rate, le foie, les 
reins et une méningite qui était restée latente, caractérisée 
par un exsudât jaune en larges plaques sur les faces interne 
et supérieure de Théniisphère gauche, avec ramollissement 
des parties sous-jacentes du cerveau et infiltration de tuber- 
cules dans la substance cérébrale ; dans Thémisphèr^ droit, 
il n'y a que quelques jeunes granulations. 

Un peu au-dessus de Toreille droite, décollement du 
périoste, dû au dépôt d*une substance jaune caséeuse. 

Obs. XLIII. — Méningite tuberculeuse. — Caverne pulmonaire. 
Tubercules dans le rein, la rate, V intestin. 

Hen..., Louise, 13 mois, arrive plongée dans le coma, avec 
hémiplégie des membres et de la face du côté gauche, rota- 
tion de la tête et des yeux de ce côté, et diminution de la sen- 
sibilité, surtout au membre supérieur ^Tenfant est très pâle, 
œdématiée. Cet état de coma persista sans atténuation pen- 
dant les 5 jours que dura la maladie, sans que Tausculta- 
tion révélât quelque modification dans les poumons, ni qu'il 
y eût de la constipation. 

Autopsie^ le 14 juin 1868. — Le sommet du poumon gauche 
est formé par une masse caséeuse formant une vaste cavité 
à parois de 1 centimètre d*épaisseur ; dans la partie inférieure 
du lobe, on trouve un mélange de noyaux caséeuxet de fines 
granulations. Le poumon droit renferme un grand nombre 
de tubercules jaunes. Un des reins contient un gros tubercule 
jaune, la rate un assez grand nombre de granulations, et 
Tiléon présente plusieurs ulcérations. Les méninges 
moyennement injectées présentent quelques granulations; 
elles sont bien plus nombreuses à la surface des ventricules 
latéraux, où elles sout la plupart petites et grises, quelques- 
unes jaunes et volumineuses. 



Obs. XLIV. — Mi'iimgile tuberculeuse. — Grnnulie pulmonaire, 
hépatique et splénlque. 

Tal)..., Marie, 15 mois, grasse et bien développée, entre à 
l'inlirineriepoui' de la diarrhfie : di's le lendemain on trouve 
des signes de pneumonie au milieu du poumon gauche. Au 
bout de S jours, l'enfant est prise soudain de convulsions limi- 
tées au côté droitde la face et du corps; pendant une heure 
et demie, les yux et la léte sont en rotation vers la droite ; 
puis elle tombe dans le coma et meurt au bout de 3 jours. 

A l'autopsie, on trouva des lésions tn'-s étendues de ménia- 
gile, surtout au niveau du chiasma, dfs scissures de Sylvius 
et des lobns frontaux et sphénoïdaui; sur rhémisphi're droit, 
la pie-niëre est louche, et des granulations blanches très 
abondantes suivent les vaisseaux, dont quelques-uns sont 
oblitérés : l'hémisphère gauche est recouvert dans les deux 
tiers antérieurs par une couche opaque, jaune verd&tre, de 
1 miltimôtre d'épaisseur, située sous l'arachnoïde. 

Le poumon droit est criblé de granulations. Le poumon 
gauche, moins inlillré, contient dans sa languette de la hase 
un gros noyau caséeux. Adénopathie trachéo- bronchique 
très accusée. 

Il existe quelques granulations sur le péricarde. 

Le foie et la rate sont farcis de granulations, quelques- 
unes atteignent le volume d'un grain de chùnevis. I^s reias 
n'en contiennent qu'un petit nombre. 

Obs. XLV, — Méuingile tuberculeuse . — Tuberculns réréheUeux, 
pulmonaires, hr pâli que s. 

Gham..., Eugène, IS mois (1870). a été nourri par sa 
mère jusqu'il l'âge de 10 mois; il était alors superbe; envoyé 
en sevrage chez une parente, nourri de lait et de gruau, il 
s'affaiblit bientét et fut retiré au bout de (> semaines ; mieux 
Dourrïi il reprit ses forces, puis, au bout de 3 mois, il recom- 
mença à maigrir et devint tri.«te. Le âO mars, il vomit abon- 
damment ; le t'i, il fbt pris de convulsions épilepti formes 
qoi, en quatre à cinq crises, auraient duré de 4 à 1 1 heures 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 29 

du soir ; dans Tune d'elles, Tenfant avait Técume à la bouche 
et se mordit la langue ; le 24, extrême maigreur, air étrange, 
pupilles inégales, mâchonnement fréquent, marche difficile, 
titubante, râles muqueux des deux côtés de la poitrine, et. 
souffle à la base gauche ; le 25 mars, le ventre était rétracté, 
le pouls inégal, irrégulier, le côté gauche de la face aplati ; 
rapidement le pouls devint faible, incomptable, et Fenfant 
finit par s'éteindre le 29 au matin. 

A Tautopsie, on trouva le lobe supérieur du poumon 
gauche semé de quelques granulations en grappe ou dissé- 
minées ; le lobe inférieur, compact à sa base, avec les 
bronches dilatées, et adhérent aux côtes : le poumon droit 
ne contenait que de rares granulations. 

Sur le foie existent quelques granulations grises. 

Au niveau de l'isthme, on trouve un épanchement séreux 
assez abondant, ainsi qu'au niveau des lobes frontaux, dont 
les circonvolutions sont aplaties. Depuis le bulbe jusqu'aux 
bandelettes olfactives, le cerveau est masqué par un épaissis- 
sement des méninges et un exsudât opalin, qui s'étend dans 
les scissures de Sylvius, et contourne les pédoncules céré- 
braux. 

Sur le lobe cérébelleux gauche, près de lamygdale, se 
voit un gros tubercule jaune, saillant, de 1 centimètre de 
diamètre, adhérent, en dedans, au bulbe près de l'olive. 

Sur la moelle épinière, principalement à Tunion des ré- 
gions cervicale et dorsale, il existe des adhérences celluleuses 
peu solides, et un exsudât opalescent. 

Obs. XLVl. — Méningite tuberculeuse, — GranuUe pulmonaire 

et intestinale, 

Bos..., Amélie, 18 mois, maigre et pâle, meurt au bout 
de 6 jours de séjour à l'infirmerie, où elle avait présenté un 
peu de diarrhée, quelques râles dans la poitrine, surtout à 
droite, et rapidement une extrême dyspnée. 

Autopsie. — Poumons farcis de granulations grises, sail- 
lant sur un parenchyme aéré ; quelques granulations dans 
le foie et la rate, ainsi que dans le rein gauche, qui contient 
en outre un gros noyau caséeux ramolli. L*intcstin présente 



30 HENRI LEROUX. 

beaucoup de granulations sous-péritonéales et des ulcéra- 
tions rondes ou ovalaires, à fond garni de tubercules jaunes, 
et répondant à des lymphatiques infiltrés et monilifornies ; 
la valvule est ulcérée dans toute son étendue. 

Les deux trompes sont dilatées près de leur extrémité libre 
et contiennent à ce niveau des masses caséeuses friables. 

11 existe une méningite étendue avec granulations jaunes 
périvasculaiçes, thromboses vasculaires, ramollissement par 
places des circonvolutions, dilatation des ventricules. 

Obs. XLVII. — Méningite tuberculeuse. — Tubercttks cérébraux 

et pulmonaires. 

Tr..., Raphaële, 18 mois. Entre dans un état de dépé- 
rissement très accusé; le soir môme, Tenfant est pris sou- 
dain de convulsions doniquos portant sur les muscles de 
la face, de la bouche et de la langue; les pupilles sont 
dilatées ; les yeux Ûxes. Les mouvements convulsifs s'éten- 
dent bientôt aux membres supérieurs, puis aux inférieurs, 
où ils sont peu accusés. Cette sorte d*état de mal dure 
il heures sans discontinuer, jusqu'au moment de la mort. 

Autopsie. — Le poumon gauche renferme quelques gra- 
nulations grises. Le poumon droit est bien plus altéré. La 
moitié supérieure du lobe supérieur est sclérosée et semée 
de petits tubercules jaunes; la moitié inférieure renferme 
des masses jaunes plus volumineuses, quelques-unes ramol- 
lies. La base du lobe inférieur est transformée en un bloc 
caséoux. 

Adénopathie trachéo-broncbique similaire. 

Le foie renferme beaucoup de granulations superficielles 
ou profondes; la rate n'en contient que quelques-unes. 

Les lésions do méningite sont limitées aux régions des 
scissures de Sylvius et des lobules de Tinsula. Il existe deux 
gros tubercules, Tun dans le lobe frontal droit, près de Tin- 
sula, l'autre à la face inférieure du lobe gauche du cervelet, 
près de la protubérance. 



TUBERCULOSE DU PRETER AGE. 31 



Obs. XLVIII. — Granulie généralisée {plèvres ^ poumons, 

méninges^ rate, thijmus, etc). 

Pier..., Jules, 19 mois. — On apporte cet enfant mourant 
à rinflrmerie ; il est émacié, a le ventre ballonné, et on ne 
peut entendre dans la poitrine que des râles muqueux, 
recouverts par un râle trachéal perceptible à distance. 

A l'autopsie, on trouve une tuberculisation généralisée. 
Le cerveau est anémié ; les méninges lui sont adhérentes, et 
semées, par places, de fines granulations blanchâtres, sur- 
tout à Torigine do la scissure de Sylvius et autour du chiasma 
des nerfs optiques ; la substance cérébrale est ramollie au 
niveau des ventricules latéraux. 

Le lobe droit du corps thyroïde renferme deux tubercules 
jaunes, gros comme des grains de chèncvis, et quelques 
petites granulations ; le lobe gauche renferme aussi deux 
petits noyaux tuberculeux. Dans une des languettes du thy- 
mus, il y a un semis de petites granulations et deux noyaux 
jaunes. 

La plèvre pariétale, surtout en arrière, est parsemée d*amas 
de granulations. Le poumon gauche, aéré dans toute son 
étendue, est criblé de petits tubercules jaunes, ce qui lui 
donne un aspect granité, avec saillie de ces néoplasmes. Le 
poumon droit présente les mêmes lésions et renferme de 
plus, à la partie externe du lobe supérieur, une vaste cavité 
anfractueuse , tapissée par de petites granulations ou des 
larges plaques jaunes ; elle communique avec de grosses 
bronches, et est recouverte en dehors par un notable épais- 
sissement de la plèvre. Le larynx présente sous la glotte 
quelques petites ulcérations. 

On voit sur le péricarde pariétal, près de Torigine des 
vaisseaux, quelques granulations, dont Tune, volumineuse, 
fait saillie sous la séreuse. 

A la surface du foie et à la coupe, on voit un très grand 
nombre de granulations, et, en outre, des kystes développés 
aux dépens des canaliculas biliaires. Les reins contiennent 
quelques tubercules gris ou jaunes. 

\ ta surface de Testomac, on voit de petits cônes avec un 



32 HENRI LEROUX. 

orifice central, menant dans une cavité remplie de matière 
jaune friable. Pareille lésion se retrouve sur Tintestin grêle, 
avec ulcération plus nette des cônes ; les glandes de Peyer 
sont saines. 

La rate présente à la coupe Taspect d*un poumon infiltré 
de granulations jaunes ; par endroits, elles sont groupées en 
masses étendues. 

Obs. XLIX. — Méningite tuberculeuse. — Tubercules 

cardiaques. 

Mo..., Mathilde, 20 mois, a été observée pendant 6 jours 
à rinflrmerie, où elle a présenté des signes évidents de mé- 
ningite, strabisme, opisthotonos, respiration suspirieuse, 
irrégularité du pouls, etc. 

La mère est soignée à Thôpital Saint-Antoine pour une 
phtisie. 

* Autopsie, — Les poumons présentent des adhérences an- 
ciennes, généralis<5es. Le gauche a son lobe supérieur sclé- 
rosé et parsemé de petits noyaux tuberculeux; le droit est 
atteint de lésions analogues ; mais les tubercules sont beau- 
coup plus abondants ; il renferme un gros noyau ramolli 
près du bile du poumon. 

On trouve sur le cœur deux granulations sous-péricar- 
diques, Tune devant Toreillette droite, Tautre dans le sillon 
inter-ventriculaire antérieur. La rate est criblée de tuber- 
cules, et les ganglions du hile sont tuberculeux. Les reins 
ne contiennent que quelques granulations. 

On trouve aussi les lésions classiques de la méningite à 
la face supérieure du cervelet et à la base du cerveau, d*où 
elles remontent le long de la scissure de Sylvius ; les granu- 
lations forment des masses concrètes, jaunâtres. La corne 
sphénoïdalc gauche est infiltrée de petits tubercules; sur la 
choroïde de Tœil droit, près de la papille, il existe un petit 
tubercule grisâtre. 

Obs. L. — MMingite tuberculeuse. — Caverne pulmonaire. 

Tubercules dans le foie et la rate. 

Mor..., Anna, 21 mois ^juillet 1875-avril 1877), entre à 



TUBERaiLOSE DU PREMIER AGE. 33 

rinfirmerie pour une rougeole intense; dès le lendemain, on 
constate Texistence d*un souffle au côté droit de la poitrine. 
Pendant les deux mois qu'elle passa à Tinfirmerie, les signes 
d'induration pulmonaire bilatérale furent constants, mais 
tantôt circonscrits, tantôt diffus et changeant souvent de 
siège. La température resta toujours fébrile, oscillant 
entre 38 et 39,5. La marche de rafTection fut précipitée par 
l'apparition brusque de convulsions qui durèrent lt> heures. 
Elles se caractérisaient par des mouvements cloniques, pré- 
dominant à droite, une dilatation pupillaire intense et un 
strabisme divergent. 

Autopsie, — Le lobe supérieur du poumcfti droit est for- 
tement emphysémateux. 11 est criblé de granulations grises 
et surtout jaunes, et contient au sommet une petite caverne 
de la grosseur d'une cerise. Le lobe moyen est le siège de 
lésions analogues, le lobe inférieur est peu altéré. Le pou- 
mon gauche adhère intimement aux côtes par ses faces 
externe et postérieure, et la coque pleurale atteint à la base 
l'épaisseur d'un millimètre; le sommet est creusé d'une 
vaste caverne, capable de contenir un œuf de poule, cir- 
conscrite par un tissu grisâtre, très résistant. Le reste du 
lobe supérieur est criblé de granulations tuberculeuses. Le 
foie renferme de petites granulations grises, et la rate est 
enveloppée par une fausse membrane granuleuse. 

Il existe également des lésions étendues de méningite 
tuberculeuse ; du côté gauche, en avant du corps calleux, à 
la face interne de la deuxième circonvolution frontale, à l'en- 
trée de la scissure de Sylvius, autour de la grande fente de 
Bichat; dans tous ces points l'exsudat est gélatiniforme, ver- 
dàtre, constellé de granulations grises; du côté droit, les 
lésions portent sur les points symétriques, mais sont bien 
plus accusés, principalement à la face externe, le long de la 
scissure de Svlvius et du sillon de Rolando ; les circonvolu- 
tions du lobule de l'insula sont ramollies, intimement adhé- 
rentes à l'exsudat, qui présente à leur niveau une épaisseur 
de 6 à 8 millimètres; en ce point la substance cérébrale est 
pénétrée par la matière tuberculeuse. 



TUBERCULOSE. — n. 



34 IIKNRI LEROUX. 



Obs. LI. — Méningite tuberculeuse cMbro-spinaie. — Tuber- 
cules dans le poumon, le foie et la rate. 

Guill...,Lucic,â ans, entre àrinfirmerie le 21 octobre 1875, 
pour des convulsions prédominant du côté droit; on note 
une hémiplégie faciale droite, avec rotation de la tète à 
gauche, une dilatation extrême des pupilles, raffaiblissement 
des membres droits, surtout du membre supérieur, Tirrégu- 
larité du pouls et de la respiration ; une tendance ù Tétat 
comateux. Ces divers symptômes s'accentuent de plus en 
plus, sauf rhémiplégie faciale, tandis que le strabisme diver- 
gent, à peine constatable au début, s*accuse de plus en plus, 
ainsi que le prolapsus do la paupière gauche. Une série de 
convulsions dans les dernières 24 heures clôt le tableau 
symptomatiquc. 

Autopsie le 27 octobre. — Aplatissement marqué des cir- 
convolutions; aspect louche de Tarachnoïde, qui est tapissée 
de très fines granulations; ramollissement de la voûte à trois 
piliers et du corps calleux; sur le lobe sphônoïdal gauche, 
un gros amas do tubercules du volume de grains de chêne- 
vis ou do noyaux do cerise, qui pénètrent jusque dans la 
substance blanche, sur une étendue de i centimètres. 

A la partie antérieure de la moelle (^pinière, et au niveau 
de son tiers supérieur, on voit un semis de fines granula- 
tions, avec ramollissement des racines; quelques-unes exis- 
tent aussi près de la queue de cheval. 

Le poumon gauche présente de nombreuses adhérences; 
le poumon droit contient dans les lobes supérieur et infé* 
rieur deux gros noyaux tuberculeux entourés d*un semis 
de fines granulations. La plèvre, sur laquelle existent des 
signes d'inflammation déjà ancienne, est remplie de très 
fines granulations grises. 

Le foie et la rate contiennent quelques granulations. 



TUBERCULOSE Dt^ PREMIER AGE. 35 



* 



Le relevé de nos 219 observations nous donne le 
résultat suivant : 







OarcoQs . 

4 


FiUcs. 


Total. 


De i jour à 3 


mois 


7 


16 


23 


De 3 à 6 mois 




i8 


17 


35 


De 6 à 13 mois 




29 


U 


53 


De 1 à 3 ans 




51 


57 


108 



105 114 219 

Si nous examinons en détail les 23 observations 
recueillies sur les plus jeunes enfants, nous trou- 
vons les âges suivants ; 1 de 18 jours (avorton pesant 
1 520 grammes) ; 1 de 4 semaines ; 1 de 5 semaines 
(avorton pesant 1 450 grammes); 2 de 6 semaines; 
5 de deux mois ; 8 de 2 mois et demi ; 5 de 2 mois et 
3 semaines; soit 23 enfants n'ayant pas dépassé 
3 mois. L'addition des trois premières catégories nous 
donne lll enfi\nts au-dessous d'un an. 



De cet ensemble de faits, nous pouvons tirer quel- 
ques réflexions concernant Tétiologie, Tanatomie pa- 
thologique et la symptomatologie de la tuberculose 
infantile. Nous tenons à faire remîirquer, comme nous 
l'avons dit en commençant, que la description sui- 
vante repose uniquement sur les obsei'vations qu'on 
vient de lire. 



* 



Les renseignements étiologiques ont fait presque 
constamment défaut. Ce n'est que dans de très rares 



36 HENRI LEROUX. 

observations, 6 seulement, que nous relevons l'indi- 
cation sommaire de la tuberculose du père ou de la 
mère, morts ou vivants. 

On sait que M. LandoUzy tend à restreindre le rôle 
de la rougeole, relativement aux lésions pulmonaires, 
et il revendique pour la tuberculose maintes broncho- 
pneumonies qualifiées autrefois de rubéoliques. 

Nous avons noté Texistence de la rougeole chez 
37 enfants. Mais celle-ci s'est manifestée dans des 
conditions très diverses ; dans un cas seulement elle 
a précédé la mort de 2 mois et demi ; dans tous les 
autres cas, l'éruption s'est produite dans un laps de 
temps qui a varié de 1 à 18 jours avant la mort de 
l'enfant, 20 fois dans les 5 derniers jours. Dans la 
plupart de ces 37 cas, les lésions tuberculeuses étaient 
manifestement anciennes et la rougeole n'a pu faire 
que précipiter l'évolution de la maladie primitive; 
ainsi nous relevons dans ces observations une série 
d'altérations de vieille date : adhérences pleurales 
anciennes interlobaires ; cavernes dans les sommets 
entourées d'un tissu scléreux ou dilatation des bron- 
ches, etc. 

Souvent il est facile de faire la séparation entre la 
lésion pleuro-pulmonaire ancienne et la lésion nou- 
velle, qu'il s'agisse d'une broncho-pneumonie ayant 
l'aspect macroscopique d'une inflammation banale, ou 
au contraire d'une poussée de granulations grises ou 
jaunes ; mais, chose singulière, dans aucun cas nous 
ne trouvons signalée l'existence d'une véritable gra- 
nulie généralisée; le plus souvent il n'y a qu'un semis 
plus ou moins abondant de granulations récentes au- 
tour d'une lésion ancienne, bloc caséeux, ramolli ou 
non. Si donc on s'en tient à nos observations, on 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 37 

peut dire que dans presque toutes, sauf deux ou 
trois exceptions, la tuberculose était antérieure à 
la rougeole, comme le prouvent les lésions si accu- 
sées, cavernes, noyaux caséeux volumineux, adhé- 
rences pleurales anciennes, et que la rougeole a été 
non la cause occasionnelle de l'invasion de la tuber- 
culose, mais simplement une cause d'excitation de 
son développement. Ceci est d'ailleurs en rapport 
avec nos souvenirs d'autopsies pratiquées sous la di- 
rection de Parrot. Rien n'était fréquent comme de 
trouver un noyau caséeux, souvent de très minime 
volume, une noisette, un pois, un grain de mil, soit 
interstitiel, soit sous-pleural, accompagné en général 
d'une adénopathie caséeuse, trachéale ou bronchique, 
beaucoup plus considérable, et qui mettait sur la 
piste de la lésion pulmonaire. Parrot retrouvait là la 
confirmation de sa théorie sur les adénopathies simi ^ 
laires, théorie exposée très complètement dans la 
thèse d'Hervouet (1). 



* 



Si maintenant nous étudions notre faisceau d'obser- 
vations au point de vue de l'anatomie pathologique, 
nous constatons tout d'abord deux faits d'importance 
capitale : 1° dans presque tous les cas, sauf de très 
rares exceptions^ nous avons constat/* r existence de lé- 
sions pulmonaires \ 2" dans la très grande majorité 
des cas, la lésion tuberculeuse n était pas uniquement 
limitée aux poumons. 

Entrons dans le détail; nous voyons que sur nos 

(1) Des adénopathies similaires chez Venfant. Thèse de Paris, i877. 



38 BEMII LEROUX. 

219 observations, 5 n'onl pas li; conlrôlc de l'i 
topsie, le diagnostic de tuberculose pulmonaire ou 
méningée avait été ]iorté d'après les symptômes el la 
marcbe de l'affection. Sur 214 cas avec autopsw 
nous en trouvons 3 seulement sans lésion piili 
naire tuberculeuse. 

hans le premier fait, il s'agissait d'un enfant atteint 
de mal de Pott tuberculeux, et cliez qui on trouva des 
lésions de pneumonie pseudo-lobaire; peut-être si on 
avait su à celte époque rechercher le bacille de Koch, 
aurait-on trouvé cet élément caractéristique au milieu 
de coupes du poumon. Dans les autres cas, les pou- 
mons étjiient sains niacroscopiquement. Dans l'un, il 
existait des lésions tuberculeuses considérables de 
l'intestin, et quoique deux ou trois jours avant la 
mort on eût noté l'existence du retentissement du 
cri et d'un souille au sommet gauche, puis au som- 
met droit, Parrot indiqua d'une manière expresse 
que les poumons s'insulflaient complètement, et que 
minutieusement coupés ils ne présenteniient aucune 
lésion tuberculeuse; ce lait l'avait vivement frappé, 
et il l'avait signalé comme tout à fait remarquable. 

Dans le deuxième cas, les poumons étaient parfai- 
tement sains, et cependant il existait, autour de la 
racine de la bronche gauche et au bas de la trachée, 
des gros ganglions caséeux, qui pouvaient s'expliquer 
pur l'inrillration de grosses granulations jauui-s iu- 
biTruicusiïs !iu milieu des adliérences péricanlicpies. 

En deliors de ces trois cas exceptionnels, et dont le 
nombre aurait peut-être été réduit par un examen 
plus approfondi et une technique plus perfectionnée, 
nous pouvons affirmer la constance des lésions tuber- 
culeuses du poumon, de telle sorte que la deuxième 



el la 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 39 

loi de Louis : « Après 15 ans il n'y a pas de tuber- 
cules dans un organe, s'il n'y en a pas dans les pou- 
mons » serait vraie chez l'enfant au-dessous de deux 
ans, ce qui est, croyons-nous, contraire aux idées 
généralement reçues et enseignées. 

Sur nos 211 observations, dans 50 seulement la 
lésion pulmonaire a été Tunique manifestation de 
l'infection bacillaire, soit une proportion de -^^^^ ou 
plus simplement 1 fois sur 4. Et pour en finir avec 
le résumé du tableau des lésions, nous dirons que 
nous avons relevé l'existence de tubercules 101 fois 
dans la rate, 82 fois dans le ioie, 72 fois dans les 
intestins, 41 fois dans les reins, 32 fois dans les 
méninges, 13 fois dans l'encéphale, 12 fois dans le 
péritoine, 10 fois dans le péricarde, 8 fois dans les 
os, 4 fois dans le cœur et les capsules surrénales, 
3 fois dans le thymus, 2 fois dans l'estomac et la 
choroïde oculaire, 1 fois dans le coq)s thyroïde et 
les trompes ovariennes. 

Poumons. — Les lésions pulmonaires tubercu- 
leuses se présentent sous l'aspect le plus varié, 
comme Rilliet et Barthez l'avaient autrefois indiqué 
pour les enfants plus avancés en ftge. Tantôt il s'agit 
de granulie pulmonaire, et dans ces cas les lésions ne 
sont pas uniquement bornées à ce parenchyme, mais 
portent sur d'autres organes, également sous la 
forme de granulations, comme le montre une série 
d'observations (obs. VI, intestins, foie, rate, reins; 
obs. VII, foie, rate; obs. IX, intestins, foie, rate, 
reins; obs. XI, foie, rate, méninges; obs. XVI, intes- 
tins, foie, rate, reins; obs. XXVII, foio, rate, reins, 
cœur; obs. XXXII, intestins, foie, rate, reins, mé- 



M \iï.li\t\ LBIIOIIX. 

nÎDge!^; obs. XXXIII, inlestins, (oie, niLe. reins, mé- \ 
. Ihya 



obs. XXXVI, inleslins, foie, rate, 
foie, rate, reins, mé- 



XLI. 



ninges. 

reins, méninges; obi 

ninges, cerveau, etc.). 

Même dans les cns de graniilie généralisée, il est 
habituel de rencontrer des lésions pulmonaires plus''! 
anciennes, soit des noyaux jaunes, soit de vrais bloca 
caséeux. soit même des cavernes; aussi peut-on dire 
que la granulie type, pure, sans mélange de caséifi- 
cation est assez rare, ce qui est conforme à l'ensei- 
gnement de Parrot. Ainsi dans nos 214 cas nous oe 
la trouvons indiquée que 8 (ois, tandis que lagranulia 
s'accompagne de gros noyaux t-aséeux 20 (ois el de 
cavernes 15 (ois. 

Dans un grand nombre d'observations on trouve 
des lésions pulmonaires moins étendues, et revêtante 
deux formes anatomiques. soit la granulation 
ou jaune, soit lu masse caséeuse uni- ou multi-Iobu- 
laire, formée d'un conglomérat de granulations tu- 
berculeuses; on voit par exemple un ou plusieurs, 
blocs caséeux, entourés d'un semis de granulations, 
soit limitées à la périphérie voisine, soit envahissant 
tout le lobe dans 52 cas; dans 22 cas, la production 
de granulations était beaucoup plus généralisée; dans 
un nombre de cas plus restreint, la tuberculose 
présentait soit sous forme de quelques granulations; 
' (11 fois), soit sous (orme de noyaux caséeux sans 
i semis de granulations périphériques (35 fois). 

Enfin nous avons relevé l'existence de cavernes 
j dans 57 cas, soil plus du quart dos faits observés. 
I Dans 15 cas. comme nous l'avons déjà indiqué plus 
Ihaut, il y avait une poussée de nombreuses granula- 
[ tiens, une vérilal)le granulie secondaire. Dans i2 cas. 



ns > 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 41 

la OU les cavernes formaient la lésion capitale et s'ac- 
compagnaient de granulations grises ou jaunes, ou 
de noyaux caséeux en nombre restreint. 

Ordinairement, la lésion est double et 24 fois 
seulement un seul des deux poumons était atteint; 
mais dans les cas de lésions bilatérales il s*en 
faut de beaucoup qu'elles soient toujours de même 
gravité et revêlent le même aspect macroscopique ; 
toutes les associations sont possibles : cavernes, 
broncho-pneumonie caséeuse pseudo-lobaire , gros 
noyaux caséeux, granulations jaunes ou grises, granu- 
lations clairsemées ou nombreuses, toutes ces formes 
se groupent et s'associent sans qu'on puisse établir 
de règle. 

Nous voulons seulement insister sur la fréquence 
des cavernes pulmonaires dans la tuberculose du 
premier ûge(i). Nous les trouvons signalées à droite, 
20 fois dans le lobe supérieur, 2 fois à la base du 
lobe supérieur, 4 fois dans le lobe moyen, 4 fois dans 
le lobe inférieur; à gauche, 17 fois dans le lobe supé- 
rieur; une fois à la base du lobe supérieur, 9 fois dans 
le lobe inférieur. Le plus souvent la caverne était 
unique ; presque toujours, dans les cas de cavernes 
multiples, elles ne siégeaient que dans le même pou- 
mon. 

Tantôt, surtout quand il s'agit de petites cavernes, 
elles sont formées aux dépens d'un noyau caséeux 
ramolli, — et semblent être de création récente; — 
tantôt au contraire elles sont limitées par une coque 



(\) Au point de vue de Tâge. nous trouvons 5 enfants au-dessous 
de 3 mois, 7 de 3 à 6 mois, 12 de 6 à 12 mois, 34 de 1 à 2 ans ; 
il y a donc une augmentation sensible dans le nombre des cas 
selon qae Ton envisage la première ou la seconde année. 



fibreuse, et creusées au sein d'un lissu seléretix ( 
n'existe iju'au sommet ou s'étend à une portion no- 
Inble du lohe supérieur; ciirdansi-es derniers eus elles 
sièftenl presque toujours un sommet et s'accouipa- 
gnentde pleurésie iidlicsive »vec épiiississemeul de la 
séreuse. 

Leurs dimensions peuvent aller jusqu'à Ui eapaeîté 
d'une noix et mesurer 3 et i centimètres de diamètre. 
Il y a un singulier rapprochement à faire entre ces 
lésions chez de tout jeunes enlants, et les lésions 
identiques que l'on peut retrouver chez des adulte* 
tuberculisés depuis de longues années. .4ussi. quand 
on rencontre de telles lésions chez un enfant ayant 
moins de 3 mois, ne pourniil-on pas se demanda ii^ 
celte tuberculose ne sentit pas eon(^énttale. flH 

Plèvros. — Les lésions des plèvres aecompiignenl 
fréquemment les lésions pulmonaires : nous les avons 
relevées dans 79 observations, soit plus du tiers. 

EUles se présentent aussi sous divers aspects : dans 
8 cas seulement, on a noté l'existence d'un épanche- 
ment noUilile .'Idans nu cas, chez un enfant de 2 mois 
et demi, ri'p;iinliiiiiiMil éliiit double; dans les 7 autres 
cas, répaucheniiMit imiliilLTal pouvait s'expliquer pur 
des causes diverses; deux fois on pouvait incriminer 
une rougeole intercurrente, accompagnée de broncho- 
pneumonie, et dans le premier de ces laits l'épau- 
chement était purulent; dans le troisième cas, une 
broncho-pneu monte intercurrente non rubéolique 
s'était ajoutée à une tuberculose eu voie d'évolution; 
dans 4 cas, l'épauchement purulent semblait relever 
uniquement de la tuberculose, l'ans 20 cas, il y avait 
un exsudât pleural récent ou ancien, filiriiieux ou 



TUBEBCULOSE DU PBEMIËR AGE. 43 

purulent^ sans épanchêment liquide, qui, chez plu- 
sieurs enfants, pouvait aussi être rapporté à la bron- 
cho-pneumonie rubéolique. Dans 51 cas, la lésion était 
évidemment sous la dépendance de la tuberculose, 
soit qu'il s'agit de pleurésie simple, généralisée, ou 
localisée au sommet, ou à la scissure interlobaire, ou 
au diaphragme (26 cas), soit qu'elle fût nettement tu- 
berculeuse (25 cas) et alors, tantôt il s'agissait d'une 
granulie pleurale, tantôt de tubercules jaunes infiltrés 
au milieu d'adhérences et de fausses membranes an- 
ciennes ou récentes. 

Bref, nous avons retrouvé chez l'enfant toutes les 
variantes de la pleurésie tuberculeuse, sauf la pleu- 
résie hémorrhagique. La fréquence des adhérences 
au sommet, de véritables coques pleurales dans les cas 
de cavernes anciennes, est un fait que nous croyons 
aussi intéressant de signaler et qui contribue à rap- 
procher la tuberculose chronique des enfants de celle 
des adultes. 

Larynx- Trachée. — Dans 19 cas, la notice nécro- 
scopique dit qu'il existait des ulcérations laryngées le 
plus souvent au niveau de la glotte, soit devant les 
cartilages aryténoïdes, soit sur les cordes vocales 
supérieures ou inférieures; timtôt superficielles, de 
simples exulcérations, quelquefois profondes, for- 
mant comme des cavernes. — Dans un seul cas, on a 
trouvé des ulcérations trachéales, mais dans aucun 
cas l'observation n'indique si on a constaté l'existence 
de tubercules. Quoique nous n'ayons pas le droit 
d'affirmer qu'il s'agissaii toujours d'ulcérations tu- 
berculeuses et que dans quelques cas la rougeole in- 
tercurrente pût à bon droit être incriminée, il en 



est d'autres, tels que celui d'Emmérique (Obs. Xl\] J 
où la coïncidence de vastes cavernes [lulmonaires^ 
avec la caverne laryngée permit de soupçonner l'exis- 1 
tence d'une laryngite tuberculeuse: de même pour! 
rObs. XLVII, à cause de la dissémination des lu- 1 
hercules dans le tbymus . la glande thyroïde et ' 
l'estomac. 

Dans la séance de la Société médicale des hôpi- 
taux du 23 avril 1886. M. Landouzy a avancé que 
'■ chez Parrot on n'avait pas l'habitude, une fois le 
poumon el les ganglions bronchiques bien examinés, j 
de rechercher les granulations tuberculeuses au nUl 
veau des viscères abdominaux, et en particulier dû 
foie et de la rate » . 

Les observations que nous publions nous permet- 
tent de rectifier cette assertion ; nous voyons signalées- 
dans iOl cas des lésions tuberculeuses de la rate, c 
de l'enveloppe périsplénique, el dans 82 cas def 
lésions du foie onde la capsule périhépatiqne; c'est-4 
dire que dans près de la moitié des cas pour la rate 
el dans les 2 cinquièmes des cas pour le foie, l'exi 
men a montré la généralisation de l'infection tuherd 
culeuse. 



Rate. — Les lésions de la rate se présentent sous 
l'aspecl tantôt d'un noyau casécu\ unique, tantôt, el 
c'est le cas ordinaire, de granulations grises ou jaunes 
I situées soit dans l'intérieur de l'organe, soit à la péri- 
' phérie ou dans la capsule irritée et épaissie. Les gra- 
nulations jaunes, par leur couleur, (rauchent d'une 
I manière bien plus accenluée sur le fond lie de vin du 
I purenchyme. Souvent In tuberculose s'accompagne 



TUBEBCILOSE DU PREMIER AGE. 45 

d*une augmentation considérable du volume du vis- 
cère (1). 

Dans les 51 observations publiées, choisies comme 
les plus intéressantes et où la tuberculose était la 
plus infectieuse, la plus généralisée, nous trouvons 
39 fois la tuberculose splénique indiquée, c'est-à- 
dire dans les trois quarts des cas, tandis qu'elle ne 
l'était que 63 fois dans les 163 autres cas, c'est-à-dire 
dans les deux cinquièmes des cas. 

Foie. — Même observation doit être faite pour le 
(oie, atteint 37 fois sur 51 observations, c'est-à-dire 
près des 3 quarts des cas, — et 45 fois dans les 163 
autres, c'est-à-dire un peu plus du quart des cas. Les 
lésions hépatiques revêtent le même aspect, granu- 
lations grises ou jaunes s'accompagnant parfois de 
dégénérescence caséeuse des ganglions de la face 
inférieure, tantôt disséminées et très abondantes. 



( 1) Nous signaleroDs seulement quelques chiffres qui montrent 
à quel degré peut arriver la mégalosplénie. Un enfant de i8 jours, 
porteur d*ulcérations intestinales profondes, de noyaux caséeux 
et de granulations dans les poumons, avec adénopathie trachéo- 
bronchique caséeuse, avait une rate pesant i4 grammes, le foie 
pesait 144 grammes et l'enfant, un avorton, l^,250s'; chez 2 en- 
fants de 2 mois et demi, la rate tuberculeuse pesait 5 et 10 grammes ; 
chez 5 enfants de 3 mois, le poids variait de 14 à 28 grammes; 
chez 9 enfants de 12 à 15 mois, de 20 à 45 grammes; comme chif- 
fres extrêmes, nous avons relevé une rate de 58 grammes chez un 
enfant de 5 mois, une de 77 grammes, farcie de tubercules jaunes, 
chez un enfant de 20 mois, une enfin de 94 grammes chez un en- 
fant de 4 mois et demi; cette rate mesurait 103 millimètres de 
longueur sur 60 millimètres de largeur et ne contenait que quel- 
ques tubercules caséeux. L'enfant, pendant les quelques heures 
passées à l'hôpital, avait frappé par sa profonde cachexie et la 
grosse tumeur abdominale; il était syphilitique et tuberculeux, 
comme le prouvaient les granulations des poumons, des méninges, 
des capsules surrénales, et du foie, qui présentait en outre l'aspect 
macroscopique des lésions syphilitiques. 



tantôt clairsemées et en général alors péripliérïql 
' ou même uniquement implantées dans la capsule de 
Glisson. Le plus souvent c'est simultanément c-hez le 
même enfant que les deux viscères étaient malades: 
ainsi dans les 51 observations de la série A (1).34 fois 
ils étaient lésés l'un et l'autre; clans 3 cas le foie était 
seul atteint, dans îi cas seule la rate ; dans 89 observa- 
tions de la sériel! (2], 21 fois les deux viscères étaient 
lésés ensemble; 2 fois le foie était seul atteint, 13 fois 
seule la rate : el si on considère les ilges on voit que 
de 1 jour à 1 an il y a 14 lésions doubles contre 
a lésions simples, tandis que de I à 2 ans il y a 7 lé- 
sions doubles contre 10 lésions simples, dont I seule 
du foie et 9 de la rate. 

Jteins. — Les lésions des reins sont signalées 
23 fois dans les 51 observations de la série A, 18 fois 
seulement dans la série B; tantôt il n'y a qu'un gros 
tubercule solitaire, tantôt les granulations sont petites 
el rares ou très nombreuses; — en général elles sont 
toujours beaucoup moins nombreuses que celles dn 
foie et surtout de la rate ; — dans 4 cas seulement les 
capsules surrénales ont été infectées, et dans 3 cas 
les reins eux-mêmes étaient atteints. 



J/ifcs/i/is. — Ces lésions ont été sif^nalées 29 fois 
dans les "A cas de la série A, 43 lois dans les l(i3 ob- 
servations de la série B. Le plus souvent elles siègent 
dans l'intestin {;réle, — et quand le caecum ou le cô- 
lon sont atteints, il est de règle que l'iléon le soit aussi. 
— Souvent les tid)ercules ne touchent que les plaques 

(t) Série des observaUons publiées. 
(2) Série du lableau non publié. 



J 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 47 

de Peyer dans Tiléon, les follicules clos dans le côlon, 
et tantôt il ne s'agit que de granulations plus ou 
moins nombreuses, tantôt, et c'est le cas le plus fré- 
quent, Taltération est plus profonde et il existe des 
ulcérations; — elles sont arrondies, cupuli formes 
quand leur base repose sur les follicules clos ; elles 
sont de forme arrondie ou ovalaire et de diamètre 
variable de 1 millimètre à 1 centimètre quand elles 
s'étalent sur les plaques de Peyer et dans les cas les 
plus intenses, tandis que le fond de Tulcération est 
garni de tubercules jaunes, la surface péritonéale 
montre des vaisseaux lymphatiques infiltrés et ga- 
gnant les ganglions tuberculisés. 

Estomac. — Les altérations de Testomac et en 
particulier les ulcérations sont loin d'être exception- 
nelles, puisque nous en avons trouvé 8 cas, dont 5 
dans la série A. Deux fois seulement Parrot dit posi- 
tivement qu'il a vu des tubercules : dans un cas 
(Obs. I), des granulations sur la muqueuse gastrique 
ayant le même aspect que celles qui étaient semées 
sur la muqueuse de l'intestin grêle; dans l'observa- 
tion XXXVI, une granulation unique, grosse comme 
un pois, dans la tunique fibreuse de la paroi posté- 
rieure, les ganglions de la petite courbure étant rem- 
plis de granulations tuberculeuses. Dans les autres 
cas, il s'agissait d'ulcérations arrondies, cupuliformes, 
siégeant à la face antérieure, près du pylore, dont la 
nature n'a pas été déterminée. 

Péritoine. — Ces lésions, signalées 12 fois, dont 
fois dans la série A, se présentent en général dans 
des conditions de médiocre intensité; elles consistent 
en fines granulations disséminées sur le i)éritoinc 



4g HI::NHI LEROi;\. 

(Obs. III). sur l'épiploon (Obs. XIII), en nombreift 
tubercules gris sur le mésentère (Obs. XXXVII et XL| 
ou en grosses plaques étiilées sur le revêtement dia- 
phragmafique, tandis que le péritoine du petit bassin 
est criblé de granulations et que les ganglions du mé- 
sentère sontcoifTésparla séreuse remplie de granula- 
tions et de tubercules milîaîres (Obs. XXII). Dans un cas 
seulement (enfant de 15 mois) la lésion péritoncale 
s'était accompagnée de réactions inflammatoires ma- 
nifestes, et de symptômes caractéristiques permettant 
de porter le diagnostic de péritonite tuberculeuse, et à 
l'autopsie on ne trouvait que de très minimes lésions 
pulmonaires, tandis que les lésions abdominales très 
accentuées, grande quantité de pus lloconneux, adhé- 
rences intestinales avec plaques jaunes et granulalions 
grises, formaient l'altcralion dominante. 

Dans un cas enfin (enfant de 2 mois et demi) les 
tuniques vaginales étaient distendues par un liquide 
visqueux, jaunfitre, et à la surface de la séreuse on 
voyait quelques fines granulations. 

Dans un cas aussi (Obs. XL VI), chez une Tdlette de 
18 mois, on trouva les deux trompes dilatées près de 
leur exirémité libre et contenant à ce niveau des 
masses caséeuses friables. 

Méninges. — Des lésions tuberculeuses des mé- 
ninges ont été relevées 31 fois, dont 20 dans ta 
série A. Elles se présentent dans plusieurs variétés. 
Tantôt il n'existe que quelques granulations méningées 
(Obs. XI): tantôt on trouve les lésions de la véritable 
méningite tuberculeuse des enfants, avec prédomi- 
nance des lésions à la base, au niveau du chiasma et 
del'enlrée des scissures deSylvius, soit nn état trouble 



tuberci:losë du premier âge. 40 

des méninges, avec exsudât peu abondant, semis de 
granulations le long des vaisseaux ; soit une véritable 
méningite suppurée, limitée à la base (Obs. XXXill) 
ou formant calotte à la partie antérieure et supérieure 
du cerveau. 

Dans les 4 cas de méningite cérébro-spinale, l'épan- 
chement était purulent et descendait jusqu'à la queue 
de cheval (Obs. XXXIII) ou consistait en quelques 
granulations de la dure-mère, avec infiltration des 
deux autres méninges, surtout au niveau de la queue 
(Obs. XXXIV) ou en un semis de granulations limitées 
au tiers supérieur (Obs. LI), ou en un simple exsudât 
opalescent avec adhérences celluleuses peu solides 
{Obs. XLVj. 

Encéphale. — Dans 13 cas, les tubercules occu- 
paient les régions ci-dessous indiquées. Dans 9 cas, ils 
n'existaient que d'un seul côté, 8 fois à gauche, une 
fois à droite ; 3 fois seulement les lésions étaient bila- 
térales. Dans 5 cas où le cervelet était touché, 4 fois 
la lésion siégeait à gauche. Dans le cerveau, les tuber- 
cules ont été rencontrés dans le lobe sphénoïdal, 
dans la région frontale, le lobe occipital, les corps 
striés, les couches optiques, le lobe paracentral, les 
pédoncules cérébraux, la protubérance annulaire. 

Dans cinq cas, il n'y avait qu'un noyau tuberculeux, 
dans les 8 autres cas on en comptait 2 (Obs. XXX et 
XLV)ou un grand nombre (Obs. XXXVI, XXXIX, 
XL et XLIX). 

Comr. — Les tubercules du cœur étaient logés 3 fois 
dans la paroi du ventricule, 2 fois à gauche, l'autre à 
droite; l'unà peu de distance du péricarde, sans indi- 

TUBIRCULOSE. — II. 4 



I 



Su MEMtl LKltOUX. 

caliuii i\i- siège (Obs. I). l'autre ilwns la face posi 
ricure (Obs. XXVI). Dans les dix cas où le péricarde 
(Slîiit touché, les lésions étaient 1res discrètes 6 fois, 
et ne consislaienlqu'en quelques granulations sus- ou 
sous-péricardiques ; dans un cas, il y avait un semis 
abondant; dans un autre, des adhérences 1res vascu- 
laires, disposées en deux faisceaux à la face antérieure 
du ventricule gauche, et à la hase du cuiur, renfer- 
mant chacun des tubercules jaunes, gros l'un comme 
un grain de millel, l'autre comme un noyau de cerise: 
chose intéressante, les poumons étaient sains, tiindis 
qu'il existait une adénopathie tracliéo-bronchique 
très accusée. Dans le dernier cas eniin, il s'agissait 
d'une symphyse cardiaque totale, étroite, avec semis 
interstitiel de granulations grises ou jaunes allant 
jusqu'à une épaisseur de 2 à 3 millimètres. 

Thymus. — Les tubercules ont été rencontrés 
3 fois dans cet organe; d'abord, chez un enfant de 
3 mois, atteint de granulie pulmonaire, intestinale, 
hépatique, splénique, rénale et méningée : il n'y avait 
qu'un seul tubercule; la seconde fois, chez un enfant 
de 19 mois, dont la glande thyroïde avait été touchée 
en même temps; le thymus renfermait deux noyaux 
jaunes et un serais de petites granulations; dans ce 
cas étjiient également tuherculisés les poumuns. 
l'intestin, le foie, la rate. les méninges, le péricarde et 
l'estomac. — Le corps thyroïde renfermait plusieurs 
tubercules jaunes et quelques granulations. 



Au point de vue clinique, nous avons disposé nos 
observations eu deux groupes, selon qu'il y avait ou 



ti:berculose du premier âge. 51 

non des lésions de méningite tuberculeuse. Nous 
avons relevé un nombre considérable de cas de mé- 
ningite ; 20 ont été donnés in extenso; 12 nous ont 
servi pour notre statistique. Soit donc 32 cas de 
lésions méningées, sur 219 cas de tuberculose infan- 
tile, c'est-à-dire près de 1 sur 7 (14,61 sur 100). 

Dans les 20 cas où les lésions méningitiques ont 
été considérables, nousconsliitons que les convulsions 
n'ont été signalées que dans 11 cas, tantôt finales, 
dans les 24 dernières heures (Obs. XXXIl, XXXIIi, 
XXXVii, XLVill etL), tantôt ayant précédé la mort 
de plusieurs jours (Obs. XXXV, XXXVI, XXXVIIi, 
XLIV et Li) : elles peuvent revêtir le type d'état de 
mal et durer jusqu'à 11 heures de suite(Obs. XLVII). 

Dans plusieurs cas on a noté des phénomènes de 
paralysie, hémiplégie faciale gauche (Obs. XXXVill et 
LI), hémiplégie gauche (Obs. XLUI), hémiparésie 
droite lObs. Ll) ; dans ce dernier cas, les convulsions 
avaient prédominé à droite. 

Dans 2 cas, la contracture a été le symptôme sail- 
lant, soit limitée à la nuque (Obs. XL), soit géné- 
ralisée (Obs. XXXIX). Dans d'autres cas, on a signalé 
un ensemble de symptômes avec le faciès méningi- 
lique type (Obs. XXXIX et XLVII). Dans d'autres enfin, 
la méningite a passé inaperçue, masquée soit par des 
symptômes locaux, pulmonaires ou gastriques, soit 
par un état général de cachexie et de débilitatiou des 
dernières heures (Obs. XL, XLIV et XLVI). 

Les tubercules des centres nerveux, cerveau, cer- 
velet, protubérance annulaire, etc., sont beaucoup plus 
rares ; ils n'ont été indiquésque dans 13 cas, et le plus 
souvent leur constatation a été une découverte d'au- 



52 HEMll LEROrX. 

tojisie; dans 10 cas, ils étaienl accompagnés d'uiîè' ' 
méningite plus ou moins considérable, diagnostiquée 
ou non pendant la vie; dans les 3 cas où ils étaient 
isolés, les lésions portaient une fois sur le pont de Va- 
role, une fois sur le lobe sphénoïdal gauche (Obs.XXÏ) 
et ont passé inaperçues pendant la \ie; — l'autre fois 
sur le lobe gaucbe du cervelet (Obs. XXXI) et consis- 
taient en deux gros tubercules; dans ce dernier cas 
seulement, l'éveil fut donné par une série d'allaques 
il'éclampsie durant un jour et demi. 

Dans les 4 cas où existaient des lésions de ménin- 
gite rachidienne (Obs. XXXIII, XXXIV, XLV et LI). 
aucun symptôme n'avait attiré l'attention sur la pos- 
sibilité d'une lésion médullaire. 



Quand on veut ensuite examiner dv près des sym- 
ptômes ordinaires, soit gastro-intestinaux (vomisse- 
ments, diarrhée), soit pulmonaires (rftles, souffles) ou 
l'aboutissant ultime, la rachexie.on arrive à recueillir 
des chiffres qui par eux-mêmes n'ont pas grande va- 
leur. Ainsi, sur un groupe de 146 observations, des 
signes du côté du poumonontété notés 57 fois, et ce- 
pendant, dans toutes les autopsies, à de très rares 
exceptions près, nous avons trouvé des lésions, d'in- 
tensité il est vrai (rès variable; de même la diarrhée 
est notée 40 fois, mais dans plusieurs de ces cas il n'y 
avaitpas d'ulcérations tuberculeuses de l'intestin, pas 
même de granulations semées dans la muqueuse, et 
inversement il y a eu des cas avec lésions intesti- 
nales où la diarrhée n'a pas été relevée ; de même en- 
core pour les vomissements, qui sont loin de dépendre 
de l'existence de lésions nettement constatées de la 
muqueuse gastrique. 



TUBERCULOSE DU PREMIER AGE. 53 

Ce qui rend difficile Texposition de la symplomalo- 
logîe de la tuberculose infantile, d'après les faits que 
nous avons analysés, c'est que beaucoup d'enfants 
sont entrés mourants à Tinfirmerie, ou dans un état 
de cachexie avancée, reproduisant d'assez près le ta- 
bleau bien connu de Tathrepsie à sa dernière période. 
On peut seulement en conclure que bien des cas de 
tuberculose infantile ne s'accusentquepar des troubles 
gastro-intestinaux, remarquables seulement par leur 
ténacité et par un amaigrissement progressif qui 
aboutit finalement à la cachexie. 

L'étude des renseignements que fournit l'examen 
de la poitrine est aussi pleine de déceptions. La per- 
cussion et l'auscultation seules ont une certaine va- 
leur, et encore doit-on tenir grand compte des ^obser- 
vations et des critiques si justes de Killiet et Barthez, 
sur la signification diagnostique des bruits thoraciques 
dans la pathologie du premier Age et en particulier 
dans la tuberculose. 

Prenons par exemple TObs. VIII. Nous voyons un 
enfant Agé de moins de 8 mois qui maigrit rapide- 
ment, a une toux fréquente dans les 15 derniers jours 
et chez qui l'auscultation ne révèle l'existence de 
quelques rAles que dans les 8 ou 10 derniers jours. A 
l'autopsie on trouve une exsudation purulente re- 
couvrant toute la plèvre droite, une infiltration géné- 
rale des poumons avec formation d'un gros noyau ca- 
séeux ramolli, au sommet. Voilà esquissé en quelques 
lignes un des types cliniques les plus saisissants, ce- 
lui où la tuberculose revêt la forme granulique, et est 
diagnostiquée bien plutôt d'après l'aspect du malade, 
et la cachexie progressive, que d'après l'examen 



54 HENRI LEROUX. 

physique. Parfois la marche est foudroyante, comme 
dans le cas de Hich (Ohs. XI), qui, gros etgras, est pris 
soudain do vomissements, de diarrhée, comme s'il 
s'agissait de choléra infantile, de toux, devient livide 
et meurt en 48 heures, et chez qui on trouve une gra- 
nulie généralisée; plèvres, poumons, méninges, reins, 
foie, tous ces organes étaient semés d*innombrables 
granulations. 

Dans d'autres cas, les phénomènes locaux sont plus 
nets ; l'observation X nous en fournitunbon exemple. 
L'enfant, Agé de 3 mois et demi, présente dans la der- 
nière semaine des signes de congestion des deux 
sommets, retentissement du cri et rftles. ATautopsie, 
on trouve le poumon gauche d'asj)ect granité, farci de 
tubercules au |)oinlque le tiers du parenchyme semble 
dégénéré; le poumon droit est un peu moins atteint. 
Ici l'intensité de la lésion s'éhiit laissée soupçonner 
par l'existence d'une cyanose durant 7 à 8 jours, car 
les signes d'auscultation semblaient indiquer des lé- 
sions limitées, ou au moins très prédominantes au 
sommet. 

Dans cerUiins cas, après la rougeole, la tuberculose 
revêt les allures d'une broncho-pneumonie et ne peut 
être parfois soupçonnée que par les données étiolo- 
giques ; mais il faut se rajipeler qu'il existe des cas 
où la rougeole survient dans le cours d'une tubercu- 
lose évidente, et où son rôle consiste à donner un 
coup de fouet, et à accélérer l'évolution dernière. 

Des lésions même très considérables peuvent pas- 
ser inaperçues : tel est le cas de Mart. (Obs. XV), Agé 
de cinq mois, qui, observé pendant plus de quinze 
jours, se cachectise, ne présente une fièvre notable 
que pendant les 6 derniers jours, et meurt ayant 



TUBERCl'LOSE DU PREMIER AGE. 09 

perdu plus d'un kilogramme en 16 jours (de 3 k. 630 
à 2 k. 600). L'examen de la poitrine avait été négatif 
et cependant on trouve une vaste caverne à la base du 
poumon gîmche. Le cas de Vieux lObs. XVI) prête 
aux mêmes remarques. Dans l'observation XXV, l'exis- 
tence de souffles entendus successivement à l'un des 
sommets, puis aux deux sommets. Taisait bien pré- 
voir qu'il y avait des lésions considérables dans cette 
région, mais à aucun moment le timbre n'indiquait 
l'existence de cavernes aussi étendues, telles que celle 
<lu côté droit qui mesurait 3 centimètres et demi de 
<liamèlre. 

Dans d'autres cas au contraire, l'auscultation four- 
nit des renseignements positifs. Telle est la conclusion 
tirée de l'Obs. XIX. L'enfant, Agé de 9 mois, présente, 
à la base du poumon gauche, des rAles qui deviennent 
déplus en plus retentissants, et finissent en gargouil- 
lements, tandis que le souffle prend un timbre caver- 
neux. A l'autopsie, on trouve dans les deux lobes, au 
voisinage de la scissure interlobaire, deux vastes cavi- 
tés avec des prolongements remplis de pus. De même 
dans rObs. XX, le souffle entendu à la base, accom- 
pagné de gargouillements, répondait à une série de ca- 
vernes creusées dans le tissu sclérosé du lobe inférieur. 
Dans l'Obs. XXIV, quoique Fenfant accusât une dys- 
pnée énorme et arrivAt mourant, l'auscultation per- 
mit de reconnaître l'existence d'une caverne au som- 
met, et l'autopsie prouva l'exactitude du diagnostic. 

L'Obs. XXIII nous fournil au contraire un type 
accompli de broncho-pneumonie subaiguë. Pendant 
7 semaines. G..., Agé de 16 mois, présente des signes 
persistants des deux côtés, souffle, rAles, surtout à la 
base giiuche. En même temps, la fièvre était intense, 



56 IIKNRl LEROUX. 

la température s'élevait entre 40" et 41", le pouls 
entre 160 et 190. Cet appareil symptomatique s'ex- 
pliquait par des lésions de broncho-pneumonie ca- 
séeuse, formant un bloc à la base gauche, et dissémi- 
née en grappe dans le reste des poumons. 

La revision attentive des autres observations plaide 
dans le morne sens, c'est-à-dire montre combien 
souvent est incerhiine la symptomatologie, combien 
grandes sont les diiiicultés d'un diagnostic précis, 
bans bien des cas, c'est uniquement la persistance 
des troubles fonctionnels et des signes physiques, 
l'amaigrissement de l'enfant, la aichexie progressive, 
qui permettent de songer à la tuberculose, puis de 
l'affirmer. 

De l'ensemble de ces faits nous pouvons conclure : 

1" Qu'il faut réformer l'opinion récemment émise 
sur la rareté de la tuberculose et en particulier de la 
méningite tuberculeuse, dans le premier Age; 

2" Que cette maladie se caractérise fréquemment 
(1 fois sur 4) par des lésions profondes, ulcéreuses» 
des poumons, avec prédominance manifeste aux 
sommets ; 

3" Que la seconde loi de Louis u quand il existe des 
tubercules dans un organe, après quinze ans, il en 
existe dans le poumon », est également vraie pour la 
première enfance. 



SUR LA TUBERCULOSE 



DES 



ORGANES GÉNITAUX DE LA FEMME 

PAR 

V. CORNIL 

PROFESSEUR d'aMATUMIB PATUOI.OOI(jCK A L.\ FACULTÉ DB SIKDECINK 



La réparlilion des lésions tuberculeuses dans les 
organes génitaux de la femme ne parait pas être en 
relation avec une contagion résultant de rapports 
sexuels. S'il en était ainsi, en effet, les tubercules se 
localiseraient d'abord dans le vagin et dans le col de 
l'utérus, etl'on sait qu'il est absolument exceptionnel 
de les rencontrer dans ce siège, qu'ils s'y soient dé- 
veloppes primitivement ou secondairement. Je ne 
connais en effet que deux obsei*valions de tubercules 
de la portion vaginale du col de l'utérus et du vagin, 
indépendamment des fistules tuberculeuses recto- ou 
vésico- vaginales que je laisse de côté. Ces deux ob- 
servations se rapportent l'une à une autopsie de Vir- 
chow(l), l'autre à la nécropsie d'une jeune fille morte 
de tuberculose généralisée à la suite d'une rougeole, 
à l'hôpital Saint-Antoine en 1878. Je trouvai, dans 

(1) Cité par Klob, Path. Anal, dAveibLScx. Org„ Wien 1864, p. 432 . 



ce dernier cas. à la surlace vaginale du col et dans 
culs-de-sac du vagin, une éruption coniluente de g 
nuiations tuberculeuses récentes! 1). A la suite de cet! 
constatation, j'ai examiné avec soin pendant plusieuwij 
années le col et le vagin de toutes les femmes qui 
mouraient de la tuberculose dans mon service, sans 
rencontrer de productions analogues. 

Le col de l'utérus est aussi très rarement alteint di 
tuberculose; c'est une exception rarissime de le voir 
primitivement ou seul malade, et lorsqu'on aalTaireà 
une tuberculose qui s'est généralisée aux deux trompes 
et au corps de l'ulérus, le col est le plus souvent 
indemne. 

Dans la grande majorité des faits île tuberculoi 
génitale, les deux trompes utérines sont prises ei 
môme temps que le corps de l'utérus, et comme les! 
deux trompes peuvent présenter des lésionii sans que 
le corps de l'utérus soit pris lui-même, on peut raison- 
nablement supposer que la tuberculose génitale a d« 
la tendance à descendre de la trompe dans l'ulérui 
plutôt qu'à remonter du vagin aux ovaires. On s'e; 
plique fiicileroenl cette propagation, l'exsudat moi 
bide sécrété à la surface de la trompe s'écoulanl dans'j 
la cavité utérine et y transportant les bacilles spécifi- 
ques, llans les trente faits que M. Brouardela relevi 
dans sa thèse inaugurale (1865). dans un certain nom* 
[ bre publiés depuis, dans ceux que j'ai olisei-vés moi-1 
t même, les trompes étaient envaliies seules ou avec h 
■ corps de l'utérus. Il est tout à fait exceptionnel qw 
I le corps ou le col de l'organe soient isolément afTectéSi'j 
Quanta la tuberculose des ovaires, elle doit êtl 



tes ^ 
nt J 

isei^H 

lesH 



■iiil el»içaI,.«;<W('(t ,i,àl.-les liÛpitMix. IS'Jfl, p. 100 et 103.1 



Tl'BERCULOSE G^ITALE DE LA FEMME. 59 

lorl rare, car Rokitanskydit n'en avoir jamais observé 
un seul fait concluant. Anm et ses élèves la regar- 
daient au contraire comme assez commune. Pour 
mon compte, je n'ai jamais vu de productions tuber- 
culeuses indéniables dans l'intérieur de l'ovaire, dans 
l'épaisseur du tissu de cet organe. Par contre, on trouve 
assez fréquemment des granulations tuberculeuses 
dans le péritoine au niveau de la capsule ovarienne. 
11 est probable qu'on a pris pour des néoplasmes 
tuberculeux des corps jaunes en évolution ou de 
petits corps fibreux saillants, quelquefois en cboux- 
lleurs, très durs, d'une dureté presque cartilagineuse, 
qui se voient à la surface de l'ovaire. (les corps fi- 
breux, dont j'ai fait bien souvent des préparations, 
sont très communs, surtout chez les femmes Agées 
dont l'ovaire est ratatiné et fibreux. 

Lti tuberculose des organes génitaux de la femme 
paraît donc avoir son siège le plus habituel dans les 
trompes et dans le corps de la matrice. Elle coïncide 
toujours, si l'on s'en tient aux résultats des autopsies, 
avec des lésions analogues du poumon et d'autres 
org*anes,en particulier du péritoine pelvien, avec des 
granulations tuberculeuses du revêtement péritonéal 
des trompes en particulier. Lorsqu'on examine l'uté- 
rus et les annexes dans toutes les autopsies de femmes 
tuberculeuses, on v trouve assez rarement des lésions 
tuberculeuses. Je ne suis pas en mesure de donner 
une statistique exacte à cet égard, mais je n'estime 
pas qu'il y ait de tuberculose génitale j)lus d'une fois 
sur 50 à 60 autopsies de femmes phtisiques. Si l'in- 
vasion bacillaire venue par l'intermédiaire de la cir- 
culation générale se fixe sur les trompes et la mu- 
queuse du corps utérin, on peut supposer que la cause 



60 V. CORML. 

en est dans une irritation, dans une inflammation 
antérieure qui auraient rendu ces parties plus vulné- 
rables. 

J'ai tenu compte surtout, dans les lignes précé- 
dentes, des données fournies par les autopsies, car 
aujounriiuique les trompes et Tutérus tuberculeux 
sont justiciables du couteau du chirurgien, on con- 
çoit sans peine que leur ablation faite au début du 
mal en puisse arrêter la propagation aux parties voi- 
sines, à toute la muqueuse génitale et au reste de 
l'économie. 

Grftce aux progrès de la technique chirurgicale et 
de l'antisepsie, on peut opérer dans la cavité périto- 
néale, enlever les trompes tuberculeuses, faire même 
l'ablation de portions étendues du gnmd épiploon 
farci de tubercules, sans qu'il en résulte plus de dan- 
gers que pour l'abhition des mêmes organes atteints 
de lésions inflammatoires. Nous avons rapporté avec 
M. Terriflon (1) Tc^xamen hist()h)gique de trompes 
tuberculeuses enlevées les unes par M. I^éan, les au- 
tres par M. Koutier, sans accidents consécutifs; 
M. Nargeau a fait examiner dans notre laboratoire 
un morceau du grand épiploon tuberculeux enlevé 
chez un enfant qui dej)uis deux ans ne s'en porte pas 
plus mal, elj(î rapporterai bientôt l'examen d'un uté- 
rus tuberculeux opéré par hystérectomie vaginale par 
M. Péan. 

On ne voit pas |)ourquoi l'ablation d'un utérus tu- 
berculeux aurait j)lus d'inconvénients, plus de reten- 
tissement sur l'économie qu'une opération pratiquée 
sur toute autre tuberculose locale, sur le testicule par 

(1) Archives de physiologie ^ lo nov. i887, 3* sér., vol. X, p. K27. 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA Ft^IME. 6i 

exemple. Il es! vrai qu'il est plus difficile de faire le 
diagnostic de cette affection siégeant à Tutérus qu'au 
testicule, et que la tuberculose utérine passe le plus 
souvent inaperçue. 

Mais je ne dois pas perdre de vue que mon but est 
surtout d'exposer ici les résultats d'examens anato- 
miques, et je reviens aux lésions que présentent la 
muqueuse et le parenchyme des organes sexuels. 

Je n'insisterai pas sur leur examen à l'œil nu. On 
les connaît depuis les excellentes descriptions données 
par Reynaud (i),Cruveilher (2), Aran (3), Siredey (4^ 
et Brouardel (o). 

Les observations d'utérus tuberculeux que j'ai uti- 
lisées pendant ces derniers mois pour cette étude sont 
au nombre de sept. Deux d'entre elles se rapportent à 
des troubles organiques du débutde la tuberculose uté- 
rine, c'est-à-dire à une époque de son évolution dans 
laquelle on ne trouve qu'un nombre restreint de folli- 
cules tuberculeux accompagnés de catarrhe et d'endo- 
métrite végétante et glandulaire. Dans les autres 
observations, les follicules tuberculeux sont très rap- 
prochés les uns des autres, toute la muqueuse est 
infiltrée par un tissu formé de petites cellules; elle 
présente alors une dégénérescence caséeuse totale, 
uniforme sur la plus grande partie de son étendue. La 
muqueuse du corps utérin est alors jaunAtre et opa- 
que. Cette opacité et cette dégénérescence s'observent 
sur une coupe de la muqueuse dans une étendue en 

(i) Reynacd, Archives gén.de méd.^ 1831, vol. XXVI, p. 186, 

(2) Cruveilheb, Anntomie paih. gén,, t. IV, p. 674 et 718. 

(3) Aran, Leçons cliniques sur les maladies de Cutërus, 1858, p. 
710 à 716. 

(4) SiREDBY, Thèse de doct. Paris, 1860. 
(o) Brouardel. Thèse de doct. Paris, 1865. 



«2 V. CORNIL. 

profondeur de 1 à 2 inilliiuètres. Au-dessous de celle 
cou(;lie, la lunique museuleuse est conservée, elgéné- 
nilemenl liyj)erlroi)liiée. Ni à la surface de la mu- 
queuse, ni sur la section, on ne dislingue àTœil nu 
de granulations tuberculeuses (|ui rappellent la des- 
cription classique des granulations des séreuses, pas 
|)lus au début de la tuberculose que dans ses périodes 
les j)lus avancées. Dans tous les cas, la sécrétion du 
col et du corps de Tulérus présente des caractères 
s|)éciau\ ; le mucus cervical et celui du corps utérin sont 
denses, é|)ais, semés (i(î grumeaux opaques jaunAtres. 
SouvcMit même on a affaire à un magma épais, semi- 
liquide, uniformément coloré en blanc jaunAlre et 
o|)a(|ue, |>lus ou nunns abondant, qui distend le corps 
de Tutérus. il peut y avoir par exemi)le de 20 à 50 gram- 
mes de ce mucus cailleboté, épais, crémeux, opaque, 
cpii remplit le corps de Tulérus et s'écoule diflicile- 
UH^nt |)ar le museau de tanclie. 

l*our bien faire comprendre révolution liistolo- 
gique dccetti» maladie, je décrirai successivement des 
ty|)es de tuberculose à son début et de tuberculose 
plus ancienne. 

Tuberculose récente du col utérin. 

Notre observation de tuberculose au début la plus 
intéressante se rapporte à une lésion du col de l'uté- 
rus pour laquelle M. Péan a pratiqué rhystéreclomie 
totale. Le diagnostic clinique de cette lésion éUdt resté 
d(mteux. L'aspect du (roi bypertro|)hié, induré, hérissé 
de végétations irrégulières, baigné d'un liquide mu- 
queux épais, jaunâtre, grumeleux, faisait redouter un 
cancer et, dans cette hypothèse, M. Péan avait enlevé 



: [lE LA ÏKM.ME. 



rutérus. La [liécc me lui remise jieu de temps après 
rojiération. aussi fraîche qu'il est possible. 

L'ouverture de la cavité cervicale nous lit voir les 





[WÇ. 1. — Coup! de Im lurfaea Jo 1m muqueuse de In e«ïit* 

r* M 30 diuBâirM). — m. oiucu* liuiA k U >urr«CB de la i 

médittirst aux plii da l'arbrade via; ]i,ia. 

>s coBVanei d'un ^pilhélluncjlin 

l iDURn^dialres aux plii de l'arbre de >ie; a 

m coojonctirde la maquauae an miliaD de 



r, céllùlù gi-aalea liluéei daui le 
cslei tuberculeux raJcrDacopiquei. 



lis de l'arbre de vie Irès accusés, végélants, agglu- 



i 



V. COB-ML. 



linés par un mucus collant parsemé de grumeanl 
opaques. L'examen histologique que nous avons fait. 
M.Braultet moi(5oc. «Hfl/.,marsI88H), nous démon- 
tra qu'il s'agissait d'une tuberculose du col de l'uté- 
rus, limitée à celte partie de l'organe. Cette pièce esl 
extrêmement intéressante à raison de la rareté même 
et de la limitation du processus tuberculeux. 

Les préparations histologiques obtenues après le 
durcissement dans l'alcool et perpendiculaires à la sur- 
face de la muqueuse, montrent, avec un faible gros- 
sissement (voyez la figure 1 dessinée à 30 diamètres) 
les plis de l'arbre de vie p, présentant des villosités 
secondaires et séparés par de grandes dépressions 
où viennent s'ouvrir les glandes utriculaires ou com- 
posées du col. La surface de la muqueuse, aussi bien 
que les dépressions et les cavités glandulaires, sont 
tapissées et remplies de mucus m. Les cavités glandu- 
laires g sont élargies en même temps que le tissu 
conjonctif est rempli de petites cellules. Dans ce tissu 
conjonclif, à la surface de la muqueuse, au sommet 
même des plis de l'arbre de vie, dans les couches su- 
perficielles aussi bien qu'un peu plus profondément 
entre les glandes, on distingue en a, a, a, des cellules 
géantes assez volumineuses pour être vues à ce faible 
grossissement. La surface de la muqueuse, de ses 
plis, de ses villosités, aussi bien que la cavité des 
glandes, sont tapissées de longues cellules cylin- 
driques. 

On voit par ce dessin que la dissémination des 
cellules géantes se fait dans le tissu conjonclif de la 
niuqueuse sans que les glandes et la configuration 
générale de celle-ci soient notablement modifiées. 

La figure 2 montre les mêmes lésions, mais avec 




"•!• t — Seeuna i» la inrfaca dn col aita i 
iMDi de tOO d ■ ntint) m m eus lurraesdai vlllai Uielpap Uu s ftlaod» 
■•41MIUM lapiBfM d ap thaï um cylndr(|iHi v vaiitsan t e t cgUnle* 
Ituiea ■ Vi*et dans le l tau EODjnnct ( aada nmi [ p ana paplUa ta partis 
totiUv daaon «pitUlion daDt ia[ia)ii coDJODcilflr Mtsi'- '- 

niB«lCUUl*B. — 11. 



plus d'évidence, [liirce qu'elle est dessinée ô 
sissement un peu plus fort (100 diamètres). 

Le mucus forme à la surface de la muqueuse des 
couches parallèles ; la surface de la muqueuse montre 
des saillies villeuses-î séparant des dépressions glan- 
dulaires. Une dépression de l'arbre de vie se voit à 
la gauclic de la figure, et dans celte dépression on ob- 
serve une viUosité épaisse />, tapissée comme toute 
la surface par de grandes cellules cylindriques. 

Entre les glandes g, y, dans le tissu conjonctil \\v 
la muqueuse iufdtré do nombreuses peliles cellules, 
on voit des cellules géantes tout A lait caractéris- 
tiques, f, c, c, qui paraissent constituer à elles seules 
toute la lésion tuberculeuse. 11 esl vrai que le tissu 
conjonctif ijui les entoure est plus riclie en cellules 
rondes qu'à l'état normal; mais il en contient beau- 
coup à l'élal physiologique et il suffit d'avoir alTaire 
H une endométrilc du col pour iiu'il en renferme 
autant que dans ce fait de tuberculose. D'ailleurs le 
plus souvent, autour des cellules géantes, il n'existe 
pas d'agglomération de cellules épithélioïdcs, ni d'ac- 
cumulation de cellules en dégénérescence granuleuse 
ou nécrosique, d'où il résulte que les follicules tuber- 
culeux observés dans ce cas à une période très voi- 
sine de leur début n'étaient point visibles h. l'œil nii. 
Les cellules géantes sont souvent situées tout à fait 
au voisinage des glandes, et même au contact de leur 
paroi; c'est ce que montre l'une des cellules géantes 
de la figure 2; la figure 3 lait encore mieux appré- 
cier cette disposition. 

Dans ce dessin, en elVct, j'ai représenté une cellule 
géante c très volumineuse, qui touche â la membrane 
limiUiule d'une glande. A côté et au-dessus de cette 



GENiTALE ItE l.â KEMMR. 



cellule géante, on voit une ft'iid' c tjui s\i"^o iliius le 

follicule tuberculeux et ou eonstate iiu hurd de celle 

fente quelques cellules épithélioïdt'ri iip|iiirleiianl à ce 

■JoUii-'ule. Les cellules du revèlenieni de l;i ijlunde 




- GroHinsmont de 15U iliamèirci, — /i. papillei n vigétatioui superll- 
t, lîuu raojaiielif coiilcnuii baaueuup de callnls* rondai; r.fluursdtkm 

feUknla taberculsui; c.CBlliile g*uils; H. ravttecpeni «pilhétinl d'ane t^lands 
•a airtka d*un fatUiula tuberculeux ; ces cillulei êpitbeliulei sont Rraiios al 
rm«iB<4e*: n. FavAumant èpïtbéliMl formé de longues cailales; m. mut'Ui cou- 
(■nadsU glaude:!, cellule* épiibelinJai Irèi nltongéas d'une f(l>u>de;'>,viiisaeKii. 



^ine de ce fiillieule présenlenl des caractères dif- 
terenls suivant qu'un les examine auprès de la cel- 
[lilule géante ou loin d'elle. Bien que cette figure soil 



i 



V, rOBNII.. 



vue à un assez fitiblc grossissement (150 diamètres), 
il esl facile de les constater. Dans toutes les inflam- 
mations du col en effet, quelle que soit leur cause, les 
cellules épilhéliales cylindriques des glandes sont sou- 
vent très longues, et leur extrémité libre est pleine de 
mucus. C'est ce que j'ai dessiné en o, dans les cel- 
lules cylindriques éloignées de la cellule géante ; on 
peut constater aussi cet allongement des cellules en 
ô, dans la glande g simplement atteinte de catarrhe 
inflammatoire. Mais au voisinage de la cellule géante, 
en H, les cellules épithéliales sont plus nimassées, 
plus larges et moins longues ; leur protoplasma se 
colorait aussi beaucoup plus fortement par le carmin. 
Hemarquons aussi en passant que cette glande dilatée 
contenait beaucoup de mucus m. 

Les productions tuberculeuses développées à. la 
surface de la muqueuse qui revêt extérieurement le 
museau de tanche, c'est-à-dire dans sa portion vagi- 
nale où elle estrecouverte d'épithélium pavimenteux, 
présentent la même apparence que tes tubercules de 
la muqueuse pharyngienne; les follicules tuberculeux 
siègent en effet â la surface du chorion muqueux ; on 
y voit des cellules géantes au milieu dune accumu- 
lation de petites cellules; ces granulations sont re- 
couvertes à leur début et pendant longtemps, par 
les couches normales de répilbélium pavimenteux 
stratifié. 

Maintenant que nous avons étudié la topographie 
des lésions tuberculeuses de la muqueuse dans ce 
fait, nous pouvons pousser plus avant l'analyse liis- 
lologique des lésions tuberculeuses et de celles qui 
sont purement inflammatoires. 

Les cellules géantes qui sont placées dans le tissu 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 69 

conjonctîf de la muqueuse, surtout à sa surface dans 
les villosîtés ou autour des glandes, sont volumi- 
neuses et contiennent une quantité de noyaux. Ceux- 
ci sont souvent, ainsi que je l'ai indiqué, allongés en 
forme de boudin, ou contournés, ou bourgeonnants. 
Bien que les lambeaux qui ont servi à faire les coupes 
eussent été très bien conservés, durcis dans l'alcool 
fort, il m'a été impossible de voir de division indi- 
recte des noyaux dans les cellules géantes; mais j'ai 
vu plusieurs fois de grosses cellules épilhélioïdes, 
appartenant au follicule tuberculeux et voisines d'une 
cellule géante présenter des figures de karyokinèse 
évidentes. 

Au-dessous de la muqueuse, on trouvait des folli- 
cules tuberculeux en petit nombre situés au milieu 
des faisceaux musculaires entre-croisés. Ces faisceaux 
musculaires étaient, en un point donné, séparés et 
éloignés par du tissu conjonctif embryonnaire for- 
mant un tlot, au centre duquel il y avait une ou plu- 
sieurs cellules géantes entourées de cellules épitfié- 
lioïdcs. Ces granulations tuberculeuses étaient plus 
volumineuses que celles delà surface de la muqueuse. 
Elles offraient là une disposition tout à fiiit analogue 
à ce qu'on obser\'e dans les couches musculaires de 
l'intestin ou dans le muscle lingual, c'est-à-dire 
qu'elles s'étaient développées dans le tissu conjonctif 
inter-fasciculaire en repoussant ])ar leur extension les 
fibres musculaires à leur périphérie. Il faut donc s'at- 
tendre, même lorsqu'on croit avoir affaire à une 
éruption tuberculeuse légère, superficielle, de date 
récente, n'ayant point produit d'ulcération ni de perte 
de substance, ace que le tissu profond de la muqueuse 
et même la couche musculaire soient envahis par 



70 V. roRXIL. 

quelques {^rauulalious lubereuleuses. (!elles-ei, en 
petit nombre il est vrai, suivent le trajet des vais- 
seaux, dans les es|)aees eoujonetifs internuisculaires. 

Lorsque, môme dans des tuberculoses peu an- 
eieunes, Texameu bislologique révèle une pareille 
extension du mal en |)rofondeur, on peut en tirer 
cette conchisiou qu'il ne suifirait |)as au médecin de 
l'attaquer par des modificateurs superficiels ni même 
par un grattage, A moins qu'il ne soit poussé profon- 
dément et que souvent Tablation totale serait le seul 
moyen d'enlever toutes les parties tuberculisées de 
Tutérus. 

Nous avons chcTcbé (»n vain, dans ce fait, des ba- 
cilles de la tuberculose sur une di/aine de coupes; il 
nous a été im|)ossil)le d'en découvrir, soit dans les 
cellules géantes et dans les follicules, soit dans le 
mucus qui remplissait les glandes et couvrait la sur- 
face de la muqueuse». 

Les lésions tuberculeus(*s que nous venons de pas- 
ser en revue provoquent autour d'elles et dans toute 
la uuiqueuse une inflammation, un degré très marqué 
d'endométrite du col. (les troubles inflammatoires 
portent à la fois sur le revêtement épitbélial de la 
surface et des glandes, et sur le chorion. 

Les c(»Ilules qui tapissent la surface des villosilés 
superliciellcîs de la muqueuse sont en place aussi bien 
que celles qui revêtent les dépn^ssions de l'arbre de 
vie et les divers segnuMils des glandes. Le plus ordi- 
nairement les cellules épithéliales des dépressions 
glandulaires sont beaucoup plus longues, beaucoup 
plus pressées qu'à l'état normal et elles paraissent 
amincies, ('es cellules sont disposées en palissade et 
leurs noyaux sont ovoïdes, presque toujours situés 



lUBEKCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 71 

suivant une ligne régulière, ainsi qu*on peut le voir 
en 0, figure 3. Leur extrémité libre, qui confine à la 
lumière de la glande, est un peu renflée et contient 
une substance transparente, muqueuse. Leur bord 
libre est arrondi. Au niveau de ce bord libre on voit, 
soit de petites boules ou granulations de mucus, soit, 
ce qui s'observe plus souvent, un filament formé d'une 
substance tout à fait réfringente outrés finement gra- 
nuleuse, un peu moins épais que la cellule, dirigé dans 
le même sens qu'elle du côté de Taxe de la lumière 
de la glande. Oes filaments muqucux pAles, qui se con- 
tinuent avec chacune des cellules de revêtement, pa- 
rallèles les uns aux autres, s'infléchissent dans le sens 
de la lumière de la glande, s'accolent sans se con- 
fondre et sortent ainsi en formant une gerbe qui s'é- 
panouit au goulot glandulaire. Des filaments muqueux 
analogues sont en rapport avec le bord libre des cel- 
lules de revêtement, et ils ne tardent pas à s'infléchir 
aussi à la surface de la muqueuse où ils forment des 
couches parallèles à cette surface. 

Le système de ces différents zones de filaments et 
de couches de mucus est très élégant sur les prépa- 
rations obtenues après le durcissement des pièces 
par l'alcool. On les étudie très bien sur les coupes co- 
lorées au carmin, mais ils sont beaucoup plus colorés 
et plus remarquables après Faction de la safranine. 
Dans ce but, on met les coupes dans un bain formé de 
solution aqueuse et de solution alcoolique concentrée 
de safranine, mêlées à parties égales, où on les laisse 
pendant douze heures. Après la coloration, on éclaircit 
la préparation par l'alcool, l'essence de girofle, et on 
monte dans le baume. Par ce procédé, les filaments et 
couches de mucus sont très fortement teintés en rouge, 



72 V. CORNIL. 

rouge orange el par places, dans les parties superfi- 
cielles qui sont les |)his anciennes, en rouge violacé. 
En examinant ces coupes avec un fort grossisse- 
ment, on voit souvent au milieu du mucus des cellules 
rondes atrophiées, ratatinées, irrégulières à leur bord 
ou des fragments d(î cellules. Ces éléuKînts qui ont subi 
la dégénérescence muqueuse ou colloïde, présentent 
des bords bien nets et sont aussi fortement colorés par 
la safranine. Us sont logés dans de i)elites cavités au 
milieu du mucus, si bien qu'en certains points de ces 
coupes du mucus, en voyant des systèmes de lames 
et de filaments réguliers, enserrant des éléments ir- 
réguliers enfermés dans de petites loges ou capsules, 
on croirait avoir affaire à la coupe d'un os décalcifié. 
Je signale cette ap|)arence en passant, comme un 
détail de technique assez curieux. 

Dans les points où le mucus éUiit grumeleux et 
opaque, on y observait des cellules plus ou moins 
volumineuses, arrondies, contenant des granulations 
graisseuses. Sur ces mêmes |)réparations colorées à 
la safranine, on peut voir des cellules épithéliales cy- 
lindriques en karyokinèse.L'épithéliumde revêtement 
et celui des glandes prés(»ntent (Ioikî des modifica- 
tions inflammatoires, une migration de cellules rondes 
entre les cellules cylindriques, uneprolileration assez 
marquée, des dégénérescences muqueuses et grais- 
seuses |)ar places, et une sécrétion de mucus en quan- 
tité supéric^un» à la normale, (le sont là des troubles 
communs à toutcîslesendométrites intenses, subaiguës 
du col utérin; mais il cîsl rare de les trouver portées 
au même degré quc^ dans ce fait de tuberculose. 

Le tissu conjonctif du chorion muqueux est aussi 
le siège (h^ lésions inflammatoires; les vaisseaux sont 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 73 

dilatés excepté dans les parties tuberculeuses depuis 
un certain temps; il s'est fait une accumulation 
de cellules rondes migratrices entre les fibrilles con- 
jonctives. On peut s'assurer de la grande quantité de 
ces petites cellules qui remplacent le tissu conjonctit 
en examinant la figure 2 en / et / <: et la figure 3 en t. 
La diapédèse s'effectue ainsi en dehors des limites du 
tissu conjonctif, car il passe assurément quelques cel- 
lules rondes migratrices entre les cellules épithéliales 
du revêtement dans le mucus sécrété par les glandes 
à la surface de la muqueuse. 

Si le lecteur a bien compris la description qui pré- 
cède d'un cas de tuberculose de la cavité du col utérin 
et qu'il veuille bien la comparer à la description de la 
tuberculose au début de la trompe que nous avons 
donnée , M . Terrillon et moi (1 ), il verra entre les troubles 
de la cavité du col et ceux de la muqueuse de la 
trompe la plus grande analogie. C'est le même siège 
des cellules géantes au sommet des plis et villosités 
ou dans le tissu conjonctif de ces plis; ce sont les 
mêmes phénomènes inflammatoires, et la même sé- 
crétion muqueuse, les mêmes modifications des cel- 
lules épithéliales. 

Tuberculose du corps de Tutérus. 

Dans le courant du mois de février 1888, M. l)u- 
montpallier a trouvé, à l'autopsie d'une tuberculeuse, 
les trompes et l'utérus malades. Les trompes étaient 
très nettement tuberculeuses, grosses comme le petit 
doigt, remplies d'un muco-pus grumeleux, caséeux, 
avec des points opaques dans les végétations de la 

(Il Anatomie et physiologie pathologiques de la salpingite et de 
Covarite. (Archives de physiologie, 15 novembre 1887, p. joO.) 



74 V. CORNIL. 

muqueuse et dans la paroi de ces conduits. L'ulérus 
n*étail pasauj^menlé notablemenlde volume; sa paroi 
n'était pas épaissie; la muqueuse du corps était irré- 
{^ulière à sa surface, {granuleuse, liérissée de petites 
véf^étalions. Au-dessus de rorifice interne de la cavité 
du col, la muqueuse» du corps utérin présentait une 
ulcération comme creusée à Temporte-pièce, ayant 
rétendue d'une |)ièce de i franc, et dont le fond 
offrait une couche caséeuse opaque adhérente, recon- 
naissant pour cause une mortification de la couche 
profonde duchorion muqueux. Le corps contenait un 
liquide muqueux, ()|)aque. La cavité du col et le mu- 
seau de tanche étaient normaux. 

Nous avons fait des préparations du corps de 
l'utérus après durcissement dans l'alcool, de façon 
<pie les cou])es, perj)endiculaires a la surface de la 
muqueuse, comprissent toute l'épaisseur de la paroi 
utérine. Mais dans cet utérus recueilli trente heures 
environ après la mort, nous ne pûmes constater les 
altérations histolofçiques fines qui ne s'observent que 
sur ces orj^anes durcis aussitôt après leur ablation 
chirurgicale. H eut été bien inutile de chercher à 
savoir quel était l'état d(;s cellules <le revêtement, des 
cellules glandulaires, etc. Nous n'avons pu constater 
que l'inflammation de la mu([ueuse, son infiltration 
par un grand nombre de petites cellules et les végé- 
tations anormales de sa surfaire ; les glandes du corps 
n'étaient pas accrues en épaisseur ni en nombre. Nous 
avons aussi trouvé quelques cellules géantes au pour- 
tour de l'ulcération. Le fond de Tulcération montniil, 
dans toute la partie caséeuse, une infdtration du tissu 
conjonctif par de petites cellules très rapprochées les 
unes des autres, vitreuses, dont les noyaux ne se 



TUBERCULOSE GENITALE DE LA FEMME. t'ô 

coloraient plus en rouge par le picro-carmin, une 
morlilîcalion en un mol d'une partie de la muqueuse 
tuberculisée en nappe. Il n'y avait point là de nodules 
ni d'ilôts tuberculeux séparés ou distincts les uns des 
autres. Ce tissu tuberculeux mortifié formait le plan- 
cher de l'ulcération suivant une épaisseur d'un demi- 
millimètre environ. 

11 s'agissait, comme on le voit, d'une tuberculose 
limitée du corps de l'utérus consécutive à une salpin- 
gite double de même nature. 

On peut citer comme un type de tuberculose chro- 
nique du corps de Tutérus le fait suivant, qui provient 
d'une autopsie que j'ai faite à THùtel-Dieu le 9 février 
1887 (1). Il s'agissait d'une phtisique soignée depuis 
longtemps dans le service de Gallard et dont on 
n'avait jamais examiné les organes génitaux, proba- 
blement parce qu'elle ne s'en était jamais plaint. Les 
poumons présentaient des cavernes et une infdtration 
généralisée, les intestins offraient des ulcérations 
tuberculeuses ainsi que la vessie. 

L'utérus, volumineux, en rétroflexion, offrait à sa 
surface péritonéale plusieurs granulations tubercu- 
leuses; les trompes normales ne présentaient ni gra- 
nulations tuberculeuses à leur surface, ni (ontenu 
puriforme. L'ovaire gauche recouvert d'adhérences 
pseudo-membraneuses qui l'unissaient à la trompe 
montrait à sa surface des nodosités et de petits bour- 
geons en chou-fleur durs, formés d'un tissu fibreux 
très dense, d'aspect presque cartilagineux (fibromes 
de la surface de l'ovaire). 

Après avoir ouvert le vagin et l'utérus, on vit que 

(1) Voir BulL de la Soc, anatomique, séance du 11 fév. 1887. 



76 V. COllML. 

lit paroi (lu corps derutérus mesurait i cenlimètre en 
épaisseur, sans être nolal)lemenl indurée. L'utérus, 
y compris la cavité du col, mesurait 8 centimètres et 
demi (Mi longueur. La cavité du corps dilatée contient 
un pus épais, caséeux, semi-liquide, adhérent à la 
paroi, grumeleux, qui reste en place et qu'on peut 
évaluer à environ une cuillerée à bouche. 

Après avoir déplacé ce pus caséeux et cailleboté, 
on voit que la surface de la cavité utérine est jaune, 
caséeuse, irrégulîèro, avec de petits débris fdamen- 
teux. Cette dégénérescence caséeuse n'est pas limitée 
à la surface de la cavité utérine; elle en infiltre la 
paroi dans une épaisseur de 1 millimètre et demi à 
2 millimètres. Sur la coupe de la paroi utérine, on 
constîUe en effet une bordure jaune d'aspect caséeux 
qui limite toute la cavité du corps. 

Cette lésion généralisée a toute la muqueuse du 
corps s'arrête à la limite de l'orilice interne de la ca- 
vité du col. Le mucus sécrété par le col et qui hu- 
mecte sa muqueuse bien conservée est filant, vis- 
queux, tnuîsparent comme î\ l'état normal. 

Le vagin est normal. 

Les sections perpendiculaires à la surface de la 
muqueuse du corps, après durcissement dans l'alcool, 
n'ont montré aucun vestige de sa structure normale; 
ni épilhélium, ni glandes, ni vaisseaux sanguins recon- 
naissables. Toute la ))artie caséeuse de la surface pré- 
sentait au microscope une couche homogène formée 
de petites (UiUules mortifiées, vitreuses, ne se colo- 
rant plus, dont les noyaux étaient à peine teintés en 
rose par le picro-carmin.Les cellules étaient séparées 
|)ar de minces fibrilles entre-croisées dans tous les 
sens. 



TUBEHCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 77 

Au-dessous de cette couche mortifiée, il y avait 
une zone possédant de petites cellules vivantes et 
entre elles de distance en distance quelques cellules 
géantes. Puis venaient les plans musculaires. Dans 
cette paroi musculeuse nous avons vu aussi quelques 
follicules tuberculeux. Sur les coupes comprenant 
toute la paroi y compris le péritoine, on avait donc 
en dedans l'infiltration caséeuse qui remplaçait la 
muqueuse, quelques follicules tuberculeux dans la 
paroi musculaire et les granulations situées dans le 
péritoine. 

Nous avons cherché inutilement les bacilles de la 
tuberculose, sur une dizaine de coupes, dans la mu- 
queuse utérine ainsi dégénérée. 

L'infiltration caséeuse accompagnée de mortifica- 
tion superficielle dont les produits détachés consti- 
tuent le pus caséeux cailleboté qui remplit la cavité 
du corps utérin, est le type le plus caractérisé de cette 
tuberculose chronique. 

Nous ne pouvons nous empêcher de comparer cette 
lésion à celle de même nature que Ton constate assez 
souvent dans le bassinet, les calices et les uretères, et 
dont nous avons vu cette année des exemples tout à 
fait frappants à la Société analomique. Cette similitude 
saute aux yeux. Il s'agit, dans le corps utérin comme 
dans les voies d'excrétion de l'urine, d'un épais- 
sissement blanc jaunâtre opaque, avec induration de 
la muqueuse qui est tout à fait mortifiée et dont la 
surface se délite en une fragmentation moléculaire 
dont les particules mêlées au pus lui donnent son ap- 
parence grumeleuse. 

Au microscope, c'est aussi tout à fait la même appa- 
rence ; la couche plus ou moins épaisse de la surface 



78 V. COR ML. 

caséoiise présente un aspect homojçènc, une infiltra- 
tion uniforme par de petites cellules sans qu'on dis- 
tingue de vestiges d*ilots tuberculeux distincts, (l'est 
ù peine si dans la couche profonde encore vivante on 
peut distinguer de loin en loin une cellule géante re- 
connaissahle. Ihins la tuberculose chronique avec in- 
filtration caséeuse des uretères et du bassinet, il est 
également fort difficile et huig de trouver un ou deux 
bacilles. Il résulte de ce que nous venons de dire de 
Tanatomie pathoh)gique de la tuberculisation de la 
muqueuse des lrom|)es et de Tutérus qu'on ne trouve 
habituellement, ni à l'état récent ni à Tétat chronique, 
de granulations tubercul(»us(»s évidentes à \œ\\ nu ni 
même au micros(*ope et répondant aux descriptions 
classiques des tubercules. On a pris en eifet comme 
type la granulation des séreuses, etcetype ne se ren- 
contre que très rarement dans la muqueuse génitale. 

La rareté des bacilles, dîuis la tuberculose utérine, 
ne doit pas nous étonner. Il est certain qu'il en existe, 
car nous en raj)|)ortons |)his bas des (exemples, mais 
de même que dans hi plupart d(îs tuberculoses lo- 
cales (tubercules du testicule, lupus, etc.), ils y sont 
en très i)etit nombre, proi)ablement parce que les 
lésions sont anciennes. 

M. le docteur E. hoyen, de Heims, a été plus heu- 
reux ou j)lus |)ersévérant dans la recherche des ba- 
cilles, et il en a trouvé récemment à Taulopsie d'une 
jeune femme morte de fièvre puerpérale, qui présen- 
tait aussi des tubercules de la muqueuse et du muscle 
utérin. Les deux observations suivantes, que me 
communique M. Doyen et qu'il a recueillies pen- 
dant son internat chez M. Lancereaux, se rapportent 
peut-être à des tubercules primitifs deTutérus et de ses 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 79 

annexes; mais comme il y avait aussi des lubercules 
pulmonaires, il est assez difficile de se prononcer sur la 
question d'antériorité des uns ou des autres. 

Tuberculose primitive de l'utérus et de ses annexes, compliquée 
de pelvi'péritonite tuberculeuse chronique. — Phlegmon péri- 
utérin ouvert dans le cœcum. — Septicémie. — Mort. 

Magne, !23 ans, domestique, entrée salle Lorain, à la Pitié, 
le 8 janvier 1885 (service de M. Lancereaux). Réglée à 16 ans; 
mariée à 20 ans, elle eut un enfant peu après. Le sang des 
règles est pâle. L^hémorrhagie dure habituellement de 5 à 
iî jours. Dans l'intervalle elle a des pertes blanches. Klle s'est 
levée trois jours après son accouchement. 

Depuis quinze jours elle est plus souffrante et se plaint 
que son mari, très fort selon elle, lui causait de la douleur 
dans le coït. 

Le 9 janvier, elle souffre de tout l'abdomen, surtout à 
gauche, et présente des vomissements porracés. 11 existe en 
avant de l'utérus un empâtement douloureux. 

Dysurie, constipation, ballonnement du ventre. Urine 
très albumineuse. 

Lesjours suivants, teinte subictérique des conjonctives, coli- 
ques, diarrhée. Fièvre hectique, cachexie progressive, frissons 
fréquents. Empâtement douloureux au-devant et sur les côtés 
de l'utérus. La température oscille matin et soir de 38* à 40". 

L'état général s'aggrave, et on constate à l'auscultation 
des râles pulmonaires aux bases. Mort. 

Autopsie le 8 février. 

Nous tombons avec étonnement, non pas sur une pelvi- 
péritonite inflammatoire simple comme on s*y attendait, 
mais sur des lésions tuberculeuses des organes pelviens, 
compliquées de granulie péritonéale et d'un immense 
abcès, communiquant avec l'intestin. 

Le décollement péritonéal se prolonge surtout dans la 
fosse iliaque gauche. A droite, la cavité purulente commu- 
nique avec le cœcum par un orifice déchiqueté de i centi- 
mètre de diamètre. 



80 V. CORXIL. 

Le péritoine péri-utérin est semé de granulations tuber- 
culeuses. D*autres points présentent des fausses membranes 
inflammatoires récentes. 

La muqueuse utérine est roup;e, congestionnée, épaissie, 
semée de granulations tuberculeuses, dont quelques-unes 
sont déjà caséeuses. 

La rate est énorme, les reins blanchâtres et volumineux, 
le loie jaunâtre pèse 2 030 grammes et semble amyloîde. 

Tous les viscères abdominaux sont unis par des fausses 
membranes, dont quelques-unes assez anciennes. 

(]es fausstîs membranes sont semées de granulations 
tuberculeuses qui abondent particulièrement sur le péri- 
toine qui recouvre lo foie et l'estomac. 

Aucune trace de tuberculose pulmonaire ou pleurale. 
Hépalisation grise du lobe moyen du poumon droit. Pneu- 
monie lobulaire disséminée des deux côtés. 

Le péricarde est enflammé et contient 60 grammes d'un 
exsudât fibrino-purulent. 

Uien au cerveau. 

La muqueuse intestinale ne présente aucune trace de 
tuberculose. L'aspect de la perforation du ciccum semble 
prouver qu'elle s'est faite de l'abcès vers l'intestin. Elle est, 
en effet, très nettement taillée du coté de la muqueuse et 
fort irrégulièro du côté de l'abcès. 

(iClte malade semble donc avoir succombé à des accidents 
infectieux h la suite de la communication avec le cœcumd'un 
foyer purulent développé au niveau des annexes de l'utérus. 

L'examen des viscères a prouvé qu'il n'existait pas de 
tuberculose pulmonaire et que Tutérus devait avoir été 
atteint en premier lieu. 

THhrrcnhtSf* prlmltivo de. l'utérus et dp st*s mwfixes. — Pelm^ 
pf'ritnnitf' fufjfrrufeusf. — Mnrf. — Usions pulmonaires 
peu arrc.n luttes. 

Cassin, 64 ans, domestique. Elle u ou 16 enfants, qui sont 
tous morts en bas Age. Légèrement alcoolique. 

Elle entre le 3 janvier, salle Lorain (service de M. Lance- 
reaux), en se plaignant d'une faiblesse générale. Elle est 
cachectique et a eu une pleuro-pneumonie, il y a cinq ans. 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 81 

Quatre jours avant d*entrer à Thôpital, elle dut cesser son 
métier de marchande des quatre saisons et s'aliter. 

Elle se plaignait alors de courbature, de maux de reins et 
de frissons. 

Elle présente des râles de bronchite, et dans le flanc droit 
une tumeur très douloureuse de nature inflammatoire. 

11 se produit un peu d'ascite, de Toedème des membres 
inférieurs. L*urine est rare, d'odeur ammoniacale, chargée 
de sels et albumineuse. 

La tuméfaction du flanc droit augmente. L'état général 
s'aggrave. Des râles de bronchite généralisée s'entendent 
des deux côtés du thorax. 

Au commencement de février, l'urine se montre de plus 
en plus albumineuse. L'œdème des jambes s'accentue. On 
entend au cœur un bruit de galop. 

Une escharese produit au sacrum et la malade meurt vers 
le 15 février. 

A Yaiifopsie, nous trouvons des lésions d'athérome géné- 
ralisé et quelques tubercules pulmonaires. 

La séreuse péritonéale en particulier présente de nom- 
breuses granulations tuberculeuses remarquablement dures 
et saillantes, paraissant de date très ancienne. Les trompes 
sont volumineuses, atteintes de périsalpingitc et en partie 
caséeuses ainsi que les ovaires. 

La muqueuse utérine et le tissu même de Tutérus sont 
profondément infiltrés de tubercules caséeux, qui donnent à 
la cavité du corps un aspect assez analogue à celui de cer- 
tains cancers. 

Cette observation est curieuse par l'évolution^ à l'âge de 
64 ans, d'une tuberculose de l'utérus et de ses annexes peut- 
être latente depuis longtemps, ayant déterminé, sous l'in- 
fluence de la fatigue physique probablement^ des lésions 
aiguës de pelvi-péritonite tuberculeuse et la mort. 

L'observation suivante, que nous communique 
M. le docteur Gombault et qu'il a recueillie dans son 
service de l'hospice d'Ivry, est très intéressante par 
la forme des lésions tuberculeuses du corps de l'utérus . 
La cavité du corps, très dilatée, était transformée en un 

TUBEBCULOSE. — II. 6 



kyste à parois minces par suile de roblitératîôi 
l'orifice interne du col; elle élait remplie d'un muco- 
pus qui contenait une quantité vraiment colossal e de 
bacilles île la tuberculose. 



1^^ 



Tuberculose généralisi'e du prriluinr. — Tiifirrciilme aneii 
fie la trumpe e( de la rapitë du rorpx iiféyiii. — Tithri-fiihiit 
r^rcnle du piyumon. 

La nommée Lpraaire, âgée de 78 ans, entre le 30 avril Ji 
l'infirinerie àc l'hospice d'Ivi'y, a» n" 37 de la Italie Diiplay. 

Celte malade, rachecliqne, amaigrie, gâteuse, répond trê* 
difltcilement aux questions qu'on lui pose, si bien qu'il ml 
à peu pri's impossible d'avoir des renseignements sur ses 
antécédenis. Pendant les dix jours qu'elle reste dans le ser- 
vice, elle a eu de la fièvre avec des exacerbations le soir, la 
température varinnlde 38 degrés et demi à 39 degrés et demi 
et mGme 40 degrés. Elle meurt le S mai. 

Autopsie Taite le 9 mai. 

Le péritoine est le siège d'une éruption exlr<émemenl 
abondante de granulations d'un jaune rosé, nullement ca- 
séeuses, sans grande rétraction de l'épiploon et du mésen- 
tère, sans adhérences des anses intestinales, sans épancbc- 
ment d'aucune sorte dans la cavité péritoDéale. 

Cette éruption est plus abondante du cAté du petit bassin 
que partout ailleurs, cl les organes contenus dans cette ca- 
vité sont soudés les uns aux autres, ce qui oblige à les enlever 
ensemble. Les adhérences qui unissent ces organes sont 
filamenteuses, assez Taciles à déchirer et criblées de granu- 
lations. En arrière, de la vessie, dont la muqueuse est tout à 
Tait saine, on tombe sur une cavité du volume d'une petite 
orange; cette cavité est remplie par un liquide glaireux, 
jaune verdAlre, contenant de très nombreux grumeaux tout 
à Tait jaunes. L'ne fois le liquide enlevé, on voit qu'elle est 
tapissée à sa face interne par une fausse membrane jaune 
pulpeuse, très analogue à celte qui tapisse la surface de> 
cavernes pulmonaires. Cette cavité est bien évidemment 
la cavité utérine. La paroi qui la limite n'est autre que l> 



TUBERCULOSE GÉNITALE DE LA FEMME. 83 

paroi du corps de l'utérus très amincie (1 à 2 millimètres 
d'épaisseur). Elle contient sur un point un myome intersti- 
tiel d'aspect très caractéristique, du volume d'une petite 
amande. L'utérus ainsi distendu est devenu globuleux, son 
bord supérieur s'est arrondi, mais il donne insertion de 
cbaque côté à deux cordons du volume d'une plume d'oie 
et qui sont manifestement les trompes; à sa partie inférieure 
on trouve le col, dont les dimensions sont normales et la ca- 
vité remplie de mucus. La muqueuse du col est saine, son 
orifice interne est complètement atrésié et sa cavité ne com- 
munique pas avec celle du corps de l'utérus. 

Le vagin est sain. 

Le cordon qui représente la trompe gauche renferme de 
la matière jaune dans son intérieur et aboutit à un ovaire 
kystique enserré de tous côtés par les néo-membranes fila- 
menteuses. Les kystes de cet ovaire sont remplis de liquide 
clair, leurs parois sont minces et parfaitement lisses. 

La trompe droite est beaucoup plus volumineuse que la 
gauche; elle est bosselée, contient des masses jaunes dans sa 
paroi et dans sa cavité élargie ; elle aboutit à un corps ova- 
laire du volume d'un œuf de pigeon, dans lequel une sec- 
tion longitudinale montre des cavités, les unes semblables à 
celles qui se rencontrent dans l'ovaire gauche, les autres 
renfermant un magma jaune caséeux et dont les parois 
devenues très épaisses sont constituées par cette même ma- 
tière jaune infiltrée. Le foie, la rate, le rein ne renferment 
pas de granulations et ne présentent aucune particularité à 
relever. 

Le lobe supérieur du poumon droit est complètement so- 
lidifié et ferme, de couleur grise, parsemé de gros nodules 
jaunes; tout à fait au sommet, une ou deux excavations an- 
fractueuses peu volumineuses. La lésion empiète un peu 
sur le lobe moyen, puis s'atténue et disparait vers la base. 

Le sommet du poumon gauche renferme deux ou trois 
gros nodules de pneumonie ardoisée parsemés de granu- 
lations disposées sous forme d'arborisation. Pas d'épan- 
chement pleural. 

L'examen histologique et bactériologique du muco-pus 
contenu dans l'utérus a montré une quantité énorme de 



84 V. CORNIL. 

bacilles de la tuborculoso. Il y en avait de 10 à 20 dans 
chaque champ du microscope à iOO diamètres. Ces bacilles 
étaient souvent en amas et un peu granuleux, comme on 
les rencontre dans certains spécimens de crachats. 

Il résulte des faits que nous venons de rapporter 
que la tuberculose des organes génitaux de la femme 
a presque toujours été une trouvaille d autopsie, ou 
une découverte inattendue après Tablation chirurgi- 
cale des parties malades. Cependant on a un signe 
clinique assez caractéristique dans l'aspect de la sé- 
crétion muqueuse, épaisse, caillebotée, avec des 
grumeaux opaques et caséeux. C^est dans ces gru- 
meaux jaumltres qu'on doit trouver les bacilles de la 
tuberculose, découverte qui serait suffisante pour as- 
surer le diagnostic si Ton en rencontrait. Si, dans ces 
sécrétions grumeleuses on ne voyait point de bacilles, 
il faudrait, |)()ur s'assurer de leur présence ou de 
leur absence, ensemencer ce liquide sur un tube de 
gélose glycérinée et de plus l'inoculer dans la cavité 
péritonéale de cobayes. On aurait ainsi tous les do- 
cuments nécessaires pour la diagnose. A l'examen 
méthodique du mucus sécrété, à l'expérimentation et 
à la culture sur gélose glycérinée, il faudrait joindre, 
pour compléter le diagnostic, l'examen direct de la 
muqueuse après la dilatation du col. 



SUK L'INJECTION SOUS-CUTANÉE 



DE MATIÈRE TUBERCULEUSE 

EN QUANTITÉS CROISSANTES 



PAK 



LE D' V. CAVAGNIS 

DISSECTEUR AXATOMIQUE A L*HOPITAL CIVIL DE VENISE 



Je me permets d'enregistrer ici quelques expé- 
riences, simplement en chroniqueur, sans en tirer 
aucune conclusion, et bien loin de vouloir susciter 
des espénmces que peut-être un avenir prochain 
pourrait bientôt renverser. Une chose pourtant en 
découle (et j'ai eu le tort de m'en convaincre un peu 
tard), c'est qu'il faut les refaire avec de la matière 
tuberculeuse tirée des cultures pures. Mais voici les 
faits nus et crus. 

Le 12 avril 1887, je fais dissoudre dans 10 grammes 
d'eau distillée 1 gramme de crachat tuberculeux et 
ensuite je fais dissoudre 1/10 de gramme de cette 
solution (a) dans 10 grammes d'eau distillée. De 
cette seconde solution {b) j'injecte 1/20 de gramme 
sous la peau de 6 lapins. 

Le 13 avril, je répète la même opération avec du 
crachat provenant du même malade et j'en inocule 
2/20 de gramme à chacun desdits lapins. 



86 V. CAVAGMS. 

Le H avril, je fais la même chose et j'en inocule 
i/20 de gramme; le 15, 8/20; le 16, 10/20, 

Le 17 avril, je répète les mêmes opérations, avec 
la seule différence que pour faire la première solu- 
tion, c/est-à-dire la solution (//), je prends 3/10 de 
gramme de crachat tuberculeux. Le même jour, j'ino- 
cule les lapins avec 1/20 de gramme de la solution ib): 
le 18, je les inocule avec 2/20 d'une solution égale- 
ment préparée; le 19, avec 4/20; le 20, avec 8/20; 
le 21, avec 10/20. 

Le 22 avril, j'inocule les lapins avec 1/10 de gramme 
de la solution {a); le 23, avec 2/10; le 24, avec 4/10, 
le 25, avec 5/10. 

L(î 20, je fais dissoudre 5 grammes de crachat tu- 
berculeux dans 10 gnimmes d'eau et j'inocule 1/10 de 
gramme de cette solution à chacun des lapins; le 27, 
je les inocule avec 2/10 de gramme d'une solution 
faite dans les mêmes proportions ; le 28, avec 3/10 de 
gramme; le 29, avec 4/10; le 30, avec 5/10. Ce jour- 
là, j'inocule également deux autres lapins (A et B) k 
l'abdomen. 

il est presque iiuitile de dire que je m'efforçai 
toujours de faire les inoculations dans des points 
différents: et j'ai déjà fait entendre que je préparais 
tous les jours les solutions à injecter. 

Ia» 2 mai, un lapin meurt; un autre meurt le 
4 mai. ils ont tous les deux sous la peau, en plu- 
sieurs points, des masses d'une matière caséeuse, 
les ganglions lymphatiques lombaires un peu grossis, 
et tous h»s organes internes sans aucune lésion a|)- 
préciable. 

liO 10 et le 19 mai, 2 autres lapins meurent et 
présentent plusieurs abcès clos en divers points où 



INJECTIONS TUBERCULEUSES EN QUANTITÉS CROISSANTES. 87 

avaient été faites les inoculations ; les glandes lym- 
phatiques sont de volume normal et tous les organes 
internes d*une apparence tout à fait saine. 

I-ie 27 et le 28 mai, meurent les 2 autres lapins des 
6 inoculés avec des quantités croissantes de matière 
tuberculeuse. Ils oflTrent les organes internes tout à 
fait sains en apparence et des masses de matière 
caséeuse en plusieurs points d'injection. Cette matière 
est constituée par des globules purulents ridés. Pour 
en vérifier la virulence — et pour voir si Torganisme 
des lapins, devenu peut-être stérile pour le bacille de 
la tuberculose, avait stérilisé aussi la matière tuber- 
culeuse injectée, — j'en injecte sous la peau de 

3 cobayes, qui malheureusement sont morts 2 et 

4 jours après. 

Je tue le 29 mai les 2 Lapins A et B; ils ont une 
ulcération au point d'inoculation et des masses de 
matière crémeuse à son pourtour; les glandes lom- 
baires et rétro-péritonéales grossies et partiellement 
caséeuses, la rate tuméfiée et contenant plusieurs 
tubercules. 

Une expérience analogue, commencée dans le mois 
de juin, n'a pas pu fournir de résultat concluant à 
cause de la mort précoce des animaux, de même 
que d'autres expériences, commencées en août et en 
octobre, dans lesquelles le matériel d'injection était 
constitué par des tubercules tirés des animaux. 

En décembre, j'ai répété, sur 10 lapins, rexpérienco 
que j'ai indiquée, à peu près dans les mêmes condi- 
tions, en y employant 27 jours, et en commençant par 
l'injection de 1/2000 de gramme de crachat tubercu- 
leux et aboutissant à l'injection de 10 centigrammes. 

.Mais, de ces 10 lapins, 6 moururent pendant le 



88" V. CAVAGM8. 

cours des injections et 2 autres peu de jours après. 
Les deux derniers moururent 19 et 20 jours après 
la dernière injection; ils présentaient des abcès 
phlegmoneux en quelques points d'injection et 
avaient les organes internes tout à fait sains, tandis 
que les 2 lapins que j'avais également inoculés le 
jour de la dernière inoculation et qui sont morts peu 
de jours après, présentiiient une ulcération au siège 
de l'injection, des masses caséeuses a son pourtour, 
les glandes lymphatiques lombaires et les sous-hépa- 
tiques grossies, des signes d'infiltration tuberculeuse 
au foie et quelques petits noyaux tuberculeux sur la 
rate, qui était un peu augmentée de volume. 

(1) D'après M. le professeur J. Henaut, de Lyon, les inoculalions 
de matière tuberculeuse ou de cultures du virus tuberculeux ne 
pourraient ôtre un moyen de créer l'immunité contre la tubercu- 
lose. « On trouvera, nous dit-il, le vaccin pastorien des maladies 
virulentes qui mettent par une première atteinte à Tabri d'une 
atteinte ultérieure; on n*en trouvera pas pour la tuberculose qui, 
comme l'érysipèle, loin de créer l'immunité par une première 
attaque, cn^e plutôt une prédisposition à des atteintes nouvelles. » 
( Communiralion t^crife . ) 



DE L'ANTAGONISME 

ENTRE LE BACTERIUM TERMO 

ET 

LE BACILLUS TUBERCULOSUS 

A PROPOS DE BAGTÉRIOTHÉRAPIE 

PAR 

LE D' PIERRE DE TOMA 



Lésa, Lac Majeur, mars 1888. 

Dans la lutte pour l'existence, dans laquelle tout 
être vivant se trouve constamment engagé, le plus 
fort supplante le faible, le plus rusé dupe l'imprudent 
et l'ingénu. Aussi bien les végéUiux que les animaux 
sont sujets à cette loi, et les micro-organismes la 
subissent, peut-être, d'une Hiçon presque absolue. 

On a toujours considéré qu'il était de bonne guerre 
de se servir des ennemis peu redoutables pour com- 
battre les plus dangereux. Récemment on a ])ensé à 
profiter de la tendance qu'ont les différentes espèces 
de micro-organismes de se combattre réciproque- 
ment, afin de détruire une espèce de micro-organis- 
mes pathogènes au moyen d'une autre espèce moins 
pernicieuse, — et cela dans l'organisme humain lui- 
même. C'est en cela précisément que consiste la 



biiclério thérapie, dont le principe assurémenr 
n'a pas encore trouvé — je le dis tout de suite — i 
moyen conveimlile d'application. 

On admcl que la putréfaction euléve aux inatiÉ 
tuberculeuses leur virulence spécifique; et comini 
un sait que dans le processus de la putréfaction 1^ 
hacterium termn exerce un rôle imporlant, on a cru 
pouvoir conclure que la perte de la virulence tuber- 
culeuse, c'est-à-dire la morl du bacille de la tubercU' 
lose — qui a lieu dans lu putréfaction — élaïl 
l'iiHivre dudît hucterium Icrmo. Sur cette supposition 
on a cberché s'il était possible, au moyen de celui-d^ 
de tuer le bacille de la tuberculose, déjà installé dam 
l'organisme malade, en traitant ainsi lopiquement e( 
directement la tuberculose. 

Mais un avait oublié de vérilter si c'était vraiment 
par la présence du fiacteriiim termo que le processus 
de la pulréfaclion tue les bacilles de la tuberculose. 
Et cependant c'est seulement après avoir constaté oi 
fait qu'on pouvait admettre comme logique la bacté 
riothérapie moyennant le bacteritim termo, contre 1 
tuberculose. 

C'est pourquoi je me suis déterminé à vérifier u 

^ dans le cas où le processus de la putréfaction détrukq 

■ raitlavirulencedes matières tuberculeuses, on devrait 

attribuer cette action au haclerium termo ou à loulf 

autre chose. 

Mes expériences se divisèrent nécessairement eq 
doux séries, dont la première eut pour but de vérifiel 
si la putréfaction détruit la virulence des niatièraf* 
luberculeuscs et tue les bacilles de la tuberculose, ei 
ta seconde, de constater l'action directe du bai-teniim 
termo sur le bacille de la tuberculose. 



BACTERIUM TERMO ET BACILLUS TUBERCULOSUS. 91 

J'ai publié ailleurs (1) les expériences de la pre- 
mière catégorie. Pour mon but actuel, il suffit que j'en 
l'apporte ici les principales conclusions qui en décou- 
lent, et qui sont les suivantes : 

1** Le crachat tuberculeux préservé du contact de 
Tair et de Thumidité et maintenu à la température 
de 20*, peut conserver sa virulence jusqu'au dixième 
ou quinzième jour; ce temps écoulé, le crachat n'est 
plus tuberculogène et les bacilles de la tuberculose y 
sont tous morts. 

2* La virulence du crachat tuberculeux maintenu 
en plein air se conserve de deux à quatorze jours, 
suivant la température, la pureté de l'air et celle du 
crachat : au bout de ce temps, les bacilles tubercu- 
leux dudit crachat sont morts et le crachat n'est plus 
tuberculogène. 

3** Lorsque la putréfaction du crachat tuberculeux a 
continué de trois à neuf jours, les bacilles de la tuber- 
culose y meurent en tout cas et ledit crachat perd 
tout à fait sa virulence spécifique. 

En résumé, au bout d'un certain temps — quinze 
jours au maximum — la putréfaction détruit la viru- 
lence spécifique du crachat tuberculeux et tue réelle- 
ment les bacilles de la tuberculose. 

Dans la seconde série de mes expériences, j\u 
cherché à étudier l'action du bacterium termo sur le 
bacille de la tuberculose et celle de la putréfaction 
sur le bacille de la tuberculose obtenu en état de pu- 
reté. J'obtenais les colonies de bacilles de la tubercu- 
lose au moyen des bacilles provenant d'un nodule 

I ■ SuUa virtUenzii dello sputo iiibevcolave . {Ann. universali dimed. 
p chir,, Milano, mars 1888.) 



92 PIERRE DE TOMA. 

tuberculeux sur la {çelose glycorinée, selon les indica- 
tions de Nocard et Houx (1). 

expérience I. — Dans du sérum glycérine, j*ai môle avec 
soin de la culture pure de bacille de la tuberculose et de la 
culture pure do bncterium termo, et j*ai ensuite recueilli ce 
mélange dans des tubes à culture. J'ai mis ces tubes à une 
température de 38" C. dans IVîtuve, et j'ai vu que le barfe- 
inxnn tei*mo s*y développait suffisamment en abondance en 
peu de temps; mais après douze à quatorze jours environ on 
voyait aussi, surla surface de la gelée, des petites taches, qui 
s'agrandissaient. Elles avaient Tapparence des colonies des 
bacilles de la tuberculose ; ce que le microscope confirmait. 

En inoculant ensuite quelques fragments de ces cultures 
à des cobayes, il en est toujours résulté Tinfection tuber- 
culeuse. 

