(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du 13e siècle, pub. par A. Wallensköld .."

/?o^ 



SOCIÉTÉ 



DES 



ANCIENS TEXTES FRANÇAIS 



FLORENCE DE ROME 



TOME SECOND 



U pHy, i»p. R. Iltrclieueu. - Pcyrillcr, Rouchon et Gtmon. 



successeurs. 



FLORENCE DE ROME 



CHANSON D'AVENTURE 



DU PREMIER QUART DU XIII» SIÈCLE 



PUBLIEE PAR 



A. WALLENSKÔLD 



PROFESSEUR DE PHILOLOGIE ROMANE 

A l'université de HELSINGFQRS 



TOME SECOND 




PARIS 

LIBRAIRIE DE FIRMIN-DIDOT'ET C^^ 

RUE JACOB, 56 






M DCCCCVII 



l 



Publication proposée à la Société le 24 décembre 1902. 

Approuvée par le Conseil dans sa séance du 9 décembre 1903, 
sur le rapport d'une commission composée de MM. Bédier, Meyer 
et Thomas. 



Commissaire responsable : 

M. J. BÉDIER. 






LA CHANSON 



DE 



FLORENCE DE ROME 



Signor, oï avez en livre et en romanz 
Que de totes citez fut Troie la plus granz ; 
Ainz qu'ele fust fondue, a ardoir mist set anz. 
Une genz en isirent qui moût furent sachanz, 
Hardiz comme leons et fiers et combatanz ; 
Par terre s'espandirent icelles fieres genz, 
Chacuns dreça citez et torz et mandemenz : 



P/» /, Hf-SS. 



Le texte reproduit la graphie du ms. P ; les leçons de P qiiiy 
pour une raison quelconque, n'ont pas trouvé place dans le texte., 
sont données en note. Au contraire, pour L et M, on s'est contenté, 
d'ordinaire, de signaler les variantes de sens. 

I. 1-1460 manquent en L — 3 P Et quant el fut f. etard., M fti 
fundee alardir — 5 M î.q conqueranz — 6 iï/ P. la t. espandirent 
icele fere. 

T. II I 



2 GRANDEUR DE ROME 

Anthioche fonda Antiocus li Granz, 

Et Jherusalem fist uns rois Gornumaranz, 

10 Et reis Babilonus, que moût refu poisanz, 
Il fonda Babiloine, si la popla d'enfanz, 
Et la cité d'Aufrique uns fors rois Aufriquanz, 
Et Romulus fist Rome, qui moût fut aparanz. 
Seignors, ja fut uns tens, tesmoig des clers lisanz, 

i5 Que toz li mondes fu envers Rome apendanz; 
Mais par le roi Garsire, que moût fu souduianz 
Et fel et covoiteus et fiers et encusanz, 
Bessa la seignorie qui de Rome estet granz. 
Huimès porez oïr ovres de fiers senblanz, 

ao Voires de voire estoire issuz est li romanz : 
D*un riche emperaor, qui moût refu vaillanz, 
Ce fu Otes de Rome, qui fu en Deu craanz ; 
De Florence sa fille, qui tant fu avenans. 
Par icelle pucelle mut la guerre pesanz; 
35 Dès que Deus vint en terre, ne fut onques si granz. 

II Plest vos oïr chançon de grant nobilité, 

Treste de vielle estoire, tote de vérité ? 
Dès le commencement de la crestienté, 



8 P fondi, PM frans, M ajoute : ,':;,} jau 
La cite de coloigne coloneus H ^n« 
E babiloigne fist ud reis babilonans 
Eneus fist angert e forneus limans 
Turnus fist turs sur lewe en vn pendans 

— 9 3/ cormimanans — lo P babiloine, Af fu p. — ii manque 
P — 12 Et manque M — i3 3/ ke berie fu pansans — 14 3/ 
tesmoigne iccs cl. — i5 P a r., 3/ vers r. — 16 3/ tant fu — 
17 P Et fous, M coluers e fers, P conqucranz — 19 3/ Orc, 
M oucre de fer — 20 Voires manque 3/, P de fierc e. et si est 
en — 21 3/ fu u., 3/ ajoute : 

Coe fu otes de rome ke tant fu auenani 

— 22 3/ en deu fu — 23 3/ E de florcns — 24 3/ E iccle, 3/ 
si grans — 25 3/ Pus ke, 3/ si pesans. 

II. 26 3/ Orc cscotez, 3/ noblestc — 28 3/ Del c. 



L*EMPERÈUR OTON 3 

Dès que Deus, nostre sire, ot le siècle estoré, 
3o Ne fu mais chançons dite de si grant nobleté 

Gon vos orrez huimais, se ce vos vient a gré, 

D'un riche empereor de Rome la cité. 

Cil fut Otes de Rome, qui tant ot grant régné ; 

Vieuz et foibles estoit, si ot le chief meslé. 
35 La fille ot nom Florence, o le cors acesmé; 

Moût l'ama l'enperere et tint en grant chierté. Pf^ib. 

Quant Florence naqui, con Deus Tôt destiné, 

La roïne en fu morte dedens tierz jor passé. 

Quant la dame ot son cors de l'enfant délivré, 
40 Granz miracles lor a nostre sires mostré, 

Car il virent dou sanc sur terre a grant plenté; 

Les bestes se combatent de par tôt le régné, 

Et li oiseil volant se sunt entreplumé : 

Ce fu senifiance de la mortalité 
45 Que por lé fu si grant, con dient li letré, mj* 53 b. 

Que plus de cent mile homes en furent mort gité. 

Seignors, celle Florence fu de ci grant bonté, 

Quant la belle ot dis ans acomplis et passé, 

El fu cortoise et sage et de grant nobleté 
5o Et si fu bien letree, plene d'umilité, 

Et dou cors des estoiles sot a sa volenté. 



29 M Puis ke, Aflc munt e. — 3o P Ne f. . . . [le reste manque 
par suite d'une déchirure), mais manque M — 3i manque M, 

P Con u — 32 P Du , M Del r. emperur otes de r. — 

33 manque M, P Cil.... — 34P V , M Veil fu li emperes si — 

35 P L , M Si out une fille fl., M douge — 36 M lama si pères, 

3/ a gr. — 37 P qui deus — 38 3/ Sa mère murut dedens le — 
39 M d. fu de le cnf. — 40 Af Grant miracle, P lor et n., M ad 
deu demustre — 41 M Ke treis iurs lur ad sanc ploue — 42 de 
manque 3/ — 43 volant répété dans 3/, M entefe plume — 45 
M gr. cco d. — 46 P pi. de .xx., M m. en f. de coupe — 48 3/ 
Q. auit dis anz de hee, P pasez — 49 3/ Curteise fu c ben 
lettere— 5o M Humble de bêle parole e de grant simplete — 5i 
P Dou cors et des, M Des ars e des estiles sout a grant plcnte. 



4 FLORENCE DE ROME 



De toz les elemenz, quan qu'en furent trové. 
Bien harpe et bien vielle, docement et soé ; 
Il n'avoit si bon mestre en la crestienté 

55 Qu'a dous de ces parolles ne l'elist tôt maté. 

Nus hom n'en sot que dire, tant ot le cuer séné, 
Et quant elle parolle, tôt le mont vient a gré, 
Et cil que bien l'esgardent sont si enluminé, 
.«iv\^^ Qu*el ot la char plus blanche que n'est flor en esté, 

60 Les iaus vairs en la teste, le vis frois coloré, 
La boche petitete, le menton acesmé. 
Ce dist bien li escris a Rome en Noiron Pré, 
Dès que Deus fist Evain, quant d'Adam l'ot formé, 

65 Ne fu àucuûèfèmine^tlèrlâ'ibfe^bônlê; 

rjîqmîrij întj;, :,?. inrAii,-^ lie 

III Seignor, a icel tens c'ore dire m'oez, 

Estoit uns rois Garsire, uns nobles coronnez ; 
•^"^ll ot en son domaine bien quatre cenz cîtezi-* 

Pf-s. 70 Et ot Coritentinoble et des autres ase'z. 

Por ce que trop iert riches, fu moût desmesurez ; 
A icel jor n'estoit nus hom si redoutez; 
Mes moût fut viaus et frelles et chenûz et usez, 
Qu'il ot, mien escient, cent cinquante anz passez. 
75 De sa barbe estoit toz devant acouvetez, 

:»u(kHf>m >( ■ ■ ■ ■ ^-^ -• • . 

' ' ■ 52 3/ ke unkes f. — 53 3/ De h. e de u. mesteresce clame — 

~^4 M bonc m. — 55 3/ Ke a ses, M tost m. — 56 3/ Nul ne la 

pout contre dire, M cors s. — 5y M a. tus homes uint — 58 bien 

manque M— 59 3/ Plus fu bl, ke — 60 en la teste manque M — 

61 M petit, M m. mut aceme — 62 3/ r. e a n. — 63 3/ Pus 

kc, P Des que deus fis ot forme — 64 manque PM {dans P 

par suite d'une déchirure)— 65 P onte, 3/ fu unke f. 

111.66 manque P (déchirure), 3/ ke d. —67 P ronnez— 68 

P itez, son manque M — 69 manque P (déchirure) et M — 

70 3/ E tint c. — 71 3/ fu r. — 72 3/ En cel tens ne fu nul 
home tant — 73 P f. mau8, M fu frelles e ueuz c vsez — 74 3/ 
Kc al ucir dit eut cent c c. — 75 3f fu tut sun d. acouerez. 



LE ROI GARSIRE & 

Et fut asez plus blanche que chainsil bien lavez. 
Ses cheveus ot moût bien treciez et galonnez, 
Detriés au hastereil moût richement fermez ; 
Par devant ses esselles les a si amenez 
80 Que devant sur son pis i a cinc nouz noez. 

Ainz moillier ne vot prandre en trestoz ses aez ; 
Chevaliers iert li miaudres que de mère fust nez. 
De par totes ses terres a ses barons mandez. 
Quant ot li empereres ses barons asamblez, 

85 Au paoir que il ot s'en est en piez levez ; 
En guise de Grifon fu moût bien conraez : 
Ghauses ot d'un bis poille et eschapins dorez, 
S'ot vestu un jupel qui moût fut granz et lez, 
Tôt portret a fin or, a oisiaus devisez ; 

90 A pierres et a brasmes fut par devant listez, 

De riches esmeraudes par desouz gironnez. 

Largement fut vestuz et trestot desfublez, 

Gar, c'il portast mantel, trop en fust encombrez. 

Un bâton tint li rois, ou il c'est acoudez, 
95 Et fut tôt de fin or, a esmaus tresgitez. 

Ses homes en apelle, con or oïr porez ; 

Lors se taisent Grifon, que moz n'i fu sonez. Mf^53 c. 

« Seignors », distl'empereres, « vers moi en entendez : 

Bien sai que d'une choze sui duremant blâmez, 
100 Que moillier ne vuel prendre; or me sui porpensez 

Que moillier me prendrai, se vos la me querez. 

76 JW fu si bl. cum cheisil — 77 JV/ E ses chuoils tresciez, P Ses 
grenons — 78 AT De très le h. m. ben f. — 79 A/" P. desuz, M 
menez — 80 P p. les a an .11. noez — 81 Af One ne uout 
femme auer en trestot sun, P trestot son — 82 M iu meillur 

— 83 M Par trestutes — 84 manque M — 85 3/ sen est sus 1. — 

86 moût manque iV/ — 87 M Chauce out de paille — 88 3/ iupe 
ke m. ert — 89 M de f. — go M As pères precioses fu d, — 91 
M Des — 92-93 manquent M — 94 J/ il sert acotez — 95 A/ or e 
a esm. — 96 en manque M, M cum la oir, P oi p. — 97 manque 
P, M mot ni unt sonet — 98 en manque M — gg M ch. me bl. 

— 100 P vois pr. — 10 1 manque P, M Ke ore me pr. 



6 GARSIRE VEUT FLORENCE POUR FEMME 

— Sire, » dient si home, « que est que demendez ? » 
Et respont l'emperere: « Jel vos dirai assez: 
Une fille a rois Otes, qui de Rome est chasez, 

io5 El siècle n*a tant belle, ce est la veritez. 
? f»2 b. Je sui et viaus et frelles et chenuz et barbez, 

D'estors et de batailles sui forment ahenez 
Et de cheralerie traveilliez et penez ; 
Tôt me tramble li cors, car forment sui lassez ; 

iio Par moi n'iert mes ma lance ne mes escus portez. 
Alez moi por Florence et si la m'amenez ! 
Je vuel estre de lé basiez et acolez, 
Et en sa belle brace soit mes cors repousez, 
Si gerra ovec moi, si en ferai mes grez, 

1 1 5 Si me tâtonnera les flans et les coûtez ; 

Gemès d'autre proesse n'iert mes cors alosez. 

— Sire », dient si home, « si con vos commandez ! 

Nos la vos irons querre, quant avoir la volez. » 

IV Seignors, vos savez bien, que que la chanson die, 

120 Qui tient Coutentinoble moût a grant seignorie. 

Conques ne fu citez de trésor si garnie. 

Garsire l'emperere o la chiere hardie 

Estoit a icel tens de moût grant seignorie. 

Il a mandez ses homes de si en Galilie, 
laS II ot et Greus et Hongres et de ceus de Rossie. 



loî M d. tus ke est ceo ke — io3 P Et respo — 104 P Vne 

fi , M ad li r. — io5 P El siècle — 106 M su mut ueus 

e frêles ch., P maus et fr. — 107 3/ De tours, At me sui f. penez 

— 108 manque M — 109 3/ ke f . — 1 10 ma ef mes manquent M 

— 1 1 1 moi et et manquent M, M la menez — 111 M uoil de lui 
eitrc b. — 1 1 3 3/ Entre SCS braz — \i^-i\6 manquent M — ii5 
P ratonnera — 1 16 P G. niert mes cors alosez dautre proessc — 
1 17 A/ h. cum vus le — 1 18 3/ la uolum qucre pu ke auer le. 

IV. I iQiV/ ki kc la ch. — i2o3/ Ki ke t., moMX manqtte M — 121 
M Ke cite ne fu — 124 3/ dcsken g. — i25 3/ Il out gr. e hon- 
grieus e ceus, P Hongrie. 



IL ENVOIE DES MESSAGERS A ROME 7 

Hé ! Deus, si grant richesse, quant la corz fu enplie I 

Garsire l'emperere en apelle Aquarie, 

Un Grifon orguillous, né de Chatemelie : 

« Vos en irez a Rome, ce ne lessiez vos mie, 
i3o Et quarante mesaiges en vostre compaignie ; 

Asez portez avoir et bons dras d'Aumarie, 

Vint somiers toz chergiez de l'or de Romenie, 

Destriers et palefrois et mules de Sulie, 

Ses donrez au roi Ote et a sa baronnie. 
i35 Gardez que ma paroUe li soit si acomplie: 

De Florence, sa fille, vodrai fere m'amie, 

Que il la m'envoit ça por mètre en ma baillie, 

Et, se ce ne fait pas, par Deu, le fil Marie, 

Mar i perdra encore tote sa Lombardie. 
140 Ancor ferrai je bien de m'espee forbie : P f*3. 

Por si belle pucelle, par ma barbe fiorie, 

Doi je bien reparier a ma chevellerie. » 

V Garsire l'emperere fut moût de grant aaige ; 

Ses mesaiges devise, voiant tôt son barnaige. 
145 Quarante en sunt en brief, trestuit de grant parage ; 

Icils'en sonttornéde Tancien estage. 

Isnellemant et tost s'en vont droit au rivage. 

Une nef ont chargie, comme cil qui sont sage, M/^53d. 

De besquit et de vin, de pain et de fromage, 



126P Et d., M Mut out grant seignurie q., P la tor, 3/replenie 

— i2j M lemp. a pela — 128 P nez de, 3/catomelie — 129 3/ 
Vus irret en romenie e coe ne lerret m. — i3i 3/ A. portcre» — 
i32 toz manque M, JV/dor deske en — i33 M e muiez — i3^ M 

Si, P otes — i35 A/ le p. seit — i36 M Ke de — 137 P llie 

{déchirure), por mètre manque M — i38 P arie, pas manque 

M — 139 P hardie, 3/ Mar passera de sa — 140 3/Vn choze 

f., 3/ ma espie f. 

V. 144 M Se messagers, tôt manque M — 145 3/ Karante 
furunt, M tus de haut, P barnage — 146 M E cil tost sen turnent 

— 147 droit manque M — 149 M De pain de b. e de v. e de f. 



8 VOYAGE DES MESSAGERS 

i5o D'eisil et d'eue froide et de poison maraige ; 

Tant i mistrent avoir etpoipres de Quartage 

Et mules et chameus, mainte beste savage, 

Destriers et pallefrois, con lor vint en corage ; 

Tant ont lor nef chargie c'on lor tint a folage. 
1 55 II drecerent lor voilles, quant orent bon orage ; 

Ains ne virent midi que orent bon pasage. 

Droitemant a Otrente arivent li mesage; 

Cil geterent lor ancre qui en sorent l'usage. 

Or oiez de Garsire eon pense grant folage, 
i6o Quant il cude par force avoir tel mariage. 

VI Li mesage Garsire o la chiere grifaigne 
Ariverent au port, si drecent lor ensegne 

Et geterent lor ancre, que lor vessel ne fraigne. 

Les murs et les destriers traient fors en la plaigne, 
i65 Sus les somiers troserent les besans de Sartaigne, 

Lor nef ont commandée un borgois d'Alemaigne, 

Puis acoillent lor airre très par mi la Champagne; 

Il trespaserent Puille, n'i a cel que ne maigne 

Riche cheval en destre de Sulie ou d'Espaigne, 
170 Et pacent Bonivent et tote la Champagne; 

Quinze jors il errèrent, puis entrent en Romaigne. 

VII Li mesage Garsire ne vont pas foUemant, 

i5o M passons m. — i5i M m. del or e des purpres — i52 
manque M — i53 Af cum lur unt — • 164 manque M — i55 M E 
drescent lur mast e lur acoille lorage — i56 3/ Gueres ni demo- 
r»nt ke il aucient — ibj M Dreit, P ariue — 1 58 3/ E cil ieterent 
les anchrcs ke seurent le riuagc — ibg M utrage — 160 M & {. 
auer icel. 

VI. 161 M Si messager — 162 M Ariuent al p. adressant — 
i63 AIE ancrent lur nef ke el ne defaile — 164 M fors treient — 
i65 M Hors des coffers traient les samiz de — 167 M chemin 
dreit par mi la compaigne — 168 3/ Il trauerscni — 169 MR. 
dcstrcr de — 171 manque P, il manque M. 

VII. 172 A/ messager. 



ARRIVÉE DES MESSAGERS 9 

Tut quarante chevachent bel et serreemant. 

En Rome s'en entrèrent endroit midi sonant; 
175 Les borgois de la ville les vont moût regardant, P/'3b. 

Car il sontacesmé bel et cortoisemant ;,^ jl 3 > 

De riches dras de soie furent lor garnemant, 

Et les muiez envers de cendaus noblemant, 

Et les selles ovrees de fin or voiremant; 
180 Li frain et li poitraul par vont si ternissant 

Ne harpe ne vielle n'i vausist un besant. 

Chacun moine un destrier noir ou sor ou basant : 

Les cropieres en furent de poile esquarismant, 

E les serjanz desrieres vont les somiers chaçant 
i85 Que portent le trésor et mervilloz et grant. 

La cort demandent sempres, l'on lor va enseignant, 

Et vienent au palais bêlement chevauchant. 

Chacun descent a pié de son mulet ambiant, 

Et montent les degrez moût afichiemant. 
190 Li rois sist sus la coite d'un vermel boquerant : 

Il nel'ontpas trové si escheriemant 

Qu'il n'i ait dus et contes et princes jusqu'à cent. 

Joste li sist Florence, don li paies resplant, 

La plus belle pucelle de cest siècle vivant. 
195 A tant es les mesaiges que li viennent devant ; 

Aquaries parla, qui le language entent, 

L'empereor salue bel et cortoisemant : 



173 Me quointement — 174 JW En romenie entrent dreit a 
— 175 iW esgardant — 176 J/Cum — i-j-j M Des riche, M sunt 
li — 178 Af cendal — 179 3/ les celas, M or relusent — 180 3/ 
peytrail tut ensement — i8i-i83 manquent M ^ 182 un destrier 
manque P — 184 3/ sergans ke uont après siwant. -- i85 M 
meinent le tr. meruillus — 186-187 manquent P — 186 sempres 
manque M — 187 3/ E uent al le — 189 iW desgrez auant [fin du 
vers) — 190 Af set sur sa, Pc. du — 192 3/ Kil neit princes e 
contes e dux deske a, P ni ad. — igS M fl. de ki — 194 M del s. 
— 195 3/ estes vus les m. ke u. auant— 196 P Aquarres p. pri- 
mes, M les langages — 197 PM Lemperere. 



10 LA DEMANDE EN MARIAGE 

« Damedeus, nostres sires, a qui le mont apent, 
Il saut le roi Oton et sa fille ensement 
Mf»54. 200 Ettrestoz ceus et celles qui sont si bienvuellant! » 
Et lirois li respont moût amiablemant : 
« Amis, Deus vos garise par son digne commant! 
De quel terre estes vos ? Nel me celez noiant. 
— Nos de Coutentinoble, la fort cité vaillant ; 

2o5 Homes somes Garsire, l'empereor puisant, 

Que par nos vos envoie de son avoir presant : 
Vint chameus toz chargiés entr'or fin et argent, 
Et i a maint brun poille, maint bon drap afriquant, 
Et quarante destriers, que tuit sont d'un samblant. 

210 Viauz est li empereres et frelles duremant; 
Pf*4. One moillier ne vot prendre, mes or en a talant. 

Se vos mande mes sires : sanz nul retenement 
Li envoiez Florence o le cors avenant, 
Si la prendra a feme; se li loent forment 

2 1 5 Ses homes qu'il le face tost et isnellemant ; 
Et ce vos ce ne faites, gel vos di voiremant 
Qu'il vos venra requere a son eflforcemant : 
Il en jura sa barbe et son grenon ferrant 
Ne vos lera de terre un seul denier vaillant. » 

220 Et li rois li respont parole bien saiant : 

« Seignors », dist l'emperere, « or sofrez a itant. 
Et g'en prendrai conseil a lé et a ma gent; 
Dou faire ou dou lessier vos dirai mon talant. » 

199 3/gard le rei otes — 200 P trestuit cil, M trestus iceus ke 

— aox manque M — 202 M gard cœ dit otes li vaillant — 2o3 vos 
manque M — 204 M lo sui de — 2o5 M E home sui, PM lem- 
pcrcrc — 207 P somiers, toz manque M, M ke de or ke dargent — 
20S M Samis e riche pailles e meint bon affricant, P main br. 

— 211 AT orc lui vent a — 212 mes manque M, P rctesemant 

— 2 1 3 A/ c. gent — 2 14 3/ a coe lui loum f. ~ 2 1 5 manque M 

— 2 1 6 3/ io vus di voreiment — 2 1 7 Af Ki il vus v. quere od sun 
hardement — 219 seul manque M — 220 M lur r., P paroles, M 
sonant — 221 A/ d. il orc s. itani — 222 M c. mcntcnant {Jin du 
vers) — 22 3 A/ De ferc v de. 



BEAUTÉ DE FLORENCE I I 

VIII Or sont li mesagier devant le roi Oton 
225 Et esgardent Florence o la clere façon, 

Que ot la char plus blanche que n'est os de poison, 

Et les iaus ot toz vars en guise de faucon, 

La boche petitete par desus le manton; 

Simple fu et cortoise, n'ot pas le cuer félon, 
23o Et fu moût bien vestue d'un vermoil ciglaton, 

De fuelles d'or bendé de ci jusqu'au talon, 

A orfrois et a pieres de l'uevre Salemon; 

D'oiselez et de bestes i ot a grant foison. 

Les riches esmeraudes getoient tel brandon, 
235 Et luisent ou paies con se fussent brason. 

Escheletes i ot de fin or, ce savon, 

Plus de trente estivaus ot en chacun giron : 

Quant Florence s'esmuet et vet par la maison, 

Si bâtent et tentisent et gitent moût douz son; 
240 Si bien sont atrenpees que harpe ne chançon 

Envers la mélodie ne vaut un esperon. 

Un cercle ot en son chief par tel devision 

De jagonces safirs fut toz clous environ; 

Dedenz ot une pierre dou trésor saint Sanson, 
245 Qui reluist et flamboie, rubi l'apelle l'on; Pfub. 

Ne li or ne les pieres, ce dient li baron, 

Encontre sa biauté ne valent un boton; 

Durement s'en mervellent li mesagier grifon. 

« Hé I Deus, » dist l'uns a l'autre, « par ta savacion, 
2 5o Qui sucitaz de mort le cors saint Lazaron, 



VIII. 224 P li r. — 225 P esgarde — 226 P nest ons ne p. — 
227 toz manque M — 228 M h. petite cum oiselun — 22g M nule 
quer — 23o moût bien manque M — 23 1 J/ De fin or bendee 
dekes al, P bendez, P iusqua — 232 et manque M — 233-241 
manquent M — 235 P fus brandon — 240 P nés ch. — 242 M 
cercel — 243 Mi. es. — 244 ot manque P, M de tr. sainfagon 
— 245 M rubila pelum — 248 M sesmeruaillent li gr. — 249 P Et, 
M O, M fet, P et lautre, M saluatun ~ 25o i\/ la c. lazarun. 



1|^ LA DEMANDE EN MARIAGE 

Qui oït mes parler par nesune raison 
De si belle pucelle en fable n'en chanson? 
One ne naqui de mère ne ne l'engendra on : 
Deus la fist par ses mains tôt par eslection. 
255 Garsire l'emperere o le flori grenon 

Nos en savra grant gré, se mener l'en poon. 
Ha! Deus, si grant domaige, que soffris passion, 
Se el de ci viel home a or conversion ! » 

IX Moût furent li Grifon de noble contenance ; 

Mf'54l>. 260 De lor parolle dire ne font pas obliance. 
Aquaries parla, qui tresbien s'en avance : 
« Empereres de Romme, entendez ma parlance ! 
Ce vos mande Garsire, en qui avon fiance, 
Qu'il n'aime tant nul home con vos de si en France ; 

265 Por ce vuet vostre fille, qui est de grant vailance. 
Envoiez li par nos senz nulle demorance. 
Et, ce vos ce ne faites, je vos di sanz faillance 
De vos dous amistiez sera la desevrance ; 
Il vos vendra requere o tote sa puisance, 

270 De la cité de Rome vos fera grant pesance, 

Ne vos remaindra terre de ci que en Plesance; 
Je l'en oï jurer sa foi et sa craance. 
Ja, por tant con il puise tenir escu ne lance, 
Ne finera il mez de ci qu'il ait Florence. » 

X 275 L'emperere de Rome fist forment a loer. 
Quant il ot les mesages si fièrement parler, 

25 1 Af oi unke p. par nul — 252 M femme en liuere v en — 
253-254 manquent M — 253 P On ne — 254 P f. paces m. — 
a56 M Mut nus sauera bon, P sauroit, Af la p. — 257 M cum 
gr., M suffri passun — 258 M aucra barun. 

IX. 261 M p. ben en romance — 262 P samblance — 2G3 M 
ken lui ciez france — 264 M neime nul home tant dekes en — 
265 M f. aucr kest — 269 M Ke il vus v. quere — 272 M lo lui 
oi — 273 M la cum tant p. — 274 M f. mes deskee il. 

X. 275 M fet mut a. 



OTON CONSULTE SES BARONS l3 

Mout fut cortois H rois quMl nés vot ramponer : 

Au inestre seneschal les eh a fez mener, 

En une chambre a voûte mout richement diner. P f'B. 

280 L'emperere se drece por conseil demander, 

De ses meillors barons en prist a apeler 

Et sa fille Florence, la belle o le vis cler. 

« Seignor, franc chevalier », ce dist Otes H ber, 

« Vos avez bien oï cest mesage conter; 
285 Gardez con fait conseil vos me vodrez donner. 

— Sire », dient si home », tôt ce lessiez ester. 
En vostre cuer meïsme poez bien esgarder 
Que Garsires n'a pas vers vos trop bon penser : 
Quant par force vos viaut vostre enfant demander, 

290 <je resamble achoison que il vuele mostrer 
De commencier la guerre por vos deseriter-.^^ 

— Certes », ce dist rois Otes, « mout en fait a blâmer; 
Ce ce fust ores choze c'on li vosist doner. 

C'est il tant viaus et f relies qu'il ne se puet porter 
295 Ne en nulle manière sus son cheval monter. 

— Sire », ce dist Florence, « merci vos vuel crier : 
Totë huit me feroit sa char detatoner ^^'''»^ ^ 

Et sa barbe pignier et son menton grater.' 
Ainçois me faites vos toz les membres coper 1 
3oo Dous fois ce puet bien ifeme malement marier, 
Que pucelle se face a -^iel home esposer, 
Et, quant elle est chenue, se praigne un bacheler : 
Isi puet elle bien a maie voie aler ». 



277 M ke nés— 278 Af marescal les a — 281 a manque JW, P 
et ap. — 282 la belle manque M — 285 M quel c, M volez — 
286 M d. tus tut cest — 287 P Car en uostre coraige p. — 288 
M mie ver vus tre — 290 M semble, P a chascun, P mostre — 29 1 
la manque M— 292 ce et en manquent M — 293 manque M, P fut 
-— 294 M la est t. ueil ke il, M torner — 295 M sur ch. — 297 
M atastoner — 298 M uentre gr. — 299 vos manque A/, M tren- 
cher — 3oo P Vne f., bien manque M, P mal m. — 3oi Pfait — 
3o2 M ertueille pringe — 3o3 P Et isi poroit b., bien manque M. 



14 REPONSE D OTON AUX MESSAGERS 

XI Otçs li empereres de Romme la real 

3o5 Prist conseil a ses homes cortois et natural. 
D'iluecques sont parti, si lèsent cel estai. 
Sus la coite s'asiet, porpointe de cendal, 
MJ*54c, Et li baron entor tuit maintre comunal. 

Bien furent li mesage servi tuit per égal ; 

3io Après mengier repèrent ovec le senechal, 
Devant le roi s'apuient au piler de cristal. 
« Mesaiges », fet rois Otes, « par Deu l'esperital, 
Le mesaige Garsire ne tiens pas a laial, 
/>/»5 *. Ainr rae resamble force et orguel de vasai ;,,' : 

3i5 De quan que il me mande trestot en fin li fal. 
Se vostres sires vient en ma terre pormal, 
Je avré cent mile homes qu'a pié que a cheval^ 
Et, se nos asamblons, par Deu l'esperital, ^'j 
Des epees sus hiames verrez grant batestal. 
3ao Se Garsire me tornede bataille champal, 

Je li clains quite Rome, ma terre princips^.. >» 

XIIjj^ « Emperere de Rome », dient 11 mesagier, 

a Certes, quant vos volez tel guerre commencier, 
Moût avez le coraige et orguelleus et fier; 

325 Tel quide haut monter que convient abesier. 

Quant vos verrez vos homes ocire et detranchier. 
Et tote vostre terre destrure et essillier, 
Et la cité de Rome abatre et trabuchier. 



XI. 3o4 P la leaul — 3o5 ^/ c. de — 3o6 Jl/ Deloc en — 3o7 M 
se sist othcs parponte— 3o8 M entur main a main c. — 3o9 M 
messager s. cum reai — "ixo M repérèrent od — 3ii AT D. lui 
stpuent a un — 3i2 M Messager dit, P ne tiens pas aiaial — 
3i3 manque P, M teng io mie leal — 3 14-3 1 5 manquent Ai — 
3i6 M scignur, P s. uicn, P par m. — 317 Af ka ape ka — 3ig M 
sur les heumes — 32o M ni troue b. — 33 1 Rome manque M, 
M cite. 

XII. 3i3 M Pus ke vus v. t. chose — 314 M corage orgelus — 
3a5 P quil c. — 328 M ab. c de rocher. 



LE DÉFI l5 

Ja le repentement ne vos avra mestier. 
33o Mon sire vos desfie, a celer nel vos quier; 

Quant vos ne li volez vostre fille envoier, 

Il vos venra requerre en cest esté premier : 

Nos cerons bien en ost plus de set cent millier; 

Trestote vostre terre viaut son cors chalongier. 
335 — Seignors », cedistrois Otes, « pencezdelmenacier; 

Damedeu, nostre sire, nos puet moût bien aidier. 

Je sai bien que Garsire fet moût a resoignier, 

Ne ce ne di je mie ne ne vuel afichier 

Qu'il ne puise en ma terre venir et chevachier, 
340 Mes il i puet moût bien de ses homes lessier; 

Je ne li serai pas plege del repairier. 

— Sire », dist Aquaries, « ne vos vuel losengier, 

Ne je ne vos vuel pas traïr ne engignier. 

Fêtes mander vos homes, n'aiez soigd'atargier, 
345 Car Garsire n'en viaut avoir nul reprovier; 

Ne vos lera de terre vaillant un sol denier, 

Qu'o tote vostre force vos en quide chasier. » 

XIII Li mesagier s'en tornent, le roi ont deffié, PJ^6, 

Lesdegrez dévalèrent dou palez principe; 
35o Li mur et li destrier lor furent tuit livré 

A tôt le grant avoir qu'il orent aporté ; 

De la ville s'en issent, ne se sont aresté. 

L'emperere de Romme a tresbien commandé 

329-Af repenter — 33o Af ia ne vus quer celer — 33 1 vos man- 
que M — 332 M quere, P estre pr. — 333 M II a. uera en host 
.V. c. — 334 M uout sur vus ch. — 335 ce manque 3/, M de m. 
— 336 M Deu li haut seignur nus pot ben — 337 M fet bcn 
apraiser — 338 M mie ne uoil otreir — 340 M mut tost de sa 
gent — 341 3/ Ne io ne seroi pi. de sun, P ferai — 342 P ce dist 
aquarrcs, M io ne vus uoil pas enginner — 343 manque M — 
344 M h. par tut sanz targcr — 345 M Ke g. ne uout — 346 M 
la ualu dun d. — 347 M Vus e uostrc f. quide en. 

XIII. 349 M aualcnt — 35i ME tut, M porte — 353 M ad 
dune c. 



l6 OTON VEUT SE DÉFENDRE 

Et si jura sa barbe et son grenon mellé 
355 Qu'il n'a home en sa terre de si haut parenté, 
Ne mes que le peior en eûst destorbé, 
Ne fust pandus aus forches et en haut encroé : 
M/^54 d. Mesagier doit par tôt aler a saveté. 

« Seignors»,cedistrois Otes,<<francchevaliermembré, 
3 60 Vos avez bien oï l'orguel et la fierté 

Que Garsire m'a ci par mesages mandé, 
Ce ne li doins ma fille tôt a sa volenté, 
Qu'il me todra ma terre et tote m'erité 
Et si m'abatra Rome, ma mirable cité ; 
365 Mes je me fi en Deu, le roi dé maiesté, 
Et en ma bone gent et en ma loiauté, 
Car miaus vaut un prodome que plain val d'or comblé ; 
Et Grifon ne sont mie moût grantmant alosé, 
Et Romain sont de guerre hardi et aduré. 
370 Moût par est grant ma terre et de lonc et de lé ; 
Venir i doit Garsire encontre cest esté : 
Il tient moût sa parole forment en vérité, 
Il nel lesseroit pas, puis que il l'a juré. 
* Ge manderai mes genz de par tôt mon rené ; 

375 A lui nos combatron, ja n'en iert trestorné, 
S'an ait cil la vitoire qui Détis l'a destiné. » 

XIV Otes li empereres, qui de Romme estoit sire, 
Fut forment coreciez por l'orguel de Garsire. 
Agrevain, un siens dru, li commensa a dire : 

354 M Si eniura — 355 Af Ke na — 356 M Ke le maind«r de 
eus eust — 357 3/ en f. v haut — 358 Af en s. — 359 M dit othes 
li m. — 36 1 M g. en ad ici par messagers — 362 M Si lui ne — 
364 Af E ci abatera, M noble c. — 365 M Mes men fi — 366 Et 
manque M — 367 M Ke meut uaui leal home — 368 M Li, moût 
manque M — 369 P h. et alose — 370 par manque M — 371 M 
V. uoit garsie en cet premer — 372 moût manque M — 373 M 
lerroit — 374 M homes par trestut — 375 P ne iert, M nert — 

376 M Si eit cil le auenture ke. 

XIV. 378 M Est, P lamor, de manque M — 379 M commence. 



l 



RETOUR DES MESSAGERS A CONSTANTINOPLE I7 

38o « Empereres de Rome, por quoi avez vos ire ? 

Des Grifons vos sai dire c'onques genz ne fu pire. 

Jhesu les nos tresmette, cil qui soffri martire ! Pf"^ *• 

Quidez vos donques, rois, nés pusons desconfire? 

Jatant n'en i vendra que nés verrez ocire. 
385 Prenez vos mesagiers, si fêtes briés escrire 

Et si mandez vos homes de par tôt vostre enpire ; 

Ja n'i avra celui que s'en oust escondire, 

Quant il verront vos briés et il les feront lire. 

— Agrevain », distli rois, « ne vos vuel escondire, 
390 Car vasal iestes teus ne sai mellor eslire. » 

XV L'empereres de Romme fist ces briés saeler, 

Par trestote sa terre a fet son ban crier 

Dès les mons de Monjeu jusqu'à Brandiz sur mer 

N'i remaigne un sol home por les mambres coper 
395 Que a Romme ne viengne, s'il puet armes porter. 

Or orez de Garsire, que tant fist a douter. 

Quant il vit ses mesages de Rome retorner. 

De la cité de Rome lor prist a demander 

Et de la seignorie que tient Otes li ber. 
400 « Sire », dist Aquaries, « de nient vos oi parler, 

Car la cité de Romme par fait tant a loer 

Soz la chape dou ciel n'en ot onques sa per. 

Plus de set mile torz i poroit l'en conter ; 



38 1 M De, M dire vnkes, P vi p. — 382 M Deu les cofunde 

— 383 Af ne p. — 384 M nen uendrunt, P con uos u. — 385 M 
messages, P brief — 386 si manque M, M h. par trestut — 
387 M ne uerret cil ke sen uout, P contredire — 388 M orrunt 1. 

— 389-390 manquent M. 

XV. 391 M fet brefs escriuere e enceler — 393 M Del mont, 
Af deske br. — 394 M Ne r. nul h., P remaint — 395 M Ke ne 
uenge a rome — 396 M oiez, M fet — 397 P tn. uenir et r. — 
398 M Delestre le rei prit — 399 M ke out li — 400 P aquarres, 
M deuent uus oi placer — 401 M Ke, par manque M — 402 P 
Sot, M de cel nad mie — 403 M .vi. cent turs lom c. 

T. II. 2 



l8 AQUARIE DÉCRIT LES SPLENDEURS DE ROME 

Qui voroit tôt entor les murs de Rome aler, 
4o5 Ja ne savroit si bien un palefroi ambler 

Que un jour tôt plennier nel convenist errer ; 
M /•s 5. Et li paies roi Ote ne fait mie a blâmer: 

A or et a cristal sont trestuit li piler ; 
Onques Deus ne fist choze c'on n'i puise trover, 
410 Ne manières de bestes ne oisiaus por voler; 
Les menieres des uevres ne vos sai deviser. 
Tant est biaus li paies, ja nel vos quier celer, 
Ne fuse pas saoul un an de l'esgarder. 
Soz ciel n'a si sage home, se il i viaut entrer, 
41 5 Qu'il, ençois qu'il s'en ise, nel conviengne muser. 
P/fcy. Une eue cort la sus ou palez principer 

Que rois Otes i fait par conduit amener, 
Si sort par un leon qui trestot est d'or cler ; 
Le mestre que le fist sot forment bien ovrer. 
420 Quant doient el palez aseoir au disner, 

Bien i viennent ensamble mil chevalier laver. 
Il n'est clerc que tant sache ne lire ne chanter 
Que totes les mervelles vos peiist aconter. 
La cité est si grande je nel vos sai nommer, 
425 Ne la puet un cheval en un jor trespaser. 
Soissante dus i a qui de Romme sont per ; 
Chescuns moine au roi Ote, quant il les viaut mander, 
Bien soissante mile homes que tut sont bacheler. 
Que les verrat aus armes sus les chevaus monter 
43o Et devant le palez chescun jor behorder, 
Crupieres et ensegnes ondaier et venter, 
De cendauz et de poille contre vent venteler I 
Li rois n'est pas eschars por son avoir doner, 
Moût duremant se fet de ses homes amer, 



404 M uoudra cntur les m. aler — 405 M s. vn palfroi si bcn 
~ 406 M .VIII. iurs tus entcrs ne c. aler — 407 ne manque M — 
409-444 manquent M — 411 P m. des cures — 416 P principel 
— 427 P rois oies — 43i P o. aucnter. 



AQUARIE DÉCRIT LES SPLENDEURS DE ROME I9 

435 A totes ses besoignes les puet bien asambler. 

Les jugeors de Romme ne puet l'en pas faucer, 

Car soz ciel n'a cel home, cil le poet montrer 

Conli tolist le suen et s'en vosist clamer, 

Que li rois ne li face tôt a fin or peser. 
440 Losangier ne puet pas entor lui demorer, 

Mavès home ne femme ne viautoïr parler. 

De totes bones taches que l'en sache nommer 

A rois Otes sa part ; nus ne l'en puet outrer. 

Encor vos dirai plus, ce volez escoter. » 

IVI 445 « Sire », dist Aquaries, « bien vos sai rason rendre 

De la citez de Romme, se vos volez entendre ; 

Geste ville est moût grande, mes elle est asez mendre. 

Une eue vient a Romme, que dous roches fet fendre : 

L'en l'apelle le Taivre, et si vient d'Alesandre. 
45o A ! Deus, con grant avoir je vi au port dessandre py*7 b. 

De pennes et de drais, de riches cendaus d'André ! 

Riches est li treiis queli sire i fet prendre ; 

Toz jors i est la foire d'acheter et de vendre. 

L'en n'i puet larron prendre sempres nel face pendre, 
455 Ne traïtor ataindre que ne soit ars en cendre. 

Moût est biaus li paies, ou chante la kalandre. 

Envers trestot le mont se puent il deffendre. » 

XVII « Sire », dist Aquaries, « por Deu que ne menti, 
Onques nulle mervelle si volentiers ne vi 

460 Con Florence la belle, don vos avez oï. 
A Romme la veïsmes el paies seignori : 
Plus est blanche queflor, s'a le cors eschevi; 

437 P sor c. — 438 P Et li t. — 443 P p. outer. 

XVI. 446 M si me v. — 447 M Voster cite e grant, M mut 
greindre — 448-456 manquent M — 45 1 P riche c. — 464 P \, 
pendre — 467 M pot ben d. 

XVII. 458 M Vncore escotez sire pur — 459 manque P, nulle 
manque M — 462 M ke florir si ad. 



A r.\ '1 



20 AQUARIE VANTE LA BEAUTE DE FLORENCE 

Sa faice samble roze et sa boche autresi. 

Onques Deus ne fist home de mavestié sessi, 
465 Mes que solement voie la grant biauté de li, 

Que il n'en a le cuer corageus et hardi ; 

Ce ne fu onques feme, ne je pas nel vos di : 

Si belle créature de mère ne nasqui ; 

Cil sires la forma que le mont establi. 
470 L'emperere de Rome, ce sachiés vos de fi, 

Ne vos tient ore pas por son mellor ami; 

De ce que li mandastes moût forment c'est marri. 

Je que vos celeroie? Tôt i avez failli. 

— Certes », ce dist Garsire, « et j'ai bien arrami 
475 Que je le conquerrai ainz un mois et demi 

Et per mer et per terre a force et a estri ; 

Il i avra maint brant et maint habert blêmi, 

Maint escu pointa or et maint elme bruni. 

Mainte enseigne de paille, maint destrier arrabi. 
480 Quant il verra mes gens, par mon grenon flori. 

Je cuit qu'il se tendra dou tôt a mabailli ; 

Car, par iceste croix ou Deus paine soffri, 

Quant qu'an ait, ne lerai ne soient defeni. » 

p/'8. XVIII Amples fut li paies, haute la coverture ; 

485 Un dois i out de marbre, dom la piere estoit dure. 
De mainte estrenge beste i estoit la painture. 
La s'apuia Garsire a la fiere figure ; 
Perce que trop fu viaus, ot moût la face oscure; 

463 M ressemble — 464-467 et 469 manquent M — 470 vos 
manque 3/ — 471 M tent vne hore pur sun ami — 472 P man- 
daiste, M mandastes f. est — 473 M Purquei c. tut auez — 474 
ce et et manquent M — 475 M conqueroie einz treis iors — 476 
M f. vus plcui — 477-479 manquent M — 481 P rciulrn, dou 
manque M, P et m. — 482-483 manquent M — 483 P De quant 
quart atendrai ne s., P ajoute [cp. 459): 

Onques nulle mcruelle si uolentiers ne vi. 

XVIII. 484 M h. la cclure —483 manque M — 486 i manque 
M '— 487 M sepue g. od, 3/estaturc — 488-492 manquent M. 



I 



GARSIRE RÉUNIT UNE ARMÉE 21 

La barbe li baloie très outre la sainture. 
490 D'une porpre fresee estoit sa vestelire, 

A riches esmeraudes fu tote l'orleurej^ ,.:,,; ; 

D'un sarmadan goté ot en sa vesteure ;.:,... 

Moût par fu grans et Ions, s'ot large aforcheûre . 

Ses homes en apelle, moût durement en jure 
495 Le glorieus dou ciel et la soie faiture 

Que il fera roi Ote grant duel et grant ledure : 

Vers la cité de Romme s'en ira a droiture, 

Tote sera destrute, a tant con elle dure. 

Ne ja n'i gardera menaie ne mesure., . ,^^^j . 
5oo Avoir quide Florence, la belle creauture,- . , 

Por faire en sa soignant ; autrement a'en a cure . 

XIX Garsire l'empererçiaja barbe mQlljBe ^ \\ ■■:> 
A fet mander ces home^ par totç. saiçail^tre^ ; 
En mainte estrainge terre est la novelle alee 

5o5 Que li rois a la guerre, et pleviç et juret-^- ^a jy 

Seignors, n'est pas mensoûge, veritez est proyee, 
Dès le tans Alisandre, dom est grant renomee, 
Qui conquist, Babiloine,, la fort cité loee, 
Et trestote la terre desqu'an, la mer Betee, 

5 10 Ne fu mes si grant oust velie n'esgardee 
Con a Goutentinoble ot cel jor asamblee ; 
A bien trois cenz milliers de Gregois l'ont estnee. 
En la terre de Grèce, tant con est longue et lee, 



491 P riche — 493 M lung large la furcheure — 494 M 
homes apele — 496 M gl. rei de, M sa noble — 496 M e gr. ire 

— 497-498 manquent M — 499 M Ke il ne g. — 5oi M fere sa, 
M nad c. 

XIX. 5o2 3f odla b. — boZ M kd mande, A/ 1| c. — 5o5 P a 
cel oust, M ceste guère — 5o6 M mes est uerite — 607 M Del t. 

— 5o8 M grant c. fundee — 609 M deske la — 5 10 P fust, P 
ueus ne, M ne assemble — 5ii P coutetinoble, M vint a icel 
asemblee —- 5i2 P Et b., Af Ben a, M mile gr., P ion ésni. — 
5i3 P de gre t. con elle fut lee, tant manque M. 



22 l'armée de GARSIRE 

Ne ot onques dromont ne nef ne barge armée, 

5i5 Sentine ne galie que n'i soit amenée, 

Au riche roi Garsire a terme presantee. 

Mf^55 b. Li rois vint a la mer, onc n'i ot arestee ; 

pf»8 h. Il entrèrent es nés senz nulle demoree, 

Tant i mirent vitaille comme a lor cors agrée. 

520 Grifon issent dou port par une matinée ; 
Quant en chacunne nef fut la voelle levée, 
Ja si haute montaigne n'en eUsez montée 
Que vos ne veïssiez tote la mer salée 
Coverte de vesiaus bien loig une luee : 

525 De l'une nef a l'autre n'ot pas une ruée. 

Que donc veïst Testoire el palagre montée, 
Tante coûte porpointe, tante enseigne fresee. 
Tant riche confanon, tante targe dorée, 
Si li semblast, ausi qu'il l'elist avisée, 

53o Tote crestienté fust dedenz mer entrée. 

XX Moût furentles oust grans qui de Greus asamblerent ; 
''-'A bien trois cenz milliers de Grifons les esmerent. 
Garsires fu iriés, guerres n'i aresterent, 
Et très et pavellons sus les somiers troserent. 

535 De ci tresqu'a la mer onques ne tresfinerent, 
Isnellement et tost en lor nés s'en entrèrent. 



5 14 3/ Ne mot, PM dr. nef— 5i5 3/ Ne beus, M fut menée 

— 5i6 3/ Le, Pg. ne fUst la pr. — 517 P v.et la m., M m. \ sunt 

— 5 18 II manque M, P II sen e. ens s. — 519 P comme illor a. 

— 5ao M Gr. sen i. — 522 M ne fusent surmunte — 523 P Qui 
vo« — 524 M uessele tute une iurnee — 525 P n. et, M mie une 
louée — 526 M u. palatre lestorie m. — 527 M manche p., P 
ajoute : 

Tante nef et tant mat tante voelle leuee 

— 5a8 M targe roe — 529 3/ Coe lui s. kc sil leust deuisee — 53o 
M f. en m. 

XX. 53 1 manque M — 532 bien manque M ^ PM .xxx., M mile 
grifïuns idunc, P grifon — 533 A/ E g. fu mut, M naresturent — 
534-543 manquent M. 



DÉPART DE LA FLOTTE DE GARSIRE 23 

D'avoir et de vitaille richement les comblèrent, 
Des auberz et des elmes a mervoilles portèrent 
Et trestotes les armes qu'an lor terre trouvèrent ; 

540 Es sentines desoz lor chevaz avalèrent. 
Par une matinée li Grifon s'en tornerent ; 
Quant il issent des pors, grant noise démenèrent : 
Ces cors et ses boisines et ces grelles sonerent. 
Il se pristrent aus cordes et lor voilles levèrent 

545 Et, quant li vens s'i fiert, moût forment s'en alerent. 
Que veïst celle estoire, quant douport s'en tornerent ! 
Cil Grifon orguilleus lor armes remuèrent. 
Ces auberz et ces elmes de lor forres giterent ; 
Ces selles et ces frainz et ces escus, qui perent 
55o Encontre le soloil, moût grant clarté geterent; 
Toutes les nés relusent, si grant clarté donerent. 

XXI Moût fut fiere l'estoire, quant li Grifon s'en vont. Pf^g- 
L'emperere Garsire fu dedenz son dromont ; 

Mais de si grant richese n'estuet parler el mont 
555 Que par mi les vesiaus li mesnié au roi font : 

Les ancres sont d'argent que gietent el parfont, 

Et les cordes de soie a coi les nés tendront; 

Li bort sont de fin or ou Greu s'apoieront, 

Et la nef est ferrée devant el premier front. 
36o Uneescharbocle i a la desus ou dromont 

Que giete tel clarté et reluist contre mont 

Que la nuit s'entrevoient les nez que entor sont : 



537 P chargèrent — 538 PDe aub. — 541 P mâtine— 543 P 
grelle — 544Afac. — 545 3/ uent ifert durement— 546 3/ quant 
se remuèrent — 547-549 M donne les vers : 
Les leuns eles urs deforez icerent 
Heumes e haubers e escuz ke porterunt ^ 
— 548 P lor sor resgiterent — 55o Af Conter, moût manque Af, 
3/ donerunt — 55 1 manque M. 

XXI. 554 3/ De si gr. noblesce unkes ne fu el — 555-571 man- 
quent M — 558 P s. a poie ou — 559 P ferre — 56o P iait la. 



24 LES GRECS EN ROUTE POUR ROME 

Bien se gardent des roches que pas n'i hurteront. 
Li riches rois Garsire de riens ne se repont : 

565 Ou chatel de la nef ot fait bâtir un pont 

Que siet sur dous roelles en unprael raont 

Par desor le plenchier, mes n'est or qui vos cont : 

Totes les bones herbes que plantées i sont; 

Les mesnies Garsire ilec lor dedut font. 

570 Li prince et li demaine tôt entor luiestont 

Et devisent ensemble comment se contendront; 
Moût menacent roi Ote que ses gens ocirront 
Et la cité de Romme tote li abatront : ., 

S'il puent le roi prendre, le chief li trencheront; 

575 Porl'enneur de Garsire la teste en porteront 
Et de loncet de lé le rainne essilleront 
Et Florence la belle ovec aus en mainront. 
Se il le font isi con il devisé ont, 
Mar vit onques rois Otes Florence o le chief blont! 

58o Mes Romain s'asemblerent, que pas ne guenchiront, 
Et sont ja tel cent mille que bien les atendront 
Ne en nulle manière lor seignor ne faudront. 

XXII Ce fut el mois de mai, que il pluet et iverne, 
Que Garsire s'en vet costoiant Odierne ; 

585 Et lesserent a destre la cité de Salerne. 
p f'g b. Deuslcon riche dromont, sainte voire paterne! 

Le mestre qui le fist fut de Fineposterne, 
Toz fu ovrez de chêne, ainz n'i ot point de verne ; 

564 P Lirois riches — 566 P roelle — 569 P mesnie — 572 M 
Manacent le, M sa gent — byZ li manque M — by^. M coperunt 
— 575 de manque M — 576 M lez tut beissellerunt — 577 M od 
eus amenerunt — 578 P Mes sil, le manque M, M cum d. lunt — 
579 rois manque M — 58o Mes manque M, M ke nefuerunt— 58 1 
M s. ben c, bien manque M. 

XXII. 583 P m. de moi, AI quant plout — 584 P u. si con- 
troic 0., M hodierne — 585 P c. daufalerne — 586 M Passent ascz 
terres dcske a p. — 587-591 manquent AI — 587 P fine poeste — 
588 Pp.dcfrcnc. 



Or 

TEMPÊTE 25 

Li forz et li molins i fu et la cisterne, 
590 Pavée de fin marbre; ovec iert la lanterne, 

Qui art et qui relust et giete tel luserne^ / 

Quant li Grifon bevoient es copes d'oliferne ; 7 

Les coûtes sont de poille del mellor d'Oliferne, 

Et li arbre sapin tôt droit contre galerne, 
595 Et les cordes sont faites de soie de Biterne ; 

La fu li escharbocle que giete tel luiserne. 

Li maistres maroniers estoit nez de Salerne ; 

Moût par fu sages hom qui tel vessel governe. 

XXIII Dès or s'en vetGarsires o le grenon chenu; - •. 
600 Si maine tel estoire onques telle ne fu. 

Le vent lor atraverse, si ot un pou pleii, 

Et la tormente esforce, dom moût sont esperdu. Mfo55c. 

Ses voilles se derompent et cil mat sont fendu, 

Cil mulet se combatent et cil destrier crenu; 
6o5 Moût s'esmaia li rois, quant il l'a conneii. 

<f Hé! Deus, » ce dist Garsire, « ou somes nos venu, 

Que de la voire croix feïstes vostre escu. 

Quant brisastes enfer a force et a vertu? 

Gonduiez moi, biau sire, a droit port de salu ! 
610 — Sire », dist Sinagon, un prince qui la fu, 

« Sachiez que vos n'avez pas bon consoil creii 

Ne au voloir de Deu cest grant oust esmeù. 

L'emperere de Rome que vos a il tolu? 



592 M Beiuent e magent de c. — SgS-ôgS manquent M — 596 
M Li esch . lur dune grant — 697 JVf E li, J/ nasqui a — 698 par 
manque AI, M quant t. 

XXIII. 601 M La trauerse lur uent si ad — â<D2 P es: forte, M 
purquei sunt — 6o3 M Les ueilles d. e li, P rompu — 604 
manque M — 6o5 M se esmaie, M q. coe ad ueu — 607-608 
manquent M — ôoy P feiste — 608 enfer manque P, P et auenu 
— 609 M C. nus, M al p. — 611 M c. eu — 612 i\/ Ke auez en 
tel guise si grant osies mu — 6i3 Af r. quei. 



26 ARRIVÉE EN ITALIE 

Teus quide bien tôt prendre, bien est aperceli, 
6i5 Ja ne s'en prendra garde, si avra tôt perdu. 

— Sinagon », dist Garsire, « bien vos ai antandu. 
Vos savez que rois Otes m'a forment irascu; 
Se puis venir a terre, moût m'iert bien avenu, 
Car, par icel seignor c'on apelle Jhesu, 
Pf'io. 620 II ne me tendra mie por viellart recreli. 
Il en sera ansois mil cheval abatu 
Et vint mille Romain escorchié et pendu 
Que je n'aie Florence lés mon costé tôt nu. » 

XXIV Moût avint bien Garsire, le viau chenu ferrant : 
625 La tormente départ et li biaus tens les prant; 

Il siglerent ensemble moût aaisieement. 

Li maistre marenier n'estoient pas anfant; 

Vers la cité de Rome se vont bien adreçant 

Et coutoient Gaiette, une cité vaillant; 
63o Les voilles sont croisies, que moût orent bon vant. 

A un port ariverent c'on clame Lolifant; 

D'iluec n'ot que sis luies desqu'a Romme la grant. 

Grifon issent des nez maintre communament, 

Si gietent fors lor ancres, dom il i avoit tant. 
635 Deus! tant forment henisent cil destrier auferrant! 

Par les vaus vont lor loges et par les plains dresant; 



614 M quide tut, P b. conquerra, M aparu — 6i5 Af ne dura 
g. — 617 Af ki li reis mad — 618 M Si io fus, M me fut — 619 
M Ke, M ke en croiz pêne fu — 620 M tendrunt — 621 3/ Il 
auera, P del ch.. Mm. de cheuaus — 622 manque M — ôaS M 
Si io, M mes costez. 

XXIV. 624 M Ben auint a — ôaS M se départe c la barge ses 

— 626 M E seillcrunt e. tut cointement, P esemeement — 627 
M mariner il nesteit mie lent — 628 M r. vont ignelement, P 
adrecent — 629 M costeient a garre — 63o M ueilles croissent, 
P et si o. — 63i M ke lom — 632 P .x. 1. — 633 M mut cspesce- 
ment — 634 M traient hors les armes, i manque J/, P auoit cent 

— 633 A/ E si h. — 636 M Es plains e es vais vont lur logés. 



I 



LES GRECS DÉBARQUENT 



^l 



Le tref Garsire tandent sus Terbe verdoiant. 
Par dejoute un mareus sus une eue corant 
Tendent le tref Garsire par moût grant essiant, 

640 Et fu de drap de soie par tel devisement 

Les bendes antaillies a colors plus de cent. 

Quinze pomiaus i ot d'or fin resplandisant; 

Sus chescun ot une egle asise gentement, 

A mont el plus grant feste une escharbocle ardant ; 

645 Les cordes sont de soie dom li pavellon tent. 
Onques Deus ne fist beste ne nul oiseil volant 
Ne dragon ne coloivre ne guivre ne sarpent 
Ne arbre que frut porte ne nul poison noant''* 
Ne cité ne chestel ne manière de gent 

65 o Qui tôt n'i soit portret a or et a argent. 

A val par mi le pré le grant pueple s'espantf ' 

Cil bon destrier henisent et cil mul vont breaht. 

Cil Grifon orguillous lor armes remuant, 

Ces cors et ces busines et ces timbres sonant; Pf*iob. 

655 Au brut et a la noise que il vont démenant 
N'i peUsiez oïr nés Damedeu tonant. 
Les novelles en vont a Romme mentenant ■•-* 
Que Grifon sont venu o lor esforcemant. ' * 
« Ha 1 Deus, » dist l'emperere, « par ton commande- 

[mant, 

660 Qui de la sainte Virge naquis en Belleant, 

Or ont li Greu la guerre qu'il ont desirré tant; 

Et j'avoie trésor asamblé fier et grant : 

Or en donrai mes homes trestot a lor talant;-' 



638 M Par desuz un marreis sur — ôSg M hardement — 640- 
65o manquent M — 643 P un egle — 646 P uolent— 65 1 3/ Al 
u. parmi la terre — 652 3/ Li — 653 manque M — 654 M Les 
cornes e les tumbres e busines s., P lorainz g. — 655 M A cel 
noise kil — 656 Af Ne pusset — 657 3/ n. uenenent — 658 M 
enforcement — 660 M Ke naquis de la uirgine en — 661 P ont 
romain, M la terre — 662 P II auoient, M assemble duremeant 
— 663 M le durrai a m. h. tut. 



28 ESMERÉ ET MILON 

Dahez ait or avoir qui dure longuemant, 
Mf'55 d. 665 Puis qu'il vient au besoig, se l'en ne le despent, 
Isi que bien en dient chevalier et serjant ! » 

XXV Baron, or aiez pez : bien fet a escouter. 

Ne sai s'onques oïstes a nul home conter 
. .,, D'un riche roi Philipe, que se fist coronner 
670 En la terre d'Angrie par tôt sire clamer. 

A morir le covint, n'en pot par el passer; 

Dui enfant en issirent, que il fist bien garder, 

Mes plus biaus damoisiauz ne pot l'en pas trover. 

La roine, lor mère, nés vout gueres amer ; 

675 A un roi se fist sempres maintenant esposer, 
Que les enfans voloit ocire et afoler. / 
Mes il orent un mestre que moût fist a loer, 
Qui par nuit s'en aia por les enfans embler 

Et en estrenges terres les en sot bien mener ; 

680 Des esches et des tables lor aprist a joer, 
Les escus et les lances lor fist sovent user 
Et l'un poindre vers Tautre et ferir et jouter, , 
Que ja en celle terre ne, savront mes aler » 

Qu'il ne soient prisié de lor armes porter. 

685 Le meneur faisoit il Esmeré apeler; 

Moût fut prouz et leaus et bons a doctriner 
Et, quant plus crut li enfes, et plus se voust pener 
Pf^ij. De fere bien toz diz por fere soi amer. • 

Li ainznez ot nom Mile, ensi Toi nomer ; 

. , 666 M E tus ke ben ne ferunt ch. 

j / XXV. 667 M Seignurs fêtes pes ke cest fet ben, P et esc. —- 
668 M de n. h. parler — 670 P la cite — 671 A manque M, M ne 
pout plus durer — 672 M Dous enfanz out li reis — 673 M mie 
tr. — 674 M pout g. — 675 M Ke a, maintenant manque M — 

676 M ocir uolit — 678 M n. ala les, P garder — 679 3/estrange 
terre les Ht amener — 680 M Asches e as, M prit — 683 man- 
que M — 684 M Proise furunt par tut — 685 M rit — 686 M prut 
c bcls — 687 M E cum — 688 manque M — 689 M issi loi. 



ESMERÉ ET MILON 29 

690 Mes forment estoit faus et de mavès pencer, 
Toz tens afelonni, quant il dut amander ; 
Moût sot bien durement un prodome afoler, 
One ne pot ses semblances a nul bien atorner. 

XXVI Quant fu mors rois Felipes, li sires de Hongrie, 

695 La roïne manda Justamont de Sulie, 

Si ce fist espouser maugrei sa baronnie, 
Et li enfant alerent au roi d'Esclavonie, 
Et cil les adoba par moût grant seignorie. 
Ce fu a une feste de la Pasque florie 

700 Que li rois tint sa cort en la cité d'Ongrie. 
Li enfant behorderent en mi la praerie: 
Esmerez sist cel jor ou destrier d'Orquanie, 
A son col un escu, que fu fès en Hongrie, 
A un leonet d'or, que forment reflambie ; 

705 Ou chantel de l'escu, droiz est que gel vos die, 
Ot point un colombel, blans con flor espanie ; 
Li leonciaus desoz de l'emfant senefie 
Que il doit estre frans de par chevalerie. 
Envers son anemi plainz de grant felonnie, 

710 Et li colombiaus blans douçour et cortoisie, 
Et que vers son ami moût forment s'umelie. 
A tant ez un paumier dou règne de Hongrie ; 
Par saint Père de Romme ot sa voie acoillie. 
Quant il vit les anfans, hautemant lor escrie : 



690 M Mut fu — 691 M Pur nul home ne uout am. — 692 M 
Ben sout bon genz a., P prodon — 693 M Hum, M turner. 

XXVI. 694 rois manque M, M li rei — 695 M demanda — 698 
M duba — 699 M E coe, JV/ f. a la — 700 M sa feste — 701-704 
manquent 3/ — 701 P behordere — 706 M Del un, M ben est ke 
vus en — 706 M Si out p. — 707 3/ E va leunsel ke ben 
reflambie — 708 M E signefie par ceo ke franc doit estre par — 
709 grant manque M — 710 3/ blanc plein de c. — 71 1 iW E en 
uers ses amis ke il se — 712 il/ estes vus un, M sulie — 'jiZ M 
ad sa u. collie ■— 7 1 4 iW^ ueit, M durement les . 



3o UN^PÈLERIN LEUR ANNONCE LA GUERRE 

71 5 « Que fêtes vos ici, folle gent esbahie ? » 

Quant icil l'entendirent, n'i a celui n'en rie; 
Entor lui s'aresterent, s'ont la parolle oïe. 
M/^56. « Seignors », distli paumiers, « se Deus me beneïe, 

Je viens tôt droit de Romme, nel vos cèlerai mie. 

720 Une fille a rois Otes a la chiere hardie, 

Onques ne vi tant belle en trestote ma vie. 
Pf»ir 6. Garcire la demande a la barbe florie. 

Si viaut avoir la terre de si en Lombardie ; 
Or est venuz sus lui a sa grant oust banie. 

725 Sachiez que l'emperere a grant mestier d'aïe; 
Se vos estiez la, je sai bien sanz faillie 
Que il vos retendroit ou sa chevellerie : 
Trop vos donroit roge or et chiers dras d'Aumarie. » 
Quant l'entent Esmeré, son frère dit et prie 

730 Que il en augent la o tant de compaignie 
Con il poront avoir et tenir en baillie. 
« Certes », ce respont Milles, « je nel laroie mie, 
Qui me clameroit quite tôt l'or de Tabarie. » 

XXVII Li enfant s'en entrèrent en la bone cité, 
735 Isnellemant et toust ont congié demandé; 
Moût en pesa au roi, envis lor a donné. 
Vint chevaliers en moinnent, auques de lor aé, 
Et bien trente escuiers, dont il sont ennoré ; 
Et chescun moinne en destre un destrier sejorné. 

jib M issi — 7 1 6 ME quant il, M nad cil ke ne r. — 7 1 7 3f 
En tur esturent, M sa, P p. cnquise — 719 3/ uinc — 720 M otes 
de remanie {fin du vers) — 721 M si b. en tut— 722 3/ lad d. 
od — 723 M Ke, M de ci ken normundic — 724 M aie sur otes 
od grant — 726 M i estiez io — 727 manque M — 728 M Kil vus 
durrcit ascz or e dras — 729 M sun fre enprie — 73o M Kel sen 
augent od — 731 Af p. tenir en lur — 732 M dit, M ne lerroi — 
733 M doreit q. 

XXVIL 734 M enfanz entrent en la c. — 733 M Mut t. unt le — 
736 M E coc cnpensa li reis si lur — - 737 M ch. kil meinent tut 
de — 738 bien et il manquent M ^ -jZij M en sa main vn cheual. 



ILS SE RENDENT A ROME 3l 

740 De si jusqu'à la mer ne se sont aresté ; 

Une nef ont loee, si sont dedens entré. 

N'i ot gueres de cors, se sont outre passé ; 

Tant ont par lor jornees esploitié et erré 

Qu'il sont venus a Rome, si ont l'oust encontre. 
745 D'autre part habergerent tôt droit en Noiron Pré 

Chiés un riche borgois menant et asasé; 

Moût furent a grant joie, tant qu'il orent sopé. 

Esmerez l'en apelle, si li a demandé : 

« Car me dites, biaus outes, par v6stre laiauté, 
750 Dou riche roi Oton tote la vérité 1 

Retient il soudoiers? Est il de grant bonté? 

A lui sommes venuz, ja ne vos iert celé. 

Certes, c'il nos retient, ainçois un mois passé 

Avrai je pris Grifons, conquis et afolé. 
755 — Par mon chief»,distli outes, «moût avez bien parlé; 

Li rois vos retendra volentiers et de gré. P/*/a. 

Mi sire a une fille, Florence au cors moUé, 

La plus belle pucelle de la crestienté; 

Avoir la viaut Garsire por sa grant richeté, 
760 Bien quatre cenz mile hommes sus nos a ci mené. 

