(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Etude sur les differentes voies d'absorption des medicaments"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



n'i Ui» iiifrlHuXT*- 



'VOIES D'ABSORP^ 

DES MÉDICAMENTJ 



Le D' A.-I,. AMAGAt 



€m 



PAIUS 

LlBRATIllE J.-B. BAILLIKRE IT Fifl 
H.Rdt RiuUliiuille, prte U MolMtf J SaiDt-Utfaijii.1 

IfiTH 



V509 
\A4Ô 
WT3 



ÉTUDE 



SUH LES DirrÉHSHTBS 



VOIES D'ABSORPTION 



DES MÉDICAMENTS 



Le D' A.-L. 4MAGAT. 







PARIS 

LIBRAIRIE J.-B. BAILLI6RE et FILS, 

1B, Rae Hintcreaillc, pris le boiilentd Sitat-Cenniin. 



(873 



•• I • • • 

• • •«•••• 

• • • • • 1 • 

• • • " • • 



• • 






• • « 

• • • 



• • • 



i # 







\ ^ 



.ÉTUDE 



SUR LB8 



DIFFÉRENTES VOIES D'ABSORPTION 



DES MÉDICAMENTS. 



CHAPITRE PREMIER 

DBS CONDITIONS QUI INFLUENCENT L* ABSORPTION 
MéoiCAMBNTBUSE EN GÉNÉRAL. 

L'absorption est un phénomène commun à tous les 
êtres or^nisés; chez les végétaux, privés d'org*anes 
digpestifs et qui trouvent dans le milieu qui les con- 
tient les matériaux de leur alimentation tout préparés, 
l'absorption constitue le premier temps de la nutrition ; 
chez les animaux et chez Thomme elle s'accomplit par- 
tout et sans cosse sur la surface digpestive, où veines et 
lymphatiques viennent puiser les aliments élaborés 
par la digestion, sur la surface pulmonaire dont le rôle 
est d'absorber Toxyg'ène, source des combustions d'où 
nattront la chaleur et le mouvement, et jusque dans la 
trame des org>anes où s'opère un perpétuel échange, le 
courant artériel apportant à chaque minute des élé- 
ments nouveaux, et les matériaux qui ont servi dispa* 
raissant par résorption veineuse. 



— 6 - 

Ainsi envisetg'ée, Tabsorption constitue un des plus 
intéressants chapitres de la physiolog'ie g'énérale, mais 
ce n'est pas à ce point de vue que ce travail est écrit. 

Pour limiter mon sujet de suite, et en indiquer à la 
fois le but et le plan, je me propose d'étudier les diffé- 
rentes voies par lesquelles le médecin peut introduire 
les médicaments dans l'org-anisme, d'indiquer les avan- 
tagées et les inconvénients inséparables de chacune de 
ces surfaces d'application, de retracer les cas dans les- 
quels il conviendra d'avoir recours à telle ou telle mé- 
thode, en même temps que de dire quelques régules pra- 
tiques relatives à chacune d'elles. 

Avant d'entrer dans l'étude détaillée de chaque voie 
p'administration des médicaments il est indispensable 
de passer en revue les différentes circonstances qui font 
varier en plus ou en moins l'intensité de l'absorption, et 
qui quelquefois peuvent la rendre nulle. Tel est l'objet 
du présent chapitre. 

Les conditions qui influencent l'absorption sont nom» 
breuses et diverses; elles dépendent de la surface sur 
laquelle est appliquée la substance, de la nature de cette 
substance elle-même, et d'un g'rand nombre de causes 
g-énérales que j'indiquerai plus loin, 

i 

A. Quelle différence n'y a-t-il pas, du côté de la 
surface d'application, entre le tissu cellulaire qui ab- 
sorbe si rapidement, et la peau intacte dont le pou- 
voir absorbant est extrêmement minime, si toutefois ; 
il existe (je veux parler des liquides, car les g»az, } 
comme chacun sait, sont très-bien absorbés par laj 
peau). — Entre la muqueuse pulmonaire et la surface " 
dig'estive, il y a une différence tellement considérable 



— 7 — 

Cjue des doses de certains poisons, le curare, par 
exemple, administrés par l'estomac, ne produisent au- 
cun effet appréciable, et tuent les mêmes animaux en 
expérience lorsque le poison est déposé sur la muqueuse 
pulmonaire. On peut dire, d'une manière générale, 
qu'une surface absorbe proportionnellement à son éten- 
due, à la richesse de son réseau capillaire, et à la déli- 
catesse de Tépithélium qui la revêt. 

B. C'est un fait universellement admis en physiologie 
(l^nérale, que certaines substances, les graisses, par 
exemple, sont lentement et difficilement absorbées; 
c'est ainsi que Ségalas (1) a retrouvé dans le péritoine 
d'animaux auxquels il avait injecté de l'huile d'olive, la 
même quantité de cette substance, et cela huit jours 
après l'expérience, tandis que dans les mêmes condi- 
ti(ms, l'eau est absorbée en vingt-quatre heures. A ne 
considérer d'ailleurs que les agents thérapeutiques, qui 
seuls doivent m' occuper, la nature de chacun a une 
grande influence sur la rapidité de son absorption ; si 
l'on injecte sous la peau de la cuisse d'un animal une 
quantité donnée de prussiate de potasse, et sous la peau 
de l'autre cuisse du même animal en expérience, une 
dose toxique de strychnine, une grande partie du prus- 
siate de potasse sera déjà éliminée qu'aucun signe de 
slrychnisme n'aura encore paru. Mialhe (2) a étudié 
jadis ce point de thérapeutique générale, et établi une 
distinction entre les substances qu'il a appelées coagu- 
lantes, et celles qu'il a dénommées fluidifiantes. Les 
premières, telles que le sublimé et les autres sels de 

(i) Ségalas, Journal de physiologie expérimentale, tome IV. 
(2) Mialhe, Chimie appliquéjB, 1856. 



•mercttre, formant av^Talbumine un coag*ulum qui n'est 
pris que lentement, moiécule à molécule, seront abtsor- 
bées infiniment moins vite que les alcalins, par exemple, 
fluidifiants par excellence, solubles dans le «uc g^as'- 
trique et d'une absorption rapide ; je reviendrai sur 
ces faits avec détail lorsque j'étudierai la voie g^aa» 
t piqué. 

Les expériences de Claude Bernard ont montré que la 
rapidité de l'absorption était proportionnelle à la quan- 
tité de substance dissoute. Il injecte datis le tissu cel^ 
lulaire d'un animal 10 grammes de g'iycose dissous dans 
30 grammes d'eau, le sucre apparaît dans l'urine au 
bout de cinq minutes ; si les 30 ^ramm:es d'eau ne con» 
tiennent que 1 gramme de sucre, celui^i n'apparaît 
plus dans l'urine que trois ou quatre heures après i''ex- 
périence. Longuet (1) fait remarqtter h ce propos qu'il y 
la une limite qu'il ne faut pas dépasser dans la ooncen 
tràtion des solutions; car alors la force de cristallisa 
tïoto l'emportant «ur celle de diffusion, l'absorption n\ 
plus lieu. 

C. Nous venons de voir l'absorption médicamenteuse 
varier d'intensité selon le point où est déposée la sub- 
stance, selon la nature et le pouvoir diffusible de cette 
substance ; nous allons la voir varier également avec 
l'âge, l'état pathologique, certaines influences de mi- 
lieu, etc.. Examinons ces divers cas : 

L'absorption, très-rapide chez l'enfant en voie < 
développement, est, au contraire, chez les vieillards « 
l'un et l'autre sexe, languissante comme toutes l 
autres fonctions de l'organisme. 

(1) Longet, Traité de physiologie, 4869. 



Là rapidité de Tabsorption varie avec lés élAtsr patho-^ 
log'iques. Broussais pensait que l'état deflètré aug*men(e 
Tabsorption, c'était là une simple vue de l'eslprit, et 
M. Briquet a démontré, contrairement à Topitiion dtt 
chef du physiolog^sme, que Fabsorption eât au contraire 
mîoinâ rapide dans l'état fébrile que dans l'état de danté j 
cette différence toutefois n'est pas bieh cotisidérable, 
puisque M. Briquet (1) ne l'évalue qu'à un huitième en 
iïioins. 

Le même auteur a constaté (jue dans le diabète, Tâb- 
dôrif)tion était ég'àlèment moins proûipte. Toutefois, et 
c'est à regretter, ce côté à été jusqu'ici assez peu éx- 
jploré ; il est des maladies dans lesquelles l'absorption 
dévient nulle dans Fintestîti, et niême sur les autres 
surfaces, tel est lé choléra; ô'est de la constatation de 
ce fait qu'est née l'injection directe dans les veines dansi 
cette redoutable maladie, comme noua l'apprend M, Dit-^ 
ôhaussoy (2). 

L'état de la cii^culatîon exerce une influence ôonsi- 
dérable sur l'abs^orption. 

La rapidité dû courant sahgHiin active, tandis que 
l'arrêt de la ch^culation suspend l'absorption. Après 
avoir pratiqué la ligatut^e dé l'aorte abdominale , oti 
introduit dans la' cuisse d'un animal du curare ou tout 
autre poison, celui-ci n'est pas* absorbé; an bout de 
quelques jours on enlève la ligature, et les phénomfènes 
d'empoisonnement se manifestent aussitôt. 

Uri point des plus importants et qui mérite de iW)ùal 
arrêter quelques instants, à cause de sesJ nômbreasesl 

(i) Briquet, Mémoires de rÂcadémie de médecine, 4857. 
(2) Duchaussoy, Des injections dans les veines dans le traitement du 
choléra, i%h^. 



— 10 — 

applications pratiques, c'est la réplétion des vaisseaux 
et le degré de la tension vasculaire. 

Magendie (1) injecte dans la plèvre d'un chien quel- 
ques gouttes d'une solution toxique, les signes de l'ab- 
sorption et de l'intoxication se manifestent aussitôt, il 
pousse alors dans les veines une injection de plusieurs 
litres d'eau pour porter à son mcudmum la tension san- 
guine, l'empoisonnement s'arrête; poursuivant l'expé- 
rience, il ouvre la jugulaire et aussitôt les signes de 
l'empoisonnement reparaissent à mesure que le sang 
s'écoule. On le voit, la réplétion des vaisseaux rend 
l'absorption à peu près nulle; dans les affections car- 
diaques, à la période d'asystolie, alors que la tension 
sanguine est portée à son summum, les malades se 
trouvent dans le cas des animaux de Magendie ; et le 
médecin qui, dans ces circonstances, prescrirait d'em- 
blée la digitale, jpourrait s'exposer à de fâcheux mé- 
comptes, s'il ne faisait précéder l'administration de son 
médicament, de Faction des révulsifs intestinaux. 

Par contre, toutes les causes qui diminuent la quan- 
tité de sang favorisent les phénomènes d'absorption. 
Les chiens auxquelis Magendie faisait une saignée 
avant de leur donner la dose habituelle de poison, suc- 
combaient en trente secondes; ces faits, les médecins les 
connaissaient depuis longtemps, la longue observation 
des malades leur avait appris que les diurétiques ou 
les purgatifs, en soustrayant une grande quantité de 
liquide, rendent l'action des médicaments plus rapide 
et plus énergique, que la saignée favorise la résorption 
des épanchements séreux et des exsudats inflamma- 
loires. 

(1) Magendie, Journal de physiologie expérimentale, t. I, p. 6. 



— il — 

L'alimentation ayant pour efïet d'aug-menter la masse 
du sang-, on comprend facilement que l'absopplion sera 
moins intense pendant la dig'eslion qu'à jeun ou pen- 
dant l'abstinence. Ce fait d'ailleurs n'est que trop 
prouvé parla mortalité excessive qui atteint au début 
des épidémies les convalescents, les valétudinaires et 
tous eeux, trop nombreux, que frappe la misère. 

En aug'mentant ou diminuant la pression extérieure 
qui fait contrepoids à la tension vasculaire, on peut 
aug-menter ou diminuer et même arrêter l'absorption, 
à son gré pour ainsi dire. 

La pression extérieure a été mise à profit par les chi- 
rurg'iens qui, chaque jour, se servent avec avantage de 
bandag'es compressifs dans le traitement des hydar- 
Ihroses, de certaines tumeurs, etc. 

La friction prolongée sur une surface de la peau avec 
des pommades peut en produire l'absorption. J'exami- 
nerai ce point en étudiant l'absorption par la surface 
cutanée. 

La soustraction en un point de la peau de la pression 
atmosphérique suspend l'absorption, c'est Murray (1) 
qui, le premier, a mis ce fait important en lumière; 
dans les cas de morsures d'animaux venimeux ou de 
piqûres anatomiques, de quelle utilité ne serait pas 
l'application de ventouses sur la partie malade, avant 
d'avoir recours à la caulérisation. 

Nous avons vu, d'après l'observation de Briquet et de 
Duchaussoy, l'influence qu'exercent certains états mor- 
bides sur la rapidité de l'absorption. Les altérations du 
système nerveux peuvent-elles aussi modifier ce phéuo- 



(i) Murray, Annalca dei 



naturelles, 1826, t. Vlll. 



— 12^ 

mène? Il n'est pas possible de répondre à cette question 
dans Tétat actuel de nos connaissance» sur ce point; 
quelques expériences physiolog*iques semblent faire 
penser que l'état du système nerveux n'est pas indifTé- 
rent au phénomène d'absorption que Ton considère en 
^néral cômnle un pur phénomène physique; c'est 
ainsi que des substances toxiques introduites dans Tes- 
tomac, après la section du pneumogastrique, n'ont pas 
produit d'empoisonnement. Longet a prouvé tout au 
moins que la suppression de l'excitation nerveuse ra- 
lentit la marche de Tempoisonnement. Il est question 
ici du système nerveux cérébro-spinal. La section des 
filets nerveux ganglionnaires hâterait au contraire T ab- 
sorption « (Cl. Bernard.) Mais, je le répète, c'est encore 
là un point de pathologie trop peu exploré pour que 
j'essaie de formuler une opinion ; il convient de réser- 
ver complètement la question jusqu'à ce que l'observa- 
tion ait parlé. 

Tels sont les faits généraux qu'il importait, je croisy 
d'avoir présents à l'esprit avant d'entrer dans les dé- 
tails; cela me permettra d'éviter un certain nombre de 
redites, en faisant l'étude de chaque voie d'absorption 
en particulier, que je vais commencer maintenant. 

Les surfaces sur lesquelles on peut appliquer des 
substances médicamenteuses, pour en obtenir l'absorp- 
tion, sont très-nombreuses, mais elles sont loin d'avoir 
toutes la même importance. 

Dans trois principaux chapitres, j'étudierai avec quel- 
ques détails la surface digestive, la peau, la muqueuse 
pulmonaire, qui sont les plus importantes, les seules 
réellement importantes. Je dirai en terminant quelques 
mots seulement de certaines voies d'absoption fort ac- 



— u — 

oei36tiii^8 et qui ne conviennent t\\i'k un très-petit nom-« 
bre de eas, telteig sont les plaies, les surfaces muqueuséi 
iautres que les muqueuses respiratoire et dig^estive, leê 
injections danil les veines^ les cavités closesi 



CHAPItRË lî 

ÔB LA itttdUfiUSÉ DiOÉSTiVÈ Et^VlSAGÉË COMMÈ VÔIB 
D'ÀBSbkPTtOfï bES MÉi)lCAÎifEN1«. 

l\ est indispensable pour la commodité de Tétude, dé 
diviser la surface di^estivé en un certain nombre de dé* 
parlements dont les limites d'ailleurs sont assez nelte- 
mëht trûeéèâ, tant ad point dé vue anatomiqUe qu'au 
point de vue physiôSôphîque, noUâ étudierons donc suc- 
cessivement : 1* les voies préstomacales; 2^ la mu- 
qtleUse g*astrô -intestinale; 3"" la cavité du g^ros intestin. 

Des voies préstômacales . 

Les càvîtéô buécale et pharyng'ienne né constituent 
qu'une sorte dé vestibule où se passent quelques actes 
mécaniques préparatoires, elles sont très-limilées, re- 
couvertes d"un épîthélium pavittienteux assez épais, et 
pour ces deux raisons, douées d'un pouvoir absorbant 
fort restreint. Aussi les thêrapeutistes ne se servent-ils 
de Tune ou l'autre de ces surfaces que lorsqu'ils veulent 
produire un effet local, à Taide de g^rgarismes et de 
collutoires, dans les cas de pharyog*ite, de stomatite 



— u — 

mercurielle ou autre. Quelques médecins cependant ont 
voulu utiliser la cavité buccale pour l'absorption des 
médicaments, c'est ainsi que Ghrestien (de Montpellier) 
a conseillé et pratiqué la friction des g^encives avec des 
sels d'or. Trousseau et Pidouxont employé les frictions 
belladonées sur la face interne des joues, dans les né- 
vralg^ies de la face. M. Martin-Damourette, dans cer- 
taines névralgies du trijumeau, a recours au procédé 
suivant : « Le malade frictionne avec la pulpe du doigi 
le point hyperesthésié, jusqu'à ce que Tépithélium soit 
enlevé, et, sur la partie ainsi préparée pour l'absorp- 
tion, il applique 2 centig^rammes de chlorhydrate de 
morphine; pendant une dizaine de minutes il évite 
d'avaler la salive et de cracher, pour que l'absorption 
du médicament soit complète. 

De la muqueuse gastro-intestinale étudiée comme voie 

d absorption des médicaments. 

A. Quel est son pouvoir absorbant? — Bien qu'il soit dé- 
montré par les travaux de Magendie (1), de Colin, de 
Bouchardat et Sandras (2), que l'eau, l'alcool et autres 
substances introduites dans l'estomac, y sont rapide- ! 
ment absorbées, c'est principalement dans l'intestin : 
gTêle que s'accomplit l'absorption médicamenteuse tout 
aussi bien que l'absorption alimentaire. L'intestin grêle \ 
est admirablement disposé pour cette fonction; d'une 
étendue considérable, puisque d'après les calculs de i 
M.leprofesseurSappey,il ne mesure pas moins de 20,000 

(i) Magendîe, Traité de physiologie. ! 

(2) Bouchardat et Sandras, Archives d*anatomie et de physiologie, 
1846. 



^15 — 

centimètres carrés, il est pourvu d'un réseau capillaire 
sous-muqucux d'une prodig>ieuse richesse, sans compter 
que les viilosités, dont est parsemée la muqueuse intes- 
tinale, sont maintenues en contact incessant avec les 
substances à absorber par de continuels mouvements de 
brassag*e. C'est par cette voie que sont introduits dans 
Torg^anisme les matériaux réparateurs, les matières al- 
buminoïdes, les g*raisses, les substances amylbîdes; 
c'est ég*alement par cette voie que pénètrent dans la 
circulation, les gaz emprisonnés dans l'intestin par le 
sphincter anal, les principes colorants de la rubarbe, 
de la g^omme-gutte, de la g*arance, les principes odo- 
rants du camphre, du castoréum, de Tasa fœtida, etc. ; 
il était donc tout simple que le médecin, voulant porter 
un médicament dans l'org^anisme, ne songeât qu'à la 
voie gastro-intestinale. 

Cette voie cependant n'absorbe pas toutes lés stib- 
stances, ou du moins on Ta pensé longtemps. Il est 
démontré que les venins et certains virus n'arrivent 
point à pénétrer l'épithélium gastrique ou intestinal, à 
des doses qui produiraient infalliblement la mort, si les 
mêmes substances étaient déposées sur une plaie ou 
mises en contact avec la surface pulmonaire. Cette inno- 
cuité ne tient pas à un défaut d'absorption, mais bien à 
Faction spéciale des liquides digestifs qui altèrent la 
propriété des venins et des virus. — C'est ainsi que 
M. Renault (1) a pu nourrir, sans inconvénient pour 
leur santé, des animaux divers, avec des débris de 
viandes crues provenant d'autres animaux atteints 
du charbon, de la morve, de la rage, après avoir con- 

(1) Renault, Comptes-rendus de T Académie des sciences, 1851. 



— 46 — 

stâté que les liquides recueillis sur ces débris cadavé- 
«k|iim déterminaient les mêmes affections virulentes 
par rinoenltikkm directe. Dans les contrées où règ«nent 
accidentellement lea maladies charbonneuses, et au 
début de Tépiscotie principalement, lorsque les habi- 
tants ne savent pas si leur bétail succombe à une affec- 
tion maKgne, on a utilisé la viande d'animaux morts 
manifestement du charbon, sans aucun inconvénient 
pour ceux qui en ont été nourris ; j'ai été, pour mon 
compte, plusieurs fois témoin de faits pareils. 

Le curare est dans le cas des virus, donné par l'esto- 
mac il ne détermine pas d*accidents toxiques (Ch. Ber- 
nard) ; toutefois son innocuité ne saurait être rapportée 
à une modification que lui ferait subir le suc g*astrique; 
en effet, le liquide stomacal d'un chien à qui on a donné 
du curare, injecté dans les veines ou dans les tissus 
cellulaires, détermine une morl rapide- Les expériences 
des physiologistes ont donné la raison de l'innocuité 
du curare introduit par l'estomac, elle tient simplement 
à la lenteur excessive de r€d!)sorption, comme le prouve 
l'expérience suivante : Un chien reçoit dans Testomac 
B eentig'rammes de curare, il n'éprouve aucun accident; 
un second chien de môme taille reçoit la même dose de 
poîsosi, après avoîr préalablement subi l'extiipation deÉ 
reins, il succombe à rempoisonnement ; la voie prin- 
cipale d'élimination étant détruite, le poison s'est accu- 
mula dans le sang en quantité suffisante pour détermi- 
ner des effets toxiques. 

Les quelques faits que je viens de rapporter prouvent 
dmie que le pouvoir absorbant de la muqueuse g*astrt> 
intestinale n'est pas absolu ; ces faits toutefois ne sau* 
raient, à eux seuls, contre-îndiquer en aucun cas i'ern^ 



ploi de cette voie d'absorption ; il est très-heureux, en 
effet, que l'épithélium digestif ne se laisse pas péné- 
trer par les venins, cette propriété nég-ative sera très- 
utilement mise à profit dans les cas de morsures d'ani- 
maux venimeux ; et pour ce qui est du curare, les ten- 
tatives thérapeutiques dont il a été l'objet ont été 
suivies de si éclatants revers que cet ag-ent exotique 
risque d'être rayé pour quelque temps de la thérapeu- 
tique. 



B. Quel est le temps que demande F absorption par la voie 
gastro-inlestinalel — Trop de circonstances influencent 
l'absorption en g^énéral, et l'absorption par l'intestin en 
particulier, pour qu'il soit possible de dire avec préci- 
sion le temps que met à s'opérer l'introduction dans le 
san^ des médicaments par cette voie. — One première 
distinction doit être établie. 

Le médicament est donné à jeun, à part quelques 
exceptions il sera prompiemenl absorbé, — Le médica- 
ment est donné au repas, divisé avec les aliments, il ne 
pénétrera que lentement dans le courant circulatoire, 
au furet à mesure qu'y pénétreront les substances ali- 
mentaires. 
, Même à jeun et dans les meilleures conditions, t'ab- 
, sorption est ici remarquablement plus lente que dans 
le tissu cellulaire, ou la muqueuse respiratoire ; elle est 
de plus soumise à un certain nombre de circonstances 
que nous ne retrouverons pas quand nous étudierons 
f les voies pulmonaire et hypodermique; c'est ainsi que 
les sucs digestifs peuvent modifier la composition des 
corps introduits dans l'estomac, donner naissance à des 
produits nouveaux, inertes ou nuiùbles, d'oii une foule 



— 18 — 

de précautions à prendre dans l'emploi de la méthode 
intestinale. Ce sont là autant d'inconvénients qui, dans 
certains cas que j'indiquerai plus tard, peuvent contre- 
indiquer la voie g'astrique. 

C. De quelques règle fi à suivre dans la méthode gastro^ 
intestinale. — a Les médicaments n'ag*issent, a dit 
M. Mialhe (1), qu'à la condition d'être absorbés. 

« Ils ne peuvent être absorbés que lorsqu*ils sont so- 
lubles directement ou chimiquement transformables à 
la faveur des liquides dig*estifs. » 

La première de ces propositions est trop absolue, 
quoiqu'elle soit très-généralement vraie; un g*rand 
nombre de poudres insolubles ag'issent mécanique- 
ment : tel est le charbon, à laide duquel quelques mé- 
decins ont purg*é leurs malades, comme si la matière 
médicale était pauvre en purg*atifs. 

La seconde proposition de IVl. Mialhe a été mise en 
question par quelques physiolog'istes allemands. Herbst 
et Œsterlen rapportent avoir vu dans le sang* des parti- 
cules de charbon qu'ils avaient introduites dans l'in- 
testin; Bérard(2) a expliqué cette pénétration des parti- 
cules de charbon par la déchirure de Tépithélium que 
cause la surface ang*uleuse de ce corps, et expéri- 
mentant avec le noir de fumée, il n'a retrouvé ni dans 
le sang», ni dans les chylifères celui qu'il avait introduit 
dans l'intestin. M. Crocq toutefois prétend avoir vu 
l'absorption du noir de fumée. Quelques faits plaident 
en faveur de l'absorption des substances insolubles 
finement pulvérisées; là en effet où passe un g^lobulin 

i) Mialhe, Chimie appliquée. Paris, 1856. 
(â) Bérard, Cours de physiologie. 



— 19 — 

de graisse peut bien passer une molécule de noir de 
fumée; ne sait-on pas d'ailleurs que les globules blancs 
du sang passent à travers les vaisseaux? Ce fait, con- 
staté par Waller, a servi de point de départ à Conheim 
pour sa théorie de la formation du pus. M. le professeur 
Vulpian, M. Hayem, ont confirmé Tobservation de 
Waller et de Conheim; tous ces faits, consignés dans la 
thèse d'agrégation de Chalvet, sont maintenant de no- 
tion vulgaire. 

Bien qu'elle me paraisse possible, l'absorption des 
matières pulvérulentes insolubles est un fait encore à 
démontrer. Pour le médecin, d'ailleurs, il y aurait tout 
inconvénient à prescrire des substances insolubles ou 
peu solubles. Cloquet a montré à la Société de chirurgie 
un entérolithe trouvé chez un sujet qui avait fait un 
usage immodéré de magnésie, substance, comme on 
sait, très-lentement soluble. 

De véritables incrustations ont été retrouvées dans 
l'estomac ou Tintestin d'individus ayant fait un long 
usage de préparations de fer. M. le professeur Gosselin 
a vu l'occlusion intestinale succéder à l'emploi immo- 
déré de la moutarde blanche; la malade guérit par 
l'emploi des douches ascendantes et rendit une quantité 
énorme de ce produit. 

Les substances directement solubles, au contraire, 
sont très-vite absorbées, aussi devça-t-on les préférer, 
s'il n'y a pas contre-indication; c'est ainsi que les chlo- 
rures, les bromures, les iodures alcalins apparaissent 
dans l'urine une douzaine de minutes après avoir été 
ingérés; il en est de même des hypophosphites, des 
chlorates, nitrates, arséniates alcalins, etc.; il faut tou- 
tefois tenir compte des combinaisons, des transforma- 

Âmagat. 2 



-.no- 
tions qui vont s'opérer dans Testomac, et qu'il serait 
puéril de vouloir traiter d'une manière générale; le 
sublimé corrosif par exemple, soluble dans l'alcool et 
administré sous forme de liqueur de Van Siweten, n'est 
certainement pas absorbé sous cet état, et tout porte à 
croire que c'est à l'état d'albuminate ou de chloro-albu- 
minate qu'il passe dans la circulation. 

