(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Mission au Sénégal"



PUBLICATIONS DE U FACULTÉ DES LETTRES D'ALGER 

i:i I.I.KIIN DE 

[II 



MISSION AI SÉNÉGAL 



RENE BASSET 

iioi tu m u i lcult! de> 

GORHE-I'oMmn! 



TO.MK I 

ÉTUDE SUR LE DIALECTE ZÉNAGA 

NOTES SUR LE HASSANIA 

RECHERCHES HISTORIQUES SUR LES MAURES 



PARIS 
ERNEST LEROUX ÉDJ PEl 

28, ROI b 



lïM») 



FASCICULE II 



NOTES SI II LE BASSANIA 






11 



An iKinin tncemenl de mon séjour au H 
hassania, parlé par les tribus maures de la rive droite du 
Sénégal 1 , fui mon principal moyen de communication pour 
l'étude <lu dialecte zénaga el . à '•<• t effet . j«' \ oulus me sert ir 
du glossaire inséré par le général Paidherbe dans 
sénégalaises*. Mais je ne tardai pas à reconnaître «in il n 
fermai! d** nombreuses erreurs <|ii'' j«' corrigeai au fur- i 
mesure sur mon exemplaire I corrections que je 

donne ici, en attendant qu'une étude d'ensemble nous fourni 
but ce dialecte une œuvre analogue à celle de MM M 
Doutté, Stumme, Kampffmeyer, Meissner, etc., sur les dia 
lectes ilu Nord Ouest de l'Afrique (Maroc, Algérie, Tunisie ei 
Tripolitaine). Jusqu'à présent, en effet, le hassania a étjé" peu 
étudié. L< i premier, Durand publia le texte et la traduction 
des traités passés en 17^."» pour la traite de la gomme avec 
les marabouts d'Armankour (dJLwo), Mohammed Mokhtar, 
roi des Braknas et Ali el Kouri, n>i des Tran el I énu 

mération des coutumes 4 Dard, dans sa Gramm 

donna les i ls <!•' nombre avec une planche représentant 

<l«'s spécimens d'écriture. Longtemps après, sii uk a| 
l'apparition des Langues le Fr. Marie Bernard 



1. Il est ainsi mentionné, à la Bn du ktiii* ilècle, par G 
de son voyage Fait en i" Lear im. " ij eet on 

arabe lr cependant que m ra là leur ; 

noneiation qu'à la corruption <!»• la langue mêo 
Ifaurei la parleul purement «-t 1e foui ti- somprendre >i«' h 

triotei ■ Fragment </ un I 

S. Paria, 1881, in-12. 

:i. L'auteur le reconnaît lui même '• 

4. AtUu <lu I oyaffê au Séni Pai . ln-4*, p 

5. Paris, 1886, In S 



publiait une Méthode de F arabe parlé [idiome) du S al* 

qui ne peut rendre que des services restreints en raison du 
manque presque général de transcription. En même tem] - 
M. Helkassem ben Sedira insérait deux lettres du Sénégal 
dans son Cours gradué de lettres arabes*. Plusieurs années 
après, M. L. Galland publiait dans sa Grammaire et arabe 
régulier à l'usage des officiers des troupes de la marine* plu- 
sieurs lettres et le texte du traité entre la France et les Maures 
Chratitt. Si l'on y joint une Note sur une inscription arabe 
trouvée chez les Maures Trarza par M. Houdas', on aura la 
liste de tout ce qui a été consacré à cette langue. Le texte des 
deux légendes rapportées par Bérenger-Féraud' J n'a pas été 
publié. 

1. l r c partie, Paris, 1893, in-S°; 2e partie, Paris, iu-12. 

2. Alger, 1893, in-S°, p. 232, 833. 

3. Cherbourg, 189s, 2 vol. ia-S°. Ces textes n'out pas été reproduits dani la 
secoude édition. Paris, s. d., iu-8° (1905). 

4. Paris, 1901, iu-8°. 

5. Les peuplades de la Sénégambie. Paris, 1879, in-8, p. 79-89 reproduites 
par lui daus sou Recueil de contes populaires d* la Sénégambie. Paris, 1885, 
iu-18, p. 135 158. 



LEXIQUE FRANC vis -HASSANIA 



A (vers), Un ^. 
ABANDONNER, trak ^y. 
ABATTRE, Vaiiah' ^It. 
ABCÈS, naft'a àL*. 
ABEILLE, na/ria lW. 
ABOIEMENT, nhiiï ^J, 
ABOYER, rifaA' ^J. 
ABREl VER, 19a JU 
ABRITER S 1 , mcha fi dhai \JL> 

Ji J 
U CEPTER, gbèl Jj. 

ACCOMPAGNER, mdfca nid L^ 



B^> 



L 



\< COI CHEMENT, nifâi r- 

\« CROUPIR S 1 , . — /. 

ACHAT, cht 
ACHETER, chera I.A.. 
\« OMPTE, m-/, . 



ADIE1 Dire 

ADROIT, <v .- ~. 

API \lkl 

Al I \M I!. n'dn ,'ju_^. 

J 

\l'l ftANl III. 

\ll RANCHIR, h' 

AGNEAU, i pdL, 

AGONI] 

AGRÉABL1 

AIDER, '-/ ••un ,~. 

AIE1 L, Mi 

AIGLE, i—J.pl. n 

AIGU1I h 

AILE, jenùà* - 

Ml.l.l l US, 

AIMER, _ 



286 

AINSI, hadé \±*. 

AIR, haoua La>. 

AISSELLE, IbaC LV . 

AJOUTER, zàd ï\j. 

ALENTOUR, haoïtma S>j», 

ALLER, wc/ia U^; aller à che 

val, rAa/> /ar«s, ^j-^-? v~) 

ALLUMER, #d< ^j. 

ALOUETTE, baC Lj. 

AMBITIEUX, Cammâ* ol*k 

AMBRE, 'anbér j~&. 

AME, ne/s ^. 

AMENDE, jfcAi'tdrjLkâ*. 

AMENER, rf/ôé ^U. 

AMER, morr y. 

AMI, nViotô w*r^. 

AMORCE, fctofo Jh^'"- 

AMUSER (S'), /a'é/v ^oJ. 

ANCIEN, aouel Jj^L 

ANCRE, mërsaya ^ r -^- 

ANE, h'èmûr jl^. 

ANIMAL, behima &*-£. 

ANON, /or'j'c/ J?^«JI. 

ANISETTE, khemmërjè*. 

ANNEAU, toôfem jU. 
I 

ANNÉE, *«iîi »U; sna lu-, 
ANTILOPE, ajemmour (trarza 

i/tm<?r ^Jj, agneau?). 
APAISER. .V/.7.W ^.C 



MISSION AU SÉNÉGAL 



APOSTAT, mortadd *\Jy. 
APRES, bâd Jou ; après-midi (de 

midi à 2 heures), gâila ili ; 

(de 2 heures au soir), 'âchia 

APPELER, 'mat k^. 
APPORTER, dfàb,jâà ^>\a 
APPRENDRE, te'allem JLu. 
APPRIVOISER, rîTw *j v 
APPROCHER S'), gràb _y; 

APPUYER, tenned JO-. 
ARABE. itrAi Jf e; Biodkàni 

.jLi: j. 

_ - » .. . 

ARACHIDE, gerté (du dyolof : 

gerté gà). 
ARAIGNÉE, relia Hj\. 
ARBRE, tedjarjp-. 

Xouis d'arbna 

khainaga ïkiÀ (dyolof : khoL 
elboun ,\ji\ dyol. : mboul). 
alom Jl (dyol. : alom). 
taickoi ^ • — dyol. : s^//;). 
?k/<'/ |Jj [dyol. : mac/'/ . 
aurai _-'-■' dyol. : khel). 
'ëlinda 5-XUc dyol. : Rio/* 
ARC, 9 ion - ~- 3 . nrc-en-ciel, 
ijn remâ, U — -— 3 



NOTKS >l H ! \M\ 



in 



ARGENT, fodhdka 

ARGILE, I in 

ARMÉE, fii I ^/t^* 

\l;H ANGER, mu .-i ; nek- 

ARRÊTER, h'ebbeê ^- - S' — , 

ouagaf > 9 

Al; l ÈRES _ ►-. 

ART1C1 l.\T!«>\.//.^r/,//^ JVG 
ASSEMBLÉE, ////'// û^. 
ASSEMBLER S 1 . //»■/' -,- 
ASSEOIR (S*), ^W j^. 
ASSEZ, ïA*A jfl- 
ASSOCIATION, cAérAu ï^A. 
ASSOCIÉ, ehrlh ^i&jt*. 
ASSOCIER -., chterek **&l\ 
ASSOUPISSEMENT, na 'tfi 
A l rACHER, rhaC k> ; . 
\1 rENDRE, knû L». 
AUCUN, ma oualt'mi 



U* 



-*-• . 



L L. 



Al JOURD'HI I. e/tôûin >JL 

ps 

AUMONE, fë<fya îiJuo, 

Al PARAVANT, flfol ^- : <L. 

Al PRÈS, grib w 

AUSSI, teaV/tf ^XJJ 



ai SS1T01 I 

AI I \M, S. 

Al loi I! 



AI rRE, okhar 



<r 



\l I HEFOIS, 
J 

\i r REM EN i f ba'd*d 
AU TRUC H 1 i 

\l Mil I. A4 

\\ ai.i.i;. - ■'' ij^ t 

AVANCER, | idem >. 

A VAN I , g bal JLi VT-ain, 

rtiei âme! ---' 
AVARE, e/4 
AVARIE frfl 



AVEC, '/c/ j»^». 

AVERTIR, 'a/fan , 

\\ EUGLE, i 

AVIRON, ttëoudja 

w l >n; Be ren Ipar: ferai cai 

'a/«(i jc&; — besoin, - 
- ; — failli, di ^*; 

— peur, khaf ^jjU ; 

'af'édi AL*. 



288 



MISSION AD SÉNÉGAL 



BAGAGES, r'oumâeh iLi. 
BAIGNER, r'asil J-*ê; Se — , 

stÏÏamm jUL 1 . 
BAIN, sh'ôûm ,*sr~~. 
BAISSER (en parlant d'un prix), 

fah' ~LL. 
BALEINE, gàgâ, du dyolof : 

ngaga bït; cf. en soninkhé : 

ngaga ni et en kt'guem : ngaga 

ni. 
BALLE, rcàça LoLe,. 
BANQUEROUTE (Faire), f elles 

BAOBAB, teidôwn ^-P', pi. 

teidôûmat OW ï (du zé- 

naga : teidoum). 
BARBE, foA'ùi LdL 
BASILIC, enlorni nentarak Jpl 

BAT, */»/ ^J, P l. jtjto 

sj^'jLa. ; bat de chameau, A-//6 



BATEAU A VAPEUR, ^otôm6 

iloukhun .tlâO v »••». 

BÂTIR, faâ jj. 

BÂTON, rfeM -^>^: — 



moyen, r aça La_c; grand — , 
atich iv^\ t pl. itichen ..r~> 
(du zénaga). 

BAUGE, rar .U. 

BAVA BU, fct/iâm JK'i rerfdnd 

BAVARDER. redrfed X>j. 
BEAI", zetn .»-;",. 
BEAUCOUP, iâserjJi. 
BEAUTE, zein jt \. 
BÉGAIEMENT, ettaoutï Jj 
BÊLER, eichâ LJ. 
BÉLIER, kebch ±S. 
BERGER, râ'î xl.. 
BESOIN. A'dtfj ~^. 
BÊTE, foised Ju-jj. 
BEUGLEMENT, '«dl" LU. 
BEUGLER, f a*7u' k-s. 
BEURRE, zebda Mu;. 
BICHE, amgôûm .i-O'. 

BIEN, ma'lôûm >*1ju». 

P 
BIENTOT, ekr±' ^J^l 

BIJOUX fc*é//î la.: diûr , 

BISCUIT, î — -, pl. 4 

y 

BLANC, al'i'idh ^ — 



NOTKS M R U ll\— \MA 



.»»■• 



BLANCHIR, bayyadh 

BL1 5S1 . mejrUûh' . f. 

BLESSER /<•/// ,^. 

BLESSI RE, /<///' -.a, pi. /"- 

BLEU, nkhdltiir j^.^ . 

BLOTTIR S€ . U roiiar* o .y. 

l!< ) A, 7- rjmnn'i ÏajxÂ, 

BGEI P, bagur ,-->; — porteur, 
fÀôûr ^j, pi fAt'tfi »-->' el 
fÀtài JUl. 

BOIRE, <7<>oA _v^. 

MOIS, «Vif'éA wJbl». 

BOITE, çenridik 1 ^J±~+ 

B01TE1 \. M/a' JLau. 

l;i >\, ma'iôûm »y**> 

BONDIR, rassaf^fj 

BONNE (d'enfants , dadda bb. 

BONNET, l'on farn ïjuô. 

BORGNE, a'ouarj^l. 

BORNE, ttn -X 
5SE, rfVroiM ï^3. 

Bl > v -l . hou Wéroua :. ,- *j. 

BÛTTKS, *À*/ty ^jUâ, 

BOTTINES, klionfl _. 

BOl BOU, /^»/'_.. 

r»< >i c. ''i/> ôûj - . ^ 

BOl CI1E, fôûm . 



BOI CHER 

BOl CHO 

BOl CLEPORI n I 

BOl l , 

BOl RDONNI i; 

BOl USE 

. L z - 

BOl riQI l.. | 
BOl rON, wtoçi I 
BRACELE1 

BH U, - " Z 

BRAIMENT, igaii _ 

- 

/••n - 
BRAIRE, : m'> ^ ij du i 
BRAISI 
BRANCHE, 
BRAS 
I; lî.\\ I . /•;// J ijn' 

BREBIS 

BRIDE, lêjûm a 
BRIDER, tttiiem . .- 
BRIQI ' . 
BRODER, 
BRODER1I 
BR01 ILLARD, 
BROI 5SAILLI - 
BROI SSI . 
BRUIT, 



290 



.mission ai; Sénégal 



BRULER, tiarag ^J>j=±. 
BROCARD à ramages, data ^b. 



BRU, nsîba L_~J. 
BUTTE, tomb taia Lj 



CACHER, raoua c. «\. 
CACHETER, ïaba *jlk 
CADEAU, maCa ,k~>. 
CADENAS, gafal JaJ, pi. ^/o/ÏÏS/ 

CAFÉ, k'ahoua îLtf. 

CAGE, gabbadh ,^-i. 

CAÏLCÉDRA, talaoulakt vj^L!& 
(du zénaga). 

CAILLE, bokhnak-îe,. 

CAÏMAN, nei'oua L J. 

CAISSE, çëndôûk' v ^j.x.u=>. 

CALEBASSE : grande — , asilâi 
^^L-i (en dyolof : /é^a* gà); 
petite — , gdâli ~\^J* (en 
dyolof : kokbà) ; très petite —, 
gdth'aïsç,^ (dyol. : laïten gn). 

CALICOT, khôunt el abiadh 
fjBz-»» w*Jjâ* (mot à mol : 
gui lire blanche. Cf. en so- 
ninkhé : alikhoun-tikhoullé). 

CAMP, mënzel JW>; — «les 
Maures, /r///, ^G ,3. zémûn 



,.»^"ii — du vo\,/fiah'f(ir ~£^\ 
CANARD, ow:3a Ë; *. 
CANON, ,<«/W/< Lai. 
CANOT, bar gala (du fraoça 

barque). 

CAP, dakhla iLo. 

CAPTIF, /Môfem OU. 

i 
CAQUETAGE, lA'aftftl wO^u. 

CARNET, malibôûg ^^^sr^ . 

CAROUOIS, maAA/a SLsr*. 

CARRE, morabba' ^y, 

CASE, / t'Ait w^-J' (du /énaga). 

CASSER, degdeg ^^^. 

CASSONADE, soukér el ah'mar 

^v^V SL, (sucre rouge). 

CAURIE, ouda 1 toi., 

CAUSER, tminincs »~_y. 

CAUTION, cMâmén .^U. 
CAVALERIE, Mat/ J-^. 
CAVALIER, farés j^-mI», pi. 

fèrsàn .> — ^. 
CE, fauta Ij*. 
CECI, fct<fc |j 



• I.iyii RE h ûm >V. 
CELA, kok _\-v 
CELLE, hadi 

CEL1 I-Cl, fi'ldr, Inul 

CELI 1-LÀ, </>//, J 1 ;. 

CKNT, mia -ow; deux 
mttfin , .r^-' - J - 

CERTAIN, AV/ 77 __^ 
. BRI MNEMENT, 4'a^ ^>a>. 
CHACAL, d'ib w Ji. 
CHACI N,Aott//ondA , crfJ^ljJf. 
CHAINE, khaikhût J-^-'--, fe- 
?v///'f/ 2La.jJ ; pi, t e/âs et J-~^— . 
CHAISE, mr,/,i <l j xjl- 

CHALEUR, h'nuinr/it/n ,%L^ 

CHAMEAI ,,/ewei J--. 
CHAMBRE, bit ^^->. 
CHAMP, ekritha ~:^ ! . 
CHANDELLE, k'andlr J-- 
CHANGER, 6<fc/ J-;, 6«MeJ 

CHANSON, /'//a Le. 

CHANT (du coq), arf'ân eddlk 

CHANTER, faim -U. 

(il w I EUR, /•'>/'///,// ^Li. 
CHAPELET, toofA' ^— •• 
CHARBON DE IKI'.U . 4'môûfN 

lll'l ' ' ilrii 



IK HA8SAMU J-1 

CHAH ,w-. 

• il \l;«,l.i;. 

i, amn 
CHARITABL1 
CHARITÉ, . -o. 

I il tSSEH 

à la cfa 
CHASSEl i;. 3 .^. 

CHAT, no - • du zéu 
CH \l DRON 

ni-. i esl employé chw lei 

l rarza . les Ida • luaïcfa m 

servent di 
CHAUFFER, h'amrm 

chaufl -n — -. 

I il \i SSEB - . ^j 

CH M v B-SOl RIS, ému 

CHAI \. fti .-^. 
CHEF, cAiM ^. 
CHBMIN, m* *. . 
CHEMISE, ta hmirj^ 
CHENILLE, iôûd - 
CHER, 
CHERCHER, 
CH IA \I.. : \nu 
. 3, klul J 

lui 

- 






MISSION Al" 



— alezan, lakh'al JaP s ; — 
gris pommelé, adkhan ..»àOi ; 

— gris, armad ->^J : — mou- 
cheté, achkham ^'. 

I 

CHEVEU, 3/77/ ^;. 
CHÈVRE, 7/h:.^. 
CHEZ, anrf J^fi. 
CHIEN, ke.lb s^. 
CHIENNE, tetôa *Jfc\ 
CHOISIR, JbbfôrjlLÀ.1. 
CHOSE, c^i ^i. 
CHRÉTIEN. nacrant ^Ir^* 
CHRISTIANISME. t'riV ennçâra 

CHUTE, Cailia Lssl>. 
CIEL, smâ 



CIGALE, bejelêm Jkg? 

CIL, Carf^jl. 
CIMETIÈRE, k'bôûr i~i. 
CINQ, khamsa L*?>. 
CINQUANTE, khamsin ., — ?►. 
CINQUIÈME, jbkâméi ^r»^, 
CISEAUX, mk'aç jsJ». 
CITERNE, gelta èJ*. 
CITRON, lexmon .,.*-). 
CIVIÈRE, nu' rit Jbô. 

CLEF, me/ïâA' .bu. 
CLOCHETTE, ;>nkA ifa. 



SENEGAL 

CLOPORTE, choouât' ti kheil 

jjLl ly.. 

CLOU, mesmâr il**~o. 
COASSEMENT, Vêu el jerùna 

COASSER, /k'aw^pa.. 

COCOTIER, k'oddé Jl5. 

CŒUR, ^aM ^_Jl5. 

COFFRE, çêndôût ^Jj^s. 

COLÈRE, /^V ï*Jô. 

COLIQUE, grina i^y. 

COLLIER, glâda Ï&9. 

COLLINE, koudia bj£ 

COLOQUINTE, Vanihal Jkâ.. 

COMBAT, /./«a SJL». 

COMBATTANT, /fettâii .1». 

COMBATTRE (Se), tVâtel J- 

COMBIEN, hem S. 
I 

COMBINER, dablnryX 
COMME, kif^^x-S; M'â/jLs. 
COMMENCER, 6<ia Ij 
COMMERÇANT. M 

carra f }jt«*< 

COMMERCE, air/" «^. 
COMMENT, cAA'aftiiL -S. d 
COMMISSIONNAIRE, mrrsoul 

COMPAGNIE, !■:,>>' o*-. 
COMPTER, 'add -- 



NOTKS Si R Ll il \ \M\ 






* >/' 



COMPTOIR escale ,merffl .->>. 
CONDAMNER, I tzzem ,J. 

I ONN UTRE, '<"<■/ _-,--. 

I ONSENTIR, .7/-/ J 

ISÉQ1 EN! Par . re6é*w~~ 
CON 1 I.M, /-■/•//'./// /^. 

VTRA1RE, mkhalcf j 
CONTR1BI TION, rtkrfliM Wy 
CONVENABLE, /'//A' 
COQ, '/>/« *»Xo. 
1 ORAIL, mérjâfi V 
CORBEA1 . ir'rtfé Jâ 
CORDAGE, VaWj-A. 
COItDK, h'abel J-a>. 
CORMORAN, nfo/ «lu dyolol . 
CUHNE, parti ,j»J, pi. gcffôûn 

cours, jeted jua. 

COSSES de gonatier), tellùfCa 

COTE, <nmhl,',i k»^. 
CUTI], :<-/•/' ,j. 
COTON, fcUâfi .%L£ 
COU, rmjlxi L3j, 
COUCHER Se), r*a £j. 

COUDE, marfag ~ J y- 

COI DËE, cTrâ'fl Aà 

c<u 1. 11 1;, faouri .1 

001 LEI VRE t bkkomôuj - 



'I.i; U. 

! PI III «il*. 

COI 1: 
COI RAGE, 
COI RBEH 
COI RIR 

COI l! ! . 

«.«H SCOI - 

COI 3IN 

COI 1 BAI . m , .._>. pi. 






amouûi 



COI H Ml. impàl 

COI \ il 

COI VERTI m.. I mi. 



COI \ Kilt. Ub . tioD 

de — . te<f<4 
CRACHER, 4e/ J 
I RÀNE, meljij 1 LafcJ 
CRI, 



CRIER, 'ai 
CRINIÈRE, àe/Jé _ 
CROASS1 MENT, 

CROCHE1 
CROIR1 

CRU, ' ■ 1 1 

- 

Cl lit. y./J 

CI IRE, 






MISSION Al" SÉNÉGAL 



CUIT, Vaieb w*J>. 
CUIVRE, nah'as ^Ur. 
CULOTTE, serouâl j'-j— . 



CULTIVATEUR, /mm///? O V 
CULTIVER, AWvi^. 



D 



D'ABORD, 7/^// JLs. 
DANS, /•/ J. 



DANSER, rgraç 



w 



!>■ 



DANSEUR, rpïç <j^;- 
DATTE, tamra tj+s. 
DATTIER, nàkhla'&ss. 
DAVANTAGE, aklhar jS\. 
DÉBARQUEMENT, tenzâl J|)i5. 
DÉBAUCHÉ, Karùmi .Af». 
DÉCHARGER, frôA 1 Jy. 
DÉFAITE, />< '«*a 5^. 
DEHORS, mâreg ^^; khàredj 

DÉJEUNER, çobouh' 



L- 



*~^z . 



DÉLAI, tijâl JLrr*. 
DÉLAISSER, /?Y7/, ^/P*. 
DÉLIVRER, *e//em JL. 
DEMAIN, r'edé lj*. 
DEMANDER, c'/o6 >^lt> 
DÉMARCHE, macAî 
DEMEl RER, saken ,SL. 
DÉMOLIR, khser ^ x. 



L 



DÉNONCER, ^flrrfA jy. 

DENT, se/m ,.*— . 
DÉPLAIRE, touajja 
DEPUIS, mën .*. 
DERNIER, tâli J 
DERRIÈRE, owara ',. 
DESCENDRE, rw^es J 
DÉSERT, fcAëte SL 



jedeb 






DÉSIRER, /»•> lij, a. tdr't ,«-£. 
DÉSORMAIS, minrn okkra îj^ 

DESSOUS, faA'l ^_^ : '. 
DESSUS. ^Jjj. 
DETTE, rfrtu ,\0. 
DEUX, eMnetii >r ^l. 
DEUXIÈME, tAânî 
DEVANT, poAtom *ls 
DÉ> ELOPPER, m 
DIABLE, Ibiis „\>\. 
DIAM \N I, xaqôûi ^1 
DIEU, Allah à! 



\MlKs v| K II I! 






DIFFICILE *\ y 

DIFFORME, chein . 
DM il E, gaçba a~o-j. 
DIMANCHE, iïmm el ah* ad 

DIRE, gdi Jli, 
DISCOURS, klûm * 
D1SET l 'E, joua* &y* 
DISP1 TEB 8e . khçûûm , 
DISTRA1 L r'afldn ,yl 
D1STRJBI BR, gessem *-i. 
DIVORCER, C<'linL' ^JU>. 
DIX, 'ac/trn 9JLù. 
DIXIÈME ûchèrjL\*. 
DOIGT, çba* 






^ 



. sl.i: 
DORÉNA> . 

DORMIR 

DOS, dhh • 

DOT, I , ■ _- . ~o. 
DOl BLBR, " 
DOI l.li H 
l)i)l \. /,</, 
DOI /K, tfibtfl 
DRAPEAI 

DUR, rritn, . 

DYSSEN1 BRU 

irA 



E 



EAU, "in cl»; — de-vie, khamér 

EBLNE, tahko &~~. 
I CLAIR, /"//■/.•' ^i^. 
ECLIPSE de soleil, gbedh est 

-^iJI oo_^. d-'limc,'//''*'/// 
'•USar/ifir ^:" 

! I OLE, mah'adh\ u 
ÉCONOMIE, paouari - 



ECORCE, gchour j 



KCOI 11:1;. 

IRE, ■' _ 
II. I i 
11T1 i;i . h 
il I BTS, 
l I FRAYER, <■< 

s'effrayer, kkûf 
i . • . \ I , 

ËGARI i; - . dhal 
)RGI i; 



*, 



296 



MISSION 40 SÉNÉGAL 



ÉGRATIGNRiR, khebbech ^J~± 
ÉGRATIGNURE, khebîch J^±. 
ÉLÉPHANT, fil J-3. 

ELLE, hia ^. 

EMBARCATION, çaidafia L*Ju*> 

EMBONPOINT, chh'am psA. 

EMBUSCADE, kmîn ^J. 

EMPECHER, mena ^. 
L 

EMPRISONNER, h'abs ^^ ; 

sejen L f?~**'- 
EMPRUNTER, 'ari ^Jf. 
ENCENS, ndang ^tai. 
ENCORE, zld Joj. 
ENCRE, ramra 'i£+~c. 
ENCRIER, douaia Âjj^. 
ÉNERGIQUE, ro«n ^a//v ^ 

ENFANT, ichch/r ^Jut, pi. ic/?^/- 

ENFER, jëhërmëma a^^. 
ENFIN, ouaro ete* j^ Ijj. 
ENIVRER (S'), sakarfL. 
ENNEMI, Wol^. 



ENRAGÉ, medhouch 



U"J 



*J^». 



ENSEIGNER, 'allem Je. 
ENSEMENCER, rrftm ,Oj 



ENSUITE, oua?-a rfaA cJ^ N Ij^ 
ENTENDUE, ,sw//m* **_. 
ENTERRER, defën j>*. 



ENTRAILLES, kerch J^/. 
ENTRE, bein ..**->. 
ENTRELACER, oro» ,.tJ. 
ENTRER, daA-Ac/ J^O. 
ENVOYÉ, mrvsTul ùj~f- 
ENVOYER, rsël J_ ; . 
ÉPAIS, thgîl JJÎ. 
ÉPAULE, wianAi/y ^O. 
ÉPERVIER, /«'data L»U. 
ÉPI, tetkoidlit, pi. tetkoul (du 

zéoaga). 
ÉPINE, c/ïôTIA- ^*Ci.. 
ÉPOUSE, mra î^. 
ÉPOUX, ra;«J Ja.;- 
ESCALE, mena L-f*. 
ESCARGOT, boujaran j]fi^ '■ 
ESCLAVE, r abd Juft. 
ESPÉRER, 17a Uj. 
ESPION, raggûç if^J\ chaou- 

ouàf 9i»&». 
ESPRIT, '«PeJ Jfc. 

EST, CÀéJVJ yi^S». 

ET, ou .. 

ETALON, /%*oi Jar*. 
ÉTANG, rf^rt/a' tau*. 
ÉTENDRE, ricW 



ÉTERNEL, a6o<feii ,,JjI 
BTERN1 i:\IENT. 'aïès JL*. 
ÉTINCELLE, menierjj*. 



M>lh> Ml; Il ll\^\M\ 



-"T 



il OILE, nejm +~< ; — filante, 
nejm eft'aih'a LaclUl - 
— polaire, nejm echchërg -%--' 

ÉTONNER - , tfakkar/uu. 
ÉTONNANT, 'o/fé w-r**. 
ETOURDI, owuowu lyyy 
l.lui RDIR, daououakh ^y. 
ËTOURDISSEMENT^ôtaal^O. 

ETRANGER, hnrnim j\y>. 

ÉTRANGLER, kheneg J:,ft, 
ÉTRIER, >W,7,a SX. 
ÉTROIT, rfÀete* 1 l^. 



I.M DIER, fe'ai 

l.l \. A-/»//// 

ÉVANGILE, 

l.\ E1LLEH 

ÉVITER, 

EXCEPTÉ, -C 

BX( i -il: a 
EXPÉDITION, - ^. 

EXPIRER, mdi £ 
EXPUQI i:k, fesser j-s. 
EXTR URE, «un »>•. 

i:\ I i: tORDIN URE, -/y/// 



l iCE, oujfi ^xj. 
PÂCHER (Se), fou *ù. 
FACILE, hein .h». 
FAIBLE, dha'lf^^f*». 
FAIM, dhomi'r j^^s ; j'ai faiin, 

rdni tt'âfi V-^. J||, 
PAIRE, oiiâfi — 1j. 
FAMILLE, 'otâJ J'-^; rnitfA 

FAM1N E, joua ' yj$>. 
I a M tôSIN, r/ll J^xj. 
i \ riGl E, felùra ïjtsj. 



l'ATli.i i:. /W/-„„ jljsj, 
FAUCILLE, reffin J->j (du 

dyolo fi ; hoftem >-i j> ,^-j (?) 
FAI V W,/",//, _ 
l aVORIS, 
FEMME, '" 
FENDRE, chegg oî 
FER, Va lié --•---. 
FERMER, /'/'-/ _ 
i I i;i;i RES 
FÊTE, 

FEl . 

M 



298 MISSION AU 

FEUILLE, ouarag ^_?m« 
FIÈVRE, h'ëmma ïç». 
FIGURE, oujh Ao^. 
FIL, silk oX-Lw; — à voile, 

tesilkit sj^-CLô'. 
FILLE, bent, ment C^f. 
FILS, ben ^y>\ ould J.. 
FIN, rgig ^jJj. 
FINIR, ouofa c -3j; l re p. ouo- 

fait sjl^~s «. 
FLÈCHES, nechchub ^LftJ. 
FLEUR, nouâra ïj\j. 
FLEUVE, bh'ûr j-*.. 
FLOCON, A-o^a L£ 
FLUTE, zaouzaia h jjj. 
FLUX, je mm >•;•. 
FOIE, fo»6<fa ÏJu£ 
FOIN, /ïachk/i' ^ré^, ©/rat 

FOND, ga*rj»9. 

FORCE, wd/j ^p. 
FORCER, seiiàf^j^. 
FORÊT, rWa&lt. 
FORGER, rfeoo W «X 
FORGERON, h'addùd *lj^. 
FORMER, Ma ÎJo. 
FORT (s.), .'/'/'/"/ i~e_?. 



SénégaI 

FORT;(adj.), mtin • 1 j~>; medjhed 

FOSSÉ, ICofra ïy^. 
FOSSOYEUR, liaffar ^Ux. 
FOU, /btierf Ju-jJ. 
FOUR, marjén .f*j+, pi. merâ- 

jën S=^y- 
FOURMI, nem/aZLp. 
FOURMILIÈRE, r*«r ennemel 

FOURNEAU, /feu ..,,». 
FOURREAU, rëmd^à. 
FRELON, fars /blis ^^ ^^. 
FRÉMIR, èrta'd <**sX 
FRÈRE, khou *±. 
FRET, Ara jjj£ 
FROID (zd}.) y bûrëdùjl>. 
FROID (s.), ftêrd ^. 
FROMAGER, sedderat ennsara 

FRONDE, saouat'a 1» — 
FRONT, jéMa i^. 
FRUIT, (Aamra i^. 
FUIR, /><r// w 
FUMEE, dokkûn .,Uj. 
FUMER, jroum >^. 
Il M1ER, roou/ MJ . 
Il SIL, medfa *-*--*. 