Acointiez vos au roi, si verrez sa bonté; 

Moût vos donra avoir, gel sai de vérité. 

Por ce nel di ge mie n'aie assez, merci Dé, 

Por bien tenir mil homes set ans en grant plenté. 
765 N'aiez pas por avoir nulle choze en pensé; 



740 M De ci ka — 744 M un ost — 746 3/ Del auter part se 
herbergent dreit — 746 M m. od grant plente, P asasez — 748 
Af Si a pèlent lur oste si lont — 749 M Ke, M pur u. — 760 M 
otes — 762 M y, ne vus ert pas — 753 M tent einz trois iours — 
754 M lo quide ke de ceo fra il bon iurne, P grifon — 767 M 
Oihes ad, M fl. apelle — 769 Af le u., J/ par sa ferte — 760 P 
Bien sai que deus de gloire vos a ci amené, M treis c. — 761 M 
Gointez vus a lui si sauerez — 762 manque P, M Plus, M io 
s. — 763 M Ke asez de richesce la m. de de — 764 ^a pi. — 
7Ô5 M Veez ke neiez maueiste en. 



32 ILS PRENNENT PART A UNE BATAILLE 

MfoSô b. S'a moi voleiz remaindre, il est tôt esgardé : 

Or et argent avrez a vostre volenté. 
De bataille vos est si tresbien encontre, 
Qu'an a par ceste ville trestot le ban crié 

770 Que tuit li chevalier soient demain armé, 
Si sera la bataille, que li rois l'a juré. » 
Quant li enfant l'entendent, grant joie en ont mené; 
Celle nuit se reposent, tant qu'il fu ajorné. 
Cil de Coutentinoble sont par matin levé, 

775 Le cembeil en amoinnent a la bone cité, 
Et furent bien dis mille Grifon desmesuré 
Que tôt ont a la porte et féru et hurté. 
Les novelles en viennent Milon et Esmeré; 
Li maindres des anfans en apella l'anné : 

780 « Par ma foi, biaus dous frères, bien nos est encontre ! 
Isons nos en la fors orendroit tuit armé. 
Si faisons telle choze dont soit a bien parlé! » 
A iceste parolle se sont tuit adoubé, 
A lor vint chevaliers se furent apresté, 

785 Par une viez pouterne isent de la cité : 
Ces armes reflamboient et cil escu doré. 
Li rois Otes estoit el palais principe, 
Aus fenestres s'apuie de fin marbre listé, 
Dejoute lui Florence, au senestre costé. 

790 Lonc la rive dou Taivre ont a val esgardé 

766 M Si vus uolez od lui meindre il nest mie esgarre — 
767 M a grant plente — 768 manque M — 769 M A tant estes 
vus par tute la cite le cri leue — 770 M s. le matin — 771 A/ Ke 
la b. serra li r. — 772 M enfanz lentent, M i. vnt demene — 778 
se manque M, M eniurne — jj5 M c. enueient, P amoinne — 776 
bien manque M — 777 3/ Ke a la p. se sunt tus ahurte — 778 M 
n. uenent a miles — 779 en manque M — 780 dous manque M 
— -jSi M nus la f. tantost arme — 782 M dunt en seit p., P 
parler — 783 M icetes paroles, tuit manque M — 784 M E, M 
sunt, P areste — 785 M une p. sen — 786 M flambeient e li — 
787 P principel — 788 P sapuient, M scpuez de uert m. — 789 
M fl. lalose (/î« du vers)^ P coutel — 790 M Lez la r. vnt. 



PROUESSES DES DEUX FRERES 



Û 



Et virent les anfanz venir par mi le pré. Pf*i3 b. 

Quant Grifon les chosirent, grant joie en ont mené; 

De la presse s'en sont quarante desevré, 

O les vint damoisiaus ont ensemble jouté. 
795 Mes Grifon ne sont mie des armes si séné, 

Onques n'i ot celui n'ait l'arçon délivré; 

L'emperere de Romme en a un ris gité. 

« Hé! Deus », ce dist Florence, « biau rois de maiesté ! 

Qui sont cil damoisel que sont si acesmé? 
800 Hé! Deus, con sont isnel cil destrier abrivél 

Un en voi de devant a cel elme gemé, 

A cel blanc colonbel en cel escu doré; 

Onques mes de mes iaus ne vi si bel armé. » 

XXVIII Quant Grifon ont Milon et Esmeré veu, 
80 5 Que ne furent que vint, si ont tôt abatu 

Bien quarante des lor, grant honte en ont eii. 

De la presse se sont bien trois cent derompu 

Et fièrent les enfans chescun sur son escu; 

Quant les lances lor faillent, a lor branc sont venu. 
810 Grifon furent au chaple duremant espandu, 

Milles et Esmerez se sont entr'aus féru; 

Et se il ne se fusent fieremant deffendu, 

Il n'eûxent vers aus ne force ne vertu. 

Esmerez point et broche, o le branc esmolu 



791 Af enf. cl val al pre — 792 M uirent, M i. vnt amené — 
793 M Quarante sunt del règne sempres — 794 P li .xx. damoi- 
sel — 795 M Les, P arme redoute — 796 M nout c. neust les 
arçons uoide, P c. na le suen d. — 797 en manque M — 798 biau 
manque M — 799 P Qui conoist ces dansiaus, M ci ac. — 800 M 
E lur destres ignel tut abrue — 801 JV/ Vn iuei a c. — 802 M bl. 
leoncel e a — 8o3 M de mes iaus manque M, M plus b. 

XXVIII. 804 M miles — 8o5 M Kil, P ses ont tuit, M \nt qua- 
rante ab. ■— 806 manque M — 807 bien manque M, M issu — 
808 M en lescu — 809 P et lor br.,Â/ f. si sunt esmeu — 810 man- 
que M, Pch. dremant — 812 P Cil ne se f. si f., 3/ très ben d. — 
8i3 M eus f. — 814 P tint le br. 

T. II 3 



34 OTON LEUR ENVOIE DU SECOURS 

8i5 Vet ferir un Grifon par mi son elme agu; 
Mf'56c. ^^ si que ou braier l'a trenchié et fendu 

Et l'arçon de la selle et le destrier crenu. 

Corne Grifon le voient, s'ont tel paor eti 

Que il ne l'atendisent por plain val d'or molu. 
820 L'emperere de Ronime l'a del palas veU. 

<( Père », ce dist Florence, « biau sire, que fais tu? 

Car lor tramet secors, por le voir roi Jhesu, 

Et si savrons, chier père, que le demoisel fu 
Pf'iS. Qui nosale Grifon si ruste copferu. 

825 — Fille », ce dist rois Otes, « je l'ai bien conneli, 

Qu'il a un colonbel devant en son escu. » 

XXIX Li rois en apella Agravain et Sanson ; 

Cil estoient dui frère dou miaus de sa maison. 

« Seignor », dist l'emperere, « entendez ma reson : 
83o Courez vos adouber, franc chevalier baron, 

Si nos secorez ceus, que nos nés i perdon ; 

De queil terre qu'il soient, il sont mi compaignon. 

Et cil li respondirent : « A Deu beneisson! » 

Teussetcenz s'en armèrent que ne sont pas garçon, 
835 Mes tut bon chevalier : n'a celu n'ait penon. 

Parmi la mestre porte s'en issenta bandon; 

A iceste parole se desrengent Grifon. 



81 5 3/ sur sun escu — 816 3/ Ke par mi le chef par force lad 
ferru — 8iy M Mort labat del cheual tut estendu — S18M Quant 
gr. ceo uirent grant pour unt — 819 3/ Ke dunt nel at. pur nul or 
esmelu — 820 M Otes lemp. lad — 821 M Beu ser d. fl. ke fêtes 
tu — 823 M Ke lur enveiez ai pur — 82? M si nus fêtes a sauer 
quels — 824 M Ki as griftuns ad si rustes cops — 825 M F. dit li 
reis io — 826 M 11. 

XXIX. 827 en manque M — 828 P sui fr., M fr. les meil- 
lors — 829 M dit il — 83o M Alez — 83i M Si s., P que 
uos, 3/ nelcs p. — 832 qu' manque P {une main postérieure a 
intercalé un k) et M y Ai q cornent vnt a nun — 833 li manque M — 
834 3/ se arm. — 835 M nad cil, P na p. — 837 M Dune se met- 
tunt en fute li. 



DÉFAITE t)ES GRECS 35 

Quant le vit Esmerez, si broche l'esclavon; 

Se toz jorz n'est devant, ne se prise un bouton. 
840 La ou il vit la presse et la grant chaploison, 

La s'enbatit li enfes et tint le branc ou poig. 

Qui donques le veïst, menbrast li de leon : 

Tant cop ferir de lance, rompre tant confanon, 

Que les hantes brisoient, s'en volent li tronson I 
845 Plus de mil enabatent devant aus el sablon, 

Quejamès par prevoire n'avront confession; 

Et li autre s'en vontfuiant comme gaignon ; 

Entresi a lor trez ne font arestisson, 

Isnellement en viennent au maistre pavillon 
85o Et contèrent Garsire o le flori grenon 

Que ses genz a perduz : n'ont mes nulle foison. 

Quant l'entent l'emperere, si besa le menton, 

Par maltalant en jure le cors saint Lazaron 

Que la cité metra en fiame et en charbon. 

XX 855 En Romme s'en entrèrent li baron chevalier ; 

Milles et Esmerez font forment aprisier, 
Encontre aus sont aie li vaillant escuier, Pf"!-^ *• 

Chacuns en amena de gaaig un destrier, 
Et vienent aus outeus por lor cors aessier, 

860 Car des armes porter et de l'aubert doblier 

Lor doloient les membres et de Grieus domagier. 

838 P les v., M br. al talun — SSg M Si tost nest — 840 M la 
fra grant noise e fera — 841-842 manquent M — 843 M Grant 
c. f. e rumpre gunfanun — 844 P Qui, M lances enbrisent e u. 
— 845 devant aus manque M — 8^6 M i. a nul iur na auerunt — 
847 M cum larun — 848 M Ci ka Iur tref, P et 1. — 849 manque 
M — 85o M Tut — 85 1 manque M, P Qui — 852 3f E quant 
le ent. garsie si besse — 853 en manque M — 854 P Q^i. cite 
répété dans M. ^ 

XXX. 855 3f A r. sunt returne li noble barun (c'est le dernier 
vers de la laisse précédente) — 856 M mut a pr. •— 857 M E con- 
tre eus sunt venu li noble bacheler, P le u. — 858 M iamena 
emain, P g. bon — 859 3/ vont a Iur, P et essier, M^ciser — 860- 

861 manquent M — 860 P de hauberz. 



36 L*ARMÈE D*OTON 

Esmerez prist son oste moût bel a aresnier : 
« Sire, nos en issimes la fors por gaaignier, 
Car deseritez sommes, s'en avons grant mestier. 

865 Aler volons la sus au roi por acointier, 

Mes por le bel semblant que nosfeïstes ier, 
Prenez ces dis chevaus, car se sont li plus chier; 
Ancor en avrez plus, se poons esploitier. » 
MfoS6 d. Li oustes l'en mercie, ou n'ot que enseignier. 

870 Li du enfant montèrent et lor vint chevalier 
Et font porter lor armes a loi de soudoier ; 
Il ne finerentmès tresqu'au paies plenier. 

XXXI Moût furent grans les oust, ce sachiez senz mentir, 
Que li rois fist a Romme asambler et venir. 

875 Qui donc et bon cheval Talevot por sentir 

Sa meniere conoistre de poindre et de guenchir. 
Qui veïst ces haubers et roUer et blanchir 
Et ces lances ferrer et ces escus forbir, 
Ces gonfanons fermer et ces hantes brandir, 

880 Ces chevaliers noviaus sur ces chevaus bordir, 
Ces destriers d'Arragone et corre et porsaillir, 
De moût tresfiere guerre li peUst sovenir! 
La noise qu'il demoinent fait la cité frémir. 
Et le riche barnage le grant paies tentir; 
885 Et quant li roisparolle, bien se seventtesir : 



862 M E pristerent lur o. forment a reisoner, P et ar. ~ 863 en 
manque M — 864 M Ke, M si auom ~ 865 la sus manque M — 
866 Mes manque M, M f. erer — 867 M se .x. cheuales a uostre 
lucr — 868 P gaaignier — 869 M lur m. e prent li destrer — 870 M 
muntent e li — 871 manque P, M armes ceo est drait al souder — 
8y2 ME uenent drait al, P fineront m. très qua. 

XXXI. 873 ce manque M — 874 M mander e banir — 875 M ch. 
la pout asair — 876 iW e de p. — 877 M ses h. — 878 M les 1. ferir 
e les e. burnir — 879 M Le, M les h. — 880 M Les noues 
cheualers souen border — 8H1 M bon cheuaus de muntaigne 
coure — 882 AI mut estrange g. li porrit — 883 M bondir — 884 
AI E del — 885 M quant otes p. a tus couent. 



OTON PARLE A SES BARONS 3? 

N'osasentun mot dire por les membres tolir. 

« Seignor», dist l'emperere, « bien savez sanz mentir 

Que Garsires nos cuide durement maulbaillir 

Et destrure ma terre et par force sesir. 
890 Autresi comme je, la devez maintenir. 

Qui d'avoir a besoig, si le me face oïr; 

Certes, je l'en donrai trestot a son plesir. Pj^i4' 

Vos iestes tut prodome por bataille soffrir. 

Cil de Coutentinoble nos cudent esbahir, 
895 Entrez sont en ma terre; je croi, ou saint Espir, 

Qu'il ne s'en poront pas si de legier issir. 

Seignor, or en pensez des rustes coz ferir, 

Nés redotez vos pas por paor de morir. 

L'estantdart ferai tendre et porter et tenir 
900 Et quarante mil homes armer et fervestir, 

Qui trestuit sont mi home por le mien recoillir. 

S'il i avoit coart qui s'en vosist fuir, 

Qu'icelui quel verret sempres l'alast ferir 

Et o le branc d'acier li aut le chief toUir ! » 

I XII 905 Moût par fut grant en Romme la noise et la tabor 
Et li riches barnages, c'onques n'i ot mellor. 
Il firent corner l'eue sus ou paies auçor; 
Ce fu a une feste que l'en dist de Pacor 
Que li baron mengerent a la cort lor seignor. 

886 M Nosent — 887 M rei otes, M faillir — 888 M quide 
malement baillir — 890 M A grant driet la — 891 A/ de auer en 
ad mestre ore le f. — 892 M li durrai tunt a — 893 M estes fortes 
e uaillans pur — 895 M io le sai sanz mentir — 896 3/ ne p. mie 
deliuerment — 897 M ore preiset de ben f. — 898 M Ne les 
dotez pas — 899 M Mun est. frai p. — 900 iWQ. m. armez très 
ben de fer uestir — 901 M\i. si me dénient garantir — 902 M Cil 
serra c, 3/uodra — 903-904^10 comant ke lem lui face tantost 
le chef tolir. 

XXXII. 905 en Romme manque M, M le tabur — 906 M ne fu 
m. — 907 sus manque M, M auctor — 908 P qui len, M apel 
pascur— 909 P Qui, M m. en tur lur. 



38 ESMERÉ ET MILON ARRIVENT AU PALAIS 

910 Gel jori ot maint prince, maint duc et maint contorj 

Tant riche châtelain, tant noble vavasor. 

L'emperere s'asist a la table greignor; 

Li maibre sont jonchié et de glai et de flor, 

De lorier et de mente, que giete grant oudor. 
915 Ez vos les dous anfans sus ou paies hauçor; 

Vint chevaliers amoinnent ou aus par grant honor, 
MfSy. D'armes et de banieres orent moût riche ator, 

Chacuns fet amener un destrier misodor. 

Li valet sont vestu andu d'une color, 
920 D'un cisamus ovré; onques ne vi mellor. 

Auques sont d'un aaige et bien d'une longor. 

Li baron les esgardent des tables tôt entor, 

Ainz dous plus biaus anfans ne virent a nul jor. 

Il se sont aresté devant l'empereor, 
925 Puis si l'ont salué de Deu le creautor. 

Pf'j4 à. XXXIII Milles ot non l'ainznez, qui premerain parla; 
Devant le mestre dois noblement s'aresta, 
Et li baron se taisent por oïr qu'il dira. 
La ou il voit le roi tresbiau le salua, 
930 Et li emperere aus, que onques ne tarja, 

Et lor nons et lor terres après lor demanda. 
« Sire », dist li ainznez, que pas ne li cela, 
« Milles m'apella cil qui des fons me leva 



910 Af Al, et manque 3/— 911 Af riche u. — 912 P Lemperrere, 
3/se sit — giB Af La sal fu i. de — 914 -P loriers, M e des espèces 
kc donnent — g\5 M Estes vus — 916 3/ E .xx. kc lur siwent 
cheualers de grant ualur — 917 M Des armes e des destres e de 
autre r. — 918 M Ch. mcine d. — 920 M Dun sarezineis unke 

— 921 3/ Près dun âge sunt e de une — 922 M engardent tut — 
923 M De plus beus -— 925 A/ Il les regarde par mut grant 
amur. 

XXXIII. 926 M out un Icsne ke primes — 927 A/ haut deis v il 
esta, P m. daus — 929 M v un li rei ducement — gBo manque M 
-— 93 1 A/ t. sempres d. — 932 M ceo dit leinez ke nent n« duttâ 

— 933 cil manque M, P de ft 



LE REPAS ROYAL Sq 

Et Esmerez mon frere; soz ciel millor n'en a. 
935 Li riches rois Felipes andeus nos engendra, 

Que sire fut d'Ongrie et si s'en queronna. 

Mors est li rois Felipes, mon père, grant pièce a. 

Sachiez que nostre mère gaires ne nos ama, 

Justamont de Sulie en la terre manda; 
940 Ainz que l'eust veii, moût par covoitié l'a. 

Je que vos celeroie? Ma dame l'esposa, 

Et nos fumes petiz, dou pais nos geta. 

Il nos voloit ocire, quant par nuit nos ambla 

Un nostre cortois mestre, que bien gardez nos a. 
945 Li rois d'Esclavonie l'autrier nos adouba. 

De vostre fiere guerre oïmes parler la; 

Tant avons esploitié c'or sommes venus sa. 

Retenez nos, biau sire, ne nos ranfusez ja, 

Et nos vos servirons, si que bien i parra. 
950 — Je Totroi », dist li roiz, qui bien atalanta. 

Un mestres chanberlains l'eue lor aporta. 

Milles, qui fu l'ainznez, delez le roi menja, 

Et Florence la belle Esmeré apella, 

Dejouste lé l'asist, docemant l'acola, 
955 De la nef, qui fu d'or, a boivre li dona; 

Un demoisel apelle, que devant lui tailla. 

Esmerez menja bien, Florence l'esgarda, 

Car moût fu biaus et simples, sa color remua. 



934 P sor c, M ÎT. ke ci esta — 935 andeus manque M — 936 3/ 
de hungrie si se corona — 637 h rois Felipes manque M 

— 938 M m. de ren nus — 939 de Sulie manque M, M t. de 
sut li — 940 manque P, par manque M — 941 M Purquei le 
c, errant lespusa — 942 M de la terre nus — 944 cortois 
manque M — 945-946 manquent M — 947 M ke venu sûmes 

— 948 M s. de ceo ne mefreez — 949 M issi ke ben p. — 
950 M dit rei otes ke mut entalenta — gbi ^ï porta — 952 M 

u einez de uant — 953 P esmerez — 954 M De lez lui, M d. le 
sena — 955 M Od la n. dor b. — 956 apelle manque M, M d^ 
lui esta — 957 bien et V manquent M — 958 M Ke, M s. e mut 
ben lôetas 



40 FLORENCE ADMIRE ESMERÉ 

Et de cors et de membres, si con Deus le forma; 
960 Chevaliers fu aus armes ou la biauté qu'il a, 
P foi 5. Onques miaudres de lui sus cheval ne monta. 

En meïmes son cuer Florence s'apensa. 
« Hé! Deus », ce dist Florence, « quel chevalier ci a! 
Ja bons qui bien mainjue mauvestié ne fera. » 

XXXIV 965 La pucelle a Tenfant durement regardé : 
Il fu grelles et Ions, si con Deus Tôt formé, 
Et si ot la char blanche comme flor en esté, 
Les iaus vars en la teste comme façons mué; 
Le poil dou chief a bloi, menu recercelé, 

970 Groz fu par les espales, grelle par le baudré, 
Un poi fu camoisié de l'abert qu'ot porté. 
M f'S'j b. « Ha! Deus », ce dist Florence, « biaus rois de maiesté, 

Que en croix fustes mis par vostre volenté ! 
Car eiist cest valet autretant de bonté 

975 Con g'i voi de samblant de cors et de biauté ! 
Se m'eiist espousee par la crestienté, 
Âinz un an avret tôt cest païs aquité ; 
Garsire le vellart avroit le chief coupé. » 
Mes por noient le dit Florence au cors moUé. 

980 Onques miaudres ne fu ou siècle d'Esmeré 
De cuer ne de coraige ne de si grant fierté. 
En son frère reùst chevalier alousé, 



959 P membre, si manque M — 960 M fu bon unke meliur ne 
munta — 961-962 M Sur cheual. Quant florence se purpensa — 
963 manque P, Hé manque M — 964 M Home ke si ben mangue 
ia m . , M ajoute le vers : 

Si dequer ne li vent v enpese la. 
XXXIV. 965 M esgarde — 966-971 M donne le vers {cp. 986) : 
Cors e face c sa grant simpelte 

— 972 Ha manque M, M b. sire de — 973 manque M, P nostre v. 

— 974 M Ke, M si grant b. — 975 M io uei de s. e de — 976 M 
Cil, M solum la — 977 M En cet an aueroit cil c. — 978 M tren- 
che — 979 Mes manque A/, 3/ od le c. senee — 980 M Ke vnkes 
mcillur de esmcre ne fu en la crestienté — 981-983 manquent M. 



L*ARMÉE DE GARSIRE DEVANT ROME 4I 

Cil portast an son cuer ne foi ne leauté, 

Mes Milles fut moût fel et plainz de fausseté ; 
985 Esmeré n'ama onques en trestot son aé, 

Son cors et son visage et sa grant simpleté. 

Quant tuit orent mengié el palaz principe, 

Tl font traire les napes, des tables sont levé. 
Et Grifon et Hermine se furent atravé, 
990 Contre val la rivière logié et aresté. 

Coverte en fu la plaine et de lonc et de lé 

Et li pui et li vaul et li bruel et li pré. 



995 L'empereres Garsire a tresbien commandé 

Quetrestut cil de l'oust soient sempres armé, 

Si aillent droit a Romme, a la bonne cité; Pf*j5b. 

Savoir viaut de roi Ote, por quoi a trespassé 

Son dit et son mesage que il li a mandé. 
1000 Un riche roi de Grèce l'en a aresonné : 

« Par foi, sires, rois Otes est de grant poesté. 

Por quoi volez destrure sa terre et son rené 

Ne ocire ces homes par tel desleauté, 

De si la que il ait a vostre cors parlé? 
ioo5 Mandez li que il vienge a vos a vostre tré, 

Si face toz vos bons et vostre volenté. » 

Et respondi Garsires : « Puis m'en portent maufé! 

Par force vuel abatre tote sa nobleté. » 



983 P portest — 984 ^ E m. fu fel, P de grant fierté — 986 P 
Esmerez, trestot manque M — 986 manque M — 987 M eurent 
tuit, P principal — 988 manque P — 989 M areste — 990 M ma- 
rine conroie e logie — 991 en manque M, P la riue ■— 992 Mv.e 
bois e pre — 993-994 P a laissé un espace en blanc pour ces vers 
— 995 M G. lemperere ad ben — 996 P Qui, M seint ben a. — 
997 M E kil asailent r. la noble — - 998 AI del r., M il ad tr. — 
999 M out m. — 1000 P I riche, M hom de gr. lad — looi Af Par 
ma fei othes est mut — ioo3 M E, tel manque M — 1004 M 
Deuant ki il eit a uos meimes — ioo5 M a vus en leute — - 
1007 ^ respunt g. dune me eient — 1008 M sa grant cite. 



42 OTON APPREND LES INTENTIONS DE GARSIRE 

XXXV « Seignor », ce dist Garsire, « bien tost vos adoubez, 
loio Montez sus les destriers les haubers endossez, 

Si alez droit a Rome, c'onques n'i aresteiz. 

S'Otes la tient vers moi, moût fera que desvez. » 

Et cil li respondirent : « Si con vos commandez. » 

Ilec ot une espie, que de Rome fu nez, 
ioi5 A guise de Grifon vestuz et conraez; 

Bien entent le langage, bien en fu doctrinez. 

Il est partis de l'oust, si est a Romme alez, 

Isnellemant et toust ou paies est montez. 

« Sire », dist il au roi, « trop vos aselirez. 
I020 L'empereres Garsire est moût desmesurez; 

Por ce que trop est riches, est issi asoutez. 

Un riches rois de Grèce, qui moût est ses privez, 

Li dist hui, je l'oï, que vos fusiez mandez : 

Por qu'ocirroit vos homes n'abatroit vos citez, 
I025 Se vos voliez faire totes ses volentez? 

Et il li respondit, dom je fu moût irez, 
Mf'Sj c. Que ja acordement n'en seroit porparlez : 

Par force viaut abatre totes vos nobletez. 

Ou fut tant de gent prise, biaus rois de maiestez? 
io3o Je en vi bien ensamble plus de cent mille armez. 

— Sire », ce li dist Milles, « un petit m'escoutez. 

Pestes armer vos homes, foi que vos me devez, 
P/./5. Et montez aus fenestres, tresbien vos desfendez, 

Encontre les Grifons vostre cité tensez. 

XXXV. 1009 ce manque M, M ore t. — loio iV/ sur uos — ion 
M ke ia ne restez — 1012 M contre moi si fra — ioi3 li manque 
M — 1014 P de mère f u — loib M e aturnet — 1016 manque M 

— 1017 M del ost départi — 10 18 M est el paleis — 102 1 P ce 
qui, 3/ r. V il est asotez — 1022 M gr. mut est cist — i023 3/11 
dit e io — - 1024 P Por quoi, M Pur quei occirez v. h. v — i025 M 
ne uolez ferer — 1026 li manque M, M dune seie io mallmerrez 

— 1027 M ne seit — 1028 M \, M ueintre, M uolentez — 1029 M 
Ke unke uit tel ost sire rei clamez — io3o en, bien et plus de 
moftquent M — io3i MU manque 3/, M vn poi — io32-io33 M 
Metez uos gent as kcrneuz — io33 /* au f. ^ io34 3/ gr. ke 
armer ne deuez: 



ESMERÉ CONSEILLE UNE SORTIE 43 

io35 — Sire, por Deu merci! » dist li prouz Esmerez, 
« Je sui un jovencel, un petit m'entendez. 
Mes frères est moût proz et chevaliers loez, 
Mes onques tel consoel, se vos plest, ne créez; 
Toust en porriez estre honis et vergondez. 

1040 Sachez, se vos isi çaienz les atendez, 

Qu*a loi de vavasor vos serez démenez; 
Un povres chatelainz ce feret il assez. 
Issons nos en la fors, se vos le commandez ! 
El non de cel seignor que en croix fu penez 

1045 Nos combaton a aus; se Deus plest, vos vaincrez, 
• Car toz li droiz est vostres, ce savez vos assez, 
Et de vos homes iestes moût duremant amez : 
Tuit i ferront de cuer des boins brans acerez. 
Et Grifon sont coart, ges ai bien esprovez. 

io5o Sachiez, s'un petitet au desus en venez, 
Plus les verrez fuir que ors deschaanez. » 
Adons fu li enfanz durement esgardez, 
Toz li palais en brut environ de toz lez. 
« Par foi », dient Romain, « moût est proz Esmerez, 

io55 Gemès a nul baron tel consoel n'iert donez. » 
Puis escrient au roi : c Ja ne l'en desdirez ! 
— Je l'otroi », dist li rois, « puis que vos le volez. 
Issons nos en la fors les confanons fermez! » 



io35 M S. escotez dit — io36 M Tute seie io iuuencel si m. — 
1 037- 1042 M donne le vers : 

Teus paroles mar entendez 

— 1043 en manque M, M si vus loez — 1044 M del s. 

— 1045 M Si nus c. aceus — 1046 Car manque M, M ben 
le sauuez — 1047 moût manque M — 1049 M io lai 
ben esprouet — io5o M poi a, d. euenez*— io5i M Vus 
les, P qui o., M cum leuereter esgarrez — io52 P lien- 
tant d. — io53 manque M — io55 M de meillur barun 
neit conseil demandez — io56 M Dreit emperere ia ne 
vus tresturnez ^ lobj M dit il — io58 en manque M^ 
M leuez. 



44 REGRETS DE FLORENCE 

XXXVI La fille au roi Oton, Florence au cors legier, 

1060 Fut durement pensive, ne se pot laessier. 

Venue est aus fenestres dou grant paies plenier 
Et voit par mi la terre ces elmes claroier. 
« Ha! Deus », ce dist Florence, « que tôt as a jugier, 
Ou fu tante gent prise con voi la chevauchier? 

io65 Certes, de si grant pueple se doit l'en mervillier. » 
El est venue au roi, sel prent a aresnier : 
« Père », dist la pucelle, « car me festes baillier 
Au riche roi Garsire donner et envoler, 
Pf*i6b. Avant que vengiez joindre vers aus et chaploier; 

1070 L'en ne puet pas bataille senz grant perde lessier.. 
Je ne sui c'une femme, vos lestes cent millier! 
L'en ne doit pas por moi tel choze commencier 
Dont il morront a glaive, tant baron chevalier. 
— Fille », ce dist rois Otes, « de quoi vos oi pledier? 

1075 Se j'avoie vestu mon blanc aubert doublier 

Et sus Bondifer fuse, mon bon corrant destrier, 
Et tenise en ma main mon branc forbi d'acier, 
Anqui me verriez tant elme detrenchier, 
Tant aubert jazerant derompre et desmaillier 

1080 Qu'an un an ne feroient quarante haubergier. » 

XXXVII « Seignor », ce dist rois Otes, « or ne vos atargiez; 
Mj'Syd. Issons nos en la fors les gonfenons laciez, 

XXXVI, 10593/othes— 1060 3/aleger— 1061 grant manque 
M — 1062 M uit, M flambeer — io63 ce manque M — 1064 M 
tant des genz preise ke io ui ch., P lai ch. — io65 M p. deit lem 
esmaier — 1066 M si le prit a demander, P se pr. et ar. — 
10673/ dit ele ke — 1068 3/ d. a moiller— 1069 P Et quant vos 
volez i., M vus u. en cel champ plener — 1070 M Ke vus ne por- 
ret sanz p., P perdre 1. — 1072 M d. mie — 1073 M Dunt en, a 
glaive et baron manquent M — 1074 ce manque M, M pur quei 
vus oi si — 1075 M mun bon — 1076 M fusse sur bundifer mun 
c. — 1077 M Euse, M brant flori — 1078 M Eins ceo me uerret, 
M trencher — 1 079 manque M — 1 080 M En, P .Ix. h., 3/ forger. 

XXXVII. 1081 ce et or manquent A/, A/ target — 1082 en manque 
M, M vos baners fermet. 



OTON s'arme 



45 



Aus rustes cos doner aus Griés vos acontiez. 
Cil qui bien le fera, quant il iert repériez, 

io85 Tant li donrai avoir qu'il s'en ira toz liez, 
Que il et son lignaige en sera essauciez. 
Ne mes que tuit ensemble icel seignor priiez 
Que en la sainte croiz fut por nos travelliez, 
Que il me doint anor par ses saintes pitiez. » 

1090 Milles estoit joiant, Esmerez en fu liez. 

Quant li enfant s'en tornent, li palez est voidiez. 
Par tote la cité fut bien li bans huchiez 
Que cil que remaindra sera si vergoigniez 
Con des membres a perdre iert a la cort jugiez. 

1095 Li palez fut de roses et de glai bien jonchiez, 
Un riche drap de soie fut devant aus ploiez, 
Par desus la vert herbe estenduz et couchiez. 
L'empereres de Romme ne fut pas esmaiez, 
Ainz demande ses armes con vassaus ensaigniez; 

II 00 Florence l'en servi, qui les flans ot dongiez. 
Un aubert li vestirent, que tant fut enforciez 
Ja ne sera par armes ronpuz ne domagiez. 
L'esme c'on li laça fut par desus vergiez, 
A or fin et a pieres atornez et laciez ; 

I io5 Devant ot dous bericles ens ou nasel fichiez. 
Li boins branz acerins refti si essaiez 
Que gemès en cest siècle n'en iert frez ne ouchiez . 



pj^t-j. 



io83 M Des grans, P au gr., Af griffuns — 1084 il manque M 

— io85 M de auer ke plus ne querez — 1086 3/ 1. ert enhaucez 

— 1087 M Ore tus icel — 1088 M penez — 1089 M uus d. pur, 
P lasoie p., M ajoute le vers : 

Nos enemis ueintre issi requérez 

— 1090 M e esmer tut 1. — 1092 bien manque M, M criez — 
1093 iW serra uergundez — 1094 Âf Dous des m, p. en — 1095 M 
fu dunkes de glagol ben — 1096 M fu dune cîeploiez — 1097 M 
lerbe fresche, Afe ietez — 1099 ^ varsauz, 3/endoctrinet — 1 100 
i^/ le s. cum enseignât — iioi 3/ efforciez — 1102 M serroit pur 
arme démaillez ne — iio3 M lace p. desuz — 1 104 iV/ or entailez 
des riches pères aornez — i io5-i 107 manquent M — 1 107 P sicle. 



46 LE CHEVAL BONDIFER 

Son cheval Bondifer H fu aparelliez, 

Govert de sarmadans moût menu detrenchiez ; 
1 1 10 En la terre d'Aufrique fut pris et gaaigniez, 

Au riche roi Oton donez et envoiez; 

Ja ne sera por corre lassez ne estanchiez. 

Il ot petite teste et les crins ot dongiez 

Et les oreilles cortes et toz coupez les piez. 
1 1 1 5 Li arçons devant fu dedenz la mer péchiez, 

A or et a jagonces ovrez et entailliez ; 

Et cil detriés refu a esmaus esfichiez ; 

Et li poitraus fu riches, qui devant fu laciez. 

Li emperere i monte les espérons chauciez. 
II 20 Se li rois iert chenuz, s'iert il sainz ethaitiez 

Et de la grant bataille forment encoragiez ; 

Onques par lui n'i fu estriers pris ne bailliez, 

Ainz sailli en la selle con chevaliers prisiez : 

Toz li chevaus fremist, quant il s'est afichiez. 

XXXVIII II25 Quant li rois fu montez, bien resambla baron. 
A tant es Esmerez entre lui et Milon 
A tôt vint chevaliers, que sont lor compaignon ; 
Ghescun porte baniere ou enseigne ou pennon. 
Esmerez fu laiauz, n'ot pas le cuer félon, 
II 3o Et de chevalerie ot en lui grant foison ; 

Et Miles, lisuen frère, refust auques preudon, 

Se il n'elist en lui orguel et traison. 

Ne por quant armez furent andui d'une façon : 

no8 li manque M — 1109 P dun sarmadan, M des couerlurcs 
precius e lez — 11 10 3/ fu conquestez {fin du vers) — un M 
otcs — II 12-1 118 manquent M — 11 15 P a. dcdeuant d. — 
1 1 19 P Lempercres, M Lemperere munt les esp. out —- 1 120 3/ 
E li r. fu ch. e sain, chenuz manque P (veus a été ajouté postérieu- 
rement) — 1121 M escoragez — 1122 M ne fu par lui estru — 
1 124 manque M . 

XXXVIII. 1126 3/ estes vus csmere e m. — 1 127 P O — 1 128 
M t ens. e — \iZo M forsuu — i i3i Mm. sun fr. mut en fust 
pr., Prcfu — Il 32 3/ ncn eust — ii33 3/ f. li 4ou ualctun. 



ESMERÉ ET MILON 47 

Lor targes furent faites d'un moût riche blazon 
ii35 A or et a sinople, et d'azur li leon; 

Li cheval sont covert d'un vermoel auqueton, 

Per desoz detrenchié enfreci au talon ; 

Cotes ont a armer d'un riche ciglaton; Pforyb. 

Les lances furent droites, fermé li gonfenon, 
1140 Les langues d'or en hâtent enfreci au menton. 

Hé! Deus, con sontisnel cil destrier arragon! 

Autreci se demoinnent con dui esmerillon; 

Les galoz sont venu devant le roi Oton. 

« Hé! Deus », dist l'emperere, « par ta sauvacion, Mf»58. 
1 143 Que sucitais de mort le cors saint Lazaron, 

Ce sontangredou ciel, qui per annoncion 

Viennent por moi aidier : tut sont mort li Grifon! 

— Sire, » dist un suen dru c'on apelloit Sanson, 
« Ce sontli dui vaillet, fis au roi Felipon. 

ii5o — Voire », dist l'emperere, « bataille est desesson. 

— Sire », dist Esmerez, « entendez ma raison : 
Par la rostre merci, je vos requier un don. 

— Vos l'aiez », dist li rois, « s'il valoit Besanson. » 
Li vallet l'en mercie desqu'au doré arson. 

1 1 5 5 « Esmerez » , dist li rois, « tel choze m'as requise 
Je ne sai que ce iert ne en quel terre iert prise. 

— Sire », dist li vallet, « j'en dirai la devise : 
C'est la première joute que vos m'avez premise. 



1 134 3/ Lur enseigne, M de mut riche aturn — 1 135 a manque 
M, P dadur, ^W ert li — 11 Sy- 1 140 manquent 3/ — 1 1 38 P ont et 
armer — 1141 P Et d., M tant s. ignel li — 1142 manque M — 
1145 M resuscitas — 1146 manque M — 1147 3/ Yen pur nus 
aider dune s. — 1 148 M un de soens ke lem apele — 1 149 M en- 
fans, au roi manque M — i i5o M rei otes b. auerum — 1 152 M 
Pa uostre congé uus uoil rcquere — ii53 iV/ È vus, M od ma 
benicun — 11 54 manque M. 

XXXIX. ii55 M me auez r. ■— ii56 Af kei ceo ert nen q. t. 
prise — II 57 M io dirroi ma — 11 58 M Ceo ert, vos manque 
M. 



48 PROMESSE D^ESMERÉ 

Par itel covenant iert elle en moi asise 

1 160 Ja n'iert si fort la targe, ne vermoelle ne bise, 
Que très par mi le cors ne soit m'ensaigne mise 
De celui que ferrai, et, se ma lance brise, 
Au bon branc acerin en prendrai la justice. 
Ainz le midi verrez bataille si emprise, 

ii65 Et de la gent Garsire tant en verrez ocisse 
Ne li covenroit pas por la cité de Pise, 
Por la terre de France ne por celle de Frise 
Moi et mon frère sommes près de vostre servise. » 
Florence, qui la char avoit blanche et alisse, 

II 70 La face enluminée et la coleur esprisse, 

Mamilettes li poignent par desoz la chemise, 
Pf'rS. Porlabone paroUe c'est la pucelle rise 

Et dist entre ses denz bellement sanz faintisse : 
« Esmerez, vostre amour me semont et atise; 

1175 Je ne sai mes que dire : tote m'avez conquisse. » 

XL Moût fu grande la guerre et fierre commencie, 

Gemez n'en iert acorde, pez ne true baillie. 

Quant li rois fu montez, moût ot belle mesnie. 

Dons par fu le palez et la saulle voidie; 
1180 Li rois issi de Romme o bataille efforcie, 

Ou soudoiers vint mille, l'oreflambe drecie. 

Moût fu belle sa gent et bien apareillie, 

D'aler en la bataille forment encoragie ; 

Chescuns tenoit la chiere desoz l'elme enbuchie. 



1 1 59 elle manque M — 11 60 la manque M — 1 1 6 1 M c. en — 
1 162 manque M^ P f. se ma 1. ne — 1 163 M prendra — 1 164 M 
Einz m. si u. la, Af esquisc — 1 163 P Et garsire le roi de sagent 
tant o. — 1166 M estouereit pur — 1167 M Pur tutte fr. ne 
pur tute frcise, P pisse — 1168-1 176 manquent M — 1168 P 
soimes. 

XL. 1 176 3/ ferc la bataile quant elle f u -- 1 177 Mm ert ac. 
ne pees b. — 1 179 manque M — iiSi M Des, M leuee — 1 182- 
II 84 manquent M. 



SORTIE DES ROMAINS 49 

1 185 Esmeré le vassal ont Tensaigne chargie 
Et la première joute donnée et otroïe. 
Ha! Deus, quel chevalier moût l'ont bien emploie! 
La coronne de Romme en fu puis essaucie. 

XLI Anprès le roi s'en issent Lombart de Lombardie, 
1190 De Mêlant, de Plasance et tuit cil de Pavie. 

A cel ancien tens, seignors, n'estoit il mie 

De tote nostre loi de la chivellerie 

Nul mellor chevalier d'Esmeré de Hongrie. 

Moût ont bien lor bataille richemant establie 
1195 Et sunt bien trente mille de moût grant seignorie. 

Biaus fut le brut des lances a val la praierie; 

Ce sont icelles genz ou li rois plus se fie. 

Garsire est suz toz viaus, s'ot la barbe florie, 

Et si n'ot plus sage home de si en Augalie; 
1200 Mes ce n'est pas savoir, que que la chanson die, 

Bacheler de cent enz que doie avoir amie : 

De ce pance Garsire, certes, grant estoutie; 

Ne por quant sages bons commence grant folie, 

Orguel et desmesure, quant en son sen se fie. 
i2o5 Mes se Deus plest, le père, que tôt a en baillie, 

Geste li tornera dou tôt a la folie. Pf*iS b. 

XLH Enprès cez s'en isirent Pisans et Genevois 

Et cil de Senegaille et tuit li Anconois, 

De Sane et d'Ipolice et Toscan et Lucois 
12 10 Et cil de la marinne c'on apelle Puillais; 

ii85 P Esmerez li uasaus, M od lenseigne — 1186 Af Est — 
1 187 manque M — 1 188 Af Od la c, Af enhauceie. 

XLI. 1190 Af e de pi. e de sire p. — 1 191 A/ icel tens ancien ne 
lerroi nel vus die, P nestuet il m. — 1 192 M lei tute la — 1 193 
manque Af,P desmerez — 1 194 A/vnt r. lur b, — 1 196 A/ sunt .xx. 
m. de gr. — 1 196-1206 manquent M — 1204 P car en. 

XLII. 1207 ^ Enpres sen issent — 1208 P senelie, P auconois, 
Af acomeis — 1209 M De puille e calabre, P et toz ceus de lutais 
— 12 10 M Eicii de alemagne. 
T. II. 



Sç BRUBENT DE VENISE 

De celle sont isues batailles plus de trois. 
Cil ne sont pas armé a guise de borgois : 
Banieres ont moût blanches, ausi con ce fust nois, 
Et ensaignes vermoelles et penonciaus turquois 
121 5 Et celles a fin or et frains sarrazinois 
Et cotes a armer, cosues a orfrois ; 
De cendaul sont covert li destrier espenois : 
Li uns henist vers l'autre et moinne grant esfrois. 
Mf'58 b. Cil se sont establi par selonc un marais. 

XLIII 1220 Uns rois isi de Romme c'on apella Brubent, 
Sire estoit de Venice et de quant qu'i apent, 
Mes Sarrazins estoit, il et tote sa gent; 
Dou riche roi Oton tenoit son chassement, 
De l'avoir l'en donnoit trestot a son talent 

1225 Chacun an de treu vint mille mars d'argent. 
Or est venus au roi, car besoig en a grant, 
Et sont bien quatre mille hardiz et combatant. 
La peiisiez vaer maint destrier auferrant. 
Tant pomelé et fauve, sor et gris et baucent. 

i23o Sil'se sont arengié lez une eue corant ; 

Grant fu le brut des lances qu'il aloient dreçant. 
Ces enseignes de poelle Tune a l'autre mellant, 
Ces escus et ces hiaumes grant clarté vont gitant. 



121 1 3/ Descus s., P celles s. — 12 12 3/ en g. — I2i3 P ont i 
vermoelles et penonciaus turquois, moût et ausi manquent M — y 
12 14 manque P, Af Enseignes ouereies od penecons corteis — 121 5 
P afrain s. — 1216 3/ c. armera, P et armer c. et, 3/ orfeis — 
12173/ De sei — 1218 3f heinst, Af estreis — 121986 ef par 
manquent M. 

XLIII. 1220 isi manque M, M apele brubrant — 1221 M 
fu, P u. de quant qui! iapent -— 122 1 M otes — 1222 M 
esteient tute — i223 M otes — 1224 M De sun auer li donout — 
1226 M ke b. ad mut — 1227 M sunt .xv. mil — 1228 M cheual 
— 1229 M fauee e nir e gr. e blanc — i23o M sunt ore 
rcngie — i23i M uont dr. — i232 M Gel enseigne — i233 
manque M . 



L*ARRIÈRË-GARDE DES ROMAINS 5l 

XLIV Cil de Romme s'en isent ansamble a une part; 
1235 Ce fu le rereban, por ce vindrent si tart. 

Agravain les condut entre lui et Berart, 

Clamador et Gaudin et Guion de Pisart. 

Quarante mille furent, onques n'i ot coart, 

Mes tut bon chevalier fort et fier et gaillart, 
1240 Et si sont jovencel, ne furent pas musart. 

Deu prient et reclament et le ber saint Liennart, P/»/9- 

Si voir con il ont droit, que il tresbien les gart. 

La peiisiez vaer maint bon destrier liart, 

Tant pomelé et fauve, ver et gris et blanchart. 
1245 Ce sont icelle gent qui moinnent l'estandart, 

Sor un char le portoient par engin et per art; 

Il ne fu pas coilus en bois ne en essart, 

D'or fut fet et d'ivere et d'argent plus dou quart. 

La fu li escharbocles, qui resplendist et art. 
i25o Cil que l'estandart moinnent sont plus fier que liepari; 

Trestut sont esprové, onc n'i ot un coart. 

XLV De l'estandart le roi vos dirai la façon : 

Le char fu grani, d'ivere et d'argent li braçon, 

A or et a bericles sont li quatre roon ; 
1255 Au char sont atelé trente destrier gascon, 

N'i a cel n'ait crenu et quarré le cropon; 

Li coler sont de poelle par desoz le chanon, 



XLIV. 1234 j\/ i. de rome a — i235 3/ uindreit plus — i236- 
1237 M A. e gaudins e geneueis de poillart — 1237 ^ gandins 

— 1238 M mil i aneint vnc ni fu acopart — 1239 P fiert et g. 

— 1240 M E sunt tus i. ne sut pas ueillart — 1241 et reclament 
manque M — 1242 M ke tus les g. — 1243 M cheual baiart ~ 
1244 manque M — 1245 M Ces sunt les genz — 1246 A/ la 
portent — 1247 M coilli — 1249 M resplent e ki — i25o 3/ por- 
tent — i25i 3/ une inout un sul. 

XLV. 1252 le roi manque M, P sai dire f. — i253 M iu. solunc 
le limon, P braion — 1254 A/ a cristal tuit li quarte — i2 55 M 
A le ch. s. a trere — 12 56- 12 58 manquent M — i2 56 P cel na 
chenel et. 



6 2 L^ÉTEKDAËD d*oton 

Et li tret sont de soie et d'or li chevillon; 
Et cil qui le conduient ne furent pas garson 

1260 Ne del tôt atorné a loi de charreton; 
N'i a cel n'ait vestu boin hermin pelison 
Ou bon bliaut de poelle ou riche ciglaton; 
Chescun tint en sa main de fin or un bâton. 
Sus le char ot un arbre par tel devision 

1265 Trestoz d'or et d'argent, bien poli environ, 
E fu droit vers le ciel, s'ot une hante en son; 
De quatre luies loig voit l'en bien le dragon 
Et la riche escharbocle, qui giete tel brandon; 
Ce fu por la fierté dou riche roi Oton. 

1270 Entor Testandart furent li nobile baron. 
Plus de quarante mille tut per elecion; 
Il n'en i a un seul, s'il pensoit se bien non 
Ne que il s'en fuist por paor de Grifon, 
Seignor, li estantdart aporte tel reson 
Pf^ig b. 1275 Que sempres li corroient sure li compaignon; 
Portrestot l'or dou siècle n'avroit il garison 
Qu'il neperdist la teste par desoz 1« menton. 
Mf>5S c. Et Garsire chevêche o le fiori grenon, 

Et les oust s'entrevienent a force de randon. 

1280 Seignor, n'est pas mensonge, en escrit le trovon 
Puis que Deus vint en terre prendre incarnacion 
En la Virge Marie par nonciacion. 
Ne fu por une femme si grant destruction, 
Con il fu por Florence, la fille au roi Oton. 



1259 ^ ^^ sunt mie — 1260 M turne — 1261 M Nad, 
P na u., i^f u. un h. — 1 262 3/ Vn — 1 263 3/ E ch., M m. 
un bon b. — 1264- 1268 manquent M — 1269 M par force 
del — 1270 M il noble b. — 1271 M deuisiun — 1272 M 
ni ad, M pensât — 1278 M Ke 1cm ueist fuir — 1274 man- 
que M — 1275 M corent sure mit si c. — 1276 M àQ s. — 
1279 ^ o^ cntreuenent a f. e abandun — 1281 P P. qui — 
1282 manque P, M par le n. — i283 M par une f. — 1284 il 
manque M. 



LE ROI GARSIRE 53 

.VI 1285 Seignor, iceste estoire n'est pas ne d'ui ne d'ier, 
Ainz est vielle et antive dou tens anciennier. 
Li riches rois Garsire fist forment a prisier, 
Ce conte l'escripture; meut i ot bon guerrier. 
A son tens n'i ot prince tant orguelleus ne fier, 

1290 S'il se vot prendre a lui ne de rien coroucier, 
Qu'il ne le convenist a sa merci pledier. 
Son anemi voust moût destrure et essillier 
Et celui que il aime duremant essaucier. 
Chevaliers fut aus armes, tant con se pot aidier; 

1295 Ne por quant vestut ot un blanc aubert doublier : 
La maille en fu d'argent et li clavel d'or mier. 
Le hiaume de sonchief fu fet d'un brun acier, 
Tôt futfloride pieres, li coig en sont moût chier. 
La barbe li blanchoie desc'outre le braier, 

i3oo Covert en ot le ventre et le col dou destrier. 
Vers la cité de Rome fet sa gent chevauchier 
Et toutes ces batailles meut bien aparillier. 
Seignor, de ceste choze se doit l'en mervillier 
Que Grifon sont plus d'aus cent cinquante millier; 

i3o5 Por un de ceus de Romme sont il dui chevalier. 
Ne por ce ne voust pas li rois Otes lessier 
Qu'il ne li auge ancontre sa terre chalongier. 
Or ri aïde Deus, que bien le puet aidier, 
Que Garsires li viaus ne le puist essillier! 



XLVL 1285 Af cest estorrie ne fu pas de — 1286 M est mut 
ant., M ansioner — 1287 riches manque M — 1289 P ne fu pr. 
— 1290 M sen uousist pr. a lui v — 1291 M en sa m. — 1292 
moût manque M, M isseler — 1293 M enhaucer — 1294 M de 
armes hardi e léger — 1 295 M Si out endose un hauberc tut — 
1296 J/Tutcum fust, M li cheual — 1 297-1298 manquent M — 
1299 ^ ^^^1 dekes al — i3oo M Tut out couert la u., P le cors 
dou — i3o2 P A t., M bel ap. — i3o3 M ch. deit hum — 
i3o4 P Qui, M pi, de cent, P cinquante .c. — i3o5 il man- 
que M — i3o7 M ne aille en contre lui — i3o8-i3o9 manquent 
M. 



54 OTON PROMET SA FILLE AU MEILLEUR CHEVALIER 

XLVII i3io Or chevache Garsire par moût grant poesté; P f'2 

Le front de la bataille ot dous luies de lé. 

Ces espies li ont de chief en chief conté 

Qu'il avra la bataille : Romain sont adobé, 

S'ont l'estantdart le roi fors de Romme gité. 
i3i5 Mes Garsire nel prise un denier monaé, 

Carde sa gentot tôt le reine acoveté; 

Por tant ot l'empereres le cuer aseùré. 
Li rois Otes de Romme en apelle Esmeré, 

Milon et Aaliaume, Clamadour l'aduré, 
i32o Agravain et Sanson et le proz Josué 

Et de ceus de sa terre del plus haut parenté. 

« Seignor», ce dist rois Otes, « franc chevalier membre, 

Vos iestes tuit vasal et prodome clamé ; 

Gardez que vos aiezde cuer a grant plenté. 
i325 Cil que miaus le fera en cest estor champé 

Et le pris en avra, sachiez de vérité 

Que moût par li avra riche don devisé, 

Que Florence ma fille, que tant a grant biauté, 

Li donrai a moUier et Romme ma cité 
i33o Et après mon decet trestote m'erité. » 

Quant li baron l'entendent, s'a l'un l'autre esgardé ; 
M f'58 d. Trestot le plus coart a son cuer recovré. 

a Ha! Deus », dist Esmerez, « biaus rois de maiesté, 

Qui en crois fustes mis par vostre volenté! 
i335 Ja sommes nos ici plus de cent mil armé; 

Moût par avroit le cuer fel et desmesuré 

XLVII. i3ii M XQnt .XX. — i3i4 manque M — i3i5 Mes man- 
que M, M nelespr. — iSiô-iSi-j manquent 3/— 1 3 17 P fut lemp. 
auques as. — i3i8 en manque M — i3i9 M Miles c sampsun e 
cl. — i32o et Sanson manque M — i32i Af la t. de meuz enpa- 
rente — i322 franc manque M — 1324 de manque M — i325 le 
manque M — i326 M K\ — 1327 M Ke io lai mut r. dun dune — 
i328 Que manque M, M f od la — 1329 JV/ doins, P aromme 
— i33i 3/ mut se sunt aforce — i332 J/Trestus le cuars vnt iur 
force — i333 M bon r., P moiesie — i334 manque M — i333 M 
nus aplus, P bien dous cenz -^ 1 336 par manque 3/, 3/ f. e alose« 



LE TURC BRUCABAUT 55 

Qui de ci tresgrant pueple con ci voi asamblé 

Quideret avoir plus que nul d'aus de bonté. 

Certes, moût Tavroit Deus veu et espiré 
1340 Que de ceste bataille avroit le pris porté. » 

Gomme Romain l'entendent, s'a l'un l'autre esgardé. 

Et les ouz s'entreviennent, que plus n'i ot parlé; 

Il drecerent les lances, si se sont arouté. 

Esmerez fu devant, qui moût Ta desirré; P f'20 t. 

1343 II a brandi la hante, s'a l'escu acolé, 

Les langues d'or li bâtent sor son hiaume perré. 

Tôt premier i ferra, ja n'en iert trestorné. 

XLVIII Moût furent les ouz granz de celle grifTonnaille . 

Garsires ot un Turc qui moinne grant barnalle, 
i35o II ot nom Brucabauz, moût fut fier en bataille 

Et tint quite la terre d'Epire et de Moraille, 

N'ot mellor chevalier de si en Gornoaille; 

N'est dous homes si forz, s'a mautalent les baille, 

Qu'il nés hurt si ansamble, n'est mie devinaille, 
i355 Que les cuers lor fet rompre par desoz la coraille. 

Soudoiers fut Garsire et son avoir li baille ; 

Moût li avoit promis, por ce qu'il ne s'en aille. 

De la première joute li avoit fet donnaille. 

Il vint devant les autres par mi la sablonnaille. 
i36o Esmerez le vit grant et de moût fiere taille. 



1337 Af De tut cest riche p. ke uei ci — i338 P Que q., M Ki 
porit, M n. de ceus, d'aus manque P -r i339 M deu auance 
{fin du vers) — 1 340 Af E de — 1 341 Af si lunt mut — 1 342 s' man- 
que M, M ke unke nout plus — 1 343 M Li drescent — 1 344 M ke 
plus lad — 045 M II brandi sa lance si ad sun cors couerre — 
1346 P escu p., M pare — 1347 ^ iferrai, i^î nert tr. 

XLVIII. 1348 M fu li ost grant — 1349 -^ moinnent, Af bataille 

— i35o M bruban, M li kenaille — i35i P t. deSire, M de sulie 

— i352 M desken — i353 3/ Ne d., A/sim. li b. — i354^Vf n. mal 
mètre nest pas d. — i355 manque M — i356 M g. li grant auer — 
1 357 A/ E mut le tent cher pur ceo ke ne — 1 358 Af E de, Af ad 
f. — 1359 A/ E uent — i36o Af li u. gr. e de f. entaille. 



56 ESMERÉ ET BRUCABAUT 

Onques por ce nel prise vaillant une maaille. 
Brucabauz faut a lui, nel toche riens que vaille, 
Et Esmerez le fiert, ne quit pas que il faille, 
Que la targe li perce, ne li vaut une quaille, 
i365 Et Taubert de son doz li deront et desmaille; 
Por abatre le fiert très en mi la ventraille. 
Qu'il li trenche le pis, le cuer et la coraille, 
A terre l'abat mort; li dus poinne et travaille, 
Li boel li traînent, ne quit pas qu'il s'en aille. 
1870 Et Esmerez s'escrie : « Baron, metez en taille! 

Se Deus plest et saint Père, anqui verron mortalle 
Des Grifons orguelleus, de ceste garsonaille. 
— Hé! Deus », ce dist rois Otes, « con belle menasaillt 
Secorons Esmeré senz nulle demoraille; 
1375 Onques miaudres de lui ne feri en bataille. » 

Et cil ce firent sempres, qui ne sont pas frapaille ; 
Tuit i poignent Puillais et cil de Senecaille. 

Pf«2i. Ausi com esprevier, quant il vole a la quaille. 

Se fiert entr'aus rois Otes, ne li chaut qui Tasaille ; 
i38o Et, quant sa lance brise, trait l'espee qui taille 
Et broche Bondifer et fiert sur aus et maille; 

Mf'Sg. Vers son cop n'a durée ne coife ne ventaille. 



i36i vaillant manque M — i362 M Burban f. de, P t. que 
riens v. — i363 Et manque M — 1364 M Ke sa t. nel uaut 
vn malle — i365 M E sun hauberc desrunt de maille — i366 
M lui refert tre par mi la uentaille, P coraille — 1367 M Ke 
lui, M le bue e la cor. — i368 M Contre ual le iete le duck, 
P cil p. — 1369 M traient — 1870 M Esmer escrie seignurs 
deus iuaille — 1371 M Encui uerez bataille m. — 1372 M 
De, P grifon, M orguilluse g. -— 1873 Hé et ce manquent M, 
M comensaille — 1874 manque M, P esmerez — i375 M Esmere 
ad conquis la corone sanz faille — 1376 3/ E li auters sen 
forcent de meintener la bataile — 1877 M Dune p. polieus 
e tus li autres od ventaille — 1378 M Cum li e. curt — 1379 
M Si, M li rei othes nest nul ke — i38o M le 1., M tret la brant 
ke — i38i Et manque M, P tiers s., A/ f. la ribaudaille — i382 
M Cuntre. 



COMBAT GÉNÉRAL S'] 

XLIX Les ouz s'entrencontrerent très en mi un vaucel. 
Agravain point et broche son bon destrier Isnel, 

i385 Et Clamador Ferrent, et Berart le Favel, 
Et Sanson le Baiart, et Manduz le Soreil. 
A tant es vos Aliaume, armé desus Morel ; 
Et Gaudin point et broche le coraor Isnel, 
Et li dus d'Agenois son bon destrier Isnel, 

1890 Et Bruban de Venice desus Trenchequarel, 
Galerans sus Brunfort, et Jonas sus Tracel, 
Et Sances de Biterne broche le gris Potrel, 
Et li dus d'Auquitaigne son destrier Plançonel, 
Et Mille de Hongrie rebroche Mirabel. 

1395 Esmerez fut devant, armez sus Leoncel; 
El chief de son escu ot paint un colombel, 
Et fut blans comme flor ; moût par li avint bel 
Et riaumes et les pierres qui furent ou cercel. 
Il a brandi la hante, mist l'escu en chantel. 

1400 Anprès lui s'aroterent teus quatre cenz danzel 

Que sont tuit fil de prince, meschins et jovencel; 
Chescuns porte baniere, ensaigne ou penoncel. 
En la presse se fièrent li chevalier novel ; 
Bien le fist Esmerez, il et si demoiseil, 

1405 Ghacuns abat le suen de l'espié a nael. 
La peUsez vaer maint bon destrier isnel 
Estraier par le champ; de sanc sont li ruisel. 

XLIX. i383 M Les dous host sencuntrent en vn ual, P sen- 
trenconterent — i38^M le d. ignal — i385 P beraut le f., M ber- 
nard faual — i386 M sampsun b., P beraut le s., M soral — 
1 387-1 393 M les remplace par : 

E li autre trestus chescun sun cheual 

— 1394 M m. broche sun bon cheual m. M— 1395 M ke porte 
le 1. — 1396P Es, 3/ Al — 1397 par manque M — 1398 manque 
M, P le hiame — 1399 M br. sa lance — 14*00 M En près se 
mistrent teus quarante — 1401 M Ke tus sunt f. a princes e tus 
i. — 1402 manque M — 1403 M mettent — 1404 manque M — 
1405 M lesoen el grauel — 1406 M La out cheual ke tenir le 
pout bon e bel — 1407- 141 3 manquent M — 1407 P et de sanc li. 



58 GARSIRE CHERCHE OTON 

Seignor, ce ne fut pas tornoi pris a joel, 
Onques n'i ot flelite, estive ne fretel ; 
1410 Espessement i voilent saietes et quarrel. 

Teus trente mille furent devant aus ou tropel 
F f»2i b. Que chescuns estoit sires de Tenneur d'un chastel; 

N'i a celui nel siuent quarante damoisel. 

L La terre estoit coverte de la grant baronie 

141 5 Encontre val leTaivre tote la praerie. 
Un petit ot pleii, poudre ne voloit mie, 
Encontre le soloel cil elme reflambie. 
La veïssiez relure mainte espee forbie 
Et rustes cous donner sus elme de Nubie ! 

1420 Li riches rois Garsires menoit grant seignorie, 
Ces batailles ot fêtes par itelle establie 
Cinquante mille furent en la plus escherie. 
L'empereres Garsire ot la broigne vestie 
Et vet par la bataille, moût hautemant s'escrie : 

1425 « Ou iés alez, rois Otes? Ne ce celer tu mie ! 
Bien puez jouter a moi, ce sera cortoisie. 
Se je sui empereres, tu ras grant seignorie, 
Et se tu iez fchenuz, j'ai la barbe florie. 
Car renovelons ores nostre chevellerie ! 

1430 Ne por quant plus viauz sui, par Deu, le fil Marie, 
Soissante anztoz entiers; mes c'est grant villenie, 
Se tu ne joinz ou moi ainz Tore de complie. 
— Certes », ce dist rois Otes, « de ce ai grant envie. » 
11 broche Bondifer, que les grans sauz l'en guie, 

1435 Et Garsires le suen, que cort plus que galie, 

1413 P cil nait ou lui. 

L. 1416 M poudrere nert m. — 141 7 3/ Contre, M li heume — 
1418-1419 manquent M — 1420 riches manque 3/, M fu de gr. — 
1422 M pi. escheuie — 1423 A/ g. ad — 1424 M vet auant 
forment escrie — 1425 M V estes, M celez m. — 1426 M purras, 
M si fras c. — 1427 M tu as gr. — 1428 P ia la b. -— 1429 M 
Ke — 1430- 1432 manquent M — 1433 M C. dit r. o. de vus ai — 
1434 M lui g. — 1435 M ke plus tost curt ke. 



OTON ET GARSIRE Bq 

Destort le gonfenon de soie d'Aumarie 

Et fiert le roi Oton sus la targe florie, 

Que les pierres en volent et la broigne en deslie, 

Et li rois Otes lui; n'est pas joute faillie. 
1440 Tant sont fort li haubert c'onques maille n'en plie. 

Des boins destriers s'abatent en la lande enermie; 

Garsire saut en piez, tret Tespee forbie 

Et fiert le roi Oton sus l'elme de Pavie. 

Ja l'elist domagié, quant Tespee brunie 
1445 Guenchist desus senestre, s'a la targe croisie ; 

Puis li a escrié ; « Rois plainz de grant folie, Pf»22. 

A cest cop vos chaloig et Romme et Romenie. 

De Florence la belle ferai certes m'amie ; 

Tant con bon m'iert, l'avrai en la moie baillie 
1450 Et après la donrai mon senechal Josie. 

— Sire », ce dist rois Otes, « j'ai mainte choze oïe, 

Mes sains Père de Romme nel vos soferra mie, M f^Sg b. 

N'encor n'est la bataille de nos dous départie, 

Ainz vos en covient fere moût plus fiere envaïe. » 
1455 II a trete l'espee, s'a la targe saisie 

Et vet ferir Garsire sus l'elme de Pavie, 

Que flors et esmeraudes contre val l'en esmie. 

Tant fut forz li aciers qu'il n'en esgruna mie. 

Ne por quant s'ot le cors et la teste estordie; 
1460 Toz plaz chaï li viez sur l'erbe qui verdie. 



1436 P Destors les gonfenons — 1437 M fert rei othes — 1438 
le second en manque dans M — 1439 M otes de lui nad pas f. — 
1440 P le h., M ke m. ne deslie — 1441 M cheuaus, M la 1. her- 
mie — 1442 M si ad trete — 1443 M fert rei othes — 1444 M 
Il leust mut d. q. forment lescrie — 1445- 1446 manquent M — 
1447 ^ ^^> ^ ch. tute romenie — 1448 M fra io ma — 1449 M 
cum est bele lauera en ma — 1460 M En près moi, M chamber- 
leng — 1451 ce manque M — 1452 M nel suffrit — 1453 M 
finie — 1454 en manque M, M mut large — 1467 M c pères 
cuntre terre esmie — 1458 M le hauberc ke nel damaga — 1459 P 
Por q. sot il le c, M la teste e le cors estumie — 1460 P T. plet, 
li viez manque M. 



6o ESMERÉ VIENT AU SECOURS D*OTON 

Lf*j5*. Je cuit que la bataille fust ja d'aus dous fenie, 

Quant Grifon les acoillent, qui le cors Deus madie. 
Rois Otes tint l'espee a la chiere hardie, 
Moût rustes coz en donne por garantir sa vie ; 
1465 Mes li franz coronez avoit mestier d'aïe, 
Quant i vint un valès, cui Jesu beneïe; 
Cil ot nom Esmerez, fil le roi de Hongrie. 

LI Moût par fu la bataille orguelleuze et félonne 

De celle grant menie que le roi avironne. 

1470 Rois Otes tint l'espee, que rustes coz en donne 
Son cheval Bondifer et sa ruste personne 
Qui chaut que pris l'élisent ainçois Tore de nonne, 
Quant Esmerez i vint, qui entr'aus s'abandonne? 
Por secorre le roi de riens ne lor sarmonne ; 

1475 II broche le destrier, dont li lorainz resonne, 
Et vet ferir un duc, fil fu d'une Grifonne, 
Que l'aubert ne la targe ne li vaut une gonne. 
Ou cors li met l'ensaigne, qui de fin or botonne. 
Que mort l'a abatu dou destrier d'Arragonne. 
Pf'22b. 1480 Lors i peignent Romain et trestuit cil d'Argonne, 
Dou brut et de la noise tote la terre sonne. 

1461 L ...ide que la b..., P fu ia de dous, M b. de eus dous 
fust— 1462 L ...riffun le..., Mit rescuent ke d. — 1463 L ...tes 
tint 1..., M Li r., M od ch. — 1464 L ...stes cop..., M Grant 
cops dune, P donnent — 1465 L ...mpereres..., M E grant mes- 
ter auit de — 1466 L ...vint vn..., i manque M y M ke deu b. — 
1467 L ...t anun es... 

LI. 1468 L ...t parfu la..., P M. fu grant la — 1469 L ...de celé 
me..., PM Et de celle m. que li rois, Af enuirone — 1470 L ...otes 
tint l..., Af meint cop lur d. — 147 1 L ...hiual bu..., ruste manque 
M — 1472 L ...i chaut m (?)..., 3/ Eusent ocis einz hure — 1473 L 
Q.. uint esmer..., M Q. uint esmere — 1474 L Por..scure le r..., 
de manque M — 1475 L ...broche lec (?)..., 3/cheual — 1476 L ...t 
ferir vn..., fu manque M — 1477 ^ •••c ne la ta..., P Qui, Que 
m^M^we 3/, A/ualout un poume — 1478-1479 ma^gwenf A/— 1478 
L . ..s li met le. . . — 1479 ^ •••mort labat. . ., P Qui — 1480 L ...pei- 
gnent..., M e tus cil de cessoigne — 1481 L D ..art(?) et de la... 



