Skip to main content

Full text of "Flore de l'ouest de la France; ou, Description des plantes qui croissent spontanément dans les départements de: Charente-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Loire-Inférieure, Morbihan, Finistère, Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine"

See other formats


N 



FLORE 



L'OUEST DE LA FRANCE 



FLORE 



LI5RART 
NEV/ YO-" 
BOTAKIC- 



L'OUEST DE LA FRANCE 

OU 

DESCRIPTION DES PLANTES 

QUI CROISSENT SPONTANÉMENT 
dans les départements de : charexte-inférieure, deux-sèvres, 

VENDÉE, LOIRE-INFÉRIEURE, MORBIHAN, 
FINISTÈRE, CÔTES -DU -NORD, ILLE- ET - VILAINE , 

Par M. JAMES LLOYD 



4e EDITION 

AUGMENTÉE DES PLANTES 

de la GIRONDE, des landes et du littoral des basses-pyrénées , 

Par M. J. FOUCAUD 

Jardinier-Botaniste en Chef de la Marine, chargé de Conférences de Botanique médicale à 

l'Ecole de Médecine navale de Rochefort, 

Membre de la Société botanique de France, de la Société des Sciences naturelles 

de la Charente-Inférieure, etc. 



NANTES 

M'"^ Th. VELOPPÉ, Libraire, 

rue JEAN-JACQUES ROUSSEAU, I 



PA R 1 S 

J.-B. BAILLIÈRE & FILS, Libraires, 

RUE HAUTEFEUILLE. 9. 



A ROCHEFORT 
Chez M. J, FOUCAUD, au Jardin Botanique de la Marine. 

1886 



.L55 



INTRODUCTION 



La Flore de l'Ouest de la France contenait dans les trois éditions pré- 
cédentes la description des plantes qui croissent dans les départements 
suivants : Charente-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Loire-Inférieure, 
.Morbihan, Finistère, Gôtes-du-Nord,Ille-et-Vilaine.Elle se trouvait ainsi 
limitée par : la flore de la Vienne par Delastre, celles de Maine-et-Loire 
par Bastard, Desvaux et Guépin, la flore de la Sarthe et de la Mayenne 
par Desportes, enfin celle de ta Normandie par de Bréhisson. La" pré- 
sente édition est augmentée des plantes de la Gironde, des Landes, 
d« littoral des Basses-Pyrénées, et celte addition (signalée par %%.j, 
qui complète la flore du littoral Je l'Ouest, est entièrement due à la col- 
laboration de M. Foucaud. 

Les descriptions ont été faites sur les plantes vivantes du pays. Quel- 
ques-unes ont été introduites dans les notes, soit comme point néces- 
saire de comparaison, soit parce que j'ai la certitudeou l'espoir qu'elles 
seront trouvées dans nos limites ; mais je puis assurer qu'aucune ne figure 
ici pour grossir le livre ou pour le substituer aux ouvrages de mes voi- 
sins. Ces plantes étrangères, signalées quelquefois d'une manière très 
succincte, sont précédées du signe * ou bien décrites en note. 

Les localités sont classées par département dans l'ordre indiqué ci- 
dessus, en commençant par la Charente-Inférieure, et lorsque je n ai pas 
recueilli une plante, la personne qui me l'a communiquée est citée. Ce- 
pendant, dans certains cas, l'abondance des indications m'a engagé à géné- 
raliser, en supprimant quelques noms ; mais j'espère que les botanistes 
ne me sauront pas mauvais gré de cette omission, et qu'ils consentiront 
sans regret à un sacrifice qui permet, en moins de place, une distribu- 
tion plus régulière des localités. D'un autre côté, il m'a été impossible, 
dans la plupart des cas, d'établir un ordre de priorité dans les décou- 
vertes ; ainsi, le nom du botaniste cité après une localité, signifie seule- 
ment qu'il m'a fait voir la plante décrite. Ces citations, quoique prenant 
de la place, m'ont paru utiles dans un Manuel destiné aux herborisa- 
tions, où le botaniste aime à trouver une garantie à ses recherches. 

I 



IV INTRODUCTION. 

Si dans ce travail j'ai omis plus d'une espèce notée dans les livres ou 
qui m'a été indiquée, c'est que je me suis imposé la règle de ne décrire que 
celles dont je peux prouver l'existence ; je laisse la production des mêmes 
preuves aux personnes mieux renseignées que moi sur ces omissions. 

J'ai noté par le signe % les plantes qui ne croissent pas clans la Bre- 
tagne proprement dite, c'est-à-dire au nord de la Loire. Ce n est pas 
parce que sur chaque rive règne une végétation différente, mais au midi 
et même quelquefois assez loin de ce fleuve commencent les grands r^as- 
sins calcaires avec les plantes propres à ce terrain, ainsi ç^ue les plantes 
méridionales étrangères à la Bretagne et dont le botaniste n a pas a 
s'occuper tant qu'il herborise dans cette province. Ce signe permettra 
aux botanistes bretons de faire plus facilement l'inventaire de leur flore 
spéciale. 

Je n'ai pas cru devoir insérer les prétendus noms français de genres 
et d'espèces, que l'on trouve répétés dans toutes les Flores. Si ces noms 
sont usités quelque part, ce dont je doute, il ne le sont certainement pas 
dans ce pays. Qui de nous s'est servi des mots de Double rang a feuilles 
menues, de Dlplotaxlde à feuilles étroites, de Troscart, deFluteau, 
de Tabouret, de Vigne portevln, de Géranion cohunbain, d'ErocUon 
cicutain, de Ronce framboisier, de Poirier pommter, de Morelle 
tubéreuse, etc. ? et quand aux Orlaije, Turgenie, Caucahde, Anthns- 
que, Ethuse, etc., ils ressemblent trop au latin pour qu'on ne le préfère 
pas. Le botaniste est heureux de posséder une langue universelle, et, 
d'un autre côté, il doit s'apercevoir que les gens du monde et de la cam- 
pagne n'empruntent aux Flores aucune des dénominations précédentes. 

Je ne me suis point occupé des plantes cultivées dont l'énumération 
appartient aux livres de jardinage. Ce n'est pas avec l'addition de 100 à 
300 plantes exotiques que l'on parvient aujourd'hui à prévenir tous les 
cas où le commençant est embarrassé par une plante étrangère ; et, 
plutôt que de grossir ce volume par des descriptions qui lui ôteraient son 
caractère local, je renvoie aux livres traitant spécialement cette matière, 
par ex. au Bon Jardinier, à la Statistique horticole de Maine-et- 
Loire, par M. Millet d'Angers, et surtout à la Flore élémentaire des 
jardins et des champs, par MM. Le Maout etDecaisne. Ce dernier ou- 
vrage, volume de 936 pages, donne la description des plantes sauvages 
les plus apparentes, de la plupart des espèces cultivées, avec leurs pro- 
priétés, l'étymologie des genres et un vocabulaire des termes de bota- 
nique ; c'est le véritable complément des Flores locales. Afin de diriger 
le commençant au milieu de la masse considérable de plantes décrites 
dans ces livres, je donne à la fin de l'Introduction une liste des plantes 
le plus généralement cultivées. 

La description des familles est extraite des ouvrages de De Candolle, 
de Lindley et du Synopsis de Koch. Les caractères tirés de l'embryon 
ont été omis, parce que l'élève ne s'en occupe jamais, et parce que le 
botaniste ne vient pas les étudier dans une petite Flore locale. Il me 
semble aussi que l'on ne doit entretenir les élèves que des familles dont 
ils ont sous les yeux des représentants nombreux ou caractéristiques. 
C'est pour cette raison que je n'ai pu me résoudre à donner la descrip- 
tion de celles dont nous ne i30ssédons qu'un seul genre ou une seule es- 
pèce. J'ai cru plus simple d'indiquer dans le genre des caractères suf- 
fisants pour l'exclure des familles voisines. 

J'ai adopté pour la distribution de cette Flore, l'ordre du Synopsis de 



INTRODUCTION. V 

Koch, 2"ie édition, ouvrage qui est généralement suivi pour les plantes 
de l'Europe centrale, et qui a toujours de la valeur, malgré les innova- 
tions récentes. Lorsque, dans cet auteur ou dans d'autres, j'ai rencontré 
une phrase s'appliquant à nos plantes, je n'ai pas hésité à me l'appro- 
prier, sans chercher à déguiser l'emprunt ; mais j'ajouterai encore que 
je n'ai inséré aucun caractère sans l'avoir vérifié sur le vivant. Quand 
toute vérification, soit de caractères, soit de localités, m'a été impossible, 
,ces exceptions sont notées entre « ». J'ai été très sobre de ces citations, 
et. quoique j'y attache de la valeur, chacun est libre d'y donner la con- 
sidération que l'auteur cité mérite à ses yeux. 

— Le sol de la Charente-Inférieure est presque entièrement calcaire; 
ce terrain se continue dans le midi et le long de l'est des Deux-Sèvres, 
ainsi que dans le midi de la Vendée. Dans ce dernier département, il 
reparaît sur plusieurs localités peu étendues, ainsi qu'à Machecoul et 
à Arlhon dans la Loire-Inférieure. Au-delà de la Loire, ce terrain ne 
forme que quelques points, dont le plus considérable est au midi et près 
de Rennes. 

Le Bocage des Deux-Sèvres, celui de la Vendée et le midi de la Loire- 
Inférieure sont presque entièrement formés de terrains primitifs. 

Au nord de la Loire, la Bretagne se compose de deux chaînes de ter- 
rains primitifs, l'une au sud assez continue, l'autre au nord, formée d'une 
multitude d'îlots séparés par les mêmes terrains de transition qui occu- 
pent tout l'espace compris entre ces deux chaînes. 

— L'Ouest de la France offre deux Flores distinctes : la Flore mari- 
time et celle de l'intérieur. La première a un caractère particulier et 
comprend : !« les plantes propres aux prés, aux vases et aux marais 
salés ; 2o les plantes des sables maritimes ; 3^ les plantes des rochers 
et des coteaux ; /»o celles qui habitent les prés, les décombres et les 
terres cultivées ou incultes. 



(no L) plantes des prés, des VxVSES et des marais salés. 



Ranunculus Baudotii. 
Cochlearia danica. 

— anglica. 

— officinalis. 
Lepidium latifolium, 
Spergularia marina. 

— marginata. 
Eryngium viviparum. 
Apium graveolens. 
Aster Tripolium. 
Inula crithmoides. 
Artemisia maritima. 

— gallica. 
Sonchus maritimus. 
Glaux maritima. 
Statice Limonium. 

— rariflora. 

— lychnidifolia. 

— Dodartii. 



Statice Dubyi. %%. 
Plantage maritima. 
Salicornia fraticosa. 

— radicans. 

— herbacea. 
Salsola Soda. 
Suœda maritima. 

— fruticosa. 
Atriplex littoralis. 

— portulacoides. 
Beta maritima. 
Ruppia maritima. 

— rostellata. 
Althenia filiformis. %. 
Zostera marina. 

— nana. 
Triglochin maritimum. 
Juncus maritimus. 

— Gerardi. 



VI 



INTRODUCTION. 



Scirpus maritimus. 

— parvulu*. 

— pungens. 

— carinatus. 

— triqueter. 

— Savii. 
Carex exlensa. 

— divisa. 
Alopecurus bulhosus. 
Crypsis aculeata. 

— schœnoides. 
Spartina stricta. 



Spart.ina alterniflora. ')5C'%- 
Polypogon maritimus. 
" — monspeliensis. 

— littoralis. 
Agrostls marltima. 
Glyceria maritima. 

— distans. 

— procumbens. 
Hordeum maritimum. 
Rottboeliia incurvata. 
Chara alopecuroides. 



(«0 2.) PLANTES DES SABLES MARITIMES. 



Matthiola sinuata. 
Cakile Serapionis. 
Alyssum arenarium. %%. 
Clypeola Gaudini. %%. ' 
Cistus salvifolius. %. 
\'iola nana. 
Dianthus gallicus. 
Silène Thorei. X 

— portensis. 

— Otites var. umbellata. 
Lychnis lœta. ')5C/5C« 
Halianthus peploides. 
Arenaria Lloydli. 

— pentandra. %%. 
Cerastium tetrandrum. 
Erodium cicutarium var. 
Tribulus terrestris. 
Ononis reclinata. 
Medicago marina. 

— striata. 

— littoralis. 
Trlfolium arenivagum. 
Eryngium maritimum. 
Galium arenarium. 

— neglectum. 
Solidago macrorhiza. %%. 
Helichrysum Stœchas. 
Diotis candidissima. 
Chrysanthemum mariiimum, 
Artemisla crithmifoUa. ^<. ■ 
Centaurea aspera. %. 
Thincia hirta var. 
Crépis suffreniana. 

— bulbosa. 
Hieracium eriophorum. %^. 



Jasione montana var. 
Convolvulus Soldanella. 
Omphalodes littoralis. 
Linaria arenaria. 

— thymifolia. %. 
. — supina. 

Lysimachia Linum stellatum. 
Salsola Kali. 
Atriplex crassifolia. 
Polygonum maritimum. 

— Rayl. 
Euphorbia Peplis. 

— polygonifolia. 

— Paralias. 

— portlandica. 
Ephedra dislachya. 
Pancratium maritimum. 
Asparagus officinalis var. 
Juncus maritimus. 

— acutus. 
Scirpus Holoschœnus. 
Carex arenaria. 

— trinervis. 
Phleum arenarium. 
Lagurus ovatus. 
Caiamagrostis arenaria. 
Poa loliacea. 
Festuca Michelii. %. 

— oraria, 

—S', maritima. %%. 

— hemipoa.l'X!^. 
Bromus molliformis. 

— mollis var. 
Triticum junceum. 



INTRODUCTION. 



VII 



(no 3.) PLANTES DES COTEAUX ET DES ROCHERS MARITIMES. 



Raphanus maritimus. 
Matthiola incana. %,. 
Crambe maritima. ' 
Cochlearia danica. 

— officinalis. 
Polygala oxyptera. 
Frankenia lœvis. 
Silsne maritima. 
Spergularia marina. 
Lavatera arborea. 

— cretica. 
Erodium maritimum. 
Medicago striata. 
Melilotus parviflora. 

— sulcata. ^. 
Sedum littoreum. %.. 
Trifolium arvense perpusillum. 
Daucus gummifer. 
Crithmum maritimum. 
Chrysanthemum maritimum. 



Erythrgea maritima. 
Lithospermum apulum. %. 
— prostratum. 

Eufragia latifolia. 
Statice Dodartii. 

— ovalifolia. 

— occidenlalis. 
Armeria maritima. 
Plantage maritima. 
Beta maritima. 
Atriplex portulacoides. 
Romulea Columnse. 
Juncus acutus. 
Anthoxanthum nanum. 
Avena barbata. 

Poa loliacea. 
Isoetes Hystrix. 
Ophioglossum lusitanicum. 
Asplenium marinum. 



(no h.) PLANTES DES PRÉS, DES HAIES, DES DÉCOMBRES ET DES LIEUX 
INCULTES OU CULTIVÉS. 



Erodium malacoides. 
Trifolium resupinatum. 

— maritimum. 
Tamarix angiica. 
Lotus tenuifolius. 
Valerianella eriocarpa var. 
Scabiosa maritima. %%,. 
Scolymus hispanicus.* 
Cynanchum acutum. %. 



Atriplex Halimus. * 
Juncus maritimus. 
Carex divisa. 
Phalaris minor. 
Festuca ciliata. 
Bromus moUiformis. 
Triticum repens var. 
Hordeum maritimum. 



Consultez les éditions précédentes ainsi que les suppléments (Herbo- 
risations 1876 à 1879), pour la distribution des plantes de la Flore de 
l'intérieur, ainsi que pour des détails sur les localités de la Charente- 
Inférieure, des Deux-Sèvres, de la Vendée, de la Loire-Inférieure. 



VIII INTRODUCTION. 



CHARENTE-INFÉRIEURE. 

Comme nous l'avons vu, le sol du département est presque entière- 
ment calcaire ; il se divise ainsi : Le terrain de craie commence à l'em- 
bouchure de la Gironde, qu'il remonte jusqu'à Saint-Romain-de-Beau- 
mont, d'où il continue le long" des collines de Mirambeau, Montendre, 
Montlieu et M(»ntguyon, pour s'étendre vers le nord jusqu'à Burie, 
Ecoyeux, Saint-Hilaire, Grandgent, Tonnay-Boutonne, Tonnay-Charente, 
sur quelques points dans l'alluvion de la Charente au nord de Rochefort, 
et dans les îles d'Aix et d'Oleron. Le nord de cette dernière île et le 
reste du département sont composés de terrain jurassique. Au milieu 
de la craie se trouvent plusieurs bandes de terrams tertiaires, savoir : 
au midi des collines de Mirambeau, de Montendre, Montlieu, Montguyon 
et dans tout ce coin du département ; au nord de ce même terrain de 
craie, entre la Seudre et la Charente, de Saint-André-de-Lidon, au nord 
de Mortagne, entre Mirambeau et Jonzac, et plus loin dans la direction 
de Montlieu; de Sa int-Jean-d' Angle à S^^-Gemme, Nancras, Sablon- 
ceaux, S. -Romain, Thézac et au-delà ; de S. -Thomas à S.-Porchaire et 
les Essarts ; au nord de la Charente, de Taillant vers Annepont, S.-Véné- 
rand, S.-Brice et Chérac ; enfin quelques autres points à Méchers, 
S. -Palais, lesMathes, Arvert, Soubise, Aumagne, La Rochelle, Benon, etc. 
Enfin des alluvions assez étendues régnent à l'extrémité de la Gironde, 
à l'embouchure de la Seudre, de la Charente, de la Sèvre et à l'est 
dans un coin du département entre Matha et Burie, Consultez la Des- 
cription géologique, etc., du département de la Charente-Inférieure par 
Wm Manès, publiée en 1853 par le Conseil général, avec une belle carte 
géologique coloriée, dont une réduction se trouve dans la France miné- 
rale, Paris, Dupont, 186/*. 

M. Paye, dans une Note sur les Progrès de l'étude de la botanique 
dans ce département, publiée en I8/16, a fait l'énumération des bota- 
nistes qui ont contribué à la connaissance des plantes du pays ; les prin- 
cipaux sont les suivants : 

Morison, entre autres espèces, a découvert Pancratlum marUimum 
et Convolvulus lineatus. 

Guettard, dans ses Observations sur les plantes, Mhl, cite Girard 
de Villars, médecin à La Rochelle, comme lui ayant communiqué des 
plantes de ce pays, où il donne les localités de : Tribulus terrestris, 
un Phillyrea, Centaurea aspera à la Flotte et Catananche cœrulea 
(Jacea calyculis argenteis.) 

Bonamy, dans son Florœ Nannetensis Prodromus, 1782, mentionne 
plusieurs espèces aux environs de La Rochelle et de Rochefort, et il 
est probable que c'est dans ce pays qu'il a vu les plantes calcaires de 
son catalogue qui ne peuvent appartenir au pays nantais. 

De Candolle, en 1815, dans le Supplément de la Flore Française, dé- 
crit plusieurs espèces dont qq.-unes avaient été découvertes par Bon- 
pland. 

Lesson, de l'Institut, a publié en 1835 un volume in-80 de 63/» pages, 
intitulé Flore Rochefortine, ou Description des plantes qui croissent 
spontanément ou qui sont naturalisées aux environs de Rochefort. 

Enfin feu L. Faye, qui avait déjà donné, en 18/»6, dans l'Aperçu som- 



INTRODUCTION. IX 

maire de là Flore du Vergeroux, une énumération des plantes de 
cette commune, a publié en 1850 un Catalogue des plantes vasculalres 
de la Charente-Inférieure. 

La plupart de ces livres ne contiennent que des noms de plantes, et 
le seul ouvrage descriptif, la Flore Rochefortine, n'est pas exécuté de 
manière à m'en permettre l'usage. J'ai donc pensé qu'au lieu de passer 
beaucoup de temps à me rendre compte des espèces de chaque auteur, 
il serait plus facile et plus utile d'herooriser moi-même dans ce pays et 
d'examiner les collections de plantes sèches qui pourraient m'être com- 
muniquées. 

En exécution de ce plan, j'ai passé, en 1851 et 1852, une partie des 
mois de mai, juin et juillet à parcourir le département. D'un autre 
côté, feu l'abbé Delalande, après avoir exploré le même pays dans les 
mois d'août et septembre 18ii7, IStô et 1851, livrait à mon examen les 
abondantes récoltes, les notes qu'il en rapportait et dont il a donné un 
aperçu dans deux Excursions botaniques dans la Charente-Inférieure. 
Ces recherches, en me mettant au courant de la végétation d'automne, 
m'ont permis de suivre presque sans interruption toute la belle saison 
des plantes. Dans l'été de 1867, j'ai fait de nouvelles herborisations 
dans ce beau pays, aux environs de Dœuil, à la forêt de Chizé, à S.- 
Jean-d'Angély, Saintes, au bord de la Charente de Taillebourg à S.-Savi- 
nien et de Bords à Pont-l'Abbé. Enfin, en mai et juin 1872, 73, 7A, j'ai 
revu presque toute la région maritime, et en août 187A, 75, j'ai visité 
les environs de Mauzé, la forêt de Benon et Courçon, 

Feu M. Hubert, ancien pharmacien à La Rochelle, secondant avec 
ardeur l'entreprise de cette Flore, a mis à ma disposition tout son her- 
bier, qui m'a fourni un nombre important de plantes à citer. Puis il m'a 
facilité l'examen de l'herbier de M. de Beaupreau, faisant partie des 
collections de la Société d'histoire naturelle de La Rochelle. J'ai beau- 
coup regretté que la mauvaise santé de ce dernier m'ait privé des con- 
seils d'un botaniste qui savait étudier les plantes, ainsi que le prouvent 
quelques notes de son herbier et encore mieux sa longue correspondance 
avec M. Faye. Ces lettres montrent, en outre, qu'il était mieux au cou- 
rant de la Flore que sa collection incomplète ne le ferait présumer. 

Feue Madame George, du Pin près Bourgneuf, m'a permis de passer 
en revue pendant plusieurs jours toutes les plantes qu'elle a recueillies 
dans ses environs, et, en regard des échantillons toujours accompagnés 
de localités précises, elle a eu la bonté de me donner ces détails instruc- 
tifs que sa longue expérience des plantes lui a fait acquérir. Déjà cette 
dame avait envoyé à la Société d'histoire naturelle de La Rochelle, un 
catalogue rédigé avec le plus grand soin de la Flore du Pin, qu'elle avait 
fait connaître et dont on s'est largement servi dans les publications notées. 

M. Savatier, médecin à Beauvais-sur-Matha, m'a ouvert son herbier 
et fait part de ses observations sur les plantes du département et surtout 
des environs de Beauvais et de l'île d'Oleron. Cet herbier, revu tout entier 
en 1867, en présence de son auteur, m'a fait connaître les découvertes 
récentes ainsi que les plantes de la Charente, département voisin, dont, 
en collaboration avec M. de Rochebrune, M. Savatier a publié, en 1861, 
le Catalogue raisonné. Cet ouvrage est utile à consulter, et peut mettre 
sur la voie des espèces à trouver dans les terrains analogues du dépar- 
tement. 



X INTRODUCTION. 

M. L. Paye, en me montrant dans son herbier les plantes de la Cha- 
rente-Inférieure, qu'il accompagnait d'explications intéressantes sur leur 
origine, m'a fait regretter qu'il n'eût pas conservé un plus grand nombre 
des espèces qu'il avait eues entre les mains, au fur et à mesure de leur 
découverte, alors qu'elles étaient entre lui et M. de Beaupreau un sujet 
d'étude et d'examen critique. Ces discussions ont dû l'autoriser à insérer 
dans son Catalogue beaucoup d'espèces que je n'ose répéter en l'ab- 
sence des mêmes preuves, de ces arguments matériels dont je me suis 
fait une règle. 

Depuis ces documents employés dans la li"c édition, j'ai été tenu au 
courant des découvertes par mes anciens correspondants, et d'autres sont 
venus augmenter notre connaissance de la Flore. 

Feu M. Dussouchaud, curé de Dœuil depuis longtemps, connaissait 
parfaitement la végétation de ses environs, qui s'étendent sur les Deux- 
Sèvres. J'ai été heureux d'examiner tout son herbier en sa présence, et 
l'utilité de ce travail apparaîtra dans les nombreuses citations que j'en 
ai faites. 

M. Pinatel, ancien instituteur à Saint-Jean d'Angély, m'a montré la 
collection des plantes qu'il a recueillies dans le pays. Une partie de ces 
découvertes a été i^ubliée dans le journal de Saint-Jean d'Angély. 

J'ai examiné avec profit à Saintes, les collections de MM. Marc Ar- 
nauld et Roufmeau, ministre protestant, ainsi que celles de M. Paul 
Brunaud, avoué, qui a continué de me tenir au courant de ses herbori- 
sations. 

MM. Georges et Louis de l'Isle, de Nantes, attirés dans le pays par 
la richesse de sa partie méridionale et maritime, y ont fait, en 1867, une 
herborisation brillante, dont ils ont rapporté Althenla fiUformls. 

M. Parât, pharmacien à Rochefort, ajn^ès m'avoir fait voir en détail 
tout son herbier, a continué de me communiquer le fruit de ses nom- 
breuses herborisations. 

M. Lemarié, conservateur du musée de Royan, pendant qu'il habitait 
l'ile de Ré, m'a communiqué les plantes de cette localité. Depuis, pen- 
dant sa résidence à Saint-Jean d'Angély, il a beaucoup contribué à la 
Flore par des herborisations multipliées et surtout en répandant ou en 
entretenant le goût de la Botanique, principalement parmi les institu- 
teurs. 

M. Tesseron, alors instituteur à Corme-Royal, a bien exploré cette riche 
localité qui avait été visitée en passant. Depuis, instituteur à Saint-Sa- 
vinien et à Dompierre, il y a fait des herl^orisations fructueuses. 

M. Riveau, de Grenouille, connaît bien son pays et il m'a tenu au cou- 
rant des plantes intéressantes qu'il y a observées. 

J'ai reçu d'autres plantes, citées à leur place, de MM. Bouchet, Cazau- 
gade, Contejean, Jouan, Peyremol, J. Richard, Tanguy, Neau, Ferrand, 
Souche, Guillon, Duffort et de Mad. Trigant-Beaumont. 

M. Gibert, instituteur à Rochefort, M. Robin, instituteur à Thézac, 
M. Termonia, médecin militaire retraité, M. Doin, inspecteur primaire 
à Rochefort, ont communiqué à M. Foucâud toutes leurs découvertes, et 
elles sont citées. 

La Société des sciences naturelles de la Rochelle a fait paraître en 



INTRODUCTION. XI 

18it0 un Catalogue provisoire pour servir à la Flore de la Charente-In- 
férieure, cahier, sans localités de plantes, destiné moins à la circula- 
tion générale qu'aux botanistes que la Sociéfé invitait à contribuer à la 
flore. Depuis, les progrès ont été rapides, et la Société désirant répandre 
avec plus d'efficacité le goût des sciences naturelles et surtout celui de 
la Botanique, fait tous les ans des excursions publiques qui sont très sui- 
vies. Dans le même but, elle a crée à la Rochelle un Jardin botanique dé- 
partemental dans lequel M. Foucaud a réuni toutes les plantes du pays. 
Sur la proposition du même botaniste, elle a aussi formé la Société Ro- 
chelaise, qui, au moyen d'échanges entre ses membres, s'est proposé de 
réunir en peu d'années la plupart des plantes françaises dans des ex- 
siccata comprenant déjà 1877 espèces. 

Toutes ces entreprises témoignent du zèle des botanistes dans le dé- 
partement et m'ont dispensé de continuer des recherches qu'ils pouvaient 
faire mieux que moi. Le résultat de leurs herborisations, de leurs études 
a été inséré chaque année dans les Annales de l'Académie de la Ro- 
chelle de 1876 à 1886. 

Enfin, en 1878, M. Foucaud a publié le Catalogue des plantes vascu- 
laires de la Charente-Inférieure, et en collaboration avec MM. Vincent 
et David une carte botanique et géologique du même département. 

Indépendamment de son Jardin botanique et de ses musées, dont l'un 
renferme tous les objets d'histoire naturelle trouvés dans le département, 
cette Société possède l'herbier de LéonFaye, souvent cité dans la Flore, 
et l'herbier Bonpland, qui renferme avec beaucoup de types de de Can- 
dolle, un grand nombre de plantes charentaises recueillies de 1810 à 1830. 
Quelques-unes de celles-ci, retrouvées depuis, avaient été considérées 
comme nouvelles pour le département jusqu'en 1872, où cet herbier, resté 
ignoré, fut donné généreusement à la Société par la famille Bonpland. 

En terminant ces notes sur la Charente-Inférieure, je dois dire quel- 
ques mots sur le botaniste qui, dans ces dernières années, a le plus con- 
tribué à en faire connaître les planles. M. Foucaud, ancien instituteur, 
a bien exploré les localités de ses différentes résidences, et il m'a réguliè- 
rement donné le détail des plantes qu'il y observait ainsi que de celles de 
ses voyages. L'appréciation que j'ai faite de la justesse de son coup 
d'œil, de son activité et de son amour pour la botanique m'a engagé à 
lui proposer de continuer le littoral de la Flore de l'Ouest jusqu'aux 
Pyrénées, et ce travail, accepté avec plaisir, est compris dans la pré- 
sente édition. Aujourd'hui, jardinier botaniste en chef de la marine et 
chargé de conférences de botanique médicale à l'Ecole de médecine na- 
vale de Rochefort, M. Foucaud vit au milieu des plantes qu'il aime ; 
il y consacre sa vie, et l'on peut compter sur lui pour perfectionner la 
Flore de l'Ouest de la France. 



DEUX-SEVRES. 

Je dois la première connaissance des plantes de ce département à M. 
A. Guillon, aujourd'hui directeur des contributions indirectes en retraite. 
Ce botaniste distingué a herborisé avec ardeur, principalement aux 
environs de Niort, qu'il habitait; et, avec le projet de publier un cata- 
logue des plantes du département des Deux-Sèvres, il a composé un 
herbier de toutes les plantes de ce département qu'il a pu réunir dans 



XII INTRODUCTION. 

l'espace de trois années. Cette collection que j'ai examinée en entier, 
en présence de son possesseur, a été donnée au Musée de Niort, où j'ai 
pu la parcourir de nouveau. Sa conservation est parfaite, et le nombre 
des espèces en a été augmenté par MM. Sauzé et Maillard, delà Mothe- 
Saint-Héray. 

M Roufineau a habité longtemps Lezay, d'où il a fourni de bonnes 
contributions à la Flore. 

Dans cette même région méridionale, j'ai vu un nombre important d'es- 
pèces recueillies par M. Vernial, juge de paix à Brioux, auquel on doit 
attribuer la découverte de toutes les plantes citées dans les environs. 

M. Jousse, instituteur à Napoléon-Vendée, m'a communiqué une série 
déplantes intéressantes cueillies par lui aux environs de Loubillé. 

Voici maintenant d'autres documents reçus sur la lisière calcaire qui 
borde le département de la Vienne. 

M. P. -A. Guyon, curé de S.-Pompain, aujourd'hui d'Amailloux, m'a 
adressé ou fait voir la plupart des espèces de ces localités, ainsi que des 
environs de Rom, St^-Soline, mais surtout celles de S. -Loup. Ces der- 
nières m'ont donné le désir de voir le riche Coteau de Veluché, com- 
mencement de ces beaux coteaux du ïhouet, aux rives si accidentées. 
M. Guyon étudie et connaît bien nos plantes, et ses découvertes sont 
nombreuses. 

Feu M. Brottier, instituteur à S.-Jouin-de-Marnes, a herborisé avec 
fruit aux environs de S.-Jouin, c'est-à-dire à Marnes, Brie, Douron, 
S.-Generoux, Borcq, Airvault, d'où il m'a envoyé les plantes caracté- 
risant la végétation, et j'ai revu tout l'herbier qu'il a laissé. 

M. Mathurin-Théodose Bonnin, cordonnier-bottier à Airvault, sachant 
utiliser dignement les courts instants de loisir laissés par un travail 
assujetissant, se plaît à cultiver une heureuse intelligence par l'étude 
de plusieurs arts et sciences, entre autres de la Botanique. Depuis plus 
de 30 ans, il compose un herbier des plantes d'Airvault, dans lequel j'ai 
remarqué un grand nombre de raretés. 

J'ai vu plusieurs espèces intéressantes recueillies àS.-Martin-de-San- 
zay par M. Pellier, instituteur, et qui m'ont donné un spécimen de la 
végétation voisine du département de Maine-et-Loire. De ce dernier dé- 
partement, M. E. Revelière m'a envoyé d'autres plantes croissant au 
Puy-Notre-Dame et à Montreuil-Bellay ; j'ai cru devoir en citer quel- 
ques-unes, parce que j'ai la certitude qu'elles se trouveront plus loin 
dans la plame en dedans de nos limites. 

M. Delastre m'a fait parvenir plusieurs espèces décrites dans sa Flore 
de la Vienne, que l'on peut consulter avec fruit, surtout pour la partie 
du département bordant celui de la Vienne. 

J'ai revu chez. M. Janneau, à Parthenay, les plantes qu'il avait re- 
cueillies autour de cette ville et dans le Bocage environnant. 

La connaissance du Bocage a été accrue par V Extrait de la Florale 
des environs de Mortagne-sur-Sèore . de M. Gaston Genevier, An 
gers, 1866. Ce botaniste, connu par ses travaux sur les Rubus,a habité 
pendant dix ans la ville de Mortagne, située sur la limite des Deux- 
Sèvres et de la Vendée, et son ouvrage, applicable à l'un et à l'autre 
département, énumère une partie de leurs plantes et surtout les espèces 



INTRODUCTION. XIII 

nouvelles résultant du démembrement des anciens types. Avant M. Ge- 
nevier, ce pays était à peine connu des botanistes. 

UExploratio/i botanique de V arrondissement de Bressulre , par 
M. Sauzé, Niort 1867, a donné des détails intéressants sur le N. du dé- 
partement et fait ressortir les recherches de M. J. Richard, ancien pro- 
cureur de la République. Ce botaniste zélé et complaisant m'a fait voir 
toutes les plantes récoltées [lar lui dans cette région, dont j'ai pu ap- 
précier moi-même la richesse aux environs d'Argenton-Château, en y 
retrouvant la plupart des espèces des coteaux schisteux de Thouars, 
ainsi que celles dont M. Trouillard, banquier à Saumur, a enrichi le dé- 
partement. Ici rappelons que feu M. Toussa ints a, en 18i»0-i*l, herborisé 
aux environs de Thouars, Oiron, Argenton-Chàteau, Bressuire, Breti- 
gnolle, où les plantes remarquables de ces localités ne pouvaient échap- 
per à son coup d'oeil sûr et rapide. 

M. Giraudias, receveur de l'enregistrement, qui connaît parfaitement 
nos plantes, m'a donné une longue série de localités pour celles des Deux- 
Sèvres, ainsi que d'autres dans la Charente-Inférieure, à S^-Philbert-de- 
Grand-Lieu (Loire-Inf.), et à Palluau (Vend.) 

On sait que MM. Sauzé, médocin, et Maillard, ministre protestant à 
la Mothe-S.-Héray, avaient déjà beaucoup contribué à la Flore de l'Ouest, 
en me montrant toute leur collection des plantes du département. De- 
puis, ils ont publié le Catalogue des plantes phanérogames des Deuœ- 
Sèyres, Niort, 186/*, le Manuel analytique de la Flore des Deux-Sèvres, 
187â. Cette première partie a été suivie en 1878-79 de la Flore descrip- 
tive en 2 vol., ouvrage consciencieux auquel on peut renvoyer pour des 
descriptions plus étendues que celles de la Flore de l'Ouest. 

Si j'ai omis de citer un certain nombre de localités de cet ouvrage, 
c'est que j'ai craint de faire double emploi. En effet, mes localités sont 
signalées par le nom du lieu le plus voisin de la plante trouvée, sans 
avoir égard à la commune, tandis que la Flore des Deux-Sèvres l'indi- 
que dans la commune. Ainsi pour Avena tenuis, Peucedanum Oreo- 
selinum, ce que j'appelle Argenton-Chàteau est nommé Moutiers, et pour 
Juncus anceps, Mauzé est dans la Flore des Deux-Sèvres, Deyrançon. 
En outre, la flore ne cite aucun botaniste pour les plantes trouvées par 
eux, et cette absence de leurs noms m'a empoché de reconnaître plus 
d'une localité. 

Pour terminer, j'emprunterai quelques traits à la Description géolo- 
gique du département, par M. Cacarié, ingénieur des mines, insérée dans 
le tome 7, 18A2, 18A3, des Mémoires de la Société de statistique du dé- 
partement des Deux-Sèvres : 

« Le département peut être divisé en trois parties différentes d'aspect 
et de nature géologique. Le Bocage, avec ses monticules sans nombre, 
ses cours d'eau au lit profond et parsemé de rochers, ses chemins tor- 
tueux etombragés, ses haies impénétrables, ses prairies et ses bois, occupe 
la partie du nord-ouest. » Il est à peu près limité, au midi par une ligne 
commençant à Beugné près du département de la Vendée et continuant 
par Xaintray, Pamplie, Mazières, Vouhé ; à l'est par le cours du Thouet 
et du Cébron, d'où il tourne autour et à l'est de Parthenay, et s'avance 
en pointe jusqu'à Ménigoute. « Composé presque entièrement de gra- 
nités ou de schistes primitifs, il a un sol argileux, maigre et froid ; 
lorsque l'argile est trop compacte, le terrain devient landeux et ne pro. 



XIV INTRODUCTION. 

duit que des bruyères et des ajoncs ; dans les parties humides et con- 
tenant des graviers provenant de la destruction du granité, on trouve 
de bons pâturages. Les arbres poussent fort bien dans presque tout le 
Bocage ; aussi le pays est-il coupé de haies vives avec de gros arbres 
qui ombragent complètement les chemins creux de la Gàtine. Quelques 
parties du Bocage sont recouvertes de sables ; elles forment des landes 
stériles ne nourrissant qu'une herbe très courte ou de maigres bruyères ; 
lorsque ces sables sont assez humides, on y a planté des bois ; c'est 
même dans cette variété de terrain que se trouvent les bois proprement 
dits du Bocage. » On voit que cette description pourrait s'appliquer au 
Bocage de la Vendée et à celui de la Loire-Inférieure. 

« A l'est et au sud de la limite ci-dessus s'étend, sur un sol calcaire, 
la Plaine unie, couverte de moissons et de prairies artificielles, parfois 
arrosée par des rivières dont les eaux tranquilles, couvertes de nénu- 
phars, coulent sur un fond vaseux, ou par des ruisseaux limpides, cou- 
lant dans un lit creusé dans le roc ; parfois sèche et aride, ne recevant 
de l'humidité que des eaux souterraines qui circulent dans les fissures 
du sol. )) La Plaine est en grande partie composée de calcaire jurassique 
entrecoupé du nord au sud, surtout à partir de S. -Loup, par des terrams 
tertiaires moyens, et sa végétation est celle des mêmes terrains, dont 
ils sont la continuation dans les départements qui l'avoisinent, la Cha- 
rente-Inférieure au midi, la Vendée à l'ouest, la Vienne à l'est. 

« Si ces deux régions ofîrenï nécessairement des différences très con- 
sidérables, elles se prêtent en même temps à des rapprochements fort 
curieux. Ces rapprochements tiennent dans la partie septentrionale, à la 
présence d'une longue bande calcaire qui occupe le côté N.-E. du dé- 

f)artement, et, dans la région méridionale, à l'existence de plusieurs val- 
ées de soulèvement qui mettent au jour les schistes et les granités. 
Aussi pourra-t-on voir, dans les cantons de Thouars, Airvault, S. -Loup 
et Thénezay, presque toutes les plantes qu'on rencontre, à l'extrémité 
opposée, sur les limites des dép. de la Charente et de la Charente-In- 
férieure, et pourra-t-on retrouver, dans les vallées schisteuses et grani- 
tiques des environs de S.-Maixent, la Mothe-S.-Héray et Melle, la plu- 
part des plantes de la Gàtine. » Sauzé, Cat. 

Enfin, tout-à-fait à l'ouest, « le Marais forme au-dessous de Niort un 
triangle marécageux dont le terrain de sable laisse filtrer l'eau avec la 
plus grande facilité, et est découpé d'autant de canaux que le Bocage 
l'est de chemins creux. » Ce pays participe à la végétation du Marais 
Vendéen, dont il forme le commencement, empruntant encore à la ré- 
gion maritime un petit nombre de plantes comme : Sonchus marltimus, 
Trifolium resupuiatum, Alopecurus buibosus. 



VENDEE. 

Ici les matériaux sont abondants, et j'espère que le département sera 
dignement représenté dans la Flore, grâce aux botanistes dont je vais 
parler. 

Messieurs Pontarlier et Marichal, professeurs au Lycée de Napoléon, 
(aujourd'hui La Roche-sur-Yon), s'occupent depuis longtemps des plantes 
de la Vendée, qu'ils étudient en commun. Si M. Marichal a un peu plus 



INTRODUCTION. XV 

manié les plantes critiques, M. Pontarlier, doué d'un corps robuste, aidé 
par un excellent coup-d'œil, a pu faire ces belles herborisations qui lui 
ont donné la connaissance de presque toutes les parties importantes du 
département. Du fruit de ce travail, ces deux botanistes ont composé deux 
herbiers de la Vendée qu'ils ontdonnés aux Lycée et à la ville de Napoléon, 
et,après avoir eu l'intention de les compléter par un catalogue des plantes 
de la Vendée, en collaboration avec M. Letourneux, ils ont embrassé 
avec le plus vif intérêt le plan de cette Flore. Ils en ont aidé l'exécu- 
tion de tout leur pouvoir, non pas par des notes détachées, des herbo- 
risations partielles, mais par la communication d'herbiers parfaitement 
ordonnés, de plantes étudiées, sur chacune desquelles ces messieurs se 
sont fait un plaisir de me renseigner abondamment. Depuis lors, tenu 
au courant des découvertes nouvelles, j'ai cru plus utile à la flore gé- 
nérale de porter ailleurs mes pas, laissant à autrui l'exploration d'un 
pays dont je me suis borné à prendre une connaissance sommaire, afin 
de'mieux apprécier l'expérience de tous. Le nom de MM. Pontarlier et 
Marichal si fréquemment cité, témoigne de leurs nombreuses contri- 
butions à cet ouvrage ; le Aoriste est heureux lorsqu'il se trouve se- 
condé par tant de zèle, d'exactitude, et d'obligeance. 

C'est de mon ami M. Letourneux qu'est venu le projet d'étendre la 
flore jusqu'aux départements situés au midi delà Loire. Son nom sou- 
vent mentionné dans ces pages, reparaîtrait bien plus fréquemment s'il 
m'était possible de le rappeler après chaque conseil reçu dans l'exé- 
cution de mon travail. Placé dans une riche localité, siir la limite du 
Bocage, de la Plaine et du Marais, il est rare que M. Letourneux, dans 
chacune de ces herborisations, n'ait pas ajouté à la flore quelque espèce 
nouvelle ; enfin il a inspiré le goût de la botanique à M. Ayraud, méde- 
cin-vétérinaire à Fontenay, qui, de son côté a fait de bonnes découvertes. 

Ces documents et d'autres encore, tous de date récente et d'une 
valeur incontestable, m'ont fait négliger les publications antérieures, 
dont j'aurais eu de la peine à tirer des preuves équivalentes à celles 
que j'avais sous les yeux. Ces écrits sont, au reste, peu nombreux, ainsi 
qu'on va en juger: 

Guettard, dans ses Observations sur les plantes, en 17i.7, note plu- 
sieurs plantes du département, par ex. : Iris (angustifoliaj spurla L., 
le genêt bâtard (Adenocarpus compUcatusJ, Hellehorus viridls, 
Galium arenarium, etc. 

Bonamy, dans son Prodromus, mentionne aussi quelques espèces de 
la Vendée. 

M. Piet, dans ses mémoires sur Noirmoutier, aidé pour l'histoire na- 
turelle par M. Impost, auteur de plusieurs volumes de jolies fables, a 
fait une énumération des plantes de l'île, qu'il répartit en six excur- 
sions. L'auteur a adopté la nomenclature française de la flore de De 
Candolle, et ces noms ne sont pas suivis de descriptions. Une 2'"o édition 
de ces mémoires fort rares a paru en 1863. 

De Candolle, dans le supplément à sa flore, décrit plusieurs espèces 
que son voyage dans l'Ouest lui avait fait connaître. 

Enfin M. L. Faye a inséré dans la Statistique de la Vendée, par Cavo- 
leau, en ISUh, uoe Note sur les plantes de ta Vendée, où, après avoir 
rassemblé ce qui avait été dit dans les ouvrages antérieurs, il djoute 
d'autres espèces trouvées par lui-même ou par MM. Rouillé et Bossuet. 



XVI INTRODUCTION. 

L'Extrait de la Florale des environs de Mortagne. par M. Gene- 
vier, a déjà été noté p. xii. 

La nature du sol dans la Vendée est plus variée que dans aucun des 
autres départements. Le terrain calcaire occupe un espace étendu ; c'est 
là que croissent les espèces les plus curieuses et les plus nombreuses, 
formant la suite de la végétation de la Charente-Inférieure et des Deux- 
Sèvres. 

« Le Bassin calcaire principal appelé la Plaine s'étend au midi, le 
long du Marais qu'il borde. Au nord, il commence à Payré-sur-Vendée, 
descend à Ghassenon, se dirige à peu près de l'est à l'ouest, au nord de 
S.-Michel-le-Cloucq, de Pissotte et de Sérigné, remonte du sud au nord, 
du côté de Bourneau ; se dirige ensuite du sud-est au nord-ouest, au 
nord de S-Laurent-de-la-Salle, au sud de S.-Martin-Lars et au nord de 
S.-Juire, d'où il descend sur la rive gauche du Lay, vis-à-vis Puymau- 
frais, où il joint une bande schisteuse qui borde la rivière. Il suit cette 
bande en descendant jusqu'à la maison de Lavert, au-dessous de Beau- 
lieu-sur-Mareuil. Là il traverse le Lay pour décrire un cercle autour du 
bourg de la Couture, et retourne, le long du marais, traverser le Lay 
au Village de Lavaud. Il suit la rive gauche du Lay, ou plutôt du marais 
qui borde cette rivière jusqu'au Port-la-Claye ; traverse le bassin du 
Lay ; et, à l'extrémité occidentale de la levée, tourne à droite, vers le 
nord, pour aller joindre le ruisseau du Graon, d'où il décrit une courbe 
à gauche pour descendre par S.-Sornin, sur la rive gauche du ruisseau 
de Troussepoil, qu'il suit en descendant jusqu'à Girondin. Il se dirige 
de l'est à l'ouest et en ligne droite par S.-Hilaire-la-Forêt, sur un ruis- 
seau qui coule à l'ouest de cette commune, et finit sur la côte entre 
l'anse du Perray et celle de Caillola. » (Cavoleau, Statistique, p. 3L) 

La véo-étation calcaire se retrouve sur les élévations répandues dans 
le Marais, et auxquelles, selon le niveau de leur sol, on a donné le nom 
de Iles Basses ou Iles Hautes ; la tradition conservant ainsi le souve- 
nir d'un temps où ces terres dominaient la mer qui couvrait tout ce 
pays. Les premières nourrissent à peu près les mêmes plantes que la 
Plaine. Les Iles Hautes, au contraire, dont quelques-unes sont assez 
élevées, forment la continuation de ces coteaux -et plateaux calcaires 

3ue nous avons vus sur la côte opposée, dans la Charente-Inférieure et 
ans l'Ile de Ré. Parmi ces Iles Hautes, on distingue ; Le Rocher de la 
Dive, dans le golfe de l'Aiguillon; Chaillé-les-Marais, belle localité ; l'Ile 
d'Elle ; l'îlot de la Dune ; le Gué de Velluire ; l'île deMaillezais, la plus 
considérable de toutes. Les autres îles hautes, d'une étendue médiocre, 
sont moins connues. 

Un autre bassin calcaire assez étendu est celui de Chantonnay. « De 
forme très irrégalière et mesurant environ /»0 kilomètres dans sa plus 
grande longueur, il commence au pont de Cezais, continue par S.-Sul- 
pice, Thouarsais, Bouildroux, Bazo^es, S.-Philbert du Pont-Charault, 
S.-Mars-des-Prés et Chantonnay, où il s'élargit au nord jusqu'à Chas- 
sois et S -Germain-de-Prinçay, S.-Vincent-Sterlange, puis s'allonge par 
St'^-Cécile jusqu'aux Essarts. » 

Le calcaire de la petite plaine d'Olonne est situé entre ce bourg, la 
mer et la Gachère. Ce pays est bien connu ; il est le lieu de promenade 
du P'etit-Séminaire des Sables-d'Olonne, dont une partie de l'établisse- 
ment se trouve à la Bauduère. M. l'abbé Dalin, ancien supérieur, a in- 



INTRODUCTION. XVIl 

troduit le goût de la botanique dans cette maison, et ses élèves, MM. 
David, curé de Mouzeuil, Bonnaud, curé de Charzais, et Auvynet, ont 
à leur tour transmis l'amour des plantes à plusieurs de leurs élèves, 
entre autres à MM. Pontdevie et Rossignol. Ces derniers m'ont fait 
part de leurs récoltes, tant aux environs des Sables qu'à ceux de Benêt 
et de Pouzauges. 

Le calcaire de Commequiers s'étend du nord au sud, depuis le jjourg 
de ce nom jusqu'à la rivière de Vie, et de l'est à l'ouest, depuis le 
hameau des Chaulières jusqu'à celui de Villeneuve, sur la route de^ 
Sables à Beauvoir, et occupe ainsi une étendue d'environ 3 kil. carrés. 

Au Sud-Ouest de Challans.sur la Verrie et le Paty, jusqu'au canal du 
Perrier, se trouve le calcaire dit de Challans. MM. Gobert et Viaud 
Grand-Marais ont fait de fréquentes herborisations dans ce pays dont 
ils m'ont donné plusieurs plantes intéressantes, ainsi que du Molin, autre 
calcaire situé entre Challans et celui de l'Ile Chauvel, prèsBois-de-Céné, 
et d'autres encore provenant des calcaires de Sallertaine et de Saint- 
Urbain, Déjà M. Pontarlier avait visité tout ce pays, moins remarqua- 
ble par les plantes calcaires que par son terrain sablonneux et son vaste 
Marais. 

Deux autres bassins calcaires existent à Bouin et à Barbatre, dans 
le midi de l'île de Noirmoutier, sans que ces deux localités m'aient 
fourni aucune plante spéciale a ce terrain. 

La région maritime de la Vendée se compose en grande partie de 
sables qui nous offrent à peu près la même végétation que ceux de la 
Charente-Inférieure. C'est surtout entre la Tranche et S.-Vincent-sur- 
Jard que régnent ces vastes dunes d'un spectacle si curieux et dont 
« les inégalités ressemblent aux ondulations énormes d'une mer agitée 
dont les vagues se seraient durcies subitement. » L'herborisation est 
fatigante et peu productive danscette région uniforme, qu'il faut traverser 
aussi rapidement que le permet son sol mouvant, pour gagner les val- 
lées humides, les marais des dunes et la partie voisine des cultures. 

De Jard à l'anse du Perray, la côte est bordée de rochers calcaires 
peu élevés, coupés à pic, qui produiraient sans doute plusieurs |3lantes 
des plateaux calcaires de l'île de Ré, située vis-à-vis, s'ils n'étaient 
entièrement recouverts par le sable, qui apporte avec lui sa végétation 
propre. 

Après les Sables-d'OIonne, les dunes régnent presque sans interrup- 
tion jusqu'à la Barre-de-Mont. 

L'île de Noirmoutier est depuis longtemps connue par l'ouvrage de 
Piet. Elle est basse, sablonneuse, surtout au sud et à l'ouest, séparée 
en deux parties inégales par des marais salants étendus. Quelques ro- 
chers peu élevés se trouvent à l'Herbaudière, au bois de la Chaise et 
au Viel. Le nord de l'île est granitique avec une lisière de gneiss de 
l'Herbaudière au Cobe, et de grès, depuis le Cobe jusqu'au b'ois de la 
Chaise, le reste est calcaire ; ces changements de terrain n'influent pas 
sur le caractère de la végétation, qui est principalement celle dessables. 
C'est à Noirmoutier que se trouve la dernière station de quelques plantes 
méridionales. Les bois de la Chaise et de la Blanche sont les derniers 
bois de chênes verts dans la région de l'Ouest. 

L'île d'Yeu, toute granitique, nous transporte dans une des îles du 
Morbihan avec ses rochers élevés et ses landes, sans bois, sans vignes, 



XVIII INTRODUCTION. 

sans marais salants. La partie du nord, peu cultivée, est couverte de 
landes maigres. Le reste de l'île est sablonneux et s'abaisse graduelle- 
ment jusqu'à la côte de l'est, qui, depuis le Port-Breton jusc[u'à la 
pointe du Corbeau, est bordée de dunes. Au midi du bourg existe un 
marais d'eau douce. MM. Viaud Grand-Marais et iviénier ont publié, en 
1878, des Excursions botaniques à l'île d'Yeu en 1876-77, et dans le 
Bulletin de la Société botanique de France T. xxiv la liste des plantes 
de l'île. 

La grande côte de l'île d'Yeu forme la localité de rochers la plus 
•étendue dans le département ; les autres rochers se trouvent à la pointe 
du Perray, formée de lias, à S.-Gilles-sur-Vie et à S.-Jean-d'Orbetiers. 

Les marais salants sont nombreux : les plus considérables sont aux 
environs de l'Aiguillon, aux Sables-d'Olonne, à S.-Hilaire-de-Riez, à 
Noirmoutier, et surtout ceux qui de la Barre-de-Mont s'étendent jusqu'à 
la limite du département par Beauvoir et Bouin. 

Parmi les marais du département, deux méritent une mention iDarti- 
culière; l'un appelé Marais méridional, est borné au nord parla Plaine, 
au midi par la Sèvre, à l'est par le département des Deux-Sèvres, à 
l'ouest par la mer. Cette vaste alluvion, entrecoupée d'une multitude 
de canaux de dessèchement, se divise en marais desséchés et en marais 
mouillés. 

Le Marais occidental commence à Bourgneuf et Machecoul (Loire-Inf.) 
et se continue jusqu'au Port-la-Roche sur le Falleron, de là à Bois-de- 
Céné, Chàteauneuf, Beauvoir, Saint-Urbain, Sallertaine, Ponthabert, 
Challans, Soullans, Notre-Dame-de-Riez, Orouet, Saint-Jean, Notre- 
Dame et la Barre-de-Mont. 

Le reste du département repose sur des terrains primitifs parsemés 
de quelques terrains de transition ; il forme le Bocage, appelé de ce 
nom parce qu'il semble couvert d'une vaste forêt. Il n'en est pas ainsi 
cependant. Ce pays est composé, à l'exception des landes, d'une multi- 
tude de champs, de prés de peu d'étendue, chacun entouré d'une haie 
vive dans laquelle dominent des arbres peu élevés, assez rapprochés, 
coupés en têtards de forme bizarre, dont on émonde régulièrement les 
branches tous les cinq ans. 

J'ai déjà dit que je n'avais qu'une connaissance générale du départe- 
ment, mais suffisante cependant pour me permettre de comprendre les 
différentes formes de sa végétation. Ainsi, j'ai suivi tout le littoral ; 
j'ai jDassé quelques jours à l'Ile-d'Yeu ; je connais Noirmoutier. J'ai tra- 
versé la Plaine, plusieurs parties du Marais méridional et jeté un coup- 
d'œil sur quelques-unes de ses îles. Je comprends le Marais occidental 
pour l'avoir traversé plusieurs fois et par les marais de Machecoul à 
Bouin et Beauvoir, qui en font partie. Enfin, le peu que j'ai vu du 
Bocage me rappelle le même terrain dans la Loire-Inférieure, avec lequel 
je suis familier. 



LOIRE-INFÉRIEURE. 

Morison paraît être le premier botaniste qui ait parcouru les côtes 
de la Bretagne, dont en 1680, dans son Plantarum hlstorla, il signale 
des plantes autour de Nantes. 



INTROBUCTION. XIX 

Après Morison, un siècle s'écoule avant que Bonamy, en 1782, fasse 
paraître son Florœ Nannetensis Prodromus. Aucun ouvrage n'avait 
encore été publié sur les plantes de l'Ouest ; aussi doit-on peut-être 
excuser l'auteur d'avoir étendu les environs de Nantes jusqu'à Vannes, 
le Mans, Angers, Thouars, La Rochelle. Cependant l'absence d'une 
limite fixe est d'autant plus à regretter que, dans le Prodromus, le 
nom des plantes, exprimé par les phrases de Bauhin et de Tournefort, 
n'est jamais accompagné de descriptions et est rarement suivi de l'indi- 
cation d'une localité précise. De plus, toute trace de l'herbier de 
Bonamy a disparu depuis longtemps ; car cette collection n'a pas été 
connue des plus anciens botanistes vivants. On ne sera donc pas étonné 
du petit nombre de citations puisées dans un ouvrage qui ne peut être 
aujourd'hui d'aucune utilité. D'ailleurs, ce livre assez imparfait, même 
pour l'époque où il parut, fournit la preuve que le pays était alors peu 
connu, quoique l'auteur « se flatte qu'on trouvera peu de plantes nou- 
velles à ajouter au Botanlcum Nannetense. » On n'en doit pas moins 
tenir compte des longs efforts de celui qui a ouvert la carrière, après 
avoir, dit-il, « pendant A5 ans consécutifs, enseigné la botanique à Nantes, 
à ses propres frais et sans avoir reçu ni dédommagements ni récom- 
pense. » En 1785 a paru un petit supplément au Prodromus, avec le 
titre d'Addenda, par le même auteur. On peut lui appliquer les mêmes 
remarques qu'à l'ouvrage principal. 

Il nous faut attendre encore un demi-siècle avant d'arriver au second 
ouvrage spécial sur les plantes du pays. Pendant ce long intervalle, la 
publication de plusieurs flores françaises avait fait faire un grand pro- 
grès à la connaissance des plantes de France. Parmi ces ouvrages, on 
remarque la Flore de De CandoUe et surtout le volume supplémentaire, 
où l'auteur décrit les plantes nouvelles de l'Ouest, qu'il devait, soit à 
ses propres recherches, soit aux communications des botanistes locaux 
et dont il avait déjà donné un aperçu dans son Voyage botanique et agro- 
nomique en 1808. 

Le Catalogue de M. Pesneau, publié en 1837, et suivi d'un supplément 
en 18i»l, contient, comme l'énonce son titre, l'énumération de toutes les 
plantes que l'auteur avait recueillies dans le département de la Loire- 
Inférieure. Ce livre, qui indique seulement le nom des plantes avec leur 
localité ou leur station, a l'inconvénient commun à tous ceux du même 
genre qui, manquant de descriptions, du moins pour les espèces criti- 
ques, ne permettent aucune vérification. Ce défaut a été plus que com- 
pensé pour moi, par la facilité que l'auteur m'a accordée d'examiner en 
détail dans son herbier départemental les types des espèces inscrites 
au Catalogue. Pénétré des bonnes intentions et de la véracité de l'auteur 
du Catalogue, je m'étais fait un devoir, dans la flore de la Loire-Inférieure, 
de rendre un compte fidèle de sa nomenclature. Dans un ouvrage plus 
général, ce détail serait moins bien placé, et je l'omettrai, en priant de 
conserver un bon souvenir d'un naturaliste simple et modeste, ami de 
la vérité et des progrès de la science dans un pays auquel il s'intéres- 
sait plus que personne. 

En 18i.2, M. Moisan avait publié la Flore Nantcdse, volume in-8' de 
725 pages, auquel je n'ai rien emprunté. 

Dans l'exécution de la Flore de la Loire-Inférieure, j'aime à me rap- 
peler les secours que je reçus alors, et j'espère qu'on m'en permettra de 
nouveau le détail. 



XX INTRODUCTION. 

M.Hectot m'a donné les premiers conseils. Si, parmi les services qu'il 
a rendus à la Botanique, on ne peut compter des écrits ni la communi- 
cation facile de ses collections, il ne faut pas oublier de reconnaître qu'on 
lui doit d'avoir, pendant une longue suite d'années, encouragé, entretenu 
à Nantes l'étude de la Botanique, et conservé la tradition, en remplis- 
sant presque seul l'immense intervalle qui sépare Bonamy de notre épo- 
que. L'herbier qu'il a laissé contient à peine quelques renseignements 
sur un temps éloigné du nôtre, et quelques notes sur les plantes qu'il 
avait communiquées à M. De CandoUe, lors de son voyage dans l'Ouest, 
et pour lesquelles il est cité dans le supplément de la Flore de cet au- 
teur. C'est pourquoi j'aurai, quoique à regret, très rarement occasion 
de mentionner le nom de M. Hectot dans cet ouvrage. 

Avant d'habiter Nantes, M. Desvaux y faisait tous les ans plusieurs 
voyages. Je sais que chaque fois on attendait impatiemment son arrivée, 
pour lui soumettre les plantes difficiles ou litigieuses dont on n'avait 
pu éclaircir la synonymie. C'est à cette source que doit être attribuée 
la connaissance de beaucoup de nos espèces critiques. 

M. Letourneux, doué de ce coup-d'œil prompt et facile qui distingue 
le naturaliste, a fourni beaucoup de contributions à la Flore, et je dois 
à cet ami beaucoup de bons conseils sur le plan et les détails de mon 
premier ouvrage. 

M. Le Boterf, longtemps avant sa mort prématurée, avait dû renon- 
cer à ses études sur les plantes du pays qu'il était appelé à élucider. 

M. l'abbé Delalande a exploré avec soin les environs de Saint-Gildas, 
jusqu'alors inconnus. 

On doit à M. Bornigal la connSiissancQ de Rhynchospora fusca, Scir- 
pus cœspltosus, Hesperis matronalis. 

M. Moride, ex-pharmacien à Nantes, dont j'ai reçu plusieurs conseils 
utiles, m'a communiqué ses herborisations aux environs de Chàteau- 
briant. On lui doit l'invention du Préparateur botanique, instrument 
très utile, servant à la dessiccation rapide des plantes, et dont la des- 
cription se trouve à la fin de l'introduction. 

M. Guiho, employé des contributions indirectes, a fait de nombreuses 
herborisations dans le département, où il a signalé beaucoup de loca- 
lités, surtout dans les arrondissements de Chàteaubriant et d'Ancenis. 

MM. Georges et Louis de Tlsle sont fréquemment cités ; ils ont fait 
plus d'une découverte importante, et récemment celle de ce Coleanthus 
subtUis, de toutes la plus inattendue. 

M. S. -Gai a publié la Flore des environs de Grand-Jouan, « destinée 
aux élèves de l'Ecole régionale d'Agriculture, » où il est professeur de 
Botanique. Cet ouvrage, fruit de 12 années d'herborisation dans la loca- 
lité, décrit les plantes croissant ordinairement dans un rayon de 12 à 
16 kilomètres de l'Ecole, et j'ai reçu de l'auteur toutes les nouveautés 
qu'il a fait connaître. 

Parmi les autres botanistes qui herborisent avec fruit dans le dépar- 
tement, je nommerai : M. Migault, qui examine attentivement nos es- 
pèces critiques ; M. Em. Gadeceau, souvent cité pour les plantes qu'il 
a recueillies dans la Loire-Inférieure et dans les parties de la Vendée 
ou de rille-et-Vilaine voisines ; MM, Paul Bruneau et Henri Lefièvre, 



INTRODUCTION. XXI 

horticulteurs ; M, Cailleteau, médecin à S.-Philbert-de-Grand-Lieu ; M. 
Lajunchère, pharmacien àBourgneuf ; M™*^' Duchêne, MM. Viaud-Grand- 
Marais et Ménier, professeurs à l'Ecole de médecine à Nantes ; M. 
Maupon, médecin militaire, le compagnon de mes herborisations, pen- 
dant lesquelles il m'a beaucoup aidé de ses observations. 

« La constitution géologique du département se compose de terrains 
« primitifs et de transition. Le terrain primitif commence entre Oudon 
« et Ancenis, sur la rive droite de la Loire, passe par les communes 
« du Cellier, de Saint-Mars-du-Désert, Petit-Mars, traverse l'Erdre, 
« passe à Casson, Héric, une partie de Blain, Fay, Cambon, Pontchà- 
« teau, et se continue dans la direction du Sillon de Bretagne, iusqu'h 
« la Roche-Bernard. De l'autre côté du fleuve, le terrain commence à 
« peu près en face du même point et embrasse toute la partie méri- 
« dionale du département. 

« Le terrain intermédiaire qu'on observe à Angers, se continue dans 
« notre département dans toute la partie du nord et du nord-ouest, et 
« vient s'appuyer sur la première ligne que nous avons indiquée. » 

Au milieu de ces deux terrains, se trouvent, surtout au midi de la 
Loire, des dépôts de terrains tertiaires sur lesquels reposent les cal- 
caires, « Une partie de ces bassins sont recouverts de terrain tourbeux 
« de la formation d'eau douce ; dans le premier arrondissement, on 
« remarque, entre le coteau septentrional de la Loire et celui de Gué- 
ce rande, une vaste tourbière de formation marine, celle de Montoir. » 

Une carte géologique du département a été publiée, en 1861, par 
M. Cailliaud, directeur du Muséum ; elle doit être entre les mains de 
tout botaniste. 

Le calcaire de Machecoul commence au Château, s'étend à une demi- 
lieue environ sur les routes de Saint-Philbert et de Port-Saint-Père, 
occupe l'espace compris entre ces deux routes, puis continue par les 
Chaumes presque jusqu'au Marais, et reparaît, après quelques inter- 
ruptions, aux environs de Fresnay, 

A Arthon le calcaire se dirige vers Chéméré, s'étend à l'est du 
marais qui règne au midi de ce bourg, dépasse le bourg en continuant 
jusqu'à Princey, et revient à Arthon en s'étendant à l'ouest du marais 
qui commence à ce dernier bourg. Cette localité, une des plus belles 
du département, quoique fréquemment visitée, fournit encore quelques 
nouveautés. 

Les autres localités calcaires de la rive gauche .sont : la Limousi- 
nière, la Chevrolière, Touvois, Vieillevigne et les Cléons. 

Sur la rive droite, les terrains calcaires ne sont que des points 
éloignés l'un de l'autre. 



BRETAGNE. 

Le sol de la Bretagne se compose de deux chaînes de terrains 
primitifs entourant des terrains de transition. Comme nous l'avons vu, 
le premier terrain commence entre Oudon et Ancenis (Loire-Inférieure), 
et va jusqu'à la Roche-Bernard. Delà il remonte jusqu'à Redon, d'où il 
se divise en deux longues pointes, l'une allant jusqu'à Lanvaux, l'autre 



XXII INTRODUCTION. 

partant de Malestroit jusqu'à Baud. Il continue de Malestroit à Ploër- 
mel, Locminé, Pontivy, remonte à Rostrenen, suit les Montagnes Noires, 
jusqu'à Locronnn et la côte, et enfin jusqu'à la rivière de Landerneau. 
Sur la côte du Nord, le terrain primitif forme une multitude d'îlots en- 
tremêlés de terrains de transition, lesquels vont en général rejoindre la 
masse du même terrain dans l'intérieur de la Bretagne. Il me serait 
difficile et peut-être peu utile pour la botanique de suivre toutes ces 
divisions du terrain primitif, qui ne dépasse pas dans l'intérieur une 
ligne partant de Brest et passant par le Huelgoat (Finistère), Plougue- 
nast (Côtes-du-Nordj, Hédé (Ille-et-Vil.) et finissant à Fougères. Ces 
deux terrains sont parsemés de quelques dépôts tertiaires. 

La végétation de ce pays est peu variée, et pour permettre d'en sai- 
sir promptement le caractère, j'ai noté par le renvoi % toutes les espèces 
étrangères au nord de la Loire. A cette liste il faudrait ajouter quel- 
ques espèi es croissant sur les schistes des environs d'Ancenis, qui se 
relient plutôt avec le calcaire de l'Anjou qu'avec la Bretagne, et aussi 
plusieurs plantes qui ne s'écartent pas des bords de la Loire. Enfin il 
est probable que plus tard on devra y joindre un bon nombre d'autres 
espèces, que, faute de renseignements suffisants, je n'ai pas osé y com- 
prendre, quoiqu'elles n'aient pas été trouvées au nord de la Loire. Ce 
qui reste constitue la Flore Bretonne, composée d'environ 1,300 espèces, 
nombre peu considérable pour un pays aussi vaste et lorsqu'il est com- 
paré à la flore des départements situés au midi de la Loire. 

Celle pauvreté relative est due en partie à la position plus septentrio- 
nale de la Bretagne. En effet, à mesure que l'on s'éloigne de la Loire 
et surtout de l'embouchure de la Vilaine, il est facile de remarquer la 
disparition graduelle de plusieurs plantes communes plus bas, et si 
quelques-unes nous accompagnent encore, ce n'est plus en nombre aussi 
fréquent ni avec une végétation aussi développée, aussi robuste. Ce con- 
traste est encore plus frappant sur la côte nord de la Bretagne. 

Une cause bien plus évidente de l'exiguïté de la flore bretonne est 
l'uniformité de son terrain et surtout l'absence du sol calcaire, qui nous 
prive de toute une série de plantes croissant dans la Normandie située 
plus au nord. Ce n'est pas que notre pays soit entièrement dépourvu de 
plantes calcaires. Un petit nombre de celles-ci existent, mais seule- 
ment sur le littoral où le sel marin et les débris de coquillages four- 
nissent les éléments qui leur sont nécessaires. 

La Bretagne ne présente que des montagnes peu élevées. Dans les 
Côtes-du-Nord elles portent le nom de Menez (montagne, en bas-breton). 
Entre Quintin et Corlay, elles se divisent à l'est en deux branches : 
l'une passant par Plœuc' Collinée et se dirigeant vers l'est ; l'autre des- 
cendant dans la direction de Josselin. A l'ouest, près de Callac fCôtes- 
du-Nord), la montagne se bifurque ; la branche du nord, portant le nom 
de Montagnes d'Ares, se dirige vers Brest; celle du sud, appelée Mon- 
tagnes Noires, se termine à la presqu'île de Crozon. 

Les points les plus élevés, qui ne dépassent pas 350 et hOO mètres, 
sont le Ménez-C'hom dans la presqu'île de Crozon (Fin.\ la montagne 
S. -Michel près de Brasparts, la butte S. -Michel près de la Porte-au- 
Moine, non loin de Corlay fCôtes-du-Nord), et le Menez entre Moncon- 
tour et Colinée. J'ai herî:)orisé dans ces localités et traversé la chaîne 
sur plusieurs autres endroits, sans y rencontrer aucune végétation de 
montagne ; Lycopodlum Selago, fort rare sur un ou deux points les 



INTRODUCTION. XXIII 

plus élevés, Viola palustres et Polystlchum Oreopteris, pouvant ap- 
partenir tout au plus à la région sous-montagneuse. 

Ces montagnes sont couvertes de landes dont plusieurs paraissent 
être le reste d'anciennes forêts, ainsi que le prouverait la présence de 
maigres Vacciniuni Myrtillus, plante aimant l'ombre des bois. 

C'est de la montagne que sortent les nombreuses petites rivières du 
pays commençant souvent par des marais étendus, qu'il est bon de visi- 
ter, sans que cependant ils soient aussi riches que leur étendue le ferait 
supposer. 

Les landes occupent souvent des espaces très vastes, surtout dans le 
Morbihan et le Finistère ; cependant leur étendue diminue tous les jours 
par les progrès de l'agriculture. 

Les forêts, dont quelques-unes sont considérables, sont loin d'offrir 
dans un grand espace la variété d'un petit bois sur sol calcaire. Les 
arbres qui les composent sont le Hêtre, Quercus pedunculata et sessilc- 
flora, le Bouleau ; le Frêne et l'Ormeau y sont très rares ; le Châtai- 
gnier et le Pin maritime y sont par plusieurs botanistes considérés 
comme spontanés. Dans le "sous bois figurent le Tremble, le Noisettier, 
le Houx, la Bourdaine, Pi/ras aucuparla, Vaccinium Myrtillus ; et 
l'Aune, avec Salix aurita, cinerea, Caprea habitent les parties hu- 
mides. 

Les moissons, comme toutes celles des pays granitiques, sont d'une 
pauvreté désolante, et c'est seulement dans la région maritime que le 
mélange du sable avec les débris des coquilles apporte un changement à 
cette triste uniformité. 

Après cet aperçu je me fais un devoir d'indiquer les sources où j'ai 
puisé la connaissance des plantes de la Bretagne. Dans cette énumé- 
ration ne sont pas compris beaucoup de botanistes qui ont herborisé en 
passant ou plus souvent dans la presqu'île bretonne. Quelques-unes de 
leurs découvertes sont consignées dans les Flores, les Notices, etc. ; 
d'autres m'ont été communiquées, et un grand nombre probablement 
est ignoré ou bien a été perdu. Parmi ces botanistes, je mentionnerai 
MM. Deschamps, Bourassin, Delise, Despréaux, J.Woods, auteur du 
Tourist's Flora, qui a découvert Erythrœa diffusa : Dudresnay, qui a 
surtout herborisé aux environs de S.-Pol-de-Léon ; J. Gay ; Debooz , 
colonel d'artillerie, qui a visité beaucoup de points sur la côte ; de la 
Pylaie, de Fougères, qui a fait de nombreux voyages en Bretagne, où 
il a recueilli la plupart des curiosités de ce pays. 

La règle que j'ai adoptée de signaler, d'apprécier les ouvrages sur la 
flore du pays, qu'ils soient bons ou mauvais, me fait répéter ici ce que j'ai 
dit dans les Herborisations de 1878-79. — Flore de Bretagne, par M. 
Liégard. Dois-je mentionner une flore dont personne ne soupçonnait la 
publication, dont l'auteur est inconnu des botanistes; dois-je m'expliquer 
sur sa valeur scientifique ? Je crois qu'il sufïït de constater que cette 
compilation n'apporte rien de nouveau pour la Flore de l'Ouest de la 
France. 

MORBIHAN. 

M. Le Gall, conseiller à la Cour de Rennes, a publié, en 1852, la Flore 
du Morbihan, dont l'impression était commencée depuis plusieurs années. 



XXIV INTRODUCTION. 

L'auteur, qui, depuis longtemps a bien voulu encourager mes études 
ainsi que mon projet de Flore, m'a donné ou fait recueillir plusieurs 
des plantes remarquables qu'il a découvertes dans le département. La 
confiance que j'ai dans ses connaissances m'a engagé à puiser large- 
ment dans son livi'c. surtout pour les localités de l'intérieur que je ne 
connais pas. Cependant, pour ne pas m'écarter du principe adopté, j'ai 
renfermé entre « » les localités dont je n'ai pas vu d'échantillons. Je 
renvoie, au reste, à la flore du Morbihan les personnes qui ne seraient 
pas satisfaites de mes descriptions ; elles en trouveront déplus étendues 
dans ce livre, fruit d'une longue expérience chez un bon observateur. 

M. Aubry avait publié précédemment, en l'an IX et X, sous le nom 
d'Exercices d'histoire naturelle à l'école centrale du Morbihan, au mi- 
lieu de beaucoup d'espèces exotiques cultivées au jardin botanique de 
Vannes, une liste de plantes recueillies dans le Morbihan. Aucune des- 
cription n'accomi^agne ces plantes, dont l'auteur indique seulement la 
station et presque toujours sans localité précise. Je n'ai cité que les 
espèces retrouvées depuis, ou dont j'ai vu des échantillons à Quimper, 
dans l'herbier de Bonnemaison, qui les avait reçues de M. Aubry. Des 
notes trouvées dans cette collection me font croire que ces deux bota- 
nistes senties premiers qui aient herborisé dans les îles de Houat et de 
Hœdic. 

Enfin, M. De Candolle, dans le supplément à la Flore française, men- 
tionne plusieurs plantes du Morbihan recueillies dans son voyage, où 
il avait été quelquefois acconii3agné par M. Aubry. 

M. Amand Taslé, ancien notaire à Vannes, a beaucoup contribué à 
la Flore du Morbihan, à laquelle il prenait le plus grand intérêt ; son 
nom sera fréquemment cité pour les plantes nombreuses qu'il m'a 
montrées. 

M. Pontarlier, lors de son séjour à Vannes, a souvent accompagné 
M. Taslé dans ses herborisations, et surtout dans celles du littoral et 
à Coëtsurho, belle localité située entre Arzal et Billiers. 

On sait que M, Hémont, médecin à Auray, a découvert l'intéressant 
Eryngiuin vioiparum. 

M. Toussaints, d'Auray, m'a communiqué ses découvertes aux envi- 
rons de cette ville, ainsi que d'autres plus nombreuses faites dans les 
départements des Deux-Sèvres et de la Charente-Inférieure. 

M. Thépault, médecin au Port-Louis, a herborisé aux environs de 
cette ville, et l'île de Groix lui est familière. M. l'abbé Guyonvarc'h, 
professeur à Ste-Anne, revoit, tous les ans, cette île, son pays, et avec 
M, Viaud-Grand-Marais, il en a publié dans le Bulletin de la Société 
botanique de France, T. xxx. 1883, le Catalogue des plantes vas- 
culaires. 

M. J.-M. Sacher, professeur, a habité plusieurs villes de la Bretagne, 
entre autres Ploërmel (Morb.), Lesneven (Fin.), dont il a étudié les 
plantes. J'ai eu le plaisir de voir en sa présence toutes celles qu'il 
avait rapportées de ces pays. 

Feu l'abbé Delalande a exploré la limite du département au-delà de 
la Vilaine, entre cette rivière et Saint-Gildas. Puis il a fait plusieurs 
voyages aux îles de Hœdic et d'Houat, dont, en 1850, il a écrit l'his- 
toire, accompagnée d'une liste des plantes qui y avaient été récoltées. 



INTRODL'CTION. XXV 

Le frère Elphège, organiste à S^t-Anne, a signalé un bon nombre de 
plantes dans cette localité ainsi qu'aux environs de Ploërmel.. où il 
était professeur. 

J'ai fait moi-même de fréquentes herborisations dans le département, 
sans cependant m'écarter beaucoup du littoral, que j'ai parcouru pres- 
que en entier et où j'ai fait de longs séjours. 

Ces premiers travaux ont reçu un complément très important dans 
le Catalogue des plantes phanérogames du Morbihan, publié en 
1867, à Vannes, sous les auspices de la Société Polymathique, par M. 
Arrondeau, inspecteur de l'Académie. Déjà ce botaniste était connu 
par : Statistique végétale du Morbihan, Notes et observations sur les 
plantes du Mor., Nouvelles additions à la flore du Morbihan, Herbo- 
risations de 1833, brochures extraites du Bulletin de la Société 
Polymathique, 1860, 2, 3, h, et contenant des détails utiles sur la 
végétation du pays, ainsi que des notes accompagnées de descrip- 
tions sur ses plantes, principalement sur les espèces formées depuis 
l^eu aux dépens des anciennes. Le Catalogue, fruit de 10 années de 
recherches continuées par l'auteur après celles de ses devanciers 
en énumère toutes les plantes phanérogames, avec stations, localités, 
abondance ou rareté, fleuraison ; et quelques-unes sont l'objet de remar- 
ques et de descriptions. Ce livre m'a été du plus grand secours, en 
résumant les connaissances récentes, et j'ai pu le citer avec d'autant 
plus de sûreté, que j'ai vu dans l'herbier de la Société, ou reçu do 
l'auteur lui-même, les plantes les plus importantes signalées dans un 
ouvrage, supplément indispensable de la Flore de M. Le Gall. J'ai le 
regret d'ajouter que M. Arrondeau a été surpris par la mort au moment 
où il préparait une note sur quelques espèces critiques du pays. 

M. Godron, après avoir fait différents séjours à Lorient, à Port-Louis 
(Morbihan), a publié ses observations sur les plantes de ce pays dans 
les Mémoires de la Société des Sciences naturelles de Cherbourg, 
1875, tome XIX, sous le titre de : Herborisations autour de Lorient. 
de Port-Louis, et à Vile de Croix, et nous devons donner à ce travail 
l'attention que méritent les ouvrages de l'un des auteui-s de la Flore 
de France. 

FINISTÈRE. 

La Florule du Finistère, par MM. Crouan, Brest, 1867, contenant 
rénumération des plantes cellulaires et vasculaires du département, 
va augmenter considérablement nos connaissances sur ce finis terrce. 
Je ne puis parler ici des plantes cellulaires qui occupent la plus grande 
partie du volume, où sont inscrites, souvent avec notes, descriptions, 
les espèces nombreuses dues aux longues recherches des auteurs. Les 
algues surtout, famille de leur prédilection, sont abondamment repré- 
sentées et accompagnées des figures de 198 genres, qui forment le 
complément des Algues marines du Finistère, collection en 3 volumes, 
contenant de beaux échantillons de hOh espèces. 

La partie des plantes vasculaires consiste en un catalogue indiquant 
la station, localité, rareté, fleuraison de ces plantes, rarement accom- 
pagnées de notes. L'absence de descriptions m'a engagé à avoir recours 
à l'obligeance des auteurs pour voir les représentants des espèces de la 



XXVI INTRODUCTION. 

Florule. Ces botanistes, dont les relations m'ont toujours été utiles et 
agréables, se sont empressés de m'ouvrir leur herbier, et, en le par- 
courant en entier, de me donner des détails bien plus étendus, bien 
plus précieux que des descriptions imprimées. L'instruction que j'ai 
reçue à Brest comble de grandes lacunes dans la Flore, et j'espère 
qu'on en sera reconnaissant envers les auteurs de la Florule du Finistère, 

J'ai puisé d'autres connaissances sur le département aux sources 
suivantes : 

L'herbier de Bonnemaison, appartenant à la bibliothèque de Quimper, 
m'a fourni beaucoup de localités. Bonnemaison était botaniste, comme 
le prouve son Essai sur les hydrophytes loculées, et il avait l'intention 
de faire une Flore de ce pays, qu'il devait mieux connaître que ce qui 
reste de son herbier ne le ferait croire. On sait qu'il a fourni à la 
Flore française de De Candolle plusieurs plantes nouvelles intéres- 
santes, et, dans le tome 3 du Journal de Botanique de M. Desvaux, il 
a inséré une note sur la végétation du Finistère. 

M. J.-M. Sacher m'a montré les plantes qu'il avait recueillies aux 
environs de Lesnevcn. 

M. de Guernisac m'a envoyé plusieurs espèces curieuses qui croissent 
aux environs de Morlaix, et ce botaniste est souvent cité, ainsi que M. de 
Crec'hquérault, dans la Florule du Finistère. 

Feu M. Hubert, pharmacien à Brest, continuant de prendre à la Flore 
le même intérêt que lorsqu'il habitait La Rochelle, m'a fait part de ses 
récoltes aux environs de Brest. 

Plusieurs localités de plantes, ainsi que des notes intéressantes, m'ont 
été fournies par MM. Guiho, Tanguy, Le Dantec. 

M. Blanchard, jardinier en chef du Jardin botanique de la Marine, à 
Brest, m'a donné un catalogue manuscrit des plantes vues par lui aux 
environs de Brest et dans l'archipel d'Ouessant. Il comprend les plantes 
croissant principalement sur le littoral, de la baie de Goulven à Brest, 
sur le bord de la rade de Brest et des rivières qui s'y jettent, et dans 
la presqu'île de Grozon. Ce catalogue montre que M. Blanchard connaît 
bien cette partiedu Finistère, et jesuis heureux d'avoir utilisé son travail. 
En 187/» il a accompagné M. Thiébaut dans une « Excursion botanique 
aux iles Molène, Ouessant, de Sein, ;) dont il est rendu compte dans 
le Bulletin de la Soc. Botanique, t. 22, janvier 1875. 

Une Société d'études scientifiques du Finistère s'est formée à Morlaix, 
et il n'est pas douteux qu'elle ne contribue au progrès de la Botanique 
en Bretagne. Le premier numéro de son Bulletin a été publié en 1879, 
et chaque année ce bulletin contient quelques bonnes notes sur les plantes 
du département. En 1883, M. Miciol y a inséré une Note sur les Rosiers 
du Nord-Finistère, comprenant 26 formes ou espèces. 

Enfin, j'ai herborisé dans ce département, aux environs de Quimperlé, 
de Pontaven, dont je connais la côte et d'où j'ai fait une visite aux îles 
Glénans ; de Concarneau à la rivière de l'Odet et autour de Quimper ; 
à la pointe de Penmarc'h ; depuis Chàteaulin jusqu'à la presqu'île de 
Crozon et Kélern; de Landerneau à Brest et dans la presqu'île de 
Plougastel, de Brest au Conquet, autour d'Argenton. Sur la côte du nord, 
j'ai suivi la côte depuis l'anse de Goulven jusqu'à Batz, Roscoff et S. -Pol- 



INTRODUCTION. XXVII 

de-Léon. A l'intérieur, j'ai vu depuis Brasparts jusqu'au Mont-S. -Michel, 
le marais du Yunélez, S.-Herbot, le Hueigoat, Carhaix, de la Feuillée 
à Pleyber-Ghrist, Chàteauneuf-du-Faou et la forêt de Laz. 

La végétation du Finistère est à peu près la même que celle du Mor- 
bihan et des Côtes-du-Nord ; cependant on remarquera qu'un nombre 
assez considérable d'espèces de l'intérieur s'arrête à une grande distance 
de la pointe du Finistère. Le changement doit en être attribué à l'in- 
fluence de la mer environnante, puisque les mêmes espèces reparaissent 
à l'extrémité E. des Cotes-Nord et Mor. et dans l'IUe-et-Vilaine. Cette 
privation est compensée par une grande étendue de côtes qui rend sa 
fîore maritime abondante, et par cette même position péninsulaire à l'ex- 
trémité du golfe de Gascogne offrant un dernier asile à quelques plantes 
méridionales. 



COTES-DU-NORD. 

Dans ce département j'ai fait quelques herborisations de Lannion à la 
Pointe de Trébeurden, à Guingamp, Saint-Brieuc, de Quintin à la butte 
Saint-Michel dans les montagnes d'Ares, passant par le calcaire de Car- 
travers, qui ne m'a offert aucune plante caractéristique ; de là à Uzel 
et à la forêt de Lorge, ainsi qu'à Moncontour et au Menez. De Lam- 
balle et des bords du Gouessant, j'ai suivi la côte jusqu'à laRance, sur 
les bords de laquelle j'ai vu les environs de Dinan. 

A Lamballe, M. Adolphe Bichemin, pharmacien, et M. Droguet, mé- 
decin, après m'avoir fourni sur les plantes des renseignements utiles, 
m'ont fait cueillir plusieurs espèces curieuses, comme Polygonum 
Bistorta, Paris quadrifolia, Eufragia latlfolla. 

M. Cornillé, notaire, et M^e Cornillé m'ont permis de voir dans leurs 
herbiers plusieurs espèces qu'ils avaient découvertes. 

M. F. Ferrary, pharmacien à Saint-Brieuc, a commencé en 1836, dans 
l'annuaire des Côtes-du-Nord, une flore du département, classée d'après 
le système de Linné ; elle a été interrompue par sa mort en 18J!»2. Je me 
suis à peine servi d'un livre où sont décrites comme plantes du pays : 
Elymus arenarlus , Veronlca verna, prœcox , trlphyllos ac. tous 
trois ; Polycnemum arvense, Globularla oulgarls, Plantago média ; 
Cornus mas dans presque tous les taillis ; Passerlna annua, Myo- 
sotis Lappula ; Asperugo procwnhens ac. au bord des étangs, Càm- 
panula rotundlfoUa ; Atriplex pedunculata ac, Bupleuram rotun- 
dlfoUum., Vlburnum Lantana, Antherlcum ramosum, Llllago ; Con- 
vallarla Polygonatum dans tous les taillis. L'insertion et la description 
de ces plantes, la plupart propres à la région calcaire, m'ôte toute con- 
fiance dans une flore à laquelle M. Le Gall a fait beaucoup d'honneur 
en la continuant. J'ajouterai que l'herbier de M. Ferrary étant composé 
de plantes sans indication de localités, ne permet ni de citer, ni de rec- 
tifier quoi que ce soit dans ce livre. 

Un ouvrage d'une toute autre nature, le Catalogue des plantes des 
environs de Dlnan et de S^-Malo, par M. Mabille, alors professeur au 
Lycée de Dinan, a paru en 1866, dans les Actes dô la Société Linnéenne 
de Bordeaux. L'auteur a herborisé pendant 5 ans dans les limites sui- 
vantes : la côte depuis la baie de Cancale jusqu'à la rivière de Morieux ; 



XXVIII INTRODUCTION. 

de là vers VO. et le S.-O. à Lamballe, Moncontour, Colinée et le ver- 
sant S. du Menez jusqu'à la forêt de Loudéac ; enfin vers le S. et S.-O., 
du Menez à la forêt de Boquien et les coteaux de Guenroc, le calcaire 
de S^-Juvat vers Tréfumel et de là à Trévérien (Il.-et-V.) jusqu'à la baie 
de Cancale, sans envelopper Dol et son marais. Il faut se rappeler que 
le côté O. de ces limites, avoisinant l'Ille-et-Vilaine, une partie des 
espèces qui y sont indiquées appartient aux deux départements. C'est 
le résultat de ces herborisations qui est exposé dans le Catalogue. Des 
Prolégomènes donnent une notice sur les liotanistes antérieurs, une des- 
cription pittoresque du pays, laquelle peut s'appliquer à une partie de 
la Bretagne, enfin des détails sur la répartition de ses plantes. Le Cata- 
logue lui-même contient la liste des espèces (Mousses, Hépatiques incl.) 
avec station, localité, époque de fleuraison, rareté, et cette liste est 
accompagnée de remarques importantes, principalement sur les espèces 
de nouvelle création, dont il est fait une longue énumération. Précédem- 
ment M. Mubille nie faisait, de ses récoltes, de ses découvertes, une 
part abondande et qui me permet de puiser avec sécurité dans un tra- 
vail dont le floriste est heureux de rencontrer le secours. 

M. Baron, alors supérieur du collège de S^-Brieuc et bon observa- 
teur, m'a adressé une longue série d'espèces des environs de S^-Brieuc, 
d'où il a étendu ses herborisations jusqu'à la côte de S^-Cast. 

MM. J.-M. Sacher, Trobert et Fraval ont signalé de nouvelles loca- 
lités pour plusieurs bonnes plantes. 

M. Le Corre, curé de Pont-Melvez, récemment décédé, m'a montré 
tout son herbier, d'autant plus précieux qu'il contient les plantes de 
l'intérieur, de la partie montagneuse de la Bretagne, peu fréquentée par 
les botanistes, et quoique cette région soit relativement pauvre com- 
]iarée à la côte, on peut voir dans la Flore qu'elle fournit plusieurs 
plantes exceptionnelles qui nous en font espérer d'autres. 

Enfin, M. l'abbé Morin, professeur d'histoire naturelle au Petit-Sémi- 
naire de Dinan, herborise fréquemment dans ces environs, où il trouve 
encore du nouveau, après les études de M. Mabille. Il a aussi parcouru 
plusieurs fois les côtes voisines, soit seul, soit avec MM. Rolland et 
Gallée, et le fruit de ces explorations m'a été obligeamment commu- 
niqué, avec un complément de notes toujours instructives. 



ILLE-ET- VILAINE. 

J'ai emprunté la plupart des citations de loc.slités à VAger rhedo- 
ncnsis, herbier appartenant à la ville de Rennes. Cette collection, qui 
ne contient que les espèces d'Ille-et-Vilaine, a été composée par M. 
Pont-allié avec les plantes de l'herbier de M. Degland, qu'il avait acquis, 
et avec celles qu'il avait détachées de son propre herbier. J'ai noté ces 
emprunts sous la rubrique (herb. Degland), parce que j'ai cru que la 
majeure partie des espèces provenait de cette source , et qu'elle avait 
l'avantage ds rappeler le nom de celui qui a présidé à la botanique du 
pays pendant de longues années. Cette collection est trop incomplète 
pour représenter toutes les plantes que ces deux botanistes connais- 
saient dans le département, et cette circonstance me fait beaucoup re- 
gretter la perte de M. Pontallié, qui s'était offert de me renseigner sur 
les plantes du pays. La mémoire de ce savant et digne homme était 



INTRODUCTION. XXIX 

excellente, et je suis certain que la Flore a beaucoup perdu par l'ab- 
sence d'un botaniste qui, depuis plus de trente ans, avait suivi avec 
intérêt et retenu toutes les découvertes des plantes du déparlement 
qu'il habitait. 

M. Le Gall, conseiller à la cour, auteur de la Flore du Morbihan, con- 
tinuateur de celle des Côtes-du-Nord, et parfaitement au courant de la 
végétation de la Bretagne, m'a remis plusieurs notes sur les plantes du 
département et m'en a montré les plus intéressantes. 

Mon ami, M. Letourneux, élève de M. Degland, m"a fait part de ses 
premières herborisations aux environs de Rennes. 

M. J.-M. Sacher m'a montré ou envoyé les espèces à noter dans ses 
herborisations autour de Rennes et aux environs de Redon ; il continue 
ses contributions à la Flore. 

Son frère, M. Victor Sacher, professeur à Fougères, m'a donné une 
liste des plantes des environs de Fougères ; il connaissait bien la côte 
de riUe-et-Vilaine et a visité avec soin plusieurs autres localités inté- 
ressantes dans la Bretagne. 

Plusieurs espèces des environs de Fougères, Antrain, Vitré, Redon, 
etc., m'ont été signalées par M. l'abbé de la Godelinais, ancien aumô- 
nier de la Retraite, à Redon. 

M. l'abbé Rolland, économe des missionnaires à Rennes, est cité pour 
plusieurs plantes recueillies aux environs de Bourg-des-Comptes et de 
S.-Malo. 

Feu M. Jules Gallée, de Rennes, m'a fait connaître le résultat de 
nombreuses herborisations faites, soit seul, soit en compagnie de M. Si- 
rodot, professeur à la Faculté de Rennes, connu par ses beaux travaux 
sur les Lemanla et Batrachosperinum. Parmi leurs excursions, on 
doit citer les recherches minutieuses du Coleanthus, et dont il est 
rendu compte dans les Annales des Sciences naturelles, 5e série, T. X. 

Je ne connais personnellement le département que par quelques pro- 
menades faites sur la limite de la Loire-Inférieure, entre Fougeray et 
Derval, à Rennes, autour de Fougères, à Antrain, pour avoir suivi la 
cote depuis Pontorson jusqu'au Vivier et Dol, ainsi que de Caneale à 
Saint-Malo, et enfin par la reconnaissance que j'ai faite à Vitré du cu- 
rieux Sedum cœspitosuni et du méridional Tullpa Celslana à INIarti- 
gné-Ferchaud. 

Ce département est moins bien partagé que les autres départements 
bretons pour les plantes maritimes. Son littoral est, en effet, très peu 
étendu, et une partie de celui-ci, de Pontorson à Cberueix, cffre une 
vaste alluvion où se montrent peu de plantes maritimes. La partie la 
plus intéressante est celle située entre Caneale et Saint-Malo ; quoique 
d'une longueur de quelques lieues seulem.Mit, elle fournit, avec la plu- 
part des plantes de la région maritime, plusieurs espèces dont quel- 
ques-unes ne se retrouvent pas ailleurs en Bretagne ou rarement. On 
sait que ce pays vient d'être de nouveau exploré par M. Mabille, qui l'a 
compris dans son catalogue. 

L'IUe-et-Vilaine a l'avantage sur les autres départements bretons situés 
au nord de la Loire-Inférieure, de posséder un bassin calcaire, qui peut 
donner une petite idée de la végétation de ce terrain. Il est situé au 



XXX INTRODUCTION. 

midi et près de Rennes et est généralement connu des botanistes sous 
le nom de Calcaire de Saint-Jacques. 

Tels sont les documents qui m'ont servi pour celte quatrième édition. 
Ils sont bien plus nombreux que ceux à l'aide desquels j'avais entre- 
pris la Flore de l'Ouest de la France, et cependant ils laissent encore 
voir combien de localités ont été à peine explorées, combien d'autres 
n'ont jamais été visitées, combien, en un mot, il reste encore à faire 
pour compléter la Flore de l'Ouest. Si le présent Manuel peut con- 
duire à ce but, je prie ceux qui s'en serviront de conserver un sentiment 
de reconnaissance pour les botanistes qui ont bien voulu m'aider et me 
fournir les matériaux que je viens de réunir. 



Nantes, le 17 mars 1886. 



J. LLOYD. 



SUITE DE L'INTRODUCTION 

Par M. J. Foucaud. 



Que M. Lloyd veuille bien me permettre de lui exprimer ici ma pro- 
fonde reconnaissance pour les conseils que j'ai été heureux de recevoir 
de lui pendant les 15 années que durent des relations qui m'ont été 
d'un secours continuel. J'apprécie hautement l'honneur qu'il m'a fait 
en m'associant à une Flore qui est entre les mains des botanistes depuis 
plus de 30 années. Ce long usage de la Flore de l'Ouest de la France nous 
a fait penser qu'il était utile de la continuer, en y ajoutant les dépar- 
tements du littoral depuis la Gironde jusqu'aux Pyrénées, et c'est ce 
travail que j'ai entrepris. 



GIRONDE. 

Le département de la Gironde, le plus étendu de France, se compose 
d'une région de coteaux et d'une région de plaines ou landes. 

La région de coteaux occupe la rive droite de la Garonne, plus le 
Bazadais sur la rive gauche. Le sol de ces coteaux est calcaire et 
marneux, celui des vallées est formé d'une alluvion très fertile. 

La région de landes, ancien lit de l'océan, occupe le reste du dépar- 
tement. Des dunes, de largeur variable et fixées par des Pins mari- 
times, s'étendent le long de l'Océan. Le sol de cette région, sauf quel- 
ques exceptions, est formé d'un sable aride en partie couvert de bois 
de Pins, de bruyères et d'ajoncs. Le sous-sol, nommé altos, est com- 
pacte et laisse difficilement pénétrer l'eau, de là l'origine de ces étangs, 
vastes réservoirs échelonnés sur le littoral. 

Ce département a été exploré par un grand nombre de botanistes, et, de- 
puis 1880, j'y ai fait moi-même de nombreuses herborisations qui m'ont per- 
mis de révoir la plupart des espèces déjà signalées et d'y faire quelques 
découvertes. Néanmoins, il reste encore beaucoup à voir pour compléter 
l'inventaire de la Flore de ce riche département. 

Bory-de-S.-Yincent a exploré le bord de l'Océan et découvert en 1795 
Lobeiia Dortmanna L. dans l'étang de Cazau, ainsi que VIsoetes 
Boryana Durieu, qui tapisse le fond des étangs landais. 



XXXII INTRODUCTION. 

Laterracle, fondateur de la Société Linnéenne de Bordeaux et direc- 
teur du Jardin Botanique de cette ville, n'a guère étendu ses recher- 
ches au-delà des environs de Bordeaux. Il a publié la Flore Borde- 
laise, ouvrage qui a eu quatre éditions ; la dernière date de 18A6 et 
un supplément a paru en 1857. Son herbier appartient à son petit-fils, 
M. Maximilien Laterrade, qui a bien voulu me le communiquer. Cette 
collection, qui est d'une grande valeur pour la flore du pays, est bien 
conservée et son étude m'a permis de vérifier les espèces signalées et 
décrites par son auteur. 

Des Moulins, auteur d'un Catalogue des plantes de la Dordogne et 
de diverses autres publications botaniques où les plantes critiques sont 
sévèrement étudiées, a fait de nombreuses herborisations dans la Gironde. 
Ses collections appartiennent au Jardin botanique de Bordeaux, 

Durieu de Maisonneuve, directeur du Jardin botanique de Bordeaux 
après Laterrade, connaissait parfaitement les plantes du pays. Son riche 
herbier fait aujourd'hui partie des vastes collections de M.Motelay. Ce 
botaniste de grand mérite a découvert dans la Gironde plusieurs espèces 
inédites et j^ublié diverses notes sur nos plantes. 

Chantelat, pharmacien à la Teste, a publié en 18W un Catalogue des 
plantes qu'il a observées à la Teste et dans les environs. Ce travail es- 
timé, fruit de plusieurs années de recherches, mentionne des raretés que 
j'ai eu occasion de voir dans plusieurs collections. 

Lespinasse s'est beaucoup occupé de Botanique ; il a laissé un herbier 
important qui fait partie des collections du Jardin botanique de Bor- 
deaux. En collalîoration de Des Moulins il a publié Plantes rares de 
la Gironde. 

L'abbé Jarris a surtout herborisé dans les environs de S.-André-de- 
Cubzac. Son herbier, qui appartient à l'établissement où il était profes- 
seur, a été fait avec soin et nia fourni de bons et utiles renseignements, 

Ramey a laissé à la Faculté de médecine de Bordeaux un herbier 
considérable que M. le docteur Guillaud s'est empressé de m'ouvrir. 
Ramey était bon botaniste, et l'on trouve dans différents herbiers la 
plupart des espèces qu'il a recueillies dans la Gironde. 

Belloc, greftier de la justice de paix à Langon, a réuni eu herbier la 
plupart des plantes de cette localité et des environs. Un grand nombre 
des espèces qu'il a recueillies se trouve dans les herbiers de MM. Mo- 
telay et Goua. 

M. Motelay, de Bordeaux, possède de riches et importantes collec- 
tions qu'il augmente chaque année. Son herbier particulier de la Gironde 
renferme presque toutes les raretés observées dans ce département. Non 
seulement il a bien voulu me le communiquer, mais encore il a eu la 
bonté de me donner tous les renseignements dont j'avais besoin. Par 
les nombreuses citations de la Flore, on verra que j'ai laro-ement puisé 
dans cet herbier qui est fait avec une exactitude et un soin tout parti- 
culiers, M. Motelay a publié Monographie des Isoeteœ de l'herbier 
Durieu et Catalogue des Mousses du même herbier. 

M. Goua a fait de fructueuses herborisations dans les environs de 
Langon. Son herbier renferme, indépendamment des espèces qu'il a 
recueillies, un bon nombre d'autres plantes provenant de la Gironde, 



INTRODUCTION. XXXIII 

M. Lalanne, étudiant ea pharmacie, m'a montré les plantes qu'il a 
recueillies à Soulac, à Talais et ailleurs. 

M. Merlet a parcouru ce riche pays qu'on appelle la Double. Je lui 
dois de nombreuses communications, et dans les herbo-risations faites 
avec lui, j'ai vu la plupart de ses découvertes. M. Merlet est aujourd'hui 
étudiant en pharmacie, à Bordeaux, et il continue avec le même zèle 
l'étude de la flore girondine. 

M. Bonnaves, curé à Camiac, a réuni dans un herbier très soigné 
lès plantes qu'il a observées dans sa commune et à Espiet. J'ai par- 
couru sa collection avec un grand intérêt, et j'y ai noté plusieurs espèces 
fort rares. 

MM. Ducot, Lamère, Lussac, Banon, Delbos, ont fait aussi dans la 
Gironde des découvertes notées à leur place. 

M. le D'' Guillaud, avec qui j'ai herborisé plusieurs fois, a eu l'obli- 
geance de me faire part des raretés qu'il a découvertes. Il a publié, 
en 1883, la Flore de Bordeaux et du Sud-Ouest, « Vade mecum des- 
tiné aux herborisations » et consistant en l'analyse dichotomique suc- 
cinte des plantes signalées dans la région. 

M. Clavaud, professeur de botanique à Bordeaux, publie actuellement 
par fascicules, dans les Actes de la Société Linnéenne de Bordeaux, la 
Flore de la Gironde, à laquelle il travaille depuis de longues années. 
Cette Flore, dont les descriptions très étendues indiquent une science 
profonde, est accompagnée pour les espèces critiques de figures instruc- 
tives dessinées avec talent par l'auteur. 



LANDES. 



Le département des Landes, le plus étendu de France après celui de 
la Gironde, se conripose aussi d'une région de plnines ou landes et 
d'une région de collines. 

La région de landes occupe environ les trois quarts du département ; 
c'est la suite de cette vaste plaine qui est située sur la rive gauche de 
la Garonne et qui n'est limitée au sud que par l'Adour. Cette immense 
région comprend elle-même la lande proprement dite et la région des 
étang, et des dunes. La lande proprement dite est un pays très peu 
habité ; son sol aride est en partie couvert de forêts de Pins maritimes 
et de vastes plaines de bruyères et d'ajoncs où le botaniste ne peut re- 
cueillir qu'un nombre très restreint d'espèces intéressantes. La région 
des étangs, qu'on désigne sous le nom de Marensln au nord et de Ma- 
remne au midi, est généralement humide et renferme des étangs ou 
plutôt des lacs dont l'un d'eux n'a pas moins de 12 kilom. de longueur. 
Les dunes forment plusieurs chaînes le long du littoral sur une largeur 
de plus de six kilom. en certains endroits ; elles sont aujourd'hui fixées 
par des Pins maritimes, et leur végétation est à peu près la même par- 
tout. Entre ces clunes et celles de la Gironde existent des endroits frais 
et herbeux que le botaniste peut explorer avec fruit. 

La région de collines, premiers chaînons des Pyrénées, se trouve au 
Sud de l'Adoui, et s'appelle Clialosse. Elle est formée de collines nom- 

III 



XXXIV INTRODUCTION. 

breuses séparées par des plaines, quelques laades, et par des ravins 
profonds au fond desquels coulent des ruisseaux. La couche superfi- 
cielle de ces collines est généralement argileuse. « On trouve sur plu- 
sieurs points de la marne et de grands amas de sable. Les couches 
inférieures sont souvent formées de faluns reposant sur un banc de 
pierre coquillière. » A Roquefort, à Tercis, à Peyrehorade, à Sorde, se 
trouvent des rochers élevés. 

J'ai fait dans les Landes de nombreuses herborisations, et j'ai pu re- 
voir la plupart des espèces recueillies par Thore à Dax, par Perris à 
Mont-de-Marsan, par L. Dufour à S.-Sever et par M. Féraud à Peyre- 
horade. Ce département est moins connu que celui de la Gironde et il 
reste à explorer de nouveau, à différentes époques, surtout les environs 
de Roquefort, la Chalosse et le pays des étangs et des dunes. 

Le Di' Thore a publié en 1798 Essai d'une Chlores ou Flore du 
département des Landes et a réuni dans un herbier très soigné la 
plupart des plantes du département. Cette collection importante appar- 
tient aujourd'hui à la Société de Borda, de Dax, et le petit-fils de ce 
iDotaniste, M. 'Thore, m'a fait ouvrir cet herbier où j'ai puisé de pré- 
cieux renseignements. Le D'" Thore a publié aussi la Promenade du 
golfe de Gascogne, où il rend compte de ses observations botaniques 
dans cette contrée. 

Grateloup a public en 1828 son Florula llttoralls aqultanlca. La 
Société de Borda possède quelques fascicules de son herbier, où pres- 
que toutes les espèces ne sont accompagnées d'aucune indication de 
provenance. Je n'ai rien cité de cet herbier. 

Perris, consacrait à la Botanique un partie des instants de loisir que 
lui laissaient ses fonctions de conseiller de préfecture. Il herborisait 
souvent avec son ami L. Dufour qui a enrichi son herbier des plantes de 
S.-Sever. et M. Féraud lui a envoyé de son côté les plantes de Peyreho- 
rade. Son herbier a été acquis par l'Ecole d'agriculture de Montpellier, 
et M. Loret, le savant auteur bien connu de la Flore de Montpellier, a 
bien voulu, pour m'obliger, étudier cette importante collection et me 
faire part de ses notes. Que M. Loret veuille bien recevoir tous mes 
remerciements et me permettre de lui exprimer ici toute ma recon- 
naissance. 

Léon Dufour, médecin militaire, a étudié avec succès les plantes du 
pays et a laissé un herbier d'une grande valeur que l'un de ses fils, M. 
L. Dufour, médecin à S.-Sever, s'est empresse de m'ouvrir. M. Dufour 
a mis aussi à ma disposition les Notes inédites de son père sur les 
plantes des Landes. L. Dufour communiquait à De Candolle toutes les 
plantes qui l'embarrassaient, et dans ses notes j'ai lu avec un vif intérêt 
les observations de son illustre correspondant. 

M. Léon, pharmacien à Peyrehorade, a publié en 1876, la Flore lan- 
daise et le Catalogue des plantes rares du bassin de l'Adour, ou- 
vrages auxquels je n'ai rien emprunté. 

M. Lagu, lorsqu'il était instituteur à Urgons, et M. Dupoy, ancien ins- 
tituteur à Bats, ont exploré leurs environs avec ardeur et peu de plantes 
ont dû leur échapper. Ils m'ont communiqué toutes les espèces rares 
qu'ils ont observées, et dans les herlaorisations que j'ai eu le plaisir de 
faire avec eux, j'ai pu voir presque toutes leurs découvertes. M. Lagu 
est aujourd'hui instituteur à Perquie et continue à explorer le pays avec 



INTRODUCTION. XXXV 

soin. M. Dupoy est actuellement instituteur à Nousse, pays encore inex- 
ploré, et il n'est pas douteux qu'il n'y fasse de fructueuses récoltes. 

M. Dubalen, pharmacien à S.-Sever, m'a ouvert son herbier. M. Pal- 
las, médecin à Sabres, m'a communiqué des plantes notées à leur place, 
et M. Landrv, pharmacien à Dax, m'a fait cueillir près de cette ville 
Juncus tenuis. 



BASSES-PYRÉNEES. 

Ce département n'est représenté dans la Flore que par sa partie 
littorale, parce que j'ai jugé nécessaire de ne pas introduire dans l'ou- 
vrage des plantes appartenant à une région bien différente, celle des 
montagnes. Mes recherches ont donc été limitées à cette bande assez 
étroite comprise entre l'Océan et les montagnes. 

Cette région comprend des dunes, des falaises, des landes et des 
alluvions. Le D'' Termonia et moi nous l'avons toute explorée en 1883 ; 
et précédemment, en 1881 et 1882, je l'avais parcourue du Boucau à 
Biarritz. 

Près de Bayonne se trouvent les Allées marines, où plusieurs espèces 
étrangères apparaissent chaque année et disparaissent ordinairement 
après un temps plus ou moins long. C'est là qu'à été observé l'Anacy- 
dus radiatus noté par Grenier et Godron. 

Plusieurs espèces américaines se sont naturalisées à Bayonne et dans 
les environs : Lepidium virginicum, d'abord signalé par Darracq, s'est 
répandu dans les Basses-Pyrénées, les Landes, même dans la Gironde, 
et j'en ai vu aussi plusieurs pieds à Rochefort. En 1863, Stenotaphrum 
amerlcanum a été observé par M. Frémy, étudiant en pharmacie, et 
aujourd'hui il existe sur plusieurs comniiunes. En 1882, M. Lhomme 
découvrit Sporobolus tenacissimus sur les coteaux de Marracq où il 
occupe un grand espace. Plusieurs Œnothera sont communs dans les 
environs de Bayonne et envahissent la contrée. 

Darracq a laissé au musée de Bayonne un grand herbier auquel je 
n'ai rien emprunté. Je n'ai rien cité non plus de l'herbier Lesauvage. 
J'avais des raisons pour croire que ces collections ne me fourniraient 
pas des renseignements sur l'exactitude desquels je pouvais compter ;, 
je les ai donc négligées ainsi que les autres herbiers de même nature. 

M. Sibuet, pendant son séjour à Bayonne, a parcouru la contrée avec 
zèle. Son herbier, dans lequel j'ai vu la plupart des raretés signalées dans 
les Landes et la partie littorale des Basses-Pyrénées, a été fait avec soin 
et appartient au Pensionnat des frères des écoles chrétiennes de Bayonne. 
M. Sibuet demeure actuellement à Aire (Landes) et m'a communiqué 
les principales plantes qu'il y a découvertes. 

Le docteur Blanchet a exploré les Landes et les Basses-Pyrénées pen- 
dant de longues années et a publié plus4eurs notes que les botanistes 
lisent avec fruit. 

M. le Comte de Franqueville a bien étudié les plantes des Pyrénées 
et m'a fait un important envoi dans lequel j'ai trouvé la plupart des 
raretés croissant sur le littoral entre l'Adour et la Bidassoa. Que ce 



XXXVI INTRODUCTION. 

botaniste éminent, dont les collections ne comptent pas moins de 90,000 
espèces, reçoive ici l'expression de toute ma gratitude. 

M. Toussaints, dont l'herbier existe au Muséum de Nantes, a donné 
ou fait voir à M. Lloyd, la plupart des plantes qu'il avait recueillies à 
Bayonne lorsqu'il y était en garnison. 

Tels sont les documents qui m'ont servi à continuer la Flore de l'Ouest 
de la France jusqu'à la frontière espagnole, et dans leur emploi j'ai 
suivi les mêmes principes, le même plan que ceux adoptés et expliqués 
dans l'introduction de M. Lloyd. 

Enfin, depuis 1880, j'ai fait moi-même dans le pays, et en différentes 
saisons, de fréquentes herborisations ; j'ai étudié tous les herbiers qu'il 
m'a été possible de consulter, et n'ai négligé aucun moyen de m'ins- 
truire sur cette curieuse région du Sud-Ouest qui ajoute à la Flore 
environ MO espèces. 

En terminant, je me fais un devoir d'adresser mes remerciements à 
tous les botanistes qui m'ont prêté leur concoiu^s, soit en m'ouvrant leurs 
herbiers, soit en me faisant part de leurs découvertes, et je les prie de 
vouloir bien continuer à m'honorer de leurs communications que j'utili- 
serai dans une autre édition de cette Flore, à laquelle je me propose 
d'ajouter le département de la Charente. 



Jardin botanique de Rochefort, le 28 mars 1886. 



J. FOUCAUD. 



ANALYSE DICHOTOMIQUE DES GENRES 



L'Analyse dichotomique suivante est exposée ici dans le seul but de 
conduire facilement le commençant au nom de chaque genre décrit dans 
la Flore. Là je me suis arrêté et n'ai pas étendu l'analyse aux espèces, 
parce que la plupart de nos genres n'en contiennent qu'un petit nombre, 
et que les caractères en italiques dans les descriptions permettent d'en 
faire une application rapide à la plante que l'on étudie. Dans le peu de 
genres à espèces nombreuses, par ex. TrifoUum, Careœ, les divisions 
fréquentes doivent suffire à l'étudiant ; j'ai compté assez sur son intelli- 
gence pour ne pas grossir le livre par des répétitions. Lorsqu'il sera 
parvenu à ce nom de genre, il en étudiera la description dans la famille 
à la page indiquée ; puis après cet examen il passera au détail des 
espèces. Il ne doit jamais se contenter d'une Analyse dichotomique 
quelconque, soit de genres, soit d'espèces, laquelle n'est qu'un moyen 
d'arriver machinalement à un nom, après le choix duquel il ne reste 
dans l'esprit aucun ensemble de la série des caractères que l'on a 
parcourus et cru reconnaître. 

Cette Analyse dichotomique, dont j'ai emprunté les détails à la 
Blore du Centre, par M. Boreau, se compose d'une suite de propositions 
accolées deux à deux, et dont l'une doit s'appliquer à la plante que 
l'on étudie, tandis que l'autre ne lui convient nullement. On est ainsi 
renvoyé de numéro en numéro jusqu'à ce qu'on arrive, ou au genre à 
la page indiquée (par ex., n» h, Lobelia, p. 217), ou à la famille (par 
ex., n» 11, Crassulacées, p. 139), dans laquelle il faut continuer les 
recherches. 

Si nous voulons analyser une fleur de Campanula, la division n» 1 
fait reconnaître que c'est une plante avec étamines ; — No 2, que les 
fleurs ne sont pas réunies dans un involucre commun ; — No 5, que 
les fleurs sont toutes hermaphrodites ; — No 6, que le périanthe est 
double, c'est-à-dire avec un calice et une corolle ; — No 7^ que la 
corolle est monopétale; — N» 105, que l'ovaire est adhérent au calice ; 
— No 106, que les feuilles sont alternes ; — No 107, que la fleur a plus 
de h étamines ; — No 108, que la fleur a 5 étamines ; — No 110, que 
les feuilles sont alternes; — No 111, que la corolle a les lobes ovales 
ou arrondis ; — No 112, que l'ovaire est ovale ou arrondi ; — No 113, 
que les étamines sont insérées au fond de la corolle, qui est bleue ; — 
enfin No iih, que la capsule s'ouvre par des trous latéraux et que la 
plante appartient au genre Campanula, p. 219, où il faut chercher 
son nom spécifique parmi les huit espèces décrites. 



XXXVIII ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

ANALYSE DICHOTOMiaUE DES GENRES 

d'après le système de lamarck. 



1 Plantes avec étamines ou pistils 2 

Plantes sans étamines ni pistils . . Acotylédonées, p. /*25. 

2 Fleurs réunies dans un involucre commun 3 

Fleurs non réunies dans un involucre commun . • 5 

3 Anthères soudées ^ 

Anthères libres 5 

U Périanthe simple Composées, p. 177. 

Fleurs avec calice et corolle. . . Lobelia, Jaslone, p. 217. 

5 Fleurs monoïques 230 

Fleurs dioïques 2i(8 

Fleurs toutes hermaphrodites 6 

6 Périanthe double, calice et corolle 7 

Périanthe simple, ou nul 172 

7 Corolle polypétale 8 

Corolle monopétale 105 



POLYPETALES. 

8 Ovaire adhérent au calice, ou placé sous la corolle et visible 

au-dessous de la fleur 96 

Ovaire libre placé dans la corolle ou au fond du calice ... 9 

9 Un seul ovaire 15 

Plusieurs ovaires ou un ovaire profondément divisé et à plu- 
sieurs pistils particuliers 10 

10 Etamines à filets non soudés en tube 11 

Etamines à filets soudés en tube \h 

11 Feuilles épaisses et charnues, toujours simples 

Crassulacées, p. 139. 

Feuilles non charnues, ord. découpées ou composées .... 12 

12 Etamines et pétales insérés sur le réceptacle et n'adhérant 

pas au calice 13 

Etamines et pétales insérés sur la paroi intérieure du calice. 103 

13 Arbrisseau, feuilles simples Corlaria p. 83. 

Pétales 3 AUsmacées p. 323. 

Pétales h ou plus, entiers, dentés ou échancrés 

Renonculacées p. 1 . 

Pétales profondément laciniés ou découpés 86 



fâiêmrn^ÈÈ:^ l 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XXXIX 

U Calice double Malvacées,i>. 72. 

Calice simple Gérajucccées, p. 78. 

15 Corolle régulière, c'est-à-dire à divisions égales 16 

Corolle irrégulière, c'est-à-dire à divisions inégales 85 

16 l à 10 étamines 27 

12 étamines ou plus 17 

17 Calice à 2 divisions 18 

Calice à plus de 2 divisions 19 

18 5 pétales Portulaca, p. 137. 

Apétales Papavéracées,p. 16. 

19 Pétales insérés sur le calice auquel ils adhèrent h 20 

Pétales libres, insérés sur le réceptacle 21 

20 Calice à 5 divisions profondes Rosacées, P^ jW T ^^ 

Calice à 6 ou 12 dents Li/thrum,^p.iW^ ' 

21 Feuilles alternes ou radicales ' .èoniiWJà-o'i^ ! (S 

Feuilles opposées ..êalm'His g eb' ahH ^ 

22 Etamines à filets libres et distincts ssV/is c ê? 

Etamines à filets soudés ' ''AA'/'i^' é Ù' sn'ïoU 

23 Arbres ou arbrisseaux . . 
Sous-arbrisseau. . . . HeUantl 
Herbes .•.•/a'-.il /.l -.jiaV.Jo^oqq^ ^.oriiiJ-/'i ^^ 

2h Plantes aquatiques Nyrnphéacées,,p.^i^. .^, p, 

Plante terrestre . . . ■ -^ ■[■:•[ '\r;^n^-:^^yp[^^ '^ 

25 Etamines soudées entré elles par la base. HypénccTiees,ip. 7p. 
Etamines libres. A •. •. ^^-^^^1'^'?".% f^^Cf}^ «s.MV/yo;) r-» "y^' ^ 

26 Arbres a 2 stigmates ■. . Acer, p. 777 

Herbes ou sous-arbrisseaux- ; -1 stigm.-. >;iJeï«*i^feB.'J'p.8/*2<J'JA gi', 

27 3 pétales-. •. •. •. •. •. •. '. '. ". '. '. ". •. ". '. •. •. •. •. •. •. -.^^'^''^ 28 
A p^ie^f ..;_.>y\-P)i^.:^^. .. .. .. .. ..fes^ju] >Iqq& ç89>ileq- 8éi-J esHiw/'l ^ 

5 pétales •...•.•.• .• .• .• .rioi-'riHBiQ-ësVï'ius"'!^^ 

K. 6 pétales ;. ;. ;. ;. ;. . . . . . . . . . . . . . ^^^.^^^^ .^jj^^^^ 3? 

|i§ Pétales colorés ; calicç hefbçicp ,. .. .. .. .. .. .. H9àgo<iqoe9Jlio'j''l 29 

Pétal^^s et calj^^ à peu près de même couleur .^^^^.^,y^ feollin^M W 

29 Peti.tJs$iple{n.t!8S(è\f'ewll.es.0Yale§e.t opposées, . jBi^Éifm.op.^fi>il'^ 
Planfe&p.i^ fêyiilk(^)linéi^fi$W'Altâye€^j.Ê>*ij(^qElie»)l^'>iB41i^.8 &'ii>el'^i205 

30 2 ét£çnDip<^s..-\^k LepMuimEf'Ud^cjtk^m^.i^- - ^^ 

h ét^J^inqs ,i-,j5.îu\\uo-dÏL. .. .. .. .. .. .^iegivibai. geikijel.; ^jl6fn.'^i.]g 1 31 

6 étamines, dont '2 plus courtes ^^H^fi^^fl'r,hMrn'>] 0& 

li) 8 oa îOtéBmifies ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. ;. [■ ^^^,^,,^,, ^.li.ij,^ ^ 

l ïs^^ïîe;tf«figvait.^^ ^ 

-^ Tige figneu^ef feuilles- opp-osées.' .• .• .• .• Evon-ijr^MJY- S^- 

^ Feuilles- opposées et-enttères. •. •. •. '^.f.^^^k uo .«9;^^]^^'; .^-^.jj^îJ^'^l §3 

^ Feuilles- alternes -. -. -. •• •. -. -. -. -^'H^^V^:' PI ^.^-'.^'^i' N'i^'^'^ 39 

33 Flerfil bla!^M ou:manchértres- .•.-.•.•.•.-.•.: .«.^"V4 ^^ ^. 

Fieu^iyoëê§9»^n»yn^ .• .• .• .• .' .- •• : : FmmmîéV^ wp^^ 



XL ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

3h Tige plusieurs f. dicholome ; feuil. ovales. . Radiola, p. 72. 

Tige non dichotome ; feuilles linéaires 35 

35 Capsule à h valves Saglna, p. 60. 

Capsule à 8 dents au sommet Mœnchla, p. 66. 

Capsule à 2 valves, à 2 graines Buffonia, p. 60. 

36 Tige feuillée 37 

Tige écailleuse Monotropa, p. 223. 

37 1 style; feuilles composées Rata, p. 83. 

3 ou A styles ; feuilles simples 38 

38 Tige uniflore ; h feuilles en croix Paris, p. 351 . 

Herbes aquatiques Elatuie, p. 68. 

Herbes terrestres Llnum,\). 71. 

39 2 sépales Hypecoum, p. 18. 

h sépales. Cardamine hirsuta, p. 30 ; Teesdalea Lepl- 

dlum, p. /»! 

J+0 1 à 5 étamines ^"^ 

Plus de 5 étamines 55 

i.1 5 styles -^2 

Moins de 5 styles •'*5 

h2 Feuilles verticillées, renflées en vessie. . Aldrooandia, p. 52. 

Feuilles alternes ou toutes radicales h3 

Feuilles opposées sur la tige 63 

hd Feuilles toutes radicales Ith 

Feuilles alternes sur la tige Linum,]i. 71. 

hU Feuilles couvertes de poils glanduleux. . . Drosera, p. 51. 
Feuilles sans poils glanduleux . . . Plumbaglnées, p. 285. 

i5 Arbres ou arbrissea-ux -^6 

Herbes 50 

UQ Feuilles très petites, appliquées Tamarlx, p. 136. 

Feuilles élargies h? 

hl Feuilles alternes i(8 

Feuilles opposées A9 

hS Feuilles pennées Rhas, p. 8i». 

Fleurs terminales Hedera, p. 165. 

Fleurs axillaires ou opposées aux feuilles. Rhamnus, p. 83. 

i»9 2 stigmates ; feuilles lobées Acer, p. 77. 

1 stigmate ; feuilles indivises Eoonymus, p. 83. 

50 Feuilles alternes 51 

Feuilles opposées 63 

51 Tige uniflore Parnassia, p. 52. 

Tige multiflore 52 

52 Feuilles entières ou dentées 5/» 

Feuilles lobées ou pf^nnifides 53 

53 Fleurs jaunes Ruta, p. 83. 

Fleurs jamais jaunes Géranlacées,p.l8. 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLI 

6h Calice tubuleux ; capsule polysperme. . . Lythrum, p. 135. 
Calice en cloche; capsule 1. sperme. . . Corrlgiola, p. 138. 

55 1 style et 1 stigmate 56 

Plusieurs styles ou stigmates 58 

5j Herbe à feuilles opposées Tribulus, p. 82. 

Herbes à feuilles alternes ou nulles 57 

Arbres à feuilles opposées Acer, p. 77. 

57 Plantes avec feuilles vertes Lythrum, p. 135. 

Ecailles en place de feuilles Monotropa, p. 223. 

58 Arbres Acer, p. 77. 

Tige herbacée ou à peu près 59 

59 Feuilles alternes ou toutes radicales 60 

Feuilles opposées sur la tige 63 

60 2 styles . . . . Saxifraga, p. l/»3. 

A ou 5 styles 61 

61 Feuilles à 3 folioles Oxalls, p. 81. 

Feuilles simples ou lobées, ou avec plus de 3 folioles. ... 62 

62 Feuilles entières, sans stipules Liiium, p. 71. 

Feuilles découpées, stipulées Gévaniacées, p. 78. 

63 Feuilles avec petites stipules 6A 

Feuilles sans stipules 68 

64 Feuilles ovales ou arrondies 65 

Feuilles très étroites et filiformes 68 

65 Feuilles lobées ou incisées Géraniacées, p. 78. 

Feuilles entières 6Q 

66 Feuilles de la tige quaternées Polycarpon, p. 138. 

Feuilles opposées 67 

67 Fleurs blanches Illecehrum, p. 138. 

Fleurs vertes ou jaunâtres Hernlarla, p. 138. 

68 Calice divisé jusqu'à la base Ih 

Div. du cal. n'atteignant pas le milieu ou le dépassant peu. 69 

69 10 étamines 70 

Moins de 10 étamines, style simple. . . . Lythrum, p. 135. 
Moins de 10 étamines, style 3. partit . . . Frankenia, p. 5A. 

70 2 stvles 71 

3 styles 73 

5 styles Lychnis, p. 59. 

71 Calice en tube à 5 dents 72 

Calice en cloche à 5 divisions Gypsophlla, p. 5/(. 

72 Cal. muni à la base de 2 ou il écail. opposées. Dlanthus,p. 5J(. 
Calice sans écailles à la base Saponarla, p. 56. 

73 Calice tubuleux ; capsule Silène, p. oQ. 

Calice en cloche; baie Cucubalus, p. 56. 

Ih 10 étamines 75 

Moins de 10 étamines 78 



XLII ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

75 3 Styles 76 

5 styles 77 

76 Pétales entiers 771j's 

Pétales à 2 lobes profonds Stellarla, p. 65. 

77 Pétales entiers ; feuilles linéaires Spergula, p. 61. 

Pétales bifides ou échancrés ; feuilles ovales où oblongues. 
Cerastlum, Malachlum, p. 66. 

77his Capsule s'ouvrant jusqu'à la base en 3 valves; stijDules sca- 
rieuses Spergularia, p. 62. 

Capsule à 3 valves, graines obovales, très grosses 

Hallanthus, p. 63. 

Capsule s'ouvrant jusqu'à la base en 3 valves, graines réni- 
formes, sans aile Alsine, p. 63. 

GajDsule s'ouvrant au sommet en 6 dents . Arenarla, p. 6A. 

78 2 styles, A étamines 35 

3 stvles 79 

h styles 81 

5 styles 82 

79 Pétales entiers SO^s 

Pétales dentés, échancrés ou bifides 80 

80 Pétales dentés Holosteum, p. 65. 

Pétales bifides Stellarla, p. 65. 

SQi'is Capsule s'ouvrant en 3 valves Alslne, p. 63. 

Capsule s'ouvrant au sommet en 6 dents . Arenarla, p. 6/*. 

81 Capsule à 1 loge 35 

Capsule à 3 ou i loges Elatlne, p. 68. 

82 Capsule à 10 valves Llnutn, p. 71 . 

Capsule à 5 valves ou 10 dents 77 

83 Arbrisseau à fleurs jaunes Berberls, p. 15. 

Herbes à fleurs rouges ou blanchâtres ^h 

8i< Calice en tube cylindrique Lythrum, p. 135. 

Calice court, en "cloche Peplls, p. 135. 

85 1 ou 2 styles ou stigmates 89 

Plus de 2 styles ou stigmates 86 

8;3 Pétales laciniés ou découpés Résédacées, p. 50. 

Pétales non laciniés 87 

87 Feuilles indivises 88 

Feuilles découpées ou lobées Géranlacées, p. 78. .: 

88 Très petites fleurs blanches Montla, p. 137i4(;. ) 17 

Grandes fleurs jaunes Impatiens, $^ ^{^u 

89 Calice entier ou dont les divisions ne vont pas jusqi^'p^lqiljij^e.i,. j o~ 

•-.'. • • • • • • • •,• • ,• •.• • ;.^eaa'»>fft?6¥§niP^ feni/ "' 

Divisions du calice prolongées jusqu a la base 90 

90 Eperon ou bosse à la base de la fleur . . }Ti .' Yf^'\^^'\^l ?^i|'';M" 
Fleur sans éperon ni bosse : ^^'«^' .î ^doob no ooiln.^, 

91 Tige herbacée, non épineuse. ..!.•.•.• .- .- .- .- «onimBià 0J)2.'T 
Tige ligneuse, épineuse. . ........ -. .. -^'^i^^h^, ^} mf'»^ 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLIII 

92 i à 6 étamines libres ; h pétales opposés en croix 93 

8 étamines monadelphes Polygala, p. 53. 

93 Fleurs jaunes Hypecotun, p. 18. 

Fleurs jamais jaunes Teesdaléa, Iberis, p. h\ . 

^h 5 sépales verts et persistants Viola, p. /»5. 

Calice n'offrant pas 5 sépales verts et persistants 95 

95 Feuilles simples Impatiens, p. 81. 

Feuilles composées ; éperon très allongé, très aigu 

Delphinium, p. lA. 

Feuilles composées ; éperon court, obtus. Fumariacées, p. 18. 

96 2 à 10 étamines 97 

11 étamines ou plus 103 

97 2 étamines Clrcœa, p. 133. 

3 étamines Irldées, p. ^hh. 

h étamines 98 

5 étamines 100 

6 étamines AmarylUdées, p. 3/»7. 

8 étamines EpUohlum, p. IIA; Œnothera, p. 132. 

10 étamines 102 

98 Arbrisseaux Cornus, p. 165. 

Herbes aquatiques 93 

99 Feuilles flottantes, rhomboïdales Trapa, p. 133. 

Feuilles ovales, entières Isnaràla, p. 133. 

100 Tige ligneuse 101 

Tige herbacée; fleurs petites en ombelle ou en tète 

OmbelUfères, p. ihh. 

101 Feuilles persistantes Hedera, p. 165. 

Feuilles caduques • Rlbes, p. 1A3. 

102 Feuilles opposées. . . . Arenarla,\i. QU\ Stellarla, p. 65. 
Feuilles alternes Saxifraga, p. liiS. 

103 Calice à 2 divisions Portulaca,p. 137. 

Calice à plus de 2 divisions iOh 

iOh Feuilles opposées ou verticillées sur la tige. Lythrum, p. 135. 
Feuilles alternes ou au moment de la fleuraison 



Rosacées, p. 115. 



MONOPETALES. 



105 Ovaire libre, placé dans la corolle ou au fond du calice. . . 120 
Ovaire adhérent au calice, et placé sous la corolle, où il 

forme un renflement visible au-dessous de la fleur 106 

106 Feuillesverticillées,aumoinsles inférieures. /^«iiacees, p. 167. 
Feuilles alternes ou opposées 107 

107 5 étamines ou plus 108 

1 à A étamines 117 



XLIV ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

108 Plus de 5 étamines 109 

5 étamines 110 

109 Feuilles simples Vaccinium, p. 220. 

Feuilles 1,2 fois ternées Adoxa, p. 166. 

110 Feuilles alternes 111 

Feuilles opposées 115 

111 Corolle à lobes linéaires Phyteuma, p. 217. 

Corolle à lobes ovales ou arrondis 112 

112 Ovaire en prisme allongé Specularla, p. 218. 

Ovaire ovale ou arrondi 113 

113 Etamines insérées au fond delà corolle souvent bleue. . . . 11/* 
Etamines insérées sur la corolle blanche. . Samolus, p. 285. 

lU Capsule s'ouvrant par des trous latéraux, Campanula, p. 219. 
Capsule s'ouvrant en 3 valves .... Wahlenbergia, p. 220. 

115 Feuilles composées ou pennifides Sambucus, p. 166. 

Feuilles entières, dentées ou lobées 116 

116 3 stigmates Vibunium, p. 166. 

1 stigmate Lonicera, p. 167. 

117 h étamines 118 

1 à 3 étamines 119 

118 Fleurs en tête serrée entourée d'un involucre. Dipsacées, p. 175. 
Non Sanguisorba, p. 121. 

119 Corolle nulle AlchemlLla, p. 121. 

Fleur avec calice et corolle Valénanées, p. 172. 

120 1 à 5 étamines 121 

6 étamines ou plus 128 

121 Corolle régulière 122 

Corolle irrégulière ou éperonnée 163 

122 5 étamines 123 

Moins de 5 étamines 139 

123 Feuilles opposées ou verticillées sur la tige 127 

Feuilles 0, radicales, ou alternes 12i» 

\2h Plusieurs ovaires, ou un seul partagé en lobes profonds d'entre 

lesquels sort le style ioh 

1 seul ovaire indivis 125 

125 Une baie, ou tige grimpante 155 

Une capsule, tige non grimpante 126 

126 Etamines opposées aux lobes de la cor. Prlmulacées, p. 282. 
Etamines alternes avec les lobes de la corolle 155 

127 Etamines opposées aux lobes de la cor. Prlmulacées, p. 282. 
Etamines alternes avec les lobes de la corolle 152 

128 1 seul ovaire 129 

Plusieurs ovaires 138 

129 Corolle régulière 132 

Corolle irrégulière 130 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLV 

130 Feuilles simples ou à 3 folioles 131 

Feuilles très découpées Delphlnlum, p. \h. 

131 Feuilles simples Polyqala, p. 53. 

Feuilles à 3 folioles Trlfolium, p. 9i. 

132 Tige ligneuse Erlcinées, p, 220, 

Tige herbacée 133 

133 Tige pourvue de feuilles . 13A 

Tiges pourvue d'écaillés Monotropa, p. 223. 

13/» Feuilles opposées ou verticillées 136 

Feuilles alternes ou radicales 135 

135 Calice double Maloacées, p. 72. 

Calice simple 61 

136 h styles; tige à U feuilles Paris, p. 351. 

1 ou 2 styles 137 

137 Etamines indéfinies, en faisceaux . . . Hyper icinées, p. 75. 
Etamines définies, non soudées Gentlanées, p. 226. 

138 6 etamines 205 

Plus de 6 etamines 10 

139 2 ou 3 etamines UO 

h etamines 1./.3 

UO 1 seul ovaire simple lAl 

2 ou A ovaires au fond du calice Lycopus, p. 267. 

Ul 1 style U2 

3 styles Montia, p. 137. 

U2 Herbes à corolle en roue V<?ronica, p. 251. 

Arbrisseaux Oléacées, p. 22i. 

lis Plantes sans feuilles, parasites discuta, p. 231. 

Plantes feuillées \hh 

\hh Corolle scarieuse Plantago, p. 288. 

Corolle colorée 1A5 

1A5 Feuilles opposées le long de la tige Ii6 

Feuilles radicales ou alternes 1A9 

1A6 Un seul ovaire simple 147 

Ovaire divisé en J+ ou 2 lobes au fond du calice . 

Veibena, p. 280; Mentha, p. 26A. 

\hl 2 etamines courtes, 2 longues Verheiia, p. 280. 

Etamines égales entre elles U8 

li»8 Caps, s'ouvrantcirculairement en travers. Ce/i?^«/icM^«s, p. 283. 
Caps. 2. valve ; cor. en tube ou en entonnoir. Ctcenrfia, p. 230. 

U9 Fleurs en tète serrée, termmale Globalarla,^.\lh. 

Fleurs non en tète terminale 150 

150 Arbrisseau à feuilles épineuses Ileœ, p. 22A. 

Her])es à feuilles non épineuses 151 



XLVI ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

451 Caps. s'oLivrant circulairement en travers. Centunculus, p. 283. 
Non Llmosella, p. 255 Slbthorpia, p. 25A, 

152 Ovaire à 2 divisions sous un seul style, fruit s'ouvrant d'un 

seul côté 153 

Ovaire simple, fruit 2. valve Gentlanées, p. 226. 

153 Graines chevelues Asclépiadées, p. 225. 

Graines nues Vlnca, p. 225. 

15/* 5 styles ; feuilles peltées Umbilicus, p. U3. 

1 style ; h carpelles Boraginées, p. 233. 

155 Plantes sans feuilles Cuscuta, p. 23i. 

Plantes feuillées 156 

156 Corolle plane en roue 157 

Corolle en entonnoir, en cloche ou en tube 159 

157 Baie ; corolle à lobes égaux 158 

Capsule ; corolle à lobes un peu inégaux. Verbascum, p. 242. 

158 Fleurs solitaires Phy salis, p. 2U1. 

Fleurs en petits bouquets Solanutn,p.2IiO. 

159 Corolle très régulière 160 

Corolle irrégulière Hi/osci/atnus, p.2JA. 

160 Corolle en tube ou en entonnoir allongé 161 

Corolle en cloche non rétrécie en tube 162 

101 Herbes; capsule épineuse Datura, p. 2A2. 

Arbrisseaux à baie Lycium, p. 2h\. 

162 Corolle en cloche ouverte à 5 angles . Convolvulus, p. 231. 
Corolle sans angles; baie Atropa, p. 2h\. 

163 i à h étamines 166 

5 étamines ou plus \6h 

iGh 1 seul ovaire simple. . . 165 

1 ovaire à 2 ou A lobes Echium, p. 23h. 

165 Etamines soudées toutes ou plusieurs ensemble 131 

Etamines non soudées entre elles i6Q 

166 Un seul ovaire simple 167 

Ovaire divisé en A ou 2 lobes distincts, au fond du calice et 

du milieu desquels sort le style Labiées, p. 263. 

Ovaire terminé par le style ; fruit se séparant en h carp. 
1. spermes ; feuil. découpées; fleurs petites en longs épis 
grêles Verbena officinalls, p. 280. 

167 2 étamines avec anthères 168 

3 étamines avec anthères Montla, p. 137. 

h étamines avec anthères 170 

168 Corolle éperonnée à la base Lentibularlées, p. 280. 

Corolle non éperonnée 169 

169 2 étamines avec anthères et 2 filets stériles 

Gratiola, Lindenila gratloloides, p. 2A6. 

2 étamines sans filets stériles Veronica, p. 251 . 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLVIÎ 

170 Fleurs en tête terminale entourée d'un involucre 

Globularla, p. 175. 

Fleurs non en tête 171 

171 Plantes feuillées Personées, p. 2hh. 

Plantes sans feuilles Orobanchées, p. 258. 

INCOMPLÈTES. 

172 Fleurs avec un périanthe propre 17Ji 

Fleurs nues sans périanthe 173 

173 Plantes en forme de feuilles flottantes . . . Lemna, p. 330. 

Feuilles filiformes, alternes Ruppla, p. 328. 

Feuilles vcrticillées Hlppurls, p. 13i». 

Arbre à feuilles pennées Fraxinus, p. 22h. 

17A Tige herbacée 175 

Tige ligneuse 183 

175 1 à 6 étamines ou anthères 186 

Plus de 6 étamines ou anthères 176 

176 Plusieurs ovaires libres ou placés dans le calice 177 

Un seul ovaire parfois partagé en 2, 3 lobes 178 

Un seul ovaire à 10-12 carpelles verticillés et soudés 

Phytolacca,\}. 291. 

177 Fleur à 6 divisions ; 9 étamines ; 6 styles. . Butomus, p. 32/*. 
Fleur n'ayant pas à la fois 6 divisions, 9 étamines et 6 styles, 
Reiionculacées, p. 1 . 

178 Périanthe à 8 divisions Paris, p. 351. 

Périanthe nul, ou de 2 à 6 lobes 170 

179 Fleur à A divisions, d'un beau jaune. Chnjsospletiium, p. ihh. 
Fleur jamais d'un beau jaune 180 

180 1 style 183 

Plusieurs styles ou stigmates 181 

181 Feuilles opposées 182 

Feuilles alternes Polygonum, p 299. 

182 Feuilles étroites sans stipules Scleranthus, p. 138. 

Feuilles ovales ou arrondies, avec des petites stipules. ... 66 

183 1 stigmate Thymélées, p. 301. 

2 à 6 stigmates 18/» 

18./» Sans feuilles ; tige articulée S^d'roniia, p. 291. 

Feuilles linéaires, charnues Scuecla, p. 293. 

Arbres ou arbrisseaux 185 

185 Arbrisseau grimpant Clematls, p. 2. 

Arbrisseau à feuilles persistantes Ilea-, p. 22/». 

Sous-arbrisseau à fleurs jaunes; étamines 3. . Osi/rls, p. 302. 

Arbres à feuilles opposées Acer, p. 77. 

Arbres; fleurs paraissant avant les feuilles. Ulmus, p. 313. 

186 Périanthe coloré ayant l'apparence d'une corolle 187 

Périanthe foliacé, écailleux, ou membraneux, ayant l'appa- 
rence d'un calice 207 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLVIII 

187 1 OU 2 étamines fixées sur le pistil et peu apparentes 

Orchidées, p. 333. 

6 anthères attachées au pistil .... AHstolochla , p. 303. 

3 étamines ou plus, libres 188 

188 3 étamines 206 

Ji ou 5 étamines 189 

6 étamines ou plus 199 

189 Feuilles alternes ou opposées 190 

Feuilles verticillées, au moins les infôr. . Rublacées, p. 167. 

190 Fleurs en ombelles OmbelUfères, p. Ihh. 

Fleurs non en ombelles 191 

191 Pér. double sur 2 rangs, ou cal. entouré par un involucre. 192 
Calice simple, sans involucre • 19i» 

192 h étamines 193 

5 étamines; feuilles peltées Hydrocotyle, p. 1A6. 

193 Feuilles pennées Sanguisorba, p. 121. 

Feuilles simples 195 

i9h Feuilles pennées *. . . . Sanguisorba, p. 121. 

Feuilles non pennées 195 

195 Entrenœuds des feuil. avec stip. ou gaînes membraneuses . 196 
Feuilles sans stipules ni gaînes membraneuses 197 

196 Fcuiile.s opposées 66 

Feuilles alternes Polygonum, p. 299. 

197 Feuilles alternes 198 

Feuilles la plupart opposées Glaux, p. 285. 

198 Fleurs en épis serrés Amarantus, p. 260. 

Fleurs en grappes lâches Thesiuin, p. 302. 

199 Ovaire 1 ; style 1 ou nul 200 

Plusieurs ovaires ou plusieurs styles 201 

200 Ovaire libre . . . Asparagiaées, p. 3U ; Liliacées, p. 352. 
Ovaire adhérent Amaryllidées, p. 3/t7. 

201 Tige florifère feuillée 202 

Fleur radicale, sans feuille Colchlcutn, p. 362. 

202 Entrenœuds de la tige avec gaînes membraneuses en forme 

de stipule 203 

Feuille sans gaîne en forme de stipule 2OJ4 

203 Fruit recouvert par les 3 lobes intér. du cal. Rumex, p. 297. 
Fruit recouvert par tous les lobes du cal. Polygonum, p. 299. 

20h 9 étamines; Cfilice coloré Butomus, p. 32J4. 

6 étamines ; calice vert 205 

205 Feuilles linéaires étroites Trlglochln, p. 32i». 

Feuilles non linéaires étroites Alisma, p. 323. 

206 Sous-arbrisseau Osyris, p. 302. 

Herbes Iri'dées, p. 3/(A. 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. XLIX 

207 Plante feuillée 208 

Plantes articulées, sans feuilles .... SaUcornia. p. 291. 

208 1 à 5 étamines 212 

6 étamines 209 

209 Plusieurs ovaires 205 

1 seul ovaire 210 

210 Fleurs en épi serré placé sur le côté de la tige foliacée. . . 

Acorus, p. 333. 

Fleurs non en épi sur le côté de la tige 211 

211 Capsule polysperme : feuilles très étroites. Joncées, p. 362. 
Capsule 1. sperme 203 

212 1 à 3 étamines 22h 

h, 5 étamines 213 

213 Style 1 ou nul 215 

Style 2 ou plus 2U 

2U 2,3 styles 221 

h styles Sagiiia, p. 60. 

5 styles ErocUum marltimum, p. 80. 

215 Plusieurs ovaires ; plantes croissant dans l'eau 

Potamogeton, p. 325. 

1 seul ovaire ' 216 

216 Ovaire adhérent 217 

Ovaire non adhérent 218 

217 Feuilles opposées IsnarcUa, p. 133. 

Feuilles alternes ThesUim, p. 302. 

218 Feuilles avec petites stipules QQ 

Feuilles sans stipules 219 

219 1 stigmate Parletarla. p. 312. 

2-A stigmates 220 

220 Feuilles planes Chenopodlum, p. 293. 

Feuilles triquètres Salsola, p. 292. 

Feuilles demi-cylindriques Suœda, p. 293. 

221 Feuilles opposées, stipulées 66 

Feuilles alternes, sans stipules 222 

222 Feuilles ou pétioles munis à la base de gaines membra- 

neuses Polyqonum, p. 299. 

Feuilles sans gaines membraneuses . . . .' 223 

223 Base du calice adhérent Beta, p. 295. 

Calice tout-à-fait libre 219 

22i Feuil. engainantes ; cal. en forme d'écaillés ou de giumes. . 228 
Feuilles non eagaînantes ; fleurs non glumacées 225 

225 Feuilles opposées 226 

Feuilles alternes 227 

226 Feuilles stipulées 66 

Feuilles sans stipules Stellarla palUda, p. 65. 

IV 



L ANALYSE DICHOTOMIQUE. 

227 Feuilles stipulées, palmées Alchemllla, p. 121. 

Feuilles sans stipules, entières. . . . Polycnemum, p. 191. 

228 Périanthe de 1 ou 2 valves ou écailles 229 

Périanthe à 6 divisions Joncées, p. 362. 

229 Périanthe glumacé, composé d'une seule écaille ; tige sans 

nœuds, gaîne des feuilles entière . . Cypéracées, p. 367. 

Périanthe composé de 2 à A écailles ; tige noueuse, gaine des 

feuilles fendue en long Graminées, p. 389. 

230 Arbrisseau à feuilles persistantes Buxus,i:).30h. 

Arbres 231 

Herbes 233 

231 FI. renfermées dans un récept. charnu, en poire. Ficus, p. 312. 
Fleurs mâles en chatons 232 

232 Chatons mâles globuleux ; stigmates 3. . . Fagus, p. 313. 
Chatons mâles linéaires ; stigmates 3. . . Quercus, p. 3U. 
Chatons mâles linéaires ; stigmates 6-8. Castanea, p. 31A. 
Stigm. 2 rouges; fleurs fem. plusieurs dans un bourgeon 

écailleux Corijlus,^. 315. 

Stigm. 2 ; chatons femelles lâches .... Carpuius, p. 315. 
Styles 2 ; chatons fem. très serrés ; fruit ailé . Betula, p. 320. 
Styles 2; étamines h; fruit dur Alnus, p. 320. 

233 Herbes submergées ou flottantes 23h 

Herbes non submergées ni flottantes 235 

23h Feuilles dentées-épineuses Naias, p. 329. 

Feuilles et fleurs verticillées ; ovaires h. Myrlophyllum, p. 13/*. 
Feuilles et fleurs verticillées; ovaire 1. Ceratophyllum.Tp.3H. 
Feuilles opposées ; fruit se séparant en h carpelles sessiles. 

Callit riche, p. 3!0. 

Feuil. linéaires; carp. pédicellés. oYAlques. Zannichellia, p.328. 
Feuil. linéaires ; carp. pédicellés, oblongs. Althenia, p. 329. 
Spadice inséré sur la feuille graminée. . . Zostera, p. 330. 

235 Plante sans feuilles Cytinus, p. 303. 

Plantes feuillées 236 

236 Spadice entouré d'une spathe en cornet . . . Arum, p. 332. 

Non 237 

237 Herbes laiteuses; caps, à 3 loges l.spermes.£'ap/iorôfca,p. 305. 

Non 238 

238 Fruit épineux, 2. sperme ; étamines 5. . Xanthium, p. 216. 

Non 239 

239 Fleurs très serrées en chatons cylindriques, le supérieur 

mâle Typha, p. 331. 

Non ' 2A0 

2A0 Fleurs en chatons globuleux Sparganium, p. 332. 

Non 2i.l 

2A1 Fleurs réunies en tête, les fem. au sommet. Poterium, p. 122. 

Non 2A2 

2A2 FI. Glumacées,en épis.Glumel.valve.Etam.3. Carea;,p. 376. 

Non 2/.3 

2A3 Corolle 0; capsule s'ouvrant en travers ou indéhiscente. . . 



ANALYSE DICHOTOMIQUE. LI 

Amarantus, p. 290. 

Non 2hh 

2hh Fleurs mâles: calice et corolle à J^ divisions; étamines très 
saillantes LittoreUa,p. 288. 

Non 2hô 

2ii5 Cor. ; Mâles : cal. à h div. Femelles à 2 div. Urtlca, p. 311 . 

Non 2h6 

2/(6 Fleurs polygames : Femelles à 2 divisions recouvrant le 
fruit 1. sperme Atriplex, p. 296. 

Non 2h7 

2A7 Sép, et pét. 3 ; feuilles en fer de flèche. Saglttaria, p. 32/*. 

Calice à 5 divisions ; étamines soudées 2 à 2, la 5° libre . . 

Ecballlam, p. 137. 

2/»8 Arbres ou arbrisseaux 252 

Plantes flottantes ou submergées 2^9 

Plantes grimpantes 250 

Plantes non grimpantes 251 

2/»9 Feuilles orbiculaires Hi/drocharis, p. 322. 

Feuilles verticillées par 3 '. . Elodea, p. 322. 

Feuilles en glaive, raides, épineuses . . Stratlotes, p. 323. 

Feuilles linéaires, lisses ; fleurs fem. à long pédoncule en 
spirale Vallisnerla, p. 323. 

250 Herbe ; fleurs mâles en grappes, les femelles en chatons . . 

Humulus, p. 312. 

Herbe. Etamines 6 ; ovaire adhérent .... Tamus, p. 351 . 
Ligneux, épineux; feuilles persistantes . . Smllax, p. 351. 
Etamines 5, réunies 2 par 2, la 5« libre. . Bryonia, p. 136. 

251 Cor. 0. Mal. cal. à U div. Fem.. à 2 div. Urtica diolca, p. 312. 

Etamines ; fruit trigone, 1. sperme 

Rumex Acetosa, Acetosella, p. 299. 

Calice 3.part. ; corolle Mercuriales, p. 310. 

Etamines 10 ; feuilles opposées 

. . Lychiii.s diurria, vespertlna, p. 59 ; Silène Otites, p. 58. 
Fleurs glumacées ; étamines 3. . . . Carex diolca, p. 376. 

252 Arbres 253 

Arbrisseaux 25A 

253 Feuilles persistantes, larges Laurus, p. 302. 

Fleurs en chatons; étamines 2,3 Salix, p. 316. 

Fleurs en chatons ; étamines 8 Populus, p. 319. 

2oh Feuilles persistantes, en alêne Juniperus, p. 321. 

Fleurs en chatons; étamines 2,3 Salix, p. 316. 

Marécageux, aromatique Myrica, p. 320. 

Parasite sur les branches d'arbre Viscum, p. 166. 

Fleur à 6 div. insérée au milieu de la feuille. Ruscus, p. 351 . 

Sous-arbrisseau sans feuilles Ephedra, p. 321. 

Epineux ; feuilles argentées en dessous ; baie jaunâtre . . . 

Hippophae, p. 302. 

Feuilles non argentées en dessous ; baie noire 

Rhamnus catharticus, Alatenius, p. 8i. 

Feuilles à 7-15 folioles-ovales ' . . . Rhus, p. SA. 

FIN DE l'analyse DICHOTOMIQUE, 



LU SOINS A PRENDRE 

SOINS A PRENDRE 

POUR FORMER UN HERBIER 

SUIVIS DE 
QUELQUES CONSEILS AUX COMMENÇANTS. 



« Le moyen le plus sûr de devenir promptement botaniste est de 
former une collection de plantes sèches, ou herbier : on y trouve en 
toute saison des objets d'étude et de comparaison, et mille souvenirs 
agréables viennent s'y rattacher. 

Les plantes fleuries, et surtout celles qui offrent tout à la fois des 
fleurs et des fruits, doivent être récoltées en entier, avec leur racine, 
si leur taille n'est pas trop élevée: ces dernières peuvent être courbées 
ou séparées en plusieurs morceaux. Pour les végétaux ligneux, il suffit 
d'un rameau pourvu de feuilles, de fleurs et de fruits ; si ces organes 
ne se développent que successivement, il faut récolter sur le même in- 
dividu plusieurs exemplaires à des époaues différentes. On doit, en gé- 
néral, choisir les plantes les mieux développées, dont les feuilles n'ont 
pas été déchirées, ni rongées par les insectes ; on doit prendre aussi 
plusieurs échantillons de la même espèce. 

Pour conserver les plantes pendant l'herborisation, on se sert d'une 
boîte de fer blanc à peu près cylindrique et dont l'usage est bien connu : 
le diamètre à donner à cette boîte est à peu près indifférent ; mais sa 
longueur ne doit pas dépasser 5 décimètres, parce que cette mesure 
sert de guide pour le choix des échantillons que l'on destine à l'herbier. 
Les plantes doivent y être placées dans une position uniforme, de ma- 
nière que les racines des unes ne froissent pas les fleurs des autres; les 
racines doivent être préalablement dégagées de la terre qui peut leur 
être adhérente. Les plantes ainsi disposées dans la' boîte fermée, peu- 
vent s'y conserver fraîches pendant quelques jours ; il n'y faut jamais 
mettre deau. 

A mesure que les plantes sont retirées de la boîte, on doit les étudier 
et joindre à chacune d'elles une étiquette indiquant son nom, et le lieu 
et la date du jour où elle a été recueillie : ces dernières indications 
suffiront pour celles dont on ne parviendrait pas à trouver le nom, et 
qu'il ne faudrait pas rejeter pour cela. 