Expérîenrn II, — J'ai conservé pendant dix jours le mé- 
lange des cultures des bacilles de la tuberculose et du barje- 
r'nnn termOj bien pn'»servé du contact do l'air et de l'humi- 
dité; j'ai fait ensuite des sélections au moyen des cultures 
fractionnées selon la méthode de Koch, et j'ai pu obtenir des 
cultures bien isolées et suffisamment pures de bacilles delà 
tuberculose. Ces cultures ont donné lieu au développement 
de l'infection tuberculeuse caractéristique chez les cobayes 
inoculés. 

KxpMencp 111. — Dans la chambre antérieure de l'œil de 
deux lapins, j'ai pratiqué une inoculation d'un mélange de 
bacilles de la tuberculose et de bacterium termo, pris de cul- 
tures très pures. Ces deux lapins ont été atteints de tubercu- 
lose oculaire, qui s*est ensuite généralisée, comme j'ai pu 
le voir soixante jours après, quand je les ai tués. 

Expérience IV, — J*ai injecté dans la cavité péritonéale de 
deux cobayes, sains et vigoureux, le mélange des cultures de 
bacilles de la tuberculose et ùe bacterium termo avec de l'eau 
distillée, préalablement stérilisée. Les deux cobayes, tués au 
bout de soixante-cinq jours, présentaient une infection tu- 
berculeuse des plus manifestes. 

(!) Ann, de VlnslUut Pasteur, n« i, 1887, p. 19. 



BACTERIUM TERMO ET BACILLUS TL-BKRCULOSUS. 93 

Expérience F. — Avec un pulvérisateur à main, j*ai prati- 
qué pendant dix minutes, deux fois par jour, pendant vingt 
jours, une nébulisation dans la gorge de deux lapins sains 
et robustes, en leur tenant la bouche ouverte, du bouillon 
stérilisé et parsemé de bacilles de la tuberculose et de bac- 
terium termo, provenant d*une culture pure de bacilles de la 
tuberculose et d'une culture pure de bacterium termo. 

Je ferai observer que j'avais auparavant raclé la muqueuse 
du pharynx, de la langue et de la trachée des lapins. Ayant 
tué les deux lapins, au bout de soixante jours à dater de la 
dernière nébulisation, j'ai trouvé, chez l'un, une tubercu- 
lose du larynx et des poumons; chez l'autre, une tuberculose 
des deux poumons. 

Les choses se comportèrent tout autrement lorsque 
j'ai mis les cultures pures de bacilles de la tuberculose 
dans des liquides, que je laissais putréfier. 

Expérience VL — Je mélange intimement de l'urine très 
récente avec des bacilles de la tuberculose, provenant d'une 
jeune culture. Ce mélange conserve sa virulence jusqu'au 
neuvième jour, pendant Thiver, et seulement jusqu'au qua- 
trième pendant l'été : les bacilles de la tuberculose en pou- 
vaient être parfaitement isolés au moyen de cultures frac- 
tionnées et donnaient lieu à de nombreuses colonies, 
précisément jusqu'aux époques susdites. 

Expérience VIL — Je fais la même chose avec du sérum 
sanguin. Les bacilles de la tuberculose s'y conservent actifs 
jusqu'au quinzième jour pendant Thivor et jusqu'au cin- 
quième dans l'été. 

Expéinence VIII, — En répétant l'expérience précédente, 
mais en employant du liquide limpide d'ascite, on obtient 
les mêmes résultats qu'en employant le sérum du sang. 

Expérience IX. — Les bacilles de la tuberculose, prove- 
nant des cultures pures, mêlés au pus d'abcès froids, se 
maintiennent viables jusqu'au huitième jour en hiver, et 
jusqu'au troisième dans l'été. 



04 IMKHKK DK TUMA. 

Après ces expériences, je me crois autorisé à dire 
que le processus de putréfaction détruit la virulence 
spécifique des matières tuberculeuses et tue réelle- 
ment le bacille de la tuberculose; mais le haiterhnn 
termo n'a rien à faire dans cela, contrairement à ce 
qu'ont afiîrmé FanUini (l), Salama (2) et d'autres. 
Mes expériences donnent une explication complète 
des observations négatives, faites dans les cliniques 
de Palerme (3) et de (latane (i), et confirment celles 
de Sormani et Brugnatelli (5), de Baumgarten (6), de 
Sormani (7), de Cornil et Babcs (8), de Mariî et 
Testi (9), etc., et démontrent à l'évidence que le 
hacterium tevmo n'exen^.e aucune action sur le bacille 
de la tuberculose. 

Et je crois que si les bacilles de la tuberculose 
meurent au contact d'une matière en putréfaction, on 
doit l'attribuer à des diasUises, ou à des leucomaïnes, 
ou a des ptomaïnes spéciales qui se développent 
dans les matières en putréfaction, probablement à 
cause de la grande quantité des espèces de microbes 
qui s'y trouvent; ou j)eut-ètre la mort des bacilles de 
la tuberculose est-elle due à d'autres organismes, 
mais non pas au bavtvnuin torinu, 

(T) Rifonwi tned,, Naples, no r*7, iSHli, 

(2) Id.,n'> 189. 

(3) Giornale inteimaz, di Ne. ined., Naplc:», n" '^, 1880. 

(4) Ri forma med., Naples, n'» 79, 1880. 

(5) Rendiconti del R** Ist, Lombardo^ Milar), juillet 188;i. 
(«) Cenlralblatt f, d.nnd, Wisscnchaften, 188^, n° 20. 

(7) Ann, universali di med. e chir.^ Milan, 1884. 

(8) Les Bactéries, Paris, 1886. 

(9) Gaz'Mtn deqli opt^dtUi, Milan, 1887, n»" fiO, til. 



INFLUENCE 

DE I/ÉRYSÏPÈLE DE L'HOMME 

SUR L'ÉVOLUTION 
DK LA TUBERCULOSE EXPÉRIMENTALE 

DU COBAYE 

PAR 

LE D' E. SOLLES 

MÉDECIN DE L'HOPITAL SAINT-ANDRÉ DK HORDRACX 



Les recherches qui ont été faites par divers expé- 
rimentateurs, sur l'antagonisme existant entre cer- 
tains microbes pathogènes, m'ont engagé à étudier 
i'inlluence que pourraient exercer les micro-orga- 
nismes de l'érysipèle sur ceux de la tuberculose. Les 
résultats que j'ai obtenus m'encouragent à les publier 
maintenant, car ils semblent démontrer que les injec- 
tions de culture d'érysipcle prolongent sensiblement 
la vie des cobayes tuberculisés (1). Mais, nevoulantpas 
donner encore des espérances qui pourraient ne pas 
se réah'serchez l'homme, je me contenterai d'exposer 



li) Je dois à la libérale obligeance de MM. les professeurs Viaull, 
Oré, Mergel el Blarez, de la Faculté de médecine de Bordeaux, 
d'avoir pu me servir de Toutillage scientifique de leurs laboratoires 
respectifs. Je les en remercie cordialement. 



9(J K. SOLLES. 

les faits minulieusemeiil et de les faire suivre de 
courtes conclusions. 

Le 24 janvier 1887, j'ai pris trois cobayes d'une 
même portée et très sensiblement égaux en poids et 
en volume, ûgés d'environ trois mois. Je les ai inocu- 
lés avec de la matière tubercubîuse provenant d'un 
poumon humain, au cou et par le procédé primitif 
de M. Villemin, l'incision. Sur ces trois cobayes, 
il y a une femelle. 

Pendant qu'évolue la tuberculose de ces animaux, 
je cultive dans la gélatine-peptonc et sur l'agar-agar 
du sang emprunté à l'érysipèle de la face de Tun de 
mes malades de riiôpital Saint-André. 

(le ne fut qu'à la onzième tentative d'ensemence- 
ment que je pus réussir la culture d'érysipèle et obte- 
nir des cultures pures. 

Pour plus de (certitude, j'essayai ma culture sur un 
cobaye, qui présenta au cou, lieu d'inoculation, un 
léger gonflement douloureux rapidement disparu. 

Mais, ce qui est phis probant, ce sont les résultats 
donnés par une tentative faite sur un lapin adulte. 

Une injection hypodermique d'un centimètre cube 
de cette culture, faite au cou, détermina un empAte- 
ment considérable etdouloureux de cette région, sans 
suppuration. La résolution était achevée en 6 jours, 
mais en laissant après elle deux ganglions cervicaux 
et un ganglion sous-maxillaire du coté droit, indurés 
et hypertrophiés. 

(les ganglions se résolurent lentement. 

Assuré des propriétés pathogènes de mes cultures, 
j'en préparai une longue série pour ser>îr aux expé- 
rimentations qui vont suivre. 



INFLUENCE DE L*ÉRYSIPÈLE SUR LA TUBERCULOSE. 97 

Je fis aussi à cette époque des préparations de ces 
cultures un peu décolorées aujourd'hui, mais encore 
très visibles. (Mars 1888.) 

Les trois cobayes sus-mentionnés, ayant été tuber- 
culisés, présentaient au moment où je commençai 
sur eux les injections de culture d'érysipèle, les gan- 
glions caractéristiques du cou et le kyste caséeux qui 
se forme ordinairement au lieu d'inoculation tuber- 
culeuse. 

Avant d'aller plus loin, je rappelle les faits sui- 
vants : Dans l'immense majorité des cas, 21 jours 
après l'inoculation tuberculeuse, les cobayes sont pro- 
fondément tuberculeux. A ce moment, ils présentent 
une infiltration tuberculeuse de la rate, du foie et des 
poumons, de l'ascite et ne vivent au maximum que 
trois mois (1). 

Par exception, dans quelques cas seulement, je les 
ai vus, en été, atteindre le quatrième mois. 

C'est dans ces pires conditions que je tente de 
combattre ou de modifier la tuberculose expérimen- 
tale du cobaye par Térysipèle. La durée de la survie, 
après l'inoculation tuberculeuse chez mes trois co- 
bayes, devait me montrer si j'avais réussi ou échoué 
dans mes tentatives. 

Voici la série des faits : 

L — Les trois cobayes sont inoculés le 24 jan- 
vier 1887, avec du tubercule pulmonaire humain, 
suivant le procédé indiqué plus haut. 

IL — Ces trois mêmes cobayes sont injectés, aux 

(I) Voir thèse du D** Florand : Essai d'atténuation de la virulenee 
tuberculeuse. Bordeaux, i886. 

TUBEBCCLOSK. — II. 7 



98 E. SOLLKS. 

dates indiquées plus loin, avec de la culture d'éry- 
sipèle, au voisinage de Tinoculation tuberculeuse au 
cou. 

Le cobaye n*" 1, qui est un maie, est injecte avec de 
Térysipèle 21 jours après Tinoculation tuberculeuse. 
L'injection est faite avec 1 centimètre cube de la culture 
et à 1 centimètre du lieu d'inoculation tuberculeuse. 

La première injection est faite le 14 février 1887. 

La2« — — 17 — 

La 3' — — 22 — 

Laie — — 28 — 

La 5« — — 2 mars 1887. 

La6« — — 7 — 

La 7« — — 10 — 

La 8' — — U — 

La 9" — — 20 ~ 

La lO'' — — 29 ~ 

Le cobaye n" 2, qui est une femelle, est éry$ipélé 
34 jours après la tuberculisation, c'est-à-dire à un 
degré plus avancé de confluence tuberculeuse. En 
outre, la culture injectée à la dose d'un centimètre 
cube, et tout près du point d'inoculation tuberculeuse, 
a été préalablement portée à 65 degrés pendant 10 mi- 
nutes, dans le but d'atténuer sa virulence en empê- 
chant la possibilité de sporulation ultérieure. 

Ce cobaye n° 2 a été erysipâlé : 

La première fois le 28 février 1887. 



La2« 




2 inai^ 


La3« 


— 


7 


Lai" 


— 


li 


La5« 


— 


20 — 


La 6« 


_ 


29 



Le cobaye n° 3 est érysipélé moins souvent^ mais à 



1NFLUE>'Gi: DE l'ÉKYSIPÈLE SUR LA TUBERCULOSE. 99 

plus forte dose. Au lieu de 1 centimètre cube, on en 
injecte 5. 

La première fois le "2 mars 1887. 
Lai« — 7 — 

Laa^ — 14 — 

Lai* — "29 — 

En résumé, le cobaye n** 1 est éri/sipélé 21 jours, le 
cobaye n** 2, 34 jours, le cobaye n*" 3, 36 jours après 
la tuberculisation. 

Le cobaye n** 1 a subi 10 érysi pelotions \ le n" 2 en 
a subi 6; le n"* 3, 4 seulement. 

Les cobayes 1 et 2 ont été injectés avec 1 centimètre 
cube de culture d'érysipèle à chaque injection; le co- 
baye n*" 3, avec 5 centimètres cubes de la même culture. 

Enfin, le cobaye n**2 a été érysipélé avec une culture 
chautîée à 65 degrés, pendant 10 minutes. 

Chaque injection hypodermique de culture d'éry- 
sipèle provoque une légère induration. 

Le 29 mars, je cesse les injections d'érysipèle. 

III. — En terminant, je m'assure encore des qua- 
lités pathogènes de mes cultures. Au microscope, 
elles présentent les microcoques, les diplocoques et 
les colliers de Térysîpèle. 

J*inocule, en outre, deux lapins adultes sains. 
J'obtiens encore le même empâtement, le même gon- 
flement douloureux, Tadénite de voisinage qui rétro- 
cède et disparaît encore avec lenteur. 

Les qualités pathogènes de mes cultures d'érysi- 
pèle s'étaient donc conservées jusqu'à la fin de mes 
expériences. 



«00 E. SOLLKS. 

IV. — Au commencement cravrilje note l'état des 
trois cobayes; ils présentent un gonllemenl doulou- 
reux des ganglions cervicaux superficiels, sous-maxil- 
laires, sous-menlonniers, axillaires et inguinaux. 

Au point de l'inoculation tuberculeuse existe, chez 
tous, une collection enkystée, caséeuse, comme il est 
d*habitude dans ce genre d'expériences. 

Sur le cobaye n" 1 , cette collection s'est ouverte ; 
une matière blanchâtre, caséeuse, d'odeur aigrelette, 
en est sortie. 

L'ensemble du ganglionnage revêt un cachet spé- 
cial : les ganglions les plus proches du point inoculé 
sont les plus volumineux; les plus éloignés, comme 
les inguinaux, sont les plus petits. Je signale ce point 
parce que cette proportion va, tout à l'heure, se ren- 
verser. 

V. — Le 24 avril, jour qui marque le 3' mois de 
survie après la tuberculisation, je constate l'état sui- 
vant : 

Le cobaye n"" 1 présente une diminution considé- 
rable des ganglions cervicaux et sous-maxillaires; 
les sous-mentonniers sont diminués sensiblement, 
mais dans une moindre proportion. 

L'induration d'ensemble qui a suivi la série des 
injections d'érysipèle a complètement disparu. Le 
kyste caséeux qui marquait le point de l'inoculation 
tuberculeuse s'est vidé, ulcéré et finalement a été 
remplcicé par une cicatrice. 

Ce fait me paraît de grande importance, car nous 
savons que les ulcérations tuberculeuses du cobaye, 
comme celles de l'homme, ne rétrocèdent jamais 
spontanément. 



INFLUENCE I>E L*ÉRYSIPÈLE SUR LA TUBERCULOSE. iOl 

En résumé, à l'examen de la partie supérieure du 
cou du cobaye n** 1 , je constate la disparition du 
kyste caséeux, la guérison de l'ulcération consécutive, 
la résolution de la tuméfaction générale du cou qui 
donnait un aspect de bossu à ce cobaye ; enfin le trait 
sur lequel je me permets d'insister, est la diminution 
considérable des ganglions de la région envahie par 
Térysipèle. 

Les cobayes n" 2 et 3, comme le n°l, présentent 
la résolution générale de la région supérieure du 
cou, la diminution des ganglions tuberculeux les plus 
voisins des injections d'érysipèle, mais à un degré 
un peu moindre. 

VI. — Le 6 mai,. mes cobayes ont atteint et dé- 
passé les trois mois, durée moyenne de la survie 
après la tuberculisation. 

A ce moment, le cobaye n° 1 est en bon état; il 
mange bien et remplit encore ses fonctions génitales. 

Ni la tuberculose, ni l'érysipèle n'ont laissé de 
trace au cou. Les ganglions sous-maxillaires et cer- 
vicaux, de chaque côté, sont devenus encore plus 
petits. Avant t inoculation éryûpélatevse ^ sous r in- 
fluence de la tuberculose^ ils étaieiit gros co?nme de 
petites noisettes; aujourd'hui ils sont réduits au volume 
d'un grain de chhievis. Ils sont durs, mobiles, bien 
isolés, indolores et pas faciles à trouver du premier 
coup. 

Au contraire, les gangUons profonds du cou, du 
creux axiUaire, de l'aine, sont très volumineux. Bref, 
les ganglions les plus éloignés de l'inoculation tu- 
berculeuse sont les plus hypertrophiés. 

Les cobayes n" 2 et 3, à cette même date, sont 



i02 K. SOLLKS. 

en bon 6lal, comme appétit et vivacité d'allures. 
( ^orame sur le u" 1 , les ganglions cervicaux superfi- 
ciels, les sous-maxillaires et les sous-mentonniers 
môme, sont atrophiés, mais tous les autres ont pris 
un grand développement. Le contraste est frappani 
entre les uns et les autres. 

Vil. — Examinons maintenant les résultats four- 
nis par Tautopsie de ces animaux, dont la survie a 
été sensiblement, mais inégalement, plus longue que 
chez les cobayes tuberculisés et abandonnés à eux- 
mêmes. 

Mori dti robayr ?i° 1. — Après quelques jours d es- 
soufflement et de perte d appétit, le n" 1 meurt, le 
26 mai 1887, 121 jours, soit i mois après Tinocula- 
tion tuberculeuse. 

Il a été injecté dix fois par érysipèle. 

Sur les nombreux cas antérieurs que j'ai observés, 
la survie post-tuberculeuse s'est donc allongée d'un 
mois. 

Nerntpsir. — (i'estun nulle : le ventre est très gros 
et fluctuant. Le foie fait une énorme saillie sous la 
peau du ventre et parait remplir presque en entier la 
cavité abdominale. 

La région cervicale supérieure présente une cica- 
trice déprimée et blanche, à peu près arrondie au 
niveau de l'inoculation tuberculeuse. Celte cicatrice 
contient encore dans son épaisseur une petite quan- 
tité de matière jaune caséeuse sous la forme d'un 
dis(|ue aplati^ très mince et solide. 

Les deux ganglions latéraux du cou, de chaque 
coté, sont tout petits, comme des gi*aines de chanvre, 



INFLUENCE DE L*ÉRTSIPÈLE SUR LA TUBERCULOSE. 103 

très foncés, durs, criant à la coupe. Ils ne contiennent 
pas de foyers caséeux. Ils sont transformés en tissu 
fibreux, pigmenté de nombreux points noirs. 

Les ganglions sous-maxillaires, sous-mentonniers, 
axillaires et inguinaux sont gros comme des pois et 
renferment de petits foyers caséeux. Ils sont presque 
aussi durs, mais beaucoup moins colorés que les 
cervicaux. Plus on s'éloigne du cou, plus les ganglions 
grossissent. C'est le cas, surtout, des axillaires et 
des inguinaux. 

Les grandes séreuses sont pleines d'un liquide 
séreux, citrin. 

Les poumons sont volumineux, sans retrait, durs, 
lourds, surnageant à demi, crépitants à peine, œdé- 
mateux et friables. Ils sont rouges par places et ma- 
culés de placards gris, transparents ou opaques et 
jaunûtres. En beaucoup d'endroits, autour des points 
translucides gris et jaunes, se voit un piqueté rouge 
très fin ou des taches rouges d'hémorrhagie intersti- 
tielle. Toutes ces taches affectent des formes polygo- 
nales très irrégulières, et font plus ou moins saillie 
sous la plèvre. 

Le cœur est gros. Sa base, ses vaisseaux afférents et 
efférents,la bifurcation des bronches, sont embrassés 
par une couronne de ganglions durs, hypertrophiés, 
formant une masse sans production caséeusc. 

Cette disposition explique l'hypertrophie du cœur, 
les hémorrhagies intra-pulmonaires, l'œdème pulmo- 
naire et l'infiltration générale, etc. 

Le foie est énorme et présente six à sept fois son 
volume normal ; il remplit presque en entier la cavité 
alidominalc. Il est dur, très friable, et constellé de 
taches polygonales, rouges, blanches et jaunes, lar- 



gemenl espacées, sans ramollissemeol. Al 

les points tuberculeux sont rares. En aucun point on 

ne trouve de loyers caséeux ou purulents. 

La rate est l'organe te plus hypertrophié. J'estîme 
qu'elle a de dou?e à quinze Tois son volume normal. 
Elle est tachée de plaques jaunes à contours angu- 
leux, de grandeurs très variées, et de grands pla- 
cards d'infiltration sanguine. Elle est très friable, 
sans pus, ni foyers caséeux. 

Les reins sont pilles et paraissent sains. 

Les capsules surrénales sont d'un jaune foncé et 
plus ramollies qu'à l'ordinaire. 

Tousies ganglionsprofonds sont pris, durs, hyper- 
trophiés, blancs, sans foyers caséeuv, l'animal ayant 
succombé avant leur formation. 

Cette expérience prouve que l'érysipèle a modilié 
la rapidité d'allures de la tuberculose expérimentale 
chez le cobaye. Ce retard dans l'évolution, la sclérose 
des ganglions voisins de la porte d'entrée de l'érysi- 
pèle. la résolution du tissu conjonclif sous-culané de 
cette région, sont les traits caractéristiques que je 
liens à signaler. 

Sauf ces points sus-mentionncs, la tuberculose a 
suivi sa marche habituelle. 

D'un mot on peut résumer l'intervention de l'érysi- 
pèle dans la tuberculose : .amélioration locale incon- 
testable, mais superficielle, et dans une zone étroite. 



Mor/ lia co/mye n" 2. spontanément, de tubercu- 
lose généralisée, le 25 juin 1887, c'est-à-dire cinq 
mois après l'inoculation tuberculeuse {du 24 jan- 
vier an 2'i juin). Le traitement par l'érysipple a com- 



INFLUENTE DE l'ÉRYSIPÈI.E SUR LA TUBERCULOSE. 105 

mencé le 28 février, c'est-à-dire 34 jours après la 
tuberculisation et dans les conditions les plus sûres 
de généralisation tuberculeuse a fortiori. 

Ce cobaye présente deux points intéressants dans 
son histoire: 

1'' C'est une femelle qui a mis bas un seul petit, le 
10 mai 1887. Je conserve précieusement ce petit, qui 
est un mâle, né de parents tuberculeux, pour voir 
s'il deviendra ou non tuberculeux (1). 

A la mort de sa mère il avait 45 jours. 

2** Le traitement par l'érysipèle a été modifié en 
ce que la culture était au préalable chauffée à 65 de- 
grés pendant dix minutes; les inoculations ont été 
seulement au nombre de six. 

La nécropsie est identique à celle du n° 1. 

L'érysipèle a borné son action résolutive aux gan- 
glions cervicaux superficiels. Il n'y avait plus d'ulcé- 
ration, ni de kyste caséeux, ni d'induration à la région 
cervicale supérieure. 

La résolution générale du cou était peut-être plus 
marquée que chez le cobaye n° 1 . 

J'ai d'abord pensé que la grossesse, comme il 
advient souvent chez la femme tuberculeuse, avait 
retardé l'évolution du mal; mais l'histoire du cobaye 
n** 3, qui a vécu plus longtemps et qui était un mftle, 
m'empêche d'accorder une action ralentissante à la 
grossesse et m'autorise à attribuer la prolongation 
de la survie, chez le cobaye n"* 2, à l'action propre 
et unique de l'érysipèle. 

(1) Voici en quelques mots ce que ce petit animul est devenu. 
11 est actuellement bien portant ['1 juin 1888); il mange bien. 
Néanmoins il porte à la partie antérieure gauche du cou un gan- 
glion du volume d*une petite noisette. Il a eu avec une mère saine 
des enfants qui sont nés paralysés du train posténeur. 



Mort du vnlmi}f n° 3. — C'est un mâle; il ineurl 
comme les deux précédeiils. sponlanément, [lar géné- 
ralisalioii de la tuberculose, le 8 juillet, c'est-à-dire 
six mois après l'inoculation tuberculeuse et après 
4 i^rysîpélations à forte dose; chaque fois 5 centï- 
raètres cubes de la culture d'érysipèle ont été injectés. 

Lanm-o/r,f/e. dans ses traits généraux, ressembleatnt 
précédentes, sauf les points de détail qui suivent : 

Au cou, il y a une gi-osse crortte ronde, sèche^ 
noire, grande comme une pièce de JiO centimes, qui 
recouvre une ulcération. 

Cette croftte est très adliérenle. En la soulevant 
avec une certaine force, on trouve sous elle une cû 
trice en Irain de s'achever, sauf à sa partie cenlri 
et dans un point très limité. 

Les ganglions latéraux du cou, sous-maxillaires,, 
!>ous-mentonniers et a\illaires, sont réduits à un tout 
petit volume fl) comparativement à celui qu'ils avaieni' 
un mois auparavant. 

Les ganglions iuguinaux eux-mêmes, moins réduits 
que les cervicaux, sont cependant moins développés 
que cbez les premiers cobayes. 

L'action de l'érysipèle s'esl, ici, étendue plus loin 
jur les deux autres animaux. 

CONCLUSIO-'^S 

i" L'érysipèle ralentit très manifestement l'évolu» 
Ifion de la tuberculose expérimentale chez le cobave^ 



(1)11 eût Élé iirile d'iiiouuler ces ganglions, noii-s, scli^reiix 
■trapbiés, à d'milres robsyos, pour ju^ri'r de Va permanence ou de 
l^til destruction de leur virulence. Ce poiul impoiluiil sera l'objel 
u suire triivnil. 



INFLrE^XE DE l'érysipèle sur la tuberculose. iOT 

Ce ralentissement peut aller jusqu'à porter au 
double la survie habituelle de cet animal après la 
tuberculisation ; 

2'* Cette survie est d'autant plus remarquable que 
la tuberculisation expérimentale du cobaye inflige à 
cet animal une tuberculose généralisée, infiniment 
plus grave et plus rapide que la phtisie pulmonaire 
humaine qui est, le plus souvent, une tuberculose 
locale : 

3* L'action anti-tuberculeuse de Térysipèle sur le 
cobaye est donc double : 

L'érysipèle agit : (à) Par une influence générale, 
que démontre rallongement de la vie des animaux 
tuberculisés ; 

ih) Par une influence locale, limitée à la zone d'ex- 
tension érj'sipélateuse. 

Dans cette zone, l'érysipèle exerce une action 
résolutive sur trois manifestations de nature tuber- 
culeuse : l'induration du tissu conjonctif sous-culané, 
l'ulcération et le ganglionnage. 

. 4"* L'action localisée, mais si clairement anti-tuber- 
culeuse de l'érysipèle, est de nature à encourager la 
recherche de quelque autre parasite pathogène ou 
non, à opposer à la si tenace rusticité du ôaciilus tu- 
henulosus pressenti par Villemin, et démontré par 
Koch. 

DESIDERATA 

De ce qui précède, il résulte qu'il serait utile de 
rechercher si l'action superflcicUe et localisée de 
l'érysipèle peut être étendue à la profondeur des 
organes atteints de tuberculose; on voit, en effet, que 



108 £. SOLLES. 

le cobaye n'' 3 a été érysipélé avec la plus grande 
quantité de culture, et qu'il a résisté le plus long- 
temps, six mois. 

J'indique à ceux que pourrait tenter ce sujet si 
intéressant, l'injection de cultures d'érysipèle pures 
ou atténuées, dans le sang ou dans les grandes cavités 
séreuses d'animaux préalablement tuberculisés. 

En terminant, on me permettra d'indiquer aussi 
la possibilité de traiter par simple contact de cultures 
d'érysipèle fortes ou atténuées un grand nombre de 
plaies torpides, de nature tuberculeuse ou scrofuleuse, 
de la peau et des muqueuses accessibles. 



RECHERCHES EXPÉRIMENTALES 

SUR LA VACCINATION 



ET 



LA GUÉRISON DE LA TUBERCULOSE 



PAR 



LE D' FBRNAND SBHLIOZ 



. ' .'. 



PKUFKSSRUR A LBCOLK DB MBDBCINK 1> K ORBNOBLR 



(>omme bien d'autres, je cherche la guérîson de la 
tuberculose et, comme bien d'autres, je n'ai pas en- 
core obtenu de résultats positifs. Je ne pensais donc 
nullement publier mes recherches, quand la lecture 
des résultats négatifs d'Hippolyte Martin dans la 
vaccination de la tuberculose, parus dans le deuxième 
fascicule de ce recueil, m'a engagé à mettre les miens 
au jour. Cette publication aura au moins Tavantage 
d'éviter une perte de temps considérable à ceux qui 
s'engageraient dans la même voie que moi. 

J'ai essayé la vaccination et \vLffuériso?i de la tuber- 
culose (i). 

I. — TENTATIVES DE VACCINATION 

Trouver un animal chez lequel le bacille tubercu- 
leux se développant mal pourrait s'atténuer, inoculer 

(Il Les exfM^riences sur lesquelles est basé ce travail ont été 
faites au laboratoire de bactériologie de l'École de médecine de 
Grenoble. 



110 FKHN'ASII IIF.RLI(.IZ. 

ce bacille iiUûnuû à des cobayes, puis inoculer de uou- 
veau Iii tuberculose à ces derniers et observer ce qui 
adviendrait: tel estle programraequeje m'étaistracé. 

Je pensai que le pigeon pourrait bien être l'animal 
réfractiiire désiré, et cela en raison de sa haute tem- 
pérature (it''-i2"l. Afin de vérifier mes prévisions, 
j'inoculai la tubercidose à un pigeon, le 11 
tembre 18U6, en introduisant dans son péritoine ui 
morceau de poumon tuberculeux. Ce pigeon sacril 
le 4 octobre suivant n'était nullement tuberculeux. 

Voici une autre expérience plus concluante : 

J'insère dans le péritoine d'un pigeon un morceau 
de poumon de pbtisique; quatre-vingt-un jours après 
le pigeon est sacritié et ne présente aucune tntce da 
tuberculose; je retrouve au point d'inoculation 
sous le péritoine, une tumeur grosse comme uoft' 
noisette, à contenu jauniltre, ayant la consistance de 
ta cire; ce ne peut être que le fragment de poumon 
inoculéou unabcès crétacé. Séance tenante, je délaye 
cette matière dans de l'eau et l'inocule à six cobayes. 
Ce liquide d'inoculation ne renfermait aucun bacille 
au microscope. L'un de ces cobayes a été perdu, les 
cinq autres sont morts ou ont été sacrifiés de deux à 
sept mois après l'inoculation et pas un n'était tuber- 
culeux. 

H. Martin (1) a fait des expériences analogues : qua- 
torze poules, deux pigeons, deux cofjs inoculés n'ont 
pu contracter la maladie. Le sang ou les organes de 
ces volatiles ont été inoculés à trente et un cobayes (2 f, 



( I j Études expi' riinattate» sur la tuberculose, 2" Tascicule. 

[2] Le nombredcscobajcs inoculas est en réalité de quaraiile-huït, 
mais il eo est mari dix-sept prénialurëtnenl, et ne pouvant pas, ptf J 
conséquent, servir à la démonslraliun. 






VACCINATION ET GUÉRISON DE LA TUBERCULOSE. Ui 

dont cinq seulement ont été reconnus tuberculeux. 

D'autres expérimentateurs ont démontré depuis 
que les oiseaux et les gallinacés contractent très faci- 
lement la tuberculose parle lube digestif. 

Quoi qu'il en soit, j'estimais alors que les oiseaux 
pourraient peut-être atténuer le bacille tuberculeux. 

Je fis donc les expériences suivantes : 

I. — Le 3 novembre 1886, j'insère dans le péritoine d'un 
pigeon un fragment de poumon de phtisique. 

Trois jours après, je retire ce fragment (ce qui se fait très 
bien sans sacrifier Tanimal), je Técrase dans Teau distillée, 
et j'injecte une demi-serinp;ue de Pravaz de ce liquide dans 
le péritoine de quatre cobayes. Le liquide inoculé ne ren- 
fermait pas de bacilles dans quatre préparations. 

Deux cobayes sont morts prématurément. 

Le 18 novembre, douze jours après la première inocula- 
lion, j'injecte dans le péritoine des deux cobayes restants 
une seringue de Pravaz de liquide tuberculeux obtenu par 
trituration de poumon humain. 

Ces deux cobayes ont été autopsiés seize et quarante-deux 
jours après la seconde inoculation et reconnus tuberculeux. 

IL — Le 3 novembre 1886, j'introduis dans le péritoine 
d'un pigeon un ganglion humain tuberculeux. 

Stx jours après, je le retire et l'inocule à quatre cobayes. 
Le liquide d'inoculation ne renferme pas de bacilles. 

Un cobaye meurt le 13 novembre (1). 

Le 18 novembre, neuf jours après l'inoculation, j'injecte 
du liquide tuberculeux dans le péritoine des trois cobayes 
et de deux témoins. 

Les deux témoins sont morts tuberculeux, le 4 et le 30 dé- 
cembre. 

Les trois autres ont eu le sort suivant : 

L'un est mort prématurément, le 26 novembre; les deux 
autres ont été autopsiés le t et le 31 décembre et reconnus 
tuberculeux. 

(I) J'ai eu à cette époque une épidémie de tétanie qui a fait périr un 
grand nombre de mes animaux en expérience. 



m. 



Le Ht novembre. 



J ini 



Iroiiiii 



1 Tragmcnt t 



mon Uiberculeux dans le périloine d'un pigeon. 

ffuil jours après, ce fragment serl ii inoculer deux co- 
bayes. Le 30 décentibre, soil trente-trois jours après leur 
premiÈre inoculation, Ips cobayes reçoivent dans le p<?ritoine 
du liquide tuberculeux obtenu par trituration d'un ganglion 
mt?sentérique caséeun de cobaye sacrillé le jour même. 

Ces deux cobayes ont été autopsiés le 18 et le H lé- 
vrier 1884, et tous les deux étaient tuberculeux. 



Un voit que, dans ces trois expériences, j'avais fait 
ma seconde inoculation de tuberculose plusieurs jours 
après la première. N'ayant eu (jue des insuccès, je 
modifiai mon expérimentation. 

IV. — Le 9 mars 1887. la moitié dune rate tuberculeuse 
de cobaye est introduite dans le péritoine d'un pigeon. 

jVew/" jours après, ce fragment de rate est inoculé à trois 
cobayes, lesquels sont en même temps inocuU^s avec de la 
matière tuberculeuse provenant d'un cobaye. 

L'un des animaux est mort prématuniment le 21 mars. 
Les autres sont morts, le T6 avril et le 18 mai, tuberculeux. 

Un cob;iye témoin est mort le âS avril, également tuber- 
culeux. 

Ces expériences dêmnnirent que la matière tuberof^ 
leuse ayant séjourné trois, six, huit, neuf jmtrs di 
le péritoine des pigeons, étant inoculée à des coôaye*, 
ne préserve nullement ceux-ci (tune seconde atteinte 
de tuberculose. 



rctnS 



II. - 



- TENTATIVES DE GLERISON 



N'ayant pas réussi à atténuer le bacille tubercu- 
leux, je voulus essayer de l'arrêter dans son dévelop- 
pement, et j'employai dans ce but la chaleur et les . 
ft'ilisepiiqucs. 



VACCINATION KT GUÉRISON DE LA TUBERCULOSE. 113 

On sait que le bacille tuberculeux se développe 
mal ou pas du tout à la température de W. Qu'ad- 
viendrait-il si Ton chauffait des animaux à 40'' et au- 
dessus ? 

L'expérience suivante répond à la question : 

Y. — Deux cobayes ont été inoculés de tuberculose, le 
20 mai 1887. 

Leur température normale, prise pendant six jours, était 
de 37^3 pour Tun, de 38<> pour Tautre. 

Du 21 mai au 30 juin, ces animaux ont été mis trente fois 
dans une étuve d*ArsonvaI, dont la température a oscillé de 
AO à 44». La durée du séjour dans Tétuve était de 20 à 
35 minutes. 

La température des cobayes était prise chaque fois au 
sortir de Téluve; j'ai obtenu ainsi une moyenne de 41'' pour 
chacun d'eux. 

Ils sont morts tuberculeux le 13 et le 19 juillet. 

Le séjour à Tétuve n'avait nullement altéré leur santé; 
l'un d'eux, qui était une femelle, a mis bas des petits vivants. 

Guérir la tuberculose par les antiseptiques, c'est 
réaliser le problème de l'antisepsie interne, problème 
hérissé de difficultés. Il y a deux moyens d'arriver à 
la guérison des maladies microbiennes : l"" en infer- 
tilisant l'organisme par un antiseptique qui arrête la 
pullulation du microbe pathogène ; 2" en tuant dans 
l'organisme le microbe pathogène. 

Cette seconde manière ne me parait pas appelée à 
un grand avenir, à moins que l'on ne trouve des 
substances dont le pouvoir antiseptique soit excessi- 
vement fort et le pouvoir toxique excessivement faible . 

Infertiliser l'organisme est plus praticable, et c'est 
ce que l'on pratique en donnant le sulfate de quinine 
dans le paludisme, le mercure et l'iodure de potas- 

TUBincnLOSR. — IL 8 



IH KEKNAND PKKI.IOZ. 

siiim diins la syphilis. Ces deux médîcac 
entrés dans le domaine de la IhérapeuUque par lii 
])orle de l'empirisme, mais aujourd'hui cette porte 
est à peu près fermée, et les médicaments ne sont 
acceptés qu'après avoir été soumis à l'expériraen- 
lation. 

Pour admettre, en conséquence, un antiseptique 
capable de réaliser l'antisepsie de l'organisme, il faut 
qu'il ait subi certaines épreuves. 

Tout d'abord, il faut déterminer son pouvoir anti- 
septique vis-à-vis du microbe patliogéne contre lequel 
on veut l'employer. Cette détermination comporte 
deux opérations : la fixation de la dose infertilisante 
et celle de la dose microbicide. 

Pour fixer la dose infertilisante, je procède géné- 
ralement ainsi : je fais liquéfier des tulies d'agar 
peptonisé. renfermant 10 centimètres cubes rie sub- 
stance nutritive; quand la gélose est bien fondue, 
j'ajoute une quantité déterminée de la solution anti- 
septique, de fai,'on à avoir un milieu nutritif addi- 
tionné de i/IOl). 1/1000, etc. d'antiseptique. J'agite 
fortement pour bien opérer le mélange, puis je fais 
refroidir et solidifier en surface inclinée. Les tubes 
sont ensuite ensemencés avec le microbe choisi. 
Cette manière me paraît préfénible à celle qui con- 
siste à porter l'antiseptique dans des bouillons, car 
les colonies se voient bien mieux sur un milieu solide 
que dans un liquide. 

Pour fixer la dose mirrohiàde, je mets l'anlisep- 
lique dans des bouillons riches en culture, puis ait 
bout d'un certain temps (vingt-quatre heures en 
général), j'ensemence ces bouillons sur des tubes de 



YÂCaNATION ET GUÈRISON DE LÀ TUBERCULOSE. 115 

Dans les nombreux essais que j'ai faits, j'ai tou- 
jours constaté que la dose microbicide devait être 
environ dix fois plus forte que la dose infertilisante. 

Il reste ensuite à déterminer la toxicité du corps, 
et il faut que son pouvoir toxique soit inférieur à son 
pouvoir infertilisant. Je m'explique. Soit une sub- 
stance infertilisante à 1/1000; un animal pesant 
10 kUogrammes doit pouvoir en absorber 10 grammes 
pendant plusieurs jours de suite sans être empoi- 
sonné. 

Telle est la formule théorique de l'antisepsie in- 
terne. Je dis théorique, parce qu'il me semble qu'en 
pratique, elle peut être sujette à tempérament. 

Les bactéries pathogènes ne sont pas, en effet, 
toujours incorporées aux éléments anatomiques fixes 
des tissus. Le plus souvent, elles sont en circulation 
avec le sang et les plasmas, et englobées par les leu- 
cocytes. Les médicaments, d'autre part, sont dans le 
même cas ; il pourrait donc se faire que l'antisepsie 
interne pût être réalisée par la stérilisation ou l'in- 
fertilisation du sang et des plasmas qui représentent 
la cinquième partie du poids du corps. Dans cette 
hypothèse, l'antiseptique à 1/1000 ne devrait plus 
être donné qu'à la dose de 0*^20 par kilogramme de 
poids du corps. Il va sans dire qu'il faut tenir compte 
de l'élimination plus ou moins rapide, plus ou moins 
complète du médicament, et rendre à l'organisme, 
en temps utile, ce qu'il a perdu. 

C'est ainsi que j'envisageais Tantisepsie interne et 
que je fus conduit à des tentatives de guérison de la 
tuberculose. 

Je cherchai d'abord un antiseptique, car de tous 
ceux que l'on emploie habituellement, aucun ne 



:IINAND BEMLIOZ. 



remplissait les contlilions voulues d'anlisepsi 
et de faible toxicité. J'ai essayé des corps variés : 
tiingstate de soude, sulfate de /Aai/ium, chlorure de 
rtesiuin, tklorure de rubidium^ azotate d'urane, vana- 
date de soude, benzol, benzol bibromfi, benzol birhloré, 
jtilrobenzine, -ebbimtronzine, naphtaline, hinitnt-na- 
phtaline, et après avoir constaté qu'ils ne tuaieat pas 
les bactéries de la putréfaction à i/1000,je les rejetai. 

Le chlorure de cadmium, microbicide à 1/5000, 
toujours pour les bactéries de la putréfnction , me 
donna quelque espoir ; mais la recherche de son pou- 
voir toxique me le Ht abandonner, car je constatai 
qu'en injection sous-cutanée il tuait un lapin à la 
dose de 0'",07 parkilogramme de poids du corps. 

Les trois substances auxquelles je me suis arrêté 
sontl nben:ophénoiie, Vesseticede cannelle de Chine et 
le tlujmol. 






VI. — Benzophénone. — La benzophénone 
binaison de la benzine et du phénol, est un corps 
cristallisé, insoluble dans l'eau, soluble dans l'alcool, 
l'éther et la vaseline. 

Elle tue les bactéries de la putréfaction à 1/1000. 

Sa puissance toxique, essayée sur huit cobayes, 
m'a montré qu'il fallait une dose de 2",60 par kilo- 
gramme d'animal, en injection sous-cutanée, pour 
amener la mort. 

Chez le lapin, une injection intra-veineuse de 0*',60 
par kilogramme d'animal est mortelle. 

La mort arrive avec un fort abaissement de tem- 
pérature. 

Le pigeon supporte sans inconvénient une dose de 
I gramme par injection sous-cutanée, de même une 



VACaNATION £T GUÉRISON DE LA TUBERCULOSE. Ii7 

dose de 4 grammes par kilogramme par la voie sto- 
macale. 

Le 9 mars 1887, j*inocule la tuberculose à cinq cobayes 
en leur injectant dans la cuisse une demi-seringue de Pravaz 
de liquide obtenu par trituration d*une rate tuberculeuse 
de cobaye. 

Deux animaux sont morts prématurément. Un troisième, 
réservé comme témoin, est mort tuberculeux quarante et 
un jours après. 

Les deux autres pesaient Tun 350 grammes, Tautre 
590 grammes. 

Du 19 mars au 5 avril (dix-huit jours), ils ont reçu treize 
injections de benzophénone dissoute dans l*éther et la vase- 
line, dont : 

Quatre injections de 0>%20, soit une stérilisation deO>',71 
par kilogramme pour le plus petit, et de 0>',42 par kilo- 
gramme pour le plus gros. 

Cinq injections de 0>',30, soit une stérilisation de 0>%85 
par kilogramme pour le plus petit et de 0"',50 par kilogramme 
pour le plus gros. 

Quatre injections de O'SiO, soit une stérilisation de 1>%10 
par kilogramme pour le plus petit, et de 0>',67 par kilogramme 
pour le plus gros. 

Ces deux animaux sont morts tuberculeux le 9 et le 
!2i avril, au trentième et au cinquante-unième jour de leur 
inoculation. 

VII. — Essence de cannelle de Chine. — Cette sub- 
stance s'étanl montrée très fortement antiseptique 
pour labactéridie charbonneuse, entre les mains de 
Chamberland, je résolus de l'essayer. 

Sa dose înfertîlisante pour le staphylococcus aureus 
est de 1/3000. 

Pour déterminer son pouvoir microbicide sur le 
bacille tuberculeux, j'ai fait tremper pendant trente 
heures des crachats bacillaires dans des solutions 



FKItSAND HKHLIOZ. 

d'essence de cannelle àl/1000, 1/2000, 1/3000. L'ea- 
sence était dissoute dans de l'alcool à 40'. Ces crachats 
ont été inoculés à trois cobayes qui ont été sacrifiés 
deux et trois mois iiprès. Aucun n'était tuberculeux,* 

A ceux qui m'objecteront que l'expérience n'esî^ 
pas concluante, l'idcool ayani drt jouer un rôle dans 
l'antisepsie, je répondrai que le pouvoir microbicide 
de l'alcool est bien surfait, ainsi qu'il résulte de l'ex- 
périence suivante que j'ai faite plus de vingt fois. Si 
dans de l'alcool à 40", voire même de l'alcool absolu, 
on met un liquide putréHé. qu'on laisse en conlacl 
vingt-quatre ou quaranfe-huit heures, et qu'on ense- 
mence ensuite sur de k gélose peptonisée, on ob- 
tiendra toujours des colonies. Il n'est donc pas pro- 
bable que le bacille tuberculeux sera tué par un corps 
qui ne tue pas les germes de la putréfaction (1). 

Le pouvoir toxique de l'essence a été expérimenté 
sur cinq cobayes. Ces expériences m'ont montré que 
la do.se mortelle, par injection sous-cutanée, est com- 
prise entre 0*',33 el 1 gramme par kilogramme de 
poids du corps. 

Le pouvoir antiseptique et le pouvoir toxique de 
l'essence rie cannelle sont donc sensiblement égaux. 

Le 5 novembre 1K86, j'inocule des cractiats bacillaires i 
la cuisse de qnalro cobayes. L'un d'eus, servant de témoin, 
est morl tuberculeux le 38 novembre. 

Un deuxième, pesant 300 grammes, a été traité à l'essence 
à partir du S novembre, et a reçu, jusqu'au 33 novembre : 

Deux injectionsdeC'.OS.soit unestérilisationdeOi', lOpar 
kilogramme ; 

(1) Une eip^rieiice faite depuis confirme cette opinion. Des cn- 
chats bacillaii'es avant trempe '24 heures dmis il<^ l'alcool à M de- 
grés, ont été inoculés à un cobaye, qui, safi-ilié itu bout de trois 
semaines, a él^. reconnu tuberculeux. 



VACCINATION ET GUÉRISON DE LA TUBERCULOSE. i 19 

Dix injections à 0'',06, soit une stérilisation à ûk%20 par 
kilogramme ; 

Quatre injections de 0<%tO, soit une stérilisation à 0>%d3 
par kilogramme. 

Il est mort tuberculeux le 30 novembre. 

Les deux autres, pesant 300 et 360 grammes, n*ont subi le 
traitement qu'à partir du $3 novembre et jusqu'au 27 du 
même mois. 

Ils ont reçu chacun cinq injections de O^MO, soit une sté- 
rilisation à 0<%33 par kilogramme pour Tun et à Os%â7 par 
kilogramme pour l'autre. 

Tous deux sont morts tuberculeux le 2 et le 28 décembre. 

VIII. — Thymol. — D'après Bucholtz, la dose in- 
fertilisante du thymol serait de 1/2000. Je l'ai trouvée 
de 1/1800 pour le staphylocoecus aureus et les mi- 
crobes divers de la salive, et de 1/2000 pour la bac- 
téridie charbonneuse. 

Des crachats bacillaires, ayant séjourné vingt-trois 
heures dans des solutions de thymol à 1/500, 1/800, 
1/1000, 1/1200, 1/1500, ont été inoculés à des co- 
bayes. Aucun n'est devenu tuberculeux. 

Le pouvoir toxique du thymol est très faible. D'a- 
près Fubini et Gilberti (1), la dose mortelle serait 
pour le cobaye, en injection sous-cutanée, de 1^,10 
par kilogramme. Or, j'en ai injecté plusieurs fois 
2 grammes par kilogramme à ces animaux. Je suis 
même allé jusqu*à 2^,50 sans amener la mort. 

Chez le lapin, une dose de 2^',50 par kilogramme 
est nécessaire pour tuer l'animal. 

Dira-t-on que l'absorption ne se fait pas? L'analyse 
des urines prouve le contraire. On décèle, en effet, 
facilement la présence du thymol dans l'urine en y 

(i) Journal de V Académie de Turin, 1882. 



120 FKRNÂND BERLIOZ. 

versant quelques gouttes d'eau bromée. Il se produit 
instantanément un nuiige blanc, probablement de 
Iribromo-thymol. Ce nuage est apparent deux heures 
après rinjection. Il disparaît au bout de vingt-quatre 
heures, ce qui semble indiquer que le thymol ne 
séjourne pas dans Torganisme. 

J'ai recherché si Turine ne renfermerait pas des 
produits sulfo-conjugués, et j'ai suivi pour cela les 
conseils qu'a bien voulu me donner notre confrère 
Albert Robin, si compétent en la matière. L'urine 
distillée ne donne qu'un léger nuage au réactif; mais 
si l'on ajoute 10 p. 100 d'acide chlorhydrique et que 
l'on distille, ce qui passe donne un précipité très 
marqué. 

La présence de composés sulfo-conjugués me pa- 
rait donc devoir être admise. 

Lorsque les urines sont très chargées en thymol, 
elles prennent une coloration brune, plus ou moins 
foncée, comme les urines phénolées. Elles sont impu- 
trescibles, car des tubes d'urine, conservés deux mois 
dans mon laboratoire, n'avaient aucun dépôt et pas 
la moindre odeur. Il y aurait lieu, je crois, d'utiliser 
ce médicament dans les affections bactériennes des 
voies urinaires. 

Pour terminer ces considérations générales sur le 
thymol, j'ajouterai que je l'ai essayé sur un phti- 
sique. 

Ce malade pesant 67 kilogrammes, âgé de 51 ans, toussait 
depuis trois ans. A l'auscultation, je reconnais une infiltra- 
tion tuberculeuse de tout le poumon droit, le poumon 
gauche est sain. Au microscope, nombreux bacilles dans les 
crachats. État général satisfaisant. 

Le 5 novembre 1887, je commence radministration du 



VACCINATION ET GUÉRISON DE LÀ TUBERCULOSE. i21 

thymol par i centimètre cube d*une solution à 10 p. 100, faite 
dans la fesse, et dix cachets de 0>',â5 chacun. 

Du 5 novembre au V décembre, les doses ont été aug- 
mentées chaque jour progressivement. Le titre des solutions 
pour injection a été porté jusqu'à 50 p. 100, et j'en injecte 
6 et 8 centimètres cubes par une seule seringue. Ces injec- 
tions ne sont pas douloureuses. Elles produisent seulement 
nne petite tumeur, non inflammatoire et qui disparaît en 
trois ou quatre jours. Elles ont toujours été faites dans les 
muscles de la fesse. 

Le thymol étant très soluble dans Téther (1 centimètre 
cube en dissout 3 grammes), on se sert de ce corps comme 
dissolvant, puis on ajoute de la vaseline en quantité voulue. 

Le malade est arrivé ainsi à prendre un jour 28s%60 de 
thymol tant en cachets qu'en injections sous-cutanées, et je 
n'ai noté aucun trouble digestif, respiratoire ou circulatoire. 
Les urines avaient seulement bruni et donnaient un fort préci- 
pité au réactif. L'état général est resté le môme, et l'état local 
n'a pas changé; les crachats ont été tout aussi abondants, 
mais n'étaient plus purulents: les bacilles n'ont pas varié. 

Le malade était, depuis plusieurs jours, redescendu à la 
dose de 15 grammes, lorsque le 11 décembre, en lui faisant 
une injection à 30 p. 100, il est pris d'une sensation acre à la 
gorge, de toux et d'un léger étourdissement. Ces phénomènes 
se dissipent et je pars. Le soir on m'appelle, et je constate 
une congestion pulmonaire du côte gauche, avec dyspnée, 
crachats aérés et sanguinolents. 

Je prescris de l'ergotine, de la morphine et des révulsifs, 
et le surlendemain, j'ai la satisfaction de tout voir se dissiper. 

Le malade n'avait plus pris de thymol à partir du 12, les 
urines du 15 ne donnaient qu'un léger nuage, celles du 19 
ne donnèrent plus rien au réactif. 

Il est plus que probable qu'une partie du thymol 
ingéré s'éliminait par le tube digestif, mais cette ob- 
servation prouve néanmoins la faible toxicité de cette 
substance. 

Le 8 octobre 1887, nous injectons dans la cuisse de cinq 



122 FKRNAM» IIKRMOZ. 

cobayes du liquide tuberculeux obtenu par écrasement 
d'une rate de cobaye. 

L*un d*eux, servant de témoin, a été sacrifié le 29 no- 
vembre et reconnu tuberculeux. 

J^es quatre autres ont été divisés «'n deux séries. 

I^a première série a étéjtraitée au thymol, dès le troisième 
jour de Tinoculation. 

Un cobaye, pesant 677 grammes, a reçu du 11 au 25 oc- 
tobre : 

Six injections de 0*^20, soit une stérilisation à 0>%29 par 
kilogramme ; 

Quatre injections de 0*%30, soit une stérilisation à 0>',ii 
par kilogramme. 

Quatre injections de 0", 40, soit une stérilisation à 0'',59 
par kilogramme. 

Il a été sacrifié le 30 novembre et reconnu tuberculeux. 

I/autre, posant 315 grammes, a reçu du 11 au 23 octobre : 

Cinq injectiousde 0*',10, soit une stérilisation à Os',29 par 
kilogramme ; 

Trois injectiousde 0tM5, soit une stérilisation à 0>%43 par 
kilogramme ; 

Trois'injections do 0>',20, soit une stérilisation à 0>',57 par 
kilogramme ; 

11 est mort le 5 novembre. Sur le foie, je trouve une plaque 
jaune, rien à la rate ni ailleurs. J'inocule immédiatement 
cette plaque, écrasée dans Teau distillée, à un cobaye, lequel 
a ét<^ sacrifié le 30 décembre et n'avait aucun tubercule. 

La (l(Mi\ième série n'a subi le traitement que dix- 
neuf jours après riuocuiation. 

Un cobayis pesant 810 grammes, a reçu, du 27 au 31 oc- 
tobre, cinq inj(»ctions de O'^'.fiO, soit une stérilisation à 0»',74 
par kilogramme. 11 est mort le 1*' novembre. Sa rate pré- 
sentant des granulations, il importait de savoir si les bacilles 
étaient vivants; elle a, en conséquence, été inoculée à un 
■cobaye qui rst devenu tuberculeux. 

Le dernier cobaye, pesant 555 grammes, a reçu, du 27 oc- 
tobre au 3 novembre, sept injections de O^'^BO, soit une sté- 



VACCINATION ET GUÉRISON DE JJl TL'BEKCLLOSE. 123 

rilîsation à i^fiS par kilogramme. Il est mort de péritonite, 
rinjection ayant pénétré dans l*abdomen. Sa rate tubercu- 
lease a été inoculée à un cobaye qui a été sacriGé le 2 jan- 
vier, et reconnu tuberculeux. 

Ainsi donc un seul cobaye sur quatre n'est pas 
devenu tuberculeux. C'est assurément trop peu pour 
en tirer une conclusion favorable au traitement de la 
tuberculose parle thymol. 

La tuberculose, d'ailleurs, est la maladie la plus 
difficile à guérir par les antiseptiques, car le bacille 
ne tarde pas à s'enkyster dans son tubercule et à 
s'isoler de la circulation. Sans doute il vit aux dépens 
des plasmas exsudés, mais les plasmas sont toujours 
présents autour de lui, tandis qu'un antiseptique en 
circulation ne peut l'atteindre que temporairement et 
il se moque de ces assauts. 

Ces réflexions m'ont inspiré l'idée d'essayer le 
thvmol dans une maladie bactérienne à évolution 

m 

rapide et dans laquelle les bactéries ne s'enkystent 
pas, le chardon. 

Deux cobayes ont reçu une injection de thymol pendant 
dix jours, à raison de 0s%27 par kilogramme pour Tun, de 
0^,40 par kilogramme pour Tautre. 

Le huitième jour, ils ont été inoculés, ainsi que deux 
témoins, d*une culture très virulente de charbon que je 
devais à Tobligeance de mon ami le D' Berlioz, chef de labo- 
ratoire à la Pitié. Les deux témoins sont morts le troisième 
et le quatrième jour; leurs organes présentaient les lésions 
ordinaires du charbon, et leur sang, mis en culture, a été 
fécond. 

Des deux cobayes traités, Tun est mort neuf jours aprrs 
rinoculation ; son sang est resté stérile. 

L'autre était bien portant treize jours après Tinoculation. 
Il avait donc été préservé du charbon, comme le précédent. 



124 FEHNAND BtltLIOZ. 

mais avait-il contracté l'immunité et serait-il réfractaire à j 
une seconde inoculation"? C'est ce que je voulus vérifier i 
lui inoculant une seconde fois du virus charbonneux, au- 
quel d'ailleurs il succomba, ainsi que me le prouva l'ens»- 1 
niencement du sang. 

La même expérience a été ri^pétée sur quatre lapins dont ^ 
deujt servaient de témoins. Un lapin a reçu du thymol à r 
son de 0*^, it par kilogramme, pendant sept jours : l'autre à 
raison de 0",50 par kilogramme. Tous les quatre sont morts 
charbonneux, la preuve étant toujours faite par l'ensemen- 
cement du sang du cœur. Les lapins traités sont morts deux | 
et trois jours aprë> les témoins. 

Dans les expériences précède nies, tes animaux 
avaient été traités plusieurs jours avant l'inocula- 
tion; il était donc à présumer que la réussite, chet. 
les cobayes, devait être attribuée à rinfertîlisatioa 
du terrain et non à la destruction de la bactérie. 
Cette hypothèse semblait confirmée par le fait de ce 
cobaye ayant succombé à une seconde inoculation. 
Pour m'éclairer à ce sujet, j'ai inoculé le charbon à 
deux cobayes et leur ait fait immédiatement après 
une injection de thymol, à raison de i gramme par 
kilo{i;ramme. 

Cette injection fut ré|)étée le lendemain et le sur- 
i; lendemain, mais ce jour-là les deux animaux sont 
morts. Le sang de l'un est resté infécond tandis que 
' le sang de l'autre a fertilisé des tubes. 

Ce demi-résulUit est insuffisant pour résoudre 
question posée, .\ussi me proposai-jc de reprendi 
à nouveau ces expériences d'antisepsie interne. & 
avec le thymol, soit avec un de ses dérivés que j*^ 
tudie en ce moment. 



I 

i 

4 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU 

COKPARAISON DE QUELQUES FORMES CLINIQUES 

AU rOIXT DE VUE DE LEUR ÉVOLUTION ET DE LEUR PRONOSTIC, 

DE LA VIRULENCE DE LEURS PRODUITS ANATOMIQUES 

ET DE LEUR RÉACTION DEVANT l'iODOFORMB. 

LUPUS SCLÉREUX ET TUBERCULOSE VERRUQUBUSB. 

VALEUR DE L*IODOFORME COMME ANTI-TUBERCULBUX (i) 



PAR 



LB D' A. MORKL-LAVAIXftK 

CHBP DB CLIJCI^DB DB LA FACULTÉ A L'HOPITAL SAINT -LOUIS 

LACRBAT 1» LA FACULTÉ 



Deux thèses récentes, celle de M. M. Vallas (2), 
prosecteur à la Faculté de médecine de Lyon, et celle 
de notre ami M. A. Lefèvre (3), ancien interne à l'hô- 
pital Saint-Louis, renferment des notions fort inté- 
ressantes sur Tanatomie pathologique et la pathogénie 
de la tuberculose de la peau. D'après M. Vallas, 
Vulcère tuberculeux cutané n'est jamais primitif; il 
n'apparaît que postérieurement à une tuberculose 
viscérale quelconque, et encore faut-il que celle-ci 
soit très avancée, que la cachexie ait commencé. 

(1) Ce travail résume le résultat d'expériences thérapeutiques 
faites à la clinique de l'hôpital Saint-Louis sous la direction bien- 
veillante de M. le professeur Fournier. 

(2) Vallas (M.), Sur les ulcérations tuberculeuses de la peau. Th. 
de doct., Lyon, i887, n« 367. 

(3) Sur la tuberculose par inoculation cutanée chez Chomme, thèse 
de doctorat, Paris, mars 1888. 



126 A. MOilEL-L A VALLÉE. 

Quant h su proiUictiou. M. Vaihis invoqne de prt 
rence, pour l'expliquer, l'infection directe par auto- 
inoculation, i^iilôt que l'infection par le liquide san- 
guin chargé de bacilles. 11 ne met cependant point 
en doute la possibilité d'une inoculation tubercu- 
leuse primitive par la peau chez un sujet sain, mais 
ces lésions, d'ailleurs très rares, guérissent facile- 
ment : aussi la règle est-elle de voir ■< l'affection évo- 
luer lentement, rester locale, rétrocéder peu À peu 
el finalement guérir par la transformation fibreuse 
et l'enkystement des nodules infectieux. C'est le cas 
du lupus, de la tuberculose verruqueuse. i> 

M. A. Lefèvre, lui, étudie d'une façon générale 
toutes les formes de la dermato- tuberculose humaine 
par inoculation. Nous aurons à le citer à propos du 
lupus. 

Nous avons, depuis quelques mois, observé dans 
le service de notre maître, M. le professeur Fouruier, 
une série de cas de scrofulo-tuberculose de la peau 
dont l'étude comparée est instructive à tous égards 
au point de vue de la pathologie générale de la tu- 
berculose. Plusieurs des observations qui les concer- 
nent viennent d'être publiées dans les An/taies de 
lientmloioffle (t); nous ne donnerons, de ce qui a 
déjà paru, que des extraits indispensables à la pré- 
sente étude; mais, presque toutes, ces obscrvatioDS 
ont pu être complétées depuis lors. 

Obs. I. — Lnpu» lie In main. Lymphangite gommeiae de 
Vavant-briu et du bvat, de natwe scrofulo-lubviTHleuH, 
Injection» de vaseline iodofarmée, Am^liDration rapide. 

Bour,.., Henri, 27 ans, entre à 1» salle Saint-Louis le 

M) Janv.-f^v. 1888. 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. i27 

5 février 1887; il est pùle et maigre; son père est mort tu- 
berculeux il V a 10 ans; sa mère tousse et aurait une fistule 
h Tanus. Lui-môme a eu i\ diverses reprises, à six ans et à 
dix ans, des foyers multiples d'ostéites scrofulo-tubercu- 
leuses, dont il porte les traces sous forme de cicatrices fron- 
cées, déprimées, adhérentes aux os. (Eaux de Forges, toni- 
ques, etc.; guérison; intégrité des organes respiratoires.) 

Il n*a jamais contracté la syphilis; pas de stigmates d'hé- 
rédité de cet ordre. 

Six mois (?) avant son entrée à Thôpital le 5 février 1887, 
siir la cicatrice d'une ancienne lésion stnimeuse, à la face 
dorsale de la main droite, apparut un « petit bouton » suin- 
tant, qui bientôt s'étendit d'une façon serpigineuse pour 
gagner toute la face dorsale de la main et du poignet, puis 
tout le poignet et la partie inférieure de l'avant-bras, pour 
en arriver h constituer la lésion telle qu'elle est reproduite 
au musée de Saint-Louis, n*» 1224 et 1225. 

L'aspect objectif est celui d'une scrofulide végétante^ d'une 
tuberculose cutanée de forme veirugueuse. Sur un fond 
rouge, mollasse, livide, infiltré, s'élève un amas de croûtes 
jaune sale, souillées de pus, irrégulières, mal stratifiées, 
assez adhérentes. En dessous d'elles, la peau est, ou bien 
à peine érodée (mais inflltrée), ou bien le siège de végéta- 
tions papillomateuses, mamelonnées, grisâtres, bourgeon- 
nantes. Par places, les croûtes sont agglomérées, plus 
épaisses. Autour d'elles, la peau est enflammée, turgescente, 
mais d'un rouge violacé. Ailleurs on voit des tuméfactions 
dépressibles, quelquefois fluctuantes, et donnant la sensa- 
tion ou d'un abcès ou d'un contenu semi-fluide et gommeux. 

Le pourtour de la région ulcéro-croûteuse est marqué par 
un liséré livide assez large, ni festonné, ni figuré, et qui dé- 
teint en haut sur la peau voisine. Celle-ci serait, depuis 
3 mois seulement (?), le siège des lésions qui restent à indi- 
quer. 

Du poignet à la région deltoîdenne^ la face antérieure du 
membre est occupée par une série de nodosités ; les unes 
émei^ent à peine de la nappe d'infiltration rougeàtre qui se 
confond avec les lésions précédentes; les autres, plus haut, 
sont des nodules pisiformes, enchâssés dans le derme; sur 



128 A. MOREL-LA VALLÉE. 

eux la peau est, tantôt normale, tantôt adhérente et rou- 
geiUre, tantôt surélevée et ulcérée en forme de furoncle, et 
tantôt ofRre absolument Taspect de syphilides tuberculo- ou 
pustulo-croûteuses. Plus on monte vers le deltoïde, plus ces 
tumeurs deviennent grosses et fluctuantes. Remarquer 
qu'elles sont rangées en séries verticales, formant de véri- 
tables cordons interrompus. C'est donc là une vraie « lym- 
phangite gommouse ». Celle-ci aboutit k des ganglions axil- 
laires volumineux et douloureux. La plus forte des gommes 
ci-dessus décrites, grosse comme une mandarine, siège vers 
le milieu du bord interne du cubitus, sotis la peau, qui est 
saine et non adliérente. 

On constate en outre : 

Une tumeur d*aspect également gommeux sous la [)eau 
de la jambe droite, datant d'environ un an. 

A la joue droite, une fistule sous-cutanée, à bords relevés, 
iniiltrés et livides, un type de fistule écrouelleuse des 
enfants. 

Intégrité absolue des organes viscéraux, notamment des 
poumons. 

Le diagnostic porté par tous les médecins de Thôpital 
Saint-Louis est « scrofulo-tuberculose, scrofulide, tubercu- 
lose cutanée, lupus, et lymphangite tuberculeuse ». 

liîi février. — Traitement ioduré (3 gr.), résultat nul. 

5 mars, — Le malade a maigri, tousse légèrement. Res- 
piration rude, expiration prolongée, élasticité moindre au 
sommet droit. 

On cesse Tiodure, on ordonne de Tarséniate de soude. 
Injections d'éther iodoformé dans les tumeurs du bras les 
plus fluctuantes. La peau se sphacèle, s'élimine; le fond 
s'exhausse et devient verruquoux, quasi papillomateux, 
avec croûtelles suintantes. 

Avril, — L'aspect du poignet et de la main est le même. 
Deux hémoptysies à trois jours d'intervalle; râles humides, 
buUeux, aux deux sommets, surtout à droite. Ces signes 
s'atténuent graduellement dans les quinze jours qui suivent. 

13 mai. — On fait tous les matins, à la racine du membre 
malade, deux injections en même temps, chacune d'une se- 
ringue de Pravaz, de vaseline liquide d'Albin Meunier, de 



SCROFULO-'ITBKRCULOSE DE LA PEAl*. 129 

Lyon; cette vaseline contenait en dissolution, les premiers 
jours, de IVucalpytol iodofornu'', ensuite de riodoforme seul 
h 1 pour 100. L'injection, faite très profondément, n'est au- 
cunement douloureuse: au bout de quelques heures on 
n'en peut plus trouver la trare. Gela permit de faire tous les 
jours les deux injections au môme endroit, h savoir dans la 
régrion humérale post<*rieure du môme côté. 

Fait remarquable : le malade qui, h la suite de Tinjection 
d'éther iodoformé dans ses tumeurs gommeuses, avait net- 
tement perçu le goût d'iode dans sa bouche, ne le sentit pas 
une seule fois après ces injections de vaseline, non plus, du 
reste, qu'il n'accusa \r «jortt ou l'odeur de Teuralyptol em- 
ployé dans les premiers jours pour ce môme mode de trai- 
tement. 

Jusqu'au !26 mai, on fit ainsi, treize jours de suite, Tinjec- 
tion intra-musculaire de deux seringues 1 2 centimètres cubes) 
de vaseline, soit de 'i centigrammes d'iodoforme dissous. 

26 mai, — Depuis un mois le malade a gagné 4 kilo- 
grammes. 11 tousse peu, ne craclie pas. 

Poumons, — Le sommet gauche est absolument sain. A 
droite, élasticité et sonorité moindres. Voix et vibrations 
normales. Expiration rude. 

Localement, les saillies papillomateuses de la nappe d'in- 
filtration carpo-métacarpienne s'affaissent: à sa limite supé- 
rieure, cette nappe s'aplatit et sa couleur violacée se perd 
dans un tissu blanchâtre de cicatrice. (On dirait une zone 
de lupus érythémateux en voie de guérison spontanée.) 

En bas, vers les espaces interdigitaux, on voit encore 
quelques papulo-pustules mollasses, violacées, croùteuses, 
mais moins saillantes, moins tendues, ne menaçant plus 
de s'ouvrir. 

Au-dessus de la tôte du radius, vers l'extrémité de la zone 
t;n voie de cicatrisation, une gomme assez volumineuse est 
en train de se résorber. 

Au bord externe du pouce, une petite gomme super- 
ficielle, en bissac, très tendue, menaçait de crever. On pen- 
sait qu'elle deviendrait végétante comme celle de la région 
deltoîdienne. Elle vient de s'ouvrir, mais s'affaisse sans exu- 
bérer: elle se recouvre d'une croûtelle. 

TL'BERCL'LOSE. — U. 9 



inO A. MOIIKLI.AVM.I.KE. 

En remonlanl jusqu'au haut du bras, on voit qiB 
le^i nodosili^g sont en voie d'aCTaissement, qiiel<(iieS'Unef t-ti 
voie de cii-alrisalion ; les ric.ilricfs sonl viiilacées, livide», 
non (lanfrées, d'aspect strumeiix. formant une faible saillie 
gui décroît de jour en jour. La plus large de ees cicatrices, 
irn^ffuliërc, mais presque plane, remplace l'une dos gommes 
pré-deltoidiennes devenues ulct^rées et véprélantes aDit||— 
l'injection d'éther iodorormii, M 

La gomme sise le long du cubitus n'a pas changé, qii4| 
qu'un peu moins tendue. -" 

On ne sent pas de cordons lymphangitiques le long du 
bras. Ganglions axillaires droits gros comme des noisette», 
saillants, non douloureux, non adbérentR, mulunl soua^ 
doigt. Légère ad^nopathie axillaire gauche. 

Même état de la gomme de la jambe et de la joue. 

Le malade sort le 36 mai. Il rentre quinze jours aprèsJ 
subit une nouvelle série d'injections sous-eulanées de vtl_ 
Une liquide iodoformée, tous les jours jusqu'au 8 juill^fl 

ajiiiltul. — Ktat général aussi bon qu'fi la sortie, le p 
esl le même. 

Poumons. — RJen autre que de la rudesse cxpiratoire à 
un peu d'obscurité des deux ciités. 

/.étions ruiattifs. — Le processus d'alfaissement et de l 
sorption des tumeurs lymphangitiques continue. Mais,J 
qu'il y a de plus remarquable, c'est que toute la surfM 
autrefois recouverte par les saillies verruqueuses el croù- 
tenses ii la main et à l'avanl-bras est aujourd'hui sans 
squames ni ulcérations, aplanie, sans saillie, presque nette, 
d'un rouge violet mais moins vif, moins inllammatoire. 

La poau est souple, surtout à la péri|ihéne. Cependanl. 
aux racines des doigts, on trouve 3 ou 4 saillies pisiformes. 
mollasses, rappelant le lichen iï grosses papules et qui 
paraissent de production récente. Il en est une nouvelle, 
analogue, h. la joue droite, près de la Itslulette préexistant 
en cet endroit, 

30 juillet. — L'amélioration locale avait été telle dés le 
99 juin qu'à cette époque le malade a pu reprendre l'usage 
de sa main e( s'employer depuis lors, dans l'hôpital, à des 
travaux de serrurerie. Pendant ce laps de temps, et Ji cause 



SCR0FUL0-TUBERCUL08K DE LA PKAU. i'M 

poiit-<>tre de la fatigue due à retle reprise de travail, son 
poids a diminué de !2 kilos (55 k. 300). Ajoutons que Vhth 
pital lui pèse et que son appétit diminue. 

Les injections de vaseline iodoformée ont été (continuées 
jusqu'à ce jour, d'abord toujours à la racine du bras, puis, 
ce point devenant légèrement sensible à la longue, dans 
l'épaisseur de la masse musculaire du dos« 

L'état général est aussi bon que possible: ni «'Xpectora- 
tion, ni toux. Lu respiration est seulement un peu rude aux 
sommets, surtout à droite. Les ganglions axillatres^ à droite 
comme à gaucbe, ont continué à diminuer de volume. 

Localement, l'amélioration du pliicard lupique principal 
1 face dorsîile de la main) s'est encore ac<'entuée. Sur les 
bords, là surtout où le progrès est le plus appréciable, la 
peau demeure couverte de macules livides, mais c'est à 
pf'ine s'il reste un état rugueux comme vestige des tuber- 
cules, que l'on ne retrouve pins agglomérés qu'à la racine 
des doigts. Là se voient encore de petits noyaux satellites, 
foyers toujours en activité. 

Au bras, il n'y a plus que deux des petites masses mollas- 
ses et rougeàtres qui aient survécu (et un nodule caséiforme 
au pli du coude) ; partout ailleurs elles ont été remplacées 
par des cicatrices vineuses, irrégulières, « strumeuses ». — 
La gomme de la région cubitale est toujours dans le même 
état : peau ni adhérente ni altérée. 

II en est de même de la gomme sous-cutanée de la jambe 
droite. 

La partie la moins améliorée est certainement la joue, où 
se voit toujours la fistulette livide, <pii s'est cependant af- 
faissée. Près d'elle est une nodosit»'» pisiforme, mollasse, 
«< tubercule nodulaire » de M. Vidal. 

C'est dans ces conditions que le malade quitte l'hôpital 
(HO juillet!. 

Ainsi, dans l'espace de deux mois, l'énorme lésion de la 
main et de l'avant-bras a subi une régression telle qu'on 
peut dire que dans la plus grande partie de son étendue, 
elle touche au terme de laguérison par résolution, absolu- 
ment comme l'eût fait un syphilome en nappe récent sous 
rinfluence de l'iodure. Parallèlement, les gommes lymphan- 



va A. MOHCL-L*VALLÉE. 

giliques s'afTaUs aient et les pmimons recouvraient presque 
letir fonctionnement normal. 

Certes le processiiB de oéoplasie (vraisemblablement tu- 
berculeuse) n'est pas absolument enrayt', puisque de nou- 
velles i>levures populeuses se montrent vers les doigts et â 
la joue; que d'ailleurs la respiration reste rude, etc. 

Mais il n'en persiste pas moins ce fait de la guérison rapide 
d'une lésion d'aspect scrofulo-tubercnleux, et rappelant 
même plutAt la tuberculose vraie, le tubercule analomique 
^ant que le liipns: et cette puérison, fiH-elle temporaire, 
n'en est pas moins extraordinaire, quelle que soit la part 
qu'y aient eue les injections sous-cutanées de solution îodo- 
formée (injections faites pendani deux séries, l'une 
maines, l'autre de ;) environ). 



I des I 



Celle observation était intéressante à bien 
points de vue : il s'agissait manifestement d'une tu- 
berculo-scrofulide ayant été le point de départ d'une 
lymphangite gommeuse de même nature. Tous les 
médecins de l'hùpital Saint-Louis avaient, sans hési- 
ter, considéré comme étant d'ordre scrofulo-lubercu- 
leux, la lésion sqiiamo-croftteuse, papiUomaleuse de 
la main; or, le 30 mars, c'est-à-dire plus de froU 
mois auparavant, nous nous étioiis livré aux expé- 
riences suivantes : 

Plusieurs des tumeurs gommeuses du bras mena- 
çaient de s'ouvrir; avec les précautions antiseptiques 
de rigueur, nous y avions, à l'aide d'une pipette sLéri- 
lisée et brisée sur la lampe à alcool, aspiré du pus 
avant qu'il n'eût été en communicationavec l'air exté- 
rieur. Or, dans ce pus. nous n'avions pu retrouver un 
ienl hacUle. 

Le lendemain 31 murs, nous avions pris de ce pus, 
délayé dans du sérum glycérine, et en avions injecté 
une seringue de Pravaz dans le péritoine de deux co- 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. 133 

bayes (une seringue par cobaye). Quatre mois après, 
ces cobayes étaient encore en état de parfaite santé 
apparente. Des cultures avaient été tentées sur du 
bouillon de poulet additionné de gélose et de glycé- 
rine, avec le pus recueilli comme nous Tavons indiqué 
plus haut; elles éUûent demeurées stériles. 

En face de cette série de résultats négatifs (bien 
qu'encore incomplets), on pouvait hésiter à admettre 
a priori^ et d'après le seul aspect objectif, le diagnostic 
de tuberculone cutanée (malgré Tapparilion de sym- 
ptômes pulmonaires), vu Tinsolite et rapide amélio- 
ration présentée par le malade, — amélioration dont 
faisait foi le moulage delà lésion, effectué lors de l'ar- 
rivée du patient à l'hôpital. 

Peu de temps après, cependant, nous devions avoir 
les preuves scientifiques de la nature tuberculeuse de 
cette affection. 

A. — Le 21 juillet, le malade consentit enfin à se 
laisser exciser un petit tubercule isolé auprès du grand 
placard du dos de la main. L'examen hislologique en 
a été fait par notre ami M. Darier, qui a bien voulu 
nous communiquer à ce sujet la note ci-après : 

Sur les coupes colorées au picro-carminate, on voit qu'il 
s'agit d'un nodule lupique du volume d'un grain de mil, en- 
rliAssé dans le derme. L'épiderme est épaissi dans toutes 
ses couches. Les papilles, allongées dans le voisinage du 
tubercule, sont complètement effacées à sa surface. Le no- 
dule est nettement limité sur tout son pourtour; il est com- 
posé de cellules embryonnaires, rondes ou fusifonnes; 
groupées en «imas serrés sur certains points, l'onnant ainsi 
des follicules au centre desquels se voit souvent une cellule 
géante. 

C'est, en somme, un tubercule type de lupus vulgaire. 



\U A. HOREL-LAVALLÉK. 

Sur plusieurs coupes, trait(^os par la méthode d'Ehrlich- 
Weigert, pas de bacilles. 

Ainsi, cette lymplianj^îte tuberculeuse se reproduit 
a son pourtour sous forme de lupus type. 

H. — Le 25 juillet, c'est-à-dire près de quatre mois 
après les inoculations, un des cobayes a été sacrifié 
par le !)'' E. Deschamps, à l'obligeance de qui nous 
devons la relation suivantes de Tautopsic : 

Les cobayes ont tous deux très bonne cipparenco; ils sont 
gais, vifs et mangent bien; cependant ils sont maigres, et, 
vers le 15 juillet, nous constatons que Tund^eux porte dans 
chacpip aine une tumeur irrégulicre, bosselée et plus grosse 
j\ droite. Cette tumeur, ainsi (pie nous le montre Tautopsie, 
est un abcès ganglioiuiaire casèeux. 

Nous trouvons aussi de nombreux ganglions casèeux dans 
le mésentère, dans les épiploons, (»t particulièrement IVpi- 
ploon gastro-bé))ati(|ue. Les ganglions trachéo-bronchi(pu^s 
sont aussi très volumineux; cpielques-uns sont casèeux. 

lia rate est criblée de gr<inulations caséeuses et doublée 
de vohuue. 

yuel(jU(»s luben'ules dans le foie. Rien d*apparent dans 
les autnîs viscères. 

Lt; pus (If 8 abcàs rasreux renfn*ine des bacilles tuberculeux; 
néanmoins nous h; délayons dans de Teau distillée et stéri- 
lisée, et nous inoculons avec ce licpiide deux nouveaux ct)- 
bayes, bien (pie la présen(;e du bîicille nous semble devoir 
être une preuv(î suftisant(» de la nature tuberculeuse de ces 
abcès. 

Dans Taine droit(^ de Tautn* cobaye on peut aussi noter, 
C(minuï chez le premier, une tumeur ganglionnain^; mais 
ell(^ (^st ('videnmuîut au début, et son volume atteint à p(âne 
le (juarl du volume qu'avait rad(3nopathie constatée chez 
ranimai (jue nous avons sacrifié. 

Le second cobaye survécut jusqu'au 20 septembre, 
c'est-à-dire près de six mois après Tinoculation. Au 



SCROFULO-TUBERCULOSE 1>E LA PEAU. liKi 

cinquième mois, il avait maigri, puis repris de Tem- 
bonpoint dans les trois dernières semaines. 

Voici le résumé de Tautopsie, pratiquée par M. Da- 
rier, chef du laboratoire de la clinique à Saint-Louis : 

Poids du cobaye, 363 grammes. 

Pas de lésion localisée au point d*inoculation. 

Les ganglions sous-cutanés de Taine sonl des deux côtés 
1res augmentés de volume, infiltrés de nodules caséeux. 
Dans la cavité abdominale, pas de péritonite, pas d'adhéren- 
ces. Les ganglions mésentériques,les ganglions pré-lombai- 
res et les ganglions iliiiques sont prescpie tous énormément 
tuméfiés et caséeux. 

Pas de lésion apparente des viscères, sauf un nodule tu- 
berculeux du côlon transverse, n'intéressant même pas la 
muqueuse, et un abcès caséeux de Tépididyme droit. 

Tous les autres organes sont sains, notamment la rate, 
qui esl toute petite et non friable: le foie et l(»s poumons ne 
renferment pas de tubercules. 

Dans la cavité thoracique, quelques ganglions péri-tra- 
chéaux sont infiltrés de tubercules. 

Examen histologifjiie. — Les coupes des ganglions mala- 
des, colorées au picro-carminate, montrent de gros nodules 
caséeux plus ou moins confluents. 

Examen hactérlologitjue . — Sur des lamelles préparées 
avec le suc des ganglions mésentériques, on trouve, par la 
méthode d'Ehrlich-Weigert, des bacilles en très pet il nom- 
bre (un ou deux seulement par lamelle). — Les coupes (»n 
renferment fort peu également (huit ou dix par coupe). 

En résumé : tuberculose presque uniquement fjanglionnnire 
à marche lente et avec peu de bacilles. 

Appendice à l'Obs. /. — Le malade est rentré dans nos 
salles le 3 mars 1888. Malgré le traitement qu'il a fait chez 
lui par l'arsenic et Thuile de foie de morue, il a, depuis 
qu'il nous a quittés, maigri de dix livî'es. 

Le bras droit offre l'aspect suivant : 

Les anciennes lésions scléreuses, tuberculo-croùteuses. 



i:)6 A. MOREL-LAVALLÉK. 

nlrrri'iisrs ou ^'onimiMis<»s ont lait \)\iicv h d<»s ricatriros 
(rnu rou^^» vin«'iix, irn'frnliènîs, cir'prinuMîs ol adlim»nles 
aux |)lans sous-jan'iils, sonplus (?n p»iH'Tal, d'anfant plus 
ronii)l(>t«»ment pimos (ju'olh^s ('faicnt plus rapprorlw^os de 
la raciiHî du iru'inhn». A iiu^sun» (juo Ton descend vers la 
uiaiu, r'est-à-dire vers le Utyvv initial, les niaculatures 
ricalririelles se recouvrent de croates, puis on trouve des 
tuhercules nodulaires épars, surtout sur la lisière des an- 
ci«»nnes lésions. 

La jronmu^ au niveau du cubitus s'est ouverte seule, elle 
est indi(pié(* i)ar une croûte rou^eîltre dcpriniée. 

Le placard priniitii' du dos iW la main, représenté par une 
tAche violacée, plant» (ni^nie à sa périphérie), présente plu- 
sieurs ulcérations j^Tisàtres, calleuses, irré«rulières sur sa 
surface. 

(Juel(|U(»s j>:anf^^lions durs roulent dans Taisselle droite; il 
en est de moins volumineux dans Taisselh» gauche et dans 
Taine gauche. 

Fari', — La iistulette de la joue droite a fait place à des 
nodules ulcéro-crt)ûteux i)lus étendus. A la joue gauche est 
une gonuue sous-cutanée fluctuante, à hujuelle sans doute 
correspond un ganglion rétro-maxillaire encore dur. 

Jnmhe, — La gonuue du mollet est dans le môme étiit. 

Poumons. — (Ju(d(|ues froiss(*ments ])leuraux îiu sommtît 
droit, et c'est tout... Sonorité imparfaittî (?). 



Obs. h. — Tuht^rndttsp rutnnrt* de ftn'mf ct*rrm/ueuse, coitsr- 
cutive à dt*s Irsitnis du sf/utdpftc. Injections de vaseline iodo- 
foDnée. Amélioration passaffèrt*. 

Arthémise T..., :21 ans, domestiqin», entre hî (î août 1887 
dans le service de M. Kournier jxjur des lésions osseuses et 
cutanées du bras gaïu'he. Sa santé générale est excellente; 
la veille enc<»re elh^ travaillait comme honiu^ à tout faire. 

Klle a encore ses jjarents, et deux s(eurs ayant 23 et 17 
ans. Tous sont en honne santé. Personne dans la famille ne 
tousse ou n'a eu de maladies de ])eau. 

Notre malade a le faciès strumeux : nez épaté, cicatrices 



SllROFULO-TCBERGULOSE DE LA PEAU. 137 

«*crouelli*Uî«es au cou h gauche; leucome de Tœil droit. 
Voici ses antécédents : 

A i ans a débuté, peu après une rougeole, une ostéite de 
la région métacarpo-phalangienne gauche (qu'on appelait 
humeurs froides) et qui, depuis lors, a évolué petit à petit 
jusqu'à i'état actuel (voir plus loin). 

i ans après (h 8 iins), lésion cutan('*e ayant laissé à la face 
dorsale de Tavant-bras gauche une cicatrice sans caractères 
particuliers. Presque à la même époque survint une mala- 
die îi symptômes cérébraux convulsifs qui mit pendant un 
mois sa vie en danger. 

A 12 ans, nouveaux accidents : 1® kératite droite qui la 
rendit borgne pendant 3 mois et a laissé une tache persis- 
tante (kératite interstitielle); — 2* ulcération précervico- 
claviculaire dont il est resté une cicatrice de 5 doigts de 
long, blanche, couturée, irrégulière et provenant sans doute 
de la fusion de plusieurs ulcérations primitiv(»ment orbicu- 
laires: — 3" écrouelle ganglionnaire cer^•icale gauche dont 
nous avons mentionné les traces. 

Il y a 18 mois (i9ans et demi), apparition au coude d'une 
lésion qui s'est, dit-elle, ulcérée puis recouverte d'un tissu 
rougeâtre, dont nous allons parler. 

Ëtat actuel : 

Main, — De la racine du médius au bord cubital du méla- 
carpe s'étend un placard à contours irn'»guliers, vagues, non 
figurés; ù surface faiblement mamelonnée, recouverte de 
croùtelles et de squamules qui masquent incomplètement 
la couleur violacée du fond. Cette coloration livide est sur- 
tout accusée à la périphérie de la lésion, et là, la peau est 
amincie. £n somme, l'aspect est celui d'un lu])us papillo- 
mateux. 

Ce placard lupique mesure 6 centimètres sur le dos de la 
main : il sous-t(înd en écharpe les deux derniers doigts, qui 
présentent les déformations suivantes ; l'annulaire est en 
flexion forcée, comme dans la maladie de Dupuytren ; seu- 
lement, au point supérieur d'insertion de la bride, une petite 
plaque lupique indique ici l'origine du processus. 

L'auriculaire n'est plus représenté que par un rudiment 
d'ongle et par une portion de la phalange unguéale, qui se 



I»S 



)HEL-!.AVALLÉK. 



trouve an niveau dpaartiinlalionsmétucarpo-phM 
voisines; la ti^te du miftucarpien a vrai^'emblablement dis- 
paru ausni en partiii. 

Ici donc, |)roji;res fi veinent, en l'espace d'une qainzaine 
(l'anni^ps, et par suite de l'élimination des frngments cariés 
du squelette du petit doipt, la tnbercnlose a abouti :'i une 
variiH^ de mutilation singulière et telle qu'on en retrouve 
dans les maladies où il se fait une perte de substance non 
par ulcération, mais par un phénomène d'absorption, ou 
mieux de résorption spontanée. La lèpre nerveuse réaliste 
desemblables déformations, et voici comment: « Ces bizan-fs 
lésions, véritable ostéomalacie lépreuse iLeloir) ii'onl pas 
une marche régulière; l'absorption peut porter uniquement 
sur une phalange et respecter les autres ; ainsi, par exemple, 
la 2' ptialange peut disparaître complètement, laissant in 
1" et la 3' intactes... Après la perte osseuse, la contraction 
de certains muscles, les lésions tendineuses et de l'aponé- 
vrose palmaire, la rétraction de la peau mettent en rapport 
les unes avec les autres les parties les plus opposées. 

« Chose curieuse, comme l'a bien remarqué Poncet (de 
Cluuy) l'ongle présente d'ordinaire une persistance remar- 
quable. Un appendice corné, souvent déformé en crochel. 
vestige de l'ongle, occupe, tantôt te sommet des métacarpietf. 
eorrespondanlx apivs la perif de roules les phalanges, tanlfit 
l'extrémité de la 3*, celle-ci étant en rapport avec la l"(lj- •> 

C'est exactement ce que nnus constatons chez notre ma- 
Lide, et si nous avons ci(é textuellement le professeur de 
Lille, c'est parce qu'il dit, ù quelques lignes de ce passage, 
que » la déformation des pieds et des mains permet, de 
loin, de poser le diagnostic de la maladie lépreuse •>. Il est 
intéressant de voir la tuberculose réaliser, m^nie partielle- 
ment, une mutilation aussi semblable à celle que la lèpre 
peut produire. 

taee diirsale de l'avanl-hras. — Nous y avons signalé une 
cicatrice blanche, non adhérente au squelette. 

via coude se trouvent les lésions cutanées de production 
plus récente; voici en quoi elles consistent : au-dessus lit 



[i 1 I.K 



SCROFl'LO-Tl'BERCULOSE DE LA PEAU. 139 

IVpîcondyle est une tarhe rouge jaune, k^gèrement transpa- 
rente par places, livide sur les bords, qui sont irrc^guliers et 
mai limités. G*est une agglomération de saillies mollasses, 
rrorttelleuses, inégales, si bien que la moitié de la surface 
de la lésion est affaissée et comme en voie de résorption. — 
Au dire de la malade, ce néoplasme, dont le plus grand dia- 
mètre est de 2 centimètres et demi, se serait développé sur 
une ulcération aujourd'hui fermée. 

Au-dessous de cette plaque de lupus se trouvent deux 
petits nodules pisiformes, et, entourant le tout, un semis de 
granulations miliaires rougeâtres. 

Aucune sensibilité dans cette région: pas de ganglions 
axillaires ni h droite ni h gauche. L'examen du thorax est 
négatif. I/état général est très bon. Pas d'amaigrissement. 
Poids 51k",500 (11 août). 

Le traitement consistera ex<*lusivement en ceci : on fera 
tous les jours k la malade deux injections de 1 gramme de 
vaseline iodoformée : l'une à côté du condo, au voisinage 
du placard lupique récent, l'autre dans les musch's du dos. 

19 août. — Les injections sont très bien supportées; elle 
ne sont pas douloureuses, sont très vite absorbées, on n'en 
retrouve pas de traces après 24 heures. Les lésions du coude 
ont subi des changements surprenants : la partie externe de 
la grosse lésion a pAli et s est affaissée, si bien qu'elle se 
trouve de niveau avec la peau saine, tandis qu'elle est sé- 
parée du reste de la surface lupeuse par un rebord saillant 
et violacé. — Les nodosités éparses dans les parties voisines 
ont aussi pâli et forment un relief moins accentué. Seule, 
la lésion de la main n'a pas bougé. 

29 août. — L'amélioration progressive est moins manjuée 
que dans les premiers jours ; l'affaissement du placard lu- 
pique du coude continue cependant, de dehors en dedans, 
mais pas si vite qu'au début, où Von gagnait 2 mîllimrfrfs en 
trois jours, 

La malade sort vers la mi-septembre. — Klle doit conti- 
nuer le traitement chez elle. 

5 f}Ctohre, — État général excellent : poids 52*", 500; 1 kilo- 
gramme de plus qu'au 11 aoilt, avant le traitement. La 
partie inférieure de l'humérus, profondément, semble dou- 



140 A. MOREri-LAVALLÉK. 

blée par lin em])Atoinont dû sans doute aux injections répé- 
tées dans le même point. Klles seront faites, h Tîivenir, uni- 
quement dans le dos. 

La lésion principale du coude semble avoir perdu de son 
étendue: ses deux tiers externes sont dàprhnàs^ plats et 
fibrnîfies, bien que pijrmentés en gris violet, et présentant 
encore à la péripbérie un piqueté rougefttn^ de nodules mi- 
liaires non encore guéris. Le tiers interne, presque aplati 
égab^uient, a conservé sa coloration lupeuse et son aspect 
tuberculo-scpiameux. A leur tour, les gi\inulations éparses 
dans la peau saine ont, l(»s plus petites du moins, perdu leur 
coloration livide: les jilus grosses sont de niveau avec la 
peau voisine [M est h» nodule pisiforuu» signalé au-dessous 
de rinterligne articulaire). 

Le plaeard tubereubMix du dos de la main est pou modifié, 
ses bords sont seulemc^nt lui peu décolorés et aplatis. 

Df^cembri* 1887. — Iléulcération en IVivers nodulaires de la 
cicatrice du dos de la main. 

Obs. III. - Luptis (fi* la joue. Injection de vaseline 
iodo formel'. Guénson pi^estfun complète. 

Marie M..., 1(> ans. — Début à l'Age de 5 ans; forme tuber- 
culo-ulcéreuse, d'une routeur vineuse, violacée, et d*un si 
mauvais aspect, (pion institue un traitement tonique avant 
de fain» autre ebose. 

Le 8 août, on couun(Mice à faire, non localement, mais 
dans la masse museulainî du dos, des injonctions d'iodoforme 
dissous il 1 j). 100 dans la vaseline liquide (formule de Meu- 
nier, deux seringu(^s de Pravaz par jour). Aucun traitement 
local. 

2 septembre. — Amélioration jirogressive ; atténu<ition de 
la rougeur. I)(»s i)la(|ues blanrbes de tissu cricatriciol se 
voient dans Taire <le la lésion ; elles envoient des bandes 
scléreuses cpii séparent et compriment des nodosités jau- 
nâtres en voie d'aifaissement. — Il n'y a plus que trois ulcé- 
rations eroûlelb»uses, (»t leur fond s'exbausse. 

!20 septembre. — Le placard lupeux est affaissé dans son 
ensemble, déprimé même parplîices;la coloration générale 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAl . Ul 

en «*st rosée, blanche mùme en arrière, sauf quelques îlots 
rougeàtres miliaires. Le doigt, promené sur la surface, 
éprouve une sensation de résistance, de dureté fibreuse. 11 
n'y a plus qu*une seule tache rouge ramollie et ulcérée, et 
en voie de cicatrisation. Au niveau des anciens tubercules 
nodulaires, la peau, lisse, scléreuse et surélevée, forme 
de petites saillies lenticulaires d*oîi rayonnent des stries 
libriMises. 

La périphérie se continue avec la peau saine sans autre 
délimitation qu'un aspect un peu nacré. 

"ÎS septembre, — L'enfant quitte Thôpital en pleine voie de 
guérison; mais il est évident que les îlots grenus jaunâtres 
sont encore des foyers tuberculeux en état de torpidité, 
sinon d'activité. 



Obs. IV. — Lupus de la face. Injections de vaseline iodo for- 
mée. Amélioration, puis statu quo. 

Marcelle K..., fillette de i ans, m'a été amenée il v a 
quelques mois pour une coqueluche. A cette époque, elle 
présentait aux deux régions parotidiennes des listulettes 
sous-cutanées, rougeàtres, mollasses, suppurant sans cesse, 
à bords renversés. A la joue droite était un placard de lupus 
tuberculeux, ulcéro-croûteux. (Son père était mort phti- 
sique.) 

L'impossibilité d'entreprendre des scarifications qui pus- 
sent être suivies régulièrement me décida à appliquer sur 
la joue du collodion salicylé pyrogallique. Une escharifica- 
tion très superficielle en résulta, qui fut suivie de la forma- 
tion, au centre du placard lupeux, d'un tissu fibreux de cica- 
trice à la périphérie de laquelle persistait une couronne 
de tubercules lupeux nodulaires, irréguliers, paraissant 
comprimés par le tissu inodulairequi les enchâssait. On eût 
dit un médaillon en émail cerclé de pierres rouges, montées 
de façon à les faire bien ressortir. 

Tel était l'état local au moment où j'instituai le traitement 
par les injections hypodermiques d'iodoforme, ix raison 
d'une seringue de Pravaz trois fois par semaine dans les 



112 V. MOHtL-LAVAI.LÉK. 

muscles du lios. Lu sûliition i!'tuit cellit d'A. Meunier : vaseliH 
lîfiuiile iodoformée h 1 |i. 100, ii l'euciklyptol. 

De])uis lurs jusqii'aujuurd'lini {i uctobre], j'ai assista, 
transformaliuns suivanles ; If s nodules tuLierL-uluux ont pélïî 
st* sont il<Hris, {mis ufTaisiO's: les plus gros se sont dîvistl's, 
coupés par des bandes de tissu cicatriciel. Aujourd'hui la 
lésion est presque plane dans toute son étendue, et, au 
d'une ceinture de tubercules rouges, il ne reste qu'un 
nombre de noyaux, ijiic l'on peut compter ^li) et qui dtoi 
uuent individuellement. 

Disons toutefois qu'ils conslltuent encore h présent di 
foyers de lupus en pleine activité probable. 

IS février 1888. — L'amélioration qui avait continue i 
s'accentuer par l'elTacement de la lésion, sa décoloratioBiii 
sa division en groupes isolés, a fait place ù un état 
lument stationnuire. Les scarilications put'Hissvnt devo 
être indispensables pour achever la çuérison. 

Obs. V, — UM.ratuin iii/ieivuhivfi' di' Caih du iii-z. 7'ubcrrul 
scrofntiâes iilcih'afires. Inject'umn rff rrasrline indo formé 
aucun résultat. 

Amélie N'..., â3 ans, mécanicienne, entre le IJ septembi 
1887 dans le service de M. Fournier,salle Henri IV, n* 15. 

Bonne santé antérieure. Mariée il y a 1 ans. S'enrhuo 
facilement depuis 2 ans ; tousse et est enrouée depuis un ai 
maigrit et a des sueurs nocturnes depuis quelques mois. - 
Névralgies thoraciques mobiles. 

Il y a K mois qu'elle s'est aperçue d'un petit boutuu i 
nez, it l'angle de la cloison et de l'aile droite ; fréquemmat 
écorché, il devint l'routeux. mais resta indolent et slattoi 
naire pendant 3 mois. — Ni enchifrénenieut, ni roryza,.i 
ozéne. 

Depuis 3 mois, ta lésion s'est ulcérée et s'est élendu« SI 
tout le bord inférieur de l'aile du nez, dont elle a détruit I 
face interne sur une hauteur d'un dcmi-cenlimélre. 

La face externe de l'aile du nez est d'un rouge carmini 
euHammée. pas très tuméliée. mais au contraire inliltrée e 
extrêmement dure, surtout k la partie inférieure, qui coii- 



SCROFULO-TUBKRCULOSK DE LA PEAU. 143 

stitue le bord externe, irrégulier, de l'ulcération ; celle-ci est 
déchiquetée, rouge jaunâtre, à fond inégal et raviné. L'aspect 
objectif est exactement celui d'un chancre simple, — auquel 
il ne faut pas songer pour plusieurs raisons, entre autres la 
longue durée de TafTection, etc., etc. La dureté ligneuse de 
rintiltration du derme, le bord relevé, taillé à i)ic, Tabsence 
de toute configuration géométrique, la chronicité de Tubrère 
pourraient également faire songer à un épithéliomo, dont 
nous rejetons Thypothùse pour d'autres considérations. 

<« Lupus exedens », voilà Tidée qui s'impose tout d'abord; 
ou même ulcération franchement bacillaire, vu le dépéris- 
sement de la malade et la netteté des signes pulmonaires 
(expiration prolongée: inspiration humée, rude, soufflante 
même à l'un des sommets, vibrations exagérées; craque- 
ments secs et même humides). 

l^î-27 septembre, — Traitement antisyphililique : résul- 
tats nuls. 

!Î7 sept.-'i^ octobre. — Injections quotidiennes, dans les 
fesses, de vaseline iodoformée à l p. 100. 

31 octobre, — Ulcération non modifiée^ taillée h pic, atone, 
jaunâtre. 

Obs. VI. — Ulcération tuberculeuse de la muqueuse nasale et 
df> l'ailf du nez. Injections de vaseline iodoformée. Amélio- 
ration partielle. 

Louise C...,30ans, couturière, entrée le 27 septembre 1887, 
salle Henri ÏV, n» 4. 

Élevée à la canipagne. — Pas d'antécédents scrofuleux. — 
31ariée à ii ans. 

Kn 1881, son mari est mort de tuberculose subaiguë. 

En 1880, la malade avait commencé à s'apercevoir, en se 
mouchant, qu'elle avait de l'ozène, et pendant 3 ans, il en 
fut de même, sans autre incident qu'un enchifrènement fré- 
quent l'hiver. 

Il y a 2 ans, elle se prit à moucher des croûtes, quelque- 
fois sanguinolentes, mais jamais il ne vint de séquestres 
cartilagineux ou osseux. 

Pas de douleur. — Ck>nservation de l'odorat. 



U4 A. MOREL-LA VALLÉE. 

En avril 1886, rougeur et gonflement de i*orîiice nasal. 

En septembre^ apparition, à laile droite du nez, d*une 
petite lentille rougeàtre qui devint rroûteuse, puis s'excoria, 
et Tulcération se mit un jour à grandir rapidement au point 
de ronger presque toute la marge interne de Taile droite. 

Vers la même époque, il se lit surTaile gauche du nez un 
processus analogue, plus intense depuis mars 1887. Mais là, 
la moitié antérieure du bord libre de Taile gauche est seule 
intéressée. 

Santé générale intacte. 

État actuel {^1 septembre 1887), — Les poumons semblent 
en bon étal, bien qu*avec un peu de rudesse respiratoire. 

Le nez est tuméfié dans son ensemble; la peau, surtout 
à droite, y est d'une couleur rouge vineuse, infiltrée, mol- 
lasse. — Le bord de Taile droite est dans toute son étendue 
le siège d'une ulcération profonde, anfractueuse, irrégu- 
liére, rouge jaunâtre, qui a rongé toute la doublure mu- 
queuse sur une hauteur de 7 à 8 millimètres. 

Petite ulcération sur l'aile gauche. 

Dans l'intérieur des fosses nasales on suit à Tceil nu, re- 
montant sur la cloison, un tissu végétant, rouge pâle, gra- 
nuleux, mais en voie de cicatrisation. 

On institue le traitement par les injections, dans le dos et 
les fesses, de 2 grammes par jour de vaseline iodoformée à 
1 p. 100 préparée h la pharmacie de Thôpital. 

20 octobre, — î20 jours après, la rougeur livide du nez 
a certainement rétrocédé et pâli, et le gonflement inflamma- 
toire a diminué. Mais Ftdcératjon a continué à progresser de 
telle fagon qu'il ne parait persister, au bas de Taile droite du 
nez, (ju'un lambeau de peau complètement évidé à Tinté- 
rinir. L'aspect est absolument chancrelliforme... 

Les observations qui suivent sont inédiles. — Nous 
les abrégerons cependant. 



SCR0FUL0-TUBERCUL03E DE LA PEAU. Uo 

Obs. VII. — Lupus tuberculeux de la face (en papillon). 
Forme végétante , non ulcéreuse. Injections de vaseline todo- 
formée. Amélioration passagère. 

Emestine G..., i5 ans, entrée le 19 août 1887, salle Henri IV, 
n» 20, puis n» 18. 

Hérédité nulle. — Maux d'yeux et d*oreilles répétés. — 
Glandes au cou fréquentes. 

Il y a environ 4 ans, Tenfant a eu quatre « ér} sipéles de la 
face » en 2 mois, et vers la même époque débutait Taffection 
actuelle par un placard saillant et croûteux sur la joue droite; 
un mois plus tard la joue gauche présentait un « bouton » 
qui s'étendait de la même façon ; presque en même temps le 
nez se prit. •— Ce n'est que depuis un an que la lèvre supé- 
rieure est intéressée. 

Pendant deux ans la lésion resta relativement plane, unie, 
croûtelleuse ; mais depuis elle s'est hérissée de végétations 
mamelonnées comme nous la voyons aujourd'hui. 

... Lupus tuberculeux en forme de papillon, h surface 
boui^eonnante et croûtelleuse sur les joues, végétante comme 
un chou-fleur sur le nez. 

Coloration générale rouge bnui, jaunâtre au centre, vio- 
lacée sur la limite du mal, qui surplombe la peau saine. 

La sous-cloison nasale est intéressée ; la lèvre supérieure 
est envahie par un tubercule rougeâtre élastique. 

Faible adénopathie sus-hyoïdienne médiane; poumons 
sains. 

ËmoUients locaux les premiers jours, puis cautérisations 
ponctuées sur le nez seulement. — Vers le 15 septembre on 
commence les injections sous-cutanées de vaseline iodo- 
formée (2 par jour). 

Trois semaines après, la lésion, égale en étendue, s'est 
affaissée en masse sur les joues et la lèvre ; sa lisière est 
presque de niveau avec la peau saine, mais surtout la colo- 
ration générale a pâli; le violet périphérique est devenu 
rouge foncé; le rouge des parties centrales tourne au rose. 

Puis Vamélioratûm s'arrête là; en septembre et octobre 
on scarifie le nez, et depuis novembre on scarifie les joues 

TUBERCULOSE. — H. 10 



146 A. MIUIEL-LAVALLÉE. 

tous les jours. — Les injections sont néanmoins continw 
pendant plusieurs mois. Malgré tout cela, le progrés a (A^ 
lent à se dessiner, sauf sur les parties végétantes du nei. 
rapidement amendées. 



Obs. Vlll. — Ptacmtl circonxcril d>- lupus à lu joui'. Inj'-clioni 
de oaseline ioilofoniiêe; améliomlion rapide d'abord, puis 
étal ttalionnaire. 

Louise Dum..., 18 ans. giinliére, entrée le tti novi-iiilire 
188T. salle Henri IV, n" 11. 

Pas d'hérédité ni d'antécédents slnimeux. 

Porte h la joue un placard ovalaire dont le contour irrt'- 
(pilier est formé par une série de tubercules lupeux ronge 
jaune, mollasses, inégalement saillants et résistants, co&- 
lescents çà et là. Ceux qui forment la demi -circonférence 
postérieure du lupus sont les pins gros et les plus rouges: 
— les antérieurs sont jaunes, transparents, h peine sail- 
lants; — la parlie eenlrale de la lésion est blnnrbâtre. 
cicatricielle (cantMrisation phéniqiiée ancienne?). 

...La lésion affecte en somme une évolution excen- 
trique dont les foyrrs morbides les plus actifs sont éche- 
lonnés à la périphérie, agglomérés ici, mais séparés I& par 
des tissus de cicatrice, si bien qu'on peut compter ces ni>- 
dules. 

...Diamètre maximum du lupus, 3 cent. — Pas d'adé- 
nopatbie. — Rien ans poumons. 

Traitement unique: 2 seringues de Pravaz de vaselina 
iodoformée h l'eucalyptol chaque jour d.ins les muscks 
de la fesse. 

Au bout de dix jours, les nodules lupeux se sont affaissés, 
les plus gros en arricre, jaunissant et tombant au niveau 
de la peau saine, les jaunes, en avant, perdant leur trans- 
parence et leur éclat. 

Quinze jours plus tard, l'infiltration de la peau est bien 

Dinnée...; la partie sclérense centrale s'étend en largenr 
ivoiedes jetées fibroïdes vers les bords, dont elle dis- 
i les tubérosités qui s'étranglent visiblement dans un« 

mosphère nacrée. 



8CR0FUL0-TUBERCUL0SE DE LA PEAU. 147 

Après une amélioration aussi remarquable et aussi 
rapide, les progrès s'arrêtent;. tout en continuant les injec- 
tions, on fait le "^O décembre la première scarification, et 
aujourd'hui (15 mars) après 4 mois, on n'est pas encore 
venu complètement k bout de cette minuscule affection... 
Il reste une tache rosée, grisâtre , encore dure et légère- 
ment déprimée... On continue les scarifications. 

Obs. IX. — Lupus géant de la face et du cou, Améliot^ation 
par les injections de vaseline iodoformép. (Résumé.) 

Lucien Gall..., 18 ans, entré le 14 janvier 1888, salie 
Saint-Louis n® 17. 

Famille inconnue. Pas de maladies antérieures. 

Début il y a 12 ans. — Évolution excentrique : au centre, 
cicatrices fibreuses, vicieuses, chéloïdiennes, donnant lieu à 
un torticolis permanent, et semées de nodosités brunes et 
croûteuses. A la circonférence supérieure (régions malaires 
et massétérines) le bord est formé par une crête de tuber- 
cules saillants, divisée en segments inégaux par des jetées 
lihreuses rayonnant du centre. En bas sur le cou, frontière 
indécise , peau scléreuse', rougeàtre et squameuse par 
ilôts. 

Le tout est turgescent, violacé sur les bords, livide par 
places, douloureux au contact le plus léger. Adénopalhies ; 
rotation de la tète douloureuse. 

Traitement par les injections de vaseline iodoforiiiée, 
ut supra. 

16 février. — Toute turgescence inflammatoire a disparu. 
Les bords ne font presque plus saillie; la coloration est 
changée du tout au tout : ce qui était violacé, livide, a viré 
au rouge rosé, floride; les parties rouges ont pâli, les 
limites du mal ont cessé d'être indécises : on peut constater 
dans Taire de la lésion l'existence de différentes zones 
tendant inégalement h la transformation scléreuse. Bandes 
fibreuses rayonnant du rentre entre les agglomérations nodu- 
laires de la périphérie. Sur un point près de la bouche, ce 
processus de transformation a été appréciable pour nous et 
pour le malade en 4 à 5 jours... 



U8 A. MOREL-LAVALLÉE. 

Fin f(}onei\ — La séparation des tubercules nodulaires en 
flots entourés par la sclérose s'accentue... Quelques jours 
après, le malade quitte Thôpital. 

Obs. X. — Placard circonscrit de luptis à la joue. Injections de 
vaseline iodo formée; amélioration qui cesse avec F arrêt des 
injections, 

11. D..., 35 ans, malade de la policlinique externe. Anté- 
cédents nuls, santé excellente. 

Début il y a 2 ans et demi par une papule jaune cuivre 
indolente, qui s'est étendue progressivement. 

Aujourd'Imi, placard rectangulaire à la joue droite, irré- 
gulièrement mamelonné, rouge vineux, à limites assez 
nettes, infiltrant le derme. 

Pas d'adénopathie. Rien aux poumons; aspect vigoureux. 
Application pendant cinq jours d'un emplâtre contenant 
10 p. 100 d'ichthyol.La lésion se ramollit et paraît perdre de 
son épaisseur. 

5 février. — Injections iodoformées à 1 p. 100, soit 4 gr. 
par jour. 

12. — L'aspect inflammatoire a dispani ; coloration 
rouge. On ne voit plus de mamelons fortement saillants, 
mais seulement une nappe irrégulière d'infiltration, un ca- 
pitonnage superficiel dont l'ensemble, soulevé aux deux 
pôles, semble plutôt parcheminé qu'infiltré. Au centre, 
aspect finement croûtelleux, grisâtre; quelques points 
paraissent pâlir et vouloir se rétracter vers la profondeur. 

...Peu de temps après, on commence concurremment les 
scarifications. 

Mars, — Le malade vient lui-même nous faire remarquer 
à quel point, depuis huit jours qu'il n'a pu venir se faire 
faire ses injections, le cercle inflammatoire rouge foncé, 
violacé, a reparu h la périphérie... 

Procédons maintenant à Texamen détaillé des 
faits relatés ci-dessus. Voyons en premier lieu TObs.!; 
qu'y trouvons-nous? 



i 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. 149 

Un homme, issu de souche tuberculeuse, esl atteint 
d'ostéites scrofuleuses multiples, récidivantes et pro- 
longées, depuis Tâge de 6 ans; ses poumons restent 
sains; à 26 ans, il se fait une lésion tuberculeuse de 
la peau (quelle que soit son origine : inoculation de 
l'extérieur; auto-colonisation à la suite d*un trau- 
matisme); trois mois après, lymphangite, adénopa- 
thie; au bout de trois autres mois, hémoptysies, 
signes d'infection pulmonaire, — et bi- pulmonaire. 
Pourquoi cette infection secondaire des poumons 
seulement quand la peau a été intéressée? Parce que 
celle-ci est plus riche en vaisseaux absorbants que les 
tissus osseux et cellulaire? C'est possible, mais re- 
marquons que : i**les ulcérations tuberculeuses vraies 
du tégument externe ou muqueux sont surtout fré- 
quentes chez les tuberculeux à une période avancée ; 
par conséquent, le plus souvent elles sont secon- 
daires (i); 2** une foule de lésions scrofulo-tubercu- 
leuses de la peau subsistent pendant très longtemps 
sans donner lieu à des infections consécutives. 

Pour savoir si la tuberculose cutanée reste plus ou 
moins souvent — et plus ou moins longtemps — loca- 
lisée çue les autres tuberculoses locales^ il faudrait faire 
une statistique comparée des cas de tuberculose pri- 
mitive de la peau sous toutes ses formes, tuberculose 
primitive des os, des jointures, des muqueuses, des 
ganglions (?) et subdiviser la deuxième classe elle- 
même en plusieurs catégories : sur 100 tumeurs 
blanches, par exemple, il y a eu tant de phtisies 
consécutives ; — tant, sur 100 cas de tuberculose gan- 
glionnaire /^nWrfr^ (?); — tant, sur 100 cas de der- 

1 1) D'aucuns disent « toujours >». Voyez M. Vallas, loc, cit. 



150 MOHEL-LAVAI.LÉt. ^^^^^H 

malo-tiiberculose. Outre que les observations o^DoS^ 
(lent pas à ce point, un pareil travail nous entraînerait ] 
beaucoup trop loin. Tout ce que nous pourrons faire J 
tout a l'heure sera d'étudier, sur le nombre restreint i 
(le documents qite nous possédons, le pronostic de b 1 
tuberculose cutanée primitive. 1 

B. — Second point: étant données plusieurs per- J 
sonnes atteintes de lubercidose ganglionnaire, eetlel 
lésion guérira chezles unes, l'estera stationnaire cheXiJ 
d'autres, tiindis que les dernières deviendront phtisî-l 
ques. Prenons un exemple : I 

Nous avons, il y a quelques mois, observé dans In 
service de notre maître M. Fournier, une femme de 
25 ans environ, ayant eu des écrouelles dans son en- 
fance et qui s'était bien portée depuis, jusqu'à ce 
qu'elle fût syphilisée par son mari. Use fit, peu après, 
des adénopathies mixtes multiples (scrnfulate de vt- 
role), si bien que cette femme entrait à l'hôpital pour 
des gommes ganglionnaires tuberculeuses de l'aisselle 
gauche ulcérées et végétantes. .\u bout de quelque 
temps, elle fit une pleurésie gauche, dont elle guérit; 
ensuite elle fut prise de péritonite el mourut avec les 
signes d'une méningite ultime. A l'autopsie, ou trouva 
une tuberculose ffangliunnaire généralisée, pas de 
granulie, et les poumons relativement épargnés. Ici, la 
syphilis ii bien évidemment été le facteur de gravité 
de la tuberculose et en a amené la généralisation, qui 
ne s'était pas etîectuée jusque-là malgré une série 
d'adénopalhies caséeuses. 

C. — L'observation de cette femme soulève d'ini 
portants problèmes dans l'histoire de la tuberculose.1 



« 



8GROFULO-TUBERCIIL08K DE LA PEAU. Til 

Nous venons de dire qu'elle n'avait guère présenté, 
à l'autopsie, que de la tuberculose ganglionnaire ca- 
séeuse généralisée. Pourquoi plutôt cela qu'une gra- 
nulie? La forme initiale de la tuberculose influe donc 
sur le degré de t infection consécutive dans r espèce hu- 
maine; mais dans quelles proportions? Notre malade 
avait été dans le principe atteinte de caséification gan- 
glionnaire, c'est-à-dire que la tuberculose, chez elle, 
n'avait fructifié qu'une fois arrivée dans les g-anglions 
lymphatiques, et qu'elle s'y était cantonnée, comme 
cela se voit si souvent chez l'enfant. (Vêtait là de la 
scrofulose type; eh bien, chez elle, l'infection a eu 
lieu par la reproduction telle quelle du processus 
morbide dans les organes similaires. Y a-t-il eu là 
plus qu'une coïncidence? Cette évolution a-t-elle été 
due au degré spécial de la virulence dans ce cas, ou 
bien fut-elle le fait du terrain, de la prédisposition 
stmmeuse, comme l'admettraient peut-être volontiers 
ceux pour qui la scrofule n*est qu'un ébit de prédis- 
jmsition au développement de la tuberculose? 

Chez les animaux employés aux expériences de 
laboratoire, que se passe-t-il? — La forme ganglion- 
naire de la tuberculisation est celle qui prédomine 
dans les inoculations expérimentales faites en intro- 
duisant une petite quantité de substance morbide 
dans le péritoine du cobaye, par exemple. Mais dans 
ces expériences précisément, que voyons -nous se 
produire? De deux choses Tune : l'inoculation est né- 
gative — ou positive. Dans le second cas, quelle que 
soit la nature de la matière inoculée, crachats de tu- 
berculeux, produits scrofuleux de l'homme, fongo- 
sités de tumeur blanche, fragments de lupus (Cornil 
et Leloir) on obtient constamment une infection 



\:'i A. MOilEL-lA VALLÉE. 

luberculeuse. presque toujours gënéculisiée. Jumais 
Kiener u'apu.ciiez des cobayes en expérience, réaliser 
une affection localisée rappelant par sa durée, par sa 
curabilité et ses récidives, la marche de la scrofule 
liumuine. l-ela prouve que la « forme » scrofulose 
n'existe pas ou n'est pas reprodiiclible chez les ou chez 
ces animaux; pourquoi ^n strait-il rorcéinent de 
même chez rhomoïc? 