LES GRECS ATTAQUENT MILON Ol 

Droitement vers roi Ote Esmerez esperonne, 
Son cheval li rendi, docemant l'araisonne; 
Et l'emperere saut sus la selle esclavonne 
1485 Et mercie Esmeré; sus Grifons esperone. 

LU Moût fu preus Esmerez, grant mestier ot au roi; 

Bondifer li rendit ou trestot son agrai. 

Lor commence bataille, si vous dirai por quoi; 

Car Garsire fust pris con oiselet au broi, 
1490 Mes Grifon le sequeurent a force et a desroi. 

Ez Mille de Hongrie par mi le bruieroi, 

Et vet ferir un duc de la valor de soi, 

Que dou destrier l'abat, mes cil ot avec soi 

Teus dis mille Grifons que li portent grant foi, Lf'jS* b. 

1495 Qui a Mille feront tote paour, ce croi. 

Sus la targe le fièrent plus de quarante troi, 

De son cheval l'abatent en mi le sablonoi. 

Ja Teusent ocis et depecié tôt quoi, 

Quant Esmerez i broche par delez un arbroi; 
i5oo Et quant il vit son frère, si fu en grant esfroi. 

« Haï Deus », ce dist H enfes, « que est ce que je voi? 



1482 L ...ement a re..., M Dreit vers li — 1488 L ..chinai li 
ren..., M si dreitement, P a corrigé droitemant en docemant — 
1484 Z. ..père saut s..., Af sur cum noble persone — 1485 manque 
LM, P esmerez, P grifon. 

LU. i486 L ..ar fu pruz... — 1487 L ..ifer li rendi... — 1488 
L ..comenca bat..., M comenca, P dira — 1489 L ..g. fu pris 
c..., M Ke her fu pris .g. cum oysel en — 1490 L M...ifFun le 
cost..., M rescurent, M abelloi — 1491 L ..s milun dun..., M 
Estes uus, M vn brulei, P briueroi — 1492 L ..t ferir vn d..., Et 
manque M — 1493 L ..destrier labat..., M cheual,3/ e le prist a 
sei — 1494 L ...ue le por..., P grifon, li et grant manquent M — 
1495 L ...de sei, M a milun frunt damage — 1496 L ...s de .1. 
tr.., iVf li ferunt ben cinquante — 1497 L ...i le sabl.. — 1498 
L ...fert tut c, M La, M e de quasse t. — 1499 L ...lez un arb.., 
P esm. .i., M le sucure e tret asei — i5oo L ...rant esfrai, M 
quant ueit s. fr. si fu il en gr. noblei — i5oi L ...ceo que io u.., 
M deu dit li emfeski. 



62 ESMERÉ SAUVE MILON 

Par tes dives vertus feïs trois pars de toi 
Et en la sainte crois, biaus sire, elistes soi 
Por saver vostre pueple, que aloit a belloi ! 
i5o5 Jenevuel si conquerre destrier ne palefroi, 

Ne mes que mon chier frère. Sire, rendez le moi 1 » 

hfpSg c. LUI Quant Milles fu a terre, sus ses pies se dreça 
Et dist entre ces dens que il se desfendra. 
Il a treste l'espee, grans couz lor en donna, 

i5io Et Grifon Tasallirent, qui nel laissassent ja, 
Son roit espié quarré chescuns li envoia; 
Tant fut fort le haubers que maille n'i fausa. 
Quant le voit Esmerez, duremant Ten pesa ; 
Pfo23. Dou maltalent qu'il ot forment esperonna, 

i5i5 Le gonfenon desploie et la lance abessa, 
Vet ferir un Grifon, que pas nel redota, 
Desus la bocle d'or son escu li perça 
Etl'aubert de son dous rompi et desmailla, 
Son foie et sa coraille del bon espié passa, 

i520 Dou destrier l'abat mort, c'onques n'i aresta. 
Tant fut de haut parage que grant duel en avra 
L'empereres Garsire, quant il dire Tora. 
Esmerez tret l'espee, car sa lance i lessa, 

i5o2-i5o4 manquent LM — i5o5-i5o6 manquent M — i5o5 
L ...rer ne pal. ..ai— i5o6 L ...us sire ren...lemei. 

LUI. i5o7 L...se dresca — i5o8 L ...se défend.., M en sun 
corage ke se — iSoq L ...lur dona, M E il, 3/ grant cops i 
deliuera — i5io L ...s ne senf...a, M les sailerunt ke ne lerrunt, 
P nel le sesaint ia — i5ii L ...deles(?) li la, 3/ Del bon espeie a 
chescun dona — i5i2 L .. .ille ni fau.., M furent fors les haubers 
— i5i3 L ...ent li pesa, M uit esmere forment lui p. — i5i4 
L ...ent espurun.., 3/kil a — i5i5 L ...ance abeisa — i5i6 L ...as 
nel redot.., M ke nel esparina — i5i7 L ...escu li perça, Ma. or, li 
manque M — i5i8 L ...et dcsmailla, M le hauberc derumpi e — 
iSig manque PM, L ...n espie passa — iSao L ...unqucs ni 
aresta, M d. trébuche vnkc ne resta — i52i L ...que grant dol 
cn..cra, en manque M — i522 L ...lorra, M Li rei g. kant d. — 
i333 L ...ance ibeisa, 3/ quant sa 1. brisa. 



ESMERÉ DANS LA MÊLÉE 63 

En la presse se met, entr'aus s'abandona; 
i525 Gui il consiaut tresbien jamès ne maingera. 

Hé! Deus, si riches cos l'enfes i emploia! 

A plus de vint Grifons les testes i copa, 

De bien demie archie le champ en délivra; 

Et Milles de Hongrie son cheval recovra, ^^7-5* 

i53o Isnellemant et tost es arçons s'aficha; 

Et Grifon i refierent, que chescun s'aïra, 

Et Esmerez fu fiers, qui noient ne tarja. 

Hé! Deus, con grant damage Esmerez i avra! 

Son cheval li osient, trente teus en i a 
i533 Que chacuns de sa lance un tel cop li dona, 

Se d'iluecpuet estordre, sachiez Deus l'amera, 

Car onques chevalier de telle n'eschapa. 

Quant Milles voit son frère, or oez qu'il dira. 

« Par ma foi, Esmerez », dist il, a or iestes la 
1540 Dom gemès vostre cors a nul jor n'estordra. 

Trop par estiez sage, biaus et proz, mes or a 

Mon cuer ce que il viaut et demande pieç'a, 



024 L ...us se relia, M se lia — i525 L ...âmes ne ma...ra, 
M Kil consut i. — i526 manque M, L ...emfes ienpleia, P Et, 
P lenfant — 1627 L ...es testes icoup.., P Et pL, M.c. griffuns la 
teste i trencha — i528 manque M, L ...e champ endeliura — 
1529 L ..miles de h..., M Quant, M ch. a — i53o L ..ement et 
t. . . , Af as arçons se ficha — 1 5 3 1 L Et g . . ftun se re . . . , 3/ griffuns 
refert, Af serra — i532 manque P, L Et esmerez fu fi... — i533 L 
Et deus corne gran. . ., Hé manque M, M d. ke cher le compara — 
1534 L Son chiual li oc..., P teus .xxx., M e .xxx. teus ia — 
i535 L Que ch.scun de sa..., un manque M — i536 L Se diloc 
pot e..., M diloc eschape deu — i537 L Car vnques chiu..., 
>/Ke, Af de plus fort— i538L Quant miles vit... — i539 L Par 
f.i esmerrez or. . ., M f. dist vus estes par delà — 1840 L Dunt 
iamesu.... Me. dilock nestortera — 1541 LT.. par estoie..., 
P iestes sage home h.^M esteies hardi ceo ke io llesir mun quer a 
— 1642 L M., quors quanques, M Tut ceo ke io ai demande de, 
L ajoute les vers : 



Humes qui le c. 
Ne dame ne p. . 



64 MILON ACCUSE ESMERÉ DE TRAHISON 

Ne mon senz vers le vostre onques ne foisonna. 
Damedeu le confonde qui vos i secorra! » 
1545 Toz les galoz sur frain ariere s'en torna, 

Par celonc une broce bellemant chevaucha. 
Il n'ot guerres aie, ne pas ne demora, 
Que il le roi Oton maintenant encontra 
Et dis milles Romains, ou il moût se fia; 
P/>2j b, iSSo De bien garder le roi chacuns d'aus se pena. 
Quant l'emperere vit Milon, si l'apela, 
De son frère Esmeré tantost li demanda : 
« Ou est li miens druz chiers qui Esmerez nom a, 
Qui mon corset ma vie enprès Deu me sauva? 
i555 Gemès sa grant proesse mon cors n'obliera. 

— Sire », ce respont Milles », nel vos cèlerai ja. 
Certes li rois Garsires orendroit me manda 
Que m'en alasse o lui ; grant avoir me donra. 

Lf'75**b. Je ne vos vuel guerpir, mes Esmerez i va; 

i56o Par moût grant félonie de moi se desevra. 
De pute houre fu nez, ja le jor bien n'avra 
Qu'il ne fet traïson. Par Deu qui me forma, 

MJ^Sg d, Onques le roi mon père, ce cuit, ne l'engendra, 



1543 L Ne mis sens ve..., M Ke unkes mun quer ben ne rus 
ama — 1544 L Dampne deu le. . . , M Deu, i manque M — ib/\.b 
L Le grandime g..., Af sanz frein arere returna — 1546 manque 
M, L Par sulunc une.. . — 1647 -^ H- -^ gueres aie.. ., M erre ke 
li reis otes nencontra — 1548 manque M, L Que il le rei otun... 

— 1649 -^ Et .XX. mile romai..., M\ forment — i55o manque M, 
L De ben guarder... — i55i L Quant lempereres uei..., M tost 
la reisona — i552 L De son frère esmerre..., M dune li d. — 
i553 manque PM, L V. . li mens druz... — i554 L Que mon cors 
et m..., Qui manque M, M u. vn iur me dona — i555 L la. .s si 
grant prue..., M icel benfet ne — i536 L Sire ceo respunt..., ce 
manque M, M ne vus — i557 L Li r..he rei .g. ore c..., Certes 
manque M — i558 L Si..uois a lui gran..., M io uenisse alui e 

— 1359 L ...errez iua, 3/ Mes io — i56o manque LM — i56i 
L ...nul bien...ra, Aï Traitre est la ben nauerra — i562 manque 
3/, L...que me f..ma — i563 L ...ques nel eng..dra, ce cuit 
manque M. 



ESMERÉ AU MILIEU DES ENNEMIS 65 

Mes aucun losengier en ma mère pécha. » 

i565 Quant Tentent l'emperere, ses homes resgarda; 

One mes de nulle choze si ne ce mervilla. 

LIV Seignors, moût par fu Milles plainz de grant fauceté, 
Quant il envers son frère par a si mal erré, 
Mes Esmerez fu proz, s'ot le corz acesmé, 

1570 N'ot mellor chevalier en la crestienté; 

S'il fu proz a cheval, a terre ot grant fierté. 
Il garda detriés lui, s'a son escu cobré, 
Par la guige de soie l'a a son col gité, 
Puis atreste l'espee, qui ot le poig doré; 

1575 Vet ferir un Grifon par desoz le baudré, 

Qu'a travers par les flans l'a trenchié et copé. 
Et quant Grifon le virent, se sont espoanté; 
Chascuns d'aus a l'enfant por le cop redoté. 
Il li traient de loig et si l'ont escrié, 

i58o Chacuns li a lancié son espié naellé, 

En plus de quinze leus ont son escu troé 
Et l'aubert de son dos derout et desafré, 
Mes il ne l'ont en char pas duremant navré. 



1564 L ...a tere peccha, M alcun malueis ma m. aprocha — 
i565 L ...homes reguarda, M sa gent r. — i566 L ...sesmer- 
ueilla, M Vnkes de, M tant ne. 

LIV. 1567 L ...es plein de fausete, par et plainz manquent M 
— i568 L ...si mal eire, M uers s. fr. ad si m. ouerre — iSôg 
L . ..ors en dure, P acesmez — 1670 L .. .restiente — 1571 L ...e 
ot grant fierté, M Sil fust — 1672 manque L, M Esgarde d. sei, 
P derrier, M vn cheual troue — 1573 L ...n col gete, M Saut sur 
ia nad arcon baille — 1574 L ...le point dore, P dom le poig fu, 
3/ ke fu a pointe — 1675 L ...desuz le baudre, P A. b. — 1576 
L ...le a féru et coupe, P Quant tr., AI Ke parmi le flanc lad 
parmi trenche (fin du vers) — 1677 manque M, L ...si se sunt 
espunte— 1678 L ...a ienfant redote, 3/ lenfantmuU". — 1679 L ...li 
vnt rue, M II se sunt tret en loin si lui unt enuoie — i58o L ...n 
espie ascere, M E ch. liu lance — i58r L ...ui vnt son escu tree, 
M estroe — 1682 L ...t et desafFre, M El hauberc desrunt & 
démaille ~ i583 L ...mult durement naffre, M Mes ne fu p. 
T. II. 5 



66 OTON SAUVE ESMERÉ 

A tant es vos roi Ote sus Bondifer armé 
Pfo24. i385 Et vint mille Romains, qui sont de grant fierté; 
Aus cous de la bataille se furent esprové. 
Et trespacent les barres, s'ont avant esgardé, 
Bien conoisent l'enfant a son escu doré 
Et au blanc colonbel, quant il Tont avisé. 
1590 « Ha! Deus », ce distrois Otes, « je voi la Esmeré; 
Son cheval a perdu, Grifon Font aterré. 
Or sai bien que son frère n'a pas dit vérité. 
Seignor, secorons le, por Deu de maiestél » 
Lors i poignent ensemble li chevalier membre, 
iSgS Plus de mil en abatent devant aus enz el pré; 
A iceste parolle sont li Grifon rusé. 
Rois Otes esperonne Bondifer Talousé, 
Vet ferir un Grifon de son espié quarré. 
Que très par mi le cors li a le fer passé ; 

1600 Enfreci enz ou poig en a ensanglanté 

Le bon espié trenchant, trestot d'or adobé. 
Le cors chaït a terre, et li rois a coubré 
Le cheval par le frain de fin or neelé. 
Venuz est a l'enfant, si li a présenté, 
i6o5 Et Esmerez i monte, si l'en a mercié; 

Des espérons le broche, tint le branc acéré ; 
, ,^.gaor orent Grifon, quant le virent monté. 

1584 L ...rbundifer arme, M estes vus— i585 L ...uesunt de 
grant fierté, M A, qui sont manque M — i586 manque Af, L ...t 
bien esproue — iSSy L ...unt auant reguarde, M passent auant\ 
si vnt lenfant troue — i588 manque L, M Ai blanc columbel e 
lescu — 1 589 manque M, L . . . t quant il vnt auise — i Sgo L . ..vei- 
laesmere, Deus ce ef la manquent M — i5gi L ...ffuns lunt aterre, 
M si ad un autre recouere — 1592 L ...es ne dist pas vérité, P Or 
sa— 1593 L ...ur deu de maieste, A/ succurrez — 1 594-1738 man- , 
quent en L — 1594 M L. pugnet tuit e. — 1595 M ab. loinz cl — 
1596 M bataille s. gr. recule — 1698 M sur lescu q. — ibgg man- 
que M y P est li fers — 1600 M Dcske as denz lad, P en fu — 

1601 manque M y P que dor fu — 1602 M recoure — i6o3 P or 
adoube — 1604 M lad pr. — i6o5 M Esmere le m. si le ad — 
1606 3/ br. se t. — iTjoy M quant uirent sa grant fcrte. 



LES ROMAINS RECULENT 67 

LV L'empereres de Rome a conquis le destrier, 

Sel dona Esmeré, le noble chevellier; 
ï6io Et li vallet i monte, qui ne vot delaier. 

Il a treste Tespee, dom bien se sot aidier. 

Qui ri veïst Grifons ocire et detrenchier, 

Moût par le delist bien alouser et prisier; 

Mes les bras li doloient des grans cous emploier. 
i6i5 « Ha! Deus », dient Romain, « que tôt pues justisier, 

Icist nostre compains n'a soig de menacier! 

Car nos tenons o lui por son pris essaucier, 

Et si soit seneschal, sel voleiz otroier, 

Et si soit desur nos mestre gonfenonnier ! » 

1620 Li jors fut biaus et clers, n'i cort gueres podriere, Pf'-J4b. 

Et li solaus reluist, qui giete grant lumière. M/060. 

La bataille commence a val par la bruiere. 

A tant ez vos Garsire a la hardie chiere ; 

Quarante mille furent devant en sa baniere. 
1625 Onques n'i ot Grifon qui portast lance entière; 

Plus d'une arbelestee Romains rusent ariere. 

Seignor, en tel bataille doit l'en prendre matière : 

Ja tant n'esgardisez une Hue pleniere 

Que vos ne voïsiez et devant et desrierre 
i63o Le grant estor mellé; n'i a celui n'i fiere. 

Le estandart s'areste en mi la sabloniere; 

De morz et de navrez fu moût grant la litière, 

Tôt fu ensanglantez le glai et la jonchiere. 

LV. i6o83/vnd. — lôoQiV/a esm. — 1610 i manque M, J/targcr 

— 161 1 Mse setben— i6i23/Ke leu. — i6i3 manqueM— 16143/ 
Mut lui doilent les braz de, ii/doner — i6i5-i6ig manquent M. 

LVI. 1620 M est beus ni ad g. de puder -—1621 M lusit mut 
cler — 1622 M G. lez un rocher — 1623 M estes vus g. od h. 

— 1624 M {. od — 1625 M ne fu un sul ki -ç 1626 manque 3/, 
P arb. les a rusez — 1627 M de celé b. d. hom, P mateire — 
1628 M na gardisset, M entere — 1629 M ueissez de uant — 
i63o M ne f. — i63i M resta — i633 manque M, P {commen- 
cement du vers) ten sanglantees. 



68 FLORENCE APERÇOIT ESMERÉ 

LVII Moût fut grant la batalle a val par mi la pree. 

i635 Et Romain sont rusé plus d'une arbelestee 
De ci a l'estantdart, ou la gent sont serrée. 
La fille au roi Oton, Florence la senee, 
En la plus mestre tor est la belle montée, 
Ovec lé ses pucelles Audegons et Gondree, 

1640 Esglante et Margueree, la belle Salatree, 
Blancheflor et Gaudine et Mahaut la senee 
Et la belle Marmonde, qui est de Pierrelee; 
N'i a celle ne fust moût bien enparentee, 
Et chescune estoit si de biauté alumee 

1645 La pire en pelist estre roïne coronee. 

Aus fenestres de marbre s'est chacune acodee, 

Et virent la bataille, quant el fu asemblee, 

Droit au pié de la tor fermée et ajoutée. 

« Ha! Deus », ce dist Florence a la chiere membree, 

i65o « Sire, quant vos sofristes que de mère fui née, 
Donez moi hui cest jor si bone destinée 
Que Garsire s'en aust arrière en sa contrée ! 
Tote la maie perde soit sur lui atornee ! » 
Florence se regarde, si vit sa gent armée, 
i655 Bien connuit Esmeré, qui si fiert de Tespee. 
Audegons en apelle, si l'a aressonnee : 
PJ^'25. « Vois tu ce demoisel a la chiere membree, 

A cel colombel blanc a sa targe dorée? 
Celle part ou il tome n'a hom nule durée. 

LVII. 16343/ praere — i635 3/ Romain sunt rebufFe — i636 3/ 
De ci ka, M lur genz sunt aseuree — 1 638 3/ haute tur, M entrée — 
1639 3/ ces p. andegaus — 1640 M Aiglentine e margarete, P et 
mahaut iasenec — 1641 Pg. labelle salatree, M maud — 1642 man- 
que M — 1643 M ne est ben — 1644 M ch. de beute si enluminée 
— 1645 M plus lede p. — 1646 M A, M est la bcle — 1647 ^ uit, 
el manque M— i648Pfenie et a. — 16493/ E du d'n.Mod ch. — 
i65o vos manque 3/, M fuse n. — i65i hui manque 3/ — 1 65 2 3/ 
aut déconfit a. a — i653 M grant p. — 1654 P Floren — i655 si 
manque M — 1637 M Kl est cil d. od — i658 M Od, 3/ e la t. — 
1639 ^ curt, P tornet na pas home d., nule manque M. 



ELLE LUI DÉCLARE SON AMOUR 69 

1660 Je cuit s'espee tranche; elle est moût redoutée. » 
Et respont Audegons : « Bien vos ai escoutee, 
Dame; c'est Esmerez, n'i a mestier celée. 
Por quoi en parlez tant? Dites, c'il vos agrée. 

— Par Dieu », ce dist Florence, « qui fist ciel et rosée, 
i665 Por sa chevellerie li ai m'amor donee. 

— Dame », dist Audegons, « vostre plesir m'agrée ; 
Tant est biaus et cortois ja n'en serez blamee. » 

LVIII Moût fut grans la bataille lés la tor principal ; 

Li estandart s'areste par delez un coûtai. 
1670 Garsire ot moût grant force, ne sunt pas parigal; 

La n'ot onques enseigne ne penon de cendal, 

Que chescuns ot brisié son bon espié poignal, 

Esmerez esperone par mi l'estor champal, 

En son poig tint le branc d'acier poitevinal 
1675 Et vet ferir un duc a mont enz ou frontal. 

Que au mur de la tor de marbre enperiaul 

En fist flatir la teste par grant ire mortal. 

Et Florence c'escrie, la belle au cuer laiaul : 

« Si m'aïst Deus, amis, cuer avez de vasal ! » 
1680 Esmerez se regarde, qui fu en son estai, M/oôo b. 

Si a veii Florence, plus blanche que cristal. 

« Dame », dist Esmerez, « nel tenez mie a mal : 

Vos me resamblez certes une estoile jornal. ,/ 

— Et vos », ce dist Florence, « tôt le meillor vasal 

1 660-1 661 manquent M — 16623/esmere Idiiostt {fin du vers) — 
i663 manque M — 1664 manque P, M deu dit fl. io lai mamur 
donee — i665 manque M — i666 M dit ele ia ne serrez blâme — 
1667 manque M. 

LVIII. 1668 M ï\i la b. grant de lez — 1670 P Garsires ot gr., 
P par .1. gai — 1671-1672 manquent M — 1678 Jlé le champ real 
— 1674 d'acier manque M — 1675 M duck par grant mal — 
1676- 1677 manquent M — 1678 3/ lescrie, M od le cors — 1679 
M d. mut ad cist quer de — 1680 se manque M — 1681 A/ E 
salue fl. plus bel — 1682 M Dune dit emere dame ne — i683 
certes manque M — 1684 tôt manque M, 



70 ESMERÉ RETOURNE DANS LA MÊLÉE 

i685 Qui onques portast armes ne moniast sus cheval. 
La vostre grant proesse m'a mise en painne ital 
Que je ne puis durer ne a mont ne a val. -: 
D'amors suis si sorprise enz ou parfont corar* 
Au desarmer serai sempres a vostre oustal. 

1690 Coronne avrez ou chief ancores d'or roial. 

— Dame », dist Esmerez, « par Deu Tesperital, 
Pf>25b. Por vostre amer ferrai el premerain frontal, 

De testes et de bras joncherai le terrai ; 
Tel ai marcheandise, ne serf de noient al. » 

LIX 1695 Quant ot les cortois mos Esmerez entenduz 
De Florence de Romme que il estoit ses druz, 
Dons li est hardemenz et coraiges creiis. 
Tost et isnellement se rest entr'aus feruz, 
En moût petittet d'ore en a dis abatuz. 
1700 (' Hé! Deu s », ce dist Florence, « qu'est il jadevenuz? 
En moût pititet d'ore est Esmerez perduz. 

— Dame », dist Audegons, « moût est durs ces escuz, 
Et le vallet est fiers, si est de granz vertuz; 
Onques miaudres vasal certes ne fu veûz. 

1705 — Certes », ce dist Florence, « Garsire li chenuz 
Est fous et asotés et de sens esperdus, 
Quant il me cude avoir, et je ai si biaus druz. 
Miaus vadret d'Esmeré soleraant un saluz 



i683 M p. lance v montât ch. — 1686-1687 manquent M — 
1688 si manque M, 3/ al p. — 1690 M Corone serrez par moi de 
corone emperial — 1692 M frai io bataille champenal — 1693 M 
Des t. e des, M cest ual — 1694 manque P, M Tele est ma. 

LIX. 1693 M unt les paroles esmere — 1696 il manque M — 
— 1697 M Tant, M el corage — 1698 3/ si est — 1699 M En 
petit oure en ad il dous — 1700 P Et, Hé et ce manquent M, M v 
est il ore d. — 1701 M petite oure — 1702 M est deu sis escu — 
1703 M est hardi si est grant si uertu, P grant v. — 1704 M 
meudre de lu, veûz manque AI — 1705 ce manque M — 1706 M 
Est mut cssotez e del sen issu — 1707 manque M — 1708 M uaut 
soulement de esm.. d' manque P. 



OTON EST BLESSÉ A MORT jfy 

Que tote sa richesse : trop est viaus et mossuz. » 
1710 Et Esmerez fut moût durement irascus; 

Teus dis mille en i poignent, covers de lor escuz, 
De la cité de Romme qui estoient ses druz. 
Par çaus sera li enfes aidiez et secoruz, 
Et li siens nons par aus essaciez et creuz. 

1 7 1 5 L'empereres de Rome fist sa gent asambierj 
Par devant l'estandart venir et arester. ^"'^ 

Quant Esmeré choisirent en la bataille entrer. 
Lors veïsiez Romainz maintenant desroter 
Et en la grant bataille et ferir et jouter 

1720 Et Gregois et Hermins ocire et afoler; 
Plus d'une bonne liue les ont fet reculer. 
Li rois Otes de Romme fét son retret corner. 
La chalor, qui fut grant, li fist le cors suer; 
Tant désire le vent por son cors essorer 

1725 Qu'a une part se trait por son chief essofler, 

La coife et la ventaille lessa a val coler. 

Ha ! Deus, quel aventure! Nus ne se puet garder p f026. 

De sa mésaventure, quant Deus nel viauttenser. 

La bataille iert si près bien i pot Pen giter ; 
1780 Tut fusent mort Grifon et noie en la mer, 

Ne fust une aventure que vos m'orez conter, 

Quant un arbalestrier let un carel aler 

Droitemant celle part ou vit Romains aler 

Et fiert le roi Oton, que tant fist a loer, 

1709 M la r. dun veillard perdu — 1710-1714 manquent M. 
LX. 1716 M lest, dreit ar. — 1717 P conurent, la manque M 

— 17 18 3/ m. aroter — 1719 Et manque M, M bataille ferir — 

1721 3/ dune lowe loinz les fist returner — 1722 M fit sun 
record — 1723 M kil out le fet trestute s. — 1724 manque M — 
1725 A/" se retret, 3/ cors eiser, P essorer — 1726 il/ fet lus aualer 

— 1727 j\i De au., P ne len pot — 1728 manque M — 1729 M 
est, M pout hom — 1731 manque M — 1733 M Droit uers icele, 
celle part manque P, 3/ ueit r. asembler — 1734 P fier le r.,3f 
fête alouer. 



72 DOULEUR DES ROMAINS 

1735 Ou front, que I0 carel li iist dedens entrer. 
Li rois s'acline avant sus le col Bondifer, 
Lavelie li troble, qu'il ne pot esgarder, 
Par desus Bondifer l'estut trois fois pasmer. 
»A-f*^^' Quant li baron le virent etli conte et li per, .4 

1740 Par les bras le saisirent, si l'en cudent porter; r 
Mais li frans empereres nel pot plus endurer, 
Car la mort le destrant, que fait le cors verser. 
Et li baron descendent por le duel démener ; 
Mes de si grant doleur. n'orrez jemès parler 

1745 Con font por lor seignor, qu'il voient dévier. 

LXI Quant Romain ont le cri et la noise entendue, 
Tote la baronnie est celle part venue. 
« Hé ! Deus », fait l'uns a l'autre, « sainte Marie, aiue! 
Garsire l'emperere a la barbe chenue 

1750 Estoit mors et bonis et sa grant oust vaincue, 
Ne fust ceste aventure que nos est avenue. 
En pou d'ore avons ore grant perde recelie. » 
Il le pleurent et plaignent : « Frans rois de grant aiue, 
One miaudres coronnez ne tint espee nue ! 

1735 La vostre grant proesse estoit bien conelie, 

1735 -Af la quarel fit einz e. — 1736 manque Af, P c. dou dés- 
irer — 1 737 3/ ke ne p. mot suner — 1 738 M desuz b. li estote p. — 

1739 L chiualier le ueient et li barun et, M leueient li duc e — 

1740 L le br., M le braces leleuent romein e le quident, L lunt 
feit releuer — 1741 MU emp. ne put pas refuser, L ne pot mes — 

1742 3/ La m. li d. si fet sun quer, L li d. se estut le rei u. — 

1743 L lur dol — 1744 M gr. dol ■— 1745 manque LM, P Comme 
il f. p. 1. sire. 

LXL 1746 L Quant li r. — 1747 M corue, L ajoute le vers : 
Et virent lur seignurs qui de rein mue 

— 1748 L Et deu dist, M dit — 1749 M od la b., P chiere ch. 

— 1750 M Fust mort e destrute e sa gent, L et vencuz et, P la 
gr. — 1751 L celé au. — 1752 L muli poi de terme auoms gr. 
p. eue, M auom gr. — lybS-iybô manquent M — 1753 L plei- 
nent et plurent, P pleure et pi. con rois creue — 1754 L Aine 
m. c. ne traist espie [fin du vers) — 1755 P si c. 



OTON EXPRIME SA DERNIÈRE VOLONTÉ 7 3 

A toz vos anemis l'avez moût chier vandue. 

Hé! coronne de Romme, con iestes abatue ! 

Gemès en ceste terre n'iert justice tenue. » 

L'empereres se pasme, troble li la veue, 
1760 Por la mort quil destraint toz li cors li tressue. 

Grant pièce fut li rois qu'il tint la boche mue ; 

Une franche paroUe li est dou cors issue : Pf»26 b. 

Que Florence, sa fille, soit Esmeré rendue, 

Par lui sera la terre de Romme maintenue; 
1765 Bien dist, ce se n'est fait, tote sera perdue. 

Comme Milles l'entent, par poi qu'il ne se tue; 

Puis a dit tel parolle ne fu pas entendue : 

Qu'ançois vodroit il miaus la gorge avoir rompue 

Que si grant seignorie fust son frère creiie. 

1770 Moût demoinnent grant duel li baron dou rené; 

Deus ! con tirent lor temples cil viel home barbé ! Lf<»76 b. 

De lor seignor lor semble c'on le lor a amblé. 

Tant dementres qu'il ont le grant duel démené, 

Esmerez point et broche par mi Testor champé. 
1775 Et sont en la bataille teus quinze mile armé 

Chacuns li a promis homaige et faaté : 

Por sa chevellerie et por sa grant bonté, 

Et por ce que aus armes le virent acesmé, 

1767 M Hai, L Car, M tant êtes — 1759 M de romc liu trou- 
ble, L li est la — 1760 manque P — 1761 M pose ad li r. sa bouche 
tenue, L estait li r. que tute sa b. — 1762 M estrange p., L 
del quor — 1763 L sa fille florence, M a esm., P esmerez — 1764 
M t. ben m. — 1765 M E si, L ne funt — 1766 M Quant, M a 
poi, L pur poi quil ne sen, M se desue — 1767 P ait d. — 1768 P 
Il vodroit ancois, L Quasez uoleit il, M auer la teste perdue — 
1769 M a sun fr. auenue, L fr. crue. 

LXII. 1770 L meinent — 1771 L ...lur etc. {le commencement 
du vers illisible), M E plurent e doillent li, 'LM chenu b. — 
1772 manque M, L ...bien s. com lur etc. — 1778 M En, M cel 
gr., L lur gr. — 1775 L ...en etc. y la manque M, L .xxx. m., 
P .iiii. mil — 1776 3/ Ke ch., iV/ parmis — 1777 LM sa noblete 
— 1778 L que dames le, M ad si ben espleite. 



74 ESMERÉ DANS LA MÊLÉE 

En ont fait seneschal de Romme la cité, 
1780 Mestre gonfenonnier desus tôt le barné. 

Ha! lais, que il ne sorent tote la vérité 

Dou riche roi Oton, si s'en fusent torné ; 

Mes Damedeu ne plot, le roi de maiesté. 

A tant ez Sinagon, un Grifon alousé ; 
1785 Cil estoit drus Garsire et de son parenté. 

Cent mille Grifon furent entor lui aroté, 

O les quinze milliers sont ensamble ajousté. 

La veissiez estor de fraiz renovelé ; 

La ot tante hanste frainte et tant escu troé, 
1790 Tant habert desmaillié et tant clavain faucé, 

Tant cop féru d'espee desus hiaume gemé. 

Esmeré point et broche le destrier abrivé, 
Mfo6o d. Vet ferir un Grifon de son branc acéré, 

Enfresi es espaules Ta trenchié et copé ; 
, ■ 1795 II a estort son cop, si l'a mort craventé. 

Comme Grifon le virent, si l'ont moût redoté; 

Plus de trente l'en fièrent sus son escu listé, 
P/>27. De l'un chief tresqu'an l'autre li ont fret et quassé ; 

Ou il vousist ou non, l'ont a terre versé. 



1779 ^ l^^^"» 3/E fu fel— 1780 L sur tresiut — 1781 il manque 
L, 3/seust de pure u., L en fin la u. — 1782 M bon rei otes icelc 
destine, L otun tôt sen — 1783 manque M, P dame deus, L nel 
pluet — 1784 L es uus synagoz, M estes vus sinagor — 1786 L 
Trente mile grieu, /* aioste, M areste — 1787 P .iiii. m., L mile, 
jV/rnile sunt asemble [fin du vers) — 1788 iV/Lors ueiset un estur 
tut freis, L lestur del tut r. — 1789 manque P, M t. cspeic fr., L et 
tante hauberc fause — 1790 manque L, P chauain f , 3/clauDn — 
1791 P cous ferir, M e tant h. quasse, P hiaumes g. — 1792 LM 
E. espurune son — 1794 L Entreci ques, M Dekes as, L féru et, 
M tut detrenche {fin du vers) — 1795 M II estort, M agrauante — 
1796 manque PM — 1797 M li f. sur lescu, L le f. de sur, 
L dorre ~ 1798 M dekes al, L desque alautre lont fendeu, 
M lunt dequasse (fin du vers), L ajoute le vers : "' 

Fors est li iaceranz que le cors a salue 
— 1799 M Si u., P vuellc, L volt, M ala terre lunt, L gette. 



LES GRECS LE FONT PRISONNIER jb^ 

1800 Esmerez saut en piez, que tant par ot bonté, 

Et prent l'escu aus armes, s'a son branc recovré; 

Plus de cent cous lor done dou branc forbi letré. 

Ne se desfendit si nus hom de son aé, 

Onques mes chevaliers ne fu de tel bonté; 
i8o3 Mes ce ne ii vaut mie un denier monaé, 

Car Grifon sont sus lui duremant aïré, 

De totes parz le prennent ; la force past le pré. Lf<>77- 

Ja Teusent ocis et a duel desmembré, 

Quant Sinagon s'escrie a loi d'ome séné : 
1810 « Ne l'ociez vos mies, si l'avrons ains montré 

Au riche roi Garsire devant lui en son tré. » 

Et cil li respondirent : « Trestot a vostre gré ! » 

Desus le vair destrier ont le vallet monté; 

Or l'en moinnent entr'aus, mes moût près l'ont gardé. 
181 5 Et li quinze millier s'i tiennent si serré 

Que ja por nulle gent ne fusent reculé; 

Quant Esmeré perdirent, si s'en sont retorné. 

Or maintiegne Deus Romme par la soie bonté 

Et Florence la belle au gent cors acesmé, 
1820 Car son père li ont Grifon a mort navré 

Et ont pris en bataille le vasal Esmeré ! 

1800 LM pleins de grant, L fierté — 1801-1804 manquent L — 
1801 M Lescu tint entere ses braz si ad le — 1802 M quarante ad 
tost remue — i8o3 M issi entretut sun, P si home — 1804 manque 
M — i8o5 M nel ualut, L v. nient — 1806 M Ke griffun lu corent 
sur cum gent forsene, L d. areste — 1807 manque L {déchirure) 
M — 1808 L laie..., M La, M e del tut afole — 1809 L Quant... 

— 1810 L N..., vos manque M, M einz ke leium — 181 1 L ...lui 
en..., >/ e a sa riche barone — 1812 manque M, L ..cil..res...ut 
auostre gre — i8i3 L Desur...uaslet..., M Desurun neir runcin 

— 1814 M El m., L le m., M si lunt ben, moût près illisible dans 
L— 181 5 P .iiii. m., M mil se t., L se tindrent — 1816 AfKe nuls 
entre eus naueint entre, L nules genz ne ser... {fe reste illisible) 

— 1817 L si sunt tost, M si sunt regarde — 18 18 L Mes ore m. 
[ro]me deus par sa grant, M m. rome deu pur sa grant pite — 
1819 M bel e lonoree, L c, honure — 1820 M Ke, li manque M^ 
M m. liuere ~ 1821 L Si ront, M Enprisse en, L le uasselet. 



76 MORT d'oTON 

Mes Audegons, samestre, en a son sort gité 
Et el cors des estoiles veli et esgardé 
Qu'il seroit empereres de Romme la cité : 
1825 Encore avra Florence, si l'a Deus destiné. 

LXIII Moût par fu grant le dues dou riche roi Oton. 

Il mandèrent a Romme l'apostoile Simon, 

Et il i est venuz a coite d'esperon. 

Il avint bien au roi qu'il ot confession 
i83o Et reçut en créance sainte communion ; 

L'arme s'en est alee, Deus li face pardon ! 
Pfo2'] b. Lors enforce li duez et li cris environ. 

Li fis le roi d'Ongrie sist ou destrier gascon, 

C'est li frère Esmeré, si l'apellent Milon. 
i835 En son dous out vestu un haubert fremilon 

Et tenoit en sa main d'une lance un tronson. 

Moût fut bon chevalier, bien pert a son blason : 

Tôt li ont detrenchié son escu au leon ; 

Desus trestoz les autres resambla bien baron. 
1840 Et quant Milles parolle, s'asiet si sa raison 

Tuit cudent que ce soit vérité de sermon. 

Mes trestut cil que pencent que il soit laiauz hom 

Ne sevent qu'a ou cuer, car de tel cude l'on 

Que moût par a de mal desoz son chaperon. 
1845 Milles estoit moût genz et de belle façon, 

1822 P son m., M sa mestresce out en sun, L le sort — 1828 Et 
manque M, P le c. — 1825 P Et si auroit, L laura fi., LM si 
deus la. 

LXIII. 1826 par manque M — 1827 LM en r., L leiustisser (?) 
s., P la parolle milon, M la postille par nun — 1828 i manque 
LM — 1829 LM De ceo a., M bel kil — i83o L Si r., P le saint, 
LM la s. — i83i manque M, Z. la f. — i832 L sesforce, M se 
reforce, P cr. et li son — i833 le manque L, P r. dan grieiz, LM 
chiual g. — 1834 P esmerez, L sil lap. — i835 L hermin pellicun 
— i836 3/ hante le tr. — 1837 L en s., M sa façon — i838 LM 
aleun — 1839 et suivants jusqu'à la fin manquent dans L — 1840 M 
il p. ~ 1841 P V. et s., M \ s. — 1842- 1844 manquent M •— 
1845 P gentc f. 



MILON CONSEILLE DE RENTRER DANS ROME 77 

Mes el siècle n'avoit plus encrieme félon; 

Encore fera il son frère traïson, 

Que n'oïstes si maie en fable n'en chanson. M/061. 

Les barons en apelle, ses a mis a reson : 
i85o « Seignors », ce lordist Mille, « porDeu, quel la feron? 

De dous maus doit l'en prendre le menor, ce dit l'on; 

Car, se Garsires seit ou le flori grenon 

La doleur et la perde et la destruction 

Que avon receue dou riche roi Oton, 
i855 Ja le verrez venir a force et a bandon 

En la cité o nos senz nulle arestaison. 

Ainz ne fist Deus celle oust que puis valle un bouton, 

Dès que li sires faut, que ja puis ait foison. 

Faites fere une bière, o nos le roi meton, 
1860 En la cité de Romrfte tut serré en entronl 

Et il est asez bien que isi le façon, 
Ainz que nos entreson par force de Grifon. » 

Et cil li respondirent : « A Deu beneïson! » 

LXIV « Seignors », ce lor dist Milles, « por Deu, le verai père, 
i865 N'i a celui que doie fere si laide hère 

Comme je qu'ai perdu Esmeré, mon chier frère. P/028. 

— Entrons nos en laienz », dist Guillaume de Fere, 

« Cest consoil est verai et de bonne matere, 

1846 M nout pi. — 1847 -^ a s. fr. grant — 1848 M Vnkes 
noites si grant — 1849 ^ ^i les a m. — i85o ce lor manque M, M 
d. ke freum — i85i {ajouté, dans P, au bas de la page) M Des d. 
m. le mendre eslisum, P le meillor — i852 M Ke, M s. la perte 
e la destruction — 1 85 3- 1854 manquent M — i855 P la uerrez 
tôt, M la les — i856-i857 manquent M — 1857 Deus manque 
P — i858 M Pus ke le chef f. le membres nunt, P a foison — 
1859 P Fette f., M laber — - 1860 M s. entrum — 1861 asez man- 
que Mj 3f ke si — 1862 P Que nos i, M perdum nos homes a 
force e abandun. 

LXIV. 1864 ce lor manque M, M par d., verai manque P —■ 
i865 M cil de vus ke deit, M i. chère — 1866 Esmeré manque 
M, M bon — 1867 M E. en la cite de bon manere {fin du vers) — 
1868-1874 manquent M — 1868 P matière. 



7^ ON RAPPORTE A ROME LE CORPS DU ROI 

Et la lor gent moût grant et la nostre moût clere. 

1870 Demain nos en issons, chacuns port sa banere ! 
Se Damedeus ce done et Marie, sa mere^ 
Que g'encontre Garsire, nel tiens pas a compère ; 
Au brancforbi d'acier li vodraile chief rere. » -5 

Emprès firent dous fus percier a un tarere, 

1875 Si ont la bière feste, s'i couchent l'emperere; 
A doleur et a plor i mistrent le bon père. 

LXV En la bierre cochèrent le roi que tint Romaine, î 

Desor lui estendirent un samit de Sardaine. 

Lor gent sont espandue contre val la Ghampaigne, 
1880 II sonent lor retrait, s'asamblent en la plaigne, ] 

L'estandart retornerent, le dragon et l'enseigne ; 

Ce ne fut pas mervoelle, quant il n'ont chevetaigne. \ 

En Romme en sont entré, ou la doleur engreigne. 

Florence est aus fenestres en la grant tor hataigne ; 
i885 Quant elle voit la bière, se fet croix, se se saigne. 

« Ha! Deus », dist la pucelle, « ci a folle bargaigne! 

Un baron i voi mort, n'i a cel que nel plaigne. 

— Dame », dist Audegons, que tôt bien li enseigne, I 

« G'est aucuns riches hom devers celle montaigne. 1 

LXVI 1890 La fille au roi Oton, Florence au cors legier, 
Fut durement pensive, ne se pot laescier. 
Audegon en apelle, que moût fist a prisier : 
« Mestre », dist la pucelle, « savez moi conseillier ? 

1875 M La bere si fu fête si cucherunt, P si mirent — 1876 man- 
que M, P m. lemperere. 

LXV. 1877 M romenie — 1878 M vn drap — 1879 ^ 8^"'^ ^• 
derengcz aual par — 1880 M cornent le repeire si — 1881 M 
tornerent — 1882 P meruoclles, M kil nunt ke lameine — - i883 
M r. sunt aie, M est pleine —- 1884 M de la tur — i885 man- 
que M — 1886 M si ad dolur maigne — 1887 M nad celiu ne sen 
pi. — 1888 M tus bens — 1889 M la m. 

LXVL 1891 3/ p. haiter — 1892 en manque M, M fet aloer — 
1893 M la bêle. 



LE SONGE DE FLORENCE 79 

A nuit sonjai un songe mirabilleus et fier 
1895 Qu'une foudre veoie venir et abessier, 

Et celle haute tor chaer et esbessier, 

Entresi que a terre la fist tote esmier. 

Une si grant fumée vi lever et haucier 

Que la cité de Romme fasoit tote abessier. 
1900 Le roi Oton, mon père, vi de la reparier; P f<^28 b. 

Tant fut et vains et pales n'i ot que corecier. 

Et quant me regardai, s'antrai en un sentier; 

Desoz un inde poile vi mon père cochier, 

La s'endormi 11 rois, ainz nel poi esvellier. 
1905 Lors commensai cel songe del trestot a lessier 

Et en autre manière durement a songier ; 

Car il m'estoit avis qu'aloie gibaier, 

Devant moi fis porter mon meillor esprevier, 

Lonc la rive dou Taivre le faisoie gitier, 
19 10 Lors l'i vi ces oisiauz abatre et trebuchier, 

Et quant le vi si bon, a mervelles Toi chier. 

Sus la plus haute branche s'asist sus un lorier, 

Et par les giez le vi durement atachier ; 

Por trestot For del siècle nel peuse baillier. M/otf/ h. 

1915 Lors m'en entrai an Romme sus ou palais plenier; 

Adonc oi je tel duel bien cudai enragier. 

Perilleus est li songes, moût m'en puis esmaier. » 

Florence esgarde a val le mortel encombrier, 

Quant vit venir la bière et le duel enforcier, 
1920 Les princes de la terre lor temples arachier; 

Devant aus font mener Bondifer, le destrier. 



1894 M meruilus — 1895 P Que vne, M Ke fuderui — 1896- 
1899 manquent M — 1900 de manque M — 1901 manque M — 
1904 iV/ E la si dormi ke unkes ne pout — 1905 P commensa, 
M tretute cel sunge a — 1906 Et manque M, M m._^omensai a — 
1907 manque M — 1908 M fesoie p. mun e. — 1909 M Let — 
1910 M L. le ui les — • 1911 M E q. io le — 1913 M ferm at. 
-- 1914 M de s. nel poi io — 1915 M me entrai — - 1917 M me 
p, meruciller — 1920 M cheuoils decirer. 



80 DOULEUR DE FLORENCE 

Lors s'aperçut Florence, s'avale le plenchier, 
Ainz ne pot a la bière venir ne aprochier, 
Pamee chiet a terre, confort n'i a mestier. 

LXVII 1925 En Romme en est entrée la compaignie belle, 
Et vindrent au palas par desoz la torelle. 
La sale fut jonchie de glai et de morelle, 
De lorier et de mente, de pitre et de canelle. 
Lan'ot onques déduit de harpe ne vielle, 

1980 Ains mistrent jus la bière, don li diaus renovelle. 
A tant ez Clamador, qui fu nez de Tudelle, 
L'empereor regrete sa main a sa maiselle : 
« Hé! rois, que donra mes les destriers de Castelle? 
Ppzg. Onques miaudres de vos ne fist de lance estelle, 

1935 Vasal et aïreux es arsons de la selle; 

De vos aloit le brut entreci a Bordelle. » 
A tant es vos Florence, la riche demoiselle ; 
De la bière sozlieve le poile de Tudelle. 
Quant elle vit son père, dons se fiert et messelle 

1940 Et areche ses temples; en pamaison chancelle, 
Toz li cuers li débat soz la blanche memelle. 
Ha! Deus, tantfetgrant duel la riche demoiselle! 
Agravainz en redrece Florence par l'esselle; 
Quant elle est revenue, le gentil roi apelle : 

1945 « Por Deu, biaus sires pères », dist la franche pucelle, 



1922 M si décent del soler -- 1923 venir ne manque M — 
1924 M nad m. 

LXVII. 1925 M T. sunt entre — 1926 M Entrerunt el palais e 
oicrunt la nouele — 1927 P i. derbe que soef flere — 1928 man- 
que M — 1929 M Ni ont, P h. de v., M ne de u. — 1930 M 
Dune m. la bere ius a terre le dol, P mistrc — 193 1 manque 
M — 1932 M Lemperere regrettent e la dure nouele, P et 
sa m. — 1933-1936 manquent M — 1937 M Atant chet paume 
fl. la bêle {Un du vers) — i^38 manque M — 1939 Af p. 
mort de tute parz chancelé — 1 940-1 941 manquent M — 1942 
M Hai cum grant dol dcmcinc la d. — 1943-1947 manquent 
M. 



DOULEUR DE FLORENCE 8ï 

« Ja m'amiez vos tant. Parlez a moi, chaelle ! 
Ja suis je vostre fille, lessié m'avez ancellc. » 

^XVIII Moût par fut grans li dues en la sale marbrine 

De princes et de contes, de dus de franche orine. 
ïgSo « Pères », ce dist Florence, « plains de bonne doctrine, 

Grant damaige vos font et Grifon et Hermine;-' 

Or ont tote la terre destrute et la marine. *■* 

Garsires la vodra tenir en sa saisine, 

Et la gent sera tote tornee a desepline. 
1955 Gemès n'avrai ou cuer nulle joie entérine; 

Dame sainte Marie, gloriouse roïne, 

Mort por quoi ne me prent, que de toz maus afine ? 

Ja ne verrai la cort, la soûle ier miserine. » ♦." 

Elle deront les goùleS dou pelison hermine 
i960 Et areche ses crins, fiert soi en la poitrine ; 

Por ladoleur qu'elle ot ses criz mie ne fine, 

Tôt le cuer li débat soz la blanche tétine. 

Le dues del roi Oton et cil de la meschine 

Firent le jor plorer maint fil de palasine. 

X 1965 Moût furent ou palais coreseuz et dolent 

Dou roi et de Florence, la belle ou le cors gent ; 
Ne pot ester sus piez, si se pasme sovent. 
Par ample le paies vont bien entr'aus parlant P /•■'() b. 

Que, ce auques l'i lessent, ne vivra longuement. 
1970 Ce conte l'escripture, sel trueve l'en lissant 
Que trestote pamee l'en portèrent plorant 

1947 P lessiez. 

LXVIII. 1948 par manque M — 1949 M pr. de c. des — igbo 
manque M — 195 1 ^ lur funt gr. — 1952 M deske la m. — igSS 
M le uout — 1954 Af serunt lurne en sa — 1955-1964 manquent 
M — 1955 P naura — 1958 P saule iert — 1961 jp fiert soi.ç^ 
la poitrine — 1962 P bl. poitrine. <,h 

LXIX. 1965 M f. corece el palais e — 1966 M de sa fille al — 
1967 M tant pauma — 1968 M Parmi le p. vont ben disant — 
1969 M si lunges ledure ne — 1970 M si tr. — 1971 M tute p., 
M p. li dolent. 

T. Il 6 



^2 LA CHAMBRE MERVEILLEUSE 

En une soe chambre, que fist Aladiant. 

Les pierres qui i furent vont grant clarté getant ; 

Ancor i vont le safre cil de Romme quarant 
1975 Que l'en i trovera tresqu'au definement. 

Portrette fu la chambre par teil devisemant 

Soz ciel n'avoit cel home, né de mère vivant, 

Que tant elist le cuer corecié et dolent 

Qu'il ne perdist le duel et son aïrement. 
1980 La pucelle i cochèrent en un lit d'olifant, 

Puis repèrent arrière, si firent maintenant 

L'empereor ovrir et laver de piment 

Et oindre et enbamer moût seignoriement. 

Le jor fut mis en terre, a Jhesu le coment. 
1985 Deus fist por lui miracles, bien est aparissant; 
Mf>6i c. Il est oncor a Romme en or et en argent. 

Seignors, vos savez tuit bien véritablement 

Qu'an ne puet pas celer tel choze longuement. 

Les novelles en vienent Garsire maintenant 
1990 Que morz est li rois Otes, que tant ot hardement: 

De Romme et de Florence puet fere son talent. 

Moût fu liez li villarz, quant il l'ot et entent; 

De la joie qu'il ot s'en va toz escrollant. 

Moût par fut grant la barbe, que au menton li pent, 
1995 Covert en ot le col del bon destrier bruant ; 

Plains fu de grant fierté, ses grenons va duisant. 



1972 M ke mut art auenant — 1973 M ke f. grant cl. donant — 
1974 Mu. cil de rome les estories demendant— 1975 ME hom 
i tr. asez deske al, P len li tr. très qua — 1977 cel manque M 
— 1978 M Si, M coresus ne — 1979 P a s,, M marement — 
1980 i manque M, M 1. richement — 1981 M repeirerent e f. 
ceo ka pent — 1982 M ouerirent e lauerunt — 1983 M Enoin- 
dercnt e baumerent mut seignuralment — 1984 M t. e deu li 
pussant — 1985 Deus manque M — 1987 M Seignurus us sauet 
bcn tut — 1988 M tel chose celer — 1989 en manque M, M a g. 
hastiuement — 1990 li manque M, M ke aueit si grani {/in du 
vers) — 1992 -West, M q. il lentent, V manque P — 1993- 1996 man- 
quent M. 



GARSIRE APPREND LA MORT d'oTON 83 

Puis a dit a ces homes: « Ghevachiés fièrement, 

Si antrez en la ville maintre communament! 

Gardez que gemès hom n'i ait de mort garant, 
2000 Gar, par iceste barbe, dont li poil sont ferrant, 

Ja n'en avrai merci en trestot mon vivant. 

Onques Deus ne fist home, c'il m'en aloit priant, pp3o. 

N'en preïsse la teste o m'espee trenchant. 

De la cité de Rome eu je fere autretant 
20 5 Gomme fist Menelaus, qui art Troie la grant. » 

LXX Quant ore entent Garsires que mors estoit li rois, 
G'il pensa felenie, moût a dit que cortois : 
« Par ma foi! empereres, cheiis est tes bofais; 
Gertes c'est grant damage : maint destrier espenais 

20 lo Avez doné et pailes et murs sarrasinais. 

Bien valoit vostre cors chevaliers autre trois, 

Mes grans sens n'en chergestes et trop fustes norros. 

Quant vos de vostre terre me feïstes desfois 

Ne mon dit ne proisastes au vaillant d'un pojois. » 

201 5 Sinagon en apelle, si li dist en gregois : 

(( Vasal, je vos clains quite la terre d'Anconnois, 
De tote Lombardie vostre fié vos encrois. 
Entrez vos en en Romme et si festes menois 
Premieremant abatre le palez maiorois. 
2020 Dedenz Goutentinnoble, quant sis au mestre dais, 

Jel dis, si ne viaus mie c'on le tiegne a baubois, "- 

1997 M sa gent — 1998 M trestus communément — 1999 P 
home ni a, de mort manque M — 2000 Car manque 3/, M \c. 
moie b., PM pois est — 2001 M lo, P ne aurai — 2002-2oo3 man- 
quent M — 2004 P f. autrement, M itant. 

LXX. 2006 ore manque M, .\/est othes li — 2007 ^ f- dit ad 
— 2008 M abatu est — 2010 P donez, A/ d. e meint paille sarci- 
neis — 20 II Af ualut — 2012 M grantment mefFeites e ne fûtes 
mie curtes — 201 3 vos manque M, M f. hors baneis — 2014 P 
Mon dit et ma parolle au, M pr. vaillant une peis — 2016 P 
daconnois — 2017 M acreis — 2018 en et et manquent M — 
2020 P quan tient au m. — 202 1 P Ne de ce ne" v., M pas ke lem 
le t. a eaneleis. 



84 ROME EST ASSIÉGÉE 

Ja ne finerai mes, si iert a feu gregois. » 
Sinagon point et broche le bon destrier morois. 
Destort le gonfenon de diapré tôt frois : .0 

2025 Escrit i fut saint Jorge, les langues sont d'orfrois; 
A lui se tiennent tuit, Grifon et Herminois. 
Cil de Romme les virent, si sont en grant effrois ; 
Il lor lancent et gietent ces espiés viennois 
Et guivres et fausars et javeloz turquoiz. 

2o3o Isi se desfendirent en Romme plus d'un mois. 

LXXI Moût fut forz li asauz, si a forment duré; 
Un mois trestot entier ont lancié et gité. 
Quant ce virent Grifon, que tant orent hurté, 
.;;. Forment sont travellié et durement grevé. 
2o35 II lor mitrçnt le suige et se sont atravé, 
Pf*3o b. Lors pavellons tendirent et le Garsire tré ; 

A checune des portes sont quatre mil armé. 
Et cil que sont dedenz sont forment aduré, 
De desfendre lor ville ne sont espoanté; 
2040 Volentiers s'en isissent, moût i eiist jouté, 
Mes li sage baron, que furent dou rené, 
Ne lor lessent pas faire tote lor volenté. 
Li ouz avoit a Romme grant pièce demoré, 
Mf<>6i d. Et cil que sont dehors ont le pais robe. 

2022 manque Jtf — 202 3 sun b. d. tyeis — 2024 M %. ke fu t. 

— 2025 manque M — 2026 M O, tuit manque M — 2027 P le v. 

— 2028 M II ors gettent pers od maugeuels [fin du vers) — 2029 
M E quiuers, M gauelocs tyeis. 

LXXI. 2o3i M Fort fu, M ad lung d. — 2o32 P .vu. mois trcs- 
toz entiers, M tut e. — 2o33 M furent alasse — 2034 manque M 

— 2o35 M sege si sunt attrauerse — 2o36 manque M — 2o38- 
2039 manquent M — 2040 M V. istrcient e mut iunt este, P 
isirent — 2041-2043 M donne ces vers : 

E li destrer bel e de tel nobilite 
Ke unkes ne fu lur per en la cristiente 
Cil gentil cheualer Iunt forment esgarde 
Sailent en lur seles ke estru nunt t>aille 

— 2042 P Icsse — 2044 Et manque M. 



I 



FLORENCE ET AUDEGON 



1% 



2045 Ce ne fut pas mervoille, c'il furent afamé : 

D'un pain c'on soloit vendre un denier monaé 
Covient doner un marc de fin argent pesé. 
Moût demoinent grant duel a la bone cité, 
Quant vitaille lor faut et d'avoir ont planté. 

2o5o Florence est en la chambre, la belle au corz mole; 
Audegons en apelle, se li a demandé : 
« Maistre », dist la pucelle, « conseilliez moi, por Dé! 
Cil qui m'a mort mon père et mon rainne gâté 
Me viaut avoir par force par sa grant nobleté ; 

2o55 Por la mort de mon père sui en grant orfenté. 
Mestre », dist la pucelle, « moût ai le cuer iré. 
Car cil de ceste ville sont forment afamé ; 
Vos n'oïstes parler onques de tel chierté. 
Et Grifon sont la forz logié et atravé, 

2060 Si nos ont mis le suige et de lonc et de lé; 
Le port et le pasage nos ont si bien gardé 
Que ja n'avrons vitaille ne char ne vin ne blé. 
Si eiist en ma terre un chevalier membre 
Que fust de fier corage et de grant nobleté 

2o65 Et boin vasal aus armes et de grant parenté, 
Que peûst estre rois, moût me venist en gré 
Que teus hom me preïst que fust de grant fierté, 
Que encontre Garsire me tenist mon régné. 
— Dame », dist Audegons, « g'en ai mon sort gité 



2045 M sil unt este a. — 2046 PM .i. p., M ke lem s. u. a — 
2047 M Couenist, M f. or ben peisee — 2048 M en la b. — 2049 P 
f. deniers ont a, M grant pi. — 2o5o M cambre od la grant beute — 
2o52 dist la pucelle manque M — 2o53 m' manque M — 2064 M 
a f. par sa n. — 2o55 manque M — 2o56 P p. conseilliez moi por 
de — 2057 M Ke, il/ si a. — 2o58 parler manque M, M si grant — 
2059 ^ la defors, et atravé manque M, P atanne — 2061 P Le 
por, M Les porz e les passages si nus unt vee — 2062 M Ke nen 
auerum ne pain ne u. — 2o63 M Sil ieust nul haut hom m. — 
2064 M de nobilite — 2o65 M des armes — 2066 il/ a gre — 
2067 M. Si, P fut — 2068 M g. meintenist — 2069 M io ai en 
ma s. 



86 CONSEIL D*AUDEGON 

Pfoji. 2070 Et el cours des estoiles veû et esgardé 

Que l'un de ses dous frères avrez par vérité ; 
Mes je ne sai le quel, Milon ou Esmeré. 
Ja sont il fil de roi et chevalier membre, 
Et de ceste bataille ont il le pris porté. 
2075 Esmerez a plus sens et proesce et biauté, 
Et de grant hardement je le voi alumé. 

— Voire », ce dist Florence, « mes l'en m'a bien conté 
Que en ceste bataille l'a l'en a mort navré. 

— Dame », dist Audegons, « et vos prenez l'ainné, 
2080 Car moût a en Milon chevalier aduré; 

Et si li envolez un mesagier privé. 
Gardez de ceste choze n'i ait un mot soné, 
Car, s'ore le savoient li prince et li chasé, 
Il ne lor vendroit pas, espoir, trestoz en gré ; 
2o85 L'en nepuet mie faire chacun sa volenté. 

— Mestre », ce dist Florence, « or avez bien parlé 
Et le mellor conseil certes m'avez doné. » 

LXXII Dou riche roi Garsire vos sai ge bien mentoivre, 
Que fist tendre son tref desor l'eue dou Taivre. 
2090 Li pesson sont fichié par selonc un aboivre, 
Ainz n'oïstes parler de nul mellor ataivre, 
Bendez fu de colours par devises de soivre. 
Près sont de la marine, s'i font lor chevaus boivre, 
Ci prennent les poisons, qu'il menjuent au poivre; 
2095 Car il sont habergié desus l'eue dou Taivre. 



2070 Et manque M, P Et le c. — 2071 3/ des dous, M pur u. — 
2074 M unt li pris aporte — 2075 M sen pr. e bunte — 2076 man- 
que M, P h. espris et a. — 2077 M fl. ceo ma lem — 2078 M 
luni griffun mor rue — 2079 P lainnez — 2080 A/ Ke — 2081 man- 
que M — 2082 M ne seit parole sonc — 2o83 M Ke, M seusent — 
2084 M p. tut agre — 2o85 M Pur ceo ne pot mie chescuns fere — 
2086 ce manque M, M fl. mut auez — 2087 M c. pur ueir me. 

LXXII. 2088 M s. uerite dire, P retraire — 2089 M Kil, M tr. 
sur la cite — 2090-2092 manquent M — 2090 P agaire — 2092 P 
deu. dasaire — 2093 M la riue, P braire — 2095 manque M, 



ESMERÉ DEVANT GARSIRE 



87 



LXXIII Or escoutez chanson bien fette et honorauble : 
Les vers en sont bitn fais et li mot entendauble. 
L'empereres Garsire sist un jor a sa table; 
Afublé ot li rois un chier mantel de sable. 

2100 A tant es Sinagon, le mestre connestable ; 
O lui moinne Esmeré, un chevalier mirable : 
Il ot le cors bien fet et le vis amiable. 
Garsire l'en apelle, si dist parolle estable : 
« Enfes, dom iés tu nez ? Ne me dites pas fable. 

2io5 — Sire, je de Hongrie, par Deu l'espiritable; 
Fis fui au roi Felipe, a un roi moût menable. 
Soudaier sui de Romme et si sui mis en table 
Entre moi et Milon, mon frère l'ennorable. 
Mes Grifon sont félon et d'avoir covoitable : 

21 10 Mon destrier m'ont tolu, n'en ai plus en Testable. 



Mfo62. 



P p3i b. 



LXXIV « Enfes », ce dist Garsires, « que venis tu sa querre? 
— Sire », distEsmerez, « jan'avon point de terre; 
Ma mère prist baron, que ne nos pot soferre, 
Si li rendi Brandiz et la cit de Volterre. 
21 15 Dahez ait chevalier que trop par est en serre! 
Entre moi et mon frère venimes por conquerre; 
N'avons cure de pès, nos amon miaus la guerre. » 



LXXV « Enfes », ce dist li rois, « nel me celer tu mie ! 
Fus tu dons fil le roi Felipe de Hongrie? 

LXXIII. 2097 M u. sunt ben dit e les paroles — 2099 *nanque 
M, P Afublez — 2100 3/ t. est vus — 2101 iV/ ke tant fu amiable 
— 2102 M D simple regard e décors cuuenable — 2io3 M G. 
lemperere si d., si manque P, P ameiable — 2104 iV/ Ki estu e 
dunt es ne ne me ceiez deceuable — 2io5 Af lo su de — 2106 P 
fu, M ke mut fu tretable — 2107 M Vn souder fu de r. ceo nest 
mie fable — 2108 1' manque M — 2 1 09 3/ s. pernant — 2 1 1 o M 
cheual, M ne auei plus en estable. 

LXXIV. 2 1 1 1 3/ ke ueus tu ci — 2 1 1 3 P ne se p., 3/ ne uout cl 
fere — 21 14-21 15 manquent M — 21 14 P uaterne — 21 16 Mu. ci 
conquere — 2117 iV/ p. meuz amum. 

LXXV. 2118 M dit .g. ne me celez m. — 21 19 Af Fûtes vus fit 
al rei de. 



S8 GARSIRE REND A ESMERÉ LA LIBERTÉ 

21 20 — Oïl, sire », dist il, « par Deu, le fil Marie ! 

Ancor ai je un frère, plain de chevellerie. 

Deseritez nos a Justamont de Sulie; 

Sa venimes conquerre, de terre n'avons mie 

Ne d'avoir valisant la moitié d'une alie, 
2125 Se nos nel conquérons a l'espee forbie. » 

A iceste parolle rois Sinagons s'escrie : 

« Sire, clamez le quite, si ferez cortoisie. 

— Sinagon », dist Garsire, « par ma barbe florie, 

Quant oi conquis par force mon treû d'Orquanie, 
2i3o Adont me fist son père secors et grant aïe. 

Se ne fust por itant, ja n'en portast la vie. 

Por Tamor de son père et de ma seignorie 

S'en aust quite laienz entre sa compaignie ; 

Gardez que il n'i perde valesant une alie. 
21 35 — Sire », dist Esmerez, « je ne vos traïs mie : 
Pfo32. Quant je serai en Romme, ce sachiez sanz faillie, 

Je m'en istrai sovent, la grant broigne vestie; 

Se je conquier cheval ne bon mul de Sulie, 

Destriers ne pallefrois, ne vos en poist il mie. » 
2140 L'emperere Garsire li respondit folie : 

« Enfes, fé ton pooir, se Deus te beneïe ! 

Ja par toi ne sera ma grant oust estormi^. 

Car toi ne çaus de Romme ne pris je une alie. 

Ja ne verras, ce quit, la semaine acomplie 



2120 dist il manque M — 2122 P i. de Hongrie — 2123 M pur- 
chacer ke de t. — 2 1 24 Af uaillant une pome paraie, P la moiite — 
2 125 Af od lespeie f. — 2126 rois manque M — 2128 P b. forie — 
2129 3/ Quant io conquis a, 3/ de troie — 2i3o 3/ Dune, grant 
manque M — 2i3i M pur ceo la — 21 32 3/ lamur s. p. e ma 
grant — 2 133 M aille tut q. a sa manancie — 2134 3/ ke ia ne 
perde uaillant — 21 35 M Sire ceo, M io vus ne deceueroi — 
21 36 ce manque M — 2137 m'en manque 3/, 3/ od ma br., P 
répète les vers 21 36-2 137 avec la variante broine dans le dernier 
vers — 2 1 38 je manque 3/ , M v autre scignurie — 2 1 39 3/ Destrer 
v palefroi — 2140 M dune dit f. — 2143 manque M — 2144 P 
verra, 3/ uerrez ceste nut ac. 



FLORENCE OFFRE A MILON DE L^ÉPOUSER 89 

2145 Que la cité de Romme sera bien asaillie; 
Se je la preig par force, tote sera bruie. » 



LXXVI Moût fu li rois Garsires durement asoutez : 
Devant lui voit celui que est vasal provez, 
Ne prise riens l'enfant, tant est desmesurez, 

2i5o Ainçois li otroia totes ces volentez; 

Il ne demora guerres qu'il en fu toz irez. 
Isnellement li fu son destrier amenez 
Et li brans acerinz renduz et délivrez, 
Que li estoit par force fors dou fuerre gitez. 