Ayez alors plusieurs mains de papier sans colle, ou papier gris ordi- 
naire, format in-folio (AO à h5 centimèt. de hauteur), que vous distri- 



POUR FORMER UN HERBIER. LUI 

buez par cahiers de trois feuilles : au centre et sur l'une des faces de 
ces trois feuilles ouvertes, on place une plante, ou même plusieurs, si 
elles sont petites et si elles peuvent y tenir sans se toucher ; on les 
étale avec soin, de manière qu'aucune partie ne recouvre les autres ou ne 
fasse de plis, et en ayant soin de conserver le port naturel de la plante, 
par exemple, de ne pas redresser ce qui est naturellement penché, et 
de ne pas donner une courbure à ce qui est droit. Lorsque les feuilles 
résistent et reviennent sur elles-mêmes, on peut les tenir en place à 
l'aide de quelques petits objets pesants, tels que des pièces de monnaie, 
que l'on retire ensuite avec dextérité, en refermant la feuille de papier. 

Les plantes étant ainsi disposées, chacune au centre de trois feuilles 
de papier, on superpose tous ces cahiers pour les soumettre à la presse. 
Deux petites planches bien unies, entre lesquelles on les place et sur 
lesquelles on pose un objet quelconque du poids de 15 à 20 kilogram., 
forment tout l'appareil nécessaire pour opérer cette pression. Cette 
opération doit être faite dans un lieu sec, chaud et aéré ; un grenier, en 
été, remplit toutes ces conditions. 

Après douze heures de pression, on retire le poids et l'c-n trouve les 
papiers imprégnés de l'humidité qu'ils ont enlevée aux plantes; le meil- 
leur procédé à suivre alors est d'enlever les deux feuilles extérieures 
sans toucher à la troisième qui contient la plante, et de les remplacer 
par deux nouvelles feuilles de papier : si ce papier a été séché à la cha- 
leur du soleil ou du feu, la dessication s'opérera rapidement en renou- 
velant cette opération une ou deux fois par jour. On peut aussi se con- 
tenter d'étaler chacun des cahiers sur le plancher ou sur des meubles 
sans les ouvrir et sans toucher aux plantes qu'ils renferment ; après 
quelques heures l'humidité est dissipée, et on les soumet de nouveau à 
la presse. On renouvelle ainsi ces alternatives de pression et d'évapo- 
ration jusqu'à ce que les plantes soient entièrement sèches. Mais il en 
est dont les feuilles se crispent très facilement pai' l'évaporation, ce 
qui doit rendre circonspect dans l'emploi de ce procédé. 

Il est des espèces très aqueuses qui ne se dessèchent pas aussi faci- 
lement, et qui continuent de végéter dans le papier, ou qui finissent par 
y pourrir : on détruit le principe végétatif dans ces plantes, en les im- 
mergeant dans l'eau bouillante. I/eau étant enL_pleine ébuUition dans 
un vase plus profond que large, on y plonge la' planté jusqu'à la fleur 
exclusivement, pendant quelques instants. On la laisse ensuite un peu 
sécher à l'air, ou on l'essuie légèrement ; puis on la dispose dans le 
papier, pour la traiter par les moyens ordinaires. Ce procédé est indis- 
pensable pour la préparation des plantes grasses ou à feuilles charnues, 
et de celles dont les racines sont bulbeuses. » Les plantes grasses se 1 
préparent encore fort bien après les avoir fait tremper pendant plu- j 
sieurs heures dans du vinaigre. 

« Lorsque la tige n'est pas très charnue et 1res volumineuse, on em- 
ploie aussi avec avantage un fer à repasser chauffé convenablement 
que l'on applique immédiatement sur la plante. Nos Sedum conservent 
parfaitement leurs formes quand ils sont préparés par ce moyen. » On 
se servira aussi avec le plus grand succès de l'instrument inventé il va 
environ hO ans par M. Moride, pharmacien à Nantes. 

Ce Préparateur botanique se compose de deux cadres en tringles 
de fer larges de 15-18 millim. En supposant que le format du papier 
d'herbier ait kh cent, sur 28, chaque cadre do'it avoir hl cent, sur 31 ; 



LIV SOINS A PRENDRE 

il est renforcé par h fils de fer de 5 millim. d'épaisseur, qui, se croi- 
sant en angle droit, divisent le cadre en neuf rectangles égaux, soudés 
à tous les angles. Sur chaque cadre est tendue fortement et cousue 
une toile métallique galvanisée, de manière à obtenir, du côté intérieur, 
une surface entièrement plane. Ces deux surfaces sont posées l'une 
sur l'autre et serrées au moyen de A vis et écrous placés deux par 
deux vis-à-vis l'un de l'autre sur le long côté de chaque cadre à 9 cent, 
de l'angle. 

Après avoir étendu avec soin sur du papier brouillard les plantes que 
l'on veut dessécher, on les soumet pendant 6 à 8 heures à une pression 
convenable ; ce temps écoulé, il faut les changer de papier, rectifier 
les mauvais plis, ne mettre que deux feuilles de papier entre chaque 
couche d'individus, les presser de nouveau pendant deux heures. On 
réunit ces feuilles entre les grilles métalliques dont on serre avec soin 
les écrous, et en exposant l'appareil à une chaleur modérée, soit à 
celle du soleil, soit à celle d'une étuve, d'un four ou d'une cheminée, 
on obtient très promptement la dessiccation des plantes qui conservent 
leur éclat et leurs couleurs. 

Pour simplifier cet appareil, on peut se dispenser des vis et écrous, 
des fils de fer croisés, et emjDloyer de simples cadres en fil de fer (de 
5 mill. de diamètre), sur lesquels est tendue la toile métallique, et l'on 
serre le tout au moyen de courroies, de sangles ou de cordes. Ce pro- 
cédé est commode en voyage et peu coûteux. On peut encore employer 
de la même manière deux châssis en Ijois léger divisés en carrés, sans 
toile métallique. 

« Lorsque toutes les plantes sont parfaitement sèches, on les retire 
du papier gris qui peut servir indéfiniment au même usage, et l'on 
s'occupe de les disposer dans l'herbier ; mais, avant de prendre ce 
soin, on doit les préserver de l'action destructive des insectes,, en les 
lavant, à l'aide d'un pinceau de cheveux, avec une solution alcoolique 
de deutochlorure de mercure (30 grammes pour un litre d'alcool) ou 
en les y plongeant. 

« On se munit alors de feuilles simples de papier blanc, de même 
format que le papier gris employé pour la dessiccation ; on fixe chaque 
espèce sur une de ces feuilles, non pas en la collant, comme cela se 
faisait autrefois, mais à l'aide de petites bandelettes de papier dont les 
extrémités sont retenues par une petite épingle que l'on fait passer sous 
la plante. L'étiquette portant le nom de la plante, l'indication du lieu 
où on l'a recueillie et la date de cette récolte s'attache, avec une épin- 
gle, au bas de la feuille de papier. « 

Beaucoup de botanistes, trouvant que ces plantes fixées sur le papier 
ne peuvent être maniées ni examinées à la loupe facilement, placent 
les échantillons sur une feuille de papier blanc, ainsi qu'il vient d'être 
recommandé, en les accompagnant d'autant d'étiquettes qu'ils provien- 
nent de localités différentes. 

Ces feuilles simples sont ensuite disposées, par espèces, dans une 
feuille double de papier gris ou gris-bleu, puis on les classe d'après 
l'ordre des familles, et on les enferme dans un carton en forme de 
portefeuille, fermé avec des liens, ou mieux dans une boite dont le 
devant et le dessus s'ouvrent au moyen de charnières. Dans les deux 
cas, les plantes sèches demandent toujours à être légèrement pressées. 



POUR FORMER UN HERBIER. 



LV 



« Les procédés que j'indique paraîtront peut-être minutieux et sem- 
bleront devoir exiger beaucoup de temps ; mais vous ne consacrerez 
à cette occupation que vos instants de loisir, ceux que d'autres consu- 
ment en plaisirs frivoles ou dangereux, et bientôt vous reconnaîtrez 
que la préparation d'un herbier est bien moins un travail qu'une agréa- 
ble récréation. En suivant exactement les avis que je vous donne, vous 
aurez en peu de temps une collection intéressante et d'une durée indé- 
finie. Les couleurs, il est vrai, s'altèrent dans quelques plantes, mais 
elles n'oiïrent aux botanistes qu'un intérêt secondaire: un herbier est 
un objet d'étude, dont le but n'est pas de fîatter l'œil des ignorants. 
Habituez-vous à préparer les plantes avec élégance ; mais ne compli- 
quez pas votre travail par des enjolivures inutiles. Ce que je recom- 
mande au-dessus de tout, c'est de noter scrupuleusement les localités 
des plantes, » c'est-à-dire le lieu précis où a été recueilli l'individu 
accompagnant son étiquette ; celle-ci peut être ainsi conçue : 



HERBIER DELALANDE 
Carex filiformis L. 

Marais de Saint-Gildas. 
(Loire-Inf.) 
10 juin 18A2. 



et signifie pour tout le monde que la plante qui y est jointe ou attachée 
a été cueillie le 10 juin 18A2, par M. Delalande, dans les marais de 
Saint-Gildas (Loire-Inf.). 

J'insiste sur ces détails, qui ne sont pas puérils, parce que je n'ai 
eu que trop souvent, dans le cours de mon travail, à déplorer l'absence 
de pareils renseignements dans des collections souvent volumineuses 
rendues ainsi sans aucune valeur. « N'imitez jamais le procédé de quel- 
ques personnes qui, cueillant des plantes dans un jardin, ou les rece- 
vant des contrées voisines, les placent dans leur herbier, en leur assi- 
gnant une localité de leur pays, sous prétexte que ces plantes y crois- 
sent ou y sont indiquées. On ne peut trop blâmer cette manière d'agir, 
qui donne souvent à l'erreur les apparences de la vérité, et qui, dans 
tous les cas, est un mensonge indigne d'un homme d'honneur. Les plantes 
des jardins n'ont pas le même intérêt que cel'cs qui se rencontrent 
dans la nature; mais si vous en préparez quelques-unes, ayez le soin 
d'indiquer leur origine cultivée. Si vous recevez les plantes d'un pays 
voisin, placez-les dans l'herbier avec l'étiq-ietle de la personne qui 
vous les envoie, notez sur la vôtre la localité qui vous est indiquée, en 
joignant à cette indication le nom de la personne qui vous l'a trans- 
mise ; en un mot, soyez vrai, scrupuleux, consciencieux jusque dans 
les moindres détails, et vous posséderez bientôt une collection qui, 
quelque peu nombreuse qu'elle puisse être, sera riche en documents 
précieux, que les savants eux-mêmes ne dédaigneront pas de consulter. 
Les faits que recueille le naturaliste lui coûtent souvent tant de peines, 
de fatigue et de soins, qu'il doit connaître le prix de la vérité, et 



LVI SOINS A PRENDRE. 

laisser le mensonge et le charlatanisme à ceux qui ne possèdent que 
ce triste moyen de masquer leur ignorance impuissante. » 

Les pages précédentes sont presque entièrement extraites de la Flore 
du Centre de M. Boreau, ouvrage consciencieux dont je fais un usage 
continuel et dans lequel on trouvera la description des espèces nom- 
breuses détachées des anciens types soit par l'auteur, soit par 
M. Jordan ou d'autres. M. Boreau était un homme bon, fin, instruit, 
écrivain habile, bon observateur, et il peut être cité comme un modèle 
de probité scientifique. Il a immensément ajouté à l'œuvre des Aoristes 
angevins Bastard, Desvaux, Guépin. 

Les personnes qui désireraient des conseils plus étendus sur ce sujet, 
ainsi que sur tout ce qui concerne l'étude de notre science, les trouve- 
ront dans le Guide du Bota}iiste,pfiv M. E. Germain, l'un des auteurs 
de la Flore des environs de Paris. Cet ouvrage contient toutes les ins- 
tructions nécessaires à celui qui veut se livrer à l'étude des plantes, 
et le 2^' volume forme un dictionnaire complet de tous les termes de 
Botanique. Le commençant pourra aussi consulter avec avantage l'Atlas 
que le même auteur a joint à la Flore des environs de Paris. Il se 
compose de belles figures d'un grand nombre de plantes litigieuses, 
ainsi que du détail des organes des plantes dans toutes les familles 
difficiles. 

Je terminerai en recommandant à celui qui veut devenir botaniste, 
d'étudier les plantes du pays qu'il habite. Nulle part les matériaux ne 
sont plus abondants, plus à sa portée, et, d'ailleurs, il est du devoir du na- 
turaliste de bien connaître son pays. Il doit se rappeler qu'il vaut mieux 
étudier à fond l'organisation, les mœurs de 1,000 à 1,2010 plantes, que de 
posséder une collection de plusieurs milliers d'espèces dont on ne sait 
que les noms. Suivre une autre marche serait vouloir se réduire au 
rôle de machine à collecter ou de dictionnaire de noms. Il suit de là 
que, lorsque l'élève a recueilli une plante, il doit se garder d'en de- 
mander de suite le nom ; il le cherchera lui-même par l'étude, et ne 
s'adressera aux botanistes expérimentés que lorsqu'il n'aura pu réussir 
dans ses recherches, ou lorsqu'il voudra faire confirmer sa détermination. 

L'herborisation fréquente est toujours utile. Le contact de la nature, 
sans parler des jouissances qu'il procure, détruit les préjugés qu'en- 
gendre une étude trop sédentaire. Je me suis bien trouvé de porter une 
Flore avec moi à la campagne, et j'engage le commençant à prendre 
cette habitude. C'est dans ce but qu'une forme portative a été donnée 
à la Flore de l'Ouest de la France. 



PLANTES CULTIVEES. LVII 

PLANTES 

LE PLUS COMMUNÉMENT CULTIVÉES DANS l'OUEST DE LA FRANCE, 
AU NORD DE LA GlRONDE. 



La plupart des espèces suivantes, introduites par la culture, sont 
étrangères à la Flore, et leur description se trouvera dans le Bon Jar- 
dinier, ouvrage spécialement consacré aux plantes cidlivécs, ou bien 
dans la Flore élémentaire des Jardins et des Champs, par E. Le 
Maout et J. Decaisne. Toutes les espèces de ma liste sont des plantes 
d'ornement, lorsque le contraire n'est pas exprimé par les abréviations : 
Pot. (potager); Méd. (plante médicinale) ; Champs fcultivé en grand 
dans les champs) ; Jard. (jardins). 

Renonculacées. Clematis Fiammula L.; G. Viticella L. — Anémone 
coronaria L. Anémone des fleuristes; A. Hepatica L. Hépatique. — 
Adonis autumnalis L. — Ranunculus aconitifolius L. Bouton d'argent; 
R. acris L., et R. repens L. Bouton d'or; R. asiaticus L. Renoncule 
des fleuristes. — Helleborus niger L. Rose de Noël; Eranthis hyemalis 
Salis, — Nigella damascena L. Nigelle de Damas. — Aquilegia vul- 
garis L. Ancolie. — Delphinium Ajacis L. et D. orientale Gay, Pied. 
d'Alouette. — Aconitum pyramidale Mil. AconiA. — Pœonia officinalis. 

Magnoliacées. Magnolia grandiflora L., et autres espèces. — Lirio- 
dendron tulipifera L. Tulipier. 

Berbéridées. Plusieurs Mahonia. 

Papavéracées. Papaver Rhœas L. Coquelicot ; P. somniferum L., 
P. officinale Gmel., Méd. fournit l'opium et Vhuile d'oeillette; P. Hor- 
tense Hus. Pavot, et qqf. sables maritimes, et Ile de Ré. 

FuMARiACÉES. Corydalis lutea DC. 

Crucifères. — Brassica oleracea L. le Chou, dont les principales races 
sont : lo Chou pommé ou Cabas : 2'^ Chou de Milan ou frisé, com- 
prenant le Chou de Bruxelles ; Z> Chou vert, chou cavalier, chou 
vache, non pommé ; A» Chou race, à souche charnue ; 5° Chou fleur 
et Brocoli, Pot. et Champs; B. Râpa L. Navet Turnep, Champs ; B. 
campestris L. CoUa, champs calcaires de la Vendée, cle la Char.-Inf. 
et sur la côte nord de la Bretagne ; B. Napus L. Navet, Pot. et Champs. 

— Raphanus sativus L., qui varie à rac. allongée (rave), ronde (radis), 
et grosse, noire (radis noir), Pot. — Hesperis matronalis L. Julienne. 

— Matthiola incana R.Br. Giroflée; M. annua R. Br. Quarantain ; 
M. grœca DC. Kiris. — Cheiranthus Cheiri L. Giroflée, Violier. — 
Barbarea vulgaris L. ; B. prcpcox R. Br. Roquette, Pot. — Cochlearia 
officinalis L. Méd. — Lepidium sativum L, Cresson alenois, Pot. qqf. 
échappé des cultures ainsi que le suivant. — Lunaria biennis Mœnch. 

— AÎyssum saxatile L. Corbeille d'or. — Aubrietia deltoidea DC, — 
Plusieurs Iberis, Talaspi. 

Violariées. Plusieurs Violettes et Pensées. 
RÉsÉDAcÉES. Reseda odorat a L. Réséda. 



LVIII PLANTES CULTIVEES. 

Cahyopiiyli.kes. Dianthus barbatusL. Jalousie; D. sinensis L, Œillet 
de Chine ; D. Plumariiis L. Mignardise. — Silène Armeria L. ; S. pen- 
dula L. — Lvchnis Viscaria L. ; L. Ghalcedonica L. Croix de Jéru- 
salem ; L. Flos cucLili L. ; L. diiirna Sibth ; L. Coronaria L. Coque- 
lourde. — SpergLila maxinaa Weihe, Spargoute, rar. cuit, comme 
fourrage; S. pilifera DC. — Gerastium tomentosum Lam. 

Malvagées. Malva crispa L. Mauve prisée. — Altbœa rosea Cav. 
Passerose. — Lavatera trimestris L. — Hibiscus syriacus L. Althœa 
en arbre. — Malope triflda Cav. 

Hypéricinkes. Hypericum calycinum L. 

AcÉRiNÉES. Acer Pseudo-platanus L. Sycomore ; A. plalanoides L 
Erable plane ; A. striatum L. Er. jaspé et plusieurs autres. 

HiPPocASTANÉES. yEsculus Hippocastanum. L. Maronnler d'Inde. 

Ampélidées. Vitis vinifera L. Vigne, Jardins, champs ; haies et bois. 
Les vignes s'étendent depuis la Gironde jusqu'aux coteaux de la Loire ; 
il en existe encore quelques-unes à Fouillé. Riaillé, Joué, Nort, Saffré, 
Blain (Loire-Inf.) et à Redon. De Nantes à la mer, les vignes ne donnent 
plus qu'un vin détestable ; elles continuent cependant le long des co- 
teaux de la Loire et de la côte jusqu'à l'Ile-aux-Moines (Morbihan). Au- 
delà de Lorient, le raisin ne mûrit pas tous les ans, même en espalier. 
— Ampélopsis quinquefolia Kern. Vigne vierge. 

GÉRANiACÉES. Gcranium pratense L. — PelargoniumWilld. Géranium 
des fleuristes, beaucoup d'espèces et de variétés. 

OxALiDÉES. Oxalis crenata Jacq. Pot. 

Balsamtnées. Impatiens Balsamina L. Balsamine. — Tropœolum 
majus L. Capucine. 

Rutacées. Ruta graveolens L. Rue, Méd. — Dictamnus Fraxinella 
Pers. F raxlnelle . 

CÉLASTRiNÉES. Stapliylea pinnata L. Nés coupé. 

Térébintiiacées. Rhus Gotynus L.Fustet; R. Goriaria L.; R. gla- 
brum L.; R. typhinum L. Sumac— Ailanthus glandulosa Desf, Vernis 
du Jupon. — Ptelea trifoliata. 

LÉGUMINEUSES. Gytisus sessilifolius L. Trlfollum; G. Laburnum L. 
Faux-ébénier ; G. capitatus Jacq. — Trigonella Fœnum grœcum L. 
Fenugrec, Sènegrain, fourrage peu cuit. — Galega oflicinalis L. qqf. 
échappé des jardins. — Robinia Pseudo-acacia L. Acacia ; R. viscosa 
Vent.; R. hispida L. ; R. umbraculifera DG. Acacia Parasol, etc. — 
Golutea arborescens L. Baquenaudler. — Goronilla Emerus L. — 
Hedysarum coronarium L. Sainfoin d'Espagne. — Cicer arietinum L. 
Pois chiche, très rar. cultivé comme légume. — Ervum Lens L. Len- 
tille, légume peu cuit. — Lathyrus odoratus L. Pois fleur. — Phaseolus 
vulgaris L. Haricot, Pois de Rome, et plusieurs autres espèces cuit, 
comme légumes; P. multiflorus Willd. Haricot d'Espagne, légume et 
d'orn. — "LupinusalbusL., rar. cu!t. en grand, pour enfouir comme en- 
grais; L. angustifolius L. Pois-Café, Café fra/ipais, Jardins. — Wis- 
teria sinensis DG. Glycine.— Gercis Siliquastruni L. Arbre de JudAe. 

Rosacées Amygdalus communis L. Amandier, àùw^ qq. vignes et jar- 
dins de la Ghar.'-inf. et sur les coteaux des env. de S. -Loup, Airvault 
(Deux-Sèv.) ; A. Persica L. Pec/ier, vignes au midi delà Loire, jardins ; 



PLANTES CULTIVEES. LIX 



A. lœvis DC. Brugnon, Espaliers. — Primus Armeniaca L. Abricotier, 
Jard. fruitier; P. Padus L. Merisier à 'jrappcs : P. Laurocerasus L. 
Grand Laurier, Orn. et pour la cuisine ; plusieurs Pruniers et Ceri- 
siers de Jard. fruitier. — Spirœa hypericifolin L, ; S. salicifoliu L. ; et 
plusieurs autres. — Kerria japonica DC. Corchorus. — Plusieurs Frai- 
siers. — Un grand nombre d'espèces et de variétés de Rosiers. — 
Plusieurs Cratœgus. — Cydonia vulgaris L. Coignassier, Jard. fruitier 
et souv. dans les haies de la Char.-Inf. — Un grand nombre d'espèces ou 
de variétés de Poiriers et de Pommiers de jard. fruitier. — Plusieurs 
Sorbus. 

Granatées. Punica Granatum L. Grenadier. 

PniLADELPHÉEs. Philadclphus coronarius L. Seringa. 

Tamariscinées. Myricaria germanica Desv. 

CucuRBiTACÉES. Cucurbita maxima Duch. Citrouille, Potiron, Pot ; 
C. Pepo L. Giraunion, Pot. ; C. Melopepo L. Bonnet d'Electeur , Pot., 
ainsi que plusieurs autres ; C. lagenaria L. Gourde. — Cucumis sativus 
L. Concombre, Cornichon, Pot.; C. Melo L. Melon, Pot., et en plein 
champ au bord et au midi de la Loire. 

Cactées. Opuntia vulgaris Mil., sur les vieux murs. 

Grossulariées. Ribes nigrum L. Cassis, Jard. fruitier ; plusieurs 
Ribes d'ornement. 

Saxifbagées. Saxifraga hirsuta L. — Hydrangea Hortensia DC. 
Hortensia. 

Ombellifères. Bupleurum fruticosum L. — Levisticum officinale 
Koch, Ache, Méd. Jardins des campagnes. — Archangelica officinalis 
Hoffm. Angélique, cuit, surtout à Chàteaubriant et à Niort pour les 
confiseurs; Myrrhis odorata Scop., Cerfeuil anisé. — Coriandrum sati- 
vum L. Coriandre, Jardins, et qqf. sous-spontané, 

Caprifoliacées, Sambucus racemosa L. — Viburnum Opulus L. 
Boule de neige ; V.Laurus tinus L. Laurier Tin, \h degrés de froid 
le font périr ou souffrir à Nantes. — Lonicera Caprifolium L. Chèvre- 
feuille ; L. tatarica L., et plusieurs autres d'ornement. — Symphori- 
carpos racemosa Mich. 

DiPSACÉES. Dipsacus fuUonum Willd. Chardon à foulon, rar. cuit, 
en grand. — Scabiosa atropurpurea L. 

Composées. Aster sinensis L. Reine Marguerite ; et beaucoup d'es- 
pèces d'ornement dont qq.-unes se naturalisent çà et là. — Solidago 
canadensis L. ; S. glabra Desf. et d'autres d'ornement. — Helianthus 
annuus L. Soleil; H. tu!)erosus L. Topinambour , Pot. et Champs. — 
Calliopsis tinctoria DC. Coreopsis. -r- Tagœtes erecta L. Rose d'Inde ; 
T. patula L. Œillet d'Inde. — Zinnia multitîora L. ; Z. elegans Jacq. 

— Dahlia variabilisDesf. — Chrysanthemum indicumL. Chri/santhème ; 
C. coronarium L. — Pyrethrum Tanacetum DC, Baume.'Voi. — Ar- 
temisia Abrotanum L. Citronnelle ; A. Dracunculus L. Estragon, 
Pot. — Helichrysum orientale 'DC-, Immortelle ;^. bracteatum Willd. 

— Gnaphalium margaritaceum L. Immortelle blanche. — Cineraria 
maritimaL. qqf. échappé des cultures dans la rég. marit. — Calendula 
officinalis L. Souci. — Xeranthemum annuum L. Immortelle. — Cen- 



LX PLANTES CULTIVEES. 

taurea montana L. — Cynara Scolymus L. Artichaut et C. Cardun- 
culus L. Chardo miette, Pot. — Cichorium Indivia L. Chicorée et Es- 
caroJe, Pot. — Scorzonera hispanica L. Scorsonère, Pot. — Lactuca 
sativa L, Romaine, Chicon , Pot. ; L. capitata DC. Laitue fionimée , 
Pot. ; L. crispa DC. Laitue frisée, Pot. — Hieracium aurantiacum L. 

Campanulacées. Campaaula médium L. ; C. persicifolia L. 

Oléacées. Fraxinus Ornus L. Frêne à fleurs. — Olea européea L. 
Olivier, fructiiie à l'île d'Oleron (Char.-Inf.). — Syringa vulgaris L 
Lilas ; S.persica L. Lllas de Perse. 

Jasminées. Jasminum officinale L. Jasmin et plusieurs autres d'or- 
nement ; J. frutlcans L. cuit, partout, se reproduit sur qq. coteaux, 
sort à travers les murs comnie les Lyclum. 

Apocynées. Nerium Oleander L. Laurier Rose. 

PoLÉMONiAcÉES. Poiemonium cœruleum L. 

Convolvulacées. Convolvulus purpureus L. Liseron, Volubilis ; C. 
tricolor L. Belle de jour. 

Boraginées. Heliotropium peruvianum L. Héliotrope ; H. grandiflo 
rum Desf. — Omphalodes verna Mœnch. 

SoLANÉES.Capsicum annuum L. Piment, Put. ; Solanum tuberosumL. 
Pomme de terre, Pot. Champs ; S. Pseudo-Capsicum L. Pommier- 
d'amour ; S. Melongena L. Aubergine, Pot. ; S. Lycopcrsicum L. 
Tomate, Pot. ; S. ovigerum Dun. Pondeuse. — Nicandra Physalodes 
Gœrtn., s'échappe qqf. des cultures. — Nicotiana Tabacum L. Tabac, 
cuit, dans les Côtes-du-Nord. 

Personkes. Linaria bipartita Willd. 

Labiées. Lavandula vera DC. Lacande. — Ocymum Basilicum L., 
Basilic ; O. minimum L. et autres. — Salvia ofticinalisL. Sauge, Pot., 
Méd. — Thymus vulgaris L. Thym, Pot. — Satureia montana L. Sar- 
riette-d'hloèr, Pot. — Rosmaririus officinalis L. Romarin. 

Primulacées. Primula Auricula L. Aurlcule, Oreille d.'Ours ; P. 
variabilis Goup. Primevère. 

Amarantacées. Amarantus caudatus L. Queue de Renard. — Ce- 
losia cristata L. Crête de Coq. — Gomphrena globosa L. Immortelle 
violette. 

Salsol.\cées. Atriplex hortensis L. Eplnards d'été. Pot. — Spinacia 
inermis et spinosa Mœnch, Eplnards. Pot. — Blitum virgatum L. 
et capitatum L. — Beta vulgaris L. Bette Carde, Pot., Bette, Pot, et 
Champs. 

PoLYGONÉEs. Rumex Patientia L. Patience, Jard. des campagnes. — 
Polygonum Fagopyrum L. Blé noir, champs en Bretagne; P.tatarl- 
cum L. très rar. cuit, en grand ; P. orientale L. 

Nyctaginées. Myrabilis Jalappa L. Belle de nuit. 

Thymélées. Daphne Mezereum L. Bols gentil. 

Laurinées. Laurus nobilis L. Laurier sauce, Jard. ; \h degrés de 
froid le font périr ou souffrir à Nantes. 

Aristolochiées. Aristolochia vSipho L. 



PLANTES CULTIVEES. LXI 



EuPHORBiACÉES. Ricinus communis L. Ricin. 

Urticées. Cannabis sativa L. Chanvre, Champs. — Ficus Carica L. 
Figuier, gèle au nord de Nantes dans les hivers rigoureux. — Morus 
alba L. Jard. ; M. nigra L. Mûrier, Jard. fruitier ; Mûrier multicaule, 
cuit. qqf. pour la nourriture des vers à soie. — Celtis australis L. Mico- 
coulier. — Plusieurs Ulmus, Ormeau, d'ornement. 

JuGLANDÉKS. Jugians rcgia L. Noyer, cuit, en grand dans les cal- 
caires. 

Amentacées. Salix babylonica L. Saule pleureur. -~ Platanus occi- 
dentalis !.. Platane. — Plusieurs Quercus d'Amérique ; Q. Suber. 
Uége, dont il existe çà et là de grands individus. 

Conifères. Taxus baccata L. If. — Thuya occidentalis L. ; T. orien- 
talis L. — Cupressus sempervirens L, Cyprès. — Pinus silvestris L. 
Pin siloestre ; P. maritima Lam. cuit, en grand ; P, Abies L. Epicéa; 
P. Picea L. Sapin argenté ; P. Larix L. Mélèze ; P. Pinea L. Pin 
pignon : P. Strobus L.' Pin du Lord ; P. Cedrus L. Cèdre du Liban. 

AsPARAGiNÉEs. Asparagus officinal is L. Asperge, Pot. 

LiLiACÉES. Tulipa gesneriana L. Tulipe des fleuristes, la plus belle 
fleur de collection, pas cultivée autant ni aussi bien qu'elle le mérite. 
— Fritillaria imperialis L. Couronne impériale. — Lilium Martagon 
L. Martagon : L. candidum L. le Lis : L. croceum Chaix. Lis Jaune ; 
L. bulbiferum L. Lis bulbe uœ ; L. Pomponium L. Lis Ponipon. — 
ivluscari ambrosiaceum Mœnch ; M. comosum monstruosum, Lilas ter- 
restre. — Hyacinthus orientalis. L. Jacinthe des fleuristes ; H. albu- 
lus Jord. — Allium Porrum L. Porreau, Pot. ; A. Cepa L. Oignon, 
Pot. ; A. sativum L. Ail, Pot. ; A. Scorodoprasum L. Rocambole, Pot. ; 
A. fistulosum L. Ciboule ; A. ascalonicum L. Echalotte, Pot. ; A. schœ- 
noprasum L. Petites cives, appétits, Pot. — Hemerocailis tîava L. ; 
H. fulva L. ; H.japonica L. 

Amaryllidées. Narcissus major Curt ; N. incomparabilis Mil., tous 
deux ord. à fl. pleines ; N. Tazetta L. ; X. Jonquiila L. Jonquille. — 
Amaryllis lutea L. et sous-spontané à Noirmoutier ; et autres d'orne- 
ment. 

Iridées. Gladiolus communis L. — Crocus sativus L. Safran, non 
cuit, eu grand ; C. aureus Sm. — Tigridia Pavonia Red. Ferraria. 

Aroidées. Arum Dracunculus L. 

CoMMÉLiiNÉEs. Tradcscantia virginica L. Ephémère de Virginie. 

Graminées. Zea Mays L. Maïs, blé de Turquie, cuit, en grand dans 
laChar.-Inf. età Belle-Ile. — Sorghum vulgare Pers., cuit, dans la vallée 
de la Loire et pius bas pour faire des balais. — Panicum miliaceum L., 
Mil. Champs ; P. italicum L. Millet des oiseaux, Champs. — Phalaris 
arundinacea L. var. picta. — Arundo Donax L. Roseau à quenouille, 
Jardins ; ne fleurit pas. — Triticum vulgare Vil. Froment ; varie à fl. 
mutiques (T. hybernum L.) ou aristées (T. œstivum L.), Champs ; 
T. lurgidum L. Gros blé. Champs, peu cuit. Belle-Ile et littoral de la 
Char.-Inf. ; v. compositum, Blé de Miracle, t. rar. cuit. — Secale cé- 
réale L. Seigle, Champs. — Hordeum vulgare L. Orge, Champs de la 
région maritime ; H. Zeocriton L. région maritime, très peu cuit.; H. dis- 
tichum L. Baillarge, Paumelle, Champs, très cuit. 



LXII VOCABULAIRE. 



VOCABULAIRE 



DRS MOTS TECHNIQUE?^ EMPLOYES DANS L OUVRAGE. 



AcGRESCENT ; qui s'accroît au-delà du terme habituel. 

AcHÈNE ; fruit sec, indéhiscent, à une seule graine libre. 

AcuMiNÉ ; dont le sommet se termine brusquement en pointe effilée. 

Agrégé ; rapproché en une seule masse. 

Adné ; soudé dans toute sa longueur à un autre. 

Albumen, périsperme; corps accompagnant l'embryon et servant à sa 

nourriture. 
Alternes (organes) ; non placés vis-à-vis les uns des autres ; 
Aile ; prolonge membraneux ou foliacé faisant saillie sur une surface. 
AKiRETTE; faisceau ou couronne desoies, de poils, d'écaillés terminant 

certains fruits. 
Aisselle ; exemple : angle formé par l'insertion d'une feuille. 
Anastomosées (nervures) ; se réunissant entre elles par leur sommet. 
Androgyn ; fleurs mâles et femelles groupées sur le même pédoncule. 
Anthère; \o\v Etamine . 
Antiièse ; temps de fleuraison. 
Apétale ; sans pétale. 

Aranéeux ; imitant les fils entrecroisés d'une toile d'araignée. 
Arête ; prolongement filiforme droit etraide. 
Aristé ; muni d'une arête. 
Arille ; expansion de forme variée du funicule enveloppant plus ou 

moins la graine. 
Ascendant ; étalé à la base, puis redressé. 
Article ; espace "compris entre deux**articulations. 
AuRicuLÉ ; muni d'oreillettes. 
Axe ; ligne passant par le centre d'un corps ; ex. pédoncule commun 

d'un épi. 
Axillaire ; placé dans l'aisselle. 

Baie ; Fruit mou, charnu, à plusieurs graines. 

Basilaire ; à la base. 

Bi ; deux, deux fois ; ex. bidenté, à 2 dents ; bilobé, à 2 lobes, bivalve, 

à 2 valves ; bipennée, 2 fois pennée. 
Bractées ; petites feuil. avoisinant les fl. et différant des autres feuil. 
Bractéoles ; petites bractées à la base des pédicelles. 
Bulre; bourgeon écailleux, charnu, ord. souterrain; Bulbeux, en bulbe; 
Bidbllle, petit bulbe. 

Caduc ; tombant de bonne heure. 

Calice ; enveloppe la plus extérieure de la fleur, et dont les divisions 

ord. vertes sont appelées sépales. 
Calicule ; ensemble de folioles situées sous le calice et simulant un 
calice extérieur. 



VOCABULAIRE. LXIIÎ 



Campanule ; en cloche. 

Capillaire ; comme un cheveu, c.-à-dlre plus lin que fillforrue. 
Capitule ; tête de fleurs serrées ; ex. Composées. 
Capsule; fruit sec contenant plusieurs graines. 
Carpelle ; division d'un fruit multiple. 
Chaume ; tio-e des Graminées, des Cypéracées. 

Chaton ; épi de fleurs unisexuelles, serrées, dont le périanlhe est rem- 
placé par une écaille, ex. Amentacées. 
Composée (feuille) ; divisée en plusieurs folioles. 
CoNNECTiF ; partie réunissant les deux loges de l'anthère. 
CONNÉ ; ex. deux feuilles opposées soudées entre elles par leur base. 
Corolle ; enveloppe de la fleur située entre le calice et les étamines 
et dont les divisions ordinairement colorées sont appelées 
pétales. 
CoNNiVENT ; rapproché sans être soudé. 
CoRYMiiE ; inflorescence dont les rameaux insérés à des poinls différents 

arrivent à peu près au même niveau. 
Cotylédon ; nom donné à la première ou aux deux premières feuilles 

sortant de la graine. 
Crénelé ; bordé de crénelures, c.-à-d, de dents arrondies, obtuses. 
Cryptogames ; plantes se reproduisant sans étamines ni ovules. 
Cupule ; en forme de petite coupe. 
CuspiDÉ ; terminé en pointe longue et aiguë. 
Cyme ; inflorescence dont les pédoncules, partant presque du même 

point, portent plusieurs fleurs presque sessiles sur un de leurs 

côtés ; ex. qq. Sedum. 

DÉCOMPOSÉ ; à divisions subdivisées. 

Dégurrente (feuille); qui se prolonge inférieurement le long de la tige. 

Déhiscent ; qui s'ouvre naturellement. 

Denté : avec dents; dentelé, avec dents fines. 

DÉFINIES (étamines); de 1 à 12. 

Di ; deux, deux fois ; voir bl. 

DiADELPHES ; réunis en deux faisceaux. 

DicHOTOME ; plusieurs fois bifurqué. 

DicLiNE ; dont les fleurs sont unisexuelles, 

Dicotylédoné ; avec 2 cotylédons opposés. 

DiDYME ; formé de deux parties globuleuses soudées entre elles. 

DiDYNAME ; fleur à h étamines, dont 2 plus courtes. 

DiGiTÉ ; disposé comme les doigts de la main. 

DioïQUE ; à fleurs mâles et femelles sur les individus difterents. 

Disque; appendice glanduleux, de forme vante, se développant sur le 

réceptacle de la fleur; centre du capitule des fleurs radiées. 
Disperme; à deux graines. 

Distique ; disposé alternativement sur les deux faces opposées d'un axe. 
DiVARiQUÉ; étalé en angle très ouvert. 
Drupe; fruit charnu, pulpeux, à noyau osseux. 

Embryon ; plante rudimentaire renfermée dans la graine. 
Embrassant ; ex. feuille qui embrasse la tige par la base élargie. 
Entier ; sans aucune division. 

Eperon ; prolongement tubiileux de la base dans qqf. fleurs. 
Epi ; réunion de fleurs sessiles ou pédicellées le long d'un axe. 
Epillet ; petit épi ; ex. Carex, ramification de l'épi ; Graminées, réu- 
nion de fleurs dans une même glume. 



LXIV VOCABULAIRE. 

Epigyne ; placé sur l'ovaire. 

Examine ; organe mâle de la fleur ord. composé du filet, terminé par 

l'anthère qui contient le poZ/e/i, poussière fécondante. 
ExTRORSE (anthère) ; dont la face regarde le dehors de la fleur. 

Fascicule ; en faisceau. 

Fastigié ; à rameaux dressés et appliqués. 

Femelle ; avec pistil, sans étamines. 

FiDE ; fendu ; ex. bifide, fendu en deux jusqu'au milieu environ. 

Filet; voiv Etamlne. 

Filiforme ; comme un fil. 

Foliacé ; qui a l'apparence d'une feuille. 

Foliole ; division de la feuille composée; division de l'involucre. 

Follicule ; carpelle ventru s'ouvrant en long par une seule suture où 

sont attachées plusieurs graines. 
Fronde ; feuille des Fougères. 
Fructifère ; portant le fruit. 
Fruit ; ovaire fécondé arrivé à sa maturité. 
Funicule ; cordon ombilical, support de l'ovule. 

Gaine; base engainante de certaines feuilles ou d'autres organes. 

Gazonnant, cœspitosus ; en touffe serrée ; formant gazon. 

Géminé ; disposé deux par deux sans être opposé. 

Genouillé ; plié en forme de genou. 

Glabre ; sans poils ; glabresceiit, devenant glabre. 

Glande ; organe ord. vésiculeux et protubérant, qui sécrète des liquides 
de nature variée ; glan^dulcuoc, muni de glandes. 

Glauque ; vert de mer. 

Glumacé ; de la nature des giumes ; pourvu de glumes. 

Glume ; envel ippe scarleuse extérieure de la flelir des Graminées ; pe- 
rlant he des Cypéracées. 

Glumelle ; enveloppe intérieure de la fleur des Graminées. 

Gorge ; entrée du tube du cal. monosépale ou de la corole monopétale. 

Gousse, legumen ; fruit des Légumineuses. 

Grappe ; inflorescence dont l'axe ou pédoncule commun est ramifié ; 
souvent synonyme de pa/ilcule. 

Grumeleux ; composé de grumeaux. 

Hampe ; pédoncule radical à 1 ou plusieurs fleurs, sans feuilles, et 

ressemblant qqf. à une tige. 
Hasté ; en fer de hallebarde. 
Herbacé ; de la consistance de l'herbe. 
HÉRISSÉ ; garni de poils raides. 
Hermapiuîodite ; fleur avec étamines et ovaire. 
HiLE ; ombilic, point d'attache du funicule à la graine. 
Hispide ; garni de poils raides. 
Hypogyne ; inséré au-dessous de l'ovaire. 

Imbriqué ; se recouvrant comme les tuiles d'un toit. 

Imparipennée (feuille composée) ; terminée par une foliole impaire. 

Incombantes Panthères) ; insérées sur le filet par leur dos. 

Indéfinies (étamines); au delà de 12. 

Indéhiscent ; qui ne s'ouvre pas. 

Infèhe ; situé au-dessous ; ex. ovaire, quand il est situé au-dessous de 

la fleur. 
Inflorescence ; disposition des fleurs. 



VOCABULAIRE. LXvV 

ÎNTRORSE (anthère) ; dont la face regarde le dedans de la fleur. 
Involucelle ; collerette des ombellules dans les Ombellifères. 
Involugre ; collerette de bractées entourant la base d'une ombelle, d'un 
capitule, etc. 

Labié ; à deux lèvres. 

Lacinié ; découpé en lanières. 

Lancéolé ; en fer de lance. 

Ligneux ; de la consistance du bois. 

Ligule ; membrane au sommet de la gaine des Graminées. 

Limbe ; partie plane et élargie d'une feuille, d'un pétale, etc. 

Linéaire ; étroit, presque d'égale largeur dans sa longueur. 

Lobe ; division ; lobé, avec lobes. 

Loges ; cavités du fruit, de l'anthère. 

Lyrée (feuille) ; pennitide à lobe terminal grand, élargi. 

Mâle ; avec étamines, sans pistil. 

Marcescent ; se fanant et restant en place. 

Monadelphes ; étamines soudées en un seul faisceau. 

MoNOCHLAMYDÉ ; avcc une seule enveloppe florale. 

MoNOCOTYLÉDONÉ ; avcc un seul cotylédon. 

MoNOGYNE ; avec un seul pistil. 

Monoïque; à fleurs unisexuelles sur le même individu. 

Monopétale, Monosépale ; corolle ou calice dont les divisions sont 

plus ou moins soudées entre elles. 
Monosperme ; à une seule graine. 
MucRONÉ ; brusquement terminé en pointe. 
MuLTi. ; plusieurs ou plusieurs fois. 
MuRiQUÉ ; couvert de pointes courtes et robustes. 
Mutique ; sans arête ni pointe. 

Negtarifère ; portant des nectaires, c.-à-d. certains appendices de la 

fleur sécrétant un liquide. 
Nervures ; faisceaux de fibres formant la charpente de la feuille ; nervée, 
pourvue de nervures. 

Ob. devant un adjectif signifie renversé ; ainsi, obovale veut dire en 
ovale renversé. 

Oblong ; ovale allongé égal aux deux bouts. 

Ombelle ; inflorescence dont les rameaux partent du même point en 
forme de parasol ; et lorsqu'ils portent au sommet une 
petite ombelle, celie-ci s'appelle oinbellule et l'ensemble 
ombelle composée. 

Ombilic ; voir Hlle ; ombdlqué, en forme de nombril. 

Onglet; partie inférieure rétrécie d'un pétale ; on^rîitca^e, avec onglet. 

Opposé ; en face l'un de l'autre. 

Oppositif ; placé devant. 

Orbiculaire ; en forme de cercle. 

Oreillette; expansion foliacée à la base d'une feuille. 

Ovaire ; le jeune fruit. 

Ovoïde ; se rapprochant de l'ovale. 

Ovule ; la jeune graine. 

Paillettes ; petites lames scarieuses accompagnant les fleurons sur 

le réceptacle de plusieurs Composées. 
Palais ; renflement fermant la gorge de qq. corolles irrégulières. 

V 



Lxvi Vocabulaire. 

Palmé ; disposé comme les doigts d'une main ouverte. 
Panicule ; inflorescence très variable dans laquelle Taxe porte des 
ramifications dont les inférieures sont plus longues ; pani- 
cule, en panicule. 
Papilionacée (fleur) ; voir Légumineuses. 
Papilles ; petites rugosités rapprochées. 

Partit ; divisé ; ex., bipartit, divisé en deux au-delà du milieu. 
Paugi ; en petit nombre ; ex. pauclflore, à peu de fleurs. 
Parasite ; vivant sur d'autres plantes. 
Pariétal ; adhérent à la paroi. 
Pectine ; en dents de peigne. 

PÉDONCULE ; support de la fleur ; quand il se ramifie, les divisions 
iiniflores s'appellent pédlcelle. — Pédoncule, pédlcellé ; 
avec pédoncule, avec pédicelle. 
Pelté ; attaché par le milieu d'une surface arrondie. 
Pennée, ailée ; feuille divisée jusqu'à la côte comme les barbes d'une 

plume (penna). 
Pennifide ; découpé comme une feuille pennée, plus ou moins profon- 
dément, mais non jusqu'à la côte. 

Obs. Aujourd'hui on définit ces feuilles ainsi : pennées, à fol. arti- 
culées sur le rachis ; pcnnlséquées, divisJes jusqu'à la nervure mé- 
diane ; pennlpartltes, divisées au-delà du milieu du limbe ;pennlfides, 
divisées jusque vers le milieu du limbe. 

Pennules ; divisions de la fronde dans les Fougères. 

Pérennant ; durant au-delà d'un hiver. 

Perfoliée (feuille) ; dont le limbe est traversé par la tige, 

Périanthe; enveloppe de la fleur. 

Péricarpe; enveloppe extérieure du fruit. 

PÉRispERME ; voir Albumen. 

Persistant; durant au-delà du terme où les mêmes organes sont 

caducs ; feuilles durant plus d'une année. 
Personée ; corolle en forme de masque, à 2 lèvres. 
Pétales ; divisions de la corolle. 
Pétaloïde ; ayant l'apparence d'un pétale cobré. 
Pétiole ; support de la feuille ; pétiole, muni d'un pétiole. 
Pistil ; organe femelle de la fleur, composé de Vovalre, du style et 

du stigmate. 
Pivotante (racine) ; perpendiculaire. 

Placenta ; partie de l'ovaire sur laquelle les ovules sont attachés. 
Pollen ; voir Etamlne. 
PoLY. ; plusieurs: ex. polypétale, à plusieurs pétales ; polyphylle, à 

plusieurs feuilles ou folioles ; polysperme, à plusieurs 

graines. 
Polygame ; portant sur le même individu des fleurs hermaphrodites 

et des fleurs unisexuelles. 
Préfleuraisox ; état de la fleur avant l'épanouissement. 
Purérulent ; légèrement pubescent. 
Pubescent ; couvert d'un duvet fin, court et peu serré. 
Pulvérulent ; couvert d'une sorte de poussière. 

Rachis ; nervure médiane dans les feuilles pennées ; axe le l'inflares- 

cence de quelques Graminées. 
Radical ; appartenant à la racine. 
Radïgant; produisant des racines. 



VOCABULAIRE. LXVII 

Radicelle ; petite racine. 

Réceptacle ; sommet élargi du pédoncule sur lequel sont insérés les 
différents organes de la fleur, ou bien, dans les Com- 
posées, les fleurs entières. 

RÉFLÉCHI ; courbé vers la terre. 

Réfracté ; brusquement réfléchi. 

RÉNiFORME ; en forme de rognon. 

Réticulé ; en réseau. 

RnoMBOïDAL ; en losange. 

RoNciNÉE (feuille) ; pennifide à lobes aigus, dirigés vers la base. 

Rugueux ; ridé. 

Sagitté ; en fer de flèche. 

Sarmenteux ; à tiges allongées prenant appui sur les objets voisins ; 

ex. la vigne, le chèvrefeuille. 
ScARiEux ; mince, sec et transparent. 
Segment ; division. 
SÉPALES ; divisions du calice. 
Sessile ; sans support ; ex. feuille sans pétiole. 
Sétacé ; en forme de soie. 
SiLiQUE, SiLicuLE ; voir Crucifères, p. 20. 
Sinus ; angle rentrant arrondi. 
SiNUÉ ; à bords flexueux. 
Soie ; poil raide. 
Souche ; partie souterraine de la tige des plantes vivaces ; souvent 

synonyme de rhizome. 
Spadice ; épi'ord.'^ch'arnu de fleurs sessiles très serrées; ex., Arum. 
Spatiie ; grande bractée membraneuse qui enveloppe d'abord les fleurs 

dans Arum, AlUum, etc. 
Stigmate; extrémité glanduleuse terminant l'ovaire ou le style. 
Stipité ; pourvu d'un petit support aminci. 
Stipules ; appendices foliacés ou membraneux situés à la base des 

feuilles. 
Stolon ; rejet rampant sur terre ou sous terre, produisant des racines 

et de nouvelles plantes ; stolonifère, avec stolons. 
Style ; prolongement de l'ovaire terminé par le stigmate. 
SuDÉREUX ; de la consistance du liège. 
Supère; situé au-dessus; ex., ovaire, quand il est libre dans le calice. 

Terne ; disposé par trois. 

Test ; enveloppe extérieure de la graine. 

Tétragone ; à quatre angles. 

Tomenteux; couvert d'une pubescence cotonneuse, feutrée. 

Toruleux ; bosselé dans sa longueur. 

Traçant ; longuement rampant. 

Tri; trois, trois fois ; ex., trifide, fendu en 3; trinervé, à 3 nervures ; 

tripenné, 3 fois penné. 
Triquètre ; à 3 angles saillants. 

Tube ; partie inférieure et tubuleusedu calice monosépale ou de la co- 
rolle monopétale. 
Tubercule ; renflement souterrain de la tige ou de la racine ; protu- 
bérances sur quelques fruits ou graines. 

Uni ; un, une fois ; ex. uniloculaire, à une loge. 

Unisexuel ; fleur n'ayant à la fois que des étamines ou des pistils. 



LXVIII VOCABULAIRE. 



Unilatéral ; disposé d'un seul côté. 

Urcéolé ; rçnflé au milieu et resserré aux deux bouts. 

Valves ; pièces composant l'enveloppe des fruits déhiscents. 

Verruqueux ; couvert de protubérances en verrue. 

Verticille; série d'organes disposés en cercle autour d'un axe ; ver- 

tlcillé, en verticille. 
ViVACE ; vivant plusieurs années. 
Vrille ; organe filiforme s'enroulant en spirale autour des corps voisins. 



FIN. 



M. Duffort, pharmacien à Angoulême, qui a fait de l)elles décou- 
vertes dans les Charentes, vient de retrouver une plante bien inattendue 
dans cette région, Allium slculum Ucria qu'il avait vu en 1880 dans un 
bois aux environs de Luxé (Charente). Sa tige robuste, de? à JOdécim., 
cylindrique, sort d'une longue feuille engainante; ses feuilles sont lon- 
gues, molles, triquètres. Les fleurs 15-25 en ombelle sortant d'une spathe 
ont les pédicelles inégaux renflés au sommet dilaté en un large disque 
adhérent à la base de la capsule. Son odeur est fortement alliacée. 



Les Cartes de l'Etat-Major (1 fr. chaque carte, report sur pierre) 
sont d'un grand secours pour l'herborisation. 



CORRECTIONS A FAIRE AVANT LA LECTURE 



Pages. lignes. 

XV 5, aux, lisez : au. 

3 33,i.2, avant A. montana et Pulsatilla, ajoutez : %. 

il 8, Alt. lisez : Atl. 

15 15, après cherché, ajoutez : (J. F.) 

17 16, Anglier, lisez : Angllers. 

29 29, Hourtin, lisez : Hotirilns. 

35 20, avant C. sllvestris, ajoutez : %%. 

37 3, après plus courtes, supprimez la virgule. 

38 8, après Belloc, ajoutez : (J. F.) 

/é5 h, après Tau fGir.), ajoutez : fJ. F.) 

59 i6, après cultivé, ajoutez : (J. F.) 

62 1, Morisson, lisez : Morison. 

62 11, Lafond, lisez: Lafont, 

69 25, avant Élatuie Brochoni, ajoutez : ^%!%.' 

8A 25, après planté, ajoutez : (J. F.) 

88 6, ajoutez : la super, à 2 lobes. 

89 i.9, Falcata, lisez : falcata. 

110 39, S.-Agnant, lisez: S.-Aignaiit. 

132 28, avant Œ. biennis, supprimez : %%• 

U2 16, Tailleboug, lisez : Talllebourg. 

U8 37, 2-3 fide, lisez : 2-3.tide. 

157 19, stonolifère, lisez : stolonifère. 

197 38, avant C. fllipendulum, ajoutez : %%. 

22h 29, rostratra, lisez : rosîrata. 

237 AA, Cariolopha, lisez : Caryolopha. 

251 13, gorge violet sou celleci, lisez : gorge violets ou celle-ci 

30i* 15, avant A. longa, ajoutez : %. 

310 11, le Folgoat, lisez: le Folgoet. 

332 31, Corme-Rogal, lisez : Corme-Royal. 

335 18, Ches- Boutonne, lisez : Chef- Boutonne. 

357 8, Vaus sais, lisez : Vaussais. 

91 27, Huelqoet, lisez : Huelgoat. 

369 i.8, 3,12, lisez : 3-12. 

378 32, b denté, lisez : bidenté. 

A05 35, glumelles, sessiles, lisez : glumelles sessiles. 

A08 20, Arqol, lisez : Argol. 

A09 12, cilata, lisez : dilata. 

AlO 28, renflés, bulbeux, lisez : renflés-bulbeux. 



ABREVIATIONS PRINCIPALES. (*) 



ce. 


Très commun. 


c. 


Commun. 


AC. 


Assez commun. 


PC. 


Peu commun. 


AR. 


Assez rare. 


R. 


Rare. 


RR. 


Très rare. 



Les sept signes précédents s'appliquent à toute la Flore, ou à tout le 
département, ou bien à la région notée. 

Les petits oc — c — ag — r — rr — s'appliquent, au contraire, aux 
localités qui les suivent. Voir l'erremple ci-dessous. 

; suivant une localité, indique : 1" que les signes c. r. précédant cette 
localité ne s'appliquent pas à celles qui suivent le ; — 2" que le botaniste 
cité est responsable seulement des localités qui précèdent son nom, 
jusqu'à ce qu'elles soient interrompues par le ; — Ex.: Loire-Inf. c. 
Ancenls, Dcrval ! (Bornigal) ; ac. Nantes ; Joué, Nort fDelalande). R. 
— Signifie que la plante décrite est commune à Ancenis et à Derval, 
que M. Bornigal l'a découverte à Ancenis et à Derval, que je l'ai vue 
aussi à Derval, qu'elle est assez commune à Nantes (non à Joué, Nort), 
que M. Delalande l'a recueillie à Joué, Nort (non à Nantes), enfin qu'elle 
est rare pour le département de la Loire-Inférieure. 

Lorsque dans la Gironde, les Landes et les Basses-Pyrénées, il n'y a 
aucune indication après les signes CC. C. AG. PC. AR.' on comprenclra 
que la plante décrite est aussi répandue dans ces départements que 
dans les autres. 

? Signe de doute. 

! Signe de certitude. — i^^ Placé après une localité, indique qu'elle a 
aussi été vérifiée par moi ; 2» iVprès le nom du iwtaniste cité dans la 
Charente-Inférieure, par ex. Saintes (Tesseron !), indique que la loca- 
lité citée a été aussi vérifiée par M. Foucaud ; 3'J Après une localité des 
départements au sud de la Gironde (%%.) indique qu'elle a aussi été 
vérifiée par M. Foucaud. 

a. p. y. 0. Numéros d'ordre des variétés. — Lorsque la série com- 
mence par p., la variété a. est comprise dans la description de l'espèce, 

Obs. — Observation. 

* Précédant une espèce, signifie qu'elle est étrangère à la Flore. 

'^. Précédant une espèce signifie qu'elle ne croît pas au nord de la 
Loire. 

%%. Précédant une espèce signifie qu'elle ne croît pas au nord de la 
Gironde. 

« »• Les caractères entre « » sont empruntés aux auteurs sans avoir 
été vérifiés par moi. — Les localités de plantes sont renfermées entre 
« )), lorsque je n'ai pas vu d'échantillons provenant de ces localités. 

(*) N. B. Il est important de faire attention à toutes C4?s abréviations qui mal comprises 
peuvent causer des erreurs. 



l 



ABREVIATIONS PRINCIPALES. 



LXXI 



fj. F.) après des notes et descriptions de plantes de la Charente- 
Inférieure signifie qu'elles ont été faites par M. Foucaud. 

Ab. Aberr. (aberration). Signifie que les plantes suivant ce signe ont 
les caractères de la place qu'elles occupent; par ex., fin de page 21. 

Ach. — Achène. 

Cal. — Calice. 

Caps. — Capsule. 

Carp. — Carpelle. 

Cor. — Corolle. 

Cuit. — Cultivé. 

Div., Divis, — Division. 

Edit. 1. — de la Flore de l'Ouest 

Etam. — Etaniine. 

Ext., Extér. — Extérieur. 

Fem. — Femelle. 

Feu., Feuil. — Feuille. 

FI. — Fleur. 

Fol. — Foliole. 

Herm. — Hermaphrodite. 

Inf., infér. — inférieur. 

Int., Intér. — Intérieur. 

Invol. — Involucre. 

Lin. — Linéaire. 

L. c. — Loco citato, lieu cite. 

Long. — Longuement. 

Mal. — Mâle. 

Mar., Marit. — Maritime. 

0. — Nul. 

Ord. — Ordinairement. 

Ov. — Ovale. 

P. — Page. 

Panic. — Panicule. 

Part. — En partie. 

Pédic. — Pédicelle. 

Pédonc. — Pédoncule. 



Pér. — Périanthe. 

Pét. — Pétale. 

Profond. — Profondément. 

Rac. — Racine. 

Rad., Radie. — Radical. 

Rar. — Rarement. 

Récept. — Réceptacle. 

Rég. — Région. 

Souv. — Souvent. 

Stigm. — Stigmate. 

Stip. — Stipule. 

Ter. cale. — Terrains calcaires. 

Ter. schist. — Terrains schisteux. 

Var. — Varie. 

Vulg. — Vulgairement. 

1. — Uni ou mono. 

2. — Bi ou di. 

3. — Tri. 

h. — (^uadri, etc. 



Exemples : 

l., 2. sperme. — Monosperme, di- 

sperme. 
1., 2.I0C. — Uniloculairo, biiocu- 

laire. 
\-h. — Un à quatre. 
1, /♦. Un ou quatre. 
Jn-jt. — Juin à juillet. 
(1). — Annuel. 
^. — Bisannuel. 
'^. — Vivace. 

— Lorsque deux termes sont réunis comme llaéalre-lancéolê , cela 
signifie que la forme est une combinaison des deux termes, le premier 
modifiant le dernier qui est le principal ; ainsi linéaire-lancéolé est 
plus large que lancéolé-linéaire. 



Les noms des auteurs ordinairement cités en abrégé sont : 
Adanson, Ailioni, Bartling. Bastard, Bieberstein, Bonamy. Borcau, 
Cassini, Cosson et Gei-main, Curtis. De CandoUe iDC). Desfont.-iines, 
Desportes, Desvaux. Duby, Ehrhart, Gccrtner, Gaudin, Gmelin, Godron, 
Goodcnough, Grenier, Hoffmann, Hoppe. Hudson, Jacquin, Jordan, 
Jussieu, kutzing, Lamarck, Linné (L.), Loiseleur. Miller, Morison, 
Mulel, Palisot de Beauvois, Pesneau, Persoon, Reichenhach, Richard, 
Robert Brown, Rœmer et Schultz, Schleicher, Schrader, Schreber, 
Scopoli, Seringe. Sibthorp. Sover Wdlemet. Sprengel, Swartz, Tenore, 
Thuillisr, Tournefort. Ventenat, Vdlars, \Vahlenberg. Waldstein et 
Kitaibel, Wallroth, ^V!Îideno^Y. 



CLEF DU SYSTÈME DE DE CANDOLLE 



SUIVI DANS CET OUVRAGE 



POUR LA DISTRIBUTION DES FAMILLES NATURELLES- 



PLANTES YASCULAIRES ou COTYLEDONEES. 

Classe pv. DICOTYLÉDONÉES ou EXOGÈNES. 

I. TiiALAMiFLORËS. Calicc à plusieurs sépales. Pétales distincts, in- 
sérés ainsi que les étamines sur le récei)tacle et non sur le calice. 
Pagel. 

II. Caliciflobes. Sépales plus ou moins soudés entre eux. Pét. et éta- 
mines insérés sur un disque adhérent à la base du calice ; ou bien 
calice soudé avec l'ovaire et portant la corolle et les étamines. 
P. 83. 

III. CoROLi.iFLORES. Calice libre, monosépale. Corolle monopétale, hy- 

pogyne. Etamines insérées sur la corolle. Ovaire libre. P. 22Â. 

IV. MoNOCHLAMYDÉRs. Fleurs à périanlhe simple, c'est-à-dire n'ayant 

qu'un calice. P. 290. 

Classe II. MOAOCOTVLÉDOXÉES OU Éi\D0GÈ3iES PHANÉdOGAMÉS. P. 522. 
Classe Ilï. ACOTYLÉDOAÉES OU Ei\'DOGÈ\ES CRYPTOGAMES. P. AVÔ. 



^ 



NEV/ Yoa 

BOTANIC; 

GAROEN 



FLORE 



L'OUEST DE LA FRANCE 



i PLANTES VASCULAIRES OU COTYLÉDÛNÉES. 

Plantes à tissu cellulaire entremêlé de vaisseaux lymphatiques, pour- 
vues de stomates et de feuilles véritables. 

^ CLASSE L - DICOTYLÉDONÉES OU EXOGÈNES. 

Tige composée d'une moelle centrale entourée de couches concentri- 
ques recouvertes par une écorce distincte. Feuil. à nervures anastomosées. 
) Fleurs distinctes à divisions ord. quinaires. Embryon à deux cotylédons 
opposés, rarement à plusieurs verticillés. 

SOUS-CLASSE L — THALAMIFLORES. 

Calice à plusieurs sépales. Pétales distincts, insérés, ainsi que les 
f étaminBs, sur le réceptacle et non sur le calice. 

S RENONCULACÉES. 



Sép. 3-6 souv. pétaloïdes. Pét. h-1% rar. 0, planes ou tubuleux, souv 
nectarifères. Etam. hypogynes, libres, indéfinies. Anthères adnées, 



ou sous-arbrisseau.v sarmenteuœ. Feull. alternes, opposées dans 
^ Clematis. 
-O * Carpelles monospermes. 

h. Adonis. Sép. 5. Pét. rouges sans fossette nectarifère. 
5. Mi/osurtcs. Pét. 5. Sép. 5 prolongés en éperon. Feuil. toutes radicales, 
linéaires. 



3^ 



2 RENONCUL AGEES. 

5. Ranunculus. Sép. et pét. 5. Tige feuillée. 

11. Ficaria. Sép. 3. Pét. 8-10. 

% Clematls. Cor. 0. Arbrisseau grimpant. 

2. Thalictrum. Cor. 0. Cal. caduc. Carp. striés en long. 

3. Anémone. Cor. 0. Invdlucre à 3 fôl. découpées, éloigné de la fleur. 

** Carpelles polyspermes. 

\U. Delphlnlum. Cor. irrégulière, éperonnée. 

\h. Aqullegia. Pét. 5 en cornet, éperonnés. 

là. Isopyrum.^ë]). pétaloïdes, très caducs. Pét. nectariformes, courts, 

en cornet. 
13. Nlgella. Sép. pétalpïdes, caducs. Pét. nectariformes, à 2 lèvres, Tinf. 

bifide. 

12. Helleborus. Sép. persistants. Pét. nectariformes, très courts. 
11. Caltha. Sép. 5 jaunes. Cor. 0. 

15,, Aconltwn. Sép, 5 pétaloïdes, le sup. dressé, en casque recouvrant 
la cor. très irrégulière. 

A. Carpelles monospermes^ indéhiscents. 

CLEMATIS L. Sép. Ji,5 pétaloïdes. Cor. 0, Carp. terminés par une 
longue arête souv. plumeuse. 

C, VitalbaL. Tige sarmenteuse, grimpante. Feuil. pennées; fol. 
ovales, acuminées, presque en cœur à la base, entières, fortement 
dentées ou presque lobées, opposées, Sép. oblongs, tomenteux. FI. 
blanches en panic. trichotome, axillaire. *^, j^-at. — Haies, broussailles, 

bois. AC. — Plus G. dans le cale. %%. Gm. C. — " Lan. g. en 

Chalosse, pc. ailleurs. — B.-Pyr. G. 

THALICTRUM L. Sép. h,6 colorés, caducs. Cor. 0. Carp. oblongs, 
sillonnés, terminés par une pointe courte. 

T. flavumL. Rac. rampante. Tige de 6-10 déc. sillonnée, creuse, 
Feuil. bipcnnées, à fol. de largeur très variable, obovales en coin, 
qqf. presque linéaires, souv. trifides, plus pales en dessous. FI. 
blanc-jaunàtre, dres.'^ées ainsi que les étam. en panic. ord. compacte, 
tantôt allongée en pyramide, tantôt presque en coryml)e. Carp. ovales, 
qqf. presque globuleux, mutiques, qqf. à style persistant. '^. jt-at. 
Bord des rivières, prés humides. — Cmar.-Inf. C. — Deux-Sèv. g, le 
Marais (A. Guillon), Rom (Sauzé), S.-Loup (Guyon), c. S.-Jouin 
(Brottier), Pas-dc-Jeu (Lunet), Tourtenay (Genuer), env. de Thouars ; 
S.-Mavtin-de-Sanzay (Pellier), Chatillon, S.-Hilaire (Genevier). AC. 

— Vend. Tl/fauges (Geneviei*), ac. Marais méridional. — Loire-Inf. C. 

— MoR. Pont-Quesneau près Ètcl (Hémont). RR. — iL.-et-V. pg. Re- 
don (Moreau), ag. env. de Pléchatel (Rolland), env. de Rennes 

(Dcgland), Fougères (de la Godelinais). %%. Gm, S.-Savin-de- 

Blaj/e, la Roque de Tau! (Merlet), S.-Mariens, Coùtras, Montferrand; 
Lacanau (Goua), Bruges, Blanquefort (Ramey), Barsac (Motelay). 

Ohs. T. nigi icans des auteurs de l'Ouest, an Jacq.? qui a toutes 
les div. des feuil. linéair.-oblongues, me paraît être une forme du 
précéd., qui est si variable ; je l'ai cultivé et vu de S.-Martln-de- 
Sanzay, S.-Jouin, Mauzé, Coulon (Deux-Sèv.). 

%. T. minus L. T. montanumW alh\ Souche non épaisse, à rejets 
traçants jaunâtres. Tige dure, non compressible, un peu anguleuse, 



RENONCULACEES. 3 

un peu flexueuse et un peu sillonnée sous les nœuds, garnie dès la 
base de feuil. décroissantes, triangulaires, bipennées ; stip. arrondies, 
déchirées, étalées, scarieuses ; rachis plane en dessus jusqu'aux 
pennules, puis arrondi, un peu anguleux en dessous ; fol. plus glauques 
en dessous, arrondies, en coin ou en cœur à la base, ord. à 3 dents 
au sommet ou à trois lobes tridentés, les latéraux bidentés, dents 
aiguës. FI. jaunâtres pendantes, en panlc. lâche, étalée. Anthères 
aplculées. Cal. verdàtre-violacé. Carp. ovales, comprimés, ventrus 
extérieurement à la base, h-5 f. plus courts caie le pédic. %. mai-j". 
Coteaux et champs secs pierreux cale. — Char.-Ixf. Suvgères (de 
l'Isle), le Pin ! (M'^^e George). Dœuil (Dussouchaud). Aulnay ; Beau- 
vais ! (^Savatier), La Rochelle à Chef-de-Baie (Hubert), Thalrê, 
S.-Christophe (Foucaud), Courçon (Bouchet), Dompierre (Tesseron !) 
Mortagne. PC. — Deux-Sèv. Çà et là cale, du midi ; Avallles 
(Bonnin). — Vend. Çà et là Plaine f de Fontenay à Benêt (Letourneux. 

Ayraud), Corps, Luçon (Pontarlier). %%• GHr- Gradlgnan 

(Brochon). 

Obs. Th. Savatieri Foucaud in Bull. Soc. bot Fr. t. XXV, p. 255, 
Flore de l'Ouest, édit 2 et 3, p. 3. — Ce Thallctrum, qui croît au 
bord des haies sèches pierreuses, après avoir été transplanté dans le 
Jardin botanique de la Rochelle, est devenu semblable au Th. minus 
L. C'est donc une forme due à la station où elle diffère du type par 
sa souche plus épaisse, par ses tiges très feuillées à la base, par ses 
fol. moins glauques, ord. plus larges que longues, à lobes obtus, apiculés. 
M. Savatier a d'abord observé ce Thalictrum à Beauvais (Ch.-Inf.) et 
depuis à Villairet en Seigné, le Bois-Blanc en Fontaine-Chalendray, 
les Blanches-Terres aux confins des communes de Chioes et de Villers- 
Couture, les Consolides ! près Yinax. (J. F.). 

ANEMONE L. Sép. 5,6 pétaloïdes. Cor. 0. Carp. réunis en tête, 
avec ou sans arête. Involucre plus ou moins éloigné de la fl., à 3 fol. 
incisées ; feuil. rad. 

* Carp. terminés par une arête plumeuse. 

A. montana Hop. A. rubra Lam. Velu-soyeux. Souche ligneuse. 
Feuil. tripennifides à lobes linéaires, aigus. Invol. multifide. Hampe à 
1 ft. grande, violet-brun, droite ou un peu inclinée, ouverte, pas 
étalée. Sép. oblongs ou oblongs-lancéolés, obtus ou aigus. %. avr.-mai. 
— Deux-Sèv. Coteaux schisteux du ruisseau du Pont-Février près 
Argenton-Chdteau ! (J. Richard). Thouars ! (Lunet), S.-Martin-de- 

Sanzaij (Janneau, 1882). %%. Gm. Usest, Préchac (Motelay), 

Léogeats (Goua), Villandraut ' (Bonnaves), Léognan, Sarcignac 
(Jarris). — Lan. Dacc (Sibuet). 

A. PulsatillaL., G.G., Puis, vulgaris Mill. Diffère du précéd. par sa 
fl. plus grande paraissant lilas vue à contre-jour, par ses tiges ord. moins 
nombreuses et qqf. solitaires. %. avr.-jn. Lieux secs et découverts, 

clairières des bois de pins. — Char.-Inf. Bussac (Daleau). %%• GriR. 

Castelnau-de-Médoc (Motelay), Arlac (Lafont), Laruscade. (J. F.). 

** Catp. sans arête plumeuse. 

A. nemorosaL. Sylvie. Souche horizontale. Feuil. de l'invol. ternées 
à fol. incisées, la terminale trilobée, les latérales à 2 lobes inégaux, 



4 REN'ONCULACBES. 

l'extér. plus petit. Hampe pubescente, unifl. Sép. 6 blancs, rosés en 
dehors. Carp. aigus, pubescents, à style glabre. %. mars-av. Bois, 
taillis. C. 

%%. A. ranunculoidesL. Rhizomes grêles, rampants. Hampe de 
l-Adècim. portant 1, 2 ft. d'un beau jaune, petite. Invol. à trois 
feuil. brièvement pétiolées à fol. obiongues, incisées-dentées. Sép. 
ovales, pubescents en dehors. %. mars-av. Prés frais et couverts, bo:s 
montagneux. — Gm. Budos au bord du Tursan (^Goua), S'-^-Foy 
(Maillard), S.-Plerre-de-Mons (Motelay), Cainiac (Bonnaves). — Lan. 
Peyrehorade (Féraud). 

^. Obs. A. coronarlaL. Feuil. rad. trlpennées â lobes profond, 
découpés en lanières divergentes. Hampe de 2-3 dccim. à 1 fl. d'un 
blanc sale, un peu rosée ou bleuâtre à la base. Carp. laineux. — 
Ch.-Inf. Indiqué par Faye (fiât.) dans un champ à Lafond, près la 
Rochelle, y existe toujours et même se répand. (J. F.). 

%%. A. fulgens Gay. Souche tubéreuse. Feuil. rad. à 3-5 lobes 
incises-dentés. Invol. à fol. peu ou point divisées. Hampe de 2-3 décim., 
pubescente kl fi. grande, dressée, d'un beau rouge. Sép. 8-10 lancéolés, 
presque aigus, pubescents extérieurement. Carp. laineux. %. mars-av. 
champs, vignes. — Lan. ac. en Chalosse. — B.-Pyu. Lahonce (Sibuet). 

p. pavonijiaham. Sép. nombreux, lancéolés-ïméaircset très aigus. 
Mêmes lieux, ac. 

%%. A. HepaticaL. Hepatlca triloba DC. Racine fibreuse. Feuil. 
à 3 lobes entiers. Invol. simulant un calice. Hampe à 1 fl. bleue, 
rose ou l)lanche paraissant avant les feuil. nouvelles. Sép. 6-9 glabres. 
%. mars-av. Lieux montueux. — Lan. Peyrehorade ! (Féraud). — 
B.-Pyr. Mouguerre (Sibuet). 

ADONIS L. Sép. 5. Pét. 3-9 sans fossette nectarifère. Carp. ridés, 
ovales, en épi ovale ou oblong. Herbes ; feuil. multiftdes à lobes 
linéaires. 

%. A autumnalis L. Sép. glabres, }ion appliqués, concaves, ainsi 
que les pét. rouge foncé, noirâtres à la base. Epi en fruit serré 
ovale-oblong, courtement pédoncule. Carp. sans dent du côté super., à 
bec court, droit, (i). mai-j". Moissons cale. — Ciiar.-Inf., Deux-Sïcv. 

C. — Venu. g. Plaine, îles hautes et calcaire.de C/ia/i^o/i/irt?/. 

%%. Gm. Civrac [Lâlanne], Lesparre {haterrade), S.-Christoly [MevM), 
Espiet (Bonnaves). 

%. A. sestivalisL. Coss. et Germ. Atlas fl. Paris, T. 3. Sép. glabres, 
appliqués contre les pét. planes, rouge clair ou jaunes. Epi en fruit 
oblong. Carp. à insertion sur le récept. égalant le plus grand diamètre 
du fruit ; bord super, bossu dans le haut et à une dent aiguë à la base, 
bec lon^, ascendant, concolore. (î). mai-j". Moissons cale. — Deux-Sèv. 
Bila:~ais (Foucai'd). S.-Loup (Cornuault), Douœ (GuvonV S-Pompain, 
Villicrs-en-Plaine i^Sauzé fl.), rr. Thouars, c. Puy-Notre-Dame en 
Maine-et-Loire (Revelière). — Entre la Grimaudière (Vienne) et Assais 
en Deux-Sèv. (Guyon). 

%. A. flammea Jacq. Sép. velus. Pét. 3-8 rouge vif. Epi en fruit cylin- 
drique, lâche, longuement pédoncule. Carp. bossus sous le bec ascen- 
dant, noirâtre au sommet. (î). j"-jt. Moissons, champs pierreux cale. 



RENONCULACÉES 5 

— Ciiar.-Inf., Deux-Sèv. Çà et là. PC. — Vend. Çà et là à l'est 
de Fontenay, à Nieul, Sauveré-Ie-Sec, C hars ais {Leiourneux), Xanton, 
Fontaines ! (Ayraud). 

MYOSURUSL. Sép. 5 colorés, prolongés en éperon à la base. Pét. 
5 à onglet filiforme. Etam. souv. 5. Carp. très nombreux, triquètres, 
serrés autour d'un réceptacle filiforme, très allongé. 

M. minimusL. Hampe de 5-8 cent, à une fl. jaune pâle. Feuil. 
linéaires, (i). av. -mai. Moissons et terres inondées l'hiver. — Char-Inf. 
Vergeroucc, Rétaud (Faye), Rochefort (A. Guillon \). Muron (Parât), 
Dœull (Dussouchaud), Aumagne (Guillaud). — Deux-Sèv. Entre 
Boussais, Tessonnière, Airvàult et Borcq (Bonnin), r. Presslgny 
(Guyon), env. de Thouars (Lunet), Eœireull (Giraudias). — Vend. 
Chdteau-d'OIonne. Cur^on (Pontarlier, Marichalj, S^^'-Radégonde- 
des-Noyers (Girardeau), Vue (Ayraud). — LomE-ÏNF. Ancenis, Nantes, 
Vallée du bas de la Loire, c. moissons du bord de la mer de 
Pornic à la Vilaine. — Mor. Houat, Belle-Ile ; Sar^eau (Taslé), 
presqu'île de Séné (Pontarlier), presqu'île de Gavre, Etel (Le Gall). 

— Fin. Tréguennec, Ploran (Crouan). — Il-et-V. Env, à'Antrain 

(Champion), Redon Qlasselin). %%. Gir. Lazaret de Pauillac 

(Motelay). 

RANUNCULUSL. Sép. 5 caducs. Pét. 5 munis à la base d'une écaille OU 
fossette nectarifère. Carp. ovales, comprimés, mucronés, réunis en tête. 

* Fl. blanches; carp. striés-rugueux; en travers; plantes aqua- 
tiques. (Batrachium). 

R. hederaceusL. Tige rampante. Feuil. toutes réniformes à 3 ou 
5 lobes courts, entiers, obtus. Stipules longuement adhérentes au 
pétiole, à oreillettes courtes, arrondies. Fl. très-petites, dépassant à 
peine le cal. Étam. 5-10. Carp. obtus. Récept. glabre. %. av. -a*. 
Fossés, sources. CC. — r. le cale; Char.-Inf. r. de Montendre à 

Montlieu. %%, Gir. AC. R. le cale. — Lan. CC. — B.-Pyr. 

Etang d'Esbouc (Sibuet). 

R. Lenormandi Schultz. Tige rampante. Feuil. toutes réniformes, 
divisées jusqu'au milieu en 3 lobes, l'interméd. à 3, les latéraux à A 
crénelures. Stip. courtement adhérentes, à oreillettes grandes, larges. 
Fl. blanches, 1 fois plus longues que le cal. Carp. à bec long, d'abord 
crochu. Récept. ord. glabre. %. fév.-jt. Petites mares, bord des petits 
ruisseaux dans les lieux boisés. — Bretagne C. — Vend. pc. Evrunes, 
la Ver rie fGenevier), S.-Paul-M.-Pénlt (Giraudias), ac. env. de 
Napoléon! (Pontarlier, Marichal). Faymoreau fLetourneux). — Deux- 
Sèv. Chapelle-Largeaud, Chdtillon (Genexier), Bressuire, Brétignolle 
(J. Richard), forêts de VAbsie, de Secondigny (A. Guillon). 

Obs. Ses feuil. varient de la forme peltée à celle des deux suiv. 
Dans ces formes est compris R. lutarius Revel qui a les feuil. à 3 
lobes assez profonds, à crénelures presque aiguës, et à récept. hérissé. 
Il a été établi sur la plante croissant en av. -sept., ruisseaux des 
landes, lieux fangeux de : Gm. La Teste! (Motelay). —Lan. Parentis- 
en-Born, étang de la Pointe (Foucaud). 

R. ololeucos Lloyd flore Loire-inf p. 3, R. Petœeri Koch (part.), 
Cosson et Germain fl. Paris. T.l, fig. 5, 6. Tige nageante, ord. poilue. 
Feuil. submergées capillaires-multifîdes. les flottantes à 3* lobes, 



6 RENONCULACÉES. 

profonds, en coin, l'interméd. à 3 crénelures, les latéraux bifides, 
chaque division à 2 crénelures. Stip. grandes, larges, évasées, très 
oourtement adhérentes. FI. tout-à-fait blanches, assez grandes. Pét. 
ovales-oblongs. Récept. globuleux, poilu. Carp. 25-35 à bec long, 
d'abord crochu, (i). mai-j". Lisière des étangs et ruisseaux affluents, 
mares. — Char.-Inf. Marais et fossés des landes de Montendre à 
Montlieu. R. — Deux-Sèv. Thouars (Lunet). — Vend. Le Longeron 
(Genevier), Challans (Gobert), étang Bruneau en S.-Hil.-Le-Vouhis 
(Lepeltier), étang de Rortheau et env., la Ferrière, étang de Badiole 
près Napoléon, lande de Bouaine (Pontarlier, Marichal). — Loire-Inf. 
c. nord-est du départ. AC — Mon. rr. env. de Vannes, Pluherlin ! 
Elven (Taslé), env. à'Auray (Toussaints), Tréhorenteuc (Elphège). 
— Fin. Quimper (Bonnemaison). — Il.-et-V. S.-Aubin-d'Aubigné 

(Tetrel), forêt de Paimpont (Gallée), Pléchatel (Rolland). %%. 

GiR. S.-Mariens (Motelay), Cuzagai en Ruscade, la Teste, Pierro'to'n, 
Casau, Hourtin. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), SoZ/ermo; Bats ! 
(Dupoy). — Se distingue au premier coup d'œil par ses fl. blanches sans 
onglet jaune. Il diffère de R. tripartitus, dont il a exactement les 
feuil., par la grandeur de ses fl. et le bec de ses carp. qui sont beaucoup 
plus nombreux. Ce dernier caractère, sa fl. blanche et ses stip. l'éloignent 
tout-à-fait de R. aquatilis. Enfin il se distingue de R. Lenormandi, 
dont il a qqf. les petites fl., par son récept. poilu, ses feuil. de deux 
sortes et la forme de ses feuil. flottantes. 

R. tripartitus DC. Tige nageante. Feuil. submergées capillaires- 
multifides, les flottantes a 3 lobes profonds, en coin, l'interméd. à 3 
crénelures, les latéraux bifides, chaque division à S crénelures. Stip. 
oourtement adhérentes, à oreillettes grandes, larges. Fl. petites 
dépassant peu le cal. Carp. obtus, à bec grêle, peu nombreux. 
Récept. poilu, (i). mai-j*. Mares, fossés. — Char.-Inf. Cabras près 
Tonnay-Ch. (Parât), de Bussac à Bédenac (Foucaud). — Deux-Sèv. 
AC. Bocage ; S.-Jouin (Brottier), Misse (Pontarlier), la Mothe (Sauzé, 
Maillard). — Vend. ac. Bocage (Pontarlier, Marichal). — Loire-Inf. 

AC. — PC. dans le reste de la Bretagne. %%• Gm. C. fossés 

des landes. — Lan. ce. mares et fossés de la Lande (L. Dufour), 
Peyrehorade (Féraud). — Var. à feuil. plus petites, à 3 lobes qqf. entiers, 
S.-Gildas dans Loire-Inf. (Delalande). 

R. aquatilis L. Tige nageante. Feuil. submergées capillaires-multi- 
fides, à divis. divariquées, formant ord. le pinceau lorsqu'on les sort 
de l'eau, les flottantes à 3 ou 5 lobes plus ou moins profonds, qqf. 
tachés de brun. Stip. longuement adhérentes au pétiole, les super, 
à oreillettes larges, Pét. à onglet jaune, beaucoup iplus longs (^ue le 
cal. Stigm. large, sessile, jaunâtre. Carp. à bec très court. Récept. 
poilu. %. av.-jt. Fossés, mares, étangs, ruisseaux, rivières. CC. — 
Feuil. très-variables ; les principales formes sont : 

a. peltatus. Feuil. flottantes presque orbiculaires ou réniformes-en 
cœur, à 5 lobes, l'intermédiaire à 3, les latéraux à S crénelures. C. 

(3. truncatus. Forme précéd., mais feuil. tronquées à la base. AC. 

Y- quinquelobus. Feuil. flottantes à 5 lobes entiers. C. 

8. acutilobus. Feuil. flottantes tronquées à la base, à trois lobes à 
crénelures aiguës, l'interméd. souv. entier. Lac de Grand-Lieu (Loire- 
Inf.) R. 



RENONCULACEES. 7 

e. homoiophyllus . Feuil. toutes multifides par l'avortement des feuil. 
flottantes. R. 

^. succulentus. Feuil. toutes multifides à divis. courtes, raides. C. 

— Forme gazonnante des lieux desséchés, qui se présente aussi dans 
R. Baudotll, tripartltus et oloîeucos, lorsque, par qq. accident, ils 
croissent hors de l'eau. 

R. BaudotiiGod. Monog. f. h, fl. de France 21. Se distingue (qqf. 
avec peinej du précéd. par les feuil. sup. à divis. en coin souv. 
pétiolulées, disposées en éventail, les feuil. inf. ou toutes capillaires- 
multifides, étalées lorsqu'on les sort de l'eau, par les pédonc. longs, 
dépassant beaucoup les feuil., par les étam. plus courtes que les pistils, 
parle stigm. étroit, ligule, enfin parlescarp. petits, nombreux, renflés 
au sommet, insérés sur un récept. ovale-conique, non globuleux. %. 
av.-jt. — Fl. qqf. moyennes. — Çà et là dans les eaux saumàtres, surtout 

entre la Loire et la Gironde. -^^ %%- Gm. Le Verdon et probabl. 

plus loin. 

R. trichophyllus Chaix, God. fl. de France, R. capillaceus Thuil, 
Lloyd, fl. Loire-Inf., R. paucistamineus Tausch. Tige nageante. 
Feuilles toutes submergées, capillaire s-multifide s, ne formant pas le 
pinceau lorsqu'on les sort de l'eau. Stip. sup. à oreillettes larges. Fl. 
1/2 plus petites que dans aquatilis. Pét. à onglet jaune, caducs. Etam. 
10-12. Stigm. large, blanchâtre. Carp. à bec très court. Récept. hispide. 
*îp. av.-jn. Mares, fossés des ter. schisteux, cale, et du bord de la mer. 

— Char. -Inf. ce. région maritime. C. — Deux-Sèv. c. le cale. (A. 
Guillon). — Vend. ce. région maritime et le Marais. — Loire-Inf. AC. 

— Càet là, mais pe. reste du littoral de la Bretagne. %%• Gm. 

C. — Lan. AC. — B.-Pyr. PC. — Var. t. rar. à qq. feuiL fsup.) 
flottantes presque orbiculaires 3, 5. partîtes [R. radians Revel, R. 
Godroni Gren.). 

R. Drouetii Schultz. Très voisin de R. trichophyllus, dont il se 
distingue (selon Godron fl. de France) par les feuil. se réunissant en 
pinceau hors de l'eau, par les fl. plus petites, plus précoces à pét. 
moins caducs (plus caducs Lamotte) et à pédonc. plus grêles, par les 
étam. moins nombreuses, par le style plus court, plus mince, par les 
carp. plus petits, renflés, largement arrondis au sommet. OJ.. Mêmes 
lieux. — Ou nous n'avons pas cette plante, ou bien M. Foucaud et moi 
ne savons pas la distinguer de la précédente. 

R. divaricatus Schranck, R. circinatus Sibth. Tige nageante. Feuil. 
toutes submergées, capillaires-multifides, petites, presque sessiles, à 
div. raides, toujours étalées en cercle plane de 1-â cent, de diamètre. 
Stip. sans oreillettes. Fl. assez grandes. Stigm. long, linéaire. Carp. à 
bec assez long. %. mai-jt. Rivières, ruisseaux. — Char.-Inf. ac. dans 
la Charente, de Taillehourg et Saintes en remontant ; Colombiers 
(Tesseron), Cadeuil, Marans et env., Icc Gère près Ciré, Vautron, 
Rochefort, S.-Symphorien (Foucaud). — Deux-Sèv. La Dive à Pas-de- 
Jeu (J. Richard). — Vend. La Sèvre à Damvix (Letourneux). — 
Loire-Inf. Çà et là, vallée de la Loire, du marais de Bouée à Anets et 
Varades. — %%. Gm. Coutras ; Absac (Banon). 

R. fluitans Lam. Feuil. toutes submergées à lanières allongées, 
parallèles. Stip. longuement adhérentes au pétiole, oreillettes des feuil. 
sup. larges. Fi. grandes à 5-9 pét. Carp. à bec court. Récept. velu. 



y RENONOULACEES.- 

— Var. rar. à qq. feuil. (siip.) flottantes, trifides. %, mai.-j*. Rivières. 

— Char.-Inf. ag. mêlé au précéd. dans la Charente, de Taillebouvg et 
Saintes en remontant. La Caillaude dans un affluent du Mignon 
(Foucaud), S-Julleii-de-l'Escap (Riveau). — Deux-Sèv. g. marais de 
Coulon (A. Guillon), Niort, Magné, Arçais (Sauzé fl.) — LomE-iNF. 
Çà et là dans la Loire au-dessus de Nantes, où il est souv. déplacé 

par les inondations ; g. Basse-Goulaine. %%• Gm. Coutras : 

S^*^-Foi/ (Lanneluc), Port-de-Plagne fLaterrade), Càstlllon (Motelay), 
Blanquefort (Lafont), Bordeaux (Durieu). — Lan. Daœ (Thore), 
Mont-de-Marsan (Perris), S-Sever (L. Dufour), Aire (Sibuet). — 
B.-Pyr. Béhobie dans la Bidassoa (Termonia et moi). 

p. terrestris. Forme du bord des eaux. Ti^-e courte, très feuillée aux 
nœuds ; feuil. à 3 lobes courts, linéaires, élargis au sommet. — Ce 
dernier caractère distingue l'espèce entre toutes. 

** Fleurs jaunes. 

a. Feuilles indivises. 

%. R. gramineusL. Souche chevelue à rac. renflées. Tige 1-A. 
flore. Feuil. linéaires-lancéolées, très entières, nervées. Cal. glabre. 
Carp. obliquement obovales, ridés, un peu carénés, à bec court, en 
tête ovale. %. mai-j". Pelouses sèches. — Cuar.-Inf. Prés entre S.-Couœ 
et Fontpatour (herb. de Beaupreau), Martrou (Faye), c. les Auzes 
près S.-Savinlen (Pinatel !), S.-Hippolyte (Marc-Arnauld), Dœuil ! r. 
forêt de Chisé (Dussouchaud), Surgères (Hubert), Courçon (Bouchet), 
forêt de Benon (Pontarlier), Boisse, S^-Pierre-dAmillj/, S^-Christophe 
(Foucaud), Bussac (Merlet). — Deux-Sèv. Petit-Jouet (Foucaud). 
/SC%- GiR. S.-Yjsans (Chicou-Bourbon). 

Obs. Dans les prés humides, ses racines sont renflées en fuseaux et 
ses feuil. ont qqf. près de 2 cent, de largeur. Boisse, S.-Pierre-dAmilly, 
S. -Christophe. (J. F.). 

R. FlammulaL. Tige creuse, redressée, radicante à la base. Feuil. 
lancéolées, les inf. oblongues ou ovales, pétiolées. Pédonc. opposés aux 
feuil. Fl. petites. Carp. lisses, à bec court. 0^. mai-at. Lieux 
marécageux, fossés. CC. 

p. /Y^jto/is, Tige couchée, plusieurs fois radicante ; feuil. linéaires. R. 

R. ophioglossifolius Vil. Atinuel. Tige de 3-6 déc, creuse, couchée 
à la base et émettant des rac. aux nœuds inf. Feuil. inf. en cœur, 
obtuses, longuement pétiolées, celles du milieu ovales, les sup. 
lancéolées, presque sessiles. Fl. petites, jaune soufre. Carp. finement 
tuberculeux. Mai-j". Fossés surtout des ter. sablon., cale, et schist. 

— Ciiar.-Inf. g. région maritime. AC. — Deux-Sèv. Niort, Pai:say 
(A. Guillon), Chef-Boutonne, Bressuire (J. Richard). — Vend. 
Champ-S.-Père, S.-Cyr-en-Talm., le Givre, Challans, Chdteau- 
d'Olonne (Pontarlier, Marichal), Commequiers (Gobert), Longève, 
Damvix (Letourneux), Luçon (Genevier), île d'Yeu. PC. — LomE-iNF. 
G. par localités. D'Ancenis à Varades, Cambon, Bouaye, les Cléons, 
Fresnay, Chéméré, S.-Brevin. — Mor. Roh-Haliguen en Sar^eau 
(Taslé, Pontarlier). RR. — Fin. Penmarc'h (Bonnemaison), Brest 
(Hubert), presqu'île de Plougastel (Crouan). — Il.-et-V. S. -Jacques 

(Le Gall), Redon (Moreau). RR. %% Gir. Soulac (Lalanne), 

-Pëm ; €tcrhonnwux (Lat«rrade), Léogndn (Lafont), Coutras, Mont- 



RENOiNCULACEES. U 

ferrand, Blanquefort, Saugon, S^'^-Hélène (Motclav). — Lan. Dax 
(Thore). — B.-Pyr. Etang cVEsbouc (Sibuet). 

R. LinguaL. Racine stolonifère. Tige dressée de 8-10 déc., pubescente 
au sommet. Feuil. demi-embrassantes, lancéolées-linéaires, à dents 
courtes, obtuses, éloignées, les rad. submergées, en cœur-ovales. 
FI. grandes, larges de plus de 3 cent. Cal. poilu. Carp. à bec large. 
%. jt-sept. Marais. — Char.-Ixf. Thalré, Soubise. ta Tremblade, 
marais de Berjat, des Mathes, Chenaumoine près Méchers, Surgères ; 
S.-Jean d'Angély (Pinatel), S .-Jean-de-Liversag, Courçon, Ger^an 
(Foucaudj, GenouUlé (Riveau). — Deux-Sèv. Marais de Coulon (A, 
Guillon), S. -Lo«p (Guyon), marais de la Dlve, la Folie, le Mal (Lunet). 

— Vend. Via;! Luçon ! Fontaine! Maillerais (Letourneux). Marais 
de Billy ! la Bauduère ! (Pontarlier, Marichal). — LomE-IxF. Marais 
de VErdre et tous les grands marais. AC. — Mor, g. étang de Galion 
en S.-Jacut (Moreau). Plaisance près Vannes, Lannenec (Le Gall), 
Lanvaux (Taslé) Plouhinec (Toussaints). R. — Fin. Plonéour 
(Bonnemaisonj, Plomeur {de Créc'hquéra ult), Lampaul-Ploud . , Ker- 
loc'h, Plovan, Ganifrout (Crouan). — Il.-et-V. r. forêt de Coëtquen, 
R. tourbières de Ghdteauneuf (Mabille), cale, de Feins (Gailée). 

%%• Gm. Barsac (Goua), marais des Chartrons, Blanquefort 

(Laterrâdé), Bruges (Durieuj. Casau (Motelay). — Lan. Sanguuiet 
(Perris), étang dCOrx. — B.-Pyr. Etang cVEsbouc (Sibuet). 

R. nodiflorusL. Tige de l-^ déc. dichotoine. Feuil inf. oval.-oblong., 
les sup. plus étroites, presque géminées. FI. très petites, sessiles à 
l'aisselle des rameaux. Carp. tuberculeux, à bec droit. (î). mai. 

— LomE-lNF. Bord dss mares des ter. schist. rr, env. d'Ancenis ; 
étang de Gravotel, ag. Grand-Auverné ! (de l'Isle). FIR. 

b. Feuilles divisées. 

R. sceleratusL. Tige de 3-7 déc, très rameuse, creuse. Feuil. inf. 
à 3 ou 5 lobes incises-crénelés, obtus, les sup. à 3 lobes linéaires. FI. 
petites, nombreuses, jau7ie pale. Carp. très petits, nombreux, en tête 
oblongue. %. mai-j". Fossés, lieux fangeux, surtout du littoral. AC. 

— Deux-Sèv. AC. %%. Gm. AC. — Lan. Nos marais à Dax 

(Thore). — B.-Pyr. Bayohne. 

R. chaerophyllosL. Velu, à poils couchés. Souche émettant qq. 
rejets souterrains et des rac. composées de tubercules courts mêlés à 
de longues fibres. Tige 1, % flore. Feuil. presque toutes rad. à 3 fol., 
la terminale à 3, les latérales à â div. incisées-dentées. Carp. bordés, 
ponctués, à bec long courbé, en tête oblongue. %. mai-j». Coteaux 
arides, talus des fossés. — Char. -Inf., Vend. AC. — Deux-Sèv., 
LomE-iNF., Mor. C. — Au-delà pg. région maritime, r. ailleurs. 

/JC/iC- GiR. Bomale, Blanquefort (Latevrade), Cotttras (Lussac), 

Chalet {Ûotelo.y . 

R. auricomus L. Tige de 15-25 cent. Feuil. rad. réniformes, 
crénelées, indivises ou à 3 lobes dentés ou incisés, celles de la tige 
sessiles, digitées, à 3 ou 7 lobes linéaires, entiers. FI. peu noml^reuses. 
ord. à 1 ou plusieurs pét. avortés ou déformés. Carp. ventrus, 
pubescents, à bec crochu. %. av -mai. Haies, taillis, bois couverts, 
prés ombragés. Char.-Inf. AC. — Deux-Sèv. ac. par localités. — 
Vend. ag. Mortagne (Genevier) ; ag. Napoléon, cg. bois bordant le 
Lay (Pontarlier, MaricJial), ce. forêt de Vouuani, Maillezais (Letour- 



10 RENONCULACÉES. 

neux),Commequiers (Gobert), Challans (V. Grand-Marais). — Loire-Inf. 
AC. — MoR. Vannes, Lanvaux, PoncaUec, etc. AR. (Le Gall). 

— G. -Nord. rr. Dinan, S.-Juvat, (Mabille). — Il.-et-V. Bréqulgny 
(Le Boterf), Cucé près Rennes (J.-M. Sacher), S.-Grégoire, Brus 

(Gallée), Bourg -des-Comptes et env. (Rolland). '^%.(jciR.Guitres, 

(Merlet), Daubèse ! (Lamère), Langon (Motelay), Begtes (Laterrade). 

— Lan. Les bois (Thore). — B,-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

R. borœanus Jordan, fragment 6, R. acres flore Loire-Inf. Souche 
compacte, tronquée, émettant des racines noml^reuses, en faisceau, 
et des tiges rapprochées de A-6 déc, presque nues, à poils appliqués, 
multiflores. Feuil. rad. couvertes à la base de poils roux plus ou moins 
étalées, palmipartites à 5 ou 7 lobes incisés-multifides, les sup. sessiles, 
à lobes linéaires. Pédonc. cylindrique. Carp. obovales-arrondis, un 
peu bordés, à bec court, terminé en pointe crochue disparaissant à 
la maturité. Récept. glabre. %. av.-jt. Prés, pâturages, bord des 
chemins, CC. — Var. surtout dans les repousses, à lobes des feuil. 
élargis, rhomboïdaux, trifides, incisés-dentés. Var, aussi à poils du 
bas de la tige et des pétioles étalés {R. tomophyllus Jord.). 

R. acrisL. Jord. \. c, Bull. vén. 109. R. Steveni And,, ressemble 
beaucoup au précéd.dont il diffère par la souche obliquement horizontale, 
fibreuse en dessous ; « ses ramifications déprimées, demi-cylindriques, 
s'allongent jusqu'à 5-10 cent., elles s'étendent et se multiplient succes- 
sivement, et la souche envahit bientôt un assez grand espace. » Jord. 
1. c. Ses feuilles sont moins découpées que dans R. borœanus et se 
rapprochent de la l^'^ var. notée; il croît aux mêmes lieux. %, av.-jt. 

— Ghar.-Inf. Lande de Mortagne. — Vend. Mortagne, Chavagnes 
en Paillcrs (Genevier). — Mor. « Entre Vannes et Séné » (Arrondeau, 

1873). — A chercher de nouveau. RR. %%. Gir. Lesparre 

(Motelay). 

R. nemorosusDC. R. sllvaticus Thuil. Plante couverte de poils 
étalés. Rac. fibreuse. Feuil. d'un vert sombre, qqf. tachées de blanc, 
les rad. à 3 lobes larges, le terminal trifide, les latéraux bifides, tous 
incisés-dentés. Pédonc. sillonné. Carp, â bec enroulé. Récept. hérissé. 
%. mai-jt. Coteaux boisés, — Char.-Inf. PC, — Deux-Sèv. forêt de 
Chcf-Boutonne, ac ! forêt de Chisé, Melle (A. Guillon), bois du granité 
(Sauzé. Maillard), S. -Gelais, AmaiUoux (Guyon), Parthenay . — Vend. 
AG. Bocage (Pontarlier, Marichal). — Loire-iNF. AR. — Mor. La 
Breiêche (Genevier), Camors, Le Plessis près Auray (Le Gall). R. 

— Fin. Locquirec (Crouan), — C.-Nord. « ag, forêts "de : Coëtquen, 
Yvignac, Boquien, la Hunaudaie (Mabille), » — Il,-et-V. Env. de 

Rennes, forêt de Rennes (hcrb.Degland), Hédé (Le Gall), %%• 

Gni. Castelnau-de-Méd.oc, Plassac Coutras, Guitres, Cenon, V'ilte- 
nave-d'Ornon, Carbonnieua-, Cenac, Espiet, Cadillac, Bieujac, 
Saucats, Langon, Auros. — Lan. ac, en Chalosse. — B.-Pyr. C. 

R. repens. L. Tige redressée, â rejets rampants. Feuil. souvent 
tachées de noir et 'de blanc, les rad, à 3 fol. pétiolées, 3. partîtes, 
incisées-dentées. Pédonc. sillonné, Carp, à bec assez long, un peu 
courbé, 0^. mai-sept. Lieux humides, prés, fossés. CC. — Dans les 
bois, il est souv. dressé, sans rejets rampants. 

R, bulbosus L. Souche bulbeus.% à une ou plusieurs ti^-es multiflores, 
dressées ou étalées. Feuilles rad. à 3 fol. pétiolées, trilobées, 



RENONCULACÉES. 11 

incisées-dentées. Pédonc. sillonné. Cal. réfléchi. Carp. bordés, à bec 
court, crochu. %. av.-jn. Prés, haies, chemins. CC, 

R. philonotis Retz. Ehrh. R. S arda us Cramz. Vert Jaunâtre. Tige 
ord. couverte de poils étalés. Feuil. rad. à 3 lobes obtus, incisés-dentés. 
Pédonc. sillonné. Carp. bordés, tuberculeua; près du bord. (^. ma\.-a^. 
Prés humides, bord cîes mares, lieux cultivés. (i;i. CC. — Moins c. 
au-delà de Loire-Inf. 

%. R. trilobus Desf. Alt. T. 113. Caract. du précéd., dont il diffère 

Ear la tige et les feuil. moins hispides, les carp. jaunâtres et non 
runàtres, couverts de tubercules sur tout le disque et surtout par 
les fl. 3 f. plus petites. Feuil. inf. 2 f. ternées à lobes incisés-dentés. 
Fossés. (1). jn. — Char. -Inf. ac. Iles d'Oleron et de Ré. 

%. R. muricatus L. Morison tab. 29, S. h, fig. 2i. Plante diffuse, 
parsemée de qq. poils. Tige creuse. Feuil. à 3 fol. incisées-dentées. 
Pédonc. sillonné. Carp. grands 10-15 à bordure verte ; disque brunâtre, 
granuleux entre les aiguillons forts, ord. crochus ; bec vert, robuste, 
un peu courbé, égalant au moins la moitié du carp. ®. mai-jn. 
Bord des fossés, lieux frais, champs. — Char. -Inf. Çà et là île de Ré ; 
Sauzelles en Oleron (Savatier). — B.-Pyr. Biarritz (Sibuet, 1870.) 

R. parviflorus L. Tiges diffuses, qqf. redressées. Feuil. orbiculaires 
en cœur à la base, à 3"ou 5 lobes fortement dentés. Pédonc. opposés 
aux feuil. Fl. petites égalant le cal. Carp. tuberculeux à bord lisse ; 
bec crochu. 0, mai-j". Lieux secs, bord des chemins, des haies. C. 

— PC. intérieur de la Bretagne. — '■ — %%. Gm. PC. — Lan. ag. surtout 
en Chalosse. — B.-Pyr. AC. 

R. arvensisL. Plante vert pâle. Feuil. à 3 fol. découpées en lobes 
linéaires. Fl. faune soufre. Carp. 4-6, grands, comprimés sur chaque 
face, hérissés d'aiguillons, (i). jn-j*. Moissons. CC. le cale. — ar. 

au-delà de la Loirê-Inf. %%■ GiR. C. — Lan. ac. en Chalosse, 

R. ailleurs. — B.-Pyr. AC. 

FICARIADil. Caractères du Ranunculus. Sép. 3; pét. 8-10. 

F. ranunculoidesRoth, Ran. Ficaria L. Rac. grumeleuse. Tige 
rameuse de 1-3 déc. Feuil. en cœur, à lobes de la base ord. divergents, 
anguleuses, obtuses, à pétiole engainant qqf. bulbillifère. Pédonc. à 1 
fl. "cl'un beau jaune vernissé. Carp.'oblongs, obtus, lisses. Sl^. mars-mai. 
Bord des fossés, des haies, prés, champs. CC. 

Obs. F. calthœfolia Rchh. est plus robuste que le précéd., il a les 
tiges couchées, les feuil. grandes à lobes de la base se recouvrant 
ord., la fleur grande (3-5 cent, de diam.), les carp. hérissés-hispides. 
Pourra se trouver dans nos limites. (J. F.). 

B. Carpelles polyspermes, déhiscents. 

CALTHAL. Sép. 5 pétaloïdes. Cor. 0. Carp. 6-10 rayonnants. 

C. palustris L. Tige rameuse de S-h déc. Feuil. largement en cœur, 
très obtuses, crénelées. Fl. jaunes, grandes. Of. av.-jn. Prés humides, 
marais, bord des ruisseaux, des petites rivières. — Char. -Inf. AC. 

— Deux-Sèv. ag. Marais de Coulon (A. Guillon), Mausé (Foucaudj, 
c. Lezay et prés de la Sèvre (Sauzé, Maillard), S. -Loup, bord du 
Thouet, de la Dive. AC. — Vend. r. Marais méridional ! (Letourneux). 



12 RENONCULACÉES. 

— Loire-Inf. c, prés humides du bas de la Loire ; marais de la 
Sellleraie PC. — Mor. Guldel (Le Gall), Po?itscor(f (Guiho). RR. 

Fin. Port-Lawiay ! bord de V Aulne (Bonnemaison), Berrleii, 
Plonéve^-du-Faoti, Loque/fret (de Crec'liquérault), Huelgoat, Poul- 
laoueji (Crouan), VAveii près Cavhalx ; Qulmperlé ! (J.-M. Sacherj, 

— C.-Nord. Lannion (J.-M. Sacher), Kévlen, Lohuec, Calanhel, 
Maêl-Pestlcien (Le Corre). — Il.-et-V. ag. env. de Redon ! dans les 
troiri départ. (Moreau), c. entre la Herbourgère et S .-Pierre-la-Cour 

(Gallée). %%. Gir. C. — Lan. Uchacq (Perris), Urg ans ! {Lagu), 

BahiLs ; Per/reJwrccde (Féraud). — B.-Pyr. Le Boucau (Sibuet), pointe 

HELLEBORUSL. Sép. 5 pétaloïdes, persistants. Pét. très petits, 
tubuleu-\,nectariformes. Carp. comprimés, coriaces. Graines sur 2 rangs. 

H. viridis L. H. occidentalis Reut. Tige annuelle de 25-30 cent., 
nue jusqu'aux rameaux. Feuil. rad. longuement pétiolées, en pédale à 
7-9 fol. lancéolées, dentées en scie, à veiYies saillantes en dessous, celles 
de la tige divisées, presque sessiles. FI, verdàtres, 2,3 terminant les 
rameaux, sans bractées Cal. dépassant les étam. %. mars-av. Lieux 
pierreux, l)ois secs. — Deux-Sèv.c. bois de Boispouvreau pvès Ménigoute 
fSauzé, Maillard), Coutlères (Giraudias) forêt de Secondlgny (Gabard), 
Parthenay (Janneau), S.-Generouœ CBrottier), Chdtllcon-sar-Sèvre 
(Toussaintsj. — Yexd. ac. forêt de Vouvant ! la Girarderie près 
Fontenay (Letourneux), — Il.-et-V. Buttes de Coêsmês près Rennes, 
S.-Germaln-sur-Ille (Letourneux). r. forêt de Fougères (V. Sacher). 

RR. %%• GiR. Pauillac (Lalanne), Hau.x (Ramey), Frontenac 

(Lamère), Càmblane, Ve/Y?é'/a(s(Motelay),Z)o/i.^ac(Laterrade). — Lan. 
ac. en Chalosse, r. ailleurs. — B.-Pyr. Env. de Bayonne, entre le 
Socoa et la pointe S^'-'-Anne. — Çà et là autour dos habitations, où il 
est cuit., pour faire des sétons aux animaux. 

%, H. foetidusL. Tige vivace, dépouillée de ses feuil. dans le bas, 
très feuillée sous les rameaux florifères garnis de bractées ovales, 
entières, les inf. trifldes, vert pâle, membraneuses. Feuil. en pédale à 
7-11 fol. linéaires-lancéolées, dentées en scie, coriaces. Fl.jaune-verdatre, 
bordées de rouge. Cal. égalant les étam. Fév.-mai Coteaux secs cale. 

— Char. -Inf. Montlleu, Jonsac, (Cognac), forêt dAulnay : Beaucals 
(Savatier), les Marçais près Saintes (Brunnuâ), Beurlay ; c. Pont-l'Abbé 
et env., S.-Pierre-d'Amilly iFoucaud). PC. — - Deux-Sèv. Celles, sur 
le schiste (A. Guyon), la Mothe ! (Sauzé, Maillard), env. de Sausé- 
Vaussais, Couture-d' Argenson, forêt de Chef-Boutonne ; Loublllé ! 
(Jousse), S.-Generoua- (Bonnin), c. forêt de Chbé ! (Dussouc-haud). 

%%• ^""î- Càmblane, Caseneuve, Gérons, Verteull (Motclay), 

Blaslnion (Musquin), Podensac (Ducot). S^^-Crn<.T-de-Mons, la Salle en 
Budos CGoua), Cenon (Bonnaves), Floirac (Lalerrade), Langoiran 
(La font). 

ISOPYRUML. Sép. 5 pétaloïdes, caducs. Pét. 5 en cornet, nectarifor- 
mes, dépassés par le cal. Carp. 1-3, comprimés, mucronés, presque sessiles. 

I, thalictroides L. Rac. rampante, à fibres épaisses, fasciculées. 
Tige de 15-20 cent, faible. Feuil. 2 f. ternées, à fol. trilobées, minces, 
glauques. Stip. larges, memlu^aneuses. FI. Iilanches, peu nombreuses, 
pédonculécs. %. av.-mai. Taillis. — Chau.-Ixf. Le Fief près Montlleu 
(Trouih). — Deux-Sèv. ChdtiUon-s.-Sèvre{To\\^^am\^), Puy-S. -Bonnet 



RENOiNCULACÉBS. 13 

(Genevier), Vautebis, Allonne (Janneau), Méniaoute, Souvigné 
(Giraudias), forêt de VHennitain, ac. bois des Foulllotix (Sauzé, 
Maillardj. - Vend. Bois-HuguetprèsMorteane (Genevier), la Cacaudière 
près Pousauges (Gadeceau), la Glrarderle, c. forêt de Yotwccnt 
(Letourneuxj, bord du Lay, communes du Simon et de la Réorthe, 
c. Poiit-Charatilt (Pontarlier, Marichal). — LomE-iNF. Le Portereau : 
forêt de Toucois (Gol^ert). la Chasseloire (G. de l'Isle); vallée de la 
Sèvre près la Hautière ! Pont-Hubert sur la Divatte! (Guilio), Coti/fé 
(Coquet). RR. — C,-Xord. Vallée de la Rance au-dessus de Dinan 
(Mabille), r. S.-Jar;a^(Morin). — Il.-et-V. Brus (Letourneux), Bourg-des- 
Compte.s fDesmars), S.-Se/iowj:' (Rolland), forêt de Telllé, bord de l'A/'o;i 

(G. de l'Isle). RR. %%. Gir. Marcamps, Sauveterre (Motelay). 

— Lan. S.-Sever(L. D\iïonv)',Peyrehorade (Féraudj.— B.-Pyr. S.-Pierre- 
d'Irube (Sibuet). 

WIGELLAL. Sép. 5 pétaloïdes, caducs. Pét. petits, nectariformes à 
2 lèv., l'inf. bifide, onglet à fossette nectarifère couverte par la lèv. 
sup. Carp. 5-10 sessiles, soudés. Styles allongés. 

%. N. arvensisL. Rameaux ouverts. Feuilles multifides à divisions 
linéaires. FI. lilanc-bleuàtre. Sép. oval. -arrondis, nervés, brusquement 
contractés en onglet égalant le limbe. Pét. brusquement coudés, à lèv. 
sup. ovale, acuminée en longue pointe atteignant presque la base des 
appendices de la lèv. inf., renflés au sommet ; lèv. inf. à 2 lobes ovales, 
convexes et poilus en dehors, onglet et base violacé-sale, le reste 
marqué de l^andes jaunâtres et violacé-sale. Anthères apiculées. Carp. 
5-7, soudés dans leur moitié inf. trinervés. Graines triquètres. 
granuleuses. 0. jn-jt. Moissons du cale. — Char.-Inf. Cà et là dans le 
N. et N.-E ; Pons (Delalande). — Deux-Sèv. AC. — Vend. Benêt 
(Pontdevie). RR. %%• Gir. « Cousslgnac (Laterrade flore). » 

%. N. damascena L, Feuil. multifides à div. fines, linéaires en 
alêne. FI. bleu tendre, foncées à la base, terminales, solitaires dans un 
involucre semblable aux feuil. Sép. oval. -lancéolés. Pét. 5 ou nombreux. 
Anthères mutiques, verdàtres. Carp. 5 lisses, soudés jusqu'au sommet 
en une caps, globuleuse. Graines triquètres, ridées en travers. ^'.j"-j^. 
Moi.ssons du cale. — Cuar.-Inf. Le Pin (M™^' George), MontUeu (de 
Meschinet), S .-Georges-du-Bois, c. Saitites ! (Delalande), Chagnolet 
(Hubert), S'.-Vtuie/i (Foucaud), la Rochelle. S. -Romain ; S.-Na<aire 
(Giraudias). C. par localités. — Vend. Çà et là, plaine de Luçon 
(Lepeltier), Magnils fPontarlier, Marichal)," 3/o«^-eï^(7 (David), S.-Ét.- 

de-Brillouet ( Ayraud), Chaillé-les-Marais . R. %%. Gir. Champs 

env. de Coutrds. — Lan. Entre Urgons et Geaune ' (Lagu). 

%. N. gallica Jord. pugll. A', hisp. paruiflora Coss. notes 29. Tige 
de â-3 déc. cannelée, rude ; rameaux dressés. Feuil. pennifides, à lobes 
oblongs-linéaires, un peu en gouttière, FI. bleu pâle. Invol. nul. Sép. 
largement ovales, à onglet égalant env. la moitié du limbe. Pét. 5, 
brusquement coudés, à lèv. sup. lancéolée en alêne, atteignant la base 
des appendices de la lèv inf., celle-ci à 2 lobes arrondis, brusquement 
rétr/'cis en un appendice env. de même longueur, arqué, linéaire-cylin- 
drique, un peu élargi au sommet. Anthères apiculées. Carp. 5, soudés 
jusqu'au sommet en une caps, un peu rétrécie à la base, un peu rude 
au sommet et sur le bec étal ■ et tordu des carp.. ceux-ci à 3 nervures 
dont les latérales descendent jusqu'au tiers env. de la caps. Graines 
triquètres, lisses, marbrées. (î), jt-août. Moissons du cale. — Char.-Inf. 



14 RENONCULACÉES. 

PC. Dœuil (Dussouchaud), S.-Plevve-d'Amllly, Benon ; c. Beauvais 
(Savatier), ArdilUères, Loir (Parât) ; c. S.-Vlvien, S.-Chrlstophe 
(Foucaud), Clavette (Gelot), c. par localités à MontUeu (de Meschinet). 

— Deux-Sèv. Planisseau (Foucaud), çà et là ! entre Loubillé 
(Jousse), Chlsé (A. Guiilon), Pauay (Vernial) et Couture-d'Argenson. 

%%• GriR. « Grignols ! (Clavaud fl.). » — Lèvre inf. de la cor. 

bleuâtre' a la base, puis marquée d'une raie transversale pourprée, 
située un peu au-dessus de la base des lobes ; appendices jaunâtres, 
avec une raie pourprée au-dessous du sommet bleuâtre. 

AQUILEGIAL, Sép. 5 colorés, caducs. Pét. 5 en cornet, prolongés 
à la base en éperon creux, recourbé. Carp. 5 longuement acuminés 
par le style. 

A. vulgarisL. Ancolle. Tige de 5-10 déc. Feuil. 2 f. ternées à fol. 
inégalement crénelées, obtuses, pâles en dessous. FI. bleues, grandes, 
penchées, à éperons courbés en crochet. Carp. pubescents. %. mai-jn. 
Prés ombragés, lisière des bois. AG. — Moins c. au-delà de Lolre-Inf. 
— %%. GiR. C. — Lan. c. en Chalosse, ar. ailleurs. — B.-Pyr. AC. 

DELPHINIUML. Cal. irrégulier, à 5 sép. pétaloïdes, le sup. prolongé 
à la base en éperon. Pét. h, tous soudés en un seul, ou les deux sup. 
soudés et engaînés à la base dans l'éperon du cal. 

D. AjaoisL. Pied d'alouette. Tige pubescente, à rameaux redressés 
en angle aigu. Feuil. sessiles, découpées en lobes linéaires. Fl. monopét. 
bleues, roses ou blanches, tachées en dedans, 6-10 en grappe allongée. 
Pédic. ord. moitié plus long que la bractée, qqf. l'égalant. Carp. unique, 
pubescent. (î). j"-jt. Moissons de la région marit. ou cale. — Char. -Inf. 
MontUeu (de Meschinet). AG. — Deux-Sèv. ag. plaine de Chenay 
(Sauzé, Maillard), Airvault, Louln (Bonnin), Thouars (Lunet). — Vend. 
La Couture, c. Luçon (Pontarlier, Marichal), Nalliers (Ayraud), 
Chaillé-les-Marals ! Ile-d'Elle (Letourneux), Pouzauges (Gadeceau). 

— LoniE-lNF. AG. moissons de Brandu près Plrlac ! (Letourneux), et 
çà et là échappé des jardins. — MoR. (c Qulberon, S.-Gildas, (LeGall 
fl.). » RR. — Fin. Penmarc'h (Crouan). — G. -Nord. rr. presqu'île 

de S.-Brtac (Mabille). — Il.-et-V. S.-Malo (Rolland). %%. Gir. 

Soulac (Lalanne), Dalgnac (Daganet), Camiac .' (Bonnaves), Langon! 
(Goua), Plassac ! la Roque de Tau ! le Verdon, Bourg (Motelay), 
S. -Romain, Libourne. —Lan. Dax (Deflers), Mont-de-Marsan ; Bats! 
(Dupoy), Hastingues (Féraud). — B.-Pyr. Uoissons cVAnglet (Sibuet). 

— Cette espèce tond à se répandre hors des jardins, où elle est cuit, partout . 

%. D. Consolida L. Rameaux étalés. Feuil. sessiles, multifides à 
div. linéaires. Fl. bleues en épis lâches terminaux. Pédic. plus longs 
que la bractée. Carp. unique, glabre, (i). jn-sept. Moissons du cale. — 
Char.-Inf., Deux-Sev. AC. — Vend. Ile de Maillesais, Ue-d'Elle 
(Letourneux), Fontaines. %%. Gm. La Réole (Laterrade). 

%. D. cardiopetalumDC. Tige de 2-3 déc. finement pubescente, 
rarneuse. Feuil. multilides ou trilides. à lobes linéaires, les sup. entières. 
Fl. bleues en grappe serrée. Sép. pubérulents, le sup. à éperon beaucoup 
plus long que le limbe. Pét. tous libres, les inf. à Hmbe en cœur, 2 f. 
plus court que l'onglet. Trois carp. toruleux, à la fin glabres, 3 f. plus 
longs que le style. Graines arrondies, fortement ombiliquées, couvertes 
d'écaillés imbriquées non ondulées, (i)- j^-a*. Moissons du cale. — Char.- 
Inf. G. par localités, surtout dans le N. et le N.-E. — Deux-Sèv. g. par 



BERBÉRIDÉES. 15 

localités. — Vend. Ben.e^(Pontdevie). RR. %%• Gm. S. -Maia;ent 

(Lespinasse), S^*^-Crolx-de-Mons (Ciron), la Tresnè (Sibuet). 

ACONITUML. Cal. irrégulier à 5 sép. pétaloïdes, le sup. dressé, 
courlié en casque et recouvrant la cor. Pét. 2-5 très irréguliers, les 
deux sup. à long onglet, terminés en cornet éperonné, les inf. petits, 
linéaires, souv. o. Carp. 3-5 polyspermes. 

%%. A. LycoctonumL. Feuil. palmées à 3-7 lobes, larges, profonds. 
FL jaunes en grappes ovales. Caps, glabres. Graines ridées sur toutes 
les faces. %. jt.-at. Bois montagneux. — B.-Pyr. S.-Pierre-d'Irube 
(Sibuet). 

Obs. A. pyrenalcum Lam. Tout couvert de poils jaunâtres ; diffère 
en outre du précéd. par ses feuil. comme peltées et plus découpées, par 
ses fl, hérissées et d'un jaune plus vif. — 11 est indiqué c. dans les 
Pyrénées. — A. Napelluslu. a été indiqué à Per/re/iorarfe et à Sorde 
(Land.), où je l'ai vainement cherché. 

BERBÉRIDÉES. 

BERBERISL. Sép. 6. Pét. 6 munis de deux glandes àlabase. Etam. 
6 oppositives. Baie 1-3. sperme. 

B. vulgaris L. Epine vinette. Arbrisseau touffu, à rameaux cannelés, 
grisâtres. Epines 3. part. Feuil. obovales, ciliées-dentées, fasciculées. Fl. 
jaunes en épis penchés, axillaires. Baie rougeàtre. Av. -mai. Qq. i^ieds 
çà et là dans les haies. — 11 est possible que cet arbrisseau, cuit, partout, 
ne soit nulle part spontané, mais qu'il ait été propagé par les oiseaux, 
ainsi que d'autres arbres à baies. 

NYMPHÉACÉES. 

Sép. i-6. Cor. régulière. Pét. nombreux. Etam. nombreuses, à filets 
pétaloïdes, insérées ainsi que les pét. sur un disque entourant plus ou 
moins l'ovaire. Anthères adnées. Ovaire pluri-loculaire, à plusieurs ovules 
attachés aux parois des loges. Stigm. rayonnant. Fruit indéhiscent, 
rempli d'une pulpe gélatineuse. P^a/ites aquatiques à souche rampante. 

NYMPHEA L. Sép. h. Pét, nombreux imbriqués sur plusieurs rangs, 
sans glande nectarifère. Ovaire à moitié entouré par le disque. Stigm. 
à rayons libres, ascendants. 

N. alba L. A'. Milletii et pennixta. Bor. Nénuphar. Feuil. flottantes, 
presq. orbiculaires, profond, en cœur à la base. Sép. oval. -lancéolés, 
verdatres en dehors. Fl. blanche flottante. Baie globuleuse. %. jn-a*. 
Eaux stagnantes profondes. C. — Yar. qqf., ainsi que la plante suiv., 
à fl. moitié plus petites. 

NUPHAR Smith. Sép. 5 plus longs que les pét. nombreux, sur un seul 
rang, et ayant sur le dos une glande nectarifère. Ovaire presque libre. 
Stigm. à rayons nombreux, sessiles, sur un disque couronnant l'ovaire. 

N. luteum Smith, A^i/mphœaL. Feuil. flottantes presque orbiculaires, 
profond, en cœur à la base; pétiole triquètre. Sép. oval. -arrondis. Fl. 
jaune, odorante, élevée hors de l'eau, d'env. 6-8 cent. Stigm. à rayons 



16 PAPAVERACÉES. 

disparaissant près du bord. Baie conique. %. jn-af. Eaux stagnantes 
profondes. C. 

PAPAVERACÉES. 

Sép. S caducs. Cor. régulière à h péL Etam. nombreuses {h dans 
Hjjpecoum), hypogynes. Ovaire libre à plusieurs stigm. sessiles. Caps, 
ovale, oblongue ou en forme de silique. Placenta latéraux ou en forme 
de cloisons, "i/er&es à suc blanc ou jaunâtre. 

PAPAVER L. Stigm. A-10 rayonnants, sessiles sur un disque couronnant 
l'ovaire. Caps, ovale ou allongée, à 1 loge s'ouvrant sous les stigm. par 
autant de valves qu'il y a de fausses cloisons. 

Obs. Les plantes suiv., appelées Coquelicot, sont annuelles, ont la 
tige rameuse, hérissée, et les feuil, 1, â. pennifides à lobes dentés ; elles 
se ressemblent par le port et fleurissent en mai-j*. 

* Caps, hérissée; filets des étant, élargis au sommet. 

P. ArgemoneL. Caps, allongée-en massue, hérissée de soies 
arquées-dressées. Stigm. h-6 atteignant ou dépassant le bord du disque 
sinué. Sép. à poils épars. FI. petite, rouge pâle, onglet à grande tache 
noire. Moissons du cale, et du bord de la mer, plus rar. du schiste. PC. 

— Plus G. midi do la Loire %%. Gm. AC. — Land. PC. — B.-Pyr. AR. 

P. micranthum Bor. Caps, oblongue, non en massue, munie de soies 
raides plus drossées que dans P. Argemone. FI. petite de 25-28 mil.; 
pét. obovales-elliptiques, écartés, rouge minium clair, à onglet violet 
foncé; anthères bleues; pédonc, à poils couchés. Moissons. — Cii.-Inf. 
LaJarrie, S. -Christophe, Angliers, Angoulins, Fcc^sfFoucaud), Foreras 
(Parât ! ), Paillé (Keau). — Deux-Sèv. S.-Pompain (Guyon), entre 
Mauzé et Petit-Jouet (Foucaud), S.-Loup (Cornuault). 

P. hybridumL. Caps, ovale, hérissée de soies nombreuses, raides, 
étalées, arquées. Stigm. 6-8 atteignant les bords du disque sinué. Sép, 
hérissés. FI. petite, rouge violacé. Moissons du cale, et du bord de la 

mer. PC. — Plus c. midi de la Loire. %%• Gm. PC. — Lan. ac. en 

Chalosse. — B.-Pyr. Env. de Bayonne (Sibuet). 

"".Caps, glabre; filets des étam. en alêne. 

P. RhœasL. Caps, courtement obovale. Stigm. 10 sur un disque 
dont les IoIjcs se recouvrent par les bords. FI. grande, d'un beau rouge, 
pédonc. hérissé, très rar, à poils couchés. Moissons, terres cultivées. C. 

— Plus c. dans le cale, et au bord de la mer. — Caps, variable. 

Obs. M. Jordan Diagnoses, p. 99, eticon. considère quolesP. /?/iœ«.s 
et dubium des auteurs correspondent à des groupes très nombreux 
d'espèces. 

P. dubium L. Caps, oblongue en massue. Stigm. 5-7 n'atteignant 
pas les liords du disque crénelé-lobé. FI. plus petite et d'un rouge 
moins vif que le précéd.; pédonc. à poils couchés, ceux du bas étalés. 

Champs, murs. C. %%• Gm. AC. — Lan. ag. en Chalosse, r. dans 

la Lande. — B.-Pyr. AC. — ' Caps, variable, ord. rétrécie graduellement 
à partir du quart super, qqf. plus ou moins resserrée à la base. 

P. coUinumBog. P. modestum Jord. ! le. no 2L Uu peu glauque. 
Caps, oblongue en massue brusquement rétrécie à la base, qui est 



PAPAVÉRACÉES. 17 

plus étroite que le sommet du pédonc. Stigm. 5-7 n'atteignant pas le 
l)o;'d du disque moins distinctement lobé que dans P. diibltim ; pédonc. 
à i)oils couches. Plante moins liispidequc laprécéd.. feuil. moins lobées. 

— Chau.-Inf. Vignes, champs de la pointe sud de l'Ile de Ré, depuis 
la Flotte! fLetourneux), le Martray (Foncaud), Aulnai/ (Giraiidias!). 

— Deux-Sèv. Ménlgoute, Niort, Souche, la Mot'he, S.-Genard 
CGipaudias). G. CSauze il.). — Fix. Brest iCvowan). — C.-Noud. Env. de 

S.'Drleuc. -'%^.G\i\.S.-Marien?me\dQ\),Coutras,c.S.-Sympho- 

rlen ; Budos, S'.-Mêdard (Ducot). — Lan. c. champs sablonneux, 
cAÛim-'csdela^^ande, Roque fort.— B.-V\K. chQ\.\bid\\BoucaukHendaye . 

P. LecoqiiLamotte. Diffère de P. dublum par la caps, presque 
cylindrique rétrécie à la l)ase, les stigm. atteignant ou dépassant le 
bord du disque dont les crénelures ont les bords contigus, par les graines 
brunes et non glauques, plus petites, et enfin par le suc jaunissant à 
/'«//'. —Chaiî.-Inf. Mnrtayne ; S.-Xandre (Lelourneux), Ai y re feuille, 
AnfjUer, la Jarrie (Foucaud), Beauvais, haies entre Brie et Sonnac 
fSavatierj, Aulnay (Giraudias !). — Delx-Sèv. Amaillouœ (Guyon), Puy- 
S.-Bonnet, Nanteuil, Prahecq, S^'^'-Soline, Maire l'Evescauït, Le<ay, 

AC. (Sauzé 11.). —Vend. Mo/t«r/mMGenevierj. %^. Giii. Blaye, 

S .-André-de-Cubzac, la Rivière. 

MECONOPSîS Vig. Style court, J!»-6 stigm. rayonnants, libres. Caps, 
obovale à 1 loge s'ouvrant au sommet par i«-6 valves; placenta allongés 
en meml)rane étroite. 

M. cambrica Vig. Papaver L. Herbe à suc jaunâtre. Tige rameuse. 
Feuil. pennées à fol. ovales, incisées-dentées. un jieu décurrentes sur 
le rachis, glauques en dessous. Pédonc. très allongé à 1 fl. jaune. Caps, 
glabre à A-6 côtes blanches. %. j"-at. Partie rocheuse ombragée des 
îjois montagneux. — Fin. Forêt de La? dans les Montagnes-ISoires 
(Bonnemaison herb.). — Je ne l'y ai pas retrouvé, ni d'autres non plus. 

RŒMERIADC. Style court, stigm. en tète. Caps, en forme de silique 
à 1 loge, à 3. h valves "^s'ouvrant du sommet à la base. 

%. R. lijhrida BC. ChelidoniuniL. Tige plus ou moins poilue. Feuil. 
I)ipennilides à div. linéaires terminées par une soie. Fl. solitaires, violet 
foncé. Caps, linéaire, longue, hérissée de .soies éparses, étalées, un peu 
arquées. Graines réniformes, cendrées, alvéolées, (i). mai-j". Moissons 
et friches du cale. — Puy-Notre-Dame (Maine-et-L.) tout près des 
Deux-Sèo. (Bastard). — Amberre, Vendeuvre, Couture dans la Vienne 
(Guyon). 

GLAUCIUMTourn. Caps, en forme de silique, à 2 loges, à 2 valves 
s'ouvrant du sommet à la base. Graines logées sur un seul rang dans 
une cloison spongieuse. 

G. luteum Scop. Très glauque, rameux. Feuil. pennifides à lobes 
incisés-dentés, les sup. arrondies-sinuées, embrassantes. Fl. grandes, 
jaunes. Silique de 2 déc, arquée, rude. @. jn-at. AC. sables et décombres 
du bord de la mer. — Plus c. midi de la Loire. 

CHELIDONIUM L. Caps, en forme de silique 1 . loc. à 2 valves s'ouvrant 
de la base au sommet. Graines sur deux rangs, couronnées par une crête. 

C. majusL. £'c^««re. Herbe à suc jaune fétide. Feuil. pennifides à 5 ou 
7 fol. ovales, incisées-lobées, glauques en dessous. Fl. petites, jaunes, 
presq. en ombelle simple. *]^."mai-sept. Décombres, murs, haies. CC. 



18 FUMARIACÉES. 

{i. laciniatum. Fo\. profond, découpées, à nervures divergentes, Pét. 
ord. incises-crénelés. — Gir. Bordeaux (Diicot). 

HYPECOUML. Pét. h inégaux. Étam. /* oppositives. Caps, en forme 
de silique se séparant à la maturité en articles 1. spermes. 

%. H. pendulumL. Tige dressée. Feuil. glauques, bipcnnilides, à 
lobes linéaires, les rad. nombreuses, celles de la tige naissant sous 
les rameaux. FI. petites, jaunes, solitaires, axillaires et terminales. 
Sép. ovales, courts. Pét. ext. non tachés, les int. à 3 lobes, les latéraux 
tachés de points noirâtres, l'interméd. à limbe spatule, cilié. Caps, 
pendante, non arquée, noueuse, non articulée. ;i). mai-j". Champs cale. 

— Deux-Sèv. Féole près Thouars (Genuer 18/*0), près du parc cVOlron 
(Tùussaints). R. — Puy-Notre-Dame en Maine-et-Loire (Bastard). — 
Ve/ic^eayre dans la Vienne (Guyon), Nanville en S.-Laoïi dans la Vienne, 
sur la limite des Deux-Sèv. (*J. Richard). 

FUMARIACÉES. 

Sép. 2 caducs. Cor. irrégulière à h pét. imitant une fl. papilionacée. 
Etam. hypogynes, réunies en 2 faisceaux terminés par 3 anthères dont 
les latérales sont à 1 loge. Ovaire libre. Style fdiforme. Fruit tantôt 
polysperme, 2. valve, à placenta persistants sur les sutures, tantôt 
1. sperme, indéhiscent. Graines arillées. Herbes à suc aqueux ; feuilles 
multifîdes. 

CORYDALISDC. Sép. â ou 0. Pét. super, épcronné à la base. Fruit 
polysperme, 2. valve. 

C. solida Smith, C. hulbosa DC. Fum. bulbosa y L. Racine bulbeuse, 
arrondie, pleine. Tige simple d'env. 2 déc. Feuil. %h glauques, â f. 
ternéesàfol. obtuses.'Bractées digitées. FI. rougeàtrcs, en épi terminal. 
%. mars-avr. Haies, taillis. — Deux-Sèv. La Mothe (Sauzé, Maillard), 
Éxouduji, Bougon, Méiiigoute (Giraud'ms), Moncoutant, la Peyratte 
(Janneau), Louln, Airvault (Bonnin), ac. S. -Loup (Guyon), rr. Ch'ambon 
près Thouars (Lunet), Bressxdre, Châtillon-S.-Sèvre (Toussaints). — 
Vend. Bols-Plat, c. forêt de Vouvant (Letourneux), la Dalle près 
Nap., au-dessous de Challlé-les-Onn., bord du Lay en la Réorthe 
(Pontarlier, Marichal), la Melllerale-Tillay, Challans (Gobert), PC. 

— LomE-iNF. Bord du Havre, de la Dlvat'te, Mauves, Pont-du-Cens, 
Carcouët, le Portereau; Vertou (Letourneux), Malsdon! (Bornigal), 
c. bord de la Sèvre entre Monnières et S.-Flacre ! (Guiho), Château- 
Thébaud (Bureau), S.-J.-de-Corcoué ! (Cailleteau). etc. AR. — Il.-et-V. 

La Trotinais en Bourq-des-Comptes (Deglanci. Le Gall). RR. 

%%. Gm. Budos (Gouaj. 

C. claviculataDC. Fumarla L. Tige rameuse, grimpante. Feuil. 
pennées ; pennulespédicellées, presque digitées, à fol, oblongues, entières. 
Pétioles terminés en vrille rameuse. FI. petites, 5,6 en épi, blanc 
jaunâtre. Ca]is. à 2,3 graines. 0.jn-at. Buissons et rochers des coteaux 
schisteux et granitiques. AC. 

Obs. C. luteaDG. sans vrilles et à fl. jaunes plus grandes que celles 
du précéd., s'échappe des cultures et se naturalise sur les vieux murs 
à Dlnan, S.-Juvat, Matignon, S.-Brleuc, Landerneau, etc. 

FUMARIAL. Futneterre. Sép. 2. Pét. super, éperonné à la base. 
Fruit Lsperme, indéhiscent. Herbes annuelles des lieux cultivés, 



FUMARIACÉES. 19 

fleurissant de n\al à sept. ; tiges anguleuses, faibles, diffuses, ou 
grimpantes par les pétioles qui se roulent autour des corps voisins ; 
f'euil. décomposées ; //. rougeo.tres ou blanchâtres, foncées ausommet, 
en épis opposés aua- feuil. 

F. speciosa Jordan cat. Grenoble, I8h9, F. capreolata auct. part. 
Plante élégante, robuste, vert clair. Pédic. fructifères, épais, toujours 
recourbés, dépassant la bractée. Sép. ovales, aigiis, prolongés à la base 
et fortement dentés, égalant la moitié de la cor., qui est plus étroite. 
Cor. blanche ou rosée supérieurement, brun noirâtre au sommet, pét. 
inf. verdatre au sommet, éperon gros, arrondi. Fruit orliiculaire. lisse. 

— Ciiaf^.-Inf. Saintes (M. Arnalild), S. -Denis d'Oleron (Foucaud). 

— Mou. Riantec avec fl. rosée (Tasléj, — Fin. c. arrond. de Brest. 

— C.-NoRD. Env. de S.-Brieuc (Baron), coteaux de la Rance à Taden 
et S.-Samson fMorinj. — Il.-et-V. ac. env. de Paramé près S.-Malo 

(F. pallidiflora JorJ.. Mabille cat.). %%■ Gir. Bordeaux 

(Des Moulins). Léognan, Cadillac, S^^-Cro'ix'-de-Mons (Motelay), 
Verdelais (Bonnaves'j. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris). — B.-Pyr. 
S.-Jean-de-Lu2 et env., avec û. rosée. 

F. Borsei Jordan, F. Bastardivar. maJorBoreimrevue. F. Bastardi 
Jord.. F. muralis Bor. éd. % F. capreolata Smith, Lloy-dû.Loire-Inf. 
Lol^es des feuil. ovales ou oblongs. Pédic. fructifères étalés, rar. 
recourbés, plus longs que la bractée. Sép. grands, largement ovales, 
peltés, fortement dentés vers la base, dépassant à peine la largeur de la 
cor. Fruit globuleux, un peu plus long que large, très obtus. C. — 
PC. le cale. 

F. confusa Jordan, F. Bastardi Bor. revue et flore, édit. âet 3, F. 
capreolata Bor. éd. 1. Diffère de F. Borœt par les lobes des feuil. plus 
obtus, par la fl. plus pâle, 1/2 plus petite, les sép. 1/2 plus petits, 
étroitement ovales, très peu ou point prolongés au-dessous de leur 
insertion, où ds sont très peu ou point dentés, persistant sur le jeune 
fruit, plus étroits que celui-ci, et par la bractée large, 2 f. plus courte 
que le pédic. — Çà et là. R., moins r. dans le cale. — La base du 
fruit, qui est ord"plus étroite que son diamètre, est souv. delà largeur 
du pédic. qui est épaissi tout autant que dans F. Borœi. 

F. officinalis L. Bull, médic. 189. Lobes des feuilles oblongs-linéaires. 
Sép. oval. ou oval. -lancéolés, plus étroits que la cor., dont ils égalent 
env. le 1/3. Fruit globuleux, plus large que long, tronqué, presq. 
échancré, un peu ridé-granuleux. C. — Plus c. le caîc. — ac. Bretagne, 
au-delà de la Vilaine. 

F. micrantliaLagasca. Lobes des feuil. oblongs-linéaires. Epi serré ; 
pédic. dressé, épais, en coupe au sommet, égalant la bractée ou plus 
court. Sép. dentelés tout autour, orbiculaires, peltés, beaucoup plus 
larges que la cor. et dépassant le tiers de sa longueur. Fruit globuleux, 
un peu plus large que long, un peu ridé-granuleux. — Char. -Inf. De 
Méchers à Royan; Angoulins ! (A. Guillon), La Rochelle; Saintes 
(M. Arnauld), Péré (Parât), Surgères, Marans, Breuil-Magné, la 
Vergne, S.-Savinien (Foucaud)." — Deux-Sèv. Niort (A. Guillon), 
Viliiers-en-P.. rr. S.-Pompain. S.-LoupI Chiche, Lageon (Guyon), 
Aircault ; Thouars (Lunet), Louin (Bernard). — A'end. Challans, 
Chaillé-les-Marais ! S^^-Gemme (Pontarlier), S.-Gervais (Gadeceau), 
Fontenay et env. (Letourneux), rr. Mortagne (Genevier). — LomE-iNF. 



20 CRUCIFERES. 

Arthon ! (Gobert), le Collet (Gadeceau), Botirgneuf (P. Bruneauj, 
Machecoul, S.-J.-de-Corcotié (Gailleteaii). — Mon. Ile-auœ-M ouïes ! 
S.-Gildas (Taslé). RR. — Fin. Kérltji-Penmarc'h, 'Plomeur (Crouan). 

F. parvifloraLam. Très-glauque. Lobes des feull. linéaires, en 
gouttière. Sép. petits, de la largeur du pédicelle court, épais. FI. 
blanchâtres. Fruit mûr globuleux, ridé-granuleux, apicalé. Champs 
cale, ou sablon. — Guau.-Inf. AG. surtout sables maritimes. — Deux-Skv. 
Niort (A. Guillon), S.-Pompain, Villiers-en-P. (Guyon). S^^'-Eanne, 
"S.-Florent (Giraudias), Airoaa^^ (Bonnin), Sowda/i(Portron), Thouars 
(Revelière). — Vend. Noirmoutier ; c. Fontenay ! (Letourneux), 
S.-J.-de-Mont ! (Gadeceau), Palluau (Giraudias), S.-Hilaire'de-Ries, 
Les Sables, S^^'-Palxine (Marichal, Pontarlier). — Loire-Inf. Chéméré, 
Machecoul, c. dans toutes les vignes sablon. cVEscoublac à S. -Sébastien 
et au village deCavareau; autour du Pouliguen ; Por nie (Gadeceau). 

R — Mgr. Quiberon (Le Gall). RR. — Fin. Plomeur (Crouan). 

%%, Gin. PC. 

F. VaillantiiLois. Glauque. Lobes des feull. linéaires-lancéolés, 
planes. Sép. iras pet'ils, plus étroits que le pédic. FI. rosées. Fruit mûr 
globuleux, ridé-granuleux, obtus, apiculé. Champs cale. — CnAU.-lNF., 
bp:ux-SÈv. AC — Vend. Vignes des dunes entre Olonne, S.-Hilaire-de- 
Rie^ et S.-Jean-de-Mont, S^^-Paixlne, de Mouzeuil à NaUiers (Ponlar- 
lier, Marichal), Chaillé-les-Marais ; Sauveré-le-Sec (Avraud). — Loire- 
Inf. Machecoul, Arthon. RR. %% Gir. PC. 

CRUCIFÈRES. 

Sép. h. Pét. h opposés en croix, onguiculés, alternes avec les sép. 
Etam. 6 hypogynes, tétradynamcs, c.-à-d. 2 i^lus courtes solitaires, 
opposées aux sep. extér. et U plus longues géminées, opposées aux 
sép. intér. Anthères à 2 loges introrses. Ovaire libre. Style 1 à ord. 2 
stigm. Fruit allongé (silique), ou court (silicule), rar. à une loge 
indéhiscente, ord. à 3 loges, à 2 valves parallèles à la cloison qui porte 
sur chaque bord plusieurs graines, rarement une seule. Herbes à feuil. 
alternes ; fl. en épis ou en grappes. 

Siliqueuses. — Fruit au moins trois fois plus long que large. 
* Graines sur un rang. 

22. Raphanus. Silique indéhiscente, articulée en travers. 

S3. Brassica. Cal. dressé. Silique presque cylindrique. Graines globu- 
leuses. 

23. Sinapis. Caract. du Brassica. Cal. étalé. 

23. Erucastrum. Cal. ouvert, bossu à la base. Siliq. linéaire, valves 
convexes à 1 nervure. Graines ovales ou oblongucs. 

26. Erysimum. Cal. fermé ou dressé. Siliq. tétragone. 

25. Sisymbrium. Cal. égal à la base. Caps, linéaire. Fl. jaunes, petites. 

27. Hesperis. Cal. bossu à la base. Siliq. linéaire. Stigm. à 2 lames 

dressées-conniventes. Graines anguleuses. 

27. Matthiola. Cal. fermé, bossu à la base. Stigm. à 2 lobes épaissis 

sur le dos. Graines comprimées. 

28. Malcolmia. Caract. du Matthiola. Style conique en alêne. Graines 

non bordées. 
28, Cheiranthus. Cal. fermé, bossu à la base. Stigm. à 2 lobes non 
bossus. Graines comprimées. 



CRUCIFÈRES. 21 

28. Barbarea. Cal. dressé, prescf. égal à la base. Siliq. linéaire, presque 

tétragone; valves convexes. FI. jaunes. 

29. Arabls. Cal. dressé, bossu à la base. Siliq. linéaire, valves planes. 

Graines comprimées. 

30. Cr(rdainine. Cal. étalé. Siliq. s'ouvrant avec élasticité. 

31. Dentarla. Caract. du Cardamlne. Cal. dressé. Souche écailleuse, 

fragile. 

** Graines sur deux rangs. 

2-'«. Dlplotaœls. Cal. lâche, égal à la base. Siliq. linéaire, comprimée. 
FI. jaunes, rar. blanches. 

25. Eruca. Siliq. terminée par un bec long, aigu et à 2 tranchants. 

FI. jaunâtres ou blanches veinées de violet. 

26. Braija. Cal. égal à la base. Siliq. linéaire à 1 faible nervure. FI. 

])lanche, très petite. 
29. Turrltls. Silique linéaire, à 1 forte nervure lono-itudinale. FI. blanche. 

32. Nasturtium. Cal. étalé. Silique courte ou silicule. 

SiLiGULEusES. — Fruit moins de 3 fois plus long que large. 

* Silicule indéhiscente. 

3h. Biuilas. Silic. à h angles dentés'en crête. 
37. Clypeola. Silic. petite, orbiculaire, pendante. 
35. Isatis. Silic. plane, 1. sperme. 
U2. Blscutella. Silic. plane à 2 lobes orbiculaires. 

33. Crambe. Grandes étam. munies d'une dent au sommet. Silic. à 2 

articles, l'inf. en forme de pédicelle. 
.3'<. Ccihlle. Cal. dressé, bossu à la base. Article inf. delà silic. en eone 

renversé. 
33. Raplstrum. Article inf. de la silic. en forme de pédicelle. 
h\. Coronopus. Silic. à 2 lobes tuberculeux ou ridés. 
3h. A'^esîea. Silic. osseuse, globuleuse, 1. sperme. 
3h. Caleplna. Silic. ovale-globuleuse, acuminée, 1. sperme. 
3/*. Mjjarjrum. Silic. comprimée, S.loc. 

** Silicule s'ouvrant d'elle-même. 

/il. Teesdcdea. Pét. inégaux. Filets des étam. munis à la base d'une 

petite écaille blanche, 
il. loeris. Pét. très inégaux. 

35. CameUna. Silic. renflée en poire. 

36. Alyssitm. Silic. orbiculaire, comprimée. Valves convexes au milieu. 

Graines bordées. 

37. Draba. Silic. elliptique. Valves presque planes. Graines sur 2 rangs. 

38. Lunaria. Silic. elliptique, plane, large de 1 après de 3 cent. 

35. Cochîearia. Silic. presque glol)uleuse ou elliptique. Valves ventrues. 
Graines non bordées. 

38. Lepldlum. Silic. ovale, comprimée. Valves en carène qqf. ailée. Loges 

1. spermes. 

39. Hvtchlnsla. Caract. du LepUlium, loges de la silic. à 2 graines ou plus. 
iO. Thlaspl. Silic. ovale, échancrée au sommet. Valves en carène ailée. 

Loges 3-6. spermes. 
hO. Capsëlla. Silic. triangulaire en cœur renversé. 

A]>err. NastitrUnin amphibfum, pyrenaicnw, p. 32 et 33. 



22 CRUCIFÈRES. 

A. Siliqueuses, c.-à-d. dont le fruit est 3 fois plus long que large. 

RAPHANUS L, Cal. dressé, bossu à la base. Siliq. linéaire ou conique, 
cylindrique, indéhiscente, à 2 loges continues ou se séparant en articles 
transversaux 1. spermes, terminée en long bec conique. 

R. RaphanistrumL. Ravenelle. Tige de 5-8 déc. rameuse-étalée. 
Feuil. lyrées à lobes ovales, sinués-dentés, rudes, le terminal plus grand. 
Siliq. se séparant à la maturité en articles 1. spermes nombreux, 
fortement nervés, à bec très long. FI. jaunes, veinées ou d'un jaune 
blanchâtre veiné de violet. (î). jn-oct. Moissons, prés, champs en friche, 
ce. — Qqf. (2) et alors plus robuste avec les lobes des feuil. rad. et 
inf. séparés par d'autres plus petits. 

p. R. inarltlmus Smith. Tige de 10-15 déc. à rameaux très étalés ; 
feuil. rad. et inf. à lobes séparés par d'autres plus petits, les rad. en 
large rosette ; fl. jaunes, non veinées ; siliq. à articles moins nombreux, 
plus gros, très fortement nervés, à étranglements plus distincts, bec 
moins long; rac. i^, rar. trisannuelle, mais certainement pas vivace. 
Rochers maritimes dans les îlots ou dans les lieux exposés à la grande 
mer. — Mon. Houat et îlots voisins, où il est c ! (Dclalande), r. 
Larinor et Guldel près Lorlent. — ¥m. Iles Glénans, cvOidede Brest, 
R. Ile de Bats; c. Ile Verte près Rosco/f fMoreau). — C.-Nord. Ile 
Bréhat fDebooz). RR. — Il.-et-V. rr. îlot v.-à-v. S.-Briac, pointe de 
Laoarde (Mabille cat.), île des Rlmcdns (Delîoozj. RR. — Distinct 
de R. Raphanistrum selon Le Gall et Crouan. 

Obs. Un Raphanus très voisin de R. maritimusSm., dont il diffère 
surtout par la silique ayant jusqu'à 6 articles dont le super, est terminé 
par un bec l'égalant 1-3 f., croît prairies, bord des chemins : — Char. -Inf. 
La Rochelle, Chdtelaillon, vallées de Za Charente et de ses affluents. 

%X- GriR. de PauUlac à Bordeaux et env. etprobal)lemcnt pJus 

loin et aussi vallée de la Dordogne. — Lan. Bacheforét en Tarnos. — 
B.-Pyr. du Boucau à Guéthary. (J. F.). 

06s. R. La/icZr« Moretti e.st très voisin de R. Raphanistrum et encore 
plus de jR. niarltlmus ; feuil. rad. et inf. lyrées à lobes séparés par d'autres 
plus petits, les inf. recourbés, les feuil.' rad. en large rosette; fl. jaune 
pâle, veinées ; siliq. subéreuse, lisse, à nervures faibles, à étranglements 
moins distincts, bec long. (g). 

BRASSICAL. Cal. dressé. Siliq. presque cylindrique, terminée en bec. 
Graines globuleuses sur un rang. 

B. Cheiranthus Vill. Glaucescent. Tige rameuse, couverte dans le bas 
de poils épars. étalés. Feuil. hispldes, pennées, à fol. oblon^-ues, sinuées- 
dentées, les su}). à fol. linéaires. Cal. toujours fermé. Fl. jaunes. Siliq. 
d'env. A cent., linéaires, bosselées, terminées en bec à 1, S! graines à la 
base. (2), %. j'i-a'. Coteaux pierreux, bord des haies, bois de pins. C. — 
Une forme ord, naine est ac. dans les sables maritimes. 

B. oleraceaL. Chousauvage. Très ûr^a^/'f. Tigede6-10déc. rameuse. 
Feuil. lyrées, sinuées-ondulées, glauques, épaisses, les sup. lancéolées, 
auriculées, dentées ou entières. Fl. jaune pâle en grappes lâches. Cal. 
dressé, bossu à la base. (2) et trisannuel, mai. — Char. -Inf. Rochers cale, 
de la Gironde, de Mortagne à Méchers et plus bas. 

*B. NapusL. Navet. Glauque, rameux.Rac. pivotante, charnue. Feuil. 



CRUCIFERES. 



inf. lyrées, les sii]^. oblongues, rétrécies au-dessus de la base élargie, 
embrassante en cœur. FI. jaunes en grappes lâches. Cal. à la fin étalé. 
(îp. av. -mai. Cuit, partout et sous-.spontané çà et là. — Aux Iles d'Ouessant 
(Fin.), sa rac. est grêle, effilée (non charnue comme dans les navets 
cultivés) et ce caractère persiste après plusieurs années de culture par 
M. Blanchard, qui croit que cette plante est le type sauvage du navet. 
— B. olcroncnsis Saxaiier, ann. acad. Rochelle, '1878, appartient (ainsi 
que le nacet de Belle-Ile) à la race des navets durs du type, et sa 
racine qui, sur la côte d'Oleron, est « longue de 10-15 cent, et rarement 
plus de la grosseur du doigt », devient 3 f. plus grosse par la culture. 

ERUCASTRUM Schimp. Cal. ouvert, bossu à la base. Siliq. linéaire, 
valves convexes à une nervure. Graines ovales ou oblongues sur un 
seul rang. 



%. E. obtusangulum Reich. Slsymbrlnm DC. Tige de 3-6 déc. fine- 
ment pubescente dans le bas, à poils dirigés en bas. Feuil. pennipartites, 
à lobes obtus, dentés-sinués, ondulés, un peu glauques, les lobes infér. 
des feuil. intermédiaires situés près de la tige qu'ils embrassent comme 
par deux oreillettes. FI. d'un Ijeau jaune, odorantes, en grappe sans 
bractées. Sép. très étalés, plus courts que le pédic. Siliq. redressées sur 
un pédic. ouvert, bec portant souv. une graine à la base. (2). j". — Char. -Inf. 
R. rochers cale, de la Gironde, de S.-Seurin aux Monnards. RR. 

%. E. PollichiiSchimper. Sis., Erucastrum Vol. \'\\\. Diffère du 
précéd. parles feuil. à lobes infér. écartés de la tige et non embrassants, 
par les fl. jaune pâle, plus petites, les infér. garnies d'une bractée sem- 
blable à la feuil., par les sép. ouverts, les étam. appliquées et le bec 
des siliq. sans graine, (i). Print. et aut. Lieux sablonneux, décombres. 
— Deux-Sèv. Èvelllard près Pas-de-Jeu (J. Richard 1869). RR. 

SINAPISL. Diffère (à peine) du Brasslca par le cal. étalé. 