Pour indiquer les modifications qui vont s'accomplir 
dans l'estomac, il me faudrait passer en revue la matière 
médicale tout entière ; je me contenterai de dire que les 
préparations solubles ne sont pas toujours celles qui 
conviennent le mieux. On a long»temps administré les 
préparations solubles de fer, de préférence aux pré- 
parations insolubles; ces dernières cependant sont in- 
finiment mieux tolérées, plus rapidement absorbées et 
en définitive elles fournissent une plus grande propor- 
tion de fer à la masse du sang» (Quévenne) ; aussi con- 
viennent-elles surtout comme préparations reconsti- 
tuantes hématiques (Gubler). 

Quel est le moment le plus favorable pour l'adminis- 
tration des médicaments? Un g^rand nombre de mé- 
decins administrent les médicaments à jeun, d'une 
manière à peu près exclusive; on a ainsi l'avantagée 
d'obtenir une absorption plus rapide, mais ce léguer 
avantagée est compensé par un grand nombre d'incon- 
vénients, et beaucoup de dyspepsies n'ont d'autre ori- 
gine que l'usage longtemps répété de médicaments pris 
à jeun, M. Fonssagrives (1) a démontré tout ce qu'a de 
préjudiciable cette méthode exclusivement suivie, et 
M. Martin -Damourette, dans ses cours, s'élève à chaque 

(1 Fonssagrives. Hygiène alimentaire des malades 



— 21 — 

instant contre cette routine. La première action des 
caustiques, même très-dilués, sur la muqueuse g'as- 
trique, est une action irritante : de là des douleurs, des 
troubles dans les fonctions des premières voies dont 
tous les anciens syphilisés se souviennent, le bichlorure 
de mercure exerce en effet une action locale irritante 
qui est une véritable transformation chimique (Mialhe), 
le mercure se combinat)t avec l'albumine de nos tissus ; 
voulant parer à cet inconvénient, Dupuytren, dans les 
pilules qui portent son nom, associa Topium au su- 
blimé, il calmait ainsi la douleur mais n'atténuait pas 
le mal; d'autres médecins mieux avisés ont uni le su- 
blimé au gluten, l'ont donné dans du lait; il nous paraît 
plus simple de le prescrire au repas. 

Le fer donné à jeun produit dans la rég^ion épig^as- 
trique un sentiment de constriction, exerce sur les vais- 
seaux de l'estomac une action astring^ente, diminue 
ainsi la sécrétion g»astrique en amoindrissant la circu- 
lation et ne tarde pas à amener des dyspepsies; admi- 
nistré au repas il ne produit aucun de ces inconvé- 
nients. 

Sans vouloir formuler de règle absolue, il me paratt 
avantag'eux de prescrire au repas les médicaments de 
nutrition^ nutritifs ou dénutritifs, reconstituants ou al- 
térants, le fer, les iodiques, les arsenitîaux, les alca- 
lins, etc. 

Les expériences de Cl. Bernard ont démontré que les 
alcalins excitent la sécrétion du suc gastrique; il y a 
donc indication réelle à prescrire ces substances au 
repos. Les recherches nombreuses de Boinet ont fait 
voir également qu'il était extrêmement avantageux de 
donner les iodiques par la méthode alimentaire. Voie 



— 22 — 

une substance, l'huile de foie de morue, qui est d'une 
digestion extrêmement difficile pour des estonnacs i 
jeun; si on la donne au repas, elle est très-bien tolérée 
par les personnes les plus susceptibles ; c'est ainsi que 
M. le professeur Gubler la prescrit, en interdisant l'usage 
d'autres g'raisses. De même, il est à peine besoin de le 
dire, la pepsine doit être donnée au repas. 

Veut-on un effet purement Ibcal sur la muqueuse 
dig*estive, alors évidemment il faut profiter de Tétat de 
vaéuité de l'estomac; c'est ainsi que doivent être pris à 
jeun, dans les hématémèses, les astring^ents divers, 
dans l'hypersécrétion g-azeuse, la poudre de Belloc el 
autres absorbants, dans les douleurs g^astralg'iques el 
les hypercrinies, Téther, les opiacés; à jeun ég'alementj 
doivent être administrées les substances qui par leur 
présence pourraient troubler la digestion, soit en exci- 
tant Testomac outre mesure (strychnine),. soit en le pa* 
résiant (bromure de potassium, anesthésiques). 

Inutile de dire que les purg'atifs, les vomitifs n« 
peuvent être pris qu'à jeun, bien que l'on puisse 
prendre, au moment du repas, un grand nombre de 
purg'atifs, tels que les résineux, le calomel et même h 
mag'uésie. Ces dernières substances, les Angolais les 
donnent constamnàent au repas, et ils éparg'nent ainsi 
à leurs malades les flatuosités et les coliques (Fonssa- 
grives). 

Les médicaments irritants que l'on prescrit à jeun 
doivent être suffisamment dilués pour atténuer, autant 
que possible, leur action irritante, le bromure de potas* 
sium, par exemple, a produit, entre les mains de plu 
sieurs médecins, des inflammations de la gorge (Vul- 
pian). 



- 25 - 

Le sirop d'écorces d'orang'e au bromure de potassium 
ne doit pas être prescrit pur; il est trop concentré, et 
chez plus d'un malade, il a dû être suspendu, à cause 
des douleurs stomacales qu'il provoquait (Martin-Da- 
mourette). 

Est-il nécessaire de dire qu'il faut éviter l'administra- 
tion de deux substances qui, par leur réunion, forme- 
raient un composé insoluble (alcali et acide) ou toxique 
(calomel et amandes amères). 

Il faut proscrire ég'alement Tassocialion de ces subs- 
tances que la pharmacolog'ie rangée dans le chapitre des 
incompatibilités. 

Le fer et le quinquina ne doivent pas être donnés 
ensemble, il se formerait un quinotannate de fer inso- 
luble; l'administration d'un chlorate et d'un iodure 
donnerait naissance à de l'iode libre qui irriterait vive- 
ment l'estomac, etc., etc. 

11 est un g^rand nombre de médicaments qui sont 
lentement et difficilement éliminés ; tels sont l'arsenic, 
qui va faire en quelque sorte partie de nos tissus 
en se substituant au phosphore (Gubler), le plomb, le 
mercure, qui se cantonnent dans les organes et ne 
disparaissent qu'avec les éléments caducs. On a vu des 
accidents g*raves suivre l'administration de l'iodure de 
potassium chez des syphilitiques qui avaient pris anté- 
rieurement du mercure; l'iodure de potassium, dans ce 
cas, en présence du mercure, donne naissance à du 
bichlorure et à du biodure de mercure, composé des 
plus toxiques; M. Gubler n'accepte pas cette interpré- 
tation, et il pense que l'ioduie de potassium, en favori- 
sant la dénutrition, met en liberté une g*rande quantité 
de mercure dont les funestes effets se font aussitôt sentir 



— 24 — 

sur Torg^anisme. Quoi qu'il en soit, il convient de ne 
pas perdre de .vue cet enseignement et de donner Tio- 
dure de potassium avec prudence aux sujets mercuria- 
lisés, d'autant plus que M. Martin-Damourette a re- 
marqué nombre de fois une nouvelle poussée d'accidents 
chez les malades qui, après avoir fait usag'e du sublimé, 
prenaient, sous prétexte de consolider la g*uérison, des 
doses assez considérables d'iodure potassique. 

Ce que je viens de dire jusqu'ici des substances intro- 
duites dans l'estomac, se rapporte uniquement au mé- 
dicament. Du côté des malades, il y a aussi quelques 
règ'les à rappeler. 

Les doses des substances ingérées varieront naturel- 
lement avec l'âge, le sexe, l'état de l'estomac, l'étal 
général, l'effet à produire. Les malades, même très- 
affaiblis, supportent, comme on sait, des doses de 
substances toxiques plus considérables que les personnes 
robustes et bien portantes. Les anciens, qui connais- 
saient le fait, avaient cru, pour l'expliquer, devoir in- 
venter une nouvelle force, la force morbide ; la physio- 
logie nous apprend qu'en pareil cas la sécrétion du suc 
gastrique est ralentie, les mouvements de l'estomac plus 
faibles, et l'absorption par suite infiniment retardée; 
or les poisons et les médicaments n'agissent pas, bien 
entendu, par la quantité qu'on administre, mais par la 
proportion qui se trouve, à un moment donné, dans le 
sang. 

Si ce fait avait besoin d'être prouvé, je citerai l'expé- 
rience suivante : une substance toxique est déposée sur 
la patte d'un animal, apparition des premiers signes 
d'empoisonnement; on lie la patte d'où part le poison, 
les symptômes s'amendent ; si on enlève la ligature, 



— 25 — 

ranimai sera encore une fois empoisonné, mais il 
pourra être sauvé par une lig'ature nouvelle (Cl. Ber- 
nardl. 

Le médecin devra être sobre de médicaments et sur- 
tout de médicaments irritants, dans les cas de phlo- 
g*ose g^astro-intestinale et dans les perforations de ce 
viscère. 

Chez les individus hémiplég*iques ou paraplég»iques, 
dont les intestins sont paralysés, le praticien fraction- 
nera les doses des substances toxiques pour ne pas s'ex- 
poser à produire des accidents par accumulation. 

Dans les inflammations localisées dans l'intestin, 
diarrhée, dysenterie, il faut proscrire les aliments qui 
ne sont digérés que dans l'intestin , et faire usage, au 
contraire, des substances qui sont transformées dans 
Testomac (matières albuminoïdes). C'est par ce fait que 
s'explique l'action du blanc d'œuf dans l'entérite; dans 
les cas d'affections gastriques, on peut faire l'inverse, 
suspendre les aliments que l'estomac est chargé de 
préparer pour l'absorption et insister davantage sur la 
digestion intestinale, on arrive à remplir ainsi la pre- 
mière des indications, mettre l'organe malade en 
repos. 

Je ne puis clore cet article déjà long sans dire un 
mot des formes pharmaceutiques et de leur influence sur 
l'absorption. 

Les pilules demandent plus de temps que les autres 
préparations pour être dissoutes et absorbées, cela 
va de soi ; il en est même, telles que les pilules de 
Blancard, qui pourraient bien ne pas être absorbées 
du tout; ces préparations, en effet, sont recouvertes 
d'une résine très-difficilement attaquable, et un grand 



— 26 — 

nombre de malades doivent les rendre à peu près dans 
Tétat où ils les ont ing'érées. 

On évite, en g'énéral, de se servir de l'albumine ou 
de substances qui en contiennent comme excipient des 
préparations pharmaceutiques; c*est là une précaution 
tout au moins inutile, car les médicaments trouveront 
dans le sang» et dans la plup9.rt des tissus assez d'albu- 
mine pour former des albuminates et rendre ainsi illu- 
soire une méthode queles pharmacolog'ues ont formulée 
d'une façon très-rig'oureuse. M. le professeur Gubler (1), 
qui a tant fait pour la thérapeutique physiologique, a, 
le premier, fait jouer un rôle important et fort rationnel 
à l'albumine. 

« Le pouvoir que possède cette substance, dit Témi- 
nent professeur, d'invisquer les médicaments de ma- 
nière à en dissimuler partiellement les propriétés, 
explique à merveille le contraste entre l'innocuité de 
quelques-uns et l'inertie relative de la plupart d'entre 
eux, aussi long'temps qu'ils parcourent le cercle vascu- 
laire, et le développement de leur activité au contact 
d'org'anes lubrifiés par des liquides exempts d'albu- 
mine; il nous fait comprendre pourquoi les mêmes 
ag*ents, innocents pour la membrane interne des artères 
et des veines, recouvrent leurs qualités irritantes dans 
les émonctoires qu'ils traversent, pourquoi la cantha- 
ridine passe inaperçue dans l'appareil circulatoire, 
pour aller dans les reins provoquer une violente inflam- 
mation. » 

D. Contre indications de la voie gasti'o -intestinale. — 
Les anciens firent usagée de frictions sur la peau, ils 

(i) Gubler, Introduction aux commentaires du Gode. 



— 27 — 

connurent aussi la voie rectale, mais c'est principale- 
ment dans ce siècle que les médecins ont cherché d'au- 
tres voies d'absorption que la surface g'astro-intestinale, 
pour les cas où il est impossible de confier les médica- 
ments à celle-ci; ces cas sont assez nombreux, je vais 
en énumérer quelques-uns : 

1® Il est quelquefois impossible déporter dans l'esto- 
mac, soit les aliments, soit les médicaments, ccîbime 
dans le trismus, le spasme œsophag'ien idiopathique ou 
symptomatique, les rétrécissements accidentels ou or- 
ganiques de l'œsophage. 

2° Quelquefois la sensibilité gastrique est portée à un 
point tel que la plus légère boisson est invariablement 
rejetée. 

3" D'autres fois^ au contraire, la muqueuse gastrique a 
perdu sa sensibilité et ne réagit plus au contact des 
substances qui la touchent (empoisonnement par les 
opiacés). 

4° Dans les cas de perforation intestinale, j'ai déjà 
dit qu'il serait imprudent de donner par cette voie des 
médicaments et surtout des liquides. 

5** Au début du choléra, la cavité gastro-intestinale a 
promptement perdu sa faculté absorbante, à cause de la 
transsudation de sérosité qui se fait à sa surface. 

6® Le long chemin que doit parcourir le médicament 
avant d'entrer dans le courant sanguin, constitue un 
grand inconvénient de la méthode gastrique dans les 
accès pernicieux. 

Tous les cas que je viens d'énumérer ci-dessus, et 
quelques autres encore, comme le vomissement des 
femmes enceintes, nécessitent l'emploi d'une autre voie 
d'absorption. 



- !28 - 



CHAPITRE IIL 



DE l'absorption DES MEDICAMENTS PAR LA VOIE RECTALE. 



L'idée de confier à la muqueuse rectale des sub- 
stances absorbables se perd dans la nuit des temps ; on 
connaît la fable qui attribue cette découverte à Tlbis 
d'Egypte, et qui a été reproduite par des hommes aussi 
g'raves que Plutarque, Pline et Galien. Contentons- j 
nous de dire qu'Hippocrate prescrivait souvent les lave- ' 
ments, et que ses livres renferment diverses formules 
de lavements hyg'iéniques ou médicamenteux. Asclépiade 
ordonnait les lavements irritants pour combattre les 
affections chroniques de Tinteslin ; Gelse employait des 
lavements révulsifs dans les afFeclîons cérébrales, et il 
a long'uement tracé les préceptes de cette médication. 
Toutefois, la méthode intestinale fui mise en question 
par les Arabes; j'emprunte à cet ég'ard le passag^e sui- 
vant à la thèse ori::ç*inale de M. Edouard Colson : « L'îraan 
Amed a établi des textes qui désapprouvent, comme 
chose répréhensible, le lavement que n'exigée pas une 
circonstance indispensable; tandis que d'autres auto- 
rités respectées, telles que Djarab, Mouhyahed, Hacan, 
Taous, Amir et nombre d'autres, déclarent que le clys- 
tère n'est point répréhensible. D'après Khallah, le se- 
cond kalife Omar considérait le clystère comme chose à 
tolérer : « J'ai questionné, dit Djaber, Mohamed, fils 
d'Ali, au sujet du lavement. — Il n'y a rien de mal, me 
répondit-il, à en prendre, c'est un médicament comme 

(1) Colson, Thèse de Paris, 1867. 



- S9 — 

un autre. » Enfin, Abou-Bekr-el-Mourouji, parlant au 
père d'Abd-Allah des avantages des clystères, lui posa 
cette question : « Prendre un lavement, est-ce rompre le 
jeûne ou non? « A ce sujet, dit Golson, les casuistes dif- 
fèrent d'opinion. » 

Et la décision n'est pas encore acquise chez- les des- 
cendants des Arabes, comme on peut en jug'er d'après 
le fait suivant : Abd-el-Kader, pendant sa détention au 
château d'Amboise, étant tombé malade, le médecin 
appelé prescrivit des lavements, a Que la volonté de 
Dieu soit faite! » dit Témir en se drapant dans son bur- 
nous, et il resta inflexible (1). 

Au siècle du g»rand roi, les personnages de cour et 
d'église ne se montrèrent pas, à l'endroit du lavement, 
aussi chatouilleux que les sectateurs de Mahomet, 
comme nous l'apprend la lecture de quelques passages 
de Saint-Simon et du Journal de la santé du roi (2). 

J'arrête ici cet historique, c'en est assez pour établir 
l'antique origine du lavement et ses lettres de noblesse, 
entrons maintenant dans une étude plus scientifique. 

Les anciens ne se sont guère servis de la méthode in- 
testinale que pour obtenir un effet local, soit astringent, 

soit émoUient ou révulsif, sur la muqueuse de Tintes- 

« 

tin. Ce n'est que vers le siècle dernier qu Helvétius (3) 
administra le quinquina par la voie intestinale contre 
les fièvres intermi tentes; quant à la détermination du 
pouvoir absolu du gros intestin, ce point n'a été élucidé 
que dans le milieu de ce siècle. 

(1) Brochin, Dictionnaire encyclopédique. 

(2) Jonrnal de la santé du roi. Leroy, 1862. 

(H) Helvétius, Méthode pour guérir les fièvres sans rien prendre par 
la bouche, Paris, 1746. 



— 30 — 

A. Pouvoir absorbant du gros intestin. — Dupuytren 
avait soupçonné Tintensité du pouvoir absorbant de la 
surface rectale; mais les physiolog*istes de son temps 
croyaient, au contraire, que le g'ros intestin n'absorbe 
que très-peu, et Dupuytren ne fît aucune expérience 
pour démontrer ce que son esprit avait prévu. 

Restelli et Stambio (1) sont les premiers expérimenta- 
teurs qui aient étudié le pouvoir absorbant comparatif 
de restom€U3 et du rectum; leurs expériences ont été 
faites avec la strychnine et les sels de morphine. 

Par l'estomac, la strychnine a déterminé, chez les 
chiens qui la prenaient, le premier accès tétanique en 
ving»t-cinq minutes, tandis que, en injections rectales, 
les mêmes doses déterminaient le premier accès con- 
vulsif en quinze minutes seulement. Des quantités 
égales de poison, chez des animaux de même taille, ont 
déterminé la mort, par l'estomac, en 65 minutes, terme 
moyen, par le rectum, en 40 minutes seulement. Les 
expérimentateurs italiens notèrent les mêmes difTé- 
rences pour les sels de morphine ; je me hâte d'ajouter 
qu'ils s'étaient servis de ces substances en solution dans 
l'alcool, et qu'ils ne les avaient point administrées en 
poudre, circonstance à noter, comme nous allons le 
voir. 

M. Briquet (2), dans un mémoire à l'Académie de 
médecine, fît connaître ses observations sur l'absorption 
et l'action des sels de.quinine introduits par le rectum; 
ce médecin a conclu de ses recherches que : 

1° Le bisulfate de quinine est très-bien toléré par le 

(1) Restelli et Siambio, Bulletin de thérapeutique, t. XXXII, p. 457, 
et Gazette médicale, février 1847. 

(2) Briquet, Bulletin de l'Académie, décembre 1856. 



— 3i — 

rectum, lorsqu'on ne dépasse pas 2 grammes; au 
delà, les doses ne sont plus tolérées. 

2** Le bisulfate de quinine est moins rapidement ab- 
sorbé par le gros intestin que par l'estomac, et produit 
aussi des effets moins rapides. La potion fournit à 
l'absorption 3/6; le lavement 2/6 seulement, 1/6 en 
moins. 

J'arrive aux plus intéressantes recherches qui ont été 
jusqu'ici publiées sur ce sujet. En 1864, Savory (1) 
publia le résultat de ses expériences, pour établir la ra- 
pidité relative de l'absorption par l'estomac et par le 
rectum. Il s'était servi de la strychnine, de l'acide cyan- 
hydrique, de la nicotine, du cyanure de potassium, et 
avait principalement opéré sur des cochons d'Inde, des 
chiens et des lapins; les résultats ont varié selon les 
substances employées ; le cyanure de potassium et l'acide 
cyan hydrique sont absorbés aussi rapidement par l'une 
que par l'autre voie, la strychnine est plus prompte- 
ment absorbée par le rectum quand elle est donnée en 
solution, résultat conforme à celui précédemment ob- 
tenu par Restelli et Stampio ; si elle est donnée en poudre, 
elle est au contraire plus promptement absorbée par 
l'estomac ; quant à la nicotine, elle arrive plus vite aux 
voies d'élimination quand elle est donnée par l'estomac 
que lorsqu'elle est injectée dans le rectum. 

En 1867, M. Demarquay (2), voulant connaître la 
rapidité de l'absorption parle g'ros intestin, donna des 
lavements d'iodure de potassium à un sujet atteint de 
syphilis, et il constata que le médicament arrivait aux 
voies desortie en deux à sept minutes. 

(1) Savory, The Lancet March., 1864. 

(2) Demarquay, Bulletin de TAcadémie de médecine, 1867. 



- 32 - 

Le fait est donc surabondamment démontré, le rec- 
tum absorbe au moins aussi promptement que la ca- 
vité gastro-intestinale; voyons le parti qu'on en peut 
tirer. 



B. Valeur delà méthode intestinale. — Le rectum, préa- 
lablement débarrassé des matières qu'il renferme par 
un lavement d'eau simple, présente une largue surface 
absorbante, et Ton n'a ici à craindre ni transformations 
qui puissent altérer, modifier ou chang'er complètement 
la nature des médicaments, ni ces vives répug*nances 
que soulèvent par leur saveur ou leur odeur un g'rand 
nombre de substances, quand on les présente aux pre- 
mières voies ; ajoutons qu'avec l'instrumentation ac- 
tuelle toutes les personnes que ne retient pas dans leur 
lit une long'ue maladie, peuvent s'administrer elles- 
mêmes le remède. Mais les inconvénients sont bien plus 
nombreux ici que les avantag'es; un g»rand nombre de 
personnes ne peuvent supporter les lavements plus de 
quelques moments. Chez les vieillards très-avancés 
en âg*e, chez les jeunes enfants, dans le cours des 
maladies g^raves, il faut une personne étrang'ère, et 
si cette personne n'a pas l'habitude de cette sorte de 
besog'ne, on comprend tout de suite les dangers qui 
peuvent en résulter; le nombre est considérable d'ac- 
cidents suivis de mort, par suite de la perforation du 
rectum et de péritonite consécutive. 

Mais voici un désavantage auquel on ne peut remé- 
dier: les substances qui ont besoin pour être absorbées 
de l'action de liquides spéciaux, ne pourront jamais 
être introduites dans le rectum, ce qui rend malheu- 



— 33 — 

reusement bien précaire radministration des aliments 
par les dernières voies. 

C. Des cas où il convient ûT avoir recours à la méthode in- 
testinale et quelles sont les substances que F on peut introduire 
par cette voie. — Avant la découverte des méthodes en- 
dermique et hypodermique, on se servait de la mu- 
queuse rectale dans les cas où il convient maintenant de 
recourir soit à Tinjection dans le tissu cellulaire, soit à 
rinoculation, et la voie du gros intestin n'est réellement 
indispensable que lorsqu'il faut donner une dose élevée 
de substance. 

Les maladies qui réclament Temploi de la méthode 
intestinale, nous les connaissons. Je les ai énumérées 
en terminant le chapitre consacré à Tabsorption par 
Testomac et l'intestin, je n'y reviendrai donc pas; je 
vais maintenant indiquer en peu de mots quelles sont 
les substances médicamenteuses ou alimentaires dont 
on peut confier l'absorption au g*ros intestin. 

Les médicaments solubles dans l'eau ou l'alcool, les 
médicaments qui, pour être introduits dans la circula- 
tion, n'ont pas besoin de subir certaines modifications 
préparatoires, peuvent être administrés par le rectum. 
Une division toute naturelle se présente à l'esprit, je 
l'adopterai et j'étudierai successivement : 1** les sub- 
stances avec lesquelles on veut produire un effet local ; 
2" les médicaments dont on veut obtenir l'absorption ; 
3^ les lavements alimentaires. 

1*^ Parmi les substances introduites dans le rectum 
pour un effet local, je mentionnerai d'abord les injec- 
tions d'eau comme lavement hyg^iénique, et quelques 



— 34 — 

fois comme traitement de la constipation. Trousseau (1) 
recommande toutefois de ne pas abuser des lavements en 
pareil cas, de commencer par un lavement modérément 
chaud le premier jour, à peine tiède le second jour, et 
froid le troisième, puis de suspendre le remède pour ne 
pas habituer Tintestin à ce genre d'excitation. Les 
grandes irrigations d'eau appliquées par Piorry au 
traitement de la fièvre typhoïde ont été essayées avec 
succès par d'autres médecins dans les péritonites, né- 
phrites (Eiserman, Guttiert), dans la dysenterie des 
pays chauds (Haré), dans le choléra (Eiserman). Je si- 
gnale seulement les lavements purgatifs, les lavements 
astringents, avec le ratanhia, contre la fissure anale 
(Trousseau, Marjolin, Lisfranc, Verneuil), avec l'acétate 
de plomb, dans la dysenterie des enfants (Barthez). 
Les lavements irritants sont très-souvent et très-utile- 
ment employés dans les dysenteries chroniques, c'est 
ainsi que Delioux de Savignac et Boinet se servent de 
la teinture d'iode dans une décoction de rathania, 
contre les affections catarrhales chroniques de l'in- 
testin et contre le choléra au début. On sait le fréquent 
usage que faisait Trousseau du nitrate d'argent dans 
la période ulcéreuse de la dysenterie et même dans l'en- 
térite chronique des jeunes enfants. J'élague les sup- 
positoires belladones contre les névralgies anales, les 
suppositoires à l'aloës employés comme purgatifs, les 
injections de substances anthelmintiques, car j'ai hâte 
d'arriver aux préparations qui sont introduites dans la 
partie inférieure de l'intestin pour y être absorbées. 
2® Tous les médicaments directement solubles peu- 

(i) Trousseau, Clinique médicale de THôtel-Dieu. 



- 35 — 

vent être odministrés par le rectum, c'est là une res- 
source très-précieuse dans les cas où les premières 
voies sont obstruées, et s'il est nécessaire d'employer 
la substance à haute dose ; si l'on veut traiter le tétanos 
par l'opium, comme ce médicament doit être employé à 
des doses considérables, on pourra recourir à la mé- 
thode intestinale de préférence aux injections hypoder- 
miques, ou du moins avoir recours alternativement à 
chacune de ces méthodes. 

Presque toutes les substances actives ont été em- 
ployées en lavement, je citerai les principales. Dans la 
classe des solanées vireuses, la belladone a été donnée 
par l'intestin, dans la colique de plomb (Malherbe, de 
Nantes), dans l'iléus çt la hernie étrang'lée (Harrius); 
dans cette dernière maladie, on a également employé 
les lavements de tabac; la fumée de tabac était em- 
ployée au dernier siècle contre l'asphyxie; tout le 
monde a renoncé à celte sing'ulière pratique, bien faite 
au contraire, pour produire l'asphyxie par le refoule- 
ment des org^anes thoraciques. 

Contre les fièvres intermittentes, on a employé en 
injections intestinales, et c'était là une heureuse idée, 
l'arsenic (Boudin) et le bisulfate do quinine (Briquet). 

Tous les excitants diffusibles, le camphre, le musc, 
lecastoréuni, la valériane, sont donnés par cette voie. 

Velpeau avait donné autrefois le cubèbe, le copahu 
en lavement aux individus qui ne pouvaient supporter 
ces remèdes par l'estomac, et il dit avoir g»uéri en huit 
ou dix jours les blcnnorrhag^ies ainsi traitées. J'ai con- 
seillé à deux personnes ce traitement et n'ai réussi à 
provoquer, avec le copahu, que de vives coliques et une 
superpurg^ation. 

Âmagat. 3 



— 36 - 

RoUet {Ij s'est élevé coQtre celte pratique, et M. F 
[ I nier (2) n'en parle que pour la repousser ; Ricord n's 

tenu par ce moyen aucun résultat sérieux. 