21 55 A iceste parolle est li enfes montez; 

Sinagon le convoie, tant qu'il fu hors des trez. 

Imès vos doi je dire con Milon fu senez. 
Florence le manda, ce fu la veritez, 
Et li gloz i ala, ne c'est pas arestez; 
ti6o Dous de ses compaignons a avec lui menez. 
Isnellemant et toust est montés les degrez, 
Par mi l'uis de la sale est en la chambre entrez, 
Très devant la pucelle s'en est li gloz alez. 
« Milles », ce dist Florence, « joute moi vos saez; 
fl65 Grant anor vos atent, se vos prendre l'osez. 

Grifon ont mort mon père, si que bien le savez ; 

Nos gens sont afamé et mon renne gâtez. 

Se tant avez de cuer et vos si vos sentez 

Que vos puisiez rois estre de Romme coronez, 



Mf<>62 b. 



2145 M ne serra a. — - 2146 M \t pring a, M hunie. 

LXXVI. 2148 M uit celi ke uassal est esproue — 2149 manque 
M — 2i5o -A/ Tote li grantta ben ses, P otroi — 2i5i manque M 
— 21 52 M Sulement li fu dunt — 21 53 M sun bon brant dor 
lecitez — 2 1 54 manque il/ — 2 1 56 M condue — 2157 M Huimes 
ne pus io d. cum il — 2 1 58 3/ FI. mand milun —mib^ M \\ mal- 
ueis senua ke plus nest demurez — 2 1 60 3/ ces c. ad od — 2 1 6 1 M 
t. munte — 2162 manque M — 2i63 Très ets'tn manquent Af, M 
traître — 2164 vos manque M — 2i65 M si pr. — 2166 P ce que 
b. — 2167 P Nous, M e mal démenez — 2168 manque M — 
2169 3/ Pussez vus estre rei. 



go MILON DEMANDE A RÉFLÉCHIR 

Pf*32b. 2170 Que par vos pelist estre maintenuz cest régnez, 
Je n'en sai autre choze, mes mon cors recevez; 
Je vos ferai seignor de totes mes citez. 
Et se vos n'iestes, Milles, bon vasal adurez, 
Corageus et hardis et de sens espirez, 
2175 Ne me prenez vos mie, tresbien vos en gardez ; 
Car, ce vos grant barnage et bon cuer n'aviez. 
Vos en seriez. Milles, certes toz encombrez. 
— Dame », ce respont Milles, « un respit m'en donez; 
Entresi a demain m'en serai porpencez. 

2180 — Comment », ce dist Florence, « respit me demandez 
Est ce marchiez a fere, que respit en volez? 
Damedeu me confonde, ce vos gemez m'avez I » 
Comme Milles l'entent, a poi n'est forcenez ; 

Por trestot l'or dou monde, c'il s'en fust remembrez, 
21 85 Nel vosist avoir dit. D'ilec s'en esttornez, 
Par le paies s'en vet coreseus et irez. 
A iceste paroUe est entrés Esmerez 
En la cité de Romme sus son destrier armez. 

LXXVII Moût par fu grant la joie d'Esmeré le baron. 
2190 Agravain vet encontre entre lui et Sanson, 
Et content au vallet la grant destruction, 
La doleur et la perde dou riche roi Oton. 
« Seignor », dist Esmerez, « entendez ma raison : 

2 1 70 Af E par vus estre maintenu le, P par nos — 2 1 7 1 M lo 
ne di a. ch. fors ke — 2172 manque P — 2173 P vos mestes, M 
nestes uassal ben esprouez — 2174 A/ e mut redutez — 2175 M 
pernez m. — 2176 i^ Ke si grant b. le quer nen eicz, P grans et 
bon c. — 2 177 Af serrez certes durement — 2178 Af dit m. vn r. 
me d. — 2179 P et d., A/ ka d. me s. — 2180 me manque M — 

2181 P respit, M marchi a f . v feire numez — 2182 A/ Deu me 
maldie si iames me eicz — 2i83 A/ Quant — 2 184 A/ se fut pu r- 
pensez — 2186 M Hors del, M corecez. 

LXXVII. 2189 A/ est — 2190 A/ enc. od H s., P ajoute le vers : 
Deuant trestoz les autres est ses frères milon 
— 2191 M cunta. 



ESMERÉ RENTRE DANS ROME QI 

De trop duel démener n'est si folie non. 
2195 Ne vos dolosez mie, franc chevalier baron, 

Mes, tant con l'escu puse porter ne gonfenon, 

Maintendrai vostre dame a coite d'esperon. 

Tant vos sai ge bien dire perdu i ont Grifon : 

Plus de quarante mille en gisent ou sablon 
2200 Que gemès par prevoire n'avront confession. 

Garsire l'emperere ou le flori grenon 

M'a de son musement trestot mis a bandon ; 

Tant a en lui Grifon orguelleus et félon Pf*33. 

Que il ne prise mie tôt le mont un boton. » 

VIII a2o5 Moût par fu biaus li jorz et clers, que fu li mais, Mpôz c. 

Quant chante la qualandre, li merles et li gais. 

Esmerez vint en Romme, moût par fu liez et gais 

Et jure Damedeu et le cors saint Gervais 

Qu'ancor fera Grifons coreseus et irais 
2210 Et conquerra destriers et des bruns et des bais. 

De lui moinnent grant joie tôt li miaus dou palais. 

Florence la roïne ot moût le cuer irais 

En sa chambre votice, don paintes sont les ais; 

Soef flaire la mante, li loriers et li glais. 
221 5 Dolente est la pucelie de Mille le punais, 

2 1 94 P ajoute le vers : 

De samort est damages car grant perde en auon 

— 2195 M adulez m. — 2196 3/ cum vus poez pernez le g., P 
porte ne g. — ik^-j M Maintenum nostre — 2198 i manque M — 
2199 M .XX. mile cunte par nun — 2200 M pur pr., P par 
uoire — 2201-2204 manquent M — 2202 P trest mis — 22o3 P a 
laienz grifons. 

LXXVIII. 22o5 par manque M, P cl. li mois de, M en meis de 

— 2206 P Que, iV/ lichlendre e mauuis e iai — 2207 M Milun 
est en r. dolent e abomei — 2208 M lure deij le pussant, M 
sainte eloei — 2209 M Kil fra gr. curece par plai, P destrais — 
2210 Afd. e ferant e bai — 221 1 M funt gr. i. les meuz — 2212 
ME fl. la r. sist al mestre dei — 221 3 M Entur li princes 
cuntes erei, P chambres votices — • 2214 iV/ fl. la flur e — 221 5- 
2220 manquent M. 



92 FLORENCE FAIT APPELER ESMERÉ 

Quant elle le manda ; moût le tient a mavais. 

« Ha! Deus », dist la pucelle, « rois glorieus verais ! 

Quant Mille me refuse, qui me prendra gemais? 

— Dame », dist Audegons, « il aime moût la pais ; 
2220 Sachiez qu'il n'ose mie enchargier si grant fais. » 

LXXIX Moût par fu grant la joie d'Esmeré le guerrier ; 
Les novelles en vont sus ou palais plenier. 
« Dame », dist Audegons, « gel vos dis bien dès ier 
Mi sort ne mentiroient por les membres trenchier. 

2225 Venus est Esmerez, quêtant fait a prisier; 

Moût en moinnent grant joie serjant et chevalier. 
Car il portoit l'ensaigne ou grant estor plenier, 
De lui firent sus toz mestre gonfenonnier. 
Dame, festes le bien : mandez le soudaier 

223o Qu'il se vienge sa sus o vos esbanoier. 

— Je l'otroi », dist Florence, « alez i, Berengier! 
Covient vos la paroUe plus dire n'acointier? 

— Dame », ce respont cil, « bien li savrai noncier. » 
Isnellement et tost avale le planchier, 

2235 De si qu'a son outel ne se vost atargier. 

Esmerez vient des chans, ou fu esbanoier, 
Pfo33 b. S'ot une jouste faite et conquis un destrier. 

Le mesaiges le vit, ou n'ot que enseignier; 

A une part le tret, si le fist abasier, 
2240 En la senestre oreille le prist a consillier : 

« Par ma foi, demoisel, moût vos poez prisier : 

La plus belle pucelle, si con j'oi tesmoignier, 

LXXIX. 2221 3/ Estes vus la nouel de — 2222 A/ Ke est uenus 
el — 2223 M io vus dis d., P di — 2224 M Ke io ne mentroi — 
2225 M f. aloer — 2226 M barun e ch. — 2227 M Kil est pruz c 
sages en — 2229 3/feste bcn — 22'ioMKc il u. auos — 223 1 man- 
que M — 2232 M II vus couent la p. dir e comencer — 2233 M r. 
ele ben lai oi nomcr — 2235 M targer — 2236 M vint des ch. vala 
— 223j M fet une iuste — 2238 M messager — 2239 M prist a 
oriler — 2240 manque M — 2242 M Ke la plu bel dame dcl mund 
ceo puis io iurer. 



ESMERÉ SE REND AUPRÈS DE FLORENCE qS 

Que soit, tant comme Deus a terre a justicier, 
Vos mande, biaus dous sires ; pensez de l'esploitier. 
2245 C'est Florence de Romme, la belle au cors legier. » 
Esmerez saut a terre, n'ot soig de delaier. 
De ce fist il que sage qu'au cortois mesagier 
A doné le cheval par le chier frain d'or mier. 

LXXX Esmerez ot le mes, n'ot soig de demorer. 
225o De ce fist il que sages, que cortois et que ber 
Qu'il ne vot pas Millon ensamble o lui mener. 
Sanson et Agravain en prist a apellerv* -^ .< - . 
Icil dui furent frère, moût firent a loer. '^ • 
Isnellement en viennent ou paies principer 
2255 Et montent les degrez par selonc un piler. 

Florence est en sa chambre, la belle o levis cler, 
S'ot vestu un diapré» que fu fès outre mer; 
Un mantel sebelin fist a son col giter. 
Esmerez vient a mont, si fist l'uis defermer ; 
2260 Ne seitpas de Florence le cuer ne le péncer. 
Or l'escremisse Deus de follement parler ! 
Ja cera empereres, c'il^nel viaut refuser. 

,XXXI Moût ot bon- chevalier ou vasalEsmeré, M/062 d. 

De belles contenances apris et doctrine, 
2265 Et si fu forment saiges, car Deus l'ot espiré. 
Il et li dui baron sont en la chambre entré; 



2243 manque M — 2244 m. bel sire saluz e p., P gardez ni de 
laiez [fin du vers) — 2245 M fl, ke rome ad a iustiser — 2246 M 
ne plus uout — 2248 P Et d., M destrer, P le chan frain, chier 
manque M. 

LXXX. 2249 Afad oi le message nout cure — 225o P c. bache- 
1er — 225i ensamble manque M — 2252 en et a manquent M, P 
etap. — 2253 ^Cil, M ferem. — 2254 M I. uont — 2255 selonc 
manque M — 2256 JV/ al u. — 2257-2258 manquent M — 2259 M 
uont amunt si funt — 2261 M se garde de — 2262 M ne uout. 

LXXXI. 2263 M en esm. — 2264 manque M — 2i65 Jf E sage 
e curteis en tute manere — 2266 3/ enterre. 



i 



94 BEAUTÉ d'eSMERÉ 

Florence la roïne sist en un lit ovré, 

Et fut tôt fet d'ivoire ; li peçol sont doré, 

A imaiges portraiz, et sont bien painturé, 

2270 Et li limon sont d'or, a bestes tresgeté; 
PJ^34. Desus ot estendu un chier paile roé, 

Trestotde For d'Arrabe de lieus en lieus goté. 
Esmerez vit Florence, que tant et grant biauté ; 
Gentement la salue con chevalier séné : 

2275 « Damedeu, nostre père, le roi de maiesté, 
Que nos donne dou ciel et lumière et clarté. 
Saut Florence de Rome, la belle au cors molle, 
Se li face venjance dou viellart deffaé 
Qui li a mort son père et son raine gasté ! 

2280 — Sire », dist la pucelle, « Deus vos croise bonté ! » 
Tuit troi se sont asis sus le marbre listé. 
La pucelle a l'enfant duremant esgardé, 
Son cors et son visaige et sa grant simpleté.nl' 
Il fut grelles et Ions, si con Deus l'ot formé, ' 

2285 Et si ot la char blanche comme flor en esté, 
Les iaus vers en la teste comme façon mué ; 
Le poil dou chief ot bloi, menu recercelé, 
Gros fu par les espaules, grelle parle badré, 
S'ot les membres bien fez et de jambes plenté ; 
2290 Un pou futquamoisié de l'aubert qu'ot porté. 
En meïsmes son cuer l'a Florence aamé, 
Ja dira tel paroUe quMert de grant nobleté. 
Ne mais que sol itant a la belle pensé 



2267 M sur un 1. — 2268-2272 manquent M — 2271 P poielle — 
2272 P Et fut de — 2273 tant manque M, M bunte — 2274 M 
Bel sa salu, P comme home s. — 2275-2276 manquent M — 2277 M 
Deu gard fl. de r. e tut sun barne — 2279 li manque 3/, P ait m. — 
2280 M cr. en barne — 2281 M un blanc dorre — 2283 M sun 
uis e — 2284 Af E, 3/ 1. e ben endoctrine — 2285 Et manque M — 
2286 M eus nous le uis freis colore — 2287 ^^ ^^^ menu e cercele 
— - 2289 M benfet des i. e de pee — 2290 M del heume kil oui — 
2291 M En quor parfit lad fl. ame, P et amc — 2292 M lui dirra 
p, de -— 2293-2295 manquent M. 



FLORENCE OFFRE SA MAIN A ESMERÉ 96 

Que trop l'a a ses piez longuement esgardé : 
2295 Durement s'en mesprise, sel tient a foleté. 

Par le braz l'a saisi, si l'a a mont levé, 

Dejouste lé l'asiet, si l'a aressonné : 

« Par ma foi, damoisiauz, moût avez grant biauté, 

Chevaliers estes bons, si con l'en m'a conté ; 
23oo Bien devriez tenir une grant hérité. » 

Esmerez li respont, si a le chief levé : 

« Si feroie je, dame, c'il m'estoit destiné. 

— Par mon chief », dist Florence, « moût avez bien parlé. 

Imès vos dirai je por quoi vos ai mandé. » 

XII 23o5 « Esmerez »,dist Florence, « moût ai mon cuer destroit Pf\^4 b. 
Por la mort de mon père, qui durement m'amoit ; 
Grifon gâtent ma terre a force et a esploit. 
Vasal moût a en vos, bon chevalier et droit ; 
La coronne de Romme ne sai c'elle i serroit, 
23 10 Moût i a grant esgart, prodome i covendroit 
Et que le roi Oton, mon père, vengeroit. 
Se tant avez coraige et vostre cuer le voit 
Que vos pelisiez bien maintenir vostre droit 
Et chevachier armé et par chaut et par froit 
23 1 5 Et encontre Garsire mener vostre oust estroit 
Et destrure celui que contre vos vendroit 
Et qui de vostre terre damage vos feroit. 
De par icel seignor en qui li mondes croit, 

2296 M le seisi — 2297 Mlash — 2298 M f. esmere — 2299 
Af est b. sicummest — 23oo P h. deueriez, M deuit, M realte 
— 23oi manque M — 23o2 M me fust d. — 23o4 P .i. mes, M 
Ore, je manque M. 

LXXXII. 23o5 M Sire esmere mut ai le quor en d. — 23o6 P 
la mor, de manque M, M mut — 2307 M a spolit — 23o8 M 
Mut ad en vus ch. bon e — 2309 M r. en vus ben — 23 10 M 
la a garder pr. — 23 12 voit manque M ■— 2^1 3 M p. uer lui 
m. — 2314. M arme en chaut e en — 23i5 P menez vos, vostre 
manque M — 23 16 M ceus ke cuntre nus — 23 17-23 18 man- 
quent M. 



96 ESMERÉ L*ACCEPTE 

Et de moi et de vos le mariages soit! 
2820 — Dame », dist Esmerez, « volentiers orendroit 
De ce que vos me distes Deus merci vos otroit! 
Ne seroit pas vasal que vos refuseroit. » 

LXXXIII « Dame », dist Esmerez, « honor me fêtes grant ; 
Je vos en rens merci de Deu le tôt poisant. 
2825 Mes gardez que nel sachent nul de mère vivant! 
Mp63. Il covient ceste choze fere moût sagemant. 

Et nos sommes çaiens trois chevaliers vaillant; 
Glamador et Aliaume manderons tôt avant, 
Cil devendront mi home orendroit maintenant, 
233o Car il sont bon vasal et si m'aiment forment. 
Puis manderons les autres trestot priveement, 
Si ferons a chascun jurer le sarrement; 
Et puis quatre et puis sis, tant que nos soions cent. 
Que bien porrons avoir l'autre menue gent. 
2335 S'il i avoit celui qui Talast devisant 

Que il ne fust mes hom par le vostre commant, 
Sempres li mosterroie le branc forbi trenchant ; 
Paor avroit de mort par le mien escient. 
Pp35. Se ore le savoient trestote vostre gent, 

2340 II nel vodroient pas otroier li auquant. » 

LXXXIV « Esmerez », dist Florence, « par toz les sainz de Gricc 
Onques miaudres de vos ne fist de lance esclice. 



2319 M De uus e de moi — 2820 Mv. ne serroit — 232i 
manque M — iZii 3/ Mie uassal ke ceo contes dirreit. 

LXXXIII. 2324 M II vus sache gre ki est t. — 2325 M g. nel 
sache nul home u. — 2326 M II nus, moût manque M — 2827 
3/ s. ci — 2328 P et liaumes ceus uendront, M aleume mandum 
— 2329 orendroit manque M — 233o M Kil — 233 1 M trestus — 
2332 M acheisun i. — 2333 M ke serrum tant — 2334 M ben i 
p. — 2335 M Sil eit tel ke scit cunterc disant — 2336 M seit nus 
h. — 2337 M mustrai le bon brant tr. — 2338 manque M — 
2339 M seucent trestut comunement — 2340 M Nel uodrunt 
otrier ceo crei li. 



FLORENCE MANDE SES BARONS 97 

Et, se vos volez armes en ma chambre votice 
Et hauberz et espees et hiaumes de Penice, .... 

2345 Getez en vostre dos une broigne treslice, 
Et par desus l'aubert vestez une pelice. 
Je manderai mes homes, foi que je doi saint Brice, 
Brubant, qui de moi tient la terre de Venice, 
Li quens Joffrois de Pise et Gautier d'Ipolice. 

23 5o S'il ce ne vuelent fere, s'en face l'en jostice, 

Car nés ainz pas vers vos vaillant une coutice. » 

XXXV En la chambre votée est Agravainz entrez, 

Deus boins brans acerins a des autres sevrez ;i^i 
Il est venuz arierre, l'un en baille Esmerez, ; ^y 

2355 Sanson en done l'autre, dom li poinz fu dorezji ^,yjc 
Par desoz la cortine les autres a posez. ;:{ 

Glamador et Aliaume ont premerains mandez, < 
Et, quant il sont dedens, s'ont les huis bien fermez. 
Florence la roïne les a araisonnez : 

236o « Seignors franc chevaliers, envers moi entendez ! - 
Grifon ont mort mon père, si que bien le savez ; 
Nos genz sont afamez et li raines gâtez. ,0/ uO 
Veez ci un enfant, bor fust il onques nezi *^;7vT 
Si commanda. mon père, quant fu a mort navrez, 

2365 Que il tenist les terres et les granz eritez ; 
A moillier me prendra, li plaiz est devisez. 



LXXXIV. 2343-2346 manquent M — 2347 M mandrai brubanz 
ke de moi tent uenice — 2348 manque 3f, P Brienz tenta de vos — 
2349 -P i- de pire, M g. de police — 235o M Si ceo, M fêtes de 
ceo — 235 1 M Ke io nés eim uer, P vers qui vaille, 3/. un 
délice. 

LXXXV. 2352 3/ uoutice, M muntez — 2 353 M hr. ad dune 
choisez — 2354 3/ lun haut, P donne — 2355 M E sampson 
lauttre ke ben fu enplaiez — 2356 M vne c. les vnt p., P les a 
outre passez — 2357 P liaume — 2358 M Q. il sunt entrez, bien 
manque M — 2 36o franc manque M — 2362 M enfamez — 2 363 P 
Vez ici, P bon f., il manque M — 2364 Si manque M — 2365 M 
la terre, P grant, granz manque M — 2 366 M preist si est d. 
T. II. 7 



9? ESMERÉ EST COURONNÉ EMPEREUR 

Or vos pri a trestoz si home devenez. 

— ' Hal Deus », dist Agravainz, « tu soie merciez ! 

Ce est li bons en terre que plus est desirez. 
2870 Empereriz de Romme, ice por quoi celez? ' 

S'en le savoit, par Deu que en crois fu penez,jl 

Sempres seroit li glais par la cité sonez, 
Pf'SSb. — Seignor », ce dist Florence, « Deus en soit merciez! 

Homaige li ont fet volentiers et de grez. 
2875 En iceste manière les a trestoz mandez : 

Trois et trois, quatre et quatre des plus enparentez ; 

En moût petitet d'ore fu li palais comblez. 

Li loenges fut grant por l'enfant démenez, 

Tote en bondist la terre environ de toz lez. 
238o En la chaere d'or fut li enfes levez, 

El moutier de saint Père des haus homes portez ; 

Ilecques fu li enfes beneïs et sacrez. 

De fin or et de pierres hautement coroliez. 

Comme Milles l'entent, a pou n'est forcenez, 
Mf»63 b. 2385 Et dist entre ses dens li traites provez : 

« Par ma foi, Esmerez, vos estes or faez ; 

Ou vos iestes deaubles ou vos nos enchantez; •'• 

Mes, par icel seignor qui en crois fu penez, jV 

D*un cotel focirràî, n'en puésestre gardez; 
2390 Je nel leroie mies por estre desmenbrez. » 

LXXXVI Moût par fu grant en Romme li taborz et li cris, 
Quant a empereor fu IÇpmereiz esliz; 

2367 M Ore cornant tr, — 2368 Ha! Deus manque M, M deus 
en sait m. — 2369-2373 manquent M — 2369 P deinrez (?) -- 
2872 P li gais — 2374 M lui rendent — 2376 M ceste m. les out 
— 2376 M E par trois e par quatre des meuz — 2877 ^ P^^'^ 
hure, M emplez — 2878 P lenfes d. — 2379 M la uile de uirun 
e de 1. — 238o M li enfant posez — 238 1 M mustre s. p. beneit c 
sacrez — 2382 manque M — 2383 A/ E de la curone h. — 2386 P 
trop par estes senez — 2887 P vos les e. — 2389 3/ vus o. sil pot 
estre trouez — 2390 manque M. 

LXXXVI. 2391 M fu en romc grant li cris. 



FUREUR DE MILON 99 

Esposer li ont fait la franche emperreris. _^ 

Deusl con luisent les pierres et li ors arrabiii-. 
2895 Florence fut tant belle, si con dit li escris, 

Que soz ciel n'a cel home, tant soit de sens garniz, 

Que de sa grant biauté ne fust toz esbahiz. 

Esmerez rest tant biauz, li chevaliers hardiz; 

Deus les avoit andeus seigniez et beneïz. 
2400 Comme Milles le voit, moût fut griez et marriz, 

Et dist entre ses dens li traites failliz : 

« Par ma foi, Esmerez, or puis estre toz fiz 

Que vos ne prisiez gueres ne mes fès ne mes diz. 

Mes par certes mar fu onques cist plas batiz ;^|^ 
2405 Se je puis esploitier, vos en serez bonis. » , q 

\KXXVII Quant Esmerez fu rois coronez et asis, Pf'36. 

Tuit devindrent sui home li prince dou pais . 
Sus ou palais en montent, que fut grans et antis ; 
Deus ! tant i ot richesce et de ver et de gris ! 
2410 Esmerez fut tant biaus, li chevaliers gentis, 
Con se Deus l'elist fait en son saint Paradis. 
Florence l'en apelle, la belle o le cler vis : 
« Sire, d'or en avant serez vos de haut pris; 
Maintenez vostre terre et aidiez vos amis. 
241 5 Grifon nos ont çaienz par grant orguel asis, 



2393 M fct .f. lempereiz ~ 2394 manque M — 2396 P sor 
ciel, cel manque M — 2897 M si grant, P fu, toz manque M — 
2398 M est si bon si e de grant uertuez — 2899 M Deu mcimes 
lout purueu e establiez — 2400 M Quant m. cest entent mut 
est mariez — 2401 M ces d., M defailliz — 2402 M fei ci nad 
nul cuntrediz — 2403 M lun ne prise — 2404 ^Mar fust unkcs 
-— 2405 M uiuere tus en, P ajoute le vers : 

Et lanor a la feme don vos iestes saisiz. 

LXXXVII. 2407 M sun h. — 2408 M p. kest §r. — 2409 man- 
que M — 2410 M Esteit esmer li bons e li g. — 241 1 manque M 
~ 2412 M la pelé la reine od — 2413 d' et vos manquent M — 
2414 P M. uos barons, et manque M — 2415 P Gr. uos, M unt 
a grant tort. 



100 FLORENCE EXCITE ESMERÉ A COMBATTRE 

Le roi Oton, mon père, ont en bataille ocis; 
Gardez qu'acordemenz n'en soit ja vers aus pris. 
Par Deu, qui aus apostres vint dire Pax vobis! 
Le jor qu'il s'aparut, quant fu resurrexis, 
2420 Ja mon cors ne sera jouste le vostre asis, 
S'avrèz lé roi Garsire en bataille conquis. 
Donc avrons nostre terre por nos en pais toz dis. » 

LXXXVIII « Dame », dist Esmerez, « bien sai en mon pencer 
Que Garsire vos cude tôté deseriter; 
2425 Dedens Costentinnoble vos en cude porter. 

Mes je ai pris la fiérce dont il cudoit luefi ^'-•'^^ 
Or le révuel en l'angle de maintenant niate?l "' 
Par Deu 1 ainz qu'il s'en tort, l'estuet a moi parler. » 
Il demandèrent l'eue, s'àsistrertt au souper. 
2480 Au riche roi Garsire le vet un mes conter 
Qu'Esmeré de Hongrie, qu'il en lessa aler, 
Ont rendue la terre, si s'est fait coroner, 
Et Florence de Romme li ont fête esj)ouser. 
Quant Garsire l'entent, prist coleur a muer : 
2435 « Par ma barbe florie, or me puet il gaber. 
Par devant moi le fis gentement amener, 
Voiant toz mes barons le fis quite clamer ; 
Je li devise ainz fere toz les mambres coper. 
Mes, se gel puis gemès vaer ne encontrer, 
2440 Certes gel ferai pendre et au vent encroer. » 



2416 en bataille manque M — 2417-2420 manquent M — 
2421 M Si vus euset le — 2422 manque P, por nos manque M. 

LXXXVIII. 2424 M trestus d. — 2425 en manque M — 2426 M 
quide ruer — 2427 M le creum en langle pur — - 2428 M od 
moi couendra — 2429 M II donent, M sas. manger — 2430 
riche manque 3/, M message — 2431 P Quamerez, M ke il 
L quite a. — 2432 M Vnt rumeins la t. rendue sil unt — 2434 
manque M, P et muer — 2435 M ma foi dit .g. — 2436 manque 
P, gentement manque M — 2438 ainz manque M, M trencher — 
2439 vaer ne manque M — 2440 M lo li frai mut haut encroer, 
P et auent. 



ÈSMERÉ VEUT FAIRE UNE SORTIE lOÎ 

Mes Garsires se puet de folie vanter ; mj^63 c. 

Esmerez est en Romme, que tant fist a loer. Pf^36b. 

Il levèrent les napes, les tables font outer; 

Ou que il voit ces homes, ses prist a apeller : 
2445 « Seignor, ne sui pas rois por aler reposer 

Ne por dormir en chambres ne por oïr fabler; 

D'or en avant m'estuet mes garnemans porter, 

Au vent et a la pluie travellier et pener 

Et mes grans ouz condure et mes homes guier. 
2450 Or festes devant moi Bondifer amener, 

Car de mellor cheval n'oï onques parler. 

Orendroit maintenant me vodrai adouber ; 

Faites crier le ban que tut s'aillent armer. » 

.XXXIX La cort fu grant et fiere, moût i ot de barons, 
2455 Et les dus et les contes s'asient par ces jons, 

Et dist li uns a l'autre : « Deu! quel segnor avons ! 

Deus le nos a doné par ses saintimes nons ; 

Et, quant il le commande, la fors nos en issons, 

Les blans hauberz vestuz, destorz les gonfanons, 
2460 Si chalenjons la terre encontre les Grifons! » 

L'emperere se drece, qui moût fut biaus et Ions. 

« Seignor », dist Esmerez, a savez que nos ferons? 

Hui est venus li termes que nos nos combatrons. 

Ne fasons pas grant noise, quant nos nos en istrons ; 
24G5 Grifons irons requerre dedenz lor paveillons. 

2442 M Ke esm., M ke fet — 2444 que manque M, M si pr. ape- 
1er, P et ap. — 2445 aler manque M — 2446 M chambre ne pur 
iuer — 2447 M Des ore, M nus couent traueiller — 2448 M 
En plues e en tempestes nos garnement porter — 2449 M E moi 
meimes condure lost e g. — 2460 M Fêtes ore — 2461 Car et 
cheval manquent M ■— 2462 M Ore tantost me — 2453 P Feste, 
M cv. par tust ke il se facent. , 

LXXXIX. 2454 M des b. — 2455 manque M — 2456 P et 
lautre — 2467 manque M — 2468 M E sil, nos manqué M — 
2459-2461 manquent P — 2462 3/ dit il s. — 2463 nos manque M 
— 2464 M quant nus armeroms — 2465 M Les gr. irrum querre, 
P paueillon. 



102 IL S ARME 

Certes gemès ne cuit outer mes espérons, 
Tant que de nos ou d'aus iert la destrutions. 
Entre moi et mon frère premerains i ferrons. 
Barons, secorrez nos, se mestier en avons! » 
2470 Et cil li respondirent : « Volentiers le ferons ; 
Ainsois i morrons tuit que nos vos i faillons. » 

XC Moût furent proz Romain et de guerre dotez 
Et de chevalerie prisiez et alosez, 
Mes forment par estoient sorpris et agrevez ; 

2475 Tuit por l'empereor se sont reconfortez, 
S'unt lor chevalerie et lor pris recovré. 
Lors aportent les armes au bon roi Esmeré, 
En son dous li vestirent un blanc aubert safré 
Et par desus la coife ont un hiaume posé, 

2480 Qui toz reluist de pierres qui gietent grant clarté. 
PMj. Florence la roïne, qui tant ot grant biauté, 

Li tenoit en présent son branc forbi letré. 
« Tenez, sire 0, dist elle, « Jhesus de maiesté 
Vos doint et cuer et force, vaselaige et bonté 

2485 Et si vos puise aidier en bataille champé ! 
Ja ne soiez vos pire que vos avez esté ! » 
La pucelle l'esgarde, moût le vit acemé ; 
Deus ! con li fist l'espee au senestre coûté ! 
Ne ce tenist Florence por l'or d'une cité 



2466 P Ccrte g. ne mènent outez mes esperon, M ne decha- 
cerai — 2468 M primes — 2470 M II lui respunet — 2471 M 
Einz m., Af vus lessums. 

XC. 2472 M r. e gent mut redute — 2474 M f. esteient ateint 
e grcue — 2475 M Tut — 2476 P recourez— 2477 ^ esmerez — 
2478 M mettent vn bon hauberc duble, P safrez — 2479-2480 
manquent P — 2480 M pers e de grant — 2481 P biautez — 2482 
M t. de uant sun bon brant acere, P letrez — 2483 AI ele li rei 
de, P maiestez — 2484 M d. quer, P bontez — 2485 M Pur uos 
homes eider, P champez — 2486 M E ia ne seiez p. ke vus nauez, 
P estez (z ajouté postérieurement) — 2487 A/ La dame lesgarde 
quant fu adubbe — 2488 manque M — 2489 3/ pur tut lor. 



SA PROMESSE DE VAINCRE GARSIRE Io3 

2490 Qu'elle ne sospirest, tant a le cuer mué; 

Des biaus iaus de son chief a tendrement ploré. 

Esmerez la regarde, la belle au cors molle, 

Entre ses bras la prant, si la baise soé 

Es iaus et en la face par grant humeleté. 
2495 « Dame », dist Esmerez, « sachiez de vérité Mf^63 d. 

Gemès ne finerai en trestot mon aé, 

S'avrai le roi Garsire mort ou pris ou maté 

Et vaincu en bataille et le raine aquité. » 

Devant le palais ont Bondifer amené, 
2 5oo Un destrier que rois Otes tenoit en grant chierté. 

Il fu noir comme more, s'ot le front estellé, 

Et la crope fu blanche comme flor en esté, 

Si ot la jambe plate et le crépon quarré, 

S'ot amples les nasiz et le flanc soulevé ; 
2 5o5 La selle fut coverte d'un sarmadan fresé, 

Et li du arçon furent a fin or naellé ; 

Le frain et li poitraus fu de si grant biauté 

Bien valoit li harnois cent onces d'or pesé ; 

Et li destriers refu de tel nobilité 
2 5 10 Que ainz ne fu si proz en la crestienté. 

Cil gentil chevalier l'ont forment esgardé. 

Le bon rois Esmerez avale le degré 

Et vient a Bondifer, si a l'arçon combré 

Et sailli en la selle, qu'a estrier n'en sot gré ; 
25 1 5 Et dist li uns a l'autre : « Ci a bon avoé ! » P /"Si b. 

Agravainz li aporte son bon escu boclé, 



2490-24943/ Ke lui ne beise la bûche par grant humilité — 
2490 P s. le cuer liest — 2492 P r. celle part est alez — 2493 P 
besie assez — 2496 M ne me uerrez, P finera, M uostre hee 
— 2497 roi et mort ou manquent M, P g. mat — 2498 MY,Mv 
le règne — 2499 P fu b. — 2 5oo M tint -- 2 5of P soit le fr., 
M m. en este {fin du vers) — 2 5o2 M crine bl. cum flur crible, 
P cr. plus bl. — 25o3-25ii manquent M — 25i2 P les d. — 
25i3 J/E munt — 2514 M sail, Af ke estru ne s. — 25i5 El man- 
que M, M si ad b. — 25 16 3/ haut sun escu. 






104 SORTIE DES ROMAINS 

Et Sanson li aporte le bon espié quarré. 
Esmerez et Florence sont isi desevré; 
Ne la verra gemès, s'avra le roi maté. 
2520 A iceste paroUe sont a cheval monté; 

Plus de cent mille armé s'en issent tuit serré. 

XCI Moût par fu bon vasal le fort rois Esmerez, 
Corageus et hardis et de sens espirez 
Et de chevelerie prisiez et redoutez. 

2 525 En Romme n'est remez nus hom de mère nez, 
Ce ne fust clers ou prestes ou moinnes coronez. 
Par mi la mestre porte s'en isi grant plentez, 
Et furent bien cent mille sus les destriers armez. 
Que donc veïst abatre et paveillons et trez 

253o Et chevaus estraiers et Grifons craventeiz ! 
Tote en bondist la terre environ de toz lez, 
Con se terre fondist et li ciaus fust crevez ; 
Onques ne fu en terre si grant mortalitez. 
Garsires l'emperere s'en est moût efraez, 

2535 Isnellement et toust est ou cheval montez, 
Entre ses genz se met, dont il i ot assez : 
Soissante mille furent aus blans aubers safrez. 
Et autretant en gisent de morz par mi les prez. 
Et cil lésèrent corre, les frains abandonez ; 

2540 La ot tante ante frète et tanz aubers troez. 
Esmerez fut vasal et chevalier provez, 



25 17 M haut Sun espeie assere — 25 18 M Dune se sunt issi del 
paleis — 2519 Af Ne uerra iames .f. — 2520-W^Adunc sunt tres- 
tus, P sont issi desseure — 252 1 manque P, M .xi. mile sen. 

XCI. 2522 M h. cheualer emerez — 2523 M h. esprouez — 
2524 M ch. e de tus buntez — 2525 M ne remit — 2526 M Sil ne 
fu prestre — 2527 M Par la m. p. sen isserent a — 2528 M .xl. 
m. sur lur — 2529 M pauillun e tref — 253o M Ch. estraer e 
griflfun agrauantcr — 253 1 M fremist la t. en uiron e en 1. — 2532 
manque M, P Et se — 2534 ^^ set mut enfraez — 2536 manque M 
— 2b3y M f. od lui od — 2538-2540 manquent M — 2540 P tant, 
P tant — 2541 M fu bon ch. 



BATAILLE '^^^ I05 

Et Bondifers refut bons chevaus abrivez ; 

Des espérons le broche par ansdous les costez : 

Qui il consuit a cop a sa fin est alez. 
2545 Tant a féru d'espee et Grifons decopez 

Qu'anfreci a la hanche en est ensanglantez. 

« Par foi », dient Grifon, « cest bons est forcenez ! 

— Non est », dient li autre, « c'est li pros Esmerez, 

Qui est por sa proesce en Romme coronez. 
255o Que son cop viaut atendre tôt est a mort livrez ; 

Onques tel chevalier ne fu de mère nez. » 

XCII Moût fut grant la bataille a val par mi la pree ; P/^38. 

La ot tante ante frète, tante targe troee 

Et mainte riche broigne déroute et desafree. 
2555 A tant ez Clamador a la chiere menbree, 

Agravain et Sanson, Gaudin de la Valee 

Et li proz Esmerez, que si fiert de l'espee, Mf'64- 

Et son frère Milon, tote une randonee. 

Ghescuns ot une lance sesie et recovree. 
256o Geste première jouste lor a Milon enblee, 

Mes Esmerez, son frère, li a de gré donee ; 

Vet ferir un Grifon sus la targe dorée, 

Desoz la bocle d'or li a frète et quassee. 

Esmerez fiert un autre, s'a s'enseigne escriee. 
2 565 Ghascuns abat le suen a celle esbolonnee. 



2542-2543 manquent P — 2542 M h. bon cheual e — 2544 M 
Kil c. despeie, P et sa f. — 2545 M griffirus coupez — 2546 Li 
braz dekes a la main out, P et la h. — 2547 ^ dit gr. — 2548 
dient répété dans M, P ce dist li autres, li pros manque M — 
2549 ^ P^^ sa pr. — 255o M c. atent tost, M iugez — 255 1 man- 
que M. 

XCn. 2552 M li estur— 2553 P tant a., frète tante manque M, 
M roee — 2554 ^^ meint r. garnement derout e démaille — ibbb M 
Estes vus cl. od — 2556 M e gaudine — 2557 Af uaillant e. ke ben ' 
— 2558 manque M — 2559 3/ hante ben afeutree — 256o Af La — 
2562 3/ E V. — 2563 P ait fr., M freint — 2564 manque P, 
M refert, M si ad sengne — 2 565 ^ a iceste poignée. 



I06 MILON ET LE GREC SINAGON 

Quant le voit Esmerez, moût forment li agrée ; 

Il a dit tel parolle ne fu pas escoutee : 

« Par tens sera la terre, se Deus plest, délivrée 1 » 

XGIII Moût fu Milles prodons, bien fu aperceu : 

2370 En tote la bataille n'i ot millor escu 

Fors Esmeré, son frère, qui ot si grant vertu . 
Milles avoit le cuer dolent et irascu 
Por Esmeré, son frère, que fu de tel vertu : 
Moût fiert bien de travers de l'espié esmolu. 

2575 A tant es Sinagon au trapacer d'un ru ; 

Bien conuit Esmeré, dès qu'il l'a perceii : 
Quant fut pris et menez Garsire le chenu, 
Ilec l'élisent mort, ocis et confondu, 
Mes il en pria tant Garsire le chenu 

2 58o Qu'il li rendi s'espee et son destrier crenu. 
Milles le vet ferir sus la bocle en l'escu. 
De l'un oer juqu'a l'autre li a fret et fendu ; 
Et Sinagon fiert lui de cuer et de vertu. 
Tant sont fort li haubert qu'il ne sont pas rompu, 

2585 Et li espié tant roide qu'il se sont abatu. 
Et Milles tret l'espee, tôt l'eUst porfendu, 
Quant li rois Esmerez est celle part venu ; 
J*38b. Il broche le destrier de Tesperon agu 



2566 manque M — 2567 ^ ^^ ben fu e. — 2568 MF. teus 
cops ferir serra rome aquitee. 

XCIII. 2569 M ceo fu ben a. — 2570 P Forz esmeré son frère, 
n'i manque M — 2571 manque P — 2573 manque M — 2574 M 
ben del espeie mulu — 2573 M t. est vus s. al trespas dunpu, 
P tr. du mur — 2576-2577 M Ko en la bataille out esmer retenu — 
2576 P des or quil la perçut — 2577 P li ch. — 2578 mort 
manque M — 2579 ^ Quant il requist t., P li ch. — 258o M r. 
sun destrer c sun brant mulu — 258 1 M del escu — 2 582 M 
chef dekes al autre lad freint, Pait fr. — 2583 M refert od lespeie 
mulu — 2584 M ke ne sunt r. — 2585 M li uassal tant fert ke 
se — 2586 M Sinagor refert e tut — 2587 ^ l' ^o"s r. esm. est 
décelé p. — 2 588 P comme hom de grant vertu. 



FUITE DES GRECS 1 07 

Et vient a Sinagon, si l'a reconeU. 

2590 « Vasal », dist l'emperere, « bien vos est avenu : 
Il n'a home en cest siècle tel mestier m'ait eli. » 
Andeus les départi ; bien lor est escheu, 
Car forment s'enpirasent, ainz que Tun fust vaincu. 
Son boin destrier corant a Sinagon rendu, 

2595 Et dist li empereres : « Je vos tiens a mon dru. 
Dites vostre seignor, Garsire le chenu, 
Que Florence li a mandé par moi salu. 
— Sire », dist Sinagon, « par Deu, le roi Jesu, 
Mar veïsmes l'orguel del vellart mescreli, 

2600 Car de ceste bataille somes nos tuit vaincu! » 

XGIV Moût par ot devant Romme grant bataille champal. 

Grifon tornent en fue, li gloton deslaial ; 

Au trespacer de l'eue, que cort par son chenal, 

Les ataignent Romain, li chevellier laial. 
2605 La ot tant cop donné d'acier poitevenal 

Et tant elme trenchié, tant escu, tant nasal! 

A tant es vos poignant Esmeré le laial. 

Et consuit un Grifon que lor ot fet maint mal ; 

Grant cop li a doné sus son elme a cristal, 
2610 Que tôt l'a porfendu, et lui et son cheval. 

Tuit s'en fuient Grifon, puis n'i tindrent estai. 



25893/uint, M ben r. — 2590 Af ai ore veu — 2591-2593 man- 
quent M — - 2591 P ma eu — 2594 M d. lui ad tost r. — 2595 M 
d. sinagor io — 2596 iVf D. a — 2697 M li mande par us mile — 
2598 M p. celui ke lem claime i. — 2599 P au u., M recru — 
2600 M Ke en, nos manque M. 

XCIV. 2601 M auit en r. — 2602 M f. ne rendent plus estai — 
2603 M trépas de kane ki curt el graual — 2604 Af La si reposunt 
r. li barun natural — 26o5 M La unt, M féru del — 2606 M 
Tant escu trcnche tant heume a cristal — 2607 manque M — 
2608 M La y ueint ceus ke lur unt fet mal — 2609 M Grans 
cops se demiene en muntaigne e en ual — 2610 3/ Ke trestut 
purfendent hom e ch. -- 261 1 M Tus fusent mort gr. e ne 
remisent estai. 



I o8 CARNAGE 

MJ*64b. Quant li fors rois Garsire lor sort par mi un val ; 

Et sont bien trente mille o Tensaigne roial. 

XGV Au trespacer de l'eue se sunt entrecontré ; 

261 5 La ot tante ante frète et tant escu troé 
Et maint baron ocis et mort et afolé, 
Tant Grifon orguelleus a martire livré. 
N'i trovesiez de terre un arpent mesuré 
N'en i ait plus de mil l'un sus l'autre gité; 

2620 Ainz n'oïstes parler de tel mortalité. 

L'emperere Garsire ot moût le cuer iré, 
Pf'Sg. Quant il voit le damaige sur lui si atome. 

Fuiant s'en vet li rois, s'a son escu gité 
Et porte en son poig destre son branc nu acéré. 

2625 Plus de mil l'en suirent que furent eschapé 
Et enprès lor seignor se sont tuit arouté ; 
Il sont venu au port ou furent arivé. 
« Seignor », ce dist Garsire, « mal nos est encontre, 
Car 'tuit sont mort mi home, ocis et afolé ; 

263o Li dit de Sinagon sont isi avéré. 

Mes, s'en Coutentinnoble puis venir, ma cité, 
Sachiez qu'ancor sera chierement comparé. 
Por ce se je m'en fui de bataille champé. 
Ne m'ont il pas vaincu recréant ne maté; 

2635 Ensi sont maint prodome sovent desbareté. » 
Isnellemant s'en sont en lor dromont entré 

2612 M Q. lur suit g. dreit par vn — 261 3 M al enseigne. 

XCV. 2614 3/ trépas dun gwe se s. en contre — 261 5 manque 
M, P tant ante — 2616 M La sunt les vns e les altres o. e a. — 
2617 M T. bon gent a la mort — 2618 3/ Ne crosset — 2619 M 
Net plus un mil chescun sur autre — 2620 M Vnkes, P noistez 
— 2622 M d. tut sur li turne — 2623 Me. rue — 2624 destre 
et nu manquent AI — 2625 M le siwent ke sunt de mort — 2626 Et 
et se manquent M — 2627 M E s. u. alaport v f. arme — 2628 ce 
manque M ~ 2629 M Ke tut ma gent sunt mort e a. — 263o P 
Le d. de s. mest, de manque M, Af si a. — 263 1 M puse u. — 
2632 M cher c. — 2633-2634 intervertis dans M — 2634 re- 
créant manque M — 2635 P Isi, M home — 2636 M se sunt. 



LES GRECS S ENFUIENT SUR MER I09 

Et drecerent lor voilles, si sont desaancré ; 

Li deables d'enfer lor donna tel oré, 

Isi con il relisent et dit et devisé. 
2640 A tant es vos poignant le boin roi Esmeré, 

Armé sus Bondifer, le gonfenon fermé ; 

Romain sont après lui rangié et arouté. 

Quant il virent les voilles et de loig la clarté 

De la riche escharbocle, a pou ne sont desvé. 
2645 « Seignors », dist Esmerez, « tut somes vergondé; 

duan qu'avons fet ne pris un denier monaé. 

Bien savez le covent, ne puet estre celé, 

Que promis a Florence, la belle au cors moUé. 

Quide moi dons Garsire son cors avoir enblé? 
265o Par icel saint apostre c'on quiert en Noiron Pré, 

Ne en mer ne en terre n'en chastel n'en cité 

Ne puet il pas garir, n'en nulle fermeté, 

Je ne l'en traie a force par vive poesté, 

Et si ferai de lui toté ma voulenté, 
2655 Et, se je ne l'oci, dons m'en savra il gré. 

Veez ci le navîlie garni et apresté; PJ^Sg b. 

Asez i a vitaille et pain et vin et blé 

Que Grifon orguelloz i orent amené. 

Or tost après Garsire, franc chevalier membre ! » 
2660 Quant li baron l'entendent, moût s'en sont effraé ; 

Trestot li plus hardis a de paor tremblé. 



2637 M dressunt lur mast si se sunt eschipe, P des et ancre — 
2638 M Lur malfe lur ad si encuntre, P orer — 2639 M Ausi, 
M leusent dit — 2640 M estes vus — 2641 manque M — 2642 sont 
manque M, M e serre — 2643 M u. en loins lur mast enlorree, P 
le voille — 2644 manque M, P Et le r. — 2645 M Dune dit 
assoens li bon reis esmere — 2646 M Quake nus — 2647 ^ coue- 
nant — 2648 Afio primis fl. e lauoi iure — 2649 ^ Q^^ ^^ "^oi d. 
g. auoit son cors, dons manque M — 265o saint manque M, M ke 
lum — 2652 pas manque M — 2653 M Ke nel eie a f, e p. — 2653 M 
io loscie dune me s. maigre — 2656 P Vez ici les nauiez garnis, 
M une nef garnie — 2657 M u. pain — 2658 i manque M — 
2660 M b. entendunt si furunt — 2661 3/Tut, M ont lequor greue. 



I I O ESMERÉ REMET LA RÉGENCE A MILON 

Mf*64c. XGVI « Seignor », dist Esmerez, li empereres ber, 
« Lâcheté me resamble qu'isi vos voi pencer. 
Mes tôt ce n'a mestier; alez vos adober! 

2665 II i a teus de vos qu'asez sevent de mer ; 
Entremetez vos bien des voelles atorner, 
Des gouvernaus tenir, des ancres remuer. 
Fêtes en ces sentines ces chevaus avaler, 
S'irons après Garsire; n'ai soig de demorer. 

2670 Et vos, Milles, biau frère, vos en covient aler 
En la cité de Rome por mon renne garder 
Et ma moillier Florence, que je puis tant amer. 
Dites bonnes novelles por lé réconforter ; 
La grant barbe Garsire li vodrai présenter. 

2675 Fêtes cent chevaliers avec vos retorner, 

Agravain et Sanson, que moût font a loer. 
Vos iestes andui frère, por ce m'i doi fier, 
Car dous.plus leaus homes ne poroit l'en trover. 
Se Jesu me ramoinne, que tôt a a sauver, 

2680 Vos serez de ma terre seignor por comander. 
Trestote icelle choze que savrez deviser 
Sera fête, chier frère, car moût vos doi amer; 
Oncor vos quit je moût essacier et lever, 
Et d'un riche reame vos quit je coroner. 

2685 — Frère », ce respont Mille, « ce fet a mercier. » 
Par fine traïson fist samblant de plorer. 



XGVI. 2662 empereres manque M — 2663 M Laschesce me 
semble ceo ke io vus — 2664 ^ ^^s ore tost curez vus desarmer 
— 2665 M tel, M set ■— 2667 M e des a. leuer — 2668 M F. uos 
cheuaus as nefes entrer, P sa s. — 2669 M Si alum, P na s., M 
de plus larger — 2670 M deuez a. — 2671 M ter de r. pur mun 
rcume -- 2672 M la reine .f. ke io dai — 2673 M conforter — 
2674 M Le noble rei g. — 2676 manque P, M Cent chevalier 
fetcs o uus — 2676 moût manque M — 2677-2678 manquent M — 
2677 P iestc — 2679 ^ ^' ^^^> ^ guier — 2680 M Sire serrez de 
grans tcres pur tut, P comande — 2681 M terre ke vus saucz no- 
mer — 2682-2684 manquent M — 2685 M dit m. — 2686 man- 
que M, 



DÉPART D*ESMERÉ III 

Ha! las, que il ne sot son cuer et son peneer l*' * 
Mes Ten ne se puet mes de traïson garder. 
Bien se fist Esmeré de sa gent redouter, 

2690 Es dromons et es barges les a fez toz entrer. 

Que veïst ses destriers en sentines mener, /V*4"- 

Armeûres et targes baillier et remuer, 

De grant fierté de gent li peiist remembrer ! -■ 

Il se pristrent aus cordes por les voilles lever -'- 

2695 Et, quant li vens i fiert, si prennent a sigler. 
Sanson li orguelleus ne pot sus piez ester 
Ne Agravain, son frère, quant vint au desevrer; 
Cil furent au consoil de l'enfant coronner, 
Por ce vuellent au roi issi grant foi porter, 

2700 Car dous plus laiaus homes ne puet l'en pas trover. 

XGVII Esmerez et les ouz el dromont s'en entra, 
Après le roi Garsire par haute mer s'en va; 
Et Milles, li traites, arrière retorna, 
Sanson et Agravain avec lui en mena 

2705 Et les cent compaignons qu'Ameré li bailla. 
Il n'ont guerres aie, ne pas ne demora, 
Que de grant traïson li gioz se porpensa ; • • 
Car des cent chevaliers les vint mellors sevraj'' ' 
A une part les tret, ja se descoverra. 

2710 Sanson ne Agravain onques n'i apella, 



2687 M quil ne seust — 2688 M M. nus hom ne se p. de — 
2689 M ses homes doter — 2690 M En dr. e en b. les fist trestus 

— 2691 M en ces nefes m. — 2692 3/ Armes e t. charger e por- 
ter — 2694 Af a c. pur lur — 2695 P se f., M si pristerent — 
2696 3/ S. li ber — 2697 M E, M q. les ueit desancrer — 2698 M 
pur le enfant — 2699 ^^ ^' issi manquent M, P r. por ce gr. — 
2700 manque M. 

XGVII. 2701 M sun 03t en — 2702 M en h. — «708 manque M 

— 2704 et manque M, M od li pas namena — 2705 manque M — 
2706 P guerre, M ne longes ne demurra — 2707 M tr. .m. se — 
2708 Car manque M, P de c. — 2709 M si lur d. — 2710 M S. 
c, P nia apella. 



U 2 MILON EXCITE LES CHEVALIERS A TRAHIR 

Car Milles fu moût sages, auques les redota. 
« Seignor »,, dist il aus autres, « ne vos cèlerai ja, 
Se vos otroiez ce que mon cuer vos dira, 
Le plus povre de vos tel seignorie avra 
2715 Que toz li suens lignaiges si riches estera 

Que gemès pouvreté nesun d'aus n'en avra. . 
Esmerez est toz fous qu'après Garsire va, 
Je vos afi par foi ja n'en retornera. 

Mp64 d. Ainznez sui je de lui, ne gemès miaus vaudra, 

2720 Si doi bien estre rois. Qui qui l'ottriera 
lert sire de ma terre et de sa et de la; 
Tant li donrai richesce con il devisera, 
Or et argent et terre, itant con il voudra. 
Et puis avrai Florence, que moût grant blautei a, 

Pf*4o b. 2725 Car mon frère Esmeré ainz a lé ne tocha; 
Et vos savez de voir que elle me rnanda 
Tût avant que nul home, ce s^ve? . vos pieç'a . 
Bien vos est avenu, par Deu que me forma : 
Tote iert vostre la terre dès les mons en ensa. » 
2780 Quant cil ont entendu ce que ^Milles dit a, 
La richesce désirent, chacunsla convoita ; 
Et Milles, li traites, tresbien lor afia 
Que ce qu'il lor promet a trestoz lor tendra, 
Et cil li craanterent qu'anpereres sera. 



271 1 3/ Ke, 3/ e a. les dota — 2712 3/ aceus nel vus cè- 
lera, P cèlera — 2713 M Ke si uus mai o. ceo kc mi quers 
desirra — 2714 povre manque M •— 2715 P t. vos 1., M t. 
vostre 1. riche e menant serra — 2716 manque M, P nés vn nen 
auera — 2717 M E. e gram, M senua — 2718 P por {., M 
ne r. — 2719 M s. de liu e m., P g. ne vaindra — 2720 M 
d. plus tost e. r. e cil ke lotr. — 2721 M la t. e mis quors 
lamera — 2722 M richesces cum il meimes uoudra — 2723 
M terres e de ca e de la — 2724 P aura, M auera, raout man- 
que M — 2725 M Ke, M unkes ne Japrocha — 2727 M a. 
mun frère grant p, —- 2728 vos manque M — 2729 M t. del mund 
deske ca — 2730 cil manque M, M m. endita — 2733 M Ceo ke 
lur pr. a tr. dura. 



LE COMPLOT I I 3 

I 2735 De mout grant traïson c'est Milles porpensez. 
Des cent chevaliers a les vint mellors sevrez, 
A une part les tret, ses a araisonnez. 
Sanson ne Agravain n'a il pas apelez ; 
Por ce qu'il sont prodome, si les a redotez. 
2740 « Seignor », dist li traites, « vers moi en entendez ! 
Se vos ice que di tresbien me creantez, 
Tant vos donrai avoir et chastiaus et citez 
Et bons poelles d'Otrente et hermins engolez, 
Destriers et pallefrois et deniers monaez 
2745 Li plus povres de vos sera riches clemez. 

Ne sai que je vos die, mes tout le mien prenez; 
Chosiez et si partes, ja ne vos iert veez. 
Quant vos vendrez a Romme, mout grant due], démenez, 
Et direz a Florence que morz est Esmerez :^. r r^i 
2750 Et en la grant bataille ocis et craventez, 

Si comanda mon frère, quant fu a mort navrez, 
Que sa moillier élise et ses granz eritez ; 
Celle vos en mescroit, tresbien li afiez. 
Je la prendrai a femme, s'en ferai toz mes grez. » 
2755 Et cil li respondirent : « Si con vos commandez! » 
Or oiez dou deauble con il est forcenez : 
Maintenant les a toz a consoel apellez; 
Milles lor promet tant qu'il les a enchantez : 
Le seremenz en fu et fez et devisez Pf*4'- 

2760 Que Mille sera rois de Romme coronez. 

XCVIII. 2735 P ch. .XX. les m., M .xx. choisez — 2737 M De, 
3/ si ad — 2788 3/ S. e — 2789 P pr. et vasal adoubez — 2740 M 
enuers moi ent. — 2741 M ceo ke io di tre ben garantez — 2742 M 
auer ch. — 2748 manque M — 2744 P D. et et, M palefroi mules 
suiornez — 2746 M manant assez — 2746 M vus endi tut, P 16 
mie — 2747 M e pernez, P iert celez — 2748 P uendre, ^ en r. 
grant — 2749 3/ E si dites f. — 2760 Et manque Jf, M e afolez — 
2751 3/ E, Mm., huerez — 2762 P grant — 2753 en manque M — 
2764 M Q aueroi t. m. heez — 2755 M respunent — 2756 M 
del bel cum fu -- 2767 M out t. — 2768 M ke tus les, P chantez 
— 2769 Af Ke le s. fu fet' — 2760 M en rome. 

T. II. 8 



114 SANSON RÉSISTE AUX TRAITRES 

Sanson li orguelleux fu chevaliers provez, 
Por ç'ot nom orguellous que vasal fu membrez ; 
Tant se fie en sa force et en ses granz bontez 
Que il ne prisoit home que de mère fust nez. 
2765 II a dit a son frère : a Agravain, qu'an pensez? 
Sera dons cest consoil par nos dous creantez? 
Mp65. Nenil, par cel seignor que en croix fu penez !•» 

II a dit a Millon : « Fel traite provez, 
Ja, se Deus plait, mon sire n'iert par moi ver gondez ; 
2770 Onques miaudres vasal ne fu de mère nez. 

Vos n'iestes pas son frère, ja mar le me direz ; 
Certes onc de son père ne fustes engendrez. 
— Tez, glos ! » ce respont Milles, « trop iés desmesurez; 
■"'^' Jâ le comparrez chier, se vos plus en parlez. » 

2775 Sanson c'est de cest mot duremant aïrez, 
Il a treste l'espee, que li pendi au lez, 
Se li est corrus sure. Ja fust Mille finez. 
Quant ii gloz li guenchi, c'est d'autre part tornez. 
« Seignor », dist il aus autres, « por quoi ne Tociez? 
2780 Vos iestes tuit mi home et je vostre jurez. » 

Et cil li respondirent : « Ci iert con dit avez! » 
Sure li sont corru aus bons brans acerez. 
Sanso« se deffent si con chevaliers membrez, 
Et Agravain, son frère, s'i rest bien esprovez ; 
• ^^ 2785 A plus de dis en ont les chiés des bus sevrez. 



2761 M li ber fu ch. membrez — 2762 P Por ce ot, M ceo fu dit 
o. ke il fa cheualer prouez — 2763 M T. sa fte, P sagrant 
b. — 2764 M Ke ne dota, P fu n. — 2765 M ke p. — 2766 P 
donques cest murtre, M par vus deuisez — 2767 M par icel — 
2769 Ja manque -V/, M nostre seignur li reis ne serra pur vus 
déposez — 2770 M Ke vnkes m. u. fu — 2771 me manque M — 
2773 M dit m. — 2774 vos manque M — 2775 M S. est de ceste pa- 
role — 2776 M tost le bon brant acerez — 2777 M curt, M fu 
tost f., P fu m. afinez — 2778 M traître sen est autre — 2780 M 
c mes i. — 2781 Af E li dient si cum vus comandez — 2782 P 
est corruz aubon branc — 2783 M E s. se d. cum — 2784 M 
est b. purpensez — 2785 manque M. 



1 \f 



IL EST MIS A MORT I I 5 

Qui chaut? Sanson i fu ocis et desmembrez, 
Et Agravain sesirent environ de toz lez. 
Se le plet ne créante, toz iert a mort livrez; 
Tant l'enpaignent et boutent qu'a terre fu versez. 

X 2790 Quant orent Sanson mort li cuvert de put lin, 
Agravain ont tolu son boin branc acerin» 
Dom le ponc estoit fet de l'or alexandrin. 
Li vassaus se démente, qui tant ot le cuer fin : P/*4/ * 

« Ahi ! Esmerez, sire, en vos n'a point d'engid ! 

2795 Cil sires vos conduie que de l'eue fist vin ' 
Le jor qu'il sist aus noces dou saint Arcedecliii' 

Et vos ramaint en Romme sus el paies marbriii'! i^~^~ 

Il regarde son frère, c'on geta mort sovin ; 

Agravain chiet pâmez très en mi le chemin 
2800 Et, quant il se redrece, moût par ot le cuer fin"i 

« Fil a putain », fet il, « mavès larron frarin, ^ 

Por quoi avez vos mort Sanson le palesin?^'"'^^ ^^"^ 

Asez iestes paior que ne sont Sarrazin ; ^"^ 

Tuit en serez pendu, ja n'avrez autre fin. 
2805 En la moie foi, Mille, moût iés de mal train! î^v^v*^ 

Cudiez vos estre rois par vostre mal engin? 

— Agravain », ce dist Mille, « lessiez vostre latin !" ^'~ 

Par icel saint apostre que quierent pèlerin, 

2786 M Quant s. fu o. e tut decopez — 3787 environ man- 
que M — 2788 M Si deu nen prcnt pile tost — 2789 maw^e J/, ^ 
Plont versez. ■',."' ^ ' "• 

XCIX. 2790 M mort sampsun li traître — 2791 ATE de a. unf 
t. le brant — 2792 manque M — 2793 P Le baron, 3/ ke quer 
out entrin — 2794 M Ha, M nout p. — 2795 P nos c. — 

2796 M Quant il fu as n. architeclin — 2797 3/ remainez en 
vostre p. -- 2798 3/ ke iut m. — 2799 très n^anque M — 
2800 3/ q. se dressa dit malueis treitre frarin — 2801 man- 
que M — 2802 vos manque M — 2804 M Tus pendrez a furcjies " 
nauerez, Pp. sen iert uostre destin — 2805-2806 ma«^Ke?if 3/ — 
?8o7 M Pernez le dit m. sil ne consent pas auostre — 2808 saint 
manque M. 



Il6 SON FRÈRE AGRAVAIN CÈDE A LA FORCE 

Se vos ne le leciez, ne verrez le matin ; ,,„. 
2810 Je vos ferai sentir mon acier poitevin. » 

C , Moût fut proz Agravain a la chiere membree; 

Quant il chosit son frère mort sanglant en la pree, 
Lors li est grant doleur dedens le cuer entrée : 
Trop se fu combjatu, ne pot avoir durée. 

2815 Asez lor a dit chozes qui pas ne lor agrée ; 
Chescuns tenoit sus Jui tote nue s'espee, 
N'ia cel pel menace la teste avra copee.. . . 
Puis li ont laparoUe et dite et devisee 
Que Milles sera rois, sa teste iert coroijee. 

282Q Agravain otpaor, quant sa mort fujurçe 
Mp65 b. Et le berla voit si durement apressee. ^ . .. ,. 

Adons a une choze dedens son cuer penche, 
Se la traïson est ensemble o aus jurée, m 
A Florence de Romme n'iert ja por ce celée. 

2825 Penitance en prendra, tel con li ert donee; 

Et, se il ce ne fet, la teste avra copeç^^gj^^j" ^,^, , 
Adons lor a sa foi plevie et afiee _ ., ^^ «^^ 1 
PP42. Trestût?il,pr,plesirdç.quan qu'il Ipr agr^^j^^r .^r\ 

Ne j a la traïson n'iert par lui encusee. 

283o M Agravain »^ ce dist Milles^^ « la choze est bien alee, 

2809 M niascente'z tost mûrrez en déclin, P ne leciez — 2810 
manque M, P fera. 

C. 2811 AT f. agrauain prouz od — 2812 J/ Q. vit mort sun 
frère en — 281 3 M L. en out tel dolur en sun, P cors e. — 
2814 M Sil se fust c. nen eust endurcie — 281 5 M paroles ke. 
nent lur — 2816 M contre lui tut neu sun — 2817 M Nad cil 
nel eust la teste c. — 2818 M Quant lui unt deuise vne parc 
celeie — 2819 3/ si auèrra la teste c. — 2820 M uit sa mort i. — 
282 1 M Des espeies leurent tant forte démenée — 2822 manque M 
— 2823 M tr. neust od, M ajoute le vers : . , 

To8t fust de lui la uie ostee 
— jïjia^,^ r. ia nert celée — 2826 M Penance prendroi, li man- ' 
que M — 2826 M si ceo ne feist la t. lui fust — 2827 M e pleue e 
iurrc'— . 3$38 -Wpl. quanke Ijir — 2.8^^ .W E ke ia, M mustree — 
aS^l^o'ce manque M, M ouercc. ' ' "" 



LE CORPS DE SANSON EST RAPPORTÉ A ROME I 1 7 

Mes de Sanson me poise, que gist mort en la pree. 
Car fesons une choze que je ai porpensee, 
Que maintenant si soit une bière aprestee 
Et par desus coverte d'une porpre fresee. 

2835 En la cité de Romme soit a grant duel portée ; 
Disons c'est Esmerez par tote la contrée. » 
Li traïtor respondent : « Geste parolle agrée. » 
En un bruillet s'en entrent, s'ont la bière copee, 
A lor branz acerinz l'ont bien fête et dolee, 

2840 Asez mistrent dedenz de la selve ramee, 

Sanson i couchent mort, que la char ot muée ; 
D'un poille de Bisterne l'ont bien envelopee. 
Tote nuit chevacherent, qu'il n'i ot arestee, 
A Rome sont venu, si con l'aube iert crevée. 

2845 Florence la roïne c'est par matin levée, 
A une des fenestres dou palez acodee; 
D'un riche drap de soie fut vestue et parée, 
O lé de ses pucelles Audegons et Gondree, 
Blancheflor, Margarie et Mahaut la senee. 

285o Ja orra tel novelle dont iert moût effraee, 

Qu'an la cité de Rome s'en est la bierre entrée ; 
Des félons traïtors fut moût grant la criée. 

CI Moût furent li fellon fel et desmesuré, 

Et Milles fu traites, que ce otporpensé. 



283 1 Mes manque M, M peist — 2832 M Ke f. ceste ch. ke 
auom purparlee — 2833 si manque M, P b. leuee — 2834 M seit 
c. — 2835 P ogrant d. — 2836 M ke cest e. od la chère mem- 
bree — 2837 manque M — 2838 M se sunt entre — 2840 M folle 
r. — 2841 M c. ke out la char m. — 2842 M E pus lunt dun riche 
drap coueree — 2843 M cheuachent ke ni — 2844 J/u. dreit a la 
iurnee — 2845 M si ert — 2846 M f. se ert acutee — 2847-2849 
manquent M — 2860 tel manque M, M ke vent' lui a greie — 
283 1 M Estes vus en, s'en manque P, s'en est manque M — 2852 
moût manque M. 

CI. 2853 M M. par esteint cil treiters d. — 2854 P m. li tr., M 
deuisez. 



H8 I,ES TRAITRES ENTRENT DANS LA VILLE 

2855, Tote nuit chevacherent, ain? n'i ot aresté, 
A Romme sont venu, quant il fu ajorné. 
Ça de defors la ville ont un ronsin trové, 
Très en mi le chemin recreû et lassé. 
D'une de lor espees li ont le chief coupé, 

2860 Dou sanc qui s'en issi se sont ensanglenté, 
, Asi con ce il fusent trestuit esgratiné. 
p f»42b. Maintre communament s'en sont en Romme entré. 

Deus ! con braient et crient li traïtor prové 
Et pleignent et regretent le vasaul Esmeré, 

2865 Sa proesce et son cors, son sens et sa biauté ! 
Or enforce li dues par la bonne cité. 
Florence iert aus fenestres del paies principe ; 
Quant elle oït la plainte dou vasal alousé, 
Pamee chiet a terre sus le marbre listé. 