S. nigraL. Moutarde. Tige rameuse d'un mètre et plus. Feuil. infér. 
lyrées, grandes, rudes, à lobe terminal très grand, les super, lancéolées, 
entières, glabres. Fl. jaunes. Slllq. tétragones à bec court, serrées 
contre l'axe. Graines noires. (î). j"i-sept. Lieux pierreux, coteaux, bord 
des rivières, des marais, terres fortes salées. — Char. -Inf. c. région 
maritime et vallée de la Gironde ; S.-J.-d'Angély et env. (Pinatel), 
S .-George.-^-du- Bols (Dussouchaud). — Deux-Sèv. Niort ! S .-Pompaln 
(Guyon), S.-Eanne, Souclgné, S^f'-Pe^enne, S^'^'-Sollne, Lesay, PC. 
(Sauzé û.). — Vend. c. région maritime et le Marais fPontarlier, Mari- 
chal). — Loire-Inf. ac. oseraies delà Loire, c. sur le talus des fossés du 
bas de la Loire, oiiVorv récolte ses graines qui fournissent la moutarde 
du commerce. — pc. au delà de la Lo^re jusqu'au Fin. : delà ac, surtout 

dans la région maritime. %%. Gni. AC. — Lan. Candresse, 

Mugron, Roquefort, Aire, Castelnau-Tursan. — B.-Pyr. AC. 

S. arvensisL. Tige rameuse de J*-6 déc . hispide. Feuil. ovales, inéga- 
lement dontées, les infér. lyrées ou lobées, hispides. Fl. jaunes. Slhq. 
cylindriques, bosselées, demi-dressées, glabres, plus longues que. le bec 
long conique-en alêne, à 3 nervures dorsales. Graines noires, (i). jn-at. 
Moissons, vignes, champs cultivés. CC. — Yar. qqf. à siliq. couvertes de 
l)0!ls réfléchis. 

Obs. S. Schkuhrlana Reich. Boreau, M. de Rochebrune, qui le trouve 
dans les lieux cuit, humides, les décombres de la Charente, le distingue 



24 CRUCIFÈRES. 

de S. arvensis « par ses fl. d'un jaune plus paie, ses siliq. grêles, 
allongées, un peu Hexueuses, toruleuses jusqu'à la maturité, à 5 ner- 
vures, les deux latérales plus faibles et. interrompues, tandis que S. 
arvensis a une siliq. épaisse et à 3 nervures ; enfin par le pédic. de la 
siliq. grêle, non épais et court, par les graines ]>ien plus grosses. » — 
Deux-Sèv. C. (Sauzé fl.). %%. Gm. AC. (Clavaud fi.). 

%. S. albaL. Moutarde blanche. Tige hispide. Feuil. lyrées-penni- 
fidês à lobes ovales, sinués-dentés. Fl. jaunes en grappes. Pédonc. 
sillonné, étalé. Siliq. toruleuses, hispides. munies sur le dos de trois 
nervures saillantes et terminées par un bec long en sabre. Graines 
jaunâtres, 2,3 dans chaque loge. (i). mai. Coteaux, rochers et moissons 
des ter. cale, ou argileux. — Char.-Inf. Mortagne. %%• Gir. AC. 

S. incanaL. ErucastrumKoch, Hirschfeldla adpressa Moenrh. 
Tige de 5-10 déc, rameuse, couverte de poils dirigés en bas. Feuil. 
lyrées, les super, lancéolées, entières, pétiolées. Fl. jaunes. Slllq. grêles, 
cylindriques, un peu toruleuses, serrées contre l'axe; valves à 1 nervure 
et à veines anastomosées ; bec court, rétréci à la base, à une graine. 
{^. jn-sept. Cham])S, coteaux, lieux pierreux, décombres du cale. — 
Ciiar.-Inf. de S.-Romain-de-Beaumont jusqu'à Royan, Teri-e-Nègre, 
la Tremblade ; Oleron, Fouras jusqu'à la Rochelle ci Vile de' Ré, 
Saintes, c. par localités. — Vend. S. -Gilles, Ile-d'Yeu. — Loire-Inf. 
Pouliguen, Mesquer-Kercabélec. — C.-Nord. S.-Jacut, S.-Lunaire 
(Mabiile). — Il.-et-V. Entre Paramé et S.-Servan (Le Gall), et ac. 

Fort-Lavarde près .S. -Ma/o (Rolland). RR. %%. Gm. C. — Lan. 

Dax, Peijrehorade. — B.-Pyr. Le Boucau, Bayonn'e, S. Jean-de-Lus . 

— Qq. pieds de cette plante de décom))res apparaissent dans les 
jiorts de mer. 

DIPLOTAXIS DG. Cal. lâche, égal à la base. Silique linéaire, com- 
primée. Graines sur 2 rangs dans chaque loge. 

D. tenuifolia DC. Slsynibriuin L. Glabre, fétide par le frottement. 
Tiges de /*-() déc. sous-frlitescentes à la base. Feuil. inf. pennifides à 
lobes linéaires, entiers. Fl. Jaune soufre, longuement pédicellées, odo- 
rantes. %. jn-sept. Sables, décombres, rochers. C. région maritime mais 
par localités. — A l'intérieur : Château de Bressuire (Touasainis, IS.hO), 
Thouars en Deux-Sèo. (Boreau). %%• Qm. AC. 

D. muralisDC. Sisymb.L. Tiges d'env.3déc. ascendantes, presque 
nues, un peu poilues ainsi que les feuil. oblongues, sinuécs-pennifîdes. 
Fl. jaune odorante. Cor. étalée, dépassant 1 f. le cal.; limite arrondi, brus- 
quement contracté en onglet. vï),(2), "j^. j". Champ-s, bord des chemins, 
lieux pierreux du cale. — Char.-Inf. c. de Mortagne k Mèche rs ; côte 
de la Rochelle, Montlieu, Jonsac, c. île de Ré; Oleron, Beauoais 
fSavatier); de Siecq à Cognac, etc. — Deux-Sèv. « Thouars (Boyq,q.\\ 
11.), » Pas-de-Jeu (J. Richard). — Vend. Fontenay, Ausais, Chaillé- 
les-Marais ! (Letourneux), Gué-de-Velluire (Ayraud). — LomE-iNF. 
Machecoul ! où il est devenue. ; Mesquer-Kercabélec ! (Genevier).RR. 

— Fin. Roscoff, Santec, Kerfichenprès Plouescat, c. anse de Gouloen; 
Guisseny (Blanchard), le Conquet (Crouan). — C.-Nord. r. S.-Jacut 

(Mabiile). — II. -ET-y.c. S.-3/a?o et env. %%. Gir. Cissac, Ver- 

teuil, Guitres, Langon, S.-Pierre-de-Mons, là Réole ; Floirac (Des 
Moulins), S.-Germacn-la-Riiùère, Bordeaux, Marcamps (Motelay). 
Martillac (Jarris). — Lan. Peyrehorade. — B.-Pyr. ac. de Bayonne 
à Hendaye. 



CRUCIFERES. 



25 



D. viminea DC. Sisi/mb. L. Glabre. Tiges plus grêles que dans le pré- 
céd. Feuil. lyrées-sinuées, presque toutes radie. -en rosette. Pt'ï./Va^/ie's 
dépassant a peine le cal. ; limbe oblong, insensiblement rét réci en onglet . 
Style contracté à la base. (î). av. -sept. Champs, vignes, lieux cultivés 
des ter. cale, ou sablon. —Char. -Ixf. C. — Deux-Sèv. Niort! San^ay 
et env. (A. Guillon), Matué î la Mothe fSauzé. Maillard), Alroault et 
env. (Bonnin). Coulonfjes-suv-l'AutUe (Guyon), Coature-d'Argenson ; 
Chlzé! S.-Mesmln en Louz-ij fJ. Richard). r/ioa«/-8 (Bastard). — Yexd. 
Nolrnioutlei\ île d'Yen, la Barre-de-Mont ; Challans fV. -Grand- 
Marais), le Molln (Gadeceau), la Bauduère ! (Delalande). le Velllon 
(Maupon). Maillerais. Lonfjèce, Chaillé-les-Marals ! île d'Elle (Le- 
tourneux), Maretdl (Pontarlier). — Loire Ixf. r. Chéniéré, Machecoul. 

— Mon. Etel, Sarzeau (Toussaints). RR. — Fix. Camaret (Crouan). 

%%• GriR. Haux (Ramey), ce. Cadillac, S^^-Foy (Motelav). Mar- 

tillac (Jarris). — L.vx. Pej/reJiorade (Féraud). 

%. D. erucoidesDC. SinapisL. Tiges de 3-5 déc, herbacées, rameu- 
ses', diffuses, iwilues-rudes. Feuil. de la tige sinuées-pennifldes. FI. 
blanches, assez grandes, en longue grappe. Fruit bosselé, dépassant 
plusieurs fois le pédic. 0. mai. Vignes, bord des chemins, des champs. 

— Char. -Ixf. c. Esnand.es et la côte jusqu'à Coup-de-Vaç/ues ; Pays 
bas de Matha (Guillaud). %%. B.-Pyr. Guéthary (Blanchet). 

ERUC A Tourne f. Cal. droit, égal à la base. Pét. égaux, saillants. 
Siliq. cylindrique, terminée par un bec long et aigu à deux tranchants ; 
valves convexes, à une seule nervure dorsale proéminente. 

%%. E. sativaLam. Tige de i-6 déc. droite, rameuse, plus ou moins 
héris'sée vers la base. Feuil. lyrées-pennipartites à lobes dentés. Pét. 
blancs ou jaunes veinés de violet. Pédonc. fructifères épais, longs de 
3-A mil., dressés ainsi que les siliques. (i). av-j". Décombres, champs, 
murs. — GiR. Villeneuve ! (Merlet), Gauriac (Motelay), Caudéran (La- 
terrade). Bègles (Bonnaves). 

SISYMBRIUM L. Cal. égal à la base. Silique linéaire; valves con- 
vexes, à 3 nervures longitudinales. Stigm. entier ou échancré, obtus. 
Graines sur un rang. FI. jaunes, petites. 

S. officinale Scop. E ry s imumL. Y élu; rameauœ dioergents. Feuïl. 
inf. roncinées-lyrées. Siliq. en alêne, serrées contre l'axe. (î)- j"-a^ Dé- 
comljres, pied des murs. CC. — Siliq. qqf. glabre (p. leiocarpumBC). 

%%■ S. polyceratiumL. Fétide. Tige de2-idécim. Feuil. pétiolées, les 
inf.' roncinées. les su}i. hastées. P^l. petites, jaune pâle, ord. aéminées 
à l'aisselle de presque toutes les feuil. Siliq. arquées en defiors, bos- 
selées, dures, un peu renflées inférieurement. presque sessiles. (i). j"-at. 
murs, lieux incultes. — GiR. Génissac, ChcUeau-da-Breuil en Médoc, 
Blaye (Laterrade), Castillon (Ch. Laterrade). 

S. austriacum Jacq. Koch. Tige rameuse de 2-5 déc. Feuil. roncinée.s- 
pennifides.unpeu épaisses, à côtes blanchâtres, les rad. en rosette; lobes 
triangulaires à sommet aigu, calleux, souv. garni de 1 ou plusieurs soies, 
le lobe terminal plus allongé dans les feuil. sup. FI. dépa.ssant les jeunes 
siliq. Sép, presque glabres, dressés, inégaux à la base. Pét. étalés. Siliq. 
nombreuses, serrées-entreniélées autour de l'axe, sur un pédic. arqué- 
ascendant un peu épaissi au sommet, qui est aussi épais que la silique. 
celle-ci h-o f. plus longue que le pédic. Graines jaunâtres, lisses, vâ.niai-j». 



26 CRUCIFÈRES. 

— Ciiar.-Inf. Rochers cale. delaGbronde,deS.-SeuruiauKMonnards ; 
Mortagne (Foucaud). RR. — Il.-et.V. ce. murs de Rennes, où il est 
pubescent, à poils dressés; aussi dans qq. haies autour de la ville (S. 
rhedonensehe Gall). 

S. IrioL. A la fin glabre ou à peu près, rameux. Feuil. pennifidesà 
lobes dentés du côté super., le terminal plus grand, allongé dans les feuil. 
super. SiUques nombreuses, /* f. aussi longues que le pédic, ouvertes 
en angle aigu, les plus jeunes dépassant les /?<? fi/ 's jaune pâle. (2). mai-at. 
Murs, décomîjres, bord des chemins. — Char.-Inf. Remparts de la Ro- 
chelle, Pons. — Drux-Sèv. Niort (Sauzé û.). — Vend. rr. port des Sables 
(Marichal), Château de Mai^Ze^ais(Gobert). — Loirk-Inf. Quais et rochers 
de la Loire à Nantes, rues cVIngrande. R. — Fin. Moissons de Qulmper 

(Bonnemaison) ; à retrouver là. %%• Gm. ^t^^-Fory (Maillard), Vll- 

lanilraut (Motelay), Bourg (Jarris). 

%. S. ColumnaeL. Koch. Velu. Tige flexueuse de 3-6 déc. Feuil, ron- 
cinécs-i)ennifides, à lobes inunh à la base du côté inf. d'une oreil- 
lette redressée, lolje terminal des feuil, moyennes hasté-lancéolé, les 
feuil. super, lancéolées, entières. Cal. dressé. Cor. jaune, Siliq. peu nom- 
breuses, ouvertes, espacées, 12-15 f. plus longues que le pédic., presque 
de même épaisseur que lui. (2). et (!)■ mai-j". Murs, coteaux pierreux. 

— Char.-Inf. La Rochelle, ac. murs et à leur pied dans los bourgs de 
Vtle de Ré. R. — Vend. Rocher de la Dlve ! (Letourneux), délestages 
des Sables. RR. 

S. SopiiiaL. Pubescont, rameux dans le liaut. Feuil. tripennées à 
fol. linéaires. Cor. petite, plus courte que le cal. Siliq. nombreuses, 
grêles, dressées, 2 f. plus longues que le pédic. étal". (1). mai-j". Lieux 
sablon., décombres. — Ciiar"-Inf. Les Boulassiers ! en Oloron (Sava- 
tien, Rivedoux ! en île do Ré (Gobert), le Martraij ! et la Rivière en île 
de Ré (Savatier !). — Deux-Sèv. S.-Martin-de-San^ag ; ville de Thouars ! 
(Tous-saints), Airoault (Lecovec), Chiche {(jmon), nn. Marnes, c. murs 
de la Grimaudière dans la Vienne (Brottier). — Vend. c. à Noirinou- 
tier autour des villages ; do la Barre h S.-Jean-de-Mont ! (Gobert), les 
Sables, la Tranche (Pontarlicr, Marichal). — Loirr-Inf. Sables de S.- 

Brevin. RR. %%■ Gm. Rudos (Goua), Villandraut, Préchac 

(Motelay), S.-Symphori'en ; S. -Julien en Médoc (Laterrade), Cenon{C\\. 
Laterracle), Gajac (Lafont). — Lan. Mont-de-Marsan (L. Dufour), Es- 
cource (Thorej. 

BRAYASternb. Gnvixcl . du Sisymbrium. Siliq. à 1 nervure, graines sur 
^;î rangs. 

%. B. supinaKoch, Sis g inb.L. Couché, couvovi de poils raides. Feuil. 
ponnifides à lobes oblongs, entiers ou sinués, obtus, le terminal plus 
grand. FI. petites, blanches, axillaires en épis lâches, feuilles. Siliq. un 
peu comprimées, dressées, arquées, 5-6 f. plus longues que le pédic. (ï). 
juin-sept. Lieux sablonneux humides. — Ciiar-Inf. Beaulieu en Aulnag 
(Pinatel). —Deux-Sèv. Graviers delà Dive à Rom (Guyon), vignes des 

env. d'Epannes (J. Richard), Prahecq (Sauzé fl.). %%. Gui. « Blage 

(Lateri'ade fl.) ». 

ERYSIMUMCal . dressé ou fermé. Silique tétragone ; valves à une forte 
nervure. Stigm. obtus, entier ou échancré. Graines sur un rang. 

E.AUiariaL. HesperisLam.Sisginbr. Scop. Plante froissée ayant une 



CRUCIFERES. 



27 



odeur d'ail, haute d'env. 6déc. Feuil. en cœur, aiguës, grossièrement et 
inégalement dentées, les inf. obtuses-arondies. Cal. dressé. FI. blanches. 
Sillq. demi-dressées sur un pédic. très-court. Graines presque cylindri- 
ques, striées. v2;. av.-jn. Haies. C. 

E. CheiranthoidesL. Tige anguleuse, rude. Feuil. lancéolées, à peine 
dentées, couvertes de poils S.furqués.FZ. d'un beau jaune. Siliq. un peu 
pubescente, ascendante, 1 f. plus longue que le pédic. étalé. (!,'• mai-sept. 
Bord des eaux, champs humides. — Ghar-Inf. B rd de la Charente à 
Cegnac;ln Boutonnée S.-J.-d'Ancjély et env. (Pinatel), Saintes (Dela- 
lande), Port-d'Envau.v (Fayej et proh. sur plusieurs points interméd.; 
AY</icr«s (Delalande). la Càillaude en Taugon,\-ù Grève en S. -Martin- 
de-Villeneuce (Foucaud), de S. -Ouen à ffai/nps^SavatierV — Deux-Sèv. 
Niort, S^^'-Pe:fenne (A. Guillon), Epannes (J. Richard), Mau<é, la Bou- 
tonne h Briou.r et prob. çà et là en descendant. — Vend. Fontaines, 
Maillé (Letourneux). R. — Loire-Inf. c. Vallée de la Loire. — Fin. S.- 
Jean-Plougastel (Crouanj. — Il.-et-V. Grosmallon près Rennes (herb. 
Deglandj. %%■ GiR- Bruges, Esynes (Laterrade). 

%. E. orientale R. Br. Brassica L. Ergs, perfoliatum Crantz. Herbe 
glauque, gla'irc. Tige souv. simple. Feuil. entières, obtuses, elliptiq. ou 
oblongues, embrassantes en cœur, les rad. obovales. Cal. bossu, appliqué. 
FI. blanc sale ; pét. ouverts. Siliq. très-longues, étalées, (p. j". Moissons, 
champs pierreux cale. — Char. -Inf. Cà et là entre Dœuil; le Pin\ (M^t- 
GeorgeV Aulnay, Beauvais. Pérignac, Po7is et Archiac ; Cadeuil; 
S.-Pierre-d'Am'dlii, S. -Félix {Youca.ud).VC. — Deux-Sèv. Paisay (Ver- 
nial), Melle (A. Guillon), S.-Martin-de-Bernegoue, Sauzé-Vaussais, 

PUboux, Villetnain, Boug on ( f^auzé fï.). %%. Gir. Soulac (Mo- 

telayj. 

HESPERISL. Cal. bossu à la base. Siliq. linéaire. Stigm. allâmes 
dressées-conniventes. Graines olilongues, anguleuses, sur un rang. 

H. matronalisL. Julienne. Tige de h-G déc. hérissée. Feuil oval.- 
lancéolées, acuminées, dentées. FI. lilas, odorantes. Siliq. bosselées, gla- 
bres, dressées sur un pédic. étalé. OJ.. mai-j". — Loire-Inf. Bords 
ombragés de la Moine à Clisson (Bornigal) et plus bas sur la Sèvre de 
Gorges ! à Monmères ! fGuiho). RR. — J'en ai vu qq. pieds dans une 
semblable station à Cognac, au bord de la Charente, sous le Parc du 
Portai. M. Sauzé l'a trouvé spontané au bois de l'Echassier, à2kil. en 
amont de Cognac. — Deux-Sèv. La Chapelle- Thireuil, S^'^-Pezenne, 

Le Vert, RR'. (Sauzé fl.). %%. Gir. Coutras ; Prignac (Mer- 

let), Marcanips (Laterrade), Bourg' i^loXelay). Daignac (Daganet), Ca- 
mi«c fBonnaves).Stt'-Fo//(Lanneluc'). —Lan, Bords ombragés de l'Adour 
à S.-Secer! (L. Dufour), Peyrehorade (Féraud). 

MATTHîOLAR.Br. Calice fermé, bossu à la base. Siliq. linéaire. 
Stigm. à 2 loljes connivents, épaissis sur le dos. Graines comprimées. 

M. sinuataR. Br. C7ieù'an,t/iasL. Tomenteux-blanchàtre ; rameaux 
étalés, Feuil. lancéolées, les inf. sinuées. Fi. rosé-lilas, odorantes le 
soir. Siliq. longue, rude-g;landuleuse. Graines ovales, largement bordées. 
^. jn-sept. Sables maritimes. Graduellement moins C.en s'éloignant du 
midi. — Char. -Inf. C. — ac. de la Vendée à Brest, moins c. au-delà. 
— C.-NoRD. Trébeurden (Le Curre), S. -Michel-en-Grèce ; rr. Grève 
S. -S y mp ho r ie n ( Cornillé ). B. — Il.-et-V. fie Harbourg (Dehooz), qq. 
pieds à Lavarde près S.-Malo (Mabillc). %%■ Gir. Le Verdon, 



28 CRUCIFÈRES. 

Soulac, Cap Fci'ret ; la Teste (L. Dufoiir). — B.-Pyr. k. de la barre 
de l'Adour à la Chambre d'Amour ; Blarrlts! (Deflers). 

%. M. incanaR.Br. CheiratithusL., Giroflée des fleuristes. To- 
menleux-blanchàtre. Tige rameuse portant inférieurement les cicatrices 
des anciennes feuilles. Feull. lancéolées, arrondies au sommet, rétrécies 
à la ])ase, entières, les inf. ondulées. FI. I^lanclies, violacées ou rouges, à 
odeur suave. Siliq. dressée, tomenteuae, non glanduleuse. Graines orbi- 
culaires, largement bordées, (g), jn-jt. Rochers cale, de la Gironde de 

Mortarpie a'Méchers.R. %%■ Gin. Presque sf)ontané sur les rochers 

de S.-Germaln-la-Rlvlère (Motêlây). — B.-Pyr. Biarritz ! (Deflers). 

Obs. Les espèces du genre MalcolmlaW.Bv. se distingueront des 
Matthlola par le style conique-en alêne et par les graines non bordées. 
Malcolmla marltlma R.Br. Chelranthus L. Gazon de Mahon est cuit, 
partout dans les jardins et même dans les rues des bourgs du littoral dans 
la Char. -Inf., par ex. à Oleron, la Tremblade, on il se resème en borduri; 
le long des maisons, d'où il peut se répandre ailleurs ; M. Foucaud et moi 
ne l'avons pas rencontre sauvage, pas plus que M«7coZm("a llttorea R.Br. 
Chelraiithuslj. ([walOi Flore de France de Grenier et Godron indique 
« dans les sables des côtes de l'Océan, depuis Baijonne jusqu'à Cher- 
bourg. » Ce dernier a les caractères suivants : Tomenleiix-blanchàtre ; 
feuil. lancéolées-linéaires, obtuses, entières ; fi. violacées à onglet jaune ; 
cal. bossu à la base ; siliques en grappe flexucuse, arquées en dehors sur 
un pédic. élalé ; style en alêne ; graines ovales, non bordées. (2). 

CHEIRANTHUSL. Cal. fermé, bossu à la base, Siliq. linéaire. Sligm. 
à deux lobes non bossus. Graines comprimées, sur un rang. 

C. CheiriL. C. frutlculosus L. Giroflée, Ramoneurs. Tige presque 
ligneuse à la base, r;imeuse. Feuil. lancéolées, enlièj'cs, à poils couchés. 
Fl. d'un beau jaune, odorantes. Graines bordées surlout au .sonmiel. %. 
mars-av. Rochers cale. — Cuar-Ixf. Rochers de la Gironde de Mortar/ne 
à Méchers ; S.-Savlnlen. — Vend. Ile de la Dlve ! fLetourneuxj. — 
Fin. Talus et coteaux sablonneux du WIVoyqX, Lanneces, Audlerne, etc. 
(Crouan). — C.-NoNi). Rochers maritimes de Da/iof«c?;.' (Cornillé), de Hll- 
^to/i(Baron).— iL.-ET-V.Rochersdulittoral(jMabille). — ac. vieux murs 
des villes. 

BARBAREA R.Br. Calice dressé, presq. égal à la l)ase. Siliq. linéaire 
]iresq. létragone ; valves convexes à une seule nervure longitudinale. 
Stigm. obtus, entier ou échancré. Graines sur un rang. Herbes à tige 
simple à la base ; feull. pennées, pennlfides ou Ujrées, à lobe terminal 
plus grand ; fleurs jaunes. 

B. vulgaris R.Br. Ergslmum Barbarea.\, T'';^ cannelée. Feuil. rad. 
lyrées, à lobe terminal "ovale ou arrondi, les latéraux oblongs, les sup. 
indivises, crénelées-dentées. Siliq. dressées ou étalées, â pointe longue. 
%. mai. Haies fraîches. PC. 

B. strictaBor. an Andrz ? Diffère du précéd. surtout par les lobes laté- 
raux des feuil. rad. très-petits, le terminal grand en cœur, les fl. plus 

jietitos, les siliq. ord. serrées contre l'axe, (g), mai. Mêmes lieux. C. 

%%. (\\\\. AC. — Lan. ag. en Chalosse. — B.-Pyr. Hendaye. 

B. intermediaBoreau. Tige trlquètre. Feuil. rad, pennées à fol, ova- 
les-oblongues, les sup.penni'tides àlohes nblongs-llnéalres. entiers ou 



CRUCIFÈRES. 29 

1 lentes. Siliq. nombreuses, courtes, à pointe courte, rapprochées de l'axe. 
•iy. av. -mai. Champs en friche. — Deux-Sèv. Env. de Bivsstiire (J. Ri- 
i-hard), Amaillouœ ! (Guillon), P tiij-S. -Bonnet, S. -Satœeiir, S.-Picrre 
(') Champ, Vaittebls, Secondlgny, Chef-Boxitonne, S .-Marti n-d' Entrccl- 
ijues (Sauzé fl.). — Veno. ac. Bocage. — Loire-Ini\ ce. entre Ancenisei 
'S.-Herblon,-dCopchou.r, Ligné, S .-Mars-la- Jaille, la Chapelle -Glain, 
Châteaubriant, Noyai, Rougé, et c. de là à Rennes cl Fougères en 
Il.-et-V. — MoR. aLorient, Malestrolt, le Fresne en Néant (Le Gall 
llorej, « Ploërmel (J.-M. Sacher). — Fin. Brest (Tanguy). — C.-Nord. 
AR. env. de S.-Brieuc, Lamballe (Baron), r. Dinan, c. région maritime 

adjacente (Mabille). — Il.-et-V. ac. en Bains, r. Redon (Moreau). 

%%. GiR. La Teste, S.-Symphorien, S^'-'-Croix-de-Mons. — Lan. La- 
boùheyre, S.-Seuer ; Duhort (Dumora), Bats .'(Lagu, Dupoy). — Varie 
qqf. à siliq. arquées-entremèlées autour de l'axe, aussi àsiJiq. étalées. 

B. praecoxR.Br. Erys. Smith. Roquette. Saveur du Cresson de fon- 
taine. Tige ano-uleuse. Feuil. inf. pennées, les sup.pennifides à lobes 
linéaires, entiers. Siliq. longues, à pointe très-courte, demi-étalées, 
espacées. ^. ma-i. Champs en friche, bord des chemins. — Ciiar-Inf. Ole- 
/■07i (Delalande), ile de Ré, Arvert, Fontcouverte ; Vt'7ie/'a/uZ(Pinatel), 
Nancras, S.-Sacinien{Tes^Gronl), Aumagne (Riveau). — Deux-Sèv. 
Niort ; Parthenay (Janneau), Beaulieu, les Forges (G iraudias), S. -Loup, 
Amaillouj: (Guyon), Louin (Bonnini, la Mothe, Bressuire (J. Richard), 
Argenton-Chdieau ; Thouars 1 (Revelière). — Vend, ac. Bocage. — 
LomE-iNF. G. — MoR. AC. littoral ; Ploërmel (Arrondeau). — Fin. c. 
arrond. de Brest ! (Crouan), Quimper, Penmarc'h (Bonnemaison). — 
C.-NoRD. S.-Brieuc, Binic, Pordic, Cartravers, Moncontour, Morleux; 
Ac. région maritime de Test (Mabille). — Il.-et-V. Ros-sur-Couesnon, 

Rennes. %%• Gir. Bègles (Jarris), Haux (Ramey). Mérignac 

(Clavaud), Langôn (Ducot), Hourtin. — Lan. S.-Seoer (L. Dufouri, 
Peyrehorade ! (Féraud). — Siliq. 2f. plus longue que dans les précéd. 

TURRITIS L. Cal. lâche. Siliq. linéaire ; valves planes à une nervure 
longitudinale. Graines sur 2 rangs. 

T. glabra L. Arabis perfoliata Lam. Glauque. Tige de A-Sdéc. simple, 
raide, velue à la base. Feuil. rad. sinuées-dentées, velues, pétiolées, les 
sup. embrassantes en fer de flèche, entières, glabres. Fl. blanchâtres. 
Siliq. très-longues, serrées contre l'axe. (2). mai-j". Champs secs, haies. 
— Deux-Sèv. La Touche-Poupart près S.-Maixent (A. Guillon), Parthe- 
nay ! ( J anneau), S. -Pompain (Gnyon),Argenton-Ch.—'LoinE-lsF. Entre 
OudonetCou/fé. RR.— C.-Nord. r. la Courbure près Z)i/ia/i, communes 
de S.-Carné, de Lehon (Mabille). — II.-et-V. Ponnemain près Dol 
(Hodée). 

ARABIS L. Cal. dressé, bossu à la base. Siliq. linéaire ; valves planes. 
Graines planes sur un rang. Fl. blanches ou blanc jaunâtre. 

A. sagittataDC. Tige do %h déc. simple, raide, couverte ainsi que 
les feuil. de poils étoiles. Feuil. dentées, les rad.lancéolées-oblongues, 
rétrécies en pétiole, en rosette, les autrf\ii plus ou moins serrées et appli- 
quées contre la tige, embrassantes par â oreillettes. Siliq. nombreuses, 
serrées contre l'axe, à une nervure longitudinale. Graines entourées d'une 
bordure étroite plus large au sommet, finement ponctuées (caractère 
difficile à examiner même à v.iie forte loupe), (g;, % dans les jardins, 
j». Lieux pierreux des ter. cale. — Char. -Inf. Deux-Sèv. Vend. AC. 



SO CRUCIFÈRES. 

— Louîe-Inf, Machecoul, Arthon. R. — Mon. Belle-Ile. RR. — Fin. 
Guisséiiy, Santec, Locquirec, etc. (Crouan). R. — G.-Noi^d. Bon-Al)ri 
en Hllllon (Baron), S.-Jacut, Ile-cles-Eblens, miellés de S.-Cast.\\.— 

iL-et-V. Côte de S.-Coulomb (Morin). %%. Gir. AC. — Lan. 

Moiit-de-Marsan (Perris), S.-Seoer (L. Diifoiiri, Tartas (Thore). - 
B.-Pyr. Heiidaj/c. — C'est aussi A. Gerardi des auteurs de l'Ouest. 

A. thalianaL. 7"^//^ hispide àla base ; rameaux lâches. Feuil. delà 
t:ge peu nombreuses,' oblongues, couvertes de iDoils 2,3.furqués, les rad. 
pétiolées, en rosette. Pédic. étalés, (i). av.-mai et aut. Jardins, champs, 
murs. ce. 

%%. A. alpinaL. Piacine grêle. Tt^ç'es de 1-3 décim., velues, dressées, 
les stériles tonibaiites. Feuiï. molles'à pubescence rameuse, les inf. et 
celles des tiges stériles atténuées en pétiole, les sup. embrassantes et 
auriculées. FI. blanches, ord. grandes. St^tg.engrappelàelie. bosselées, 
planes, étalées ainsi que lespédonc. Graines un peu ailées, 'i^.j"-at. Bord 
des ruisseaux, rochers. — Lan. Rochers de Tercls ! (Thore). 

%%. A. Turrita L. Tige de 3-8 décim., robuste, dressée, simple, plus 
ou moins veiue. Feuil. rad. pétiolées, obovales, sinuées-dentées, velues, 
celles de la tige nomhreuse&Aavii^es.embrassantespar deux oreillettes. 
FI. blanc-jaunàtre. Siliq. de 10-15 cent., comprimées, arquées, déjetées 
d'un côté à la maturité et formant une longue grappe. Grai/ies largement 
ailées. (2). mai-j". Bois pierreux, rochers cale, — Gm. Toulenne (Belloc). 

CARDAMINE L. Cal. étalé, égal à la base ; siliq. linéaire, comprimée, 
à valves planes sans nervures, s'ouvrant ord. avec élasticité de la base au 
sommet. Graines sur un rang. Feuil. pennées à fol. terminale plus 
grande ; fl. blanches (ord. lilacées dans C. pratensis). 

C. pratensisL. Tige de â-A déc. Feuil. rad. àfol.arrondies-anguleuses, 
qqf. bulbillifèresàla base, les sup. à fol. lancéolées, entières. 7^7. r//'a/ir/es. 
Etam. 1/3 ])lus courtes que la cor. Anthères jaunes. Stigm. obtus, en tête. 
%. av.-mai. Prés et haies humides. CC. — Varie rar. à fl. pleines. 

|3. C. fragiUs{J)e^\-diï\(lhQvh.), C. a/jiar^ (Pesneau cat.), C. prat. o. 
albaÇLc Gall flore). Feuil. sup. à fol. très étroites, linéaires, fl. blanches 
plus tardives. Marais et prés humides. — Vend. ag. Bocage (Pontarlier), 

— LomE-ÏNF. jn-jt. Marais flottants de VErdre. — Mgr. AC. — C.-Nord. 
« Le Menez et le littoral de l'est. » (Mabille). — Il.-et-V. c. prés des 
env. de Rennes (Degland). — Prob. çà et là en Bretagne. 

C. amaraL. Diffère du précéd. par les /b^. toutes larges, ovales, an- 
guleuses-dentées, parle stigm. aigu, les étam. égalant la cor. d'un beau 
blanc, et par les anthères violacées. %. mai. Bord des ruisseaux. — 
Il.-et-V. Fougères ! (V, Sacher). R, 

C. hirsutaL. Tige de 10-15 cent, peu feuillée, velue, Feuil. rad. à 
fol. arrondies, dentées, les sup, à fol. plus étroites. Fl. petites. Étam. 
presque toujours h. Style moitié plus court que la largeur de la siliq. 
dressée contre Taxe. Siliq. dépassant beaucoup le coryml:)e de fleurs, (i). 
mars-mai. Talus des fossés, haies, murs, CC. 

C. silvaticaLink. Diffère du précéd., dont il est très-voisin, par la 
tige flexueuse, plus feuillée, à fol. plus larges, plus dentées; étam, 6; 
style plus long que la largeur de la siliq. écartée de l'axe, Siliq. dépas- 



CRUCIFÈRES. 31 

sant à peine le corymbe de fl. (2), j"-at. Lieux frais des terrains siliceux 

ou g-ranitiques. PC. — Ciiar.-Ixf. o. ou rr. (Foucaud). %%. Gm. 

Camiac! (Bonnaves), S^^-Hélène, Bleujac (Motelay), Verdelcas (Goua), 
S.-Avit (Lanneluc). — Lan. Mont-cle-Marsan,Gemine, S.-Scvcr; Dax 
(Deflers). S.-Vinccnt-dc-Tyrosse. — B.-Pyr. Env. de Bayonnc. 

C. parvifloraL. Tige grêle, ascendante, dressée dans les lieux secs ou 
herbeux. FoL toutes linéaires, sessiles. Fl. très-petites. Siliq. dressée 
surunpédic. étalé, {ij. mai. Lieux inondés, bord des fossés. — Ciîar.-Ixf. 
Gabras près Toiinay Ch.{VixvQii), Geiiouillé (Riveaui), Anais, Bords 
(Foucaud), Le Munrj (Tesseronj. — A'exd. c. marais de Z« Bretonnicre 
(Pontarlierj, Damviœ etprob. ailleurs sur la Sèvre, Lorgne (Lotourneux), 
çà et là dans le marais entre S.-Gercais, Bois-de-Céné et IMachecoul. 
R. — Loire-Inf. Çà et là Vccllée de la Loire et affluents, les Cléons ; lac 
de Grand-Lieu ! et affluents ! (Delamare), bord du canal à Blain (Le- 
tourneux),c.S.-Gt7f/«s(Delalande).PC.— ÏL.-ET-Y.,MoR.c.fîedo/ietenv. 

(MoreauV %%• Gir. Marais cleMar/rigne (Merlet), Libourne, Pes- 

sac (Laterrade),"]rt Bastide (Laf ont), Bèg les [Bonnaves), Blanquefort, 
Bruges (Durieu), le Bouscat, Bieujac (Motelay), Mérlgnac, S.Laurent- 
de-Médoc (Ramey). — Lan. Mont-de-Marsan (Perris). — Sujet, comme 
le suiv., à être déplacé par les inondations. 

C. impatiens L. Tige très-feuillée. Feuil. munies de 2 stipules ou 
oreillettes aiguës embrassant la tige. Fol. inégales à la base, incisées- 
dentées surtout dans le bas. Pét.linéaires-en coin, blancs, rar. en nombre 
complet, très petits, très-caducs, ord. 0. Siliq. grêles. (^. mai-j". Lieux 
ombragés au iwrd des eaux. — Char.-Ixf. Bois des Bisselières près 
S.-J.-d'Angély (Pinatel), Grandjean (Foucaud), Rochecourbon, Jonsac, 
Bonvallon et Chdteaugaillard (herb. de Beaupreau) ; Sablonceauco 
(Delalande), Corme-Royal (Tesseron). — Deux-Sèv. Bord du Thouet ; 
Ménigoute (Giraudias). — Vend. Forêt de Vo uu ant (Lelouvncux.), bord 
des H Lays aux env. de Chantonnay et de la Réorthe (Pontarlier. 
Marichal), r. la Verrie, Mouchamps (Genevier). — Loire-Ixf. Bord 
de la Sèvre et ruisseaux aflluents, Dord de la Divatte, r. forêt cVAn- 
cenis (de l'Isle), c. bord du Semnon à Soulvache (Gadeceau); prob. 
sur qq. points intermédiaires jusqu'à l'embouchure en Il.-et-V., où il 
est c. (Rolland), et près de laquelle il a été autrefois découvert à Icc 

Molière par M. S. -Marc. %%• Gm. Coutras, Langon ! Léo- 

gnan, Absac (Laterrade), Marcenàis (Merlet), Daignac (Daganet), 
Villenave-d'Ornon, Marcamps, Préchac, Roaillan (MoteJay), S.-Par- 
don(Duco\:), Gradignan (Ramey), Bègles,Martillac (Jarris),' Camiac ! 
(Bonnaves), la Brède. — Lan. Canenx (L. Dufour), Mont-de-Marsan 
(Perris), Aire, S.-Sever, Pontonx ; Tercis (Thore), S.-Martin-de-Sei- 
gnanœ. — B.-Pyr. Puyoô. 

DEKTARIAL. Cal. dressé, bossu à la base. Siliq. lancéolée-linéaire, 
comprimée ; valves planes sans nervures, s'ouvrant avec élasticité de la 
base au sommet. Graines sur un rang. — Souche horlsontale,écailleuse, 
fragile. 

%. D. bulbiferaL. Tige de 3-5 déc. simple. Feuil. pennées à 5,7 fol. 
lancéolées, dentées, les sup. ternée^-. puis simples, portant à leur aisselle 
un bulbille arrondi. Pét. lilas cla'',\, étalés, àlimbc oblong. %. avril. Lieux 
ombragés des bois. — Deux-Pèv. Bois du Fouilloux ! près la Mothe 
(Sauzé). 



32 CRUCIFÈRES. 

NASTURTIUMR.Br. Sisymbiilsp.L. Cal. étalé, égal à la base. Fruit 
en forme desiliriue ou de siliculo. Graines non bordées, sur deux rangs 
irréguliers. 

* SUlque. 

W. officinale R. Br. Sis. Nasturtiumh. Cresson de fontaine. Tige 
redressée, radieante à la base. Feuil. pennées, à fol. oval. -arrondies, un 
peu sinuées, la terminale plus grande, ovale-en cœur, feuil. sup. à fol. 
ovales. FI. blanches. Siliq. courtes, arquées, étalées. *2^. jn-a*. Sources, 
fontaines, ruisseaux. AC. — c. dans le cale, ou une forme robuste de 
1-2 met., à fol. ressemblant à celles de Slum nodlÛonun'L. et croissant 
dans les eaux, les fossés profonds, a été appelée N. siifoUum Reich. 

%. N. asperumCoss. Tige de 1-2 déc. rameuse. Feuil. profond, pen- 
nilïdes à lobes lancéolés, incisés ou entiers, les rad. en rosette. C)r. jaune. 
Sllu(. un peu arquées, étalées ainsi que le péd, court, graduellement ré- 
Irécies de la base au sommet, tube rculeuses-riides ainsi que la tige, (f) 
ou (2). mai-j". Lieux mouillés l'hiver. — Ghar-Inf. Che:s-Meiiet! (Sava- 
tier), Aulnay, Nêré (Lemarié), le Sœuil en Fontenet (Pinatel), Nleul- 
les-Salntes (Tesseron), Allas-Bocage (Foucaud), Loir (Parât), DœiUl. 
R. — Deux-Sèv. Foret de C/u5d(Dussoucliaud), prés humides dePabay, 
Brioux (Vernial), Avon, Souche (Giraudias), Messe (Guyon), Malré- 
l'Evescault, Lesay, Exoudun, Bougon! Prahecq, Niort, PC. (Sauzé 

fl,). %%• Giii. S.-Maiœent{Goua),Langon{I)uTieu),Coutras(Mo- 

telay). — Lax. Bord de l'Adour à S.-Sever! (L. Dufour) et à Cazères. 

N. silvestre R.Br. Rac. /'«mpante. Tige diffuse ou tombante, angu- 
leuse. Feuil. pennées à fol. plus ou moins incisées-dentées, celles des feuil. 
sup. presque linéaires et entières. Cor. jaune, dépassant le cal. Siliq. 
linéaire de longueur variable, qqf.ancip'itées.']^.j"-sept. Bord des rivières, 
des fossés. C. — Moins c. au nord de Va Loire. — La siliq. est tantôt 2-3 f. 
])lus longue que le pédic, tantôt de longueur égale, et enfin 2 f. plus 
courte. 

N. palustre DC.jRac. pivotante. Tige diffuse ou couchée. Feuil. inf. 
lyréos, les sui). i)ennifides à lobes dentés. Cor. jaune, plus courte que le 
cal. Siliq. courtes, oblongues, étalées, égalant le pédic. (2). j" sept. Bord 
des étangs, des rivières. — Deux-Sèv. Etang de la Durbelière en S.- 
Aubin-Baubig né , étang de laMadoireprès Bressuire (Genevier), « étang 
d'Oiron (Delastre) », S.-Ponipain (Guyon).— Venj). ac. bord du Lay entre 
Mareuil et MorteDieille{Vor\{aiVV\Q.y), Fontenay (Letourneux). — LomE- 
Inf. ac. Vallée du haut de la Loire; c. Si-Glldas (Delalande) ; S.- 
Joachiin, Piriac. Rougé, Moisdon, étang de Viorenu, etc. PC. — Mgr. 
AG. Ploérmel ! (J.-M. Sacher), Vannes (Taslé). AR. — Fin. Etang du 
//weZf/oaî^; la Villeneuve près B/-é?s^(Crouan). — C.-NoRD.BorddelaRance 
à Lehon, St-Juoat, c. étang de Jugon (Mabille), étangs du Bois de 
la Motte et du Piri, Etables (Morin), « Hengoat (Le Corre) ». — Il-et-V. 

AC. XX- GiR. Env. de Bordeaux, Langon (Durieu). — Lan. 

Mont-de-Ma'rsan (Perris), Perquie ! (Lagu), çà et là bord de l'Adour 
d'Aire à Daœ, Nousse (Dupoy), étangs d'Orx et de la Pointe. — B.-Pyiî. 
S. -Etienne (Sibuet). 

** Silicule. 

N. amphibium R. Br. Tige grosse, creuse. Feuil. lancéolées, demi- 
embrassantes. plus ou moins dentées, pennées-pectinées ou môme à fol. 



CRUCIFÈRES. 33 

capillaires, lorsqu'elles croissent dans l'eau. Cor. jaune, dépassant le cal. 
Silicule oblongue, elliptique ou presq. globuleuse, 3 f. plus courte que 
le pédic. étalé. %. jn-sept. Bord des rivières, des marais. C. 

N. pyrenaicum R.Br. Tige dressée de 2-3 déc, grêle. Feuil. inf. en 
spatule ou lyrées, les sup. embrassantes, à fol. linéaires, entières. 
FI. jaunes, en panic. Silicule oblongue, 2 f. plus courte que le pédic. 
Style filiforme. %. mai-j". Bord des chemins, prés ; bois du cale. — 
Char. -Inf. Muron (Paye), la Barde, Monilieu, Montendre ; Méchers ! 
{de ris\e), Roy an ; lande d' Enet (Hxiberll), Roche fort, -S.-Aianan(Parat). 
— Deux-Sèv. g. coteaux granitiques et schisteux. AC. (Sauzé fl.). — 
Vend. Pont-Charault et au-dessous, Monsireigne (Pontarlier, Mari- 
chal), forêt de Vouvant {Leiournew^. — Loire-Inf. c. prés sablonneux 
du haut de la Loire, bord de la Chère, eic. PC. — Mor. PZoermeZ (J.-M. 
Sacher). RR. — Il.-et-V. Chantepie près Rennes, c. S.-Jacques, c. la 
Vilaine au Pont-Féart (J.-M. Sacher), et à Pontréan, Bourg des- 

Comptes, S.-Se7iou:v (Rolland) ; duSeZ à Jan^é (Gadeceau). %%. 

GiR. c. de S.-Mariens et env. à Marcenais ; Cadillac (Deflers), Usèsie, 
Gradignan, Guitres (Lafond), Libourne, la Brède (Laterrade), Ca-?e- 
neuve, Fargues, Roaillan (Motelay), Langon (Durieu). — Lan. Mo;it- 
de-Marsan (Perris), S.-Sever, c. prés marécageux de la Lande (L. 
Dufour). 

B. Siliculeuses, c'est-à-dire dont le fruit n'est pas 3 fois plus 
long que large. 

CRAMBEL. Cal. étalé, égal à la base. Grandes étam. munies d'une 
dent au sommet. Silic. à 2 articles indéhiscents, le sup. arrondi, aune 
graine pendante, l'inf. avorté, en forme de pédicelle. 

C. maritima L. Chou marm. Plante glauque, haute d'env. 6 déc, très 
touffue, ayant le port du chou cultivé. Peuil. oblongues ou ovales, plus 
ou moins "sinuées, dentées, ondulées, grandes, épaisses. Fl. blanches, 
nombreuses, en panic. Silic. globuleuse ; stigm. sessile. 0^. mai-j". 
Rochers et sables maritimes, souv. parmi Tes galets. — Mon. Iles deHœdïc, 
Houat. RR. — Fin. ru. îles Glénans et Raguéne:- ; côte de Benodet, 
etc. (Bonnemaison), env. de BresîJ au N. etN.-O.'des baies et îles (Crouan), 
Camaret, le Conquet. qq. îlots entre les îles Beniguet et Ouessant 
(de la Pylaie), île de Seigle en Lampaul-Plouar^el' et côtes voisines 
(Crouan), rr. Ile de Bats ; Tréçustel en Plougasnou (de Crec'hqué- 
rault). PCi. — C.-NoRD. Ile d'Er, Plougrescant (LeCoTre),Erquy{Ga\lée). 

RAPISTRUM Boerh. Cal. ouvert, bossu à la base, i» glandes opposées 
aux pét. Silic. à â ardcies indéhiscents, le sup. arrondi à 1 graine dressée, 
l'inf. en forme de pédicelle. Style conique-en alêne. 

%. R. rugosum AU. MyagrumL. Plus ou moins velu. Tige de A-8 
déc.; rameaux nomljreux, divariqués. Feuil. rad. et inf. lyrées, pétiolées, 
celles de la tige lancéolées, dentées. Fl. jaunes en grappes effilées ; pét. 
étalés. Silic. à pédic. appliqué, aussi long et plus étroit que l'art, inf. 
à 1 graine pendante, article sup. plus gros, marqué de crêtes longitu- 
dinales, égalé ou dépassé par le style. (î). jn-sept. Coteaux, lieux pier- 
reux, décombres. — Char. -Inf. g.'^ depuis Blaye jusqu'à S.-Romaiji, 
S.-Seurin, S.-Palais, la Tremblade ; Oleron, puis la côte jusqu'à 
Esnandes. — La Mothe-Bourbon près Pouancey, dans la Vienne (Rêve- 



34 CRUCIFÈRES. 

lière). %%. Gm. AC. — Lan. Pei/reJiorade. — B.-Pyr. Bayonne, 

env. de Hendaye. 

CAKILE L. Cal. dressé, hossu à la l)ase. Silic. à 2 articles indéhis- 
cents, le sup. ovale-oblong, à 1 graine dressée, l'inf. (souvent avorté ici) 
en cône renversé, à une graine pendante. 

C. Serapionis Lohel, icônes, C. ecJentulaJovd. diag., C. marltlma 
Scop. part. Bunlas CakileL. part. Rameaux nombreux, étalés. Feuil. 
vert clair, charnues-salées, pennifides, à lobes obtus. FI. blanches ou 
rosées. Silic. subéreuse ; article sup. oblong, acuminé, comprimé, à 
base creuse elliptique ou arrondie (non hastée), l'inf. court ord. avorté, 
en cône renversé tronqué au sommet, à dents très courtes (non à h cornes 
et à côtés rhomboïdaux). (i). jt-sept! Sables maritimes. C. — Moins c. 
au nord de la Vilaùie. 

BUNIAS L. Cal. dressé, égal à la base. Silic. tétragone, à angles den- 
tés en crête ; loges 1. spermes disposées 2 par S l'une aii-dessus de l'autre. 
Style filiforme. 

%. B. Erucago L. Tige de %3 déc. rameuse, couverte de glandes sessi- 
les". Feuil. inf. lancéolées, pennifides ; lobes latéraux triangulaires à base 
large, le terminal plus grand. FI. jaunes, en grappes lâches. Angles du 
fruit largement ailés en crête souv. interrompue en deux lobes. (î), j". 
Moissons du cale. — Vend. rr. Le Molin près la Garnache (Gobert). — 
LomE-iNF. Chéméré; Fresnay (Pesneau), Bourgneuf {hs.]\\r\c\iéve), c. 

sur qq. schistes de S.-Et. et 'S.-J.-de-Corcoué (Cailleteau). RR. 

%%. GiR. S^^'-Foy (Motelay). — Lan. Çà et là à S.-Sever (L. Dufour), 
Bats (Dupoy). 

CALEPINA Desv. Cal. égal à la base. 2 pét. ext. plus grands. Silic. 
ovale-globuleuse, à 1 loge indéhiscente, 1. sperme, ridée, terminée par 
le style épais, court, conique. 

%. C. Corvini Desv. Bunlas cochlearloldes^Wlà. Glabre, un peu 
glauque. Tiges couchées à la base. Feuil. rad. en rosette, lyrées, pétiolées, 
celles de la tige oblongues, entières ou sinuées-dentées, embrassantes par 
deux oreillettes aiguës. FI. blanches en grappes allongées. Pédic. du fruit 
arqué, ascendant. (£). mai-j". Champs cale. — Char. -Inf. AC. — Deux-Sèv. 

AC— Vend. ce. Marais méridional (Letourneux, Pontarlicr). AC. 

'%^. Gm. Cubzac (Jarris), Léognan, Cavhonnleux (Laterrade). — Lan. 
Br'ocas, Brassempouy (L. Dufour), Pey re ho rade (Féraiid). — B.-Pyr. 
Bayonne (Sibuet). 

NESLEA Desv. Cal. un peu bossu, à peine ouvert. Silic. osseuse, glo- 
buleuse, un peu comprimée, indéhiscente, Lsperme, à éloges dont l'une 
avorte. Style filiforme. 

%. N. paniculata Desv. MyagrumL. Velu. Tige de 3-6 déc, dressée ; 
rameaux paniculés. Feuil. un peu rudes, oblongues-lancéolées, embras- 
santes en fer de flèche, les inf. rétrécies en pétiole. FI. jaunes. Fruit ridé 
en réseau. Pédic. filiforme, étalé, (i). mai-j*. Moissons du cale. — Ciiar.- 
Ii^p, C, — Deux-Sèv. AC. — Vend. c. Plaine! et îles hautes! (Letour- 
neux), Bazoges (Pontarlier). %%. Gir. Canéjan (Lafont). 

MYAGRUM L. Cal. dressé, presq. égal à la base. Pét. étalés, linéaires- 
en coin. Silic. comprimée, à 3 loges, S sup. vides collatérales, l'inf. à 1 
graine pendante. Style filiforme. 



CRUCIFÈRES. 35 

%. M. perfoliatum L. Herbe glauque de 3-8 déc; rameaux divariqués. 
Feiiil. inf. sinuées-dentées, pétiolées, les autres sessiles, embrassantes 
par S oreillettes. FI. jaunes, petites. Pédic. du fruit creux. (J). mai-jt. 

Champs cale. — Char. Inf., Deux-Sèv. PC. %%. Gm. Bègles 

(Ramey), Bacalan (Laterrade). Esplet (Bonnaves). 

Obs. IsatlsL. Cal. ouvert, égal à la base. Silic. ovale ou oblongue, com- 
primée par le côté, indéhiscente, monosperme, à 2 valves subéreuses, en 
carène presque ailée. — /. tinctorla L. Pastel. Tige de 5-8 déc. Feuil. 
g'iauques, peu dentées, les rad. pétiolées, velues, celles delà tige presque 
glabres, embrassantes par ^oreillettes aiguës. FI. jaunes en grappes pani- 
culées. Silic. oljlongue, obtuse au sommet, rétrécie à la base, pendante 
sur un pédic. filiforme, épaissi au sommet. @. mai-jn. Rochers cale, murs. 
Cette plante, que j'ai vue autour du fort des Saumonards, dans l'île 
d'OZero;i (Char. -Inf.) et dans qq. sainfoins, me paraît étrangère à ce départe 
%%-Gm. S.-Emilion (Laterrade), Fronsac (Motelay). 

* CAMELINA Crantz. Cal. dressé. Silic. obovale-en poire, à valves 
très convexes, terminées brusquement au sommet en appendice appliqué 
sur la base du style qui adhère à l'une d'elles lorsqu'elles s'ouvrent ; 
logos 2 polyspermes. 

C. silvestris Wallr. Plante de 3 8 déc, vert-grisàtre, velue, dressée. 
Feuil. nombreuses, fermes, dressées, lancéolées. FI. petites, jaunâtres, 
en grappes. Caps, brune, arrondie au sommet, à oaloes dures, convexes, 
non ventrues. 0. j'i-jt. Moissons, champs. — Lxs. Mo7it-de-Marsafi 
(Perris). 

C. dentataPers. MyagrumWilld. C. fœtida Fries,Gren.God. Plante 
de la hauteur du Lin, parmi lequel elle croît, a été introduite et se répand. 
Feuil. linéair.-oblongues, ord. rétrécies au-dessus de la base, dentées, 
sinuées-pennifides, qqf. entières, à oreillettes embrassantes. FI. jaunâtres, 
en grappes. Caps, molle, renflée, tronquée-échancrée au sommet, (i). 
mai-juin. — Ciiar-Inf. Le Pin (W^^^ George), C«nde (Hubert), Taugon- 
la-Ronde (Letourneux). — Deux-Sèv. Chapelle-Largeau, le Temple, 
S .-Aubin-B., les Echaubrognes (Genexïer). — Vend. Lin fou, Grosse 
tête. AG. surtout région marit.! (Pontarlier, iSIarichal, Letourneux). — 
Au-delà, AG. rég. marit., rr. à l'intérieur. 

Obs.C. sativa Crantz, Myagrum L. a le fruit plus allongé que le précéd. 
arrondi au sommet, à valves ventrues, dures; les graines sont une fois plus 
grosses que dans C. silvestris Wallr. 

COCHLEARIAL. Cal. étalé, égal à la base. Silic. presque globuleuse 
ou elliptique, à valves ventrues ; loges 2. à plusieurs graines non bordées. 
— A^oir Lloyd herbor. 1878, 1879. 

C. danica L. Lol^el, icônes 615. Tiges faibles ou dressées. Feuil. pétio- 
lées, les rad. réniformes-en cœur, entières, celles de la tige deltoïdes à 3 
ou 5 lobes, les super, courtement pétiolées ou sessiles. FI. blanches ou 
rosées, petites. Caps, ovale, aiguë, cloison large. (î). Fév.-mai. Lieux 
humides, rochers, murs, talus, pelouses du littoral, qqf. loin du rivage 
mais non de l'eau salée. C. 

C. anglica L. Lobel, icônes 29A. Tiges ascendantes. Feuil. rad. lar- 
gement ovales à base tronquée ou décurrenie sur le pétiole, presque 
entières, les super, ovales-oolongues, sessiles, embrassantes par 2 oreil- 
lettes et munies de chaque côté 'de 1, 2 grosses dents ou entières. FI. 



36 CRUCIFÈRES. 

grandes, d'un beau blanc, odorantes, à pédonc. épaissi dans le haut; 
pét. elliptiques, brusquement rétrécis en onglet. Style ord. long. Caps, 
grande, elliptique ou arrondie-elliptique, comprimée par les côtés avec 
un sillon, cloison oblongue. @). Av. -mai. ac. vases salées des rivières, 
des anses, de Vannes à la baie de Saint- Brie tic. — Char.-Inf. Mortiac 

(Roufineau). %%. Gm. La Teste, Cap Ferret I (Motelay), Certes 

(Laterrade). 

C offlcinalis L. Lobel, icônes 293. Tiges ascendantes. Feuil. rad. et 
infér. longuement pétiolées, arrondies-en cœur, entières ou anguleuses, 
épaisses, qqf. un peu concaves, les autres sessiles à 1, â dents de chaque 
côté, embrassantes en cœur. FI. blanches assez grandes, odorantes ; pét. 
elliptiques, ord. brusquement rétrécis en onglet. Caps, ovale-globuleuse, 
globuleuseou elliptique. Bisannuelet trisannuel. Mars-j". Rochers et lieux 
pierreux exposés à la grande mer. — Fin. ag ! Bz-est et toute la côte Ouest 
(Guiho, Crouan). %%. Gm. La Teste [Thé^iée), le Tetc/i (Motelay). 

— Plus robuste que le précéd., feuil. plus grandes, plus épaisses ; fl. moins 
odorante, un peu plus petite, ainsi que la caps, qui est ord. non comprimée. 

i^.œstuaria. Feuil. vert clair, peu ou point épaisses, crénelées, celles de 
la tige sinuées-dentées ; pét. oblongs, rétrécis graduellement en onglet ; 
caps, elliptique ou arrondie-elliptique, bosselée, obtuse, tronquée ou 
même échancrée, comprimée par les côtés avec un sillon, à cloison très 
étroite, linéaire à la base par suite de l'avortement des graines. (2).j"-jt.c. 
talus herbeux ou nus, murs du quai des rivières au-dessus des marées 
ordinaires. — Fin. Quimper ! (Bonnemaison, Guiho), Quinvperlé ! (Mar- 

tinière). — Mgr. En aval de Pontscorff, Hennebont (Guiho). 

■^X- B.-Pyr. Bord de la Bidassoa à Béhobie (Termonia et moi). 

Obs. Une forme intermédiaire aux deux précédentes este, sur le haut 
de la berge des fossés, dans les prés salés duTeichct surlebordde la Lcyre 
(Gir.), d'où elle m'a été envoyée par M. Motelay. Elle a l'aspect du C. 
œstuaria avec les feuil. sinuées-denlées, mais non ses capsules tronquées, 
aplaties. 

Obs. C. Arnioracia L. Raifort, se trouve qqf. autour des habitations, 
mais n'est pas une plante bretonne. — C. glastil'olia L. tige de /»-8 déc, 
dressée, feuil. lancéolées, embrassantes para longues oreilles obtuses, 
glauques, panic. ample, terminale, se maintient depuis longtemps dans une 
vieille carrière à Luçon (Vend.). 

ALYSSUM L. Cal. égal à la base. Filets des étam. souv. dentés. Silic. 
orbiculairc, comprimée, à valves convexes au milieu; 2]ogesàl,2graiiies 
bordées. Herbes blanchâtres, couvertes de poils étoiles. 

, /JC/fc- A. arenariumLois. Yioace. Tiges de 1-2 déc, nombreuses, éta- 
lées, un peu ascendantes, rameuses. Feuil. spalulées. Cal. caduc. Pét. 
d'un beau jaune, échancrés. Silic. orbiculaire ou elliptique, échancrée 
au sommet, 1-2 fois plus longue que le style. Av. -y\ Sables maritimes. 

— B.-Pyr. c. dunes de la Barre de l'Adour, puis çà eilà iusqu à Bidar t. 

%. A. campestre L. A/i/iweL Tiges de Ji-? cent., ascendantes. Feuil. 
obovales-lancéolées, les inf. plus larges. Cal. caduc. Pét. en coin, échan- 
crés, jaunes. Etam. plus courtes munies en dedans à la base d'un appen- 
dice élargi. Silic. à poils étalés, non échancrée, A fois plus longue que le 
style. 15 av.-15mai. Sables maritimes. — Char.-Inf., Vend. C. — Loire- 

Inp. Le Collet près Bourgneuf. R. %%■ Gir. Coutras, Barsac 

Motelay). —Lan. Mont-de-Marsan {Pevris). ' 



CRUCIFÈRES. 37 

%. A. calycinumL. Tigesd'env.ldécdiffusesou ascendantes. Feuil. 
lancéolées, plus rétrécies à la base. Cal. persistant. Cor. jaunâtre, blan- 
cheen vieillissant. Etam. plus courtes, munies de chaque côté à la base 
d'un appendice filiforme. Style dépassant à peine l'échancrure de la 
silic. à poils appliqués. (î). mai-jn. Lieux sablon. des ter. cale. — Char.- 
Inf. G. sables maritimes; à l'intérieur : Laiidrais (Foucaud), S.-Même, 
la Crochette en Varalse (Caillaud), Corme-Royal, Nieul-les-Saintes 
(T esseron), Beatwais; Montils (Cazaugade). — Deux-Sèv. Thouars ' 
(Bastard), c. S.-Jouin (Brottier), Airvault (Bonnin), les Jumeaitœ (La- 
croix), S.-Loup! S.-Pompain, Yerrines (Guyon), la Mothe (Sauzé, ^lail- 
lard). — Vend. Garenne- Auaeard, ac. Quatrevaulx (Letourneux), 
Chaillé-les-Marcds ! Souveré-te-Sec ( Ayraud), Basoges (Pontarlier), c. 
S.-GiZ^c's (Genevier). — hoiK^-Vsv. \c. Mâche coul, Arihon, rr. le Collet. 

R. X%. Gm. Coutras! Illats (Goua), Soulac, Pointe de Grave; 

le Verdon,'Uheste(Moielay), leBouil près S. -André ! (Laterrade), S.-Lau- 
rent-dArce (Jarris), Léognan (Lafont). — Lan. Roquefort; Mont-de- 
Marsan (Servis). 

Obs. A. maritimum Lam. du littoral méditerranéen est qqf. cuit. ; 
il est G. en Gironde au Verdo/i.' (Motelayj.M.Lagumel'aenvoyé de Biar- 
ritz (B.-Pyr.), où je l'ai vu dans les dunes. (J. F.). 

CLYPEOLAL. Cal. égal à la base. Silic. orbiculaire, plane, ailée, à 1 
loge Lsperme, indéhiscente. 

%%. C. Gaudini Trachsel, C. gracilis Planch. in Bull. Soc. bot. 
Fr.* y, p. i»9it. Plante de 3-15 cent, couverte de petits poils blancs étoiles. 
Tiges grêles, ascendantes. Feuil. petites, oblongues, rétrécies à la base. 
Cor. très i^etite, jaune, blanche en vieillissant. Silic. petite, pendante. 
(1). mars-av. — B.-Pyr. Dunes des env. du Boucaa (Blanchet). 

DRABA L. Cal. égal à la base. Pét. entiers ou bifides. Silic. ovale, ellip- 
tique ou oblongue, à valves presque planes. Graines sur 2 rangs dans cha- 
que loge, non bordées. FI. blanches. 

D. muralis L. Tige de 2-3déc., grêle, presque simple, couverte de poils 
rameux ou fourchus. Feuil. velues, les rad. oblongues, pétiolées, celles 
de la tige ovales, sessiles, embrassantes. FI. en longue grappe grêle. Pét. 
entiers. Pédic. delà silic. horizontal, (i). avr.-mai. Terrains pierreux au 
bord des haies. — Char.-Inf. i?o?/«/i; la Rochelle, Tonnay -Charente, 
S.-Hippolyte, c. Pont-l'Abbé, g. Bords et eny.,Champdolènt, S.-Savi- 
nlen, S.-Porchaire, Grand jean (Foucaud), c. S .-Jean-dAngély et env. 
(Pinatel), Aa^/ia/y (Giraudias!). — Deux-Sèv. AC. — Vend,' g. le cale, 
AG. Bocage voisin de la Plaine (Pontarlier, Marichal, Letourneux), Mou- 
champ (Genevier). — Loire-Inf. c. bord des haies sèches d'Ancenis à 
Varades; la Regrippière {Pesneàu), S. -Philbert (Cùille^eau), S. -Sébas- 
tien près Nantes ! (Genevier). R. — C.-Nord. La Courbure près Dinan 

(Mabille). — Il.-et-V, g. Bourg-des-Comptes(Ga\lée, Rolland). RR. 

%%. GiR. AC. — Lan. Bats (Dupoy), g. Villeneuve-de-Marsan (Lagu). 
-^B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

D. vernaL. Erophila vulgarisDG. Tige de h-lO cent., nue, flexueuse. 
Feuil. radicales, lancéolées-en spatule, entières ou peu dentées, poilues 
ou presque glabres, en rosette. FI. en épi d'abord penché. Pét. Bifides. 
Pédonc. égalant ou dépassant 1 ou plusieurs fois la caps, ovale-arrondie, 
oblongue, elliptique ou linéaire-elliptique. (J fév.-mars. Murs, lieux sa- 
blonneux, ce. 



38 CRUCIFÈRES. 

Obs. M. Jordan pense que l'on confond sous ce nom un nombre consi- 
dérable d'espèces, dont il reproduit chaque année de graines environ 200 de 
différentes localités ; consultez les Dlagnoses et les Icônes de cet auteur. 

Obs. Lunarla blennls L. Tige de 5-9 déc, dressée, rameuse. Feuil. 
en cœur, fortement dentées. FI. purpurines en grappe lâche. Silic. grande, 
elliptique, arrondie aux deux l)Outs. (g), mai-jt. — S'échappe souv. des 
cultures et est indiqué spontané en Gironde à Cestas par Durieu, et au bord 
du Clron par Belloc. 

LEPIDIUM L. Cal. étalé, égal à la base. Silic. ovale, comprimée, à 
valves en carène qqf. ailée ; 2 loges à 1 graine. Fi. blanches. 

%. L. Draba L. Pubescent. Tige de 3-A déc, à rameaux florifères en 
corymbe. Feuil. oval.-oblongues, sinuées-dentées, embrassantes en fer de 
flèche, lesinf. rétrécies en pétiole. FI. blanches. Pédic. fructifères étalés. 
Slllc. en cœur, non bordée, à loges renflées. 1 f. env. plus longue que le 
style. %. juin. Lieux arides, pied des murs dans les ter. cale. — Char.- 
Inf. Remparts de te /?oc/i(?Z/e, Chaussée de M«re?i?ies; les Portes &i Art- 
en-Ré (Rousseau). — Vend. Les Sables. — LomE-lNF, rr. bosses des ma- 
rais salants à Bourf/neuf! (Rocher), %%• Gm. Bordeaux ; la 

Réole, Abzac (de Dives), S .-Maixcnt(},loie\Q,\),' S .-Bricel (Lamère). — 
B.-Pyr, Bayonnel (Sibuet). — Accidentel dans qq. luzernières. 

L. campestre R. Br. Thlaspl L. Tige dressée ded-hdéc., rameuse dans 
le haut. Feuil. rad. sinuées-dentées, pétiolées, celles de la tige sessiles, 
embrassantes en fer de flèche, dentées. Silic. ovale, échancrée, carénée, 
couverte sur le dos de petites écailles. Stz/ le dépassant à peine l'échan- 
crure. @. mai-j". Lieux incultes et champs cale. — Cuar-Inf.C. — Deux- 
SÈv. AC. — Vend. ac. Plaine (Letourneux.Pontarlier),5.-//i^«ire(Gene- 
vier). — Loire-Inf. Çàetlà entre Inqrande, Ancenis, Couffé, Fouillé, 
Belligné ; c. Erbraij (Gadecean) ; vallée de la Sanguèse ! (Gcnevier), la 
Haie (de l'Isle), Arthon. RR. — Mgr. Penestin (Gadeceau) ; Sarzeau 
(Taslé). — Fin. Lampaul-Ploud., Locquirec, etc. (Crouan). — Il.-et- 
ViL. et C.-NoRD. Çà et là de Cancale à Erquij, et S .-Brieuc ; c. mois- 
sons de la i?a/ice''(Mabille), S -Jacques (Degland, Gallée). %%. 

GiR. C. — Lan. ac. en Chalosse, r. ailleurs. — B.-Pyr. AR. 

L. Smithii Hooker, Lindley, L. heterophyllum Guépin, Thlaspi hir- 
tuin Smith non L. Voisin du précéd., velu, pubescent, qqf. glabre. Rac. 
dure à plusieurs tiges couchées ou ascendantes, simples^ou un peu 
rameuses au sommet. Feuil. rad. pétiolées, ovales-oblongues, qqf. si- 
nuées, celles de la tige sessiles, embrassantes en fer de flèche, dentées, 
Silic. ovale, échancrée, carénée, lisse ou rai', à qq. très-petùes écailles. 
Style dépassant beaucoup l'échancrure. %. mai-jt. Bord des chemins, 
des haies sèches. C. — r. le cale. — Ciiar-Inf. Oleron (Delalande), la 
Rochelle (Hubert), de Bussac à Bédenac (Foucaud), la Barde (Pétu- 

reau). — Deux-Sèv. AC (Saiizé fl.). ■%%• Gm. Plassac; Coulras, 

Mérignac (Motelay). — Lan. Mont-de-Marsàn, Aire. — B.-Pyr. Entre 
Guéthary et la pointe S^'^-Barbe. 

L. ruderaleL. Tige de 2-3 déc, très-rameuse. Feuil. inf. l-2.pennifi- 
des, les super, linéaires, entières. Pét. 0. Etam.^. Silic. largement ovale 
à stigm. sessile au fond de l'échancrure. (2). mai-jt. Chemins, décom- 
bres dans la région maritime et surtout bord des marais salants, — C. 
de la Gironde à la Vilaine. —Mgr. PC. — C.-Nord. Ecluse de Livet. 
S.-Juoat (Mabille), port de Binic. %%■ Gm. Le Verrfo/i (Motelay). 



CRUCIFÈRES. 39 

Bordeaux, digues de la Garonne vis-à-vis Boullac (Lafont), la Teste 
(Laterrade), le Telch (Durieu). — B.-Pyr. Env. du Boucan. 

Obs.L. DirginicumL. Tige de 2-h décim., rameuse dans sa partie sup. 
Fêuil. rad. et inf. obovales/dentées ou pennifides, les interm. lancéolées, 
dentées ou incisées, les sup. linéaires. Pét. blancs dépassant un peu le 
calice. S'ûic. orhiculaire. Graines étroiteme7itaLléesa\mcôté.(^.mai-a^. 
Lieux incultes, bord des chemins. — Char. -Inf. Rochefort (Foucaud). 

%'^. GiR. Gultres, qq. stations du chemin de fer de Bordeaux à 

Lugos/Langon. — Lan. Stations des chemins de fer et çà et là. — B.-Pyr. 
Bai/onne et env. (J. F.). 

L. graminifolium L. L. IberisDC. Tige de 3-8 déc, à rameauœ nom- 
breux, effilés. Feuil. rad. oblong.-en spatule, dentées ou pennifides à la 
base, les sup. linéaires, entières. Sép. rougeàtres. Etam. 6. Silic. ovale- 
en cœur, aiguë, sans échancrure. %. jn.-sept. Murs, rochers, coteaux 
]iierreux, bord des chemins. — Char. -Inf. Qqf. sables maritimes, G. — 
Deux-Sèv. Niort et env.! (A. Guillon), AirvauW. (Bonnin), Louin(CoY- 
nuault), c. S.-Jouin (Brottier), c. ! env. de Thotiars (Toiissaints). — Vend. 
c. Fontenay (Letourneux), Maillerais (Guyon), c. env. deLuçon, Port- 
la-Claye (Pontarlier, Marichal), Chaillé-les-Marais. — Loire-Inf. c. 
par localités. Vallée de la Loire d'Ingrande à Port-Launay ; Croisic. PC. 
%%■ Gm. C. — Lan. Peyrehorade. — B.-Pyr. Bayonne. 

L. latifolium L. Plante de 6-10 déc. rameuse, un peu glauque, à saveur 
piquante. Rae. rampante. Feuilles rad . grandes, ovales ou oval. -lan- 
céolées, obtuses, longuement pétiolées, crénelées-dentées, les sup. lar- 
gement lancéolées. FI. très nombreuses en jianic. Silic. oval. -arrondie, 
puhescente. Stigm. sessile. 0^. jn-jf. Lieux frais et salés de la région mari- 
time. — Char.-Inf. S.-Seurin, Soubise ; S. -Vivien (FoucRud), Oleron, 
Ars et env.! dans l'île de Ré (Delalande), Marsilly{Lemavié). — \e^d. 
Maillez-ais. la Tranche (Letourneux). env. des Sables, Talmont, S.- 
Michel-en-V Herni (Pontarlier, Marichal), S.-Jean-de-Mont ; S.-Hil.-de- 
Rier, A'oirnioatier (Gobert), ile d'Yen. — LomE-iNF. ac. Batr ; Croisic 
fDclalande). R. — Mgr. Billiers (Arrondeau). — Fin. PeAîmft/'cVuBon- 
nemaison), anse de la Torche près Kervedal (Crouan). ile Molène (Blan- 
chard). — C. -Nord. Murs de S. -Mic/ieZ-f/i-G/'èue (Baron), Dinan{\\e,vh. 
Degland). — Il.-et-V. De Pontorson à Dol ! et à S.-Malo{Y. Sacher). 

%%• Gm. Fronsac{Lafon[),Blanqnefort{Laiervade),Mérigjiac, 

tour de'Veyrines (Ch. Laterrade), la Réole (Goua). 

HUTCHINSIA. R.Br. Caractères du Leyjir^iam ; loges delà silic. à 2 
graines ou plus. 

H. petraeaR.Br, LepidiumL. Petite plante de 3-6 cent., très grêle, 
pubérulente, rameuse. Feuilles pennifides à lobes ovales ou lancéolés, 
celles de la tige sessiles. Pét. très petits, blancs, échancrés. Fruits en 
grappe ovale ou oblongue. ovales, arrondis à la base et au sommet; loges 
à 2 graines. (î). avril. Lieux pierreux, ro.-hers arides du cale, sables 
maritimes.— Char. -Inf. Le Pm (M'neQeorAC). Beauvais (Savatier), Ar«^ 
nay (Giraudias), ac. le Sœuil en Fontenet (Pinatel), Chambon près 
Pont-l'Abbé. Soubise! Sèche-Bec près Bo/y/s (Parât!). Saintes (P. Bru- 
naudj, S.-Pierre-d'Amilly, Puyraranlt, S. -Christophe, Salles (Fou- 
caud), S.-Savinien (Tesseron). R. — Deux-Sèv. Loubillé (Jousse), la 
Crignolée ! près Dœuil (Dussouchaud). Rom (Guyon). — Vend. Dunes 
de la Bauduère (Pontarlier). — C.-Nord. Grève du Val André en Plà- 



40 CRUCIFÈRES. 

neuf, G. miellé s-de- S. -Cast (Morin), Quatre-Vaux en N.-Dame-du-Guildo 

(Gallée). %%• Gm.Libourne(Ldiierrdide),la Trestie, S.-Gervais, 

Peujard, Camblanes (Jarris), S.-Germaln-la-Rlvière ! (Motelay). 

H. procumbensDesv. LejOfcrfmmL. Saveur cleLeptd.sattywm. Glabre. 
Tiges grêles de 5-15 cent., ascendantes ou couchées. Feuil. pennifides à 
5 ou 3 lobes ellijatiq. ou lancéolés, ascendants, les feuil. sup. et qqf. toutes, 
entières, lancéolées. Pét. blancs, spatulés-en coin, un peu échancrés, ne 
dépassant pas le cal. Stigm. sessile. Fruits en grappe lâche, allongée, 
oblongs-ovales, rétrécis à la base ; loges à 6-8 graines sur 2 rangs. (î). 
avril-mai. Fissures des rochers maritimes, talus pierreux, sables ras. 

— Ghar.-Inf. La Rochelle ! (Guyon), pointe du Chai (Foucaud), île 
Madame (Guillon), Méchers, Susac près Roijan, Oleron au pertuis de 
Maumusson ; Fouras (Letourneux!). — Vend. Ile de la Dlve ! (Letour- 
neux), S. -Gilles (Genevier), l'Aiguillon, pelouses rases des bord du Lay 
(Pontarlier). R. — G. -Nord. Quai de Binic (Morin). 

CAPSELLA Vent. Caractères du Thlaspi. Silic. triangulaire-en cœur 
renversé, à 2 valves en carène non ailée ; loges polyspermes. 

C. Bursa-pastoris Mœnch, Thlaspi L. Tige rameuse. Feuil. radie, 
entières, dentées ou pennifides, en rosette, celles de la ti^e à 2 oreillettes 
embrassantes. FI. blanches en grappe longue. 0. av.-nov. Champs cultivés, 
décombres, partout. CC. — Extrêmement variable. 

C. rubella Reut. se distingue du précéd. par le cal. rougeâtre à peine 
plus court que la cor. petite, dressée ; silic. plus rétrécie à la base, plus 
échancrée et arrondie aux angles, à côtés un peu rentrants, non droits 
comme dans le type ; style plus court. (î). av.-juil. Mêmes lieux. AC. 

Obs. C. gracilis Gren. qui croît çà et là avec les précéd,, en est consi- 
déré comme un hybride ; la grappe est grêle, allongée ; la silic. est 1 f. 
plus petite, à style dépassant l'echancrure peu profonde, et les graines 
sont ord. avortées. — Voir l'analyse comparative de ces trois plantes, 
par Lacroix, Bull. soc. bot., t. 8, p. 259, et un premier groupe de cinq 
nouvelles espèces décrites par M. Jordan, Diagnoses, p. 339. 

THLASPI L. Pét. é^aux, entiers. Silic. ovale, échancrée au sommet, 
à 2 valves en carène ailée ; loges à 3-6 graines. FI. blanches. 

T. perfoliatum L. T. erraticum Jord. Tige de 10-15 cent., rameuse dès 
la base. Feuil. glauques, les inf. oblongues, pétiolées, un peu dentées, 
les sup. ovales, emljrassantes par 2 oreillettes obtuses. Style très court. 
Silic. largement en cœur renversé ; pédic. perpendiculaire à l'axe. Grai- 
nes lisses. (î). av. Champs, vignes du cale. — Char. -Inf., Deux-Sèv. C. 

— Vend. ac. Plaine et îles hautes (Pontarlier, Letourneux), S^^-Cécile, 

Sigournais (Gadeceau). — Loire-Inf. Copchoux. RR. /fC^- GriR. 

AC. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), Geaune. 

')jÇ%. T. arenarium Jord. T. alpestre p. arenariumJynhY . Tige de i-k 
décim., dressée, simple. Feuil. inf. obovales, pétiolées, en rosette, les 
sup. oblongues, sessiles, embrassantes par 2 oreillettes. FI. blanc-rosé, 
en grappe longue (qqf. plus d'un décim.). Silic. échancrée, un peu arquée, 
en coin à la base ;^édic. étalé-réfléchi. Style égalant ou dépassant un 
peu l'echancrure. @. ou %. av.-j^. Bois et lieux incultes des terrains 
sablonneux. — Gir. Laruscade; Villenave-d'Ornon (Lespinasse), Pes- 
sac, Budos (DuT[eu),Gradignan(Raimey), Sarcignan(JaTTis}, Blanque- 
fort, LaM^o/i (Motelay).— Lan. Mont-dè-Marsanl Souprosse.S.-SeDer 
(L. Dufour), Tartas (Thore). 



CRUCIFÈRES. 41 

T. alliaceum L. Odeur d'ail. Tige de 3-6 déc, souv. simple, poilue 
et rougeàtre près de la base. Feuil. inf. en spatule, dentées ou sinuées, 
les sup. oblongues, embrassantes par 2 oreillettes aiguës, dentées. FI. 
en grappe longue. Slllc. elliptique, un peu arquée, plus convexe en de- 
hors, un peu échancrée, étroitement bordée ; pédic. étalé. Graines al- 
véolées-ponctuées. (2). av. Vignes, champs incultes, haies. — Loire-Inf. 
AC. env. à'Ancenis et de S.-Herblon. R. 

T. arvense L. Tige souv, simple, qqf. rameuse au sommet. Feuil. oblon- 
gues, sinuées-dentées, embrassantes para oreillettes courtes. Silic. orbi- 
culaire, largement bordée tout autour ; pédicelle ascendant. Graines 
à stries arquées, (i), mai-j". Champs cuit. — Char. -Inf. Aumagne fPinn- 
tel), Beauoais (Savatier), Siecq, Montlieu, Oleron ; rr. ile de Ré ! 
(Lemarié), Ardillières (Parât), S.-P.-d'Amt//?/ (Foucaud).R. — Deux- 
SÈv. Champdeniers (A. Guillon), Pers (Sauzé), An.Parthenag (Janneau), 
Beaulieu,Fontperron(G\Taud'ms).Maisontiers,Amailloucc, Verruges 
(Guyon), R. Airoault (Bonnin), S. -Varent,ls[8i\izé près Thouars (Lunet), 
Plaine au sud du Puy-N.-Dame. — Vend. Bourneau (Ayraud), S.- 
Maur.-le-Girard, S.-Maur.-des-Noues (Gobert), Pousauges (Gade- 

ceau), etc. — AC. Loire-Inf. et région maritime de la Bretagne. 

%%. Gm. Martillac (Jarris). 

TEESDALEA R.Br. Pét. inégaux, les 2 sup. plus grands. Filets des 
étam. munis à la base d'une petite écaille blanche. Silic. ovale, échan- 
crée, à 2 valves en carène ailée ; loges S.sperm. FI. blanches. 

T. Iberis DC. Iberls nudicaulis L. Pubescent. Tiges simples, de 5-10 
cent., presque nues, la centrale dressée. Feuil. rad. en rosette, lyrées- 
pennifid., à lobes obtus, celles de la tige dentées ou entières. Pét. ext. 
plus grands. Etam. 6. Style court. (î). mars-mai. Coteaux secs, talus. C. 

%. T. LepidiumDC. Lepidium nudicauleL. Bien distinct du précéd. 
par la tige nue, à peu près glabre, les feuil. aiguës ou à lobes aigus, 
les pét. presque é^aux. h étam., style 0. (î). mars-av. — Deux-Sèv. Co- 
teaux secs. Pommiers ! la Cascade ! près Thouars (Genuer), le Ligron ! 
près Thouars, le Breuil près Argenton-Ch. (Trouillard). R. 

IBERIS L. Pét. entiers, les deux extér. très grands. Silic. ovale ou 
arrondie, très comprimée, échancrée au sommet ; valves en carène ailée ; 
loges à 1 graine ovale. 

%. I. amara L. Tige de %d déc, rameaux nombreux étalés. Feuil. 
oblong.-lancéolées, munies de chaque côté de %h dents profondes, obtuses, 
les feuil. inf. rétrécies en pétiole. FI. blanches ou qqf. lavées de violet, 
en grappe. Pédic. fructifères très étalés, pubescents en dedans. Silic. 
orbiculaire, rétrécie au sommet, à 2 lobes triangulaires un peu divergents 
dont le côté intér. est arqué en dehors, séparés par un sinus aigu et 
dépassés par le style, (i). ji^-at. Moissons, vignes, lieux pierreux cale. — 
Char. Inf. C. — Deux-Sèv. AC. — Vend. c. Fontenay (Letourneux), 
Luçon! S^^-Gemme ! Basoges (Pontarlier. Marichal),fîe/2<'^(Pontdevie), 
c. eniTe MouseuileXPouillé (Ayraud), S.-Hilalre-de-Ries(Gohert). — — 
%%. Gn^. AC. dans le calcaire. — Lan. Poyanne (Dupoy). 

CORONOPUS Haller. Cal. étalé, égal à la base. Silic. à 2 lobes ou réni- 
forme, à 2 loges 1. spermes, indéhiscentes. FI. blanches engrappespresq. 
opposées aux feuil. 

O. Ruellii Daléchamp, Cochlearia Ceronopus L. Coronopus vulgaris 



4a CISTINEES. 

Desf. Tiges couchées, rameuses. Feuil. profond, penniparfcites, à lobes 
dentés ou incisés du côté sup., qqf. entières. SUlc. réniforme. tubercu- 
leuse en crête, terminée par le style. (î). mai-oct. Bord des chemins, 
décombres. C. — Les premières fl. "naissent au milieu des feuil. rad. en 
rosette. 

C. didyma Smith, Lepidlum L. Seneblera pinnatifida DC. Odeur du 
Cresson alénois. Tiges couchées, rameuses. Feuil. profond, pennipartites, 
à lobes dentés ou presq. entiers. Pét. 0. Etam. â (A sans anthères). Silic. 
à 2 lobes ridés en réseau, se séparant à la maturité, mais indéhis- 
cents. Stigm. sessile. (l). jn-sept. Chemins, rues, pied des murs, décom- 
bres. Cà et là région maritime, d'où il s'avance assez loin dans l'inté- 
rieur par les rivières, AC. — Gm. Belles (Lanneluc), c. Bordeaux, la 
Roque de Tau. — Lan. Peyrehorade, Dax ; Capbreton (Deflers). 

— B.-Pyii. c. 

BÎSCUTELLA.L. Sép. rar. bossus à la base. Pét. égaux, entiers. Silù*. 
plane, à 2 lobes orbiculaires se détachant de l'axe par la base, indéhis- 
cents à 1 graine comprimée. 

%. B. laevigataL. Rac. épaisse à plusieurs tiges hispides à la base. 
Feuil. hispides, les rad. rétrécies en pétiole, pennifides à lobes aigus, ou 
dentées, celles de la tige embrassantes en cœur. Fl. jaunes en grappe 
lâche paniculée. Cal. non bossu. Silic. glabre, échancréc à la base et au 
sommet. '^. j"-,j''. Cliamps pierreux, coteaux cale, et qqf. terrains sablon. 

— Cuar.-Inp. ag. dans le N.-E. et E. ; de Bussac à Bédenac et de la 
Glotte à la Barde ! (Fonc-àwà). — DevxSèv. Beauooli-, Pabaij, Chlzé! 
Niort (A. Guillon) ; Loublllé (Jousse), Asnières, Ci-ézlères, Brloux! 
(Giraudias), Couture-d'Argenson; Tourteroji, S^"^^ -S ah Ine (Guy on), S. - 
Georrjes-de-Rex (Janneau), Mausé. — Vend. Saiioeré-lc-Sec (Letour- 

wQny^), Benêt, Lesson (Pontdevie). RR. %%• Gin. S.-Marlens, 

Laruscade, Clssac; Marclllac,S.-André-de-Cub^ac! (Merlet), bois du 
Moulin d'Or non, Salles près Libourne (Laterrade), Gradlg nan (La- 
font), Sa/'ci,^/ia;i (Bonnaves). Illats (Bâillon). Caseneuoe, U^este (Mo- 
telay), Lan'gon (Belloc). 

CISTINEES. 

Sép. 5 dont 2 ext. oi'd, plus petits, qqf. 0. Pél. 5 en rosette, très caducs, 
contournés dans le bouton, en sens inverse des sép. Elani. nombreuses, 
hypogvnes. Ovaire libre. Style filiforme à stigm. simple.. Ca])s. polys- 
pcrme à 3 ou 5 loges, ou Lloc. à 3, 5 ou 10 valves portant au milieu les 
graines, ou des cloisons incomplètes, à l'angle interne desquelles elles 
sont attachées. 

CISTUS L. Sép. 5, les deux ext. inégaux. Pét. 5 très caducs. Caps, à 
5 ou 10 valves portant la cloison au milieu. 

%. C. salvifoliusL. Sous-arbrisseau de 2-5 déc, à rameaux diffus, 
roiigeàtres. Feuil. oval. -elliptiques, obtuses, tomenteuses et ridées sur- 
tout en dessous, opposées. Fl. grandes, blanclies fjaunes par la dessic- 
cation), solitaires ou 3, h au sommet des petits rameaux; pédlc. long, 
articulé au-dessus du milieu. Juin. Bois sablonneuxde la côte. — Char. - 
Inf. c. depuis ;\/ec/î.e/'s jusqu'à la Tremblade, Oh'ron, île d'Ala-, Fouras ; 
Nancras; c. S.-Roinaiji-de-Bcnet (Tesscron), leDouhetprèsSai/i^es. — 
Vend. ag. bord du h-à\- à\i Pont-Charault kl' Assemblée ,c. de là au Po/^^ 



CISTINÉES. 43 

de-Trisay, c. côte de Jard! (Pontarlier); fiait au bois ào, la Blanche à 

Nolnnoutler, .XX- Ç^ et là, et c. par localités, de la pointe de 

Grave (Gironde) à Blàr'viU (B.-Pyr.). 

Ohs. "C. hirsutusLam. Sous-arbrisseau de A-8 déc, en buisson; ra- 
meaux sup. garnis de longs po.ls simples, mêlés à d'autres petits, crépus, 
plus nombreux. Fetdl. lancéolées, opposées, un peu connées, foncées, 
persistant l'hiver, à 3 nervures rameuses, parsemées en dessus de poils 
simples et garnies en dessous de poils étoiles. Plusieurs il. blanches à 
onglet jaune, terminant les rameaux et formant corymbe. Sép. en cœur- 
acuminés, hérissés de i^oils blancs, 1/3 plus courts que la cor. jn-jt. — 
Cette plante, qui depuis longtemps est cantonnée sur les rochers, les 
landes de la côte, est échajopée des jardins de la Joyeuse-Garde, près 
Landerneau (Fin.), où l'on m'a assuré qu'elle était encore cultivée en 
1853, lorsque je l'ai vue. Bonnemaison, qui l'a trouvée le premier, note 
dans son herJDier qu' « elle y est naturalisée. » C'est donc une espèce 
à rayer de la flore de Bretagne et par conséquent de celle de France, 
opinion qui n'est pas partagée par Mess. Crouan et Le Dantec. Elle vient 
de se répandre sur les talus des chemins de fer voisins. 

HELIANTHEMUM Tourn. Sép. 5, dont 2 ext. plus petits, qqf.O.Caps. 
à 3 valves, portant au milieu les graines ou une cloison incomplète. 

H. guttatum Mil. ClstusL. Tige de 2-3 déc, dressée, poilue. Feuil. 
lancéolées, à trois nervures, sans stip., opposées, les inf. ol)Ovales, les 
sup. alternes. FI. en grappe lâche, sans bractées. Pét. jaunes, ord. 
tachés de brun à la base, entiers, qqf. dentés. (J). i"-a*- Coteaux et lieux 
secs ou sablon. C. — Manque ou r. dans le cale. — Char.-Inf. ce, toute 
la bruyère, dunes herbeuses et bois sur le sable. 

p. niarltunum, H. alyssokleslPesn. cat. 59, non Vent. Plante de 5-10 
cent., rameuse, étalée, hérissée, blanchâtre; rac. épaisse, dure, mai.s (1). 
Rochers marit, AC. — Revient graduellement au type, à me.sure que l'on 
s'éloigne de la mer. 

H. umbellatumL. Tiges ligneuses,, diffuses. Feuil. linéair.-oblongues, 
roulées par les bords et pubescentes-blanchàtres en dessous, sansstip. 
FI. blanches, 4-8 en vertlcllles, le sup. terminal, qqf. solitaire. Sép. 3. 
mai-j". — LoiRE-IxF. ce. landes des coteaux du Don, de Guémené à 
Juset, R. sur l'autre rive, Grand-Auvertié ! (de l'Isle). — Mon. Le Roho 
en S.-Dolay, deRochefort à Malansac et S.-Jacut, la Gacllly. — II.- 
ET-V. Rochers de Bougros en Bains, c. entre Slxt et S.-Jast ; la Roche- 
du-Theil. S.-Malo-de^Phlly, Pléchatel. S.-Senoux. Bourg-des-Comptes. 

%%' GiR. S.-Chrlstoly, S.-Mariens! (Merlet), Laruscade (Du- 

balen). Arlac (Laterrade), Villenaoe-d'Ornon. Blanquefort (Motelay), 
de Vlllandraut à Uzeste; Budos (Belloc). — Lan. Roquefort (Thore). 

%. H. alyssoidesVent. Tige ligneuse, rougeàtre ; rameaux diffus. 
Feuil. opposées, oval.-oblongues, rétrécies en pétiole, couvertes de poils 
étoiles, mêlés en dessus à de long poils simples, blanchâtres en dessous, 
sans stip. FI. Jaunes, grandes, 1-3, terminant les petit rameaux. Sép. 
couverts de longs poils blancs. Mai-j". — Chah. -Inf. ac. landes sablon- 
neuses de ^fo/ifc/ir/zv à 3/o/i^Zteri et au-delà; Z>Jr/t'/i«cfDeialande!). 

%%. GiR.. Lan. C. — B.-Pvr. c. de Bayonne à Blarrlt-. 

X- H. procumbens Dunal. Tiges ligneuses, couchées ; jeunes rameaux, 
feuil. et pédonc. parsemés de petits poils blancs appliqués et crépus. Feuil. 



44 CISTINÉES. 

sans stip. d'un vert clair, linéaires, étroites, planes en dessus, convexes 
en dessous, mucronulées et un peu ciliées-rudes, un peu épaisses, les 
inf. serrées et plus courtes que les autres qui sont d'égale longueur. FI. 
petites, jaunes, solitaires, presque axillaires, 2-h sur chaque rameau, 
la dernière non terminale; pédonc. égalant ou plus court que la feuil. 
Sép. ciliés sur les bords et sur les côtes. Juin. Coteaux pierreux cale. 

— Char.-Inf. De M(?c/iers à jRoî/a/i; Montlieu! (Caudéran), Tri^ay(Fou- 
caud), bois et Chaumes au N. de S.-Saviiiien et de Sèche-Bec. — Deux- 
Sèv. ag. coteaux de Veluché, d'Airvault àAvailles, coteaux de Frete- 

vaux, de Vionnais près Thouars-. %%• GriR. S.-Laurent-d'Arce 

(Merlet), Libounie (Ramey), S.-Michel-la-Rivière ! (Moteiay), Fronsac 
(Lafont), ?e r/u^ (Des Moulins), Camtac. — Lan. Les Cauboiis, Arbau- 
cave (L. Dufour), Payros! (Lagu, Dupoy). 

%%. H. Fumana Miller, Dunal in DC. Prod., Cistus L. part. Dif- 
féré du précéd. auquel il est souv. réuni, par les rameaux dressés, 
les feuil. sup. plus courtes que celles du milieu, les caps, plus petites, 
les pédonc. dépassant 2-3 f. les feuil., par les jeunes rameaux, les feuil. 
et h^s pédonc. munis de poils glanduleux. Mai-j". coteaux, lieux secs. 

— Gm. Saint-Laurent'd' Arce (Merlel, 1882). — Je rapporte aussi à cette 
espèce un //c/(!'a/i?î/Lpeu caractérisé quej'ai observé à E^pte^ et à 5-Mic/ie^ 
la-Rioière (Gironde). 

%, H. salicifolium Pers. Cistus L. Pubescent. Tige de 6-10 cent., sim- 
ple* ou à rameaux simples, arques à la l^ase. Feuil. opposées, obovales, les 
sup. lancéolées-oblongues ; stcp. lancéolées. FI. jaunes en grappe lâche, 
munie de bractées. Pédic. du fruit horizontal, ascendant au sommet. 
Annuel, mai. Champs, coteaux cale. — Deux-Sèv. rr. Paluau et Velu- 
ché ! près S.-Loap (Guvon) ; cVAirrault à Availles, ac. Thouars. — 
Vend. Chaillé-les-Marais ! (Petit). RR. 

H. vulgare Gsert. Cistus Helianthemum L. Tiges ligneuses à la base, 
couchées ; rameaux pubescents, Feuil. oval.-elliptiq. velues, tomenteu- 
ses-blanchàtres en dessous, un peu roulées par les Ijords, opposées, sti- 
pulées. FI. Jaunes, en épis penchés. Pédic. des fruits réfléchis, munis 
de bractées. Style 2-3 fois plus long que l'ovaire. %. j^-at. Coteaux et 
pelouses, ord. diicalc. — Char. -Inf. C. — Deux-Sèv. AC. — Vend. ac. Foh- 
tenay ! Luçonf S^'^-Gemme ! (heionvneiix), Porit-Charaidt (Pontarlier, 
Marichal). — Loire-Inf. c. Machecoul, Arthon. R. — C.-Nord. Falaises 

de Dahouet ! (Mile Cornillé),de Lanruen près Erquy (Gallée). RR. 

%%. GiR. C. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), Roquefort ; .vc coteaux 
de la Chalosse. 

%.. H. pulverulentum DC. Jord., Boreau. Tiges ligneuses à la base, 
couchées, pubescentes-blanchàtres. Feuil. oblong.-linéaires, vertes en des- 
susetàla tin glabres, tomenteuses-blanchàtres en dessous, un peu roulées 
par les bords, opposées. Stip. linéaires ord. plus courtes que le pétiole. 
FI. blanches, à onglet jaune, 5-7 en épi. Pédic. des fruits réfléchis, con- 
tournés. Sép. obtus, scarieux, tout couverts de poils courts, étoiles. Style 
1 fois plus long que l'ovaire. 1^. mai-a*'. — Coteaux cale. — Char. -Inf. 
Coteaux de la Gironde de S.-Seurin à S.-Palais ; Chaumes de Sèche- 
Bec ! près Bords (Roufineau), Préguillac, arènes de Thénac (Tes- 
seron). —Deux-Sèv. Thouars (Boréau flore). — Co,g/iac (Charente). — 

c. Lire (Maine-et-L.). %%• GiR. Larusrade (Dubalen), la Roque 

de Tau ; S. -Lcmre/U-rf'Arce (Merlet), S.-Michel-la-Rioiére,Marcamps, 
S.-Emilion (Moteiay). 



VIOLARIÉES. 45 

Obs. H. Delutinum Jord. diffère du précéd. par sa taille plus robuste, 
ses tiges ord. ascendantes, rougeàtres et nues à la base, ses feuil. grandes, 
oblon^ues, ou oblongues-lancéolées, ses fl. blanc-jaunâtre, grandes, 7-15 
en épi lâche. Coteaux de la Roque de Tau (Gir.). 

VIOLARIÉES. 

Sép. 5 prolongés à la base. Pét. 5 inégaux. Etam. 5 hypogynes ; an- 
thères adnées, conniventes. Style et stigm. 1. Caps, l.loc. polysperme, 
à 3 valves ; placenta pariétaux. Feuil. stipulées. 

VIOLA L. Sép. 5 prolongés à la base. Pét. 5 inégaux, l'inf. prolongé 
à la base en éperon creux. Etam. 5 courtes, rapprochées en cône. An 
thères appendiculées au sommet, les 2 inf. appendiculées à la base. 

* Stigmate crochu, aigu (Violettes). 

a. Fl. et feuil. naissant d'une souche, sép. obtus. 

V. palustris L. Souche stolonifère, couverte de stip. ovales, acumi- 
nées, et portant à la fleuraison 2,3 /et^i^. réniformes-orbiculaires,fme- 
ment crénelées, succulentes, cassantes, un peu concaves. Pédonc. radi- 
caux, solitaires, à â bractées non contiguës. Sép. ovales, obtus. Fi. bleu- 
lilas ; pét. sup. courbés en arrière de manière à être à peine vus de face, 
les latéraux moins courbés, l'inf. concave à veines foncées. Caps, trigone ; 
faces oblong.-elliptiq., à h stries.*!^, av. -mai. Marais, prés marécageux, 
bord des eaux. AC. ou C. par localités en Bretagne, dans les montagnes 

Noires et d'Ares, et de là jusqu'à Vanjies ; Fougères. %%. Lan. 

Souprosse (L. Dufour). 

06s. Dans les espèces suiv. de cette section, les fl. tardives sont souv. 
apétales, mais fructifient mieux et même jusqu'en automne ; les feuil. 
de l'été sont bien plus grandes, et c'est en cet état que leur description 
a été faite. 

V. hirta L. Souche épaisse, rameuse, sans rejets rampants. Feuil. 
en cœur allongé, obtuses, crénelées, velues ; pétioles hérissés ; stip. ova- 
les-lancéolées, bordées de cils dont les intermédiaires n'égalent pas la 
moitié de la largeur de la stip. Fl. violettes, inodores. Pét. échancrés, 
les latéraux barbus à la base. Caps, grosse, arrondie, velue. 0^. av.-mai. 
Haies pierreuses, prés élevés, bois. AC. — Plus c. dans le cale. — Le fond 
de lafl. est qqf. l)lanc, t. rarement jaunâtre. — On trouve çà et là dans 
les sables de la Loire, au pied des arbres, une forme à cor. souv. très 
petite ou 0, à pét. non échancrés, les latéraux souv. glabres. 

V. Foudrasi Jord. fragm. 7, p. A très voisin du précéd., est plus petit 
dans toutes ses parties et sa fleur est lilas-rosé. Mêmes lieux dans les 
ter. cale. — Char.-Ixf. Tonnay-Charente, Rochefort (Parât). — Deux- 
Sèv, La Mothe, Chenay, Souvigné (Sauzé). 

V. abortiva Jord.pug. ressemble beaucoup à V. hirta, dont il a les 
pétioles hérissés ; il en diffère par la souche à rameaux nombreux allon- 
gés, par les feuil. à la fin d'un vert sombre passant souv. l'hiver et par 
la caps, plus petite, souv. avortée à 1,2 graines. ']^. mars-av. Bois secs. 
— Deux-Sèv. Souvigné (Sauzé), Melle, S.-Genard, Pouffonds, Méni- 
goute, Vausseroux, Vautebis (Giraudias). C. (Sauzé fl.). — Je connais 
imparfaitement cette plante. 



46 VIOLARIÉES. 



V. permixta Jord. voisin de V. hlrta, en diffère par la souche émet- 
tant de longs rejets non radicants (au moins la l^'f année), les feuil. sim- 
plementcncœuràpétiole moins hérissé, les estivales très grandes passant 
l'hiver et la caps, arrondie, déprimée. Les stip. sont ovales-lancéolées, à 
cils intermédiaires n'égalant pas la moitié de la largeur de la stip. FI. 
point ou à peine odorantes. %. mars-av. Haies, broussailles. — Char.- 
Inf. Clavette, S.-CJii'lstopheelenv ., Bords (Foucaud), Labroasse (Raux^), 
Atiliia 1/ (Giraiudia^). — Loire-Inf. Le Y erger près S. -Philbcrt ! (Girau- 

dias), Nantes et env. %%• GriR. « Cadillac, Roalllan, Budos 

(Clavaud fl.) », Camlac! (Bonnaves). — Lan. S.-Sever {h. Dufour), Peij- 
rehorade, Sorde. 

V. odorataL. La Violette. Souche dure, écailleuse, à longs rejets 
rampants, radicants elûoviîères, durs. Feuil.encœur-arrondi,ohiùses, 
pubescentes, ainsi que les pétioles. Stip. larges, ovales-lancéolées, acu- 
minées, bordées de ci^s doniles intermédiaires n'égalent pas la moitié 
de la largeur de la stip. Pédonc. glal^re ou pubescent. Fl. violettes, 
qqf, blanches à éperon qqf. violacé, plus rar. lilasou violet-rougeàtres, 
odorantes. Pét. obtus, l'inf. plus grand échancré. Caps, arrondie, dé- 
primée, pubescente. %. mars-mai. Haies, taillis, prés. AC. — R. dans 
l'ouestdu Fin. — Je ne puis distinguer de l'espèce : V. dumetorumArron- 
deau, an Jord? qui a la fl. blanche avec éperon violet. — V. subcarnea 
Sauzé, an Jord? à 11. lilas; ils croissent tous deux dans nos limites. 

V, scotophylla Jord. Souche épaisse à rejets courts, en touffe, la plu- 
part non radicants, qq.-unsplus allongés radicants. Feta^. vert sombre, 
nvales-en cœur, rétrécies en pointe obtuse, échancrure de la bas3 à 2 
lobes arrondis, rapprochés ou presque contigus, couvertes ainsi que les 
pétioles de poilg assez longs, persistant longtemps après l'hiver. Stip. 
llnéaires-en alêne, bordées de cils glanduleux d.ont les intermédiaires 
égalent presque la largeur de la stip. Fl. moyennes, bleu violet, blan- 
ches dans le 1/3 ou la 1/2 infér., qqf. entièrement blanches, à odeur tantôt 
1 rès suave, tantôt nulle, ord. un peu plus larges que longues, pét. ovales- 
arrondis, les sup. se recouvrant dans le 1/3 infér., puis brusquement diver- 
gents ; éperon violacé. Caps, obovale-globuleuse, pubescente, violacée. 
%. mars. Taillis secs du cale. — Ciiar.-Inf. Marennes (Mad. Trigant- 
Bcaumont), RochefortiVaruV.), ag. dans le N. et dans leN.-E., Tonnay- 
Charente,c.Pont-l'Abbé clenv. Bords (Foucaud), S.-Savinien, Sablo'n- 
ceaux (Tesscron !). — Deux-Sèv. Mausé ! Malletl (Foucaud), bois de 
Féole près Thouars avec fl. blanche. AC. (Sauzé fl.). Fl, bleue de la 
Violette de P«/7?ie, àfond blanc ; odeur souv. plus suave que dans V. odo- 

rata. %%• Gm. « Caadéran, Langoiran, le Tondu(CAavaud fl.) », 

Citon près Cenac, Frontenac. 

V. virescens Jord. V. alba Besser ? est très voisin du précéd. dont 
il a les feuil. et les stip.; la souche est grêle, à rejets plus ou moins allon- 
gés, les feuil. sont d'un vert clair, la fl. est blanche, et l'éperon est d'un 
blanc un peu jaunâtre, même quand la fl. est violacée, tandis que dans 
V. scotophylla l'éperon est violacé à l'extrémité quand la fl. est blanche. 
Sauzé fl. l'Indique rr. à Soayi^r/ie, Bow^'O'^ (Deux-Sèv.) et je l'ai cueilli 
dans les taillis secs cale. àSt-Vincent et Fourncuxprès SaumurÇ^inme- 
et-L.). 

Ohs. Les précéd. V. virescens, scotophylla, abortiva et Foudrasi doi- 
vent exister dans beaucoup d'autres bois secs et, pierreux du cale, au 
midi de la Loire. 



VIOLARIÉES. 47 



b. Tige feidUée, florifère, sép. aigus. 

V. riviniana Reich. Tiges couchées ou ascendantes, anguleuses, les 
florifères naissant deraissellc des feuil. d'une tige centrale stérile. Feuil. 
largement en cœur, «c?</>H"necs, les inf.réniformes-en cœur, olituses. Stip, 
lancéolées, acuminées, ciliées. FI. bleues, grandes ; éperon blanchâtre, 
en gouttière dans son pourtour. Sép. lancéolés, acuminés. Appendices 
du cal. grands, anguleux, même sur le fruit. Caps, aiguë. % av. -mai. 
Haifis, bois. CC. 

V. reiclienbachiana Jord. V. silvatica, éd. 1. Diffère du précéd. par 
les feuil. plus minces, les fl. violet-lilas, 1/2 plus petites, les appendices 
du cal. courts, presque nuls sur le fruit ovale-oblong, accuminé, éperon 
plus foncé que la cor., à peine en gouttière, droit en dessous ou légère- 
ment rentré, tandis que dans V", riviniana la coubure forme un arc régu- 
lier; pét. oblongs, l'^nf. à stries peu rameuses. %. av. -mai. Bois. AC. au 
midi de la Loire, surtout dans le cale, pc. au delà. 

V. cauina L. Tiges florifères couchées ou ascendantes, naissant de la 
souche, sans tige centrale. Feuil. oval.-oblongues, à base en cœur, 
presque obtuses, non acuminées, les inf. olituses. Stip. oblongues-lan- 
céolées, ciliées, dentées, arquées. Fl. bleu clair, éperon jaunâtre. Sép. 
oval. -lancéolés, aigus. Caps, oblongue presque tronquée, apiculée. %. 

av.-j". Lieux secs, landes, bord des bois. PC %%• Gir. Cami.ac 

(Bonnaves). RR. 

V. lancifolia Thore. Végétation du précéd. Tiges ascendantes. F^t</Z. 
oval. et oval.-lancéolées, aiguës, un peu décurrentes sur le pétiole. 
Stip. lancéolées, incisées-dentées. Fl. bleu-pàle, longuement pédonculées. 
Sép. lancéolés, aigus; appendices anguleux, dépassés par l'éperon gros, 
ascendant. Caps, aiguë. %. mai-j". Landes. — Bretagne, Vend. AC. — 
Char. -Inf. Enet! et env. (Foucaud), S.-Pierre-cle-Surgères (Faye), lan- 
des de Mortagne k Montlieu, cote d'Arvert ; Cadeuil, Sablonceauœ 

ITesseron). — Deux-Sèv. R. (Sauzé fl.) %%. Gir., Lan., B.-Pyr. 

CC. landes; ar. ailleurs. 

%■ V. pumila Chaixin Vill. V.pratensislvoch. Souche ligneuse non 
stolonifère. à plusieurs tiges de \-h décimètres, dressées, anguleuses. 
Feuil. lancéolées-ovales, obtuses, largement crénelées, arrondies ou tron- 
quées à la base, décurrentes tout le long du pétiole. Stip. grandes, folia- 
cées, lancéolées, ayant à la base du côté ext. 1-3 dents profondes ou lobes, 
les interméd. et sup. plus longues que le pétiole, les inf. dentées-inci- 
sées, plus courtes que le pét. des feuil. ovales. Pédonc. à 2 bractées 
linéaires-lancéolées, obtuses, finement ciliées, écar'.i'es l'une de l'autre 
et situées au dessous de la courbure, les inf. plus jonos que la feuil., 
les sup. plus courts. Fl. assez grandes, bleu très pâle, à stries plus fon- 
cées, pét. obov. -oblongs. Sép. oval. -lancéolés, à appendices assez grands, 
dépassés par l'éperon arrondi. Caps, trigon'^. acuminée, à faces ellipti- 
ques. Mai-jt. Prés argileux. — Char. -Inf. r. Dœuil (D\xîi?,onc\\aMd), Beau- 
vais (Savatier), forêt de BenonI la Ragotrie près S. -Vivien. S.-Chris- 
tophe, Boisse (Foucaud), Migré (Lemarié), Corme-Royal (Tesseron). 
— Deux-Sèv. Bois de la Tranchée ] lès Niort CGuillon), Bessines (Gi- 
raudiasj, prés et lit desséché du r ;'.sseau de Bougon! près la Mothe- 
S-Hé'ay (Sauzé. Maillard), Le^ug (Roufineau), prés de la Bonvent à 
Vanzay (Guyon). — Prés de !r BÔuleur ex\\ve Bruœ ei Chaunay dans 
la Vienne (Guyon^. 



48 VIOLARIÉES. 

** Stigmate droit, en entonnoir (Pensées). 

V. tricolorL. Tige anguleuse, rameuse, diffuse. Feuil. glabres ou hé- 
rissées de poils fins, crénelées, les rad. en cœur ou ovales, graduelle- 
ment décroissantes, les sup. lancéolées. Stip. grandes, pennipartites à 
lobe terminal grand, semblable à la feuil. Pédonc. arqués au sommet et 
munis de deux petites bractées. Sép. lancéolés, acuminés. FI. de cou- 
leur et grandeur très variables, violettes, jaunes, blanches ou mélangées 
de ces trois couleurs. (î). mai-oct. Champs, lieux cultivés. — Très va- 
riable; ses formes nombreuses sont considérées par plusieurs auteurs 
comme autant d'espèces distinctes; voir Jordan, Observations, Puçil- 
lus et Boreau Flore du Centre. Je décris seulement les formes que j'ai 
vues vivantes. 

a. hortensis. Sous ce nom on comprend plusieurs plantes à fl. grandes 
et de couleurs variables que l'on rencontre dans les jardins, et issues 
en partie de la Pensée des amateurs. 

p. V. Lloydii Jord. V. variata ? édit. 1. Feuil. inf ovales, crénelées, 
les interméd. et inf lancéolées, plus longues que le pétiole, les sup. plus 
longues que l'cntre-nœud. Stip. à fol. latérales, arquées en dehors. Pé- 
donc. ouvert à 1/2 angle droit, dépassant Ja feuil. et l'entre-nœud, brac- 
tées situées un peu au-dessous de la courbure. Sép. plus courts que la 
cor. moyenne. Pét. sup. beau violet pourpré, blanchâtres à la base, les 
latéraux blancs à stries pourpre-violet, horizontaux, dirigés en avant, 
pétale mf. en carène en-dessous, largement en coin renversé, blanc, jau- 
nâtre et strié de marron à la base. Caps, arrondie-ovale. — Char, -Inf. 
Jardins de Saintes! (P. Brunaud). —Mor. Jardins de Vannes! (Taslé). 

y. V. meduanejisisBoT. Feuil. inf oval. et oval.-en cœur, obtuses, 
les sup. oval., lancéolées-oblono-ues ou lancéolées, plus courtes que les 
entre-nœuds. Stip. à lobe terminal linéaire-oblong, les autres linéaires 
souvent arqués. Pédonc. ouvert en angle aigu, au moins 1 fois plus long 
que la feuil., à bractées situées bien au-dessous de la courbure. Sép. 
plus courts que la cor. à ai')pendices à peine dépassés par l'éperon de 
la cor. aplati, un peu courbé. Cor. grande à la fin toute vtolette ou à 
peu près, pét. sup. violets se recouvrant par leurs bords, oblongs, rétré- 
cis à la base, presque dressés, les latéraux ascendants, recouvrant un 
peu les sup., plus ou moins lavés de violet (qqf. jaunes), l'inf. en coin 
renversé, violacé ou jaunâtre, marqué de 5 à 7 stries pourpres. Caps, 
de V. conjlnls. J"-jt et aut. Champs des ter. granitiques. — Deux-Sèv. 
Chdtillon, les Echauhrogncs (Genevier), — Vend. S.-Hil.-de-Morta- 
gne (Genevier), c. la Châtaigneraie (Goherl), Réaumur. — LomE-iNF. 
c. Vue, Princey (Gobert). — c. par localités en Bretagne; Fougères, 
entre Dinan et Jugon, S.-Brieuc, Pontivy, Vannes, etc. 

0. V. Pesneaul, V. rothomagensis Pesneau cat. part. Rnc. grêle. 
Tiges nombreuses, couvertes d'une pubescence fine. Feuil. inf. ovales, 
les interméd. oval. ou oval.-lancéo'ées, les sup. lancéolées, toutes cré- 
nelées-dentées, plus longues que les entre-nœuds, Stip. à lobes latéraux 
arqués en dehors ou en dedans. Pédonc. bien plus longs que les feuil., 
ouverts ; bractées situées sur la courbure ou peu au-dessous. Sép. oblongs- 
lancéolés, aigus, pZas courts que la cor. à la fin toute violette; à 
appendices dépassés par l'éperon droit de la cor. Pét. sup. violets, les 
latéraux violet un peu plus clair, à l,â raies à la base, un peu ascen. 
dants, l'inf. d'abord blanchâtre puis violet clair, jaune vif à la base mar_ 



VIOLARIÉES. 49 

(jut'e de 7 rnies marron foncé, recouvrant la base inf. des pét. latéraux 
dont le côté sup. recouvre une petite partie de la base des pét. sup. Caps, 
oval. -arrondie, très obtuse, peu dépassée par les sép. {^, qqf. @. — 
Loire-Inf. Délestiii^e de Couèron. — C'est peut-être un Viola du nord 
|de l'Europe, introduit par les navires hollandais dont le lest a créé la 
ocalité notée. — V". sabulosa Bor. des sables marit. du nord de la 
France, en a les caract. généraux, mais en diffère surtout par les feuil. 
plus étroites, les inf. longuement pétiolées, oval.-oblongues, les sup. 
oblongues et lancéolées, longuement rétrécies en pétiole. Mai-j". 

£. V. confînis Jord. V^. contempta ? édit. 1. V. ProvostUBor. Feuil. 
inf. oval., les interméd. oval. -lancéolées, les sup. lancéolées, en gout- 
tière, toutes crénelées-dentées, plus longues ! que les entre-nœuds. Stip. 
à lobe terminal grand, souv. entier, les latéraux arqués, tantôt en de- 
hors, tantôt en dedans. Pédonc. au moins une fois plus long que la feuil., 
ouvert en angle aigu, bractées situées bien au-dessous de la courbure. 
Sép. beaucoup plus courts que la cor., à appendices dépassés de 2 
mill. par l'éperon de la cor. un peu bleuâtre, aplati, droit. Pét. sup. 
blancs, se recouvrant dans le bas, les latéraux ascendants et recouvrant 
une partie des pét. sup. blancs, qqf. un peu jaunâtres à la base avec 1,2 
stries marron, l'inf. jaunâtre, plus foncé à la base, marqué de 5,7 stries 
marron. Caps, ovale-elliptique, obtuse, non anguleuse, mais un peu plus 
bombée et verte sur le dos des valves. — Deux-SÈv. Chiche (Guyon). — 
Vend, et Deux-Sèy. Mortagne f et communes environnantes (Gene- 
vier), la Châtaigneraie, Réawnur CAyraud), entre Clissonel Ti/f'au- 
ges. — Loire-Inf. c. Vallée du haut de la Loire, et çà et là au S.-E. 
de Nantes, la Roche-Bernard. — Mon. La Gacilly (Tasléj. — Fin. 
Brest. — C.-XoRD. Plounéri)i(^UcAÀ), LanniomBaron), Bobital, Brus- 
vily. Beaulieu (Mabillej. — Prob. dans beaucoup d'autres lieux. 

Obs. A côté de cette plante se placent plusieurs formes : V. agrestes, 
gracilescens, Paillouxii, arvatlca Jord. signalés dans notre tiore ; je 
les connais imparfaitement et n'ose les décrire, de crainte d'augmenter 
les difiicultés au milieu d'espèces dont le nombre va toujours croissant. 

t. V. ruralis iovà. Feuil. inf. pétiolées. en cœur ou ovales, crénelées, 
les suiv. ovales, obtuses, les sup. lancéolées. Stip, à lobes inf. entiers, 
droits ou arqués, le terminal semblable à la feuil., denté. Pédonc. beau- 
coup plus long que la feuil., ouvert en demi-angle droit ; bractées si- 
tuées sur la courbure ou en dessous. Sép. lancéolés-acum-nés, égalant 
la cor. ou un peu plus courts, qqf. plus longs, à aj^pendices égalant 
l'éperon. Pét. blanc-jaunâtre, qqf. tachés de bleuâtre, l'inf. plus foncé 
à la base et marqué de raies noirâtres. Caps. oval. Mai-sept. Chamjîs. C. 

r,. V. segetalis Jord. Caract. du précéd. Tige élancée. Feuil. plus 
allongées, les sup. longuement rétrécies en pétiole. Stip. à lobes laté- 
raux plus droits, le terminai peu ou point denté. Sép. plus longs que 
la cor. Pét. sup. oboval., blancs et un peu bleuâtres au sommet, les 
latéraux oboval. blancs, l'inf. en coin renversé, blanc, taché à la base 
de jaune et marqué de raies noirâtres. Caps, presq. arrondie, obtuse, à 
peine anguleuse. Mai-jt. Champs surtout sablonneux. — Vallée de la 
Loire. AC. — Deux.Sèv. C. (Sauzé fl.). 

6 . V. nan a DC. Petite plante de 5-10 cent .Feuil . oval .-en cœur, crénelées, 
les sup. oblongues ou lancéolées. Pédonc. dépassant plusieurs fois la feuil., 
bractées situées sur la courbure. Sép. triangulaires-lancéolés, dépassant 
la cor. tronqués ou échancrés à la base. Pét. sup. oldongs, blancs ou un 



50 RÉSÉDACÉES. 

peu bleuâtres, redressés, les latéraux blancs, étalés, recouvrant en partie 
les sup., l'inf. en coin renversé, blanc, gorge jaune à stries brun foncé, 
éperon violacé, dépassant un peu les appendices des sép. violacés infé- 
rieurement. Caps. oval. -arrondie, très obtuse, plus courte que les sép. (T). 

15 mars-15 mai. Sables maritimes. AG. toute la côte du Sud. 

%%. GiR. Pointe de Grave (Guillon, Termonia et moi), — Les individus 
tardifs (de l'été) sont plus rameux-étalés, à péd. plus courts, à cor. qqf. 
dépassant un peu le cal., et lorsqu'ils sont très développés, ils ressem- 
blent tout-à-fait à V, Olotmensis Genevier, mém. acad. Angers, vol. 8. 
L'auteur distingue ce dernier surtout par le port plus robuste, les feuil. 
plus allongées, les péd. dépassant moms les feuil. Il l'a recuedli fin mai 
etjuin, des>Saô^es à Caillolaeih l' Aiguillon (Vend.). 

t. V. Foucaudl A, Savatier, Bull. soc. se. nat. Ch.-Inf. 1877, p, 73. 
Plante de 5-10 cent, Feuil. inf. orbiculaires-en cœur, onduldes, créne- 
lées, échancrées ou très obtuses, les sup. ovales ou presque spatulécs, 
non en cœur. Pédonc. étalés, dépassant 1-3 f. les feuil., bractées situées 
sur la courbure. Sép. triangulaires-lancéolés, violacés à la base, le sup. 
dépassant les pét. sup., les autres plus courts que les j^ét, Pét. sup. 
blanchâtres, petits, entiers, les latéraux jaunâtres, l'inf. jaune, échancré, 
à stries marron foncé à la base, gorge poilue et d'un beau Jaune, éperon 
légèrement comprimé, violacé, recourbé, égalant ou dépassant un peu 
les appendices des sép. Caps, ovale-arrondie, égalant presque les sép, 
(1), mars-mai. Champs, moissons du cale. — Char. -Int. A ulnaij (G'waii- 
dias), Marsais, S.-Plerre-d'Amilly etenv., Puyravault, Landrais, Ai- 
grefeuille, c. canton de la Jarrie ; Dompier're (Tesseron). — Deux- 
SÈv. Brioux (Sauzé). — Var, à pét. d'un jaune clair dépassant beau- 
coup le cal. et dont les sup. portent qqf. une lar,ge tache marron-velouté. 
Avec le type à S.-Pierre dAmilly. — Ce Viola a presque tous les 
caractères de V. nana, auquel Mess. Lloyd et Sauzé le réunissent, mais 
sa fleur jaune et ses feuil. ondulées lui donnent un aspect qui l'en fait 
distinguer facilement. (J. F.) 

RÉSÉDACÉES. 

Pét. A-6 inégaux, alternes avec les lobes du col. Étam. 10-2A insérées 
sur une glande nectarifère hypogyne. Fruit tantôt polysperme, à une 
loge ouverte au sommet, à 3-6 lobes terminés par un style court, à 
placenta pariétaux, tantôt à /»,5 carpelles 1. spermes, s'ouvrant en dedans 
et terminés par un style, FI. en épis. 

RESEDA L. Pét. inégaux, les sup. laciniés. Caps, l.loc. ouverte au 
sommet, anguleuse. 

R. lutea L. Tige de 3-5 déc. rameuse, diffuse, qqf. chargée d'aspérités 
cristallines. Feuil. inf. entières ou à 3 lobes, les interméd. pennifid. 
FI. jaunâtres. Cal. à 6 lobes. Styles 3. Caps, allongée, tronquée au som- 
met. Graine noire, lisse, luisante. (2). j^-a*. Lieux incultes, champs pier- 
reux ou sablonneux du cale, et du bord de la mer. — Char. -Inf. et cale. 
Vendéen. CC. — Deux-Sèv. C, — LomE-lNP. Machecoul, c. Arthon; 
Ancenis. _AC. — Mou. QMi6<?/'o/i(Arrondeau). — Fin. Moulin de Kergus 
en Plourin (de Crec'hquérault), — Il.-et-V. Pontorson, Chéraeix, S.- 

Malo. %%. GiR. AC. — Lan. Peyrehorade 'Féraud), Sorde, Pon- 

tonx. — B-Pyr. Le Boucau (Sibuet). 

R. luteola L. Gaude. Tige de 6-18 déc. dressée, raide. Feuil simples, 



Droséracées. 51 

lancéolées-allongées, obtuses, les rad. ondulées, en rosette, FI. jaunâ- 
tres. Cal. à h lolDes. Caps, courte, bosselée, à 3 pointes. Graine jaunâtre, 
lisse, luisante. (2). j"-at. Haies, décombres, piea des murs, champs pier- 
reux. C4. 

%%. R. Phyteuma L. Tige de 2-5 déc. étalée, ascendante, rameuse. 
Feuil. interméd. de la tige trifides. FI. blanches. Cal. ti'ès grand, â 
5-6 sép. accrescents. Caps, grosse, oblongue en massue, à 3 dents. Graine 
grise, rugueuse, (l) ou v2). j"-ut. Lieux incultes, champs sablon., graviers 
des rivières. — Gir. Tabanac, U:^este (Moielav), S^'^-Croia^-de-Mons (Lâ- 
terrade), Langon! (Diiv'ieu), S. - Maixe nt ! (Goua). — Lan. Peyrehorade 
(Féraud),grav.ers de l'Adour à Aire, Casère,S.-Seuer,Mujron;Notisse 
(Dupoyj. 

06s. — R. alba L. échappé des jardins, se trouveqqf. sur les décombres. 

ASTROCARPUS Necker. A,5 carpel. Lspermes, étalés en étoile, s'ou- 
vrant en dedans par une fente dentée. 

A. Clusii Gay, Reseda canescens et purpurascensL. R. SesamoL- 
desDC. ic. Tiges persistantes et couchées a la base. Feuil. linéaires ré- 
trécies à la base, entières, obtuses, glauques, les rad. plus larges. FI. 
blanches, en épis grêles. Cal. à 5 lobes. Glande nectariférepubescente. 
Filets des étam. presque glabres, ceux des étam. sup. géminés. Style 
latéral dépassé par le sommet du carp. arrondi en casque. %. j"-at. 
Terres arides et surtout coteaux et rochers schisteux. — Cii.\k.-Inf. r. 
çà et là bois sablon. de Montendre à la Barde ; Roi/an (Lespinasse). 
RR. — Deux-Sèv. Thouars ! (Woods), Argenton-Ch. ; Chambroutet, 
Nolrlleu, la Touche-Gom ! près Bressulre, S.-Mesniin, Lou;y (J. Ri- 
chard). — LoiR^-ly^F. Ingrande, Varades, d'Ancenis à Pouillé, Grand- 
Auverné, ce. aVOudon à Ancenls ; Barbechat, Sion, c. coteaux de 
Guémené à Jiuet. — Mor. La Roche-Bernard ! Néant, Tréhorenteuc, 
(Le Gall), Rochefort ; c. schistes rouges de Ploërnwl ! (J.-M. Sacher). 
— Il.-et-V. Pont-Fêart (J.-M. Sacherj, rochers de la Vilaine de Gui- 
pry à S.-Malo-de-Phily, Po/t(/ne (Letourneux), ac. rochers de Bougros 
en Bains et bois entre'S.-J«s^ et Sixt (Moreau), c. la Roche du Theil! 

(J.-M. Sacher). %%• Gir. Avenson, Libourne, Parcnipuyre, 

Arlac,Pessac, S .-Médard-en-Jalle, Chalet, Martillac, Langon, Mios, 
Ca-;au, U^este. — Lan. échoua;, Aire, S.-Geours, Tercis, Muçjron; 
Mont-de-M arsan (Pervis), Daxl (Deflers), Rivière, Labenne. — B.-Pyr. 
Env. du Boucau. 

DROSÉRACÈES. 

Cal. à 5 sép. ou lobes profonds imbricjués dans le bouton. Cor. régu- 
lière à 5 pét. Etam. 5 hypogynes. Anthères terminales. Ovaire simple, 
libre, à /t 5 styles ou à A stigm. Cap. 1 3.1oc. polysperme, à 3-5 valves 
s'ouvrant par"^le sommet; placenta pariétaux. 

DROSERA L. Cal. à 5 lobes profonds. Pét. 5. Styles 3-5 bipartits. 
Caps, l.loc. Herbes % à feuil. radicales, couvertes de cils rouged- 
très, glanduleux, roulées en crosse dans leur Jeunesse ; fl. blanches 
en épis. 

D. rotundifolia L. iHampe dressée, 3 f. plus longue que les feuil. 
a]ipl;quées contre terre ; pétiole velu en dessus, non cilié; limbe orbi- 
culaire. Cal. dépassé par la caps, cylindrique, lisse. Graines linéaires 



52 POLYGALÉES. 

à test lâche, lisse. Jt-a*. Marais et prés tourbeux. — Char.-Inf. Lan- 
des de Montendre kMontlieu. R. — Deux-Sèv. Secoiidigny (A. Guil- 
lon), Bressulre, la Morpinière en Brétlg/iolle (J. Richard), le Temple 
(Genevier), Amallloux (Guyon). R. — Bretagne et Bocage Vendéen. 
AC. — Avant de périr, le pied de l'année émet un stolon terminé par 
un bourgeon reproducteur. Dans le suiv. ce bourgeon est sessile sur 
la souche. %%• GiR. et Lan. c. landes. — B.-Pyr. Ascaln. 

D. intermedia Hayne, D. longlfoUa DC. Hampe courbée à la base, 
dépassant peu les feuïl. lors de la fleuraison. Feuil. ascendantes; pétiole 
glabre, non cilié, plus long que le limbe obovale-en coin; cal. dépassé 
par la caps, courte, sillonnée, lisse. Graines oblongues, à test appli- 
c[ué, finement tuberculeux. Jt-at. Marais, landes et prés tourbeux gras. 
— Char.-Inf. Landes de Montendre à Montlieu. R. — Vend. Le Bourg- 

sous-Nap., la Ferrière (Pontarlier). — Bretagne. C. %%• Gir. 

et Lan. c. landes. 

* D. anglica Huds. D. longifolia Hayne. Hampe dressée, 2 f. plus 
longue que les feuil. ascendantes; pétiole glabre, non c^Zte, plus long 
que le hmbe Unéaire-oblong . Cal. dépassé par la caps, prismatique- 
ij.gone, non sillonnée. Graines oblongues-ovales, à test lâche, lisse. Lieux 
tourbeux. — Je l'ai bien cherché, mais en vain. 

ALDROVANDIA Monti. Sép. 5. Pét. 5. Styles 5, filiformes. Caps. 
Lloc. à 5 valves. FI. axillaires, solitaires. 

%%. A. vesiculosa L. Tige de 1-3 décim. nageante, simple ou rameuse. 
Feuil'. verticillées par 6 8, transparentes, vésiculeuses à l'extrémité, 
pétiole muni au sommet de /«-6 cils inégaux. FI. peu nombreuses, à 
pédonc. phis long que les feuil. at. — Gm. Etangs de Lacanau{L(i- 
terrade) et de Hourtin, le Porge (Motelay). 

PARNASSIA L. Sép. 5. Pét. 5, portant à la base une écaille necta- 
rifère ciliée. Etam.5. Stigm. h sessiles. Caps. Lloc. à h valves. 

%. P. palustris L. Tige simple, anguleuse, à 1 feuil. en cœur, sessile, 
embrassante, les rad. longuement pétiolées. FI. blanche, solitaire, ner- 
vée. %. jt-oct. Landes et prés tourbeux du cale. — Char. -Inf. Courçon 
(Bouchet), Aigrefeuille (Foucaud), S.-Ouen près Beauoais (Savatier), 
Saujon, c. Rochecourbon ; iwx. marais de P rig 7iac (Pinùtel), c. Pisanu, 
Meursac (A. Guillon), de Cadeuil à Nancra's (Delalande !), marais cle 
Gerzan près Corme-Royal ; Montlieu ! (de Meschinet). — Deux-Sèv. 
Loubillé (Jousse), Mausé ! (Sauzé), Frontenay-R.-Rohan (Charbon- 

neau), ag. marais de la Dlve à Pas-de-Jeu (Guyon). %%• Gir. 

S.-Mariens (Merlet). Roaillan (Goua), Facture ; la Mothe, là Teste 
(Motelay), Langon (Ducot). — L.\n. Seignosse, S.-Vincent-de-Tyrosse ; 
Mo7itgaillard{L. Dufour), Peyrehorade (Févâud). — B.-Pyr. S. -Etienne 
(Sibuet). 

POLYGALÉES. 

Cal. à 5 sép.^ dont S latéraux plus grands (ailes), pétaloïdes. Cor. irré- 
gulière à 3 pét. plus ou moins soudés avec le tube des étam. L'inf. 
(carène) barbu. Etam. 8 réunies inférieurement en deux faisceaux op- 
posés. Anthères à 1 loge s'ouvrant au sommet par un trou. Ovaire et 
style L Caps, comprimée ; 2 loges à une graine i3endante, arillée ; valves 
2 opposées à la cloison. 



POLYGALÉES. 53 

POLYGALA L. Voir la famille. FI. en épis. 

P. vulgaris L. C. et Germ. fl. Par. T. 8. Tiges dressées, à rameaux 
simples. Feuil. lancéolées, les inf. elliptiques. FI. nombreuses, bleues, 
roses, rar. blanches, en épis terminaux. Ailes du cal. (comme dans les 
2 suiv.) à 3 nervures anastomosées dans la partie sup. avec les laté- 
rales dÏA'isées extérieurement en ramifications nombreuses anastomosées. 
Caps, plus courte et plus étroite que les ailes. 9^. mai-j". Haies, prés, 
taillis. C. 

p. oxyptera. Plante plus basse, à épis plus courts; caps. ord. débor- 
dant partout les ailes. Landes, coteaux et sables maritimes. AC. — A 
cette var. appartient le Polygala rapporté au P. dilata édit. 3. p. Ul, 
recueilli dans les lèdes herbeuses de Cagoulllac où je l'ai vu abondant 
avec les sép. et pét. très peu ou point ciliés. (J. F.) 

Obs. P. comosa Schk. diffère de P. vulgaris par les feuil. serrées 
et surtout par les bractées dépassant les boutons de fleurs et rendant 
ainsi l'épi chevelu au sommet. Je l'ai cueilli à Avanton près Poitiers. 

P. depressa Wender. C. et Germ. T. 8. Plante grêle, à tiges cou- 
chées, souv. très rameuses. Feuil. lancéolées, les inf. elliptiq., les inter- 
méd. presque opposées. FI. 5-8 ord. blanches, qqf. bleues, en épis de- 
venant par la suite latéraux. Ailes oboval. -elliptiq. plus longues et 
plus étroites que la caps, fortement échancrée. %. mai-jt. Pelouses mous- 
seuses, taillis, landes sèches ou marécageuses. AC. — r. dans.le cale; 
Char. -Inf. r. la lande de Mortagne ; c. de Montendre à Bédenac et 
env., S.-Hlppolyte (Foucaud), la Branderie en Plassay (Tesseron). 

%%. GiR. et Lan. c. région des landes; r. ailleurs. — B.-Pyr. 

Env. de' Bldart. — L'opposition des feuil. se remarque aussi sur les 
tiges stériles. 

Obs. P. clllata Lebel «ressemble au précéd. par la disposition de ses 
feuil. et de ses fl.; mais il en diffère par les tiges redressées, pulvéru- 
lentes dans leur partie sup. et surtout par les bractées, les sép., les 
pét. et les caps, ciliés» Bréb. flore. 

^. P. calcarea Schultz, P. amarella C. et Germ. T. 7. Tiges cou- 
chées, ord. noml^reuses, nues à la base, puis munies de feuil. grandes, 
oboval., obtuses, plus ou moins en rosette, émettant de leur aisselle 1 
ou plusieurs rameaux florifères. Fl. assez nombreuses en épis. Ailes obo- 
val., débordées en tous sens par la caps, grande. Arille à lobes aigus 
égalant presque la 2/2 de Ul graine. %. mai-j". Pelouses, clairières 
des bois secs et coteaux cale. — Char. -Inf. ac. de Dœull, Loulay à 
Aulnay. Beauvals et Slecq ; Surgères ; S. -Christophe, Bourgnèuf, 
la Garde-au-Valet, S.-Savlnlen (Foucaud), Meux, c. Montlleu ; Mon- 
tendre ; la Glotte (Savatierîj. — Deux-Sèv. Réfannes sur le granité, 
Maisontiers CGuvon), S^'^-Sollne (Sauzé), Brétignolle (J. Richard), 
Afelle, forêt d' Aulnay ! (A. Guillon), Loublllé ![ioviS^e). PC. (Sauzé fl.). 

%%• Gm. Cenon, Flolrac (Sibuet), Carbon-Blanc (Clavaud), 

Esplet! (Bonnaves), Blaye, Léognan, Carlgnan, Pompignac, Taba- 
nac (Motelay), Lesparre. 

P. austriaca Crantz, C. et Germ. T. 7. Très amer, couché, rameux. 
Feuil. rad. obov. spatulées, en rosette, celles de la tige allongées, obtu- 
ses. Fl. petites, blanches (dans mon échantillon) ou bleues, assez nom- 
breuses. Ailes oboval. -elliptiques, â n.eryw/"e moyenne simple non anas- 
tomosée avec les latérales à peine rameuses. Caps, presq. arrondie-en 



54 FRANKÉNIAOÉES. 

cœur, plus longue et beaucoup plus large que les ailes. Arille attei- 
gnant à peine le Ijh de la graine. %. « Prés humides tourbeux (Cosson 
et G.) ». Je possède un échantillon de cetle espèce que je suis sûr d'a- 
voir cueilli aux environs de Ayantes, mais je ne saurais préciser la loca- 
lité, qu'il est nécessaire de retrouver pour maintenir l'espèce dans la Flore. 

%. P. monspeliaca L. Rac. annuelle à 1, qqf. plusieurs tiges dres- 
sées, fleuries dans la moitié sup. Feuil. dressées, linéaires-lancéolées, 
très aiguës. FI. d'un blanc vert-roussàtre. Ailes oval. oblong. à 5 ner- 
vures vertes, rameuses, non anastomosées, aussi larges et plus lon- 
gues que la caps, olwval. -allongée, en cœur au sommet, pendante, oscil- 
lante. Juin, Talus herbeux du littoral. — Char.-Inf. Remparts de S.- 
Martin, et fort la Prée dans l'île de Ré. R. 

FRANKÉNIAOÉES. 

Cal. à h,5 sép. persistants, soudés à la base en un tube sillonné. Pét. 
/»,5 alternes avec les sép., onguiculés. Etam. h,5 hypogynes. Ovaire 1 
libre; style 2,3.fide. Caps, l.loc. à %h valves portant les placenta sur 
les bords. 

FRANKENIA L. Style à 3 lobes oblongs, portant les stigm. à l'inté- 
rieur. Caps, polysperme à d,h valves. 

F. Isevis L, Tiges dures, sous-ligneuses, très rameuses, couchées, 
glabres oupubescentes, Feuil. linéaires, roulées en dessous par les bords, 
glabres, ciliées à la base, verticillées. FI. roses, élégantes, axillaires, 
solitaires, sessiles. Cal. glabre ou pubescent dans les sinus. Sl^. jn-scpt. 
Sables et rochers maritimes, bord des marais salés. C. 

Obs. F. hirsuta DC. fl.fr. F. Intermedla DC. prod. indiqué sur nos 
côtes, n'y a pas été trouvé; il diff'ère du précéd. par ses tiges à pubes- 
cence serrée, grisâtre, ses feuil. longuement ciliées à la base et ses cal. 
hispides. 

CARYOPHYLLÉES. 

Cal. à 5, rar. h sép. ou dents. Pét. 5, rar. h, ord. onguiculés, alter- 
nes avec les sép. Etam. 10 rar. 3-5, hypogynes. Ovaire 1 libre, à 2-5 
styles. Caps, à 1 rar. 2 5 loges, à 2-5 valves s'ouvrant au sommet. Graines 
nombreuses ; placenta central. Feuil. toujours opposées, entières. 

A. Cal. l.sépale, tuhuleux, à 4,5 dents. (Silénées.) 

GYPSOPHILA L. Cal. en cloche, à 5 dents. Pét. 5 en coin, presque 
sans onglet. Etam. 10. Styles 2. Caps, l.loc. à h dents au sommet. 

G. muralis L. Plante grêle de 10-15 cent, à rameaux étalés. Feuil. 
linéaires. FI. rosées, axillaires, longuement pédonculées. Cal. sans 
écail. à la base. Pét échancrés ou crénelés, veinés, (i). jn-sept. Champs 
arides après la moisson, lieux desséchés, bord des étangs, des rivières. 
C. — Manque ou rr. dans le cale. 

DIANTHUS L. Cal. tubuleux, à 5 dents, muni à la base d'écaillés oppo- 
sées. Pét. 5 à onglet linéaire. Etam. 10. Styles 2. Caps. 1 loc. à A valves 
au sommet. 

* FI. réunies en tête ou en cort/mbe. 

D. prolifer L. Glabre, raide ; rameaux simples. Feuil. linéaires, rudes 



CARYOPHYLLÉES. 55 

au bord. FI. paraissant l'une après l'autre, réunies en tête entourée 
d'écaillés scarieuses, les inf. plus petites, mucronées, les sup. obtuses, 
dépassant le cal. Pét. roses, échancrés ou entiers. (î). j" a*. Coteaux 
arides, champs sabion., surtout dans la région marit. et le cale. AC. 

D. Armeria L. Pubescent, raide, rameux dans le haut. Feuil. linéair.- 
lancéolées, les inf. plus larges, obtuses. FI. en faisceaux ternnnauœ, 
entourées de bractées et d'écaillés lancéolées-en alêne, égalant le cal. Pét. 
rouges, tachés de blanc, dentés en scie. (2). jn-at. Haies, vieux murs. C. 

— PC. Mor. et Fin. 

D. Carthusianorum L. Tiges simples. Feuil. linéaires, con7iees-e/i- 
gainantes. à 3 nervures. FI. rouges, réunies 2-6 en tète entourée à la 
base de 2-h bractées brunes, semblables aux écailles obtuses, échancrées, 
mucronées au milieu, plus courtes que le cal. brun au sommet. Pét. 
dentés, un peu velus en dedans ; limbe aussi long que l'onglet. %. jn.jt. 
Prés, bord des haies, coteaux des ter. cale, et schist. — Char-Inf. Le 
Pin (Mnie George), Pons (Savatier), Cognac (Charente), S,-Eugène ; 
Breuillet ''Roufineau), Oleron (de Beaupreau). R. — Deux-Sèv. AG. 

— Vend. Pre près de Charsais (M'i^ Poey Davant), le Plessis en la 
Perrière (Pontarlier), ac. Mortagne, la Ver rie, S.-Hilaire (Genevier). 
RR. — Loire-Inf. La Motte près Mauniusson ! entre Piaillé et Bon- 
nœuvre{G\\\\\o), S. -Mars-la- Jaille (S. -Gai), CojDc/iottJ3(Pesneau). entre 

Vertou et forêt de Touffou (Beuchet), le Pallet. RR. %%. Gm. 

S.-Mariens ! (Merlet), Blanquefort (Ramey), Pessac, S. -Médârd-d' Ec- 
rans (Laterrade), la Motlie (Motelay), Cesias, Cadaujac (Jarris), Lan- 
gon (Goua), Budos (Ducot). — Lan. Grec près M ont- de-Mars an (Perris). 

** FI. solitaires. 

D. Caryophyllus L. Œillet des Fleuristes. Tiges rameuses, deS-o 
déc. Feuil. linéaires, en gouttière, scarieuses et dentées à la base, glau- 
ques. Fi. 5.6 en panic, à odeur suave. Ecailles h couT[es, mucronées, 
S-h fois plus courtes que le cal. cylindrique. Pét. rouges, dentés. '}f. 
jt. Vieux murs, raines. — Char. -Inf. Saintes, Oleron, rochers de Tail- 
lebourg, Mornac. — Deux-Sèv. Niort, Parthenay, Bressuire. — Vend. 
Tiffauges, Pousauges, Mortagne, leBoupère, c. château de Talmont, 
Palluau, Apremont. — LomE-'lNF. Tour d'Oudon, c. châteaux de Chd- 
teaubriant, de Clisson, c. Guérande. — Mgr. Vannes, Auray. — Fin. 
Concarneau, château de Brest, de la Roche-Maurice, de Tremasan. 
— C.-NoRD. Dinan, Lamballe, S.-Juvat, Matignon, le Guild.o. et ro- 
chers marit. de Dahouet avec fl. blanches. — Il.-et-V. Hédé, Dol. — 
ETC. %%• GiR- Ea Sauve, Blanquefo rt (LaieTrade), Blaye (Jar- 
ris), Bourg /(Merlet), Gauriac, Rausan (Motelay). 

%%. D. superbus L.^ Tiges de 3-8 déc. rameuses dans la partie sup. 
Feuil. en gouttière, linéaires, aiguës, vertes. Fl, grandes, odorantes, 
paniculées. Ecailles 3-A fois plus courtes que le cal. brusquement ré- 
trécies en pointe. Pét. blancs oulilas, pro/bn-d. déchiquetés en lanières 
fines pennifides et portant ord. à lagoro-e des poils purpurins. %. jt-a^. 
Bois. — Gm. Saucats ! (Testas), la Brède. — Lan. Bats ! (Dupoy). 

D. gallicus Pers.DC. Tigesï\ombve\\%QS,%\m\AQS, de 15-20 cent. Feuil. 
linéaires, courtes, dentelées et scarieuses tout aa/îoar, presq. obtuses, 
glauques. Fl. 1-3 terminales, à odeur suave. Ecailles h courtes, un 
peu mucronées, 3 f. plus courtes que le cal. cylindriq. Pét. rosés, qqf. 
blancs, fortement dentés, glabres. ^. j»-sept. Sables marit. C. jusqu'à 



56 CARYOPHYLLÉES. 

Qulmper. %%- Gm. Pointe de Grave, Soulac. — Lan. Ondres 

(Deflers), Capbretoii. — B.-Pyr. Blanc-Pignon près A/i^^e^, Chamhre- 
d'Amour. 

SAPONARIA L. Cal. à 5 dents, nu à la base. Pét. 5 à onglet linéaire. 
Etam. 10. Styles % Caps, l.loc. à h dents au sommet. 

S. officinalis L. Saioo/zaire. Tige rameuse. Feuil. lancéolées-elliptiq., 
à 3 nerv. FI. rose tendre, en corymbe terminal. Cal. renflé, cyUiidrl- 
qrte, glabre ou pabescent. Pét. munis à la base d'appendices linéaires. 
%. jt-at. — Chak.-Inf. Glacis de la Rochelle ! tour de Broue (Paye), 
Royan, Corme-Royal, S.-SavuiLeii(Tetisevon). S.-Jeaii-d'Aiigély, Gar- 
neâu sur la Boutonne, Dœull l (Dussouchaud), S, -Saturnin- du- Bols 
(Foucaud), Montlieu, la Barde. — Deux-Sèv, c. haies et décombres 
de la Mothe ! (Sauzé), Rom (Guyon), Chisé ; S.-Genard (Giraudias), 
c. bord du Tliouet, de VArgenton, etc. — Vend. c. Gétig né et qk et là 
sur la Sèore jusqu'à Tijfauges, Mouseuil. — LomR-iNF. Bord de la 

Sèore, de la Maine, de la Loire. AR. %%• Gir. et Lan. C. — 

B.-Pyr. Esbouc (Sibuet). — Et çà et là, à fl. simples ou doubles, sous- 
spontané dans les décombres, les ruines. 

%. S, Vaccaria L. Tige divisée au sommet en plusieurs rameaux 
dichotomes formant un corymbe lâche. Feuil. glauques, lancéolées, élar- 
gies et connées à la base. Cal. à cinq angles verdàtres. Fl. roses. 
(1). jn-jt. Moissons, champs cale. — Ciiar.-Inf. Le Pin (Mme George), 
Auinay (Giraudias), Dœuil ; S.-Pierre-d'Amilly, S. -Christophe, S. -Vi- 
vien (Foucaud), Surgères (Hubert !), Vandré (Delalande), c. de S.-Jean- 
d'Angély à Matha (Lemarié), Aumagne (Riveau), Siecq ! c. Beau- 
vais ! (Savatier), S.-Snoijiien, Nancras. — Deux-Sèv. Vansay, Pli- 
boux (Guyon), la Mothe (Giraudias), Sausé-Vaussais. PC. (Sauzé 

fl.). '- %%. Gir. Margauv (Jarris), Prignac, Gazelles (Mer- 

let), la Bastide (Lafont), Mérignac, Lescur (Laterrade), Langon ! 
(Goua). — B.-Pyr. S.-Pierre-d'Irube (Sibuet). 

CUCUBALUS L. Cal. en cloche, à cinq lobes. Pét. bifides, couronnés 
à la gorge. Etam. 10. Styles 3. Baie l.loc. polysperme, indéhiscente. 

C. bacciferus L. Tige de 6-10 déc. faible, presque grimpante; ra- 
meaux ouverts à angle droit. Feuil. ovales, acuminées. Pét. écartés, 
blanc-verdàtre. Baie et graines noires, luisantes. %.. j^-at. Haies, ])uis- 
sons. — Ciiar.-Inf. Le Pin (M^e George), Saintes ; Pons, Arces (Fou- 
caud), Montendre (de Beaupreau),- c. Montlieu (de Meschinet) ; Ori- 
gnolle, Sablonceaux (Delalande), Thésac (Robin), les Mathes ! (Reau). 

— Deux-Sèv. Rom, Louin, Glénay, r. S.-Loup (Guyon), Airvault ! et 
env. (Bonnin), S.-Jouin (Brottier), Pas-de-Jeu (J. Richard), Thouars! 

— Vend. Luçon (Lepeltier). — Loire-Inf. PC %%■ Gir., Lan., 

B.-Pyr. Çà et là. 

SILENE L. Cal. à 5 dents, nu à la base, pét. 5 onguiculés. Etam. 10. 
Styles 3. Caps. 3. loc. à la base, s'ouvrant au sommet en 6 dents. 

S. inflata Smith, Cucubalus Behen L. Glauque. Souche ligneuse non 
rampante. Tiges de 3-5 déc, rameuses, couchées à la base. Feuilles ovales- 
lancéolées, pîusou moins ciliées, rar. velues. Fl. d'un, blanc pur en panic; 
bractées scarieuses. Cal. renflé en vessie, à veines en réseau, vertes ou 
brunâtres. Pét. sans appendices à la base, écartés l'un de l'autre, à divis. 
oblongues ; onglet inclus. (?. ■;)s. ovale-globuleuse. Graines couvertes de 
tubercules coniques saillants. %. j"-at. Moissons, prés, bord des che- 



CARYOPHYLLÉES. 57 

mins, des haies, surtout dans les ter, cal. et au bord de la mer. 
C. — R. ailleurs. — Moins c. au nord de la Loire. Cette plante a été 
décomposée en h espèces S. vesicaria, hrachiata, pubevula, oleracecc, 
toutes croissant dans nos limites. 

S. maritima With. Glauque, gazonnant. Tiges de 1-2 déc. étalées en 
cercle, redressées. Feuil. lancéolées, ciliées-épineuses au bord. Bractées 
herbacées. FI. d'un blanc pur, 1-3 au sommet des rameaux. Cal. renflé 
en yessie veinée de violet. Pét. munis à la ])ase de 2 appendices bien 
distincts, à divis. obovales-en coin, recouvrant les pét. voisins par les 
bords; onglet saillant. Caps, globuleuse. Graines triangul.-réniformes, 
couvertes de nombreux tubercules coniques saillants. %. hiai-at. Rochers 
et coteaux marit. ; s'avance qqf. loin dans l'intérieur le long des rivières. 
c. en Bretagne dans la région maritime de Cancale à la Vilaine où il 
remonte jusqu'à Ponréan près Rennes ; Noirmoutier, île d'Yeu; S.-Pa- 
lais en Char.-Inf. (Roufineau). — A l'intérieur : forêt de La^ (Fin.), Mur, 
Butte S. -Michel près Porte-au-Moine (C. Nord). 

S. montana Arrondeau Bal. soc. polym. Vannes p. 58. Feuil. plus 
étroites, linéaires-lancéolées; appendices de la cor. d'autant moins dis- 
tincts que la plante croît loin de la mer et remplacés par des bosses 
lorsqu'elle vient tout à fait à l'intérieur; graines chagrinées. — Mon- 
tagnes noires et d'Ares en Bretagne ; s'avance sur les schistes jusqu'à 
Tréhorenteiice{Paimpont{li..-ei-\ .)e\Guenroc{C.-'^ovd). — Région ma- 
ritime : Iles d'Fea et de iVo/7V?ioaf?'e/" ; la Trinité, île de Hœdic, pres- 
qu'île de Gavres et Larmor près Port-Louis ; Loctudy (Fin.). 

S. Bastardi Bor. inLloyd fl.Ouestédit.3; feuil. du précéd.; pét. écartés 
l'un de l'autre à divis. obovales-oblongues, appendices en forme de bosses 
ou de bosses-écailles;caps. ovale; graines chagrinées, c. sur les rochers 
schisteux aux env. d'Argenton-Chdteau (Deux-Sèv.) et en Vendée ro- 
chers Coquilleau près la Châtaigneraie (M'i*^ PoeyDavant), c. Mouille- 
ron en Pareds et rochers de Cneffois sur une longueur de 2-3 lieues 
(Pontarlier, Letourneux). 

Obs. Les localités des 3 plantes précédentes ont été réparties en tenant 
compte du caractère des graines auquel Godron 1. c. attache une grande 
importance. Cependant on voit par ces localités, que les plantes à graines 
tuberculeuses et chagrinées sont mélangées dans la région maritime et 
sur les rochers de l'intérieur. J'ajouterai que dans les champs calcaires 
(myocène supéi'ieur) des Cléons près N'ointes, j'ai trouvé fpuis cultivé) des 
S. ijiflata ayant des graines distinctement chagrinées mêlés à d'autres 
pieds avec graines tuberculeuses. Tous ces faits doivent nous engager 
à rechercher d'autres caractères pour distinguer les trois plantes, surtout 
S. montana de S. Bastardi qui n'en est probablement qu'une forme. 

S.Thorei Léon 'Du{.,S.crassifoliaThove,CucubalusfabariusThoTe. 
Très glauque, non-gazonnant , tiges souvent étalées en cercle. Souche 
longue, blanchâtre, charnue, à divis. rami>antes. Feuil. largement obo- 
vales ou spatulées, acuminées, charnues, à bord cartilao'ineux cilié-rongé. 
FI. plus petites que dans les J^ précéd. d'un blanc sale, 1,2 au sommet 
des rameaux. Bractées foliacées. Cal. renflé en vessie à veines verdà- 
tres peu marquées. Pét. sans appendices, à deux bosses; divis. oblon- 
gues ; onglet saillant. Caps, ovale-glo'aileuse. Graines réniformes, chagri- 
nées, c.-à.-d. marquées de tubercules plats.'%. jn-jt. AC. çà et là sables 

maritimes nus de la Gironde h Noirmoutier. /fC^- ^'- ^^ 1^ pointe 

de Grave à la Bidassoa. 