Veut-on ag*ir sur Tutérus par voisinag^e, on se sei 
avec le plus grand avantage des injections rect 
M. Gourty (de Montpellier) a recours depuis L 
temps aux lavements sédatifs, astring^ents, dans le 
fections utérines. Dans certaines formes de dysmé 
rhée, dans la rétention du flux menstruel, dans la 
traction spasmodique du col, on fait usagée de la b 
donc par cette voie ; Holbrovek combat la contric 
spasmodique de Turèthre par les lavements bell 
nés; 
, ; 3" Com ne substances nutritives, on peut donnei 

l'intestin des bouillons de viande, des jus de vis 
du lait, du vin, de Talcool, des solutions g'omméeî 
bumineuses; et Ton doit prescrire ces substances 
qu'il est impossible de les donner par la bouche, 
les affections org'aniques de Tœsophag'e, de l'esto 
dans les rétrécissements cicatriciels à la suite d'ei 
sonnements par les caustiques (acides sulfurique, 
tique^ etc.), mais c'est là, il faut bien le dire, une 
nière et fort précaire ressource ; pour prolong^er 1' 
tence des malheureux malades aflectés des mal 
g'raves que je viens d'énumérer, on pourrait, à l'exe 
de Masse, leur donner quelques substances vég^ 
que l'on aurait préalablement fait macérer dans 1 
mac d'un bœuf encore frais. 

(1) Rollet, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicale 
Blennorrhagie. 

("2) Pournier, Dict. de môd. et de chirurgie pratiques, art. B 
rhagie. 



-^ 37 — 

Il est des cas où la méthode intestinale rendra d'in- 
contestables services ; dans la convalescence des mala- 
dies graves, Testomac ne peut encore supporter aucun 
aliment, et cependant Forg'anisme qui vient de faire les 
frais d'une longue maladie a besoin de réparer ses forces 
lang»uissantes, c'est en pareil cas qu'Herpin et surtout 
Aran ont donné avec le plus ^rand succès des lave- 
ments de vin et d'eau-de-vie; frappé de ces faits, Aran 
appliqua les lavements de vin au traitement de .'a chlo- 
rose, des cachexies paludéenne, syphilitique, et il ob- 
tint des résultats assez satisfaisants pour que des pra- 
ticiens fort autorisés aient cru devoir suivre son exem - 
pie (Debout, Giraud (de Drag^uig'nan), William). 

C'est surtout dans la métrorrhag'ie par inertie de 
l'utérus, après la délivrance, que réussissent les lave- 
ments de vin et d'eau-de-vie; presque tous les prati- 
ciens ont été témoins, à cet ég'ard, de véritables résur- 
rections; c'est là le moyen suprême que recommande 
iM. le professeur Pajot en pareille occurrence, moyen 
sanctionné par la haute expérience de M. le professeur 
Béhier(l), 

D. Dans F emploi de la méthode intestinale^ il est quelques 
règles à suivre dont il ne faut passe départir. — Je n'ai pas 
besoin de dire que les doses varient avec Tâg^e, que la 
quantité de véhicule doit être minime, lorsqu'on veut 
l'absorption du médicament. 

Il faut être très-circonspect dans l'administration des 
lavements narcotiques ; on a sig^nalé un g'rand nombre 
de cas d'empoisonnement par les lavements de tabac, 

(1) Béhior, Dict. encyclop. des sciences médicales, art. Alcool. 



- 38 * 

de belladone et autres substances toxiques ; en France, 
on donne assez g'énéralement 4 grammes de feuilles de 
tabac pour 500 gv. d'ean; c'est là une dose trop élevée 
et avec laquelle on s'expose à produire des accidents ; 
les Américains (1) ont donné impunément 4 gv. de ra- 
cine de belladone pour un seul lavement; mais per- 
sonne ne conseillerait d'imiter l'exemple de ces trop 
hardis médecins. 

L'injection intestinale, en général, est donnée à la 
température du corps, mais, dans certains cas, il con- 
vient de donner les lavements froids (hémorrhag*îes in- 
testinales). 

Inutile de dire que les agents caustiques doivent être 
suffisamment dilués, et qu'il ne faut pas faire usage de 
la méthode intestinale, quand le gros intestin est le 
siège de phlogoseou de toute autre maladie. 



CHAPITRE IV. 

DE l'absorption PAR LA PEAU NON DÉPOUILLÉE DE SON 

épiderme; des bains simples et médicamenteux; des 

POMMADES, LINIMENTS, CATAPLASMES ; DES FRICTIONS ET 
DE LA MÉTHODE lATRALIPTIQUB ; DE LA PULVÉRISATION DES 
LIQUIDES ET DES BAINS A l'hYDROFÈRB. 

Peu de questions intéressent aussi vivement le méde- 
cin que celle qui fait le sujet de ce chapitre. Tous les 
jours, en effet, il prescrit des pommades, des bains, 
contenant en suspension ou en solution des substances 

(i) Voir Gazette médicale, 4838. 



-89 - 

dont il veut obtenir l'absorption et sur laquelle il compte 
pour un but thérapeutique déterminé. Aussi depuis trois 
quarts de siècle, le problème qui m'occupe a-t-il tenté 
presque tous les expérimentateurs. Admis par les uns 
sans conteste, nié par le plus g^rand nombre, le pouvoir 
absorbant de la peau semblerait avoir reçu une solution 
définitive et devrait être considéré comme réel, d'après 
les premiers physiolog'istes de ce temps. 

« La doctrine de l'absorption cutanée qui a compté 
d'assez nombreux opposants, quoiqu'elle fût la base de 
la méthode iatraleptique, offre, il faut bien le recon- 
naître, une étude féconde en utiles applications à la 
thérapeutique. » 

Et plus loin : 

« La faculté dont jouit la peau d'absorber certains 
médicaments est constamment mise à profit par les thé- 
rapeutistes. » 

Ainsi s'exprimait, dans la 3* édition de son livre, feu 
l'illustre professeur Longuet (1). 

M . le professeur Béclard (2) a défendu en ces termes 
la même opinion: 

«Cette barrière (l'épiderme), que l'action de l'air fini- 
rait par altérer à la manière de Técorce des arbres, se 
renouvelle sans cesse par la chute des écailles superfi- 
cielles et par la formation, dans la profondeur, de 
couches nouvelles; elle est en quelque sorte toujours 
jeune, et elle entretient ainsi à la surface du corps une 
enveloppe protectrice toujours efficace... Cependant les 
substances gazeuses et liquides peuvent traverser, dans 



(1) Longet. Traité de physiologie, Paris, 1869. 

(i) Béclard. Dict. encyclop. des sciences médicales, art. Absorption. 



— 40 — 

de faibles proportions, cette couche, et arriver ainsi dans 
Téconomie. » 

M. Paul Bert (1) considère comme réelle rabsorption 
des substances qui n'exercent aucune action sur les 
éléments de la peau, et il reg^arde comme très -facile 
l'introduction, par cette voie, des substances qui dis- 
solvent la matière sébacée, éther, chloroforme, al- 
cool, etc. 

M. le professeur Foussagrives (2), de Montpellier, va 
plus loin encore; Tabsorption cutanée, pour lui, est un 
fait hors de doute. 

« Le tég^ument externe absorbe, des multitudes de 
faits et d'expériences l'attestent pour la peau, les g*az 
et les substances dissoutes. Les expériences récentes de 
M. Willemin avec l'iodure de potassium ne laissent plus 
un seul doute sur ce point. » 

Je tenais, au seuil même de la question, à citer sur ce 
sujet l'opinion actuelle des hommes les plus autorisés ; 
cette opinion, on le voit, est formelle ; non-seulement la 
peau intacte absorbe, mais elle peut encore devenir une 
voie utile d'introduction des médicaments. Voyons s 
l'examen rig»oureux des détails nous amène à formuler 
une semblable conclusion. 

Le sujet est immense. Pour la facilité de Tétude, je le 
diviserai en un certain nombre d'articles, et peut-être 
parviendrai-je ainsi à éviter une regrettable confusion, 
que beaucoup d'expérimentateurs ont commise pour 
n'avoir pas inti'oduit dans le sujet une division qui se 



(1) Bert. Nouveau Dict. de médecine et de chirurgie pratiques, art. 
Absorption. 

[1) Fonssagrive3. Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales 
rticle Médicament. 



- 41 - 

présente tout naturellement à Tesprit. Si l'on jette les 
yeux, en effet, sur les nombreux travaux publiés sur 
l'absorption cutanée, on est frappé de l'indécision qui 
se manifeste dans la plupart des conclusions; je crois 
pouvoir arriver à formuler une opinion un peu plus 
nette et plus dég'ag^ée des exceptions, en établissant, 
parmi les diverses substances, un certain nombre de 
catég'ories. C'est ainsi que j'étudierai successivement 
l'absorption des gaz, de l'eau, des substances dissoutes, 
et parmi celles-ci j'aurai soin d'envisager à part les 
substances susceptibles de se vaporiser. Je ne crains pas 
de dire que là est le nœud même de la question ; dans 
d^autres articles, je passerai en revue l'absorption des 
substances incorporées dans l'axonge, la glycérine, ou 
dissoutes dans l'alcool, le chloroforme ; pour terminer, 
je dirai l'influence que les frictions, la pulvérisation 
peuvent exercer sur l'absorption. 

Article !•'. — De l'absorption des gaz par la peau, 

11 se fait, par la peau de l'homme, une sorte de res- 
piration rudimentaire qui constitue, d'après M. le pro- 
fesseur Béclard, la 38® partie.de la respiration pulmo- 
naire. Les expériences qui ont établi le fait lui-même 
remontent au commencement de ce siècle et appartien- 
nent à Bichat, Ghaussier (1), Lebkûckner, CoIIard de 
Martigny (2), etc.; mais, à part Bichat, tous les expéri- 
mentateurs ont opéré sur des animaux, et leurs conclu- 

(1) Ghaussier. Expériences faites sur les animaux avec rhydrogùne 
sulfuré. Bibliothèque médicale, t. I. 

(2) Collard de Martigny. Action de l'acide carbonique sur récononiie 
animale. Comptes-rendus de l'Académie des sciences, 1^26. 



.42 — 

sions ne sauraient être applicables à Thomme : l'expé- 
rience même de Bichat, partout reproduite, n'est pas 
très-rigoureusement probante. Depuis lors, des recher- 
ches plus précises ont été faites. Abernethy, cité par 
M. Dechambre (1), a démontré l'absorption de l'acide 
carbonique et de quelques autres g^az par la surface 
cutanée. Herpin (2), de Metz, a confirmé le fait, pour 
l'acide carbonique. Jusqu'oii peut aller le pouvoir absor- 
bant de la peau pour les g»az, c'est ce qu'il est impossible 
de dire ; toutefois les expériences de Cl. Bernard (3) et 
de Demarquay (4) sur l'acide carbonique font penser que 
cette propriété est fort limitée; ce n'est donc pas à l'ac- 
tion générale après absorption, mais bien à une action 
locale, encore mal définie, qu'il faut attribuer les résul- 
tats produits par les bains gazeux (5). Quoi qu'il en soit 
de cette action, le pouvoir absorbant de la peau, pour 
les substances gazeuses est mis à profit maintenant par 
les thérapeutistes, et dans un grand nombre de stations 
thermales cette médication, comme on le verra plus loin, 
a son importance. 

Ici pourraient trouver place les substances solides ou 
liquides qui, déposées sur la peau, peuvent se volatiliser 
et entrer dans la catégorie des corps gazeux ; mais il 
m'a semblé plus à propos de m'en occuper un peu plus 
loin. 



(i) Dechambre. Dict. encyclop. des sciences méd., article Acide car- 
bonique. 

(2) Herpin. Propriétés physiologiques et thérop. de Tacide carbo- 
nique, 1864, 

(3) Cl. Bernard. Leçons sur les substances toxiques et médicamen- 
teuses, 1867. 

(4) Demarquay. Pncumatologic médicale. 

(5) Voyez Gubler (Commentaires du Codex) et Dechambre, ouvr. cit. 



— 43- 

Article 2. — De l'absorption par la peau dans le bain simple. 

Jusqu'au commencement de ce siècle, Tabsorption 
des liquides par la peau, et de l'eau en particulier, 
n'était l'objet d'aucune réserve; on allait même assez 
loin dans cette croyance pour que des médecins très- 
considérables se crussent autorisés à nourrir leurs 
malades atteints de cancer de l'estomac, au moyen des 
bams de lait ou de bouillon (1). 

Nos devanciers, fort peu rig'oureux au point de vue 
expérimental, appuyaient leur croyance d'un certain 
nombre de faits que je ne discuterais pas, si je ne les 
avais trouvés reproduits dans des écrits publiés par des 
auteurs g'raves. Le bain calme la soif, disait-on, g'râce 
à l'absorption d'une certaine proportion d'eau ; et l'on 
citait ce navire anglais dont Téquipag^e, manquant 
d'eau, put calmer les tortures de la soif par de .fréquents 
bains de mer, attribuant ainsi g'ratuitement à la peau 
le pouvoir d'absorber une quantité donnée d'eau, qui 
s'introduisait par la muqueuse respiratoire. 

Je dois laisser également de côté les expériences faites 
sur les animaux ; je n'ai pas vu sans étonnement des 
auteurs considérables invoquer les nombreuses recher- 
ches d'Edwards (2], sur la peau des batraciens, pour 
soutenir le pouvoir absorbant de la peau de l'homme, 
La peau d'un grand nombre d'espèces animales, et des 
batraciens en particulier, absorbe avec une rapidité re- 
marquable, et ce fait a donné lieu à plus d'une erreur 

(i) Gollard de Martigny. Expériences sur Tabsorption cutanée de 
Teau, du lait, du bouillon. Archives générales de médecine, 1826, et 
Nouvelle bibliothèque médicale, 1827. 

(2) Edwards. Influence des agents chimiques sur la vie, 1804. 



-44 - 

célèbre dans les expériences de thérapeutique. On se 
souvient des conclusions erronées d'Eulemburg et 
Guttman dans leurs recherches sur le bromure de po- 
tassium , g'râce à leur faute d'expérimentation, qui leur 
a été justement reprochée. Evidemment on ne saurait, 
en ce qui concerne la surface cutanée, appliquer à 
l'homme les conclusions des faits observés sur les ani- 
maux. 

Je sig'nalerai donc, sans les discuter, les expériences 
de Zeder et Rudolphi (1) sur les entozoaires, de Spal- 
lanzani (2), Nasse (3), Jacobson (4), sur les limaces, de 
Treviranus (5) sur les grenouilles, d'Edwards (6) sur 
les batraciens, de Bluff (7), Dug^ès (8), Townson (9) sur 
les lézards, de Lebkuckner (10) sur les lapins, de Ma- 
g'endie (11) et Ség*alas (12) sur les chiens, de Colin (13) 
sur des chevaux, de Réveil (14) sur le renard. 

J'arrive aux expériences directes sur l'homme. Sé- 
g'uin (15) est le premier physiolog^iste qui se soit occupé 



(1) Zeder et Rudolpbi. Entozoorum historîa naturalis, 1808. 

(2) Spallanzani. Mémoire sur la respiration, Paris, 1803. 

(3) Nasse. Untersuchungen zur Physiologie und Pathologie. 

(4) Jacobson. Frôriep's Notizcn, n® 14. 

(5) Treviranus. Biologie, t. IV. 

(6) Edwards. Loc. citât. 

(7) Bluff. Dissertatio de absortione cutanea. 

(8) Dugès. Physiologie comparée. 

(9) Townson. Observatio physiol. de amphibiis. 

(10) Lebkuckner. Dissert, qua experimentis eruitur, utrum per vivea- 
tium adhuc animalium membranas atque vasorum parietes materiae 
ponderabiles illis applicatse permeare quaîant, necne? Tubingue, 1819. 

(H) Magendie. Leçons sur les phénomènes de la vie, 

(12) Ségalas. Journal de Magendie, 1824. 

(13) Colin. Dict. encyclopédique des sciences médicales, art. Absorp- 
tion de Jules Béclard. 

(14) Réveil. Thèse de Sereys, 18b5. 
(lo) Séguin. Annales de chimie, t. XC. 



expérimentalement de la question ; de trente-trois obser- 
vations il tira la conclusion suivante : 

l^ Le poids du corps n'aug'mente pas dans le bain ; 

2® Toutefois nous perdons un peu moins de poids 
dans Teau que dans l'air, ce que Séguin explique par 
la diminution de la perspiration cutanée. 

M. le professeur Béclard (1), qui discute cette inter- 
prétation, pense, au contraire, que si le poids du corps 
diminue moins dans le bain que dans l'air, cela tient 
à ia pénétration d'une certaine quantité d'eau à travers 
la surface cutanée ; cette manière de voir ne saurait 
être acceptée ; j'y reviendrai plus loin. La voie une fois 
tracée, les expérimentateurs s'y eng*ag^rent en g'rand 
nombre, mais ils n'en rapportèrent pas les mêmes con- 
clusions que venait de formuler Séguin. — Dill (2), 
Berthold (3), Madden (4), Colard de Martig'ny (5), à la 
même époque, publièrent leurs recherches, qui les 
amenaient à conclure à l'absorption cutanée; dans les 
plus récents traités de physiolog'ie, ces expériences sont 
citées comme absolument probantes ; voyons ce qu'il 
faut en penser. Berthold, après une immersion d'une 
heure, trouve 32 g'rammes d'augmentation de poids, et 
Dill, un chiffre à peu près semblable; n'est-il pas évi- 
dent que, dans un air saturé de vapeur d'eau, comme 
l'est Tatmosphère du cabinet de bain, l'absorption pul- 
monaire des vapeurs aqueuses a été la principale cause 
de cette légère différence? Mais Madden, va-t-on dire, 



(i) Béclard. Loc. cit. 

(2) Dill. Nouvelle Bibliothèque médicale, 4826, t. IV. 

(3) Berthold. MuUer's Archiv fur Anatomie. 

(4) Madden. Medic. chirurgical Review, t. XXXIV 

(5) GoUard de Martigny. Loc. cit. 



— 46 - 

s'est mis à Fabri de Tobjection, et, tandis qu'il était 
plong*é dans un bain, il respirait Tair du dehors; son 
expérience n'est pas plus probante, et disons tout de 
suite qu'un g'rand nombre de conditions peuvent aug^- 
menter le poids du corps sans que l'absorption de l'eau 
y soit pour quelque chose; sans parler de Thyg^romé- 
tricité des poils, qui suffirait à elle seule pour expliquer 
une augmentation de poids de 30 ou 40 g*rammes, qui 
sait ce que devient la perspiration cutanée dans le 
bain? Depuis Edwards on soutient qu'elle continue à se 
faire ; mais sait-on dans quelles limites elle s'exerce ; 
qui a mesuré comparativement Texhalation pulmo- 
naire dans le bain et dans l'air ? et cela fût-il rig^ou- 
reusement établi, il faudrait encore tenir compte de la 
température. On voit (juelles difficultés se dressent aus- 
sitôt qu'on veut regarder en face les divers côtés du 
sujet. 

Si les recherches des expérimentateurs que je viens 
de citer laissent dans l'esprit un doute absolu, que pen- 
ser maintenant des expériences d'Eichberg et Vie- 
rordt (1), qui ont cru établir la vérité de la manière 
suivante : Ils plongent le bras dans un vase rempli 
d'eau et très-exactement pesé ; au bout d'une heure ils 
pèsent de nouveau le vase rempli d'eau et la serviette 
qui a servi à essuyer le bras; l'expérience est répétée 
plusieurs fois, et les auteurs constatent la disparition 
de 1 à 13 grammes de liquide; ce qu'il y a d'excellent, 
c'est qu'ils concluent à l'absorption, ne tenant nul 
compte de l'évaporation qui s'est faite pendant une 
heure. 

(1) Eichberg ot Vierordt. Vierordt's Archiv, 1856. 



— 47 — 

Pour établir la pénétration de Teau à travers la sur- 
face cutanée, il n'y a donc pas à invoquer Tau^men- 
tation de poids du corps qui tient à des circonstances fort 
diverses. D'ailleurs, ne sait-on pas que le poids du corps 
diminue souvent. M. Villemin (1), sur 52 expériences 
faites au hasard, a noté 20 fois Faugmentation, 21 fois 
la diminution, et 11 fois Tétat stationnaire du poids du 
corps. Dira-t-on que dans 32 cas il n'y a pas eu d'ab- 
sorption, et que dans 20 cas, au contraire, il y a eu 
pénétration de Feau à travers les couches épithéliales de 
la peau? Personne évidemment n'oserait le soutenir et 
force est bien d'admettre, dans les cas cités par le mé- 
decin de Vichy, des variations dans l'exhalation pulmo- 
naire, dans la perspiration cutanée, variations qui 
peuvent tenir à la température du bain, à l'état physio- 
log'ique du sujet en expérience, ou à d'autres circons- 
tances mal définies peut-être. 

M. Hébert (2), qui avait ég^alement constaté l'aug^men- 
tation de poids du corps après le bain, a nié l'absorption 
de l'eau, et adonné au fait une interprétation nouvelle; 
il pense que la principale cause de cette aug*mentation 
de poids doit être cherchée dans l'imbibition de l'épi- 
derme de la plante des pieds et de la paume des mains, 
l'eau n'ayant pas la propriété de mouiller les autres 
points de la peau sur laquelle elle g'iisse; on peut 
tenir compte de cette explication. 

M. Duriau (3), en 1856, publia des expériences qui au 



(1) Villemin. Archives de médecine, 4863. Bulletin de l'Académie, 
t. XXIX, p. 573. 

(2) Hébert. Thèse de Paris, 1863. De l'Absorption par le tégument 
externe. 

(3) Duriau. Archives générales de médecine, 1856. 



- 48 - 

premier abord semblèrent jeter quelque lumière sur ce 
sujet difficile ; en voici le résumé : 

1"* Dans un bain de 22 à 25 deg^rés Taug'mentation de 
poids du corps a été de 35 g*rammes au bout de trois 
quarts d'heure. (Duriau prend la moyenne de toutes ses 
expériences.) 

2" Dans un bain de 36 degrés, il y a eu au contraire 
diminution de poids, et cette déperdition a atteint en 
moyenne 125 grammes après une immersion de trois 
quarts d'heure. 

Ces faits ont été interprétés de la manière suivante 
par Fauteur ; 

1* Il est un point où l'absorption compense Fexhala*- 
tion, limite thermique àe Kuhn (de Niederbronn). 

2" Au-dessous de ce point l'absorption l'emporte sur 
l'exhalation, et il y a augmentation du poids. 

3° Au-dessus, au contraire, l'exhalation est plus con- 
sidérable que l'absorption, d'où diminution du poids du 
corps, malgré la pénétration de Jteau qui $^ effectue et 
l'expérimentateur de conclure naturellement à l'ab- 
sorption par la peau. 

Les expériences de Duriau ont longuement occupé 
les auteurs et M. Oré (de Bordeaux), dans son très-re- 
marquable article sur les bains, s'est trouvé quelque 
peu gêné dans ses conclusions, par les conclusicms 
mêmes de M. Duriau. Ce dernier cependant va notis 
fournir lui-même les arguments qui ruinent sa doc- 
trine. 

Après des bains qui contenaient en solution diverses 
substances salines, il n'a jamais constaté la présence 

(2) Oré. Nouveau Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, 
art» Bains. 



^ 49 - 

de celles-ci dans les produits de sécrétion ; comment 
expliquer celte contradiction, et comment peut-il y avoir 
absorption de Teau lorsque les éléments que celle-ci 
renferme ne sont pas absorbés eux-mêmes? Quelques 
auteurs ont voulu expliquer le fait, el ils ont inventé un 
pouvoir catalytique de la peau, en vertu duquel celle-ci 
peut faire un choix, peut absorber de l'eau pure, par 
exemple, repoussant en quelque sorte les sels qui s'y 
trouvent dissous. Je n'imiterai pas ces auteurs qui n'ont 
rien inventé d'ailleurs et qui auraient bien fait de lais- 
ser aux Allemands la force catalytique dont nous 
n'avons que faire, et pour mon compte je ne courrai 
pas après les hypothèses pour expliquer un fait imagi- 
naire. M. HomoUe (1) sentant tout ce qu'avait de 
problématique la méthode des pesées avant et 
après le bain, a cru trouver un autre ^nre de dé- 
monstration qui a paru sufQsant, puisque c'est sur les 
résultats de cet expérimentateur que vivent, à l'heure 
qu'il est, les physiologistes qui soutiennent l'absorption 
de l'eau par la surface cutanée. M. HomoUe, reje- 
tant le balance, a eu recours seulement à l'examen de 
l'urine. — Après un bain de 34 degrés pris le matin à 
jeun, il s'abstient de toute boisson dans le cours de la 
journée, la densité de son urine, qui était de 1025 avant 
lebain tombe à 1005. 

L'expérience paraît tout à fait concluante à Long^t 
qui en parle en ces termes: « On a objecté, dit ce phy- 
siologiste, que cette diminution de densité était la con- 
séquence de l'augmentation de l'urine, augmenta- 
tion due, non à l'absorption de l'eau, mais à la suspen- 

(i) HomoUe. De rAbsorption par le tégument externe, chez Thomme, 
dans le bain. Union médicale, 1853. 



- 50 — 

sion plus ou moins complète de la transpiration cutanée. 
Evidemment, cette objection n'est pas fondée, puisque 
les expériences d'Edwards ont très-nettement établi la 
persistance de celte transpiration dans le bain.» 

Quoi qu'en pense Long^t, l'objection reste entière; 
nous allons voir, en effei. que la continuation de la 
transpiration cutanée n'est pas un fait aussi nettement 
établi que le croyait l'éminent physiologiste. Je pourrais 
d'ailleurs reproduire ici l'objection que j'adressais un 
peu plus haut aux expériences de Duriau; Homo! le, en 
effet, n'a jamais retrouvé dans l'urine la trace des nom- 
breuses substances qu'il avait préalablement fait dissou- 
dre dans le bain. - - Or, comment soutenir, encore une 
fois, l'absorption de l'eau distillée et nier Fabsorp lion 
des corps que cette eau tient en dissolution. 

Je viens de dire qu'il n'était pas absolument démon- 
tré que la perspiration cutanée continuât à se produire 
dans le bain ; voici, en effet, un fait intéressant sig*nalé 
par M. Mougeot, de l'Aube, en 1866 : — Lorsque cet 
expérimentateur prenait un bain simple, il constatait la 
présence du chlorure de sodium dans l'eau du bain, 
après en être sorti ; lorsqu'au contraire il prenait tin 
bain contenant de 12 à 15 g^rammes de chlorure de so- 
dium, les sels du sang* n'apparaissent plus dans l'eau 
du bain. Il y a donc un rapport inverse entre la salure 
du bain et la salure du sang, et la fonction sudorale 
s'en trouve absolument modifiée en dehors de toute 
question de température. (Moug^eot). 

J'en ai dit assez, je crois, pour démontrer qu'aucune 
expérience jusqu'ici n'a établi, d'une façon indiscu- 
table, l'absorption de l'eau par le tég'ument externe; 
que tous les observateurs, au contraire, qui se sont pro- 






• . . * • 
• • • • 



. 



• a 



.... * 

, • •• 

» • • • • 

u .. . 

. . • * • 



— 51 •- 

nonces pour Taffirinative, prêtent de toutes parts le 
flanc à la critique. 

Ici se plaçait tout naturellement l'analyse d'un tra- 
vail paru dans ces dernières années, et dont l'auteur 
est M. Jamin, professeur de physique à l'Ecole poly- 
technique. 

Je n'ai pu retrouver ce mémoire ni dans les comptes- 
rendus de l'Académie des sciences, ni dans d'autres 
recueils; toutefois, autant que je puis savoir, l'auteur, 
qui a fait les pesées avant et après le bain, on appor- 
tant dans ses appréciations la rig'ueur du physicien, n'a 
pas, au point de vue de l'absorption elle-même, chang^é 
la face des choses. 