D. — Prenons àprésent une tuberculose qui, d'abord 
localisée, se généralise : dans un cas il se produit une 
granulie [>ar irruption rapide et dissémination du 
virus dans le sang; — ailleurs il se formera des foyers 
secondaires à distance du point infectant: soit des 
abcès froids, desiirlhropbathies, etc., — enlin parfois 
ou peut suivre pas à pas lu marche lentement pro- 
gressive, par étîipes, de l'infection tuberculeuse; le 
mal augmente d'étendue par envahissement des 
parties voisines, puis la propagation se fait par lym- 
phangite, avec arrêts à chaque station ganglionnaire. 
Qu'est-ce gui délerm'me ces divers modes ifiiifection, 
le plus uu moins de rapidilè de sa marche? Est-ce la 
constitution du malade, c'est-à-dire le terrain de cul- 
ture? Est-ce le siège dans tel ou tel tissu ou organe; 
est-ce la fonne de lu lé-iion initiale? Sur la peau, par 
exemple, qui olfrira le plus de chances d'infeclioD 
ultérieure, du lupus ou d'un tubercule analoraique'ï 

E. — El encore ici nous supposons un problème 
résolu; quelles sont les limites respectives du tupus 
avec ses variétés et de la tuberculose de la peau? Pour 
l'ulcère cutané des oriHces muqueux, la distinction est 
assez lacile. mais quelles diflicultés on <lebors de et? 



SCROFULO-TUBKRCULOSE DE LA PEAU. 153 

cas! Nous n'en voulons pour preuve que les noms de 
« scrofulide, tuberculose de la peau, lupus » appliqués 
par différents médecins au malade de notre Obs. I. 
Si encore Thistologie et la bactériologie nous appor- 
taient des critériums certains ! Mais il n*en est rien : 
dans le cas publié il y a 2 ans par M. Merklen, lui- 
même, MM. Balzer et Marfan ont trouvé des bacilles, 
tandis que les inoculations faites par M. H. Martin 
sont restées négatives. — Au contraire, pour le ma- 
lade de notre Obs. I, dans le pus tantôt plilegmoneux, 
tantôt mal lié des gommes lymphangitiques, et sous 
les croûtes, la recherche des microbes au point de vue 
du bacille de Koch (mais de celui-là seul) faite à plu- 
sieurs reprises par plusieurs personnes, notamment 
par M. Darier, chef du laboratoire de la Faculté à 
Saint-Louis, a constamment été négative. 

Des cultures faites avec les produits gommeux, 
d'après le procédé de M. Roux, sont restées stériles. 
— Mais les inoculations faites sur deux cobayes ont 
donné des résultats positifs. (L'examen des crachats 
n'avait pu être fait, le malade ne crachant pour ainsi 
dire pas, et le liquide des hémoptysies n'ayant pu 
être recueilli.) 

Dans un grand nombre, dans le plus grand nombre 
même des cas publiés de tuberculose cutanée, on a 
trouvé des bacilles (Hanot, Merklen, Tscherning,Holsl, 
Hofmokl, Elsenberg, Brissaud, etc.j ; mais enfin on 
peut ne pas en trouver, même dans des cas où, comme 
dans le nôtre, l'inoculation est positive et reproduit 
la tuberculose bacillaire. Mais le contraire n'esl-il pas 
encore plus étrange, la présence de bacilles dans des 
produits dont l'inoculation restera négative ! 

Ce fait vient à l'appui des recherches de Cornil et 



lo4 A. MORËL-LAVALLÈK. 

Leloir : malgré l'absence de bacilles clans le fnigment 
<le lupus qu'ils inoculaient, les animaux en expérience 
présentaient néanmoins, aussi bien au point inoculé 
que dans les lésions de la génénilisation, un nombre 
(considérable de bacilles. M. LetuUe est arrivé au même 
résultat en obtenant une tuberculose bacillaire géné- 
ralisée chez 3 couples de cobayes inoculés avec le pus 
des a gommes tuberculeuses » de 3 malades différents; 
dans ce pus, l'examen microscopique n'avait décelé 
que de rares bacilles (Obs. l); et ni bacilles ni zooglées 
dans ses Obs. Il et III (1). 

D'ailleurs la discussion qui a eu lieu à ce sujet au con- 
grès de ('openhague nous apprend que si (^ohnheim, 
Auspitz, Pick, Kiener, Vidal ont eu des résultats né- 
gatifs, des inoculations de lupus ont reproduit la tu- 
berculose entre les mains de Schfdler, Hueter, Pa- 
genstecher, Pfeiffer, Martin, Koch, Doutrelepont (de 
Bonn); ce dernier, sur diverses espèces d'animaux, a 
obtenu des résultats invariablement positifs. 

F. — Que le lupus passe de la scrofule a la tuberculo- 
se, jusqu'à nouvel ordre, la scrofule et la tuberculose 
<le l'homme n'en sont pas davantage identiques. Elles 
ne le sont déjà pas au point de vue clinique et pronos- 
tique; mais il y a plus, l'expérimentation conduit, jus- 
qu'à présent, à des conclusions analogues. En 1881, 
Kiener et (^harvot ouvraient la discussion par la pu- 
blication de leurs recherches, et ils îirrivaient à ceci : 
Tinjection dans le péritoine d'un cobaye de matière 
tuberculeuse, — comme aussi de matière caséeuse et 
•de pus scrofuleux provenant de tumeurs blanches, — 

;!) SV. méd, des Uàp., 28 iiov. «884, p. 373, 



SCHOFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. iôly 

produit une tuberculose généralisée. Ainsi que nous 
le disions plus haut, Tinoculation était positive ou né- 
gative au point de vue de la tuberculose ; mais ce qu'on 
produisait chez ces animaux, c'était de la tuberculose 
ou rien, jamais de « scrofule ». 

Peu après, la découverte des bacilles de Koch, trou- 
vés en abondance dans les produits tuberculeux, — 
en quantité faible ou nulle dans les produits scrofu- 
leux, — parut éclaircir définitivement la question, 
puisque Tinoculation de ces derniers ne reproduisait 
qu*une seule maladie, la tuberculose bacillaire, qu'on 
eût, ou non, trouvé des bacilles dans la matière « scro- 
fuleuse » ayant servi aux inoculations. 

Cette fois le dernier mot était dit : la scrofule avait 
vécu ! Elle n'existiiit auparavant qu'avec la tolérance 
de sa gninde sœur; celle-ci reprenant son bacille, tout 
était fini pour elle ! — ('/était aller trop vite : déjà on 
avait vu que tous les produits scrofuleux n'avaient 
pas une égale virulence; un fragment de lupus, ino- 
culé en 188! par Kiener à la cuisse de deux cobayes, 
n'avait produit qu'un ulcère à base indurée, mais pas 
de généralisation. Mais ce n'était pas ce fait qui pou- 
vait empêcher Kiener de conclure que a nul caractère 
important ne différencie la scrofule de la tuberculose». 

Seulement, à la fin de 1884, Arloing démontra que 
si l'inoculation de matières provenant de poumons 
tuberculeux reproduit la tuberculose également chez 
le cobaye et chez le lapin, en revanche l'inoculation 
de scrofulomes ganglionnaires produit bien la tuber- 
culose généralisée chez le cobaye, — l'animal qui de- 
vient follement tuberculeux, — mais elle n'infecte pas 
le lapin; celui-ci reste indemne ou ne présente qu'un 
seul tubercule localisé. 



136 4. MllBF.L-I.AVALLKE. 

Donc si la lubt^rculose et la scrofule t 
dues à des virus différents, le virus est sinon all^- 
nué, du moins modifié dans la seconde. 

Mais alors, par le passage successif de cobaye à co- 
baye, ce virus va retrouver son activité première? — 
11 n'en est rien ; le virus de la scrofulose ganglion- 
naire, en passant sur le cobaye pendant deux généra- 
tions successives, n'est pas decenii infectant pour le 
iajiin. El pourtant ce passage à travers plusieurs gé- 
nérations de cochons d'Inde rend infectant pour le 
lapin le virus de certaines tuberculoses locales qui ne 
l'étaient pas au début (tuberculoses chirurgicales). 
Le cobaye augmente donc l'intensité de la virulence 
tuberculeuse atténuée, mais non celle de lu serofii- 
losedj. 

Les résultats auxquels est arrivé là M. .\rloing con- 
tredisent ceux obtenus par d'autres expérimentateurs, 
notamment Max Schilller, qui, en 1880, inoculant À 
■ii.r lapins des rr.igments de ganglions sci-ofuleux, eo 
rendit trois tuberculeux : les deux premiers mou- 
rurent au bout de 12 et de 30 jours; le troisième fut 
sacrifié au bout de trois mois et présentait des tuber- 
cules pulmonaires. N'y aurait-il là qu'une question de 
" quantité » pour le virus inoculé? 

Au reste, le dernier mot n'est pas dit, et. à Inséanre 
du i" novembre 1887 de la Société }>atholoyique de 
Londres, M. Eve résume ainsi le.s recherches expéri- 
mentales qu'il a entreprises à ce sujet (2i : 

Chez cinq la|iiiis el cinq culiaye», les inoculations ont é\é 
praliqiiées sons la peau, dans le péritoine ou dans la cham- 
bre antérieure Af l'œil, avec le suc retiré de dix glandes m s- 

II) Kfii.aiS';,Atad,dci scicnret,2T septembre \^m. i. Clll,p. 358. 
(2) Semnim méd.. Il noï. 1881, p. 457. 




SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. 157 

lades. Chez tous les cobayes et chez quatre lapins, on a vu 
survenir une tuberculose viscérale; le cinquième lapin a 
échappé ; mais, en examinant la glande avec laquelle il avait 
été inoculé, on a pu s*assurer qu*elle avait subi la transfor- 
mation fibreuse et qu'elle ne contenait pas de bacilles. 

Ces résultats diffèrent de ceux qu'a obtenus M. Arloing, 
qui a vu tous ses lapins échapper à Tinfection, tandis |que 
les cobayes succombaient constamment; mais Arloing n*a 
expérimenté qu'avec les glandes d'un seul individu, tandis 
que M. Eve a pris ses cas au hasard; M. Arloing ayant ob- 
servé que le virus des glandes scrofuleuses ne produisait 
pas la tuberculose chez le lapin après deux passages par le 
cobaye, a conclu qu'il existait probablement une différence 
entre le virus tuberculeux proprement dit et celui des glan- 
des scrofuleuses. M. Eve a répété ces expériences et s'est 
assuré qu'on peut produire la tuberculose chez le lapin 
avec le virus scrofuleux qui a passé par un cobaye aussi 
bien qu'avec le virus tuberculeux lui-môme. On ne trouve 
aucune différence anatomique essentielle entre les lésions 
tuberculeuses et celles qui résultent de l'inoculation de la 
matière virulente provenant des glandes scrofuleuses; ces 
dernières contiennent des bacilles tuberculeux en petit nom- 
bre seulement, mais le microbe se trouve en abondance 
chez les animaux inoculés. En somme, la tuberculose et la 
scrofulose sont dues, pour M. Eve, à une même cause, et la 
bénignité relative de l'adénite scrofuleuse doit s'expliquer 
par la résistance plus grande que Torganisme oppose au 
microbe. 



Cela est plus en conformité avec l'opinion générale 
que la communication faite à la Société de biologie 
par M. Daremberg, annonçant qu'il a vu sur les lapins 
des lésions de tuberculose locale expérimentale donner 
lieu à de la scrofulose sur d'autres lapins, et celle-ci 
reproduire une tuberculose pulmonaire chez de nou- 
veaux animaux. 

M. Nocard a, du reste, fait observer qu'il n'est pas 



démontri; que les lésions considérées par M. I 
berg comme scrofuleiises ue soient pas simplemffl 
de la lubert'idose lo<;ale(i). 

Si cependant les conclusions de .M. Arloing éUiienj 
reconnues inattaquables, le cobaye pourrait servir ( 
réactif pour distinguer ce que la scrofulose a le d 
de conserver de ses antiques et vastes domaine»; 
tumeur tluctuante, non inthunmatoire, renferme ( 
pus mal lié ; ce pus n'infecte pas un lapin, on l'injec- 
teniit alors à un cobaye. Si, reporté sur le lapin, ce 
pus le tuberculisait, il proviendrait d'une » gomme 
tuberculeuse », sinon, d'une » gomme scrofuleuse »^ 

Nous ne savons si on arrivera ici à un crilériui 
certain, mais cela ne nous semble pas encore prouvéi 
attendu que le doute n'existe guère que pour dfri 
manifestations qui sont les produits les plus virulentî 
de la scrofulose ou les moins virulents de la tubercu- 
lose. Or, ces derniers n'ont peut-être pas le pouvoir 
constant d'infecter même le cobaye; témoin l'inocula- 
tion à demi négative déjà citée et faite parKiener sur 
deux cobayes avec du lupus, aU'ection dans laquelle 
on & souvent trouvé des btictlles (et qui depuis, il est! 
vrai, a reproduit de la tuberculose entre les 
d'autres expérimentateurs); et d'ailleurs comme) 
ces produits scrofuleux ou <• tuberculeux inférieurs i| 
engendreraient-ils forcément la tuberculose, quand c 
voit rester négatives des inoculations faites avec d 
substances nettement bacillaires (cas de Merklen)? 

G. — Mais revenons à ce que nous disions | 
haut: dans une même espèce vivante, les divers syt 
témes organiques, les divers tissus, offrent une t 

(I) &Wi)W'(e biologie. Vi «cl. 1887, p. 3i(i7. 



SCROFt'LO-TUBERCULOSE DE LA PEAl*. 151^ 

stcince inégale aux agents infectieux, comme aussi des 
chances inégales de propagittion. Tel microbe produira 
ainsi des effets tout différents sur l'économie, suivant 
qu'il sera injecté dans les veines ou dans le tissu cel- 
lulaire sous-cuUiné. Le procédé d'élection pour la 
réalisation de la tuberculose expérimentale estl'injec- 
tion de matières tuberculeuses dans le péritoine du 
cobaye : cet animal prendrait-il aussi facilement la 
tuberculose par la face muqueuse de son intestin (c'est- 
à-dire en avalant des crachats ou des fragments de 
tubercules) qu'il la prend parla face péritonéale (1)? 
Le succès des inoculations sous-cutanées chez les 
animaux prouve que l'hypoderme est un bon terrain 
de culture pour le bacille de Koch, tandis qu'un grand 
nombre d'auteurs considèrent la peau comme lui étant 
un terrain défavorable (Villemin et Cohnheim lavaient 
déjà remarqué) ; ce qui leur donne raison, comme Ta 
fait observer M. Merklen, c'est la bénignité attribuée 
par Riehl à l'affection qu'il a décrite comme « une 
nouvelle forme de la tuberculose », et dénommée 
tuberculose venuqueuse. 

Pour les dermatologistes français, la tuberculose 
a verruqueuse » de Riehl est quelque chose de très 
analogue à du tubercule anatomique en placard géant. 



(\) La réponse est facile; on connaît à prissent rimportancc 
qu'a la parle (Ventrée d*une infection sur son évolution ultérieure. 
Pour n'en donner qu'un exemple, « on sait aujourd'hui que la 
poule sMnocule la tuberculose, par les voies digestives, avec une 
facilité extrême; quant aux inoculations par la voie péritonéale, 
qui pour être positives chez cet animal veulent être faites avec 
des liquides de cultures contenant dos milliers de bacilles [IL Mar- 
tin^, elles ne sont jamais suivies de lésions si graves, si généra- 
Iis«*es que celles qui sont la conséquence de l'absorption gastro- 
intestinale des germes infectieux ». Vov. Étvd. expôr, et clin, sur 
ta Tub., t. I. 



I A. MOBEL-LAVALLÉE. 

le vieux tubercule analomitjue nijeunî par k concep- 
tion moderne qui en rapporte Torigine à la (iiberciilose 
bttcillnire directement inoculée (Besnier, Vidal). La 
description de Riehl est d'ailleurs admirable de pré- 
cision et d'exactitude; elle s'applique absolument aii\ 
malades de nos observations I et II, avec cette diffé- 
renceque.cbez le n° II, la tuberculose, primitivement 
osseuse, n'a atteint que secondairement la peau; 
fait en opposition avec la théorie qui tend à Taire 
de In tuberculose verruqueuse la manifestation mr- 
tiale d'une tuberculose inoculée (Riehl, Raymond); 
l'analogue, pour la tuberculose, du chancre sj'pUi- 
litiquc; tout au plus poui'rail-on dire : le tubercule 
anatomique pm'aH être la forme initiale ordinaire de 
la dermato-tuberculose par inoculation {qu'elle soit, 
ou non, primitice). 

Dans notre observation II en effet, nous avons 
Irouvé, au siège constamment observé par Riehl (face 
dorsale de la main et de l'avant-bras), ces raameloDtt 
verruqueux dont il a parlé, ces placards icbthyosi- 
formes. cornés par places, cerclés d'une aréole rouge 
vineuse ; — présentant i;à et là des croules sous les- 
quelles on trouve un peu de pus. et qui, grattées;] 
font place à des ulcérations végétantes, couver! 
d'excroissances papillomateuses; — puis,aff«issemei 
de ces verrucosités qui laissent des cicatrices bla» 
chfltres et réticulées au niveau desquelles il se tait 
d'abord une Une desquamation; guérison au centre el 
extension à la périphérie, avec production alentour 
de nodules satellites peu éloignés. 

Riehl et Paltauf ont trouvé des bacilles dans c 
lésions ; nous n'en avons pas vu dans notre observf 
tlon I ; mais d'une [larl Tixameu liislulogique nous y 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAV. i^\ 

a montré du lupus typique, et ensuite Tinoculation a 
reproduit la tuberculose bacillaire. 

H. — Il résulte des lignes qui précèdent, que les 
lésions de nos observations I et II pouvaient être 
appelées aussi bien «< tuberculose verruqueuse » (titre 
que nous avions même donné à notre travail) que 
lupus papillomateux ou scrofulide verruqueuse, nom 
qu'avait donné M. le professeur Hardy à Taffection 
récemment décrite par M. Vidal sous le nom Aq lupus 
scléreux (1). Or, comme c^est un aviome que deux quan- 
tités égales à une troisième sont égales entre elles, la 
tuberculose verruqueuse de Riehl,si le fait est exact, 
devra se confondre/ avec Taffection antérieurement 
dénommée lupus scléreux, lequel n'est autre chose 
qu'un des trois types principaux du genre lupus 
rV'idal) (2). 

Comparons donc la magistrale description du 
médecin de Saint-Louis à nos deux observations : 

Siège d'élection. — Doigts, mains et pieds. 

Sympt/nnes, — Taches rougefttres qui s'étendent et 
proéminent, et se recouvrent bientôt de saillies mame- 
lonnées, rugueuses, d'excroissances verruqueuses, 
papillomateuses, d'apparence cornée, séparées par 
des sillons et des fissures, d'où la pression peut 
même faire sourdre du pus. 

Bientôt il se forme an centre même des plaques une 
cicatrice qui s'étend vers la périphérie , en suivant la 
production lupique dans sa marche serpigineuse et 



(1) Annale» de dermatologie, 1883, p. 414. 

(2) M. Vidal, tout en reconnaissant que la description du « lupus 
scléreux » correspond dans certains cas à la tuberculose de la 
peau, n'admet pas que le lupus commun soit de la tuberculose. 

TL'BRRCCLOSK. — II. U 



Irt2 A. MOREL-LAVALLftK. 

pjienxirp; re processus cicatriciel peut quelquefois 
enrahir en un point 1rs hortls de la plaque. 

Dans les cas e.rreptionnels de r/uMson spontanée, les 
saillies s' a ffaissent .puis disparaissent , Une reste quune 
plaque de tissu scUreux au milieu de laquelle on voit 
parfois récidiver des tubercules. 

Otto maladie est-ello bien du lupus? (hii, ré|K)n- 
d(;nt MM. Vidal (^l Leloir, pièces liistologiques en 
main. D'ailleurs le lu{)us scléreux peut n'être qu'un 
mode de transformation du lupus tuberculeux vul- 
{çaire. Or chez nos malades ras|)erl clinique était 
identique, Thistologie pareille, nos malades 1 et 11 
étaient donc bien atteints de lupus. Mais les inocula- 
tions fait(»s av(»c l(»urs tissus malades ont tuberculisé 
des cobayes : leurs lupus scléreux étaient donc bien 
de la tuberculose (atténuée ou non). Et comme le lu- 
pus scléreux uN^st qu'une modalité du lupus vulgaris 
auquel il |)eut succéder in situ (et pour lequel il peut 
être jusqu'à un certain point un mode de guérisoni, 
l'étude de nos deux cas vi(mt ainsi a|)|)orter un lémoi- 
fçna}i;e de |)lus en favcsur de la théorie (pii veut faire 
rentrer le lupus dans la fi;rande famille tuberculeuse (il 
comme constituant unc! des « manières d'être » de la 
dermato-tuberculos(». 

dette opinion est aujourd'hui généralement admise; 
le récent mémoire d(î M. Marfan (2) (;n résumait d'ail- 
leurs les |)reuves histologiques et expérimenUiles. 



(1) Nous laissons ici <lo vC\U\ le luinin i>t'ythématettx, dont lu 
nature n*<»st pas encore sufllsaninient élucid«^e. M. E. Resnier 
parait r.ej>endant d<^jà croire nettomont qu'il en est à son endroit 
tout comme du lupus vulgaire. 

(2) Marfan (A.), De VimmuniU^ conférée par la guériêon d'une tU' 
bcrnulose locale pour la phtisie pulmonaire, (Arch. gén. de fnédeeinef 
t880, VU<^ s«^r., t. XVII, p. 423 et 575.) 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. 163 

Dans le premier ordre d'idées, c'était l'identité de 
structure du nodule lupique et du tubercule démontrée 
par Virchow, Billroth, Friedlander, Wedel, Auspitz, 
Rindfleisch, Kôster, Jarisch, Lang, Klebs, Berger, 
Kaposi, Neumann, Colomiatti, Bizzozzero, Grancher, 
Malassez, Cornil,Chandelux, Renaut, Larroque,Leloir 
et Vidal... Les bacilles sont peu nombreux dans le 
lupus; mais cela tiendrait, diaprés Max SchiiUer, à 
ce que le microbe n'existe plus dans les nodules 
anciens qui ont subi la dégénérescence épithélioïde: 
en ces points il aurait disparu, et on ne devrait le 
rechercher que dans les éléments tuberculeux jeunes. 

Cette explication semble, dit M. Lefèvre(l), appli- 
«ible à bien des tuberculoses dites locales, et ce parait 
être aussi la conclusion où était arrivé M. LetuUe (2) 
à propos des gommes scrofulo-tuberculeuses. 

Quant au côté expérimental, nous avons vu com- 
ment le lupus inoculé reproduit la tuberculose; mais 
l'inoculation de matières tuberculeuses peut-elle don- 
ner Heu à du lupus? Le mémoire de MM. Lailler et 
Mathieu ne se prononçait pas à ce sujet (3) ; James 
Nevins Hyde considère le lupus comme résultant de 
rinoculation accidentelle de la tuberculose à la peau i i), 
la contagion venant, selon lui, de l'homme ou des 
animaux. Il est fréquent dans la seconde enfance, 
époque à laquelle les parents soignent leurs enfants 
avec un peu moins d'attention... Le siège au nez, 
aux joues, aux lèvres, aux oreilles, coïncide avec le 

(1) Thèse citée, 

:2) iior., méd, des h&pitaux, 28 nov. 188i, p. 373. 

(3) Lupus et tuberculoses cutanées, (Arch, gài, de médecine, I8S(), 
Vn« sér.. t. XVin, p. 55 et 193.) 

(4) Relations du lupus vulgaire avec la tuberculose, [Journ. of, eut. 
and venereal diseuses, 1885, t. UI, p. 32^.) 



(64 A. JloniX-I.iVALI.EK. 

lieu habiluel des trauinatismes de l'enlHUl. où celui-fï 
porte suiivent les mains [dus ou moins souillées (Ij... 

iNeumann. dans son traité des maladies delà peau, 
mentionne la fréqueoce (?) des lupus qui se forment 
autour de l'orifice des abcès scrofuleiix. 

Actuellement enfin le doute n'est plus possible; on 
a vu chez des malades des auto-inoculations revêtir la 
forme du lupus. Témoins : 

1' Les 2 cas de E. fiesnier : 1° fistule anale, lupuiî 
de la fesse : 2° amputation de tumeur blanche, lupus 
du moignon (2). 

2° Un cas de Léser (de Hallei. coxalgie listulcuse, 
lupus de la fesse (3). 

3" Deux CHS de Volkmann : 1" lupus du doigt et du 
dos de la main développé en connexion avec un spina 
venlosa tuberculeux; 2° lupus à la suite d'une carif 
tuberculeuse du calcanéum: 

4' Un cas de Liebreiclit : lupus anal à la suite d'une 
fistule tuberculeuse du rectum. 

3° Notre Observation II ; tuberculose du méla- 
carpe, lupus scléreux consécutif de la main. 

Hiehl a eu la bonne fortune de réunir 13 cas de 
cette forme peu fréquente dite h tuberculose vemi- 
queuse ». 

Lors de sa publication, aucun de ses 13 malade!> 
n'avait présenté d'autre manifestation tuberculeuse, 
et cependant la maladie n'avait jamais duré moins de 
deux ans, et même un des patients en était alTecté i 

(I) A. LErèvBK, locn eitatn. 
(-21 Voy. Ihése de E. Heiiouard, 2 avril (88*. 
P) Fortsekritle der MedMn. 1887, p. 50i. — C'est. U la rotinai»- i 
sanca lii? l'auteur, la première observation oii l'on voie le lupiu 
d'une inrection tuberculeuse par la voie esterno. — Léser 
loralt sans doute les 2 cas de M. E. Itesnier. 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAU. 4Co 

depuis 15 ans. La marche du lupus scléreux, avait 
dit aussi M. Vidal, est essentiellement chronique : 
jamais la lésion ne prend une forme aiguë ; jamais 
elle n'a de la tendance à passer à Tétat de lupus 
vorax. Elle dure 8, 10, 15 ans... 

Nous allons cependant voir que les derniers tra- 
vaux sur la matière ne confirment pas la bénignité du 
pronostic porté par Riehl pour tous les cas de cette 
tuberculose cutanée qu'il a appelée verruqueuse. 

.1. — La grande difficulté qu'ilya à classer toutes les 
variétés de dermato-tuberculose (depuis le /w/îw^ jus- 
qu'à Yulcération tuberculeuse) est le motif qui nous a 
fait mettre en tète de ce travail le titre de Scrofulo- 
TUBERCULOSE CUTANÉE ; mais tout cela n'est qu'une 
question de mots et ne fait que changer les termes de 
l'énoncé du problème ; peu importe au malade le nom 
de sa maladie. S'il s'agit de « tuberculo-scrofulide » 
de la peau, quelle sera la forme — lupus, tubercu- 
lose verruqueuse, ulcère tuberculeux, gommes scro- 
fule-tuberculeuses — la plus susceptible de donner lieu 
à l'infection généralisée; à quelle modalité de cette 
infection, et dans quel délai? — C'est là ce qu'il im- 
porterait de connaître ; ce que pourront seules démon- 
trer de nouvelles séries d'observations. Nous savons 
d'ailleurs que toutes les formes peuvent guérir, au 
moins temporairement. — Pour le lupus, l'exemple 
est vulgaire (1). — Pour le reste, nous avons vu nos 
malades en voie d'amélioration; et notre maître et 
ami M. Merklen nous disait dernièrement que la 

(I) Voir, par contre, les obs. de MM. E. Besnier et Quinquaiid, 
concernant «les cas d'infection tuberculeuse généralisée; chez des 
malades soignés pour des lupus. (Thèse de Quinquaud, 1883.) 



106 A. MORKL-LAVALLÉi:. 

feiiinie dont il a présenté il y a environ 2 ans l'obser- 
vation était récemment encore en bonne santé. 

Examinons simplement, pour nous faire une idée 
du pronostic de la tuberculose contractée par la voie 
du tégument externe, toutes les observations qui en 
ont été publiées jusqu'îi ce jour, c'est-à-dire jusqu'à la 
thèse de M. A. Lefèvre (mars 1888). Nous y trouvons 
30 observations mentionnant un plus grand nombre 
de cas; mais nous ne retiendrons que celles où (leur 
authenticité étant mise hors de doute) l'évolution de 
la maladie est suivie et relatée. — Pour Tinstant, 
nous laissons toujours en dehors les 15 tuberculoses 
verruqueuscs de Riehl. 

Voici les cas que nous avons relevés, avec les noms 
di^s auteurs : 

1, Verneuil. 2, Verchère. 3, Hanot. 4, Merklen. 
5, Tscherning. 6, Karg. 7, Axel llolst. 8, Raymond. 
9, Raymond. 10, Hrissaud. H, Martin du Magny. 
12, Wahl. 13, Kœnig. li, Middeldorpf. 15, Léser, 
16, Jeanselme. 17, Elsenberg. 18, Hofmokl. 19, Eve, 
20 A 29, Lehmann. 30, ex{)érience de Démet, Para- 
skova et Zablonis(l). 

Dans tous ces cas il y eut ou infection génénili- 
sée, ou production de foyer infectieux secondaires 
disséminés, ou au moins propagation du mal par 
envahissement de voisinage et formation de lymphan- 
gite ou d'adénile. 

a. — Pour 12 de ces malades, l'observation s'ar- 
nMe après les mentions de : adénolymphite bacillaire 
(ulcérative ou non), 7 fois. Ostéo-arthrites ayant néces- 
sité 2 amputations, non guéri, 1 fois. Symptômes 

(1) l/onlre chronologique n'est pas observ«K 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LÀ PEAU. 167 

pulmonaires et généraux, 3 fois. Méningite rachi- 
dienne, 1 fois. 

Pour 2 autres, il s'agissait de sujets morts peu 
après d'une affection différente. 

b. — Restent donc 16 cas où les malades ont été 
suivis plus ou moins complètement; pour ceux-ci, 
que voyons-nous? 

Dans 15 cas, il y eut, à des degrés divers, infec- 
tion de l'économie. Dans 9, la mort s'en est suivie : 
3 fois par méningite tuberculeuse; 4 fois par con- 
somption due à des lésions disséminées ; 1 fois par 
granulie; 1 fois les détails font défaut. 

Chez 6 malades, secondairement infectés par pro- 
pagation et qui ont survécu, nous trouvons que 5 ont 
guéri après avoir présenté de Tadéno-lymphite de 
voisinage (l), des écrouelles multiples (3), de l'ar- 
thrite suppurée (1). — Un autre malade était en 
bonne santé dernièrement, après avoir présenté de 
l'adéno-lymphite et des signes pulmonaires. 

Enfin un seul a guéri immédiatement sans autre 
retentissement sur l'économie qu'une adénopathie 
passagère. 

De toutes les observations ci-dessus étudiées, une 
des plus curieuses est sans contredit celle de Leh- 
mann (1) ayant trait à la circoncision de 10 enfants 
russes avec succion de la plaie par un opérateur tu- 
berculeux; 10 jours après survenaient chez tous les 
enfants desM< chancres tuberculeux de la verge »; 
3 semaines plus tard, adénopathies. Puis, de ces en- 
fants 3 mouraient de méningite au bout de quelques 
mois et 4 autres, de consomption hectique plus Uird : 

\\) Ann. de derm., sept. 1886, p. 542. 



108 A. MORËL-Là VALLÉE. 

3 seulement survécurent et guérirent après des 
éerouelles multiples. 

Sur le totiil (le nos 30 cas, 13 ont eu pour origine 
Topératiou de la circoncision chez des Israélites. 

Mais nous nous sommes un peu écarté de notre 
sujet; en effet, il ne s'agit pas dans tous ces cas de 
dermato-tuberculose ayant eu la peau, à pro{)remenl 
parler, pour porte d'entrée, puisque dans un cas il y 
a eu plaie articulaire pénétrante, et que dans les 
13 circoncisions, par exemple, il y a eu section de la 
peau, du tissu cellulaire et d'une muqueuse; au reste, 
il est très difficile de disjoindre à ce point de vue 
Thypoderme de la peau, si ce n'est en faisant une ino- 
culation expérimentale sur une surface dénudée par 
un vésicatoire. 

Voyons cependant quel a été l'accident initial noté 
dans les cas que nous avons relevés. 

Sur ces 30 cas nous trouvons : 

2 fois inoculation sous-culanée expérimentale. 

8 fois la mention «< tubercule anatomique » ou « tu- 
berculose verruqueuse » (1 fois). 

20 fois des « ulcérations », seules (les 10 cas de 
Lehmann), — ou accompagnant d'autres lésions. 

• (L'inoculation s'éUmt faite souvent sur des plaies, 
il ne serait donc pas exact de dire : « Vingt fois l'acci- 
dent initial a été ulcéreux. ») 

Neuf fois la mort s'en est suivie ; dans ces neuf cas, 
la lésion initiale née sur une plaie (circoncision), éUiit 
restée ulcéreuse. 

Ainsi, depuis que la dermato-tuberculose est àFordre 
du jour, nous n'avons trouvé qu'une trentaine de cas 
spontanés, primitifs, c'est-à-dire antérieurs à toute 
autre localisation de tuberculose. 



SCROFLXO-TUBEBCULOSE DE LA PEAU. 169 

Sur ceux-ci, 8 seulement avaient trait à la forme 
non ulcéreuse, papillomateuse, autrement dit verru- 
queuse, dont trois furent suivis d'infection pulmonaire 
ou viscérale, un d'ostéo-arthrite et un d'adénolym- 
phite spécifique. 

L'étonnante série publiée dans le travail de Riehl 
(octobre 1885) comprend à elle seule 15 cas de tuber- 
culose verruqueuse, ayant présenté tous une marche 
chronique, et aucun malade n avait d'autre manifes- 
tation scrofulo-tuberculeuse. Aussi le pronostic de la 
« tuberculose verruqueuse » était-il regardé comme 
bénin, et l'infection générale n'y paraissait pas à 
craindre. Or, si, comme nous le croyons, tuberculose 
verruqueuse et tubercule anatomique sont de même 
essence, ces propositions doivent être absolument 
abandonnées devant les chiffres cités plus haut, et où, 
5 fois sur 8, Tinfection secondaire s'est produite à des 
degrés divers. 

Pour une raison analogue, il nous est impossible de 
souscrire à cette conclusion de la thèsedeM.Lefèvre: 
« que la tuberculose inoculée offre un pronostic bé- 
nin » ; — il ajoute, il est vrai, qu'il faut tenir compte 
de la possibilité d'une généralisation. 

Il est facile de voir le pourquoi de cet optimisme : 
l'auteur non seulement tient compte des heureux cas 
de Riehl, mais il en fait même des types en Tespèce, 
attendu qu'il considère la tuberculose verruqueuse 
comme étant chez l'homme l'analogue du «< chancre 
tuberculeux » déterminé par H. Martin sur les ani- 
maux en expérience. Mais il s'est prononcé pour 
l'identité de la forme de Riehl avec le tubercule ana- 
tomique. Or, si l'on veut bien se reporter à notre 
tableau, on y verra que sur les 8 observations où la 



!0 II EL-LA VALLÉE. 

maladie a eu pour exorilc un tubercule «nalomiijue il 
j a eu par la suite : injection pulmonaireou viscérale. 
3 fois; — osléo-arthrite 1 fois; — adénolymphite, 
! fois. Dès lors il faufirail lioae admettre que les 
cluinces d'infection consécutive sont d'autant plus 
grandes que la lésion initiale a été de moindre impor- 
tance ! 

Il ne faut pas trop demander aux statistiques, ni 
même essayer d'en établir une avec un nombre aussi 
restreint d'observations. Les 30 premières observa- 
lions ne peuvent [»as plus servir à tixer une uioyenne 
que les 15 cas de Hiehl qui viennent heureusement 
l'aire pencher la balance en faveur d"un pronostic 
opposé. El si quelque contradicteur voulait à son tour 
tirer une conclusion brutale du tableau que nous 
avons dressé avec les documents pris à rcxclusi(m du 
médecin viennois, elle serait, sans parler de retVroya- 
ble mortalité consécutive, que la tuberculose péné- 
trant par effraction du tégument externe ne guérit sur 
jilace qu'une fois sur 28; s'accompagne d'infection 
propagée — ou même secondaire et à dist;ince — 
29 fois sur 30, — et lue au moins 9 fois sur 30: et 
comme c'est un fait qu'on a assez souvent guéri des 
ulcérations tuberculeuses chez des tuberculeux (voy. 
par exemple l'Obs. de Kaymond), on serait conduit <i 
inférer de tout cela qu'il vaut mieux avoir des luber- 
cules pulmonaires qu'être en état de santé pour 
guérir d'un ulcère tubercvdeux de la peau, — el sans 
doute de la langue, de la verge, etc. 

Il est inutile d'insister : ne cherchons pas à faire une 
statistique dont nous n'avons pas les éléments: mais 
il ne résulte pas moins de cette courte revue que la 
tuberculose primitive /lar la peau esl une atîectîoB 



SCROFULO-TUBKRCULOSK DE LA PEAV. H! 

très grave. Seulement, s'il est des exemples certains 
d'infection généralisée à la suite de lupus, d'écrouelles 
gîinglionnaires (Obs. d'E. Besnier, Quinquaud), etc., 
il n'en est pas moins vrai qu'une foule de gens ont 
guéri de tuberculoses lupiques, ganglionnaires, voire 
articulaires, et qui ne sont pas devenus phtisiques. 

K. — Comment expliquer Faction indéniable, par 
nous constatée, de l'iodoforme? Quand cette substance 
fut introduite dans la thérapeutique courante, on es- 
péra d'abord avoir trouvé un topique spécifique à op- 
poser aux tuberculoses externes, et, de fait, des ulcéra- 
tions tuberculeuses de la peau, de la langue, du gland 
avaient été guéries par lui; mais dans nombre de cas, 
il restait impuissant. Employé avec succès en injec- 
tions sous forme de teinture éthérée dans la cavité 
des abcès froids, il donnait des résultats insigni- 
fiants, administré à rintérieur,dans la phtisie pulmo- 
naire. (Cet avis n'est pas unanime : au congrès de 
Washington, le D' Shingleton Smith, de Londres, 
déclarait récemment qu'il faisait avec succès des 
injections intra-pulmonaires d'iodoforme.) 

Et pourquoi cet insuccès? Parce que le tube diges- 
tif ne tolérait pas l'iodoforme? Point; c'est simple- 
ment parce que, pas plus qu'un autre médicament, il 
ne constituait un spécifique vrai contre le bacille de 
Koch. Nous avons nous-même prescrit, dans un cas 
de lésions pulmonaires tuberculeuses, des injections 
de vaseline iodoformée dont Tadministration a coïn- 
cidé avec une exagération de r amaigrissement et de 
r expectoration . 

Si les résultats expérimentaux que nous avons 
obtenus — et obtenus chez l'homme — viennent 



A. MOBEL-I.AVALLÉK. 

témoigner en fuveiir de l'action antiseptique de l'iodo- 
forme, il y a d'autant plus lieu de nous y arrêter que 1 
l'utilité de cette substimce a été dans ces derniers 
temps fortement battue en brèche. 

Dans une première série de rechertlies, dont la 
publication a soulevé de vébémenfes polémiques en 
/Vllemagne (1). Heyn et Th. Rovsing (2|, de ('opeu- . 
hague, étaient arrivés à cette conclusion que l'iodo- 
lorme n'empêche nullement le développementd'orga- 
nismes pathogènes. 

Les expériences ont porté sur la culture d'une rau- 
cédinée, d'un microcoque contenu dans le pus d'un 
rat, du Stapliylococcus aureiis, du pneumocoque, du 
Bacillus suôlilis. 

Les expérimentateurs insistent surtout sur le Sla- 1 
phylococcuB aureus qui intéresse particulièrement le i 
chirurgien. Une culture de staphylocoque dans UD ' 
milieu additionné de 4 pour 100 d'iodolorme, ne perd | 
après dix jours rien de son activité pathogène. Inlro* | 
duitedanslegeuou d'un lapin, elle amène une arthrite [ 
purulente aussi vite qu'une culture analogue dans un 
milieu qui n'a pas subi pareille addition. 

Puis, dans une nouvelle série d'inoculations, Rov- 
sing a abordé l'action de l'iodoforme sur le bacille de 1 
la tuberculose. Le docteur Salomonsen a prêté sonl 

[ concours et son laboratoire à Hovsing et toutes les ] 

[expériences ont été contrôlées par le professeur deJ 

t Copenhague. 

Dans son travail, l'auteur rappelle d'abord que I 

I personne n'iijusqu'ici véritié les assertions de Mosetigj 



H) Vov.la Wiener Med.Wock., 1887, n- e, p. Uii. 
{i)PorUchrUtederM':â. 1887,î'He11, p. 129. — Ti;id. ii 
l-demAi. mil.. 1887, t. IX,p.349. 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PEAV. 173 

von Moorhof concernant l'action anli-lubercnleuse de 
riodoforme. 

Malgré Tengouement pour les vertus anti-tubercu- 
leuses de riodoforme, quelques protestations se sont 
déjà produites, entre autres celles des professeurs 
Kœnig et Albert. 

Max Schede a aussi proscrit riodoforme de sa pra- 
tique, car il ne lui reconnaît pas de propriété antisep- 
tique. Rovsing reconnaît pourtant, depuis l'emploi de 
riodoforme, l'augmentation des succès opératoires 
dans les interventions chirurgicales nécessitées par les 
tuberculoses locales (arthrotomie, évidement, etc.); 
mais il n'hésite pas à attribuer ces succès aux nou- 
velles méthodes opératoires, dont l'apparition coïn- 
cide avec celle de Tiodoforme. 

Il remarque en outre que dans ces opérations il est 
de règle absolue d'enlever rigoureusement tous les 
tissus même douteux ; si donc il ne reste rien de sus- 
pect, que vient faire l'action anti-tuberculeuse du mé- 
dicament? Le professeur Albert (de Vienne) avait 
d'ailleurs soupçonné cet illogisme (1). 

L'auteur a choisi la méthode de Cohnheim-Salo- 
monsen, qui consiste à inoculer le tissu tuberculeux 
dans la chambre antérieure de l'œil, ce qui permet, à 
travers la cornée, de suivre le processus pas à pas. Si 
l'on a réussi à éloigner tous les organismes pyogé- 
niques et à éviter Tiritis traumatique, le processus 
sera invariable ; dès les premiers jours après l'opé- 
ration une légère iritis se développe puis disparaît 
rapidement, et trois ou quatre semaines plus tard, 
apparaissent alors, dans l'iris, de petites granulations, 

\i) Wien Klin., i883, IV Heft, p. 85. 



IT4 A. MOREL-LAVALLÉI-:. 

qui sont des tubercules miliaires, puis riiypérémie 
irienne augmente, les tubercules se multiplient, et de 
deux à huit jours après le début de Tiritis une kéra- 
tite vasculaire marginale se développe qui recouvre 
bientôt la cornée d'un voile sanglant. 

Si, un ou deux mois plus fard, on tue Tanimal, on 
trouveTœil rempli de masses caséeuses tuberculeuses 
et une miliaire généralisée dans tous les organes. 

Des expériences comparatives faites par Hovsing(l) 
sur cinq lapins l'ont amené à constater que : V l'ino- 
culation d'une certaine quantité de tissu tuberculeux 
mêlé à une masse relativement considérable d'iodo- 
forme, a dans tous les cas eu pour conséquence une 
tuberculose locale, et ultérieurement une tuberculisa- 
tion générale. 

2" Dans aucun cas Tiodoforme n'a arrêté, ni même 
retardé l'invasion de la tuben^ulosc locale, le contrain; 
a eu lieu dans deux cas. 

llonclusions : i° Tiodoforme n\i aucune influence 
sur la vitalité du bacille tuberculeux, même dans l'œil, 
où pourtant, la lumière i)énétrant, le dégagement 
d'iode devait être plus abondant, plus facile, si les 
théori(îs actuelles sont exactes (2). 

2** L'iodoforme paraît exercer une action irriUuite 
sur les tissus, particulièrement sur ceux qui jouissent 
d'une sensibilité plus délicate comme l'iris, et Tirri- 
tation déterminée par cet agent semble rendre le ter- 
rain favorable à Téclosion de la tuberculose. 

A côté de celte négation absolue placions l'affirma- 
tion catégorique. 

il) Anal, in Bulletin de la phtisie pulmonaire^ iioveml»re 1887. 
('2i Nous aurons à discuior |»lus loin la Uit''orie à laquolle fait 
allusion cello (lorni<>re phrase. 



SCROFL-LO'TUBEKCUIX>SE DK LA PKÂU. iT6 

P. Bruns (1) a expérimenté les injections d'iodo- 
forme(dans un mélange d'alcool et de glycérine) dans 
54 cas d'abcès froids. Il a eu quarante guérisons. 

Dans huit de ces abcès on a excisé des petits lam- 
beaux de paroi pour les soumettre à l'examen micro- 
scopique et étudier l'influence de l'iodoforme. Or, au 
bout de quelques semaines, les bacilles de Koch dis- 
paraissent de la paroi de l'abcès. Une abondante pro- 
lifération embryonnaire désagrège la « membrane 
pyogénique » tuberculeuse, qui tombe en détritus 
dans le contenu liquide de la poche. Fuis l'enkyste- 
ment s'achève, tout se rétracte et l'abcès finit de se 
résorber. 

Bref, la réalité de l'action antHuberculeuse locale 
de riodoforme ne fait aucun doute pour Bruns. — 
Action antiseptique certaine, mais action locale, telle 
est aussi la conclusion où est arrivé Songer, qui ré- 
fute les idées de Rovsing. 

1"* Voulant s'assurer de la puissance parasiticide de 
riodoforme, Senger saupoudra de celte substance 
des cultures de bactéridies charbonneuses dans la gé- 
latine. Les ensemencements faits avec le contenu de 
ces tubes restèrent stériles. 2° Les inoculations faites 
aux souris avec cette même gélatine ne devinrent né- 
gatives que quand l'iodoforme eut séjourné plus de 
cinq jours sur cette gélatine. S'^Mais il y a plus: si 
Ton injecte une culture de charbon sous la peau en 
un point où, ait moins une demi-heure avant, on a 
introduit de l'iodoforme, la bactéridie ne se développe 
pas; seulement, sites deux inoculations a diodo forme 
et b de c/iarbon 7ie sont pas faites au même point, la 

(I) Voyez Arch. f, klin. Chir. 1887, Bd. XXXVI, p. 189. — Anal, 
in Arch. gén. de méd,, février 1888, p. 238. 



CTO A. MOIIKI.-IAYALLÉE. 

SOI/ri^ meurt du chardon. L'action d« riodororiftèr* 
conclut Seogor, est donc celle d'un anliseptiqiie: 
mais eQe est exclus'n'ement locale (1). 

i'/esl possible pour le charbon, mais c'est inexiirt 
jiourla tuberculose; nos expériences le démontrent, 
croyons-nous, péremptoirement; à moins qu'on ne 
veuille dire qu'ici l'iodoforme agit non comme mtcro- 
Iiicide, mais comme spécifique, ce qui nous serait in- 
différent. Toujours est-ilquec'estuniquemeulcomme 
m(k)icament « général <>, et aucunement en tant que 
topique local, qu'il a pu, dans nos observations, exer- 
cer son action bienfaisanle. Et le succès le plus re- 
marquable que nous ayons obtenu est même celui 
de rObs. III, où les injections n'ont été faitesquehors 
el loin du territoire infecté. Bien plus, notre ami 
M. Vaquez, interne du service, nous a dit n'avoir pas 
vu de résultats meilleurs dans d'autres cas où les in- 
jections étaient faites dans les régions malades. 

Quelques semaines avant que nous n'eussions été 
empiriquement amené à cet essai de médication, 
M. Gosselin, de Caen. arrivait à des résultats analo- 
gues dans une série d'expériences de laboratoire, au 
cours desquelles il avait tenté, à l'aide de diverses 
substimces, de stériliser l'organisme avant et après 
l'inoculation de matières tuberculeuses, 

Ejrpér./. — 11 faisait tous les jours, dans l'iiypo- 
derme. de petites injections d'éther iodolormé... Uril 
a vuquesurun terrain saturé d'îofoformcles bacilles 
n'évoluent pas. <■ Nous disons évoluer, car si l'on cesse 
le traitement, la tuberculose se développe et entnUne 
rapidement la mort (2). •> 



(I) huit. méd. du 7 septembre 1687, p. H'G. 

(i) Êliiilvs cxper. et clin, sut la tuberculose, tome I, 



. p. 33. 



SCROFULO-TDBERCULOSE DE LA PEAU. i77 

C'est identiquement ce que nous avons constaté chez 
nos malades ; dans un cas de lupus de la joue, il a suffi 
d*une interruption de huitjours dans les injections de 
vaseline iodoformée, pour voir reparaître la tur- 
gescence des nodules périphériques et la coloration 
rouge violacée qui s'était effacée. 

Erpér.II. — Pour riodoformisation {?/>r^^ Tinocu- 
lation, — condition qui se rapproche le plus des faits 
cliniques, — M. Gosselin a vu dans ses expériences 
que si la tuberculose n'existe dans les viscères que 
sous forme de granulations jeunes, l'évolution bacil- 
laire est arrêtée. — Arrêtée ^ c'est-à-dire suspendue.., 
et c'est tout... aussi conclut-il que la stérilisation 
préalable ou ultérieure de l'organisme, au point de 
vue de la tuberculose, est impossible avec l'iodo- 
forme... (1). Ce résultat n'étonnera pas Rovsing, qui 
disait : <( Si l'iodoforme échoue au milieu des tissus 
sains, dans sa lutte contre le bacille tuberculeux, on 
doit penser qu'il sera encore bien moins efficace quand 

[{) MM. Raymond et Arthaud auraient obtenu, sur les animaux 
en expérience, la »(én7isa<ion préalable avec le tannin. {Êfudmexpèr. 
et clin, sur la tuberculose, p. 48.) 

MM. Filleau et Léon-Petit ont essayé à leur tour la stérilisation 
ultérieure de l'organisme, et, après avoir constaté an moyeu de 
cultures en tube qu'il y avait peu à espérer de Teucalyptol, du 
thymol, de riodoforme et du chloroforme, ils se sont arrêtés à 
l'acide phénique comme étant le meilleur antagoniste du bacille 
de Koch, et ils ont fait sur l'homme des injections sous-cutanées 
quotidiennes d'huile de vaseline phéniquée. A en croire ces expé- 
rimentateurs, on arriverait, en suivant leur méthode thérapeu- 
tique, a guérir jusqu'à 46 p. 100 des phtisiques qu'on peut mettre 
en traitement pendant la première pério«le de la tuberculose. 

Au secoml degré, la phtisie est encore justiciable des injections 
d'acide phénique. La proportion des guérisons obtenues par 
MM. Filleau et Petit à ce moment de la maladie est encore de 20 
p. 100. 

Au troisième degré le tableau s'assombrit, et la guérison 
devient bien problématique. 

TUBEBCULOSE. — II. 12 



178 A. MORKL-LAVALL&E. 

on remploiera dans des tissus où le tubercule a déjà 
pris pied. » 

Bien qu'en désaccord avec les précédentes, les 
recherches de Senger n'en sont pas moins des plus 
intéressantes, parce qu'elles ont mis plusieurs points 
en lumière : à savoir que l'action de l'iodoforme est 
lente ; il lui faut 5 jours pour empêcher « des » bacté- 
ries de se reproduire ; il lui faut au moins une demi- 
heure pour stériliser un point de l'organisme et le 
rendre, ce point-là, impropre à la puUulation des bac- 
téries en question. Or, cela est parfaitement conforme 
aux données de la clinique. Depuis qu'on connaît l'io- 
doforme, les chirurgiens ont appris qu'avec lui on 
pouvait faire des pansements rares ; c'est devait qu'il 
aurait fallu dire. Souvent on a pu voir que telle plaie, 
non modifiée en un jour par Tiodoforme, guérissait 
par Tocclusion iodoformée renouvelée tous les trois 
ou quatre jours ; ce (pii s'est passé dans notre Obs. I 
confirme cette n»mar(|ue, que vient encore corroborer 
la découverte de Senger. 

S'il faut à rio(l()f()rme2 ou 3jours pour exercer sur 
une i)laie toute Faction dont il est susceptible, cela 
tiendrait, d'après l'opinion généralement reçue, à ce 
qu'il a besoin de tout ce temps pour dégager tout 
l'iode qu'il contient, (l'est possible pour ce qui est de 
son action topique ; mais cela ne nous paratt pas s'ap- 
pliquer à la méth()(l(î hypodermique. Dans ce cas, on 
trouve bien, il est vrai, — par le chloroforme, l'acide 
nitrique et la chaleur, — la coloration rose de l'iode 
dans l'urine, ce qui indique la décomposition qu'a subie 
l'iodoforme injecté. Mais en tout cas, il ne nous parait 
pas démontré que l'injection d'une quantité correspon- 
dante d'iode eût produit le même effet. Voici, du reste, 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LÀ PKAL'. 179 

ce qui nous est arrivé : pendant que la malade de notre 
Obs. II était en traitement, nous nous absentâmes 
une dizaine de jours ; au retour, nous fûmes étonné 
de voir que l'amélioration n'avait pas continué aussi 
vite qu'au début. Puis nous nous aperçûmes que la 
vaseline servant aux injections était rouge clair, au 
lieu de jaune doré. On l'avait laissée exposée à la 
lumière ; l'iodoforme s'était décomposé en partie. 
Avec l'usage d'un flacon neuf, le mieux reparut et 
continua. 

De pareilles données rendent plus explicable la 
« crédulité » que Rovsing reproche si fort à un con- 
frère suédois : « Warfwinge, dit-il, prétend avoir guéri 
des méningites tuberculeuses par la simple friction de 
la tète avec un onguent iodoformé. La théorie de cette 
prétendue action est difficile à établir, car d'une part, 
on ne peut invoquer l'irritation substitutive, et d'autre 
part, sachant que les lymphatiques de la peau du 
crâne vont se rendre dans les ganglions du cou et de 
la nuque, on voit quelle minime quantité d'iodoforme 
doit arriver à la base du cerveau après ce trajet. 
D'ailleurs l'iodure de potassium n'agirait-il pas aussi 
efficacement si, d'après les théories reçues, l'iodo- 
forme n'agit que par l'iode qu'il laisse dégager?... » 

Si, comme tendraient à le faire croire nos propres 
expériences, l'iodoforme était au contraire d'autant 
plus actif qu'il se décompose moins — ou moins vile 
— et s'il n'agit qu'une fois parvenu dans la circulation 
générale, Warfwinge serait bien près d'être excusé, 
surtout s'il nous montrait une guérison « ferme » de 
méningite tuberculeuse. 

Dans un autre ordre d'idées, il nous a semblé que 



180 A. MOREL-LA VALLÉE. 

Thuile de vaseline roug;ie par l'iode naissant était 
moins indifférente aux tissus que celle contenant Tio- 
doforme à Tétat de solution parfaitement pure. Et ici, 
il faut nous arrêter un institut et examiner comment 
les malades ont supporté le mode de traitement que 
nous leur avons appliqué. 

La solution iodoformée à 1 pour 100 injectée dans 
le tissu cellulaire (écrivions-nous dans notre premier 
travail paru en février dernier dans les Annales de 
dermatologie) ne cause aucune espèce de douleur; 
elle se résorbe trh vite, si bien que nous avons pu faire 
tous les Jours les injections à peu près au même endroit. 
Les seules précautions à prendre sont de maintenir le 
flacon bouché, à l'abri de la lumière ; de laisser bai- 
gner les aiguilles dans l'alcool pour empocher l'en- 
crassement qui s'y procUiit à la longue. Nous ajoute- 
rons ceci : il nous a paru préférable d'employer la 
vaseline iodoformée à reucalyptol, — non à cause de 
l'action de Teucalyplol sur ht tuberculose (à laquelle 
nous sommes fort peu croyant), mais parce qu'il agit 
chimiquement en rendant la vaseline plus fluide et 
peut-(Mre en aidant à maintenir Tiodoforme dissous; 
parce qu'en outre son odeur empyreumatique est bien 
tolérée en général et masque absolument celle de 
l'iodoforme. 

Depuis que nos premières observations ont été im- 
primées, nous en avons recueilli d'autres, nous avons 
revu plusieurs de nos premiers malades, ce qui nous 
a permis de compléter, mais aussi de modifler quel- 
que peu notre opinion. 

Il est exact que dans la i)lupart des cas la pétroléo- 
vasoline est un véhicule merveilleusement toléré par 
l'hypoderme, et vite résorbé; c'est grftce à elle que 



SCKOFULO-Ti:BKRCrLOSE DE LA PEAU. i81 

nous avons vu refleurir pour quelque temps la mé- 
thode de Scarenzio. Mais autre chose est d'injecter 
pour tout traitement un centimètre cube de vaseline 
liquide en un point, deux fois en tout à des semaines 
d'intervalle — et d'introduire tous les jours dans le 
tissu cellulaire, au même siège, un corps étranger, 
celui-ci fùt-il l'huile de vaseline. Or, qu'avons-nous 
observé? 

Sur 10 malades traités par cette méthode, 6 ont 
supporté admirablement ces injections faites journel- 
lement ou dans les muscles du dos, ou à la partie su- 
périeure de la fesse. Aucune douleur après l'injection, 
aucune induration persistant jusqu'au lendemain. 
En revanche, une fois il a subsisté pendant plusieurs 
jours des nodosités passagères. Une autre fois nous 
avons vu se produire dans la sphère des injections, 
sans lymphangite appréciable, des tuméfactions gan- 
{{lionnaires douloureuses exigeant 3 à 4 jours de re- 
pos. Dans un autre cas (Obs. I) il s'est établi à la Ion- 
(fue un étiit douloureux de la région injectée et la 
facilité de résorption pour le produit a paru diminuer 
chez ce malade. Enfin dans l'Obs. II : l°les injections 
faites au niveau du coude ont déterminé des fourmil- 
lements réitérés dans le territoire du cubital; — 2', 
la malade ayant quitté l'hôpital et continué ce trai- 
tement au dehors (injections dans le bras), nous avons 
constaté à son retour un empâtement formidable du 
bras, ligneux, douloureux; c'était exactementdu phleg- 
mon chronique. Nous avons d'abord attribué ces 
faits à des défauts dans la technique opératoire, mais 
ensuite nous avons cru remarquer que cette malade 
aussi absorbait et tolérait bien moins qu'au début la 
vaseline injectée dans ses tissus. 



1K2 A, !WOni:i,-LAV»LLÉE. 

I.. — Arrivons maintenant au côté pratique el 
voyons quelle a été, en définitive, l'action thcntpeu- 
tiqiie de l'iocloforme ainsi administré. 

Chez le malade de notre Obs. I, nous avions, dans 
les tumeurs gommeuses du bras les plus fluctuantes, 
fait des injections d'éther iodoforraé. Soit que ces 
gommes fussent trop « mftres ». soit qu'il y ait eu 
faute opératoire de notre part, toujours est-il que la 
peau s'était sphaeélée, puis éliminée ; qu'alors le lund 
de la plaie avait bourgeonné, était devenu végétant, 
papillomaleux; que ces bourgeons mollasses el exu- 
bérants n'avaient pas étémoditiés par les applications 
quotidiennes de pommade iodoformée. tandis que 
sous t'influence de pansements à l'iodoPorme pur re- 
nouvelés tous les Sjoio'x. ils s'étaient assez vite atTais- 
sés, puis cicatrisés. 

Otte bienfaisante action de riodoforrne difTérem- 
ment employé nous donna l'idée d'en injecter une so- 
lution autour des infiltrations lympbangitiques, dans 
la pensée qu'il agirait peut-être comme un résolutif 
local. Mais, vu la répugnance du patient à se laisser 
de nouveau faire des piqftres au niveau des parties 
malades, nous flraes les injections — avec encore 
moins d'espoir, il est vrai, — à la racine du membre 
intéressé, daus les muscles postérieurs de l'épaule; 
et nous employâmes chez lui la solution de vaseline 
liquide iodoformée à 1 p. 100 de Meunier. 

Après les ) 3 premiers jours de ce traitement, l'araé- 
Horation était vraiment surprenante dans l'étal gé- 
néral et surtout local. Klle continua avec la même ra- 
pidité pendant l'espace de2 mois, jusqu'àla sortie du 
malade. liNous disons amélioration et non guérison.i 

(le processus " aigu » de guérison <rune tuberculose 



SCROFULO-TUBERCVLOSE DE LA PEAU. 183 

verruqueuse, disions-nous le 20 juillet 1887 en pré- 
sentant le malade à la Société médicale des hôpitaux 
au nom de M. Fournier, — est véritablement extra- 
ordinaire, cette guérison ne fût-elle que locale et 
temporaire, quelle que soit la part qu'y aient eue les 
injections de vaseline liquide iodoformée avec lesquel- 
les elle a coïncidé. Et nous croyions d'autant moins 
à la réalité de cette action thérapeutique, que : 1" le 
malade ne recevait par jour que la minime dose de 
deux centigrammes d'iodoforme, et cela, pendant 
13 jours la première fois, pendant un mois la seconde; 
— 2* que ces injections n'étaient faites ni dans les lé- 
sions tuberculeuses, ni même alentour, mais à une 
certaine distance, à la racine du membre intéressé. 

De nouvelles observations allaient nous prouver que 
nous étions dans l'erreur. Le même traitement, appli- 
qué à la malade de notre Obs. il, atteinte de la même 
forme vraie de tuberculose cutanée (ayant ici débuté 
jadis par une carie des os de la main) amena en 
18 jours, mais surtout dans la première semaine, une 
amélioration considérable des lésions locales; chez 
elle, l'état général étiiit et se maintint intact. 

Mais où le résultat dépassa toute attente, ce fut 
chez la petite fille affectée du lupus tuberculo-ulcéreux 
de la joue (Obs. III), qui au bout de 50 jours d'injec- 
tions faites uniquement dans une région éloignée de 
la lésion fut à ce point améliorée, qu'au moment où 
elle quitta l'hôpital il ne restait plus qu'un piqueté de 
yîo/>i/^ jaunâtres lupiques à la périphérie de la cica- 
trice fibreuse, tandis que toutes les ulcérations s'é- 
taient fermées. 

Toutefois, l'enfant quittait le service avant son 
entière guérison et ne revint pas; mais elle était en 



\HÏ A. HOREL-LA VALLÉE. 

si bonne voie que nous pensAmes pouvoir arriver 
bientôt à des succès complets. Les observations qui 
suivirent n'ont pas répondu à cette attente. 

D'abord, quand nous avons eu affaire à la variété 
ulcéreuse de tuberculose cutanée, c'est-à-dire à Yulré- 
ration iuberruleuse (depuis longtemps connue) des 
régions cutanéo-muqueuses lObs. V et VI ». l'effet 
obtenu a été radicalement /«///, — peut-être à cause 
de la tuberculisalion viscérale préalable du sujet, soit 
que celui-ci ait été épuisé par la maladie, soit que 
les injections iodoformées aient leur maximum d'ac- 
tion sur les déterminations cutanées et isolées de la 
tuberculose! l j.Pource qui est aucontrairedu « lupus », 
dans tous les cas nos injections ont eu un effet rapide, 
frappant, identique, mais limité comme intensité et 
durée, et d'une influence souvent médiocre sur la 
marche de la maladie. Expliquons-nous. 

Chez les malades de nos observations IV, VII, VIII, 
IX et X, comme dans l'Obs. III, mais à un moindre 
degré, nous avons vu, au bout de quelques jours de 
traitement, de 8 à 12 en movenne, survenir les modi- 
tications suivantes : . 

Diminution île la turgescence in/lammatoire ; dispa- 
rition du boursouflement (l'démateux périphérique; 
comme conséquence, démarcation nettement visible 
entre le tissu lupeux et la peau saine. 

Changement de coloration^ les parties livides, vio- 
lacées, devenant rouge sombre: les parties rouges, 
— rosées: les tubercules jauuAtres transparents, — 
grisâtres et ternes. 

vl^ Le* rormes ulcéreuses du lupus, et en (>articuUer le lupo? 
«onijr. paraisseiil é^alenuuit peu ou point inlluencées ^Obs. encore 
Snétlite»>. 



SCROFULO-TUBERCULOSE DE LA PKAU. 185 

Affaissement des parties malades, dont le niveau 
général retombe rapidement à celui de la peau saine, 
tandis qu'il ne persiste comme saillies que les no- 
dules tuberculeux excentriques ouéparsdans Taire de 
la lésion. 

Tendance à la transformation scléreuse du placard 
lupique^ se faisant toujours de la même façon, sui- 
vant le mode si bien indiqué par M. Vidal, à savoir : 
la région centrale devient plus unie, durcit, pâlit et 
se montre bientôt sous la forme d'une nappe sclé- 
reuse qui, progressivement, rayonne excentrique- 
ment et envoie vers la périphérie des jetées blan- 
châtres, puis nacrées, fibroïdes; celles-ci vont 
dissocier les nodules agglomérés en voie d'activité 
morbide à la lisière du lupus, les divisent en groupes 
plus petits entre lesquels elles s'insinuent pour étran- 
gler les tubercules, qui s'étoufTent, jaunissent et s'en- 
foncent dans le tissu scléreux. A celte période, si les 
placards lupeux sont petits et réguliers, ils peuvent, 
comme dans notre observation IV, offrir un aspect 
comparable à celui de médaillons en émail cerclés 
d'améthystes. 

Mais, arrivée là, l'amélioration se ralentit brusque- 
mentj puis elle cesse d'être perceptible, si bien que 
d'une part les noyaux excentriques, bien que fort 
maltraités, ne sont certainement qu'endormis et tout 
prêts pour une nouvelle puUulation morbide éven- 
tuelle, tandis que parfois (car souvent la maladie 
affecte une forme serpigineuse) on voit naître de nou- 
veaux nodules dans le tissu fibreux de l'extrémité 
guérie. 

Il peut même se trouver des cas où l'amélioration 
habituelle s'étant manifestée dès le début du traite- 



IN<> A. M(IIIKI.-1.AVAU.^K. ^^H 

mi'nt. la durwe do lu iiiiihidiiï n'en soil pas notKmP 
meni iihrégéc; lel fui le cas dans notre iH)s. Vlll, nù 
une malade, porteur d'un pelil plarard lie lupus de la 
joue, entrée à Saint-Louis le 16 novembre dernier, 
st'aridéeen oiitredepuisle 20 décembre, est encore eu 
traitement après i moiset demi (Tm mars 1888). 

Que de plus le traitement iodoformé soil inter- 
rompu, et alors on peul voir (etpeul-ôtreméme est-ce 
la règle) l'étal yénénd du malade redevenir mauvais, 
l'amaigrissement reparaître, le lupus récidiver m situ 
(Obs. I et II). 

Tout ce qu'on pourrait donc espérer, c'est que nous 
avons fait ici usage de doses insuffisantes, et que le 
traitement aurait dû être suivi plus longtemps lli; 
mais remarquons que les parties où on lait les piqûret^ 
deviennent sensibles à la longue et que le tissu cellu- 
laire parait se refuser à une absorption plus prolonf(ée 
de la vaseline (Obs. II). Feut-êlre aussi aurions-nous 
dfl administrer en outre riodoforme à l'intéri 
comme M. E. Besnier le fait, non sans quelque 
tage, depuis des années, pour .ses lupus. 

Quant à penser qu'il n'y a eu que simple coïncT 
<lence entre les améliorations conslitlées et les injec- 
tions d'iodoforme. nous ne croyons pas qu'on puisse 
en aucune fa^on le soutenir. Il n'est pas dans la mar- 
che normale du lupus de se modilier (en mieux) par 
brusques poussées; chez, un de nos malades (Obs. IXi, 
le processus de la sclérose eunilrice qui rayonnait du 
centre vers la bordure mamelonnée pouvait en quel- 
que .sorte être suivi à l'œil nu en 4 à5 jours par lepa- 
tienl et par nous-mème. — Et comme un insuccè.sosl 



;-nous 
oinci- I 



.|)C.I'.'. 



SCROFULO-TUBERCITLOSE DK LA PEAl'. 187 

aussi démonstratif parfois qu'une épreuve heureuse, 
n'est-ce pas aussi lumineux, ce fait du malade de noire 
Obs. X, venant lui-même nous faire remarquer 
à quel point, après 8 jours d'interruption dans le trai- 
tement, avait reparu à la périphérie le cercle livide, 
violacé, de la turgescence inflammatoire (1)! 

Quoi qu'il en soit, dans aucun cas nous ne sommes 
encore arrivés à la guérison complète, aussi peut-élre 
ne restera-t-il de cet essai qu'une expérience théra- 
peutique (2); elle nous paraît en tout cas présenter 
un assez grand intérêt scientifique comme contribu- 
tion à l'étude de la valeur médicale de l'iodoforme, — 

il) Comme il est peu vraisembLible que tout riodoforme préala- 
blement iojecté chez cet homme ait été déjà éliminé, ce fait ten- 
drait à prouver qu*un certain degn* de saturation ioiloformée doit 
être obtenu pour avoir quelque chance de réussir. 

(2) Nous croyons cependant, vu la réalité des n'sultats obtenus 
chez nos mahides — vu les bons effets constatés à la suiti» de 
remploi de riodoforme intus et ertra, notamment par M. le 
prof. Verneuil et ses élèves. — pouvoir maintenir ce que nous en 
disions en ces termes dans les Amxales de dermatologie : 

M Bien que le traitement iodoformé, appliqué par la méthode 
hypodermique, ne nous ait encore donné une seule guérison rom- 
jdête, même locale, nous lui avons cependant dû des améliorations 
considérables, et de plus, il faut tenir compte de ce fait, que chez 
aucun malade le traitement n'a encore été suivi plus de deux 
mois; en outre, nous avons donné des doses empiriques. — Il doit 
donc élre tenu, sinou pour un agent curatif, au moins pour un toni- 
que spécifique de premier ordre pour les tuberculeux de la variété 
qui nous occufie. C'est un adjuvant puissant au traitement chirur- 
gical. Avant de commencer à attaquer jïar les scarifications un 
lupus, nous tenterions volontiers, par induction théorique, de faire, 
pendant quelque temps, des injections iodoforniées, autant pom* 
«• remonter >» le malade que pour atténuer la virulence du f(>yer 
morbide, et diminuer ainsi les chances d'auto-inoculalion; — 
absolument comme on sature de (juinine un paluilique avant de 
lui faire subir une opération chirurgicale. 

« Cette particularité, que les injections n'ont pas besoin «l'être 
pratiquées au point malade, constitue d'ailleurs un fait heureux, 
si l'on considère la préférence du lupus pour la face et le tlésa^ré- 
raent de «< piqAres »> pratiquées en cet entiroif. » 



iHK A. MORKL-IJlVALli:E. 

et (l'un processus de {jfuérison de la dermalo-tuber- 
culose, vuriéié lupeuse. 

Eu eiîet cette transformation fibreuse de la lésion, 
débutant par le centre pour dissocier et étningler en 
rayonnant les éléments nodulaires virulents (absolu- 
ment comme la cirrhose hépatique dissocie et étoulTe 
les lobules hépatiques par groupes plus ou moins 
nombreux), n'a été décrite comme un stade de révo- 
lution normale que pour une seule variété clinique — 
nommée pour cela par M. Vidal lupus acléreux — et 
nullement comme un processus univoque de termi- 
naison pour tous les lupus. Or, cette transformation 
en une modalité clinique voisine qui, étant essentiel- 
lement chronique et tendant à la guérison sponUinée, 
peut être considérée comme un changement heureux, 
une guérison relative pour le lupus tuberculeux; — 
c'est elle que nous avons constamment observée soi! 
dans son plein, soit à l'état d'ébauche chez les ma- 
lades (|ue nous avons traités; il y a donc peut-être 
lieu de continuer de ce coté des recherches qui, si 
elles réussissaient, nous rendraient heureux d'en 
avoir, par ce travail, marqué le point de départ. 



UN MOT 



SUR LES FORMES PNEUMONIQUES 

DE LA TUBERCULOSE 



PAR 



LB PROFESSEUR J. HENAUT 



Ceci est une courte introduction au résumé, qui va 
suivre, de la thèse inaugurale de mon ancien interne 
le D' Ph. Riel. Il me parait utile d'attirer l'attention 
du lecteur sur cet excellent travail, dont je ne puis 
poursuivre ici l'éloge comme il conviendrait, pour la 
simple raison qu'il a été fait sous ma direction, et 
qu'il résume ou complète nombre de points de mon 
enseignement sur la matière. 

Actuellement , les phtisies aiguës doivent être ab- 
solument séparées de la granuUe décrite par mon 
maître Empis. La granulie n'est que Tinfection géné- 
rale de l'organisme par l'un des ferments figurés 
suscitant le processus réactionnel de la tuberculose 
sous la forme presque exclusivement nodulaire. Dans 
ce cas le parasite est disséminé partout suivant le 
mode métastatique, dans le poumon comme ailleurs, 
ou dans le poumon davantage qu'ailleurs: mais la 
mort survient ou la maladie s'arrête sans que les con- 
ditions créant la consomption, c'est-à-dire la phtisie 



I1>0 J. RENAIT. 

(«pOom), soient réalisées. Il en va autrement de la plu- 
part des tuberculoses localisées dans le poumon à 
leur origine. Ces tuberculoses engendrent en eiTel 
dans ce cas des phtisies. Ces phtisies sont plus ou 
moins rapides dans leur évolution. Aiguës, elles con- 
duisent en peu de semaines, à travers une période 
de fièvre continue, un individu sain d*apparence à 
Tétat cachectique du phtisique excavé. 11 se produit 
alors des cavernes multiples, communicantes, réali- 
sant ce que Portai appelait Vulcere sinueux du pou- 
mon ; et la mort a lieu à brève échéance. Chroniques, 
les phtisies établissent lentement dans le poumon un 
ensemble de lésions dont les unes sont dégénératives, 
les autres fibroformatives. Ces lésions se mélangent 
de diverses façons ; et de la manière dont le mélange 
s'opère, de celle dont se produisent successivement 
les poussées tuberculeuses, dépend la forme de 
phtisie chronique à laquelle a affaire le clinicien. 

Kn somme, au point de vue anatomo-pathologique 
pur, il n'y a pas de différence essentielle entre les 
phtisies aiguës et les phtisies chroniques. Considéré 
dans son ensemble, le processus est le même. Mais 
dans les phtisies chroniques les poussées tubercu- 
leuses <rextvnsion sont séparées les unes des autres 
par dos intervalles de calme relatif; et elles sont 
aussi relativement discrètes, procédant le plus sou- 
vent régulièrement du sommet du poumon à sa base. 
Les phtisies aiguës, au contraire, sont caractérisées 
par des poussées d* éruption et d'extension se succédant 
d'après un mode en quelque sorte subintrant. Aucune 
relAclie n'est pour ainsi dire accordée à l'organisme 
pour sa défense. Il en résulte que les productions dé- 
génératives prennent le pas sur les fibroformatives. 



PNEmOIflES TUBKRCULECSES. 191 

que rapidement le tissu pulmonaire est détruit sur une 
série de points, et que ce processus suscite une phti- 
sie aiguë à masque bronchitique ou broncho-pneumo- 
nique . Laformebronchitique de la phtisie aiguë répond 
à une série de poussées tuberculeuses trèn disséminée.^ 
mais relativement discrètes. La forme broncho-pneu- 
monique répond à des édifications tuberculeuses à 
la fois disséminées et semi-con/luentes. 

Tout mon enseignement et tous mes travaux sur la 
tuberculose tendent depuis dix ans à [montrer que : 
1* En dehors de Fédification réactionnelle nodu- 
laire à Tencontre du tubercule, c'est-à-dire en de- 
hors de la GRANULATION, il existe une inflammation 
spécifique tuberculeuse comme le nodide lui-même et 
dégénérative comme lui : c'est Finflammation tibeu- 

CULELSE INTERCALAIRE. 

2* Outre cette inflammation tuberculeuse interca- 
laire, le tubercule suscite, en tant que corps étran- 
ger et irritant les tissus suivant un mode subaigu, 
une inflammation non spécifique j origine de la fibro- 
formation luttant contre les édifications tuberculeu- 
ses, c'est-à-dire infectées, des deux ordres : le nodule 
tuberculeux et Tinflammalion tuberculeuse interca- 
laire . 

Cette inflammation tuberculeuse intercalaire est 
reconnaissable partout. Dans le tissu conjonclif (1) 
elle est caractérisée par de grosses cellules à proto- 
plasma bourgeonnant, et semant par leurs bourgeons 
étirés comme de longs fils, puis séparés et bourgeon- 
nant à leur tour, le parasite qu'elles renferment à 
des distances souvent considérables. Dans Talvéole 

(1) A. Chandelcx, Des synovites fongueuses articulaires et tendi- 
neuses, thèse d'agrégation, 1883. 



192 J. RENAUT. 

pulmonaire, rinflammation spécifique et infectée con- 
siste dans la production d'énormes cellules globu- 
leuses, d'origine endothéliale, emprisonnées dans un 
exsudât fibrineux. Cet exsudât fibrtneux existe aussi 
dans le tissu conjonctif envahi par Tinflammation 
intercalaire, dans Fépiploïte tuberculeuse sans no- 
dules tuberculeux, etc; bref, elle est partout aisément 
reconnaissable bistologiquement. L'inflammation 
intorcalaire n'édifie jamais trace de tissu conjonctif , 
elle est purement degénérative. Les Ilots qu'elle forme 
subissent la caséification toutes les fois qu'ils sont 
continus et compacts. 

Mais au contmirc, si les éléments de Tinflammation 
intercalaire, c'est-à-dire infectée, sont discrètement 
disséminés dans les tissus, Tinflammation banale, 
fibroformalivc, entre en jeu à son encontre. Des 
cellules migratrices ordinaires, bien vivantes, à mou- 
vements actifs, abordent la nappe intercalaire par sa 
marge. Elles l'enserrent d'un anneau fibreux construit 
par elles si cette nappe est petite et compacte ; si elle 
manque de continuité et de compacité, elles la pénè- 
trent et l'étouffent en détail dans les mailles du tissu 
fibreux néoformé. 

Ces données acquises, rien n'est plus aisé que de 
comprendre en quoi consiste l'individualité de la forme 
de tuberculose pulmonaire que j'ai dégagée, anato- 
miquement et cliniquement, sous le nom depneumfh- 
îiie tuberculeuse Inhaire à f/ranulations confluentes, ef 
qui fait le sujet de la thèse de M. Uiel. 

Dans ce cas on voit, dans tout un lobe ou plus 
rarement dans une portion importante d'un lobe, les 
nodules tuberculeux faire éruption en une seule 
poussée, tous réunis et rendus continus j)ar tin fia m- 



PNEUMONIES TUBERCULEUSES. 493 

mation intercalaire. Dans les trois dimensions de l'es- 
pace, au sein du bloc d'hépatisation ainsi formé, 
rinflammation intercalaire , tuberculeuse , infectée , 
dégénérative comme les nodules qu'elle unit, se pour- 
suit absolument sans discontinuité. 

Il en résulte deux«conséquences. 

La première, celle qu'on pouvait prévoir, c'est 
qu'un tel bloc d'hépatisation est voué fatalement à la 
caséification en masse, et donnera lieu à une infil- 
tration caséeuse lobaire et massive. 

La seconde conséquence était impossible à prévoir, 
c'est l'expérience clinique qui l'a révélée ; la voici : 
Uhépatisation tuberculeuse continue dans tout un lobe, 
suscite une réaction syniptomatique identique dans ses 
traits généraux à celle d'une pneumonie franche. 

Cette hépatisation tuberculeuse lobaire s'accuse 
par la fièvre haute, le point de côté, les crachats 
rouilles, le souffle, la bronchophonie , comme le ferait 
la pneumonie franche la plus légitime. 

Mais il s'agit ici d'un simple masque pneumonique . 
Même en dehors de tout examen bactériologique des 
crachats, une analyse bien conduite, faite au lit du 
malade et exclusivement par les méthodes cliniques, 
permet de reconnaître la nature tuberculeuse de la 
fausse pneumonie franche (1) et de formuler son pro- 
nostic. 

Ce pronostic étant toujours mortel, soit imméllia- 
tement, soit à une échéance très brève, il était du 
plus grand intérêt pour le clinicien de savoir le poser, 
et par conséquent d'acquérir les moyens d'arriver au 
diagnostic, dont il découle. 

f;l'^ R EXACT, Diagnostic de la fausse pneumonie franche tubercu' 
leuae, etc. [Province médicale (Lyon), 1887.) 

TUBERCrLOSE. — II. 13 



106 J. RENAUT. 

variétés de parasites phymatogcnes, nous trouvons 
en effet des variétés infiniment plus nombreuses de 
modalités réactionnelles dans la mise en jeu des élé- 
ments anatomiques des tissus contaminés. Ces va- 
riétés de réaction ont un sens, qu'on ne saisira que 
quand on aura bien déterminé les variétés réaction- 
nelles elles-mêmes. Telle est la conception que je 
poursuis au point de vue particulier de la tubercu- 
lose. L'étude des formes de réaction doit conduire à 
la connaissance des lois de la résistance de l'orga- 
nisme à la tuberculisation dans des conditions dé- 
terminées, quoique encore inconnues. Quand, par le 
concours de la bactériologie, de la médecine expéri- 
mentale et deTanatomie pathologique analytique, on 
aura fixé ces conditions, alors seulement on pourra 
tenter de les susciter artificiellement pour rendre un 
organisme ou un tissu menacés réfractaires à la tu- 
berculose. C'est là, à mon sens, le seul moyen de 
tourner la difficulté puisque, comme je l'ai dit plus 
haut, la lufjerctf lo.se n'aura probablemeiit pan de var- 
an past arien îssn de son propre virus atténué. 

Lyon, 14 mai 1888. 



NOTE 

SUR LA 

PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIRE 

PAR 

LE D' PH. RIEL 

ANCIEN INTRRNE DBS HOPITAUX DK LYON 



Pendant notre internat à l'hôpital de la Croix- 
Rousse, dans le service de M. le professeur Renaut, 
nous avons eu l'occasion d'observer plusieurs cas 
intéressants de pneumonie tuberculeuse lobaire, ce 
qui nous a décidé à choisir cette maladie comme su- 
jet de notre thèse inaugurale (1). 

Une étude attentive de cette forme nous a démon- 
tré qu'elle n'était décrite que d'une manière incom- 
plète dans les divers travaux se rapportant à la 
question. 

Cette forme remarquable et relativement rare de 
tuberculose a été soupçonnée déjà depuis longtemps 
par Laënnec et Andral. Louis et Grisolle, au con- 
traire, nient complètement son existence. 

Pour la première fois, en 1867, MM. Hérard et 

i 1) RiKL, De la pneumonie tuberculeuse lobuire. Thèse de doct. Lvon, 
1888 



i98 PH. RIEL. 

Cornil(i) signalent expressément la forme et la décri- 
vent d'une manière heureuse mais cependant incom- 
plète. Ultérieurement, MM. Lépine (2j, Jaccoud (3), 
Chouppe (4), Berthicr (5), Aslaniau (6), Hainaut (7), 
contribuent, en publiant de nouvelles observations, à 
faire connaître cette affection. 

En 1879, dans une note sur la Tuberndose en gé- 
néral pf. ses formes fibreuses pnewnoniques en parti- 
cu/ier{S), M. le professeur Henaut a éludié les lé- 
sions anatomiques, dont une partie avait déjà été 
signalée dans le Progrès médical en 1875, à propos 
d'une observation de pneumonie tuberculeuse fi- 
breuse chez un vieillard hémiplégique, communiquée 
à la Société aiiatoniique par M. Barié (9). 

Enfin le diagnostic différentiel de la pneumonie 
tuberculeuse lobaire avec la pneumonie franche, a 
été étudié récemment par M. le professeur Renaut 
dans une leçon clinique intitulée : Du diagnostic de 
la fausse pneumojiio franche tuberculeuse (10). 

Nous avons puisé de nombreux et utiles rensei- 
gnements dans ce travail pour la rédaction de la 
partie de notre étude qui traite de la symptomato- 
logie et du diagnostic de la pneumonie tubercu- 
leuse lobaire. 

^1) Hkrahi) et (^.oHNiL, Dr la phtisie pulmonaire, Paris, i869. 
2« édit. avec Hanot, Paris, 1888. 

(2) Bc la pneumonie caséeme, ThAse d'ngrég.en niéd., Paris, 1812. 

(3) Leçons de cliniques médicales faites àThôpital de Lariboisière, 
Paris, 1873, p. 222 et suiv. 

(4) Archives yen. de mrd,, 1874, 4« série, t. XXIV, p. 5 et 171. 
(.•)) Thèse de doct., Paris, i880. 

((*)] Thèse de doct., Paris, 1880. 

(7) Thèse de dont., Paris, 1884. 

(8) Lyon médical, \HliK t. XXXI, p. H4. 141, 183. 
i«) Bulletin de la Soc, anaf., 187:;. p. 23« et 241. 
(10) Province médicale. Il juin 1887. 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIRE. 109 

Nous étudierons successivement ici Tanatomie 
pathologique et les symptômes cliniques de la maladie 
qui nous occupe. 

J:i 1. ANATOMIE PATHOLOGIQUE 

Dans la pneumonie tuberculeuse lobaire, la tota- 
lité d'un lobe pulmonaire est hépatisée absolument 
comme dans la pneumonie franche. Lorsque dans la 
tuberculose à forme bronchique ou broncho-pneu- 
monique^ les nobules tuberculeux et les atmosphères 
d'inflammation périnodulaire forment des groupes 
confluents, ces groupes {groupes tubéreux de M. le 
professeur Kenaut) sont toujours séparés par de 
minces portions de parenchyme pulmonaire relati- 
vement sain ; jamais, dans ce cas, et quel que soit 
le rapprochement des groupes tubéreux, l'envahis- 
sement d'une portion très importante et même de la 
totalité du poumon ne suscite un syndrome clinique 
comparable à celui de la pneumonie franche. Pour 
que ce syndrome naisse et se développe, il faut et 
il suffît que le parenchyme pulmonaire soit solidiflé, 
hépatisé à'une manière continue^ soit dans un lobe 
entier, soit dans une portion importante d'un lobe. 

Dans la pneumonie tuberculeuse lobaire, la portion 
solidifiée prend une consistance analogue à celle du 
foie et devient plus dense que l'eau absolument comme 
dans la pneumonie franche. Mais la surface d'une 
coupe pratiquée dans le lobe hépatisé se montre entre 
le neuvième et le quinzième jour de la maladie, avec 
une coloration d'un rouge violet sombre, et non plus 
avec la teinte rouge brun de la pneumonie fibrineuse. 

Sur ce fond violet de l'hépatisation se détachent 



200 PII. RIKL. 



une intiuité de granulations tuberculeuses embi*yon- 
naires sous forme de grains blancs ou légèrement 
jaunâtres, disposés sous forme de grappes ou de 
points isolés. Ces granulations ne constituent pas 
seulement un système de nodules tuberculeux péri- 
bronchiques. Il existe en outre des granulations con- 
tinentes, intra-lohulaires^ infra-alvéoiaires, répandues 
çà et là dans toute Taire du lobule composé, soit par 
groupes dessinant plus ou moins exactement la forme 
d'un lobule primitif ou d'un lobulin, soit par grains 
isolés remplissant chacun Taire d'un alvéole pulmo- 
naire. 

Si on racle la surface de coupe du lobe hépatisé, 
on ne ramène pas, comme dans la pneumonie fîbri- 
neuse, les granulationsjpneumoniques d'Andral, mais 
un grand nombre de granulations tuberculeuses in- 
Ira-alvéolaires ou inlra-in/'undi/m/aires. (^es granula- 
tions ont un volumejcolossal par rapport aux granu- 
lations pneumoniques. Les unes sont spbériques; 
beaucoup d'autres ont la forme de petites grappes 
ou d'éléments de petite grappe. 

Le liquide dans lequel nagent ces granulations est 
absolument caractéristique. Il ne s'agit plus ici d'un 
produit de raclage renfermant, à coté de petites gra- 
nulations iibrineuses, un grand nombre de globules 
rouges et de globules blancs, comme il arrive dans 
la pneumonie; mais on a affaire à un exsudât ren- 
fermant de lAches réseaux de fibrine dans lesquels 
on trouve non des globules blancs, mais d'énormes 
cellules vésiculeuses dont le noyau forme comme le 
chaton d'une bague de protoplasma, celui-ci étant 
refoulé à la périphérie, par le développement au 
centre d'un liquide réfringent. Ce liquide n'est pas 



PNEUMOiNlË TUBERCULEUSE LOBAIRE. 201 

de la matière colloïde, car le picrocarminate la teint 
en jaune brillant nuancé d^orangé et non en rouge. 
De tels éléments sont ceux de la pneumonie catar- 
rhale. La pneumonie tuberculeuse est donc caracté- 
risée par un exsudât catarrhal et fibrineux à la fois^ et 
par des granulatiofis isolées et agminées^ dont le siège 
est principalement intra-alvéolaire. 

Ces granulations intra-alvéolaires, dans les cas tout 
récents et bien types, tels que celui relaté par M. le 
professeur Renaut dans son travail initial, ne répon- 
dent nullement au type de nodosité tuberculeuse dé- 
crite sous le nom de follicule de Kôster. Ce sont au 
contraire des granulations élémentaires de Malassez, 
celles que MM. KeuautetChandelux ont désignées sous 
le nom de nodule tuberculeux embryonnaire. Le plus 
souvent il n'y a pas de cellules géantes à leur centre ; 
elles sont formées par de petites cellules rondes or- 
données plus ou moins nettement en série diver- 
gente à partir d'un centre commun avec deux ou 
trois rangées concentriques d'éléments aplatis à la 
marge du nodule. Dans la masse protoplasmique et 
dans les intervalles de ces petites masses rondes cen- 
trales, l'acide osmique décèle l'existence de granula- 
tions graisseuses qui se colorent en noir. Dans ce 
même centre existent d'autres granulations abondam- 
ment répandues, brillantes et que l'acide osmique 
hisse absolument incolores. Certaines d'entre elles 
sont agtainées pour former des plaques d'apparence 
ZQQQléiqne. Ce caractère est important, si on le rap- 
nroche àe ce fait que la présence des bacilles tuber- 
/ IX n'a pas été la plupart du temps constatée dans 
rhats rouilles caractéristiques de la pneumonie 
lercaleuse Jobaire. 



202 FH. HII-X. 

Dans toute tuberculose h nodules embryonnaires, 
ces nodules sont directement entourés par une au- 
réole d*infhimmation spécifique. Cette inflammation, 
comme celle qui occupe les alvéoles pulmonaires 
dans la pneumonie tuberculeuse lobaire,est toujours 
constituée par un exsudât (ibrineux renfermant des 
cellules globuleuses, parfois à noyaux multiples et 
même bourgeonnants comme ceux des cellules de la 
moelle rouge des os. Même au sein du pur tissu 
conjonctif d'une synoviale, la tuberculose à nodules 
embryonnaires se comporte ainsi (1). Cette inflam- 
mation est spécirupie, tuberculeuse au même litre 
que le nodule lui-môme. M. le professeur RenautTa 
décrite sous le nom d'inflammation inter-nodulaire 
ou iniorralaire, ('etto inflammation est donc bien 
différente d*une inflammation banale suscitée par 
un corps étranger quelconque; c'est à vrai dire la 
tuberculose diffusée dans les tissus sous la forme 
non nodulaire, et répondant a ce que Laënnec appe- 
lait dans le poumon l'inflltration tuberculeuse gélati- 
niformc. C'est dire en d'autres termes que, comme 
le nodule, cette inflammation est absolument dégé- 
nérative. 

Il faut maintenant expliquer pourquoi. Dans toute 
tuberculose il se produit autour du nodule embryon- 
naire deux modes bien distincts d'inflammation : l'in- 
flammation ordinaire à tendance flbro-formative et 
l'inflammation intercalaire spéciOque à tendance 
dégénérative. Si la première l'emporte, le processus 
destructeur est enrayé : le tubercule devient un 
tubercule fibreux ou granulation de Bayle, c'est-à-dire 

(I) CnANDKLUX, Des synovifrs tuberculeuses, articulaires et lendi- 
-neii^os. Thèse cl'agrt^gation, i88:|, p. (i.*). 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIBE. '203 

un point de sclérose disposé annulairement autour 
du nodule tuberculeux. 

Si l'inflammation spécifique domine, la tendance 
tibro-formative cède le pas à la dégénération. En 
même temps le nodule tuberculeux s'accroît par for- 
mation sur sa marge de cellules à noyaux multiples 
renfermant les parasites de la tuberculose et qui 
deviennent des cellules géantes. Le follicule tuber- 
culeux de Kôster est alors formé. La forme com- 
mune, banale de la tuberculose fibro-caséeuse est 
ainsi produite. 

Telle est la marche du processus dans les groupes 
tubéreux de la phtisie broncho-pneumonique. 

Si on examine un de ces groupes tubéreux récent, 
on constate un grand nombre de granulations tuber- 
culeuses le long de l'arbre bronchique et de l'arbre 
pulmonaire, mais l'aire des alvéoles est partout rem- 
plie, dans l'îlot fibro-caséeux, par une masse homo- 
gène ayant subi la caséiOcation. C'est ce fait qui avait 
conduit les auteurs à distinguer nettement la pneu- 
monie caséeuse de la granulation tuberculeuse. Mais 
Ranvier a montré que la granulation tuberculeuse 
peut naître dans l'alvéole pulmonaire absolument 
comme dans une maille de tissu conjonctif, et en 
effet dans les groupes tubéreux tout à fait récents il 
est facile de constater que les alvéoles sont tous ob- 
strués, comme dans la pneumonie tuberculeuse lo- 
baire, par un exsudât catarrhal et Obrineux h la fois 
et par des granulations intra-alvéolaires, isolées ou 
agminées, qui a l'œil nu tranchent en blanc sur le 
fond violet de la petite hépatisation. Sur une coupe 
colorée au picrocarmînate, elles se détachent en rouge 
sur le fond orangé de l'inflammation internodulaire. 



204 PH. KIEL. 

En suivant révolution de cette lésion, on voit 
qu'elle est saisie fatalement et en bloc par la caséi- 
fication avant d avoir pu édifier le follicule deKôster. 

On arrive de la sorte à formuler cette loi avec 
M. le professeur Renaut : « Tout parenchyme alvéo- 
laire envahi par des granulations tuberculeuses em- 
bryonnaires, reliées entre elles par une nappe continue 
fie pneumonie tuberculeuse intercalairey est voué à la 
dégénération certaine. » 

Ce fait s'explique aisément : la caséification se 
produit quand Tinflammalion spécifique n'est pas 
étoufTée par l'inflammation banale du tissu connectif 
adjacent, aboutissant à la fibroformation. Elle suivra 
donc fatalement si celte dernière inflammation ne 
peut pas être suscitée. Or, c'est là ce qui arrive pré- 
cisément dans le parenchyme pulmonaire vrai, c'est- 
à-dire en plein tissu alvéolaire. 

On sait que dans Tœdème chronique, ce n'est 
(|u'avec une grande lenteur que le parenchyme alvéo- 
laire se transforme en cavités constituées et vascula- 
risées comme le tissu conjonctif, transformation qui 
s'effectue à l'aide des vaisseaux de la paroi alvéo- 
laire (1/. 

Mais une telle transformation ne peut s'établir 
dans l'étendue de l'îlot granulo-pneumonique, car la 
circulation du sang, dans les cloisons intra-alvéolaires, 
est réduite à son minimum par la contre-pression 
due à l'éruption des granulations dans l'alvéole, et 
à l'exsudat fibrineux et catarrhal qui l'accompagne. 
Le groupe tubéreux devient ainsi ce que Virchow 

i I } RENArT,Lrt circulation pulmonaire dans le rétrécissement mitriU 
pur (Province méd, 1880). HoNNouAT,Proc(»«.si« histologique de l'œdème 
pulmonaire d* origine cardiaque. Thèse de Lyon, 1887. 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBÂIRE. 205 

appelait une néoplasie pauvre et se caséifie. Ce n'est 
que sur sa marge que peut se produire Tinflamma- 
tion banale aboutissant à la fibroformation. 

Mais quand la tuberculose à granulations intra- 
alvéolaires occupe la totalité d'un lobe pulmonaire, 
c'est-à-dire dans la pneumonie tuberculeuse lobaire, 
il n'existe plus autour de la lésion aucune portion 
de tissu conjonctif sain, pouvant réagir et édifier 
du tissu fibreux, et le lobe entier subit en bloc la 
nécrobiose. 

Alors l'hépatisation qui était violette et sur laquelle 
tranchaient en blanc grisâtre les grains tuberculeux, 
confluents ou semi-confluents intra-alvéolaires, de- 
vient sèche à la coupe et d'une coloration gris orangé ; 
c'est la pneumonie inter-nodulaire orangée y deuxième 
stade de la pneumonie tuberculeuse intercalaire. Sur 
cette coupe, les grains tuberculeux forment des 
grappes festonnées d'un jaune opaque et à section 
plane, sans saillies. 

Au microscope, on voit que les grandes cellules 
vésiculeuses de Texsudat intra-alvéolaire ont subi la 
dégénérescence graisseuse, mais plus tardivement 
que le nodule lui-même. Les réseaux fibrineux su- 
bissent également une métamorphose granulo-grais- 
seuse. L'aspect orangé est dû à la présence de glo- 
bules rouges en voie de désintégration dans l'exsudat 
pneumonique constitué par un liquide inspissé formé 
par de la fibrine granuleuse et par des cellules glo- 
buleuses dégénérées. 

Dans le dernier stade, celui de la caséification mas- 
sive, le parenchyme pulmonaire a acquis, dans toute 
l'étendue d'un lobe, exactement la consistance et 
l'aspect du fromage de Roquefort. Des taches noires 



206 PU. RIRL. 

OU bleuAtres sillonnent cette masse compacte et d*un 
blanc jaunâtre; ce sont des tractus fibreux pigmen- 
tés. Au microscope, on constate que les noyaux 
de la grande majorité des éléments cellulaires sont 
morts et ne se colorent plus, sauf en quelques points 
011 les lésions ne sont encore arrivées qu*au stade de 
la pneumonie orangée. 

Le plus ordinairement, cette caséification lobaire 
ne s^excave en aucun point. Cependant quelquefois, 
mais rarement, on trouve des cavernes siégeant le 
plus ordinairement & la base, siège le plus fréquent 
de la pneumonie tuberculeuse lobaire. Ce sont là les 
cavernes que M. Henaut appelle décurrentes. Elles 
sont dépourvues de parois propres, et sont proba- 
blement dues à la contamination d'un point du bloc 
caséifié par Tair amené par les rameaux bronchiques 
encore perméables. 

Le type extrême que nous venons de décrire ne 
se trouve pas toujours exactement réalisé; on ob- 
serve souvent des intermédiaires entre la pneumonie 
tuberculeuse lobaire et les phtisies broncho-pneumo- 
niques à groupes tubéreux plus ou moins volumi- 
neux. 

Le plus ordinairement on trouve dans le poumon 
du c(Mé opposé des lésions de tuberculose ancienne. 
Rarement celles-ci font défaut, et même dans ces cas 
un accident tel qu'une hémoptysie partant de ce 
cùté montre que le poumon opposé n'était sain qu'en 
apparence. 

L'étiologie de la pneumonie tuberculeuse lobaire 
comprend toutes les causes favorisant l'éclosion delà 
tuberculose en général (surmenage, alcoolisme, etc. i. 
C'est généralement une maladie des adultes. 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIRE. 207 

Le plus souvent, les malades ne se montrent pas 
par Tanamnèse comme d'anciens phtisiques, mais, 
malgré cela, on retrouve fréquemment des signes 
stéthoscopiques dénotant l'existence d'anciens foyers 
tuberculeux n'ayant donné lieu qu'à des symptômes 
assez vagues pour avoir passé inaperçus. Dans la ma- 
jorité des cas, les malades ne présentent aucun an- 
técédent héréditaire. Ce serait donc plutôt une forme 
acquise. 

Dans un assez grand nombre de cas, on a trouvé 
dans les crachats le bacille de Koch (Cochez (1), Ger- 
main Sée (2). Dans deux de nos observations person- 
nelles, que nous avons recueillies à l'hôpital de la 
Croix -Rousse dans le service de M. le professeur 
Renaut, nous avons cherché les bacilles sans succès, 
bien que des préparations de crachats de phtisi- 
ques vulgaires, traités de la même façon, nous en 
aient montré en nombre parfois considérable. Il 
existe une observation de Déjerine et Rabinski (3j, 
dans laquelle, pendant tout le cours de la maladie, 
il n'a été trouvé aucun bacille dans l'expectora- 
tion, bien que le parasite ait pu être mis en évidence 
d'une manière certaine sur des coupes de poumon 
après l'autopsie. 11 est toutefois possible, sans que 
nous puissions l'affirmer en aucune manière, que 
dans quelques-uns des cas où les bacilles n'ont pas 
été constatés dans l'expectoration, il se soit agi d'une 

ii) De la recherche du hficille de la tuberculose dans les produits 
d^ expectoration. Thèse de doct., Paris, 188t, n^ 70. 

i 2) Diagnostic de lu pneumonie bacillaire aiguè et de la pneumonie 
franche (Union mMicale, Pîiris, i885, 3« série, t. XXXIX, p. r)49i. 

(3) Note sur un cas de pneumonie tuberculeuse pscudo-lobaire avec 
absence de bacilles dans l* expectoration {Revue de médecine y \HH't, 
p. 174). 



forme zoogléique. Mais ce n'est là qu'unel 

Quant à rimmixUon dos organismes pathogènes de 
la pneumonie franche à ceux de la tuberculeuse, on 
ne peut rien nier jusqu'à la vérification ; mais l'ana- 
tomie pathologique n'est guère suggestive en ce sens. 
En effet l'hépatisation de la pneumonie tubei'culeuse 
lobaire ne consiste nullement en une liépatisation 
ordinaire avec granulations d'Aiidral à laquelle se- 
raient venus s'ajouter quelques nodules tuberculeux; 
elle est tout à fait spéciale. Nous concluons donc que 
très probablement ce qui suscite le symptôme pneu- 
monique, c'est non pas la coexistence d'une pneu- 
monie franche, mais la sol idili cation en masse d'une 
portion notable et continue du parenchyme pulmo- 
naire, quelle que soit d'ailleurs la cause de celle so- 
lidification. Si donc il y a là une association micro- 
bienne, rien ne peut nous la faire prévoir « priori. 

(; 2. SÏMPTOMATOLOOIE ET DIAnNOSTIC 



Au point de vue symploniatologique.la pneumonie 
tuberculeuse lobaire emprunte exactement le masque 
de la pneumonie franche, avec quelques modifica- 
tions d'une haute importance diagnostique. 

On peut diviser la marche de la maladie en trois 
stades : stade de début ou d'invasion, période d'état 
et enfm période ultime. 

La pneumonie tuberculeuse lobaire éclate souvent 
chez des individus qui, sans avoir montré antérieu- 
rement aucun symptôme de phtisie commune, pré- 
sentent cependant des signes stéthoscopiques de 
phlisie fibreuse. D'autres fois elle se développe chez 
des individus en apparence absolument sains et 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIRE. 209 

constitue la première atteinte de tuberculose. Dans 
le premier cas, on observe généralement un début 
traînant avec période de préparation (Grancher)(l); 
dans le second, on peut avoir un début franc, solen- 
nel, identique à celui de la pneumonie franche. 

Le commencement de la période d'état ou vrai- 
ment pneumonique est caractérisé surtout par Tappa- 
rition des crachats rouilles qui sont aussi nets, aussi 
typiques que dans la véritable pneumonie franche 
fibrineuse. Ces crachats rouilles sont constants, ils 
constituent un des signes majeurs de la pneumonie 
tuberculeuse lobaire. Ils apparaissent dès le début 
de la maladie. 

Ils sont ordinairement peu abondants, de couleur 
franchement rouillée ou gelée d'abricot, visqueux, 
adhérents au vase, striés de bulles d'air. Leur con- 
stance a été méconnue par beaucoup d'auteurs 
(Hérî\rd et Cornil, Chouppei. 

Ils peuvent ne renfermer aucun bacille pendant 
toute la durée de l'expectoration (observations per- 
sonnelles, — Déjerine et Babinski). D'autres fois les 
bacilles apparaissent dans ces crachats dès les pre- 
miers jours (Germain Sée). 

A la période d'état, la toux devient de plus en plus 
pénible, la dyspnée s'accroît. L'examen du thorax 
fait alors reconnaître les signes de Thépatisation pul- 
monaire. Ces signes, à première vue, sont absolument 
ceux de la pneumonie fibrineuse (matité, augmenta- 
tion des vibrations thoraciques, rAles crépitants, 
bronchophonie), souvent aussi évidents que dans 



(1) Grancber et HiTiNEL, Art. Phtisie du Dictionnaire encycl. des 
Sciences méd. 

TCBERCCLOSE. — II. i4 



'2{0 PH. HIEL. 

celle-ci et siégeant ordinairement // /a bnso et m 
arrihe. 

Mais ces signes physiques présentent dans la plu- 
part des cas ({uelques caractères anormaux pouvant 
mettre le clinicien sur la voie du diagnostic exact. 
Il peut y avoir soit une dissociation de ces signes phy- 
siques, soit une réunion de ces signes avec des siffles 
insolites surajoutés {satellites anormaux) étrangers à 
la pneumonie d'Andral. 

Dans le premier cas (dissociation des signes) on 
observe l'ahsence d'un des signes cardinaux de la 
pneumonie, le souffle n'étant pas en rapport avec la 
matité, par exemple, ou réciproquement. D'autres 
fois les signes majeurs se produisent, mais successi- 
vement et non simultanément. 

Dans le second cas, celui où il existe un satellite 
anormal, le satellite surajouté est le plus ordinaire- 
ment la bronchite diffuse du côté opposé, qui contraste 
avec l'intégrité parfaite le plus souvent du poumon 
opposé dans la pneumonie franche. 

D'antres fois on consUite l'existence d'une pleurile 
sèche du ccMé o|)posé avec bouffées de rAles crépitants 
pendant la toux ; cette coïncidence pourrait faire pren- 
dre la pneumonie tuberculeuse lobaire pour une 
pleurésie phlisiogène, à un observateur non prévenu. 

Un autre satellite beaucoup plus fréquent et abso- 
lument caractéristique, est l'existence aux sommets 
de signes d'ancienne tuberculose guérie. 11 est inu- 
tile d'insister sur l'importance de ce fait, quand il 
existe. Ces signes d^mcienne tuberculose consistent 
le plus souvent en un souffle d'induration accompagné 
de pectoriloquie aphone ou en craquements secs. 

C'est l'existence de ces anciennes lésions du som- 



PNEUMONIK TCBERCLLEUSE LOBAIRt:. 21 i 

met qui explique la transformation remarquable que 
subissent parfois, dans la pneumonie tuberculeuse 
lobaire, le souffle tubaire et la bronchophonie. Le 
premier de ces signes présente souvent un timbre 
amphorique et le second un timbre nasillard très ca- 
ractérisés; ces transformations sont dues fréquem- 
ment à la présence d'anciennes cavernules guéries 
ne donnant plus lieu à aucun signe stéthoscopique 
distinct, mais agissant simplement comme réson- 
nateurs. 

Un autre signe de la plus haute valeur et qui mé- 
rite toute notre attention, est la présence presque 
constante d'un ipdème des membres inférieurs, signe 
qui est absolument étranger à l'histoire régulière de 
la pneumonie franche. 

Hérard et Cornil indiquent simplement ce signe au 
milieu des autres signes de cachexie accompagnant 
la période ultime de la maladie. Or cet œdème peut 
exister dès le début et présente dès lors une très 
grande importance pour le diagnostic. Dans une ob- 
servation recueillie par iM. Paliard dans le service de 
M. le professeur Renaut i Ij, l'œdème des membres in- 
férieurs s'est montre avant l'apparition des symp- 
tômes pneumoniques. Le plus fréquemment l'œdème 
apparaît au commencement de la période d'état ou 
)>endant l'évolution de celle-ci. 

L'œdème est toujours symétrique, généralement 
mou, le plus souvent peu étendu: il est quelquefois 
limité aux deux pieds, particulièrement marqué à la 
face dorsale du pied et autour des malléoles. Le plus 
souvent les deux pieds sont très tuméflés et Tœdème 

(1; Province médicale, i887, p. 373. 



est très apparent à la vue; d'autres {o\», plui 
ment, il est nécessaire d'appuyer le doipt autour des 
malléoles et de constater l'existence de l'empreinte 
persistante en forme de godet, pour constater d'une 
manière bien positive la pi'éscnce de l'œdème (œdème 
latent). 

{',e( œdème eviste au moins dans les deux tiers 
des cas elle plus souvent sans trace d'albumine dans 
les urines et sans affection cardiaque. 

La marelle de la fièvre peut être copiée très exacte- 
ment sur celle que l'on considère comme appartenant 
en propre à la pneumonie iVaDche. Opcndant le plus 
souvent l'ascension thcrmiqucn'cst pas aussi brusque. 
D'autres fois la montée de la courbe est plus on moins 
progressive. Enfin la température revêt parfois nu 
début un type pseudo-intermittent, élevé relativement 
le soir, peu élevé le malin pendant un petit nombre 
de jours, puis il se produit une ascension rapide 
jusqu'à 40 et 41 degrés. Pendant la période d'état, 
la température est toujours élevée, tantôt en forme 
de plateau régulier comme dans la pneumonie fran- 
clie, Ijtntôt un peu plus irrégulière. 

Quelle que soit la marche de la température pcD- 
dant la période aiguë de la maladie, on observe sou- 
vent une persistance de l'expectoration rouillée et de 
tous les signes d'une pneumonie récente, alors que 
la maladie a débuté il y a 10. 12, lo ou 17 jours. 

Pendant les jours suivants (si la mort ne survieot 
pas rapidement) la cachectisation se prononce de 
plus en plus, les œdèmes augmentent, la dyspnée de- 
vient extrême. 

uaud la mort ne survient pas ù cette période, la 

^adie prend de plus en plus les allures d'une phtï- 



PNEUMOXIE TUBERCULEUSE LOBAIRE. 243 

sîe ordinaire à marche rapide : la fièvre revêt le type 
à grandes oscillations de la fièvre hectique. On observe 
souvent la formation de cavernes siégeant surtout à 
la base (décurrentes). En même temps se montrent 
tous les signes de la tuberculose vulgaire à marche 
aiguë ou subaiguë. 

Quelquefois même la maladie prend tout à fait l'as- 
pect de la phtisie chronique et Tclat général peut 
s'améliorer notablement pendant un temps plus ou 
moins long. 

La description que nous venons de faire des symp- 
tômes de la pneumonie tuberculeuse lobaire permet- 
tra dans la plupart des cas de faire un diagnostic exact 
entre la pneumonie tuberculeuse lobaire et la pneu- 
monie franche. 

L'examen local montrera généralement des diffé- 
rences assez importantes pour éclairer le diagnostic : 
tantôt un des signes cardinaux de la pneumonie fera 
défaut, ou bien prendra un caractère anormal, ou 
bien il viendra se surajouter des signes stéthosco- 
piques étrangers à la pneumonie franche (bronchite 
ou pleurésie sèche du côté opposé, timbre ampho- 
rique du souffle, ou nasillard de la bronchophonic), 
enfin et surtout, signes d'ancienne tuberculose au 
sommet du côté opposé ou du même côté. 

D'autres signes sont tout aussi caractéristiques : 
telle est la présence de Vœdème, qui est exceptionnelle 
dans la pneumonie franche, et qui est la règle dans 
la pneumonie tuberculeuse. 

Il existe aussi un état grave spécial qui, joint aux 
autres symptômes, sera d'une certaine utilité pour le 
diagnostic. 



La température pourra aussi intervenir; si elle est 
irriîgulière, a début progressif ou pseudo-intermit- 
tent, ou bien avec exacerbations successives, on de\Ta 
pencher pour le diagnostii- de pneumonie tnberci 
leuse. 

N'oubboiis pas de signaler la conlemporanéil 
insolite des symptômes. En effet les signes de la pi 
riode d'état (signes stéthoscopiques , crachats roui! 
lés, etc.) peuvent persister, dans la pneumonie tubei 
culeuse lobaire, longtemps au delà du terme oïi il 
disparaissent presque toujours dans la pneuraoQÎ 
franche. 

L'examen bactérioscopique devra aussi être pi 
tiqué; la constatation des bacilles lèvera tous 
doutes, mais les micro-organîsmes pourront faire dl 
faut pendant toute la durée de la maladie, sans qi 
pour cela le diagnoslic de tuberculose doive être 
écarté. 

.\ucun des symptômes que nous venons d'énumérer 
ci-dessus (sauf la présence des bacilles et d'ancienne-- 
lésions tuberculeuses du sommet) n'est absolument 
caractéristique, t'/est surtout sur leur ensemble el 
sur leur association qu'on devra se fonder pour éTÎter 
les erreurs, 

La pleurésie phlisiogène (1) se distinguera de 
pneumonie tuberculeuse lobaire par l'absence de 
chais rouilles. Mais le diagnostic est parfois très dif- 
ficile el ne peut s'élucider que par la ponction explo- 
ratrice avec la seringue de Pravaz. 

Le pronostic est toujours absolument falal 

U'géiied'emWeiGiiictU médind4Û 



cr^l 



PNEUMONIE TUBERCULEUSE LOBAIRE. 2i5 

immédiatement^ soit après une période plus ou moins 
longue de phtisie subaiguë ou chronique. 

Quant au traitement, il ne diffère pas de celui des 
autres phtisies aiguës. 

De toutes <!es considérations, nous croyons pouvoir 
tirer les conclusions suivantes : 

1** La tuberculose peut se révéler cliniquemcnt par 
un syndrome simulant exactement celui de la pneu- 
monie franche. Dans ces cas, on constate à Tautopsie 
des lésions tuberculeuses massives occupant tout un 
lobe du poumon ou même plusieurs lobes. 

2** Ces lésions tuberculeuses, bien que ressemblant 
par le caractère énoncé ci-dessus aux lésions de la 
pneumonie franche, en diffèrent complètement par 
les caractères ci-après : absence de granulations dWn- 
dral, existence de nodules tuberculeux intra-alvéo- 
laires embryonnaires réunis en grappes confluentes, 
reliées entre elles par une pneumonie spéciale, abso- 
lument spécifique, à la fois catarrhale et fibrineuse. 

3" Le syndrome clinique de la pneumonie tuber- 
culeuse lobaire peut comporter à la fois les crachats 
rouilles, le frisson violent, le début au milieu d'une 
santé en apparence excellente, le point de côté, le 
souffle tubaire et les râles crépitants, le siège à la 
base des signes physiques qui donnent à la pneu- 
monie d'Ândral son cachet si typique. 

Le diagnostic est donc souvent fort difficile. 11 devra 
être établi surtout d'après les caractères suivants, spé- 
ciaux à la pneumonie tuberculeuse lobaire : 1" durée 
prolongée deTexpeclorationrouillée, discordance des 
signes physiques actuels avec la date de l'apparition 
de la maladie; 2" existence des satellites anormaux 



216 PII, RIKI.. 

étrangers H la pneumonie fibrineuse (œdème des mem- 
bres inférieurs souvent dès le début, râles de bron- 
chite dans le poumon du côté opposé, timbre pseudo- 
amphorique du souffle tubaire ou pseudo-égopbonique 
de la bronchophonie, enfin signes de lésions tuber- 
culeuses latentes ou guéries aux sommets); 3" pré- 
sence des bacilles dans l'expectoration (mais ceux-ci 
peuv(;nt faire constamment défaut pendant toute la 
durée de la maladie). 



SUR 



UN ULCÈRE TUBERCULEUX 

DE L'AVAXT-BRAS 
SURVENU PAR INOCULATION ACCIDENTELLE(l) 



PAR 



LE D' L.. AVBNDANO 



DIRECTEl'R UE LA ■ CRONICA MEUICA » I> K LIMA. 
UKMBRE DK L*ACADKMIR 1>K MRPCCINE PE LIMA, ETC. 



■ Hiielve u curar seguuda vcz el quo esoribe 
lo que remédia. Son snlud de loa ftituros. las 
«nfifrinedades de los pasadoo, y se ennoblece 
Dotablemente la operacion que desputVn do nver 
sido ocurreiicia, se haze ejemplo, y aim mâs la 
siendo exemplo merece harerse régla. * 

(KiviLLA, Dntrion de In iwturalezn. Lima. 1695.) 



Dans l'état actuel de la science, et étant donnée 
rimpulsion remarquable des travaux entrepris, Ton 
peut assurer que bientôt, dans une époque pas trop 
lointaine, on pourra compter, parmi les plus écla- 
tantes conquêtes de la médecine moderne, la guérison 
de la tuberculose ; elle deviendra aussi un des 
triomphes les plus légitimes de la microbiologie (car 

Il Communication faite à la société médicale Y Union FcrnandinCj 
de Lima, qui en a décidé Tenvoi an comité de VCEucrede hi inhcr- 
cuhse. Nous remercions vivement cette .savante Société de la preuve 
de sympathie qu'elle a bien voulu ainsi donner à notre Oiuvro. — 
La Rédaction, 



218 L. AVENDASO. 

la découverte du bacille spécifique a été le |>0)ntt 
départ d'études vi-airaenl pratiques sur une maladie 
aussi terrible qu'étendue), eii donnant ainsi un dé- 
menti au scepticisme de ceux qui assuraient que la 
spécificité pathogénique du bacille de Koch n'avait 
procuré aucun profit à la thérapeutique. 

Il ne nous a pas été permis de contribuer à <■ l'Oeuvre 
de Ui tuberculose •> avec des travaux transcendants de 
laboratoire; mais nous apportons du moins le con- 
cours de nos observations cliniques, malheureusement 
très abondantes chez nous, où la tuberculose est si 
fréquente, et nous pourrons ainsi prendre notre part, 
quelque petite qu'elle soit, dans la réalisation d'une 
si bienfaisante entreprise. L'observation suivante, ou- 
tre l'importance qu'elle présente au point de vue de 
la pathogénie de la maladie, de sa marche, si rebelle 
au traitement, et du traitement lui-même, a d'ailleurs 
pour nous un intérêt tout particulier, puisqu'elle a 
pour sujet un de nos plus estimables associés. 

El en passant, vous me permettrez, puisque l'oc- 
casion vient de m'en être présentée, de vous rappeler 
l'obligation où nous sommes de répondre de la meil- 
leure manière possible à l'invitation que. par mon 
organe (1) nous a adressée le savant président du 
comité liei'Œifvre de ia tuberculose, l'éminent pro- 
fesseur de la Faculté de médecine de Paris. M. le 
D' .\. Verneuil (2). 

[)) Ln Cronica médira, 1887, W il. 

i2)Je suis d'auUiil plus tuucli<^ des seriliiiieiils exprîméif 
U.le D' Avendofio, que c'est ea iiiettanl en prdtique, avec la plii< 
loLinbli^ persËvËriince, les préceptes igue j'ai formulés sur te truiio- 
raeiit pré- eL post-iipérutoire chez les tuberculeux, qu'il a ûlileua U 
guËrison di' son intéressant malude. —A. Verneuil. 



INOCULATION TUBERCULEUSE d'uNE PLAIE. 219 



Fwnnrulnse primitive.- - Inoculation tuberculeuse par l'air. — 
Transformation de la surface traumatique en ulcère spéci- 
fique. Auto-infection par la voie lymphatique. — Infiltration 
tuberculeuse du poumon du côt^ de la lésion initiale. — Des- 
truction du foyer original par le raclage et la cautérisation. 
— Avantages du traitement p^'^-upératoire . — Suspension de 
la marche de la tuberculose pulmonaire par le séjour dans 
un climat de hauteur. 

M. le bachelier Oclave Valentine, né à Lima, 25 ans, céli- 
bataire, élève de quatrième année de médecine, tempérament 
lymphatique, constitution faible, taille élancée et d'un sys- 
tème osseux si développé que Ton peut dire quMl existe en 
lui une hypergenèse osseuse aux dépens des parties molles ; 
rien de remarquable dans ses antécédents hérédiUiires, ses 
parents ayant joui et jouissant encore d'une santé parfaite, 
et n'existant dans sa famille qu'une sœur afTeclée d'une 
maladie pulmonaire suspecte (?). Quant à ses antécédents 
morbides personnels, il y a seulement ii noter une pneu- 
monie dont il a souffert il y a quatorze ans. 