58 CARYOPHYLLÉES. 

S. Otites Smith, Cucub. L. Tiges d'env, 2 déc. presq. simples, vis- 
queuses. Feuil. de la tige en petit nombre, les rad. en spatule, nom- 
breuses, en touffe. FI. dloïqrœs, petites, jaunâtres, certicUlées en 
grappe terminale, étroite, interrompue. Pét. linéaires, entiers, nus. %. 
j'i-at. AG. sables marit. de la Gironde au Finistère où pc. côte sud. 

— u. et de/t-6 déc. à l'intérieur, champs sablonneux :Deux-Sèv. Thouars! 
(Toussaints), butte de Montcoué. — Loirf-Inf. Machecoul, Arthon. 

p. umhellata. FI. en 1-2 verticilles terminaux, AC. — Forme naine des 
sables maritimes. 

S. conica L. Plante pubescente-grisàtre, de 1-2 déc. Feuil. linéaires- 
lancéolées, molles. FI. roses, axillaires et terminales. Cal. en fruit en 
forme de carafe, ombiliqué à la base, à 30 stries. Pét. échancrés, cou- 
ronnés, d). mai-j". Sables marit. AC. — Plus c. au midi de la Loire. — 
R. à l'intérieur, lieux secssablon. — Vend. Challans (Gobert). — Loire- 

Inf. Machecoul, Arthon, qqf. sables de la Loire. %%• Gm. De 

Soulac ! à Montalivet, le Verdon ! (Motelayj. 

S. gallica L. S. anglica L. Pubescent-visqueux. Tige dressée ou éta- 
lée, rameuse. Feuil. lancéolées, aiguës, plus ou moins velues, les inf. spa- 
tulées. FI. axillaires, alternes, en épis. Cal. hispide, d'abord tubuleux, 
puis ovale, à 10 neroures vertes ou brunâtres, pédic. dressé, rar. ré- 
fléchi. Pét. de grandeur variable, roses, carnés ou blancs, échancrés ou 
entiers, saillants; filets des étam. velus. (î)- .j"-j*- Moissons, champs et 
prés sabl., surtout dans les ter. cale , schist. et au bord de la mer. AG. 

[5. S. quinqueoubiera L. S. cruentata Jord. Pét. avec une lar^'e tache 
pourpre. —Fin. Roc'iers de l'île Louet, rade de Morlaiœ (Miciol). 

%. S. brachypetala Rob. et Gast. in DG. fl. fr. 5 p. 607, Jord. obs. 
fragm. 5. Pubescent, non velu, ni hispide, un peu glanduleux au sommet. 
Tige dressée, en zigzag, de 2-3 déc. à qq. rameaux espacés ou étalée 
à rameaux nombreux. Feuil. rad. et inf. .spatulées, ciliées à la base, les 
sup. linéaires, brunâtres à l'extrémité. Fl. axillaires, peu nombreuses et 
très écartées en épi grêle. Cal. toujours oblong, pubescent, à 10 ner- 
vures verdàtres ou brunâtres, alternativement rameuses. Pédic. dressés. 
Pét. linéaires, échancrés et un peu élargis au ssmimet, inclus, n'attei- 
gnant pas la 1/2 de la caps. Filets des étam. glabres. Pédic. delà caps, 
pubescent. Graines réniformes, chagrinées, un peu en gouttière sur le 
dos, excavées sur les côtés, et \;ues de côté reî)résentant une oreille 
humaine. (î). j"-.i''. Bord des chemins, champs, et talus des fossés du littoral . 

— Ghar.-Inf. Du Fort la Prée à Rioedou.x ; la Noue, la Flotte (Fou- 
caud) et Groin de Lolœ (Lemarié), dans Vile de Ré. RR. — Se retrou- 
vera ailleurs dans le midi. X%- Lan. Mont-de-Marsan (Perris). 

— B.-PyR. Env. de Bayonne. 

S. nutans L. Pubescent-visqueux au sommet, rameux du bas. Feuil. 
lancéolées, les inf. en spatule aiguë. Fl. blanc sale, enpanic. trichotome, 
penchée, à odeur suave le soir. Pét. linéaires, bifides, roulés en dedans 
pendant le jour. 0^. av. -mai. Goteaux arides, rochers, bord des bois, sur- 
tout sur les schistes. AG. %%• Gm. G. — Lan. Mont-de-Marsan 

(Perris), S.-Sever! (L. Dufour), 'Peijrehorade, Sorde. 

S. portensis L. sp. 600, S, bicolor, Tliore. Tige de 1-3 déc. à rameaux 
grêles, couchés. Feuil. linéaires, en gouttière. Fl. terminales, long*, pédon- 
culées, odorantes le .soir. Gai. en massue, à 10 stries rosées. Pét. bifides, 
couronnés, blancs en dessus, rougeàtres en dessous, roulés en dessus 



CARYOPHYLLEES. 



59 



pendant le jour. Caps, ovale, plus courte que son pédlc. propre. ^. 
jt-sept. Sables marit. C. de Ict Gironde à la Vilaine. — Mor. Bllllers 
(Hémont). — Fin. Tréguennec, Plovan (Crouan). — A l'intérieur, sables 

d'Orlgnolle, de Mont'endre (Char.-Inf.). %%. Gir.,Lan., B.-Pyr. 

c. sables maritimes et lieux sablonneux de l'intérieur. 

* S. annulata Thore, S. rubella DG. Vulg. Lin fou. Tige grêle de %h 
déc. dressée, glabre, pubescente à la base, rameuse dans le haut. Feull. 
inf. en spatule, velues, les sup. linéaires. glal)res. FI. rouges, termi- 
nales, longt pédonculées. Cal. à 10 stries. Pét. bifides, dépassant le cal. 
Caps, presque globuleuse et sessile, égalant le cal., granuleuse, (i). av. - 
mai. Champs de Lin, avec la graine duquel il a été introduit ; peu fixe 
dans ses stations. 

LYCHNIS L. Cal. à 5 dents. Pét. 5 onguiculés, ord. couronnés. Étam. 
10. Styles 5. Caps, l.loc. à 5 ou 10 dents au sommet. 

%%. L. laeta Ait. Silène G. G. Tige de 1-3 déc. glabre. Feuil. inf. en 
rosette, linéaires-oblongues, rétrécies en pétiole, les sup. linéaires, aiguës. 
FI. roses en dessus, pales en dessous, long*, pédonculées. Cal. ombiliqué 
à la base. Pét. à 2 lobes. Caps, globuleuse. (î). av.-j". Lèdes. — Gir. 
Ares, la Teste {L&îoni), Cap Ferret (Durieu). 

L. Flos cuculi L. Tige presque glabre. Feuil. linéaires-lancéolées, les 
inf. plus larges. Fl. roses, en panic. terminale. Cal. rougeàtre, à 10 
stries. Pét. découpés en 4 diois. linéaires. Caps, ovale. OJ.. mai-j". Prés 
humides, bord des haies. CC 

L. vespertina Sibth. L. dioicaBC L. diolca [3. L. Tige rameuse. 
Feuil. sup. ovales-lancéolées, rétrécies en pointe. Fl. dioïques, blanches, 
odorantes le soir, en panic. Caps, ovale-conique, à 5 dents bifides, 
dressées ou ouvertes, mais non recourbées. %. jn-sept. Haies, décom- 
bres, bord des chemins. CC. — C'est à cette espèce qu'appartiennent les 
var. à fl. carnées, roses et même rouges des rochers de i\/ar<yes (Loire- 
Inf.) et de Mortagne (Vend.). 

L. diurna Sibth. L. silvestrislîoppe, L. dioica a.L. Tige rameuse. 
Feuil. sup. ovales, brusquement acuminées, Fl. dioïques,' d'un beau 
rouge, inodores, en panic. Caps, ovale-arrondie, à dents recourbées. 
%. av.-jn. Haies, bord des rivières, des bois. — Char.-Inf. Gouffre de 
la Sèvre (Hubert). — Deux-Sèv. La Touche Poupart (A. Guillon), 
Parthenay ! (Janneau), forêt de Secondigny (Maillard), Fénioux, S.- 
Loup (Guyon). — Vend. AC. Bocage. — Loire-Inf. Bord de Za jDira^te, 
de la Sèvre, du Cens, etc. AC. mais pas partout — C. dans l'intérieur 

de la Bretagne ! %%. Gir. AR. — Lan. C. — B.-Pyr. c. cVUrt 

à Bayonne et à BiMrritz. 

* L. Coronaria Lam. Plante de h-7 déc. rameuse, blanchâtre, mol- 
lement tomenteuse. Feuil. oblongues-lancéolées, les inf. rétrécies en 
pétiole, les sup. sessiles. Dents du cal. tordues. Fl. grandes, purpu- 
rines, long, pédonculées. Pét. entiers. %. mai-jt. Lieux secs, bois. — 
Gir. Bois de Figeac entre Libourne et S.-Emilion (Laterrade). — 
Lan. Coteau de Meillan près Tartas (Thore). — Souv. cultivé. 

L. Githago Lam. A^/ros^emma L. A'teZ/e. Plante velue-blanchâtre, de 
6-10 déc. presque .simple. Feuilles linéaires-lancéolées. Fl. pourpres, 
long, pédonculées. Pét. à peine échanorés, non couronnés, plu^^ courts 
que les lobes foliacés du cal. à 10 côtes, (i). jn-jt. Moissons. C. 



60 CARYOPHYLLÉES. 

B. Cal. à 4,5 sépales. (Alsinées.) 

BUFFONIA Sauv.L. Sép. U scarieux. Pét. h. Etam. U ou 8. Styles 
2. Cajjs. l.loc. à 3 valves, à 2 graines. 

%. B. paniculata Delarbre, B. inacrospermaGaY. Plante grêle, de 
15-30 cent. Feuil. linéaires-en alêne, très étroites, connées. FI. blanchâ- 
tres en petits faisceaux paniculés. Sép. lancéolés-acuminés, à 5 nervu- 
res, dont 3 plus saillantes atteignent presque le sommet. Pét. oblongs, 
1/3 plus courts que le cal. Graines grosses, obovales-elliptiques, forte- 
ment tuberculeuses. Lieux pierreux des ter. cale. (i). jt-at. — Deux-Sèv. 
Thouars, d'après un échantillon donné par M. Genuer à M. Marichal, 
mêlé à trois autres plantes de cette localité, 

SAGINA L. Sép. i. Pét. h entiers ouO. Etam. A. Styles i*. Caps, l.loc. 
polysperme, à h valves. FI. verddtres ; pédonc. axlllalre, solitaire. 

S. procumbens L, Glabre, étalé-couché. Tiges de 7-10 cent, radi- 
cantes à la base. Feuil. linéaires, un peu mucronées. Sép. obtus. Pét. 
très courts, qqf. 0. Pédonc. du jeune fruit courbé au sommet. (^. et 
pérennant. mai-oct. Murs, chaiTips. CC. 

S. apetalaL. Plus grêle que le précéd. Tiges dressées ou ascen- 
dantes, à poils épars. Feuil. linéaires, mucronées, ciliées surtout à 
la base. àép. étalés en croix à la maturité, plus courts, que la caps., 
les ext. très i^eu mucronés, courbés en dedans. Pét. courts, bifides, 
souv. 0. Pédonc. grêle, toujours droit, pubescent-glanduleux ainsi que 
le cal. (1). mai-j". Champs sablonneux, murs. C. — Mêlé qqf. à S. ma- 
ritima dans la région maritime. 

Obs. S. filicaulis Jord. est une variation grêle de S. apetala, crois- 
sant çà et là dans les lieux sablonneux ; il en diffère en outre par les 
sép. obtus, toujours appliqués. Semé par M. Timbal-Lagrave, il a re- 
produit le type. 

S. patula Jord. fragm. 1, T. 3. Très voisin du précéd. Feuil. linéai- 
res, mucronées, glabres ou un peu ci^i'-es à la base. Sép. appliqués 
sur le fruit qu'ils égalent presque, un jîeu obtus, les ext. mucronés. 
Pét. très petits, verdàtres, ou en forme de glandes. Pédonc. un peu 
courbé pendant l'anthèse, pubescent-glanduleux ainsi que le cal. (î). 
mai-jn. Lieux sablonneux. Çà et là. PC. 

p. glabra, S. ambigua Lloyd fl. de l'Ouest. Glabre. Tiges étalées" 
redressées. Feuil. linéaires-en alêne, mucronées, en gouttière en dessus* 
Pédonc. droit. Sép. égalant env. la caps, oval.-oblongs, obtus ou presq. 
aigus, ouverts , non étalés à la maturité du fr., à pointe ouverte dans 
la fleur, recourbée en fruit. Pét. très courts, comme avortés, (i). mai-j". 
Murs, lieux secs, coteaux. Çà et là, surtout région marit. PC. — Plante 
plus voisine de S. apetala que de S. maritima, toujours étalée lors- 
qu'elle croît isolément, et dressée seulement dans les lieux herbeux qui 
la forcent de monter droit, ou bien lorsque les pieds serrés les uns contre 
les autres l'empêchent de s'étaler, ce qui a lieu aussi dans S. apetala 
ei maritima. Une rosette centrale de feuilles existe dans les individus 
très dévelopi:)és. 

S. maritima Don. Très glabre, rougeàtre ou brunâtre. Tiges ascen- 
dantes de 5-8 cent. Feuil. linéaires, obtu.ses ou à pointe très courte. Pé- 
donc. droit ou ascendant. Sép. ovales, très obtus, étalés en fruit. Pétales 
nuls. (1). Avril-mai. Rochers, coteaux et terres cultivées du bord delà 



CARYOPHYLLÉES. 61 

mer surtout celles mouillées l'hiver. C. —Dans les lieux ras, cette plante 
est plus ou moins couchée, à tiges et pédoncules ascendants et ayant au 
milieu une rosette de feuil. Dans les lieux herbeux, la tige est dressée 
ainsi que le pédonc, et la rosette centrale manque. 

SPERGULA L. Sép. 5. Pét. 5 entiers. Étam. 5 ou 10. Styles 5. Caps. 
1. loc. p(jlysperme, à 5 valves. FI. blanches. 

* Feuil. comme vertlclllées, stipulées. 

S. vulgaris Boën. Pubescent-visqueux. Tiges de2-3 déc. étalées. Feuil. 
linéaires-cn alêne, marquées en dessous d'un petit sillon. FI. en panic. 
terminale. Péd c. à la (in réfléchis. Graines orbiculalres, comprimées, 
noires, chagrinées, couvertes sur le dos de petites papilles jaund- 
tres, à rebord étroit, blanchâtre. (^. mai-jt. Moissons, champs' sablon- 
neux. C. 

S. arvensis L. S. sauva Boën. Très voisin du précéd.,plus visqueux; 
caps, plus saillante ; graines chagrinées, sans papilles. Mêmes lieux. 

— Char.-Inf. Bussac, c. Bédenac (Foucaud). — Vend. Challans ! 
Sallertaine et env. (^Pontarlier, Gobert). R. — Loire-Inf. Env. cVAn- 
eenis\ (Guiho), S.-Simon-sur-Loire, sables du lac de Grand-Lieu; 
Cambon (de l'Isle). — Mor. Conlo près \annes, Carnac (Arrondeau). 

— Fin. Brest (Tanguy). %%. Gir. et Lan. C. 

Obs. S. linicola Boreau herborisât. 1865, a la graine réniforme-arron- 
die, sans papilles et entourée d'une membrane d'un blanc sale égalant 
le l/i du disque; il est robuste, delà taille du Lin parmi lequel il croît 
et avec la graine duquel il a prob. été introduit. Je l'ai trouvé à Guen- 
rouet en IS/d, MM. de l'Isle l'ont vu à Vallet (Loire-Inf.) et M. Gene- 
vier à S .-Aubin-Baubigné (Deux-Sèv.), au Longeron, à la Romagne 
(Maine et-L.) près Mortagne, et près Nantes. 

S. Morisonii Boreau. Presque glabre. Feuil. linéaires, cylindriques, 
non sillonnées en dessous. Graines aplaties, papilleuses au bord Qi en- 
tourées d'une membrane transparente, d'un blanc sale égalant envi- 
ron la 1/2 du disque. Etam. 5 ou 10. (i). av. -mai. Lieux arides, pierreux, 
surtout sur le schiste. — Char.-Inf. « La Rochelle (Morison hist. 2, p. 
551, no 17.) » Verge roux [Y axe), Montlieu. — Deux-Sèv. Thouars (Re- 
velière), Pa/*^/ic/ia?/(Janneau), Bressuire (J. 'R\Q\mvà),Ménlgoute, Cou- 
tlères, Vasles (Giraudias), la Touche Poupart (Delnstre), schistes de 
la Mothe (Sauzé), Argenton-Chdteau, etc. — Vend. ac. Napoléon et 
env. (Marichal), tous les coteaux du La// (Pontarlier), ce. coteaux delà 
forêt de Vouvant (Letourneux), c. Mortagne (Genevier). — Loire-Inf. 
ce. rochers de la Loire de Thouaré à Ingrande; coteaux schist. des 
arrond. à'Ancenis et de Ckâteaubriant) S.-Jean-de-Corcoué. C. — 
Mor. Sur quelques schistes. - Il.-et-V. ac la Roche du Theil, Re- 
don (Moreau), Pléchatel (Galléej ; S.-Senoux (Rolland), Bain (Gade- 

ceaw), S. -Georges-de-Grehaig ne {^on\Qi\\\é). %%• GriR. Arlac pi'ès 

Pessac, le Tondu (Durieu)." — Lan. Mont-de-Mar'sàn (Mounon). — B.- 
Pyr. Le Boucau (Sibuet). 

S. pentandra L. Boreau, diffère des précéd. par la tige dressée, les 
pét. plus étroits, aigus et par les graines lisses à membrane d'im blanc 
argenté égalant le diamètre du disque, (i). av. -mai. Lieux sablonneux. 

— Ciiar.-Inf. Le Sœuil (Guillaud),G.RobichonenS.-S«f;t7i/e/i. Fontcou- 
verte (Tesseron !), Montendre (Pinatel), c. Bédenac (Foucaud), Cadeuil 



62 CARYOPHYLLÉES. 

(Parât), « env. de la Rochelle (Morisson 1. c). » — Deux-Sèv. S.-Mal- 
a:eiit au puits d'enfer (A. Guillon), S. -Loup (Guyon), Ménlgoute (Girau- 
dias), Bressuire (J. Richard), Airvault (Bonnin), Orbe (Pontarlier). — 
Vend. Challans (Gol)ert), la Pironnière près les Sables (Pontarlier). 
— Loire-Inf. g. Arthon ! (Beuchet). r. Sables du lac de Grand-Lieu, 
de S.-Brevln ; S.-Et -de-Corcoué (Cailleteau), S.-Slmon-s.-Lolre et Ile 
Bord (Paul Bruneau), champs sablonneux entre Vertou et La Haie ! 
(G. de i'Isle). /ïCX- Gm.S.-Mariens, Lapouyade, Pauillac, Sou- 
lac, le Verdoii; Blahquefort (Durieu), Bègles (^Jarris), S^^-Eulalie, 
Hourtin (Motelay), A rZac, Peseu (Ramey), Cachac (Goua), Gujan (La- 
fond), Arcachon, le Ferret ! Reignac (Merlet), — Lan. Sore; Uchacq 
(Perris), S.-Seoer (L. Dufour), Dax (Thore). — B.-Pyr, Les champs 
sablonneux (Sibuet). 

** Feuil. sans stipules. 

S. nodosa L. SaginaMey. Tiges de 5-10 cent, presque couchées. 
Feuil. linéair. -filiformes, aiguës, les sap. en faisceau reproduisant la 
plante. FI. 1,2 terminales. Pét. dépassant le cal. pj,. jn-jt. Lieux sa- 
blon. humides du bord de la mer. — Ciiar.-Inf. Berjat, la Tremblade. 
R. — Loire-Inf. Penchdteau, Escoublac ; S.-Breoin (Delalande), ma- 
rais de la Boiore (H. Leiièvre). RR. — Mgr. Quiberon, étang de Ker- 
vran; Piouharnel (Elphège). R. — Fin. Penmarc'h! Plomeur ! île 
Tudij (Bonnomaison), Audierne, Le rv Uy (^loveau), anse de Dinan ; La- 
nilis (Hubert), Lampaul-Plouar:;el et Ploud., l'Aber-Vrac'h (Crouan), 
ii'osco//ïr-amus). — G. -Nord. Pointe de Trébeurden; Garentie-d'Erquy 
(Baron;, ^'.-C'asi(Morin), rr. Dahouet (de Forvon). — Il.-et-V. S.-Mal'o 
(V. Sacher). %%• Gir. Souiac (Lalanne), bord de l'étang de Hour- 
tin î (Laterrade), là Teste (Thore), Cap Ferret (Rmjxay). — Lan. Bis- 
carosse (L. Dufour), Sanguinet, Daj? (Lesauvage). — B.-Pyr. Env. de 
Bayonne (Sibuet). 

S. subulata Swartz, SaginaW\m. Petite touffe pubescente-giandu- 
Icusc. Tiges de /*-8 cent, dressées. Feuil. linéaires, terminées en arête, 
ciliées à la base. FI. solitaires sur de longs pédonc. filiformes. Pét. 
égalant le cal. Pédonc. du jeune fruit courbé au sommet. OJ,. j"-at. 
Lieux sablon. humides surtout du bord de la mer. — Ciiar.-Inf. Lan- 
des de Mortagne à Montendre, MontHeu, Bussac et Bédenac ; Ca- 
deuil (Foucaud). la Tremblade. — Deux-Sèv. Maisontiers, Amail- 
loav (Guyon), Vasles, Coutières (Giraudias), parc d'Oiron (Lunet). — 

Vend, et Loire-Inf. AG. — Moins c. reste de la Bretagne. %%• 

Gir. et Lan. c. littoral. — B.-Pyr. Env. de Bayonne. 

SPERGULARïA Pers. Sép. 5. Pét. Sentiers. Etam. 10. Styles 3. Caps, 
s'ouvraiit jusqu'à la base en 3 valves. Graines comprimées. Feuil. li- 
néaiies munies de stipules scarieuses. — Voir Label, Révision des 
Spergularia, et Bréb. Flore, éd. U et 5. 

%. S. segetalis Lam. Alsine L. Koch, Délia Du Mort. Grêle. Tige de 
7-l cent, dressée, très rameuse. Feuil. liliformes, souv. dirigées du 
même côté. Pét. blancs plus courts que les sép. blancs-scai'ieux à 1 
nervure verte. Pédonc. droit, filiforme, déjeté après la fîeuraison. 
fl). mai-jn. Moissons, champs sablonneux. — Ciiar.-Inf. Chfltelaillon 
(Hubert). — Deux-Sèv. pc. La Mothe (Sauzé, Maillard), Parthenay 
(Janneau), Pressigny, S.-Loup (Guyon), Tessonnière, S.-Jouin (Bon- 
nin), S.-Varcnt, ac. Thouars (Genùerj, Orié (Pontarlier), PM//-^'.-/)0/i- 



CARYOPHYLLÉES. 63 

net (Genevier). — Vend. Serigny en Faussais (Letourneux), la Croix- 
Bouchère près Montagne (Genevier). %%■ Gm. « S.-Pierre-de- 

Bat! (Clav. fl.j. « 

S. rutora Wahl. Ar. rubra a. L. Tiges nombreuses, rameuses, cou- 
chées ou ascendantes. Feuil. linéaires-firiformes, mucronées, un peu char- 
nues. FI. roses, en grappes lâches. Sépal. obtus, ne dépassant pas la 
caps. Grauies petites, triquètres en poire, finement muriquées. (i\ 
mai-sept. Lieux arides, sablonneux. G. 

S. marina Roth., ^4/'. rubra v. marina L. Voisin du précéd. Feuilles 
plus charnues ; cal. plus court que la caps ; graines largement obo- 
vales-en poire, muriquées, marquées d'un rebord gonflé, les l,2infér. 
rar. bordées d'une membrane blanche. (î), (2,. j^-at. Rochers maritimes, 
terres salées. CC. — La forme des rochers à rac. grosse f|qf. vivace et 
à tiges nombreuses en forte touffe est Spergularia rupestrcs Lebel. AC. 

S. marginata DC. Ar. média L. Plus robuste qu3Îe précéd. dans tou- 
tes ses parties. Rac. grosse, longue, perennante, sinon vivace. Cal. beau- 
coup plus court que la cajjs. Graines largement obovales-en poire, lis- 
ses, toutes bordées d'une large membrane blanche. Jn-at. C. — Espèce 
propre aux terres salées, se distinguant au coup-d'œil par ses grandes 
fi. rose-pàle ou blanches. 

HALIANTHUS Fries. Sép. 5. Pét. Sentiers. Etam. 10, les extér. mu- 
nies à la base de 2 petites glandes ovales. Styles 3. Caps, l.loc. à 3 valves. 
Graines obovales, convexes d'un côté, creusées de l'autre d'une fossette 
oblongue. 

H. peploides Fries, Arenaria L. Rac. longue, rampante. Tiges cou- 
chées à la base. Feuil. ovales, aiguës, connées, charnues, serrées. FI. 
blanches terminales. Cal. égalant la cor. Caps, grosse, arrondie, ord. 
à 3 valves. Graines en poire, grosses, noires, lisses. %. jn-jt. Sables ma- 
ritimes. C. — Forme souv. cle large tapis, fleurit peu et fructille en- 
core moins. 

ALSINE Wahl. Sép. 5. Pét. 5 entiers. Etam. 10 ou moins. Styles 3. 
Caps, s'ouvrant jusqu'à la base en 3 valves. Graines réniformes, sans 
aile. Feuil. sans stiÎD. 

A. tenuifolia L. Tige grêle de 10-15 cent, dichotome. glabre. Feuil. 
linéaires-filiformes. Fi. blanches en panic. as.sez serrée. Sép. lancéolés, 
acuminés, à 3 nervures, membraneux au bord, dépassant les pét. Caps, 
plus longue que le cal. 0. mai-j". Terres sablon. oucalc. — Char.-Inf. 
et cale, des Deux-Sèv. et de la Vend. C. — Loire-Inf. Arthon, Mâche- 
coul; murs d7;ir//Tmrfe(Guiho), Aiicenis ! Candé (Gadeceau), Maures ! 
(Maupon). R. —Mgr. Aucfer (Taslé). — C.-Nord. la Courbure près Dinan 
(Mabille). — Il.-et-V. Murs de Fougères (Y. Sacher), sur unmuv h Redon. 
%%. Gm. C. —Lan. Mont-de-Marsan (Perris), ac. en Chalosse. 

p. A. viscidula Thuil. Plante couverte au sommet de poils glanduleux ; 
panic. courte, plus serrée ; cal. égalant la caps. Même lieux. Moins C. 
— Murs de Rennes (Degland). — AC. sables et rochers maritimes. — 
Espèce distincte selon M^Jordan. —Je rapporte à cette var. une plante à 
panic. courte, plus serrée, glanduleuse seulement sur le cal. qui ne 
s'ouvre ord. pas, à cor. très petite de 1 mil. àpédonc. plus court (A. 
conferta Jord ?). Elle a été trouvée par M. Migault sur les coteaux mari- 
times arides de l'embouchure de la Loire. 



64 CARYOPHYLLEES. 

Obs. A. hyhrida Jord. que j'ai trouvé à Beurlat/, Rochecourbon 
(Char.-Inf.) est glanduleux comme la var. du précéd. dont il est très 
voisin ; il est plus grêle, le pédonc. fructifère est dressé, le cal. est 
plus court que la caps. ; les pét. sont un peu plus courts que le cal., 
les étam. 8-10 ont les anthères rose-pàle. (J. F.) 

A. lâxa Jord. Très voisin de A. tenulfolla, en diffère surtout par la 
panic. lâche à pédonc. à la fin étalés ou réfléchis ; la caps, linéaire- 
oblongue dépasse le cal. garni de poils glanduleux. Mai-j". Champs cale. 

— Ghar.-Inf. Bords et env. Archingeay, TalUebourg , Grandjean, S.- 
Porchalre (Foucaud), Pont-l'Abbé (Maillard !), Sabloiiceaux (Lemarié). 

— Deux-Sèv. S.-Pompaln, S.-Loup (Guyon). — Doit se trouver ailleurs. 

%%. GiR. Bègles (Bonnaves), c. S .-André-de-Cub^ac, Fronsac, 

S.-Symp}iorleii,Langon. — Lan. Mont-de-Marsan, Roquefort^Peyre- 
horade, Sorde. 

ARENARIA L. Sép. 5. Pét. 5 entiers ou légèrement échancrés. Etam. 
10. Styles 3. Caps, s'ouvrant au sommet en 6 dents.. FI. blanches. 

A. serpyllifolia L. Tige étalée, diffuse, très rameuse, dichotome, pu- 
bescente-grisàtre. Feuil. petites, ovales, acuminées, sessiles. Fleurs 
blanches, axillaires, en i^anic. courte. Sép. lancéolés, à 3 nervures, 
couverts de poils droits, ascendants, membraneux au bord, dé23assant 
les pét. Pédonc. 1 f. plus long que la caps. globuleuse-ovale, un peu 
dure. (1). mai-jt. Murs, lieux pierreux. — Çà et là cale, de Char.-Ink., 
Deux-Srv., Vend. — Loire-Inf. Gare de Nantes, Mauves ; S.-Phllbert! 

(Cailk'leauj. — Il-et-V. Murs de Rennes. RR. —Lire. ')jC%- Gin. 

Blaye; Bacalan, Blanquefort (Ramey). — L.vn. Mont-de-Marsan, 
S.'Seoer (L. Dufour), Peyrehorade (Féraud). 

[3. A. L^o^rfw Jordan pugil. p. 37, A.serpyl. var. macror.arpa flore 
Loire-Inf. p. hi. Mêmes caract., plus vert, ord. raide de 2-6 cent. ; pa- 
nic. courte, raide; sép. à nerv. plus saillantes, hérissés de poils arqués, 
non glanduleux; pédonc. égalant ord. la caps. 0. mai-j*. Murs et sa- 
bles marit. AC. 

y. A. leptorlados Gussone, A. serpyllifolia fl. Loire-Inf. Caract. du 
type, mais plus petit dans toutes ses parties, plus diffus, finement pu- 
bescenl-glanduloux. rar. visqueux ; panic. lâche, allongé?, grêle ; pédonc. 
1 fois plus long que la capsule ovale-conique, molle, (i). mai-jt. Murs, 
terres arides. CG. 

A. montana L. Pubescent. Tiges stériles longues, couchées, les flo- 
rifères redressées. Feuil. linéaires-lancéolées, acuminées. Fl. blanches, 
grandes, terminant les petits rameaux. Sép. ovales-lancéolés, aigas, 
presq. 1 f. j^ius courts que les pét. Caps, ovale. '^. mai-j". Baissons, 
haies, taillis, souv. des lieux sablonneux. — Ciiar.-Inf. g. landes de 
Mortagne à Montendre, MontUeuet la Barde; la Trenibkcde ; fovêt 
d'Aroert! (de Beaupreau), BreaUlet ! {Rout'meau). Cadeull, Oleron. — 
Deux-Sèv. c. parc d'Oiron! (Lunet). — Vend. g. Sallertcdne, Chal- 
lans ! la Garnache ! Palluau (Pontarlier, Gobert) ; Nolrmoutler. — 
Loire-Inf. Sucé, c. Nort, de Gtiérande à Plrlac ; Crolslc, la Ville- 
martln, S. -Michel, c. de Bourg neuf à Arthon, env. de Nantes, Couëron, 
etc. C. par localités. — Mor. Port-Naoalo ! (Aubry), le Petit-Mont ; 
Broël sur la Vilaine, île de Gavrinis, Bctden Çlaslé). R. — Fin. Pen- 
marc'h (Bonnemaison), Dinan en Cro<on (Crouan). RR. %%. Gir. 



CARYOPHYLLÉES. 65 

et Lan. g. surtout région de landes. — B.-Pyr. g. du Boucau, Bayonne 
à Biarritz. 

%. A. controversa Boiss. A. co/ii/nôncensts Delastre. Tiges grisà- 
tres-pubescentes, diffuses ; rameaux nombreux, diehotomes, multiflores. 
Feuil. oblongues-Unéalres, uninervées, ciliées à la base, Pét. blancs 
dépassant les sep. ovales-oblongs, membraneux au bord, à 3 nervures 
peu marquées, et un peu plus courts que la caps, ovale. Graines cha- 
grinées. (D; ^. ex de Rochebrune. mai-j*. Champs et plateaux pierreux 
cale. — Deux-Sèv. Vignes de F vontenay-Rohan-Rohan (Charbonneau). 

— Je l'ai cueilli à Bapteresse (Vienne) et à A/iQfow^eme (Charente) dé- 
part, où il est G. 

A. trinervia L. Mœhrùigia Koch. Tige rameuse, faible, diffuse, pu- 
bescente. Feuilles ovales, aiguës, à 3 nervures, ciliées, pétioZtV8. Sép. 
lancéolés, aigus, rudes sur le dos, à 3 nervures rapprochées, membra- 
neux au bord, dépassant les pét. Pédonc. penchés après la fleuraison. 
Graines noires, luisantes, arillées. (f). mai-jt. Haies, bois. C. 

%%. A. pentandra, Mœhringia Gay, diffère du précéd. par ses tiges 
étalées, ses feuil. non ciliées, ses fl. ord. sans pétales et à 5 étam., sa 
caps, égalant ou dépassante peine les sép. et par ses graines ponctuées- 
chagrinées. (î;. Av. Lieux sablonneux humides. — Gm. Arcachon! 
(Merlet). 

HOLOSTEUM L. Sép. 5. Pét. 5 dentés. Etam. 3-5. Styles 3. Caps, 
l.loc. à 6 dents au sommet. 

H. umbellatum L. Tige de 9-12 cent. Feuil. ovales-lancéolées, glau- 
ques. Fl. blanches en ombelle terminale à péd. inégaux, réfléchis après 
la fleuraison. ®. Mars-av. Murs, champs sablon., vignes. — Char.-Inf. 
S.-Georges-d'Oleron (Savatier), Le Pin (M^ie George), S.-Xandre (de 
Beauprêau), Benon, Virson, S.-Christophe et env., c. S. -Vivien (Fou- 
caud), S.-Savinien (Tesseron), Montend/e (Lemarié), le Sœuil (Pinatel). 
-- Deux-Sèv. r. laMothe (Maillard), r. Parthenay ! (Janneau), Pressi- 
gny, S.-Pompain, S.-Loup (Guyon), Marnes, S.-Jouin,Airvautt, Louin 
(Bonnin), c ! de Pas de Jeu, Oiron (J. Richard), à Thouars (Lunet). R. 

— Vend. Nieul-sur-Autise, Ouïmes (Letourneux). — Loire-Inf. Gare 
de Mauves ! (P. Bruneau). %%• Lan. Peyrehorade (Féraud). 

STELLARIA L. Sép. 5. Pét. 5 bifides. Etam. 10 rar. moins. Styles 
3. Caps, l.loc. à 6 valves. Fl. blanches. 

S. média With. Alsine L. Mouron des oiseaua-. Tige très rameuse, 
diffuse ou couchée, marquée d'une ligne de poils alternant d'un nœud 
à Vautre. Feuil. ovales, aiguës, pétiolées, les sup. sessiles. Fl. solitai- 
res, axillaires et terminales. Cal. velu, dépassant la cor., styles éga- 
lant presque les étam. 3-5 à anthères violacées. Caps, oblongue. (î). Par- 
tout et toujours. 

p. S. neglecta Weihe. Feuil. plus grandes, les inf. plus longuement 
pétiolées ; sép. ainsi que les pédonc, ord. glabres, un peu plus courts 
que les pét.; étam. 10.; styles égalant presq. les étam. (l). av. -mai. Haies 
fraîches, bois. PC. 

y. S.pallida Du Mort. S.borœana Jord. pug., S. apetala Boreau non 
Ucria ex Jord. Garact. du type mais vert clair, jaunissant promptement 
au soleil; sép. ord. appliqués, souv. velus ainsi que les pédonc, pét. 



66 CARYOPHYLLÉES. 

ou très étroits, inclus ; styles presque 0. (i). avr.-mai. Lieux secs, sa- 
blonneux, murs. AG. 

S. holostea L. Tige tétragone, raide, cassante, Feuil. fermes, sessi- 
les, lancéolées, longuement acuminées, dentelées sur les bords et sur 
la nervure en dessous. FI. grandes, en panic. lâche. Bradées herba- 
cées. Sép. sans nervures, une fois plus courts que la cor. Oj,. av. -mai. 
Haies, buissons. CG. 

S. glauca With. Tige tétragone, faible. Feuil. sessiles, linéaires-lan- 
céolées, aiguës, très glabres, glauques. FI. assez grandes, en panic. 
lâche. Bractées scarœuses, glabres. Sép. à 3 nerv. plus courts que la 
cor. Oj.. jn-jt. Lieux marécageux. — Vend. La Bretonnlère (Pontarlier), 
Damvicc (Letourneux). R. — Loire-Inp. Lac de Grand-Lieu, les Cléons ; 
S .-J ulien-de-Concelles, prés de Basse-Goulaine, et d'Anets à Vara- 
des, la Seilleraie ; la Popinière (P. Bruneau), Naye, Trentemoult ; 
Bergon ! (Delamare), S. -Nie. -de-Redon, Fégréac (Moreau). AR. — 
MoR, Baud près l'Evel (Le Gall). — Fin. Portztolonnec en Croson 
(Grouan). — Il.-et-V. Moulin du Comte, S.-Grégoire (herb. Degland), 
marais cVApigné (Le Gall), Redon (Lerav), tourbières de Châteauneuf 
(abbé Robert). R. %^. B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

S. graminea L. Tige tétragone, grêle, très faible. Feuil. sessiles, 
lancéolées, aiguës, ciliées à la base. FI. petites, en panic. lâche. Brac- 
tées scarieuses, ciliées. Sép. à 3 nerv., égalant la cor. ')ji. mai-at. Ghamps, 
buissons, G. — Var. à cor. 1/2 plus longue que le cal. 

S. uliginosa Murray, Larbrea aquatica S.-Hil. Tige diffuse. Feuil. 
sessiles, ovales-lancéolées, terminées en pointe calleuse, légèrement 
ciliées à la base, glauques. FI. petites, en panic. latérale. Bractées sca- 
rieuses, glabres. Sép. à 3 nervures, dépassant les pét. à 2 lobes pro- 
fonds, écartés. %. mai-sept. Bord des ruisseaux, des sources. G. — 
O. ou RR. en Char.-Inf. (Foucaud), 

S. viscida Bieb. S. dubia Bast. Cerastium anàmalum W. et Kit. 
Tige de 15-25 cent, coudée à la base, rameuse, un peu pubescente-vis- 
queuse au sommet. Feuil. linéaires, obtuses, les inf. presque spatulées. 
FI. peu noml^reuses, en panic. lâche. Pédic. dressés. Sép. à 3 nervures. 
Pét. bifides, plus longs que le cal. Caps, cylindrique des Cerastium, 
dépassant le cal. (T). mai-j". Prés gras. — Char. -Inf. Vergeroux (Faye), 
Muron (Riveau !). — Vend, la Bretonnière près du Lag (Pontarlier), 

Nalliers, le Langon (Ayvaud). — LomE-iNF. Prés delà Loire. PG. ■ 

^%. Lan. « G. prairies humides de S.-Jastin » (L. Dufour, not. inéd,). 

MŒNCHIA Ehrh. Guractères du Sagina. Gaps. du Cerastium, s'ou- 
vrant au sommet en 8 dents. 

M. erecta Ehrh. Sagina L. Tige de 6-10 cent. ord. raide, à rameaux 
S-3.fl., simple dans les lieux herbeux. Feuil. lancéolées, glauques. FI. 
blanches ; pédonc. long. Sép. lancéolés, aigus, membraneux au bord. 
(2). av. -mai. Pelouses sèches, chemins, prés. G. 

MALACHIUM Fries. Garactères du Cerastium. Gaps. à 5 valves bifi- 
des au sommet. 

M. aquaticum Fries, Cerastium L, Tige de 3-5 déc. tombante ou 
grimpante. Feuil. ovales, en cœur à la base, acuminées, sessiles, cel- 
les des rameaux stériles, pétiolées. FI. blanches, solitaires, en panic. 



CARYOPHYLLÉES. 67 

dichotome. Caps, presque globuleuse. %. jn-sept. Lieux humides cou- 
verts, bord des eaux. — Char.-Inf. Jonsac (Delalandej, Pons, Taille- 
bourg, Angllers fFoucaudj, la Ronde (Lemarié), c. la Boutonnée Ton- 
nay-Boutonne, S.-J.-d'Angély (Pinatel), Erhillais (Parât), Corme- 
Royal (Grimardj. — DEUx-!Sèv. Niort (X. Guillonj, /« 3/o^/icM Maillard), 
Parthenay (Janneauj, Bi-essaire, l'Enclave, S'-^'-Eanne (Giraudias), 
S.-Loup (Guyon), Availles, c. Airoaalt (Bonnin), Thouars (Lunet), 
Puy-S.-Bonnet (Genevier). — Vend. AC. — Loiue-Ine. PC. — Mor. 
Ploërinel (J.-M. Sacher). R. — C.-Nord. S.-Juvat, S.-Malo (Mabille). 

— Il.-et-V. ag. env. de Rennes (LeGall), étang de Conibourg (Morin), 

çà et là env. de Redon (Moreau). %%. GiR. et Lan. AC. — B.- 

Pyr. Env. de Bayonne (Sibuet). 

CERASTIUM L. Sép. 5. Pét. 5 bifides ou échancrés. Etom. 10. Styles 
5. Caps, à 10 dents au sommet. FI. blanches, qqf. à 4 dlclslons. 

C. glomeratum Thuil. C. vulgatum L. herb. ! et Smith. Plante vert 
Jaunâtre, à poils étalés. Tiges dressées ou ascendantes. Feuil, large- 
ment ovales, très obtuses, les inf. presaue spatulées. FI. agglomérées 
enpanic. serrée. Pédonc. jamais plus long que le cal. Bractées toutes 
herbacées. Sép. herbacés ou à peine scarieux au bord, poilus au som- 
met, (î). mai-at- Champs, lieux sablonneux. CC, — Qqf. velu-visqueux. 

C. brachypetalum Desp. Plante couverte de longs poils mous, as- 
cendants. Tiges dressées ou diffuses-genouillées. Feuil. ovales ou oblon- 
gues, les inf. rétrécies en pétiole. Pédonc. 2-3 f. plus longs que le cal. 
Bractées et sép. tous herbacés et poilus même au sommet. 4). mai-jn. 
Champs et lieux pierreux cale. — Chau.-Inf. AC. — Deux-Sèv. S.- 
Maixent, Melle, c. Niort (A. Guillon), c. la 3/o(/it' (Sauzé, Mniilardj, Mé- 
nigoute, S. -Ger mier (Glvaud'ms), Partlienay ! (Janneauj, S.-Pompain, 
Lamairé, S.-Loup! Amailloux (Giiyon). Airvault ! (Bonnin), Thouars 
(Pontarlier). — Vend. Tous les env. de Chantonnay. deMareuil, Puy- 
belliard, Puymaufrais, etc., Pou^auges (Pontarlier), Fontenay{Le- 
tourneux). S^^'-Gemme (Genevier). — Loire-Inf. Les Cléons ; Ancenis 

(Pesneau). RR. %%. Gir. Paulllac, Libourne (Des Moulins), Pe- 

seu (Ramey). — B.-Pyr. 'Anglet (Sibuet). 

C. semi-decandrum L. C. pellucidum CAmuh. Tiges couchées ou 
ascendantes. Feuil. ovales ou oblongues. Pédonc. 1-2 f. plus longs que 
le cal. Bractées et sép. tous longuement et largement scarieux, gla- 
bres au sommet et souv. rongés-dcntelés. (i)- av. -mai. Lieux sablonneux. 

— Char.-Ixf. c. — Deux-Sèv. E.roaf/a/i(Sauzé), SoKf/«/i (Giraudias). 
Prob. ailleurs. — Vend. c. la côte et le cale; c. Mortagne (Genevierj. 

— Loire-Lnf. AC. sables de la Loire et sables maritimes ; Machecoul, 
Arthon, sables da lac de Grand-Lieu. — ac. sables maritimes de la 

Bretagne. — Souv. velu-visqueux. "yOi:- Gir., Lan., B.-Pyr. c. 

surtout région maritime. 

C. glutinosum Fries, Grenier flore de Franco, C. obscurum Chaub. 
C. pumilum Curt. (nom le plus ancien). Velu-visqueux. Tiges ascen- 
dantes, diffuses. Feuil ovales ou oblongues, les inf. rétrécies en pétiole, 
presque spatulées. Pédonc. arqués au sommet. 1-3 f. plus longs que 
les sép. Bractées inf. herbacées, les sup. seulement très étroitement' 
scarieuses au bord. Sép. scarieux au bord, très aigus, glabres au soni- 
met, qqf. d'abord 1/2 plus courts que la cor. (litlgiosum). 0. av. -mai. 
Champs cale, pelouses sèches, pierreuses. — Char.-Inf. C. — Deux- 



68 ÉLATINÉES. 

SÈv. AG. — Vend. AG. (Pontarlier). — Loire-Inf. c. MachecouL, Av- 
thon; sables et rochers maritimes, qqf. sables de la Loire. — Mgr. Ile 
de Grolx, 1838. %%. Gir. G. — Lan. et B.-Pyr. PG. 

C. tetrandrum Gurt. C. pumilum Grenier non Giirt. diffère du pré- 
céd. par les feuil. sup. ovales, les bractées largement ovales, toutes 
herbacées, et par lespédonc. raides, droits non arqués au sommet. Av.- 
mai. Sables maritimes. G. — 2 formes : l'une trapue, très visqueuse, 
couchée, appartenant aux sables nus ; l'autre grêle, moins visçjueiise, 
croissant clans les lieux plus ou moins herbeux. Dans les individus ro- 
bustes, les fl. à 5 parties dominent ; dans les plus petits, elles sont pres- 
que toutes à h parties. 

G. triviale Link, C. vlscosumL. herb.îet Smith. Tiges ascendantes, 
les latérales radicantes a la base. Feuil. ovales ou ovales-oblongues. 
Pédonc. 1-2 f. plus longs que le cal. Bractées scarieuses aubord et au 
sommet, les 2 inf. ord. herbacées. Sép. tous scarieux au bord et au 
sommet, glabres au sommet, (i). qqf. perennant. Mai-sept. Ghamps, bord 
des haies, chemins, murs, prés. GG. —(1) dans les prés de la Loire. 

C, arvense L. Vivace, pubescent. Tiges stériles couchées, radican- 
tes à la base, les florifères redressées. Feuil. lancéolées-linéaires. Fl. 
grandes, 5,/» terminales. Cor. dépassant 1 f. le cal. Av.-mai. Ghamps 
sablon. — Deux-Sèv. Exoudun (Sauzé, Maillard), bois de Messe (Guyon). 
— LomE-iNF. Ile Bord vis-à-vis Mauves, butte de Couëron, S.-Bremn 
près le poste de Grogné ; Indret (Genevier). R. — Il.-et-V. Presque 
détruit à Fougères (V. Sacher). — Fin. Lannévez en Trefflez (de 
Grec'hquérault). 

ÉLATINÉES. 

Cal. à 3,/» sép. Pét. 3,A. Étam. hypogynes, en nombre égal ou double 
des pét. Ovaire libre à 3-/» styles. Gaps. à 3, A loges polyspermes ; placenta 
central. Herb. à feuil. opposées ou oerticillées, sans stip. 

ELATINE L. Sép. d,h. Pét. 3,h. Étam. 6 ou 8. Styles d,h. Gaps. à 3,h 
loges. Graines nombreuses, à plusieurs côtes, alvéolées en travers. 

E. campylosperma Seubert, E. Hydropiper Pesn. cat. A7 excl. les lo 
calités, E. Hydropiper ^.pedunculaia Moris fl. sardoa T. 20. Tiges très 
rameuses, radicantes à la base, dressées, ascendantes ou couchées selon 
qu'elles croissent dans les lieux plus ou moins desséchés, (ce qui a lieu 
aussi chez les deux espèces suiv.). Feuil. ovales-oblongues, pétiolées, les 
sup. sessiles. Fl. d'un blanc un peu rosé, axillaires, solitaires long, pé- 
donculées. Sép. h membraneux à la base, verts au sommet, plus longs que 
les h pét. Etam. 8. Styles /». Graines en fer à cheoal. Qp. mai-août. Bord 
des mares, des marais, des rivières. — Cuar-I^f. M uron{RiYeaul), Bords 
(Foucaud). — Venu. Luçon (Marichal), c. marais de Challans à Notre^ 
Dame et S. -Urbain! (Pontarlier), marais de Bois de Céné. — Lou^e-Inf. 
Thouaré, Boire-Livart près la Chapelle- B. -Mer, Pierre-Percée, Ver- 
tou; la Haute-Ile! (Pesneau), la Popinière sur l'Erdre ; lac de Grand- 
Lieu! (Delalande), c. Marsac et Aucard dans la Brière ; mares, fossés 
•aux env. de Guérande et la Turballe. G. par localités. — Mgr. Etang 
du Duc près Vannes (Taslé), étangs au Duc ! et Millet près Ploër- 
mel (J.-M. Sacher). — Le pédonc. dépasse 1-2 f. et plus la feuil., qui 
qqf. l'égale ou le dépasse un peu. La graine ne forme pas exactement 



ÉLATINÉES. 69 

le fer à cheval, l'une des branches étant plus courte et se rapprochant 
de l'autre. %%• Lan. Peyrehorade (Féraud '. 

E. Hydropiper L. E. Schkuhriana Hayne, a la graine et la fl. du 
précéd., dont il diffère par le limbe des feuil. plus court que le pétiole 
et par les fl. sessiles. Je l'ai vu sec recueilli par MM. Crouan au Mou- 
lin-Blanc près fîrt^sïî (Fin.). •%%. Lan. S.-Seoer, Meilhan(L.Dn- 

four), Daœ (Thore). 

E. hexandra DC. Plus petit que E. campylospevma, ord. couché" 
Feuil. oblongues, plus longues que le pétiole, opposées. Sép.'à inégaux' 
plus courts que les pét. blancs et marqués d'une raie rose. Etam. 6« 
Styles 3. Caps, un peu convexe, profondément ombiliquée. Graines légè- 
rement courbées. (î)- j"-sept. Bord des rivières, des étangs. — Deux- 
SÈv. Etangs de la Meilleraie, de la Madolre (J. Richard), S.-Aubln- 
Baublgné (Genevier). — Vend. Luçon (Lepeltier), étangs de Badlole, 
de Rortheau (Pontarlier, Marichal), S.-Laurent et Mortagne-sur-Sè- 
vre (Genevier). — Loire-Inf. Etangs du nord, ag. rivière d'Èrdre. çà et 
là marais et bord de la Loire, de la Sèvre, c. lac de Grand-Lieu. — 
Mgr. Rochefort ! Vannes (Taslé), Tréhuinec (Arrondeau), Lorient, 
Pontivy, Ploërmel (Le Gall), etc. — Fin. Env. de Brest! Landerneau 
(Crouan). — C -Nord. Etang du Rouvre en Pleugueneuc (Mabille), de 

BeauUeu (Morin). — Il.-et-V. AC. %%. Gm. Mios, Lacanau 

(Durieu), la Teste (Chanfelat), étang de Cazàu! (Laterrade). — Lan. 
Etang cVAuréilhan, de Parentis ; Mont-de-Marsan (Perris), S.-Sever 
(L. Dufour). 

Obs. Elatine Brochoni Clav. a les caract. suiv. Tige courte, étalée» 
rameuse; feuil. de la tige oblongues-elliptiques, rétrécies en pétiole, les 
florales largement ovales, sessiles, qqf. plus larges que longues, rappro- 
chées; fl. 2,5 sessiles, agglomérées CD tête, les infér. opposées à l'aisselle 
des feuil. florales, la supéf. terminale ;sép. 3, grands, dressés, charnus, âf. 
plus longs que la caps. ; étam. 6 ; pét. 3, obovales ou oblongs, transparents, 
concaves, un peu rosés ; caps, assez grosse, globuleuse, déprimée et 
ombiliquée en dessus ; graines nombreuses, presque droites. — Croît 
en Gironde au bord de la Grande-Lagune près Saucats! et env. de 
l'étang de Lacanau où il a été découvert par Durieu en 1852 d'après 
des échantillons que j'ai vus dans l'herl). de M. Motelay. — Cette plante 
a presque tous les caractères de E. heœandra, dont elle diffère ainsi 
que de tous nos Elatine par les fl. super, agglomérées en tête, ce qui 
lui donne un aspect tout particulier. 

E. inaperta Lloyd herbor. 1876. Tiges très rameuses, radicante.?, 
appliquées sur la vase, où elles forment des plaques quelquefois éten- 
dues. Feuil. oblongues, rétrécies en court pétiole, obtuses, obscuré- 
ment sinuées-dentées. Fl. sessiles, très petites, munies à la base de 2 
petites bractées membraneuses, incisées, opposées. Sép. 2, rarement 
3, ovales-elliptiques, verdàtres, mince», membraneux, moitié plus courts 
que le bouton ; le 3- sépale (ainsi que dans les deux autres espèces à 
fl. trimères) plus petit, opposé à la feuille. Pét. 3, ovales, obtus, con- 
caves, appliqués, recouvrant l'ovaire, où ils forment un bouton rosé 
d'environ 1 millimètre. Etam. 3, appliquées dans la suture des valves 
de la capsule, à anthères appliquées contre les 3 stigmates sessiles. 
Caps, arrondie, déprimée, ombiliquée, à 3 loges. Graines nombreuses, 
35-60, légèrement courbées, pâles, vert-jaunâtre, finement muriquées au 
bord (au microscope). (î). Aoùt-oct. et même nov. C. sur la vase exposée 



70 ÉLATINÉES. 

à la marée, de Trente moult (Nantes), sur la Loire à la Sèvre, où il est 
plus répandu jusqu'à Vertou ; il a la végétation des autres petits Ela- 
tlne, cependant il est plus appliqué sur la vase, qu'il paraît préférer, 
et où sa longue durée est probaolement causée par la marée, qui en 
entretient la fraîcheur. Jusqu'à présent, nous ne l'avons pas rencontré 
dans le haut de la Loire. 

Obs. Cette espèce se distingue de tous nos Elatine par la fleur, qui 
np s'étale jamats. Les organes de la fleur, de nature aqueuse, s'altè- 
r^pt promptement et sont difficiles à reconnaître. Ils doivent être étu- 
diés avec une forte loupe et en entr'ouvrant le jeune bouton. Après la 
fwmation de la capsule, tout est indistinct. 

-z»(Çs espèces dont elles se rapprochent le plus sont: 1" El. triandra 
^^hk-xûiv T. 109 b, qui a aussi la fleur sessile avec 3 étamines, mais 
,d^nt\le calice et la corolle s'étalent ; 2» El. heœandra, à côté duquel 
-éj^^ >Qroît, et qui s'en distingue par 6 étamines, les fleurs pédonculées, 
)èb 3'iSépales verts, charnus, étalés et non très minces, membraneux, peu 
apparents et par la graine 1 fois plus grosse, plus foncée, presque lisse 
^tt'feQPd (au microscope). 

i-.yEH6^*îe peut se confondre avec El. Hydropiper, quia la fleur sessile, 
îfiaifepia h divisions, et les graines en fer à cheval; ni avec El. campy- 
tmperma et macropoda, dont la fleur est pédonculée et & h divisions. 
•'^^J^dois la connaissance de cet Elatine à M. le docteur Maupon, qui 
Wa^ 'Montré combien il est distinct de El. he.randra, à côté duquel il 
l'a trouvé. Depuis, du mois d'août jusqu'à la lin de novembre, nous 
J,'Ay)9in,s attentivement suivi et étudié ensemble, dans les localités indi- 
^ée^^jQÎ; il croit en immenses quantités. 

^'.l'iia^xopoda Guss. E. Fabvl Gren. E. major fl. Loire-Inf. Feuilles 
Ifeîi^e^^ pétiolées, les sup. sessiles. Fl. blanc-rosé axillaires, soli- 
.^.rësJ^'ï/Mônculées. Sép. h membraneux à la base, herbacés au sommet, 
4i^W,%ëMho\i\i plus longs que les /* pét. ovales, obtus et atteignant 
lès'^C^^rél^'yl'e|:la caps. Etam. 8. Caps, aplatie. Graines légèrement cour- 
Wé^. ,®L'J*r^'tVt- — LomE-iNF. Bord de la Loire et marais voisins, à 
'^ieî^f^P^Mê^']'''eï\ plusieurs localités autour d'Oudon et se retrouvera 
g^Hp.'t^'eJLMfi 'dHïis la Vallée; Trentemoult ! (Maupon), étang de la 
Wwb/iëf'eVBuréalVy — Il.-et-V. Ruisseau de Ferridor à Redon (Leray). 
[^^(^àïy^à^^VÊyba'hWylpsperma, graines de Vhexandra. 

E. Alsinastrum L. Tige de 2-5 déc. Feuil. vérticillées, les inf. sub- 

meméGs JLinéai.res.igs mpêr.^ ovales, ternées. Fl. blanches, axillaires, 

^seé^leg''^ 8. %. jt-sept. Etangs, marais. — 

'ffiraîl^^ de Beaupreau). - Deux-Sèv. Etang 

TOM'K,(J-''^îM Patère en Landeronde (Pontarlier, 



/ Sut^^^^ (V. Grand-Marais, Gobert), 

MVVàns'célur^^ à Machecoul; Tiffauqes (de 

de S.-Julien et de la 
S.-Simon, Pont de 




leÙk-dds-Mâfr^i^^^ Camert, c. Marsac, 
'MMCM^^ (de laGodeli- 



LINÉES. 71 



LINEES. 

Sép. 5,A persistants. Pét. 5,h onguiculés, hypogynes, contournés dans 
le bouton. Etam. 5,h monadelphes à la base,"^ alternant avec b,h filets 
sans anthères. Anthères à 2 loges, à deux fentes. Caps, à 10 ou 8 loges, 
à une graine pendante. Placenta central. Feuil. entières, sans stipules. 

LINUM L. Sép. pét. et étam. 5. Caps, à 10 loges. 

* Feuilles alternes. 

L. gallicum L. Tige grêle, rameuse au sommet, qqf. en même temps 
à la base. Feuil. linéaires-lancéolées, rudes au bord. FI. jaunes, peti- 
tes, en corymbe dichotome, très lâche. Sép. ovales-lancéolés, ciliés- 
glanduleux au milieu, égalant la caps, globuleuse, aiguë. (J).jn-at. Vi- 
gnes, coteaux, champs incultes. — Char-Inf., Deux-Sèv., Vend. AC. 
— Loire-Inf. tout i'arrond, de Nantes, coteaux de la Loire de Thouaré 
à Ingrande. %%. Gir. AC. — Lan. c. en Chalosse. — B.-Pyr. C. 

%. L. strictum L. Tige raide, dressée de 2-3 déc. Feuil. dressées, 
appliquées, linéaires-lancéolées, très rudes au bord. FI. jaunes en co- 
rymbe compacte. Sép. lancéolés, ciliés-glanduleux, rétrécis en longue 
pointe dépassant beaucoup la caps. (T). juin. Coteaux et plateaux secs 
cale. — Char.-Inf. Montlicu, bord de la Gironde et région maritime, 
Marsais, Surgeres ; Saintes (Brunaud!), Po7is (Parât). AC. par loca- 
lités. — Deux-Sèv. Thouars ! (Bastardj, Airvault ! (Bonnin) ; r. 5.- 



Loup ! (Guyon). — Vend. Chaillé-les-Marais ! (Letourneux). R. 
%%. Gir. ÀC. — Lan. g. coteaux de la Chalosse. 

p. laœifLorum, L. corymbulosum fl. de l'Ouest, édit. 3. Corymbe lâ- 
che, feuil. moins rudes. Coteaux secs cale. — Char.-Inf. Montlieu, 
Mortagne, 8^*^-1' Heur ine, Surgères, Saintes, Pons, Marsais, forêt 
de Benon; S. -Christophe, Croix-Chapeau, Yves fFoucaud), S.-Savi- 
nien (Tesseron !), c. cantons d'Aulnay et de Matha (Savatier), Ile de 
Ré et côle opposée ; Fouras ! fA. Guillon). — Deux-Sèv. r. coteau de 
Veluché (Gny on), i^ors (Maillard), Chisé (Giraudias), Loubillé. — Vend. 
Gué-de-Velluire (Letourneux), la Dive, Mouseuil ; c. forêt de S^^- 
Gemme (Lepeltierj. %%■ Gir. S.-André-de-Cubsac. 

%. L. tenuifolium L. Souche presque ligneuse à plusieurs tiges ra- 
meuses dans le haut, couchées ou ascendantes. Feuil. très nombreuses, 
éparses, linéaires-en alêne, ciliées-rudes au bord. Cor. d'un blanc rosé 
en dedans et en dehors, plus foncé à l'onglet en dehors, 2-3 fois plus 
longue que les sép. elliptiques, en alêne au sommet, ciliés-glanduleux, 
dépassant un peu la caps. Jn-jt. Coteaux, lieux pierreux, pelouses des 
bois dans le caic. — Char.-Inf., Deux-Sèv. AC. — Vend. Cà et là Plaine. 
%%. Gir. AC. 

%. L. suffruticosum L. L. salsoloides Lam., que l'on confond fa- 
cilement sur le sec avec le précéd., s'en distingue sur le vivant par la 
fl. en cloche h-5 f, plus grande que le cal.; les sép. moins longt acu- 
minés dépassent peu la caps, et la tige est pubescente jusqu'au som- 
met. J^^-j^. Rochers cale. — Char.-Inf. Aulnay (Giraudias!), Surgè- 
res, Pont-l'Abbé ; de Soubise à Martrou ! (J. Richard), la Garde près 
S.-Vivien, Péré, Vallet, la Clotte, S.-Mart' n-d'Ary (Foucaud), Pons, 
(Parât), Montlieu ; coteaux de la Gironde (de l'Isle). Je l'ai cueilli 



72 MALVACEES. 

aussi sur les rochers cale, de Lourdines et au Bois de Paché près 
Poitiers (Vienne), à Cognac et à Angoulême. 

%. L. Loreyi Jord. Bor. L. montanum Lor. et auct. part. Rac. dure, 
vivace, à plusieurs tiges raides, dressées, de 12-15 cent. Feuil. de la 
moitié inf. de la tige 'serrées, petites, linéaires, acuminées, les autres 
espacées, étalées. FI. bleues, h-6, comme en épi lâche terminal. Pédonc. 
un peu arqué, 2 f. plus long que la caps, globuleuse, 112 plus longue 
que les sép. à 3-5 nerv. Graines brunes, oval.-oblongues, à bord plus 
pâle, très étroit. Av. -mai. — Deux-Sèv. rr. coteau cale, très aride de 
Vionnais près Thouars. 

Obs. L. Leonii Schultz, très voisin du précéd., plus grêle, a les tiges 
ord. penchées, les fl. plus long, pédonculées. — Salles-les-Aulnay 
(Char.-Inf.), où M. Giraudias me l'a fait cueillir. (J. F.) 

L. angustifolium Huds. Tiges nombreuses, ascendantes. Feuil. 
linéaires, aiguës, à 3 nervures. Cor. bleue, dépassant 1 f. les sép. ova- 
les, acuminés, non glanduleux, les inf. un peu ciliés. Stigm. en massue. 
Caps, acuminée, égalant le cal. %. mai-jt. Coteaux arides, bord des 
chemins, champs secs, prés. — Char.-Inf. Souv. dans les prés. C. — 
Deux-Sèv, c. le cale. — Vend. g. le cale, ac. Bocage. — Loire-Inf. c. 
coteaux de la Loire, Machecoul, Arthon. AC. — Il.-et-V. Cale, de 

Rennes. — C. toute la région maritime. %%• GiR- G. — Lan. 

c. surtout en Chalosse. — B.-Pyr. C. 

Obs. On cultive en grand L. usltatlsslniuniL. le Lin, qui se distingue 
du précéd. par sa rac. annuelle, sa tige dressée, solitaire, ses feuilles 
plus larges, ses anthères en fer de flèche, sa caps, plus grosse. Semé à 
J'automne, c'est le Un d'hiver ; semé au printemps, on l'appelle Un 
'd'été ; sa cor. est alors plus petite et plus pâle. 

** Feuilles opposées ; fl. blanches. 

L. catharticum L. Tige de 10-15 cent, grêle, dichotome au sommet. 
Feuil. oval. -lancéolées, les inf. oboval. Sép. ovaL, acuminés, ciliés-glan- 
duleux, égalant la caps, obtuse, (i), mai-jt. Prés, landes. C. 

RADIOLA Gmel. Cal. à h sép. % 3.fides. Pét. et étam. h. Caps, à 8 
loges. 

R. linoides Gmel. Linum Radlola L. Petite plante grêle, de 2-h 
cent, très rameuse, dichotome. Feuil. ovales, opposées. Fl. blanches, 
®. mai-jt. Lieux humides sablon., pelouses ombragées, landes. CC. — r, 
dans le cale, où il préfère les ter. tertiaires. 

MALVACEES. 

Cal. double, l'intér. à 5 sép. soudés à la base, l'extérieur à 3-9 div. 
Pét. 5 hypogynes, ord. soudés avec les filets des étam. réunis en co- 
lonne. Étam. 'indéfinies. Anthères à une loge s'ouvrant entravers. Plu- 
sieurs ovaires et styles. Carp. 1. spermes, s'ouvrant en dedans, rangés 
en cercle autour d'un axe central. Feuil. alternes, stipulées. 

MALVA L. Cal. extér. à 3 fol., l'intér. 5.fide. Carp. nombreux, 1. sper- 
mes, rangés en cercle. 

* Fl. axlllaires, solitaires, les super, agglomérées, terminales. 

M. Alcea L. Plante de 6-10 déc. couverte de poils étoiles. Feuil. 



MALVACÉES. 73 

palmées à 5 lobes incisés-dentés ou pennifides, les rad., orbiculaires à 
5 lobes crénelés-dentés. FI. grandes, roses. Cal. eœt. à fol. ovalei. Carp. 
lisses, glabres. Q^i. jt-sept. Haies, lieux couverts. — Deux-Sèv. ac. 5.- 
/ottm (Brottier), parc d'Oiron (Lunet). — Loire-Inf. Vallée du haut 
de la Loire. AR. — Var. à carp. rugueux en travers, hispides sur la 

carène ou seulement à chaque extrémité. ■ %%. Gm. 1 angon 

(Belloc), « Caudé txcn (Laterveide fl.) ». — Lan. Mon,Y-de-Mars«/i (Per- 
ris). — B.-Pyr. Rayonne (Sibuet). 

M. moschata L. Tige de 3-6 déc. à poils la plupart simples. Feuil. 
à 5 lobes presque rhomboïdaux, trifides, incisés-dentés ou 1-2 pennifides, 
les rad. orbiculaires à lobes dentés. Fl. grandes, roses. Cal. eœt. ce fol. 
linéaires. Carp. à carène hispide. 0^. jt.sept. Prés, bord des chemins, 
des haies. C. — ac. au-delà de la Loire-Inf. — R. en Char.-Inf. (Fou- 
caud). — Feuilles des repousses moins découpées, les inf. presque in- 
divises. %%. GiR. PC. — Lan. ac en Chalosse. — B.-Pyr. AC. 

** Fl. axillaires, agglomérées. 
M. silvestris L. Grande mauve. Tiges dressées ou ascendantes, à 
poils étalés. Feuil. à 5 ou 7 lobes crénelés, les sup. à lobes aigus. Pé- 
tiole et pédic. poilus. Cor. grande, rose-violacé, veinée, beaucoup plus 
longue que le cal. Sép. eœt. oblonas. Carp. rugueux en travers, rangés 
autour d'un axe en cône dont les côtes sont concaves. (§), jn-sept. 
Champs, haies, décombres. CC. — Sur le bord de la mer, les fl. sont 
qqf. lilas et la pubescence des pédic. très courte. 

M. rotundifolia L. Petite mauve. Couché, peu velu. Feuil. orbicu- 
laires-en cœur, à 5 ou 7 lobes peu profonds, crénelés, obtus. Cor. pe- 
tite, blanche, dépctssantl f. le cal. Cal. extér. à sép. linéaires, insérés 
près du pédic. Carp. lisses, pubescents. (i), @, *y.. jû-oct. Chemins, dé- 
combres, champs. CC. 

M. nicœensis Cav. Hispide, couché. Feuil. à 5 lobes crénelés, aigus 
dans les feuil. sup. Cor. petite, rosée. Cal. eœt. à sép. ovales, distants 
de 2 millimètres du pédic. Carp. glabres, fortement creusés-ridés. (i). 
jn-a*. Lieux arides incultes, décombres, rues. — Char.-Ixf. et Vend. 
où les fruits sont qqf. hérissés. C. — Deux-Sèv. AC. —Loire-Inf, AC. 
surtout dans la région maritime, où il continue jusqu'au Port-Louis 
(Mor.). — Fin. Iles Molène, Glénans (Crouan), baie d'Audierne (de 
la Pylaie), le Congaef (Bonnemaison). — C. -Nord. S.-Brieuc, Dahouet. 
%% GiR. AC. — B.-Pyr. Env. de Bayonne, S.-Jean-de-Lu^. 

ALTH^A L. Cal. double, l'extérieur à 6-9 fol. Carp. du Malca. 

A. offlcinalis L. Guimauve. Plante de J+-8 déc. toute veloutée-blan- 
châtre. Feuil. ovales ou en cœur à 5 ou 3 angles, inégalement créne- 
lées. Fl. grandes, blanc-rosé, sessiles ; pédonc. multiflores, axillaires. 
Carp. veloutés. 9;C. jn-sept. Bord des eaux, des marais, surtout ceux de 
la région maritime. — Cïiar.-Inf. et Vend. C. — Deux-Sèv. Niort! (A. 
Guillon), Ménigoute, Le^ay (Giraudias), Chérigné (Vernial), vallée de 
la Sécre (Sauzé, Maillard), S. -Loup (Guyon), Thouars (Lunet). — Lctre- 
Inf. S.-Michel, Port-S.-Père, c. Marais de Macheeoul, de Pénestin, 
la Brière; çà et là dans les prés du bas de la Loire. AC. — Mgr. Rieux 
(Moreau), Sarz-eau (Taslé). R. — Fin. Loctudy (Bonnemaison), pres- 
qu'île de Plougastel, anse du Gccreau (Crouan). — C.-Xord. Marais du 
Port-à-la-Duc, baie de la Fresnaye {CoYmWè). S.-Jacut, le Guildo (Ma- 
bille). — iL.-ET-V.De Dol au Vivier et hChérueix; Rotheneuf {MahiliL') . 



74 MALVACÉES. 



%%. GiR. AC. — Lan. ac. en Chalosse, ar. ailleurs. — B.-Pyr. 



Bayoniie, Hendaye. 

%. A. cannabina L. Plante de 1 mètre et plus, à pubescence étol- 
lêe. Feuil. palmées à 5 lobes inégalement dentés, les sup. trilobées, plus 
courtes que les pédonc. à 1,2 fî. roses, pourpres à la base. Sép. ovales, 
acuminés, les ext. linéaires-lancéolés. 0^. ji-sept. Bord des haies, des 
chemins du cale. — Char.-Inf. AC. — Deux-Sèv. Env. de Niort, Chlsé ! 
Palsay (A. Guillon), Chérlgné (Vernial), Aublgné, ac. la Mothe (Mail- 
lard), Van~-ay, r. Louin (Guyon), Alrvault (Huyard), r. S.-Joidn (Brot- 
tier), Tho uar s (Baslavd). — Ven. Çà et là Plaine ! Èessaij (Pontarlier). 

X%. GiR. S .-Clers-Ia-Lande {Clayaud), S .-André-de-Cuhsac (Du- 

balen), LÔrmo/if (Laterrade), la Soays (Motelay), Parempuyre (Durieu), 
S.-EmiUon ; Camiac (Bonnave^). 



A. hirsuta L. Hlsplde. Tiges couchées ou ascendantes. Feuil inter- 
méd. à 5 lobes profonds, incisés-dentés, plus courtes que les pédonc. 
FI. roses, axillaires, solitaires. Carp. glabres, ridés en travers. (î). j"-j^ 
Champs, haies des ter. cale. — Char.-Inf. C. — Deux-Sèv. AC. — Vend. 
AC. Plaine et lies hautes (Letourneux, Ayraud); cale, des Essarts, de 
Chantonnay, Basof/es (Pontarlier, Marichal), Commequiers (Gobert). 

— Loire Inf. Copchoux, Ancenis, Cambon, Chéinéré. RR. %%• 

GiR. S.-Savln-ae-Blaye (Merlet), Marcainps, S.-André-de-Cuh^ac 
(Jarris), Bourg, la Tresne, Castlllon (Motelay), Camiac .' (Bonnaves). 

— Lan. Cà et là coteaux de la Chalosse. — B.-Pyr. Mouguerre (Si- 
buet). 

LAVATERA L. Cal. double, l'extér. à 3 lobes. Carp. du Maloa. 

L. arborea L. Mauve royale. Tige de 5-10 déc. Feuil. tomenteu- 
ses, en cœur à la base, à 5 ou 7 angles aigus, crénelés. FI. grandes, vio- 
lacées, agglomérées aux aisselles des feuil. Sép. du cal. eœt. étalés, dé' 
passant î'int. ap|)li(iué sur les carp. pubescents, ridés partout. (2).mai- 
jn. Rochers maritimes. — Vend. Ile du Piller. RR. — Loire-Inf. Ilots 
de Léoain, de Pi,erre-Percée! (Morison). RR. — Mgr. Ile Téviec. (Le 
Gall), îlot de Poulpi que t (Toiissa\n[s), r. Houat, ac ! aux îlots voisins 
Maleoant, Béniguet, Glasic, la Grande-Ile (Delaiande), rr. Belle-Ile. 

— Fin. lîR. Iles Glénans ; Penmarcli, île Nona et côte de Loctudy (Bon- 
nemaison). c. île Laber près Douarnenes (Arist. Letourneux), Cap-la- 
Chèvre (Hubert), îles de Sein, d'Ouessant et îlot de Kerousec (de la 
Pylaio) près Cainaret, Cap Sisun, pointe de Monérousse près Guis- 
sèny, île de Bats, îlots de la rade de Morlaix (Crouan). — Il.-et-V. 
Iles Harbourg et Césembre (Le Gall, Debooz), S.-Malo et env. (Ma- 
bille). RR. — La j^lante est aussi cultivée le long de là côte comme à 
l'intérieur, se répand facilement et disparaît de même, 

* L. cretica L. M. mamillosa édit. 1. Voisin de Maloa silvestris. Ti^e 
à poils couchés. Feuil. sup. à lobes plus aigus. Pétiole et pédic. à poils 
étoiles, couchés. Cor. lilas clair; pét. plus larges, moins écartés et plus 
sensiblement rétrécis à la base. Sép. plus acuminés, les ext. ovales. 
Fruit i fois plus gros; carp. séparés par un intervalle plus profond, ord. 
8, tandis qu'il y en a ord. 11 dans M. silvestris; ces carp. rangés 
autour d'un axe en forme de mamelon demi-elliptique, lorsque celui de 
M. silvestris représente un cône aussi large que long, dont les côtés sont 
concaves et non convexes. (2). jn-sept. — Char.-Inf. S.-Martin, la 
Couarde et les Portes en Ré, La Rochelle. — Vend. Décombres du 



HYPÉRICINÉES. 75 

port des Sables (Marichal), rocher de la Dive fPontarlier). pointe dç 
l'Aiguillon (Foucaud). — Loire-Inf. Dans une cour au Croisic (Coquet). 

— MoR. Port de Belle-Ile (Arrondeau). %%. B.-Pyr. Ehv. de 

Bayonne, Hendaye. —Plante méridionale qui doit avoir été introduite ; 
elleapparaît çàet là sur le littoral et a disparu de quelques localités citées. 

HIBISCUS L. Cal. extér. à 10-12 fol., l'intér. ô.fide. Caps, à 5 loges 
polyspermes. 

%%. H. roseus Thore, //. palustris Thore non L. Tige dépassant 
1 rfi. ferme, simple, dressée. Feuil. grandes, blanches-tomenteuses en 
dessous, ovales, souv. presque à 3 lobes. FI. roses, solitaires, axillaires, 
très grandes, dépassant 3-6 fois le cal. Sép. ovales, les extér. linéaires, 
dressés. S^. at-sept. Bord des eaux, marais. — Lan. Bax ! et env. 
(Thore), étang de la Pointe ; Soustons (Ramey), S.-Etienne-d'Orthe 
(Léon), Peyrehorade ! (de Franqueville). — B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

TILIACÉES DC. Prod. 

TILIA L. Tilleul. Sép. 5. Cor. régulière à 5 pét. Etam. indéfinies, 
libres (ici). Anthères à 2 loges s'ouvrant en long par 2 fentes. Ovaire 
1 ; loges 5 à 2 ovules. Caps, coriace, à une loge par avortement, à 1,2 
graines. Placenta central. Arbres a feuil. stipulées. 

T. parvifolia Ehrh. T. microphylla Willd. Feuil. orbiculaires. acu- 
minées, en cœur oblique à la base, dentées en scie, glabres, poilues 
en dessous aux aisselles d.es nervures. FI. blanchâtres, 7-9 en corvmbe 
sur un i^édonc. axillaire, bordé d'une large membrane foliacée, libre 
dans sa moitié sup. Lobes du stigm. à la fin étalés. Jt. Bols. AR. 

Obs. T. grandifolia Ehrh. se distingue du précéd. par les feuil. 
molles, velues en des.sous, surtout sur les nervures, les fl. plus odorantes, 
%h par corvmbe et les lobes du stigm. dressés. Il est plus souvent cuit, 
que le précéd. pour former des allées et des promenades. — Voir Gren. 
God. fl. de France, p. 286, pour les autres espèces que l'on rencontre 
dans les cultures. 

HYPÉRICINÉES 

Cal. à 5 sép. ou 5. part. Cor. régulière à 5 pét. hypogynes. Etam. nom- 
breuses, réunies en 3 ou 5 faisceaux. Anthères oscillantes. Ovaire 1 
libre. Styles 3-5. Caps. (rar. baie) à 3-5 loges, à 3-5 valves. Graines nom- 
breuses, attachées à un placenta central, entier, ou aux cloisons for- 
mées par les bords rentrants des valves. 

HYPERICUM L. Millepertuis. Cal. à 5 sép. ou 5.part. Pét. 5. Styles 3. 
Caps, à 3 loges. Fl. Jaunes, feuil. opposées. 

* Sépales non ciliés-glanduleux. 

H. tetrapterum Fries, H. quadrangulum Smith. Tige à 4 ailes. 
Feuil. ovales, très ponctuées-transparentes. F l. petites, pâles, en cor y ndje 
serré. Sép. lancéolés, très aigus. *^. jji-at. Bord des eaux, des marais. C. 

H. quadrangulum L. H. dublum Leers. Vert foncé. Tige à h angles 
peu marqués. Feuil. elliptiques-oblongues, peu ou point ponctuées- 
transparentes, à veines en réseau, transparentes. Fl. grandes, en co- 
rvmbe. Sép. ovales-lancéolés, obtus. Oj.. j^-a^ Prés et haies ombragés. 



76 HYPÉRICINÉES. 

— Loire-Inf. S.-Juîlen-de-Vouoantes (Pesneau), Copchoux (Guiho) ; 
derrière le Plessis-Tison, vallée de la Dloatte ; Clisson (Pradal), la 
Haie Fouasslère (de l'Isle), le Coin sur la Maine (Migault). R. — C- 
NoRD. AR. vallée de la Rance, S.-Juvat (Mabille). — Il.-et-V. Entre 
Braye et Cessoji (herb. Degland) ; Fougères, env. de Rennes et de 
S.-Malo (V. Sacher). — Facile à confondre avec le suiv, 

H. perforatum L. Tige à deux tranchants. Feuil. oblongues ou li- 
néaires-oblongues, cfqf. petites {H. microphyllum Jord.), très ponc- 
tuées-transparentes. FI. grandes, en corymbe, souv. marquées en des- 
sous de taches noirâtres ou qqf. de lignes {H. Uneolatum Jord). Sép. 
lancéolés, très aigus. %. jt-a*. Lieux arides, bord des chemins, des 
haies. CC. 

H. humifusum L. Tiges couchées, filiformes, comprimées. Feuil. et 
sép. elliptiques-oblongs. FI. petites, peu nombreuses, terminales. Sép. 
obtus, bordés de points noirs qqf. pédicellés. OJ.. qqf. (i). mai-sept. Lieux 
arides, haies, champs après la moisson. CC. 

** Sépales bordés de cils glanduleux. 

H. linarifolium Vahl. Tiges ascendantes. Feuil. linéaires, obtuses, 
roulées en dessous par les bords. FI. assez grandes, en corymbe tri- 
chotome. Cor. jauiie-rougecUre, dépassant plus de 2 f. les sép. lan- 
céolés, aigus. %. j"-jt. Coteaux arides surtout schisteux ou de la ré- 
gion maritime. — IDeux-Sèv. Argenton-Chdteau. — Vend. c. coteaux 
de la Sèvre aux env. de Mortagne ! (Revelière), Noirmoutier. — Bre- 
tagne. AC. X')}^. Gm. Barsac, Saucats (Motelay), S.-Sympho- 

rien, Belin, Facture'; Mios (Durieu), Villandraut (Goua). — Lan. 
Lobouheyre, Pissos, Mont-de-Marsan ; Souprosse, Dax (L. Dufour), 
S.-Paul {Thore). 

H. pulchrum L. Tige dressée, rougeâtre. Feuil. ovales, embrassan- 
tes-en cœur, ponctuées-transparentes. FZ. enpanic. allongée. Sép. ob- 
tus, h f. plus courts que les pét. %. jn-a*. Buissons, haies, landes. C. 

H. montanum L. Tige dressée, simple, cylindrique. Feuil. ovales- 
lancéolées, embrassantes, très ponctuées-transparentes. 7"/. pâles en 
corymbe compacte. Sép. et bractées lancéolés, aigus, fortement ciliés- 
glanduleux. ^. j'i-jt. Coteaux boisés. — Char.-Inf. Saintes ! (A. Guil- 
lon), S.-Savinien et Sèche-Bec ; Corme-Royal, N'ancras (Tesseron), 
Beaugeay (Parât), MontUcu, la Barde ; Yaraise (Pinatel), Fontaine- 
Chalandray, S. -Christophe, Breuil-Magné (Foucaud), Damil (Dus- 
souchaud), Surgères, Benon. — Deux-Sèv. Forêts de Chisé, d'Aul- 
nay ; tous les bois de la Mothe (Sauzé, Maillard), Pca.ïa/y ; S.-Gelais 
(Guyon), S.-Loup (Cornuault). — Vend. r. bord du Lay près C/ianto/i- 
nay, P ont-Char a ult, ho'is des env. de Luçki Puntarlier, Marichal), 
RR. foret de Vouvant (Letourneux). — LomE-lNE. Barbechat, Cler- 
mont; Couffé! (Migault), Château-Thébaud{Vv^ài\QX). RR. —Fin. Port- 
Salut (Crouan). RR. — C.-Nord. La Courbure près Dinan (herb. De- 
gland) et vallée de la Rance (Mabille), r. le Guildo (Morin); Bois Bols- 
sel près S.-Brieuc; Hillion (Baron). RR. %%. Gir. Verteuil, S.- 

Michel-de-Castelnau, Fargues, Cestas (Motelay),' Arlac (Banon), Vil- 
le nave-d' Or non (Durieu), Martillac (Jarris), Ilïats (Bâillon), Budos, 
Villandraut ! (Ducot). — Lan. Canenx (L. Dufour), Roquefort. 

H. hirsutum L. Pubescent. Tige dressée, de 8-10 déc. Feuil. oval.- 
oblongues. presq. pétiolées, ponctuées-transparentes. FI. en panic. 



ACERINEES. (( 

allongée. Sép. lancéolés, aigus. %. jn-j'. Haies, taillis. — Char.-Inf. 
j^Q _ Deux-Sèv. Niort (A. Guillon), ar. S. -Loup (Guyon), Thouars 
(Lunet), Loublllé (Jousse), prob. AG. — Vend, ac Plaine, pg. Bocage 
(Pontarlier, Marichal). — Loire-Inf. AC.— MoR.P^oé'/'meZ(herb.Taslé). 
RR. — Fin. Entre Locqulrec et GtUinaëc, Port-Salut (Crouan). — C.- 
NoRD. S.-Ilan (Baron), ac. env. do Dinan (Mabille). — Il.-et.-V. r. 

Rennes; ac. Boiirg-des-Comptes (Rolland). %%. Gm. Contras; 

Plassac (Merlet), 'Palllet (Laterralej, Verdelais ! (Gouaj, S.-EiniUon 
(Jarris), Cenon (Ducot), S^"-Présentlne (Musquin). — Lan. Mont-de- 
Marsan (Perris), Pontonx ; Dax (Deflers), ac. en Chalosse. 

Obs. H. calijclnum L. à tiges rampantes et fl. très grandes, se trouve 
qqf, échappé des jardins ainsi que le fétide H. hircinum L. sous-ar-, 
brisseau que M. Foucaud a vu c. au bord du canal de Marans près 
Dompierre et M. Motelay c. dans les bois de Cestas (Gir.). 

A'NDROS^MUM Ail. Cal. 5.part. Pét. 5. Baie l.loc. 

A. officinale AU. Hyp. Androsœmum L. Tige à 2 lignes saillantes. 
Feuil. grandes, ovales, obtuses, très finement ponctuées-transparentes. 
FI. jaunes, peu nombreuses, comme en ombelle. %. j"-jt. Haies et bois 
frais. — Char.-Inf. Montendre, S.-Savinien ; Nancras (Tesseron). 
Fenloux et env. (Pinatel). R. — Deux-Sèv. Rom (Sauzéj. — Vend. 
Folie Brunetière près Fontenay, forêt de Vouvant (Letourneux), Pont- 
Charault (Gobert), r. S.-Hllaire-le-V. (Pontarlier). RR. — Loire -Inf. 
Mauves, la Melllerale, forêt (ÏAncenls, du Gâvre, Guémené, S.-Gil- 
das ; Nivillac (Delamare), Orvault, Chdteau-Thébaud, Château-d'Aux, 
la Sicaudais, etc. PC. — ac. çà et là dans le reste de la Bretagne. 

%%• GriR. Laruscade (Merlet), Arlac (Laterrade), Cenon (La- 

font), Vèràelais ! (Lalanne), la Réole, Roquetalllade , Créon (Motelay), 
env. de Contras; Camiac ! (Bonnaves). — Lan. c. en Chalosse, ar. 
ailleurs. — B.-Pyr. C. 

ELODES Spach. Cal. 5. part. Pét. 5 marcescents. Etam. 15 en 3 fais- 
ceaux. Glandes hypogynes pétaloïdes, alternant avec les faisceaux 
d'étam. Caps. Lloc. à 3 valves à placenta pariétaux. 

E. palustris Sp. Hyp. Elodes L. Pnbescent-grlsdtre. Tiges faibles, 
ascendantes, radicantes à la base. Feuilles arrondies-ocales, sessiles, 
finement ponctuées-transparentes. FI. peu nombreuses, terminales. Sép. 
ovales, obtus. %. j*-sept. Marais, prés et fossés marécageux. — C. Bre- 
tagne, Bocage Vendéen, pg. dans celui des Deux-Sèv. — Char.-Inf. 
Cadeuil (Foucaudj, g. de Montendre à Montlieu, Bédenac ;prob. au- 
delà. R. ^ %%. Gir. et Lan. c. région des landes. —B.-Pyr. Env. 

de Biarritz. 

ACÉRINÈES. 

Sép. 5 (ici). Pét. ,5 insérés sur un disqu3 hypogyne. Etam. ord. 8. 
Ovaire à 2 lobes. Style 1 ; stigm. 2. Fruit formé de 2 carp. soudés, in- 
déhiscents, l-2.spernies, terminés par une aile. Arbres à feuil. opposées. 

ACER L. Voir la famille. P'I. polygames. Etam. des fî. mâles plus 
longues. 

A. campestre L. Arbre peu élevé, à écorce crevassée. Fetlil. pal- 
mées à 5 lobes grossièrement dentés, velues en dessous sur les nervu- 
res et à leur aisselle. FI. veriàtres, en corymbe dressé. Pédic. et caL 



/8 GERANIACEES. 

velus. Carp. pubescents, qqf. glabres, divergents en ligne droite. Mai. 
Haies, bois. G. — Moins g. au-delà de Loire-Inf. 

%. A. monspessulanum L. Arbre ord. peu élevé. Feuil. à 3 lobes 
ovales, simples, luisantes en dessus, glauques en dessous. Ailes des 
carp. plus ou moins larges, rapprochées l'une de l'autre, tantôt ouvertes 
en angle aigu, tantôt parallèles et se touchant, ou bien entre-croisées. 
Av. -mai. Haies, bois, coteaux du cale. — Giiar.-Inf. ag. dans le n.-est 
de Courçon à Cognac ; Geay fFoucaud), Nancras, Corme-Royal, r. 
Oleron, S.-Xandre. — Deux-Sèv. g. dans le midi jusqu'à A^torï!, Villiers 
en Plaine, S.-Maixent, la Mothe ; parc d'Oiron (Toussaints). — Vend. 
Bois d'Ecoulandre ! et de la Rivière près MouseuiliDayid}, rochers du 
Gué de Velluire, r. Chaillé-les-Marais, Nalliers (Letourneux), Xan- 
^on (Ayraud). R. 

Obs. A. pseudo-platanus (Sycomore) à fl. vert-jaunàtre en longue 
grappe pendante, est cuit, partout, mais n'est pas du pays. Mess. Crouan 
et Guiho le trouvent répandu dans les haies, les lieux "^ boisés autour de 
Brest (Fin.). 

Obs. A. Negundo L. originaire de l'Amérique du Nord, se répand de 
plus en plus dans la Gironde. (J. F.). 

GÉRANIACÈES. 

Sép. 5 persistants, qqf. inégaux. Pét. 5 hypogynes. Etam. 5-10 à filets 
ord. monadelphes. Ovaires 5 libres. Styles "5 soudés. Garp. 5 indéhis- 
cents, à 1 graine pendante, attachés à la base des styles qui, à la ma- 
turité, se détachent de la base vers le sommet, en emportant les carp. 
Feuil. stipulées. 

GERANIUM L. Sép. et pét. 5 égaux. Etam. 10, les 5 plus grandes 
munies à la base d'une glande nectarifère. Arête des carp. glabre en 
dedans, arquée à la maturité. 

* Pédonc. biflores ; pét. échancrés. 

G. molle L. Tiges diffuses, à longs poils mous, étalés. FquiL orbi- 
culaires à 7 ou 9 lobes trifides. Fl. rosées. Sép. terminés en pointe noi- 
râtre. Carp. glabres, ridés en traders. Grai.ncs lisses, (i). mai-sept. 
Terres incultes, bord des champs, des haies, des chemins. GG. 

G. puslUum L. Tiges faibles, à pubescence courte. Feuil. orbicu- 
laires à 7 lobes S.fîdes. Gor. rose violacé, égalant les sép. brièvement 
mucronés. Anthères 5. Carp. carénés, non ridés, à poi.ls couchés. Grai- 
nes lisses, jp. mii-jt. Lieux sablonneux. — Ghar.-Ixf. Siecq ; çà et là 
île de Ré, Esnandes, Lagord, Angliers, S. -Christophe, Angoulins, 
Port-des-Barques, Bords, S.-Hippolyte, Jonsac (Foucaud). — Deux- 
Sèv. La Mothi\ Salli^s (Saaz_% Alaillai'dj, Exoicdun, S^'^-Eanne (Gi- 
raudiasj. AircauU (Bonnin), Thouars (Revelièrej. —Vend. S^'^-Gemme ; 
Fonrenay (Letourneux). ag. autour de Mortagne (Genexiev). — LomE- 
Inf, Saff'ré, Ancenis, Nantes. Coueron, sables maritimes, etc. PG. — 
MoR. Auray, Pontioy (Le Gall). — Fix. S.-/.-cta-Datr/î;(deGuernisac), 

T ré que une c(Cvoudin). — II. -et-Y . Fouqères{Y .Sachev). X/ïC-GiR , 

Lan., B.-Pyr. AG. 

G. columbinum L. Tiges diffuses ou couchées, à poils appliqués, 
dirigés en bas. Feuil. à 5 ou 7 lobes multifïdes. Fl. lilas. Pédonc. plus 



GÉRANIACÉES. 79 

longs que les feuil. Sép. presque membraneux, longuement aristés. 
Garp. glabres. Graines nnement réticulées. (J). j"-at. Lieux pierreux, 
bord des haies, des champs. G. — ag. au-delà de Loire-Inf. 

G. dissectum L. Tiges diffuses ou couchées, à poils réfléchis. Fetc^. 
à 5 ou 7 lobes profonds, trlfides. FI. rougeàtres. Pédonc.plus courts 
que les feuil. Sép. aristés. Carp. poilus. Graines réticulées, (i). jn-jt. 
Haies, lieux cultivés. G. 

Obs. G. pyrenaicum L. Tiges de 2-5 déc, dressées ou ascendantes, 
bifurquées, à poils mous. Feuil. vert-foncé, orbiculaires. à lobes inci- 
ses-crénelés. FI. purpurines, dépassant 1-2 f. le cal. Garp. non ridés. 
Graines lisses. — Gette plante, qui s'échappe qqf. des jardins, où elle 
est rar. cultivée, a été vue à La Rochelle! et à S.-Eloi, par M. Gau- 
déran, et à Mont-de-Marsan par Perris (J. F.). 

Obs. G. striatum L. cultivé pour ses fl. blanches élégamment veinées 
de rouge, s'est naturalisé dansqq. localités du Fin. àPlougean, Morlaix, 
Qulmper (Miciol) et ailleurs. 

** Pédonc. biflores ; pét. entiers. 

G. rotundifolium L. Tiges diffuses, poilues. Feuil. à 5 ou 7 lobes 
trifîdes, marqués d'un point rougeàtre dans les sinus. Fl. rougeàtres. 
Sép. aristés. Carp. à poils non couchés. Graines réticulées, [ij. mai- 
sept. Décombres, pied des murs, champs. GG. — ag. au-delà de Locre-Inf. 

G. lucidum L. Tige ascendante, glabre, rougeàtre. Feuil. orbicu- 
laires, à 5 ou 7 lobes crénelés, luiscuites. Fl. d'un joli rouge. Cal. an- 
guleux, ridé en travers. Garp. ridés en long. Graines glabres, (x- niai- 
jn. Haies, vieux murs. G. par localités. — Moins c. dans le cale. 
%%' Lan. Tercis (Thore). 

G. robertianum L. Fétide. Tige rougeàtre, en zigzag, renflée aux 
articulations, couverte de poils étalés, qqf, très nombreux, grisâtres. 
Feuil. ovales-pentagones, plus courtes que les pédonc, quinées ou ter- 
nées à fol. bipenniiides. Sép. appliqués sous la fl. ouverte, planes sur 
le dos à 3 côtes. Pét. rouges 1 f. plus longs que le cal. ; limbe étroite- 
ment oboval.-en coin, plus' long que l'onglet ; anthères rouges, styles 
rosés-pourprés. Garp. glabres, ridés. Graines lisses. (^, @. mai-sept. 
Haies, murs, décombres, lieux incultes. G. 

G. purpureum Vil. G. robert. p. fl. Loire-Inf. G. modestuni et ini- 
nutiflorum Jord. Garact. du précéd. plus petit, feuil. moins découpées ; 
cor. d'un rouge plus pâle, dépassant moins de la 1/2 du cal., pét. à limbe 
obovale-oblong, égalant l'onglet ou un peu plus court. Anthères jaunes 
ou jaune-orangé, égalant presq. les stigm. pourprés ou jaunâtres. Garp. 
glabres ou velus, plus profondément ridés. Mêmes lieux. AG. jusqu'à 
la \ilaine, r. au-delà. 

*** Pédoncules uniflores. 

G. sanguineum L. Tige et pédonc. couverts de longs poils étalés, 
Feuil. orbiculaires à 5 ou 7 lobes 3. fides, aigus. Fl. pourpre-violacé, 
grandes, belles. Pédonc. munis vers le milieu de 2 bractées. %. jn-jt. 
Bois secs. — Ghar.-Inf. ag. Suraères et Benon. Dœuil ; Bourgneuf, 
la Garde au Va/e^(Foucaud), Yiïliers-Couture {^ixvàixev) ; Rochecour- 
bon, S.-Savinien, Martrou, Nancras, Cadeuil, Montendre, la Barde, 
Bédenac; ag. le Gros-Buisson (de Meschinet), etc. — Deux-Sèv. Foret 



80 GÉRANIACÉES. 

cl'Aulaay ! (Vernial), LouhlUé ! (Joussc), Chisé (A. Guillon), Mauzé (J. 
Richard), Couture-d'Argenson ; Parc d'Oiron (Lunet). — Vend, c, fo- 
rêt de S^^-Gemme ! {W^^ Poey Davant). R. — Sables, talus et coteaux 
herbeux sur les côtes de la Bretagne. — Mor. Belle-Ile, Quiberon, 
étang de Kervran, pointe du Talu, RR. —Fin. Camaret (de la Pylaie); 
Argenton;Porsal{1sioY\àQ,),Porsmo^uer,Trémazan,Guissémj{Cvo\xiM\), 

— C.-NoRD et II. -ET-V. C. par localités jusqu'à Cancale. %%-Gm. 

S .-Savin-de-Blaye, S.-Marlens ! S .-Laurent-d'Arce,Marcillac, Etau- 
Uers (Merlet), Leognan (Lafont), Fargues (Goua), Blanquefort (Laiev- 
rade), Ville nave-a'O mon (Ramey), S.-EmlUon, Ca^enetwe (Mote- 
lay), la Rivière; Sarcignan (Bonna\es). — Lan. Roquefort. — B.-Pyr. 
Chambre d'Amour. 

ERODIUM L'Hér. Geranii sp. L. Sép. 5 égaux. Etam. 5 munies à 
la base d'une glande nectarifère, alternant avec 5 filets sans anthère. 
Carp. marqués d'une dépression sur chaque côté du sommet; arête ve- 
lue en dedans, tortillée en spirale à la maturité. 

E. cicutarium L'Hér. Tiges couchées. Feuil. pennées ; fol. profond, 
pennnifides à lobes incisés-dentés. FI. roses en ombelle sur un long pé- 
donc. axillaire. Pét. inégaux, souv. tachés à la base. Etam. glabres, les 
fertiles dilatées à la base. (ï). av-sept. Champs et prés sablonneux, lieux 
cultivés, lieux arides, murs, chemins, coteaux. CC. — Très variable, 
surtout dans les sables maritimes. Vert, poilu-blanchàtre ou plus ou 
moins visqueux ; tige très allongée ou presque nulle à feuil. en rosette 
et à pédonc. 2-/». fl ; fl. rouges, roses, presque ou tout-à-fait (côte-du-nord) 
blanches. Plusieurs auteurs pensent que beaucoup de ces formes sont 
autant d'espèces distinctes. 

E. moschatum L'Her. Plus robuste que le précéd., s'en distingue 
par son odeur de musc, ses fol. obliques à la base, moins profond, dé- 
coupées et par les filets de ses étam. dilatés et bidentés à la base. (î). 
mai-sept. Pied des murs, bords des chemins. AC. — Se répand de plus 
on plus. 

^.E.romanum Willd. Très distinct des précéd. par la souche vivace, 
épaisse, rameuse, d'où naissent les feuil. en larges rosettes et les pé- 
doncules. Les fleurs paraissent au printemps et se succèdent tout l'été; 
les pét. ovales-arrondis, contigus, forment une corolle arrondie diffé- 
rente de celle de toutes les variétés deE. cicutarium. Pelouses cale. — 
Deux-Sèv. S.-Loup (Guyon). 

E. maritimum Smith. Couché, velu. Feuil. ovales-en cœur, à lobes 
peu marqués, inégalement incisées-dentées ; stip. souv. rougeâtres. Pé- 
donc. à ISfl. Sép. à arête courte. Cor. 0. Dépression des carp. demi- 
circulaire, séparée du sillon concentrique jaunàtrepar une crête jaunâtre, 
tous deux entourés par une collerette de poils plus lon^s que les autres. 
(f). mai-jn. Talus pierreux des clôtures, coteaux, rochers de la région 
maritime. — Vend. Le Pilier et vis-à-vis à Noirmoutier. RR. — Mgr. 
R. Belle-Ile; île de Groix, Ile-aux-Moines ; Crach,, par exception à 
Josselin à 50 kil. de la mer et très rarement avec des i^ét. blancs dé- 
passant le cal. (Taslé). — Fin. C. — G. -Nord. AC. mais moins c. en 
approchant d'Il-et-V. 

E. malacoides Willd. E . altheoides Jord. pug. ! Couché ou ascen- 
dant, iDubescent-glanduleux, grisâtre. Feuil. ovales-en cœur, obtuses, 
obscurément lobées, inégalement dentées. Pédonc. â 5 ou Q ft. Sép. 



BALSAMINÉES. 81 

oblongs, apiculés, écartés des pét. et beaucoup plus courts. Pét. oblongs, 
onglet poilu. Filets des étam. dépas/sant les styles, les stériles lancéo- 
lés, élargis à la base. Carp. munis d'un seul pli concentrique sous la 
dépression du sommet irrégulièrement arrondie, glanduleuse ; arête 
parsemée dejpoils très fins, couchés, (l). mai-jn. Bord des chemins, dé- 
combres. — Char.-Inf. Ile de Hé k S.-Marti/i et enw, du Fort-la-Prée 
à Ricedoux et au delà. — Vend. c. ruines du château de Talmont 
(Pontarlier, Marichal), ac. Noirmoutier. — Loire-Inf. S^f-Marie près 
Poriilc ! (Maupon). — C.-Nord. Coteaux de Pont-Perrin près Tressaint 

(Morin). — Il.-et-V. Mont-Dol (Gallée). %"%. Gir. Blaye ; Ta- 

leiice (Ch. Laterrade), Arlac (Lafont), S^^-Foy (Motelay). 

E. Botrys Bert, Gren. et God. Plante robuste, couverte dans le bas 
de poils rubanés, pubescente-glanduleuse au sommet. Tige très renflée 
aux nœuds. Feuit. ovales ou oblongues, blpennlfides à lobes dentés ; 
stip. ovales-triangulaires. Pédonc. à 2-A fl. lilas à 3 veines plus foncées. 
Sép. oblongs, glanduleux, à pointe d'un millim., dressés. Filets des 
étam. stérdes linéaires, aigus, glabres, 1/2 plus courts que les fertiles 
qui sont brusquement rétrécis en alêne à partir du milieu. Carp, cou- 
verts de petits poils déjetés sur deux côtés, marqués au sommet de 
3,A plis profonds et glabres ; arête pubescente, d'eno. 1 dec. (i). mai-jo. 

— Char.-Inf. La Martière en Oleron. — Vend. Bord des champs, des 
chemins à la Chaume près les Sables I — Mgr. Ile de Groix (Guyon- 
varc'h). — C.-Nord. Coteaux de la Courbure pvèsDinan! (Despréàux) 
et un peu plus bas. RR. 

BALSAMINÉES. 

Sép. 2 caducs, opposés. Cor. irrégulière, à h pét. hypo^ynes, le sup. 
voûté, Tinf. creux, prolongé en forme d'éperon, les 2 latéraux grands, 
inégalement bifides (foi-més de 2 pét. soudés selon qq. auteurs), Etam. 
5 hypogynes entourant étroitement l'ovaire. Anthères à 2 loges plus ou 
moi'^ns soudées entre elles, s'ouvrant en long par deux fentes. Caps, à 
5 loges polyspermes, à 5 valves s'ouvrant avec élasticité en se roulant 
en dedans. Placenta central. 

IMPATIENS L. Stigm. 5 soudés. Caps, prismatique-cylindrique, s'ou- 
vrant avec élasticité de la base au sommet. 

I. nolitangere L. Tige de U-7 déc. rameuse, succulente, cassante, ren- 
flée aux nœuds. Feuil. ovales, dentées, pétiolées. Fl. pendantes, jau- 
nes, à gorge ponctuée de rouge. Pédonc. multiflores, axillaires. (î). j'^-a*. 

— Loire-Inf. Bords ombragés de la Dicatte, 18/»2 ; Omblepied ! près 
Aiiceiiis (Guiho), le Cellier (Siffait). RR. 

OXALIDÉES. 

Sép. 5 persistants. Cor, régulière, à 5 pét, hypogynes, qqf. adhérents 
à la base. Etam. 10 souv. monadelphes à la base, 5 plus longues. An- 
thères à 2 loges. Ovaire 1 libre. Styles 5. Caps. S.loc. à 5-10 valves s'ou- 
vrant par les angles et à plusieurs graines renfermées dans une arille 
charnue qui, à- la maturité, les lance avec élasticité. 

OXALIS L. Voir la farnille, Feuil. à 3 fol. en cœur renversé. 



dUt ZYGOPHYLLEES. 

O. Acetosella L. Souche écailleuse, rampante. FI. blanche, striée, 
solitaire sur une hampe munie de deux bractées situées au-dessus du 
milieu. Caps, ovale, à loges 2. spermes. %. mai-j". Lieux omJDragés hu- 
mides. — Char.-Inf. Fort de S .-Pierre (Rnhevl). — Deux-Sèv. Forêts 
de Réfaiine, de l'AbsleiA. Guillon); Brétirpiolle (Toussaints), Parthe- 
nay U anneau), r. Chambrllle (Maillard). — Vend. Çà et là Bocage. — 

LoirÈ-Inf. et MoR. AC. — c. par localités reste delà Bretagne. 

%%. Gm. SaoUjnac (Lussac), Bleujac, Blraa (Lamère). — Lan. c. 
ènChalosse. — B.-Pyr, S.-Plerre-d'Irube (Sibuet), Ciboure. 

O. stricta L. Rac. à stolons charnus. Tige dressée, rameuse. Pé- 
donc, à 3 5 fl. faunes, plus long que les feull. sans stipules ; pédic. 
dressés. Sép. de la caps, linéaire étalés. %. jn-sept. Lieux cultivés, — 
Ciiar.-Inf. La Saudière en F enloux (Pïnaiei). — Deux-Sèv. S.-Vlncent 
de la Châtre, P rallies (Sauzé, Maillard), Souche (Giraudias), Fénloux, 
S.-Anclré-s.-Sèvre, Clrlères (Guyon), S.-Martln de Sansay (Pellier). 
— Vend. Montournals [herh. David), pc. Mortagne{Ge:ney\ev), S.-Ful- 
gent, les Herbiers (Gadeceau). — Loire-Inf. gg. Vallée du haut de 
la Loire. — Mor. Qulberon (Le Gall). — G. -Nord. S .-Juvat {M.ah\\\e), 
Guenroc, Taden (Morin). — Il.-et-V. Antraln (herb. Degland), ac. 
Rennes (J.-M. ^acliev), F ougeray {Giadecean), ar. vignes de Beaumont 
(Moreau), Parc Anger près Redon (L. Guihaire). 

O. corniculata L. Rac. fibreuse. Tiges couchées, radicantes à la 
base. Pédonc. à 2,3 /Z. /aw/ies, plus court que les /eaiL stipulées ; pé- 
dic. du fruit réfractés. '8ép. appliqués sur la caps, linéaire, (i). jn-sept. 
Lieux cultivés; vieux murs, où il vit plusieurs années. — Char.-Inf. 
Oleron (Dclalande), Rochefort, Nleul-s.-Mer (Foucaud), Port d'En- 
vaux (Lcmarié), Corme-Royal ; Thé^ac (Robin), ag. Montguyon, r. 
Orlgnolles (de Meschinet !), Ches-Merlet (Savatier). — Vend. Nolr- 

moutleràla Blanche (Piet, Gobert). — Bretagne. AC. %%■ Gir. 

C. — Lan. ce. — B.-Pyr. AC. ' " 

Obs. O. Naolerl Jord. intermédiaire des 2 précéd. diffère du premier 
par l'absence de stolons et par les péd. du fruit réfractés ; du deuxième 
par la tige redressée, non radicantc, et par le pédonc. plus long que 
les feuil. sans stip. M. Foucaud et moi avons semé cette plante et nous 
en avons obtenu des O. stricta munis d'abondants stolons. 

ZYGOPHYLLEES R. Brown. 

TRIBULUS L. Sép. 5 caducs. Cor. régulière, à 5 pét. insérés sur le 
récept. Etam. 10 libres, hypogynes. Stigm. sessile, à 5 rayons. Carp. 5 
ligneux, épineux, se séparant a la maturité ; 2,3 loges à cloison ver- 
ticale, 1. spermes, indéhiscentes. Feull. opposées, stipulées. 

T. terrestris L. Velu, appliqué contre terre. Feuil. pennées à 6 paires 
de fol. un jjeu obliques. FI. jaunes, axillaires, solitaires ; pédonc. plus 
courts que les feuil. Carp. 5 pubescents et hispides, à h cornes dont 
deux en dessous plus petites, disposés en étoile imitant une croix de 
St-Louis. (1). jn-sei3t. Sables marit. — Ciiar.-Inf. gg- Oleron autour des 
aires à battre. ACf. — Vend. Des Sables à Nolrmoutler, île d'Yeu. — 

Loire-Inf. Poî^^i^MC/i. RR. %%• Gir. La/i^o«- (Motelay), Noall- 

lan (Goua), Bruges (Laterrade), là Brède, S.-Médard. 



RUTACEES. 83 

RUTACÉES JussiEU. 

RUTA L. Sép. h,5 persistants. Cor. régulière à /»,5 pét. concaves, 
onguiculés, insérés devant un disque glanduleux, portant 8,10 étam. 
1 style. Caps, à h,5 lobes s'ouvrant par le bord, intér. 

%. R. graveolens L. Rue. Odeur très forte. Buisson de 6-8 déc. li- 
gneux à la base, très rameux. Feuil. glauques, bipennées à fol. oboval.- 
oblongues, épaisses. FI. jaune pâle en corymbe, la terminale à 5 divis. 
les autres à A. Caps, à lobes arrondis, obtus. Jn-j*. — Char.-Inf. Ro- 
chers, Chaumes de S.-Savînien, Taillehourg, du Douhet près Saintes. 

R. — La culture a dû réduire l'aire de cette plante. %%• GiR- 

Coteaux de Gaurlac (Motelay), de Rions (Merlet), S.-Qiientin-de- 
Baron (Bonnaves). 

CORIARIÉES. 

CORIARIA L. Sép. 5. Cor. régulière à 5 pét. persistants. Etam. 10 
hypogynes. Styles 5, rougeàtres, baillants. Carp. 5, l.sperm., en étoile, 
enveloppés par le cal. et la cor. accrus et imitant une baie. Feuil. op- 
posées, entières. 

%%. C. myrtif olia L . Arbrisseau à rameaux têtragones. Feuil. ovales- 
lancéolées, un peu coriaces, à 3 nervures, presque sessiles. FI. polyga- 
mes, verdàtres, en petits épis ; sép. ovales, plus courts que les pét. 
Fruit vert, à la fin noir et luisant. Jn-j*. Coteaux. — Gir. Bouliac (La- 
font), Ste-Foï/ (Maillard). 

SOUS-CLASSE IL — CALICIFLORES. 

Sépales plus ou moins soudés entre eux. Pét. et étam. insérés sur un 
disque adhérent à la base du cal., ou bien cal. soudé avec l'ovaire et 
portant la cor. et les étam. 

CÈLA3TRINÉES R. Brown. 

EVONYMUS L. Cal. à h,5 lobes. Pét. h,5 insérés sur le bord d'un 
disque hypogyne. Etam. U,5 insérées sur le milieu du disque, alternes 
avec les pét. Anthères à 2 loges. Ovaire 1 libre. Style 1. Caps, à 3-5 
loges, à 3-5 angles, à 3-5 valves portant les cloisons au milieu. Graines 
solitaires, arillées. 

E. europaeus L. Fusain. Arbrisseau de 3-it met. à jeunes rameaux 
têtragones. Feuil. oval. -lancéolées, acuminées, dentelées en scie, glabres, 
pétiotées, opposées. FI. jaune-verdàtre, A-7 comme en ombelle sur un 
pédonc. axillaire. Pét. ord. h oblongs. Caps, à A lobes roses, arille 
orangée, graine blanche. Mai-j". Haies, taillis. C. 

RHAMNÉES R. Brown. 

RHAMNUS L. Cal. ai», 5 lobes caducs. Cor. régulière à A, 5 pét. Etam. 
h,o opposées aux pét. Ovaire adhérent au tube du cal. Style 1, à l-h 
stigm. Baie à l-h loges l.sperm. s'ouvrant en dedans. 



84 TÉRÉBINTHACÉÉS. 

R. catharticus L. Arbrisseau de SU met., épineux sur les vieux ra- 
meaux. Feutl. elliptiques ou largement ovales, dentées en scie. Fleurs 
jaune -verdàtre, fasciculées, dioïques. Pét. et étam. A. Baie noire, à h 
loges. Mai-jn. Haies. — Char.-Inf. AG. — Deux-Sèv., Vend. Cà et là. 
PC. — Loire-Ïnf. AC. — MoR. Lortent, Ploêrniel{Le Gall),Gaer(Ar- 
rondeau). — G. -Nord. c. Caalnes (Mabille), S.-Jaoat (Morin). — II.- 

ET-ViL. Cesson près Rennes (de la Godelinais). %%• Gm. Cou- 

iras ; Pessac (Laterrade), Castehiau-de-Médoc, Montl'errand, Caze- 
neuve (Motelay). — Lan. Haies du bord de l'Adour (Tliore), Tercls. 

R. Frangula L. Bourdaine. Arbrisseau de 3-A met. Feuil. large- 
ment ovales, entières, à nervures parallèles et rousses en dessous. FI. 
hermaph. blanchâtres, axillaires, agglomérées. Pét. et étam 5. Baie 
rougeàtre, puis noire, à 2 graines. Mai-jt. Haies, bois. C. 

* R. Alaternus L. Arbrisseau. Feull. ovales ou elliptiques, persis- 
tantes, coriaces, pétioiées, à dents écartées. FI. jaunâtres, dioïques, en 
petites grappes axillaires. Pét. et étam. 5. Baie noirâtre à 3 loges. Avril. 
Fréquemment cuit. ; il se reproduit au bois de la Blanche à Nolrmou- 
tier (Vend.), sur les remparts de Brouage, de S.-Martln dans l'île de 

Ré, à Chanlers (Ghar.-Inf.), à Thouars (Deux-Sèv.), et ailleurs. 

%%. Gm. Coteaux de Bourg, la Rivière, la Soui/s ; Lormont (Mo- 
têlây), Cenon (Gh. Laterrade), Langon, Brouqueyran (Goua). — B.- 
Pyr. Hendaye, c. Fontarabie (Espagne). 

Obs. Pallurus aculeatus Lam. se trouve dans qq. haies de Gironde, 
Landes, B.-Pyr. où il a été planté. 

TÉRÉBINTHACÉÉS. 

RHUS L. Cal. à 5 lobes. Cor. régulière à 5 pét. insérés au-dessous 
d'un disque hypogyne. Etam. 5 insérées avec les pét. Styles 3, à stigm. 
en tête. Baie sèche ou à peine charnue, L sperme. 

^%. R. CoriariaL. Arbrisseau de 2-3 met. rameux. Feuil. velues, à 7-15 
ioles ovales, dentées en scie. FI. liermaphrodites oif dioïques, verdà- 
tres, serrées, courtement pédicellées, formant un gros épi terminal ou 
latéral. Baie velue, brun-pourpre à la maturité. Jn-j*. Lieux arides, co- 
teaux. — Gm. La Souys ! (Ramev), Slblrol (Laterrade), S.-Emllion 
(de Dives). 

LÉGUMINEUSES. 

Cal. à 5 dents ou lobes, ou à 2 lèvres. Cor. irrégulière, papilionacée 
(ici). Pét. 5 libres, rar. sou bîs entre eus. et avec les étam., le sup. 
nommé étendard, les latéraux ailes, et les 2 inf. ord. soudés en un seul 
appelé carène. Etam. 10 insérées avec la cor. à la base du cal., qqf. 
monadelphes, ord. 9 soudées en colonne fendue en dessus, la lO^o libre, 
placée vis-à-vis la fissure. Ovaire 1 libre. Style et stigm. 1. Fruit nommé 
gousse, tantôt Lloc. 2. valve, à une ou plusieurs graines, tantôt à plu- 
sieurs articles transversaux. Graines attachées alternativement à la 
suture sup. des valves. Feull. alternes, stipulées. 



foliole 



LÉGUMINEUSES. 85 

a. Étamlnes monadelphes. 

102. Luplnus. Feuil. digitées. 

103. Anthyllls. Feuil. pennées. 

85. Uleœ. Arbrisseaux très épineux, comme sans feuilles. 
88. Adenocarpus. Gousse tuberculeuse-glanduleuse. 

87. S'aro2;Aamn.as. Carène laissant voir les étam. Style très long, enroulé. 

86. Genista. Carène laissant voir les étam. Style en alêne. Stigm. la- 

téral, oblique, 

87. Cytlsus. Caract. du Genista. Carène renfermant les étam. Stigm. 

en tète, un peu tourné en dehors, entouré de poils. 

88. Ononls. Cal. à 5 dents linéaires. Etendard grand, rayé. 

b. Étamlnes dladelphes (9 et 1). 
* Feuil. à 3 folioles. 

100. Dorycnluni. Stip. semblables aux fol. Ailes renflées de chaque côté 

en une bosse. 

101. Lotus. Stip. semblables aux fol. Ailes sans bosse, carène terminée 

en bec. Gousse non ailée. 

102. Tetragonolobus. Caract. du Lotus. Gousse bordée de h ailes fo- 

liacées. 

89. Medlcago. Gousse en faucille ou roulée en escargot. 

92. Trlgonèlla. Carène très courte. Cor, paraissant à 3 pét. Gousse 

polysperme. 

93. MelUotus. Gousse 1,2. sperme, presq. indéhiscente} saillante. 
9A. Trifollum. Gousse incluse, à 1,2, rar. 3,/» graines. 

100. Psoralea. Gousse incluse, 1. sperme. FI. bleue. 

** Feuil. imparipennées. 

107. Onobrychls. Gousse l.loc, 1. sperme. 

103. Galega. Gousse polysperme. sessile, saillante, linéaire. 

103. Astragalus. Gousse' polysperme, à 2 loges qqf. incomplètes for- 
mées par le repli de la^ suture infér. 

105. Ornlthopus. Carène obtuse. Gousse linéaire, droite ou arquée, se 
séparant en articles 1. spermes. 

105. Coronllla. Caract. de VOrnithopus. Carène acuminée en bec. 

107. Hlppocrepls. Onglet de l'étendard très saillant. Gousse arquée, si- 
nuée. 

105. Scorpiurus. Gousse articulée, enroulée, 

*** Feuil. paripennées. 

111. Plsum. Style plié en dessous en carène, barbu en dessus. 

107, Vicia. Style filiforme, barbu sous le sommet du côtéinf., glabre 

du reste^ ou entouré de poils courts. 
110, Ervum. Caract, du Vicia. Style également velu tout autour au 

sommet. 

112. Lathyrus. Caract. du Vicia. Style plane et velu en dessus au sommet. 
lU. Orobus. Caract. du Lathyrus. Feuil. sans vrille, 

a. Feuil. simples. 

ULEX L. Cal. à 2 lobes profonds, lèv. sup. à 2 petites dents, l'inf. à 
3. Etam, monadelphes. Gousse courte, renflée, l.loc, 2. valve, à peu de 
graines. F^,yaanes. 

U. europaeus L. Lande, ajonc. Arbrisseau de 1-3 met.; rameaux sil- 



86 LÉGUMINEUSES. 

lonnés, hérissés d'épinos. Feuil. linéaires-lancéolées, placées sous les 
épines et s'en distinguant parce qu'elles sont planes en dessus. FI. axil- 
laires. Cal. velu, muni à la base de 2 bractées largement ovales, 
plus larges que le pédonc. Ailes de la cor. arquées (ainsi que dans 
les suiv. et c'est en cet état, sur le vif, qu'il faut faire la comparaison), 
plus longues que la carène. Déc-j". Landes, bois, haies. CC. — pc. dans 
le cale. 

(3. blferus Taslé in Arrondeau cat. 2A, Le Gall flore 816, U. armorl- 
canus Mabille cat. p. 50. M. Taslé m'a fait cueillir cette forme en août 
18i*9, près VaJines, et plus tard il m'a démontré que c'était une fleu- 
raison estivale du type, par un fort bel échantillon, offrant dans sa 
partie infér. les fl. normales desséchées et ses larges bractées à la base 
du cal., avec quelques fruits, et terminé par une dizaine de nouvelles 
pousses garnies de fl. portant, vers le milieu du pédonc. et non à la base 
du cal., deux bractées longues, lancéolées-en-alène, carénées. Cette 
variation accidentelle est rare à Vaiuiea ; M. Mabille l'a vue abondante 
en jn-jt au Cap Fréhel et à Dahouet (C.-Nord), à Lavarde près S.- 
Malo;Gioàvon l'a remarquée à Lorlent et env., je l'ai vue sur la côte de 
la Loire-Inf., et l'on doit la rencontrer sur plusieurs points intermédiaires 
de la côte, dans les années favorables à cette seconde végétation. 

U. nanus Smith. Dans toutes ses parties plus petit que le précéd. 
dont il diffère en outre par les feuil. linéaires et par les bractées du cal. 
pubescent, petites, plus étroites que le pédonc. Carène évidemment 
plus longue que les ailes. Fl. jaune citron. Jt-.oct. Mêmes lieux, aussi C. 

U. Gallii Planch. U. provinciales Le Gall flore. Intermédiaire des 
précéd. pour la taille. Feuil. linéaires-lancéolées. Bractées du cal. pu- 
bescent largement ovales, aiguës, égalant la largeur du pédonc. Cor. 
d'un beau Jaune un peu orangé, étendard largement ovale, carène éga- 
lant env. les ailes. A^.-déc. Mêmes lieux. — c. landes du littoral de : 
Mor., Fin. et prob C.-Nord. — M. Le Jolis le trouve c. à Cherbourg 
(Manche). — Ne peut appartenir à U. europœus dont Godron (Bul. soc. 
bot. T. 26, p. 303) le considère comme une fleuraison estivale due aux 
pluies abondantes sur la côte pendant l'été. U. europœus a le cal. velu 
a poils abondants, lâches et le fruit oblong, soyeux, déjoassant le cal., 
tandis que U. Gallii et nanus (qui sont très voisins l'un de l'autre) ont 
le cal. pubescent à poils fins appliqués et le fruit ovale-oblon^, velu, 
dépassant très peu ou point le cal. — Quoique chacune des trois espè- 
ces fleurisse à une époque différente, on trouve en même temps, selon les 
saisons, des fleurs tardives ou précoces des deux autres. 

GENISTA L. Cal. à 2 lèv., la sup. 2.fide, l'inf. 3.fide. Carène lais- 
sant voir les étam. monadelphes. Style ascendant ; stigm. latéral, obli- 
que, intérieur. 

G. anglica L. Sous-arbrisseau de 3 6 déc. à rameaux étalés, épi- 
neux. Feuil. obovales-lancéolées. Fl. jaunes, axillaires, en épis grêles. 
Gousse renflée, glabre. Mai-j". Landes humides. AC. 

G. tinctoria L. Sous-arbrisseau de ii-6 déc. à rameaux striés, non 
épineux. Feuil. lancéolées, pubescentes au bord. Fl. jaunes, axillai- 
res, en grappes. Gousse comprimée, un peu bosselée. Jn.-jt. Pâturages 

secs, bord des bois. C. %%.GiR. ac. — Lan. ag. en Chalosse. — 

B.-Pyr. Env. d'Anglet (Sibuetj. 

%. G. pilosa L. Sous-arbrisseau de 3-8 déc. à rameaux nombreux, 



LÉGUMINEUSES. 87 

couchés ou ascendants, cannelés-striés. Feuil. ovales-oblongues, pubes- 
centes-soyeuses en dessous. FI. jaunes, 1,2 naissant au milieu d'un 
faisceau de feuil., en grappe ou en panic; cr.rène et étendard ptibes- 
cents-soyeux en dehors. Gousse velue. Mai-j^. Landes et bois ducale. 

— Char.-Ixf. ar. de Moniendre à Motitlleu; Bu8sac{¥onc^Mà),Clé- 
rac (MillieurencheV R. — Deux-Sèv. Souvlgné, Maire, Clussais (Sauzé, 

Maillard). %%• GiR. S.-Mariens, Lariiscade ; Arlac (Dubalen), 

Pessac (Latevvaidê),' S. -Médard (Ramey), SarcignaniBoimâxes), Mar- 
siZZac(Merlet). — Lan. Ycliouœ,Lue; Uchacq(9eYn^),Soustons{T\\ovQ). 

— B.-Pyr. Ariglet (Sibuet). 

%. G. sagittalis L. Tiges de 1-3 déc. couchées, en touffe ; rameaux 
redressés, herbacés, bordés de 3 ailes foliacées, interrompues à l'in- 
sertion des feuil. ovales-oblongues, peu nombreuses. FI. jaunes en épis 
courts, terminaux. %. j^-sept. Landes, lieux secs boisés. — Char.- 
Inf. rr. S.-J.-d'Angély (M. Arnauld), ac. bois des Etières près la Vll- 
ledleu (Pinatel), Aulnay (Giraudias !). — Deux-Sèv. ar. Parthenay 
(Janneau), c. Presslgny, Lamalré, S.-Loup ! les Jameaucc{Guyon),c. 
Alrvault (Bonnin). 

Obs. Spartlum juncetim L. Genêt d'Espagne, sorti des cultures, se 
trouve sur qq. coteaux, surtout du littoral, où il se reproduit. 

b. Feuil. a 3 folioles. 

SAROTHAMNUS Koch. Cal. court, à 2 lèv. la sup. à 2 dents, l'inf. 
à 3. Carène laissant voir les étam. monadelphes. Style très long, roulé 
sur lui-même, épaissi au sommet. Stigm. petit, horizontal, en tête. 

S. scoparius Koch, Spartlum L. GentstaLam. Genêt à balai. Ar- 
brisseau à rameaux anguleux. Feuil. à 3 fol. ovales-allongées, d'abord 
pubescentes-soyeuses, les sup. simples. Fi. jaunes, grandes, en épis 
lâches. Gousse comprimée, hérissée sur les bords. Av.-j'i. Haies, bois, 
terres incultes. CC. — pg. Char.-Inf. (terr. tertiaires). 

CYTISUS L. Caract. du Genlsta; carène renfermant les étam., stigm. 
en tète, un peu tourné en dehors, entouré de poils. 

%. C. supinus L. Velu à poils étalés. Tiges couchées, rampantes ; 
rameaux étalés, les floraux redressés. 3 fol. obovales ou obovales-lan- 
céolées. FI. jaunes, 2-6 en tète terminale. Cal. presque tubuleux. %. 
jn-at. Bord des bois secs et des landes du cale. — Ciiar.-Inf. pc. çà 
et là dans le N.-Est ; forêts de Benon et de Surgères ; Loulay, le Pin 
[M^^^'^ George); S.-J.-d'Angély, forêt d' Aulnay ; env. de Beauvals, 
d'Archlac ; Chambon, le Thou, S. -Christophe, la Garde près S.-Vi- 
vlen (Foucaud). — Deux-Sèv. ChUé ! (A. Guillon), bois du Défend 
près AvalUes ; Bougon (Maillard), Prahecq (Bonneau), de Chef-Bou- 
tonne à Loublllé et Couture-d' Argenson. — Vend. Forêt de S^^- 
Gemme! (M^e Poey Davant), c. bois de Barbe-Torte (Pontarlier), Qua- 
tre- Vaulx près Fontenay (Ayraud). RR. — M. Chaboisseau, bul. 
soc. bot. t. 10, p. 291. a reconnu que C. prostratus Bor. flore, à fl. so- 
litaires ou réunies %3 à la partie sup. des rameaux, est une forme due 
à ce que le sommet de la tige a été tronqué pendant l'hiver ou au 
premier printemps. MM. Sauzé et Maillard l'indiquent à Prahecq (Deux- 
Sèv.), et l'on doit le retrouver ailleurs. %%. GiR. S.-Marlens ! 

(Merlet), S.-Estèphe. 

%. C. argenteus L. sp. Argyroloblum linneanum Walp. Tiges d© 



88 LÉGUMINEUSES. 

10-U cent. ligneuses à là hase, couchées ou ascendantes, couvertes de 
poils couchés. Feuil. pétiolées à 5 fol. ovales ou oblongues, en gout- 
tière, glauques, garnies en dessous et sur les bords de poils blancs 
soi/eua;, couchés, glabres et très finement ponctuées en dessus. Fleurs 
jaunes, 1-3 terminales ou aux aisselles sup., presque sessiles. Cal. à 

2 lèv. plus longues que le tube, la super, à lobes profonds, l'inf. à 

3 dents. Gousse de 25-35 mil. sur 5, couverte de poils appliqués, à Ji-6 
graines lenticulaires, jaunâtres. Mai. Clairières des bois pierreux cale. 

— Char.-Inf. La Motte-Aubert près Mauzé (Foucaud). — Deux-Sèv. 
Le Grand-Breuil près Mausé, où M. Foucaud m'a fait cueillir cette 
plante méridionale tout-à-fait inattendue. — Fructifie ici sans corolle. 

ADENOCARPUS DC. Cal. à 2 lèv., la sup. bifide, l'inf. plus longue 
à 3 dents. Carène obtuse, renfermant les étam. monadelphes. Gousse 
linéaire-oblongue, comprimée, couverte de tubercules glanduleux, 

A. complicatus Gay, Cytlsus DC. Sous-arbrisseau de 10-15 déc. ra- 
meaux diffus, étalés, blanchâtres, d'abord pubescents. 3 fol. obovales- 
oblongues, souv. pliées en long, pubescentes en dessous. FI. jaunes, 
en longue grappe terminale ; étendard pubescent en dehors. Bractées 
caduques, tuberculeuses-glanduleuses ainsi que le cal. et le fruit. 
Jn-jt et sept. Landes, bois, haies. — Deux-Siîv. Près la forêt de Chan- 
temerle (herb. Savatier). — Vend. Vulg, genêt bâtard, Bournezeau 
(Pontarlier), la Tardlère, Faymoreau, Chejfols (Letourneux), S.-Plerre- 
du-Chemln (Guettard), Eor'unes ! la Verrle. S.-Martln-VArs (Gene- 
vier). — C.-NoRD. Lande Mazurié près Quentin (Fraval). — Mor. Au- 
gan (Le Gall), Guer (J.-M. Sacher), Monteneuf (Taslé), ag. Campé- 
nêac, Tréhorenteuc (Elphège). %%■ Gir. La Teste (Lafont). 

— Lan. c. env. de S.-Sever et Dax, Mont-de-Marsan, Perquie et 
env. Mugron, Saubusse. 

ONONIS L. Cal. à 5 lobes linéaires. Étend ird grand, rayé. Etam. 
monadelphes. Gousse renflée. 

O. repens L. O. procurrens Wall. Velu-visqueux, souv. fétide. Sou- 
che longuement rampante. Tiges ascendantes ou couchées. Feuil. à 3, 
les sup. à 1 fol. ovales, oblongues ou arrondies, dentées, entières à la 
base. FI. roses, rar. blanches, axillaires. solitaires. Cal. très velu, dé- 
passant toujours la gousse. Graines chagrinées. %. j"-at. Plante va- 
riable et présentant ici les 3 formes principales suivantes : 

a. O. aroensls Smith, Pesn. Très épineux, ord. ascendant, qqf. buis- 
sonneux ; fol. elliptiq. Bord des chemins, des champs, de la Loire. C. 
en Bretagne. %%. Lan. ac. Vallée de VAdour. 

p. O. repens L. Très épineux, couché ; fol. plus petites, obovales- 
elliptiques. Sables maritimes. C. 

y. Tiges allongées, ord. couchées, peu on point épineuses. C. le cal- 
caife ; çà et là région maritime. 

O. spinosa L. C. et Germ. flore Par. T. 11 B. O. carnpestris Wall. 
Se distinguera de la var. a du précéd. surtout par la gousse égalant 
ou dépassant le cal. Souche verticale, profonde. Tiges dressées ou as- 
cendantes, en buisson, poilues sur deux lignes. Fol. linéaires-olslongues. 
Of. .l^-at. Champs arides, pâturages. M. Dussouchaud me l'a fait cueil- 
lir à Dœuil (Char.-Inf.), où il est très rare. 

%. O. striata Gouan. Tiges d'env. 1 déc. couchées, diffuses. 3 fol. 



LÉGUMINEUSES. 89 



obocales-en coin, fortement nervées, dentées ainsi que les stip. lancéo- 
lées, acuminées. FI. jaunes en tète feuillée. Cal. à lobes lancéolés-en 
alêne, beaucoup plus courts que la cor., plus longs que le fruit ovale. 
Graines lisses. OJ,. jn-jt. Coteaux secs cale. — Char.-Inf. Surgères 
(Hubert !), S.-Chrlstophe et du Thou à Péré (Foucaud). R. 

%. O. Columnae AU. Tiges de 10-16 cent, diffuses. 3 fol. oblongues, 
nervées, dentées ainsi que les stip. lancéolées-acuminées. FI. jaunes en 
épi feuille. Cal. à lobes lancéolés-en alêne, égalant env. la cor. et le 
fruit ovale. Graines finement chagrinées. 0^. j"-jt. Coteaux secs cale. 
— Char.-Inf., Deux-Sèv. PC. mais répandu. — Vend. rr. France près 
Mouzeull! (David), Garenne- Auqeard, Quatre-Vaulx (Letourneux), 

RR. %%. GiR. S.-Laurent-d'Arce (Laterrade), S. -Michel-la- 

Rivière ; Fronsac (Lafont). 

%. O. Natrix Lam. Velu-glanduleux. Tiges de 3-5 déc. ascendantes. 
Foi. oblongues, dentées en scie, obtuses. Stip. entières, acuminées. FI. 
jaunes, dressées avant l'anthèse, en grappe feuillée. Pédonc. plus long 
que la feuil. et muni au sommet d'une arête en alêne. Etendard rayé 
de rouge, Gousse linéaire, pendante. Graines finement tuberculeuses. 
%. jt-at. Champs arides et coteaux du cale, sables maritimes. — Char.- 
Inf. ce. sables de Méchers à Royan. AC. — Deux-Sèv. AC. — Vend. 

Cale, méridional. — LomE-iNF. Chéniéré, Arthon. RR. %%- 

GiR. c. la Roque de Tau, le Verdon, Bourg-sur-Gironde ; Léognan, 
Blanquefort (Ramey), Préchac fGoua). 

O. reclinata L. O.'Cherleri DC. Velu, glanduleux. Tiges de 8-15 
cent, ascendantes. 3 fol. obovales-en coin, dentées au sommet ainsi que 
les stip. ovales. FI. peu apparentes, en épi feuille, étendard rosé. Pé- 
donc. égalant env. la feuil. Cal. à lobes linéaires-lancéolés, égalant env. 
la cor. et plus courts que la gousse cylindrique, pendante, à graines 
couvertes de tubercules transparents, (i) ou @. j". — Char.-Inf. Lèdes 
de la Tremblade à la Gironde ; Port-des-Barques CFoucaud), entre 
Angoulins et la Rochelle (Gouget), la Repentie ! (Letourneux) ; pe- 
louses salées du Fier en Ré (Lemariéîj, le Labeur enOleron. — Mor. 
Dunes de S.-Adrien en Plœmeur (Le Gallj. RR. — Fin. Coteaux ma- 
ritimes arides, un peu sablonneux, sables. Le Minou près Brest (Crouan), 
anse de Dinan : la Grande Palue en Rostudel, vallée de Penhart en 
Camaret, 5.-Pa6afBlanchardj.R. — C.-Nord. rr. TreV/asteZ (Elphège). 

%%• GiR- Soulac (Lalanne). — B.-Pyr. Blanc-Pignon, Chambre- 

d"* Amour, Biarritz, Hendaye. 

MEDICAGO L. Cal. à 5 dents. Carène obtuse, écartée de l'étendard. 
Etam. diadelphes. Ovaire arqué, à style glabre. Gousse courbée en fau- 
cille ou roulée en spirale, à 1 ou plusieurs graines. FI, ord. jaunes. 

* Gousse sans épines. 

M. lupulina L. Lupuline. Tige couchée. Fol. obovales, en coin à la 
base, dentées au sommet. Stip. ovales-lancéolées, dentelées ou entières. 
FI. petites. 8-12 en tête sur un long pédonc. Gousse réniforme, {.sperme, 
striée-rugueuse, pubescente ou glabre. (î) ou (g), jn-sept. Lieux arides, 
bord des chemins et sables maritimes où il est pubescent-blanchàtre. 
C. — Et cuit, comme fourrage dans le cale, de la Char.-Inf. et de la 
Vend. 

M. média Pers. M. Falcata éd. 1. Tiges anguleuses, couchées ou 
ascendantes, presque glabres. Fol. des feuil. sup. linéaires, en coin à 



90 LÉGUMINEUSES. 

la base, dentées et échancrées-mucronées au sommet. Stip. lancéolées, 
acuminées. FI. nombreuses en épi court, ord. jaunes, qqf. noir-violacé 
ou passant du jaune au vert et au violacé ; pédic. plus longs que leur 
bractée. Gousse en faucille, à un seul tour de spire, veinée en réseau, 
pubescente. 9;C. jn-sept. Moissons, bord des rivières, lieux incultes. — 
Char.-Inf. Groin de Loix en Ré (Lemarié), Martrou ! (Parât), Bords 
(Foucaud). — Deux-Sèv. Env. de Messe (Guyon). — Vend. Fontenay 
(Letourneux), Challans (Gobert). — Loire-Inf. Surtout bords sablon- 
neux de la Loire. G. — Il.-et-Vil. S.-Malo. — Cette espèce, considérée 
par qq. auteurs comme un hybride de M. sativa et falcata, ne peut 
avoir cette origine, au moins dans la vallée de la Loire, où le premier 
est rare et M. falcata manque tout-à-fait. Celui-ci diffère surtout de M. 
média par la n. toujours jaune et la gousse en faux ou un peu tordue. 

%%• GriR. Paillet (Laterrade), Léognan (Ramey), Langoiran 

(Lafont)*, Langon. 

* M. sativa L. Luserne. Rac. très-longue. Tiges anguleuses, dressées. 
Fol. deâ feuil. inf. obovales-oblongues, dentées et échancrées-mucro- 
nées au sommet, celles des feuil. sup. plus étroites. Stip. ovales-lan- 
céolées, acuminées. FI. nombreuses, en épi oblong, violacées; pédic. 
plus courts que leur bractée. Gousse à 2-3 tours de spire, veinée en 
réseau, pubescente. %. jn-sept. Très-cuit, dans les ter. cale, où il se 
reproduit au bord des champs. — r. en Bretagne dans le cale, et la 
région maritime. 

M. marginata Willd. M. ambigua Jord. A la fin glabre, couché. Fol. 
obovales-en coin, dentelées. Stip. découpées en lanières fines. Pédonc. 
à 1-A fl. écartées, Godsse orbicalaire, aplatie, à h-5 tours de spire lâ- 
ches, (î). jn-jt. Champs et coteaux cale. — Ciiar-Inf., Deux-Sèv., Vend. 
C. — Loire-Inf. Coteaux schisteux de Juigné jirès Ancenis; Couëron ! 
(Desvaux). RR. — Dans plusieurs localités, les fruits ont jusqu'à 7 mil- 
lim. d'épaisseur, les tours de spire étant écartés l'un de l'autre de plus 

d'un millim. %%• Gm. Coutras, S.-André-de-Cub^ac, S.-Ger- 

main-la-Rlvlère; Hclu'x, Carbonnieux (Ramey), Langoiran (Lafont), 
Carignan (Ducol), S^'^-Croix-de-Mons (Motelay). 

M. striata Bast. Tige couchée, anguleuse, velue. Fol. obovales-rhom- 
boïdales, entières et en coin à la base, velues en dessous. Stip. à dents 
sétacées. Pédonc. %h. fl. ; étendard replié. Gousse plus petite que dans 
le suiv., cylindrique, tronquée à chaque extrémité, glabre, à 3-A 
tours de spire épais, un peu veinés sur les bords, carénés sur le dos, 
nus ou bordés de chaque côté de petits points tuberculeux. Graines 
jaunâtres, en croissant obtus, (i), mai-jt. Moissons, coteaux et sables 

du bord de la mer. AC. de la Gironde à Brest. %%• Gir. Pointe 

de Grave. — B.-Pyr. c. du Boucau et de la Barre de l'Adour à la 
Bidassoa. 

** Gousse épineuse. 

^. M. littoralis Rohde. Velu. Stip. incisées-dentées. Fol. triangu- 
laires-en cœur renversé, dentées dans le haut, plus courtes que le 
pédonc. à 2-h fl. jaunes ; faisceau des étam. dégagé de la carène et 
appliqué contre l'étendard plane dépassant la carène plus longue que 
les ailes. Gousse cylindrique, tronquée à chaque extrémité, subé- 
reuse, non veinée, a h tours de spire épais, serrés, en gouttière à la 
maturité entre les 2 rangs d'épines fortes, à base conique, en alêne, 
plus ou moins courbées en dehors. Graine jaune-terne, oblongue, ar- 



LÉGUMINEUSES. 91 

quée, un peu échancrée à l'ombilic. 0. jû-j*. Sables maritimes. AC. de 
la Gironde à Noirmoutler. — Loire-Inf. Les Moutiers ! (Migault), 
RR. St*^-Marie près Pornlc ! Kercabelec ! de Pennehé l à PontMahé ! 
(Gadeceau), et au-delà dans le Mor. à Kerseguin. 

^. M. tribuloides Lam. Velu. Stip. ovales, laciniées. Fol. triangu- 
laires-en cœur renversé, dentées dans le haut, plus longues que le pé- 
donc. à 1,2 fl. Gousse à poils épars, cylindrique, tronquée à chaque 
extrémité, à A, 5 tours de spire très épais, serrés, en carène à la ma- 
turité entre les 2 rangs d'épines très fortes à base ovale-conique, en 
alêne, courbées en dehors, presque appliquées. Graine jaune-pàle, oblon- 
gue, un peu échancrée à l'ombilic, (i). mai-j°. — Char.-Inf. Talus her- 
beux du Groin de Loix en Ré, où mêlé au précéd. ses fruits sont 1,2 
f. plus gros, longs de 11-12 mil., larges de 8-9 ; Chdtelaillon ! Angou- 
lins (Foucaud). 

M. marina L. Tout cotonneux-blanchâtre, couché. Rac. longue, 
épaisse. Fol. obovales-en coin, dentelées au sommet. Stip. ovales-lancéo- 
lees, peu dentées. Pédonc. 6-9. fi. Gousse cotonneuse, à trois tours de 
spire épais, veinés, bordés de deux rangs d'épines courtes, droites. %. 

mai-jn. Sables maritimes. AC.de la Gironde à Brest. %%• AC. 

de la Gironde à l'Adour, c. de là à la Bidassoa. 

M. cinerascens Jord. M. Gerardl flore de l'Ouest, auct. part. Pti- 
bescent, couché. Fol. en cœur renversé, en coin à la base, dentées 
au sommet. Stip. à dents sétacées. Pédonc. à l,2fl. jaune-clair. Goasse 
pubescente-glanduleuse, ovale, à 5 tours de spire épais, non veinés, 
hordes de 2 rangs d'épines écartées, coniques en-alène, qqf. très cour- 
tes, un peu crochues au sommet, (i,. jn-jt. Coteaux cale. — Char.-Inf. 
Yves, le Magnou près Fouras (Foucaud). — Deux-Sèv. Thouars ! 
(Bastard), Airvault ! (Bonn'm), S. -Loup ! (Guyon). — Yexd. Chaillé-les- 
Marcds ! (Letourneux). RR. — Loire-Inf. Coteauxschisteuxde Jr^ig'/ië 
à Ancenis, Anets, gare de Nantes, Butte de Couëron, le Collet l (Mi- 
gault, Paul Bruneau). RR. %%• Gm. Carbonnieux (Laterrade), 

Arlac (Lafont), Bègles (Bonnaves)', Bruges (Merlet), Gradignan (Ra- 
mey), le Vigean (Ducot). 

Obs. M. germana Jord. M. Gerardi auct. part, diffère du précéd. 
surtout par la gousse plus grosse, aplatie, à faces larges et à épines 
ord. plus longues. (J.-F.) 

M. minima Lam. Pubescent. Fol. obovales, un peu dentées au som- 
met. Stip. ovales, presq. entières. Pédonc. 3-6. fl. Gousse ovale, petite, 
à 5 tours de spire, hérissée d'épines longues, crochues au sommet, 
élargies et en gouttière de chaque côte à la base. (ï,. mai-j". Lieux 
sablonneux et surtout sables marit. où il est souv. blanchâtre et qqf. à 
fol. linéaires. AC. — Varie à épines moitié plus courtes que le diamè- 
tre du fruit ; et 

p. longiseta. Epines plus longues que le diamètre du fruit. — Char.- 
Inf. La Rochelle, Martrou. — Deux-Sèv. Thouars. — Montreml-Bel- 
lay. — LomE.-iNF. Ancenis ! (Moreau), gare de Nantes. 

M. maculata Willd. Couché ou diffus, à poils épars, articulés. Fol. 
en cœur renversé, sinuées-dentelées au sommet, souv. marquées au 
milieu d'une tache noire. Stip. larges, profond, dentées. Pédonc. 2-5 fl. 
Gousse ovale, plane et veinée à chaque extrémité, à 3-A tours despire 



92 LÉGUMINEUSES. 

marqués sur le dos de 4 côtes et de 2 rangs d'épines réfléchies, en 
alêne, 'i). mai-j*. Prés, bord des champs, des chemins. C. 

%. M. lappacea Lam. M. pentaci/cla DC. Presque glabre. Tiges 
couchées, anguleuses. Fol. presque en cœur renversé ou rhomboïdates- 
obovales, sinuées-dentelées, entières et en coin dans la moitié inf. Stip. 
laciniées. Pédonc. à 3,/» fl. Gousse comprimée, ridée en réseau, à h,5 
tours de spire écartés au bord, bordés d'épines en alêne, droites, cro- 
chues au sommet, dépassant le demi-diamètre transversal du fruit. (î). 
mai-j'i. — Char. -Inf. Lieux sablonneux au bord de la Chaussée de Ma- 
rennes ; entre S.-Scurin et Mo rtac/ ne (Foucnud) . — Diffère dusuiv. sur- 
tout par les fruits 1 f. plus gros^/ mil. de diamèt.), à épines dressées, 
moins nombreux sur le pédonc. et par la graine moins échancrée. Appa- 
raît dansqq. ports. %%. — B.-Pyr. Env. de Bayonne. 

M. denticulata Willd. Glabre, couché. Fol. presque en cœur ren- 
versé, sinuées-dentelées au sommet. Stip. ciliées-dentées. Pédonc. i-7. 
fl. Gousse conipriniéc. fortement ridée en réseau, à 2-3 tours de spire 
bordés d'épines distiques, en alêne, crochues au sommet, dépassant 
le 1/2 diamètre transversal du fruit, (i). mai-j^. Moissons, champs en 
friche, surtout du bord de la mer. AC. 

M. apiculata Willd. Cultivé à côté du précéd., se maintient distinct 
par ses fruits plus nombreux, plus petits, noircissant davantage, à tours 
de spire plus épais, plus serrés, et garnis d'épines dont la longueur 
n'égale pas la 1/3 du diamètre transversal du fruit. Graines plus grosses, 
un peu plus courbées et échancrées. Mêmes lieux et aussi C. 

TRIGONELLA L. Cal. en cloche, à 5 dents. Carène très courte, ob- 
tuse ; ailes et étendard écartés, imitant une cor. à 3 pét. Ovaire droit, 
à style glal)re. Gousse allongée, peu courl»ée, polysperme. 

T. ornithopodioides DC. Trif. Molilotus L. Tiges couchées en ro- 
sette. 3 folioles en cœur renversé, dentées au sommet. Stip. ovales- 
lancéolées, membraneuses. Pédonc. axillaires, courts ou allongés sur- 
tout dans le haut, à 1-3 fl. blanchâtres. Gousse à peine courbée, dépas- 
sant peu le cal., très obtuse, mucronée obliquement par le style persis- 
tant. Graines brunes, lavées de noir, lisses, (fj- juin. Prés salés, pelou- 
ses rases du bord de la mer. C. de la Gironde à Brest ; puis çà et là 
jusqu'à la baie de S.-Brieuc. — r. à l'intérieur sur les pelouses sèches 
des ter. schisteux ou sablonneux. — Deux-Sèv. Voir Thouars et Ar- 
genton-Ch. — Vend. Ecrunes ! (Genevier), Rortheau, Le Fougère, 
Dompierre. etc. CPontarlier). — Loire-Inf. Vallée de la Loire; la Vil- 
late (St-Gal). — Dans les prés du bas de la Loire la plante est dres- 
sée et haute de 20 à 25 cent. %%• GiR. Le Verdon, Soulac ; la 

Teste (L. Dufour), et sans doute ailleurs. 

%. T. monspeliaca L. Pubescent. Tiges de 6-15 cent., couchées. 3 
fol.' obovales-en coin, dentées dans le haut. Stip. lancéolées. Fl. jau- 
nes, petites, en tête sur un pédonc. axillaire, très court, aristé. Gousse 
pubescente. arquée, veinée onliquement, ^-h f. plus longue que le cal. 
Graines cylindriques, tuberculeuses. 4)- mai-j". Coteaux cale, champs 
sablonneux. — Char. -Inf. Fouras ! (Faye), et côte du Magnou, Port- 
des-Barqaes fParatlj, le Labeur et Boyardville en Oleron; Châtelail- 
lon! (Foucaud). RR. — • Vend. Chaillé-les-Marais (David). 

%. T. gladiata Stev. T. prostrata DC. Velu. Tiges de 5-15 cent., 



LEGUMINEUSES. 9^ 

les latérales couchées. 3 fol. obovales-en coin, dentées dans le haut. 
FI. jaune-pàle, solitaires, axillaires, presque sessiles. Gousse velue, un 
peu courbée en forme de sabre, longue de V5 cent, dont presque la 
moitié pour le bec, marquée en long de veines anastomosées. Graines 
h-1 tuberculeuses. (1;. mai. — Char.-Ixf. Plateau pierreux de la pointe 
du Chay ; talus à Chôtelalllon ! Yves, pointe des Minimes. (Fou- 
caudj. RR. 

MELILOTUS Tourn. Trif. Melilotus L. Cal. en cloche. Carène ob- 
tuse. Etam. diadelphes. Ovaire droit, à style glabre. Gousse courte, 
dépassant le cal., presa. indéhiscente, l-3.sperme. Feuil.à 3 fol. l'im- 
paire pétiolée ; fl. nombreuses, en épis axillaires, longuement pédon- 
cules. 

M. officinalis L. Willd. M. altissima Thuil. Tige robuste, dressée, 
de 6-10 déc. Feuil. sup. à fol. linéaires-oblon^ues, en coin à la base, 
dentées en scie, tronquées au sommet. Fl. d'un beau jaune. Gousse 
ovale, brièvement mucronée, ridée, pubescente, à suture sup. com- 
primée en carène aiguë. [%. jt-a^. Bois frais, bord des eaux. — Char.- 
Inf. AC. — Deux-Sèv. Morïï (\. Guillonj, Mausé, Chisé ; i^om f J. Ri- 
chardj, la Mothe (Sauzé), S.-Pompain, S.-Loup CGuyon). AC. fSauzé 
fl.). — Vend. Bois humides, ac. env. de Luçon fPontarlierj, entre le 
Gué et le bois de \elluire (Letourneux), c. marais de la Bauduère 
(Davidj, S.-Gervais (Gobertj. — Loire-Inf. Les Cléons, c. le bas delà 
Loire ; Frénay ; Croisic ! (Delalande). Une variété à fl. blanches a été 
autrefois trouvée à Couëron par M. Hectot. — Fin. Anse de Goulcen 
(J.-M. Sacherj. — C.-Nord. Lanvallay près Dinan fMabille). — 1l.- 
ET-V. Env. de Dol. d'Antrain (Champion), S.-Malo (herb. Deglandj, 

cale, de Feins (Gallée). "^C^- GriR. ÀC. — Lan. Çà et là surtout 

en Chalosse. — B.-Pyr. PC. 

M. arvensis Wall. Tige ascendante ; rameaux diffus. Feuil. sup. 
à fol. ovales-lancéolées, obtuses, dentées en scie. Fl. jaune-pàle ; ailes 
dépassant la carène. Gousse ovale, obtuse, mucronée, très ridée en 
travers, glabre, à suture super, en carène obtuse. (2j. j^-jt. Décom- 
bres, bord des chemins, champs des ter. cale, sables maritimes. — 
Ciiar.-Inf., Deux-Sèv. C. — Vend. AC. — Loire-Inf. Lieux sablonneux ; 
Ancenis, çà et là dans le bas de la Loire, Croisic, Bats, PouUguen, 
Kercabelec. R. — Apparaît çà et là en Bretagne dans les champs de 
trèfle et les ports. 

M. alba Desr. M. leucanthctKoch. M. officinalis [3. L. Tige robuste, 
dressée, de 10-16 déc. Feuil. sup. à fol. ovales-lancéolées, obtuses, den- 
tées en scie. Etendard plus long que les ailes et la carène égales. Fl. 
blanche. Gousse ovale, obtuse, mucronée, ridée-rugueuse, glabre, à 
suture sup. en carène obtuse, 1,2. sperme.^., jn-a t. Décombres, sables. 
— Char-Inf. La Tremblccde ! (de Beaupreau). Marennes ! Royan ! 
(Toussaintsj, la Coubre (Foucaudj, Montlieu (de Meschinet) ; Olèron ; 
île de Ré (Lemariéj, Surgères fPontarlierj. — Deux-Sèv. S.-Loup 
(Guyon), Borcq i^Boyerj, Thouars (Boreau;. — Vend. Port des Sables 
(Marichalj, Noirmoutier. RR. — Loire-Inf. Çà et là entre le Cormier 
et S.-Brevin ; de plus en plus c. dans les clunes et sur la ligne du 
chemin de fer entre S.-Nasaire, Guérande, Croisic. — C.-Nord. Cani- 
nes (Mabille). — Il.-et-V. c. S. -Ma^o (de la Godelinais). — Tend à se 
répandre en suivant les routes et dans les ports. %%■ Gir. 



94 LEGUMINEUSES. 

La Reullle, Bordeaux, Gérons, la Souys (Ducot), Cuhsac, Laiigon, 
Castets ; S.-Gercais, la Teste (Jarris). 

%. M. sulcata Desf. Tiges dressées ou ascendantes. Fol. oblongues- 
lancéolées, aiguës, dentées en scie. Stip. incisées-dentées, longuement 
acuminées. FI. petites d'un beau jaune, carène égalant l'étendard et dé- 
passant les ailes. Gousse oliovale, petite, pendante, marquée de ner- 
vures saillantes concentriques, à une graine granuleuse. (J)- j"- Coteaux 
maritimes. — Ciiar.-Inf. ac. coteaux de la Gironde ; Clidtelalllon{Fou- 
caud), Pointe des Minimes, île de Ré. — Vend. Gué-de-Vellulre (Le- 
tourneux). RR. %%- Gir. c. bord du quai de Brienne près Bor- 
deaux (Merlet). 