Réveil s'était occupé du pouvoir osmotique de la peau 
vers 1865; il avait déjà réuni un iissez grand nombre 
d'expériences présentées à la Société d'hydrolog^ie, et il 
se proposait de les continuer; mais la mort ne devait 
pas lui laisser ce loisir; son travail est à peine com- 
mencé, et il n'a pas été repris depuis. On pourra voir 
dans les Annales de la Société (séance du 12 mars 1865) 
le résumé des recherches de ce savant chimiste. Je ne 
m'y arrêterai pas ici ; ces expériences, faites sur la peau 
morte, ne loucheraient d'ailleurs qu'indirectement à 
mon sujet. 

Article 3. — La peau absorbe-t-elle les substances dissoutes dans 
l'eau? Y a-t-il absorption dans le bain médicamenteux? 

Un nombre immense de travaux ont été publiés sur 
ce point; presque tous les hommes qui, depuis 1820, ont 
touché à Texpérimen talion physiolog'ique, ont tenu à 
s'occuper de ce sujet délicat ; les niétliodes employées 

Âmagat. 4 



- 52 — 

oypt çpqsistô à chercher dans les produits de sécrélioD 
les substances minérales dissoutes dans le bain (mé- 
thode chimique), ou à constater les effets physiolog^i- 
ques caractéristiques des substances org^aniques choi- 
sies pour l'expérience (méthode physiolog^ique). Quant 
aux résultats obtenus, on peut les rang'er sous trois 
chefs exprimant bien Tétat actuel de la question parmi 
les médecins : résultats positifs , résultats négatifs , 
résultats douteux. 

J*ai eu sous les yeux les principaux travaux qui ont 
trait à mon sujet; j'en donnerai les conclusions, que 
je discuterai chemin faisant ; cette méthode me semble 
préférable à celle suivie par les auteurs qui ont écrit sur 
la matière et qui ont pris la colonne des oui^ la colonne 
. des noriy pour les comparer ensemble, singulier procédé 
de critique qui n'a pas peu contribué à obscurcir encore 
le sujet. Après avoir analysé et discuté les expériences 
des auteurs, je verrai, tenant compte de chaque détail 
et de la nature de chaque substance, quelle conclusion 
je puis formuler. 

C'est encore à Séguin (1) que revient l'honneur 
d'avoir soumis au creuset de l'expérimentation, pour 
la première fois, l'absorption des subst^ces dissoutes ; 
à plusieurs individus atteints de syphilis, il faisait 
prendre des bains de pied contenant 12 grammes de 
bichlorurede mercure; il n'observa jamais la saliyc^- 
tion caractéristique. 

Le physiologiste français fut combattu par Wes- 
Irumb (2), qui lit connaître en 1828 le résultat de ses 

(1) Séguin. Loc. cit. 

(2) Westrumb. Journal complémentaire, t. XVI, 1823; et Journal du 
Progrès, t. XI, i8â8. 



— 83- 

expéiriei»ces ; elles avaient porté sur le prussiale jaune 
de pokassa> le nitrate de potasse, la matière colorante 
de la rhubarbe, le musc. L*obser valeur avait eu le soin 
ée se couvrir le visag'e d'un masque et de respirer par 
un tube qui s'adaptait à la bouche et au nez, l'air du 
dehors, pour éviter de la sorte l'absorption par le pou- 
mon d*une substance aussi volatile que le musc. L'ana- 
lyse des urîneâ y décela la présence du prussiate jaune 
et de la matière coloi*ante de la rhubarbe, l'expiration 
exhala l'odeur du musc, le nitrate de potasse ne fut pas 
retrouvé. 

Ces expâf'iences furent adoptées par Bérard (1), qui 
le» cite dans les termes suivants : a La pénétration par 
la peau des sels solubles, de certaines substances vola- 
tiles et de certains principes colorants, est jug'ée affir- 
miativement par les expériences très-bien faites de cet 
expérimentateur. » 

On serait peut-être aujourd'hui un peu plus difficile 
qu'on ne l'était à l'époque où écrivait Bérard, et l'on 
se demanderait si l'absorption n'a pas pu se faire par 
la muqueuse des organes g'énitaux, si l'expérimentateur 
avait un appareil assez bien fait pour ne laisser péné- 
trer, par aucun point, une substance aussi subtile que 
le musc. — Quoi qu'il en soit, les physiolog*istes ont 
vécu sur les expériences de Westrumb, jusqu'à l'époque 
où parurent les travaux de M. Homolle (2). — Ce der- 
nier, après un grand nombre de bains, ne retrouva ja- 
mais dans l'urine la moindre parcelle des substances 
employées, et put prendre des bains contenant 2 kilo- 
g*rammes de feuilles de belladone, sans, éprouver le 

(1) Bérard, Cours de physiologie, 
(i) UoaioUu. Ljc. cit. 



moindre effet physiolog'ique; et, chose étrange, il con- 
clut contre ses recherches à l'absorption par la peau, par 
la raison qu'après un bain alcalin Furine avait été 
trouvée alcaline,; nous savons aujourd'hui que ce pro- 
duit d'excrétion devient alcalin après toutes sortes de 
bains, même après un bain acide, fait encore inexpli- 
qué. — Il faut donc rendre aux expériences de M. Ho- 
molle la véritable interprétation qu'elles méritent 

A partir de ce moment, les travaux se succèdent avec 
une rapidité qu'explique suffisamment la grande im- 
portance du sujet. M. Ossian Henry (1) expérimente 
trois sels, le bichromate de potasse, le cyanure de potas- 
sium dont il ne retrouve pas de trace , et l'iodure 
de potassium qui apparaît dans l'urine. Je reviendrai 
sur ce dernier fait en détail. 

L'année 1856 vit paraître les travaux très-importants 
de M. Duriau (2) et de M. Poulet (3). Le premier, dont il 
a déjà été question dans le précédent article, a pris des 
bains avec les produits les plus variés : acide azolique, 
iodure de potassium, carbonate de potasse, chlorure de 
sodium, cyanure de potassium, nitrate de potasse, sul- 
fate de magnésie, belladone, digitale, sulfate de qui- 
nine, etc., et jamais il n'a pu retrouver dans l'orga- 
nisme trace de ces substances si diverses. Il en a été 
de même de M. Poulet, dont toutes les recherches ont 
été absolument négatives. M. Hébert (4), après de nom- 
breuses expériences et des bains prolongés pendant 
quatre heures, n'a pu trouver dans les produits d'ex- 



(1) Ossian Henry. Thèse de Paris, 1855. 

(•2) Duriau. Loc. cit. 

( ») Poulet. Communication à l'Académie des sciences, 3 mars 1856. 

(4) Hébert. Thèse citée. 



— 55 «- 

crétion les diverses substances dont il recherchait Tab* 
sorption. 

En 1863, parut sur le sujet un nombre considérable 
de mémoires; c'est à cette époque que M. Parisot (1) 
(de Nancy) , entretint l'Académie des sciences de ses 
importantes recherches ; après des bains de prussiate 
jaune, de chlorate de potasse, de matières colorantes 
diverses, il n'a jamais constaté ni dans l'urine, ni dans 
la salive, l'existence des produits employés. Dans cette 
même année, Demarquay a publié ses premières re- 
cherches également nég^atives, mais des expériences 
nouvelles, lui ont depuis lors fait modifier un peu ses 
conclusions. 

M. Willemin (de Vichy) (2), en même temps, publiait 
le résultat de ses recherches avec l'iodure de potassium, 
résultats qu'il donnait d'ailleurs comme douteux. 

En présence de tant d'expériences négpativesqui met- 
taient en question une partie de la médication thermale, 
la Société d'hydrolog'ie s'émut; une commission, dont 
Réveil était le rapporteur, fut chargfée de résumer l'état 
actuel de la science, et de tracer le programme des 
expériences à entreprendre pour arriver à une prompte 
solution. C'est à cette époque que M. le professeur Gub« 
1er (^3) institua une série d'expériences dont je ne puis 
ici donner (|ue le résumé. 

Sur un malade alTecté de rhumatisme articulaire 
aigu , les articulations furent badigeonnées avec la 
teinture d'iode. Elxamen des urines qui contiennent ce 

(1) Parisot. Compte-rendu de rAcadémie des sciences, 186 1. 
(î) Willemin. Loc. cit. 

(3) Gubler. Lettre à la Société d'hydrologie, 1863; Àunalos de lu 
Société, t. IX. 



nafétàlloïde s ^ artioulatton§( àV<dent éVé ^ecôaVëfte8 
d'un manchon de tafîetas gommé , serré au-dessu* tel 
au-dessous de rarticutatiotii, avec plttsietits totlrs de 
bande. 

Un malade prit un bain additionné de plusîeut* 
grammes d^arséniate de soude, la verge préàtablemettl 
entourée avec de la baudruche huilée; l'appareil de 
Marsh ne révéla aucune trace d'arsenic. 

Un autre ma/lade ayant pris un bain tl'àvant-bras, 
avec 30 grammes d'arséniate de soude, l'analyse ne 
donna qu'un résultat négatif. 

Les expériences de M. Gubler ne «ont pas favo'rables 
à l'absorption cutanée, excepté pour l'iode qui, sur 7 
cas, a été retrouvé 3 fois seulement dans lès urines, et 
parmi ces trois faits, un seul est probant, la peau ayant 
été altérée chez 2 malades. 

J'arrive aux intéressantes recherches de Réveil (1); ce 
savant expérimentateur a composé des bains avec les 
substances les plus diverses : l'iodure de potassium, l'ar- 
séniate de souda, le cyanure de potassium, le carbonate 
de soude, le chlorate de potasse : ses doses ont varié de- 
puis 16 grammes jusqu'à 500 grammeà de sel pour un 
bain, et la durée de l'immersion a été quelquefois de 
cinq ou six heures ; l'analyse des urines a constamment 
donné un résultat négatif, excepté dans 3 cas oh il a 
été trouvé dans l'urine et dans la salive des traces d'iode. 
M. deLaurès (2) à la même époque, arrivait aux 
mêmes conclusions que Réveil ; il avait prolongé l'im- 
mersion dans le bain pendant cent heures. Réveil se 



(1) Réveil. Annales de la Société d*hydrologie, 1865. 
(•2) De Laurès. 



- Rt - 

prononça polir la nég^ative, expliquant ces trois derniers 
faits par une cîrtîonstanoe accessoire, l'absorption par 
la muqueuse du gland qui n'était pas recouvert. Il 
est possible aujourd'hui dedonner du fait une interpré- 
tation plus satisfaisante, 

Si nous jetons un coup d'œil sur les travaux qui ont 
clé publiés depuis HomoUejusqu'àKéveil, dans une pé- 
riode de 12 ans, depuis 1853 jusqu'à 1865, nous serons 
frappés d'un fait considérable ; les recherches de tous 
les expérimentateurs sont parfaite ment concordantes, cL 
leurs conclusions seules ont varié. Parmi les centaines 
de substances qui ont été soumises à l'expérimentation, 
ime seule a été retrouvée quelquefois dans les produits de 
sécrétion, l'iode métalloïdique. 

Les différents médecins, dont je viens d'analyser les 
travaux, n'ont pas prêté à ce fait toute l'attention qu'il 
méritait, et ils ont conclu différemment, les uns admet- 
tant, d'autres rejetant l'absorption cutanée, laissant 
ainsi l'esprit du lecteur dans un doute lég-itime. 

Telle était en 1866 l'indécision qui rég-nait dans la 
science sur ce point difficile, lorsqu'un chimiste des plus 
habiles, le collaborateur même de M. le professeur Tar- 
dieu, M. Roussin (1), du Val-de-Orâce, fit connaître ses 
vues personnelles ; elles méritent de m'arrf'ter un in- 
stant. Je dois auparavant sig-naler, pour essayer d'être 
complet, de nouvelles recherches de M. Dcmarquay (2) 
et une lettre de M. Hoche (3), qui était la conclusion 
d'un travail précédemment pubhé. >) 

M. Roussin a procédé de la façon suivante : '1' 

I 

(1) Iloussin. Journal do mâilecinf milituiru. ISin .,,-1 

(-2) Deniartiuay. Union mûdicak', 18ii7. 

(3) Roche. Lottre sur le choléra, 1866. 



1 



ar^liment, une certaine force. M. Rabuteau jvorle peii- 
dant quatre jours une chemise trempée dans \Mè solu- 
tion de bromure de potassium ^ l'examen des urilfKes tte 
révèle pas la moindre trace de ce métalkrifdie; 

Depuis trois jours, mon bras gtiuche est saupdtidré 
d'iodure de potassium pulvérisé, recouvert de ouaté, le 
tout maintenu par des tours de bande. Je ne constate 
pas dans la salive la moindre trace d'iode, à Taide dii 
réactif de Bonis. 

M. le professeur Gubler, appréciant les expériténces 
de M. Roussin et celles de ses devanciers^ a donné dtBS 
faits une interprétation à laquelle j'ai hôte d'arrivé. 
Rejetant r6d>sorption par la peau, de l'eau et des sub- 
stances dissoutes, le savant professeur explique de la 
façon suivante la pénétration de l'iode dans l'économie, 
& travers Tépiderme. Les iodures, au contact des élé- 
ments de la sueur, donnent de l'iode libre qui se vola- 
tilise et se trouve absorbé à Tétat de vapeur, absolument 
comme les autres substances gazeuses. J'aurai l'occa- 
sion de revenir sur les savantes remarques de l'éminent 
thérapeutiste, lorsque plus loin j'étudierai l'absorption 
des pommades mercurielles. Bien que l'absorption pul- 
monaire joue ici un certain rôle et peut-être le princi- 
pal, il ne me répug*ne pas d'admettre que l'iode volatil 
est absorbé par la peau ; Ih où pénètrent d'ailleurs les 
g*az doivent, c'est tout simple, pénétrer les substances 
volatiles. Ainsi s'expliquent les résultats en apparence 
contradictoires, et l'on peut, à l'heure actuelle, sans 
craindre les rigueurs de la critique, poser, comme con- 
clusion, qu'il n'y a pas d'absorption par la surface cu- 
tanée, dans le bain médicamenteux. 

(I) Rabuteau. Thérapeutique, 1875. 



Il n^etltrtô pM dans le plan de ma thèàe dé disfeiitet' ici 
l'action des bains; il y aurait sur cette inlportante que»* 
tion de la balnéation bien des points à revoir, bien des 
erreurs d'interprétation à relever; il y aurait à passer 
au crible d'une sévère discussion nombre d'observations 
trop facilement acceptées des médecins, tropcomplai- 
samment enregistrées par la presse médicale; mais un 
pareil travail, di^ne d'occuper un homme vieilli dans la 
pratique, serait tout à fait au-dessus de mes forces. Je 
me contenterai de dire que le bain ne pouvant exercer 
qu'une action locale, ce serait s'exposer à an échec vo- 
lontaire que de compter sur un effet consécutif à l'ab- 
sorption; combattre la syphilis, par exemple, avec des 
bains de bichlorure, chez un sujet dont la peau est vierge 
de tout exanthème, serait aussi imprudent de la part du 
médecin que ftmeste pour le malade. Il convient de faire 
une exception pour les bains contenant des substances 
volatiles, qui, à défaut de la peau, seraient absorbées 
par la muqueuse pulmonaire ; c'est le cas des bains aro- 
matiques et du bain de valériane, préconisé par Beau 
dans Thystérie et les névroses. 



Article 4. — Des pommades, liniments, cataplasmes, au point de 
vue de Tabsorption et de la méthode intraleptique. 



A chaque instant on emploie les pommades, soit pour 
produire un effet local, soit pour introduire dans Téco- 
nomie des principes médicamenteux. Il était intéres- 
sant de savoir si ces topiques, dont la popularité remonte 
à l'enfance de l'art, pouvcûent être absorbés lorsqu'on les 
dépose sur un point de la peau . Je.me suis livrée i cet ég*ard 



à quelques recherches que je soumets à l'examen de mes 
jugées; heureux si elles ne sont pas tout à fait indigènes 
de leur attention. Mes conclusions différeront complè- 
tement de tout ce qui est écrit sur ce sujet. L'absorp- 
tion des pommades, en effet, ne fait pas un doute pour 
les auteurs, et ceux qui à cet ég^ard ont fait quelques 
réserves ne manquent pas de dire que la friction, jointe 
à la durée du contact, rend la pénétration des pom- 
mades absoluQ)ent certaine. 

M. Houssin, dont j'ai déjà long'uement cité les recher- 
ches, pense que les substances grasses, ayant la propriété 
de mouiller la peau, pénètrent dans les conduits capil- 
laires qui s'ouvrent à sa surface, lesquels sont enduits 
normalement d'une substance de même nature, et si 
ce corps g'ras, appliqué sur la surface cutanée, contient 
en solution une substance médicamenteuse, cette der- 
nière, soutient l'auteur, pénètre avec le dissolvant lui- 
même. M. Mongeot (de l'Aube), dont le mémoire a été 
précédemment cité, nie, d'après des expériences que je 
ne puis rapporter ici,lji pénétration de la matière grasse 
qui sert de véhicule au principe médicamenteux ; mais 
il admet l'absorption de ce dernier corps lui-même, 
pourvu qu'il ne soit pas dissout dans la substance 
grasse; ce qui revient à dire que les matières pulvé- 
rulentes seraient seules absorbées par la peau ; con- 
clusion singulière, et qui certes ne peut résister à 
l'examen. 

M. Jeannei. lui, prétend que toutes les pommades, 
de quelque nature qu'elles soient, sont absorbées à 
l'état .de savon. 

Je pourrai multiplier ces citations à l'infini; ce que 
j'ai dit suffit pour montrer que les auteurs se sont 



— 63 — 

effoi^és de donner l'explication d'un fait dont il eût été 
plus sage de vérifier d'abord Inexactitude (1). 

M. le D' Delore (2), chirurgien en chef de l'hôpital de 
la Charité de Lyon, a publié un assez grand nombre 
d'expériences entreprises pour arriver à démontrer 
l'absorption des pommades par la surface cutanée ; il 
s'est servi de pommades iodurées, et est arrivé aux 
résultats que voici : 

!• Sur 10 malades frictionnés avec de la pommade à 
l'iodure de potassium, 3 seulement ont présenté des 
signes évidents d'absorption de l'iode ; 

2^ Chez 3 malades frictionnés avec la même pom- 
made, avec cette différence que l'axonge était d'une 
rancidité très-prononcée, les urines ont offert la cou- 
leur bleue caractéristique ; 

3*" Avec la pommade iodée, sur 6 cas, 2 résultats 
négatifs, 4 positifs. 

M . Delore s'est servi du baume de Lausanne : 

Alcool, 128. — Savon animal, 20. -■■ lodure de 
potassium, 16. — Et cette fois, sur 15 cas, il n'a eu que 
2 résultats négatifs. 

Toutefois, il est bon d'ajouter un correctif. M. Delore 
fait remarquer que le baume de Lausanne est très-irri- 
tant, et que la peau a été souvent excoriée, ce qui rend 
cetle peurtie de ses recherches peu concluante. — Pour 
tempérer les propriétés irritantes du baume hydriodaté, 

(1) M. le docteur Blachez objecta à mes conclusions qn'il avait vu sou- 
vent Papplication de Tonçuént mercuriel belladone autour des paupières 
être suivie de la dilatation do la pupille. J'ai constaté que l'extrait de 
belladone appliqué sur la peau n est en aucun cas absorbé; en ce qui 
concerne l'onguent napolitain belladone^ je persiste à croirç que quelques 
particules d'extrait de belladone sont entraînées avec les vapeurs mercu- 
rielles et peuvent de la sorte pénétrer par la muqueuse pulmonctîre. 

(î) Delore, Journal de la physiologie de l'homme et des animaux, de 
Brown-Séquard, 1863. 



-:r. 64-r 

Vexpérimentateur Ta mélangé à de l^huile d'amandes 
douces, ce qui a rendu Tabsorplion plu& difQcile ; 

4'' L'iodure de polassium^ uni à ta glycérine malgré 
les plus vigoureuses frictions, n'a jamais été retrouvé 
dans les produits de sécrétion; 

5"" L*alûool, au contr^^ire, semblerfiit favoriser la péné- 
tration de ce sel ; 

6® M. Delore emploie, dans ses autres expériences, 
Textrait de belladone en pommade, avec frictions répé- 
tées. — Sur 5 faits, 1 seule fois il a obtenu la dilatation 
de la pupille; mais j'extrais de l'observation le passage 
suivant, qui démontre jusq'u*à l'évidence que le fait 
n'est pas concluant, ainsi que le lecteur pourra ea 
juger : « On applique sur la cuii^se un vaste emplâtre 
belladone ; la douleur disparaît et en même tepgtps oa 
observe : dilatation de la pupille, tr<^l6s de la vue, 
constriction à la gorge, etc.; mais, ÇQQQime il vègne 
autour de son lit une odeur trè^rp^o^j^océe d^^trait de 
b^ladone, on suppose que l'absorption s'e^t faite par 
le poumon. » 

Pour en finir, sur 160 cas, M. Delore a observé 69 
résultats positifs, 60 négatifs, 9 cas douteux, et de ses 
recherches il a cru devoir conclure qqp la peau ^ain^ 
absorbe toutes les substances solubles d^ns l'eau, qiipi-^ 
que cette absorption soit difficile et irrégulière, Lj^ 
expériences du chirurgien de Lyon ne prouvent qu'une 
chose, c'est que les pommades contenant de l'iode sus- 
ceptible de se vaporiser et d'être absorbé sous cçt étet de 
vapeur, ne présentent même pas, au point de vue de 
l'absorption, un degré de certitude suffisant pour que le 
médecin en fasse usâge, s'il veut introduire dans l'or- 
ganisme ce métalloïde. 



- 05> — 

J*ai fait pour mon compte, un assez g^rand nombre 
d'expériences avec les pommades à Talropine. Je me 
suis servi de cette substance de préférence à toute autre 
parce qu'elle n'est pas volatile, et que sa présence dans 
l'org^anisme est décelée par un réactif qui défie en sen- 
sibilité et en sûreté tous les réactifs de la chimie. Qu'il 
me soit permis ici de remercier mes amis de l'obli^eank 
concours qu'ils ont voulu me prêter. Je remercie entre 
tous mon cher ami, M. L. Foulhoux, qui, par amitié 
pour moi, s est soumis un g^rand nombre de fois à tous 
les désag*réments de l'expérimentation et m'a aidé dans 
mes recherches. 

Chaque application de pommade a été de 8 à 10 centi- 
gammes d'atropine pour 4 ou 5 g^rammes d'axong^ ou 
de glycérine, selon que j'employais l'une ou l'autre de 
ces substances. Les expériences ont été faites sur des 
personnes de tout âge et de tout sexe. Une première 
partie comprend un chiffre de 30, ayant trait à des 
adultes, des fenunes, des enfants au-dessus de huit ans; 
sur ces 30 cas, il n'a jamais été constaté de dilatation 
de la pupille, la pommade ou le g^lycérolé restant appli- 
qués depuis cinq jusqu'à vingt-deux heures de suite, 
maintenus peu* des tours de bande. Dans les expériences 
dont je rapporte ici le résultat négatif, il n'a jamais été 
exercé de frictions sur la peau, la pommade étant main^ 
ienue peu* une compression modérée. 

Quelques auteurs avaient pensé que la glycérine pou- 
vait favoriser l'absorption, cela ne résulte pas de mes 
teclçierch^B, M. Demarquay (1) d'ailleurs avait depuis 
longtemps établi le conlr^re. 

(1) Demarqaay, Traité de la glycérine. 



- 66 - 

M. Mougeot (de TAube) croyant, sans appuyer son 
assertion de preuves expérimentales, que les savons sont 
absorbés par la peau, a fait préparer des savons avec 
divers alcaloïdes. 

Dans une autre série d'expériences, j'ai appliquée 
plusieurs personnes de l'atropine incorporée dans des 
savons ; je Tai accompag^née cette fois de frictions 
répétées, et j'ai eu encore ici à noter un résultat né- 
gpatif. 

« Mais les frictions, va-t on dire, favorisent l'eJDsorption 
cutanée, en détruisant les lamelles épithéliales superfi- 
cielles, ceci est hors de doute, et une méthode célèbre, 
vieille comme Fart, est basée précisément sur ce fait» 
Voyons : Ghrestien de Montpellier, fit au commencement 
de ce siècle de nombreuses expériences avec la méthode 1 
iatraleptique, expériences concluantes d'après lui el 
d'après Barthez, qui, pour une fois, avait daig-né des- 
cendre des hauteurs de la philosophie médicale pour 
s'occuper d'un fait de pratique vulgaire. 

A Paris, les expériences de Chrétien reçurent l'assen- 
timent de Pinel, de Duméril, etc. On crut donc à 1« 
méthode iatraleptique et on en usa. On s'occupa de la 
perfectionner, et on chercha des lieux d'élection pour 
l'application des médicaments; c'est ainsi que Forget (!) 
décrivit, sous le nom de maschaliâtrie ^ la manière d'ap- 
pliquer les médicaments dans le creux axillaire, il 
recommande surtout de n'employer par cette voie qw 
les doses que l'on prescrit habituellement par Testomac, 
M. Fonssagives est fort respectueuxpour la mémoire de 
son confrère lorsqu'il dit que c'était là un excès * 

(1) Forget, 1843. Bulletin de thérapeutique, t. XXIV, 



— 67 — 

prudence. Cependant la critique reprit ses droits; un 
homme, dont le nom doit rester cher à la thérapeutique, 
voyant constamment le sulfate de quinine administré par 
la voie cutanée , voulut étudier la question. Martin 
Solon (1) se frictionna avec des pommades contenant jus- 
qu'à 50 g»rammes de sulfate de quinine, et ne put jamais 
retrouver dans l'urine cette substance qui apparaissait 
dans ce produit de sécrétion lorsqu'il en ing^érait lOcen- 
tig'rammes. — M. Fonssag^rives sentant toute la gravité 
de cette question pratique, a prescrit quelquefois les 
frictions quininées, mais il en est encore «à trouver un 
malade chez lequel les bourdonnements d'oreille, sig^ne 
de rimprég^nation quinique, se soient montrés. » 

Après un savonnag^e de la face interne du bras g'auche, 
je me suis appliqué sur cette partie une pommade à 
l'atropine et ai fait suivre cette application d'une fric- 
tion énerg^ique, j'ai répété l'expérience sur la face in- 
terne des cuisses, à quelques jours d'intervalle. — Ré- 
sultats nég*atifs. 

Nous avons précédemment vu les pommades iodurées 
ou iodées, suivies de frictions énergiques, ne donner 
des résultats positifs que dans la moitié des cas, et ici il 
s'agissait d'une substance volatile, qui ne saurait entrer 
en ligne de compte lorsqu'il est question de l'absorp- 
tion des substances ou solides ou dissoutes. Je laisse 
donc de côté ce fait, une fois pour toutes, et j'arrive au 
point le plus important et le plus pratique de la ques- 
tion, aux pommades mercurielles. Disons-le de suite, le 
mercure est absorbé par la peau. C'est là un fait de 
constatation journalière^ et ici les partisans de Tabsorp- 

(i) Martin Solon. Bulletin de thérapeutique, 4844, t. XXXVII. 
Amagat. 5 



— 68 — 

tign cutanée triomphent, mais il faudra bien qu'ils 
ouvrent les yeux devant Tévidence des faits. 