Le début de sa maladie actuelle provient d'un furoncle 
situé à la partie inférieure de la face postérieure de l'avant- 
bras droit, qui commença son évolution le "lA janvier de 
cette année, et qui fut, sur les instances du malade, incisé 
par un de ses collègues six jours après l'apparition, le 30 du 
même mois; les pansements consécutifs furent effectués 
avec une solution d'acide borique. 

A la suite d'un coup reçu en montant dans un car du 
tramway il survint, peu de jours après, une inflammation 
avec infiltration purulente vers la partie supérieure, qui né- 
cessita une contre-ouverture. 

Presque en même temps, deux autres furoncles parurent; 
l'un sur le bord cubital de la main droite, et l'autre au ni- 
veau de l'extrémité inférieure de l'avant-bras du môme côté. 
Tous les deux avortèrent par l'usage d'injections intersti- 
tielles de teinture d'iode. 

La partie de la peau qui existait entre les deux premières 
incisions fut divisée peu de jours après, produisant ainsi 



220 



iVi;>nARo. 



I 



une surface traumatique ri'environ 3 centimètres de iot- 
gueur, laquelle, pendant tout le mois de février, donna une 
suppuration de bonne qualité, les pansements i^tant (oujours 
effectués avec la même solution d'acide borique. 

Dans le mois de mars, quelques inflltrations survinrent el 
la blessure, au Heu de marcher vers la cicatrisation, com- 
mençait à présenter un aspect ulci'reux el un caractère 
indolent. 

N'ayant pu modilier l'état de la lésion avec les pansements 
iodés, le malade, dans les premiers jours d'avril, consulta le 
docteur G... qui. considérant l'ulcère romme une maniTesta- 
tion de la diathëse scroruieuse, institua le traitement sui- 
vant : iodure de Fer de Tllancard, à l'intérieur, et liqueur de 
Van Swieten, comme topique. 

Le mots d'avril se passa sans obtenir aucune amélioration 
locale et sans altération de l'état général. 

Dans le commencement de mai, le malade prit à sa char^ 
l'externat du premier dé|»artemenl de médecine à l'hApital 
Dos de Mai/o. 

Depuis le premier jour d'assistance journalière à l'hôpi- 
tal, le malade remarqua que l'ulcère présentait un aspect 
peu rassurant et acquérait de tels caractères que, très 
alarmé, M. Valenlinc résolut de sesoumettreàun traitement 
sérieux et soutenu. 

Dans ce but, le & juin, il eut une consultation avec le doc- 
teur P. P..., qui, d'après les antécédents et l'aspect de l'ul- 
cère, que je décrirai plus loin, diagnostiqua une ulcération 
lubeiruli-use de l'avaui-bran et remit à quelques jours l'appli- 
cation du traitement approprié. 

Le 1 1 du même mois, premier jour où j'eus l'occasion de 
voir M. Valentiue, l'aspect de la solution de rontinuîté était 
le suivant : ulcère situé au tiers inTérieur de la face posté- 
rieure de Tavant-bras droit, de 10 à 11 centimètres de 
longueur, sur ( à 5 de largeur; coloration roufie violacé, 
interrompue çà ot là par des taches livides el gris&tres: 
bords durs, calleux, décollés, sinueux et festonnés ; surface 
granuleuse, mamelonnée; il y av»it, dans les bords el daot 
la surface de la plaie, dix-ueuf trous fistuleux, par iesqueb 
luinlait le pus ritsérux, épais, gnimeux, earaeîéristiipif, gm 



1X0CCLATI0N TUBERCULEUSE d'unK PLAIE. 221 

les remplissait. Toute la solution de continuité était complè- 
tement indolente; le squelette de la région était sain; Tar- 
ticulation radio-carpicnne, intacte. 

L'état général du sujet était bon, ne présentant que le 
faciès d'un sujet qui se trouve sous Tiniluence d'une longue 
suppuration. Les grandes fonctions, digestion, circulation 
et respiration, s'accomplissaient parfaitement; dans l'appa- 
reil respiratoire, on ne découvrait, ni par la percussion, ni 
par Tauscultation, rien d'anormal; on n'entendait que les 
râles du catarrhe bronchial chronique qui existe chez tous 
les grands fumeurs (M. Yalentine abuse du tabac), pas si 
marqué, cependant, qu'il pût étouffer le murmure vésicu- 
laire, que Ton pouvait percevoir clairement. 

En présence d'une lésion présentant tous les caractères 
que nous venons de décrire; considérant en outre la marche 
do la maladie et les circonstances spéciales qui avaient ac- 
compagné l'évolution de Tulcère, je n'hésitai point à accepter 
le diagnostic formulé par le docteur P... : ulcère tuberculeux. 

La nature tuberculeuse de la lésion de M. Yalentine était- 
elle consécutive à une inoculation accidentelle effectuée 
dans la solution de continuité, où dépendait-elle d'une tu- 
berculose viscérale antérieure à l'apparition du furoncle, 
qui avait été cause de la transformation de la blessure en 
ulcère tuberculeux? 

Aujourd'hui encore, je n'hésite pas à affirmer que la tu- 
berculose s*est développée à la suite d'une inoculation, et 
dans cette condition elle a été d'abord exclusivement locale; 
les lésions qui se présentèrent dans le poumon étaient con- 
sécutives. Je parlerai plus loin de celles-ci. 

En effet, M. Yalentine, porteur d'une surface suppurante, 
consécutive au furoncle initial, dont la cicatrisation ne 
s'était pas effectuée rapidement par suite du tempérament 
lymphatique du sujet, c'est-à-dire, avec une porte ouverte à 
la pénétration de toute espèce de germes morbifiques ; M. Ya- 
lentine, dis-je, fréquentait tous les jours l'une des salles de 
l'hôpital « Dos de Mayo », dans laquelle, comme dans toutes 
celles de nos hôpiUiux, et spécialement dans celle-ci, abon- 
dent les tuberculeux à des périodes plus ou moins avancées; 
et dans lesquelles aussi (quoiqu'il nous soit douloureux de 



222 L. AVKNDA550. 

Tavouer) la désinfection et la ventilation laisst'nt trop à dé- 
sirer, à tel point qu*il n*y a pas exagération à dire que les 
salles de nos hôpiUiux peuvent être considérées comme des 
réceptacles de microbes pathogènes. 

On sait bien, d*unc «lutre part, que les bacilles de Koch 
conservent très lon^rtemps leur vitalité dans les crachats et 
dans toutes les autres excrétions des malades; les bacilles 
pullulent dans Tair qui environne les tuberculeux, une fois 
ces excrétions desséchées, et, en un mot, que tous les germes 
spéciQques de la tuberculose remplissent l'atmosphère au- 
tour des malades qui en sont atteints; c*est ainsi qu*on s*ex- 
plique seulement les cas évidents de contagion qu'on observe 
tous les jours. 

On peut donc très facilement admettre que les microbes 
suspendus dans Tair de la salle où séjournait M. Valentine, 
ayant trouvé chez celui-ci un accès facile par la surface 
saignante qu'il portait à Tavant-bras, s'installèrent là, où la 
lutte pour l'existence leur était avantageuse, et converti- 
rent la solution de continuité, consécutive au furoncle pri- 
mitif, en un ulcère tuberculeux cutané. D'ailleurs il est 
complètement démontré que la tuberculose est une maladie 
inoculable, et dans le cas présont il est aisé de concevoir 
que l'inoculation s'est effectuée d'une manière médiate par 
l'intermédiaire de l'air. 

L'examen microscopique du pus aurait dissipé, sur-le- 
champ, quelque doute qui eiU existé, et, bien que je ne l'aie 
jamais pratiqué, je me confirmai dans mon diagnostic, en 
me rappelant que tous les cliniciens les plus distingués 
s'accordent à considérer le pus caséeux comme caractéris- 
tique des lésions tuberculeuses locales, des tuberculoses 
chirurgicales. 

Je me réserve de démontrer plus tard que la lésion dont 
je m'occupe n'a pas dépendu d'une tuberculose antérieure, 
mais je veux d'abord exposer la marche du cas actuel. 

Du diagnostic établi apparut immédiatement la gravité du 
cas que nous avions sous les yeux et la nécessité d'instituer 
un traitement énergique qui, en détruisant la lésion exis- 
tante, empêcherait la généralisation de la tuberculose, c'est- 
à-dire l'auto-infection de Torganisme. Dans ce but et pour 



INOCULATION TUBERCL'LEIjSE d'uNE PLAIE. 2i3 

procéder avec plus de certitude, je résolus de m*associer le 
docteur P.. . et de soumettre le malade à un régime adopté 
d*un mutuel accord. 

Le 12 du même mois, après un examen minutieux qui 
nous donna le même résultat, que je viens d'indiquer, à 
regard de la lésion locale et de Tétat général, et complète- 
ment d'accord sur le diagnostic, nous prîmes la résolution 
de détruire Tulcère par le raclage et par la cautérisation 
avec le termo-cautère de Paquelin. Mais comme nous n^ 
méconnaissions pas le danger inhérent au traumatisme 
opératoire dans les tuberculoses chirurgicales, c*est-à-dire 
la généralisation de la tuberculose dans le poumon, et dési- 
rant utiliser dans le premier cas qui venait de se présenter 
à nous le traitement pvé'opt'ratoire delà tuhei'culose, si heureu- 
sement conçu et mis en pratique par Verneuil(l), nous 
décidâmes de soumettre le malade à ce traitement, d'après 
la formule suivante : iodoforme, 15 centigrammes; extrait 
thébaîque, 3 centigrammes ; pour trois pilules à prendre 
dans la journée, — et d'attendre, pour pratiquer ro[)ération, 
Tapparition de la réaction caractéristique de Tiodc dans 
Turine, indice certain de stérilisation du sang et signe posi- 
tif de l'opportunité de l'intervention opératoire. Comme 
pansement local, nous conseillâmes l'iodoforme en poudre, 
et pour rendre plus facile la pénétration de l'agent médica- 
menteux jusqu'aux plus profondes anfractuosités de la bles- 
sure, des dix-nouf trajets fistuleux qui existaient, les cinq 
plus étendus furent débrides. 

La présence de l'iode dans Turine fut découverte le 17, et 
le 19, avec l'assistance des docteurs P... D... et R..., je pra- 
tiquai l'opération suivante. 

Après avoir injecté dans les diverses sinuosités de la plaie 
quelques gouttes d'une solution forte de phénate de cocaïne, 
on extirpa tout le tissu morbide existant, avec un grattoir 
approprié, en effectuant ensuite la cautérisation sur la sur- 
face saignante, avec le thermo-cautère de Paquelin. Nous 
espérions par ce moyen et par les pansements consécutifs 

\\) Études expér. et clin, sur la tuberniiose, t. I, p. 294, et bi 
Croniea medica, Lima, anu IV, n^ 41. 



•224 L. AVEMjASO. 

avec riodoforme, détruire la virulence de la solution de 
continuité et la transformer en une plaie de cicatrisation 
facile. 

Dans la même journée le docteur II... attira mon atten- 
tion vers le poumon droit, où Ton observait ce qui suit : 

A la percussion, son mat vers la partie moyenne de la 
région postérieure, les deux autres, la supérieure et l'infé- 
rieure, conservant leur sonorité à Tauscultation; obscurité 
notable, al)sence complète du murmure vésiculaire dans la 
partie correspondante du lobule moyen, la respiration étant 
normale dans le reste du poumon. Dans le poumon gauche, 
il n y avait rien d anormal. Quant au rest<î des fonctions de 
l'économie, tout était bien. 

Avanl d'avancer plus loin, je dois insister sur le résultat 
de mon examen pratiqué dix jours auparavant (le l!î) et 
dans lequel j*avais acquis la pleine conviction de Tiniégrité 
physiologique de l'appareil respiratoire de M. Valentine. 

Les lésions découvertes le 19 étaient un motif sufllsanl 
pour faire pencher dans le sens d'une iniiltration tubercu- 
leuse du poumon par auto-infection dépendant de la lésion 
locale et probablement consécutive au léger traumatisme 
opératoire exécuté le iiî, avant d'instituer le traitement 
pré-opératoire. Conséquemment, on résolut que le malade 
continuerait à prendre les pilules d'iodoforme et on prescri- 
vit en outre deux cuillerées par jour d'émulsion d'huile de 
foie de morue avec les hypophosphites de chaux et de 
soude, une bonne alimentation, de l'alcool, des imbro- 
catiuns de teinture d'iode vers la partie postérieure et 
moyenne du thorax; enfin pansement de la plaie, après la 
chute de reschare,avec de la poudre d'iodoforme. Kn môme 
temps on résolut de surveiller constamment M. Valentine 
afin de n'^gler le traitement d'après la marche que pourrait 
suivre le processus morbide qui venait de débuter dans le 
poumon droit. 

Ayant constaté le !2l ({ue la lésion pulmonaire avançait 
d'une manière rapide, la matité rt l'absence du murmure 
vésiculaire ne se limitant pas à la partie postérieure du lobe 
moyen, mais se faisant aussi percevoir sous l'aisselle, le 
travail pathologique (pi s'opérait dans le poumon nous 



k' 



IXOCULATION TUBERCULErSE T) UNE PLAIE. 225 

parut démontré, et nous convînmes de solliciter le con- 
cours de quelques autres de nos collègues. En effet, cette 
consultation eut lieu le 23, avec les docteurs P..., D..., 

La plaie découverte, on constata que Topération pra- 
tiquée le i9 n^avait pas modifié sa virulence, ses caractères 
spécifiques, car, avec de très légères variations, elle conser- 
vait le même aspect qu'elle présentait quelques jours aupa- 
ravant, la pression donnant toujours issue à quelques 
gouttes de pus caséeux. Quant à la lésion pulmonaire, elle 
se trouvait dans le même état que le 21. 

Le docteur P..., après avoir exposé la relation du cas et 
formulé le diagnostic de la lésion locale : ulcère tuberculeux, 
fondé sur les données indiquées antérieurement, considéra 
rétat pathologique du poumon comme une infiltration tu- 
berculeuse, développée par auto-infection des produits de 
la solution de continuité de Tavant-bras. Il déclara que 
quoique 1 examen microscopique du pus n'ait pas été pra- 
tiqué, ses caractères spéciaux et ceux de Tulcère en général 
étaient des motifs plus que suffisants pour regarder comme 
tuberculeuse la maladie qui affectait M.Yalentine. Il proposa 
la continuation du régime déjà proscrit et auquel le malade 
était soumis; il indiqua la nécessité de pratiquer de nouveau 
le raclage et la cautérisation de Tulcère; et finalement il 
émit Tavisque le malade devait se rendre dans un climatde 
hauteur, afind'obtenirquc par faction microbicidc de Tairdc 
cette espèce de milieu, la marche de Taffection pulmonaire 
pût s'arrêter. Dans ce but, il indiqua la ville de Tarma (1), 
comme la plus convenable. 

Complètement d'accord avec les idées émises parM. le doc- 
teur P..., etacceptant comme le plus approprié le traitement 
proposé, je fis remarquer la manière dont, à mon avis, 
l'ulcère tuberculeux s'était développé, c'est à dire que j'ex- 
posai de nouveau les motifs sur lesquels je m'étais appuyé 
pour faire le diagnostic de cette maladie. Considérant en 

(1) Tanna^ capitale de la province de ce nom, a une population de 
14 000 habitants, est située dans la région transandine et à une altitude 
de 8500 pieds au-dessus du niveau de la mer. Elle jouit d'un climat 
doui, tempéré et uniforme. 

TL'BERCULOSE. — \\, io 



220 L. AVKNDA.^O. 

particulier la lésion existante dans le poumon droit, je dé- 
clarai que, d*après mon opinion, les bacilles installés à la 
surface cutanée de Tavant-bras, ne pouvant pas pénétrer 
dans les profondeurs de la région à travers la barrière in- 
franchissable que leur opposait Taponévrose, — obstacle 
puissant comme on le sait parfaitement, qui empêche la 
marche du micro-organisme spécifique de la tuberculose 
quand celle-ci se développe de la périphérie vers le centre, 
— ils avaient avancé par la voie lymphatique, beaucoup 
plus favorable à leur migration, et ils étaient arrivés au 
poumon où ils provoquaient un travail pathologique iden- 
tique à celui qu'ils avaient opéré à Tavant-bras. Cette opi- 
nion était confirmée par la circonstance que c*était le lobe 
moyen du poumon qui était principalement intéressé. L*on 
sait bien que les lymphatiques du lobe moyen ont do nom- 
breuses communications, par Tintermédiaire des lympha- 
tiques de la plôvre(t),avec ceux qui émergent des ganglions 
axillaires où tous les vaisseaux lymphatiques du membre 
supérieur vont se terminer; tandis que les lymphatiques du 
lobe supérieur du poumon sont en connexion avec ceux 
qui émergent des ganglions situés dans les régions latérales 
du cou; c*est ainsi qu'on s'explique pourquoi dans le cas 
actuel la tuberculose pulmonaire a débuté par le lobe 
moyen du poumon droit. El, du moment que dans l'état 
présent de nos connaissances le séjour dans un climat de 
hauteur est la thérapeuti(|ue la plus efficace contre la tuber- 
culose au début, je trouvais convenable que M. Valentine 
se rendit immédiatement à Tarma, qui, parmi les meilleurs 
endroits du département do Junin, est le plus proche de 
Lima. 

Les doctcursD... et II... acceptèrent mon avis, bien que le 
premier crût suffisant le séjour dans un port de mer pour 
arrêter la marche de la tuberculose commençante chez 
notre malade. 

L'opinion des docteurs F... et Y... futtoutà fait différente, 
et ils exprimèrent les doutes qu'ils avaient à l'égard de mon 

(1) Jarjava\, Cruvoilhior, Richdt, Reckliuj^hausen, His, MascafOii, 
Dydkowski, Saiichez Toledo. (La Enciclopedia Habana, t. III, n. 9. Tw 
f/ercuioftis axiiar, par le D** S. R. Montai vo.) 



INOCULATION TUBERCULEUSE d'uNE PLAIE. 227 

diagnostic. Pour eux, la lésionlocale n*étaitautre chosequ*un 
ulcère indolent dont la cicatrisation ne s'était pas effectuée 
à cause du tempérament lymphatique du sujet; et quant au 
travail pathologique du poumon, ils le regardaient comme 
un phénomène congestif, passif, indépendant de toute cause 
spécifique. 

Le docteurF... déclara que le fait de rindemnité du sommet 
du poumon, et Tunilatéralité de la lésion, excluaient la pos- 
sibilité d'une tuberculose. A ces raisons le docteur V... ajouta 
que leslabeursdeM. ValentineàThôpital étaient trop passifs 
pour avoir pu déterminer le développement d'une tubercu- 
lose. Les deux professeurs s^appuyaient en outre sur le man- 
que d*examen microscopique du pus, pour nier la spécificité 
de la lésion existante. Ils proposèrent de modifier la consti- 
tution du malade par le moyen d'un traitement tonique re- 
constituant (quina, fer),rapplication d'un vésicatoire volant 
pour combattre le processus congestif du poumon, et l'em- 
ploi de topiques stimulants pour activer la cicatrisation de 
l'ulcère. 

Après une courte discussion, il fut décidé de : 1» pratiquer 
Texamen microscopique du pus, comme le moyen le plus 
sûr de confirmer le diagnostic; â<> continuer l'emploi du 
régime thérapeutique déjà établi (iodoTorme, huile de foie 
de morue, alcool, etc.); 3"" appliquer un vésicatoire volant à 
la partie moyenne du poumon droit; et 4** tenter de nou- 
veau l'ablation de la lésion locale par le niclage et la cauté- 
risation avec le tbermo-caulère de Paquelin. 

Je pratiquai cette opération le 24, assisté par les docteurs 
R...etP...et suivant le manuel opératoire employé le 19. — 
L*eschare se détacha le 28, et à partir de ce jour on ne 
suspendit pas les pansements avec l'iodoforme. 

L*examen microscopique, pratiqué par le D^F..., démon- 
tra la présence, dans le pus de l'ulcère de M. Yalentine, 
d*un grand nombre de bacilles de Koch, caractérisés 
aussi par leurs réactions colorantes, suivant la mélhode 
d*Ehrlich, ce qui vint confirmer pleinement le diagnostic 
préétabli. 

Dès que le résultat de l'examen microscopique fut connu, 
je convoquai mes collègues à une nouvelle consultation, qui 



228 L. AVENDA.SO. 

eut lieu le 30, et à laquelle assistèrent les docteurs P..., D... 
et F... 

On vit dans cette féunion que vers la partie naoyenne de 
la solution de continuité il y avait une petite languette de 
tissu morbide, le reste se trouvait couvert d*abondants 
bourgeons charnus et envoie de cicatrisation. La lésion pul- 
monaire se trouvait presque dans le môme état qu*aupara- 
vant, la modification favorable que Ton observait étant très 
insignifiante. 

Après avoir rendu compte de ses investigations microsco- 
piques, le docteur F..., avec la loyauté qui distingue le véri- 
table homme de science, reconnut Texactitude du diagnostic, 
et fit en outre remarquer Tengorgement des ganglions épitro- 
chléens et axillaires, ce qui venait conQrmer Topinion que 
les bacilles avaient pris la route des lymphatiques pour ar- 
river jusqu*au poumon, et y provoquer un processus dont il 
fallait accepter la nature tuberculeuse, une fois la spécificité 
de la lésion locale mise en évidence. 

On décida qu*il fallait : f" détruire de nouveau la partie 
persistante du tissu morbide dans la plaie; â" insister sur 
le traitement déjà prescrit; 3« appliquer un vésicatoire vo- 
lant sur le poumon droit; et i° quo M. Valentine se rendit 
i\ Tanna, aussitôt que la plaie se montrerait en bonne voie 
de cicatrisation. 

Je pratiquai la destruction delà partie virulente deTulcère 
le l'"' juillet, avec Taide des docteurs P... et D..., ayant 
remarqué, apn>s Tablation avec le grattoir de tout le tissu 
morbide, que l'aponévrose sous-jacente était complètement 
saine. 

Le 16 du même mois, Tulcère s'étant transformé en une 
plaie présentant les caractères les plus parfaits, M. Valen- 
tine entreprit son voyage h Tanna. 

Peu de jours après son séjour dans cette ville, la solution 
de continuité se cicatrisa complètement, et le processus 
pulmonaire arrêta sa marche d'une manière telle que le 
malade se trouve aujourd'hui en pleine convalescence, 
comme le docteur P..., qui vit M. Valentine àXarma, vers 
le milieu d'octobre, a pu le constater. 



INOCULATION TUBERCULEUSE d'uNK PLAIE. 229 

Le moment est venu de démontrer que la lésion 
pulmonaire tuberculeuse qui affecta la santé de 
M. Valentine, fut consécutive à la lésion de Tavant- 
bras, et non primitive ; c'est-à-dire qu'elle se produi- 
sit par auto-infection des produits de la solution de 
continuité. 

Comme premier argument, Ton pourrait citer la 
lenteur de la cicatrisation de la blessure consécutive 
au furoncle initial, lenteur que Ton pourrait faire 
dépendre de quelque maladie générale antérieure. 
Mais on ne doit pas oublier deux circonstances : le 
tempérament lymphatique de M. Valentine, qui devait 
contribuer à retarder la cicatrisation ; et le trauma- 
tisme accidentel survenu peu de jours après la pre- 
mière incision (30 janvier) , — circonstances dont la 
funeste influence sur la marche des blessures est bien 
connue de tous. 

D'autre part, si la lésion pulmonaire avait été pri- 
mitive, et que ce ne fût que comme conséquence de 
celle-ci que la blessure de Tavant-bras se fût trans- 
formée en ulcère spécifique, on aurait remarqué 
dans le poumon les signes évidents d'une tubercu- 
lose avancée, et on n'en découvrit les signes ni au 
début ni dans tout le cours de la maladie ; tout au 
contraire, comme je Tai déjà dit, le 12 juin, j'acquis 
la complète conviction de Tintégrité des organes de 
l'appareil respiratoire de M. Valentine ; les premiers 
signes de la lésion pulmonaire ne s'étant présentés que 
le 19 (sept jours plus tard), ce qui démontre d*unc 
manière évidente que la tuberculisation du poumon 
fut consécutive. 

Il y a plus encore : la marche du bacille de la tu- 
berculose est différente, selon qu'elle s'effectue de la 



230 L. AVKNDARO. 

périphérie vers le centre ou dans le sens contraire. 
Dans les deux cas elle a lieu par la voie des lympha- 
tiques ; mais dans le premier, le bacille marche par 
les lymphatiques superficiels, en respectant la bar- 
rière de l'aponévrose ; il intéresse les ganglions qu'il 
rencontre sur son chemin, et il arrive rapidement aux 
viscères sans toucher les os ni les articulations. Dans 
le second cas, au contraire, les bacilles viennent des 
organes parenchymateux ; émigrant à travers les lym- 
phatiques profonds, ils intéressent la moelle des os, 
et ils provoquent le développement de tuberculoses 
osseuses et articulaires qui ne peuvent être décou- 
vertes que lorsqu'elles ont produit de grandes pertur- 
bations, et donné lieu a un nombre plus ou moins 
considérable de trajets fistuleux. Cette marche diffé- 
rente du bacille de Koch est d'accord avec les condi- 
tions spéciales de son activité, car pour vivre et se 
multiplier, il lui faut une température élevée, et il 
doit se trouver dans des organes où le sang soit 
abondant; ces conditions se réalisent dans les vis- 
cères, et particulièrement dans le poumon. 

C'est pourquoi, lorsque le microbe pathogène de 
la tuberculose se loge dans la peau, comme il ne peut 
pas pénétrer jusque dans les profondeurs de la région, 
il provoque la destruction casécuse des éléments qui 
la constituent (ce qu'on nommait autrefois f/angrène 
mo/écf/laire) /jusiiiiii ce qu'il trouve la voie lympha- 
tique qui doit le conduire aux organes parenchyma- 
teux. 

Quand on examine le développement de la maladie 
de M. Valentine, on voit que les bacilles ont marché 
dans son organisme de la périphérie vers le centre. 

Le cas présent est une preuve évidente, qui mérite 



INOCULATION TUBERCULEUSE d'uNE PLAIE. â.'H 

d'être ajoutée à tant d'autres qui sont déjà connues, 
de rinoculabilité et de la contagiosité de la tubercu- 
lose. C'est un exemple de contagion très remarquable. 

11 a aussi permis de contrôler les grands avantages 
du traitement pré-opératoire proposé et pratiqué la 
première fois par M. Verneuil. 

En effet, l'organisme de M. Valentine réunissait 
toutes les conditions favorables pour l'implantation 
et la germination du bacille de Koch : taille élevée, 
maigreur excessive , système osseux développé , épaules 
voussées, peu de capacité respiratoire; et cependant, 
grâce à l'usage de Tiodoforme, on parvint à stériliser 
le sang et à mettre les globules en état de lutter avan- 
tageusement avec les bacilles, qui devaient pénétrer 
en abondance dans le torrent circulatoire, une fois 
que le traumatisme opératoire leur eût frayé une large 
voie. Si M. Valentine avait été opéré avant de prendre 
riodoforme,j'ai la conviction qu'il se serait développé 
chez lui une tuberculose à marche rapide, ce qui fut 
évité grâce au traitement employé, si en accord avec 
les enseignements de la physio-pathologie expéri- 
mentale. 

Finalement, le cas actuel a révélé encore une fois 
le besoin d'établir dans les hôpitaux des salles spé- 
ciales pour soigner les tuberculeux. Le malade attaqué 
de tuberculose, comme j'ai eu l'occasion de le dire 
auparavant (1), quand il se trouve dans une salle d'hô- 
pital, est un danger constant pour les autres malades 
qui l'entourent. La faiblesse inhérente à leur état les 
rend aptes à acquérir une nouvelle maladie, princi- 
palement lorsqu'ils présentent quelque affection de 

(i) Xpuntes sobre la profilaxis lia la tuberculosis. (La Cronira me- 
dica, 2« ann., ISSo, n»» 16, 18 et lî>.) 



232 L. AVENDA510. 

Tappareil respiratoire, ou une solution de conti- 
nuité. 

La tuberculose est aujourd'hui classée parmi les 
maladies infectieuses, à Tégal du choléra, de la fièvre 
jaune, du typhus, etc. (1), et dans cette condition il 
y a des raisons plus 'que suffisantes pour employer 
contre elle, dans tous les cas, des mesures identiques 
à celles qu'on oppose aux progrès de celles-là : isole- 
ment, désinfection, etc. (Conserver les choses telles 
qu'elles sont aujourd'hui dans nos hôpitaux, est, 
non seulement blâmable, mais criminel ; c'est vou- 
loir méconnaître l'évidence des faits et le progrès de 
la science. 

Lima, le i6 novembre 1887. 



(I) Richard, Moyens de praliqwr la déninfeciion. — llongrès 
international d'hygiène et de démographie de Vienne. 



UN FAIT 

D'INOCULATION TUBERCULEUSE 

CHEZ L'HOMME 

PAR 

M. LB D' TUFFIBR 

CHIRURGIEN DfS HOPITAUX 



Les exemples d'inoculation tuberculeuse chez 
l'homme commencent à se multiplier depuis la com- 
munication de M. le professeur Verneuil à T Académie 
de médecine. Nous avons eu l'occasion d'observer 
deux cas intéressants à ce point de vue. 

Le premier a trait à une femme qui soignait une 
malade tuberculeuse et qui eut, à la suite d'une ulcé- 
ration chronique du doigt, une série d'abcès tuber- 
culeux, tout le long des lymphatiques du membre 
supérieur, puis une adénite tuberculeuse de l'aisselle, 
enfin une tuberculose généralisée. Malheureusement 
le fait de l'inoculation directe nous manque, car cettft 
malade ne sait sous quelle influence est survenu ce 
panaris (n* 20, salle Sainte-Cécile, hôpital Necker). 

Voici un second cas, plus important et par son 
origine qui est plus nette, et par l'intervention à la- 
quelle il a donné lieu. 



234 TUFFIER. 

Confusions multiples, — Plaie confuse de la région posférfh- 
int**rne du cou-de-pied droif, — Développement à ce niveau 
d'une ulcfhration tuberculeuse^ puis d'une fumeur blanche 
tibio-tai*sienne {probablement par inoculation), — Extirpa- 
lion de F astragale. — Guéri son. 

Bus..., 17 ans, marin, entré le !20 mars 1888. Salle Saint- 
André, n" M, Hôpital Necker. Service de M. Guyon, suppléé 
par M. Tuffier. 

C'est un garçon très fort, très vigoureux, très bien musclé, 
et dont les apparences n'ont rien à voir avec la scrofule. 
Ses antécédents d*ailleurs sont parfaits. — 11 est lils naturel 
d'une mère très robuste, il a toujours vécu au bord de la 
mer, n'a jamais présenté aucun accident imputable de près 
ou de loin à la strume et, depuis Tàge de 10 ans, il a sans 
cesse navigué, sans être un seiil jour malade. 

Le 3 septembre 1887, en revenant de la pèche de Terre- 
Neuve, faite dans d'excellentes conditions et pendant la- 
quelle il n'avait eu à souffrir en aucune façon (ses affirma- 
tions sont très nettes à cet égard), chute du haut de la mâture 
sur le pont : fractures multiples, qui guérirent parfaitement, 
et une plaie contuse de la face interne du cou-de-pied, qui 
fut l'origine des lésions actuelles. Après l'accident, B... fut 
placé dans une cabine étroite du poste des matelots, où il 
eut comme camarade de lit un malade qui depuis longtemps 
présentait des signes de tuberculose et une pleurésie puru- 
lente avec fistule pleuro-cutanée. Depuis le 3 septembre jus- 
qu'au 15 décembre, il fut enfermé avec ce malade dans cette 
atmosphère ultra-confinée, où les pansements les plus rudi- 
mentaires servaient indistinctement à tous les deux. 

Pendant toute la traversée, la plaie ne se cicatrisa pas et 
resta ulcérée : puis l'articulation tarsienne devint emp&tée et 
douloureuse : à son arrivée en France le malade fut transporté 
à l'hôpital de Granville, où on lui mit un appareil plâtré. 
Après un mois de traitement sans amélioration du côté de 
la jointure, il se rendit chez lui. Une fistule s*ouvnt en dehors; 
il entra alors à Ihùpital dAvranches, puis se décida enfin à 
venir dans notre service. 

A son entrée, le cou-de-pied présentait des altérations 



INOCULATION TUBERCULEUSE CHEZ L*UOMME. 235 

tellement nettes qu'on reconnaissait d'emblée une arthrite 
fongueuse ulcérée. Toute la région est volumineuse, irrégu- 
lièrement tuméfiée, saillante en avant; sur les parties laté- 
rales, les méplats malléolaires sont comblés; il en est do 
même de la région sous-calcanéenne. 

A la partie interne, ulcération superficielle ayant les di- 
mensions d'une pièce de 50 centimes, blafarde, à bords 
décollés, amincis; à la région externe et postérieure, deux 
fistules conduisent sur des fongosités et sur une dénudation 
osseuse. A la palpation, on sent que toute la région est en- 
vahie par une masse molle, presque fluctuante en certains 
points. Peu de douleurs spontanées, mais impotence fonc- 
tionnelle absolue. Quand on veut mobiliser Tastragale dans 
sa mortaise, on constate que les mouvements sont très 
limités et très douloureux, si bien que le pied dans la posi- 
tion mi-fléchie ne peut être placé à angle droit. 

Les parties avoisinantes du tarse, les ganglions du pli de 
Taine et les viscères internes, minutieusement examinés, pa- 
raissent indemnes; Tétat général est parfait. Kn nous basant 
sur cette intégrité des régions voisines et sur Tétat général, 
nous proposons la résection de Tarticulation tibio-tarsienne. 
Mais le malade est d*abord soumis, du ^20 mars au H avril, 
au traitement par Thuile de foie de morue, riodoformc et le 
phosphate de chaux. 

Le 6 avril, nous pratiquons 1 opération suivante : 

Incision de 7 centimètres en arrière de la malléole externe 
et parallèlement à elle. La gaine des péronicrs est remplie 
de fongosités qui sont méthodiquement grattées. On ouvre 
ensuite l'articulation, bourrée de masses fongueuses que 
Ton extirpe. On trouve alors l'astragale friable et présentant 
les points jaunes caractéristiques de la tuberculose; il est 
sectionné au niveau du col et extirpé en deux fragments. 
Le scaphoïde, le péroné, le tibia et le calcanéum paraissent 
intacts^ ainsi que leurs cartilages; leurs pourtours sont 
soigneusement examinés et grattés. — A la partie interne, 
incision de 10 centimètres parallèle à la malléole. Au niveau 
de l'ulcération, elle conduit sur la gaine du fléchisseur, 
remplie de fongosités qui s'insinuent en avant du tendon 
d*Achille et qu'on gratte aver soin. 



23C TUPnER. 

Toute la surface de la plaie paraissant saine, on place un 
drain transversal et on remplit la cavité d*iodofornie. Suture 
au crin de Florence, et le pied est maintenu à angle droit 
par un appareil plâtré. 

Suites bénignes; pas d'élévation de température, état 
général parfait. M. Bureau, interne du service, qui a bien 
voulu nous donner sur ce malade les renseignements qui 
nous manquaient, a fait le ^1 avril le premier pansement; 
pas une goutte do suppuration, les sutures sont enlevées, 
on laisse encore le drain, on applique un nouvel appareil 
plâtré. Après deux autres pansements, Tun le 6 mai, où on 
enleva le drain, l'autre le !2i, la guérison locale est achevée. 

Aujourd'hui, !25 juin, le résultat opératoire est parfait; 
pied solide, non douloureux, marche facile. Mais ce n*est là 
qu'un résultat opératoire. La date de l'opération est encore 
trop rapprochée pour nous permettre de nous prononcer 
au point de vue thérapeutique. 

Voici donc un liomme d'une vigueur remarquable, 
sans aucun accident strumeux, vivant habituellement 
dans un milieu qui représente Tantithèse des condi- 
tions capables d'engendrer la tuberculose. Atteint de 
contusions multiples, il est mis en contact immédiat 
et prolonge avec un tuberculeux atteint d'une pleurésie 
purulente et d'une tistule pleuro-cutanée. Toutes les 
lésions qui ne se compliquent pas d'ouverture de la 
peau guérissent sans encombre; une seule présente 
une plaie : cette plaie devient tuberculeuse, les gaines 
sous-jacentes se prennent, puis l'articulation. 

Il nous parait donc infiniment probable, car la 
certitude n'est pas de mise dans ces faits, qu'il y a 
eu chez notre malade inoculation directe du bacille 
pathogène. 



ÉTUDE EXPÉRIMENTALE 

DE L'ACTION 

DE QUELQUES AGENTS CHIMIQUES 

SDR LE DÉVELOPPEMENT 

DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE (I) 

PAR 

LB D' P. VILLBMIN 

PROSKCTECR A LA FACCLTR DB MBDRCINB DE PARIS 



Quoique venu un des derniers dans Tordre des dé- 
couvertes mierobiologiques, le bacille de la tuber- 
culose a été rapidement trouvé dans toutes les lé- 
sions qu'il entraîne, isolé et cultivé. Mais si Ton a 
poussé très loin Tétude de la partie analomo-patho- 
logique de son histoire, les difficultés de détail qui 
entourent sa culture en dehors de Torganisme ont 
arrêté momentanément le zèle des bactériologistes. 
D y a encore un autre écueil à ce genre de recher- 
ches, c'est la longueur des expériences. La culture 
du bacillus anthracis se fait en vingt-quatre heures 



(1) Cette étude n'est pas seulement le résumé de notre thèse 
inaugurale, soutenue sur 1*? même sujet; nous y avons ajouté les 
résultats de recherches destinées à combler les lacunes que nous 
avions involontairement laissées dans notre premier travail. 



et donne lieu à un nuage qui s'éjiaissit el tombe"! 
llocons au fond du bouillon tle culture douze heures 
après ; inoculez ce produit à un lapin et trenle-si\ 
heures d'incubation, quarante-huit au plus suffisent 
pour tuer l'animal, lin ce qui concerne le bacille de 
la tuberculose, trois semaines sont nécessaires pour 
sa culture et après inoculation aux animaux, il Taul 
attendre deux mois et plus pour assister à leur mort. 
La longueur de toutes cesopérationsnous a faitcher- 
(■lier une méthode, d'ailleurs applicable à toutes tes 
bactéries pathogènes, qui permit d'abréger toutes ces 
recherches. La première idée qui vient à i'esprii 
lorsqu'on veut étudier les modifications que subit DQ 
microbe en présence de substances chimiques di- 
verses, c'est d'iuoculerle parasite à un animal et de 
donner k ce dernier te produit à expérimenter soit 
par la voie digestive, soit par la voie sous-cutanée, 
soitpar la voie intra-veineuse. Evidemment c'est là le 
procédé le plus parfait, quoiqu'il soit encore entaché 
d'erreurs; car il y a lieu de tenir compte des récepti- 
vités variables des animaux pour le parasite, des lé- 
sions locales ou générales qu'entraîne l'introduction 
dans l'organisme d'un corps chimique qui a^it sur les 
propriétés vitales des tissus. Ce moyen a en outre 
l'immense avantage suivant: quelles que soient le? 
métamorphoses que subissent les agents chimiques au 
contact des humeurs, quels que soient leurs produits 
de décomposition finale, ilsagissent directement dans 
le milieu organique, soit par eux-nièmcs, soit par 
leurs dérivés. Si par cette méthode on arrivait d'em- 
blée k détruire le micro-organisme partout où il se 
loge, on aurait atteint du premier coup le but 
cherché. 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 239 

Mais comment expérimenter sur les animaux 
toute la série des corps cliimiquesqui composent les 
collections des laboratoires ? Pour chaque produit il 
faudrait au moins vingt animaux en expérience et 
nous avons dit plus haut qu'en fait de tuberculose 
plusieurs mois sont nécessaires pour avoir un résul- 
tat certain. Cette marche est donc impossible à suivre 
et puisque nous pouvons maintenant, grâce aux per- 
fectionnements de la technique bactériologique, cul- 
tiver la plupart des microbes dans des milieux arti- 
ficiels, in vifro, nous pensons que c'est par là que 
doit débuter toute expérience. 

Ce premier pas une fois franchi, il est permis d'éli- 
miner tout de suite une grande quantité de corps 
chimiques qui n'entravent en rien le développement 
de la bactérie cultivée. Il ne reste plus alors qu'un 
nombre restreint de substances qui ont arrêté toute 
prolification ; parmi celles-ci il est tout naturel de 
choisir celles dont les doses minima ont été effec- 
tives; on les fait alors absorber à des animaux ma- 
lades après avoir déterminé sur les animaux sains 
leur degré de toxicité ; c'est seulement à cette seconde 
phase de l'expérience que l'on pourra juger si l'ad- 
ministration continue et répétée de l'agent chimique 
donne lieu à une intoxication chronique nuisible ou 
préservatrice. 

Comme on le voit, le problème est complexe ; il 
comprend deux parties : une expérience dans un mi- 
lieu inerte, une expérience dans un milieu vivant. 
Nous n'avons fait qu'ébaucher l'étude de la première 
étape, celle qui consiste à éliminer une série de pro- 
duits sans action sur le bacille et à attirer l'attention 
sur quelques-uns qui arrêtent ou contrarient son 



242 p. VILLEMIN. 

du tube à rejeter. Les tubes, contenant des liquides 
volatils, ont été de plus bouchés au liège et plongés 
dans la paraffine fondue par leur extrémité supé- 
rieure, pour éviter la dissémination des vapeurs 
dans Tétuve. 

Nous avons expérimenté plus de 130 corps chi- 
miques et inoculé près de 1000 tubes à culture. 
L'essai d'un certain nombre de produits nous a été 
interdit it cause de la constitution de nos milieux 
nutritifs : en effet, les peptones précipitent par le 
chlore, le tannin, les chlorures de mercure, les sels 
(for et de platine ; le sel marin introduit dans le 
bouillon précipite les sels d'argent. Voilà donc trois 
antiseptiques puissants, le sublimé, le nitrate d'ar- 
gent d'une part et de l'autre le tannin, dont les ex- 
périences (le Raymond et Arthaud ont montré la 
valeur au sujet de la tuberculose, qu'il nous a été 
impossible d'étudier. 

Un certain nombre de corps mis en contact avec 
la gélose glycérinée l'ont liquéfiée, comme l'acide ar- 
sénieux, Tacide lactique, l'acide tartrique; d'autres 
ont produit un précipité abondant, soit à la surface, 
comme le brome et le sulfure de carbone, soit dans 
toute la niasse, romnie les silicates de potasse et de 
soude, le perchlorure et le sulfate de fer, les chlo- 
rures (le palladium, de zinc, de cadmium, d'étain. 

Hi/drofjhiv. — Le bacille de la tuberculose étant 
un aérobie, nous n'avons point songé à le placer 
dans rhydrog(Mie pur : un courant de gaz purifié a 
simplement passé dans les tubes à air libre, et s'est 
mélangé avec celui qui y était contenu. Nulle appa- 
rence de culture au bout de trois semaines. 



DÊV£LOPP£METr DV BACIU.E DE LA Tl'BERCdLOSE. 243 

Acide carbonique. — Protoxyde d'azote. — Per- 
oxyde d'azote. — Dans les mêmes conditions, résul- 
tats négatifs. 

Acide sulfureux. — Plusieurs gouttes d'une solu- 
tion aqueuse saturée ont été instillées au fond des 
tubes. La matière inoculée était donc simplement au 
contact du gaz dégagé de cette solution à la tempé- 
rature de Tétuve. Toute dose supérieure à une seule 
goutte empêche la culture. 

Iode. — Des cristaux d'iode, nageant dans la 
partie liquide qui se produit toujours après la soli- 
dification de la gélose, n'ont pas entravé le dévelop- 
pement du microbe. Il y a néanmoins lieu de se 
demander si la matière organique, coagulée autour 
du cristal, n'a pas empêché la dissémination des 
vapeurs dans le tube. 

lodure de potassium. — Quand le milieu contient 
4 d'iodure de potassium, résultat négatif. Pour toutes 
les doses inférieures, la culture se développe assez 
bien, même au bout du dixième jour. 

Bromures de potassium, de sodium et d* ammonium. 
— Le développement s'y fait à peu près comme dans 
les tubes témoins. 

Acide lujdrofluosiUcique. — Il nous a donné des 
résultats remarquables: quinze tubes ont reçu des 
doses variables de ce produit; jamais nous n'avons 
vu la moindre trace de développement: la strie d'i- 
noculation était à peine visible et complètement 
transparente. Pour les doses élevées, il est certain 
que le milieu devenu acide était naturellement im- 
propre à la culture, mais à celles de ^ et g^ Talcali- 
nité de la gélose n'a point été changée. 

Fluovlicate de potasse. — Pour éviter à coup sûr 



de rendre le milieu acide, nous avons esli 
alcalin, qui exige 830 [«arties d'eau froide; dans un 
milieu qui eu est saturé, il n'y a point de culture. 

Fltiosilicute de soude, de fer, — Ces deux derniers 
ont donné le même résultat que le précédenl. 

Fluoborale de sonde. — La parenté chimique de 
ce sel avec ceux que nous venons de citer nous don- 
nait des espérances qui ont été complètement déçues: 
les cultures y sont prospères. 

Fluorure de sodium. — Le développement com- 
mence à se faire quand le milieu n'en renferme 
que ^. A ^, il est d'ailleurs très peu marqué. 

Phosphore. — Comme pour l'iode, nous avons 
laissé tomber dans les tubes des fragments de phos- 
phore blanc : quoique à la température ordinaire il 
émette des vapeurs alliacées très appréciables, la 
culture ne s'en est pas moins faite et a présenta un 
développement remarquable. 

Acide arsfinicux. — 11 faut descendre à la dose 
de ,^ pour voir un faible accroissement du bacille. 

Arséniale de soude. — Dans la liqueur de Fowler, 
même k la dose de dix gouttes pour o grammes de 
gélose, le développement se fait bien. 

Tarlrate double d'antimonyle et de potassium. — 
Use fait, dans les tubes contenant de l'éraélique, un 
précipité blanc au-dessus duquell'inoculation échoue. 

Acide borique. — Il semble être nuisible à l'évo- 
lution du bacille. Sur dou/c tubes, un seul n'en con- 
tenant que ~ a donné l'apparence d'un début d'ex- 
tension au delà du point inoculé. 

Biborale de soude. — A ,^, résultat négatif ; à ^. ctd- 
ttire médiocre ; à ^, culture très belle. 

Silicate dr soude. — Il donne im précipité tlocon- 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 24o 

neux au fond des tubes : la gélose restée transpa- 
rente est fertile : si au contraire le précipité atteint la 
surface, Tinoculation reste stérile. 

Azotate de potasse. — Quelle qu'en soit la propor- 
tion, les cultures sont prospères. 

Azotite de potasse, — Développement médiocre à 
la dose de 0,05 centigrammes par tube de gélose. 

Chlorate de potasse. — Comme le précédent. 

Polysulfure de potassium. — Développement abso- 
lument nul dans dix tubes qui en contenaient des 
proportions variées. Il est probable que ce composé 
est une source d'hydrogène sulfuré. 

Alun dépotasse. — Accroissement ralenti et mé- 
diocre. 

Acétate de soude. — A 5J5, une maigre culture ap- 
paraît. 

Hypostdfite de soude. — Quatre tubes sur six ont 
donné lieu à un développement précaire. 

Phosphate de soude. — Phosphomolybdate de soude. 
— Les cultures s'y font très bien et rapidement. 

Sulfite de soude. — Quoique retardées, elles pro- 
lifèrent. 

Sulfate de soude. — Elles sont assez belles. 

Sulfovinate de soude. — Elles sont moins étendues. 

Ammoniaque. — Les vapeurs ammoniacales en- 
travent tout développement. 

Alun ammoniacal. — Les cultures commencent à 
naître quand le tube ne contient que 4 ^^ cet alun. 

Azotate, chlorhydrate et sulfate d'ammoniaque. — 
La prolifération est bien apparente, plus dans le 
second de ces sels que dans les autres. 

Chlorure de strontium. — Donne un précipité : à 
la surface, la culture s'établit presque normalement. 



2^6 P. VILLKMIN. 

Chlorure de lithium. — A la dose de ^^ l'inocula- 
tion donne une colonie assez étendue. 

Chlorure (f aluminium. — Ne gêne en rien la cul- 
ture. 

Sulfate d'alumine. — 5 centigrammes liquéfient 
le milieu. Développement à peine appréciable à ^. 

Sulfate de magnâsie. — Culture de peu d'étendue. 

Chlorure de manganèse. — Donne un précipité 
louche : à r^^ la culture se réduit à un point que nous 
ne saurions affirmer être de nouvelle formation plu- 
tôt que la parcelle inoculée. 

Tartrate de fer et de potasse. — Nous avons obtenu 
des résultats contradictoires dont nous ne pouvons 
tirer aucune conséquence. 

Stannate de soude. — A dose élevée, donne un 
précipité; k.^^ accroissement faible, mais très appa- 
rent A ^. 

Sulfate et lactate de zinc. — Lorsque les tubes ne 
contiennent plus (|ue 2 centigr. de sel pour 5 grammes 
d'agar-agar, la culture commence à naître. 

Sulfate de cuivre. — Aux doses que nous avons 
employées, développement nul. Resterait à détermi- 
ner s'il en est de môme pour des proportions plus 
faibles. 

Sulfate de nickel. — Culture extrêmement mé- 
diocre a 5^5 seulement. 

Azotate et chlorure de cobalt. — Développement 
appréciable. 

Alun de chrome. — Le microbe y prolifère. 

Bichromate d'ammoniaque. — Sur six tubes, six 
résultats positifs. 

Bichromate de potasse, — Expériences contradic- 
toires ; mais il est probable qu'il doit se comporter 



dêvetjOppement du bacille de la tuberculose. 247 

comme le précédent et ne pas entraver le développe- 
ment du bacille. 

lodnre mercurique. — On sait que le biiodure de 
mercure est très peu soluble : une partie exige 150 
parties d'eau froide. Nous en avons mis en excès dans 
les tubes qui, à la quatrième stérilisation, s'en sont 
saturés dans toute la masse. Toujours le développe- 
ment de la colonie a pu se faire. 

Azotate d'urane. — Très médiocre à ^, la culture 
est notable à nk- 

Tungstate de soude. — A toute dose, résultats posi- 
tifs mais médiocres. 

Séléniate de soude. — Identique au précédent. 

Chlorure de platine. — Employé à la dose de ^ et 
^, il ne donne pas de précipité et laisse bien se dé- 
velopper la colonie. 

Cyanure de potassium. — Gélose stérile à 555, fer- 
tile à ^, 

Sulfocyanure de potassium. — Le bacille de la 
tuberculose y cultive très bien, même dans les mi- 
lieux à 155. 

Ferrocyanure de potassium. — Il en est de même 
pour le ferrocyanure alcalin. 

Ferricyanure de potamum. — Le développement 
y est des plus faibles. 

Alcool éthylique. — Les vapeurs d'alcool ne sem- 
blent pas entraver outre mesure les cultures. 

Alcool méthylique. — Leur marche y est beau- 
coup plus lente, a même été nulle dans la moitié 
des cas. 

Ether. — Le développement ne fait que commen- 
cer au neuvième jour. 

Carbamate d'éthyle. — Pour une dose de 5 ceu- 



ligrammes d'urétliaiie iJaus 5 grammes i 

les lubes restent stériles. A fès^, la culture est très 

belle. 

Chloroforme. —Les cultures y sont maigres, mais 
manifestes au neuvième jour. 

lodoforme. — Pour nous rendre compte de son 
action, nous, avons mis de l'iodoforme (inement pul- 
vérisé en suspension dans l'agar, de façon fi le rû- 
partir dans la masse aussi bien que possible un 
moment du refroidissement. Dans d'autres lubes, 
nous nous sommes contenté de le répandre à la sur- 
face. Dans (juelqucs-uns. nous avons versé de l'éther 
iodoformé ; l'éllier s'évaporant, l'iorloforme porpby- 
risé se trouvait très également réparti dans la gé- 
lose. Chaque fois que nous avons mis une nouvelle 
série de tubes à l'étuve, nous en avons introduit un 
certain nombre à l'iodoforme, et sur les vingt mis eu 
expérience, nous avons constaté un retard constant 
dans l'éclosion de la culture qui reste médiocre, mais 
n'en est pas moins évidente. Toujours les tubes on! 
permis de sentir l'odeur pénétnintc du corps en sus- 
pension. 

Chlorul. — Le bacille cultive même quand le rai- 
lieu contient T^, de cbloral. 

Aldéhyde. — Trois fois sur cinq l'inoculatioa a 
réussi. 

Acétone. — Il en a élé de même dans la moitié 
des cas. 

Acide acétique. — La stérilité absolue des lubes 
y tenu à l'aridité du milieu de culture; lorsque la 
lose a été réduite, l'acétate de soude formé a ajri 
iomme ailleurs. 
■ Tartrate acide de /lO/assiiim. — Tavtiate neutre de 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 2i9 

potassium. — Le bacille y prospère aussi bien que 
dans les tubes témoins. 

Acide oxalique. — Après avoir précipité les sels 
de chaux du milieu nutritif, il n'a sous forme d'oxa- 
late de chaux nullement entravé la culture. 

Oxalate neutre de potasse. — Trois résultats posi- 
tifs contre deux négatifs. 

Essence de térébenthine. — Les cultures sont de 
faible étendue. 

Benzine. — Le développement s'effectue avec une 
grande lenteur dans la vapeur de benzine, et est à 
peine apparent au bout de trois semaines. 

Nitrobenzine. — Il se fait à peu près dans les 
mêmes conditions. 

Terpine. — Prolification peu abondante, mais 
réelle ; il est bon de savoir qu'elle n'est soluble que 
dans 200 parties d'eau froide. 

Terpinol. — Elle s'y produit assez bien. 

Camphre. — Mauvais antiseptique contre le bacille 
de la tuberculose, qui se développe dans ses vapeurs. 

Bromure de camphre. — Les cultures y viennent 
très bien. 

Acide phénique. — Très belles cultures dans toutes 
les dilutions essayées, depuis ^ jusqu'à fo- 

Phénate de soude. — Nous ignorons pourquoi 
l'inoculation ne nous a donné qu'une strie blan- 
châtre de médiocre étendue. 

Huile d'aniline. — N'entrave en rien le dévelop- 
pement du bacille. 

Acétaniiide. — Idem. 

Acétophénone . — Une ou deux gouttes n'empê- 
chent pas la culture : dans des vapeurs plus con- 
centrées, elle ne se fait point. 



*iî)0 1». VILLKMIN. 

Benzophénone. — Ce corps est insoluble dans 
Teaii, mais légèrement volatil. Le bacille prolifère 
bien à la surface de Tagar. 

Aride picriquc. — Quoique donnant un léger pré- 
cipité, toute la masse de gélose prend une teinte 
jaune uniforme. Trois fois sur cinq, nous avons pu 
voir Textension de la culture autour de la strie 
d*inoculation. 

Résorrhifi. — Deux tubes seulement sur six sont 
restés stériles. 

Toluène. — Dans les vapeurs de toluène, trois 
tubes seulement sur quatre ont montré une médiocre 
iHdture. 

Créosate. — Ses vapeurs n'entravent pas l'exten- 
sion du bacille à la surface de l'agar. 

Acide henzmque. — En faible concentration, il laisse 
aux cultures prendre une très belle apparence : à 
T^ et âiô, il y a arrêt. 

Benzoate de soude. — Les mêmes remar([ues sont 
applicables à ce sel. 

Aeide salir y ligue. — Il ne géno en rien l'extension 
du microbe, mcme à ,4. 

Salicylate de soude. — Idem. 

Aldéhyde saliry tique. — Idem. 

Sulfite salir f/l sodium. — Faible développement. 

Salol. — Idem et seulement à i^. 

Aride pyrof/al tique. — En absorbant de Toxygcne 
il donne à la gélose une teinte noirâtre : à la surface 
on distingue néanmoins l'extension lente de la cul- 
ture. 

Naphtol a. — ISaphtol fi. — La gélose saturée de 
-chacun d'eux est restée stérile. 

Naphtaline mononitrh. — Naphtylsulfite de soude. 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 251 

— Si la première, insoluble, ne nous adonné que des 
résultats douteux, les cultures se sont montrées très 
prospères sur le naphtylsulfite de soude, sel au con- 
traire très soluble dans Teau. 

Naphtaline. — Il en est de même pour celle-ci : le 
bacille se développe à côté des fragments de naph- 
taline dans des tubes qui en exhalent une forte 
odeur. 

Huile de naphte. — Dans les vapeurs qu'elle émet, 
le développement du bacille parait seulement amoin- 
dri. 

Essence d'eucalyptus. — Dans Tatmosphère sa- 
turée de cette essence, le microbe s'étend d'une 
façon manifeste. 

Eucalyptol. — Il en est de même pour ce dernier, 
quoique l'extension soit moins active. 

Menthol. — Il semble beaucoup plus efficace que 
les deux précédents : la raie d'inoculation n'apparaît 
que comme une strie blanche à peine perceptible. 

Thymol. — Développement très appréciable. 

Acide nicotique. — 11 est complètement entravé, 
mais nous avons omis de constater la réaction du 
milieu de culture au papier de tournesol. 

Antipyrine. — Le bacille y cultive d'autant mieux 
que la dose est plus faible. 

Sulfate de quinine. — Aux doses très faibles i.^) 
qui permettent la dissolution, la colonie est prospère. 

Chlorhydrate de morphine. — Milieu difficile à 
stériliser et qui ne nous a donné que des bactéries 
étrangères. 

Chlorhydrate de cocaïne. — Les cultures y sont 
tellement belles, qu'il semble plutôt les favoriser que 
leur nuire. 



H. VILLEMIN. 



Coumarine. — Ici au contraire elles onl 
été très médiocres. 

Caféine. — iS'aiTèle nullement les progrès de la 
végétation bacillaire. 

Coniférine. — Très belle culture. 

Urée- — A cide urique. — Tous deux ne sont nul 
meut défavoi-ables ta l'extension des colonies, 

Leucine. — Cette substance nous a donné des ré- 
sultats tout à fait surprenants. Les cultures y sont 
extrdordinaircment luxuriantes; ce sont les plus 
belles que nous ayons obtenues. Aussi pensons-nous 
qu'il est bon d'ajouter un supplément de leucine à la 
faible quantité qui se trouve déjà naturellement 
dans le bouillon, si on veut obtenir un beau résui 
dans la culture du bacille de la tuberculose. 



i La 



Four résumer ce qui précède, nous pouvons classer 
dans l'ordre suivant nos résultats : 

Il est un certain nombre d'agents chimiques qui 
n'enti'avent en rien la culture du bacille de la tuber- 
culose et où les colonies se développent d'une façon 
remarquable: ce sont : 



4 

iser ^ 



Acide henztiîi]ue. 

Acide phéni<)ae. 

Acide lalicylique. 

Acide urique. 

Aldélivde salicy- 
lique. 

Beiizoate de soude. 

SuKocyaaure de po- 
tassium. 

Tartrate acide de 
potassium. 



Riborate de soude. 
Bromure de camphre, 
Cliloral. 
Cblorliydrate de r.o- 

ConifÉriiie. 
Kerrocjanure de po- 

lassium. 
Tiiilrate [leulrede po- 

llrée. 



Huile d'auiline. 

Phosphate de souile. 
Pb o Bp honi ol V bd a Le d« 

soude. 
PItosphore bl 
Salicylateile. 
IJrAUiaiie. 



Une seconde catégorie comprend ceux où lesoultU' 



fOU, 

iiile. 
,ed« 

% 

■ullii- ' 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 253 

res sont évidentes, mais moins prospères et plus 
lentes à se mettre en train : 

Acétanilide. Bromure de sodium. lodure de potassium. 
Acétone. Caféine. Lactate de zinc. 
Aldéhyde. Camphre. Naphtaline. 
Alan ammoniacal. Chlorate de potasse. Naphtylsulfite de sou- 
Alun de chrome. Chlorhydrate d'am- de. 
Antipyrine. moniaque. Séléniate de soude. 
Arséuiate de soude. Chlorure d'aluminium. Stannate de soude. 
Azotate d'ammo- Chlorure de cobalt. Sulfate d'ammonia- 

niaque. Chlorure de lithium. que. 

Azotate de cobalt. Chlorure de platine. Sulfate de quinine. 

Azotate de potasse. Chlorure de stron- Sulfate de magnésie. 

Azotate d'urane. tiuni. Sulfate de soude. 

Benzophénone. Essence de térében- Sulfate de zinc. 

Bichromate d'am- thine. Sulfite de soude. 

moniaque. Essence d'eucalyptus. Résorcine. 

Biiodure de mercure. Eucalyptol. Terpine. 

Bromure d'ammo- Ferricyanure de po- Terpinol. 

nium. tassium. Thvmol. 

Brom.depotoi^siuni. Fluoborate de soude. Tungstate de soude. 

D'autres semblent amener un retard notable dans 
le développement du bacille ; même quand les tubes 
d'agar en contiennent une faible dose Téclosion est 
peu appréciable : 

Acétate de soude. Chloroforme. Menthol. 

Acétophénone. Chlorure de manga- Nitrobcnzine. 

Acide arsénieux. nèse. Phénate de soude. 

Acide borique. Coumarine. Oxalate neutre de po- 

Acide picrique. Créosote. tasse. 

Acide pyrogallique. Cyanure de potas- Salol. 

Acide sulfureux. sium. Sulfate d'alumine. 

Alcool éthylique. Ether. Sulfate de nickel. 

Alcool métbylique. Fluorure de sodium. Sulfite salicyl sodium. 

.Vlun de potasse. Huile de naphte. Sulfovinate de soude. 

Azotite de potasse. Hyposulfite de soude. Toluène. 

Benzine. lodofonne. 

Enfin il en est un petit nombre qui stérilisent com- 



:254 p. VILLEMIN. 

plètement le milieu, du moins aux doses employées 
et que nous avons indiquées précédemment ; ce sont : 

Acide hyfJrofluo. Fluosilicate de soade. Tartrate double d'an- 

Silicique. iNaphtol a. timonyle et de po- 

Ammoniaque. Napbtol p. tassium. 

Fluosi licite de fer. Polysulfure de polas- Sulfate de cuivre. 
Fitiusilic. dépotasse. sium. 

Le bacille de la lubcrculose présente une résistance 
vitale considérable; on peut retarder son développe- 
ment, faire que sa prolification s'accomplisse avec 
une grande lenteur; on ne peut que difTcilement 
Tarrêler complètement. 

Un grand nombre de corps chimiques semblent 
lui ôtrc indifférents, et il est inutile de chercher dans 
notre seconde catégorie, à plus forte raison dans la 
première, un agent capable d'empêcher sa pullula- 
tion dans l'organisme. 

Beaucoup d'autres paraissent le gêner plutôt que 
le vaincre, ot toutes les substances que nous avons 
rangées dans notre troisième groupe sont à expéri- 
menter de nouveau, mais tilors sur une plus grande 
échelle et surtout en prolongeant la durée d'incubîi- 
tion des cultures : cola permettra de vérifier si la 
nature du milieu ne fait (|u'apporterun retard à l'ex- 
tension (lu bacille» ou si après une légère poussée la 
colonie finit par s'étioler et s'éteindre. 

Knfin le dernier grou|)e com|)rend quelques subs- 
tances qui ont entravé entièrement la culture : ce 
sont elles qu'il est maintenant facile, vu leur petit 
nombre, d'expérimenter sur les animaux. L'élimina- 
tion que nous avons faite» ainsi de tous les agents qui 
se sont montrés infidèles |>ermef de poursuivre l'étude 
d'un nombre restreint de substances sur le milieu 



DÉVELOPPEMENT DU BACILLE DE LA TUBERCULOSE. 255 

vivante sur Tanimal malade. C*est une autre série 
d'expériences que nous avons déjà commencé d*en- 
treprendre. 

Nous ferons encore remarquer combien on pour- 
rail se méprendre en tentant la cure des tuberculoses 
par un certain nombre de substances chimiques ré- 
putées très antiseptiques; elles le sont effectivement, 
mais pour d'autres espèces bactériennes ; l'expérience 
clinique de tous les jours montre que le biiodure 
de mercure, Tacide benzoïque, Tacide salicylique, le 
borax, sont des médicaments qui tuent les germes de 
Tair dans les plaies et ailleurs, les microcoques de la 
suppuration et quantité d'autres bactéries; mais nous 
croyons pouvoir affirmer que leur efficacité est nulle 
contre une espèce particulière, le bacille de la tuber- 
culose. 

On s'étonnera peut-être encore de nous voir ran- 
ger, parmi les substances qui n'arrêtent pas le déve- 
loppement du bacille, l'essence d'eucalyptus et l'eu- 
calyptol, par exemple, dont beaucoup de cliniciens se 
sont merveilleusement trouvés dans le traitement de 
la phtisie pulmonaire. Mais il est une chose que beau- 
coup de thérapeutes semblent oublier, c'est que chez 
le phtisique à forme chronique il n'y a pas que l'in- 
fection bacillaire, il y a des ulcérations, des sortes de 
fistules pulmonaires par lesquelles les produits de 
destruction du parenchyme sont expectorés au de- 
hors : les microbes de \a suppuration, les microbes 
de l'air y pénètrent, trouvent de nombreuses surfaces 
dénudées, s'v cultivent et vivent en très bonne inlel- 
ligence à côté du bacille, sans lui nuire. 

II suffit pour s'en convaincre d'examiner un crachat 
de tuberculeux : si avant d'employer la niélhode de 



256 P. VILLKMIN. 

décoloration |)ar les acides qui fait disparaître lonlcs 
les autres bactéries, on colore le crachat nar les cou- 
leurs d'aniline, on y trouve à côté de Tagenl spécifique 
de nombi'cusos variétés de microcoques et de bacilles 
de toute espèce, qui ne sont pas, croyons-nous, un 
facteur à négliger dans révolution de la phtisie chro- 
nique. Or Teucalyplol, les essences, sont des balsa- 
miques dont la voie d'élimination se fait en partie 
par le poumon ; il est fort probable qu*ils agissent sur 
toutes ces bactéries, étrangères si Ton veut à la ma- 
ladie principale, mais auxiliaires du microbe <le la 
tuberculose dans leur œuvre de destruction. 



OBSERVATIONS CLINIQUES 

SUR LE TRAITEMENT 

DE LA PHTISIE PULMONAIRE 

PAR L'ACIDE FLUORHYDRIQUE 



PAR 



R. LÈPINE ET PALIARD 

l*R(>FKSSi:rR A LA FACrLTK INTERNE DES HOPITAirX 

DK MKDEflNK DE L\ON. DB LYON. 



L'important rapport lu par M. Hérard à rAcadémie 
de médecine sur le traitement de la phtisie par les 
inhalations d'acide (luorhydrique, se termine par la 
phrase suivante : « Nous nous croyons en droit de 
conclure que les inhalations d'acide (luorhydrique 
possèdent une action thérapeutique incontestable, 
quand la phtisie n'est pas parvenue à une période 
trop avancée. -> 

Bien que cette médication n'ait pas jadis donné à 
MM. Bouchard et Charcot des résultats favorables, 
la grande autorité de M. Hérard nous a encouragés 
à en poursuivre l'essai avec persévérance. Sur no- 
tre demande, M. Détroyat, administrateur de l'Hôtel- 
Dieu de Lyon, a bien voulu nous faire construire 
une cabine parfaitement appropriée, d'une capacité 
de 9 mètres cubes, et à la partie supérieure de la- 

TUBERCULOSE. — IL H 



2:i8 u. LÉPiNK hrr hauard. 

quelle arrive, par une pomme d'arrosoir, l'air ayant 
barboté à travers Tacide fluorhydriqnc. Plus denses 
que Tair atmosphérique, les vapeurs d'acide fluorhy- 
drique descendent en se mélangesnit à Tair, ainsi 
(ju'il est facile de s'en convaincre à simple vue, les 
vapeurs fluorliydriques présentant une certaine opa- 
cité. 

Effets immédiats. — Après quelques tâtonnements, 
nous avons pu nous convaincre que la proportion 
nuu'ima de vapeurs que les malades pouvaient sup- 
porter sans inconvénients est celle que renferment 
250 litres d'air, ayant barboté pendant M) minutes 
à travers une couche de 8 centimètres d'acide fluor- 
hydricjue du commerce, c'est-à-dire d'une solution 
renfermant probablement 30 à iO p. 100 environ 
d'acide anhydre. C'est cette proportion que nous 
avons toujours employée. Si elle était plus forte, 
les malades se plaif^naient d'un picotement fort dés- 
ajçréable de la mucpieuse nasale et de la conjonc- 
tive. Encore certains d'entre eux étaient-ils obligés, 
avec la proportion sus-indiquée, de fermer les yeux 
et de se pincer le nez pour éviter une sensation 
pénible. (irAce à cette |)récaution, tous les malades 
pouvaient demeurer 20 minutes à une demi-heure 
dans la cabine. Au début, ils éprouvaient un peu de 
suffocation, mais ils s'y habituaient vite et accusaient 
plus lard une sensation de « fraîcheur dans la poi- 
trine ». La toux et l'expectoration étaient augmen- 
tées pendant le séjour dans la cabine. 

Effets consécutifs. — Après leur sortie de la ca- 
bine, les malades se trouvaient en général moins op- 



INHALATIONS d'aCIDE FLUORHYDRIOUE. 20^ 

pressés, el ils éprouvaient une sensation de mieux- 
être pendant un temps variable (une demi-heure au 
moins en général): de plus, ainsi que Ta parfaite- 
ment noté M. Hérard, les malades ont davantage 
d'appétit après les inhalations. Cet effet est surtout 
accusé au bout de quelques jours. Certains malades 
dorment mieux, probablement parce qu'ils toussent 
moins la nuit. Quant à la fièvre, si elle existe, et aux 
sueurs, elles ne nous ont pas paru modifiées. 

OBSERVATIONS CLINIQUES 

Nos observations sont au nombre de 17. Sur ce 
nombre, 4 malades étaient porteurs d'excavations. 
Bien que leur état fût désespéré, nous n'avons pas 
cru devoir les priver du bénéfice éventuel de la mé- 
dication. Pour être complets, nous relatons ici leurs 
observations sommaires, mais sans vouloir en tirer 
une conclusion défavorable à la méthode. 

Obs. I. — 24 ans, chaudronnier, entré le 3 février 1888. 

Bonne santé antérieure: début de la maladie il y a 
qaiuze mois environ. Amélioration au mois de mai 1887; 
a recommencé à tousser il y a quatre mois ; aggravation 
depuis six semaines : toux fréquente, expectoration abon- 
dante, striée de sang, fièvre. 

A son entrée, malade très pâle, très maigre, perte absolue 
des forces, inappétence, fièvre. 

Ramollissement du sommet gauche, avec petite caverne 
en arrière. Nombreux craquements secs à droite en avant et 
en arrière. 

Début des inhalations le 4 février. Poids 44 k. 850. 

13 février, Poids 43 k. 900. — Aggravation progressive. 

Décès le 20 mars. Les inhalations avaient dû être suspen- 
dues à la fin de février. 



2(>0 U. LÉPINK KT PALIARD. 

Obs. II. — Comptable âge de 65 ans. Entré le 7 mars 1888. 

Pas d'antécédents hér<*ditairos ; tousse depuis une dizaine 
d'années, a maigri depuis cinq ans. Il y a deux ans que la 
toux a augmente beaucoup. Aggravation surtout depuis un 
mois et demi. 

A son entrée, amaigrissement très marqué, toux très fré- 
quente avec expectoration surtout muqueuse. L'appétit est 
diminué. 

Au thorax : respiration un peu obscure, expiration généra- 
lement prolongée ; aux deux sommets, craquements humides 
plus nombreux s\ gauche. 

JK'but des inhalations U* 8 mars, Poids 49 k. H50. 

Les premiers jours, Tappétita été un peu augmenté, mais 
la toux et la dyspnée n'ont pas été modiflées; les syni- 
ptom«*s physi([ui*s sont allés vn s'aggravant. 

Mort le 10 avril. 

Uns. III. — !2() ans, mécanicien, entré le 10 février. 

Pas d'antécédents héréditaires. Lui-même aurait joui 
d'une bonne santé; excès alcooliques nombreux. 

A commencé à tousser il y a seize mois. La marche de 
l'airoction a été assez lente. L'an dernier, en été, il fut très 
amélioré par un séjour à la Croix-Housse, où on ne lui fit 
pas de traitement spécial. Cette amélioration n'a été que 
de courte durée : il y a un mois qu'il a dû suspendre son 
travail. Pas d'hémoptysie. 

A son entré»', amaigrissement considérable. Peu d'oppres- 
sion; expectoration abondante; sueurs nocturnes. 

Au thorax, ^Tande excavation au sommet gauche. Ramol- 
lissement au sommet droit. 

1 1 février, P. .')!2 k. 500; début des inhalations. 

!2i», P. 5î2 k. On cesse les inhalations, le malade est devenu 
trop faible et ne peut plus les supporter. 

Mort le 9 mars. 

Ohs. IV. — 26 ans, corroyeur, entré le 10 mars 1888. 
Bonne santé antérieure; sa femme est morte au mois de 
mai 1887 de tuberculose pulmonaire. 



INHALATIONS d' ACIDE FLUORHYDRIQUE. 261 

Début delà toux au mois de janvier 1888. Depuis un mois, 
fièvre et oppression ; pas d'hémoptysie. 

A son entrée, peu d'amaigrissement, fièvre vive, appétit 
consené, pas d'oppression. 

Au thorax, à droite : respiration obscure, quelques cra- 
quements humides ; à gauche nombreux râles cavernuleux, 
en avant et en arrière. 

Dëbut des inhalations le 17 mars, P. 53 k. 800. 

Le 31 mars, P. 51 k. 500. 

La faiblesse est devenue très grande. La fièvre esl tou- 
jours très élevée, l'appétit a disparu. 

Mort le là avril. 

En résumé, aucun des 4 malades précédents n'a 
retiré le moindre avantage des inhalations. 

Voici maintenant Tobservalion de 13 malades aux 
deux premières périodes de la phtisie, et dont plu- 
sieurs n avaient pas dépassé la première période*. 
4 d'entre eux n'ont été améliorés en aucune manière : 

Obs. V. — 38 ans, ménagère, entrée le 20 mars 1888. 

Mère morte à 37 ans, 3 mois après une couche. Père bien 
portant ainsi que 6 frères ou sœurs. 

Bonne santé habituelle. Mariée, 2 enfants; le dernier ac- 
couchement remonte à 10 ans. Rhumatisme articulaire 
aigu à 14 ans. Il y a 3 ans, hémiplégie droite avec aphasie. 
Les fonctions des membres ne se sont jamais rétablies com- 
plètement. 

Elle tousse depuis six mois; expectoration abondante, 
surtout muqueuse. Peu d*amaigrissenient, appétit diminué, 
hémoptysie abondante il y a deux mois. 

Au thorax, submatité dans les deux fosses sus-épineuses, 
plus marquée à droite, gros craquements à droite avec ex- 
piration soufflante ; dans toute la hauteur dt; la poitrine, 
on entend quelques râles sibilants et sous-crépitants dissé- 
minés; à gauche, respiration rude. 

8 Avril, P. 54 k. 650; début des inhalations. 

9 mai, P. 53 k. 500. — Pas d'amélioration d'aucune sorte. 



2«a 11. LKl'INK ET PALIARD. 

Obs. VI, — 19 ans, boulanger, etilré le 7 novembre^ 

Pas (1 antécôdenls héréditaires ; première pleurésie droit* 
il y a )S ans, rétablissement incomplet ; deuxième pleu- 
résie en avril 1887. Tousse constamment depuis, a maigri, 
perdu ses forces. Le 1 décembre, frissons, courbature, et 
un point de c6té à droite avec impossibilité de travailler. 

A son entrée, amaigrissement, pAleur, perte des forces. 
Fonctions digestives bonnes. 

Au tborax, craqufments secs au somme! droit. Dans touto 
lahauteurde ce côté, grande quantité de râlessous-crépiUints: 
au sommet gauche, respiration rude et un peu soufflante. 

13 janvier, P. 6i k. 700, début d>'s inhalations. 

13 février, P. 6i k. SOO. 

13 mars, P. fiO k. 600. 

■23 mars, P. 39 k. 100. 

Part pour la campagne, se sent pins faihlc, pas de modi- 
llcalion de la toux, oppression plus vive. Pas d'amélioration 
des signes physiques. 

Obs. Vil. — 17 ans. menuisier, entré le 30 décembre 1887. 

Bonne santé antérieure. Début il y a six semaines, toussait 
peu, hémoptysies depuis quelques jours; anaaigrissemenl, 
sueurs nocturnes, perle des forces, rem])ërhant de travailler. 

L'expertoration à son entrée est toujours sanglanU^: un 
peu de lièvre. 

Au sommet droit, diminution de la sonorité en avant et 
en arrière, craquements secs de ce côté. A gauche, dimÎDU- 
tion du murmure vésiculaire. 

Début des inhalations le 13 janvier, 1*. (10 k. 300. 

Le 11 février, P. 60 k. 800. 

Le 29 février, P. 81 k. 930. 

Le 5 mars, P. 62 k. iSO. 

Il suspend les inhalations le 28 mars : le 5 avril, le poid> 
n'est que de 61,100 ; il les recommence. 

A la fin du mois d'avril, il survient brusquement une fièvre 
très forte. L'état local du poumon s'était peu modifié. Les 
r&les paraissent plus nombreux. Laryngite assez marquée. 

Amaigrissement considérable. 

10 mai, P. 55 k. KOO. 



limÎDU- 



INHALATIONS d'aCIDE FLUORHYDRIQUE. 263 

Obs. VIII. — Apprenti, 15 ans, entré le 13 janvier. 

Pas de renseignements sur les antécédents héréditaires ; 
à 13 ans, pleurésie gauche ayant laissé un affaissement très 
marqué de ce côté du thorax. 

Premier séjour au mois de novembre 1887 pour une tu- 
berculose aiguë (poumon gauche) avec épanchement à la 
base du même côté. 

Rentre pour Taugmentation de son oppression; il est 
maigre. La toux est assez fréquente avec expectoration peu 
abondante ; affaissement très marqué du côté gauche. Au 
sommet, expiration prolongée et un peu soufflante; quelques 
râles secs en arrière et en avant. 

A droite, respiration soufflante au sommet; pas de râles. 

Début des inhalations le 6 février, P. 38 k. 

28 février, P. 37 k. 

5 mars, P. 37 k. 700. 

15 avril, P. 38 k. 

Sort le !28 avril, non amélioré. Les signes physiques ne 
&e sont pas modifiés. 

Dans ce dernier cas, le poids est resté sensiblement 
le même. Dans les trois précédents, sauf une amélio- 
ration temporaire chez le malade de l'observation VI, 
il y a eu perte de poids malgré les inhalations, et on 
n'a pu constater chez ces 4 malades aucun autre 
signe d'amélioration objective ou subjective. 

Chez les 9 malades suivants, il y a eu au con- 
traire une augmentation de poids plus ou moins 
importante. 

Obs. IX. — 30 ans, maçon, entré le 19 décembre 1887. 

Bonne santé antérieure : sa femme est morte il y a 
8 mois de tuberculose pulmonaire. Il s'enrhume facilement 
depuis longtemps. 

Début le i'î décembre par des frissons, de la fièvre, un 
point de côté à droite, de la toux. 

A son entrée, l'aspect parait satisfaisant. Peu d'amaigris- 



264 R. LÉPINE ET PAUARD. 

sèment. L*oppression est assez vive. Toux sansexpecteration. 

Kpanchement considérable à droite. En avant, exagération 
de la sonorité et des vibrations, diminution du murmure. 

Début des inhalations le 13 janvier, P. 61 k. 200. 

8 février, P. 65 k. 

25 février, P. 65 k. 800. 

Sorti les premiers jours de mars, il est revu le 24 mars. A 
ce moment, en arrière la matité persiste. Quelques râles qui 
avaientapparu sous la clavicule ont disparu. État général bon. 

Obs. X. -^ 28 ans, domestique, entrée le 21 décembre 1887. 

Mère morte à 26 ans d'une affection thoracique chronique. 
Depuis 3 ans, excès de travail et mauvaise nourriture. Malgré 
cela, bonne santé habituelle, sauf de l'amaigrissement. 

Début dans les premiers jours de décembre par des fris- 
sons, de la fièvre, et un point de côté à droite. Tousse de- 
puis ce moment, aggravation progressive. 

A son entrée, pâleur, amaigrissement. Fièvre peu intense. 
Tousse un peu, pas d'expectoration. 

Signes d'épanchement â la base droite. En avant, tympa- 
nisme sous-claviculairc avec augmentation des vibrations, 
et diminution du murmure à droite; quelques bruits secs 
inspiratoires en ce point. 

Début des inhalations 19 janvier, P. 58 k. 

13 février, P. 61 k. 350. 

5 mars, P. 62 k. 650. 

5 avril, P. 61 k. 450. 

Depuis la fin de mars, les inhalations avaient été suspen- 
dues : on les a reprises le 5 avril. 

La malade sort le 15 avril très améliorée : elle ne tousse 
plus. Los signes thoraciques ont à pou près disparu. 

Obs. XI. — 30 ans, jardinier. 

Pas d'antécédents héréditaires. Bonne santé antérieure. 
Début probable il y a un mois et demi par de la toux, de 
Tafi'aiblissement général avec sueurs nocturnes. 

A son entrée, l'aspect extérieur parait bon : peu d'amai- 
grissement. Il est un peu pâle; Tappélit est conservé, pas 
de fièvre, tousse peu. 



INHAfJkTIONS d'acide FLUORHYDRIQUE. 265 

Matité au sommet droit en arrière comme en avant; res- 
piration très obscure; expiration prolongée et soufflante. 
Quelques craquements secs. 

Début des inhalations le 25 janvier, P. 66 k. 70O. 

Le 13 février, P. 69 k. 900. 

Sort au commencement du mois, amélioré. L*expec- 
toration est uniquement muqueuse, la toux a diminué. Les 
signes stéthoscopiques se sont peu modifiés. 

Obs. XIL — 31 ans, teinturier. Entré le 25 février. 

Mère morte probablement tuberculeuse. Père bien por- 
tant. Bonne santé antérieure, sauf quelques excès alcoo- 
liques; a commencé h tousser il y a 18 mois. Hémoptysies 
abondantes. Malgré la toux, il pouvait travailler ; a maigri 
surtout depuis le mois de septembre 1887. L'état s'est ag- 
gravé depuis un mois environ. Faiblesse très grande, sueurs 
nocturnes, pas de fièvre, expectoration abondante. Conser- 
vation de Tappétit. 

On trouve de la submatitédans les 2 fosses sus-épineuses, 
plus accentuée et plus étendue à gauche. 

Quelques craquements secs à droite; à gauche, râles mé- 
talliques. En avant, signes cavitaires étendus à gauche, n\lcs 
humides à droite. 

Début des inhalations le 5 mars, P. 60 k. 800. 

Le 2 avril, P. 62 k. 

Le malade sort un peu amélioré. La toux est moins fré- 
quente, Texpectoralion moins abondante. 

Obs. XIII. — 30 ans, boulanger. Entré le 8 février 1888. 

Pas d'antécédents héréditaires. Bonne santé antérieure ; 
pneumonie en 1887. Il n'était pas sujet à tousser Thiver. 

Depuis un mois a perdu ses forces, a des accès de fièvre 
irréguliers, avec douleurs vagues dans le thorax, plus mar- 
quées à droite. La toux était assez fréquente, presque sans 
expectoration. 

A son entrée; fièvre assez vive, amaigrissement. 

Thorax volumineux, submatité aux deux sommets ; en ces 
points la respiration est obscure; craquements secs en 



2r»6 K. LÉWNK trr pauard. 

avant et en arrière de chaque ccHé. Nombreux râles sous- 
crépitants dans toute la hauteur du poumon droit. 

Début des inhalations 17 février, P. 55 k. 300. 

3 mars, P. 55 k. 600. 

L'amélioration a été assez marquée, quoique le malade 
ait peu augmenté de poids. Diminution de la toux et de 
Toppression. Pas do modification des signes physiques. 

Obs. XIV. — 28 ans, chapelier. Entré le 28 mars. 

Mère morte à 3i ans, probablement de tuberculose pul- 
monaire. Bonne santé en général. Excès alcooliques depuis 
longtemps. Aurait commencé à tousser il ya 5 ans environ. 
An début, hémoptysios pendant un mois. L'état s*est main- 
tenu assez bon. 

En décembre 1887, hémoptysie abondante; depuis cette 
époque, perd ses forces, est facilement oppressé. 

A son entrée, pas d'amaigrissement notable. Expectora- 
tion muco-purulente assez abondante. 

Pas d<' troubles digestifs. 

Submatité dans toute la hauteur du poumon droit, res- 
piration soufflante au sommet avec craquements commen- 
çant à devenir humides: rien d'anormal à gauche. 

Début des inhalations le 2 avril, P. 59 k. 200. 

Le 9 mai, P. 59 k. 100. 

Très amélioré au point de vue de la toux et de Texpectora- 
tion qui ont notablemiMit diminué. Les signes physiques 
n'ont pas varié. 

t)Bs. XV. --22 ans, ajusteur. Entré le 30 mars 1888. 

Pas d'antécédents héréditaires. Tousserait depuis 3 ou 
4 mois. Depuis un mois, oppression, faiblesse. Léger amai- 
grissement, expectoration peu abondante, muco-purulente; 
diminution de Tappétit. 

Submatité dans la fosse sus-«^pineuse droite. 

Respiration obscure, expiration soufflante. Craquements 
inspiratoires en arrière. En avant, respiration rude. 

Début des inhalations le (avril, P. 72 k. 500. 

Le M avril, P. 73 k. 

Le malade sort. L'appétit est revenu. La toux est moins 



INHALATIONS d'aC1I>E FLUORHTDRIQUE. 267 

fréquente. L'expectoration est peu abondante, les signes 
locaux se sont amendés; plus de râles. La respiration est 
toujours obscure, Texpiration soufflante. 



Obs. XVL — 53 ans, journalier, entré le 17 janvier 1888. 

Pas d'antécédents héréditaires. A fait des excès de travail. 
Pleurésie double en juillet 1886. Depuis cette époque n'a 
pas cessé de tousser: depuis deux mois surtout, amaigris- 
sement assez considérable, perte des forces Tempôchant de 
se livrer h tout travail pénible. 

A son entrée, aspect un peu cachectique ; amaigrisse- 
ment; perte des forces; oppression. Toux fréquente, expec- 
toration assez abondante, surtout muqueuse. 

Dans la fosse sus-épineuse droite, craquements secs que 
Ton retrouve aussi en avant. 

Début des inhalations le 26 janvier, P. 60 k. 500. 

13 février, P. 63 k. 400. 

30 février, P. 6i k. 800. 

5 mars, P. 66 k. 

15 avril, P. 69 k. 

Sort à la fin d'avril. La toux a diminué beaucoup ainsi 
que Toppression; presque plus d'expectoration. Les râles du 
sommet ont disparu. 

Voici enfin robservation d'un malade du dehors 
qui nous été adressé par le docteur Poullet, agrégé de 
de la Faculté, et qui est venu chaque jour, régulière- 
ment, respirer dans la cabine de THôtel-Dieu. 

Obs. XVIL — Employé de commerce. 

Pas d'antécédents héréditaires. Un frère est mort à 19 ans 
phtisique. 

Tousse depuis 6 ans ; hémoptysie il y a 3 ans. Malgré cela, 
pouvait faire un métier pénible ; obligé de parler et de mar- 
cher beaucoup, il avait beaucoup de peine aie faire à cause 
de l'oppression. Il y a l an, a maigri beaucoup pendant 3 ou 
4 mois, puis sous l'influence d*un traitement à Talcool a 



208 H. LÉPINE ET PALIARD. 

repris beaucoup. Depuis i ou 3 mois Fêlai géuéral s*est 
amélioré. 

Actucllcmenl, ct^t homme parait en excellent élat, bien 
(\\u*. la toux soit assez fréquente ft Texpectoration un peu 
purulente. Oppression quand il marche vite. 

Au thorax, ramollissement du sommet gauche, avec une 
petite excavation tout à fait au sommet. 

Début des inhalations le 10 avril, P. 89 k. 

Le il mai, P. 89 k. 

So sent beaucoup mieux. L'oppression a diminué beau- 
coup. Il peut facilement monter plusieurs étages sans être 
incommodé. La toux aurait diminué un peu, ainsi que Tex- 
pectoration ; pas do modification do Tappétit, qui d'ailleurs 
était excellent. 

Quelques-uns des neuf derniers malades prêtent 
à (iuel(in(»sl)r(>ves remarques. 

Deux (rentre eux (Obs. IX ctX) sont entrés dans 
le service pour une pleurésie aifi;uo, et, bien que la na- 
ture tuberculeuse do celle-ci no nous laisse aucun 
doute, on ne pout s'étonner de ramélioration qu'ont 
présentée los 2 malades* une amélioration, parfois 
mémo une {^uérison a|)parente, ne sont-elles pas 
la suite la plus habituelle d'unie pleurésie, môme tu- 
berculeuse? On n'est donc pas en droit de mettre ces 
deux succès à Tactif des inhalations. 

I/ol)servation XVII est celle d'un homme se trou- 
vant dans crexcellentes conditions hyf!;iéniques, non 
hospitalisé, vivant beaucouj) au grand air, se nour- 
rissant très bien et dont l'amélioration avait débuté 
aoantlo traitement par les inhalations. Il est incon- 
testable ([ue celles-ci lui ont été favorables, mais ce 
serait probablement une exagération que de leur 
attribuer uniquement Tamélioration. 

(ihe/ la plupart des malades précédents Taugmen- 



INHALATIONS DIACIDE FLUORHYDRIQUE. 269 

tation de poids n'a pas été très considérable, sauf 
chez un d'eux (Obs. XVI) où elle a dépassé 8 kilo- 
grammes. Chez aucun d'eux (sauf le même, Obs. XVI) 
il n'y a eu une diminution appréciable des signes 
physiques. Le malade de l'Obs. XVI fait seul excep- 
tion : il a beaucoup engraissé et, lors de sa sortie, on 
n'a pas retrouvé les râles qui, à son entrée, existaient 
en avant. Il y a donc chez ce malade, et chez ce ma- 
lade seul sur 17, une amélioration évidente. Mais 
une amélioration sur 17, c'est une proportion qui n'a 
rien d'insolite dans le traitement de la phtisie même 
à l'hôpital, et toute autre médication fournil des 
résultats aussi bons. 

L'augmentation de l'appétit, ainsi que le dit M. Hé- 
rard, est la règle ordinaire. C'est là un bénéfice très 
positif des inhalations : les malades s'alimentent 
mieux, et l'ingestion abondante d'aliments a la plupart 
des avantages du gavage sans en présenter les incon- 
vénients ; mais on aurait tort d'interpréter ce symp- 
tôme, quelque important qu'il soit, comme un signe 
de la rétrocession du processus tuberculeux. Ainsi 
que l'a dit l'un de nous (1), il s'agit selon toute vrai- 
semblance d'un effet direct des vapeurs d'acide lluor- 
hydriquesur la muqueuse gastrique. Quand on songe 
à la parenté chimique des acides fluorhydrique et 
chlorhydrîque et à l'utilité que beaucoup d'anémiques, 
même phtisiques, retirent de l'ingestion de quelques 
gouttes d'acide chlorhydrique, ïeSeleupeptiçue del'a- 
cide fluorhydrique s'explique tout naturellement. Ce 
qui nous confirme dans cette idée, c'est que nous 
avons fait ingérer à plusieurs malades, dans un verre 

(!) Semaine médicale, 18 avril 1888. p. ioO. 



270 R. LÉI»INE KT PÀLIARI). 

(rcaii, quelques gouttes d'une solution d'acide lluo- 
rhydrique au millième et que nous avons reconnu 
que (le cette manière on obtient aussi Teffet eupe|H 
tique. Il est toutefois à noter qu'on Toblient mieux 
au moyen des inhalations, Tingestion d'acide lluor- 
hydrique, môme à faible dose, étant souvent suivie 
de crampes d'estomac. 

En somme, nous ne croyons pas à une action spé- 
cifique de l'acide fluorhydrique sur le processus tuber- 
culeux. L'observation impartiale nous a seulement 
faitconstaterun accroissementde poids chez la moitié 
environ des phtisiques soumis au traitement ; mais 
celte augmentation de poids n'est pas en général 
persistante ; elle est sans doute un simple résultat ih 
l'action eupeptique des inhalations, et ni la fièvre, ni 
les sueurs, ni les signes physiques de percussion 
et d'auscultation (sauf dans des cas exceptionnels) ne 
sont modifiés heureusement pendant la durée des 
inlialations. 

P, S. — Pendant la correction des épreuves de 
cette note (P^juini nous avons eu connaissance du 
mémoire de MM. (Irancher et (Ihautard (Annales fie 
r Institut Pasteur), mai 1888, p. 207 et suivantes, 
d'où il résulte que les vapeurs d'acide iluorhydrique 
ne tuent pas /// vitro le bacille tuberculeux, même si 
elles agissent plusieurs heures. 



CONTRIBUTION A L'ÉTUDE 



DES 



INHALATIONS D'ACIDE FLUORHYDRIQUE 

DANS LE TRAITEMENT 
DES MALADIES DES VOIES RESPlllATOIRES 



PAR 



L. MOREAU ET A. COCHEZ 

PROKKilSKCR SUPPLÉANT A L'BCOLK CHBF DK CLINIQnK MKDICALK 

DE MBOBCINC n*ALOKR, A L' ÉCOLE DK MKDIlCINK D'aLOKK, 

MÉDECIN ADJOINT A L" HOPITAL CIVIL MKDKCIN ADJOINT A l/llOPITAL CIVIL 



Nous venions de lire le rapport fait à T Académie 
de médecine par MM. Hérard, Féréol et Proust sur 
un nouveau mode de traitement de la tuberculose 
pulmonaire par les inhalations d'air chargé d'acide 
fluorbydrique, traitement préconisé par MM. Seiler 
et Garcin. — Les brillants résultats obtenus par ces 
expérimentateurs d'une part, la prudence, la grande 
compétence et la haute probité scientifique de? rap- 
porteurs d'autre part, nous engagèrent vivement à 
essayer ce nouveau traitement à Alger où, pendan 
l'hiver, la douceur du climat attire tant de malades 
atteints d'affections diverses des voies respiratoires. 

Toutefois nous voulûmes d'abord vérifier sur nous- 
mêmes l'innocuité du procédé. Nou« nous soumîmes 



•272 L. MOllKAl' ET A. COCHEZ. 

donc, pendant quelque temps, aux inhalations d*air 
iluorisé, en nous conFonnant autant que possible 
aux recommandations de MM. Seilcr et (îarcin. 

Nous pûmes nous convaincre ainsi que ces inhala- 
tions n'ont aucun inconvénient sérieux; elles ne fa- 
tiguent ni les organes respiratoires ni les yeux, 
même chez les personnes qui ont la vue délicate, ce 
qui était le cas de Tun de nous. Si elles agacent par- 
fois un peu les dents, elles sont sans action profonde 
sur leur émail; et Ton peut d'ailleurs aisément se 
soustraire à cet agacement, en plaidant dans sa bouche 
(|uelques pastilles alcalines, des pastilles de Vichy 
par exemple. Toutefois nous avons vite renoncé à 
cette pratique, craignant ((u'une partie de Tacide se 
transformât en fluorure de sodium au contact des 
pastilles, et ne parvint plus à Tétat gazeux jusque 
dans les bronches. Or, même après avoir renoncé aux 
pastilles, Témail de nos dents n'a nullement souffert 
des vapeurs lluorhydriques. 

On s'habitue bien vite A Todeur spéciale de l'acide ; 
et s'il donne parfois un peu de céphalalgie, cela n'a 
lieu que dans les premières séances. 

En revanche, nous avons constaté une action très 
nette de l'air tluorisé sur l'appétit, (ju'il excite nota- 
blement. 

Apres ces exj)ériences préliminaires, nous voulions 
borner d'abord nos essais thérapeutiques h des con- 
frères ou à des étudiants en médecine. Il n'en manque 
pas que le soin de leur propre santé appelle l'hiver à 
Alger; et nous pensions que les malades de cette ca- 
tégorie ne pourraient, en aucun cas, nous reprocher 
une expérience dont ils comprendraient aussi bien 
que nous la nature et la portée. 



INHAfJlTlONS d'acide FLUORHYDRIQUE. 273 

Mais, malgré la réserve dont nous nous entourions, 
le public extra-médical connut bientôt nos essais, et 
plusieurs clients demandèrentinstamment à bénéficier 
du nouveau traitement. Nous eûmes, en quelque 
sorte, la main forcée, et, comme nos premiers malades 
appartenant au monde médical se montraient enthou- 
siasmés de leur traitement, nous nous décidâmes à 
étendre le champ de nos expériences. 

Nous devons adresser ici nos remerciements à 
M. Marchis pour Tintelligence et le zèle qu'il mit à 
nous doter d'une installation répondant très bien à 
nos désirs. — Dans un jardin bien situé, ensoleillé, 
aux portes d'Alger, il nous construisit en quelques 
jours plusieurs cabines, coquettes, bien aménagées, 
pouvant contenir chacune six à sept mètres cubes 
d'air. Une soufflerie, mue à bras d'homme, amenait 
dans ces cabines de Tair, qui avait barboté dans des 
flacons en gutta-percha contenant une solution d'acide 
fluorhydrique, titrée conformément au rapport de 
M. Hérard. De nombreux essais avec un gazomètre 
nous permirent dérégler notre soufflerie de manière 
à amener toujours dans nos cabines sensiblement la 
proportion d'air fluorisé conseillée par le même rap- 
port, soit environ 20 à 30 litres il) par mètre cube et 
par quart d'heure. 

Nous disons : sensiblement, car nous devons 
l'avouer, nous n'avons pu arriver à un dosage abso- 
lument mathématique. Dans le principe, cela nous 
préoccupait et nous songions à remplacer notre souf- 
flerie par un système de gazomètres permettant 
d'obtenir ce dosage mathématique. Mais par la suite 

(1' C'est la proportion adoptée par M. Seilr^r. M. (iarcin s'en 
tient à 10 litres par mètre cube et par quart d'heure. 

TCBgBCCLOSE. — II. 18 



274 L. MOREAl Kt A. COCHEZ. ^ 

nous avons renoncé h cette idée: d*un côté nous 
avons réfléchi que, i)Our l'acide fluorhydrique 
comme pour tout autre médicament, il ne devait pas 
y avoir une dose uniforme pour tous les malades, 
mais des doses variables adaptées aux susceptibilités 
individuelles. Or, cette graduation des doses nous 
l'obtenions parfailement avec notre système : chaque 
cabine étant mise en communication avec la souf- 
flerie au moyen d'un robinet spécial, il suffisaitd'ou- 
vrir phis ou moins ce robinet pour avoir un apport 
d'air iluorisé plus ou moins considérable. 

D'un autre côté, nous avons remarqué qu'il était 
encore plus difflcile de doser le degré de fluorisation 
de l'air injecté dans les cabines que d'en mesurer le 
volume. Nous avons vu, entre autres choses, que 
ce degré de fluorisation est bien plutôt proportion- 
nel h la surface qu'à la hauteur de la solution fluo- 
rhydrique traversée par l'air dans les barboteurs. 
C.ette remarque avait été faite déjà par l'un des pre- 
miers ex|)érinionlateurs de lacide fluorhydrique 
comme agent thérapouli([ue, M. le W Henri Ber- 
geron. ('et auteur pense même qu'il est inutile de 
faire barboter Tair (hms les solutions (|ue contien- 
nent les vases en gulta-percha. Selon lui, il vaut 
mieux qu(^ Tair passe simplement à la surface du 
liquide, pour enlralner les vapeurs qui s'en dégagent 
spontanément, tout comme fait le courant d'air à la 
surface de l'essence minérale dans le thermo-cautère 
Paquelin. De cette façon le degré de saturation de 
cet air est beaucoup plus constant. Nous inclinons 
vers la manière de voir de M. II. Bergeron. 

Telle élait notre installation cliez M. Marchis. Les 
séances crinhalation avaient lieu ordinairement 



INHALATIONS d'aCIDE PLUOKHYDRIQUE. 275 

tous les jours pour chaque malade ; elles duraient 
trois quarts d'heure, et chaque quart d'heure était 
suivi de cinq minutes de repos au ^rand air. Une 
balance-bascule, enfin, permettait de constater de 
semaine en semaine le poids des malades. 

A l'hôpital civil, dans le service de la clinique médi- 
cale, grâce à la bienveillance de M. le professeur Gros, 
nous avons pu également faire quelques essais. Nous 
y avions installé deux cabines plus simples, Tune à la 
salle des hommes, l'autre à la salle des femmes. 

Voici maintenant le résultat de nos expériences, 
tant à rhôpital que dans la ville, depuis Tépoque où 
nous les avons commencées jusqu'à celle du congrès 
d'Oran, c'est-à-dire du 15 décembre 1887 à la fin 
de mars 1888. 

A cette époque, nous avions traité par la nouvelle 
méthode 60 malades, dont 9 à l'hôpital civil et 51 en 
ville. Parmi ces derniers, beaucoup nous avaient été 
adressés par des confrères qui ont bien voulu par la 
suite nous donner leurs observations sommaires, 
conformément au modèle uniforme que nous leur 
avions adressé, afin de rendre les diverses obser- 
vations plus aisément comparables. Ces feuilles 
d'observations, divisées en 13 colonnes, devaient in- 
diquer, pour chaque malade, le sexe, Tâge, l'ancien- 
neté de la maladie, sa forme aiguë ou chronique, 
la durée du traitement fluorhydrique, le nombre des 
inhalations ; puis le poids du malade, avant et 
af>rèsle nouveau traitement; son état général et son 
d^gré d'appétit, ses lésions locales, cgalcincnt avant 
^t après le nouveau traitement; enfin les médications 
^^cessoires,les remarques et conclusions du méde- 
/n traitant. 



270 L. MOREAU ET A. COCHEZ. 

Nous remercions vivement nos confrères de l'em- 
pressement qu'ils ont mis à répondre à notre appel 
et à nous faciliter notre tftehe. 

Sur ces 60 cas nous avons eu : 

Améliorations 28 

Aggravations 9 

Ktats stationnaircs i 

Morts i 

Nuls pour la statistique 15 

Total 60 

Sous celte dernière rubrique nous comprenons 4 
malades venus pour des affections autres que la tu- 
berculose pulmonaire (asthme et catarrhe chronique) 
qui se trouvèrent améliorés, et il personnes qui, 
après une ou deux inhalations, ne sont plus revenues 
et n'ont pu être suivies. 

On le voit, nous n avons pas eu l'occasion d'enre- 
gistrer de véritables guérisons ; et même il nous 
semble que la proportion des cas améliorés est moin- 
dre dans notre statistique que dans celle de MM. Seiler 
et (larcin. D'autre part, le nombre des morts y 
paraît assez élevé. A quoi peuvent tenir ces diffé- 
rences dans les résultats obtenus? IVobablement à 
la gravité des cas auxquels nous avons eu affaire : 
beaucoup de malades ne sont venus à nous, en quel- 
que sorte, qu'en désespoir de cause, et après que 
l'inefficacité de tous les autres traitements avait été 
constatée ; plusieurs sont venus, on peut le dire, 
m extromisy et ce sont ceux qui ont succombé. 

D'autres causes, moins importantes, ont pu con- 
tribuer à notre insuccès relatif : certains malades 
ont suivi leur traitement d'une fac^on très irrégulière; 



INHAIATIONS d'aCIDE FLUORHYDRIQUE. 277 

pour d'autres.le nombre des inhalations était encore 
trop restreint au moment où nous avons dû dresser 
notre statistique ; d'autres enfin avaient commis de 
véritables imprudences, s étaient exposes à des fa- 
tigues ou à des refroidissement, sou avaient été vic- 
times d'une complication fâcheuse, ordinairement de 
quelque dérangement du côté des voies digestives. 
C'est sur les malades de cette catégorie que nous 
avons en général constaté de l'aggravation. 

Enfin nous avons remarqué que l'amélioration 
était survenue surtout chez ceux qui avaient suivi le 
traitement avec le plus de régularité. 

Ceci dit, pour donner à notre statistique sa véri- 
table signification, nous ne nous dissimulons pas 
que nos résultats restent inférieurs à ceux obtenus 
à Paris. Peut-être, à côté des causes de divergence 
que nous avons invoquées, faut-il encore admettre 
l'influence des séries heureuses ou malheureuses 
avec lesquelles on doit toujours compter en mé- 
decine, lorsque la statistique ne porte pas sur des 
chiffres suffisamment nombreux pour corriger ces 
différences. 

Quoi qu'il en soit, nous apportions, au congrès 
d'Oran, comme conséquence de nos expériences per- 
sonnelles, les conclusions suivantes : 

« Sans être souverain, le traitement de la tubercu- 
lose pulmonaire par l'air chargé d'acide fluorhydrique, 
nous a paru souvent utile, jamais nuisible. 

« Son efficacité est d'autant plus grande que le 
cas est moins grave et le traitement plus régulière- 
ment suivi. 

« Il ne contre-indique d'ailleurs nullement les au- 
tres traitements usités contre cette maladie. 



278 L. MOREAU ET A. COCHEZ. 

« C'est surtout dans les premiers jours qu*il pro- 
duit une amélioration remarquable: diminution delà 
fièvre, des sueurs nocturnes, de la toux ; augmenta- 
tion de Texpecto ration, qui devient en même temps 
plus facile, plus fluide et plus aérée ; excitation nota- 
ble de Tappétit, et souvent à la suite accroissement 
du poids du malade. 

« Plus tard les progrès se ralentissent ; Tétat sem- 
ble devenir stationnaire. Cependant, si on observe 
avec persévérance, on peut souvent constater encore 
une amélioration plus lente mais continue. 

« Toutefois, les signes locaux se modifient beau- 
coup moins vite que l'état général. » 

Nous ajoutions : 

<c S'il nous fallait émettre une hypothèse sur le 
mode d'action de Tacide fluorhydrique, dans ce cas, 
nous formulerions celle-ci : Probablement il agit 
d'abord en excitant l'appétit, ensuite en modifiant 
physiologiquement la sécrétion bronchique; enfin en 
agissant comme microbicide sur les bacilles de Koch ; 
non pas sur les bacilles interstitiels, qui vivent dans 
la trame même du tissu pulmonaire, — ceux-là, il ne 
peut les atteindre; mais sur les bacilles libres, pullu- 
lant dans la sécrétion bronchique et dans le contenu 
des cavernes. — En s'opposant à la multiplication 
de ceux-ci et à la production des ptomaïnes qu'ils 
peuvent élaborer, il enlève au malade une de ses 
causes d'infection et d'étiolement; il le met dans des 
conditions meilleures pour résister aux bacilles in- 
terstitiels. Delà vient cette amélioration sirapidequ'on 
observe dans les premiers jours; de là, ce ralentisse- 
ment dans les progrès lorsque ce premier point est 
obtenu; delà, les résultats ultérieurs, variables, selon 



TNHALATIOXS d'aC1I>E FLUOR HYDRIQUE. 279 

que réconomie, débarrassée des causes d'affaiblisse- 
ment provenant des bacilles libres, est de force à 
lutter contre les bacilles interstitiels ou au-dessous 
de cette tâche. » 

On nous objectait alors : V que notre [installation 
était bien compliquée, et bien coûteuse, et qu'on pou- 
vait à moins de frais, avec des appareils bien plus 
simples, administrer les vapeurs fluorhydriques. — 
Mais nous faisions remarquer « que nous avions 
tenu, pour nos premiers essais, à nous ;mettre aussi 
rigoureusement que possible dans les mêmes condi- 
tions que les promoteurs de la méthode ». 

2* Que d'autres expérimentateurs avaient obtenu, 
du même traitement, des résultats tout à fait néga- 
tifs. — Nous disions, « que, puisque pour diverses 
causes nous avions obtenu des résultats moins beaux 
que nos confrères parisiens, de même et pour les 
mêmes causes il se pouvait que d'autres confrères 
eussent été encore moins heureux, sans que, pour 
cela, la méthode fût à abandonner ». 

3* Que Faction microbicide de Tacide lluorhydri- 
que sur le bacille de Koch était fort possible, proba- 
ble même, mais nullement démontrée jusqu'alors. — 
A quoi nous répondions « qu'en efiTet nous ne 
l'avions invoquée que comme une simple hypo- 
thèse ». 

Depuis lors, nous avons poursuivi nos expériences 
thérapeutiques un peu mollement, il faut le dire : 
l'enthousiasme des malades et celui des confrères 
avaient baissé; beaucoup d'hiverneurs d'ailleurs 
étaient rentrés dans leurs foyers. 

Cette nouvelle série d'expériences n'a pas sensible- 
ment modifié nos convictions. Nous devons avouer 



380 !.. MOKEAU ET A. lUClIBZ. ^H 

pourtant qu'elle a pUilôl diminué qu'augmenté notre 
enthousiasme : si, d'une part, nous avons eu quel- 
ques nouveaux cas d'amélioration assez remarqua- 
bles, entre autres la disparition rapide d'une féliditi' 
considérable de l'haleine chez un caverneux, — d'au- 
tre part nous avons vu plusieurs de nos anciens ma- 
lades, de ceux qui avaient été améliorés, rechuter 
sérieusement et même l'un d'eux succomber. 

Kntratnés tout d'abord, par les circonstances que 
nous avons rapportées, vers les applications théra- 
peutiques, nous avions projeté de contrôler, d'expli- 
quer, d'éclairer nos résultats par des expériences in 
vitro et in virn sur des milieux de culture et sur des 
animaux. Mais les expériences i-écentes si bien con- 
duites de M. le professeur J.Grancher et de M. Clmu- 
tard, faites à ce point de vue, ne nous encouragent 
guère k poursuivre les nôtres dans celte voie. 

La meilleure explicalion des résullats favorables 
obtenus chez l'homme est peut-être encore celle 
qu'a proposée M. le professeur Lépine : l'action eu- 
peptique de l'acide lluorbydrique qui relève la oulri- 
lion et larésislaiice du malade. C'est beaucoup moins 
qu'on n'avait espéré, mais nous dirons avec M. le 
professeur Grancher el M. Chautard : « C'est déjà 
quelque chose. >• 



LE TANNhN 

DANS LA TUBERCULOSE DES OS 

ET DES ARTICULATIONS 

ÉTUDE EXPÉRIMENTALE ET CLINIQUE 

PAR 

LE PROFESSEUR ANDREA GECCHERELLI 

DIRK("rEUR I>K LA CLINIQCli CHIRURGICALK DE PARME, 
MEMBRE CORRE8l>ONUANT DE LA SOCIBTK DK CHIRURiilE DK PARIS (1) 



Les progrès de la chirurgie et liulroduction du 
pansement aseptique nous ont fourni de puissants 
moyens de combattre et de prévenir presque tou- 
jours des maux terribles, en substituant la chirurgie 
conservatrice aux opérations radicales. Mais pour- 
tant il a existé et il existe toujours un nuage qui a 
terni 1 éclat de ce triomphe et qui assombrit Thori- 
zon splendide ouvert devant nous : c'est la crainte, 
justifiée d'ailleurs par les essais cliniques, de réci- 
dives et de continuation de la maladie chaque 
fois qu'il est question de tuberculose. Il n'a pas suffi, 
pour vaincre, d'opérer immédiatement et largement 
et même radicalement : la récidive et la continuation 
de la maladie sont toujours là, même quand nous 

(1; r^Ue comunicalion a été faite à la Société de Chirurgie ita- 
lienne dans la séance du 26 mars, à Naples. 



283 ANURKA CECCHEHRl.!.!. 

croyons avoir remporté la victoire. Elles sont l 
sentées par les petits foyers qu'on poursuit {leodant 
des semaines et des mois avec la cuillère et l'iodo- 
forme, et qui disparaissent aujourd'liui pour reveuir 
demain ; par les trajets tistuleuii: qui ne veulent plus 
se fermer; par les iibcès sur place qui fatiguent et 
ennuient l'opéré et l'opérateur. Contre celte suite de 
maux, les chirurgiens essayèrent, mais vainement, 
les moyens plus énergiques, tels que le fer et le feu. 
De semblables insuccès démontrèrent que c'est le 
terrain qu'il faut modifier, et même en ceci les chi- 
rurgiens ne restèrent pas inactifs, car les traite- 
ments hygiéniques et fortifiants eurent leur applica- 
tion; mais quand on s'aperçut qu'on ne tirait de cela 
que des bienfaits relatifs, on eut recours aux arseni- 
caux, aux iodiques et en dernier lieu à l'iodoforme, 
qui eut aussi ses insuccès. 

Ayant vu conseiller par quelqui^s auteurs, et par- 
ticulièrement par Raymond et Arthaud, le tannin 
dans la tuberculose des viscères, je voulus en Iran^ 
porter l'application à la chirurgie. Les excetlenU ré- 
sultats obtenus m'encouragèrent à les signaler, ea 
détacliaul ainsi une page d'un ouvrage que je suis en 
train de faire, xnr la valeur dfx oprnilifins flans h 
Itibeiriiliisf (les u.i el iIps iivtkiilidiiuii, avec le maté- 
riel de ma clinique. 

Le traitement prophylactique de la tuberculose, tant 
pour devancer les manifestations que pour combattre 
les récidives si fréquentes même quand on extirpe 
de bonne heure un foyer tuberculeux localisé (Ver- 
neutl), llatta beaucoup et justement les patbologistes. 
les cliniciens et les expérimenlateurs. La tâche sem- 
blait devoir être plus facile depuis qu'on eut d^cout 



LE TANNIN DANN LA TUBERCUfX>SE CIIIRLKGICALE. 283 

vert la nature parasitaire de la tuberculose; mais tout 
au contraire l'incertitude existe toujours, car, fait 
observer Bertrand, on ignore presque entièrement la 
nature intime des désordres pathologiques apportes 
dans l'organisme par la présence des microbes. En 
effet, parmi les hypothèses qu'on peut soutenir, celle 
de la thrombose capillaire, celle des fermentations 
oi^niques, et celle enfin des ptomaïnes, rendent né- 
cessairement hésitante la science moderne, car on 
n'a pas de raisons assez valables pour juger la ques- 
tion d'une manière plutôt que d'une autre. 

Quand on étudie la tuberculose et les moyens les 
plus propres à la combattre, il est nécessaire de faire 
une sérieuse différence, entre ces groupes de gra- 
nulies qui amènent la consomption et finissent par la 
phtisie, et les tuberculoses locales, les gommes scro- 
fuleuses, les manifestations cutanées, les tubercu- 
loses des os, les tubercules latents des poumons, qui 
ont été groupés sous le nom de tuberculose atténuée. 

On est d'avis que la tuberculose est une affection 
générale, même quand il y a seulement des manifes- 
tations locales; malgré tout pourtant, les efforts rai- 
sonnables et généreux ne manquèrent point pour ne 
pas être, comme dit Jaccoud, spectateurs muets et 
inactifs dans une lutte dont on peut prévoir le triste 
développement. Les essais étaient toujours plus justes 
et raisonnables, puisqu^on a pu démontrer la giiéri- 
son spontanée delà tuberculose, comme le témoignent 
tous les cas de tuberculose localisée, la disparition 
d'abcès froids, autant après un traitement simplement 
tonique qu'après une piqûre suivie d'injections de 
liquides antiseptiques, comme les succès obtenus 
dans le traitement des lupus. 



âSi ANDItKA CECCHEBKLLl. 

M. Tri'^lat dit que, en matière d'opérations chez 
les tuberculeux, il ne faut dire, ni jamais, ni tou- 
jours, ni quelquefois; mais qu'il est nécessaire d'exa- 
miner isolément chaque cas, et de régler sa con- 
duite d'après l'ensemble dos conditions particulières. 
La vérité de cela est qu'on voit des récidives, même 
après de très larges opérations et des amputations, 
comme on peut ne pas avoir de récidives en em- 
ployant seulement des traitements hygiéniques, af- 
firme M. Verneuil. Mais comme ces dernières ne 
sont pas toujours suffisantes, et que très souvent on 
ne peut les employer, il est nécessaire d'avoir un 
moyen aseptique très puissant, pour donner lieu 
dans l'organisme, à la suite d'accumulation et de 
décomposition, à des effets très différents de ceux 
qu'on peut prévoir. 

M. Sée dit quon doit employer un traitement 
anti-virulent, ou nécrophytique ; el en etfet c'est dans 
re champ que plusieurs ont fait leurs essais. 

M. Hokitanskv et M. SchuUer commencèrent les 
essais avec les acides aromatiques, l'acide benzoïque 
et le l)enzoato de soude; mais les résultats obtenus 
par (nittmann, Wenzel, Peletti, Jaccoud, Senatorel 
Fritsche, furent ou douteux ou négatifs. Alors Cheron 
essaya les essences oxygénées, Schmitzler et Wotly 
l'acide phénique, lieichenbach la créosote, Bonamy 
l'eucalyplus, iMac Adolbre la térébenthine et le gou- 
dron, Miquel les hydrargyriques, el Niesse et Pilate 
Tacide sulfhydrique. M. Bertrand dit que tous ces 
moyens peuvent former deux groupes; le premier 
comprend toutes les substances qui n'agissent que 
localement et n'ont qu'une influence tout à fait 
secondaire sur la maladie générale, comme l'iode. 



LE TANNIN DANS LA Tl BERCULOSli: CHIRURGICALE. 285 

les essences, et les vapeurs de gaz sulfureux; dans 
le second sont compris Tair comprimé, Toxygène, 
l'acide carbonique, agents tous presque inactifs sur 
les manifestations locales, et qui n'apportent une 
imélioration dans les conditions générales qu'en 
s'opposant à la lente asphyxie qui est le caractère 
principal des affections tuberculeuses. 

Viennent ensuite les essais faits sur les tubercu- 
loses localisées par Lépine, Truc, Dieulafoy et 
Riva, etc. Le fin mot de tout ceci pourtant est que 
nous ne possédons pas un seul agent capable de ré- 
pondre aux indications étiologiques de la maladie. 

M. Cantani essaya Taclion du hacterium termo sur 
le bacille de la tuberculose ; mais si Salama confirma 
Tattente du clinicien de Naples, celle-ci fut réfutée 
et contredite par Sormani et Bellagi. 

Par conséquent Fiode, Tarsenic et tous les autres 
moyens essayés dans toutes leurs formules, n'ayant 
donné qu'un mauvais résultat, on devrait croire que 
l'hygiène seulement, l'air et le soleil, étaient les 
moyens les plus sûrs; mais, hélas! ces moyens sont 
faux et trompeurs. 

Les essais ne devaient pourtant pas s'arrêter là, 
et en effet nous voyons Dujardin-Beaumetz proposer 
le sulfure de carbone, et Chantemesse, Havmond, 
Arthaud, poursuivre les essais, qui restèrent très 
incertains. 

M. Sormani essaya 80 substances pour s'assurer 
de leur puissance de neutralisation, sur le bacille 
tuberculeux, et il trouva que : 

En premier lieu, neutralisent complètement la viru- 
lence du bacille tuberculeux : la catramine à la dose 
de 50 à 100 gouttes pour un gramme de crachat tu- 



286 ANDREA CECCHERKUJ. 

berculeux très riche en bacilles, le chloral camphré 
à la dose de 55 gouttes, le tribromophénol en solu- 
tion alcooh'qiie concentrée à la dose d'un demi-centi- 
mètre cube, le bromure d'éthyle à la dose de 30 gouttes, 
le nitrate d'éthyle à la dose de 25 gouttes, Téther 
nitreux ou diméthyléthylcarbinol à la dose d*un 
dixième de centimètre cube, Thuile d'aniline à la dose 
de 8 gouttes. 

En second lieu, atténuhent aimplement : le chloro- 
forme, Téther nitreux, Talcool caprilique, Teau dis- 
tillée de goudron de Norvège, Teau-mère de Salso- 
maggiore. 