2870 Quant Audegons l'en lieve parl'ermin engolé, 
Enz el plus haut estage sont li gloton entré ; 
Sanson, qu'il orent mort, ont ou paies porté. 
A tant ez vos Florence au gent cors honoré; 
Venue est a la bière, si a moût bien parlé : 
Mf'ôs c. 2875 « Lasse! » dist la pucelle, « moût m'est mal encontre: 
Perdu ai dès or mais mon gentil avoé. 
Je pris cest demoiseil, que j'avoie aamé 
Por sa chevalerie et por sa grant bonté, 
Por ce que de ces armes le vi si acesmé, 

2880 Que fis estoit de roi de grant nobilité. 

2855 M vnt cheuauche ke ne sunt — 2857 M Deçà fors — 
2858 Af Dreit, M e tut 1. — 2859 M A vne des — 2860-2861 
manquent M — 2862 M Tus communément sunt — 2863 M cil 
tr. — 2865 3/ c. e sa grant simpiltez — 2866 M Dune recomence, 
bonne manque M — 2867 M est en la fcncstre, P principe! — 
2868 3/ de vasseus alosez — 2870 3/laleue od grant dol démenez 
— 2871 M Einz lunt en une chabre portez — 2872 manque M — 
2873 M od le g. c. ascemez — 2874 est manque M, M a dune p. — 
2875 M mut ma est m. — 2876 manque P, AI ore tut mun a. — 
2877 M E cist bon cheualer ke tant auei ame, P et ame — 
2879 M E pur ceo ke le ui des a. tante — 2880 M E fit. 



MILON ET FLORENCE I I9 

Garsire et son enpire ierent ci arivé; 

Mort m'avoient mon père par grant desloiauté. 

Quant voi ma gent ocire et mon règne gasté, 

Lase ! ne sai que faire de tenir mon régné, 
2885 Que si nobles vasal m'a si petit duré. 

Grant duel et grant martire m'a Jesu destiné, 

Mes, par icel apostre c'on quiert en Noiron Pré, 

Gemès autre seignor n'avrai en mon aé; 

Ançois devendrai nonne, je l'ai bien enpensé. 
2890 Deus maintiegne ma terre, le roi de maiesté! » 

Comme Milles l'entent, si est avant passé. 

« Dame », dist li traites, « moût ai le cuer iré 

Por la mort de mon frère, qui tant m'avoit amé. 

C'il vesquist longuemant, je sai de vérité 
2895 Qu'il n'eust si bon roi en lacrestienté. 

Mes sachiez une choze, ja ne vos iert celé, 

Car il m'en pria moût ou grant estor champé, 

Quant Grifon et Ermin Forent a mort navré, Pf*43. 

Qu'a moillier vos preïse, ja ne fust trestorné. 
2900 Seignor franc chevalier, dites l'en vérité ! » 

Li traïte respondent, que sont enlatiné, 

Isi con il l'avoient et dit et devisé : 

« En la moie foi, sire, a vostre volenté 

Ma dame vos prendra volentiers et de gré; 
2905 Demain l'esposerez, il esttoz esgardé, 



2881 M od ses griffuns ke furent ben arme — 2882 M Me unt 
mort, P et mon règne gaste — 2883 manque P, M Quant io uei — 
28843/ Ne sauoi ki peust t. — 2885 M E cist bon cheualer mad 
si poi — 2886 manque M — 2887 Af ke lem q. — 2888 P naura — 
2889 M Ainz deuendra noneine si lai e. — 2890 M D. mating ~ 
2891 M Quant, M aie — 2892 P est mon c. — 2893 P la mor, de 
manque M, M ke tant ai — 2894 M eust ueski iol s. — 2895 M 
ni eust — 2896 M ch. tut de uerite — 2897 M Kil^cie pria en le, 
P champel — 2898 manque M — 2899 M f. lesse — 2900 franc 
manque M, M d. ore la — 290 1 3/ li responent issi lad commande 
— 2902-2903 manquent M — 2904 Af E la d . — 2906 Af issi iauom 
esgarde. 



120 FLORENCE REFUSE D*ÉPOUSER MILON 

Il n'i a contredit, tut l'avon craanté. » 

Quant Tentendi Florence, s'a le chief encline ; 

Ne respondist Milon por plain val d'or comblé. 

Cil Moût ot grant duel Florence d'Esmeré le baron. 

2910 Venu sont devant lé li encrime félon. 

Au plus biau que il porent l'en ont mis a raison : 
« Por Deu! franche roïne, et car prenez Millon, 
Car moût par est vasal et si est gentis hom; 
Bien mainterra cest rainne encontre le Grifon . 

2915 — Hé! Deus », ce dist Florence, « que sofris pasion, 
Que sucitais de mort le cors saint Lasaron, 
Moût par est ores Milles de pute estracion, 
Que ci voit mort son frère en mi ceste meson, 
Ja se viaut marier si tost a esperon ; 

2920 A mervoelles me dout qu'il n'i ait traïson. 

Mes, par icel apostre c'on quiert en Pré Noiron, 

Gemès de mariage n'avra beneïson, 

Et, s'il avenoit choze que preïsse baron, 

Por trestot l'or dou monde ne prendroie Milon ; 

2925 Ja ne m'i fierai, trop me semble félon. » 

cm « Dame », ce respont Milles, li tracïtes provez, 
« Par saint Piere deRomme, de folie parlez! 



2906 manque M — 2907 M sun ch. — 2908 manque M. 

Cil. 2909 M démena gr. d. fl. pur e. sun, PM ajoutent le vers 
[cp. V. 3o3o) .• 

P : De grant duel ot grant ioie quant elle vit sanson 
M : De grant dole out grant ioie quant vit samsun 
— agio M s. ali, lé manque P — 291 1 MX pi. tost kilpount lunt — 
291a M r. pernez ore — 2913 Af Ke m. est bon u. si — 2g 14. M 
tendra la tere, P r. destor le gonfenon — 2915 ce manque Af, M 
suffritis — 2916 M E, M la c. lazarun — 2917 JV/suntces traîtres 
felun — 2918 M Kf en unt mort li bon ber samsun — 2919 manque 
M, P et esp. — 2920 M meru, dut iceste tr. — 292 1 M ke querent 
maint hom — 2922 M par m. ne auera milun — 2923 M si io le 
fcissc ceo serreit encuntre rcisun ~ 2924-2925 manquent M. 



AGRAVAm RÉVÈLE LA TRAHISON AU PAPE 121 

A moillier vos prendrai, c'est li plez devisez; 
Se volentiers nel fêtes, moût chier le comparrez, 
2980 Carie miaus del bernage c'est devers moi tornez. » MfôSd. 

Les traïtors apelle, ses a araisonnez : Pf<'43 b. 

« Seignors franc chevaliers, envers moi entendez ! 

Gardez qu'il n'i ait nul de vos ne soit armez. 

Vos bons brans acerins près de vos lés tenez, 
2935 Les portes dou palais estroitement gardez. 

Car, par icel seignor qui en crois fu penez, 

Ja ne li vadra force dous deniers monaez 

Je ne face de lé totes mes volentez. 

— Se Deusplait », dist Florence, « ja cel jor ne verrez. » 
2940 Or oiez d'Agravain con il c'est démenez. 

De la mort de son frère ne c'est pas obliez, 

Au plus tost que il pot c'est d'ilecques enblez 

Et vient a l'apostoille, se s'est aconfessez, 

La traïson li conte, que mot n'en fu celez. 
2945 « Sire », dist Agravain, « envers moi entendez! 

Malement est bailliz li vasaus Esmerez; 

Après le roi Garsire en est li bers alez. 

Les barons de cest raine en a o lui menez; 

Ovec Milon, son frère, estions retornez, 
2950 Con li rois commanda, por garder ses régnez. 

cm. 2928 3/issi est d. — 2929 M f. cher ert comparez — 2930 
M se sunt uer — 2931 M Li traître les a. si les — 2932 franc 
manque M, M ver m. — 2933 M II ni ad cil de vus ke ben, P ni 
an. — 2934 M br. de ascer, lés manque M — 2935 manque P, 
M ajoute le vers : 

•M. dit .f. io le sauoie assez 

— 2936 M Mes — 2937-2939 M donne les vers : 

Ainz ert mun cors de runcins traînez 
Ke io mesfeisse en contre mun auouez 

— 2940 M O. escutez — 2941 P lamor, de manque M, M ne nest 
mi — 2942 M k, M turnez — 2943 M Si uint, /» alapostoilles, M 
si est confesez — 2944 M ke tant fu — 2945 Af vers m., P gentis 
frans coronnez — 2946 M trai li bon rei — 2947 M sen est il a. — 
2948 M Tus les b. del ost en ad o sei — 2949 M O, M sûmes 
r. — 2960 manque M, P cest régnez. 



122 LA RÉSOLUTION DU PAPE 

Li gloz viaut estre rois de Romme coronez, 
De bien cent traïtors est cest plais agraez; 
Mes je ne l'otroiaixe por quatorze citez. 
Mon frère m'ont ocis, don je sui moût irez, 

2955 C'est il que en la bière est ou palez portez; 
Li gloton font entendre que ce est Esmerez. 
Merci ! frans apostoilles, je m'en sui parjurez : 
Ocire me voloient, c'est fine veritez, 
Se ne lor otroiaxe totes lor volentez. » 

2960 Et respont l'espostoile : « De mervoelles parlez! 
Ainz pechié ne feïstes, dès que vos fustes nez, 
Qu'orendroit ne vos soit maintenant pardonez. 
Agravain, biaus dous frères, moût tost vos adobez! 
Je cuit qu'as traïtors iert ja asaus donez, 

2965 Je irai ovec vos o mil homes armez. 
P f'>44. — Sire », dist Agravain, « Deus en soit merciez ! » 

CIV Quant l'apostolles ot la traïson ital, 
Bien connuit Agravain a baron natural. 
Il fist armer mil homes que tut furent vasal, 

2970 Et ont çainz les bons brans d'acier poitevinal. 
Por lor armes que luisent de l'or et dou cristal 
Afublent tuit les chapes; onques n'i ot cheval. 
« Seignor », dist l'apostolle, « franc baron natural, 
Li traïtor que sont ou paies principal, 



2951 M traître vus eut e. rei c. — 2962 bien manque M, M li 
pleiz bastez — 2953 M nule richetez — 2964 M occiez sampsun 
li alosez — 2955 M Cest cil — 2956 M Li treitre — 2957 M M. 
sire a., P apostoillez, M me s. — 2958 fine manque M — 2959 
manque M — 2960 M foli p. — 296 1 M Vnc, P feiste, M puske f. — 
2962 M Ke ne uus seit ore p. — 2963 M bel ami ore t. — 2964 M 
lo uoil ke le traîtres selent assailez — 2965 M E io Irrol od u. od 
m. de mes a. — 29G6 M loez. 

CIV. 2967 P 11 apostolle, M 11 bon a. — 2968 M E b. cunt a. 
pur — 2970 M E cerncuent le b. br. a cencstre costal — 2971 
manque M — 2972 M E fublcnt tus lur — 2973 M 11 a. cheualer 
Icial — 2974 M traître sunt tus. 



LES TRAITRES SONT SURPRIS 123 

2975 Nés ociez vos mie, n'i metez batestal; 

Nos les prendrons toz vis, si en ferons tôt al : 

Enz el fons de la chartre les métrons tôt a val, 

Trez que veigne Esmerez o l'ensaigne raial; 

Je cuit qu'il lor fera traire maint mal jornal. 
2980 En sor que tôt, baron, oncor i a tôt al : 

Qui ocirroit son frère, moût par feroit grant mal ; 

Ne creroit pas li rois la traïson mortal. » Mf^GG. 

Il s'en tornent ensemble a tant tut communal, 

El palez sont venu li nobille vasal 
2985 Et montent les degrez de marbre natural. 

Quant il furent ensamble tuit maintre communal, 

Si fermèrent les portes o le coroel corsai ; 

Chescun sesist le suen, qu'il n'i font arestal. 

Fors Milon, le traite, le cuvert deslaial. 
2990 Cil a treste l'espee, que moût par sot de mal, 

Damedeu en jura, le père esperetal, 

Qu'il ni a si hardi duc ne prince chasal, 

Esvesque n'apostoUe ne mestre chardenal, 

Cil venoit por lui prendre, qu'il ne li donast tal 
2995 Qu'an chantera por lui la messe mortual. 

CV Moût par fu li palez durement estormis. 
Les félons traïtors ont moût tost départis, 



2975 M o. mie tus al comencail — 2976 manque 3/— 2977 M 
En ma presun parfunde les metez a — 2978 M Tant, M le seîgne, 
P ajoute le vers : 

Adons sen vengera le baron natural 
— 2979 traire manque M — 2980 ynanqiie M — 2981 M occierei 
s. fr. il freit m. — 2982 P Ne sauroit — 2983 manque M — 2984 
M En p. s. V. ensemble pariga — 2985 manque P, 3/ marbre tus 
communal — 2986 M f. entre tus en vn estai — 2987 M p. li 
fedail — 2988 M seisi leson enicel iurnal — 2^89 P milles le 
traites li cuuers, M treitre od le quor d. — 2990 moût manque 
M — 2992 M Kil nad, M pr. ne — 2994 M uent pur moi pr. ke 
nel durrei ital, P por li pr. — 2996 iV/Ke lem, Af lui m. mortal. 

CV. 2996 M forment esturmiez — 2997 moût manque M. 



124 MILON EST FAIT PRISONNIER 

Contre terre les gietent, moût par fu grant H cris, 
Si les lient estroit, quant les orent saisis. 
p/»44 b. 3ooo Milles s'estut en piez, li traites failliz, 

Et tret le branctot nu, dont l'aciers fu bruniz, 
Et le ponc estoit tôt fet de fin or marsiz ; 
Autresi se deffent con fust uns Arrabiz, 
Mes onques ne fu d'armes ne de lance asaliz : 

3oo5 Nel vuelent pas ocire, qu'il lor fu contrediz. 

Un vasalle vout prendre, qui est vers lui guenchiz, 
Et Milles le fiert si que forment fu marriz, 
Que trestot le porfent de si en la raïz ; 
Ainçois qu'il rait son cop, fu de set pers sasiz. 

3oio « Milles », dist Agravain, « moutiestes esbahiz! 
De Sanson, qu'avez mort, sui forment malbailliz. 
Dans gloz, vos n'iestes mie a emperere esliz ; 
Vos avez mort mon frère, por ce iestes traïz. 
Or apreme li termes que vos serez honiz. » 

3oi5 L'apostolle de Romme ne fu pas estordiz, 
Venuz est a la bierre et lieve le samiz 
Ettrove mort Sanson, que tant estoit hardiz; 
Dou sanc que chiet des plaies fut toz sanglanz li Hz, 
« Par ma foi, Agravain, bien est voirs vostre diz. 

3o20 Seignor, a moût grant tort est cest vasal murtriz. 
Ahi 1 Milles, traites 1 li tiens cors soit madiz ! 
Viaus tu avoir Florence et estre ses mariz ? 
De lé ne de la terre n'iestes pas revestiz. 



2998 M C. les geterent mut fu — 2999 M E les lirent — 3ooo M 
M. esteit — 3ooi M tint sun br. t. nu ben furbez, P que fu dacier 
br. — 3oo2 manque M, P Dont le p. — 3oo3 P le d., M cum ceo 
f. nuns — 3004 P fust, M fu idunc pur nul hom — 3oo6 M si 
sest u. — 3007 M purfent c cors e teste e uis — 3oo8 manque M 
— 3oog M Einz kil cessa .vii. en ad occis — 3oio 3/ tost serrez 
malbailliz — 3oi i M f. mariz — 3oi2 a manque M — 3oi3 P et 
ie vos ai tr. — 3014 3/aproce — 3017 AT fu h. — 3oi8 manque M, 
P plaiez — 3019 M a. est veir tes — 3o20 M Sampsun a m. gr. 
t. estes ocis, P ociz — 3o2i 3/ m. li — 3o22 P Voloiestu fl. — 
3o33 Af sa t. y M seisiz. 



PRIÈRE DE FLORENCE 125 

Certes vilennemant fu Esmerez traïz; 
3o23 Se ne fusiez son frère, par saint Pou d'Ipoliz, 
Ne vos covenist mie por l'avoir de Saintliz. » 
Quant Milles l'entendi, li sans li est foïz ; 
De la honte qu'il ot fu toz tainz et paliz. 

GVI Quant or entent Florence la mortel traïson, 
3o3o De grant duel ot grant joie, quant elle vit Sanson. 

En une haute tor enfermèrent Milon, 

Enz oufonz de la chartre furent mis ligloton. 

« Hé ! Deus », ce dist Florence, « par ta savacion, 

Qui sucitas de mort le cors saint Lazaron Pf'45, Mf'66 b. 

3o35 Et Daniel savastes en la foce au lyon 

Et en la sainte Virge preïs anoncion 

Et saint Piere de Romme meïs ou Pré Noiron; 

Moût feis grant honeur saint Pou, son compaignon 

Et Judas, le traites, vos embla le poison; 
3040 Ce fu a un juedi de l'Asolucion 

Que li Juif vos pristrent et mistrent en prison, 

En la crois vos pendirent li encrime félon : 

Si voir con vos sofristes et mort et passion 

Et Longis le tirant feïstes vrai perdon, 
3045 Rendez moi Esmeré, mon natural baron, 

Que je puise vaer son cors et sa façon! » 

CVII Prové sunt li gloton, Deus les puise maldire! 
Onques n'i ot celui que s'en sache escondire. 

3024 M G. malement, PM fust, M honiz — 3o25 M h. tantost 
fussez osciz — 3o26 Af tut lor de brandiz — 3027 M lentent, M 
muiz. 

CVl. 3o3i manque M — 3o32 M es f., P gâtèrent le gl. — 
3o33 ce manque M — 3o34 M c. de 1. — 3o36 M preistes incarna- 
ciun — 3o37 P r. mois, M meistes en — 3o38 M E fastes — 3o39 M 
a ki donates — 3040 M par vn i. — 3041 manque M — 3042 M 
Ke en li eus vus mistrent li iudeu f. — 3044 M E alongis f. remis- 
siun — 3045 P le cheualier baron. 

CVII. 3o47 M treitre, P lor p. — 3048 J/ke se uoille. 



126 MILON EN PRISON 

De ce fist bien Florence^ et si n'en fu pas pire, 

3o5o Qu'il n'orent pas prison trestuit d'une matire. 
Milles fut tôt par lui, noblement comme sire, 
En la plus haute tor que l'en peiist eslire; 
Fables et chansonettes la font devant lui dire, 
Harper et vieller, conter romans et lire. 

3o55 Mes Milles fu dolens, si n'ot talent de rire. 
Et li autre gloton sont tuit en une tire, 
Devant aus n'a chandelle ne lumière de cire. 

Or dirons d'Esmerei et dou fort roi Garsire^ ' 
Con li veillarz s'en fuit'coreseus et plainz d'ire 

3o6o Por ses homes que furent livré a tel martire. 
Esmerez va après por lui tôt desconfire, 
Mes Grifon ne font tant qu'an lor vasel ne mire 
Et qu'Ameré ne voient, et lui et son enpire. 
Il a dit a ses homes : « Or atamprez vostre ire! 

3o65 Seignor, vez la Grifon vers qui mon cuer s'aïre. 

Droit vers Costentinnoble sai que cest vent nos tire; 
Moût i a grant trésor, je le vuel contredire. 
Pf'45 b. Garsire l'emperere, qui en viaut estre sire, 

Nel porra garentir, se vos sai bien a dire ; 

3070 Vos avrez tôt l'avoir, et j'ier dou raine sire. » 

G VIII Coutentinnoble fu citez de grant aport, 
Li mur en sont fermé en haut en un regort. 
D'arbres et de loriers i avoit maint bon ort. 
Mes Garsires s'en fuit senz joie et senz déport 

8049 M fet, M ne fu — 3o5o M tut — 3o5i tôt manque M — 
3o53 M chancons funt, P li f . — 3o54 -^ uiler suuent r. lire — 
3o55 si manque M — 3o56 M E tus li a. traitur demeimes la ma- 
tire — 3o57 M nad lumer ne chandele — 3o39 P Car li valles, M 
u. fu c. e pi. de grant — 3o6o M Pur ceo baruns, tel manque M — 
3o6i M sen ua âpre pur tus d. — 3o62-3o65 manquent M — 3o62 
P griufon ne f. lot — 3o66 M Vers c. chcscun aler désire — 3067 
M nel u. — 3o68-3oÔ9 manquent M — 3069 P Ne p. — 3070 P 
lauoir iere de lauoir, M io en serroi sire. 

CVIIl. 3072 M f. sur mer cinz vn gort — 3o73 manque M — 
3o74 3/ E g. li fuit lut senz déport. 



I 



ESMERÉ POURSUIT GARSIRE SUR MER I 27 

3073 Por ses homes que furent devant Romme tut mort 
Et a Goutentinnoble est venuz droit au port. 
Del duel et de la honte s'est apuiez au bort 
Et regarda arrière Testoire grant et fort, 
Car Esmerez l'enchauce senz nul autre resort. 

3o8o Gracien en apelle, Gaudin et Garnerot : 

« Seignor », dist Temperere, « jevoi bien en mon sort 
Ne puet gueres nus hons régner, puis qu'il a tort. » 

CIX Dès or s'en vet Garsire; n'i et que corecier, 
Quant il regarde ariere son mortel encombrier. 

3o85 Droit vers Goutentinnoble se fet si adrecier 

Qu'il chosirentles torz delplus mestre mostier, 
Les pilers et la voûte del grant paies plenier, 
Les pumiaus que reluisent et les egles d'or mier. 
Le dromont fut pesant et li governal fier, 

3090 Ne puent sanz grant vent durement esploitiôr, Mfo66 c. 

Et li autre vaissel sont petit et legier, 'at>«'<uf 
Et Romain sont prodome et vaillant chevalier. 
Deus ! se droit les conduient li mestre marinier! 
Près furent de Garsire le tret a un archier, 

3095 Et Grifon ne se porent guenchir ne esloignier; 
De venin et de feu font flèches entouchier 
Et quarriaus d'arbalestre por es targes fichier. 
« Seignor », ce dist Garsire, « ce ne nos a mestier. 

3075 M E, que furent et tut manquent M — 3076 manque P, 
Et manque M, M sunt uenu — 8077 ^^ E de d. e de h. — 3078 M 
regart a. si veit vn estorie — 3079 M Ke e. les enchase sanz 
autre, P déport — 3o8o M .G. apele gracien, M e ganort — 3o8 1 3/ 
dit il io uei b. par ma — 3o82 M régner nul home. 

CIX. 3084 Quant manque M — 3o85 M f. li reis drescer — 
3o86 M Quant il, M de plus haut — - 3087 M Les bretesches e 
les murs — 3o88 manque M — 3089 P le g., M fere — 3090 M 
Ne pout, M doritement aler — 0091 P a. vasal — ^092 prodome 
et manque M — 3093 Af E si dr. les condut, P condui le m. — 
3094 M Ke pr. f. g., M dun a. — 3093 M ne pount — 3096 P 
font fere et touchier — 3097 P Es, M de arblaste en ces uerges — 
3098 M S. dit g. ceo nus nad, P ne uos. 



1 28 BATAILLE 

Apareliez vos bien por ses ancres gitier, 
3 100 Gardez que moût bien soient conraé cil destrier, 
Chacuns ait en son dos son boin aubert doublier, 
Car il nos covient hors issir en cel gravier; 
Pf'46. Je cuit que la bataille nos estuet commencier. 

Vos verrez ja par tens ferir sens menacier, 
3io5 Car li Romain me vuelent ma cité chalongier. 

Gardez c'un seul n'en fuie por les membres trenchier, 

Car, par icel seignor que tôt a a jugier, 

J'en prendrai ja la teste o m'espee d'acier; 

Miaus vaut a honeur perdre qu'a honte gaaignier. » 

ex 3 no Moût fut belle aventure qu'il avint Esmeré 
Que Grifon et Romain sont ensanble arivé; 
Delez le Brez Saint Jorge en sont ou baille entré 
Devant Coutentinnoble, la mirable cité. 
Deus ! si sovent henisent cil destrier abrivé 

3i i5 Et luisent et flamboient cil vert elme gemél 
Grifon s'en issent fors, es preiz sont arivé, 
Et, quant Romain les virent, es chevaus sont monté. 
Maintenant s'entreviennent, que plus n'i ot parlé, 
De lances et de glaives se sont entrehurté. 

3i20 La ot maint escut fret et maint habert faucé 
Et maint baron ocis et par terre gité, 
Maint destrier d'Orquenie el champ esboellé, 
Et li un et li autre l'ont moût chier comparé. 
Esmerez esperonne, que ot le chief armé, 

3o99 M pur auter engin — 3 1 oo moût manque M, M couert cil — 
3ioi P Ch. a, M uest sun hauberc — 3 102 M Ke nus c. issir par 

— 3 1 o3 3/ Si uolum la batil c. — 3 1 04 manque M — 3 1 o5 A/ Ke 
r. uent ma terre — 3 106 3/ ke nul ne fu — 3107 Car manque M 

— 3 108 M lo pr. sa t. — 3109 3/ uoil a h. prendre. 

ex. 2)110 M Coe fu b. a. ka uint a — 3 1 1 2 3/ i. sunt en hauene 

— 3i 14 3/ D. tant forment — 3i 16 s'en manque 3/, M el pre — 
3 118 manque M, P sentreuienne — 3119 manque P — 3 120 3/ 
fraint, 3/ h. de maille — 3 1 2 1 3/ cuntrere iete — 3 1 22 3/ d. orka- 
nei», M enbolc -- 3 1 23 meut manque M— 3 1 24 3/ ke le chef eut. 



LES GRECS S ENFERMENT DANS LE FORT 1 29 

3 1 25 Par desus Bondifer, le gonfenon fermé. 

Romain viennent par force, se se sont desrouté, 

Grifon tornent en fuie, la force pest le pré. 

Meintre communament sont en la ville entré, 

Et li Romain sont toz ensanble o aus aie . 
3i3o Or i fièrent ensamble, moût sont espoanté. 

CXI Par la cité s'espandent, que moût fu grande et lee; 

Saint Père i fu nomez et s'anseigne escriee. 

Grifon tornent en fuie sens nulle demoree 

Et ces menues genz que sont de la contrée. 
3i35 Et, quant Garsire vit n'i pot avoir durée, 

Fuiant s'en vet li rois, sa targe a jus gitee; 

O quatre cenz Grifons, que moinnent grant ponee, 

S'en est alez fuiant par mi une valee. 

De trestote sa gent n'avoit plus aiinee, 
3140 Et chacuns d'aus ot tote sa broine desciree p i^ ^ ' 

Et son elme enbarré et sa targe quassee. 

En la haute mermande, qui est grant et quarree, 

De safre et de paintures entor enluminée 

Et de mai'bre entaillie et par dedenz listée, 
3145 La s'en montent Grifon comme gent aïree; 

Isnellement et tost ont la porte fermée. 

Li Romains les asaillent, moût fut grant la criée, 

Et Grifon se desfendent par ire desfrenee ; 



3i25 3f Sur b. le bon od lenseigne f. — 3i26 Af a f. e sunt 
desorte — 3x28 3/ Tuit comunement unt le portai ferme — 31293/ 
E griffun e romain sunt en la uile entre — 3i3o manque M. 

CXI. 3i3i moût mangue M — 3i32 M criée — 3i33 M s. plus 
d. — 3i34 P Icent m., M Cel menue g. — 3i35 3/ E g. ueit ben 
ne p. — 3i36 3/ si ad sa t. lessee — 3 137 M A, P grifon — 
3 1 38-3 139 manquent P — 3i3g M niaueit pi. auneiee — 3140 M 
de ceus out sa br. depescee — 3 141 3/ heume estroe — 3142 M 
grant amirande ke haut fu e — 3 143 M De diuerse peinture fu 
ahovne — 3144. pâT manque M — 3 146 La manque M, M g. auee — 
3146 et tost manque M — 3147 M a. grant fu la huée — 3148 M 
cum gens démesurée. 

T. IL Q 



l3o GARSIRE ET ESMERÉ 

Ne prisent ceus defors une pome parée, 
3i5o Tant comme la vitaille lor ait dedenz durée. 

CXII Ce fu a une feste de la saint Nicholais. 

Dedenz Coutentinnoble furent Romain espars; 
11 descendent a terre des chevaus, que sont gras, 
Le palez asallirent, mes nel font mie a gas. 

3i55 Cil dedenz se deffendent, qui ne sont mie las, 
Quarriaus et peus agus lor gâtèrent a tas; 
Le jor i ot maint elme et maint fort escu quas. 
Esmeré en apelle Savaris de Badas : 
« Sire, por icel Deu qui senblance tu as, 

3i6o Etquar otroie, sire, que cest palez soit ars! 
Et, se tu ce ne fais, gemès jor ne l'avrais. » 
Esmerez li respont : « Foi que doi saint Tomas, 
Trop est prodons Garsire, ce ne ferai je pas. » 
A une des fenestres dou palez plus en bas 

3i65 S'est apuiez Garsire, car forment estoit las; 
Bien conut Esmeré a l'elme de Domas, 
Aus pieres que i furent asises a compas. 
« Enfes », ce dist Garsires, « grant domaige fet m'as; 
Quant je te pris a Romme, onques nel me celas. 

3170 Je te clemai tôt quite et tu me desfias, 

Ne te prisoie gueres, quant de moi desevras; 
Trop par iés bon vasal, ce ne connui je pas. 



3nfJ2 

• 3 149 ^ c- ^'^ force -- 3i5o Af lur u. pot auer durée. 
CXII. 3i5i la manque M — 3i52 M r. cspcs — 3i53 Af s. las 

— 3i54 Af asaillent de tus pars — - 3i55 AfE cil dedensne s. pas, 
P quades lor font essars — 3i56 lor manque M, P et t., 3/ ades 

— 3i57 f<^r* manque M — 3i58 P Esmerez, en manque M, P 
tauari, M saueri — 3 i5g manque 3/— 3 160 3/ Sire ore tost ke, 
Potroies — 3i6i M Si ceo nefacez iames nel — 3 162 M E celui 
r. la foi ke de s. — 3i63 M Mut est uaillant, Garsire manque P 

— 3164 M f. ke fu fet a compas — 3i65 3/ kc mut fu — 3i66 M 
od le heume-— 3167 manque M — 3169 ']Q manque M— 3 170 tôt 
manque M — 3 171 M preisai, Af alas — Siyi M T. estes prouz 
ceo ne sauoi. 



1 



SINAGON CONSEILLE A GARSIRE DE SE RENDRE l3l 

Cest paies est moût fort, a enviz le prendras ; 
Mes tant t'en sai bien dire, se arrière t'en vas, P /^47- 

3175 De mon or te donrai quarante mille mars 

Et mil chamès chargiez de menieres de dras. » 
Esmerez li respont tôt bellement en bas 
Qu'il n'en penroit pas quitela cité de Domas. 

CXIII Li bons rois Esmerez est a pié descendus, 
3 180 Trez devant le paies fu li suens trez tenduz. 

Damedeu en jura, que ou ciel fet vertuz, 

Se Garsire nel rent, que il iert abatuz ; 

Moût par sera, ou cuer duremant irascuz. 

Quant il verra ses homes afolez et penduz. 
3i85 Par mi Coutentinnoble c'est li ouz espenduz, 

N'i a tor ne palez que ne soit retenus. 

Moût par a grantpaour Garsire li chenuz, 

Sinagon en apelle, que moût estoit ses druz : - 

Tant bon consoel li est ja de la boche issuz : 

[3190 « En la moie foi, sire, se g'en iere creuz, 

Cest paies seroit ja a Esmeré renduz. 

Car, c'il le prent par force, mal nos est avenuz : M/'ôy. 

Il nos todra les chiez, et vos serez penduz. 

En tote vostre terre n'a pas trois mille escuz. 
^3193 Mandez a Esmeré amistiez et saluz^ 

3173 M est f. anut le — 3174 M te s. dire— 3i75 M De m. 
trésor— 3176 3f charge des riche dras — 3177 bellement en 
manque M — 3ijS M ne prendroit quite. 

CXIII. 3 179 3/ en pez — 3 180 M Dreit, M fu sun, P cors ren- 
duz — 3 181 M eniure ke en crois fu pendu — 3i83 MM. serra 
en sun quor dolent e î. — 3184 3/ sa gent e folez — 3 1 85-3 187 
manquent M — 3i88 M S. apele cum home aperceu — 3189 M 
Ke meint b. c. est de sa — 3190 M A, M io fusse — 3191 ja man- 
que M, P esmerez — 3192 M Ke, 3/ a f . tus sûmes confundu — 
3193-3197 remplacés dans M par : 

Gains nauom uitaille ne nul ble mulu 

E nos gens mort tus les auom perdu 
— 3195 P esmerez. 



l32 GARSIRE Y CONSENT 

Et de lui soit trestoz vostre renne tenuz. 
Se vos isi le faites, encor iert vostre druz. 
— Je Totroi », dist Garsire, « je sui trestoz vencuz. 
Alez i, Sinagon, si ne soiez pas muz, 
3 200 Contez bien la parolle, ne soiez esperduz! » 

CXIV Grant paor ot Garsire a la barbe ferrande 
Del bon roi Esmeré que ses homes ne pende, 
Et de ce a grant duel que pou a de viande- 
Il prie le message que dou palais descende; 

32o5 Une posterne ovrirent Grifon a lor demande;^ 
Sinagon s'en ist fors, quant li rois le commande. 
Et aire par mi l'ost, que nului ne demande, 
De ci qu'il vint au tref et vit lé t'oi en grande 
D'asalir la cité a ses homes comande. 
PS^47 b. 3210 Quant Sinagon parolle, de parler fu en grande, 
Bien salue le roi, n*i a cel ne l'entende : 
« Sire, grant seignorie vos croit'et vos amende. 
L*emperere Garsire gent mesage vos mende 
Qu'il vos rendra sa tor et sa mestre mirmande, 

321 5 De vos tenra sa terre de si en Burelande, 
Une cité moût riche, garnie et marcheande. 
Sire, festes ice que mes sires vos mande I » 
Et respont Esmerez : « Ce est choze avenande. » 



3198 3/ E io, P Quant garsire lentent se li a responduz, M tut 
u. — 3200 manque M. 

CXIV. 320I M od la b., P chierre f. — 3202 M fort r. e. 
ke si forment demande — 32o3 P que il ont pou v. — 3204- 

3205 manquent P — 32o5 M Vne priue p. ouerunt alor — 

3206 M S. issi hors, le manque M — 3207 manque M — 
3208 P De ce quil, M Est venu al tr. real ke seignurie ad 
gr. — 3209-32 II manquent M — 8212 ^ S. esmere grant 
ost vus crest c a. — 32 1 3 M g. par moi vus — 3214 3/ t. ke 
tant est grande — 32 1 5 M ken beuerlande — 32 16 manque P 
— 3217 M f. cest quant ta merci demande — 32 18 M e. ser- 
roit ceo. 



ESMERÉ PREND POSSESSION DU PALAIS î33 

CXV « Sire », dist Sinagon, « droiz empereres ber, 
3220 L'emperere Garsire fet forment a loer, 

Par lui porez honeur et avoir conquester. 

Mes ce me dites, sire, c'il ce poroit fier 

En vos en nul endroit senz criemme d'afoler. 

— Ja de ce », distli rois, « ne vos estuet douter; 
3225 Por tôt l'or c'on poroit en sest siècle trover 

Ne vers lui ne vers autre ne vodroie facer. 

Mes alez, si me festes le paies délivrer, 

En l'ancien estage vuel coronne porter ; 

Et faites m'oriflambe sus en la tor lever. 
323o Ne vuel pas encest raine longuement demorer. » 

Et Sinagon l'en bese la chance et le soler, 

Puis est venuz ariere, n'a soig de demorer, 

Au riche roi Garsire la novelle conter. 

Quant li viez l'entendi, moût fu liez senz doter. 
3235 Lores a fet les portes erranment desfermer, 

Et Romain entrent enz, ne vodrent arester, 

Et ont fet toz les trez acoillir et trouser 

Et l'enseigne de Romme sus ou paies porter. 

Se Esmerez ot joie, ne l'estuet demander, 
3240 Quant il vit son barnage les degrez sus monter. 

GXVI Grant joie ot Esmerez, quant sa gent vit montée 
Et sa chevalerie entor lui arestee, 



CXV. 3219 M S. ceo d. s. vus estes si noble b. — 3220 M Li 
bon rei g. f. mut — 3221 M p. mut teres c. — 3222 M Ore me d. 
sil se pouten vus afier — 3223 manque M — 3224 Aï Dit esmere 
de ceo ne — 3225 M ke lem peust el mund — 3226 P Ne u. uos 
— 3228 M la c. — 3229-3230 manquent P — 3229 sus manque 
M— 323o M lunges d. — 323i M li b. — 3232 de manque M — 
3233 M Al bon, M porter — 3234 manque M — » 3235 M L. unt 
fetet meintenant les p. d. — 3236 -M E li reis entra cum bon 
cheualer — 3237 ME .g. lemperere le fet trestut deliuerer, P a. 
atrouser — 3238 M r. en la tur poser — 3239 M ne fet mie a 
esmerueiler — 3240 manque P, sus manque M, 

CXVI. 3241 M uit sa gent, P armée. 



l34 GARSIRE LUI REMET SON ÉPÉE 

Et de ce fut moût liez qu'an la grant tor quarree 
Vit s'oriflanbe sus tôt ou plus haut levée ; 
3245 La citez e la terre li fut abandonnée. 
Devant le palez ot une place pavée, 
Et fu grant de toz senz plus d'une arbalestee ; 
De princes et de contes i ot grant asamblee. 
dJ e A tant es vos Garsire a la barbe mellee, 

325o Bien connuit Esmeré a la chiere levée. 
Venuz est a l'enfant, ce li rendi s'espee. 
UPuis li a une clef de fin or présentée ; 
»1 Ce est cenefiance que terre a conquestee. 
D'un des plus riches rennes, c'est veritez provee, 
32 55 Que soit dès Oriant jusqu'à la mer Betee 
Sera anqui sa teste de fin or coronnee. 

CXVII Li baron se montèrent en l'ancien menoir. 

Moût demoinnent grant joie dès le main jusqu'au soir. 
Esmerez fut moût proz et plains de grant savoir, 

3260 Gel jor porta coronne par mervilleus pooir; 
Esmerez fut moût biaus, nus nel pooit vaoir 
Que de tôt son corage ne l'aint a son pooir. 
Garsire Ten apelle, se li a dit tôt voir : 
« Enfes, Jesu te fist por le mont recevoir. 

3243 M furent lee ken la tur sunt entrée — 3244 Af E u. lori- 
flambe en plus h. liu ferme — 3245 manque P — 3246 M pi. 
uoide — 3247 M Ke grande fu de t. leez — 3249 M estes vus g. 
od la chère menbree — 325o M B. le uit e. od lanseigne I. — 
325i M V. deuant, M lespeie — 3253 M Qeo signefie ke la t., M 
ajoute les vers : 

A grant ioie fu unkes engendre 
Ke si est en hauce e aliénée 

— 3254 P Vns d., -M De dous les plus haut règnes ke cest — 
3255 M seient del o. deske en — 3256 M S. sun chef 

CXVII. 3257 M sunt munte — 3258 M Grant ioie demeinent 
do matin deske al, P iusqua — 3259 moût manque M — 326i M 
E fu si b. c si uaillant ke nuls nel pout — 3262 M nel couent 
amer {fin du vers) — 3263 M li dit tut deueir — 3264 M dcu 
tad fet, P m. de cevoir, M rcstorer. 



ESMERÉ EST COURONNÉ ROI DE GRÈCE l35 

3265 Je ne vivrai mais longues, bien ai perdu l'espoir, 
De trestote ma terre te fais ici mon oir, 
Tis hom suis devenuz, bien t'en doiz percevoir. 
Or viengent cil avant que mestier ont d'avoir, 
Et je lor en donrai trestot a lor voloir. » 

v^III 3270 Moût fu proz Esmerez a la fiere persone, 
Dedenz Goutentinnoble porta le jor corone; 
De tote celé noise la granz citez resonne. 
Garsire l'en apelle a la chiere grifonne, 
Son cors et son avoir trestot li abandonne. 

3275 Li bons rois Esmerez ses homes aresonne : 
« Seignor franc chevalier, a corage me donne 
Que nos alons a Romme, quant avons ore bonne, 
Que la mers ne nos soit orgueillouse et félonne ; 
Si reverrai m'amie a la fiere personne. » 

3280 Sil en furent moût lié, quant il lor en sarmonne; 
Celé place font traire mainte mule esclavonne, 
Bien ensellee et riche o le frain d'Aragonne, 
Et sont venuz aus nez endroit hore de nonne, 
S'i mitrent la vitaille, le bon vin et l'avonne. 

)XIX 3285 « Seignors », dist Esmerez, li empereres ber, 
« Faites nostre navie gentement atorner ; 
Aler m'en vuel a Romme senz plus de demorer, 

3265 manque P, M u. nent I. b. e espeir — 8266 M tute, AI iss 
m. dreit heir — 3267 M h. deuendrai ci al premer {fin du vers) -— 
3268 cil manque M — 3269 M 1. durrei tut. 

CXVIIl. 3270 M e. Q bel p. — 3271 M p. sa c. — 3272 manque 
P, M Décelé grant n. tute la c. — 3273 M G. lemperere od la 
fere persone — 3274 M s. trésor tut — 3275 M sa gent — 3276 
3/ lie. — 3277 P Que ie men vuel aler en laterre de romme, M 
n. metum a r. a hure— 3278 manque P^ M ne folone — 3279 
manque M — 3280 M f. lee q. issi les s. — 32S1-3282 manquent 
P — 3281 M^c. — 3282 M B. encelees od freins — 3283 M a 
ure — 3284 manque M. 

CXIX. 3285 empereres manque M — 3286 manque P — 3287 
m'en et de manquent M, 



k 



l36 IL VEUT RETOURNER A ROME 

Si reverrai Florence, la belle ou le vis cler, 
pj*48 b. Et mon frere Milon, que je puis tant amer. 

3290 Ancor le cuit je meut essaucier et lever; 
Ja ainçois ne verrez cest premier an paser 
Dou reaume son père le ferai coroner. 
Se Deus le me consent, que tôt a a garder. » 
MJ^ 67 c. Ahi! las, qu'il ne sot son cuer et son pencer, 

3295 Con Florence l'ot fet en la prison giter ! 

Hé! Deus, nus ne se puet de traïson garder 
N'en nul homme dou mont ne croire n'afier, 
Puis que Deus, nostres sires, fist la terre et la mer 
Et Evain et Adam por le mont restorer 

33oo Et ruis et eues douces et poissons por noer 
Et arbres et forez et oisiaus por voler 
Etdains et cers et biches por bestes faonner. 
Tôt ce fist nostre sire por son pueple asazer, 
Et Adan commanda le vergier a garder, 

33o5 Ou il menja la pomme don ne deiist goûter; 
Et, quant il vint en terre, si l'estut laborer 
Et cochier et dormir et venir et aler. 
Onques, puis que ç'avint que vos m'oez conter, 
Ne reçut hom tel paine ne ne pot endurer 

33 10 Con avint Esmeré por Florence au vis cler. 



3288 M uerroi ~ 3289 M io tant aime de quer, M ajoute les 
vers : 

Si li uoil duner un pan de ma terre plener 

Tut lumbardie e babiloigne sur mer 
— 3290 M quit si enhaucer — 3291 M Ke ia ne u. cest an — 3292 
Af nostre p. le quid io, P fera — 3293 me manque M, M iuger — 
3294 M Hai quel dol kil ne set — 3295 M E ke, M sa pr. her- 
berger — 3296 Hé! Deus manque Af, P d. que se p. mes de — 
3297 matique P, homme et ne manquent M — 3298 M Ke pus ke 
nostre seignur — 3299-33oi manquent P — 3299 M eue adam — 
33oo M E bois, M nuer — 33oi M forest — 33o2 manque M, P 
b. et bestes — 33o3 M Tute ad fet n. s. pur nus garder — 33o4 M 
Quant a. c. sun — 33o5 ^Dunc m. la p. kil— 33o7-33o8ma«^«e«t ;J 
M ~ 3309 J/ E r. t. p. ke ne p. — 33iû Af E si ût, M od le uis. \ 



IL PREND GARSIRE AVEC LUI iSj 

Ce fist Milles, son frère, que Deus puist craventer, 
Gon vos orrez après en cest romanz chanter. 

CXX Garsire Temperere fu de moût grant aaige, 

De la barbe qu'ot longue resamble bien aufaige. 

33 1 5 Esmeré l'en apelle a la loi d'omme saige : 

« Sire, bien resamblez homme de haut parage. 
Je vuel que vos viengiez o moi en cest pasaige, 
Non pas comme prison ne por vostre hontage, 
Mes por croistre mon pris et mon grant vaselage. 

3320 A Pasques tendrai cort en cest premier estage; 
Quant vos serez o moi, ce senblera barnage. 

— Sire », ce dist Garsire, « vos me quarez outrage. 

— Non fez », dist Esmerez, « ja n'i avrez domage; 
Sire serez de moi et de tôt mon barnage. 

332 5 — Je Totroi », dist Garsire, « Deus vos doint bon corage 
Que vos ne me faciez ne honte ne domage ! 
Deus nos doint bon oré ! Alons en au rivaige 
Et si metons es nez viande de parage. » 

CXXI L'emperere Garsire fist forment a prisier, P/»49. 

333o Et li rois Esmerez le tint meut forment chier. 



33 II 3/ fr. li losenger, P puis cr. — 33 12 manque P, en cest 
romanz manque M. 

CXX. 33 1 3 M iw mut de, P et aige — 33 14 JV/Pur, M ajoute le 
vers : 

Si out uestu unsamit de cartage 
— 33 1 5 l'en et la manquent M -— Z3iÇ> M semblez de haut — 
3317-3320 M donne les vers : 

Mi conseil me dune si me uent en curage 

De aler a rome a fere pelrimage 

Tuit uendrunt mi home e priue e saluaee 
-—332 1 M Q. il vus uerrunt si semblera homage — 3322 ce 
manque M, M vus demandez — 3323 M faz ceo d. — 3325 M E 
io le grant d. g. de b. — 3326 manque M— 3327 M Alum ors 
dreit al r. — 3328 manque M. 
CXXI. 3329 3/fest mut a — 333o moût manque M. 



i38 



SON DÉPART POUR ROME 



^ 



â^ 



Il en vont au rivage, si font les nés chargier. 
Dont entrèrent es nés li noble chevalier, 
Plus i mistrent vitaille que il n'orent mestier; 
Dons levèrent les voelles li maistre marinier. 

3335 Or s'en va Esmerez, bien samble chevalier 
Et riche empereor et nobille guerrier; 
Orguel de traïtor ne vost onques prisier 
Ne n'ascouta paroUe ne dit de lousengier 
Ne ne laissa prodome en sa cortforsjugier 

3340 Ne honir por trésor ne son droit retaillier. 
Pris a Coutentinnoble par son corage fier 
Et si porta corone sus ou palez plenier; 
Or en moinne Garsire por son pris essaucier, 
Vers la cité de Romme fet son sigle dresier. 

CXXII 3345 Or larai des barons que en mersunt entré, 
Si dirai de Florence, que tant ot grant biauté. 
Deus ! si sovent regrete la gent de son rené : 

A//>57 d, « Glorieus sire père, par la vostre bonté, 

Car me rendez celui que tant ai desirré! >♦ 
33 5o Mes por niant le dit Florence au cors molle : 
Au port desoz Gaaite sont ensemble arivé, 
En quatre jors seront en Romme la cité. 
11 isirent des nez, se se sont atome 
Et acoillent lor airre, quant furent arouté. 

333 1 en manque 3/, M lur nefs funt — 3332 manque P, M en- 
trent -— 3333 M Plus aueint, P que ne lor fut — 3334 M drescent 
lur mast — 3335 Af e. od lui .g. li guereier — 3336 manque M — 
3337 M G. netraisunt ne uoilent unke amer — 3338 M Vnc — 
3339-3340 manquent P — 3339 M Ne vnke ne — 3340 M receil- 
ler — 3342 manque M — 3343 M los enhaucer. 

CXXII. 3345 M lerrum, M sunt en mer — 3346 M dirrum, M 
ad b. — 3347 M Cum souent — 3348 M Sire deu p. — 3349 M 
Ore me r. esmere ke t. ad bunte — 335o M Pur nent se démente 
ke tant unt ia sigle — 335 1 P Car au pors de soz gaite, M Ke 
romein sunt ia al port a., arivé manque P — 3352 M vendrunt a 
— 3353 M Des nefs unt lur cheuals hors iete — 3354 M si se sunt 
arote. 



I 



FLORENCE APPREND LE RETOUR D*ESMERÉ iSq 

3355 A tant ez un mesaige corant et abrivé, 

Et, quant il vint a Romme, moût ot son cors lassé; 

Isnellement s'en monte ou palez principe 

Et trova la roïne et son riche barné, 

Gentement la salue a loi d'omme séné : 
3300 « Damedeus, nostres sires, li rois de maiesté, 

Qui nos done dou ciel et soloel et clarté, 

Il saut et gart Florence, la belle au corz molle! 

De par son boin seignor, le franc roi Esmeré : 

Pris a Goutentinnoble et conquis le régné 
3365 Et i porta coronne, qui qui Tait comparé; 

Au port desoz Gaaite sont Romain arivé. » P/»49 b. 

Quant Florence l'oï, s'en a Deu mercié : 

« Amis, Deus te garise! Moût t'est bien encontre. 

Por l'amor del mesaige que tu m'ais aporté 
3370 Te donrai tant avoir qu'an trestot ton aé 

Ne toi ne ton lignage n'avra mes povreté. » 

Or oiez de Florence comment el a ovré : 

Por l'amor son seignor a après commandé 

Que Milles soit, ses frères, de la prison gité. 

KXIII 3375 Quant or entent Florence d'Esmeré la valor, 
Qu'il a prise la terre et conquise l'ennor, 
S'en amoinne'.Garsire, le riche empereor, 
De la joie qu'elle ot li revint la color. 
Por le noble vasal et por sa grant amor 

3355 M estes vus, P m. que vint tôt a. — 3356 M Deske il, 
Me. pêne — 3357 s'en manque M — 3358 manque M — 3359 
M E salue florence — 336o M Nostre seignur rei del cel ke set 
en m. — 336i manque M — 3362 M sauue, M od grant clarté — 
3363 P bon r. - 3364 3/ Ke pris ad - 3365 Af E si p. la c, P la 
comp. — 3366 3/ A la port suz gaite, P s. huimain a. — 3367 man- 
que M — 3368 M g. e ben seez e. — 3369 M Pur le m., M porte — 
3370 M d. asez rechesse ke a tut — 3371 M Ne tu, mes manque 
M — 3372 M cum ele — 3373 M Pur amur, M a près a — 3374 M 
m. Sun frère seit hors de prisun. 

CXXIII. 3377 manque M — 3378 M De i. kel out r. sa — 
3379 3/gr. ualur. 



140 ELLE FAIT RELACHER MILON 

338o A fet Millon, son freire, hors giter de la tor; 

Devant lui li araoinnent un destrier misodor. 

« Milles », ce dist Florence, « bien resamblez contor. 

Se tant élisiez foi comme ont vostre ancessor, 

Chevalier fusiez tel nus hom ne vit meillor. 
3385 Or vient rois Esmerez o mervelleus ator, 

Devant lui fet porter s'enseigne et s'oriflor. 

Grant paor me feïstes de lui cest autre jor; 

Ne maintins pas mon senz contre vostre folor. 

Ne vos retendrai plus, par Deu le creautor ; 
3390 Alez encontre lui, si diront li plusor 

Que vos avez geli de mal et de langor, 

Mes gardez que le cuern'aiez mes boiseor. 

— Dame », ce respont Milles, « ja ne vivrai cel jor, 

Car ce me firent fere li fellon traïtor. » 
3395 Milles monte el cheval et vet a grant paor, 

Tel félonie pence, onc n'oïstes greignor. 

Dont Esmeré, son frère, metra en grant error. 

CXXIV Milles monte el cheval, plain de grant fellonie ; 
Mf>6S. Il a sainte l'espee trenchant et bien forbie, 

Pf'So, 3400 Puis est issuz de Romme tôt seul senz compaignie. 
Dous jornees chevache c'onques nus hom nel guie, 
En un val soz un tertre a la grant oust choisie, 
L'emperaor de Romme et sa chevellerie. 



338o M m. hors mis de — 338 1 li manque M, P amoinne — 
3382 ce manque M, M semblez — 3383 M tis a. — 3384 M teus 
une ne fut — 3385 M sen uent e. — 3386 Af E d., s'enseigne et 
manque M — 3387 ^ ^ol "^^ f- P"r ^^i ^ ^m ^ 1- "^ ^^^ ^^^^ ^* "~ 
3388 M Ne mettra — 3389 P itendrai, M r. nent plus — 3391 M 
de maladie e — 3392 M ke mes neiez quor de b. — 3393 M ce 
manque M, P m. puis naie ie anor, M icel iur — 3394 M Ke, M 
culuert tr. — 3395 M le ch. e vet sen sanz pour. 

CXXIV. 3398 M le ch., grant manque M — 3399 M ad teinte, 
P trenchanz, bien manque M — 3400 tôt manque M — 3401 hom 
manque M — 3402 P sus .1. t., M desuz un grant t. — 34o3 M 
Le barnage de r. e la grant. 



MILON ACCUSE FLORENCE DEVANT ESMERÉ I4I 

El premier front devant Esmeré de Hongrie, 

3405 Dejoute lui Garsire a la barbe florie. 

A tant es vos Millon, qui de riens ne s'oblie, 
Et vient devant le roi, si nel salua mie; 
Li gloz se let chaer sus l'erbe que verdie, 
A sa vois, qu'il ot haute, son frère merci crie. > 

3410 Quant le voit l'emperere, si n'a talant qu'il rie, 
Ainz regarde Millon, que la face ot pâlie; 
De la prison avoit la char tainte et nercie. 
« Frère, qui t'a ce fet? Nel me celer tu mie! 
— En la moie foi, sire, ne larai nel vos die : 

3415 Malement m'a bailli Florence, vostre amie, 

L'autrier quant retornames a Romme la garnie. 
Un matin me levai par soz Taube esclarcie. 
Si trovai Agravain, par Deu, le fil Marie, 
Ou furent ensamblé par charnel compaignie, 

3420 Et ge li corrui sure, se Deus me beneïe ! 
Copasse li la teste a m'espee forbie : 
Plus de trente glotons orent en lor espie, 
De totes pars me pristrent, or ne vos ment je mie. 
En prison me giterent, le cors Deu les maudie! 

3425 Onques puis n'en isi, moût menai malle vie; 

Avant ier m'en geterent, moût m'ont fait estotie. 
S'or n'en prenz la venjance, li miens cors te deflie; 
Ne de moi ne d'autrui n'avraiz ja mes aïe. » 



3404 M fr. cheuauche e. — 3405 M od la b. — 3406 M estes 
vus, s' manque M — 3407 M e nel salue — 3408 M treitre chei — 
3409 M A haute voiz — 3410 M uii li reis lors nad — 3412 Af out 
la ch. palle — 341 3 M tad mesfet ne me celez m. — 3414 M A, 
A/ nel 1. — 3415 AT baille — 3416 Af Peseca q., Afenr. — 3417 M 
1. quant laube esclarie — 3419 P Ensamblé charnelment par fine — 
3/^20 M od ma espeie furbie — 3421 ME leuse trenche la teste si 
deu me bénie — 3422 M Quant pi. de .xxx. treitres autuit(?) en — 
3423 M tut part, vos manque M — 3424 M me mistrent, Pc. 
deus — 3425 M E unkes, M mut ai eu — 3426 M Li altre iur, 
M od mut grant e. — 3427 M Si tu, P pren, la manque M — 
3428 M des autres, mes manque M, 



142 ARRIVÉE DAGRAVAIN '^^1".'- 

Quant l'entent Esmeré, por tôt l'or de Rossie ' 
3430 Ne parlast un seul mot; sus son arçon s'apuie. 
Tant ot fier le corage et la chiere hardie 
Ne l'osast esgarder sa riche baronnie. 
Agravain vint poignant par mi la praierie, 
P/o5o b, G*est cil dom la paroUe estoit si estordie; 

3435 Soissante chevaliers out en sa compaignie, 
Et chevauchent destriers coraors de Sulie, 
Que trestut sont cuvert de poelle d'Aumarie. 

CXXV Agravain point et broche le boin corant destrier 
Devant ses compaignons le tret a un archier; 

3440 Ja li convendra bien sa teste chalongier, 

Son sens et sa parolle li avra grant mestier. 
Tresque devant le roi ne se vot atargier, 
Il voloit saluer son seignor droiturier. 
Et, quant Milles le vit, n'i ot que corecier ; 

3445 Douta que vers son frère nel vosist enpirier 
Mfo68 b. De la grant traïson que il fist avant ier. 

Il a treste l'espee, dom li point fu d'or mier; 
Très dedevant son frère, le bon roi droiturier, 
Li est sure corrus; Deus li doint encombrierl 

3450 Agravain ot paor, quant vit le cop drecier ; 
Le mantel sebelin, dom li taxel sont chier, 
A mis entor son bras, tant redota l'asier. 
Mille li done un cop mervellous et plenier, 

3429 P surie — 343o M il vn m., M se plie — 343i P a la 
ch., M char h. — 3432 M lose — 3434 M fu forgie — 3436 MA. 
curans — 3437 M de seie. 

CXXV. 3439 M D. tus ses, M de dun a. — 3440 M Tost lui 
couent sa t. garder ~ 3441 M auerunt — 3442 P Très qua d., M 
Deske uint d., M targer — 3443 M Quant il, M seignur naturer 

— 3444 M Estes vus .m. ke le ucit — 3445 M k'en uers s. fr. le 
uolit — 3446 M ki li fist lautre er — 3447 M ke lusant fu e cler 

— 3448 M E deuant, bon manque M — 3449 M II li est curru 
sure — 3450 M douta, M enhaucer — 346 1 3/ li taches — 3452 M 
ke il duta — 3453 manque M, 



MILON ET AGRAVAIN AUX PRISES 143 

En plus de treze leus fist le mantel trenchier. 
3455 Agravain saut a terre très en mi le gravier. 

Qui li veïst s'espee fors dou fuerre sachier, 

Le manteil sus la teste le bon branc enpoignier! 

Puis est venuz verz Mille, n'ot soig de menacier; 

Ja li vosist moût tost sa teste chalengier, , 

3460 Quant Romain le saisirent et devant et derier. . 

« Seignor », dist Esmerez, « moût me puis meryellier 

Que devant moi voi ci mellee commenciér. 

Ne lessiez pas Millon ceste place voidier 

Et gardez qu'Agravain ne se puise elloignier, 
3465 Si viengent devant moi, si avront lor luier 

Selonc ce qu'il diront et j'orai tesmoignier ; 

Tote la vérité lor covenra noncier, 

Et cil qui mentira n'i puet riens gaaignier, '~ Pf>5i, 

Car, par icel seignor que tôt a a jugier, 
3470 Ja n'i avra frarache ne parage mestier 

Qu'orendroit ne li faicetoz les mambres trenchier":'» 

Quant li barnages voit si le roi coroucier, 

N'en ousent puis un mot ne tentir ne noisier, 

Tant forment redoterent lesuen coraige fier» '^ *^ '^ ^ 

IVI 3475 Moût par ot bon vasal el fort roi Esmeré, 
Corageus et hardi et forment redouté : 
La n'ot onques tenti ne un sol mot parlé. 



3454 J/. XXX. 1. li ad fet tut detrencher — 3455 M s. arer deske 
vnsenter — 3456 M lespei hors — 3457 manque M — 3458 M E 
vint a, M cure — S^bgM u. la t. trancher — 3460 M desturbent 
li bon guerreier — 3461 M esmerueiller — 3462 M Quant d. m. 
uolez meller — M 3463 m. ci demurer — 3464 M Ne a. nul part 
deci aler — 3465 Si manque M, P vienge, M si orrunt il iuger — 
3466 M d. e autres t. — 3467 M u. uoil desreigner — 3468 M ne 
purra — 3469 Car manque M — 3470 M auerra menconge m. — 
3471 M Ke tantost -- 3472 M le rei si — 3473 M Noissez nule 
parole ne mot soner •— 3474 M T. redutent sun. 

CXXVI. 3475 M M. fu bon cheualer li r. — 3476 P hardiz, M 
e ben esproue — 3477 M nout dunkes vn mot. 



L 



144 RÉCIT d'agravain 

« Seignor », dist l'emperrere, « franc chevalier membre, 

Est donc ma cort si foible et de tel povreté 
3480 Que devant moi se sont cil dui entremellé? 

Mes, par le saint apostre c'on quiert en Noiron Pré, 

A venir les covient par mi la vérité. 

— Sire », dist Agravain, « merci por amor Dé! 

Je vos conterai tôt si con il a erré, 
3485 Et, se je ment de rien, le chief aie copé. 

L'autre jor quant partîmes de vos et del barné. 

Fumes cent chevalier de moût haut parante; 

A Millon nos baillastes par moût grant seurté. 

Quant nos eiimes, sire, bien une liue erré, 
3490 Toz nos trest a conseil, ne sai qu'ot enpensé, 

Les vint premieremant, isi li vint a gré, ''_! 

Et puis les quatre vinz; a cent furent nombre. 

Onques je ne mes frères n'i fumes apellé. 

Tant lor dist et promist qu'il li orent juré 
3495 Qu'il seroit emperreres de Romme la cité ; 

De ma dame cuida fere sa volenté, 

A moillîer la vot prendre, ne puet estre celé. 
M/^68 c. Quant il nos orent, sire, cel consoil devisé, 

Certes moi ne mon frère ne vint onques a gré; 
35oo S'auques eùsiens force, tresbien lor fust mostré. 

Quant ne vosimes sempres faire lor volenté, 
Pf>5ib, Si nos corrurent sure li gloton desfaé ; 



3478 M d. esmere — 8479 -^ E** ^^^ ^^ ^' ^^ ^^ grant p. — 
3480 M m. sunt cist dou uassal melle — 3481 M Par icel a. ke 
lom — 3482 M Vncore hoi uendrunt — 3483 M p. lamur dede — 
3484 M dirroi tute la uerite — 8486 M me seit coup — 3486 M 
départîmes — 8487 manque M — 3488 P m. les chariames, M 
leute — 3489 M E q. n. fumes s. de vus vne l. de vus enloigne — 
3490 P T. les, M en c, M k'û out — 3491-3492 manquent M — 
3493 M Vnkes moi, 3/ ne f. — - 8494 M ke el furunt tus i. -— 
3495 M s. sire — 3496 -Vf Del reine quide — 3497 M\a uoleit — 
3498 M Q. issi eurent le, il manque P — 3499 ^ ^ ^"^* "^ ^> ^ 
uindrent il pas degré — 35oo M ben Icusum — 35oi M uolum 
f., Ps. lor plasir creanter — 35o2 M traître afole. 



RÉCIT D*AGRAVAIN l^b 

Et nos nos desfendimes a nostre poesté, 

Bien dis en ocisimes, qu'ancor gisent el pré. 
35o5 Mes moi ne chaut de ce, car chier l'ai comparé, 

Car tôt maintenant m'orent mon frère mort gité. 

Moi tollirent mes armes et mon branc acéré, 

Et Milles en jura le roi de maiesté, 

Se cel plait n'otraiase, tôt m'eiist afiné. 
35 10 Lor glaives m'apoierent au senestre cousté. 

De lor espees nues i ot a grant plenté. 

Je ne cuit qu'il ait home en la crestienté 

Tel glaive et tel martire n'eûst moût redoté ; 

Et la mort de mon frère m'ot si espoanté 
35 1 5 Que fiancier me firent tote lor volenté. » 

XXviI « Sire », dist Agravain, « entendez ma reson. 

Certes de ce fist Milles moût grande mesprison 
Que une bière firent a mon frère Sanson; 
Tresbien l'enveloperent d'un vermeil ciglaton, 
3520 Tote nuit chevacherent a coite d'esperon. 

A Tajornant venimes a Romme en Pré Noiron; 
Puis si firent entendre li encriemme félon 
Que ocis vos avoient en bataille Grifon 
Et que tuit ierent mort li vostre compaignon. 
3525 Le grant paies sesirent et le mestre donjon, 
A Milon Youdrent fere de Florence le don. 



35o3 manque P, nos manque M — 35o4 M .xx. en ocimes — 
35o5 manque M — 35o6 3/E mun frère maintenant me vnt mort 
lesse — 35o7-35i3 remplacés dans M par le vers : 
Ki ke uit uncore cher ert compare 

— 35o8 P moleste — 35o9 P que tôt fuse a. — 35 lo P glaue 
mapoiarent — 35i2 P a h. — 35i4 M E quant mort m. fr. si 
munt — 35 1 5 M afiancer, P totes. • 

CXXVII. 35i6 M a, vncore e. — 35i7 M Vncore fit .m. grant 

— 35i8 Af Vne b. fit fere, P de m. — 35 19 M Icn couererunt — 
352 1 M leniurnant u. en — 3522 si manque M — 3523 M li gr. — 
3526 P milles, M miles uoleint. 

T. II 10 



146 FUREUR d'eSMERÉ 

Mes je m'en amblai d'aus coiement a larron, 
Enprès midi trovai l'apostole Simon, 
Si li recontai tote la mortel traïson. 
353o Certes moût par fu nobles et vasal li frans hom, 
Que de toz mes péchiez me fist ilec pardon. 
Puis fist armer mil homes a brief devision; 
Au paies en venimes coiement senz tençon, 
Les traïtors preïmes senz nulle arestoison 
3535 Et les meïsmes toz en la chartre en prison, 
Mes por la vostre amor en getames Millon. 
Pfo52. Sachiez que par cel Deu que sofri pasion 

De quan que je ai dit n'ai je dit se voir non. » 
Lor s'escrient ensamble li soissante baron : 
3540 « Sire, droiz empereres, Agravain est prodom, 
. Et tôt quan qu'il a dit trestot li tamoignon- » 
Quant l'entent Esmeré, se dreça le menton, 
Il a treste l'espee, si cort sus a Millon. 
Ja li copast la teste, a l'encriemme félon, 
3545 Quant Romain le sesirent entor et environ. 

CXXVIII Quant li rois Esmerez a la parolle oïe, 

Ainz n'ot mes si grant duel en trestote sa vie. 
Il a traite Tespee, qui fut clere et forbie ; 
Millon elist ja mort, ne fust la baronnie. 
35 5o De totes pars l'encloent, chescuns merci li crie : 
«Avoi! sire empereres, por Deu, le fil Marie! 

3527 M E îo me, M cointement — 3328 P lapostole millon — 
3529 M E li contai — 353o M C. ben oueri cist e fist cum pro- 
dum — 3532 P f. aparillier .m. cheualiers baron, M par d. — 
3533 M Deske el p. u, od tut mil compaignun — 3535 M E mis 
furent trestus en pr. — 3537 M Ke pur icel seignur ke — 3538 M 
ke vus aidit, P na ie, je manque M, P nom — 3539 M crient — 
3541 M E ceste parole tuii t.,P ait d. — 3542 M hausa — 3543 sus 
manque M — 3544 M E leust coupe. 

CXXVIII. 3547 ^ y ne, mes manque M — 3548 manque P, M 
ke clere est f. — 3549 M la eust milun dccolc — 355o M le 
tcncnt c m. le — 355 1 M Merci. 



MILON EST CHASSE 



H7 



Miles est vostres frères ; ne l'ociez vos mie, 
Atorné vos seroit a trop grant villenie. 
Mes fêtes li jurer, si ferez cortoisie, 
3555 Que la vostre grant terre li soit par tôt banie, 
Si n'en moint escuier ne nulle compaignie, 
Ne mes que son destrier et s'espee forbie, 
Ne gemès ne retort en tote Rommenie 
N'en cité n'en chatel de vostre segnorîe. 
33(3o — Barons », dist Esmerez, « vos parlez de folie. 
Ne m'en desmentiroie por tôt l'or de Hongrie 
Que n'en face justice, tel con l'ai establie. 
One n'oï mes parler de si grant félonie 
Con a fet cest traître; le cors Deu le maudie ! 
3565 — Sire », ce dist Garsire a la barbe florie, 

« Vos fustes andui fil au boin roi de Hongrie. 
De vostre sarrement prens sur moi grant partie; 
Fêtes en trestot ce que chescuns vos en prie. 
— Sire », dist Esmerez, « ce Deus me beneïe, 
3570 Se por vos nel faisoie, ce seroit villenie. » 



M f'68 d. 