Pour les uns, à Theure où nous sommes, le mercure 
serait absorbé par la peau, g'râce aux combinaisons qu'il 
forme avec les chlorures de la sueur, pour d'autres, au 
contraire, il pénétrerait à l'état de fine poussière à tra- 
vers Tépithélium desg'landes sudoripares, à la manière 
des matières crasses dans l'intestin. — * Vaines explica- 
tions qui ne sauraient résister à Texamen un seul ins-* 
tant. — Il est démontré que le mercure métallique est 
cent fois plus facilement absorbé que le bichlorure de 
mercure, ceci ruine la théorie qui veut que l'hydrarg'ire 
ne s'absorbe que g*râce à une transformation chimique, 
et pour ce qui est de la seconde explication, comment 
concilier ce fait positif de la pénétration du mercure à 
travers les cellules épidermiques, avec tous les faits né- 
gatifs. Et c'est alors que s'impose victorieusement l'in- 
terprétation de M. le professeur Gubler, à savoir que le 
mercure, absorbé par la peau, ne peut l'être qu a l'état 
de vapeur, absolument comme l'iode, comme les sub- 
stances volatiles et gazeuses. C'est dans ses premiers 
cours à la Faculté, que M. Gubler a adopté cette ma- 
nière de voir, la seule acceptable ; le mercure se vapo* 
rise à toute température (1) même à 15 degrés au-des- 
sous de zéro. — Merget a vu ce métal se dégager de sa 
surface libre avec une vitesse de 200 mètres par se- 
conde, et ce dégagement se fait même lorsque le mep« 
cure est incorporé aux graisses. On sait toutefois que les 
gaz sont absorbés en assez petite quantité par la peau, 
de sorte qu'il faudra,pour le mercure comme pour riode^ 

(1) Merget, cité par Rabuteau, Traité de thérapeutique. 



- 69 - 

faire intervenir con&tamment Tabsorption par la mu- 
queuse pulmonaire. 

Si nous voulons tirer quelques déductions pratiques 
de ce que je viens de dire, nous serons oblig'é de recon- 
naître que la méthode des frictions ne saurait, dans lapra- 
tique, être appliquée qu'aux pommades mercurielles (1), 
et dans une certaine mesure, aux pommades iodurées, 
lorsqu'on voudra obtenir l'absorption par la voie cuta- 
née; il reste bien entendu les applications locales de 
ces topiques dans le détail desquelles je n'ai pas à entrer. 

Il est des substances, dit-on encore, qui rendent l'ab- 
sorption par la surface de la peau, facile ou tout au 
moins possible, tels seraient les ag*ents qui ont la pro* 
priété de dissoudre la matière sébacée, l'alcool, l'éther, 
le chloroforme, il eût fallu d'abord se demander si 
c'était bien la matière sébacée qui s'opposait à l'ab- 
sorption, et la chose était facile : il suffisait d'appliquer 
des pommades ou des g*lycérolés à la paume des mains 
ou à la plante des pieds, et de vérifier si la pénétration 
s'en opérait; c'est ce que j'ai fait et bien d'autres avant 
moi, avec des résultats constamment nég'atifs. Exami- 
nons néanmoins si l'alcool, le chloroforme et les dis- 
solvants de la matière sébacée peuvent jouer un rôle 
dans le phénomène. Je suis, à cet ég'ard, en mesure de 
donner quelques résultats. 

Je me suis servi des formules suivantes : alcool 20 gr., 
atropine 10 centig'r, ; chloroforme 20 g^r., atropine 
10 centig'r. 

Les essais ont été faits sur des hommes et des femmes 
adultes, et sur des enfants des deux sexes. 

(1) J'indique simplement ici que quelques praticiens (Panas) font un 
fréquent usage des frictions mercurielles dans le traitement de la sy-» 
philis. 



— 70 — 

Pour le chloroforme, je procède de la façon sui- 
vante : Le liquide est versé dans une ventouse qu'on 
applique sur la partie antérieure de Tavant-bras, on 
presse la ventouse pour empêcher, autant que possible, 
l'évaporation du chloroforme, ce qui est fort difficile ; la 
chaleur de la main réduisant I0 liquide en vapeur, 
celle-ci s'échappe entre le bord de la ventouse et la face 
antérieure du bras, et fuse à plusieurs mètres de dis- 
tance. Lorsque le véhicule est de bonne provenance, 
il est difficile d'en supporter le contact plus de cinq mi- 
nutes. Dès qu'on retire le petit appareil, la peau est 
roug^e, g^onflée, extrêmement douloureuse, mais, en 
aucun cas, il n'a été constaté d'éraillure au moment 
même; les excoriations n'apparaissent qu'au bout de 
quelques jours ; eh bien ! après quatre, cinq, six ou dix 
minutes de contact, il n'a jamais été constaté de dilata- 
tion pupillaire; une fois, le contact a été longtemps pro- 
longée chez un enfant de dix ans qui, n'osant se plain- 
dre, a supporté l'application chloroformique pendant 
vingt-cinq minutes. Au moment où la ventouse a été 
retirée, la peau, très-enflammée, ne présentait pourtant 
pas la moindre excoriation, il n'y eut aucune dilatation 
de la pupille. Les applications ont été constamment 
faites à la face antérieure du bras, ou à la face interne 
des cuisses ; je n'ai en aucun cas appliqué les substan- 
ces sur le front ou la tempe; il suffit d'une si petite 
quantité d^atropine pour dilater la pupille, que les moin- 
dres vapeurs qui auraient pu se trouver au contact de 
l'œil, auraient rendu l'expérience douteuse. 

J'ai peine à croire que M. Parisot (1), qui a vu la di- 
latation de la pupille cinq minutes après Tapplication 

(i) Parisot, loc. cit. 



— 71 — 

sur le front de 5 centig*!*, d'atropine dans 20 grammes 
de chloroforme, ait pu empêcher le contact de la vapeur 
chlorofopmique sur les yeux ou les paupières, ce qui 
rend, à mon sens du moins, son expérience peu con- 
cluante. J'ajouterai que l'atropine étant peu soluble 
dans le chloroforme, je la faisais préalablement dis- 
soudre dans quelques g^outtes d'alcool; j'indique ce 
fait pour relater les principales circonstances de mes 
expériences. 

Pour l'alcool, inutile de prendre les mêmes précau- 
tions, néanmoins je me suis servi pour l'appliquer à la 
surface du corps d'une ventouse ou d'un verre à pied ; 
les expériences ont été constamment négpatives, et ce- 
pendant le contact ici avec le même point de la peau, a 
duré quelquefois deux heures après un savonnag'e préa- 
lable. Un de mes amis, M. P. Foulhoux, après avoir 
savonné la face palmaire de sa main g'auohe, y a tenu 
appliquée pendant plusieurs heures une solution alcoo- 
lique d'atropine, sans que nous ayons vu apparaître le 
moindre chang'ement dans l'état de la pupille. J'ai pris 
des bains de pied contenant des solutions alcooliques 
d'atropine, sans résultat. 

J'entends déjà cette objection : mais les liniments au 
chloroforme g'uérissent les douleurs névralg*iques? 
Sans doute, mais à coup sûr ce n'est pas par l'absorp- 
tion du médicament incorporé dans ce véhicule, ou du 
moins jusqu'à nouvel ordre je ne le pense pas; c'est pro- 
bablement par l'action révulsive ei puissante que le chlo- 
roforme doit ag^iren pareille occurrence, semblable en 
cela à l'ammoniaque, aux sinapismes et à tous les 
ag^ents de la médication révulsive. 

Jusqu'ici, si je ne m'abuse, je suis parvenu à démon- 



-Ti- 
trer que les substances dissoutes et non volatilisableà 
ne sont pas plus absorbées en pommades, liniments, 
g^lycérolés, savons, etc., qu'elles Tétaient dans le bain 
médicamenteux, mais ma tâche n'est pas encore finie ; 
j'arrive à un fait qui sera opposé certainement à la 
thèse que je soutiens, par les partisans de rabsorptîori 
cutanée, avec d'autant plus de vig^ueur peut-être qu'ils 
auront perdu plus de terrain, je veux parler deTabsorp- 
tion du laudanum appliqué sur les cataplasmes. On a 
cité des faits d'empoisonnement survenus à la suite de 
l'application de cataplasmes fortement laudanisés; il 
serait peut-être utile de soumettre les observations citées 
à l'analyse, lorsqu'on sait surtout que la teinture d'opium, 
employée à des doses élevées, ne détermina jamais le 
sommeil dans les expériences de Chiarenti, Valliet Bréra, 
qui ne peuvent certainement pas être suspectées de 
prévention dans la question de l'absorption cutanée(l). 
A l'époque oh l'on croyait au pouvoir absorbant de la 
peau, les faits d'empoisonnements survenus par cette 
voie étaient acceptés avec une crédulité déplorable ; en 
1869, un médecin publia l'observation de deux ma- 
lades, le mari et la femme, qui, à la suite d'applications 
narcotiques à la surface de la peau, eurent des symp- 
tômes d'empoisonnement ; l'auteur vit, dans les faits 
qu'il livrait à l'appréciation du public médical , un 
exemple d'absorption cutanée ; or, tout compte fait, les 

(i) En ce qui concerne le laudanum, M. Martin-Damourette m'a dit 
avoir constaté, à la suite d'applications laudanisées, les premiers signes 
du narcotisme, mais il donne le laudanum à l'extérieur à la dose de 
25 grammes par jour et ces signes n'apparaissent que vers le quatriôaie 
jour. — Dans le laudanum, l'alcool est volatil, le safran est volatil 
l'opium peut être entraîné avec ces substances vaporisées et l'absorption 
se faire par la surface pulmonaire ; M. Martin-Damourette, d'ailleurs 
ne repousse pas l'interprétation que je formule ici. 



deux malades avaient la g*ale ; on peut revoir à ce pro- 
pos^ dans la France médicale de 1869, la verte réponse 
du professeur Scoutteten (de Strasbourg») à Tauleur, 
dont j'ig'nore le nom. On a cité ég^alement des accidents 
survenus à la suite d'application sur la peau de décoc- 
tions de tabac; ici encore il faudrait faire la part de l'ab- 
sorption par le poumon. 

Ne connaissant aucune expérience sur ce point, et 
n'en ayant fait aucune moi-même, j'en suis réduit à 
invoquer lanalog^ie pour combattre l'absorption des 
opiacés par la peau ; il est difQcile, en effet, d'admettre 
l'absorption d'une substance, lorsque à côté une autre 
substance du même ordre n'est pas absorbée ; en ce qui 
concerne les faits d'empoisonnement sur lesquels on 
s'appuie pour admettre l'absorption, ce n'est pas être 
trop exig-eant que de demander des observations pré- 
cises ; de simples assertions, de quelque autorité qu'elles 
viennent, ne sauraient suffire à la rig'ueur de la clinique 
moderne. Espérons d'ailleurs que des expériences vien- 
dront bientôt résoudre laquestion d'une façon définitive. 

Article 5. — Des bains à Thydrofère et de la pulvérisation 
des liquides sur la surface de la peau. 

Je n'ai pas l'intention de décrire ici les divers appa- 
reils qui ont été imag»inés pour la pulvérisation des 
liquides sur la peau, ni les divers hydrofères qiîî se sont 
succédé depuis la découverte de ce g'cnre d'appareils. 
On trouvera la description de tous ces instruments dans 
les communications et les savants rapports de M. le pro- 
fesseur Gavarret, devant l'Académie de médecine. Je 
tiens à rapporter seulement en deux mots les expé- 
riences faites à l'aide de l'hydrofère au point de vue de 
l'absorption cutanée. 



- 74 — 

M. Séreys (1) a rapporté dans sa thèse un certain 
nombre de recherches entreprises par Réveil, et qui 
ne laissent aucun doute dans Tesprit de ce médecin, 
sur le pouvoir absorbant de la peau. Voici le résumé 
des expériences de Réveil : Après un bain contenant 
500 grammes de sel marin, les urines, qui habituelle- 
ment n'en contiennent que 1 g'ramme, en contenaient 
8 grammes. 

Après un bain additionné d'iodure de potassium, les 
urines renferment de Tiode. 

— L'arsenic fut également retrouvé dans Turine, 
après un bain à Tarseniate de soude. 

Les expériences de Réveil né sauraient être acceptées, 
Fauteur ayant commis la faute de ne pas respirer Tair 
du dehors; M. Demarquay, qui a pris cette précaution, 
n'a jamais constaté d'absorption dans les bains à l'hy- 
drofère. 

M. Brémond (2) (de Vincennes) a fait des expé- 
riences à deux reprises; une première fois en 1869, 
une deuxième, fois en 1872. Ses recherches ont porté 
sur l'iodure de potassium, qui a été retrouvé dans l'u- 
rine; et M. Brémond a conclu à l'absorption cutanée; 
il est étrange qu'ayant la prétention de donner une 
solution définitive à cette question si controversée, le 
médecin que je cite n'ait pas opéré avec d'autres sub- 
stances que l'iodure de potassium, qui a été retrouvé 
par les nombreux observateurs qui ont précédé 
M. Brémond. Ce que j'ai dit précédemment, et à plu- 
sieurs reprises, touchant l'iodure potassique me dis- 

(i) Sereys, Thèse de Paris, 4862. 

(2) Brémond. 1869, Bulletin dePAcadémie de médecine ; 1872, Comptes 
rendus de l'Académie des sciences. 



— 75 — 

pense d'insister ici ; il est évident que les recherches 
de M.Brémond n'ont rien démontré du tout, sinon que 
riode est plus facilement absorbé dans le bain à Thy- 
drofère que par les autres moyens , ce qui se conçoit 
d'ailleurs facilement. 

La pulvérisation cutanée des eaux minérales ne favo- 
rise pas plus l'absorption que le bain à l'hydrofère; et 
comme je n'ai pas à faire l'histoire de cette méthode 
que nous devons à M. Tillot, inspecteur des eaux de 
Saint-Christau, j'ai hâte de clore ici ce long» chapitre. 



CHAPITRE V, 

DE l'absorption PAR LA PEAU DEPOUILLEE DE SON EPIDERME 

ET DE LA MÉTHODE ENDERMIQUE. 



Le pouvoir absorbant que possède le derme est consi- 
dérable ; rien n'est mieux établi en physiologie, et cette 
propriété est utilisée journellement pour l'absorption 
de certains médicaments. Vers 1820, Murray avait ap- 
pliqué de l'aloès à la surface d'un vésicaloire, et con- 
staté à la suite des évacuations alvines ; chez des indi- 
vidus affectés de fièvre jaune, Baily (de St-Doming»ue) 
avait appliqué du calomel sur la rég'ion épig^astrique 
dénudée par un vésicatoire (Baudot). 

Mais c'est à Lembert et à Lesieur, médecins français, 
dont les travaux remontent à l'année 1825, que revient 
l'honneur d'avoir érigée en méthode l'absorption des 
médicaments par le derme. 

Lesieur, dans sa thèse soutenue en 1825, publia quel- 



— 76 - 

ques observations intéressantes; et Lembert (1), en 1828, 
consig*nait, dans un travail spécial, les avantagées de la 
nouvelle découverte. Deux ans plus tard, Guérard (de 
Philadelphie) donnait la relation de tous les cas dans 
lesquels il avait eu recours aux applications dermiques, 
et indiquait les substances dont il s'était servi ; à côté de 
la belladone, de la cig'uë, il avait employé le mercure, 
riode, rhuilede croton tig*lium; aujourd'hui, personne 
n'emploierait ces substances irritantes sur le derme ; il 
ne paraît pas, toutefois, que Guérard ait eu des acci- 
dents à noter, ou du moins il n'en fait pas mention. 

La méthode ne rencontra aucun obstacle : à Paris, 
tous les médecins Texpérimentèrent et l'appliquèrent à 
un g»rand nombre de cas, qui semblent ne la réclamer 
aucunement; c'est ainsi que Raciborski se servait de la 
strychnine par la voie dermique, contre les hèmiplég*ies; 
Fouquier suivait cet exemple. 

Trousseau (2), qui fit toute sa vie un g^rand usag*e de 
la méthode de Lembert, l'employa dans le traitement 
du rhumatisme synovial g^outteux. 

Chomel l'employa contre les fièvres intermittentes, 
et remarqua que le traitement, toutes choses ég*ales 
d'ailleurs, était ainsi moins long* que lorsqu'il prescri- 
vait le sulfate de quinine par la voie g'astrique. 

Partout des observations furent faites, un g^rand nom- 
bre de thèses rapportant ces observations parurent en 
même temps et achevèrent de vulg^ariser une méthode 
excellente quia rég'né à peu près exclusivement jusqu'à 
la découverte des injections hypodermiques qui l'ont 

(1) Lembert, Essai sur la méthode endermique. 

(2) Trousseau et Bonnet, Recherches sur le rhumatisme synovial 
goutteux, 4833. * ' 



- 77 — 

avantag'eusement remplacée. — Il est des cas néanmoins 
où la méthode endermique mérite d'être conservée; dans 
certaines douleurs rhumatismales, névralg^iques , où 
l'on a préalablement cru devoir faire usagée des vésica- 
loires, ceux-ci pourront très-bien être pansés avec de 
la morphine ou de Tatropine ; dans le point de côté de 
la pneumonie et de la pleurésie, on pourrait aussi pro- 
fiter de la présence du vésicatoire pour combattre la 
douleur avec une substance narcotique. 

Dans les cas où Ton désirerait employer la méthode 
endermique, il faudrait se conformer aux règles sui- 
vantes : 

La peau est dénudée, soit avec le marteau de Mayor 
trempé dans l'eau bouillante, soit avec un vésicatoire, 
préférablement avec de l'ammoniaque sous forme de 
pommade de Gondret. — Lorsque Tépiderme est sou- 
levé par la sérosité, avec un instrument piquant, ou 
tout simplement une éping^le, on pique un point de la 
peau boursouflée, la sérosité s'écoule; on enlève, en 
un point seulement l'épiderme, et on introduit la sub- 
stance pulvérisée, dont Ted^sorplion est promptement 
effectuée. 

Par cette voie on ne peut employer que des alcaloïdes, 
et il faut proscrire les irritants dont nous avons vu Gué- 
rard faire usage. Les doses, tout naturellement, doivent 
être moindres que pour Testomac, l'absorption ayant 
lieu ici en deux ou trois minutes ; la quantité adminis- 
trée ne doit pas dépasser celle que l'on donne en injec- 
tions hypodermiques. 

Cette voie d'introduction des médicaments ne présente 
aucun danger; mais elle a un certain nombre d'incon- 
vénients ; lorsqu'il est nécessaire de prolonger un trai- 



-- 78 — 

tement plusieurs semaines, on voit tout ce qu'a de 
fâcheux l'application d'un grand nombre de vésica- 
toires, les accidents vésicaux, le désagrément et rim- 
patiencedu malade, les cicatrices qui peuvent persister 
plus ou moins long^temps, et enQn le temps nécessaire 
avant que. la surface soit dénudée. 

Voilà pourquoi la méthode endermique doit être rem- 
placée par les injections dans le tissu cellulaire, et tout 
au plus doit- elle rester dans la pratique pour les cas 
que j'ai indiqués plus haut, — elle n'en fut pas moins 
une conquête utile, et, pour la bien jug^er, il faut se 
reporter à l'époque oîi elle parut. — La méthode hypo- 
dermique, a dit très-judicieusement M. Baudot, n'a pas 
détrôné la méthode endermique ; c'est cette dernière 
qui a donné naissance à l'autre; un bon procédé en 
appelle un meilleur, et l'esprit humain, eng*ag*é dans 
une voie, ne s'arrête que lorsqu'il croit avoir touché à 
la perfection. 

De la méthode d inoculation ^ ou méthode de Lafargtie. 
— Je ne pouvais toucher à ce sujet de l'absorption par 
le derme, sans dire quelques mots d'une méthode qui 
a été fort peu employée malg^ré l'habileté de son au- 
teur, et malgré le rapport favorable que Martin Se- 
lon (1) présenta devant l'Académie de médecine , sur 
le mémoire qui indiquait à la fois le procédé opératoire, 
et les résultats obtenus par Lafarg'ue (de St-Emilion). 

L'inoculation est employée continuellement pour la 
vaccination ; elle l'était, avant la découverte de Jenner, 
pour transporter d un malade à un homme sain une 

(i) Martin Solon, Bulletin de TÂcaclémie de médecine, 1837. 



— 79 - 

variole bénigrie , qui devait éviter uae variole plus 
grave ; cette pratique paraît même remopter jusqu'aux 
Indiens ; mais nul, jusqu'au mémoire de Lafargue, n'a- 
vait tenté de porter, par un moyen analogue, les sub- 
stances médicamenteuses dans l'intérieur de Torga- 
nisme. 

Lafargue avait indiqué tout d'abord un procédé dos 
plus simples : il trempe la pointe d'une lancette dans 
une solution médicamenteuse, et il l'introduit sous 
l'épiderme, absolument comme dans la vaccination or- 
dinaire. Depuis lors il a changé plusieurs fois de mode 
opératoire. — Après avoir conseillé de recouvrir les 
points inoculés d'un verre de montre, pour empêcher 
l'évaporation de la solution, ou sa diffusion dans le 
voisineige, il est arrivé à un procédé plus ingénieux. 
Il pratique, avec une aiguille, un certain nombre de 
galeries sous la peau, et, par ces ouvertures, il intro- 
duit de petits cylindres médicamenteux préparés à l'a- 
vance, et d'après un moule adapté à la petitesse des 
orifices sous-dermiques ; c'est là, après tout, une modi- 
fication de la méthode hypodermique, qui présente sur 
cette dernière l'avantage de pouvoir se passer de toute 
instrumentation, mais qui a l'inconvénient très-grand 
d'exiger beaucoup de temps pour l'introduction de ces 
divers cylindres médicamenteux. 

La méthode de Lafargue avait sur celle de-Leiiibert un 
grand nombre d'avantages, elle est plus prompte, moins 
douloureuse, peut être appliquée sur tous les points du 
corps, au cuir chevelu par exemple où l'on ne pouvait 
faire usage des applications endermiques; elle me pa- 
raît devoir rester dans la pratique et pourra être très- 
utilement employée dans les névralgies, douleurs mus- 



- 80 - 

oulaires, eto , et remplacer le» injections hypoder- 
miques dans quelques cas. 

Quant aux régules à suivre dans Temploi de la méthode 
de Lafargue, elles sont les mêmes que dans les injec- 
tions dans le tissu cellulaire dont je vais maintenant 
entreprendre Tétude. 

Je rappelle seulement que c'est de la méthode par 
inoculation que s'est servi Auzias Turenne dans ses 
tentatives de syphilisation. 

Pauli a appliqué ég^alement au traitement des na^vi 
matemi Tinoculation de poussières inertes et de diverses 
substances pulvérulentes insolubles. 

C'est également de Finoculation que se servent les 
^yphiliog^raphes lorsqu'ils veulent connaître la nature 
des chancres en transportant le virus sur un point éloi- 
gné de Tendroit où l'ulcère à pris naissance. 



CHAPITRE VI. 

DU TISSU CELLULAIRE ENVISAGÉ COMME VOIE D* ABSORPTION 
ET DES INJECTIONS HYPODERMIQUES. 

A. — Pouvoir absorbant du tissu cellulaire. 

Le tissu cellulaire est doué d'un pouvoir absor- 
bant qui ne le cède en intensité qu'à la muqueuse pul- 
monaire. Les expériences des physiologfistes ont déter- 
miné que la même dose de curare détermine ses effets 
toxiques : 

1® En 20 secondes lorsque le poison est injecté dans 
les veines ; 

2° En 50 secondes lorsqu'il est injecté dans la 
trachée ; 



^ 81 — 

3* En 4 minutes lorsqu'il est déposé dans le lisBU 
cellulaire sous-cutané. 

Ce qu'il y a de très-reraarquable et que Ton ne sau- 
rait trop apprécier, c'est qu'ici les elFets se manifestent 
avec une régpularité presque mathématique. Un lapin 
reçoit tous les jours, dans des conditions identiques, 
3 milligrammes de curare en injection sous la peau; 
les premiers symptômes surviennent environ 20 mi- 
nutes après rinjection, les phénomènes toujours durent 
& peu près 45 minutes, et i heure 30 minutes après le 
début de l'expérience, l'animal est complètement réta- 
bli. (Claude Bernard.) 

Ces découvertes ne devaient pas laisser les thérapeu*» 
listes indifférents. 

Nous avons vu précédemment que Pauli traitait les 
nœvi matemi par des poudres insolubles qu'il introduisait 
dans ces tumeurs par inoculation ; c'est en injectant du 
perchlorurç de fer dans une tumeur sanguine avec la 
seringue de Fergusson que le D' Wood, d'Edimbourg, 
conçut l'idée des injections sous-cutanées de substances 
narcotiques dans les cas de névralgie, et dota ainsi la 
thérapeutique d'une ressource aussi ingénieuse qu'elle 
devait être utile. D'après M. Béhier, toutefois, c'est à 
Rynd qu'il faudrait rapporter la première application de 
la méthode hypodermique, et le savant professeur cite 
à cet égard deux observations de névralgie remontant 
à 1844, et dont le médecin de Dublin avait obtenu la 
guérison par une injection sous-cutanée de substance 
narcotique. Quoi qu'il en soit, c'est à partir du mémoire 
de Wood (1), publié en 1855, mémoire qui relatait la 

(i) Wood, Ediid)urgh medioal and lurgioal Journal. 



^82 — 

guérison d'un certain nombre de névralgies par la 
méthode nouvelle, que furent expérimentées en Ang'le- 
terre les injections sous-cutanées. Charles Hunter, Oli- 
ver, Reill, etc., publièrent à leur tour des observations 
proclamant rexcellence de la nouvelle conquête. 

En 1859, M. le professeur Béhier, alors médecin de 
Thôpital Beaujon, expérimenta sur une g^rande échelle 
les injections hypodermiques, et dans un mémoire, lu 
dans le courant de cette même année à TAcadémie de 
médecine, il publiait 53 observations de névralg'ies cos- 
tales, avec ou sans complications, de douleurs muscu- 
laires rhumatismales, de pleurodynies, elc; sur ces 
53 cas, 32 avaient été complètement guéris par les 
injections d'atropine, et les autres avaient été plus ou 
moins améliorés, A partir de cette époque, presque tous 
les médecins des hôpitaux de Paris, et un grand nombre 
d'autres en province, expérimentèrent la méthode nou- 
velle, qui jusque-là n'avait été guère appliquée que dans 
un but local; on commença à l'utiliser pour produire 
des effets généraux et à distance, dans le tétanos, Tépi- 
lepsie (Voisin et Liouville), les fièvres intermittentes. 
Parmi les observateurs qui en France suivirent l'exemple 
de M. le professeur Béhier, citons MM. Moutard-Martin, 
Gubler, Courty, de Montpellier, Vulpian, Voillemier, 
Arnould, etc., etc. 

La fortune de la méthode était faite et l'on peut dire 
qu'elle n'a compté que des enthousiastes. 

B. Valeur de la méthode hypodermique. — La rapidité 
de l'absorption, la constance et la régularité avec les- 
quelles cette absorption s'opère, la certitude de n'intro- 
duire rien que la dose voulue, font des injections dans 



— ga- 
le tissu cellulaire une méthode précieuse dont la théra- 
peutique ne se dessaisira plus. L'estomac peut modifier 
les médicaments par T intermédiaire des liquides diges- 
tifs; ici rien de pareil : Tagent thérapeutique pénètre 
intact dans le courant sang'uin, aussi n'a-t on jamais à 
craindre des irrégularités dans les effets physiolo- 
giques. J'ajoute que par cette voie on peut agir sur le 
point douloureux dans les névralgies; qu'on n'a pas 
besoin de l'intervention du malade, point à considérer 
chez îcs enfants qui se refusent souvent à prendre les 
médicaments, si peu que Todeur ou la saveur en soient 
désagréables, et que, dans tous les cas enfin, la porte 
est ici ouverte, lorsque les voies rectale ou gastrique ne 
peuvent être utilisées pour l'absorption. On a par la 
surface sous-cutanée, un autre avantage que les phy- 
siologistes ont mis en lumière, c'est que les substances 
introduites dans le sang par le tissu cellulaire sont plus 
vite éliminées que lorsqu'elles sont absorbées par une 
autre voie, en tenant compte des différences daqs la ra- 
pidité de l'absorption elle-même ; c'est ainsi que du 
cyanoferrure de potassium injecté dans le tissu cellu- 
laire est éliminé en vingt-quatre heures, tandis que la 
même quantité de cette substance se retrouve encore 
dans Turine soixante-douze heures après avoir été 
donnée par l'estomac, bien qu'on ait pris la précaution 
de donner ce sel dans l'état de vacuité de ce dernier 
organe. 