M. parviflora Desf. Trlf. M. indlca L. Tige couchée ou ascendante. 
Feuil. sup. à fol. allongées, en coin à la base, obtuses, dentées en scie. 
FI. très-petites, jaune pâle ; carène et ailes égales, plus courtes que 
Tétendard. Gousse petite, presque globuleuse, très-obtuse, ridée, glabre, 
à suture sup. très-obtuse, à une graine granuleuse. 0. j"-jt. Champs 
et rochers maritimes. — Char.-Inf. AC. — Vend. c. Les Sables ! (De- 
lalande), château de Talmont (Pontarlier, Marichal) , la Dlve, île 
d'Yeu; Notre-D. -de-Mont, Nolrmoutler (Gobert), Bouln. — Loire- 
Inf. Bourgneuf, Crolslc, Poullguen. R. — Mor. Pointe de Qat^ero/i, 
R. Houat, Belle-Ile; Plouharnei (Taslé), Broël en Ar^raZ (Pontarlier). 
— Fin. Penmarc'h, île Tudii (Crouan). — C.-Nord. ac. \\e Bréhat (De- 
booz), Port à la Duc (Mabille). — Il.-et-V. S.-Malo (V. Sacher). 

%%. Gir. Le Verdon ! Pessac (Durieu), Bordeaux, Caudéran, 

(RameyV,* Lormont (Ducot), Bruges (Motelay). — B.-Pyr. Env. de 
Bayotine, Biarritz, S.-Jean-de-Lus. 

TRIFOLIUM L. Trèfle. Cal. à 5 dents, persistant. Cor. marcescente. 
Carène obtuse, plus courte que l'étendard et les ailes. Etam. diadelphes 
plus ou moins soudées aux pét. Style glabre. Gousse ovale, renfermée 
dans le cal., presque indéhiscente, à 1,2 rar. 3,A graines. Fea<7. ternées, 
fl. en tête ou en épi. 

1. Fl. jaunes. T. campestre, procumbens, filiforme, patens. 

2. Cal. renflé en vessie. T. resupinatum, tomentosum, fragiferum. 

3. Fl. en épi. T. angustifolium, incarnatum, arvense, rubens. 

h. Cal. glabre. T. strictum, glomeratum, repens, michelianum, ele- 
gans. 

5, Cal. plus ou moins velu, fl. en tête. T. suffocatum, subterra- 
neum, arvense, montanum, ochroleucum, pratense, médium, scabrum, 
maritimum, panormitanum, stellatum, lappaceum, striatum, Bocconei, 
Perreymondi. 

* Cal. glabre. 

T. strictum Waldst. Lisse ; rameaux ouverts. Feuil. sup. à fol. li- 
néaires-lancéolées, dentelées en scie, les inf. à fol. oblongues. Stlp. 
larges, scarieuses, dentelées au sommet. Fl. blanc-rosé, en tète glo- 
buleuse longuement pédonculée. Cal. sillonné. Gousse 2. sperme, près- 
que saillante. (î). jn-ji. Pelouses et coteaux secs, champs en friche. — 
Ciiar-Inf. Sables cVArvert! (de l'Isle), et des Mathes, bois d'Avail en 
Oleron ; Fouras (Foucaud). — Deux-Sèv. La Touche Poupart. S.- 
Maiccent ! (A. GuiWon). S.-Loup, Airvanlt. Lu<ay,\c. env. de Thouars, 
d'Argenton-Ch. — VEi^D. Challans, Sallertaln'e, Pont-Char ault, Lu- 
çon, c. S.-J.-d'Orbetlers (Pontarlier, Marichal), Mervent (Letourneux), 
Nolrmoutler . — hom¥.-lKV . Bellevue ; le Loroux{Le\.ourneux.),Ac.d'Ou- 



LÉGUMINEUSES. 95 

don à Couffè, Ancenis, Varades, Chéméré et bord de la mer. — Mor. 
Houat, Hœdlc, Belle-Ile ; ac. Coëtsurho en Arsal (Taslé). — Fin. 
Raguenezprès Po/itooÊ'/i; près Loc'h- Vie enPlomeur, Plovan (Crouan). 

— Ii.-ET-V. Côte de S.-Malo à Cancale. %%. Gir. S.-Aiidré- 

de-Cub~ac. — Lan. S.-Seoer (L. Dufour). 

T. glomeratum L. Glabre, couché. Fol. obovales, en coin à la base, 
dentelées. Stip. ovales-lancéolées. FI. blanc-rosé, en tête sessUe, axil- 
laire. Cal. strié, à dents recourbées, plus court que la cor. Gousse 
l-2.sperme. (î). mai-j". Coteaux arides, talus des fossés, friches. AC. 
surtout dans le cale, et la région maritime. 

T. repens L. Tige rampante. Fol. obovales-en cœur, dentelées en 
scie. Stip. scarieuses, acuminées. FI. blanche,?, en tête globuleuse, 
serrée, longuement pédoneulée. Dents du cal. inégales, tachées de brun 
sous les sinus. Gousse à h graines. %. mai-sept. Prés, chemins. CC. 

T. miclielianum Savi. Tt^'C îaMe. ascendante, creuse, striée. Fol. 
obovales, échanerées au sommet, sinuées-dentelées. Stip. ovales-trian- 
gulaires, foliacées. FI. blanc sale, en tête lâche. Dents du cal. iné- 
gales, beaucoup plus courtes que la cor. Pédie. longs, réfléchis à la 
maturité. Gousse obovale, oblique, pédicellée, à 2 graines. (î). mai-jn. 
Prés salés et bord de la mer. — Char.-Inf. Cadeuil, Moë<e, Roche- 
fort; Fotiras, Châtelalllon, S.-Jean-dAngle, Tri:-aij (Foucaudj, c. 
Muron (Riveau i), c. Bords (Tesseron !). — Vend. Champ-S.-Père, 
Moricq, Layroux, Challans, Sallertaine, Challlé, marais de Luçon ! 
(Pontarlier, Marichal), Gué-de-Vellidre, Fontenay (Letourneux). — 
Loire-Inf. c. prés de la Loire (où il se répand de plus en plus), sur- 
tout ceux de Paiinbœuf à S.-Brcvin; çà et là prés du bord de la mer. 

— Mor. Marais de Pénestin ; c. autour de Redon (Moreau), Mtuil- 
lac, RR. Belle-Ile ! (Taslé). — Fin. Lampaul-Ploudalniez-eau {Q,vowan). 
%%• GriR. Blanquefort (Durieu), Talais. 

Obs. T. elegans Savi, a été trouvé par M. Taslé sur les coteaux 
schist. de S.-Jacut (Mor.) et par M. Dumas sur le talus du chemin de 
fer à la Chapelle-sur-Erdre (Loire-Infér.), on le distinguera des deux 
précéd. par la tige ni creuse, ni radicante ; par les fol. obovales, très 
nervées, finement dentelées, les stip. oval. -lancéolées, acuminées, les 
fl. roses pédieellées, en tête serrée sur un pédonc. beaucoup plus long 
que lafeuil. S^. — Essayé comme fourrage, il est étranger à la région, 
ainsi que T. hybridum L. Vivace et à fl. en tête serrée comme T. ele- 
gans, il en diffère surtout par la tige dressée, creuse, molle, les fl, 

d'abord blanchâtres et les dents des fol. 1/2 moins nombreuses. %%• 

B.-Pyr. Bayonne (Sibuet), « la Négresse, Bidart » (Blanchet). 

** Cal. plus ou moins velu. 

T. suffocatum L. Plante ramassée en petite touffe. Feuil. longue- 
ment pétiolées ; fol. en cœur renversé, dentelées au sommet. Fl. très 
petites, blanches, en têtes globuleuses, serrées, axillaires. rapprochées 
près de la rac. sur la tige et la cachant presque. Cal. lâchement 
velu sur le tube, à dents recourbées, plus longues que la cor. Gousse 
à 2 graines. (î). mai-j». Pelouses rases des coteaux maritimes. Royan, 
Chdtelaillon, La Repentie, çà et là la côte de Rochefort et dans les 
îles (Char.-Inf.). C. cle S.-J.-d'Orbetiers (Vend.) à Brest ; çà et là, mais 
moins c. sur la côte nord de la Bretagne, où je l'ai vu en plusieurs 
endroits avec Trigonella ornithopodioides. — r. à l'intérieur. — Char.- 



96 LEGUMINEUSES. 

Inf. Sables de Cadeull. — Deux-Sèv. Thouars (Revelière), voir Ar* 
genton-Ch. — Vend. La Couture, env. de Napoléon (Pontarlier), 
jEcraries / (Genevier). — Loire-Tnf. ac. pelouses et coteaux arides, de 
Couêron, Nantes à Ingrande, Candé. — Difficile à apercevoir, surtout 

dans les années sèches. "X^- GiR. Pointe de Grave, le Verdon ; 

Soulac, Vendays, Ares ! (Motêlây). Cap Ferret, c. la Teste, Lège, 
Lacanau ; Blanquefort (Durieu;. — Lan. Labouheyre. 

T. subterraneum L. Couché, velu. Fol. en cœur large, renversé. 
Stip. larges, scarieuses. FL blanches, %h en tête, réfléchies après la 
fécondation et recouvertes j3ar de nouvelles fl. stériles formant une 
houle presque épineuse qui fiiilt par s'enfoncer dans la terre. Cal. 
renflé à la maturité, à 1 grosse graine noire, (i). mai-j". Pelouses, che- 
mins, prés sablonneux. CG. 

T. angustifolium L. Dressé, raide, velu surtout sur les stip. et les 
cal. Fo^. et stip. linéaires, étroites. Fl. roses, en épi cylindrique, ter- 
minal. Cal. à dents inégales, l'inf. égalant à peu près la cor. (ij. jn-jt. 
Coteaux, lieux arides. — Ciiau.-Inf. AC. — Deux-Sèv. S.-Martln-de- 
San^aij (Brottier), Thouars ! (Bastard), Alrvault et environs ! (Bonnin), 
Loïu/i (Guyon), S-Malxent ! la Mothe (Sauzé, Maillard), Niort (A. 
Guillon). — Vend. Plaine et région maritime. AC. — Loiue-Inf. Vignes, 
coteaux arides du bord de la mer. Pornlc, S-Mlchel, ac. sur les hau- 
teurs depuis Cavareau, S-Sébastien jusqu'à Escoublac et Carell ; 
Masquer, pointe de Pennebé ; \\\\. à l'intérieur, la Tremblaie près la 
Limo usinière ; S.-Philbert (Cailletcau), Clisson (Delalande). — Mor. 
AC. de Pénestin à Vieille-Roche, Belle-Ile ; Sarzeau (Taslé), Coët- 
surho (Pontarlier). — Fin. Coteaux de Morgat! (Bonnemaison), baie 
d'Audlerne près Loc'h-Vic en Plomeur{de Crec'hquérault). RR. — C- 
NoRD. Binic, Plérin, S.-Jacut (Baron). — Il.-et-V. Paramé (Ma- 
bille). Ile Besnard (Rolland), Ile des Landes près Cancale fGalléc). 

%%■ GiR. C. — Lan. c. coteaux de la Chalosse, r. ailleurs. ■— 

B.-PVR.'ÀC. 

%. T. rubens. L. Glabre. Tiges de 3-5 déc, dressées, presque sim- 
ples. Fol. oblongues-lancéolées, coriaces, à nervures et dentelures 
nombreuses. Stip. moyennes lancéolées, acuminées. Fl. rouges en éj^i 
cylindrique-oblong, terminal. Cal, à dents longuement ciliées, très iné- 
gales, l'inf. plus longue que le tube glabre, à 20 stries. %. juin-jt. Champs, 
bord des l)ois, friches des terr. cale. — Char-Lnf. AC, u. dans le midi. 

— Deux-Sèv. AC. — Schistes d'Argenton-Ch. — Vend. Basoges, Si- 
gournais, ac. Champ-S.-Père, Mareuil et Plaine ; r. Noirmoutier 

(Gobert). ■ %%. Gir. S.-Savin (Laterrade), Langon (Ducot). — 

B.-Pyr. Villefrahque (Sibuet). 

T. incarnatum L. Dressé, velu. Fol. obovales ou arrondies, très 
obtuses. Stip*. ovales, un peu aiguës. Fl. rouge foncé, en épi cylindri- 
que, pédoncule. Cal. strié, très velu, à dents égales, ouvertes, plus cour- 
tes que la cor. (i). Cuit, en prairies artidcielles, surtout dans le cale, 
sous le nom de trèfle incarnat ou far-ouch. 

p. T. Molineril Balbis. Fl. blanchâtres, roses en vieillissant, (i). mai- 
jn. Prés. — Char. -Inf, c. terrain de lande de Mortagne à Montlieu ; 
c. Mornac (Roufineau), Roche fort\il^e\o\\Yneny. !). — Deux-Sèv. Niort (A. 
Guillon), Me/u^oa^e fGiraudias), S.-Lot^p.' (Guyon), ce. Thouars! (Gs- 
nuer). — Vend. Challans (Gobert), ag. Mortagne ! Evrunes, S.-Hi- 



LEGUMINEUSES. 



97 



Udre (Genevierj. — Loirr-Ixf. C. surloiil Vallée de la Loire. — Mor. 

Redon, Vannes. Aiiray, Belle-Ile, région maritime. R. %X- 

Giu. c. de Soulac à Arcachon ; Bordeaux (Durieii), Bègles (Jarris), 
Langon (Belloc). 

T. arvense L. dressé ou diffus, velu. Fol. linéaires-oblongues, à qq. 
dents au sommet. 8tip. inf. longuement acuminées. FI. blanchâtres en 
épi très velu, mou, presque cylindrique. Cr^^. à c/en^s égales, linéaires- 
en alêne, plumeuses, dépassant la cor. dont l'étendard dépasse les 
ailes plus longues que la carène. (i)-j"-a^ Champs ciïlt. friches. C. 

[B. T. gracile Thuil. Mêmes caract., mais plus grêle, moins velu, qqf. 
tout-à-fait glabre ; fol. plus étroites ; cal. moins velu à dents rougeà- 
tres ; pédonc. filiforme. Champs sablonneux, — Ciiak.-Inf. Montlieu,etc. 

— Deux-Sèy. Thouars(DeY\elbanc),Argenton-Ch. —Vend. Ile d'Yen. 

— Loire-Inf. Sti-'-Maric près Pornic (Le Dantecj. 

y. T.arenioagum Jord., v. gracile floreLoire-Inf. Caract. du type, mais 
grêle, rameaux étalés ; cal. moins velu, plus coloré; pédonc. tiliforme; 
cal. a dents égalant env. le tube ainsi que la cor. Sables maritimes. AC. 
jusqu'à la Vtlaine, puis r. çà et là jusqu'à Brest. — Qqf. Sables de 
la Loire. 

fj. V. perpusillam DC, v. littorale Bréb., Ray syn. 1/» f. 2. Caract. 
du type ; très-velu ; rameaux nombreux, courts, étalés; 11. en têtes nom- 
breuses, ovales; cal. égalant env. la cor. Rochers maritimes élevés, 
AC. de Vile d'Yeu à Brest. 

%%. T. montanum L. Tiges ascendantes ou dressées, velues. Fol. 
oblbngues ou oblongues-lancéolées, à dents cu.spidées. Stip. lancéolées- 
en alêne. FI. en épi ovoïde, pédoncule, blanches, à la fin réfléchies. 
Cal. à dents lancéolées-en alêne, dressées, l'inf. plus courte. 'i^C. mai-j". 
Prés, landes, bois. — B.-Pyr. Lande du Socoa près S.-Jean-de-Luz 
(Termonia et moi). RR. 

T. ochroleucum L. Ascendant, velu. Fol. elliptiques-oblongues. Par- 
tie lil)re des stip. lancéolée-cn alêne, striée, ciliée. FI. jaunâtres, en 
tête arrondie, puis allongée, plus ou moins éloignée des 2 feuil. sup. 
opposées. Cal. strié, à dents ciliées, l'inf. une fois phis longue. 9;i. i"-jt. 
Prés secs, bord des bois. — Char.-Înf. C. — Deux-Skv., Vend., Loire- 
IxF. AC. — Mor. Embouchure de la Vilaine ! (Taslé, Pontarlier). R. 

— Il.-et-V. Rennes . %%. Gir. AC. — Lan. c. coteaux de la 

Chalosse ; Mont-de-Marsan (PeVrisj. — B.-Pyr. C. 

T. pratense L. Tige ascendante. Fol. ovales, celles des feuil. inf. 
échancrées. Stip. ovoles, velues, terminées par une arête poilue au 
sommet. FI. rouges, en tête d'abord globuleuse, puis ovale, entourée à 
la base ou près de la base de 2 feuil. opposées. Cal. strié à dents fili- 
formes, ciliées, l'inf. plu.s longue, mais beaucoup plus courte que la 
cor. %. mai-sept. Prés, bord des chemins. C. et cuit, en prairies arti- 
ficielles, sous le nom de trèfle. 

T. médium L. Tige ascendante, fîexueusc. Feuil. oblongues, veinées, 
velues en dessous, ciliées, à peine dentelées. Stip. linéaires-lan- 
céolées, long, acuminées, non aristées. FI. rouges, en grosse tête glo- 
laileuse, pédonculée. Cal. strié, à dents filiformes, ciliées, l'inf. plus 
longue, mais beaucoup plus courte que la cor. Oj.. j"-j'. Bois, prés 
secs. — - Char.-Inf. Le Pin (Mn^»-' George), pc. Dœuil (Dus.souchaud), 



98 LÉGUMINEUSES. 

forêt de Benon ; le Thou, Sablonceaux (Foiicaud), S.-Sarinien (TGS5^ 
seron), Beauoais (Savalicrj. le Col(^ml)ier près Nancras ; Ikissac (Ra- 
meyj. RR. — Forêt do Jai-nac-Cliarente. — Deux-Skv. La Motlic ! 
Exoudun, Lcsay, Pars, Vaiiçay, foret d'Auliiay, Saïué-Vaussals 
(Sauzé fl.). — Yend. Pont-Charault (Mariclml), Sfc(7oar/?ats(Pontarlicr). 
RR. — Loire-Inf. Prés des Mottais à Chéméré ! (Le Boterf), env. du 
Pallet ! Vcrtou! les Cléons, forêt dV\/ice/its (de l'isle), Sa/f'ré {Gene- 
vier). RR. — C.-Nord. g. Bois de la Rouvraije et à la Chesnaye dans 
la forêt de Coëtqucn{^ldih\[[e). — Gir. S.-Marlens ! (Mcrlet),"L«r?/s- 
cade, Plassac, la Brade ; S .-Gerinal/i-la-RUùère (Motelay), Fronsac 
(Durieu), Bègles (Jarris). 

T. maritimum Hiids. T. irregulare DC. Dressé ou étalé, velu. Fol. 
ovales-oblongues. Stip. lancéolées-linéaires, velues. Fl. carnées, en tête 
ovale, assez longuement pédonculée à la maturité. Cal. sillonné, à 
dents foliacées, étalées à la maturité, l'infér. plus grande à .V ner- 
vures, (j). mai-jn. Prés, surtout ceux du bord de la mer. — Char.-Inf., 
Vend, et Loire-Inf. C. — Deux-Sèv. Niort (A. Guiilon), env. de 
Dreuil ; Bougon (Sauzé), Thouars ! et embouchure de l'Argentan 
(Revelière). — Graduellement moins c. de la Vilaine à Brest'. — .\r. 

sur la côte du nord. — Il.-et-V. Rennes et env. R. %%• Gnt.. 

Lan., B.-Pyr. PC. 

%%. T. panormitanum Prcsl. Voisin du précéd., il s'en distingue 
par ses fol. plus grandes, ses stip. plus larges, ses fl, plus grandes, 
son cal. à dents plus allongées et plus étroites, l'inf. dépassant le tube. 
(l;. mai-j». Prés. %X-GriR. S^'^-Foy (Maillard). 

"%. T. stellatum L. Tout couvert de poils mous étalés. Ascendant. 
Fol. en cœur renversé, à base en coin. Stip. grandes, ovales, obtuses, 
dentées, veinées. Fl. d'un blanc de chair, rosé en vieillissant, en tête 
globuleuse long, pédonculée. Cal. à 10 stries, tube fermé à la gorge i)ar 
des poils cotonneux, dents lancéolées-acuminées, égales, glabres en 
dedans, à 3 nervures et veinées en réseau, à la fin étalées en grande 
étoile. (î). j". — Char.-Inf. Talus herbeux, au Groin de Lolx! dans Vile 
de Ré (Lemarié). 

%. T. lappaceum L. Tiges couchées. Fol.obovales-en coin. Stip. lan- 
céolées-acuminées, ciliées. Fl. ])lanc-rosé, en tête globuleuse ord, pé- 
donculée. Cal. à 20 stries, glabre en dehors ; dents presque égales, ci- 
liées, à 5 stries, (i). j". Champs cuit., bord des champs, des chemins, 
Lèdes. — Char.-Inf. Montlieu (de Meschinet), Chenaumoine près Mé- 
chers, entre Rorjan et S.-Palais, S.-Denis-d'Oleron; cl Lèdes de Cha- 
telaillon (Foucand), ile d'Aix, Fouras, Angoulins, forêt de Benon. — 
Deux-Sèv. La Crignolée! près Dœuil (Dussouchaud), Fors (Maillard). 

%%• Gm. Lieux herbeux à Bègles (Merlet), Langon (Durieu). 

— Lan. c. coteaux de la Chalosse. 

T. scabrum L. Couché, couvert de poils couchés. Fol. obovales, den- 
telées. Stip. ovales, acuminées. FI. blanc-rosé, en tètes latérales et ter- 
minales, feuillées. Cal. strié, à dents lancéolées, recourbées-raides 
à la maturité, plus longues que la cor. (i). j"-jt. Coteaux arides, fri- 
ches, surtout du bord de' la mer. AC. 

T. striatumL. Plus ou moins velu. Fol. obovales ou obovales-en coin, 
dentelées, celles des feuil. inf. souv. échancrées. Stip. ovales, acumi- 
nées, membraneuses , veinées. Fl. blanc-rosé, en têtes feuillées à la 



LÉGUMINEUSES. 99 

base, terminant les tiges et les petits rameaux. Cal. ovale-ventvu, strié, 
très velu, resserré au-dessous des dents courtes, en alêne, droites. 
Graine brune, yi^. mai-j". Pelouses, coteaux arides, bord des chemins. 
G. — Qqf. les têtes de tî. sont géminées ; craignez alors de le confondre 
avec le suiv. 

T. Bocconei Savi, T. coUinum Bast. Tige de 8-12 cent, mollement 
pubescente, simple ou à rameaux simples partant de la rac. Fol. oblon- 
gues-en coin, très obtuses et dentelées au sommet. Stip. en alêne. FI. 
blanches, serrées, en têtes oblongues, géminées, terminales, feuillées, 
panachées par les dents brunes, inégales, en alêne du cal. strié. Graine 
jaune pâle, 3-i* f. plus petite que dans le précéd. (ij. jn-jt. Coteaux 
arides, champs en friche. — Char.-Inf. Fouras ; Echillais (Parât), Sa-' 
blonceauœ (Tesseronlj. — Deux-Sèv. Thoua r s ! (Basiard), Argenton- 
Chdteau. — Vend. Pont-Charault, S.-J.-d'Orbetiers (Marichal, Pon- 
larlier), Mercent au moulin Gourdin (Letourneux). R. — Loire-Inf. 
Pornic. Chéméré, Arthon. RR. — MoR. Coëtsurho en Ar^al (Taslé). 
RR. — '■ — X'X' Gm. S.-Mariens (Lafitte et moi). 

T. resupinatum L. Tige ascendante, striée, glabre. Fol. ovales, den- 
tées en scie. FI. roses, en tête hémisphérique, axillaire. Dents du cal. 
en fl. lancéolées, les 2 super, plus longues, linéaires, en alêne. Cal. fruc- 
tifère ovale, renflé en cessie membraneuse, veinée en réseau, terminée 
par les 2 dents sup. du cal., les 3 autres ne prenant pas d'accroisse- 
ment. Cor. renversée. ^. mai-j". Prés salés ; pelouses du bord de la 
mer, où il est couché et gazonnant. — Ghar.-Inf., Vend., Loire-Inf. G. 

— Deux-Sèv. Env. de Niort (Bonneau), Melle (A. Guillon), Mausé 
fSauzé), env. de Domil ! — pc. en Mor., puis graduellement r. en Fin. 

— Gà et là dans l'intérieur au midi de la Loire, sur le bord des routes 
et cïans qq. prés. '^fc/SC-GiR. AC. 

%%. T. tomentosum L. Tiges couchées, nombreuses, glabres. Fol. 
largement obovales, à dents «'uspidées. Gai. fructifères en tête globu- 
leuse, à lèv. sup. renflée en cessie tomenteuse, ridée en réseau, à 2 dents 
courtes, cachées dans le tomentum. (i). av. -mai. Lieux herbeux. — 
B.-Pyr. Biarritz, S.-Jean-de-Lus (Thore). — M. Merlet me Ta envoyé 
des lieux herbeux de Bègles (Gironde). 

T. fragiferum L. Tiges rampantes, gazonnantes. Feuil. ovales, den- 
telées. Fl. rose clair, en tête ovale. Gai. en fl. glabre en dessous, à dents 
presq. égales. Cal. fructifères renflés en vessie membraneuse, ridée 
en réseau, très velue, colorée, formant une tête globuleuse qui imite 
une fraise. %. j"-sept. Bord des chemins, pe!ouses, prés secs. G. — ac. 
au ncrd de la Loire-Inf. 

%%. T. Perreymondi Gren., T. parviflorum Perreym. non Ehrh. 
T. 'nûnutum Coss. Tiges glabres, rameuses, étalées-diffuses, à rameaux 
fins. Fol. obovales, à nervures saillantes et à dents cuspidées. Partie 
libre des stip. en alêne. Fl. rosées, petites, nombreuses en tête globu- 
leuse, à la fin réfléchies. Etendar.l strié, échancré au sommet. (î). 
mai-jn. Lieux herbeux, bord des chemins. — Gir. Arlac, Bruges (Du- 
rieu), Gradignan iRamey), Saucats (Motelayj. La Tesie (Laterrade), 
Lamothe, S.-Sgmphorie'n et sans doute ailleurs. — Lan. Sangui.net 
(Durieu), c. d'Ychotcx à Pissos et à Sore, Mimi^anel env. Morcenx. 

*** Fleurs jaunes. 

T. campestre Schreb., T. procumbens majus Koch. T. proc. {i. fl. 



100 LÉGUMINEUSES. 

Loire-Inf., T. agrarlum^.Wû. Tige dressée à rameaux nombreux, dif- 
fus, pubescents. Fol. obovales, en coin à la base, dentelées et éclian- 
crées au sommet, la terminale pétiolulée. Stip. ovales, aiguës. FI. jaune 
pale 30-/t0 en tête ovale, serrée, sur un pédonc. égalant souv. la feuil. 
Etendard étalé, courbé en cuiller au sommet, fortement strié. (\). mai- 
sepi. Lieux incultes, bord des chemins. AC. 

p. T. pseudo-procumbens Gmel., T. procumbens a. (1. Loire-Inf., T. 
procumbens minus Koch. Tiges souvent couchées, fl. d'un jaune plus 
pale, 15-SO en tête plus petite, sur un pédonc. souvent 1 f. plus long que 
la feuil. G. 

. T. filiforme L. sp., Smith, S. Wil., T. mlcraiithum Viv., Ray. syn. 
T. \h f. h. Tige grôlc, ord. couchée. Fol. ovales, en coin à la base, den- 
telées et échancrées au sommet, toutes sessiles. Stip. ovales, aiguës, 
non dilatées à la base. Pédonc. capillaire, ftexueuœ, plus long que la 
feuil. à 2-6 fl. lâches. Etendard plié, non strié, à la fin blanchâtre. (î), 
mai-sept. Prés, pelouses rases. C. 

T. minus Smith, T. procumbens L.. S. Wil., T. filiforme Koch, T. 
filiforme majus fl. Loire-Inf. Moins grêle que le précéd. dont il diffère 
par la fol. terminale pétiolulée, les stip. élargies à la base en dehors, 
les pédonc. raldes, droits, à 15-25 fl. imbriquées, jaunes, à la lin brun 
clair, étendard plié, presque lisse, (i). mai-sept. Mêmes lieux que le pré- 
céd., auquel il est souv. mêlé. C. 

T. patens Schreb. T. parlslense DC. Tige ascendante, faible, peu 
rameuse. Fol. ovales-oblongues, la sup. pétiolulée. Stip larges, les sup. 
à oreillettes embrassantes. Pédonc. à 10-18 fl. Jaune d'or, en tête lâ- 
che. Etendard étalé, sivlé. Style égalant la f/ous.se. (i). mai-j'>. Prés. — 
Chah.-Inf. c. — Deux-Skv./Vf.n'd., Lohîe-Ïnf. AC. — Moii. Plouhar- 
nel, Etel (Le Gall), Arradon, Boncrvaux en Tliei.c (Taslé). PiR. — 
Fin. Plomeur, Locquirec (Crouan). — (I-Nokd. Cesson, vallée de l'Urne 
en Plédran (Baron), S.-Cast ; Dahouet, vallées aux Moines et du S.- 
Esprit près Dlnan, c. à S.-Juvat {'h,liihi\\<i), Pleudlhen{'hioï'\n). — II.- 
ET-V. Env. de Pontorson ; qq. prés des env. de Rennes ! (Le Gall). 
^X G"- C. — Lan. AC. excepté en Chalosse. — B.-Pyr. PC. 

PSORALEA L. Cal. en cloche, à 5 div. Carène obtuse. Gousse ren- 
fermée dans le cal., l.sperme, indéhiscente. 

%%. P. bituminosa L. Tiges de 3-10 déc, dressées, grêles, un peu 
sillonnées. Fol. ternécs. lancéolées ou ovales, mucronées. Fl. bleu pâle, 
10-15 en têtes axillaires long, pédonculécs. Carène plus courte que les 
ailes. Gousse ovale, comprimée, velue. OJ,. jt-a^. Lieux incultes. — jGrin. 
Langon (Durieu), S.-Malxent (Goua), la Réole (Laterrade). 

DORYCNIUM Tourn. Cal. presque à 2 lèv, à 5 lobes, les 2 sup. un 
peu plus larges. Ailes soudées au sommet et renflées de chaque côté 
en une bosse. Carène obtuse. Etam. diadelph. Style glabre. Gousse dé- 
passant le cal., renflée; graines peu nombreuses. Sz^tp. semblables au.:r 
folioles. 

%. p. suffruticosum Vil. Tiges sous-ligneuses, en buisson de 3-5 
déc, jeunes rameaux glauques et couverts ainsi que les feuil. de poils 
soyeux, couchés en haut. Fol. linéaires-lancéolées, rétrécies à la base, 
un peu en gouttière. Fl. blanches en têtes longuement pédonculées ter- 
minant les i^ameaux. Carène courbée en angle droit, pourpre foncé, 



LÉGUMINEUSES. 101 

étendard redressé. Gousse ovale, ord. à une graine jaune-verdàtre mar- 
brée de pourpre. J". Coteaux cale. — Cii.vr.-Inf. g. coteaux de la Gi- 
ronde, Meav, Bonnefond près Archlac, S^'-'-l'Heurlne ; Pérignac , 
Montlls (Cazaugade), env. de Pons .' (Del alande), Sablonceauj^iSava- 
tier, Foucaud), Sonnac, où M. Jordan cite D. implexum 232 de ses 

Icônes, Slecq (Savatier). — Deux-Sèv. Loublllé (Jousse). %%• 

GiR. Le Prdii de Sucre ; Créon (Delbos), Carboniiieux {Laievraide). — 
L.\N. Collines de Plmho {h. Dufour). 

LOTUS L. Cal. à 5 dents ou lobes presque égaux. Ailes conniventes 
en dessus ; carène ascendante ou droite (Bonjeanea), terminée en bec. 
Etam. diadelphes. Style en alêne. Gousse polysperme, à 2 valves se 
roulant en spirale, linéaire, droite, acuminée. FeuU. ternées à stlp. 
semblables aux fol. 

%%.!.. rectus L. DonJeaneaRchh. Tigesde5-10déc. ligneuses, dres- 
sées, pubescentes au sommet. Fol. grandes, obovales. Pédonc.plus long 
quela feuil. à fl. nombreuses, petites, blanches ou rosées, en tête serrée. 
Cal. à dents linéaires-sétacées, très velues, dépassant le tube. Etendard 
arrondi au sommet, dépassant un peu les ailes. Carène pourpre-noir, 
droite. Gousse de 1-2 cent, cvlindrique. %. mai-j". Lieux humides. — 
B.-Pyr. Biarritz (Sibuet). ' 

L. corniculatus L. Glabre ou à poils étalés, épars. Tiges anguleuses, 
couchées ou tombantes. Fol. obovales ou oblongues (épaisses au bord 
de la mer). Pédonc. longs, à i»-6 û. jaunes, en tête. Dents au cal. droites 
avant l'anthèse. Etendard arrondi. Carène courbée presque en 
angle droit, saillante en dessous; ailes obovales. Gousse cylindrique. 
%. j"-çept. Prés, pâturages, bord des chemins, des champs! C. 

Obs. L. Allionii De.sv. a été indiqué sur plusieurs points du littoral 
de Gironde, Landes et Basses-Pyrénées, où je n'ai pu le rencontrer et 
où on a dû [.rendre pour lui la forme à feuil. épaisses du précéd. (J. F.) 

L. tenuifolius Pol. Caract. du précéd.; fol. linéaires-lancéolées ; 
ailes de la cor. ol)ovales-oblongues. %. jn-sept. Lieux humides. AC. ré- 
gions maritime et calcaire, n. ailleurs. 

L. uliginosus Schk., L. 77î«jo/' Smith. Tiges faibles, dressées, allon- 
gées, creuses, ord. velues. Fol. obovales, Pédonc. longs, à 10-12 fl. jau- 
nes, en [è[e. Dents du cal. étalées-recourbées acant l'anthèse. Éten- 
dard, à limbe ovale. Carène courbée en angle très obtus, étroite, ré- 
trôcie en bec au sommet, ord. cachée par les ailes. Gousse plus grêle 
que dans le précéd. OJL. jt-sept. Fossés, haies fraîches, prés maréca- 
geux. C. 

L. angustissimus L., L. ';/^'7/'«st^s Smith. Plante hérissée de poils mous; 
rameaux nomljioux. couchés. Fol. ovales luicéolées. Pédonc. à L2 fl. 
jaune-foncé, égalant les feuil. ou 1-2 f. plus longs. Etendard à limbe 
plus large que long, ne dépassant pas les ailes. Carène courbée en 
angle droit, saiMante au sommet et par V ■> ngle . Gousse grêle, linéaire, 
comprimée, it-5 f. plus longue que le cal. y. mai-j*. Coteaux arides, 
pelouses, chemins. C. 

f-i. glaber. Tout-à-fait glabre. Mêmes lieux. AC. 

L. hispidus Lois. Plante hérissée de poils blancs, mous, étalés; ra- 
meaux nombreux, couchés. Fol. ovales-oblongues. Pédonc. à 2,3fl. jaune 
foncé. 2-3 f. plus long que les feuil. Etendard à limbe ovale, dépas- 



102 LÉGUMINEUSES. 

sant les ailes et la carène. Carène courbée en angle très obtus, en- 
tièrement dégagée des ailes. Gousse cylindrique, 1 fois seulement plus 
longue que le cal. (i). jn-jt. Coteaux arides, bord des chemins, terres 
en friche, surtout du littoral. AG. — Deux-Sèv. S^-Georges de Noisné 
Exlreuil. RR. fSauzé fl.) 

L. parviflorus Dcsf., Dor^c/îtf^/n DG.prod. est hispide comme le pré- 
céd., dont il a les caractères généraux ; il en diffère surtout par la fl. 
petite égalant ou dépassante peine le cal., par le fruit (long de 6 mil.) 
oblong, 1 1/2 f. plus long que large, ridé en travers, égalant le cal. ou 
le dépassant à peine, et par les valves ne se roulant pas en spirale, 
enfin par le pédonc. à la fin arqué en dehors. (î). j'^-j'^. Même station lit- 
torale que le précéd. auquel il est souv. mêlé. Bord des chemins. — 
Vend. Ile à'Yeu. — Loire-Inf. au! de la Berner ie kPre faille (Mau- 
pon). — MoFi. Quiberon (Le Gall), Belle-Ile ; île de Groix (Guyon- 
varc'h). — Fin. Brest et sur la côte voisine (Tanguy), env. de Croson 
et du Fret (Le Dantec). 

TETRAGONOLOBUS Scop. Caract. du Lotus. Gousse bordée de h 
ailes foliacées. 

%. T. siliquosus Roth, Lotus L. Velu, couché. Souche épaisse. 3 fol. 
obovales-en coin ; stip. ovales. Fl. jaune-pàle. Pédonc. 1-2 f. plus long 
que la feuil. Ailes h f. plus étroites que le diamètre de la gousse. %. 
mai-jt. Prés et lieux humides des ter. cale. — Char.-Inf. g. Lèdes de 
la Gironde à la Tremblade et Oleron ; Fouras, le Chay, Surgères, 
Macqueuille, Va^Y^ hd,& de Matha ; ac. Dœra^ / (Dussouchaud)', env. 
de S.-J.-d'Angély, c. Fontenet, Ebéon, les Eglises-d'Argenteuil (Pi- 
natel). — Deux-Sèv. Brioux (Vernial), Prahe'cq (Maillard), Chi:;é (A. 
Guillon), c. Mausé ! (J. Richard), Tliouars ! (Lebrun), ar. S.-Jouin 

(Brottier). ■ %%. Gir. Lcspariv ! (UgvIqI), Beautiran (Laterrade), 

la Brède (Lafont), 'Martillac (Duricu), Gujan (Motclay). — B.-Pyr. 
Bayonnc (L. Dufour), Biarritz-, S.-Jean-de-Lu3. 

c. Feuil. digltées ou imparipennées. 

LUPINUS L. Cal. à 2 lèv. Étam. monadelphes. Anthères alternative- 
ment arrondies et allongées. Style ascendant, en alêne. Stigm. en tête. 
Gousse oblongue, comprimée, coriace, bosselée obliquement, polysperme. 
Feuil. dlgitées. 

L. reticulatus Desv., L. Unifolius Boreau ; fl. Loire-Inf. L. angus- 
tifolius Pesn. Gucpin. Rac. pivotante. Tige de 3-h déc. rameuse, piibes- 
cente. Feuil. à 5 ou 7 fol. linéaires, en gouttière et glabres en dessus, 
couvertes en dessous de çoils couchés. Fl. bleu-pale, en épi long, ter- 
minal. Cal. à lèv. sup. bihde, l'inf. 1 f. plus longue, à 2,3 dents ou cils 
à peine distincts, muni de trois bractées, dont 2 latérales, et la 3^ pla- 
cée à la base, caduque, é^-alant la lèv. inf. Gousse droite, velue, à 5-6 
graines longues d'env. 5 millim. occupant 2/3 de la largeur de la glousse, 
orbiculaires, aplaties, grises, marbrées de noir (à la loupe, Ijlanches, 
tachées de veines et de points noirs). (î). mai. Champs cale, sablonneux 
en friche. — Char.-Inf. r. Montendre ; Montlicu (de Mescbinet), Bé- 
denac (Foucaud), c. çà et là midi (VOleron, et de la Tremblade à la 
Gironde, r. Ré (de la Pylaie). — Deux-Sèv. Les Aubiers (Gabard). — 
Vend. Pointe duPerraij, le Caillola (Pontarlier), rr. Noirmoutier. RR. 
— LomE-iNF. Chéméré, Fresnag, Machecoul, dans qq. champs seu- 
lement, où il est rare ou commun, selon qu'ils sont cultivés ou en fri- 



LÉGUMINEUSES. 103 

che, pointe de ChemouUn. R. — Mon. rr. Hoidlc ; rr. Houat ! (Delà' 

lande). RR. %%. Gm. AC. — Lan. Arjusan, Roquefort, Aire, 

S.-Seoer,Souprosse,Dax; Mont-de-Marsan {Verris). — B.-Pyr. Env. 

de Bai/onne. 

ANTHYLLIS L. Cal. ventru, à 5 dents. Pét. presq. égaux. Etam. mo- 
nadelphes. Gousse renfermée dans le cal. 

A. Vulneraria L. Couché, pubescent. Feuil. pennées, les rad. à fol. 
impaire très grande. FI. jaune-pàle ou jaunes passant quelquefois au 
rouge, en têtes géminées, terminales, entourées de bractées digitées. 
Cal. oblique à la gorge, à dents très inégales, les 2 sup. ovales. Gousse 
1. sperme, pédicellée dans le cal. %. jn-j*. Champs pierreux, coteaux, 
taillis du cale, sables maritimes, Lèdes. — Ciiar.-Inf. C. — Deux-Sèv., 
Vend. AC. — Loire-Inf. Arthon, Machecoul ; la Saulaie près Candé 
(Desaintdo). R. — Rochers, coteaux et sables maritimes : — Mor. Er- 
deven (Le Gall), Belle-Ile, Pointe du Talu. RR. — Fin. Près de Ra- 
guénes ; Plovan, Crozon, Quélern, env. de Brest! le Conquet ! Ar- 
genton ! Guissény,e[c.(CYO\.mn).VQ. — C.-Nord et Il.-et-V.AC. et C. 
par localités jusqu'à C«ncrt/c. %")!(. Gm.AC. — Lan. Capbreton. 

— B.-Pyr. ce. sables maritimes et falaises de la Barre de l'Adoa/' à la 
Bidassoa. 

{i. rubriflora, A. Dillenii Schultes, Boreau. Fleurs toujours rouges.— 
Ciiar.-Inf., Deux-Sèv. Mêmes lieux. R. •%%. B.-Pyr. Hendaye. 

GALEGA Tourn. Cal. à 5 dents en alêne. Carène presque aiguë. 
Gousse i)olyspcrme, obliquement striée sur les faces. 

%%. G. officinalis L. Tiges de 6-10 déc. dressées, glabres, 11-19 fol 
oblongues-lancéolées, mucronées. FI. bleuâtres, c(qf. roses ou l)lanches, 
nombreuses, en épis oblongs, axillaires, long, pédoncules. Gousse bos- 
selée, aiguë. Graines oblongues, brun-jaunàtre. *^. jt-at. Prés, bord 
des fossés. — B.-Pyr. c. à Masure en Mougaerre (Termonia et moi). 

— Oqf. échappé des jardins où il est souv. cuit. 

ASTRAGALUS L. Cal. à 5 dents. Carène obtuse, mutique. Gousse 
polysperme à 2 loges qqf. incomplètes, formées par le repli de la su- 
ture infér. 

%. A. purpureus Lam. dict. 1, 3U. Vert-grisàtre. Souche épaisse, 
profonde, à rameaux nombreux, garnis de racines. Tiges couchées, cou- 
vertes de poils blancs ainsi que les feuil. à 19-29 fol. elliptiques, échan- 
crées au sommet. Stip. opposées aux feuil., soudées jusque la moitié. 
FI. d'un ijeau pourpre en épi court, ovale, serré, sur un pédonc. plus 
court ou plus long que la feuil. Cal. couvert de poils noirs ainsi que 
les bractées et le haut des pédonc, à dents linéaires, les 2 sup. plus 
courtes. Etendard à limbe oblong, dépassant les ailes de la moitié de la 
longueur de celles-ci. Gousse ovale-lriquètro, marquée sur le dos d'un 
.sillon profond, couverte de longs poils blancs. Graines rougeàtres. ^. 
mai-j'i. Lieux pierreux cale, surtout au bord des bois. — Ciiar.-Inf. 
Le Pin ! (M"!'' George), ac. Dœuilî (Dussouchaùd), de Marsais à Sur- 
gères (Pontarlier), Courçon ! la Rochelle (de Beaupreau), iV Aigre- 
feuille à Croix-Chapeau, S.-Yiclen, S.-Crêpin (Foucaud), bord des 
forêts d'Aulnay et de Benon ; Beauvais (Savatier), S .-Jean-d' Angély , 
Siccq, Macqueville, Arckiac. etc. R. — Deux-Sèv. LoubUlé CJousse), 



104 LÉGUMINEUSES. 

Prahecq, Fors (Maillard), Couture-d'Argenson ! Paizay (Vernial), 
hsnières, Créslères (Giraudias), forêt de Chlzé!{K. GmWon), M auzé l 
et env.! (J. Richard), Niort (Segretain). — Vend. rr. Ile d'Elle (Le- 
tourneux). RR. 

A. bayonensis Lois. Toimniews.- blanchâtre. Souche rampante. Tiges 
couchées à la base. 11-17 fol. oblongues, un peu en gouttière. Stip. lon- 
guement soudées, opposées aux feuil. FI. h-Q sur un pédonc. égalant 
env. la feuil. Cal. tubuleux, couvert de poils noirs, à dents courtes, 
triangulaires. Ailes et milieu de l'étendard blancs, carène et étendard 
bleu-pâle. Gousse obloiif/ae-trigone, en gouttière sur le côté extér., 1 
fois plus longue que le cal. Graines jaunâtres. OJ,. ]"-]*■• Sables mariti- 
mes. — Char.-Inf. De S.-Palals à la Tremhlade ; Oleron ! (Bon- 
pland), c. là, du canal de S.-Georges à Fort-Boyard. — Fin. rr. (lunés 
d'Audlerne (de Guernisac), Beiuec, Trégueiinec, Plomeur, jetée de 

Plovaii (Crouan). R. '■ %%. Répandu du Yerdon (Gir.) à Bldart 

(B.-Pyr.) 

%. A. hamosus L. Plante couverte de poils couchés, blanchâtres. 
15-21 fol. oblongues, échancrées, glabres en dessus. FI. 5-10 jaune-pâle 
entête ovale sur un long pédonc. plus court que la feuil. Gotts.se cylin- 
dracée, en alêne au sommet, pendante, recourbée en hameçon, mar- 
quée sur le dos d'un sillon peu profond, d'abord pubescente. Graines 
comprimées, inégalement carrées, lisses, olivâtres. (î). mai-j". Lieux 
sablonneux, coteaux cale, exposés au midi. — Ciiar.-Inf. Fouras ! 
(Fayej. RR. — Vend. ur. Challlé-les-Marals ! (Genevier), Gué-dc- 
YeUuire (Letourneux). RR. 

A, glycyphyllos L. Tiges de 6-10 déc, faibles, couchées ou ascen- 
dantes, 11-13 fol. ovales. Fï. jaune -ver drître en épi court ; pédonc. axil- 
laire beaucoup plus court que la feuil. Gousse glabre, linéaire, aiguë, 
triquètre, marquée sur le dos d'un sillon profond, arquée, dressée, %. 
jt-at. Bois et haies des 1er. cale. — Ciiar.-Ini-\ Beauoals (Savatier), 
'Loulag ; Dœull ! (Dussouchaud), env. de S.-Jean-d'Angélg (Pinatel), 
Vlrsoh (Faye), Slecq, la Grâce-Dieu et Courçon, forêt de Benon ; 
Beauregard près Nualllé, Ciré, S.Saturnln-du-Bols (Foucaud), Sur- 
gères (Delalande), Saintes ! (Brunaud), Talllebourg. — Deux-Sèv. Fo- 
rêtd'Aulnay (A. Guillon), forêt de Chue; n. Loublllé (Joiisse), Thouars 
(Genucr), Brlon (Pellier), r. S.-Jouln, plus c. Alroault! (Brottier), 
S.-Loup ; Luzay (J. Richard). — Vend. g. Foret de S^'-'-Gemine ! (M^^^ 
VoeYT>ayani), env . c\q Chauag nés (Gouvraud),ho[s de Barbeto rte , Bessay 
(Pontarlier), Vlgneronde, S .-Pierre-le-Vleua; (Letourneux). — Loiue-Inf. 
Sur schiste, /2oa/7e(Desaintdo), Coujfé (Moreau). — Il.-et-V. La Chaus- 

salrle et Matlval près Rennes. RR. %%• Gir. Haux (Delbos), 

S.-André-de-Cubz-ac (Jarris), Llbourne (Mai'nj, Ca^eneuve (Motelay). 

%. A. monspessulanus L. Tige sous-llgneuse h rameaux couchés, 
couverts du débris des anciennes feuil. 21-31 fol. ovales, un peu glau- 
ques. Stip. soudées au pétiole. FI. purpurines en épi court sur un pé- 
donc. plus long que la feuil. Gousse cylindracée, linéaire, arquée, ascen- 
dacte, d'abord pubescente. %. mai-j". Pelouses des coteaux cale. — 
Ciiar.-Inf. AC. — Deux-Sèv. C/it^e (A. Guillon), As/iièrcs (Giraudias), 
Thouars (Toussaints), rr. S.-Jouln (Brottier), Marnes, Avallles ! (Bon- 
nin), RR. MalsonceUe, Thorigné en Avon {Guyon), Niort, Olron (J. B.\- 
chard). — Vend. France près Mou:seull! (MH'^ Poey Davant), Ile d'Elle ! 
(Letourneux), Challlé-les-Marals. RR. %%• Gir. Gironde (Jarris). 



LÉGUMINEUSES. 105 

SCORPIURUS L. Cal. court en cloche, à 5 dents, les 2 sup. soudées 
au-dessus du milieu. Carène rétrécie en bec. Filets des plus longues 
étam. dilatés au sommet. Gousse cylindrique, sillonnée en long, enrou- 
lée, se séparant en 3-6 articles 1. spermes. 

%. S. subvillosa L. Un peu poilu. Tiges couchées. Feuil. lancéolées- 
spatulées, plus courtes que le pédonc. anguleux à 1,2 fl. jaunes. Gousse 
à env. 12 côtes hérissées en dehors de longues épines souv. crochues 
au sommet, (i). 15 mai-j". Lieux pierreux en friche ou cuit. — Ciiar.- 
Inf. Cette plante est bien du pavs. Signalée depuis longtemps par Bon- 
pland dans l'ile d'Oleron, elle a été revue en 18/.8 par M. Delalandesur 
la route de S. -Denis à Chéray, où elle existe encore au b ird de la route, 
des champs et dans quelques friches. Je l'ai revue au L«6et<r dans des 
friches pierreuses, sur l'indication de M. Savatier, et elle devait être 
répandue entre ces deux localités avant la culture plus générale de la 
vigne. Enfin je l'ai retrouvée dans plusieurs vignes au nord du village 

de Serres près Méchers. X^- Gir. Quinsac, Cambes (Later- 

rade), Haucc. château de la M othe (Lafond). —L\^. Collines d'Ar6a?6- 
caœ ! (L. Dufour), les Caubons ! Payros ! (Lagu, Dupoy). 

CORONILLA L. Cal. court en cloche, presq. à deux lèv., à 5 dents, 
les sup. soudées au-dessus du milieu. Carène acuminée en bec. Gousse 
allongée, droite ou arquée, cylindrique ou anguleuse, contractée trans- 
versalement en articles 1. spermes. 

%%. G. Emerus L. Arbrisseau de 5-10 déc. rameux. glabre. Feuil. 
à 3-9 fol. obovales. Stip. petites, li]>res. Pédonc. à 2-3 fl. jaunes, assez 
grandes. Gousse de 5-10 cent., linéaire, à 7-10 articles. Av.-jn. Coteaux 
cale. — Gm. ce. de Bourg à la Rcullle. la Sony s ; Lormont (Ra- 
mey), Arceyres, Cenon (Motelay). 

%. C. minima L. Tige sous-llgneuse, rameaux nombreux, couchés. 
7-9' fol. petite-s, ovales, glauques, épaisses, glabres. Stip. scarieuses, 
soudées en une opposée à la feuil. Fl. 7-10 jaunes en tète sur un pé- 
donc. très long. Cal. à lèv. sup. plus longue, plus court que l'onglet des 
pét. et égalant le pédic. un peu rude. Gousse tétragone. Mai-j^ Pelouses 
sèches, bord des bois et coteaux cale. — Char. -In i-\, Dieu x-SÈv. C. par 

localités %%• Gir. S. -Laurent près Bourg (Lnterrade), S.- 

Gercals (Jarris), Mccrcamps (Motelayj. 

%. C. scorpioides Koch, Ornithopus L. Tige de 15-30 cent, rameaux 
divariqués. Trois folioles glauques, épaisses, les latérales obliques, en 
forme d'oreillettes, la terminale ovale, très grande. Slip, petites, sca- 
rieuses, soudées en une bifide opposée à la feuil. Pédonc. axillaire à 
2-h fl. jaunes. Gousse tétragone, arquée, striée, (i). mai-j". Champs, 
moissons du cale. — Ciiar.-Ixf., Deux-Sèv. AC. — Vend. ac. Plaine. 
%%• Gir. De Blayek Bourg ; Langoiran(Laf ont). 

%. C. varia L. Rac. rampante. Tiges de h-6 déc. tombantes, diffu- 
ses. 17-21 folioles oblongues. Stip. petites, lancéolées, libres. Fl. 10-15 
en tête sur un pédonc. axillaire, plus long que la feuil.; étendard rose, 
ailes I)!anche3, carène blanche, violette au sommet. Gousse tétragone. 

%. j'<-jt. Champs cale. — Ciiar.-Ixf.. Deux-Sèv., Vend. C. 

XX- Gm- La Sow/s, Cenon, Arlac (Laterrade), c. Camlac! et env.. 
S.-Jean (Bonnaves), S.-Maicent (Bellocj. —Lan. S.-Sever (L. Dufour;. 

ORNITHOPUS L. Cal. tubuleux, à 5 dents presque égales. Étam. 
diadelj^hes. Carène obtuse. Gousse linéaire, acuminée, se séparant en 



406 LÉGUMINEUSES. 

articies 1. spermes, indéhiscents. Feull. imparipennées ; fl. en tête sur 
un pédonc. axlllalre. 

" Fl. entourées d'une bractée semblable aux feull. 

O. perpusillus L. Pied d'oiseau. Pubescent, couché. Pédonc. à 3,A 
fl. très petites. Cal. à dents env. 3 f. plus courtes que le tube. Eten- 
dard blanc, strié de rose, ailes blanches, carène jaunâtre. Gousse ar- 
quée, pubescenle, rar. glabre, striée-ridée, à bec droit; articles rétrécis 
aux deux bouts, (i). mai-sept. Pelouses, terres arides. CC. 

O. roseus Dufour. Pubescent, couché ou redressé. Pédonc, à 3,h fl. 
roses failes qqf. blanches), beaucoup plus grandes que dans le précéd. 
Cal. à dents égalant le tube. Gousse droite, glabre, très striée-ridée, 
à bec droit; articles rétrécis aux deux bouts, (i). mai.jt. Lieux sablon- 
neux. -- Ciiar.-Inf. r. Montendre, Montlleu ; Bussac (Foucaud). — 
Deux-Sèv. Chdtlllon ! près Parthenaij (Janneau), A'atc/es (Cornuault). 

— Vend. c. Chcdlccns ! qX env., Yenansault (Pontarlier, Marichal), le 
Tanchet près Chdteau-d'O lonne (Bonnaudj. — Loire-Inf. c. Chéniéré, 
ArtJion, de Fresnaij à Machecoul; S .-Mars-de-Coutals (Gobert),Prm- 
qulauiO. de l'Isle), env. de S.-Nasalre. — Mor. Le \a\ on S. -Perreua; 

(Taslé). %%• Ctir. AC. lieux sablonneux de l'Ouest. — Lan. c. 

Mont-de-Marscln'ÇL. Dufour), Roquefort, Labatut ; Da.i! (Deflersj. — 
B.-Pyr. Le Boucau ; Bayonne (Deflers). 

O. compressus L. Velu-blanchàtre, couché ou redressé. Pédonc. à 
3,/t jl. jaunes. Cal. à dents égalant la 1/2 du tube. Gousse arquée, pu- 
l)eseent(>, rar. glabre, très striée-ridée, à bec robuste, crochu; articies 
non rétrécis aux deux bouts, (i). j"-j''. Champs salilonneux ou grave- 
leux surtout dostcrr. cale. — Ciiar.Inf. La Barde, c àa Montendre à 
Montlleu; Ce/roaa? (Savatier!), l)ois sur les sables depuis /ie/ya^surla 
Gironde jusqu'à la Tremblade, Oleron ; Fouras, Cadeull; BreuU-Ma- 
fjné, S.-Syniphorlen (Foucaud), Corme-Royal, S .-Saolnlen (Tesseron). 

— Deux-Sèv. Chlché, Naides près S.-Loup (Guyon), u. S.-Jouln (Brot- 
liei'), Biard en Glenay (Bonnin), Thouars (Bastard), San^ay, Brlon 
(Lunet), Nuell-sous-les- Aubiers, Bressulre (Genevier). — Vend. Gc- 
rouard, S.-Gllles, Chdteau-d'Olonne, Challans ! et env. (Pontarlier, 
Marichal), île d'Veu. — Loire-Inf. Bellevue près Nantes ; Anet:s ! (Ge- 
nevier), lé Breull (de l'Isle), c. Chéméré, Arthon, de Machecoul à 
Fresnay, de S.-Breoln à la rivière de Bolore. — Mor. Houat. RR. 

^X%- GiR. AC. — Lan. Mont-de-Marsan ; Aire (Sibuet), S.-Seoer 

(L. Dufour). — B-Pyr. Le Boucau, pointe S. -Martin. 

Obs. Avec O. perpusillus et compressus croît qqf. un hybride (O. 
Martini Giraudias, Exsic. Soc. bot. Rochel. n» 759) qui diffère d'O. 
compressus par ses pédonc. dépassant les feuil., d'O. perpusillus par 
ses tiges très allongées, très diffuses, et des deux par ses fl. jaune-pàle 
à étendard rayé de pourpre et par sa gousse en faux à 1-3 articles. — 
J'ai semé cet hybride et j'en ai obtenu les 3 planter. — Voir Bull. soc. 
bot Rochel. an! 1882, p. 21. (J. F.) 

** FL sans bractées follac^'es. 

O. ebracteatus DG, Arthroloblum Desv. Tiges i^'rèlcs, couchées ou 
redress''('s. presque glabres, h paires de fol., la paire inf. éloignée de 
la tige. Bract(''es et stip. petites, membraneuses. Pédonc. à 1-3 fl. jau- 
nes. Ça', à dents env. h f. plus courtes c(ue le tube cylindrique. Gousse 



LÉGUMINEUSES. 107 

arquée, glabre, non striée ; articles non rétrécis aux deux bouts, il), jn-j^ 
Moissons et terres en friche surtout dans les lieux sablonneux. — Char.- 
Inf, r. Montendre ; la Tremblade, Jjoisd'Avail en Oleron. R, — Deux- 
Sèv. Brlon (Lunet). — ac. région maritime de la Vendée à la Vllauie, 
puis graduellement moins c. jusqu'à Brest. — r. sur la côte du nord. 
Iles Bréhat (Debooz), ile Stérec (de Guernisac), anse du Pouldu près 
i^osco//" (Camus). — r. à l'intérieur: Vend. BeauUett et cnv. (Pontar- 
lier). — Loire-Inf. Le Lorouœ ; le Bretdl (de l'Isle), côtés N. et E. du lac 

deGrand-Lleu, Machecoul, S.-Et.-de-Montluc. — ■ %%■ Ctir. AC. — 

Lan. C. — moins c. en Chalosse. ~ B.-Pyr. Env. de Bclyonne, pointe 
S.-Martln. 

HIPPOCREPIS L. Cal. court, en cloche, à 5 dents inégales. Eten- 
dard à onglet saillant ; carène rétrécie en bec. Gousse comprimée, ar- 
quée, sinuée. à échancrures en forme de fer à cheval. 

%• H. comosa L. Tiges nombreuses, couchées. Feuil. pennées à 6-8 
paires de fol. lancéolées-linéaires. FI, jaunes, 6-8 en ombelle, sur un 
pédonc. axillaire, plus long que la feuille. %. mai-j". Lieux arides des 
ter. cale. — Char.-Inf., Deux-Sèv., Vend. C. — Loire-Inf. c. Mache- 
coul, ArtJion. R. — Fin. rr. Camaret (Le Dantec). /S./S^- Gin. 

Ter. sablon. de Laruscade ; c. coteaux. 

ONOBRYCHIS L. Cal. à 5 div. presq. égales. Carène tronquée obli- 
quement, dépassant les ailes. Etam. diadelphes. Gousse comprimée, 
Lloc, 1. sperme, indéhiscente, ridée en fossettes, à suture sup. droite, 
l'inf. courbée, souv. épineuse ou dentée. 

%. O. sativa L. Tiges ascendantes. Fol. nombreuses, pubescentes 
ou 'glabres. Stip. soudées en une seule bifide opposée à la feuil. FI. ro- 
sées, striées, en épis longuement pédoncules ; carène courbée en angle 
arrondi. Dents du cal. en alêne, les deux latérales appliquées, les 3 
inf. étalées. Gousse pubescente, épineuse; épines de la crête plus cour- 
tes qu'elle. %. mai-j". — Çà et là coteaux et bord des chemins du cale, 
dans Char.-Inf., Deux-Sèv., Vend., où il est très cuit, sous le nom de 
sainfoin. %%• Gm. Çà et là. — Lan. La Chalosse. 

d. Feuil. paripennées. 

VICIA L. Cal. à 5 dents ou à 5 lobes. Etam. diadelphes. filets en alêne. 
Style filiforme, barbu sous le sommet du côté infér. glabre du reste et 
entouré de poils courts. Gousse comprimée, polysperme. Feail. pari- 
pennées, terminées en vrille simple ou rameuse. 

* FI. longuement pédonculées. 

V. Cracca L. Tig;e grimpante, faible, anguleuse. Env. 10 paires de 
fol. lancéolées-linéaires ou linéaires, oi)tuses ou aiguës, mucronées, 
pubescentes à poils couchés. Vrille rameu e. Stip. en demi-fer de flè- 
che. FI. bleues, nombreuses, serrées, en épi. Pédonc. axillaire, ord. plus 
long que la feuil. Cal. à dents sup. courtes, triangulaires. Lame de l'é- 
tendard ér/alant l'onglet. Gousse longue de 20-23 mil., large de 4-5, 
sur un support non saillant hors du cal. Hile h f. plus court que le con- 
tour de la graine. 0^. j'i-at. Haies et prés frais. C. 

V. tenuifolia Roth. Port de V. Cracca, mais distinct parla lame de 
l'étendard 1 fois plus longue que l'onglet, par la gousse un peu plus largo, 
plus rétrécie à la base surtout dans sa jeunesse. OJ.. j"-jt. Haies, buis- 



108 LÉGUMINEUSES. 

sons, bois, cliamps, dans le cale. — Ciiar.-Inf., Deux-Sèv., Vend. AC. 

%%. Lan. Mo/it-de-Marsan (Perris). — B.-Pyr. S.-Plene d'Inibe 

(Biluietj. 

V. varia Host., V. vlllosa var. filabrescens Koch. Tige grimpante, 
fail)Ie. anguleuse, 6-7 paires de fol. lancéolées, mucronées, veinées, par- 
semées de poils couchés. Vrille rameuse. Stip. en demi-fer de flèche. 
FI. nombreuses, unilatérales, en épi ; étendard bleu à tube violet, ailes 
plus pâles ou blanches. Pédonc. axillairc, ord. plus long que la feuil. 
CJal. bossu à la base, à dents sup. courtes. Lame de l'étendard une 
fols plus courte que l'onglet. Gousse oblongue-rhomboïdale, longue 
de 24-26 mil., large de 8-9. Hile 8 f. plus court que le contour de la 
gi-aine. (i). j^-at. Champs, moissons du cale. — Giiar.-Inf, Deux-Sèv., 
Vend. C. — Loire-Inf. Çà et là et qqf. ag. d'Ancenls à Ingrandes. 

— FI. 1/2 plus longues que dans les [Drécéd., en épi moins serré. 

%%. GiR. AG. — Lan. g. en Chalosse. 

V. villosa Roth, a les caractères généraux du précéd. auquel qq. 
auteurs le réunissent ; il est plus robuste dans toutes ses parties et 
est couvert de lon<^-s poils grisâtres ; les ailes de la cor. sont violettes, 
])lus claires que l'étendard. (ï). mai-j". — Ciiar.-Inf. M. Tesseron me 
l'a fait cueillir à Cornie-Rogal, dans un champ, reste de coupage, mêlé 
à V. varia, dont il se distinguait facilement. %%• Gir. S. -Lau- 
rent d'Arce (Merlet), la Teste (Gu'ûlaud). — B.-Pyr* Le Boucau. 

%%. V. atropurpurea Desf. Velu. Tige grimpante ou couchée, angu- 
leuse, 5-9 paires de fol. oblongues ou linéaires, ord. obtuses. Vrille ra- 
jueuse, Stip. en demi-fer de flèche. FI. /*-10, pourpres ou rougeàtres, 
unilatérales en é])i serré ; étendard plus long que les ailes. Pédonc. 
axillaire. Cal. non bossu à la base, à dents super, courtes. Lame de 
l'élendai'd plus courte que l'onglet. Gousse de 30 mil. sur 8-iO, plus ou 
moins velue-fauve, à la maturité. Hile 5 f. plus court que le contour de 
la graine, gp- et C2). j". Moissons. — Gir. La Tresne (Lalanne). 

'" FI. courtemetit pédonculées . 

'X. V. serratifolia Jacq. Tige robuste de 3-8 déc. tétragone, striée. 
Feuil. moyennes et sup. à 6 fol. ovales, tronquées, dentées, entières à 
la base. Stip. réniformes, incisées-dentées. Pédonc. presque sessile à l-h 
n. pourpre foncé terne, plus foncé au sommet des ailes. Gousse oblon- 
gue-lancéolée, glabre et veinée sur les faces, couverte sur les sutures 
de tubercules en forme de dents, terminés par un poil. Graines noirâ- 
trers arrondies, légèrement chagrinées ; hile oblong, (îj. j»-jf. Bois du 
cale — Garenne d'Estrade dans la Charente. — Ciiar.-Inf. rr. Bois 
de Chartres près B reull-Mag né (Foacaud). — Deux-Sèv. S.-Jouln (Brot- 
tier). — Montreull-Bellay,Puy-Notre-Dame en M.-et-Loire (Chédeau). 

— Vend. Forêt de St^'-Ge^/A/ne /(M'itjPoeyDavantj, bois de Bessay {Vow- 
tarlier), Passy en Dlssay (Lepeltier). RJR. 

%. V. narbonensis L. Aspect du précéd. qui en est une variété selon 
qq. auteurs ; il en diffère surtout par les fol. entières ou à p(M.i ])rès et 
par la gousse couverte sur les faces de poils liullteux à la base. (i). mai-j". 

— Ciiar.-Inf. ag. moissons entre Loire et Breuil-Maqné{¥o\\QQ,\\(\). 

%%. Gir. Bourg (Durieu). (J. F.) 

Obs. V. Faba L. Fève, est cuit, en grand, surtout dans les terres sa- 
lées au miili de la Loire. 



LÉGUMINEUSES. lOV) 



-10 di 



V. bithynica L. Port d'un Lathyrus. Tige anguleuse de 0- 
à qq. poils. 2-/» fol. oblongues ou lancéolées, mucronées. Vrille rameuse. 
Slip, en demi-fer de flèclie, larges, à grosses dents inégales. Pédone.à 
1,2 il., éteadard violacé, ailes blanches. Cal. à dents presq. égales, de 
la longueur du tube. Gousse velue. Graines arrondies, noirâtres, mar- 
brées, lisses. (!;• ou ^'. mai-j". Moissons, bord des champs cale. — Ciiau.- 
Inf. De S.-Romaln àMéchers, Royaii et la Tremblade; Mornac (Hou- 
fineau), Corme-Royal (Tesseron), Olcron (de l'Islej, AnyUevs, S.-tlip- 
polytc (Foucaudj, Genoidllé (Riveauj. PC. — Vend. n. Champ-S.-Pci e. 
S.-Cyr en Talm.,o. tout le Marais de Luçon (Pontarlier, Marichal), 
Vix (Ayraudj, Chaillé-les-M. (Letourneux). R. — Mgr. ru. Belle-Ile 

(Arroncïcauj, Hœdic, Hotiat (de l'Isle;. %%• Gir. PC. — Lan. 

Mont-de-Marsan (Perris), c. moissons de la Chalo'sse. — B.-Pyr. Env. 
de Bayonne (Sibuet), Biarritz, entre S.-Jean-de-Luz- et la pointe S''»^- 
Anne. 

V. sepium L. Tige grimiDante, anguleuse. 5,6 paires de fol. ovales^ 
tronquées ou échancrées, mucronées. Stip. souv. tachées, à oreillettes 
dentées. Pédonc. très court, à 3-5 fl. violet sale, rar. blanches ou jau- 
nâtres. Cal. à dents inégales, brusquement en alêne, les deux sup. con- 
niventes. Gousse en sab^re, glabre. 0^. mai-j". Haies, buissons. C. 

V. lutea L. Tis^e couchée, anguleuse, 5,6 paires de folioles lancéolées- 
linéaires, mucronées, velues. Stip. tachées, à qq. dents. Fl. jaune-pale 
ou blanches, solitaires, presque sessiles. Etendard glabre. Dents sup. 
du cal. plus courtes, conniventes. Gousse hérissée de poils bulbeu.r à 
la base. (ij. mai-jt. Bord des chemins, Iniissons, moissons. C. 

X- V. hirta Balbis, DC. fl. fr. 5, 581, très voisin du précéd. avec le- 
quel il croit, s'en distingue par la villosité plus abondante, plus raid^;. 
par la tige plus robuste, ord. moins élevée, par les feuil. plus rappro 
chées, à fol. plus serrées, par la fl. blanchâtre, à étendard un peu rosé 
et par la gousse plus grande, plus penchée, couverte de poils tuber- 
culeux abondants, (i)- mai-j». — Cii.-IxF. Ac. moissons de S. -Christophe. 
Muron Œoucaud;. )5c/JC- Gir. « Le Médoc ! » (Clavaud fl. '. (J. V.) 

V. angustifolia Roth, Grand Jer^eau. Tige faible, couchée ou le- 
dressée, anguleuse, 6-8 paires de fol. obovales ou obovales-oblongues. 
échancrées et mucronées au sommet, les sup. qqf. lancéolées ou lan- 
céolées-linéaires, aiguës, mucronées. Stip. fortement dentées (avec ou 
sans tache). Pédonc. très courts à 1-3 /i. violacées, rouges ou rosées. 
Dents du cal. égalant environ le tulie. Gousse linéaire, pubescente, à 
la fin glaljre, ord. noire à la maturité. Graines globuleuses. gL,'. mai-jf. 
Moissons, coteaux, buissons, haies. CC. — Cette i)lante variable ofl're 
les formes principales suiv. 

a. V. segetalis Thuil. Fol. des feuil. sup. oblongues, tronquées avec 
un mucron ; gousse linéaire, comprimée, dressée, fendant le cal. 

'';i. V. Bobartii Forst. Fol. des feuil. sup. linéaires, entières et aiguës ; 
fl. rouges ; gousse ascendante ou étalée ne fendant pas le cal. 

y. V. uncinata De.sv. Grêle; fol. des feuil. sup. très étroites, tron- 
quées avec un mucron ; stip. en trapèze à dents fortes et crochues ; fl. 
rouges ; gousse grêle, cylindracée. 

V. sativa L. Très cuit, comme fourrage sous les noms de Garmbe, 
Jarosse, Charance ; aies lA. toutes larges, échancrées-rétuses, l'éten- 



IIU LEGUMINEUSES. 

• Uird violet, los niles rougeâtres, et diffère surtout du précéd. par la 
uous.sc l)()siSolée, puhescente, roussàlre, à graines globuleuses, un peu 
.•(jiTiprimées, (ï). 

%. V. peregrina L. Pubescent. Tiges grêles, anguleuses, 8-12 paires 
dc'fol. linéaires, tronquées, mucronées. Stip. à 2 lobes linéaires, en- 
tiers. Vrille rameuse. Pédonc. très court à 1 fl. violet terne foncé. Cal. 
en cloche, à dents sup. courbées en dehors. Gousse oblongae, pubes- 
cente, à la iin pendante. 0. juin. — Ciiar.-Inf. Talmont, Méchers ! 
Vaux près Roi/an (de l'Isle).— Deux-Sèv. Prahecq (Maillard), r. Oiron 
(Pontarlier), S.-Martlii de Bern., Brulaln, Fors, Brioux (Sauzé fî.). 
— Vend. lui. Grange près Foaienay. 

V. lathyroides L. Petite plante grêle, couchée. Feuil. infér. à 2 ou 
h fol. en co'ur renversé, les super, à /* ou 6 fol. lancéolées. Vrille sim- 
ple. Fl. petites, bleuâtres, solitaires, sesslles. Gousse linéaire. Grai- 
nes cubiques, ponctuées-tuberculeuses, (i). av. -mai. Pelouses sal)lon- 
nouses. AC région maritime de la Gironde à la Vilaine. — Mou. Groix 
(Le Gall). Séné, Arradon, île de Boët, anse de Pénerf (Taslé).R. — 
Fin. Ile Penfret Glénans; Argenton (Grouan), près Tremenec'h en 
Plouguerneau (Blanchard). — G.-Noud. n. coteaux de Gouédic (Ba- 
ron),' Dahouet, S.-Jacut, Dinard, Paramé près S.-Malo (Mabille). — 
A l'intérieur : Deux-Siîv. Thouars (Lunet). — Louîe-Inf. Ile Dorelle, 
Nantes, Arthon. %%■ Gin., Lan., B.-Pyr. Çà et là ter. sablon. 

ERVUM L. Caractères du Vicia. Style également velu tout autour au 
somme I. 

E. hirsutum L. Ti^e grêle, grimpante. 12-16 fol. linéaires, tronquées 
ou échant-i'écs-nmcronées. Vrille rameuse. Stip. découpées. Pédonc. plus 
court que la feuil. ou l'égalant, à 2-5 fl. blanc-bleuàtre. Dents ducal, 
égales, de la longueur du tube. Gousse oblongue, bosselée, velue, à 2 
graines arrondies, olivâtres, tachées de pourpre ; hile linéaire, (i). 
iuai-jt. Prés, moissons, champs cultivés. CC. — Vulg. Jerseau, ainsi 
que les 3 suiv. 

E. Terronii Ten., E. Loiseleurli Hohenack. unio itin. 103G înonBieb., 
V. hirsuta var. ? Lloyd, notes p. 12. Voisin du précéd., fol. plus gran- 
des, les premières très rapprochées de la tige. Stip., excepté les inf., 
linéaires, entières, horizontales. Gousse glabre, plus grosse, bosselée, 
à 2 graines [)lus grosses, brunâtres, tachées de noir ; hile occupant pres- 
que toute la longueur du long côté de la graine, tandis que dans le pré- 
céd. il en égale seulement 2/3. — Char. -Inf. Bois de la Grâce-Dieu près 
Courçon ; bois de la Sausaie près S.-Agnant (Foucaud). — Cognac 
(Bouchet). 

E. tetraspermum L. Tige grêle, grimpante, glabre. Ord. 8 foi. li- 
néaires, mucronées. Vrille simple ou rameuse. Stip. en demi-fer de flè- 
che. Pédonc. capillaire, plus court que la feuil. à 1-3 fl. blanc-bleuâtre ; 
étendard rayé de violet. Dents du cal. inégales, plus courtes que le tube. 
Gousse oblongue, glabre, ord. à /» graines arrondies, brunâtres, tachées 
de noir; hile linéaire, égalant le 1/5 du contour de la graine. (1). .j"-jt. 
Prés, moissons, haies. C. 

E. gracile DC. Vicia Lois. Tige grêle, grimpante, anguleuse. Ord. 8 
fol. linéaires, mucronées. Vrille ord. simiDle. Pédonc. filiforme, plus 
long que la feuil. à l-h fl. bleuâtres, plus grandes que dans le précéd. 



LEGUMINEUSES. 111 

Dents du cal. inégales, plus courtes que le tube. Gousse Un^alrc, gla- 
bre, à env. 6 graines arrondies, brunâtres, tachées de noir; hlle orale. 
(i). j"-jf. Moissons, prés ducale. — Ciiau.-Inf. AC. — Deux-Skv. ChUé 
(A.Guillon),iVior2^(Segretain),P«/np/'0«.c, pc. Bougon {Hc\uzé),Tho (( ars 
(Bastardj, S.-Jouiii (I3rottierj, etc. — Vend, ac' le cale. (Pontarlier, 
Marichal). — Loire-I^sf. Machecoul, Chéniéré, c. le Collet; les Clèons, 

Saffré. R. — Fin. R. (Crouan). — Il.-et-V. S.-Malo (Rollandj. 

%%. Gm. Prignac (Merlet), Coût ras ; Blanquefovt, Haux (Ramey). 

— Lan. Moiit-de-Marsan (Perris), Souprosse, Rivière; Peyrehorade 
(Féraudj. 

%. E. Ervilia L, Ylcla Willd, Tige dressée, anguleuse, 20-26 fol. 
linéaires-oblongues, échancrées, mucronées. Vrille presque nulle. Pé- 
donc. aristé, plus court que la feuil. k %h fl. blanches, veinées de vio- 
let. Cal. à dents égales. Gousse bosselce-?iGucuse, glabre, à 3-h 
graines arrondies-anguleuses ; hile ovale, (i). jn-jt. Moissons du cale. — 
Deux-Sèv. Thouars (Bastarcl), c. S.-Jouiii (Brottier), Soulièvre. Bou- 
gon, Vançais, Pers, Paisaij-le-Chapt (Sauzé 11.), 

%. E. cassubicum Peterm., Yicia L. Un peu velu. Rac. rampante. 
Tige de h-8 déc, anguleuse. Feuil. distiques, fol. nombreuses, olilon- 
gues, obtuses, mucronées, veinées ; vrille courte, 2,3.fide. Stip. en de- 
mi-fer de flèche, entières. Fl. nombreuses, en épi sur un pédonc. plus 
court que la feuil.; étendard violacé, ailes plus pâles, carène blanchâ- 
tre. Gousse presque rhomboïdale, à 2 grosses graines. %. j»-jt. Bois, 
haies du cale. — Vend. c. forêt de S^^'-Gemme I (W^^ Poey Davant), 
Bessay (Pontarlier). R. — Lusignan (Vienne), Bré^é en Maine-et-L. 
(Revelière). %%• Gin. Bois entre Guitres et Contras (Merlet). 

%%. E. Orobus, Vicia DC, Orobus silvaticus L. Racine sans sto- 
lons. Tiges de 2-/» décim. Feuil. terminées par un court mucron, à6-U 
paires de fol. oblongues, mucronées. Stip. en demi-fer de llèche, en- 
tières ou un peu dentées. Fl. « blanches, veinées et taeliées de violet », 
nombreuses, en épi sur un pédoncule dépassant ord. la feuil. Gousse 
de 20-25 mil. sur 6-7, à graines ovoïdes, comjirimées, lisses ; hile éga- 
lant 1/2 du contour de la graine. %. mai-j». Bois, haie?. — Gm. S.-Ma- 
riens! (Lemarié), Chalet suv la limite de la Dordogne (Motelay). 

PISUM L. Pois. Cal. à 5 lobes foliacés, les 2 sup. plus courts. Style 
plié en dessous en carène, barbu en dessus, S^/p. foliacées, plus gran- 
des que les fol. 

P. arvense L. Tige grêle, flexueuse. 2 ou h fol. ovales, crénelées. 
Pédonc. ord. court, à 1 ou 2 fl. blanc-bleuàtre, niles rouge-noiràtre. 
Graines lisses, grls-verddtre, marbrées de brun-clair, fortement 
comprimées de chaque côté, anguleuses. Hile ovale, env. 10 f. plus 
court que le contour de la graine. (î). j"-j*- ^^*^''^sons du cale. — Char.- 
Inf., Deux-Sèv. Çà et là. PC. — Vend. Cà et là. AC. (Letourneux, 
Pontarlier). — Loire-Inf. Vrit^ (Desaintd-»"). laGuellerie près Ancenis. 

— Fin. Camfrout (Crouan). /S.X- Gm. S.-Michel-la-Rivière, 

Castillon (Motelay). — Lan. c. moissons de la Chalosse. 

P. Tuffetii Lesson flore Rochefovtine. p, 170, P. granulatum Lloyd 
fl. Loire-Inf. Port du suiv. Tige r(jbuste, grimpante, flexueuse, striée. 
A ou 6 fol. ovales, peu ou point crénelées-dentées, mucronées. Pédonc. 
1-2 f. plus long que les stip.. à 1, plus rar. 2 fl. grandes, roses, ailes 
rouge-noiràtre. Graines ghéaleuses, brunes (à la loupe, grises, mar- 



112 LÉGUMINEUSES. 

brées de brun foncé), fuiemeiit granuleuses, séparées par une ploison 
de poils. Hile oblong, 6 f. plus court que le conlour de la graine. (ï). 
av. -mai. — Ciiar.-Inf. Bois de Chartres (Lépine !), la Jeannière près 
Tonnajj-Cha rente (Riveau), la Sauzaie près Beaugeay (Parât). RR. 

— Deu'x-Sèv, Bois du château de S.-Pompaln (Guyon), Argenton-Chd- 
teau (Trouillard). ~ YEm^.Chdteau-GuLoert ! r. forêt de S^'^-Gemme 
(Lepeltier). — Loire-Inf. Buissons des rochers de Mauces. RR. 

Obs. P. satlvum L. Petits pois. Tige robuste, grimpante. 6 fol. Pé- 
donc. court, à 1 ou plusieurs n. blanches. Graines globuleuses, lisses, 
de couleur uniforme, JRune-\yd\e ou gris-verdàtro. Hile oblon^f, ewv. 10 
f. plus court que le contour de la graine, (i). Cuit, partout. — P. elatius 
Boreau flore, an Bieb ? P. elatum DC. prod., port de P. satiouni, fl. 
rougeâtres, graines brun-noiràtrc, lisses, est cultivé dans la région ma- 
ritime, surtout dans le nord de la Bretagne, où on le rencontre aussi 
dans les moissons ; il ne faut pas le confondre avec P. Tuffetii, plante 
de buissons, de boi.g. 

LATHYRUS L. Caractères du Vicia. Style plane et velu en dessus 
au sommet. 

* Pédoncules à 1-3 fleurs. 

L. Aphaca L. Glauque. Tige faible. Pétioles liliformes, terminés en 
vrille, sans feuille. Stlp. très grandes, foliacées, à 2 oreillettes à la 
base. Pédonc. long, à i fl. jaune. Gousse brune, en sabre. Graines noi- 
res, luisantes, (i). j"-j*. Moissons. AC. — Plus c. dans le cale. — Varie 
rav. à vrille terminée par une foliole linéaire-lancéolée. — Deux-Skv. 
Bougon, la Mothe (Sauzé). — Mgr. Port-Louis (Thépault). 

L. Nissolia L. Tige élancée, de h-6 déc. Pétiole lancéolé-linéaire, 
imitant une feuille. Stip. très petites. Pédonc. à 1.2 fl. rouges. Gousse 
linéaire, veinée en long. Graines ponctuées-rudes. (i). j"-jt. Moissons, 
Ivord des haies, buissons. PC. — Plus c. en Bretagne. 

L. sphaericus Retz. Tige anguleuse, triquètre au sommet. 2 fol. lan- 
céolées-linéaires, à 5 nervures ; vrille simple. Stip. linéaires, en demi- 
fer de flèche. Pédonc. aristé, ord. plus long que le pétiole, à 1,2 fl. 
rouge vif. Ovaire glabre. Gousse linéaire, presque bosselée, ti-ès vei- 
née en long. Graines globuleuses, tronquées à chaque extrémité, lisses, 
ri), jn-jt. Moissons maritimes et des ter. cale. — Ciiar.-Inf. PC. — Deux- 
SÈv. S.-Maiœent, Melle, Niert (A. Guillon), S^^-Sabine, S.-Pompain 
(Guyon), Tliouars ! (Lunet), Pug-N.-Dame en Maine-et-L. (Revelière). 

— Vend. ac. Plaine (Pontarlier. Marichal). — Loire-Inf. Mac/ic-cotu, 
Arthon. ac. sur la côte du nord, r. sur l'autre. — Mou. Sar^eati ! 
Vannes (Taslé), Plouhinec (Toussainîsj, Hœdic, Houat, Belle-Ile. B.. 

— Fin. Tréquennec, Plovan (Crouan). %%. Gm. PC. — Lan. 

AC. en Chalosse. 

Obs. L. Cicera L. Tige anguleuse à 2 ailes. 2 fol. linéaires-lancéolées. 
Stip. en demi-fer de flèche. Fl. rouge .solitaire sur un pédonc. plus 
court que la feuil. Gousse oblongue, comprimée, à suture sup. droite, 
en gouttière. Graines anguleuses, lisses, sans tache, rougeâtres. (i). 
mai-j". Cuit, en grand, ainsi que le suiv., et çà et là sous-spontané dans 
les cale, de la Char.-înf. des Deux-Sèv. et de la Vend. — L. sativusL. 
Voisin du précéd. Tige à 2 angles, à 2 ailes. 2 fol. linéaires-lancéolées. 
Stip. en demi-fer de flèche. Fl. blanche, qqf. bleuâtre ou rosée, soli- 
taire sur un pédonc. plus court que la feuil. Gousse elliptique oblon- 



LÉGUMINEUSES. 113 

gue, comprimée, à suture sup. courbée, à 2 ailes. Graines anguleuses, 
lisses, tachées, grisâtres, (i). 

L. angulatus L. Tige grêle, triquètre. 2 fol. linéaires ; vrille simple. 
Pétioles plus courts que les stip. lancéolées, en fer de flèche, à une dent 
dans le sinus. FI. bleuâtre, solitaire. Pédonc. ord. plus long que le 
pétiole, terminé en arête assez longue. Gousse linéaire, glabre, 7ion 
veinée. Graines cubiques, ponctuée s-rudes . (ï). mai-jï». Moissons et 
terres sablonneuses. — AC. région maritime jusqu'à la Vilaine. — r. 
à l'intérieur : — Char.-Inf. Montendre, Montlieu et env. — Deux- 
Sèv. Parthenay (Janneau), Chiche (Guyon), S. -Loup, Thouars. — 
Vend. Fontenay ; env. de Luçon (Pontaflier). — Loire-Inf. Chéméré. 

— Mgr. Vannes, Arradon (Taslé). RR. %%. Gm., Lan., B.- 

Pyr. g. ter. sablon. 

L. hirsutus L. Tige tombante, hérissée, à 2 ailes foliacées. 2 fol. 
linéaires-oblongues, obtuses, mucronées ; vrille rameuse. Pédonc. plus 
long que la feuil. à 1, qqf. 2 fl. bleuâtres. Gousse allongée, couverte de 
poils iDulbeux à la base. Graines, ponctuées-rudes. (2). j'^.-j*'. Moissons. 
AC. jusqu'à la Vilaine; plus c. dans le cale. — Mgr. Vannes, Sar- 
zeau ! (Taslé), « Séné, Arradon, Baden, Quiberon f Arrondeau cat.) », 
Houat, Belle-Ile. — Il.-et-V. S. -Grégoire près Rennes (Letourneux). 
RR. %%. GiR. PC. — Lan. ag. en Chalosse. — B.-Pyr. R. 

** Pédoncules à h-\0 fleurs. 

L. tuberosus L. Rac. garnies detubercules aplatis. Tige anguleuse, 
faible, grimpante. 2 fol. oblongues. mucronées ; vrille rameuse. Stip. en 
demi-fer de flèche. Fl. 2-5 rose vif, sur un long pédonc. dépassant la 
feuil. Gousse renflée, bosselée, rétrécie à la base, marquée sur les faces 
de veines obliques anastomosées, et sur le dos de 3 côtes peu saillantes. 
Graines lisses. OJ.. j'^-j^. Champs cale. — Char.-Inf. S. -Laurent-de-la 
Prée ! (Hubert), S.-Na^aire (Giraudias), S.-Vivien, les Rivières d'A- 
nais. Ciré, le Vergeroux (Foucaud), la Rochelle. — Deux-Sèv. Env. 
de S.-Maixent (A. Guillon). — Vend. Marais de Vix (Letourneux) ; Dis- 
say près Mainclay (Lepeltier). RR. — LomE-lNF. Vignes et friches 

sablonneuses de Pornichet ! (G. de l'Isle), %%• Gm. « Pessac, 

Lignac, le Bazadais (Laterrade fl.). » — B.-Pyr.* Bayonne (Sibuet). 

L. pratensis L. Tiges tombantes, anguleuses ainsi que les pétioles 
et les pédonc. 2 fol. lancéolées ; vrille rameuse. Stip. lancéolées, enfer 
de flèche, foliacées. Pédonc. plus long que la feuil. à 8-10 fl. jaunes. 
Gousse en sabre, obliquement veinée, pubescente. Graines globuleuses, 
marbrées, lisses. Oj.. j^-j*-. Prés, haies. C. 

L. silvestris L. Tiges grimpantes, de 1-3 met., à â ailes foliacées. 
2 fol. lancéolées; vrille rameuse. Stip. lancéolées, en demi-fer de flèche. 
Pédonc. plus long que la feuil. à h-Q fl. rose sale mêlé de vert. Gousse 
allongée, veinée en réseau, glabre. Graines marbrées, à panachures en 
relief. Hile entourant presque la moitié de la graine. %. jn-jt. Buissons, 
haies. — Char.-Inf. 0. ou RR. (Foucaud). — Deux-Sèv. ÂC. — Vend. 
AC. (Pontarlier, Marichal). — LomE-iNF. Vignes et buissons de Mau- 
ves à Oudon et à Couffé. Languin, la Morinière ; les Cléons (Bor- 
nigal). PC. — MoR. Sarzeau ! Plœren (Arrondeau). PC. — Fin. Loc- 
quirec, Gouloen (Crouan). — C.-Nord. S.-Michel-en-Grève, coteaux 
de Tréveneuc (Baron), S.-Juvat (Mabille), la Courbure près Dinan, 
Etables (Morin). — Il.-et-V. r. Rennes (Letourneux), Lande d'/^é (de 



114 LÉGUMINEUSES. 

la Godelinais). %%■ Gir. Bourg (Motelay), Bonis ; Grignols 

(GoLia), Barsac (Durieu). — Lan. Lue, Samadet ; Arbaucave (L. Du- 
four), Peyrchorade (Féraud). 

%. L. latifolius L. Belle plante plus robuste que la précéd. dont elle 
diffère par les fl. grandes, d'un beau rose pur et par Je hile égalant à 
peine 1/3 de la graine dont les rugosités sont plus en relief. *j^. j"-j''. 
Taillis, buissons, souv. vignes. — Ciiar.-Inf. AC. — Deux-Sèv. Niort, 
Paisay (A. Guillon), C/ii5:t? (Giraudias), S'^^-Eanne, la Mothe (Sauzé), 
Airvault (Bonnin). — Vend. Dunes d'Olonne, ac. le cale. (Pontarlier, Mari- 
ciial, Letourneux). %%• Gm. AG. — Lan. Payros! (Lagu, Dupoy). 

L. palustris L. Glabre, grimpant. Rac. profonde. Tiges à 2 ailes fo- 
liacées. 2,3 paires de fol. ovales-lancéolées ou lancéolées, mucronées ; 
vrille rameuse. Pédonc. p'us long que la feuil. èi3,hfl. bleuâtres. Gousse 
allongée, glabre. Graines lisses. ^. mai-j". Prés marécageux. — Char.- 
Inf. Les Gonds près Saintes (A. Guillon), Angliers (Bouchet !). Ge- 
nouillé (Riveau). R. — Deux-Sèv. Marais de Coulon (A. Guillon), de 
Bessines près Niort (Sauzé). R. — Vend. Fontaines ; Luçon (Le-pel- 
tier). RR. — Loire-Inf. Les Cléons, Haute-Goulaine ; marais de 
Quiheix .' (Letourneux), et répandu v.-à-v. dans la plaine de Mazerolles ; 

marais de Vue (Gobert). %%. Gir. Blanquefort (Lafont). — 

Lan. Etang à'Orx (Lesauvage), marais d'York près Labenne (Sibuet). 

OROBUS L. Caract, du Lathyrus. Feuil. imparipennées ; pétiole 
termi,né en pointe courte. 

O. tuberosus L. Rac. rampante, renflée aux nœuds en tubercules ar- 
rondis. Tige ailée ainsi que les pétioles. 2,3 paires de fol. ovales-lan- 
céolées, qqf. ovales. Stip. en demi-fer de flèche. Pédonc. plus long que 
la feuil. à 3,A fl. rouge-violacé. Gousse mûre noire, allongée. %. av.- 
mai. Bois. C. — Une var. O. tenuifolius Roth, à fol. linéaires, très 
étroites, croît à la foret de VHermitain dans les Deux-Sèv. (Sauzé, 
Maillard), à Montlieu (de Meschinet), entre Taillebourg elGrand/ean 
(Doin, Termonia !) et dans la forêt de la Lande en Char.-Inf. (Termo- 

nia). %%• Croît aussi en Gironde à Camlac (Bonnaves), Larus- 

cade, et dans les Landes à Aire (Sibuet), Urgons (Lagu, Dupoy). 

O. albus L. Rac. à tubercules linéaires-en fuseau, fascicules. 
Tige anguleuse, d'env. h déc. %3 paires de fol. linéaires, un peu glan- 
duleuses ; pétiole ailé. Slip, en demi-fer de flèche. Pédonc. 2 f. plus 
long que la feuil. à 5-8 fl. blanc-jaunâtre. Gousse linéaire. Graines 
ovales, tronquées à chaque extrémité, lisses. 9^. mai-j". Prés. —Char.- 
Inf. et Deux-Sèv. AC. — Vend. S .-Pierre-le-Vieua;, S^^. -Christine (Le- 
tourneux), Puybelliard, Sigournais (Pontarlier), Pierre-Levée près les 
Sables (Pontdevie), Commequiers (Gobert). PC. — Loire-Inf. c. entre 

Ancenis, Ligné, S.-Mars-la-Jallle et Ingrande. %%. Gm. c. 

prés env. de S.-Mariens et de Laruscade ; Saugon (Motelay). 

%. O. niger L. Tige rameuse, anguleuse, de à-6 déc. 6-10 fol. ovales 
ou elliptiques, glauques en dessous. Stip. lancéolées-en alêne, en demi- 
fer de flèche. Pédonc. à /»-10 fl. violacées, plus long que la feuil. Style 
linéaire, barbu dans sa moitié sup. Gousse allongée. '^. j^-j^ Bois du 
cale. — Char.-Inf. AC. — Deux-Sèv. Forêt de Chi;sé ! (A. Guillon), 
tous les bois des env. de la Mothe I (Sauzé, Maillard), S.-Loup (Bon- 
nin), S.-Gelais (Guyon), S^^^-Soline (Guyon), Féole prés Thouars (Lu- 
uet). — Vend. c. forêt de S^'-'-Gemme ! (Letourneux), et autres bois des 



ROSACÉES. 115 

env. de Luçon, Pojit-Charault, Château-d'Oionne,c. Sigourncds (Pon- 
tarlier, Marichal), Mer cent (Letourneux). — Noircit par la dessic- 
cation. %^. GiR. S.-Marlens ! (Merletj, Plassac, Guitres, S.- 

Germain-la-Rwlêve, Castillon, S.-EmlUon (Molelay), Bègles (Bon- 
naves). — Lan. S.-Pandelon (Thore), les Cctubons (L. Dufour), Pay- 
ros ! (Lagu). 

ROSACÉES. 

Cal. à 5, qqf. /*-10 lobes, libre ou adhérent à l'ovaire. Cor. à 5. rar. h 
pét. Etam. nombreuses, insérées sur le cal. avec la cor. Ovaires l.loc. 
à styles simples, souv. latéraux. Carp. 1,2. spermes, tantôt solitaires par 
avortement, tantôt soudés entre eux ou renfermés dans le tube ducal, 
imitant un seul ovaire. Fruit en forme de caps., de baie, de drupe ou 
de pomme. Feull. alternes, stipulées. 

A. Étam. \-h. Cor. 0. 

121. Sanguisorba. FI. en tête. Feuil. pennées. 

121. Alchemllla arvensis. Petite plante à feuil. palmées. 

B. Étam. nombreuses. 

a. 1 style. 

116. Prunus. Arbres ou arbrisseaux. Drupe. 

Ab, Cratœgus monogyna, p. 129. 

b. 2-5 styles. 
* Fleurs supères. 

128. Cratœgus. Fruit peu charnu, à 1,2 graines. 

129. Mespilus. Fruit charnu, en toupie, très ouvert au sommet. 
129. Pyrus. Fruit charnu, à 5 loges cartilagineuses, 2. spermes. 

** Fleurs infères. 

122. Poterium. FI. monoïques, en tête. 

121. Agrlmonla. Tube du cal. hérissé d'épines crochues. 

117. Spirœa. Cal. à 5 div. Carp. à 2-5 graines. 

c. Styles nombreux. 
*Cal. à 5 divisions. 

122. Rosa. Ovaires nombreux, renfermés dans le tube du cal. imitant 

une baie. 

118. Rubus. Drupes nombreuses, insérées sur un réceptacle et imitant 

une baie. 

Ab. Spirœa. p. 117; fl. infères. 

** Cal. à 8 ou 10 div., les extér. plus petites. 

118. Geuni. Cal. à 10 div. Carp. terminés en arête. 
118. Fragaria. Cal. à 10 div. Carp. insérés sur un récept. devenant suc- 
culent à la maturité. 

118. Comarum. Cal. à 10 div. Récept. spongieux. 

119. Potentilla. Cal. à 10 div. Récept. sec. 

120. Tormentllla. Cal. à 8 div. Récept. sec. 



116 ROSACÉES. 

A. AMVGDALÉES. Ovaire 1 libre, à 2 ovules, style 1 ; fruit 
charnu, à noyau i, 2. sperme. 

PRUNUS L. Cal. en cloche, à 5 dents. Pét.5. Étam. 20-30. Drupe char- 
nue à noyau lisse ou sillonné, 1. sperme. 

* Fruit couvert d'une poussière glauque, jeunes feuil. enroulées 
par les bords. (Pruniers). 

P. spinosa L. Arbrisseau à rameaux plus ou moins divariqués et 
épineux, les plus jeunes pubescents. Feuil. très variables, ovales ou 
obovales-lancéolées, oblongues, qqf. lancéolées ou ovales-arrondies, plus 
ou moins dentées en scie, à la fin glabres. Pédonc. glabres, solitaires, 
à 1 fl. blanche naissant ord. avant les feuil. Fruit b'ieuàtre, globuleux, 
ord. dressé. Av. Haies, bois. CC. 

p. pubescens. Mêmes formes de feuil. à pubescence plus abondante, 
surtout en-dessous, persistante ; pédonc. pubescent ou pubérulent. PC. 

P. fruticans Reich. Arbrisseau élevé, à rameaux peu épineux, les 
plus jeunes pubescents. Feuil. obovales-oblongues, dentées en scie, ve- 
lues en dessous, surtout sur les nervures. Pédonc. géminés ou soli- 
taires, glabres, à une fl. blanche, naissant ord. en même temps que les 
feuil. Frai^ globuleux, dressé, moitié plus gros que dans le précéd. 
Av. Haies. Ça et là. PC — Les deux espèces précéd. portent les noms 
de Prunellier, Epine noire, Ebeaupin noir. 

Obs. Un arbrisseau (P. ligerina) xois'm du. précéd. est répandu dans 
la vallée de la Loire, du Peilerin à Palmbœuf ; il est plus robuste, à 
rameaux moins nombreux, bois ^ris, brun sur qq. jeunes pousses; feuil. 
ovales, grandes (du P. domestica) crénelées-dentées, à nervures sail- 
lantes ; pédonc. glabre, dirigé en tous sens ; fl. grande, fruit gros du suiv. 

P. insititia L. Arbrisseau élevé à rameaux tortueux, peu épineux, 
les plus jeunes veloutés-grisâtres. Feuil. ovales-ellipticjues, dentées en 
scie, velues en dessous, surtout sur les nervures. Pédonc. ord. gé- 
minés, finement pubescents, à 1 fl. blanche. Fruit (vulg. Belosses) 
globuleux, penche, gros. Av. Haies. Çà at là. PC. 

P. domestica L. Arbrisseau élevé ou arbre à rameaux non épineux, 
les plus jeunes glabres. Feuil. elliptiques, dentées en scie, un peu ve- 
lues en dessous. Pédonc. solitaires ou géminés, pubescents. Fruit 
oblong. Av. Cuit, et çà et là sous-spontané dans les haies. 

Obs. Les espèces précéd., surtout les deux premières, sont moins des 

Elantes distinctes que des réunions de formes qu'il est fort difïicile de 
ien circonscrire en les séparant. M. A. Savatier vient d'en publier 18 
espèces nouvelles dans,VEa.'siccata de la Société Rochelaise, de 1882 à 
1885. — Voir Bull. Soc. Roch. an. 1882, 1885. — Consultez aussi dans 
les actes de la Soc. linn. de Bordeaux, p. 58A à 608, un travail très 
savant par M. Clavaud sur les Prunus de la Gironde, dans lequel ce 
groupe est étudié avec le plus grand soin et chaque forme décrite avec 
détails originaux et complets de tous ses caractères. 

** Fruit sans poussière glauque, jeunes feuil. pliées dans leur 
longueur. (Cerisiers.) 

P. avium L. Cerasus DC. Guignier, Merisier. Arbre élevé, à écorce 
grisâtre, lisse. Feuil. elliptiques, acuminées, un peu pubescentes en 



ROSACÉES. 117 

dessous. Pétiole muni au sommet de 2 glandes. FI. blanches en fais- 
ceaux, sessiles, sortant de bourgeons à écailles non foliacées. Fruit 
petit, à la fin noir. Av. Bois, haies. AC. 

P. Cerasus L. Arbre à rac. traçante. Feuil. elliptiques, acuminées, 
à 1,2 glandes à la base et non sur le pétiole, glabres, luisantes. FI. 
blanches, en faisceaux sessiles, sortant de bourgeons à écailles inté- 
rieures foliacées. Fruit rouge, acide. Av. Bois, haies. Çà et là. PC. 

%. P. Mahaleb L. Cerasus Mil. Arbrisseau qqf. assez élevé, à bois 
odorant. Feuil. ovales-arrondies, un peu en cœur à la base, acuminées, 
obtuses, à dents arquées et calleuses-glanduleuses au sommet. FI. odo- 
rantes en petits corynibes simples, dressés. Fruits petits, ovales, noirs. 
Av.-mai. Haies, bois du cale. — CnkR.-lNF. ac. Beauvais-sur-Matha ! 
et communes environnantes ! (Savatier) ; et de là jusqu'à Cognac ; 
Surgères (de l'Isle), S.-Jean-d'Angély (Lemarié), r. S.-Pierre d'A- 
miliy! du Thou à Péré (Foucaud), r. MontUeu (Dussouchaud). — Dkux- 
SÈv. AC. entre Chef-Boutonne, Couture-d'Argenson, forêt de Chef- 
Boutonne et Aubigné ; Louin (Cornuault). 

B. SPIRÉACÉES. Plusieurs ovaires libres ; plusieurs carp. 
polyspermes. 

SPIR^A L. Cal. à 5 dents. Pét. 5. Étam. nombreuses. Styles 3-12. 
Carp. 2-Ji. spermes s'ouvrant en dedans. 

S. Ulmaria L. Reine des prés. Feuil. pennées à 3 ou 5 fol. ooales, 
entremêlées d'autres plus petites, la terminale à 3 Zoôes, tomenteu- 
ses en dessous, rar. vertes. FI. blanches, en panic. très rameuse. Carp. 
arqués, glabres. %. jn-jt. Bord des eaux. C. — ac. au midi de la Loire-Inf. 

S. Filipendula L. Fllipendule. Rac. à tubercules comme suspendus 
à des fils. Tige simple. Feuil. pennées, à fol. nombreuses, incisées-pen- 
nifides. Fi. blanches, en panic. Carp. droits, velus. %. mai-jn. Prés, 
bois, coteaux herbeux. — Char.-Inf. c. surtout dans le N.-E. — Deux- 
Sèv. ag. dans le sud ; S. -Loup, Amailloux (Guyon), c. Airvault ! (Bon- 
nin), Argenton-Ch.; Thouars ! (Bastard). — Vend. c. ! forêt de 5'^- 
Gemme (M'iePoeyDavant), deChantonnay kPousauqes, Ba^ioges, Si- 
gournais, S.-Prouent, Vairé i'PontavWer)^ Chdteau-d'Olonne (David), 
S.-Hil.-de-Mortagne (Genevier). — Loire-Inf. c. autour d'Anetz ; An- 
cenis, Maumusson, c. le Bignon près Quilly; S.-Philbert (Gailleteau). 
R. — Mgr. Rochers maritimes: Belle-Ile, Groix, Lorient ; Prières 
(Bonamy), Coëtsurho, Sar^eau (Taslé). — Fin. c. ! côte de Pouldreu- 
sic (Bonnemaison), Plovan, le Mènes, Pont-Men (CrouM), île Trébé- 

ron (Blanchard). %%• G^^^- Laruscade; Cenon (Lafont), Cari- 

gnan (Goua), S.-Genès-de-Lombaud (Ramey), S .-Michel-la-Rivière ; 
Camiacl (Bonnaves), Pompignac (Durieu), C/'Jo/i (Daganet), Martillac 
(Jarris), Fargaes (Motelay). — Lan. Mont-de-Marsan ! (Perris), près 
du pont da Gabas (L. Dufour), Castelnau-Tursan (Lagxi), Payros. — 
B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

%. S. obovata Willd., S. hypericifolla DC. Petit arôrtsseaa touffu, 
traçant. Feuil. obovales-spatulées, entières ou à qq. crénelures au som- 
met, pâles en dessous. FI. blanches en petits bouquets axillaires for- 
mant une longue grappe terminale. Mai. Plateaux cale, très pierreux. 
— Char.-Inf. ac! Chaumes de Sèche-Bec près Bords (Lemarié !), laBon- 
nauderie en S.-Savinien (Tesseron!). RR. 



118 ROSACÉES. 



C. DRYADÉES. Carp. 2 ou plus, secs ou charnus, indéhiscents, 
1 .spermes, insérés sur un récept. sec ou charnu. 

GEUM L. Cal. à 10 div. dont 5 extér. plus petites. Carp. secs, ter- 
minés en arête, réunis en tête globuleuse. Récept. sec, cylindrique. 

G. urbanum L. Benoite. Tige simple, velue. Feuil. de la tige à 3 fol. 
obovales, dentées, la terminale plus grande. Fleurs jaunes, terminales. 
Cal. réfléchi. Carp. poilus, à bec glabre, rouge, crochu. Oji. mai-juin. 
Bois, haies. AC. 

RUBUS L. Cal. à 5. div. Pét. 5. Étam, nombreuses. Style presque 
latéral. Carp. formant de petites drupes charnues, 1. spermes, réunies en 
tète globuleuse, creuse en dessous. Récept. hémisphérique ou conique. 

R. fruticosus L. Ronce. Tiges frutescentes, couchées ou recour- 
bées-arquées, couvertes, ainsi que les pétioles, d'aiguillons crochus. 
Feuil. à 5 ou 3 fol. ovales, grossièrement dentées. FI. blanches ou ro- 
sées, en grappes terminales. Pét. ovales, ouverts. Fruits (mûres) noirs, 
luisants. J^-a*. Haies, buissons, bois. CC. — Pour les noml3reuses 
formes de cette plante considérées par plusieurs botanistes comme des 
espèces distinctes, consultez la Monographie des Rubus du bassin de 
la Loire (2*^ édit. 1880) par G. Genevier, volume in S^de/jO/» pages, con- 
tenant la description de 302 espèces. 

R. caesius L. Caractères duprécéd. FI. blanches. Fruits noir-bleudtre, 
àcarp.peu nombreux, couverts d'une poussière glauque. J^-at. Haies, 
bord des eaux. — C. jusqu'à la Vilaine; rr. ou r. au-delà. 

R. Idaeus L. Framboisier. Tiges dressées. Feuil. pennées, les sup. 
ternées. FI. blanches. Pét. ovccles-en coin, dressés. Fruits rouges, 
parfumés. %. mai-j". — Il.-et-V. c. forêt de Fougères! (V. Sacher). 

FRAGARIA L. Fraisier. Cal à 10 div., dont 5 extér. plus petites. 
Pét. 5. Etam. nombreuses. Style latéral. Carp. secs, insérés sur un ré- 
cept. arrondi, accrescent, charnu et succulent à la maturité. 

F. vesca L. Fraisier des bois. Stolonifère. Feuil. à 3 fol. fortement 
dentées, soyeuses en dessous. Poils des pétioles étalés, ceux des pé- 
donc. ord. couchés. FI. 2,3 blanches, terminales. Cal. du fruit étalé 
ou réfléchi. %. mai-j". Bois, haies. C. 

F. collina Ehrh. se distingue du précéd. par les feuil. plus soyeuses, 
les pédonc. plus grêles, le cal. appliqué sur le fruit dépourvu de carp. 
à la base, très adhérent au réceptacle, et par la saveur différente du 
fruit. 9^. mai-j". Bois secs. — Ciiar.-Inf. S .-Christophe (Foucaud), 
Essouvert près le Pin; Aulnay (Giraudias), forêts de Mille-Ecus, de 
fîe/io;ietprob. dans d'autres bois. — Deux-Sèv. La Mothe-S .-Héraije ! 
(Sauzé), Mausé ! (Foucaud). S.-Genard, Asnières, Salles [G'wsnàxdi^), 
Palluau, coteau de Veluché ! c. S.-Loup; Thouars, (Guyon), bois du 
Défend près Availles. — Vend. Forêt de Bessaij, Barbetôrte (Pon- 
tarlier), Vigneronde (Letourneux). 

COMARUM L. Caract. du Fragaria. Récspt. accrescent, spongieux- 
charnu à la maturité. 

C. palustre L. Tige couchée à la base, pubescente, rougeàtre. Feuil. 
pennées à 5 ou 7 fol. lancéolées, dentées, glauques en dessous. Fleurs 
rouge vineux, terminales. Pét. petits, plus courts que le cal. %. jn-j^ 



ROSACÉES. 119 

Marais tourbeux. — Vend. Etang delà Tesserie près Poiuauges (A. 
Rossignol). RR. — Loire-Inf. Rivière d'Erdre et tous les grands ma- 
rais. AC. — Mgr. Lannenec, Camors (Le Gall), vallée de l'Arz à Mo- 
lac, Plaisance près YaiMies (Taslé), ac. Ploërmel (J.-M. Sacher) ; ac. 
étang de Gui en Allai re,c.c. étang de Ca^so/i en S.-Jacut (Moreau), etc. 
— Fin. c. à Bodonoux,Plouzané. Lan-an-Trimm, auxenvirons de Brest 
(Guiho), Kerloc'h, etc. (Crouan), Lesneven. AC. — C.-Nord. Quintin 
(G. Fraval), forêt de Coëtquen, oseraies de Lehon, Treverisn, le Me- 
nez (Mabille). — Il--et-Y. Env. de Rennes (Letourneux), étang de L«/i- 
demarais ; Renac (herb. Redon). 

POTENTILLA L. Caract, du Fragaria. Récept. sec, non charnu. 

* Fleurs jaunes. 

P. Anserina L. Argentine. Tigerampante. Feuil. pennées-interrom- 
pues, à fol. ovales incisées-dentées, soyeuses-argentées en dessous. Pé- 
donc. long, solitaire, 1. flore. %. mai-jt. et sept. Bord des eaux, lieux 
humides. C. 

%. P. supina L. Delastre fl. de la Vienne, p. 153. Tiges grêles, al- 
longées, couchées. Feuil. vertes sur les 2 faces, pennées à 3,5,7 fol. 
obovales-oblongues, incisées-dentées. Stip. entières. Pédonc. axillaires, 
solitaires, penchés après la fleuraison. Fl. petites, jaune-pàle, pét. obtus, 
ne dépassant pas le cal. 0. jn-sept. — Deux-Sèv. Bord de l'étang d'Ot- 
ron ! (Delastre), étang delà Madoire près Bressuire (J. Richard). RR. 

P. argentea L. Tige ascendante, tomenteuse, rougeàtre. Feuilles 
digitées à 5 fol. allongées, élargies et profond, dentées au sommet, en 
coin et entières à la base, cotonneuses en dessous et roulées par les 
bords. Fl. petites en corymhe terminal. 1^. .]'"-]*. Lieux arides, rochers,, 
vieux murs. C — PC. au nord de la Loire-Inf. — M. Jordan a divisé 
cette plante en plusieurs espèces : P. argentata, confinis, tenuiloba, 
decumbens, demissa, etc. 

P. reptans L. Quintefeuille. Tiges simples, longuement rampan- 
tes. Feuil. di^itées à 5 fol. oblongues-obovales, dentées, peu velues. Pé- 
donc. solitaires, plus longs que les feuil. Carp. garnis de tubercules 
mêlés à qq. rides. 9^. j^-sept. Lieux pierreux, bords des chemins, des 
champs. CC. 

P. verna L. Tiges couchées-étalées en touffe, à poils dressés ainsi 
que ceux des pétioles. Feuil. digitées à 5 fol. obovales-en coin, poilues 
sur les bords et sur les nervures en dessous, ayant au sommet 5 dents 
profondes dont la terminale est plus courte. Stip. entières, aiguës. Pa- 
nicule pauciflore. Pét. échanorés, dépassant le cal. %. mai. Pelouses, 
coteaux et bois secs du cale. — Char.-Inf., Deux-Sèv. AC. — Vend. 
Quatre-Vaulx, France ! Garenne-Augeard, c. Vigneronde (Letour- 
neux), Mouzeuil (David), ac. env. de Luçon (Pontarlier). R. —Loire- 
Inf. Coteaux schisteux: Oudon, env. d'Ancenis. de Varades. R. — 
C.-NoRD. S.-Briac, S. -Lunaire (Mabille). — Il.-et-V. g. Miellés de S.- 

Malo à Cancale. %%. GiR. S. -Michel- la- Rivière ; Marcamps 

(Motelay), S^^-Foy (Lanneluc). 

Obs. P. ChaubardianaT. Lagrave, P. rubens S.-Amans non Vil. est 
ord. réuni au précéd.; il est plus robuste, plus lâche, moins velu et les 
fl. sont plus grandes, d'un beau jaune. — Char.-Inf. Pointe du Chay! 



120 ROSACÉES. 

(Letourneiix), c. ter. cale. (Foucaud). — Vend. Rochers de Maillerais 
(LetoLirneux). %%• Gn^- Clssac, Espiet. 

*" Fleurs blanches. 

P. Vaillantii Nestler, P. splendens Ram., P. nivea Bon. p. i»l. Tiges 
couchées, couvertes ainsi que les pétioles de poils mous, étalés. Feuil. 
à 3 fol. ovales-oblongues, vertes et poilues en dessus, soyeuses-argen- 
tées en dessous, bordées au sommet de qq. dents conniventes, la 
dent terminale plus petite. FI. 2,3 terminales. Pét. en cœur renversé 
dépassant beaucoup le cal. Carp. lisses ou rar. ridés, poilus vers l'om- 
bilic. %. mai-j". Pelouses, buissons, bord des chemins, bois. — Char.- 
Inf., Deux-Sèv. C. — Vend. c. Bocage (Pontarlier, Marichal), forêt 
de S^^-Gemme. — Loire-Inf. Edv. de Nantes, le Pellerin, bord de la 
mer, c. landes du Pin ; Monnières, Pennebé, etc. AC. — Mgr. g. Arzal 

(Taslé), R. Belle-Ile. RR. — Il.-et-V. Baquer-Morvan (Gautier). 

X%. GiR., Lan., B.-Pyr. C. 

P. fragariastrum Ehrh. Fragaria sterilis L. Tiges faibles, cou- 
chées. Feuil à 3 fol. ovales arrondies, fortement dentées, plus velues 
en dessous. Pétioles hérissés, FI. 1-3 terminales. Pét. échancrés, dé- 
passant peu le cal. %. mars-mai. Haies, bord des chemins. CC. — 
Port d'un fraisier. 

TORMENTILLA L. Carnet, du Potentilla. FI. à h parties. 

T. erecta L. Tiges couchées. Feuil. sessiles, à 3 fol. ovales-oblon- 
gues, dentées. Stip. incisées-digitées. Pédonc. solitaires, plus longs gue 
les feuil. Cor. jaune, toujours à /» pét. dépassant le cal. Carp. striés- 
ridés et qqf. un peu tuberculeux. %. jn-eept. Prés, pelouses, bois, 
landes. CC. — Dans les bois les feuil. sont qqf. soyeuses-blanchâtres 
en dessous. 

T. reptans L. flore Loire-Inf., Pot. mixta Reich. Boreau, P. nemo- 
ralis Bor. herbor. 1862. Tiges longues, rameuses, couchées. Feuil. pé- 
tiolées, à 3 fol. obovales-oblongues, dentées, les radie, à 5. Stip. lan- 
céolées, entières ou 2,S.fides. Pédonc. solitaires, plus longs que les 
feuilles. Cor. jaune, à A et 5 pét. dépassant le cal., plus grands que 
dans le précédent. Carp. striés-ridés et qqf. un peu tuberculeux. OJ,. 
jn-at. Bord des marais. — Deux-Sèv. Secondigny (A. Guillon), S.-Au- 
bin-Baubigné (Genevier), Pamplie, les Groseïliers, Allonne, Mausé 
(Sauzé fl.). — Vend. c. Mortagne (Genevier), ag. Napoléon (Pontar- 
lier), Pouzauges (Gadeceau). — LomE-iNF. ac. bord des marais de 
VErdre, la Seilleraie, les Cléons, c. lande de Kerfeuille, la Cha- 
pelle-des-Marais et la Brière, bord du lac de Grand-Lieu, etc. — 
Mgr. Pontivy (Taslé), S.-Martin (G. de Vlsle), Monte rte lot (Elphège). 
— Il.-et-V. Co rp. s -iVt< rfs ( he rb. Degl and). — Espèce très distincte, con- 
servant tous ses caractères par la culture. Elle diffère du précéd. par 
ses feuil, pétiolées, ses stip. plus petites, ord. entières, et par sa cor. 
plus grande, à A et 5 pét. sur le même pied; de Potentilla reptans par 
les dents de ses fol. plus aiguës, par le ncmbre de ses pét., par ses 
carp. moins tuberculeux mais plus ridés, et enfin par ses tiges rameuses, 
ne commençant à émettre de racines aux nœuds qu'à l'automne, ce qui 
explique pourquoi les auteurs décrivent les tiges comme non radicantes. 

%%• Gm. Cap Ferret ! (Guillaud), bord des étangs de Cazau, de 

Laca/iaa. — Lan. Bord des étangs d'Orx, d'Aureilhan et sans doute 
ailleurs. 



ROSACÉES. 121 

Obs. Cette plante, que sa ressemblance avec Potentilla reptam* et 
Tormentllla erecta empêche de reconnaître, est prob. répandue ; elle 
a deux stations : l'une au bord des marais dans les localités citées et 
prob. dans beaucoup d'autres ; la 2®, dans les landes élevées, sur les 
coteaux, les pelouses, et M. Letourneux soupçonne que cette plante 
des lieux secs est différente de celle des lieux humides. Il l'a recueille 
à S.-Père-en-Rets (Loire-Inf.), à la Châtaigneraie, Faymoreau, Vou- 
vant, et M. Gobert à ChaUans, Cesais (Vend.), et je l'ai vue ac. dans 
les Montagnes-Noires et d'Ares en Bretagne, 

AGRIMONIA L. Cal. à 5 dents courbées en dedans après la fécon- 
dation, hérissé sous le limbe d'épines crochues. Pét. 5. Etam. 9-15 in- 
sérées avec les pét. à la gorge du cal. Styles 2. Carp. 1,2 renfermés 
dans le cal. endurci, imitant une caps. 

A. Eupatoria L. Aigremoine. Poilu. Tige simple. Feuil. pennées- 
interrompues, à fol. ovales-lancéolées, dentées. FI. jaunes, écartées, 
en épi effilé, terminal, entourées à la base de 3 bractées. Fruit en cône 
renversé, sillonné presque jusqu'à la base, à épines extér. très étalées. 
%. jn-sept. Lieux pierreux, chemins. AC. — Moins c. au-delà de la 
Loire-Inf. 

A. odorata Mil. Koch. Très ressemblant au précéd., plus robuste, 
fruit plus court, plus arrondi à la base, sillonné peu profondément jus- 
qu'au milieu, à épines extér. recourbées. 0^. jn-sept. Bord des haies 
fraîches. — Vend. Champ-S.-Père, env. de Napoléon! (^Pontarlier, 
Marichal), les Herbiers (Gadeceau). — Loire-Inf. Manigné! près la 
Chapelles. -Erdre (Beuchet), les Cléons! (de l'Isle^, forêt de Touvois ! 
(Cailleteau). 

D. SANGUISORBÉES. FI. souv. unisexuelles ; cal. à 3-5 dlois.; 
cor. 0; style 1,2, à stigm. en pinceau ; carp. 1,2 libres, renfermés 
dans le tube du cal. resserré au sommet et imitant une capsule. 

ALCHEMILLA L. Cal. à 8 div., dont h très petites. Cor. 0. Etam. 
l-h insérées à la gorge du cal. Styles 1,2 latéraux. Carp. 1,2 recouverts 
par le cal. 

A. arvensis Scop., Aphanes L. Petite plante étalée ou couchée, ve- 
lue. Feuil. en coin à la base, palmées à 3 lobes 3. ou S.fides. FI. ver- 
dâtres, agglomérées dans les stip. larges, dentées. Etam. ord. 1. (l). 
mai-sept. Champs. CC. 

SANGUISORBA L. Cal. à limbe A. lobé ; tube quadrangulaire, en- 
touré à la base de 3 petites écailles. Cor. 0. Etam. A oppositives. Style 
1, stigm. en pinceau capité. Carp. 1,2 renfermés dans le cal. endurci. 

S. offlcinalls L., S. serotina Jord. Glabre. Feuil. imparipennées; fol- 
oblongues-en cœur, obtuses, crénelées, glauques en dessous. FI. rouge- 
noirâtre, serrées en tête ovale-oblongue, terminale. Oji. a^-sept. Prés 
inondés l'hiver. — Char.-Inf. Balansac (Delalande), Bédenac (Le- 
mariél), Montendre. Oleron, Surgères ; S.-Pierre-d Amilly ! Anais, 
Cadeuil (Foucaud), S.-Ouen, Pays-bas de Matha (Savatier), ac. Dœuil ! 
(Dussouchaud). — Deux-Sèv. Mausé ! (J. Richard) et jusqu'au 3/arais 
de Coulon (A. Guillon) ; Loubillé (Jousse), Echorigné, Genouillé et 
Champault près C/ii^é. — Vend. c. par localités aux'env. de ChaUans 
(Gobert). R. — Loire-Inf. Les Prés bas de S.-Julien-de-Concelles ! 
(Bornigal), S^^-Luce : Ingrande (Guiho) ; S.-Herblon ! Anetz, c. bord 



122 ROSACÉES. 

du Doti et de ses affluents de Treffieux à la Vilaine ; Crevry près ^.- 

Lyphard{Le Boterf et moi). PC. %%.Gm. S. -Marlens, Larus- 

c'ade, Bruges, Facture ; Castelnau-de-M édoc (Laterrade), Lacanau 
(Mûtelay), Blganos (Jarris), Léogeats (Goua), Cestas (Banon). — Lan. 
Mont-de-Marsan (Perris), S.-Paul (Thore). — B.-Pyr. Bidart (Blan- 
chet), lande du Socoa. 

POTERIUM L. Plmprene'le. FI. monoïques ou polygames. Cal. à 
limbe A. lobé ; tube resserré au sommet, entouré à la base de 2,3 écail- 
les. Cor. 0. Mal. 20-30 étam. Fem. à 2 styles ; stigm. coloré, en pin- 
ceau. Carp. 2. renfermés dans le cal. endurci. 

P. dictyocarpum Spach, P. Sangulsorba L. part. Glabre ou velu 
sur le bas de la tige et sur les pétioles. Tige anguleuse, rougeâtre. 
Feuil. pennées à fol. arrondies, dentées, qqf. (P. Guestphalicum 
Bœnng.) glauques surtout en dessous. FI. verdâtres en têtes globu- 
leuses, terminales, les fem. au sommet. Etam. dépassant le cal. Fruit 
à h angles obtus, ridé en réseau, à 2 graines. OJ,. mai-jt. Vieux murs, 
coteaux, terres sal)lonneuses, surtout sables maritimes. C. — Moins c. 
intérieur de la Bretagne. 

P. muricatum Spach, var. platylophuni et stenolophuni. Diffère 
du précéd. par le fruit b;)rdé de h ailes entières ou dentées, à faces 
muriquées par des fossettes irrégulières dont les bords sont élevés et 
dentés. %. mai-.jt. Mêmes lieux. — Ciiar.-Inf. C. — Deux-Sèv. ac. le 
cale. — Vend. La côte et le cale. (Pontarlier, Marichal). — LomE-iNF. 
Ancenis, Clermont, Nantes ; le Paliet (P. Bruneau), Buzay ; Ile Du- 

met, Stc-Marie près Poratc /(Gadeceau), les Moutlers ■){(,%. Giu. 

AC. — Lan. Aire (Sibuet), et prob. ailleurs en Chalosse. 

E. ROSÉES. Cal. urcéolé, limbe à 5 dio. dont 3 souv. pennifides ; 
pét. 5; étam. nombreuses; plusieurs styles; carp. nombreux, os- 
seux, velus, pariétaux, renfermés dans le cal. devenant charnu 
à la maturité et imitant une baie. 

ROSA L. Rosier. Caract. des Rosées. Arbrisseaux munis d'aiguil- 
lons ; feuil, Imparipennées, .stipulées. 

* Styles courts, dÂstincts, non soudés en colonne. 

R. pimpinellifolia L. Tige de 1-8 déc. très rameuse, couverte d'ai- 
guillons nombreux, droits, inégaux. Feuil. à 5,7 ou 9 fol. ovales-ar- 
rondies, dentées, ressemblant à celles de la Plmprenelle. Pédonc. 
glabre à une fl.^ blanche ou un peu rosée, qqf. rouge! odorante. Lobes 
du cal. lancéolés, entiers, à la fin dressés. Fruit globuleux, noir. Mai-j". 
Coteaux, haies et sables maritimes. — Ciiar.-Inf. ag. par localités bois 
de La Tremblade et d'Arvert; O^ero/i .'(Delalundo), bois de S^'^-Soulle 
(Tesseron!). — Vend. AC. — rr. à l'intérieur, forêt de S^^ -Gemme l 
(Mlle Poey Davant). — Loire-Inf. Le Cormier, S^^-Marie, Escoublac, 
Poullguen,, Pont-Mahé. PC. — A l'intérieur, schistes depuis la Grée 
(et vis-à-vis près du Clérat) jusqu'à la Roche près Ancenis. — AC. ou 
C. par localités au-delà de la Vilaine. — Deux-Sèv. Coteaux schisteux 
d'Argentoîi-Chdteau ! (Trouillard), S.-Loup (Cornuault). 

^. R. .splnoslsslma L. Pédonc. et fruits plus ou moins hérissés d'ai- 
guillons. — Vend. De S. -Gilles aux Sables. —Loire-Inf. Anse duPor- 
teau près S^<^-Marle. R, — Mor. Dunes de la presqu'île de Qulbe'ron 



ROSACÉES. 123 

à Etel et Port-Louis, où ses rac. traçantes et ses tiges couchées for- 
ment de larges gazons fleurissant sur la terre. — Çà et là dans le reste 

de la Bretagne. %%• B.-Pyr. Haies du Boticau et dunes de la 

barre de i'Adour. 

y. R. R'partu Déség. différent du type par les fol. surdentées à sur- 
dents glanduleuses ainsi que la côte des fol. et les stip. se trouve çà 
et là dans la région marit. FI. du type. 

Obs. Les arbrisseaux suiv. appelés Eglantiers, habitent les haies, 
les buissons, les bois ; leurs fl. terminales 1 à 5, qqf. plus nombreuses 
et réunies en corymbe, paraissent fin mai-juin. Jai noté seulement les 
principales formes de ce genre intéressant, mais où il est impossible 
de dire ce qui constitue l'Espèce. Il n'y a pas deux auteurs d'accord 
sur ce point. La nature n'en a peut-être pas fixé les limites, a dit Linné, 
et cette opinion est bien prouvée aujourd'liui par les travaux abondants 
des monographes, et mieux par les jardiniers qui créent tous les jours 
des formes nouvelles différant bien plus entre elles que ne le font n )S 
rosiers sauvages. — Pour d'autres détails, consultez la Flore du Centre 
de Boreau, les ouvrages suivants de Déseglise : Essai monographique 
sur 105 (nombre porté à ihS dans un catalogue postérieur) espèces de 
Rosiers français, les Rosiers Ou centre de la France {VA espèces), 
Catalogue raisonné des espèces du g. Rosier, plusieurs desc/v'p^to^s 
de Rosiers, et les ouvrages de F. Crépin, botaniste belge. 

R. canina L. Aiguillons courbés, uniformes. FoZ. elliptiques ou ovales. 
dentées en scie, sans glandes odorantes. Fl. rosées ou blanches. Lo- 
bes du cal. pennifides, caducs à la maturité. Fruit ovale, qqf. ar- 
rondi ou oblong. 

A. Glabra. Fol. et pédonc. glabres. 

a. R. canina L. Fol. simplement dentées, pétiole lisse ou avec qq. 
glandes et poils ; fruit ovale, qqf. oblong ou arrondi. AC — Varie à 
fol. plus ou moins luisantes, plus ou moins glauques, qqf. pliées en 
gouttière ; fl. rose ou blanche. 

b. R. dumalis Bechst. Fol. surdentées à surdents glanduleuses ainsi 
que les pétioles et les stip.; fruit aussi variable. — Forme très com- 
mune, très-variable, à fol. tantôt régulièrement ou abondamment, tantôt 
irrégulièrement ou obscurément surdentées, se reliant insensiblement 
au type ; feuil. qqf. glauques ; fl. rose ou blanche. 

c. R. squarrosa Rau. Rameaux lâches, flexueux, souv. rougeàfres, 
à aiguillons rapprochés, presque droits ; fol. à surdents glanduleuses 
ainsi que le pétiole avec qq. poils, qqf. en gouttière; fl. rose; styles 
velus ; fruit ovale. PC. 

B. Hispida. Pédonc. hispides ou velus. 

d. R. andegavensis Bast. Fol. glabres, ovales, largement dentées en 
scie, pétiole glanduleux avec qq. poils ; pédonc. hispide ; fl. rose ; fruit 
ovale, obovale-oblong ou globuleux, plus ou moins hispide ; style his- 
pide. AC. 

e. R. collina Jacq. Robuste ; fol. ovales-arrondies. un peu velues et 
pales en dessous, pétioles pubescents et glanduleux; cal. glabre; fl. 
rose, grande ; fruit gros, ovale ; styles hispides. — Deux-Sèv. Par- 



124 ROSACÉES. 

thenay. — Vend. Commequiers (Gobert). — Loire-Inf, Pornic, c. 
entre S. -Sébastien et Lesnérac; Oudon ; Varades (Gadeceau) ; Val- 
let ! (de l'isle), Port-Launay î (Dumas). R. 

f. R. coryinbifera Borkh. Fol. ovales-oblongues, aiguës aux deux 
bouts, velues en dessous, à dents simples calleuses-mucronécs, pétioles 
velus et glanduleux ; pédonc. poilus à la base ou partout, non glandu- 
leux, courts, en corymbe, les latéraux qqf. rameux ; bractées grandes 
ainsi que les stip.; appendices du cal. longs ; récept. conique ; fl. lavées 
de rose. — Ciiar.-Inf. ag. Montlleu ; S.-Aigulin, Corme-Royal. — 
Loire-Inf. CUssofi; S. -Fiacre /(G. del'Isle), Machecoul, Nantes, Nort, 
Ancenls. — Mgr. Vannes (Arrondeau). Prob. répandu. 

Aberr. R. subobtuslfolla. 

C. Pubescens. Pétioles et fol. pubescents, pédonc. non hispides. 

If. R. subobtuslfolla a les caractères et les fol. arrondies du suiv. 
dont il est distinct surtout par les feuil. gris-cendré, velues des deux 
côtés et par le pédonc. qqf. hispide. Ce Rosa est répandu autour de 
Nantes et je l'ai vu et suivi depuis 1871 entre Clisson, le Pallet, S*^- 
Fiacre et S^-Sébasticn, aussi à Ancenis, et je le cultive depuis 10 ans. 
Déséglise le rapproche du R. colllna Jacq. (non Lloyd fl. de l'Ouest le- 
quel est nommé R. Lloydi in Dés. cat. p. 222). 

g. R. obtuslfolla Desv. Fol, vert mat, simplement dentées, oval. -ar- 
rondies, presque obtuses, qqf. aiguës, velues des deux côtés ou seule- 
ment en dessous ; fl. blanche, styles qqf. agglutinés ; fruit ovale-arrondi. 
AG. — Jeunes pousses qqf. rougeàtres. 

h. R. dumetorum Thuil. Fol. ovales-arrondies, qqf. aiguës, simple" 
ment dentées, ciliées, velues des deux côtés ou seulement en dessous, 
pétioles velus peu ou point aiguillonnés ; fl. rose-clair ; fruit ovale- 
arrondi. R. — La pubescence est très variable, qqf., surtout dans le 
cale, du midi, aussi cendrée que dans R. Sherardl. 

i. R. urblca Lem. Ressemble au précéd., dont il diffère surtout par 
les fol. aiguës, velues seulement en dessous sur les nervures, les pé- 
tioles plus aiguillonnés et le fruit ovale ou oblong. ; fl. qqf. blanche. AG. 

j. R. platyphyUa Rau. Très voisin des trois précéd., plus robuste ; 
foi. grandes, oval. -arrondies, aiguës, à dents de scie calleuses au som- 
met, glabres et vertes en dessus, plus pâles en dessous et velues sur 
les nervures ; pétioles velus et glanduleux, fortement aiguillonnés ; 
fl. grande, rose-clair. — Char.-Inf. Mortagne, Oleron, Revétisonprès 
Mauzé. — Loire-Inf. Ancenls. R. — Prob. ailleurs. 

Obs. Les trois précéd. se confondent tellement par des intermédiaires 
qu'il m'est souvent impossible de les distingiur. 

R. tomentella Lem. Très ressemblant à R. obtuslfolla, dont il est 
qqf. bien difficile de le distinguer. Aiguillons forts, courbés. Fol. plus 
aiguës, un peu glanduleuses-odorantes, surdentée? à dents glanduleuses, 
portant en dessous qq. glandes sur les nervures; pétioles velus et 
glanduleux. Pédonc. courts, hispides ou inermes, qqf. poilus. Styles poi- 
lus, un peu en colonne à la base. Fl. petite, blanche, d'abord très légè- 
rement lavée de rose. Fruit ovale-arrondi, rouge, non orangé. — Loire- 
Inf. AC. entre la Haie-Fouassière. S. -Fiacre et Vertou près Nantes. 

R. Garionii. Déség. descrip. ros. 1, p. 13. Très voisin du précédent. 



ROSACÉES. 125 

Robuste. Fol. à surdents peu nombreuses ou presque nulles, très peu 
ou point glanduleuses-odorantes ! Pédonc. hispides ou lisses qqf. sur le 
même pied. FI. très légèrement rose changeant promptement en blanc. 
Styles libres, glabres. Fruit ovale. — LomE-iNF. S.-Fiacre près Nantes. 
— Cette espèce innommée édit. 3, p. 110, est cert. distincte de R. to- 
mentella et doit être rangée dans les rublglnosœ, non dans les ca- 
ninœ pubescentes comme l'indique Dés. 1. c. Son odeur rubigineuse 
qqf. faible a été reconnue par tous ceux qui l'ont vue dans mon jardin, 
où je la cultive depuis là ans. 

R. jundzilliana « Besser », Boreau. Aiguillons longs, presq. droits. 
Fol. arrondies ovales, aiguës, surdentées à surdents glanduleuses ainsi 
que les nervures en dessous, le bord des stip. et les pétioles. Pédonc. 
hispide ainsi que la Ijase du fruit ovale. Style à qq. longs poils. FI. rose 
tendre passant au blanc. — Deux-Sèv. Bois du Défend près Availles, 
AC. de Thouars à Pommier ; Amailloux (Guyon). — Char.-Inf. Sain- 
tes (Brunaud). 

R, sepium Thuil. Buisson très rameux. Aiguillons courbés. Fol. el- 
liptiques rétrécies aux deux bouts, surdentées, glanduleuses-odo- 
rantes en dessous ainsi que les pétioles. Pédonc. glabre. FI. blanche ou 
lavée de rose. Lobes du cal. caducs à la maturité. Styles glabres. Fruit 
ovale-oblong. — Chak.-Inf. C. — Deux-Sèv. et Vend. C. calcaire, r. 
Bocage. — Loire-Inf. ac. arrond. d'Ancenls, r. ailleurs. — r. reste de 
la Bretagne; ac. env. de Dinan et littoral d'/i. -et- V. etC.-Nord voi- 
sin. — Une forme (R. virgultorum Rip.), remarquable par les feuil. 
pubescentes en dessus et en dessous ainsi que les pétioles et par le fruit 
arrondi est répandue dans la région marit. de la Loire-Inf., enirePou- 
liguen, Escoublac, Lesnérac et S. -Sébastien. Je l'ai vue aussi dans le 
cale. — Sur les coteaux très arides, plus petit, fol. et fruit plus allon- 
gés. (R. agrestes Savi.) 

R. rubiginosa L. et Anglor. Buisson touffu. Aiguillons inégaux, les 
uns robustes courbés, les autres grêles presq. droits. Fol. ovales-ar- 
rondies, surdenlées, glanduleuses-odorantes en dessous ainsi que les 
pétioles. Pédonc. hispide. Sép. se redressant après l'anthèse, marces- 
cents. FI. rose vif, petite. Styles velus ou pubescents. Fruit ovale ou 
globuleux, rouge vif. R. — Moins r. dans le cale, et au midi de la Loire. 

R. micrantha Sm., R. nemorosa Libert. Caract. duprécéd.; moins 
odorant, lâche ; aiguillons égaux, tous courbés ; sép. caducs avant la 
maturité ; fl. rose, petite ; styles ord. glabres ; fruit petit. AC. 

R. tomentosa Smith ? R. Sherardi et subglobosa Smith. Aiguillons 
droits, les plus vieux un peu courbés. Fol. ovales, surdentées, velues, 
vert-cendré sur les deux faces. Pédonc. hispide. Pét. roses, non ciliés- 
glanduleux. Styles velus. Fruit ovale-globuleux, hispide, qqf. un peu 
glanduleux, — Char.-Inf. c. Les Mathes, La Tremblade. — Deux- 
Sèv. La Mothe (Sauzéj, Prahecq (Mailiardj, S. -Loup, Vausseroux 
(Guyon). Airvault et env. (Bonnin), env. d'Argenton-Ch., sous Puy-N.- 
Daine ; S.-Aubin-Baubigné (Genevierj, etc. — Vend. Çà et là. — LomE- 
Inf. Bouaye, les Cléons, la Haie, la Chapelle- B.- Mer et çà et là N.-E. 
de la Loire. R. — Mgr. Ploé'rmrl{J.-^i. Sacher). — C.-Nord. Littoral 
des env. de Dinan (Mabille). 

R. mollissima Fries ex. Déség. Caract. du précéd. Odeur ord. un 
peu résineuse, fol. ovales-obiongues, plus finement surdentées dusuiv.; 



126 ROSACÉES. 

pétales rose vif qqf. ciliés à la base ; fruit gros, hispide, variable, glo- 
buleux ou ovale plus ou moins urcéolé, couronné par les sép. marces- 
eents, dressés. — Çà et là au delà de la Vilaine : Yannes, Ile-aux- 
Molnes, Ploërmel,^ S^^- Brigitte, Petimarc'h, env. de Brest, S.-Brieuc 
et région marit. jusqu'à ^I.-Ma^o, /)tna/i, Rennes. — Forêt d'Ancenis, 
Forêt-Pavée en Loire-Inf. (Gadeceau). — Deux-Sèv. Chapelle-Bertrand 
(Guyon). 

p. R. résinosoides Crép. diffère du type par la couleur du bois, les 
feuil. vert plus cendré, les fl. rose plus vif, le pédonc. lisse ou avec qq. 
soies, le fruit lisse, rh. à Vannes avec le type. 

R. fcetida Bast. Très voisin du précéd. Odeur un peu résineuse. Ai- 
guillons presq. droits. Fol. ovales-elliptiq. ou ovales-oblongues à dents 
surchargées en dessus de 3,h dents fines glanduleuses, parsemées de 
poils mais vertes en dessus, velues-cendrées en dessous et un peu glan- 
duleuses ; pétioles velus et glanduleux. Pédonc. hispides. Tube du cal. 
un peu hispide, qqf, glabre, Sép. très glanduleux. Pét. roses. Fruit ov.- 
globuleux ou ov,-oblong, — Char.-Inf. Roy an (de l'Isle), forêt cVAr- 
vert, avec odeur fétide. — Vend. Badiole près Napoléon (Pontarlier), 
R, — LomE-iNF. Çà et là forêt cVAncenis! cVArraise (delTsle), Nosay 
(Migault). — Mon. Ploërmel. — Fin. Morlaix (Miciol). — G, -Nord. 
Dinan ; forêt de Coëtquen (Mabille). — Il.-et-V. Rennes ; S.-Aubin- 
d'Aubigné (Tetrel). 

** Styles soudés en colonne. 

R. leucochroa Desv. Aiguillons courbés. Feuil. jaunissant en été. 
Pétioles pubescents. Fol. elliptiques, dentées en scie, pubescentes en 
dessous surtout sur les nervures ou à la fin glabres, nervures saillan- 
tes. Pédonc. glabre ou hispide. FI. blanche à onglet jaunâtre, odo- 
rante; disque saillant. Lobes du cal.pennifides. Styles glabres soudés 
en colonne tantôt saillante, tantôt presq, incluse. Fruit glabre. PC. — 
Plus G. au midi de la Loire. — Dans qq. lieux, cette espèce embarras- 
sante a la colonne des styles aussi longuement saillante que dans R. 
arvensis, avec pédonc. glabre (R. chlorantha Sauzé) ; dans d'autres, 
elle est courte ou de longueur variable, avec pédonc. hispide ou glabre, 

R. systyla Bast, Voisin du précéd.; fol. luisantes, velues en dessous 
sur les nervures, restant vertes ; pédonc. hispide ; fl. rose sans onglet 
jaune; colonne des styles saillante. PG. — Plus G. au midi de la Loire. 

Obs. R. parvula Sauzé, Mail, très voisin de R. systyla, s'en distin- 
gue, selon les auteurs, surtout par la fl. beaucoup plus petite, le pé- 
donc. glabre ou muni de poils très fins non glanduleux, les rameaux 
grêles et les feuil, d'un vert tendre, ac. midi des Deux-Sèv. (Sauzé fl,). 

R. stylosa Desv. Voisin des deux précéd.; fol. ovales ou oblongues, 
d'un vert mat, restant vertes, légèrement pubescentes en dessus, cou- 
vertes en dessous d'une pubescence glaucescente appliquée ; pédonc. 
hispide ; fl. blanche ou un peu rosée, à anthères très jaunes. — Deux- 
Sèv. Je l'ai cueilli à Thouars et à Argenton-Château. — Ghar.-Inf. 
Chaban. Sèche-Bec près Bords. 

R. arvensis L, Tige faible, à aiguillons courbés. Fol. vert-clair, ovales- 
elliptiques, largement dentées, glaucescentes en dessous. Pédonc. glan- 
duleux, rar. glabre. Fl. blanche, inodore. Lobes du cal. court peu de- 



ROSACÉES. 127 

divisés. Styles glabres, en longue colonne égalant les étam. Fruit glo- 
buleux, ovale ou obovale, glabre. C. 

Obs. R. seperma Sauzé, a les caractères généraux de R. arcensis ; 
feuil. vert assez foncé, non glaucescentes en dessous ; fl. blanche à bouton 
rosé, peu odorante; sép. pennifides ; fruit petit, ovale oblong, récept. 
convexe non en cône ; styles saillants à stlgni. élagés qqf. dès la l^ase, 
assez courts et non en long-^ue colonne nue dans les 2/3inf. S.-Eanne{Deux- 
Sèv.),d'où je l'ai reçu de M. Sauzé et cultivé pendant plusieurs années. 

R. bibracteata Bast. Se distingue qqf. avec peine de R. arvensis et 
surtout du suiv. Dressé et plus robuste que tous deux, il diffère en 
outre du premier, par les fol. vertes sur les deux faces, un peu plus 
pâles en dessjus, luisantes, à dents plus serrées, par les fl. odorantes, 
3-18 en corymbe à pédonc. violacés, munis de 2,3 bractées opposées ; 
son pojt et ses styles en colonne glabre plus courte, le séparent de R. 
sempercirens. Fruit persistant après l'hiver; récept. conique; pétiole 
pubescent-glanduleux. — Char.-Ixf. Dans le nord. PC. — DEUX-Sèv. 
PC. — Vend. pc. Bocage, c. Plaine et env. (Pontarlier, Letourneux). 

— Loire-Inf. Machecoul, Pointe de Cheinoulin, ac. de S.-Brevui à 
Bourgneuf, d'Aiicenis à \arades. PC. — rr. au-cielà de laLoi-e. — 
R. env. de Dlnan, de S.-Malo (Mabille). 

p. glandulosa. très remarquable par ses rameaux flagelliformes 
longs de h-6 met. et couverts à leur extrémité de soies glanduleuses 
sur uae longueur de h-6 déc, est mêlé au type à la Forêt en Vertou ! 
près Nantes (G. de l'Isle). 

Obs. R. consplcua Eor. ne me paraît pas différer des individus très 
florifères du R. bibracteata que l'on voit entre Ancenis et Ingrande. 

R. sempervirens L. Tige à longs rameaux flagelliformes, tom- 
bants, aiguillons courbés. Fot. elliptiques, acuminées. finement dentées 
en scie, luisantes et vertes sur les deux faces, persistantes. Pédonc. 
et cal. glanduleux. Fl. blanche à odeur peu agréable. Sép. presque 
toujours entiers. Styles hérissés, surtout dans le midi, en longue co- 
lonne plus courte que les étam. Fruit ovale ou globuleux; récept. 
plane. — Ch.\r.-Ixf. AC. surtout région maritime ; Ile de Ré, S.-Na- 
zalre, avec fruit globuleux. — Deux-Sèv. La Mothe (Maillard). — 
Vend. Chasnais, la Couture. Talinont (Pontarlier, Marichal). Ile 
d'Elle, Lorbrie, Fonienay, Gué-de-Velluire (Letourneux). B. — Loire- 
Inf. Le Pallet, avec fruit globuleux ; çà et là Pornic ; Bois de C'er- 
inont. 

Obs. R. prostrata DC. Déség., Mon. 16. dont j'ai vu un fort buisson 
à Saintes au bord de la route de Lormont, ressemble à R. semper- 
virens, dont il diffère surtout par les styles glabres, longs, non soudés. 

— R. scandens Mil. plante du midi, très voisine de R. sempervirens, 
que je culuve d'Antibes (Var) a les feuil, élégamment luisantes, les 
pét. écartés l'un de l'autre, le fruit petit, arrondi. 

R. obtusifolia, tomentella, Chaboissœi, ont quelquefois les styles 
soudés en colonne ; d'autres ont aussi cette apparence par suite de 
l'affaissement du disque dans la plante desséchée. 

Sont étrangers à la Flore: R. provincialis Ait. Rose de Provins, à 
fl. pourpre-noir, simples ou lomi-doubles que l'on rencontre qqf. dans 
les haies, autour des habit lions ; — R. Borœana Béraud reste d'an- 



128 ROSACÉES. 

cienne culture, dans les mêmes conditions ; — R. arvina Krocker à fl. 
demi-doubles, que M. Tesseron a vu ac. au Bois de Ferrières près S.- 
Savinieii et à S^^-SouUe (Char.-Inf.) ; — R. baltlca Boreau, plante 
américaine trop légèrement admise dans la Flore par Boreau, qui a donné 
ainsi lautorité de son nom à des répétitions trompeuses. Pour l'origine 
de sa plantation dans les dunes de Pornicliet, voir Flore de l'Ouest, édit. 
3, p. LXIII. 

Ohs. gén. Dans nos Rosa aucun caractère n'est constant. J'avertis 
donc que les R. canina, duinalis, andegaoensls, dumetorum, micran- 
tha ci-dessus, représentent des groupes de formes très variables. Autre- 
ment, si l'ont veut détailler et fixer par ex. un type canina, dumalis 
comme dans les descriptions deDéség., il serait facile, dans la Loire-Infé- 
rieure seulement, d'ajouter à la Flore 30 espèces dont les buissons sont 
différents de ces types et de même valeur. 

Un certain nombre de ces formes m'a été nommé comme suit ; je 
connais la plupart des buissons qui ont fourni mes échantillons, et je 
pourrais les décrire longuement si je ne craignais de rendre encore 
plus confuse la nomenclature de ces plantes. Voici la liste de ces espèces: 

Caninse nudae. R. mucronulata Dés. cat. 1. i»5, Ancenis. — R. 
separabllls Dés. fasc. 1, p. 9, Ancenis. — R. sphœrica Gven. Nantes, 
Oudon, Vannes. 

Canitige biserratae. R. malmandariensis Lej. grande et belle fl. rose ; 
Dœtiil (Char.-Inf.), Mauves, Ancenis (Loire-lnf.), Plestin (C.-'^ovd). — 
R. rubesrens Rip. Morlaix ex Miclol. — R. oblonga Dés. Atiets 
(Loire-Inf.V — R. Chaboissœl Gren. que je cultive est un rfama^ts très 
surdenté à styles poilus, qqf. en colonne ; S.-Christophe (Char.-Inf.). 
Ancenis, S.-Fiacre, Couéron (Loire-Inf.). — R. glaucina Rip., Ance- 
nis. — R. cladoieia Rip., Nantes et Vertou. — R. biserrata Mérat, 
Ancenis, Vertou (Loire-Inf.). — R. sphœroidea Rip., Dés., cat. p. 169, 
glauque, surdenté, fr. presque rond, récept. plane, styles courts, hérissés. 
Couéron (Loire-Inf.). 

Caninae hispldse. R. SubertiKip. Caract. de R. andegavensis, feuil* 
surdentées, fr. ovale, styles hérissés; Revétison, S.-Christophe en Char.- 
Inf. (Foucaud). — R. inconspicuaDes. cat. p. 188, voisin de R. Suberti, 
fol. très surdentées, fr. ovale-arrondi, styles hérissés ; la Perche en 
Breuil-Magné dans la Char.-Inf. (Foucaud), — R .hispidula Rip., Dés. 
Cat. p. 217', robuste, feuil. vert-foncé, simplement dentées, pubescentes 
en dessous sur les nervures et le pétiole, pédonc. la plupart hisj^ides, 
fll. blanche, styles courts, velus, récept. convexe. La Série près Ancenis 
(Loire-Inf.). 

Caninse pubescentes. R. seniiglabra Rip. Ac. Ancenis qqf. à fl, 
blanches. — R. platyphylloides Rip. Dés. cat. p. 207, Oudon, Ancenis, 
le Pallet (Loire-inf. )'. 

Rubiginosae. R. apricorum Rip. Argenton-Chdteau (Deux-Sèv.). 
^- R. Lenxanii Bor. Nantes, Ancenis, etc. — R. permixta. Dés. AC, 

F. POMACÉES. Cal. à tube adhérent à l'ovaire, limbe à 5 lobes 
pét. 6; étatn. 20; style 1-5 ; fruit charnu, à 1-5 



CRAT.ffiJGUS L. Styles 1-5. Fruit fermé par les dents du cal., à 1-5 
loges osseuses. 



ROSACÉES. 129 

C. monogyna Jacq. Ebaupin, Aubépine, Epine blanche . Arbrisseau 
très rameiix, épineux. Feuil. largement ovales, en coin à la base, 
à 5 lobes profonds, dentés au sommet et dont les nervures sont diver- 
gentes. FI. blonches.qqf. rusées, en corymbes lerrninanl lespetitsrameaux. 
Pédic. glabres ou velus. Lobes du cal. lancéolés. Style 1 Fruit rouge, 
presque globuleux, à 1 graine. Mai. Haies, bois. CC. 

C. Oxyacantlia L. Crat. oxyacatithoides Thuil. Port, du précéd. 
dont il se distingue par les feuil. obovales, d'un vert foncé, luisant, à 
3 ou 5 lobes peu profonds, dont les nervures sont convergentes, par 
les lobes du cal. plus courts et par le fruit ovale, plus gTos, ord. à 2 
styles, à 2 graines. Av. -mai. Haies, bois, — Char.-Inf. AC. — Deux- 
Sèv. Cà et là le cale. — Vend. Çà et là près Fontenay, S.-Sigismond. 
(Letoiirneux), ac. Mortagne (Genevier). R. — Loire-Inf. WAncenis à 
Varades et. à la Chape'lle-S. -Sauveur ; Erbray, ailleurs qq. pieds cà 

et là. AR. — Il.-et-V. S.-Sulliac (Morin). %%. Gir. Créon 

(Daganet). 

%%. C. Pyracantha Pers. Mespilus L. Arbrisseau très rameux, 
épineux. Feuil, ovales, obovales ou elliptiques, coriaces, luisantes en 
dessus. FI. blanches en corymbe. Pédonc. pubesccnts. Lobes du cal. 
courts, triangulaires. Fruit globuleux, rouge écarlate à la maturité, 
ord. à 5 styles, à 5 graines saillantes, à nu dans leur partie sup. 
Mai. Haies. — Gir. Haux (Ramey), S^^-Croix-de-Mons (Motelay). 

MESPILUS L. Lobes du cal. foliacés. Styles A,5 glabres. Fruit {nèfle, 
mêle) en toupie, très ouvert, à 5 lobes, à 1,2 graines osseuses. 

M. germanica L. Néflier. Arbrisseau épineux. Feuil. oval.-lancéolées, 
velues-molles en dessous. FI. blanches, solitaires, sessiles. Mai. Haies, 
bois. AC. 

PYRUS L. Styles 5, rar. 2,3. Fruit charnu, arrondi ou ovale, ombi- 
liqué au sommet ; 5 rar. 2,3 loges 2. spermes, à cloisons cartilagineuses. 

P. communis L. Poirier sauvage, Poirasse. Arbre à rameaux épi- 
neux. Feuil. ovales, acuminées ou en cœur-arrondies (cordata Desv.), 
dentelées, de la longueur du pétiole, à la fin glabres. FI. blanches, en 
corymbes terminant les petits rameaux. Styles libres. Fruit de gros- 
seur variable, arrondi, ou rétréci à la base, ombiliqué au sommet, à 
sép. caducs ou marcescents. Av. -mai. Haies, bois. C. — Souche, dit-on, 
des poiriers cultivés. 

P. Malus L. Pommier sauvage, Ai^r«ssea«. Arbre à rameaux épi- 
neux. Feuil. ovales-acuminées, à dents obtuses, dépassant le pétiole, les 
plus jeunes pubescentes en dessous, surtout sur les nervures. FI. blan- 
ches, rosées en dehors, en corymbes terminant les petits rameaux. Styles 
soudés à la base. Fruit ombiliqué aux deux bouts. Av. -mai. Haies, 
bois. C. — Souche, dit-on, des pommiers cultivés. 