CXXIX Seignor, n'est pas mençonge, ainsoiz est veritez 
Onques ne fu el siècle si granz desleautez 
Gomme de traïtor; se vos vos i fiez, 
De vostre grant damage iert toz jorz aprestez^' 
3575 Ja mes ne finera, ce serez afolez. 

Milles fu moût traites et moût desmesurez ; 
De trestot le barnage fu li gloz forsgitez 



Pf*52 b. 



\\ 



3552 P Millon, vos manque M — 3553 M Ke turne, trop man- 
que M — 3555 M Ke hors de u. t. seit trestute sa uie — 3556 M 
E si neit od lui nule — 3557 P ases pee f. — 3558 manque M — 
3559 M Ne c. ne ch. en — 356r 3/ Ne me d. pur lor — 3562 M 
Ke ne — 3563-3564 manquent M — 3565 ce manque M, M od la 
chère hardie — 3567 M io preng — 3568 M Ore en fêtes ceo, en 
manque M — "ib-jo M feisse, M grant folie. 

CXXIX. 3571 M einz est— 3573 M Cum est, M si vus afiez — 
3574 M remembrez — 3575 manque M — 3576 M fu tr. trop d. — ^ 
3577 M tut le b. est il foriugez, P desfiez. 



148 IL RETOURNE A ROME 

Et d'Esmeré, son frère, durement desfiez 
Que, puis qu'il iert de l'ost partiz et desevrez, 

358o S'en sa terre iert ja mes ne veiiz ne trovez, 

De trestot l'or dou siècle n'iert gemès rachetez 
Lors forjura la terre, con vos 01 avez ; 
A iceste paroUe li fu congié donez, 
Et il s'en est tornez dolens et abomez, 

3585 Un val entre dous tertres est li chevaus entrez. 
Quant ot erré grant pièce, adonc s'est arestez, 
De moût grant traïson c'est li gloz porpencez ; 
Dès que Deus, nostres sires, fu en la crois penez, 
Si encriemme traître ne fu de mère nez. 

3590 II lessa le chamin, c'est a destre tornez, 

Vers la cité de Romme s'en est acheminez; 
Son destrier fu moût boins, corans et abrivez, 
Et Mille l'esperonne, bien li peirt aus coûtez. 
Tote nuit chevacha li cuvers desfaez, 

3595 A Romme en est venuz, quant solaus fu levez; 
Novelles li demandent por quoi est retornez : 
a Dom ne vient Temperere et ses riches barnez? 
— Oïl », dist li traîtres, « aparmain le varez ». 
Isnellement et tost est ou palez montez, 

36oo II salue Florence, con ja oïr porez : 

« Cil Damedeus de glore que en croiz fu penez 
Et maintient tôt le pueple et fet crostre les blez 



3578 M est forment d. — 3579 M est de host p. e seuerez — 
358o M la t. est iames ueu — 358i M tut lor del mund ne serroit 
r. — 3582 P Si f. — 3583 M icele p. fu li — 3584 rnanque M — 
3585 M testeres est li treitre aualez, P aie cheual tornez — 3586 
manque P, M dune — 3587 M félonie sest dune p. — 3588 M Ke 
puis ke n. seignur fu en cr. — 3589 M e. felun — 3590 M lesse 
sun ch. a destre set — 3591 M sest encheminez — 3592 moût 
manque M — 3593 M ke ben p., P au c. — 3594 M treitre des- 
uez — 3595 en manque M, M 11 s. — 3596 M seit r. — 3597 P 
son riche barne — 3598 M ceo dit .m. aparmeimes le, P et par 
main — 36oo M E^M cum ore — 36oi M C. seignur — 36o2 M 
tustcnt le. 



FLORENCE VA A LA RENCONTRE D*ESMERÉ I49 

Vos saut, franche roïne, isi con vos volez! M /•6g. 

Ce vos mande mon frère, li bons rois Esmerez, 

36o5 Des plus chiers garnemanz que vos onques avez -^ ' 

Moût seignoriement vostre cors conraez, 
Et si vos mande, dame, que contre lui alez, 
L'apostoille et vos genz ensemble o vos menez, 
Si recoilliez mon frère, qu'il en soit honorez ; 

36io II vos aime forment, bien savoir le poez : 

Onques plus riche mes de moi n'i fu trovez, 

Ne voloit autre avoir, por ce que le crerez. 

— Milles », ce dist Florence, « Deus en soit merciezl 

Oncor serez plus riches, ce vos vos amendez. » 

36 1 5 Mes de ce n'a que fere li cuvers desfaez, 
Car de traïson fere ne fu onques lassez. 
Maintenant fu li bans par mi Romme criez 
Qu'avec l'empereïs soit chascuns aprestez 
D'aler contre le roi, que vient toz abrivez. 

XX 3620 Moût par fu granz la joie en Romme démenée, 
Quant il ont entendu que l'ost vint aroutee ; 
Et Tapostole monte senz nulle demoree. 
De moût riche clergie i ot grant asamblee. 
Florence isi de Romme ; Deus, tant fu honorée ! 
302 5 Une mulle chevache richement conraee, 



36o3 M garde bel dame si — 3604 P Se, mande manque Af, P 
r. coronez — 36o5 onques manque M — 36o6 M noblemennt, P 
coraez, M aturnez — 3607 M ken c. — 36o8 M e tus uos g. od — 
3609 P Sire coilliz, M le receuez kil s. — 36 10 bien répété dans 
P, M deuez — 36ii-36i2 M Vnke ne uout auer autre message 
de moi pur ceo ke vus le cr. — 36 12 remplacé dans P par le vers : 
Et si varrez garsire quil en a amenez 

— 36 1 3 ce manque M, M ahorez — 36 1 4 3/ s. aute pri nce si vus a. 

— 36i6 M Ke, fere manque M — 36 1 S M Ke cbecun od leperiz 
fust aparailez — 36 1 g 3/ en c. le r. ke tant est benurez. 

GXXX. 3620 M M. fu gr. en rome la ioie, P e r. — 302 1 M 
uent a. — 3622 Et manque M, M s. plus d. — 3623 M De la cl. — 
3624 i\/ issist de r. mut fu heite, P honore — 3625 P conrae. 



k 



So l'agrafe merveilleuse 



Plus noire que n'est more et de blanc estellee ; 
De poile et d'auqueton fut moût bien afautree. 
La selle fu coverte d'une porpre fresee, 
i Que fu de riches pierres par trestot bien ovree ; 

I 363o Li arçon sont d'ivoire d'une beste faee 
j Qui ja puis ne gerra que elle sera née; 

I Et li lorainz fu riche, qu'a tôt le mont agrée. 

î Onques nesune beste ne fu si acesmee : 

I Mil eschieles i et l'une a l'autre atellee, 

{ 3635 Ne harpe ne vielle ne fu tant escotee. 

D'un riche drap de soie fut la belle parée, 
\ La chevesailîe en fu d'un riche orfroiz orlee, 

A pieres preciouses par dedevant listée ; 
P/'SS b. ^ mont sus la poitrine ot une beste ovree, 

3640 A guise de dragon tint la goule baee. 

La belle ot a son col une noche fermée 
Que fu de riches pierres porprise et aornee, 
Dô jaspes, de safirs par leus enluminée; 
En l'or ot une pierre enz ou mileu plantée 
3645 Que fu dedens la teste d'une sarpent trouvée. 
Il n'a malaide ou siècle, ce est choze esprovee, 
Se l'en avoit la pierre a sa char adesee, 
Que la ou tocheroit ne fust sempres senee ; 
Ne femme que la porte n'iert ja desvirginee 
365o Ne outre son voloir par nul home adesee, 
Por ce qu'elle ait o lui compaignie privée. 



3626 n'est et et manquent M — 3627 M de cotun fu b. en- 
feutre — 3628 M fu de grant richesce adubee — 3629 manque M — 
363o M de yuoirie e de roalentaille — 363 1 manque M — 3632 M 
Li 1. sunt r. loT lur mut — 3633 M nule dame, P effraee — 
3634 ^^ Mises iout eschelctes en lun e lautre coste — 3636 M bel 
dr. de alisandre, A/apareie — 3637-3640 manquent M — 3641 M 
dame out en sa peitrine — 3642 M p. ben ouerrec, P aorne — 
3643 manque M —36^ M p. en m. — 3646 M maladie el mund, 
M prouee — 3647 M Si la p. fust ben la ch. tuchee — 3648 MKc 
tantost ne seit del mal sanee — 3Ô49 M nen ert ia dépucelée — 
365o M u. non ert ia a. — 365 1 manque M, P quil ait. 



MILON ET FLORENCE DANS LA FORÊT l5l: 

Mout fu riche la noche et de grant renomee, 

L'apostole de Romme l'ot Florence donee. 

Elle ot la char plus blanche que n'est noif sus gelée, 
3655 La boiche ot espessette, petite et acesmee; 

Onques ne fu plus belle ne serainne ne fee. 

Et Milles, li traites, l'a mout bien adestree; 

Il sist sus le destrier, si ot sainte l'espee, 

D'Esmeré li parolle, que forment li agrée : 
3660 « Dame, venez d'aïr, por Deu, en ceste alee ; 

Verrez l'orne dou siècle don iestes plus amee. » 

Iceste choze et autre li par a tant contée 

Que Florence la belle s'est trestote obliee, MpOg b. 

De nulle felonnie ne s'est or remembrée. 
3665 Arieres chevacha Audegons et Gondree 

Et totes ses pucelles de mesniee privée, 

L'apostolle de Romme et cil de la contrée. 

Mes Milles fu devant bien près d'une ruée, 

S'a Florence la belle mout durement hastee; 
3670 Entre lé et sa gent fut la bruille ramee. 

Or oiez dou félon con il Ta enchantée. 

N'eûst gaires aie, s'eust Toust encontree, Pf'^54. 

Quant il laxa la voie, qui iert grant et ferrée, 

S'acoillent d'autre part une gatine estree; 
3G75 L'erbe i fu parcreiie e la raimecopee, 

Et la forest fu large, espesse et longue et lee. 



3653 M lauit la dame d., P ajoute le vers : 
A botons de fin or fa tote esgalonnee 

— 3554 M La dame, n'est manque M — 3655-3656 manquent M 

— 3657 ^ lo^'^ ^-y ^ acesmee — 3658 M e ceint out — 3659 ^ 
De mère la p., M De e. p. — 366o manque M, P deu le uerai père 

— 366i P Si verrez lom,M Vus u. ia dit il lome dunt — 3662 M 
Issi ad li treitre dit e c. — 3663 M Ke ia reine se fu tut, P h. est — 
3664 P ne li est remembre, or manque M — 3665 Derere cheuau- 
che — 3666 M ces p. e la m. — 3667 ^ Ella. — 3668 M b. a une 
lovée — 3669 M Si ad la reine d. — 3670 M le broil — 3671 il 
manque M — 3672 M Ke nust g. erre — 3673 M fu ben f. — 
3674 J/ Si sen ala, M gaste — 3675 M rameille. 



L 



l52 FLORENCE A PEUR 1 

Quant il orent aie plus d'une arbalestee, 
Florence la roïne s'est arrière gardée ; 
Quant el ne vit sa gent, moût fu espoantee. 
368o « Milles )),ce dist Florence, « vos m'avez mal menée. 

— Dame », dist li traîtres, « mes moût bien asenee. 
Ci desoz en cest val avrons l'ost encontree, 
Car la chevalerie est iluec atravee. 
Bien vos devez haster, se point estes senee, 

3685 Car mon frère Esmeré vos a moût desirree. » 

CXXXI Or chevache Florence par la forest foillie 

Et Milles, son serorge, que fu nez de Hongrie. 
Il la met ou grant boix, s'a la voie guerpie. 
En une valee entre, que fu grans et soutie. 
3690 Lors membra a Florence de la grant felenie 
Que Milles li vot fere en Romme la garnie; 
Tôt le poil li solieve et la char li fremie 
Et le cuer li engroise, moût s'est espoerie. 
« Milles », ce dist Florence, « je ai fet grant folie 
3695 Que j'ai lessie arierre si loig ma compaignie. 

— Dame », ce respont Milles, « vos parlez de folie. 
Gardez qu'il n'i ait mot ne parolle tentie, 
Gemès ne la verrez en tote vostre vie ; 
Et, se vos fêtes noise, par Deu, le fil Marie, 

3700 Coperai vos la teste a m'espee forbie. » 

Quant l'entent la roïne, lors ne seit qu'ele die, 



3678 Florence manque M, P arrier regardée — 3679 M est e. — 
368() M mut mauez — 368i mes ben auom a. — 3682-3683 man- 
quent P— 3683 MKe— 3684-3685 manquent M. 

CXXXI. 3686 M parmi la grant foille — 3687 3/ m. od lui ke 
nez fu — 3688 M Le bois sunt entre la ueie unt — 3689 M Adunc 
sunt entre en un ual s. — 3690 M remenbra f. de grant— 3691 
Mm. uoleit — 3692 manque M — 3693 M Le cors lui tressue, M 

spuntic — 3694 ce manque M — 3695 M a. issi ma — 3696 M 
t>. dit — 3697 M eit nule p. oie — 3698 M les ucrrez, P vrestre 

vie — 3700 M lo vus coperai la t. od — 3701 M tentent .f. ne set 

mes keole. 



ELLE TACHE EN VAIN DE FUIR I 53 

Pamee chiet a terre, ne s'en pot tenir mie ; 
Et, quant elle revint, moût hautement s'escrie : 
« Ahi ! Esmerez, sire, plains de chevalerie, 
3705 Gemès ne reverrez Florence, vostre amie. 

Ha! fel », dist la pucelle, « por quoi m'ais si traie? 
Cope moi tost ma teste a t'espee forbie! » 

CXXXII L'empereriz de Romme c'est forment doulosee. pfo54b. 

« Hé! Deus », dist la pucelle, « con m'avez obliee! 
3710 Glorieus sire pères, de maie hore fui née! » 

Sus ses pies se dreça, quant ce fu porpencee, 

S'a la porpre de soie secorcie et levée, 

Au plus tost qu'elle pot est en fue tornee, 

Et moût durement cort droit par mi la valee, Mf>6g c. 

3ji5 De ronces et d'espines est tote esgratinee. 

Et Milles point après, si a trete l'espee. 

Si l'en done dou plat une si grant colee 

Que Florence la belle est chaete pamee. 

Et, quant elle revint, ce s'est moût dementee : 
3720 « Dame sainte Marie, roïne coronee, 

Ja me sui je a vos et rendue et livrée; 

De par vos me soit hui garantie portée! 

Traître », dist Florence, « con mal m'avez menée! 

Gemès iceste choze ne vos iert pardonnee. 
3725 Cope moi tost la teste sens nulle demoreel 

— Certes », ce respont Milles, « j'oi folie provee. 



3702 M se p. — 3703 M reuent durement — 3704 sire manque 
M — 3705 M uerrez f. la u. — 3706 M Hai felun d. florence pur 
quei mauez trai — 3707 manque M. 

CXXXII. 3709 M cum sui — 3710 M s. deu cum amalur funee, 
P mal h. fu — 37 II AI dresce q. sest remembre — 3712 M sa 
uesture suz curcie e sus leue — S-jiS M A, M sest — 37 14-371 5 
manquent P — 3714 moût manque M — Sji^ M Des r. e des 
esp. — 3717 AI lad dune, si manque AI ~ 3718 AI Ke la reine 
chai a terre p. — 3719 AI releue si ad durement criée — 3721 M 
vus r. e duneie — 3723-3725 manquent AI — 3726 AI Dune lui 
dit. 



l54 SON DÉSESPOIR 

Montez isnellement sus la muUe afautree, 
Trop avons a aler de si qu'an l'avespree. » 
Ou elle vuele ou non, Ta par force montée, 
3730 Si la tient a plain poig par la manche fresee. 

« Milles », ce dist Florence, « n'i a mestier celée. 
Que volez de moi fere? Quel choze vos agrée? 

— Dame », ce respont Milles, « trop lestes emparlee. 
De vostre cors ferai quan qu'a mon cuer agrée, 

3735 Car c'est la riens ou siècle que plus ai desirree. 

— Traître », dist Florence, « por ce si m'as amblee, 
Dons ne m'a pas tes frères et plevie et jurée? 

Je croi tant en Jesu, que mainte arme a savee, 
Que ma char a la toie ne sera ja privée. » 
3740 Et Miles a la maie moût durement hastee ; 
Tote jor chevacherent de si a Tesvespree, 
Bien se sont esloignié de l'ost une luee. 

CXXXIII Or chevache Florence par mi le val soutaigne 

Et Milles, li traître, cui Deus doint malle estraine. 
P/055. 3745 La belle crie et plore, durement se demaine : 

« Ha! Deus », ce dist Florence, « que en crois sofris pein. 
Que Jcnas garantis ou ventre a la baulaine, 
Ses pechiés pardonas Marie Madalainne, 
Ne sofrez cest gloton mavez, de pute alainne, 
3750 Que il ait part en moi ne priveté prochainne! » 

3727 M M. dame tost, M enfeutre — 3728 M Mut a. ali (?) 
aler einz la uespreie, P et aler — 3729 M V uoille hole v nun 
par force lad — 3730 M al poin — 3731 M M. dit la dame ci 
nad — 3732 M ch. auez enpensec — 3733 ce manque M — 3734 
quanke moi — 3735 M Ko, M del mund — 3736 manque M — 
3737 M Respunt .f. dun ne mad tun frerc pi. (/în du vers), P ma 
dons t. — 3738 M men fi t. en du ke m. fcme ad sane — 3739 P 
ch. ne la, M ia ne serra, P priue — 3740 manque P, a et meut 
manquent M — 3741 Af Tut lec iur cheuauchent si ka uespree, 
P cheuachcre — 3742 Af Ke se s. enloigne vne iurneie. 

CXXXIII. 3743 M lez un — 3744 M kc vistemcnt la meinc — 
3745 M La reine plure c crie e d. se pleigne — 3746-3753 man- 
quent M. 



LA FONTAINE 



i55 



Et Milles point et broche, que durement l'en moinne. 
« Traître », dist Florence, que de coroz fu plainne, 
« Cil sire te confonde que en croix sofri paine ! 

— Dame », ce respont Milles, « trop par iestes vilaine, 
3755 Car vos iestes entrée en moût dure semaine. » 

Tote nuit chevacherent et trespassent le raine; 
Au bon destrier Millon est faillie l'alaine. 
Devant le jor dous luies trovent une fontaine. 

CXXXIV Moût fu Milles lassez, dolens et confonduz, 

3760 Et le destrier soz lui recreans et vaincuz; 
Une fontaine trovent, a pié sont descenduz. 

« Hé ! Deus », ce dist Florence, « que ou ciel fès vertuz, 
Ne consentez vos mie que mon cors soit perduz ! 

— Certes », dist li traîtres, que moût fu irascuz, 
3765 « Bien me membre de Romme, quant je fu retenuz; 

Onques ne m'ot mestier ne lance ne escuz, 

Mes par vos fui a terre ledement abatus. 

Et je cuit que briement vos estera randuz; 

Et, se vos festes noise, par Deu que fait vertuz, 
3770 Ou cors vos embatrai mes espérons agus. » 

Li gloz la mist a terre par les dras qu'ot vestuz, 

Puis est a son destrier isnellemant venuz, 

Si li outa la selle dou dos, qui fut crenuz, Mfo6g d. 

Et il s'est toust ou pré voutrez et estenduz, 
3775 Car dou chevauchier fu lessez et recreùz. 

3754 M D. dit, par manque M — 3755 3/ E si estes ia c. en 
maie — 3756 M cheuauchent si tr. loreigne, P irespasse — 3757 
M Ki li fort d. miles li, est manque P — 3758 M i. vn poi. 

CXXXIV. 3760 p sor 1., M desuz lui recreuz e confunduz — 

3761 M apez s. — 3762 M Hai d. sire d., P fet v. — 3763 M suf- 
frez mie sire, M deceuz — 3764 M Dune dit .m. — 8765 M re- 
membre de r. V fu — 3767 M pur vus fu, P f u — 3768 M E pur 
ceo vus ert ore greuement r. — 3771 M traitre la met atere si la 
tent par, P bras toz v. — 8772 M coruz — 8773 M II oste la 
celé del bon destrer kernuz, P s. au boin destrier cr. — 87743/ 
Si fu — 3775 manque M, P ajoute : 

Entre lui et florence corroit moût grant li ruz. 



l56 LE LION 

La forest fu parfonde, li bois haus et foilluz. 
A tant ez un leon qu'est dou rochier issuz, 
Pf>55 b' Que se fu a trois ors tote nuit combatus . 

La lune lusoit clere, Milles s'est porveûz ; 

3780 Quant il vit le leon, se fu moût esperduz. 

Il est sailliz en piez comme hom de granz vertuz, 

Et le leons fut fiers, sure li est corruz, 

Il a geté sa poe, moût fu granz et veluz, 

S'ot les ongles trenchanz et Ions et parcretiz; 

3785 Moût li a aie près, qu'il ne fut conseûz, 

Car ses bliaus fu toz de chief en chief rompuz. 
Mes Milles tret l'espee, si s'est bien desfenduz, 
Il li dona un cop ou chief, qui fut veluz, 
Que trestoz li cerviaus est par terre espanduz. 

3790 Quant ot le leon mort, ains li gloz mescreiiz 
N'en rendit onc a Deu ne merci ne saluz. 

CXXXV Moût avint bien Millon, le traïtor prové, 
Quant a le leon mort, ocis et afolé ; 
Mes onques li maus gloz n'en a mercié Dé. 
3795 II se coche sus l'erbe desoz l'arbre ramé; 
Tant ot le soir son cors travellié et pené 
Conques de la roïne ne li est remenbré, 
Ainz se jut contre terre, car son cors ot lassé. 



3777 M estes vus un I. ke del broil est — 3778 M fu tute nut a 
treis hours — 3780 Af leon mut fu — 3781 M 11 saut en p. quant 
il laueit ueuz, P grant — 3782 3/ est f. sur lui — 3783 M II lui 
getta la poue ke grant fu e, P sa pote — 3784 P onglez, M tr. 
grans e p. — 3785 M li ala près a poi nel out conceuz, P la c. — 
3786 manque M — 3787 M ke ben cest d. — 3788 M Si le fert 
en la teste ke tut lad purfenduz, P c. amont ou chief v. — 3789 
M est ius e. — 3790 M mort li leon li malestruz — 3791 M 
Ne r. 

CXXXV. 379a Mb. a miles, P traitre — 3793 M il ad le lun m. 
e agrauante — 3794 M unkes nad deu pur ceo mercie — 3795 M 
de sus lerbe de suz un raim floille — 3796 et pené manque M — 
3797 M Ke de la r. ne sest — 3798 manque M, P car forment fu. 



I 



LES SINGES 

Florence la roïne de Romme la cité 

38oo De quan qu'elle a veil ne a un mot soné, 
Ainçoiz reclaime Deu, le roi de maiesté, 
Qu'il ait merci de lé par la soie pité. 
A tant ez vos dous singes que ne sont pas privé, 
Que d'une haute roche estoient avalé ; 

38o5 Par desus la fontaine sont sus l'erbe aresté. 
Et, quant Milles les voit, moût l'ont espoanté. 
Il est sailliz en piez, s'a son cheval cobré. 
Il apella Florence et si li a montré. 
« Dame », dist li traîtres, « tant avez hui oré 

38 lo De totes pars nos viennent dyables et mafé. » 
Il a mise la selle el destrier sejorné, 
Entre lui et Florence resont moût tost monté. 
Il l'a prise a plain poig par le chier frain doré, 
Isnellement et tost ont un pui avalé. 

38 1 5 A l'avaler dou tertre lors lor est ajorné; 

La forest fut moût grant, que tant lor a duré. 
Quant Milles voit le jour, en son cuer a pencé 
Que bon esloignier fet la terre et le rené 
Ou l'en est menacié a estre desmenbré ; 

3820 Et le destrier soz lui a son cuer recovré, 
Et Milles l'a forment des espérons hâté. 
Florence fu toz jorz au senestre coûté, 



3799 M r. mut ad deu mercie — 38oo Af quanke ad — 38oi M 
Mes mut r. d. par ses sainte bunte, P recle deu — 38o2 3/Ke la 
gard e defent de hunt e de uilte — 3804 M furent — 38o3 M 
montaigne s. sur vn arbre munte — 38o6 M mut est — 3807 M 
11 saut, M le destrer — 38o8 manque M — 3809 M auez ore 
hure, P hui hore — 38io M debles demesurez — 38i i M sa celé 
el bon d. proue — 38i2 M se sunt amdui munte — 38i3 manque 
M^ poig manque P, dans chier frain les lettres ier et fr sont illi- 
sibles — 3814 M sunt — 38 1 5 lors manque M — ^16 moût man- 
que M — 3817 P millon — 38i8 M ben sunt esloigne de lur t. 
e del — 3819 manque M — 382o M sun d. ad s. quor aukes, P 
sor lui -. 3821 3/ derechef durement h. — 3822 M E .f. t. i. fu 
al vne des coste. 



Pf>56. 



l58 SOUFFRANCES DE FLORENCE 

Duremant se démente, le chief tint encline. 

« Ha! Deus », dist la roïne, « con m'est mal encontre! 
3825 Traître », dist Florence, « con avez mal ovré! 

Gemès ne vos ceront cist pechié pardoné, 

Ne ne verrez en gloire Deu ne sa maiesté. » 

Et le gloz a toz jors oï et escouté. 

Plus de dis luies ont esploitié et erré 
383o Que Milles, li traites, n'a un sol mot soné. 

Mpjo. CXXXVI Or chevache Florence, ne li chaut o elle aille, 

Car tel fain a ou cuer n'a membre ne li faille; 

Meïmes li traîtres sovent en rebaaille. 

Il broche le destrier, que vient de Gornoaille. 
3835 Hé ! Deus », ce dist Florence, « con laide desevraille ! 

J'ai le cors traveillié, si me faut la coraille ; 

Ne manjai terz jor a nesune rien qui vaille. 

Ci a moût dure mort et trop fiere bataille. 

Hé ! Deus », dist la roïne, « quel choze a en vitaille 1 
3840 N'ameroie pas tant tôt l'or de Romenaille 

Con un tôt soûl pain d'orge, encor i fust la paille; 

Volentiers mengeroie, de fain mes cors baaille. » 

CXXXVn Or chevache Florence par mi le gaut foilli ; 
La belle crie et plore, que grant dolor senti. 
3845 « Verai père de gloire », dist el, « de moi vos pri ; 
J'ai le cuer et le cors de grant fain esvani. 



3823 M Tusiurs, M si tent le chef, P tin — 3824-3828 manquent 
M — 3829 M Ben unt .x. 1. en plein curs erre. 

CXXXVI. 383 1 M la cheut — 3832 M Ke par feim e par seif 
sun quor li — 3833-3834 manquent M — 3835 M Hai d. dit — 
3837 manque P, M nule r. — 3838 P Sia, 3/ Ici ad d. m. e mut 
dure — 3839 -^ dit florence bon ch. est u. — 3840 3/ Ne amerai 
or t., P cornoaille -- 3842 tôt soûl manque M, M de orge tutc i, 
P ifu — 3842 manque M, P car de grant f. baaille. 

CXXXVII. 38443/ pur traueil kc ele suftri — 3845 M Sire deu 
p. de gl. merci vus cri — 3846 M de fei enuani. 



l'ermite 1 59 

Hé ! Deus », dist la roïne, « par la vostre merci, P/^SG b. 

Ja n'est il hom ne feme tant ait le cuer marri 

Que ne vuelle mengier; folle costume a ci. » 
385o Et Milles point et broche le destrier arrabi. 

Trestote jor chevachent; quant il fu avespri, 

Lez un val soutif truevent un moût bel fonteni 

Et une viez chapelle, faite dou tenz anti. 

Iluec ot un hermite, tôt viel et tôt flori, 
3855 Bien ot ilec cent ans nostre seignor servi ; 

Et si avoit laiens autel et crucefi. 

Ou il chantoit ses messes a tierce et a midi. 

Dejoute la chapelle ot fait un edifi 

De choies et de cives, que il planta, ce cui, 
386o Et un bel abitacle, qu'avoit fet et bâti. 

Milles a l'ermitage et veû et chosi ; 

Entre lui et Florence sont celle part guenchi. 

Li hermites ot lors en son vergier foi, 

Si avoit son soper trestot amenevi 
3865 D'un quartier de pain d'orge o lesive poitri, 

S'ot un poi de creson en un ruisel coilli. 

Quant Florence l'esgarde, moût le vit esbahi ; 

Il descendent a terre entre Milon et li. 

« Hé! Deus », dist li hermites, « con belle gent a si! 
3870 II a passé set ans que mes home ne vi. » 

Il regarde Florence o le cors eschevi. 

Que son cors richement ot de chiers dras vesti ; 



3847-3849 manquent M — 385 1 M Tute i. cheuauche des il fu 
enuespri — 3852 M u. trouèrent, M funtein — 3853 M ueille 
ch. f [sic) e dechei — 3854 M Hoc uust, M t. chanu e flurie — 
3857 ^^ canta sa messe e t. e m. — 3859 ^ ^^^ cholez e de her- 
bage out plante — 386o M kil out b. — 386i M la habitacle u. — 
3862 M se sunt iloc — 3863 M out choleth Sn sun curtil — 
3864 ^ out s. s. tut de uant lui — 3865 M Vn, Af a 1. — 3866 
M crisuns en sun — 3867 M les regarde si fu un pou — 3868 P 
milles — 3869 M bel genz — 3870 P .c. ans, M nul h. — 3871 M 
al c. — 3872 M E des bons dras esteit richement. 



l6o FLORENCE LUI RÉVÈLE QUI ELLE EST 

Mout durement se plaint, car grant dolor sofri. 
« Dame », dist li hermites, « je croi tresbien de fi 
3875 Que cil sires vos fist que le siècle basti. 

Por quoi vos gamentez et vos démentez si? 
Certes, que mal vos fait mout a Deu relenqui, 
Car bien resemblez femme qui Deu a a ami. 
— Sire », dist la roïne, « por quoi que ne m'oci ? 

3880 Je sui née de Romme del paies seignori, 
Rois Otes fu mon père, dom vos avez oï ; 

Pf>5'j. Mi baron me douèrent un chevalier hardi, 

Onques miaudre vasal de mère ne nasqui. 

Mf^jo b. En traïson m'en moinne li frère mon mari, 

3885 Et j'é le cors si foible, derout et malbailli, 

Car ne menja ma boiche bien a pasé tier di. » 
Quant l'entent li ermites, s'a son coutel saisi ; 
N'avoit c'un seul pain d'orge, la moitié l'en parti. 

CXXXVIII Li ermites regarde Florence, que plora : 

3890 Dou duel et de la paine et de la fain qu'ele a 
Durement se démente, forment se gamenta. 
Li sains bons en son cuer mout grant pitié en a, 
N'avoit c'un seul pain d'orge, la moitié l'en dona 
Et Milon donne l'autre, que mout mal l'enploia. 
3895 Florence prist le pain, un petit en menja, 

3873 M Mut se démente e plure ke grant trauail s. — SSyS M 
li s. te f. ke li mund establi — 3876 M dulusez e démentez issi — 
3877 M freit mut auera d. — 3878 manque P, M Ke b. resemble 
f. ke d. eit — 3879 M ore uodrai morir issi — 388o 3/ de p. — 

388 1 vos manque M — 3882 M cheual h. — 3884 M Par trasun 
me m. — 3885 M tant febie m. — 3886 ^Ke io ne mangai passe 
le — 3887 M leuerite vn c. [fin du vers) — 3888 seul manque 3/, 
M maiti en ad. 

CXXXVIII. 3889 3/ e pi. — 3890 M De dol e de pite — 3891 
manque M — 3892 M Le produm, mout manque M — 3893 seul 
manque M, M lui d., 3/ ajoute le vers : 

Lctnpcriz la moite tantost bailla 
— 3894 3/ A m. v malement, P mile, P mal e. — 3895 M E dcl 
autre part un poi. 



FLORENCE LUI RÉVÈLE QUI ELLE EST Jt6l 

Car la paille estoit grose, forment la redota. 
Milles menja le suen au pooir que il a, 
Mes au premier morsel par poi n'en estrangla, 
Car li pains fu moût aispres, quant la gorge avala. 
3900 (( De Deu », dist li traite, « que tôt le mont forma, 
Soit la braice maudite que cest pain bureta ! 
A celui quel menjue ja nul bien n'en fera 
Fors seul le ventre amplir. Mal ait quel gaaigna ! » 

CXXXIX Florence tint le pain, dont la paille estoit granz, 
3905 Un petit en menja, isi fu ces talanz. 

« Dame », dist li ermites, « moût m'en sui mervellanz 

Que tant forment par iestes et belle et avenanz ; 

Onques mais ne vi je si riches garnemanz. 

Comment venistes vos ne entraistes çaianz ? 
3910 Car en cestui boscaige n'en entrent nulles genz. 

— Sire », dist la roïne, « nulle femme vivanz 

N'ot onques plus traval et paines et ahanz 

Con j'ai eu n'a gaires, ce est veritez granz. 

Rois Otes fu mon père, n'ot onques plus d'enfanz ; 
3915 Trestote Romenie est a moi apendanz. 

Un demoisiauz me prist, hardis et conqueranz ; Pf^Sy b. 

Onques miaudres vasal ne fu ne plus vaillanz. 

En traïson me moinne cist cuvers soduianz. » 

Et, quant Milles l'entent, si fu griés et dolanz. 

3896 manque M— 3897 M E miles, M od le talent — 3898 M 
E, M Si p. ne sestrangla — 3899 M Ke, moût manque M, M e 
miles le regarda — 3900 M De dit — 3901 M S. il maldit, M bu- 
leta — 3902 M Ke acelu, M ia b. ne fra — 3903 M m. heit. 

CXXXIX. 3904 P dons, M fu gr. — 3905 M poi en m. ke la 
feim lui estreint — 3906 P meuois meru. — 3907 M Ke mut estes 
b. — 3908 je manque M, P riche, M riche garnement— 3909 M 
ucn. ci e par quel deuisement — 3910 3/ Ke en cest b. ne uenent 
nul gent, P entre — 39 1 1 il/ il ni ad f. uiuant — 39 1 2 manque M — 
3913 M Ke plus seit franche, PM par lemien esciant — 3914 
M il nout autre enfant — 3915 Af fu, P et pendenz — 3916 3/ 
Vn cheualer, M combatant — 3917 P ne si v. — 3918 Af cist ke 
mest siwant — 3919 M mut est greius. 

T.n. 11 



I 



l62 MILON LE FAIT PÉRIR 

3920 « Sire moinne », dist il, « Deus confonde vos denz ! 
Qu'an avez vos a fere?Trop iestes enquaranz. 
— Certes », dist li ermites, que fu viaux et ferranz, 
« Si fuse de mon cors si sainz et si puisanz 
Con estoie n'a pas plus de quatre vinz anz, 

3925 Vos n'en moinriez mie. Trop iestes mescreanz î » 
Et Milles tret l'espee, dom Tacier fu trenchanz ; 
Le moinne vit le branc, que fu resplendisanz, 
En son moutier s'en fuit et si s'enclôt laienz. 
Par deforz la chapelle est uns correuz coranz, 

3930 Et Milles ri enferme, que moût fu malfesant, 
Puis a bouté le feu environ de toz senz. 
Que le moutier a ars et Termite dedenz. 

A//»7o c. CXL Moût ot Milles le cuer dolent et irascu 

Por tant con li sainz hons li avoit respondu. 
3935 Maintenant tret dou fuerre le boin branc emolu, 
Laienz en sa chapelle a l'ermitte enbatu, 
Par defors le ferma, le feu i a féru. 
Et lui et son moutier a tôt ars et fondu. 
Quant Florence le voit, s'a grant paor eli, 
3940 Forment en a le cuer dolent et irascu. 

« Hé ! Deus », dist la roïne, « par la vostre vertu 



3920 M S. hermite trop estes enquerant — 8921 M f. ribaut 
poilent — 3922 M lermite uel sui lepeil aiferant — 3923 M 
Si ère — 3924 M io fu nad mie passe .vu. anz — 3925 M 
nel amerrez, P conquarans — 3926 M ke ben fu — 3927 M 
Lhermite le uit si sen vet fuant — 3928 3/ E sa chabre se 
met si sest ferme luiz — 3929 M si out vn ewe corant, uns 
manque P — 3980 M m. le passe, M mefesant — 3931 le 
manque 3/, M tus part — 3982 M Kc mesuns e chapele sunt 
ars e li. 

CXL. 3935 M Tret meintenant le brant de ascer mulu — 
3936 M E la ch. li hermites aie fu — 3987 M de denz len- 
ferma li treitrc si ad le feu f. — 3938 Âf le muster e lui — 
3939 i>/ Q. le uit .f. grant p. ad — 3940 manque M — 3941 M 
pur la. 



i 



FLORENCE IMPLORE DIEU l63 

Ja vos venjastes vos dou félon mescreù 

Qui vos cuda avoir saint paradis tolu. 

Sire, quant vos vosistes, bon rois, et bon vos fu, 
3945 Vos reiistes dou ciel jus moût tost abatu, 

Toz ceus en trebuchastes qu'o lui furent tenu : 

Il estoient vostre angre, mes or ont tôt perdu. 

Voir rois esperitaus, de ceus te venjas tu. 

Sire, ne consentez cest gloton malestru 
39 5o Qui si a mort son frère, traï et confondu Pf^58. 

Et a ars cest saint home! Bon rois, bien le vois tu. 

Vengiez vos en, biau sire, par la vostre vertu! 

Traître », dist Florence, « moût t'est mesavenu. 

Por quoi ais mort l'ermite? Moût en poise a Jesu. 
3955 Or pues tu moût bien dire dyable t'ont veii. 

— Certes », ce respont Milles, quant il Tôt entendu, 

« Maint foui mot vos sont hui fors de la boiche isu; 

Je cuit qu'il vos seront moût chierement rendu. » 

Durement se ramponent, mes ne se sont meli ; 
3960 Milles a lez le feu tote la nuit geli 

Et tenoit par la renne le bon destrier crenu. 

CXLI Milles jut lez le feu de ci qu'a Tajornee, 

Quant la sainte chapelle ot trestote enlumee 
Et le bon hermite ars qui tant l'avoit gardée. 

3965 Gelé place ot grant tens sa vie démenée, 

3942-3953 remplacés dans M par les vers : 

Purquei soffrs tu ke si nus est mes auenu 

Veez de cest renée cum par ad grant uertu 

Reneie vus ad beu sire ben me sui aperceu 

Ke sest seinte heremite ad ars e confundu 

Ore pout hom sauer debles lunt tenu 
— 3964 M mut ben le uit i. — SgSS manque M — 3936 M Dune 
r., il manque M — BgSj M Meinte foie parole est de ta — 3938 M 
cher r., P vendu — 3969 M mes de loc ne — J960 M M. delez le 
fu trestute la n. sest — 3961 M tent en sa main sun bon. 

CXLI. 3962-4007 manquent P — 3962 M delez le fu tute la 
nutee — 3963 sainte manque M, M tute — 3964 M lout g. — 3965 
3/ pi. e cellui gr. t. eut gardée. 



104 LE SERPENT 

Cent anz i conversa, c'est chose bien provee ; 

Onques il ne manja tote sa saolee, 

Et eue de fontaine but qui estoit troblee. 

De ce avoit sa vie moût par bien estoree, 
3970 Et en Deu bien servir mist tote sa pensée. 

Tant est l'empereriz dolente et esgaree, 

Etdou saint hermite est triste et espoantee. 

Et Milles, li traître o la maie pensée, 

Tient d'une part le feu, s'a la teste crolee, 
3975 Mais ne parla un mot plus d'une grant luee. 

Ez vos une serpent qui fu granz et crestee. 

Qui d'une haute roche tost est jus avalée ; 

Moût estoit laide et granz et de venin enflée, 

Quatorze piez de lonc, qui l'eust mesurée, 
3980 Et cinc o quatre piez s'a la gole baee : 

Feus et flambe li ist de boche envenimée. 

La teste porte droite, la langue forsgetee, 

Et tenoit sus lacoe, qui fu longue et cornée. 

A la chalor dou feu s'est la beste arestee. 
3985 Quant ele aperçoit l'omme, la teste a sus levée, 

D'ire et de mautalent se fist grosse et enflée. 

Quant Milles l'a veiie, s'a la color muée; 

Isnellement saut sus, si a traite l'espee. 

CXLII Milles vit la serpent, de paor tressua. 
3990 II est sailliz en piez, le brant d'acier sacha. 

D'un mantel sebelin son braz envelopa; 

S'ore ne se desfent,ja mais ne mangera. 



3967 il et tote manquent M — 3968 M Racines manga e de f. 
b. troblee — 3969 M sun uiuere b. — 3970 M De deu s. — 3971 M 
la dame d. — 3972 est manque M — 3976 grant manque M — 
3976 qui fu manque — 3977 tost manque M — 3978 M M. ert — 
3980 Me. a q. — 3981 3/ E fu e — 3983 M tint, M eue 1. cuuee — 
3984 M set la b. — 3985 M dcl home — 3986 M m. fu - 3987 M 
laueit. 
CXLII. 3991 sebelin manque M. 



SERMENT DE FLORENCE l65 

La serpenz li cort sure, que pas ne li dura, 

Et de son grant assaut ocire le cuida, 
3995 Et Milles Tattendi, qui grant coup li dona. 

D'une part et de l'autre la guenchi ça et la. 

Quant s^en cuida partir, ele tant le hasta, 

A la gole baee vers Milon s'en ala. 

Quant ne pot plus guenchir, a la beste aprocha, 
4000 De s'espee forbie un grant coup li dona, 

Que desqu'en la cervelle le bon brant li cola; 

Morte chaï a terre, a tant il la laissa. 

L'empereriz de Romme totes ores veilla, 

Qui moût fu esfraee; parfondement ora, 
40o5 De dolent cuer plora, en plorant regretta : 

« Ahi! Esmerez, sire, quel damage ci a! 

Moût doi haïr celui qui departiz nos a. » 

GXLIII La nuit s'en est alee, li jors est esbaudiz, 
Et Milles, li traites, est ou destrier sailliz, 
4010 Florence fist monter, ne fu pas estordis, 
Puis acoillent lor arre selonc un plesaïz. 
« Dame », dist li traites, « ne sui pas esbahis. 
Ja me fiancerez par saint Poul d'Ipoliz 
Que ne ferez savoir ne en fès ne en diz 
401 5 Conques fusiez de Romme née n'emperreriz, 
Ne Otes vostres pères, n'Esmerez li hardiz 
Fust onques vostres sires esposez ne mariz. » 
Tôt li fait fiancier li traîtres failliz. 

3993 M ke nent nel d. — 3994 Et manque M — 3996 M m. le 
curt sur, coup manque M — 3996 M de autere g. — 3997 M la beste 
t. — 3999 M Li treitre ne pout g. — 4000 M sun espeie vn — 4001 
bon et li manquent M — 4002 il manque M — 4005 M plure — 
4007 M icelui. 

GXLIII. 4008 M i. en est venuz — 4009 M uers .f. est •— 4010 3/ 
E la fist, Afesbaiz — 401 1 A/ delez — 4012 JV/esturmiz — 40i3 M 
Ore me deuez fiancer par saint denisz — 4014 Af a sauer nen fet 
— 401 5 3/ ne fûtes derome dame ne — 4016 Af Ne li rcis u., M 
tis mariz — 4017 manque M — 4018 M Test. 



l66 MILON DÉCLARE SES INTENTIONS 

La forest fu parfonde, li bois haus et foilliz ; 
4020 Un val entre dous roches c'est li gloz escoilliz. 
Deus! tant richement amble li destriers arrabiz! 
Milles tenoit Florence au bliaut de samiz. 
« Dame », dist li traites, « moût par sui alentiz, 
Trois jors vos ai menée coreciez et marriz, 
4025 De maufez et de bestes ai esté asailliz, 

Bien m'en sui deffenduz con chevalier hardiz, 
Encor en est sanglanz mon branc d'acier forbiz. 
Tant vos ai desirree que or en sui saisiz, 
Mon talent en vuel fere, n'i avra contrediz; 
P/05^ b. 4o3o Gardez qu'il n'i ait noise, ne getez brez ne criz. 

— Milles », ce dist Florence, « le tuen cors soit maudiz, 
Car li miens cors par vos n'iert ja mais enlaidiz ! 
Dame sainte Marie, roïne genitriz, 
Dame, ne sofrez ja que mon cors soithoniz! 
4035 Traître », dist Florence, « ton frère est mes mariz. 
De Deu, que de la Virge fu et nez et norriz. 
Te soit hui li miens cors vaez et escondiz ! » 

Mf*7^- CXLIV Or chevache Florence, que tant a le vis bel, 
Et Milles, li traîtres, sur le destrier isnel ; 
4040 II avalent dou tertre, trespasent un rusel. 

Quant ont aie un pou, s'entrent en un gassel 
Et troverent un arbre très par mi un prael, 



4019 3/ fu haute li b. parfunt e — 4020 M terteres sest li treitre 
acoilliz — 4021 manque M — 4022 A/ E m. — 4023 M mut sui 
afoliz — 4024 P et pensiz — 4026 M des b., P estez — 4026 M 
me sui — 4027 M mun bon brant f. — 4028 M Trop, M mes 
ore — 4029 M désir, M ad nul escundiz — 4o3o M G. ne eit n. 
ne nul autre criz, P a noise — 4o3 1 ce manque M, M honiz — 
4o32 manque P, M Ke, M ne serra ia e. — 4o33 M Seinte m. 
dame vus me garentez — 4034 P D (sic) ne s., M Gardez le men 
cors ke ne seit mal mis — 4o35 M le men mariz — 4o36 3/ fu 
nez — 4037 Te manque M, M c. detei u. c defendiz. 

CXLIV. 4040 Af A laualer dun — 4041 M furent tant aie entrè- 
rent vn, P prael — 4042 manque /*. 



PRIÈRE DE FLORENCE 167 

Qui vert iert et foilliz, s'i chantent li oisel ; 

L'erbe fu vert et drue par desoz l'aibresel, 
4045 Li praiaus entor larges dou trait a un quarrel. 

Et, quant Milles le voit, si broche le poitrel, 

Florence tint au frein, dom d'or sont li noel; 

Desoz l'arbre par force bellement senz apel 

Li faus traître amoinne Florence o le cors bel. 
40 5o Li gloz est dessenduz, s'atache le poutrel. 

« Ha! Deus », ce dist Florence, « que formas Israël; 

Des leons garantistes le cors saint Daniel, 

Elles le profete en portas el quarel, 

Quant il a son deciple rejeta son mantel ; 

4055 Saint Abraham mandastes enz ou val d'Edinel 
Qu'oceïst son enfant, un cortois demoiseil, 
Essaier le vosistes, por tant que vos iert bel; 
Maintenant l'oceïst, con fait li lous Taigneil, 
Quant vos i envoiastes l'angre saint Rafaël ; 

4060 De Golias gardastes David, le pastorel : 

Si voir con vostre mère nasqui en Nazarel 

Et vos li comandastes que preïst saint Josel, 

Ne sofrez cest gloton félon de put apel 

Qu'il ait ja part en moi! Par le cors saint Marcel, 

4065 Maintenant me ferroie par le cors d'un coutel. » 

CXLV Florence la roïne c'est forment dementee. 

« Ha ! Deus », dist la pucelle, « de maie hore fui née ! 

4043 M fu vert e f . v — 4044 manque M — 4045 manque P, M 
larges entur del tret dun — 4046 M Cum m. laueit ueu, M des- 
trel — 4047 M fu li cheuetel — 4048 P larbre len moinne b., M 
f. tut s. — 4049 manque P, Li faus traître manque M — 4060 M 
Li traître lad descendue si tache sun peitral — 405 1 M Hai d. 
dit f. ke feites le pople i. — 4052 3/ saluastes le cors d. — 4o53 M 
Hellas, M charel — 4054-4059 manquent M — 4054 P et son d. — 

4056 P Qucceist — 4060 M golie — 406 1-40^5 M donne le vers : 

Si ueirement gardez hoi mun cors de cest cruel. 
CXLV. 4066 M set f. — 4067 Ha manque M, M a m. h. fu, 
P mal h. fu. 



l68 EFFET DE l' AGRAFE MERVEILLEUSE 

Pf»5g. Glorieus sire pères, con m'avez obliee I 

Dame sainte Marie, roïne coronee, 

4070 De par vos me soit hui garantie portée ! » 
Et Milles, li traîtres, Ta forment enpressee. 
Or oiez de la belle con fu proz et senee : 
Des nons nostre seignor c'est moût tost apencee, 
Trois des plus haus en nomme, si s'est haut escriee. 

4075 Moût grant miracle i a nostres sires mostree 
Et la saintime noche qu'el ot au col fermée, 
Que d'or et de jagonces fu fête et tresgitee ; 
Mes une piere i ot que moût fu alosee : 
Por quoi el l'ait sus li, ja n'iert desvirginee. 

4080 Or oiez de la pierre con elle s'est provee. 
Qu'a Milon fut trestote sa volenté alee ; 
Tuit li mambre li faillent, si s'asiet en la pree. 
Quant il n'en ot pooir, s'a Florence apellee : 
« Pute », dist li traites, « con iestes enchantée ! 

4085 Charaudes avez fêtes, n'est pas choze celée. 

Mes, par icel seignor que mainte arme a savee. 
Se vos ne les defetes, la teste avrez copee. 
— Traître », dist Florence, « c'est mensonge provee, 
Ainz sont disnes vertus, si m'a Deus regardée. 

4090 — Certes », ce respont Milles, « folie avez pencee. 
Tote ceste miracle avrai ja tost faucee. » 
Isnellement et tost tret dou fiierre l'espee, 

4068 M Hai sire deu c. — 4071 3/ f. hastee — 4072 M dame 
cum el fu ben s. — 4073 M sest dune purpensee — 4074 M h. 
noma, haut manque M — 4075 P Grans miracles, i manque 3/, 
M seignur — 4076 M uertuose n. ke el out en sun c. — 4077 man- 
que M — 4078 M Par vne p. kil iout ke tant est loee — 4079 M 
Nauera dute ke ele seit uergundee, P sus lui — 4080 M o. cum 
la père sest esprouce — 4081 M Quant .m. quida fere tut sa 
uoluntee, P milles — 4082 M Tus ses m., M sasist — 4083 M 
nout p., M auisee — 4084 M Puce, M cum me auez — 4085 M 
Karaktes, M nest mie — 4087 M ne! d, — 4089 M sun digne — 
4090 M C. dit — 4091 3/ serra ia f., P fauce — 4092 M I. ad 
tret. 



MILON MALTRAITE FLORENCE 169 

Puis va a une branche, si l'a par mi copee, 

Qui fu de leus en leus par trestot espinee; 
4095 Plains ces poins en aporte, s'a Florence cobree, 

Si la fiert de son pié, qu'a terre l'a gitee, 

Par flans et par coustez l'a tant forment foulée Af/'j/ b. 

Que sa blanche char fu trestote ensanglantée 

Et la poipre de soie déroute et désirée. 
4100 « Traîtres », dist Florence, « con mal m'avez menée ! 

Gemès iceste choze ne vos iert pardonee. 

— Certes », ce respont Milles, « trop iestes enparlee; Pf'Sgb. 

De vostre cors ferai quan qu'a mon cuer agrée. 

Desfetes les charaudes sens nulle demoree. 
4io5 — Traître », dist Florence, « j'oi folie provee. 

Certes miaus vaudroie estre trestote desmembree 

Que ja de vostre char fust lamoie adesee. » 

CXLVI Quant or ot li traîtres que Florence parla. 

Si grant maltalant ot par poi ne forcena. 
41 10 II la prist par les tresces, soz l'arbre la mena, 

Le grêle de ses manches sor les mains li cola ; 

Tant doloreusement li leres les lia 

Que la tige de Tarbre par derrière enbraça. 

Une branche i ot grose que vers terre enclina, 
41 1 5 Par les tresces l'i pent, tant forment la pena 

Conques pié qu'elle elist a terre ne tocha 



4093 M uint a une br. parmi lad — 4094 M deliu en liu dure- 
ment e. — 4095 M p . aporte f . ad c, — 4096 M del pe, M uersee — 
4097 M flanc, M lad f. defule, P tillee — 4098 Que manque 3f, 
M fu tut — 4099 de manque M — 4100 Af cum mauez maie 

— 4102 Certes ce manque M — 4108 M quanke moi — 4104 M 
karectes s. plus d. — 4105 3/ ore oi --4106 Certes manque M 

— 4107 manque M. 

CXLVI. 4108 JV/ Q. oi, M f. ciparla — 4109 3/ T^le m. out pur 
p. uif nenraga — 41 10 J/ de suz vn — 41 1 1 manque M, P les 
main — 41 12 M E t. ferment la lia — 411 3 M Ke le sanc par tut 
sun cors raia — 4114^1/ basse ke — 4ii5 Af la pent — 41 16 3/ Ke 
nul pe ke ele out terre. 



lyO MILON MALTRAITE FLORENCE 

Fors seul l'ortoel devant, ou elle s'apuia. 
« Par mon chief », ce dist Milles, « mavesement vos va; 
Se mon plaisir ne faites, moût pis vos estera. 
4120 Desfetes les charaudes, qu'atre choze n'i a. 

— Traître », dist Florence, « ice ne sera ja. 
Certes, quan que vos fêtes ja riens ne vos vadra. » 
Et, quant Milles l'entent, a poi ne s'enraja. 

CXLVII Quant Milles, li traîtres, a Florence entendue, 
4125 Si grant matalant ot tôt le cors li tresue. 

Lors ra prises les verges, si la ra tant batue 
Sa blanche char en fu sanglante et derompue ; 
Le sanc vermeil en chiet desus l'erbe menue. 
« Ha ! Deus », ce dist Florence, « sainte Marie, aiue 
41 3o « Ja me sui je a vos commandée et randue. 

Dame, ne sofrez mie que m'arme soit perdue 1 

— Par mon chief», ce dist Mille, « vostre fin est ven 
Se plus i a charaude ne fête ne tenue ; 

Certes gemès par moi ne cerez despendue. 
4i35 — Traître », dist Florence, « grant folie t'argue, 
Car sache ja ton cors n'iert joint a ma char nue. 
PJ^6o. Selonc mon boin coraige m'iert déserte rendue, 

Car, puis que Deus vodra, tost m'avra secorue. » 
Quant Milles Fentendi, a poi que ne se tue. 



41 17 manque Af — 41 18 ce manque M, M malement vus esta — 
41 19 manque P, M E si —4120 iVfkarectes ke fêtes hi a — 41 21 3/ 
Certes d. f. ceo ne frai io ia — 4122 M Tut kanke vus mefetes 
nent ne me greuera — 4123 Et manque M, M ne desua. 

CXLVII. 4124 Af tut ad oi e veue — 4125 ^ ke le c. —4126 M 
L. lad derechef cruelement b., P prise — 4^27 M Ke sa bl. ch. 
fu, 3/rumpue — 4128 manque M — 4129 ce manque 3/ — 4i3o 
M Tute me s. a vus dune c — 4i3i mie manque M — 41 32 ce 
manque M, M tun derein iur est ia — 41 33 manque M, P cha- 
raudes — 4134 M C. dit .f. meuz uoil estere pendue — 4i35 
manque M — 4.136 M Ke mun cors al uostre eit compaignie 
tenue, P nier i. — 4137 3/ S. mes decertes auerai ioie r. — 41 38 
3/ Quant deu u. t. serrai — 41 39 manque /*, 3/ lentent apoi ne. 



1 



LE CHATELAIN THIERRI I7I 

II 4140 Florence pent a Tarbre tant doloreusement 

Que riens n'en toche a terre fors sol l'ortoel devant; 

A l'arbre fu loiee meut par estroitement, , /^i^ 

Et Milles, li traîtres, la ramponne sovent. cJ^^"^^^ 

jOiez quelle aventure , franc chevalier vaillant, .^A . .T^'*^*'''^ 
3Î4I45 Car en celle forest ot unTrècef inôut~grant : 

Toz fu cloz a bretaches et de mur ausiment; 

Que chevaliers que dames i avoit plus de cent; 

Chatel Perdu le clament par tôt li païsant. 

Thieris ot nom li sires, s'ot mollier avenant 
41 5o Et une soe fille, Biautris au cors gent; 

Thieris li chestelains fu moût proz durement. 

Cel jor chaçoit un cerf moût afichiement, Mfjt c. 

O dis muetes de chiens l'acoilloient forment, 

Et furent vint et cinc chevalier et serjant; 
41 55 Brachès et liemmiers vont forment glatisant. 

Celle part s'apremerent ou la roïne pent; 

Et, quant Milles les ot, a son cheval se prent, 

C'est sailliz en la selle tost et isnellement. 

Par mi la grant forest s'en vet li gloz fuiant. 
4160 Et le cerf s'an passe outre, que les granz sauz porprant, 

Tôt droit par desoz l'arbre s'en va isnellement. 

A tant ez vos les chiens tôt abriveemant, 

Li veneors après, quel seuent maintenant. 

Et regardent sor destre, voient la chartre grant. 
4165 II se sont arestéj nul n'en ala avant, 

CXLVIII. 4140 M mut angusement — 4141 M ne t. — 4142 
manque P, M mut forment — 4144 M Ore oiez — 4145 M En 
icel — 4146 M des br. e de nur — 4147 ^ Ke des ch. ke de — 
4148 M La castel — 4149 M ad n. il s. sa m. — 41 50-41 5 1 
manquent M — 4152 A/'chasa, M mut grant — 41 53 M As .x. m. 
des ch. la chasent — 41 55 A/ e leuerer — 41 56 3/ seprochent — 
4157 Et manque M, M lentent, M destrer — 41 58 M E sailli — 
4159 M sen ala f. — 4160 s'an manque 3/, P saut p. — 4161 par 
manque M, M sen uont li chen curant — 4162 M t. e vus terri 
mut durement — 41 63-4 166 manquent M — ^i63 P maintenent — 
4164 P regarde. 



\ 

172 IL TROUVE FLORENCE 

A lor seignor mostrerent le riche atornement. 
Quant Thieris vit la muUe, ne vot aler avant ; 
Et il et tuit si home s'aroterent devant 
Et avisent la selle, ovree d'olifant, 

4170 Et le lorein, que fu trestot d'or et d'argent. 

« Ha! Deus », dist Tuns a l'autre, « par ton commandai 
Que par vit onques mais itel atornement? » 
Pf>6ob. Et regarde Florence, que si se vet pleignant. 

Deus ! tant forment reluisent si riche garnemant 

4175 Entre l'or et les pierres, dom il i avoit tant ! 
De la biautei de lé trestoz li leus resplant. 
Thierris li chatelainz parla premieremant, 
Gomme chevalier nobles li dist cortoisement : 
« Dame, qui estes vos? Nel me celez niant. 

4180 Se vos bone choze iestes, si parlez maintenant. » 
La roïne respont moût très piteusemant : 
« Sire, merci por Deu, le verai roiamant! 
Je sui une meschine; ainz jor de mon vivant 
Ne fui je que ne fuse en poine et en torment, 

4185 Ne vos en puis plus dire, moût ai le cuer dolent. 
Car moût sui a messaise; sachiez veraiement 
Ne vos avroie en pièce dit tôt mon covenant. » 
Et, quant Thierriz Toït, de son cheval dessant, 
Celle part est venus, entre ses bras la prant ; 

4190 Contre mont la solieve li ber moût doucemant, 



4167 M il choisi — 4168 et manque M, M sesturent — 4169 M 
uirent, P salle, M ouere mut richement — 4170 M trestut fu — 
4171 M p. t. comant — 4172 M si riche a. — 4173 M II, M ke 
forment dementout — 4174 Af E f . — 4175 M E lor, M p. kil 
aueit — 4176^ M tut — 4177 3/ E t. — 4178 M Cum bon ch. si 
dit — 4180 M vus par deu este p. — 4181 M lui respunt mut 
petusement — 4182 iVf pur deu merci le rei tut pussant — 4183 M 
vnkes iur a — 4184 M (n unkes un iur de peine ne de t. — 
4185 M vus aueroi vne grant pece dit mun talant — 4186 M Ke, 
P et mess., M maleise ceo vus di veirement — 4187 manque 
M — 4188 Et manque M, M lentent — 4189 M ces braz — 



41903/ leue mut. 



ELLE EST DÉLIVRÉE 173 

Les trescès li deslie et les bras ensemant. 
Puis cochèrent Florence sus l'erbe verdoiant; 
Tant l'ot Milles batue que tôt en ot sanglant 
Le bliaut qu'ot vestu d'un vermeil aufriquant. 

4195 De la dolor qu'elle a se pâme moût sovent, 
Et la coleur li mue, moût ot foible samblant. 
Thierris li châtelains la vet moût confortant, 
Mes n'oïstes tel duel de nulle estrenge gent : 
« Seignor, lessiez la noise, si parlez bellemant! 

4200 L'en n'a pas ceste dame menée a son talant. 
Fêtes moi une bière, ne demorez niant; 
Droit a Chestel Perdu l'en porterons a tant. 
Il ne demorra mie, ce cuit, moût longuemant 
Que nos orons bien dire, par le mien essient, 

42o5 De quel terre elle est née et que sont si parant Mp^t d. 

Et qui l'a si batue et por quoi et comant Pp6ï, 

Elle estoit si pendue moût dolereusemant. » 
Et cil li respondirent : « Vostre commandemant ! » 

IXLIX Thierris li chastelainz fu de bonne manière, 
4210 II regarda Florence, que meut fist lede chiere, 
Que tote fu sanglante et devant et derrière; 
Et la porpre de soie ne refu pas entière. 
Les pieres et les parmes, que gitent grant lumière» 



4191 M le braz 4193 P tote en iert s., M cl fu tut s. — 

4194 manque PM\cp. Vaddition de P après le v. 42o5) -- 4193 M 
E pur, M out, moût manque 3/ — 4196 Af change mut auit — 
4197 M esgardant — 4198 M E démènent grant dol cum e. — 
4201 M b. tost erranment — 4202 M al ch., M la portèrent — 
42o3 PM demora, M io quid 1. — 4204 AI nus norrum d. — 
4205 elle manque M, P ajoute le vers {= 4194) : 
Le bliaut quot uestu dun uermeil aufriquant 
—4206 si manque M — 4207 M E fust i pendue d. —♦4208 manque 
M. 

GXLIX. 4210 3/ regarde, M mut fu de feble — 421 1 M Tres- 
tute, P fust, iVf s. de uant — 4212 A/ E de sa uesture nul ren e.— 
42 13-421 5 manquent M. 



174 THIERRI LA FAIT CONDUIRE A CHATEAU-PERDU 

« Certes », ce dist Thierris, « mavese gent liniere 
421 5 L'ont elie entre mains. Traions nos en arrière ! 
Alez, franc chevalier, ce me fêtes la bière 
Et m'i metez asez de celle vert fougiere ! 
Vos iestes tuit preudom, n'i a mestier prière, 
Qu'el est de haute gent, et si la tenons chiere. » 

CL 4220 Thierris li chastelainz fu de moût bone orine, 
Et tuit sui chevalier plain de bone doctrine. 
Isnellemant et tost corrent a la gaudine 
Et coillirent la bière, si la font entérine. 
Florence la pucelle i cochèrent sovine, 

4225 Par devant atellerent la muUe sarrazine 

Et derrier atacherent un sor destrier d'Auquine, 
Et la bierre fu droite, de nulle part ne cline. 
Puis acoplent lor chiens, s'acoillent lor traîne 
Et viennent au chastel, que siet en la gaudine ; 

4280 Assez i ot bretaches et une tor perrigne. 

Isnellement s'en entrent en la saule marbrine. 
Thierris en apella sa moillier Aglantine 
Et Biautriz, sa fille, que tant fu belle et fine : 
« Dame, par cel seignor ou tôt le mont acline, 

4235 Je ne vousise mie por d'or plenne une mine 
Que je ne fuse alez chacier en la gaudine. 
Hui matinet au jor, quant soloel abat rime, 
Acoillimes un cerf par moût fiere ahatine. 



4216 M Ore tost ch . fesum nus — 42 1 7 ME si imetum a. de l 
f. — 42183/nad m. — 4219 et manque M. 

CL. 4220 moût manque M — 4222 M la femine — 4223 ME 
funt vne bere tute e. — 4224 M la bêle i cachent — 4225 M d. 
thachent — 4226 M E par dercre vn d. cursine — 4227 M ennui 
par nen — 4228 M acoillent, AI si funt la — 4229 M seiet sur — 
4230 M c haut mur de perine — 4231 s'en manque M, P s. perri- 
gne — 4232 M T. apcla la dame — 4233 M est b. — 4234 M icel 
s. a ki, M encline — 4235 M pur nul ren terrine — 4236 M 
neusse chace en celé ferine — 4237 M matin al soleil esclarine — 
4238 3/ grant alinc. 



i 



IL LA RECOMMANDE AUX SOINS DES SIENS lyS 

Très par mi un prael de delez la sentine 
4240 Trovames a un arbre pendant une meschine. ?f*6t >. 

Ne sai c'elle est duchese, contesse ou palasine, 

Mes plus a blanc que flor le vis et la poitrine. 

De toz ces garnemens puis je fere ahaitine 

Que nés eslegeroient tuit cil de la marine. 
4245 Or la fêtes baignier, se li querez mecine, 

Destemprez li de l'erbe c'on apelle savine 

Et si metez dedenz ou baig de la racine. 

Premièrement menjust ou pocin ou geline, 

Si ne li demandez nul point de son covine, 
42 5o Tant qu'elle de santé revienge en sa sasine. » 

Et la dame desfuble son bon mantel d'ermine, 

Et Biautris, sa fille, a lé aidier s'arine; 

Fors de la bierre gietent Florence la roïne. 

Trestote la grant salle de son cors enlumine. 

4255 Florence ont descendue de Romme la cité ; 
Dedenz Chatel Perdu bien li est encontre. 
Thierris li chastelainz fu de grant noblité, 
Sa moillier en apelle, si li a comandé 
Et Biatrix, sa fille au gent cors acesmé : 
4260 « Dame, por Deu de gloire de sainte maiesté, 

Gardez ceste pucelle soit servie a son gré Mf^ji. 

Et si li faites tote la soe volenté, 

Que riens que elle vuele ne li soit ja vaé. 

4289 M de ioste vne sauine — 4240 MTt. vne meschine p. en 
vne gaudine — 4241 ou manque M — 4242 M Ke, M le uis ke 
flur — 4243-4244 manquent M — 4246 3/la q. — 4246-4247 man- 
quent M — 4248 M Si la donez a manger p. e — 4249 M vn p. 
de sa — 4250 M kele se sente seine e en bone — 4251 M le m., 
P m. hermine — 4252 manque M, P f. bonement li aide — 
4253 M Hors, M mettent — 4254 P s. cor. 

CLI. 4255 Ma. reine de— 42663/ D. le —4258 en manque M 
— 4259 M od le c. — 4260 M d. glorie e rei de m. — 4261 M ke 
ceste dame, son manque M — 4262 M f. auer tûtes ses — 4263 M 
demande, ja manque M. 



Ij 



176 ÉGLANTINE ET BÉATRICE LA SOIGNENT 

D'une choze vos pri qu'an mon cuer ai pencé 
4265 Que ja point de son estre ne li soit demandé. 
Si sera bien garie et en sa poesté; 
Adons vos pora dire tote la vérité. 
— Sire », ce dist la dame, « ja n'en iert trestorné, 
Car el semble bien estre de moût haut parenté. » 
4270 En sa chambre l'en portent, si ont bien Tuis fermé ; 
Premieremant li ostent le chier poelle fresé, 
La chemise de soie, blanche con flor d'esté, 
Que li estoit aarse au flanc et au coûté 
Des cous que li traître li avoit tant doné. 
Pfoôz. 4275 Grant pitié lor en prent, si ont andui ploré; 
En un lit la cochèrent cortois et acesmé. 
La dame fut moût sage et de grant nobleté : 
Un chadel li ont fet, tost l'orent aprestei, 
A une cuillier d'or l'en ont ou cors coulé, 
4280 D'un saintime oignement l'ont ointe moût soé; 
Vis li fu c'on li ot tôt le cors enbamé. 