NOTES SI R Ll HASS \\.\ 



m 



(i VCHE (de serrure , 'ain /'■'//'■/ 

GAGE, /•////;? ..**, . . faon- 

a/sf. 
GAGNER, rfaA' j>y % r>leb wJc. 



L 



GAI, fèrh'ân .>L^^; mechrouh* 



\j j 



GAIN, faz4 w~£ 

GAINE, ///rott _•►?. 
GALE, /'■/•'•// y^, 

galette, av.s;v; iL^o. 

GALEl X, ajrab » »aJ. 

GALON, cArf*' e/ttftâi L-jj_£ 

GALOPER, jrû j:^. 
GAKDEK, khazzan .i'^à; ra'û 

GARDIEN, khazzan J\yà>. 
GARGOULETTE, bdch .±U 
GÂTÉ (Être), îeiif ^Jj. 
GÂTER, r>gerj~±. 
GAI CHE, lelmat'ia du / 
G \/i i.i.r, cfamî 
G \/<>i ILLER, tçaoufer jsyaj*. 
GAROTTÉ, mokattef +&. 



GÉMIS 
relie , 

GENDRE, Mt'6 _■ 
GÉNÉREI \. 
GÉNÉROSIT1 
— '. 

NSSE d'on an el demi, 

ajala LJLac*; il.- ni m 

; — (l'un 

nu , tanijjait du 

— «le trois ans, 
GENO! 

GENS, Mât jyli; Aei J« 
GÉB \Mi M, 
GERBE, ' 

GERBOISE, - ^ 

GÉRER, makel \ 

G l.l'.MIl, >i>if>'<it +* 
GERMER, 
GKSIKR, h'acou i 
GESTE, 
GIBERNE, h 
GIBET, ''/-,/. 



300 



GIRAFE, zarrâf^jj. 
GIROFLE, goronfël Jaj>5. 
GLACE, mrâia &£j»*. 
GLISSANT, zelleig wfiJj. 
GLANDE, kkorjân ^La.^. 
GLOIRE, chokor fit», 
GLOUSSEMENT, sàt ^lj. 
GLOUTON, mcgouet O^. 
GOMME, V/À- ^_tCL; — rouge, 

Calah' Ji. 
GOMMIER, irouar jl^i. 
GONATIER, amourai J$jy\ pi. 

amour , <./>!. 
GONFLEMENT, ne/îM ^. 

GONFLER (Se), ienfoukk ^jcj 

(3 e pers. aor. s. m.). 
GORGE, balickichc LLJ^j^ . 
GOSIER, masraCa Ïj=> 



MISSION Al" sKNKGAL 

GRAISSE, eMën rr *^; chh'am 



-j>. 



GOUDRON, qaCrûn JlJ*. 
GOULOT, ragba Li*. 
GOURDE. />Jïïc// jJ^j. 
GOURMAND, mbela «JU 
GOUT, *Vw<a I**i. 
GOUTER, d'aV ^jli, a. id'ouA' 



GOUVERNAIL, méi^oin Ju^, 
GRAIN ES, ichondhilen ^X-^^~>. ; 
— de melon, chirkàch t}Xj&»> 



c r 



GRAISSER, tedkan ^^. 

GRAND, kebïrjyS. 

GRAPPE, sora 1 $> >~>\ — de 

dattes, ternir j^. 
GRAPPIN, mërsaia i^y- 
GRAS, smin ^.r^— i pi. smân 

GRATTER, h'okk sjjCk. 
GRAVELLE, 'açarj^s. 
GRELE, tebrôûd ïjrJ. 
GRENOUILLE, jrân J\j*>. 
GRIFFE, bak/môûs /^j-srf. 
GRIFFER, k'omech JuJ>. 
GRIMPER, rassaf wr; . 
GRIOT, igioUy pi. igaoun (du 

dyolof géwel g a). 
CA\\<,chheb w^. 
GROGNER, rzëm > \ ^. 

GRONDER, lùm Si. 

s 

GROS, k/ichin .y^L^^r'lidk . >^is. 
GROSSIR, kehberjS. 
GUÉ, mekCa *kb. 
GUÉPARD, m mërjj. 
GUÊPE, bôû lennâna SU; o. 
GUÊPIER, tombtatl (?) fi 

GUÈRE, piil JJ*. 



(il ÊRIR, 'un \j>. 

6UÉR1S0N, ban Cf. 

61 Uii.it, ehark^iS^;reba 



NOTI 5 SUR I E BASS \M.\ 

61 i.i LE i \i*i.i . 
oinkhé a . 

61 INÉI 

nui 



H 



HABILLER S\ Ibis ^~_J. 

HABITER, iken ,£-. 

HAB1T1 DE, çan&'a '^^.^: ada 

HABIT1 ER S'J.erlA'flftwÂ^I. 
HACHE, /adûïwi >^ji. 
HACHER, tjCa «1-3. 
HA II'., iriba ^jj- 
HAINE, A o/7/ ?X 
H MU, jfcorA v\ 
HALEINE, nfei Lr »J. 
HAMEÇON, gehdhateUiout LaJ 

oit. 
HANCHE, oûrA J^.. 
HARICOTS, nt464 (du dyoloi : 

fttf6d 64), tulrlagen. 
HASARD, pou* '?), e/ 9011*. 
HÂTE, AV/ou/^tt àiÂ. 
HÂTER (Se), 'o/eJ J*°. 
Il\i lem toïJu. 

HAÏ i. 'â/i Al©; en —, *//oûo 



witf 



jJ! 



H'ENNÉ, 4'eiM ba>. 
HENNIR, k'anh 
HENNISSEMENT, th'ank'l 

HERBE, rebV «~ 

HÉRISSON, ganfoùi ùjl 

HÉRITER, tmariik w 

HÉRITIER, ouarrâtk **Jjj. 

HERMINE! I E, aurai ri _ 

HÉRON, r>odd 

Il II RE, fcL. 

HEUREI \ 

HEURTER, khbaf L..^. 

HIB01 , fotf/i/ «lu ilvnlof :A/ - 

gedj b 
HIER, iti/i 
HIPPOPOTAME, neber dad] 

/. 6er 6 I ; ch€ îles 1 II »a i eh : 
rmouii. 
HIRONDELLE, 
HIVER, » 
HIVERNAGE, 



302 MISSION AU 

HOMME : blanc, rejet elheidh 
^o-Jl J^sj ; beidhânï j -^-j ; 
— libre, iïorr j^; — noir, 
rejet akh'al; — rouge (poul), 
rejet alimar y?\ J-^-j. 

HONORER, karam *£. 

HONTE, h'ichma X*£»a> ; tichem 
J^=^ ; fadh i h*a ^y^3 ; fai re — , 
fadltah'' ^cj. 

HORS, berra jp; geddûm A^3. 

HOSPITALIER, dhaiiâf ^J^r*. 



SÉNÉGAL 

HOUE, aouajil. 

HOUSSE, jelâi elferes JS. 

HUILE, zît cuoj. 
HUIT, thmânia Â^Uj. 
HUITIÈME, tàâmûi ^»U. 
HUITRE, wA'ar. 
HUMEUR, Mfaf LU. 
HUMIDE, mebloul J_JL». 
HYÈNE, rffaéa' *^. 
HYPOCRITE, ftàfèk *jU. 



IBIS, adanai, pi. idanaten. 
ICI, Aoun ^. 
IDÉE, 'arf/êô w^^. 
IDIOT, mejnoun ^jJ*s^. 



IDOLE, canam 
IDOLÂTRE, majôûs ^js^. 
IGNORANT, ftAcAfm ~^©>. 
ILE, dakhla iLo. 
ILLUSTRE, V7Â-'/7 Jib. 
IMAGE, emcaouar } *~&>. 
IMPATIENT, moungataie 
IMPIE, kâfirjX. 
IMPORTANT, mohimm * 
IMPRIMER, natffc'adk.jfcâj. 



INCENDIE, /r^/^a Sju^. 
INCOMMODE, thg'il V^- 
INDIGO, own a shagaÇ 
INJURE, scbba L-. 
INJUSTE, ma hou mouseggem 

INDIQUER, mi't w*i. 
INDUSTRIEUX, ckàkël J?U. 
INFORMER, '„//,.,// JL. 
INONDATION, seul Jl_. 

INONDER, seul \ 

INQ1 li:il DE, tekhmâm 1*3. 
INSECTES, makhâllq et ardk 



N0TE8 -i i; 

INSIPIDE, rime? L*L. 
INSTANT, iëTa 

INSTR1 CTIP, iêta'aUem JLo. 
INSTRUMENT, '//a ill. 
INTELLIGENCE, 'a*\?/ JJU. 
INTELLIGENT, ma'â?*/ JiU. 
INTENTION, r""' .X-*i. 
INTERPRÈTE, amafcu JUI, pi. 

INTERROGATION, iaô«/ân 



INTERROGEA '_. 

INTR0D1 II: 
INV1TATI0 

INVI1 1., moudhaiiaf &. 
INVITEE ikaiief _. 
IRRITER - . fga y J 
ISOLER, farrad - 
ISLAMISME, r elisi 

IVOIRE, tenn el/ii J 
IVROGNE, vrrâb 









JADIS, mm <i<ik 2/15 v». 
JALOl SIE, fevra t^è. 

.1 AU M \. r'aunir \-~e-, pi. r'unm- 

rm. 
JAMAIS, ubaden ÎJo' ; feddounia 

UjJLs. 

JAMBE, Ara' p J. 

Cr 
JAPPEMENT, //'-vs eljeraou 

JARDINER, kht'.rf ^j±. 
JARDINIER, k'arrâth 
JARRE, gidra i»Ji. 
JA1 N1SSE, çfarjA**. 
JETER, erg ^__%j 






, pi. 



JEI Dl, aikkemU [ j*~Àl 

.1 El N E, çôm *~*o. 
JEUNE, /•/„•/,//, ^., : . 

chou h lu in .%L&. 



JEI NER, pâm ,L». 
JOIE, /arA'a la 

JOINDRE, gran j*-\ 

JOLI, 

.10NC, k'amra >^-. 

.lui E, fcAarfd Jud., pi. /,.'<• 

JOI ER, fe'tf w J. 

.KM G, " " 
JOI ISSANi i . 



304 



JOUR, n/w/jU. 

JOYEUX, fërtiân .j^v? ; bechâch 

i yo ■>««■■ . 
JUGE, /<V7Avm ^U. 
JUGEMENT, h'oukoum ,S^. 
JUGER, h'akam *— ^-^; qadha 

JUJUBIER SAUVAGE, ne% 



MISSION AU SENEGAL 

JUMEAU, toumi ^J, pi. toit- 

JUMENT, fresçjtf. 

JURER, h'alëf^J^. 

JUS, roubb ^jx. 

JUSQU'A CE QUE, ton J Jl. 

JUSTE, r âdël J^U 

JUSTICE, chri l a l^^t,. 



LÀ, ooA s_^\a. 
LABOURER, AVïrtA O^. 
LAC, tichilil (du zénaga). 
LACET, A/*ei/' k^. 



LÂCHER, sem?p 
M 



_ ir - 



khalla 



LACHE, roueikheç ( jc^.j\. 
LAID, chein ..y-*». 
LAIDEUR, chein ,.rr"- 
LAINE, çôûf ^?j~0. 
LAISSER, Irak cÇ. 
LAIT, lebên ,.^J; — aigre, râib 

v «ol.; — frais, /t'a! /h t J^ 

LALO (feuilles de baobab), lolo 

(du dyolof : lalo d/i). 
LAME, ençîl J*^. 



LAMPE, Vandïr fjXà. 

LANCE, mouzrâg ^j'jy. 

LANCER, zelëm Jj (Jfc). 

LANGUE, Uàn jU. 

LAPER, <?//,//•• *Jl. 

L 
LAPIN, k/tuuzz *à», pi. khzôUza 

LANGUISSANT, ma /<ou ;*'«*' 
c 

LARGE, 'ar/rf/i *J *. 
LARGEUR, W// jy>. 
LARMES, doumou' ç.*0. 
I. \ v , fëtran ,y% 
LASSER, /e/ter ^_?. 
i.w ER. /■*><•/ L* 
lavoir, mar'sel J-JU, 



LÉGER, khfeil _-—-• 
LÉGÈRED Ê, khaffa u£. 
LEGS, ...... 

LIN I, inhni y^». 

LÉOPARD, galanki. 

LÈPRE, 7'ocfâm f lJ*>. 

I # 
LEPREl \. mejdoum 'j--?^. 

LEQl EL, atoti _- ! . 

LESS1A E, r'ril J—&. 

I.l.l I RE. braoua i 

I.l.l l;i; E, wfrôûr >. £ 

LEVER, r/êd Juju; ttre — , 

ijuu'in r -3; se — , >/<//// >U. 

LEVRE, cAa/a ï~j — L ; chârêb 

LEZARD : DOID8 de diverses 
espèces de Lézards, .'/'///a (en 
dyolof : tindakh > ; a*< tou {en 
dyolof : mbâk m< ; rgiadh(eu 
dyolof : y//-' b& ; tabak eo 
dyolof : faé m 

LIASSE, Kèzma L^a.. 

LIBÉRAL, trtm •fi'. 

LIBÉRATION, 'aifc'orf JJfe. 

LIBERTIN, /'/v-7 oL-U; M 

tflf , -Cw. 

LIBERTINAGE, kofor yS. 
LICITE, lâtxjjLx, 
LIÈGE, i/ennafi (ubt?). 



'.n[| l|; LE il \ 

LIER, 
LIIA l:i 
LIGNE, M 

dûilounk. 
LIMA' ON 

LIMPIDE, p/l t*. 
LIMPIDITÉ, 
LION, rfa 



l.ii; l.. 7/ / 

Ll S E RO - 

LIT, frâeh L 

Ll 1 1ERE de femme , araçi n. 

LIVRE, Jkfâe w~" 

1J»I.\, A- fd Ju«J. 

LONG, foull _ 

LONG! Il R, foi 

L< IRSQ1 E, m< .-■». 

Loi i m , ■/ ...-/ '-- 

LOUER (eo location 

LOUGAN, h'artka L^a., 

LOI l\ patôû*. 

LOI lil), tkgti 

LUI, aou •*. 

Ll M 1ÈRE, dA 

LUMINEUX, ■ ■ • 

Ll \ L. ///, 

II I I I ., h 

Ll Nil; 

Ll NDI, ktkmn ^JH 



306 



MISSION AU SÉNÉGAL 



LUTH, ledlnïb (du zénaga; en 
dyolof : kkelem). 



LUXURE, chahoua s-^i. 



M 



MÂCHER, ter'zaz yjJ. 
MÂCHOIRE, /tank ^G^, pi. 

tionôuk jjy^. 
MAÇON, neynwi s _^Lj. 
MADRIER, khachbaia I- : .». d> . 
MAGASIN, makhzen .iV^. 
MAGIE, sitïèr j^~>. 
MAHOMÉTAN, meslim JL*. 
MAIGRE, nogd'ân .^^-ij. 
MAIGREUR, nagad' j*L>. 
MAILLE, dlialaa ïsjï. 
MAIN, ied -^; la main, leid «xJî. 
MAINTENANT, d'arouak' 13 

MAÏS, meka (du dyolof: makandé 
mal Cf. soninkhé : 77iaka 7ni). 

MAIS, mr'e?* ^è U 

MAISON, dâ> jb, pi. diâr jLo. 

MAITRE, wou/ei J.^; — d'é- 
cole, mrâbêV bL*. 

MAL, r'ir hÂ. 

MALADE, mr?rf/i J*if* 

MALE, d'akar/i. 

MALADIE, ou/a* «^j. 



MALÉDICTION, fo'tui LjJ. 
MALHEUREUX, mouçâb y U. 

MALHONNÊTE (grossier), ma 



Aow aaV> 



j] «.> s. 



MALPROPRE, mouessakh ±-y. 
MALPROPRETÉ, ousaA/* i~j. 
MANGER, *aJ X 
MANIEMENT, àlij Je. 

MANIER : j'ai manié, rV)// 

MANQUER, kkVâ LLâ (être 

absent), r'ôift » »lê. 

If ARABOUT, mrâbèf JLjL*. 
MARAIS, dliaia la^so. 
MARCHAND, rarruf w? ^. 
MARCHE, AÔaÀ-' ^__-j— . 
MARCHANDISE, h'ai >^^?). 
MARCHER, mdfcâ ^^. 
MARCHEUR, mâcÀî ^.U 
MARDI, thlatha Ïj±j. 
MARE, ,7.7/(7 îdLi. 
MARÉCAGE, tamourt (du /«■- 

na^a). 
MARI, raje/ Jo>%, 



M \lill R 56 . | gjj. 

MARIGOT, /./ ; 

MARQ1 LU, n^of 1*-». 

MARTEAI . ui'i'tmnn \~^. 

MARTYRS, ekkôôd ^i. 

MASS \< . I., marnis ^S. 
M tSSER, iii>ir,as #■#%*. 

MASSI l ■" ' ■ ■■■" / - '■ ' 
M \ I, rJhxa ïy-fi. 
MATELAS, //wrA ^1^. 
MATIN, çbôk' J~o. 

MATRICE, rpfi\m ^j. 

MAI DIT, mokkzi ^yâs*. 

MAI RE t beidhâni -•^__-; '/*/■/// 
~, — •• • 

MAI VAIS, mu hou ma'ioum L* 

MAXIME, A*olma t*Sk. 
MÉCHANCETÉ, chein 
MÉCHANT, ak'râm 
MÈCHE, enziz ^~~j. 

MÉDECIN, t'ebih _ m \ 
MÉDISANT, garrâdk j 
MÉFIANCE, wmk'rû 
MEILLE1 R, kheir ^ 
MÉLANGE, khaiUV kiâ.. 
MÊLER, khmlaV Uk. 
MELON, // /'/-■ _Jl». 



NOTIfl 101 IK 1A&SAMJ 

MI.MI;l:\\|. nU 



W\ 






MÊME 
MÉMOIRE U 

h. *~s. 

MENACER, kêdd -^. 
MENDIANT, fillmt 

\n:\ ii.i i;. 

M EN I III ~ju. 

Ml :\ ni;. ïecTet _ j£ 
MENTON, fc'sosl 
MÉPRISER, Va^ 
MKK, //,/^//WAW,,,^_C , 
MERCI, ikaiktkei kà 

•ïSjâ soutient Allah . 
MERCREDI, i erèû «_>,¥. 
MERCURE, 



MÈRE, oumm 

MERVEILL1 - _ >U». 

MES1 RI . m . ic/JX. 
MES1 RER, . 

MÉTIER, '' ; < aA&uJ 

Mil II! T. "/<;•>; 

MIEL, / J*o*. 
MIL, j 

\hiiin de • 1 1 \ fracs t»[ 

il«- mil 

I i - }M-tit mil .mi 



308 



MISSKO AD SÉNÉGAL 



dyolof : din dà, chez les So- 
ninkhé : niarikali ni; en 
kéguem : tin ha). 

Petit mil noir, bichna Lj-io (en 
dyolof : dougoup dà dénioul 
rfâ; en soninkhé : sogé ou ; en 
kéguem : pad ka). 

Petit mil avec barbe, moutri 
^c>^y (en dyolof : sanu sa). 

Mil des Sérères : ledkhan ,.«IâjJ 
(en dyolof : bosi bà ; en so- 
ninkhé : gadinba ; en kéguem : 
basi ka). 

Gros mil rouge, takliallid jJLs^ 
(en dyolof : ndakhnat da ; en 
soninkhé : sévili ni: en ké- 
guem : basi ka). 

Gros mil blanc, tetkoullit si, Jx^j 
(du dyolof : sakoullé da ; en 
soninkhé : sambarouki ni ; en 
kéguem : sukoulé fana). 

MILLE, elf^V 

MILIEU, ousC k-.. 

MINCE, rgig^jj. 

MINE, maden .jJ**. 

MINISTRE, morâkëp s, 

MIROIR, wrôta fc!^. 

MODÈLE, cAtôÀé tfcÀ. 

MOELLE, moM i*. 

c 



ri 



y- 



MOI, ana lit. 
MOINS, a#e/ Jil. 
MOIS, chhar j^L,. 
MOISI, ifAAa//a Si». 
MOISIR, A-AaWa SU. 
MOISISSURE, Ma/* *k>. 
MOISSON, gt'Va Zxkj. 
MOISSONNER, 0*V *J=J. 
MOITIE, rwç ^-*J. 
MOMENT : dans un —, fis 

souaia 1 Ixj *~Jt i. 
MONDE, dénia Lo. 
MONTAGNE, jebel J-a. 
MONTRE, rgep w^,. 
MOQUER (Se), cheiien ,.,-ft.. 
MORDRE, •arf* jft*. 
MORT, moût Oy. 
MORTIER, roaÀVai ;,**. 
MOSQUÉE, mçallâ. L*>. 
MOT, fe/ma 4-\ 
MOTIF, gardha Ltoȏ. 

MOU, fetin .J. 

>- 

MOUCHES, (femftâsi .« 
MOUCBOIR, sefcita Lu~. 
MOUDRE : je mouds, ndoug 

MOUILLÉ, mefttôûl JjL». 
Mi »l 8SE éeume), rarov 
MOUSSELINE, ckâch ^ili. 



NOTES SUR LE llv>MM\ 



M I 



Mol -I \CHi;, chârëb _ 
Moi S Mol E, nâmbHua *—. 

tarjourjfint (do /• ID - 

Moi TON, /.-/„■/* .iJ. 
Moi VEMBNT, tCarka ifj* 

Moi vont (Se), h'arrel _ 






& 



M i ET, 1 1 

Ml I .Ixj. 

Ml LET, Wèi Jfc. 

\ll R I L. 

Ml i:\li.i ! 

Ml - jX~». 

Ml sien Ll*. 



N 



NACRE, porfé/'.Ju*. 

NAGER, 'aôuwi >^. 
F 

NAGKl'K, 'douou'im J*&. 
NAIN, 6ou cTertotia i«i tô »j. 
NAISSANCE, outtâ&i b^. 
NAITRE, Mity wik. 
NATTE, h* agira S ^ . a . . 
NAl FRAGE, r',v 7 ^è. 
NÉGATION eAA'ad j«A. 
NÉGLIGENCE, ta/Wl v^»fJ 



NÉGLIGENT, r'a/r«i 3 
NÉGOCE, çarf SmJtJ *. 
NÉGOCIANT, çarrâf^jflj-, 

NE... PAS. ma U 
NÉANMOINS, ùïrVr^ib. 
NERF, '<»•///> _-~^s. 
NETTOYER, wuaA' ^-#, 
NE1 I nouveau 9 jdid JjJ^ 



NE1 l Dombre), ^sa'a ï*-j •'. 

NE1 VIÈME, îâii *-L>. 

n \./.. khen i fer ^^. 

NID, l icheh 

NIER .- je nie, neiifor ,X~->. 

NOBLE, 'ar6l j^; l'en -^; 

eA \j kj ~~. 

NOCE, '// 

N( El I' ~- — ^ ; r>>u f >t'<i 

JJBJ 

NOIR, aM'ai Ja/l, 
NOM, i * m *J. 
NOMBRE, 'adad : 
NOMBRIL, ten ■'* Û-. 
NON, araA 1 . 
NORD, teti Jj, 
NOl RRICI . i • 

NOl RRIR, 



310 



MISSION AU SÉNÉGAL 



NOURRITURE, 'ïckaïl 
NOUS, nah'na^. 
NOUVEAU, jdîdiJïA. 
NOUVELLES, a/chbâr ; UJ. 
NOYAU, 'alef^Js. 
NOYER (s.), zôûz jjj. 
NU, l ariân ^L> »s. 
NUAGE, sh'âb ^>\s~. 



NUBILE, lâh'ëï ^jaM. 
NUIRE, dharr ys>. 
NUISIBLE, iakhlef w ^- 
NUIT, un JJ. 
NUL, ftôfti JiU 
NUMÉRATION, e/^arf JJb. 
NUQUE, g^/a Lw. 



OBÉIR, «vra cli». 
OBÉISSANCE, tbaat sJ^ot-3. 
OBJECTION, eltigâou lfc)l. 
OBLIGATOIRE, oua/ë£ w^^. 
OBLIGER (forcer), fezzewi >j3. 
OBSCUR, d/w/ëm JLt. 
OBSCURITÉ, dhalma iJJb. 
OBTENIR : j'ai obtenu, fpoél 



OBTENTION, /?W J~ûa. 
OCCUPATION, c/mr'/a ïUi. 
OCCUPÉ, lehi j$. 
OCCUPER (S'), lehi ^.-^ '■> «•- 

chak'k'al jiJLA. 
ODEUR, W/i'a L^.j. 
OEIL, 'aiii ^-c. 
OEILLET, gronfël Jjy. 



ŒUF, beidha Â*a».i. 
OEUVRE, cAar7a iUi. 
OFFENSÉ (Être), Aân ^U. 
OFFENSE, tAâna SîUt. 
OFFRIR, ^rf^m ,ji. 
OGRE, r'ôïï/ Jjè. 
OIGNON, Aça/ J^a. 
OINDRE, erf^en .^t. 
OISEAU, fttr J*. 
OISIF, niahou mechrôul ^y L» 

OMBRE, «Mo// JJb. 



r 



•- 



OMOPLATE, tottr^ril 
ONGLE: maternel, Mô/Jl 

paternel, r amm *c, 

ONGLE, dhefarjJb. 
OPHTALMIE, /v»i,v/ j*.. 



(?) 



OPINIATRE, chah* K an 
OPINIÂTRETÉ, efUCan c ,.n-~. 
OPPRESSE1 R, dhâlém Jlt. 

OPPRESSION, dhoim Jk 
OPPRIMÉ, madklôûm ,JJa-». 
OR, cT«Aeé v - 

» H! V.K, naou j-i. 
ORDONNER, ehaûûrjjl^. 
OREILLE, oucTen ^il. 
OREILLER, ousâda ôL-j. 
ORGUEIL, ichêJU. 
ORGUEILLEUX, rVtiôrjU. 
ORIGINE, a?*4 J-J, 
ORNEMENT, setu ^vj. 
ORNER, lÀ'a^fc/ jL*. 
ORPHELIN, (.//m -», 
OS, 'adkam Ja_c 
OSSELETS, '//•'"«?•' pj^d. 
OTER, p/a* JLi. 



M l: IK BASSANI 
01 

OU, ■" 






01 BLII R 

< M EST, m _•**>•. 

OUI, ih 

OURDI, - — *• 

01 RD1R, mû ^-J, 

OURLET, ,/râlfl 

01 TARDE, k'abSra tjL*. 

ou riLS, •'' 

01 rRAGE, '<"/> ». 

01 i RE . grande — p"<ir l'eau, 

ptffa jj *j ; petite — pour le 

lait, ekkôûr ij5i; petite — 
pour la ^i okkû ^-^. 

OUVERTURE, trop _ 

OUVRIER, ■ ■--■ 

OUVRIR, hckah? Ju 



PAGNE : en pièces, afroual 
j*jÀ', — sur les épaul 
lemtâg . juJi; — autour du 
corps, h'aouli ^y*>* 

PAIEMENT, khlâç fJS*.. 

PAILLE, reH'a 



L - '■ 



PAIN, ketra y ...-, pi. 

PAITRE Pain . 

PAIX, kheirjÀ. 
PALAIS, />'<//'•' Ja 



312 MISSION AU 

PALÉTUVIEK, saouab rasou 

PALISSADE, ebsakai sJ^-C~-jÎ 

(du dyolof : sakhet oà). 
PALMIER, nakhla ïLsc. 
PANIER, ibembi -*A 
PANTALON, f«rouâ/ Jjjj— 
PANTHÈRE, nè'mèrj^. 
PAPIER, kâr'et Jtêlf. 
PAPILLON, /yow fourVata j-> 

PAQUET, *o?Ta y-. 
PARADIS, ^enna L^. 
PARALYSIE, ^/'J^-. 
PARASOL, dhellflla i)^Li. 
PARC, emràK ^f- 
PARCE QUE, 'an ^. 
PARDONNER. *a/> 7 Ifc; r'a/ar 

.• • 
PARESSEUX, 'ajiZj~aP. 

PARFUM, bekliôàrj^.. 

PARLER, tkellem JLO. 

PARMI, mefi ./. 

PAROLE, Â7//"m M<. 

PART, .70777/ *,§. 

PARTOUT, /"//.■m/// djihajf ^ 

PASSER, marry. 
PASTIQUE, *!tir »^b. 



SÉNÉGAL 

PATIENCE, çboTjye. 

PAUME, keff^ï. 

PAUPIÈRE, fa?-/W 'au ^jjj-k 

c - . 

PAYER, khalar , ^k. 

PAYS. 6/edjJk 

PEAU, ji/rf jJk. 

PÉCHEUR, h'aouowU o|^. 

PÉCHEUR, cfennâft ^Ji. 

PEINE, lefgaia' hJuAL 

PÉLICAN, ndiogop (du dyolof : 
ndagabâr mû). 

PENSER, fakharf*. 

PERDRIX, aekkorjd.] (du zé- 
naga : askour). 

PÈRE, oaoa bb; 6011 o. 

PERRUCHE, rttfoua (du dyolof: 
nioy U'i). Il s'agit de la petite 
perruche appelée youyou ; on 
lui donne aussi en h'assania 
le nom de bei'al bouha fi" zze in 

^y [ j i»h -^-?< elle a 

vendu son père pour des pa- 
rures, à cuise de la Légende 
suivante : cet oiseau était une 
jeune tille laide qui \endit 
>'>n père à des marchanda 
d esclaves pour des parures. 
Elle Tu! maudite par Patina, 



Mtlt H 

RI le tû de *Ali qui appela 

elle la colère de Dieu : aussi 
il elle fui métamorphoÉ 

•■H perruche. 
PI aROQl ET, iaoukh * ■ 
PERSONNE - . aragaj du ber 

bère : 
PESTE, ou ib 
PETIT, çr*\r ,,*-- 
PEU, gtit I 

PE1 r-ÈTRE, iemkin Xj. 
PHALANGE, filik ^îXJs 
PIED, rjel U». 
PIERRE, fiàjara ^- s> . — à 

fusil, timich (du i). 

PIÉTÉ, /'/'// A/foA iÛI ïc'Jo. 
PIGEON, //'///'//// *W» 
PILER, <%$ _.:. 
PILLAGE, fatA'a ïsnJ». 
PILON, mdegg _--- 
PIMENT, a'êr 

PINTADE, À'afoAa SA..*» 
PIPE, fôùba hjL. 
PIROGUE, Kaodh »-a 

dafCa jowj^e. 
PISTACHE, gerté (du dyolol 

oeWd g A). 
l'IS rOLET, kâhôl >o . 

PIVERT, 'Isa Ljx, 
PLAINDRE Se . c^a^> & 






Ll HASSAMt 

PLAI 

PLANCHE, 
PLEIN I 
PLI I 

PLEI RI H 
PLE1 VOIR, 
PLOMB 

ch 
PLI II: m M 
PLUME ri h -.■ 
PLl - 

: 

PLUSIEl 15- 

PLI rOT '' 

POIG wiili. itjbrin 

POIGNET, 

POIL, eha'r jlj 

POING 

POINT (du 

POINTU; mh'added ~-^. 

7OTI *~ 
POISS ' « ' 
POITRINE 
POIX, : I -1 
POLTRON, I 
PON r --H terre 
PORC, Mai 
PORCÉPK 

POR1 vm Bien 



MISSION Al SÉNÉGAL 
>L>, pi. bibân 



314 

PORTE, bâb 

PORTER, /-M A»,. 

POT, 7^/a âjji; petit — . 0(/etrfl 

POTIER, 'addalet legdour ï)\±c 

POUCK. ibhâm hjS. 
POUDRE, barôûd 3.1». 
POULAIN, mokor y..?. 
POULE, fer^Jûs ^jJ 



pl 



ferakis 



<\ 



U~r 



v-? 



POULICHE. moA™ ^. 



POUMON, rata 'L> 



;• 



POUR QUE. bach Ji ^b. 
POURQUOI, a .,//■// ^A^l ^- 

ellach ij*» ■ 
POURS1 IVRE, tba* *-ï. 
POURTANT, iâr'er ^b. 
POUSSER, dekmerjtSï. 
POUSSIF, ikhoIJiat (du dyolof : 

A////,-//). 
POUTRE, sdfe/ _-\-- 
POUVOIR, grftr ,Ji. 
PREMIER, aouet Jjt. 
PRENDRE, 7 ,/W/> L ^ î 5. 
PRÈS, g» //' w • »-. 
PRÉSENT Être), Kadher j**s±. 
PRÊT, .nv/// JL. 



PRET El'., se/fe/" 

PRÊTRE CHRÉTIEN, rohbân 

(pl.) ^L»j. 
PRIER, (oue/ J^-: «lire des 

pri«*r •■- . çallx J-»*. 
PRINTEMPS, reW mi. 
PRISON, //a/y.ç ^^^. 
PRIVILÈGE, 'amed x*z. 
PRIX, îhemen .**>; sôùg ^_jj-~- 
PRODIGUE, mnfalles ^pi-f^ : 

PROFOND, r'wyty ^JjU. 