{■i. tomentosa. Feuil. plus ou moins tomenteuses, surtout étant jeunes. 
Moins C. 

P. torminalis Ehrh. Cratcegush. Alisier. Arbre. Feta7. ovales, tron- 
quées ou en cœur à la base, à 7 lobes dentés, les deux inf. étalés, pu- 
bescentes dans leur jeunesse. FI. blanches, en corymbe rameux. Styles2,3. 
Ovaire et pédic. velus. Fruit obovale, brunâtre. Âv.-mai. Haies, bois. AC. 

P. domestica Smith. Sorbus L. Cormier. Arbre assez élevé. Fe«i7. 



130 ONAGRARIÉES. 

pennées à 13,15 fol. ovales-oblongues, velues-blanchâtres en dessous. FI. 
blanches, nombreuses, en corymbe. Fruit verddtre ou roussdtre, en 
forme de poire. Mai. Haies, bois. AC. jusqu'à la Loire-lnf. inclus. — 
MOR. PC. 

P. aucuparia Gsert. Sorbus L. Arbre à écorce grisâtre. Feuil. pen- 
nées à 13,15 fol. oblongues, dentées en scie, surtout au sommet, pubes- 
centes-tomenteuses en dessous. Bourgeons pubescents. Fi. blanches, nom- 
breuses, en corymbe. Fruit petit, ovale, rouge vif. Mai-j". ag. dans 
presque toutes les forêts de la Bretagne au nord et à l'ouest de Rennes 
et de Vannes. 

ONAGRARIÉES. 

Cal. plus ou moins adhérent à l'ovaire ; limbe à h rar. 2-5 lobes. Pét. 
li, rar. â-5. Etam. 1-8 insérées avec la cor, à la gorge du cal. Style 
filiforme à 1 ou /» stigm. Ovaire k2-h loges. Placenta centraux. 

EPILOBIUM L. Cal. caduc, à A lobes. Pét. h. Etam. 8. Caps, linéaire, 
à h loges polyspermes, à h valves. Graines chevelues. 

* Péi. entiers ; étam. penchées. 

E. angustifolium L, E. spicatuni Lam. Tige de6-lAdéc. rougeàtre. 
Feuil. éparses, lancéolées, veinées. FI. grandes, rouge-violacé, en bel 
épi termmal. Pédonc. ayant à la base une bractée étroite. OjL. jt-a^. Bois. 
— Vend, ru, forêt cVAi^enay (Marichal, Pontarlier). RR. — LomE-iNF. 
Bois du Parc ! et de la Garenne à Chdteaubriant ; forêts de Juigné, 
à'Ancenis (Guiho), la Bretéche (Thomas) ; souv. sur les charbonnières. 
R. — Mon. Poiit-Sal près Aurag (Le GaU), S.-Geran CElphège), Ples- 
cop, forêt de Cainors, tour d'Elven (Taslé), forêt de Brambien (Ar- 
rondeau). RR. — Fin. Forêt de Las (Bonnemaison), Plounéour-Méne:s, 
Plourin (de Crec'hquérault), N. du Ménesc'hom (Blanchard). RR. — 
C.-NoRD. RR. forêt de Lorge (Cornillé) ; « de la Hunaudaie, de Lou- 
déac (Mabille), » Merléac (Fraval), forêts du Beffou, de Coat-an-Nos, 
de Duault, de LoguivyPlougras (Le Corre). — Il.-et-V. C. par localités. 

** Pét. échancrés ; étam. dressées. 

E. hirsutum L. Rac. stolonifère. Tige de 6-15 déc. très rameuse, 
poilue. Feuil. lancéolées-oblongues, irrégt dentelées, demi-embrassantes, 
un peu décurrentes, velues surtout sur les nervures. FI. grandes, ro- 
sées. Stigm. h étalés. %. j'-a*. Bord des eaux. — Ciiar.-Inf,, Deux-Sèv. 
AC. — Vend. c. rég. marit. et cale. pg. ailleurs (Pontarlier). — LomE- 
Inf. Chdteaubriant ; Joae (Bornigal), la Piéranne (Lctourneux), les 
Cléons, forêt de Touvois, Machecoul, Fresnay, étier du Vert; Cler- 
mont ; S.-Herblon ! Saffré ! (Guiho), g. Guérande (Genevier), c. la 
Digue en S. -Nie. -de-Redon (Moreau), etc. PC. — Mgr. Hennebont, 
Ploërmel (Le Gall), n. Malestroit (Elphège). — Fin. Plomeur, Pen- 
marc'h; Àudierne, Tre/Jles, Plounéves-Lochrist, Plouescat (Crouan 
fl.). — C.-NoRD. Bon- Abri et env. de Tréveneuc (Baron), Val André près 
Dahouet et Pléneuf! Plévenon (Cornillé), et çà et là jusqu'à Lavarde 
près S.-Malo (Mabille), r. Lannion (Elphège), S.-Juvat, Tréfumel 
(Morin). — Il.-et-V. La Vilaine à Renn?s (Letourneux), S.-Grégoire, 
la Chaussairie (J.-M. Sacher), Redon (Delalande), Lohéac (Moreau). 



ONAGRARIÉES. 131 



Ainsi que clans les suiv., les feuil. sont opposées et les sup. alternes. 
%%. GiR. AC. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), S.-Seuer (L. 



Bufour), Perq ti le !{Lagii). — B.-Pyr. Hendai/e. 

E. parviflorvim Witli. E. molle Lam. Rac. fibreuse. Tige de 3-7 dée. 
ord. simple, velue. Feuit. lancéolées, sessiles, molles, velues-blpnchà- 
tres (surtout dans la région marit.), iDordées de petites dents rougeàtrcs- 
gianduleuses. FI. petites, rosées. Stigm. h étalés. %. ji-sept. Lieux 
humides, bord des eaux, surtout près de la mer et dans le cale. — C. 
au midi de la Loire. — LomE-iNF. et Mgr. AC. — Moins c. au-delà. 

— Qqf. rameux et haut de 10-16 déc. dans les fossés ombragés. 

%%. GiR., Lan. AC. —B.-Pyr. Biarritz. 

E. palustre L. Rac, à stolons filiformes. Tige simple ou peu rameuse, 
couverte d'un duvet court, plus prononcé sur 2 ou A lignes. Feuil. lan- 
céolées-linéaires, presq, entières, à bords roulés, pubescentes, sessiles. 
FI. petites, rosées, Stigm. ovale, entier. Graines lisses, linéaires-encoin, 
prolongées au sommet en un appendice portant Taigrette. OJ*. jt-a*. Ma- 
rais. — Char,-Inf. Marais de Berjat. — Deux-Sèv. Secondlgny (A. 
Guillon), Bressuire (J. Richard). — Vend. Aubigny, les Clouzeaux, 
abbaye de Jard (Pontarlier, Marichal), la Bauduè're, Bourneau, Vi- 
gneronde (Letourneux), rr. la Yerrie (Genevier). R. — Loire-Inf. 
Machecoul ; marais de la Boicre (P. Bruneau), tous les grands marais 
de l'Erdre, Chdteaubriant ; S. -Nie. -de-Redon (Moreauj. PC — Mor. 
AC. — Çà et là Montagnes Noires et d'A/'és. — Fin. Lambe<ellec, 
Gouesnou (Crouan). — C,-Nord. Plédran (Baron), le Jaudi, à Pom- 
merit (Le Corre), forêt de la Hunaudaie (Morinj. — Il,-et-V. Fou- 
gères, Parigné ! (V. Sacher), Bout-de-Lande (Rolland), %%. 

Gm. « Marais près de la Leyre (Laterrade fl.). » — Lan, S.-Sever (L. 
Dufour). 

E. montanum L. Mut. fig-, 98, Tige cylindrique, pubescente. Feuil. 
ovales-lancéolées, glabres, irrégt dentées en scie, courtement pétiolées. 
FI. petites, lilas, plus foncées en vieillissant. Stigm, h étalés. %. jn-jt. 
Lieux boisés. — Deux-Sèv. Argenton-Ch. ; Manières (A. Guillon), 
Bourgneuf [GoheTi), S .-Pompain, rr. S. -Lo^^p (Guyon), pc. la Mothe 
(Sauzé), Melle (Giraudias). — Vend, Forêt de Youvant ! (Letourneux), 
Pont-Char ault, Pousauges, S.-Laurent-sur-Sèvre (Pontarlier, Mari- 
chal), c. Mortagne (Genevier), S.-Hilaire-des-Loges (Pontdevie). — 
LomE-iNF. AC. — G. au-delà. — Une forme à feuil. lancéolées, que j'ai 
vue en Vendée, vis-à-vis Boussay, et qui, par la culture, est revenue 
au type, se distinguera de E. lariceolatuni par la couleur des fleurs et 
par les feuil. plus larges clans la moitié inférieure, tandis que dans E. lan- 
ceolatum, les feuil. sont également rétrécies dans les deux moitiés et 
plus pétiolées. %%• Lan, S.-Sever (L. Dufour). 

E. lanceolatum Sebast. Tige pubérulente, souv. rougeàtre, garnie 
aux aisselles des feuil. de petits rameaux feuilles. Feuil. lancéolées, 
obtuses, à dents écavlées, pétiolées. Fleurs d'abord penchées et blan- 
ches, à la fin d'un rose vif Stigm. 4 étalés. %.j'^-i^ et sept. Bord des 
chemins, des haies, lieux arides, pierreux, et aussi bois, haies fraîches. 
C. — Très distinct du précéd. qui n'a jamais les fl. blanches et qui ne 
croît que dans les lieux boisés. Les feuil. des jeunes plants s'étalent en 
naissant et forment une rosette semblable à celles des Valerianella, 
tandis que dans E. montanum, elles sont dressées et imbriquées en 
colonne dont la coupe transversale donne un carré parfait. 



132 ONAGRARIÉES. 

* E. roseum Schreb. Mut. fig. 101. Tige rameuse, pubescente au som- 
met, marquée de 2 lignes saillantes. Feull. oblongues-lancéolées, ci 
derits nombreuses, inégales, toutes pétiolées. FI. blanchâtres, striées 
de rose, rosées à la base. Stigin. ovale, entier. %. — La localité la 
plus rapprochée est Angers. 

E. tetragonum L. Mut. fig. 103, pour le type. Rac. stolonifère au bord 
des eaux. Tige raide, rameuse, .souv. rougeatre, pubescente au sommet. 
Feuil. lancéolées-linéaires, glabres, luisantes, rétrécies graduellement 
de la base au sommet, à dents inégales et écartées, sessiles, décur- 
rentes en h ou 2 lignes saillantes. FI. lilas foncé. Stigm. linéaire, en- 
tier. Graines obovales-oblongues, très finement ponctuées. %. (2). (1). 
j"-jt. Ac. bord des eaux, c. fossés desséchés, jardins, moissons. — Dans 
ces deux dernières stations, la plante est moms élevée, ses feuil, sont 
plus rétrécies à la base, sessiles ou courtement pétiolées, et les 2 ou h 
lignes sur la tige sont moins ou très peu saillantes ; c'est alors E. La- 
myi Schultz, lequel, après la fleuraison, produit à la base une ou plu- 
sieurs rosettes de feuil. destinées à fleurir l'année suivante. Mais lors- 
que la même espèce est plantée ou croît au bord des eaux, en place de 
rosettes de feuil., il se développe des stolons filiformes à feuil. distantes 
par paires. En cet état, c'est E. obscurum Schrelx, E. virgatum ? auct. 
an Pries ? cependant, ces stolons ne paraîtront pas si la localité vient 
à se dessécher. On remarque aussi que les feuil. sont d'autant plus al- 
longées et sessiles que la plante croît dans un lieu humide et ombragé. 
Je ne crois pas que nous ayons ici deux ou trois espèces, mais bien une 
seule qui dans les lieux secs est le plus souvent annuelle, et peut vivre 
plusieurs années, surtout au bord des eaux. 

C&NOTHERA L. Garact. de VEpilobium. Graines non chevelues. 

^%, CE. biennis L . Tige de 6-10 déc, rameuse, rude, poilue. Feuil. ova- 
les-lancéolées, rétrécies en pétiole, un peu velues, dentelées. FI. grandes, 
jaunes, légèrement odorantes, en épi, s'ouvrant vers les 5-6 heures du 
soir; pét. en cœur renversé, dépassant, les étam. et env. 1/2 plus courts 
que le tube du cal. (^. j"-i*. Lieux sablon. — Ciiar.-Inf, Montguijon, 
Montendre, Roy an, la Tremblade, Oleron; Mornac, S. -Palais (Roufi- 
neau). PC. — Deux-Sèv. c. Airoault, bord du Thouet (Bonnin). — Vend. 
Entre l'Aiguillon et la Tranche (Letourneux), /^éaamar (Pontarlier), 
vignes de S.-Hil.-de-Ries (Gobert). — Loire-Inf. c. vallée de la Loire, 
c. entrée du chemin de S.-Nazairc à Pornichet, vignes dePornichet. 
PC. — Fin. Forêt de Landerneau (Crouan). — C.-Nord. Chemin de 

fer à Caulnes (Mabille). %%. Gm. Coutras et ailleurs surtout 

le long des chemins de fer. — Lan. Mont-de-Marsan, S.-Sever, Aire, 
Buglose, Daœ et çà et là. — B.-Pyr. c. du Boucau à Biarritz et plus loin. 

Œ. suaveolens Desf. diffère du précéd. surtout par les fl. 1 f. plus 
grandes, à odeur de fleurs d'oranger, à pét. échancrés, égalant presque 
le tube du cal. (g), jn-jt. — Vend. Vignes de S.-Hilaire-de-Rles (Gobert). 
— LomE-iNF. Vallée de la Loire; c. vignes de »S.-i\/tc/ieZ-e/i-2?ei!* (Ga- 
deceau). — Se répand de plus en plus. 

Obs. Œ. muricata L. indiqué dans la vallée de la Loire, en Anjou, 
a été découvert par M. Maupon, au bord du chemin de fer, à Nantes, 
d'où il ne peut manquer de se répandre. Aussi robuste que les 2 précéd. 
au milieu desquels il a été trouvé, ses fleurs sont 3-4 f. plus petites, à 
pét. ne dépassant pas les étam. et 3 f. plus courts que le tube du cal. 

%%. Œ. longiflora Jacq. Tout couvert de poils tuberculeux. Tige 



ONAGRARIÉES. 133 

deS-lOdéc. simi)le,robii-ste.Feuil. épaisses, fortement nervées, les inf.lan- 
céolées-oblongues, rétrécies en pétiole, un peu dentées, les sup. oblon- 
gues, demi-emltrassantes, fortement dentées. Fi. d'un beau jaune, à la 
tin rouge vineux, en long épi lâche ; pét. échancrés et dentés au sommet, 
env. 2 lj2 f. plus courts que le tube du cal. @. mai-at. Bord des chemins, 
lieux sablon. — Lan. Rivière. — B.-Pyr. c. le Boucau, env. de Bayonne, 
c. de la barre de VAdour à Biarritz. 

CE. stricta Ledeb. Peu velu. Ti^e de 6-10 déc. simple, faible. Feuil. 
lâchement dentées, les inf. allongées, rétrécies en pétiole, les sup. lan- 
céolées, demi-embrassantes. FI. jaune, à la fin rouge vineux, en long épi 
lâche ; pét. échancrés, dépassant le style et un peu plus courts que le 
tube du cal. (2). mai-a^. Bord des chemins, lieux sablon. — A paru dans 
qq. ports de mev fBrest, Quimper, Pouliguen. Pointe de l'Aiguillon). 

— Port de Lactuca saligna avec feuil. de la tige larges d'env. 7 mil. 

%%. Lan. Capbreton — B.-Pyr. Le Boucau, Blarrits, Pointe 

S^^-Anrie.' 

%%. CE. rosea Ait. Tige de3-6déc.,gTêle,rameuse,pubescente. Feuil. 
lanceolées-oblongues, dentées. FI. petites, roses, à pét. orbiculaires éga- 
lant le style. Caps, pédonculée, ovale-en massue, à angles saillants. %. ? 
mai-a*. Bord des chemins, lieux incultes. — Çà et là midi des Lan. et 
B.-Pyr. surtout le long des chemins de fer. — Déjà indiqué à Montgall- 
lard (Lan.), dès 1827, par L. Dufour dans ses notes inédites. 

Obs. Ces Œnothera sont des plantes américaines cuit, partout et se 
répandant de plus en plus dans les lieux sablon. les décombres et le long 
des chemins de fer. 

ISNARDIA L. Cal. ai lobes persistants. Cor. 0. Etam. 4, Style caduc ; 
stigm. en tète. Caps, tétragone à h loges polyspermes, à h valves s'ou- 
vrant par le milieu. 

I. palustris L. Glabre, tige couchée, radicante, rougeàtre. Feuil. ovales, 
aiguës, rétrécies en pétiole. FI. petites, verdàtres, solitaires, axillaires, 
opposées, sessiles. '^. jn-sept. Marais, lieux inondés. C. — ac. au-delà 
de la Loire-Inf. 

CIRC^A L. Cal. à 2 lobes caducs. Pét. 2. Etam. 2. Style 1 ; stigm. 
échancré. Caps, en forme de poire, couverte de poils crochus, bivalve, 
à 2 loges à une graine dressée. 

C. lutetiana L. Souche traçante. Tige pubescente, renflée aux nœuds. 
Feuil. ovales, aiguës, sinuées-dentelées. presque glabres, opposées, pé- 
tiolôes. Fi. en grappe tei-minale. Pédonc. velus, sans bractées. Pét. bi- 
fides, blanc légèrement rosé. IJ,. jn-sept. Bois et lieux frais couverts. C. 

— R. le cale. 

TRAPA L. Cal. à h lobes. Pét. et étam. i. Style 1 ; stigm. en tête. 
Ovaire adhérent jusqu'au milieu, à â loges dont l'une avorte. Fruit dur, 
1. sperme, à i» épines formées par les lobes accrus du cal. 

T. natans L. Macre. Tige .submergée. Feuil. submergées opposées, 
pennées à fol. capillaires, les flottantes étalées en rosette, rhomboïdales, 
dentées sur les deux côtés sup., velues en dessous et sur les pétioles 
qqf. renflés. FI. blanches, axillaires; pédonc. court. Fruit à h épines. 
(1). jD-jt. Etangs, eaux stagnantes des rivières. — Decx-Sèv. c. Bocage 
(A. Guillon). —Vend. ac. Napoléon, Port la Cla.ye (Pontarlier), presque 
tout le Bocage où il est ord. semé (Letourneux). — Loire-Inf. C. — Mor. 
Penmur fTaslé). — Fin. Qulmper CBonnemai^on). — C.-Nord. Taden 



134 HALORAGÉES. 

près Dinan (Mabille), étangs du Bols de la Motte et des Ponts-Neufs 
(Morin). — Il.-et-V. C. par localités. — Les fruits cuits sont mangeables 

et se vendent sur les marchés. %%• GiR. Camps (Douhet), Cou- 

tras ! (Motelay). — Lan. Le Leuij (Deflers), étangs de Parentls, à'Au- 
rellhan ; étangs de Tarnos (Sibiiet), de Gaube en Perquie. — B.-Pyr. 
Bayonne (Perris), S. -Etienne (Deflers). 

HALORAGÉES. 

Cal. adhérent à l'ovaire ; limbe divisé ou presque 0. Pét. insérés au 
sommet du tube du cal., en nombre égal aux lobes du cal. ou 0. Etam. 
1-8, insérées comme la cor. Style 0. Stigm. \-h. Caps, composée de l-A 
carp. indéhiscents, monospermes, plus ou moins soudés dans le cal., 
graine suspendue. 

MYRIOPHYLLUM L. FI. monoïques. Cal. hh lobes presque nuls dans 
les fl. fem. Pét. très caducs. Etam. 8. Stigm. /* pubescents. Fruit com- 
posé de h carp. indéhiscents, se séparant à la maturité. Plantes aqua- 
tiques à feull. vertlclllées ; fi. en épi ou vertlclllées ; les mâles au 
sommet. 

M. spicatum L. Tiges submergées, rameuses. Feuil. pennées en dents 
de peigne, à fol. capillaires. Fl. rosées, vertlclllées, en épi droit. Brac- 
tées sup. entières, plus courtes que les /î.9^.j»-at. Eaux stagnantes. C. 

M. alterniflorum DC. Plusgrèlequeleprécéd. Fol. capillaires, molles. 
Fl. jaunâtres, alternes, en épi qqf. unisexuel, d'abord penché. Bract. 
plus courtes que les fl. Fl. inf. fem. solitaires ou réunies 2,3 et souv. à 
l'aisselle du verticille de feuil. sup. %. jn-j*. Eaux stagnantes. C. 

M. verticillatum L. Tige presque simple, raide. Feuil. pennées en 
dents de peigne. Fl. toutes verticillées, axillaires, dépassées par les 
feull. florales pennlfides en dents de peigne. %. j"-at. Lieux fangeux, 
étangs, fossés. AC. 

p. M. pectlnatum DC. Feuil. florales courtes ; f\. presq. en épi dis- 
tinct. AC. 

HIPPURIS L. Cal. adhérent à l'ovaire, limbe très court. Cor. O.Etam. 
1, insérée sur le bord du cal. Anthère à 2 fentes. Style filiforme, appli- 
qué dans le sillon de l'anthère. Fruit Lloc. 1. sperme, couronné par le 
bord du cal. 

H. vulgaris L. Tige simple, raide, comme articulée. Feuil. linéaires, 
verticillées. Fl. sessiles, axillaires. '^.j"-sept. Marais, étangs. — Char. 
Inf. c. la Boutonne, la Seugne ; Saintes, Courcoury (A. Guillon), 
Talllebourg ; Candé (Hubert!), Nualllé (Bouchet!), les Mathes, An- 
goullns, etc. — Deux-Sèv. Lezay, Mausé ! (Sauzé), CZwssats (Caillon), 
Chlsé (Giraudias). Pas-de-Jeu (Brottier), Tourtenay (Lunet), etc. — 
Vend. Longuecllle, c. du Perrler à S.-J.-de-Mont et S.-Hll.-de-Rles 
(Pontarlier), Challans, So ullans {GohQYl), marais de la Sèore dans les 
trois départements. — LomE-iNF. Marais de S.- Jullen-de-Concelles, de 
Mazerolles, lac de Grand-Lieu, bas de la Loire, S.-Joachlm et env., 
Cambon, etc. AC. — Mon. Sarzeau (Taslc), EVc^ece/i (Hémont), étang 
de Llnès (Toussaints), Qulberon (Elphège), S.-Perreux (Moreau). — 
Fin. Plomeur, Plooan, Plounévez-Lochrlst (Crouan û.). — Il.-et-V. 
Tourbières de Châteauneuf (Mabille), marais de Dol ; de Redon 



LYTHRARIÉES. 135 

J.'M. Sacher), cale, de Feins (Gallée). %%. Gm. Marais duMoron 

en Magrigne ! (Merlet). 

LYTHRARIÉES. 

Cal. tubuleux ou en cloche, à 6-12 lobes sur 2 rangs. Pét. A-6 insérés 
au sommet du tube du cal. qqf. nuls. Etam. insérées dans le tube du 
cal. au-dessous des pét. Ovaire libre. Style 1 ; stigm. en tète. Caps, en- 
tourée par le cal. à %h loges polyspermes. Placenta centraux, 

LYTHRUM L. Cal. tubuleux, cylindrique, à 6-12 dents, les extér. 
étalées. Pét. 6. Style filiforme, à stigm. en tête. Caps, à 2 loges polys- 
permes. 

L. Salicaria L. Salicaire. Tige de 6-10 déc. tétragone, pubescente au 
sommet. Feuil. lancéolées, en cœur à la base, sessiles, opposées, qqf. 
verticillées. FI. louge-violacé, en paquets axlllalr es, formant un bel 
et long épi terminal. Cal. velu, sans bractées à la base. Etam. ord. 
12 dont 6 plus courtes. %. jt^-sept. Bord des eaux. C. 

%%. L. Grsefferi Ten. Vicace. Glabre. Tige de 2-5 déc. couchée-as- 
cendante, radlcante à la base, à rameaux étalés. Feuil. inf. elliptiques 
ou ûblongues, les sup. plus étroites. FI. asse:; grandes, roses, soli- 
taires à l'aisselle des feuil. sup., pét. ovales-lancéolés. Cal. dressé, 
muni à la base de deux petites bractées scarieuses. Mai-sept. Bord des 
ruisseaux, lieux humides. — GiR. Carbonnieux (Des Moulins). — 
B.-Pyr. Anglet{^'\hue{).Blarrits et env., Bldart, Guétharij ; env. delà 
Pointe S^^-Anne (Termonia et moi). 

L. Hyssopifolia L. Glabre. Tige de 15-25 cent, plus ou moins étalée. 
Feuil. oblongues et linéaires, ord. obtuses. FI. petites, lilacées à onglet 
])lanchàtre, solitaires à l'aisselle de presque toutes les feuil. Cal. dressé, 
muni à la hase de 2 petites bractées scarieuses. Etam. ord. 6. (î). jn- 
sept. Lieux mouillés l'hiver. C. 

L. bibracteatum citribracteatumSalzm. L. Sal^juanni Jord.fragm. 
5, Tab. 2 f. B. Voisin du précéd., est plus grêle, plus rameux, diffus et 
plus feuille, la tige est plus anguleuse, le cal. aies dents ext. courtes 
et non lancéolées, les graines 3 f. plus petites, aplaties d'un côté. 
Feuil. très obtuses, étalées-déjetées. Tige et cal. rougeàtres ainsi que 
la caps, cylindrique ord. saillante, (i). jt-sept. Bord vaseux des mares, 
talus des fossés marécageux. — Char. -Inf. Aytré, alluvion des Trois- 
Canons ! çà et là entre Vautron et Ballon , S.-Hippolyte, Bords, 
marais entre Méchers et Semussac (Foucaud), Muron (Riveaul). — 
Tend. S.-Michel-en-Lherm (Letourneux), ac. marais de Cur:2on, Triai^ce 
fPontarlier). entre Sallertaine et N.-Dame-de-Mont ; routes deChal- 
lans à S. -J. -de-Mont et à Beauvoir (Gadeceau). — Loire-Ixf. Pont 
de la Gravelle! dans le Marais de Machecoul(Goherl), et c. par loca- 
lités dans les Charreaux (chemins) de ce vaste marais entre Mache- 
coul et Bois-de-Céné, et dans la partie moins voisine de la mer. — Il 
se distingue de L. Hyssopifolia, même sans fleurs, par ses feuil. plus 
élargies au milieu et plus longuement rétrécies à la base. 

PEPLIS L. Cal. en cloche, à 12 dents, les 6 extér. réfléchies. Pét. 6 
très petits, caducs, qqf. 0. Etam. 6. Style très court. Stigm. orbicu- 
laire. Caps, à 2 loges polyspermes. 



136 TAMARISCINÉES. 

P. Portula L. Glabre. Tiges couchées, radicantes, rougeàtres, cy- 
lindriques, marquées de chaque côté d'une glande entre les feuil. toutes 
spatulées, rétrécies en pétiole, opposées. Fi. solitaires, axillaires. Pét. 
nias clair. Caps, dépassant le cal.; style très court, (i). jn-sept. Bord 
des eaux, fossés. C. 

P. Boraei Jordan, fragment. 3, T. 5, Ammannia Guépin.Tige de 5-10 
cent., ascendante, puis couchée et souv. radicante, couverte de poils 
courts, surtout sur les angles formés par la décurrence des feuil. obo- 
vales-oblongues, rétrécies à la base, sessiles, un peu ondulées, con- 
tournées, alternes, les inf. seulement opposées. FI. solitaires (rar. 2), 
axillaires ; pédonc. très court, garni de 2 bractées linéaires n'atteignant 
pas le m'iieu du cal. fructifère. Pét. petits, très caducs, orbiculaires, 
rouge oineux. Caps, globuleuse, ne dépassant pas le cal. StylQ long 
de i-2 mllliin. Graines obovales, planes d'un côté avec un petit rebord, 
convexes de l'autre. (ï). jt-sept. — LomE-iNF. Bords sablonneux de la 
Loire inondés l'hiver, S. -Simon près Mauves ! (Morïde), ce. juin 1877 
à la Templerie prèsAncenis au bord du Marais de Grée, etprob. ailleurs 
autour de ce vaste marais ; rr. lac de Grand-Lieu au Crâne! (Gene- 
vicr), R. bord d'une mare schisteuse entre Moisdon et Grand-Auverné 
(Gadeceau). R. 

TAMARISCINÉES. 

Cal. à h,5 lobes persistants. Pét. /*, 5 insérés à la base du cal. Etam. 
A-10 ord. libres. Ovaire libre. Style 1 ; 3 stigm. Caps, trigone, 1 loc. 
polysperme, à 3 valves. Graines chevelues, attachées à la base de la 
caps, ou on ligne au milieu des valves. 

TAMARIX L. Voir la famille. Stigm. 3 étalés, dilatés au sommet. 
Graines à poils simples, fixées à la base de la caj^s. 

T. anglica Webb. Arbrisseau de 2-3 met. à rameaux grêles, effilés, 
rougeàtres. Feuil. petites, longuement acuminées, rétrécies sous la base 
ovale, eml^rassantes, appliquées, imbriquées. FI. petites, rosées ou 
blanches, en épis linéaires, serrés, latéraux. Disque à 5 angles con- 
fondus avec la base élargie des filets des étam. Anthères ovales. Ovaire 
en forme de bouteille. Caps, trigone-lancéolée, élargie à la Ijase, acu- 
minée. J"-sept. Buissons bordant les sables maritimes, et cuit, sur le 
bord de la mer. — C. jusqu'à ïa Vilaine, puis graduellement moins c. 
et ord. cultivé. — r. côte nord de la Bretagne. — Fleurit plusieurs 
fois, mais fructifie peu. D'après Webb, il ne faut pas le confondre avec 
T. gallica L. qui est un arbrisseau méditerranéen. 

CUCURBITACÉES. 

FI. monoïques ou dioiques. Cal. supère, à 5 dents. Cor. à 5 lobes plus 
ou moins soudés entre eux t^t avec le cal. Etam. triadclphes, rar. libres. 
Anthères linéaires, flexueuses, à 2 loges. Style presque nul, à 3-5 stigm. 
bilobés. Ovaire à 3-5 loges, à placenta pariétaux. Fruit charnu, poly- 
sperme, à loges disparaissant souv. à la maturité. 

BRYONIA L. FI. dioïques (ici). Cal. à 5 dents. Cor. en cloche. Etam. 
5 soudées 2 à % la 5^' libre. Stigm. 3 bilobés. Baie globuleuse, à 3 loges 
ord. dispermes. 



PORTULACÉES. 137 

B. dioica Jacq. Bryone, Gros navet. Rac. très grosse, charnue. Tige 
longue, grimpante. Feuil. à 5 lobes, en cœur à la base, calleux-rudes, 
opposées aux vrilles en spirale. FI. blanc-jaunàtre, en graj^pe axillaire, 
pédonculée. Fruits rouges, luisants, en corvmbe presq. sessile. S^. j°-jt. 
Haies. C. 

ECBALLIUM Rich. FI. monoïques. Cal. à 5 div. ; tube court. Etam. 
soudées 2 à 2, la 5^ libre ; 3 filets stériles très courts dans les fî. fem. 
Style S.fide à stigm. bifides. Fruit à 3 loges polyspermes, se détachant 
du pétiole à la maturité et lançant avec élasiicitépar la base les graines 
mêlées de mucilage. 

%. E.Elaterium Rich. MornordicccL. Hérissé de poils raides.unpeu 
glauque. Tiges tombantes. Feuil en cœur, obtuses, crénelées, dentées, 
ondulées, longuementpétiolées, épaisses. FI. jaune pâle en petits corymbes 
axillaires, les fem. solitaires. Fruit oblong, penché. %. j"-at. Décombres, 
lieux pierreux, sables. — Ciiar.-Inf. Fouras ! (Faye), çà et là vallée 
de la Gironde ; Oleron ! (Delalande), S.-Na^aire.^ Ars-en-Ré (Lema- 
rié). — Deux-Sèv. Ville de Thouars ! (Woods). — Vend. Ile d'Elle, 
Jard, r«Zmo/i^(Pontarlier, Marichal), Trlaise (Ayraiid), enivé Beatœoir 
et Za Barre, Nolrmoutler (Gol^ert). — Sort qqf. des jardins où on le 
cultive. %%. Gm. Bourg ; Basas (Lafont). — B.-Pyr. Le Bou- 
can (Sibuet). 

PORTULACÉES. 

Cal. à 2 sép. ou à 3-5 div. Pét. 3-6 insérés à la base du cal., libres ou 
un peu soudés à la base. Etam. 3-12 opposées et adhérentes aux pét. 
ou indéfinies et libres. Ovaire libre ou adhérent à la base ducal. Styles 
5 ou 0; plusieurs stigm. Caps, l.loc. s'ouvrant circulairement ou à 3 
valves. Plusieurs graines attachées à un placenta central libre. 

PORTULACA L. Cal. à 2 div. caduques. Pét. A-6 insérés sur le cal., 
libres ou soudés à la base. Etam. 8-15 libres ou adhérentes aux pét. Style 
à 3-6 stigm. Caps, à 1 loge polysperme, s'ouvrant en travers. 

P. oleracea L. Pourpier. Herbe couchée, succulente. Feuil. en coin 
allongé. FI. jaunes, sessiles à l'aisselle des rameaux. Sép. à carène obtuse. 
(l).j"-at. Jardins, champs cuit., sables des rivières. C. — Moins c. au-delà de 
la Lolre-Inf. — P. satloa Haw. (Pourpier doré) est cuit, pour la cuisine. 

MONTIA L.. Sép. 2 persistants. Cor. en entonnoir, fendue d'un seul 
côté jusqu'à la base ; limbe à 5 div. dont 3 plus petites. Etam. 3, qqf. 
i,5 opposées aux div. de la cor. Style très court, à 3 stigm. Caps, en- 
tourée par le cal. à 3 valves, à 3 graines ponctuées. 

M. fontana L. Tige rampante ou flottante. Feuil. spatulées, obtuses, 
opposées. Pédonc. axillaires d'abord penchés, à 1 ou plusieurs petites 
fl. blanches. (î). mai-jt. Bord des sources, des fontaines. C. 

p. nilnor. Plante jaunâtre, dressée ; graines moins finement tubercu- 
leuses, moins luisantes. Moissons, champs sablonneux. C. 

PARONYCHIÉES. 

Cal. persistant, à 5 div. Pét. 5 petits, en forme d'écaillés oud'étam. 
avortées, insérés entre les div. du cal. Etam. 3-10 placées devant les 



138 PARONYCHIÉES. 

div. du cal. Ovaire libre. Styles 2,3 distincts ou plus ou moins soudés. 
Cai^s. 1. sperme, indéhiscente ou polysperme, à 3 valves. 

CORRIGIOLA L. Cal. à 5 div. égalant la cor. Pét. 5 insérés à la base 
du cal. Elam. 5. Stigm. 3 sessiles. Caps, trigone, indéhiscente, à une 
graine suspendue à un funicule capillaire. 

C. littoralis L. Rameaux nombreux, filiformes, couchés. Feuil. ovales- 
lancéolées ou linéaires, glauçïucs ; stip. petites, blanchâtres. FI. petites, 
blanches, en corymbes feuilles, serrés, terminaux, les latéraux allongés. 
(t). jt-sept. Champs humides ou sablonneux, vignes, sables marit. C. — 
AR. et R. au-delà du Mor. 

%. C. telephiifolia Pourr. Plus robuste (jue le précéd., s'en distingue 
par la rac. vivace, pivotante, par les feuil. étroites, obovales-oblongues, 
épaisses, très glauques, par les fl. et les caps, plus grosses, par les 
corymbes non feuilles, par les sep. bordés d'une membrane blanche non 
argentée. Mai-j^. Lieux incultes, ter. sablon. — Char.-Inf. Bédenac 
(Foucaud). %%• Gm. S.-Mccrlens ! (Merlet), la Pouyade, Con- 
tras ; Libourne (Durieu), Taletice, Bomale (Laterrade). (J. F.). 

HERNIARIA L. Cal. à 5 div. un peu concaves. Pét. ou écailles 5. 
Etam. 5 avortant qqf. Style très court ou 0. Stigm, 2 obtus. Caps, in- 
déhiscente, à une graine, recouverte par le cal. 

H. glabra L. Turquettc. Glabre à l'œil nu. Rac. devenant très- 
épaisse ; rameaux nombreux, couchés. Feuil. elliptiques ou oblongues, 
sessiles. Fl, verdàtres, ramassées en petits paquets axillaires. Graine 
brune, luisante. OJ,. mai-at. Lieux arides et sablonneux. C. — Une forme 
Ac. sur les coteaux et les rochers marit. de la Bretagne et qui a les 
feuil. ovales, charnues, rougeàtres et ciliées, me parait difiicile à dis- 
tinguer de H. dilata Babington. 

H. hirsuta L. Diffère du précéd. par les poils raides dont il est cou- 
vert et qui lui donnent une teinte jaunâtre. Terres sablonneuses, mois- 
sons. Moins C. et souv. (i). 

ILLECEBRUM L. Cal, à 5 div. en cornet, cartilagineuses, blanc de 
neige, terminées en soie. Ecailles ou pét. 5 linéaires. Etam. 2-5. Style 
très court, Stigm. 2 en tète. Caps, à 5 valves, à 1 graine luisante, ca- 
chée dans le cal. 

I. verticillatum L. Tige couchée, très rameuse, rougeâtre. Feuil. 
arrondies, ©imposées ; stip. blanches, scarieuses. Fl. blanches, axillaires, 
verticillées, sessiles. (i). jt-sept. Lieux humides et sablonneux. C. — rr. 
dans le cale. 

POLYCARPON L. Cal. à 5 div. concaves, carénées, membraneuses 
au bord. Pét. 5. Etam. 3-5. Styles 3 très cjurts. Caps, l.loc. poly- 
sperme, à 3 valves. 

P. tetraphyllum L. Très rameux, couché. Feuil. obovales, quater- 
nées, celles des rameaux opposées. Stip. scarieuses. Fl. verdàtres, en 
panic. dichotome, terminale. Etam. 3,/*. Pét. blancs. Graines pâles, très 
finement ponctuées. (J). mai-at. Vieux murs, haies sèches ou humides, 
pelouses, coteaux maritimes. AC. — Au-delà de Lolre-Inf., ac. région 
maritime, r. à l'intérieur. 

SCLERANTHUS L. Cal. en cloche, resserré sous le limbe à 5 div. 
Pét. ou rudimentaires. Etam. ord. 10. Styles 2, à 2 stigm. Caps, très 



CRASSULACÉES. 139 

l^etite, membraneuse, indéhiscente, cachée dans le cal. qui tombe avec 
elle à la maturité, à 1 graine suspendue à 1 funicule capillaire naissant 
de la base. 

S. annuus L. Tio-e pubescente ; rameaux dichotomes.Feuil. linéaires, 
membraneuses et ciliées à la base. FI. verddtres, en petits corymbes 
terminaux. Dlv. du cal. algues, très étroitement bordées de blanc, 
ouvertes à la maturité. (î), qqf. (2). av. -sept. Champs surtout sablon., 
pelouses, coteaux, talus. CG. — S. biennis Reuter ex Sauzé, cat. 29, 
ne me paraît pas distinct de la forme naine resserrée des pelouses et 
coteaux secs (var. coUinus Bréb. fl. norm.). 

%. S. verticillatus Tausch, S. pseudopoh/carpos Lacroix ! Bul. soc. 
bot. 6, p. 558. Port et inflorescence de S. an'nuus, mais plus petit, plus 
grêle ; feuil. divergentes ; div. du cal. dressées après l'anthèse, égalant 
env. le tube; partie saillante de la caps, égalant celle incluse et non 
pas plus courte, (i). av.-mai. Pelouses sablon. arides du calccdre, qqf . 
avec S. annuus, parmi lequel on le reconnaît à sa précocité et à sa 
couleur vert-jaunàtre. — Deux-Sèv. Eœoudan (Sauzé, Maillard), Soudan 
(Giraudias), Coulonges-sur-l'Autise, S.-Poinpain (Guyon), Tliouars 
(Pontarlier). — A chercher Char.-Inf. et Vend. 

S. perennis L. Tige pubérulente ; rameaux dichotomes. Feuilles li- 
néaires, un peu glauques. Fl. blanches en petits corymbes terminaux. 
Dio.du cal. très obtuses à large bord blanc, fermées à la maturité. 
Etam. 10. 1^. mai. Coteaux schist. arides. — Deux-Sèv. Le Puits d'En- 
fer près S .-Maiœent ! ( A. Guillon). la Mothe (Sauzé), Thoxiars ! {Woods), 
Argenton-Ch. R. — Loire-Inf, Env. d'Aiicenis, Moisdon, c. Grand- 
Auverné ; de Candé ! à la Barre-Daoid (Guiho). RR. — Mor. Tré- 
horenteuc, Néant (Le Gall). RR. — Il.-et-Y. Ouest de forêt de Palm- 
pont (Le Gall), au S.-O. le Goba, M artig né-Fer chaud (Gallée), entre 
Av.ianlls et Chdteaugiron (de la Pylaie), Vitré! (V. >Sacher). R, 

CRASSULACÉES. 

Cal. à 3-20 div. Pét. 3-20, libres ou soudés en cor. 1. pétale, insérés 
à la base du cal. Etam. insérées avec les pét., en nombre égal ou dou- 
ble, Ovaires en nombre égal aux pét., munis à la base d'une écaille 
nectarifère. Carp. à une loge s'ouvrant longitudinalement en dedans. 
Graines attachées à la suture. Herbes à feuil. charnues, sans stip. 

TILL^AL. Cal à 3 div. Pét. 3. Etam. 3. Carp. 3, à 2 graines, res- 
serrés entre les graines. 

T. muscosa L. Petite plante de %h cent, rameuse, rougeàtre. Feuil. 
connées. Fl. blanchâtres, axillaires, sessiles. (î)- mai-j". Lieux sablon- 
neux battus, coteaux pierreux et surtout sables marit. — Char.-Inf. 
Fouras (Faye), càet làde Montendre à Montlieu. — Deux-Sèv. Pa/c 
d'Oiron (Lunet), Ménigoute (J. Richard), Amaillouœ (Guyon), Argen- 
ton-Ch. — Vend., Louîe-Inf. et Mou. AC. — Moins c. reste de la Bre- 
tagne. %%. GiR. AC. — Lan. Dax (Perris), Pejjrehorade iFé- 

raud), et sans doute ailleurs. -- B.-Pyr. Bayonne. 

BULLIARDA DC. Cal. à /^ div. Pét. /.. Etam. h. Carp. /. polyspennes 
s'ouvrant en dedans. 

B. Vaillantii DC. Tiae de 3-5 cent, dichotome. radicante aux nœuds 



140 CRASSULACÉES. 

infér., rougeàtre. Feuil. linéaires, opposées, plus courtes que lespédonc. 
axillaires, solitaires. FI. rosées, (i). mai-jt. Rochers plats où l'eau a sé- 
journé l'hiver. — Loire-Inf. Entre dis et Lauver g nac ! (Letouvneux), 
landes de la Ménardais, de Plevreplate, env. d'A?icents, de Candé, 
Grand-Auvenié ; S.-Aubin (Guiho). R. 

SEDUM L. Div. du cal. et pét. 5, rar. J^-7. Etam. 10, rar. A,5. Styles, 
ovaires et écailles 5, rar. A. Carp. l.loc. polyspermes. 

* Fleurs blanches ou rouges. 
S. Telephium L. Orpin. Souche épaisse à fibres en navet. Tige sim- 
ple, de 3-6 déc. Feuil. planes, ovales-lancéolées, qqf. obov.-oblongues, 
dentées, entières et en coin à la base, les inf. rétrécies en pétiole. FI. 
rouges, en corymbe compacte terminal ; pét, étalés-recourbés, un peu 
en gouttière vers le sommet, soudés dans leur tiers inf. avec le filet des 
étam. Ovaires convexes sur le dos. ^^C, jt-at. Bord des haies. AC. — 
Consultez Boreau, notes sur Telephium 1866 et Jord. icon. 

S. Cepssa L. Tige faible, pubescente. Feuil. planes, spatulées, obtu- 
ses, ord. quaternées. FI. en panic. allongée, terminale. Pét. blancs, à 
carène rosée, aristés. (J). et ^'2). j^-at. Haies, vieux murs. C. — r. ou o. 
au-delà de la Loire-Inf. — Mgr. R. 

S. pentandrum Boreau, S. vlllosum pentandrum Auct. Plante pu- 
bescente-gland.uleuse, de 5-12 cent. Feuil. linéaires-oblongues, planes 
en-dessus, obtuses. FI. peu nombreuses, solitaires, pôdonculé'es, enpanic. 
terminale. Pét. aigus, 1 f. plus longs que le cal,, rosés, à carène plus 
foncée, 0. mai. — Ciiar.-Ini-\ Champs et lieux sablonneux. Aroert ! 
(Lcsson), Montendre. R. — Deux-Skv. Parthenay (Janneau), env. à'Air- 
vaalt {^onmn), env. de Bressuire, d'Argenton-Ch.! Tai:sé!(3. Richard), 
Parc d'Oiron (Lunel), Or^d (Pontarlier), Thouars ! (Toussaints), Chan- 
tecorps (Giraudias). — Vend. rr. forêt de Vouoant (Letourneux). — 
LomE-iNF. Coteaux et rochers schist. d'Ancenis à la Censerie et Pouillé ; 
Pont-Enault (Guiho). R. — 5. étam. dans les lieux secs, 10 sur le bord 

des ruisseaux. %%. Gir. S.-Mariens, S.-André-de-Cub^^ac; Pu- 

gnac (Merlet), env. de Soulac, Cap Ferret (Motelay), Castelnau-de-Mé- 
doc (Laterrade), S.-Laurent-de-Médoc, Cestas (Ramey), Port de Pla- 
gne. Ares (Lafont), la Tcs^c (Durieu), Marit^Zac (Jarris). 

S. andegavense Desv. Crassula DC. Tige dressée, de l-i< cent, sim- 
ple à la base, trichotome au sommet. Feuil. grosses, ovale s-arrondies, 
obtuses, glabres, prolongées à la base. FI. à 4 div. disposées le long- 
dès rameaux. Pét. aigus, blanc sale. (i). 15 av. -15 mai. Coteaux et ro- 
chers schisteux. — Deux-Sèv. Tliouars, Argenton-Ch. RR. — Loire- 
Inf. La Série près Ancenis, de la Censerie et Pouillé. R. 

S. album L. Tige redressée, couchée h la lyn^ic ; rejets stériles ram- 
pants à feuilles lâches. Feuil. linéaires, cylindriques, obtuses, étalées. 
FI. blanches en corymbe serré, terminal. Pét. un peu obtus, 3 f. plus 
longs que le cal. à div. elliptiques, obtuses. Ani hères noirâtres. %. jn-jt. 
Murs, rochers, lieux pierreux. CC. — Au-delà de Loire-Inf. Mon. PC. 
— Fin. rr. Morlaix. Redevient c. env. de Dinan et rég. marit. voi- 
sine. — Qqf. le corymbe est contracté par une piqûre d'insecte sur la 
tige. 

S. micranthum Bast. Très voisin du précéd., dont il est qqf. diffi- 
cile de le distinguer, mais ord. 1/2 plus petit ; feuil. des rejets stériles 



CRASSULACÉES. 141 

rapprochées, celles des tiges fleuries dressées ou étalées, jamais réflé- 
chies, plus courtes, plus renflées. Çà et là, mêmes lieux et moins C.-- 
Au-delà de Lolre-ïiif. Mor. Coëtsicrho, introduit à Vannes ! (Taslé). — 

Reparaît rég. marit. de S.-Bticti.c à S.-Mcclo. %%■ Gir. Plassac, 

Boullac ; Marcamps (Motelayj, Langoiran (LafonV), Espiet ; Lanrjon 
(Goua). — Lan. Peyrehoradé, Sorde. — B.-Pyr. Env. de Bayonne. 

S. anglicum L. Tiges nombreuses, rameuses, gasonnantes. Feuil. 
ovales, obtuses, alternes, glabres, prolongées à la base. FI. en cyme lâche. 
Pét. aigus, ouverts en étoile, jti. j"-jt. Lieux arides, rochers. "C. terrains 
granitiques ou schisteux, surtout dans la région maritime, où mêlé à 
S. acre, ii fait l'ornement des toits de chaume qu'il couvre de ses jolies 
fl. blanches ou rosées. 

S. rubens L, Crassula L. Pubescent-glanduleux. Feuil. d'abord en 
tête glauque, linéaires, cylindriques, obtuses, glabres, étalées. Fl. uni- 
latérales, sessiles, en cyme. Pét. aigus, aristés, blanc sale, à carène 
rougeàtre'. Etam. 5. Carp. tuberculeux-granuleux, ovales-lancéolés, 
longuement mucronés, ouverts en coupe ; graines striées en long. (^). jn-jt. 
Terres arides, vignes, vieux talus, murs. C. — Mor. ac. rég. marit.— 
Fin. R. — AC. env. de Dlnan et rég. marit. voisine. 

Obs. S. cœspitosum DC. prod. Crassula Magnolii DC. flore, fr. Pe- 
tite plante de 2-3 cent., glabre, simple ou divisée dès la base en 2,3 ra- 
meaux. Feuil ovales, obtuses, aplaties en dessus et en dessous. Fl. .soli- 
taires à l'aisselle des feuil. sup. Sép. ovales-triangulaires. Pét. blanc sale 
à carène rousse, lancéolés, acuminés, égalant les ovaires, plus courts 
que les carp. Etam. /».5. Carp. h,o acuminés, promptement étalés en 
étoile rougeàtre, disses, sillonnés en long. Graines obscurément striées. 
(1). avril. Plateau de schiste noir exposé au midi à Vitré I (Il.-et-V.j. — 
La présence de cette plante méridionale m'a beaucoup étonné, et je n'ai 
pas osé en parler jusqu'à présent, quoique M. Victor Sacher m'en eût 
donné connaissance depuis plus de âO ans. Elle se reproduit donc au moins 
depuis celte époque dans une localité où, quoique restreinte, personne 
ne peut supposer que c'est une plante étrangère. 

** Fleurs jaunes. 

%. S. littoreum Gussone, S.Marichalii Lloyd. Très glabre, ord. rou- 
geàtre. Tige de 2-10 cent., pleine, grêle à la base, puis s'élargissant sen- 
siblement jusqu'aux rameaux. Feuil oblongues, obtuses, rétrécies à la 
base, épaisses, un peu aplaties en dessus, moins en dessous, prolongées 
à la base, décroissantes, les premières spatulées, 1.2 f. quaternées, rap- 
prochées en rosette assez éloignée du bas de la tige. Fl. unilatérales, 
sessiles le long des rameaux de la cyme recourbés, puis convergents. 
Pét. ovales-lancéolés, aigus, terminés^ en petite pointe, jawie-p die , puis 
blancs, égalant les sép. dans les fl. inf., 1 f. plus grands dans les autres. 
Sép. demi-cylindriques, obtus, inégaux, l'un souv. beaucoup plus grand. 
Etam. 5-10, "^souv. 5. Anthères violet foncé. Carp. 5 aigus, un peu diver- 
gents, lisses. Annuel ! fin avril. Vieux murs. — Vend. Les Sables (Bas/- 
tard 1809, Marichal). RR. — A retrouver le long de la côte. — Dans les 
individus nains, la cvme est courte à épis épais, d'abord presq. en paquet, 
et réduits à 2,3 fl. 

S. acre L. Plante très piquante au goût, en gazons serrés. FeuiL 
ovales, bossues, formant 6 rangs serrés sur les tiges stériles. Fl. en 
cyme courte. Div. du cal. ovales, obtuses, 1 f. plus courtes que les pét. 



142 CRASSULACÉES. 

aigus. %. jn-jt. Murs, rochers, lieux pierreux, sables, surtout dans la 
région maritime. C. 

S. sexangulare L. S. bolonlense Lois. Tige redressée. Feull. linéai- 
res, cylindriques, obtuses, prolongées à la base, formant 6 rangs sur 
les tiges stériles. FI. en cjjme trlfurquée. Div. du cal. oblongues-linéai- 
res, obtuses. OJ.. j"-jt. Lieux pierreux. — Loire-Inf. Murs du château de 
Thouaré ! (Lctourneux), S.-Sébastlen .' (Maupon), Chantenay, FoUes- 
Sl/falt, Oudon; ac ! env. à'Ancenls (Guiho). R. 

%. S. anopetalum DC. Tiges ascendantes de 1-2 déc. Feuil. glauques, 
cylindracées, un peu comprimées en dessus et en dessous, mucronées, 
dressées, prolongées à la base, serrées sur les tiges stériles. FZ. sessiles 
en cyme compacte, ionjowv^ iXvoïic,, d'un jaune presque blanc. D'w.dn 
cal. triangulau^es-lancéolées, acuminées, 1 f. plus courtes que les pét, 
lancéolés, dressés. Cyme fructifiée ouverte à rameaux lâches. %. j"-jt. 
Coteaux pierreux cale. — Char.-Inf. Chaniers près Saintes! (A. Guil- 
lon), de S.'Saoinien ! à Tailleboug (Savatier), c. Chaumes de Sèche- 
Bec; Vaux, Pontaillac. R. %X- GriR. ^.-Lawrent-d'Arce (Mer- 

let), Marcamps (Motelay), Espessas (Des Moulins), Libourne (Later- 
rade), S.-Germain-la-Rivière, la Rivière; Fronsac (Lafont). 

%. S. elegans Lej. S. Forsterianum Smith. Tiges grêles, rougeâtres 
à iâ base, ascendantes, à rejets stériles obconiques, obtus, couverts de 
feuil. petites, serrées, ponctuées, mucronées, celles de la tige très pro- 
longées à la base, charnues, planes en dessus et en dessous, ol)tuses avec 
un petit mucron, verdâtres. FI. petites, d'un beau Jaune, en cyme ser- 
rée. Sép. planes, non épaissis au sommet et sur les bords. Pét. oblongs. 
Cyme fructifiée oblongue à rameaux droits, resserrés. %. jn-jt. Rochers 
schist. — Deux-Sèv. Château de Thouars (Toussaints I8hl), et coteaux 
de Crevant, Pommier, la Cascade, Butte de Montcoué, Argentan- 
Château. 

S. reflexum L. Tige dressée, couchée et rampante à la base; rejets 
stériles rampants. Feuil. linéaires, en alêne, cylindracées-comprimées, 
mucronées, prolongées à la base, les inf. aqf. recourbées, vertes. FI. 
en cyme d'abord penchée, à rameaux recourbés, se redressant en- 
suite. Sép. qqf. 6, 7 lancéolés, aigus, excavés au milieu en dehors. Pét. 
étalés, en gouttière. *^. j*. Coteaux, lieux pierreux, murs. — Char.-Inf. 
c. dans le n.-est et le sud. — Deux-Sèv. Dans le sud, S. -Loup, Par- 
thenay, env. de Thouars, <ÏArgenton-Ch. — LomE-iNF. D'Oudon â 
S.-Herblon, coteaux de la Divatte. — C.-Nord: c. Dinan et rég. ma- 

rit. voisine (Mabiile). %%. Gm., Lan., B.-Pyr. c. haies et ter. 

sablon. 

p. S. rupestre L. S. albescens Bor. Plus robuste, feuil. glauques. 
Mêmes lieux et sables marit. C. — r. au-delà de Loire-Inf. — Peut- 
être distinct de S. reflexum, qui pendant 10 ans s'est ressemé dans 
notre jardin sans changer de forme. — Je ne puis faire une distribution 
complète des localités de ces deux plantes. 

Obs. Il ne faut pas confondre les individus robustes de S. rupestre 
avec S. altissimum Poir. qui a les û. jaune pâle d'abord serrées en 
tête arrondie. 

SEMPERVIVUM L. Div. du cal., pét., carp. et écailles nectarifères 
12-18. Etam. en nombre double. 



GROSSULARIÉES. 143 

* S. tectorum L. Joubarbe. Tigepubescente. Feuil. lancéolées, éparses, 
celles des pousses stériles en rosette, ciliées. FI. rougeâtres, unilaté- 
rales, sessiles sur les rameaux en corymbe. Ij,. j*. Cuit, sur les toits, 
les vieux murs, d'où il gagne qqf. les rochers voisins. 

UMBILICUS DC. Cal. à 5 div. Cor. tubuleuse, monopétale. Etam. 10 
insérées sur la cor. Ecailles 5. Carp. 5,1. loc. polyspermes. 

U. pendulinus DC. Cotylédon UmhlUctis p. L. Gobelets. Rac. tu- 
béreuse. Tige simple. Feuil. inf. orbiculaires, peltées, ombiliquées, cré- 
nelées, celles de la tige en coin. FI. blanc-jaunàtre, pendantes, en long- 
épi terminal qqf. rameux à la base. %. mai-jfi. Vieux murs, rochers, 
haies. CC. — r. dans le cale. 

GROSSULARIÉES. 

Cal. adhérent à A, 5 div. Pét. et étam. A,5 insérés à la gorge du cal. 
Style 2-A.fide. Baie i. loc. polysperme, couronnée par le cal. marcescent'^ 
Arbrisseaux à feuil. alternes. 

RIBES L. Voir la famille. Pét. très petits. 

R. rubrum L. Castillier. Feuil. en cœur à la base, à 3 ou 5 lobes 
obtus, crénelés-dentés, pubescentes en dessous. FI. vert-jaunàtre, ord. 
rougeâtres au milieu, en épis pendants. Bractée tronquée, bien plus 
courte que le pédic. Baie rouge. Av. Haies fraîches, bords boisés des 
ruisseaux. — Char. -Inf. Bardon en Courcerac au bord de V Antenne 
(Raux). — Deux-Sèv. Thouars au bord du Thouet (Lunet), S. -Loup nu 
bord du Cébron et du Thouet fGuyon). — LomE Inf. Çà et là cVOudon 
à Ingrande ! bord de la Divatte ! (Guihoj, bord du Seihnon (Gadeceau), 
près le bois de la Pipe à Chdteaub riant (Moridej. — C.-Nord. Lehon, 
forêt de Coêtquen (Mabillej. — Il.-et-V. Forêt de Rétines (Letourneuxj. 

Obs. On rencontre qqf. dans les haies, autour des habitations, R. Uva 
crispais. GrosetZ^/er, échappé des jardins ; il a les rameaux nombreux, 
à épines ternées, les feuil. arrondies à 3,5 lobes incisés-dentés, les pé- 
donc. à 1,2 fl. les baies glabres. M. Guiho assure l'avoir vu dans la 
forêt du Gavre et dans la futaie de Bruc (Loire-Inf.). 

SAXIFRAGÉES. 

Cal. à li-o div. persistant, adhérent ou libre. Pét. A,5 insérés sur le 
cal. rar. 0. Etam. 8,10 libres, insérées sur le cai. Styles 2, rar. A,5 per- 
sistants ; stigm. dilatés au sommet. Caps, polysperme, terminée par 2 
pointes, à 1,2 loges s'ouvrant par un trou entre les pointes ou de la 
base au sommet. 

SAXIFRAGA L. Cal. à 5 div. Pét. 5. Etam. 10. Styles 2. Caps, à 2 
loges polyspermes, s'ouvrant par un trou entre les styles. 

S. granulata L. Rac. garnie de petits tubercules. Tige pubescente- 
visqueuse au sommet. Feai^ inf. réniformes, crénelées-lobées, à pé- 
tiole en gouttière. Fl. blanches, aysez grandes, en panic. peu garnie. C^. 
mai. Coteaux secs, bois, prés, bord des fossés. — Ciiar.-Ixf. La Barde 
(Pétureau). — DeuxSèv. C. cale, et schiste. — Vend. ag. Fontenay 
(Letourneux) ; Cheffois, Merue ni (Gobert), Treise-Vents (Soulard), S^- 



144 OMBELLIFÈRES. 

Hermine (Grammont), S. -M. -M. -Mercure (Gadeceaii), c. env. de Mor- 
tagne (Genevier). — Loire-Inf. Getté (Pesneau), de Gétlçiné à Tlffau- 
ges! (Le Bolerf), le Pallet! (H. Leflèvre), CUsson. R. — Mor. Rochers 
de l'île de GroLx / (Thépault). RR. — C.-Nokd. ac. coleaux de la Rance 

à Pleudlhen (Brébel). %%. Gm. Coutras, Libourne (Motelay), 

env. de Bordeaucc (Sibiiet). 

S. tridactylites L. Tige pubescente-visqueiise, de 5-10 cent. Fetiil. en 
coin, à 3 lobes, les rad. spatulées, entières ou trilides. FI. blanches, 
petites, axillaires et terminales, (i). av. -mai. Mm^s, sables, surtout ma- 
ritimes. C. 

CHRYSOSPLENIUM L. Cal. adhérent, à h div. coloré. Cor. 0. Etam. 
8 insérées autour d'un disque glanduleux. Styles 2. Caps, l.loc. poly- 
sperme, à 2 becs, à 2 valves s'ouvrant au sommet. 

C. oppositifolium L. Plante délicate, gazonnante. Tiges radicantes 
à la base. Feuil. presque orbiculaires, en coin ou tronquées à la base, 
un peu crénelées, opposées, pétiolées. FI. jaunâtres, en corymbe terminal, 
feuille. %. av. -mai Bords couverts des ruisseaux d'eau vive. — Deux- 
SÈv. L'A^ste (A. Guillon), Château-Tison, Chambrille et env . {Maillard), 
Gouœ (Giraudias). — Vend. r. env. de Napoléon! ; Chantonnaij, au 
bord du Lay, Puyrnaufrais (Pontarlier, Marichal), forêt de Youvani 
(Letourneux), Bourneau (Ayraud), ac. env, de Mor/a(/7ie (Genevier). — 

Bretagne. AC. %%. Gir. Léognan (Laterrade), Bieujac (Théry), 

Canéjan (Lafont), Bcizàs (Banon), Blaignac (Motelay). — Lan. Mont- 
de-Marsan ! (Pervis), ag. la Chalosse, S-Martin-de-Seignancc. — B.- 
Pyr. S.-Pierre-d'Irube (Sibuet). 

OMBELLIFÈRES. 

Cul. adhérent à l'ovaire ; limbe à 5 dents ou à peu près nul. Pét. et 
étam. 5 insérés sur le bord du cal. Ovaire à 2 loges. Styles 2 dilatés en 
un disque (stglopode) épigyne. Fruit à 2 carpelles ou mertcarpes sou- 
dés avec la moitié du cal., d'abord réunis par leur face interne (commis- 
sure), puis se séparant de bas en haut et restant suspendus à un axe 
central (carpophore) filiforme, ord. bipartit. Chaque carp. est muni sur 
le dos de 5 côtes principales et qqf. de h autres secondaires. Intervalles 
(vallécules) entre les côtes garnis d'un ou plusieurs canaux résineux 
(bandelettes). Plantes herbacées (ici) ; feuil, ord. divisées, à pétiole 
engainant ; fl. en ombelle ord. composée, souv. munie d'involucre et 
d'involucelle. 

05s. Pour l'étude de cette famille difficile, les fruits mûrs sont indis- 
pensables. — Dans tous les genres où le bord du cal. est peu apparent, 
j'ai omis renonciation de ce caractère. 

1. Ombelle simple. 

l/»6. Hydrocottjle. Feuil. orbiculaires, peltées. 
l/*6. Erynglum. Feuil. épineuses. 
\U1. Sanicula. Feuil. palmées. 

2. Ombelle composée. 

§. Feuilles simples. 
U7. Bupleurum. 



OMBELLIFÈRES. 145 

§§. Feuilles composées. 

* Fruit allongé ou en alêne. 

U8. Scandix. Fruit à bec très long. 

1/18. Chœrophyllum. Fruit sans bec. Carp. à 5 côtes égales, obtuses. 
US. Anthrcscus. Fruit à bec court et à 5 côtes. Carp. presque cylin- 
driques, sans côtes. 

** Fruit hérissé. 

150. Daucus. Fol. de l'involucre pennifides. 

TorlUs, Caucalls, Turgenia, Orlai/a, voir p. 1A9, 150. 
Ab. Anthriscus vulgaris,p. 1A9. 

*** Fruit dont le diamètre transversal égale ou dépasse la largeur 
de la commissure. 

153. Smyvnium FI. jaunes. Carp. gros, noirs, réniformes. 

158. Fœtiiculum. FI. jaunes, Involucre et involucelles 0. 

159. Sllaus. FI. jaunâtres. Carp. à 5 côtes aiguës, presq. ailées. 

160. Crlthmum. Fruit subéreux. Feuil. charnues. 

153. Bifora. Carp. globuleux-renflés. Commissure percée de 2 trous. 
157. Œnanthe. Cal. à 5 dents. Fruit cylindrique, en toupie ou oblong. 
Styles longs, droits, persistants. " 

155. Amtnl. Fol. de l'invol. pennifides. 

156. PimpineUa. Involucre et involucelles 0. Fruit ovale. 
155. yEgopoditun. Involucre et involucelles 0. Fruit oblong. 
153. Cofiuim. Carp. à 5 côtes ondulées-crénelées. 

158 yEthusa. Fruit ovale-çlobuleux, Carp. à 5 côtes élevées, aiguës, 
les latérales presq. ailées. 

151. Apluin. Fruit presque globuleux. Carp. à 5 côtes filiformes, égales. 

Stylopode déprimé. Carpophore entier. 

152. Petrosellnum. Fruit et carp. ovales. Stylopode un peu conique. 

152. Clcuta. Fruit presque globuleux. Carp. à 5 côtes obtuses, égales. 

Vallécules à 1 canal presq. aussi saillant que les côtes. Involucre 0. 
15A. Ptychotls. Fruit petit, ovale, comprimé latéralement. Carp. à 5 
côtes. Vallécules à un canal. Carpophore bipartit. 

153. Heloscladium. Fruit ovale ou oblong. Carp. à 5 côtes égales. Val- 

lécules à 1 canal. Carpophore entier, libre. 
152. Trlnla. FI. dioïques ou monoïques. Pét, des fl. mâles lancéolés. Fruit 

ovale. Un canal dans l'intérieur de chaque côte. 
15.4. Falcarla. Cal. à 5 dents. Fruit oblong, comprimé par le côté. Carp. 

à 5 côtes filiformes, égales. Vallécules à un canal filiforme. 
155. Sison. Fruit ovale. Carp. à 5 côtes filiformes, égales. Canaux courts, 

en massue renversée. 

155. Carum. Fruit ovaleoblong. Carp. à 5 côtes filiformes, égales. Com- 

missure plane. Vallécules à 1 canal. Carpophore libre, fourchu au 
sommet. 

156. Coaopoduun. Fruit ovale. Carp. à 5 côtes en forme de stries. Sty- 

lopode conique, terminé par le style droit. 
156. Slum. Fruit presque globuleux. Carp. à 5 côtes filiformes, égales. 

Styles recourbés. 
159. SeseU. Dents du cal. épaisses. Fruit oblong. Styles réfléchis. Carp. 

à 5 côtes, les latérales placées au bord. Involucre ou à 1 fol. 

10 



146 OMBELLIFÈRES. 

**** Fruit dont le diamètre transversal est beaucoup plus court 
que la largeur de la commissure. 

163. Pastlnaca. FI. jaunes. Involucre et involucelles 0. Carp. à 5cûtes, 
les latérales éloignées des autres et touchant le rebord. 

163. Anethum. Caract. du Pastlnaca. Carp. à 5 côtes également dis- 
tantes. 

161. Seliîium. Carp. à 5 ailes, les latérales beaucoup plus grandes. 

16J^. LaserpUluin. Carp. à h ailes membraneuses, 

16/». Tordyllum. Carp. à rebord épais, rude-tuberculeux. 

16A. Herdcleum. Canaux rétrécis en massue linéaire. 

160. Angelica. Fruit bordé de 2 larges ailes. 

161. Peucedanum. Carp. à 5 côtes très fines. 

1. Ombelles simples. 

HYDROCOTYLE L. Pét. ovales, entiers, aigus, droits. Fruit comprimé, 
à S lobes. Carp. à 5 côtes filiformes, les 2 intermédiaires plus saillantes, 
arquées. Ombelle imparfaite. 

H. vulgaris L. Plante délicate ; tiges rampantes. Feuil. orbiculaires, 
peltées, nervées, largement crénelées; pétiole poilu. FI. petites, blanches 
ou un peu rosées, en 1,2 paquets sur un pédonc. axillaire. 0J>. jf-sept. 
Marais, bord des étangs. CC. 

ERYNGIUM L. Cal. à 5 fol. épineuses. Pét. dressés, connivents, échan- 
crés, à longue pointe courbée en dedans. Fruit ovale, sans côtes, hérissé 
d'écaillés. FI. en tête sur un récept. garni de paillettes, entouré d'un in- 
volucre épineux. Feuil. épineuses. 

E. campestre L. C/ia/'t^on i2o^an.rf. Feuil. coriaces, veinées en réseau, 
l-2.pennées, décurrentes sur le pétiole, celles de la tige embrassantes à 
oreillettes larges. FI. blanchâtres, en tête plus courte que les fol. linéai- 
res, entières de l'invol. Paillettes simples. %. jt-sept. Terrains arides, 
sablonneux ou cale, sables maritimes. C. — pc. Bocage des DeuxSèc, 
de la Vend, et intérieur de la Bretagne. 

E. maritimum L. Glauque blanchâtre. Feuil. coriaces, veinées en ré- 
seau, les rad. entières ouplissées-lobées, celles de la tige sinuées-lobées, 
embrassantes. FI. bleuâtres, en tête plus courte que les fol. sinuées-den- 
tées de l'invol. Paillettes trifides. %. jn-sept. Sables maritimes. C. 

E. viviparum Gay an. se. nat. 1848, p. 28, t. M, E.pusillum Le Gall 
flore. Petite plante' couchée, de 3-6 cent. Souche courte, tronquée, à 
rac. nombreuses. Plusieurs tiges couchées, naissant autour d'une ombelle 
radie, dichotomes, portant une ombelle à faisselle de chaque bifurca- 
tion, rameaux divergents. Feuilles rad. en rosette, lancéolées, incisées- 
épineuses ou pennifides-épineuses, les ext. plus étroites, dentées, rétré- 
cies en pétiole entier. Feuil. de la tige pennifides, à 3-5 lobes incises-épi- 
neux, le terminal très grand. Fol . de l'invol. 5 lancéolées, dentées-épineuses. 
Paillettes entières ou à une seule épine, dépassant les fl. peu nombreuses, 
bleu clair, à anthères jaune-blanchâtre. Fruit muni, surtout vers le som- 
met, de petites écailles non ponctuées. ^. jt-a*. Pâtures planes, stériles, 
à terre compacte très mouillée l'hiver. — Mor. Entre Ploëmel et Er- 
deven (Hémont 1832, Toussaints), Séné près Vannes ! (Pontariier), c. 
dans qq. localités. R. — Vers l'automne, au collet de la plante, en de- 
dans des feuil., il se développe une ou plusieurs rosettes de feuil., qui 
font paraître latérales les tiges fructifère^. Ces rosettes jettent plusieurs 



OMBELLIFÈRES. 147 

racines, tandis que celles qui ont porté les tiges se dessèchent et meu- 
rent avec elles. A la même époque, et dans les années humides, une rosette 
semblable naît à l'aisselle des feuil, super. 

SANICULA L. Cal. à 5 dents. Pét. dressés, connivents, échancrés, à 
pointe longue, pliée en dedans. Fruit ovale-globuleux. Carp. sans côtes, 
hérissés d'aiguillons crochus, ne se séparant qu'à la parfaite maturité. 

S. europaea L. Sanlcle. Tige simple. Feuil. palmées à 5 lobes tri- 
fides, dentés, vert foncé, luisant. FI. blanches, en ombellules globu- 
leuses. Etam, longues. %. mai-j". Bois. AG. 

II. Ombelles composées. 

A. Feuilles simples. 

BUPLEURUM L. Pét. presque arrondis, entiers, courbés. Fruit ovale 
ou arrondi, comprimé. Carp. à 5 côtes égales, ailées, filiformes ou presque 
0. FI. jaunes. 

B. tenuissimum L. Rameaux couchés, filiformes. Feuil. linéaires- 
lancéolées, acuminées. Ombelles petites, nombreuses, les terminales à 
3 rayons inégaux, les latérales incomplètes. Carp. g ranuleux-j aunâ- 
tres] à côtes sinuées-plissées. (i). ji-sept. Terres arides, bord des che- 
mins. C. région marit. et cale, .jusqu'à la Vilaine. — Mor. pc. rég. 
marit. — Fin. Vallée de Port-Salut CTanguyj, Camaret et Quélern 
(Blanchard). — C.-Noau. Du Légué à Cessori (Le Corre), S.-Jacut, S.- 

Sulliac (Mabille). %%. Gm. S^^-Foy (Maillard), Lormont (Ra- 

mey), Sadlrac (Delbos), ag. 'région marit. — Lan. S.-Sever ! (L. Du- 
four), çà et là région marit. 

%. B. affine Sad. Plante de 3-Adéc. grêle, raide, dressée ; rameaux 
eflilés. Feuil. linéaires-lancéolées, acuminées, à 3 ou 5 nervures. Om- 
belles lâches, les terminales à 5-7 rawns très inégaux, les latérales 
moins nombreuses à 1.2 ravons. Fol. de l'involucelle acuminées-en alêne, 
déj:)assant l'ombellule à 3 5 fruits lisses, plus longs que leur pédicelle. 
Fol. de l'involucre à env. 5 fol. (î). jt. — Char.-Inf. Monterneuf près 
S.-Aignant (Parât), Chérac (Delaage). — Deux-Sèv. Coteaux arides, 
Thouars (Revelière), Argenton-Ch.; forêt de Chisé (Dussouchaudj. RR. 
— Vend. Baissons dans les sables marit. aux env. des Sables (Pontde- 
vie, Rossignol). RR. — Loire-Inf. Dunes herbeuses du moulin de Tha- 
ron en S.-Michel-en-Rets ! (Le Dantec), jusqu'au marais de Calais ! (P. 
Bruneau, H. Lefièvre). RR. — La forme à rameaux courts, appliqués 
(B. af/lne Sad.) et celle à rameaux allongés, étalés-ascendants (B. Jac- 
quinianum Jord,), ne constituent qu'une m^'me espèce, ainsi qu'on peut 
le voir par les intermédiaires croissant dans la même localité aux 
Sables d'Olonne et à Tharon{Loive-lnf.). Dans les dunes et les lieux 
sans abri, il n'y a que B. affine, tandis que dans les lieux plus frais et 
abrités par les buissons, une partie des individus sont B. Jacquinlanum. 
L'été humide de 1878 a produit des B. Jacquinlanum et des formes 
intermédiaires où il n'existait en 1877 que des B. affine. Enfin, M. Fou- 
caud et moi avons semé des graines d'un B. affine, qui ont donné de 
beaux B. Jacquinianum. 

B. aristatum Bart. B. Odontites DC. fl. fr. Tige dichotome, de 2-10 
cent, à rameaux étalés. Feuil. linéaires-lancéolées , à 3 nervures. Fol. 
de l'involucelle 5 opaques, dépassant les fl. ovales-lancéolées, en arête, 
à 3 nervures ramifiées latéralement. Pédie. surtout celui du milieu, plus 



148 OMBELLIFÈRES. 

court que la fl. (î). j"-jt. Sables, pelouses et coteaux maritimes. — AG. 
surtout au midi de la Loire. — A l'intérieur: coteaux, lieux pierreux. 
— Char.-Inf. PC. — Deux-Sèv. Env. de Dœall, S.-Loup, Airoault, 

Thouars, Argenton-Ch.; Mallet près Mausé (Foucaud). %%• 

GiR. Vetidays (Brochon), Pointe de Grave. — B.-Pyr. Falaises entre 
Biarritz et Bldart (Sibuet). RR. 

%. B. falcatum L. Tige de 3-9 déc. dressée, flexueuse, rameuse, sur- 
tout dans le haut. Fsull. Inf. un peu arquées, lancéolées, rétrécies en 
pétiole, les sup. linéaires-lancéolées à 5, 7 nervures. Foi. de l'involucre iné- 
gales, celles de l'involucelle cuspidées plus courtes que les fl. d'un beau 
jaune. Fruit ridé-strié. OJ.. a^-sept. Champs, vignes, coteaux, bord des 
bois, dans le cale. — Char.-Inf. ac. danslen.-est ; La Garde près Crotic- 
Chapeau (Foucaud). — Deux-Sèv. Airoault (Bonnin), ag. S.-Loup ! 
(Guyon), S.-Martin-de-Sanzay (Pellier), Tourienay (Lebrun), c. dans 
le midi, %%■ GiR. S.-André-de-Cubsac (Dubalen). 

'%. B. protractum Link. Un peu glauque; rameaux divariqués. Feai^. 
sup. ovales, mucronées, perfollées. Ombelle sans invol. à 2,3 rayons. 
Fol. de l'involucelle ovales, mucronées, jaunes, toujours très étalées. 
Fruit granuleux, (i). j". Champs et moissons du cale. — Char.-Inf. 

C. — Deux-Sèv., Vend. AC. %%. GiR. Verteull (Motelay), Ca- 

vlgnac (Merlet), de Blaye à Fronsac; c. Esplet! (Bonnaves), Haux (Ra- 
mey), Lados, Brouqueyran (Goua). — Lan. Vielle (Dupoy). 

%. B. rotundifolium L. Diffère du précéd. par les feuil. plus ar- 
rondies, distiques, l'ombelle à 5-8 rayons, les fol. de l'involucelle vertes, 
redressées sur les fruits lisses, plus petits. ®. j". Mêmes lieux. — Char.- 
Inf. Moins C. — Deux-Sèv. AC. — Vend. Chaillé-les-Marais ! Ile 

d'Elle (Letourneux), r. Sigournais (Pontarlier). RR. %%• Gm. 

Cubzac (Ch. Laterrade), S.-Laare/i^rf'Arce(Jarris), Ciu/'ac (Lalanne), 
Yvrac (Lafont), Espiet! (Bonnaves), S.-Brice (Musquin). 

B. Feuilles composées. 

a. Fruit allongé ou en alêne. 

SCANDIX L. Pét. inégaux, obovales, tronqués à pointe courbée. Fruit 
comprimé latéralement, à bec très long. Carp. à 5 côtes égales, obtuses, 
les latérales placées au bord. 

S. Pecten Veneris L. Tige pubescente. Feuil. bipennées à fol. linéai- 
res, aiguës. Involucre ou à 1 fol. pennifîde. Ombelle à 2,3 rayons. 
Fol. de l'involucelle 2-3ades ou entières. Bec des carp. comprimé par 
le dos, hérissé d'aiguillons sur chaque côté. (î). mai-j". Moissons. CC. 

CH^ROPHYLLUM L. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée. 
Fruit comprimé latéralement, sans bec. Carp. à 5 côtes égales, obtuses, 
les latérales placées au bord. Vallécules à 1 canal. 

C. temulum L. Tige de 6-10 déc. sillonnée, hérissée et tachée de 
brun, surtout dans le bas, pubescente dans le haut, renflée sous les 
nœuds. Feuil. d'un vert sombre, bipennées; fol. incisées-lobées, à lobes 
obtus, mucronulés. Involucre ou à 1 fol. Fol. de l'involucelle ovales- 
lancéolées, acuminées, ciliées. Fl. blanches, ombelle pédonculée-d'abord 
penchée. (2). mai-jt. Haies. CC. 

ANTHRISCUS Pers. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée ou 0. 



OMBELLIFÈRES. 149 

Fruit contracté latéralement, terminé en bec court à 5 côtes. Carp. pres- 
que cylindriques, sans côtes. FI. blanches. 

A. silvestris Hoffm. Chœrophi/llum L. Tige de 6-10 déc. sillonnée, 
velue à la base, glabre dans le haut, un peu renflée sous les nœuds pubes- 
cents. Feuil. 2-3. pennées à fol. allongées, incisées dentées. InvolucreO. 
Fol. de l'involucelle ovales, acuminées, ciliées, réfléchies. Carp. li- 
néaires, lisses, à bec peu sensible. OJ.. mai-j*. Haies. Moins C. que 
Chœrophylltan temulum auquel il ressemble. 

Obs. A. Cerefolitim Hoffm. Scandiœ L. Cerfeuil, se trouve qqf. dans 
les haies autour des habitations. Ses feuil. sont aromatiques, 2-3. pennées 
à fol. ovales, incisées-pennifides ; l'ombelle est latérale, sessile ou pé- 
donculée, le fruit linéaire, lisse, 1 fois plus long que le bec sillonné. 
(î). Cuit. 

A. vulgaris ï^ers. Scandiœ; AnthrlscusL.Caucalisscandicina'Roth.. 
Tige très rameuse, glabre. Feuil. molles, tripennées à fol. pennifides ; 
pétiole poilu ; gaîne ciliée. Involucre 0. Fol. de l'involucelle ovales-lan- 
céolées, acuminées, ciliées, unilatérales. Fruit ovale-oblong, hérissé 
d'aiguillons crochus, blanchâtres. Style droit, très court, (t). mai-j". 
Décombres. AC. — Plus c. en approchant de la mer et dans le cale. 

b. Fruit hérissé. 

TORILIS Gœrt. Cal. à 5 dents. Pét.obovales,échancrés, à pointe cour- 
bée. Fruit contracté latéralement. Carp. à 5 côtes principales garnies 
d'aiguillons, les secondaires cachées par les aiguillons des vallécules. 
FI. blanches. 

T. Anthriscus Gmel. Tordylium L. Tige rameuse, élancée, à poils 
couchés, dirigés en bas. Feuil. bipennées à' fol. incisées-dentées, la ter- 
minale lancéolée. Ombelle longuement pédonculée. Involucre à 4,5 fol. 
linéaires. Aiguillons du fruit courbés, aigus. FI. qqf. rosées. (2). j^-a*. 
Haies, buissons, bois, champs incultes. C. 

T. helvetica Gmel. Caucalis arvensis Huds. Rameaux étalés, à 
poils couchés, dirigés en bas. Feuil. 1-2. pennées à fol. incisées-dentées, 
la terminale qqf. plus allongée. Ombelle long, pédonculée, dressée avant 
l'anthèse. Involucre ou à 1 fol. membraneuse. Aiauillons du fruit 
terminés en tête hérissée. <^.]^-a^. Champs incultes, nord des haies. G. 

T. heterophylla Guss. Tige de i-8 déc. à poils couchés, dirigés en 
bas. Feuil. inf. bipennées à fol. incisées-dentées, les moyennes à 3 fol. 
lancéolées, incisées-dentées, les sup. simples, entières ou dentées. Om- 
belle longuement pédonculée, penchée avant l'anthèse, à 3, rar. U rayons. 
Involucre ou à 1 fol. FI. petites. Cccrp. extérieur à aig aillons ter- 
minés en tête hérissée, ceux du carp. int. courts, tuberculeux, (i). 
mai-jn. Haies, buissons et décombres des lieux secs. — Char. -Inf. Fouras, 
c. de Soubise à S.-Aignani, S.-Hippoli/te, S.-Porchaire (Foucaud), 
Broue, S. -Palais, le Douhet. — Deux-Sèv. Thouars! (Revelière), la 
Couarde en Goux, la Mothe (Sauzé), S. -Maixent, Lu<ay ; Melle (Gi- 
raudias). AC. (Sauzé fl.). — Vend. Fontenay ; Napoléon, çà et là de 
Luçon à Talmont, Chantonnay, S^^-Hermine (PoniavUeT). Mouilleron- 
en-Pareds (Gobert). — Loire-Inf. De Mauves à Ingrande, Paim- 

bœuf. — MoR. Vannes ! et env. ! Sarzeau (Taslé). %%. Gir. 

S^^-Èulalie-d'Ambarès (Motelay). 

T. uodosa Geert. Tordylium L. Caucalis nodiflora Lam. Tige fai- 



150 OMBELLIFÈRES. 

ble, étalée. Feuil. bipennées à fol. étroites. Ombelle simple, presque 
sessile, opposée à la feuil. Fruits du centre de l'ombelle tuberculeux, 
ceux de la circonférence hérissés partout d'aiguillons crochus ou seu- 
lement sur le carp. ext. (i)- j'^-a*. Murs, rochers, décombres, surtout 
au bord de la mer. AC. — r. à l'intérieur au-delà de Loire-Inf. 

CAUCALIS Hoffm. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, échancrés, à pointe 
courbée, les ext. rayonnants, bifides. Fruit un peu comprimé latérale- 
ment. Carp à 5 côtes principales garnies de soies ou de petits aiguil- 
lons, les A secondaires plus élevées, garnies de longs aiguillons et cou- 
vrant chacune un canal. 

%. C. daucoides L. Tige striée-cannelée, hispide à la base; rameaux 
divariqués. Feuil. 2-3-pennées à lobes linéaires, aigus. Ombelle à 3 
rayons, ombellules à 3 fl. fertiles. Involucre ou à 1 fol. FI. rosées. 
Aiguillons du fruit lisses, crochus au sommet, sur un rang. (1). j". Mois- 
sons du cale. — Char.-Inf., Deux-Sèv. C. — Vend. Chantonnay , Ba- 
zoges, AC. Plaine par localités (Pontarlier, Letourneux), la Grande Rhé 
près Vouvant (Gobert). — Loihe-Inf. rr. Machecoul ; Saffré{S. Gai). 

%X- GiR. S.-Christoly (Merlet), Léognan (Laterrade), Haux 

(Ramey), 'Camlac (Bonnavesj, Budos (Ducot). — B.-Pyr. S.-Plerre 
d'Irube (Sibuet). 

TURGENIA Hoffm. Caract. du CaacaZis. Fruit contracté latéralement 
à 9 côtes chargées de 2.3 rangs d'aiguillons, les 2 latérales muriquées, 
placées dans le plan de la commissure. Invol. et Involucelles polyphylles. 

%. T. latifolia Hoffm. Caucalis L. Hispide. Tige raide. Feuil. pen- 
nées, fol. oblongues-lancéolées, incisées-dentées en scie, décurrentes. FI. 
blanches, rosées ou rouges en ombelle à 3 rayons. Aiguillons du fruit 
rougeàtres. CD- j"- Champs et moissons du cale. — Char.-Inf., Deux- 
Sèv. C. — Vend. ac. Plaine et îles (Pontarlier, Marichal), la Grande 
Rhé (Gobert). %')5C. GiR. Haux (Lafont), Camlac (Bonnaves). 

ORLAYA Hoffm. Caract. du Daucus, les h côtes secondaires armées 
de 2-3 rangs d'aiguillons et couvrant chacune un canal. 

O. grandiflora Hoffm. Caucalis L. Tige de 1-3 déc, rameuse dès 
base; rameaux ouverts. Feuil. inf. 3-3. pennées à lobes linéaires, aigus, 
un peu rudes au bord. Invol. et involucelles à fol. lancéolées, à 3 nervu- 
res, membraneuses au bord, mucronées. FI. blanches à pét. ext. très 
grands. Aiguillons du fruit crochus. (î). j"-at. Moissons du cale. — Char.- 
Inf. Jonzac (de Beaupreau), S.-P.-d'Amilly, S.-Saturriin-du-Bois, S.- 
Christophe, Ajials(Foucaud), Surgères etenv.; l'HouméeiFaYe), Sain- 
tes (A. Guyon), Laleu (Hubert), Beauvais! (Sav atier), Archiac ; Mont- 
lieu (de Meschinet). — Deux-Sèv. Thouars ! etenv. ! (Bastard), Taise; 
S.-Martin-de-Sansay (Pellier), Availles; Airvault ! S.-Jouin (Bonnin), 
Mauzé ! (Foucaud). — Vend. g. l'Abbé près Nalliers (M^e Poey Davant, 
Ayraud), le Mureau près Luçon (Lepeltier), la Grande Rhé (Gobert), 

%%• GriR. S.-Laurent-d'Arce{iai:v\^), coteau de S.-ErnilionCRa- 

mej), S^^-Foy (MaiUard), Dieuliool(Fe[:ït-'LaûUe),Camiac, Espiet ! (Bon- 
naves). 

DAUCUS L. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, échancrés, à pointe cour- 
bée, les extér. rayonnants, bipartits. Fruit comprimé par le dos, à 5 côtes 
principales filiformes, hérissées de soies divergentes, les 2 latérales pla- 
cées à la commissure, les h secondaires plus grandes, à une rangée d'ai- 
guillons soudés à la base. Fol. de Vinvolucre peniiifides. 



la bai 



OMBELLIFÈRES. 151 

D. Carota L. Carotte. Rac. en fuseau. Tige hispide ou rude, rameaux 
ouverts à angle de i.5 degrés. Feuil. 2-3. pennées à lobes lancéolés, acu- 
minés. FI. blanches, la centrale pourpre foncé et stérile. Ombelle à rayons 
nombreux, redressés à la maturité et la rendant concave. Aiguillons du 
fruit ovale-elliptique égalant presque son diamètre transversal. @. jn-oct. 
Champs, talus, prés, pâturages. CC. 

D. gummifer Lam. D. marltimus With. et anglor. D. hispidus Le 
Gall flore ! D. Carota v. hispidus fl. Loire-Inf. Racine pivotante. Tige 
courte, épaisse, très hispide, enzig-zag ; rameaux étalés, très hispides 
surtout à la base ainsi que les pédonc. Feuil. rad. et inf. ovales-triangu- 
laires, pennées; fol. pennifides, lobes ovales, à dents obtuses, mucronées, 
velues sur les nervures et le rachis, glabres du reste et même luisantes, 
épaisses. Fl. blanches. Ombelle à rayons nombreux plus longs que l'in- 
volucre à la fin réfléchi, redressés à la maturité et la rendant plus ou 
moins concave. Aiguillons du fruit ascendants, confluents à la base, plus 
courts que son diamètre transversal. .2,. j"-jt. Grands rochers maritinies. 
AC. par localités depuis la Vt/aine jusqu'à Cancale. — LomE-iNF. Pointe 
de Chémoulln; rr. Poullguen (Bardin), Ile-Leven (Bureau). R. —La 
longueur des aiguillons du fruit est très variable, ils sont qqf. réduits à 
de simples tubercules et les côtes forment alors une crête dentée. Le pour- 
tour des carp., en y comprenant les aiguillons, est presq. elliptique, tandis 

qu'il est presq. arrondi dans/). Carota. /^%- B.-Pyr. g. falaises 

élevées de la Chambre d'Amour à la Pointe S^^-Anne. 

Obs. Le Gall flore du Mor. page ââi», décrit une autre espèce sous le 
nom de D. marltimus Lam. D. parolflorus Lois? avec lescaract. suiv, 
« Tige rameuse dès la ])ase à rameaux rapprochés plus ou moins ouverts, 
un peu scabres. Feuil. glabres ou presque glabres, assez luisantes, les 
inf. et rad. bipinnées, fol. à lobes oblono-s ou linéaires-oblongs. faible- 
ment mucronés. les autres feuilles pinnées à fol. souv. allongées-spatu- 
lées. Ombelle très longuement pédonculée, légèrement convexe, à rayons 
assez nombreux, rapprochés après la fleuraison, sans être serrés, les ext. 
un peu plus longs que les autres, mais ne dépassant pas l'involucre. Fl. 
très petites, blanches ou rougeàtres. Fruits ovoïdes à aiguillons ord. assez 
courts, rapprochés, ascendants. Eté. Ne croît pas comme D. hispidus 
(Le Gall) dans les fissures des rochers maritimes ou sur les pelouses entre 
ces rochers, mais dans les sables maritimes ou sur les terrains rocail- 
leux-sablonneux très voisins de la mer et produisant qq. petits arbris- 
seaux. » Je l'ai cueilli à Be^/e-He, S. -Gi/c/as-ae-i2uLï, au-dessus des grottes 
de Morcjat, etc., sur la c«*)te de la Bretagne. 

Aberr. Anthriscus vulgaris p. l/»9. 

c. Fruit dont le diamètre transversal égale ou dépasse la largeur 
de la commissure. 

APIUM L. Pét. ovales-arrondis, entiers, à pointe courbée. Stylopode 
déprimé. Fruit presque globuleux, comprimé latéralement, à 5 côtes 
filiformes, égales, les latérales placées au bord. Yallécules à 1 canaL 
Carpophore entier. Invol. et Involucelles 0. 

A. graveolens L. Ache. Tige de 3-8 déc. cannelée. Feuil. infér. pen- 
nées à fol. presque rhomboïdales, dentées-lobées, les sup. ternées à fol. 
trifides, incisées, en coin à la base. Fl. blanchâtres, en ombelle à l'ais- 
selle des rameaux et des feuil. Fruit petit. (2). jn-sept. Bord des étiers, 
des marais salants, des ruisseaux, des sources et dans les rochers hu- 



152 OMBELLIFÈRES. 

mides au bord de la mer. C. — Cuit, au pied des chaumières pour ses 
feuil. comestibles ou vulnéraires. Une var. à rac. épaisse (céleri) est 
cuit, pour la table. 

PETROSELINUM Hoffm. Pét. arrondis, entiers, àpointe courbée. Sty- 
lopode convexe, un peu conique. Fruit ovale, contracté latéralement. 
Carp. à 5 côtes filiformes, égales, les latérales placées au bord. Vallé- 
cules à 1 canal. Carpophore bipartit. 

P. segetum Koch, Sison L, SiumLam. Rameaux filiformes, grêles, 
presq. nus. Feuil. inf. pennées à fol. ovales, incisées-dentées en scie, 
les sup. prêsq. simples. Ombelle et ombellule à rayons très inégaux, In- 
volucre à 3 fol. linéaires. FI. blanches. 0. jt-a*. Champs incultes, lieux 
pierreux ou argileux, bord des chemins. — Char. -Inf. C. — Deux-Sèv. 
AC. le cale. — Vend. c. toute la côte et le cale, r. ailleurs (Pontarlier, 
Marichal, Letourneux). — LomE-iNF. Copchoux (Pesneau), Ancenls, 
Varades, bord des fossés de Buzay à S.-Brevln ; de S^^-Marle au 
Collet, Pornlchet, Pouligueti, les Régats en Cils, Bergon, Camhon. 
PC — MoR. Belle-Ile; a Quiberon, Lorlent(Le Gall)», S.-Glldas (Pon- 
tarlier). R. — Fin. S.-J. Plougastel, Tréslen, Plonivel, Plovan, Ro- 
san, etc. AR. (Crouan). — C.-Nord. Coteaux du Gouessant ; bord de 
la Rance de Taden à l'Ecluse (Mabille). — Il.-et-V. Bord de la Rance 
à S.-Malo fGuinard), et à S.-Ideuc (Mabillo), cale, de Rennes (herb. 

Degland), et les Trois-Croix (J.-M. Sacher). %%. Gjr. AC. — 

Lan. S.-Sever (Sibuet). 

* P. sativum Hoffm. Apium Petroselinum L. Persil. Tige striée. 
Feuil. luisantes, les infér. bipennées à fol. rhomboïdales, trifîdes et den- 
tées, les sup. ternées à fol. lancéolées, entières ou 3.fides. FI. jaunâ- 
tres, en ombelle pédonculée. (2). j"-at. Naturalisé autour des jardins, sur 
les rochers, les murs, surtout au bord de la mer, et cuit, pour la cui- 
sine. Varie à fol. toutes linéaires, allongées. 

TRINIA Hoffm. Fleurs dioïques ou monoïques. Mal. pét. lancéolés, 
contractés en lanière roulée en dedans ; fem. ou herm. pét. ovales, à 
pointe courte, fléchie en dedans. Fruit ovale, comprimé latéralement. 
Carp. à 5 côtes filiformes, un peu saillantes, égales, les latérales pla- 
cées au bord. Un canal dans l'mtérieur de chaque côte. Invol. et in- 
volucelles ou à l fol. 

^. T. vulgaris DC. Prod. Pimplnella dioica L. Racine pivotante, 
épaisse, chevelue au collet par les nervures des feuil. détruites. Tige de 
1-3 déc. à rameaux étalés. Feuil. bipennées, fol. à lobes linéaires. FI. 
blanches en ombelles nombreuses pédonculées. Pédic. des fruits très 
inégaux. @. mai-j". Coteaux et lieux pierreux du cale. — Char.-Inf. De 
Méchers à Royan;\& Garde près Croia;-Chapeau (Foucaud), S.-Chris- 
tophe. Pointe du Chay, la Repentie, Sèche-Bec, Dœuil^<Marsais, c. bois 
de Surpères et de Benon ; île de Ré. — Deux-Sèv. r. bois du Mai à 
S. - Joutn (BroiXier), AC. S.-Loup ! (Gujon), Airvault !(Bonn'm), Mausé! 
(Foucaud), Fors (Maillard). R. %%. B.-Pyr. Baijonne (Sibuet). 

CICUTA L. Cal. à 5 dents. Pét. en cœur renversé, à pointe courbée. 
Fruit presque globuleux, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes ob- 
tuses, égales, les latérales placées au bord. Vallécules à 1 canal presq. 
aussi saillant que les côtes. Involucre 0. 

C. virosa L. Tige de 5 8 léc. rameuse, robuste, cannelée, creuse. Feuil. 
2-3.pennées à fol. linéaires-lancéolées, dentées en scie. Ombelle opposée 



OMBELLIFÈRES. 153 

à la feuil. Invoiucelle à fol. linéaires. FI. blanches. Sl^. jt-a*. — Loire- 
Inf. c. marais de VErdre ; apparu en 1878 au lac de Grand-Lieu, il y 
est déjà AG. et ne peut manquer de devenir aliondant dans cette vaste 

localité de marais, qui lui est si favorable. X%. Lan. Etangs de 

Soustons (Thore), de Léon (Deflers), de la Pointe et prob. dans plusieurs 
autres. 

CONIUM L. Pét. en cœur renversé, à pointe courbée. Fruit ovale, 
comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes ondulées-crénelées, les latérales 
placées au bord. Canaux 0. 

C. maculatumL. Ciguë. Fétide. Tige de 6-15 déc. marquée, surtout 
dans le bas, de taches ï)runes. Feuil. inf. tripennées ; fol. pennifides à 
lobes dentés, mucronés. Rayons de l'ombelle inégaux. Fol. de l'invo- 
lucelle à 3 fol. unilatérales. FI. blanches. @. j"-]'. Haies, lieux pier- 
reux. C. 

BIFORA Hoffm. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée. Fruit 
didyme. Carp. globuleux-renflés, rugueux. Canaux 0. Commissure per- 
cée de 2 trous. Invol. et involucelles à 1 fol. 

%. B. testiculata Spr. Coriandrum L. Fétide. Tige à angles aigus. 
Feuil. 1-2. pennées ; fol. pennifides à lobes linéaires, divariqués. apiculés. 
Ombelle à 1-3 rayons ; ombellule à 2,3 fl. blanches, anthères brun foncé ; 
pét. presq. égaux. Fruit échancré à la base, terminé au sommet par un 
mamelon conique, (i). fin mai et j". Moissons du cale. — Ch.ar.-Ixf. AC. 
— Deux-Sèv. Niort ! Chisé ! (A. Guillon), env. de Dœuil ; Paisaij, As- 
mères, Crézières, Brioux. S.-Florent (Giraudias), la Mothe (Mail- 
lard), Vançais, Rom, S^^-Soline (Guyon), Thouars /(Lunet). — Vend. 
AC. s. -est de la Plaine et Iles hautes (Pontarlier, Letourneux). 

SMYRNIUM L. Pét. ovales, entiers, acuminés, à pointe courbée. Fruit 
globuleux, comprimé latéralement. Carp. réniformes, à 3 côtes. 

S. Olusatrum L. Tige de 6-12 déc. robuste, sillonnée. Feuil. grandes, 
2-3. pennées, les sup. ternées à fol. grandes, ovales, dentées : gaîne du 
pétiole large, membraneuse. Involucre 0. Fol. de l'involucelle courtes. 
Fl. jaune pâle. Fruit gros, noir à la maturité, (g). j"-jt. Haies, décom- 
bres, surtout en approchant de la mer. — Char.-Inf. Valin. la Barde, 
le Fouilloux, S.-Hippolijte (Foucaud), Montlieu (de Meschinet), Mov- 
tagne (A. Guillon), Brouage jusqu'à la. Rochelle : Esnandes, ile de 
Ré; çà et là île d'ÔZero/i, i^eaay«ts (Savatier !), Saintes; Taillebourg 
(Pinatel), Corme-Royal (Tesseron !). — Deux-Sèv. TourteroniGnYon), 
Prahecq (Sauzé), la Mothe (Giraudias), S. -Loup (Guyon), Thouars (Lu- 
net). R. — Vend. Çà et là région maritime. — Loire-Inf. S. -Et. -de- 
Mont-Luc, Donges,S.-Joachim. Croisic, S.-Viaud, Pornic. S.-Léger, 
Arthon, Fresnày, Bourgneuf, Beauvoir, S.-Aignan et Pont-S.-Mar- 
tin, etc. PC. — Mor. Houat, Hœdic, Belle-Ile, ac. tous les env. de 
Vannes. — Fin. Pont-l' Abbé. île Glénans, env. de Brest! (Bonnemai- 
sonj, Ploudalméseaii, Landéda (Crouan), ile de Bats, etc. — C.-Nord. 
Corseul, Dinan (Morin), Lesardrieux (Le Corre), Lantic. — Il.-et-V. 

R. Le Lupin près S. -Coulomb (de la Godelinais). %%■ Gm. S.- 

Vivien, Soulac (Motelay). Blai/e, Lesparre ; Marbouzé en Médoc, Ta- 
lence (Laterrade), Bégles (Ja'rris), Fronsac, env. des Eglisottes. — 
B.-PyR. Bayonne (Sibuet;. 

HELOSCIADIUM Koch. Bord du cal. à 5 dents ou peu apparent. Pét. 
ovales, entiers, à pointe courbée ou droite. Fruit ovale ou oblong, com- 



154 OMBELLIFÈRES. 

primé latéralement. Carp. à 5 côtes égales, les latérales placées au bord. 
Vallécules à un canal. Carpophore entier, libre. FI. blanches. 

H. nodiflorum Koch, Slum L. Tiges de taille très variable, faibles, 
couchées et radicantes dans le bas. Fsuil. pennées ; fol. ovales-lan- 
céolées, à dents égales presque obtuses, la fol. terminale qq.^ trilobée. 
Ombelle opposée à la feuille, sessile ou à pédonc. plus court que les 
rayons. Involucre ouct 1 fol. FI. blanc un peu verdâtre. Fruit ovale. 
%. j»-sept. Ruisseaux, fosses. CC. 

p. ochreatum DC. Tiges couchées, radicantes, à fol. ovales-arrondies, 
gaine des pétioles dilatée, membraneuse. Sources du bord de la mer. AC. 

H. repens DC. Slum L.fil. Voisin de la var. du précéd., s'en dis- 
tingue facilement sur le vivant. Tiges couchées, radicantes à tous les 
nœuds. Feuil. long, pétiolées à fol. petites, sessiles, inégalement den- 
tées ou lobées. Pédonc. de l'ombelle plus long que les rayons. Involu- 
cre à 4,5 fol. lancéolées. FI. blanches. Fruit plus arrondi. %. j"-at. 
Lieux tourbeux. — Deux-Sèv. Bord de la Dive entre Olron et Pas-de- 
Jeu (Guyon), la Bavière près Thouars (Lunet). — Vend. Fontaines ! 
au bord du Marais (Ayraud). %%• Lan. Mugron (Perris). 

H. inundatum Koch, Slum L. Tige rampante ou submergée. Feai^. 
submergées à lanières capillaires, les sup. flottantes ou émergées, pen- 
nées à fol. en coin, trilides au sommet. Ombelle opposée à la feuil., à 
2 rayons, chacim à 3,h fl. Involucre 0. P'ruit oblong. 0^. jf-jt. Marais, 
étangs, mares, fossés, qqf. ruisseaux où le courant allonge toutes ses 
fol. (var. torrentlum Mabillecat.68). C. — Moins c. Char.-Inf. eiDeux- 
-Sèv. %%. GiR. AR. — Lan. et B.-Pyr. Çà et là. 

PTYCHOTIS Koch. Cal. à 5 dents. Pét. en cœur renversé. Fruit ovale 
ouo!)]()ng, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes. Vallécules à un ca- 
nal. Car])ophore bipartit. 

%%. P. Thorei Godr. et Gren. Petroselinum Coss. notes p. 6, Slson 
vertlcillaio-inundatumThove Chl. land. Slum Inte rmedium DC. S. bul- 
bosi/m Thore, Helosciadium Koch. Tiges de 8-15 cent, glabres, ord. 
couchées, filiformes, rameuses au sommet, feuillées aux nœuds et qqf, 
radicantes. Feuil. pennées, à lanières simulant des verticilles autour du 
pétiole. Ombelle pédonculée, petite, à A-6 rayons liliformes, inégaux. In- 
volucre et involucelles à 3-5 fol. linéaires-lancéolées. Fl. blanches et 
qqf. un peu rosées. Fruit petit, ovale. %. at-sept. Lieux tourbeux inon- 
dés l'hiver. — Gir. Ambès, Hourtins. la Hume (Motelay), Landlras 
(Goua), Gasinet (Laterrade), env. de Saucats; Lacanau{t>\iv'\Qw),Ca- 
zau (Cosson). — Lan. ce. marais de Mamoura près Mont-de-Marsan 
(Perris), Daœ (L. Dufour), Selgnosse, Mlmisan, Aureilhan, Parentis, 
Biscarosse ; Sanguinet{Duvieu). — B.-Pyr. Bord de l'étang de FJnln- 
dos (Blanchet). 

FALCARIA Host. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, échancrés à pointe 
courbée. Fruit oblong, comprimé par le côté. Carp. à 5 côtes liliformes, 
égales, les latérales placées au bord. Carpophore libre, bifide. Vallécules 
à un canal filiforme. Invol. et involucelles polyphi/lles. 

%. F. Rivini Host, Slum Falcaria L. Rac. en fuseau. Tige striée ; 
rarneaux nombreux, divariqués. Feuil. pennifidcs, un peu coriaces et glau- 

aues, à lanières linéaires-lancéolées à dents de scie serrées et bordées 
e blanc, les rad. simples ou à 3 fol. Fl. blanches. Ombelle à 12-20 rayons. 



OMBELLIFÈRES. 155 

Fruit allongé, un peu courbé. %. jt-sept. Champs cale. — Ckar.-Tnf., 
Deux-Sèv., Vend. C. "X^- GiR- c. de Blaye à Plassac. 

SISON L. Pét. arrondis, profondément échancrés, à pointe courbée. 
Fruit ovale, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes filiformes, égales, 
les latérales placées au bord. Canaux courts, en massue renversée. Car- 
pophore bipartit. F. blanches. 

S. Amomum L. Odeur désagréable. Tige de 5-8 déc. Feuil. inf. pen- 
nées à fol. ovales-lancéolées, incisées-dentées, les sup. 1-2. pennifides à 
lobes linéaires. Ombelle à 3-5 rayons inégaux. Involucre et involucelles 
à 3 fol. (^. jt-at. Bord des chemins, des haies. AC. 

AMMI L. Pét. obovales, échancrés en 2 lobes inégaux, à pointe courbée. 
Fruit ovale, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes iiUformes, égales, 
les latérales placées au bord. Vallécules à un canal. Carpophore libre, 
bipartit. Fol. de V Involucre pennifides; fi. blanches. 

A. majus L. Glaucescent ; rameaux étalés. Feuil. inf. pennées ; fol. 
lancéolées, à dents de scie blanches-cartilagineuses au sommet, les sup. 
I)ipennées à fol. linéaires. Rayons de l'ombelle nombreux. (î). a^-sept. 
Champs cultivés. — C. jusqu'à la \ Haine; pc. au-delà. 

[5. A. glauccfoUum L. Feuil. excepté les plus infér. bipennées à fol. 
linéaires. — Mêlé souv. au type, plus c. littoral delà Char. -Inf., où ses 
feuil. rad. si différentes feraient croire à une espèce distincte, si les 
semis ne produisaient des individus difficiles à rapporter à l'une plutôt 
qu'à l'autre forme. 

X A. Visnaga Lam. Daucus L. Tige dressée. Feuil. â-3. pennées à 
lanières très étroites, entières, en gouttière. Rayons de l'ombelle très- 
nombreux, très connivents à la maturité, sur un récept. alors dilaté en 
un large disque. [^J. a^-sept. Moissons. — Char. -Inf. Rot/an (herb. Les- 

son). %%■ GiR. Env. de Blaye (Marichalj, S.-Vincent, la Tresne 

(Ramey), Bordeaux (Ducotj. 

..EGOPODIUM L. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée. Fruit 
oblong, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes filiformes, les latérales 
placées au bord. Canaux 0. Carpophore fourchu au sommet. Involucre 
et involucelles V. 

JE. Podagraria L. Rac. rampante. Tige de 3-6 déc. sillonnée, creuse. 
Feuil. 2 f. ternées à fol. ovales-lancéolées, aiguës, dentées, les sup. ter- 
nées, pétiole triquètre. Ombelle à rayons nombreux. FI. blanches. ^. 
jn-jt. Haies, décombres, contre les clôtures de jardins. — Deux-Sèv. 
A.sals sur le Thouet (herb. Guillonj, Bressuire (Toussaintsj, Airvault 
(Bonnin). Parthenay (Janneau). — Vend. Vigneronde (Letourneux). 
— Loike-Inf. La Contrie .'(Toussaints), Vue ! (Gobertj, çà et là arrond. 
de Chdteaubriant ! moulin de Barbechat ! (Guihoj, S.-Gildas. — Fin. 
Lesneven (J.-M. Sacher), Keraran près Pont-l'Abbé (Bonnemaison), 
Quimper; Plougastel (Crouan). — C.-Nord. Cartravcrs; Tréfumel, 
S.-Aloan (Morin). — Il.-et-V. ag. env. de Rennes (Letuurneuxj, Fou- 
gères! (V. Sacher), Epiniac (Rolland). 

CARUM L. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée. Fruit ovale- 
oblong, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes filiformes, égales, les 
latérales placées au bord. Commissure plane. Vallécules à 1 canal. Car- 
pophore libre, fourchu au sommet. 



156 OMBELLIFÈRES. 

C. vertioillatum Koch, Sison L. Slum Lam. Rac. à fibres renflées. 
Tige grêle, rameuse dans le haut. Feuil. pennées, peu nonmbreuses ; fol. 
opposées, découpées en lanières fines imitant des fol. verticillées. FI. 
blanches. Fruit oblong. 0^. jn-jt. Landes et prés marécageux. C. — R. 
le calcaire. — Char.-Inf. Càetlà env. de Montendre et de Montlleu; la 
Barde et env. (Foucaud). R. %%. GiR.et Lan. AG. — B.-Pyr. R. 

CONOPODIUM Koch. Pét. échancrés à pointe courbée. Fruit ovale- 
oblong, comprimé latéralement. Carp. à 5 côtes en forme de stries. Stylo- 
pode conique, terminé par le style droit. Carpophore bifide au sommet. 

C. denudatum Koch, Bunium DC. B. flexuosum Smith. JapMtes. 
Rac. trigone-globuleuse. Tige flexueuse, presque nue, rameu.se dans le 
haut. Feuil. 2-3. pennées à fol. linéaires, aiguës. Involucre nulouà 1 fol. 
Involucelle à 3 fol. FI. blanches. %. mai-j". Bord des champs, des bois, 
haies. CG. — r. le cale. — c. S^^-Gemme (Vend.). — o ou rr. en Char.- 
Inf. (Foucaud). 

PIMPINELLA L. Pét. obovale.s, échancrés, à pointe courbée. Fruit 
ovale, comprimé latéralement. Stylopode arrondi, couronné par les styles 
recourbés. Garp. à 5 côtes filiformes, en forme de stries, égales, les la- 
térales placées au bord. Garpophore libre, bifide. Fleurs blanches, in- 
volucre et involucelles 0. 

P. magna L. Tige sillonnée-anguleuse, de 5-8 déc. Feuil. inf. pen- 
nées à fol. grandes, ovales-arrondies, grossièrement dentées, lobées, les 
sup. plus étroites, en coin. Fruit ovale-oblon^. %. j"-at. Bord des haies 

humides, des bois. AG. ter. primitifs. %%. Gir. Marcenais, Bègles 

(Jarris), la Drède, Basas ; S^^-Croloc-de-Mons (Durieu) , Verdelais ! 
(GoLia), S^^'-Fojj (Maillard), la Vergneprès Dauhèze. — Lan. Mont-de- 
Marsan (Perr'is), S.-Sever. 

P. saxifraga L. Tige striée, ord. pubescente, peu feuillée dans le 
haut. Feuil. inf. pennées à fol. petites, ovales-arrondies, plus on moins 
dentées, les sup. découi)ées en lobes linéaires. Fruit ovale. %. jt-sept. 
Coteaux, prés, landes. AG. — c. vallée de la Loire et le cale. 

p. dissectifolia. Toutes les feuil. à fol. découpées. Çà et là avec le 
type. 

SIUM L. Gai. à 5 dents caduques. Pét. obovales, échancrés, à pointe 
courbée. Fruit presque globuleux, comprimé latéralement. Carp. à 5 
côtes filiformes, égales. Styles recourbés. Vallécules à 3 canaux. Gar- 
pophore bipartit, adhérent aux carp. FI. blanches. 

S. angustifolium L. Tige de 5-7 déc. Feuil. pennées, les inf. à fol. 
ovales ou ovales-lancéolées, incisées-dentées à dents aiguës, les sup. 
plus étroites. Fol. deî'involucre nombreuses, souv. incisées-dentées, qqf. 
pennifides, réfléchies. Fruit petit, presque globuleux, à côtes latéra- 
les placées avant le bord. Canaux cachés par le péricarpe. %. jf-sept. 
('à et là région maritime de la, Gironde à la Loire et mêlé à Helos- 

i ciadium nodifloruin, auquel il ressemble beaucoup. — Char. -Inf. AG. 

' — Deux-Sèv. ac. la Mothe,Le:saj/ (Sauzé, 'Maillard), Fo)itenay(Chav- 
bonneau), Maazé ; Machepaille (Bonnin), S. -Loup (Guyon), la Dive à 
Giron fJ. Richard), Thouars (Lunct). — Vend. Tout le Marais méri- 
dional (Letourneux, Marichal, Pontarfier), r. le Bocage ; marais de Billy ! 
(Pontarlier). — LomE-lNP. Marais d'Escoublac ; S.-Michel (Desvaux). 
p{. — MoR. Plouhinec, Lannenec en Plœmeur (Le Gall). R. — Fm. 



OMBELLIFÈRES. 157 



Beuzec en Plomeur (Bonnemaison), Kerloc'h en Cro^on. (Crouan). 

%%. Gm. S.-Vivien, Ambès, Marcamps (Motelavj, Doullac ; Bègles 
(Jarris), Cainlac (Bonnaves). — Lan, Dax (Thoréj. 

S. latifolium L. Tige de 6-10 déc. robuste, sillonnée, creuse. Feuil. 
pennées à fui. ovales-lancéolées, dentées en scie, inégales à la base, les 
inf. 2-3.pennifîdes. Fol. de Tinvolucre et des involucelles nombreuses, iné- 
gales. Fruit eUlptlque à côtes obtuses, blanchâtres, les latérales pla- 
cées au bord. %. j'^-sept. Marais, prés marécageux, rivières. — Char.- 
Inf. S.-Jeaii-d'Aii'iély (Pinatel), de Losay à BIouc, c! S.-Viuie/i et env. 
Marans ! Anglle'rs, la Ronde, Champdolent (Foucaudj, Genouillé 
(Riveau !j, Corme-Royal fTesseron). — Deux-Sèv. Niort (A. Guillon). 

— Vend. ce. Marais méridional et occidentalfPontarlier). — Loire-Inf. 

ce. — MoR. AC. (Le Gall). %%. Gir. Marais du Moron en 

Magrlgne! fMerletj, Blaye; Soulac ! (Lalannej. 

ŒNANTHE L. Cal à 5 dents. Pét.obovales, échancrés, à pointe cour- 
bée. Fruit cylindrique, en toupie ou oblong. Styles Imgs, dressés, per- 
sistants. Carp. à 5 côtes, les latérales un peu plus larges, placées au 
bord. Carpophore peu aj^parent. FI. blanches. 

CE. fistulosa L, Rac. fibreuse, fasciculée. Tige stonollfère, faible, 
creuse. Feuil. de la tige pennées ; /"oZ. linéaires, peu nombreuses, pla - 
cées à la partie sup. du pétiole creux, les inf. l-2.pennifides. Ombelle 
à 2,3 rayons. Ombellule globuleuse. FI. qqf. un peu rosées. Involucre 
ou à 1 fol. Fruit en toupie, anguleux. Style long. %. jn-a^. Marais, 
fossés. C. 

CE. peucedanifolia Pollich. Tubercules de la rac. ovales ou ohlongs, 
sessiles. Tige sillonnée. Feuil. inf. bipennées, les sup. pennées ;/*oZ. toutes 
linéaires, celles des feuil. inf. plus courtes. Involucre 0, rar. à 1 fol. 
Fruit oblong-cylindrique, rétréci à la base, resserré sous le cal. ^. 
avril-mai. Prés*^ humides — Char. -Inf. AC. — Deux-Sèv. et Vend. G. 

— Loire-Inf. et Mgr. CC. — pg. reste de la Bretar/ne, et plutôt val- 
lées du littoral qu'à l'intérieur. %%• GiR. AC. — Lan. Çà et là 

en Chalosse. 

Œ. pimpinelloides L. Tubercules de la rac. ovales ou globuleux, 
suspendus au bout des fibres. Tige très sillonnée. Feuil. rad. bipen- 
nées à fol. ovales, en coin à la base, pennifides, les sup. à 1,3,5 fol. li- 
néaires, très allongées. Involucre à plusieurs fol. très caduques, qqf. 0. 
Fruit cylindrique, calleux à la base. %. mai. Bords secs des champs, 
des haies, pressées. — Char. -Inf. AC. — Deux-Sèv. S.-Maixent ! Melle, 
MaZ'ièresik.. Guidon), Parthenay; Ménigoute, les Forges (Giraudias), 
AC. La Mothe (Maillardj, S.-Pompain. S.-Loup ! Amailloux (Guyon), 
Thouars! (Lunet). AC. — Vend. ac. Bocage, çà et là env. de Luçon 
(Pontarlier), ar. Maillerais près la Porte de l'Ile (Letourneux). — 
Loire-Inf. Nantes et env., ac. de là jusqu'à Ingrande. — Mor. rr. 
Arradon! Séné (Taslé). RR. — Fin. Penmarc'fi {Crouan). — Fleurit 
plus tard que Œ. peucedanifolia, dont il se distingue au premier coup 
d'œil, par ses fl. d'un blanc tirant sur le jaune et par ses ombelles com- 
pactes, planes, à rayons plus nombreux (7-12) se touchant, ou à peu près, 
en fleur et en fruit. Œ. peucedanifolia a les fl. d'un blanc pur, les 
rayons de l'ombelle convexe (5-7j écartés, ne se touchant ni en fleur ni 
en"^ fruit. Celui-ci habite les prés humides, l'autre les lieux plus secs. 
TX' Gir. AR. — Lan. et B.-Pyr. C. 



158 OMBELLIFÈRES. 

CE. Lachenalii Gmel. Œ. rhenanaUG. Rac. à fibres charnues, al- 
longées, filiformes ou renflées à leur extrémité en massue allongée. 
Tige peu sillonnée, pleine inférieurement, creuse du reste. Feuil. bi- 
pennées, les sup,. pennées à fol. toutes linéaires, les rad. à fol. ovales, 
en coin ou incisées-crénelées. Involucre à 6-8 fol. souv. caduques, qqf. 
0. FI. extérieures à pét. extér. arrondis. Fruit oblong, rétréci à la 
base, resserré sous le cal. %. a^-sept. Pâtures et prés marécageux de 
la région marilime el du calc.AG. — Cor. petite, d'un l>lanc pur, fruit et 
style un tiers jdIus courts que dans Œ. peucedanlfoUa, auquel il res- 
semble. 

Obs. Œ. Foucaudi Tesseron Bull. Soc. bot. Rochelaise 1883, p. ih,me 
paraît une forme du précéd. très développée par sa station ; elle en diffère 
par sa taille (8-15 déc), les divis. des feuil. un peu plus larges et par la tige 
entièrement creuse, tandis que dans le type elle ne l'est que environ 
dans les 2/3 super. DistinguéparM. Tesseron à S.-Saolnlen et env. au 
milieu des roseaux sur les bords vaseux de la Charente baignés par la 
marée, il a été revu par M. Foucaud, de Rochefort à Saintes et aux 
bords de la Gironde et de la Dordogne. 

CE. crocata L. Pensacre, Plmpln. Tubercules de la rac. gros, en 
fuseau, sesslles. Tige robuste de 10-12 déc. sillonnée. Feuil. grandes, 
2-3. pennées ; fol. rhomboïdales-en coin, incisées-dentées. Involucre et 
involucelles à plusieurs fol. Fruit cylindrique. S^. jn-j^ Bord des ruis- 
seaux. C. — O. Char.-Inf. (Foucaud). — Celte plante très vénéneuse n'a 
de suc jaune que dans les tubercules etqqf. dans le bas de la tige. Varie 
qqf. ù fjl. découpées en lobes lin. -lancéolés. Varie aussi à tige l)runàtre 
avec fl. rosées ; alors son feuillage est vert foncé et non vert clair 

comme dans le type. '%%.Gin.Le TelchiMotelay). — Lan. Pey- 

rehorade (Féraudj, c. de Dax à S .-Vlncent-de-Ty rosse . — B.-Pyr. 
AC. du Boucau à Hendaye. — r. dans le cale. 

Œ. PhellandriumLam. Phellandrlum aquatlcumL. Rac. en fuseau 
à fibres vertlclllées. Tige de 6-10 déc. creuse ; rameaux divariqués. Feuil. 
2-3. pennées à fol. ovales, incisées-i)ennitides, les feuil. submergées dé- 
coupées en lanières capillaires. Ombelle opposée à la feuil. Involucre 
0. Fl. toutes égales. Fruit ovale-cylindrique. '^. jt.-sept. Marais, étangs, 
fossés, petites rivières. C. jusqu'à Za Vilaine. — Mor. PC. — C.-Nord., 

Il.-et-V. prob. AC. — Les bestiaux le mangent. %%• Gn^- et 

Lan. AC. — B.-Pyr. Env. de Bayonne. 

.^THUSA L. Pét. obovales, échancrés, à pointe courbée. Fruit ovale- 
globuleux, ù 5 côtes élevées, aiguës, les latérales presq. ailées, placées 
au bord. Fl. blanches. 

JE. Cynapium L. Petite ciguë. Tige de 2-6 déc. Feuil. vert sombre, 
triangulaires, â-3. pennées ; fol. rhomboïdales, incisées-pennifides. Om- 
belle opposée à la feuil. Involucre 0. Involucelle à 3 fol. unilatérales, 
réfléchies, plus longues que l'ombellule. (i). j'-sept. Champs cutt., jar- 
dins. C. — Qqf. haut de 2 met. au bord des bois humides ombragés. 
Vénéneux. 

FŒNICULUM Hoffm. Boi'd du cal. renflé sans dents. Pét. ovales, en- 
tiers, roulés en dedans, à pointe presque carrée, tronquée. Fruit al- 
longé, cylindrique. Carp. à 5 côtes. Stylopode conique. Carpophore bi- 
partit. Involucre et Involucelles 0. 

F. officinale AU. Anethum Fœnlculum L. Fenouil, Anls. Glauces. 



OMBELLIFERES. 159 

cent. Tige de 1-3 met. striée. Feuil. décomposées, à lanières nomi)reuses, 
capillaires. Ombelle à 15-20 rayons. FI. jaunes. Fruits anisés. *^. j'>-sept. 
Coteaux et lieux pierreux. C. — Au delà de Loire-IxK. ac. rég. mar,, 
R. à l'intérieur. — — %%. GiR. C. — Lan. ag. en Chalosse. — 
B.-Pyr. PC. 

SESELI L. Cal. à 5 dents courtes, un peu épaisses ou allongées en 
alêne. Pét. obovales à pointe courbée. Fruit, ovale ou oblong, couronné 
par les styles réfléchis. Carp. à 5 côtes, les latérales placées au bord, 
souv. un peu plus larges. FI. blanches. 

S. montanum L. Glauque. Souche épaisse, rameuse, à plusieurs tiges 
un peu rameuses au sommet. Feuil. oblongues, bipennées ; fol. linéaires, 
cuspidées, planes, à nervures saillantes en dessous, Rachis et i^étioles en 
gouttière, ceux-ci engainants, embrassants, entiers, les sup. à fol. peu 
nombreuses. Ombelle à 6-12 rayons pubérulents en dedans. Involucre 
ou à 1 fol. Dents du cal. courtes et persistantes. Fruit jeune pubescent. 
'y., jt^-sept. Coteaux secs, lieux rocailleux cale, ou qqf. schisteux. — 
Ciiar.-Inf. ce. — Deu.x-Sèv. et Vend. C. — LomE-IxF. Coteaux schisteux. 

La Série et Juigné près Ancenls, de la Censerle à Fouillé. R. 

%%. Gm. C. — Lan. Env. de Habas, Peyrehorade, Sorde. —B.-Pyr. 
Hendaye, Békoble. 

S. coloratum Ehrh. S. bienne Crantz, S. annuuni L. Rac. épaisse, 
pivotante, surmontée de fibrilles, à une. seule tige de 3-6 déc. striée, 
pubescente, souv. rougeàtre. Feuil. rad. vert foncé, ovales, bipennées, 
fol. pennifides à lobes lancéolés-linéaires, apiculés, celles de la tige à 
pétiole très dilaté. Ombelle à rayons nombreux, anguleux, pubescents. 
Involucre 0. Involucelles à fol. lancéolées, acuminées, largement mem- 
braneuses au bord, dépassant les fl. Fruit glabre. ;2). jt-sept. — Char.- 
Inf. Çà et là lande deCadeaU (Fouc-aud). — Vend. c. landes cale, du 
Molin"! près la Garnache (Gobert). — Il.-et-V. ag. Miellés de S.-Malo ! 
(Le Gall), où il est nain (1-2 déc). 

%. S. Libanotis Koc\\, Athamanthah.Libajiotls montana X\\.Y\-àC. 
dure, chevelue au collet. Tige de A-IO déc. cannelée. Feuil. rad. pétio- 
lées, bipennées à fol. incisées-pennifides, ovales, les inf. se croisant au- 
tour du pétiole principal, les feuil. sup. presque réduites au pétiole en- 
gainant. Ombelle à rayons nombreux, dressés à la maturité. Fleurs 
blanches. Dents du cat. en alêne, allongées, caduques. Fruits velus-hé- 
rissés. ^. jt-sept. Coteaux et bois pierreuxdu cale, — Ciiar.-Ixf. ac. au 
n.-est; la Rochelle ; la Jarrie, Croix-ChapeaAc et entre S.-Jean-d'An- 
gély et Grandjean CFoucaudj, Archlngeay (Tesseron !). — Deux-Sèv. 
S.-Georges de Relx fSegretain), Mauz-é, Villeneuve-Comtesse , ac. de 
Loubillé k Couture-d' Argenson. — Vend, c, de Fontenay ! k Luçon! 
(Letourneux), dunes de la Tranche! Angles, Longeville (Pontarlier, 
Marichal), Sigournais, Bazqges-en-Pareds (Gobert). 

.%%• S. bayonensis Griseb. S. Sibthorpii Gren,Godr. Libanotis ver- 
ticillataDC.Yois'm du précéd., s'en distingue parla tige moins élevée 
(1-5 déc), arrondie, sillonnée, par les feuil. plus petites, glabres, rap- 
prochées à la base de la tige, à lobes petits, linéaires, par i'involucre 
à fol caduques et par les carp, glabres. (^>. jt-a*. — B.-Pyr. Falaises 
de la Chambre d'Amour. 

SILAUS Besser. Pét. obovales, à pointe courbée. Fruit ovale, à 5 côte > 



160 OMBELLIFÈRES. 



aiguës, presq. ailées, égales, les latérales placées au bord. Carpophore 
bipartit. 

S. pratensis Bess. Peucedanum Sllaus L. Tige anguleuse, peu ra- 
meuse. Feuil. inf. 2-3. pennées, à fol. latérales entières ou bipartites, les 
terminales tripartites, lobes lancéolés-linéaires, mucronés. Involucre 
à 1-3 fol. Fol. de l'involucelle blanchâtres au bord. Fi. jaune pâle. Styles 
souv. rougeàtres. %. mai-j". Prés humides. C. surtout dans le cale, ; pg. 
et R. au-delà de Lolre-Inf. 

CRITHMUM L. Pétioles arrondis, entiers, à pointe courbée. Fruit 
ovale, à 5 côtes filiformes, aiguës, saillantes. Canaux nombreux. Car- 
po23hore bipartit. 

C. maritimum L. Percepierre, Casseplerre,Crlste marine. Tige de 
S-3 dôc. rameuse. Feuil. glaucescentes, bipennées; fol. linéaires, aiguës, 
charnues. Involucre et involucelle à fol. nombreuses. FI. blanchâtres. 
Fruit subéreux. %. jt-a*. Rochers marit. C. — Moins c. Char. -Inf. et 
qqf. dans les galets. — En petits buissons dans les dunes des Sables. 

%%• Grm. Le Gurp près Soalac (Lalanne), Cap Ferret (Chan- 

telat). — B.-Pyr. g. falaises de la Chambre d'Amour à Hendaye. 

d. Fruit dont le diamètre transversal est beaucoup plus court que 
la largeur de la commissure. 

ANGELICA L. Pét. lancéolés, entiers, droits ou courbés au sommet. 
Fruit comprimé par le dos, bordé de 2 larges ailes. Carp. à 3 côtes 
dorsaloo liiiformes, rapprochées, les 2 latérales en forme d'aile large, 
membraneuse. Carpophore bipartit. 

A. silvestris L. Tige de 10-15 déc. glauque ou rougeàtre, creuse, 
striée. Feuil. très grandes, 2-3. pennées ; fol. ovales, dentées, les laté- 
rales inégales à la base ; pétiole largement dilaté à la base. Ombelle à 
rayons nombreux, pubescents. Involucre ord. 0. Fol. de l'involucelle li- 
néaires. FI. blanches ou rosées. ^. j^-a*. Bord des bois, des ruisseaux, 
des rivières, prés humides. C. 

A. heterocarpa Lloyd. Tige de 1 à 2 met. très creuse, lisse, excepté 
dans le haut où elle est cannelée et rude-pubescente. Feuilles très gran- 
des, 2-3.pennées, les rad. pétiolées avec rachis en gouttière ainsi que 
les pétioles largement dilatés à la base en gaîne qqf. rougeàtre, fol. 
ovales-lancéolées, plus foncées et luisantes en dessus, à dents de scie 
terminées en pointe blancliàtre-scarieuse. Ombelle à rayons nombreux, 
striés, pubescents-rudes. Involucre nul ou à 1-3 fol. plus ou moins ca- 
duques ; fol. de l'involucelle linéaires-en alêne. FI. blanches, pét, ovales 
à pointe infléchie. Carp. ovales ou elliptiques-oblongs à côtes latérales 
un peu plus grandes, qqf. dilatées en forme d'aile plus étroite que le 
corps du carp. Q;C. jt-a*. Bord vaseux des rivières baignées par la marée. 
— Char.-Inf. De Saintes à Rochefort ; de Carillon à Bel-Ebat (Fou- 

caud). — Loire-Inf. g. de Nantes à Palmbœuf. %%> Oir. c. 

bord de la Garonne et de la Gironde de la Tresne à Dlayê, bord de la 
Dordogne à Bourg et env. de Fronsac. 

Obs. Cette espèce se distingue de A. silvestris dont elle a le port, 
par la fleuraison plus précoce, les fol. plus étroites et surtout par le 
fruit. Dans A. silvestris, le fruit eàt uniforma, comprimé parle dos, à 
carp. elliptiq.-arrondis, bordés d'une large aile membraneuse, ondulée. 



OMBELLIFÈRES. 161 

plus large que le corps du carp. Dans A. heterocarpa le fruit est va- 
riable ; mûr, mais non sec, il est un peu plus large sur le côté que sur 
le dos, chaque carp. elliptiq.-oblong à 5 côtes obtuses, les latérales un 
peu plus fortes ; plus rarement, et cela dans les ombelles des individus 
robustes, le fruit est comprimé par le dos, parce que les côtes latérales 
sont développées en aile épaisse de largeur variable. Cette plante, qui 
paraît être sous-maritime, doit être recherchée au bord des autres ri- 
vières marines. 

SELINUM L. Pét. obovales, échancrés. Fruit comprimé par le dos. 
Carp. à 5 ailes, les latérales beaucoup plus grandes. Vallécules à 1 ca- 
nal, les ext. qqf. à 2. Carpophore bipartit. 

S. Carvifolia L. Rac. à fibres épaisses. Tige de 3-6 déc. marquée 
d'angles saillants. Feuil. rad. bipennées à fol. pennifides ou incisées à 
lobes linéaires, mucronés. Involucre ou à 1,2 fol.; involucelles poly- 
pliylles. Fi. blanches. %. at-sept. Prés et bois humides. — Loire-Inf. 
Charrlères de la Tournene ! dans la forêt de Touvois (Auvynet). RR. 
— Fin. Vallon du Huelgoat (Crouan). — C.-Nord. Coteau boisé entre 
la Butte S.-Mlchei et le Grand Pont sur TOust ; la Boissière en Alli- 
neiic (Fraval), vallée de Bobital, forêt de Coéïgae/ià la Rouvraye, bois 
de la Garaye (Mabille). — Il.-et-Y. Env. de Bain (Bastard), en\^. d'Or- 
gères (Degland), rr. Bourg-des-Comptes (Rolland). - Combrée en 
Maine-et-L. (Lelièvre). 

PEUCEDANUM L. Dents du cal. 5 ou 0. Pét. obovales, échancrés ou 
entiers, à pointe courbée. Fruit comprimé par le dos, entouré d'un rebord 
dilaté. Carp. à 5 côtes presq. également distantes, les 3 intermédiaires 
filiformes, les latérales moins distinctes, rapprochées du rebord ou con- 
fondues avec lui. Carpophore bipartit. 

P. officinale L. Rac. chevelue au sommet. Tige de 6-10 déc, striée. 
Feuil. rad. 5 f. ternées ; fol. linéaires, rétrécies aux 2 bouts. Ombelle 
à rayons glabres. Involucre à 2, 3 fol. caduques. FI. Jaunes. Pédic. capil- 
laires, inégaux, 2-3/". plus longs que le fruit. OJ.. j^-at. Champs incultes, 
prés, bord des haies. — Char.-Inf. Le Ghay près Saujon (Savatier), 
au n.-est de Didonne ; Beaugeay (Parât), de Montetidre à Bussac, c! 
midi de forêt de Benon (Foucaud). R. — Vend. Giorand, le Molin 
(Gobert). — LomE-iNF. ac ! route de Bourgneuf à S^^-Pa;sanne (Le 
Boterf), rochers du PouUguen, S.-Joachim, Montoir, pont de Nyon, 
Donges ; de Guérande h Saille ! (Genevierj ; Dreux prt'S Quilly (Dela- 
lande). PC. — Mgr. c. embouchure de la Vilaine, rive droite, pointe 

S. -Jacques près Sar^seau (Taslé). %%• GiR. « Libou me et sur les 

bords du Beuve dans le Bazadais (Laterrade fî.). » 

P. gallicum haionrelte, P. paris iense DC. Rac. chevelue au sommet. 
Tige de 6-10 déc. striée. Feuil. rad. tripennées; fol. linéaires-lancéolées. 
Ombelle à raî/07is pubescents-rudes du côté intér. FI. blanches. Pé- 
dic. env. de la longueur du fruit. %. a^-sept. Prés secs, bord des 
haies, bois. — Char.-Inf. Fouras (Faye), Bussac (Ramey), r. la Barde, 
R. de Macqueville à la forêt de Jarnac-Charente. — Deux-Sèv. Gourgé, 
c. la Chauoière (Gnyon), Amailloux ; Parthenay ! (Janneau), Tesson- 
nière (Bonnin), Parc d'Oii-on (J. Richardj, Brétignolle, c. env.de Bres- 
suire (Toussainis). Puy-S. -Bonnet, les Echaubrognes (Genevier), Tai- 
zon près Thouars (Lunet). PC. — Vend. S.-Hilaire de Mortagne 
(Genevier), Rortheau (Ponlarlier). — Loire-Inf. Quilly, St«-Anne en 

11 



162 OMBELLIFÈRES. 

Cambon, Sévérac (Delalande), forêt du Cellier; les Sorinlères (Gene- 
vier). R. — Mor. Plaisance près Vannes (Pontarlier), Auray (Arron- 
cleau), S.-Perreusc (Le Gall). — Fin. Bois de Rosières (herb. Bonne- 
maison). — C.-NoRD. Sources de la Rance ; piés de ColUnée (Mabille). 

%%• GriR- Coutras (Lussac), Monniorillon (Durieu). 

P. Cliabrsei Gaud. Tige de A-6 déc. peu rameuse, sillonnée, Feuil. 
luisantes, pennées ; fol. pennifîdes, les inf. se croisant sur le pétiole ; 
lobes linéaires, à pointe blanche-cartilagineuse. Involucre ou à 1 fol. 
FI. d'un blanc presque verdâtre ou jaunâtre. Vallécules du fruit 
ovale à 3 canaux, 0^. mai-j", — LoirvE-lNF. Prés humides de la Loire: 
Boire-Courant ! (Desvauxj, c.île Haut-Bois v.-à-v, Thouaré ; Varades 
(Gadeceau), Anets, Ile Neuve v,-à-v. la Patache ; prob, çà et là dans 
la Vallée. — Refleurit à l'automne. Il faut se garder de le confondre 
avec Silauspratensis croissant aux mêmes lieux et cjui aies fl, jaunes 
et le fruit ovale-arrondi, non aplati. Selinum Carvifolia s'en distin- 
guera par la tige à angles très saillants, par les fl, d'un blanc pur, et 

par les carp,à5ailes, les latérales â f, plus larges, %%• B.-Pyr. 

Env, du Socoa fTermonia et moi). 

'^. P, Cervaria Lap, Athamantha L. Rac. chevelue au sommet. 
Tige de 7-10 déc. striée, glauque. Feuil. triangulaires dans leur pour- 
tour, bipennées, fol. glauques en dessous, ovales, obliques, lobées à 
la base, à dents cuspidées; feuil. sup. réduites à la gaîne. Involucre à 
plusieurs fol, réfléchies. Fl, blanches. Fruit ovale-elliptique. Canaux de 
la commissure légèrement arqués, %. jt-sept. Coteaux, bois secs pier- 
reux dans le cale, — Char, -Inf. ce, bois de Surgères ! et de Benon! 
(Hubert) ; S. -Christophe, Bourgneuf, la Garde au Valet, MontUeu, 
Bussac (Foucaud), Dœuil; env. de Mausé ! (J. Richard); Beauvais ! 
Siecq ! (Savaticr), ce. forêt de Jarnac-Charente ; Cognac ; Monten- 
dre, A' ancras el env . — Deux-Sèv. Forêts d'Aulnay àPai^a// (Vernial), 

de Chisé ; Pers (Sauzé), Loubillé ! (Jousse), Mausé. -%%• Gir. 

Lugon (Lalannej, BouUac (Motelay), Floirac (Delbos), S^^-Foy (Mail- 
lard), la Rivière, S.-Michel-la-Rivière, la Sauve; Espiet ! c. Cabiron 
et la Réole en Caniiac (Bonnaves). 

%. P, Oreoselinum Mœnch, Athamantha L, Rac. épaisse. Tige 
d'ehv, 8 déc- striée, Feuil. 2-3, pennées à gaîne renflée, les rad. très 
grandes, à pétioles longs, flexueux dont les ramifications sontdivariquées- 
réfractées, fol. incisées-pennifides ou trifides, étalées, à pointe calleuse, 
blanchâtre. Ombelle grande ; invol. et involucelle polyphylles. Fl. blan- 
ches. Fruit presque orbiculaire, canaux de la commissure formant 
presque un cercle. %. j^-oct. Bois sablon., coteaux, vignes, — Deux- 
Sèv, Argenton-Chdteau! (Toussaints) ; Taison (Lunet) et coteau de 
Pommier près Thouars (J. Richard), RR. — Puy-Notre-Dame. 

P. alsaticum L. Tige de 7-1.5 déc, vert-rougeâtre, creuse inférieure- 
ment, un peu anguleuse dans le haut. Rameaux nombreux, effilés, en 
panic. Feuil. 2-3.pennées, fol. ovales, pennifides à lobes lancéolés, 
nervés, rudes aubord, mucronés. Ombelle long, pédonculée. Involucre 
étalé et involucelle à 5, 6 fol. en alêne, scarieuses au bord. Fl. jaune- 
verddtre, rougeàtres en dehors ; dents du calice ovales. Fruit ovale- 
elliptique. Styles réfléchis, dépassant un peu le stylopode. %. jn-sept. 
Haies pierreuses des ter, schist. ou cale. — Deux-Sèv. De Chisé à la 
forêt ! (Sauzé, Maillard) et jusqu'à Bert (Caillon). — LomE-iNF. Ance- 
nis ! (Guiho). RR. 



OMBELLIFÈRES. 168 

P. palustre Hoffm. Sellnum L. Rac. épaisse. Tige de 10-12 déc. sil- 
lonnée, creuse, à suc laiteux. Feuilles 2-3. pennées, fol. pennifldes à lobes 
Une air es -lancéolé s, à pointe calleuse, rudes au bord, veinés. Ombelle 
à rayons pubescents-rudes du côté intér. Fol. de l'involucre et des invo- 
luceïles nombreuses, lancéolées-linéaires, acuminées, membraneuses au 
bord, réfléchies. FI. blanches. Fruit elliptique. Canaux de la commis- 
sure recouverts par le péricarpe, i^. jt-a*. Marais. — Deux-Sèv. Marais 
du Vanneau (A. Guilion), d'où il doit descendre dans la Char.-lnf. el 
la Ve7id. — LoiRE-IxF. C. dans tous les grands marais. — Mgr. et 
Il.-et-V. Redon et env. 

P. lancifolium Lange Pugillus pi. hisp. (1865;, Siler Hoffmansegg 
et Link fl. port. T. 109 1 (non Mœnch), Selinum peucedanoides Brot. 
(nonDesf.), Peuc.Crouanorum Boreau Bul.soc. bot., vol. 20, p. 30, 1870, 
Lloyd herlDor. 1878-9. Caract. de P. palustre, mais plus grêle dans toutes 
sesparties et lobes des feuil. linéaires, plus allongés, semblables à ceux 
de P. gallicum. jt-a^. Bord des marais, des étangs. — Loire-Inf. Nosay ! 
(St-Gal), Foie des Bois près Derval ! ouest de la Brière .'(Gadeceau). — 
MoR. Poulandré (Tanguy, qui, le premier, m'a signalé la plante comme 
distincte), forêt de Gamors (Le Gallj, le long du Blavet, au-dessous de 
Pontivy. vallée de S.-Nolff,Plescop (Arrondeauj. — Fin. Forêt àeLorges 
près le Haut-Questel fl853) ; Quimper, au bord du Steir (Bonnemaisôn), 
le Rouai près Dirinon ; étangs des Grands-Marais, forêt de Grannou 
(Blanchard). — C.-Nord. c. Pont-Melves et env. (Le Corre), forêts de 
Boquien, de la Hardouinaye , de la Hunaudaie, env. de Collinée et 
de Moncontour (Morin). — Il.-et-V. Boquien (Morin), étang de Paim- 
pont (Gallée). 

Obs. Cette espèce a été qqf, confondue avec P. gallicum, dont elle a le 
port ; mais celui-ci est une plante des bois secs, a la racine chevelue au 
sommet et les canaux de ses fruits ne sont pas recouverts par le péri- 
carpe. L'ayant réunie moi-même à P. palustre, je n'en puis donner que 
les localités ci-dessus, et il serait utile d'en répartir toutes les autres, 
afin de savoir jusqu'où le premier s'avance dans la presqu'île bretonne, 
et jusqu'où le second descend vers la Loire, enfin de noter les lieux où 
les deux, se rencontrant, peuvent être mieux comparés. 

Obs. Anethum graveolens L. est une plante étrangère cuit, sous le 
nom à'Ecarlate, pour son feuillage dont l'odeur forte sert à aromatiser 
le linge; elle apparaît çà et là dans les jardins, les moissons. Pét. ar- 
rondis, entiers à pointe presque carrée roulée en dedans. Fruit aplati 
par le dos, entouré d'un rebord dilaté. Carp. à 3 côtes filiformes, aiguës, 
les 2 latérales peu apparentes, confondues avec le rebord. Yallécules 
remplies chacune par un canal. Tige creuse, finement striée. Feuil. un 
peu glauques, décomposées en lanières fines, les sup. sessiles sur une 
gaîne plus courte qu'elles. Ombelle à rayons nombreux. Fl. jaunes. Fruit 
ovale-elliptique muni d'un rebord aussi large que les vallécules. (î^. jt-a^. 

PASTINACA L. Pét. arrondis, entiers, roulés en dedans. Fruit aplati 
par le dos, entouré d'un rebord dilaté. Carp. à 5 côtes très fines, les 
latérales éloignées des autres et touchant le rebord. Vallécules à 1 ca- 
nal linéaire. Carpophore bipartit. Fl. jaunes. 

P. silvestris Mill. P. opaca Bernh. Panais. Tige de 8-10 déc. sil- 
lonée-anguleuse, pubescente. Feuil. pennées; fol. ovales ou ovales-oblon- 
gues, ord. à 2 lobes à la base, les terminales S.lobées, grossièrement 



164 OMBELLIFÈRES. 

dentées, plus pubescentes en dessous. Involucre et involucelles 0. Fruit 
ovale. @. j*^-at. Bord des chemins, des haies, C. jusqu'à la Loire. — Au- 
delà de la Vilaine : r. çà et là littoral. %%. GiR- G. — Lan. 

Tosse; Mont- de-Marsan ! (Perris), Peyrehoradè (Kéraud). — B.-Pyr. 
Bayorme. 

P. sativa Mil. diffère du précéd. par les fol. plus rétrécies à la base 
et luisantes en dessus. Sa rac. plus épaisse est peu cuit, pour la cui- 
sine, mais davantage pour les bestiaux, dans le /un. où on le rencontre 
souv. sous-spontané. 

HERACLEUM L. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, échancrés, à pointe 
courbée, les ext. rayonnants, bifides. Fruit du Pastinaca ; côtes peu 
apparentes. Canaux raccourcis, en massue. 

H. Sphondylium L. Tige de 8-12 déc. creuse, sillonnée, hispide. Feuil. 
pennées ou profond, pennifides ; fol. larges, obliquement en cœur, à 3 
ou 5 lobes crénelés- dentés, rudes en dessus, velues-molles en dessous. 
Ombelle .à rayons nombreux, pubescents en dedans. FI. blanches, les 
ext. rayonnantes. Fruit ovale-elliptique ou ovale-arrondi, échancré au 
sommet, un peu rétréci vers le 1/3 infér., d'abord velu. %. ex Jordan, 
jn-jt. Haies, jDrés humides. CC. — A été divisé en h espèces : H. pra- 

tense et œstiouni Jord., H. occidentale et armoricutn Bor. %%• 

B.-Pyr. ac. de la Chambre d'Amour à S.-Jean-de-Lus. 

{■i. di'^sectum Le Gall. flore p. 2/»9. Fol. lancéolées-linéaires (de H. ste- 
jiophylliim Jovdan) moins rudes en dessous, jiresque glabres en dessus. 
— MoR.Prés, Néant, Mauron (Le Gall). — Vend. Fontenay (Letour- 
neux). 

Ohs. H. Lecoqll God. Gren. qui selon Godr. « diffère de//. »S/)/i. par les 
fl. jaune-verdàtre, les extér. peu ou point rayonnantes, par le fruit gros, 
obovale, par les bandelettes de la commissure égalant la moitié du mé- 
ricarpe » a été indiqué en Gironde, auVerdon, Soulac,Plassac, Ba^as, 
Daignac. Sadirac. — Je l'ai reçu de l'Aveyron et ne puis le distinguer 
de H. Sphondylirim dont lesfl. extér. sont rayonnantes ou non et offrent 
tous les passages entre le blanc pur et le jaune verdàtre. Les carpelles 
sont aussi très variables ainsi que les canaux dont la longueur dépend 
de la forme des carpelles. Toutes ces formes croissent ensemble dans 
la Char.-Inf. (J. F.) 

TORDYLIUM L. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, échancrés, à pointe 
courbée, les ext. rayonnants. Fruit aplati par le dos, entouré d'un re. 
])ord épais rude-tuberculeux. Carp. à côtes peu apparentes. Fl. blanches ^ 

T. maximum L. Hispide. Tige de 3-8 déc. sillonnée, à poils dirigés 
en bas. Feuil. pennées; fol. crénelées-pennifîdes, celles des feuil. sup. 
lancéolées, la terminale plus allongée. Involucre et involucelles à plu- 
sieurs fol. linéaires-en alêne, les int. des involucelles courtes. Fruit presq. 
orbiculaire, grisâtre et hérissé dans le milieu. (l).jt-at. Lieux pierreux, 
bord des chemins, des haies. — AC. surtout dans le cale. — Au-delà 
de Loire-Inf. — Mgr. BilUer.^, Coètsurho (Taslé). R. — C.-Nord. De 
Dahouet à Lamballe ; S.-Alban, Dinan (Mabille). — Il.-et-V. R?nnes 

(Degland). XX Gir.C — Lan. AC. surtout aumidi de VAdoar.— 

B -Pyr. — PC. 

LASERPITIUM L. Cal. à 5 dents. Pét. obovales, à jDointe courbée. 
Fruit aplati par le dos. Carp. à 5 côtes principales filiformes, les h se- 



ARALIACÉES. 165 

condaires ailées; ailes entières, largement membraneuses, couvrant cha- 
cune 1 canal. 

%. L. latifolium L. Collet de la rac. chevelu. Tige de 8-10 déc. Feuil. 
inf.* bipennées ; fol. grandes, ovales, en cœur à la base, à dents de scie 
mucronées, un peu poilues en dessous et sur les pétioles. Ombelle très- 
ample, rude sur le côté intér. des rayons. FI. blanches. %. jt-a^. Bois 
montueux. — Deux-Sèv. Bois de Melle en VEnclave (Perrain), garenne 
de Veluché (Boyer), bois de la Mare en Gourgé (Janneau), Amailloux 
(Guyon). RR. %%. Gin. S.-Mariens ! (MeTlet). 

%% L. prutenicum Lap. Tige de 5-6 déc. grêle, glabre ou presque 
glabre. Feuil. inf. ord. bipennées; fol. linéaires-lancéolées, aiguës. Om- 
belle à 6-12 rayons hérissés et rudes du coté intér. FI. blanches, petites. 
OJ.. jt-at. Bois, landes, prés. — L.vx. Pontona\ Buglose, S.-Geours, Per- 
qtde, de Mont-de-Marsan à S.-Secer, c. en Chalosse. — B.-Pyr. Le 
Boucau et env. 

ARALIACÉES. 

Tube du cal. adhérent à l'ovaire ; limbe à /(,5 dents. Pét. et étam. 5-10 
insérés devant un disque épigyne. Style 1 ou plusieurs ; stigm. simple. 
Baie ou drupe à 2-5 loges à"l graine pendante. Arbrisseaux à feuil. 
sans stipules. 

HEDERA L. Cal. à 5 dents. Pét. 5. Etam. 5 à anthères bifurquées à 
la base. Style et stigm. 1. Baie à 5 loges 1. spermes. 

H. Hélix L. Lierre. Arlirisseau grimpant à l'aide de crampons ou 
radicules. Feuil. persistantes, luisanles, à 3-5 lobes, celles des rameaux 
florifères ovales-rhomboïdales, entières. FI. verdàtres, en ombelle globu- 
leuse. Fruit noir, ord. à 2 graines par avortement. Sept.-oct. Forêts, le 
long des arbres, des vieux murs. CC. 

CORNUS L. Cal. à h dents. Pét. et étam. A. Style 1. Drupe contenant 
un noyau à 2 loges 1. spermes. 

C. sanguinea L. Arbrisseau à rameaux rougeàlres. Feuil. ovales, pu- 
bescentes en dessous, nervées. FI. blanches en cyme plane, sans invo- 
lucre. Fruit petit, globuleux, noir. Jn. Haies, bois. C. 

%. C. mas L. Arbre peu élevé à rameaux grisâtres. FI. Jaunes en 
petite ombelle simple, dépassant à peine l'involucre à h fol. ovales, con- 
caves, et paraissant avant les feuil. ovales, acuminées, nervées, plus 
pâles en dessous. Fruit rouge. Mars-av. Haies et bois du cale. — Char.- 
Inf. c. au n.-est ; bois de Surgères et de Benon, S.-Pierre-d'Amilly, 
Bourcjneuf, Aulnay et dans la forêt, Beauva's, (Cognac), le Douhet 
et Saintes. — Deux-Sèv. Niort, forêt de CJiisé (A. Guillon), la Mothe ! 
(Sauzé), de Loubillé à Couture-d'Argenson, forêt de Chef-Boutonne 
et Paisay ; Brioux ; Thouars (Lunet). 

LORANTHACÉES. 

Tube du cal. adhérent à l'ovaire ; limbe court, entier ou lobé. Cor. 
/(.partit ou à h pét. Etam. .'( opposées aux div. de la cor. et insérées sur 
elles. Style 1 ou ; stigm. 1. Baie à 1 loge 1. sperme. 



166 CAPRIFOLIACÉES. 

VISCUM L. FI. dioïques. Cal. à bord entier, à peine visible. Pét.J^ por- 
tant chacun une anthère sessile. Stigm. sessile, obtus. Baie 1. sperme. 

V. album L. Gui. Sous-arbrisseau à rameaux dichotomes. Feuil. lan- 
céolées, obtuses, persistantes, coriaces, opposées. FI. jaunâtres, agglo- 
mérées, sessiles, axillaires et terminales. Baie globuleuse, blanche, rem- 
plie d'une pulpe gluante. Février-mars. Parasite sur les pommiers, les 
peupliers, les tilleuls, etc., et sur lui-même; sa racine trace sous leur 
écorce. 

CAPRIFOLIACÉES. 

Cal. adhérent à l'ovaire ; limbe à 3-5 div. ou presq. entier. Corolle l.pét. 
insérée sur l'ovaire, à /*,5 div. Etam. 5 rar. 10 insérées sur la cor. Style 
1 ou 0, stigm. 3. Ovaire à 3-5 loges. Baie souv. l.loc. qqf. formée de 2 
ovaires connés, couronnés chacun par le cal. Feuil. opposées. 

ADOXA L. Cal. à 3 div. Cor. en roue, à 5,i div. planes ; tube très 
court. Etam. 10 ou 8 insérées 2 â 2 entre les div. de la cor., anthères 
à 1 loge. Styles 6,h en alêne ; stigm. obtus. Caps, charnue, couronnée 
par les dents du cal. et parle style persistants, à 5 loges dont plusieurs 
avortent. Graines solitaires. 