CLII Ce fu el tens d'esté qu'il ploet et fait tonoire. 

Florence est en la chambre tote painte a estoire; 

Li lis ou elle jut fu faiz par grant mémoire, 
4285 Et la dame fu sage et fu de bone estoire. 

D'une herbe li destrempent c'on clame mandegloire, 



4264 M E une — 4266 M ren de son e. — 4266 M Quant ele en 
g. — 4267 M Dune, M sa uolente — 4268 M d. nert — 4269 M K< 
ele resemble de h. — 4270 M la ch. la, P porte si a, bien man- 
que M — 4271 P oste, M bon bliaut — 4272 -M E la blanche che- 
mise de seie cum flur en — 4273 M Ke si sesteit, P flans et aus — 
4274 M la aueit d. — 4275 M dollur prist, P a. ferme — 4276 M 
cuchent mut riche e — 4278 M caudele li funt si lunt cule — 
4279 M lunt el c. gete — 4280 M sucf o. li unt le cors enbaume — 
4281 manque M. 

CLll. 4282 M fu en mai tens deste quant uente larbroie, P et 
esclaire — 4283 M cschambrcs tut purtreite deseie, P et est. — 
4284 manque M —4285 M s. pleine de memorie,P b. escolle — 
4286 M Vn, P destrempe. 



FLORENCE EST CHÉRIE DE TOUS I77 

G'une dame planta dès le tens saint Grégoire ; 
Enz ou cors l'en colerent a la cuillier d'ivoire. 
Lors fu vis a Florence que elle fu en gloire. 

4290 Florence est en la chambre moût richement servie 

Et baignie et gardée, que tote fu garie. 

La fille Thierri fu de grant biauté garnie ; 

Durement s'entramerent par fine compaignie. 

Devant le lit Thierri, a bien toise et demie, 
4295 Gisent les dous pucelles par moût grant compaignie; 

Tote nuit art la lampe, dès que vient la complie. 

La mesnie Thierri et la chevellerie 

Gisent en la grant salle, que est painte et voutie. 

Aus pucelles se geuent le jor une partie 
4800 Por esgarder Florence, la belle, l'eschevie, 

Que tant ot la char blanche et la face esclarcie ; 

Nulle plus belle femme ne fu onques norrie : 

Que tresbien la regarde, toz li cors li fremie. 

Forment li vont entor, chescuns d'amer la prie, 
43o5 De baisier, d'acoler et d'autre druerie. 

La belle ne respont nul point de vilenie, 

Bien s'en seit délivrer, n'i a cel ne s'en rie; 

Et quan que il demandent tient el a grant folie. 

Florence fu pensive, que de riens ne s'oblie ; 
43 10 Sovent reclame Deu, le fil sainte Marie, P f*62 b. 

Et regrete Esmeré a la chiere hardie : Mfjzb. 

4287 M pi. el t. — 4288 M lui mettent'dun — 4289 M Dunt, 
3/ a la bel kele. 

CLIII. 4290 moût manque M — 4298 M Ben sentereimcnt — 
4294 M t, /nt la dame cochée — 4295 3/E la fille le seignur par 
grant amistee — 4296 M lampe ci kala matinée — 4297 P a la ch. 
— 4298 M la s. ke est de peinte e tiorie — 4299*3/ p. uenent — 
43oi M bl. burnie {fin du vers) — 4802 M fust — 43o3 manque 
M — 4304 M Erralment lui corent, M damur li — 4306 M La 
dame ne r. mi par v. — 4807 M se set d. nad celui — 4308 M 
cil demandoint teneit afolie, P demande — 4809 M Mut est p. 
nent se — 4810 M r. ihesu le fiz m. — 43 1 1 M od. 

T. II la 



178 THIERRI VA A LA CHASSE 

« Ahil Milles, traîtres! li cors Deu te maudie I 
De si boin chevalier m'as a tort départie. » 
Soef entre ses dens et fet chiere marrie. 
43 1 5 Mes Thierris la conforte, qui Jesu beneïe; 

Moût la fet bien garder et sa moillier en prie. 
One ne fist tel servise en trestote sa vie, 
Car puis li dona elle Plesence et Lombardie. 

GLIV Thierris li châtelains fist forment a loer. 
4820 Un matin par son l'aube fist ses chiens acopler, 

Trestoz ses veneors fist devant lui aler. 

Par mi la grant forest commencent a errer, 

Brachès et liemmiers ont fet toz descopier; 

Moût est fiere la noise, quant l'en les ot crier. 
4825 II ateignent un porc, si l'ont fet arester, 

Et Thierris le sot bien de l'espié encontrer. 

Car de ci que es doelles li fist ou cors entrer; 

Le porc chiet jus a terre, ne pot avant aler. 

Thierris descent a pié, quel sot bien desmembrer; 
433o Sa venoison depiece, si l'a fête troser. 

Que donques l'i veist a son chatel torner, 

De moût bone mesnie li peûst remembrer ! 

Thierriz fet devant lui sa venoison porter, 

De ci a son palais ne s'i vot arester, 
4335 Et de ce fist Thierriz que gentil et que ber 

Que il en fist la teste en la chambre porter, 

43i2 M Ha m. li — 43i3-43i4 manquent M — 43i5 M ke le 
cors deu b. — 4316 M Ben la fet g. — 4317 3f Ainz — 43 18 -W 
Ke, elle manque M, Me almaric. 

GLIV. 43203/ m. quant laube cscreue —4321 Trestoz manque 
M —4322 M comensa atorner — 432 3 M Brachet e leuerer tist 
trestut acopler — 4324 M M. iout n. quant comenca a — 4325 M 
le funt a. — 4327 M Deci kas espaules fist le brant coler, P c. 
entre— 4328-4329 manquent M — ^33i M le uit uers, M retur- 
ner — 4333 M fist — 4334 M Entre ci kal p. ne uout — 4335 M 
il cum curteis cheualer — 4336 M Quant il f. en la chabre la 
teste del sengler. 



LE DINER 179 

A Florence de Romme l'a fête présenter; 

A plus haute pucelle ne la peùst doner. 

Après haste le queu dou mengier atorner ; 
4340 Et cil en furent sage, que ne Tosent vaer. 

Thierris demande l'eue, s'est asis au diner, 

Delez lui sist sa femme, que tant fist a loer, 

Et Biautriz, sa fille, que il tant pot amer; 

Devant lui sist Florence, la belle o le vis cler. 
4845 Moût la fet richement servir et honorer. Pf'63. 

GLV Thierris li châtelain menjue la disnee, 
Sa moillier et sa fille, sa mesnie privée. 
Devant lui sist Florence, lapreuz et la senee, 
Que ot la char plus blanche que n'est noif sus gelée, 

435o Et ot blanche la face, vermoelle et colorée. 
Tuit consoellent entr'eus par la saule pavée 
Que de si grant biautei ne fu mes femme née. 
Thieris li châtelains l'a forment honorée ; 
Or ne laroit il plus por choze que fust née 

4355 Ne li die son cuer et tote sa pencee : 

« Dame », ce dist Thierris, « franche choze honorée, 
Nel dipor nul reproche : tresbien vos ai gardée, 
Tant que de vostre mal estes aques couree ; 
Au plus bel que je poi vos ai réconfortée. 

4360 Or vodroie savoir, n'est pas choze celée, 

4337 M r. meintenant p. — 4338 M dame nel pout il pas — 
4339 iW se h. li queus li mangers aprester — 4840 M E le firent 
del tut aturner — 4341 M si sestrent al — 4342 M Deiuste li sa 
— 4343 manque P, M kil t. — 4844 P De ioute le fl., M fl. al — 
4345 .^fist. 

GLV. 4346 M od la chère membre, P matinée — 4847 P m. 
et sa femme, 3/ f. e sa — 4348 la preuz et manque M — 4849 M 
plus ad la char bl. ke neif — 435o ot blancRe manque M — 
435 1 M Dune, M en la s. ■— 4352 M fu unkes f. — 4353 M 
esgardee — 4354 M lerra plus, M seit — 4356 ce manque M — 
4357 M di pas pur r. ben est sanee — 4358 M ke u. m. est aukes 
asuage — 4359 M meuz ke io soi vus ai confortée — 4360 M 
uoudrai sauer ke nert. 



i 






l8o FLORENCE REFUSE DE RÉVÉLER SA CONDITION 

Mes que vos le vueliez et vostre cuer agrée, 
Que estes vos et dons et de quel terre née, 
A//«72 c. Se vos iestes duchoise ou roïne clamée, 

Et que vos ot soz l'arbre, quant je vos oi trovee, 
4365 Si dolereusement batue et démenée. 

— Sire », ce dist Florence, « ce est choze provee, 
L'aneur que m'avez fête a mervelle m'agrée. 
Moût en avrez grant joie encor une jornee; 
Sachiez bon vos levastes icelle matinée. 
4370 Mes je nel vos puis dire, ci est la choze alee, 
Que je n'eûse, sire, ma leauté faussée. 
Ja ne sera, ce cuit, la semainne passée 
Bien savrez que je sui; ne puet estre celée. » 
Seignors, a icel tens estoit fois bien gardée : 
4375[ Soz ciel n'avoit cel home, c'il l'avoit afiee, 
1 Miaus ne vosist avoir la teste en fin copee 
Que il l'eûst mentie; mes or est avilee 
A 1 Et la loi abessie et sovent parjurée. 

if 

]lJPf63 b. CLVI Seignors, n'est pas mençonge, ainsoiz est veritez 
4380 Moût fu Milles dolenz, quant il s'est porpencez; 
A Guillaume de Doel s'en est li gloz alez. 
Icil avoit grant guerre dont forment fu grevez ; 



4361 manque M — 4362 M Ore me dites dunt estes e dunt 
uenez e de quel terre estes n. — 4364 M vus pendi alarbre la v 
io — 4365 M Tant, M malmené — 4366 M cest uerite — 4367 M 
f. forment — 4368 M Ben vus serra guerdone einz .viii. iurs 
passée — 4369 manque M — 4370 M M. vus ne uoil pas d. cum 
la chose est — 4371 M io aueroi dune ma, P passée — 4373 je 
manque M — 4374 M En icel tens seignurs fui fiance b. — 4375 M 
Ne trouerez nul h. si il eust — 4376 3/ Ke m. ne u. en fin auer 
la teste — 4377 M Kil eust nientu v fiance faucee — 4378 man- 
que M. 

CLV^l. 4379 M einz est uerite prouce — 4380 M q. sest pur- 
pensee — 4381 M sent est H treitrc alec — 4382 M Ke cil, 3/ guère 
bcn scst accncc, P que forment la grève*. 



1 



MILON CHEZ GUILLAUME DE DOEL l8l 

Car Milles par estoit duremant alosez 
Et de chevellerie prisiez et renommez, 

4385 Et cil l'ama forment, et si fu ses privez; 

Car Milles iert moût d'armes prisiez et redotez 

Et sages de parolles et moût amesurez 

Et de tote la cort moût durement amez. 

Li sires Tama moût et tint en granz chiertez 

4890 Et li dona destriers et mules sejornez, 

Ver et gris et hermine et deniers monaez. 

Mes Milles fu forment dolenz et abomez 

Por la grant traïson don il s'iert porpensez 

Et dist par maintes fois, quant il s'est remembrez : 

4895 « Ahi ! biaus sires Deus, vrais rois de maiestez, 
De moût maleoite bore fut mon cors engendrez, 
Quant j'ai traï mon frère, que iert rois coronez ; 

kll est miaudres de moi et je sui li ainnez. 
Moût me fu li deaubles dedens le cors entrez ; 
00 Je devroie porquerre, ce ne fust li maufez, 
Comment il fust toz jorz essaciez et levez. 
Ha ! Florence de Romme, mar vi vos granz biautez, 
Les iaus de vostre vis et vos braz acesmez, 
Vostre nez, vostre boche, vos flanz et vos costez ! 
44o5 Maint mal fait l'en por femme et maintes lachetez, 
Mes onques ne fut fête si grant desloiautez. 
Bien me sui contenuz con traîtres provez; 
Las ! je serai bonis, quant que soie trovez. » 

4383-4389 manquent M — 4385 P et en fist son pr. — 4389 P 
grant ch. — 4390 M II li dune, M sugornee — 4891 M E autre 
riches or e munee — 4892 Af E m. fu d. e abomee — 4393 M 
dunt sest — 4394 M dit souentefez sire de magestee — 4895 man- 
que M — 4396 M Trop malement a suuent espleite — 4397 M 
Q. ai, P ia tr., Àf kest rei coronee — 4398-4401 manquent M — 
4400 P le de p. — 4401 P fu t. — 4402 M Pfoi, P grant b., 
granz manque M — 4403 M Li vostre cors curteis e acemez, P 
et le cors a. — 4404 manque M — 4405 P mainte 1., M meint 
peruerstez — 4406-4407 manquent M — 4407 P suz c. — 44083/ 
Allas, M quant io serroi. 



l82 LE CHEVALIER MAC AIRE 

Milles est si de duel maintes foiz abomez 
4410 Que moût s'en faut petit qu'il ne c'est afolez. 
Dedenz Chatel Perdu refu Florence asez; 
Onques Thierriz ne sot que fu ses parentez. 
Pf'64. Un chevalier i ot, Macaires fu nomez, 

Que fu de sa mesnie, des plus enparentez. 
4415 Damedeus le confonde, que en croix fu penez ! 
Car onc plus mal traître ne fu de mère nez, 
Mes qu'il iert chevaliers hardis et renomez. 
Bien vet quatre jornees, ce est la veritez, 
Por une joste fere, tant par est desraez. 
4420 Cil aimme tant Florence a poi n'est forsenez ; 
Or et argent et poilles li ofroit il assez; 
Elle n'en a que fere, cil en est si desvez 
Qu'il dit qu'il vodroit miaus estre toz desmembrez 
Qu'il ne face de lé totes ses volentez. 

CLVII 4425 Celle nuit l'ont lessie de ci qu'a Tanjorner, 
Que il fu haute feste que l'en dut célébrer. 
Mp'j2d. Florence est en la chambre, la belle o le vis cler, 

Thierris li chastelainz la fet tresbien garder; 
Et il et sa moillier vont au mostier orer 
443o Et Biatrix, sa fille, que il pot tant amer. 



4409 M est pur dol si aganez — 44.10 M Ke purpoi nest del 
sen desuez — 441 1 M le ch. p. fu f. posez — 4412 M Ke unke, 
Af si p. — 4413 M ke machare est — 4414 M de plus bels atur- 
nez — 441 5 M Deu — 4416 Car manque M, M fêle tr. fu — 
441 7 P M. qui il, 3/ M. cheualer fu bels c des armes r. — 4418^/8. 
irroit, la manque M — 4419 M t. est déferiez — 4420 tant man- 
que M, M ke a p. nest desuez — 4421 M richesce lui offri a. — 
4422 Mec. est d. — 4423 M E d. ke meuz uoudrai estre d. — 
4424 M lute ces. 

CLVII. 4425 M n. reposèrent de ci ka matin clcr — 4426 M 
Ke ceo fu h. f. tens de c, P d. bien garder — 4427 manque P, 
A/ al u. — 4428 M fist ben, P f. bien célébrer — 4429 M E bea- 
triz sa fille kil pout tant amer — 4430 M Li seignur e la dame 
vont amdous amuster, P f. oie viairc clcr. 



MAC AIRE AMOUREUX DE FLORENCE l83 

Tant ce dote Florence c'onques n'i vot aler, 

Por ce que trop fasoit de lé la gent parler : 

Ja nlert nus anuiez de son cors esgarder. 

En la chambre s'asiet soûle lez un piler; 
4435 La belle prent un livre, si commence a garder 

Et ses bonnes prières a son sens remembrer : 

D'Esmere' li remembre, si commence a plorer. 

A tant ez vos Macare, plain de mavez penser! 

Quant Florence le vit dedans la chambre entrer, 
4440 Se la belle ot paor, ne fet a demender ; 

Sus ses piez est saillie, n'ot soig de demorer. 

« Sire », dist la pucelle, « car me lessiez ester! 

Alez hors de çaenz, n'ai soig de vos parler. 

Ne savez que je suis, trop avez fol pencer : 
4445 Volez me vos folie a certes demander? 

Il ne poroit pas estre, se Deus me viaut saver, 

Por tôt l'or c'on poroit en cest siècle trouver. 

Alez vos en arrière sans plus de demorer! P/«ff4fr. 

Au châtelain Thierri m'en voudrai ja clamer, 
445o S'iert venuz dou mostier, ou est alez orer. 

— Certes », ce dist Macaire, « vos me fêtes desver; 

Ne vuel plus ceste angoise sofrir ne endurer. » 

Macaire la vot prendre et en un lit giter, 

Mes Florence le bote, par poi nel fist verser. 
4455 Que donques li veïst un grant chalot lever, 

De moût franche pucelle li peiist remembrer; 



4433 manque M — 4434 M sasist de suz un — 4435 M La 
dame troue, M prist a esgarder — 4436 manque 3/, P et son s. — 
4437 M menbre — 4438 M e vus m. ke deu doint encumbrer — 
4439 P Q. flore, M ueit si comence e trembler — 4440 M Si aie, 
M f. mie a, P et d. — 4441 M Sur pez se leue nad cure demu- 
rer — 4442 M d. la dame ke me — 4443 manque M — 4444 M 
mal p. — 4445-4447 manquent M — 4448 M Si uus nialez a., de 
manque PM — 444g M me u. — 4450 manque 3/— 446 1 ce man- 
que M, M ï. ia — 4452 M Ne pus cest uie lunges e. — 4454- 
4456 M E la dame comence dune a crier. 



184 ELLE SE DÉFEND 

Si l'en fiert ou visage, c'onques ne pot parler, 
En la goule li fist dous des dens engruner 
Et trestote la boche par dedans enpater. 

4460 « Vasal », dist la roïne, « n'ai soig de vostre amer. 
Querez vostre parolle, si vos fêtes sener; 
Le cop de ceste piere vos puet forment grever. » 
Quant l'entendi Macaire, bien cude forcener; 
D'une grandime pièce ne pot un mot soner, 

4465 Tant redoute Thierri qu'il ne l'ose adeser. 
Son mantel sus sa teste s'en vet a l'uis ester, 
Dous de ses escuiers en prist a apeller, 
Puis fet mettre sa selle por maintenant monter; 
Son escu et sa lance fet devant lui porter, 

4470 Ausi con s'il vosist a un tornoi aler. 

Dou chastel est issus, n'oze home regarder ; 
Au quart jor repéra, ne vot plus demorer, 
Et dit qu'an mi les dens fut férus au joster. 

CLVIII Moût ot dolent Macaire son cuer et abomé 
4475 Dou cop que la pucelle li avoit tel doné, 

Car trestot le musel ot devant escroté ; 

Tut cil que l'en regardent l'en clament afolé, 

Mes, c'il puet esploitier, il iert chier comparé. 

Thieris demande l'eue, si s'asist au soupe ; 
4480 Le mengier bel et gent li ot l'en aporté, 

4457 M Si lui f. et musel kil ne pout vn mot — 4468 M Ke en 
la huche lui f. les dens — 4459 M par deuant ensanglenter, P en 
poter — 4460 P na s., M cure de vus — 4461 M Q. vus aparail — 
4462 manque M — 4463 M lentent — 4464 M Vne grant p., 3/ 
parler — 4465 M doute la dame nel ose esgarder — 4466 M t. plus 
loins vet e., P aluist e. — 4467 M ces e. prist a sei apeler, P et 
ap. — 4468 M Coumanda m. — 4469-4470 manquent M — 

4471 M De ch. sen ist, M esgarder — 4472 M rcpcire, M tar- 
ger — 4473 dit manque A/, P a i., M a un. 

CLVIII. 4474 J/ out le quor machaire a. —4475 tel manque M 
— 4476 manque AI — 4477 M lesgardent le tenant a foie — 4478 
M e. cher ert — 4479 M Icwe lem li ad porte, P souper — 4480 M 
Al m. scsist kem lui ad apreste. 



THIERRI SE MOQUE DE MACAIRE l85 

Onques nul riches hom n'en ot greignor plenté. 

Joute lui sist Florence au senestre coûté, Pf*>65. 

La plus belle pucelle de la crestienté, 

Sa moillier et sa fille, que Deus croise bonté, 
4485 Et sa chevellerie, dom i ot grant plenté ; 

Makaire iert près de lui, sovent l'a esgardé. 

Quant Thierris l'a veii, si l'a forment gabé : 

« Makaire », dist Thierris, « or avez mal erré; 

Que si vos a féru moût vos a mal mené. Mf»y3. 

4490 Chevaliers estiés certes de grant biauté, 

Mes icest cop vos a trestot desfiguré; 

Il ne vos amoit gueres que si vos a navré. 

Miaus vos venist saer dejoute mon coûté, 

Mengier ma venoison et boivre mon claré. 

4495 — Sire », ce dist Makaire, « vos dites vérité ; 

Dès qu'il ne puet autre estre, trop m'en avez gabé. » 
Et dist entre ses dens coiemant a celé 
Que, par icel apostre c'on quiert en Noiron Pré, 
Il ne demorra gueres que il iert comparé. 
4500 Or oiez dou gloton comment il a ovré ! 

Un coutel a fet faire : plus d'un pié mesuré 
Ot de lonc la lemelle et trois doies de lé, 
Si Ta bien aguisié et devant amoré. 
Si trencha de dous pars. Or oiez dou maufé 

448 1 M donne ces vers : 

luste lui se sist sa femme ke ert aceme 
E beatris sa fille od le cors honure 
— 4482 Af Deuant, M fi. reine de rome la cite — 4484-4486 man- 
quent M — 4487 M uit macharie forment lad — 4488 Af Al moi 
foi uassal vus a,, P trop aie — 4489 M Kici, M f. malement vus 
ad — 4490 M e. de mut grant — 449 1 M cist, M ad mut d . — 4492 
M Ne vus ama, M ci — 4493 M estereit s. de lez — 4494 Af mun 
u., M mun mire — 4493 ce dist manque M, AI io te di — 

4496 mayique M — 4497 M Dune, M denz machaire le deiue, P et 
cale — 4498 Que manque M, M seignur ke en croiz fu pêne — 
4499 ï^ manque M, P demora, M ke cher ert — 4500 M cum 
il ad — 4501 M fere plein pe — 45o2-45o3 manquent M — 46043/ 
E trenche. 



l86 MACAIRE PRÉPARE SA VENGEANCE 

45o5 Con l'ont ores dyable hors de son senz gité : 
En la chambre s'en entre, quant il fu avespré, 
Detriés le lit Thierri a son point esgardé, 
De la cortine a bien son cors acouveté. 
Deus! qu'il ne s'en prist garde dou traïtor prové ! 

45 10 L'on avoit en la salle son lit tôt atorne', 

De quel part qu'il venist, qu'il le truist apresté. 
Thierris et sa moillier sont en la chambre entré, 
En lor lit se cochèrent, con sont acostumé. 
Florence et Biautris o le vis coloré 

45 1 5 Ont clous l'uis de la chambre et par dedenz fermé. 
Pf'65 h. Deus ! que Thierris nel sot, biaus rois de maiesté! 

Qu'ovec aus ont laienz le gloton enfermé, 
Et^tenoit en sa main le cotel acéré; 
Maintenant vodra fere ce qu'il a enpencé. 

CLIX 4520 Seignor, n'est pas mençonge, ce sachiez sens mentir : 
Nul hom ne nulle femme ne puet si bien dormir 
Con lors que ces damages li doit grant avenir. 
Si se paine deable de bone gent honir. 
Makaires li traites, que Deus puist malaïr, 

4525 De desoz la cortine ne vot onques issir, 
Tant con il en ot un ne parler netussir. 
Endroit le premier somme, quant il sot senz faillir 
Qu'il dorment en la chambre, lors vodra malbaillir 
L'emperreriz de Romme et de son cors honir. 

45o5 M ore del sen deble iete — 4607 M lit .ff., M garde — 
4608 M ad s. c. encurtine — 4509 M Ha deu ke ne se pr. — 
45 10 P Con, M lit aparille — 45 1 1 M ucnge, M troue — ^bi3 M 
cuchent, Pcoch. de grant nobilite — 4614 P Florencence, 3/ cors 
honure — 461 5 et par dedenz manque M — 4516 M scust li 
chcualer membre — 4617 AT Ke od eus vnt le felun — 4319 M 
M. fra ceo kad. 

CLIX. 4520 ce manque M — 4622 M lure quant si maus li d. 
auenir — 4523 M Si pense de bel de — 4524 M doint mal air — 

4526 M il out home p. ne tentir — 4527 M E. prime sune q. 
sout s. mentir — 4529 et manque M . 



IL TUE BÉATRICE 187 

4530 Sil sires l'en deffende que bien l'en puet garir 
Et a sa grant déserte Ten doint encor venir! 

CLX Endroit le premier some fut la nut bien serrée; 

Makaire fut repous soz la cortine ovree. 

Quant il çt que tut dorment en la chambre pavée, 
4535 Soef et bellement la cortine a levée; 

Dès qu'au lit aus pucelles n'i ot onc arestee. 

Les sierges et la lampe ont tel clarté gitee 

Bien reconut Florence, la mesaventuree; 

Por la chalor s'estoit un poi descouvetee, Mf»j3 b. 

4540 Desus le covertor avoit sa main gitee 

Et ot les bras plus blans que n'est noif sur gelée. 

Et Makaire le fel ne l'a pas adesee, 

Par devers Biautris a sa main'atornee, 

Le coutel li empaint, dom la lemelle iert lee, 
4545 Par desoz la memelle, que fu dure et serrée, 

Que trestot li empaint de si qu'an la coree. 

Ainz ne tret pié a lé, ne ne c'est remuée, 

Mes maintenant s'en fu Tarme do cors alee. 

Il tret fors le coutel, quant elle fut finee, 
45 5o Sel mist el poig Florence, c'est veritez provee; P/»66. 

Sa blanche doie en fu trestote ensanglantée. 

Puis est venuz arrière sanz nulle demoree 

Par devers la cortine coiemant a celée. 



453o M la confunde ke la pout ben — 453 1 M E sa grant di- 
gnete lalest. 

CLX. 4532 M E. prime sune furent endormee, P h. segree — 
4533 M repost de suz — 4534 il manque M, M ch. acelee — 
4535 M ad la c. leuee, P a la c. ouree — 4536 P qualir, onc 
manque M — 4637 M La lampe ad mut grant clarté donee — 
4538 M conut, M mal auenture — 4539 M descoueree — 4540 M 
De suz — 4541 M Si, n'est manque M — 4542 M li treitre nel ad 
mi — 4543 M turnee — 4544 M fu lee — 4^45 M d. leuee — 4546 
M 1 en peint de ci en — 45.^7 M Vnc, M ne nest — 4548 M en fu, M 
seueree — 454g fors manque Af, M deuiee — 45 5o M en p. — 
455 1 M bl. main en fu tute —4553 M P. derer, P et celée. 



l88 LE SONGE DE THIERRI 

Et Thierris a songié une foudre enbrasee 
4555 Venoit devers le ciel tote une randonee, 

Si feroit Biautris, morte l'avoit gitee, 

Sus Florence de Romme reparoit la fumée. 

Moût ot le bers grant duel, s'a la teste levée ; 

Onques n'ot plus d'enfans, por ce l'avoit amee. 
4560 Or n'i demorroit plus por choze que fust née, 

Tant qu'il ait Biatris, sa fille, regardée. 

CLXI Quant Makaire le fel ot fet le grant damaige 

De la fille Thierri, — ha! Deus, con grant outrage. 
Car li ber li avoit doné grant eritaige 

4565 Et forment essaucié et lui et son lignaige ! — 
Par devers la cortine revint en son estage. 
Et Thierris a songié un fier songe savage, 
Qu'il esgardoit a val vers mer tôt le rivage, 
Vit venir une foudre et un grandime orage 

4570 Que sa fille ocioit ; trop en prenoit grant gage. 
Onques n'ot plus d'enfens en trestot son aaige, 
Por ce l'amoit li ber plus que tôt son lignage. 
La paor, qu'il ot grant, li fist forment outrage ; 
Or ne dormiroit plus, ce dist en son corage, 

4575 Que li clameroit quite tôt l'oneur de Gartage, 
S'ait veii de sa fille le cors et le visage. 

CLXII Moût ot Thierris le cuer dolent et abomé. 
Il est sailliz dou lit a loi d'ome delvé, 
Un mantel de samit a a son col gité, 

4580 Dès qu'au lit aus pucelles ne c'est mie oblié, 



4554 Af s. ke une — 4556 M fert betriz ke m. lad — 4557 M 
returnent la f. — 4558 M ad li ber dol la t. ad — 4559 manque 
M — 4560 M ne dormireit, M seit n. — 4561 P aura, M esgardee. 

CLXI. 4562-4576 manquent M — 4563 P a deus — 4571 P son 
et aige — 4578 P li fu forment. 

CLXII. 4578 M II sailli en pez alai dume sene — 4579 a manque 
P, M al c. — 4580 P qua 1., M nad m, reste. 



IL DÉCOUVRE LE MEURTRE 189 

A sa main prist le cierge, si l'a près alumé 

Et vit de Biautris le sanc sur le coûté 

Et le cors enpali, c'on ot mort et navré, 

Et choisi le coutel trestot ensanglenté Pj*b6b. 

4585 Que Florence tenoit, que se dormoit soé. 

Quant sa fille voit morte, sachiez de vérité 

Conques n'ot si grant duel en trestot son aé. 

Or oies dou baron con ot le cuer séné, 

Con par fu preus et sages et de grant nobleté ! 
4590 Quant il choisi le murtre, en son cuer a pencé 

Qu'il serchera la chambre et de lonc et de lé, 

Qu'atres ne l'eust fet; prist le cierge embrasé. 

Vient a l'uis de la chambre, si le trueve fermé, 

Soz Hz et soz cortines a par tôt bien gardé, 
4595 Ne mais qu'androit son lit ; la l'eust il trové, 

Mes Damedeus ne plot, n'il ne fu destiné. 

Quant ne trove nelui, lors cuide de verte 

Que Florence l'a fet de Romme la cité. 

Venuz est a son lit, s'a bellement parlé, 
4600 Sa moillier en apelle coiemant a celé : 

« Dame », ce dist Thierris, « por Deu de maiesté, 

Gardez qu'il n'i ait noise ne grant duel démené; 

N'i conquerriez pas un denier monaé. 

La dame que trovames desoz Tarbre ramé, 
4605 Que çaienz aportames or a un mois passé, 

A Biautris ocise d'un coutel acéré. » Mf*73c. 



4581 M En sa m. priste vn c. depres lad lume — 4682 M desuz 
le c. — 4583 M El c, M ke en out a mort n. — 4584 3/ la c. — 
4585 M t. el main la v il sunt cuche — 4586 M uit — 4587 M 
Vnkes nout tel — 4589 par manque M — 4591 M ch. de lung — 
4592 M nel eit, M la c. — 4598 M Vint, P la très bien f. — 
4594 M Desuz les lith e desuz, M t. esgarde — 4595-4596 man- 
quent M — 4595 P quan doit s. — 4597 M il n^ïli ne troue si — 
4598 mayique M — 4600 en manque Af, M bêlement ensegre, P et 
cele — 4601 M t. li rei de — 4602 qu'il manque M, P a. n. -— 
4603 M Ke ne conquerrez — 4604 M sur larbre — 4605 man^ 
que M. 



igO MACAIRE S*ÉCHAPPE INAPERÇU 

Quant l'entendit la dame, moût ot le cuer iré, 

Sa pelice endousa, saut fors dou lit paré, 

Vient au lit aus pucelles, s'a tôt ce regardé, 
4610 Puis a l'uis de la chambre overt et desfermé. 

Lor homes en apellent, maintenant sont levé, 

Et la chambre ampli tote et de lonc et de lé. 

Thierris li châtelains lor a a toz montré; 

Por Biautrix ont tuit grant doleur démené, 
4615 Et li plusor s'en sont de l'angoise pâmé. 

Makaires li traites a trestot escouté ; 

Il est issus de l'ombre, ou il ot tant esté, 
Pfo6y. Maintenant a son cors en la presse mellé; 

Puis qu'il fu ou les autres, ja n'en iert apellé. 

CLXIII 4620 Moût furent ou chatel durement esbahi, 

Por amor la pucelle se sont si estormi 

Vos n'oïstes parler onques de si grant cri. 

Makaires li traïtes, que le plet ot bâti, 

Soef et bellemant de laiens s'en issi, 
4625 Tôt en la greignor presse maintenant se feri; 

De la paor qu'il ot fîst chiere de marri. 

Trop par ot son seignor vilainnement servi ; 

Deus l'en face venjance par la soie merci ! 

Mes il nel sevent pas, car le ber Pot norri. 
4680 Florence la roïne tôt soef se dormi, 

Conques le grant coutel ne lessa ne guerpi. 

4607 M E quant lentent, 3/ ad le — 4608 M endose s. hors de 
lit ioint pe — 4609 M Vint, M des p., M X. esgardee — 4610 M 
unt le lus, M debarre — 46 11 M gent a. — 4612 tote et man- 
que M — /[^\3 lor manque M — 4614 M b. sa fille unt grant 
dol —4615 M pi. sunt de a.— 4616 M esgarde — 4617 il man- 
que M — 4619 M ert parle. 

CLXIII. 4620 M Qvant — 4621 M mut e. — 4622 M une mes 
parler de — 4623 M plai oust — 4624 M de la curiine i. — 4625 
M errant se f. — 4626 M fu mut esbahi — 4627 M malement 
trahi — 4628 M D. en, M pur la s. — 4629 il manque M^ M ke 
le seignur — 463o M tant forment ad dormi. 



FLORENCE EST ACCUSÉE I9I 

Avis fu a la belle qu'el fu ou gaut foilli, 

La ou Milles monta ou destrier arrabi, 

Quant il torna en fue por paor de Thierri ; 
4635 Trente braons l'asaillent, que viennent a estri, 

Mes un leon la garde, que pas ne li failli, 

Tant forment le redotent qu'il s'en sont tuit fui. 

De la paor qu'elle ot la belle s'esperi ; 

Dons li lâcha la main et le coutel chaï. 
4640 « Certes », ce dist Thierris, « moût m'avez malbailli; 

Je cui que maint preudomme avez isi boni. » 

Florence otgrant mervelle, quant ses biaus iaus ovri; 

El entendi la noise et le pueple senti. 

« Ha! Deus », dist la pucelle, « qu'est ce que j'ai oï? 
4645 Onques mes a tel houre si fêtes gens ne vi. » 

A tant es vos Makaire et quinze hommes o lui : 

Chacuns tint en sa main un branc d'acier forbi, 

Et d'ocire Florence furent tuit enhati. 

Ja li fusent li membre fors dou cors deperti, 
4650 Quant Thierris lor escrie : « Seignor, estez ici, 
. Quar, par icel seignor que onques ne menti, 

Mar i avra celui que s'en mueve de si! P/><î7 b. 

Le matin par son l'aube, quant jors iert esclarci, 

En ferons tel justice con elle a deservi 
4655 Et con le jugement aportera de li. » 



4632 M Ains fu alareine ke en vn — 4633 M le d. — 4635 M 
branchuns lacoillent aestri — 4636 M garda, li manque M — 
4637 M dutent ke tus sunt f. — 4638 M out tut se — 463g 3f 
Adunc mua, et manque M — 4640 M C. dit florence — 4641 que 
manque M, M trai — 4642 M les oilz — 4643 manque M — 
4644 M la dame, Af io oi — 4645 manque M — 4646 P et bien 
.Ix. olui, hommes manque M — 4647 M sun br. furbi — 4648 M 
Ke, M tut sunt arami — 464g M La lui f. del ^ors tus les men- 
bres — 4650 P li e., M e. ne freez pas issi — 4651 M lure par 
le s. ki en croiz pendi — 4652 M Ke nul de tus celé gent ne 
irreient de ci — 4653 M m. quant laube ert esclari — 4654 M 
Si f. la i. cum partent de lui — 4655 manque M. 



192 ELLE EST CONDAMNEE A ETRE BRULEE 

Mp-j3 d. CLXIV Grant duel out ou chatel, quant la noise est esparse. 
Une abaïe i ot, nonains i ot grant masse, 
Les cloches sonent cler, n'en i ot nulle quasse ; 
Le mestre tressoriers totes les croix amasse, 

4660 Pus se sont revestu, si portèrent la chasse. 

La chambre fut petite et la sale iert moût basse; 
Por vaer la mervelle le pueple s'i antasse. 
Florence entent le duel, que de rien ne respasse; 
Quant Biautrix voit morte, lors tint la chiere basse, 

4665 Ni li vaut escondire, lors si se clame lasse. 
Tierris li châtelains celle part avant passe : 
« Damoiselle », dist il, « ce je ce espérasse, 
Quant el bois vos trovai, ne vos en amenasse 
Por trestot l'or dou mont; ainçois le vos donasse. 

4670 Seignor franc chevalier, a envis le cudasse. 
Ce sachiez de verte, se je ne le sonjasse 
Et de lonc et de lé la chambre ne serchasse 
Et le coutel sanglant en son poing ne trovasse; 
Mes, c'elle fust un hons, maintenant l'afolasse 

4675 Ou de mon branc d'acier trestot la detrenchasse. 
Fêtes en jugement orendroit tuit a masse ! » 
Cil se sont escrié : « Maintenant sera arce ! » 

CLXV Thierris li chatelainz fu forment esbahiz, 
Courociez et dolenz et forment maulbaillis. 

CLXIV. 4656 Af fu e., P espesse — 4657 M desmoignes mut 
riche par diuerse, P messe — 4658 M II doke sonerent cl. od 
grant noblesce — 4659 M ses cr., P amesse — 4660 M portoucnt, 
P chesse — 4661 M sblXq fu mut grande e la chambre esclasse, 
P m. large — 4662 M p. i entrasse — 4663 M ko rennitrcsspasse — 

— 4664 M uit, M teste — 4665 M lui aut cscundit dune se — 
4667 M io csprouassc — 4668 M Del félonie ke auez fct del bois 
ne vus a. — 46(")9 M m. ki kc me d. — 4670 a manque M — 
4671-4675 M donne : 

Ke cle feist la treisun tant la amasse 

— 4676 M F. or le i. sanz autre maiiassc — 4677 M E c, M seit 
arse. 

CLXV. 4679 M d. e dcl sen cspcrduz. 



PRIÈRE DE FLORENCE IqS 

4680 Par mi Chatel Perdu en fu si grant li criz 
Ainz n'oïstes tel duel comme por Biautris. 
A Florence de Romme ne vaut rienz escondiz, 
Car son poig fu trovez dou grant coutel saisiz. 
La nuit s'en est alee, li jorz fu esbaudiz; 
4685 Le cors fu conraez et bien enseveliz, 

A la grant abaïe fut sempres enfoïz. Pf»68. 

Les espines coillirent ens en un pleseïz, 
Dom le feu fut fez granz par dejoute un paliz 
Dejoutele chatel devant le rolleïz; 
4690 Puis amoinent Florence, la franche emperreriz, 
Trestote desfublee en bliaut de samiz. 
« Ha! Deus », dist la pucelle, « ja conte li escriz 
Qui qui en vos se fie ja son cors n'iert honiz. 
Si voiremant, biaus sire, con vos fustes traïz 
4695 Des Juis mescreans et batuz et lediz 
Et en la sainte croix feruz et escopiz, 
Et au tier jor, biau sire, fustes resurrexiz; 
En enfer an alastes, ne vos fu contrediz, 
S'en getastes toz ceauz de qui fustes serviz, 
4700 Onques n'i ot dyable que ne fust estordiz ; 

Sire, quant vos nasquistes, toz li mons fu empliz 
De joie et de clarté revestuz et garniz ; 
La glorieuse dame, roïne genitriz, 
Vos en porta tôt nu estroit contre son piz 
4705 En la terre d'Egite, ou vos fustes norriz; 

4680 M P. tut le ch, p. leue li — 4681 M Vnc, M cum fu pur — 
4682 M u. nul e. — 4683 M Ke, M estait del — 4684 s'en man- 
que M, M est esclariz — 4685 bien manque M — 4686 sempres 
manque M — 4687 M lez vn pi. — 4688 M fet de lez — 4689 man- 
que M — 4691 Mvn uermeil s. — 4692 Ha manque M, M p. cum 
dit — 4693 Qui manque M, M ia nert si cors — 4695 M b.Venle- 
diz — 4696-4697 M donne : • 

Mort e enseueli entre uos enemiz 
4698 an manque M, M escundiz — 4699 M t. uos bons amiz, de 
manque P — 4700 manque M — 4702 3/ i. e de richesce — 47o3- 
471 1 manquent M — 4704 P toz nus. 

T. II. i3 



194 PRIÈRE DE FLORENCE 

Judas vos vendi puis, li traîtres failliz, 
Que fu de vos deciples un des plus seignoriz; 
Tant se senti forfet n'osa crier merciz ; 
S'il la vos requeïst, moût en fust bien oïz ; 
4710 II se pendi, li fel, tant fu puiz malbailliz, 

Car l'arme est en enfer et li cors est maudiz : 
Issi con ce fu voirs, sire sainz Eperix, 
Si vos preinge pitié de ceste pecheriz! 
Por moi fu li roiz Otes, mon chier père, asailliz 
4715 Et en la grant bataille et morz et desconfiz. 
La roïne, ma mère, la fille au roi Berriz, 
Refu morte de moi, dom li cors est porriz ; 
Et mes raines est toz gâtez et apovriz. 
Mainz péchiez criminauz a l'en por moi batiz, 
^aT^o* *' 4720 Dom maintes franches dames ont gité mainz granz criz. 
Cil me face pardon que sor toz est esliz, 
Si ait merci de m'arme, car li cors est periz ! » 

GLXVI Florence ont amenée, quant li feus fu espris; 

La belle se démente entre ses anemis : 
4725 « Lase ! » dist la pucelle, « que m'a tôt ce porquis? 

Ce sache nostres sires c'onques murtre ne fis ! 

Por moi sont en bataille maint chevalier ocis; 

Le péchiez de mon père m'encombre, ce m'est vis. 

Je recevrai martire, quant isi est empris, 
473o Mes je pri au seignor que en la croix fu mis 

Que la moie arme soit en son saint paradiz. » 



4707 P deciplez — 4708 P merci — 4709 P fu b. — 471 2 P Ice, 
M Si cum cest est u. e io le cre sire — 4713 ^ Or — 4714 A/ fu 
mun père otes, chier manque P — 4715 A/ b. ocis — 4716 A/ f. 
a la reine betriz — 4717 A/ Ke fu — 4718 manque M — 4719 P 
Maint, M Meint pecche criminal ad pur moi este — 4720 M 
meinte franche dame ad perdu le soen mariz — 4721 M est sur 
tus — 4722 M E eit m. del aime quant, M ert finiz. 

CLXVI. 4725-4731 manquent M — 4725 P mait t, — 4731 P 
son sain. 



THIERRI L*INTERROGE I^S 

Li plusor l'esgardoient devant en mi le viz, 

Moût durement la plaignent li baron dou païz, 

Qu'el ot asez plus blanche la char que flor de liz, 
4735 La bochete petite, le nez droit, bien asiz; 

De duel iert colorée, si iert elle toz dis, 

Ausi reluist sa face comme fait charbon viz. 

Celle part est venuz li chatelainz Thierriz 

Et s'out en sa compaigne plus de soissante et sis; 
4740 Moût ot en lui preudomme et nobille marchiz. 

La pucelle regarde con chevaliers de pris ; 

Quant il la vit plorer, sachiez moût Ten fu piz. 

A une part la tret, si li a tôt enquis : 

« Par ma foi, demoiselle, moût m'avez mal sopriz. 
4745 Veez, vos estes ci entre voz anemiz. 

Et por Deu car me dites ou le coutel fut priz 

Dom ma fille oceïstes, car j'en sui moût pensiz. 

Por quoi l'avez vos morte? Forment en sui sospris. 

— Merci », dist la roïne^, « franc chevalier gentiz ! 
4750 Certes onques par moi ne fu son cors malmiz, 

J'en ai forment le cuer dolent et entrepriz. 

Lase! ne sai que dire ; Jésus me soit amiz ! 

Le coutel i fu certes aporté et tremiz. 

Cil que vos a ce fet n'i a guerres conquis Pf*^9' 

4755 Et si ne m'amoit gueres, bien i pert, ce m'est viz. 

4732 M li gardent dreit en — 4733 manque M — 4734 M Cum 
ele out la char blanche plus — 4735 M bûche, droit manque M 
— 4736 manque M — 4737 M relusit, P sa femme, M cum ceo 
fust — 4739 M compaignie, M s. e dis — 4740 M noble m. — 
4741 M esgarde en mi le vis — 4742 il manque M, M m. en fu 
lepis — 4743 P Et vne, li manque M — 4744 mal manque M — 
4745 P la ne ce deust mètre dedenz u. — 4746 M ore me d. 
v fu li cutel — 4747 M E coment ma f. est ocis dunt en sui p. — 
4748 3/ E p. q. lauet m. e io en sui malbaillis, P marris — 475o 
M vnc ne fu si cors pur moi — 475 1 M Io ai le, M e mut e, — 
4752 manque M — 4753 M E mut en pens dufit li cutel uint e 
dunt fu tr. — 4754 M Ki ceo ad fet nad ren — 4755 manque M, 
P Et ce ne, P ajoute : 

Mes vos saurez le voir ainz .i. mois acompli 
Se deus plait et la croix ou jesucris fu miz 



196 IL A PITIÉ d'elle 

Je recevrai martire, onques por ce nel diz, 

Mes m'arme en sera sauve, quant je ne l'ai porquiz. » 

CLXVII Ce fut un samedi et si astoit moût mainz, 

Que li solaus se lieve ; moût fu biaus et cerainz. 

4760 Dou chatel s'en isirent par les prez traversainz, 
Por la roïne ardoir fu trestoz li chans plainz : 
Homes i ot et femmes et moines et nonainz, 
Et li feus fut moût grant très ou mileu des plainz 
De bûches et d'espines et de pieus et de rainz; 

4765 Et Thierriz tint Florence, que ne fu pas vilains. 

« Ha! Deus », dist la pucelle, « rois glorieus certains, 
Que isi m'a traie moût est fel et makains ; 
Miaus vosise estre ocise de louz ou de forains. 
Car fust ci Tapostoile de Romme, mes parainz, 

4770 Et li rois Esmerez et li proz Agrauvains I 

Lasse 1 ne verrai mes la cité des Romains! » 
Moût en ot grant pitié Tierris li châtelains, 
Car tant la voit bien fête et de cors et de rainz ; 
Ausi luisent ces tresces con ce fust un lorains, 

4775 Et les larmes li chient plus groses que nus grains. 
Thierris fu nobles hons et de son cors toz sainz : 
Ce ne fust por le duel, tost l'en preïst grans fainz ; 
Il a dit a ses homes : « Sachiez, ce est dou mainz, 
Le duel de ceste feme m'est certes trop grevainz. 

4756 M receif la mort pur ~ 4757 en manque M, M nel forfis. 

CLXVII. 4768 M fu par un s. mut — 4769 se manque M, M si 
ert bel — 4760 s'en manque M — 4761 M fu li champ tut — 
4762-4764 M les donne dans Vordre suivant : 4764, 4762, 4763 — 

4762 i ot manque M, M f. de genz lointeins, P nonnes et n. — 

4763 Et manque M, M esteit g. dereit par mi les — 4764 M 
busche — 4765 manque M — 4766 M glorieus rei — 4767 M f. 
e vileins — 4768 manque M — 4769 M Ke f. issi de rome li 
apostoile mi parrens, P fu — 4772 en manque M. — 4773 M Ke 
t. la uit b. f. de c. e de mains — 4774 manque M — 4775 P 
grose, M gros, nus manque M — ^TJ^-Alll manquent M — 477^ 
II a manque M, M h. cest dol mest greuains — 4779 manque M, 



IL LUI REND LA LIBERTÉ Î97 

4780 Par saint Père Tapostre, que de Deu est prochainz, 
S'el avoit mort mon père et ma mère a ses mains 
Et trestot mon lignage et oncles et antains, 
Ne vuel je qu'elle muire. Alez moi tost, Grelainz, 
Si li randez sa mulle et s'i soit mis li frains ; 

4785 Gardez que ja n'i faille ne selle ne lorains, A//°74 b. 

Si vuidera ma terre orendroit aparmains. P/'^P b. 

S'elle est ou bois ocise de bestes o de dains, 
De ce ne puet chaloir : ja n'en ferai reclains. » 

CLXVIII Florence la roïne environ esgarda, 

4790 Moût fu aseûree, quant sot qu'an ne l'ardra ; 

De la joie et de l'ire li sans li fremia. 

El ot la face blanche, a roveur se mella ; 

Et Jesu, nostres sires, moût bien l'enlumina : 

Onques plus belle femme hom mortel n'esgarda. 
4795 El n'avoit riens forfet, et Deus la visita. 

Etli frans châtelains, qui quite la clama, 

N'oïstes mais parler de tel home pieç'a ! 

L'empereriz de Romme isnellemant parla, 

Vint a la châtelaine, qui si la respasa, 
4800 Doucemant li encline, congié li demanda, 

Dou bien et dou servise sovent la mercia 

Que la dame li fist, quant elle la garda 



4780 M p. de rome ki a — 4781 M eust m. mamere e mun 
père de, P et s. m. — 4782 manque M — 4783 P quelle mire, 
moi manque M, M garleins — 4784 M e sait m. si — 4783 M ia 
sele ni faille — 4786 M uoiderai, P et par mains — 4787 M Si 
aie an b. o. sait de b. sauuagins— 4788 ne bis P, M ni serrai r., 
P fera. 

CLXVIII. 4789 P de pasmison leua — 4790 M a. ke lem lar- 
dera — 4791 M De la dolur ka aie ont la sanc le changa — 
4792 M E la char bl. sa culur remua — 4793 W E n. seignur, 
M lalumina — 4794 M f. mare ne porta — 4795 M Ela nout — 
4797 M t. dol — 4798 P Lamparrere — 4799 M ai chastalein ke 
issi la quita clama — 4800 M Balmant len cline a c. d, — 4801 
M De tus bens mut len — 4802 P lasgarda. 



198 ÉGLANTINE LA CROIT INNOCENTE 

Et gari en sa chambre et servi et baigna, 
Quant Milles l'ot batue, que si mal la mena, 
4805 Qui la Pavoit pendue ou Thierris la trova. 

Hé! Deus, comme Florence tendrement en ploral 
Moût fut triste et dolente que si s'en desevra. 
Et la femme Thierri moût grant pitié en a, 
La roïne Florence simplement esgarda : 
4810 Forment est esgaree, si s'en desconforta. 

La dame estoit moût sage, parfondemant pensa 
Conques tel traïson par lé ne comensa, 
Ne Biautrix, sa fille, par son cors n'afola : 
Ainz si grant hardement dedens son cuer n'entra, 
4815 Mes aucun losengier le coutel i porta. 
Qui par grant traïson son enfant acora ; 
La meschine haet, bien puet estre pies'a, 
Por son cors encombrer la pucelle tua. 
Le grant coutel d'acier en la main li ficha, 
p pjo. 4820 Par sa grant félonie afolerla cuida. 
Murtre ne traïson ne ce cèlera ja; 
Deus en face moutrance de celui que fet l'ai 
Si fera il ancore, ja tant ne demorra. 

CLXIX Li feus fu alumez lez une roche bise 
4825 Ou l'en devoit ardoir Florence la marchise; 

Ilec estoit Tierris, plains de moût grant franchise. 
Florence iert devant lui, vestue en sa chemise, 
A son col un mantel, dom la penne estoit grisse, 



4803 M s. ben la — 4804-4805 manquent M — 4804 P se mal 

— 4806 en manque M — 4807 manque A/— 4808 moût manque M 

— 4809-4810 manquent M — 4813 M p. s. cunseil — 4814 
manque M — 4815 M treitre — 4816 M Par tr. mort ma fille 
me a — 4817 manque M — 4818 M E p., M le cutel lui bailla, 
P p. encombra — 4819-4821 manquent M — 4822 M f. uen- 
gance — 4828 manque M. 

CLXIX. 4824 M enlume delez — 4825 P fl. la roine — 4826 
raout manque M — 4827 M estui d. sul en — 4828 manque M, 



ON LUI AMÈNE SA MULE 199 

Nuz piez, eschevelee, ou atent son juisse; 
483o El ot la char plus blanche que nois sus branche assise 

Et fu plus colorée que rose ne serise. 

Un poi fu revenue, car s'alaine ot reprise, 

Et por ce que Thierris l'ot en sa merci mise ; . 

Por la paor qu'elle ot, s'estoit a terre assise. 
4835 Por ce qu'ele ploroit, toz les autres atise, 

Plus de mil en ploroient, por ce qu'atent juisse; 

Ne verrez mes tel duel jusqu'au jor dou juisse. 

Mes Thierris, li frans hom, en plorant lor devise 

Qu'elle s'en ira quite, foi qu'il doit saint Denise. 
4840 Eglentine, sa feme, s'en est moût entremise : 

« Sire, lessiez l'aler, por le cors saint Morisse; 

Ne prenez mie garde, por Deu, a son servise! 

Ja Damedeus ne place qu'ele mure en tel guise, 

Qu'il n'a plus belle femme desqu'au port de Venisse. 
4845 Sa mulle li rendez et son bliaut de Prisse ; 

Ne parte pas de nos comme femme entreprise 

Que maie gent élisent en roberie prise, 

Car certes onc en lé n'entra si foie enprise 

De fere tel damage, nel croi en nulle guise, 
4850 Mes je croi tant en Deu, que tôt le mont justice. 

Que cil que l'avra fet en avra son juisse. 

— Dame », ce dist Thierri, « je l'otroi sans faintise. » 

Grellains li a sa robe tote aporté et quise, 

Puis amena sa mulle, la selle li a mise. ^/•7o *• 

LXX 4855 Grellains fu moût cortois, que d'ilec s'en torna; 
Dou comandemant fere son seignor se hâta, 

4829 P Aus p., ou manque M, son bis P, M sa i. — 4830-4837 
manquent Aï — 4887 P iusqua — 4888 M E t. la cleime quite 
par itel d. — 4839 manque M — 4840 M E e. la dame, P ce 
nest m. — 4841-4844 manquent AI — 4844 P des qua — 4846 
M rendent — 4846 M partira de — 4847 M Ne, M r, mise — 
4848-4851 manquent M — 4862 ce manque M, M lut a deuise — 
4853 M li porte e tut sa robe ad q. — 4864 AI E p. lamene, M i ad. 

CLXX. 4856 son seignor manque M. 



200 TRISTESSE DE FLORENCE 

Venus est a l'estable, ou la muUe trova. 
Or poez bien savoir que bien la conraia, 
Le penel et la selle sur le dos li posa, 

4860 Le frain li mist ou chief et le poitral ferma; 
Quant il l'ot atornee, son seignor la mena. 
M/074 c. Florence iert devant lui, que tendrement plora; 

El li chaï aus piez et merci li cria; 
Li chatelainz Tierri par la main l'en leva. 

4865 S'el ot eii paor, ne s'en mervaut nus ja. 

De la chaleur dou feu que devant lé flamba; 
Mes Deus l'en garda bien, en qui el se fia, 
Et le droit que elle ot, par quoi la délivra. 
« Sire », ce dist Florence, « por Deu nel celez j£ 

4870 Ou ira la chative, quant de ci tornera? 

Onques si gentil femme a tel dolor n'ala. 
Se Tousaise jehir? Mes je nel dirai ja : 
Ja, se Deus plest, parjure a nul jor n'en sera 
La dolente esgaree; ja Deus ne me faudra. 

4875 Onques, par cel seignor que en croix se lessa 
Pener^et traveillier, por ce qu'il nos ama, 
Por son pueple raembre, que il d'enfer outa, 
Onques mains que g'eiise Biautrix n'adesa. 
Por niant en jurroie, car vos nel crerez ja. 

4880 Mes, puis que la chetive par vos conduit n'en a, 



4857 M lest. la m. itroua — 4858 M poez s. — 4869 3/ E la 
celé sur le d. ben mist la — 4860 manque M — 4861 M Q. lout 
ben a turne asun — 4862 Af E f . estut — 4863 3/ E si lui, et 
manque M — 4864 M li leua — 4865 M Ele out p. ne se 
merueille nul ke lorra — 4866 manque M — 4867 M la garri, el 
manque M — 4868 M E lui dr. ke le out ben se d. — 4869 P 
florencence, M f. nel me — 4870 M la chemin, M partira — 
4871 M Vnc tant, Af a si grant d. — 4872-4874 M donne : 

Dune parla .f. dolente v ele esta 
— 4873 jor bis P — 4875 M Par icel, M pena — 4876 manque 
M — 4877 il manque M — 4878 M Vnc par mal ma main ta 
fille ne tucha — 4879 M em iur ke — 4880 M Pus ke ceste, P ie 
ch., 3/ condunt nauera. 



ELLE SE MET EN ROUTE 201 

Deffendez a vos homes, car de tez en i a 

Tost me feroient honte, gel sai bien de pies'a. 

Se Deus m'aime de riens, mon cors me savera. 

— Par mon chief », dist Tierris, « ja nus ne s'en movra 
4885 Qu'il ne perde la teste, ja si haut ne sera. » 

Quant l'entendi Makaire, durement l'en pesa, 

Volentiers la suist, mes por Tierri n'osa. 

Thierris li châtelains moût forment l'ennora, Pf*7^- 

Toz ses dras li fist randre et dou suen li dona. 
4890 Adons monta Florence au pooir que elle a; 

Moût fu bien acesmee des dras qu'elle aporta. 

Des larmes qu'elle plore sa poitrine moilla, 

Qu'el ot asez plus blanche que nois, quant il neja. 

Tierri li châtelains moût grant pitié en a, 
4895 Quant elle prist congié et elle s'en torna; 

Moût tendremant plorant a Deu la commanda. 

De ce fist il que frans sur un cheval monta; 

Plus de demie luie li frans bons la mena. 

Lors départent a tant, et Florence s'en va. 
4900 El n'ot gueres aie, quant en un bois entra; 

Quant elle fu dedens, quatre fois se seigna, 

Damedeu et sa mère docemant reclama, 

Contre mont vers le ciel sa veiie torna; 

Après bâtit sa coupe et son cuer recovra. 
4905 Et a brochié la mulle, que moût soef ambla, 

Quar le bois fut moût grans, quatre liues dura; 

Ainçoiz qu'elle fut hors, forment li anuia, 



4881 M D. uos gens ke des tels ema — 4882 M T. la, P sa b., 
bien manque M — 4883 manque M, P d. maine — 4884 M nul 
ni m. — 4885 M tant h. — 4886 M lentent — 4887 il/ siwereit 
— 4888 meut manque M — 4889-4894 manquent M — 4893 P 
Qui! — 4895 M e sen ala — 4897 M fit cum — 4898 M une I. 
H beri la conuea — 4900 M erre ken — 4901 M teris f. — 4902 
M La aute deu e tus les soues deuotement r. — 49o3 M souent 
regarda — 4905 M E broche — 4906 M Ke, moût manque 3/, P 
1, dure — 4907 M ke ele issi grantment sennua. 



202 ELLE ARRIVE A UN PORT DE MER 

De ce li vint moût bien que nului n'encontra. 
Lors trova un chemin qui dous pars li forcha; 
4910 Elle c'est arestee, un petitet pensa, 

El ne sot le quel prendre, mes en Deu se fia 
Et a brochié la mulle, a destre s'en torna. 

CLXXI Or chevache Florence, dolente et esgaree, 
Le grant chemin a destre, pensive et esfreee. 

4915 Le joriert biaus et clers, si ert prime sonee, 

Quant elle issi dou bois, ou forment c'est hastee. 
Lors vit une grant place joute la mer salée : 
Ilec est le pasaige a ceus que il agrée 
A aler au Sepucre et en autre contrée. 
MJ*74 d. 4920 Et vit une cité qu'iert de haus murs fermée, 

Moût i ot chevaliers et autre gent loee. 
Pfoyr b. Un larron vuelent pendre que iert de la contrée, 

Que moût avoit mal fet et povre gent tuée : 
Il iert murtrier de bois, moût avoit grant criée 

4925 Et de tôt le païs moût maie renomee. 

Ja estoient les forches Tune a l'autre levée 
Et l'afaitement mis et la corde gitee 
Par dedesus les forches et ens ou col fermée. 
Quant Florence les vit, s'est celle part alee 

4980 A travers par les chans, car forment li agrée 

Qu'elle soit en compaigne de bone gent mellee. 



4908 M auint b. ke nul home — 4909 M deus chemins ke de 
d. p. furcha — 4910 M petit — 4911 Af Si — 4912 Af Si broche 
sa m. a d. cheuaucha. 

CLXXI. 4913 ^/ d. e effree — 4914 A/ d. forment esgaree, P 
afree — 4916 M in b. — 4916 A/ b. pot estre chantée — 4917 
M plaigne i. — 4918 Af ki a. — 4919 P Et aler, M En ierusalem 
v — 4920 M haut mur fundee, P mur — 4921 M cheualer, P 
autres gens — 4922 M uoleit — 4924 manque M — 4925 Et 
manque M, M p. fu de mal — 4927 M le iugcment donc e — 
4928 M Vitre les, ens manque M — 4929 M le u. cel p. est — 4930 
3/ ke f. -- 4931 M se pout cstrc en acune compaignie melle. 



LE LARRON CLAREMBAUT AU GIBET 2o3 

Sil qui ierent aus forches l'ont moût tost avisée, 
Et dist li uns a l'autre : « Je voi la une fee; 
Et, c'elle est crestienne, c'est veritez provee 

4935 Que elle est de boin leu venue et eschapee. » 
A lor seignor la mostrent, et il Ta regardée. 

« Alons », fet il, « encontre, s'orons dont elle est née. » 

Et cil si firent tost sens nulle demoree. 

Li sire ala avant plus d'une grant ruée 
4940 Et encontra Florence sur la mulle afautree; 

Gentement la salue, car elle iert effraee : 

« Dame, bien vingiez vos et bien soieztroveel 

De quel terre estes vos? Moût semblez esgaree; 

Vos me semblez bien femme que l'en a mal menée. 
4945 — Sire », ce dist Florence, « n'i a mestier celée : 

Je sui une chetive de mon païs emblée, 

Asez sui gentil femme de haut homme engendrée. 

Ne vos en puis plus dire, ma loi en ai jurée; 

Se plus vos en disoie, ma foi avroie outrée. » 
4960 Mainte parrolle dit et cil l'ont escoutee ; 

Ilec fut por Florence mainte larme ploree. 

Li sires Ta sessie par la règne dorée, 

Desque desoz les forches l'en a isi menée, 

La ou iert Clarembaut la corde au col noee, 
4955 Mes l'eschielle n'estoit desoz ses piez outee. 

Imès orez chanson, c'elle est bien escoutee, Pf'72. 

Onques par juglaor ne fu mellor chantée, 

4932 P au f., moût manque M — 4934-4935 manquent M — 

4936 M s. lunt mustree {Jin du vers) — 4937 M dit, M si sauerum 
d. est — 4938 M le funt — 4939 M de une aleblastee — 4940 M 
f. mut efïree — 4941 M Bel la s. cum femme de ronomee — 
4942 vos manque M — 4943 M Bêle ke e. vus ben — 4944 me 
manque M, M ait m. — 4945 ce manque Af, M mestre c. — 4947 
M haut parentee — 4948 M vus pus — 4949 ^ vus deisse, P f. 
en iert — 495 1 fut manque P, M mainte lerme pur .f. — 4953 
isi manque M — 4954 M art la corde al col clarenbaud fermée, 
la corde manque P — 4955 P Ne, Aï nesteit pas — 4956 bien 
manque M — 4957 M Vnc pur vilur. 



204 SES MÉFAITS 

Con Florence gari Clarembaut la vespree, 
Que il ne fut pendus et sa gorge entesee; 
4960 El le comparra chier, car s'ire en fu doublée, 
Si con porrez oïr, se la chanson agrée. 

CLXXII « Sire », ce dist Florence, « entendez ma raison. 
Por qu'est ceste asamblee? Doit il avoir pardon? 
De loig me resambla une porcession 
4965 Que Deu alassent querre par voire entencion, 

— Dame », ce dist li sires, « ainz pendons un larron 
Que avra maint mal fet en ceste région. 

Il est murtrier ou bois, n'avoit garant nus hom 
Que il peust ataindre se de l'ocirre non ; 
MfoyS. 4970 N'i garisoit moutier ne ordre ne maison 

Ne moinne ne hermite, tôt tuot a bandon. 
Arsoir a mie nuit, quant nos nos dormion, 
Fut pris enz ou moutier saint Père d'Avalon. 
Veez le la aus forches, ou col le chaenon. 
4975 Quant nos l'avrons pendu, pus si nos en iron. 

— Sire », ce dist Florence, « moût semblez gentis hom, 
Et car le me donez, s'en ferai mon garson ; 

Moût m'avra grant mestier, ainz que nos departon. 

— Dame », ce dist li sires, « et nos le vos donon ; 
4980 Ne vos escondiroie per le cors saint Simon, 

Que me clameroit quite la cité de Dejon, 

Mes je criens que en lui aiez mal compagnon. » 

4958 M garist cl. einz la — 4969 M fust p. ne a folee — 4960 
M ch. sa ioie ert troblee — 4961 M cum vus p., M ch. vus. 

CLXXII, 4962 ce manque M — 4963 PM Por quoi est, J/icest 
a. i d. — 4964 M 1. resemblc — 4965 P d. et le saint q., 3/ de 
uerroi e. — 4966 ce manque 3/, 3/pendrum — 4967 P aurait, M 
ad — 4968 M Murdrur de — 4970 iW Ne g. m. ne nul autre m., 
P moutrier — 4971 M tuereit — 4972 nos manque M — 4973 
3/ pr. al m. — 4974 manque M — 4975 M Q. serra p. lors en 
rirum — 4976 ce manque M, M resemblez — 4977 M Ke le, M 
si serra -- 4979 ce manque M — 4980-4981 manquent M — 4982 
M cre ken lui auerez. 



FLORENCE OBTIENT SA LIBERTÉ 2o5 

Clarembaut mirent jus Antiaumes et Ginon, 

Les iaus li desbenderent dou pan de son giron; 
4985 II ot pale le vis, la chiere et la façon, 

Onques tel aventure n'avint a nul félon. 

Tôt droit l'en ont mené devant la fille Oton. 

(' Amis », ce dist Florence, « comment avez vos non? 

— Clarembaut », dist li leres, « par foi m'apelle l'on. P/"?- ^• 
4990 — Par foi », ce dist Florence, « tu ais non de larron. 

Or lesse ton mestier, si deviens laiaus hom. 

Si te tien a celui que Longis fist pardon. 

Se tu me viaus servir, tu avrais guerredon. » 

Quant Glarenbaus entent qu'il avra garison, 
4995 A ses piez est cheiis devant lé ou sablon, 

Mes Florence l'en donne a mont par le menton. 

Clarembaus, li traîtres, a juré saint Simon 

Que il ne li faudroit por l'avoir Salemon 

Ne por tôt le trésor le grant roi Pharaon. 

III 5ooo Clarenbaut fut moût liez, quant il est eschapez, 
Quant il ne fu pendus et au vent encroez. 
A Florence remest, ensi con vos oez : 
Il devint ses bons liges, plevis et afiez. 
Mavesement li tint li cuvers parjurez ! 
5oo5 Judas, que Deu vendi aus Juis deffaez, 



4983 manque M — 4984 M ouerunt del cruel felun — 4985 M 
le f. — 4986 nul manque M — 4987 Tôt et en manquent My 
P ajoute : 

Onques plus belle dame ne menia de poison 

— 4988 M cum auez n. — 4989 M 1. issi mapelum — 4990 ce 
manque M, M nun auez de felun — 4991 M lessez cest m. si 
deuenez — 4992 M fist alongis — 4994 M out e ueit si gent dun 

— 4995 M p. chet el s. — 4996 M E f. le redresce sus par — 4997 
M Cl. li iure par seinte symiun — 4998 M Ke ne^ faudra pur tut 
lor — 4999 P tr. que fist 11 rois oton, grant manque M. 

CLXXIII. 5ooo moût manque M, M q. fa — 5ooi il manque M, 
M ne des furches ostez, P auent — 5oo2 M Od f. remit issi, M 
orrpz — 5004 M Malemenl le — 5oo5 M uendi deu. 