Ce sont là des avantages précieux et qui justifient 
l'enthousiasme avec lequel la méthode de Wood a été 
appliquée; mais de là à vouloir faire du tissu cellu- 
laire la seule voie d'introduction des médicaments ac- 
tifs, il y a loin, et je ne saurais souscrire, pour mon 

Amagat. 6 



M. Fonssag-rives a vu trois fois le tétanos suîVre uKê 
simple injection hypodermique. 

H n'y a d'ailleurs qu'un petit nombre de médicaments 
actifs qui puissent être donnés par cette voie; les mé- 
dicaments fort actifs, qui n'ag^issent qu'à des doses assez 
élevées, ne pourraient sans inconvénient être employés 
par la méthode hypodermique; le médecin prudent 
n'administrera Jamais par le tissu cellulaire ni les mer- 
curiaux (quoique la chose ait été faite et vantée), ni 
les iodiques, ni le bromure de potassium, et cent autres 
Substances. 

C. Des règles à suivre dans l'emploi de la méthode hypo- 
dermique. — 1° Choix de linslnmient. — Wood, dans ses 
premiers essais, se servit delà seringue de Ferg-usson; 
Rynd en avait une de son invention ; en France il existe 
un si grand nombre d'instruments qu'il me serait im- 
possibiC de les indiquer tous; on peut d'ailleurs en 
trouver la description complète dans Gaujot (1); on peut 
choisir entre les modèles de Pravaz, de Béhier, de Liier, 
de Mathieu, deCharrière; pour moi j'adopte la sering-ue 
de Pravaz, comme de toutes la plus simple. On me dis- 
pensera de la description de l'instrument, qui est entre 
toutes les mains; je me contente de dire que le piston 
ae meut dans le corps de pompe de manière à le par- 
courir en trente-deux demi-tours de rotation, chaque 
demi-tour chassant 2 centig-ramraes de liquide. 

La petite opération peut se diviser en cinq temps : 
i" charg-ez l'instrument; 2" ponctionnez avec la canule 

(i) Ponsaagrives, Dictionnaire cncyclopÉdîque des aciaaces mfiaîcalaa, 
art. Mëdicament. 

(3) Gaasot, Arscoal de la chirurgio coalemporaiDe. 




— 86- 

munie de son poinçon; 3° retirez le poinçon en laissant 
la canule en place; 4" vissez le corps de pompe à la 
canule; 5"* tournez le piston en procédant par demi- 
tours. 

2"* Substances que l'on petit employer. — C'est jusqu'ici 
l'atropine qui a été l'ag'ent le plus employé par la mé- 
thode hypodermique ; c'est de cet alcaloïde que se servait 
M. le professeur Béhier dans le traitement des névral- 
g'ies à l'hôpital Beaujon : tous les alcaloïdes en g^énéral 
peuvent être employés par cette voie; ils ag'issent à des 
doses très-faibles, ils peuvent être dissous dans une 
g^rande quantité de liquide, et Ton évite ainsi l'irrita- 
tion locale. Toutefois, on ne s'en est pas tenu aux alca- 
loïdes, et Ton a appliqué sur le tissu cellulaire du bro- 
mure de potassium, du tartre stibié, de l'huile de croton, 
du sublimé corrosif, du chloroforme et autres ag^ents 
irritants; là a commencé l'abus, et je ne crains pas de 
dire que l'administration de ces derniers ag*ents par 
cette voie constitue une pratique imprudente. De deux 
choses l'une : ou, pour obtenir un effet g^énéral suffisant 
on sera obligé d'avoir recours à une dose élevée et l'on 
aura dés accidents locaux, ou bien, pour éviter ces acci- 
dents locaux, on diluera la substance à l'excès, et alors 
on ne produira plus l'efiFet thérapeutique g^énéral que 
l'on désirait obtenir. 

Il est loin de ma pensée de vouloir formuler ici des 
régules g^énérales et absolues, mais il me paraît sag»e de 
réserver surtout les alcaloïdes pour les injections hypo- 
dermiques, et de n'employer qu'exceptionnellement, 
lorsqu'on ne peut faire autrement, en un mot, les sub- 
stances plus ou moins irritantes par cette voie; et même 



— 87 — 

parmi les alcaloïdes, il en est qu'il serait peut-être pru- 
dent de ne jamais administrer par la voie sous-dermi- 
que. C'est ainsi que Ton a vu des accidents locaux assez 
graves accompagner une injection d'un demi-milli- 
gramme d'aconitine (Gubler). 

3' Doses. — Les médicaments agissent, on le sait, non 
par la dose qui est administrée, mais bien par la quan- 
tité qui se trouve à la fois dans le courant circulatoire ; 
dans l'estomac, et surtout pendant la digestion, Tabsorp- 
tion est lente, et une grande partie du médicament est 
déjà arrivée aux voies d'élimination, qu'il s'en trouve en - 
core des quantités dans l'estomac ou'^dans Fintestin. 
Dans le tissu cellulaire, au contraire, l'absorption ayant 
lieu en trois ou quatre minutes, il est évident qu'une 
plus forte dose de substance active se trouvera accu- 
mulée dans le sang et y déterminera des effets plus in- 
tenses ; il est donc indispensable que la dose adminis- 
trée soit moindre que dans la méthode gastro -intesti- 
nale ou rectale. On a vu des accidents d'atropisme 
(délire, hallucinations), avec 6 milligrammes de sulfate 
d'atropine (Michalski, thèse citée). 

En général, on ne dépasse pas 4 milligrammes de 
sulfate d'atropine, 5, 10 ou 15 milligrammes de chlor- 
hydrate de morphine, 10, 20, 25 milligrammes de chlor- 
hydrate de narcéine, 2 à 3 milligrammes de sulfate de 
strychnine, 1 à 5 milligrammes de nitrate de vératrine, 
1 à 2 milligrammes d'aconitine , 3 milligrammes de 
digitaline, 15 à 75 centigrammes de sulfate de qui- 
nine, etc., etc.. 

4* Quel est le véhicule dontt on doit se servir ? — Dans 



- 88 — 

tous les cas, c'est Teau distillée qu'il faudra employer 
comme excipient des substances que Ton veut injecter 
sous la peau ; je rappelle que Ton s'est servi comme vé- 
hicule de l'alcool, de l'éther, du chloroforme, mais ces 
ag*ents sont trop irritants, leur emploi a été souvent 
suivi dephleg^mon, ils doivent être proscrits. 

Avant de commencer l'injection, il faut avoir le soin 
de bien faire dissoudre la substance médicamenteuse ; 
c'est pour avoir oublié cette précaution que beaucoup 
de médecins ont noté des inflammations à la suite d'iq-* 
jections sous-cutanées de sulfate de quinine. 

Enfin, la solution dont on se sert doit être fraîches 
ment préparée ; M. Bourdon n'ayant pas obtenu d'efiet 
physiolog*ique à la suite de plusieui*s injections d'une 
solution d'atropine, on découvrit au microscope la pré- 
sence du champig^non, découvert par M. Gubler, dans 
les solutions atropiques altérées. 

5® Il était important de savoir si tous les pointa de la 
surface sous-dermique sont doués d'un ég»al pouvoir 
absorbant, et s'il est indifférent de confier la substance 
médicamenteuse à une partie quelconque de la peau. 
Cette question a été résolue par Eulemburç, qui a 
dressé une sorte d'échelle comparative et a rangé 1^ 
diverses régions du corpa, sous le rapport de l'intensité 
du pouvoir absorbant,, dans Tordre suivant : la tempe 
et la joue viennent en première ligne, puis la région épi-» 
gastrique, puis la face interne des cuisses, .., en dern^ieç 
lieu la face dorso- lombaire ; il y a même des différencia 
considérables qu'il importe de connaître. Chez un ma- 
lade auquel Eulemburg avait pratiqué une injection de 
morphine à la région épigs^slrique» le sommeil survint 



en ving-l minutes ; le lendemain chez le même malade, 
l'injection futpraliquée à la région lombaire, le sommeil 
ne vint pas, il y eut seulement un peu d'assoupiese- 

6" Lorsqu'on se propose de calmer un point doulou- 
reux par l'injection hypodermique d'une solution nar- 
cotique quelconque (atropine, morphine, etc.), doit-on 
appliquer cette substance sur le point douloureux lui- 
même, ou bien est-il indifférent de faire l'injection à dis- 
tance? En d'autres termes, les médicaments qui cal- 
ment une douleur névralg-ique, exercent-ils celte 
heureuse influence, en vertu d'une action locale primi. 
tive, ou bien au contraire par un effet général qui ne 
«e manifeste qu'après l'absorption ? Celte question, insi- 
g^nifîante en apparence, est en réalité d'une importance 
capitale, tant au point de vue doctrinal qu'au point de 
vue pratique. Gli. Hunier, l'un des médecins anglais 
qui ont le plus étudié la méthode hypodermique, sou- 
tient que c'est par une action générale que l'atropine 
et la morphine calment les points hyperesthésiés, et ce 
qui a lieu de surpendre, c'est de voir unesociété savante 
anglaise conclure absolument comme Hunier. La com- 
mission de la Société médico -chirurgicale de Londres, 
qui avait été chargée de présenler un rapport sur les 
applications des injections hypodermiques a cru devoir 
£n effet poser dans les conclusions du rapport qu'il n'y 
S aucune différence dans les effets obtenus, que Finjec- 
iion soit pratiquée près du point malade ou à distance. 
Je ne oie pas que quelques faits parlent en faveur de 



(A) Medico-chirut^cal Traneaclion, 1867. 



— 90 — 

cette manière de voir. Chez un malade atteint d'un can- 
cer du rectum, des injections à Tépig'astre calmaient les 
douleurs lancinantes de la tumeur malig'ne (Erlenmeyer). 
M. Baudot (1) cite ég^alement une malade de Thôpital 
Necker, chez laquelle une névralg^ie sus-orbitaire dis- 
parut après des injections de morphine à la partie anté- 
rieure de Tavant-bras. Ces faits prouvent tout au plus 
qu'indépendamment de l'action locale la morphine peut 
produire encore un effet diffusé assez intense pour di- 
minuer rhyperesthésie d'un point éloig*né de la surface 
d'application. 

Mais il me semble facile de démontrer que c'est une 
action locale, primitive, de simple contact que les nar- 
cotiques exercent sur les points qui sont le siég»e de la 
douleur, et qu'ils amènent la çuérison de la névralg»ie 
en parésiant le nerf qui en est atteint. Voici une sub- 
stance, l'atropine, qui, appliquée sur un point de la peau 
en détermine l'insensibilité avant de produire aucun 
effet g^énéral ; donnée au contraire par l'estomac, elle 
aura produit la mydriase, les vertig'es, la titubation, un 
commencement de résolution musculaire, en un mot le 
premier deg^ré de l'ivresse atropique, que la sensibilité 
g^énérale sera à peine troublée ; et si Ton augmentait les 
doses, on arriverait à paralyser complètement le mou- 
vement, tandis que la sensibilité serait encore assez 
vive. La propriété que possède la belladone de paré- 
sier les nerfs sensitifs est la plus faible de toutes ses pro- 
priétés physiolog^iques, et contre une névralg*ie, on 
donnerait en vain cette substance, on produirait des 
accidents toxiques avant d'obtenir une amélioration 

(1) Baudot, Thèse d'agrégation en médecine. Paris, 1866. 



-* 91 — 

quelconque, si Ton déposait le médicament loin de la 
surface douloureuse. Ce fait n'avait pas échappé à la 
sag^ace observation de Trousseau qui, voulant mettre à 
profit les propriétés de la belladone contre les névral- 
gies profondes, et ayant vu constamment son remède 
échouer quand il l'appliquait à la surface de la peau, 
imagina de porter jusque sur le nerf lui-même le médi- 
cament, en pratiquant des incisions quelquefois très- 
profondes ; ainsi faisait-il dans les névralgies sciati- 
ques. M. le professeur Béhier a observé également, dans 
ses expériencessur l'atropine, qu'il fallait porter la sub- 
stance le plus près possible du nerf hyperesthésié. 

Ce que je viens de dire de la belladone et de son alca- 
loïde s'applique également à l'opium et à ses dérivés. 
Et ici il suffît de considérer les symptômes du médica- 
ment pour se convaincre que toute son action est une 
action purement locale. Suivez l'opium à mesure qu'il 
chemine dans l'organisme, en passant dans l'estomac 
il exerce son action et parésie à la fois les nerfs de sen- 
sibilité et de mouvement (dyspepsie); il entre dans 
l'intestin et y exerce un effet local de même nature; il 
est porté par la veine porte à travers le tissu du foie, il 
diminue la sensibilité de cet organe, si par hasard 
celui-ci était le siège d'une douleur; le sang artériel le 
porte au contact des éléments nerveux, il diminue, en 
les touchant, leur excitabilité; enfin la circulation l'a- 
mène à la porte de sortie, ici encore l'opium va laisser 
la trace de son passage, il parésie à la fois les nerfs de 
sensibilité et de mouvement du réservoir vésical, et de 
là ces rétentions d'urine qui accompagnent tous les 
empoisonnements par les opiacés. — Ce que démontre 
Texpérimentation, la clinique l'avait parfaitement con- 



— 9Î — 

staté. On sait les doses énormes d'opium que donnait 
Trousseau dans les névralg^ies de la face, et cela sans 
succès le plus souvent, tandis qu'avec quelques milli*- 
grammes de morphine en injections sur le point dou^ 
loureux, on g^uérit les névralg'ies les plus rebelles. 

Ce que j'ai dit de la belladone et de l'opium et de leur 
action locale peut s'appliquer à tous les agents de la 
matière médicale. Il n'y a partout que des actions lo- 
cales ; et en parlant ainsi je tiens à m' abriter sous la 
parole de mon savant maître, M. le D^ Martin-Damou-^ 
rette, qui vulg^arise maintenant la thérapeutique phy- 
siolog'ique, après en avoir été l'un des promoteurs. 

Il est donc certain, laissant même de côté tout ce qui 
pourrait paraître trop ;ibsolu touchant l'action locale 
des médicaments en général, il est certain que c'est par 
une action de contact que les modificateurs du système 
nerveux agissent dans le traitement des névralgies; 
aussi est-il de rigueur, si Von veut arriver au but, 
d'appliquer la substance médicamenteuse sur le pmnt 
même qui est le siège du mal, lorsqu'on aura à com*- 
battre l'élément douleur par les injections hypoder- 
miques. 

D. •— Des cas où il cornaient d'avoir recours à la mé^h/ode 
hypodermique. — Ce que je viens de dire dans le précé- 
dent paragraphe sur l'action locale primitive des subr- 
stances appliquées dans le tissu cellulaire, fait prévoir 
tout le parti qu'on peut tirer de cette méthode dans le 
traitement des névralgies, et ae que le raisonnement 
fait ainsi présager, l'expérience, juge souverain de 
toutes choses en médecine, le démontre depuis 15 ans. 
C'est contre les névralgies que Wood lit ses aswis ; ce 



- 93 - 

sont des névralgies que M- Béhier traitait à Beaujon» 
Les observations se comptent aujourd'hui par n^illiers* 
ou plutôt ne se comptent plus, d'individus g^uéris de 
névralgies souvent rebelles et qui avaient résisté à tous 
les anciens traitements, 

1® A côté des névralgies doivent se placer tous les cas 
où Ton a à combattre l'élément douleur, et qui sont 
justiciables du traitement par les injections soua«cuta-« 
nées, les douleurs des [ihthisiques (Béhier), le point de 
côté de la pneumonie (Bois) , les douleurs symploma-* 
tiques du cancer (Erlenmeyer), les douleurs du rhumar 
tisme articulaire aigu (Trousseau). 

2^ Après le long chapitre des névralgies contre les- 
quelles triomphe la méthode hypodermique, vient celui 
non moins vaste des paralysies de toutes natures, idio- 
pathiques (?), saturnines, hystériques, liées à uneaflec* 
tion des centres nerveux, contre lesquelles M. le profes- 
seur Gourty (de Montpellier) a dirigé des injections 
soua^cutanées de strychnine ; sur ce terrain, je le crains, 
la méthode ne pourra se tenir bien solidement. Je n'in« 
aiste pas d'ailleurs sur le traitement des paralysies; je 
devais seulement indiquer cette tentative. 

3^ La rapidité de l'absorption par le tissu cellulaire 
rend cette porte d'entrée indispensable dans les cas où 
rindication principale est d'stgir vite ; tel est assurément 
le cas des fièvres pernicieuses. Ici, on peut le dire, le 
médecin tient dans ses mains la vie du malade qui se 
confie à lui ; il possède le remède qui guérit à coup sûr, 
le tout est de le faire pénétrer à temps dans Torganisme ; 
la voie gastrique en pareil cas est des plus périlleuses, 
le malade pourra vomir le médicament ; celui-ci pourra 
ne pas être absorbé et être rejeté par l'intestin ; il pourra 



— 94 — 

ne pas être absorbé à temps, et cependant il n'y a pas 
une minute à perdre. Dans quelques heures, le malade 
aura un accès qui pourra devenir mortel ; évidemment 
en pareil cas Tinjection hypodermique s'impose, elle est 
la seule voie de salut, elle est souveraine. Aussi est-ce 
contre les fièvres intermittentes, après les névralgies, 
que l'on a le plus employé les injections sous-cutanées 
(Béhier, Rosenthal, Arnould)(l). 11 est toutefois utile de 
faire remarquer que ce n'est que contre les fièvres graves 
qu'il y a indication d'agir ainsi. Dans les fièvres inter- 
mittentes ordinaires, plus ou moins bénignes, on peut 
se servir de l'injection pour éviter au malade la saveur 
détestable du sulfate de quinine ; mais il n'y a plus ici 
indication formelle. 

4** Voici une autre maladie qui réclame également d'une 
façon impérieuse l'application de la méthode sous-cu- 
tanée, le tétanos, contre lequel on a tenté un grand 
nombre de substances actives,, administrées en injec- 
tions ; les succès ont été divers : un ou deux cas de gué- 
rison par le curare, il suffît de relire les observations 
pour se convaincre que la guérison ne saurait être mise 
à l'actif de cette singulière substance; plusieurs cas de 
giiérison par les opiacés et le chloral. Quelque sub- 
stance que Ton choisisse parmi celles qui ont donné 
des résultats satisfaisants, s'il existe en même temps du 
trismus, ce qui est le cas le plus fréquent, il faudra 
avoir recours à la méthode sous-cutanée; les injections 
devront être pratiquées sur les muscles tétanisés. 

5** Une maladie plus redoutal)le encore que le tétanos, 
l'hydrophobie, a été combattue avec le bromure de po- 

(1) Arnould, Du traitement des fièvres d'Algérie par les injections hy- 
podermiques de sulfate de quinine. Bulletin de thérapeutique, 1867. 



— 93 — 

tassium en injecti'ohsgeôrcseenrstuué(aBr-,deono In 
pital Sainte-Eugénie); inutile de dire que la marche de 
la maladie n'a pas été un seul instant modifiée et qu elle 
s'est terminée comme tous les cas pareils se terminent. 
6® Contre les affections convulsives, les injections ont 
été appliquées; on s'est servi de la morphine contre 
l'éclampsie; je ne crois pas que ce mode de traitement 
soit accepté parmi les accoucheurs actuels. 

Contre Tépilepsie (injection de curare, Liouville et 
Voisin), cette pratique n'a donné absolument aucun 
résultat sérieux; 

7* Dans les contractures, on pourrait avoir recours 
à la morphine par (la méthode que nous étudions ; cela 
a été fait avec succès dans un cas de contracture des 
muscles de la jambe gauche, de nature hystérique. (Ga- 
zette des hôpitaux j 1864.) 

8^ Constatons les succès de M. le professeur Dolbeau 
et de Foucher dans la chute du rectum chez des en- 
fants (injection de strychnine). 

9"* Scarienzo avait déjà utilisé contre la syphilis les 
injections de calomel suspendu dans Feau, lorsque 
M. Liég'eois (1) voulut élever à la hauteur d'une nou- 
velle méthode de traitement les injections de bichlorure 
de mercure contre la syphilis ; il annonça avoir guéri 
]a syphilis en vingt-sept jours et sur 196 malades, il 
n'avait eu à déplorer que 4 phlegmons; 4 phlegmons, 
c'est déjà trop, néanmoins, en présence du grand nom- 
bre de personnes qui ne peuvent supporter le mercure 
par l'estomac, il vaudrait la peine de recourir à la mé- 
thode de Liégeois, en suivant les indications qu'il a tra- 
cées. 

(1) Séance de la Société de chirurgie., 1869. 



— 96 — 

« Les injections hypodermiques de sublimé sont em- 
plôyées en ce moment dans le service de M. Raynaud, 
à Saint-Antoîne, contre un lupus érythémaleux, traité 
antérieurement par les toniques à l'intérieur et par 
Fhuile décade â Textérieur. M. Raynand prescrit ainsi : 
eau 100 grammes, morphine 10 centig^r., sublimé 
10 cetitigT. On donne tous les jours, depuis huit semai- 
nes, une injection cpmplête, dans le bras, dans le dos 
ou sur la flg^ure; on n*a vu aucun accident. (Yot.) » 

9® J'arrive â un point d'une importance considérable 
mis en lumière par Nusbaum, de Munich, et surtout 
par les recherches de Cl. Rernàrd. En 1863, chez un 
malade qu'il opérait d*un carcinome de la rég-ion sus- 
claviculaire et qu'il avait soumis â une injection de 
1 centigramme d'acétate de morphine, avant de lui don- 
ner le chloroforme, Nusbaum vit le sommeil se prolon- 
ger douze heures après l'opération. M. Cl. Bernard a 
tiré de nombreuses expériences sur ce point, la conclu- 
sion que les alcaloïdes de l'opium prolongent le sommeil 
anesthésique ; et la Société de médecine de Versailles 
edt arrivée aux mêmes résultats que le professeur du 
collège de France. Un fait si important ne devait pas 
être perdu pour la pratique de I art. L'année dernière, 
MM. Labbé et Guyon entretenaient l'Académie des 
sciences de leurs résultats, et tiraient de leurs observa- 
tions la conclusion suivante : 

On peut obtenir chez l'homme, comme Ta démontré 
M. CL Bernard pour les animaux, l'anesthésie bien plus 
rapidement avec la morphine et le chloroforme combi- 
néê^ qu'avec le chloroforme seul. Cette anesthésie est 

(1) Labbé et Ûuyon (Comptes rendus de l'Académie dei stiienœi) i87S), 
note communiquée par Cl. BernaM. 



— 97- 

de long^ue durée et peut se prolong^er très-longlemps 
avec de faibles doses de chlorofopme, et, par ce fait, les 
risques d'accidents mortels se trouvent considérable- 
ment diminués. 

Rig*auU et Sarrazin, chirurg'iens et professeurs de 
notre ancienne Faculté de médecine de Strasbourg, 
étaient arrivés à de semblables résultats, mais leurs ob^ 
servations sont restées inédites. 

Le docteur Guibert (1), de Saint-Brieuc, est allé plus 
loin dans celte voie, que les savants chirurgiens dont je 
viens de prononcer le nom. Par Taction combinée du 
chloroforme et de la morphine, il obtient deux états 
distincts : 

1* L'analg'ésie qui, après injection préalable de 
1 centig*ramme de morphine, est produite par l'inspira- 
tion de quelques vapeurs de chloroforme, c'est un état 
d'insensibilité g^énérale à peu près complète, sans aboli- 
tion de l'intelligence et des sens^ qu'il utilise dans les 
opérations légères et les accouchements. 

2® L'anesthésie, avec résolution complète, qui demande 
une dose plus élevée de chloroforme, sans jamais at- 
teindre les doses qu'il faut employer, lorsqu'on se sert 
de cet agent anesthésique isolément, ce dernier état est 
nécessaire pour la pratique des grandes opérations. 

J'ai dit que Guibert se servait de ce moyen dans Tad- 
couchement; voici comment il procède : Au moment où 
la femme commence à supporter diffifôilement les dou- 
leurs et lorsque surviennent l'anxiété et le décourage- 
ment, il pratique à l'avant-bras une injection sous^cu- 
tanée de 1 centigramme de chlorhydrate de morphine; 

(2) Guibert (Comptes rendus de rAcadémie des sciences, 187:2), note 
communiquée par CL Bernard. 



- 98 — 

un quart d'heure après, il commence l'inhalation du 
chloroforme au moment môme où la contraction se 
manifeste. La femme fait cinq ou six aspirations chlo- 
roformiques et sent la douleur diminuer au moment 
même où la contraction est à son maximum; les sens 
restent à peu près intacts de même que Tintellig^ence, 
et Guibert continue ainsi pendant tout le travail, fai- 
sant respirer le chloroforme au commencement de la 
douleur seulement. Quand la tête est sur le périnée, il 
pratique une nouvelle injection de 1 centig^ramme de 
chlorhydrate de morphine, et dit se rendre maître des 
douleurs qui, dans un instant, vont accompag'ner le 
passag*e de la tête à travers Torifice vulvaire. 

Il est une autre indication de la méthode hypoder- 
mique, indication par laquelle je terminerai. Je veux 
parler de l'empoisonnement par les alcaloïdes, ou du 
moins par un certain nombre de ces corps organiques ; 
s'il est vrai que certaines substances jouissent du pou- 
voir de se neutraliser mutuellement, dans le cas d'em- 
poisonnement par la belladone, pour prendre cet 
exemple, il y a indication absolue à donner l'opium ou 
la morphine, son prétendu ou véritable antagoniste, 
par la surface sous-cutanée ; par cette voie on arrivera 
plus promptement à neutraliser les effets de la première 
substance. Je puis à peine indiquer ces faits ici, ils ne 
touchent à mon sujet qu'indirectement; ceux qui vou- 
dront s'éclairer sur l'antagonisme en général pourront 
se reporter à ce qu'en a dit un thérapeutiste des plus sa- 
vants, M. Constantin Paul (1). 

On a cherché dans ces derniers temps à élever presque 

(1) Paul, Thèse d^agrégation en médecine, 1866. 



- 99 — 

au niveau des injections hypodermiques, sous le nom 
de méthode substitutive parenchymaleuse, Tintroduc- 
tien dans les tissus de substances irritantes; l'inven- 
teur du procédé, M. Luton (1), de Reims, en a dans 
un mémoire spécial, indiqué à la fois le but et quelques 
résultats ; ce qu'il désire produire à Taidede substances 
irritantes, c^est une inflammation substitutive, comme 
on disait jadis, à Taide de laquelle il g*uérira les névral- 
gies, les adénopathies indolentes, les productions de di- 
verses natures, etc. 

Je passe, n'ayant pas la prétention d'étudier tous 
les modes de traitement local, mais bien les seules 
voies d'absorption. 

Je note au passage les injections de gaz dans les tis- 
sus, et les eflets divers de Toxygène, de l'azote^ de 
l'acide carbonique (Demarquay), ce sont là plutôt des 
essais physiologiques que véritablement thérapeutiques. 



CHAPITRE VII. 

DE LA MUQUEUSE PULMONAIRE ETUDIEE COMME VOIE 
d'absorption DES MEDICAMENTS, ET DE LA THERAPEUTIQUE 

RESPIRATOIRE. 