PROMENER (Se), efçoAft cr ^ ; 

PROMPT, 'a/7âfi .&«» 

PROPHÈTE, nebî ^J. 

PROPRE. ^ v ?' ^âJ. 

PROPRIETE, se tourne par : 
cYst à moi, />/' A3; c'est à 
l«»i, //'//-/,• SJLSl si à lui. 

tt/oti ô\J ; c'est ;< elle, lilht 
c'est à nous, /t/na Ljjj c'est a 
vous, lilkoum »^xJJ ; c'esl à 

eux, tithoum *---. 

I v 

PROSTERNER - • / J«~. 
PROSTITUÉE, khaçâma *>L*à>. 
PROTÉGER, noçr^eJ. 
PRot VER, iïak'VaV _---• 
PRO\ ISION, 'aotiiti v ~. 
PRUDENT, k'âni ->U>; efl 



NOTES SI l: I E Il \ 

PRUNELLE, erouagij PUITS, h'açi ^^ 

IM CE, foutch (du dyolol PI ilS 

ou ' i • ea Boninkhé : /'• ou PI mu. 






PUISSANT, cA'M' 









QORAN, Porôn V/. 

Ql WD. lemm U 

QU IRAN l'K, aroa'Iti , * 

QUART, ;•"//// »j ,. 

Ql \ rORZB, arba'iach fJLc ^m 1 . 

Ql \TUK, ,/>•////' «j , ! . 

ol ATRIÈME, root' «-A. 
L ■ - 

Ql ATRE- VINGT, fAemanin 

-M 
QUATRE-VINGT-DIX, Im'Iii 






Ql ELQU E, cAî in> ,,i,i, >ii ca 



Ql i.l.nl EPI US, 

LQI 'i H, 
Ql LUI. U.K. 
ni BKELL1 l:. 
QUERELLEI II m • 

Ql Kl E, fi i wJi. 
Ql l, min 
Ql INZE, akkm 
Ql ITTANCE, 









R 



K ACE (maternelle , fakkaiï 
àx; : paternelle , »«i 

RACHETER, fdâ ' 



i 
— 

i; \o>.\ i i u. 
R \i»i:\i . n foi 



316 

RAGE, dahcha Lï~zï. 
RAME, sgem *i-. 
RAMENER, ouellâ J,j. 
RANÇON, ddà b». 
RAPIDE, iLJêt J^lft. 
R APPORTER, ouellâ _L. 
RARE, gleil JJL a . 
RASOIR, wiôtw , r y. 
RASSEMBLER, /ma' *-?*. 
RAT, far ,lâ. 
RATE, faïfc'a fcs&i>. 
RATON, mnundrirh ^:; ; 
RAVAGER, te/té/ _4-- ; . 
RAZZIA, saga î-jL-. 
RÉCEPTION, ^Â^///w ïju 
RECEVOIR. gbêtS? 
RÉCOLTE, f«**W Liai'. 
RÉCOMPENSE, keria h S- 
RÉCOMPENSER, Wâ Ik*. 
RECONNAITRE, 'aref^f. 
RÉFLEXION, tekhmâm *U«j 
REFUSER _--,-i-. ; !->• p. 

REFUS, amsegri __~ 



MISSION Al" SÉNÉGAL 

REMÈDE, doua pLx 
REMERCIER, ft'amrf J^. 
REMPLIR, ma SUj zekkerjïj. 

RENCONTRER, lega liJ; Ire p . 

RENDRE, rerfd 3.. 



RI (i \Rl)ER, JfcAarra* --,-<. 

REGRETTER, nrftm »Jj. 

I 

RÉGULIER, 'âdéi J: 
REINS, I ■/'":/"»/.'/ du / ioaga] 
RÉJOUIR s».), /W,' ^5, 



RENVOYER. sô r oL. 
REPENTIR (Se), tâ6 ^t 
RÉPONDRE, ;âou/i s-^U. 
REPOS. râh % a ïsJj. 
REPOSER Se), rah % J>. 
R E P R E S E N T A N T. m ouokkel 

REPTILE, Kancha lr..: ^, pi. 
h'onôûch 



REQUIN, neroua LJ (du zéna- 

: neroua, crocodile). 
RESPIRATION, nefs ^s 
RESPIRER, nefs Lr fî. 
RESTER, . xi. 

RESTITUER, redd ^. 
RESTITUTION, mrédd :. 
RETOURNER, gelleb _l a . 
RÊVE, h'rlrm JL. 
RÉVEIL, ir'dha tkij 
REVENIR, rja* *a 
REVERS de La maia), dkkar el 

ied jJI .. 
RHUME, riâ*H 



MHl 



RHINOCEROS, kerkadan 



RICHE, >'<///' 



J £. 



RIDE. //.///'-rA ^>. 
u 

aiDICI LE, modhh'ak j£*r 
RIRE, rfAaA'A .ikr* 
RIVAGE, rc/M Ja.L. 
Ill/, rwaro do Boniokhé : mai o 
ni ; cf. «mi kégaem : malo fana . 
ROCHER, h'ajara jLs*% 
R( )l, tolt'àn .\^aL^. 
ROMAINE Balance .mfzân^ 
Hu.M), mkèrkeb ^f-. 
RONIER, nakhla Lldr* 



Ll HASSARIA 

ROSI M 
ROSÉE, 

KOI COI i 

ROI U 

i;i il GEOL1 



ROI H.l.l. Iju*. 

Kl CHE, hich ' 

RI G1SSEMEN I 

RI SE - tJâ . 



SABLE, irâb ^Jji. 
SABRE, sei _--— . 
S iC, s^i6a i^j. 

S US1E, '/"//» .^. . 

SAISON, lemân .,'*-•',. 

S \ LE, moueu M ±~y. 

Z 
SALER, meUah" JU*. 

L 
SALINE, tebkha .ocw. 

SA l.l H . '/■ i ntfj -j-. 
SALI Y E, movjâma l* - 
SALI ER, re//em J 
SALI l , telâm ^L 

- \\l 1.1)1, .sr/// ^_. 



- \\«,, dem *ï 

SANGLAIS P, iàmi .■ 

SANGLÉ bouilli* 

SANGLJ ER, ajemmoi 

SANGLOT, b< 

SANGSl i:. balk'i .- 

SANS, 6fa S*. 

S \ M . ' 

SAI ni;. _- 

5AI l ERSLL1 . 

SAUVAGE, La * 

SAVANT, 

SAVOIR, 



318 



MISSION Al 



SAVON, cabuun .>*j^. 

\K\BEE, khanfôûï ...i_~_^,. 
pi. kkenafts ~~3~o^. 
SCIE, mejrad «V^. 
SEC, iâbis ~oL>. 
SECHERESSE, k'ash'a io.L-9. 

SECOND, (Aônî JU. 

o 

SECOUER, iw/adh >^jl ; . 
SEINE (filet), ehibka &u£», pi. 

chebaik ^Xj»L-i. 
SEIZE, settach ~-z 
SEL, wte/A* JU. 

SELLE, se/:- ; r~>. 
SELLIER, S''/7v: ^ ' ,.- 
SEMAINE, jôôtt' g 
SEMBLABLE, çâh'ab 
SENTIR, ehemm ^. 
SEPT, teba 



pl. 



SEPTIÈME, sôAt' »jL.. 
SÉRIEUX, mouhàb ^jL+t. 
SEKMI.N r, iemin >r *j 
SERPLNT, A'«i Ajlj 

honouch àj*^. 
SERRl HE, <//(,/ J^ls, pl. ,/,,/„/ 

SEI LEMENT, ouah'dou *Jo>.. 

SI \ E, ma • ,.^_ . • 

SI, ilâ V . 

SU I \( I . j X.. 



SÉNÉGAL 

SILO, aôûlig ezzera ç, . J - . 

SIMPLE, h'amok 1 ^>^. 

SINGE, famma du souinkhé : 

founé ou ? : t'aflat elkhala 

i-il o^fi : petit —, Memû 

— ?- ■ cynocéphale, aboukir^ 

cf. boukir, sauter. 

SINON, i/fa ^ M . 
SIROP, h'ataoua ^cj&>. 

SIX. - — . 

SIXIÈME, lôfû j-^L. 
SÛ< 1ETE. juta a j-x^. 
SOEUR, oAAi ^^-âJ. 
S» UE, h'artr »j ^. 
S» ME Avoir). f nfVcA L At*. 
SOIR, f flc/^ Li*. 
SOIXANTE, settiii ..-s-. 

SOIXANTE-DIX. i >r « — 

-w •• • 

SOLDAT, r :: JjÀ. 

SOLEIL, tenu — ^. 
S( ILIDE, mtm .^. 
SOLITAIRE, ouah'dou i-^.. 
SOMMEIL, riA' _• ,. 
SORCIER, 

Calât oSS-. 
SORTIR, marag ^ï 
SOUFFLER, rt/M 
SOI FFLET co 
SOI l-TKIIi. ---.. 

SOI PRE, -■ • j 



MM. 

-ni LIER, w i 1/ J-«i. 

SOUPIR, we/j j-i 

-ol RCIL, A'ô/eA _-_-_-. p|, 

h'aouâjeb .■- 

Mil RD, aCrm , -1 J . 
-m RIRE. $bar , — 
-<il 5, iah ' ^ 
SOI \ l.\ll; 
SOUVENT, (Terouok d' 

SPIR1TI EL, •'- 






-i «.'.,1.1 i; 

-i «II: 

SI I», giè ' 

-l l.l; 

-l il i; 

-I I III: 

-I IVRI 

S1 PÉR1EI i,. 

-I ITI.II.I! ouojû 

-l RDI I I 

SYPHILIS, /, 



T tBAC, aobi rlu cénaga . 
rABATIÈRE, ballal ^-^. 

TACH Y. kh i — 

TALON, gdem , 

! 

TAMARINIER, aganai du 

oag 
TANDIS Ql E, mbeina mu . 
I W l E paternelle . 'amma 

— (maternelle , khala ULs x 
l'.\.\ rOT, gboi J ..--». 
rARD, éf'â Ikj 
I \l REAI . th&rjy, pi ///• 

TEINDRE. 



I I.IMI KL. 
I EL, flân "j>. 
TÉMÉRAIRE, rji 

i i:\in: , 

\ILLK, koultû 
1 II., khaima L» 

I BRME, 
.MIM.l; 

rERRASSl L-, 

riERS, fÀl/efA ^ 

riGi 
riMiDi 






320 mssio» AU 

TIRER, entor fJ. 

TISON, ckhab ^X^. 

TISSERAND, nezzâz ~U. 

TOI, enta J^Ji. 

TOILE, aferoual (du zénaga) 

— grossière, bmd ^~\ 
TOIT, tkersï « — ,£l. 
TOMBEAU, qbar j--s, pi. k'bôûr 

in*' 

TOMBER, talC _ll. 
TONDUE, temr'aç ja**ï. 
TONNERRE, raV J^. 
TORNADE, jamra jj^. 
TORTU, 7(/ ( i//i *»J. 

TORTUE, fakrôûn ^jSjf t pi 

fkàrin ^-j iC-3 (du berbère 

ifker). 

TOUFFU, mouzmia l~*\*>. 

■ s^ 

TOUJOURS, koull iôûm «j JT 

TOURTERELLE, Namàma ïA^. 
TOIT, Aon// Jf; faï//n7 JJT 
TRACE. at/wr J*. 



TRADUCTION. r >7>,/ra S 



TRADUIRE. a66ar -c. 
TRAHIR, /.-W-/' pj^L. 
TRAITANT, fâ/er ja.IV, pi. tijjâr 

,u-. 

TRAITE, A/V 



> _ 



^_5^J. 



V 



SÉNÉGAL 

TRAITRE, khaououân 
TRANSPORT, / emjiba w^U. 
TRAVERSER, £«V *kj. 
TREIZE, thlâtochj 

TREMBLEMENT (de terre , tzel- 
zcIq __ j e fièvre), rejfa 

TREMBLER, rjef ^jpj. 
TREMPE, cherab elh'adid ^jL 

TRENTE, thlâtkïn .Jt 

TRÈS, h'atta ^. 
TRESSE, de ff ^_jP. 
TRIBUNAL, mejtes jjJac*. 
TRIBUTAIRE, azenaga LiUj! 

TRISTE, h'azin .^ ^. 
TRISTESSE, ah'zin ^y±. 
TROIS, fÀ/âtAa tfS*. 
TROISIÈME. fAâ/ttf _. 
TROMPER, fajarjs*. 
TROMPEUR, fejjârj^s. 
TROP, fcfAir JL?. 
TROQUE, Me/ J.X*. 
TROTTER, k'arrek **&*>. 
TROUBLÉ, mkha : | *a-*è 
TROUPEAU, r'nem •». 

raouvEi _ L». 

TUER, kUet Jis; cP*aA' ^--:. 
TURBAN, rùbtâ 



Mllh M I. IK H \- \M V 



321 



U 



l LCÈRE, y pi i" 

l \, ouâh'ed :^\.\ — une fois, 

marra ouatCda Ujo^ *y. 
I N1Q1 E, ouahfdou ?--^. 



I MU. j nui 
USAG1 
i SEH 

l III I l > 



VACHE, bagra ïJb, 
VAGABOND. raMôé ^KV 

\ tGUE, m" ni ^ *>, 

j c ^ 

VAILLANT, ehejû a pU-~ 

VAINCRE, r'A'/y ^Jé. 

VAISSEA1 , y/r</„/, ^ s y. 
VALEUR, k'ima Ï+J. 
VALLÉE, ar'oufat Jfê. 
VAUT01 R, ;iwr ; _., pi. fuôûr 

S' 

S EAU, 'a/M 4 J-»*, pl« '",/""' 

VEILLER Bar , 'a*j -c, l r p 

'nsseif >j^ . . ... t. ; — passer la 

QUÎt), S'iltnr ,^-. 

VEINE, <v</ ^_- >— , pi. 
VENDRE, a4cfe/Jj*; tu 



(DREDI, j<mtm 

,i R - 
\ ENGEI l;. M _- À 

IN, m 

\ EN1R 
VENT, 

VENTE, 6ia -* 

\ I.MIll . 

VER : ; — luisant, ■ 

h- al ^~j s. 

\ BRID1Q1 B,moi ,^«r' 

\ I . ! | I 

\ lin; i pi. toi 

\ ERR01 BRIE, I 

■ 

\ i ii r 
VERT! EUX, 



322 

VEUVE (femme libre sâibaï*i 
VIANDE, Itiam +-^. 
VICTOIRE, kasra 9~J. 
VICTORIEUX, mançôûr , ~*^ 
VIDE, *Aâ/« J,U. 
VIE, ^'a(â iLx. 
VIERGE, l oz6a ^. 
VIEUX, A'e'/^ï J-^, 'adjôii z \ 

f. 'adjtnizah i\j-^~. 
VIGOUREUX, çAW 
VILAIN, cfoïifi ^^ 
VILLAGE, dechera ï^SO. 
VIN, khamër J^. 
VINGT, achrin f .,jJ^. 
VIOLENCE, c%/b iôiu. 
VISAGE, otf/A a»j. 
VIS-A-VIS, jbârjL^. 
VISER, ;m'rt/ _^ju. 



MISSION \l SÉNÉGAL 

VISITER, =or ; ( j. 

VITE, a/ê/ J^lc. 

VIVANT, fiai ^U. 

VIVRE, Afl/ ^x. 

VOILE ide bateau), fond jjj. 

VOIR, chàf ^J^. 

VolX, té« , r=x. 



VOISIN, jar )\^,pl.jiran ,%\ 



w J* 



VOLER (dérober), $arg ^jj^l 
— (avec d» j s ailes . fœrji*. 

VOLEUR, sarrag ^j[*~. 

VOLONTIERS, tamanouki (du 
zénaga?). 

VOLUMINEUX, kbxr ^J. 

VOMISSEMENT, gdaf *±J. 

VOULOIR, bru %>. 



VRILLE, herdh 
VI K. nadhèr. 



J°. 



V. fiana Ul»; — il n'v a pas, oun/hi roh' ~ i J«. 



LEXIQUE ll\>S\M\ FRAN( US 



! 






C? J 






abaden ^-xA éteroel, jamai 

fat* k_>'. aiss'-ll.'. 
/////s — U ; fn 
A/--- ^', aîifiiîlle. 

athër •$*, Iracd. 

J_ x-rr'. délai, terme, echea i 
eh'dnch -ic.Xa.1, onze: iottmelah'a 
akkcLTj après : oiM aotre 

fcAou „^', frère . i . ; '' -j. ur. 



ilû 






ad' en .>->', chanter en parlant d'un • ■■ dik 

km 

chanl <ln coq 

- c 

nareb -V. Lièvre 

Ji^sî açil J -- 1, origine. 

(?)o;e/r, bât. 
J^l kai jn, mander. 

e// 1 «Jt, mille. 



t. Lei moti emprunta an dyol * •n > l- 

otlnei dc Hgurenl pai d roi » il< 



324 MISSION \l' SÉNÉGAL 

J1 Allah JJt, Dieu. 

JJ ilâ, vers; ilen ,%\ JJ, jusqu'à ce que. 

J oumm J, mère. 

■ r~»^ lames if 3 ^ hier. 

li! ana Lil, moi. 

J-sçsr'! îfi/ti J-^js:', évangile. 

»«jî touennes j-jU, causer. 

J»! /W Ja, gens. 

Jm ùla "ù\ y instrument; aouel JJ, ancien, premier; aouel- 
âmes ^j~*\ J_J, avant-hier. 



^.,1) baroud i.,b, poudre, 

jiij 6âc/), gargoulette: bôûch ■ ~£, gourde. 

w*j hattat OUJ, tabatière 

jdrf bekkûûr, parfum. 

..«œ^ bokhna i-^sr:, caille. 

|jj 6rfô, commencer, former. 

J-Xj fo&?/, troc; beddel JJ^, changer, troquer. 

j />t'7v*a Lj, hors; barrani Jj»J, étranger, 

jj ftrd Lj, guérir; /^n" j?j-j, guôrison; braou>i ïLj, letl 

Ae?'m ûp, pi. 6raotia.i*p, quittance. 

3j 6érd i^, froid (s.); bârcd dju, froid [adj. : tebrôûd -. 

grêle. 

; ^ 6rdï îlp, latte. 

s _4jj to'A' ^4P| éclair; bârek s Jiu, b< 

>^ ebrëm *»j, plomb de chass 

ùj bechâch r*l~o, joyeux 

,JLj hichwi SjJLo, petil mil noir. 



•IV 

V~& bçal, oignon 
Lj hnC k>, alouette 

Jij A///'--/ Jilj, nul. 

Jaj 6i*d J^-, tard. 
jju 6a 'd - *-• . après \ba 
loin 

_^ x.', mulet ; A'/'' 
x) br'd, vouloir, désii ei , 

bagar y ~-j \> rut; bng 
Si ëbkëm *-C. mu 
^_j A/,v/ oj, pleurer; /<•■/./// K-j, sangl 
\j meblôûl, humide, mouillé. 

bled - '-', p;»\ - 
JL> mbela JL*», gourmand. 

i Jj 6a/A'î Juj, sangsue 

^L> ///^/ jb, Bans. 

j.jj bind Xj % toile - re, foile d 

jj 6nd ~f, bâtir; benn&i _- — '. maçon 

mtflf J^ ~\ _^>^». lill . 
% ..j hrhnna Ï*»LK animal; ihhutn > . ' i 

„ Xi huh . >u, pi. bibûn .\ — \ porte. 

j j 6<fz, épervier. 
^u A// _i^~_ .-, chambre. 

abiad . blanc; b I 

œuf; beidhâni, f>m,/lntn> 






c'j fte'a p L: ». vendre ; ! 

commerçant 
.,'-> 6ein ,.->, entre; mbeina ma me, 






326 MISSION Al" SÉNÉGAL 



jtLj al ai ^b'1, thé. 
&J f6a S2-J, suivre, poursuivre; tba'af ^*^\ obéissance. 
y£ tâjer ^u, traitant, pi. tejjdr %\~s£. 
l^sr tah't ^1^=^, sous, dessous. 

_^3* frôô v >kj, terre, sable. 

_tÇj £m/,- s^O", laisser, délaisser, abandonner. 

J tesa*a i*~o, neuf; tsa'ïn y-ju+J, quatre-vingt-dix; tisa'tach 
Jie ix~J, dix-neuf; tûsi ?-~> -J, neuvième. 

~- ; ^/.v/, se coucher, Kj. 

Jj" te// JJ, nord. 

>b telëf y ^1j, être gâté; tellëf y ^t, ravager. 

Jj tâH yjfii dernier. 

y** tamra 5^»', datte. 

>J' /<?£ s »u, se repentir. 



c 



Jij' M7// J^ftJ, épais, incommode, lourd. 
J^\j thlâtha U)L$, trois: thûiith ^JLj, troisième; t/t/âthach 
fie Ïjm, treize; thlùtlun .»J~.'. trente; thôletk sjjj, 
tiers. 
w*j" thamra i»+î, fruit. 
n o thmmua JLl'LdJ, huit; thum'ni yu, huitième; lli^mountnrh 

JLe jLjLj, dix-huit; tÂentâftin JU, quatre-vingts; 

t/trm<'ii -r< J, prix, 
jtf i-l/nii-iii j-î-îl, deux; h'tlnun ,j~*» , lundi; fÀftfli jl_ », 

second; rt/nu/rh Jut jj\ % douze; thmna j$, doubler. 
,J" thôr jj, taureau, bœuf porteur, pi. (Atâr et (Àùt/jl 



NOTI SI R l l Hi^MMi 



C 



jhur ^, I roi) v<t. ,'f"fr >L^, vi- -a \i- 

J-ow jriit-i j~=\, montagne 

a-ov jèbhn ua, frool . 

j-çw jedd --^, croire; jdld . oeuf, nouveau 

^Jcv jedeb *_*Xa rt. 

.jla j'eaVi _j,-'.-'N. petite vérole. 

djed'a _---^. - lisse de trois ans. 

>j..n jod'dm Jj_^. lèpre; mejd'ôicfn ^-- — ^- J . lépreux; 7 



j-^', tortu. 

^ jerr ei kerch À*x)l ,_^, dyssenteri 

_ ,-x yV/'»7; _ ,.x . _.''.■; I | '< _ .-.x', _'.||.'II\. 

njy&. jerbou*è *j> •»., gerboise. 

^ r zv y-'///' «. ►-r^, blesse ; jërn - ^"v, pi. jo ouna - -*-^. blea 
Bure, ulcère cf ar. _..--v ; mejrôûh' ^.,jsr*, bli 

^^ jarûd -V^, sauterelle; me/ro ' ;,^--\ scie. 

, -h> jerach, sonnette, clochette, ^»^. 

^^> jrûhn ÏjW, ourlet. 

.,,->. iroum j^, Fumer 

x jerûn .1 »-x, grenouille. 

j^ jrd _-h>. courir, galoper 

j^»=v j.eted j-~-x, corps. 

J.li^ zor'/an J^ji-N., 1 i 1 1 1 ; 1 1; « » 1 1 . 

J^v y/'// '■//'•/ . bouse 

juUk jild jAx, cuir, membrane, peau. 

x mrj/>s ~\jsr\ llil.llll.il. 

*_cv tetnm *^v, flux, marée. 

y?- jamra >»^, braise., I >rnade. 









M1SSI ■ > Al S&NÊGAL 

yiwa' s—?-, assembler, rassembler, unir; jma'a i-*-^ 
•mblée, compagnie, société \jouma .*.>. vendredi 
jeme J-?-, chameau. 

jenna i^. paradis; medjnuun .>j-^, idiol. 
jenâk -. j^. aile. 

înedjhed ^4ff^ f fort. 
jèhèrmêma ♦^^. enfer. 
A j^la., répondre. 

y/// jla., pi. jtrân jVr^' voisin. 
zâ : t>las licite; :•"":• \y^ % noyer s.). 
jia* c~^v, avoir faim; jïân y»-, rs . affamé: ^om' p^-a 
disette, famine. 
pU. jâ la., venir; jô6 ^_ 
j~ — se*!, transport. 
w>L»> jeiieb w-wa, broder; tedjiûb ^L^', broderie 
.La. i\r , — a, chanx. 
i^ jtch jL^, armée. 






U 



. apporter, amener; lemjiba 



Z 



v *a> ft'ahb ^c, embrasser; h'abib s^^~-^, ami. 

ja Kabûra îi 1 ^, outard •. 

~.^ h'abs, emprisonner: ICabt ~~^n, prison. — ^, 

arrêter. 

wi^x h* abc ha liu^a., pintade 

i«a. ma/SbôTig ^j*-*^ , carnet. 

J-^ h'ahel, corde, cordage. 

ça. h'aihi ça., très, beaucoup. 

,._-^ k'ajara ï»^, pierre, rocher. 

.La. h'adtd X. -'J^^v, fer; h'-n/dad ^'-X_^, forgeron; ruh'addt'd 
^-Xcs^*, pointu. 






•il.- Il i; Ll n » 5 LNM 

.^ k'ad 
^v h'érr *-^. affranchi, i)<)l>l»*; h .ir; 

//''■/ "///■ j« . me ni . I 
-v A \// /// _ . ■ , labourer . 

reur; ah'ritha ^ ^, champ; / . u. 

; ^ mah'raz j»**, méfiance, mortier, 

_ .-^ h'arag k -^, brûler; h\ 

cyv h'a\ j . mouvoir, 1 1 

mj^ ak'rûmi ç*N^>, bâtard, déba chant. 

j,^ li'Zf/i/t »ka, ceinture; A 1 

jjlai h'tizni v V^, triste, 
-^ ftVlJJ ~jv, _^, hruit, Voi\; A 

«i^i r^« jappement; 4*è#i m wetér *«•*>) .• 

L'aigle : _ ~- ^ meol . A 

e/ moÀ in | ~-x. gémissement de la tour! 

,A^ kachlch )\**> i foin. 

»~<£-^ vuifù^ir ^Aae^, camp royal; ia, nal 

J~<=-^ h'tiçoula J^^v, _ J<^=_^, obtention. 

/<\/«-t -^-^> pnits, pi. /('";cni ,'.^2.^. 
k'adher jaoah être présent. 

h'at*ib . ^ i- > , bois, 

Ja> k'ofraÏJLA, rossé; Naffûx t»., nr. 

w li^w xKaffei Jj-aT, orn 
v a> fc'ooo oL ^, certain, certainement; h'ak'k* . _._j^, 

prouver; maKKoult ^_4JLac^. réri lique. 
Jbw h'agar ^. mépriser. 

JC^. linkam *\k, juger; I 1 i i; À'ouAôuni >- 

jugement; a'oAmaX**^, maxime. 
>^JL> a'o/id ^-J^>, Util frais. 

Joi 4'oié/ j l^, jurer. 

JL m J^, revu. 




330 MISSION Al" SENEGAL 

^ lialou j~>^, agréable, doux; h'alaoua ^ji^, sirop, 
^low h'ëlli ^J^-, bijoux. 

*_=*. sh'ôûm ( >^-^- w , bain; sth'amm *^v-J, se baigner; h'ëmma 
la-, fièvre; h'mûm >L»., pigeon: h'amâma ï-*^ , tour- 
terelle. 
-Xçv h'amd *x^, remercier. 

y?- ah'mar &»\ rouge; bou h'aimroun ,%*•§ s> jft rougeole: 
fCèmâr jL»*, âne; Itamra 5^-, jonc. 
^jç* h'amok' wL?*, simple. 
J^a. lCammel J-^, charger, chargement. 
-^ h'ammi ,^, chauffer; iïoumnnïn .1»-, chaleur; h'môûm 

tna'den ^^^ sj?-, charbon de terre. 
ba. hïennâ La., henné. 
w^ h'ânôut oJla., boutique. 

..«a^a. ICanlian ,.,a^a., hennir; tlianliin ..j-jSScs:, hennissement. 
.yti». h'ancha t^'a, h'anech p-Ca», serpent, reptile, pi. tionôûch 

jJsj^. h'anzhal Jk&, coloquinte. 

^i£a /*7ojA- tllia., pi. h'nôïïk wOa., menton. 

La. À'âtii ^la., prudent. 

vj^ la. h'atnit \Zy*i poisson: Itaoucuat ON»-, pêcheur. 

~ -a. /iV/rf/ - ^, avoir besoin. 

2? .a. A'âit' k'.a., muraille. 

^clo. h'nodh iPj*-, pirogue. 

JLa. 6/i'â/ Jla: ; chh'atb ïJla. . i ^t, comment; ah'ouel Jj^lj 
louche; h\wuli Jja>i pagne autour du cor| S 

o. A*at -a., vivre; Aaifl ï~a, vie; /<•' w --=». vivant. 



Notes sur i k h 331 



L 



ijï^à- kkebbeck ifeà ' t-id i-'nure. 

.joâ mkhabbei -^-^ J , troubla, Iroob 
lawi. khabbat ^-^iw, chasser; khbat' ■-*-£, benrter; kh-ihh>iC 
jo^, chasseur. 

^ khàiem ^• l ^, anneau, bague. 

&J^. kheda* pJ^k, trahir. 

>j^v khàdem ^vk, captif. 

T ^ck khorjân V->>^, glande. 

|jâ. k/itir>-z îjâ., verrou ^, bon treille* 

^^v khariii' _-,^ 1er. 

- ^ kkerôûf y »j»£| agneao; kkeref , jr^i jardiner; kkerîf 

Hȉ.| automne, hivernai 

— _ 

— 2v cÀOmZZJâ., lapin, pi. k/izouza 9\+yÂ.. 

-^ LhniKui jjâ., garder; aÀassôfi .<\-^. gardien; makhzen 
•m**! magasin. 

w -^ mokftzi, rusé, maudit. 

/'v •■/■ >~^. gâter, démolir; Ma *«£., liltertin. 

khahchbaia l — --^à., madrier. 

kltmum *_~^_^, B6 disputer; fcAô ?m «— * -^, quereller; 
kh<> nm'i L^oâ, querelle; khâçëm , .-'Heur; 

khurama is-^-^, prostituée. 

akhdhar k^-^'. I»!'' 1 
L^. fcÀof'l' k^, ligne. 

L.L^ ftaJa 'Jaï>, manqu< 
ULâ kiiCiur (avec addition de l'r --k: n. amende. 




332 MISSION AU SÉNÉGAL 



iwSÂ. khfeif ^9 . c ri , léger; khouff ^_» Â t bottines: khêfâg, 
bottes; khoffa **-»., khouff a Xa^, légèreté, hâte. 

^.sLà. khalaç, payer; khallaç, se venger; khalCàç w^Lik, ven- 
geur; AMâf ^ojS, paiement. 
laLi* khalaV *A^, mêler; khlaV M^, humeur; khailef ULà., 



mélange. 



^^Là. iakldef ^liç., nuisible; k/def ^jA±, succéder; mkhâlef 

J«"*j contraire. 
wildw kheleg v^iLà., naître; makhalig el ardh ,*>)» u i v Hà^i 
insectes. 
^à> khalla ~-^, lâcher, quitter, moisir: A/iâ/z ^^ =s vide: 
AAé/â !iLà>, désert; A7*a/f i_L=k, moisissure; itkhalla 
^Liàj, moisi. 
^ khamër j&i vin, eau-de-vie, anisette. 
ir*-?- khamsa À ..... ? », cinq; akkmoustacli iAjb *' ...-■ ? », quinze; 
khamsin y-~J^, cinquante: khâmes ^^»U., cinquième; 
alkhemis ,....* :Q, jeudi: khm'ts «r^?-, petit singe, 
j^j^ khanzïr y y^, porc. 
^jbl^ khenafer j*LLà>, nez. 
(j~f^ khanfôûs «^ttâ., scarabée, pi. khenûfis -^î^. 
^^^ kheneg, étrangler: khainaq ^^j~±, j;ibet. 

^U. fcAâ/ s ?L-â., craindre, s'effrayer; khaououaf > ?^-^, 

effrayer; khaououaf, timide. 
JLà. AAâ/ JIà., oncle maternel; khulah îH»., tante maternelle. 
,.%Lâ. khatn ,.»>Iâ>, khaouou»in .J*=^, traître. 
%Lk khetr. khuir jÀ t meilleur, supérieur, paix; khtdr J^-6.\ 

choisir. 
LU. Met*' Li., lacet. 
JUw A7*ai/ J-à, chevaux, eavalei: 
>ow khaima £*~i., lente. 



NOTES 51 R I K HASSANIA 3'i : 



ys dabbir ,j.>, combiner. 
,pO debbôûi irtf^i bâton. 

J^.) dakhei J_ ^:. entr khkhei introdu ijbfc/a 

ïjLo, cap, lie. 

,.,^0 adkhan ,àï), gris-pommelé; dokA 

n dadda ifoi^, bonne d'enfan 

T p darja i=w,-, utilité, service. 

e, p dhalaa SdO, maille. 

yL$ daehera i*£0, villa) 

Op deff^jfi, tresse. 

>»J^ me d fa *?-^> fusil. 