En troisième lieu : on jugea incertains le lerpi- 
nol, le proto-iodure de mercure, Téther éthylidien- 
lactétridoroéthylidénique,rétlier sulfurique, Tantipy- 
rine, le piriol, Tiodol, Thydroscylamine, Tacide 
tannique, le cyanure ferreux de potasse. 

M. le docteur Cavagnis, de Venise, fit aussi des 
expériences sur ce sujet, et essaya l'alcool, le vin de 
Marsala,r huile blanche de foie de morue, lesalicyiate 
(le soude, rhyposulfile de soude, le sulfite de magné- 
sium, le benzoale de magnésium, Facide lactique, 
Teau de chaux, l'acide sulfhydrique liquide, Talun 
cru, Thuile éthérée d'eucalyptus, Facétole, le thy- 
mol, la créosote, le sublimé corrosif, le soufre, la 
résorcine, Facide phénique, Félherde naphte de pé- 
trole, la gomme arabique, cl ne trouva que Fhuile 
éthérée d'eucalyptus, l'acide lactique, Facide phé- 
nique, la créosote, le thymol, Féther de naphte de 
pétrole, Facétole, le sublimé, la résorcine, qui fus- 
sent réellement efficaces. 

En continuant les expériences, il trouva que Fiodo- 
formc, la glycérine, la liqueur arsenicale de Fowler, 



LE TANNIN DiLXS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 287 

riodure de potasse, l'acide tannique, Thuile d ani- 
line, la térébenthine, sont tout à fait inactifs. M. Ca- 
vagnis affirme aussi qu*on ne doit pas compter sur 
les résultats obtenus dans les expériences sur les 
animaux pour les comparer à ceux qu'on peut obte- 
nir sur l'homme : et il affirme aussi qu1l put heu- 
reusement appliquer l'inoculation à la Pasteur. 

M. de Sou2^ essaya le benzoate d'éthyle, le salicy- 
late de méthyle, l'essence de lavande, le benzoate de 
mélhyle, le mercure éthyle, l'essence de gaulteria ; 
mais il n'obtint pas de résultats complets. 

L'iodoforme est sans aucun doute parmi les re- 
mèdes celui qu'on préfère pour le pansement des 
blessures, car on lui reconnaît avec raison une puis- 
sante action anti-tuberculeuse. Pourtant certains 
auteurs sont bien loin d'être justes à son égard : 
Turazza, qui le considère comme le meilleur des 
antiseptiques, et Mosetig-Moorhoff, qui assure que 
se servir de Tiodoforme c'est atteindre le but, qui est 
la guérison, par le moyen le plus bref, le plus sur, 
le plus commode, le plus net. 11 est certain pourtant 
que, bien qu'il n'ait aucune valeur comme antisep- 
tique, et bien qu'il soit un faible aseptique, il est 
excellent comme agent anti- tuberculeux par Tiode 
qu'il contient et qui se développe abondamment. Se- 
lon Marchand, l'iodoforme empêcherait directement 
les cellules géantes de se former. Mosetig en parle 
avantageusement comme d'un remède spceinquo con- 
tre la tuberculose, mais il n'ose assurer contre les 
récidives : Winiwarter au contraire le loue beaucoup, 
particulièrement pour cela. M. Testa assure qu'il a 
une puissance éminemment anti-scrofuleuse; Minich 
dit de son côté que ce n'est pas un remède spécifique 



contre la scrofule et la liiberculose des os et des par- 
ties molles. 

Cela est douteii>:, mais on ne peut cerlaiDement 
détruire ce ((ue Hummo affirme, c'est-à-dire que 
l'iodororme a plus de puissance pour empêcher le 
développement des germes bactériques. que pour 
arrêter la germination des bactéries. 

On ne doit pas oublier pourtant, à propos de 
l'iodoforme, que Jeannel et Laulanié firent une série 
d'expériences pour essayer l'action de l'êther iodo- 
Tormé, combiné ou non avec Tcxtirpalion des gan- 
glions, et déclarèrent que l'effet prophylactique ne 
fut pas tel qu'on le supposait. Dans un de ses tra- 
vaux, Jeannel dit clairement que le lapin auquel oit 
inocule la tuberculose, ne tire jusqu'à présent au- 
cun avantage de la cure faite avec l'étlier iodofor- 
mé, qu'on l'applique sous Tornie de traitement local 
précoce, de traitement local, de traitement général 
précoce et combiné, ou de traitement général précoce 
ou retardé. 

Je dois nécessairement faire remarquer que ces 
affirmations ne détruisent rien de ce que Verneuil, 
Verchère et lleclus ont écrit sur l'usage de l'élber 
iodoformé dans les abcès tuberculeux, car Jeannel 
et LauIaniê ne parlent que de prophylaxie, et ceii 
cliirurgiens au contraire n'ont d'autre souci que de 
combattre seulement les conditions locales morbides. 

Et de cela on uu peut douter, même en comptant 
dans le nombre l'iodol. étudié avec tant de soin par 
notre Gaétan Ma/zoni. 



L'usage du tannin dans la tuberculose remoBi 
au dernier siècle : [tourlant en IH.ii WoillerJ 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 289 

donne un nouvel essor, et après lui Duboué, Hennig 
et Schroff qui comptaient beaucoup sur lui, car il 
n'a aucun effet toxique et il a un très grand eiîet 
d'accumulation. Gohier vit par exemple un cheval 
qui, ayant pris en 20 jours 10 kilos de tannin, avait 
Festomac cornifié, les parties molles n'étaient pas 
en putréfaction, le sang était plus rouge qu*à l'ordi- 
naire, aussitôt coagulé et aucunement altérable. 

Des expériences très importantes furent faites ré- 
cemment par Raymond et Arthaud. Ils commencèrent 
par s'assurer qu'un lapin pouvait parfaitement sup- 
porter 1 gramme de tannin qu'on lui donnait chaque 
jour avec la nourriture, et qui était ensuite éliminé 
par les urines. 

Ils observèrent encore que les lapins ainsi tannisés 
non seulement ne tombaient pas en putréfaction 
quand on les tuait, mais qu'ils se momifiaient. Ensuite 
ils prirent 3 lapins ainsi tannisés et les soumirent à 
l'inoculation des matières tuberculeuses, en même 
temps que 3 autres lapins étaient traités de la même 
manière, sauf le traitement tannique. 

Les premiers ne furent pas atteints, les seconds 
moururent de tuberculose miliaire. Une seconde sé- 
rie d'expériences confirma tous ces faits. 

Bertrand fit des expériences sur Thomme avec de 
si excellents résultats qu'il conseille Tusage du tan- 
nin dans la tuberculose. C'est la conclusion même 
de Raymond et d'Arthaud, et je puis ajouter que, 
d'après ce que m'écrivait dernièrement Raymond, 
d'autres essais cliniques ne font que confirmer ce 
qui avait été déjà observé par lui et par Arthaud. 

Dans son traité de Matière médicale, M. Cantani, 
à propos de l'usage du tannin dans la tuberculose 

TCBERCULOSE. — II. 19 



2190 ANDREA CKCCHEBELU. 

et les plaies, ne dit que ces mots : <« On en fait 
usage dans la phtisie tuberculeuse (Latour, Woillez), 
où il n'agit que contre la blennorrhie de$ catemei^. ^Aon 
Thackah, Dooh et Nasse, on croyait lacide tannique 
prophylactique de la tuberculose. Cette idée avait pris 
naissance de robser>'ation, fort populaire du reste, 
que les tanneurs ne deviennent pas phtisiques ; cette 
opinion fut pourtant déjà réfutée par Weber, qui 
assure que la phtisie n*est rare chez ces individus que 
parce que ce sont des hommes forts et sains qui s'adon- 
nent à ce métier. Pour ma part, je crois pouvoir affir- 
mer qu'elle n*est déjà pas si rare chez les tanneurs, 
en Italie du moins. Duboué a trouvé le tannin fort utile 
dans les pleurites exsudatives et avec perforation des 
bronches, et Guttreit dans le cancer ulcéré; pour em- 
pêcher l'absorption des exsudats spécifiques et par 
conséquent Tinfection, comme Ricord voulait que 
cela eût lieu pour les exsudats syphilitiques; enfin 
dans plusieurs espèces de suppurations prolongées, 
particulièrement chez des sujets scrofuleux et si les 
os sont atteints (Scolt, Alison, Cunning, Richter, 
Ilcnnig). » 

Chacun doit reconnaître au tannin des qualités 
hémostatiques, mais il est nécessaire pourtant dédire 
qu'en faisant usage du tannin pour un ulcère, on ob- 
tient un mélange capable de résister à la fermentation 
et la formation d'une croûte qui permet à l'ulcère 
de se cicatriser parfaitement. 

On en fil usage fort longtemps en dermatologie 
pour les eczémas, pour les fissures, et on obtint tou- 
jours d'excellents résultats. Je ne puis m'empècher 
de noter ici les paroles textuelles de Gués : « En ce 
moment Tétude des plomaïnes est à l'ordre du jour. 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 291 

et cette étude réserve à la science bien des surprises. 
Bon nombre de maladies infectieuses, attribuées ou 
non à l'action des parasites, seront reconnues avec 
justice comme des intoxications par des alcaloïdes or- 
ganiques spéciaux. 

Or le tannin précipite généralement tous les alca- 
loïdes, plus que tous les autres réactifs , en ayant 
pourtant les mêmes qualités, et étant d*un usage 
facile, commode et nullement nuisible. Ajoutons 
encore que les maladies auxquelles nous faisons 
allusion sont toujours accompagnées d'une hyposlhé- 
nie et d'un état plus ou moins grave de liquéfaction 
du sang, double phénomène que l'acide tannique peut 
combattre avec succès. Cette qualité de précipiter et 
de rendre neutres les alcaloïdes organiques, au moins 
pour un temps, pendant lequel puisse se faire Téli- 
minalion de la partie absorbée, peut se rapprocher 
de son action dans l'albuminurie et dans la guérison 
des gangrènes, des absorptions purulentes et des 
fièvres putrides, dont ont déjà parlé Trousseau, Woil- 
lez, Duval et Bayes, etc. 

Pourquoi le tannin ne serait-il pas dans l'avenir 
un des agents thérapeutiques les plus précieux? » 

11 nous importe fort peu de connaître, pour nos 
études, les qualités chimiques du tannin ; pourtant il 
est très important de savoir parmi ses qualités quelles 
sont celles qui en font un élément utile en thérapeu- 
tique et dans la pratique chirurgicale. 

Nous savons en effet que le tannin en solution 
est absorbé par la peau des animaux, et rend les 
cuirs imputrescibles, imperméables, delà suffirait 
pour n'avoir aucun doute sur ses qualités antizymo- 
tiques. 



292 ANDREA r.FXCIIERELLT. 

La formule chimique du tannin est: C'** H*^ 0'*; 
3 H 0, et on peut en obtenir très facilement le glucose 
et lacide gallique ; en effet 

C"H"0»* H- 8 HO =L 3(G'4i«0»°) -h C»>H«*0»* 

Acide tannique Acide gallique Glucose 

La différence qui existe entre le tannin et Tacide 
gallique dans leurs qualités chimiques, c'est que le 
tannin précipite Tamidon, Talbumine, les solutions de 
gelée, et qu'il est hémostatique, tandis que Tacide 
gallique ne précipite pas la gelée; c'est un sel «^ base 
d'alcalis végétaux, et n'est pas absorbé par la peau des 
animaux. Wagner distingue les tannins physiolo- 
giques et pathologiques, et fonde cette différence sur 
leurs origines et le nombre de leurs qualités. On 
trouve les tannins physiologiques dans les tissus 
végétaux à Tétat normal, tandis que les autres se 
forment après la piqûre d'un cynips sur les branches 
de certaines plantes. Les premiers aussi bien que les 
seconds précipitent la gelée, mais avec les premiers 
le précipité est incorruptible, avec les seconds il se 
corrompt dans Teau. Les tannins pathologiques ne 
transforment point les peaux on cuir, comme le font 
les tannins physiologiques. 

On doit aussi, et ceci est très important, savoir 
que le tannin dont on fait usage en poudre, se forme 
en faisant sécher avec plus ou moins de force une 
solution concentrée, dans un mélange d'alcool, 
d'éther et d'eau. Quelquefois pourtant il arrive que 
la température est très élevée, alors une partie du 
tannin se transforme en acide gallique; ce tannin est 
néanmoins très hygroscopique. 

Le tannin cristallisé n'est pas hygroscopique, ne 



LE TANNLN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 293 

s'accumule pas en las, et se fond très facilement 
dans une solution limpide; il ne contient aucune 
qualité de décomposition. Dans le commerce, on 
trouve des tannins contenant des substances grasses 
et résineuses qu'on peut faire disparaître avec de 
l'éther; pourtant, même comme cela, ils n'ont rien 
de nuisible ni d'inutile pour nous. 

Le tannin employé extérieurement est astringent 
et hémostatique, bien qu'il n'ait ni les qualités très 
énergiques ni les effets caustiques du perclorure de fer. 
Quand il est appliqué sur une surface en suppura- 
tion il fait coaguler le pus, sur une blessure saignante 
il fait coaguler l'albumine, mais il ne produit pas 
de contraction ni de resserrement des vaisseaux. 
Quand il se mélange avec les tissus et les liquides 
de l'organisme il donne des combinaisons insolubles 
et non sujettes à la putréfaction, pourtant il pénètre 
dans l'économie. Les expériences de Wolher furent 
en effet reconnues exactes par moi, car j'ai réussi à 
trouver dans les urines de mes malades l'acide gal- 
lique, ce qui en effet doit arriver, car on sait fort bien 
que le tannin, dans le torrent de la circulation, doit 
subir d'importantes modifications et s'élimine par 
les reins. Le tannin est assurément absorbé, Muntz 
rassure, et je l'affirme d'après mes expériences. 

L'action physiologique du tannin est de resserrer, 
de durcir, de dessécher et de décolorer les tissus. 
Gués a écrit : « On explique tous ces effets avec les 
qualités chimiques du tannin qui se mélange aux 
principes albuminoïdes et gélatineux en les durcissant 
et les épaississant (tout comme pour tanneries cuirs) ; 
les parties solides, selon la quantité de tannin dont 
on fait usage, se rident et se resserrent, les liquides 



204 ANDHEA CECCUEBELLU 

s'épaississent et se coagulent. D'autre part les re- 
cherches d'Hennig, de Mitscherlicb, de Schroff, 
prouvèrent fort bien que les tissus absorbent Tacide 
tannique, quand il est mis à leur contact en solution 
concentrée, alors que se produisent, à Tintérieurdes 
cellules, des modifications qui ressemblent à celles 
qui se forment dans le tannage des peaux. Mais sur les 
parties vives le pansement exerce une action de res- 
serrement, pour l'excitation de la contractilité orga- 
nique (irritabilité), mécanisme qui vient en aide à 
l'action chimique, et explique comment le tannin peut 
être un stimulant pour la circulation, et, en rendant 
plus facile l'absorption, fasse d'un moyen astringent 
un moyen de dissolution. 

Sur le tube digestif, il n'apporte aucune irritation 
locale; sur le système delà circulation, à moins qu'on 
n'en fasse usage à doses très fortes, il active la cir- 
culation; il a peu d'influence sur la respiration, il 
fait baisser la température, et si on en prend abon- 
damment, des phénomènes nerveux peuvent se pro- 
duire et diminuer les sécrétions. 

On doit penser aussi, et sérieusement, que le tannin 
fait accroître le nombre des globules du sang, et par 
conséquent diminue la faiblesse; mais si on exa- 
gère la quantité dont on se sert, il produit, au dire 
aussi de Trousseau et Pidoux, la dyspepsie, il sus- 
pend les sécrétions, il réduit et affaiblit les pulsations 
cardiaques, et il peut déterminer une excessive mai- 
greur et l'atrophie. 

Je vais maintenant exposer à mon tour les expé- 
riences que j'ai faites, et les faits cliniques qui en 
furent le contrôle. Par ces expériences je me pro- 



LK TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIBURGICALE. 293 

posais deux choses : Premièrement de prouver 
raction aseptique du tannin; en second lieu, son 
action anti-tuberculeuse. 



A. — EXPÉRIENCES POUR MONTRER QUE LE TANNIN 
EMPÊCHE LA FERMENTATION 

Z'' et II* expétnences. — Je prends deux morceaux de 
viande de veau que je place dans mon cabinet, sur deux 
assiettes et à une température normale. J'abandonne à lui- 
même un des morceaux ; Tautre, au contraire, je le couvre 
de tannin en poudre. Le premier de ces morceaux, dont je 
ne prends aucun soin depuis le !î5 février, est entièrement 
pourri le 10 mars; le second au contraire, qui est couvert 
de tannin, est toujours en excellentes conditions, seulement 
il a beaucoup durci. En ayant pris une tranche et Tayant 
mise dans Teau chaude, elle redevient assez tendre. 

Il h et IV* expéi'iences. — Le f mars, je prends plusieurs 
petits tubes et je les remplis d*urine normale. Je mets dans 
quelques-uns du tannin à doses différentes ; à d*autres je ne 
fais rien. Ces derniers, après dix jours, laissent voir des chan- 
gements dans Turine qui renferme des produits ammonia- 
caux. Dans les autres, au contraire, Turine n'a subi aucune 
altération, particulièrement dans les tubes où j'ai ajouté une 
grande quantité de tannin. 

V^ et VI' expériences. — Le 29 février, j'opère un individu 
d'hydrocèle de la tunique vaginale. Je conserve le liquide 
dans des tubes dont j'abandonne à eux-mêmes quelques-uns 
et dont je mélange les autres avec du tannin. Les premiers, 
après quinze jours, ont un liquide altéré ; dans les seconds, 
au contraire, cela n'arrive pas, particulièrement si la dose 
du tannin mélangée au liquide est très forte. 

17/« et VIII^ expériences. — Comme Muntz, qui dit que le 
tannin est absorbé par les masses musculaires vives et par 
le cuir qui ne se putrélie pas avec les masses musculaires 
albumineuses mortes, je fîs des essais sur les tissus azotés 
végétaux. Je mis dans une solution de tannin pur le penicil- 
lum ghucum qui se développe continuellement et transforme 



2))(') ANDREA CECCHEBKLU. 

le tannin en acide gallique et glucose. Avec quelques gouttes 
de chloroforme, j'arrùte dans un tube la fermentation, le 
tannin disparait par degrés et se mélange avec le champi- 
gnon. Muntz n'eut besoin que de quinze jours pour obtenir 
une entière transformation : vingt furent nécessaires, dans 
mes expériences, à cause peut-être de la plus grande quan- 
tité de tannin ({ue j'employais. 

B. — EXPÉHIENCKS POUR DÉMONTRER QUE LE TANNIN 
A UNE ACTION ANTI-TUBERCULEUSE 



/'" expMenre, — Souris blanche. Je lui injecte dans lo 
dos S grammes d*une solution alcoolique de tannin à 6 p. 100 
et, tout de suite après, ^ grammes de pus provenant d*un 
abcès tuberculeux et dans lequel on a pu s*assurer de l'exis- 
tence des bacilles. J*ai fait cette expérience le 26 février; le 
9 mars la souris s'enfuit, mais jusqu*à ce jour rien de tuber- 
culeux ne s'est montré. 

//' expérience. — Gros chien de chasse. Je lui fais une 
blessure dans la région du thorax et j*injecte par là 
i grammes do solution alcoolique de tannin à 6 p. 100. Le 
9 février, par conséquent tout de suite après, j'injocte des 
crachats, surchargés de bacilles, pris à un tuberculeux et qui 
me sont fournis par la clinique médicale. Le chien guérit 
de sa blessure et rien d(» tuberculeux ne s*est montré jusqu'à 
présent. 11 continue à prendre du tannin. 

l[I*et IV' expériences. — Je fais a deux lapins une inocu- 
lation du même crachat de tuberculeux dont je me suis 
servi pour le chien. Le premier meurt après vingt-quatre 
heures; le second^ après dix jours, est malade de tuberculose 
pulmonaire. 

V% VI% VII\ VIII'' et IX' expériences. — Le 19 février, j'in- 
jecte à chacun de ces cinq lapins â grammes de solution 
alcoolique de tannin à 6 p. iOO et immédiatement après des 
crachats d*un tuberculeux. Trois de ces lapins meurent de 
septicémie dans les vingt-quatre heures ; Tun des deux qui 
restent est sacritié dix jours après et je ne trouve aucune 
trace de maladie; Tautre eniin est encore vivant aujourd'hui 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALK. 297 

et fort bien portant. J'ai toujours continué à lui donner du 
tannin avec sa nourriture. 

Ces expériences prouvent parfaitement que chez 
les différents animaux, le tannin empêche rinfection 
tuberculeuse, car les mêmes matières produisirent la 
tuberculose chez les animaux auxquels on ne fit 
prendre et on n^inocula pas de tannin. 

C. — OBSERVATIONS CLINIQUKS. 

Nous arrivons maintenant aux cas cliniques; seu- 
lement je dois avertir que je n'étudie que ceux de ma 
clinique, car pour ceux-ci je peux avoir le contrôle 
d'assistants, d'étudiants et de médecins qui viennent 
visiter mon service. 

Obs. I. — Galandri Quinta , âgée de ^0 ans, nubile, de 
Villafranca, fut reçue dans la clinique le 5 novembre 1887. 
Elle était malade depuis un an. Diagnostic: ostéo-arthrite 
tuberculeuse du genou droit. Le 7 novembre, arthrectomie 
complète, évidement des condyles du fémur et un peu aussi 
du tibia. La plaie est tamponnée avec de la gaze imbibée 
dans une solution de tannin et d'alcool à 6 p. 100. Le lende- 
main, suture et pansement avec du sublimé et une grande 
quantité de tannin en poudre. 

On exécuta le premier pansement le trentième jour après 
l'opération ; et on trouva une réunion par première inten- 
tion, sauf dans les points où passaient les drains. 

Le 23 décembre 1887, après le second pansement, la malade 
abandonne la clinique en fort bonnes conditions. Elle est 
maintenant presque tout à fait guérie et le résultat paraît 
devoir être excellent aussi au point de vue des fonctions. 

Obs. U. — Pavesi Giovanni, fabricant de pâtes, de Traver- 
setolo, 26 ans, entre à la clinique le *26jnovembre 1887. U 
était malade, depuis près d'une année, de tuberculose du 



'208 ANDREA CKCCHEHKLLI. 

^raïul trochanter. Quand je le pris dans la clinhiue, il gisait 
depuis cinq mois à Thôpital. Le 26 novembre, je fis l'évi- 
<lemcnt du grand trochanter et Tarthrotomie du genou. Je 
tamponnai avec de la gaze et du tannin sur le point corres- 
pondant au grand trochanter, et je pansai dans la suite 
toujours à plat. Guérison complrto. Quant au genou, comme 
de très fortes suppurations continuaient, avec une grosse 
lièvre, car il y avait de nombreuses fusées purulentes, même 
quand jVxécutai Tarthrotomie, j'eus recours à l'amputation 
de la cuisse, à la partie moyenne. Procédé à lambeaux; 
suture à plusieurs plans et sans drainage. Pansement avec 
du tannin. Réunion par première intention et guérison com- 
plète. Pendant tout le temps que dura le traitement après 
l'amputation , je fis prendre à ropéré 2 grammes , à peu 
près, de tannin chaque jour. Je lis le premier et dernier 
pansement le quatorzième jour. 

Obs. 111. — Marossa Pietro, iH ans, meunier, de Noceto, 
«ntre dans ma clinique le (> novembre 1S87, pour une ostéo- 
périostite alvéolaire, avec carie du maxillaire inférieur et 
adénite suppurée. La maladie existait depuis plusieurs mois, 
et ét<iit restée rebelle à tous les traitements qu'on lui avait 
appliqués dans Thùpital et au dehors. La cause première 
de la maladie était l'état des deux dernières dents molaires 
gauches qui, étant cariées, irritaient Talvéole en agissant 
comme dos corps étrangers. Je commençai par extraire les 
deux dents, je résé(iuai les alvéoles et la partie du maxil- 
laire inférieur qui était atteinte de carie tuberculeuse. La 
glande sous-maxillaire étant suppun»e, je dus faire une ou- 
verture et le curage. Pansement avec du tannin. Guérison 
rapide et complète. 

Obs. IV. — Saia Glorina, î2i» ans, de Lesignano de Palmia, 
•entra à la clinique le H novembre 1887 pour une ostéo- 
arthrite tuberculeuse du genou gauche, avec abcès multiples 
à la cuisse et ;\ la jambe. Force me fut de recourir à l'am- 
putation de la cuisse, à cause de la grande quantité de tra- 
jets iistuleux et des abcès qui existaient déjà. J'exécutai les 
deux lambeaux antéro-interne et postéro-externe par traus- 



LE TANNIN DAN8 LA TUBERCULOSE CHIRUHGICALK. 299 

iixîon, pois la suture à 3 plans : le profond et celui du 
milieu avec du catgut, et le superficiel avec du crin. Panse- 
ment au tannin, ut supra. 

Le premier pansement, qui fut du reste le seul^ fut fait 
le quatorzième jour, et on trouva le pansement fort propre 
et la réunion complète et solide, sauf dans les trois points 
d*où sortaient les trois tubes à drainage, c*est-à-dire un 
pour chaque côté de la plaie et un postérieur, qui passait 
par une contre-ouverture. 

J^ longueur dos tubes était environ de 2 centimètres et 
demi chacun. Quatre jours après, les trajets étaient aussi 
fermés et Glorina Saia quittait la clinique, vingt jours après 
ropération, parfaitement guérie et avec cicatrisation par 
première intention. 

Obs. V. — Perletti Guglielmo, 23 ans, de Parme, entre à 
la clinique le 9 novembre 1887. Le i5 novembre 1886, il 
avait été blessé à la cuisse et on avait dû faire la ligature de 
la fémorale. Une abondante suppuration, due à une carie 
tuberculeuse de Tos sous-jacent, exigea des opérations qui 
furent faites à Thôpital. Malgré cela, il existait toujours un 
sinus fistuleux qui laissait sortir du pus en grande quantité. 
Quand je le reçus dans ma clinique, je trouvai un séquestre 
et je me décidai pour la séquestrotomie. Je ne réunis pas 
de prime abord, mais je tamponnai avec de la gaze et du 
tannin. Réunion et guérison parfaites. 

Obs. VI. — Davoli Asdrubale, 14 ans, chapelier, de Reggio 
Emilia, fut reçu à la clinique le 9 novembre 1887, pour une 
ostéo-arthrite tuberculeuse du genou droit. La maladie 
était assez étendue, et je dus enlever complètement la 
capsule et vider les deux condyles du fémur. Le tendon rotu- 
lien fut suturé avec du catgut, et je dus aussi enlever les 
ligaments latéraux et cruciaux. Pansement au tannin et 
suture le second jour. On fut obligé de transporter le malade 
le dix-neuvième jour dans un compartiment spécial des 
salles de Thôpital, car il avait été atteint de la petite vérole, 
de laquelle il mourut. Tout allait régulièrement dans la plaie 
opératoire. 



•<00 ANDRKA (:F.CCHI^KELL1. 

Ons. VII. — Chicrici Ilinaldo, 6i) ans, portefaix, de Parme, 
est reçu à la clinique le 12 novenabre 1887 pour une ostéo- 
périostite ulcérées du cinqui(^me métatarsien gauche. Je fis 
un évidement complet du cinquième métatarsien, dont il 
ne resta pnîsque rien. 11 fut nécessaire d*4»xtirper les parties 
molles sous-jacentes, car elles étaient pleines d*ulcùres. Je 
tamponnai le tout avec do la gaze et du tannin. J'obtins 
rapidement une parfaite gu<^rison. 

Obs. Vlil. — (Juintavalla Pietro, 50 ans, paysan de Vicu- 
mero, fut reçu à la clinique le 25 novembre 1887. On lui 
avait fait Tannée précédente, pour une ostéite ulcéràe du ster- 
num et de la clavicule, Tévidement du manubre et de Tap- 
pendice xyphoïde du sternum, et la r<^section de la moitié 
interne de la clavicule. Quand il revint à la clinique, il y 
avait des foyers tuberculeux dans les mômes points que 
Tannée précédente, mais plus étendus encore et accom- 
pagnés par une très abondante suppuration. Le 3 décembre 
1887, je détruisis complètement toutes ces parties tuber- 
culeuses et jf réséquai totalement le reste de la clavicule 
droite, moitié de celle de gauche, jVnlevai tout le manubre 
du sternum et Tappendice ensiforme, de plus quatre cotes 
sur une longueur de <> centiinètn^s à peu près chacune. J(* 
clKTcliai à réunir le plus que je pus av(^c des points de 
suture toutes h's parties, puis j(^ tamponnai avec de la 
gaze imbibée d'un<' solution alcoolique de tannin. 11 n'y eut 
aucune hémorragie. Je dus fain' fré(iuemment des panse- 
mt'nts, tous avoc du tannin. Peu à peu, le vide laissé par 
tous ces os enlevés fut comblé, la réunion fut complète et la 
guérison parfait^.'. On iit prendn* chaque jour, à Tintérieur, 
3 grammes de tannin. Le maladie abandonna la clinique le 
18 février 1888, parfaitement guéri. 

Ohs. IX. — Valenti Hattista, 17 ans, paysan de Gorniglio. 
fut reçu à la clinique le 26 novembre 1H87, pour une ostéite 
tuberculeuse du condyle interne du fémur gauche. Je fis 
Tévidement du condyle interne du fémur, je cautérisai avec 
le thermo-cautère de Paquelin, puis je tamponnai avec de 
la gaze imbibée de tannin. Au bout <le quinze jours, je fis 



LE TANXIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 301 

le premier pansement. J*obiins une complète réparation et 
une guérison parfaite. 

Obs. X. — Paini Noémi, il ans, de Parme, fut reçue à 
la clinique le 28 novembre 1887, pour une hydropisie tuber- 
culeuse de Kœnig au genou de gauche. Arihrectomic to- 
tale; pansement avec du tannin; suture secondaire. Le pre- 
mier pansement fût fait 37 jours après ; guérison complète et 
réunion par première intention. Le résultat est parfait aussi 
au point de vue des fonctions. 

Obs. XL — Brugnoli Enrichetta, 15 ans, de Sant*Ilario. fut 
reçue à la clinique pour une ostéo-arthrite tuberculeuse du 
pied, dont les os étaient cariés; il y avait plusieurs abcès et 
les articulations étaient ouvertes. La maladie durait depuis 
un an. Je fis une incision exploratrice pour tenter, si cela était 
possible, une résection. Gela étant impossible, je fis la désar- 
ticulation ostéoplastique du pied à la Pirogofl*. Pansement 
avec du tannin, sutures par plans. Premier pansement 8 jours 
après; deuxième, 15 jours après: troisième, qui fut aussi le 
dernier, au 35* jour. Guérison parfaite; soudure dos os sec- 
tionnés entre eux. 

Obs. XÎL — Raffaini Giuseppe, 31 ans, de San Pancrazio. 
fut reçu à la clinique le 10 décembre 1887, pour une ostéo- 
arthrite tuberculeuse du genou droit, avec abcès multiples. 
Le 17 décembre, résection totale du genou, à la Mackenzie; 
je résèque 5 centimètres du fémur et 2 du tibia. J'enlève 
entièrement la capsule articulaire et la rotule. Je tamponne 
avec de la gaze imbibée d'une solution alcoolique de tan- 
nin. Le lendemain, suture, pansement avec du tannin et ap- 
reil plâtré. Le premier pansement est fait le 8 février, c'est- 
à-dire 54 jours après; je trouvai une réunion complète 
excepté dans les trajets des drains. Le deuxième et dernier 
pansement est fait le 2 mars, et le 4, R... abandonne la clini- 
que, parfaitement guéri. C'est le plus beau résultat que j'aie 
obtenu et vu parmi les résections totales du genou. 

Obs. XIIL — firillo Giulio, 6 ans, de Castelletto Ticinese, 



302 ANDREA CECCHERRLM. 

fut reçu à la clinique le 15 novembre 1887. C*est un enfant 
scrofuleux, fils et frère d^individus maladifs, et de mauvaises 
conditionsgénérales.IlétaitatteintdepuisiOmoisd'uneostëo- 
périostite tuberculeuse de Toiécrane gauche et du pariétal 
droit. La maladie du coude et Topération exécutée sur celui- 
ci, c*est-à-dire la résection de Tolëcrane, ne présentent rien 
d^important ni de digne d*ôtro noté. J*en obtins la guérison. 
Fort importante au contraire, fut la maladie du crâne. Klle 
se présentait comme un abcès, que j*incisai. Il en sortit du 
pus et je trouvais des fongosités, que je curai avec la cuil- 
Irre de Volkmann : mais au-dossous je trouvai le pariétal 
atteint d*ostéite tuberculeuse et je dus en évider une partie 
de près de 3 centimètres carrés, en laissant ainsi à du la 
dure-mère, dont je dus faire le curage. Une légère méninge- 
encéphalite vint par la suite ; elle resta corticale et localisée 
au point correspondant au pied de la circonvolution frontale 
ascendante. Avec des drastiques et de la glace cédèrent les 
phénomènes dus à cette complication, c*est-à-dire bégaye- 
ment et spasmes de la moitié gauche du visage. Comme le 
malade allait beaucoup mieux, je le fis sortir de la clinique 
pour qu*il pût respirer un air pur et sain; en effet chaque 
jour il faisait des progrès vers la giiérison. Plus tard il mou- 
rut de méningo-encéphalito tuberculeuse, dans la cliniquo 
médicale. J'avais toujours fait les pansements, tant pour le 
coude que pour le crâne, avec du tannin. 

Obs. XIV. — Grossi Ernest, 40 ans, paysan de Vigatto, fut 
reçu h la clinique le 3 janvier 1888, pour une ostéo-périostite 
alvéolaire ot carie du maxillaire inférieur. Je fis Tévidement 
de l'os atteint de carie tuberculeuse dans ce point, et j'extir- 
pai doux molaires ; je pansai avec du tannin, et la guérison 
fut complète et rapide. 

Obs. XV. — Mainardi Federigo, ;^0 ans, barbier, de Flo- 
rence, fut reçu à la clinique le 3 janvier 1888 pour une 
osleo-arthrite tuberculeuse du gros orteil du pied droit, qui 
existait depuis deux ans. 

Je fis la désarticulation tarso-métatarsienne, mais je ne 
pus obtenir la réunion par première intention, car, ù cause 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. a03 

d*innombrables trajets flstiileiix, je me vis forcé de sacrifier 
une grande étendue des parties molles, et par const»quent 
il me fut impossible de rapprocher les lambeaux. La guéri- 
son pourtant fut complète. Pansement toujours avec du 
tannin. 

Obs. XVI. — Garrara Eugenio, 18 ans, cordonnier, de San 
Pancrazio, fût reçu à la clinique le iO janvier 1888 pour une 
ostéo-myélite tuberculeuse du grand trochanter gauche, 
existant depuis deux ans. On avait fait d*autres fois encore 
révidement de l'os, mais la maladie avait récidivé. Je fis 
l'évidement, et je dus extraire un séquestre central de Tos. 
Je ne réunis pas la plaie, mais je tamponnai le tout avec do 
la gaze et du tannin. Granulations d'un bel aspect. Guérison 
complète. 

Obs. XVII. — Delbono Ernesto, 17 ans, paysan do Via- 
dana, fut reçu à la clinique le !25 janvier 1888 pour un abcès 
tuberculeux à la cuisse droite durant depuis 2 ans. Maladie 
do l'os iliaque. J'incise Tabcès et j'extirpe la capsule. L'ab- 
cès contenait presque deux litres de liquide. Je tamponnai 
avec de la gaze imbibée de tannin. Guérison complète. 

Obs. XVIII. — Tommasini Guglielmo, 10 ans, de San Laz- 
zaro près de Parme, est reçu dans la clinique le 22 février 1 888 
pour une arthrite tuberculeuse du genou droit : 2 années 
auparavant il avait été opéré d'arthrectomie totale avec évi- 
dement des condyles du fémur. Maintenant il se présentait 
parce que le membre droit s'était allongé de prés do 2 centi- 
mètres par suite d'une ostéitfi épiphysaire. Je fis alors l'évi- 
dement des condyles et je détruisis le cartilage épiphysaire. 
Je pansai avec du tannin : tout procède régulièrement vers 
la guérison complète. 

Obs. XIX. — Ebadosi Hicciarda, 50 ans, fut roçiio à la cli- 
nique le 2 mars 1888, pour une ostéite ulcérée du premier 
cunéiforme droit. 

Quatre années auparavant, elle était tombée sur le pied, 
qui se tuméfia ; puis elle alla mieux. Depuis un an, elle 



304 ANDREA CECCHEREIXl. 

empirait. Évidemcntdu premier cunéiforme. Tamponnement 
avec de la gaze imbibc^e de Umnin. Pansement 10 jours 
après ; tout marche régulièrement. 

Obs. XX. — Paini Adélaïde, i9 ans, entra à la clinique le 
7 mars 1888 pour un mal vertébral de la région cervicale, qui 
existait depuis 5 mois. Fluctuation manifeste. Phénomènes 
pulmonaires. J'incisai Tabcès et jo pus on extraire un sé- 
questre, qui était constitué par Tapophyse épineuse de la 
sixième vertèbre cervicale : je fis Tévidement de cette ver- 
tèbreetde la cinquième. Je tamponnai avec de la gaze imbibée 
d*uno solution alcoolique de tannin, que le jour suivant je 
changeai pour de la gaze imbibée de tannin seulement. La 
moelle était découverte presque dans Tétendue d'un centi- 
mètre. J'appliquai une minerve. Jusqu'à ce moment tout 
marche régulièrement. Des phénomènes pulmonaires graves 
continuent toujours. 

En rcchcrcliant dans les urines de tous les malades 
le tannin avec le perchlorure de fer, on le trouva 
toujours en quantité plus ou moins grande. 

11 me semble inutile d'avertir que, à Tusage du 
tannin localement, s'en joignait très souvent Tusage 
à rintérieur, particulièrement quand on n'en trouvait 
que fort peu dans les urines. Dois-je dire encore que, 
ayant largement fait usage de tannin pour le panse- 
ment de mes opérés, je le trouvai toujours utile et 
jamais nuisible, car je ne vis de retard dans aucune 
guérison et je remarquai Tabsence de suppuration. 

(loNCUSIONS 

Les résultats obtenus |)ar mes essais expérimen- 
taux et cliniques me donnent Tassurance que le tan- 
nin est excellent pour le pansement des lésions des 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 305 

OS et des articulations. Le tannin est un moyen asep- 
tique Tort bon pour Favoriser la réunion des blessu- 
res; il a de puissantes propriétés anti-tuberculeuses, 
car il prévient le développement de la tuberculose et 
détruit les foyers tuberculeux qui peuvent exister. Il 
est, sans aucun doute, meilleur que Tiodotorme, car 
il a Tavantage d'avoir sa puissance sans en présenter 
aucun danger, sur l'organisme. Je fais dans ce mo- 
ment des essais avec des injections alcooliques de 
tannin, et avec le collodion et le tannin, précisément 
comme on le fit pour Tiodoforme; je suis sûr que 
d'autres essais et d'autres expériences, qu'on doit 
faire successivement, ne pourront que confirmer les 
résultats positifs que j'ai constamment obtenus jus- 
qu'à présent. 

APPENDICE 

Après avoir fait cette communication à la Société 
italienne de Chirurgie, à Naples, le 26 mars 1888, 
je continuai mes expériences et je fis toujours usage 
du tannin dans la clinique. 

Dans cette séance, le docteur Ernest Tricomi, assis- 
tant de la clinique chirurgicale de Rome, dirigée 
par le professeur Durante, dit que, après avoir lu 
le titre de ma communication, il voulut aussi essayer 
sur deux lapins le tannin en le mélangeant avec des 
crachats; solution titrée au cinquième et au dixième. 
Un des lapins mourut d'une gangrène septique, et 
l'autre était aussi dans de mauvaises conditions. 

Au point de vue aseptique, il concluait que le tan- 
nin devait être utile seulement comme les poudres 
inertes : en un mot, les deux animaux avaient été 

TUBERCULOSE. — II. 20 



.100 ANDREA CECCIIERKLM. 

atteints parla septicémie. C*est là le plus grand dîin- 
ger qu'on coure dans les expériences de ce genre, 
car, comme on est forcé de faire usage de maté- 
riaux septiques, comme le sont les crachats tuber- 
culeux toujours surchargés d'éléments septiques, ou 
de pus, bien souvent il survient une septicémie; en 
empêchant le développement de la tuberculose, avec 
les moyens dont nous avons fait usage, nous avons 
réussi à la prévenir. 

Bien des fois cela m'est arrivé; entre autres, pour 
cinq lapins, auxquels j'inoculai en un jour des cra- 
chats de tuberculeux et du tannin. 

Dans cette seconde série d'expériences, j'en ai 
deux de réellement notables; un lapin qui, ayant 
triomphé des dangers de la septicémie, vit depuis 
près de deux mois, sans tuberculose; et le chien 
auquel j'avais déjà fait une fois l'inoculation et dont 
j*ai parlé dans ma communication. A ce chien je lis 
une seconde inoculation avec du tannin et du cra- 
chat de tuberculeux; un mois et demi s'est écoulé 
après la seconde o|)ération et il est toujours exempt 
de tuberculose. 

Cette seconde expérience qui a si bien réussi me 
semble d'une grande valeur, car l'inoculation a été 
doublée toujours sur le môme sujet, et avec les 
mêmes excellents résultats (1). 

Dans le champ de la clinique, j'ai encore sept cas 
dont je vais ra|)porter sommairement l'histoire, pour 
les joindre aux vingt autres dont j'ai déjà parlé. 

(i) Ce chien a été tué le 17 juin, et à Tautopsie on n'a pas trouvé 
de tuberculose. — (Comme la tuberculose n'atteint que rarement 
les chiens, nous ne partageons pas l'opinion de M. Ceccherelli re- 
lativement à la valeur de ce fait. — A. V.) 



LE TANNIN DANS LA TUBERCULOSE CHIRURGICALE. 307 

Obs. XXI. — Pignoli Dafne, 20 ans, de Golese, fut reçue à 
la clinique en qualité de pensionnaire, le 29 mars 1888. 
Elle avait une coxo*tuberculose gauche, avec un abcès 
intra-articulaire. Les lésions des os étaient fort étendues et 
les conditions générales mauvaises. Je fais la résection de 
la hanche en enlevant à peu près 8 centimètres du fémur. 
Je tamponne avec de la gaze imbibée d*unc solution alcoo- 
lique de tannin ; trois jours après, pansement déûnitif tou- 
jours avec du tannin. Réaction fébrile jusqu'à 38,5 seule- 
ment les 3 premiers jours, puis apyrexie. Dafne Pignoli 
s'est levée depuis près de 15 jours, et elle est dans d'excel- 
lentes conditions locales et générales. 

La guérison complète ne s'est pas fait attendre. J'ai tou- 
jours fait usage de tannin, et je ne vis pas une seule goutte 
de suppuration. 

Obs. XXII. — Scotti Dusolina. 6 ans, de Parme, fut reçue 
à la clinique le 5 avril 1888, pour une ostéo-arthrite tuber- 
culeuse du genou, et de vastes abcès tuberculeux à la cuisse 
et h la jambe. Le 12 avril je fis l'arthrectomie totale et 
Touverture des abcès. Mais la suppuration, fort abondante, 
laisse persister la fièvre septicémique et me force à faire 
le 7 mars l'amputation de la cuisse en haut. La fièvre dispa- 
raît Pansement avec du tannin. Héunion déjà fort avancée 
par première intention. 

Obs. XXIII. — Pelati Gualtiero, 9 ans, de Parme, entre à la 
clinique le 11 avril pour une ostéomyélite tuberculeuse du 
gros orteil du pied droit. Évidement et pansement avec du 
tannin. Guérison complète. 

Obs. XXIV. — Saccardi Dirce, 16 ans, de Sorbolo, fut 
reçue à la clinique le 14 avril pour un foyer tuberculeux au 
genou droit. Elle avait dû subir 3 années auparavant l'ar- 
threctomie totale. Une année après, elle se fit une fracture 
du fémur du même côté, et peu après deux foyers tubercu- 
leux furent enlevés avec la cuillère. Cette fois un nouveau 
foyer tuberculeux se présenta, je l'enlevai avec la cuillère, 
et pansai avec du taimiD. La guérison fut plus rapide que 
les autres fois où Ton avait fait usage de Tiodoforme. 



308 ANDHEA CECCHERELLl. 

Obs. XXV. — Piazina Giutlitta, 6 ans, de Parme, fut reçue 
à la clinique le 16 avril pour une ostéomyélite tuberculeuse 
du gros orteil droit. Je fis révidement, le pansement avec du 
tannin et la guérison fut complète. 

Obs. XXVI. — Sibilloni (>sira,{de Parme, 19 ans, fut reçue 
il la clinique le 7 mai, pour une chiro-tubcrculose droite. 
Résection du pouce, et pansement avec du tannin. Elle suit 
son traitement et tout marche régulièrement vers la gué- 
rison. 

Obs. XXVII. — Costa Maria, de Sala Baganza, 60 ans, fut 
reçue à la clinique le 7 mai 1888 pour une ostéo-arthrite 
tuberculeuse du genou droit. Elle était dans de très graves 
conditions. Je dus amputer la cuisse, et je pansai avec du 
tannin. Elle est encore à la clinique, et ses conditions sont 
maintenant fort bonnes. 

Après ces nouvelles expériences et observations 
cliniques, je dois ajouter à ma conclusion que si le 
tannin au point de vue antiseptique est inférieur à 
beaucoup de substances, au point de vue anti-tuber- 
culeux il est très utile et plus efficace que Tiodo- 
forme et mérite réellement qu*on continue à l'étu- 
dier et ressayer. J'ajouterai en outre que je Tai 
trouvé utile même pour embrocations (coUodion et 
tannin 20 p. lOOj dans les mêmes cas pour lesquels 
on fait usage de collodion et d'iodoforme. Je n'ai pu 
jusqu'ici faire usage de la solution éthérée de tan- 
nin, car il est très peu sohible et il faut ajouter beau- 
coup d'alcool. Je n'ai pas encore réussi à composer 
le mélange nécessaire, mais je ne m'arrêterai pas et 
je continuerai mes efforts. 

Parmo, 20 juin IS8S. 



ÉTUDE 



SUR LE TRAITEMENT ÉTIOLOGIQUE 



DE LA TUBERCULOSE 



EN PARTICULIER PAR LE TANNIN 



PAR 



F. RAYMOND kt G. ARTHAUD 

pRoressBUR aorbok a la pacultk chef dk travaux 

DE MBDECINB, AU LABORATOIRE DR PHY8IOLOGIK 

MÉDECIN DE i/HOPITAL SAINT-ANTOINE GÉNÉRALE DU MUSÉUM 



Nous avons développé dans un précédent mémoire 
les principes qui doivent, selon nous, servir de base 
pour édifier un traitement rationnel de la tuberculose. 

Nous avons montré tout d'abord que la méthode 
des vaccinations, qui fournit dans d'autres maladies 
infectieuses de si brillants résultats, n'était pas 
applicable à la thérapeutique ou à la prophylaxie des 
accidents tuberculeux. 

Dans un travail publié dans le môme fascicule que 
5 nôtre, M. Gosselin était parvenu d'ailleurs à des 
^^clusions identiques et, depuis cette époque, M. H. 
^rtin a démontré par de nombreuses expériences 
r utilité de semblables tentatives. 
r<^ premier point établi, nous pouvons donc au- 
*d*i\\x\ répéter de nouveau que la seule voie ouverte 



310 F. RAYMOND ET (1. ARTliAUD. 

à l*cxpérimcntation est celle a laquelle nous nous 
étions précédemment ralliés et qui consiste à cher- 
cher des substances pouvant enrayer dans un orga- 
nisme la pullulation des bacilles de Koch. 

Nous avons exposé dans notre premier mémoire 
les résultats obtenus par nous dans cette voie. 

Notre méthode expérimentale consistait à intro- 
duire dans l'organisme des animaux en expérience 
les substances médicamenteuses à essayer: puis à 
pratiquer au bout d'un temps variable des inocula- 
tions tuberculeuses. En suivant les progrès de l'inva- 
sion bacillaire comparativement chez les animaux 
soumis au régime et chez d autres animaux témoins 
inoculés en même temps, il devenait facile de savoir 
si l'eiret du traitement préventif était capable d'en- 
raver l'évolution de la maladie. 

Le point de départ de ces essais était donc de s'ef- 
forcer d'établir par des moyens thérapeutiques une 
immunité passagère ou durable contre la tubercu- 
lose. 

Nous avions déjà, au moment où notre travail fut 
inséré dans le premier fascicule de ce recueil, essayé 
diverses substances. Nous ne reviendrons pas sur les 
résultats déjà publiés, en vertu desquels, malgré quel- 
ques résultats positifs, nous avions renoncé à utiliser 
rio<loforme ou le sulfure de carbone. Nous rappelle- 
rons seulement que dans nos premières recherches 
nous n'avions trouvé qu'une substance nous donnant 
des effets d'immunité un peu marqués, cette sub- 
stance c'est le tannin. 

Les animaux que nous avions nourris avec celte 
substance pendant un mois à la dose d'un gramme 
environ par jour, ont été sacriûés au bout de dix 



TRAITEMENT DE LA TUBERCCLOSE PAR LE TANNIN. 31 i 

mois et n'ont présenté aucune lésion, tandis que les 
lapins témoins inoculés en même temps avaient suc- 
combe dans le délai moyen de trois mois. 

Les lapins saturés de tannin avant et après Tino- 
culation présentent donc une résistance particulière 
à l'acteur du virus tuberculeux. Y a-t-il immunité 
absolue? c'est ce que nos expériences les plus récen- 
tes ne nous permettent pas de penser; il y a, en tout 
cas, une réceptivité beaucoup moindre. 

Indépendamment du tannin, nous avons, depuis 
cette époque, expérimenté d'autres substances qui 
nous ont paru efficaces, mais qui ne nous ont pas 
permis d'obtenir des résultats aussi nets qu'avec le 
tannin. Nous citerons seulement pour mémoire quel- 
ques-unes de ces substances, telles que : le silicate de 
soude Ja salicine, les séléniates et sélénites de soude, 
les iodures de sodium et de potassium récemment 
préconisés par Lépine. Nous avons obtenu, surtout 
avec la salicine et l'iodure de sodium ou de potas- 
sium, un retard marqué de l'évolution des accidents 
et quelquefois l'arrêt de la maladie. 

Mais malgré cela nous croyons que le tannin réa- 
lise seul jusqu'à présent dans une large mesure l'im- 
munité que nous cherchons à obtenir. 

Disons également que depuis nos premiers tra- 
vaux la voie que nous avions indiquée comme étant 
celle qui devait attirer l'attention des expérimenta- 
teurs, a été suivie avec succès en France et à Tétran- 
ger par quelques auteurs, qui se sont ralliés aux con- 
clusions qui s'étaient imposées à nous en même temps 
qu'à M. Gosselin dans ses travaux sur l'iodoforme. 

Les résultats obtenus par les divers auteurs sont 
souvent contradictoires et cela est facile à concevoir. 



:ita F. HWSHIND KT li. ABTBAUD, 

élant lionDÙ la dilTicnllé et la longueur de semblables 
expériences. 

C'est ainsi que M. Jeannei a publié des résultats 
en désaccord avec ceux de M. Gosselin. OisoDs en 
passant que les conclusions de ce dernier auteur sont 
en conformité avec les essais que nous avions tentés 
avec l'iodoforrae, en ce seus tout au moins que l'iodo- 
l'orme ralentit, s'il n'enraye pas la marche des acci- 
dents. De même M. Cavagnis a tenté d'obtenir une 
immunité tuberculeuse par l'action de l'iodure, de 
l'arsenic, des sels du mercure, de l'eucalyptol, et pa- 
rnlt avoir obtenu quelques résultais encourageants. 

Malgré toutes ces recbercbes, il convient de se 
montrer très réservé dans les conclusions, pour ne 
pas discréditer à l'avance une méthode qui nous 
semble appelée à donner un jour ou l'autre des 
résultats précieux. 

Aussi, malgré l'appui fourni à nos propres travaux 
sur le tannin par le mémoire récent du professeur 
Ceccherelli, de Parme, n'insisterons-nous pas davan- 
tage sur nos résultats expérimentaux récents, les 
jugeant encore trop imparfaits pour en tirer autre 
chose que des inductions thérapeutiques fondées sur 
un seul fait bien constaté dos maintenant, la résis- 
tance plus grande des lapins tannisés à l'action du 
bacille de Koch. 

Nos recherches de cette année, enrayées par la ma- 
ladie de l'un de nous, ainsi que par le manque d'ani- 
maux dans le laboratoire de physiologie générale du 
Muséum, ne sont pas encore assez complètes à uolre 
avis pour autoriser d'autres conclusions. Nous nous 
proposons surtout dans ce travail d'insister sur les 
résultats thérapeutiques résultant de l'emploi de notre 



TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE PAR LE TANNIN. 313 

méthode de traitement et sur les indications pratiques 
qui en découlent. 

Puisqu'un traitement étiologique de la tuberculose 
est aujourd'hui possible, il nous semble tout d'abord 
nécessaire de bien préciser ce que l'on est en droit 
d'en attendre comme résultats, et dans quel esprit il 
convient d'aborder l'étude thérapeutique de la tuber- 
culose humaine. 

Le plus souvent, en pareil cas, la méthode favorite 
de la plupart des auteurs semble être la méthode sta- 
tistique, qui consiste à soigner un lot déterminé de 
malades et à noter les succès ou les échecs qui ont pu 
survenir. Presque toujours, en opérant ainsi, tout en 
spécifiant le degré d'ancienneté et d'extension des lé- 
sions, on se trouve amené à fournir des conclusions 
dans lesquelles on tend à admettre que tous les 
malades soumis au traitement ont d'égales chances 
de guéri son. 

11 arrive également presque toujours que d'une part 
les auteurs d'un procédé thérapeutique sont invin- 
ciblement portés soit à rejeter trop vite, soit à pré- 
coniser outre mesure leurs movens d'action; mais 
bientôt dans ce cas des séries moins favorables 
viennent jeter le discrédit sur un médicament qui 
jouit souvent d'une réelle efficacité et qui n'a d'autre 
inconvénient que d'avoir été trop prôné au début. 
Telle est l'origine du scepticisme thérapeutique en 
vogue de nos jours, et qui repose uniquement sur la 
rapidité trop grande avec laquelle on formule de 
part et d'autre des conclusions absolues. 

Pour réagir contre cette tendance, nous pensons 
qu'il est important de bien poser les données du 



314 F. RAYMOND KT ti. ABTHAUD. 

problème, d'insister à ravance sur les impedimenta 
inséparables de toute méthode et sur les échecs iné- 
vitables que l'application trop hâtive d*une méthode 
ne tarde pas à susciter. 

Bien définir les indications d'un médicament, les 
circonstances qui favorisent ou empêchent son ac- 
tion spéciale, nous semble être le prélude nécessaire 
de toute tentative du genre de celle que nous nous 
sommes proposé de poursuivre. 

La tuberculose est une maladie évidemment cura- 
ble: trop d'exemples de guérison spontanée ou pro- 
voquée vérifiés par l'examen anatomique sont venus 
affirmer cette assertion pour qu'on soit tenté de la 
révoquer on doute. 

Mais souvent aussi celte maladie, loin de s'arrêter 
dans son évolution, poursuit sa marche envahis- 
sante et entraine la mort, tantôt par le mécanisme 
habituel de Tinfection microbienne aiguë, tantôt par 
le seul progrès des pertes de substances lentes et 
continues qu'elle provoque, (^'est qu'en effet, à len- 
conlre de ce que Ton observe dans la plupart des 
maladies parasitaires, la tuberculose est une maladie 
non cyclique, dont la progression n'est pas limitée, 
et ({ui tue le plus souvent moins par la virulence 
propre de son agent pathogénique que par la conti- 
nuité et la prolongation des désordres locaux qu elle 
détermine. 

Un organisme tuberculeux est un organisme in- 
fecté dans son ensemble, mais chez lequel il existe 
toujours une localisation organique prépondérante 
dont révolution règle seule la marche et la durée des 
accidents. Si la lésion organique dominante s'amende 
et rétrograde, l'infection générale cesse et la guérison 



TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE PAR LE TANNIN. 315 

survient; si, au contraire, la lésion locale progresse 
et s'étend de plus en plus, elle ne tarde pas à entraî- 
ner la mort, avec un cortège de symptômes variables 
suivant la localisation particulière et plus ou moins 
rapide suivant l'importance de Torgane affecté, etc. 

Prenons pour exemple la tuberculose pulmonaire 
qui est, chez l'adulte, la localisation par excellence du 
microbe de Koch. 

On décrit classiquement trois périodes à la pthisie 
pulmonaire ; mais pratiquement, au point de vue thé- 
rapeutique, cette division toujours invoquée pour 
créer des catégories de malades, est insuffisante. 

Pour poser un pronostic avant d'entreprendre un 
traitement, on doit se guider sur d'autres considéra- 
tions que celles qui servent de base à la description 
clinique de la maladie. La question importante à ré- 
soudre en pareil cas n'est pas de savoir s'il y a des 
cavernes au lieu de granulations grises, mais bien 
de savoir si l'étendue actuelle des lésions pulmo- 
naires est compatible avec une hématose suffisante, 
quelle que soit la nature des lésions tubert^uleuses. 

Cela est si vrai que, par exemple, chez les malades 
qui ont eu,àplusieurs reprises, des hémoptysies gra- 
ves, on voit souvent se produire des phénomènes 
dyspnéiques hors de proportion avec l'extension des 
tubercules ; tandis qu'au contraire on voit que certains 
tuberculeux maintiennent leur état général et respi- 
rent sans trop grande peine malgré la perte de tout ou 
partie de l'un des poumons. 

Ce fait s'explique aisément si Ton tient compte que 
chez les premiers ce sont non seulement les parties 
envahies par les tumeurs d'infection qui sont rayées 
du champ respiratoire, mais encore les lobes prives 



3(6 F. RAYMOND KT O. ARTHAUD. 

de sang par thrombose post-hémorrhagiqiie ; tandis 
qu'au contraire dans l'autre cas la dyspnée reste 
sensiblement proportionnelle à Textension du tuber- 
cule. Si Ton portait un pronostic favorable dans le 
premier cas, on s'exposerait souvent à une erreur, 
tandis que le phtisique avancé de Tautre catégorie 
pourra sinon guérir, du moins s'améliorer sous Tin- 
iluencedu traitement. 

En résumé, pour la tuberculose pulmonaire, poser 
un pronostic équivaut presque toujours à vérifier 
comment s'accomplit chez le malade l'acte respiratoire 
et quelles sont les causes souvent multiples qui Tem- 
pochent ou le ralentissent. D'après notre expérience 
personnelle, nous divisons nos malades en deux 
catégories : 1* ceux chez lesquels le champ deThéma- 
tose est suffisamment conservé : ce sont les malades 
curables ; 2** ceux chez lesquels la dyspnée croissante, 
l'asphyxie des extrémités indiquent le début de la 
période d'asphyxie chronique, quelque paradoxale 
que puisse sembler cette expression : ce sont les ma- 
lados non durables. 

Quoi qu'on fasse chez ces derniers, quelque faible 
que soit l'étendue apparente des lésions, on doit 
porter un pronostic fatal, car chez eux l'hématose est 
absolument compromise et cette insuffisance, bien 
qu'incapable d'entraîner la mort immédiate, à cause 
de l'accoutumance et de l'adaptation momentanée, ne 
peut que produire hi déchéance vitale successive des 
organes essontiels. 

Celte distinction a une grande importance tant 
au point de vue spécial où nous nous plaçons que 
par rapport au traitement étiologique tel que nous le 
concevons. 



TRAITEMENT DE LA TIBERCULOSE PAR LE TANNIN. 317 

Que pouvons-nous attendre en effet d'une substance 
capable comme le tannin d'enlever aux lésions exis- 
tantes leur caractère spécifique et d'enrayer la pro- 
gression fatale des tubercules en s'opposant à la 
puUulation des micro-organismes qui les produisent? 

Rien autre chose que l'arrêt des symptômes mor- 
bides et la cicatrisation des lésions existantes ; mais 
si cette cicatrisation elle-même ne peut suffire à 
rétablir Tintégrité relative du champ pulmonaire, le 
traitement restera inefficace et n'interrompra point 
la marche ascendante de la dénutrition. 

Les applications pratiques de ces données se pré- 
sentent plus fréquemment qu'on n'est tout d'abord 
porté à le croire, car tantôt les hémoptysies, tantôt 
les adhérences pleurales, tantôt des lésions orga- 
niques concomitantes du cœur ou des autres organes 
nennent mettre un obstacle à la réussite de tout 
sigent thérapeutique. 

Il y a même d'autres conditions accessoires qui 
peuvent s'opposer à la guérison d'un malade; c'est 
iinsi, par exemple, que souvent l'on voit des tuber- 
culoses peu avancées résister énergiquement aux 
efforts du médecin, par impossibilité d'alimentation. 

On se trouve alors en présence d'une véritable 
phtisie gastrique, comme nous en avons observé quel- 
ques cas dans lesquels l'intolérance de Testomac était 
telle, que le malade ne pouvait se nourrir qu'avec des 
Bdiments liquides et en trop petite quantité pour per- 
mettre l'entretien de la vie. Tantôt cette intolérance 
itait due à des lésions stomacales comme celles dé- 
crites par Marfan, tantôt à une névrite du pneumo- 
gastrique soudé à la plèvre, tantôt enfin à la phtisie 
laryngée et à Thypéresthésie des premières voies. 



318 F. HAYMOND ET G. AKTIIAUD. 

On voit d'après ce rapide exposé combien est dé- 
licate la tâche du médecin qui doit porter un pro- 
nostic en de semblables conditions. 

Si nous envisageons les localisations méningées de 
la tuberculose infantile, nous retrouverons une com- 
plexité analogue; alors le pronostic dépendra en 
grande partie tantôt de Tahondance de Tépanchement 
et des fausses membranes, tantôt enfin de Tétendue 
plus ou moins grande des lésions pulmonaires con- 
comitantes. 

De tout ceci résulte pour nous cet axiome évident 
a priori y que : sont seuls curables y les tuberculeux chez 
lesquels les lésions organiques déjà produites ne sont 
point par elles-mêmes de nature à entraîner la mort 
à plus ou moins Itrève échéance. 

(luérir la tuberculose ne veut donc point dire 
rendre à la santé tous les tuberculeux sans distinc- 
tion, mais purement et simplement enrayer l'évolu- 
tion du microbe et s'opposera Texlension plus grande 
des tumeurs d'infection qu'il produit. 

Or tel est reflet que nous croyons devoir attribuer 
k la médication tanni<|ue, dont nous nous proposons 
d'énoncer ici les indications et les formules. 

La thérapeutique de la tuberculose en général 
doit à notre avis comprendre plusieurs indications. 
En effet il ne suffit pas d'empêcher par des moyens 
artificiels la reproduction incessante des bacilles tu- 
berculeux dans un organisme infecté, il faut encore, 
pour tendre vers la guérison, donner au malade les 
moyens de réparer les pertes organiques, qu'une 
cachexie de longue date a pu déterminer chez lui. 

Un malade chez, lequel la marche envahissante 



TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE PAR LE TANNLN. 319 

des tubercules est enrayée n'est pas encore un homme 
sain, c'est un convalescent en voie degucrison auquel 
il Faut fournir tous les soins, toutes les conditions 
hygiéniques que comporte une période de restaura- 
tion organique. 

De là deux grandes indications, sans lesquelles tout 
traitement ne sera que partiellement efficace : 

1* L'hygiène spéciale; 

2" L'usage d'un agent thérapeutique créant l'im- 
munité. 

Pour remplir la première condition^ il importe de 
ne pas oublier les prescriptions développées dans les 
traités classiques, pourcliaque cas particulier, en in- 
sistant particulièrement sur l'alimentation par des 
substances azotées. C'est là en effet une condition 
indispensable de succès, car un organisme débilité ne 
peut réparer ses pertes que par l'alimentation. Sur- 
veiller cette alimentation, la favoriser s'il y a lieu, 
l'exagérer si cela est possible, telle doit être la préoc- 
cupation constante du médecin. 

Joignez k cela la médication symptomatique dictée 
par les circonstances, k propos du sommeil, de la 
toux, de troubles digestifs ou d'autres complications 
possibles, et vous aurez réalisé les principales indi- 
cations que comporte l'hygiène du tuberculeux. 

Tous ces faits sont classiques, et il est inutile d'y 
insister outre mesure. 

Il en est tout autrement de la médication étiolo- 
gique proprement dite qui est, à l'heure actuelle, le 
point en litige. 

Nous avons dit plus haut pourquoi le tannin nous 
semblait devoir être préféré; il nous reste seulement 
à préciser maintenant les conditions de son emploi. 



3^0 F. BAYMDND KT li, ARTIIALI). 

L'expérimentât ion sur l'animal et les essais cli- 
niques nous ayant fait recoanailre la nécessité des 
doses relativement élevées , seitles efficaces, nous avoDs 
été arrêtés au début par la crainte de phénomènes 
d'intolérance. 

L'expérience n'a pas tardé à nous délivrer de celle 
crainte. En effet, nous avons pu constater que chez la 
plupart des malades le médicament était facilement 
toléré, surtout si l'on prenait soin de préparer la toK^ 
rance en augmentant progressivement la dose. 

En administrant le tannin après le repas, les ma- 
lades accusent quelquefois, dans les premiers jours, 
une sensation de pincement" stomacal vite disparue. 

lie même ils ont aussi une constipation légère, 
pouvant durer une huitaine de jours; mais le plus 
souvent au boni de ce temps la tolérance est complète 
et les selles se régularisent. La diarrhée, si elle exis- 
tait auparavant, disparaît; il en est de même de 1» 
constipation opiniâtre de certains malades, qui se 
trouve détruite par l'action du médicament. 

Les modes d'administration sont variables suivant 
la fantiiisie ou la susceptibilité du malade. 

Chez les enfants, nous donnons de préférence le 
sirop iodo-lannique qui est fort bien toléré. 

Chez les adultes et chez les jeu nés gens, nous avons 
nepuis longtemps recours à l'administration du tau- 
nin sous les formes suivantes : 



Aciilo titnnique à l'alcool (1) 

niyci^rine 

Vin 



l)Nou» nvoiis rocciiirs de pi-érérence A celte sorte deT 
nr (viter 1^ l^frrr go^l d*(lher que possède souxent le Imnsin 



nmcs. 



TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE PAR LE TANNIN. 321 

Un verre à bordeaux après chaque repas. 

Acide tannique à ralcool. . . 25 centigrammes. 

Glycérine ) 

Sirop de sucre j ^- ^• 

P. une pilule, dix pilules par jour. 

Acide tannique 25 centigrammes. 

Miel g. S. 

P. une pilule, dix pilules par jour. 

Acide tannique 30 centigrammes. 

Pepsine amylacée 20 — 

P. un cachet, dix cachets par jour. 

Le plus souvent nous associons ces deux modes 
d'administration en augmentant ou diminuant la 
dose des pilules ou des cachets suivant Tétat du 
malade. 

Dans les cas fébriles, nous avons trouvé avantage à 
employer concurremment avec le tannin la salicine, 
que Ton peut introduire facilement sous forme pilu- 
laire ou de cachet dans les formules précédentes, ou 
séparément à la dose de 2 grammes environ par jour 
pour un adulte. On peut d'ailleurs, sans inconvé- 
nient, dépasser largement ce chiffre. 

Tels sont les divers modes d'administration que 
nous avons utilisés dans la pratique hospitalière ou 
civile. 

En nous astreignant aux règles d'hygiène classique 



dit à Vélher, On peut d'ailleurs selon le ^^oùt du malade donner 
le tannin du ratanhia, du quinquina, du noyer, etc., à la place du 
tannin du chêne. 

TCBERCCLOSE. — H. 21 



K. llAVMOMi KT G. AHTHAnt. 



î celîi 



siblc. 



toutes les fois q 
avons à peu près loujours obtenu des résultats qui 
nous ont semblé supérieurs à eeux qwe nous avait 
donnés toute autre niétliode. En efTet, dans tous les 
cas, l'araélioration a été la rè{<le, mérae dans des «.■us 
absolument désespérés. 

Mais chen les malades que nous avons classés 
comme incurables pour les motifs précédemment énu- 
mérés, l'amélioration a été passagère, tandis qu'au 
contraire, chez ceux qui ne présonlaiont ni obstacle 
absolu à la nutrition ni lésions organiques incompa- 
tibles avec k vie, le mieux s'est toujours accentué et 
s'est maintenu chez quelques-uns que nous suivons, 
depuis plus de deux ans. Nous devons à l'obligeance 
de quelques amis ou élèves d'autres observations 
qui plaident dans le même sens. 

Cet effet favorable a même été si constant que si, 
au bout de quinze jours, un mois au plus tard, une 
amélioration n'est pas survenue dans l'état général, 
nous avons pu porter un pronostic fâcheux qui a 
presque toujours été vérifié. 

Les améliorations les plus nettes ont été observées 
dans le cas de tuberculose aiguë de date relative- 
ment récente. 

Chez ces malades, malgré quelques phénomènes 
passagers d'intolérance, provoqués par les hautes 
doses données d'emblée, le médicament a toujours 
été supporté, et a provoqué, dans les quinze jours, 
une défervescence fébrile, et la disparition des symp- 
tômes. Au bout de ce temps, les malades sont entrés 
dans la période de convalescence, qui a été marquée 
par une augmentation sensible de poids, continue et 
progressive, avec retour des forces et d'un bon état 



TRAITEMENT DE LA TCBERCULOSK PAR LK TANNIN. 323 

général. Chez plusieurs de ces malades, atteints de 
tuberculose pulmonaire, les symptômes locaux du 
foyer central ont disparu et sont remplacés, pure- 
ment et simplement, par de l'expiration prolongée, 
sans râles caverneux ni craquements. 

Dans plus de dix cas de tuberculose méningée de 
Tenfance, nous avons eu des résultats favorables que 
nous n*osions espérer. 

DepuiS 1886, l'un de ces enfants est encore bien 
portant, avec retour à une santé parfaite, sauf une 
certaine paresse intellectuelle et une légère indura- 
tion pulmonaire, témoignage de ses anciennes lé- 
sions. 

Depuis 1887, plusieurs autres n'ont pas eu de ré- 
cidives, ce qui écarte l'idée d'une rémission passa- 
gère. 

Malgré la gravité de cette localisation de la tuber- 
culose, qui nous a été démontrée par des échecs subis 
dans d'autres cas du même genre, la médication 
iodo-tannique à haute dose nous semble avoir une 
réelle efficacité. 

Il est enfin une utilisation de la méthode préconi- 
sée par nous sur laquelle il convient en terminant de 
dire quelques mots. 

Nous voulons parler des tuberculoses locales, dans 
lesquelles le traitement au tannin nous a fourni 
comme au D' Ceccherelli des résultats précieux. 

En administrant ce médicament à l'intérieur chez 
des malades atteint de tuberculoses osseuses et d'abcès 
froids, nous avons vu constamment la marche de la 
lésion locale se modifier très rapidement. 

Le résultat constant a été, au bout de quinze jours 



F. llAVJUlNd 1 



de régime, rinnammalion de la poche et la flujdili- 
cation du pus concret qu'elle renfermaif. 

Ce changemeol dans les propriétés du pus a été 
assez grand pour nous permettre de faire à plusieurs 
malades des ponctions capillaires avec l'aspirateur. 

La netteté des résultats a été telle que dans quel- 
ques cas il nous a paru convenable de modérer les 
doses pour éviter des inflammations de voisinage. 

La transformation brusque d'un abcès Troid en 
abcès chaud autour de la plèvre ou des méninges 1 1 ! 
pourrait en effet entraîner des conséquences graves et 
des accidents qui ne démontreraient nullement l'inef- 
ficacité de la méthode, mais qui, au contraire, prou- 
veraient avec quelle rapidité la médication tannique 
peut modifier les conditions de résistance de l'orga- 
nisme et détruire la spécilicité des tuberculoses atté- 
nuées. 



En présence des résultats que nous venons d'énon- 
cer, nous pensons qu'il est diflicile de méconnaître 
l'efficacité si évidente du tannin dans le traîtemenl 
étiologique de la tuberculose. 

Nous nous croyons même en droit d'aflirmer au- 
jourd'hui, en nous basant sur une expérience de près 
de trois ans, et sur un grand nombre d'observations, 
que la méthode de traitement (jne nous venons d'ex- 
poser réalise le but que nous nous étions proposé, 
celui d'arrêter l'évolution du bacille tuberculeux. 

Nous comparerions volontiers l'action du tannin 

(1) C'est ainsi qno rheï un malade atteint tîu mal <lc Polt, nous 
avons été obligé de suspendre le traitement, en présence de phé- 
nomènes inllammatoircs des méninges qui auraient pu produire 
des accidents graves et qui dépendaient du processus aigu s'opi-- 
rant dans les parois de la collection purulente. 



TRAITEMKNT DE LA TUBERCULOSE PAR LE TANNIN. 325 

dans la tuberculose à celle du mercure dans la sy- 
philis. 

Dans un cas comme dans lautre, Tagent thérapeu- 
tique ne détruit pas la maladie , mais il Tenraye et 
permet à la gomme ou au tubercule d'achever leur 
cicatrisation. 

On obtient aussi la guérison de la lésion , ce qui 
ne veut nullement dire, ainsi que nous le déclarions 
en commençant, qu'on doive toujours obtenir la 
guérison du malade. 



CONTRIBUTION A L'ÉTUDE 



DE LA TUBERCULOSE BUCCALE 



PAR MM. 



KIENER ET FOROUB 

l'RoKRSlIKl^U A LA K.vrUI.TK IMioKRKKRrK AfiRROK A LA KACI'LTK 

1>R MKDKCINK I>K MO.NTI'RI.LIKK l>R MKDKflNK DR MONTI'RLLIRR 



OBSERVATION D UN ÏL'UKRCULK CIRCONSCRIT DK LA JOUE 

On connaît les deux lypes syniptoinatiques hahi- 
luels (forme niiliaire diffuse aifçuë et forme ulcéreuse 
chronique) de la luherrulose de la muqueuse bucco- 
pharynf^ée. I^a première est caractérisée par réru[>- 
lion sur la muqueuse de granulations arrondies, 
régulières, blanches ou jaunAtres, souvent confluentes 
au centre, disséminées en semis à la périphérie; par 
Topacificalion et la fonte caséeuse rapide de ces gra- 
nulations miliaires; par la formation d'érosions ulcé- 
reuses, d'abord réguh'ères et lenticulaires, mais 
bientôt élargies par exulcération de leurs bords, et 
fusionnées en ulcères irréguliers, à contours |)olycy- 
cliques, incisés et déchiquetés, bordés de granulations 
nouvelles (semis de Trélali. La seconde forme {tuber- 
Citlnse nirfireuse chronique, llarth) procède par des 
plaques infiltrées dans la muqueuse, en médiocre 
saillie, bientôt creusées d'une érosion superficielle 



TUBEKCILOSE BUCCALE. 327 

grandissante, qui s'étend à toute la partie infîltrée et 
la transforme en une ulcération anfractueuse, à bords 
îrréguliers, quelquefois éversés, à fond raviné et bour- 
geonnant, à extension destructive (section de la luette, 
mutilation de rorifice tubaire, déformations épiglot- 
liqucs). 

Mais, en somme, en ces formes décrites, ce sont 
ou bien des granulations sous-épithéliales h fleur de 
muqueuse, ou des infîltrats en nappe mince; nulle 
part, après recberches bibliographiques attentives, 
nous n'avons trouvé la mention du type symplomatique 
suivant : tubercule circonscrit sous-muqueux de la 
jnue^ Qï\ voie d'élimination, formant tumeur intersti- 
tielle de la joue, et tumeur si remarquablement déve- 
loppée que le diagnostic a été une surprise d'examen 
anatomo-pathologique. Aussi, il nous a paru que 
c'était là une pièce documentaire importante à join- 
dre au dossier de la tuberculose buccale. 

OBSERVATION 

Bard...Sal)... âgée de 51 ans, domestique, entre le IH août 
à la clinique chirurgicale de Thôpital Saint-Eloi (salle Notre- 
Dame, n<» 17) dans le service de M. le professeur agrégé 
Forgue, suppléant M. le professeur Tédenat. 

Ses antécédents héréditaires sont peu instructifs : son père 
est mort à 81 ans, sa mère ù 8i ans ; elle a perdu deux 
frères en bas âge ; un troisième, de très robuste constitution, 
est murt d'accident à 52 ans. Le dossier patholog!que de la 
malade ne présente aucune tare diathésique bien établie, 
aucune affection antécédente grave : on ne trouve chez elle 
aucun vestige de scrofule (ni gourmes infantiles, ni blépha- 
rites anciennes, ni engorgements ganglionnaires), aucune 
mention de syphilis. Elle n'est point sujette aux bronchites, 
n*a point maigii sensiblement depuis le début de TalTection, 



328 KIKNER KT FORGUE. 

n*a jamais présenté do crachats héinopiysiqucs ou de suours 
nocturnes. Son instauration menstruelle s'est faite à 15 ans : 
depuis deux ans les lôgles ont cessé. — En tout son passe 
pathologique, doux détails seulement sont ù noter : à fâgo 
de 24 ans, une attaque de rhumatisme aigu génoralisc Ta 
alitée pondant près d'un mois, et au mois de juillet dernier, 
une atteinte rhumatismalo nouvelle a nécessité une saison à 
Lamalou; d'autre part, son mari est mort de tuberculose 
pulmonaire, il y a 1:2 ans, à l'ûge do i8 ans. 

Dès Tàge de *-!{) ans, olle a souffort do caries dentaires, de 
poussées périostiques à réptUition, do fluxions fréquentes, 
et aussi d'ulcérations buccales douloureuses, d*érosions 
ulcéreuses récidivantes de la face interne des joues, surtout 
à droite (8 h 10 récidives par an). Au mois de mai dernier, 
se forma, sur la paroi interne de la joue droite, une tumé- 
faction, progressivement développée, en un point habituelle- 
ment érodé par les poussées de stomatite ulcéreuse. [^ 
tumeur s'étendit graduollomont, se ramollit en son centre, 
et s'ouvrit vers la fln du mois à un travers de doigt de la 
commissure labiale droite. Comme la tuméfaction suivait 
une marche envahissanto, comme roriftce ulcéré n'avait 
aucune» loudanoo h so fermer, comme la mastication était 
gônée par rhiduralion génionn<s la malade se détermina à 
entrer à Ihôpital le U\ août 1887. 

A l'ontréi», voici co (|uo Ton observe : cotto femme, de 
vigoureuse constitution ot do robuste santé apparente, pré- 
sente, dans ré[)aissour de la jouo droite, une tumeur infil- 
trée qui bossue la surfaces génienno en un relief semblable 
<\ celui (funo médiocre fluxion dentaire). Sur la face mu- 
queuse, on constate, après écart de la commissure labiale, 
uno na[)pe saillanto, dont lo commencement est à clieval 
sur la fourchette commissurale droite, h. la face muqueuse 
dos doux* lèvres, dans uno longueur de 1 centimètre envi- 
ron et qui se prolongo (»n arrière en une bande infiltrée 
largo do 2 à 4 contimètros, on saillie apparente de 3 à 5 
millimètres, jusqu'au-devant do l'apophyse coronoïde. Au 
niveau de la tumeur génienne, la peau est de coloration et 
d'apparence normales ; la muifueuse présente quelques 
arborisations vasculairos, et une bordure grisâtre de quel- 



TUBERCULOSE BUCCALE. 329 

(|iios millimètres de largeur encadrant roriflcc listuieux que 
Ton observe à 1 centimètre de la commissure. 

Cet orifice ulcéreux est à bords indurés, assez nettement 
entaillés, non déchiquetés ni flottants, sans contours polycy- 
eliques, et s'ouvre en une boutonnière ovalaire, de près de 
1 centimètre de largeur, bordée d'un liséré blanchâtre, dans 
une cavernule dont le stylel apprécie aisément la profondeur 
(dimension d'un petit pois', et les anfractuosités des parois 
lomenteuses et moutonnées. De l'excavation fistuleusc 
s'écoule un liquide puriforme, rhar^ré de débris floconneux 
irréguliers, qui force la malade à de fréquentes cxpuitions : 
nous notons avec soin que cette sécrétion séro-purulente 
n'est que très médiocrement odorante, qu'elle n'est point 
colorée de stries sanglantes et que le contact du stylet ou 
la pression des parois ne provoquent aucun suintement 
hémorrhagique. Au pourtour de rorifice, on ne découvre ni 
semis de taches jaunâtres, ni squames épithéliales concré- 
lées : dans la profondeur, on aperçoit quelques saillies bour- 
freonnantes et une masse gris jaunâtre bourbillonneuse, 
engagée par son extrémité dans l'orifice ulcéreux. 

Si l'on explore la tumeur génienne par le palper combiné 
des deux index, on perçoit une plaque interstitielle, en plus 
forte saillie (3 centimètres de tuméfaction appréciable) au 
niveau de l'orifice ulcéreux, molle et dépressible en ce point 
seulement, indurée î\ son pourtour, rénitente et continuée 
en avant dans la doublure muqueuse des lèvres, en arrière 
jusqu*au niveau des deuxièmes grosses molaires par une 
nappe marginale infiltrée, de moindre épaisseur (i centimètre 
à i centimètre et demi) dont les bords sont assez nettement 
arrêtés par un ourlet Hmitant dont la consistance est unifor- 
mément ferme et dure, sans lobulations ni nodosités et qui 
forme une bande allongée, large de près de A centimètres, 
blindant la muqueuse chagrinée et adhérente, tandis (|u'au 
contraire la peau intacte est nettement mobile sur la tu- 
meur. La loge sous-maxillaire et les groupes ganglionnaires 
régionaux sont vainement fouillés , on ne découvre aucun 
engorgement suspect. Si nous ajoutons que cette infiltration 
massive u*est que médiocrement sensible à la pression, que 
la tumeur n'est point douloureuse et n'est que gênante pour 



330 KIËNER HT FORGL'E. 

la inaslication, que la recherche attentive des marques dia- 
thési((uos ne montre chez notre malade ni vestiges de scro- 
fulo-tuberculose, ni trace de syphilidos. ((ue son état générai 
est très satisfaisant, que ses sommets respirent bien etqu*on 
ne peut noter, comme signe stéthoscopique très contestable, 
(prun peu de rudesse inspiratoire sous la clavicule gauche, 
nous aurons complétée les données symptomatiquesde notre 
observation. 

Quelle était la nature de cette tumeur jugale interstitielle? 
Nous pouvions d*abord exclure du diagnostic les tumeurs 
exceptionnellement ulc<'rées : angiomes , lipomes , lipo- 
flbromes. La discussion diagnostique nous semblait devoir 
se limiter entre une nappe épithéliomateuse sous-muqueuse, 
et un dépôt syphiiomateux analogue h ces labialites scléro- 

• 

gommeuses dont notre ami Tuffler vient de tracer Thistoire 
clinique. Assurément, nous ne trouvions point la syphilis au 
dossier de notre malade, et nous en cherchions vainement 
chez elle les indices symptomaliques : mais on sait combien 
iré<{uemment la syphilis est méconnue chez la femme. Il 
nous paraissait du reste que IVxamen de la lésion nous 
autorisait à rejeter Thypothése d'un syplulome. Les présomp- 
tions en faveur de cette opinion r'taient le fond bourbillon- 
neux de Tulcération^ses bords nettement entaillés, ouverts 
sur la ravernule anfractueuse analogu<» aux coques gom- 
meuses évacuées; ce fait que notre tumeur s'était ouverte 
comme un abcès ainsi que cela s'observi» dans les syphilomes 
gommeux, au lieu qu'une tumeur épithéliale s'exulcùre à sa 
surface et se creuse progressivement ; celte observation enfin 
(ju(» l'écoulement ne présentait pas de fétidité, ne se mêlait 
d'aucun suintement hémorrhagi(iue, et que le département 
ganglionnaire correspondant était sain, ce qui nous sem- 
blait très important, puisque les syphilidcîs tertiaires n'en- 
gorgent point les ganglions régionaux. 

Mais en dépit de ces arguments multiples, la syphilis nous 
paraissait devoir (Hre écartée M'épithélioma hante ces régions, 
les syphilomes tertiaires y sont une rareté clinique; nous 
no trouvions ici ni les croûtes brunes fissurées et bombées 
qui recouvrent les syphilomes ulcérés, ni leurs bords à pic 
et cuivr<;s, ni les nodosités et les lobulations des nappes 



TLBKRCULOSe BUCCALE. 331 

scléro-gommeuseSf ni les gerçures et les fissures superfi- 
cielles de la muqueuse, ni la multiplicité habituelle des 
ulcérations syphilitiques, ni les manifestations tertiaires le 
plus fréquemment contemporaines (glossite tertiaire). Nous 
nous sommes abstenus de toute épreuve thérapeutique, 
ayant eu fréquemment Toccasion d'observer combien la 
cure iodurée peut activer la marche d*unépithélioma buccal. 
S'agissait-il en ce cas, d*un infiltrat tuberculeux? nous 
avouons que cette hypothèse ne nous semblait point admis- 
sible : cela ressemblait si peu aux types décrits de tuber- 
culose buccale; il est classique d'accepter que le bacille 
peut sur la muqueuse buccale faire des érosions superfi- 
cielles ou des plaques exulcérées, mais il n'avait point en- 
core été établi qu'il peut y déterminer la formation d'un 
tubercule circonscrit. Aussi nous nous étions arrêtés au 
diagnostic d*épithélioma en nappe de la joue, tout en re- 
connaissant quelques graves objections à cette opinion : la 
remarquable disproportion entre la portion ulcérée et l'in- 
duration diffuse de la tumeur, alors que lo plus souvent 
dans le cancroïde les deux processus marchent de pair; le 
peu de fétidité de la sécrétion; l'intégrité ganglionnaire, 
l'absence d'hémorrhagie et l'excellence de Tétat général. 

Ce diagnostic nous conduisait à une intervention radicale : 
elle fut pratiquée le âS août. Une incision de 8 centimètres, 
entaillant le tégument de la joue, fut menée à 1 centimètre 
au-dessous de la ligne trago-commissurale : en avant, elle 
bifurquait en Y au niveau de la commissure, pour com- 
prendre les deux prolongements labiaux de la tumeur. 
I/artère transversale de la face, l'artère et la veine faciales 
furent sectionnées entre deux ligatures : je m'attachai à mé- 
nager les rameaux du facial, le coude pré-massétérin du 
canal de Stenon reconnu et écarté; après dissection des 
deux lèvres de la plaie opératoire, toute la bande indurée 
fut excisée en pleine épaisseur, buccinateur et muqueuse y 
compris, sur une largeur do près de 6 centimètres : la traînée 
postérieure fut très attentivement enlevée. Les suites opé- 
ratoires furent remarquablement simples : suture cutanée, 
qui réussit en tous ses points excepté le dernier, trop tendu; 
maintien et renouvellement quotidien de deux tampons de 



332 KIKNKR ET FORGUE. 

g«izc iodoformt'ie, glissés et appliqués contre chacun des re- 
bords alvéolaires. Aucune élévation thermométrique. Deux 
interventions complémentaires furent nécessaires : une 
cautérisation an thcrmo-cautèrc de quelques masses bour- 
geonnantes suspectes; uno libération des deux lèvres com- 
missurales droites, que la suture avait trop étroitement 
affrontées. 

La malade a quitté Thôpital en état de complète guérison : 
la surface muqueuse explorée ne montre qu'une bande 
inodulaire résistante, sans point malade, au niveau de Tin- 
cision opératoire. 

L'état général est excellent. 

EXAMK.N DE LA TUMEUR 

Le fragment excisé, en sa portion soumise à rexamon, in- 
téresstî toute Tépaisseur de la joue, sur une longueur de 
3 centimètres îi partir de la commissure labiale. La face 
buccale montn* une large tache blanchâtre sVffaçant gra- 
duellement sur ses bords et constituée par un épaississe- 
ment corné de Tépiderme. Au centre de cette tache, à 
I centimètre environ di* la commissure, s'ouvre un orifice 
irrégulièrement arrondi, i\ bords indurés et taillés à pic, 
conduisant dans uno cavité occupée par un bourbillon gri- 
sâtre dont l'extrémité est engagée dans l'orilice. Au niveau 
de cette cavité existe une forte induration, occupant la 
moitié de l'épaisseur de la joue et s'atténuant graduelle- 
ment jusqu'aux limites du fragment examiné. 

Sur une section médiane, on voit que la cavité a une pro- 
fondeur de () à 8 millimètres, (ju'elle renferme une escharre 
grosse comme un petit pois grisâtre, de consistance caséeuse, 
faiblement adhérente à la paroi. Les parois de la cavité sont 
formées par une couche de gros bourgeons charnus dont 
quelques-uns sont rouges et veloutés, tandis que la plupart 
sont recouverts d'une couche jaunâtre, opaque et friable 
qui se continue avec la substance caséeuse de l'escharre. Ce 
tissu de granulation, épais de "2 millimètres, repose sur une 
base indurée, grisâtre, lardacée, dont l'épaisseur est de 
3 millimètres ; plus cxcentriquement s'étend une zone de 



TUBERCULOSE BUCCALE. 333 

tissu musculaire sclérosé, qui se confond insensiblement 
avec les parties saines. 

En grattant avec le dos d*un scalpel la surface interne de 
la cavité, on obtient un peu de liquide sanieux qui, étendu 
sur une lamelle et coloré par la méthode d'Ehrlich, montra 
quelques bacilles tuberculeux non douteux. 

Une autre préparation faite par dissociation d'un petit 
fragment delà couche bourgeonnante montre les éléments 
suivants : 

P Des cellules dites de granulation, rondes, fusiformes, 
stcllaires, à protoplasma pâle, souvent infiltré de fines 
granulations graisseuses, renfermant un noyau relative- 
ment volumineux, sphérique, ou ovoïde, ou mamelonné. 

i"" Des cellules géantes, du type tuberculeux, c'est-à-dire 
à centre opaque, jaunâtre, et i\ bords arrondis ou dentelés, 
richement pourvus de noyaux. 

3"* Des fragments de fibres musculaires, les unes nécrosées, 
jaunâtres et réfringentes, les autres riches en noyaux; cer- 
tains de ces fragments ainsi pourvus de noyaux pourraient 
être confondus avec des cellules géantes dont ils diffèrent 
cependant par leur forme cylindrique et leur section colo- 
rée en rouge par le carmin. 

EXAMEN DKS COUPES 

Les préparations obtenues après durcissement dans Tal- 
cool montrent les dispositions générales déjà reconnues à 
l'examen macroscopique. 

Une excavation creusée dans Tépaisseur du tissu sous- 
muqueux et de la couche musculaire sous-jacente, s'ouvre 
par un orifice étroit à la surface de la muqueuse. 

Au voisinage de ce foyer, la muqueuse présente un corps 
papiliaire très développé, et un épiderme épaissi avec une 
couche cornée stratifiée et quelques indices de stratum gra- 
nulosum. Le tissu conjonctif sous-muqueux est épaissi, de 
plus en plus riche en cellules à mesure qu'on se rapproche 
de l'excavation. 

La paroi de Texcavation laisse reconnaître trois zones su- 
perposées, la plus superficielle constituée par un tissu de 



334 KIENKR KT FOllGUK. 

granulation à gros bourgeons superllcicllement nécrosés, la 
moyenne p<nr un tissu sclérosé dense, la plus profonde par 
un tissu sclérosé plus lâche, sans qu*il y ait une démarca- 
tion précise entre ces trois zones. 

En partant do la profondeur, on voit les faisceaux de fibres 
musculaires alterner avec des traînées de tissu fîbreiix 
lâche, déjà parsemé de cellules rondes et fusiformes. 

Graduellement, î\ mesure que Ton se rapproche du foyer, 
le tissu devient plus dense et plus riche on c(»llules. La sclé- 
rose enserre non seulement les faisceaux, mais encore cha- 
((ue fibre musculaire isolément. Parmi ces fibres, les unes 
sont en.voie de multiplication nucléaire et leur section trans- 
versale donne Tima^^e d'une cellule géante :\ noyaux mul- 
tiples; d'autres s(»nt en voie d'atrophie simple. 

Les lésions les plus caracléristiqnes s'observent dans le 
tissu de granulation; chacun des cin<i ou six bourgeons, for- 
mant sur la préparation le revc^tement de Texcavation, laisse 
encore reconnaître à sa base quelffues indices des faisceaux 
musculaires atrophiés; mais bientôt on u observe plus qu'un 
champ serré de cellules, traversé par des bandelettes fibreuses 
et par des vaisseaux dirigés de la profondeur vers la surface. 
Dans ce champ cellulaire s(mt éparses (juelques cellules de 
grandes dimrnsit)ns, présentant les r.aractéres typiijues des 
cellules géantes tubenuleuses, c'est-à-dire une partie cen- 
trale décolorée, brillante, et une partie marginale, frangée, 
déchiquetée, dans la(|uelle se press(>nt de nombreux noyaux 
ovoïdes. On ne peut confondre ces éléments avec les sections 
de fibres musculaires à noyaux multiples, dont ils se distin- 
guent par leur grande dimension, leur contour irrégulier et 
leur centre réfringent manifestement nécrosé. Fréquem- 
ment, ees grandes cellules sont entourées de deux ou trois 
autres plus petites, î\ noyaux multiples, et de cellules épithé- 
lioïdes, mais les figures folliculaires ne sont pas nettement 
dessinées. 

I^es vaisseaux qui traversent ce tissu de granulation ont 
une paroi assez épaisse, comme cela a lieu dans les bour- 
geons fongueux et souvent aussi un endothélium volumi- 
neux oblitérant plus ou moins complètement la lumière. 

En s(* rapprochant de la surface, on voit les cellules ron- 



TUBERCULOSE BUCCALE. 33:> 

des prédominer de plus en plus sur les cellules fibro-plasti- 
ques, et alors aussi apparaissent les premiers indices de 
la nécrose. Les parois dos vaisseaux sont transformées en 
une gaine réfringente, vivement colorée par le carmin, 
dans laquelle on ne distingue plus les éléments constitutifs : 
leur lumière est oblitérée par un thrombus de leucocytes 
réfringents vivement colorés en rouge et conglomérés, ou 
bien par un coagulum de fibrine fibrillaire. D'autre part, 
les cellules rondes, de plus en plus tassées les unes contre 
les autres et devenues réfringentes, se fusionnent en un 
reliculum rouge vif, à mailles serrées, comme dans les 
fausses membranes diphthéritiques. 

Vers la surface libn*, ce reticulum pâlit, prend un aspect 
terne et grisâtre, perd sa cohésion et se morcrlle en un 
détritus granuleux. 

Dans ces coupes, qu'on ne peut obtenir très fines, les pro- 
cédés de coloration, suivant la méthodiî d'Ehrlich, ne per- 
mirent pas de reconnaître les bacilles de la tuberculose. 
Mais la constatation de ces bacilles dans les préparations 
fraîches, et les caractères de structure décrits plus haut, ne 
laissent, à notre avis, aucun doute sur la nature tubercu- 
leuse du processus. 

Il s*agissait d'un tubercule circonscrit en voie d'élimina- 
tion, délimité par un tissu de granulation où la prf^sence du 
poison tuberculeux se manifestait encore par la formation 
de cellules géantes et par la nécrose des parties sup(»rfi- 
cielles, mais où les bacilles avaient cessé de se multiplier. 

Cette observation est, à plusieurs titres, inléres- 
sanle : au point de vue, d abord, de la porlc d'entrée 
de la tuberculose, elle est un remarquable exemple 
d'inoculation tuberculeuse par une plaie érosivc de la 
muqueuse buccale (c'est, sans discussion pathogé- 
nique possible, au niveau d'un point habituellement 
ulcéré par les poussées de stomatite récidivante dont 
a souffert notre malade, que s'est créée la voie de 



336 KII-INËU KT FOhGI-Ë. 

pénétration bacillairci. Elle signale, en second lieu, 
une forme inédite de tuberculose buccale, et montre 
que la muqueuse buccale n^écbappe point à la loi 
commune et que là, comme ailleurs, le tubercule peut 
faire ou des granulations miliaires, ou des tubercu- 
lomes circonscrits. Enfin, elle établit une difficulté 
diagnostique, contre laquelle il convient de se meltro 
en garde, et i\vvllfnisvniiiann reconnaît d^iilleurs en 
son récent article : si la tumeur eût été démontrée 
tuberculeuse par la coloration des bacilles dans le 
liquide sécrété, une vigoureuse cautérisation au fer 
rouge, par voie buccale, eiU été suffisante et cura- 
trice, au lieu d'infliger à la malade une plaie opéra- 
toire extérieure et une couture cicatricielle gênante. 



TKAITEMENT 



DE 



L'HYDROCÈLE SYMPTOMATIQUE 

DE LA TUBERCULOSE DE L'ÉPIDIDYME 
ET DU TESTICULE (1) 



PAR 



LE PROFESSEUR A. VERNEUIL 



Les affections aiguës ou chroniques de la glande 
séminale et de ses annexes provoquent souvent dans 
la tunique vaginale Tapparition d'épanchements 
séreux plus ou moins abondants. Aussi, parmi les 
causes de Thydrocèle symptomatique, a-t-on noté avec 
raison les dépôts tuberculeux. 

A la vérité, la collection liquide est généralement 
trop peu abondante pour amener de la gêne, et comme 
la tuberculose génitale dans son ensemble ne provo- 
que d'ordinaire aucune douleur, Thydropisie vaginale 
passe inaperçue ou n'est soumise à aucun traitement. 

Cependant, la tumeur acquérant parfois un volume 
assez considérable, les malades consultent comme 
s'il s'agissait d'une hydrocèle ordinaire et acceptent 
le traitement, fût-il chirurgical. Comme la tubercu- 
lose génitale s'observe assez souvent chez des sujets 

(\) H ne serait point impossible que cette hydrocèle reconnut 
parfois pour cause latuberculisation de la vaginale elle-même. 

TUBKBCCLOSE. — II. 22 



338 A. VEK.NKUIL. 

qui présentent toutes les apparences de la santé cl 
que d'autre part Tinduration épididymaire masquée 
par la distension de la séreuse ne se distingue pas 
aisément de Tinduralion chronique suite d'épididy- 
mite, qu'on rencontre 9 fois sur 10 dans Thydrocèle 
dite simple, tout porte à tToire que plus d'une fois 
on a opéré sans s'en douter Thydrocèle symptoma- 
tique qui nous occupe. 

Il serait intéressant sans doute de savoir comment 
les choses se passent en cas pareil; si l'injection 
iodée ou autre réussit aussi bien que dans les cas 
ordinaires, ou si la lésion luherculeuse persistante ne 
causerait pas quelques-unes de ces récidives dont on 
fait tant de bruit et qu'on exîigère si fort, sans doute 
pour justifier Tinconcevable application de la mé- 
thode sanglante à Thydroccle séreuse vulgaire. 

Il y aurait lieu d'ailleurs de poser la<|uestion préa- 
lable et de décider si l'hydrocèle compliquant la 
tuberculose génitale doit être opérée, alors qu'on 
laisse tranquilles les variétés syniptomatiques du 
syphilome ou des divers néoplasmes. N'ayant pas 
trouvé dans les auteurs de renseignements spéciaux 
sur la question thérapeutique, faute peut-être d'avoir 
poussé assez loin les recherches bibliographiques, je 
publierai, ne fftt-ce que pour |)rovoquer l'exhibition 
des documents, les faits peu nombreux mais fort 
concluants que je possède (i). 

Je raconterai d'abord comment mon attention a été 
pour la première fois mise en éveil. Il y a quelque 

1 ; M. l*uul Reclus, si au courant du sujet, iifa dit qu*il ne con- 
naissait pas de travail particulier sur le traitement de l'hydrocèle 
en question, mais qu'il avait lu des observations éparses dans 
lesquelles on aurait noté déjà Tuclion favorable de Tinjeclion sur 



HYDROCÈLK TUBERCULKLSE. 339 

vingt ans, alors que j'étais chirurgien de Thôpital 
Lariboisière, je fus appelé dans un pensionnai du 
quartier près d'un adolescent d'une quinzaine d'an- 
nées, de faible santé et de chétive apparence, qui, à 
la suite d'exercices physiques un peu violents, disait- 
on, était retenu au lit depuis quelques jours pour une 
tuméfaction considérable du scrotum. 

Je trouvai en effet les vaginales distendues, très 
inégalement à la vérité, par un liquide séreux d'une 
transparence parfaite : d'un côté presque rien, de 
l'autre pour le moins 70 à 80 grammes de liquide. 
L'indolence, au toucher même, étant devenue com- 
plète, l'exploration favorisée par la minceur et la sou- 
plesse des enveloppes scrotales se fit très aisément 
et permit de constater dans les deux épididymes des 
nodosités tuberculeuses absolument caractéristiques. 

Je négligeai, j'en conviens, de pratiquer le toucher 
rectal, mais l'âge et la constitution du sujet, l'absence 
de toute uréthrile etconséquemment de touleépididy- 
naite antérieures, enfin les caractères objectifs tout 
à fait évidents, ne me laissent aujourd'hui encore 
aucun doute sur l'exactitude de mon diagnostic. 

Je fus interrogé sur ce qu'il convenait de faire et sur- 
tout s'il fallait opérer, mais n'ayant nulle expérience 
sur ce point particulier et craignant les effets fâcheux 
d'une opération sur la marche ultérieure des dépôts 
tuberculeux, je répondis évasivement et conseillai 
seulement le repos, les applications topiques et le 
traitement interne approprié. 

les noyaux épididymaires. MM. TorrillonctMonod ne sont pas mieux 
renseignés à cet égard. 

Je sais que mon jeune collègue, M. Tuffîei% a commencé des re- 
cberches sur rinoculabilité de Tliydrocële tuberculeuse et qu'il en 
fera connaître procbainement les résultats. 



3 M) A. VERNEUIL. 

Quelques mois plus tard, j'appris que Voillcmier 
avait été appelé après moi, qu'il avait pratiqué Tin- 
jection iodée et que Thydrocèle avait parfaitement 
guéri sans le moindre accident. 

On est toujours un peu désappointé d'apprendre la 
guérison d'un malade qu'on n'a pas su ou pas voulu 
soigner; aussi je me promis de profiter de la leçon. 

L'attente fut très longue, car bien des années s'écou- 
lèrent sans que je trouvasse à opérer une hydrocèle 
d'origine tuberculeuse. L'occasion se présenta enfin 
dans les premiers mois de 1886, chez un jeune homme 
<iuc j'ai soigné avec mon ami le D' L.-ïL Petit, qui 
a bien voulu me transmettre sur ce cas intéressant 
les notes suivantes. 



(i..., 1 7 ans, grand, mince, quoique robuste, issu d\m père 
arthritique et d'une mère lymphatique mais sans antécé- 
dents personnels ni héréditaires tuberculeux, est atteint 
sans cause connue, à la fln de 1885, d'une hydrocèle gauche 
((ui augmente lentement, mais progressivement. Douleurs 
le long du canal inguinal, puis du coté de la région rénale, 
et enfin au col de la vessie. 

M. Verneuil, appelé en consultation en janvier 1886, trouve 
à gauche une hydrocèle du volume d*un gros œuf de dinde, la 
masse tcsticulo-épididymaire, située en arrière, volumineuse 
et douloureuse au toucher; h droite, un peu de liquide dans 
la tunique vaginale, testicule un peu gros, mais non dou- 
loureux ni bosselé. Dans la région rénale, sensation d'empû- 
tement profond, peu sensible, se prolongeant dans la fosse 
iliaque; au toucher rectal, le lobe gauche delà prostate est 
volumineux, bosselé et douloureux. Diagnostic : hydrocèle 
symptomatique d'une tuberculose épididymaire, avec en- 
vahiss(»ment do la prostate et remontant probablement vers 
le rein. I/examen dos urines, fait quelques jours plus tard 
ù la pharmacie Mialhe, ne décela rien d'anorm<il dans leur 
composition. Le malade ne toussait nullement, et Tauscul- 



HYDROCÈLE TUBERCULEUSE. 341 

talion ne découvrit aucun bruit suspect à Toreille exercée 
de M. le professeur Grancher, qui voulut bien examiner le 
jeune G... 

Dans les premiers jours de février, M. Verneuil fit une 
ponction suivie d'injection iodée. Peu de réaction, repro- 
duction lente mais progressive du liquide. 

Jusqu*au mois de septembre^ les symptômes du côté du 
scrotum et de la région ilio-rénaie restèrent à peu près les 
mêmes: mais Tétat général alla do mal en pis; perte d'ap- 
pétit et des forces, amaigrissement, pâleur de la face. 

G... que j'avais perdu de vue depuis assez longtemps me 
fit alors appeler, et je fus d'autant plus frappé de son faciès de 
poitrinaire que sa sœur, un peu plus âgée que lui et que je 
n'avais pas vue depuis plusieurs années, présentait exacte- 
ment le même aspect. Un examen attentif me permit 
d'affirmer qu'il n'y avait, chez aucun de ces deux enfants, 
(le signe de tuberculose pulmonaire: d'ailleurs la sœur, 
quoiqu'tm peu chlorotique encore, se porte bien actuelle- 
ment. 

L'appareil génito-urinaire de G. n'avait subi aucune mo- 
dification depuis l'opération ; mais les douleurs lombo-ilia- 
ques étaient alors si persistantes que je fis examiner de nou- 
veaux les urines, ce qui ne donna aucun résultat. 

Avant de faire une nouvelle ponction, je fis suivre pen- 
dant deux mois, suivant les indications do M. Verneuil, le 
traitement interne par l'iodoforme, à la dose de 10 cen- 
tigrammes par jour; l'état général s'améliora un peu et le 
5 décembre M. Verneuil fît la ponction suivie d'injection 
iodée comme la première fois (1). Le liquide se reprodui- 
sit, mais en moins grande quantité, puis diminua un peu. 

Le 20 décembre, G... resta à sa fenêtre quelques minutes 
par un temps très froid; il fut pris immédiatement de dou- 
leurs vives dans le genou gauche. Le lendemain je constatai 
la présence d'une hydarthrose volumineuse que je traitai 
immédiatement par l'application d'un vésicatoire et Tim- 
mobilisation dans un appareil silicate. 

\) Une p-irtie du liquide fut injectée par M. Cliantcmesse dans le pc^- 
ritoine d*uo col)aye, sans que celui-ci en ressentit le moindre inconvé- 
nient par la suite. 



1 



3^!2 A. VKRNECIL. 

J*cus immédiatement la crainte, partagée d'ailleurs par 
M. Ycrneuil, d'avoir affaire à une arthrite tuberculeuse; 
mais il n*en fut rien. Néanmoins le malade, sur ma demande 
formelle, partit pour Naples, où il séjourna jusqu au mois 
d'avril 1887. 

A son retour le genou était absolument guéri; la tunique 
vaginale contenait encore du liquide, mais le côté droit en 
contenait presque autant: iO grammes à droite, iO grammes 
à gauche environ. Les douleurs lombo-iliaqucs étaient beau- 
coup moins vives, ainsi que celles du col de la vessie, le 
testicule gauche était diminué de volume et moins sensible, 
ainsi que le lobe gauche de la prostate (1). 

Je ne revis le jeune G... depuis ce moment que de loin en 
loin, mais j'ai su que sa santé s'était fort améliorée. 

M. Yerneuil, qui Ta revu le !2() juin 1888, a constaté ce qui 
suit : G... a 19 ans et demi actuellement; il a une bonne 
apparence et la mine n'est pas mauvaise, il ne tousse pas. 

Les deux testicules sont volumineux; le droit parait sain; 
le gauche, un peu plus gros, est dur à sa partie postérieure, 
dans la région de Tépididyme, mais on n'y distingue pas de 
nodosités isolées ni volumineuses. 

La tunique vaginale droite ne renferme que peu de liquide, 
à peine 30 grammes, de manière que la moitié droite des 
bourses semble normale. A gauche, répanchenicnt atteint 
environ 50 {\ 60 grammes, mais à la première comme a la 
seconde opération on en avait extrait au moins trois fois 



(1^ L;i localisation de cette tuberculose au testicule et à la prostate m'a 
engage à on rechercher la porte d'entriie, et voici ct^ que j'ai constaté : 
la couronne du prépure et la partie voisine du gland Bont le siège de 
cicatrices profondes, nianifcistenient tW'S ancienne», restes de lésions au 
sujet d<'squclles je n'ai pu avoir aucun renseignement de la part des pa- 
rents, qui cept^ndant entourent leurs «'ufants (leniilh* soins. Or la famille 
est Israélite et G... a été circoncis. Ne se pourrait-il pas quece jeune hommo 
ait été inoculé à la verge, par la bouche du rabbin, d'une tuberculi>sc 
qui serait restée latente jusqu'à l'époque do la puberté et qui, évoluant sur 
un terrain lymphatico-arthritiquo icar son hydarthrose s'est comportée 
absolument comme une hydarihrose arthritique^ n'aurait progressé que 
lentement^ sans pouvoir franchir, on plusieurs années, la zono génitale? 
J'émets cette hypothèse d'autant plus volontiers que les faits connus de 
contamination déjeunes circoncis par le rabbin sont actuellement assrx 
nombreux. — L.-H. Pktit. 



UTDROCÈLE TUBEBCirLEUSE. 343 

plus. Bref, ramélioration est très considérable et l*élat 
d'ailleurs reste stalionnaire depuis bien des mois. 

Le jeune homme ne peut pas, dit-il, supporter de suspen- 
soir : bien des essais ont été faits depuis deux ans; il parait 
plus gêné avec que sans cet appareil. Il ne soufTre nullement 
ni au toucher ni au repos, ni pendant la marche, il pratique 
une fois par semaine le coït qui ne lui fait aucun mal, et 
après lequel au contraire le testicule paraît plus léger. 

On avait, lors de la première opération, trouvé une indura- 
tion commençante, mais certaine, de la prostate ; aujourd'hui 
la glande, qui à cet âge devrait être à peine perceptible, 
n*est pas gonftée à proprement parler, mais n'a pas sa mol- 
lesse normale; néanmoins pas de progrès du mal de ce côti^ 
et même amélioration sensible. 

Conclusion : tuberculose génitale arrêtée dans ses pro- 
grès; hydrocèle persistante mais très atténuée, stalionnaire 
et ne déterminant aucun symptôme fâcheux. 

Cette observation, comme je Tai indiqué plus haut, 
est intéressante surtout au point de vue de la récidive 
après rinjeclion, sujet que j'espère pouvoir aborder 
un jour avec quelques détails. 

Une autre observation recueillie dans le cours de 
Tannée dernière plaide dans le môme sens que la 
précédente, et démontre l'action favorable de rinjec- 
lion iodée sur la marche de la tuberculeuse génitale. 

M. Al..., constructeur de machines, 45 ans environ, haute 
taille, faible constitution, santé débile, présente des signes 
non équivoques de tuberculose pulmonaire à marche lente 
et qui ne Tout point empêché jusqu'alors de surveiller ses 
ateliers. 

Toutefois il est particulièrement incommodé depuis plu- 
sieurs mois par un gonflement de la bourse gauche qui a 
acquis progressivement le volume do la tête d'un fœtus à 
terme. La tumeur est indolente, fluctuante , transparente 
malgré Tépaisseur des enveloppes scrotales; on sent en ar- 
rière et en dedans, au lieu qu'occupe normalement l'épi- 



I 



344 V. vi;iiNKirr.. 

didyrne. une indnialion tiës étendue qui, au dire du confrère 
qui a assisté au début du mal. a procédé l'apparition delà 
collection liquide et au niveau de laquelle la peau est en 
rortains points notablement adhérente. L'induration s'était 
df'-veloppée lentement, sans inflammation ni soufTrances. 
L'autre leslicule est petit et paraît i^ain. 

M. Al... n' avait jamais eu dV^pididymite aiguPnide syplii- 
lis; il ôlait depuis longtemps très sobre et très réservé sur 
les fonctions génitales et n'avait subi aucune violence dans 
la région malade. 

L'état des poumons, la marche naturelle de l'afTeclion 
indiquaientclairoment sa nature ; le toucher rectal leva toas 
les doutes. La moitié latérale gauche de la prostate oiTrait 
celte induration inégale, bosselt-e. indolente, en un mol 
caractéristique. 

Revenu de mes anciennes craintes sur les dangers d'une 
intervention opératoire et pensant que la distension des parois 
scrotales ravorisaitpent-Stto l'inOammation déjii en mairbe 
au niveau de l'épididyme, je pratiquai donc en avril 18ST. 
l'injection iodée ordinaire en Taisant mes réserves sur la 
rapidité plus uu moins grande avec laquelle l'épanché menl 
secondaire disparaîtrait. 

Les suites furent tri>s simples; je cessai de visiter M. Al... 
au bout d'une quinzaine de jours, alors que les bourses 
commençaient à diminuer do volume. Quelque temps après. 
le médecin ordinaire m'annonça que la guérison était coea- 
plète, que le scrotum avait repris son volume et que l'indu- 
ration de l'épididyme avait certainement rétrocédé. 

Un an après, jour pour jour, je faisais à M. Al... uneautrc 
petite opération. A la suite de la chute d'un corps un peu 
lourd sur le pied gauche, l'articulation métatai-so-phalati- 
gienne du troisiënio orteil s'était tuméOée, puis enflammée; 
des abcès s'étaient formés, donnant issue à du pus tubercu- 
leux type et à de volumineuses fongosités. La masse mor- 
bide englobant la jointure avait le volume d'une grosse 
noi.\; le tout avait évolué en moins de deux mois, malgré 
l'immobilisation, les badigeonnagcs iodés, etc. 

Tout essai de conservation me semblant inutile, ot crai- 
gnant les elTets fàcheu.\ de l'immobilité a la chambre par 



HYDROCÈLK TUBERCULEUSE. 345 

un temps rigoureux, ne trouvant d*ailleurs dans l'état de la 
poitrine ni des autres viscères aucune contre-indication, 
je pratiquai Tamputation dans la continuité du métatarse 
avoc le tbermo-cautère, après la préparation d*usage et 
l'administration interne de Tiodoforme jusqu'à apparition 
de riode dans Turine. 

Pansement iodoformé et ouaté; nul accident opératoire; 
cicatrisation un peu lente mais régulière. 

Au bout d'un mois, Topéré part pour Arcachon, en assez 
bon état physique, mais dans des conditions morales très 
mauvaises et répétant sans cesse qu'il se sentait perdu; 
malheureusement les pressentiments devaient se réaliser, 
car trois mois plus tard la mort survenait par aggravation 
rapide des lésions pulmonaires. 

EnrevoyantM. Al... uneannéeaprès l'opération deThydro- 
cèle, j'examinai naturellement l'appareil génital. Or, le 
scrotum était fort réduit et tout contracté; du côté malade, 
la glande et l'épididyme formaient ensemble une masse 
indolente, dure, un peu inégale, environ d'un tiers moindre 
que le testicule et ses annexes du côté sain, lesquels d'ail- 
leurs étaient de petite dimension comme je Tavais déjà 
(*onstaté. 

Le détail le plus intéressant me fut fourni par le toucher 
de la prostate. La glande était petite, mais égale, et ni mon 
confrère ni moi n'y pûmes trouver la moindre trace d'indu- 
ration. Notez que rexplorîition, ayant eu lieu avant l'ampu- 
tation de l'orteil et dans le sommeil chloroformique, fut 
aussi complète que possible. 

Donc nul doute que l'injection iodée pratiquée en cas 
d'hydrocùle d'origine tuberculeuse, ne puisse parfois guérir 
répaochement et modiûer très favorablement les tissus tu- 
berculeux directement exposés à l'action de l'iode et même 
situés loin du foyer de l'opération. 

Les faits qui précèdent sont évidemment favorables 
à rinlervention dans Thydrocèle symptomatique de la 
tuberculose génitale. Une guérison complète dans uu 
cas très mauvais et un arrêt complet dans un autre 



346 A. VERNKllL. 

moins grave, sont des résultats qui autorisent non 
seulement à répéter l'expérience, mais encore à en 
étendre le champ, alors surtout que le procédé mis 
en usage est d'une parfaite innocuité et d'une exécu- 
tion tout à fiiit simple. Ainsi il y aurait lieu de réi)éter 
les injections si Ton trouvait un malade moins pusil- 
lanime que le jeune G... 

De même, sans attendre l'accumulation considc- 
ble du liquide dans la vaginale, on pourrait y porter 
les médicaments dès que la ponction et Tinjeclion 
seraient facilement praticables. On pourrait alors es- 
sayer d'autres agents parasiticides : Tiodoforme, le 
tannin, etc. 

Je n'aurais aucune tendance à traiter rhvdrocèle 
tuberculeuse par les procédés sanglants. 



TUBERCULOSE ET ARTHRITISME 



OU 



HYBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRITIQUE 



PAR 



M. le professeur VBRMBUILi 



Depuis longtemps déjà, avec quelques-uns de mes 
élèves je m'occupe de l'hybridité morbide, l'un des 
états pathologiques les plus communs, les plus im- 
portants et néanmoins les moins sérieusement étudiés 
jusqu'à cejour (1). Préoccupé de rassembler des faits 
probants, j'ai évité toute généralisation prématurée, 
me contentant démettre en lumière les seules propo- 
sitions suffisamment démontrées. 

De ce nombre sont les suivantes : 

l"" Sans que nous sachions exactement le pourquoi, 
certaine hybridilé est fréquente, la syphilo-tubercu- 
leuse par exemple, tandis que certaine autre est 
rare, telle la tuberculo-arthri tique. 



(l) Voici rindication de nos principaux Iravaux sur l'hybridité mor- 
bide. 

Verneuil, De8 blessures chez les alcoolo-diabétiques {Gaz. hehd. 1877, 
p. 634). — Alcoolisme et maladies virulentes [Mém. dechir., t. III, p. 344). — 
Affections chirurgicales chez les paludo -diabétiques (Bull, de VAcad. 
de méd. 1881, et Mém. de chir.j t. III, p. 603). — Des hybrides syphili- 
tiques {Congrès de Ixindres^ 1881, et Mém. de chir., t. IV, p. 666). — 
Hybridité paludo-syphilitique {!bid., p. 572). — Ramonât, Hybridilé scro- 
fulo-syphilitique (Th. de doct. Paris, 1883).— Ozen^k Jl y bridité cancéro- 
syphilitique (Th. de doct. Paris, 188'»). 

A chaque page de mes recherches sur les rapports entre le traumatis- 
me et les maladies constitutionnelles, l'hybridité est en question, puis- 

TUBEKCULOSB. •— II. 23 



2° Deux maladies constitutionnelles peuvent coexis- 
ter et évoluer parallèlement sans paraître s'intluenccr; 
ea ce cas l'hybridité, quoique pouvant se manifester 
d'un moment ù l'autre, n'existe réellement pas, car 
il n'y a point amalgame ou combinaison morbide : 
il y il simplement coïncidence. 

3° L'hybridité réelle ne s'affirme qu'au moment où 
cliaque maladie constitutionnelle, ou au moins l'une 
d'elles, perd ses caractères typiques et revêt une phy- 
sionomie, une marche, une terminaison inaccou- 
tumées. Le caractère de l'affection hybride est de ne 
pas présenter exactement la physionomie de l'aiTec- 
tion simple telle qu'on l'observe chez le malade 
exempt de toute autre diatlièse antérieure ou con- 
temporaine. 

4" Comme on pouvait s'y attendre, l'hybridité, con- 
sidérée au point de vue du pronostic, aggrave généra- 
lement l'état du malade, soit que les deux maladies 
ou seulement l'une d'elles prennent une forme plus 
sévère: exemple, l'alcoolisme, le paludismeaggravent 
la syphilis; la septicémie aggrave le diabète et l'al- 
buminurie; lasyphilis aggrave la tuberculose, et réci- 
proquement. 