Tout ici se trouve réuni pour la rapidité de l'absorp- 
tion, étendue de la surface, richesse du réseau sanguin, 
délicatesse du revêtement épithélial qui mesure environ 
un "centième de millimètre d'épaisseur ; la physiologie 
nous montre d'ailleurs que l'acte important qui s'ac- 

(1) Luton, Comptes rendus de rAcad(mie des sciences, i8ô3. 
Amagat. 7 



— 400 — 

complitdans le poumon, la respiration, n'est autre chose 
qu'un phénomène d'absorption suivi d*un courant en 
sens inverse, un simple échange entre les gaz de l'ai- 
mosphère et les g*az du sang* à travers la délicate mem- 
brane pulmonaire. Ce n'est pas seulement l'oxygène qui 
est absorbé par le poumon, mais bien tous les'gaz, toutes 
les vapeurs, toutes les substances, indifférentes on délé- 
tères, qui voltigent dans la couche atmosphérique qui 
nous entoure; on sait que le grand chimiste suéd(HS 
Sheele est mort foudroyé pour avoir inhalé quelques* 
vapeurs d'acide cyanhydrique qu'il venait de découvrir, 
et que de notre temps, un chimiste habile de l'Alle- 
magne, Gelhem, a succombé pour avoir respiré quelques 
bulles d'hydrogène arséniqué, gaz des plus toxiques; 
c'est, sans nul doute, par cette grande surface -absor- 
bante, ouverte constamment, que pénètrent les germes 
qui vont donner naissance aux maladies miasmatiques 
de toute sorte. 

Ce que je viens de dire des gaz et des vapeurs est tout 
à fait applicable aux liquides qui sont très-rapidement 
absorbés par la surface du poumon ; on connaît les expé- 
riences très-variées qui ont été faites à cet égard parles 
physiologistes expérimentateurs ; on a pu injecter dans 
la trachée d'un lapin 30 ou 40 grammes d'eau, dans 
celle d'un chien 200 grammes et dans les poumons d'un 
cheval jusqu'à 32 litres sans produire d'accident. Colin 
fait arriver dans la trachée d'un cheval un courant d'eau 
débitant 6 litres à l'heure, l'animal ne succombe 
asphyxié que lorsqu'il a reçu 40 litres d'eau, et, à Tau* 
topsie, tout le liquide se trouve être absorbé; toutes les 
substances solubles sont introduites dans le sang par 
cette voie avec une rapidité extrême, qui a été mesurée 



-101— 

par les expérimentateurs. — 3 centigrammes d'extrait 
de noix vomique tuent un chien en deux minutes 
(Ségfalas); 10 centig*rammes de curare qui, donnés par 
l'estomac, produisent des effets â peine appréciables, 
tuent les animaux en moins d'une minute. 

Il reste à savoir si les corps solides, insolubles, tels 
que les poussières de charbon, de silice, les poudres di- 
verses qui sont suspendues dans l'atmosphère des fa- 
briques, des manufactures, etc., peuvent être introduites 
dans le sang; elles pénètrent jusque dans les ramifica- 
tions dernières des bronches et jusque dans l'alvéole 
pulmonaire, pour y produire les funestes eflfets malheu- 
reusement trop fréqu(5nts (phthisie charbonneuse, phthi- 
sie des aig^uiseurs, pneumonie cotonneuse), mais per-* 
sonne jusqu'ici n'a démontré l'introduction directe de 
ces corps pulvérisés dans le sang sans déchirure préa- 
lable du tissu pulmonaire. 

Les médecins ne pouvaient manquer d'utiliser une 
surface si absorbante que la muqueuse pulmonaire, et 
ils n'avaient point attendu, pour cela faire, de connaître 
les remarquables expériences qui ont marqué le milieu 
de ce siècle. — Les fumigations, en effet, remontent à 
Fenfance de l'art; le séjour dans les étables des individus 
atteints d'affections pulmonaires chroniques pour y res- 
pirer des vapeurs ammoniacales, les inspirations de 
cinnabre volatilisé, dans la vérole constitutionnelle, l'as- 
piration de vapeurs arsenicales attestent suffisamment 
que nos devanciers, chercheurs infatigables, n'ont pas 
attendu, pour marcher en avant, l'évolution des sciences 
biologiques. 

Lorsqu'au dernier siècle on voulut expérimenter les 
gaz que la chimie venait de découvrir, on choisit, 



— 102 — 

c'était tout simple, la muqueuse pulmonaire pour les 
introduire dans Torg^anisme; c'est également par cette 
voie que Téther, le protoxyde d'azote, furent pour la 
première fois introduits dans le sang* dans des expé- 
riences qni, en illustrant nos confrères d'Amérique, 
devaient mettre entre les mains des médecins le pou- 
voir absolu d'éteindre la douleur et mettre ainsi en défaut 
l'absolutisme des prophètes. 

Dans ces derniers temps, sous nos yeux pour ainsi 
dire, un homme aussi persévérant qu'ingénieux, le 
D^ Sales-Girons, a créé une méthode nouvelle d'adminis- 
tration des eaux minérales et des substances solubles; 
cette méthode, désignée sous le nom de pulvérisation 
des liquides et par son auteur sous le nom de thérapeu- 
Àque respiratoire^ occupera dans les articles qui vont 
suivre une place considérable. 

Je vais étudier successivement les inhalations de gaz 
et de vapeurs, les fumigations et enfin la pulvérisation 
des eaux minérales et des liquides médicamenteux. 

Article i*** — Des inhalations des gaz et des vapeurs. 

Après les grandes découvertes qui marquèrent la fin 
du dernier siècle, en immortalisant les noms de Lavoî- 
sier, Priestley, Cavendish, on ne pouvait manquer d'expé- 
rimenter les effets isolés de chacun de ces gaz que ces 
grands chimistes venaient de découvrir. Chose singu- 
lière et qui prouve combien il est difficile de déraciner 
l'esprit de système, les médecins chimistes, au lieu d'é- 
tudier expérimentalement ces corps nouveaux, en sui- 
vant le chemin que venait de leur tracer si brillamment 
Lavoisier, ne songèrent à leur demander que les élé- 



— 103 — 

ments d*une nosolog'ie nouvelle : M. Demarquay, «dans 
la préface de son livre sur la pneumatolo^ie» a retracé 
les extravagpances de ces néochimidtres ^ il y eut alors des 
maladies par excès d'oxyg*ène, des maladies par défaut 
d'oxygène; un professeur de Montpellier (1) alla même 
jusqu'à classer les maladies en oxyg'énèses,hydrog*énèses, 
selon qu'il les croyait produites par un excès d'oxyg'ène 
ou d'hydrogène. — Fourcroy, aussi pauvre médecin 
qu'il était savant chimiste, fut un des hommes qui allè- 
rent le plus loin dans cette mauvaise voie. Beddoës (2), 
célèbre médecin chimiste d'Oxford, après un voyctge en 
France où il avait connu Lavoisier et quelques autres 
chimistes, rapporta à Oxford les idées françaises et se 
livra à des études sur les gaz ; croyant, avec Fourcroy, 
que la phthisie pulmonaire est déterminée par l'abon- 
dance de l'oxygène dans l'économie, il crut devoir la 
combattre avec l'acide carbonique. — Les malades de 
Beddoës avaient une telle confiance en ce moyen qu'il 
en cite plusieurs qui sont morts l'appareil entre leurs 
mains. Quelquefois, cependant, le médecin d'Oxford 
obtenait, à l'aide de l'acide carbonique, de notables amé- 
liorations chez les phlhisiques, des observations plus 
récentes ont confirmé celles de Beddoës. 

Les théories qui avaient pris naissance à cette époque 
de rénovation scientifique, disparurent avec leurs au- 
teurs, mais leurs essais thérapeutiques sont restés, et 
l'acide carbonique et l'oxygène ont pris rang dans la 
thérapeutique. 

L'acide carbonique a été expérimenté depuis dans les 

(t) Baumes, Essai d^un système chimique de la science de Thomme. 
(!2) Beddoës, A Letter to Erasmus Darwin on a New Method of Taca- 
ting pulmoaary Consomption. 



— 404 — 

affections chroniques des poumons, du larynx, dans les 
affections rhumatismales. 

A Saint-Alban, oîi il existe des sources abondantes 
d* acide carbonique, M. Goin (l),dès 1834, a utilisé ce gaz 
contre la phthisie, et il rapporte plusieurs observations 
où r amélioration a été assez notable. 

A Vichy, M. Durand -Fardel (2) a obtenu de bons 
effets de Tacide carbonique dans Tasthme ; Speng'lçr (3) 
à Ems, Willemin (4) à Vichy, ont utilisé avec avantage 
le gaz carbonique dans le traitement des angines chro» 
niques. « A Nauheim, les rhumatisants atteints de pa^ 
ralysie sans lésions de la moelle, retrouvent dans les 
bains d'acide carbonique Tusage de leurs membres, et 
cela dans un espace de temps quelquefois très-court. )i 
(Hotureau) (5). 

Je me contente de citer les travaux remarquables de 
M. Herpin (de Metz), sur les effets des bains d'acide 
carbonique, ne pouvant me livrer à Tétude complète de 
chaque substance introduite par le poumon ; je passe 
également sur les applications locales de gaz carbo«* 
nique, au ti*aitement des plaies, etc. 

De même que l'acide carbonique,'^ Toxygène est 
entré définitivement dans la thérapeutique ; ses indica- 
tions aujourd'hui, tant à Tintérieur qu'à l'extérieur, 
sont assez bien établies, pour quelques cas, du moins. 
Les remarquables recherches de Régnant et Reiset, 
confirmées par celles de M. Demarquay, ont démontré 



(i) Goin, Eaux minérales de Saint-Alban. 

(2) Durand Fardel, Union médicale, 1858. 

(3) Spengler, Monde Thermal, 4864. 

(4) V^illemeri, Revue d'hydrologie, 1858. 

(5) Rotureau, Eaux minérales de Manheim . 



— 405 — 

qu'on pouvait vivre dans une atmosphère d'oxygène 
pendant assez long*temps sans inconvénient. — Gomme 
reconstituant dans la chlorose, il est employé dans le 
diabète pour remplir une autre indication, favoriser la 
combustion du ?ucre; à l'extérieur, M. Demarquayl'a 
employé dans les ulcères scrofuleux atoniques, Laug^ier 
dans la g*ang*rène spontanée, etc. 

Vers 1830, on a employé les inhalations d'hydrogène 
sulfuré à rétablissement d*£lsen (Gebhart et Zeelgel). — 
Depuis lors, le trcûlement par les inhalations d'acide 
suif hydrique a fait son chemin, comme nous le verrons 
dans un instant. 

L'ozone a aussi été expérimenté ; se fondant sur rat> 
senoe de ce g*az dans Tair au plus fort des épidémies, 
quelques médecins ont cru devoir le faire inhaler dans 
les affections miasmatiques, mais on ne sait rien à cet 
égard. — Un autre corps gazeux, introduit définitive- 
ment dans la pratique pour les opérations légères et de 
courte durée, comme l'avulsion d'une dent, le protoxyde 
d'azote devait être signalé ici. — Dans V Institut pneuma- 
tique de Beddoes et d'Ingen Houze, Humphry Davy (1), 
celui-là même qu'attendait une si éclatante réputation, 
avait été chargé de la partie chimique des opérations ; 
c'est lui qui étudia et fit connaître les propriétés de 
l'oxyde azoteux, ce fut le premier pas dans la voie de la 
découverte des agents anesthésiques. 

La respiration de l'air comprimé a été souvent mise 
en usage dans les affections chroniques du poumon, 
dans les affections cardiaques, dans la chlorose, le ra- 
chitisme. Pravaz, Fabairé, Bertin, Gafïe, Vivenot, cité 

(1) Davy, Rescanhes Cbam, on the Gazeons Oxyd of Azote, 1799. 



— 106 — 

par Baudot (1), ont employé les bains d air comprimé 
dans tous ces cas, ils ont remarqué une diminution du 
pouls, de la respiration et de la transpiration cutanée; 
quant aux résultats cliniques, il serait difficile de for- 
muler une opinion quelconque. 

Parmi les corps g^azeux que la chimie met à notre 
disposition, le chlore a été quelquefois employé ; il est 
à ma connaissance que Tacide sulfureux a été employé 
en inhalation contre la phtbisie, sans résultat, mais 
aussi sans provoquer des accidents que Faction irritante 
du g'az sulfureux faisait craindre. 

Les liquides qui se vaporisent à une température 
peu élevée, sont introduits dans Torg^anisme par la mé- 
thode respiratoire, et ici se présente la question des 
anesthésiques. On connaît toutes les vicissitudes de cette 
g'rande découverte, entrevue par Davy, perdue une pre- 
mière fois par la mort subite d'un opéré de Horace 
Wells, le jour où celui-ci expérimentait pour la première 
fois en public le protoxyde d'azote. On sait le procès de 
Morton et de Jackson, les jug-ements contradictoires de 
la Chambre des représentants de l'Amérique et de l'Ins- 
titut de France. La postérité a déjà fait justice des pré- 
tentions du dentiste Morton, et a rendu à Jackson la 
g'iorieuse part qui lui est due dans la découverte des 
anesthésiques (1846). 

Je n'ai pas à retracer l'histoire de la découverte de 
Jackson, qui fut en quelques jours connue de l'Ang'Ie- 
terre et de la France, et dont la propag'ation à travers 
le monde savant émerveillé, fut une véritable marche 
triomphale. 

(1) Baudot, Thèse d'agrégation en médecine, 1866. 



— 107 — 

Les physiologistes français, Floarens, I^n^et, etc., 
se mirent aussitôt à l'œuvre; ils expérimentèrent sur 
les animaux un ^rana nombre de corps, et quelques 
mois plus tard, sur les indications que Flourens (1) 
Tenait de présenter à l'Académie des sciences, Simpson, 
d'Edimbourg^, pratiquait une opération avec le secours 
du chloroforme. Les recherches physiolog-iques ne se 
sont pas un seul instant arrêtées; plus de cinquante 
composés de carbone ont été expérimentés. Simpson a 
consacré la plus grande partie de sa vie à découvrir 
un ag«nt anesthésique qui, sans partag^er les dangers 
du chloroforme, en possédât les propriétés physiolog-i- 
ques (2). A l'heure actuelle, trois ag-ents, le chloroforme, 
l'éther, Tamylène, occupent la scène chirurg^icale ; le 
premier est le plus souvent employé, et malg^ré les cri- 
tiques dont il a été l'objet de la part des médecins de 
Lyon et des médecins américains, il est à peu près ex- 
clusivement employé dans les hôpitaux de Paris, oCl les 
accidents, depuis que les précautions les plus minu- 
tieuses sont prises, ne sont qu'extrêmement rares, et 
no dépassent pas les chiffres de morts subites observés 
avant la découverte des anesthésiques (Giraldès) (3) ; à 
Strasbourg^, Lille, Bordeaux, Marseille, Nancy, les chi- 
rurg-iens des hôpitaux, n'ont jamais vu un seul cas de 
mort par le chloroforme. Il y a^lonc lieu de s'étonner 
de voir encore des médecins qui voudraient restreindre 
l'emploi du chloroforme à la pratique seule des grandes 
opérations. Mais l'immense majorité ne suit pas ces con- 

(1) Fiourens, 1847, Sur l'action des éthers, comptes rendus do l'Aca- 
demie desBciencea. 

{i) Simpson s'était définitivement arrêté au tètrochlorure de carbone. 

(3) Giraldès, Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, art. 
Aneathéaique^. 



— i08 - 

seils ; et non-seulement le chloroforme est employé dans 
toutes les opérations chirurgicales, à moins de contre- 
indication spéciale, mais il a pénétré dans le domaine 
de Tobstétrique ; je ne parle pas des opérations obstétri- 
cales elles-mêmes, dans lesquelles tous les accoucheurs 
reconnaissent les bienfaits de l'anesthésie, mais bien 
du travail de 1* accouchement, dont les atroces douleurs 
sont abolies ou sing^ulièrement amoindries par le som- 
meil chloroformique. Simpson, dans sa longue pratique 
obstétricale, employa constamment le chloroforme ; un 
grand nombre de médecins, en Angleterre et en Amé- 
rique, ont suivi l'exemple de l'accoucheur d'Edimbourg. 
(( J'ai, dit-il donné le chloroforme à toutes mes femmes 
en travail depuis 1847. Au point de vue moral, ajoute- 
t-il, le refus de soulager une femme en travail, quand 
il le peut, me semble une pénible responsabilité pour 
un homme qui exerce la profession sacrée de médecin. x> 
En France, en Irlande, en Allemagne, l'emploi des 
anesthésiques dans les accouchements a rencontré cons- 
tamment une vive opposition. Voici ce que dit à cet 
égard l'un de nos maîtres, qui a semblé pencher le plus 
vers l'idée de Simpson : c< Pour notre part, dit M. le 
professeur Pajot (1), nous ne conseillons d'employer le 
chloroforme dans les accouchements naturels, si ce nest 
peut-être à la fin de l expulsion^ que chez quelques fenames 
exceptionnelles, complètement déraisonnables, sourdes 
à toute exhortation, voulant se lever, poussant des cris 
horribles, et menaçant de compromettre, par leur indo- 
cilité, la vie de l'enfant qui va naître. A part ces cas, il 



(1) Pajot, Anesthésie obstétricale, Dictionnaire encyclopédique des 
sciences médicales. 



— 109 — 

nous est impossible d'accepter complètement les idées 
de notre éminent colièg'ue d'Edimbourg». » 

Il y a lieu de s^étonner de ces résistances, quand on 
sait, à n'en pas douter, que le chloroforme, n'a aucune 
influence sur la marche de Taccouchement, et n'exerce 
aucune action funeste ni sur la mère., ni sur Tenfant, 
ainsi que l'ont montré en France les observations de 
Danyau. 11 y aurait d'ailleurs, pour ceux qui redoute- 
raient remploi prolongé du chloroforme, à essayer la 
méthode qui a donné de si bons résultats aux chirurgiens 
et à M. Guibert, de Saint-Brieuc, dans les accouche* 
ments, à savoir l'action combinée de l'opium et du 
chloroforme. 

Les inhalations d'éther, de chloroforme et autres 
anesthésiques ne sont pas les seules employées. On a 
appliqué au traitement de l'asthme les inhalations 
d'ammoniaque, et l'on a apporté des cas de guérison , 
je cite ce fait d'après M. Baudot; je ne suis pas en me- 
sure de le confirmer. Le séjour des phlhisiques dans les 
étables n'a pas d'autre but que de faire inhaler à ceux- 
ci des vapeurs ammoniacales. 

Article 2. — Des fumigations. 

Les fumigations ont constitué de tout temps une mé- 
thode de traitement importante ; les anciens, qui les 
pratiquaient souvent, désignaient sous ce nom, le con- 
tact de vapeurs ou de gaz avec une partie quelconque 
du corps; tout bain de vapeur médicamenteux était une 
ftimigation humide ; au contraire les vapeurs obtenues 
par la combustion de substances balsamiques ou rési- 
neuses constituaient la fumigation sèche, que ces va- 



— iiO — 

peurs fussent aspirées ou simplement mises en contact 
avec la peau. 

Aujourd'hui on comprend généralement sous le nom 
de fumig^ation l'aspiration de vapeurs obtenues par la 
combustion de substances quelconques ; à ce compte la 
fùmig^ation ne diffère de Tinhalation que par le mode 
de préparation des substances à absorber, Tune et 
l'autre aboutissant à l'introduction de g*az ou de va- 
peurs dans l'appareil respiratoire. 

Quoi qu'il en soit, les fumigations sont très-souvent 
et très-heureusement employées dans les maladies de 
Torg^ane respiratoire et en particulier dans Ja bron- 
chectasie et dans l'asthme. Martin Solon (1) est le pre- 
mier, je crois, qui ait préconisé dans les affections 
pulmonaires, les fumig^ations aromatiques de bella- 
done, de datura et autres solanées veineuses. Trousseau 
a vulgarisé ce mode de traitement de l'asthme ; il s'est 
servi souvent de la préparation suivante dans cette der- 
nière maladie : 

Feuilles choisies de belladone. g. 30 

Jusquiame g. 65 

Stramoine ..•..•. g*. 15 
Fellandre aquatique. ... g*. 05 
Extrait gommeux d'opium. • g. 013 
Peau de laurier cerise . . . q. s. 
Plus lard il eut recours au papier nitré et s'en trouva 
très-bien . 

M., le professeur Sée recommande les cigarettes ar- 
senicales, et il explique leur action de la manière sui- 
vante : — Au contact des charbons ardents l'arséniate de 
soude forme du carbonate de soude et l'arsenic mis en 

(i) Martin Solon, 4834. Mémoires de T Académie de médecine, 



liberté est le principal ag^ent de l'action physiolog'ique. 

L'arsenic ne saurait rester un instant au contact de 
Tair sans s'oxyder immédiatement, peu importe d'ail- 
leurs. 

Le papier nitré, qui a une action évidente, constatée, 
contre l'asthme, ag'irait, d'après quelques personnes, par 
les vapeurs ammoniacales auxquelles donnent nais- 
sance la combinaison de l'hydrogène et de l'azote nais- 
sant (Viaud-Grandmarais, de Nantes); d'après d'autres 
personnes, au contraire, l'action bienfaisante devrait 
être rapportée à l'acide carbonique qui se forme dans 
la combustion du papier nitré; cette dernière manière 
devoir pourrait être la vraie. On sait, en effet, les heu- 
reux résultats obtenus par M. Durand-Fardel contre 
l'asthme par l'emploi de l'acide carbonique. 

Parmi les fumig*ations destinées à l'inhalation, il 
convient de citer le carton nitré du Codex, qui joint à 
l'action particulière du papier nitré l'action non moins 
réelle des principes actifs des solanées vireuses et des 
balsamiques réunies. 

Voici la formule du Codex : 

Papier gris sans colle 120 

Azotate de potasse pulvérisé ... 60 
Feuilles de bellad. pulvérisées. . . 5 

— de datura st pul 5 

— de digitale pul 5 

— de lobélie enflée pul. . • . 5 
Semences de phellandrium pul. . . 10 

— Myrrhe pul 10 

— Oliban pul 10 

Un morceau de carton est brûlé dans la chambre du 
malade. 



C'est surtout à la cure des affections dironiqueis de 
l'appareil respiratoire que les fumig^ations sont em- 
ployées; on dirige quelquefois des préparations contré 
un point de la surface cutanée ; je me suis déjà occupé 
de ce point quand j'ai étudié précédemment l'absorp- 
tion des médicaments par la peau. 

Je n'ai pas à m'ocouper ici des fumigations hygié- 
niques d'ozone, d'acide sulfureux, de chlore, d'acide 
phénique, de goudrons divers, de tous les produits ena- 
pyfenmatiques provenant de la décomposition ignée des 
matières organiques, avec lesquels on purifie l'atmo- 
sphère des hôpitaux, les amphithéâtres, et Ton essaie de 
transformer en corps inoffensifs des agents délétères. 

Je dois cependant signaler les tentatives faites dans 
ces derniers temps pour soumettre certains malades à 
une atmosphère semblable à celle des salles d'épuration 
du ga2 de l'éclairage ; on avait remarqué que la coque- 
luche guérissait jpromptement lorsqu'on faisait séjour- 
ner les petits malades dans ces chambres de purifica- 
tion de l'hydrogène bicarboné. Attribuant ces heureux 
effets aux vapeurs ammoniacales dont cette atmosphère 
est saturée, MM. Deschamps (d'Avalkm) et Adrian, 
sans déplacer leurs malades^ les ont soumiâ à l'action 
de ces vapeurs. Voici leur formule : 

Chaux vive. 100 gr. 

Chorhydrale d'ammoniaque . . . 100 

Eau 300 

Coaltar 150 

Sablon . 2,000 

Si l'action de l'ammoniaque était définitivement re- 
connue efficace^ cela expliquerait à merveille comment 



les habitants des ties à g*uano ne sont jamais atteints de 
l'astliiiie. 

A&TiCLB 3. — De la pulvérisation des liquides et de la méthode 

de Salles-Girons. 

L'entreprise de faire respirer aux malades de Teau 
minérale vaporisée remonte à 1846, et elle appartient 
à Lallemand, qui, dans une lettre à François Arago, 
exposa la découverte qu'il venait de faire en vue du 
raitement des maladies de poitrine. Bientôt les sta- 
tions thermo-minérales de quelque crédit eurent leur 
vaporarium, leurs salles d'aspiration fort mal installées 
à la vérité, et d'une insuffisance tellement manifeste 
que les médecins eux-mêmes les considéraient comme 
de véritables sudatoria. (Nivet de Glermont-Ferrand.)| 

Un inconvénient bien autrement (considérable que 
celui qui tenait à Tinsufiisance des chambres d'aspira- 
tion, ne devait pas tarder a être sîj^nalé. En 1855 , 
M. Barthez (1) concluaij^ de ses recherches à Vichy, 
que la vapeur d'eau minérale ne contenait aucun des. 
principes fixes de cette eau, et il signalait ces résultats 
à la Société d'hydrologie, dont la plupart des membres 
ne furent pas favorables à la conclusion de Barthez; il 
était réservé à la Société d'hydrologie d'éprouver bien 
d'autres émotions. — Les communications du médecin 
de Vichy appelaient une discussion solennelle ; elle ettt 
lieu, et Thénard , avec l'autorité du chimiste, vint 
déclarer à la savante Société que si une ébullition très^ 
rapide peut donner quelques particules d' entruînement 
à la vaporisation, l'ébuUition lente, graduelle, nnUe^ 

(1) Barthez, Discussion de la Société d'hydrologie. 



— 414 — 

ment saccadée, ne donne qu'une vapeur absolument 
dépourvue de principes minéralisateurs. Il fallut bien 
ouvrir les yeux. 

M. Nivet, inspecteur des eaux de Royat, professeur à 
l'école préparatoire de médecine de Clermont-Ferrand, 
écrivait à cette époque : « Les salles d'aspiration de la 
Basse-Auverg*ne sont de véritables sudatoria, qui dif- 
fèrent très -peu des étuves humides des anciens. Il ré- 
sulte en effet des expériences faites à Royat et au 
Mont-Dore, qpe les sels de l'eau minérale restent dans 
la chaudière, et que Teau vaporisée et les gaz dis- 
sous sont les seuls éléments qui viennent s'ajouter à 
l'air des salles d'aspiration, qu'on pourrait appeler plus 
justement salles de transpiration.» 

A partir de cette époque, M. Sales-Girons s'occupa de 
l'installation d'une salle de respiration, fondée sur les 
nouvelles données de la science; dans le courant de 
Tannée 1856, il fit installer à Pierrefonds le premier 
appareil pulvérisateur, dans le détail duquel je n'ai 
pas à entrer ici ; il présenta à FAcadémie de médecine 
un mémoire sur la salle de respiration nouvelle, et 
M. Ossian Henry, rapporteur de la commission aca- 
démique, après avoir visité l'établissement de Pierre- 
fonds^ concluait : 

1** La respiration n'est point g*ênée dans la salle que 
nous avons visitée. 

2* Des solutions d'azotate d'arg*ent, des papiers im- 
prég^nés d'azotate de plomb, disposés dans la chambre, 
ont présenté les teintes bistrées, noires ou g*rîsâtres, re- 
connues produites par les sulfures métalliques formés. 

3" Les liquides obtenus par la condensation naturelle 



de Teau pulvérisée, ont présenté Texistence des éléments 
sulfureux propres à l'eau de Pierrefonds. 

Le but était atteint, la méthode respiratoire était 
créée ; elle est tout entière Tœuvre de M. Sales-Girons, 
et son titre de gloire auprès des médecins et des ma- 
lades. 

Après installation de l'appareil vinrent les observa- 
tions cliniques que l'auteur consig^na dans deux mé- 
moires à l'Académie de médecine, et dans son livre sur 
la thérapeutique respiratoire (i). 

Des objections, cependant, se produisirent au sein de 
la Société d'hydrologie et à l'Académie de médecine ; 
c'est ainsi que Réveil objecta que les principes sulfu- 
reux s'altèrent très-promptement à l'air, objection à 
laquelle M. Sales-Girons a répondu par la création d'un 
nouvel appareil qui pulvérise le liquide près delà bou- 
che du malade. 