Jo rf«/ei Jj^, cracher. 

,.,»J rfe/)' ; « .•&£, enterrer. 

<*_P ^''77 ^i^i forger, piler; 1 •• p. ndougg, }t monde; m 

^•Ju»! pilon; doia ^ +JÏ. farine; degdeg 

jcSï dekmer ^.3, pousser. 

J:> efc//'/' c.^^, pastèque. 

^b dulf/ "^ta, brocard à raina., 

s^o doumvû* c yO, larmes. 

C C J 

-^ sein .»-, sang; admi ^»0, sanglant; dam 

jjj dene», tache; d>'nm>s , ~-0, salir, souiller. 

Lo rf^/iw Lo, monde; feddoum 

o medhôûch ,i^j.-», enrag 

♦ *: edhem •*)!. bai. 

I I , 

^so rfMn* ^o, graisse; MfAai ^ 

1er. 

^ta daouoiniMi ^«-, étourdir. 

^b dotid ^.-, ver. chenille. 



334 MISSION AU SÉNÉGAL 

ib dur f ala Je »b, exiger; dôîir j*ï, autour; dâr y}, pi. 
diâr jlo, maison; daououar jjï, chercher; diûr y-*?% 
bijoux. 
(>-b dôusa Iwj^, étourdissement. 

£•3 rfowrt !o, remède; douaia XjO, encrier. 
jjb c??A: vilo, coq. 
.tb dmi »o> dette; medin .v-^ 8 , acompte. 



v^oS ûPjô i^o^, chacal. 

viJb rfaA' vjj !3, celui-là, cela; kedelik dUl.ÂS', ainsi. 

y^h d'embân ^bi, mouches, 

^ji d'bah' ^ t égorger, tuer. 

c»: dWà'a ç-'j^, coudée. 

!b d'eroua s«p, bosse; bou d'eroua ?jj^ ^-j, bossu; bou 

d'erioua *j>\~ y., nain. 

yi d'ahar^i, mâle. 

u b </'/// J~b, timide, lâche, poltron, 

w-b dennùby pécheur; d'enèb, queue. 

w^tti deheb w^O, or. 

413 rf'rtA-' s^jb, goûter, a. id'ouk' ^_*j^. 



^\j rût u*,^ tête. 

»'j rfiw «J >, apprivoiser. 
^\j raya Jjmi, drapeau; mrdûi i-'V. glace, miroir. 



NOTES Mi; U gASSANM m 

^_m roubb ^_-,, jus. 

Lj rrhn, guetter. 

^jj rbaK ^ 

i >. 

Lj. 7-/ya/' Ikiij attacher, lier; roubt'a Ik* », i 

b^, marabout, matta le 

*_> . arba *>y % quatre; arbû I . - rin 

, _*jj', quarante ; ? 
mercredi; inm<ii>hn' bj . 
/•.///' «--Jj, herbe, paille, printemps. 
iL'. refla Sbi, a rai g d 
^^rw. rjef ^ f &>j % trembler; rgj/a tremblemenl 

a^v, ?^Vi' /*-^j, revenir. 
J^-j re/eJ J-^j, homme; r/ii jL-rv,, brave, téméraire, 

tassiu; //-//a lUj, i Joj, éponx, imn. 

?;/W J-a».i, pied ; marjûn J^»/, chaudron . 
pi. merûdjén J^-V» four I |>;iin. 
U.. r^v? Um, espérer. 
^v, refCèm *^j, matrice, 
^s-^-j roueikher ^j^sr'.j,, lâche. 

•)• redd 3\, rendre, restituer; I 3J>j, bavard 

restitution; mortadd, apostal bavard 

bj rùfcfa bj, turban. 
>^i rrft'm a3\. ensemencer. 

f J \ J m 

y >*,» marzoubba i-> \j* t massue. 

>jj r%êm >jj, grogner. 

I i mena -—•*, escale; m< . d 

C ' 
^j^-»j rattaf^ .wi, grimper, bondir 



336 MISSION AU SÉNÉGAL 

J^vj rsè'l J— i, envoyer; mer soûl J^ — -r-^, commissionnaire, 
envoyé. 

^°^>\ p rchif ^gï«j, sucer. 

yoj rçâc sjUs,, plomb. 

>U5. mord'' a a i*^w», nourrice. 

J-£j ra'rf J^i, tonner; ërtad Juôjt, frémir. 

^^_c, ra'ôûf ^*jï\, fumier. 

^Di ra'd gCi, garder; rai çt\\ y berger. 

Li. rar'oua *y£% 9 mousse, écume. 

J3j rfed J^j, lever, porter. 

y $3 , marfag ^^3y, coude. 

wJj r<?ep ^^j, monter; ragba î-ii, cou, goulot. 
Jij ?v?ed jij, dormir. 

(j^j H^f \J^y danser; rgiç jûJj^ danseur; raggâç , f^u 

espion. 
•w^J rAwA /a?m r-^9 ^^, aller à cheval; rèkba lS\ 9 genou, 
étrier; morâkêp \ S^j^ t ministre; rahknb \ '!Sj, vaga- 
bond. 
jsj rkiia *j*fu mât. 

J^. ?'/w/7d ^L*j, cendre; annad ^X gris-cendré; remed X*j t 
ophtalmie. 

v **\ rohbân .i^,. pivtres chrétien-. 

!j*j rhan c ^j, gage, saisie. 
^ij rôti ^oj, lait aigre. 
-.1. rnÀ 1 ~',, se reposer; ?"7/m7 L^?J,, repos; rlA 1 ^j *, Bom- 

meil ; emrâfi 1 ~'._-\ parc: frôÀ 1 r'Hi décharger une 

bêle de somme; rôÀVtf ersemj p#Âjl aucherdn 

leil; rîh* _-'<• vent; nterovaA'a i_:x •♦_--. géranium; 

mrroiiïh'a L^ç _ « ^, liseron; terâfCa i^v. chaîne. 



[SÛTES SUR LK HASSANU HT 



ou icher. 

&lj tero)i>n Mollir. 

»jj Roumi u y, Européen. 

h ,, poamoo. 
ji'j rieh tjriu plume. 



y\ :////• - «-**JI . issement. 

joj zebda ?--?;, beun 

ij jerr j ;, côté. 

w< ; :/•"/> ^j\\ ouverture: vr\bal+j%\. bai< 

c ,j :;v/'a X-,;, mil . . irmer. 

^jjjj *arrSf ^jtjj, girafe. 

s^jj 3 * r £ ^jj' j ,,,,,r i fnnnzi'i-j ^_Jyy, lance. 

*_^j ;rV/v ^^-£',. cheveu. 

vj^?ï ieyi sj^;, p«>i\, brai, 

v .o', z^atâ w**ji braire, braiment; ic 

*£; xijfcdr ^;. «Hre plein; lekker *_f;, remplir; 1*0"*' 

plein. 

JJj tzelzela ïJJj, tremblement de terre. 

, Jj zftlb'irj k i,J;, glissant. 

:////'/ j-j;, as 

J^»j ïame/ J^U, cheval. 

y>\ lemân, Baison; timôii laowil J : 

. j s camp. 

„p\ mouzmia i** >, touffu. 

m,\\ z'inwtlj ^ . .. se marier. 

c r i. "ï 

jlj zor ,s, fisitei . 

ijj uunu j : }, dû te. 

W J, soui' s^àji mercure. 



338 MISSION AU SÉNÉGAL 

O'j lit S -^ J J> huile. 

^1; zâd, ajouter, a. izid ^y; zid 3}, encore. 

Vi zein ^\, beau, joli, beauté, ornement. 



JL- sououl J_*~-, interroger; souel J^, prier, supplier ; saôû- 
lân .y^j~>, interrogation. 

_^~- sebêb, cause; sebba L~~, injure. 
j^/^w sèbt C^~>, samedi. 



r 



tesbtli ^-^JJ, chapelet. 
sebkha A-ky*, saline. 



j+~> sbar j*~>, sourire. 

a-~- sba* ^-^-, lion; seba* ûu*», sept; sba'in +***-,, soixante- 
dix; sâbi* ^'— , septième; sboû 1 f'yr't semaine. 

s ^ r - sâbak\ auparavant, antérieur, s ïjL-. 

^v^w sebnia ^~— », mouchoir. 

C^w seMa ij: — ., six; settach ,A-£ i-x_w, seize; S'7</^ r V -, 

sixième; sef/in .^-j soixante. 
Jjt- sejed «^~s se prosterner. 
il f^" se jeu .y^" y emprisonner. 
^ar— shTib s^Ls— , nuage. 
us-*- s'ilCër ysr^. magie. 

jfx~~ sh'âf y ?^sr~\ paralysie. 

J*x— s////',-/ JjvL-, rivage. 

^s~- s khan L1 f^ , f se chauffer; sokhna Jo^-*, caille. 
Ur~ takhi ^^-**\ générosité. 
►— terra ^^w, nombril; torra ^^•, paquet. 

^v terrep > >»— , lâcher. 

.^■r: r *— , selle; serrai jU-, sellier. 



c 



son s m h h. m ni 



^ y~. sniT'i/i' ^ >_, faire pall i 

J^w siat' jDf~,, ;i v;i 1 1 • i- , fiuuraCû Ui . — \ 

& j— sora c,j~* , grapp 

^jV- s«/- / _ — volei __ .-, voleur. 

J«*— ttrouâl Jl* ,~, culotte, pantalon* 

JL — i st'd//' -Ja-», terrai 

Jim* m id j jUtf, heureux. 

;- tâferj\** % voyager. 

if- srfih \-&~> y prodigue. 



tgem jl», ramer; ro/om JL , 

mêsgam *i— j , gouvernail. 
A», ipa JL*, abreuver. 
;^Vw $ekket, apaiser; rAôûi 0*£«», sileo< 
Jï~, takar, s'enivrer; toukér et ah'wM 

ys~« sahf - m», poul re. 

£* tken »x~. habiter, demeurer; sikl _ ■ 

J** »eJ/ô7 J-~, sorcier, pi. sellnint _ 
J — i teliâkha jo«AL~, cosse de gon il 

JJlw tolt'ân ^UaL-, roi. 
J~Iw tetiûël J~^L-, chatn 

J L te/i/ JL*, prêt; ie//e/ • 1er. 

oXiw fi/A siCJL, til. 

X- tellem J. '• — >, délivrer, saluer; is/ôm *^~ , -.dut; svatàjn 

J~^, musulman. 
*~ femm v-, poison, venin. 

wsw i/ti'si/i'/r , ^v— ■>, clou. 

Lo— sômi , insipide. 



ima' w^v_, écouter, entendre 
j**, s min ^^v^, gras, |»1 rw n < 
^w smâ L*«», ciel; eitf/n »—'. nom. 

,~, dent ; leun »•//'// J h 



340 MISSION AU SÉNÉGAL 

Jju- senned, appuyer. 

x~> sna iiw, année. 

fâ~> sahar *$~>, veiller, passer la nuit. 

LL- saouat'a &*~», fouet, fronde. 

&L, sO' &L», souôïl' ïj~>, chasser, renvoyer; isL» sâ*a, heure, 
instant; fissouaïa ho *~j\ ,j, dans un instant. 

^$1— sôûk\ marché; sôûg ^_2j~>, prix; tâga UL», razzia. 

JLw sût 'ala Je JL,, attaquer. 

:»-. soua ia~», égal. 

v >lw 5c7i6a L_)L., veuve, femme libre. 

^ ^L- 56120/" y ^-t— j forcer; seif ^jl^-*», sabre; tesiûf ^ 

obligation. 

JL. seiil J~~», inonder; sei/ J~w, inondation. 



%& chebîb v ^.■■. ..,-.: '• , , , jeune, pi. choubbnn .j^». 

chibhë i^-i», modèle. 
Li» c/*^7 Ixi, hiver. 
^s^ sedjar h^, arbre; sedderat en nçâra ^jLcjlM i^-sr^, 

fromager. 
^ar**" chejâ'a c-Ur^, vaillant; clioujâ* pla^, brave, 
-sr^ chfiam *s-^, embonpoint, graiss 
•y^ echkham *sr^l, moucheté (cheval), 
►-i. charr, graisse. 
Li. cher ta ùj^>, achat. 
s^jtê chrob ^yî», boire; charrâb ^'*»-~. ivrogne; cherâb elh'adxd 

JljJl&1 y >Li», trompe du fer; chârëb i^tLfi», lèvre, 

moustache. 
bjt, c/ini' ellibâs , r ÀJj\ h) J^, galon. 



KOÎES 51 R l h H 



3»! 



A 












'7'/ ..-, | notice. 

ekerif _n « »~. aoble. 

'A. CÀtfroî . il, 

chterek jJ. • i 

"•i.ition ; - A/ | iiijA, m 
rltnrili'it ^\AJL t OOlilf. 

chât'er J»lâ*, adroit. 

cht'ema *k--, actif. 

cAa'r jJ 1 -^, poil. 

ehr'ol J-â-m», affaire; char* le i >n, oui 

» . -. ■ 



XA 









!, 



_'- 



emc/tak'k'ul Jࣻj 
eÀ/'ér »f^, sourcil, 
e/bi/à mlà , lèvre. 
r/^'77 wà*». fendi 
chegfa **-*£», violence. 

chokor jsJu., gloire ; cÀ£ôûr |^x — , petite ooti rie lait 

ehâkél Jf l&, industrieui. 
c/iaAt feLi, se plaindre. 
chemm JL. sentir. 
tenu r+~« soleil. 

chhâb w .L r i,, Lison; cAeÀ ~_ ~- . 

ehhÔÛd -j-y*-- mari \ r 

rhhnr ,^~, lune, mois. 

cAoAoïia i«t~, locarni 

cA'//- |U», geste; eAâ rdoonei 

cAôcA J#L&, mousseline. 

choouâi* el kheil J^l ^'- porte. 

càô/ y^L-»! ▼oirj cAû _ ipioo. 

r/<oj</. ^O-, ôpin 

c/tt/Ji • — l, chi 



342 MISSION AU SÉNÉGAL 

^li. chein ^j-**, difformité, laideur, méchanceté; chein L *^, 
vilain, difforme, laid; cheiivn ..t~i», se moquer. 



o° 



^~*o çbnli\ matin; robûûh' *>j~*, déjeuner. 

y^o çbor j-^o, patience; çâbêr j-JV««, chaudron (chez les Ida 

Ouaïch). 
o^ws cba f—^, doigt. 
;î~o cebbar A-~so, teindre; c.ebûra iâL^, teinture. 

c c* 

^-ws> çaboun ^Lo, savon. 
ça^o etçabbi g^*, se promener. 
-^> çA'T/i 1 ^s^, vigoureux, bien portant, puissant. 
yss^ çâtfab s »L^? 3 autrui, semblable; eçth'ab w^s-* 2 ^, s'ha- 
bituer. 
ÎJ—9 çrf/7 îx*s>, rouille. 
— J^o çaidah'a i^J^», pirogue. 
jJ-o çdar jX^o, poitrine. 

s ^oJ^o çadëf y 9-^e, nacre. 

^JAaû rërf<?a Lsj-so, aumône; çâdêg, charitable; çdâg ^'-^-^, 

dot. 
^_*j**> f a? / s ?)— ^> commerce, négoce: çarrâf ^a!.— *, mar- 
chand, négociant. 
^w pr'tr r^c, petit. 

^xl^ rfur r JOU0, jaunisse ; tçaoufer $y^>, gazouiller. 
Ljjuo o//*/ ^js^, limpide; çafoûia û jou», limpidité. 
-Le pa//i ^>, prier; mçallà ,4-*^, (DOSqu< 
^-d-o ramra ^w>, encre. 



i unui, écouter. 
ij»uo çëndoûk ^j>^^= y caisse, eoilVe; çeneidik" àJ^j-sc. botte. 



HOTES 81 H 1 1 m 






U 



,_: 



f 



, -x2 






mnn a à cbuo, hahi t m ; 

ranaiii *L*0, ulule 

aienaga î&uju*, tributai 

aouar j***^, im;i_ 

pot*/ y im0, laine. 

pôfti j»L#, jeûner; pdiw >-~=, jeûne. 

naoviiit > m0. économie. 

pôift, trouver, j'ai obtenu; fco6l _:.--- i *2>, 

avarie; mouçâb v. >'^s_-», malheureux. 

rr'uad ^L»*, C 11. B B86 1 1 r. 
';>'if ^*~~o, été. 



LT 






fTabiV \z~£>, mémoire. 

dhaba* *_~^, hyène. 

dhah'k ^.Cx^, rire; modhh'c _ ****! ridicu 

dkarr •*», nuire. 

dlui if ^j^y^, faible. 

iedhla ^=j, boiteux. 

dhomèr, Faim. 

dhâmën .r*-^, caution. 

lU/'iou •*&, lumière; dhaoui ç«*a», lumineux. 

d/iaia' Iju^s, étang, mara 

dhaiief » ,«—», inviter; »/■ _ 

dhiâfa â?L*, invitation; nu " /■< _. 
dheiek wi,^, étroit 



344 MISSION AU SÉNÉGAL 



è 



Veb'ib v^^-J?, médecin. 

Vëbbâkh ~LL, cuisinier; maVïbkha Lis\L>, cuisine 



*~L Vnba 1 ^^— L, cachet; Vebi'ah '^ r ^, métier. 
ipje Vrach. tf>^, surdité; aVrach tpjb\ y sourd: V arc ha *-~J?, 

soufflet. 
^jss î'arf ^ J?, cil; Varfel 'ain y - :7 jd\ ^cJ», paupière; 
Varfa ïs^L, acacia. 

^jJi £V?A - ' v £j v-L, chemin; Vrîi? ennçâra ^j ,'^2_jI s 4j J;, 

christianisme; /'n'A*' elislâm *^La ,_^5 J^ islamisme. 
**L Va* ma i**L, goût. 

JaL ra/fa LkL>, fille, pi. Va/lut ^A; Va/Vit elkhela o^-aL 
bLil, singes. 

w^lL Vlob wJL?, demander; Valleb eççadaga Ux*ci\ v >^-L, 

mendiant. 
*1L Via* *1L, s'approcher. 
i — :1L Vellak' ^_£jj» % divorce. 

?~e3s V arrima' ç,UL, ambitieux. 
^>Jd Vôb, brique; Vôûb w^j-L, pont en terre. 
♦ IL Vîïh\ baisser (en parlant d'un prix , tomber; taiiafV ^— L, 
abattre; Vailia lesr^ , chute, rate. 
^^IL Vaouf y boubou. 

JIL> Voal Jjjs, longueur; foui/ Jjy?, long. 
w-lL Vaieb w-^, cuit: Vaiieb ^^?, cuire: dm fou Vaieb, cru; 

/V> v -'_îr, être mur. 

jlL fVT/* .IL, voler: Veir >~L, oiseau. 
&LL /Va pli, obéir: Vâ'at Allah itil LdJ», piété. 
>IL f'/;i ^.r^-L, boue, vase, limon. 



NOTES SI R I.K H \ M 



ib 






_jjb bou dherbân ,yj Jb y 9 porc "épie. 
vAi> dkêfâr f ongle *aL>. 

Ji rfAo// J_t, ombre; mtJta // cMott JJb J Ll* s il s'est 
abrité; <ih>'ll<ii(i SJjL», parasol. 

»Lè> dholm JJb, oppression; mudhlmir/t >JLL», opprimé; '//w- 
fan JLb, oppresseur, obscur; dkatna » J 1- , obtCUl 

^i> dhhar yp y dos; cttAar ti M JlJI «|k| refera de la main. 



L 

'a/>rf J^i, esclave. 
^ 'abbar y& % traduire; 'ibâm iy* t traduction. 
ir**^ 'atrôûs, bouc. 
^çs^ '</;'//> v^^-^^, étonnant, extraordinaire; 'ajëb ^^x^, 

idée; 'ajïîib » *£«°i merveille 

j=^ ^adjôûz \+-^, vieux, fém. t mdjâûza i vieille; 'ajû 

paresseux. 
J-^ a/e/ J^, se hâter; 'q/éi J^~, rapide; 'njim V- 
prompt; '5;éi J^-, file; "y/ JL^. feao, pi. r aj 
J^sr^; 'o/ala iJ—x-^ génisse d'un an al demi; 

Jar*^, ànon. 
jLc 'rtrfrf *xc, compter; 'adnd .)J~. aomJ 
-- 'addrl JjU0, vendre; 'âilffJ JoLft, vertueux, jusfc . 
lier; 'addnlet J! — Iijl. -, fabricant; 
wjiJ! SJUa, potii 

jJlb mathni >Jx- j , mine, 
'-s '(Mfotl • --, ennemi. 






346 MISSION AU SÉNÉGAL 

^>jï l Arbi e\f"> Arabe, Maure, noble. 

,i~*js 'ardis -jLc, noce. 

ipjz l orck /pf, branche. 

jaj£ 'ordh fjej-z, largeur; 'artdh je-jj-z, large; "aouâredh 
c^.Lc, favoris. 

$jc 'aref s «js, connaître, reconnaître. 

y4^ K 'èrg ^4p, artère, veine, racine, pi. 'oroug ^*jjz; 'arg 

^_$f>, suer; *arëg ^£jz, sueur. 

^Cjï t ari ^£j~, emprunter; 'ariân jj^*©, nu. 

^Ac 'a^a £jj r c, vierge. 

j^s f c« ./■*, éviter, veiller sur, l re p. 'êsseit c^~~c. 

^ie *ëchch .£&> nid. 

^iui 'achra îLLg, dix; 'ôcAèr *M-e, dixième; 'achrîn ^_> *ius, 
vingt. 

^_juus 'ackëk' \ (&£, aimer. 

JUc 'tcfoj ^Ld, orgueil; 'ackia SLiuc, soir. 

^^.^-s 'açab, nerf » *«a£. 

.*a-a 'açar, gravelle **a-s. 

J->£.s 'açei (J-^s-s» miel. 

Lax 'ara Lo-c, bâton moyen. 

ces W .ja-e, mordre. 

^~ks. 'a tés, éternuement. 

.A^-s 'afëch iAU*, avoir soif. 

Ji-c 'flcM kx, punaise. 

Jà-c 'adham Jàx-, os. 

^_£_c 'a t 7?<7 Lc.._gg., cornaline. 

Jic *alïad Aie, libération; V^rfa VJie, nœud. 

Jic W.V/ Jjfe, esprit; VA*'// J-*k, illustre; 'âjpé/JiU, spiri- 
tuel; ma'àgël J^ '«*■*, intelligent). 

vj-a 'o/./.v; ixé, petite outre pour la graisse. 

^La 'aJty Jt, maniement; r'djit sJ^sL, j'ai manié. 






r 






f 



u 



s >U 

il» 

lie 



•il; il HA8 -, m\ 
'a/*/ J-, nova u. 

''■IL ♦il©, gomme. 

'allem Jz, arertir, informer, en* t » 

s'instruire, apprendre, éio 

Jlo, savant; ieta'alUm JUt-j, instrnil ._!»>, 

bien, bon. 
''//t jl*, haut; 'alâeh Ju _. poni 

'«mm ^, oncle patern< tante paternelle. 

'mn"i\ XêB) privili'. 

'ammer j*z, charger (no fusil . 
'an jj©, parc» 1 que, 
'anbër j~c t ambre. 

'and, chez; 'am// .ÇJUfe, j'ai; _ - --, - ' ' 

il a; 'iimln'i LjJJto, Donfl .in on UoidM *&J&, 1 

ave/; 'amllmum »»JU&, ils ont. 

Ofll j-^, clli'VI 

aoue; ^ j£, courber. 

'7da 33U, usage, habitude; r ôïïd ^. planche. 

aouar jjï\ borgne. 

fliîl «U, année; 'àUïim *~, n; l »JjP, Oagenr. 

aown jU, aider; 'aou/u v_~. | n. 

aip ^^x, outra 
/^/ j_s, fï-te. 
/sa L^x, pivert. 
atecA jU, nourrir; 'icAa à*^ 0, DOOrritUl 



san:;lr. 



ainC k^, appeler, crier, beugler; iri. 

atai Jt*, f'aini 11» 1 . 

osa cr - c ^, ail; l ain legfèi JjàJI ^.- - nre. 



348 MISSION AU SÉNÉGAL 



c 



Jt, r'abra ïj+z, brouillard. 
JLi r'odd *xé, héron. 
|ji r'erfe i-Xc, demain. 
j_c or'ruur )jé-> leurre. 
wj*£ ërrâb, r'ornb, corbeau; rnorrëb w»^ 9 , ouest. 

ijojô gardha 'L&ji, motif. 

s^j^ê r*rëg ^jè, naufrage; r^arëg ^_?jU, profond. 

*jb. r'ërïîma ^»U^, contribution. 
\j& r'zi ^Cjz, expédition; r'azzi ^£jz, soldat. 
J-~£ r'asil J-~é, baigner; r'sel j-~£, laver; r'sil J-~è, lessive; 
mar'sel J-****"», lavoir. 

Jic rafaryè, pardonner; r'oufara iyè, bonnet. 

Jjbs r'aflân (j^, distrait, négligent; ar'oufal Jjïc, vallée. 

« -là r'/eô ^^ii, gagner. 

iàlè v'iidk k-lc, gros. 
w&là r'a/é^ ^ls, boucher, fermer; mour'laga ^uw t bouchon. 

Le ter'mûm, lekhmâm >U*?, inquiétude, réflexion. 

J^ôi r'ëy/id J-ôi, étui de fusil. 

~s r'ra^m uc, troupeau. 

Le r'ena Le, chant; r'atim J£, chanter; r'annôi ^rlis, chan- 
teur; r'âiii JI&, riche. 

jU rV7r ,U, bauge; rV7/* ennemel W UJ1 jlè, fourmilière. 

Jlc r'ôûJ Jy, ogre. 

W .U r'âô v »U, être absent; ru ha h\£ t broussailles, forêt, 

s^li î-'ai/A w^, moustache. 

.le r'tr i-ê, mal; rVtra N^, j;«lou*ie; rVuârjLè, orgueilleux; 
raiûlir y^é, jaloux, pi. r'aiomin ,yt ,^; iarVr ^ L», 
cependant, mais, néanmoins, pourtant. 



SOTES -i !. LE H iS \M\ m 



y_3 fâr iU, rat. 

^3 meftâh' »Ism, <■ 1 ♦* r. 

ys fetter j-z-s, lasser; fëtrSn . »U-^_?, falig 

fatigue* 
j? fétnai~9 t combat ; fettân juj, combattant* 

^csrvî fajar j-x 3 , Iromp : pô> ,'osr\3, trompeur ; 

point du jour. 

J4X-V5 /"/<'«/ j-3^, étalon. 

.xdrA? fakhèdb «Xixis, cuisse; fakkad? 3 u *f, i iternelle. 

Ijj /Y/'/ 'jj, racheter; //'/" Ijj, rançon. 

s.1^3 fo/rlf w^ml»', négligence. 

_ j /Va/r ^-^-5, se réjouir; fark'a i^*-*, joie; fêrk'ân ,,'jo, 

content, gai, joyeux. 

^3 farrad Jus, isoler. 

^^5 /Sréi ^/-;^> cavalier, pi. fértân .,'— y»; ^oroj r#^?i che- 

val; /Ves j.^, jument, 

^ij /W7cA (£^> Ut« 

>_i,0 /V?r//i wX|i?i camp [des Maures . 

■ r^ ferkuus iyj>y>, poule, pi. ferâkii r^ji?« 

.> *s /*("/•// .* pf, fourneau. 

^»3 ifennân ^li^a», linge. 

Ls /hroM «•£, gaine. 

J>-~s foised ^......g, bête, fou. 

>— .Bt-1 /'^'.v wJJ— U, libertin. 

^aJ fodhdha L^_s, argent 

~*>jjl fadh<ili % < *to? J taire bout.-; fadhlk - >, bout.-. 

Jis tfgadùis\ y numération; tefgâd ->Uf», mém air. 

■il /' 7 a' ifti-», B6 tâcher, s'irriter ; /< 
jouis, colère, peine. 



MISSION AU .SENEGAL 

Si fakkar j&, penser; tfakkar ^51», s'étonner, 

jj-ls felles jjJ?, faire banqueroute; mofalles .-iy, prodigue, 

i b /?/ï'A- vlib, phalange. 

^3 flân .jS», tel, un tel. 

*3 /oûwi *3, bouche. 

^ ,J ? Aty» /ûmA*' ^Jj?, dessus, sur; elfoûg ^j^\ en haut. 

.5? /? c?) dans. 

ils fâida 5*Xjlf, utilité. 

Jls /// J^, éléphant. 



ri k'bar j*3, tombeau, pi. k'bôûi- ^^J, cimetière. 
( jcJi gabadh ,^> prendre; gabbadh <j^, cage; gbedh essems 
^~<viJi (ja^i, éclipse de soleil; gbedh el k'amar ^j& . h 
^iii, éclipse de lune. 
J-j k'oubâl Jl^-i, coutume, tribut; gbûl J^j, d'abord, plus, 
avant; gboil J--*, tantôt, 
j^ibi tk'etk'it ^^ij', caquetage. 
J^3 A'te/ JclJ, tuer; /A*^e/ JjvâJ», se combattre; k'ettâl JUi, 

assassin. 
~ji <;g^7/*' r ^-^, petite calebasse; gdilia l^j^, très petite 

calebasse. 
,jJ </rfé>\ gedd j^3, pouvoir; ma geddtt OtJti '--. je n'ai pas 

pu; ^/rf?a ïjJi, jarre, pot; gdeira V-^. petit pot. 
^Ji gedd'in »Jti, offrir, avancer; ^rf^m .Jw', talon; goddâm, 
gedd'im J»xJ, devant, hors; tgeddem >J~L1\ hau- 
gadôûm ^--?. hache. 

*ji ^rfV//' „ jÏJii vomissement. 

!^J jrraô ^_>?, s'approcher: grib s *J **, auprès, près; garôûb 

>^jj?i vaisseau; gwrôûé doukkân jLâO s £•», bateau 

a vapeur. 






NO : R LE M ISS \M v 

^y gerjôûn 

pj gardh --.-. d (non lii "it. 

oJ goi part 

y*j3 gourgôûri ,-v, tgerglr ,.- tnlemenL 

ty garn 11 i»>» corne, pi poroûfi jj»i 
poire I poudre; prou «i^i, sntr< 
jjlj »j, colique. 
^v\* goronfêt Jj?j*j, girofle, œil! 
^>-»3 k'as/t'a Ix-*** 3 , séchèrent 
—~3 gessem *-j, distribuer. 
^i^ gchôûr \jï-s, écorce. 
( jû_3 ////,\/ ( ^^. ciseaux — -- . 

v ~^3 gaçba -^-?, digue, tort, roseau. 

j^^3 gaçéd -X~c3, intention. 
^s3 7'//- £«49, court; k'çar ^ei t vill. j 
-^zj> k'adha ç*ù 9 jnger; "/<//"/ -aaj, terminer. 
Ja3 gafrân ,yj**t goudron. 

f^ gfa* «-^\ couper. traTerser, hacher, moissonner; go?*' 
«-La, coupure ; mekta* *ké>,gué; i k», moisson. 

jji3 g*od^jà i Xm iter ;///•';:'/ -*~ j , eh i 

jii oa'r v*3, foml. 

J*i //a/a/ J-fJ, cadenas, pL gofôûl J rnre, 

pi. a^//''// J-f-- ,; vkegfat J^- j , crocbel ; mage/ia 
bouton. 
Us eo/'7 -ftj, nuque. 
Ji ^/// JJi, peu; gleil ^jJ9 t rai '. moins, 

s Jli paie ! if, cœur; gelieb *. tournai ~_ », l»n- 

celet. 
vjji o>/fci iJL?, citerne, mare. 

jl3 o/ÔaVi foS», Cuiller. 

Ji3 gin aJi, ôter, 



352 MISSION AU SÉNÉGAL 

^lii moungalali ^_^-^*' impatient. 

J^ gelem JÀ, roseau, plume, pi. ak"lnm ->^'; gelem elh'adîd 

jLjj-i! Ji, plume de fer. 

yè gmè'r j+5, lune. 

,p*i k'omech ^iJ, gratter; foumâck /i-*i, bagages. 

Jjji k'andîr JjJ^i, chandelle, lampe. 

jjaui gonfôût <*&£, hérisson. 

L^i Wahoua iL^i, café. 

C^jli mëgouet 0*i^, glouton. 

/ ^li ^aôÛ5 r-^, arc; ^aôÛ5 essemâ U*JI r/^i arc-en-ciel. 

JU <?r7/ Jli, dire, raconter. 

^li grim >Ls, se lever; gaiem *-^, faire lever; A-'îma 
valeur; mseggem ^jLj^w», droit. 
, ^Li etk'ais ^Ju, prudent. 
Jli 0«ï/a îLi, chaleur; après-midi de midi à 2 heures. 



^3 

//-Lf AyTs /r»^, pi. ifcwôii V.-~j, verre. 
> - ^i' Ao66a La, flocon. 
J^ Aeôrfa ïJ^, foie. 

yf kbir j^f > grand; kebber yf, grossir; tekebra 5^A-!>\ récep- 
tion. 
sL>jf kibrît ^j^jjS, soufre. 
j«o kiîbôus (*»+>% \ pistolet. 
^S kebch juj, bélier, mouton. 
s^sS ktib y écrire; ktâb v^Lxi', livre; khba L~X écriture, lettre. 