3" Cependant et beaucoup plus rarement par mal- 
heur, le contraire semble possible, une maladie con- 
stitutionnelle paraissant capable d'en guérir ou au 
moins d'en atténuer une autre, agissant alors comme 



qu'il Titut étudier les nisullals de rHssorlnlIon des loiémies trauoialiquei 
sfec les dilTërontus djscrasies : xloooliBtne, tliabtlrr, phludïsme, «corbut, 
ojphilis, rhumacUma, et les maladies généralec inévitablemeoi crtén 
par les lésioa» grsrei de» grands TîscËrss : citur, r«in, foie, eie. Je □« 
eroii rien exagérer on disant que j'nî hiea 4cril ou inspira un milltor 
Ai pogea sur le sujet. 

J'ai resiioir que ce sujet tentera encore un ou pluiicur* de mes él*i«, 
t>sr lesquels mes essais seront poursuivis ei un juur twmpUl^ 



HTBRIDITÉ TIJBERCULO-ARTHRITIQUE. 340 

le vaccin pour la variole. C'est ainsi que, d'après mon 
expérience, la syphilis adoucirait souvent le sort des 
cancéreux. Je ne serais pas éloigné de croire que 
Thybridité tuberculo-arthritique est aussi plutôt favo- 
rable que nuisible à ceux qui la présentent. 

Une grande réserve est certainement nécessaire, et 
dépareilles règles comportent sans doute de fréquen- 
tes exceptions; mais, si peu nombreuses que soient 
encore mes observations, elles semblent confirmer une 
hypothèse qui d'ailleurs n'a rien de choquant, étant 
acquis que la tuberculose semble s'inoculer diffici- 
lement et se localiser aisément chez Thomme arthri- 
tique et de même ne se transmettre qu'avec peine 
aux animaux carnivores, tels que le chien et le chat, 
dont la pathologie compte des spécimens de Tarthri- 
tisme tels que le rhumatisme et le cancer. 

Je dirai d'abord comment a germé dans mon esprit, 
il y a quelque quinze ans, l'idée en question. 

Je fus consulté pour un garçon de 6 ans, gras, 
frais, bien musclé et de superbe apparence, qu'on 
soupçonnait atteint de coxalgie commençante parce 
qu'il se fatiguait un peu en marchant et boitait légère- 
ment. Bien que le mal partit de fraîche date et que 
l'enfant n'eût interrompu ni ses jeux ni ses exercices, 
je découvris un mal de Fott dans la région dorso- 
lombaire et un abcès ossifiuent qui remplissait une 
des fosses iliaques internes. Le diagnostic n'était 
donc point douteux. Je mis le garçon pendant six 
mois dans la gouttière de Bonnet, que je remplaçai 
par la cuirasse de Mathieu. La position horizontale 
gardée pendant une année environ fut admirablement 
supportée, et la santé générale ne faiblit pas un seul 



jour. Le phosphate de chaux, le siro 
une alimenlalion substantielle, le séjour à la cam- 
pagne, produisirent le meilleur résultat ; l'abcès se 
résorba spontanément en moins de trois mois, et au 
bout d'un an je permis la marche modérée, en Faisant 
porter toutefois la cuirasse bien plus longtemps en- 
core. La jeunesse et l'adolescence se passèrent si bien 
que le patient est aujourd'hui im vigoureu:x gaillanl 
d'au moins cinq pieds six pouces. 

Trois cbosesm'avaient frappé dans ce cas :D'abord 
la santé et la constitution vigoureuse des parents. Le 
grand-père, le père, la mère, une tante, en un mot, 
tous les membres de la famille vus par moi, élaienl 
de haute stature et fortement musclés. Le grand-père 
maternel et ses deux (illes — mère et tante de l'en- 
fant — étaient manifestement arthritiques; le père 
jouissait simplement d'une excellente santé: impos- 
sible de deviner d'où venait la tuberculose. 

Puis la conservation de la santé générale de l'en- 
fant, avant, pendant et après la cure, attestant aussi 
une forme bénigne. 

Enfin, la facilité et même la rapidité avec lesquelles 
l'abcès s'était résorbé et la lésion vertébrale avait 
guéri. 

Je me demandai en conséquence si ce mal de Potl 
avec suppuration ne devait pas sa bénignité à l'excel- 
lente constitution de l'enfant et de ses parents, ou, en 
d'autres termes, k ce que le tubercule avait évolué ici 
en terrain manifestementarthritique. 

J'ai observé depuis, chez la nièce d'un médecin de 
Paris, un autre mal de Pott avec abcès ossifluent, 
qui a guéri tout aussi heureusement sous la seule ifi- 
(luence du repos, de l'hygiène et de la médicalîoa 



HTBRIDITË TUBERCULO-ARTHRITIQUE. 351 

interne. Les parents dans ce cas encore jouissaient 
d'une bonne santé, et la mère présentait seule quelques 
symptômes arthritiques. 

Enfin, ces jours derniers, je viens de revoir un de 
mes anciens malades que j'avais perdu de vue depuis 
19 ans et dont l'histoire confirme la supposition for- 
mulée plus haut. 

Obs. I. — Il s'agit d'un jeune homme, D. T..., âgé aujour- 
d'hui de 26 ans, que j'ai soigné en 1869 d'un mal de Pott 
peu avancé à la vérité, mais dont on reconnaît encore et 
sans peine le siège à la persistance d'une légère saillie de 
l'apophyse épineuse de la dixième vertèbre dorsale. 

Il est venu me trouver parce qu'il ressentait depuis quel- 
ques semaines des douleurs vagues dans le dos, au voisinage 
de l'ancienne vertèbre malade. Or, non seulement l'examen 
attentif de la conformation et des mouvements du rachis ne 
m'a rien révélé d'anormal, mais encore j'ai constaté chez 
mon jeune sujet une musculature des mieux conditionnées, 
dont il se sert d'ailleurs sans scrupule et sans modération, 
étant très fort dans tous les exercices du corps, escrime, 
gymnastique, natation, etc. 

En 1869, je l'avais soigné par le repos absolu au lit, la 
cuirasse de Mathieu, l'habitation à la campagne et la médi- 
cation appropriée, et avec assez de succès pour qu'en 1871 
j'aie cru pouvoir supprimer la cuirasse. Depuis cette époque, 
la santé a toujours été parfaite et le développement régulier. 
Il n'y a jamais eu et il n'y a encore actuellement aucune 
manifestation de la diathèse tuberculeuse. 

Particularité intéressante :D. T... a les épaules, la nuque, 
la moitié supérieure du tronc couvertes d'acné sébacée. 

En présence de la bénignité de ce mal de Pott et de la 
persistance de sa guérison, j'ai interrogé les antécédents et 
trouvé dans la famille les renseignements suivants : 

Frère bien portant. — Grand-père très rhumatisant. — 
Père névropathe, dyspeptique, goutteux, graveleux, arthri- 
tique en un mot. — Mère bien portante jusqu'à la dernière 
grossesse. — Chute après l'accouchement sur le grand tro- 



352 VEKNEUIL. 

chanter; douleur assez légère d'abord, puis devenant con- 
tinue et se prolongeant; enfin, signes de coxalgie suppurée. 
Abcès froid ouvert très tardivement. — Erysipèie. — Mort. 
Faut-il voir là une coxalgie tuberculeuse? C'est bien pos- 
sible. Alors le jeune homme serait un hybride : arthritique 
par ses ascendants paternels et tuberculeux par sa mère. Si 
au contraire il a eu une tuberculose acquise (chose peu 
vraisemblable pour un mal de Pott), il a bénéficié de l'arthri- 
tismc que lui avait transmis son père et qui a empêché la 
tuberculose locale de s'aggraver et de se généraliser. 

Je pourrais grossir beaucoup le nombre de cas 
comparables si j'y joignais mes observations de 
coxalgie recueillies dans la pratique civile et que j'ai 
pu suivre après guérison pendant de longues années. 

J'ai effleuré déjà la question de Thybridité tuber- 
cule-arthritique en 1883, au congrès de Rouen (1). 
M. Huchard, dans une communication sur les hémo- 
ptysies et les congestions pulmonaires arthritiques^ 
ayant abordé la question de l'antagonisme de la 
tuberculose et de Tarthritisme, je fis remarquer 
qu'il y avait parfois réunion des deux diathèses chez 
le môme sujet, et cela par la faute des parents, dont 
chacun semblait avoir légué à l'enfant la diathèse 
dont il était atteint. 

J'avais précisément alors dans mes salles un 
homme affecté de tuberculose avancée des poumons 
et qui portait simultanément un testicule cancéreux 
avec envahissement des ganglions abdominaux. Or, 
nous apprîmes que la mère, encore vivante, était 
rhumatisante et que le père était mort de la poitrine. 

Je citai inversement Thistoire d'une jeune fille à 

(1) Association française pour l'avancement des sciences, Complet 
rendus, p. 712. 



HTBRIDITÉ TUBËRCULO-ÂRTHRITIQUE. 353 

mère poitrinaire et à père rhumatisant, qui avec des 
excavations pulmonaires avancées portait des lésions 
manifestement arthritiques; telles, la déviation des 
gros orteils, un pied plat valgus douloureux, etc. 

En octobre 1886, MM. Peyrot et Jonnesco, Tun 
mon collègue dans les hôpitaux, et l'autre devenu 
plus tard mon interne, présentèrent au second Con- 
grès français de chirurgie une observation de panaris 
tuberculeux recueillie sur un adulte qui, après avoir 
eu deux atteintes de tuberculose thoracique et trois 
attaques de rhumatisme articulaire aigu, avait vu le 
tubercule envahir le doigt au niveau môme d'une 
nodosité laissée par le rhumatisme. 

Ce travail ne fut publié que Tannée suivante dans 
les Etudes expérimentales et cliniques sur la tubercu^ 
lose (1" fascicule, p. 307). Je fis remarquer dans une 
note que de pareils faits, établissant d'une manière 
aussi concluante Thybridité tuberculo-arthri tique, 
devaient être soigneusement recueillis, car ils étaient 
évidemment rares. Je rappelai aussi l'explication que 
j'avais déjà donnée de cette hybridité parles antécé- 
dents morbides des père et mère. 

Dans le même fascicule du même recueil, page 229, 
j'avais inséré une note intitulée : « Lithiase et tuber- 
culose », où l'association exceptionnelle des deux 
maladies était nettement établie, mais où mon expli- 
cation de l'hybridité était beaucoup plus discutable. 

En juillet 1888, à la première session du Congrès 
de la tuberculose [l], M. Jonnesco fournit un nouveau 
contingent. Il lit et commente une observation d'a/- 
thrite tuberculeuse chez un arthritique, qui, dans son 

(1) Comptes rendus du Congres, p. 183. 



354 VERNEUIL. 

enfance, avait présenté diverses manifestations scro- 
fuleuses : gourmes, adénites cervicales passagères, 
etc., puis avait subi plusieurs attaques de rhumatisme 
articulaire aigu et avait fini par être atteint d*une 
première arthrite tuberculeuse du genou droit à 
marche lente, sans réaction locale et sans suppura- 
tion, qui se termina après neuf mois d'immobilisa- 
tion et de révulsion par une ankylose complète ; — puis 
trois ans plus tard d'une seconde arthrite semblable 
du genou gauche, compliquée cette fois d'une indu- 
ration très manifeste du sommet du poumon. 

Ici rinterprétation de l'hybridité était conforme à 
ma théorie, puisque le malade en question était issu 
d'une mère de 68 ans, très rhumatisante, et d'un 
père mort à 40 ans d'entérite tuberculeuse. 

Je pris la parole après M. Jonnesco (p. 190) pour 
citer. encore un exemple fort concluant d'hybridité 
congénitale. Dans ce cas, c'était encore la mère qui 
était arthritique, et le père tuberculeux. 

Obs. II. — Ch. W. .., grand garçon de 29 ans, robuste et bien 
bâti, né d'un père mort à iO ans de phtisie pulmonaire et d*une 
mère bien vivante, do 57 ans, asthmatique à forme goutteuse, 
aeuùri\gede12ansune attaque de rhumatisme durant trois 
mois, puis, de 13 à 16 ans, de fréquentes poussées de kératite 
phlycténulaire ayant laissé des taies sur les deux cornées, 
enfin quatre blennorrhagics en 1879, 1883, 1884 et 1887. W 
porte à gauche un volumineux varicocèle. 

En janvier 1887, chute violente sur la hanche droite: il 
en résulta des douleurs locales plus ou moins vives avec 
claudication et névralgie scialique qui nécessitèrent de temps 
en temps la cessation du travail et le repos au lit. Un an 
après la chute, en janvier 1888, on constate à la fesse droite 
une tumeur du volume d'un œuf de poule accompagnée do 
douleurs au niveau du sacrum. 



IITBRIDITÉ TUBERCULO-ÂRTHRITIQUE. 3oo 

En février, Ch. W... entre dans mon service. Je reconnais 
sans peine un abcès froid sous-musculaire remplissant la 
fosse iliaque externe avec irradiations douloureuses vers la 
cuisse et le genou. Le malade, qui a beaucoup maigri dans 
les derniers mois, tousse depuis le commencement de Thiver. 
Cependant Tauscultation ne fait constater aucun signe évi- 
dent de tuberculose pulmonaire. 

Le 97 mars et le 9 avril, ponctions aspiratrices retirant 
l'une 300, Taulre 230 grammes de pus bien lié, et suivies 
d'une injection de 20 grammes d'élher iodoformé à 5 p. 100. 
Amélioration rapide, disparition des douleurs, retour des 
forces. 

Le il mai, troisième ponction et injection, le malade sort 
le 29, guéri et marchant sans boiter. 
' En octobre, nouvelle blennorrhagie qui semble ramener 
les douleurs. Ch. W... rentre à l'hôpital le 1" décembre, 
pour faire soigner ces derniers accidents. Il ne reste aucune 
trace de l'abcès de la fesse, laquelle est aussi souple et indo- 
lente qu'à l'état normal. Aucune lésion du côté des pou- 
mons. On prescrit les balsamiques et l'iodoforme à l'inté- 
rieur à la dose de 10 centigrammes. 

Ch. W... est revenu à l'Hôtel-Dieu dans le courant de fé- 
vrier 1890. Il s'est un peu fatigué; il se plaint de douleurs 
dans le lieu occupé jadis par son abcès et boite quelque peu 
en marchant. C'est à grand'peine que je trouve au point 
douloureux un léger empâtement profond. Une ponction 
aspiratrice pratiquée en ce point ne ramène pas de liquide. 
J'y pousse néanmoins une seringue de Pravaz d'éther iodo- 
formé à 5 p. i 00. W... en ce moment n'a pas d'ouvrage; il a 
quelque peu pâli et désire surtout se reposer. Au bout d'une 
dizaine de jours il a repris sa bonne mine et ses belles ap- 
parences de santé. L'auscultation est toujours négative. 

Voici un nouvel exemple encore inédit (rhybridilé 
congénitale. Il a été recueilli Tan dernier dans mon 
service par M. Jonnesco, qui m'a fourni les notes à 
Taide desquelles j'ai rédigé la relation suivante. 



356 VfiRNEUIL. 

Obs. III. — Sa*ofitle et abcès ganglionnaires dans tenfancett 
tadolescence. BlennofThagîe abondante et prolongée à^Oans. 
Rhumatisme articulaire aigu, d'abord poly-articulaire, puis 
fixé au coude et suivi d'ankylose de cette jointure. Père rhu- 
matisant; mère tuberculeuse. 

Morand, 21 ans, journalier, entre à la Pitié le 15 janvier 
1889 pour une ankylose du coude avec douleurs vives sur 
le trajet du nerf cubital. C'est un garçon de petite taille, 
blond, pâle, à peau fine, dont le squelette et le système 
musculaire sont néanmoins assez bien développés. 

Dans sa première enfance il a eu des gourmes et des en- 
gorgements ganglionnaires cervicaux; faible et chétif, il 
s'enrhumait très facilement. Dès cette époque et à maintes 
reprises, il a usé d'huile de foie de morue et de préparations 
toniques. A 15 ans, angine grave; à 19 ans, abcès du cou 
qui mirent deux mois à se développer et provoquèrent des 
douleurs vives; ouverts et drainés, ils guérirent assez vite, 
laissant autour des cicatrices des ganglions engorgés, qui 
disparurent peu à peu sous Tinfluence de Thuile de foie de 
morue. 

En janvier 1888, blennorrhagie aiguë; écoulement abon- 
dant qui dure six semaines et que remplace la goutte mati- 
nale jusqu'en juillet. 

Le 10 août, Morand, qui par sa profession était presque 
toujours mouillé et avait en particulier les bras dans l'eau, 
est pris le matin, brusquement et sans cause connue, de 
douleurs vives avec gonflement soudain dans presque toutes 
les articulations à la fois. La tuméfaction est marquée sur- 
tout aux genoux et aux cous-de-pied. Cette attaque violente^ 
accompagnée de fièvre, est combattue par le salicylate de 
soude à l'intérieur et localement avec la teinture d'iode et 
le baume tranquille. 

Au bout de trois semaines, les douleurs disparaissent 
presque partout, mais persistent dans le membre supérieur 
gauche et particulièrement dans l'épaule et les doigts; leur 
violence ne cède qu'à de nombreuses injections de mor- 
phine. On emploie simultanément et localement les pointes 
de feu, les vésicatoires, les badigeonnages iodés. Au bout de 



HTBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRITIQUE. 357 

48 jours seulement, à la fin de septembre, M... quitte son lit 
et va passer quelque temps à la campagne, bien que le bras 
reste toujours douloureux et immobile. Un jour survientune 
contusion du coude avec plaie superûcielle qui guérit vite. 

Le 10 octobre, M... entre à Thôpital de la Charité; on 
applique un appareil compressif qui fait disparaître les dou- 
leurs. Malheureusement le bras, qui est resté étendu depuis 
le début, ne peut plus se plier. 

Le i** novembre, chloroformisation ; flexion du bras à 
angle droit; appareil plâtré. Au bout de quelques jours, les 
mouvements reviennent dans Tépaule, le poignet et les 
doigts; mais le moindre essai de mobilisation du coude pro- 
voquant des douleurs intenses, on y renonce. 

18 novembre, nouvel appareil qui reste jusqu'au 5 dé- 
cembre; de cette époque au 15 janvier, la douleur ayant 
reparu, on emploie les douches de vapeur et Télectrisation, 
sans aucun résultat d'ailleurs. 

M... entre alors dans le service de M. Yerneuil. Le coude^ 
qui seul reste malade, n'est ni gonflé, ni rouge, ni sensible 
au toucher ; mais il est fléchi à angle droit, et tous les mou- 
vements y sont complètement abolis. De plus, des douleurs 
très vives se font sentir dans la gouttière olécrano-épithro- 
chléenne, sur le trajet du nerf cubital. 

L'état général n'est pas très bon. M... est anémique et 
épuisé par six mois de soufi'rances continues. Il mange peu, 
dort mal et tousse beaucoup. A l'auscultation, on constate 
de la bronchite généralisée, sans qu'il soit possible d'affirmer 
ou de nier l'existence de tubercules pulmonaires. 

Dès que le malade est réconforté par un traitement con- 
venable, M. Yerneuil, soupçonnant une compression du nerf 
cubital par des exsudats inflammatoires péri-articulaires, 
tente la rupture de Tankylose angulaire et y procède dans 
le sommeil anesthésique le 6 février.. On rompt les adhé- 
rences avec bruit, mais sans que la mobilisation obtenue 
dépasse 30*. Le membre est enveloppé aussitôt dans une 
épaisse couche de ouate. Au bout de quelques jours, les dou- 
leurs spontanées sur le trajet du cubital ont cessé, les mou- 
vements sont très limités. Le malade cherche à les accroître 
progressivement et demande à rentrer chez lui. 11 est satis- 



358 VERNEUIL. 

fait du résultat obtenu. Nous ne Tavons pas revu depuis. 
Les antécédents de famille sont intéressants. Le père, 
mort à 40 ans de fièvre typhoïde, avait eu deux attaques de 
rhumatisme articulaire aigu ; la mère était morte à 45 ans 
de tuberculose pulmonaire. La progéniture avait été nom- 
breuse, plusieurs enfants étaient morts en bas âge, trois 
survivaient, à savoir : le sujet de la précédente observation, 
puis un frère et une sœur actuellement bien portants. 

J'ai observé trois autres cas d'hybridité évidente, 
différant toutefois des précédents en cela qu'on ne 
retrouvait pas chez les générateurs directs les deux 
facteurs tuberculose et arthritisme. Dans l'un des 
cas, Tarthritisme seul est suffisamment démontré 
(chez Amélie B...); dans l'autre (Jules Willars), la 
santé du père et de la mère ne fournit pas d'indi- 
cation certaine; dans un troisième (M™* Mard.;.), on 
retrouve la tuberculose, mais seulement chez les col- 
latéraux et la progéniture, ce qui, à la vérité, est 
assez probant. 

Je n'ignore pas que dans les questions d'hérédité 
morbide il faut remonter plus haut que le couple pro- 
créateur immédiat et chercher chez les grands- 
parents, voire chez les oncles et tantes; or, comme 
je n'ai pu faire cette enquête chez deux de mes ma- 
lades, je ne suis pas en droit de nier absolument 
la congénitalilé de leurs deux maladies. Mais, d'autre 
part, la tuberculose étant virulente, contagieuse, 
transmissible, je .comprends parfaitement qu'elle 
atteigne à une époque quelconque de sa vie un sujet 
arthritique par hérédité et réalise ainsi plus ou moins 
tardivement une hybridilé dont évidemment un seul 
facteur est coriffénital, l'autre étant incontestablement 
acquis. 



HTBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRITIQUE. d:>9 

Enfin, comme à côté de rarlhritisme héréditaire 
rien n'empêche absolument d'admettre un arthritisme 
accidentel, envahissant un organisme indemne jus- 
que-là ou infecté antérieurement de tuberculose éga- 
lement accidentelle, on se figure sans peine une 
hybridité doublement et exclusivement acquise^ dans 
laquelle la santé des générateurs ne jouerait plus 
aucun rôle. 

D'où, en résumé, trois variétés d'hybridité tuber- 
culo-arthritique : héréditaire j hérédo-acquise, acquise. 

C'est seulement avec un grand nombre d'observa- 
tions qu'on pourrait juger du degré de fréquence 
relative de ces trois formes. 

Ubs. IV. — Arthritisme sans tuberculose chez les ascendants 
directs. — Tuberculose dans les antécédents personnels et 
chez les descendants. — Arthritisme personnel sous forme 
de tumeurs adénoïdes de la mamelle. 

Amélie L..., 31 ans, de taille moyenne et de bonne con- 
stitution apparente, entre à THôtel-Dieu, le 12 février 1890, 
pour une tumeur du sein gauche.' 

Antécédents : Père mort d'une maladie de vessie à un âge 
assez avancé. Mère morte d*un cancer de l'utérus à 54 ans. 
Un frère et une sœur bien portants. 

Pendant la première enfance, A... a été très chétive. 
Cependant la première affection bien déterminée dont elle 
ait gardé le souvenir est une blessure à Tàge de 6 ans; en 
effet, à la suite d'une chute d'un lieu élevé, elle se fit à la 
nuque une plaie contuse qui mit beaucoup de temps à 
guérir. 

L'année suivante, un abcès se forme au niveau de l'arti- 
culation carpo-métacarpienne du pouce gauche ; il est ouvert 
au bistouri, mais reste fistuleux pendant des années; autour 
de lui, s*établissent d'autres orifices qui à diverses reprises 
donnent issue à de petits séquestres. C'est vers Tàge de 
15 ans seulement que guérit définitivement cette ostéo- 



30<) \'Zll!CCi:iL. 

arthrite, encore reconnaissable aux cicatfice« msîtlp2e« kK à 
ratropliiedu pouce en longueur et en voiame. Deciou trois 
années auparavant, un abcès avait *T\é ouvert au ^jqtUj^it du 
genou, ruais s*était cicatrisé beaucoup pla< rapidrmrnt. Od 
avait combattu ces manifestations scrofuleuse^parrhuilede 
foie (le morue et plusieurs saison« aux baio?^ de mer. 

A... cstrégl('*e à 13 ans, mais irrégulièrement et avec des 
retards parfois de plusieurs mois. Apn-s la deuxième gros- 
.sess(*, il y a dos pertes sanguines abondantes: depuis, il y a 
souvent de la leucorrhée, et très habituellement des doa- 
hîurs de reins. 

A... se marie à 16 ans dans un état de santé un peu 
meilleur et devient aussilùt enceinte. Dès le début de la 
grossesse, une tuméfaction probablement d'origine gao* 
glionnaire apparaît derrière Toreille; les badigeonnages 
iodés, riodure do potassium à Tintérieur, la font disparaître 
à la longue. Mais, quatre ans plus tard, à Toccasion d'une 
socondi* grossosso, elle reparait beaucoup plus volumineuj^, 
causant rollo fois des douleurs vives et finissant par sup- 
purer. Apres Taccouchement, A... va faire une saison à 
lliarritz. 

O»i(»l(jnos mois après, les membres inférieurs deviennent 
le siège (irruptions cutanées (it de macules brunâtres qui 
paraissent et disparaissent plusieurs fois, mais sur la nature 
(les(inelles on n'est point (ixé ; on sait seulc^ment que 
maintes lois sont survenus des acc(>s d'angine herpétique 
suivis IVèquemrnentd'herpès labial bien caractérisé et fébrile, 
avec retour (i«»s douhMirs dans les cicatrices des abcès cer- 
vicaux (^l on-rorgenuMil dos f;anglions carotidions. 

La malade, ijui avait alors ^l"! ans et qui habitait Chûteau- 
roux, vient (N»nsnllor î\ notre llôtcl-Dieu un médecin qui lui 
prescrit le trail(MnenL iodé ititus t'I extra, A 2t) ans, elle 
(piitti» la provin(*o et vient s'installer à Paris avec sa 
lann'llo. 

Le premier iU\ ses onfants, gar(;on Agé aujourd'hui do 
M ans, rosseruhio trait pour traita sa m(>re. D*abord chétif, 
sonllrrloiix (»l adocLc'; depuis son plus jeune Age d'engorge- 
nuînt ganglionnaire du (»oii, il a un peu repris depuis 
quelffucs années, mais conserve néanmoins son adénopathie 



HYBRIDITÉ TUBKRCULO-AKTHRITIOUE. 301 

cervicale. La petite fille née de la seconde grossesse est 
morte à 2 ans de méningite tuberculeuse. 

Le mari, actuellement âgé de 39 ans, n'a jamais eu que 
des attaques de rhumatisme, d'ailleurs assez fréquentes. 

A 26 ans, A... est atteinte d'un gros abcès de la grande 
lèvre qui perce tout seul, après quoi un autre abcès se forme 
dans les ganglions du cou et s'ouvre aussi spontanément. 

En octobre 1888, une tumeur ganglionnaire de l'aisselle 
droite est enlevée par M. Gampenon. 

En février 1889, gonflement à la nuque que font dispa- 
raître des frictions avec la pommade à l'iodure de plomb. 

En avril de la même année, on constate dans le sein 
gauche Texistence d'une tumeur qu'on retrouve plus volu- 
mineuse en juin, mais sur la nature de laquelle on ne se 
prononce point. 

Quelques semaines plus tard, développement au niveau 
de la fosse canine droite d'une tumeur inflammatoire dure 
et douloureuse. L'extraction de la canine cariée fait dispa- 
raître le gonflement, mais les douleurs persistent et se pro- 
pagent dans la fosse nasale. 

La tumeur du sein est également le siège d'élancements 
assez vifs, avec oppression qu'on croit pouvoir rapporter à 
une névralgie intercostale gauche. 

Le 12 février dernier. A... entre dans mes salles. On 
reconnaît les cicatrices de nombreux abcès antérieurs, puis 
autour de celles du cou plusieurs ganglions de volume 
moyen, durs et indolents. 

Au sein gauche, trois tumeurs distinctes, également dures, 
indolentes, mobiles sur les parties profondes ; la peau qui 
les recouvre n'est point adhérente et a conservé sa couleur 
naturelle. La plus grosse, de forme discoïde, mesure près 
de 4 centimètres de diamètre sur :2 et demi d'épaisseur; 
elle occupe le centre de la mamelle; les deux autres, de 
moindre dimension, sont situées en dedans et en dehors de 
la première. 

Les ganglions axillaires ne sont point engorgés. 

Le diagnostic était assez malaisé. Les caractères physiques 
de ces tumeurs, leur multiplicité, leur défaut d'adhérence, 
Tintégrité de la peau, Tabsencc d'engorgements ganglion- 



362 VERNEUIL. 

naires, excluaient Tidéc du carcinome et de répithélioma. 
L*adénomc était plus admissible; cependant les tumeurs 
n'avaient pas la grande mobilité et Tindépendance qu'on 
rencontre en pareil cas. D'autre part, le développement 
d'un néoplasme vrai, d'origine récente, chez un sujet 
anciennement et actuellement encore tuberculeux, est chose 
si rare, que j'en rejetais la possibilité. Dès lors, me rappelant 
quelques cas de tuberculose mammaire que j'avais observés 
et qui présentaient avec celui-ci de grandes analogies, je 
crus pouvoir annoncer que la mamelle renfermait trois 
noyaux tuberculeux dont l'extirpation était absolument 
indiquée. Rien d'ailleurs ne s'opposait à l'opération. A... 
était dans un état relativement assez bon ; elle souffrait 
de l'estomac, accusait de la faiblesse, des étoulTements 
et des sueurs nocturnes; mais l'examen des viscères, et en 
particulier des poumons, ne révélait point de lésions sé- 
rieuses. 

En conséquence, l'ablation des tumeurs fut pratiquée le 
22 février. Séance tenante, nous reconnaissons l'erreur de 
diagnostic: les trois soi-disant tubercules étaient des tu- 
meurs adénoïdes types histologiquement, mais encore im- 
parfaitement enkystées, c'est-à-dire mal isolées du tissu 
glandulaire circonvoisin. 

Je n'insisterai pas sur une méprise qui, j'en conviens, 
m'a été inspinîe par une vue théorique et que je n'aurais cer- 
tainement pas commise sur un sujet exempt de tuberculose 
en activité. Les suites de l'opération furent des plus simples. 
Apros réunion immédiate et drainage, la plaie était guérie 
au troisième pansement. Gomme seul incident, retour de 
l'angine herpétique qui dura quatre jours, sans modifier la 
plaie opératoire. 

Le 6 mars, l'opérée quittait l'hôpital, beaucoup mieux 
portante qu'à son entrée. Je l'engageai à prendre avec per- 
sévérance centigrammes d'iodoforme par jour et d*aller, 
si la chose était possible, passer, la saison venue, quelques 
semaines au bord de la mer. 

Je lui conseillai enfin de soumettre son fils au môme ré- 
gime pendant deux ou trois années pour le moins. 



HTBRIDITÉ TDBERCULO-ARTURITIQUE. 363 

Je m'arrêterai quelques instants sur le genre d'hy- 
bridité auquel nous avons affaire ici. 

Les générateurs directs ne paraissent pas coupa- 
bles d'avoir transmis la tuberculose à leur fille par 
voie d'hérédité, le père étant mort dans un âge avancé 
d'une affection vésicale, et la mère ayant succombé 
à un cancer utérin. 

De ce dernier chef, en revanche. A... était naturel- 
lement disposée à lanéoplasie, c'est-à-dire à une des 
manifestations les plus caractéristiques de Tarthri- 
tisme, lequel du reste n'avait pas manqué de se tra- 
duire : par les angines herpétiques répétées, les dou- 
leurs névralgiques cervicales, crâniennes, intercostales 
et lombaires, les attaques réitérées de gastralgie, les 
étouffements sans lésions pulmonaires, tous symp- 
tômes qui ont été relevés dans l'interrogatoire minu- 
tieux auquel nous nous sommes livré et qui pen- 
dant toute une vie de malaise et de souffrances ont 
coïncidé ou alterné avec la longue ostéo-arthrite de 
la main et les adénopathies suppurées multiples, 
indices non moins nets d'une tuberculose rebelle, 
encore attestée par la méningite tuberculeuse d'un 
des enfants et les engorgements cervicaux de l'autre. 

Donc, nul doute: A... est simultanément arthri- 
tique et tuberculeuse, mais son hybridité diffère de 
celle des sujets précédents en cela que l'arthritisme 
seul parait d'origine héréditaire, tandis que la tu- 
berculose, ne se retrouvant ni chez le père ni chez la 
mère, semble plutôt acquise, peut-être vers la sixième 
année, à la suite de la blessure du cou; ce qui prou- 
verait que l'arthritisme congénital ne met point à 
l'abri de l'inoculation bacillaire. Quoi qu'il en soit, 
depuis 25 ans, les deux maladies constitutionnelles 

TUBERCULOSE. — II. 24 



364 VRRNEUIL. 

ont évolué parallèlement et sans relâche, ce qui est 
à coup sûr bien exceptionnel, aussi bien dans l'his- 
toire de la tuberculose que dans celle du rhumatisme. 

Obs. V. — Lésions arthritiques et tuberculeuses chez un sujet 
né de parents arthritiques. Tuberculose probable chez plu- 
sieurs membres de la génération précédente. 

Jules Willars, 29 ans, domestique, natif de Berne, a été 
assez chétif pendant son enfance; garçon boulanger de 16 à 
21 ans, il a quitté ce métier, qu'il trouvait dur, pour se placer 
chez des gens riches, en France. Il habite d*abord la pro- 
vince, où, en février 1881, il est atteint, sans blennorrhagie 
à son dire, d'une orchite aiguë du côté gauche terminée au 
bout de deux mois par un abcès qui suppura près d*une 
demi-année. En 1882, à Paris, le testicule droit fut pris à 
son tour et suppura également pendant quelques semaines. 
Traitement de deux mois par le sirop de salsepareille 
ioduré. En 1885, la fistule du côté gauche se rouvre pen- 
dant un mois. 

Depuis cette époque, la santé s*cst maintenue, à peine 
troublée de temps en temps par des éruptions furonculeuses 
qui datent de Tadolesccncc et dont actuellement encore on 
voit les traces à la région de la nuque. 

En août 1888, J... note à la face palmaire de la main gau- 
che, au niveau de la face antérieure de Tarticulation méta- 
carpo-phalangienne de Tannulaire, cet épaississement de la 
peau avec adhérence, mais sans changement de couleur, 
que Ton décrit sous le nom de rétraction de Taponévrose 
palmaire. La lésion mesure à peine 1 centimètre et demi 
dans ses divers diamètres; elle est indolente et ne gène 
nullement. 

En mars 1889, un gonflement apparaît du même côté, au 
poignet, à la partie interne de la gaine tendineuse sus-car- 
pienne; peu saillant et présentant une fausse fluctuation, il 
est manifestement formé par des fongosités synoviales. 
L'annulaire et Tauriculaire légèrement courbés ne s'éten- 
dent pas complètement, même passivement. On perçoit un 



HTBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRITIQUE. 365 

frottement pendant les mouvements des doigts et du poi- 
gnet; gène et faiblesse dans ces mouvements. C'est pour 
cette alTection que J... est reçu dans nos salles. 

Voici ce que nous constatons : 

Sujet de taille moyenne, pesant 130 livres, ni gras ni 
maigre, moyennement musclé, blond, pâle, chauve depuis 
Tàge de ii ans; ayant jusqu'à ces derniers jours fait régu- 
lièrement son service de valet de chambre à Blois jusqu'à 
Tan dernier, et actuellement à Paris. C'est dans cette der- 
nière résidence que la synovite du poignet s*est montrée. 
Nous retrouvons les lésions déjà signalées : calvitie, cica- 
trice des furoncles, rétraction de l'aponévrose palmaire gau- 
che, que Ton constate aussi à la main droite au même en- 
droit et dans la même étendue. Synovite fongueuse de la gaine 
tendineuse de l'auriculaire gauche ; gonflement assez con- 
sidérable et symétrique des deux épididymes, avec un peu 
d*hydrocèle et traces des trois fistules actuellement cicatri- 
sées, mais dont l'une se rouvre de temps en temps ; cordons 
peu volumineux; en revanche, induration prostatique très 
manifeste sous forme de crêtes latérales divergentes en haut. 

Eln dehors de ces affections superficielles, les grands or- 
ganes sont sains et l'état général n*est pas mauvais. J... ne 
tousse jamais, digère bien, ne transpire pas trop et dort 
tranquille; il est sobre et n*a jamais eu de maladie véné- 
rienne. Marié à 25 ans, il n'a pas d'enfants. Son sperme est 
clair et peu abondant; il a pourtant en moyenne deux ou 
trois rapports conjugaux par semaine. 

En somme, nous portons ici au compte de l'arthritisme : 
la calvitie précoce, la furonculose, la rétraction double et 
symétrique des aponévroses palmaires^ — et au bilan de la 
tuberculose : les lésions caractéristiques des épididymes et 
de la prostate, ainsi que la synovite fongueuse des gaines 
du poignet. 

Voici maintenant les antécédents de famille: 

Grand'mère ayant eu douze enfants dont deux filles seu- 
lement ontsur>'écu; des dix autres, huit ont succombé de 
!25 à 40 ans, sans qu'on puisse savoir à quelle maladie; 
le neuvième meurt à 36 ans de rétention d'urine; le dixième 
à 43 ans, d'apoplexie. 



366 VERNEUIL. 

Mère variqueuse, migraineuse, n*ayant jamais toussé, en- 
levée à 35 ans par une fièvre (?), après trente jours de 
maladie. 

Père bien portant, de constitution moyenne, cultivateur, 
actuellemenl âgé de 59 ans, n'ayant jamais été malade et 
n'ayant jamais eu de douleurs ; un peu chauve et, comme 
son fils, sujet aux furoncles. 

Deux frères plus vigoureux que lui; une sœur souffrante 
dont on connaît peu la maladie. 

On ne retrouve dans ces antécédents directs que Tarthri- 
tisme: du côté maternel, varices, migraines; du côté pater- 
nel, calvitie et furoncles; mais on pourrait admettre que 
la tuberculose a été pour quelque chose dans la mortalité 
qui a emporté dix des douze oncles et tantes, cette ma- 
ladie étant, avec la syphilis des parents, à peu près la seule 
capable d'anéantir ainsi des familles nombreuses. 

Obs. VI. — Adénopathie tuberculeuse de l'aisselle chez unearihri- 
tique par ascendance paternelle; collatéraux maternels tuber- 
culeux; hybridité tuberculo-arthntique chez un des enfants, 

M"* Mard..., 36 ans, de petite taille, vive, fraîche, offre les 
apparences d'une excellente constitution. Son père, affecté 
d'asthme, était mort à 60 ans d'une congestion cérébrale; 
Sa mère, de santé ordinaire, vit encore et a dépassé la soi- 
xantaine. Exempte de toute maladie sérieuse dans la pre- 
mière et la seconde enfance, elle a souffert seulement 
pendant l'adolescence de rhumes répétés survenant brusque- 
ment, mais ne durant guère et sans persistance de la toux 
dans les intervalles. Cet état, remarqué par les parents en 
raison de certains antécédents de famille, et surveillé atten- 
tivement par les médecins qui toutefois n'ont jamais con- 
staté de lésions pulmonaires notables, a toujours persisté 
et persiste encore. En effet, de temps à autre le rhume se 
renouvelle avec sa marche classique, c'est-à-dire conMnen- 
çant par le coryza, finissant par la bronchite et évoluant en 
une dizaine de jours. J'ai pratiqué l'auscultation moi- 
même à plusieurs reprises depuis plus de trois ans, sans 
découvrir le moindre indice de tuberculose pulmonaire. 



HYBRIDITÉ TUBERCULO-ARTBRITIQUE. 367 

M"' M..., mariée à 19 ans à un mari aclif, bien portant et 
légèrement arthritique, a eu cinq enfants qui vivent tous et 
sont en bonne santé, à Texception (l*un seul dont nous par- 
lerons plus loin. 

li yacinqansenviron,M"'®M...,quisepIaignait(ledouleurs 
lombaires et dont les urines charriaient souvent de la gra- 
velle urique, eut une forte attaque de colique néphrétique, 
pour laquelle elle fit une saison à Vichy, et ensuite but de 
temps en temps des eaux alcalines; souvent Turinc est 
troublée par Turatc de soude ou dépose du sable, et cepen- 
dant la colique ne s'est pas reproduite, un médecin, à la 
vérité, ayant institué le traitement en conséquence. 

Au printemps de 1887, sans cause connue, M"»« M.... con- 
stata à la partie inférieure, et antérieure de l'aisselle droite, 
sous le bord du grand pectoral et tout près de la circonfé- 
rence de la mamelle d*ailleurs très développée, une tumeur 
indolente du volume d'une petite noix et perdue dans l'épais- 
seur du tissu adipeux de l'aisselle ; elle remarqua en même 
temps un gonflement diffus, mollasse, indolent, dans la ré- 
gion sus-claviculaire du môme coté. La patiente fort alar- 
mée vint aussitôt me trouver, accompagnée de son médecin. 
Le diagnostic, je l'avoue, m'embarrassa. Sans doute il s'agis- 
sait d'une adénopathie, mais je ne pus en découvrir le point 
de départ. La mamelle explorée avec le plus grand soin 
n'oiTrait pas la plus petite induration, ni à la superficie ni 
dans la profondeur; aucune lésion traumatique ni patho- 
logique n'existait dans la circonscription. 

Dominé par l'idée que M'"« Mard... était arthritique par 
son père, aussi bien qu'en raison des manifestations de 
môme nature qu'elle présentait elle-môme : bronchites ré- 
pétées, gravelle, colique néphrétique, lipome sus-clavicu- 
laire, je crus à un néoplasme pouvant être unlymphadénome, 
en tout [cas à une production qu'il était prudent d'enlever. 
L'opération fut faite peu après et j'extirpai sans difficulté 
par énucléation une masse ganglionnaire composée de trois 
glandes du volume d'une amande, que je m'empressai d'in- 
ciser pour en connaître la nature. 

Il s'agissait de trois gros ganglions à coque épaisse, rem- 
plis de matière caséeuse type, que Texamen microscopique 



fait par acquit de conscience démontra être tuberculeuse! 
La guérison s'elTeclua rapidement el persiste depuis trois 
ans, sans menace de récidive locale ni apparition de nou- 
veaux ganglions en quelque région que ce soit. 

M"" M... a pris presque sans rel&che depuis ce momenl 
soit de rirjdoforme, soilde l'arsenic; elle est allée à Salies- 
de-Béarn pour son Ris aîné et pour son propre agrément; elle 
a passé en 1887, 188S et 1S89 plusieurs mois au bord de la 
mer; elle est llorissante et no s'est jamais mieux portée. 

Assez désappointé de mon erreur de diagnostic, 
sans regretter cependant mon opération, je revins 
sur les antécédents de famille et celle fois plus fruc- 
tueusement, car j'appris d'abord que M"" M... avait 
perdu de la poitrine une tante el un oncle maternels 
et en outre que, de ses cinq enfants, quatre sansdcute 
étaient indemnes, mais que l'alné portait une affec- 
tion tuberculeuse manifeste. 

Cetenfant me fut montré Sgé alors de 16 ans ; il était de 
taille el de structure moyennes, mais présentait un engorge- 
ment de tous les ganglions cervicaux, sauf les sus-clnvicu- 
laires. — Le chapelet, étendu depuis l'apophyse mastoïde 
jusqu'à la clavicule, était trôs saillant, bosselé, dur et cau- 
sait une véritable dilTormilé ; néanmoins les glandes n'avaient 
jamais eu tendance à la suppuration, bien qu'elles aient élé 
rendues adhérentes par quelques poussées inllammatoires 
antérieures. Les dillérents traitements prescrits n'avaient 
pas produit grand résultat. 

Au reste, tous \es organes importants étaient sains et la 
santé générale n'était pas mauvaise. Détail assez intéressant : 
le front, la face, le cou et les épaules sont le siège d'une 
éruption presque contluenlc d'acné, ce qui semblerait in- 
diquer que t'hybridité existe déjà chez ce garçon. En I8S9, 
une saison aux eaus de Salies-de-Béarn a produit seule 
d'excellents effets; l'adénopalhie avait presque disparu, 
mais aucun traitement n'ayant été institué depuis, elle s'osl 
montrée de nouveau pendant l'hiver de 1889-90. 



HTBRIDITÈ TUBEKCUJX)-ARTHRITIQC]Ë. 369 

Examinons maintenant, à l'aide des observations 
précédentes, comment agissent Tune envers Tautre 
les deux diathèses réunies chez le même sujet. Je 
laisserai de côté, pour insuffisance de détails, les 
faits que j'ai signalés au Congrès de Rouen, ainsi que 
mon premier cas de lithiase compliquée de tubercu- 
lose, et n'utiliserai que des documents plus complets. 

I. — Chez le sujet de MM. Peyrot et Jonncsco, atteint de 
panaris tuberculeux, la maladie débute dans la même an- 
née 1880 par une pleurésie avec hémoptysie légère et par 
une attaque de rhumatisme articulaire aigu. Nouvelle pous- 
sée du côté de la poitrine en 1883 et nouvelles attaques de 
rhumatisme en 1884 et 1885. A la suite de cette dernière, 
un gonflement circonscrit persiste sur le dos de la phalange 
du médius ; cinq mois après, en ce point survient une inflam- 
mation très vive qui aboutit à la formation d*un panaris où 
le pus se mélange à du tubercule caséeux et crétacé; on 
pratique Tamputation du doigt, qui guérit sans incident. 
Depuis, le malade est resté en bonne santé. C'était du reste 
un grand garçon de 31 ans, blond, bien charpenté et dont Tétat 
général était satisfaisant, bien qu*il présentât au sommet 
droit les signes les plus nets d*une induration tuberculeuse. 

En somme, six ans après Tinvasion de la tuberculose par 
la pleurésie, les lésions bacillaires n'avaient envahi qu'un 
doigt et le sommet d*un des poumons, la santé paraissant à 
peine atteinte. Il s'agissait donc là d'une forme bénigne. 

II. — Pierre H..., 26 ans, mince, pâle, médiocrement 
musclé. Invasion de la tuberculose en 1884, annoncée par des 
hémoptysies répétées qui se renouvellent en 1885, sansaltérer 
notablement la santé générale. En 1886, on constate l'exis- 
tence d'un calcul vésical qui, d'après l'époque d'apparition 
des premiers troubles de la miction, existait certainement 
depuis plusieurs années, sans avoir occasionné d'accidents 
sérieux du côté des voies urinaircs, bien qu'il fût composé 
d*oxalate de chaux, que la prostate fût tuberculeuse et que 
l'urine enfin renfermât des bacilles. La litholapaxie, facile- 



ment exécutée du reste, fût dune bénigailé estrtme, ne 
d<5Lerminant aucune réaction loc.ilc ni générale inimédiale. 
Uy eutàla ïérité, Tiiit si commun après les opérations les 
plus simples chez les tuberculeux, une poussée inflamma- 
toire du cOté des poumons qui éclata 5 jours après la titho- 
IHlieet dura 1 S jours; mais bientôt, grâce surtout à l'iodo- 
forme, tout rentra dans l'ordre et la convalescence s'établit 
franchement. 

En avril, Pierre était mieux portant qu'il ne l'avait élé 
depuis bien longtemps ; l'état des poumons s'était également 
beaucoup amélioré. 

Ici, les deux maladies paraissent avoir eu une influence fa- 
vorable réciproque. La luberculisalion pulmonaire en elfel 
présenta udo marche lente et bénigne, alors que les antécé- 
dents de famillo étaient détestables (sur 17 enfants, 1 1 étaient 
déjà morts, dont plusieurs d'alTeclions tuberculeuses) <^t 
d'autre part les voies urinaires restèrent en quelque sorte 
indifférentes à la présence prolongée d'une variété de calcul 
d'ordinaire fort mal tolérée. 



111. — Chez\..., Ie|sujetde la deuxième observation de 
H.Jonnosco, rbybridiléëlailcongénitale, le père étant mort 
de tuberculose intestinale et la mèreétanttrës rhumatisante. 
La luberculoseonvrcla marche dans l'enfance, sous forme de 
gourmes et d'adénopatbies cervicales qui ne suppurent {)a3. A 
l'Age de 10 ans, le rhumatisme entre en scène à son tour cl 
y reste longtemps. Le paludisme s'y joint et le malade tombe 
dans une anémie profonde. Tout cela guérit et,i l'âge de 
ââ ans, notre homme était bien portant. A cette époque il 
épouse une femme tuberculeuse qui meurt quatre ans aptbs- 
L'année mCme de cette mort,C..., qui Kiaitruslé jusque-là en 
boune saule, est repris par ta tuberculose, qui envahit son 
genou droit lentement ot sans réaction. L'arthrite guérit 
néanmoins au bout de neuf mois, sans suppuration et par 
ankylosecomplL'le. Simultanément le genou gauche est at- 
teint de douleurs rhumatismales passagères, mais en 1887 il 
est repris, etcelte fois avec douleur.d'une synovite fongueuse 
de nature tuberculeuse évidente, contre laquelle le salicylale 
de soude reste impuissant. 



HYBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRITIQUE. 371 

En juillet 1888, on constate, outre cette dernière affection, 
une induration trèsnetle du poumon droit. G... a cependant 
conservé une apparence assez forte, et sa vie no paraît pas 
prochainement menacée. 

Donc, ici encore, la tuberculose est bénigne, car, ayant 
fait une première apparition légère et fugace dans le tout 
jeune âge, elle ne reparait qu'à :26 ans sur un genou que le 
rhumatisme articulaire aigu avait atteint plusieurs fois et 
n*est constatée dans les poumons qu'à 30 ans et sous une 
forme peu avancée. 

Cette arthrite de 1884 est bien intéressante; Thybridité 
locale y est tout à fait évidente, car elle est tuberculeuse 
par sa marche lente, son indolence, son absence de réaction 
locale, et rhumatismale par sa terminaison avec ankylosc 
complète sans trace de suppuration. 

Mais, chose remarquable, tout en se combinant dans le 
genou droit, les deux maladies conservaient leur indépen- 
dance en un autre point, car en môme temps le genou 
gauche était affecté pour la première fois, mais de douleurs 
rhumatismales qui disparaissent rapidement; en d'autres 
termes. G... présentaitsimultanément une arthrite tubercu- 
leuse à droite et rhumatismale h gauche. Trois ans plus 
tard, le genou gauche est à son tour atteint d'arthrite tuber- 
culeuse au début, à forme synoviale. 

Chez les trois malades que je viens de citer, la tubercu- 
lose, quoique bénigne, offrait une certaine gravité, puisqu'elle 
avait atteint les poumons. Rien de semblable heureusement 
n'existait dans les cinq cas qui vont suivre. 

IV. — Chez W... l'hybridité débute à 12 ans par une attaque 
de rhumatisme articulaire qui dura trois mois. C'est à 
27 ans seulement que se déclare la tuberculose, sous forme 
d*abcès ossifluenlde la fesse reconnu en janvier 1888, un an 
après une chute violente sur la hanche, et qui avait altéré 
sensiblement lasanté générale. Trois ponctions suivies d'injec- 
tions d'éther iodoformé amènent au mois de mai laguérison 
locale avec rétablissement complet, confirmée en décembre. 
Quinze mois plus tard, en mars 1870, Ch. W... vient me 
revoir pour quelques douleurs ; on trouve peut-être un peu 



372 VERNEUIL. 

d'empâtement au point où avait siégé Tabcès; nous ponc- 
tionnons par acquit de conscience et, bien qu'aucun liquide 
ne soit extrait par Taspiration, nous injectons un peu 
d'éther iodoformé. Ch..., qui avait surtout envie et besoin de 
se reposer quelques jours, sort de mon service avec toutes 
les apparences de la vigueur et do la santé. Pas plus alors 
que pendant le séjour à Thôpital en 1888, on ne constate la 
moindre trace de tuberculose pulmonaire. 

y. — Morand, faible, chétif, s*enrhumant fréquemment, a 
pendant sa première enfance des gourmes et des engorge- 
ments ganglionnaires cervicaux. A 19 ans, abcès multiples 
du cou, laissant des cicatrices et autour d'elles des ganglions 
tuméfiés; presque en même temps, blennorrhagie aiguë 
d'abord, qui passe ensuite à la chronicité. L'écoulement 
disparaît enfin, mais bientôt survient un rhumatisme arti- 
culaire généralisé qui se localise au coude droit où il se 
termine par ankylose. 

Après de longs mois de souffrance, Morand est pâle, 
épuisé, il mange peu, dort mal et tousse beaucoup; bref, il 
est en assez triste état et Ton eût pu s'attendre à un retour 
offensif delà tuberculose. Par bonheur, il n'en est rien; à 
l'auscultation on ne reconnaît que de la bronchite généra- 
lisée, qui au bout de quelque temps disparait complètement. 
Le malade est assez vite 'rétabli par un traitement conve- 
nable pour qu'on tente la rupture de Tankylose du coude, 
qui ne provoque du reste aucun accident dans la jointure 
malade. 

VI. — Amélie L... a été très chélivedanssa première enfance. 
A 6 ans, plaie contuse de la nuque, très longue à guérir; 
l'année suivante, ostéo-arthrite du pouce avec suppuration, 
fistules, issue de petits séquestres, le tout durant un temps 
infini et offrant tous les caractères de l'arthropathie tuber- 
culeuse. Plus tard, abcès du genou. Après le mariage, série 
d'abcès ganglionnaires du cou; à 29 ans, ablation d*une 
tumeur ganglionnaire de l'aisselle; aujourd'hui encore 
quelques ganglions du cou sont engorgés. Eh bien, en dépit 
d'une durée de plus de 24 ans, la tuberculose, toujours péri- 



UYBRIDITÉ TUBERCIILO-ARTHRITIQUE. 373 

phérique, n'a pas gagné les grands viscères et laisse même h 
la patiente les apparences actuelles d'une bonne santé. 

D'autre part, les lésions de Tarthritisme semblent présenter 
chez elle le minimum de gravité, réduites qu'elles sont à 
des attaques d'angine herpétique ou d*herpès labial, à des 
accès de névralgie intercostale et à l'adénome mammaire, 
le plus innocent des néoplasmes. Et à ce propos, en mettant 
en regard la bénignité de cette affection avec la gravité du 
cancer utérin dont sa mère est morte, ne pourrait-on pas 
se demander si sa fille ne doit pas à sa tuberculose d'en 
être quitte pour une forme si douce de la néoplasie ? 

VII. — Chez Eugène Willars, les deux maladies générales 
en sont également à un tel degré d'atténuation, que la santé 
générale n'en est point notablement ébranlée et que les 
localisations sont quasi sans importance ; ceci est incontes- 
table pour l'arthritisme, représenté par la calvitie, la furon- 
culose et des rétractions circonscrites de l'aponévrose pal- 
maire. Mais, en vérité, la tuberculose n'est guère plus 
menaçante avec des engorgements épididymaires qui n'ont 
pas bougé depuis neuf ans et dont la suppuration s'est tarie 
d'elle-même, et avec une synovite fongueuse occupant une 
partie seulement de la gaine tendineuse du poignet; étant 
donnée en sus l'intégrité des poumons, neuf années après 
l'invasion bacillaire. 

VIII. — Les mêmes remarques s'appliquent àM^'Mard..., 
chez laquelle les apparences sont si belles qu'on ne pourrait 
soupçonner aucune affection sérieuse et encore moins 
Tassociation de deux maladies constitutionnelles ; tout se 
borne chez elle à la gravellc, au pseudo-lipome sus-clavicu- 
laire et à la tuberculisation d'un petit groupe de ganglions 
dont la médecine opératoire a fait facilement justice. N'est- 
il pas évident que la tuberculose grave chez l'oncle et la 
tante qui en sont morts, et sérieuse chez le fils aîné, dont 
tous les ganglions du cou sont pris depuis plus de trois ans, 
est au contraire aussi bénigne que possible chez M"^® M...? 
N'esl-il pas permis de croire, en rapprochant ce fait des pré- 
cédents, que l'association de l'arthritisme est pour quelque 
chose dans cette atténuation ? 



374 VERNEUIL. 

J'en reste là, confiant à l'avenir le soin de confirmer 
ou d'infirmer mon hypothèse; si j'en juge d'après ce 
que j'ai observé, l'hybridité tuberculo-arlhritique est 
moins rare qu'on ne le pense ; on pourra donc avant 
longtemps en élucider l'histoire . 

J'ajouterai seulement quelques mots sur le diagnos- 
tic et le traitement. 

■ 

Diagnostic de l'hybridité tubercule-arthritique. 

Les lésions et affections tuberculeuses d'une part, 
les lésions et affections arthritiques de l'autre, difîè- 
rent tellement d'ordinaire par le siège anatomique, 
les symptômes et la marclie, que leur coexistence bien 
dûment constatée doit faire aussitôt soupçonner l'as- 
sociation des deux maladies. Si, de plus, lésions et 
affections, au lieu de se présenter avec leur type 
normal, prennent des caractères indécis ou une allure 
insolite, et qu'enfin l'organisme lui-môme ne réagisse 
plus à la manière accoutumée, il n'y a guère matière 
à doute. L'amalgame pathologique, c'est-à-dire l'hy- 
bridité, existe réellement. 

Il y a donc deux diagnostics à poser: celui de la 
coexistence des deux maladies et celui de leur com- 
binaison. 

La chose est généralement facile, pourvu toutefois 
que l'idée en vienne à l'esprit. En effet, on a remar- 
qué sans doute qu'ayant eu dans ma petite série deux 
tumeurs à enlever, j'ai fait deux erreurs de dia- 
gnostic, prenant pour un tubercule mammaire un 
adénome type, et d'autre part extirpant des ganglions 
tuberculeux, croyant avoir affaire à une adénopathie 
néoplasique. La logique devait me conduire à ces 



MTBRIDITÉ TUBERCULO-ARTIIRITIQUE. 375 

méprises, du moment que je ne songeais qu'à Tune 
des deux maladies constitutionnetles et n'attachais 
pas assez d'importance à leur association. 

Pareille erreur est bien souvent commise pour les 
hybrides syphilitico-tuberculeux ou cancéreux. A 
l'avenir, si on pense à l'hybridité, on aura moins de 
chance de se tromper parce qu'on discutera les deux 
diagnostics au lieu d'en prendre un qui semble tout 
fait. 

Je ne veux cependant pas dissimuler les difficultés. 
Ainsi, lorsqu'une articulation est prise chez un sujet 
présentant à la fois des manifestations tuberculeuses 
et arthritiques, on peut être fort embarrassé pour 
dire exactement de quelle nature est l'arthrite, puis- 
que les jointures sont généralement aptes à con- 
tracter les deux maladies. Cette remarque s'applique 
à la synovite tendineuse du poignet observée chez 
J. Willars, et qui pourrait être tout aussi bien arthri- 
tique que tuberculeuse. 

Dans les cas malaisés, la connaissance minutieuse 
des antécédents héréditaires et personnels, l'examen 
attentif des caractères de chaque lésion prise à part, 
les explorations anatomiques et expérimentales quand 
elles sont possibles (1) et jusqu'aux résultats fournis 
par les médications spécifiques, devront être utilisés ; 
et si je m'en rapporte à mon expérience pourtant 
assez restreinte encore, on arrivera le plus souvent 
à une notion satisfaisante. Du reste, si j'insiste sur 
le diagnostic, c'est en grande partie pour éclairer la 
thérapeutique. 



(1) Je rappellerai en particulier les inoculations iotra-péritonéales au 
cobaye, qui rendent de si grands services dans le diagnostic des lésions 
tabercttleuses douteuses. 



376 VERNEUIL. 



Traitement de rhybridité tuberculo-arthritiqae. 

Il se divise naturellement en local et général. 

Un même traitement local peut convenir à des af- 
fections de nature différente ; c'est ainsi qu'on immo- 
bilisera dans une bonne attitude une ostéo-arthrite 
tuberculeuse aussi bien qu'une synovite rhumatis- 
male, et qu'on enlèvera, si la chose est nécessaire, 
des ganglions caséeux tout comme des glandes épi- 
théliales ou même une tumeur cancéreuse. 

Ayant rencontré un calcul vésical chez un de mes 
malades, j'ai fait la lithotritie sans me préoccuper 
de la tuberculose dont il était atteint. Il convient 
pourtant de tenir grand compte de la nature de la 
lésion, car tel moyen qu'on peut impunément em- 
ployer pour une manifestation rhumatismale convien- 
drait mal si la lésion était bacillaire. Si je me suis 
décidé à rompre Tankylose de Morand, c'est que je 
pensais bien qu'il n'y avait pas de tubercules dans 
l'articulation du coude, ou, s'il y avait eu un abcès, je 
n'aurais violenté la jointure qu'après avoir stérilisé 
le pus h l'aide des injections iodoformées. 

Dans le cas de panaris rapporté par MM. Peyrot et 
Jonnesco, c'est la présence du tubercule, bien plus que 
les désordres causés par la suppuration, qui a légitimé 
l'amputation du doigt. 

Je ne veux pas insister longuement sur ce sujet, 
me contentant de dire que, pour traiter rationnelle- 
ment telle lésion ou affection localisée qu'on rencontre 
en cas de coïncidence ou d'hybridité tuberculo-arthri- 
tique, il faut se préoccuper avant tout de la nature de 
la lésion ou aifection susdite. 



UTBRlDITé TUBERCULO-ARTHRITIQUË. 377 

Pour le traitement médical, les choses sont moins 
compliquées, les moyens utiles étant moins nombreux 
et d'un emploi beaucoup plus facile. Plus nous allons, 
en effet, et plus nous cherchons à simplifier la thé- 
rapeutique générale des maladies constitutionnelles 
en diminuant la liste des médicaments et en n'y in- 
scrivant autant que possible que les spécifiques à 
puissance démontrée, à la suite desquels se rangent 
certainement les milieux curatifs, les latitudes ou alti- 
tudes, et surtout les eaux minérales. Donc, étantdressé 
l'inventaire de nos ressources contre la tuberculose 
et contre Tarthritisme^ il reste à examiner s'il faut 
les employer séparément, en commençant par celles- 
ci ou par celles-là, ou les combiner ensemble, comme 
se combinent parfois les deux maladies elles-mêmes. 
Pour adopter une règle de conduite, il faut distinguer 
les cas de coïncidence et ceux d'hybridité réelle. 

Dans le premier, on peut observer de trois choses 
Tune : 

A. Toutes les lésionsouaffectionssontstalionnaires; 

B. Ou elles sont en marche ; 

C. Ou les unes paraissent sommeiller tandis que les 
autres semblent en éveil ; ce troisième cas est le plus 
commun. A quoi il faut ajouter que d'ordinaire c'est 
tantôt la tuberculose et tantôt le rhumatisme qui 
s'agitent, l'activité n'existant que pour une seule ma- 
ladie à la fois. 

En cas d'hybrîdité réelle, les deux maladies réu- 
nies dans le même foyer ou régnant ensemble sur 
l'organisme sont presque toujours en activité réci- 
proque, chacune d'elles exerçant sur l'autre une in- 
fluence plus ou moins grande. 

Toutes ces catégories étant faciles à reconnaître. 



378 VERNEUIL. 

on peut instituer leur médication d'après certaines 
règles simples. Et d^abord est-il nécessaire de traiter 
médicalement tous les malades indistinctement, qu'ils 
soient dans la période d'accalmie ou d'évolution mor- 
bide? 

Je réponds nettement par l'affirmative. 

Les maladies constitutionnelles, en effet, pour être 
momentanément latentes ou inactives, n'en sont pas 
moins sujettes, sous l'influence de maintes causes 
déterminantes banales, ù des retours offensifs qu'il 
faut tâcher de prévenir ou d'atténuer, soit en affai- 
blissant l'agent morbide, soit en accroissant la résis- 
tance de l'organisme. 

On ne saurait trop s'élever contre l'insouciance avec 
laquelle, dès que la lutte engagée entre la maladie et 
la thérapeutique semble tourner à l'avantage de cette 
dernière, on suspend les hostilités sans savoir profi- 
ter de la victoire, et aussi contre la dangereuse quié- 
tude dans laquelle on s'endort pendant les trêves plus 
ou moins longues qu'accorde le mal. 

Quoi de plus funeste et de plus puéril à la fois que 
cette idée continuellement exprimée par les patients 
et, hélas ! trop souvent aussi par les médecins, qu'il 
ne faut pas prendre trop longtemps les médicaments, 
de peur que réconomie s'en fatigue ou s'y habitue? 
Vaut-il donc mieux attendre que cette économie se fa- 
tigue de la maladie ou veuille bien s'y habituer? Ré- 
pétons donc sans nous lasser : Tant que les éléments 
morbigènes existent en activité et même en puissance, 
il faut les combattre avec l'assistance de la nature 
sans doute, mais sans trop compter sur elle. 

Et maintenant précisons davantage. 

Il est d'abord évident que la tuberculose étant beau- 



HYBRIDITÉ TUBERCULO-ARTHRÏTIQUE. 379 

coup plus dangereuse que Tarlbrilisme, c'est contre 
elle qu'il faudra diriger les efforts avec le plus de 
persévérance. Toutefois, et bien que les affections 
goutteuses et rhumatismales ne soient pas dange- 
reuses en général et disparaissent fréquemment 
d'elles-mêmes, si ce n'est à leur période ultime et 
lorsqu'elles atteignent les organes splanchniques, il 
est bon de les poursuivre également, ne fût-ce que 
pour ne pas les laisser détériorer les organes et se 
fixer irrévocablement dans les tissus. 

Il sera donc utile dans les deux cas d administrer 
les spécifiques très longtemps et à doses facilement 
tolérées. Dans la grande majorité des cas, comme je 
le disais plus haut, tuberculose et arthritisme n'évo- 
luant pas ensemble, il suffira d'instituer le traitement 
d'une seule des maladies, c'est-à-dire d'administrer 
contre celle-ci l'iode, l'iodoforme, Thuilc de foie de 
morue, la créosote, les phosphates, les bains de mer, 
lanourrituresubstantielle et stimulante, etc. ; et contre 
celle-là, le salicylate de soude, le sulfate de quinine, 
les alcalins, les bromures, les arsenicaux, les sulfu- 
reux, les eaux minérales chaudes, etc., le régime vé- 
gétarien ou du moins l'extrême sobriété, quitte à virer 
de bord et à remplacer la première série médicamen- 
teuse par la seconde, si les manifestations arthri- 
tiques venaient à succéder aux manifestations bacil- 
laires. Mais la difficulté consiste dans ce dernier cas 
à savoir s'arrêter à temps et aussi à ne pas appliquer 
la médication spécifique à outrance, car on s'expose- 
rait, pour avoir trop éteint une des maladies, à rallu- 
mer l'autre; ce qui arriverait par exemple si, pour 
combattre une tuberculose légère chez un rhumatisant, 
on soumettait ce dernier à un régime trop excitant, 

TUBBRCUL08B. — II. 25 



380 YERNEUIL. 

à un air trop vif, à la talassothérapie trop énergique 
ou trop prolongée, à la médication iodurée, etc. J ai 
cru remarquer cependant que les hybrides suppor- 
taient bien telle médication qu'on aurait pu croire a 
;?rtort leur être défavorable; c'est ainsiqueM^^^Mard..., 
quoique graveleuse, migraineuse et offrant les appa- 
rences extérieures d'une rhumatisante, s'est très bien 
trouvée des bains de mer et des eaux de Salies-de- 
Béarn, peut-être parce qu'elle était aussi envahie 
par le virus tuberculeux. 

Ayant également constaté que Tiodoforme d'une 
part et Tarsenic de Tautre sont bien tolérés par les 
tuberculeux ainsi que parles arthritiques, je conseille 
de les administrer séparément ou ensemble dans les 
formes moyennes de Thybridité tuberculo-arthritique. 

Je termine en exprimant de nouveau le désir qu'en 
raison de la rareté assez grande des observations 
bien concluantes, les médecins qui en rencontre- 
raient prissent la peine de les publier. 



DE 
L'IMMUNITÉ CONFÉRÉE A DES LAPINS 

PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE 

DU SANG DE CHIEN 



PAR 



J. HÉBIGOURT et CHâBTigfl RIÇHBT 

(TRATàIL du LABOKATOm DB PHTIIOLOOIB DB LA FACULTÉ DB MÉDBCINB 

DE PAR») 



Notre but dans ce mémoire est d'établir comment 
la transfusion de sang de chien modifie chez le lapin 
les effets pathogéniques de diverses infections expé- 
rimentales ; d'abord les effets du Staphylococcus pyo- 
septicus, effets décrits antérieurement (1), puis ceux 
du virus tuberculeux. 

Nous commencerons par établir les effets physiolo- 
giques de la transfusion péritonéale de sang de chien 
à des lapins. Puis, dans un second chapitre, nous 
montrerons comment la transfusion modifie d'une 
manière imprévue la réaction du lapin à l'infection 
par le Staphylococcus pyosepticus. Dans un troisième 



(!) Areh, de mid.expériin,,i. I, !«' septembre 1889, p. 673^9S. 

Nous n*avoni donc pas à revenir en détail sur les phénomènes que 
produit chez ie lapin le Staphylococcits pyosepticus; non plus que sur 
ht parenté qui unit le Staphylococcus pyosepticus et le Staphylococcus 
albuSt micro-organismes très Toisins, différents seulement par leur degré 
de Timlenee. 



382 J. HÉRICOUIXT ET CHARLES RICHET. 

chapitre, nous montrerons comment la transfusion 
modifie Tinfection tuberculeuse. 



§ I . — De LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE DE SANG 

DE CHIEN A DES LAPINS. 

Si l'on essaye de faire la transfusion vasculaire, on 
échoue presque toujours ; car un lapin ne peut sup- 
porter rinjection, dans son système vasculaire, que 
d'une petite quantité de sang de chien. Un lapin de 
1700 grammes est mort en quelques minutes, après 
avoir reçu 12 centimètres cubes de sang de chien 
dans la veine jugulaire. 

Au contraire, les lapins supportent très bien la 
transfusion péritonéale. Nous avons pu à de gros 
lapins injecter, dans le péritoine, 120 centimètres 
cubes de sang de chien, sans déterminer d'acci- 
dent. C'est donc là un procédé de transfusion bien 
préférable à la transfusion directe. 

A. Mafiuel opératoire. — Le manuel opératoire est 
très simple. On instille dans le péritoine d'un chien 
une dose convenable de chloral et de morphine, sui- 
vant le procédé anesthésique que nous employons 
dans notre laboratoire. La dose anesthésique est 0^,5 
de chloral, avec 0*',0025 de chlorhydrate de morphine 
par kilogramme de chien. Avec une solution conte- 
nant par litre 200 grammes de chloral et 1 gramme 
de chlorhydrate de morphine, on voit qu'il suffit de 
l'injection de 25 centimètres cubes pour chloraliser 
complètement un chien de 10 kilogrammes (1). 

(1) On n'a pat besoin d« pousser Tanesthésie aussi loin. Quoiqa*il en 
soit, nous recommandons ce procédé anesthésique, très simple et très 
régulier, qui a l'avantage de ne pas faire pénétrer directement dans le 
système vasculaire et sur l'endocarde une solution étrangère et caustique. 



IMMUNITÉ PAK LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 383 

On met à nu l'artère carotide du chien (beaucoup 
plus commode que l'artère fémorale). On lie le bout 
supérieur ; et, après avoir mis une forte pince sur le 
bout inférieur (cardiaque), à 4 centimètres au-dessous 
de la ligature supérieure on introduit une canule en 
verre, aussi grosse que possible, dans le tronçon d'ar- 
tère intermédiaire. On lie solidement la canule sur 
l'artère, et on adapte à la canule un tube de caout- 
chouc muni d'un trocart-canule, caoutchouc et tro- 
cart ayant été plongés dans de l'eau bouillante phé- 
niquée. 

Le trocart a été construit sur nos indications par 
M. Colin. Il a un diamètre intérieur de 2 millimètres ; 
pointu à une extrémité, il porte à l'autre extrémité 
un renflement qui peut s'adapter au tube de caout- 
chouc. 

On prend alors un lapin pesé exactement au mo- 
ment même, et on introduit le trocart dans l'abdo- 
men. Puis on ouvre la pince, et au bout de 15, 20, 
30, 50 secondes environ, on remet la pince sur l'ar- 
tère : puis on pèse le lapin. L'augmentation de son 
poids donne la quantité de sang qu'il a reçue. 

Le temps pendant lequel on laisse Tarière donner 
du sang dans le péritoine est gradué naturellement 
d'après la taille du chien, et les dimensions du tube 
placé dans l'artère. Avec quelque habitude, on ar- 
rive à doser assez exactement la quantité de sang 
qu'on veut injecter. 

La pénétration du trocart dans le péritoine est fa- 
cile : on ne blesse pas r intestin. L'intestin en effet 
fuit devant la pointe du trocart, et le danger de 
blesser l'intestin est illusoire. Nous n'avons observé 
cet accident qu'une seule fois. 



3$4 i. ■ÉftKOl.'ftT kT aUBUS ftICBCT. 

Si l*OD fait phisîeors Iransfusioiis, il importe d'aller 
▼ite, afin d eriter la formation d^un eaillot. 

Les aecideoLs opératoires sont rares. Sur 139 trans* 
fusions il y a eu 8 morts de cause opératoire, soit 
6 p. 100. 

Perforatioo de VmUstiD 1 

PeiikmUon de U remke 1 

Péntonite el sepUcémie t 

Étraiigleineat ioUsUnal da huitième aa nng- 

tiémejoar 'I) 4 

B. Effets phy$iologiqve$ immédiats, — Dès que le 
lapin a reçu une quantité de sang équivalant à 20, 
30, 40 grammes par kilogramme, il présente quel- 
ques symptômes indiquant une action toxique éTÎ- 
denle. Presque toujours, et cela d*autant plus que 
la dose transfusée a été plus considérable, il se cou- 
che sur le ventre, étendant en avant les deux pattes 
antérieures et en arrière les pattes postérieures, de 
manière à ce que le ventre touche le sol. Est-ce l'in- 
dice d'une douleur qu'il ressent dans le péritoine? 

Au bout de quelque temps, il y a émission d'urine 
abondante et limpide, dilTérente par conséquent de 
l'urine alcaline et trouble des lapins normaux. Mais 
ce symptôme n'est pas constant, quoique fréquent. 

Toujours le type respiratoire est modifié; tantôt la 
respiration est légèrement ralentie, laborieuse et 
presque dyspnéique. Tantôt au contraire elle est accé- 
lérée, il y a de ranhélation et de la polypnée. 

(1) C*est là un accident que nous n'aunont pn prérotr, mais qui s'est 
montré, comme on voit, assez fréquemment : un nojau de fibrine non 
résorbée avait comprimé l'intestin, provoquant en ce point un abcès, avec 
amincissement et ulcération de U tunique intestinale. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 385 

La température est toujours abaissée à la suite de 
rinjection, et cette hypothermie dure plusieurs heures. 

Voici quelques exemples de cet abaissement de 
température : 

Le 3 octobre, 6 lapins reçoivent à 3 heures une transfusion 
de sang de chien ; à 6 heures leur température moyenne est 
de SS"*,!, c*est-à-dire inférieure de V,b à la température 
moyenne des lapins. La dose^de sang injectée n*a pas eu 
d'influence (i) : 

Moy«an«. 30 «'• 25 r» 25 r- ior- 20 r» 15 r* 

38M Terap. àôh. 38o,2 38»,o 37^,8 38« 37^,9 38o,3 
39»,85 Le lendemain 40<»,3 39«,8 40^0 30»,6 39«,8 38»,6 

Dans une autre expérience nous avons eu exacte- 
ment les mêmes phénomènes, avec des températures 
de 36*,4,35",8et37%4, trois heures après Tinjection. 

Nous avons constaté une fois, quatre heures après 
rinjection, SB^^yS, chez un lapin qui s'est rétabli. 

Chez les lapins qui meurent par Taction toxique du 
sang, la température descend beaucoup plus bas, et 
au moment de la mort, ils sont refroidis, mourant 
en somme d^asphyxie lente. 

Il est vraisemblable que ces phénomènes de dyspnée, 
de polypnée, d'hypothermie, peuvent s'expliquer par 
une action dissolvante du sérum de chien sur les glo- 
bules rouges du lapin, fait qui semble à présent bien 
établi et assez général d un sang à un autre. 

C. Effets physiologiques consécutifs. — Le sang 
introduit dans le péritoine est assez rapidement ré 
sorbe, si bien qu'au bout de 5 ou 6 jours, après trans- 



(1) Noos n'avons pas besoin de répéter que, toutes les fois qu'il sera 
question de dose de sang injectée, cette dose est rapportée a 1 kilo- 
orâmmb du poids du lapin. 



I 



386 J. IIÉRICOURT ET 

fusion de iO grammes, on ne retrouve plus dans le s 
pcriloine du lapin qu'une coloration un peu plus ^ 
foncée qu'à l'étal normal. Cependant, dans quelques ^ 

cas, un ou plusieurs noyaux de librine restent, non i 

résorbes, pendant assez longtemps; mais ils sont 

très petits; et cela n'empèclie pas de conclure à 1» 
rapide et complète absorption du sang introduit dans;. 
le péritoine. 

Le poids du lapin subit presque toujours une no- 
table diminution. A cet égard nos cliilîres sont nom- 
breux; ils établissent quel trouble profond l'intro- 
duction d'un sang étranger apporte à la nutrition 
générale. 

Il importe de distinguer les lapins en deux grou- 
pes : ceux qui ont succombé, par suite de la trop 
grande quantité de sang injecté, et ceux qui ont sur- 
vécu. Les poids sont rapportés à 100; 100 étant li' 
poids du lapin, le jour de la transfusion. 



2* jour XVI y3 XVI 99 

3- jour XIV 01 XXI «-S 

i-jour XIV 9,1 XVm M 

a' et 6" jours VI S7 X 'J7 

Tet 8'' jours - XV yS 

Ces ciiiffres donnent une idée encore imparfaite 
sur la diminution de poids; car des lapins nonadultef^ 
(de 1 800 à 2 400 grammes) croissent par jour de 
1 p. 100 environ, de sorte qu'au bout de 8 jours leur 
poids, relativement au poids initial, devrait élrc 
do lOH au lieu de 95. Ç'esl donc une diminutioft;!^ 
13 p. 100, au bout de 8 jours. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 387 

Même au bout de 15 jours, et parfois plus, la dénu- 
trition est encore manifeste. Un lapin ayant reçu le 
20 décembre 30 grammes de sang, avait le 19 jan- 
vier, c'est-à-dire un mois après, seulement 96,5, 
par rapport à 100, son poids initial, après une 
chute de poids qui avait atteint, le 31 décembre, 
77 p. 100. 

Sans plus insister sur le détail de cette perte de 
poids, nous pouvons admettre que pour les lapins 
qui survivent la perte de poids est de 5 à 10 p. 100, 
au bout de huit jours, et qu'il faut de deux à trois 
semaines pour qu'ils reviennent à leur poids initial. 

D. Dose toxique du sang transfusé. — Si la quan- 
tité de sang injectée est trop considérable, le lapin 
meurt, en moins de 24 heures, avec de l'hypothermie 
et des phénomènes asphyxiques. Ce sont là des acci- 
dents aigus, mais le plus souvent la mort est plus 
lente, et, la dénutrition faisant des progrès, l'animal 
meurt cachectique et très amaigri. A l'autopsie, on 
constate qu'une partie du sang n'a pas été résorbée. 

Voici le tableau statistique qui résume nos 131 
transfusions périlonéales. 

MORTALITÉ P. 100. 

DoM de sADg Survie immédiate, secoodaire 

\i°î injectée définitive en moins entre 48 h. 

dexpénencei. p^^ \i\\ov;. pour 100. de 24 heure», et 2 semaines. 

IX ... . de 50»' à 78g' 70 30 

XIX .. . de 40 à 49 56 22 22 

XX. . . . de 30 à 39 80 20 

XLI. ... de 20 à 29 90 3 (?) 7 

XLII ... de 5 à 19 100 

On voit par là que, pour ne pas déterminer la mort 
du lapin, il ne faut pas injecter plus de 40 grammes 
par kilogramme. C'est là encore une assez forte dose. 



388 J. HKRICOIRT ET CHARLES BICnET, 

et il faut se contenter d'une dose moyenne de 30 à 
35 grammes. 

Il faut savoir aussi que la mortalité varie dans une 
assez large étendue suivant la nature du chien Iran^r 
fuseur. l'n lapin a survécu 1 1 jours à une trans- 
fusion de o9 grammes; un autre, après transfusion 
de 70 grammes, a vécu 3 jours, alors que presque 
toujours ces fortes doses déterminent la mort en 
quelques heures. Dix lapins ont survécu à des doses 
de 51). 49. 45,44, 43, 42. 41. 40,40 et 40 grammes 
de sang, tandis que quatre sont morts en moins de 
24 heures après transfusion de 44, 44. 40 et 40 gram- 
mes de sang. 

L'expérience suivanle montre bien qu'il y a, pour 
le sang de chaque chien transfuseur, une toxicité 
spéciale que, faute de mieux, et jusqu'à plus ample 
informé, nous pouvons attribuer à la qualité chimique 
du sang injecté. Le 4 janvier, douze lapins sont trans- 
fusés, quatre avec du sang d'un chien à jeun depuis 
6 jours, quatre avec du sang d'un chien nourri exclu- 
sivement avec de la viande, quatre avec du saog d'un 
chien nourri avec du pain. Les quantités de sang 
injecté étaient rigoureusement les mêmes. Or, le 
16 janvier, deux des lapins du premier lot étaient 
morts: nulle mort pour les autres lots. 

Soit 100 le poids initial de chaque lot le 4 janvier: 
ce poids était, le 16 janvier, de 42 pour le premier 
lot (chien à jeun;, 105 pour le second lot [chien à 
la vîandel, 92 pour le troisième lot (chien au paim. 

D'ailleurs il nous a sul'tî de retracer dans chaque 
expérience la courbe des poids quotidiens chez les 
lapins transfusés pour voir que les sangs des divers 
chiens sont de qualité bien différente. En effet, cer- 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉBITONÉALE. 389 

tains sangs font baisser énormément le poids des la- 
pins, tandis que d'autres, même à dose plus forte, 
ont une action bien moindre. 

Puisque le sang a disparu du péritoine au bout de 
quelques jours, il s'ensuit qu'on peut recommencer 
la transfusion sur le même lapin à plusieurs reprises. 
Mais il faut ayoir soin de ne pas trop rapprocher la 
seconde injection de la première ; car alors les effets 
toxiques s'accumulent. Si Ton laisse quelques se- 
maines d'intervalle, la nouvelle transfusion se com- 
porte exactement comme la première. 

Nous citerons, entre autres expériences, un lapin 
qui a reçu, le 19 novembre 1888, 25 grammes de 
sang (par kilogramme); 

Le 12 décembre, 27 grammes de sang; 

Le 2 janvier 1889, 32 grammes de sang; 

Le 21 janvier, 12 grammes de sang; 

Le 19 février, 28 grammes de sang. 

Ce qui fait, en trois mois, le chiffre assez considé- 
rable de 124 grammes de sang étranger. Il a très 
bien guéri de ces diverses transfusions. 

E. De diverses autres expériences de transfusion, — 
a. On peut injecter du sang de chien à des cobayes, 
et on constate que les cobayes sont bien plus faciles 
à empoisonner que les lapins par le sang de chien. 

Sur vingt-cinq transfusions péritonéales de sang 
de chien à des cobayes, la mort est survenue, sauf 
une exception, chaque fois que la dose a dépassé 
25 grammes (par kilogramme), soit avec des doses 
de 63, 51, 42, 38, 36, 33 grammes. 11 y a eu des 
morts avec des doses de 20 et de 17 grammes. 

Même lorsque le cobaye ne meurt pas, il maigrit 
pendant trois ou quatre semaines, et il lui faut un 



390 J. HÉRICOURT ET CHARLES RICHBT. 

très long temps pour qu'il reprenne son poids ini- 
tial. 

^. Le sang de canard est bien plus toxique pour le 
lapin que le sang de chien. La dose toxique semble 
être voisine de 7 grammes. Un lapin est mort en 
6 heures après transfusion de 21 grammes, un autre 
est mort en 20 heures après transfusion de 9 grammes. 
Un autre a survécu après transfusion de 5", 5. Par 
conséquent le sang de canard est sept à huit fois plus 
toxique que le sang de chien. 

y. Quant au sang d'anguille, ainsi que Ta montré 
M. A. Mosso dans un travail remarquable, il est tout à 
fait toxique. Il suffit d'un gramme de ce sang pour 
tuer en quelques minutes un lapin vigoureux. Cette 
expérience paradoxale (et positive) nous montre à 
quel point sont peu avancées nos connaissances sur 
la chimie physiologique du sang, et les ferments 
solubles (venins ou ptomaïnes) qui y sont contenus. 

En injectant du sang de carpe, nous avons con- 
staté qu'il n'a pas les propriétés toxiques du sang 
de l'anguille : avec 5 grammes de sang de carpe, un 
lapin a survécu. 

^. En introduisant par la sonde œsophagienne du 
sang de chien dans le système digestif du lapin, nous 
avons constaté que les effets toxiques étaient notable- 
ment diminués. Nous avons fait 18 transfusions sto- 
macales; nous avons eu deux morts avec les doses de 
213 et de 85 grammes. Mais des lapins ont survécu 
aux doses de 70, 65, 58 et 52 grammes. Comme 
ces quantités seraient mortelles s'il s'agissait d'une 
transfusion péritonéale, on peut en conclure, soit que 
l'absorption stomacale est plus lente que l'absorp- 
tion péritonéale, soit que les sucs digestifs altèrent 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 391 

quelque peu les substances chimiques qui consti- 
tuent le pouvoir toxique du sang. 

e. Nous avons tenté de pratiquer la transfusion 
rectale, et nos expériences à cet égard sont nom- 
breuses. La transfusion rectale est plus facile que la 
transfusion stomacale; mais elle a un grave incon- 
vénient. Quelques minutes après qu'il a subi une in- 
jection de sang dans le rectum, le lapin parvient à se 
débarrasser par quelques contractions intestinales du 
sang qui s'était amassé dans le rectum, de sorte qu'il 
est presque impossible desavoir ce qu'il a gardé, et, 
par conséquent, d'apprécier la quantité de sang qu'il 
a absorbée. 

Toutefois, on verra que, dans certains cas, la 
transfusion rectale n'est pas sans avoir exercé quel- 
que influence, et il y a eu absorption d'une quantité 
de sang suffisante pour amoindrir les effets pathogé- 
niques du St. pyosepticus. 

§11. — Effets de la transfusion sur l'infection 
PAR le Staphylococcus pyosepticus. 

Les effets pathologiques du St. pyosepticus peuvent 
être groupés ainsi : 

A. iMortalité. 

B. Fièvre. 

C. Diminution de poids. 

D. Œdème. 

Nous avons à étudier successivement ces divers 
phénomènes et à voir comment la transfusion les mo- 
difie. 

A. Mortalité. — La transfusion, quoique dimi- 
nuant l'effet infectieux du St. pyosepticus^ n'exerce 



392 i. UÉRICOURT ET CHARLES RICHET. 

pas une influence absolument décisive sur la morta- 
lité. Le tableau suivant permettra cependant de voir 
à quel point les conditions de vie sont modifiées 
pour les lapins inoculés, selon qu'ils ont reçu ou non 
du tong de chien dans le péritoine. 

Voici comment nous avons construit ce tableau. 
Nous comparons dans chaque série d'expériences les 
lapins témoins et les lapins transfusés. Bien en- 
tendu, les uns et les autres recevaient exactement la 
même quantité de liquide infectieux. Si nous faisons 
la survie des lapins égale à 100, nous pouvons faire 
la mortalité égalée 1,2,3, 4, etc., selon qu'ils auront 
vécu 1 , 2, 3 ou 4 jours. Il s'ensuit que, plus ce chifiQre 
de jours vécus sera petit, plus le virus aura été 
actif. (C'est là un procédé de notation tout à fait ar- 
bitraire, mais qui fournit des indications très utiles.) 



Nombre dei jours 
de vie pour 
Date. les témoins. 


Quantité de 

injectée 

kilogr. de ! 


sang 
par 

lapin. 


Nombre des jours 

de Tie pour 

les tran^usés. 


I. 40 septembre. 5 


45 
8 




100 
100 


II. 17 septembre. 2 


12 

20 




4 
3 




30 




1 


III. 20 septembre. 7 


16 
IG 




8 
100 




35 




5 


IV. !•' octobre. 100 


40 




12 


V. 4 octobre. 1 


( ^^ 




100 




A 28 




100 




( 29 




100 




B / 24 




3 
2 




i 26 




3 



Ces transfusions ont été faites avec du sang d'un chien A, d*une 
part, et d'un chien B, d'autre part. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 393 



Nombre des jouri 


Qaaotité de 


eaog 


Nombre de» jourt 


de vie pour 


injectée par 




de vie pour 


Dftte. lei témoÎDi. 


kîlogr. de lapin. 




lei traosfuaét. 


VI. 26 octobre. 12 


10 






6 


12 


17 






13 


■ 


23 
23 
33 
42 






12 
15 

100 
3 


Vil. 3 novembre. 3 


18 
21 






4 


VIII. 12 novembre. 7 


35 
40 






100 
100 


IX. 3 décembre. 100 

3 


12 






100 


X. 21 janvier (1). 30 


18 






100 


(sang d'anguille) 7 


14 






100 


(sang d'anguille) 3 










(sang de carpe) 1 










XI. 13 mars. 5 


40 


puis 


27. 


100 


2 


23 


puis 


21. 








puis 


20. 


100 




37 


puis 


35. 


100 



En prenant la moyenne de ces chiffres, nous 
voyons que, sur XI séries d expériences portant sur 
48 lapins, il y a eu une seule fois mort plus rapide 
chez le témoin que chez le transfusé. 

Sur les 17 lapins témoins, 2 ont survécu, tandis 
que sur les 31 lapins transfusés io ont survécu, soit 
une mortalité de 89 pour les témoins, et de 52 pour 
les transfusés. 

Il semble donc établi d*une manière évidente que 
la transfusion péritonéale diminue la virulence du 
Staph. pyosepticus^ ou, ce qui revient absolument au 
même, augmente la résistance de l'organisme aux 
effets de Finfection. 

(1) Nom eotnptoni comme des témoins les lapins ayant reçu du sang 
d'anguille ou du sang de carpe. 



39* J. HÉRICOUnT ET CHARLES RICHET. 

Il faut reconnaître que nous ne savons pas par quel 
mécanisme le sang de chien peut agir. Nous pouvons 
seulement constater que le sang de certains chiens est 
plus actif que le sang d'autres chiens (comme cela 
semble résulter de Texpérience V). D'autre part la 
dose ne paraît pas avoir une très grande influence, 
puisque Timmunité a été acquise aussi bien par une 
dose de 8 grammes (Exp. I) que par une dose de 
72 grammes (en 2 fois, Exp. XI). 

B. Température. — Nous serons plus brefs pour ce 
qui est de la température , et nous nous contenterons de 
quelques exemples. 

4 octobre. 6 transfusés inoy. 40<»,3 (max. 41^Inin. 39%6). 
1 témoin 4i».2 

(Quatre heures après rinocnlation.) 

12 novembre. \ transfusé 41«,6 ) 

1 - 39».8 1 •""y*""*' *<*•'• 

1 témoin 4i° 



2i janvier. Transfusé 40°, 4 

Témoin 41«,4 

Transf. au sang d'anguille 39°, 6 

— — 41M 

Transf. au sang de carpe 40°, 8 



moyenne 40*,8. 



Mais, comme nous l'avons indiqué dans notre pre- 
mier mémoire, la pyrexie n'indique pas rigoureuse- 
ment la santé de Tanimal ; car, dans les inoculations 
très virulentes, la température, au lieu d'être plus 
élevée, est plus basse qu'àTétat normal. 

Aussi les lapins transfusés ont-ils souvent, après 
inoculation deSfaph.pi/osept.j une température assez 
élevée, cette élévation n'indiquant pas que la mort 
sera fatale. 

C. — Pour les variations de poids , nous pouvons don- 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 395 

nerquelques chiffres précis. Afin de faciliter le calcul, 
nous supposerons le poids initial des lapins égal à 
100, au moment de Tinoculalion. 











Difiérence p. 100. 






Témoins. 


Transfusés 


en faveur 
des transfusas. 


20 septembre 


2« jour. 


93 


97 


4 


(1 témoin, 3 


3« — 


89 


95 


6 


transfusés). 


5« — 


83 


03 


10 


26 octobre (2 


Séjour. 


91 


96 


»• 

o 


tém.,4 tr.). 










21 janvier (4 


2« jour. 


94 


87 


-» 


tém. i tr.). 


3« — 


95 


80. 


— 9 




5« 


90 


90 




3 décembre. 


3« jour. 


93 


98 


•• 

o 


1" série (4 


;i° — 


90 


101 


11 


tém. 1 tr.). 


8« — 


90 


103 


13 


2* série (2 té- 


3« — 


98 


100 


2 


moins, 


5« 


92 


101 


9 


2 transfusés). 


8« — 


85 


97 


12 


43 mars (2 té m. 


2« jour. 


90 


90 


6 


3 transfusés). 


3« — 


92 


96 


4 



On voit que, dans ces expériences portant sur 26 la- 
pins, il y a eu constamment, sauf dans un cas, une 
différence marquée entre la diminution de poids des 
transfusés et celle des témoins. 

A vrai dire, il faut faire une forte réserve sur Tin- 
terprétation du lait lui-même. Les lapins transfusés 
ont, parle fait même de la transfusion qui précède de 
quelquesjoursTinoculation, perdu une certaine partie 
de leur poids : ce qu'on pourrait appeler la quantité 
variable de leur poids, celle qui peut rapidement et 
facilement se modifier sous les influences physiologi- 
ques diverses, de sorte qu'au moment de Tinocula- 
tion ils sont déjà amaigris et, par suite, susceptibles 
seulement d'une perte moindre que celle des lapins 

TUBBRCULOSB. — II. 26 



tout à fait bii?n portarils, et qui n'ont pas éié souàlis 
à un nniîiigrisseinent préaliible. 

]). — Mais, de toutes les niodilicalionsque la transfu- 
sion produit chai les lapins inoculé!, c'est assurémoni 




p. 100 dt lanr iHiiiU priait)/. 
il« plu* irsDiruii', a rigalemial aag- 
iplui <|ua Si p. lOOilaiOD palda, tuoli 

ils leur pOIrtl ioiliBl, 



l'atlénualion de l'œdème qui présente k plus grande 
netteté. 

Cet œdème, quand la virulence est forte, atteint en 
vingt-quatre heures des dimensions énormes; il est 
gros comme les deux poings, s'étendanl du puliis au 
sternum (quand l'inoculation est faite à la penu de la 
région abdominalei, si bien que le ventre du lapin 
touche la terre. 



s 'iï"'tKtiSsfvtt(i^ fBhito^ai 




4 



iterunesorlede noialion, empruntée aux notations 
l'on emploie dans les examens . Le maximum 




J 



398 J. liÉHICOURT KT CHAULES RlCilET. 

deTœdème étant 20, s'il atteint les dimensions que 
nous venons de dire; il sera ensuite 19, 18, etc., selon 
sa grosseur, jusqu'à 0, s'il est tout à fait nul. Afîo 
d'être plus impartiaux, nous nous contrôlons nous- 
mêmes, en ceci que chacun de nous donne indépen- 
damment son chiffre; ce qui permet de déduire une 
moyenne de nos deux mensurations faites isolément. 
Avec quelque habitude, on arrive à apprécier très 
exactement les dimensions de cet œdème, et à don- 
ner des chiffres qui concordent très bien. 

Dans la majorité des cas, Tœdème des transfusés 
est très faible, de sorte que c'est surtout pour atté- 
nuer la formation de cet œdème qu'agit chez le lapin 
la transfusion péritonéale. 

Nous ne donnerons ici, brevitath causa, qixeqixelques, 
chiffres. 

Numéro de la tumeur. 
Chex lei téra. Chesl-stranif. 

2lém.2tran8f. 3 déceinb. (inoculation). 

4 — 10 î» 

5 — i3 o 

6 — 44 ;i 

L'inspection des tumeurs est toujours caracté- 
ristique, et il n'y a pas de confusion possible entre 
les lapins transfusés et les lapins témoins. 

Voici d'ailleurs deux expériences, que nous avons 
faites tout récemment, afin de contrôler nos précé- 
dentes observations. Elles sont satisfaisantes à tous 
les points de vue. 

Le 8 novembre inoculation (avec 2 gouttes) d'un 
lapin témoin et d'un la[)in qui avait reçu le 4 novem- 
bre 25 grammes (par kil.) de sang. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 399 

Poids. Température N* de la tumeur. 
. ( Témoin. . 92 41*,6 8 

9 novembre, j ^ransfasé 96 40^,3 2 

Le 4 février dernier, deux lapins reçoivent du sang 
de chien dans le péritoine : Tun, 15 grammes seule- 
ment, l'autre 40 grammes. Le 7, ces deux lapins, plus 
un lapin neuf de même provenance, sont inoculés 
avec 5 gouttes d'une culture de St. pyosepticus bien 
virulente. Le lapin témoin meurt dans la nuit du 10 
au 11, après avoir présenté une tumeur énorme; les 
lapins transfusés ont survécu, et n'ont eu que des tu- 
meurs de volume bien inférieur : 

N* do la tumeur. 

Î Témoin. 19 

Transfusé à 15 gr. 7 

Transfusé à 40 gr. 3 

On voit en outre que la tumeur a été moindre chez 
le lapin qui avait reçu la plus grande quantité de sang. 

§ m. — Effets de la transfusion sur la marche 

DE l'infection TUBERCULEUSE 

Si nous ayons été amenés à étudier l'influence du 
sang de chien sur la résistance de lapins à l'infection 
par le Staphylococcus pyosepticus ^ c'est en vertu d'une 
hypothèse , peut-être vraie , peut-être fausse , — cela im- 
porte assez peu. — Le Staphylococciis pyosepticus, ino- 
culé à un chien, et même directement introduit dans 
le sang à des doses extrêmement fortes, ne produit 
pas d'infection générale, et le chien survit. Cet ani- 
mal est donc réfraclaire à cette infection comme à 
tant d'autres, d'ailleurs. On peut alors supposer que 
le sang du chien contient des substances qui entra- 



400 J. liÉRlCOURT ET QIARLES RICMET. 

vent Taction pathogène du staphylocoque, et, par 
conséquent, que, si Ton introduit ces substances 
dans l'organisme du lapin, on le rendra, lui aussi, 
réfractaire au staphylocoque. 

L'expérience nous a prouvé qu'il en est ainsi. Alors 
nous avons été amenés à supposer que, pour d'autres 
infections, auxquelles le chien est rebelle, on obser- 
verait peut-être le même phénomène. Pourquoi ne pas 
essayer l'influence des transfusions péritonéales sur 
le développement de la tuberculose? 

C'est ce que nous avons fait, et tout d'abord nous 
avons pu constater un éclatant succès. Au début les 
résultats étaient si remarquables que nous avons cru, 
un peu naïvement, à une grande découverte. Mais il 
a fallu en rabattre, et, peu à peu, à la longue, les 
effets de la transfusion ont à peu près disparu, si 
bien que l'expérience, longue et laborieuse, que nous 
avons tentée, a eu des effets admirables au début, 
mais plus tard les résultats en sont devenus mé- 
diocres. 

Nous allons l'exposer ici avec quelques détails, et 
de manière à ce que chacun puisse l'apprécier. Elle a 
été précédée et suivie de quelques autres expériences 
accessoires, que nous mentionnerons plus tard briè- 
vement, après Texposé plus complet de Texpérience 
principale. 

Le 26 novembre 1888, nous injectons dans le péri- 
toine, à 18 lapins, 1 centimètre cube d'une culture 
tuberculeuse, en bouillon glycérine, datant du 2 no- 
vembre. 

Ces 18 lapins étaient ainsi répartis : 

5 témoins; 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉUITONÉALE. 401 

8 ayant reçu une transfusion péritonéale; 

5 ayant reçu une transfusion rectale (lavements de 
sang). 

Nous devons d'abord éliminer de Texpérience trois 
de ces lapins qui sont morts très rapidement : à 
savoir, un témoin mort de septicémie (?) le lendemain 
de rinoculation (dans la nuit du 27 au 28 novembre) 
et deux autres lapins morts des suites de la trans- 
fusion. L'un est mort le 29 novembre dans la jour- 
née, et, d'après lautopsie, nous pouvons affirmer 
qu'il est mort des suites de la transfusion faite le 
23 novembre à une forte dose (42 grammes de sang 
par kilog.). L'autre est mort le 3 décembre dans la 
matinée. Le sang transfusé était complètement ré- 
sorbé, mais il nous parait impossible d'admettre que 
l'animal est mort tuberculeux ; car jamais on n'ob- 
serve une évolution aussi rapide, et d'ailleurs il 
n'avait pas de tubercules; seulement, le bacille s'était 
cultivé dans le péritoine du lapin comme dans une 
étiive, sous forme d'amas, ayant l'apparence de grains 
de mil, et dont étaient semés les caillots de fibrine 
restant dans le péritoine et non résorbés. 

Restent alors : 

4 lapins témoins; 

6 lapins à transfusion péritonéale ; 

5 lapins à transfusion rectale. 

Les 6 lapins à transfusion péritonéale avaient reçu : 



I.e i«' 


30 gr. 


soit par kil. 


14«',o 


(le 21 novembre). 


— 2» 


30 




14 ,0 


— 


— 3« 


100 




42 ,0 




- 4« 


50 




:.•) ,0 


(le 10 novembre). 


- :i« 


oO 




25 ,5 


— 


6« 


50 




23 ,5 


— 



402 



J. UÉRICOVItT ET CIlAnteS HICIIET. 



a 

s 



II 

2 

n 



« 
S 

«0 








1 


OlI 


« 


fO 


CI 


Cl 


Cl 


r- 


^s 


Oï 


fO 


co 




o 


«D 


n 


«-»' 


O 


OO 


Oi 


eo 


œ 


^^ 


•iviox 1 


'M 


Cl 
Cl 


Cl 


o 


Cl 






• • 


« 

co 






Oi 


oo 




Oi 

n 


Cl 

«P4 


04 


r- 

Cl 




fO 


10 

co 


y* 




M« 


»- 


Cl 


00 


Cl 


eo 


1— 


O 


Oi 


X 


<^ 


»•" 


^ 


t^ 


Cl 


co 


m 


r- 


04 


« 


Q 


9 


<< 


CD 


C^l 


Cl 


CI 


Cl 


Cl 
Cl 


SJ 


Cl 


Cl 
Cl 


n^ 


Cl 


04 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


1*3 
Cl 


^ 


Cl 


Ti 


00 
CI 




oo 


^ 


^ 


o 


m 


1- 


Mf 


Q 


rî 


Oi 


»♦ 


WM 


Cl 


^ 


o 


^ 


00 


r- 


S 


S 


eo 


a.0 


y.. 


10 


r- 


00 


oo 


3» 


f- 


00 


O 


o» 


C5 


Oi 


o 


O 


O 


^M 


^rt 


H 


^m 


Cl 


^0 


« 


î2 


^1 


o 


«H 


9^ 




9^ 




9^ 


"^ 


9^ 






Cl 


<•* 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


<M 


C4 


04 




































• 












S 




94 


m 


Q 


o 


« 


oc 


Cl 


•♦ 


« 


e» 


Cl 


-a 


^^ 


r- 


94 


00 


t 












^ 


o 


o 


^^ 




^ 


^ 


•M 


^M 


«4 


o 


^ 


mm* 


^9 


JO 


o> t- 


o 














«71 


(M 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


d 


Cl 


Cl 






"^ 


^ 




— 














































M 




r^ 


30 


t*? 


*n 


CD 


ifi 


o 


lA 


Cl 


•o 


Cl 


»♦ 


oo 


v« 


co 


04 


o 


04 


s 


O 


co 


.. 


co 


co 


r? 


-r 


»o 


lO 


CO 


f" 


O 


« 


o 


r^ 


r- 


r- 


g^ 


r- 


OO 


00 


00 


SP 


s 


^ 


» 


-H 




04 


cî 


Cl 


CI 


<N 


<M 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


Cl 


Cl 


04 


04 


04 


Cl 


04 




^ 


r- 


r- 


f" 


:t 


o 


o 


9 


^ 


00 


^ 


O 


o 


^ 


^ 


00 


tn 


04 


04 


04 


s 


»0 


01 


O 


00 


s 




«- 


Cl 


?0 


%\ 


co 


Cl 


eo 


m 


w« 


«? 


»-> 


1*7 


»ei 


*0 


r^ 


r- 


^ 


CO 




'M 




Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


y: 












^^^" 


^^^■" 




^^^" 


^~~ 


"""■ 


^^^^ 


^^i^lH 






^^^^ 




^^^ 




^"^ 








•< 




M» 


to 


Cl 


Cl 


^, 


^ 


-f 


Cl 


Cl 


;o 


9 


:.■? 


eo 


9 


M« 


1^ 


r- 


o 


O) 


0) 


o 


Cl 


f- 


^ 


O 


o 




9^ 


v« 




Cl 




«H 




Cl 


Cl 


Cl 


co 


Cl 


04 


eo 


CI 


91 


"^ 


■ ■ 




(M 


c^ 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


94 


Cl 


<M 


èl 


01 


Cl 


■Kaioui.i 


) NOp )«» 


O 


fO 


*& 


o 


r^ 


»♦ 


«• 


ç. 


Cl 


f- 


s 


m 


o 


co 


Oi 


^ 


ÏO 


»n 


9^ 


9^ 


m 


r* 






91 


00 


1- 


r- 


•^ 


r^ 


oc 


if 




«H 


n 


i^ 


00 


oc 


O 


M 


r^ 


Oi 


« 


•^ 


X 


xiivioo. 


I •J.L Hap 


1- 


«o 


:d 


r- 


r* 


r* 


f" 


r- 


oo 


OC 


r- 


fO 


(O 


'^ 


« 


r*» 


ao 


tn 


•O 




•♦ 


•• 


TYJ 


LOI 


-" 


•^ 


v« 


"* 


•^ 


"^ 


«p« 


^* 


^ 


^ 


"* 


"^ 


^ 


«rt 


9< 


•* 


•* 


«rt 


•* 


«4 


•* 


"" 






r- 


00 


ce 


M? 


^ 


Cl 


•♦ 


i« 


-*f 


00 


•* 


• 
























10 


Oi 


00 


00 


O 


O) 


a* 


^^ 


o; 


^9 


se 


r^ 


o 






















< 




^ 


9< 


"^ 


94 


«4 


"^ 


^* 


^ 


Cl 


"^ 


"^ 


B 






















^ 


•4i 


oc 


o 


«O 


- 


«>4 


- 


o 


05 


<N 


04 o» 


m 


Cl 


00 


?i 


•A 


^ 


«^ 


» 


o 

• • 


f- 

Cl 


bS 


<N 


©^ 


Cl 


(N 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


04 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


OI 


Cl 


02 

•a 


















































o^ 


r* 


■»- 


^ 


o 


CD 


^ 


;?3 

Cl 


^ 


00 


Cl 


I— 


^ 


« 


^ 


MW 


30 


Oi 


o 


Î2 


r- 


X 


co 




Cl 


o 

Cl 


g^ 


Cl 
Cl 


Cl 
Cl 


Cl 
Cl 


Cl 
Cl 


?? 


Cl 


^ 


Cl 


04 


'cl 3 


04 


o5 ?l 


co 
04 


f» 


CI 




<o 


Cl 


to 


O) 


«o 


Cl 


J.-î 


fO 


Q 


^ 


tn 


Cl 


Cl 


o 


o 


00 


04 


o 


30 


n 


.« 


- 


::s. 


ei 


o^ 


JT; 






s 


^ 


V>I 


O 


^ft 


Cl 


vri 


^ 


^ 


^ 


Cl 


^rm 




■pa 


^9 


o 


c 


s 


co 






•« 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


îl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


CI 


Cl 


04 


Cl 


Cl 


-~ 


-t 


?: 








































__ 








< 




Oi 


'^ 


>o 


m^ 


• A 


o 


W*i 


•>■• 


«H 


r- 


o 


o 


?0 


co 


<o 


M* 


g 


00 


r- 


00 


;- 


.-: 


as 


^ 


f 


30 


00 


OC 


00 


oc 


3C 


3C 


O) 


o> 


o 


^i« 


^1 




^M 


Sï 


« 


rî 


?o 


■«w 


a'i 


'O 




94 


v« 




"■ 


»< 






■r< 






Cl 


Cl 


04 


04 


Cl 


Cl 


c< 


Cl 


Cl 


Cl 






. 


l-î 


r» 


o: 


j*r 


M* 


'^ 


Cl 


• • 


Cl 


CO 


r- 


^ 


-r 


«♦ 


co 


30 


Cl 


co 


gp 


* ■ 


"?! 


.r,V 


lO.L 


>o 


o; 




Cl 


Cl 


w*» 


• • • 


rs 


-^ 


• ^ 


»r^ 


-^ 


CO 


oc 


00 


oc 


« 


**k 


ir> 


00 


C 


Tl 




!"■ 


;o 


<£ 


1- 


»- 


r* 


1- 


1- 


1- 


1- 


1'" 


1- 


1'" 


1- 


1'" 


t- 


«O 


«O 


CO 


•* 


*» 


• ■ 






^ 


00 


«_ 


j.t 


o 


9 


m 


w* 


:.-5 


<?> 


9^ 


Cl 


I— 


00 


M^i 


00 


O 


O) 


cj 


*:> 


f^ 


3 




^ 


00 


r^ 


r^ 


1^ 


00 


30 


30 


00 


Ci 


C5 


o 


9 


o 


^rt 


Cl 


^ 


n 


SI 


ift 


•«* 


tr: 




















«M 




^^ 


^p4 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


Cl 


04 


Cl 


!"• 


C/2 


1 










































CI 


CI 




ûO 


ro 


CI 


i:^ 


o 


r^ 


rî 


w4> 


o 


O 


o 


^ 


^ 


o 


Cl 


o 


Cl 


tri 


OO 


• 






'jr. 


1 A 


oo 


«O 


O 


f'" 


30 


r- 


3C 


r^ 


00 


OO 


00 


O» 


c. 


00 


OO 


00 


00 


00 


oc 


o 






C < 




•* 


■^ 


•^ 


■^ 


"^ 


^ 


^* 


9^ 


"* 


■r< 


^ 


»< 


■r< 


«p« 


•* 


"^ 


•* 


^ 


«rt 


a 


















■*"" 




""■ 


"^ 




























«< 




..^ 


ro 


:'5 


CI 


00 


^, 


Cl 


Cl 


mW 


00 


>.• 


•♦ 


O 


•<9 


«» 


9 


t 












•Sa 


et 


o 


00 


oc 


a-. 


oc 


^ 


C5 


oo 


30 


f- 


r- 


f 


l" 


r^ 


r« 


1- 


o 














Cl 


"^ 


WN 


^ 


"^ 


"^ 


"^ 


^* 


"^ 


^" 


^^ 


^' 


^* 


^ 


^* 


9« 


s 












f 


Cl 


. 


>. 


r- 


:• 


-*^ 


«^ 


Cl 


.. 


>-î 


o 


^, 


3- 


o 


î* 


00 


9^ 


30 


oo 


a- 


Cl 


•*l 




^ 


00 


1— 


oc 


30 


3C 


Cl 




r> 


O 


o 


o 


o 


O 




o 


o 


ap« 


«M 


^M 


n 


«^ 


• • 
















9« 




«p« 


Cl 


Cl 


Cl 


C4 




Cl 


Cl 


04 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 






• 




• 




































• 




• 
'4 


A 


s 




3 




































'•m 






t: 


> 




0; 






1 








1 


1 


1 


1 


1 




1 




1 


1 


1 


> 
a 


1 


• 


3 


o 








































es 




ri 


« 


a 




- 




































•—^ 




« 


■» 


CI 


n 


« 


CO 


r* 


00 


2 


3^ 


Cl 


•♦ 




r^ 


oo 


Cl 


Cl 


Cl 
04 


84 


CO 

Cl 


30 
Cl 


n 


Cl . 


•^ 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 



40 



oi^sîOïv Oi Oi m* oi ^ n o;oe*30 Ci Oi n o^r* 



C «M 91 ^ O 

es — O O O 
CI ÎO co co co 



G4 aO CD 04 04 G«1 

«H ^M ^ ^4 .p« ^tf 

00 îo co co co co 






ar» LO co 
Cl (M (M 



OO O 00 

««r j.f <N 
(N (M d 



kl 
o 



or C-: rs eo îo 

o n- I— r- r^ 

"Ti -71 -7% «M <?! 



r- «M CI CO «M «? 

00 00 00 O) ^T^ ?0 

CI (M CI CI eo ?o 



r» i-o irt 05 

ï» to •♦ ^-1 
CÔ îO CO 00 



o Cl o 
-« .^ o 

00 CO îO 



::^ 30 
CI Cl 



o 





r^ 


Od 


35 


o 


o 


CO 


Q 


os 


^ 




^, 


Cl 


r- 


Cl 


•* 


o 


-> 


• 








oc 


30 


X) 


o 


^ 


OO 


OO 


OO 


00 


OG 


oc 


r- 


co 


S.O 


J.O 


M« 


Oi 


o 








Cl 


Cl 


Cl 


c« 


« 


CI 


CI 


CI 


d 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


CI 


Cl 


^- 


s 








« 


^ 


^ 


Irt 


OO 


>:i 


Q 


^ 


o 


^ 


00 


00 


^ 


IO 


o 


CI 


00 


iO 


00 


^^ 


• 


A 


o 


«v« 


^x 


CI 


ap« 


«p« 


•r* 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


00 




Cl 




■r< 


^ 


o 


00 


o 


Cl 


00 


J*» 


00 


OO 


OO 


00 


00 


CO 


00 


ÎO 


OO 


n 


CO 


OO 


00 


OO 


00 


Cl 


Cl 


a 


O 


r- 


• ^« 


^ 


o 


o 


Cl 


^ 


■.«M 


•* 


o 


<o 


r- 


•4i 


»<« 


Oi 


o 


o 


J.O 


00 




•^ 


OO 


?T 


«^ 


»n 


M« 


««r 


•4> 


•l« 


«^ 


•^ 


00 


Cl 


Cl 


CI 


Cl 


Cl 


00 


o 


Cl 




CI 


CI 


Cl 


04 


Cl 


CI 


Cl 


CI 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


CI 


Cl 


> 



;.o »» OO r* o 

•X «^ **• «^ j?3 

:0 ».0 OO OO CO 



O) ^4 KO :.o Od «1 

•* CD J« «O f- Cl 

OO 00 00 00 ^^ ci 



00 »0 00 CO 

Ci OO :o ^-1 

^ Cl CI CI 



o 

l-O 



Oi «^ 



ift 00 

-- :.0 





■^ 


^* 


m^ 


^* 


^4 


^< 


«H 


m^ 


«p« 


•* 


•^ 


•^ 


^* 


^4 


■^ 


•^ 


•r< 


"* 


"^ 


























• 


























o 


v* 


30 


«<-CI 


00 


-♦ 


^ 


^« 


o 

s 


























• • 


^9 


Ot 


O) Oi 


Oi 


Oi 


OO 


r^ 


























"M 


Cl 


"^ 


^-' 


•^ 


^f 


^* 


"^ 




























.^ 


OO 


o 


-* 


•* 


Oi 


r- 


OO 


00 


i.O 


r- 


w>i 


w" 


c; 


o 


r^ 


•^t 


•^t 


30 


o 




• 




r- 


oc 


OO 


00 


OO 


Oi 


O) 


Ci 


00 


OO 


00 


00 


00 


o 


30 


OO 


30 


l" 


30 




o 


CI 


Cl 


Cl 


CI 


04 


04 


04 


04 


Cl 


CI 


04 


Cl 


04 


CI 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


Cl 




s 


ro 


Cl 


t. 








































~ 


oc 










































"M 




s 








































«« 


ce 


i-O 


CI 


04 


Cl 


O 


o 


^ 


o 


^ 


^ 


r.O 


«<M 


o 


^ 


sr> 


O 


O 


ir: 


• 




♦- 


Oi 


o 






o 


O 


04 


Cl 




00 


00 


w« 


1.0 


w" 


05 


C5 


o 


O 


Oi 


o 




Cl 


04 


CO 


OO 


OO 


CO 


OO 


CO 


00 


00 


00 


CO 


00 


00 


TO 


d 


Cl 


ro 


00 


Cl 





r* »o o f— Cl 
•^ 30 îs O r» 

;"; :rî to i-O ao 



l.0 004«r«*^00 ocooco 
cor«;ooooo^ ococioo 
aO »-0 Ï.O J.O :.0 CO sri O <0 :-0 



1.0 



o o 
<o 

:.0 



r- 00 

ro 00 
:.o :,o 



— ac O et 04 
»- Ci S »- »• 
Cl Cl OO CO CO 



04 04 Cl CO Cl :0 
^« ^ O «< ^ Cl 

00 CO CO 00 00 OO 



ar; o r^ Cl 

o Cl 00 -f- 

CO OO 00 00 



:.-î <M o 
Oi o o 
Cl 00 OO 



o J.O 
CI « 





o 


r- 


.^ 


:i5 


^ 


00 


00 


^ 


l-O 


04 


r- 


liO 


-^ 


OO 


ik<M 


Oi 


OO 


o 


r^ 


OO 


iri 


• 


r^ 


30 


-O 


^O 


CO 


X.O 


in 


CO 


CO 


r^ 


r^ 


I— 


OO 


3C 


1— 


r^ 


ce 


ce 


w« 


o 


ro 


o 

s 


Cl 


04 


Cl 


CI 


04 


04 


04 


04 


04 


04 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


Cl 


04 


04 


Cl 


Cl 



i I I I I 






a 

es 



•• I 



I I ! I 



r— CI OO 

Cl 0»| 00 



^ 04 KO *- 



O CI I- 
^ CI 04 



2 



00 LO Cl :.0 
«M Cl Cl 



> 



I I 



m ï.o 00 

^ 04 



« CI 
•»« Cl 



. aï -o 

.S| I 12 

^ «H lO 



4) 

eu 

H 

a 
o 



« 



J. IIÉHICÛL'BT ET CHAI 



\ 



Quant aux lapins iV transfusion rectale, i] 
reçu à diverses reprises, le lî) novembre, le 21 no- 
vembre et le 23 novembre, des transfusions àe sang 
de chien; mais il est tout à fait inutile (l'indiquer It^ 
quantité de sang transfusé, car les lapins ne cofr 
sentent pas à garder ce lavement de sang, et Xut- 
chiffres qu'on donnerait sur la quantité du sang 
jecté dans le rectum seraient illusoires (1 1. 

Or le fait remarquable, dont nous parliuns louti 
l'heure, est le suivant. Quinze jours environ après 
l'inoculation tuberculeuse, les quatre témoins élaiesfc 
très amaigris, paraissant très malades, d'une min» 
piteuse, avec le poil hérissé et sale. On sentait la 
saillie de leur échine, par suite de la fonte «les musdes 
du dos. Au contraire, les six lapins transfusés étaient 
d'apparence florissante. On les distinguait facilem^ll 
en deux groupes, et plusieurs de nos amis, à qui 
nous les montrâmes, les discernaient sau<i peîi" 



(l) NoutcrovoD» devoir adopter ici un proc«dâ de Dal&tioo quin 
ce semble, quelques «erricea dan* la «tatistique comp&rée des t^pà 
de ce genre. En effet, par ceLla mélbode, nous iDdiquaai à 11 
mortalilé et le poEda. Pour cela il suffit de prendre la Konuns tt 
f)aidi des lapins au momcul de l'inoculatiau. Ce poids totftl il 
comme unité, et représentera lOu, je suppose. Si les six lApin 
pèi^enL le 2S norembre li2iU grammes, et, s'ils pèsent ■• | 
13470 gi'ammes, leur poids, le lU décembre, r.ipporli k IQO, i 
«t ainsi de suite. (C'est ainsi ([ue nom avons pu raira le g 
(oiDt : flg. *, p. iOà), 

Que l'un des lapins vienne & mourir, le poids tôt»! i 
«liute brusque, puisque le lupin mort ue comptera plus i 
total, et sur le graphique on verra ta mort d'un des lapii 
reconnais sable par la brusque descente de la courbe. 