En 1861, à la suite d'un rapport de M. Poggiale, 
M. Durand-Fardel déclare que rien ne prouve la péné- 
tration du liquide dans la bouche, et que la méthode 
de M. Sales-Girons ne pourrait être applicable que dans 
les affections du larynx et du pharynx. — Aussitôt 
Trousseau, avec ce sentiment de haute justice qui lui 
faisait prendre parti pour les créations nouvelles et 
utiles. Trousseau déclare, d'après les expériences de 
M. Demarquay, que les liquides pulvérisés pénètrent 
dans les dernières ramifications bronchiques , et il 
ajoute que l'auteur a rendu à la thérapeutique un 
service considérable. Après la reconnaissance de la 
méthode par une aussi grande autorité, la pulvérisation 

{\) Paris, 4858.Î861, Bulletin de l'Académie. 

Amagat. 8 



— 146 — 

triompha vite de toutes les résistances, et ne fut plus 
attaquée que par quelques obscurs critiques. 

C'est dans les afîections chroniques du pharynx, du 
larynx, des bronches et des poumons que convient 
la respiration des eaux minérales pulvérisées, sulfu- 
reuses ou arsenicales. Ce serait sortir de mon sujet que 
de traiter en particulier chaque cas qui réclame la pul- 
vérisation de telle ou telle eau minérale, et ce serait 
bien plus encore au-dessus de mes forces. 

M. Sales-Girons (1) ne s'en est pas tenu à la pulvérisa- 
lion des eaux minérales ; encouragée par un succès fort 
lég'itime, il a tenté de modérer chez les tuberculeux la 
quantité d'oxyg-ène qui est nécessaire au poumon dans 
l'état normal ; et partant de celte idée que ce g*az irrite 
vivement les tissus enflammés, il a voulu soumettre les 
phthisiques à une atmosphère saturée de vapeurs balsa- 
miques destinées à tempérer ce que Toxyg^ène peut avoir 
de trop irritant sur le poumon des tuberculeux. L'auteur 
développa, dans un mémoire à l'Académie de médecine, 
cette nouvelle pratique qu'il décora du nom de diète' 
respiratoire; cela me semble, après tout, entrer dans 
le chapitre des fumigatoires. Je n'insisterai donc 
pas. 

En 1867, M. Sales-Girons (2), dans un nouveau mémoire 
à l'Académie de médecine, cherche à démontrer que la 
voie pulmonaire peut remplacer avantag*eusement l'es- 
tomac au point de vue de l'absorption, tout au moins 
pour les substances qui ag'issent à petites doses, comme 
les alcaloïdes et les médicaments en g^énéral fort actifs. 
Mais ici, je ne saurais, pour mon compte, approuver 

(i) Sales-Gironsy Diète respiratoire, Bulletin de rAcadémie, rapport 
de M. Bouillaud sur ce Mémoire. 
(*2) Sales-Girons, Bulletin de TAcadémie, 186' 



"1 



— 117 ^ 

les tentatives de M. Sales-Girons ; il n'est pas indiffé- 
rent d'introduire brutalement des substances dans un 
org*ane aussi délicat que le poumon ; tous les lapins 
que M. Demarquay a soumis à la pulvérisation sont 
morts de pneumonie, et Trousseau a cité le fait d'une 
daine élrang^ère qui avait la funeste habitude de se pul- 
vériser à chaque instant des liquides dans la bouche, et 
qui mourut de pneumonie double. 

Et puis comment doser les substances ? Quelle quan- 
tité de médicament pénétrera4-il dans les ramifications 
bronchiques ? 

A eôté de ces inconvénients considérables, quel avan- 
tage sérieux offre la muqueuse pulmonaire? Tabsorption 
y est instantanée, soit; mais les injections hypoder- 
miques permettent l'absorption dans trois ou quatre 
minutes, et elles n'ont aucun inconvénient fâcheux. A 
oe sujet, je ne résiste pas au désir de reproduire ici ce 
passag-e du rapport de M. le professeur Béolard (1) sur 
le mémoire de M. Sales Girons : 

a Les surfaces intestinale et pulmonaire ne sont pas 
les seules voies par lesquelles on puisse faire pénétrer 
les médicaments dans l'économie. Il est une autre voie, 
d'un abord facile, partout répandue, ouverte de toutes 
parts, et qui a sug'g^éré des méthodes thérapeutiques 
déjà consÉUîrés par l'expérience. Je veux parler de la 
surface iég*umen taire externe et des méthodes dites épi- 
dermiques, endermiques et hypodermiques. Il semble que 
cette voie d'absorption réponde, sinon à toutes, du moins 
à un certain nombre des indications par lesquelles l'au- 
teur cherche à établir la supériorité de la voie bronchique 
sur la voie intestinale. Si l'absorption est relativement 

(1) Bôclard, Rapport sur oe mémoire, Bulletin de l'Académie. 



— 118 — 

moins rapide par le derme que par le poumon, elle est 
aussi sûre et elle ne présente aucune difficulté pratique. 
Nous prenons la liberté de recommander à M. Sales- 
Girons des expériences comparatives dans cette direc- 
tion . » 

Il était impossible de faire la critique du mémoire de 
M. Sales-Girons avec plus de justesse et aussi avec plus 
d'urbanilé que ne Va fait le secrétaire de l'Académie de 
médecine. Tout est là en efiPet, et allant un peu plus loin 
que M. Béclard, je dirai que la méthode hypodermique 
répond à toutes les indications de la voie pulmonaire et 
qu'elle n'en présente pas les dang'ers. 

Pour conclure, la pulvérisation des liquides constitue 
une g^rande conquête thérapeutique ; mais elle doit être 
limitée au traitement des affections des org'anes respi- 
ratoires. On ne saurait sans dang^er faire de la surface 
pulmonaire une voie d'absorption destinée à remplacer 
les injections hypodermiques. 



CHAPITRE VIII; 

DE QUELQUES VOIES d' ABSORPTION SECONDAIRES, LES INJEC- 
TIONS DANS LES VEINES, LES CAVITÉS CLOSES, LA SURFACE 
DES PLAIES, LES GLANDES, LES MUQUEUSES CONJONCTIVALE, 
UROGÉNITALE. 

Article 1^. — Des injections dans les veines. 

Aux injections dans les veines se rattache une ques- 
tion qui a eu le privilégie de passionner profondément 
les esprits parmi les médecins et surtout parmi les gens 
du monde, privilég-e justifié selon les uns, immérité 
d'après le plus g*rand nombre; l'histoire des injections 



.j^i. 



- 419 — 

dans les veines est, eneflet, l'histoire même de la trans- 
fusion du sangp, pratique tour à tour vantée outre mesure 
ou dénigrée systématiquement, et sur laquelle Topinion 
médicale n'est pas encore assise définitivement. 

a II fut singpulièrement hardi celui qui, le premier, 
osa retirer du sang de son semblable, » a dit quelque 
part Monneret ; plus téméraire encore fut celui qui osa 
le premier introduire un corps étranger dans les veines 
de ses semblables, car les siècles n'ont peut-être pas 
donné raison à son idée. Percy (1) s'est inquiété de con- 
naître Torigine et les auteurs de cette tentative. Il a cru 
trouver dans Ovide le récit d'un cas d'injection dans les 
veines, mais l'essai ne fut pas heureux, car le sujet de 
Texpérience, le roi Eson lui-même, succomba. M. La- 
devi-Roche (2), en homme qui connaît ses classiques, a 
repris ce point délicat, et, après avoir cité le passage 
où le poëte des Tristes rapporte l'opération que Médée, 
à la prière de son amant, entreprit en faveur du vieux 
roi Eson, il conclut comme Percy qu'il' s'agissait bien, 
dans le cas, d'une injection médicamenteuse dans les 
veines; mais il constate la guérison du patient, non 
sans blâmer quelque peu le chirurgien des armées de 
l'Empire d'avoir oublié le poëte latin. On est étonné de 
voir Ovide en cette affaire, et plus singulièrement sur- 
pris encore de voir un homme comme Percy chercher 
l'origine des injections dans les veines plusieurs siècles 
avant la découverte de la circulation. C'est là d'ailleurs 
une conquête d'un mérite tellement douteux qu'écrivant 
sur le sujet, je ne m'épuiserai pas à savoir le nom de 
l'inventeur. 



(1) Percy, Dictionnaire des sciences médicales. 
(S) Lodevi Roche, Inîections dans les veines, thèse de Pariç, 1870, 



Ce fut, sans aucun, doute, à l'époque de la découverte 
de Harvey que cette question préoccupa les esprits, et 
Ton pourrait trouver dans De Colle (1628) Tidée de la 
transfusion, mais rien n^indique qu'il Tait pratiquée. 

C'est en 1656, vingt-huit ans après la découverte de 
la circulation, que le D*" Christophe Wren proposa à 
Robert Bayle un moyen pour injecter des liquides dans 
les veines; ce moyen consistait à faire une lig^ature à la 
veine, que Ton ouvrait ensuite du côté du cœur pour y 
adapter des tuyaux attachés à des vessies qui contenaient 
le liquide. Bayle fît aussitôt des expériences sur les ani- 
maux, et Tannée suivante on fît l'essai de la méthode 
sur un homme, à Londres, dans la maison même de 
l'ambassadeur de France, en présence du chevalier 
Collaton, médecin de la reine -mère ; telle est, d'après le 
D'Quinche qui a fait sur ce sujet des recherches biblio- 
graphiques, et a eu entre les mains toutes les pièces du 
procès, la véritable orig'ine d'une méthode que d'autres 
ont rapporté au physiologiste anglais Lower, au chirur- 
gien allemand Major ou au médecin français Denis (1). 
Toujours eèt-il qu'à la même époque, sans qu'il soit pos- 
sible de dire à qui revient la priorité, Denis et Gayant (2) 
en France, Elsholtius et Major (3) en Allemagne, Graaf 
en Hollande, Fracassati à Venise, Timothée Clarke, 
Henshaw, Lower en Angleterre, s'occupèrent à la fois 
des injections dans les veines et de la transfusion qu'il^ 
pratiquaient, avec du sang humain quelquefois, le plus 
souvent avec du sang de mammifères. C'est ainsi que 
Denis, œ pour calmer TébuUition de son sang par la dou- 
ceur et la fraîcheur du sang de veau, » injecte du sang 

(1) Denis, Journal des savants, 4667. 

(2) Gayant, Philosophical Transactions, 1667. 

(3) Major, Ghirurgia infusiora, 1667. 



de 06 dernier animal dans les veines d'un fou célèbre 
de l'époque. Le malheureux malade mourut, probable* 
ment de Toperation, bien que Denis prétende qu'il fut 
empoisonné par sa femme. Ce fait et quelques autres 
émurent l'opinion, et l'opinion de l'époque c'était le 
Parlement, qui interdit la pratique de la transfusion du 
sang*. Sur ce point encore, le D' Quinche a réformé 
l'histoire ; il n'est pas exact que la transfusion ait jamais 
été proscrite, et le Parlement ne s'est jamais inquiété de 
cette affaire. Il y eut un simple arrêté du lieutenant 
criminel, en date du 17 avril 1668, portant simplement 
que quiconque voudrait désormais pratiquer la transfu*- 
sion aurait préalablement à se munir d'une consultation 
approbalive d'un docteur de la Faculté de Paris. 

Après ces insuccès et l'intervention d'ailleurs modé- 
rée de l'autorité, la pratique et l'idée de la transfusion 
furent perdues en France; et il fallait que le nombre des 
insuccès eût été considérable pour que Dionis (1) ait pu 
dire : « Ceux qui avaient enfanté cet horrible projet 
sont morts, » et Cabanis (2) : a ...De là ce misérable 
délire de la transfusion du sangp dont la pratique coûta 
presque toujours la vie ou la raison à ceux qui ne crai- 
g'nirent pas de se soumettre à cette opération témé- 
raire. » Et cependant, quatorze ans plus tard, en 1818, 
Blundell publia de nouvelles observations de transfusion 
de sang humain, il n'avait eu à déplorer aucun accir* 
dent. Depuis cette époque la transfusion n'a jamais été 
délaissée, et chaque année on voit paraître de nouvelles 
observations. Prévost et Dumas (3), Milne Edwards (4), 

(1) Dionis, Cours d'opérations de chirurgie, 1718. 
(-2) Cabanis, Révolutions de la médecine, 1804. 

(3) Prévost et Dumas. Bibliothèque universelle, 1821. 

(4) Milne Edwards, 1823, Physiologie. 



— 424 — 

étudièrent la transfusion chez les animaux; Mag^en- 
die (1) et Dupuytren ne dédaig'nèrent point de s'en oc- 
cuper et émirent Tavis qu'elle pouvait être une utile 
ressource. 

En 1842, Soden publia 42 observations dont 29 suc- 
cès, à la suite d'hémorrhagies chez des opérés ou des 
femmes en couche. 

Bérard (2) cite ég'alement 14 observations dans les- 
quelles la transfusion a été pratiquée avec succès, et 
répondant d'avance aux critiques à venir ; a Si quelque 
sceptique, dit-il, avançait que la vie se rétablit souvent 
d'elle-même après une forte hémorrhag^ie, je répondrais 
que ce rétablissement eûl certainement fait défaut chez 
quelques-uns de nos opérés. » Depuis cette époque, 
nouveaux succès de Desg'rang^es, Nélaton, etc. La trans- 
fusion du sang^, opération dang^ereuse et entourée de 
difficultés considérables dans la pratique, me par€dt 
cependant devoir rester comme une ressource extrême 
dans les cas d'hémorrhagie, à la suite de blessures ou 
chez les nouvelles accouchées. 

Ce n'est pas cependant qu'à notre époque la transfu- 
sion soit acceptée de tous les médecins; c'est ainsi que 
Monneret a qualifié cette opération d'antiphysiolo- 
g*ique; et un homme considérable entre tous, dont la 
compétence e^st extrême en pareille matière, M. le pro- 
fesseur Depaul, a soutenu que les femmes guéries par 
ce procédé après de graves hémorrhagies utérines 
l'eussent été sans lui. Malgré la grande autorité que je 
viens de citer, j'aime à croire, avec Bérard, que la gué- 
rison eût fait défaut dans plus d'un cas. 

Quant aux injections dans les veines, de temps en 

(1) Magendie, Leçons de physiologie. 

(2) Bérard. Cours de physiologie. 



— It3 — 

temps les praticiens y ont eu recours depuis l'époque 
(1657) où Bayle fit son premier essai, Percy (1) a fait 
des injections d'opium dans les veines d'un tétanique ; 
Magendie et Dupuytren ont calmé par le même moyen 
les convulsions hystériques; on a injecté dans les veines 
de la strychnine, du sulfate de quinine, de l'émétique, 
du protoxyde d'azote (Blondin), de l'acide acétique 
(Jaickniken), de la belladone (Duchaussoy), de l'ammo- 
niaque, et le Médical Times (1869) rapporte quatre gpué- 
risons par ce moyen de morsures de serpents venimeux, 
on ne nous dit pas de quelle espèce sont ces serpents. 
Ces tentatives ne sauraient être approuvées; l'injection 
dans les veines expose à de si gprands périls qu'aujour- 
d'hui, avec les méthodes hypodermique et respiratoire, 
cette pratique n'est indiquée dans aucun cas ; je fais 
une réserve pour la transfusion du sangp et pour le cho- 
léra dont je vais parler. 

C'est en 1832, à Varsovie, que les injections d'eau 
dans le sang» des cholériques furent pratiquées pour la 
première fois, mais on possède fort peu de détails sur 
la pratique et les résultats des médecins russes ; ce sont 
les Angolais qui ont le plus employé les injections en pa- 
reille occurrence; pour renouveler le sérum perdu par 
l'intestin, ils se sont servis d'eau pure, d'eau addition- 
née d'acide acétique, de chlorure de sodium, etc. 

Résultats sur tous les cholériques ainsi traités : une 
guérison sur 3 malades. En France, où d'ailleurs la 
méthode a été beaucoup moins employée, les résultats 
ont été plus mauvais; voici cependant une observation 
de M. le professeur Lorain qui est concluante. 

(I) Percy, loc. cit. 



-. 424 — 

ce Le 27 septembre 1866, un homme vig*oureux et bien 
constitué ftit amené dans une salle, à l'hôpital Saint- 
Antoine. II était tout à fait alsride, incapable de se mou- 
voir ni de parler, ses pupilles dilatées ne se contractaient 
plus au voisinag'e de lalumière,i) était tout à fait insen- 
sible, et lorsqu'on le porta sur le lit de l'opération, il 
avait la souplesse et l'appapence d'un cadavre, il n'eut 
pas la force de ramener au milieu du lit, sa tête, qui 
était pendante en dehors de l'oreiller, et supporta, sans 
en avoir conscience, la dissection que je fis d'une veine 
sur son avant-bras. 

Une injection de 400 grammes d'eau fut pratiquée. 
Le cœur battit plus fort, le pouls n'était pas encore sen- 
sible, tel fut le premier résultat. Le second résultat fut 
l'élévation delà température; le thermomètre, qui mar- 
quait avant l'opération 26 deg'rés, monta et se maintint 
à 30 deg*rés ; puis, peu à peu, la respiration devint plus 
ample, et quelques heures après le malade put deman- 
der à boire. La nuit fut calme, et le malade dormit pai- 
siblement. Le lendemain, 30 septembre, la chaleur s'é- 
tait élevée à 33 deg^rés, mais les urines n'avaient pas 
reparu, et le pouls restait insensible. 

Le 2 octobre, le malade avait uriné, la température 
était montée à 36 deg'rés, et le pouls donnait au sphyg*- 
mog*raphe un tracé rég»ulier. 

Le 9 octobre, il sortit convalescent. 

M. Lorain le revit le 20 octobre, lag^uérison était dé- 
finitive. 

Voilà un succès complet qui autorise à suivre cette voie. 

Des cavités closes ou des séreuses. — Le pouvoir absorbant 
des séreuses est très-bien établi, il est même très-consi- 



dérable, car Lonfs^'et a constamment vu les animaux être 
pris de convulsions lorsqu'il injectait de la strychnine 
dans le péritoine beaucoup plus vite que lorsqu'il don- 
nait cette substance par Testomac; les gaz sont absor- 
bés par cette voie, mais avec une rapidité variable (De- 
marquay et Leconte), Tacîde carbonique est très-vite 
absorbé, Tazote, au contraire, met très-long^temps à pé- 
nétrer dans le sang*. 

Le curare est absorbé par les séreuses très- prompte» 
ment (Cl. Bernard). 

L'huile elle-même finit à la longue par être émulsion- 
née et absorbée. 

Valgré ces avantages, on n'emploie ni les séreuses 
splanchniques, ni les séreuses articulaires pour obtenir 
l'absorption des substances médicamenteuses, il sercdt 
sing'ulièrement imprudent, en effet, de s'exposer à pro- 
duire une inflammation de ces organes, quand on a à 
sa disposition un si grand nombre de voies pour entrer 
dans l'organisme. 

Dans les affections des séreuses, on a injecté dans un 
but local des liquides résolutifs pour modifier la surface 
sécrétoire ; cette méthode, longtemps considérée comme 
téméraire, est entrée définitivement dans la pratique, 
et y restera comme un utile et important moyen. En 
1826, Bretonneau conseilla les injections alcoolisées dans 
l'ascite, Velpeau employa les injection iodées dans Thy- 
drocèle. Bonnet les prescrivit dans l'hydarthrose. 

Dans les pleurésies purulentes, Taspiration du li- 
quide, les injections iodées, voilà l'indication locale. 

Disons, en terminant, qu'Aran a injecté de la teinture 
d'iode dans le péricarde avec succès. Dans tous ces 
cas, le liquide, après avoir produit un effet local, auquel 
la plupart des médecins attribuent la curation, le liquide 



— iî6 — 

est absorbé, et quelques personnes pensent même que 
c'est par un effet consécutif, après avoir impréorné l'or- 
ganisme, que riode, par exemple, exerce son action. 

Des glandes. — Ce que j'ai dit des séreuses est appli- 
cable ici ; les g*lands absorbent et très-promptement pen- 
dant le repos, lentement, au contraire, tandis qu'elles 
fonctionnent (Cl, Bernard) (l;.On ne les utilise pas pour 
l'absorption des médicaments. 

Absorption par la surface des plaies. — On pouvait penser 
que le moment le plus favorable à l'absorption des sub- 
stances par les plaies était le premier jour qui suit Tac- 
cident ; il n'en est rien : les recherches de Demarquay (2) 
ont fait voir qu'une plaie absorbe moins vite lorsqu'elle 
est récente que lorsqu'elle est en pleine granulation; le 
maximum de l'absorption correspond au 8® ou 9* jour. 
Or, on sait que c'est à ce même moment que survien- 
nent les premiers signes d'infection purulente. 

Ce ne serait que tout à fait accidentellement que l'on 
pourrait porter par cette voie, introduire un médica- 
ment dans le sang, aussi je n'en parle que pour signa- 
ler les cas d'accidents qui ont suivi l'application des 
caustiques sur les plaies; il est évident que les solutions 
de continuité absorbant très-facilement, il faut être 
circonspect lorsqu'on prescrit une pâte arsenicale, par 
exemple, sur un tissu ulcéré. 

Des muqueuses autres que les muqueuses pulmonaire et 
digestive. — La muqueuse conjonctivale absorbe très- 

(i) Gh. Bernard, Leçons sur les substances toniques et médîcame-n 
teuses. 
(2) Demarquay, Bulletin de TAcadémie, 1867. 



• 



«^ ♦ « 



promptement. Les recherches de M. le professeur Gos- 
seiin ont mis hors de toule contestation la pénétration 
directe de Tiodure de potassium et de la belladone au 
travers des membranes oculaires dans les tumeurs de 
Toeil. Cette voie est utilisée pour des effets locaux sur 
Tœil, mais non pour un effet g'énéral ou un effet à 
distance. 

La muqueuse auriculaire absorbe ég^alement très- 
bien, et l'on met cette propriété à profit pour calmer 
des névralgies péri-auriculaires ou des douleurs sié- 
geant dans l'intérieur de l'organe externe ou de l'oreille 
moyenne. 

La muqueuse des organes génito-urinaires de 
l'homme est douée d'un pouvoir absorbant très-intense, 
c'est par cette voie en effet que, dans la grande majo- 
rité des cas, les virus syphilitique et blennorrhagique 
sont introduits dans l'économie; M. Fonssagrives a vu 
la salivation survenir chez un malade cathétérisé avec 
une sonde que, faute d'un corps gras, l'on avait enduite 
d'onguent napolitain. 

Quelquefois cette voie pourrait être utilisée. Brown- 
Séquard et Ségalas l'ont employée dans le choléra. 

C'est surtout dans un but thérapeutique local que l'on 
introduit des médicaments dans l'urèlhre et dans la 
vessie, injections astringentes et caustiques dans l'urè- 
thre, applications des caustiques sur lo col, sur un point 
de la vessie à J'aide de l'endoscope. (Desormeaux.) 

Muqueuse des organes génitaux de la femme. — C'est 
principalement aussi dans le but de produire une ao- 

(1) Gosselin, Trajet intra-oculaire des substances absorbées à la sar- 
face de Tœil. Gaz. hcbd., 1855. 



O 



— V28 — 

tion locale que des substances médicamenteuses sont 
portées journellement dans les cavités vag^inale et uté- 
rine. Les injections de liquides émoUients, astringents, 
calmants, résolutifs, désinfectants, les applications de 
poudres isolantes et siccatives, comme la poudre d'ami- 
don, rintroduction de substances astring*entes (tannin, 
alun pulvérisé), les applications caustiques (nitrate 
d'arg'ent, teinture d'iode), les pessaires, appartiennent 
au traitement local des maladies utéro-vag'inales. 

Gomme voie d'absorption, la muqueuse des org^anes 
g^énitaux de la femme, bien que son pouvoir absorbant 
soit considérable, a été très-rarement utilisée; il y a ici 
des raisons extra-médicales qu'il est inutile de rappeler, 
mais qui certainement restreindront à un petit nombre 
de cas l'emploi de cet org^ane comme porte d'entrée 
dans Torg^anisme. 

Il est cependant un certain nombre de substances 
qui, après avoir ag'i localement, sont absorbées; tels 
sont les suppositoires belladones de Simpson, les ap- 
plications de laudanum sur le col dans les ulcères de 
cet organe, les projections de gaz acide carbonique au- 
quel Granville de Kissingen a accordé si gratuitement 
une influence considérable dans les maladies utérines, 
opinion qui n'est pas partagée d'ailleurs par un autre 
Allemand, Diruf, qui a exercé à la même station que 
Granville. 

Je cite, en terminant, les injections d'eau chargée 
d'acide carbonique, dans la dysménorrhée atonique. 
M. Paul en a fait un fréquent usage, 11 n'est peut-être 
pas inutile de dire que les injections d'acide carbonique 
peuvent produire des accidents. (Gl. Bernard, Demar- 
quay.) 



TABLE DES MATIÈRES 



CHAPITRE PREMIER. 

IJBS CONDITIONS QUI INFLUENCENT l'ABSORPTION MÉDICAMENTEUSE EN 

GÂNÉRAL 5 

CHAPITRE II. 

De la MUQUEUSE DIGESTIVE ENVISAGÉE COMME VOIE d' ABSORPTION 

DES MÉDICAMENTS 13 

Divisions . 

{o Des voies préstomacales 13 

i» De la muqueuse gastro - intestinale étudiée comme voie 
d'absorption des médicaments • . . c l^ 

A. Quel est son pouvoir absorbant? 14 

B. Quel est le temps que demande l'absorption par la 
voie gastro-intestinale? 17 

C. De quelques règles à suivre dans la méthode gastro- 
intestinale . ., ,,.. 18 

D. Contre-indications de la voie gastro-intestinale» . . 26 

CHAPITRE ni. % 

DB l'absorption des MÉDICAMENTS PAR LA VOIE RECTALE 28 

A. Pouvoir absorbant du gros intestin 30 

B. Valeur de la méthode intestinale 32 

C. Des cas où il convient d'avoir recours à la méthode 
intestinale et quelles sont les substances que Ton 
peut introduire par cette voie 33 

D. Dans l'emploi de la méthode intestinale, il est 
quelques règles à suivre dont il ne faut pas se 
départir 37 

CHAPITRE IV. 
De l'absorption par la peau non dépouillée db son épiderme; 

DES bains simples ET MÉDICAMENTEUX; DES POMMADES, LINIMENTS, 
CATAPLAMES; DES FRICTIONS ET DE LA MÉTHODE lATHALIPTIQUE J 
DE LA PULVÉRISATION DES LIQUIDES ET DES BAINS A L'HTDROFÈRE. 38 

Article 1". De Tabsorption des gaz par la peau . . 4i 

Article 2. De l'absorption par la peau dans le bain simple. . . 43 

Article 3. La peau absorbe-t-elle les substances dissoutes dans 

Teau? Y a*t-il absorption dans le bain médica- 
menteux ? Si 

Article 4. Des pommades, liniments^ cataplasmes, au point 

de vue de rabsorption et de la méthode intralip- 
tique • • 61 




% 



r tieforc tbc iJatu 1: 



JE, ET DR 

- 75 

78 



85 
86 
87 



99 
103 



CLAHDEB, LES HtIQCEnSES 



ÏVALK, 



FIONS T}iS8 
lAIES, LES 



118 



Article 1". Des injections dans les veines..' 118 

Des cavités closes ou des séreuses 125 

Des glandes 126 

Absorption par la surface des plaies. . - 136 

Des muqueuses autres que les muqueuses pulmo- 
naire et digestive 127 

Muqueuse (<es organes génitau^c de la femme. . . . 128 



Amegat., A.L. 10: 
A43 Etude eur les d. 

lS-73 f i^Tnn trOn — vol *^fî cl ^ ^ 



tloBE des médi 


csnTBi 




















































J 


j