écrit; khb ^*^, bat de chameau. 
^jjSj mokattcf v _*^ 9 , garrotté. 
^ fcettâfi ^U^, colon. 



NOTES -l l; LE HASSARM r,J 

jïS akthar jJlS), davantage, pi i 

yjJ., trop; ikathther Allah kl 
merci. 
J^ (oM'aJ J^Y, alezao. 
\^S koudia ùjo, collioe. 

v >âT ketfeb ^<:~, mentir; ked*(fâè m ' . . m ur, fan 

?l~>S kersa ?-**$, s'accroupir; l 
tï>S kerch i^> entrailles, estomac, renti 
r, S kra* y ■£, jambe, marigot, pi. I S. 

^^SS mkerkeb ^^*-v>, rond. 
iJjT^ hrrkndan A^S% rbinOCéfl 

>y forain >$, générosité; bim -• . rai. 

»P Jfcor ijS % naine. 

\j$ hi-'i LS, fret; _- - . i, louer; - . lompeu 

s_^~~ T jfcail > .~~s, gain. 

*~o kêtra ïj~£, défaite; ketra K**, pi. fcotMÔïir ,j>-X galette, 

biscuit, pain, victoire. 

Lo foui - .**^, couverture. 

^jS kcltafi ^J~£, ouvrir. 
L - _ C 
j.xi kâret Jib, papier. 

ou$ to/f . ^ X paume. 

yp kâfirjtQ, impie; fo .; , libertina| 

^âf fc/ô wjaS'; ikfi .jC, Bufflre; ta/ rofti- nt. 

J^ Aou// J$", tout; koull ùuâKed «^-^'j Jf, ebacun; koull 

iûîun *o J^, loujonrs. 

> JL kelh ,_- Y. chien; kelba LJd, chienne; koull 

tenaille. 

Jo tkellem JLSLjT, parler; hlffm »Xj, disoou ; '/<<i 

ip, mot; kéllâm >^-\ bavard. 

♦T font, combien, autant. 

Adi' ikmech ...X. ride. 



354 MISSION Al" SENEGAL 

y^S kâmil J^, tout. 

y** kmïn .j**£, embuscade. 

S knâna LïLS, giberne. 

J^T kèhël J^, vieux. 

^o iekôûn ^i^, excepté. 

r-,!^ À-ew ^-/, rusé, 

w?^ À-?/* ^%-£j comme. 

Jfe' keial J-i', mesurer; moukial J^£», mesure. 

j 

.►«J /eèôes j-J, couvrir; te/6^s , ,-LJLj, action de couvrir; 
Ibiïs ip V » effets; /6is, /èes ,pJ, se couvrir, s'habiller. 

.^J lebén, lait. 

^ — î meljijti kS^-l», crâne. 

*i lejjem JL, brider; fe/âm ..li, bride. 

♦A M'ot/i ^_i, viande. 

,i /a^'m *~^, barbe. 

>jJ lezzem w, condamner, obliger. 

^-J /s'7/i jj^-J, langue. 

v^^x) /aVô s ~d, s'amuser, jouer. 

^»J fa'na £jJ, malédiction. 

v o) melf y ^L», drap écarlate. 

Ju legà li3, rencontrer; eltignou liJI, objection. 

J lemm U, quand, 

w^v telhig ^_j>~s)j y amorce de fusil. 

L^J lehi j$ t s'occuper; lehi -%), occupé; léAôi ^), jouis- 



sance 



^ lum, gronder /^. 
y^ laoun, couleur ,.> J. 



ROTI - SI l: Ll BAMAIMJ 

p j leia* aaJ, constip.it io n 
^4« lâih> *jj j, convenable. 

J^ /«// JJ, Doit. 

>^3 leimon j^J, rit ion. 

«3 fetfn jjj doux au toucher, mon. 

r 

L» mnhou si», p. 
IL* mta XjU, cent; DitfetN ^j'- J , deux cents. 

^ miAi ^y>, force; "<//n rrr^* ^ nr ' ^ ,rl : '"'"' 

wJi .jjfr, énergique. 
^.s^ majoûs i^ys?* , idolâtre. 
^= ;/to/.7t ^, cervell 

^» morr *-*, amer; marr y, passer; ma a K. j . rois; Ram 
okhra ^$jà>* Mj désormais; mari • -•V j . deui rois, 
double; marra marra iy *y y quelquefois. 
L* //ira 3^, épouse, femme. 
-y mêrjân /V-=»V» corail, 
/r-^ marras i^y-, masser, massa- 

■fsy mridh ( jz-> y, malade. 
y^y fnâreg s y*« dehors; maroa ^_ ■ rtir; bupti 
extraire, 
.y» temezra *jj+>> reproche. 
cX~> mish ^$L*+ % musc. 
jLa mchâ -ï~- >, marcher, aller; mcha ma* ^— j — L. *, il ■ 
accompagné; macki „~--\ démarche 

marcheur. 

jL» mfar y**) pleuvoir; mafër Ja*. plu 

fu> ma' ?j>, avec. 
■y? ma OUOn .,_.--', manteau. 



356 MISSION AU SÉNÉGAL 

^j& iemktn ,^£»J, peut-être. 

jb melh' 1* 9 se ; mellah' k, saler. 

bk ml<J ^, remplir; m/ôn .j^, plein. 

jV wirà, wen ^>, depuis, parmi ; rnÎ7? >>», qui ; menein ^ ^, 

lorsque, où. 

*jl^ mena' «Jo», empêcher. 

^» mohor jtf, poulain; mohra ïj#>, pouliche. 

C^^ 8 wâf, expirer, mourir; moût *1Vi mort. 

• L» rriôïij ~y, vague. 

^-U môûs, couteau, rasoir, pi. amouns §j»j\, 

*U mû U, eau. 



u> 



L) neH ...ô, prophète. 

^-o nbah\ aboyer; nbitC ^~J, aboiment. 

*-o nab'at ixo, germe. 
wio 7ie6è'<? wsj, jujubier sauvage. 
*^_> enta?' v^->î, tirer à soi. 

*s J nejm a—s- 5 , étoile; np/?w ecA chërg ^ ô ^-i»JI ^^r J , étoile 

polaire; nejm enna'ch ^iJI *ar-\ Grande Ourse; nejm 
eCtTi'iKa L^.LDJ »aH, étoile filante. 
.psT- 5 naliiïs /Jor- 5 , cuivre. 
J^-> natïla iLs^, abeille. 
ysrJ nalina ,.^, nous. 

JaH neklda, dattier, palmier, rûnier, i-Lsr. 
.jJ 7irf<;// j-Vj, regretter, 
c jj vëzôu' oj^, agonie. 

Jjj mënzel J iu/, camp; («usai Jl)*-?, débarquement; nâiela 
iJjU, rhume. 



Ci 



r. 



ii4 m 

neseh ^~J, la mi II | ■ .->, 

gendre; n*i6d - — mJj bru. 

nzi.z ^J, oordir; -'Tari'] «J, 

5 c L 

mi'che ; mnnznu - , — ^, OUI 

nassu/,/i -**w' . arranger. 

.C _ 

^o nier r~-\ aigle, vautour, pi. n -~>. 

ç*~j ma fi >, oublier. 

> .si-j nechchâb ^J^i.\ Dècfa 

juj n char UUî, développer, étendre. 

kiuj nechchSP J>l&J, menuisier. 

~^j no^r m^, protéger; mon^ourj^^dJ riens; 

Jj»<*>) chrétien. 

^^sj nar ^_^oj, moiti 

J^-sj SflCtl J^, lame. 

Jaj nadhér p#aa>, rue; ruûiÀar »^->, t^mpe. 

wju na'ut, viser, indiquer. 

^^ na'yVz ^f^ 10 , brebi • 

^«xj na'âr /fia*, assoupissement; rôni na'j n V — u .'.. j.* 

suis assoupi. 

ijïJo na'c/i ^«j, cifière. 

Jjo na'î/ J**>°, soulier. 

«xj na'<ïma I^'-ju, autrui' lu". 
«jju na'na' «~^\ menthe. 
jj^j' r*/i'Â*/i i*j, souffler. 
^*jî> nefs !*-*>, âme, haleine, respiration, soupir; nfn 
respirer; nifâi [•*«*, accobchement. 

jaJÙ nafadh Jz-*-\ BSCOUer. 

Lu nafVa îlas», abcès; nafadh ^ u. 

Ju neaei Ui| descendre. 

coi) nogd'un ^LsUî, maigre; nagad* ^jd r. 

LU ,/ l/( i/' Ll>, marquer. 



358 MISSION AU SÉNÉGAL 

Jù engl Jù, propre. 

s SU mankib <^£^j>, épaule. 

SJ> nenkor SLxJ, je nie. 

,r*£-j nekkas { r^ f arranger. 

j+) nëmër j±î, panthère, guépard. 

-r-^ nâmâûsa i~*yb, moustique. 

J^j nemla -AJUj, fourmi, pi. nemel j^. 

j& nhârjl^, jour. 

pli naou PoJ, orage. 

jli nôrjlJ, feu; menier wJj», étincelle; nouâm sjj, fleur. 

•.Lî monéidj ^J^, prise de tabac. 

ju nâr iU, joug. 



Ja foc?c? jj>, menacer. 

• Jl» ^aefe; ^-Ju», melon. 

IsXa» Aarf<?, Aarfa li-a>, ainsi, ce, ceci, celui-ci; hadi sjl», celle; 
/me?a chinhou *& ,^ é! 3j>, qu'est ceci? houn ,», ici. 

^vfl> /lërô v^y*>, fuir. 

^s^ft herdh j^f*, vrille. 

v.t£â> /10& >jS&> ailleurs, là-bas. 

s^^l» /ie/é^ wJjd, crinière. 

*a> /fourra *a>, eux. 

*-a> mohimm *^», important. 

ua> fotâ lia», attendre. 

iy> haoua ua>, air. 

pft haouma X^a, autour, alentour. 

»^a> AcTn »U, être offensé; iAâna îiW, offense; fetti L .j**> 
facile; m/*m, lent. 

,a /«i'a -*, elle. 

wjU mouhnb y ,L^>, sérieux. 



i.Nu m 



j ou, et. 

Lçw, oiinh'i L»*, pesta. 

v .^j ouâjëb ^^=J_., obligatoire 

5tcw_5 ou;a' *-^, souffrir; touajjd ^., 

maladie; oujia p-=^j, douleur. 

v=^« moujâma 'i»-=±y. salive. 

*^ oujh tôt», face, figure, ri! mojak - .. pplier. 

wXcw^ ouah'ed, ouah'ad ^-^^ quelqu'un, DO, m- 

»Aa.j, seul, uniqin'. sealement, lolita 

.io^ ouah'chi ^<^*, sauvage. 

e,^ ouda* c,2*j, eau rie. 

Ojj ouarith <->\*, hériter; ouarrâik _ ■ ■ .. bériti 

^j^ ouara? ^J;j, feuille. 

\jj ouara !»•, derrière; own-a liôum >~— II Uj, dorénavant; 
ouara dak viMilij, enfin, ensuite. 

^Jjj OwA oJjj, branche. 

j_. ou::a »jj, canard. 

*x*-j oustlda ôLt, oreiller. 

^jj miz'in Aijfi romaine (balance). 

//-*—_• owasowa*, étourdi, ivre, tyy*}* 

^--j ousakh ^— j, tache, saleté, malpropreté; no*wM ^9*1 

malpropre. 

ia— _• ous£' Jau-j, milieu; on**' rddnr ilju - nr. 

— >« ounsi — 1«, faire. 

_^>« ounrn .^r., mettri ...—-., legi 

LL. ow^'a LLj, plaine. 

•ftj owi'r jftjj, cher, difficile. 

jfr« oufl'i ç6*, éveiller. 



360 



MISSION AU SÉNÉGAL 



ouofa 



,9., finir. 



^Jj dark y dark" vj^iJt 15 sj^iJb, aussitôt; dark' wiJi b, 
bientôt; d'arouak' vj^J>»J! b, maintenant; d'erouok? 
d'erouok' sj^iJI b c^J! b, souvent. 

^^j ouagaf y ^j' s'arrêter. 

j£j ouakel J?*, gérer; mouokkel jsy, gérant. 

jJj ould JJj, pi. aôûlâd ^j\ fils, enfant; oui amm *ï *xL, 

cousin; ouilâda ib^L, naissance. 
^j ouellâ J.J, ramener, rapporter; moulei J^, maître. 






u7^w cr^V.' sec * 

ielïm *~>, orphelin. 

e'erf Jj, main, bras. 

îVs't ►—b, beaucoup, plusieurs. 

iattôût o<JL>, diamant. 

irdlia iLsb, réveil. 

iemïn ,.y^>, serment. 

eliôûm fyj\ aujourd'hui; àom// toïïfn mJ JS, loujours. 



III 

TEXTES 



An commencement du wn siècle, !<• I' Lai iH 

signalé, d'après les mémoires inédits de Brue, le goût des 
Maures pour la poésie 1 , i Us "nf parmi eux, «lit il. une esp< 
de musique et quelques instruments qui approchent beaucoup 
de nos guitares; ils ayment la poésie et font aisément des 
vers que ceux <|ui entendent l'arabe estiment beaucoup pour 
leur vivacité, la différence des expressions, la majesté du 
gtile ci une certaine légèreté qui fait connaître le brillant de 
leur esprit et la variété de leurs pensées 

Dans son Voyage dans l'intérieur de t Afrique* t Ifollien 
cite, comme un chant des Maures Trarzas, une pièce de vers 
(jui me parait plutôt venir dé l'Orient qu'avoir été oompoc 
dans l'Afrique occidentale : 

Leida (Leila?) est malade dans l'Irak, que DQ puis-je lui porter 
mes soins! 
Qui peut mieux guérir un mal que celui qui eu connaît la ca 
Lorsque je regarde Leida, il me semble que je n'ai que des yeux. 
Lorsqu'elle parle, il me semble que je suis tout nreill 
Leida est malade dans rirak, que ne puis-je lui porter mes 

soins ! 

1. Sur 1,1 connaissance de la | 
mai rapporti ap, Paidherbe, 

2. Souretic relation de VAfriqx (tn/o/s. Paris, 1728, roi I L l. 
oh. XXI, p. J'M 292. 

Paris, 1822, : • il. ln-8, t. i, p. 70 nota 



362 MISSION AU SÉNÉGAL 

Jusqu'à présent, il n'a été publié aucune poésie en dialecte 
hassania. 



VERS DE ALI ROI DES TRARZAS 
§ 1 

A SA JUMENT 

9 •• . .. a 1 '\V ' L ' U ! 

El H'amra est arrivée la bataille de Djour 1 
Les destins t'ont frappée et tu es morte. 
Tu as été avec le sorcier 
Tu n'es morte qu'après avoir dominé. 



§2 

Ces vers étaient dirigés contre ceux qui l'avaient abandonné 
dans cette bataille. 

1. Djour est situé du côté de Porteodick, ancienne ruine. La bataille eut 
lieu entre les Trarzas et les Beydhat (Maures) vers 1882-83. Sidi Ali avait 
avec lui 70 hommes des Boueydat et 36 captif?. Le reste de ses gens était 
rentré daus leur campemeut. Ses frères, Amar Salouin. Mohktar et Lefdjah 
(ces deux derniers furent tués), fils de Mohammed el Habib, commandaient les 
0. Datman et les 0. Ahmed, au nombre de 660. La bataille dura de 9 heure* 
du matin à 4 heures du soir, uu an avant l'apparition de la comète 
vaincus ayant perdu treutc hommes y compila les princes, s'enfuirent à la 
citerne de Ntidban. Sidi Ali eut 20 morts et 9 blessés. 






NOTES IDE LI n I M 

— ^-^^ 



/a ïluiuirn n men en ijba 
l Alik 'ëdUûk nu lu chiftaôû 
Ou gadrôûk ç&igek tôû 

Lhoum beibâi touak'âti 
Mi dha\ i • ■/,- elbcû elli oua 
So'ti ou (jbadhfi ou Vtelti 

El M'unira! lorsque se son! j< 

Sur toi les ennemis qui n'ont [>ms attend a, 

amis t'ont frappée <"t t'ont abandonn 
A cause d'eux, tu es reste dans la déti 
Le mal qu'on t'a fait ne t'a pas atteinte; 
Tu as poursuivi, pris, tué. 



S 3 

H'âmed »7 h'akk iala*li lakbar 

Fi men >-n ilhfmr <Tak Embâ \ 



364 MISSION AU SÉNÉGAL 

Ma raina bas 'Amar 

Ou slekna men bas Embârek 

Je remercie Dieu, ô le plus élevé, le plus grand! 
Lorqu'apparurent cet Embârek', ce 'Amar; 
Nous n'avons pas vu la valeur de Wmar, 
Nous avons échappé à la fureur d'Embarek. 



§ 4 

M 



Ozei Moliammnd Khouna bih ikhlaou çdigou 

Ouanâri oulli ras ellou kân iji « 

Filou gâ* eUei ioudârek gall açdïgou 

Ou kllier 'Adi ou zouolig ou tôûtah' ou ckârek malou 

Ou injah' etli f eid'x oula khaiTas 'ageb Embârek 

Etm Embârek ma hou h'âdi 

Ouallah ma liôu gâ* Embârek 

L'armée de Moh'ammed Khouna, aucun ami n'y est reste: 

Aucun partisan ou chef qui était venu; 

Peu d'amis ont jamais agi comme lui, 

L'ennemi était nombreux, ainsi que le banni, le misérable. 

Et celui dont le bien est partagé. 

\. Embârek Ould Mohammed Sidi Ah'med était chef des Oulad Daïmau. 



ITM SUR Ll BASS \m\ Mi 

On prit ce qui était dans sa main; il n'a ri»-n - 

d'Embàrek. 
Le nom d'Embàrek n'est pai booorsble, 

Pour Dieu, il n'y a plus d'Embàrek. 

Il 

tToumân ni ouaçira h'asbia — CÀ0T /////'7j A / 
Netmouiwk spâv elhajiri — 0»m id faàoti /et/âJ 

L'excès de la ebaleoreel Bor moi. Là-bas, rers elle, il 

Je viens vers toi par la marche de midi. El voici qu'arrivent les 

nuits. 






Les poésies qui suivent <>nt été recueillies par les soins de 
M. Mariani, inspecteur des écoles indigènes dans l'Afrique 
Occidentale, à qui j'adresse tous mes remerctments. Ne les 
ayant p;>s entendu réciter moi-même, j»* n'ai pu l< m 

pagner d'une transcription en caractères latins. Mais je les 
ai reproduites dans leur rédaction et leur orthographe ori( 
nales, en y joignant les gloses et l« i - commentaires «l<>ni elles 
ont été l'objet. Ellea sont dues, comme l'indique la note ^ui 
vante 1 , à <l» i s portes modernes qui jouissent d'une certaine 



366 MISSION AU SÉNÉGAL 

célébrité au Sénégal et en Mauritanie : Moh'ammed ben 
Ahmed Youra Ed Daïmanî; Ali ben Mohammed el Habib; 
Ihn el Mobârek beo Yamîn, Moh'ammed ben Haddàr, Wbd 

Masouma, Abdallah El Attij. 



III 
VERS DE MOHAMMED BEN AH'MED YOURA 

§ 1 
(genre libtait) 

Celui à qui je m'adresse, ne se fatigue pas 
D'aimer les femmes et de décrire leur perfection 
Celui qui décrit quelque chose se fatigue. 
Un voleur ou un (guerrier) revenant à la charge est 
décrit (?) 

1. Glose : <^L»l^L\ ^JJï. 

2. Glose : à^^sù ^o*JÔ N J. 

3. Glose : éL****0\ , ^2»-. 

4. Glose : <*JL»5o k^jçuoj,. 

5. Glose : kâ L^Lo oau«o<» ^r* 3 *- 



NOTBS M R LE ll\^\M\ 3-;: 



5 - 



' ' 



y 

t'c y - y y y 

' -- Jj --- . 

•» C .- c • ■ é y . y . 

J --^ — , 

JbLJ c ti jj - 

b > * X 4 y y y 

^ y 

»JUJl __.^ JJ JUfcit, 

_'_■ il ^.iîji 



x y 
y y y 



|L5o! oLiJ :JJ U» 

Les gens ont dit que mon eœar était mort 

A cause île U'aida, à moins que l'espoif DC sur_;i- 

A cause de R'aida, a moins *\iw \<- ne vou» un messager 

Qui m'apporte, de la par! de R'aida, dtt pai .>!•■- de JQSl 

i. GlOM : J^XjLo - ^j-^ii — ^UJï Joj». 

1 tilose : N)U\ _\j _^\ — 5\j*\ ^. 

S, olose : "^v**^ — ^**?}j *\ —%yê\ ^j*. 

4. (ilose : à<^s^.\ ^jJL> — ,^U*. — i\yt\ +~.\ . 

5. Glose : ^U\ — çl>U j\ — iL*1 ^î. 

6. Glose : L*>\;\ ajoix — kjL**» «\ — a\ ^c\ *~w\. 

.1 ose : ty***-* — AJ^ àJS \3ot. 

8. Glose : Jl^- cr ^^\ ^a — J-^»*- 

9, GlOM : àJ^« ^sJ\ — ^j-*rl ^}- 



368 MISSION Al" SÉNÉGAL 

A cause de R'aida, à moins que l'espoir ne soit interrompu, 

A cause de R'aida, à moins que ne tombe son voile. 

Tout cela est sinistre 

Et on dit que c'est la meilleure situation! 

Personne n'en dit jamais 

Rien que ce qui ait été dit. 

IV 
VERS DE ALI BEN MOHAMMED EL HABIB 







c > 



Il faut absolument que durent mon souci 
Et mon chagrin, et je suis accablé; 
Il faut absolument que je regrette les tente ; 
Il faut absolument que je sois affligé. 



82 



~ • • 






{. Glose : ^jwX_)\ — ^b ^\ — <J>=»-. 

2. Glose : Cj>y^\ — ÇjjÂy 

3. Glose : ç\~^£\ (J,\ — ^_àU-i>\ 0\ — LôjJ <J*i»- ft . 

4. Glose : Oojr*. \3\ — ci_^-> 

5. Glose : JLJ C~*i J^Lc — ^y\ J^»N. 

6. Glose : ^^ ^ ^^sr?. ^JJ\ ^ - JÀ* b. 



NOTES SI l; i E HASSAN M m 

• 



• * 



t. c y 
- 



C C • • y fc x 

• * 

■ 

Z --- ' p 

Parce que je suis, depuis Ni QUÎtS, 

<> mon esprit, loin de ce qui kne eharn 

Une nuit près d'EI Ifor, bel 

Qu'y ai-je vu, ô mon esprit! 

Trois nuits dans la plus dure peine; 

mon esprit, au-dessus de l'ouvertore (du puits d'Eotidit; 

Et deui nuits, Dieu ne m'en a l'ait toir 

Jamais de pareille 






s c s * t. s t y 



- - 



I 



-- 



tfj j~ ~> ^ 

t. Glose : iA="^tj» — ^o sj~J[ — ^JL-J. 

I. Glose : C*jU to JJLi b — If^i jltf U. 

1 GlOM : JUàâ Lfi*' 1 vy - jy £>U$J 

4. Glose : CoXJol l^J J'Jb j-^J *^ ^_ ; o — AÀaJ 
:». Glotfl : <UJ\ ^^ M - j^^- 
note : \^A — U^Z3U- J. 

7. GlOM : lfc.>J^ — ^<t b\*. 

8. Glose : s >l* J\ . ->>U — àJL^.-. 

- 

■ loge : l^L« jS)X 



370 MISSION AU SÉNÉGAL 




Les jours se sont accrus : 

Six, ô magnifique! ô généreux! 

(J'ai passé) trois d'entre eux chez les Oulad 

Badjoukkou, affligé, attristé. 

Et deux (jours) à cause de mon chagrin pour El Wrràd, 

Je ne savais plus rien. 

Un, près de la famille d'Andjàk et ce fut 

Le plus pénible de tous, à ce que je crois. 

1. Glose : i_xoOj ^Sis*.^* — J^> f-**>\ 

2. Glose : *»\wo\ ^^s. — C>J^*- (J*^ cr* ~~ O^l?- 

3. Glose : \Jo\ — ^-à ^\ j^Lê — cjS\U U\ Lo. 

4. Glose : ^J~^-> (a-**^ — <&«^-L ^Xr*.\^ 

5. Glose : ks C^-^ià U»-^ — ^i-^o\ yt. 



SUR U HASJi \MV 

\ 
VERS D'IBN MOBAREK 



S i 



:I c 









..... ^ . w ^ 



» _ 



• cl./'/' » 



monde menteur, celui qui compte sur loi, 

trouve que des oreilles tenu 
Qoiconqae est intelligent méprise I 
El persiste à Be séparer de toi : 
Celui qui n'a pas d'intelligence l'aime 
Et celui qui t'a aimé Le méprise devant \ 



S 2 



\. Glose : 4&JO c?***^ £<■;»*»<> ^J^U - *»fc Cô\ - ^j»\. 

2. Glose : cr ^tfô\ — V^. 

3. Glose : ^Uab y^r?. JjU ti OS £j*. 
». « ilose : ^Xax» ^\ W«^ ^-^ y «*» 

.lose : ^Uir^. — <*J JJL* N 
6. GlOSe : v^X-v^-\ \j\ — Uai\ •jJL^r?.*. 



372 



MISSION AU SÉNÉGAL 

y • • • V 

*^i :U _^ j_^ tjj>! 

5 *,! «X-a> J-^ *JU 8^1 

fc C C • c C fc C • ^ 

,1 J-^wc»! ^_qjÎ *—Jl_s! j«-=v! 







C C i, s ^ f c o J c • .J 



Ton rire, ton charme, ton action de tendre la main 

Sont à qui aime ton rire et ton charme. 

Ton action personnelle et ta venue 

Sont à celui qui n'agit pas avec toi et ne va pas à toi, 

Tout cela est parti et s'en est allé 

Et il n'y a plus personne qui le désire. 

Quiconque le désire, point de compassion (pour lui); 

Il ne lui reste plus d'ami avec toi. 

Le compagnon de ton rire et de ton charme a péri, 

Et tu es la cause de sa perte. 

1. Glose : 0^4^ ^Sjs^ — 

2. Glose : Jl^-csT ^ — ^U**a- 

3. Glose : JsU. N^ — j£jl*> J-a?U — ^JJJ. 

4. Glose : n^-^oj — ^_^jfc> — àJ6 \JsJb*. 

5. Glose : ,^t^Lïj \jo\ — j^.1 <^^ \X*^3 ~ f"*"^ l>? *- j ?-*-^- 

6. Glose : à~*X& ^^oLa.^0 ,JL£\ Lo — v_iLX*iJ\ à<^£. Jo**\*. 




7. Glose : o£j*-*j 



-jJ 



c?* 



U 



8. Glose : ^jaJo jl^J 3 - 

9. Glose : àS^Jt l^wa-mi Lç_3 \ J^»N. 



.Lo«. 



NOTE i l; LE il 



I 3 



LHONNEI l; DE ■ .111 il.ll «mu ' 




3 Y «- \ — J >■ » ' i »•> —) 




*e-j jj— \ Li,^! ^i uu». » , \ i. . : 






1. Cheikh Sidia, de la trlba des Oulad B< ri bel : m< ..raucbe de» Q 
réeide & Bou Mimit, u nord de Podor : Il i toujours montre* dee lentim 
favorables à le France et a même rendu une 

Il est eu même temps le chef temporel dee <> Bfari ehei leeqoeli i*èiebUl «on 

eocêtre, un itounti nommé Heïba, - khtarel k.-i.irh. ; i 

el fondateur de cette branche ' f, Le 

C Afrique occidental*. Pai . i de 

Cheikh Sidia [Archivée ma , i. \i. . m-v\ 

G. Poult-t, Les Mauret de l'Afrique occidental* 

Mauritanie saharienne, p. 260-362; K. Montet, Le culte des iainU 

Genève, 11)09, p. "1-8^. Sur une lutte <|m 

riti dee Brakuas, cf. Boulet, Lee Maton - le l'Afrique occidental \ 

2. Commentaire : >\>J* ^J^~j >\>\\ L»Jt>% a r-».-<o ^-« uêJLiCl • à^. 

3. Commentaire : r^^JVi ^ ^JJlJl:\ dL . :;„ : r »«x*i w - ^^. 

4. Commentaire : ^^jo s ) dJl* ^ ^-oui 1 ^ o%->'--j OLjua 
Commentaire «"JJ ^ir*» 1 C-**y^ J*-*^ * A*»t-H ^_\\ ^j?-^ 

Comm. : àJ^c (var. ^y"^) *W*^)1 >U»! <*~JU ,J%-L\ <L"_« ^^-Jo\ 




MISSION AU SÉNÉGAL 



-j 






c. 



Dès sa jeunesse, il était caractérisé par ses belles qualités — et 
plus il grandissait, plus elles grandissaient en lui. 

Son caractère se détourne des cheikhs — et de leur découverte 
des secrets. 

Ceux qui le recherchent ne sont pas frustrés — et ses belles qua- 
lités nourrissent les gens. 

Ses enseignements guident (vers la vérité). — Quelles excellentes 
qualités il a parmi les cheikhs? 

Iblis prend la fuite loin de lui; il est habile. — Son caractère 
est beau, ses pensées pures. 

Il n'est pas de ceux qui réclament une vengeance immédiate — 
il n'est pas de ceux qui aspirent à la connaissance des choses 
cachées. 

11 n'a pas de préférence avec son Seigneur — il ne tue personne 
qu'il ne le ressuscite. 

§4 

EN L'HONNEUR D'iBN *AIDA, ÉMIR DE L'ADRAR 3 







;LL,' J-;' 4y 




k y — '. — S y >y—Z* ^ — c — i -1 ^_>j-Z 

z 

1. Commentaire : (J,<*-JL\ O^ O^— *-£■!—:. cr-r. 1 -**-^ ^ *-J*-J\ ^j ^j*-*^ »3^ 

2. v*£JJo S>\--o y»+2 çS d^j £* <0 ♦■^i't-J N «îkrwa.J^-o O^ ,-->^ *-?^ 

3. L'émir de l'Adrar é t m i t Mokhtar Ould Ahmed Ou M Ai.ia Ould Otsman, 
mais le pouvoir était exercé par son fila Ahmed ould Mokhtar. Le nom d'ibn 
Aida OU Ould Aida est donne a l'émir de l'Adrar par suite d'une tradition. 
Cf. Poulet] les Maures de l'Afrique occidentale française, p. 131 ; Donnet, 
Une mission au Sahara occidental, Paris. 1896, in-S. p. .;.'. Dans sa relation, 
Vincent donne le nom d'Ould Aida au chef de l'Adrar. cf. Annuaire du Sénégal 
ti dépendances pour f#54, Saint-Louis. 1864, m-16, et dans le Tour di 

t. 111, u. 56, p. 56-61, le récit de sa mission auprès de re personnage, p. ' 
130. 



R IK lUSSANU 

I ^^jJ J yJ m L JL - - - 

t, y v JL / / / /( / 

-^oJ! f-~^j J , --*- u *-? * - - -' — — 

Tu n'as pas cessé, dèi tOO BOfaOC 
jour par l'Orient 6l le Sahel, 

Les Arabes d'El Ifabronk, lea Bal Unt'ar, - Tî- 

djikdja, et les arabes de <ilia!>, 

Les arabes d'El Bath'a, les transe de '.m. •hum. 
de Char, de Cboum et d'El Kerb. 

Tu n'as pf»r«iu aucune des qu dîtéi — pour loaaieol 

les Aral. 

Depuis que tu as grandi, ta as grandi — dans la justice et la 
recherche dea scienci 

Jamais tu n'as joué — et jamais <ui n'a BU l» 1 J6U ^ Peprocber 
à ta dignité. 



S 5 
l \ L'HONNEl R l'i CHEÎKB m \ L UN \i\ 

^ .. ^^ ^ ■*. .. w .. . — ^— - ^' ^^ 

1. Commentaire : Lo -.->-«-!> <jiJl«o -L >)J| L> à^.«.x-*_*, o^ »-^LJL\ »* 

S- 

. w ■ 

I, Commentaire : f<*JL»Jlo JIjL-X~jV\« v J.x»J\ ^y-* Ol~i-J i_u A* J^-L*. 