A. Moschatellina L. Souche écailleuse, horizontale. Tige grêle, à 2 
feuil. opposées, ternées, les rad. 2 f. ternées. FI. verdàtres, un peu mus- 
quées, réunies ord. en tête terminale, la fl. terminale ayant le cal. à 2 
div., la cor. à/i, 8étam. et h styles.*^, mars-av. Lieux frais ombragés. 
— Deux-Sèv. La Mothe (Sauz'é, Maillard), rr. Airvault{Bonnm),Rn. 
S.-Loup (Lacroix), r. Parthenau (Janneau), Ménigoute, Souvigné, 
Melle (Giraudias). — Vend, La Girarderie, c. forêt de Vouvant (Le- 
tourneux), env. de Napoléon, le Bourg-sous-Nap., les Clouzeaux, bois 
du bord du Lay en la Réorthe (Ponlarlier, Marichal), la Verrle (Gene- 
vier). — Loire-Inf. AC. — Il.-et-V. Antrain (berb. Degland), ac. Fou- 
gères (V. Sacher), Martigné-Ferchaud (Gallée), Ptré (Rolland),— Prob, 
sur d'autres points de la Bretagne. 

SAMBUCUS L. Cal. à 5 dents. Cor. en roue, à 5 lobes à la fin réfléchis. 
Etam. 5. Style 0; stigm. 3. Baie globuleuse, à 3 graines. 

S. Ebulus L. Yèble. Tige herbacée de 9-12 déc. Feuil. imparipennées; 
fol, lancéolées, dentées. Stip. foliacées, dentées. Fl. blanches, rosées en 
dehors, en corymbe à 3 branches principales. Baie noire. %. j^-at-. Terres 
incultes, bord des chemins. C. — ce. dans le cale, 

S. nigra L. Sureau. Arbrisseau kvaxnQdMyi remplis de moelle blanche. 
Feuil. imparipennées; fol. ovales, dentées. Sï^ijo. linéaires, très courtes. 
Fl. blanches, en corymbe à 5 branches principales. Baie noire. J". Haies, 
bois, C. 

VIBURNUM L. Cal. à 5 dents. Cor. presque en cloche, à 5 lobes, 
Etam. 5. Stigm. 3; sessiles. Baie à une graine osseuse. Fl. blanches. 

V. Lantana L. Arbrisseau couvert de poils étoiles sur les jeunes ra- 
meaux et surtout sur le dessous des feuil. Feuil. ovales, presq. en cœur 
à la base, dentées, veinées-ridées. Corymbe terminal. Baie comprimée, 
rouge, puis noire. Av.-mai. Haies du cale. — Char.-Lnf., Deux-Sèv., 



RUBIACÉES. 167 

Vend. AC. — Loire-Inf. ac. schistes entre Oudon, Ligné, BelUgnéet 

Ingrande (vulg. Mersaulej ; pc. coteaux de la Dlcatte. %%.GriR, 

AG. — Lan. Çà et là en Chalosse. — B.-Pyr. AC 

Obs. V. Tlnus L. Laurier Tin, existe à l'état sauv^age depuis long- 
temps sur les coteaux de la Souys en Gir. (J. F.) 

V. Opulus L. Arbrisseau. Feull. à 3 lobes inégalement dentés ; pé' 
tioles glanduleux au sommet ; stip sétacées. FI. en connube pédoncule, 
les ext. beaucoup plus grandes, stériles. Baie ovale, rouge, luisante. 
Mai-jn. Haies et bois frais. AC. 

LONICERA L. Cal. à 5 petites dents. Cor. tubuleuse ou presq. en 
cloche, irrégulière, à 5 lobes. Etam. 5. Stigm. en tête. Baie à 3 loges 
à plusieurs graines presque osseuses. 

L. Periclymenum L. C/ièrre/'eaiZZe. Arbrisseau grimpant. Feuil. ova- 
les, qqf. sinuées (qtœrclfoUum), pétiolées, ciliées, non connées. FI. odo- 
rantes, en tête pédonculée. Cor. blanc-jaunàtre en dedans, rosée en de- 
hors, à 2 lèv.. la sup. kh lobes, l'inf. simple, roulée en dehors. Baie rouge 
vif, couronnée par le cal. J"-at. Haies, bois. C. 

Obs. L. etrusca Santi, fréquemment cuit, et qui a les feuil. super, 
connées, les fl. à cor. blanc-jaunàtre en dedans et jDurpurine en dehors, 
se trouve sur les coteaux de S .-Michel-la-Rlvlère (Gir.), où il parait 
bien fixé. (J. F.) 

%. L. Xylosteum L. Arbrisseau à rameaux divariqués, grisâtres, 
pubescents. Feuil. ovales, mucronées, opposées, pétiolées, molles, pu- 
bescentes, pâles en dessous. FI. blanches, puis jaunâtres, inodores, ^e- 
minées sur un pédonc. axillaire. garni au sommet de 2 bractées. Lèv. 
sup. de la cor. à h lobes égaux, l'inf. entière, recourbée. Baie rouge, non 
couronnée par le cal. Jo. Haies et bois du cale. — Char.-Inf. Aulnay 
et dans la forêt ; forêt de Chef-Boutonne ! (Pinatel). R. — Deux-Sèv. 

Airvault! et env. ! (Bonnin), S. -Loup. (Guvon). %%. Gir. Ca- 

miac ! (Bonnaves), Ca^eneuve, S^^-Crolx-de-Mons fMotelay), Verde- 
lals; Gans (Goua). 

RUBIACÉES (Sect. Stellatœ). 

Cal. adhérent à l'ovaire ; limbe à i-6 div. ou presque 0. Cor. Lpét. à 
Ii-6 lobes, insérée sur l'ovaire. Etam. hS insérées sur la cor. Styles 2 
ou 1 seul à 2 stigm. Fruit à 2 loges ou méricarpes 1. spermes, indéhis- 
cents, se séparant souv. à la maturité. Herbes à feuil. ord. verticillées, 
saris stip. 

172. Crucianella. FI. en épis, entourées à la base d'un involucre de 2,3 

bractées. 
172. Sherardia. Cor. en entonnoir. Cal. couronnant le fruit. 
168. Galium. Cor. enroue. Fruit sec. 
171. Asperula. Cor. en entonnoir. Fruit sec. 
167. Rubia. Cor. plane. Fruit charnu, 

RUBIA L. Caract. du Galium. Fruit composé de 2 baies arrondies, 
noires, charnues, dont 1 avorte ord. 

R. peragrina L. Tige de 10-15 déc. grimpante, accrochante. FeuiJ. 
A-6 par verticille, ovales-lancéolées, plus rar^ ovales ou linéaires, non 



168 RUBIACÉES. 

veinées, luisantes, pefsistatites pendant l'hiver, hérissées d'aiguillons 
crochus sur les bords et la carène. Pédonc. axillaires, trichotomes. Cor. 
jaune pâle, souv. à 5 lobes terminés en pointe très aiguë. %. j"-jt. Haies, 
bois. C. — PC. au-delà de la Loire, ord. dans les buissons de la région 
maritime. 

Obs. R. tlnctorum L. La Garance, diffère du précéd. par les feuil. 
non persistantes, veinées, et les lobes de la cor. acuminés en pointe cal- 
leuse. Cuit, dans la Char.-Inf. à Saintes et qqf. naturalisé, à Méchers, 
île de Ré, S.-J.-d'Angélj/, etc. — S. -Loup, Olron (Deux-Sèv.) ; Mail- 

lexais, les Sables, Noirmoutier (Vend.). %%• Croît aussi à 

Cub%ac (Gir.), Mont-de-Marsan (Lan.), Biarritz (B.-Pyr.). 

GALIUM L. Limbe du cal. ou très petit. Cor. en roue ou plane, à 
h, rar. 3 lobes. Etam. h. Fruit sec à 2 carpelles globuleux, indéhiscents. 

Obs. M. Jordan Obs. fragm. 3, a fait sur ce genre difficile un travai^ 
important dans lequel les anciens G. Mollugo, palustre, anglicum, 
silvestre, etc., sont divisés en plusieurs espèces. J'engage à consulter 
cet ouvrage ainsi que la flore de France de M. Grenier, où tous ces chan- 
gements sont adoptés. 

* Fleurs Jaunes. 

G. Cruciata Scop. Valllantia L. Herbe vert jaunâtre. Tige simple 
hispidc. Feuil. oblonf/ues, S.nerwées, quaternées. FI. polygames, sur des 
pédonc. axillaires, munis de bractées, recourbés après la fleur, et cachés 
par les feuil. réfléchies. %. av. -mai. Haies, buissons. C. 

%%. G. vernum Scop. Herbe verte. Tige de 1-3 déc. simple, un peu 
raide'. Feuil. ovales-arrondies. qqf. oblongues ou lancéolées, S.nervées, 
quaternées. FI. polygames, 2-7 sur des, pédonc. axillaires sans bractées, 
recourbés après la fleur, cl cachés par les feuil. %. j'^-j^. Haies, buis- 
sons, bord des bois. — Gir. Martillac (Jarris), Fargues (Durieu), 
Saucats, S.-Médard-d'Eyrans, Nisan. — Lan. Mont-de-Marsan, Per- 
qule, Dax\ c. en Chalosse. — B.-Pyr. Le Boucaa et env. Biarritz. 

G. verum L. Caille-lait. Tige ascendante ou diffuse, pubescente sur- 
tout dans le haut. Feuil. linéaires, mucronées, roulées en dessous par 
les bords, 0-10 par verticille. Rameaux florifères formant une grappe 
allongée. Fruit lisse. Q^C. j"-j^. Prés, l)ord des chemins, sables maritimes, 
où, amsi que dans les lieux très secs, la tige est qqf. couchée et lapa- 
nic. courte, peu fournie. C. surtout dans le cale. Noircit en herbier. 

Obs. Dans les prés secs cale, de Vix (Vendée), à côté de G. verum 
.on trouve les deux plantes suiv. que M. Grenier considère comme hy- 
brides des G. verum et erectum : 1° G. approximatum Grenier, fl. de 
France. Port de G. verum, mais panic. plus allongée; feuil. plus courtes, 
oblongues-linéaires ; fl. blanc-jaunâtre, plus grandes; cor. plus apicu- 
lée ; anthères ovales-oblongues. Ne noircit pas par la dessication. — 
2° G. . Pubérulent, plus robuste que les 2 précéd.; feuil. 

linéaires-lancéolées, luisantes, à nervure large luisante non saillante; fl. 
blanc-jaunâtre en panic, ample de G. Mollugo, mais plus serrée ; an- 
thères ovales-oblongues. Ne noircit pas par la dessication. 

G. arenarium DC. Glabre. Racine long, rampante. Tiges couchées, 
très rameuses. Feuil. linéaires-oblongues, longues de 2-5 nul. mucro- 
nées. roulées en dessous par les bords, planes sur le vivant, rudes au 



RUBIACÉES. 169 

bord, épaisses, 6-10 par chacun des verticilles rapprochés. FI. peu 
nombreuses, en grappe courte, terminale. Fruit lisse, 1 f. plus gros que 
dans le précéd. "(qqf. très gros par la piqûre d'un insecte). %. jQ-sept. 
Sables maritimes. — CC. jusqu'à Lorlent. — Fin. C. — C.-Nord. Bon 
Abri en HllUon (Baron). %%• C. de la Gironde à la Bldassoa. 

G. neglectum Le Gall, G. Mollugo var. fl. Loire-Inf. Rac. rougeàtre, 
longuement rampante. Tiges ascendantes, téivagones, pubescentes sur- 
tout dans le bas, à nœuds un peu renflés. Feuil. oblongues ou lancéo- 
lées-linéaires, mucronées, ord. glabres, qqf. velues dans le bas de la 
tige, à bords très rudes se roulant en dessous. 6-10 par verticille. Fl. jaune 
pâle en panic. oblonguc, étroite, dressée. Lobes delà cor. ovales-oblongs 
avec une petite pointe infléchie. 9J.. j"-jt. Çà et là sables maritimes sur- 
tout au bord des talus. 

Obs. Entre G. arenarium, neglectum et Mollugo, il y a, dans les sables 
maritimes, plusieurs plantes à n. passant du jaune au blanc qu'on ne peut 
rapporter rigoureusement à aucun de ces trois types et qui doivent rap- 
peler que les Galiumse prêtent à l'hybridité. 

** Fl. blanches (roussàtres dans G. anglicum). 

"X^. G. silvaticum L. Glauque. Tige lisse, dressée, très rameuse. 
Feuil. 6-8 par verticille, linéaires-lancéolées, rudes au bord, veinées, noir- 
cissant par la dessication. Fl. nombreuses en panic. ample à rameaux 
grêles. Lobes de la cor. aigus. Fruit légèrement ridé. %. j^-jt. Bois, haies. 
— Lan. Mont-de-Marsan (Perris), S.-Pandelon (Thore), çà et là en 
Chalosse. 

G. Mollugo L ? G. elatupi Thuil. Tige faible s'élevant à 10-15 déc. au 
milieu des buissons, couchée quand elle est sans appui, tétragone, lisse 
ou velue surtout dans le bas, à nœuds renflés. Feuil. 6-8 par verticille, 
obovales-lancéolées, obtuses, mucronées, rudes au bord, à nervure dor- 
sale saillante, non veinées ni transparentes. Fl. nombreuses, en panic. 
à rameaux principaux ouverts en angle de hh^, les secondaires étalés. 
Lobes de la cor. mucronés. Fruit glabre, chagriné. 0^. j"-jt. Bord des 
haies, des chemins, buissons. CC. — Nain et couché dans les sables ma- 
ritimes. 

p. G. erectuni Huds. Feuil. plus allongées, à nervure plus saillante ; 
fl. plus blanches, plus grandes, moins nombreuses, en i^anic. étroite à ra- 
meaux étalés-dressés.Mêmeslieuxetprés. — Ciiar.-Inf., Deux-Sèv. AC. 

%. G. boréale L. Rac. rougeàtre. Tige de 3-J+ déc. raide, dressée, 
tétragone. Feuil. nombreuses, quaternées, lancéolées, à 3 nervures, ob- 
tuses, rudes au bord. Fl. d'un blanc pur en panic. serrée. Fruits glabres 
ou à poils crochus. OJ.. j^-a^. Prés humides du cale — Char.-Inf. Sur- 
gères ! S.-Georges (Delalande), ac. Dœuil ! (Dussouchaud), bois de Be- 
non; S. -Christophe, Bussac (Foucaud), Maison-Nouvelle (Savatier), 
Fontenet (Pinatel), Migré (Lemarié !), Ballon (Parât), Montendre. — 

Deux-Sèv. c. dans le midi. %%. Gir. S. -M ariens ! {Meriel), Cas- 

telnau-de-Médoc (Laterrade). — B.-Pyr. S.-Pierre-d'Irube (Sibuet), de 
S .-Jean-de-Lus à Hendaye. 

G. uliginosum L.^ Ti.ge faible, très rude de bas en haut, très accro- 
chante. Feuil. lancéolées-linéaires, m?<croné<?s, garnies sur les bords et 
la carène d'aiguillons crochus, ord. 6 par verticille. Pédonc. latéraux, 
à fl. peu nombreuses. Anthères jaunes. Fruit tuberculeux. 0^. mai-j". 



170 RUBIACÉES. 

Prés marécageux. — Char.-Inf. SouUg nonne, Rochecourbon (Tesse- 
ron !), Cram-Chaban, Anals (Foucaud), Ber/a?; (Reau !). — Deux-Sèv. 
G. la Mothe (Sauzé), S.-Genard (Giraudias), Mauzé ; Brétlgnolle (J. Ri- 
chard). — Vend. Chasnais, c. Napoléon! et env. (Pontarlier, Mari- 
chal), marais de Billu ; Fai/moreaa (Letourneux), S^^-Radégonde-des- 
Marais (Ayraud). Pu. — Loike-Inf. La Seilleraie ; S.-GÙdas (Dela- 
lande), marais de Renard, Orvatilt (Gmho), Sautron, la Poplnlêre suv 
l'Erdre. PC. — Mor. (cLorlent, Baud, Ploënnel ! eic. » (Le Gali flore), 
Arradon, Pluéret (Taslé). — C.-Nord. Ploug aenouel (H. de Ferron), 
marais de Languenan{lsid.h\\\e), S.-Alban, forêt de Coé'!^^«<?/i (Morin). 

— Il.-et-V. Etang de /^os&ise, Chartres près Rennes (V. Sacher). 

%%. GiR. AG. — Lan. Ychoax ; Mont-de-Marsan (Perrls), S.-Sever 
(L.'Dufour), c. env. de Dax (Tiiore). — B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

G. palustre L. Tige faible, diffuse, plus ou moins rude, qqf. tout-à- 
fait lisse. Feull. linéaires-olilongues, rétrécies à la base, obtuses, rudes 
au bord, A, 5 par verticille. Panic. diffuse, à pédicelles fructifères di- 
variqués, rendant ainsi les petits corymbes tronq^ués. Fruit chagriné. 
*^. jn-jt. Marais, fossés et prés humides. C. Noircit en herbier. — Souv. 
très grêle dans ces deux dernières stations et dans les marais herbeux, 
et alors difficile à distinguer de G. constrictum. — Les individus ro- 
bustes constituent le G. elongatum Presl. 

p. ruplcola Des M. Tiges nombreuses, grêles, couchées, formant un 
gazon serré sur le gravier ou pendantes des rochers ; feuil. par h en 
verticilles serrés, inégales, obovales ou obovales-oblongues, obtuses. Lieux 
inondés. Çà et là. 

G. constrictum Chaub. G. débile Desv. Tige un peu ferme, peu 
rude. Feuil. linéaires, presque aiguës mais mutiques, un peu rudes 
sur les bords et roulées en dessous, A-6 par verticille. Pédic. fructifè- 
res dressés, resserrés. Fruit très finement granuleux. %. jn-jt. Prés 
tourbeux. Port de Asperula cynanchica. — Çà et là. PC. 

G. saxatile L. G. harcynlcamWeig. Petite plante couchée, g a:;on- 
nante, glabre; tiges florifères redressées, Feuil. /*-6 par verticille, les 
inf. obovales, mucronées, les sup.obovales-lancéolées. Panic. assez grêle. 
Lobes delà cor. souv, 5, aigus. Anthères jaunes. Fruit finement granu- 
leux. %. jn-jt. Landes, coteaux et ]:)ois parmi la mousse. C. ter. grani- 
tiques ou schisteux. — Noircit en herbier. 

G. anglicum Huds. G. rurlcolum Jord. Tige très grêle, qqf. très ra- 
meuse, entremêlée, rude de bas en haut. Feuil. linéaires-lancéolées, 
rudes, mucronées, 6 par verticille, étalées, puis réfléchies. Pedo/ic.axil- 
laires, filiformes, formant une panic. générale oblongue. FI. roussà- 
tre ou verdàtre, s'ouvrant à peine. Fruit petit, granuleux, (i). j"-j*. Co- 
teaux et champs pierreux, sables. Çà et là toute la région maritime. 

— Char. -Inf. AC. — Deux-Sèv. Ac.'calc. et schiste. — Vend. ag. Na- 
poléon et env., le Boupère, la Bretonnière (Pontarlier, Marichal), g. 
Fontenay (Letourneux), France! Garenne- Augeard (Ayraud), île 
d'Fea. — Loire-Inf. Da Cellier à Ancenis, c. d'O'udon à Couffé, forêts 
du Cellier eX du N. dans les charbonnières, Chéinéré. PC. —C.-Nord. 
La Courbure près Dlnan (Mabille). — Il.-et-V. Hédé (Le Gall), Tln- 

ténlac (Ma])i!le), Bout-de-Lande (Degland). %%. Gir. AR. —Lan. 

Pcssos, Peyrehorade; Mont-de-Marsan (Perris), S.'-Sevcr (L.Dufour), 
env. de Dax (Thore). 



RUBIACÉES. 171 

Obs. G. tenulcaule Jord. se distingue du précéd. par la panic. ovale, 
très ample ; rameaux rudes, moins étalés, mais beaucoup plus allongés 
et capillaires à pédic. courts, en sorte que les fl. sont disposées en pe- 
tits fascicules épars, très écartés. J'y rapporte des échantillons de : 
Char.-Inf. Montlieu. — Deux-Sèv. Chamhrille (Sauzé), S.-Pompain, 
Amaillouœ, S.-Loup (Guyon), Bressuire (Genevier). — Vend. S.-Hi- 
lalre (Genevier), Lorbrce (Letourneux), Noirmoutier. — Loire-Inf. c. 
autour de Porntc ;S.-Mlchel-en-ReU, pointe de Pennebé.—Fm. S.-Marc 
et Ste-Barbe près Brest (Crouan). — C.-Nord. Tressaint, S.-Alban 
(Morin). 

%. G. silvestre Poil., Jordan, obs. Souche grêle à tiges nombreuses 
de 1-3 déc. diffuses, couchées, ascendantes au sommet, lisses. Feuil. 
linéaires-lancéolées, acuminées, mucronées, ord. rudes de haut en bas 
sur les bords et sur la face sup., à 1 nervure saillante en dessous, 7,8 
pur verticille, étalées ou recourbées surtout dans le bas. Panic. irrégu- 
lière à rameaux ouverts, les inf. alternes, les autres opposés, inégaux. 
Cor. blanche à lobes aigus. Fruit finement granuleux, à pédic. ouvert. 
0-,. j"-j^ Pelouses, coteaux et bois secs du cale. — Char. -Inf., Deux- 
Sèv. C. —Vend. Plaine et îles (Letourneux, Ayraud). — Il est possible 
que dans les cale, de la Chcir.-Inf. et des Deux-Sèv. il existe plusieurs 
plantes voisines de la précéd., par ex. G. lœve, commutatum, Time- 
royi Jordan. %%. Gir. AC. — Lan. c. en Chalosse. 

G. Aparine L. Gratteron. Tige de 5-10 déc. très rude de bas en haut, 
accrochante, renflée et hérissée aux nœuds. Feuil. lancéolées, élargies 
au sommet, très rudes au bord et sur la carène, mucronées, 6,8 par 
verticille. Pédonc. des panic. axillaires, dépassant les feuil. Fruit gros, 
hérissé de poils crochus et tuberculeux à la base. 0. j'i-jt. Haies, 
lieux cultives. C. 

G. spurium L. Distinct du précéd. Tige grêle, non renflée ni héris- 
sée aux nœuds. Feuil. étroitement linéaires-lancéolées. Fruit 3-It f. plus 
petit, noirâtre, chagriné, non tuberculeux, glabre. (î). jn-j*. Moissons du 
cale. — Loire-Inf. Machecoul (Letourneux et moi), Guenrouet. RR. — 
Mgr. Vannes, Carentoir (Taslé), Ploêrmel (J.-M. Sacher). 

p. G. VaillantiiDC. Fruit hérissé de poils crochus non tuberculeux à la 
base.— Mgr. Vcmnes(Taslé). %%• Lan. Mont-de-Marsan(I^eTns). 

G. tricorne With. Tige de 15-30 cent, simple, très rude de bas en 
haut, accrochante. Feuil. linéaires-lancéolées, très rudes au bord et sur 
la carène, mucronées, 6-8 par verticille. Pédonc. à3fl., axillaire, plus 
court que les feuil., recourbé après la ^euraison. Fl. petites, blan- 
châtres. Fruit gros, verruqueux. (i). jn-j*. Moissons des ter. cale. — 
CnAR.-Inf. et Deux-Sèv. C. — Vend. c. Plaine et îles (Pontarlier, Mari- 
chal), Noirmoutier (P. Bruneau). — Lgire-Inf. rr. Cambon; ak. Ber- 
gon. R. — Fin. Port-Salut en Crozon (Crouan), « Ile Molène (Thié- 
baut). » — C. Ngrd. Cesson, c. Le Rosaire près S.-Brieuc (Baron). 
%%. Gir. PC. — Lan. Urgons ! (Lagu). 

ASPERULA L. Caractères du Galium. Cor. en entonnoir ou en cloche. 

%. A. galioides Bieb. Galium glaucum L. Tiges de 3-5 déc. dres- 
sées ou ascendantes, presque cylindriques et lisses. Feuil. linéaires, 
mucronées, rudes et roulées par les bords, glauques, 8 par verticille. 
Fl. blanches paniculées en corymbe. Fruit lisse. 0/,. jQ-j*. Pelouses, 



172 VALÉRIANÉES. 

clairières des bois secs dans le cale. — Deux-Sèv. Bois du Mai près 
S.-Jouin de Marnes (Brottier). RR, 

A. cynancliica L. Tiges nombreuses, grêles, couchées. Feull. h par 
verticille, linéaires, très inégales dans le haut, mucronées ainsi que les 
bractées lancéolées. FI. en petits faisceaux terminaux. Div. de la cor. 
blanches et un peu rudes en dehors, à 3 stries roses en dedans. Fruit 
ridé-granuleux. 9^. jn-sept. Pelouses arides ou sablonneuses du cale, et 
de la région maritime où les tiges sont plus courtes, plus ramassées ainsi 
que les fl. C. — pg. côte nord de la Bretagne. 

A. odorata L. Racine rampante. Feull. lancéolées, rudes au bord 
et sur la carène, les sup. 8 par verticille, les inf. 6. Fl. blanches, en co- 
rymbe terminal. Fruit hérissé de soles crochues. %. mai-j». Bois frais. 
— Char. -Inf. Saintes, forêt cVAulnay! Paisai/ (A. Guillon), Fenloux 
(Pinatel). — Deux-Sèv. Forêts d'Aulnay ! de Chlsé! (A. Guillon), S. -Ge- 
lais (Guyon). — LomE-iNF. Forêt de la Bretêche! (Bonamy), forêt de 
Jalgné près l'étang de la Prlmaudlère. R. — Fin. Huelgoat; forêt de 
Men-Gwenn (Crouan fl.), forêt de Crannou (Tanguy). R. — C.-Nord. 
c. forêt de la Hunaudale (Cornillé), forêt de Lorge; forêt de Boqulen 
(Mabille), ac. forêt du Beffou, Logulvy-Plougras (Le Corre). — II.- 
ET-V. Forêt de Fougères ! (de la Pylaie), forêt de S.-Méen (Rigolé). 
%%■ Gm. Bois deMarcainps (Motelay), S^^-Présentlne (Musquin), 

%. A. arvensis L. Tige rameuse. Feuil. linéaires, rétrécies à la base, 
obtuses, 6-8 par verticille, les inf. à h, rudes au bord. Bl. bleues en têtes 
terminales entourées de bractées bordées de longs cils blancs. Fruit glabre. 
(J). mai-jt. Moissons du cale. — Char. -Inf., Deux-Sèv. AC. — Vend. Çà 
et là Plaine et îles, ac. Fontenay ! (Letourneux). %%• Gir. Ca- 
dillac (Motelay), Dalgnac (Daganet), Martillac (Jarris),' c*. Camlac ! 
(Bonnaves), Làngon (Goua). 

SHERARDIA L. Cal. à 6 dents. Cor. en entonnoir, à h lobes. Etam. 
A. Fruit à 2 graines, couronné par le limbe accru du cal. 

S. arvensis L. Couché-étalé, hispide. Feuil. ovales-lancéolées, 6-8 par 
verticille, les sup. formant un involucre autour des fl. sessiles. Cor. lilas 
ou rosée. (î). mai-sept. Champs, lieux cultivés, pelouses sèches, dunes. C. 

CRUCIANELLA L. Caract. de V As perula. Lobes de la cor. courbés- 
connivents. Fruit à 2 graines oblongues ou demi-ovales. Fl. en épis, en- 
tourées à la base d'un involucre de %3 bractées. 

%. C. angustifolia L. Tigede2-3déc. grêle, tétragone. Feuil. linéaires- 
en alêne, rudes, dressées, 6 par verticille. Epi tétragone, 3 bractées libres, 
à carène aiguë, blanches-membraneuses, vert es sur le dos. (ï). j"-j*. Champs 
secs et coteaux cale. — Char. -Inf. Marcllly, Terre-Nouvelle (de Bean- 
preau), S. -Vivien, S.-Plerre-dAmllly ! (Foùcaudj, la Repentie (Letour- 
neux), Sèche-Bec ; Semussac (Lemarié), Beauvais ! (Savatier), Migré 
(Vinet), r. Dœull, S.-G.-de-Dldonne, Serre près Méchers. — Deux-Sèv. 
Palsay (Vernial), c. Loublllé ! (Jousse), coteau de Veluché ! (Guyon), 
coteaux schisteux de Thouars ! (Bastard), d'Argenton-Ch.; Mause. 

VALÉRIANÉES. 

Cal. adhérent à l'ovaire ; limbe denté ou se déroulant enfin en aigrette. 
Cor. tubuleuse-en entonnoir, insérée sur l'ovaire, régulière ou irrégulière, 



VALÉRIANÉES. 173 

qqf. bossue ou éperonnée à la base. Etam. l-A, Style 1 à 1-3 stigm. Caps, 
à 3 loges dont 2 avortent. Graine solitaire, pendante. Feuil. opposées. 

VALERIANA L. Limbe du cal. roulé en dedans pendant la fleuraison, 
se déroulant enfin en aigrette plumeuse couronnant le fruit. Cor. en en- 
tonnoir, bossue ou éperonnée à la base ; limbe à 5 div. Etam. 1 ou 3. Caps, 
à 1 graine. 

V. offioinalis L. Rac. fasciculée, entremêlée de stolons, fétide. Tige 
de 6-10 déc, sillonnée, creuse, pubescente. Fewi/. impartpennées à fol. 
lancéolées, dentées ou entières. FI. blanc-rosé, en corymbe terminal. 
Etam. 3. %. jû-jt. Bord des eaux, lieux frais. C. 

%. V. dioica L. Souche oblique. Tige cannelée, rude. Feuil. lyrées- 
perinifides, fol. oblongues ou lancéolées, entières ; feuil. inf. et celles des 
rejets stériles longuement pétiolées, ovales-encœur. FI. dloïques. blanc- 
rosé, en corymbe terminal. Etam. 3. %. mai-j^. Prés marécageux du 
cale. — Char. -Inf. PC. — Deux-Sèv. Lesay fSauzé, Maillardj, Marné ! 
Pas-de-Jeti (J . Richard), S.-Genard, Melle,Ménigoute(GiTaudias), env. 
d'Airvault! (Bonnin). de T/iot^ars (Lunetj,S.-LoM^(Cornuault).— Loire- 

Inf. Marais de la Seilleraie ! (Dumas). %%. Gir. AC. surtout 

région de landes. — B.-Pyr. Esbouc (Sibuet). 

* V. rubra a. L. Centranthus ruberBC. Glauque, lisse. Tige creuse. 
Feuil. ovales et lancéolées, entières. FI. rouges en corymbe terminal. 
Cor. à éperon 1 f. plus long que l'ovaire. Etam. 1. S^." jt-sept. Vieux 
murs et châteaux, falaises cale, chemins de fer. AC. et cuit, sous le 
nom de Valériane, Lllas d'Espagne. 

JP^. V. Calcitrapa L. Tige de 1-3 déc. simple ou rameuse, finement 
striée. Feuil. lyrées-pennlfides à lobes incisés ou dentés, les sup. pen- 
rfifides, celles du sommet entières. FI. blanc-rosé, nombreuses, rappro- 
chées, naissant à l'aisselle de bractées lancéolées-linéaires sur des ra- 
meaux dichotomes. Etam. 1. %. mai-j°. Vieux murs, lieux arides. — 
B,-Pyr. Remparts de Bayonne ; env. de Bayonne (Thore). 

Obs. V. Phu L. Guérlt-tout est cuit, dans les campagnes comme 
vulnéraire. 

VALERIANELLA Tourn. Limbe du cal. denté. Cor. régulière, en en- 
tonnoir, sans éperon, à 5 lobes. Etam. 3. Caps, à 3 loges, 2 stériles res- 
tant vides. 

Obs. Toutes nos espèces appelées Mâche, Boursette, sont des herbes 
annuelles, à tige dichotome; les fl. petites, blanc-rosé ou lilas sont réu- 
nies en têtes terminales, entourées de bractées ciliées. Pour les distin- 
guer, il est indispensable d'avoir les fruits ; ceux-ci mûrissent en juin. 

V. olitoria Mœnch, Mut. fig. 206. Rameaux étalés. Fl. en tête glo- 
buleuse. Caps, glabre, plus large que longue, Irrégulièrement arron- 
die, comprimée ; loges stériles séparées par une cloison incomplète, 
perpendiculaire sur la loge fertile, qui est épaisse-subéreuse sur le dos. 
Lieux cultivés, murs. C. 

V. carinata Lois. Mut. fig. 208. Port du précéd. Caps, glabre, oblon- 
gue, presc^ue tétragone, profondément creusée en long d'un côté ,-les 
deux loges stériles courbées, à cloison perpendiculaire sur la loge fer- 
tile. Lieux cultivés, murs. C. 



174 VALÉRIANÉES. 

V. eriocarpa Desv. Mut. fig. 21A. Mâche de Hollande. Rameaux 
raides, divariqués, ceux des corymbes renflés, anguleux. Limbe du cal. 
évasé, veiné en réseau, de la largeur de la caps, à 6 dents, celles de 
devant plus courtes. Caps, ovale à 5 côtes, les 2 de devant formées 
par les lo^es stériles filiformes et séparées par un intervalle creux, 
ovale. Moissons des ter. cale, et du bord delà mer. C. jusqu'à la Loire, 
moins c. au-delà. — La couronne du fruit est très variable, plus ou 
moins évasée, à dents distinctes, ou plus ou moins tronquée obliquement, 
avec la dent de derrière prolongée en forme d'oreille et le fruit est ord. 
luisant, veiné, poilu sur les côtes, qqf. poilu partout, et souv. tout-à-fait 
glabre. Cette dernière var. est ac. région maritime jusqu'à Brest, moins 
G. au-delà. 

V. Morisonii DC. Tige dressée, bifurquée au sommet. Fruit glabre 
ou plus ou moins couvert de poils ord. courbés. Limbe du cal. obli- 
quement tronqué, à dents de devant peu distinctes, couronnant la caps, 
conique, aiguë, à 5 côtes peu saillantes, les 2 de devant formées par 
les loges stériles filiformes et séparées par un intervalle oblong. Mois- 
sons du cale, et du littoral. — ag. région maritime et son voisinage de Poa- 
torson (Manche) à Brest et Quimper. — Mon. Quiberon (Le Gall). — 
Char.-Inf. Yves (Foucaud). — A l'intérieur : cale, de Rennes (Degland); 
Erbray, Machecoul, Arthon (Loire-Inf.). — ■■ — %%. Gm. Contras, 
Langôn; S^'^-Croix-de-Mons (Durieu), — Lan. Pai/rôs, les Caubons! 
(Lagu, Dupoy). — B.-Pyr. Bayonnc (Perris). 

V. Auricula DC. Mut. fig. 212. Tige dressée, bifurquée au sommet. 
Caps, ovale-arrondie , glabre, couronnée par le limbe du cal. tronqué 
obliquement en forme d'oreille, les dents de devant peu distinctes ou 
(Mut. fig. 215) courbées l'une vers l'autre. Loges stériles placées en 
avant, plus grandes que la loge fertile et séparées par un sillon. 
Moissons. AC. — c. dans le cale. ^ 

(3. dasycarpa. Fruit velu. — Char.-Inf. Mortagne; env. de S.-Chris- 
tophe (Foucaud). — Deux-Sèv. La Mothe (Sauzé). — Vend. Mareuil 
(Pontarlier). — LomE-iNF. Piriac (Letourneux), Prairie au Duc à Nantes. 

— MOR. Vannes (Taslé). %%• GiR- Langon (Ducot). — Lan. 

Geaune. 

%. V. pumila DC, S. Will, V. menibranacea Lois. Mut. fi^. 21(5. 
Feùil. vert plombé. Caps, largement ovale, comprimée sur le devant 
et marquée d'un sillon profond entre les 2 loges stériles, convexe sur 
le dos à trois côtes presque égales, l'intermédiaire idIus saillante for- 
mée par la loge fertile. Limbe du cal. à 3 petites dents triangulaires, 
celle de derrière un peu plus grande. Bractées largement scarieuses au 
bord. — Char.-Inf. Moissons, env. de la Tremblade, Roche-Batard près 
Mortagne. R. 

%. V. hamat» Bast. V. coronata DC. fl. fr. non prodr. Koch syn. 
Tige droite, bifurquée au sommet. FI. en têtes serrées. jCaps. ovale, 
velue, marquée d'un sillon sur le devant, entre les deux loges stériles, 
couronnée par le limbe du cal. évasé en cloche membraneuse, veinée, 
glabre en dedans et en dehors, à 6 dents crochues, (i). jn-jt. Moissons 
sablonneuses du cale. — Char.-Inf. Serre près Méchers; Puyravault, 
S. -Christophe (Foucaud). — Deux-Sèv. Sud de Puy-Notre-Dame ; 
Thouars ! (Bastard), butte de Montcoué (J. Richard), Oiron, Orbe, 
Pas-de-Jeu ; Airvault (Guyon), de Borcq à S.-Jouin (Bonnin), la Cri- 



GLOBULARIÉES. 175 

gnolée près Dœuil. %%. Gm. Roaillan (Belloc). — Lan. Mont- 
de-Marsan /(Perris), Roquefort; S.-Justin (L. Dufoiir). 

Obs. V. discoldea Lois. V. coronataDC prod. diffère du précéd. par 
les feuil. plus découpées, et par le rase du cal. plus grand, plus ou- 
vert, velu en dedans. 

GLOBULARIÉES. 

FI. agrégées en capitule globuleux, entourées à la base d'un involu- 
cre polyphylle, insérées sur un réceptacle garni de paillettes. Cal. à 5 
div. persistant. Cor. l.pét. irrégulière à 5 lobes. Etam. h insérées au 
haut du tube de la cor. et alternes avec ses lobes. Ovaire 1, à 1 ovule 
pendant. Style 1, stigm. bifide. Fruit indéhiscent. Feuil. alternes. 

GLOBULARIA L. Voir la famille. 

%. G. vulgaris L. Souche presque ligneuse, ord. àl tige de 1-3 déc. 
Feûil. rad. ovales-spatulées, longuement pétiolées, mucronées dans l'é- 
chancrure, celles de la tige lancéolées, aiguës. FI. bleues en tète globu- 
leuse terminale. Cal. cilié. Cor à âlèv., la sup. à 3 div. linéaires, l'inf. 
à 2 lobes plus courts. OJ.. j". Coteaux et plateaux secs cale. — Char.- 

Inf., Deux-Sèv. AC. %%. GiR. AC. -- Lan. Çà et là coteaux de 

la Chalosse. — B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

DIPSACÉES. 

FI. agrégées en capitule, entourées à la base d'un involucre poly- 

Ehylle, insérées sur un réceptacle garni de paillettes. Cal. propre dou- 
le, persistant, l'extér. (involucelle DC.) à tube entourant étroitement 
le fruit, l'intér. adhérent, à lobes souv. en forme d'aigrette. Cor. Lpét. 
insérée sur le sommet du cal. intér., à A,5 lobes souvent inégaux. 
Etam. h libres, insérées sur le tube de la cor. ; filets non articulés. 
Style et stigm. 1. Caps, indéhiscente, à 1 graine pendante. Herbes à feuil. 
opposées. 

DIPSACUS L. Cal. intér. en forme de coupe, l'extér. tétragone. Cor. 
à h lobes. Etam. A. Fol. de l'involucre ord. plus longues que les i^aillettes 
épineuses du réceptacle. 

D. silvestris L. Tige d'env. 1 mètre, robuste, sillonnée, hérissée d'ai- 
guillons. Feuil. inf. rétrécies à la base, les sup. largement connées en 
vase, ovales-lancéolées, garnies d'aiguillons sur la carène. Fol. de l'invol. 
arquées, dépassant le capitule, gros, ovale. Paillettes flexibles, à pointe 
droite, dépassant les fl. lilas clair. (2). jt-a*. Bord des haies, des champs 
C. — Varie très rar. à feuil. interméd. de la tige pennifides. 

Obs. D. laclnlatus L., qui diffère du précéd. surtout parles feuil. de 
la tige pennifides et par ses « fl. blanchâtres w a été observé dans la 
Gironde à Bacalan par Laterrade et à Anibès par M. Motelay. (J.-F.) 

D. pilosus L. Tige de 8-10 déo. cannelée, garnie d'aiguillons au som- 
met. Feuil. ovales, acuminées, dentées, munies au sommet du pétiole 
de 2 oreillettes foliacées. Fol. de l'invol. herbacées, réfléchies, égalant 
env. le capitule petit, presque globuleux. Paillettes obovales, ciliées, 



176 DIPSACÉES. 

garnies de soies au sommet, à pointe longue, droite, égalant les fl. blan- 
châtres. ^. jt^-sept. Haies, lieux ombragés, humides, — Deux-Sèv. La 
Touche-Pûupart près S.-Maixent (Sauzé). — Il.-et-V. Le Verger-au- 
Coq en Melesse (Letourneux), près la Gavouyère (herb. Degiand), Monl- 
barrot près VUlejeari (J.-M. Sacher). RR. 

SCABIOSA L. Involucre polyphylle. Réceptacle garni de soies ou de 
paillettes. Cor. à h,5 lobes. Etam. h. Fruit couronné parle double cal., 
l'intér. ord. à soies raides, rar. entier, l'extér. membraneux. 

S. arvensis L. K.nautla Coult. Tige de %h déc. couverte de poils 
raides. Feull. pennlfides à lobes lancéolés, entiers ou dentés-lobés du 
côté inf. Cor. bleuâtres, les ext. plus grandes. Récept. garni de soies. 
Fruit velu. Cal. int. à env. 8 soies, l'ext. entier. OJ.. jn-at. Champs, prés, 
coteaux des ter. cale, et du bord de la mer. — Char. -Inf., Deux-Sèv. 
et cale. Vendéen. C. — Loire-Inf. Machecoul, Arthon, pointe de Pennehé, 
de Pénestin àVieille-Roche, Camhon; Erbray (Moride), ac. Souloache 
(Gadeceau). PC. — ac. côte de la Bretagne et son voisinage ; plus c. 

en approchant de Vll.-et-Vil. — Varie qqf. à feuil. entières. %%• 

GiR.AC. — Lan. Geaune. 

%%. S. silvatica L. Tige de 5-8 déc. rameuse, glabre ou poilue. Feuil. 
vert clair, lancéolées-acuminées, rétrécies à la base, dentées en scie 
et qqf. entières, à veinules plus nombreuses et plus saillantes que dans 
le précéd. Cor. purpurines ou lilacées, les extér. un peu plus grandes. 
Récept. très poilu. Fruit poilu. Cal. intér. à env. 8 dents, l'extér. entier. 
%. jn-jt. Bois. — Gm. Cazeneuoe (Motelay), Basas (Laterrade). — Lan. 
Mont-de-Marsan! (Perris), S. -Justin (L. Dufour), env. de Dax (Thore), 
Mimbaste. — B.-Pyr. Bayonne (Sibuet). 

S. Succisa L. Succisa pratensis Mœnch. Rac. tronquée. Tige pres- 
que simple. Feuil. rad. ovales ou ovales-lancéolées, les sup. plus 
étroites, dentées ou entières. Cor. bleu ciel, toutes égales à h lobes ; 
capitule longuement pédoncule. Fol. de l'involucre et paillettes lancéolées. 
Fruit velu. Cal. int. à5 soies noirâtres, l'ext. à h dents. 9;i. a^-oct. Landes 
et prés frais, bord des champs, des chemins. CC. 

S. Colunibaria L. S. permixta Jord. Tige rameuse. Feuil. rad. qqf. 
épaisses, obovales, dentées, crénelées ou lyrées, les inf. pennifîdes à 
div. dentées ou lobées, velues, les sup. à lobes linéaires, entiers. Cor. 
bleu clair, les ext. plus grandes, toutes à 5 lobes inégaux. Fol. de l'in- 
vol. linéaires-lancéolées. Récept. garni de paillettes membraneuses, 
velues. Cal. int. à 5 soies noirâtres, 3-/» f. plus longues que le cal. ext. 
évasé en coupe membraneuse, crénelée, plus courte que la moitié du 
fruit sillonné, velu. %. jt-sept. Ter. cale, secs ou sablonneux, qqf. schistes. 

— Char. -Inf., Deux-Sèv. C. — Vend. c. cale, méridional (Pontarlier). 

— Loire-Inf. c. Machecoul, Chéméré, r. Oudon; rr. Ancenis (Mo- 
reau). — Il.-et-V. S.-Ideuc (Le Gall) et isthme de Lavarde près 
S.-Malo (Mabille;. RR. %%■ Gir., Lan. C — B.-Pyr. PC. 

%%. S. maritima L. Tige simple ou rameuse, plus ou moins velue. 
Feûii*. inf. oblongues-spatulées, dentées ou incisées, les sup. pennilides. 
Cor. blanches, rosées ou pourpre foncé, à 5 lobes inégaux, les ext. rayon- 
nantes. Fol. del'invol. lancéolées-oblongues. Récept. allongé, à paillettes 
linéaires, ciliées. Cal. intér. à 5 soies, l'ext. à bord spongieux et re- 
courbé en dedans. (î). j"-jt. Lieux incultes. — Gm. Le Rvgalet! (Merlet), 
La Réole (Lespinasse). — B.-Pyr. Bayonne (Sibuet), Biarritz (Lagu). 



COMPOSÉES. 17' 



COMPOSEES. 

Fleurs petites, nombreuses, réunies en capitule {fleur composée), en- 
tourées d'un involucre commun, insérées sur un réceptacle commun, 
nu ou garni de soies ou de paillettes. Calice propre adhérent à l'ovaire ; 
limbe non distinct ou se changeant en paillettes ou en aigrette couron- 
nant le fruit. Corolle 1. pétale, insérée sur le tube ducal., tantôt régu- 
lière à 5 dents (fl-earon), tantôt irrégulière en forme de languette {dcini- 
fleurori). Etam. 5 insérées sur le tube de la cor., distinctes à la base; 
anthères soudées en tube. Ovaire 1. Style 1, à 2 stigm. Fruit (aehène) 
sec, indéhiscent, à une graine. 

Capitules appelés ici fleurs, formés tantôt de fleurons (fleurs fias- 
culeuses), tantôt de demi-fleurons (fleurs seml-flosculeuses),o\xh\ex\àe 
fleurons au centre et de demi-fleurons à la circonférence (/Zear^ radiées). 

I. RADIÉES. — Fleur composée de fleurons au centre et de demi-fleu- 
rons à la circonférence. 

a. Réceptacle garni de paillettes. 

190. Achillea. Languette des demi-fl. courte, arrondie. 

191. Anthémis. Languette des demi-fl. oblongue. 
Ab. Bidens, p."l85. 

b. Réceptacle nu. 

* Achènes sans aigrette. 

196. Calendula. Ach. extér. courbés, tuberculeux. 

180. Bellis. Récept. conique, creux. Ach. comprimés. 

191. Matricaria. Récept. conique, creux. Ach. striés d'un côté. 

192. Chnjsanthemum. Récept. plane ou convexe. Ach. nus ou couron- 

nés d'un petit rebord. 

** Achènes aigrettes. 

179. Tussilago. FI. paraissant avant les feuilles. 

181, Conysa. Demi-fl. sur plusieurs rangs, blancs. 

181. Erigeron. Demi-fl. très étroits, d'une autre couleur que le disque, 

180. Aster. Demi-fl. oblongs, d'une autre couleur que le disque. Récept. 

plane. 

180. Bellis. Récept. conique, creux. Demi-fl. blancs, 

183. Pallenis. Anthères à 2 pointes à la base. Fol. ext. de l'invol. épi- 
neuses. 

183. Inula. Anthères à 2 pointes à la base. Invol. non épineux. 

19i». Senecio. Invol. cylindrique, noirâtre au sommet, écailleux à la base. 

Idh. Cinerctria. Caract. du Senecio. Invol. simple, sans écailles à la 
base. 

193. Doronicum. Invol. hémisphérique, à 2, 3 rangs de fol. égales. Ach. 

du bord sans aigrette. 
19A. Arnica. Invol. en cloche, fol. égales. Ach. tous aigrettes. 

182. Solidago. Invol. imbriqué. Ach. tous aigrettes. 

II. FLOSCULEUSES. — FI. composée toute de fleurons. 

a. Achènes sctns aigrette. 

190. Diotis. Récept, à paillettes. Cor. prolongée en deux éperons sur 
l'ovaire et le faisant paraître ailé. 

12 



178 COMPOSÉES. 

190. SantoUna. Récept. à paillettes. Cor. prolongée en éperon sur l'un 

des côtés de l'ovaire. 
182. Evax. Récept. à paillettes, allongé, conique. Plante de 1-â cent. 
182. Micropus. Récept. nu. Ach. enveloppé dans les fol. de l'invol. 

188. Artemlsla. Récept. nu ou poilu. Fleurons du rayon femelles. 

189. Tanacettim. Invol. hémisphérique. Ach. couronnés d'une mem- 

brane entière. 
Ab. Centaureapratensls, p. 200, C. serotliia, p. 201, C. Calcltrapa. 
p. 202. 

b. Achèiies aigrettes. 

* Réceptacle nu. 

179. Eupatorlum. Invol, cylindrique. Styles très longs. 

185. Filago. Invol. anguleux. Fleurons du disque herm., ceux du rayon 
fem. placés entre les fol. de l'invol. 

187. Gnaphaliuin. Invol. ovale, à fol. obtuses, scarieuses. Fleurons du 

disque herm., ceux du rayon fem. sur plusieurs rangs. 

188. Hellchrijsum. Caract. du GnaphaUum. Fleurons du rayon sur un 

seul rang. 
199. Galactltes. Invol. à fol. en alêne. Aigrette à longs poils plumeux. 

180. Petasltes, Hampe multiflore, non feuillée. 
Ab. Seneclo vulgarls. p. 19A. 

** Récept, garni de paillettes, de soies ou d'alvéoles. 

185. Bidens. Invol. double. Ach. à 2-h arêtes accrochantes. 

199. Carllna. Fol. int. de l'invol. colorées, luisantes, étalées, les ext. 

épineuses-pennées. 
202. Xerantheinum. Fol, de l'invol. scarieuses, entières, les int. colo- 
rées étalées. 

200. Carduncellus. FI. bleues. Invol. foliacé. 

180. Llnosyrls. Invol. hémisphérique, imbriqué de fol. linéaires. 

198. Onopordum. Récept. alvéolé. Invol. épineux. 

196. EcJujiops. Invol. 1. flores, nombreux, sur un récept. commun. 

196. Clrsium. Invol. épineux. Aigrette plumeuse, 

199. Lappa. Fol. de l'invol. crochues en hameçon. 

197. Carduus. Invol. épineux. Aigrette à jDoils simples. 

198. SUybum. Caract. du Carduus; fol. ext. de l'invol. terminées par 

un appendice étalé, denté-épineux. 

200. Serraiula. Fol. de l'invol. aiguës. Paillettes du récept. divisées en 

soies. 

200. Centrophxjllum. Fol. extér. de l'invol. pennifides. Aigrette com- 
posée de paillettes sur plusieurs rangs. 

200. Centaurea. Fleurons du disque herm., ceux du rayon stériles, 
ord. plus grands. Ach. nus ou à aigrette comjDOsée "de paillettes 
inégales. Hile latéral. 

202. Crupina. Caract. du Centaurea. Ach. soyeux, Hile basilaire. 

III. SEMI-FLOSCULEUSES. — Fleur composée toute de demi-fleurons. 
* Aigrette écailleuse ou 0, 

203. Scoli/mus. Invol. épineux. Plante maritime. 
20i*. Catànanche. Invol. scarieux-argenté. 

20A. Cichorium. Invol. double. Tint, à 8 fol., l'ext, à 5. 
203. Lapsana. Invol. simple. Ach. à 20 stries. 



COMPOSÉES. 179 

203. Arnoseris. Invol. simple. Ach. à 10 stries. 
20A. Rhagadiolus. Ach. du bord étalés en étoile. 

** Aigrette à poils simples. 

20h. Tolpls. Invol. double, l'ext. plus long. 

211. Pterotheca. Récept. garni de longs poils. Ach. du bord munis en 

dedans de % 3 ailes. 
216. Andryala. Récept. alvéolé, poilu. Aigrette sessile, roussàtre. 
21.A. Hleracitun. Aigrette sessile, d'un blanc sale. 
210. Sonchns. Invoi. imbriqué. Aigrette sessile. Ach. striés en long. 

Demi-fl. sur plusieurs rangs." 

208. Taraxacum. Invol. double, l'extér. plus court. Aigrettes toutes 

longuement pédicellées. Hampe 1. flore. 
211 Crépis. Fol de l'invol. sur 2 rangs, l'extér. plus court. Aigrette 
sessile ou pédicellée. Ach. striés. 

209. Chondrilla. Invol. écailleux à la base. Aigrette pédicellée. Demi- 

fl. peu nombreux, sur 2 rangs. 
209. Lactuca. Invol. imbriqué. Aigrette pédicellée. Demi-fl. sur 1 ou 
plusieurs rangs. Ach. striés. 

*** Aigrette à poils plumeux. 

208. IJypochœrls. Récept. garni de paillettes. 

205. Tlirlncla. Aigrette des ach. du bord en couronne dentée. 

205. Plcvis. Aigrette sessile. Ach. courbés, sillonnés en travers. 

207. Podospermum. Aigrette sessile. Ach. portés sur un pédic. creux. 

207. Scor^onera. Aigrette sessile. Fol. de l'invol. scarieuses au bord. 

205. Helminthia. Invol. double, l'extér. à 5 fol. Ach. ridés en travers. 

Aigrette pédicellée. 

206. Urospermum. Invol. simple. Ach. à bec creux et dilaté à la base. 
206. Tragopogon. Aigrette longuement pédicellée. Invol. simple. 
205. Leontodon. Aigrette sessile, rousse. 

A. CORYMBIFÈRES. Style non articulé au sommet; fleurs flos- 
culeuses ou radiées. 

EUPÀTORIUM L. Involucre cylindrique, imbriqué. FI. flosculeuses ; 
fleurons peu nombreux, tous herm. tubuleux. Styles très longs. Récep- 
tacle nu. Achènes à 5 angles. Aigrette à poils simples. 

E. cannabinum L. Eupatoire. Tige de 9-12 déc. pubescente, rou- 
geàtre. Feuil. opposées, pétiolées, à 3 fol. lancéolées, dentées, la ter- 
minale plus grande. FI. rosées, nombreuses, en corymbe serré, terminal. 
%. jn-sept. Bord des eaux, des fossés, des marais. "^C. 

TUSSILAGO L. Invol. simple à fol. membraneuses au bord. FI. ra- 
diées ; demi-fl. sur plusieurs rangs, fertiles ; fleurons herm. stériles. 
Récept. nu. Aigrette à poils simples, très blancs. 

T. Farfara. L. Pas-d'âne. Rac. rampante. Hampe de 1-2 déc. gar- 
nie d'écaillés, à 1 fl. jaune, terminale, paraissant avant les feuil. en 
cœur, anguleuses, dentées, cotonneuses en dessous. *2;C.fév. -mars. Vignes, 
qqf. rochers maritimes humides, surtout ter. argileux. — Char.-Inf. C. 
— Deux-Sèv. r. Airvault! (Bonnin), S.-Loup, Amallloux (Guyon). ar. 
Parthenay! (Janneau), ac. dans le midi. — Vend., Loire-Ixf. AC. — 
MoR. Coétsurho (Taslé), « Plœmeur, Hennehont (Le Gall). » — Fix. 
Pouldreuzlc, Crozon, Plougasnou, Guissény, Goulcen, Treffles, etc. 



180 COMPOSÉES. 

(Grouan). — G. -Nord. Pouldouran et littoral (Le Gorre), S.-Quay, c. 
littoral du Rosaire (Baron), S.-Cast et littoral jusqu'à la Rance, d'où 
il remonte jusqu'à Dlnan. — Il.-ft-V. g. de Pontorson à Dol; S. -Cou- 
lomb; S.-Jacques, Hédé (Le Gall), Pontpéant (Gallée), Redon. -^ etc. 

%%• Gm. AR. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), Villeneuve- 

de-Marsàn, Mlmbaste, çà et là en Chalosse. — B.-Pyr. Chambre 
d'Amour. 

Obs. Nardosmla fragrans Reich. Héliotrope d'hiver, se voit qqf. au 
bord des haies, des murs, échai^pé des jardins où on le cultive. 

PETASITES Tourn, In vol. simple avec quelques écailles accessoires 
à la base. Fi. flosculeuses ; fleurons tantôt presque tous femelles, tantôt 
presque tous mâles, ceux-ci placés au centre. Récept. nu. Aigrette à 
poils simples très blancs. 

P. vulgaris Dcsf. P. riparia Jordan, Tussil. Petasites L. Souche 
épaisse. Hampe multiflore, garnie d'écaillés. Feuil. très grandes, en cœur, 
doublement dentées, pubescentes en dessous ; lobes de la base arron- 
dis. FI. presque dioïques, rougeàtres, en grappe ovale ou ol)longue. Oji. 
mars-av. Lieux humides, bord des eaux. — Deux-Sèv. c. Manières 
(A. Guillon), env. de Bressuire (J. Richard), S^^-Néomaije (Sauzé), le 
Défend ! près Airoault (Bonnin). — Loire-Inf. Gonnu sous le nom de 
cru, contrecru, autour des habitations dans les villages de Venourais, 
du Hil, de la Grande-Place près Deroal, château de Sioji, où il était 
prob. cuit, autrefois comme médicinal et d'où il disparaît. — Fin. Le 
Rélec(de Grec'hquérault), prob. reste de culture. —G. -Nord. Ruisseau de 
Moncontour ! (A. Bichemin), ruisseau de S.-Alban (Baron), de Dinan 
kVEcluse. — Il.-et-V. rr. env. de Fougères (V. Sacher), rr. env. de 
Rennes (Letourneux), de Montaudevert en Fougeray jusque dans la 
Loire-Inf. %%• Gir. g. Montferrand ! Ambès (Motelay). 

LINOSYRIS Lob. Invol. hémisphérique, imbriqué de fol. linéaires. 
Fleurons tous herm. tubuleux. Styles courts. Récept. couvert d'alvéoles 
à bords dentés. Ach. comprimés ; aigrette sessile à poils ciliés. 

L. vulgaris Gass. Chrysocoma Linosyris L. Tige simple, effilée, 
de 2-5 déc. Feuil. linéaires, aiguës, ponctuées. FI. jaunes en corymbe 
à pédonc. feuilles. '^. sept. -oct. Coteaux, taillis pierreux, cale, ou schist. 
— Char.-Inf. AG. — Deux-Sèv. ag. dans le midi ; Bressuire (Tous- 
saints). — Vend. Rochers du Gué-de-Velluire, Ile d' Elle ! Auzais {Le- 
tourneux). Bois de Bar^eZ^o/'^e (Lepeltier). — LomE-iNF. Goteaux schis- 
teux, Ancenis ! (Guiho). RR. — Mor. Rochers maritimes schisteux de 
Belle-Ile ! au port Borderie et à Donant! (de la Pylaie), avec tige de 

5-10 cent, à 2-5 fl. %%. Gm. Soussans (Jarris), Plassac, la 

Roque de Tau, coteaux de Bourg et env. ; château de Listrac (La- 
terrade), — B.-Pyr. Bayonne (Perris), Chambre d'Amour, le Socoa. 

ASTER L. Invol. imbriqué. Fl. radiées, deâcouleurs; fleurons herm. 
tubuleux, jaunes ; demi-fl. fem. Récept. nu. Aigrette sessile, à poils 
simples. 

A. Tripolium L. Tige de 3-6 déc. Feuil. lancéolées, à 3 nervures, 
charnues. Demi-fl. variant du blanc au blanc-lilas. Ach. comprimés, 
poilus, surtout à la base. %. jt-sept. Lieux marécageux salés de la ré- 
gion maritime. G. — Les rayons des fleurs tardives avortent qqf. 

BELLIS L. Invol. à fol. égales, sur â rangs. Fl. radiées, demi-fl. fem.; 



COMPOSÉES. 181 

fleurons herm. tubuleux. Récept. nu, conique, creux. Ach. comprimés, 
bordés, sans ou avec aigrette très courte. 

B. perennis L. Marguerite. Rac. rampante. Feuil. radie, o^ouaZes- 
spatulées, en rosette. Hampe l.fl. Demi-fl. blancs, souv. rosés en de- 
hors. Fleurons jaunes. Ac/i. sans aigrette. D^. mars-mai et un peu toute 
l'année. Prés, pelouses. CC. 

%. B. pappulosa Boissier ! el. n^ 106. Rac. tronquée. Feuil. radicales, 
Zanceo^dé'.s-spatulées, obtuses, poilues, un peu rudes, un peu ondulées, 
bordées de qq. dents calleuses. HanuDe l.fl. de 20-25 cent, sillonnée, à 
poils couchés dirigés en haut. Demi-fi. étroits, blancs, rosés en dehors ; 
fleurons jaunes. Récept. conique-hémisphérique, alvéolé. Ach. oblongs- 
obovales, parsemés de poils couchés, entourés d'une bordure blanchâtre 
et terminés par une petite couronne de soies écailleuses env. J4,5f. plus 
courtes qu'eux. %. fin av. -10 juin. — Ciiar.-Inf. ac. ou g. sur presque 
tous les plateaux et pointes de Mortagne à la Rochelle et Marsllli/ ; 
rochers de Pont-VAhbé, c. bois de Beurlay ; Soublse ; Corme-Royal, 
G. Cadeull, Chadin près S.-Savlnien(Tesseronl). — Cette espèce méri- 
dionale, découverte par Mess. Lemarié et de l'Isle, se distingue de la 
précéd., avec laquelle elle a une grande ressemblance, par la taille plus 
élevée, les feuil. insensiblement rétpécies en pétiole, non planes, l'invol. 
tronqué-échancré à la base et non en coin, le récept. non en cône allongé 
très aigu, et surtout par la couronne de l'achène. 

ERIGERON L. Invol. imbriqué. FI. radiées, de 2 couleurs ; demi-fl. 
fem. linéaires, sur plusieurs rangs ; fleurons herm. tubuleux. Récept. 

nu. Aigrette à poils simples. 

E. canadensis L. Tige élancée, hispide. Feuil. linéaires lancéolées, 
ciliées, les rad. en rosette détruites lors de la fleur., à qq. dents écar- 
tées. FI. petites, nombreuses, en panic. resserrée, oblongue. Demi-fl. 
blancs. Aigrette blanchâtre. (1). juin-oct. Lieux cultivés, sables. — Char.- 
Inf., Deux-Sèv. C. — Vend. c. la côte ! (Pon tarlier), Lorôrte. — Loire- 
Inf. ac. surtout sables de la Loire. — Mgr. Qq. gares du chemin de 
fer. — Fin. Quimper (Bonnemaison). — C.-Nord. Vallée de Bobital, 
S.-Malo (Mabille). — Il.-et-V. Charbonnières de la forêt de Rennes (herb. 
Degland), g. gare de Rennes. %%. Gir., Lan. C. — B.-Pyr. AR. 

E. acris L. Tige velue, rougeàtre. Feuil. lancéolées-linéaires, velues, 
étalées, les inf. plus larges, rétrécies en pétiole. 1, rar. 2,3 fleurs sur 
chaque rameau. Demi-fl. bleu-rougedtre. Ach. velus. Aigrette rousse 
ou blanc sale, @-jn-sept. Lieux sablonneux ou cale. — Char. -Inf. Bon- 
nefond, Surgères, S.-Pierre-d'Amilly, S.-Jt-d'Angély ; Migré (Lema- 
rié), Pessines (Brunaud), çà et là région maritime. — Deux-Sèv., Vend. 
AC. — Loire-Inf. ac. Machecoul, Arthon, Cambon, S.-Gildas, etc., 
et surtout sables maritimes. PC — Çà et là côte du reste de la Bre- 
tagne. — Il.-et-V. La Chaussairie\i .-hl. Sacher) ; S.-Jacques, Hédé 

(Degland). %%• Gir. AC. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), ac. 

en Chalosse. — B!-Pyr. Env. de Bayonne (Sibuet). 

Obs. Erigeron mwcro/iaiîas DC. prod.Viîî^îarit/ita des jardiniers, s'est 
naturalisé sur quelques murs à Quimperlé et sur ceux du quai à Quim- 
per (Fin.; ; cLdtivé partout, il se montrera ailleurs. 

CONYZA Less. Caractères de VErigeron. FI. flosculeuses. 

C. ambigua DC. Grisâtre. Tige de %h déc. hispide, à rameaux comme 



182 COMPOSÉES. 

en corymbe. Feuil. linéaires-lancéolées, non ciliées, les inf. rétrécies 
en pétiole, à qq. fortes dents. FI. i^lanches, 2-3 f. plus grandes que 
dans E. canadeîisis, en panic. lâche, oblongue. Fol. de l'invol. rougeâ- 
tres au sommet. Aigretta fauve. (î). j"-a*. Lieux cultivés ou incultes, 
bord des chemins. — Char. -Inf. Rochefort (Foucaud). — Est apparu 
dans le port et dans les îles de Nantes! (Maupon) et au port militaire 

de Brest (Crouan). %%■ Gir. Blaye, Bordeaux, Arcachoii, qq. 

stations des chemins de fer! — Lan. c. surtout le long des chemins de 
fer. — B.-Pyr. Le Boticau, stations du chemin de fer de Bayonne à 
S.-Jean-de-Lus. 

SOLIDAGO L. Tnvol. imbriqué. FI. radiées, d'une seule couleur; demi- 
fl. fem. sur un seul rang ; fleurons herm. tubuleux. Récept. nu. Ach. 
cylindracés. Aigrette à poils simples. 

S. Virga aurea L. Tige dressée, simple, pubescente. Feuil. ovales- 
lanceolées, dentées en scie, les sup. lancéolées, entières. FI. jaunes, en 
grappe étroite, dressée, terminale. Ach. striés, pubérulents. %. jn-sept. 
Taillis, buissons, landes, bord des haies. C. Tige de 3-10 déc, qqf. 
naine, 7-10 cent, sur les coteaux, les landes très arides. 

%%. p. S. macrorrhUa Lange, S. minuta Thore nonL. Rac. lon- 
gues] fortes. Tige de \-h déc. ascendante, qqf. étalée. Feuil. nombreuses, 
serrées à la base de la tige, les inf. obovales-elliptiques, celles de la 
tige linéaires-lancéolées. FI. peu nombreuses, en grappe courte. j"-sept. 
Sables maritimes. — L.\n. ac. de Capbreton à VAdour. — B.-Pyr. 
Bayonne et env. et de la barre de VAdour à la Bldassoa. 

Obs. S. glabra Desf. Glabre. Feuil. lancéolées, à dents aiguës. FI. 
jaunes, en grappe pyramidale à rameaux arqués en dehors. Ach. velus. 
— Cette plante s'échappe des cultures et se naturalise au bord des eaux. 
Elle est répandue au bord de la Charente à Carillon (Doin, Gibert). On 
la trouve aussi dans la Gironde à Bègles (Ducot) ; elle est c. au bord 
de la Dordogne de Bourg kPort de Plag ne ! (Javris). Je l'ai également 
vue au bord de l'Adour à S.-Seuer. (J. F.). 

EVAX Gœrtn.Invol. oblong ou hémisphérique. FI. flosculeuses, à tube 
très grêle, à h dents ; fleurons du disque mâles, ceux du rayon fem. à 
style biflde. Récept. allongé, conique, muni de paillettes. Ach. libre sans 
aigrette, 

^. E. carpetana Lange pug. E. Cavanillesiivar.gallicaB.ouym'^alu- 
ralîste, n" 70, 188^ Filago p/yr/mcea Cav. non L. Cotonneux-blanchâtre. 
Tige de 1-3 cent. ord. simple, dressée. Feuil. rapprochées, mucronées, 
les sup. aiguës, peu fermas, en étoile, dépassant les glomérules, à base 
enveloppée dans un coton épais et tenace. Ecailles glabres extérieure- 
ment, un peu pubescentes au sommet, à pointe blanchâtre. Ach. ovales- 
allongés, pubescents ou hispides. (i)- j"- — Cette plante nouvelle pour 
la flore française est c. sur les Chaumes secs et stériles de Sèche-Bec 
près Bords (Char.-Inf.), où je l'ai découverte le 27 juin 188A. (J. F,) 

MICROPUS L. lavol. à 5-9 fol. lâches. FI. flosculeuses ; fleurons du 
disque herm. stériles à 5 dents, style simple ; ceux du rayon fem. fer- 
tiles à style bifide. Récept. nu. Ach. obovales-comprimés, sans aigrette, 
enveloppes dans les fol. de l'invol. 

%. M. erectus L. Cotonneux-blanchâtre. Tige simple et dressée, ou 
rameuse et étalée. Feuil. lancéolées. FI. sessiles en glomérules entourés 



COMPOSÉES. 183 

d'un coton épais, axillaires et terminaux au milieu des feuil. florales. 
(J). j^-a^'. Champs et coteaux cale, arides. — Char.-Inf. ac. e^ c. dans 
toute la partie bordant les départ, des Deux-Sèv. et de la Charente ; 
Méchers, Sèche-Bec, côte de Ict Rochelle, Corme-Royal, etc. — Deux- 
Sèv, AC. — Vend. Chaillé-les-Marais !rr. Garenne- Augeard, Mail- 
lerais (Letourneux), Gué-de-Velluire (Ponlarlier). R. 

PALLENIS Cass. Invol. imbriqué. Fi. radiées, d'une seule couleur; 
demi-fl. fem. sur 2 rangs ; fleurons herm. tubuleux. ailés en long du 
côté int., un peu renflés à la base. Anthères à 2 pointes à la base. Ré- 
cept. nu. Ach. du bord aplatis, à 2 ailes, terminés sur un côté seule- 
ment par une aigrette courte, membraneuse ; acli. du disque un peu 
comprimés, à une seule petite aile et à aigrette en couronne. 

%. P. spinosa Cass. Buphthalmuni L. Plante couverte de longs poils 
mous. Tige de %U déc. raide, rougeàtre. Feuil. rad. et inf. lancéolées-spatu- 
lées, apiculées, bordées de dents écartées en forme de points, celles de la 
tige oblongues, rétrécies vers la base élargie de nouveau en 2 oreillettes, 
les florales épineuses. Fol. ext. de l'invol. épineuses au sommet, dépas- 
sant beaucoup les fl. jaunes, solitaires au sommet des rameaux. (^. jn-jt. 
Coteaux cale. — Char.-Ixf. De Blaye à Méchers ; Chaniers ! près 

Saintes {A. Guillon). %%• GiR. La Roque de Tau, S.-Mlchel- 

la-Ri.vière et env.; Bourg ! Lignan fMerlet). S.-André-de-Cub2ac{J)\i- 
balen), Lormo;i2; (Lalanne). F^où"ac (Laterrade), la Soui/s.Ceyioji {Dii- 
cot), S^^-Croiœ-de-Mons (Ramey), la Réole (Goua). 

INULA L. Invol. imbriqué. Fl. radiées, d'une seule couleur ; demi- 
fl. fem., fleurons herm. tubuleux. Anthères à 2 pointes à la base. Ré- 
cept. nu. Aigrette simple ou double, l'ext. très courte, membraneuse. 
Fl. jaunes. 

* Aigrette simple. 

I. Helenium L. Aunée. Tige d'un mètre et plus, grosse. Feuil. rad. 
oval. -oblongues, péliolées, inégalement dentées, tomenteuses en dessous, 
celles de la tige ovales en coeur, embrassantes. Fl. grandes, en panic. 
Fol. ext. de l'invol. ovales, tomenteuses, les int. en spatule. Ach. gla- 
bres. %. jt-at. Haies et prés frais. — Char. -Inf. Bord de la Charente, 
de Charente à Roche fort et S.-Laurent-dela-Prée ; Chaumont près 
Thairé, S.-Symphorien, c. de S.-Hippolyte k Bords (Foucaud) ; S.- 
Pierre de l'Ile. Migré (Lemarié), Surgeres (Hubert). — Deux-Sèv. Pas- 
de-Jeu (J. Richard). — Vend. ChaiÀlé-les-Orm., Chasnais. r. Ile d'Elle, 
Champagné-les-M . (Pontarlier, Ma'richal), Aisenay (Pontdevie), Saller- 
taine (Gobert). — Loire-Inf. Le bas de là Loire, la \illemartin, 
Arthon, Machecoul , Pornic ; la Limourinière (Bornigal), Cambon, 
S.-Gildas, Blain, Amé:sé-sur-le-Chère (Delalande), Dercal (Gadeceau), 
Noray (S. Gai). PC. Haut de 3 déc. dans les prés de Buz-ay. — Mgr. 
S.-Gildas, la Trinité-Sur z-ur (Taslé), Vannes (Arrondeau). — Fin. 
Penmarc'h, Kerloc'h, Dinan en Croson, Rostelec, S.-Mathieu, près 
du pont de Kerohec, Plûugasnou, S^^-Scve, Taulé (Crouan fl.) — 
C.-NORD. Prés de la Rance à S .-André-des-Eauœ, au moulin de Ka- 
meroch (Mabille), la Grang;e en Taden (Brébel). — II. -et-\. Houlbert 
(Letourneux). Coësme, Acigné (herh. Degland). Redon, LangonÇDe^- 

marsj, landes d7^-(^ (de la Godelinaisj. %%• Gin. Ce>ac (Merlet), 

Bourg (Daleau), S.-André-de-Cubsac (Motelayj^.7« Tresne (Laterrade), 

I. salicina L. Tige de 3-A déc. striée, qqf. poilue. Feuil. lancéolées. 



184 COMPOSÉES. 



^ 



acuminées, à dents courtes, écartées, ciliées-rudes sur les bords et les 
nervures, recourbées, les sup. embrassantes en cœur. FI. terminales, 
en corymbe, qqf. solitaires. Fol. de l'invol. glabres, cillées. Ach. gla- 
bres. %. jt-at. Prés, coteaux, taillis, plus souv, des ter. cale. — Char.- 
Inf. AC. — DevxSèv . S.-Martiji-de-Saji^ay, Thouars (Lunet), Airvault 
(Bonnin), c. dans le midi. — Vend. c. foret de S^^-Gemme! {W-^^ Poey 
Davant) ; Boi^ àe Barbeiorte, bois de Chasnals à S.-Denis-du-Payré, 
Basoges-en-Pareds, ac. Sigournais (Pontarlier, Marichal), S.-Pierre- 
le-Vieux,MerDent{Leiourneux).—LomFA^F. S .-Herblori, Maumusson! 

laSinandière en Mésanger (Guiho), ChéméréI{Le Boterf) R. %%■ 

Gm. S.-Savui-de-Blaye (Merlet), Libourne, Gradlgnan (Laterrade), 
MarîîtZ/ac. (Jarris), Budos (BouUon), Yillandraut {Gtono^). 

%. I. squarrosa L. Facile à distinguer sur place du précéd., mais 
non à signaler sur le papier autrement que par les feull. plus serrées, 
plus fermes, presque coriaces, les sup. sessiles à base arrondie, par 
les fol. de l'invol. recourbées au sommet et par lesdemi-fî. plus courts, 
•^^.jt-at. Coteaux, buissons, bois secs ducale. — Char.-Inf. ac. coteaux 
de la Gironde et région maritime ; Surgères (Delalande), forêt de Be- 
non, Do'uil; S.-Georges-d'Oleroii (Savatier). — Deux-Sèv. Mauzé 
(Foucaud). — Vend. Rochers du Gaé-de-Velluire, Ile d'Elle, Qaatre- 
Vaulx (Letourneux), Challlé-les-Marals ! Bois de Barbetorte (Mari- 
chal, Pontarlier), Via; (Ayraud). PC. 

I. Conyza DC. prod. Conyz-a squarrosa L. Tige de 6-8 déc. raide, 
velue, rougcàtre, à rameaux en corymbe. Feuil. ovales-lancéolées, den- 
tées, tomcnteuses, surtout en dessous, les inf. pétiolées. FI. jaunâtres, 
demi-fl. trifides ne dépassant pas les fleurons. Fol. de l'invol. ver- 
dàtres au sommet. Ach. striés, velus au sommet. (2). j*-a*. Coteaux 
pierreux, bord des haies, des bois. C. — ac. au-delà de Loire-Inf. 

I. Britannica L. Tige de 3-6 déc. velue-cotonneuse, rameuse dans le 
haut. Feuil. lancéolées, embrassantes, dentelées, velues en dessous. 
Fol. de l'invol. linéaires. Ach. hispides. %. jt-sept. Bord des eaux. 
Char.-Inf. ac. Muron (Riveau!), bord de la Charente à Saintes! (A. 
Guillon), Cléré (Tesseron). — Deux-Sèv. Rom (Sauzé), S.-Varent 
(Bonnin), r. Thouars (Lunet). — Vend. Angles, Souil (Letourneux), 
marais de Luçon, Port-la-Claye et env. (Pontarlier, Marichal), Lan- 
gon (Ayraud), Challans, SouUans, Sallertaine (Gobert). — Loire. - 
Ïnf. ac vallée de la Loire ; S.-Joachim. — Fin. Quimper (Bonne- 
maison). — Il.-et-V. Redon (Le Gall). 

%. I. montanaL. Plante couverte de longs poils blancs, soyeux. 
Tige de 15-25 cent, simple. Feuil. lancéolées-spatulées, les sup. lan- 
céolées, sessiles. FI. d'un beau jajune, solitaire, terminale. Fol. ext. de 
l'invol. o])longues, tomenteuses, beaucoup plus courtes. Ach. hérissés. 
'%. ']^-o^. Lieux secs pierreux, coteaux, Ijord des bois dans le cale. — 
Char.-Inf. C. — Deux-Sèv. De Loubillék Coature-d' Argenson, Paisay, 
Chizé, forêts de Chef-Boutonne et d'Aulnay, Dœuil. — Vend. Mail- 
lerais (Mii*^ Poey Davant). %^. Gir. Cissac; S.-Laurent-d'Arce 

(Jarris). 

I. crithmoides L. Tige ferme, lisse, à rameaux simples, 1. flores. 
Feuil. linéaires, charnues, élargies et trifides au sommet. Ach. poi- 
lus. Of.. jt-sept. Marais salants, rochers marit. — C. jusqu'à la Vilaine. 

Mgr. ac. — pc. jusqu'à Brest, r. au-delà. XX- Gir.,Lan. AR. 

- B.-Pyr. ac. ■ 



COMPOSÉES. 185 

I. graveolens Desf. Erir/eroa L. Solidago Lam. Fétide; rameux 
en pyramide. Feuil. lancéolées-linéaires, entières. FI. jaunes, axillaires 
le long des rameaux, courtement pédonculées. Demi-fl. petits, courts. 
Ach. velus. (1). at-oct. Champs en friche, bord des chemins. — Char.- 
Inf-, Deux-Sèv. AC. — Vend. C. — Loire-Inf. CC. — Mgr. ac. région 
maritime.— Fin. Rég. marit. c. dePenmarc'h! h Pouldretuic; pc. ail- 
leurs (Crouan). — C.-Nord. c. S.-Laurent en Plérln ("Baron), baie de 
S.-Cast; sables de S. -Lunaire (Mabille), Dinan. — Il.-V. Ecluse de 
Macquer (S.-Marc\ Redon (Le Gall), Fougères, S.-Malo (Y. Sacherj. 
%%■ GriR. AC. — Lan. c. surtout ausud de l'Adowr.— B.-Pyr. AR. 

*' Aigrette double. (Pulicaria Gœrt.) ' • 

I. dysenterica L. Tige de 3-6 déc. cotonneuse. Feuil. lancéolées- 
oblongues, embrassantes en cœur, ondulées sur les bords, velues en 
dessous. Rayons de la fi. dépassant beaucoup le disque. 'Fol. de 
l'invol. sétacèes. Ach. velus, à aigrette ext. en forme de coupe dentée. 
%. jt-a*. Bord des chemins, des haies. C. 

I. Pulicaria L. Tige de 15-30 cent, très rameuse, souv.^ rougeàtre. 
Feuil. petites, oblongues-lancéolées, embrassantes, ondulées, velues. 
FI. petites, globuleuses, à rayons courts. Ach. velus à aigrette ext. 
en forme de coupe laciniée. 0. jt-sept. Lieux inondés l'hiver, bord des 
chemins, fossés. CC. 

BIDENS L. Invol. à fol. sur 2 rangs, l'ext. plus grand, à fol,^ éta- 
lées. FI. flosculeuses à fleurons tous herm. tubuleux, rar. radiées à 
demi-fl. stériles. Récept. plane, garni de paillettes. Ach. terminés par 
2-h arêtes hérissées d'aiguillons recourbés. Feuil. et rameaux opposés; 
ft. jaunes. 

B. tripartita L. Feuil. à 3 fol. lancéolées^ dentées, la terminale 
plus grande. FI. flosculeuses, droites. Ach. ord. à 2 arêtes, (i). jt-sept. 
Marais, bord des eaux. C. 

B. cernuaL. Feuil. lancéolées, dentées, connées. FI. ord. radiées, 
penchées. Ach. en coin plus allongé, ord. à /♦ arêtes, (i). j*-sept. Marais, 
bord des eaux. C. — pc. au midi de la Loire-Inf. — Var. à tige 1. flore 
(B. minima L.). Marais de VErdre. 

FILAGO L. Invol. anguleux. FI. flosculeuses; fleurons du disque 
herm. à h dents, ceux du rayon fem. sur plusieurs rangs, placés entre 
les fol. de l'invol. Récept, nu. Aigrette capillaire, nulle dans les ach. 
du rayon. Herbes cotonneuses ; fl. roussâtres en glomérules. 

* Glomérules globuleux, terminaux ou situés aux bifurcations. 

F. germanica L. F. canescens Jord. Plante blanchâtre. Tige dicho- 
tome à rameaux ouverts. Feuil. lancéolées, aiguës, élargies à la base, 
appliquées, à bords ondulés, recourbés. Glomérules à pett près nus 
ou munis à la base d'une feuille plus courte que les fl. Invol. plongé 
dans un coton épais jusqu'au milieu de sa hauteur, à fol. terminées en 
pointe lilabre, luisante, jaune paille, les int, obtuses, mucronées. (i;). j'* 
sept. Champs. C. — La feuille qui se trouve à la base de chaque ra- 
meau de la dichotomie et qui dépasse qqf. le glomérule ne doit pas 
être confondue avec celle qui est à la base du glomérule même. 

F. apiculata G.-E. Smith, in Phytog. II, p. 575, F. lutescens Jord! 



186 COMPOSÉES. 

fragm. 3. Port du précécl. dont il diffère surtout par les feuil. sup. ob- 
tuses, mucronulées, les fol. de_ l'invol. terminées en pointe souv. rou- 
geâtre et par sa couleur blanc-jaunàtre. (i)- Mènaes lieux. — Deux-Sèv. 
S .-M arcAa-Lande (A. Guillon), les Jumeaux, S.-Loup (Guyon), Air- 
vault, Assals (Bonnin), S.-Malxeiit, Bressulre (J. Richard), Thouars 
(Cosson). — Vend. Challans (Gobert), entre S.-Pompain et S.-Hll.- 
des-Logepi (Guyon). — Loire-Inf. Oudon, S. -Et. -de-Mont-Luc, Brandu 
près P'irlac.-^ Mgr. Autour du golfe du Morbihan; Chartreuse-d' Au- 
rai/ (Gadeceau). — G. -Nord. ar. carrières de Dinan (Mabille). — II.- 
ET-V. La Gaultraie près Rennes (J.-M. Sacher), Bourg-des-Comptes 
et env. (Rolland). — Les capitules sont moins nombreux, plus gros, 
plus distincts ffue dans F. germanlca ; il est plus facile à confondre 
avec le suiv., surtout lorsque ses rameaux sont divariqués, comme on 
le trouve à Oudon. 

F. spathulata Presl. Jord. F. Jusslœl Coss. et Germ. Plante l:)lan- 
chàtre. Tige dichotome à rameaux étalés ou divariqués. Feuil. lancéo- 
lées, élargies dans le haut, étalées, à bords un peu roulés. Glomé- 
rules entourés a la base de 3, /* feuil. dépassant les fl. Invol. repo- 
sant sur un coton épais qui ne s'élève i)as au-dessus de sa base, 2 f. 
plus gros que dans le précéd., plus distinctement pentagone, à fol. plus 
nombreuses, cuspidées, rar. rougcâtres, les int. ord. obtuses, [i). jt-sept. 
Champs pierreux ou sablonneux surtout cale. — Char.-Inf. C. —Deux- 
Sèv. Ac. le cale. — Vend. c. le cale. (Pontarlier, Marichal). ac. de 
Bouin à la Barre et à Notre-Dame-de-Mont. — Loire-Inf. Vignes et 
champs sablonneux du i)ord de la mer, Pornic, Préfaille, vignes des 
hauteurs de Porniciiet à Escoublac et Pouliguen, Branda, Pont-Mahé, 
Arthon; Machecoul! F re s nay {Delalandc), les Cléons, Bouaye, S.-Si- 
mon. — Fin. Brest, Kélern, Penmarc'h; Pouldreusic, Plovan, etc. 
(Crouan). — C.-Nord. S.-Brieucf (Le Gall), Plérin (Baron). S.-Cast 
(Morin).— Il.-ft-V. S. -Lunaire, S.-Malo (Mabille), S -JacquesÇi.Q Gall). 

%X- GiR. C. — Lan. c. en Chalosse. — B.-Pyr. AC. 

** Glomérules non globulewv, axiilaires et terminaux. 

F. arvensis L. sp. 1312. Herbe couoerte d'un coton blanc épais. Tige 
paniculée à rameaxix presque simples, dressés. Feuil. lancéolées. 
Fleurs l)lMnchàtres. Fol. de l'invol. toul-à-fait cotonneuses, un peu ob- 
tuses, (i). jt-ai. Champs sablonneux. — Deux-Sèv. Puits d'Enfer près 
S.-Maiœent (Sauzé), Airoault ! (Bonnin), S.-Pompain, c. S.-Loup ! 
(Guyon), ac. Thouars! (Lunel). — Vend. Sallertaine et env. Challans 
(Goherl). RR. S .-Hil.-de-Mortagne (Gencvier). — Loire-Inf. ac. Mache- 
coul 1 (Letourneuxj. R. — Sables de la Loire à la Varenne (Maine-et-L.) 

et qq. pieds çà et là plus bas dans Loire-Inf. "^X- Gir. S.-André- 

de-Cubsac ; Libourne, la Brède (Laterrade), Marti'llâc (Jarns), Bégles 
(Ch. Laterrade). 

F. montana L. F. minimaFrles. Tige simple, dichotome au sommet 
ou rameuse dès la base. Feuil. linéaires-lancéolées, appliquées, plus 
courtes que les fl. Invol. conique à fol. terminées en pointe glabre, 
luisante, (i). j^-a*. Coteaux schisteux, landes, champs incultes, sablon- 
neux. C. 

F. gallica L. Moins cotonneux que les précéd., rameaux grêles, di- 
chotomes. Feuil. linéaires-en alêne, dépassant les fl. Ach. du rayon 
courbés, renfermés dans les fol. endurcies de l'invol. (To/7/îaCass.) coni- 
que, pentagone. (J). .j"-sept. Champs. C. 



COMPOSÉES. 187 



GNAPHALIUM L. Invol. ovale, imbriqué de fol. obtuses, scarieuses. 
FJ. flosculeuses ; fleurons du disque herm. tubuleux, à 5 dents, fertiles, 
ceux di^ rayon filiformes, à 5 petites dents, disposés sur plusieurs rangs. 
Récept. nu. Aigrette sessile, à poils simples ou dentelés. Plantes coton- 
neuses. 

G. silvaticum L. Tige simple, ascendante. Feuil. linéaires-lancéolées, 
glabres en dessus, cotonneuses en dessous, les inf. linéaires-spatulées. 
FI. roussàtres, en longue grappe étroite, feuillée. Invol. glabre, mar- 
qué de taches brunes. Aigrette roussàtre à poils soudés en anneau à la 
base (genre Gamochœta Weddell). %. jt.-sept. Bois élevés et leur li- 
sière, genêts, friches, vignes. — Char. -Inf. Dunes de S.-Trojan (Hu- 
bert). — Deux-Sèv. Çà'et là Bocage (A. Guillon). — Vend. Cà et là 
Bocage. — LomE-lNF."" La Verrière ; Pannecé (Letourneux), Pouillé 
(Guiho), Châteauhriant ; Nosay.Derval (Genevier), Chdteau-Thébaud 
(Pesneau). Maisdon (Bornigal), etc. PC. — Mgr. Forêt de Camors, 
Vannes (Taslé). — Fin. Quimper (Bonnemaison), Châteauneuf-du- 
Faou : c. landes et coteaux de Brest (Tanguy), Plouar^el, Lander- 
neau. etc. (Crouan). — C.-Nord. Communes do S. -Carné, de Lehon. 
bois de la Garage, Jugon, Plénée-Jugon^Sleih'dle), c. Pont-Melve:; et 
communes environnantes (Le Corre). — ^"Il.-et-V. ac. Rennes (Degland), 
c. Fougères (V. Sacher). — etc. 

G. uliginosum L. Tige de 1-â déc. rameuse dès la base, diffuse, co- 
tonneuse surtout au sommet. Feuil. linéaires-lancéolées, rétrécies à la 
base, cotonneuses. FI. roussàtres, réunies en têtes terminales plus 
courtes que les feuil. (T). jn-oct. Lieux inondés l'hiver. CC. — Parait 
aussitôt après le dessèchement d'un étang. 

G. luteo-album L. Tige simple, dressée. Feuil. linéaires, demi-em- 
brassantes, cotonneuses sur les 2 faces, les rad. ovales. FI. serrées en 
têtes terminales non feuillées. Fol. del'invol. obtuses, transparentes, 
jaune paille. 0. jt-at. Lieux sablonneux humides. AC. — Moins c. in- 
térieur de la Bretagne. — Très varialDle dans sa taille et n'ayant souv. 
dans les sables maritimes que 5-10 cent. 

Obs. G. undulatum L. God. FI. de France, voisin du précéd., à odeur 
forte, a les feuil. de la tige lancéolées-linéaires, aiguës, vertes et un peu 
rudes en dessus, blanches-cotonneuses en dessous, décurrentes. les fl. 
en têtes terminales feuillées. Je l'ai vu c. au bord et sur le talus des 
champs entre Kerfichen et Plouescat ; c. terres cuit, entre S-Pol-de- 
Léon et Plnugoulin (Camus), Lanneve^, de Ploudalmé~eau à Brl- 
gnogan en Fin. (Blanchard). C'est, dit-on. une plante du Cap deBonne- 
Esperance, naturalisée aussi aux env. de Cherbourg . — G. fœtidum L. 
Helichrysum Mœnch, est naturalisé sur la côte de Brest (de la Pylaie, 
1815) ; il a une forte odeur de bouc et son invol. est rayonnant d'un beau 
jaune. 

"%. G. dioicum L. Antennaria Gœrt. Dioïque. Souche ém.ettant des 
stolons couchés radicants, terminés par des rosettes de feuil. obovales- 
spatulées, obtuses, vertes en dessus, blanches-tomenteuses en dessous, 
ainsi que celles de la tige linéaires, dressées. Fl. A,5 en petit corymbe 
terminant la tige simple. Fol. de l'invol. blanches ou rosées dans le 
haut. '^jL. mai-jn. Pelouses arides montueuses, bruyères, bord des bois. 
— Char. -Inf. Forêt de Benon (Bonpland in herb. deBeaupreau), où on 
ne peut le retrouver. 



188 



COMPOSEES. 



HELICHRYSUM DC Car acier es dn G il aphaliu m. Fleurons du rayon 
sur un seul rang. 

H. Stœchas DC. Gnaphallum L. Immortelle. Grisâtre, blanchâtre 
ou très blanc. Tige sous-frutiqueuse de 10-25 cent, diffuse ou couchée, 
à rameaux simples, cotonneuse. Feuil. linéaires, roulées en dessous 
par les bords, cotonneuses surtout en dessous. FI. jaune citron, en co- 
rymbes terminaux. Invol. ovale-globuleux à fol. obtuses, scarieuses, 
d'un jaune luisant, non glanduleuses. J"-sept. Sables et qqf. rochers ma- 
ritimes. — Char.-Inf. ce. ; à l'intérieur, çà et là lieux rocailleux et 
coteaux. — Deux-Sèv. De Loubillé ! (Jousse), à Couture-d'Argenson; 
coteaux entre Mausé ! Fronteiiay et Niort (Lunet, Delalande). R. — 
Vend., Loire-Inf. C. — Mor. AC'. — puis moins c. jusqu'à Brest ; au- 
delà dans le Fin. à Lampaul-Plouar^el, Lamp.-PloucL, S.-Pabu, pres- 
qu'île S^^-Marguerlte {Gvoiian), RR. Lanncvez (de Guernisac). — Quel- 
ques formes à feuil. très étroites ne doivent pas être prises jîour H. an- 
gustlfoUum DC, qui a l'invol. oblong, 1 f. plus petit, à fol. int. glandu- 
leuses sur le dos. /JC/fc- GriR. CG. ; à l'intérieur, ce. la Roque de 

Tau; Marcamps (Moielây), Magrlgne, S.-Laurent-d'Arce (Merlet). — 
Lan. CG. toute la région maritnne; qq. coteaux de la Chalosse. — 
B.-Pyr. ce. falaises et dunes. 

ARTEMISIA L. Invol. imbriqué, ovale ou globuleux. Fleurs floscu- 
leuses ; fleurons du disque herm. à 5 dents, ceux du rayon fem. fili- 
formes. Récept. nu ou poilu. Ach. obovales, nus. 

A. campestris L. Tiges grêles, couchées à la base. Jeunes tiges et 
feuil. soyeuses. Feuil. inf. bipennifides, auriculées à la base, les sup. 
pennifides, à lobes linéaires. FI. petites, ovales, droites ou penchées, en 
panic. grêle. Fol. de l'invol. scarieuses-luisantes au bord, les ext. plus 
courtes. %. at-sept. Lieux sablonneux. — Loire-Lnf. c. en Maine et L. 
dans la vallée de la Loire, on en trouve çà et là des pieds que l'inon- 
dation fait qqf. disparaître, par ex. Oudon, Mauves, Nantes. 

%% GiR. Marceiiais ! (Merlet), le Tondu (Ramey), ag. Langon. — 
Lan. Mont-de-Marsan ! (Pcrris), Roquefort. 

[i. maritima Pesn. Abrotanum maritimum humisparsum Bon. 
A. crithmifolia DC. Ascendant ou couché ; jeunes pousses plus soyeuses; 
feuil. courtes, épaisses; récept. nu. — N'offre d'autre différence avec 
le type que les caractères cités, qui doivent être attribués à l'influence 
de i'air salé et des vents de mer. Sables maritimes. — Char. -Inf. CG. 
Robuste et ascendant, puis graduellement moins c. jusqu'à la Vilaine 
quoique c, moins robuste et couché. — Mgr. PC. — Fin. Baie d'Audierne 
(Crouan). — %%. c. delà Pointe de Grave (Gir.) à Biarritz (B.-ï*yr.) 

A. vulgaris L. Armoise. Tige de 5-10 déc. rougeâtre. Feuil. auri- 
culées à la base, pennifides à lobes lancéolés, entiers ou dentés, to- 
menteuses-blanchàtres en dessous, vert foncé en dessus, les florales 
entières. FI. rousses, oblongues, en épis ou grappes formant une panic. 
allongée. Invol. cotonneux. Récept. nu. Dji. jn-sept. Bord des haies, 
des chemins. C. %%. Gm. AC. — Lan. et B.-Pyr. R. 

A. maritima 1j. SarigueniAe. Tomenteux-blanchâtre. Tige dressée. 
Feuil. bipennifides à lobes linéaires, les florales entières. F/, jaunâtres. 
oblongues, en panic. à rameaux penchés ainsi que les fl. Fol. de l'invol. 
scarieuses, les ext. courtes, herbacées, tomenteuses. Récept. nu. %. 
sept.-oct. Bord des marais salants, qqf. bord des coteaux. —Char. -Inf.. 



COMPOSÉES. 189 

Venb. C. — Loire-Inf. r. Bourgneuf;Rïi.Pouliguen. — C.-lsoBT>.Bn. 

entre Dahouet et Cap Fréhel (Bicheniin), S.-Brlac (Rolland). 

%%. GiR. Le Verclon et env. 

A. gallica Wiild. Diffère du précéd. par les rameaux de la panicule 
et les fl. dressés. — Char.-Inf., Vend. C. — Loire-Inf. rr. Bourgncuf ! 
(Letourneux), rr. PouUguen. — Mor. Ile de Boëde près Vai^nc^, Séné 
(Tasléj, Broël en A/v^a? (Moriceau). — C.-Nord. Rochers d'Erqay ; de 
Dahouet (Bichemin), du Cap Fréhel ; de l'écluse de Livet près Dinan 

(Mabillej, la Ville-ès-Xonals (Morin), S.-Briac (Rolland). %%- 

GiR. Le Yerdon et env. 

A. Absinthium L. A6smt/ie. Soyeux-blanchâtre. Feuil.ovales-arron- 
dies dans leur contour, bipennifides à lobes linéaires-lancéolés, pétiolées, 
les sup. pennifides ; pétiole sans oreillettes. FI. globuleuses, penchées, 
en panic. terminale. Fol. de l'invol. blanchâtres, les int. arrondies, très 
obtuses, les ext. linéaires, herbacées. Récept. velu. %. j^-a*. Vignes, 
talus des fossés, bord des chemins et lieux pierreux dans la région ma- 
ritime. — CHAR.-Inf. AC. — Deux-Sèv. S^^-Pe:senne CGiraudias), Sou- 
vigné, Chénay (Sauzé fl.). — Vend. Rochers de la Dlve ! Chaillé-les- 
Marais ! c. Champagne, ag. sous-spontané autour des habitations (Pon- 
tarlier, Marichal), c. S. -Vincent-sur- Jard. — LomE-iNF. Bourgneuf, 
Escoublac, Cils, etc. PC. et cuit.— Mor. Coètsurho, Baden {Tasié), 
Locmariaquer (Arrondeau). — Fin. Ile Glénans, Penmarc'h, q. de 
Plouescat à Kerftchen, etc. C. par localités, r. sur la côte sud. — 
C.-NoRD. Plérin (Ba'ron), Pouldouran (Le Corre). — Il.-et.-V. Ché- 

rueix. %%. Gir. Boar(/ (Motelay), S.-Michel-la-Rivière. — Lau. 

Poyanne (Dupoy).* 

% A. camphorata Vil. A. corymbosa Lam. Plante sous-frutiqueuse 
à là base, en buisson, d'une odeur aromatique agréable. Tiges florifères 
ascendantes. Feuil. un peu glauques, tomenteuses ; limbe ovale-arrondi, 
bipennifide à lobes linéaires, raides, divariqués, les florales entières ; 
pétiole long, trigone, plane en dessus, muni à la base de 2 petites oreil- 
lettes linéaires, caduques. Fi. jaunâtres, globuleuses, penchées, en pe- 
tites grappes formant une longue panicule étroite. Fol. de l'invol. ovales, 
concaves, tomenteuses, scarieuses au bord. Récept. convexe, à poils 
crépus. At-sept. Coteaux cale. — Char.-Inf. g. carrières et rochers de 
S.-Vaize à Taillebourg ; « Burie (Lemarié) ». — cg. à Angoulême et 
à Cognac (Charente). 

TANACETUM L. Invol. imbriqué, hémisphérique. Fl. flosculeuses ; 
fleurons du disque herm. tubuleux, à 5 dents, ceux du rayon fem. fili- 
formes, à 3 dents. Récept. glabre. Ach. anguleux, couronnés d'une mem- 
brane entière. 

T. vulgare L. Tanaisie. Tige de 6-10 déc. Feuil. bipennifides à lobes 
dentés. Fi. jaunes, en corymbe compacte, terminal. %. jt-sept. Lieux 
incultes, bord des chemins, des eaux. — Chau.-Inf. Marennes (de 
Beaupreau), Crain-Chaban (Lemarié). — Deux-Sèv. r. Chey près la 
Mothe (Sauzé), Amailloux (Guvon), Bilasais (Mauberger fils), Thouars 
(Lunet). — Vend. Cà et là (Pontn'iier, Letourneux). R. — Loire-Inf. 
Vallée de la Loire. AC. — Mor. Vannes (Taslé), Lorient, Pontivy 
(Le Gall). — Fin. Brest, Ploudalméseau, Plougasnou (Crouan). — 

C.-NoRD. Kertugal, au bor.l de la route (Baron). %%■ Gir. 

Langon (Goua). 



190 COMPOSÉES. 

DIOTIS Desf. Invol. imbriqué, hémisphérique. FI. liosc:'uleuses ; fleu- 
rons herm. tubuleux, à 5 dents. Cor. dilatée-comprimée inférieurement 
et terminée par 2 éperons prolongés sur l'ovaire. Récept. garni de pail- 
lettes. Ach. nus. 

D. candidissima Desf. Athanasla marltlma L. Otanthus Link. 
Tout blanc-cotonneux. Tige de 12-25 cent, nombreuses. Feuil. oblongues, 
dentées. Fi. jaunes, peu nombreuses, en corymbe terminal. Paillettes 
larges, cotonneuses au sommet. Oji. sept. Sables maritimes. — Cmar.- 
Inp. Oleroii (Bonpland), Ile de Ré, Fouras (deBeaupreau). R. —Vend. 
c! des Sables à S.-Gilles (Pontarlier, Delalande), ce. pointe nord de 
l'île d'Yen ; Noirmoutler. — LomE-iNF. ac. Chaussée de Pembron, 
Plrlac, Mesquer, Pénestln,qq^. pieds seulement ailleurs. PC. — Mon. 
AC. par localités. — Fin. ac. cote sud! Porsinoguer, G uissé ny (Cvouan). 

— La partie infér. du tube de la cor. s'accroît, devient spongieuse, re- 
couvre presque entièrement la graine et la fait paraître ailée. %%• 

Gm. AC. — Lan. C. — B.-Pyr. ag. de la barre de l'Adour à Dlarrlis. 

Obs. Satitollna Chamœ-Cyparissus L. S. incana Lam. planté en 
haies sur le bord de la mer, surtout aux env. de Povnlchet, de Gué- 
rande et du Crolslc (Loire-Inf.), n'y est point indigène. Il porte qqf, le 
nom de Sanguenlte et est employé comme vermifuge. Voici ses carac- 
tères : Sous-arbrisseau de 3-5 déc. tomenteux-blanchàtre, formant buis- 
son. Feuil. linéaires, couvertes de très petites dents obovales, obtuses, 
étalées, disposées sur h rangs. Pédonc. longs, terminaux, à 1 fl. jaune. 
Invol. imbriqué, hémisphérique, pubescent, à fol. légèrement carénées. 
Fleurs tîosculeuses ; fleurons herm. tubuleux, à 5 "clents. Tuloe de la 
cor. comprimé et prolongé à la base en membrane sur un seul côté de 
l'ovaire. Récept. garni de paillettes. Ach. nus, ne mûrissant pas. Les 
feuil. des jeunes rameaux sont tout-à-fait blanches-tomenteuses, celles 
des rameaux florifères le sont moins ; mais sur le même pied on trouve 
qqf. des jeunes rameaux et même des portions de la plante entièrement 
glabres et vertes. 

ACHILLEA L. Invol. imbriqué, ovale ou oblong. Fl. radiées ; demi- 
fl, fem, à languette courte; fleurons herm. tubuleux à 5 dents, à tube 
comprimé-ailé. Récept. garni de paillettes. Ach. nus ou couronnés d'un 
petit rebord, 

A. Ptarmica L. Rac. rampante. Tige presque simple. Feuil. linéaires- 
lancéolées, à dents nombreuses, régulières, mucronées, finement sur- 
dentées. Fi. blanches, peu nombreuses, en corymbe terminal. %. jn-sept. 
Prés humides. C. région granitique, — Char.-Inf, Saintes (A. Guillon), 
Bussac (Lemarié). — Deux-Sèv, Airoault, S.-Jouin (Brottier), ac. 
S.'Loup (Guyon), Parc-Chalon près Thouars (Lunet). AC. (Sauzé fl,), — 
Vend, c. Bocage, rr. cale, — LomE-iNF. C. — Mon. AC. — Fin. RR. 

— AC. Il,-et-V, et dans l'est des C.-Nord. %%,• Gir, S.-Vivien 

(Durieu), S.-Mariens ; S.-Saoin-de-Blaye (Merlet), S.-André-de-Cubsac 
(Jarris), Pessac, Hourtins (Motelay), le Haillan (Laterrade), 

A. Millefolium L. Herbe aux charpentiers. Rac. rampante. Tige 
sillonnée, pubescente. Feuil. lancéolées, pennées ; fol. nombreuses, dé- 
coupées en lobes linéaires, mucronés. Fl. blanches ou rosées, petites, 
nombreuses, en corymbe serré, terminal. OJ.. jn-sept. Bord des chemins, 
des haies, lieux incultes. CC. — Varie (v. candicans Le Gall flore), 
sur les coteaux maritimes arides, à tige naine, cotonneuse-blanchâtre, 



COMPOSÉES. 191 

feuil. petites, moins divisées, tomenteuses ainsi que l'invol, Belle-Ile! 
(Le Gall), littoral de la Char.-Inf. 

ANTHEMIS L. Invol, hémisphérique, imbriqué de fol. presq. égales, 
scarieuses au bord. FI. radiées; demi-fl, fem.; fleurons herm. tubuJeux, 
comprimés, à 5 dents. Récept, garni de paillettes. Ach. nus ou couron- 
nés d'un rebord membraneux. FI, à rayons blancs (Ici); pédonc. soli- 
taire, terminal. 

A, nobilis L. Camomille. Aromatique. Tiges ord. couchées. Feuil. 
pennées; fol, pennifides à lobes linéaires, mucronés, velues-blanchàtres. 
Invol. scarieux-luisant. Paillettes membraneuses, oô^ases, déchirées 
au sommet. Ach, nus. ^. j^-sepi. Pelouses, chemins. CC. 

A. Cotula L, Maroute. Fétide. Feuil. bipennifides à lobes linéaires. 
Paillettes linéaires-sétacées. Ach. nus, à 10 petites côtes tubercu- 
leuses, (î). jn-a*. Moissons, champs cultivés. CC. 

A. mixta L. Tige diffuse. Feuil. pennifides à Jobes incisés-dentés, 
velues-blanchàtres. Demi-fleurons blancs, jVames à la base. Récept. 
conique. Paillettes carénées, enveloppant' les achènes et s' enlevant 
avec eux. (î). j»-at. Moissons, bord des chemins. — Chau.'Inf. c, sa- 
bles tertiaires du midi, — Deux-Sèv. c. Bocage (A. Guillon). — Vend. 
C. — Loire-Inf. Un peu partout, c. région maritime. — Puis graduel- 
lement R, sur la côte sud jusqu'à Audierne {Fin.). %%• Gir., 

Lan., B.-Pyr. AC. région de landes, ter. sablonneux. 

A. arvensis L. Tige diffuse, souvent rougeàtre à la base, Feuil. pu- 
bescentes-blanchàtres, bipennifides à lobes entiers ou peu dentés. Pail- 
lettes persistantes lancéolées, carénées, terminées en pointe raide. 
Ach. tétragones, sillonnés, les intér. couronnés d'un rebord aigu, mem- 
braneux, les extér. d'un bourrelet, (ij. jn-a*. Champs sablon. cultivés. 

— Char.-Inf., Deux-Sèv, AC. — Vend. La Châtaigneraie (Letour- 
neux), Che/fois,Challans KGohert), S.-Michel-M.-M., la Ve r rie (Gene- 
vier). —Loire-Inf. PC. —Mon. AC. (Tasléj. — Fin. Douarnene^, 
Chcîteaulin, etc. (Crouan). — Il.-et-V. Fougères, Rennes (V. Sacher), 

AC. Bourg-des-Comptes (Rolland). %%. Gir. S.-André-de- 

Cubsac, Blaye, Grave-d'Ambarès ; Caudéran (Ramey), Bassens (Des 
Moulins). — Lan. Souprosse; ac. en Chalosse. 

MATRICARIA L. A peine distinct du Chrysanthemum par son ré- 
cept. en cône allongé, creux. 

M. Chamomilla L. Herbe glabre, à odeur assez agréable. Tige dres- 
sée, rameuse en corymbe. Feuil. 2-3.pennifides à lobes capillaires. FI. 
blanches à disque jaune. Ach. très petits, striés d'ua côté. (î). j"-jt. — 
Char.-Inf. /^e ae Ré ; S.-Georges d'O^ero/i, Lauzières près Nieul-sur- 
mer, Tonnay-Charente (Foucaud), S .-Laurent-de-la-Prée (Audard). 

— Deux-Sèv. Yansais, S.-Gelais (Guyonj. — Loire-Inf. c. talus des 
fossés dans les prés salés, les moissons maritimes et dans celles du 6rts 
de la Loire et de la Grande-Brière, ar. champs de l'intérieur ; le 
Loroux, Nantes, Ancenis, Varades, Ingrande. — Mor. ac. région 
maritime. — AC ou AR. par localités dans toute la région maritime. — 
Rennes. — Qqf. simple à 1 ou plusieurs fleurs plus petites. Les ach. 
sonttrès petits, pâles, un peu courbés, àâ côtés inégaux, le plus court mar- 
qué de 3,A stries blanchâtres, rapprochées, le plus long convexe, sans 
stries; leur sommet est oblique, ord, nu, qqf. terminé par une couronne 



192 COMPOSÉES. 

membraneuse, blanchâtre, déchirée-dentée, 3 f. plus courte que l'aoh. 

%%. GiR. ce. Cubzac, S .-Germaln-la-Rlvlere ; Montferrand{M.o- 

telay), Grave d'Ambarès ;CamLac{BonnHves),Créoii {Laier rade), S .-Hé- 
lène (Ducoi), Lang on ! Verdelccis (Durieu). — Lan. Roquefort; Mont- 
de-Marsan (Perris), Z)a^/(Deflers), ag. en Chalosse surtout à l'est. — 
B.-Pyr. Bayonne! (Sibuet). 

CHRYSANTHEMUM L. Invol. plane ou hémisphérique, imbriqué 
de fol. scarieuscs au bord. FI. radiées ; demi-fl. fem. ; fleurons herm. 
tubuleux, à 5 dents. Récept. nu, plane ou convexe. Acb. nus ou cou- 
ronnés d'un rebord court. 

* FI. à disque jaune et à rayons blancs. 

C. inodorum L. Pyrethrum Smith. Glabre, sans oder^r. Tige diffuse. 
Feuil. 2-3.pennirides à lobes filiformes. Ach. ii.gonesou S.gones, à 3 côtes 
blanchâtres séparées par 3 intervalles rugueux, 2 intérieurs oblongs, le 
3e extérieur large, muni au sommet de 2 glandes arrondies ; rebord 
membraneux, entier, à h lobes ou nul (dans Je même capitule). Récept. 
conique, plein, (i). jt-oct. Champs cultivés. CC. — Le caractère des 
glandes, qui se voit toujours si facilement sur les ovaires de la plante 
sèche ou vivante, doit empêcher de la confondre avec aucune espèce des 
genres voisins. 

[3. maritimum (Bab. man. éd. 5, p. ^179), Matrlcaria L, PyretrumSmWh 
et auct. anglorum, Ray syn. T. 7, fig. 1, Tige rougeâtre, ord. couchée; 
feuil. à lobes courts, charnus ; glandes oblongues, intervalles réduits à 
de simples lignes. (î). j^-oct. Sables et rochers maritimes. AG. — Lors- 
que les graines de cette var. remarquable tombent dans des fentes de 
rochers remplies de terre végétale, elles produisent le type, mais à feuil. 
plus charnues. De plus, j'ai semé ces deux formes, et dès la première 
année, j'ai obtenu le C. inodorum de l'intérieur. 

C. Parthenium Pers. MatricariaL. PyrethrumSmlih, Matricaire. 
Odeur forte. Tii^-e de h-7 déc, rameuse en corymbe, pubescente. Feuil. 
pennées; fol. oblongues, pennifides, obtuses, à lobes dentés, les sup. 
confluentes. Demi-fl. égalant la moitié de la largeur du disque. Ach. 
glanduleux entre les côtes blanches, à rebord très court, denté. %. jn-j^. 
Lieux pierreux autour des habitations. PC. — On trouve à Vaux-Bressy 
près udon et à la Fressigaudière en S . -Herblon (Loire-Inf .) une plante 
très voisine, se distinguant de C. Parthenium, surtout par les fleurs 
plus grandes, en corymbe lâche, les demi-fl. dépassant la largeur du 
disque, 

%. C. corymbosum L. Pyrethrum WiWd. Rac. oblique. Tige de 3-5 
déc. cannelée, un peu velue ainsi que les feuil. pennées ; fol. pennifides 
à lobes incisés, mucronés, les inf. petites, rapprochées et embrassant 
la tige. FI. grandes en corymbe lâche ; fol. de l'invol. largement sca- 
rieuscs et brunâtres au bord. Ach. allongés, à 5 côtes, surmontés d'une 
couronne membraneuse déchirée-dentée égalant env. le tiers du fruit, 
celle du bord plus longue. %. j"-jt. Coteaux et bois secs du cale. — 
Char. -Inf. Coteaux de Mortagne à S.-Palais, bois de Surgères et de 
Benon ; S .-Georges-du-Bois (Delalande), Dœuil (Dussouchaud), entre 
Dampierre et la Villedieu (Pinatel), C/ierac(Delaage), bois cluFourén 
ChivesiSavaitiev), S. -Christophe, Bourgneuf, laGarde, le Jauprès Croix- 
Chapeau (Foucaud), RR. Oleron. — Deux-Sèv. Fore7 d'Aulnay, Paisay 
(A. Guillon), schistes d'Argenton-Chât. —Vend. c. forêt de S^^^Gemme! 



COMPOSÉES. 193 



(î^£iiePoey Davant), rochers du Gué-de-Velluire (Letourneux). R. 



%%. Gm. La Roque de Tau! le Pain de Sucre ! laReullle ! (Merlet), 
Bourg, S.-Michel-la-Rivlère! (Motelay), la Rivière ; Lormont, S^e- 
Croix-de-Mons (Ramey). 

C. Leucanthemum L. Leucanthemurn vulgare Lam. Grande Mar- 
guerite. Tige dressée, souv. simple. Feuil. inf. obovales-spatulées, 
crénelées, long, pétiolées, les siip. oblongues, embrassantes,, rétrécies 
et plus profond, dentées à la base. Pédonc. longs, terminaux. FI. gran- 
des. Ach. nus, à 10 petites eûtes blanches. %. jn-sept. Prés, champs 
incultes. CC — Une forme naine croit sur les Chaumes cale. 

%. C. graminifolium L. Leucanthemurn Lam. Souche oblique, à 
plusieurs tiges de 15-25 cent, simples, striées, à 1 seule grande fleur. 
Feuil. épaisses, un peu en gouttière, les rad. obovales ou oblongues- 
spatulées, longuement dépassées par les suiv. linéaires, un peu élar- 
gies et dentées au sommet, celles de la tige plus courtes, linéaires, en- 
tières ou à qq. dents peu apparentes. Fol. ext. de l'invol. lancéolées ou 
oblongues, obtuses, largement scarieuses et bordées de noir. Ach. à 10 
stries, nus, les ext. à couronne membraneuse. ')J,. mai. Rochers crayeux. 
— Char. -Inf. Pointes à l'ouest de Méchers ! (de l'Isle). — Angoutême. 

** FI. à disque et rayons jaunes. 

C. segetum L. Rameux. Feuil. oblongues, élargies et plus profond, 
dentées dans le haut, embrassantes à la base, glauques. FI. d'un beau 
jaune, grandes, terminales. Ach. cannelés, nus, ceux du rayon à 2 
ailes latérales. (J). j"-at. Moissons. C. — pc. dans le cale, non sablonneux. 

DORONIOUM L. Invol. hémisphérique ou presque plane, à 2, 3 rangs 
de fol. égales, lancéolées. FI. radiées; fleurons herm. tubuleux à stigm, 
en tête; demi-fl. fem. Ach. sillonnés, ceux du disque à aigrette simple, 
ceux du rayon nus. 

D. plantagineum L. sp. Souche noueuse, velue. Tige de A-6 déc. 
ord. 1. flore, presque glabre. Feuil. rad: ovales ou un peu en cœur, 
pétiolées, celles de la tige sessiles, les sup. embrassantes. FI. jaune, 
grande, terminale. Ach. velus, ceux du rayon glabres. %. av. -mai. Co- 
teaux boisés. — Deux-Sèv. La Touche Poupart (Delastrej, Moutiers- 
sous-Chantemerle (herb. Savatier), Bressiare (J. Richard). — Vend. 
AC. forêt de Vouvant (M^e Poey Davant), Baguenard (Letourneux), 
la Meilleraie Tillay fGobert), c. Pont-Charault (Gadeceau), r. la 
Verrie (Genevier). — Loire-Inf. Le Loroux, Mauves, c. du Cellier 
aux Folies Siffait ; la Chap.-s.-Erdre, Carcouet, le Porte r eau, enire 
le Pellerin et Bouguenais ; Maisdon fBornigal), Chdteau-Thébaud ; 
Portillon l (Genevier), S. -Etienne (Cpilleteau), Machecoul. PC. — 
C.-NoRD. Bois Boissel près S.-Brieuc (Ferrary). — II. -et-V. Entre Me- 
lesse et S.-Grégoire, de la Rétarde à Montigné, Laillé (herb. De- 
gland), S. -Germain près Bauce (Pontallié), Plàncoët, c. tous les co- 
teaux de la Rance (Mabille), coteaux de la Vilaine du Pont-Féart à 
Pléchatel, Beaufort, S .-Germain-s .-Ille (Gallée). 

%%. D. Pardalianches Willd. Rac. produisant de longs stolons 
grêles, souterrains, renflés au sommet d'où sortent des feuil. et de nou- 
veaux stolons. Tige simple ou rameuse au sommet, un peu velue. Feuil. 
sinuées-dentées, les rad. long, pétiolées, presque orbiculaires, profon- 
dément en cœur à la base, celles de la tige rétrécies vers la base, 

13 



194 COMPOSÉES. 

embrassantes. FI. jaune, grande, terminale. Ach. velus, ceux du rayon 
glabres. S^. mai-j". Bois montagneux. — Gm. Derrière la Chartreuse 
aux confins d'£'î/s mes et de Blanquefort (Laterrade), S^^-Foy (Maillard). 

ARNICA L. Invol. en cloche, à fol. lancéolées, aiguës, égales. FI. ra- 
diées ; fleurons herm. tubuleux ; demi-fl. fem. Ach. tous aigrettes. 

%%. A. montana L. Tige de 2-6 déc. simple ou un peu rameuse au 
sommet, à poils articulés-glanduleux. Feuil. oblongues, ciliées, à 5 ner- 
vures, les rad. en rosette, celles de la tige opposées, écartées. FI. jaune, 
grande, terminale. Ach. bruns, hérissés, à aigrette blanche, égalant 
l'ach. OJ.. mai-j". Landes, bois. — GiR. Sauvlac (Goua, Cazemajour). 

%%' P- cùng ustlfoUa Duhy, C iner aria ce mua Thove. Feuil. lancéo- 
lées ou ovales-lancéolées ; pédonc. à bractées herbacées, alternes, écar- 
tées. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), Geaune, Urgons! (Lagu, 
Dupoy), le Thll {Lorei), Daœ (L. Dufour), S. Vi,ncent-de-Tijros,se. 

CINERARIAL. Caractères du Seneclo, invol. simple, sans calicule. 

e. spathulsefolia Gmel. Rac. tronquée, garnie de fibres nombreuses. 
Tige de 5-10 déc. cannelée, creuse, couverte ainsi que toute la plante 
d'un duvet cotonneux. Feuil, vertes en dessus, blanchâtres en dessous, 
les rad. ovales, entières ou dentées, longuement pétiolées, celles de la 
tige oblongues, rétrécies à la base élargie de nouveau et embrassante, 
les sup. plus étroites, sessiles. FI. jaunes, presq. en ombelle. Invol. to- 
menteux. Ach. hispides. ^. mai-j". Coteaux sablonneux humides du bord 
de la mer, bois humides. — Fin. Plougasnou, S.-Jean-du- Doigt, 
Gulmaec, Locqulrec (de Guernisac, deCrec'hquérault). R. — C.-Nord. 
S.-Michel-en-Grève (Baron), région marit. de Lannion (J.-M. Sacher), 
bois de Coron près Lamballe ; forêt de Coëtquen et bois de la Rou- 

vraye (Mabille). R. %%. B.-Pyr. Env. de Hendaye (Termonia 

et moi). 

SENECIO L. Invol. cylindrique à fol. sur 2 rangs, les int. égales, ord. 
tachées de noir au sommet, les ext. (calicule) plus petites, peu nom- 
breuses, placées à la base de l'invol. FI. radiées, rarement flosculeuses ; 
demi-fl, fem., fleurons herm. à 5 dents, à 1 stigm. en tête, Récept. nu. Ach. 
cannelés. Aigrette à poils simples. FI. jaunes (ici). 

* Rayons nuls ou courts et roulés en dehors. 

S. vulgaris L. Séneçon. Tige rameuse. Feuil. pennifides, les sup. 
sessiles, à oreillettes embrassantes ; lobes, oreillettes et rachis dentés. 
Fol. du calicule longuement noirâtres au sommet. FI. flosculeuses. 
Ach. pubérulents. (i). Partout et toujours. — Pauciflore et radié dans 
les sables maritimes. 

S. viscosus L. Tige rameuse, couverte ainsi que les feuil. et les 
invol. dépolis visquèu.x, fétides. Feuil. pennifides à lobes sinués-dentés. 
FI. en corymbe lâche, terminal. Calicule à fol. longues, lâches. Ach. 
bruns, glabres, gp. jt-a*. Lieux sablonneux ou pierreux. — Char.-Inf. 
c, Port-des-Barques (J.Richard!), Fouras (Contejean), Yves (Fou- 
caud). — Deux-Sèv. Châtillon-sur-Thouet (Janneau), r. Airvault (Bon- 
nin), Thenezay, S.-Varent, Adilly (Guyon), Thouars (Bastard).— LomE- 
Inf. Qq. pieds çà et là dans les sables du haut de la Loire, autour des 
gares de Nantes. %%. Gir. La Réole, Castets (Laterrade), 

S. silvaticus L. Pubescent, moins fétide que le précéd. Tige dressée, 



COMPOSÉES. 195 

élancée, rameuse au sommet. Feuil. pennifides à lobes sinués-dentés. 
FI. 1/2 plus petites, en corymbe très garni. Calicule très court, appliqué 
contre Pinvol. Ach. gris, velus, (i). j"-a^ Bord des bois, champs, lieux 
sablonneux ou pierreux. AC. 

%%. S. lividus L. Tige de 2'h déc. simple ou rameuse, à poils ar- 
ticulés-glanduleux. Feuil. sinuées-dentées ou sinuées-pennifides, à lobes 
égaux, dentés, les inf. obovales, les sup. lancéolées, élargies à la base, 
embrassantes. FI. peu nombreuses, en corymbe lâche. Calicule très court. 
Ach. noirs, à côtes couvertes de poils blancs, courts, appliqués, (i). 
av.-jn. Lieux sablonneux. — Gm. Dunes entre la Teste et Arcachon ! 
(Merlet). 

** Rayons grands, planes. 

%. S. erucifolius L. Rac. rampante. Tige élevée, plus ou moins 
velue-floconneuse et grisâtre ainsi que les feuil. Feuil. pennifides, les 
inf. pétiolées, les sup. à lobes lancéolés, dentés, aigus, ceux du bas em- 
brassants en forme d'oreillettes. Calicule à plusieurs fol. lâches. FI. en 
corymbe, comme dans les 2 suiv. Tous les ach. velus, aigrettes. %. 
at-oct. Haies, bord des bois, des chemins, des champs dans le cale. — 
Char. -INF. AC. — Deux-Sèv. ac. dans le midi. — Vend. Maillerais, 
Velluire (Letourneux), Luçon, Mareull, S^^-Cécile, Chantonnay, Ba- 

soges (Pontarlier, Marichal). %%• GiR- AC. — Lan. Cà et là en 

Chalosse. — B.-Pyr. AR. 

S. Jacobaea L. Rac. tronquée, fibreuse. Feuil. inf. lyrées-pennifides, 
pétiolées, les autres pennifides à lobes bifides, sinués ou dentés, embras- 
santes par une oreillette multifide. Calicule à 2,3 fol. courtes, appli- 
quées. Ach. velus-rudes, ceux du rayon glabres ou à peu près, à ai- 
grette caduque, souv. presque nulle. @. fin mai-sept. Bord des chemins, 
des haies, prés. CC. — Corymbe serré, ou (S. neniorosus Jord. ) lâche ; 
demi-fl. larges ou étroits, d'un jaune plus ou moins foncé. 

S. aquaticus L. Rac. tronquée, fibreuse. Feuil. radie, et inf. ovales- 
allongées, entières, dentées ou lyrées, pétiolées, les autres pennifides 
à lobe terminal très grand, ovale, denté, embrassantes par une oreil- 
lette plus découpée à mesure qu'elles approchent du haut de la tige. FI. 
plus grandes que dans le précéd. Calicule à 2.3 fol. courtes, appliquées. 
Ach. à peu près qlabres. 2)'. j^-a*. Prés humides, surtout ceux de la 
Loire. G. %%. Gm. PC. — Lan. R. — B.-Pyr. Rayonne. 

p. S. erraticus Bert. Plus élevé, rameaux plus nombreux, plus grêles, 
divariqués ; feuil. d'un vert foncé, plus minces, plus profondément dé- 
coupées, à lobe terminal très grand, ovale-en coin ; fl. plus petites ; ach. 

glabres. Lieux ombragés au bord des eaux. Finj*-sept. PC. %%• 

Gm. AR. — Lan. CC. surtout au midi de VAdour. — B.-Pyr C. 

%. S. rutlienensis Mazuc et T. Lagrave note avec figure, S. Doro- 
nicum ? édit. I. Souche oblique. Tige de 3-/j déc, simple, striée, garnie 
ainsi que les feuil. et les invol. de poils laineux, articulés, épars, à 1-5 fl. 
Feuil. molles, les inf. oblongups-lancéolées, rétrécies en pétiole, à dents 
cartilagmeuses-glanduleuses, les sup. élargies à la base, sessiles, em- 
brassantes par 2 oreillettes. Calicule à fol. linéaires, 1/3 env. plus courtes 
que l'invol. à fol. linéaires-lancéolées. Ach. glabres, aigrette très blanche. 
Fl. à 12, 13 rayons oblongs. 9;!. fin jn-jt. Taillis secs des'ter. cale. — Char.- 
Inf. Çà et là "bois de Surgères et de Benon ; rr. Dœuil ; S.-Chris- 
tophe] Thairé (Foucaud), Parençay (Lemarié). 



196 COMPOSÉES. 

CALENDULA L. Invol. hémisphérique à fol. égales, sur 2 rangs. FI. 
radiées ; demi-fl. fertiles ; style à 2 stigm. Fleurons herm. stériles à 
stigm. en tête. Récept. nu. Ach. difformes, courbés, muriqués ou den- 
tés, sans aigrette. 

C. arvensis L. Souci sauvage. Odeur forte; rameaux ouverts. Feuil. 
lancéolées, dentées, demi-embrassantes, les inf. plus larges, rétrécies à 
la base. FI. jaunes, terminales. Ach. int. en anneau, qq.-uns en nacelle, 
ceux du bord terminés en bec linéaire, (i). mai-sept. Vignes, champs 
cultivés. — Char. -Inf. C. — Deux-Sèv., Vend. c. cale, pc. Bocage. — 
Loire-Inf. g. — Mgr. ac. région maritime. — Fin. Qulmper (Bonne- 
maison), env. de Brest (Grouan). — G.-Nord. S.-Biieuc (Baron), rr. 
Dahouet (Mabille). — Il.-et-V. r. vignes de Beaumont près Redon 
(J.-M. Sacher). R. %%. Gir. AG. 

Obs. C. officinalls L. Souci cuit, partout se trouve souvent autour 
des jardins et M. Blanchard l'indique naturalisé dans les lieux sablon- 
neux de la région maritime du Fin., même aux îles Molène et d'Oues- 
sant. Il est plus grand que le précéd. dans toutes ses ^aarties, les feuil. 
sont spatulees et les ach. sont presque tous en nacelle. 

B. CYNAROCÉPHALES. Style articulé au sommet, fleurs 
flosculeuses. 

ECHINOPS L. Invol. 1. flores, nombreux, réunis en tête globuleuse 
sur un récept. commun, imbriqués de fol. acuminées, entourés de soies 
à la base. 

%%.E. Rltro L. Tige de 1-idéc. dressée, cotonneuse, rameuse au som- 
met, non glanduleuse. Feuil. coriaces, blanches-cotonneuses en dessous, 
pennifides, à lobes lancéolés, dentés, épineux. FI. d'un beau bleu, soli- 
taires, terminales. Invol. muni à la base de soies égalant le 1/A de sa 
longueur; fol. très Inéaales, glabres, en alêne, bleues au sommet. S^. 
jt-a*. Lieux arides, borcl des chemins. — Gm. Cadillac, S.-Vlvlen (La- 
terrade). 

CIRSIUM Tourn. Invol. ovale, imbriqué de fol. épineuses. Récept. 
garni de soies. Aigrette caduque à poils plumeux, soudés en anneau à 
la base. 

C. lanceolatum Scop. Cardaus L. Tige de 5-10 déc. Feuil. décur- 
rentes en aile épineuse, velues-cotonneuses en dessous, hispides en 
dessus, lancéolées, pennilides à lol^es bifides terminés par une forte épine. 
FI. rougeàtres, solitaires, terminales. Invol. ovale, à fils laineux; fol. 
lancéolées, lâches, terminées en épine. (2). jn-sept. Bord des chemins, 
champs pierreux. CG. 

C. eriophorum Scop. Carduus. L. Tige robuste de 6-10 déc. Feuil. 
embrassantes, hispides en dessus, tomenteuses-blanchàtres en dessous, 
pennifides à lobes partagés en 2 divis. lancéolées, entières, épineuses 
au sommet. FI. rouges, grosses. Fol. de l'invol. dilatées et ciliées sous 
l'épine terminale, entremêlées d'un coton aranéeux, très abondant. 
(2). Bord des chemins, lieux pierreux du cale, qqf. du schiste. — Ghar.- 
Inf., Deux-Sèv. AG. — Vend. Çà et là, ac. dans qq. localités, c. cale, 
de Chantonnai] (Pontarlier, Letourneux). — Loire-Inf. Erbray. RR. 
— G. -Nord, r,' coteaux de l'Arguenon à Créhen (Morin), — Il.-et-V. 
Bru:s (Degland), S.-Jaeques (Le Gall), RR. %%. Gm. S.-Genès 



COMPOSÉES. 197 

près Créon (Ramey), Langon. — Lan. De Peyrehorade à Sorde. — 
B.-Pyr. Entre le Socoa et la Pointe S^^-Anne. 

C. palustre Scop. Carduus L. Tige de 6-15 déc. rameuse au som- 
met. FeuU. décurrentes en aile épineuse, pennifides à lobes dentés, 
très épineux. FI. rougeàtres, qqf. blanches, assez petites, agglommé- 
rées au sommet des rameaux. Fol. de l'invol. ovale appliquées, épi- 
neuses, (g). j°-at. Bord des ruisseaux, des marais. C. 

C. acaule Ail. Carduus L. Tige ou très courte. Feuil. lancéolées, 
sinuées-pennifides à lobes sinués-triangulaires, très épineux. FI. rou- 
geàtre, solitaire, presque sessile au milieu des feuil. en rosette. Fol. de 
l'invol. lisses, à pointe courte. %. jt-sept. Pelouses sèches et bord des 
chemins du cale. — Char.-Inf., Deux-Sèv., Vend. C. — LomE-iNF. 
Erbray, Cambon, br. Chéméré; S.-Gildas! S.-Omeren Blain, Dreux 
en Guenrouet (Delalande), Saffrél rr. Boischaudeau! près le Pallet 
(Genevierj. RR. — C.-Nord, Il.-et-V. Coteaux maritimes sablonneux de 
Dahouet kSt-Malo. R. — Varie qqf. à tige de 7-10 cent., à 1-3 fleurs. 
%%• GiR. PC. — Lan. Peyrehorade (Féraud). 

C. anglicum Lobel, Carduus pratensis Huds. Souche oblique, gar- 
nie de fibres longues, épaisses, rétrécies aux 2 bouts. Tige de 2-6 déc. 
cotonneuse, simple, à 1, rar. 2 fleurs. Feuil. lancéolées, épineuses, peu 
velues en dessus, molles et tomenteuses en dessous, ord. entières ou 
dentées, qqf. toutes sinuées-pennifides à lobes dentés, les radie, pétio- 
lées, celles de la tige peu nombreuses, resserrées au-dessus de la base 
embrassante. FI. rougeàtres. Fol. de l'invol. lancéolées, non piquantes, 
appliquées. 0^. mai-jt. Prés marécageux, marais tourbeux. C. 

C. bulbosum DC. Diffère du précéd. et bien caractérisé par ses feuil. 
plus profond, pennifides à lobes divisés en 2,3 segments lancéolés, 
divergents. Tige 1-3. fl. plus élevée, plus grêle. Rac. plus traçante. %. 
jn-jt. Prés et bois marécageux, surtout du cale. — Char.-Inf., Deux- 
Sèv. AC — Vend. Quatre-Vaulx, c. S.-Pierre-le-Vieux (LeioiiTueux), 
S^^-Cécile, Ba.zoges-en-Pareds, Bessay, c. cale, de Chantonnay,R. forêt 
de S^^-Gemme (Pontarlier, Marichal), la Bauduère (David;. — LomE- 
Lnf. c. env. d'Ancenis ; çà et là de Cou/fé à Ingrande ; Boischaudeau 
(Ménier), la Sicaudais (Gobert). R. — Au-delà'de Pennebé (Loire-Inf.) : 
çà et là landes et coteaux secs de la région maritime et des Montagnes 

Noires et d'Ares. %%• Gir. Pauillac, Lesparre ; Saugon{liieT- 

let), Pompignac (Lespinassè), Bègles (Ramey), Camiac (Bonnaves). 

C. filipendulum Lange. Voisin de C. bulbosum dont il a l'aspect^ et 
qu'il remplace dans le sud des Landes et dans les Bas-Pyr. ; il en diffère 
surtout par la souche émettant de longs stolons munis çà et là de fibres 
en fuseau, par la tige plus élevée, plus grêle, plus feuiilée, par les feuil. 
plus molles, les sup. à oreillettes embrassantes, par les fol. de l'invol. toutes 
linéaires-lancéolées, épineuses. Çà et là landes, bord des bois. — Lande 
du cap du Figuier en Espagne" 

C. arvense Scop. Serratula L. Rac. rampante. Tige glabre. Feuil. 
sessiles, qqf. décurrentes, sinuées-pennifides, ciliées-épineuses. Fl. rou- 
geàtres, en panicule. Invol. ovale ; fol. appliquées, à pointe courte, 
étalée. %. jo-sept. Champs, lieux incultes, chemins. CC. 

CARDUUS L. Caractères du Cirslum. Aigrette à poils dentelés, non 
plumeux. 

C. tenuiflorus Curt. Tige de A-8 déc. Feuil. décurrentes en aile non 



198 COMPOSÉES. 

interrompue, peu velues en dessus, blanches-cotonneuses en dessous, 
sinuées-pennifides à lobes anguleux. Epines des ailes, des feuil. et des 
invol. jaunâtres. FI. rosées, asses nombreuses, agglomérées au som- 
met des rameaux, sessiles ou courtement pédonculées. Invol. presque 
cylindrique, à fol. lancéolées, acuminées en épine, arquées en dehors, (i) 
et (g). j"-jt. Bord des chemins, pied des murs. C. — ce. le cale. 

C. pycnoceplialus Jacq. Très voisin du précéd. mais distinct par ses 
feuil. plus blanches-cotonneuses en dessous et par ses fl. oblongues, ca- 
duques, plus grosses, agglomérées 2-4 au sommet des rameaux. Fol. 
de l'invol. plus ouvertes.' (i) et ;§). jn-jt. Mêmes lieux. — Char.-Inf. 
Royan l (de l'Isle), ce. deMartrou à Soublse ; Rochefort !{J. Richard), 
Fo'uras ; S .-Médard, les Trols-Canons, Tonnay-Charente, Bords, Sur- 
gères (Foucaud), S.-Saouiien (Tesseron !). — Deux-Sèv. ag. Niort! 
(A. Guillon). — Vend. A^apo^eo/i(PontarJier). — Loire-Inf. ce. Nantes « 
S. -Donatien et autour des gares, prairie de la Madelaine, Thouaré. R. 

— Il.-et-V. Ville de Rennes ! (Le Gall). RR. — Plante de décom- 
bres qui se répand de plus en plus. %%• Gm. Bordeaux, la 

Souys, Pessac ; Mérignac (Lafont), la Trèsiie, Langon (Motelay), 
Arc'achofi. — Lan. Mimisan{h. Dufour). — B.-Pyr. Env. de Bayonne 
et du Boucau. 

C. nutans L. Tige de A-8 déc. ailée-épineuse. Feuil. décurrentes, lan- 
céolées, pennifides à lobes profonds, sinués-dentés, épineux, velues sur- 
tout sur les nervures. Pédonc. cotonneux. FL rougeàtres, grosses, pres- 
que globuleuses, solitaires, penchées. Fol. de l'invol. lancéolées, pi- 
quantes, les ext. ord. recourbées. (.2). jn-sept. Bord des chemins, dé- 
combres, ce. 

,%%• C- acanthoides L. Tigede6-10 déc. assez grêle, pubescente, ai- 
lée-épineuse, à rameaux allongés. Feuil. décurrentes, écartées, oblongues, 
aiguës, pennipartites, à lobes très épineux. Fl. rougeàtres, dressées, 
presque toujours solitaires, 1-2 fois plus petites que dans le précéd. Fol. 
de l'invol. étroites, lancéolées, piquantes. (2). j*-at. Bord des chemins, 
lieux incultes. — Gir. La Souys, Preignac ; Barsac, Morisès (Mote- 
lay), Budos (Ducot), Langon I (Goua), S.-Macaire, Caudrot, S.-Mar- 
tin-de-Sescas ; Monségur (Durieu). 

* C. crispus L. Port de Clrsium palustre. Feuil. décurrentes en aile 
épineuse, lancéolées à lobes dentés, très épineux. Fi. rougeàtres agglo- 
mérées au sommet des rameaux. Fol. de l'invol. en alêne, molles, épi- 
neuses au sommet. Ach. finement ridés en travers entre les stries nom- 
breuses. Bord des chemins, lieux incultes. — Gir. Qq. pieds à la Souys. 

SILYBUM Gœrt. Caract. du Carduus. Fol. ext. de l'invol. terminées 
par un appendice étalé, denté-épineux ; filets des étam. soudés. 

S. marianum Gasrt. Carduus L. Chardon-Marie. Tige robuste de 
6-12 déc. Feuil. embrassantes, sinuées-pennifides, épineuses, ord. ta- 
chées de blanc. Fl. très grosses, rougeàtres. Epine terminale des fol. 
de l'invol. robuste, très longue. @. jn-jt. Bord des haies, décombres. PC. 

— AG. le calcaire. %%. Gm. AR. — Lan. Peyrehorade (Fé- 

raud). — B.-Pyr. Le Boucau. 

ONOPORDUM L. Caract. du Carduus. Récept. alvéolé, sans pail- 
lettes. 

O. Acanthium L. Cotonneux-blanchâtre. Tige robuste de 6-12 déc. 



COMPOSÉES. 199 

Feuil. décurrentes, ovales-ohlongues, sinuées, dentées-épineuses. FI. 
rougeàtres, très grosses, terminales. Invol. presque globuleux, coton- 
neux, à fol. lancéolées, terminées en épine raide, piquante, les ext. 
étalées. Ach. comprimés-tétragones, ridés en travers, (g), jn-sept. Lieux 
pierreux, décombres, surtout dans le cale, et la région maritime. G. — 
PC. Bocage des Deux-Sèv., de la Vend., et en Bretagne au-delà de 

Loire-Inf. %%.Gir. AC. — LAN.Env. de Mont-de-MarsanÇL. Du- 

four), Tartas (Ttiorej. 

Obs. Cynara Cardunculus L. Chardonnette a été signalé depuis 
longtemps par Laterrade (Flore Bord.) sur les coteaux de Bourg (Gir.), 
où M. Merlet m'en a montré des pieds dans un endroit inaccessible (J. F.). 

GALACTITES Mœnch. Invol. ovoïde, imbriqué de fol. lancéolées-en 
alêne. Récept. nu. Aigrette caduque, à poils longuement plumeux, sur plu- 
sieurs rangs, soudés en anneau à la base. 

%%. G. tomentosa Mœnch. Tige de 2-6 déc. dressée, blanche-tomen- 
teuse, rameuse. Feuil. vertes et tachées de blanc en dessus, blanches-tomen- 
teuses en dessous, pennipartites, à lobes épineux. FI. purpurines, à fleu- 
rons du bord plus grands, stériles. Invol. aranéeux, à fol. extér. den- 
telées, terminées par un long appendice épineux. (2). jt-a*. Lieux incultes, 
bord des chemins. — Gir. Bord delà Garonne de la Sotiys à la Tresne! 
(Laterrade). 

LAPPA Tourn. Invol. globuleux, imbriqué de fol. crochues en ha- 
meçon au sommet. Récept. garni de paillettes. Aigrette courte, à poils 
simples sur plusieurs rangs. 

L. minor DC. Arciium Lappa L. Bardane. Tige de 6-10 déc. Feuil. 
ovales-en cœur, pubescentes-blanchàtres en dessous, les rad. en cœur, 
très grandes. FI. rougeàtres, petites, pédonc. en épis. Invol. glabre ou 
à peu près, à fol. en alêne, toutes crochues au sommet, les int. un peu 
colorées. @. jn-a*. Bord des chemins, décombres. G. 

L. major Gsert. Arctlum Lappa Willd. Plus robuste que le précéd. 
dont il diffère par les fl. 1 f. plus grosses ; pédonc. solitaires en co- 
rymbe; fol. de Tinvol. toutes vertes; feuil. sup. courtement pétiolées. 
— Çà et là de la Gironde à la Rance dans les vallées des rivières ma- 
rines, où il remonte assez loin. — A l'intérieur : Char.-Inf. La Grève 
près Puy-du-Lac (Foucaud), Tonnay -Boutonne (Tesseron!), Genoulllé 
(Riveau;. — Deux-Sèv. VançcMs (Sauzé), S.-Loup (Guyon), marais de 
la Dive à Sa^é (Genuer), c. Pas-de-Jeu (J. Richard),"' S.-Martln-de- 
Sansay (Pellier). — Loire-Inf. Machecoul, S^^-Pasanne, S.-Gildas 
(Delalande). 

* L. tomentosa Lam. a les fol. de l'invol. entremêlées d'un coton 
blanc aranéeux abondant, les int. lancéolées, colorées, obtuses, termi- 
nées par une petite pointe droite, les fl. plus grosses que dansL. minor, 
en corymbe. — Pourrait se trouver tout au plus dans les cale, de la 
Char.-lnf., des Deux-Sèv. et au sud de la Gironde. M. Des Moulins 
l'indique c. à Périgueux et à Bergerac, localités un peu éloignées de 
nous. 

CARLINA L. Invol. imbriqué ; fol. ext. épineuses-pennées, les int. 
simples, colorées, luisantes, rayonnantes. Récept. à paillettes laciniées. 
Aigrette double, l'ext. très-courte, persistante, l'int. caduque, à poils 
plumeux. 



200 COMPOSÉES. 

C. vulgaris L. Tige de 3-6 déc. tomenteuse, raide, simple ou rameuse 
en corymbe. Feuil. oblongues, embrassantes, sinuées, dentées-épineuses, 
tomenteuses en dessous. Fol. int. de l'invol. jaune pâle. Fleurons vio- 
lacés. Ach. soyeux. @. jt-sept. Coteaux arides, bord des chemins. C. 

SERRATULA L. Invol. imbriqué de fol. aiguës, à peine épineuses. 
Paillettes du récept. divisées en soies. Poils de l'aigrette simples, libres 
à la base, sur plusieurs rangs, les int. plus longs. 

S. tinctoria L. Tige de h-9 déc. Feuil. pennifides à lobes lancéolés, 
dentés en scie, le terminal qqf. plus grand, les inf. qqf. indivises ou 
lyrées. FI. rougeàtres. dioïques, en corymbe lâche, terminal. Invol. 
dblong. OJi. at-sept. Bois, landes. AC. 

CENTROPHYLLUM Necker. Invol. imbriqué ; fol. ext. pennifides- 
épineuses, les int. lancéolées, entières. Paillettes du récept. divisées en 
soies. Paillettes de l'aigrette inégales, sur plusieurs rangs. Ach. du bord 
nus. 

C. lanatum DC. Carthamus L. Centanrea DC. Plante à odeur de 
girofle. Tige simple ou rameuse en corymbe, cotonneuse au sommet. 
Feuil. coriaces, pennifides à lobes dentés-épineux, les sup. embrassan- 
tes. FI. jaunes, terminales, (i), jt-sept. Coteaux secs, lieux pierrieux, 
bord des chemins. C. cale, et région maritime ; pc. ailleurs. 

CARDUNCELLUS DC. Invol. imbriqué, folioles vertes, molles, un 
peu épineuses, les int. plus étroites, terminées par un appendice sca- 
rieux, denté. Paillettes du récept. courtes, sétacées. Ach. tétragone, 
lisse. Aigrette sessile, à poils courtement plumeux. 

%. C. mitissimus DC. Carthamus L. Tige uniflore, courte, souv. 
nulle, rar. de 10 à 15 cent. Feuil. inf. lancéolées, dentées, les autres 

Eennifides ; lobes lancéolés, à dents terminées par une épine molle. FI. 
leue, grande, odorante ; fol. de l'invol. nervees, appliquées. Of. j"-jt. 
Coteaux et pelouses sèches cale. — Char. -Inf. Coteaux de la Gironde, 
région maritime et cà et là dans l'est de Courçon à Montlieu. AC. — 
Deux-Sèv. ag. dans le midi. — Vend. c. rochers de Maillezais au 

Port-Raiteau (M'ie Poey Davant, Letourneux). RR. %%. Gir. 

Le Fronsadals (Laterrade), Ceiion (Ramey), Pomplgnac (Durieu), 
S. -Sauveur (Jarris), Lesparre. 

CENTAUREA L. Invol. imbriqué de fol. entières, laciniées ou épi- 
neuses. Fleurons du disque herm., ceux du bord stériles, ord. plus 
grands, en entonnoir. Récept. garni de soies. Ach. nus ou à aigrette 
composée de soies ou de paillettes inégales, sur plusieurs rangs. Hile 
latéral. 

Obs. C. Jacea L. diffère de C. pratensis par les pédonc. moins ren- 
flés et anguleux et par les fol, de l'invol. entières, les inf. qqf. déchirées, 
mais non régulièrement ciliées. Il paraît étranger à la région de l'ouest. 

C. pratensis Thuil. Tige anguleuse. Feuil. lancéolées, entières, les 
inf. sinuées-pennifides. FI. grandes, rougeàtres, terminales, à fleurons 
du bord plus grands, stériles ; pédonc. fortement anguleux et renflés au 
sommet. Fol. de l'invol. imbriquées, cachées par leurs appendices ova- 
les, concaves, déchirés-dentés, les ext. ciliées en dents de peigne. Ach. 
nus. %. jn-sept. Prés, bois, bord des chemins, des champs, pelouses. 
ce. — Dans les lieux plus secs, au bord des chemins, sur les talus, les 



COMPOSÉES. 201 

fol. de l'invol. sont qqf. entières ou déchirées, les inf. seulement déchi- 

rées-ciliées. %%■ La forme à fl. àpét. extér. non rayonnants est 

c. à Cavignac, Ceiiac (Gironde). 

C. serotina Bor. C. amara Tliuil. Caract. du précéd. Tige élancée, 
moins anguleuse. Feuil. étroites. Fl. plus petites. Pédonc. moins renflés 
au sommet. Fol. de l'invol. plus régulièrement pectinées. Saveur très 
amère. %. a^-oct. Bord des champs, des bois. C. (J)- Moins c. nord de 
la Bretagne. 

C. decipiens Thuil. Tige dressée, anguleuse, velue ; rameaux étalés. 
Feuil. rad. et inf. sinuées-pennifides, ovales-lancéolées, les autres lan- 
céolées, souv. entières. Fleurons du bord qqf. plus grands et stériles. 
Invol. globuleux-ovale; appendices des fol. de la moitié infér. triangu- 
laires-lancéolés ou un peu plus larges, étalés ou arqués en dehors, 
ne cachant pas les fol. et garnis de cils flexueux, ascendants, égalant 
3-i f. la largeur de l'appendice. Ach. tous aigrettes d'écailles courtes, 
inégales. Hile oblong-rhomboïdal. %. a^-sept. Bord des champs. C. par 
localités, peuc. au-delà de Loire-Inf. 

Obs. C. DeheauxU God. Gren. a les capit. un peu plus petits et les 
appendices des fol. plus étroits que dans C. decipiens, dont^ il pour- 
rait bien n'être qu'une forme. — Char.-Inf. Montheu. %!%• Gm. 

Blanqaefort{Dwv\e\i), Hoitrtins (^Motelay). — Lan. Bats (Dupoy/. 

C. nigra L. C, nemoralls Jord. Port du précéd. Tige dressée, ra- 
meaux en panicule. Feuil. lancéolées, un peu rudes, les infér. pétiolées, 
dentées ou sinuées. Fl. rougeàtres à fleurons tous égaux herm. Fol. de 
l'invol. imbriquées, cachées car Zewrs appen,c/^'ces appliqués, noirâtres 
ou fauves, lancéolés, bordés cle longs cils 1 fois plus longs que la lar- 
geur de l'appendice. Aigrette courte. 9/.. j^-sept. Bord des chemins, des 
haies, des buissons, des bois. CC. — Varie à appendices des fol. inf. 
ne cachant jDas ces fol. et qqf. divergentes à la tin ; une autre forme, 
Ç. nigra Jord. qui croît çà et là dans la partie montagneuse de la Bre- 
tagne, a l'invol. plus arrondi, les fol. noires, garnies d'appendices ova- 
les. — C. consimilis Bor. qui croît çà et là dans nos limites, a l'aspect 
de C. pratensis avec la fl. non rayonnante, l'invol. plus petit de C. nigra, 
mais plus pâle, l'aigrette très courte. 

Obs. Les plantes précéd. varient à tige naine, à feuil. blanchâtres, à 
involucre pâle ; elles offrent des intermédiaires d'une détermination em- 
barrassante et justifient l'opinion des auteurs qui les réunissent comme 
variétés d'une même espèce. 

C. Oyanus L. Bleuet. Tige tomenteuse. Feuil. linéaires-lancéolées, 
tomenteuses-blanchàtres, les inf. dentées à la base. Fl. bleues, qqf. ro- 
sées ou blanches. Invol. oblong à fol. ciliées-dentées et noirâtres au 
sommet. Ach. pubescents, aigrettes. (î). jQ-jt, Moissons. C. surtout dans 
le cale. 

Obs.C. montana L. vert-blanchàtre et à très grande fl. bleue a été 
indiqué par Laterrade (Flore Bord.), Coteaux secs de Libourne, où je 
l'ai vainement cherché (J. F.). 

C. Scabiosa L. Tige sillonnée. Feail. pennifides à lobes linéaires, 
terminés par un point calleux. Fl. rouge foncé, grosses, en corymbe 
terminal. Invol. ovale-globuleux ; appendices des fol. noirâtres, trian- 
gulaires, bordés de cils flexueux. Aigrette égalant presque l'ach. %. 



202 COMPOSÉES. 

jf-at. Champs cale — Char. -Inf., Deux-Sèv., Vend. C. — Loire-Inf. ag. 
Arthon, de Machecoul à Fresnay ; les Cléons, Cambon. R. — Fin. 
Le Fret, Locqueret (Crouan). — G. -Nord. Dlnan (Mabille). — Il.-et-V. 

De S.-Briac à S.-Coulomb ; Pontpéant (Letourneux). '%%,- Gm. 

AC. — Lan. Labatut (Thore). 

* %. C. solstitialis L. Tomenteux-blanchàtre. Feuil. linéaires-lan- 
céolées, décurrentes, entières, les rad. lyrées. FI. jaunes, solitaires, 
long, pédonculées. IqvoI. ovale à fol. terminées par 5 épines palmées, 
la terminale robuste, longue, dépassant Tinvol. (2). jt-sept. ÎBord des 
champs, des chemins. — Qq. pieds ont paru çà et là dans les Lu- 
zernières : Saujon en Char.-Inf. (Foucaud), Pouligueii (Loire-Inf.), 
S.-Brleuc, S.-Lwicdre, sur la côte du Nord, Rennes, Bains (Il.-et-V.), 

etc. %%. Gm. Langon ! (Goua), Illats (Bâillon). — Lan. Aire 

(Sibuet). 

C. Calcitrapa L. Saveur amère. Rameaux nombreux, divariqués. 
Feuil. sup. indivises, les rad. en rosette, velues, pennifides à lobes 
linéaires, dentés. FI. roses, solitaires, axillaires, presque sessiles. Invol. 
ovale à fol. terminées par une épine palmée à lobe terminal très 
long. Ach. nus. @. jt-a*. Bord des chemins. CC. — Au-delà de la Loire : 
AG. région maritime, r. à l'intérieur. 

%. C. aspera L. Tige anguleuse, rude ; rameaux nombreux, divari- 
qués, couchés ou étalés. Feuil. rudes, les radie, lyrées, celles de la tige 
pennifides à lobes mucronés, les super, dentées ou entières. FI. rosées. 
Pédonc. solitaires, terminaux, renflés, feuilles jusqu'au sommet. Invol. 
ovale ; appendices des fol. recourbés, palmés à 5 épines presq. éga- 
les. Ach. aigrettes. "}^. j"-sept. Sables et lieux pierreux de la région 
maritime. -— Char. -Inf. CC. — Vend. AC. — Loire-Inf. rr. la Ber- 
nerie. — Il.-et-V. Qq. pieds à S.-Lunaire, c. à Dinard au-dessus de 
la plage des bains (Mabille). où cette plante méridionale a dû être in- 
troduite. — Apparaît dans qq. ports de la Bretagne. %%• Gm. 

AG. région marit. et çà et là ailleurs. — Lan. Roquefort ! (Parfis). 

CRUPINA. Cass. Caract. du Centaurea. Ach. ovales-cylindriques, 
hile basilaire. Fol. de l'invol. entières sans appendice. 

"%. C. vulgaris Cass. Centaurea Crupina L. Tige de 3-5 déc. grêle, 
sillonnée. Feuil. rad. spatulées, entières ou lyrées, les autres penni- 
fides à lobes linéaires, couverts en dessous et vers les bords de poils 
courts, raides. FI. rosées en panic. très lâche. Invol. oblong, à fol. 
lancéolées. Ach. ^tos, soyeux-jaunàtre dans le haut. Aigrette noire sur 
3 rangs, l'ext. à écailles très courtes inégales, l'intermédiaire à longs 
poils dentelés. Tint, composé de 10 écailles lancéolées, courtes. (l).jn-jt. 
Coteaux arides cale. — Char. -Inf. Coteau du Cluseau près S.-Jean- 
d'Angély (Bérard). — Deux-Sèv. Thouars à Fretevaux ! (Genucr, 
Toussaints), et à Vrines (Trouillard). %%■ Gm. Barsac (Ramey). 

XERANTHEMUM. L. Invol. imbriqué de fol. scarieuses, les int. 
plus longues, colorées, rayonnantes. Fleurons du disque herm. fertiles, 
à 5 dents; ceux du bord peu nombreux, fem., stériles, à 2 lèv. Récept. 
garni de paillettes. Ach. à aigrette composée de 5-10 paillettes lancéo- 
lées à la base, ceux du bord nus. 

%. X. cylindraceum Smith, Koch. Tomenteux-grisàtre. Tige de 2-1* 
déc., anguleuse; rameaux étalés, longuement nus au sommet, 1. flores. 