Rien n'empêche d'aUIeurs, à partir du moment oii il y a «H 3 
des lapins, de dédoubler la courbe; l'une marquera la 
iotal primitif; l'autre marquera le rapport du poids aetsâ B 
lapins TiTBUts au poids primitif total de ces mîmes lapini 



LéffeiUtg du tabimu ei-to 



«1. - 



Is des IspiDs lubarmlaiix ti 






St février, tsndliqiiSi Ace tnomeni, lu 9 1^ mail 



40H 



J. IIÈRICOURT Cr CHARLKS RICflET. 



au premier coup dVeil. Aucune liésitalion n'étail pos- 
sible. Ou avait crun côté quatre lapins très malades; 
de Tautre côté, six lapins bien portants. 

A partir de ce moment (du 10 au 20 décembre) 
les lapins malades se sont tant soit peu rétablis : 
puis les lapins transfusés sont devenus malades. 
Aussi vers le milieu de février la différence n*était 
guère accentuée. Klle ne Tétait plus du tout en mai. 

D'ailleurs, nous ne croyons pas devoir parler de ces 
fiiils plus longuement. Nous allons les remplacer par 
les chiffres qui indiquent les poids de ces divers la- 
pins. Les chiffres, en pareille matière, ont une pré- 
cision irréprochable. 

Si nous faisons la somme des jours vécus par ces 
divers lapins, nous trouvons les chiffres suivants : 







Jours. 


'le moins .... 


1 


224 


• • • • 


»2 


28 


t * • • 


3 


31 


t • ■ • 


4 


400 


Tr«insfusô8 rectaux. 


1 


236 


— 


2 


63 




3 


309 




4 


82 







10 


Transf.périloricaux. 


i 


400 




2 


230 


— 


3 


129 


— 


4 


26 


-- 





188 


i._ 





154 



683. 



moyenne 171 



} 



609. 



moyenne 121 



1133 



moyenne 189. 



Ce qui fait en somme pour les 9 témoins et trans- 
fusés rectaux une moyenne de 143 jours, et pour les 
6 transfusés périlonéaux une moyenne de 189 jours. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 



407 



Mais il est mieux de voir quelle a été à différentes 
époques Taugmentation pour 100 du poids total des 
deux lots; bien entendu, les lapins à la transfusion 
rectale comptant comme témoins. 

Alors nous avons : 





TÉMOINS 
et 


TRANSFUSKS 


Excès 
du poids des 




transfusés rectaux. 


përitonéaux. 


transfusés 
sur le poids 




Poids absolu. 


Poids 0/0 


Poids absolu. 


Poids 0/0 


dHs tt^moiiis 
0/0 


26 novembre 


î. i 726 


100 


1224 


100 




6 décembre 


1770 


102 


1266 


102 




12 — 


1749 


101 


1339 


109 


8 


15 — 


1799 


104 


1373 


112 


8 


22 — 


1704 


99 


1424 


117 


18 


31 — 


1431 


82 


1293 


106 


24 


22 janvier. 


1543 


89 


1415 


li(i 


27 


2 février . 


1349 


77 


1439 


118 


41 


22 — . 


1179 


68 


1474 


120 


52 


8 mars. . 


1198 


69 


1450 


119 


50 


25 — . . 


1 216 


70 


1380 


114 


44 


5 avril . . 


1 156 


67 


1339 


109 


42 


23 — . . . 


1144 


66 


1073 


87 


21 


22 mai. . . . 


1158 


67 


/o/ 


62 


— o 



Jusqu'au 15 avril la mortalité des lapins transfuses 
était seulement de 1 lapin sur 6, tandis que la mor- 
talité des lapins témoins était de 5 sur 9; soit, pour 
les lapins transfusés, de 17 p. 100 et, pour les lapins 
témoins, de 56 p. 100. Si donc il ne s'agit pas là d'un 
hasard, — et en fait d'expériinenlation il ne faut 
guère croire au hasard, — les résultats sont favora- 
bles h cette hypothèse que la transfusion péritoiiéale 
retarde l'évolution de la tuberculose cliez le lapin. 

Il faut aussi tenir compte de Texamen nécropsique 
des animaux. Or tous ceux qui sont morts étaient 
tuberculeux, sauf un, le lapin transfusé n"" 3, qui est 
mort paraplégique, après avoir eu une conjonctivite. 



408 J. HÉRICOURT ET CHARLES BICHLT. 

de nature inconnue. 11 n'avait de tubercules ni dans 
le foie, ni dans les poumons, ni dans le péritoine, ni 
dans la moelle, le cerveau et les méninges. Nous de- 
vons donc supposer qu'il est mort accidentellement. 

En étudiant les chiiTres donnés plus haut, on voit 
bien que, jusqu'au mois de mai, c'est-à-dire pendant 
6 mois, le lot des lapins transfusés est resté constam- 
ment d'un poids supérieur au poids du lot des lapins 
témoins, et que l'excès a été en croissant continuel- 
lement jusqu'à la fin de février, c'est-à-dire pendant 
3 mois. 

II nous parait donc absolument certain que l'in- 
jection de sang a retardé la tuberculose. Reste à 
savoir jusqu'à quel point peut être porté ce relard. 
Qui sait si, en répétant les transfusions, nous n'au- 
rions pas eu un résultat plus favorable? Qui sait sur- 
tout si, avec un virus tuberculeux plus actif, la mort 
des témoins n'aurait pas été plus rapide, et les diffé- 
rences plus tranchées encore? 

Telle a été notre principale expérience. Nous en 
avons fait une autre portant sur un moins grand 
nombre de lapins, mais qui n'a pas moins été en 
faveur des lapins transfusés. 

Le 28 décembre 1888, nous injectons à cinq la- 
pins (dans la plèvre) un centimètre cube d'une cul- 
ture de bacille de Koch sur gélose glycérinée, diluée 
dans du bouillon. 

De ces cinq lapins, deux étaienl transfusés : l'un 
avait reçu 40 grammes de sang dans le péritoine le 
20 novembre, et l'autre en avait reçu également 
40 grammes le jour même de l'inoculation. 

Voici ce que sont devenus ces lapins : 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALË. 



409 





« 


FEMOIM 


1. 




TRANSF. 


PBRIT. 






1 


2 


8 


TOTAL. 


1 


2 


TOTAL. 


28 décembre. 183 


271 


231 


685 


244 


260 


504 


29 — 


198 


247 


224 


669 


238 ' 


247 


485 


31 — 


192 


257 


226 


674 


242 


247 


489 


2 janvier 


. . 200 


258 


230 


688 


250 


248 


498 


4 — 


. . 206 


258 


230 


694 


260 


241 


501 


7 — 


214 


254 


228 


696 


269 


255 


524 


16 — , 


. . 223 


261 


210 


694 


280 


265 


545 


22 — 


237 


280 


180 


697 


294 


282 


576 


28 — . 


. . 245 


298 


159 


702 


300 


289 


589 


31 — 


. . 200 


297 


170 


727 


320 


305 


625 


2 février . 


250 


200 


153 


699 


318 


305 


623 


5 — . 


252 


284 


mort. 


536 


317 


302 


619 


11 — 


. . 258 


290 




548 


312 


292 


604 


16 


. . 262 


281 




543 


330 


292 


622 


22 — 


. . 275 


278 




%• %â r% 

000 


338 


270 


608 


27 — 


. . 290 


279 




569 


345 


261 


606 


8 mars . 


267 


202 




529 


347 


257 


604 


15 — 


. . 273 


275 




547 


296* 


244 


540 


22 — 


. . 281 


255 




536 


282 


232 


514 


25 — 


. . 277 


257 




534 


279 


227 


506 


5 avril 


. . 279 


235 




514 


271 


216 


487 


15 - 


. . 285 


217 




502 


268 


212 


480 


23 — 


. . 267 


161 




428 


263 


196 


459 


!•' mai 


. . 262 


mori 


t. 


262 


247 


158 


405 


22 — 


. . 292 






292 


250 

** 


•** 


250 



* A fait d«s p«tit8. — ** Mort le 28 juillet non tuberculeux. — ***Mort le 8 mai. 



En faisant la proportion centésimale des poids^ 
nous trouvons : 





TBMOINS. 


TRAK8 


FUSES. 


28 décembre. . . 


685 


100 


"504^ 


^"îoo 


4 janvier. . . , 


694 


101 


501 


99 


22 — . . . . 


697 


102 


576 


113 


31 — . . . . 


727 


106 


625 


123 


5 février . . . . 


536 


78 


619 


122 


22 — . . . . 


553 


81 


608 


120 


8 mars . . . . 


529 


77 


604 


120 



4iO J. IIÉRICOURT ET CHARLES RICULT. 

TÉMOINS. TRAK8FDRBJI. 

22 mars 536 78 :>i4 102 

5 avril 514 75 487 % 

23 — 428 62 459 9\ 

i" mai 262 38 405 80 

22 — 292 43 250 49 

On voit que cette expérience est tout à fait de même 
ordre que la précédente. Deux mois et demi après 
rinoculation (8 mars), le poids des deux transfusés 
était de 120 p. 100 tandis que le poids des 3 témoins 
était de 77 p. 100. 

Quoique ces faits, pour être concluants, dussent 
porter sur un chiffre plus considérable, on ne peut 
cependant négliger deux expériences faites sur un 
nombre total de 20 lapins. 

Il ressort en effet de ces expériences que deux mois 
et demi après Tinoculation tuberculeuse, 5?/r 20 lapine 
(12 témoins et 8 transfusés), par rapport au poids ini- 
tial égal à 100, le poids total des 12 témoins était de 7(1, 
tandis que le poids des 8 transfusés était de 120. 

Il est évident que nous ne formulons aucune con- 
clusion précise ; mais nous serions heureux si d'autres 
expérimentateurs [)Ouvaient reprendre cette étude de 
la transfusion du sang de chien à des animaux tul)er- 
culisables et tuberculisés. 

CONCLITSIONS 

Nous nous abstiendrons de mêler à ces faits des 
considérations théoriques quelconques, toujours assez 
vaines. 

Nous devons cependant énoncer les deux princi- 
pales hypothèses qu'on peut faire pour expliquer 
cette immunité relative que donne la transfusion. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 4il 

Ou bien le sang de chien contient des substances 
qui passent dans les tissus du lapin et qui, par leur 
action chimique propre, s'opposent au développe- 
ment du micro-organisme. — C'est l'hypothèse pre- 
mière qui a été le point de départ de nos recherches. 

Ou bien la réaction provoquée par le sang, dans 
le péritoine, modifie les tissus du lapin, les phago- 
cytes et les autres éléments actifs, de telle sorte que 
la résistance de Tanimal aux microbes infectieux est 
renforcée par cette première lutte qui s'est exercée 
contre le sang étranger. 

Quoi qu'il en soit, il s'agit peut-être là d'une mé- 
thode générale pour conférer l'immunité, et peut-être 
pourrait-on la formuler ainsi : En transfusant à un 
animal susceptible d infection le sang d'un animal ré- 
frac taire à cette infection, on rend le transfusé ré frac- 
taire, comme rétait le transfuseur lui-même. 



TUBBRCULOSB. — II. 27 



COMBIEN DE TEMPS 

UNE 

VACHE PEUT-ELLE ÊTRE TUBERCULEUSE 

AVANT QUE SON LAIT 
DEVIENNE DANGEREUX COMME AUMENT (1) ? 



PAU 



HAROLD G. BRN8T 

A. Mm m. D. (|>R BOSTON) 



Depuis quelques années, il s'est fait dans le vul- 
gaire mais non chez les savants, un changement 
très marqué d'opinion sur la nature infectieuse de 
la tuberculose. Tout naturellement le monde médical 
a accepté comme une règle les conclusions de l'ou- 
vrage de Villemin datant déjà de vingt-cinq ans, et 
la découverte par Koch de la cause spécifique n'a 
fait que donner plus de force à certaines théories 
émises avant cette époque. 

Ce n'est pas, à vrai dire, un changement d'opi- 
nion; c'est plutôt l'acceptation des connaissances ob- 
tenues sur cette maladie grâce à des méthodes de 
recherche plus exactes et plus nouvelles, et une plus 
large diffusion de ces connaissances. La notion de la 
transmissibilité de la tuberculose par des objets 



(1) Co mémoire, lu devant V Association of the American physicians le 
20 septembre 1889, a été inséré dans VAmerican Journal of the médical 
sciences^ novembre 1889, vol. XCVIII, p. 439, et traduit en français par 
M. le docteur Boyer. 



IMMUNITÉ PAR LA TRANSFUSION PÉRITONÉALE. 



409 





1 


rBMOlNS. 




TRANSF. 


PBRIT. 






1 


8 


8 


TOTAL. 


1 


2 


TOTAL 


28 décembre. 183 


271 


231 


685 


244 


260 


504 


29 — 


198 


247 


224 


669 


238 * 


247 


485 


31 — 


192 


257 


226 


674 


242 


247 


489 


2 janvier 


. . 200 


258 


230 


688 


250 


248 


498 


4 — 


. . 206 


258 


230 


694 


260 


241 


501 


tm 


214 


254 


228 


696 


269 


255 


524 


16 — 


. . 223 


261 


210 


694 


280 


265 


o4d 


22 — 


. . 237 


280 


180 


697 


294 


282 


576 


28 — . 


. . 245 


298 


159 


702 


300 


289 


589 


31 — 


. . 200 


297 


170 


727 


320 


305 


625 


2 février . 


256 


200 


153 


609 


3i8 


305 


623 


5 — . 


. . 252 


284 


mort. 


;i36 


317 


302 


619 


H — 


. . 2:)8 


290 




:)48 


3i2 


292 


604 


16 — . 


. . 262 


281 




543 


330 


292 


622 


22 — . 


. . 275 


278 




553 


338 


270 


608 


27 — 


. . 290 


279 




569 


345 


261 


606 


8 mars . 


267 


202 




529 


347 


257 


604 


15 — 


. . 273 


275 




547 


296* 


244 


540 


22 — 


. . 281 


255 




536 


282 


232 


514 


25 — 


. . 277 


257 




534 


279 


227 


500 


5 avril 


. . 270 


23:i 




;h4 


271 


216 


487 


15 - , 


. . 285 


217 




502 


268 


212 


480 


23 — . 


. . 267 


161 




428 


263 


196 


459 


!•» mai . 


262 


mort 


t 


262 


247 


158 


405 


22 — . 


. . 292 

vil. 






292 


250 
•• 


•** 


250 



' A fait des petits. — ** Mort 1« 28 juillet noa tuberculeux. — *** Mort le 8 mai. 



En faisant la proportion centésimale des poids^ 
nous trouvons : 



28 décembre 

4 janvier 
22 — 
31 — 

5 février 
22 — 

8 man 



TBMOINS. 


685 


100 


694 


101 


697 


102 


727 


106 


536 


78 


553 


81 


529 


77 



TRANSPCSBS. 


504 


100 


501 


99 


576 


113 


625 


123 


619 


122 


608 


120 


604 


120 



414 HAROLD C. ERNST. 

eaniques qu'il faut placer Tespoir de secourir Thu- 
manité civilisée. Nous devons tourner notre atten- 
tion vers les mesures préventives, et jusqu ici c'est 
sur les médecins en général et par eux sur le public 
que nous pouvons agir dans ce sens. Les mesures 
arrêtées après mûre délibération, pourront recevoir 
une sanction ; mais pour le moment, il y a peu de 
chose à faire et les connaissances acquises à l'aide de 
beaucoup d'efforts doivent être considérées comme 
insuffisantes. 

C'est dans Tétude des voies et des moyens de pro- 
pagation d'individu à individu que nous trouvons des 
indications pour la prophylaxie de la tuberculose. 
Parmi ces voies de propagation, il faut sans nul doute 
placer les sécrétions et particulièrement les crachats 
des malades. Les sécrétions sont abandonnées et ré- 
pandues dans Tair au grand dommage des sujets 
susceptibles d'être atteints de la maladie, mais encore 
indemnes. Ce mode de propagation et les pérégrina- 
tions du bacille au dehors du sujet tuberculeux ont 
été bien étudiés dernièrement par Cornet (i). 

Il y a cependant d'autres modes de propagation 
qui jusque dans ces dernières années n'ont pas reçu 
des médecins une attention en rapport avec leur im- 
portance. Je veux parler de Tinfection résultant de 
l'ingestion d'aliments provenant des animaux domes- 
tiques et en particulier de la chair et du lait des 
bovidés. 

Dans son travail sur YEtiologie de la tuberculose, 
Koch s'exprime ainsi : 

« Le fait que dans la très grande majorité des cas 

(i) Cornet, Zeit, /". Hyg,, Bd V, p. 191, 1888. 



LE LAIT DES VAGUES TUBERCULEUSES. 415 

la tuberculose a débuté par les poumons, permet de 
croire que dans tous ces cas la maladie a résulté de 
rinhalation des crachats de phtisiques desséchés et 
répandus dans l'air sous la forme de poussière. La 
seconde source du bacille tuberculeux, c'est-à-dire 
celle qui viendrait des animaux domestiques, ne pa- 
rait pas avoir de beaucoup la même importance. On 
sait que les animaux n'émettent pas de crachats, de 
sorte que, pendant leur vie, leur respiration ne donne 
pas issue à des bacilles tuberculeux. Ce bacille n'est, 
de plus, qu'exceptionnellement présent dans les ex- 
crétions de ces animaux. C'est au contraire un fait 
établi que le lait d'animaux tuberculeux peut donner 
lieu à l'infection. . 

« A l'exception de la voie seule du lait, le virus 
tuberculeux ne peut exercer son action qu'après la 
mort de l'animal, et seulement par la consommation 
de sa chair. Les conditions sont les mêmes pour le 
lait des vaches qui sont malades de la pommelière. 
Avant tout, pour que cette infection ait lieu, il faut 
que le lait contienne le bacille tuberculeux ; il semble 
n'être présent que dans le cas où les glandes mam- 
maires elles-mêmes sont atteintes de la maladie : ce 
qui explique les contradictions de différents auteurs 
d'après ces cas, surl'ingeslion du lait provenant de 
vaches atteintes de la pommelière. Si l'infection par 
les animaux tuberculeux ne paraît pas très fréquente, 
on ne saurait cependant la mettre en doute. » 

Cette dernière réserve, qui était déjà nécessaire au 
moment où ces lignes furent écrites, l'est plus que 
jamais aujourd'hui. On peut en apprécier l'impor- 
tance d'après les statistiques présentées par le doc- 
teur Brush devant l'Académie de médecine de New- 



416 UAROLD C. ERNST. 

York, le 20 avril 1889 (1). Dans cette communication, 
Fauteur dit avoir pendant plusieurs années fait une 
étude minutieuse de toutes les statistiques qu'il a pu 
recueillir sur cette maladie et sur les mœurs des pays 
d'où elles provenaient; et il est arrivé à celte con- 
clusion que le seul facteur qui soit demeuré constant 
est la présence des bovidés. Si un pays possédait 
beaucoup de vaches laitières, la tuberculose y floris- 
sait, et vice versa^ s'il n'y avait pas de vaches laitières, 
il n'y avait pas de tuberculose. Dans la discussion qui 
a suivi cette communication, on a soulevé beaucoup 
d'objections. Le docteur Brush prétendit même qu'à 
son avis la maladie devait son origine à l'espèce bo- 
vine. Il croyait qu'il n'y avait pas moins de cinquante 
pour cent de vaches laitières atteintes de phtisie, 
tandis que les statistiques montraient que chez les 
peuples vivant sans bestiaux de cette espèce, la ma- 
ladie était inconnue. Bien mieux, il ajoutait qu'il 
était convaincu qu'en mettant à mort tous les bovidés 
de notre pays, on en ferait lînalement disparaître la 
maladie. 

De pareils résultats sont une révélation pour la gé- 
néralité des praticiens. On peut les trouver un peu 
forcés, mais ils paraissent indiquer, grâce aux sta- 
tistiques qui leur ont servi de base, un danger plus 
grand que celui qui a été admis jusqu'ici. 

Que le danger résultant de la consommation du 
lait de vaches tuberculeuses ait été signalé par quel- 
ques auteurs au moins, et cela avant la découverte de 
Koch, le fait résulte des extraits d'une lettre que je 
vous demande la liberté de reproduire. Celui qui l'a 

(i) lioston med. and siirg. Journal^ vol. CXX, p. 467 et seq. 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 417 

écrite est un vétérinaire pratiquant à Providence, 
R. I., et il y a plus de dix ans que l'observation a été 
faite et le conseil donné. Voici le passage de cette 
lettre concernant notre sujet : 

Le 15 juin 1878, je suis appelé par M. W... pour voir une 
vache rouge et blanche. Elle tousse et respire avec bruit. 
Pouls 60 ; respiration 14; température lOi^'F. La résonance 
est diminuée dans le poumon droit, mais accrue dans cer- 
taines parties. Il y a des craquements au poumon gauche 
et de la matité à la percussion. Je diagnostique un cas de 
tuberculose et conseille d*abattre Tanimal. 

12 décembre. La vache a été exposée à une pluie froide 
quelques jours auparavant pendant deux heures. Le lait est 
encore moins abondant qu'à la visite du T6 septembre. De 
nouveau je conseille de sacrifier lanimal. La famille se sert 
du lait. Respiration 20; pouls 85 ; température 104°, 6 F. 

22 févner 1879. — Temp. i04%8. F; respiration 2B; pouls 
68. Amaigrissement. Encore une petite quantité de lait. Je 
redonne le conseil d'abattre la vache et de ne pas faire usage 
du lait. 

30 mai. — Appelé à la hâte pour visiter la vache. Elle est 
aussi mal que possible, sans lait depuis une semaine. Pouls 
80 ; respiration 40 ; température 106* F. Elle meurt trois jours 
après. 

Autopsie quatorze heures après la mort. Poumons infil- 
trés de matière tuberculeuse. Poids des viscères thoraciques: 
19 kilos. On trouve des dépôts do matière tuberculeuse dans 
le médiastin, dans le tissu musculaire, dans le mésentère, 
la rate, les reins, le pis, l'intestin, la plèvre, et même dans 
la langue. L'intérieur de la trachée était couvert de petits 
tubercules. 

En août 1879, le plus jeune enfant de la famille, un bébé, 
tombe malade et meurt au bout de sept semaines. .\ Tau- 
topsie on trouve une méningite tuberculeuse, — dépôts 
sur les enveloppes du cerveau et quelques-uns sur le pou- 
mon. 

En 1881, un enfant de 3 ans mourut d'une maladie 
qui fut appelée bronchite tuberculeuse. Enfin, en 1886, un 



420 HAROLD C. ERNST. 

lose n'est pas une maladie comme Tanthrax, dans 
laquelle le poison spécifique se trouve dans tout l'or- 
ganisme et se transporte d'un endroit à un autre par 
le courant sanguin. L'opinion de Koch, que le lait 
d'une vache tuberculeuse n'est dangereux que lorsque 
le pis est intéressé, parait basée sur des considérations 
théoriques plutôt que sur des travaux pratiques dans 
ce sens. On l'a généralement acceptée cependant, et 
le poids de son nom a fait que cette assertion a été 
reproduite bien souvent, sans qu'on ait fait beaucoup 
de tentatives pour la vérifier. 

L'attention croissante dont la maladie a été l'objet 
chezlQS bovidés, et le soupçon qui s'est fait jour que 
la tuberculose des animaux était une cause plus fré- 
quente qu'on ne le pensait de son apparition chez 
l'homme, ont rendu absolument nécessaires de soi- 
gneuses investigations sur ce sujet. A l'exception de 
quelques expériences heureuses de BoUinger (1) et 
de Bang (2), on n'y a pas apporté de véritable éclair- 
cissement. Ces auteurs, ainsi que Tschokke (cité par 
BoUinger), ont montré quelques cas isolés d'expé- 
riences avec inoculation positive du lait de vaches 
tuberculeuses sans lésion des mamelles ; mais ces 
observations sont si peu nombreuses qu'on peut seu- 
lement les accepter comme donnant des probabilités, 
et des critiques méticuleux auraient quelque raison 
d'en attaquer les conclusions. 

Bang (3) a présenté depuis des conclusions nou- 
velles. Examinant 21 cas de vaches affectées de tu- 
berculose générale sans signes de lésions du pis, il 

(1) BoLLiNOER, Deutsch, Zeil. f. Thiermed.^ Bd XI V, p. 264. 

(2) Bang, lôid., Bd XI, p. 45, 1885. 

(3) Bano, Congrès pour l'étude de la tuberculose, V* session. Paris, 
1888, p. 70. 



LE LAIT DES VACHES ITBERCULEUSES. 421 

n'en a trouvé que deux dont le lait ait présenté des 
qualités virulentes par Tinoculation à des lapins. Il 
en conclut que puisque les vaches en expérience, 
quoique arrivées à une période avancée de la mala- 
die, n'ont cependant donné qu'un lait d'une viru- 
lence légère, le danger provenant de. vaches à une 
période moins avancée doit être beaucoup moindre. 
Cette conclusion, pense-t-il, est confirmée par d'autres 
expériences faites avec le lait de 8 femmes tubercu- 
leuses dont aucun ne donna une inoculation virulente. 
Il en conclut qu'il ne faut pas considérer tous les 
laits venant des vaches tuberculeuses comme dange- 
reux, mais qu'il faut les suspecter^ parce qu'on ne 
peut savoir quand le pis est malade et que, même 
sans lésion de cet organe, ce lait peut dans quelques 
cas rares posséder des propriétés virulentes. 

Je m'efforcerai de démontrer que ces cas ne sont 
pas rares. 

Galtier(l)aaussi donné les résultats d'expériences 
faites avec le lait de vaches tuberculeuses, mais il dit 
que : « Certains expérimentateurs prétendent avoir 
établi la virulence du lait venant d'animaux dont les 
mamelles étaient normales et sans aucune lésion; 
la majorité, et je suis de ceux-là, n'ont rencontré la 
virulence du lait qu'avec des mamelles tuberculeuses. 
Cependant, comme la tuberculose commençante des 
mamelles est une chose difficile à reconnaître, surtout 
pendant la vie de l'animal, il faut considérer comme 
dangereux le lait provenant d'un animal atteint de 
tuberculose ou même seulement soupçonné d'en 
être atteint. » 

(Ij Galtisr, Congrès pour l'étude de la tuàeivulose, Paris 1888, p. 81. 



422 HAROLD C. EaNST. 

Je ferai en sorte de montrer que cette opinion 
repose sur mieux que des probabilités. 

Récemment Hirschberger (1) a publié les résultats 
de recherches expérimentales sur le caractère infec- 
tieux du lait des vaches tuberculeuses. 

Conformément au travail de BoUinger, il essaie de 
savoir : 1"* si les cas sont rares où les vaches tubercu- 
leuses donnent un lait infectieux ; 2** si le lait est infec- 
tieux seulement chez les vaches atteintes de tuberculose 
généralisée, ou bien s'il est aussi infectieux lorsque 
la maladie est localisée. Il a fait des expériences en 
injectant avec les précautions d'usage du lait infecté 
dans la cavité abdominale de cochons d'Inde. En 
voici les résultats : 

i° 5 fois le lait employé provenait de vaches 
atteintes a un haut degré de tuberculose générale 
dans tous les organes ; 

2° 6 fois il provenait de vaches atteintes à un 
degré modéré; 

3" 9 fois il provenait de vaches dont la maladie 
était localisée dans les poumons. 

De ces 20 cas, il fut prouvé que dans il le lait 
était infectieux. La proportion des résultats positifs 
par rapport aux trois groupes ci-dessus fut la sui- 
vante : 80 pour 100 dans le premier groupe (lait de 
vaches à un degré avancé de la maladie) ; 66 pour 100 
dans le second groupe, et 33 pour 100 dans le troi- 
sième. Il n'a trouvé le bacille tuberculeux que dans 
un cas, et il considère par conséquent que les expé- 
riences d'inoculation sont le meilleur moyen de 
reconnaître si le lait est infectieux ou non. 

(1) Ueutsch Àrch. fur Klin. Med. Bd XLIV, S. oOO. 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 423 

Ces résultats sont extrêmement intéressants, quoi- 
qu'ils ne soient pas aussi concluants que les miens 
sur Tabsence ou la présence de lésions des pis. 

Les expériences que je vais rapporter (1) ont été 
rendues possibles grâce à la libéralité de la Société du 
Massachusetts pour l'avancement de l'agriculture, 
qui s'intéressa à la question il y a quelque temps et 
me donna la possibilité de les entreprendre. Elle m*a 
fourni tous les moyens pécuniaires et moraux néces- 
saires à ce travail. Ma part personnelle a été celle de 
directeur général, et, pendant tout le temps, j'ai eu 
comme associé le vétérinaire de la Société, Austiu 
Pelers, D. V. S. La dernière année, j'ai eu l'aide 
très précieuse du docteur Henry Jackson et de 
Langdon Frotbingham, M. D. V. 

Toutes les expériences d'inoculation et la plupart 
des travaux microscopiques ont été faits dans le 
laboratoire de bactériologie de l'École de médecine de 
Harvard; quelques-uns de ces travaux, au labora- 
toire de la Société de Boston, pendant que les expé- 
riences d'alimentation ont été faites et les ani- 
maux en expérience mis en garde dans une ferme 
destinée à cet usage spécial et placée dans la situa- 
tion la plus favorable. Rien n'a été avancé, des ré- 
sultats des observations microscopiques, que je n'aie 
moi-même vérifié, et chacune des parties de ce tra- 
vail a été faite dans des conditions de minutieuse 
exactitude et avec toutes les précautions possibles 
contre la contagion. 

Avant de se servir des bâtiments, on les a nettoyés 
de fond en comble. Tout le vieux fumier et toute la 

(1; Oq trouvera les détails complets de ces expériences dans les Tran- 
sactions of the Association of American Physicians, vol. IV, 1889. 



424 HAROLD C. ERNST. 

vieille terre ont été enlevés et charriés au loin • Toute 
la boiserie a été frottée et lavée avec une solution de 
sublimé corrosif à 1 pour 100 et finalement blanchie 
à la chaux. On a pris toutes les précautions pour avoir 
un bon drainage et une libre ventilation. Le résultat 
et Tefficacité de ces mesures fut démontré par ce fait 
que les animaux amenés présentèrent une améliora- 
tion marquée dans leur état général, quelques-uns 
allèrent même jusqu'à paraître guéris. 

Pour décider si le lait d'une vache tuberculeuse 
est dangereux lorsque les pis n'ont pas de lésions, le 
premier point est de voir si le lait contient ou non le 
principe infectieux. Dans ce cas, naturellement, le 
principe infectieux est le bacille de la tuberculose, et 
c'est vers lui que d'abord doit être tournée l'atten- 
tion. Les observations ont été faites pendant un long 
espace de temps, et de la manière suivante. Le lait 
était tiré le matin et le soir, suivant le cas, après 
avoir très soigneusement nettoyé le mamelon et le 
pis. Le récipient était un flacon d'Erlenmeyer fermé 
avec un tampon de ouate et stérilisé par la chaleur. 
L'échantillon était alors apporté au laboratoire, on 
versait dans un verre conique, muni d'un couvercle en 
verre, le lait préalablement purifié avec soin, puis on 
l'abandonnait dans un réfrigérateur très propre, 
pendant 24 ou 28 heures, et quelquefois 72 heures. 

Au bout de ce temps on faisait 10 ou 12 prépara- 
tions de ce lait dans des verres de montre. On les 
colorait en 24 heures, par la méthode d'Ehrlich avec 
de la fuchsine et du bleu de méthylène comme con- 
traste de couleur, et on les observait avec un objectif 
à immersion. 

Nous avons fait par ce procédé 170 préparations 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 423 

microscopiques d'échantillons variés de lait; 3 de ces 
préparations devinrent acides et se perdirent avant 
d'être examinées, beaucoup furent rejetées ; il en 
resta 114 dont l'étude fut complète. Ces préparations 
furent obtenues de 36 vaches différentes, présentant 
toutes des signes plus ou moins marqués de tuber- 
culose du poumon ou d'ailleurs, mais n'ayant pas 
le moindre signe d'une maladie du pis. 

Dans 17 de ces échantillons, on constata la pré- 
sence du bacille tuberculeux ; c est-à-dire que le 
virus actif fut trouvé dans 31,5 p. 100 des échan- 
tillons examinés (36 : 114=31,5). 

Ces 17 échantillons de lait infectieux provenaient 
de 10 vaches différentes, indiquant une proportion 
d'infectiosité décelée de 27,7 p. 100(104 : 36= 27,7). 

Ces résultats sont hautement intéressants, selon 
moi, et je confesse ma surprise de cette proportion. 
Non pas que je ne m'attendisse à trouver le bacille, 
— j'étais persuadé depuis longtemps que des recher- 
ches persistantes montreraient sa présence dans 
des cas semblables à ceux-ci ; — mais parce que 
l'extrême dilution à laquelle ces organismes doivent 
être soumis rend très faible la chance de les ren- 
contrer. Dans aucun cas on ne les a vus en grand 
nombre, mais dans aucun cas on n'a aftirmé le dia- 
gnostic s'il y a eu le moindre doute sur les indica- 
tions du microscope. 

Le grand nombre de cas où ces organismes ont été 
trouvés me parait indiquer leur présence dans une 
plus grande proportion de cas encore, si on pouvait 
faire un examen suffisant de tous les laits. Ceci me 
parait hors de la question, mais les résultats donnés 
ici semblent établir, sans aucun doute, le fait que le 



426 HAROLD C. ERNST. 

lait venant de vaches sans lésion déGnie du pis peut 
contenir le principe infectieux de la tuberculose, si 
on constate la présence de la maladie dans d'autres 
parties du corps de Tanimal. Ainsi la présence du 
principe infectieux n'est pas une simple possibilité 
scientifique, mais xmQ probabilité réelle, dont il faut 
tenir compte. 

Les autres faits intéressants constatés sont : que 
la crème, après qu'elle est montée, est tout aussi 
infectieuse que le lait, car le bacille a été trouvé 
dans le lait 9 fois après que la crème est montée, et 
8 fois dans la crème après qu'elle a été séparée du 
lait. 

En ce qui concerne la constance de la présence du 
bacille dans le lait; chez 2 des 10 vaches dont le 
lait présenta le bacille, on n'examina qu'une seule 
préparation ; et on ne trouva le bacille qu'une seule 
fois dans plusieurs préparations examinées à des 
moments différents, dans 2 cas. Quant aux 6 autres 
vaches, le bacille fui trouvé deux ou plusieurs fois 
dans différentes préparations du lait. En sorte que 
ces résultats semblent montrer que la présence du 
bacille n*a qu'une faible constance. Il n'est donc pas 
surprenant que les observations soient tantôt posi- 
tives, tantôt négatives, à cause des mauvaises chances 
dues à la dilution, mentionnées plus haut. 

Dans 9 des 17 cas, le moment de la traite et la 
partie de lait employée furent notés ; c'est-à-dire si 
l'échantillon était pris au commencement ou à la fin 
de la traite et si la préparation était faite avec le lait 
ou la crème. Dans ces conditions, le bacille fut 
trouvé dans la crème 3 fois^ et dans le lait 4 fois, 
au début de la traite ; dans les préparations de la fin 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 427 

de la traite, on ne le trouva pas dans la crème et on 
le trouva i fois dans le lait. D'où il semble résulter 
ce point intéressant, à savoir : que les bacilles, s'il 
sont présents dans le pis, ne sont pas entièrement 
expulsés par les premières manipulations de la 
tétine, et qu'on peut les supposer présents dans tout 
le lait. La réciproque est aussi établie, c'est-à-dire 
que les manipulations du pis dans la traite n'expri- 
ment pas les bacilles des tissus dans les dernières 
portions du lait, mais qu'ils peuvent être considérés 
comme assez régulièrement distribués dans toutes 
les parties du pis quand ils existent. 

Avant de considérer les résultats des expériences 
d'inoculation faites avec des échantillons variés de 
lait, il peut être bon de jeter un coup d'œil sur l'état 
des vaches que nous avons observées depuis le com- 
mencement des expériences jusqu'à leur abatage, ou 
bien jusqu'à la date de ce mémoire. 

L'histoire de chaque vache nous permet de dire, 
au moins en ce qui concerne les apparences exté- 
rieures, qu'aucune d'elles ne présentait de pis tuber- 
culeux; ce qui était vrai aussi à l'examen microsco- 
pique de tous les cas, sauf un seul (n'' 6, vache F). 
Dans ce cas, le pis avait toutes les apparences de la 
santé, sauf que dans un quart environ de son volume 
il paraissait légèrement fibreux, et il y avait là une ou 
deux taches jaunes qu'on reconnut au microscope 
être delà matière grasse. A un faible grossissement, 
on constata qu'il y avait une légère augmentation de 
tissu fibreux, et l'examen par l'immersion dans 
rhuile fut fait simplement par routine. 

On découvrit une cellule géante contenant un cer- 
tain nombre de bacilles, mais une étude très atten- 

TUBBRCULOSB. — II. 28 



428 IIAROLD C. ERNST. 

tive ne permit pas d'en découvrir d'autre, ni de con- 
stater d'autre changement que Taugmenlation de 
tissu fibreux signalé plus haut. En sorte qu'il est 
entièrement vrai que nous n'avons réussi à décou- 
vrir aucun signe de tuberculose aisément consta- 
table dans aucune des vaches que nous avons citées, 
et qui comprennent toutes celles que nous avons 
soumises aune étroite observation. 

Celles dont le lait servit à des inoculations et que 
nous n'avons pas mentionnées ici, n'ofîraient aucun 
signe permettant à des vétérinaires habiles de faire 
un diagnostic même probable. 

Nous avons fait une intéressante série d'inocula- 
tions expérimentales sur des lapins et des cobayes 
avec du lait ou de la crème, de différentes vaches à 
des doses variables et à des moments différents. 

On employa 57 lapins : — 5 d'entre eux furent 
inoculés avec du lait tourné à l'aigre, 2 moururent de 
maladies intercurrentes en pcit de jours (coccidiuin 
oviforme), et une fois la pré|)aration fut perdue 
avant de pouvoir être examinée au microscope, en 
sorte qu'il faut retrancher 8 animaux, et il en reste 
il) servant de base à nos résultats. De ces derniers, 
5 étaient devenus plus ou moins tuberculeux, comme 
le démontra l'examen microscopique, et chez 44 les 
résultats furent négatifs — ce qui revient à dire 
que nous avons obtenu 5,49, ou 10,2 p. 100, de 
succès de toutes nos inoculations chez les lapins. 

On avait employé 33 spécimens provenant de 
vaches différentes, ce qui fait 23 p. 100(3 : 13) 
de résultats favorables par rapport aux vaches utili- 
sées, et 15,16 p. 100 (5 : 33) par rapport aux spé- 
cimens. 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 429 

Des résultats positifs ont été obtenus : 

De la vache P, deux fois (à des moments dififérents). 

De la vache L, une fois. — De la vache Saunders, 
deux fois (à des moments différents). 

Les résultats des inoculations de cobayes sont plus 
frappants. On a employé 65 animaux en tout. 
9 d'entre eux furent inoculés avec du lait ou de la 
crème aigres, et 2 moururent d'autres maladies 
(péritonite et pleurésie) . Il n'en reste donc que 54 à 
compter. Parmi ceux-ci, il y a 12 résultats positifs, 
ou 28,57 p. 100 (12 : 42) de succès pour toutes les 
inoculations. On employa 32 spécimens de 14 
vaches, et les résultats favorables furent donnés par 
6 vaches différentes, ce qui montre que 42, 8 pour 
100 (6 : 14) des vaches avaient un lait infectieux et 
que 37,5 p. 100 (12 : 32) des spécimens utilisés 
avaient des propriétés infectieuses. 

Des résultats positifs ont été obtenus : 

De la vache P (trois fois dans deux inoculations 
différentes). — De la vache D (trois fois dans trois 
inoculations différentes). — De la vache F (une fois). 
— De la vache Slocum (une fois). — De la vache 
Saunders (une fois). — De la vache Mayhew (trois 
fois dans deux inoculations différentes. 

En combinant les résultats obtenus avec les lapins 
et les cobayes, on obtient les résultats suivants : des 
résultats favorables ont été obtenus avec le lait de la 
vache P trois fois (deux spécimens dififérents) chez 
les cobayes, et deux fois chez les lapins (deux spéci- 
mens dififérents) ; avec la vache L, une fois chez un 
lapin; avec la vache 0, trois fois (trois spécimens 
différents) chez le cobaye; avec la vache F une fois 
chez le cobaye ; avec la vache Slocum, une fois chez 



430 IIAROLD C. KRNST. 

le cobaye; a\ec la vache Saunders une fois chez le 
cobaye, et deux fois chez le lapin (deux spécimens 
différents) ; et avec la vache Mayhew, trois fois chez 
le cobaye (deux spécimens différents, c'est-à-dire que 
sur les 14 vaches dont on a employé le lait, 7, soit 
50 p. 100 se montrèrent infectieuses par Tinoculation 
expérimentale. 

Un fait intéressant, c'est que le bacille fut trouvé 
dans le lait et dans la crème et que des expériences 
d'inoculation sur des animaux furent faites avec suc- 
cès avec le même spécimen dans cinq cas différents 
(comprenant huit succès) comme l'indique le tableau 
suivant : 

COMPARAISON DES DATES OU LE BACILLE FUT TROUVÉ DANS LE LAIT 
ET OU CE MÊME LAIT FUT INOCULÉ AVEC SUCCÈS 



VACOBil. 


POBiriK. 


posmp. 


POSITIF. 




In vitro. 


Cobaye. 


Lapin. 


P. 


Crème A. M. 


Crème A. M. 9 mars. 


Crème A. M. 9 mars. 




Crt»me P. M. 


Crème P. M. 9 mars. 
Crème P. M. 9 mars. 


Crème P. M. 9 mars. 


0. 


Début (le la 
traite. 


Début de la traite. 






Crème 9 mars 


( Crème 9 mars. 




Slocum. 


Fin de la 


Fin de la traite, 






traite. 


10 juin. 




Mayhew. 


Fin de la 


Fin de la traite, 






traite, lait 


lait, 10 juin. 





Les expériences d'inoculation dont nous venons 
de donner les détails me paraissent mériter considé- 
ration, car elles ont été faites avec les précautions 
les plus grandes qu'on puisse imaginer. Dans tous 
les cas, les animaux en expérience ont été gardés en 
observation assez longtemps pour constater, autant 
qu'on peut le voir, leur bon état de santé et, après 
les inoculations, on les séparait et on les gardait en- 



LE LAIT DES VACHES TUBERCULEUSES. 43 J 

fermés, mais dans de bonnes conditions ; quelques-uns 
d*enlre eux ont été inoculés immédiatement après 
leur acquisition, parce qu'à la ferme on manquait de 
nourriture à leur donner, et n'étaient pas dans un 
bon état. Mais aucun ne présentait de signe de tu- 
berculose, et il ne paraît pas que leur mauvaise santé 
doive être considérée comme un facteur capable d'en- 
tacher les résultats. 

Les résultats obtenus dans les expériences d'ali- 
mentation avec les veaux montrent qu'on a nourri, 
pendant un temps variable, 13 veaux avec du lait de 
vaches atteintes de tuberculose, sans lésion du pis. 
Une préparation a été jetée avant l'examen microsco- 
pique et ne peut être comptée dans le résultat final. 
Il y a eu cinq résultats positifs et un douteux. Le 
dernier est considéré comme négatif parce que, 
quoiqu'on ait constaté des cellules géantes et des 
granulations, on ne trouva pas de bacilles. Cela fait 
donc cinqrésultats positifs sur douze, ou4 1 , 66 p. 100. 
Nous devions dire aussi que, parmi les observations 
considérées comme négatives, trois spécimens étaient 
douteux, mais ils ont été examinés à la hâte pour 
servir à ce mémoire, de sorte que des recherches plus 
attentives peuvent très probablement augmenter la 
proportion des succès. 

Dans une série d'expériences d'alimentation faites 
sur des cobayes, on donna du lait venant des mêmes 
vaches que celles citées ci-dessus à 7 cobayes nés de 
parents vivants et bien portants. L'examen montra 
des résultats négatifs dans deux, positifs dans deux; 
l'un fut soumis à un très rapide examen microsco- 
pique, et le matériel des deux autres fut rejeté, à cause 
d'une erreur démontrée par Texamen microscopique 



432 IIAROLD C. ERNST. 

du matériel provenant du n** 3. Il n'y a donc à compter 
que cinq faits, donnant un résultat de 40 p. 100. 

Par l'examen microscopique, nous avons montré 
que le lait contenait de la matière infectieuse chez 
18 vaches sur 35, dans le lait desquelles on chercha 
le bacille, soit 28,57 p. 100. Nous avons aussi dé- 
montré que le lait était infectieux, par des expé- 
riences d'inoculation, chez 7 des li vaches dont 
on étudia le lait, soit 50 p. 100. Nous avons enfin 
montré la nature infectieuse du lait par une inocula- 
tion favorable faite avec les mêmes spécimens chez 
5 vaches sur 14 utilisées, ou 35,7 p. 100. 

Ces résultats sont, dans une certaine mesure, préli- 
minaires, c'est-à-dire qu'ils ne représentent qu'une 
partie du travail entrepris sur ce sujet, sous les aus- 
pices de la Société du Massachusetts pour l'avance- 
ment de l'agriculture. Ce travail ne sera pas terminé 
avant l'année prochaine. Il démontre cependant : 

1° Et très surabondamment: que le lait de vaches 
atteintes de tuberculose dans n'importe quelle partie 
du corps peut contenir le virus de la maladie. 

2* Que le virus est présent dans le lait avec ou 
sans lésion du pis; 

3" Qu'il n'y a pas lieu d'admettre qu'il faut une 
lésion du pis pour que le lait puisse contenir le virus 
tuberculeux ; 

4** Que, bien au contraire, le bacille de la tuber- 
culose est présent et actif, dans une très large propor- 
tion de cas, dans le lait des vaches affectées de tuber- 
culose sans lésion constatable du pis. 



ETUDE 



SUR 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX 



PAR 



GH.-E. QUINQUAUD 

PROFBSSBUR AORBGÉ A LA FACULTÉ DB MBDBCINB 
MBDBCIN DK8 HOPITAUX 



Chaque agent pathogène modifie la nutrition d'une 
manière particulière, il traduit sa spécificité par des 
troubles divers, dont l'ensemble constitue Talfection, 
Tentité morbide. 

Dans la tuberculose, un agent principal, le bacille 
spécifique, attaque l'organisme dans ses diverses 
fonctions, les modifie, et s'il s'agit d'une fonction 
de premier ordre, la vie est menacée et le malade 
succombe à la suite de cette lésion fonctionnelle. 

L'étude que nous allons entreprendre, aujourd'hui 
tout analytique, sera demain synthétique et viendra 
nous montrer comment, de quelle manière, il con- 
vient d'attaquer l'ennemi, puisque nous connaîtrons 
ses movens destructeurs. 

Le bacille de Koch et cl'autres agents produisent 
des désordres variés; parmi ceux-ci nous étudierons 
dans ce travail les modifications des phénomènes 
chimiques de la respiration, les troubles de la capa- 
cité respiratoire du sang, les altérations qui survien- 



434 CH. K. (^UIXyUAlD. 

nenl dans la glycogénie et la glycémie; enfin ce que 
devient Turée du sang dans le cours de la tubercu- 
lose. 

Toutes ces lésions ont été examinées avec le plus 
grand soin ; nous les avons appréciées àTaide de mé- 
thodes rigoureusement exactes; nous donnons les 
chiffres trouvés, de manière que chacun puisse con- 
trôler les résultats obtenus. 

I. Sun LES PHÉNOMÈNES CHIMIQUES DE LA RESPIRATION 

DES TUBERCULEUX 

Comment se fait l'élimination du carbone dans 
le cours de la phtisie? Telle est la question examinée 
par plusieurs médecins de grand mérite. Les pre- 
mières recherches pour résoudre ce problème remon- 
tent à 1 lannover ; il observa des hommes et des femmes 
atteints de phtisie pulmonaire, établit des comparai- 
sons avec les individus sains, el arriva à cette con- 
clusion que Tacide carbonique subit une diminution 
dans le coursdc cette maladie (1). 

P. Ilervicr et Saint-Lager établissent une catégorie 
d'affections dans lesquelles Tacide carbonique exhalé 
diminue : ce sont les fièvres éruptives, la fièvre ty- 
phoïde, la pneumonie, la pleurésie, la phtisie, en un 
mot toutes les maladies apportant quelque obstacle 
i\la respiration (2). 

Hegnard (3) dit textuellement : « Ce que nous devons 

(1) Hannover, De quantiiate relativa cl nhsoluta acidi carùonici ah 
komine sano et .rgroto crhulnti. Copenhague, 1845, p. 82. 

(2) Hervikr et Saint -Laoer, liecherchrs sur les quantités d'acido 
cartjonique crhalé par le pownon à l'étal de santé et de maladie. Lyon, 
1840, p. 17 et suivantes. 

(3) Kkonari», Herherchrs expérimentales sur les variations jtathologi- 
ques et les combustions respiratoires. Thèse de doct. Paris, 1878, p. 346. 



LA NUTIUTION DES TUBEUCULEUX. 433 

retenir, c'est que dans ces fièvres (fièvre typhoïde, 
fièvres éruplives), Toxygène utilisé est adéquat à 
la température; les produits habituels d'oxydation 

font défaut; d'où abaissement du rapport — tt— . 

« Dans la phtisie, la même chose a lieu, la fièvre 
n'est pas très vive, mais se produit tous les soirs; les 
substances grasses disparaissent, le malade maigrit, 
arrive à Fhecticité. 11 absorbe beaucoup d'oxygène 
(étant donné le rétrécissement du champ de l'héma- 
tose) et il rend peu d'acide carbonique ; le rapport — rp 
est encore diminué : 

Premier exemple. — Femme de 40 ans, pesant 39 kilos et 
ayant une caverne, avec fièvre intense le soir, présente le 
rapport suivant : 

Oxygène absorbé 27'",l4i ; acide carbonique exhalé 15,885. 

Rapport ^ =0,58. 

Deuxième exemple. — Jeune homme de 16 ans, du poids 
de 42 kilos, absorbe 32'*S718 d'oxygène, et exhale 15 litres 

d'acide carbonique, d'où le rapport -^ = 0*^',48. 

Troisième exemple. — Homme de 45 ans, phtisique avec 
cavernes, absorbe 17^'S876 d'oxygène, exhale i;Vii,330 d'acide 

carbonique, d'où le rapport —^ = 0,74. 

Quatrième exemple. — Femme de 28 ans, atteinte de 
phtisie laryngée avec accès de fièvre le soir, du poids de 
40 kilos, absorbe 17'^477 d'oxygène et exhale 13'^S272 CO*, 

d'où le rapport -^ ^ 0,54. 

Cinquième exemple. — Homme de 47 ans, pesant 42 kilos, 
présente des cavernes avec 39**, 8, absorbe 26''S100 d'oxygène 

et exhale 10»iS809 CO». Rapport = 0,41. 

Sixième et dernier exemple. — Homme de 50 ans, atteint 
de phtisie du second degré, pas de fièvre, absorbe 25*'S720 

d'oxygène et exhale 20»*S760 CO*; d'où le rapport^ =0,8. 



436 eu. £. (iUINQUAUD. 

Nos recherches sur Texhalation de Tacide carbo- 
nique chez les tuberculeux ont été faites dans mon la- 
boratoire à Thôpital Saint-Louis, à l'aide du procédé 
que nous avons décrit, Gréhant et moi, dans notre 
travail sur la respiration; — les malades ont respiré 
tantôt à leur lit, couchés, tantôt au laboratoire même. 

De nombreux dosages ont été faits sur le même 
sujet avant, pendant et après sa digestion. 

En opérant ainsi, nous arrivons à établir la loi sui- 
vante : 

Au troisième degré de la phtisie^ t exhalation pul- 
monaire de l'aride carbonique est augmentée par kilo- 
gramme et par heure. 

Lorsqu'il existe des lésions de la troisième période, 
le malade rejette ordinairement une quantité d'acide 
carbonique égale ou supérieure à 80 centigrammes 
par kilogramme et par heure. Ainsi dans l'observa- 
tion 1, nous notons O^^BS comme minimum, mais 
nous avons un maximum beaucoup plus élevé, puis- 
que le 18 août ce malade exhalait 1*',12 et le 26 août 
l^',Or) de CO- par kilogramme et par heure. 

D'ailleurs je rapporte ici tous les détails des ana- 
lyses qui ont été faites : 

Obs. ï. — Tubercules avec caverne au sommet droit. Fièvre, 
Mesure des phénomènes c/uîniqnes de la respiration y de la 
glf/cthniCf de la capacité respiratoire et de l'urée du sang. 

Ter.., Paul, Agé de 20 ans, typographe. Entré le 6 juil- 
let i889, salle Bichat, lit n° 2. 

Antécédents héréditaires. — Pure mort iraccident irauma- 
tiquc; mère bien portante, nerveuse; frères et sœurs en 
bonne santé. 

Antécédents personnels. — Convulsions à l'ûge de 9 mois; 
rougeole à 7 ans; embarras de la parole datant de renfance; 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 437 

variole il y a 4 mois. Soigné à Bordeaux; arrivé à Paris, il y 
a 15 jours. Depuis sa variole a toujours toussé ; il y a 8 jours, 
hémoptysie, filets de sang dans les crachats; a beaucoup 
maigri; nourriture ordinaire, 1 litre de vin par jour. 

État actuel, — Perte de Tappétit. 

Apfmf'cil respiratoire, — Enrouement datant de trois se- 
maines environ. 

En avant : Percussion, submatité au\ '2 sommets. 

Auscultation à droite, râles sous-crépitants sous la clavi- 
cule; retentissement de la voix et de la toux; à gauche, cra- 
quements lorsque le malade tousse; souffle caverneux. 

En arrière : percussion, submatité aux deux sommets; 
auscultation, râles dans la fosse sous-épineuse droite; rien à 
gauche, si ce n*est de la diminution du murmure vésiculaire. 

Appareil circulatoire. — Rien au cœur; rien aux autres 
appareils. Diarrhée intermittente persistant deux à trois 
jours; crachats assez nombreux, nummulaires, nageant dans 
un liquide clair et renfermant les bacilles de la tuberculose. 

9 juillet. — Quantité d'urine, i^**,600; urines troubles. 
Pas d'albumine. 

Examen dusangàjeun,le9juillet 1881) : glycémie 0p%066; 
capacité respiratoire, 14**'', 35; urée du sang, 0*^,029; eau du 
sang, 851,74; matières solides, 168, 2Ç. 

Date C0« exhalé CO* exhale par kilog. 

des analyses. en une heure, et par heure. 

pr. pr. 

18 août 4o 1,12 

•21 — 36 0,00 

\ 38,80 0,97 

22 — . . \ 

) 3*,o8 0,8.) 

_ ( 38,3o i\n 
( 3o,7 0,88 

24 _ ) 37,o 0,92 
j 3i,6 0,8:i 

9fi __ i 42,5 i,0o 
t 39,6 0,98 

,,-. ( 36,7 0,90 avant dt'j<*uner. 

t 34,4 0,83 après d»>jeuner, 

27 septembre, 39«,3. — Le 26 septembre, 40o,4. 



438 CH. E. QUINOUAUD. 

Remnrqup, —Chez ce malade, les analyses démontrent que 
Texhalation de CO* est augmentée d'une manière évidente. 

On peut s expliquer dans le cas précédent Taug- 
itientation du mouvement dénutritif par l'existence 
de la fièvre ; mais assez souvent, même à celte période, 
la fièvre n'existe pas, et néanmoins la quantité d'acide 
carbonique exhalé par kilogramme et par heure esl 
supérieure à la normale ; toutefois les nombres sont 
un peu moins élevés que dans les cas où la fièvre esl 
intense. 

Ainsi, dans l'observation II, nous notons comme mi- 
nimum 0^',6i et 0*',7l, et comme maximum 0'',86, 
0^',83 de CO^ exhalé par kilogramme et par heure , chif- 
fres supérieurs à la normale, et cependant la tempéra- 
ture rectale au momcntde laprise des gaz était de37**,2. 

Dans l'observation III, la température a oscillé au- 
tour de ^T^'i et Texhalation pulmonaire de CO* s'esl 
élevée à 0^,88 par kilogramme et par heure. Il existe 
cependant une différence que je liens à signaler ici, 
c'est que dans ces cas de dénutrition augmentée sans 
fièvre, on voit se produire une irrryularité remar- 
quable dans les quantités de CO- exhalé: ccrlain jour 
l'exhalation est de 0''',58, un autre jour 0^^62, 
puis 0"',81,0^',()o et 0"'^,88; en un mot les quantités 
présentent des maxima et des minima assez éloignés 
les uns des autres. Nous rapportons plusieurs obser- 
vations qui justifient les propositions précédenlcs. 

Obs. il — Tuberculose pulmonaire avec caverne au sommet droit. 
Pas de fièvre. Mesure des phénomènes chwwjues de la respi- 
ration; mesure de la glycémie^ de la capacité respiratoire et 
de Vurée. 

Pc..., Henri, âgé de 16 ans et demi, employé de bu- 
reau, entré le 14 septembre 1889, salle liichat, lit n^ 9. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 



439 



Antécédents héréditaires. — Père ayant eu une pleurésie 
et une fluxion de poitrine. 

Antécédents personnels, — Rougeole à 4 ans; pleurésie 
droite à 9 ans ayant produit une déformation thoracique; 
depuis lors a toujours toussé; jamais d'hémoptysies; il y 
a un an, ictère émotif : trois semaines malade; a maigri et 
perdu ses forces; sueurs nocturnes abondantes, surtout au 
cou et aux cuisses, perte d'appétit. 

Auscultation, — A droite en avant : souffle caverneux avec 
gargouillement sous la clavicule; à gauche : râles sons-cré- 
pitants à bulles moyennes; respiration exagérée, puérile 
dans le reste du poumon; à la base droite : quelques frotte- 
ments pleuraux; râles humides disséminés dans toute Té 
tendue; rien à la base gauche. 

Foie normal; rien au cœur. Mange deux portions, pas de 
troubles digestifs. Œdème périmalléolaire non douloureux; 
pas d*albumine dans les urines; le malade prenait environ 
150 grammes de viande par jour, des légumes à tous ses 
repas; depuis trois mois, en outre, mangeait de la poudre 
de viande; la veille de Texamen du sang il avait eu une 
hémoptysie. 

Po... sort de l'hôpital dans le courant de décembre 1889, 
pour rentrer dans sa famille. Quelques semaines après sur- 
vint de la fièvre (40*) ; la période terminale n'est pas éloignée. 

Examen du sangle 27 septembre 1889, T. R. 38°,8 : gly- 
cémie, 0*',082; capacité respiratoire, io^%32; urée, 0p%034. 

Date C0« exhaltS C0« exhalé par kil. 

des analyses, en une heure. et par heure. 



14 septembre. 


28,19 


pr. 

0,71 


16 


32,7 


0,83 


17 


33,9 


0,86 


18 — 


2:) 


0,0* 


29 


31,8 


0.81 


1" octobre. 







3 — 



32 



T. 37o,2. 

/ 2i sept. hém. 6,950000 
) 57o«c oxy^-ène absorbé. 
/ 4:i0« CO* exhalé. 
1 oOO'o oxygène absorbé. 
iSi'^-CO» exhalé. 



440 CH. E. QUINQUAUD. 

Obs. III. — Tubnrculose du sommet droit avec amaigrissement 
et cavernules, Ugei* mouvement fébrile; le soir 38**,2; le 
matin 37*, i. Mesure des phénomènes chimiques de la res- 
piration. 

Tit..., André, âgé de 43 ans, paveur, entre le 20 juil- 
let 1889, salle Bichat, lit n" 59. 

Antécédents héréditaires, — Père mort à 40 ans de tuber- 
culose pulmonaire. 

Antécédents personnels, — En janvier 1887, le maladeeut une 
bronchite; soigné trois mois à la Pitié, il ne toussait que très 
peu. Plus tard on le traite pour une fièvre typhoïde; depuis 
cette époque il a toujours toussé, craché, a eudeshémoptysies 
fréquentes; en 1887 il pesait 65 kilogrammes; deux grandes 
hémoptysies; le !25 juin, 200 grammes, et le 3 août 1889, un 
quart de litre. En 1888 ses forces diminuent, Tamaigrisse- 
ment fait de rapides progrès. Le malade travaillait huit 
jours et était obligé de se reposer quinze jours. Enfin le 
30 novembre 1888, il entre à Saint-Louis. On examine le 
sang le 1" décembre; il sort de Thôpital le 3 juillet 1889 et 
rentre le 20 du môme mois. 

État acturL — Percussion : diminution de la sonorité 
sous la clavicule droite, et en arrière dans les fosses sus- 
épineuses; sonorité à peu près normale à droite au som- 
met. Auscultation : à droite et en arrière, au sommet, on 
entend du souflle et des rûles sous -crépitants à bulles 
moyennes, résonance de la toux; à gauche, en avant et en 
arrière, quelques râles muqueux disséminés, pas de souffle; 
rien aux bases; rien aux plèvres. 

Se lève, mais est faible; il reste au lit la plus grande partie 
de la journée; laryngite, enrouement dès le début de sa 
maladie; pendant son séjour à Thôpital, anorexie; a beau- 
coup maigri, doigts spatules; se nourrissait bien chez lui, 
viande tous les jours, 200 grammes environ; a eu le ténia. 
Pas de symptômes d'éthylisme, mange deux portions; 
sueurs, pas de diarrhée; éprouve quelques douleurs thora- 
ciques peu vives. 

7 septembre, — Mange deux portions, 240 grammes de 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 441 

pain; pas de diarrhée. Jamais de sueurs; voix voilée depuis 
sa bronchite. 

8 octobre, — On entend des craquements, du souffle en 
arrière et au sommet droit. Présente des bacilles de Koch 
dans les crachats. 



Tcrap»^ rature. 



Date 




CO* exhalé 


«les analyses. 


par 


kil. et par heure. 


7 septembre 




0,41 






0,37 


8 




0.60 


— 




0,52 


9 — 




0.77 
0,8 1 


10 




0,68 


— 




0,6o 


li — 




0,72 






0,72 


12 




0,58 


26 — 




0,60 


4 octobre. 


' 


72'>cc oxygène absorbé. 
600'^'' CO^ exhalé. 


6 




il2*"'^,.'j oxygène absorbé. 
360'« CO* exhalé. 



370,2 



Cette suractivité de la dénulrilion chez les phtisi- 
ques n'est pas toujours aussi intense que nous l'avons 
trouvée dans les observations précédentes. Parfois, en 
effet, la quantité d'acide carbonique exhalée est à 
peine supérieure à la normale physiologique, parfois 
elle ne dépasse pas cette dernière, alors même que 
la fièvre existe. Ainsi dans l'observation IV, la 
quantité de CO* exhalé a varié de 0^S68 à 0^^o8, 
alors que la température rectale était à 39", 4 et à 
38**, 7. Tous ces faits sont en accord complet avec la 
clinique, qui nous montre un état général très satis- 
faisant avec des lésions avancées de Torgane de 
rtiématose. 



442 CH. £. QUINOUAUD. 

La démonstration de ce qui précède nous est four- 
nie par les analyses suivantes : 

Obs. IV. — Tube^xulose pulmonaire. Caverne nu sommet droit, 
— Infiltration tuberculeuse à gauche. Mesure des phénomènes 
chimiques de la respiration. 

Le Pér..., Louis, âgé do 35 ans, entré le 5 septembre 1889, 
salle Bichat, lit n" 5. 

Les antécédents héréditaires ne nous apprennent rien. 

Cet homme est à Paris depuis 10 ans. Au mois de jan- 
vier 1888, il travaille pendant 15 jours en passant alter- 
nativement d'un endroit très chaud dans un endroit très 
froid. A un moment, il fut pris d'une angine pour laquelle 
il fut traité à Tenon pendant quinze jours. 

On ne constata rien, dit-il, du cùté des poumons. 

En sortant de Thôpital, un mois de privations. A partir de 
ce moment, Le Pér... toussait, crachait, et quelquefois ses 
crachats étaient striés de petits filets sanguins. Tous ces 
symptômes s'aggravèrent beaucoup depuis le mois de juillet. 
En môme temps survinrent de l'amaigrissement, de la perte 
des forces, des sueurs nocturnes très abondantes et de 
Tanorexie. 

Rlnfln depuis quinze jours le malade a dû cesser son tra- 
vail. 

Poumons. — A droite et en arrière, souffles caverneux et 
ràlos muqueux au niveau de l'angle interne de romoplale;à 
gauche et en arrière, submatilé. Râles sous-crépitants à bulles 
moyennes. En avant, des deux côtés, respiration soufflante, 
expiration prolongée;quelquescraquements,surtout à droite, 
submatilé. Retentissement exagéré de la toux et de la voix. 

Cœur normal; rien aux bases pulmonaires ni aux plèvres. 
Sauf les privations qu'il eut à supporter pendant un mois 
en sortant de Tenon, le malade prenait comme aliments 
400 grammes de viande par jour environ et beaucoup de 
légumes. Il buvait "i litres de vin par jour et, de plus, 
beaucoup d'absinthe. On trouve d'ailleurs des symptômes 
très nets d'éthylisme, tremblement, rêves et cauchemars. 

Depuis deux mois, anorexie, quelques vomissements à la 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 443 

suite do quintes de toux ; maoge actuellement deux portions ; 
sueurs, surtout à la tête ; pas de diarrhée, les forces ont 
considérablement diminué. 
Bacilles de Koch dans les crachats. 



Dato 


C0« exhalé 




C0« exhalé 


Température. 


dos analyses. 


par heure. 


par 


kil. et par heure. 




pr. 




«'• 




30 août . . . 


37,7 




0,68 




!•' septembre. 


37,2 




0,67 




2 








39S4 et 38S7 


3 


3i,9 




0,j8 




4 — 


36 




0,65 


hématies 4,950000 


5 — 


32,4 




0,58 





Toutes ces analyses démontrent ce qui suit : 

V Dans le cours delà phtisie pulmonaire, Texhala- 
lion de CO* par kilogramme et par heure est augmen- 
tée à la troisième période, alors même que la fièvre 
n'existe pas, fait important au point de vue de la 
physiologie générale. 

2" Plus rarement, avec la fièvre septique, on con- 
state une exhalation pulmonaire de CO- égale ou à 
peine supérieure à la normale. 

3** La quantité d'oxygène absorbé, même avec une 
température de 37'*,5, est le plus souvent supérieure 
h ce que Ton observe à l'état physiologique. 

4** L'analyse des phénomènes chimiques de la respi- 
ration permet au médecin de suivre avec exactitude 
l'état de la nutrition, de préciser la durée de la mala- 
die. Tant que le phtisique n'exhale que 0*',65 de CO- 
par kilogramme et par heure, le danger n'est pas 
pressant; mais lorsque l'exhalation s'élève à 0^,80 le 
pronostic s'aggrave ; si ce chiffre est dépassé d'une 
manière régulière, l'existence est menacée dans l'es- 
pace de quelques mois. 

TUBERCULOSE. — II. 29 



444 CH. E. QUINQUAUD. 

II. De la capacité respiratoire "du sang des tuber- 
culeux • 

Avant notre premier travail, publié dans les Comptes 
rendus de rAcadémie des sciences en 1873, on ne 
connaissait pas celte capacité; nous avons montré 
qu'elle était diminuée faiblement dans les premières 
phases de TafTeotion et plus abaissée dans les seconde 
et troisième périodes de la maladie. Nos chiffres étaient 
18 centimètres cubes p. 100 au second degré, et 14, 
13 et 10 centimètres cubes p. 100 au troisième degré 
avec quelques maxima à 16, 19 et 20 centimètres cubes 
(le sang avait été recueilli sur le vivant). 

En 1878, notre savant collègue M. P. Regnard (1) 
rapporte deux analyses, faites avec la pompe à mer- 
cure, et qui ont donné 17'%5 dans un cas de phtisie 
au second degré et 6", 4 dans un cas de tuberculose 
au troisième degré (le sang avait été recueilli après 
la mort). 

M. Hénocque a noté sur 8 malades atteints de tu- 
berculose à diverses périodes, les quantités d'hémoglo- 
bine. 11 a trouvé sur deux malades au premier degré 
12 centimètres cubes; sur un malade au deuxième 
degré, 10 centimètres cubes; sur cinq malades au 
troisième degré : i% 0,3; — 2% 8,5; — 3% à diverses 
époques : 7,5; 8,8; 5,9; — 4% à diverses époques : 
7,8; 8,5; — 5^ à 110 jours d'intervalle, 6,5; 7 (2). 

Nous avons repris cette élude et, afin de bien pré- 
ciser les lois des modifications du pouvoir absorbant 

(1) p. Rbonard, Rec fi. expérimentales sur les combustions respiraloii'eSf 
p. 114. 

(2) Hbnocque, Art. Hémoglobine, Dict, encycL des «c. méd,^ p. 267. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 445 

à l'état pathologique, nous avons déterminé, avec 
beaucoup de soin, la capacité respiratoire à Tétat 
physiologique. 

Chez les hommes en bonne santé, chez les ouvriers 
de nos villes, nous pouvons dire que la capacité res- 
piratoire oscille entre 20 et 24 centimètres cubes par 
100 centimètres cubes de sang; c'est-à-dire que 
100 centimètres cubes de sang agités à Tair ou avec 
l'oxygène donnent 20 à 24 centimètres cubes d'oxy- 
gène à 0"* età 760; on rencontre même 19 et 18 cen- 
timètres cubes chez des hommes qui n'accusent rien 
de pathologique. 

Voyons maintenant ce qui se passe chez les tuber- 
culeux arrivés à la troisième période avec caverne, 
état cachectique, amaigrissement, fièvre hectique, etc. 
Nous avons trouvé la loi suivante : 

Au troisième degré de la tuberculose pulmonaire, 
la capacité respiratoire s'abaisse à H centimètres cubes 
p. 100, ou 140 pour iOOO^ c'est-à-dire que 100 centi- 
mètres cubes de liquide sanguin agités à fair ou avec 
Voxygène n'absorbent plus que 14 centimètres cubes 
d'oxygène à 0** et à 760, au lieu de 20 à 22, chiffre 
normal. Ce chiffre de 14 centimètres cubes n'est pas 
absolu ; on rencontre quelques dixièmes de centimètre 
cube en plus ou quelques dixièmes en moins ; les 
maxima et les minima sont très rapprochés les uns 
des autres. 

Si nous traduisons ces nombres en hémoglobine, 
nous aurons 7'',36 p. 100 ou 73,6 p. 1 000, au lieu de 
10^, 5 p. 100 ou lOo*^ p. 1 000. En effet, mes dernières 
recherches sur la capacité respiratoire de l'hémoglo- 
bine font voir qu'un gramme d'hématocristalline 
absorbe 1",9 d'oxygène à O'^et à 760. Voici quelques 



446 CH. E. QUINQUAUO. 

observations qui démontrent la réalité de cette règle 
générale : 

Obs. V. — Tuberculose pulmonaire du sommet gauche. Caverne 
assez étendue avec un souffle amphorique, lésion cantonnée au 
sommet y les autres régions pulmonaires peu atteintes^ pas df* 
fièv7*e. Mesure de la glycémie et de la capacité respiratoire. 

Mal..., Félix, 17 ans, entré le 23 décembre 1888, salle 
Bichat, lit n*» 9. 

Ce jeune homme est né pendant le siège de Paris, en 1870; 
ses parents ont une bonne santé. Il est difficile d'obtenir 
des renseignements précis, vu son intelligence tout h fait 
obtuse. Il se plaint de maiix de tôte et a maigri depuis peu 
de temps. Il tousse modérément, crache h peine, mais dans 
son expectoration on décèle des bacilles de Koch. 

Douleurs k la base de la poitrine, vers la région de répi> 
gastre ; pas de diarrhée ni de sueurs. Ces jours derniers il 
pouvait encore l'aire des courses assez éloignées. Sa diges- 
tion et son appétit sont conservés; n'a jamais eu d*bémo- 
ptysics; — T. H. 37*», 4 le soir. 

La percussion dénote un bruit de pot fôlé h gauche sous 
la clavicule, et, à ce niveau, on entend des craquements socs, 
dos râles muqucux à grosses bulles. En arrière, dans les 
fosses sus et sous-épinouses, matité coïncidant avec une 
respiration soufflante à timbre amphorique, avec craque* 
mcnts nombreux, surtout pendant la toux, et retentissement 
exagéré de la voix. Dans les deux tiers inférieurs et pos- 
térieurs de la poitrine, sonorité normale. En arrière et à 
droite, sonorité normale dans toute l'étendue du poumon ; 
expiration prolongée vers la racine des bronches et respira- 
tion supplémentaire, en arrière et à droite. En avant et à 
droite, légère submatité sous la clavicule, diminution du 
murmure respiratoire et quelques râles humides. 

20 janvier 1889. — Sous l'influence du repos, d'une ali- 
mentation réparatrice, son état général s'améliore, ses forces 
reviennent, bien que les signes locaux restent absolument 
les mômes. — Analyses du sang le 24 décembre, à jeun; gly- 
cémie = 0«^025 p. 100. Capacité respiratoire = U",7 p. 100. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 441 

Remarques. — Dans ce cas la diminution de la glycose du 
sang coïncide avec une grande caverne ; la capacité respira- 
toire du sang est également faible, bien que l'alimentation 
soit encore bonne et qu'il n'y ait aucune perte par les 
émonctoires : pas de diarrhée, expectoration minime, pas de 
sueurs. 

Obs. VI . — Tuberculose du sommet gauche avec cavernules; 
digestion lente. Mesure de la glycémie et de la capacité respi- 
ratoire. 

X... âgé de 38 ans, scieur de bois, entre le 15 décem- 
bre 1888, salle Bichat, lit n<* 6!2. 

Atteint d'une bronchite chronique depuis sept ans avec 
enrouement datant de trois ou quatre mois, il est resté 
longtemps sans maigrir; mais depuis quelque temps son 
poids diminue; il aurait vomi du sang en 1881, ce vomisse- 
ment se serait renouvelé en 1884 (un demi-verre). Il avoue 
des excès de boisson. 

Sa femme est morte, selon toute probabilité, d'une affeC' 
tfon tuberculeuse pulmonaire, car elle a eu des hémoptysics. 
C*est elle qui a commencé à tousser. 

État actuel : Amaigrissement notable généralisé; doigts 
spatules. Fracture de jambe avec plaies ayant laissé des 
cicatrices. Déglutition difficile; le malade a de 1 appétit, 
mais la digestion est lente; pas de diarrhée; sa toux Tem- 
pèche de dormir ; expectoration nummulaire avec bacilles 
de Koch. 

Percussion : submatité sous-claviculaire à gauche. 

A l'auscultation, on entend à ce niveau des râles sous- 
crépitants assez fins; respiration soufflante; craquements 
pendant la toux sous la clavicule droite. — Respiration 
saccadée typique avec respiration sèche. 

Dans la fosse sous-épineuse, râles muqueux à grosses 
bulles, respiration soufflante. 

A droite, expiration prolongée. 

Dans le reste de retendue du poumon gauche, quelques 
râles sous-crépitants. 

Examen du sang à jeun : Glycémie = 08^,055 p. 100, ca- 
pacité respiratoire = 14". 



us CH. £. QUINQUAUO. 

Obs. VII. — Tubei'culose pulmonaire. Caverne du sommet 
gauche; expectoration abondante^ pas de diarrhée^ digestion 
fente, inappétence. Mesure de la glycémie, de la capacité r«- 
piratoire et de Vurée du sang. 

Dro... Théodore, âgé de 48 ans, monteur en fer, entre le 
27 février 1889, salle Bichat, lit nMl. 

Pas d*antécédents héréditaires de tuberculose. 

N*a pas eu de privations. Il mangeait 300 grammes de 
viande par jour, ne buvait qu'un demi-litre de vin. Il a bu 
beaucoup de café noir, mais il s*en prive depuis dix huit 
mois. 

Pleurésie il y a sept ans. Il tousse depuis longtemps, mais 
surtout depuis cinq ans. L'expectoration est abondante, avec 
bacilles spécifiques, et de temps à autres il crache du sang. 

Hémoptysie violente, en 1888 ; le malade a maigri, surtout 
depuis quatre ans, époque à laquelle ses forces ont diminué à 
tel point qu'il a été dans Timpossibilité de travailler. De temps 
à autre, il vomit à la suite de quintes de toux. L*appétit est 
perdu, la digestion lente et s'accompagne d'une sensation 
de pesanteur ; pas de diarrhée. Température le soir, 39 degrés. 

A l'auscultation, respiration humée avec diminution no- 
table du murmure respiratoire à droite, où la respiration est 
surtout sifflante. Kn avant et à gauche^ on entend des râles 
et un souffle caverneux; en arrière, du même côté, des 
gargouillements. 

A la percussion, on perçoit une matité très accentuée en 
avant et en arrière à gauche, dans les régions sous-clavicu- 
laire, sus et sous-épineuses. 

Analyse du sang le matin, à jeun : glycémie, 0»',054 p. 100; 
— capacité respiratoire, 14«%8 p. 100; — Urée, O^'jOSS p. 100. 

Dans le cas où il n'existe qu'une infiltration en mas- 
se, principalement chez les scrofule-tuberculeux, la 
capacité respiratoire reste pendant longtemps à un 
taux élevé, surtout si les malades sont placés dans 
de bonnes conditions hygiéniques. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 449 

Cette capacité reste au voisinage de 18 centimètres 
cubes p. 400, ou 480 p. 1 000. En dosant l'hémoglo- 
bine, on trouve 9^,4 p. 100 ou 94 p. 1 000. 

Il existait dans nos salles d'hôpital, au mois d'août 
4888, un malade qui présentait un type du fait que 
nous venons d'énoncer; voici son observation en quel- 
ques mots : 

Obs. VIII. — Scrofulo-tubet'culose des ganglions du cou. Tuber^ 
culose du sommet droit avec infiltration. Cavernes. Mesure 
de la glycémie et de la capacité respiratoire du sang. 

Van... Charles, âgé de 30 ans, employé au chemin de fer, 
entré le Si août 1888. 

Depuis cinq mois, il est atteint d'une scrorulo-tuberculose 
des ganglions du cou, qui se sont abcédés et suppurent 
encore. 

Pas de diarrhée, pas de sueurs. Le malade est pâle, a 
perdu ses forces en même temps qu*il a maigri dans de fai- 
bles proportions. Le volume des muscles est encore assez 
bien conservé; bon appétit, pas de gourme dans l'enfance. 
Tousse modérément et expectore quelques rares crachats 
avec bacilles de la tuberculose. 

A Tauscultation, on entend en arrière, dans le tiers supé- 
rieur de la poitrine, à droite, des craquements secs coïnci- 
dant avec de la matité, tandis qu'en avant on ne constate 
qu'une diminution du murmure respiratoire avec quelques 
rlles pendant la toux. 

Capacité respiratoire, iS^'SS p. 100 ou 185 p. 1000, ou 
96 grammes d'hémoglobine par litre. 

Le tableau suivant montre bien les principales 
variations de la capacité respiratoire, à la troisième 
période de la maladie et môme à la seconde phase, 
alors que les cavernes ne sont pas encore formées. 



450 



eu. E. QUINQUAUD. 



Dato do l'oxamon 
du tmng. 



27 aoûl 1888. . . 



io décembre 1888 
24 — 



Naturo don 
l<^siont tuhercnloutoK. 



Capacité rcHpiratoire. 

Vol. d'oxygèno ab«orb<t 

par 100 ce. de sang. 



27 février 1889. . . 

28 — 



4 décembre 1889. . 



Janvier 1890. . . . 



Inflllration tubercul. 

scrofulo - tuberculose 

ganglionnaire. 
Petites cavernes du 

sommet. 
Grande caverne. 
Caverne. 
Petites cavernes. 
Infiltration en masse 

(lu sommet. 

Caverne. 

Infiltration tubercul. 
Petites cavernes. 
Infiltration ^tubercul. 
Caverne. 
Infiltration de petite 

étendue au début. 
Infiltration, hémoptysie. 
Caverne. 
Caverne, emphysème. 



18,3 

14,1 

14.7 
13,3 
14,3 

14,8 
14,4 
13.5 
14,6 
13,2 

21 

15,8 
12,6 
15,9 



Sur ce tableau on voit qu'à la troisième période 
la capacité respiratoire descendà 15", 8 p. 100 ; à 1 i"7: 
à 14",!; à ir,3; à ir,4;puisà i3^%5; à 13*%3 et 
même à 12",6. A la période d'infiltration sans ca- 
vernes, la lésion hématique est moins accentuée; on 
voit que la capacité s'abaisse à 15", 8 et h 15", 5. Ces 
analyses multipliées viennent établir avec une grande 
précision la loi générale que nous avons énoncée au 
début de ce chapitre. 

Les chiffres ont été obtenus a Taide du sang de 
ventouses scarifiées, quelques-uns avec du sang pris 
dans la veine chez des malades ayant présenté 
accidentellement des phénomènes congestifs intenses. 

Les lésions tuberculeuses altèrent donc considé- 



LA NUTRinOIf DES TUBERCULEUX. 4ol 

rablement les liquides nourriciers, puisqu'elles 
détruisent rhémoglobine et diminuent par cela même 
l'oxygène, l'agent indispensable des phénomènes 
nutritifs. Nos analyses démontrent que la lésion 
hématique va en augmentant à mesure que la maladie 
s'aggrave; l'évaluation précise de la capacité respi- 
ratoire peut donc servir pour indiquer à quel degré 
la nutrition, et partant la vie, est atteinte. En un mot, 
au lieu de baser le pronostic sur des données vagues, 
on peut préciser l'avenir d'un tuberculeux lorsqu'on 
connaît exactement la capacité respiratoire du milieu 
intérieur. 

Le tableau suivant montre les quantités d'hémo- 
globine correspondantes. 



Date do Toxaineii 


Nature des 


Qoantiuî d'hémoglobio 


du sang. 


lésions tuberculeuses. 


pour 1 000 gr. de nang. 


n août 1888. 


Infillr. tuberculeuse. 


94 


15 décembre 1888. 


Petites cavernes. 


73,6 


Î4 — 


Grande caverne. 






Caverne. 


09 


— 


Petites cavernes. 


73,8 


— 


Infiltration. 


79 


n février 1889. 


Caverne. 


éD,0 


ÎB — 


Infiltration. 


74 




Petites cavernes. 


71 


— 


Infiltrations. 


74,5 


i décembre 1889. 


Caverne. 


69 


— 


Infiltrations. 


109 


— 


Infiltr., hémoptysie. 


83 


— 


Caverne. 


0;> 


anvier 1 890. 


Caverne, emphysème. 


83 



Les analyses précédentes démontrent les faits sui- 
vants : 
l"" Au troisième degré de phtisie pulmonaire, la 



452 en. E. QIIINQUAUD. 

capacité respiratoire descend aux environs de 14 ce. 
pour 100 gr. de sang. 

2"" Au second degré, avec infiltration en masse^ la 
capacité respiratoire peut s'abaisser à 16 ce, 15'% 5; 
mais souvent cette capacité reste aux environs de 
18 ce. ; au début de ces lésions on peut trouver 21 ce, 
c'est-à-dire un chiffre voisin de l'état normal. Ces nou- 
veaux dosages sont en accord parfait avec ceux que 
j'avais publiés en 1873, à l'Académie des sciences. 

La capacité respiratoire peut servir à mesurer la 
résistance de l'organisme des tuberculeux; sa dimi- 
nution progressive indiquera déchéance graduelle de 
la nutrition intime; sa connaissance précise permet 
d'établir un pronostic scientifique d'une grande 
exactitude. 

III. — Sur ijl quantité de glycose 

RENFERMÉE DANS LE SANG DES TUBERCULEUX 

A Theure actuelle, on ignore ce point spécial de 
l'histoire de la tuberculose; il est bien entendu que 
j'exclus de cette étude les tuberculoses ayant un 
rapport direct avec le diabète, pour m'occuper 
simplement des tuberculeux non diabétiques. 

Vers l'époque de la théorie florissante de Reynoso, 
on examina les urines des tuberculeux, et l'on 
s'aperçut qu'elles réduisaient parfois la liqueur cupro- 
potussique ; la conclusion s'imposait, il fallait admettre 
l'existence d'une glycosurie par gêne respiratoire; 
mais on sait que les urines à Tétat physiologique 
renferment des substances réductrices multiples, qui, 
de nouveau, ont fait émettre des réserves sur l'exis- 
tence de la glycosurie des tuberculeux, et parlant sur 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 453. 

l'augmentation du sucre dans le sang de ces mêmes 
malades; d'ailleurs le dosage direct de la glycose 
dans leur sang n'avait pas été fait. 

J'ai donc essayé d'étudier cette question de la 
glycémie chez les phtisiques, de manière à fournir 
des données positives et indiscutables sur ce point 
particulier. Le sang obtenu le plus souvent à l'aide 
d'une ou de deux ventouses scarifiées est immédia- 
tement mélangé avec 20 à 25 ce. d'une solution d'acide 
tartrique au millième, puis porté à lOO*"; on filtre; le 
tourteau est repris trois fois par l'eau chaude; les 
divers liquides filtrés sont réunis et soumis à l'éva- 
poration au bain-marie; on peut aussi mélanger le 
sang à l'alcool, filtrer, réunir le tout et faire évaporer; 
le résidu est repris par un peu d'eau distillée, introduit 
dans le vide avec 1 gr. de levure, pendant une demi- 
heure à 40"; on recueille l'acide carbonique, on 
mesure son volume par les procédés ordinaires ; on 
fait une normale à l'aide du liquide filtré, dans lequel 
tout le sucre est détruit, en y mélangeant l gr. de 
levure, en l'abandonnant de nouveau dans le vide à 
une température de iO'*; on retranche ce second 
volume d'acide carbonique produit du premier, et l'on 
obtient une différence, qui correspond au sucre détruit 
contenu dans un poids déterminé de sang. Comme 
on le voit, c'est le procédé que nous avons décrit, 
Gréhant et moi, dans notre travail sur la levure, 
procédé que j'ai modifié pour l'adapter à mon 
sujet. 

Pour arriver à une solution nette du problème posé, 
il fallait résoudre une question : Quelle est la quantité 
de glycose renfermée dans le sang à l'état normal, 
à jeun? (L'alimentation, le travail digestif introduisent 



454 



CH. E. gUlNQUAUD. 



des éléments perturbateurs, qui rendent la compa- 
raison plus difficile.) 
Voici des analyses qui répondent à ce desideratum : 



Dûto 
do l'analyso 



15 juin 1889 
n — 1889 
i9 avril — 

29 — — 

30 — — 
40 juin — 
1! — — 
20 — — 
22 — — 

3 novembre 
20 — 
26 — 
i8 décembre 



Poids du Rucro 
contenu dans 100 gr. do sang. 

= O.OÔ.'i p. 100. 
0.054 
0,lii 
0,044 
0,043 
0,051 

0,05:; 

0,042 
0,002 
0,0G4 
0,112 
0,059 
0,027 



Sexe. 



masculin. 



féminin. 



A Tétat physiologique, la quantité de glycose du 
sang s'abaisse rarement au-dessous de 40 milligrammes 
pour 100 ^r. de sang: voilà pour les minima; quant 
aux maxima, ils sont beaucoup plus variables; en 
géfîéral les nombres oscillent entre 40 et 65; plus 
rarement on voit les chiffres de 111 à 112 milligr. 

Avec ces données nouvelles, nous pouvons étudier 
les variations de la glycose dans le sang des tuber- 
culeux; les malades que nous avons choisis étaient 
tous phtisiques, leurs crachats renfermaient des 
bacilles de Koch; de plus, ils présentaient tous les 
signes d'une tuberculose, le plus souvent à la troi- 
sième période; les organes de plusieurs ont pu être 
examinés directement, les malades avant succombé. 
Dans les premier et second degrés , la quantité de 
glycose est normale ou est un peu augmentée. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 455 



Variations de la glycose du sang 
À la troisième période de la phtisie pulmonaire. 

Nos dosages permettent d'établir la loi suivante : 
Au troisième degré de la phtisie^ la glycose du sang 
est souvent normale, c'est-à-dire que 100 gr. de sang 
renferment un chiffre de glycose compris en moyenne 
entre 0«%040 et 0^,065. 

Il est intéressant, au point de vue de la physiologie 
pathologique, de voir toutes les fonctions diminuer 
d'activité, s'atténuer, tandis que la glycémie offre 
une résistance remarquable à la destruction, malgré 
les lésions de Torgane hépatique. 

Il est nécessaire d'établir ce fait par des preuves 
directes, tirées d'observations dans lesquelles la 
tuberculose a été nettement établie. Citons les 
exemples suivants: 

Obs. IX. — Tubef*culose pulmonaire. Caverne au sommet 
gauche. Mesure de la glycémie^ de la capacité respiratoire et 
de furée du sang. 

M. X... entre à la salle Bichat au mois de novembre 1888 
pour une phtisie pulmonaire arrivée à la troisième période. 
Son affection a débuté il y a un an, par une bronchite 
qui s*est aggravée au mois de juillet, époque à laquelle sur- 
vinrent de la diarrhée et une légère hémoptysie. 

Actuellement, on constate sous la clavicule gauche de la 
matité, un souffle caverneux et du gargouillement. 

£n arrière, au niveau des fosses sus et sous-épineuses, 
existent de la matité, des râles muqueux à grosses bulles, 
et du souffle caverneux; quelques râles sous-crépitants 
disséminés dans le reste de Tétendue du poumon. 

Le sommet droit est lésé : on y perçoit de la submatité 
sous-claviculaire, coïncidant avec une diminution du mur- 



456 CH. E. QUINQUAUD. 

mure respiratoire et quelques râles sous-crépitants à bulles 
moyennes ; les deux tiers inférieurs des poumons sont no^ 
maux. 

Le malade est très amaigri^ cachectique, rexpectoratioo 
est abondante; Texamen histologique y démontre la pré- 
sence de bacilles de Koch; les sueurs sont abondantes, néan- 
moins la température ne dépasse pas 38 degrés le soir, 
37'J le matin. 

Examen du sang le 16 novembre 1888 : glycémie, 0^^,046; 
capacité respiratoire, 12**,6; — Urée du sang, CjOiôp. 100. 

Obs. X. — Tuberculose pulmonaire. Induration au sommet 
d7*oit, Diarî'héen répétition; plusieurs hémoptysies; amaigris" 
sèment. Mange deux portions. Mesure de la glycémie. 

Ail..., Georges, 25 ans, peintre en bâtiments, entre le 
26 novembre 1888, salle Bichat, lit n"" 43. 

Cet homme est malade depuis dix-huit mois, on ne con- 
state pas chez lui d'amaigrissement considérable. 

Crachats spumeux ; il a eu deux ou trois hémoptysies, la 
dernière d'un dcmi-vcrrc de sang, huit jours avant son en- 
trée; à la suite, il a expectoré quelques crachats sanglants. 

Légère déformation rachitique du thorax; il a maigri de 
10 livres depuis un mois. 

Il est resté près de deux mois à Thôpital Saint-Antoine 
pour tuberculose pulmonaire à gauche ; il en est sorti tous- 
sant encore. 

Il a eu deux fois des coliques de plomb. 

Percussion : sonorité à peu près normale sur la clavicule 
gauche; submatité à droite sous la clavicule. Auscultation : 
sous la clavicule gauche, pas de râles; expiration prolongée. 
Sous la clavicule droite, diminution du murmure respira- 
toire, rùles sous-crépitants assez nombreux. Respiration 
soufflante. Bases de la poitrine sonores des deux côtes. 

Dans la fosse sus-épineuse gauche, quelques râles sous- 
crépitants. Dans le reste de l'étendue de la poitrine, en ar- 
rière et à gauche, respiration à peu près normale. Souffle 
en arrière et à droite vers l'épine de l'omoplate. Peu de 
râles dans le reste de la poitrine. Dans les fosses .sus et sous- 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 457 

épineuses droites, souffles assez intenses et râles sous-cré- 
pitants. 

Diarrhée fréquente; quelques crachats renferment des 
bacilles spécifiques. 

Analyse du sang : glycémie, 0«',048 p. 100. 

Obs. XL — Tuberculose pulmonaire. Petites cavernes au som- 
met gauche. Mesure de la glycémie. 

Fillo...; Isidore, rue Myrrha, 55, 42 ans, maçon, entre le 
26 novembre 1888, salle Bichat, n"" 10. 

Malade depuis 18 mois, a maigri de 14 livres en un an : son 
affection a commencé par un rhume ; a étéà ThôpitalTenon, 
puis à Yincennes. On lui a dit qu'il avait une bronchite et 
une pleurésie; a rejeté quelques crachats sanglants, jamais 
de sang pur. 

Actuellement, il a des sueurs la nuit avec une température 
de 38^,4; les sueurs sont généralisées ; a bon appétit; mais 
à la suite de quintes de toux il vomit ses aliments. 

De temps en temps, maux de tète. 

A beaucoup maigri. 

Percussion : Sonorité à peu près conservée en avant et à 
droite de la poitrine. Sous la clavicule droite, respiration 
supplémentaire. Sous la clavicule gauche, matité et craque- 
ments, souffle cavernuleux. Sonorité très nette dans les 
deux tiers de la poitrine en arrière et à gauche. 

Dans les fosses sus et sous-épineuses, en arrière, à gauche, 
râles sous-crépitants à bulles nombreuses. 

A gauche dans le tiers moyen, respiration sèche. Dans les 
fosses sus et sous-épineuses, en arrière et à droite, respira- 
tion supplémentaire. Pas de râles, expiration prolongée. 

En résumé, les signes physiques ont ime prédominance 
marquée en avant et en arrière au sommet gauche. 

Les vibrations thoraciques sont un peu diminuées au 
sommet gauche. 

Pas d'épanchement pleural. 

Crachats spumeux, aqueux, assez abondants. 

Doigts légèrement spatules. 

Analyse du sang : glycémie, 0^,058 p. 100. 



I 



Mais celte règle générale soulTre des exceptions 
que nous allons essayer de relier à la loi première; 
souvent en effet, à la troisième période de la phtisie, 
la glycose du sang est augmentée; pourquoi cette oppo- 
sition apparente avec la règle précédente? Le plus 
ordinairement, cette augmentation de la glycose daus 
le sang tient à des hémorrliagies, à des hémoptysies, 
parfois même légères. Quelques jours avant, pendant 
ou après ce symptôme, on constate l'existence d'une 
plus grande quantité de glycose dans le torrent 
circulatoire, alors même que le foie est lésé; le 
pouvoir réducteur des urines augmente à ce moment. 
et dans certains cas exceptionnels on constate une 
légère glycosurie. 

Il nous sera facile d'établir ces faits eu rapportaal 
les observations suivantes : 

Obs. XII. — Tuberculose du sommet gauche. Induration. Hémo- 
ptysiei abondantes la veille de l'examen du sang. Sueurs. Pat 
de fièvre. Meswe de la glycémie et de la capacité respiratoire. 

Div..., d'une coDslitiition faible, 16 ans, sellier, entré le 
■2S février I8«9, salle Bicliat, n" 60. 

Antécédents ln^réditaires : mère bien portante ; père mort 
d'une congestion cérébrale, — une sœur bien porlaole. 

Antécéiionts personnels ; Rougeole étant enfant- II y a 
un an, érysipèlo de la face. 

Ce malade a toujours toussé un peu, surtout l'hiver. 

Il y a quinze jours, le soir, le malade a eu une hémoptysie 
assez abondante, qui s'est renouvelée h peu pr^s tous les 
deux ou trois jours ; la veille de son entrée, il en eut une 
abondante; sueurs la nuit. 

Pâleur de la faco assez prononcée; un peu d'amaigrisse- 
ment depuis quinze jours. 

Percussion : En avant et à gauche, sous la clavicule, matilé 
assez prononcée; à droite, sonorité normale; en arrière, 
submutité ii gauche, sonorité normale adroite. 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 459 

Auscultation : En avant et à gauche, diminution du mur- 
mure vésiculaire; ni souffle ni râles; adroite, respiration 
saccadée. En arrière, respiration affaiblie à gauche; à droite 
existe un petit foyer de râles dans la fosse sous-épineuse. 

2 mars. Hémoptysie moins abondante que les nuits pré- 
cédentes. 

Pas de fièvre; température : 37«,6. 

Examen du sang à jeun : glycémie = 0«%i02 p. 100; ca- 
pacité respiratoire, 14'''', 4. 

Obs. XIII. — Tuberculose avec caverne au sommet gauche et 
cavernules à droite. Fièvre irréguUère, Hémoptysie de temps 
à autre. Mesure de la capacité respiratoire et de la glycémie. 

X..., 43 ans, garçon de café, entre en 1889àlasalle Bichat, 
n«9. 

Antécédents personnels : il y a un mois et demi, hémo- 
ptysie ayant duré huit jours; un tiers environ des crachats 
était constitué par du sang; déjà, avant cette époque, il 
avait eu des crachats sanglants. 

Ëtat actuel : les masses musculaires ont diminué de 
volume et les saillies osseuses sont très apparentes. La peau 
est pâle ; les conjonctives sont colorées. Il a beaucoup maigri, 
et habituellement il est couvert de sueurs abondantes ; in- 
somnie, manque d*appétit, il mange à peine deux portions. 

4 février. Aujourd'hui, les sueurs ont cessé ; il attribue 
cette modification à l'effet produit par le tannin. En général, 
les sueurs étaient localisées au front et à la poitrine. Pas de 
diarrhée. Pas de pesanteur pendant la digestion. 

Température axillaire : le 22 janvier, soir 37'»,5 ; le 23 : 37*,8 ; 
le 3 février : 37%6 ; le 4 : 38%2. 

Signes physiques : en avant à droite, submatité sus-cla- 
viculaire; à gauche, matité sus-claviculaire. 

Auscultation : à droite et à gauche, râles muqueux à gros- 
ses bulles. 

En arrière, matité sous-épineuse gauche, sonorité dans 
le tiers inférieur de la poitrine à gauche et à droite. 

Auscultation (tiers inférieur de la poitrine) : respiration 
sèche typique avec légère sibilance : râles muqueux à grosses 

TUBB&CUL08B. — II. 30 



460 eu. E. QUINQUAUD. 

bulles, gargouillement au niveau de Tépine de l'omoplate. 
Gargouillement dans la fosse sus-épineuse droite, rAles mu- 
queux à grosses bulles. 

Râles sous-crépitants et sibilants dans le reste de retendue; 
respiration emphysémateuse, souffle caverneux au niveau de 
Fépine de Tomoplate gauche. L'expectoration assez abon- 
dante se compose de crachats muco-puriformes déchiquetés 
nageant dans un liquide séreux ; ils renferment des bacilles 
de Koch. 

31 janvier. Examen du sang à jeun : température axiU 
laire 39S2; glycémie 0«M08 p. 100; capacité respiratoire, 
i5",9 p. 100. 

Enfin, dans une troisième série de tuberculeux 
à la dernière période, la quantité de glycose diminue 
dans le sang, et cette diminution coïncide avec la 
déchéance profonde de l'organisme; la glycose oscille 
alors entre 0»', 030 et 0»', 040 p. 100; enfin ce chiffre 
peut même descendre à 0'',025, puis à 0^,045 et à 
0^013. 

Ces données nouvelles sont importantes au point 
de vue du pronostic: tant que la glycose se tient 
au-dessus de 0*',025 p. 100, il y a encore possibilité 
d'une amélioration, mais lorsque la quantité de gly- 
cose s abaisse au-dessous de 0'',016 p. 100, la nutri- 
tion est tellement altérée, que la tuberculose ne subit 
aucune atténuation; elle tend plutôt à s'aggraver; 
lors même que le malade est placé dans d'excellentes 
conditions hygiéniques, Ton obtient à grand'peine 
un état stationnairc. 

Ainsi donc, Iph modifications de la glycémie peuvent 
servir à [mesurer l'état de la iiutrition intime dans le 
cours de la tuberculose, et à nous donner une appré- 
ciation exacte de la résistance de l'organisme. 

Le médecin qui pourra apprécier la quantité de 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 461 

glycose du sang d'un tuberculeux, pourra établir un 
pronostic plus exact, plus scientifique, que s'il ignore 
l'état glycémique du sang. 

La démonstration de ces faits va nous être donnée 
par les exemples suivants : 

Obs. XIV. — ruàef*culose pulmonaire. Caverne au sommet 
droit. Mesure de la capacité respiratoire et de la glyeose du 
sang, 

H. X..., atteint d^une phtisie pulmonaire au troisième 
degré, entre au mois d*août 1888 à la salle Bichat. 

La première atteinte de sa maladie remontait à dix-huit 
mois ; — au début, a toussé pendant trois mois, puis est surve- 
nue une rémission; enfin l'affection s*est aggravée peu à peu, 
et il y a deux mois il eut une hémoptysie assez abondante; 
à partir de cette époque, Tamaigrissement s'accentua. 

Actuellement la percussion dénote de la matité sous-cla- 
viculaire, sus et sous-épineuse, et Tauscultation de ces ré- 
gions fait entendre un souffle caverneux surtout en avant, 
souffle qui s'accompagne de gros râles muqueux. — Dans le 
reste de l'étendue du poumon, quelques râles sous-crépitants 
à bulles moyennes. — A gauche, on entend une respiration 
saccadée en avant etsoufflante en arrière dans la fosse sus- 
épineuse ; quelques râles secs pendant la toux ; crachats 
nummulaires, renfermant des bacilles de Koch. 

Sueurs locales irrégulières; pas de diarrhée. T. a. lesoir38«, 
le matin ZT*fi, — Ce malade succombe à la fin de Tannée. 

Examen du sang le 2S août 1888 : glycémie, O^'^OiS p. 100; 
capacité respiratoire, 15*'%8 p. 100. 

Obs. XV. — Tuberculose pulmonaire, — Cavernules au som- 
met droit, — Infiltration du sommet gauche. Mesure de la 
glycémie. 

Via..., Marie, 6, rue du Regard, ÎS ans, caissière, entre le 
13 novembre 1888, salle Lorry, n« 31. 

Antécédents héréditaires : grand-père du côté maternel 
mort à 30 ans, vraisemblablement d'une tuberculose pul- 



462 CH. £. QUINQUAUD. 

monaire. Père mort à 48 ans. Mère morte à 56 ans, paraly- 
sée. Un frère et une sœur morts à Tàge de 2 ans. 

Antécédents personnels : à six ans, fièvre typhoïde. Pre- 
mière apparition des règles à 15 ans; depuis cette époque, 
menstruation régulière jusqu'à Tan dernier. La malade 
a été élevée à la campagne et y est restée jusqu*en 1881. 
Sans avoir une brillante santé, elle n*y a jamais été malade 
au point de s'aliter. Cependant tous les hivers elle avait un 
gros rhume; elle a toujours été pAle, exsangue, maigre, sans 
force, d*un tempérament très nerveux, irritable. 

En 1881, elle arrive à Paris. Au mois de janvier 1882, 
angine d'une durée de deux mois. Pas de complications, pas 
de toux; à la suite, la voix a recouvré son timbre ordinaire. 

En février 1883, bronchite d'une durée de deux à trois 
mois; la malade guérit très bien, et reprit ses occupations 
ordinaires, la toux avait disparu. 

Pendant les hivers de 1884, 1885, 1886, rhumes n ayant 
nécessité qu'un repos de quelques jours. 

Le 13 janvier 1887, pendant une période menstruelle, brus- 
que cessation des règles, la malade commence à tousser. 
Le mois suivant, sans cause connue, hémorrhagie utérine 
qui dure une quinzaine de jours; à la suite, le médecin 
constate une ani^mic profonde. La malade depuis cette épo- 
que travaille d'une manière intermittente. 

Elle tousse et crache surtout vers le soir. Des troubles diges- 
tifs apparaissent, elle n*a pas d'appétit; parfois se produisent 
des vomissements spontanés; mais le plus souvent ils ont 
lieu au moment ou après des quintes de toux. Pas do diar- 
rhée. Palpitations fréquentes. Annmomentdonné on a môme 
prescrit de la digitale pour régulariser les bruits du cœur. 

La fièvre existe tous les jours, mais peu intense; l'accès 
fébrile survient vers le soir et se termine par des sueurs 
abondantes pendant la nuit. 

Du mois de juin au mois de décembre, la malade ne voit 
plus ses règles. Pendant quelque temps, elle paraît mieux 
aller et reprend ses occupations de novembre 1887 à jan- 
vier 1888. Mais à partir du mois de janvier elle recommence 
à tousser, les accès fébriles reparaissent; vers le mois de 
mai surviennent les premiers crachats sanguinolents. Trois 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 463 

hémoptysies assez abondantes les 18, 19, SO mai. Séjour de 
six semaines à Thôpital Saint-Louis au mois de juin; appli- 
cation de pointes de feu; à Tintérieur, pilules de tannin et 
d*iodoforme, vin créosote, etc. Amélioration notable. 

13 novembre 1888. État actuel : la malade ne semble pas 
avoir maigri depuis sa sortie de Thôpital. Son caractère est 
irritable, mélancolique, elle pleure très facilement. Après la 
moindre fatigue, faiblesse et essoufflement. Voix altérée, 
affaiblie, ongles bombés, doigts un peu difformes, en par- 
ticulier les annulaires. 

Tous les soirs apparaît la fièvre, qui ne dépasse pas 38^; 
pendant la nuit existent toujours des sueurs abondantes que 
î*on peut constater aussi pendant le jour à la suite d*une 
émotion, d'une contraiùété, etc. — Les extrémités sont froides. 

L'expectoration n'est pas très abondante, elle est mous- 
seuse et visqueuse; toux fréquente, surtout vers le soir. 

A la palpation et à Texamen de la poitrine, on ne constate 
aucune déformation notable de la cage thoracique. 

Ëtat actuel des poumons : percussion, sonorité dans les 
deux tiers inférieurs de la poitrine des deux côtés. — Dimi- 
nution de la sonorité au sommet gauche. Rien à droite : 
sous la clavicule gauche, sonorité normale; sous la clavicule 
droite, diminution de la sonorité. 

Auscultation ; à gauche : expiration prolongée, soufflante ; 
à droite : craquements, râles muqueux; au niveau des 
fosses sus et sous-épineuses gauches, à peine quelques 
râles. Dans le reste de la poitrine, en arrière et à gauche, 
respiration à peu près normale. Dans les fosses sus et 
sous-épineuses droites, craquements et soufQe. Au-dessous, 
diminution du murmure vésiculaire. 

La lésion principale existe donc en arrière et au sommet 
droit. 

La malade mange peu, « la valeur d'une côtelette par 
jour », un peu de bouillon. De temps à autre elle vomit. 
Pas de diarrhée. Les forces ont beaucoup diminué; avant 
son admission à Thôpital, il y avait cinq jours qu'elle ne s'était 
pas levée, elle ne peut se tenir sur les jambes. 

La température prise le soir n'a pas dépassé 37®, 8. 

Les crachats sont composés d*un liquide séreux dans 



464 CH. E. QUINQUAUD. 

lequel nagent des crachats puriformes, déchiquetés sur 
leurs bords, contenant des bacilles de Koch : quintai de toux 
assez fréquentes. 

Conjonctives un pou pâles. Muqueuse gingivale peu 
colorée. N*a jamais eu de pâles couleurs. A pris du fer 
depuis cinq ans, quatre mois par an environ. Mort au mois 
de février 1889. 

Analyse du sang: Glycémie, 0<^,03i p. 100. 

Obs. XVI. — Tuberculose à marche lente, peu fébrile. Induration 
du sommet gauche. Mesure de la glycémie. 

La nommée X... entre le 26 juin 1888 â la salle Lorry, 
lit n^ 13; porte depuis vingt-cinq ans un lupus érythéma- 
teux, ayant envahi une grande partie de la face. De plus 
elle' est atteinte d*unc bronchite chronique avec des accès 
dyspnéiques. 

L*auscultation dénote une diminution considérable du 
murmure respiratoire sous la clavicule gauche, des râles 
sous-crépitants pendant les efforts de la toux, et à ce niveau 
respiration soufflante ; la sonorité thoracique y est diminuée. 
Les vibrations restent normales. En arrière, du même côté, 
expiration prolongée, diminution de la sonorité dans la 
fosse sus-épineuse. Rien d'appréciable ni à droite ni à 
gauche dans le reste de la poitrine. Notons toutefois une 
expiration prolongée, rude, vers la racine des bronches 
à droite et à gaucho. 

L'expectoration consiste en 3 ou 4 crachats rejetés dans 
les vingt-quatre heures; on y trouve des bacilles de Koch. 

L*examen de la glycose du sang donne 0«',0i5 de glycose 
pour 100 grammes de sang. 

Cette femme succombe dans le courant de décembre 1888; 
elle s'est cachectisée de plus en plus, en môme temps que 
se montraient des phénomènes d'hecticité. 

Analyse du sang: glycémie, 0«%015 p. 100. 

Afin de pouvoir jeter un coup d'oeil d'ensemble 
sur les variations de la quantité de glycose du sang, 
j'ai disposé les résultats sous forme de tableau, dans 



IJL NUTRITION DES TUBERCULEUX. 



465 



lequel il est facile de voir les modifications de la 
glycose du sang. 



Dato 




Numëro 


Nature Quaotitë do f?lyco8e 


de rcxainen 




du 


dos lésions contcnno dans 


du sang. 


lit du malade. 


tuborculeusos. 100 


gr. de Rang. 


27 août 1888. 


î 


jalle Bichat 


Inflltr. tubercul. 


0,042 


15 déc. 1888. 


62- 


— 


Petites cavernes. 


0,055 




59 


— 




0,044 




2 


— 


Petites cavernes. 


0,066 


27 févr. 1889. 


11 




Cavernes. 


0,0o4 




57 


— 


Indur, des sommets. 


0,043 


26 nov. 1888. 


43 


— 


— — 


0,0U 


26 nov. 1888. 


10 


— 


Petites cavernes. 


0,058 




9 




Caverne. 


0,046 




9 


— 


Caverne. 


0,082 


28 déc. 1889. 


60 


— 


lud.tub., hémoptys. 


0,102 


Janvier 1890. 


9 




Caverne. 


0,108 


24 déc. 1888. 


9 




Grande caverne. 
Indur. tuberculeuse 


0,025 
0,038 




10 


— 


Petites cavernes. 


0,036 


4 déc. 1889. 


2 


— 




0,031 




31 salle Lorry. 




0,031 


- 




— Bichat. 


Induration. 


0,013 




13 


— Lorry. 


Induration. 


0,015 



D'après ces données, il est permis de dire que 
Texamen chimique de la quantité de glycose con- 
tenue dans le sang des tuberculeux peut permettre 
au médecin d'établir un pronostic exact. 

Cette appréciation de lavenir des tuberculeux est 
basée sur ce fait que la quantité de glycose du sang 
diminue seulement lorsque la nutrition est profon- 
dément troublée. Nos recherches démontrent le fait 
suivant : 

Si le chiffre de la glycose du sang descend au- 
dessous de 0^, 015 p. 100, le malade est condamné 
à une mort certaine dans un avenir prochain. 



466 CH. E. OUINQUAUD. 

IV. § 1*'. Variations de la quantité d^urée contenue 

D.VNS LE SANG DES TUBERCULEUX 

A la seconde et à la troisième période de la phtisie 
pulmonaire, Turée du sang varie de quantité; elle 
s'abaisse ou s'élève suivant des influences multiples. 

A Tétat physiologique, la quantité d'urée dans le 
sang, en l'évaluant par notre méthode de dosage, 
atteint chez l'homme le chiffre de 0"^', 016 à 0»', 020 
pour 100 grammes de sang. 

Dans la tuberculose, même à la troisième période, 
on peut rencontrer la proportion normale, mais ce 
n'est pas la règle. Souvent, en effet, surtout avec de 
la fièvre, l'urée du sang augmente de quantité, 
parfois môme elle atteint un chiffre double du chiffre 
normal; le fait se produit, alors même que la capa- 
cité respiratoire est faible. Ainsi, dans l'observation II, 
on trouve 0, 034 d'urée p. 100, c'est-à-dire le double 
du diiffre normal ; cet homme a une tuberculose pul- 
monaire avec caverne. Dans l'observation I, on noie 
0'^',029 d'urée p. 100; dans l'observation VII, l'urée 
s'élève, dans le sang, à 0*',035 p. 100. 

L'état fébrile nous paraît être la cause principale 
de cette augmentation de la quantité d'urée du sang. 

Dans une seconde catégorie de cas, rurée du sany 
diminue de quantité; on observe surtout cette dimi- 
nution chez les phtisiques cachectiques sans réaction 
fébrile, même à la troisième période. Ainsi, dans 
l'observation XVII, l'urée s'était abaissée à 0,0119; 
voici d'ailleurs l'histoire du malade : 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 467 

Ors. XVII. — Tuberculose pulmonaire avec induration et lésion 
cavemuleuse du sommet droit; pas de fièvre ^ pas d'hémo^ 
ptysie, sueurs peu abondantes. Infiltration du reste du poumon; 
pas de diatThée, — Mesure de la capacité respiratoire et de 
tarée du sang, 

Mén..., François, tourneur, âgé de 28 ans; — entre le 
19 janvier 1889, salle Bichat, nMl. 

'iS janvier \SS9. — Antécédents : père mort Tan dernier 
d'une affection aiguë du poumon. Mère morte à son retour 
d*âge, à la suite d'un rhumatisme articulaire. Une sœur 
morte à Tâge de 30 ans; une autre se porte bien. 

Il y a un an, le malade a reçu accidentellement un jet 
d'eau froide; depuis lors, il a toussé; chaque nuit, il 
mouillait jusqu'à 4 ou 5 chemises. L'appétit diminuait de 
plus en plus. — 5 semaines après le début de sa bronchite, 
il a consulté plusieurs médecins qui lui ont ordonné des 
sirops pour calmer la toux pénible. 

Continuation dutravail jusqu au 10 décembre. Il s'est alors 
mis au lit. Il se levait à peine depuis 10 jours quand, voyant 
que ses forces ne revenaient pas, il se décide à entrer 
à rhôpital le 19 janvier 1889. 

Actuellement, le malade n'a pas de sueurs pendant le jour ; 
la nuit, il en avait, mais, depuis quelques jours, à la suite 
du traitement qui a consisté en gouttes de Fowler, en extrait 
de quinquina, vin créosote et pilules de tannin, il ne trans- 
pire plus du tout. Expectoration faible: présence du bacille 
de Koch. Le malade n'a jamais craché de sang; la tempé- 
rature est normale. 

^9 janvier. — État actuel : Les forces ont diminué; il a 
maigri de 30 livres en un an. Sur la face dorsale du nez, on 
voit de petites concrétions noirâtres, et un enduit luisant 
séborrhéique; les cheveux ont toujours été très gras. Depuis 
un an, s'est développée une glande cervicale qui est au- 
jourd'hui de la grosseur d'une pomme d'api. Étant jeune, 
il a eu la gourme; pas de maux d'yeux, ni de gorge. Digère 
très bien, ne vomit jamais. Néanmoins 2 degrés lui suffisent. 

Se lève tous les jours 3 ou 4 heures seulement. Le côté 
droit est endolori. 



408 eu. K. QUINQUAUD. 

Submatitô à droite de la poitrine. A Tauscultalion, reten- 
tissement des bruits du cœur jusque sous la clavicule droite; 
— râles muqueux à grosses bulles dans la région sous-clavi- 
culaire droite. La lésion principale cavernuleuse existe à 
droite. Dans les fosses sus et sous-épineuses, respiration 
soufflante; dans les 2/3 de retendue du poumon, râles 
sous-crépitants à bulles moyennes. Dans la région sous- 
claviculaire gauche, respiration soufflante coïncidant a?ec 
de la submatité. En arriére existent des râles sous-crépi- 
tants assez fins. 

^{janvier 1 889 . — Mesure de la capacité respiratoire : 13**,5 
p. 100. — Urée du sang 0«%01I9 p. 100. 

î\ janvier 1889. — Urines 650** en 2i heures. Azote dégagé 
par i co., 9^yi. Urée par 24 h. 16*',51. Acide phosphorique 
par 2i h. 1«',96. 

23 janoiei\ — 700«« d'urine en 24 h. 

^ijanvief\ — 810*' d'urine en 24 h. 

26 janvier. — 1 litre d'urine dans les 24 h. Azote dégagé 
par 1 ce. — 5 ce. T. 16*, 8. — H. 771, 7. Urée par 24 heures, 
13*^% .S. Acide phosphorique par 24 heures l'',82. 

Une autre cause de rabaissement du chiffre de 
Turée du sang est la diarrhée. Ainsi dans Tobserva- 
lîon XVIII, sous Tinfluence de cette dernière cause, 
le chiffre de Turée était tombé à 0^,009 p. 100. 

Les détails cliniques suivants vont nous montrer 
les principaux symptômes que ce malade présentait. 

Obs. XVIII. — Tuberculose pulmonaire. Induration du sommet 
gauche. Diarrhée chronique. Pas de cavernes; pas de fièvre. 
Mesure de la capacité 7'espiratoire^ de la glycémie et de 
turée du sang, 

K... Guillaume, 30 ans, papetier, entre le 8 janvier 1889 
à la salle Bichat, n» 57. 

Î3janvief* 1889. — Antécédents: père mort en 1871 de la 
variole. Mère morte à 33 ans d'une maladie cérébrale. Dans 
son jeune âge, il a ou la rougeole. A 22 ans, refroidissement; 
à été soigné à la Pitié, où on lui a donné du vin créosote 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 469 

et de la tisane pectorale. Resté quatre semaines à la Pitié, 
puis sorti presque guéri. 

Avant son entrée à la Pitié, il était très maigre, mangeant 
peu; il avait repris des forces lors de sa sortie, aussi put-il 
travailler de nouveau, sans trop de fatigue ; mais Tannée 
dernière il fut repris d*une diarrhée rebelle qui l'obligea 
d'entrer à Necker, où il est resté quatre semaines. Il en est 
sorti incomplètement guéri, mais il ne toussait pas et 
n'était atteint que d'une diarrhée persistante. Depuis sa sor- 
tie de Necker, il ne se remettait pas, et vers le mois de no- 
vembre 1888 il fut repris d'une bronchite qui l'obligea d'en- 
trer à la salle Bichat. 

En ce moment, il tousse beaucoup jour et nuit. Expectora- 
tion abondante (crachats nummulaires). Il n'a craché que 
deux fois quelques filets de sang. Une fois ou deux par 
semaine, il a des sueurs peu abondantes qui le fatiguent 
beaucoup. 

Le malade a fait des excès d'alcool à l'âge de 20 ans. Il a 
des pituites, et cette nuit encore il a rendu de la bile. 

^9 janvier. — Il a maigri de 24 livres en six mois ; consti- 
tution faible, barbe et cheveux clairsemés. Forces très dimi- 
nuées. Diarrhée séreuse depuis deux ans. Pas de fièvre. — 
Température du soir : 37'*,4. Mange deux portions. 

A l'auscultation en avant et à gauche : craquements sous 
la clavicule. Respiration prolongée. Sous la clavicule droite : 
respiration soufflante. Quelques râles sous-crépitants. En 
arrière et à gauche : submatité. Quelques craquements dans 
les fortes respirations, près de l'épine de* l'omoplate. — Ex- 
piration très prolongée à droite. Matité surtout accentuée 
en avant et en arrière du sommet gauche. 

âSyawvie»- 1889.— Glycémie à jeun : 0«',043p. 100. Capacité 
respiratoire. — 14*«, 6 p. 100. Urée du sang, 0*^,0092 p. 100. 

Le tableau suivant permet de voir l'ensemble de 
ces variations : 



470 


CH. E. QUINQUAUD. 