3. Commentaire : V _ - ^»J ^\ f3o^) £^*«JI ^ j,\j>i« -x_i ^_X^> 

4. Il s'agit du célèbre agitateur établi i S 
Tasaona, dani la Sagnial al Hamre, --t dont l*influ 

la Maroc fnecjn'à l'Adrar. La troupe da banditi recroti lim, 

lea Rgoeibat et les Arouai qu'il menait i -a - 

sultan Abdel 'Aziz, puis par Moulej Hafid, m llTra parto 

,i dea viol.Mir.es : en L906, l'un deui fut larpril '-mayant à MarrA 

forcer la porte d'une moeôjui tommettre un \ i i 

irent contre eux lea population i musulm leur 

fut Impoaalble de rep teeer par l( 
e'embarquer au eap Jubr. Le nom de Mi 
beo Mob'ammed ••! Padbel, oi igin lii 
cendre de 'AU par xab'ya bea kbd AUab flli d'IdrU II, 
on a publié a rai nu certain nombre d'ouvr 

rappellent, pour leur comooeitioo, le il. n 

appartient i la aecte dea Qadlryab I 

•-77. Poolet, Lee Maurti de VA ■,"■ 

5. Commentaire : <0£,*ù^> Jfi ^*-% <*JL--*_^_i Jf> 



MISSION AU SÉNÉGAL 




^,C,.^1 ^UJ, 1 






6^3i J^l (var. ctJ,) oiyj. * J_J IS I k h ] < ï J-J 



7 j->j <j^-=^ ^SJ\ j-^-sr-J & J-r^ \j-* p-* J—^ J'-*-r^ 

Autre commentaire : >^J\ ^-^ < ^ L ^-* ^T^ ^ l^°^^ '^-C^ ^-k^ 

i. Var. : J^p\ ^ 

2. Commentaire : s*-^»- o^r 5 ^ ^^ «Jj^ c^ 2 *" *^y* cr* ^-"-f-^ ^^ 



Autre commentaire : ^ C^3\_j ^*Xj Ol^ ,: '^. ?>■* <**-J^> ^-^ CXL^s^ bLo 

3. Commentaire : JLswla*. (var. <*Jj) ^ôiu v^X-ob ~*-i-£ k -^-?9 c^° ^ 
(var. <W$J»\ L^-Xi»-lsfc. LçJ ^^ôjo) à-+-ç-*> <^-Jàj*J\ (var. <*JC^.L»»). 

4. Var. : ^Ùk3*\. 

5. Commentaire : ô^> ^-s ^y 15 * J^^ H^ ci" c ^-^ a - a -? «^■^- > ^--> "a^-*-^ 

Autre commentaire : ^Jx J^-»-? <- x \ ^ L^ôjo ^LsuULX_-o siX-oLJ' fL^U\ 
J^îC\ J^ J->V^ Jx '<L*S\j 3 cti**.j iÂJOi" 5 JUaJ. 

6. Commentaire : 6^.XJ^}\ ^y^\ **_sL>Lo\j <^Jl_-vJ J6 \jbJy^X3 ,J~>V^ 

Autre commentaire : £\y\ wXrLLJ" L*£ ÀJL-J^ ^_j» ^ Uj j^LLô" ,J->V^ 

7. Commentaire : 'zL>yL5LJ\ ^J-^à^ L^xUJ\ ^Jx Iaj^Lj Lo_j>\ ^JIjLJU 
Autre commentaire : < _^^^-\ >>>•£ ^s-^U v_^sr cjr XJ\ X)U:\ ^^j: jLsLJU 

8. Commentaire : ^a> l«-*jt \ ^^ ^^-W. «^>-<»«-^-^< ^\ -^'JL^ *^oL\ UL 
sj^-A ^>^o, ^_^_^i:\^ JU-JU J-^U J--:^ -^-W. ^ ^^r c^L? J^^ 



NOTES SI H il kUSSANM 

Ton caractère aime toute tribu — b qui d 

Bcull 

Comme tu t'occupai de quiconque descend chai toi — qu'il y 
ait en lui du bien ou du mal ! 

Que d'ambassades importante! — dont lu arranges les graves 

BoUicitenre vont te trouTer a la Ble, — i p mou 

à cheval. 

Chaque nuit, tu reçois <lf»s chameaux ainsi que tonte sotte de 
cheTaux. 

Des mulets, tu an as plus que des chevaux rit aussi 

nombreux que les cailloux el les grain ible. 

Les chameaux, lu les donnes ainsi que les chevaux, — les mu- 
lets el les ânes. 



\1 
VERS D'IBN MOHAMMED EL ALEM 

S 1 
\ LA LOI ANGE DE CHEÏKB -MUA 

« a_j , ;_»_j1 .v .11,1 «*JL) » ^L>J *->» Aj- : .*., -. 



c 

cheikh, je vois que par ta générosité, — tu donnes l'hoapita* 
lité à des milliers (d'hommes . 

Tu en envoies mille à ta tribu — et si elle rel'ii-e, tu leur l'ai. s 

des dons. 
1. Glose : Ijj ^a^-<xj ^J>' *^_»^V^ — jX^o^" ^.^ £&a&1; — ^-^-^ ^i} 



318 MISSION AU SENEGAL 



§ 2 



es; .* 




Iblis est irrité contre toi, — et tes actions le troublent; 

Tu marches et tu tranches dans la religion — et tu ne te 
détournes jamais de côté. 

Quiconque en revient et s'appuie loin d'elle (?) le bien s'appuie 
sur elle. 



VII 
VERS DE ABD MASOUMA 4 



9 S 6 • • fc <,-» J l & * C t S et.-, k. 






*■' > s ~* " " **~V 



Je suis resté à pleurer dans la demeure et mes joues blessées 
le témoignent. 

Mon amie est partie, miséricorde sur elle — dans le salut de 
Dieu et la paix. 

1. Glose : v>£JIa_3\ ,^-m ko k*AJ* Lo — ^L^Xai. 

2. Glose : L^. J,\ kà CUjlJJ\ Lo — JjuâJj — ILS. 

H. (ilose : \^Xs. ^J>Z\ v^^JUuU — ^-*■£■ » «J»jL_>\« ç^-vYv. 

4. Celte pièce upparth'iit au geure ~>^*-?. .-*>. 

;>. Glose : ^^^o ^5*^- C_A^ *^_; — «Jb^l? <^^ — £:/^ c*? "~ s -^*^- a "v 
6. Glose : ^UV^ <*JJ\ ^^ ^ — l^J *+.j — ^yaJl v_^aô. 



NOlhs -I K LK !l\- >VM\ 






VIII 



VERS DE MOHAMMED BEN HADDAR 



§ 1 



EN I. HONNEI l; DE I Hl.iMI -IMA 



s J * y c y 



S f K. * {, S S 






y > y c > 



c s s 



y 



c v y w y • s. ' \. s 



►J ) 



; è- 



y ? *, - * • • fis 

* i ii, ««« \ ?! >_lA > — « ~ 2 *» M. 

- ; c- 



A U! 



/■ • 



y y y y t 



JJ— 



Tu es un chef spirituel, un souverain illustre, bon — honoré, 
vers qui l'on se dirige. 

Des choses te sont ouvertes alors — qu'elles sont fermées aux 
lolbas. 

Ou brisées; c'est l'état < 1 1 • ta qualité — ouvertes pour toi OU 
brisées (?). 

y 

4. Uue note fait remarquer qu'en haminii ^y^ déeigne un ck nel 

et L^Zi un chef temporel. 

I, ^y^^srï (Var. jy^JLê^ ^^Ajl^) js^.^yo j-*y\$ u 1 v_U->\ 

.... 

4. Glose : dLsT-^ ^ l^JLJlfc. ^j-X-B ^* k ^yb_j ^*-^ ^— i%^««X«j 



380 



MISSION AU SENEGAL 



§2 



en l'honneur du cheïkh sa'debou' 




6_>J-;_J! 



SCJjJI 



ij 



ce c 



^ y c '. c c 



' ' ' \ ' ' '£. 

c y y *. s s c y c y >. t y 



c c y i 



fc -> fc 



* *_j.x_;l_~J! ^1 k-j-xjj-Ji ^i * J-r- v 



JCJjJ b ^ 



c — • c • 



'J U c^ 



y y y y 



y y y y ^ y c. y c y c, t y c y .. y 



c y y y y c y c y c* 



i t/ ( /c y y 

• — S.1 ^c' ~' — !•» ,. r-^ 9 v »vj 



1. Le cheïkh Sa'adebou Mohammed Fadhel, frère de Ma el 'Aïnein, s'est 
montré au contraire disposé à accepter l'autorité française. Son influence 
s'étend dans le Sahara occidental du Tichit et de Oualata au Tiris et daus le 
Fouta-Toro, le Sin et même le Fouta D) T alou. Il a approuvé la fetoua donnée 
par Cheïkh Sidia pour conseiller la soumission. Cf. la traduction donnée par 
Michaux- Bellaire, Archives marocaines, t. XI. Paris, 1907, p. 140-150. Poulet. 
Les Maures de V Afrique occidentale, p. 145-146; Donnet, Une mission au 
Sahara occidental, p. 29-32 (à consulter avec défiance). 

2. Commentaire : ^xi^X^a +*j ^^jl-xt:. ^jjl^£ ^-^-^ jX^ô N *—oU ^J2* 

TJbUM i\j 

y y •' 

3. Commentaire : J^->\ £*-£»* (var. fl*J\) ?y-L*l\ J—*^ jjjè cUJL* 

4. Commentaire : dJ^^S\^ àJ+sS}\ \.\ ._£_-> \ ,\ ♦— « à^^Xs. y* A^- S > j^ 

.(Var. ^iii) 

5. (Var. ^-w*-J\). Commentaire : <Lô ^ <^-~^ ^ ^^^r. ^ cr*^^- 

6. (Var. -ws^J\). Commentaire : >X^w«i ^ A^uJl l^_>\ si£_3\ J-*JjJ\ 



l. Commentaire : j*j£\ J«^ ^ cj-^W rj-3**^ **"n>* c?-^ v^->>^ 
8. Commentaire : ^ ***^- J^ ^ iLbiM ^ J-*^ 4^4 itfjàA 




ftU MJH LE 811 '"' 

lut! ^O: ♦ iA ^ - _, 



Ta Lumière bsI itable, tant aucun dooU ~ eommenl 
cachée quand elle es! allumée el visible? 

apparaît aux savant! — quand ili riennentle mettra 
a l'épreuTe. 

[té réuni! continuellement — l'a al el la pr> 

Bt une chose n'est stable — que par la preuve el l'argument. 

Cela est indiqué, neur — parce * j n »* tu de 

et de chef. 

L'excellent oe «les cheîkhs est meilleure em-<>re — (Tu 

dans la Bituation la plus êlei 

(Ton frère a encore l'origine la meilleure des <-h»*i khs ; — il es! 
dans une situation très ôlevi I belle. 

Tu es le meilleur de tous(?) — et ton mérita en asl Dne preuve. 



S :< 



! \ L BONNE! l; DE BEN M A M m 

/ y J. / ( c s •» 



£< cj w -_*_>' x^\ « ^\ — i di— ij sa 

i. Commentaire : v >L> ^Jx v^JL^as« ^'^-i v .À-> « >b ^ ^J-"^ ûol, 

Mokhtar Ould Baba Onld Mah'amad Oa d H imdl, triba mara- 

boutique dei Ida <>'i '1 Badj Dermank* 

ma. d. Khalife, ( > Bolbl el doc pari v nan 

(cf. Poulet, Ltt Mtturtt de V Afrique i/f, p. ' I 

3. Commentaire . ^-w^.1 L*« cX^Jl_*\ i^c jXJLaU **_>—•- *_> 

4. Commentaire : U^^.a..\ U LJUatj U^L< jX-^» L»« Àjyj\ ^^ 3 - 
Commentaire ! <*— >Li »JL->« _^_-^_5 ,!•• *-^ — x-± ol Ul «..» s^_S\ 



382 MISSION AU SÉNÉGAL 

s 

s c: > €. s c y / s c t, • c x ^ • c '-» 

« d S LjL fl^l ^^J^=. * , Q..^< .^^ ^C-^< 

Tu connais les sciences et ta famille ne te les a pas enseignées — 
Comme c'est beau de connaître les sciences comme toi! 

Tu possèdes la sainteté et ce qu'elle comprend — comme les 
saints sont beaux ! 

Tu es un grand sultan et un grand saint — et ce n'est pas en 
vain que tu recherches quelque chose, 

Dans les sciences et la bonne direction — et ta société est le 
comble (des désirs). 

Tu ne t'occupes de rien, sinon de commenter — un h'adith 
authentique ou des versets (du Qoran). 



§ i 

en l'honneur DIBN oOTROB ED DA'MANI 




1. Commentaire : doU vjJJC-wJLs^ 5 ^\ ç-< _^_*»>JJ\ ^ , ++- -* .* ^%-Lsù\ ^t 

2. Commentaire : J^Ov>a. ,— «.»»*ft-l>' ^_£v*«J i**" 1 ^_$* ^yàSLSu^o C-o\ L»« 

3. Commentaire : d^^^st^ cX^s LLXrwlr*. v -^sr \L^aJ\ ,J-o3 b. 

Himientaire : j-^> b> LC-5^"° N ^J <^k-o ^.e. ^_5)1^ \JJb LLS^. 

.>J\ 

5. Commentaire : ^L^sr^ V^ Lç^o\;rL« t^L*._> À — ; ^_» <* k _àl_> t U U *> 

6. Commentaire : \<vÀs>-**} L» ^}-^3 (var. j£J LUii v C«d* ^«^ ^^* -*-*-: 



NOTES si I; \.\ IU — \M\ 






o le meilleur des nomme* renommé! notre i>ut i sa. 

Noua sommes venna ici en croupe aur une monture 
o'étionf p i yen us, I ité n'a i 

Noua demandons une chamelle fameuse, ai i 

sinon un chameau rapide. 

Après i*ela, tout w qui — bouche la pauvre (lient 

S 5 

Moh'ammed ben Hadd&r avait été chargé par Sidi ben 
Moh'ammed Lah'bib, chef des Trarzas, de loi rupin- un com 
mentaire de Sidi Khalil, intitulé ,- V '. Quand il eut terminé, 
il lui restait un certain nombre de feuilles de papier qu'il 
voulut garder en raison <lu proverbe hassania : &LJJ 

(le Burplus aui ouvriers). Si.li ben Moh'ammed les réclama. 
Mm Haddàr le menaça »l«' lancer nne satire contre lui. M 
quand il ^ut (ju'il courait le risque d'avoir la langue oOup< 
il composa l< i s vers suivants pour lesquels il reçut une BOjmme 
considérable. 



& 



J! 



■i 



J «2. 



JLJ L_k 



% 



Jl. 




_CJ 



v 



J 



i\ *1 






J-i 



Ji . — 



J L_L 



J! - — 



1. Ce commentaire, en quatre volomee, est dA à Moh'amme.l Babe ed i 
manl (communément appelé er >L»jjJ\ t — .^oc*. 

i. Commentaire : y*} cr^^ ^Ir- * CJ* c/ ^ . J*-* 



cr» J^ c^ *-*- <^ ^ ^ 



rV^ 



_^_> 



i Ç-~*- 



'v->o_j\ £\^_£Jl^ ^%-ilL.; ç-oj^J >*>* f L^C^Lj , )j*}\ 



>£ d^.«A^c .-j\ \_XJb 




,t,^g Al g<*\>*1 *-xa 
:{. Commentaire : ^LL-oJD ïjJl^aJU ^Ll^aJ ~~~<\ 

immeotaire : L*~à ^>^> ^^rrr^— > . o - '* <^-^ aX ^ h - «~.«»\ 



384 

c 



loi L 



MISSION Al" SENEGAL 

G - C X / 

i • » ; 



j\j— k__JI 



t 



U_^_LJ J. 



x g x 



J= 2. 



Jl. 



d ; 

c x c 



-V 



-" Jl 



xx c 



y y c 






X C X 



ex - 

cl )\ 



*oL*_kJI il.t, A. " 31 ^3 , 

« ^ x c X • 

Sç.Ljl_^_JLJ 1. h c » . * . 

C • - - 



J=_i « 



. 3 i_« i-, 



C X w 



6 



s — £__> Jl » s ,Ll5LM LLk? (var. *£k) Jo>l 



fc f C S C 



7 C.' Jk M ^a_ 1 X__<N 5l if, 



t 



X C s ^ s 

J J J fc Ç ^ 



G X X C CXt-'X 

o x J ; > 

s ■* X 



Le cavalier des Arabes d'Agounni 9 , — d'El Mendjà' 1 * et d'El AknV 
M'a enlevé le surplus — elle surplus est aux ouvriers. 



1. ^j-^o L-g...-g-*L.«..;>3 cr*»;^ *-?.^ «J-* ( var - J— *~ J3= ~^ Jj^-f. c^° 
LôJ\ yt ^o (var. 3L«j>jl^J1o) L^> CU^a \3>\ (var. Lç^^sr-?. 1^5) ÎL*j> ^Jl 

2. Commentaire : lX_j\a^J\ jJLc. ^L^.J\ ,Jl^sJ l^L** >x*Luo <v_a ^ 

3. Commentaire : ^J <, -tfU, \ ~»£o»J\ <^_âL>JJ l K c yt> ^c <jJ < ô.,o.!\ jsÂ-\ 

.*\jy*M Jj^J\ 

4. Commentaire : ÀJ'lax . 1* èJo v«JL> <OLc ^ ^sj -wc. 

5. Commentaire : ^"V^ c-^a\JJ\ tUxaJl ^XJ\x ^yâ »\yM>. 

6. Commentaire : Joo oi\«^ ^r* (^y^-: sj>^ vJ-^*-? ^ cjy^ - * c£~>~*\ 

x : u^i ^l5o ^ v U5a\ 

7. Commentaire : ç^-^sr? ^_sj^>o<v>o <*a ^o — , )li \>\ ,» * fc> t» ) \ ^>»V^ ^jS 

8. Commentaire : (var. j^Li'\) oX-***^-J\ — v — ^"—^ v^y-^-'^ ^^ (,_?-^ 

9. Agounni est uu endroit du Tagaut. 

10. Kl Mendtjâ' est sitôt dans l« H'aoudb et El Akrà' chez les Trarzae. 






ROTI - SI l: LE HASSANU M 

Il a enlevé le surplus, celui qui l - l'oi 

m iân, 

Celai qui commande s cent bommes, qui 
lr bien faisant, 

L'appui des U mmee d'Ei Rah'mâo - et le rarpl 
ouvriers. 

Il a enlevé le surplus, celui qui m'avait donné nue cham 
couverte depuis <li\ mois si un chameau coureur, 

Lui qui donne indifféremment aux allants ••! anx venants 
le surplus est aux ouvri( 

Il a ^aiilr le surplus «lu livre — lui «pu -'iltil OUS. 

Ordonne une chose importante a un chef l'illustre, le 

protecteur] 
Sur la terre où) tu es craint ' . et le surplus est anx ou vi 



S 6 



CONSEILS \ SON il!-- MH AMMED POUR L EXHORTER \ ETUDIER 

LE DROIT, LA GR wi.M AIRE, LA LANG1 I.. ».i 

scss/J./.s m y * y c • 
{ X~6~2T~ / ' ' > w" nO»-J g^-<> ,J« 4. ==. ^. Il .\ »__ J V 1 P 

■ JWJ^^I(var.^J)^! * >L- *— -U 1 i rr^l— jJ 



1. Commentaire : <^-o*)\ ç^~oU cX^?*\ ^\ V^ (var. ^->i\ N) jjJlJ> N 

.(var. J^ 1 b iy^-05 pi » <«>\^) jJ*J\ l|^l ^r— < 
Commentaire : o^> LiU^ LU** ^ j>-^ <*JL»i Urf^ LJù Jju 
do». -40 J^ Le V^ JjiaJ U» ^C\3o ^V^ o^ 1>\j J»*£ rî^ 
commentaire : ^Lxr-?. jX-i_«3 ^\ *-U\ vjX-J^ cr**^*- *■* 

im Dtaire : J-^ J N ^ ^-^ <w*\j> ^^ 

f \^rwV^. Autre commentaire j/i r K*»^)J n Jl*'^ ^ r^*-H J • 



3S6 MISSION AT SÉNÉGAL 

c- • c (, ■& s c s c s f. c SIS <. S \,f <, S t, s 

c • c ^c^ 1 /. S C S C S c x c c - < / C s ^ s 

ces s xZ S C S S (, ^ S S ~ J C ~ i (. s s 

c - / y S -x ^ • ^ s s * s i. s <, s 

4j °J ' * - X — * — ^ ^ JL? » (JT*-^ (J^ (^^ "^ J-jl-âlj 

tr <• • C i. S C S S CS C <- S , .. ^ 

C s s w y y ^ m s f s <, 



m S S S <, S 

15 



Je ne puis pas ne pas te recommander — et écoute mes recom- 
mandations, Mh'ammed. 

N'agis pas honteusement contre toi : — tes actions parlent sans 
que tu puisses répondre 

Ne te contente pas, Mh'ammed, d'une situation — inférieure 
et ne sois pas ignorant des règles (du droit). 

Sache que les règles (de droit) sont la chose la plus importante — 
même quand tu es dans une réunion dans un pays. 

1. Commentaire : la^-Xsr 3 C^JS \>\^ ^$y»jj^ t)^ £* ^■° JL ^ ^ *-*V? 
^^ ^5? cr°^-^ £*»• Autre commentaire : ÎL*IjLX^o\ ç>s Lç_> la^U ^S ^> 

2. Commentaire : (var. ^ j JoJ^) jjb\^ f^bJ\ JIâ« \Jo»-\ s^JLJLs N 
(var. ^jby*.j ^«\ <_r°bJ\ f^^ '^^ r^ 11*3^4^9* 

!. Commentaire : J-^^ (var. ^^^ ^^sJ*) ^j-**^— ^ _*-^ x J-^- 

■rf" - ** b*x>\ <JoL)J\ 

4. Commentaire : ^ ^J^sJl^L ^A^-w ç~> > ^.s L* <*>_3 ,_s^o ^wc -^->N 
(Lacune) J^s*.yJ\ ^.jo <1 ^^ ^jbl&* J£ ^Jj: ^^ J> ,3 *3N C->\>bo*J\. 
Autre commentaire : ^* ^^ J».j à^^^.\ J^. J-^- ^-^-^^ ^sa^ir » 

Ck>mm en taire : -^-^. ^..^ S o^ c^J**"*"^' Autr»- commentaire : ,^%£-_> 

.j^^° b ^ \ vsTU^ <jJ ^oM J^Lb 3U*J\ 

6. Commentaire : ^-ot «h* ^_y> (?ar. l ^J ^- r A'* ^ * ^^ <oL^\3 ^l 



ITES -I l: l E HASSANU "J-7 

lia d€ personne, en p ; — el | 

»ir en ^i 1 ''' des gens. 

1 1 availle le grammaii e, bien que i ible - 

vaille la langne, ô Mh'ammed. 

El le trait( li Khalil, dont l.- 

ô Mh'ammed, ce qui touche à la Ihéolog 

i bien sans religion s'en ta ' , ô Mh'ammed - - 
ta négliger, Mh'ammed 



T 
-I R l.\ l.i'i Mil; 

si quelqu'un m'adresse une parole qui t»' déplaise — je ne loi 

réponds pas, bien q ne je le pnifl 

Car ou bien parmi eux il »>st — au-d< B n»"i et comn 

le nommerais-je (pour le blâmer) t 

On bien il est mon égal — et mon silence toi DS pénible. 

Ou bien je suis an-dessus <!»• Ini — »'t j»* a ta parole 

comme sans valeur. 

I. Commentaire : OU d^X& *>j\ s ) <*ub^£\ .- J A£-3' 

L Commentaire : V^ s_>3\ \Jl_» À^JS** u - o>^. O^ *-•* *->^ 

:i. Commentaire : JLAkO ^_» a\yut -^^- ^-- ^,_j»_^ L«\ «\ 

4. Commentaire : c «— . U£ à^c S JS ^ju^'^ L^UL» *J^* ^é\ ^%S\ • 



388 MISSION AU SÉNÉGAL 

IX 

VERS DE MOH'AMMED SALOUM BEN 'OMAR BEN MANOU 

S64 b C>6X|tXC*|S • ,,- J - * Il I 



»»bj J! JÎj (var. _jj«) _^ ! * * " : ,-^ j » 1 j*' /-t-* 




Dis à Tebnenna que j'aftirme — ne pas ressentir de chagrin de 
sa séparation 

Et que je ne suis nullement attristé de sa résolution — et que 
je ne m'afflige nullement 

Mais en sait-elle la cause? — Sait-elle pourquoi je ne m'attriste 
pas de la quitter? 

Celui à qui incombe la douleur — et le chagrin de ce qui lui 
manque. 

Et le trouble : c'est le cœur vide — et le cœur vide est avec elle. 

1. Commentaire : ^\ LçJjL^s-? ^jaJ's*. ^y\ — s\^c\ +*+}\ — ^-LJJJ ^Ji 

2. Commentaire : l^i\_s j^jo ^^i* ljbl^Ju! N«. 

S. Commentaire : &j-£\ ? ~>v_c. ^ w^^JoU v_x-~~^\ s_s ~su> v Jjfe -JJ* 

...... 

4. Commentaire : (var. 0^\ Jjsf yt Oj-** \Jj-i i3^ ** ^UiJ\ 

5. Commentaire : ^U3 JaJ^j L*î>b I^juc <0\' i^L^N ,^JL_iJ\. 



NOTES SI H LE Ma-- a M v Itfl 



VERS DE ABDALLAH EL ATIQ 



i, «j, pi ^^-L.^ ^ « r Le ,.,.« 

/• U S 6 / C • • . • _ • • • t ' | - • • • 



i 



SS^>i.Si.fl„S S y. S s S i. s i. / 



/ / t ^. // C / S f s s 






Ce qui montre que ton chagrin est devenu plus grand — trop 
grand pour qu'il puisse guérir, 

Et ta peine est devenue encore plu> grande — et il < 
qui est passé <le tes jours — 

i\ le changement de ton corps, l'altération — de ton sourire 
et l'accroissemeni de ta décrépitude 

Mais ta résolution n'a | - d'être connue, la 

esl connue. 

Ton nom est encore ton nom — et la parole est encore ta paj 

1. Commentaire : ^La.-^ ^yii ^< T^^ J^° ^ ~JjJ\. 

1. Commentaire : ^~~J\ ^ Oj — * '*-< A«J ? \ *-*— ^ ._j _>< j, 

3. Commentaire : c^yt >1>:I« ^jX^LmiJoI .-_«~ * jA » «... ^, ^o*_J. 

4. Commentais : ^,3 L»ï)\.> j)JLl<L&« ^5%^ j •- -^- ^. - — —* ^S^) 

- 

5. Commentant : Lô>\ j&JUx^ ^^»_jl : \ J ^Y. ^\ ,>w-~l *a ^x^,d\ 



390 MISSION Al SÉNÉGAL 

XI 

PIÈCES ANONYMES 

§ 1 

c • • • c C •f fc S 1, S S <, S ,* fc ;, J (, S 

gi^ji ^^ j i>6 j » JLLm ^i ^_j x, 



Banyoug a la main généreuse — c'est un héritage de ses parents. 

Sibaweih ne peut atteindre — pour la science aux courroies de 
ses sandales. 

Quand on selle les montures, c'est pour aller à lui — c'est chez 
lui que s'arrêtent les hommes. 

Banyoug, ses paroles sont la sagesse (même) — et son voisinage, 
des jardins de délices. 

On trait les chamelles laitières au commencement de la nuit — 
dans les longues vicissitudes des temps. 

Et quand les ténèbres couvrent la terre — il est pour elle le 
soleil de l'après-midi. 

i. Commentaire : f^s~£ <^-^P. >>*> (▼«*. J-^»>) £^*^-J»\ f~>\ &&&. 

2. Commentaire : à^Xsù £*~J^ pXal\ ^s .^.^Jol ^MMd <0 jJbo <!• 

3. Commentaire : <^_jjJ V^ U»j\ ks^ N« <Ô\ V^ Jla.J\ J^iJN. 

4. Commentaire : _jo Ol-ôjy 5>W^.« v*- 5 ^ <^^ ^y^t- 

5. Commentaire : ^£ <A-*JC_sJ\ C^à* cr^ ÎH^T*"^ vJ*-^J\ C-v^~« 

6. Commentaire : ^^j» ^^.^Jl L^J o**-~ x <» * k ^ J 3 ;^ v^~~^ l>\j 

. Jl^l* eu, 



Il K 11. HASSANIi m 

§ i 

I 0N81 m D i N i il.- 

ci. y .» c y w y _ _ » 

fc / c y c y c y , ■ * 

c y c ■ | .» y c t y x 

6 oX->' i La! Jî y^f' Mi « ^X..' ^ 

•; \ 

c ~ », /.c y y c y ,. y 

<> Muli'ammed que Dieu te prolège — el t'accorde une fie Iran- 

quille et Longue 
Prête ton oreille aui conseils que je te donne --- -ut»- 

mes paroles 

1. Comiueutairc : ijoXo sj^ LlLwo 0,-%-c* ^ ->a-w >^- 

2. Commentaire : < _ s *të g» «>'U tf&A*o«1 -^>- £* n > ni ^y— l. 

3. Commentaire : j^\ ^ *^kj' N > cuj\^ lx*»L o.. 

- 

Commentaire : o^ 1*1 ^ ^?. J °. >J «"^ '* -»-~" : *- r^j jfy>^ - 

ti. Commentaire : < _yÀ-> \3>U ^_^jcXJ\ Lj^; ^J-*^ <^_jL_» » £* s!U^»3 

7. Commentaire : ^LJ^ ^j % à^~~<j ^~.-^\ ft>*^ CJ* s ■^' ,%:< •*- , a*"j 

8. Commentaire : »l^J£l ^.j j^^j jxJ\ L»£ jl**J\ ^* ju«j j&J! 



392 



MISSION AL' SÉ.NÉGAL 



Sois généreux envers celui qui t'implore — et ne demande rien 
à personne 

Sois patient envers celui qui est grossier envers toi — afin d'ob- 
tenir la supériorité sur lui. 

Garde-toi de lever les mains; — l'orgueil est un péché. 

Si tu marches avec une caravane, écarte d'elle toute peine — 
reste avec celui qui reste en arrière. 

Garde-toi d'être avec ceux qui marchent en avant — Garde-toi 
qu'on dise : Il est en avant. 

Mais tu es le chef de la caravane — et le chef quand tu arrives 
aux tentes. 



§3 



VERS DU GENRE 



ses Xfc s S. s 



y m/ o c • 



s s S c S 



■s ' ^~^ •* ss 



s ' s 

J c ). s c f 



J'ai éprouvé le regret de celui qui a quitté — H'asna pour sa 
maison (?) 

Il ébranle l'intelligence et n'ébranle pas — la montagne avec 
ses pierres. 



S 4 



3 J_=Jj *U jj_; 



T'J 



Si, ? I • >. *. S *- ^ s 



s s c ... fc • c ,> 



^ ti ». ^ S i, S ^ s \. s 






1. Gloses : Lç,.Joo\ \M ^_^.^^=w «A.-^ — Ojv-o\ N ^j* v_iw ^'^>\- 

2. Gloses : s ; lsf^b Jp\ N\ — VL^ - jj±> ^ - J^JtJl — j^ty 

3. Gloses : Jj>Ob ,.-o*.-*oJ — <k-^-ij\\ _»-1-j». a. — * — ^- J — ^XJI — ,J\ 

4. Gloses : ^ — j-JLj ^-*o\ — ^^ ^? — J-i-*J\ ^"f-^ — &*** 



0ÎE8 SI l; LE HASSA.MA 

Les le celle qne tu aimée onl 1 1 uil aa • 

mi petil eiidroit quî n*esl pa ble. 

Pour loi, homme intelligent, dam >s8e, 

en l'ace <iu Sah'el. 



■v*ft 



/• c 






;j ; 



' » / c • 



i oe tristesse m'a Burpris comme an roleur —entre la petite 
Bonrce <!•• Nanâ 
El la petite Bonrce de 'Ar, de Djouk, d - d'An Ijib ït et de 

Zer| 

VERS DU GENlll 119* 



i • - 



• ~ • 



.^ jui , v.-=^ 



s r * t. - c 
P 









• » 



s.LsJJ A! -^ v . 



S. 61 0161 : »->b **o — ft->b^o — l>Ca-> \ *-«b %^> — «-»b v« ■ -^_i ^a^o) . 

.'{. La glose qui accompagne l< «rit ainsi le faro : L« _j«l£\ _, 

<*^£.j»J.\ ( j_v£ J^-\ v 'i-f-r». ^— J v ><viiJ\ L*LÀ£ Jx^l £p4 ^ " ^ * -* — 

Je dois remarquer que la pièce qui luit oc I à au< 

des mètrei classique , Cf. mon édition : 1 1 •'* 
m s. p g (.98, L59-I60. 




U^*^ J,\. 



394 MISSION Al SÉNÉGAL 

s f } ■£. S C • C C Si. s ^ s 

yJ u , ■ J • , ' J • J 

On a battu les timbales — au matin de la journée 

Les escadrons sont arrivés — disant : Voici les gens qui arrivent 
à vous 

Prends une jument de race — aux jambes écartées jusqu'aux 
sabots 

Et ses sabots sur les pierres — les ont laissées fendues. 