COMPOSÉES. 203 

Feuil. lancéolées-linéaires, entières. FI. pifrpurines. Invol. cylindracé à 
fol. tonienteuses sur le dos, mutlques, les int. aiguës, conniventes. 
Aigrette à 8-10 paillettes égalant à peine le fruit. ®. jt-a'. Coteaux, 
lieux arides cale. — Char-Inf. Çà et là. C. — Dri:x-Sèv. ac. cale, du 
nord; S.-Maurent, Bougon CSauzé, Maillard). — Vend. La Bauduère 
(Pontdevie), abbaye de Jard, le Bernard, TrlaUe, S.-Cyr-en-Talm. fPon- 
tarlier), S/^oarnais (Gadeceau), S.-Mlchel-en-Lherm (Letourneux). R. 

')fc/JC- GriR. AC. —hA^.Bats(D\i'^o\),Castelnau-Tursan, Geaune 

et prob! ailleurs. 

%. X. inapertum Willd. Koch, non DC. Tomenteux-blanchàtre. Bit 
fèrê du précéd. parl'invol. ovale à fol. glabres et brunâtres sur le dos, 
mucronées; aigrette à 5 paillettes dépassant le fruit. (J). j°-j*. Champs 
secs cale. — Char-Inf. Surgères; Nantiily en Marsllly (de Beau- 
preauj, S.-Vlcien, Fonpatour près \¥rlnes (Foucaud). — Deux-Sèv. 
Thouars! (Lebrun); Vrines (Lunet). RR. 

C. CHICORACÉES. Style non articulé; fleurs semi-fîosculeuses. 

SCOLYMUS L. invol. imbriqué de fol. épineuses. Paillettes du ré- 
cept. enveloppant les ach. soudés avec elles, de manière à les faire pa- 
raître ailés. Aigrette ou à %3 soies. 

S. Mspanicus L. Tige robuste, de 5-7 déc. rameuse, pubescente. 
Feuilles coriaces, sinuées-pennifides, dentées-épineuses, décurrentes 
en aile épineuse ne se prolongeant pas d'une feud. à l'autre ; épines, 
nervures des feuil. et des ailes jaunâtres. Bractées épineuses, semlda- 
bles aux feuil. FI. jaunes, axillaires, sessiles, solitaires ou réunies 2-h. 
Fol. de l'invol. lancéolées. Aigrette à % 3, qqf. h,6 soies courtes, pres- 
que cachées par les i^ailleltes. (2^:. jt-sept. Sables, décombres, lieux 
pierreux du bord de la mer. — Char.-Ihf. La Rochelle (Faye), Pl<any 
(A. Guillon), c. entre le Gua et S au /on (Parât;, et çà et là jusqu'à 
Coses (Foucaud), S. Disant-du-Gua (Riveau), ac. de S.-Romaln-de- 
Beauniont à Royan, la Tremblade, Oleron; Thors (Savatier). — 
Vend. Le Velllon [Genexiev), S. -Gilles ; Ile d'Yeul (David), Nolrniou- 
tler. R. — Loire-inf. AC. — Mgr. Belle-Ile, Houat ; Sar'seau (Taslé), 

presqu'île de Qai6eron (Roux). %%• Gir. Le Verdon, Blayei^io- 

telayj, S .-Clers-la-Lande (Clavaud), ' Langolran (Lafont), Langon ! 
(Goua), S.-Macaire, La Réole. — B.-Pyr. Blanc-Pignon près Anglet 
(Sibuet). 

LAPSANA L. Invol. simple, muni à la base de qq. petites écailles 
accessoires. RécejDt. nu. Ack. comprimés, nus, à stries nombreuses 
égales. 

L. communis L. Tige rameuse. Feuil. infér. lyrées, les sup. ovales- 
lancéolées, dentées. FI. jaunes, enpanic. Invol. glabre. (î). jn-sept. Terres 
cultivées, haies. CC. 

ARNOSERIS Gœrt. Caract. du Lapsana. Invol. connivent et presque 
globuleux à la maturité. Ach. obovales à 10 stries alternativement iné- 
gales, couronnés d'un très petit rebord pentagone. 

A. pusilla Gsert. Hyoserls mlnima L. Lapsana Lam. Feuil. rad. 
en rosette, lancéolées-obovales, dentées. Hampe à 2,3 fl. jaune citron. 
Pédonc. très renflé et creux au sommet, d'abord penché. Invol. pubes- 
cent. (î). j°-at. Champs secs et sablonneux, coteaux et landes arides. C, 
— R. dans le cale, non sablonneux. 



204 COMPOSÉES. 

RHAGADIOLUS L. Inval. simple, muni à la base de qq. écailles 
accessoires. Récept. nu. Ach. nus, allongés, arqués, ceux du bord enve- 
loppés par les foi. du bord accrescentes, étalées en étoile. 

%. R. stellatus L. Tige rameuse, pubescente. Feuil. obovales, lyrées 
ou entières. FI. jaunes en panicule très lâche, (i). mai-juin. Champs. — 
Char.-Inf. Coarçoji (Pontarlier 1872 !) la Grâce-Dieu et Benon (Bou- 
chet, Foucaud). R. %%. Lan. S.-Sever (L. Dufour). 

C AT AN ANCHE L. Invol. à fol. nombreuses, scarieuses-argentées, 
imbriquées sur plusieurs rangs. Récept. hérissé de lon^'ues soies. Ach. 
un peu pentagones, égalant l'aigrette composée de 5 écailles ovales, acu- 
minées en longue soie. 

%. C, caerulea L. Plante de h-8 déc. rameuse, couverte de poiîs cou- 
ches, étalés dans le bas de la tige et des pétioles. Feuil. linéaires à 3 
nervures, ou pennifides à 2-A lobes écartés, linéaires. FI. bleues, soli- 
taires sur les pédonc. très longs garnis au sommet de qq. écailles sem- 
blables aux fol. de l'invol. qui sont argentées à nervure dorsale rousse, 
terminée en i^ointe. Ach. soyeux. %. j"-jt. Pelouses, bois et coteaux 
secs du cale. — Char.-Inf. S au j on (A. Guillon), Semussac (Tous- 
saints), coteaux de la Gironde; S. -Vivien, Pointe du Chay, Esnan- 
des, Saintes, Pons, PérlgnaCy c. bois de Surgères et de Benon, Dœall, 
Beauvals, etc. AC. — Deux-Sèv. Env. de Villeneuve-Comtesse ; Pizé 

près Arçals (Delastre), Mauzé ! Palsay (A. Guillon), Chlsé. %%. 

GiR. Plassac (Motelay), Bourg (Lafont). 

CICHORIUM L. Invol. double. Tint, à 8 fol. soudées à la base, l'ext. 
à 5 fol. étalées. Récept. nu. Ach. terminés par une très petite couronne 
d'écaillés nombreuses. 

C. Intybus L. Chicorée sauvage. Tige rameuse, poilue. Feuil. ron- 
cinées, les florales entières, embrassantes en cœur. FI. bleues, grandes, 
solitaires ou 2-A agglomérées, sessiles ou l'une d'elles pénonculée. %. 
jt-sept. Lieux arides, bord des chemins. C. — Plus c. dans le cale, — 
Bretagne : à l'intérieur rr.; rég. marit. ac. Mor, puis r. 

TOLPIS Gœrt. Invol. double. Tint, à fol. droites,^ l'ext. plus long à 
fol. linéaires-sétacées. Récept. nu, alvéolé. Ach. striés. Aigrette sessile, 
formée de quelques soies séparées par d'autres plus nombreuses et beau- 
coup plus courtes. 

T. umbellata Pers. Plante d'un vert légèrement cendré. Tige de 2-3 
déc. raide, effilée, peu rameuse. Feuil. lancéolées, sinuées-dentées. FI. 
jaune clair, unicolores ou brunes au milieu. Pédonc. latéraux, solitaires, 
plus épais que les pédonc. subséquents qui les dépassent et naissent sur 
leurs cotés, solitaires ou presq. opposés. Invol. pulvérulent-farineux. 
Ach. à h soies manquant souv. dans les ach. du bord. (i). jn-jt. Coteaux 
arides, souv. schist. — Char.-Inf. FI. bicolore, Montlieu ! Orlgnolle, 
Clérac (de Meschinet), Montendre, la Barde ; Roy an (Trouillard), 
Pesslnes (Brunaud), c. Corme-Royal! Sablonceaux, S.-Romaln, Ba- 
lanjsac, Nancras (Tesseron), la Petite-Maçonne en S.-Symphorlen 
(Foucaud). — Vend. FI. bicolore, ag. Roc S. -Luc et Moulm Gourdin 
Y)rès, Fontenay (M^^^ Poey BaYânl), Pont-Charault (Gadeceau), coteaux 
du Lay de S.-Hllalre-le-V. à Puymaufrals, rochers de S.-André-.s- 
Mareull à la Couture, Talmont (Pontarlier, Marichal). — Loire-Inf. 
rr! entre Pornlc et la jBe/vieae (Plessis). — Mor. FI. uaicolore, eo- 



COMPOSÉES. 205 

teaux schist. de Belle-Ile ! (Le Gall). R. %%. Gir. FI. bico- 
lore, Clvrac, Kc.'àe S.-Savln-de-Blaye à S.-Ysant (Merlet), Ambarès 
(Motelay), Coutras '•, Libourne (Ducot), Pessac (Durieu), S^^-Foy (Mail- 
lard), les Eglisottes, Camlac, Belln ; Mazères (Belloc). — Lan. Mont- 
de-Marsan (Thore), Souprosse, çà et là en Chalosse. 

THRINCIA Roth. Invol. simple, muni à la base de qq. petites écailles 
accessoires. Récept. nu. Ach. rétrécis au sommet. Aigrettes du disque 
plumeuses, celles du bord en forme de couronne dentée. 

T. hirta Roth. Rac. tronquée à fibres fasciculées. Feuil. lancéolées, 
sinuées-dentées, plus ou moins couvertes de poils simples ou fourchus. 
Hampe l.fl. peu velue. FI. jaune. Invol. ord. glabre. Ach. int. striés, 
rudes, rétrécis au sommet. %. jn-sept. Lieux arides ou sablonneux. C(j. 
— Une forme c. dans les sables maritimes (var. arenaria DC. prod., 
T. hispida Pesn.) n'offre point de différence essentielle avec le type. 
Les fibres rad. de la plante jeune sont fasciculées, la principale souv. en 
fuseau. 

LEONTODON L. Aparg la 'SVilld. Caractères du Thrlncla. Aigrettes 
toutes plumeuses. 

L. autumnalis L. Rac. tronquée, à fibres nombreuses. Tig'e rameuse. 
Feuil. rad. lancéolées, plus ou moins sinuées-pennifides, celles de la tige 
peu nombreuses ou 0. FI. jaunes, terminales. Pédonc. garni de petites 
écailles, renflé au sommet. Invol. pubescent. Ach. rugueux en travers. 
Aigrette rousse. %. j*-sept. Prés et pelouses souv. humides, lieux in- 
cultes, ce. 

%. L. hispidus L. Plante de 2-5 déc. hérissée de poils 2-3.furqués. 
Rac. tronquée à fibres nombreuses. Feuil. lancéolées, dentées-sinuées ou 
pennifides. FI. grande, jaune, penchée avant Vanthèse, solitaire sur 
une hampe nue ou garnie de qq. écailles. Ach. rugueux entravers. Ai- 
grette à poils int. plumeux, les ext. très courts, écailleux. %. jn-sept. 
Prés, coteaux, lieux incuit, du cale. — Char.-Ixf. Martrou et çà et là 

arrondissement de S.-Jean-d'Angély (Foucaud). — Deux-Sèv. AC. 

%%. Gir. Basas et env., Camlac ! (Bonnaves). — Lan. Tarnos (Sibuet), 
çà et là au midi de ÏAdour. — B.-Pyr. g. de la Chambre d'Amour à 
Hendaye. 

Obs. L. Hastile L. est considéré comme distinct du précéd. par les 
feuil. plus minces, glabres ou parsemées de qq. poils simples; hampe 
et invol. glabres ou à peu près ; ach. plus courts, moins atténués au 
sommet. — A chercher aux mêmes lieux. 

PICRIS L. Invol. imbriqué, entouré à la base d'un rang de fol. plus 
courtes, étalées. Récept. nu. Ach. sillonnés, striés en travers. Aigrette 
sessile, plumeuse. 

P. hieracioides L. Tige à rameaux divergents, couverte de poils 
raides, à â crochets. Feuil. hispides, allongées, sinuées-dentées, les 
sup. embrassantes en cœur. FI. jaunes, en corymbe. Ach. contractés 
sous l'aigrette, (g), jt-a^. Lieux pierreux, bord des champs. AC. — c. 
cale; PC. au-delà de Lolre-Inf. 

HELMINTHIA Juss. Invol. double, l'ext. à 5 fol. l'int. à 8. Récept. 
nu. Ach. ridés en travers. Aigrette pédicellée, plumeuse. 

H. echioides Gœrt. PlcrisL. Tige rameuse, hérissée de poils raides, 



20() COMPOSÉES. 

à 2 crochets. Feuil. ovales-oblongues, sinuées-dentées, embrassantes. FI. 
jaunes, en corymbe terminal. Fol. de l'invol. ext. ovales-en cœur, acu- 
minées, plus grandes que celles de l'invol. int. à arête poilue, placée 
au-dessous du sommet. 0. j^-a*. Bord des chemins, des haies, alluvions, 
dans le cale, et la région marit. — Char.-Inf. Souv. vignes, champs 
incultes secs. C. — Deux-Sèv. AC. — Vend. Vignes de S^^-Céclle, ac. 
de Mareull à S^^-Hermlne, ce. toute la région marit. (Pontarlier, Ma- 
richal). — Loire-Inf. Ancenis, Machecoul, Arthon, Croisic, ce. prés 
et bord de leurs fossés du Pellerin et de Couêron à la mer. — Çà et 
là et PC. région marit. du reste de la Bretagne. — Rennes (J.-M. Sacher). 
%%■ GiR- G — Lan. ac en Chalosse. — B.-Pyr. AC. 

UROSPERMUM Juss. Invol. simple, à 8 fol. Récept. pubescent. Ach. 
fortement muriqués, à bec creux, dilaté à la base ; aigrette plumeuse. 

%%. U. picroides Desf. Tige simple ou rameuse, hérissée de poils 
rai'des. Feuil. oblongues-roncinées, ciliées. FI. jaunes, solitaires, long, 
pédonculées. Fol. de l'invol. ovales-lancéolées, hérissées de longues 
soies. (J). jn-j<^. Lieux arides, haies. — Gir. S.-Mlchel-la-Rwière. 

TRAGOPOGON L. Invol. simple, à 8-12 fol. égales, soudées à la base. 
Récept. nu. Aigrette plumeuse, longuement pédicellée. 

T. porrifolius h. Salsifis. Rac. en fuseau. Tige robuste, rameuse. 
Feuil. lancéolées-linéaires, un peu glauques. Pédonc. long, très renflé- 
creux au sommet. FI. rouge vineuœ. Invol. à 8 fol. dépassant les demi- 
11. Ach. ext. tuberculeux-écailleux. (^. jn-j'. Prés, surtout de la région 
marit. — Ciiar.-Inf. c. prés de la Gironde avec une var. à fl. gris de 
lin; île de Ré, alluvion de Brouage, Saintes, prés de la Charente, 
Pays-bas de Matha, de Siecq à Cognac, etc. AC. — Vend. c. tout le 
Marais méridional (avec la var. à fl. gris de lin) et de Ta^moni (Pontar- 
lier, Marichal), Marais occidental. — Loire-Inf. De Busay àS.-Brevin, 
de Bourgneuf à Beauvoir; Careil ! (Genevier). R. — Mor. Sarjseau 
(Tasléj. — C.-NoRD. (f r. vallée de la Rance (Mabille). » — Il.-et-V. 
Dol (Gallée). — Et cuit, dans les potagers, d'où il se répand sur les 

murs et les lieux pierreux voisins. %%• Gir. Le Ver(io/i;présde 

Blaije l de Montferrand (Motelay), Libounie! (Laterrade). 

%%. T. australis Jord. Très voisin du précéd., en diffère par l'invol. 
1 f.* plus petit pondant l'anthèse, par les fl. violet-noir bien plus courtes 
que les fol. de l'invol. et par le pédonc. moins renflé au sommet. 0. et (2). 
mai-jfi. Lieux incultes. — Gn\. Fronsac. — L.\n. Po/yro.s (Lagu, Dupoy 
et moi). — B.-Pyr. Bai/onne ! (Blanchet). 

%. T. major Jacq. se distingue de T. porrifolius par les û. Jaune ci- 
tron, concaves à la fleuraison et par ses ach. à angles aigus, fortement 
tuloerculeux-écailleux. Son pédonc. très renflé-creux au sommet et son 
invol. à 8-12 fol. dépassant toujours les demi-fl. le feront reconnaître du 
suiv. Champs pierreux, coteaux, Ciiar.-Inf., Deux-Sèv. AC. — Vend. 
Çà et là dunes, de l'At^at/^o/i/ h la Gac/ière .' (Pontarlier, Marichal), 
Se rig né (Letouvneux). %%• Gir. De Pauillac à Lesparre, Con- 
tras, S.-Germain-la-Ri.uière ; Gérons (Motelay), — Lan. Mont-de-Mar- 
san (Perris). 

T. pratensis L. Tige souv. simple. Feuil. lancéolées-linéaires, qqf. 
ondulées-tortillées (tortilis). Invol. à 8 fol. égalant ou dépassant plus 
ou moins les demi-fl. jaunes. Pédonc. peu reiiflé au sommet. Ach. ext. 



COMPOSÉES. 207 

tuberculeux-écailleux. (g), ji-jt. Prés. AC. jusqu'à Loire-Inf. — Mor. 
« Erdeven (Le Gall florej. » — C.-Nord. S.-Jacut : Lancleux, S.-Brlac 
(Mabille), ac. Jugoii (Morin). — Il.-et-V. S.-Jacques, Cucé (Degland). 

%%• GriR. AC. —Lan. çà et là surtout en Chalosse. — B.-Pyr. C. 

T. orientalis L. ressemble beaucoup au précéd. dont il se distingue 
par les feuil. plus larges à la base, la fl. plus grande, d'un beau jaune, 
les demi-fl. dépassant l'invol. Les acli. sont distinctement écailleux, 
tandis que dans T. pratensis ils sont tuberculeux-écailleux, ces tuber- 
cules-écailles étant plus forts que dans T. orientalis. Mêmes lieux. PC. 
— Char.-Inf. S.-Jecui-d'Angély (Foucaud). RR. — Deux-Sèv. c. (Sauzé 
fl.). %%' Gm. Langon, Cubzac.—hx-a. Mont-de-Marsan{Perns). 

SCORZONERA L. Invol. imbriqué de fol. inégales, scarieuses au bord. 
Récept. nu. Aigrette plumeuse, sessile. 

S. humilis L. S. plantaginea Schleicher. Racine épaisse, écailleuse 
non chevelue au sommet'. Tige l.fl. velue-floconneuse, à 2,3 feuil. li- 
néaires. Feuil. rad. lancéolées, lancéolées-linéaires ou même linéaires, 
à 5 nervures. Fl. jaune. Fol. ext. de l'invol. acuminées mais obtuses. 
Ach. rétrécis au sommet, striés, lisses. %. mai-j". Prés et lieux maré- 
cageux, ce. 

* %. S. austriaca Willd. Se distinguera du précéd. à la racine che- 
velue au sommet par les débris des anciennes feuil. Il croît sur les pe- 
louses sèches des ter. sablonneux-calcaires. 

%. S. hispanica L. S. glastifolia Willd. S. montana Mut. Rac. 
noire, épaisse. Tige à 1-5 fl. jaunes. Feuil. un peu laineuses, linéaires- 
lancéolées, entières, longuement rétrécies à la base et au sommet, celles 
de la tige demi-embrassantes, lessup. très étroites. Invol. glabre, à fol. 
ext. triangulaires-ovales, acuminées, les int. ovales-lancéolées, aiguës. 
Ach. ext. fertiles et muriqués-écailleux sur les stries. OJL. ji^-j*. Bois 
secs cale. — Char.-Inf. ac. hois de Surgères et de Benon ;c.. côte nord 
de Fouras ! (Hubert), côte nord à' Esnandes ! (Letourneux), Bourgneuf, 
S. -Christophe, ac. du Thou à Péré (Foucaud), Genouillé (Riveau), 
bois de la Bourelle (Tesseron !), r, Marsais ; r. Z)ceatZ(Dussouchaud), 
Aulnay {YoncdMà, Giraudias). — Lande de Puy-Notre-Dame . 

%. S. Mrsuta L. Souche épaisse à plusieurs tiges arquées à la base, 
ascendantes, striées. Feuil. en gouttière, laineuses au bord, à 5 ner- 
vures, très étroites y rétrécies graduellement de la base sessile jusqu'au 
sommet tronqué, calleux. Pédonc. long, presque nu, à 1 fl. jaune. Fol. 
ext. de l'invol. ovales, acuminées. Ach. couverts d'une longue soie 
blanche, 3 f. plus courts que l'aigrette jaunâtre. %. j^-jt. Pelouses et 
taillis pierreux. — Char.-Inf. Presque tous les plateaux et pointes de 
S. -Seurin-s. -Gironde à Esnandes : chois de Surgères et de Benon '^ 
Bourgneuf, S. -Christophe, du. Thou à Péré (Foucaud), Genouillé (Ri- 
veau), Gibourne, Touches-de-Périgny (Savatierj, r. Dœuil (Dussou- 
cbaud). — Deux-Sèv. Grand-Breuil près M«a*e.' (Foucaud). 

PODOSPERMUM DC. Caract. du Scorsonera. Ach. portés sur un 
pédic. épais, creux. 

P. laciniatum DC. Scorsonera L. Rac. en fuseau, épaisse. Tige ra- 
meuse. Feuil. pennifides à lobes linéaires, aigus, le terminal linéaire- 
lancéolé, très long-. Pédonc. renflés, puis resserrés sous l'invol. à fol. 
ext. lâches, carénées, souv. garnies sous le sommet d'une petite corne. 



208 COMPOSÉES. 

FI. petites, jaune pâle, terminales. Ach. striés, lisses. (2). mai-j". Bord 
deschamps, des chemins, coteaux dans le cale. — Char.-Inf. C. — Deux- 
Sèv. AG. — Vend. ac. cale, méridional jusqu'à Ta^mo/i^, ^a Ba^daèrf^ 
(Pontarlier), les Sables (Pontdevie), ag. Nolrmoutler. — Loire-Inf. 
Bourgneuf! (Diard), rr. Pointe de Penchdteau! (Desvaux). — Varie 
à feuil. entières, linéaires, à fol. de l'invol. chargées, entre le sommet 

et la petite corne, d'un petit flocon de laine blanche. %%- GiR. 

Le VerdoTi (Motelay), S .-André-dé-Cubzac, la Rivière, bord du chenal 
de Marbousé et au LazaretiLaiQVvaàe). — Lan. Pa?/ros (Lagu, Dupoy 
et moi). 

HYPOCHŒRIS L. Invol. imbriqué. Récept. garni de paillettes cadu- 
ques. Aigrettes plumeuses, toutes longuement pédicellées ou celles du 
bord seulement sessiles. 

H. glabra L. Annuel. Tige rameuse ou simple, Feuil. toutes radica- 
les, en rosette, roncinées ou pennifides, glabres, qqf. hispides. F/, jaunes, 
petites, terminales. Aigrettes du disque longuement pédicellées, celles du 
bord sessiles. Mai-a*. Champs après la moisson, coteaux et landes ari- 
des, lieux sablonneux. — Cïiar.-Inf. ce. pays de lande et sables ma- 
ritimes cultivés. — Deux-Sèv., Vend. C. — Loire-Inf. GC — Au delà: 

AC. schistes et région maritime, pg. ailleurs. /JOïC- Grm. c. région 

de landes et sables cultivés.— Lan. g, excepté en Chalôsse.— B.-Pyr. ac. 

S. H. Balbisii Lois, Aigrettes toutes pédicellées, Çà et là sables et 
pelouses maritimes. PG. — Le caractère cité est le seul qui distingue 
cette plante du type ; je l'ai semée, et dès la première année toutes les 
aigrettes du bord étaient sessiles. — Dans les sables maritimes très 
arides, j'ai recueilli des individus tous à capitules Ji,5. flores et à ai- 
grettes toutes sessiles. 

H. radicata L. Racine longue, tenace. Ti^e rameuse. Feuil. toutes 
radicales en rosette, roncinées à lobes obtus, hispides. FI. jaunes, plus 
grandes que dans le précéd. Pédonc. un peu écailleux.Fol. de l'invol. 
glabres ou hérissées sur la nervuredorsale. Aigrettes toutes longuement 
pédicellées, OJi. mai-oct. Bord des chemins, des haies, prés. CG. 

%. H, maculata L. Hispide, Tige robuste de 3-8 déc. à 1, qqf. S 
grandes fleurs jaunes, et à 1 feuil. embrassante située près de la base. 
Feuil. radie, oblongues, à dents écartées, ord. tachées de brun. Fol. de 
l'invol, entières, les int, tomenteuses sur les bords au sommet. Ai- 
grettes toutes pédicellées, 9^. jn. Clairières des bois, landes élevées. — 
Char,-L\f. rr. Dœuil (Dussouchaud), S. -Christophe (Lemarié !), çà et 
là forêts de Surgères ! (de Beaupreau) et de Benon; Bourgneuf, du 
Thou à Péré, là Gravelle (Foucaud), Montendre (Parât), r, bois du 
Colombier près iVa;ic/'as. R, — DEUx-Sèv. S.-Martin-de-Sansay (Pel- 
lier). 

TARAXACUM Juss, Invol. double, l'ext. à fol. plus courtes, appli- 
quées, ou plus ou moins étalées. Récept. nu. Aigrette longuement pédi- 
cellée, à poils simples. 

T. officinale Wigg. Leontodon Taraxacum L. Pissenlit. Plante 
très variable, Feuil. toutes radie, lancéolées, roncinées, ou profond, ron- 
cinées-pennifides. Hampe à 1 fl. jaune. Inv. ext. ord. réfléchi ou étalé, 
souv, appliqué dans les lieux marécageux (T. palustre DC). Ach. olive, 
jaunâtres, bruns ou rougeâtres fT. erythrosperinumj, striés, muriqués 
au sommet. OJi. mars-mai et un peu toute l'année. Partout. CG. 



COMPOSÉES. 209 

Obs. M. Jordan i^ug. p. 113 et suiv. décrit ou mentionne 11 espèces 
confondues, mal à propos selon lui, sous le nom ci-dessus. 

CHONDRILLA L. Invol. cylindrique, muni à la base d'écaillés acces- 
soires plus petites. Demi-fl. peu nombreux sur 2 rangs. Récept. nu. 
Aigrette pédicellée, à poils simples. 

C. juncea L. Tige hérissée à la base de poils raides, recourbés ; ra- 
meaux nombreux, effilés. Feuil. rad. roncinées, ord. détruites à la fleu- 
raison. celles de la tige linéaires. FI. jaunes, petites, solitaires ou agglo- 
mérées 2, 3 le long des rameaux. Acli. striés, fortement dentés au 
sommet et terminés par une petite couronne de 5 dents lancéolées du 
milieu desquelles sort l'aigrette longuement pédicellée, (2). j^^-j*. Lieux 
sablonneux surtout des terres cale, sables maritimes. — Char.-Inf. 
et Vend. C. — Deux-Sèv. AC. — LomE-iNF. De Pierre-Percée à la 
Varenne, Vauœ-Bressy, sables du lac de Grand-Lieu, S.-Philbert, 
MachecouL Arthon, S.-Gildas, c. sables maritinies. PC. — Mgr. pc. 
sables maritimes. — Fin. De l'anse de la Torche à Plonéis (Crouan), 

Penarc'hoat en Crojo/i (Tanguy). %%• GiR- G. —Lan. etB.-PYR. 

AC, c. lieux sablonneux. 

LACTUCA L. Invol. oblong, imbriqué. Récept. nu. Ach. comprimés, 
striés. Aigrette pédicellée, à poils simi^les. 

L. virosa L. Laitue vireuse. Tige élevée, hérissée d'aiguillons ainsi 
que les nervures du dessous des feuil. Feuil. horizontales, ovales-oblon- 
gues, dentelées-épineuses, entières ou qqf. pennifides-roncinées, à oreil- 
lettes embrassantes. FI. jaunes, petites, en panicule ohlongne, étalée, 
à rameaux droits. Ach. oblongs-obovales, striés, «.otrs, à rebord un peu 
large, glabres au sommet. (2). j°-at. Lieux pierreux, murs, chemins, 
haies. C. 

L. Scariola L. Caract. du précéd. Feuil. verticales, pennifides-ron- 
cinées ou (L. dubia Jord.) entières; panic. largement ovale, à rameaux 
les plus jeunes penchés ; ach. gris, oblongs, rétrécis à la base, à re- 
bord plus étroit, un peu hispides au sommet, (g. j"-at. Mêmes lieux. 
Moins C. 

L. saligna L. Tige blanchâtre, effilée. Feuil. infér. roncinées-penni- 
fides, un peu hispides sur la carène; lobes linéaires, le terminal très 
long ; Feuil. super, linéaires, entières, à oreillettes aiguës, embrassantes. 
FI. jaunâtres, petites, en grappe effilée presq. en épi. Pédic. de l'aigrette 
blanc, 1 fois plus long que l'ach. i^. jt-sept. Lieux pierreux, chemins, 
vignes. — Char.-Inf. et cale, des Deux-Sèv. et de la Vend. C. — Loire- 
Inf. c. vallée de la Loire ; Pouliguen. PC. — Mor. Auray, Larmor en 
Plœmeur (Le Gallj. — Il.-et-V, S.-Jacques, S.-Malo ! (herb. Degland), 

Laillé (Le Gallj. '/SC%- Gm. C. — Lan. c. K\rtout en Chalosse. 

— B.-Pyr. AR. 

L. muralis Fres. Prenanthes L. Chondrilla Lam. Tige simple à la 
base. Feuil. embrassantes, lyrées-roncinées, à lobes anguleux, le termi- 
nal très grand, en co?ur,"à 5 angles. Fo : de l'invol. 5 sur un rang. 
FI. jaunes, petites en panic. terminale ; pédonc. filiformes ; demi-fl. 5 
sur un seul rang. Ach. noirâtre, striés, lisses, 2-3 f. plus longs que le 
pédic. de l'aigrette. i^.j"-at. Lieux pierreux et ombragés des bois, vieux 
murs. — Char.-Inf. Beauvais ! (Savatierj, S.-J.-d'Ajigélg etenv. (Pina- 
tel), Grandjean (Foucaud), Pessines (Brunaud), le Douhet, S.-Savi- 

14 



210 COMPOSÉES. 

nien; Plassay, Rochecourboîi {Tessevonl), Corme-Royal ; Montlleu! 
(de Meschinet), etc. — Deux-Sôv. AC— Vend. r. Les Fontenelles près 
Nap. (Maricbal), Roc S.-Luc, Lorbrle, Ardenne, Bourneau, Sengné 
(Letourneux), forêt de Vouvant, Cheffols (Gobert), etc. — Loire-Inf. 
Ancenls, ChâAeaubrlani, forêt de Teillé et la Roche-Glffard, la Mell- 
leraie, Orvault, le Chaffault et Bougueiiais. forêt de Touvols. PC. — 
Mgr. Bois de la Roche en Loyat (Le Gall), Hennebont, forges des 
Salles, Le Faouet, etc. (Arrondeau), Tour d'Elven (Taslé). — Fin. 
Forêt de Quimperlé, Chdteaulin, Huelgoat, forêt de Crannou, etc. 
— G. -Nord. La Harmoy, forêts de Lor'ge, du Beffou, de la Hunau- 
dale, etc. — Il.-et-V. Bois de la Molière', Corps-Nuds (herb. Degland), 
Fougères, Parigné ; Beaufort (Gallée). — etc. — - — %%. Gm. 
Foncaude (Goua), S.-Féllx-de-Pommler (Belloc). — Lan. S.-Sever ! 
(L. Du four). 

%. L. chondrillaeflora Bor. Rameaux nombreux, effilés, blanchâtres. 
Fe'ull. glauques, les rad. roncinées-pennifides à lobes dentés, celles de 
la tige décurrentes, presque d'un nœud à l'autre, en aile libre de chaque 
côté et persistant après la chute de la feuil., les feiiil. sup. entières, 
linéaires-lancéolées. FI. d'un beau jaune, agglomérées, presque en grappe ; 
demi-fl. 5 sur un rang. Ach. noirs, muriqués sur les stries nombreuses, 
1 f. plus longs que le bec portant l'aigrette très blanche. (2). a^-oct. 
Vignes cale. — Char.-Inf. Chérac (Barbreau). — Segonsac dans la 
Charente (Parât). 

%. L. perennis L. Glauque. Feuil. pennifides à lobes recourbés, lan- 
céolés, entiers ou dentés du côté sup., les sup. presq. entières, embras- 
santes par 2 oreillettes arrondies. FI. 6/eae.s, grandes, en corymbe lâche. 
Ach. à 1 strie de chaque côté, égalant le pédic. de l'aigrette. %. j"-j/'. 
Champs et lieux pierreux cale. — Cii.\r.-Inf., Deux-Si^v.. Vend. C. 
%%• GiR. c. Esplet (Bonnaves). 

SONCHUS L. Invol. imbriqué. Demi-fl. sur plusieurs rangs. Récept. 
nu. Ach. comprimés, striés. Aigrette sessile, à poils simples. 

S. oleraceus L. S. lœvis Vil. Tige creuse, rameuse. Feuil. variables, 
roncinées-pennifides à lobe terminal ord. triangulaire, dentées ou qqf. 
entières, embrassantes par 2 oreillettes acutnlnées. FI. jaunes, en co- 
rymbe ; pédonc. souv. velus-floconneux. Ach. muriqués en travers, à 
3 stries sur chaque face. (î). jn-oct. Terres cultivées. CC. 

p. S. lacerus Willd. Feuil. profond, pennifides à lobes sinués-dentés, 
tous égaux. C. 

S. asper Vil. S. fallax Wallr. Diffère du précéd. par ses feuil. plus 
fermes, luisantes, à dents raides, épineuses, embrassantes par 2 oreil- 
lettes obtuses ou contournées et par ses ach. lisses, bordés, (i). jn-oct. 
Mêmes lieux. C. 

S. arvensis L. Rac. rampante. Tige de 5-8 déc. simple, creuse, hé- 
rissée au sommet de poils glanduleux, surtout sur les pédonc. et les 
invol. Feuil. lancéolées, roncinées, bordées de petites dents épineuses, 
celles de la tige embrassantes par 2 oreillettes obtuses. FI. grandes, 
d'un beau jaune, en corymbe. Ach. brun foncé, striés, muriqués en travers, 
plusieurs fois plus courts que leur aigrette. Oj,. j" sept. Champs argi- 
leux. —Char.-Inf. C. — Deux-Sèv. AC— Vend. ac. littoral, calcaire et 
Marais méridional (Letourneux, Pontarlier, Marichal). — ac. Bretagne 



COMPOSÉES. 211 

surtout région maritime. — Qqf. haut de 10-15 cléc. sur le bord des 

eaux : en cet état, il ne faut pas le confondre avec le suivant. 

%%. GiR. Bourg, Bordeaux, Blanquefort (Laterrade). — B.-Pyr. 
Èayonne. 

S. palustris L. Rac. non rampante. Tige de 2-3 met. simple, grosse, 
creuse, hérissée au sommet de poils glanduleux. Feuil. dentelées, les 
inf. roncinées, à lol)es grands, lancéolés, triangulaires, le terminal très 
allongé, celles delà tige lancéolées, embrassantes pav il oreillettes loti- 
gués, acuminées. FI. grandes, d'un beau jaune, en corymbe ord. ample. 
Ach. 2-3 f. plus courts que l'aigrette et à h côtes principales qui les 
rendent presque tétragones. 0^. jt.-a*. — Gm. Parempuyre (Ducot). 

S. maritimus L. Rac. rampante. Tige simple, dressée ou ascendante. 
Feuil. un peu glauques, long, lancéolées, entières ou peu sinuées, à 
dents presque toutes dirigées en bas, les sup. embrassantes. FI. jaunes, 
2-A terminales; pédonc. souv. floconneux. Ach. striés, finement muriqués 
en travers. *^. j"-at. Lieux marécageux maritimes, et çà et là auprès 
des sources des rochers marit. ou parmi les galets. — Char.-Ixf. C. — 
Vend., LomE-lNF. PC. — Mor. Arradon, Séné, Saneau (Pontarlier), 
Quiberon (Tasléj. Hœdic (Delalandej, Pont Mahé. PC. — Fin. Ber- 
theaumc, Argentan (Crouan). RR. — A l'intérieur: Char. -Inf. Marais 
des Sœurs et Pays-bas deMatha (Savatier), Corme-Royal. — Remonte 
la Sèvre jusqu'à S.-Sigisni07id en Vendée (Letourneuxj. au marais du 
Vanneau (Guillon) et à Mau::é (Deux-Sèv.j. — ce. marais de la Dive 
depuis la Mothe-Bourbon jusqu'à 1 lieue au-dessus (Revelière), Pas- 

de-Jeu fJ. Richard). %%• Gm. Entre Pauillac et Lesparre ; le 

Verdon CRamev), Biganos (Jar'ris), Cap Ferret (Lafont). 

PTEROTHECA Cass. Invol. imbriqué de fol. sur 2 rangs, l'ext. plus 
court. Récept. garni de longues soies caduques. Ach. du disque striés, 
rétrécis en bec, ceux du bord convexes en dehors, munis en dedans de 
2,3 ailes membraneuses. Aigrette à poils capillaires. 

"%. P. nemausensis Cassini, Andryala\'\\. Hieraciuni sanctutnL. 
Plusieurs tiges de 10-25 cent, dressées, hérissées de poils glanduleux, 
à 1-5 fl. en corymbe. Feuil. toutes radicales, lyrées ou dentées, obtuses. 
(î). av. — Char. -Inf. Courçon (Bouchet !), laGrdce-Dieu, La Rochelle 
et env., AigrefeuiUe, Croix-Chapeau, Chûtelaillon, Tonnay-Charente , 
S.-Hippolyte, Pont-l'Abbé, Bords, S.-Coutant, Taillebourg, S.-Jean-^ 
d' Arigély , Saujon {Foucaud) , Beauvais (Saxaiiev). — Deux-Sèv. Mauzé 

(Foucaudj. 'y^- Gm. Le Verdon.Cissac, Lesparre; S.-André- 

de-Cubsac (Jarris),'La Teste (Merlet). — Lan. Villeneuve-de-Marsan 
(Lagu). — B.-Pyr. Bayonne. — Se répand de plus en plus. 

CREPIS L. Invol. imbriqué de fol. sur2rangs, l'ext. plus court. Récept. 
nu. Ach. striés. Aigrette sessile ou pédicellée. Fl. jaunes (ici). 

* Ach. du disque rétrécis en bec portant l'aigrette. 
(Barkhausia Mœnch). 

C. foetida L. Poilu-grisàtre ; odeur de l'amande amère. Tip:e de 2-A 
déc. dressée ou diffuse. Feuil. rad. pennifides-roncinées, à lobes angu- 
leux, dentés, les sup. lancéolées, embrassantes, profond, divisées à la 
base. Fl. rougeàtres en dehors, penchées avant l'anthèse, en corymbe 
irrégulier. Invol. velu-blanchàtre, à fol. ext. lancéolées. Pédic. dès ai- 
grettes ext. très-court. (î). j"-at. Champs incultes pierreux ou sablon- 



212 COMPOSÉES. 

neux, bord des chemins. AC. — pc. au-delà de Lolre-Inf. et ord. dans 
la région maritime. — Varie qqf. à feuil. indivises, dentées. 

C. taraxacifolia Thuil. Tige dressée, deA-8déc. sillonnée, roiigeàtre, 
liispide ainsi que les feuil. Feuil. pennifides-roncinées à lobes anguleux, 
dentés, les sup. embrassantes, profond, divisées à la base. FI. dressée 
avant Vanthèse, en corymbe terminal. Invol. rude, velu-cendré, à fol. 
ext. ovales-lancéolées. Pédic. des aigrettes presque égaux. @. mai-j*. 
Prés, coteaux, chemins, vignes, surtout du cale. — Citar.-Inf., Deux- 
Sèv., Vend. CC. — LomE-iNF. Varades, Ancenis, Lépine près la Chap.- 
basse-Mer. Copchouœ, Saffré, Chdteau-d'Aux, etc. PC. — Mon. ac. 
Belle-Ile, ar. Houat, GroLx ; c. Hœdic (Delalande). — Fin. Murs de 
S. -Marc près Brest (Hubert), Morlaix. — C.-Nord. ac. région mari- 
time et son voisinage. — Il.-et-V. c. mêmes lieux ; murs de Rennes. — 

Se répand en Bretagne dans les prés artificiels. %%• GriR- CC. 

Lan. Çà et là, surtout en Chalosse. — B.-Pyr. AC. 

C. setosa Hall. Bark. DC. Tige de 3-6 déc. rameuse. Feuil. rad. 
sinuées-dentées ou roncinées-lyrées, celles de la tige sessiles, entières 
ou incisées à la base embrassante en fer de flèche. FI. en corymbe. 
Inv. à fol. linéaires, en carène, hérissées de soies raides jaunâtres, 
ainsi que les fol. e.xt. de l'invol. ctoZct's et les bractées. Stigm. livides. 
Aigrette dépassant à peine l'invol. (i). jn-jt. Champs, vignes, prés, bord 
des champs. — Ciiar-Inf. et cale, des Deux-Sèv. C. par localités. — 
Vend. c. le cale. — Bretagne : Introduit par la culture, il se répand 
de plus en plus, surtout dans les luzernes. 

C. suffreniana {Barlihausia.) DC. FI. franc. 5.A/i9 ! Rac. pivotante à 
1, qqf. 2 tiges de 5-10 cent, dressées, très hérissées jusqu'au tiers de leur 
longueur de poils raides qui deviennent plus rares ou qui manquent vers 
le sommet. Feuil. rad. spatulées-oblongues, pennifides, sinuées ou presq. 
entières, celles de la tige entières, se rétrécissant de la base au som- 
met, embrassantes par 2 oreillettes entières, feuil. inf. pennifides ou 
dentées. FI. 2,3 terminant les rameaux penchés avant Vanthèse. In- 
vol. fructifère conique, hérissé, un peu dépassé par l'aigrette ; fol. ext. 
linéaires, ouvertes. Ach. brun foncé, striés, rétrécis au sommet en bec 
3 fois plus court qu'eux, (i). fin mai au 15 juin. Sables maritimes her- 
beux. — Char. -Inf. Oleron ! (de Beaupreau), Fouras, Angoulins ; 
île de Ré (Foucaud, Savatier), etc. AC. par localités. — Vend. Cail- 
lola (Letourneux), la Bauduère (Pontarlier), c! Ile d'Yeu (V. Grand- 
Marais), S. -Jea/i-c^e-Mo/ii (Gobert, V. Grand-Marais). — Loire-Inf. c. 
entre Mindin et S.-Brevin et au-delà; S.-Michel près le moulin de 
Tharon, en plusieurs endroits entre Pornichet et Pouliguen, Arthon. 
AC. par localités. — Mon. Penestln ; « Belle-Ile (Le Gall flore). » RR. 
— Varie dans les lieux plus secs à tige 1-3. fl. et à feuil. entières. — Le 
caractère des petits rameaux penchés avant l'anthèse servira à distin- 
guer cette obscure petite plante de C. virens, qui croît souvent avec elle, 

et les fruits mûrs rendront toute erreur impossible. %%• Gm. 

Pointe de Grave. 

** Ach. sans bec ; aigrette sessile. (Crépis DC.) 

C. virens Vill. C . polyniorpha Wallr. Rac. en fuseau. Tige sillon- 
née, dressée. Feuil. rad. pétiolées, lancéolées, dentées ou sinuées-pen- 
nifides, celles de la tige embrassantes en fer de flèche, planes. Fl. en 
corymbe. Stigm. jaunes. Invol. plus ou moins velu-blanchâtre, à fol. 



COMPOSÉES. 213 

int. glabres en dedans, les ext. appliquées. Ach. légèrement courbés, 
un peu rétrécis à chaque extrémité, striés, lisses. (î). jo-oct. Prés, 
champs, chemins, haies, saisies maritimes. GC. — Plante variable offrant 
en outre les formes suiv. 

[3. C. agrestls W. et Kit. Tige raide, élevée, plus ou moins rude sur- 
tout à la base ; feuil. sinuées-pennifides, pédonc. et invol. hérissés de 
poils noirâtres, c. prés de la Loire. 

y. C. diffusa DC. Couché ou diffus, très rameux ; pédonc. longs, grê- 
les, filiformes; fl. très petites. Pied des murs, le long des chemins. CC. 

— Cette forme semée m'a produit le type avec tige dressée de 6-9 déc, 

'%. C. nicaeensis Balb. C. sca&ra DC. Bast. Tige dressée, de 3-5 déc. 
sillonnée, hérissée surtout à la base. Feuil. rad. roncinées-pennifides ; 
celles de la tige sessiles, embrassantes par deux oreillettes acuminées, 
divergentes, les sup. indivises. Fl. en corymbe ; stigm. livides. Fol. de 
l'invol. ventru à ta. maturité lancéolées, glabres en dedans, les ext. 
plus étroites étalées. Ach. jaunâtres, striés, lisses. (2). j"-jt. — Ciiar.- 
Inf. Prés, Ac. par localités sur la route de Siecq à Cognac depuis les 
Granges jusqu'au-delà de la forêt de Jarnac ; Dœuil; MontguyoniSava.- 
tier, Foucaud). — Deux-Sèv. Forêt de C/ii^e (Guillon), Bougon (Girau- 
dias), S.-Loup. 

Obs. C. biennis L. se distinguera du précéd. par les stigm. jaunes et 
l'invol. non ventru à la maturité, à fol. int. garnies en dedans de poils 
fins, couchés, brillants ; ces deux derniers caractères, ainsi que les 
ach. plus pales, 1 f. plus longs, empêcheront de le confondre avec 
C. agrestis var. de C. virens. — C. iectoruni L. a les feuil. de la tige 
roulées en dessous par les bords, les stigm. gris livide et les ach. de 
couleur marron, muriqués. — Ces deux plantes sont étrangères à la Bre- 
tagne et prob. à l'ouest de la France, où cependant qq. pieds du pre- 
mier apparaissent dans les prés artificiels et au bord des routes. 

%. C. pulchra L. Koch. Tige de 3-9 déc. raide, sillonnée, glabre dans 
le haut, velue-glanduleuse dans le bas, ainsi que les feuil. triangulaires- 
oblongues, dentées, demi-embrassantes, les rad. roncinées ouoJDOvales- 
oblongues, pétiolées. Fl. en corymbe paniculé, nu. Invol. glabre, à fol. 
linéaires-lancéolées, \esext. courtes, ouates, appliquées. Stigm. fauves. 
Ach. striés, les ext. rudes. (5). J^-j^. Champs pierreux, vignes ducale. 

— Char.-Ixf. c. — Deux-Sèv. AC., moins c. dans le nord. — Vend. 

AG. cale, méridional et de Chantonnay (Pontarlier, Letourneux). 

%%. GiR. AC. — Lan. Nerbis (Perris), S.-Sever (L. Dufour), Peyre- 
ho'rade (Féraud), Castelnau-Tursan. 

C. bulbosa Tausch, Leontodon L. Souche composée de fibres lon- 
gues, nombreuses, rampantes, garnies de tubercules ovales, blanchâtres, 
luisants. Hampe de 1-2 déc. uniflore, hérissée au sommet ainsi qu'à la 
base de l'invol. de poils noirs glanduleux. Feuil. un peu glauques, tou- 
tes radicales (ou bien une seule au bas de la hampe), pétiolées, ovales- 
lancéolées, entières ou à qq. dents écartées, glabres. Fol. ext. de l'invol. 
Iilanchàtres. Ach. un peu ridés en travers, à 4 cotes très obtuses, ré- 
trécis au sommet, 1 fois plus courts que l'aigrette blanche.*^, fin mai. 
Sables et rochers maritimes humides nus, ou parmi les pierres, les buis- 
sons. — Ch.\r.-Inf. c. par localités de Méchers à Châtelaillon et aux 
îles. — Vend. Noirmoutier, île d'Yeu ; des Sables au Veillon. — Mor. 
Houat ; HœdJc (Delalande). — FiN.lîes Glénans ! (Bonnemaison). RR. 



214 COMPOSÉES. 

%%• Gm. Soulac, le Verdon. — Lan. Ondres (Deflers). — 

B.-PYR.*Le Boticau, ce. de la barre de l'Adour à la Bidassoa. 

HIERACIUM L, Invol. imbriqué. Récept. nu. Ach, non rétrécis au 
sommet. Aigrette sessile, à poils simples, d'un blanc sale. FI. jaunes (ici.) 

* Tige à rejets rampants feuilles. 

H. Pilosella L. Rejets longs, nombreux, radicants. Hampe nue 1 .flore. 
Feuil. obovales-lancéolées, tomenteuses-blanchàtres en dessous, glau- 
ques et couvertes de longs i^oils en dessus. FI. jaune citron, rougeàtres 
en dessous. Invol. velu, couvert de poils noirâtres. %. mai-sept. Lieux 
pierreux, murs, pelouses, talus des fossés. CC. 

p. H. pelleté rianum Lois. Plus robuste, à rejets courts, et formant 
des touffes épaisses ; invol. grand, liérissé de longs poils blancs soyeux. 
— Deux-Sèv. Coteaux schist! r/ioaars .'(Gosson), Argetiton-Ch. — Vend. 
R. Mortagne (Genevier). — Fin. Brest (Hubert). 

H. Auricula L. Hampe nue ou à 1 seule feuil. Feuil. lancéolées-spatu- 
lées, un peu glauques, minces, munies de qq. longspoilsépars.FZ. jaunes, 
2-5 en corymhe compacte, terminal. Invol. noirâtre plus ou moins hé- 
rissé, ainsi que la tige, de poils noirâtres. %. jn-sept. Bord des haies, 
des champs, prés. AC. — C/iar. -/a/", seulement dans le midi (Foucaud), 

— R. Fin., Mor. et dans la partie des C.-Nord voisine. %%• Gm. 

AC. — Lan. Çà et là, plusc. en Chalosse. — B.-Pyr. C. 

%. H. praealtum Vill., H. pratense fi. de l'Ouest éd. 3. Tige élancée de 
3-i* "déc. parsemée à la base de qq. longs poils, à % 3 feuil., garnie de 
longs rejets feuilles radicants ou non. Feuil. lancéolées, un peu glau- 
ques, minces, parsemées de longs poils ord. noirs à la base. FI. jaunes, 
petites (12-15 mil.), asses nombreuses (12-20), en corymbe à rameaux 
ouverts. Stigm. jaunes. Invol, liérissé de poils noirs. %. juin. Talus her- 
beux. — Char.-Înf. Pointe des Minimes près la Rochelle. 

Obs. Au milieu du précéd. et de H. Pilosella, MM. Maillard et Girau- 
dias m'ont fait aussi cueillir une plante que M. Maillard propose d'ap- 
peler //. rupellense : rejets courts ; hampe courte de 10-12 cent, épaisse, 
garnie de longs poils noirs, à 1 fl. ou bifurquéeau sommet à 2 fl. de la 
grandeur de H. pelleterlanum (25-27 mil.); feuil. lancéolées-spatulées, 
vert clair, un peu plus en dessous. Stigm. livides. — Depuis 9 ans il 
se ressème dans mon jardin sans altération. 

** Tige feuillée ; feuil. rad. non desséchées pendant la fteuraison, 

Obs. Les plantes suiv,, si variables, représentent, selon MM. Jordan 
et Boreau, des groupes entiers d'espèces, qqf. très nombreuses. Dans 
un département qui nous touche, celui de Maine-et-Loire, M. Boreau 
énumere A3 espèces, en avertissant qu'il en reste sans doute encore 
beaucoup à distinguer. Incapable de reconnaître ces nouvelles espèces, 
je renvoie aux livres de ces auteurs, avec lesquels j'ai renoncé à accor- 
der ma synonymie. Je rappellerai que l'étude de ces plantes doit être 
faite dans les champs, où il est plus facile de les comprendre que dans 
les herbiers remplis d'échantillons imparfaits. — Il convient d'avertir 
le commençant que la même plante a un aspect différent selon qu'elle 
est: naine ou robuste ; broutée ou coupée avec rejets, ou bien naturelle; 
née dans un lieu nu ou ombragé ; dans une terre aride, pierreuse ou 



COMPOSÉES. 215 

meuble, toutes formes souvent très embarrassantes en herbier. — Pour 
les espèces des Deux-Sèv. consultez la Flore de MM. Sauzé et Maillard 
qui contient la description de 28 espèces. 

H. murorum L. Tige presque nue. Feull. radie, ovales ou ovales- 
oblongues, souv. à base en cœur, à dents inf. plus profondes, dirigées 
en bas, celle de la tige solitaire, sessile ou pétiolée. FI. en corymbe à 
rameaux arqués-ascendants, couverts ainsi que les invol. d'une pu- 
bescence étoilée mêlée à des poils noirâtres, glanduleux.*]^, mai-j*. Vieux 
murs, haies, bois. — Char -Ixf. Fouras, Tailleboarg, Saintes, Jon- 
zac, Siecq, MontUeu, forèi (VA ultiai/, et çà et là . ÂC. — Deux-Sèv. 
G. env. de la Mothe : Parthenay, forêt de Chisé, etc. — Vexd. Doni- 
plerre, laRoche-sur-Eau(PoniavUeT), foret de Vouoant (Ayraud), Bour- 
neau, la Châtaigneraie (GoheH), Pouzauges (J. Rossignol), les Chatel- 
liers, Luçon fGenevier), — LomE-IxF. c. Chdteaubriant : Soudan et env. 
(Guiho), le Chaffault! (M'i""^' Duchène), c. chemin de fer à Thouaré. R. 
— C.-NoRD. Murs de Dlnan ; de Lehon, la Rance et vallées secon- 
daires (Mabille). — Il.-et-V. Murs de Fougères. — Variecomme les suiv. 
à feuil. plus ou moins velues ainsi que les tiges, peu ou fortement den- 
tées, même incisées ou laciniées, et qqf. tachées de brun. %%• Gir. 

FZotr«c (Durieu), Bassens {km.é), Langon (Belloc). — Lan. Mont-de- 
Marsan (Perris). 

H. silvaticum Sm. DC. prod. H. vulgatum Koch, syn. Tige garnie 
de 3 à 5 (qqf. 6, 7) feuil. Feuil. ovales-lancéolées ou ovales, rétrécies 
à la base, à dents inf. plus profondes, dirigées en haut, les radie, pé- 
tiolées, les sup, presque sessiles, FI. en corymbe à rameaux droits, 
couverts ainsi que les invol. d'une pubescence étoilée mêlée à des poils 
noirâtres, glanduleux. OJ,. mai-j*. Bois, haies, vieux murs. C. 

*** Tige feuillée ; feuil. radie, nulles, les inf. desséchées avant 
la fleuraison. 

H. tridentatum Fries ex Grenier fl. de France, H. rigidum Hart. 
H. affine fl. Loire-Inf. Tige raide de6-12déc. très-feuilléé. Fewt7. ova- 
les-lancéolées ou lancéolées, rétrécies à chaque extrémité, ord. mu- 
nies au milieu de plusieurs grosses dents, les inf. rétrécies en pé- 
tiole. Fl. grandes, en corymbe. Stigm. jaunâtres. Fol. de l'invol. appli- 
quées, sans poils glanduleux. Acîi. noirâtres ou brunâtres. OJi. jt-a*. 
Bois. AC. 

H. umbellatum L. Tige de A-12 déc. raide. Feuil. uniformes, qqf. con- 
tournées, lancéolées ou linéaires, entières ou dentées, les sup. sessiles. 
Fl. en corymbe à rameaux terminaux réunis en ombelle. Stigm. jau- 
nes. Invol. glabre à fol. recourbées au sommet, surtout dans le bou- 
ton. %. j*^-15 sept. Haies, bois, rochers, lieux pierreux. C. — Var. à 
feuil. très étroites, bois de pins do la Gironde et des Landes (J. F.j. 

H. boréale Fries, Koch, Grenier, H. silvestre Tausch, //. sabaudum 
Smith, DC. Tige raide, très-feuillée. Feuil. nombreuses, rapprochées, 
ovales ou ovales-lancéolées, dentées, sessiles, les sup. ovales, acumi- 
nées, demi-embrassantes. Fl. en corymbe paniculé. Stigm. grisâtre-li- 
vide. Fol. de l'invol. lâches, maisnonVecourbées au sommet. %. at-sept. 
Bord des bois, des buissons. AC. 

%%. H.eriophorumS.-Am.Couvert de longs poils blancs, laineux. 
Tige couchée ou ascendante. Feuil. lancéolées, sessiles, non embrassan- 



216 AMBROSIACÉES. 

tes, très nombreuses, serrées, imbriquées, dentées. FI. presque en om- 
belle. Stigm. jaunes. Ach. gris-blanchàtre. %. a^-sept. Dunes, bois de 
pins du littoral. — Gm. Cap Ferret, la Teste, Cazau. — Lan. Mimisan, 
Capbreton etprob, çà et là. — B.-Pyr. Le Boucau, Bayonne et env., 
Chambre-d' Amour . 

ANDRYALA L. Invol. à fol. presque sur un seul rang. Réccpt. cou- 
vert d'alvéoles dont les bords sont divisés en soies dépassant les ach. 
anguleux, striés. Aigrettte sessile, à poils simples. 

A. integrifolia L. Plante couverte d'un duvet mou, blanc-jaunàtre. 
Tige simple. Feuil. lancéolées, sinuées, les super, entières, sessiles. FI. 
jaune citron, en corymbe terminal. Invol. un peu glanduleux. (î). jt-sept. 
Vignes, coteaux pierreux. AC. par localités jusqu'à la vallée de la Loire. 
%%• GiR-> Lan., B.-Pyr. g. surtout ter. sablon. 

AMBROSIACÉES. 

FI. monoïques. Mal. en capitule garni de paillettes ou nu, entourées 
d'un invol. polyphylleà fol. sur un seul rang ou monophylle ; cal. propre 
à 5 div. cor. Ô ; étam. 5 à anthères libres. Fem. 2 entourées d'un invol. 
l.phylle, persistant ; cal. et cor. ; style 1, à 2 stigm. allongés. Fruit 
renfermé dans l'invol. endurci, indéhiscent. 

XANTHIUM L. FI. monoïques. Mal. invol. à fol. sur un rang; récept 
garni de paillettes; cal. en massue, à 5 dents. Fem. placées au-dessous 
des mâles ; invol. l.phylle à 2 fl. séparées par une cloison ; cal. et cor 
0. Stigm. 2. Fruit à 2 graines renfermées dans l'invol. épineux. 

X. strumarium L. Tige rameuse, pubcscente. Feuil. dentées-angu 
leuses, en cœur à la base, un peu rudes. Fruits agglomérés, axillaires 
ovales, hérissés d'aiguillons crochus et terminés par 2 pointes droites 
(1). at-sept. Bord des chemins, des fossés. — Ciiar.-Inf. ac. région ma- 
ritime : Montlieu (de Meschinet), Colombiers (Cazaugade), S.-Ci/r-du 
Doret (Lemarié). — Vend. ag. région maritime ! (Pontarlier, Mar'ichal), 
marais occidental ; c. Marais mouillé ! (Letourneux). — Loike-Inf. Méans 
Montoir! (Lclourneux), S.- Joachim ci Rosay ; Machecoul! (Pesneau) 

F rénay {hv^innchève), -Nantes : les M ar liais (GviWio). R. ^%, Gm 

AC. — Lan. C. — B.-Pyr. Çà et là ; c. env. de Bayonne. 

X. macrocarpum DC. Tige simple ou rameuse, rude. Feuil. rhom 
boïdales, en coin à la base, dentées-lobées, très rudes. Fruits oblongs, 
axillaires, réunis 2,3 ou plus ensemble, 1 fois j^lus gros que dans le 
précéd. terminéspar 2 pointes courbées endedans. ;i). j^. -sept.— Char. - 
Inf. Royan (Crevélier!). — Loire-Inf. ag. sables du haut de la Loire, 

où il se répand de plus en plus. %%• Gm. Blaye, Bordeaux ! 

(Laterrade), Bègles (Bonnaves), Langon ! (Goua). 

* X. spinosum L. Tige à épines tripartltes. Feuil. entières et à 3 
lobes, tomenteuses-blanchâtres en dessous. 0. sept.-oct. Cette plante de 
décombres, introduites dans les ports avec le lest des navires, y séjourne 
qqf . ; elle a été vue: Ciiar.-Inf. c. de Barman à raZmon?; (Lemarié 1), 
Royan, Terre-Nègre. — Deux-Sèv. Parthenay, Niort, la Mothe {^awzQ 
flore). — Vend. Les Sables. — Loire-Inf. Ayantes, S.-Nasaire, Croisic. 

— C.-Nord. Le Légué, Dinan. — etc. %')^. Gm. Soulac (La- 

lanne), le Verdon- laSouys (Laterrade), Bordeaux, Bègles, Castillon 



LOBÉLIACÉES. 217 

(Motelay), Langon (Goua). — Lan. Ychoux. — B.-Pyr. Le Boucau- (8i- 
buet), Bldart, S.-Jean-de-Lus. 

LOBÉLIACÉES. 

Cal. adhérent à l'ovaire, à 5 div. ou entier. Cor. l.pét. insérée sur le 
cal., irrégulière, à 5 lobes. Etam. 5 insérées sur l'ovaire. Anthères sou- 
dées aux tilets. Ovaire à 2-/» loges, ovules nombreux ; placenta centraux. 
Style 1 ; stigm. urcéolé, membraneux, ou couronné par des cils. Fruit 
capsulaire, rar. drupacé. Feull. alternes. 

LOBELTA L. Cal. à 5 div. Cor. à 2 lèv. la sup. plus petite, bifide, 
l'inf. à 3 lobes. Etam. 5, anthères soudées en tube. Stigm. cilié, à 2 
lobes. Caps, à 2-3 loges s'ouvront au sommet. 

L. urens L. Herbe à suc très piquant. Tige simple, anguleuse. Feull. 
Inf. o6oya?e5-spa^aZees, crénelées-dentées, les sup. lancéolées. FI. bleues 
en épi allongé, terminal. (2). j"-at. Landes, bord des champs. C. — u. le 
cale. — Ciiar.-Inf. Ter. tertiaires, S.-Seurln, N'ancras, MontUeu, Mon- 
te ndre ; c. la Brousse en Brisambourg (PinaleV), Corme-Royal [Tes- 

seron!). %%• Gir. et Lan. c. région de landes, ter. sablon. — 

B.-Pyr. S. -Etienne. 

%%. L. Dortmanna L. Tige simple, de 2-5 déc. dressée, glabre. Feull. 
rad. nomhveuses, en 7-osette, linéaires, obtuses, épaisses, creuses, gla- 
bres, entières, celles du bas de la tige semblables aux rad., les autres 
en forme de bractées. FI. bleues, peu nombreuses, étalées-penchées, en 
grappe lâche, terminale. %. mai-j". Bord submergé des étangs. — Gir. 
Etangs de Hourtlns ! (Termonia), de Lacanau! (Motelay), de Caz^au. 
— Lan. Etangs de Parentes, d'Aureilhan, de Soustons, de Seignc^se. 

CAMPANULACÉES. 

Cal. adhérent à l'ovaire, 5.fide. Cor. Lpét. ord. régulière, insérée sur 
le cal. Etam. 5 insérées sur l'ovaire ; anthères qqf. soudées à la base, 
à â loges. Ovaires à 3-5 loges, ovules nombreux ; placenta centraux. 
Style 1 ; stigm. 2-5.fide. Fruit capsulaire. Feull. alternes. 

JASIONE L. Cal. à 5 div. Cor. régulière, à 5 lobes linéaires, d'abord 
soudés. Anthères soudées à la base. Caps, à 2 loges s'ouvrant au som- 
met par un trou. FI. agrégées en capitule entouré d'un involucre 
polyphylle. 

J. montana L. Hispide. Rac. simple. Tiges rameuses, diffuses. Feuil. 
linéaires, rétrécies à la base, ondulées. FI. bleues, en tête terminale, 
longuement pédonculée. (i) et @. jn-jt. Moissons, bord des haies, lieux 
sablonneux. CC. 

p. marltlma. Hérissé-grisâtre ; tiges nombreuses, couchées, fl. ord. 
plus pâles. Jn-sept. Sables maritimes. C. 

PHYTEUMA L. Cal. à 5 div. Cor. en roue, à 5 lobes linéaires, allon- 
gés ; tube très court. Etam. 5, filets dilatés à la base, anthères libres. 
Stigm. à 2,3 lobes. Caps, à 2,3 loges s'ouvrant par des trous latéraux. 
Fl. en épi ou en tête garnie de bractées. 



218 CAMPANULACÉES. 

P. spicatum L. Rac. en fuseau. Tige simple. Feuil. inf. ovales-en 
cœur, crénelées en scie, pétiolées, les sup. linéaires, sessiles. FI. blanc 
jaunâtre, en tête ovale, s'allongeant ensuite en épi cylindrique, S^. mai-j". 
Bord des bois. — Char. -Inf. La Brassière près Damplerre (Pinatél), 
Ac. Montlieu et qqf. à fl. bleues (de Meschinet). — Deux-Sèv., Vend. 
AC. Bocage, rr. àfl. bleues, Baguenard près Fontenay (Letourneux). — 
Loire-Inf. ac. — - Mgr. Forêt de Lanvaux (Taslé), écluse du Dlvet 
sur le Blavet (Bonnemaison), « Pont-Kalleck, Camors, Josselln (Le 
Gall flore) », Lanvaux, Siirzur (Taslé), Molac (Arrondeau). R. — 
C.-NoRD. Forêt de Coëtciuen (Morin), env. de Tréguler (Le Dantec), 
Pommerlt-Jaudij, P le udanlel et Vittoral (Le Corre). — Il.-et-Y. Rennes 
(Lefourneux) ; fl. bleues, forêt de Rennes et Chdteauboarg (herb. 

Degland), r. forêt de Fougères ! (Y. Sacher), Plerguer{B.olland). 

^X- Gii^- Lai-ui^cade (Meviat), le P(an{Goua), Cenon (Lafont), Verdelals 
(Jarrisj. — Lan. g. collines boisées de la Chalosse. — B.-Pyr. Le 
Boucau; Bayonne (Deflers), S.-Pierre-d'Irube (Sibuet). 

%. P. orbiculare L. Rac. rampante à plusieurs tiges simples. Feuil. 
rad. ovales ou oblongues-en cœur, crénelées-dentées, longuement pétio- 
lées, celles de la tige linéaires, sessiles. Fl. d'un beau bleu en tête ar- 
rondie, puis un peu ovale. Bractées élargies à la base. %. j"-jt. Pâtu- 
rages secs des coteaux, ou prés même marécageux. — Char. -Inf, Jon- 
sac (de Beaupreau), Terre-Nouoelle (Hubert), la Garde près Croix-Cha- 
peau (Foucaud), S .-Christophe (Lemarié !), Surgères ! (Delalande). forêt 
de Benon ; c. Dœull (Dus.souchaud), Damplerre (Pinatel),c. Echebrune 
(Cazaugade), Pérignac (Savatier), Mausé ! (J.Kichavd). — Deux-Sèv. 
Mausé et env. ; Chisé (A. Guillon), landes de Chevé près Pers, Fors 
(Maillard), Loubillé (Jousse). 

SPECULARIA Heist. Caract. du Campanula. Cov. en roue, à limbe 
plane. Etam. non dilatées à la base. Caps, prismatique, linéaire, 

S. Spéculum Alph. DG. Prismatocarpus L'Hér, Campanula L. 
Tige dressée, à rameaux étalés. Feuil. oblongues, les inf, obovales, on- 
dulées. Fl. axillaires, solitaires, formant la panicule. Lobes du cal. 
linéaires, égalant la cor. et l'ovaire. Cor. violette à gorge blanche. 
(î). jn-p. Moissons sablonneuses. — Char, -Inf. Le Pin (M™*^ George), 
S,-J.-a'A/i^eZî/ (Lemarié), R.jDa'at7(Dussouchaud),Vtrso;i(Faye),G.A^a/i- 
cras et env., Sablonceaux, Vaux; Roy an l (de l'Isle), Bords (Fou- 
caud). — Deux-Sèv. AC. — Vend. Fontenay ei env. (Ayraud). — Loire- 
Inf. c. de la Chébuette a la Varenne, qq. pieds çà et là dans les sa- 
bles de la Loire. R. %%. Gir. AC. rive droite de la Garonne ; 

Langon ! (Goua). — Lan. Gèa'une, Roquefort. 

S. hybrida Alph. DC. Prlsmat. L'Hér. Ca:np:cnula L. Tige de 1-2 
déc. simple ou rameuse dès la base. Feuil. oblongues, ondulées, les inf, 
obovales. Fl. axillaires, solitaires ou réunies 3,A au sommet de la tige. 
Lobes du cal. lancéolés, plus longs que la cor. et 1 f. plus courts que 
l'ovaire. Cor. violette à gorge verdàtre, petite, qqf, peu apparente, (i). 
mai-jn. Moissons du cale, qqf. du littoral. — Cii.\r.-Inf.. Deux-Bîcv. C. 
— Vend. c. cale, méridional (Pontarlier, Letourneux), S.-Hil.-de-Riez 
(Pontarlier), Noinnoutier. — Loire-Inf. Les Cléons ! Machecoul 
(Pesneau), Chéméré (de l'Isle), Croisic (Genevier), Pouliguen. RR, — 
Mgr. Houat, Hœdic (Delalande), Sarzeau, Séné, Eraeven (Taslé), 
Quiberon ! (Aubry), env. d'Etel et du Port-Louis ; Larmor en Plœ- 



CAMPANULACÉES. 219 

m(?a/-(LeGaIl),etc.PC. — FiN.Penmarc'/i,BeuzecenP/ometir(Crouan). 

— C.-NoRD. Le Légué (Baron), Lancleux (Morin). — Il.-et-V. Paramé 

(Morin). %%. GiR.S.-A/idre-rfe-Ca63:ac(Laterrade), Camiac (Bon- 

naves), S.-Bric'e (Lamère). 

CAMPANULA L. Cal. en toupie, à 5 div. Cor. en cloche ou en roue, 
à 5 lobes. Etam. 5 ; filets dilatés à la base et couvrant l'ovaire. Stigm. 
3 ou 5. Caps, à 2,3 loges s'ouvrant par des trous latéraux. 

C. patula L. Tige rude sur les angles ; rameaux gvèles, divisés au 
sommet. Feuil. crénelées-dentées, les inf. obovales-lancéolées, celles de 
la tige lancéolées. FI. hieues, peu nombreuses, en partie, lâche. Lobes 
du cal. bnéaires, longuement acuminés, dentelés à la base. Cor. à lobes 
étalés. (2). ,j"-at. Bord des bois, haies. — CHAR.-Inp. Soubran (Ferrand), 
env. de Montendre (Lemarié). — Deux-Sèv. Bord de VArgenton près 
le Breuil. — Vend. Forêt de Vouvant ! (Letourneux). — Loire-Txf. 
Bouguenais I (Pesneauj, Oudon (Gadeceau), Couffé (Coquetj, Omble- 
pied près Anceiiis (Guiho). RR. — Champtoceaux enMaine-et-L. — Fin. 
Henvic, C are /itec, surtout entre Kerjean et Taulé (de Crec'hquérault). 

— C.-NoRD. Forêt de Coêtquen (Morin). %%• Gir. Çà et là sur- 
tout rive droite de la Garonne. —• L.\n. C. — B*.-Pyr. AC! 

C. Rapunculus L. Raiponce. Rac. en fuseau, blanchâtre. Tige ord. 
simple. Fcuil. rad. ovales-lancéolées, pétiolées, les sup. linéaires-lan- 
céolées, souv. ondulées. FI. bleues, nombreuses, en grappe allongée. 
Lobes du cal. linéaires, un peu dentelés à la base. Cor. à lobes ouverts. 

@. mai-sept. Prés, bord des haies. C. %%. Gm. Absac (Laterrade). 

Guitres (Banon), Coutras. — Lan. S.-5eo6?V (Dubalen). RR. 

C. rapunculoides L. Rac. rampante. Tige simple. Feuil. un peu ru- 
des, les rad. presque en cœur, pétiolées, inégalement dentées en scie, 
les sup. lancéolées. FI. bleues, penchées, en grappe unilatérale, ter- 
minale. Lobes du cal. lancéolés, réfléchis après la fleuraison. %. En 
1835, j'en ai recueilli un individu sur le bord d'une haie au Pont du Cens 
(Loire-Inf.) ; M. Pesneau m'en a aussi montré un échantillon de ces env., 
d'où il a disparu depuis longtemps. 

C. Trachelium L. Hispide. Tige anguleuse. Feuil. en cœur, double- 
ment et grossièrement dentées, pétiolées, les sup, ovales-lancéolées, 
sessiles. Fi. bleues, en grappe terminale. Pédonc. axillaires, à 1-3 fl. 
Lobes du cal. ovales-lancéolés, hispides. %. j^-a*. Bord des haies, des 

bois. C. — PC. au-delà de Loire-Inf. %%. Gm. C. — Lan. PC, 

AC. échalassières. — B.-Pyr. AC. 

C. glomerata L. Tige simple de 2-3 déc. poilue. Feuil. rad. ovales- 
lancéolées, arrondies à" la base, finement crénelées, les sup. lancéolées, 
embrassantes en cœur. Fl. d'un beau bleu foncé, agglomérées en tête 
terminale et à l'aisselle des feuil. sup. 9;i. mai-j°. Prés secs ou inondés, 
coteaux secs, taillis. — Char. -Inf. et cale, des Deux-Sèv. AC. — Vend! 
Bois des env. de Luçon, bord de VYon au-dessous de Chaillé, Château- 
d'Olonne (Pontarlier, Marichal), prés humides de Challans (Gobert), 
Sigournais (Gadeceauj, forêt de Vouvant, Quatre-Vaulx (Letour- 
neux), G. Mortagne (Genevierj. — LomE-LNF. Prés de la Loire et des 
environs de Nantes, vallée de la Sèvre, coteaux de Monnières ; forêt 
de Touvois (Gadeceau). PC. — Fin. Forêt de Las (Bonnnemaison). R. 
%%• Gir. AC. — Lan. c. en Chalosse. — B.-Pyr. C. 



220 ÉRICINÉES. 



%. C. persicifolia L. Tige de5-8déc. simple. FetUl. inf. lancéolées, 
les' autres linéaires-lancéolées, à qq. faibles crénelures écartées, rétré- 
cies en pétiole, les sup. linéaires, sessiles. FI. l^leues, larges, peu nom- 
breuses, en épi. Lobes du cal. lancéolés. %. ]"-]*-. Coteaux boisés cale. 

— Deux-Sèv. r. Airoault (Bonnin), rr. forêt de la Chauvlère, S. -Loup 
(Guyon), schistes cVArgenton-Chât. RR. — Vend. c. bord du La?/ au- 
dessous du Pont-Charault (Pontarlier, Marichal). R. 

%. C. rotundifolia L. Rac. dure à rameaux nombreux garnis de 
radicelles et portant plusieurs tiges de 1-3 déc, grêles, ascendantes. 
Feuil. radie, et des rejets stériles arrondies ou ooales-en cœur, à qq. 
fortes dents inégales, 3-5 f. plus courtes que le pétiole, les inf. lancéo- 
lées, dentées, toutes les autres linéaires, entières, sessiles. FI. grandes, 
bleues, peu nombreuses, en grappe lâche. Div. du cal. étalées, linéaires- 
en alône, h f. plus courtes que la cor. Etam. beaucoup plus courtes que 
le stylo. Caps, penchée. %. jt-sopt. Coteaux, bord des bois, des che- 
mins, des champs pierreux dans le cale. — Char. -Inf. rr. Saintes 
(Guillon), Chaumes des Chenaux près Méchers ; Bourcelaine près Beau- 
vais (Foucaud), Ba.^aages, Sècheboue{Sai\ait\ev). — cà Angoulême. 
%X- GriR. Env. de Bazas (Lcspinasse). 

%. C. Erinus L. Plante velue de 10-25 cent. Tige dressée ou tom- 
bante. Feuil. inf. obovales-oblongues, rétrécies en pétiole court, les 
autres oblongues-cn coin, à qq. dents, sessiles. FI. bleu pâle, petites, 
solitaires, axillaires, à pédic. court. Lobes du cal. triangulaires, étalés 
en étoile à la maturité. Cor. tubuleuse-cn cloche. (î), j"-jt. Coteaux 
arides, champs pierreux cale. — CriAR.-IxF. AC, o. arrondissements 
de la Rochelle et de Rochefort (Foucaud). — Deux-Sèv. AC. — Vend. 
Fontenai/iLeiounieux), Mouseuil; Benêt, la Bauduère (Pontdewie). PC. 

%X Gin. Si''-Forj (Maillard), Barsac (Motelay), S^^-Croiœ-de- 

Mons (Du'rieu). 

WAHLENBERGIA Schrad. Caract. du Campanula. Cor. en cloche. 
Etam. non dilatées à la hase. Caps, demi-adhérente, à 3 loges s'ouvrant 
au-dessus du tube du cal. 

"W. hederacea Reich. Campanula L. Herbe délicate. Tige filiforme, 
grêle, couchée. Feuil. arrondies, à 5 ou 7 angles, en cœur à la base, 
pétiolées. FI. bleu pâle, axillaires, solitaires. Pédonc. long, filiforme. 
%. jt-at. Marais herbeux, bords humides des haie?, pelouses humides. 

— Deux-Sèv. Bocage (A. Guillon). — Vend. Dompierre, S.-Malo-du- 

Bois (Pontarlier). PC. — Bretagne. C. %%. Gir. AC. excepté 

dans le nord et l'est. — Lan. CC, surtout midi et région des étangs. — 
B.-Pyr. AR. 

ÉRICINÉES. 

Cal. libre ou adhérent à l'ovaire, à .'i, 5 div. ou entier. Cor. l.pét. ré- 
gulière, k h,6 lobes. Etam. 8 ou 10 insérées à la base de la cor. ou sur 
le récept. Anthères à 2 loges souv. prolongées à la base en 2 petites 
cornes. Style et stigm. 1. Caps, ou baie à plusieurs loges polyspermes. 
Placenta centraux. 

* Ovaire adhérent. (Vacciniées DC.) 

VACCINIUM L. Cal. entier ou à i,5 dents. Cor. à /», 5 div. Etam. 8. 
ou 10, Baie globuleuse. 



ÉRICINÉES. 221 

V. Myrtillus L. Sous-arbrisseau de 3-6 déc. à rameaux anguleux- 
ailés. Feuil. ovales, dentelées en scie, distiques. FI. penchées, axil- 
laires, solitaires. Cor. ro-iéc, en grelot. AnthèvGs à 2 cornes dirigées en 
haut. Baie bleu-noiràtre. Mai. Bois. — Loire-Inf. Forêts cVAncenls (de 
risle), de Jtiig né (Gmho), du Grtyre(Pesneau).RR. — Bretagne, g. au-delà 
de Rennes, de Vannes et de Lorient. — Ses fruits appelés Lticeis se 
vendent au marché. 

V. Oxycoccos L. Tiges filiformes, couchées, radicantes. Feuil. ovales, 
petites, persistantes, blanchâtres en dessous et roulées par les bords. 
Pédonc. longs, munis de 2 bractées. FI. roses, penchées. Cor. en roue 
à 4 dlv. profondes, oblongues, s'enroulant en dessous. Baie rouge, 
puis noire. Q^. mai-j". Marais spongieux parmi les Sp/ia^r/ir^/??. — LomE- 
Inf. g. marais de Logné près Sucé; r. marais de Naye. R. — Il.-et-V. 
Marais de Landemarais ! près Parlgné (de la Pylaie). R. 

** Ovaire libre. (Ericées DC.) 

ERICA L. Bruyère. Cal. à h div. Cor. à h lobes. Etam. 8. Anthères 
à 2 pointes à la base, (excepté dans E. médite rrane a). Caps, à A loges, 
à h valves portant la cloison au milieu ou s'ouvrgnt en face la cloison. 

Etam. saillantes. 

%%. E. mediterranea L. Arbrisseau de là 2 met. Rameaux lâches. 
Feiiil*. verticillées par h, linéaires, marquées d'un sillon en dessous. FI. 
roses, ord. 2 à 2 à Taisselle des feuil. et formant une grappe terminale 
presque unilatérale. Pédic. plus court que la cor., à 2 bractées vers le 
milieu. Lobes du cal. lancéolés, égalant la 1/2 de la cor. Cor. ovoïde- 
tubuleuse. Anthères insensiblement continues avec le filet, à loges 
soudées dans toute leur longueur, sans appendices. Fév.-mars. — Gir. 
Lande sablon. entre Pauillac et Cissac. 

E. vagans L. Mut. 2, p. 277, E. multifiora DC. fl. fr. 5, i30 non L. 
Rameaux touffus. Feuil. verticillées par A,5, linéaires, marquées d'un 
sillon en dessous. Fl. rosées, axillaires, en épi fouillé terminal. Pédic. 
bi'unàtres capillaires, munis de 3 bractées membraneuses, frangées, 
les 2 sup. opposées. Lobes du cal. colorés, courts, concaves, finement 
frangés. Cor. en cloche. Anthères noirâtres, mutiques, à 2 lobes ovales, 
écartés, longs d'un mil., plus courtes que le style. — Ciiar.-Inf. rr. 
Montlieu (de Meschinet). bois deMille-Ecus ! près Benon (Ayraudi. R, 
— Deux-Sèv. Bois de Melle (Sauzé, Maillard). R. — Vend. L'Ajonc 
près le Bourg-s.-Nap. (Pontarlier). — LomE-L\F. Entre Yigneux et Faij 
(Letourneux), forêt duGâvre (Gadeceau). ac. entre Guenrouet, Quilly. 
Drefféac et Sévérac .' (Delalande). R. — Mor. c. Belle-Ile ; Groix, env. 
du Port-Louis (Thépault), Merléve?ie^ (Tou9,s,a[nts), Lorient (Tanguy), 

« est deSar^e«a(Taslé) ». R. %%■ Gir. Haux, Léognan, Car- 

bonnieux, env. de Langon (Laterrade). Baurech (Lanneluc), Roque- 
taillade (Motelay), A'i^a/i et env. de Ba:^as ; Auros (Brochon). — L.sn. 
Mont-de-Marsan ; de Soustons à D«a?(Ramey), ce. en Chalosse, sur- 
tout au sud-est. — B.-Pyr. G. 

Etam. incluses. 

E. ciliaris L. Feuil. ternéjs, ovales, roulées en dessous par les bords, 
ciliées, blanchâtres en dessous. Fl. rouges, en épi terminal, unilatéral. 



222 ÉRICINÉES. 



Cor. en grelot allongé, renflée au milieu. Anthères mutiques. Style sail- 
lant ; stigm. en massue, — Char.-Inf. De Montendre à MontUëu ; Ca- 
deuil, forêt de la Lande (Foucaud). — CC. Bretagne, c. Bocage de la 

Vend., plus r. celui des Deux-Sèo. %%■ CC- landes de la Glr. des 

Lati. et des B.-Pyr. 

E. Tetralix L. Grisâtre. Feuil. quaternées, linéaires, à bord arrondi 
et couvert de poils glanduleux. FI. rose tendre, en tête terminale, pe?i- 
chée. Cor. ovale. Anthères aristées. Style à peine saillant ; stigm. en 
tête. Lieux humides. — Char.-Inf. La lande humide de Montendre à 
Montlieu ; Cadeull, forêt de la Lande (Foucaud). — Deux-Sèv. Niort 
et Bocage (A. Guillon). — Vend. pc. Bocage (Pontarlier). — Bretagne. C. 
%%. CC. landes de la Gir. des Lan. et des B.-Pyr. 

E. cinerea L. Rameaux pubescents-cendrés. Feuil. ternées, linéaires, 
glabres. FI. rouge violacé, comme uerticillées et formant une grappe 
allongée, terminale. Cor. en grelot ovale. Anthères aristées. Style peu 
saillant. CC. 

Obs. Les h espèces précéd. sont de jolis sous-arbrisseaux de3,6déc. 
qui habitent les landes et les bois ; ils fleurissent depuis juin jusqu'en 
oct. On les trouve qqf. à fl. blanches. 

%%. E. lusitanica Hud. E. polytricMfoUa >^allsb. Arbrisseau de i-3 
met. Rameaux dressés, blanc-grisàlre, poiius-hispides. Feuil. verticillées 
par 3,A, très étroites. Fl. blanc-rosé, 1-3 à l'extrémité des rameaux et for- 
mant une longue grappe pyramidale. Pédic. égalant la cor. Lobes du cal. 
ovales, 3^5 fois plus courts que la cor. Cor. en cloche allongée. Anthères 
à appendices filiformes, hérissés. Fév.-mars. — Gir. La Teste, env. de 
Cazau ; Salles (Motelay). — Lan. De l'étang de Casait ! à Mlmlzan 
(Guillaud). — Fréquemment jjlanté dans l'ouest du Finistère, il est comme 
naturalisé sur le talus des chemins de fer et ailleurs. (Ll.) 

E. scoparia L. Bruyère à Z>aZat. Arbrisseau de 6-12 déc. à rameaux 
dressés. Feuil. verticillées par 3,/», linéaires. — Fl. verdcîtres, petites, 
axillaires, en grappes feuillées. Cor. en cloche, à lobes profonas. An- 
thères mutiques. Stigm. en bouclier, à peine saillant. Mai-jt. Bord des 
bois, haies. AC. — rr. au-delà de Loire-Ifif. — Mor. Pont Mahé ; 

Anal (Ed. Lorois), Am6o/i(Taslé). RR. %%. Gm. AC, c. dans 

le sud. — Lan. et B.-Pyr. C. 

CALLUNA Salisb. Caract. de VErica, Cal. entouré à la base de A brac- 
tées foliacées, en forme de calicule. Cloisons de la caps, opposées aux 
sutures des valves et adhérentes à l'axe central. 

C. vulgaris Salisb. Erica L. Sous-arbrisseau. Feuil. comme sagit- 
tées à la base, petites, appliquées, serrées, imbriquées sur h rangs. Fl. 
rose tendre luisant, en longue grappe terminale. Bractées frangées. 
Sépales h colorés, dépassant la cor. Etam. incluses. Jn-sept. Landes, 
bois. CC. 

p. pubescens. Rameaux et feuil. velus-grisàtres. R. 

DABEOCIA Don. Cal. A. partit. Cor. à h dents. Etam. 8. Anthères 
aussi longues que les filets. Caps, à h loges, à h valves s'ouvrant en 
face de la cloison. 

%%. D. polifolia Don. Rameaux hispides. Feuil. éparses, ovales-ellip- 



MONOTROPÉES. 223 

tiques, vertes et luisantes en dessus, blanches-tomenteuses en dessous. 
FI. violettes, 3-12 en grappe allongée, terminale. Pédic. poilus-glandu- 
leux. Lobes clu cal. lancéolés, poilus-glanduleux. Cor. oblongue. — Anthè- 
res linéaires. J^-oct. Bois. — Gir. Gensac (Laterrade). 

ARBUTUS L. Cal. à 5 div. Cor. en grelot à 5 dents. Etam. 10. An- 
thères s'ouvrant au sommet par â pores. Baie à 5 loges i*,5. spermes. 

%. A. Unedo L. Fraisier en arbre. Arbrisseau de 2-3 met. Feuil. 
obovales ou oblongues-lanccolées, dentées en scie, coriaces, jDersistantes. 
FI. verdàtres en panic. terminale, penchée. Baie globuleuse, tubercu- 
leuse, rouge vif. — CiiAR.-iNF.Boisdu littoral près S. -Palais ; rare mais 

bien spontané. %%• Gir. Bois d'ArcacJioji. — Lan. c, sud-ouest, 

bois du littoral. — B.-Pyr. Env. du Boucau. 



MONOTROPEES. 

Cal. à A, 5 sép. colorés, persistants. Cor. kh,o pét. hypogynes, bos- 
sus et nectarifères à la base. Etam. 8 ou 10, dont moitié sortant de 
glandes hypogynes et moitié alternant avec ces glandes. Anthères l.loc. 
Ovaire 1. St\ie 1 ; stigm. en entonnoir. Caps, à A,5 loges, à /*,5 valves 
portant au milieu la moitié de la cloison. Graines très nombreuses. Pla- 
centa central. 

MONOTROPA L. Voir la famille. La fl. terminale est à 5 div., les 
latérales à h. 

M. Hypopitys L. Parasite, jaunâtre. Tige simple de 15-25 cent, suc; 
culente. garnie d'écaillés dentelées, appliquées. Fl. jaunâtres, en épi 
tenninal, d'abord penché. Intérieur de la cor., étam. et pistils poilus. 
%. jn-j»-. Bois. — Char.-Inf. c. de Méchers kS.-Palals et forêt d'Arvert 
(fl. glabre), forêt d'Aubiay (Pinatel). — Deux-Sèv. Forêt de Chbé (A. 
Guillon), la Mothe (Sauzé), Brétignolle (Toussaints). — Vend. r. Ror- 
theau en Dompierre (Humbert). R. — LomE-iNF. La Garde près Nan- 
tes ; parc de Chdteaub riant (Pesneau), la Houssinière, laColUnière 
(Pradal), la Madeleine près Nantes (Moriceau),Carheil près Guenrouet 
(Deialande), Vay, Grandjouan, Puceul (S. -Gai), S. -Et. -de-Mont-Luc, 
Dercal et env., forêt de Touffou (Genevier), ac. hois de la Meillcrale 
(E. Bureau), forêt à!Ancenls (Guiho), forêt de la Bretêche (Thomas), 
Avessac (Moreau), etc. R. — Mgr. Lorient (Gand), Molac, c. Beaure- 
gard près Vannes (Taslé), Rochefort (Toussaints), « Auray, Lorient, 
Ploërmel, etc. (Le Gall flore). )) — Fix. Forêt de Quimperlé; Quimper 
(Bonnemaison), la Joyeuse Garde et Kerloret près Landerneau (Hubert), 
Pontanésen, Morlàlx (Crouan). — C.-Nord. Boi^ de la Moglais (Dro- 
guet), Trégueux, S.-Brieuc , Coëllan (Baron), forêt de Coêtquen 
(Mabille). — Il.-et-V. Hédé,Chapelle-Boucxic{\ieTh. Degland). landes 
Gimbert en Plesder (Mabille), ac. forêt de Rennes (Poulain), env. de 

Redon et de Bains (Moreau). — etc. %%• Gir. Pointe de Grave, 

Soulac; Ar^ac (Merlet), Gestes (Mot clay), ii'aias (Laterrade). — Lan. 
Parentis (Thore). — B.-Pyr. Le Doucau, Bayonne (Perris), Blanc- 
Pignon près Anglet. 



224 ILICINÉES. 

SOUS-CLASSE III. — COROLLIFLORES. 

Cal. libre, monosépale. Corolle 1. pétale, hypogyne. Etam. insérées sur 
la cor. Ovaire libre. 

ILICINÉES. 

Cal. à A,5 dents. Cor. régulière, A,5.partite. Etam. Ji-5 insérées sur 
la cor. Ovaire à A,5 stigm. sessiles. Baie à /j-5 noyaux inhédiscents, 
l.-sperm. 

ILEX L. Voir la famille. 

I. AquifoliumL. Houx Arbrisseau toujours vert. Feuil. ovales, on- 
dulées, coriaces, luisantes, dentées-épineuses, entières sur les vieux pieds. 
FI. blanches, presq. en ombelle axillaire, sessile. Baie rouge. Mai. Bois, 
haies. C. 

OLÉACÉES. 

Cal. à h div., rar. 0. Cor. l.pét. régulière, ai lobes, rar. 0. Etam. 2, 
à tilets courts, insérées sur la cor. Ovaire 1, à 2 loges contenants ovu- 
les pendants. Style 1 ; stigm. à 2 lobes. Capsule ou baie à 1,2 loges 
1,2. spermes. 

FRAXINUS L. Fleurs souv. polygames. Cal. et cor. ou à i div. 
Etam. 2. Fruit plane, ailé-membraneux, indéhiscent, l.spermepar avor- 
tement. 

E. excelsior L. Frêne. Arbre élevé. Feuil. imparipennées ; fol. ova- 
les-lancéolées, dentées en scie. FI. brunâtres en grappes paraissant avant 
les feuil. Cal. et cor. 0. Anthères sessiles. Caps, en grappes pendantes. 
Mars. -av. Bois, haies. C. — Ses fruits sont très variables, oblongs, oblongs- 
lancéolés, lancéolés, échancrés au sommet, qqf. obliquement, obtus, 
aigus et plus ou moins longuement acuminés, planes ou contournés ; il 
varie aussi dans son aspect général, dans la couleur du feuillage et dans 
la largeur, les dents des fol. Au milieu de ces variations, on trouve 
F. oxijphylla Bieb. et F . rostratra (Guss). 

LIGUSTRUM L. Cal. très petit, à h dents. Cor. en entonnoir ; tube 
court; limbe étalé à h lobes. Etam. 2. Baie à 2 loges 2. spermes. 

L. vulgare L. Troène. Arbrisseau. Feuii. lancéolées, lisses, presque 
persistantes. Fleurs blanches, odorantes, en grappe courte, terminale. 
Baie noire. Mai-j". Haies, buissons. C. 

PHILLYREA L. Cal. petit à h dents. Cor. à U div. Drupe globuleuse 
à noyau fragile. 

%. P. média L. Arbrisseau de 10-15 déc, buissonneux. Feuil. ovales 
ou ovales-lancéolées, dentées en scie ou entières, coriaces, persistantes, 
opposées. FI. jaunâtres, en petites grappes axillaires. Fruit globuleux, 
apiculé. Mai. — Char.-Inf. Bois du littoral, Méchers, S.-Paùais,où.ie 
l'ai vu seulement eu feuil. qui étaient ovales-en cœur, ovales, ovales-lan- 
céolées et lancéolées ;G.i2oc/iecour&07i(A.Guillon!j, S. -5ac'mte/i.'(Rou(i- 



ASCLÉPIADÉES. 225 

neauj, Rasour près Champagne (J. Richard), Trizay et env. (Foucaud). 

— Vend. Rocher de la Dlvè ! (Letourneux). ")}(,%. Gir. Coteaux 

de la Souys, de Floirac et de Bourg. 

%. P. angustifolia L. Lam. Illust. T. 8, f. 3. — Arbrisseau de 10-15 
déc. distinct du précéd. par les feuil. lancéolées-linéaires, entières. — 
Char.-Inf. Bien spontané à Susac près Royan, île d'Aiœ, garenne de 
Chdtelaillon. 

Obs. Jasmiiium frutlcans L. Jasmin jaune, de la famille des Jas- 
minées, arbrisseau cultivé partout et se naturalisant facilement, a 
les caractères qui suiv. : Rameaux anguleux, verts ; feuil. simples ou 
à 3 fol. d'un vert luisant ; div, du cal. 5 linéaires ; cor. jaune, en enton- 
noir, à 5 div. ; étam. 2 ; style 1, stigmate bilobé. Baie à 2 loges à une 
graine dressée. — Gm. Fargues, Floirac (Motelay), etc. 

APOCYNÉES. 

Cal. à 5 div. persistantes. Cor. régulière à 5 lobes obliquement con- 
tournés dans le bouton. Etam. 5 insérées sur la cor, ; filets libres; an- 
thères à 2 loges appliquées sur le stigm. ; pollen granuleux. 2 ovaires. 
Styles 2 ou 1 sous un seul stigm. Follicules 1,2 allongés, polyspermes 
à i loge s'ouvrant en long d'un seul côté. 

VINCA L. Peroenche. Cal. à 5 div. Cor. en soucoupe, à 5 lobes tron 
qués obliquement; tube allongé, Etam. 5. Style 1. Stigm, en anneau, 
surmonté d'une couronne de poils. Follicules 2; graines ridées, non che- 
velues. 

V. minor L. Petite Perv. Tiges presque ligneuses, couchées, les flo- 
rifères redressées. Feuil. ovales-elliptiques et lancéolées, persistantes, 
opposées, courtement pétiolées. FI, bleues, axillaires, solitaires. Pédonc. 
plus long que la feuil. Lobes du cal. lancéolés, courts, glabres. %. 
av. -mai. Bois, — AC. jusqu'au Mor. inclus. — Fin. Plougastel-S. -Ger- 
main, Morlaiœ, environs de Locronan, Penhars près Quimper. R. 
(Crouanflore). — C-Nord. Dinan! et presque toute la vallée de Icc Rance, 
forêt de Coetquen, bois de Coellan (Mabille), Allineuc (Fraval), etc. 

— Il-et-V. Forêt de Fougères ,-ac. i?erfo/i et env. (Moreau). etc. 

."j/SC- GiR. AC. —Lan. Mont-de-Marsan (VeTv[s),S.-Paul (Thore), çà et 
à en Chalosse. — B.-Pyr. Mouguerre (Sibuet). 

* V, major L, Grande Perv. Tiges couchées, les florifères redres- 
sées. Feuil. ovales-en cœur, finement ciliées. Lobes du cal. linéaires- 
en alêne, longs, ciliés. %. av. -mai. Cuit, partout est naturalisé qqf. 
abondamment dans les haies autour des habitations. 

ASCLÉPIADÉES. 

Différent des Apocynées surtout par la cor. ord, garnie à la gor^e 
d'appendices soudés avec le tube des étam ; les étam. insérées à la 
base de la cor. à filets soudés en un tube renfermant le pistil, rar, li- 
bres ; par le pollen aggloméré en masses qui se fixent aux glandes du 
stigm. Styles 2 soudés sous un seul stigm. à 5 angles glanduleux. Grai- 
nes chevelues autour du hile, 

15 



i" 



226 GENTIANÉES. 

VINCETOXICUM Mœnch. Cal. à 5 div. Cor. enroue, à 5 lobes. Etam. 
5, à appendices soudés en une couronne charnue à lobes arrondis ou api- 
culés. Masses de pollen renflées, pendantes. Follicules lisses ; graines 
chevelues. 

V. officinale Mœnch, Asclepias Ylncetoœlcum L. Dompte-venin. 
Tige pubescente (qqf. élevée et un peu grimpante dans les buissons). 
Feuil. ovales-en cœur ou ovales-lancéolées, acuminées, opposées, cour- 
tement pétiolées. FI. blanc-jaunàtre en petites grappes axillaires. Fol- 
licules renflés dans le bas. ^. j"-jt. Lieux pierreux incultes, bois secs, 
sables maritimes. — Char.Inf. et cale, des Deux-Sèv. AC. — Schistes 
d'Argenton-Ch. (Deux-Sèv.). — Vend. Çà et là Plaine (Letourneux, 
Pontarlier), c. sables maritimes. — Loire-Inf, Doulon, le Lorouœ,Bar- 
bechat, Clermont, bord du Havre d'Oudon à Couffé, Ancenis, S.-Al- 

gnan ; c. sables maritimes. — Mgr. pg, sables maritimes. 

%%. GiR. PC. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris). — B.-Pyr. ac. falai- 
ses de la Chambre dAmour à Hendaye. 

Obs. V. laxum Bartl. est considéré par beaucoup d'auteurs comme 
une forme du précéd. ; j'y rapporte une plante que j'ai trouvée dans les 
Landes à Souprosse, Rivière, etçà et là au mididel'Adowr; elle diffère 
du précéd. parles feuil. vert-cendré.plus aiguës, plus longuement pétio- 
lées, par les fl. blanchâtres, en grappes fournies, plus longuement pé- 
donculées, par les follicules à bec long, aigu. (J. F.) 

CYNANCHUM L. Caract. du Vincetoxicum. Appendices desétam. sou- 
dés en une colonne enveloppant les étam., à 10 dents opposées en dou- 
ble série. 

%. C. acutum L. Clus. hist. p. 125, f. 2. Rac. rampante. Tige grim- 
pante. Feuil. en cœur, acuminées, légèrement rentrées sur les côtés, à 
oreillettes grandes, arrondies et à sinus coupé presque carrément, glan- 
duleuses près du pétiole en gouttière. Fl. blanches en petites ombelles 
axillaires et terminales. Lobes de la cor, lancéolés-oblongs, obtus, 3-h f. 
plus longs que le cal. *^. a*. Lieux pierreux ou sablonneux du littoral. 
— Char.-Inf. ag. par localités, de Roy an à Angoulins et aux îles. — 
Vend. Dunes de la Faute (Pontarlier). — Ne fructifie pas. 

Obs. On rencontre rarement dans le haut de la Loire Asclepias Cor- 
nuti Decaisne (A. Syriaca L.), plante de la Virginie. 

GENTIANÉES. 

Cal. lobé ou divisé, persistant. Cor. régulière à h-8 div. Etam. A-S 
insérées sur la cor. Ovaire 1. Styles 1,2; stigm. 1, 2. Caps, polysperme, 
à 2 valves portant les graines siir leurs bords, ou à 2 loges formées par 
le bord rentrant des valves et à placenta central. Feuil. ord. opposées. 

MENYANTHES L. Cal. à 5 div. Cor. en entonnoir, à 5 lobes barbus 
en dedans. Etam. 5. Style 1 ; stigna. à 2 lobes. Caps, posée sur un anneau 
cilié, à 1 loge, à 2 valves. Graines nombreuses, attachées au milieu des 
valves. 

M. trifoliata L. Trèfle d'eau. Souche épaisse, articulée, rampante. 
Feuil. pétiolées, à 3 fol. ovales-elliptiques. Fl. blanches, un peu rosées, 



GENTIANÉES. 227 

en épi terminant la hampe. Graines jaunes, luisantes. %. av. Marais, 
étangs, bord des eaux. AC. 

LIMNANTHEMUM Gmel. Cal. à 5 div. Cor. en roue, à 5 lobes ciliés. 
Etam. 5 alternant avec 5 glandes placées à la base de l'ovaire. Style 1 ; 
stigm. à â lobes. Caps, l.loc. Graines plates, ciliées, attachées à la 
suture des 2 valves. 

L. Nymphoides Link, MenyantJies L. VUlarsia Vent. Aquatique. 
Feuil. orbiculaires-en cœur, flottantes, pétiolées. FI. jaunes, comme en 
ombelle axillaire,sessile. Sl^.jt-sept. Etangs, eaux stagnantes des rivières. 
— Char. I>!F. Martrou (Faye), marais de la Sèure. — Deux-Sèv. ag. 
Bocage et dans le N. — Vend. g. Marais méridional et dans la Vendée 
(Pontarlier, Letourneux). — LomE.-lxF. CC. — Mor. Dans l'Oust du 
Roc.-S.-André à S.-Perreux (Le Gall), rivière d'Ar^^ (Taslé), ag, en Rleux 
(Moreau), PZoérmeZ.'(J.-M. Sacher), Coëtsurho (Taslé). PC. — C. -Nord. 
c. la Rance, étangs de l'arrond. de Dman. — Il.-et-V. AC. 

CHLORA L. Cal. à 8 div. profondes. Cor. en soucoupe, à 8 lobes. Etam. 8 
insérées à la gorge de la cor. Style 1 ; stigm. 2 échancrés. Caps, l.loc. 
Graines nombreuses, attachées à des placenta fixés sur les bords rentrants 
des valves. FI. jaunes. 

C. perfoliata L. Glauque. Tige raide, rameuse au sommet. Feuil. 
ovales-triangulaires, soudées à la base dans toute leur largeur. FI. 
en bouquets terminaux. Cal. fendu jusqu'à la base ; div. linéaires-en 
alêne, à 1 nervure, beaucoup plus courtes que la cor. (i). jt-a*. Lieux 
pierreux, lieux humides sablonneux ou cale, et coteaux secs cale. — 
Char.-Inf. c. — Deux-Sèv. Çà et là le cale, et le schiste. — Vend. Çà 
et là le cale, ag ! vallées humides des sables maritimes (Pontarlier, 
Letourneux). — Loire-Inf. Cambon ; Saffré (Guiho), vallées des sables 
maritimes de Pornichet au jDOSte de la Bole. R. — Mgr. Belle-Ile; 
Groix (Thépaultj, Pointe de Loscolo près Penestin (Gadeceau). RR. — 
Fin. S.-Pol-de-Léon (de la Pylaie). — C.-Nord et Il.-et-V. Çà et là sur 
la côte de Dahouet à Pontorson ; la Courbure près Dlnah ; cale, de 

S.-Jacques (Letourneux), %%. Gm. C. — Lan. c. en Chalosse ; 

R. ailleurs. — B.-Pyr. AC. — c.' falaises de la Chambre d'Amour à 
Hendaye. 

%. C. serotina Koch, Glauque-blanchâtre. Tige raide, simple ou ra- 
meuse au sommet. Feuil. oval. ou ovales-lancéolées, ariondies à la base 
et offrant une soudure moindre que leur largeur. FI, jaune pâle, eu 
bouquets terminaux. Cal. à div. lancéolées-linéaires, wn.pÊ-apZi^s courtes 
que la cor. Cor. à div, presque aiguës ou aeuminées, '^. jn-a*. Lieux 

humides. — Ciiar.-Inf. AUuvion de Châtelalllon (Foucaud). 

%%. B,-Pyr. Entre le Boucau et Bayonne ! (Blanchet), Chambre 
d'Amour ! (Sibuet), Pointe S.-Martin. (j. F.) 

C. imperfoliata L. C. sessilifolia Desv. Glauque. Tige raide. Feuil. 
ovcdes-lancéolées, connées à la base ou seulement sessiles. FI. axil- 
laires et terminales, solitaires. Cal. fendu jusqu'aux Sjàde sa longueur : 
div. lancéolées, à 3 nervures, égalant la cor. vî). jt-a*. Sables maritimes 
humides. — Char.-Inf., Vend. AC. — A l'intérieur: Char.-Inf. Marais 
de Surgères ; Dceuil (Dussouchaud), Migré (Lemarié), S.-Chrlstoplie 
(Foucaud). — Deux-Sèv. Frontenay (Charbonneauj, « Pezéprès Arçais 
(Delastre) », les marais de Mauzé ! (J. Richard), ;Vtor^(Giraudias).— 
Mor, Dunes près Carnac (B. Blow), %%. Gir. Pointe de Grave 



228 GENTIANÉES. 

(Goua), Soulac (Lalanne), marais du Moron I (Merlet), Arcachon ! 
(Deflers), Cap Ferret ! (Motelay). — Lan. Sanguinet (Perris), Blscarosse 
(L. Dufour). 

GENTIANA L. Cal. à h-9 div. Cor. en cloche ou en entonnoir. Etam. 
U-9 insérées sur le tube de la cor. Styles 2, ou 1 seul à 2 stigm. Cap- 
sule l.loc. à 2 valves. Placenta attachés aux bords rentrants des valves. 

G. Pneumonanthe L. Souche tronquée à fibres épaisses. Tige sim- 
ple ou peu rameuse. Feuil. linéaires-lancéolées, obtuses, roulées en des- 
sous par les bords, opposées, les inf. très petites, en forme d'écallles. 
FI. grandes, peu nombreuses, axillaires et terminales. Cor. en cloche, 
bleue, ponctuée de jaune obscur, ?ion barbue à la gorge. Anthères sou- 
dées. Stigm. linéaires, allongés. Graines allongées, alvéolées. 0^. a^-sept. 
Landes humides l'hiver. — Char. -Inf. c. MontUeu (de Meschinet), 
Bussac, Voissay (Lemarié), Saintes, c. Plsany (A. Guillon), Corme- 
Royal (Tesseron!); Beauvals, S.-Ouen (Savatier), R.Dœull (Dussou- 
chaud). — Deux-Sèv, Chisé, Pérlgné (A. Guillon), Genoulllé ; Lezay 
(Sauzé), Loublllé (Jousse), Tourtenay, S^'^-Soline (Guyon), env. de 
Mauzé ! (Ayraud), Pas-de-Jeu (Brottier). — Vend. ac. Challans (Go- 

bert). — AC. au nord de la Loire ; r. en avançant dans le Fin. 

%%. GiR., X.AN. Cà et là région de landes. — ag. en Chalosse. — 
B.-Pyr. R. 

G. amarella L. Bréb. Gren. et God. Rac. pivotante. Tige de 5-10 
cent. Feuil. lancéolées, élargies vers la base, sessiles, aiguës, plus pâles 
en dessous, opposées, les rad. lancéolées, en rosette. FI. petites, peu 
nombreuses, axillaires et terminales. Cal. à lobes aigus, inégaux, un 
peu roulés en dehors par les bords, égalant env. le tube cylindrique de 
la cor. Cor. lilas-rosé en dehors, blanchâtre en dedans, tubuleuse- 
ea cloche, à 5 lobes ovales, barbus à la base. Anthères non adhérentes. 
Caps, courtement pédicellée. Graines globuleuses, lisses, (i). sept.-oct. 
Pelouses des landes. — C.-Nord. Cap Fréhel, entre Plurlen et les 
Hôpltaux-d'Erquy, garenne et sémaphore d'Erquy (Pontallié, Biche- 
min). 

G. campestris L. Bréb, Gren. et God. diffère du précéd. par la cor. 
plus grande à h div., et surtout par le cal. à A lobes profonds très iné- 
gaux, les 2 ext. ovales, acumines , recouvrant presque les 2 int. beau- 
coup plus étroits. (î). Aut. Landes. — Fin. Ploulgneau, Lan ar Foasse 
en Garlan (de Guernisac). R. 

Obs. La présence des deux plantes précéd. dans le nord de la Bre- 
tagne peut faire espérer d'y trouver aussi G.germanlca Willd.,qui croît 
en Normandie. Il ressemble beaucoup à G. amarella, dont il diffère par 
les feuil. plus larges, par les fl. 1 f. plus grandes, bleu-violet, et par la 
caps, plus longuement pédicellée. 

ERYTHR^A Rén. Cal. tubuleux, pentagone, à 5 div. Cor. en enton- 
noir ; tube très long. Etam. 5, anthères contournées en spirale après 
l'anthèse. Style 1, à 2 stigm. parallèles, en lame. Caps, linéaire, allon- 
gée, à 2 fausses loges formées par les bords rentrants des valves. 

E. pulchella Fries, E. Centaurium^. L. E. ramosisslma'Pers. Tige 
à h angles aigus ; rameaux nombreux partant souv. de la base, dicho- 
tomes, ouverts. Feuil. ovales, les rad, plus larges, non en rosette, à 5 
nervures. Fl. rose foncé, axillaires dans les dichotomies. Cal. sans 



GENTIANÉES. 229 

bractées. Lobes de la cor. oblongs. (2). j"-at. Lieux mouillés l'hiver. 
AC. — c. dans qq. localités maritimes, où il est souv. nain, ramassé et 
qqf. à tige uniflore. 

E. tenuiflora Link, E. latlfoUa Crouan non Sm. Cette plante que 
j'avais réunie à la précéd. Cvar. scoparia) s'en distingue facilement par 
le port (caractère si important dans le genre). La tige ord. simple est 
dressée à rameaux dressés-resserres et la fl. est d'un rose plus clair. 
Elle est répandue dans la région maritime qqf. à côié de E.pulchella. 

E. Centaurium Pars. Gentlana L. Petite Centaurée. Tige tétra- 
gone, simple ou dichotome à rameaux fastigiés. Feuil. ovales-oblon- 
gues, à 3 nervures, opposées, les rad. plus larges, en rosette. Fl. roses, 
en corymbe resserré. Cal. garni de bractées à la base. Lobes de la 
cor. ovales. (2). j"-at. Bord des haies, des buissons, pâturages humides. C. 

p. capitata. Plante courte, ramassée, à corymbe toujours compacte ; 
feuil. rad. nombreuses, grandes, arrondies, obtuses, à 5-7 nervures. 
Rochers, pelouses sablonneuses, graviers de la région maritime, surtout 
de la côte du nord. 

*E. capitata Willd., F. Townsend Linnean society nov. 1879 et vol. 
xviii avec fig. habite les mêmes localités que la var. du précéd. à la- 
quelle il ressemble et dont il diffère par les f\. sessiles réunies en t-ête 
très serrée, le cal. égalant le tube de la cor. et surtout par les étant. 
insérées à la base de la cor. (non à la gorge). Signalé par M. Townsend 
dans l'île de Wight (Angleterre) en 1879, il vient d'être trouvé dans 
les dunes de Brettemlle et de Créances (Manche) par M. Corbière et 
encore à la pointe de la Falaise de Carte ret, d'où je l'ai reçu en 1867 de 
M. Lebel. Cette espèce ne peut manquer d'être vue sur les côtes de la 
Bretagne. 

* E. littoralis Fries, Bab. Puel et Mail. herb. local, n*^212. Une seule 
tige de 12-15 cent, tétragone, raide, dressée, ou plusieurs du collet de 
la rac. Feuil. oblongues-linéaires, rétrécies à la base, les rad. assez 
nombreuses, oblongues-en spatule. Fl. roses, sessiles entre les feuil. flo- 
rales, en petit corymbe court. Lobes de la cor. ovales. Août. Croît dans 
les sables maritim'es de S .-Quentin (Somme) et sur les côtes d'Angle- 
terre. — Réuni par plusieurs auteurs au suiv., qui a un port bien différent. 

%. E. chloodes Gren. God. flore de France, 2, p. ISh, Gentiana Brot. 
Tiges nombreuses (plus rar. 1,2), de A-10 cent., naissant ensemble du 
collet de la rac. e^a?ées-redressées, plus épaisses vers le haut, portant 
2,k côtes fines plus saillantes que dans les espèces voisines, à plusieurs 
rameaux simples ou divisés inférieurement en 2.3 branches à 1-3 fl. 
roses. Feuil. Unéaires-oblongues, obtuses, rétrécies à la base, sessiles, 
les inf. en rosette souv. détruite au moment de la fleur, les sup. oblon- 
gues-linéaires. Pét. ovales, obtus. Caps, oblongue-linéaire. Juil.-sept. 
— R. Lèdes et falaises depuis la T reniblade (ChaiT.-lnî.) jusqu'à Biar- 
rits (Basses-Pyrénées). 

%. E. spicata L. Tige tétragone de 2-3 déc. Feuil. elliptiques-oblon- 
gues, opposées. Fl. roses, axillaires, en épi lâche le long des rameaux 
d'abord dichotomes. Lobes de la cor. oblongs-lancéolés. obtus. Stigm. 
arrondis, obscurément bilobés. ^. jt-a^. Lieux humides de la région ma- 
ritime. — Char. -Inf. Prés salés de Ta/moAii (Lafont, Sayatier), 5.-//ip- 
polyte (Faye !), Fouras (Çontejean), alluvion des Tiois Canons ! et de 



230 CONVOLVULACÉES. 

Châtelalllon ! Lauzlère, Marans, Bords, Saujon, marais entre Mé- 
chers et Semussac (Foucaud). — Vend. Moissons, champs du Marais, 
Tnaise,S.-Michel-en-Lhenn,LongevUle, Champagne (Pontarlier, Ma- 
richal). %%• Gm. La Hume, la Teste; Arcachon (Laterrade). 

E. diffusa Woods, Le Jolis an. se. nat. 3e série, T. 7, pi. 13. Tiges 
couchées, diffuses, en gazon ; rameaux nombreux, à feuil. obovales- 
spatulées, les florifères dressées, à feuil. oblongues ou elliptiques, es- 
pacées, portant au sommet 1-3 fl. élégantes d'un rose vif, plus grandes 
que dans les précéd. Cal. à div. linéaires-en alêne, plus courtes que le 
tube de la cor. à lobes ovales. Stigm. réniformes. %. j^-a*. Landes. — Fin. 
Morlalx (Woods), c. Plouigneau, Plouésoc'h, Plouégat-Molsan, etc. 
(de Guermsac),Carhalx ? la Roche-Maurice, le Faou, Lanhouarneau, 
entre Loqueffret et Huelgoat (Crouan), Ploudivy ihe'D&niec). — G. -Nord. 
c. sommet des montagnes d'Ares à la Porte-au-Moine ; c. Lohuec et 
env. (Le Corre). 

E. maritima Pers. Gentiana L. Tige de 6-15 cent, raide, tétragone, 
simple ou rameuse-dichotome. Feuil. ovales, qqf. lancéolées. Fl. jaunes, 

Eeu nombreuses, terminales et axillaires. Col. sans bractées. Lobes de 
1 cor. ovales. Stigm. linéaires-oblongs. (î). j". Landes et coteaux ma- 
ritimes. — Char. -Inf. Aruer?; (de Beaupreau), la Parée en Oleron (Sava- 
tier!), Beurlay, Sèche-Bec près Bords (Foucaud), Martrou, Fouras 
(Faye), Trizag (Marc-Arnauld !), entre Nancras et Sablonceauœ (Tes- 
seron !). — Vend. Noirmoutier, Ile-d'Yeu; Givrand près S.-Gilles, 
Vairé et env. (Pontarlier, Marichal), S. -Jean-d'Orbetiers. bois du Chd- 
teau-d'Olonne (Pontdevie, Rossignol). PC. — Loire-Inf. S^e-Marie près 
Pornic! (Bastard), ag. entre Pornic et la Bernerie. RR. — ag. delà 
Vilaine à Brest, où il est r. 

CICENDIA Adans. Cal. à /* div. Cor. à h lobes ; tube renflé au mi- 
lieu. Etam. h; anthères non contournées après l'anthèse. Style 1. Caps. 
à 2 valves ; placenta suturaux. 

C. flliformis Delarbre, Exacum Willd. Gentiana L. Tige grêle de 
M2 cent., simple ou peu rameuse. Feuil. de la tige lancéolées-en alêne, 
opposées. Fl. Jaunes, très petites, solitaires, longuement pédonculées. 
Calice en cloche, à dents courtes. Stigmate en tête. Caps, ovale, s'ou- 
vrant jusqu'au milieu en 2 valves, (i). jn-a*. Bord des étangs, des fossés, 
landes et chemins humides. — Bretagne. C. — ac. Bocage de Vend., 
Deux-Sèv. ; r. dans le cale, non sablonneux. — Char.-Inf. Montlieu, 
Cadeuil. %%. Gir. et Lan. C. — B.-Pyr. R. 

O. pusilla Griseb. Exacum DC. Tige de 4-10 cent, à rameaux nom- 
breux, divariqués. Feuil. linéaires-lancéolées, glauques. Fl. lilas {E. 
Candollei Bast.), t. rar. blanchâtres (E. pusillum), excepté au sud de 
la Gironde. Cal. à lobes profonds, lâches. Stigm. à 2 lobes aplatis. 
Caps, allongée, à 2 fausses loges formées par le bord rentrant des val- 
ves. (1). j'^-at. Mêmes lieux. AC. jusqu'au Mor. inclus. — ar. Fin., r. 

C.-Nord, Il.-et-V. — r. le cale. %%. Gir. et Lan. G. — Plus c. 

région des étangs. 

CONVOLVULACÉES. 

GaL à 5. div. persistantes. Cor. régulière, caduque, à 5 lobes. Etam. 
5 insérées à la base de In cor. Style 1, qqf. partagé jusqu'à la base. 



CONVOLVULACÉES. 231 

Caps, à 1-U loges ; cloisons correspondant avec les sutures des valves 
et portant à la base les graines peu nombreuses. Plantes souv. grim- 
pantes. 

CONVOLVULUS L. Cal. à 5 div. Cor. en cloche, à 5 angles, à 5 plis. 
Style 1 ; stigm. 2. Caps, à 2-h loges 2. spermes. 

C. sepium L. Tige élevée, grimpante, anguleuse. Feuil. triangulai- 
res-en flèche, à oreillettes tronquées. FI. blanches (qqf. roses en Bre- 
tagne et dans les B.-Pyr.), axillaires, solitaires ; pédonc. tétragone, plus 
long que le pétiole. Cal. recouvert par 2 bractées en cœur. Stigm. ova- 
les. '^. jn-sept. Haies des lieux frais. C. 

C. Soldanella L. Couché. Rac. rampante. Feuil. petites, rénifornies- 
arrondies, épaisses. FI. rose foncé, à 5 raies blanches, grandes, axil- 
laires, solitaires. Pédonc. anguleux, beaucoup plus lon^ que la feuil. 
Cal. entouré de 2 bradées ovales. %. j"-jt. Sables maritimes. — C. jus- 
qu'à la Vilaine; ac. au-delà. 

C. arvensis L. Vrillée. Rac. en spirale. Tige faible, grimpante ou 
couchée. Feuil. en flèche, de largeur variable, qqf. presque linéaires ; 
oreillettes aiguës, divergentes. FI. blanches ou rosées, axillaires, ord. 
solitaires ; pédonc. plus long que la feuil., garni de 2 petites bractées 
éloignées de la fl. Stigm. linéaires. Oj.. mai-sept. Champs, lieux incultes. 
Trop C. 

%. C, lineatus L. \elu-soyeujc.B.ac. pres(^ue ligneuse. Tiges ascen- 
dantes. Feuil, lancéolées, les rad. et inf. rétrecies en pétiole, à nervu- 
res latérales nombreuses et parallèles. Fl. roses ou blanches, ord. 
solitaires sur des pédonc. plus courts que les feuil. Lobes du cal. ova- 
les-lancéolés, blanchâtres dans leur moitié inf. OJ,. j^-jt. — Char. -Inf. 
AC. çà et là rochers de la région maritime depuis Mortagne à S.-Pa- 
lais, Oleron pointe du nord, jusqu'à la Rochelle, Marsilly et à la 
Flotte en Ré. — Vend. Chaillé-les-Marais ! (Letourneux). RR. 

%. C. Cantabrica L. Plante couverte de poils blanchâtres, étalés, ex- 
cepté dans le haut et sur les feuil. Tiges de 3-5 déc. nombreuses, cou- 
chées. Feuil. linéaires-lancéolées, aiguës, les inf. lancéolées-spatulées. 
Fl. roses entourées de bractées opposées. 1-3 sur des^édonc. axillaires 
dépassant beaucoup les feuil. et formant une panic. lâche. Div. du 
cal. ovales-lancéolées, acuminées, hérissées. Cor. soyeuse sur les angles. 
%. ji^. Coteaux cale, très chauds. —Char. -Inf. Royaji (Marc Arnauld), 
RR. Chaumes de Sèche-Bec près Bords (Pinatel !), rr. S.-Seurin (Fou- 

caud), Cognac, Angoulême (Charente). %%• Gir. S.-Laurent- 

d'Arce (Merlet), Marcamps (Motelay). 

CUSCUTA L. Cal. à h,b div. Cor. globuleuse-en cloche, à A,5 lobes. 
Etam. A,5 insérées vers la base de la cor. au-dessus d'une petite écaille 
dentelée. Styles 1,2. Caps, globuleuse, à 2 loges 2. spermes, s'ouvrant 
circulairemént en travers à la base. Plantes filiformes, sans feuil., 
parasites par le moyen de suçoirs ; fl. réunies en paquets axillaires. 

C. major DC. C. europœah. Plus robuste que le suixani. Ecailles de 
la cor. palmées, appliquées contre le tube, ce qui, au premier coup 
d'oeil, les fait paraître nulles. Styles plus courts que l'ovaire, jaunes, 
qqf. rouges au sommet. ^. jn-a*. Sur Vortie, le houblon, Convolvulus 
sepium, etc. — Char. -Inf. Pays-bas deMatha f^Savatier), Nuaillé (Reau !). 
— Çà et là marais de la Sèvre en Char.-Inf., Deuœ-Sèo., Vend. — 



232 CONVOLVULACÉES. 

Vend. Bord de la Sècre Nantaise. — Loire-Inf. Çà et là vallée de la 

Loire, plus r. celle de la Sèvre. %%• Lan. Mont-de-Marsan 

(Perris). 

C. minor DC. C. epithymtun ^m'iih. Teigne, fil à perdrix, ainsi que 
les suiv. et le précécl. Tige très grêle, rougeâtre. Div. du cal. ovales, 
plus longues que le tube. Cor. blanche ou un peu rosée, à 5 lobes ovales, 
étalés égalant le tube cylindrique, fermé par les écailles arrondies, 
frangées et connioentes au sommet, séparées à la base par un inter- 
valle étroit, aigu, à partie infér. appliquée contre la cor. Styles plus 
longs que l'ovaire, llliformes, rouges et à la fin divergents au sommet. 
(l).}t-sept. Landes, terres incultes. Sur l'ajonc (Cuscuta Ulicis Godron), 
legenêt à balai, lesbruyères, Eryngiutn campestre, Artemisia crith- 
mifolia, etc. C. 

Obs. J'ai vu à l'île d'Yeu, sur les coussins de Plantago carinata, 
un petit Cuscuta, que je n'ai pu étudier suffisamment pour savoir s'il 
appartient à C. Goaronii Desm. (C. alba Godron), ou bien si c'est une 
forme de notre C. minor, rapetissée par l'àpreté du vent de mer, ainsi 
qu'il arrive en pareilles localités à nos plantes de l'intérieur et même au 
Plantago, sur lequel il vit. Les fleurs sont blanches, petites, serrées 
en petits paquets ; les sép. sont linéaires-oblongs, demi-cylindriques, 
très obtus ; la cor. est bien plus ouverte que dans notre C. minor, en 
godet et non en cloche ; lespét. sont triangulaires-ovales, un peu obtus, 
plus longs que les sép. et les étam. ; les écailles ferment le tube et sont 
largement ovales, laciniées, séparées par un sinus arrondi ; les styles 
et stigmates blanchâtres sont linéaires, un peu plus longs que la corolle. 

— Des Moulins Cusc. p. 56, décrit sous le nom de C. Kotskyi un Cus- 
cuta trouvé sur Eryngium campestre, à la pointe de Valière près 
Royan (Char.-Inf.), par M. G. Lespmasse. Il diffère de C. minor sur- 
tout par les fl. en paquets de 2-6 seulement, parla cor. en grelot, très- 
ouverte à la gorge, fendue jusqu'au delà de la moitié, et par les écailles 
linéaires, larges et tronquées au bout. 

C. Trifolii Bab. Tige grêle, jaunâtre, qqf. rougeâtre. Fl. petites, blan- 
ches, à odeur de miel. Cal. charnu, à tube égalant env. les sép. trian- 
gulaires-lancéolés. Tube de la cor. cylindrique, presque fermé par les 
écailles spatulées-arrondies, frangéesj convergentes, séparées à la base 
par un espace arrondi. Lobes de la cor. triangulaires-ovales, étalés. 
Anthères jaunes non ou à peine apiculées. Styles blancs, stigm. rouges 
à la fin étalés, égalant env. les étam. et la cor. Ovaire obovale, excavé 
au sommet. (î). j*.-at. Cette espèce s'étend en cercles dans les champs 
de Trèfle (Tr.pratense) et qqf. de Luzerne et étreint si fortement ces 
plantes qu'elle les fait périr. Elle se répand de plus en plus, apparais- 
sant et disparaissant selon les cultures et les soins qu'on met à la détruire. 

e. epilinum Weihe, C. densiflora S. Willem. Tige jaune-rougeâtre, 
simple. Paquets de fl. sans bractées. Fl. globuleuses, blanc-jaunâtre. 
Sép. charnus, concaves, égalant la cor. à lobes plus courts que le tube. 
Pét. blancs, incurvés au sommet. Ecailles carrées, élargies et frangées 
au sommet, qui s'écarte un peu du tube de la cor. Style plus court que 
l'ovaire, (i). j". Sur le lin d'été, avec la graine duquel il est introduit. 

— Char.-Inf. Taugon la Ronde (Letourneux), Martrou (Parât). — 
Deux-Sèv. S.-Loup, Béceleuf (Guy on), S.-Aubin-Baubigné, les Echau- 
brognes, B ressuire (Genevier). — Vend. c. cale, de Forîtenay! Chaillé- 
leS'Marais ! (Letourneux), Bellevue des Clouzeaux (Pontarlier), la 



BORAGINÉES. 233 

Bauduère{RoBsign6\),S.-Aûbin-de$-Orm.,Basoges{Qéneyïet').--'hoitiE- 
Inf. Cambon ; Blain (Revelière) ; Tréteneiic près Don&ès (Leroux). 
RR. — MoR. Coëtsurho (Taslé), Vannes (Arrondeau), Ploëf-iiïel. RR. 
— Fin. Locquirec, Lampaul-Ploud. etc. (Crouan), RR. — Il.-et-V. c. 
Chdteauneuf, 1863 (Mabille), S.-Aubin-d'Aubigné (Tetrel). 

C. suaveolens Ser. C. Hasslaca Pfief. Tige rameuse, orangé pâle, 
portant à l'aisselle de chaque écaille plusieurs fascicules pauclflores 
pédicellés, munis d'une bractée, mêlés à 1 ou 2 fl. solitaires, toutes les 
fl. à pédic. 2-h f. plus long que le cal. Cor. blanche, odorante, en cloche, 
à 5 lobes étalés et dont le sommet est incurvé, un peu plus courts que 
le tube fermé par les écailles frangées, conniventes au sommet. Anthè- 
res d'un beau jaune. Styles blancs, souv. inégaux, droits (écartés sur 
le fruit), stigm. en tête", jaunes. (J). j^-seiit. Sut Medlcago sativa avec 
la graine duquel il est introduit. — Char.-Inf. SrGeorges-d'Oleron (Sa- 
vatier), Martrou (Parât). — Deux-Sèv. Marais du Vanneaxi sur Con- 
volv. sepium et Thalictrum flavum (A. Guillon) ; Souvigné (Sauzé), 
A:say (J. Richard). — Vend. La Tranche, marais de Maillesais sur 
Phragmites communis, Convoloulus sepium. les Bidens, etc. (Le- 
tourneux), S^^-Gemme, la Bretonnière (Pontarlier). — Loire-Inf. Pré- 
failles! (Matignon), Blain (Revelière). — Dans les localités de la Sèvre 
les fl. sont bien moins longuement pédicellées et il est facile de confon- 
dre la plante sèche avec C. major. %%• GiR- Bordeaux (Du- 

rieu), Montferrand (Motelav) , Blanquefo'rt' (Laierrade) , Mérignac 
(Lafont). 

BORAGINÉES. 

Cal. à 5 div. persistant. Cor. ord. régulière, à 5 lobes. Etam. 5. Ovaire 
divisé en h lobes du milieu desquels sort le style ; stigm. entier ou bi- 
fide. Fruit composé de 2 carp. dispermes imitant h carp. indéhiscents, 
1. spermes. Plantes à feuil. alternes, ord. hérissées de poils rudes; 
fl. en grappes ou en épis unilatéraux, courbés en crosse avant leur 
parfait développement. 

* Gorge de la cor. sans appendices. 

23h. Heliotropiam. Cal. 5. part. Cor. en soucoupe à 5 lobes séparés par 

une petite dent. 
23h. Echium. Cor. oblique, en cloche. 

235. Lithospermum. Cor. en entonnoir, gorge un peu resserrée par 5 

pHs ou par des poils. Carp. osseux. 

236. Pulmonaria. Cal. en cloche, à 5 angles. Cor. poilue à la gorge. 
236. Onosma. Cor. cylindrique-en cloche, nue à la gorge. 

** Gorge de la cor, fermée par 5 appendices. 

239. Asperugo. Carp. cachés à la maturité par le cal. accru à 2 lobes. 

236. Syniphi/tum. Cor. tubuleuse-en cloche, à 5 dents courtes. Appen- 

dices en alêne, réunis en cône. 
238. Lycopsis. Tube de la cor. allongé, courbé. 

237. Anchusa, Cor. en entonnoir. Appendices obtus, en pinceau. 

238. Borago. Cal. à la fin fermé. Cor. en roue. 

238. Myosotis. Cor. en soucoupe. Appendices glabres. 



234 BORAGINÉES. 

239. Echinospermum. Caract. du Myosotis. Carp. triquètres, chargés 
sur le clos d'aiguillons crochus au sommet. 

239. Cynoglossum. Cor. en entonnoir. CariD. déprimés, hérissés d'aiguil- 
lons étoiles au sommet. 

2hO. Omphalodes. Carp, en forme de corbeille à bord membraneux, plié 
en dedans, denté ou cilié. 

a. Gorge de la cor. sans appendices. 

HELIOTROPIUM L. Cal. 5. part. Cor. en soucoupe, à 5 lobes séparés 
par une petite dent. Carp. h soudés étant jeunes. 

H. europaeum. L. Pubescent; rameaux diffus. Feuil. ovales, obtuses, 
entières, nervées, pétiolées. FI. blanches, en épis axillaires et terminaux. 
Cal. fructifère ouvert-étalé. Carp. rugueux. (î). jn-a*. Terres en friche. 
C. le cale. — Vend., Loire-Inf. ag. région maritime, r. à l'intérieur. — 
MoR. PC. région maritime. — Fin. Archipel à'Ouessant (de la Pylaie). 

%%• Gm. PC. — Lan. Tartas (Perris), Montfort (Dupoy), Mu- 

gron (L. Dufour). 

ECHIUM L. Cor. oblique; tube court, limbe en cloche, à 5 lobes iné- 
gaux. Carp. tuberculeux. 

E. vulgare L. Vipérine. Tige couverte de poils rudes, tuberculeux- 
violacés à la base. Feuil. lancéolées, hispides, sessiles. FI. bleues, en 
petits épis axillaires formant une longue grappe linéaire, terminale. 
Filets des étam. roses, saillants. Stigm. bitide. (2). mai-a*. Lieux pier- 
reux, murs. ce. — Varie, surtout dans les sables maritimes et le cale. 
à fl. 1/3 plus petites comme en panicule, à étam. incluses (var. subpa- 
niculatum Le Gall flore, E. Wiersbickii Reich.). 

%. E. pyramidale Lapeyr. E. pyrenaicum Desf. DC. Tout hérissé 
de poils liïancs, très ranieux en buisson. Tige ponctuée de rouge. 
Feuil. rad. en rosette, lancéolées, celles delà tige plus larges à la base. 
Cor. petite, en cloche à 5 lobes presq. égaux, rosée surtout à la gorge. 
Etam. et styles rouges, saillants, anthères bleuâtres. (2). jn-j*. Coteaux 
secs. — Ciiar.-Inf. ac. région maritime. — A l'intérieur : le Pin (M«ie 
George), Surgères ! (Delalande), Ciré, Chambon ; Gué d'Alleré (Bou- 
chet), Longèoes, Angliers, Trisay (Foucaud). — Vend. Rochers de Za 
Dune ! de la Dlve ! (Pontarlierj, chemin de Talmont à Jard (Letour- 

neux). R. %%. Gm. Civrac (Brochon), Lesparre. — B.-Pyr. Bi- 

dart (Termonia et moi). 

%. E. plantagineum L. Mant., Gren. God, flore de France 2, p. 52it. 
Plusieurs tiges ascendantes, couvertes de poils de deux sortes, les uns 
raides, étalés, tuberculeux à la base, les autres fins, couchés, plus nom- 
breux. Feuil. rad. en rosette disparaissant au printemps, lancéolées, ré- 
trécies en pétiole, obtuses, celles de la tige oblongues, rétrécies à la 
base, sessiles, celles des rameaux floraux graduellement plus élargies 
à la base jusqu'à ce que les super, soient en cœur à la base ; toutes 
couvertes de^ poils tuberculeux de différente grandeur. Fl.^ à la fin 
écartées en épis formant une panicule lâche. CoX. à div. linéaires-lan- 
céolées, inégales, dressées. 1 1/2 à 2 f. plus court que la cor. Cor. ven- 
true au-dessus du cal., d'abord rosée, puis violacée ; lèv. sup. marquée 
de 5 bandes plus foncées dont les 2 intermédiaires doubles, lèv. inf. 
d'un violet bleuâtre uniforme à lobes triangulaires, aussi larges que longs. 
Etam. et style saillants. (2). août. Sables maritmies pierreux. — Char.- 
Inf. Groin de Loix en Ré (Foucaud). — Vend. rr. du Fort-Larron 



BORAGINÉES. 235 

au Sableau à Noirmoutier. — Cette espèce connue dans l'île de Noir- 
moutier par Piet et notée, dès 1807, dans sa correspondance, a été re- 
trouvée en 1851 par M. E. Revelière et en 1861-3 par M. Gobert. — La 
fleur est qqf. petite sur les pieds levés tardivement au printemps et fleu- 
rissant la même année. %%• Gm. La Souys (Laterrade), Bor- 
deaux, S.-Michel-de-Castebiau'dlotelaY), Cavignac (Merlet). — Lan. 
S.-Seoer! (L. Dufour), Aire! (Sibuet). 

LITHOSPERMUM L. Cal. 5.part. Cor. en entonnoir, à 5 lobes ; gorge 
un peu resserrée par 5 plis ou par des poils. Stigm. obtus, bifide. Carp. 
osseux. 

L. officinale L. Rameux. Tige et feuil. couvertes de poils raides, 
appliqués. Feuil. lancéolées. FI. blanc-jaunâtre, axillaires, en épis. 
Carp. ovales, blancs, luisants, très durs. %. mai-j". Bord des haies, 
lieux incultes surtout des ter. cale. — Char.Inf., Deux-Sèv,, Vend. 
AC. — Loire-Inf. De Machecoul à Fresnay, S.-Michel; les Cléons 
(Pesneau), Louisfert (Moride), Rougé (Desaintdo). R. — Mob. Hotiat, 
Hoedic ; « Guidel, Erdeven, Quiberon (Le Gall flore), » Roche fort 
(Tasié). RR. — Fin. Pontaven : Tréogat (Bonnemaison), Beuzec en 
Plomeur, baie à'Audierne à S.-Vélen, Penfeld, Locquirec. île Blanche, 
Plouésoc'h, Plouffasnou (Crouan fl.). — C.-Nord. S.-Michel-en-Grèoe, 
Bon-Ahri en Hillio'n, S .-Cast (Baron) ; îles des Ebiens,S.-Jacut. Dinan. 
— Il.-et-V. Cale, de Rennes. — Çà et là, mais r. sur la côte de la 

Bretagne. %%. Gir. AC. — Lan. Mont-de-Marsan (Perris), çà 

et là en Chalosse.— B.-Pyr. PC 

L. arvense L. Tige simple ou peu rameuse, dressée, couverte ainsi 
que les feuil. de poils raides, appliqués. Feuil. lancéolées, à 1 nervure, 
les inf. oblongues, rétrécies en pétiole. Fl. blanchâtres, qqf. rosées ou 
bleuâtres, axillaires, en épis terminaux ; pédic. à peine renflés. Carp. 
rugueux-tuberculeux. (î). mai-j". Moissons. CC. le cale. ; ag. région 
maritime, pc. ailleurs. 

Obs. L. permiœtum Jerd, se distinguera du précéd. surtout par les 
pédic. courts, à la fin fortement renflés, et par les carp. tuberculeux- 
alvéolés. 

%,. L. apulum Vahl. Myosotis L. Hispide. Une ou plusieurs tiges 
simples, dressées, de 5-10 cent. Feuil. dressées, linéaires, rétrécies au 
sommet, les inf. ïinéaires-spatulées. Cor. Jaune, tube plus long que le 
cal., velu en dedans et en dehors, et feriiié à la gorge par des poils, 
lobes ovales-oblongs. Carp. fauves, tuberculeux, (^k 15 mai-15 juin. Pla- 
teaux pierreux du littoral. — Char. -Inf. r. Fouras ! (Faye), c. Pointe du 
Chay ;c. ! laRepentieel au-delà (Letourneux), r. bois d'Avail en Oleron. 

L. pTo^tTa.tum. Lois. û. gai. T. h. Tiges presque ligneuses, couchées 
lorsqu'elles sont sans appui. Feuil. lancéolées-linéaires, recourbées par 
les bords. Fi. bleues, peu nombreuses, 3 f. plus longuesque les lobes linéai- 
res du cal. Cor. velue en dehors, bleue, tube rougeàtre, gorge fermée par 
des poils, Carp. blancs, lisses. Mai-j«^ — Fin. c. landes de la presqu'île 
de Croson. — Char. -Inf. La Martiére en Oleron (Letourneux et moi). 

%%. Lan. Le Tilh(ThoTe), S.-Martin-de-Seignanx et env. — 

B.-Pyr. ce. du Boucau à Hendaye. — ce. de Fontarabie au Cap du 
Figuier en Espagne (Termonia et moi). 

%. L. purpureo-caeruleum L. Tiges stériles allongées, rampantes, 



âS6 BOtlAGiNÉËS. 

les fertiles dressées de 3-5 déc, Feuil. lancéolées, rudes, les sup. demi- 
embrassantes. FI. bleues bien plus longues que les lobes linéaires du 
cal. Carp, blancs, luisants. %. jn-j*. Bord des haies, des bois du cale. 

— Char.-Inf., Deux Sèv. et midi de la Vend. AC. %%• Gm. c. 

coteaux de Blaye à S .-André-de-Cubsac ; S .-Germain-la- Rivière I (Mo- 
telay), Lormont (Ducoi), Parempuyre, S^'^-Croicc-de-Mons (Durieu), la 
Sauve (Daganet), S^^-Foy (Lannelûc). 

PULMONARIA L. Cal. 5.fide, en cloche, à 5 angles. Cor. en enton- 
noir, à 5 lobes ; gorge poilue. Stigm, obtus, échancré. 

P. angustifolia L. Tige hispide, de 15-25 cent. Feuil. lancéolées ou 
ovales-lancéolées, longues, qqf. plus que la tige, souv. tachées de blanc, 
à pétiole ailé, celles de la tige courtes, un peu embrassantes ou légè- 
rement décurrentes. FI. bleues ou passant du rou^eâtre au bleu, à tube 
poilu à la gorge, glabre du reste, en grappe terminale. Carp. noirs, lui- 
sants. %. av. -mai. Bord des haies, des bois. C. — Mor. Région marit. R. 

— Il.-et-V. PC. ainsi que dans la partie des C.-Nord voisine. — Cette 
espèce comprend P. taberosa et longifolia Boreau, fi. du centre. — 
Comme dans le Primula, tantôt le style est court avec étam, insérées à 
la gorge delà cor., tantôt il est long avec étam. placées vers le milieu 
du tube et dans ce cas la fl. est ord. plus grande. XX- Gm. C. 

— Lan. ce. — B.-Pyr. AC. ' * 

* P. ovalis Bastard, Flore suppl. que je cultive de Beaupreau (Maine- 
et-L.) est distinct de P. angustifolia par les feuil. molles au toucher, 
d'un vert plus clair, obscurément tachées, par lesfl. plus grandes, ternes, 
d'abord rouges, puis jjleues, en grappe lâche, par le cal. cylindracé-tu- 
buleux à dents occupant le 1/3. Les feuil. radie, de l'été sont ovales- 
oblongues, plus courtes que la tige ; le tube de la cor. est poilu à la gorge, 
glabre du reste; les carp. sont pubeseents. 

%%. P. affinis Jord. Tige hispide de 3-5 déc. Feuil. rudes, vert som- 
bre, tachées, de hlanc,\es>inf. ovales ou ovales-oblongues, les sup. sessiles. 
Fl. assez grandes, passant durougeàtre au bleu, à tube poilu à la gorge, 
en grappe terminale, lâche. Cal. oblong, lâche, à dents profondes, triangu- 
laires. Carp. grisâtres, luisants, aussi larges que longs, d'abord-velus. 
OJL. av.-mai. Haies, bord des bois. — Gir. BlayelFloirac (Durieu), Car- 
bonnieux (Laterrade), Bellebat, la Yergne' près Daubè^e ; Cadillac 
(Motelay), Bieujac (Lalanne), Foncaude (Goua), Bazas (Lafont). 

ONOSMA L. Cor. cylindrique-en cloche. Anthères en fer de flèche, 
adhérentes à la base." Carp. libres, à base triangulaire. Fl. blanches 
puis jaunâtres. 

%.0. echioides L. Hispide. Tige simple, raide, d'env. 3 déc. Feuil. 
lancéolées-linéaires, les inf. rétrécies en pétiole, les florales ovales-lan- 
céolées, toutes couvertes de poils raides parlant d'un tubercule glabre. 
Fl. en panic. Anthère glabre 2 f. plus longue que le fi!et. Carp. lisses, 
marbrés. Of. ji^-j*. Lieux pierreux cale. — Char.-Inf. Surgères ! (de 
Beaupreau), c. de S. -Christophe, de Virson à Chambon (Lemariél) de 
Landrais au Thou et à Péré , la Garde près Croi.x-Chapeau (Fou- 
caud), R. Fouras (Lesson). R. 

b. Gorge de la cor. couronnée par 5 écailles ou appendices. 

SYMPHYTUM L. Cor. tubuleuse-en cloche, à 5 dents courtes, gorge 
fermée par 5 appendices en alêne, dentés-glanduleux, réunis en cône. 
Carp. lisses. 



BORAGINÉES. 237 

S. officinale L. Consoude. Hispide, rameux. Rac. rameuse, épaisse, 
noirâtre. Feuil. lancéolées, longuement décurrentes. FI. blanches, 
qqf. rougeàtres, en grappes terminales. OJi.. mai-j" et automne. Prés hu- 
mides, bord des eaux. C. %%. GiR. AC. — B.-Pyr. Bldache 

(Féraud), Bayonne (Deflers). 

S. tuberosum L. Rac. oblique, noueuse, non interrompue, charnue, 
blanchâtre, garnie de fibres. Tige de3-J+ déc. poilue-rude, simple ou bifide 
au sommet. Feuil. lancéolées-elliptiques, courtement décurrentes, les 
florales opposées, les inf. rétrécies en pétiole. Fi. jaunâtres en grappe 
courte terminale. Lobes de la cor. recourbés. 0-,. av. -mai. Lieux ombra- 
gés. — Char. -Inf. MontUeu, c. bord du Lary et de ses affluents (de 
Meschinetj, la Barde (Pétureau). R. — Deux-Sèv. Vallons du Puits 
d'Enfer près S. -Mai.reni; (Sauzé, Maillard), Prallles (Giraudias). R. — 
Mgr. La Chartreuse (Elphège). — Fin. c. bord du Jarno près Morlalx 
(Hervé). — C.-Nord. Coteau humide un peu boisé dans la baie de S.-Mi- 
chel-en-Grève (de Guernisac), Coetfrecet environs de Lannion{J.-^l. Sa- 

cher), Pommerlt-Jaudy (Le Corre). rr. %%• Gir. ac. surtout 

rive droite de la Garonne. — Lan. Dax {Thove),'\Q's, échalasslères l en 
Chalosse (L. Dufour). — B.-Pyr. Pointe S^^-Anne. 

ANCHUSA L. Cor. en entonnoir, à 5 lobes ; gorge fermée par 5 écail- 
les obtuses, en pinceau. Carp. ridés, creux à ia base et entourés d'un 
anneau strié-plissé. 

A. italica Retz. Buglose. Plante couverte de poils blancs, raides. 
Tige rameuse, de 6-10 déc. Feuil. lancéolées, sessiles. FI. d'un beau 
bleu, en épis géminés, garnis de bractées linéaires-lancéolées et formant 
une panic. terminale. Div. du cal. profondes, égalant le tube de la cor. 
à lobes arrondis. Ecailles de la cor. blanches. %. j^-a*. Champs et dé- 
combres des ter. cale. — Char-Inf., Deux-Sèv. et Vend. C. — Loire- 
Inf. Machecoul, rr. Croisic. RR. — Fin. c. champs sablonneux marit. 
des environs de Plomeur ! Beusec, S .-Jean-Trolimon, Loctudy (Bonne- 
maison), c. baie d'Audierne à Traon-Houarn, Port-Salut (Crouan). 

%%• GriR. Civrac (Lalanne), Montussan, Pressac (Laterrade), 

Senac (Lafont). 

* A. offlcinalis L. A. angustifoUa pC. Tige de 6-10 déc. rameuse, 
hispide. Feuil. lancéolées-linéaires, sessiles. FI. bleues, en épis axil- 
laires, formant une panic. terminale. Bractées ovales-lancéolées. Cal. 
fendu jusqu'au milieu, à lobes presq. obtus. Ecailles de la cor. ova- 
les, papilleuses au bord. Poils des rameaux de la panic. et du' cal. éta- 
lés. (2), rar. %. j"-jt. Lieux incultes, décombres de la région maritime, 
où il a sans doute été apporté avec le lest des navires. — Char. -Inf. 
Oleron à Boyardville ! (Delalande). — Vend. Autour du cimetière des 

Sables (Deialande). — Loire-Inf. Délestages de Couëron. — RR. ■ 

%')5^. Gir. Verteuil, Marcamps (Motelay), S .-André-de-Cuhsac (Jarris). 

A. sempervirens L. Cariolopha Fisch. Tige de 3-h déc. rameuse 
hispide. Feuil. largement ouates, un peu sinuées-dentelées, hispides, 
caduques, les rad. et inf. pétiolées. FI. d'un beau bleu, en petits bou- 
quets géminés, accompagnés de 2 bractées foliacées et situes au som- 
met d'un pédonc. axillaire, solitaire, plus court que la feuil. Cor. presq. 
en roue à lobes égaux, obtus ; tube blanc, ovale, court, presque fermé 
par les écailles blanches, obtuses, papilleuses. Carp. munis à la base 
:nt. d'un appendice en oreire courbé vers l'ombilic. S^. mai-j". — Loire- 



238 BORAGINÉES. 

Inf. Nantes au Four da Diable ! (Bonamy) et parcs voisins. RR. — 
Bretagne, ac. haies fraîches et pierreuses au-delà de Vannes, Ploër- 

mel et Rennes. "y^^- Gm. Le Tondu (Lafont), Libourne ! (Mo- 

telay). 

LYCOPSIS L. Caract. de VAnchusa. Cor. irrégulière ; tube allongé, 
courbé. 

L. arvensis L. Plante rameuse, toute hérissée de poils blancs. Feuil. 
lancéolées, sinuées-dentées, ondulées. FI. bleu clair, à gorge blanche, 
en grappe terminale. (î). j"-sept. Lieux incultes sablonneux. C. — Au- 
delà de Loire-Inf. ag. région maritime. 

BORAGO L. Cal. fermé après la fleuraison. Cor. en roue, à 5 lobes 
étalés ; gorge fermée par 5 écailles obtuses, échancrées. Anthères in- 
sérées sur le lobe intér, des filets bifides. Carp. ridés, creusés à la base. 

B. offlcinalis L. Bourrache. Rameux, hispide. Feuil. ovales, les inf. 
pétiolées. FI. bleu ciel, en panic. ouverte. Anthères noirâtres. (î).jn-sept. 
Terres cultivées, autour des habitations, décombres. AC. 

MYOSOTIS L. Cal. en cloche. Cor. en entonnoir ou en soucoupe ; gorge 
fermée par 5 appendices glabres. Carp. lisses. FI. en épis grêles, ord. 
géminés. 

* Cal. à poils tous appliqués. 

M. palustris With. Souche oblique a/^ peu rampante. Tige angu- 
leuse à poils étalés. Feuil. de la tige oblongues-lancéolées. Cal. fruc- 
tifère en cloche. Cor. grande, bleu ciel à gorge jaune, limbe plane. Style 
égalant presque le cal. à dents plus courtes que le tube. %. mai-sept. 
Prés humides, fossés, marais, bord des eaux. C. 

p. M. strigulosa Reich. Tige plus grêle à poils appliqués ou ceux du 
bas étalés. 

^ M. repens Don. Rac. non rampante. Tige arrondie, hérissée de poils 
étalés. Cor. grande, plane, bleu très pâle. Style plus court que le cal. 
à dents égalant le tube. @? mai-jt. Lieux spongieux, tourbeux. AC. 

M. csespitosa Schultz, M. lingulata Lehm. Rac. fibreuse. Tige ar- 
rondie à poils appliqués. Cor. bleue, petite, limbe un peu concave. 
Style très court égalant env. le tube du cal. @. jn-j*. Fossés, marais, 
bord des eaux. AC. 

M. sicula Guss. Petite plante de 3-12 cent, en touffe. Rac. fibreuse. 
Tige arrondie à poils appliqués, peu nombreux, rameuse presque dès 
la base, rameaux nomîjreux, divariqués, Cor. très petite, bleu clair, 
limbe un peu concave. Style très court, (i) ou (2). mai-jt. Bord des mares, 
des étangs, des vieilles carrières, surtout dans les ter. schist. — Loire- 
Inf. AG. — Çà et là ailleurs. %%. GiR. De S^^-Hélène à Laca^ 

nau (Durieu/. — Lan. Mimisan. 

Obs. Quelques auteurs réunissent sous le nom de M. palustris ces h 
plantes, qu'il n'est pas toujours facile de distinguer entre elles. 

** Cal. à poils étalés, ceux du bas crochus ; tige poilue, à feuil. 
oblojigues-lancéolées . 

M. silvatica Hoffm. Rac. fibreuse. Feuil. rad. spatulées ou obovales, 
pétiolées. Cal. fructifère à div. profondes, dressées, plus court que le 



BORAGINÉES. 239 

pédic. étalé. Cor. grande, bleue, inodore, tube plus court que le limbe 
plane et un peu plus long que le cal. (2J ! mai-j^. Lieux ombragés. — 
Deux-Sèv. Parthenay (Janneau). — "Vend. d'Eorunes à la Sèvre, la 
Verrle / (Genevier). moulin Martin près Château-Guibert. — Loire- 
Inf. CUsson ! (Le Boterf), c. de là jusqu'à Gorges. R. — Plante très élé- 
gante. ■ %%• GiR. Villenave (Durieu), Èuclos (Belloc). 

M. intermedia Link. Cal. fruclifère fermé, plus court que le pédic. 
étalé. Cor. petite, bleue ; tube égalant le limbe concave. (2). mai-j*. 
Lieux cultivés, taillis. C. — ce. le calcaire. 

M. hispida Schlect. M. coUina Reich. Cal. fructifère ouvert, plus 
long que le pédic. ou l'égalant. Cor. petile, bleue ; limbe concave ; tube 
inclus. (X'. av. -mai. Murs, lieux cultivés, talus des fossés. CC. — Moinsc. 
que le précéd. au nord de la Loire-Inf. 

M. versicolor Pers. Cal. fructifère fermé, plus long que le pédic. 
ascendant. Cor. passant du jaune au bleu et enfin au violet; limbe 
concave ; tube saillant. (î;. av.-j". Lieux cultivés, bord des chemins. C. 

— Varie à fl. blanche (A/, dubia Arrondeau), passant au bleu (qqf. très 
pâle), à fl. jaune passant au bleu très pâle et (A/. Balbisiaaa Jord.) à 
fl. entièrement jaune ; ce dernier à Lorlent{(jO(\von), àPlounérinenCôt.- 
Nord (Miciolj. 

Obs. M. Balbisiana Jord. n'existe pas à la Teste (Gironde), où on a 
pris pour cette plante une forme de M. versicolor à fl. jaune passant 
au bleu violacé, qui est ce. de Talais à Casau. (J.F.) 

* M. stricta Link. Fl. très petites, bleues, eti épis raides, effilés, 
feuilles à la base. Cal. fructifère fermé, beaucoup plus long que le 
pédic. Cor. en entonnoir à tube inclus. (î). Lieux sablonneux. Bastard 
l'a recueilli à Chalonnes, dans les sables de la Loire. 

ASPERUGO L. Carp. ovales, comprimés, verruqueux, cachés à la 
maturité par le cal. accru à 2 lobes parallèles, sinués-dentés. 

%. A. procumbens L. Hispide, couché. Feuil. oblongues ou lancéo- 
lées, alternes, rétrécies en pétiole, les florales opposées. Fl. bleues, 
petites, axillaires, solitaires. Pédonc. court, à la fin recourbé. (^. mai-j°. 
Lieux incultes, bord des champs. —