Quantité d'arée 


Dato do 


Natofe 


contenue 


l'observation. 


dos lëtiont tuborcul«us«t. 


dans 100 gr. de sang, 


20 décembre 1888. 


Caverne. 


0,034 


25 — 


Petites cavernes. 


0,029 


27 février 1889. 


Caverne. 


0,035 


24 décembre 1888. 


infiltration tuberc. 


0,023 


!•' décembre 1888. 


Caverne. 


0,06 


21 janvier 1889. 


Petites cavernes. 


0,019 


23 janvier 1889. 


InflUration tuberc. 


0,009 



Ce tableau démontre les faits suivants : 

l"" L'urée du sang augmente chez les phtisiques 
qui ont de la fièvre et qui s'alimentent suffisamment, 
alors même qu'ils sont arrivés à la troisième période. 

Elle ne dépasse guère le double du chiffre physio- 
logique. 

2** Chez les phtisiques cachectiques non fébricitants, 
l'urée du sang tend à décroître, elle peut descendre 
à la moitié du nombre normal. 

3** Les pertes de différentes natures que subit l'or- 
ganisme peuvent entraîner une diminution de la quan- 
tité d'urée qui existe dans le sang; parmi ces pertes, 
la diarrhée est une des causes les plus fréquentes de 
l'abaissement du chiffre de l'urée. 

§ 2. Urée, azote toTxVL, phosphates des urines 

chez les phtisiques. 

L'urée qui est entraînée par les émonctoires, en 
particulier par l'urine, est toujours diminuée. 

Il n'est pas rare d'arriver a une excrétion de 0'',18 
par kilogramme et par heure. 

Il est vrai qu'on peut toujours invoquer la diminu- 
tion des aliments ingérés pour expliquer cette faible 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 47i 

proportion d'urée; mais par contre le mouvement 
fébrile devrait en augmenter la proportion. 

En outre, on aurait pu croire que les dosages ne 
permettant pas d'apprécier V azote total, la dénutrition 
azotée s'opérait par des produits intermédiaires; il 
n'en est rien : nous avons fait, par le procédé de Dumas 
modifié, des dosages précis d'azote total, et les chiffres 
obtenus sont inférieurs à la quantité physiologique. 
Inutile d'ajouter que toutes les précautions ont été 
prises en vue d'obtenir la quantité totale des urines en 
24 heures. 

On trouve 5, 7 grammes, 6^,70, 6^',20, 10»',2, 
12«',97, 10^,55, 9'^^40, d'urée excrétée en 24 heures 
par des homme arrivés au second et au troisième degré . 

Une autre question, qui a beaucoup préoccupé les 
médecins, a été résolue de diverses manières : les uns 
pensent que dans la phtisie pulmonaire les phospha- 
tes seraient rejetés dans des proportions plus grandes 
qu'à l'état normal (J. Teissier et autres) ; les autres, que 
l'acide phosphorique rendu chaque jour est presque 
toujours diminué (1). 

En réalité la règle est que la quantité d'acide phos- 
phorique des urines par rapport au kilogramme de 
matière vivante reste à des taux qui se rapprochent 
de la proportion physiologique. Ainsi on trouve sou- 
vent l'%22, 1«',46, 1«%10, 1*^,26, 1^52, d'acide 
phosphorique en 24 heures. 

Voici d'ailleurs quelques observations avec des 
analyses de l'urée parl'hypobromite, de l'azote total et 
des phosphates : 

(i) StokviSi Congrès des sciences médicales d* Amsterdam, 1879. 



Obs. XIX. — Tuberculose avec cavetiKs aux deux 
Influence de la diarrhée tur l'exhalation pulmonaire de 00'. — 

Urines. 

Tb... Henri, âgé do 50 ans, graveur, entre en juillet 18B9à 
l'hôpital Saint-Louis {n" 56 des Baraques). 

Début par une bronchite, il y a trois aos ; depuis, il n'a pas 
cessé de tousser, de maigrir, etc. l'as d'hémoptysie. 

Ktat actuel ; Amaigrissement extrême : poids 38*,60Û, 
Teint pille. Toux, oppression. Sueurs peu abondantes. Appé- 
tit assez bon : digestions pénibles. Pendant iS heures, tlii 
\" au 3 juillet, diarrhée séreuse; névralgies dirfuses. 

Poumons ; signes cavitaires. A droite : matilé, souffle ca- 
verneux. Gargouillement à timbre métallique A gauche: 
respiration soufflante. En arrière, à droite : signes cavi- 
taires au sommet. Souffle caverneux et gargouillement. 
Kàles sou 3-cré pilants à bulles moyennes dans le reste du 
poumon. A gauche : respiration soufflante. 

Kstomac dilaté. 

S juillet. — Urines : volume I 180 centimètres cubes; par 
rhypobromite.3s',H d'urée; par l'azote total évalué en urée, 
igrammes; acido phosphoriqoe, 1*',18. 

^juillet. — Urines : volume I 550 centimètres cubes; par 
l'hypobromile,5«',2; par l'azote total, IOe',76; Ph' 0', I^',Î2. 

X'i juillet. — Urines ; I ISOcentimëtrescubes; par l'hj-po- 
bromite, 7 grammes; par l'azote total, 9", 30; Ph' 0', {"'M- 

i3 juillet. — Urines : 1 250 centimètres cubes; par l'hypo- 
bromite, 5«',(0; par l'azote total. 7k',05; Ph' 0', 8",97. 

23 juillet. — Cet homme exhale, par la respiration pulmo- 
naire, 3i grammes de GO' par heure, c'est-à-dire 0^^.68 par 
kilogramme et par heure ; température 38°. t. 

a juillet. — Diarrhée abondante. 

Quintes de toux pendant la nuit. 

Exhale moitié moins d'acide carbonique. 

Remarque : — Notons ici la diminution de la qtiani 
d'urée. Même évaluée à l'aide de l'azote tolal, en prenantles 
moyennes, on arrive à l'excrétion doOsr.Js par kîlogr. el 
par heure. L'azote total a été obtenu par la 
Dumas raodiDée. 



9 



LA NUTRITION DES TUBERCULEUX. 413 

Obs. XX. — Tuberculose, Cavetme au sommet droit. — Dosage 
de Vurée^ de V azote total et de V acide pkospkorique dans les 
urines. 

Deler..., 54 ans, emballeur, enlrele 18 juin 1889 à Thô- 
pital Saint-Louis (Baraques, n^ 60). 

Pas d*hérédité connue. 

Début : Tousse depuis plus d*un an. Alité depuis cinq 
mois à Saint-Antoine. Arrivé à Saint-Louis le 18 juin 1889. 
Hémoptysies peu abondantes, mais fréquentes, datant du 
début de sa maladie. En ce moment, elles ont cessé. — 
Amaigrissement progressif. 

État actuel : Maigreur extrême, abattement. Consomption 
très avancée (3* période). Ongles hippocratiques. Sueurs. Peu 
d'oppression. Œdème prononcé des mains et des pieds. 
Mange très peu depuis quelques jours. 

Poumon gauche : râles sous-crépitants à bulles moyennes 
dans les deux tiers supérieurs. Poumon droit : souffle caver- 
neux sous la clavicule. Gargouillements. Râles sous-crépi- 
tants à bulles moyennes. 

Tube digestif en bon état. Jamais de diarrhée. 

6 juillet, — Urines : 950 centimètres cubes. Urée par 
hypobromite, 6^',70 en 24 heures; par azote total, 8»',2!2 
(3 040 centimètres cubes Az.); acide phosphorique, 1^%10. 

W juillet. — Urines : 720 centimètres cubes. Urée par hypo- 
bromite, 6^',20; par azote total, 8 grammes; Ph' 0', 1»%02. 

Le malade succombe dans la nuit du 11 au 12 juillet. 

Obs. XXL — Tuberculose au tj*oisième degré. Cavernules au 
sommet gauche. Dosage de l'urée et de racide phosphorique. 

Le n* 52 de la salle Bichat est atteint d*une tuberculose 
pulmonaire avec induration et cavernes au sommet gauche; 
mange deux portions, reste levé la plus grande partie de la 
journée. 

L'analyse de ses urines donne les résultats suivants. 

\0 juillet. -- Quantité : 1 420 centimètres cubes. Urée par 
azote toUl, i0«%20. 



474 CH. E. 0U1NQUAUD. 

i {juillet. — Urines : 1 500 centimètres cubes. Urée par azote 
total, 12^',97(4 800 centimètres cubes Az.); par hypobromite 
11»', 20; acide phosphorique, i«',26. 

\2 juillet, — Urines : 1 540 centimètres cubes. Urée par azote 
total, 12*',44 (4 604 centimètres cubes Az.) ; par hypobromite 
10»',55; acide phosphorique, 1«',06. 

{^juillet. — Urines: 1 480 centimètres cubes.Urée par azote 
total, 12«',80 (4 736 centimètres cubes Az.); par hypobromite 
9 »',40; acide phosphorique, 0»',87. 

Obs. XXII. — Tuberculose, Caverne au sommet droit. — Varia- 
tions de turée et de Vacide phosphorique. 

F..., Nicolas, 45 ans, rafflneur, entre le 3 avril 1889 à l'hô- 
pital Saint-Louis (Baraques, n"* 57). 

Pas d'antécédents héréditaires tuberculeux. 

Début de la maladie : en 1889 avait eu probablement une 
pleurésie. Après un refroidissement^ au mois de janvier 
1889, il entre à THÔtel-Dieu pour une bronchite. Il y a un 
mois, légères hémoptysies, qui n'ont pas reparu. A beau- 
coup maigri depuis son entrée à l'Hôtel-Dieu. 

État actuel : Maigreur très accusée, ongles hippocratiques. 
Sueurs profuses continues. Pas d'appétit, digestions bonnes; 
n'a jamais eu de diarrhée. Névralgies. Peu d*oppression. 

Poumon gauche : sous la clavicule, respiration soufflante. 
Poumon droit : en avant, dans la région claviculaire, souffle 
caverneux. Gargouillement très net. En arrière, râles sous- 
crépitants à bulles moyennes, dans tout le poumon. 

6 juillet. — Urines : 670 centimètres cubes. Urée par hypo- 
bromite, 8'5%87 en 24 heures; par azote total, 10»',01. 

iS juillet. — Urines: 750 centimètres cubes. Urée par 
hypobromite, 7 grammes; par azote total, 8»',90; acide 
phosphorique 1»',52. 

14 juillet. — Urines : 820 centimètres cubes. Urée par 
hypobromite, 8«%96; par azote total, 9«',50. Acide phospho- 
rique, 1»%46. 



LA NUTRITION DES Tl BERCULEUX. 475 

Conclusions 

1** Au troisième degré de la phtisie, souvent au 
deuxième, parfois dès le début, Texhalation pulmo- 
naire de l'acide carbonique est augmentée par kilo- 
gramme et par heure ; tantôt ces troubles coexistent 
avec des phénomènes fébriles, tantôt la fièvre n'existe 
pas, fait important au point de vue de la physiologie 
générale. 

Parfois, avec la fièvre hectique, on constate une 
exhalation pulmonaire de CO^ égale ou à peine supé- 
rieure à la normale. 

La proportion d'oxygène absorbée, même avec une 
température à 37**, 5, est le plus souvent supérieure 
à celle que l'on observe à l'état physiologique. 

L'analyse exacte de l'exhalation pulmonaire permet 
au médecin de préciser la durée de la maladie ; aussi 
longtemps que le phtisique exhalé 0^',65 de CO* ou 
un chiffre inférieur par kilogramme et par heure, le 
danger est éloigné; mais lorsque le rejet s'élève à 
0*^,80, le pronostic est grave, et si ce chiffre est dé- 
passé d'une manière continue, la vie est menacée. 

2** Au troisième degré de la tuberculose pulmonaire, 
la capacitérespiratoire s'abaisse à 14 centimètres cubes 
pour 100. — Au second degré, la capacité peut des- 
cendre à 18,16,15 centimètres cubes. — La mesure 
des divers degrés de cette capacité respiratoire per- 
met de mieux apprécier la résistance de l'organisme 
et d'établir un pronostic vraiment scientifique : règle 
générale, la vie d'un tuberculeux ne peut pas se pro- 
longer au delà de quelques mois lorsque la capacité 
respiratoire atteint 13 centimètres cubes p. 100. 

TUBKRCUL08B. — II. 31 



476 en. K. QUIXQUAUD. 

3^" La glycose du sang ne commence à diminuer 
qu'au moment où la nutrition est profondément 
troublée; aussi peut-on dire que si le sucre du sang 
s'abaisse à 0^,015 p. 100, la terminaison fatale n'est 
pas éloignée. — Par contre, tant que la glycose se 
tient au-dessus de 0'',025, il y a encore possibilité 
d'une amélioration. La glycose augmente dans le 
sang au moment des hémorrhagies. 

4*" L'urée du sang subit une légère augmentation 
dans la tuberculose fébrile ; alors même qu'on arrive 
à la troisième période, la quantité ne dépasse guère 
le double du chiffre normal; on note 0'',029, O'^yO'Si 
p. 100. — Chez les phtisiques non fébricitants avec 
cachexie, l'urée du sang tend à décroître ; elle peut 
descendre à 0'^^0^2 et même 0*^,009 p. 100. 

Enfin les chiffres de l'azote total des urines sont 
toujours inférieurs à ceux de l'état sain; de plus, la 
quantité d'acide phosphorique par rappoit au kilo- 
gramme de matière vivante se rapproche beaucoup 
de la quantité normale ; souvent elle est un peu in- 
férieure. 



SUR UNE 

NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE 

D'ORIGINE BOVINE 



PAR 



J. GOURMONT 

LICBirCIB B8 SCIBlfCBS NATURBLLB8, IVTEKSE DBS HÔPITAUX DB LTON 

PRBPARATBUR DB MBOBCINB BXPBRIMBNTALB BT COMPARÂE 

A LA FACULTÉ DB MBDBCINB 



I. — HISTORIQUE 

Le 24 mars 1882, Koch annonçait au monde savant 
qu'il venait de découvrir le microbe spécifique de la 
tuberculose. Il lavait isolé, cultivé; il le retrouvait 
dans toutes les lésions tuberculeuses et il repro- 
duisait ces lésions avec des cultures pures du nouveau 
bacille. Les procédés de coloration étaient nouveaux, 
les milieux de culture étaient spéciaux, les intermi- 
nables discussions sur le domaine de la tuberculose 
allaient recevoir une solution; cette affection était 
enfin définie: c'était la maladie duc au bacille de 
Koch. Aussi la découverte de Koch fut-elle rapidement 
admise et tous les ouvrages classiques publiés depuis 
cette époque font-ils de tuberculose le synonyme de 
« maladie du bacille de Koch » . 

Un observateur de premier ordre avait cependant 



i 



478 J. COURMONT. 

devancé Koch dans sa découverte, et ses résultats 
étaient tout différents do ceux du savant allemand. 

Le 16 août 1881, Toussaint avait présenté à 
l'Académie des sciences, une note intitulée: Para- 
sitisme de la tuberculose. Il y rendait compte d'ex- 
périences qu'il poursuivait depuis 1880. Il avait 
tout d'abord réussi à cultiver dans du bouillon un 
microbe découvert dans le sang d'une vache tuber- 
culeuse. Ces cultures inoculées à des chats lui avaient 
fourni plusieurs résultats négatifs et un positif. 

L'année suivante, en 1881, il avait fait des cultures 
avec des morceaux de poumon et de ganglion pulmo- 
naire d'une vache tuée à l'abattoir; ses 13 ballons 
avaient été fertiles et avaient donné naissance à des 
cultures pures du même micro-organisme que l'année 
précédente. 

Enfm, en mars 1881, il avait sacrifié une truie 
nourrie 4 mois auparavant avec des poumons de 
vache tuberculeuse. Cette truie offrait de belles lésions 
tuberculeuses. Toussaint ayant ensemencé du bouillon 
avec du sang et de la pulpe de ganglions, avait obtenu, 
dès le lendemain, autant de cultures pures d'un seul 
et même microbe que de ballons ensemencés. Ce 
microbe était un coccus, ne se rapprochant par aucun 
côté du bacille de Koch. Les inoculations donnèrent 
les résultats suivants, qui ont pu paraître bizarres 
jusqu'à ces derniers temps, mais dont je crois pouvoir 
fournir dans ce travail une explication satisfaisante, 
en les rapprochant des miens. 

Les lapins inoculés dans le tissu conjonctif ne 
devinrent pas tuberculeux, sauf un seul qui avait été 
inoculé avec une troisième culture. 

Les chats inoculés dans le péritoine moururent 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 470 

avec des ganglions intestinaux caséeux, donc sans 
tuberculose certaine; mais la pulpe de ces ganglions 
inoculée à une série de 8 lapins, les rendit tous tuber- 
culeux, et ces lapins furent l'origine d'une autre 
série tuberculeuse. 

Tels étaient les résultats de Toussaint; ils diffèrent, 
comme on le voit, considérablement de ceux de Koch; 
le micro-organisme producteur n'est pas le même, 
et les cultures ne donnent pas à tout coup la tuber- 
culose. Celte dernière particularité n'a probablement 
pas peu contribué à faire dédaigner ce remarquable 
travail; on verra plus loin que je suis arrivé, avec 
mon bacille, à des résultats analogues. Il convient 
d'ajouter en plus, que les pièces pathologiques 
envoyées par Toussaint à l'Académie des sciences, 
furent trouvées porteurs de bacilles de Koch; Cheyne 
fît les mêmes constatations sur des pièces emportées 
en Angleterre. Dans une lettre à M. Bouley (13 mars 
1884), Toussaint expliqua cette anomalie de la façon 
suivante: « Quant au bacille de Koch, comme le 
professeur Renaut (de Lyon) ne l'a pas retrouvé dans 
mes cultures, qui ont cependant donné la maladie 
par inoculation, je suis porté à croire à un polymor- 
phisme. Le bacille de Koch ne résiste pas à une 
température de plus de 40**, et on rencontre le mien 
dans des produits tuberculeux chauffés à 55"". 11 me 
semble qu'il y a là deux formes: l'une que Ton obtient 
avec les cultures prises dans le sang et les ganglions 
mêmes; l'autre, celle de Koch, qui se trouve dans les 
crachats et les produits tuberculeux. » 

Toussaint lui-même acceptait donc la doctrine de 
la spécificité du bacille de Koch. Quoiqu'on ne puisse 
nier la possibilité d'un polymorphisme, même aussi 



480 J. COURMONT. 

absolu, les travaux postérieurs donnent jusqu'à nouvel 
ordre une plus grande importance à la découverte de 
Toussaint. Il avait d'ailleurs poursuivi ses expériences 
après la découverte de Koch, et dans le Recueil de 
médecine vétérinaire du 15 janvier 1885, Bouley,a pu- 
blié des notes inédites, où Toussaint était très affirma- 
tif, sur rinoculation positive de ses cultures à 56 am- 
maua: , et sur la présence constante de son microcoque 
dans le sang des victimes. A cette époque , on savait 
bien colorer le bacille de Koch, et un observateur de 
la valeur de Toussaint ne l'aurait pas méconnu dans 
ses cultures; enfin il chauffait celles-ci à 55*, tempéra- 
ture à laquelle le bacille de Koch n'aurait pas résisté. 
Je laisse de côté les contradicteurs qui ont nié la 
valeur des expériences de Koch ; je ne veux suivre 
que ceux qui sont arrivés à des résultats parallèles 
avec un autre microbe. En 1883(1), MM. Malassez et 
Vignal décrivent leur tuberculose zooglœique. Recher- 
chant dans différentes pièces pathologiques le degré 
de constance du bacille de Koch, ces auteurs ne le 
trouvèrent pas dans un nodule tuberculeux sous-cu- 
tané que portait à l'avant-bras un enfant de 4 ans, 
mort de méningite tuberculeuse. Ils inoculèrent avec 
ce nodule plusieurs cobayes dans le péritoine ; la mort 
survint en 6 à 10 jours avec une tuberculose générali- 
sée ayant envahi même les poumons. Plusieurs séries 
de cobayes succombèrent avec les mêmes lésions. Le 
bacille de Koch était toujours introuvable, et le centre 
des tubercules était occupé par des amas de micro- 
coques, des zooglœes, qu'un procédé spécial de colo- 
ration mit bien en évidence. 

(4) Soc. de biologie^ mai-juin; Académie des sciences^ 5 novembre; i4rcA. 
de physiologie, y o\. II, p. 369, et en 1884, Arch, de physiologie, y o\, IV, p. 81. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 481 

MM. MalassezetVignal obtinrent des cultures pures 
et des inoculations positives en série ; mais au cin- 
quième passage le bacille de Koch apparut dans les 
lésions et devint de plus en plus abondant aux pas- 
sages successifs. Dans leur premier travail, ces auteurs 
admirent comme Toussaint qu'ils avaient découvert 
une forme du baciUe de Koch; mais en 1884, ils re- 
vinrent à l'opinion plus rationnelle- de la pluralité 
des micro-organismes tuberculeux. La présence ino- 
pinée des bacilles de Koch fut expliquée par une in- 
fection secondaire. 

A partir de cette période les faits vont se multiplier, 
le cadre des prétendues « pseudo-tuberculoses » va se 
remplir. Au mois de mai 1885, M. Nocard relate dans le 
Bulletin de la Société centrale de médecine vétérinaire 
un nouveau cas de tuberculose zooglœique. Il avait 
reçu d'un vétérinaire de Laval des poumons de poule 
farcis d'un nombre considérable de tubercules allant 
de la grosseur d'un grain de mil à celle d'un pois. 
Ces pièces provenaient d'une véritable épidémie de 
tuberculose qui sévissait dans un poulailler (toutes 
les poules enfermées successivement dans un local 
mouraient de tuberculose). Elles étaient déjà remar- 
quables par la présence de tubercules dans le poumon; 
ceux-ci en effet sont habituellement cantonnés dans 
la cavité abdominale chez la poule. En outre, le ba- 
cille de Koch était remplacé par des zooglœes sem- 
blables à celles de MM. Malassez et Vignal.Les pièces 
étant anciennes, il fut impossible de faire des cul- 
tures, ni même des inoculations. Ce travail, quoique 
par conséquent fort incomplet, est important, car il 
nous montre la tuberculose zooglœique évoluant 
spontanément. 



482 J. COURMONT. 

Pendant cette même année 1885, Eberih publie 
deux cas de tuberculose due à un microbe différent 
du bacille de Koch. Son premier mémoire a pour 
titre : Zur Kenntniss der pseudo-iuberculosen Pr(h 
zesse(l). Il s'agit d'une cobaye dont les organes étaient 
farcis de nodules gris, miliaires, mêlés à de gros 
foyers caséeux jaunâtres; les poumons eux-mêmes 
étaient parsemés de nodules submiliaires. A la coupe 
ces petits tubercules décelèrent à la place du bacille 
de Koch des microcoques se colorant peu par les cou- 
leurs d'aniline, ce qui les distinguait de ceux du pus. 
L'auteur ne parle ni de cultures ni d'inoculations. 

Son second travail, intitulé : Der Bacillus dei* 
Pseudo-tubercuiose des Kaninchens (2) est beaucoup 
plus explicite que le premier. Eberth y citeMM.Malas- 
sez et Vignal, en leur reprochant la brièveté de leur 
description ; il parle de son premier mémoire sur le 
cobaye et conclut nettement à la dualité de cause 
pour la tuberculose. Son nouveau bacille provient 
d'un lapin, qui présentait des nodules caséeux jusque 
dans la moelle osseuse. Ces nodules ne présentaient 
pas de cellules géantes, et étaient tous, même les 
plus jeunes, nécrosés à leur centre; mais, ajoute l'au- 
teur, cette absence de cellules géantes ne détruit pas 
forcément l'idée de tubercules. 

Ici le bacille de Koch cédait la place à un autre 
bacille, situé dans le centre des tubercules jeunes et 
à la périphérie des plus %és. Ce bacille, deux fois 
plus long que large, d'une largeur double de celle du 
bacille de Kocii, présentait deux extrémités arrondies 



(1) Fortschritte der Medicin^ 1885, p. 133 ei Archives de Virchow^ vol.C,. 
p. 15, 

(2) Forlschrillc der Medicin, 1885, p. 719. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BAULLÂIRE. 483 

et des noyaux protoplasmiques. Il formait quelque- 
fois des chaînes et même des amas pouvant simuler 
des zooglœes. Il n'est question ni d'inoculations ni 
de cultures. 

En somme, en 1885, Nocard et Eberlh observent 
des cas confirmant le principe de la pluralité d'ori- 
gine de la tuberculose. 

Deux ans plus tard, en 1887, M. Chantemesse relate 
un nouvel exemple de tuberculose zooglœique et fait 
à ce propos (1) un résumé critique de la question. 
« Il existe, dit-il, une maladie infectieuse susceptible 
de se reproduire par inoculations en séries, offrant 
l'image de la granulation tuberculeuse, et qui n'est 
pas la tuberculose ; Malassez et Vignal rappellent tu- 
berculose zooglœique, elEberth pseudo-tuberculose.» 

Voici l'exemple que lui-même a observé : le docteur 
Terrier lui avait envoyé des morceaux de ouate, dans 
laquelle on avait fait passer de l'air d'hôpital. Plusieurs 
cobayes inoculés avec ces fragments mouraient un 
mois et demi après, avec des lésions tellement sem- 
blables à des tubercules qu'il ne fut fait ni inoculations 
en séries ni cultures. Mais lorsque M. Chantemesse fit 
Tanatomie pathologique de ces lésions, il trouva à la 
place des bacilles de Koch absents des masses zoo- 
glœiques occupant le centre des jeunes tubercules. 
La description [anatomique est très complète et il en 
arrive à définir ces tubercules « des infiltrations 
lymphoïdes accompagnées de dégénérescence vitreuse 
des tissus ». 

Enfin, comme conclusion de son travail, M. Chante- 
messe croit à la similitude des micro-organismes 

(i) Annales de VlnstUut Pasleuv, 1887, p. 97. 



484 J. COURMONT. 

qu'il a observés avec ceux de Malassez et Vignal, de 
Nocard etd'Eberth. A cette époque, par conséquent, 
on a complètement oublié les travaux de Toussaint, 
on considère la tuberculose comme la maladie de 
Koch ; mais on décrit parallèlement une maladie in- 
fectieuse, observée par plusieurs auteurs, due aux 
zooglœes de MM. Malassez et Vignal, et offrant Timage 
de la tuberculose, et on se sert du terme commode 
de pseudo-tuberculose pour laisser intact le dogme de 
la spécificité du bacille de Koch. 

En 1888,CharrinetMM. Roger envoient à la Société 
de biologie (séance du 23 mars) une note intitulée : 
Première note sur une pseudo-tuberculose bacillaire. 
Le point de départ de leur travail est Fautopsie d'un 
cobaye mort spontanément avec des granulations mi- 
liaires dans le foie et dans la rate. Ces petits tuber- 
cules ne renfermaient pas de bacilles de Koch, mais 
bien un nouveau petit bacille qu'il fut facile d'isoler 
par la culture. Ce nouveau micro-organisme poussait 
rapidement sur tous les milieux essayés, sauf sur la 
gélatine glycérinée. Les inoculations sous-cutanées 
réussirent surtout sur le lapin, en tuant cet animal 
en 13 jours avec une tuberculose typique; elles ren- 
dirent également tuberculeux des cobayes et des sou- 
ris, tandis que le chien, le chat et l'âne demeurèrent 
réfractaires. MM . Charrin et Roger pensèrent avoir dé- 
couvert une pseudo-tuberculose analogue à celle de 
Malassez et Vignal, Nocard, Chanlemesse, mais diffé- 
rant de celle d'Eberth. 

La pubhcation de ce travail décida M. Dor à envoyer 
à l'Académie des sciences (3 avril 1888) les résul- 
tats incomplets auxquels il était arrivé avec un autre 
microbe. 11 s'agissait de lapins morts spontanément 



NOUVELLE TUBERCULOSE BAaLLAIRE. 485 

de tuberculose en apparence classique. Les bacilles 
de Koch étaient introuvables ; les cultures décelaient 
un bacille aggloméré en chatnettes dans le bouillon et 
ne poussant pas sur agar-agar glycérine ; M.Dor l'ap- 
pela un strepto-bacille. Les cultures n'avaient pu 
reproduire la maladie, mais les nodules primitifs 
inoculés avaient été Torigine de plusieurs séries d'ani- 
maux tuberculeux. 

Le 18 mai, M. Dor ayant réussi à fabriquer de la 
tuberculose avec ses cultures, envoyait une note à la 
Société de biologie sur la Tuberculose strepto-bacil- 
laire du lapin et du cobaye. Les lésions ainsi pro- 
duites, dit-il, sont absolument semblables à celles de 
la véritable tuberculose : il faut avoir recherché les 
bacilles et avoir trouvé le bacille de Koch dans cer- 
tains cas et le strepto-bacille dans d'autres pour en 
être persuadé. 

Un an plus tard, MM. Grancher et Ledoux-Lebard 
publient dans les A rchives de médecine expérimentale 
un travail d'une grande valeur, intitulé : Recherches 
sur la tuberculose zooglœique. Ces auteurs font con- 
naître des expériences personnelles et se livrent à 
une excellente critique de quelques-unes des précé- 
dentes découvertes. Ils mettent la question à son 
véritable point : « Le tubercule, qui perdait ainsi tout 
caractère spécifique, n'en est pas moins resté une 
lésion spéciale, facile à reconnaître et indiquant, 
sans doute, quelque propriété commune, chez les 
microbes qui éveillent dans les tissus un pareil mode 
de réaction. » 

Dans le courant d'expériences sur le pouvoir de 
filtration du sol, ils avaient obtenu un cas de tuber- 
culose zooglœique chez un cobaye mort 4 ou 5 jours 



486 J. COURMONT. 

après r inoculation ; les cultures dont ils arrosaient 
le sol étaient des cultures du bacille de Kocb. Le 
cobaye tuberculeux fut le point de départ de quatre 
passages de cobaye à cobaye. Le foie et la rate de 
ces cobayes, ensemencés, furent Forigine de cultures 
pures. 11 s'agissait de courts bâtonnets immobiles, 
réunis en zooglœes, poussant bien sur la gélatine 
glycérinée à 5 p. 100. Ces zooglœes ne sont pas 
anaérobies. En vieillissant elles se désagrègent, les 
articles deviennent mobiles et presque sphériques; 
lesauteursappellentrattention sur ce polymorphisme. 
Vers d?"" les cultures restent stériles. Étudiées dans 
les tissus et spécialement dans le foie, les zooglœes 
se montrent disséminées un peu partout, et consti- 
tuées par des articles soudés bout à bout, formant 
des chaînettes enchevêtrées. Elles ne donnent pas 
toujours lieu à, des tubercules; aussi les trouve-t-ou 
très nombreuses dans certaines coupes sans qu'il y 
ait production de tubercules. 

« Ainsi dans la tuberculose zooglœique, l'infection 
hépatique se traduit, non par une lésion unique, le 
tubercule, mais par un ensemble d'altérations, parmi 
lesquelles nous avons reconnu et étudié: les zooglœes 
non tuberculeuses, les dégénérations avec ou sans 
microbes, les tubercules à zooglœes, à microbes dis- 
séminés, sans microbes persistants. » 

Cette remarque est d'une importance capitale; elle 
reconnaît des faits sur lesquels j'insisterai plus tard, 
et constitue la première trace de ce principe qu'il faut 
désormais admettre : que le même microbe peut 
donner naissance à des tubercules à tel moment de 
son évolution, et tuer l'animal à tel autre, sans lé- 
sions tuberculeuses. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 487 

MM. Grancher etLedoux-Lebard remarquèrent, en 
outre, que le polymorphisme étudié dans les cultures 
se retrouve dans les séries d'animaux inoculés. « En 
quelques passages, les colonies ont changé d'aspect 
ou disparu. Le parasite perd donc progressivement 
et rapidement sa propriété de végéter en masses 
zooglœiques, sans qu'on sache comment il Tavait 
d'abord acquise, ni comment elle peut lui être 
restituée. Malassez et Vignal avaient d'ailleurs déjà 
constaté que les zooglœes disparaissaient dans les 
lésions anciennes, caséeuses. » 

MM. Grancher et Ledoux-Lebard terminent leur 
mémoire, en étudiant la pseudo-tuberculose bacillaire 
de Charrin et Roger, comparativement à leur tuber- 
culose zooglœique. Ils arrivent à admettre, sans 
toutefois l'affirmer, l'identité de ces deux affections, 
qui ne seraient autre chose que la tuberculose 
zooglœique de Malassez et Vignal. Pour eux, lazooglœe 
n'est qu'une phase transitoire dans la vie du parasite, 
et la pseudo-tuberculose bacillaire de Charrin et 
Roger ne peut être distinguée de la tuberculose 
zooglœique à microbes disséminés. 

Quelques jours après l'apparition du travail que 
je viens d'analyser, et pendant que ma première note 
était déjà rédigée, MM. Nocard et Masselin lurent à 
la Société de biologie (9 mars 1889) un travail intitulé : 
Sur un cas de tuberculose zooglœique d'origine bovine. 
Il s'agissait d'une vache soupçonnée de tuberculose, 
dont on avait envoyé du jctage. Ce jetage ne contenait 
pas de bacilles de Koch ; il fut inoculé à 2 cobayes. 
Ceux-ci moururent au bout de 15 jours avec une 
tuberculose généralisée, et furent l'origine d'une série 
de cobayes tuberculeux. 



488 J. COURMONT. 

Au centre des tubercules se voyaient des zooglœes, 
qui se cultivèrent d'ailleurs très bien. Les cultures 
inoculées à des cobayes les rendirent tuberculeux en 
4 jours. Elles se composent de 2 micro-organismes : 
un microcoque ovale et un court bacille à extrémités 
arrondies; ce sont probablement deux formes d'un 
seul et même microbe, d'autant plus qu'elles varient 
suivant les milieux. Dans les cas d'inoculation intra- 
veineuse, la mort survient en 36 à 48 heures et les or- 
ganes paraissent intacts; mais il existe une infinité de 
petits tubercules microscopiques. Le pigeon n'a pas été 
réfractaire à l'inoculation. Enfîn le sang des victimes 
renferme, disent les auteurs, une très petite quantité 
de microbes, qu'on décèle par la culture. 

J'ajoute immédiatement que, ces derniers temps, 
M. Nocard a complété le précédent travail (1). 

Ayant fini par se rendre acquéreur de la vache 
suspecte, il a de nouveau inoculé le jetage, mais cette 
fois sans résultats; il a de plus fait l'autopsie de 
l'animal, qui ne présentait que de la bronchite. Les 
lésions ne contenaient ni bacilles de Koch ni 
zooglœes; inoculées à 4 cobayes, elles restèrent 
d'ailleurs sans effets. 11 faudra donc rayer cette obser- 
vation des cas de tuberculose spontanée d'origine 
bovine. 

Dans la seconde partie de sa note, M. Nocard parle 
d'une épizootie de tuberculose zooglœique, survenue 
sur des lapins à Melun. C'était de la pseudo- tubercu- 
lose de Charrin et Roger. 

A ce propos il a étudié parallèlement son microbe, 
celui des lapins de Melun, celui de Charrin et Roger 

1) Sur la tuberculose zooglœique [Société de biologie, 2S octobre 1889). 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 489 

et celui de Dor; il a obtenu en les inoculant des 
résultats identiques. Il conclut ainsi: « L'aspect des 
cultures, en milieux solides et liquides, étant abso- 
lument le même pour chacun de ces 4 microbes 
d'origine distincte, je suis conduit à me ranger à 
Topiniou de MM. Grancher et Ledoux-Lebard : les 
pseudo-tuberculoses observées chez les cobayes et 
chez les lapins, par MM. Charrin et Roger, par M. Dor 
et par moi, sont des tuberculoses zooglœiques iden- 
tiques à celle de MM. Malassez et Yignal. » 

J'ai terminé (1) la revue historique des travaux qui 
ont trait à ce qu'on appelle à tort des « pseudo- 
tuberculoses » . Les uns ont une valeur relative, par 
exemple ceux qui ne rendent compte ni de cultures 
ni d'inoculations ; d'autres ont une valeur absolue. 
Voici maintenant ce que j'ai découvert. 

Au mois de décembre 1888, mon mattre, M. le 
professeur Arloing, à qui je tiens à témoigner une 
profonde reconnaissance, me chargea de faire, avec 
delà tuberculose bovine, quelques expériences sur le 
détail desquelles je n'ai pas à entrer ici. J'envoyai 
alors chercher à l'abattoir une pièce typique de 
tuberculose bovine ; on m'apporta un paquet de ces 
gros tubercules appendus à la plèvre qui caractérisent 
la pommelière. Je recherchai d'abord les bacilles de 
Koch dans ces productions, mais sans pouvoir en 
découvrir. Je déposai alors quelques fragments 
tuberculeux dans des ballons de bouillon de veau, 
salé, peptonisé et additionné de glycérine, suivant le 
procédé de Nocard et Roux. Je pratiquai ensuite mes 



(1) Au moment de livrer mon travail à Timprimerie, je reçois commu- 
nication d'un travail de M. PfeifTer (de Leipsig) sur un Bacille de la 
pseudo-luàerculose. 



490 J. COURMONT. 

inoculations : 8 lapins et 8 cobayes reçurent, sous la 
peau de la cuisse, des fragments broyés de tubercules. 

Dès le lendemain je constatai que la moitié de mes 
ballons glycérines étaient troubles, transformés en 
cultures pures d'un petit bacille; j'ajoute de suite que 
les autres sont restés indéfiniment clairs et que par 
conséquent le bacille de Koch a été aussi introuvable par 
les cultures que par Texamen direct. Mais revenons 
aux inoculations : En 4 jours, la moitié de mes co- 
bayes mourait; en 8 jours, tous les 8 avaient suc- 
combé. 

Quelques-uns ne présentaient rien de particulier à 
Tautopsie, sauf un peu de gonflement delà rate; mais 
la plupart avaient une rate énorme et une infiltration 
tellement considérable du membre inoculé, qu on 
aurait cru faire une autopsie d'animal charbonneux. 

Cette ressemblance était tellement frappante que 
j'ensemençai le sang du cœur des 8 victimes. Tous 
les ballons ensemencés se troublèrent en 24 heures 
et me fournirent autant de cultures pures d'un petit 
bacille qui me parut à juste titre être semblable a celui 
qui avait poussé dans les premiers ballons glycérines. 
Je pris alors au hasard deux de ces cultures j)rove- 
nanl du sang des cobayes et j'inoculai 2 nouveaux 
cobaves à la cuisse; ces 2 animaux moururent en 
môme temps 8 jours plus tard. Chez tous deux un 
abcès caséeux énorme remplissait toute la cuisse ino- 
culée ; chez Tun d'eux môme l'abcès s'étendait sous la 
peau de la moitié de l'abdomen ; le ganglion crural était 
enflammé, la rate était énorme, mais sans lésions ap- 
parentes. Plusieurs ballons ensemencés avec du sang 
du cœur me donnèrent tous des cultures pures du 
même bacille que précédemment. Inoculées à d'autres 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 491 

cobayes, ces nouvelles cultures me donnèrent les 
mêmes résultats. 

Sur ces entrefaites, 2 lapins moururent, 18 jours 
après rinoculation. Ils étaient très maigres et pré- 
sentaient un petit abcès local caséeux, une rate énor- 
me, et en plus un foie farci de petits tubercules de 
2 ou 3 millimètres faisant saillie à la surface concave ; 
les poumons étaient indemnes. Ces tubercules du foie 
ne contenaient pas de bacilles de Koch, mais ense- 
mencés donnèrent des cultures pures du même ba- 
cille que celui trouvé dans le sang des cobayes. Le 
sang du cœur des lapins ensemencé également ne 
donna pas d'aussi beaux résultats ; néanmoins, quel- 
ques-uns des ballons se transformèrent en cultures 
pures du bacille. 

Dès lors je ne doutai plus : j'étais en présence 
d'un bacille tuberculeux. J'en possédais plusieurs 
cultures provenant des tubercules spontanés du bœuf, 
du sang des cobayes, du sang et des tubercules des 
lapins. Il s'agissait de reproduire des tubercules avec 
mes cultures pures. Plusieurs inoculations tentées 
dans ce but ne me donnèrent pas des résultats en- 
courageants; mes animaux (cobayes et lapins) mou- 
raient toujours en quelques jours, avec des abcès lo- 
caux caséeux, quelquefois avec une grosse rate, 
souvent chez les cobayes avec une infiltration œdéma- 
teuse, tremblotante, du membre inoculé ; mais jamais 
je n'obtenais de lésions tuberculeuses. 

Pendant ce temps d'autres lapins étaient morts 
avec de la tuberculose du foie, offrant les mêmes ca- 
ractères que précédemment, c'est-à-dire sans bacille de 
Koch, mais fournissant de belles cultures du nouveau 
bacille, qui, quoique rare dans le sang du lapin, s'y re- 

TUBBRCVLOSB. — IT. 32 



492 J. COURMONT. 

trouvait toujours. J*anticipe d^aiUeurs un peu sur 
les dates pour donner le résultat général des 16 ino- 
culations pratiquées avec les tubercules spontanés du 
bœuf. Je rappelle simplement que les 8 cobayes 
étaient morts en 8 jours sans lésions tuberculeuses. 
Sur les 8 lapins, 6 seulement devinrent tuberculeux 
en un laps de temps variant de 18 à 80 jours; les 2 
autres, sacrifiés à longue échéance, ne présentèrent 
ni lésions tuberculeuses, ni bacilles dans leur sang. 
Sur les 6 victimes, Savaient succombé à une tubercu- 
lose localisée au foie, 1 (morte au 80* jour) à des lé- 
sions généralisées et spécialement pulmonaires. Chez 
toutes, le bacille de Koch cédait la place à un autre 
bacille qui se retrouvait dans les tubercules et dans 
le sang. 

A chaque décès de lapin, j'inoculai des tubercules 
broyés dans le tissu conjonctif de lapins et de 
cobayes. Les lapins devinrent toujours tuberculeux 
en 25 à 40 jours, et j'ai poussé mes séries jusqu'au 
5' passage ; mQ\sja?7iais les cobayes inoculés en même 
temps ne moururent tuberculeux. Ils succombèrent 
toujours rapidement (1 à 10 jours), sans lésions au- 
tres qu'un petit abcès local caséeux et une grosse rate, 
et le sang peuplé de bacilles. Pendant longtemps par 
conséquent je ne parvins pas à obtenir des lésions 
tuberculeuses chez le cobaye; les tubercules spon- 
tanés du bœuf, les tubercules expérimentaux des la- 
pins, les cultures du nouveau bacille avaient toujours 
tué les cobayes, mais ne les avaient jamais rendus 
tuberculeux. Je pensai que l'organisme du cobaye 
était trop sensible à Taction du nouveau bacille, et 
que la mort survenait chez cet animal bien avant que 
les tubercules aient eu le temps de s'édifier suffisam- 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 493 

ment pour s'apercevoir à Tœil nu. Cependant les 
coupes pratiquées dans les foies et les rates ne déce- 
laient pas la plus petite tendance à la formation de 
tubercules, comme cela aurait dû avoir lieu dans 
cette hypothèse. Je continuai à tenter des inocula- 
tions de cultures. 

Au mois de janvier 1889, j'inoculai un jour 2 la- 
pins et 2 cobayes avec une culture ftgée de 19 jours 
provenant du sang des premiers cobayes sacrifiés. 
Les 2 cobayes mouraient 5 jour s après avec une tuber- 
culose confluente de la rate et du foie et discrète du 
poumon. Le bacille de Koch était introuvable, le 
nouveau bacille était abondant dans les tubercules et 
dans le sang. Les 2 lapins succombaient au bout de 
7 jours, avec des lésions locales caséeuses et le ba- 
cille dans le sang, mais sans tubercules. 

Je reviens à mes deux cobayes; ils furent Torigine 
d'inoculations en séries que je poussai jusqu'au cin- 
quième passage. Tous les cobayes inoculés avec des 
tubercules devinrent tuberculeux et moururent dans 
un espace de temps variant entre 5 et 11 jours. Mais 
jamais les tubercules ainsi obtenus, inoculés au lapin, 
ne purent rendre cet animal tuberculeux, bien que 
la mort, avec bacilles dans le sang, fût toujours la 
conséquence de cette opération. 

Je résume ces expériences dont l'enchaînement est 
assez difficile à exposer: les tubercules obtenus chez 
le lapin par inoculation directe des tubercules du 
bœuf et inoculés au cobaye, ont toujours tué celui-ci 
mais n'ont jamais pu le rendre tuberculeux; les tu- 
bercules obtenus chez le cobaye par inoculation de 
cultures âgées de 20 jours environ, et inoculés au 
lapin, ont toujours tué celui-ci, mais n'ont jamais pu 



494 



. COIJKMONT. 



le rendre tuberculeux. En plus, les cultures, qui. 
vieilles de 20 jours environ, luberculisaieot lecohaye, 
n'étaient pas, à celle périoiie de leur évolution, pro- 
pres à produire chez le lapin des lésions tubercu- 
leuses. 

J'essayai alors de trouver le moment de la culture 
qui conviendrait à la tuberculisation du lapin, et, 
comme on le verra dans ta suite, je ne pus le préciser 
aussi certainement que pour le cobaye. Pour ce der- 
nier, c'était bien réellement vers le vingtième jour 
que les cultures devenaient tuberculigènes:et encore 
cette propriété ne se conservait-elle pas longtemps, 
car, figées de quelques jours de plus, elles ne tuaient 
plus qu'une partie des cobayes inoculés, et cela à 
longue échéance et sans lésions tuberculeuses, le 
bacille se retrouvant d'ailleurs dans le sang des vic- 
times. C'est ainsi que j'ai vu succomber des cobayes 
50 jours après l'inoculation, avec des bacilles dans 
le sang et sans lésions tuberculeuses. Je fus bien 
alors obligé de conclure que la propriété de fabri- 
quer du tubercule était pour mon bacille une pro- 
priété surajoutée, qui n'apparaissait qu'à certains 
moments de son évolution ; puisque, suivant l'Age de 
la culture inoculée, tel cobaye ne mourait qu'en 
50 jours sans lésions tuberculeuses, tandis que tel 
autre mourait en 5jours farci de tubercules. Ilti'était 
plus possible d'admettre que les lésions n'avaient pas 
eu le temps d'apparaître avant la mort, car il leur 
suffisait de 3 jours pour s'édifier. 

Le rat blanc inoculéavec des tubercules de cobaye 
devint tuberculeux ; le pigeon resta réfraclaire. 

Je consignai ces expéi'iences dans deux notes en- 
voyées à la Société de biologie (16 mars et 20 juil- 



NOUVELLE TUBERCULOSE- BACILLAIRE. 495 

let 1889). En outre M. le professeur Chauveau, de 
rinslitut, me fit rhonneur de présenter en mon nom 
à r Académie des sciences (22 juillet) un résumé des 
deux notes précédentes, complété des premiers ré- 
sultats auxquels j'étais arrivé au sujet de Faction fa- 
vorisante des produits solubles de mon bacille. 

J'ai en somme découvert, chez un bœuf spontané- 
ment tuberculeux, un bacille qui, outre l'intérêt 
qu'il présente au point de vue de la genèse de la tu- 
berculose, est remarquable par plusieurs points de 
son histoire. Il tue toujours les animaux inoculés en 
se retrouvant dans le sang des victimes ; de plus, 
à certains moments de son évolution, il acquiert une 
propriété nouvelle : celle d'exciter les tissus à fabri- 
quer du tubercule. Mais, chose remarquable, cette 
propriété passagère a encore besoin, pour se manifes- 
ter, de la présence d'une espèce animale favorable ; 
les cultures « au point » pour tuberculiser une espèce 
ne le sont pas pour d'autres; bien plus, les tubercules 
une fois fabriqués chez un animal et inoculés à un 
autre sujet d'espèce différente ne se reproduisent pas 
toujours. 11 existe à ce point de vue des groupes d'es- 
pèces similaires ; ainsi le bœuf et le lapin paraissent 
former un groupe, tandis que le cobaye et le rat blanc 
en constituent un autre. Enfin, fait encore unique 
dans la science, le nouveau bacille fabrique des pro- 
duits solubles, qui, introduits dans un organisme, 
le transforment en terrain très favorable à l'action 
pathogène du microbe (1). 

(1) CouRMONT. Substances solubles favorisantes fabriquées par un ba 
cille tuberculeux. {Soc. de biologie^ 21 décembre 1889.) 



496 J. COURMONT. 

II. — Le bacille 

Ce micro-organisme végète abondamment sur tous 
les milieux employés dans les laboratoires : bouillon 
ordinaire ou glycérine, gélatine-peptone, agar-agar 
glycérine ou non, pomme déterre, etc. Il se développe 
donc, comme le bacille de Koch, sur les terrains 
glycérines, différant en cela des organismes décrits 
par Charrin et Roger, et Dor. Ses limites de tempé- 
rature sont très étendues; à + iô"" les cultures sont 
encore très belles. Enfin il est indifféremment aérobie 
ou anaérobie, son développement étant aussi rapide 
dans le vide qu'au contact de Tair. 

Cultures en bouillon (de veau, salé, peptonisé ou 
non, glycérine ou non, neutre). — Mis à une tempéra- 
ture variant de ■+• 20** à 4- 46*, les ballons ensemen- 
cés présentent en moins de 24 heures un trouble 
très opaque, blanc jaunAtrc, sans flocons. Au bout 
d'une dizaine de jours, le liquide commence à s'éclair- 
cir et le fond du ballon est occupé par un dépôt jau- 
nâtre, dont les flocons se désagrègent rapidement 
dès qu'on agite. A partir d'un mois environ, le dépôt 
est formé de flocons plus résistants et la partie supé- 
rieure du bouillon est absolument limpide; les ba- 
cilles qui constituent ce dépôt conservent leur pou- 
voir végétatif pendant plusieurs mois. 

Si l'on fait des préparations fraîches et très légè- 
rement colorées d'une jeune culture (48 heures \ax 
exemple), on voit sous le champ du microscope une 
multitude de petits bacilles très rapprochés les uns 
des autres. Ils sont courts et larges, deux fois plus 
longs que larges environ, ressemblant à de petits 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 497 

rectangles dont on aurait arrondi les angles. La lar- 
geur est à peu près celle du Bacillus coli communis. 
Chaque extrémité est occupée par un noyau, tandis 
que la portion médiane, qui est en outre légèrement 
étranglée, est constituée par une zone claire. Lorsque 
Texamen porte sur des préparations sèches et colo- 
rées, cette zone claire s'étrangle encore davantage, 
les deux noyaux se rapprochent, à tel point qu'il est 
alors difficile de dire si on a affaire à un diplocoque 
ou à un bacille court. Chaque bacille est absolument 
indépendant, la disposition en chaînettes ou même 
par deux n'existe jamais : autre caractère qui le dif- 
férencie du strepto-bacille de M. Dor. (Voyez fig. I.) 
Dans les préparations fraîches, la mobilité est 
extrême : on voit les bacilles progresser rapidement 
par un double mouvement de rotation longitudinale 
et d'oscillations latérales. 

L'examea des vieilles cultures ne dénote aucune 
particularité intéressante. Il n'en est pas de même 
pour les cultures qui ont végété à de hautes tempé- 
ratures, à -fr- 46" par exemple: on trouve alors, au milieu 
de bacilles semblables à ceux que je viens de décrire, 
des articles beaucoup plus longs, une dizaine de fois 
plus longs que larges à peu près, et présentant 
toute une série de condensations protoplasmiques : 
fait analogue à celui qu'on observe dans les cultures 
de bacille typhique faites à h- 44^5. (Voyez fig. II.) 

Les premières cultures obtenues directement par 
ensemencement de sang du lapin renferment, à côté 
de formes normales, un assez grand nombre de 
bacilles déformés, contournés, avec une série de 
condensations protoplasmiques. Il y a là une assez 
grande analogie avec les cultures de Bacillus anthracis 



498 J. COtRMONT. 

placées dans des conditions dysgénésiques : il sem- 
blerait ici que le sang du lapin est un milieu peu 
favorable au développement des bacilles; ceux-ci 
y sont d'ailleurs suffisamment rares, pour qu'une 
partie seulement des ballons ensemencés se trans- 
forme en cultures fertiles. 

Cultures sur gélatine-peptone. — Transporté sur du 
bouillon gélatinisé, le bacille pousse aussi rapi- 
dement que dans le bouillon ordinaire, sans jamais 
liquéfier. Les ensemencements par stries fournissent 
une belle culture mince, blanche à reflets bleuâtres, 
dont les bords sont irrégulièrement festonnés et plus 
épais que le centre. La piqûre donne une colonie 
composée de deux parties : une partie qui s'étale 
à la surface en feuille multilobée, et une autre qui 
se développe le long du trajet de la piqûre, en petites 
grappes de granulations, ainsi que cela a lieu pour le 
bacille typhique. Roulée en tube d'Esmarch, la 
gélatine est parsemée, au bout de 2 ou 3 jours, de 
petites colonies bleu^ltres ayant encore beaucoup de 
ressemblance avec celles du bacille typhique, mais 
moins sillonnées et à bords moins irréguliers. Eniin 
la gélatine préparée suivant le procédé de Nœggerath 
se décolore tout autour de la colonie, qui prend une 
teinte violet sale avec reflets rougeAtres. 

L'examen microscopique d'une parcelle de ces colo- 
nies dénote des bacilles semblables à ceux des cultures 
en bouillon, mais de dimensions un peu moindres. 

Cultures sur pomme de terre. — La colonie s'étend 
rapidement en une crème couleur café au lait très 
foncé, qui forme un amoncellement assez épais. 
L'aspect microscopique est identique à celui des 
cultures sur gélatine. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 499 

Cultures dans le vide. — Semblables aux cultures 
à l'air. 

Dans les tubercules. — En examinant un tubercule 
écrasé et coloré, on voit un assez grand nombre de 
bacilles, plus allongés que ceux des cultures en 
bouillon, et dont quelques-uns mêmes atteignent une 
longueur quadruple de leur largeur. Les deux noyaux 
terminaux sont des plus nets. 

Dans la sérosité du tissu conjonctif des cobayes 
morts avec œdème local, les bacilles sont plus gros, 
mais surtout plus longs (7 ou 8 fois plus longs que 
larges); ils se présentent donc alors sous forme de 
grands bacilles, quelquefois réunis bout à bout par 
deux, nageant entre des fibres conjonctives désagré- 
gées. (Voyez fig. m.) 

Réactifs colorants. — Tous imprègnent facilement 
le protoplasma de ce bacille, mais peu intimement; 
la décoloration est aussi facile à obtenir que la colo- 
ration: aussi les préparations traitées par la méthode 
de Gram restent-elles constamment incolores. Aucun 
des procédés connus de double coloration n'a pu 
m'aider à déceler les bacilles dans les coupes de 
tubercules. 

Il va sans dire qu'on n'obtient aucun résultat en 
se servant des méthodes de coloration spéciales au 
bacille de Koch. 

m. — Inoculation 

Ayant décrit le bacille, je vais maintenant faire 
connaître les désordres causés par son introduction 
dans un organisme. Mes expériences ont porté sur 
5 espèces animales : bœuf, cobaye, lapin, pigeon, 



500 J. COURMONT. 

rat blanc, et j'ai déjà fait près de 150 autopsies des 
victimes de cet agent virulent. Les résultats auxquels 
je suis arrivé sont complexes et s'éloignent consi- 
dérablement des faits admis jusqu'à ce jour: aussi 
suis-je obligé, pour la clarté de l'exposition, de dis- 
séquer pour ainsi dire mes expériences, au lieu d*en 
suivre l'ordre chronologique. J'en ai d'ailleurs déjà 
indiqué la marche générale dans V Historique. 

1. Incoulation au cobaye. 

A. Inoculation d'un tubercule pris sur le bœuf ou 
sur le lapin. — Le cobaye succombe toujours, dans 
un laps de temps variant de 1 à 15 jours; il ne 
présente jamais de lésions tuberculeuses même mi- 
croscopiques; son sang est toujours peuplé de 
bacilles. Voici quelques exemples: 

I* — 17 décembre 1 888. — Avec un tubercule pleural typique 
provenant d*un bœuf tué à Tabattoir et atteint de pomme- 
lièrc, j*ensemence plusieurs ballons de bouillon glycérine. 
L'oxamen direct du tubercule au moyen des colorations 
spéciales ne dénote aucun bacille de Koch. Avec ce qui reste 
de la lésion, je fais un extrait, que j'inocule à 8 lapins et 
8 cobayes dans le tissu conjonctif sous-cutané de la cuisse 
droite. (Voir plus loin le sort des lapins.) 

18 décembre, — Tous les ballons sont troubles et contien- 
nent des cultures pures du bacille décrit. 

Du 21 au 27 décembre. — Tous les cobayes meurent. Aucun 
n'est porteur de lésions tuberculeuses macroscopiques; les 
coupes du foie et de la rate faites plus tard ne présentent 
rien d'anormal au microscope. Un seul cobaye n'offre rien 
de particulier à Taiitopsie. Tous les autres ont un empâte- 
ment considérable de la cuisse inoculée; chez Tun d'eux 
mômo cet empâtement remonte jusqu'au milieu de la peau 
abdominale. A la coupe : œdème gélatineux clair, treniblo- 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 501 

tant. Une goutte de cet œdème examinée au microscope 
montre des fibres élastiques et des bacilles longs. (Voir la 
Morphologie et la fig. III.) La rate est énorme, très conges- 
tionnée. Dans deux cas le péritoine est très congestionné et 
contient un peu de liquide. Dans un autre : péricardite avec 
léger épanchement. 

En résumé, ces autopsies pourraient aussi bien s'appli- 
quer à des cobayes morts de charbon. Le sang du cœur, et 
Tœdème local sont ensemencés chaque fois dans du bouil- 
lon de veau ordinaire. Dès le lendemain, tous les ballons sont 
troubles et contiennent des cultures pures du bacille avec 
sa forme ordinaire; en un mot, des cultures semblables à 
celles obtenues directement par le tubercule du bœuf. 

II* — 7 janvier 1889. — Mort d'un des 8 lapins inoculés le 
17 décembre avec un tubercule de bœuf. Quelques tuber- 
cules dans le foie. Pas de bacilles de Koch. Les tubercules 
ensemencés donnent des cultures pures du bacille décrit. 
Ces tubercules sont inoculés sous la peau de la cuisse droite 
à 2 cobayes. 

22 et 23 janvier. — Les 2 cobayes, qui dépérissent depuis 
quelques jours, meurent à 24 heures d'intervalle. L*autopsie 
dénote une grosse rate, et de la péritonite avec léger épan- 
chement. Aucune lésion tuberculeuse. Le sang du cœur 
ensemencé fournit des cultures pures. 

III* — 7 mars 1889. — Mort du dernier des 8 lapins inoculés 
le 17 décembre avec un tubercule de bœuf. La tuberculose 
des orga'nes est générale; les poumons surtout sont farcis 
de tubercules. Pas de bacilles de Koch. Les tubercules du 
foie ensemencés donnent des cultures pures. Plusieurs ani- 
maux, dont 2 cobayes, sont inoculés sous la peau de la cuisse 
avec des tubercules pulmonaires. 

12 eM7 mars. — Les 2 cobayes meurent. Petit abcès ca- 
séeux au point d'inoculation. Rien ailleurs. Aucune lésion 
tuberculeuse. Le sang du cœur ensemencé fournit des cul- 
tures pures. 

IV* — 27 avtn'L — Mort d'un lapin inoculé le 7 mars avec des 
tubercules pulmonaires de lapin. (Voir Texpérience précé- 



502 J. COURMONT. 

dente.) Énorme abcès caséeux local. Poumons farcis de 
tubercules. Pas de bacilles de Koch. Cultures fertiles avec 
des tubercules pulmonaires. Inoculation de plusieurs ani- 
maux dont i cobayes; 1 avec du caséum de l'abcès local; 
2 avec des tubercules pulmonaires ; i avec du sang. 

28 avril. — 3 cobayes succombent : les S inoculés avec des 
tubercules pulmonaires et celui inoculé avec le caséum. 
A Tautopsie, je ne trouve qu'un petit abcès caséeux au point 
d'inoculation. Rien ailleurs. Pas de lésions tuberculeuses. 
Le sang du cœur ensemencé fournit des cultures pures. 

2 mai, — Mort du cobaye inoculé le S7 avril avec du sang 
de lapin tuberculeux. Rien à Tautopsie. Le sang du cœur 
fournit des cultures pures. 

V» — 25 mai, — Mort d'un lapin inoculé le 27 avril avec 
des tubercules pulmonaires de lapin. (Voir expérience précé- 
dente.) Tuberculose généralisée. Pas de bacilles de Koch. Le 
sang fournit quelques cultures pures. Inoculation de tuber- 
cules de la rate à deux cobayes. 

{•^ juin et 4 juin, — Mort des deux cobayes. Rien à l'au- 
topsie. Le sang du cœur fournit des cultures pures. 

Je pourrais multiplier les exemples; je n'ai jamais 
pu tuberculiser le cobaye, en lui inoculant, sous la 
peau de la cuisse, des tubercules provenant soit du 
bœuf, qui a été le point de départ de mes expériences, 
soit des lapins, morts successivement tuberculeux. 
Cependant, remarque importante, tous les cobayes 
inoculés sont morts dans les 15 premiers jours, avec 
le bacille dans le sang: ce qui prouve que l'inocu- 
lation avait été positive. Le résultat des autopsies a 
varié dans les détails; ainsi, tandis que certains 
cobayes ne présentaient rien d'anormal à Tœil nu, 
d'autres paraissaient être morts du charbon très 
virulent; d'autres enfin offraient, au point d'inocu- 
lation, un petit abcès caséeux. J ajoute que plusieurs 
examens microscopiques ont été faits des grosses 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 503 

rates, et que jamais on n'a pu voir une altération 
des tissus, qui rappelât un tubercule au début. Les 
tubercules étaient donc absents, non parce qu'ils 
n'avaient pas eu le temps de s'édifier complètement, 
mais parce qu'ils ne devaient jamais se produire; 
comme on va le voir, d'ailleurs, 5 jours suffisent au 
bacille que j'étudie, pour fabriquer du tubercule, 
quand il est « au point >> pour produire des lésions 
tuberculeuses. 

B. Inoculation (fune culture Jeune. — Je n'ai jamais 
produit de tubercules chez le cobaye, en lui inoculant 
des cultures jeunes. Les effets ont été à peu près les 
mêmes que dans le cas précédent : mort inévitable 
avec bacilles dans le sang, et le plus souvent abcès 
local caséeux et grosse rate. 

I* — 28 décembre 1888. — Inoculation dans le tissu conjonc- 
tif sous-cutané de la cuisse de deux cobayes, de deux cultures 
vieilles de six jours et provenant du sang de deux cobayes 
difTérents (1/2 centimètre cube environ à chacun). 

À janvier 1889. — Mort de deux cobayes. — Abcès local ca- 
séeux, qui chez Tun d'eux est énorme et remonte jusqu'au 
milieu du ventre. Rate énorme. — Aucune lésion tubercu- 
leuse. — Le sang du cœur fournit des cultures pures. 

!!• — 7 janvier. — Inoculation d'un cobaye avec une des 
cultures provenant du sang d'un des cobayes morts le 
4 janvier (expérience précédente). 1/2 centimètre cube en- 
viron dans le tissu conjonctif sous-cutané de la cuisse. 

19 janvier. — Mort du cobaye. — Rien à l'autopsie. — Le 
sang du cœur fournit des cultures pures. 

Ces deux exemples suffisent. J'ai pendant long- 
temps inoculé des cultures au cobaye, sans pro- 
duire d'autres effets. 



1)04 J. COIIRMONT. 

C. Inoculation d'une culture âgée de 20 jours 
environ. — C'est en multipliant mes inoculations de 
cultures, que j'inoculai un jour à plusieurs animaux, 
dont un cobaye, une culture ûgée d'une vingtaine de 
jours. Le cobaye mourut tuberculeux en 5 jours, et 
fut l'origine d'une série de cobayes tuberculeux. 

12 janvier 1889. — Inoculation, dans le tissu conjonctif 
sous-cutané de la cuisse d'un cobaye de 1/S centimètre cube 
d'une culture de 19 jours provenant du sang d*un cobaye. 

\1 janvier — Mort du cobaye. — Rien localement. — 
Péritonite intense; le péritoine est épais, baveux, adhé- 
rent. — Pas de ganglions intermédiaires entre le point 
d*inoculation et la rate. La rate et le foie sont farcis de 
tubercules durs, s*écrasant difûcilcment, sans caséifica- 
tion, s'isolant facilement du tissu environnant. La rate est 
tellement malade qu*un morceau en reste adhérent au rein 
gaucho. — Un amas de granulations existe dans le poumon 
gauche. Le sang du cœur cl les tubercules ensemencés 
fournissent des cultures pures. 

Le bacille, qui précédemment tuait les cobayes, 
sans lésions tuberculeuses même microscopiques, 
et ne les tuait même souvent qu'en 7 ou 8 jours, 
acquiert brusquement, à un moment donné de son 
évolution, la propriété de fabriquer en 5 jours des 
tubercules dans les tissus de cobaye. Cette propriété 
est constante, et il m'est impossible de lui assigner 
actuellement d'autres causes que le vieillissement de 
la culture; c'est toujours en effet vers le 20* jour, que 
les cultures en bouillon, maintenues à 35* environ, 
deviennent tout h coup aptes à tuberculiser les 
cobayes. Comme nous allons le voir, ce pouvoir n'est 
que temporaire. 

D. Inoculation de cultures vieilles ou de provenances 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 505 

diverses. — Une culture de plus de 25 jours (bouillon 
à do"*) ne rend jamais le cobaye tuberculeux; elle le tue 
néanmoins toujours jusqu'au 35' ou 40* jour environ, 
avec des bacilles dans le sang, mais sans lésions 
tuberculeuses, tant macroscopiques que microsco- 
piques. A partir du 40* jour, il est rare que l'inocu- 
lation soit positive. Je peux donc me résumer: 

Les cultures en bouillon, soumises à une tempéra- 
ture de SS*", sont virulentes pour le cobaye pendant 
40 jours environ; pendant une période de leur 
évolution (20' jour environ) elles occasionnent, en 
outre, des lésions tuberculeuses. 

9 février 1889. — Inoculation de deux cobayes dans le 
tissu conjonctif sous-cutané de la cuisse de 1/2 centimètre 
cube de deux cultures âgées de *26 à 30 jours. 

9 mars. — Mort d'un des deux cobayes. — Rien à l'auto- 
psie. — Le sang du cœur fournit des cultures pures. 

29 mars. — Mort du deuxième cobaye, 50 jours après 
l'inoculation. — Rien à l'autopsie. — Le sang du cœur fournit 
des cultures fertiles. — Des coupes pratiquées dans la rate 
ne décèlent aucune altération tuberculeuse. 

Je rappelle à ce propos ma remarque précédente : 
Lorsqu'on ne trouve pas de tubercules aux autopsies 
des cobayes, tués par inoculation, ce n'est pas que 
le temps leur ait manqué pour se produire, c'est que 
le bacille n'avait pas, au moment où il a été inoculé, 
la propriété de fabriquer du tubercule. Il ne faut donc 
pas considérer cette propriété comme une atténua- 
tion de la virulence normale, mais bien comme un 
pouvoir surajouté et temporaire qu'acquiert l'agent 
virulent. En effet: 1* les cobayes qui meurent sans 
lésions tuberculeuses apparentes, n'en ont pas davan- 
tage de microscopiques, comme cela a lieu pour les 



506 J. GOURMONT. 

animaux qui meurent hâtivement, d'inoculation du 
bacille de Koch; 2"* les cobayes qui meurent sans 
lésions, survivent presque toujours plus longtemps 
h l'inoculation que les tuberculeux; on peut même 
voir des cobayes mourir au bout de 50 jours sans 
lésions, tandis que d'autres meurent tuberculeux en 
5 à 10 jours. 

Je dois ajouter que toutes les inoculations faites 
avec des cultures, ayant poussé dans des conditions 
spéciales (46* par exemple ou dans le vide), ont tué 
les cobayes sans lésions, et le plus souvent à longue 
échéance. 

E. Inoculation ctun tubercule emprunté au cobaye. 
— L'inoculation d'un tubercule de cobaye à un autre 
cobaye, a toujours tué ce dernier avec des lésions 
tuberculeuses. En d'autres termes, s'il est difficile 
d'obtenir la tuberculose du cobaye, par les inocula- 
tions de culture, rien n'est plus simple que d'obtenir 
une série de cobayes tuberculeux, par rinoculation 
directe du tubercule, une fois qu'on a pu le produire. 

Je vais relater, comme exemple, la suite des expé- 
riences citées en C. 

\^ janvier 1889. — Inoculation sous-cutanée h un cobaye, 
de ili, centimètre cube de culture âgée de 19 jours. 

\1 janvier, — Le cobaye meurt tuberculeux (voir G). Ino- 
culation d*un tubercule du foie broyé sous la peau de la 
cuisse d'un cobaye. 

^S janvier. — Mort du cobaye. Abcès local énorme (une 
grosse noix) formé par une matière caséo-purulente. Ense- 
mencée, cette matière fournit des cultures pures. — Pas de 
ganglions intermédiaires. La rate est farcie de tubercules 
bien distincts les uns des autres et s'écrasant difficilement. 
Le foie est également rempli de petits tubercules. — Rien 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 507 

aux poumons. — Pas de bacilles de Koch. — Les tuber- 
cules du foie et le sang du cœur ensemencés fournissent 
des cultures pures. 

Inoculation d*un cobaye à la cuisse avec des tubercules 
du foie. 

3 février. — Mort du cobaye. — Abcès local assez volu- 
mineux formé par du caséum presque solide. Péritonite 
légère avec un petit ganglion lombaire peut-être enflammé. 
La rate est énorme, elle mesure 5 centimètres de longueur 
sur â'^ySO de largeur (le cobaye était très petit); elle est en 
outre farcie de petits tubercules. 

Le foie est également farci de petits tubercules. Les deux 
poumons sont parsemés de tubercules petits et très espacés. 
Pas de bacilles de Koch. Les tubercules et le sang du cœur 
ensemencés fournissent des cultures pures. Un cobaye est 
inoculé à la cuisse avec un extrait du foie et de la rate. 

14 février*. — Mort du cobaye. — Gros abcès caséeux local. 
— Pas de ganglions intermédiaires. Quelques tubercules 
espacés dans la rate. — Le foie est également parsemé de 
tubercules durs; en outre, sur le bord tranchant existe un 
amas de tubercules ; le centre de cette agglomération est 
caséeux. Rien aux poumons. Pas de bacilles de Koch. Le 
sang du cœur et les tubercules ensemencés fournissent des 
cultures pures. 

Je ne veux pas copier plus longuement mon cahier 
d'expériences; le cobaye autopsié le 14 février 
appartient déjà au quatrième passage. En somme, 
toutes les fois que j'ai pu tubercuHser un cobaye, j'ai 
obtenu, avec la plus grande facilité, des séries de 
cobaves tous tuberculeux. 

Le cobaye qui meurt tuberculeux, succombe entre 
le o* et le 10' jour qui suit Tinoculation. La marche 
est donc très rapide; fait déjà remarqué, pour la 
tuberculose de Charrin et Roger, et de Grancher et 
Ledoux-Lebard. Lorsque le cobaye meurt avec de 
belles lésions tuberculeuses, un cobaye inoculé en 

TUBERCULOSB. — II. 33 



508 J. COURMONT. 

même temps, avec des cultures du bacille de Koch, 
ne présenterait encore aucune lésion macroscopique 
appréciable. 

ATautopsie, je ne cite que pour mémoire Tabsence 
du bacille de Koch et la présence constante du bacille 
que je décris, dans le sang et dans les tubercules. 
Le point inoculé est transformé en vaste abcès 
caséeux dix fois plus considérable, lorsque le cobaye 
meurt tuberculeux, que lorsqu'il meurt sans lésions. 
C'est d'ailleurs le seul signe qui puisse faire soup- 
çonner l'existence de tubercules, chez le cobaye 
encore vivant; en effet la chaîne de ganglions qui, 
dans la tuberculose de Koch, est un indice précieux, 
manque ici complètement. Entre l'abcès caséeux 
local de la cuisse et la rate tuberculeuse, on ne trouve 
jamais de ganglions altérés. Cependant la marche de 
l'infection parait bien être ascendante, puisque la 
rate est toujours le premier organe atteint, le foie 
le second, et enfin les poumons en dernier lieu. 
C'est là un fait très remarquable: les lymphatiques, 
s'ils servent toutefois au transport du virus, ne 
conservent pas trace de son passage. Je crois ce 
caractère différentiel entre les deux tuberculoses 
d'une grande importance; et il peut à l'avenir donner 
l'éveil aux expérimentateurs, qui verraient manquer 
la chaîne ganglionnaire. 

La rate est habituellement très augmentée de 
volume et souvent adhérente au rein gauche. Elle est 
littéralement farcie de tubercules, qui donnent à sa 
surface un aspect bosselé et sont le plus souvent telle- 
ment rapprochés, qu'on a peine à trouver au micro- 
scope un point de la préparation qui soit sain. 

Le foie est également toujours parsemé de 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 509 

tubercules, mais ceux-ci sont plus espacés que dans 
la rate; ils sont plus durs, plus énucléables. 

Les poumons sont atteints 1 fois sur 2 , à peu près, 
l'inoculation étant faite à la cuisse ; les tubercules y 
sont habituellement encore plus espacés que dans 
le foie; ils sont plus petits, très durs, et donnent à 
Torgane un aspect tacheté. 

On trouve encore, à l'autopsie de certains cobayes, 
une péritonite considérable et un peu de pérîcardite. 
La maigreur est toujours remarquable. 

Je vais prendre pour type de la description du 
tubercule une coupe de poumon de cobaye. On 
distingue nettement à l'œil nu, par transparence, les 
petits tubercules qui font une tache ronde, très 
opaque, tranchant sur le tissu sain beaucoup moins 
coloré. 

Avec un grossissement faible, on voit le tubercule 
se détacher encore plus nettement. Il se compose 
d'un amas de cellules à noyaux foncés, très serrées 
les unes contre les autres, au milieu desquelles se 
remarquent plusieurs taches jaunes, qui sont autant 
de cellules géantes. Les noyaux qui forment la cou- 
ronne de ces cellules géantes, sont plus foncés que les 
noyaux environnants. La délimitation du tubercule 
est très nette, on passe brusquement du tissu sain 
à la masse des cellules plus foncées et plus serrées 
qui constituent la lésion. Aucun vaisseau, aucune 
bronche ne pénètre dans le tubercule (voir fig. IV). 

Avec un grossissement plus fort, on constate que 
les cellules géantes sont formées d'un amas granu- 
leux jaunâtre entouré d'une couronne de noyaux très 
foncés (fig. V). 

Tous les efforts que j'ai tentés, pour colorer les 



510 J. GOURMONT. 

bacilles qui doivent pulluler dans le centre des cel- 
lules géantes, sont restés infructueux. Le protoplasma 
bacillaire se décolorant aussi facilementqu'il se co- 
lore (voir Réactifs colorants ^ 11*), je n'ai pas pu dé- 
couvrir de procédé qui me permit de déceler les ba- 
cilles qui existent dans les coupes. Ces microbes se 
comportent donc, vis-à-vis des matières colorantes, 
tout différemment des zooglœes que Malassez et Vi- 
gnal et les autres auteurs ont pu nettement colorer 
dans leurs coupes de tubercules. 

2. Inoculation au lapin. 

A. Inoculation (Tun tubercule du bœuf. — Le tu- 
bercule pleural du bœuf, qui a été le point de départ 
de ce travail, fut inoculé au mois de décembre 1888 à 
8 lapins en même temps qu'aux 8 cobayes. La plu- 
part de ces lapins sont devenus tuberculeux en un 
laps de temps variant de 15 à 80 jours. 

i7 décembre 1888. — Avec Textrait d'un tubercule pleu- 
ral typique provenant d'un bœuf sacrifié à l'abattoir et atteint 
de pommelière, etc. (voir cobaye A), 8 lapins sont inoculés 
dans le tissu conjonctif sous-cutané de la cuisse droite. 

\ janvier 1889. — Mort d'un lapin. Petit abcès local. Pas de 
ganglions. Uatc volumineuse sans tubercules. Le foie en est 
farci. Rien aux poumons. Pas de bacilles de Koch. Plusieurs 
ballons de bouillon sont ensemencés avec le sang du cœur 
et les tubercules. Quelques-uns seulement se troublent. 

7 janvier, — Mort d'un lapin. Rien localement. Pas de 
ganglions. Tubercules disséminés dans le foie. La rate est 
un peu augmentée de volume, sans tubercules. Rien aux 
poumons. Pas de bacilles de Koch. Le sang du cœur ense- 
mencé ne donne pas de cultures. 

22 janvier, — Mort d'un lapin. Maigreur considérable. 
Rien localement. Les organes paraissent sains. Ënorme 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 511 

abcès sous-cutané au niveau de Tappendice xyphoïde, du 
volume d'une grosse orange. Un caséum très lié, semblable 
à du mastic, gris sale, s'échappe d'une membrane dure for- 
mant poche; cette cavité est absolument sous-cutanée et ne 
pénètre pas dans Tabdomen. Ge caséum ne contient pas de 
bacilles de Koch. Le sang du cœur ensemencé fertilise quel- 
ques-uns des ballons. 

'ii janvier. — Mort d'un lapin. Maigreur très considérable. 
Rien localement. La rate est augmentée de volume. Dans 
une partie du foie se trouve un amas de tubercules dont le 
centre est caséeux. Pas de bacille de Koch. Le sang du cœur 
ensemencé fournit quelques cultures. 

28 janvier. — Mort d'un lapin. Maigreur considérable. 
Rien localement. Pas de ganglions. Le foie est parsemé de 
tubercules très petits; un groupe plus serré se trouve contre 
la vésicule biliaire. Un peu de liquide dans le péritoine. La 
plupart des ballons ensemencés avec le sang du cœur sont 
fertiles. 

Février. — Deux lapins sont sacrifiés. Aucune lésion des 
organes. Le sang du cœur ne donne pas de cultures. 

7 mars. — Mort du dernier lapin. Petit abcès local. Pas 
de ganglions. Quelques tubercules disséminés dans le foie 
et dans la rate. Les deux poumons sont le siège de lésions 
tuberculeuses très confluentes; il ne parait pas subsister un 
morceau sain. On constate de grands espaces lardacés, 
entre lesquels le tissu très congestionné laisse émerger des 
granulations jaunes et grises. A la coupe, on ne découvre 
que des masses tuberculeuses. Presque pas de caséum. 
Quelques adhérences dusommet. Pas de bacille de Koch. Le 
sang du cœur ensemencé ne fournit que quelques cultures. 

En somme, sur 8 lapins 2 ont résisté à l'agent vi- 
rulent, 1 n'a présenté qu'un vaste abcès situé loin 
du point d'inoculation, 4 ont eu une tuberculose dis- 
crète du foie ; le dernier, qui a survécu 80 jours, a suc- 
combéà une tuberculose généralisée elsurloulpulmo- 
naire. Le tubercule du bœuf s'inocule donc au lapin 
en reproduisant des lésions tuberculeuses, mais l'orga- 



512 J. COURMONT. 

nisme du lapin ne parait pas être un terrain extrê- 
mement favorable. La marche est lente: seul le lapin 
qui a survécu 80 jours présente une tuberculose bien 
confluente et généralisée. U y a loin de ce lapin au 
cobaye mourant tuberculeux en 5 jours.L*abcès local 
caséeuxmanque toujours '.lefoie est le premier organe 
qui se tuberculise, tandis que les poumons sont les 
premiers atteints par la tuberculose de Koch. Le sang 
contient des bacilles, mais en petite quantité ; il faut 
toujours ensemencer plusieurs ballons pour avoir 
une culture; en plus, ces cultures sont en partie com- 
posées de bacilles déformés, avec de nombreuses con- 
densations protoplasmiques. On dirait que le sang du 
lapin est un milieu qui convient mal au développe- 
ment du bacille. Cette remarque s'applique à toutes 
les cultures obtenues directement avec du sang du 
lapin. 

B. Inoculation d'un tubercule de lapin. — Toutesles 
fois qu'un lapin est inoculé avec un tubercule prove- 
nant d'un autre lapin, il meurt tuberculeux en moins 
de 50 jours. Comme cela a lieu pour le cobaye, les 
inoculations en séries réussissent donc toujours ad- 
mirablement. On va voir, en comparant les autopsies 
que je vais relater avec celles du groupe précédent, 
combien les premières dénotent une tuberculose évo- 
luant plus sûrement et plus largement. Si donc le 
tubercule du bœuf luberculise le lapin , néanmoins 
Tinfluence du changement d'espèce est manifeste ; 
le bacille paraît gêné par sa transplantation sur un 
autre terrain. 

7 war* 1889. — Mort du dernier des 8 lapins primitive- 
ment inoculés. (Voir précédemment.) Un extrait des tuber- 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 513 

culcs du poumon est inoculé sous la peau de la cuisse d*un 
autre lapin. 

28 avril. — Mort du lapin. Maigreur considérable. Énorme 
abcès caséeux local, tenant toute la cuisse et une partie de 
Tabdomen. Ce caséum fournit des cultures pures. La rate 
est volumineuse et farcie de tubercules. Quelques tuber- 
cules dans le foie. Les deux poumons sont remplis de petits 
tubercules blancs, durs, énucléables. Pas de bacilles de 
Koch. 1^ sang et les tubercules fournissent quelques cul- 
tures pures. Inoculation des tubercules du poumon sous la 
peau de la cuisse d*un lapin. 

25 mai. — Mort du lapin. Énorme abcès local caséeux. La 
rate est farcie de tubercules. Quelques tubercules dans le 
foie. Les poumons sont remplis de petits tubercules. Pas de 
bacilles de Koch. Le sang du cœur et les tubercules ense- 
mencés fournissent quelques cultures pures. Une parcelle 
de la rate est introduite sous la peau de la cuisse d'un lapin. 

4 juin. — Mort du Kipin. Abcès local caséeux. Quelques 
tubercules disséminés dans le foie. Quelques-uns des bal- 
lons ensemencés avec le sang du cœur sont fertiles. 

Je m'arrête à ce quatrième passage. On le voit, 
les lésions tuberculeuses se produisent infailliblement 
et plus rapidement que dans les cas relatés en A. 
Une autre particularité consiste en ce que, toujours, 
un énorme abcès caséeux marque le point d'inocu- 
lation, ce qui n'avait pas eu lieu en A. Le bacille est 
rare et déformé dans le sang. 

C. Inoculation d'un tubercule de cobaye. — Jamais 
le tubercule de cobaye inoculé à un lapin n'a pu pro- 
duire de lésions tuberculeuses. Le lapin est presque 
toujours mort avec des bacilles dans son sang. L'effet 
de l'inoculation est à peu semblable, qu'on inocule 
un tubercule de lapin au cobaye, ou un tubercule de 
cobaye au lapin; mais tandis que le cobaye meurt 



514 J. COURMONT. 

toujours et rapidement, le lapin échappe quelquefois 
et, s'il meurt, succombe à longue échéance. Je ne 
relaterai qu'une expérience, où le lapin a présenté 
de Tœdème du point inoculé, comme les cobayes qui 
succombent rapidement. C'est d'ailleurs la seule fois 
que j'ai vu ce fait chez le lapin : 

17 janvier, — Un lapin est inoculé sous la peau de la 
cuisse avec un fragment de rate tuberculeuse de cobaye. 

18 février. — Mort du lapin. Œdème tremblotant de la 
cuisse jusqu*au pénis. Rien ailleurs. Le sang du cœur fournit 
quelques cultures pures. 

D. Inoculation dune culture. — L'inoculation des 
cultures m'a donné des résultats bien moins nets 
que chez le cobaye. Je suis arrivé très rarement à 
produire des lésions tuberculeuses chez le lapin par 
ce moyen. Le fait important est que les cultures qui 
tuberculisaient le cobaye ont toujours été inoculées 
en même temps à des lapins, sans pouvoir fabriquer 
un seul tubercule chez ces animaux. A part ce fait 
certain, ilm'cstimpossible de rien préciser. De temps 
en temps, sur plusieurs lapins inoculés avec des cul- 
turcs différentes, j'ai obtenu un ou deux animaux tu- 
berculeux, mais toutes les fois que j'ai voulu me re- 
mettre dans les mêmes conditions, je n'ai pas réussi 
à faire de la tuberculose. 

En somme le lapin est un terrain d'étude bien 
moins favorable que le cobaye pour le bacille dontje 
décris les effets. C'est un milieu qui résiste à l'inva- 
sion, quelquefois avec succès, et qui, en tous cas, ne 
cède que lentement. Ainsi: les lapins résistent jus- 
qu'à 80 jours à l'inoculation d'un tubercule; le ba- 
cille est peu abondant et déformé dans leur sang ; et 
les cultures ne les tuberculisent que rarement. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 51 o 

3. Inoculation au pigeon et au rat blanc. 

Le pigeon m'a paruréfractaire. Sacrifié longtemps 
après rinoculation, il n'avait ni lésions ni bacilles 
dans le sang. Ce fait acquiert une certaine impor- 
tance, si on cherche à distinguer les différentes tu- 
berculoses. Nocard et Masselin ont vu en effet le pi- 
geon susceptible de se tuberculiser par leurs cultures 
de zooglœes. 

Le rat blanc inoculé sous la peau de la cuisse 
avec un tubercule de cobaye est devenu tuberculeux, 
une fois sur deux, et a succombé au bout d'une ving- 
taine de jours. Le point d'inoculation était le siège 
d'un abcès caséeux notable ; les ganglions cruraux et 
lombaires n'étaient même pas enflammés; la rate 
était le siège d'une tuberculose très discrète. Tous 
les autres organes étaient sains. Les cultures faites 
avec des tubercules ont toujours été fertiles. 

IV. — Action favorisante des produits solubles 

Les produits solubles sécrétés par le bacille que 
j'étudie, inoculés à un animal, rendent ce dernier 
plus sensible à l'action du virus, préparent le ter- 
rain à la pullulation du microbe. Ils ont donc des 
propriétés inverses de celles qu'on constate chez ceux 
des autres microbes étudiés à ce point de vue. J'ai 
isolé les produits solubles en filtrant de jeunes cul- 
tures en bouillon sur le filtre en porcelaine système 
Pasteur et inoculé le produit de la filtralion à des 
lapins et des cobayes, tantôt sous la peau de la cuisse, 
tantôt dans le péritoine. Les résultats ont été cou- 



516 J. COURMONT. 

cluants surtout chez les cobayes. Les quantités ino- 
culées ont varié entre 1 centimètre cube par kilo- 
gramme de poids vif, chitTre auquel je me suis 
défînitivement arrêté et qui suffît parfaitement à pro- 
duire les effets voulus, et 1 centimètre cube par 
200 grammes de poids vif. Même à cette dernière 
dose qui est considérable, Tinoculation est presque 
toujours inoffensive; Fanimal n*a aucun phénomène 
réactionnel, soitlocal, soit général; il ne maigrit pas, 
n'a pas de fièvre, en un mot ne peut se distinguer de 
témoins indemnes. Dans quelques cas très rares, j'ai 
vu mourir des cobayes à longue échéance sans lé- 
sions, ni bacilles dans le sang. 11 va sans dire que les 
cultures filtrées ont toujours été éprouvées à Fétuve 
et sont toujours restées limpides. 

!•' Caa : L animal imprégné et une jeune culture fil- 
trée est inoculé au bout de plusieurs Jours avec un tu- 
hercule. — Dans ce cas Tcffet est foudroyant ; le cobaye 
meurt en 15 lieures et le lapin en 23 environ ; or, un 
cobaye témoin inoculé de la même façon mourant 
tuberculeux en 10 jours environ, on peut dire que le 
cobaye imprégné de produits solubles meurt 16 fois 
plus rapidement, et que son terrain est donc environ 
16 fois plus favorable à Tagent virulent. 

En outre, une parcelle du cobaye mort en 15 heu- 
res inoculée à un autre cobaye neutre, le tue égale- 
ment en 15 heures, et inoculée à un lapin également 
neutre, tue celui-ci en 23 ou 24 heures ; par consé- 
quent dans le même laps de temps que le premier 
cas. Au bout de 5 transmissions successives, je n'ai 
constaté aucune diminution de la virulence. Le virus 
puisé chez le cobaye ou le lapin morts à la suite de 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 517 

2 inoculations successives, produits solubles et virus 
peu actif, tue donc aussi rapidement des cobayes ou 
lapins neutres que le virus peu actif tue des animaux 
préalablement imprégnés de cultures filtrées; et 
cetie exaltation de la virulence subsiste sans diminu- 
tion ^ après ^ transmissions successives sur des animaux 
neutres. Je vais citer en entier une expérience typique : 

25 janvier i 889. — Une culture filtrée à Tâge de 24 heures, 
provenant d*une culture de sang de cobaye, est inoculée à 
un lapin et un cobaye. Environ 1 centimètre cube par kilo- 
gramme de poids vif sous la peau de la cuisse gauche. 

15 février, — Inoculation de ces deux animaux sous la 
peau de la cuisse droite avec un tubercule provenant d'un 
foie tuberculeux de cobaye. 

16 février, — Mort du cobaye 15 heures et du lapin 
23 heures après Tinoculation, tandis qu*un cobaye témoin 
inoculé de la même façon ne mourra que 10 jours après, 
tuberculeux. — Cobaye; à la cuisse droite existe un œdème 
tremblotant semblable à celui du charbon qui s*étend jus- 
qu'au milieu du ventre. Le sang du cœur fournit des cul- 
tures pures. — Lapin ; la cuisse droite est congestionnée. Le 
sang du cœur fertilise une partie des ballons ensemencés. 
Une parcelle de la sérosité du cobaye est inoculée à un 
lapin neutre. 

17 février. — Le lapin meurt en 24 heures avec : œdème 
tremblotant de la cuisse inoculée et grosse poche d'œdème 
autour du pénis. Le sang du cœur est fertile. Inoculation de 
la sérosité à un cobaye. 

18 février, — Mort du cobaye en 16 heures. Œdème de 
la cuisse inoculée. Inoculation de la sérosité k un cobaye. 

19 février, — Mort du cobaye en 15 heures. OEdôme très 
considérable. Rate très grosse. Sang fertile. Inoculation de 
Tœdème à un cobaye. 

20 février. — Mort du cobaye en 15 heures. CËdème très 
étendu. Sang fertile. 

20 jours après avoir été inoculés avec 1 centimètre 



548 J. COURMONT. 

cube de culture filtrée par kilogramme de poids vif, 
lapins et cobayes ont donc présenté un terrain extrê- 
mement plus sensible à l'action du bacille que les ani- 
maux neutres, et le virus pris sur ces animaux a con- 
servé après 5 passages la virulence quHy avait puisée. 

2" Cas : VanimaU imprégné de 1 centimètre cube 
de culture filtrée jmr kilogramme de poids vif, est 
inoculé plusieurs jours après avec une culture complète. 
— Le seul changement consiste donc en ce que la se- 
conde inoculation est faite non plus au moyen d'un 
tubercule introduit sous la peau, mais avec une cul- 
ture du bacille producteur. Les résultats ont été iden- 
tiques chez le cobaye, tout différents chez le lapin; 
le cobaye est toujours mort en moins de 20 heures, 
tandis que le lapin a succombé presque en même 
temps que le témoin. En se plaçant donc dans les 
conditions indiquées par ce second cas, Texpérience 
n'est démonstrative que si on opère sur le cobaye. 
Voici un exemple : 

20 mars, — Dans le péritoine d'un Irôs fort cobaye, ino- 
culation (l*un centimètre cube de culture filtrée à Tàge de 
48 heures et provenant d*un sang de cobaye. 

25 mars, — Inoculation sous la peau de la cuisse de quel- 
ques gouttes d'une culture datant du 4 mars (21 jours) à 
deux cobayes; un inoculé le 20 mars avec culture filtrée, un 
témoin. 

26 mars, — Le cobaye qui a subi les deux inoculations 
meurt au bout de 15 heures. Son sang est Torigine de plu- 
sieurs cultures fertiles. 

30 mars. — Mort du cobaye témoin. Le point inoculé est 
le siège d'un vaste décollement avec pus caséeux. Rate vo- 
lumineuse. Tuberculose du foie. Sang fournit des cultures 
pures. 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 519 

Le cobaye imprégné de produits solubles est donc 
mort en 15 heures à la suite de la seconde inocula- 
tion, tandis que le témoin n'a succombé qu'au bout de 
5 jours ; la différence n'est que de 1 à 8, parce que le 
témoin est mort dans le minimum de temps que de- 
mandent les lésions tuberculeuses pour se produire. 

3* Cas: L'animal reçoit en même temps les produits 
solubles dune culture filtrée^ et quelques gouttes d'une 
culture complète. — Il ne se produit aucun effet ap- 
préciable. L'organisme, n'ayant pas eu le temps de 
s'imprégner, ne constitue pas un terrain spécialement 
favorable. 

28 mars, — Deux cobayes de poids égal sont inoculés sous 
la peau de la cuisse droite avec quelques gouttes d'une cul- 
ture complète. L'un d'eux avait reçu quelques minutes avant 
dans sa cuisse gauche 1 centimètre cube de culture filtrée 
à l'âge de 48 heures. 

5 avril. — Les deux cobayes meurent en môme temps. 
Abcès local. Grosse rate. Sang fournit des cultures pures. 

Il ressort de cette expérience que l'organisme du 
cobaye a besoin d'être imprégné dans sa totalité au 
moment où il subit une inoculation du virus, pour être 
un terrain plus favorable à la pullulation du bacille. 

4*^ Cas : Peut-on reproduire in vitro ces phénomènes? 
— Après avoir filtré une jeune culture de 48 heures et 
avoir éprouvé à Tétuve le produit de la filtration, 
j'ensemençai ce dernier avec une culture complète. 
Le trouble fut manifeste dès le lendemain. Au bout 
de 3 jours j'inoculai un cobaye avec cette culture ef 
un autre (témoin) avec une culture de 3 jours égale- 
ment, mais faite avec du bouillon ordinaire. Le témoin 



520 J. COURMONT. 

mourut le premier, 2 jours après, avec des phéno- 
mènes locaux très aigus, tandis que le premier sur- 
vécut 6 jours et présenta des symptômes locaux 
moins marqués. 

Lorsqu'on essaye de renforcer le virus en le culti- 
vant dans des bouillons imprégnés de produits solu- 
bles, on obtient donc un effet contraire : le virus 
s'atténue. Cette action favorisante des produits solu- 
bles ne se manifeste par conséquent que par l'inter- 
médiaire d'un organisme; ils ne sont pas précisément 
favorisants par eux-mêmes mais modifient l'orga- 
nisme (surtout chez le cobaye), de façon à le transfor- 
mer en terrain extraordinairement favorable à la 
puUulation du bacille et à l'augmentation de sa viru- 
lence. 

V. — Conclusions 

l"" Il 1/ a plusieurs microbes capables de produire la 
tuberculose. 

Cette première conclusion ne découle pas seulement 
de mes expériences, mais aussi de toutes celles que 
j'ai résumées dans l'historique. 

Il suffit de rappeler combien on était embarrassé il 
y a 10 ans pour assigner h la lésion tuberculeuse un 
caractère qui lui soit propre, pour comprendre la 
facilité avec laquelle la découverte du bacille de Koch, 
agent unique de la tuberculose, fut universellement 
acclamée. Tout dans le tubercule avait successive- 
ment été considéré comme spécifique, Lebert avait 
même décrit une cellule tuberculeuse; mais on sen- 
tait si bien la fragilité de ces conceptions théoriques, 
qu'on en était arrivé à invoquer une cause inconnue, 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 521 

probablement spécifique celle-là, et, rapprochant les 
découvertes pastoriennes des expériences de Villemin 
et de Chauveau, on concluait déjà à Texistence d'un 
virus tuberculeux animé. Les esprits étaient donc 
bien préparés à la découverte de Koch, et il était si 
facile de définir dès lors la tuberculose « la maladie 
produite par le bacille de Koch », que cette défini- 
lion devint un dogme, et que les expériences anté- 
rieures de Toussaint et de Klebs entrèrent rapidement 
dans l'oubli. Les cliniciens d'ailleurs, qui se trouvaient 
ainsi munis d'un nouvel élément de diagnostic, irré- 
futable celui-là, et pensaient marcher rapidement vers 
la curabilité de la phtisie, n'auraient pas facilement 
renoncé à leurs espérances. 

La bactériologie entrait dans cette phase trompeuse 
où l'on croyait pouvoir trouver pour cliaque maladie 
infectieuse un seul microbe pathogène et son vaccin. 
Enfin le bacille de Koch prenait le pas sur le coccus 
de Toussaint parce que tout, depuis ses procédés de 
coloration, jusqu'au milieux sur lesquels il se déve- 
loppait, était spécial, et que la difficulté vaincue pa- 
raissait bien plus considérable. 11 faut ajouter, pour 
être juste, que de tous côtés on confirma la présence 
à peu près constante du bacille de Koch dans les lé- 
sions tuberculeuses. 

Maintenant encore, malgré le nombre croissant 
des découvertes qui minent cette unité de l'agent tu- 
berculeux, on admet le bacille de Koch comme le 
seul bacille tuberculeux et on appelle pseudo-tuber- 
cules ceux qui sont produits par d'autres microbes. 
Cependant, le raisonnement seul, à défaut de l'expé- 
rimentation, aurait dû faire admettre cette pluralité 
des causes microbiennes, du jour où des grains de 



522 J. COURMONT. 

lycopode (H. Martin) ou des œufs de a strongylus va- 
sorum » (Laulanié),etc. furent trouvés enkystés dans 
des tubercules absolument semblables à ceux qu'en- 
gendrait le bacille de Koch. Ces tubercules n'étaient 
pas inoculables en série, ils n'avaient pas le grand 
caractère signalé déjà par Villemin ; mais du moment 
qu'une poudre inerte suffîsait à les édifier, il était bien 
évident que les tissus seuls les fabriquaient dès qu'ils 
subissaient certaines irritations; en un mot, le tuber- 
cule devenait un produit de réaction des tissus contre 
une irritation mécanique. Que cette irritation pro- 
vienne d'un agent vivant capable de vivre dans la lé- 
sion, et, celle-ci nourrissant sa cause, deviendra ino- 
culable en séries. Comment admettre dès lors que 
cette propriété d'irriter les tissus ne soit l'apanage 
que d'une seule espèce microbienne? 

On pouvait encore arriver à cette conclusion par 
d'autres voies. C'est ce que vient de faire M. Bard en 
appliquant a l'étude du tubercule ses idées sur la 
spécificité cellulaire. Voici ce qu'on lit dans son nou- 
veau Précis ctanatomie pathologique (p. 220) : « Nous 
avons pu constater que, suivant les cas, les granula- 
tions tuberculeuses peuvent provenir d'espèces cellu- 
laires diverses, et ce fait nous a conduit à penser que 
les microbes pathogènes de la tuberculose devaient 
être multiples. Poumons il n'y a pas plus une tuber- 
culose unique, qu'il n'y a une suppuration unique. » 

Mais arrivons à rexpcrimenlation, qui doit tou- 
jours avoir le pas sur les idées théoriques. Plusieurs 
auteurs ont observé des microbes, plus ou moins dif- 
férents les uns des autres , et produisant des tuber- 
cules. Je dis des tubercules, parce que le mot de 
pseudo-tubercules doit être abandonné comme expri- 



NOUYEXLË TUBERCULOSE BACILLAIRE. 523 

manl une idée fausse; si Ton veut à tout prix parler 
de pseudortubercules il faut appeler ainsi les tuber- 
cules non réinoculables en séries que produisent 
la poudre du lycopode ou Tœuf du « strongylus 
vasorum ». C'est d'ailleurs le moment de rappeler 
que la plupart de ces microbes tuberculeux ont été 
pris sur des lésions que rien ne différenciait de celles 
de la tuberculose universellement décrite ; et dans 
mon cas spécialement, c'est en choisissant à l'abat- 
toir des organes tuberculeux typiques de bœuf, qu'on 
ma apporté la pièce pathologique qui a été le point 
de départ de mes expériences. Le microscope n'a pas 
été plus heureux pour différencier entre eux les tu- 
bercules produits par des microbes différents; et en- 
fin l'inoculation, en laissant de côté les différences 
de marche, de durée, a, dans tous les cas où elle a 
été pratiquée, abouti à des résultats identiques. 

Combien y a-t-il de microbes tuberculeux actuel- 
lement décrits? 11 est difficile de répondre, certaines 
descriptions étant très sommaires ; on peut cepen- 
dant jusqu'à nouvel ordre dresser le tableau suivant 
par ordre de dates : 

1** Coccusde Toussaint; 

2^ Bacille de Koch ; 

3*" Zooglœes de Malassez et Vignal, Nocard,Eberth, 
Chantemesse, Grancher et Ledoux-Lebard ; 

4** Bacille de Charrin et Roger ; 

5"* Strepto-bacille de Dor ; 

6"* Le bacille que je viens de décrire; 

Il est même fort probable que le groupe zooglœique 
sera dissocié tôt ou tard : la propriété de se réunir 
en zooglœes pouvant appartenir à plusieurs espèces 
de microbes tuberculeux. 

TUBBRCULOeS. — II. 34 






5!24 J. COURJIONT. 

Je résume ma première conclusion en disant : Le 
tubercule doit désormais être considéré comme une 
mycose des tissus qui réagissent contre une irritation 
dont la cause peut être multiple. Le bacille de Koch 
est un des microbes tuberculeux, probablement le 
plus fréquent de tous surtout chez l'homme, il n'est 
pas « le microbe tuberculeux » . 

2* Certains microbes tuberculeux se développent 
facilement dans le sang. 

Cette seconde conclusion a une importance capi- 
tale. A Toussaint revient tout l'honneur de celte dé- 
couverte : c'estdans le sang d'une vache tuberculeuse 
qu'il prend la semence de son coccus en 1880; en 
1881, il isole de nouveau le même microbe dans le 
sang d'une autre vache tuberculeuse et dans le sang 
d'une truie tuberculeuse. Le bacille que je viens de 
décrire pullule également dans le sang des animaux 
inoculés ; cela est surtout frappant chez le cobaye : 
la plus petite goutte de sang ensemencée fournit en 
24 heures une culture abondante de bacilles; le sang 
du lapin est beaucoup plus pauvre et ce n'est qu'en 
ensemençant plusieurs ballons qu'on parvient à ob- 
tenir une culture, cl encore les bacilles qui la compo- 
sent présentent-ils des formes anormales comme s'ils 
avaient été gênés dans leur développement. MM. No- 
card et Masselin ont également constaté la présence 
du microbe qu'ils ont isolé du jetage d'une vache 
considérée comme tuberculeuse, dans le sang des 
animaux inoculés avec leurs cultures. 

J'ai dit que ces faits avaient une importance capi- 
tale. Des discussions interminables se sont élevées et 
s'élèvent encore au sujet de la prophylaxie de la tu- 
berculose; faut-il proscrire les viandes d'animaux 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 525 

tuberculisés? La plupart des savants, se basant sur la 
rareté du bacille de Kocli dans le sang, soutiennent 
Tinnocuité des viandes incriminées; d'autres, en tête 
desquels se placent MM. Chauveau et Arloing, veu- 
lent qu'un animal tuberculeux soit considéré comme 
dangereux dans toutes ses parties. Le bacille de 
Koch fût-il seul en cause, les idées soutenues par 
les premiers seraient déjà fort discutables, à plus 
forte raison doit-on les combattre en face de la 
pluralité des microbes tuberculeux et de la présence 
de plusieurs d'entre eux dans le sang; le problème 
s'élargit et on doit se ranger hardiment parmi ceux 
qui veulent traiter l'animal tuberculeux sur le même 
pied que l'animal charbonneux. Qu'il me suffise de 
rappeler que le bœuf, qui a servi de point de départ 
à mes expériences, a été sacrifié à l'abattoir de Lyon, 
et que plusieurs personnes étaient exposées à ingérer 
ses muscles, dont les vaisseaux fourmillaient d'un 
bacille conférant la tuberculose avec une grande ra- 
pidité. Et ce fait n'est pas isolé, puisque Toussaint 
avait à deux reprises cultivé un coccus tuberculeux 
en ensemençant du sang de vaches tuberculeuses. 
Le bœuf, étant la base de l'alimentation dans les 
grandes villes, peut donc par sa viande, saine en ap- 
parence, devenir un puissant agent de contagion tu- 
berculeuse. 

3"* Le bacille que je décris est presque toujours mor- 
tel, mais n'est tuberculisant que dans certaines condi- 
tions. 

N'eût-il eu aucun rapport avec la tuberculose, le 
bacille que j'étudie aurait présenté quand même 
un certain intérêt ; il tue toujours le cobaye et à peu 
près toujours le lapin dès qu'il est introduit dans 



526 J. COURMOXT. 

Torganisme de ces animaux. 11 est directement 
pathogène comme le bacillus anthracis. Mais en 
plus, il peut inciter les tissus & fabriquer du tuber- 
cule. Dans quelles conditions? 

Les espèces animales doivent à ce point de vue 
être divisées en plusieurs groupes ; ainsi le bœuf et 
le lapin seront réunis tandis que le cobaye et le rat 
blanc formeront un autre groupe. Un tubercule 
reproduit toujours de la tuberculose s'il est inoculé 
à un animal de même espèce que celui qui portait la 
lésion ou d'une espèce appartenant au même groupe ; 
ainsi le tubercule du bœuf a tuberculisé les huit 
lapins inoculés, et chaque lapin a été l'origine d'une 
série de lapins tuberculeux; ainsi également un 
tubercule de cobaye peut être l'origine d'une série 
de cobayes tuberculeux, et tuberculisé le rat blanc ; 
tandis que le tubercule du lapin ne tuberculisé pas 
plus le cobaye, que celui du cobaye le lapin. 

La conséquence logique do ces faits est que les 
cultures du bacille ne doivent être tuberculigènes 
qu'à certains moments de leur évolution et que le 
moment d'un groupe d'espèces ne doit pas corres- 
pondre à celui d'un autre groupe. Cette conclusion 
rationnelle est d'ailleurs une vérité expérimentale 
que je crois avoir démontrée ; il serait possible, en 
expérimentant sur un grand nombre d'espèces ani- 
males, de dresser une véritable échelle d'aptitude 
tuberculeuse d'une culture inoculée à différents 
âges. 

11 faut donc tenir compte de ces deux facteurs : 
l'âge de la culture et l'espèce inoculée, pour pouvoir 
déterminer si le bacille irritera les tissus de façon à 
leur faire fabriquer du tubercule. L'explication de 



NOUVELLE TUBERCUIX)SE BACILLAIRE. 527 

ces faits n'est pas aisée ; le grand problème des im- 
munités est encore bien loin d'être résolu. 

En tous cas, il ressort clairement des expériences 
que j'ai instituées que, pour le bacille qui nous occupe, 
la proprif^té d'inciter les tissus à faire du tubercule 
est une propriété surajoutée à sa virulence ordinaire, 
n tue directement les animaux en pullulant dans 
leur sang, au bout d'un temps plus ou moins long, 
sans les tuberculiser dans certains cas, en les tubcr- 
culisant dans d'autres ; mais si l'on ne constate pas 
des tubercules macroscopiques, il est impossible 
d'admettre que ceux-ci ne sont pas visibles parce 
qu'ils n'ont pas eu le temps de se développer suffi- 
samment; et cela pour deux raisons. 

D'abord on se rappelle que certains cobayes n'ont 
succombé que longtemps après l'inoculation (jus- 
qu'à 50 jours), avec le bacille dans le sang et sans 
tubercules, tandis que tous ceux qui ont présenté des 
lésions tuberculeuses sont morts en moins de quinze 
jours; en second lieu, toutes les fois que des coupes 
ont été faites dans des foies ou des rates de cobaves 
morts rapidement ou lentement sans tubercules, 
le microscope n'a jamais décelé ces jeunes tuber- 
cules que Yersin [ï] a constatés chez les lapins ino- 
culés par injection intra-veineuse du bacille de Koch 
et mourant avant que le tubercule soit apparent. 
C'est donc bien une propriété nouvelle qu'acquièrent 
les cultures à un moment donné de leur évolution. 

Si pareille conclusion n'a jamais encore été énon- 
cée, les faits qui l'appuient ont cependant, je crois, 
déjà été observés, mais sans attirer l'attention. 

(1) Yersin, Étude sur le développement du tubercule expérimental. 
{.Annales de l'institut Pasteur, 1888, p. 245.) 



528 J. COURMOIIT. 

Toussaint n'a-t-il pas fait plusieurs inoculations avec 
ses cultures avant de rendre ses lapins tuberculeux? 
Ce n*est qu'en inoculant une troisième culture qu'il 
vit un lapin mourir avec des tubercules ; mais une 
fois en possession de ceux-ci, il obtint facilement une 
série de lapins tuberculeux (voir V Historique). 

M. Dor vient en outre de me remettre la note 
suivante : « En mai 1887, je fis une culture de mon 
strepto-bacille avec un tubercule pris sur la rate d'un 
jeune lapin. Mes ballons furent troublés dès le len- 
demain. Je fis une seconde série de cultures avec 
les premières et inoculai ces secondes cultures à 
deux lapins. Ces animaux, sacrifiés une vingtaine de 
jours après, ne présentèrent aucune lésion à l'auto- 
psie. Un autre lapin que j'avais inoculé avec une pre- 
mière culture mourut plusieurs mois après sans que 
je puisse en faire l'autopsie ; j'ai su depuis qu'il avait 
présenté des lésions tuberculeuses. Lorsque je lus 
la note de MM. Cliarrin et Roger, je m'empressai de 
publier mes premiers résultats et je repris mes ino- 
culations. Je réussis du premier coup à rendre les 
lapins tuberculeux en leur inoculant une première 
culture. » 

N'y a-t-il pas lieu de croire que plusieurs expéri- 
mentateurs ont pu avoir en main des cultures pures 
d'un microbe tuberculeux, les inoculer et conclure 
négativement? Si M!V1. Charrin et Roger n'avaient 
pas publié leur découverte en mars 1888, M. Dor 
n'aurait probablement jamais reproduit des tuber- 
cules avec ses cultures ; c'est d'ailleurs la seule façon 
de s'expliquer comment un bacille se cultivant aussi 
facilement que celui que je viens de décrire, se 
retrouvant avec abondance dans le sang, a pu passer 



NOUYEIXE TUBERCULOSE BACILLAIRE. 529 

inaperçu aux nombreux savants qui ont expérimenté 
sur la tuberculose. 

Désormais, quiconque se trouvera en présence 
d'un microbe qu'il soupçonnera pouvoir être tuber- 
culeux, devra, avant de se prononcer sur les pro- 
priétés de cet agent, inoculer plusieurs espèces ani- 
males et chaque espèce avec ses cultures d'âge varié. 

4* Les produits solubles sécrétés par le bacille décrit 
ont une action favorisante. 

Le bacille sécrète des produits solubles qui, intro- 
duits dans un organisme, transforment ce dernier en 
un milieu extrêmement favorable à la puUulation du 
microbe et à son action nocive sur l'économie ; de 
plus, le virus qui a passé par un organisme ainsi 
modifié s'exalte au point de tuer un organisme 
indemne aussi rapidement que le virus primitif tue 
l'animal imprégné de produits solubles. 

Ce fait remarquable, qui est surtout frappant chez 
le cobaye, a besoin de plusieurs conditions pour 
être bien observé. 

U faut : 1* que le virus se trouve en présence des 
produits solubles fabriqués par son microbe, par 
l'intermédiaire d'un organisme animal ; 2"" que cet 
organisme ait reçu depuis plusieurs jours l'inocula- 
tion de cultures filtrées ; 3° que le virus soit inoculé 
à l'état de tubercule, si on veut obtenir des effets 
certains chez le lapin. Pour le cobaye, l'inoculation 
peut être faite avec une culture. Enfin, les effets 
toxiques des cultures filtrées sont à peu près nuls. 

U parait peu rationnel au premier abord qu'un 
être, même très inférieur, sécrète des produits qui 
puissent lui être utiles. Mais ce n'est pas sous ce jour 
étroit qu'il faut envisager le problème : les produits 



532 J. COURUONT. 

savoir si le microbe du charbon symptomatique ne 
sécréterait pas deux substances & propriétés opposées : 
Tune vaccinante et l'autre favorisante. 

Mes expériences personnelles tendent à me faire 
admettre cette seconde hypothèse. Chez mes animaux 
en effet, ce n'est pas un trouble passager affaiblissant 
l'organisme qui est la cause de leur mort rapide : 
c'est une véritable action appartenant en propre aux 
produits solubles et qui a même besoin de quelques 
jours pour se manifester, absolument comme l'ac- 
tion vaccinante des produits solubles du charbon 
symptomatique. Au bout de 20 jours cette influence 
est aussi nette qu'au bout de 5 jours ; et enfin le 
virus s'exalte considérablement par son passage sur 
ranimai imprégné de produits solubles : il y trouve 
donc autre chose qu'un organisme momentanément 
affaibli. Je crois donc avoir démontré l'existence de 
substances solubles favorisantes sécrétées par le ba- 
cille que j'étudie, au même titre que d'autres fabri- 
quent des substances vaccinales. Je suis en plus 
porté à croire que le microbe du charbon symptoma- 
tique sécrète deux substances de propriétés diffé- 
rentes: l'une favorisante, Tautre vaccinale. 

Quelles sont les conséquences de l'introduction de 
ce nouveau principe en bactériologie? Elles sont 
nombreuses, mais plus spécialement importantes 
au point de vue particulier qui nous occupe, au 
point de vue de la tuberculose. Ne trouve-t-on pas 
là l'explication de beaucoup de caractères de cette af- 
fection? La tuberculose, loin de vacciner le sujet qui 
a été une première fois atteint, finit tôt ou tard par 
le faire succomber. Lorsqu'elle s'établit dans un point 
même très restreint de l'économie, elle se généralise 



NOUVELLE TUBERCULOSE BACILLAIRE. n33 

le plus souvent, et dans certains cas seulement à la 
longue, comme si le microbe cantonné dans un point 
du corps imprégnait de là petit à petit toutes les par- 
ties de l'organisme de substances préparant le ter- 
rain à son envahissement. 

L'hérédité maternelle enfin trouve une explication 
satisfaisante. Tout le monde admet que, dans la pres- 
que totalité des cas, la mère tuberculeuse ne met pas 
au monde un enfant porteur de bacilles, mais pré- 
disposé à les cultiver ; pourquoi ? Parce que, pendant 
toute la durée de la vie intra-utérine, les produits 
solubles favorisants, partis delà lésion maternelle 
où ils sont continuellement fabriqués par les bacilles, 
viennent imprégner le fœtus. Celui-ci naît dans le 
même état que les animaux artificiellement inoculés 
avec une culture filtrée, et offrira par conséquent un 
terrain tout prêt à cultiver les premiers bacilles qui 
pénétreront dans son économie. 



EXPLICATION DES FIGURES DE LA PLANCHE 



Fio. 1. — Culture en bouillon à + 35". 
(Obj. -jL à immersion G. Zeiss.) 

Fio. 11. — Culture en bouillon à -|- 460. 
Quelques formes longues. 
(Obj. -=L à immersion C. Zeiss.) 

FiG. III. — Sérosité de l'œdàme local du cobaye, qui succombe rapidement 
sans lésions tuberculeuses. 
Formes longues. 
(Obj. |L à immersion C. Zeiss.) 

FiG. IV. — Coupe d'un poumon de cobaye mort tuberculeux en cinq 

jours. (Obj. n» 2 Vcrick.) 
FiG. V. — Une des cellules géantes de la figure précédente, examinée à 

un plus fort grossissement. 

(Obj. no 8 Verick.) 



Recherches expérimentales 

SUR 

LES SUEURS DES TUBERCULEUX 

PAR 

le Dootenr H. SURMONT 

CHRK Dis CLINIQUE DBLkOUB OB LA PACULTK DK LILLB 



La fréquence du symptôme sueurs dans révolution 
clinique des différentes formes de Tinfeclion tuber- 
culeuse nous avait donné depuis longtemps déjà 
ridée de rechercher la signification pathogénétique 
de ce phénomène. 

Avant ces dernières années, lorsqu'on ignorait 
encore la nature infectieuse de la tuberculose ou 
qu'on Toubliait, Tidée qui se présentait le plus natu- 
rellement à Tesprit était de chercher dans les troubles 
fonctionnels généraux, fièvre, troubles gastriques, etc. , 
Texplication de cette sudation. Les cliniques de M. le 
professeur Peter sont trop présentes à Tesprit de 
tous pour que j'aie à insister sur ce point : a Les 
tuberculeux, dit-il, suent parce qu'ils ont de la fièvre, 
ils suent parce qu'ils dorment, ils suent encore parce 
qu'ils vont mourir. » 

Cependant tous les esprits n'étaient pas satisfaits; 
Peter, lui-même, avouait que les sueurs du réveil 
restaient en soi passablement mystérieuses, et 



SUEURS DES TUBERCUJ^UX. o35 

quelques-uns continuaient à voir dans ces troubles 
sudoraux une manifestation du génie de la maladie, 
quelque chose de spécifique en un mot. Aujourd'hui 
que la nature bactérienne de la maladie est bien 
établie, cette dernière opinion semble se renforcer, 
a priori, du poids de quelques analogies sérieuses. 
Le fait de décharges bactériennes par le rein est 
indéniable; il est logique de supposer qu'il en doit 
exister également par les glandes sudoripares dont 
la fonction et la structure sont si voisines. La peau 
est le siège de phénomènes de ce genre dans d'autres 
maladies dont la nature infectieuse ne fait aucun 
doute, dans les fièvres éruptives par exemple. Le pro- 
fesseur Bouchard (1) et M. Hanot (2) ont vu survenir au 
déclin de la fièvre typhoïde une éruption confluente 
de vésicules et de pustules dont le contenu s'est 
montré bacillifère, et dont l'apparition a coïncidé 
dans un cas avec un notable amendement des phéno- 
mènes cliniques. 

Par contre, les recherches entreprises jusqu'au- 
jourd'hui sur les diverses sécrétions des tuberculeux 
y ont en général démontré l'absence du microbe, 
sauf dans les cas de lésion de la glande même ; le 
sang des tuberculeux lui-même n'est virulent que 
dans des circonstances tout à fait exceptionnelles (3). 
Il était donc nécessaire que l'esprit, ballotté entre les 
raisons qui militent pour la spécificité des sueurs des 
phtisiques et celles qui la combattent, cherchât dans 
l'expérimentation la raison du phénomène. 

C'est pourquoi nous avons institué diverses expé- 



(1) Bouchard, Congrès de Londres^ i88i, t. I, p. 348. 

(2) Hanot, Rev. de méd., 1881, p. 821. 

(3) PiRKBT, De Vhéréditéde la tuberculose in Rev, de méd., 1887, p. 6. 



536 H. 8URM0NT. 

riences. La question, en effet, est grosse de consé- 
quences, non seulement au point de vue de la théorie, 
mais aussi au point de vue plus essentiel encore de 
la pratique. Il importe de savoir si l'entourage du 
phtisique est ou non menacé par ses sueurs comme 
il Test par les produits de son expectoration ; s'il faut 
prendre, pour les linges de corps souillés seulement 
par la transpiration, les mesures de désinfection 
qu'exigent les objets souillés par les crachats; si les 
sueurs du début, celles-là qui se montrent parfois 
avant l'établissement de l'expectoration, si les 
sueurs de la péritonite tuberculeuse signalées par 
Fonssagrives, sont dangereuses. 11 suffit d'énoncer 
ces idées pour faire voir l'importance du problème 
au point de vue de l'hygiène comme au point de vue 
de la prophylaxie de l'affection. 

Nos expériences ont consisté à recueillir chez des 
malades atteints de tuberculose pulmonaire de la 
sueur pure que nous avons inocul