§7 

(.S S S S O } fc ^ ^ s J s .. c s >. J 



C ^ C / , * *"** J " , w 

St,CJSS<,**S<, o c^o.cxc^ixc / 

Salut sur toi, Moh'ammed l'Apôtre ! — Combien sont nombreuses 
les dissensions ! 

Si la beauté est parfaite — dans les mains des hommes, ce 
n'est pas nous. 






XII 
VERS D'ABOU MOH'AMMED ASKAR 

v S C S l S J tt S c / .. / c s t <. s f s i,s J 

s s s 

1. «ilotes : (ii^À-j^ Lfr*>JÔ — t\ls1 . <-» — L*,^Ur*.«. 

■i. Gloses : *jL> U — •£&! U - J>~»*H — j^- b — J^L* — ftUaH 

4. Yar. Cw^n 

5. Commentaire : ^*._.X_£ ^>< ^a^L* j tUL£ ^ 4 OjUc^ J^.;\ CUXr*. 

k*>isï\ ^ \j^. j\ jj - J jùb au ^MibjJi. 

ommentaire : ^-^iJU |t,^ O^ à^J^. ^_»LL\ L-sJL- *_>V* ^ j le* ^- N 



• - y <. 



i l; I K IIASSAMA 



M 



x xùh ■ 






- 



- * c " 



^jLiJl ^15 _0 ilj • J 



cV 






Je Buia venu chercher El Khazin 4 , sachant <j 
j(! n'ai | prétentions à l'habili 

C<* qui est mystérieux, je n'aime pas — rju'i 

La cause en est le murmnre us — «jui disent que ce 

pas juste 

Tu ;h ris de moi avant que j'arrive - \ »-t 

l'ai oul)lit' El Khazin 

\ cause de ce rire, j'ai oublié aussi — ce que j.j 
amour). 

XIII 

Vers en l'honneur de Khat'ri Ould Vmmar Onld Mokh 
chef des Oulâd Embârek, il y a environ deux siècles, com- 
posés à l'occasion de sa mort. Il fui victorieux des Braira 
mais aujourd'hui, les Oulad Embârek, réduits à une centaine 
d'hommes, ^<>ni dispersés chez les Ida Ouaich précédemment 
leurs tributaires, près de Bamakho el dans le Me :hdouf*. 



' l l 



I 



J-.: 



u~- 



■ 

, — <= B 



L 













.<^ 



y 'i -i ■»«» T 



^V 



4. Célèbre commentateur du Qoi m. i 
«If Khazin. 

trrère et P. Holle, I 
p. 209-210 "a cette tribu 
avaient pour tributaii 



396 



'A 



ibj 



MISSION Al" SENEGAL 



j U Ji 



.1, 



V 



y S Si,/ 



j-tr* w _- 



\J* 



Seigneur! Khatri, terrible à ses ennemis — sultan de sa tribu, 
Le plus brave de son temps — est parti loin de ses biens 
Ce qui était son honneur est parti — Hélas, Gsima et Zaouva 
de Uuakro — , 
Tentes qui vivaient sous sa protection! 



TEXTES EN PROSE 



S i 



LE LIEVRE ET LE CHACAL 



• fi > w • * (. 



Ll ,1 ,jJ JULX _ojJ'. Jtj IJJLfi ^,V _... 



- I I . 

~- • • , . +S s — - 






S S ~S*i.Sf^S S 



» 

C 



\& r J - \Mi 



c y y 






j- 



, » ' • w -» 






- 



s ^ > - i ^t / t SC " C ' ' 



1 I - » y 1 s 






1. Texte irabe correct, plus dév< L*i.x_>L.& ^^ô^ wO, N >\ -^ L^5 

^XM ^A s r JL_^J\ ^o>N\ uSJUj *JLç^ J * s * - w LT*"* ' — îl*^ 



398 MISSION \1 SÉNÉGAL 

On raconte que le lièvre possédait une vache et le chacal un 
taureau qu'ils faisaient paitre à tour de rôle. Le jour du chacal 
étant arrivé, la vache du lièvre mit bas. Le chacal prit la mem- 
brane de la vache, l'attacha à son taureau et dit : Il a mis bas un 
veau. Le lièvre répliqua : C'est ma vache qui a mis bas et le veau 
est à moi. — Ils portèrent le débat devant le renard qui leur dit : 
Venez me trouver demain matin. Ils partirent et revinrent alors 
qu'il gémissait. Le chacal lui demanda ce qu'il avait. Il répondit 
qu'il souffrait des douleurs de l'enfantement. Le chacal lui dit : 
Est-ce que les mâles enfantent? — Je le sais, répondit le renard; 
donne le veau au lièvre 1 . 

§ 2 

LE LIÈVRE. LE RENARD ET LE LÉZARD 

1. Il existe de ce coûte un.- variant.' en saho : La hyène el le /ion: ceux-ci 
remplacent le lièvre et le ctiacal. Le babouin, le léopard et Paigle, pris d'abord 
pour arbitres, donnent raison au lion. Le nesnas feint de vouloir éeoretîer uue 
pierre et le liOD lui ayant dit qu'une pierre lia p I au. il réplique qu'un 

taureau ne peut mettre bas. Cf. Reinisch, DU S i'to-Sprac/te. t. I. Vienne, ! 
m 8»; p. 183-185; cf au<~i un conte soninkhé : La jument : Montei 
soudanais. Parie, 1905, in- 18, p. 23 -3. Il en existe une version uu peu diffe- 
rente dans l'Inde : un marchand d'huile qui a donné l'hospitalité à uu \ 
geur, prétend que le poulain que la jument de s.>:i bote a mie - . sndant la 
nuit, est Dé de sou pressoir. Le roi, «levant qui le débat est porté, lui donne 
rtison. Le voyageur rencontre un chacal qui lui vient en aide. Sur son con- 
seil, il l'habille et le place dana la salle d'audience du r<n de façon que celui- 
ci os manque pas de l>- voir. Le chacal feint alors de tomber d'un côté, puis 
d'un autre «'t répond qu'il a sommeil, parce que, la nuit précédente, la mer 
ayant pria feu, il a passé son temp9 à apporter de l'eau dans un crible pour 
L'éteindre. Le roi crie .i l'impossibilité : le chacal lui réplique que 
plui extraordinaire que de voir un pressoir mettre bat - inerton, IndUm 
NighVt Entertainment. Londres, 1892, iu-S\ XLIV. Le royageur et le mar- 
chand d'huile, p. 142-144 . 



NnlKs SI H LE ll\ss\\| v 



f l S S . b . S S I, S ■ t, S S 



*»B 



J 



c 




c • c • t. ' l ^c /■ » 

^J^ ^Jli rar. L 

lit)1 iJiLÎLÉLJli jjx2l lit _;.L 

Oo dit que le lièvre ramassa une datte; Le renard le lai 
el la mangea. Ile allèrent plaider de?anl le lézard. Le lièvre com- 
mença : Ahou'l H'ial (Père du petil lézard j( ippel a toi. — 
Tu i» 1 plaine a qui L'écoute. Noua Bommea renua plaider 
toi. — Devant quelqu'un de juate el d'avisé - S iseille- 
nous. — C'eat dans sa maison que le juge décide. — .1 ai Ira 
une «latte douce. — Mange-la. — Le renard l'a prise. — Il a ehc - 
la meilleure pour lui. — Je l'ai battu. — Tu tVs tait justice. — Il 
m'a battu. — Il a uaé de représailles. — .liu«* .*n 1 1»* non-. — J'ai 
■ entre vous. — Ses paroles sont pa N prot 



1. Texte eu arabe régulier : '^.-wJ>_X^.l_3 a »-»J ^o> N Jl vIUk-â— X_J\ ^J— -» 

V>U JU3 ^o-^s.^ £)l**-H v^JLjLs Cjy** l ' J> -^-»-^ ^'-*-* J-~ -^ - 

2. Maldàni, /'• Boulaq, 1284, I r.io-4», t. II. 1 une 

lonoée par Ibo AJbd R ibbib 
>1. in i°, t. 1. 1>. 828 < 1 • 1 î p] 1 
Bachir, faisant an prône en chaire 1 Koufah. I 
R db el A: kir,. Le Qaire, 1804 bég., ln-1 

1 ni. Le renard etl rempl ■ <■•• par le loop el tr la hy«- 

.il hu el Djaouxi 1 été reproduit par Durand et Q eilcl 
.1 la mite dei Eiementa Grammatica* 
eelui d'EI Maïdàoi par Br RAghib el le/ah 
1881 bég., .! w, pet in i"°. t. Il, p. I liai «•* Un tadn 



400 MISSION AU SÉNÉGAL 

§ 3 
LE RENARD ET LE COQ 



c s c y y c 



y y <* y y i, s *. '. y <, y c 9 t*. s * -Z.s^/1.'. // s 



• ^ 



y %. s c ^ \, r %, r *. s s s \, s s i, s s s s ■*. s s — 

t.;. wJLOl ^JLaJul «L^ ^Jl-O 1 lx! ^ ..^ Jl^ 1 ^ 

c'/ 1, y c * o S ~ ' ~ y <. s c y c J t, & s c y s ~s9 

k5^il ,A % ^JLxjJ! |LS Alil ^JU JUaJI jJLL _.,'-* JJ 

S C S9 S 9 OZê S * .. ^- ./ S J ? 

On raconte qu'un renard passa à l'aurore près d'un coq qui 
était sur un arbre : Ne descends-tu pas pour que nous priions 
ensemble, lui dit-il? — Le coq répondit : L'imàm est endormi sous 
l'arbre; réveille-le, il fera la prière entre nous. Il lui montra un 
chien. Le renard le vit, lâcha un vent et s'en retourna en courant. 
Le coq lui cria : Ne viens-tu pas prier? — Mon ablution n'est plus 
valable; attends-moi jusqu'à ce que je l'aie recommencée et que 
je revienne*. 

(Boulaq, 1292 lié*., 2 v. in-4°, t. I, p. 25). Cf. aussi El Ibchihi, MostaVref (Bou- 
Iaq, 1292 hé^., 2 v. iu-4°, t. Il, p. 120). D'après Ech Charichi, Commentaire 
des Séances de Hariri, t. I. p. 2:5:>. les Arabes racontent que, do temps où les 
bêtes parlaient, le lézard était leur j n ^re et qu'on le surnommait Ahoul H'isl, 
•lu nom de son (ils El H'isl. Ou peut en rapprocher le conte <>ù l'on met en 
scène c Adi ben Art "ah et le juge Choraih . 1»- même (ju'lbn «•!' Hareth beu I 
el Kindi qui fut juge à Koulah au temps du Kha ife 'Omar (Cf. Ibu el Djaouz , 
Kitâb el Azkhi, p. 50; Kl Damiri, ll'aïat <•/ / . t. I, p. - 

1. Texte en arabe régulier : ^c,\ +$ Z^s?~-. „sr*~-\ ^ _-o ^_^Jl»JL)\ O^ ^_^*- 
^jbJl^ ^U> f U N J\ o^ J^ ^Wr c^^ 5 J/-*-^ ^ ^ J^? ^r.- 5 ^A? 
«\>L^_» b»l* Ja^ ^^s ^JS)\ ^\»3 u^JbsJ^ s^ô jJ&ajL* ïysf"*\ 
\<v>oj, ^J^.\ ^-=*- (J ~^^-? ^£y^>* jaJLJL3l»>i J'JLs ^o>J ^yU Lo\ 

2. Cf. sur les rapprochements relatifs à ce conte, les notes de nies Conte» 
populaire» berbères. Paris, 1887, în-i8, p. 146-141 el 

pu/aire* beroère*. Paris. 1897, in 18, p xquels <ui peut joindre 

Bwynnerton, Incita* NighU Rntertainement, conte i\. p. 13 Les </™r 

amis; Lancaster, /■- r and mectoeva/ w ////j- 
ca/tons ofthe modem langt ilion of Amen . \\. 



LE RASSASIA 401 

LE LION, LE RENARD ET LE CHACAL 
- . \jS\ ■ _ > _ 

s . s y .S + S S *. ' *. ' S c s ' i, s fi 

'_ - rar. - ^ o' 

L-- lion, le renard »*t le chacal partirent four chas* prirent 

un ane sauvage, un faon .-t nu.- gazelle et dirent au ebacal P 
tage. L'An»' sauvage, dit-il, >ur moi, 1 • pour le I 

et le faon pour le renard. Le lioo le «-t le tua. L* renard 

dit : .!f ferai ! l'âne pour le lion qui la 

gazelle, il endtnera, et le faon il !•■ m dans l'intervalle. I ■• 

lion lui dit : Trôa bienl qui t'a enseigné le parta| 
Qui t'a instruit"* — La le ce chacal 1 . 

t. Texte en arabe régulier : ^j*j^~«^L-\ , oJJlj , ^ ^ 

-X~w x JJ ^jàA^\ : '^. <-~à LSI i^aJLsJL |J j^J^\ ^o-^3 

JIÂ5 ^> ^wO L^-^-3 A&U w^a- 1 * <*._: ^»?» J .3. 

j. Cf. pool iproehementa av< a, le* d I 

quelles on peut ajouter une 

de Behroui dani le R " l I, 

NI. Ci an. Il 
riehi, Co mm e 
nu teste de la Bibl N il 

mte iekk ir 1 lu " qui 



402 MISSION AU SÉNÉGAL 

§ 5 
LA HYÈNE ET LE LION 1 

JLà »jU j _$u' ?-^~> yfJ\ r J! .>'ju^ ,-d.L» » o'-i jL^J! j 

L_J ^L *_~J! J JLi sjXL^ .; JLâ' .,»-j'J J JLi ^X^ 

2Jow'« àla^i.» >i_~»*Jl jLS yj^lls^ s-**.,' J.y »i iJa-si.» ,^ «J3 i-*w 

7'ew en nehar gaboun machi chebadn Hein ijbpr seboâ taki ef 
rarou; gai lou gaboun; Eltaàt kenna iakhbaf lokher etsâ khabVat. 
Gai lou ssebad; khallini ânnek. Gai lou gaboun; khallini nkhebt'fk 
Gai lou ssebaù : Iallak enouasouha. Sbeg gaboun ou khabtou houa 
leououel ettsad khebCat. Gam essebaà ou knabt'ou ouak' deh. Gai 
gaboun : Tesaû. 

Un jour, la hyène partit bien rassasiée. Enfin elle trouva un 
lion couché dans son antre. Viens, lui dit la hyène; chacun de 
nous frappera l'autre neuf fois. Le lion lui dit : Laisse-moi faire. 
— Laisse-moi te frapper, dit la hyène. Allons, dit le lion, nous 
ferons ainsi. La hyène commença et le frappa neuf fois. Le lion 
se leva et frappa un seul coup. — (Cela fait) neuf, dit la hyène. 

§6 
LA HYÈNE ET LE MELON 

partage le butin également entre eux trois; le lion la frappe de sa griffe, et 
le chacal, substitué au renard est appelé à faire le partage : il .iouue une 
part à la hyène, deux à lui-même et deux au liou. Il esl évident que, ^m? 
cette forme, la table est altérée. Cf. Mouliéras. Vn* tribu zénete anti-musulmane 
au Maroc Paris, 1905, in-S°, p. 153-156. 

1. Je dois ce texte et le suivant à une obligeante communication de 
M Destaing, alors directeur de la méderta de Saint-Louis, et aujourd'hui 
directeur de celle d'AVer, 



IIOTM -i l; l E iv 403 

» b J 1 ^ b Jt?^1 ^ 

Gahu en gaboun iemmachi Hein chc ir. 

Egbedh mennou ouah'da <>u tret'ha ou Ih'egha h'û 

ouefCreg h*oumanha joufha, flein mredh oumnein ; 
Hein chafbouch dia lebh'ar gai; UafCmak lia. 

On raconte qu'âne byène partit; enfin e 
dans le feu. Klle en prit an et L'avala. Elle i i chaud «-t la 

chaleur du melon lui brûla le rentre, si bien qu'elle tomba 
malade. Quand elle fut guérie, elle partit Comme elle apercerait 
un pot sur la im-r, elle dît : ô melon, que tu m cbaudl 



LETTRES 1 



§ 1 

J-*»-! ^U^l j^. IjJ! î^. ^J) j»| 3 . ^ *d*A v .,..> *-j^ j^U 

c .. ^ — • • ^ j J ^ ^... y ^ c r -> £ J \ * J 

.._• ^nr .. .. v — r j ^ ...• ^ j j—j . .. ^ 

«...,** vJLoUSLj * çjJI UJÎ .,Li ^ * ^ OJ ^o J ^l 

JUL LfcJu JJ] 

Le salut le plus accompli, le comble des souhaits et de la véné- 
ration. De la part de l'émir Sidi Ely ben Ah'med au docteur 3 . C'est 
pour t'informer, en ce qui concerne l'affaire du changeur avec les 
Maures qui s'occupent de la gomme, que jamais il n'y a été mêlé. 
Quiconque le soupçonne de s'être mêlé parmi Les gens pour le 
change, ment, commet une faute et a mauvaise opinion de lui. Il 
tient ses promesses envers tous et non envers un seul à l'exclusion 
des autres en ce qui concerne la vente et l'achat. Quant à Ahma- 
dou Ndiaye Isma'il, il ne lui a pas envoyé de m- ( il n'a eu 

connaissance de sa venue que lorsqu'il est arrivé. Il affirme d<> 
façon certaine qu'il n'a cause avec lui qu'au sujet de la béte de 
somme dont il lui avait parle avant d'avoir connaissance de la 
caravane. Et salut. 

1. J'ai copié eo isss à Podor, sur les autographes u lotir» 
Ely, <\m sont de 1n v 

2. Administrateur <U cercle de Podor par intérim. 
:>. Uu mot effacé, probablement ,3-r^- 



hOI S LE HASSAN M 

S 2 

Jl ^JU 

s tic >Xa>« Jl — '-- -- " • -*'' - 

J-^j lia. ' ^' O _ 1 

L«jIj (addition] ^LJt. **j J--o J jJLa . j I*» i^ 

J^ Je AI Lfc V ii 

De Sidi Ely au commandant de Podor, en r 1 lettre 

que tu lui aa envoyée a L'occasion «lu troupeau gui, dis-tu, aurait 
été voir par quelqu'un de m famille. Il a envoyé son mai 
vers le voleur indiqué par toi, pour Bavoir - ûl vrai. Il te 

renverra tout le troupeau volé puisque tu es certain qu'il l'a 1 
Mais celui que lu dis être composé de mâl< propri 

prétendent qu'il ne >»• compose que de fem< ina mâle, sauf 

un. Il le «lit aussi de oe pas Le punir pour l'affairi les vo surs 
s'ils Boni <lf 9a famille; il Leur reprendra le bien volé, 1 ne 

sont pas de sa famille; il ne peul être puni pour eux. Bi Bal ut. 
iddition II te dit aussi qu'il ira prochainement t<" trouver. 



IV 



IM-U ENCE 
DE L'AKABE SUK LES LANGUES DU SÉN1 &AL 



S 1 

GÉOGRAPHIE MAURE 

Dès la fin du wm BÎècle, les Maures avaient commence 
de s'établir pacifiquement sur la rive gauche <ln Sénégal, 
Durand 1 mentionne, entre autres, des fractions des \nn 
kour, dans le village d'Hyares, dans le royaume du Cayor »'t 
d'autres Maures dans le village de Quelis. L'occupation tran- 
se empêcha cette infiltration d'aboutir à une conqu< 
effective qui eût peut être été Buivie de l'élimination de la 
population noire comme sur la rive droite du Bas-Sénégal. 
Une preuve de <-< i t envahissement nous esl fournie par le 
nom maure donné à un grand nombre de localit ôté «lu 

nom Hyolof qu'elles portent. Il m'a semblé utile de relever 
cette double appellation, d'après les renseignements que 
m'ont fourni les Trarzas à qui j ai eu affaire. 



1. Voyageait Sénégal) ch. XI] 
Stint-Loull tt Po-lnr, sur la rive .lr M eur 

de r Afrique, t. I, p. 11. 



408 



MISSION AU SÉNÉGAL 



NOMS DYOLOFS 

Abdoulso. 

Aéré. 

Amadou Gueye. 

Arguin. 

Arohé. 

Aroudou. 



NOMS MAUHES 



Abdounso (canton de Merinaghen). 

Eren iji, Ieré (cercle de Podor). 

Qsar Moh'ammadou Gaï (chef dyolof) (canton 

de Merinaghen). 
Ergougou yjy» 
Irouhoun. 
Iloud (cercle de Bakel). 



Babasir. 

Babogeye. 

Baéti Aly. 

Boéti Balkar. 

Bafoulabé. 

Bakel. 

Bakhas. 

Bakha. 

Bakhaya. 

Bambouk. 

Baridiam. 

Barka. 

Behma. 

Bekhar. 

Bétit. 

Bidiem. 

Bidy. 
Bolou. 
Bonalv. 
Bondiouk. 



Qasr ech chikh j~^< ~woi (canton de Gan- 

diole). 
Merra (canton du Toubé). 
Beït Ali ^}o ^^rt (canton de Gandiole). 
Errilsen ,.»~'^ canton de Khatlet). 
Diouloulé. 
Dourout. 

Mbakhas (canton de Khattet). 
Ndiallokha. 

Argeik (canton de Khattet). 
Tibou. 

Baridjem (canton de Ross). 
At (canton du Toubé). 
Bahem. 

Ikhoukh (canton de Gandon). 
lech (banlieue de Saint-Lou 
Derr'otcli J>\S (aveugle) (canton de Khattet) 

Goudi (canton de Merinaghen . 
M bolou (cercle de Bakel). 
Bounatchou (canton de Merinaghen). 
Koutch. 



NOTES SUR H HASSAMA M 

Boodou. Gai bclien 

Boni-'. Bord cle de B i 

Hou. Tchoulch caoton akbar 

Bouôtville. ki'inl faubourg 

Bouooun. Boullaîzz 1 1 

Bram. Irouou. 

Brar. Goermalal canton de M d . 

Bréna. Brin canloa de N 



'-,■ 



Cayar lac). El Meria i*jU. 

.or (pays). Sonr'au V.*~~ , Sonqaa 



D 



Dado. Ndal cercle de Podor . 

lia. Sbeïkha l'^ ■-. 

Dakar. Mbarmou y**^ (cercle de Dakar . 

Dakarbango. loer canton du Toul 

Damga. Pouda b> 



Dernharant'. Ntan ,1 .::- • . 

Dénient. ml w -- v -' canton de Khattel . 

Dialakhar. Irmenil J . an ton de Dialakhar ■ 

Dialmat. Dialmed village du Dion 

Diandal. Djandal village du loin. h- . 

Diaondoon. Djonn ,\jx [canton du founé . 

Diawar. Ebdjaouar (canton de Ndiai 

Diaw Sak ca nton de 

Diektèn. Koures r \£ canton de x 

Dimar. Diouaneu »>«0. 

Diobene. Ndjoubeo canton de Gandrob 

Diockor. Djokkor caoton de Nd< 



no 



NOMS DYOLOKS 



Djameldiari. 

Djerba. 

Djidieri. 

Djelan. 

Djiaos. 

Djon Onabes. 

Doué. 

IKtlakar. 



MISSION Al" SÉNÉGAL 

.NOMS MAUBES 

Djamerdjor. 

Dierbel. 

Djidjer. 

Ndjelan (canton de Nder). 

D .i is (^r^- 
Djambas. 

Idjououl (cercle de Podor). 

Ndiallakhar. 



F'aldiongo. 

Falibalour. 

Fanao. 

Fasse. 

Felou. 

Figo. 

Fondéos. 

Foss. 

Foui Ouaddo. 

Fourouhimé. 



Niakone (canton de Kbattat). 
Iarouedh (canton de Khattet). 
Fanek (village du Dimar). 
Fas (canton de Mérinaghen). 
Foui Jy. 

Fiq (village du Dimar). 
Fiddouis (cercle de Podor). 
Fouos (canton de Mérinaghen 
Hakna (canton de Ndiago). 
Frih (cercle de Bakel). 



Gaé. 
Gagn. 

Galadioul Don. 
Ganai. 
Gandiole. 
Gandon. 
Gati Lissar. 
Gati Lit. 
Gâté Mhodj. 
Gâté Moda. 



G 

Gioul. 

Ngana (canton de Koss). 

loukech (canton de Khattet). 

Engouer. 

Igendjou. 

Gerouël (canton de Gandon). 

Qsar es Sar (canton de Gandiole). 

El Gati (canton de Gandiole). 

Terour (canton de Gandon). 

Ndjerbel (canton de Gandon). 



MfMIS I.YO 

6a té Madike. 
Gati Madieye. 
Gati Ndabo. 
Gati Maaek. 

* * a 1 1 ( Niii.ui. 

Gati Samba 
Gati Sambaka. 

(inrée. 

Gouinar. 

Guédaya 

Gnedjoudjé. 

Guemban. 

Guet N'dar. 

Guey Galakh. 

Guey Guélakh. 

Guidakbar. 

Guidimakba. 

Guier s lac . 

Guimben. 

Guirimpalé. 

Guoy. 



NOTES SI l; il H.\ \M\ 
i 






Emr'odjel canton de Gandoo 

'ia<l Madjéi canton de Gandiole 

Gad Mhë car adiole 

Gonmballi 

Kenr < tthman canton de Gand 

Ndjen (canton de Gandon . 

imbaka nom d'un roi d tnion 

de Gandiole . 

Kl Al.'ja. 

Taldouml a bidhan canton de I 

Guédou 2,- 

Gondoudj canton de Khouma). 

Pellakb canton de Toubé , 

Goundoum faubourg de Saint-Loti 

Giritcfa canton de M pal 

Koulkhon canton de Gandon . 

Bdjerkbam canton de Kbonma . 

[gdjoumen v^a?C. 

Baouel. 

Giddouncet (canton d>' Gandon . 

Gilimbal cercle de Bakel). 

loniri. 



Ibrahim Samba. 
Irlabé. 



Ougzi n etchfar'a * : . -• canton 

M pal . 

[jerou. 



K 



Kabdou. 

Kaarta. 

Kaiadi. 

Kaolakli. 



Ain Kalil (canton de Kliattct). 

Kourd 1 - yS . 

Jiouè : 

À bal la Dgai (cercle de Kaoiakli . 



412 



NOMS DYOLOFS 



MISSION Al' SÉNÉGAL 

NOM? M A TRES 



Kayes. 

Kelé Boa Bakar. 
Kelkhom Diop. 
Keré. 

Keur Amadou. 
Keur Balogaye. 
KeurBiran N'diaye. 
Keur Dembanané. 
Keur Gave. 
Keur Ibrahim. 
Keur Marna. 
Keur M amour. 
Keur Marunna. 
Keur M barri k. 

Keur Modi-Yoro. 

Keur Moumar. 

Keur Xdioubnam. 

Keur Patésal. 

Keur Sambaniakour 

Khaour. 

Khattet. 

Kita. 

Kouiakary. 

Koungelel. 



Igoullen <.)£>• 
Qsar Bou Bakar. 
Irmi (canton de Khattet). 
Tidji ( c -^y, ombre) - 
Tell Barkat ^ £y Jj (canton de Khattet) 
Keur Bragai (canton de Merinaghen). 
Qsar Brahim Indjai (canton de Khouma). 
Techchi d'ebith (canton de Khattet . 
Lambai. 

Samba Ld-~ (canton de Khattet). 
Bagouinit (canton de Khattet). 
Ngaye (canton de Khattet). 
Darmankou. 

Egger Oummetch ^>j S\ (canton de Khat- 
tet). e 
Simba-Koumba (canton de Mpal). 
Iouro (canton de Khattet). 
Ndoump (canton de Khattet). 
Endjeri (canton de Mpal). 
, Girou (canton de Mpal). 
Khaoulou (canton de Gaudiole). 
Ierouetch ~j^. 
Koud. 
'îinou. 
Agoung (cercle de Bakel . 



Laboudoudoua. 

Laménayo. 

Lampsar. 

Lc\ bar. 

Loeg< 

Loëth. 

Saint-Louis. 



Laboudidi (village du Dimar). 

Kobta. 

Timar'd'ad*en cantOD de Dialakhar 

Edjoubbi (canton du Toul 

En Nouiga canton de Hoss). 

Mlatiu (canton de Boss). 

Bbdjouk. 






NOTES -l l; I K II \->\M\ 






M 



NOM I.Toi.oFS 

Madiène. 

Maja Vamboyadé 

Maka. 

liaka Diama. 

Makatai 

Manare 

M h; i Cou. 

Mbaonar. 

M'baye M'baye. 

Ifberaye. 

Mbidjem. 

Ilbigoé. 

Mbila. 

Mhilou. 

Mboubèoe. 

Mboye. 

Maraya. 

Rfboyem. 

Mhoyo. 

Mekhé. 

Mengoey. 

Merioagbeo. 

Iferina Maroa. 

Merina Sal. 

Kferioa Tamsir, 

Mery. 

Mcsserav. 
Modda. 
Modi Samba. 
Ilorphil (ile). 
Mmiit. 



Mataou canton de Khatl 

Ksër eaoton «1" Khattel . 

Bmgi canton de Gaodoo 

Ad'aq Teooaakadja canton de Dialakbar). 

Tifertitb canton de Gandiole 

on canton de Kbattel ■ 
Djilouel. 
Mboujon. 

Lgesi (canton •!»• Kbattel . 
[ours m. 

Dar cercle 'i-' Mbidjem). 
A//.ii canton de Diag 
Diallea. 

Mbellonr (canton <!•• Khonma . 
D'errig (canton <!»' Dialakbar . 
Indjèm canton .h- Dialakbar). 
Bou b'ëfra M». - 

Ajamiaii. 

Hosseie canton de Dingo). 
Khar. 

.Met canton de Dialakbar . 
Merd*an canton <!»• Mérinaghen). 
Merina Meryem [canton «!«• Mérinaghen). 
Médina Sal canton de Gandiole). 
Médina n etchfar'a » ; canton de 

Ross . 

Merina village «lu Dimar . 

Loubdjia canton de Kbattel). 

Entig >jX~-' ; Leikan (canton • !»• Gandon . 

Keur Samba canton — . 

Dji: 

Djoul canton de Gand oie , 



414 



NOMS DYOLOFS 



Mourghen. 
M pal. 



MISSION AU SENEGAL 

.NOMS MAUKES 

Tindagouba. 

Techchoud' (canton de Mpal 



N 



Naeré. 

Ndaité. 

Ndane. 

Ndangam. 
N'dar tout. 
Ndiadier. 
Ndiadoum Libou, 
Ndiaen. 

Ndiaî. 

Ydiaker. 

Ndiangué. 

Ndiaw. 

Ndiében. 

N'diéden. 

Ndiemal. 

Ndieye. 

Ndiol. 

Ndiole. 

Ndja. 

Ndjous Dyeye. 

Ndogol. 

Ndombo. 

N gagne. 

Ngalel. 

Ngueye Ngueye. 

Niago. 

Niorno. 

Ntakh. 



Nara (canton de N'der . 
Ndait (canton de N'der). 
Tidoumment. 

Giges ^r-V- 

Farsous (faubourg de Saint-Louis). 

Njeidi. 

Pilit. 

Koumdjetch ^~s^. 

Ndjayéi (canton de Gandiole). 

lnjirou (cautou de Gandon). 

Ndionga (canton de Ndiangué). 

Ndjaou (cantou de Ndiangué). 

Ndjoùbin canton de (îa ndiole). 

Egdonm canton de Gandon . 

Kudjemil (canton de N'der . 

Sirou. 

Ajar (canton de Dialakhar). 

Ndjoul. 

Ndjak (canton de Merinaghen . 

Tfër (cantoD de Khattet). 

Goun (canton de Mpal). 

Girmouth &y$ canton de Khouma 

Irkeb (canton du Toubé). 

Ngelouel canton de Gandon. 

Wiitahad' [canton de Khattet . 

Mtidjem. 

Niora (canton d<- NV. 

lit [cantOO de Gandon . 



Nu** L»V. 



Ytal. 

Nliele. 



K0TE8 >i i. if HASSASM 

Kbaillooa caoloo d< M 
■m canton de K ha (tel , 






O 



Ouali. 



Cliemama 



Passe ban t. 

Patteguèye. 

Pioudioon. 

Podor. 

Porleodik. 



Drar canton de Gandioli 
Badigie canton de Merinaghen . 
Boutalô canton <lt* Gandon 
Lek'aaiba _ 
lonrou. Vieil. 



R 



Ragi 

Kaman. 
Richard-tôl 



Qtoo de Merinaghen . 
Dooerat canton de Gandioh 
Rouron canton de Gandon . 
Satchagger ^ -- canton de N lias 



Saberé. 
Sada 

il. 
Saldé. 
Sanar, 

ikholé. 

S'MlM'I. 

r»'. 



r village «lu Dimar . 

ta canton de Merinaghen . 
Sif canton «In Toubé 
Sounkoum. 

Kour (canlon «In ronb 
Idjonm, pi. idjamoun. 
1 -n 

Ta'jen )* m Ion i Ion 

nouith, pi. Genaoun. 



416 



NOMS DYOLOFS 



Sine Dja. 
Sokam. 
Sor. 
Souiman. 



MISSION U SENEGAL 

NOMS MACHES 

Sindjak. 

loumd'adj. 

Chireii (canton du Toubé; 

Sliman (cercle de Podor), 



Taouey. 

Taré. 

Tchiamba. 

Tchilla. 

Tebekou. 

Témey. 

Tend Brahim. 

Thiroualé. 

Thiès. 

Thioueq. 

Tiangaye. 

Tiarène. 

Tibinoye. 

Tivaouane. 

Tioli. 

Toro. 

Toucouleur. 

Toudou Mbakanà. 

Tougn. 

Tougou. 



Tiouith. 

Tara (canton de Ross). 

Youf (canton de M pal). 

Ted'oumman (canton de Dialakhar). 

Tabagelt (cercle de Saldé). 

Aktoumar, Temeith (canton de N'der). 

Teni .^J (canton de Gandon). 

Tchouli (village du Dimar). 

Tinoui (cercle de Thi. 

Djiouel (canton de Ndiago). 

Nliangai (village du Dimar). 

Xtiarèn (canton de Gandiole). 

Lakhlaq ^ji^» (canton de N'diago). 

Tidou. 

Ntiofit (cercle de Podor). 

ToroucT ^«r- 

lmouij^, pi. imroun .\*j+i\ fém. lamouera 

It}*?, pi- timottrrad'in .^K_^j. 
Mbeika (canton de Dialakhar). 
Sarien (canton de Gandon). 
Elr'od'ia h À*- 1 ' (canton de Gandon). 



Yasagna. 



Sousan .^L-^— (canton de Mpal). 



NOTES SI R 11 Ih- VM\ 417 



J'ai réuni i'*i un certain nombre •! emprnnti Faits i I ai il 
quelquefois par l'intermédiaire «lu dyolof, par plusieurs 
langues sénégalaises. On remarquera qu'ils appartiennent 
surtout an domaine des choses religieuses, ce qui i explique 
aisément par les progrès de l'islam '. 

Les ouvrages dont j»* me suis §eri i pour cette comparai 
employant des transcriptions différentes, il m i semblé né 

isaire d'en adopter une générable applicabli langue 

n. e. 

i. u de i -t de D;tr«l 

'/. pour le dyolof; ô de K--1 

A. le dyolof, «lu 

'/ [an de Boilat et de Kol>. le \|.»u- 

pour le dyolof). tel |>uur le bambara). 

b. de Kobès pour le I 

d. lof). 

<! dy de Kambaud et de De- 
lafosse pour le malinkr, de 
Kambaud pour le dyolof; dki 
de Boilat pour le d\ol<>i . /. 

1. Uuire le- n pertoooeU, j p.»ur U- dyolof, 

«lu Ihrtwnnaire volof-franrais, publié par le» FF. de la « -lu 
Saiut-Esprit, Saiut Ju*eph de Ngmi 11,1875, pet ln-S*; Kam 

uolof, Paris, 190$, in -11»; pour 1»> uuilinke : EUmbâud, I ie la langue 

mandé (Mémoires de la Société limjuistiaue d> ' MM l\ -5); 

N de dictU nnaire pratiqué frunrais-matinké, par uu !'■ .r^gatiuu 
ilu S.uut Esprit. S.iiiit-Miclit'leu l'n/i 

H de manuel pratique de la langui pour le 
bamb.ir.i : Muutel, Elément* de la gramm - •. . J seph de 

n-12; pour lt -->-.. Rftimbtull, Dictionnat <<)§o, 
Million «lu Kio-Pou^o, 1885, lo 12. pour • ilo on 

la conversation en fuatre larv/ues f -eph 

de NgMobil, 1880, in-18; c>»ur le S ker, A 'ma* 

traditions. LoildrOt, 1861, lo ^ J . DOOT It '• 

the \ei long* !. 

the Mendê-lang% pet. m 

Oictionn * 



418 



MISSION AU SENEGAL 



g (toujours dur). 

g (nasal). 

h. 

h (~ arabe, kh de Boilat et 

de Rambaud pour le dyolof ; de 
Péroz pour le mandingue; de 
Raimbault pour le sôsô, de 
Hambaud pour le malinké ; h de 
Kobès, de Speisser, du diction- 
naire dyolof pour le dyolof, du 
dictionnaire malinké etde Ram- 
baud pour le malinké, du Guide 
de conversation sérère pour le 
sérère; le j de Dard pour le 
dyolof; le / de Duport pour le 
sôsô). 
i. 

t. 

j- 

j (le ~ arabe, le j de Duport 

pour le sôsô). 
k. 
I. 
m. 
n. 
n (le ng de Rambaud pour 



le dyolof, gn de Péroz pour le 
mandingue; ni de Dard pour 
le dyolof). 

ri (le ng du dictionnaire dyo- 
lof; le g de Kobès, de Speisser 
pour le dyolof; de Montel pour 
le bambara, du Guide de con- 
versation sérère). 

o. 

ô. 

ô (on de Kobès pour le dyo- 
lof). 

P- 
r. 

s. 

s (ch). 

t. 

iL. —tch). 

t (thi de Boilat pour le dyo- 
lof, ty de Rambaud pour le 

dyolof). 
u (= ou), 
u (u français). 
/r [w anglais). 
g (demi-consonne). 



I 



X>\ dyol. : aOad'i, abad&n, éternité, éternellement; bambara, 
SÔSÔ, inand. : ahada, éternité, éternel, toujours, ja- 
mais; bambara : <il>ara^ jamais. 

r~\»\ dyol. : balis 6a, btii bà t démon; bambara : blizi, démon, 
tentation. 

JkA.1 Itaml». : lahadi] dyoula : lahadi\ mandingue : ala 
malinké : alhadi, alakad\ % kari, dimanche. 



NOTE! 5CH LE BAbSiftU 419 

•aJ dyolof ; alldbirù <i > . lâbù rc mon 

liant, ni-' future 
J! dyolof : alldku, ya 

terèi i *nône -, - a, Dieu ; baml 

w a, Dieu ; malinkë Dieu - 

malinké : yalta, Dieu; mandin minké, malinl 

Allah, Dieu; mandingue : yallah, Dieo; e//a4 
hélas 1 ; uihthu, heureusement; bambara : .w/<* fcvfa 
grand Dieu ! 
>| dyolol ; almdmi, etimam d , chef religi '//<- 

mmim, imam >'- j V 

-■>' dyoula : omtru/mumtfitna, commandeur -nt^ 

t/- -s 
^»i dyolof :aiiun, amen, ainsi soil il;e l-il; 

temoe : omfni, amina t ainsi soit-il «-^j- 

J- r 3r'' dyolof : /trwW ^ au^il»-. 



\ 



>j:V dyolof : albarkA b& % arbarké b l, albarké bâ t bù 

bénédictioD (L^J)); barkèl, i > * - 1 1 1 1 re béni; 

bambara, malin ké : barké, bénir; bambara : bm ■ é, 
ht'in; bambara : barkéli, bénédiction; malink lia, 

a/ru/.a, bénédiction; baraka, bénir; b mi; 

barka y abarka t borka, merci; barakala, ba ion- 

naissant; dyonla : txuihn, merci; iabarakaila 2JX+3 
éii^), Dieu Boil loué ; soso ; < u ri, bénir. 
^_-:,j dyoula : baragi t lettre û 

Jl»j dyolol : bérkélê b& % uaraU b i, muli 
/.'//•', mulet. 

j-j malinké : bum/mt, drapeau. 



ju bambara< malink.- : tait, conte, anecd i ma- 

linké : talé, conte; «mandingue : fd/i, conte; bambara 



420 MISSION AU SÉNÉGAL 

talé, conter, raconter; bambara, malinké : talibo, con- 
ter; malinké : talifo, raconter; bambara : talila, con- 
teur; mandingue : tdlidala, conteur; malinké : tali 
dala, tali koumala, conteur. 
j+> mandingue, malinké : tamaru, datte, palmier; khas- 
sonké, soninké, bambara, malinké : tamaro, palmier; 
mandingue : tamaru iri y dattier. 

s Xi dyolof : tûb, se repentir; tûb g& t pénitence; kéguem : 

tûb fan, pénitence; dyolof : tûbWaba bû, griot converti 
(qui abandonne les tamtams et ne s'occupe plus qu'à 
tisser); tûblo, tûbal, convertir; (ubi, apostasier; tubi 
feâ, apostasie; tubilô, faire apostasier; temne : tubi, se 
repentir; bambara, mandingue : tubi, se repentir; 
bambara, malinké : tubi, repentir, pardon; bambara : 
tubibali, impénitence; mandingue : tûbika, repentir, 
jlj* dyolof : tavret bïi (»!% Jl), Pentateuque. 



dyolof : talâta dîi, mardi ; kéguem : taldta fan, mardi ; 
malinké, mandingue : talala, mardi; sôsô : talatè, 
mardi; malinké : talata lem, tlata, mardi; dyoula: 
tarata, mardi; serère nône : aldda, mardi. 
^£ dyolof : altiné dû, lundi; kéguem : téning fan, lundi; 
malinké, dyoula : téné, lundi; malinké, téné lun, i 
lundi; malinké, sôsô : ténen t lundi; bambara : iénen, 
lundi. 



J^rL. dyolof : dololi 6â, la cloche; kéguem : o dôlôli, la cloche; 
sérère nône : njululi, clochette, pi. njolulija. 
«x^ dyoula : gyamaiulawali ( J-^ o^^ ■ djomada premier; 
gyamazulahiri (5às ^y^), djomada second. 

dyolof : adum& d&, aldumA da [X » » *> t), vendredi; 
kéguem : dumdling fan, fendredi; bôsô : arivmmè s 

vendredi; dyoula : arnluma, vendredi; malinké : or- 



C" 



f* 



NOTES SI K LE HA 

dutna, vendredi , séi èi •• u 

lioké : déma, assemblée; dyol im dû , la 

mosqui 
dyolof : dinè à , génie; Icéguem '/"" •' 
ban : '//"/, génie : malinké, bam 
dyoola : a r Qyine f génie 
babite les tamarins diable 

«/ •. <//'/ m </ .__a' . j. 
ciel ; bambara : m id imi, i iel 
paradis : malink ciel ; dyoul; 

paradis ; mandingo< 
ciel ; landouman : adana, ciel . - 
ciel, 
dyou dama, enfer; bambara : à 

malinké : dahanama t enfei 
mandingue : yahaniba % enfer; lemné : yakànnatma^ 
enfer. 
U». malinké : giba t difa t poche; dyonla : giûfa, pocbe 



^^ dyonla : alhigyi, pèlerinage «!•' la Mekke, I cri- 

Qces; alhagyi, pèlerin; du dzou'l 

hidjdja. 
p. mandingue, malinké : hariri -• . 

. .^ dyolof : i"ira[ 6a, letl 

l.i même chea les fét 

divise en trois groupe qui vivent dans U bi 

niants; le plus redoutable etl taille d'un es 

.le un .1 deux mois; le second groupe b îlla^es et »e 

tient ci si lé ou se croisent les cheo ale- 

Icei et coojnrenl Is maladie. Le troi les plu» p 

- mt- lit résident, «pu dam o - un 

monticule, qui déni un puiti i Lecteur 

du riltsge st le Km'-, protecteui dei ma \ ans 

boci' inti Ju K 

le p. .1. M. Henry, Lt UU dt» s E$i InUu 

t. III, 1908, p. lOMtl. 






422 . .MISSION AU SÉNÉGAL 



fj=± dyolof : ormà gà, politesse (Ij»p>); bavé, ormà, êlre poli; 
kéguem : fjorma fan, politesse; may borma, être poli; 
malinké : Ijaram, haïr; dyoula : moharamu, moharrem: 
dyolof: berem ga, idole; berem b>-i, résidence de l'idole. 

J._^ dyolof : a'al d;i, le bien; kéguem : balai fan, le bien. 
Az± kéguem : halam, réfléchir; mende : bôlima, êlre patient. 

^ r =^ bambara : bina, amour, affection; bina fé, afîectueuse- 
ment. 



5*" 

L 

^i. dyolof : Ijabar 6â, histoire, nouvelle; malinké : tjibaru, 
histoire; sôsô : haffari, avouer; baffavina, déclaration; 
malinké : kibaru, histoire; bambara : kibara, nouvelle; 
kibaro, histoire, raconter. 
♦^ dyolof: batim, écrire; betim và % écriture, paraphe; dyoula : 
katuma, carré magique; dyolof : maljtumé ma, porte- 
feuille rempli de grigris; mandingue : mablumi, por- 
tefeuille; bambara : mutumè, portefeuille. 
^.k= s dyoula : hotuba, minaret. 

^al=v dyolof: ba/is ôâ, argent, monnaie; kéguem : Ijàtis fan, 
argent; soninké : balisi, argent; mandingue : bâtis, 
argent; khassonké : kaliso, argent. 
L>> dyolof : kétifô g:' (i-f-JLs.), chef; nkelif gà, commaode- 
ment; aift dà, chef; élif, yêlif\ commander. 

dyolof: athamës d& (^~~-dJO), jeudi; kéguem : arbémès 
fan, jeudi; sôsô : alahamùé, jeudi; malinké : alamisa, 
jeudi; dyoula: tamisa, jeudi; malinké : albamsa, ala- 
kamisa, jeudi; sérère-nône : alljamisu. jeudi. 



O^ 



ir*j3 dyolof: durus, réciter de mémoire 
p dyolof: derem b.i, pièce de cinq fra 

mandingue : doromi % gourde. 
2 dyolof : </'/'' d -, école de marabouts. 



**p dyolof: derem />•', pièce de cinq francs, gourde; malinké. 

mandingue : doromi % gourde. 



N0TB8 SUH n H \— \M v 

*s.> dyoula, maodiogoe, malîi ma- 

link»'' : morifa, mur fa x f 
_o dyolof : '/"/" d . d 

Lo dyolof : '/'/'/// '/ -, univers, mond 

(L)-'- , ' : bambara, mandio 

d h fia . monde ; baml n, monde. 

c*} dyolof : dâ il t, encrii 

mandingue : doubagi, encre . malinké 

encrier; mandiogue '/>/ ; "/ 
»ta bambara : dama, foi . - 

religion; bambara danabalia, incrédnlil 



p j> dyolof: dabari, réciter par cœur; daharx récita- 
tion. 
*j3 Boso : yanubi, pécbé. 

j 

dyolof : raya 6a, drapeau l»h ; bambara, malinl 
rayètf drapeau; Bérère aône : ratura, pi. rut/a, drapeau. 

_■, Lemné : o raoti, seigneur; dyolof : yarabi, ô Dieu! 

*-j , dyolof : ulmhi iLi, mercredi; kéguem ardabc fan, mer- 
credi; malinké : 'nu/m, arabe fuit, alaba, me 
mandingue, malinké : or&o, mercredi; 
mercredi; dyoula : laraba t mercredi; Bérère nom 
alarba, mercredi; dyoula : rabiulawati JL 

rabi' premier; rabiulahiri ^— i . rabi' Becond. 

^aj dyoula : radinlm, radjeb. 
•Jj lemné : o rtiAii, esprit (de Dit 



L/ 



malinké, dyoula, mandingue (t, Bamedi; malinké, 

mandingue ! itAtri, Bamedi; malink ft, samedi. 



L 



424 MISSION AU SÉNÉGAL 

^-*w dyoula : tasabia (^ <*•»"), chapelet; dyolof : subahàna 

subônu s-', désolation, 
malinké : sabota, sabara, sa mu la. samato, pantoufle, sou- 
lier. 
Jcs— dyoula : sieri, prosternation; temné : mûidt, misidi, 
7/tisiri, mosquée (Jl a" 1 *); dyoula, malinké : mût 
mosquée; malinké : mousiré, mosquée; dyolof: tamsir 
bà % docteur musulman, qadhi; tamsir, prendre le 
degré de docteur. 
ysr" dyolof : sir<) ?v, grimoire, livre de sorcellerie. 
Jls— - hambara : saljéli, nord. 
Jj^w malinké : snrabu, pantalon. 

_ t ~. dyoula : krregp, selle; mandingue : hiréké, kourou, selle; 

malinké, mandingue : kirhé, selle; malinké : l>il{"-, 

selle; mandingue : kirikéla, seller. 

isp- dyolof : sirdt sa, serai sa (LL—), pont de Taulre monde. 

J— dyolof : salam alékum (*Xjc ,,b!LJn. salut sur vous; alékum 

salam (>bLJ! S~b), sur vous le salut: dyoula : jyiuslimu, 

musulman; mandingue : al silami, musulman; itlami 
sila, islamisme. 
I.S- landouman : asoutnam bir, nuage; dyolof : bissîtnildy 

(iiil *— j), au nom de Dieu, d'accord; mandingue : 
bissimilai, enfin, peut-être; dyolof : asamati su, ciel; 
kéguem : asaman fané, ciel, firmament. 

J-~l-. dyolof : soblèt $à, oignon: kéguem : subola na, oignon. 
.L- dyolof : sdr vu, chapitre [i\j~). 

jjlw dyolof : sofa, se frotter les dents; sotu bu, le cure-dents. 



v^-jU» dyolof: sébrr ftâ, l'éperon: kéguem : o libre la, l'éperon: 
mandingue, malinké : iébéré, éperon : malinké : tab 
sérbé, éperon. 
y yté mandingue : $ariya t jugement: tarya tégéla, juge; tory* 
iégé t juger. 



L- 



« jL dyoula : sa ri fou. chef ( i «*- 



, ,Lw dyolol . H ' - di ibl uem i fan 

démon . barobai a 
diable. 
w xw d y oui a : tudmban - i n 

dyoiof i - . lém< 

, le té moi dyoula I i, ténu 

i dyoula tuaii chaouàl 



^_^sr^ mandingue, malioké ritore, lettn . maliul 

tabéytafé, écrire, écriture, papier; manding 
■■■/?, écrire ; malioké, mandingue iio , 

malioké : tébélila, d; maodioga 

téfégit encre . malioké : téj -di, em 

bé di daha^ tébénéia f eocrier; r^6^/j Ç/a, feuille 

de papier. 
^«Ju* Vfi : tddaka, aumôoe; bambara, ri 

bambara : tarakabo, faire l'aumône ba- 

rilable; iarakaboya^ libéralité; malioké tarama, bien- 
fait; taraba dila, bienfaiteur; temoé icriflce; 
dyolof : tarabi faire l'aumôn barité 
faire l'aumône ; toi a6< b 1, l'aumône ; 
tarabkat 6a, charitable; rai iAIu, demaoder l'aumône; 

^;/'/j/ A', mendicité : larahtukai b -. meodiaol . 
tuiin, meodier babituellemenl men- 

(liant de profession. 
f &~c (Ivoula : tofuru. safar. 
x* ilvoula : tolatu (i-L*), prière; maodiogue, malink( 

prière, prier; malioké : taHfana % hem-- «I»- la prière; 
malinké : taliké t prier; mendi . ; 

duli '/', salam, prier.- des Musulmans, faire le salam; 
dulikâi 6â, endroil où l'on prie; duli Ire impie; 

dutitadi 6â, impiété; nduli 6a, jeune circoncis; afstltl 
6a, bomme dévot, pieux; açÇu/tl / . détotion, pi 
maodiogoe, bambara! malinké aVi/t, </'■/*. prier; 
linké : '/"/', </'■/'. prière; bambara ■/ êiil 

M 






426 MISSION AU SÉNÉGAL 

bambara : délili, prière; malinké : dalili, prière, invo- 
cation; bambara : delila, pieux ; deliya, piété: déliyoro, 
église, temple; mende : jeli, prier. 
>Lc temné : sum (/~^), jeûne; malinké, mandingue : mn, 

carême, jeûne; bambara : suh, jeûne, jeûner; malinké : 
sundun, jeûner; bambara : suna, être à jeun; suûia, 
jeûne, carême; mandingue : sun ko ru, jeûner; dyoula : 
su, jeûne; su ngari, ramadhun; mende : su, jeûne; 
su hôn % jeûner; nalou : arsourn, jeûne. 



^ 



v J? dyolof : tubàb b;ï, Européen; tubàbu, être attaché à un 

blanc; tubablu, lubabtu bablu, imiter les blancs; ké- 
guem : o tubdb ah, Européen; malinké, bambara : 
lubabu, blanc; mandingue : tubab, Européen; sérère- 
nône : tuab, blanc, pi. tuabja. 
J.J? bambara, mandingue : tabala, tamtam de guerre; bam- 
bara, mandingue : tabulo, tamtam à pied. 
^èJ? malinké : mantarko (ii^lx^), marteau. 

s \^ dyolof: taliba bà y tatibè ftâ, talubé b;t, disciple; talal»>n 

bà, fête des marabouts au commencement du mois de 
tamkharèt. 

^LL? dyolof : tûfan là ( . y [sJs), déluge. 



& 



: 



^ dyolof, ndolôr l&\ kéguem : ndolôr, midi 



c 



il 



Xx dyolof : abdudabar, abdudambar b& ( ,~v J-c), u,ènie, 

chef des diMiioiis. 
^>c dyolof : arabu, Arabe : mende : (alabu, Arabe. 

dyoula : Irasarn, prière tic CÎDq heures ^ -*ajJt). 



J 



Nnii iMi 






Ji_i malioké, mandingue hakili, esprit, iotell 

adi malioké .- kah 

lima, intelligence . malioké . ha n t , 

bambara : bakili t esprit; hakilvU 

intelligence ; bai 

b*bili f '"N" il î '"l'olit'i" . Btnpi I 

luiLihtii, adroit; bakilili, adret bambari tait, 

esprit; malioké : fakili^ adrei f'iLU. esprit; 

malinké : fakilinté, inintelligent; tdroit 

Je dyoula : ytlemani } magie. 

^lc dyolof : tata b& J-'*- . imm< i anl de Dieu . 

t 

dyolof : bed& b& 9 déjeuner. 

fS-i snsù : itnhan, pardonner; bohariûa t pardon. 



jjl3 dyoula : fitina (J«~-?) fiterd, bouj 

^sro dyolof : /"'///''/• '/', aurore; mandin i//oafirî, pointe 

• lu jour. 
fj*}j* dyolof: firdaus b& L^Jl), paradis; kégnem : firdtau 

fan, paradis. 
^_+»j dyolof : forban os Qoràn. 



^^i malinké : faoé [X*»), bâtiment •■M maçonnerie. 
J^i dyoula : kibta, direction de la Mekke. 
L3 monde : fora, doctrine, enseignement . dyoula, malinké ; 
fora, lire; rei ; kâra, kâran, enseigner; mandingoe, 
malinké : forait, lire; malinli m, km 

lire vei : kdrdn, instruit; temne : . lire : 4rdrana*t, 

disciple; dyoula : karafigè, lire; malioké / "" din, 
iolier; dyoula : forant, lecture; mandingoe ka 



428 MISSION AU SÉNÉGAL 

din, écolier; sôsô, mandingue, malinké : karamobo, 
écrivain, maître d'école; dyoula : karamorho, savant; 
temné : karamoko, karmôko, maître d"école; malinké : 
karamobo, maître; karamobodin, écolier: mandingue : 
karandula, école; malinké : karadula, école; man- 
dingue : karaiioro, école; malinké : karayoro, école; 
sôsô : harem, lire, apprendre, étudier; harandi, écolier; 
Ijaransé, leçon; Ijaranbaiïbi, école; Ijarankedi, tableau 
de lecture: bambara : kalaù, lire, leçon; kalandéù, 
écolier; kalaàké, étudier; kalankéla, maître d'école; 
kalaùyoro, école; kalona, manière de lire; malinké : 
Av///a, lire, apprendre; dyolof : aUjurân dâ (,j|»^) 
Qoràn; malinké : alkoranu. Qoràn; malinké : aUjuran, 
Qoràn; dyoula : alkurana, Qorân; alkurana tigi, prêtre, 
savant; temné : alukràna, Qoran. 
r-ti3 dyoula : kardasi, papier; malinké : karlas, papier. 

., J bambara : garna, corne à poudre. 
Jjjijji malinké : koranpolé, girolle; dyolof: borompolé dâ, clou 
de girolle; kéguem : borompolé fan, clou de girofle. 

^ai dyolof : alkâti dâ ( ^>U3I), chef; dyoula : alkali, juge; 
temné : alikâli, chef (du territoire de Porto-Lokko). 

joii dyoula : duliekadi (ïJjûJI O), dzou'l qa'dah. 
Jj bambara, dyoula : kalama, crayon, plume; malinké : 
kalam, Ijalam, plume; dyolof: £aïtmâ g&, plume. 



J 



tj*2& mandingue, malinké : kahusi % pistolet; dyolof: kdbtu gà, 
pistolet; kéguem : kâbut na, pistolet. 
Jxfc' temné : kaîdi, pi. trairi, kalri, papier; mandingue : karta, 
écrit, forait, écrire; dyolof : k&èt gà % kàU gâ, papier. 
w*£^ malinké, sôsô, bambara, mandingue : kxtabu, livre, Qoràn; 
dyoula : alikitabu, Qoràn. 
»S dyolof : garant />.<, noble (chez les Maures). 
US malinké, mandingue : âyi/W, infidèle; dyoula : kafira. 
païen; sôsô: kafiri, infidèle; temné : kdfri t infidèle; 
dyolof : e/ar 6a, if&r te, v/' r f>: ', infidèle. 



NOTES -I li LK ll\-MM\ m 



J 



jj^ dyolof : malâk ; malinké Malais u 

dyoola : melegè, ange; kéguem 
Ju dyolof : //#'•/. . chameau; kéguem . i, cha- 

meau; soninké, mandingus : fiogom meau: ma- 

lioké : flogoma, chameau ; uône . i ha- 

mean, pi. ngélemja. 

Si dyolof : alua çU .jUI , tablette sur laquell 

dans les écoles musulmanes 
«J malinké, dyoula, mandiogue : lémvru , — ,>— on, 

nran^e; Bérère noue : hmori, citronnier; mend( 

lumbêlé, orange. 



r 



J~> dyolof : mt/ai ma, image; natal, figurer, re| 1er; 

netàli, nita/t, raconter; nlfo/î 6a, récit, relation; >< 
//Â-i/ 6a, nt/a '/. '' 6 . narrateur; n . atlo/t/d, raire 

raconter. 

Jw malinké : mud>\ Pliure, i/tum, meaui 

~j^ dyolof : m&cta 6a, micta 6a, hymne musulman. 

^~ • dyolof* : <ilm>isiu % le messi< dadar m ., mui 

C J '->--' ^-r-^)» antéchrist. 



o' 



Li aôsô : tiiiwihi ( ç*J'), prophète ; dyouli phète. 

,.~s_' dyoula : nftt^ara, rumzara, Européen, blanc 
% *j dyolof : naamô. oui, à la bonne heui 

«_flj malinké : na '»/, proÛl 
d \ olof : /"ô/ //</. riiti i . 



430 MISSION AU SÉNÉGAL 



^?j malinké : sifa (£f*°)» genre, sorte. 
1^3a kéguem : vahlu fa lèng, une heure. 
Jy« dyolof : valiu bà, musulman vivant en solitaire dans la 
brousse. 



APPENDICE 



Bien que le pool ail été laissé en dehors de odes, il 

me semble intéressant d'ajouter i«i fn.i^ lettres, que j'ai 
copiées à Podor, «mi février 1888, sur les originaux en vo 
par le Lara Toro siilimi h le Lam Toro Hamed -I»- les rej 
(luis avec toutes leurs incorrections. 

\^o J*a_)L>« (sic) JLJj *- j lJL9l*J jj IJ» »jli >l s — ^ 
(rie) jlf ^iJI («c) jj^U' *^Mj »*j V L*-^ -'-* s/ •' xJ ~° 

- 

Salut «le la part du Lam-Toro Sidiou au comman lanl le Podor 
Il importe <]ut" tu saches que tous les roui d'A 
d'accord avec moi, qu'ils m'ont reconnu t"ii^. <|u'il* m'ont accepté. 

Il n'\ a eu aucun OppONLOt, ni grand, m petit. 1*008 leUXt 

ipectables Boni venus me trouver avec l'attestation de ceai <)m 



432 MISSION AU SÉNÉGAL 

étaient restés et que voici (?). J'ai parlé avec eux; ils m'ont appris 
qu'eux et ceux qui étaient restés m'avaient reconnu tous, en pré- 
sence des gens respectables du Toro. comme l'alimun Boye, l'ali- 
man Dhiouar, Taliman Donai, Ardo Guédé, Farab Diom, Ardo Ad 
et d'autres des gens respectables du Toro. A présent, je te demande 
de transmettre ceci par le télégraphe au Gouverneur Général 
(Amir Ndar, l'émir de Saint-Louis) et de l'eu informer. Et salut. 



J 



S 2 

Lj ^CbLc! ..A.» oUS' U .x?* , Js ^ ,j >bLJ! i-Ju jju. 

sj_J$J> Jj^l L*L» L»Lc t&* _s X .,, ,»_& ,. j^lj! _s*J 

j^Ja*"^ JLs (SIC) ^yïj j»-^ J^s»-^ ^_U ($tc) £*"*£j * ^J* ^il*"? 

(SZC) jjL^j ^j*-^ » c'j^-f ^ w ' fl?^-^ 5 ^~ * rrl a " <Sw £*" J * J j^W > 



Jf^s^ 



si)L -s L,^ ,1 jJUww .;_Jl> oUTL) , *_L *^ Iti sic >^*. 
si, j • f»_yui s.x& j-n<2J L» Jj rvj-^^ ?~~°y j 'Ttri^ r-^** yJJ JjJdL.' 

\ I •• - ^ •• ^ ^ ' ^ 

ijuxj jJUl 5J.a> li t L-i! j ^a-5^ .<n*~î (fie) J^sdJ ,»| Jl*_j Lto>L 

• .. f-* ^ ^ j j.. jr* ^ .. \ / w \ » J 

Après avoir fait parvenir le salut de la part du Lam-Toro H'amed 
au commandant de Podor. Sache que de mes gens, les Pouls 
'Ourourbé qui étaient en émigration l'an dernier, m'ont pris trois 
vaches par fraude, et sont partis vers Dhiour. A présent, voici ce 
que dit le Lam-Toro : Commandant, j'ai appris qui us qui 

avaient volé nies vaches sont revenus, ont traversé mon territoire 
et ont craint d'arriver a ma résidence a cause de ce qu'ils ont tait 
l'an dernier. A présent, le Lam Toro te «lit : Commandant, je le 
demande d'invoquer par Le télégraphe a 1) hi a pin ou à Daganapour 
que quiconque arrivera là-bas et sera VU par le chef de poste soil 
arrêté jusqu'à ce qu'arrive vers vous mon serviteur. El salut. 



SI l; Ll HASSAKM 

-,,. aussi que mon frère, oommé Mahmoud II 
\vi boa poor les poorsuivre. Toul il i trouvé, il Ps 

pria poor compenser la valeur de m m I I lalot. 



s 

_'-0 ^Jtj ^JU ^IJI L^>j »ls-Wl -*jj 

L' .sic *< -.■» »_ — ,|Q -Li ,»_5 J, | — 5 . . ,_rw 

k^j, | »C > *_~'^3 IjLB »Mf ,.J . ■ - à — 3 jn— 

.^^ (sic) ll jJSIj (sic) j3 Li j Luja L*U _ 

> LU [m ^U! ^4! j^ij-i (sic) pSÎ U ^ ^j ^ 

JLj b) (lis. |j-^ ; ~ v " ^-OJ.? 8 , .?-r'-V < ' J * - ' 

l r v - - - 

Louange a Dieu seul. 

Après avoir l'ait parvenir le salut. De la part »iu Lam-Toro 
B'amed Nootak au commandant de Podor. Sache que j'ai choisi 
pour chefs de mes gens, <lt'^ nommes respectables, desquels Bli- 

inan BoyO*, Klirnan Douai, \[>lo Thaaton, \r<l«> Goédé, DÎOffl 

Lerabé pour aller rers l'Est jusqu'à ce qu'ils soieol arrivés an ter- 
rain île Diour. Là se tienl un <les Goulbé qui ■ été la cause <!«' leur 
émigration rers l'Est. J'ai appris, par 1«- nouvelles d'Ibrahim Hl> 
d'Elimam, que ces Pouls Onrourbé et Badiornabé avaient suivi 
leurs troupeaux qui mangenl l'herbe comme les bei i nour- 

ri sseol du lait «le leurs troupeaux. Ils veulent aller dan! l'Un 



434 



MISSION AU SENEGAL 



irais à cause de ce qu'ils ont fait, Ibrahim a peur de les transpor- 
ter. Je t'informe de ce qu'il t'a 'm'a?) envoyé. Le Lam-Toro te 
dit : Commandant, sache que ces Pouls Ourourbé et Badiornabé 
n'habitent pas dans un seul endroit; quand ils veulent, ils habitent 
dans le pays de Lav, ou dans le pays des Dyolofs, ou dans le Toro ; 
ces Pouls circulent sans s'arrêter dans un seul endroit. A présent, 
ils sont dans le pays de Doum^e. Sache-le. Et salut. 






PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



DT Basset, René* Marie Joseph 

549 Mission au Sénégal 

B38 

t.l 

fasc.2