2o6 PERFIDIE DE CLAREMBAUT 

Que moût le ledengerent; puis fu chier comparez, 
Car Vaspacianus, que tant fu alosez, 
Lui et Titus, son fil, li pros et li senez, 
Pristrent Jérusalem, dont il ierent chasez; 

5oio La fu la grant famine*et la mortalitez, 
Tant qu'il orent Juis a martire livrez; 
Que plus avoit deniers avoit Juis assez, 
Trente por un denier l'en ont il délivrez : 
Oncor fist Clarembaut plus granz desloiautez 

5oi3 De Florence de Romme, que tant avoit biautez; 
Quar qui larron rachate des forches, ce savez, 
Ne qui cuvert franchist, oï l'avez assez, 
Mal guerredon l'en rent, ainz qu'il soit deviez. 
Clarembaus fu moût fel et de mavez pencez, 

5o20 Onques ne tint a home ne foi ne laiautez; 
Que en larron se fie, il est dou senz desvez. 
A//075 b. Seignor, or fêtes pès, un petit m'escoutez ! 

pj^-jS. Huimès orés chanson, s'entendre me volez, 

De moût grans aventures et des aversitez 

5o2 5 Qu'il avint a Florence, que tant avoit biautez, 
L'empereriz de Romme o les cheveus dorez : 
Il n'ot plus belle femme en soissante citez. 
Puis revint elle a Romme, et si l'ot Esmerez, 
Li gentis chevaliers, que de Hongrie iert nez ; 

5o3o Por ce li fu li raines de Romme creantez. 



5oo6 M Ke le turmenterent e p., chier manque M — 6007 M 
Ke uaspasius — 5oo8 Lui manque M, M ke tant fu redotez — 
6009 M furent ch. — 5o i o M e les auersitez — 5o 1 1 Af a mort 1. 
— 5oi2 manque M — 5oi3 M d. vnt il baillez, P len ierent d. — 
5014 M greniur, P grant d. — 5oi6 Quar manque M, M deliuere, 
Af sachez — 6017 A/ V ke uilein en — 6019 moût manque A/, M 
maus p. — 5o2o M t. fei ne amur ne 1. — 5o2i dou senz manque 
M — 5o22 or manque A/, M me oiez — 5o2 3 M si oir la u. — 
6024 M grant a., PM et de — 5o25 M Kauint, M buntez — 6026 
P augent cors honorez, M ch. dougez — 5027 M ni eut tant b. 
dame encent c. — 5o28 M P. uint. 



FLORENCE CHEZ PERAUT 207 

Moût par sera grant joie, quant ierent asamblez, 
Quant el porta coronne et il fu coronnez. 
Ce devoit il bien estre, quar moût iert alosez : 
Miaudres vasal de lui ne pot estre trovez. 

XXIV 5o35 Moût fut grant Tasamblee por pendre Clarembaut. 

Par Florence de Romme, que moût seit et moût vaut, 

Fu li gloz respitiés, qu'il ne pendi en haut. 

Cil devint ses bons liges, que cuer ot de ribaut; 

Onques foi ne li tint, ains jure saint Thiebaut 
5040 Qu'il li toudra sa robe, ainsois qu'elle s'en aut. 

Huimès orez biaus vers, se en vos ne défaut, 

Comant il la vendi Escot le marinaut. 

Dou grant tertre avalèrent, don li rochier sont haut. 

Florence la roïne estoit en son bliaut ; 
5045 Bisse ventoit sur destre, si fasoit un poi chaut. 

La coleur li revint, qu'elle ot perdue ou gaut; 

El fu asez plus belle c'onques ne fu Isaut 

N'Elaine la roïne, la femme Menelaut. 

En la ville en entrèrent par la porte Foquaut, 
5o5o Et Clarembaut l'en moinne chiés son oste Peraut : 

Il n'avoit plus félon desqu'au mont de Hennaut. 

Quant il vit le larron, si a doné un saut; 

Moût menèrent grant joie, et lui et Clarembaut. 



5o3i par manque M, M q. serrunt — 5o32 P Q. elle, M Q. 

portera, M ert c. — 5o33 manque M — 5o34M u. unke ne fu nez. 

GLXXIV. 5o35 M out g. asemble pur prendre — 3o36 M E f. 

— 5o37 Af Fist li treitre pleuir, en manque M — 5o38 M C. 
treitre d., M ke le quor — 6040 M la r., M kil sen — 5041 M 
bon V. — 5045-5046 manquent M — 5048 la roïne manque M^P 
ajoute : 

Que paris li toUi puis en fist maint asaut 
A la cite de troie que tint li rois pri#ut 
Lui et agabalon que de guerre ne faut 

— 5049 M sen entrent, M p. ferait — 5o5o P chief s., M hoste 
pechaut — 5o5i M ni out, P traitre des qua, M m. herlaut — 
5o52 M ad fet vn — 5o53 M meinent i. entre lui. 



208 LE BONNE SOPLISE 

PfoySb. GLXXV Icel jor fasoit chaut, si venta un poi bise, 

5o55 Que Clarembaut gari Florence la marchisse. 
Li sans li monte ou vis, sa coleur ot reprise, 
Elle ot la char plus clere ke rose ne cerisse; 
Il n'ot plus belle dame tresqu'au port de Venisse. 
En son dos ot vestu un chier bliaut de Prisse 

5o6o Et chevache la mulle, que n'iert blanche ne bisse, 
Ainziert fauve et ferrande ; ladestre espale ot grise. 
Clarembaut vet devant, que iert en sa chemise. 
En la ville en entrèrent par la porte Parisse, 
Chiés Peraut sont venu ; sa femme ot non Soplise, 

5o65 II n'ot plus laiaul dame el païs a devise. 
Mes li sires fut fel et plainz de quevoitisse. 
Quant chosi le larron, que vient de son juisse, 
Il ne fust pas si liez, ce sachiez sans faintise, 
Que li donastvint mars dou mellor or de Pise. 

5070 II vet encontre lui, premet li son servise ; 

Li lerres l'en mercie, que fu de pute guise : 
Damedeu le confonde et le cors saint Morise ! 
De Florence de Romme fist si grant cuvertisse 
MfoyS c. Con la chançon reconte, c'il est que la vos disse. 

5075 Florence ont descendue, en un lit l'ont asisse; 
Soplise, la borjoise, s'en est moût entremise 
De servir la roïne, grant pitié l'en est prise, 



CLXXV. 5o54 M Cel i. fist, M ventout — 5o55 Ke garid .f. 
clarenbaut la franche m. — 5o56 li manque M, M la chalur ad 
enprise — 5o57-5o58 manquent M — 5o58 P très qua — 5o59 M 
col out u. vn bon — 5o6o M cheuauchout un muiez ke nert 
uermeille ne — 5o6i M esp. brise — 6062 Mauant — 5o63 M u. 
entre — 6064 P Chief, P n. parisse — 5o65 M ni out, M de ci 
kas pors de frise — 5o66 M si s. — 5067 M uit le larun tut a sa 
deuise — 5o68 PM fu, P se 1. ce sache sainz morisse, ce manque 
M — 5069 M de m., P frisse, M peise — 6070 M e. de premer le 
rent sera. — 5071 M le m. — 6072 M Dcu li, M li bon ber seinte 
denise — 5074 M cunte si est ki la descrise — 5o75 P densendue 
— 5076 M se fu c. — 5077 M s. .f. ben en tute guise. 



CLAREMBAUT ET PERAtJt 209 

Quar bien seit de verte qu'an maies mains c'est mise; 
Mes, tant con elle puise, ne seraja malmise. 

5o8o « Dame », dist li borjoise, « moût vos voi entreprise; 
Bien semblez gentil femme, foi que doi saint Denise, 
Femme a roi ou a conte, n'i a mestier faintisse. 
Ja sofri Jesucris que sa char fu ocisse 
Pornos geter d'enfer; mainte arme en fu fors mise : 

5o85 Tôt isi voirement con gel croi sanz faintisse, 
Si vos maint a la joie la ou vos fustes prise, 
Que vos ne soiez, dame, par maie gent sorprisse ! » 

GLXXVI Celle nuit jut Florence en la cité garnie P/^74- 

Ghiés Peraut, son boin oste, que Damedeus madie^! 
5090 Et Glarembaut, ses hom, ou elle moût se fie, 

Prent consoel a son oste con elle soit traie, 

Quar sa muUe et sa robe ont ja en lor baillie. 

Moût par ot grantpaor que li uns ne l'ocie. 

Mes Deus l'en garda bien, que ne Toblia mie; 
5095 Ne puet estre perdus qui il viaut fere aie. 

Ja Florence de Romme n'iert par home honie, 

Quar Deus li ada bien et la Virge Marie ; 

A lui se fu livrée et a sa garantie. 

Soplisse la borjoise, que Deus doint bonne vie, 
5 100 La sert a son pooir, mes moût iert esbahie 

De ce que li larron l'orent en lor baillie; 



5078 M Ke, Mu. en — 6079 ja manque M — 5o8o M vei entre 
e. — 5o8i M resemblez — 5o82 M ke heit grant manantise — 
5084 M Pus ieta, M a. pur le soen commandise — 5o85 M Issi 
cum lecrei uereiement s. — 5o86 3/ m. il a i., vos manque M — 
5087 manque M. 

GLXXVI. 5o88 M ïu f. — 5089 M Parlât s.^M v ele mut sefie 

— 5090 M cl. od lui ke damnedu maldie — 6091 M de s., M ert 

— 5092 Af Ke, ja manque M, M baille — 5093 manque P [voye:{ 
5i2i, vers suppL), MM. est grant dute ke ne — 5094 M la. g., M 
la vblie (Jîn du vers) — 5095-5097 manquent M — 5098 P et en 
sa compaignie — 5 100 3/ est esb. — 5ioi lor manque M. 

T. II 14 



îilO CUPIDITÉ DE PERAUT 

Mes ja, tant con el puise, ne li feront boidie. 

La nut firent grant feste, et fu moût bien servie 

De chars et de poison et de bon vin sur lie. 
5io5 Quant il orent maingié, Peraut ne tarja mie ; 

Florence en apella par moût grant félonie : 

« Dame, dont iestes vos, se Deus vos benoïe ? 

De quel terre iestes née, ne me celez vos mie. 

lestes vos esposee ou meschine de vie? 
5iio Bien semblez sodaiere que ait grant menandie. 

Ainz que vos m'eschapés, en avrai ma partie. 

— Sire », dist Clarembaut, « vos parlez de folie. 

Plus vos donra avoir que ne prendriez mie, 

Et lé et son avor avez tôt en baillie ; 
5ii5 Et se sui ses bons liges, ma foi li ai plevie 

Que ja ne li faudrai en trestote ma vie. » 

Se la boche le dit, le cuers pas ne l'otrie ; 

Onques li fel Judas, que en Gessemanie 

Vendi nostre signor a la gent Farisie, 
5 120 Ne fist tel traïson ne tel renoierie 

Con fera Clarembaut ainz demain la complie. 
P foyj. b ^^ Florence de Romme, la fort cité garnie. 

Moût en moinne grant duel Esmeré de Hongrie, 

Si het Millon, son frère, que l'en avoit ravie ; 
MM5 d. ^^^^ ^^ ^^ ^^ ^^^^ ^^ querre, mes nuit et jor en prie 

Que Deus la li ramaint, que tôt a en baillie. 



5 102 ja manque A/, M pot nel, P fera — 5io3 Me ben furent 
s. — 5 104 3/ Des ch. des pessuns es bons vins sanz 1. — 5 106 eu 
manque M — 5 108 terre manque M, M nel me c. mie — biio M 
reine, M manancie — 5i 1 1 M vus e. aueroi io p. — 5i i3 Af d. 
ma dame ke ne prendre, P prenderiez — 5i 14 tôt manque M — 
5i i5 Af E io ai alui pur ueir ma f. pi. — 5i 16 A/ Ke lui ne — 
5i 17 M de b., M de quor nel dit mie — 5ii8 P si f. — 5i2o M 
fu tel, M tenserie — 5i2i la manque M, P ajoute {voyes[ 5o93) 

Moût par ot grant paor que li vns ne locie 
— 5i22 M r. de la c. — 5i23 M M. demenout — 5124 Millon 
manque M, M kil ad r. — 5i25 M iur e nut — 6126 Af d. le 
reueie. 



Florence et soplise 21! 

Florence la roïne fu moût espoerie 
Por la fiere parolle qu'ot de son oste oïe. 
Se ne fust la borjoise, la nuit s'en fust foie, 

5i3o Mes elle la conforte, ce li dist : « Belle amie. 
Or vos sofrez imès, ne soiez esmarrie ! 
O moi venrez cochier en ma chambre garnie, 
N'i avrez mal sens moi, se Deus me beneïe. » 
A tant se vont cochier, la nuit fu moût série, 

5i35 Desqu'au demain matin que l'aube est esclarcie, 
Que la cloche sonna en la grant abaïe. 
Florence se leva, la belle, Teschevie, 
Et Soplice, s'outesce, que au mostier Tesguie; 
Ou moutier s'en entrèrent, si ont la mese oïe. 

5140 Florence s'en isi, quant elle fut fenie, 
Et esgarde la mer, si chosi la navie. 
Volentiers s'en iroit, se elle avoit aïe, 
Droit en Jérusalem, o Deus prist mort et vie. 

CLXXVII A Tostel s'en revindrent les dames maintenant; 
5145 Et la franche borjoise, que le cors ot vaillant, 
Fist mengier a Florence pain et vin en saant. 
Peraut et Clarembaut la vont moût esgardant, 
Volentiers li tollissent quant qu'el a maintenant. 
Ce sachiez voirement ja n'en eiist garant, 
5i5o Se ne fust la borjoise, que pitié en ot grant. 



5127 M est m. enpouerie — 5i28 A/ la p. kele out — 5 12g M 
par n., P fu foie — 5i3o 3/ si dit ma b. — 5i3i 3/ Ore s. a nut 
mes ne serrez enpeirie — 5i32 P uerrez, M m. cucherez anut 
en — 5i33 J\/ m. de nuli si — 5i34 Af sen u., M esteit s. — 
5i35 P Des qua, demain manque M, M fu esclarie — 5 1 36 3/ a 
la — 5i37 se manque M — 5i3S M deske al m. la guie — SiBg 
3/ entrent la messe unt — 5140 J\/ E f., M ie seruise esteit — 
5141 M Esgarda — 5142 M eust aie — 5 143 M out mort. 

CLXXVII. 5 144 M d. errant — 5 145 Et manque M, M ke out 
leute grant — 5146 M fiorence manger, M ensement — 5148 M 
la toudreient quakele eust — 6149 3/ Neassent v murdrassent 
ensement — 5i5o Se manque M, M burieisie, P que pie en. 



il2 FLORENCE VEUT PARTIR POUR LA TERRE SAINTE 

El lor avoit juré le gloriouz pusant, 
S'il li fasoient mal que fust aparisant, 
Qu'ele le contera a trestote la gent. 
Quant il orent diné, si se lieve en estant 
5i 55 Florence la roïne o le cors avenant ; 
Pf»75. Clarembaut en apelle, se li dist en riant : 

« Moût semblez bien félon au regart par devant. 
Se tu laiauzviaus estre très cest jor en avant, 
Chevalier te ferai et se te donrai tant 
5i6o Ja ne seras mes povre en trestot ton vivant. 

— Dame », ce dist li lerre, « Deus en seit mon talant : 
Je ne vos fadrai mes en trestot mon vivant. » 
Après entre ses dens vet soevet disant 

Qu'il la couroucera ainz complie sonant. 

5i65 « Clarembaut », dist Florence, « or entent mon samblant! 
La fors a cel rivage a maint bon marcheant 
Que passeront la outre, se Deus lor est aidant, 
En la saintime terre, ou vont li penaant 
Por besier le Sepucre, que il désirent tant. 

5170 Va, si garde par tôt et arrière et avant. 

Se tu troveras home, que en Deu soit créant, 
Que m'en vosist mener o lui en son chalant; 
Je li donrai dou mien trestot a son talant. 

— Dame », ce dist li leres, c tôt a vostre commant ! » 
Mf^yô. SiyS II et Peraut, son oste, vont celle part corant 

Et vindrent a la mer haut et lié et joiant : 

Il vendront ja Florence orendroit maintenant. 

5i5i M Ke cic, M gl. rei p. — 5i52 M Si li feisent chose ke 
fust nent auenant — 5i53 M Ke aie irreit cunter scmpres a la 

— 5 1 54 3/ si leuerent — 5i56 en manque M — 5 157 A/ al sem- 
blant d. — 5 1 58-5 160 manquent M — 5 161 ce manque PM, P le 
larron, en manque M — 5i62 M la, mes manque M — 5i63 M 
houent d. — 5164 M Kila traira — 5i65 M f. entendez m. talent 

— 5 166 M tïï c. — 5167 M passèrent — 5 168 M seint — 5169 M 
las. — 5iyo M gardez par t. a rere — 5 1 7 1 M troues, M fust — 
5172 M Ki me u. — 5173 3/ tut a s. — 5174 ce manque M — 
5175 Af II e parlât — 5177 3/ 11 re uendrunt arere a .f. errant. 



LE MARINIER ESCOT 2l3 

Il gardèrent sur destre contre soloil levant 

Et virent une nef moût parfonde et moût grant, 
5i8o A voelles et a ancres et a mast flamboiant ; 

Par dedesus avoit un oiseil tornoiant 

Qui lor mostre le vent, quant vont par mer siglant. 

Par la planche s'en entrent li larron souduiant, 

An mi la nef troverent Escot le marinant. 
5i85 II ot la barbe longue, si ot le poil ferrant, 

Moutsambloit bienpreudomme, la chierre avoit riant, 

Un bâton en sa main, si s'aloit déduisant; 

Environ lui estoient si home et si serjant. 

Glarembaut le salue de Deu omnipotent : 
5190 « Deus vos gart », ce dist cil, « et qu'alez vos quarant? 

— Sire », ce dist li leres, « ja orez mon talant. PJ*75 b. 

Un avoir ai a vandre cortois et avenant; 

Ne quit qu'il ait si bel en cest siècle vivant, 

S'en ferai bon marchié, c'il vos vient a talant. » 
5195 Quant Escot l'entendi, le cuer ot desirrant 

De vaer le marchié que il li loent tant. 

CLXXVIII Le marenier respont : « Amis, ne t'esmaier ! 
Ne te covient doter de moi a acointier. 
Ton corage me di, garde ne me noier, 
5200 Quar je n'amerai ja nul home mençongier. 
Se li avoirs est teus con je t'oi ci pledier, 



5178 M gardent, M uers le -— 5179 M ke fu p. e gr. — 5i8o 
manque M, P mec fl. — 5i8i Af desus i — 5 1 82-5 1 83 manquent 
P — 5 182 lor manque M — 5i83 s'en manque M — 6184 M 
trouent, M marchant — 5 186 M sembla, P auoit auant — 
5187 M b. tint en, M si ala leinz iuant — 5 188 M e sergant 

— 5189 M li rei pusant — 5190 M saut ami ke alez — 5 191 ce 
manque M — 6192 M auom auendre — 6193 P quil a, M kil 
i eit, M tut le munt — 5194 3/ Si lauerez — ^,5195 1' manque M 

— 5196 3/ lauer kil uont tant loant. 

CLXXVIII. 5197 M ne testut duter — 6198 A/ Ne pensez nent 
de moi enchanter, P et ac. — 5 199 iV/ dites, M me celez — 520o M 
Ke, P namera, ja manque M — 32oi M vus oi cunter. 



214 CLAREMBAUT LUI VEND FLORENCE 

Que je oi de ta boche si forment afichier, 

Et le donges a droit, que nel faces trop chier, 

Que je après ta main i puise gaagnier, 

52o5 II n'a home en cest port, bien le puis afichier, 
Qui ja après mon ofre l'osast soûl barginier. 
Par foi, c'il m'atalente, jel vos di senz trichier, 
Ja mes ne serez povre, s'avoir volez baillier : 
De mon or vos donrai la charge a un somier. 

52 lo — Sire », dist Clarembaut, « ce est une moilief. 
Certes il n'a si belle de si a Monpellier : 
Elle a plus blanc le vis que n'est flor d'aglentier 
Et plus vermelle face que roze de rosier. 
Il n'est ne rois ne prince, c'il l'avoit a mollier, 

521 5 N'en delist Damedeu de bon cuer gracier. 

De la biauté qu'ele a n'estuet gemès pledier; 
Certes, s'el n'est plus belle que ne m'oez noncier, 
Je vos di et créant mar i donrez denier. » 
Quant li mariniers l'ot, le cuer li fist hacier 

5220 Demi pié enz ou ventre et le sanc fremier ; 
La biauté de Florence le fera enragier. 
Clarembaut en apelle, si li prist a prier : 
« Alez tost por la dame, n'aiez soig de targier; 
Je vos donrai d'or fin trestot plain un doblier. » 
Pf>y6. 5225 Lors l'a fet aporter devant le pautonier. 

Quant li larron le voient, n'i ot que laesier; 
S'il l'en puent porter, qu'il n'aient destorbier, 



5202 ^ E de ta b. tant f. loer — 52o3-5204 manquent M — 
52o5 M ni ad, M p. ceo uus voil afier — 52o6 ja manque M, M 
le uoudra plus b. — 6207 M P. ma f. — 52o8 M u. auer — 
5209 M le fes dun — 52 10 A/ respunt — 52 11 M C. nad tant b. 
de si ken — 5212 3/ bel le u. ke f. — 52i3 Af la f. ke roser — 
5214 M nest r., V manque 3/ — 52 1 5 3/ Ne d. — 52 16 3/ b. de 
lui nestot nulli — 52 17-52 18 manquent M — 021g M quor co- 
mence a — 522o M De un pe cl, M furmer — 5221 M la f. — 
5222 en manque M, M le prist — 5224 M de fin or le couenant 
ke feimes her — 5225 M L. ad f. porter — 5226 M treitre leuit, 
P quel 1., M corecer — 5227-5228 manquent M. 



I 



LES CONDITIONS DU MARCHE 



2l5 



Il n'est bons en cest siècle que les pust corocier : 

Gemès ne seront povre, s'il le sevent chargier. 
523o « Seignor », ce dist Escot, « ne vos vuel enginier. 

Veez vos ceste estache au bort de cest claier? 

La prendrez vos cest sac sain et sauf et antier; 

Ja n'iert bons si bardiz que i out atoucbier. 

Amenez moi la dame que a le cors legier. 
5235 Quant elle iert en ma nef, prenez vostre luier; 

Ja par bome de cbar n'i avrez encombrier. 

— Par foi », dist Ciarembaut, « vos l'estuet fiancier, 
Et je vos autresi de ci tost reparier. 

— Alez tost », dist Escot, « car j'ai vent droiturier; 
5240 Orendroit m'en irai, se je puis esploitier. » 

Ciarembaut s'en torna, Deus li doint encombrier! 
Lui et Peraut, son oste, s'en vont par le gravier, 
De Florence amener ont moût grant desirier. 
Ja Soplice, s'otesse, ne li avra mestier. 
5245 Nostre chanson commence imès a esforsier; 
Juglaor que la cbante ne fet a mesprisier, 
Ains le doit l'en forment loer et essaucier. 
La chanson estd'estoire, ce vos vuel acointier; 
Ainz ne fu tel trovee dès le tens Dessier. 



Mf'TG h. 






CXIX 52 5o Li larron sont ensemble a l'ostel reparié 
Et troverent Florence, que le cors ot dongié. 
(c Dame », dist Ciarembaut, « nos avons fet marchié 



6229 M fusent p. ki le seust enploier — 523o M io ne vus — 
523 1 M cel brot en sel haut estage a cel — 5232 M pendra le 
sachel — 5233 M kil ose enracher — 5234 M d. od le uis cler — 
5235 M si p. lauer — 5236 M h. del mund ne a. — 5238 vos 
manque M, M si t. — bi'h<^ M ke io ali le u. — 5240 manque M — 
5242 M parlard s. o. uont desus le — 5243 moût manque M — 
5244 M s. la burgeise nal a. — 5246 P et e,, M daforcer — 
5246 M Ignelement ki la ch. fet a escuter — 5247 manque M — 
5248 M afier — 5249 manque M, P del le. 

CLXXIX. 525 1 M E. SI tr. f. od le c. douge. 



2l6 FLORENCE QUITTE SES HÔTES 

J'ai une nef loee. Cil le m'a fiancié 
Que sire est de la nef ja n'i avra boisié. 

5255 Ja mar en avrez garde que ja i ait trichié, 

Que en la Sainte Terre, ou Deu ont travellié, 
Ne vos maint ainz un mois; son sigle a ja drecié. 
Et li maistre est preudom, s'a son chalan chargié, 
Que li vens est moût bons, tuit sont enharnissié, 
Pf*']6b. 5260 N'atandent se vos nonli marinier prisié. » 
Quant Tentendi Florence, Deu en a gracié : 
« Sire, conduisiez moi par la vostre pitié 
Et garisiez mon cors, qu'il n'i ait mavestié 1 
Apellez moi m'outesse, je vuel prendre congié. » 

5265 Et celle i est venue par moût grant amistié. 

« Dame, a Deu vos commant; n'i avra plus targié, 
Quar aler m'en convient; a Deu vos commant gié; 
Mes ains vos vuel doner cest bliaut entaillié; 
Peraut avra ma muUe por ce que j'ai maingié. 

5270 — Ja n'avrai tant dou vostre », l'outesse respondié; 
« Icelui vos commant que dou ciel descendié 
Aus benaez apoutres, que ierent corecié ; 
Et, quant il vint entr' aus, tuit furent rehaitié. 
Deus soit garde de vos! Moi semble grant pechié 

5275 Que vostre gentil cors est isi travellié. » 

Au départir des dames sont li plor enforcié, 
Les bliaus c'ont vestuz en furent tuit moillié. 



5253 P la, le manque M — 5254-5256 manquent M — 5256 P 
deus fut tr. — 5257 M Hastez vus tost il ad le sigle dr., P est 
ia — 5258 P Li sires, M sa nef — 5259 M E, moût manque Af, 
M par tens serrunt escihippe — 5260 M n. metez vus en la uoie 
{fin du vers) — 5261 M lentent f. si ad deu, P mercie — 5262 M 
par seinte charité — 5263 M donne : 

E mun cors comand a deu de maieste 
Défendez le sire de tutcs maueste 

— 5264 moi manque M — 5267 manque M — 5268 Mes manqueM 

— 5269 M Parlard, M ke ai m. — 5270 M II nauera mie t. d. u. 
dit la ostesse {fin du vers) — 5271 Aceli v. c. io ke deu de cel est 
clame — 5272-5277 manquent M — 5272 Papoutre-» 5276 P Aus. 



LE DÉPART 217 

Or s'en va la roïne lés le rivage a pié, 

Clarembaut devant lé, que Deu a renoié ; 
5280 Forment covoitoit Vot qu'a l'estache pendié. 

Escot le marinier ot le cuer vezié ; 

L'avoir que iert ou sac a por paior chengié, 

Un autre en i pendi, ne vaut pas la moitié : 

N'i ot se coivre non et pion sorestangié. 
5285 Venuz sont a la nef, tant orent esploitié; 

Escot le marinant ilec les atendié. 

Quant il voit la roïne, si loe son marchié; 

Encontre lé ala, le cuer ot vezié, Mf^yô c. 

Entre ses bras l'em porte sus ou mestre plenchié, 
5290 Enz en un lit l'asist a fin or antaillié. 

Puis en vint au larron, son avoir li rendié, 

Et cil a pris le sac, a son col l'a chargié; 

Fors de la nef l'ont mis, le poig li ont sachié. 

Escot le marinaut a sa gent a huchié : P/^77' 

5295 « Tornez moi ces guindas I Tost soient afetié 

Li hobens et les cordes! » Ja n'i avra nagié, 

Quar le vent iert moût fort, que la voille estendié; 

La nef desaancrerent, dou port sont esloignié. 

Et li dui larron furent moût forment engignié, 
53oo Si doient il bien estre, qu'il ont mal esploitié. 

A lor ostel en vindrent, le sac ont deschargié ; 



5278 M Lors uet, M de lez — 5279 M ke eit mal de he — 
5280 M coueita lor ke 11 fu couenance — 5281 M quor enueise — 
5282 M ad pus chage — 5283 en manque M, M ke ne uat meie 
la -— 5284 M out for quiuere e plum e ceo fu pouerte — 5285 M 
vnt e. — 5286 M mariner, M ad garde — 5287 M Q. le uit .f. si 
1. sa — 5288 M out haite — 5289 M la prent al plus haute plan- 
che lad porte, P plenchier — 5290 Enz manque M, M quointe- 
ment ent. — 5291 en manque Af, M li ad dune — 5298 M le mis- 
trent, P enson col la chargie, li manque M — 5294» Af mariner ses 
homes — 5295 moi manque M, M tut s. délie — 5296 M Li ho- 
bel, P la c. — 5297 M Ke li u. est f. le ueil fist estre deualee — 
5298 M desancrent, M se sun eschipe — 5299 M sunt f. esgare 
— 53oo M d. ben e. ke mal unt •— 53oi en manque M, M lur sac 



2l8 CLAREMBAUT ET PERAUT SE VOIENT JOUÉS 

Il le vodrent ovrir, mes l'en l'ot bien lié. 
Quant il trovent le coivre et le plonc entaillié, 
Ne demandez vos mie c'il furent coroucié. 
53o5 « Par foi », dist Clarenbaut, « si a mavez merchié. 
Maudiz soient les fons ou fumes batizié! 
Que traïson porchase bien a Deu renoié. 
Ice avons nos fet, si avons gaaignié 
Qu'an enfer le puant en seron habergié. » 

GLXXX 53 lo Escot le marinaut est dou havre partiz, 
Et li trez fu levez, que estoit mipartiz 
De dous dras de coleurs, li uns estoit samis, 
Et li vens ce fiert enz, que n'iert mie seriz. 
Li dromons s'en vet tost, quant il fu acoilliz ; 

53 1 5 Plus tost trenche la mer que ne voile esmeriz. 
Et Clarembaut li lerres fu moût bien escharniz 
Et ses outes Peraut, de Deu soit il maudiz, 
Que en portent le coivre por le bon or massiz ; 
Si durent il bien estre : de Deu soit sil honiz 

5320 Que larron nul rachate ne serf que n'est franchiz 

Ne en fet consillier, qu'il en est escharniz ; 

Quar a loig ou a prez, de ce soit il toz fiz, 

L'en rendra guerredon, de plusorz estoïz. 

Florence est en la nef, la franche enperreriz, 

5325 En une chambre a voûte, si jut sus dous tapiz. 

Elle ot la char plus blanche en mai que n'est gresiz, 

53o2 M uoillent o. mes ben fu — 53o3 il manque M, M plum 
ensele — 53o4 vos manque M, M si (. — 53o5 M si ad — 53o6 M 
M. seit — 53o7 M ni auera nent gaigne — 53o8 manque M — 53o9 
M En, M pluent serrum. 

GLXXX. 53 lo Af mariner, P dou haras — 53i i 3/ fu m. — 53i2 
M dr. colorez, M fu de s. — 53i5 M u. 1 f. ke nel esparniz — 
53 14 ME li, tost et il manquent M — 53i5 M trauerse la m. ki 
ne V. perdriz — 53i6 3/ m. esbaiez — SSiy M parlât, P soient m. 
— 53i8 iV/ Ke il p., P porte — 53 19 M A grant dreit deiuent il 
estre h., P maudiz— 5320-5323 manquent M — 5320 P ne cerf — 
^SaS M y. git sur vn — 5326 manque M. 



ESCOT FAIT CONNAITRE SES INTENTIONS 219 

Il n'ot si belle dame tresqu'au port de Lutiz. 
Escoz li marinaus aus grenons retortis Pf'j^b. 

Est venuz a Florence, que Deu crioit merciz 
533o Qu'il la menest a joie la ou Deus fu norriz. 
Quant cil la vit si belle, si fu si esbahiz 
Mues ameroit de lé a faire ses deliz 

►, Qu'il ne feroit tôt l'or l'amiraut de Persiz. 

Quant la roïne voit qu'il est si esmarriz, 
5335 La barbe qu'il ot grisse et les chevoz floriz, 

La color et li sanz li est dou viz foïz. 

Escot la salua, nel fist pas a enviz : 

a Deus vos saut, belle amie, quant or en sui saisiz 1 

Achetée vos ai, ja n'en serai desdiz, 
5340 Plein un sac de fin or dou melleur esmeriz. 

Bien devez estre moie, riens n'i vaut escondiz ; M f»76 d. 

De vos ferai mes bons, ja n'en iert pris respiz. 

De ce que je vos voi suiz je toz repleniz; 

Certes ne vos donroie por mil mars d'orbruniz 
5345 Ne por celui de Cadres, que tint li roiz Betiz. 

— Ha! Deus », ce dist Florence, « rest dons mon cors traïz? 
Et ou est Clarembaut ? Est il moi dons failliz ? 

— Oïl », ce dist Escot, « il s'est de vos partiz; 
Plen un sac d'or en a de bons besanz marsiz. 

53 5o Se de vostre gent cors estoit li mienz serviz, 



5327 3/ ni out, M deske al, P très qua, M latriz, P ajoute au 
commencement de la f. jj b : 

Quant la nef fut en voie les voilles auent miz 

— 5328 M mariner — 5329 M requist m. — 533o M Ke deu le 
meint, M assiliz — 533 1 M Q. il, 3/ fu il tut — 5332 a manque M 

— 5333 M Ke auer t., M iamiral — 5334 Af uit kil ert si escheueliz 

— 5336 M de la face — 5337 ^ ^^ f^ P^s ennuiz — 5338 3/ vus 
salue, quant manque M — 5339 M serret le piz — 5340 M m. 
essit — 5341 M m. ni ad nul contrediz, P vaus*e. — 5342 ja 
manque M — 5343 M sui t. essauliz — 5344-5345 manquent M — 
5345 P Chartres, P betriz — 5346 ce manque AI, M est d. — 5347 
M mad il si f. — 5348 M Ki est il ceo, s' manque M — 5349 M 
dor ad il ben empliz — 535o M Si uostre amur me seit ore seisiz. 



220 FLORENCE IMPLORE l'aIDE DE DIEU 

Plus vos dorroie avoir c'onques n'en ot Daviz, 
Que tint Jérusalem, ne Salemons, ses fiz. 
Vostre gent cors est si de m'amor ancoviz, 
Se n'en fais mon voloir, ja iert mon cuer partiz. 

5355 — Sire », ce dist Florence, « lessiez ester vos diz, 
De folie vos voi vers moi estre acoilliz. 
Foi que je doi saint Poul, c'on clame d'Ipoliz, 
Miaus voudroie mon cors fust en un feu broïz 
Ou getez en la mer aus poisonsiauz petiz. » 

536o Quant Escot l'entendi, si fu aques marriz ; 
^/•7^. Il la prent par les flans, si la tret vers son piz, 

Et Florence s'escrie, quant qu'el pot, a granz criz 
« Glorieus sires pères, voir Deus, sainz Esperiz! 
Garisiez hui mon cors qu'il ne soit malbailliz ! » 

5365 A tant leva un vent, que les a estordiz. 

Que la voelle torna et li maz est croissiz ; 
Sor la nef chiet en pièces, a poi n'est departiz. 
Escot lessa Florence, aus guindas est sailliz, 
La nef a redrecie; moût fu de sens garniz. 

5370 Mes li oraiges monte ; de nois et de gresiz, 
De tonoire et de foudre li ciez est espartiz. 
Paor a de noiertrestoz li plus hardiz; 
Ce n'iert mie mervelle : li solauz c'est marriz. 



535 1 M Vus auerez plus de, en manque M — 5352 Mes. — 
5353 M bel c, M espriz — 5354 M u. mun quor serra finit — 
5355 ce manque M, Af estre u. — 5356 P envers moi a., Me. pris 

— 5357 je manque M, M s. père e seint dénis — 5358 M ke m. 
c. f. en fu bruilliz — 5359 ^ pcssuns grant e — 536o M lentent 
escot si fu tut esbaiz — 536i 3/11 laert estreiz cuntre sun — 
5362 M crie, M en haut cr. P grant, P ajoute : 

Sainte marie dame roine genitiz 

— 5363 M s. deu e li s. — 5364 hui manque Af, M s. huniz — 
5366 M Ki le ueil, P et li mail, M frosiz — 5367 P n. chief, P 
ne sont periz — 5368 M 1. la dame, P au g. — 5369 M drescee 
ke de sen ert mut — 5370 M M. la rage, M neif e de greilliz — 
5371 M est li cel coueriz — 5372 M ad deuer tut — 5373 man- 
que M. 



TEMPÊTE 221 

E li jors lor estoit forment enoccursiz, 
5375 Qu'a granz paines estoit Tuns de l'autre chosiz. 

:LXXXI La tormente fu grant, li ciez devint oscur. 
Nus de ceus de la nef n'estoit pas a selir, 
Trestoz li plus hardiz avoit moût grant peur, 
Car li véns estoit grant et li orage oscur. 
538o La voelle est derompue^ don li drap furent pur 
De fine clere soie; painte iert d'or et d'adur. 
Et li mas fu brisiez, que estoit de sap dur. 
Lors ot paorEscot, qui resambloit tafur; 
Bien croit que ses avors ira a mal elir. 

XII 5385 La tormente fu granz, que la mer fist meller. 

Que lor veïst plovoir et ses nues muer 

Et la pluve et le vent tôt ensemble torner 

Et l'air a espoisier et li cieus a toner. 

L'une onde par sus l'autre desur la nef entrer ! 
5390 Ez un estorbillon, bruant comme sangler, 

Que fist la nef brisier et le timon faucer 

Et les guindas derompre et en pièces voler; 

Et le sigle et le mat porta en mi la mer. 

La nef prist a emplir, c'on ne Ten pot garder; Pf"!^ 0. 

5395 Le governau lor faut, si prant a auchanter. 

Dous ancres ont lessiez de si au fons aler, 



5374 lor manque A/, M obscureiz — 5375 P grant, M grant 
peine pout nul estre choisiz. 

CLXXXI. 5377 M Ke nul, M la mer ne fust aseur — 5378 M 
Tut, M ad de mort p., P paor — 5379 manque M — 538o MLi 
uail e mast depesce ni est nul asseur, P estoit p. — 538i-5382 
manquent M — 538 1 P paint iert — 5383 M estait pouerus li 
mester ke einz fu aseur — 5384 wj(3?î^«e M. 

CLXXXII. 5385 M fet lamer m. — 5386 3/ tors le u., M n. 
mouer — 5387-5388 manquent M — 5389 iVf unde sur lautre com- 
batir e uerser — 5390 M E vus — 5391 M crosser e lartimon — 
5392 A/ Le gouernail rompre — 53g3-53g5 manquent M — 5395 P 
et auch. — 5396 A/ deske affunz. 



2i2 LE NAViftE SE BRISE 

Mes les cordes rompirent, n'i porent arester. 
Escot le marenaut commensa a crier : 
« Seignor, tuit sommes mort, n'en poons eschaper î » 
A//* 77- 5400 II regarde Florence, que tant a le vis cler ; 
Em plorant prist a lé docement a parler : 
« Belle, très douce amie, or nos convient finer. 
Certes plus vos amasse, s'en peiise eschaper, 
Que tôt For de cest siècle, quel me vosist doner. 

5405 — Hé! Deus », ce dist Florence, « toi en puise aorer! 
Assez vuel miaus noier qu'an tel manière ovrer, 
Quar moût élise honte, ainçoiz que ariver 
Peiison en la terre que tant puis desirrer. 
Ha! Esmerez de Romme, cil te puise sauver 

5410 Que fist Eve et Adam por le pueple estorer! 
Gemès ne reverrez Florence, vostreper. » 
Lors engrosse li vens, la mer prist a enfler, 
Le mastre bort devant fist de la nef quaser, 
Et le chief dedevant commence a afondrer : 

5415 Dedenz peiisiez d'eue plus de cent muis trover. 
Enz ou fonz de la nef ne puet nuz arester; 
Tuit seront ja noie, se Deus nés viaut saver. 
Florence la roïne commence a sospirer, 
Quant vit la nef emplir, fraindre et esquarteler. 

5420 Elle fu proz et saige, prist lia remambrer 

Des granz nonz Damedeu, qu'ele sot bien nomer : 



5397 M rumpent ni punt — 5398 M mariner comence — 5399 M 
ne p. — 5400 P \, M t. out — 5401 Em manque M, M comence 
a lui p. — 5402 M B. dame ore vus — 54o3 M meuz a. ke vus 
pussez — 5404 manque M — 54o5 Hé manque 3/, M te pus — 
5406 M Meuz uoii morir ke uiucr en uii mester — 5407-5408 
manquent M — 5409 M Hai e. sire c. te pus garder — 5410 M 
mund restorer — 541 1 M Ke iames ne uerrez — 5412 3/ L. a 
cressc la mer e li uent assuffler — 541 3 M Li m. b. de la n. e 
depesser — 5414 M Le ch. deuant comenca a fundrer, P et af. — 
5415 manque M — b^i6 Af En f., M nul hom ne pout ester — - 
5418 Af comenca — 5419 Af e. e fundrer — 5420 M comenca si 
a — 5421 M haut n. ihesu crist ke ben sout. 



TOUS PÉRISSENT, SAUF ÈSCOT ET FLORENCE 2 23 

La belle les nomma, plus n'i vot arester. ]/^ 

Or puet el bien savoir, ne l'estuet pas doter. 

Ne la puet mer naier ne deaubles grever. 
5425 Sur un sac de farine c'est alee acoter. 

La nef fu plenne d'eue, si l'estuet afondrer ; 

La furent tuit noie, et viel et bacheler, 

Fors soûl le marinier et Florence au vis cler. Pf*79- 

Quant il voit que sa nef ne puet mes recovrer, 
5430 Au governal se prist, qu'an la mer vit floter; 

Dedesus c'est assiz, qu'il nel puet amender. 

Florence est sus le sac, que bien la sot porter; 

A dous mains se tenoit, qu'el ne pooit verser. 

Oncor pora el bien, se Deus plest, eschaper 
5435 Et si avra le raine de Rommeagoverner 

Et portera coronne; bien le puis afermer, 
\_^uar qui Deus vuet aidier nus bons nel puet grever» 

ILXXXIII La nef s'en va aufonz, peceié sont li bort; 
Tuit li homme dedenz furent noie et mort, 
5440 Fors sol le marinier, c'on apelloit Escot, 

Et Florence de Romme, que sur le sac flotot. 
Elle ot moût grant paor, Damedeu reclamot 
Et la sainte pucelle, qu'el Marie nommot : 
« Si voiremant, biau sire, que docement vos plot 



5422 M dame, M ne uout plus de murer — 5423 el bien manque 
M — 5424 puet manque M, P deaublez — 6425 M ala dune aco- 
cer — 5426 M si couint enfundrer — 6427 3/ la — 5429 M uit 
ken la mer ne pout mes endurer — 543o M kii uit iloc — 643 1 
M Par desus est a, ne se pout meuz eider — 5432 M F. set, P le 
sot, M le uout — 5433 M As, M tent, M pout — 5434 M p. si 
deu le uout ben — 5435 M reume de r. — 5436 M p. iurer — 
5487 M Ke, M nul mal ne lui purra. 

GLXXXIII. 5438 M n. uet aftunz si peceient Ir — 5439 M h. 
deleins — 5440 M ke lem cleime — 5442 moût manque My P 
dame deus, M souent deu — 5443 M dame ke m. apelout — 5444 
Mlsï ueroiment cum à.., M ajoute : 

Nestre de une ancele par ki tus homes saluout. 



224 ^N NAVIRE RECUEILLE ESCOT 

5445 Que Judas vos vendi, que fu de Bottentrot, 
Aus Juis malaaiz, que chascuns vos dotot 
Que vos ne fusiez sire dou régné Astarot ; 
Mes il le comparèrent, gel vos di mot a mot, 
Quar Vaspassianus en prist bien son escot; 

5450 II et Titus, son fiz, i vint, quan que il pot, 
Droit en Jérusalem, ou le plus en estot ; 
Mf'jj b. Par onze foiz cent mille fu Deus vengiez moût tôt : 

Si voiremant, biau sire, c'on vos mena a tort, 
Si garisiez vos m'arme, qu'elle n'aut ou complot 

5455 De ceus que s'orguellerent que d'enfer ont l'aport! 
Abessiez cest orage et cest vent isi fort ! « 
Et Deus se fist en airre, quar grant pitié en ot : 
Li vens est abessiez et la mer se reclot 
Et les ondes faillirent, si se raseurot. 

5460 Estes vos une nef que par ilec passot; 

Le mestre marinier apelloit l'en Margot. 
Pf9jg b, Désur le governal trova saiant Escot; 

Dedens sa nef le mist au plus tost que il pot. 

Il ne vit pas Florence, quar trop li esloignot : 
5465 Le flun li vint devant, que moût tost la menot ; 

Deus la garda moût bien, en cui el se fiot. 

Florence iert sur le sac, que durement tremblot, 

Mes li solaus raia, que auques l'eschafot ; 

5445 M Pus ke, M vendi as iudes mescreant — 5446-5447 man- 
quent M — 5446 P Au, P dotoit — 5447 P raine estraigot — 
5448 M E pus le c. les glus tut a talent — 5449 M Ke uaspasie \ 
en pr. le uengement — 5450 M (. e tut certainement — 545 1 M 
pi. estait — 5452 M ferz c. m. fu uenge des mescreant — 5453 M 
ueroiement, M cum suffristes cest tut — 5454 M G. moi bel sire 
ke ne perise en cest flot — 5455 manque M, P que denfent ont — 

5456 isi manque AI — 5457 M d. \e fist merci mcintenant — 
5458 M e lorage asuagout — 5459 manque M — 5460 M A tant 
e. — 5461 M Li, M apela mangot — 5462 M Desuz, M tr. ser e. 
— 5463 M la n., M aplus — 5464 M ke trop se — 5465 M La 
mer, M ke tost len portout — 5466 M E d., moût manque M, M < 
ki safiout — 5467 M setent par la s. ke forment — 5468 M luseit 
cler ke forment. 



FLORENCE EST JETÉE SUR UNE CÔTE 225 

Lors li revinc son sanc et auques rafermot. 
5470 El regarda sur destre, si vit un rochier fort 

Que sist près de la mer assez près d'un regort. 

Tôt droit a cel rochier ariva o le flot. 

Par detriés vint une onde, que forment la hurtot, 

Et le sac et Florence gita enz en un clôt; 
5475 Mes Florence au chaer onques nul mal n'en ot. 

Quant elle fu a terre, Damedeu aorot ; 

Elle sailli sus piez, car forment se doutot 

Qu'an mer ne se retraie, que tôt a lé sachot. 

El se prist a un arbre, que la racine ot fort; 
5480 Tôt a mont s'en ala, isi con elle pot. 

Une sente i trova, car savadine i ot; 

Quant Florence la vit, si se mist en l'esclot. 

Onques n'i ot la belle ne bâton n'apoiot; 

Ses bliaus fu moilliez, que forment li pesot. 
3485 En son la roche vint, mes moût se dolosot, 

La franche empereriz forment se gamentot. 

Crient que la mer la siue : elle n'avoit nul tort. 

Le soloil fut moût chaut, car nus vens ne ventot; 

Elle s'asist a terre et ses dras essuiot. 
5490 Seignors, bien poez dire que Damedeu l'amot, 

Quant il de tel péril la délivra de mort. 

CLXXXIV Ce fu par un mardi, bien le vos sai retraire, 

5469 M sun quer e poi se confortout — 6470 M E r. arere e u. 
un roche — 5471 M fu sur la, M gon — 5472 M cel riuage, M 
acel fl. — 5474 JV/E fl. e le sac geterent al port — 5475 nul man- 
que M — 5476 M Q. uint a t. deu — ^477 M E s. en pez ke f. 
dutout — 5478 M Ke del trauail ke out en grant pour out — 5479 
P Elle se, M al herbe, M r. tenout — 5480 s'en manque M, M si 
cum — 5481 i manque M, AI ke sauuagine — 5482 M leuit la 
ala le trot — 5483 M En la main nout la dame ne b. ne por- 
tout — 5485 M A la, M e mut — 5486 M e*par tut esgardout 

— 5487 manque M — 5488 M tist m. ch. e ren ne — 0489 M Ele 
sit a t. e se deuestout — 5490 M ore p. sauer ke deu forment 

— 5491 il manque M. 
CLXXXIV. 5492 le manque M . 

T. II. ■ : - . . i3 



22b ELLE ARRIVE AU COUVENT DE BEAU-REPAIRE 

Que Florence ariva, la belle au cler viaire; 

Le jor fist moût grant chaut et le soloil esclaire. 
5493 An son la roche fu la franche de bon aire, 
Pf*8o. Ses dras ot essuiez, quar forment li pot plaire 

Qu'elle fu eschapee des mains a l'aversaire. 

Damedeu reclama, car el ne sot que faire. 

Que la maint en tel leu ou soit hors de contraire. 
55oo El regarda sur destre, s'a veli Bel Repaire : 

Une riche abaïe sur l'eue de Basquaire; 

La la fist establir rois Juliez Sesaire, 

Que mainte choze fist ou mont por essamplaire. 

Bien i ot cent nonainz, que lisent de gramaire, 
Mfoyyc. 55o5 Que dou servise Deu ne se vuelent retraire. 

Quant Florence les vit, toz le cuer li esclaire. 

De la roche avala, que fu a Viel Orsaire, 

En la ville est entrée par la porte Makaire. 

Les sainz de l'abaïe sonent senz cordes traire; 
55 10 Les dames i corurent, don tote plaine est l'aire, 

Et l'abeesse i vint, que ot vestu la haire : 

Ne sorent que se fu. Lors sont li saintuaire 

Aportez ou moutier et getez de Tamaire. 

La grant porcession ist dou revestuaire 
55 1 5 A crois et encensiers, si ot grant luminaire ; 

5493 3/ fl. de rome ariua la de boneire — 5494 M fu mut 
suef e, moût manque P — 5495-5498 M donne : 

En hauce fu .f. en la rocherie 

E ennoure deu le haut de glorie, 
P ajoute après 5498 : 

Nostre seignor pria et marie samere 

— 5499 Af E li prie ke lameint h., P ou elle nait que faire — 55oo 
M Ole regarde vers — 55oi M bulgarie — 55o2 M iulius cesarie 

— 55o3 manque M — 55o4 M i unt, P le gr. — 55o5 M Kil, 
M ne rccreuuit mie — 55o6 toz manque 3/, Af li remue — 55o7 
manque M — 55o8 M u. entre, M macharic — 55o9 M cloches, 
A/ sonerunt sanz saker la coreie, P cordez tr. — 55io 3/ iacurent 
dunt il out grant plenleie — 55i i P labesse, M curt ke uestu oui 

— 55 1 3 A/" A port hors del m. émis fors — 55 14 M hors del ues- 
tiare -p- 33i5 A/ O, J/ encenser epd. 



bON ACCUEIL QUI LUI EST FAIT 227 

Dou moutier sont issues, chantant un reversaire. 
A mont la mestre rue, que moût soef lor flaire, 
En vont trestuit rengié, ne s'en vot nul retraire. 
A tant es lor Florence, que ne lor targe gaire ; 
5520 De la biaté de lé toz le païz resclaire. 

Quant la voit l'abeesse, sachiez moût li pot plaire; 
Par la main l'a menée el moutier saint Ilaire. 
La fu si grant la joie, que nus hom ne vit maire, 
Que les dames ontfet; ne s'en vuelent retraire. 

XXV 5525 Florence la roïne fu de moût grant valor : 

De mer est eschapee, ou elle ot grant paor, 

Dou torment est garie, moût par ot bon pator; 

Onques mes nulle dame n'eschapa de grignor. 

Or poez bien savoir qu'elle ot bon guieor : p/*8ù b. 

553o Jésus la garda bien, a qui elle ot s'amor; 

Sauvement ariva au port Saint Sauvaor. 

Or est a Biau Repaire a joie et abaudour, 

En la riche abaïe dedesoz Rocheflor; 

La la sert l'abeesse et porte grant honor. 
5535 Ou chapitre en alerent les dames a un jor, 

Ovec ala Florence, que moût avoit valor : 

De la biauté de lé reluist li parleor. 

Florence c'est asise et les dames antor; 

L'abeesse l'apelle bellement par dousor : 
5540 « Dame, dom iestes vos, por Deu le creautor, 

55 16 M issuz chantans la deu glorie — 55 17 M le aute rue tut 
par uictorie — 55 18 manque M — 55 19 3/ Atan e vus, M ne fn 
pas derere — 552o M sa b. tut li paleis dune lumer — 552 1 M 
uit, Af m. la — 5522 M lamena al — 5523 la et que manquent M 
— 5524 M se uoillent. 

CLXXXV. 5525 moût manque M — 5526 M De péril de m., 
elle manque M — 5527-5529 manquent M — 553o A/ Deu le g. v 
ele — 5532 M repeirer, M blandur — 5533 de suz — 5534 P Ilec 
la s. la bessc — 5535 M En lur ch. entrent — 5536 M Od eus, 
M out grant u. — 5537 manque 3/ — 5538 M sasit — 5539 P La 
basse lapella, M ducent par amur. 



228 FLORENCE DEMANDE ASILE 

Quant vos lestes si soûle que n'avez guieor? 
Vos lestes sainte dame, merci, por Deu amor! 
Deu a vos me rent ci; ja n'i avra sejor 
Que moût bien ne vos serve et par nuit et par jor. 

5545 — Dame », ce dist Florence, « n'en soiez en fraor : 
Je sui une esgaree, si ai eu seignôr; 
Onques n'ot part en mol con 11 hons a s'oisor, 
Quar je li sui emblée, au gentil poigneor. 
Et ce fist un siens frères, Deus li doint deshonor! 

553o Ne vos en puis plus dire, quar ce seroit folor : 
Fiancier le me fist cil au cuer traïtor. 
Or sui ici venue, por Deu le creautor, 
Que debrisa enfer ; ainz n'i ot aideor : 
Ses amis en gita, que ierent en dolor. 

5555 Or me donez les dras, fêtes de moi seror, 

Tant que Deus me donra autre consoil grignor. 
En Damedeu me fi, que fait croistre la flor. » 
\ Bien cude oncor avoir ^sjgneré, son seignor. 



^if*7l ^' GLXXXVI Florence la roïne fut fors de mer issue : 

556o Sus le sac de farine, que n'iert pas gros molue, 
LagetaDeus a terre sus la roche mossue; 
Moût ot bon guieor, a droit port est venue. 
Pf*St. Or est a Biau Repaire, ou sera chier tenue, 

En la sainte abaïe desoz la roche ague. 



5541 J/ vus si suie alez ke vus — 5543 manque M — 5544 ^^ 
Certes io vus seruiroi de n. e de — 5545 ce manque M, M ne s. 
en tristur — 5547 ^ ^^^ onc nout afere de mei sest la uerur — 
5548 M Ke io s. e. sauz sen del poigneur — 5549 M E cest li f. 
Sun frère tut par itur — 555o en manque M, M ke ceo — 555i M 
e c. out quer de — 5552 ^ ci u. e vus pri pur — 5553 M brisa 
e. vnc nout, P ne iot aidor — 5555 M d. uesture si deuendra — 
5556 P me ramaint — 5557 ^^ E" ^1^^ ^"^ ^'"^ ^^ ^^ crestre fet — 
5558 M Ke li rendra bcn. 

CLXXXVl. 5559 ^ovs,manque M — 556o M vn s., M ke ert g. 

— 556i M un r. ague — 5563 ^U en labeie v cher serra, P or s. 

— 5564 manque M. 



FLORENCE DEMANDE ASILE 229 

5565 Ilec fut la roïne hautement retenue, 

Si dut elle bien estre, car Deu ot en aiue. 

Icei jor tint chapitre l'abeesse asolue; 

La furent les nonains. N'i est pas remasue 

Florence la roïne, ainsois i est venue; 
5570 Encontre lé se drecent, car bien l'ont conneUe, 

Qu'elle est de grant bonté garnie et revestue. 

Entr'elles l'ont assise, moût l'ont chiere tenue. 

Florence parla primes, que ne c'est pas teUe; 

A l'abeesse dist parolle aperceûe : 
5575 « Dame, car me donez une gonne cousue 

Et le froc et la coulle ; l'estamine velue 

Si vestera Florence tôt entor sa char nue. 

Se j'avoie le vuel, bien seroie venue ; 

Certes n'istrai de ci, se cuers ne me remue. » 
558o Lors li membre de Romme, dont elle estoit issue, 

D'Esmeré de Hongrie, que proesse salue ; 

Par aucune manière i iert elle seûe : 
i Oncor^^idejsl. j^esir en ses^as toute nue. V 

LXXXVII Florence la roïne, qui Deus forment ama, 
5585 Fut dedens l'abaïe, que forment desirra ; 

Moût l'ama nostres sire, quant de mer la geta. 

Escot le marinaut d'autre part arriva ; 

Le marcheant quil prist a un port le geta; 

Moût par li avint bien, quant il en eschapa. 
5590 II vint a Satelie, mes pou i gaaigna, 

5565 M dame h. tenue — 5566-5573 manquent M — 5567 P la 
besse — 5570 P drece — 5575 M D. ore, M coyfe c. — 5576 M 
e le ueil e lest, vestue — 5577 M E ceo uestirai en près ma — 
5578 M io euse la, M serroi — 5579 M lames nestroie de ci ke ii 
quors me — d58o M remenbra, M d. ert — 558i M De e. sun 
signur li prut e la losee, que bis P — 5582 M auenture vncore 
ert de li saluée — 5583 el manque M, M entre ses, 

CLXXXVII. 5584 M ke deu mut a. — 5585 M Fu en, M ke 
ele mut d. — 5587 M mariner — 5588 manque M — 5589 par 
manque M, M q. si eschapa, 



23o ESCOT EST FRAPPÉ DE MALADIE 

Quar n'avoit que despendre, grant mesesse endura; 
^ De fain et de messaize li chetis engrota. 

Il ot le vis enflé et de sa et de la, 

La parolle perdi, sa veùe trobla ; 
5595, Moût sera bons li mires que gemès Ten garra. 

En un bordeil d'estrain, qui fu fet grant tens a, 
Pf>8i b. Que iert defors la ville, ilec se haberja. 

Et Florence la belle, que Deus aus mains forma, 

Estoit a Biau Repaire arivee pies'a, 
56oo En la sainte abaïe, que Deus i estora. 

La devint elle nonne, si con vos orez ja. 

L'abeesse une gonne moût tost li aporta 

Et le vuel sur la teste bonnement li pousa, 

Puis leva sa main destre, quatre fois la seigna ; 
56o5 Des loenges chanter la dame ne tarja, 

Et sonerent les sains, quan qu'el mostier en a. 

Quant la messe est chantée et midi resona, 

Si alerent mengier, car li queus l'apresta; 

Bien furent conraees, ne furent miaus pies'a. 
56io Or est Florence aisiee, Damedeu servira; 

Tant con ses plasirs iert, ilec sejornera. 

Elle ot bonne créance, aventure atendra, 

Quar bien li chiet ou cuer qu'a Romme s'en ira, 

Si estera roïne : Esmerez la ravra, 
56 1 5 Le gentil chevalier, que tant la desirra. 

Mes il ot une guère que forment le greva : 

5591 M Ke — 5592 li chetis bis P, M se dementa — 5593 M 
emfle de — 5594 M e laueu li — 5595 M ki legarra — 5596-5597 
manquent M — 5598 M d. purueu ha — 56oo M A une — 56oi 
M d. nonaine cum — 56o2 P La bcssc vnc nonne, M cuculc t. 
i porta — • 56o3 M sun chef tost i — 5604 P leuain sa m., 3/ la 
maine d. e treis — 56o5 M De longe, M cessa — 56o6 M sunent, 
en manque M — 5607 manque M — 56o8 M E pus mangèrent 
ke le ceus le condona, P li quucf — 5609 manque M, P conracs 
— 56io P f. asisse, M aisce e deu bcn — 56 1 1 A/ la suiurnera — 
56 1 2 j\/ b. espérance la at. — 56 1 3 3/ Ke b. li uint — 56 14 3/ Si 
enserra rein e e. lauera — 56 1 5 3/ Li bon. 



ESMERÉ EST BLESSÉ DANS UNE GUERRE 23 I 

Li rois que tenoit Puille sa terre li gasta. 

Li bons rois Esmerez contre lui chevaucha, 

Et Romain ovec lui, don grant plenté i a : 
5620 Bien furent trente mile de çaus qu'il i mena. M /•■]%. 

Les ouz vindrent ensamble, li un le compara : 

Puilaiz furent vaincu, moût pou en eschapa. 

Esmerez ot grant chaut, por ce se desarma 

De l'esme de son chief, qui forment li pesa; 
5625 La coife de l'aubert sus le col li cola. 

Un serjant tret a lui, que ou chief le navra; 

Li fers remest ou test et la flèche brisa. 

Petiz estoit li fers, ou chief li enbevra; 

Li mires quel gari onques ne s'en garda : 
563o Quant il sercha la plaie, ainz le fer ne trova. 

Li mires li a dit que moût bien le garra ; 

Non fist, ainçois menti ; grant folie pensa ; 

Moût estera plus saiges celui qui le garra. 

Li rois et sa mesnie a Romme repéra. 
5635 Forment li diaut le chief, onques n'en amenda ; 

S'il n'a prochaine aide, longuement ne vivra. P/««a. 

CLXXXVIII A Romme est repariez li bons rois Esmerez. 
Mes il estoit ou chief moût duremant navrez, 
Quar li fers iert parfont enz ou chief enbarrez. 
5640 Par nul homme de char n'en pooit estre outez : 
Il ne pooit garir, moût iert mal atornez. 

5617 M tint — 56i8 bons manque M — 5619 M od lui, M en 
a — 5G20 M .c. m. ke od lui amena — 5621 M Li ost sentreue- 
nent — 5622 M Poillanz, M\x. poi i — 5623 M out chalur si se — 
5624 De manqxie M — 5627 M remist el chef — 5628 manque M 
— 5629 M g. gard nen duna — 563o manque M — 563 1 M Mes 
tost li ad d. kil le, P li aidit — 5632 M f. il mes m. — 5633 M 
serra, M celé ki, P quel garira — 5634 ^ mené a r. senturna — 
5635 M e nent namenda — 5636 M neit pat" tens aie lunges, P 
1. mant ne. 

CLXXXVIIL 5638 moût manque M — 5639 ^ Li f- l^i est mut 
p. enb. — 5640 M h. kil sachent ne post, P puet — 5641 M put, 
M est m. menez. 



232 PIÉTÉ DE FLORENCE 

Quant la plaie fu sainne, a pou qu'il n'est desvez ; 

Ne prise quan qu'il a dous deniers monaez. 
Florence la roïne, don vos oï avez, 
5645 Estoit a Biau Repaire, ici con vos savez. 

Nonne fut devenue, son chief estoit vêlez ; 

A servir Damedeu iert trestoz ses pensez. 

Ja n'i eûst matines ne servise chantez 

Que ne fustpar bon cuer de Florence escoutez. 
565o Quant les autres se dorment, et elle velle assez; 

De saintaez fut bien son cors enluminez. 

Miaus aime aumonne a fere et autres charitez 

Qu'el ne fasoit tôt l'or qu'a la crestientez. 

Savez por quoi le fet? Ne doit estre celez, 
5655 Je le vos dirai bien, s'entendre le volez : 

Deservir viaut la joie et les granz dinitez 

Ou le fiz Deu parmaint, que de virge fu nez. 

Enl'abaïe avoit nonains a granz plentez, 

Mes il en i ot une, jone fu son aez, 
5660 N'avoit en l'abaïe dame de ses biautez. 

Mes elle avoit un mal don ses cors iert grevez, 

Que li tenoit es membres et par toz les coûtez : 

Li viaires li fu moût durement enflez, 

Les jambes et les piez avoit mal atornez; 
5665 Ce n'a prochain secors, tost iert ses cors finez. 

A Florence de Romme en est pris grans pitez, 



5642 M est sursanee a p. nest — 5645 P u. oez — 5646 M No- 
nein esteit, M art enueilez — 5647 M dampnedu seruir esteit tut 
si, P se p. — 5648 M II ni out — 5G49 M p. grant deuociuu 
c. — 563o se et et manquent M — 565 1 M seinte uie fu si c. — 
5652 a fere manque A/, PM autre — 5653 M fet nul or amassez, 
P lor de lacrestiente — 5654 ^ post e. — 5655 M lo vus — 
5656 P la grant d., granz manque M — 5657 M meint ke de 
marie — 5658 M noneines assez, P agrant — 5659 en manque 
M, M geune de — 566 1 M fu gr. — 5662 P en m., M par tut 
ses — 5663 moût manque M — 5664 M out mal conreez — 
5665 M Si elc nad tost aie t. en ert alez — 5666 M E, 3/ en prist 
mut grant. 



LA NONNE MALADE 233 

Elle est venue a lé par bones volentez; 
Por lé fist Deus miracles con aparmain orez, 
Que Deus l'avoit moût chiere, qu'ele iert de granz bontez, 
5670 Et il Tessausa bien, si con oïr porrez. Mf^jSb, 

XXXIX Florence la roïne o le cors soverain 

En est moût tost alee dedevant la nonnain. 
O lé vet Tabeesse au corage certain, 
Si i vint la prieuze ovec le segretain. 
'r^^jb La dame se gisoit en un lit tôt de plain. Pf'^^ b. 

« Belle », ce dist Florence, « moût avez le cuer vain; 
Vos iestes moût malade, n'avez pas le cors sain. 
— Voire », ce dist la dame, « ne varrai ja demain. 
Veez con suis enflée dès les piez jusqu'au sain. 
568o — Dame », ce dist Florence, « aiez le cuer cerain 
Et priiez Damedeu, le père soverain. 
Que nasqui de la Virge, la belle Mariain, 
Que vos envoit secors, mes que Taiez prochain. » 

CXC Florence est en la chambre lambruchie et pavée 
5685 Dedevant la nonain que ot la char enflée, 

Et l'abeesse ou li, que moût estoit senee, 

Et des autres nonains i ot grant assamblee 

Por vaer lor seror, que moût iert enfermée. 

Un mal l'avoit sessie, que l'ot mal atornee : 



5667 M alui uenue — 5668 M miracle ke ele fu de buntez, P et 

par main — 5669 manque M — 5670 M lenhausa issi cum vus. 

GLXXXIX. 5671 Me. searin — 5672 En manque A/, JV/deuant li 

— 5673 lé manque M, M od c. — 6674 i manque M, M prioressc 
od — 5675 se manque 3/, M aplein — 5676 M vus nauez pas le 
cors sein — 5677 nianque M, P cuer s. — 5678 ce manque M, M 
uiueroi deske a — 5679 M cum io, M de pez e de main, P iusqua 

— 568o ce manque M, M certain — 568 1 M mirt s. — 5683 M 
Kil, mes manque M, P que il soit. 

CXC. 5684 M ch. ionchee e — 5685 M Deuant, M la chère ad 

— 5686 Et manque M, P ou lui, M est s. — 5688 M lor manque 
M, M ke ci fu menée — 5689 manque M. 



234 PRIÈRE DE FLORENCE 

5690 Elle ot plus gros le ventre d'une cuve ferrée. 

« Dame », ce dist Florence, « ne soiez esgaree, 
Aiez ferme créance et moût bonne pencee 
A Damedeu dou ciel, que mainte arme a savee! 
Tote serez garie ainz demain la vespree. » 

5695 A terre c'est couchie, n'i est plus demoree. 
Si a contre Oriant sa velie tornee ; 
Damedeu reclama, que fist ciel et rousee : 
« Si voirement, biau sire, con vostre char fu née 
De la sainte pucelle, qu'ainz ne fu violée : 

5700 Elle iert virge devant et Virge est apellee, 
Oncor est elle virge et Virge est réclamée; 
^ La ou vos fustes nez ot grant joie menée ; 

Une pucelle i vint, que moût iert esgaree, 
Sainte Anastace ot non, si fu de Romme née; 

5705 El n'avoit nulles mains, ce dist la gent letree, 

Aus moignons vos vot prendre, ce fu verte provee, 
Vos li donastes mains, a la beneùree; 
Deus! que de cuer vos sert nel fet pas en corvée! 
Sire, Judas li fel, que fist de vous denrée, 
Pf'^SS. 5710 Aus Juis vos vendi, que orent lor soudée : 
Cent mille en fu destruit en une matinée, 
Por trente deniers fu vostre char aforee; 
Sire, vos le soffrites por la gent esgaree 
Que estoit en enfer malement outelee; 



5690 M ke vne tune fretree — 5691 ce manque M — 6692 M 
Eiez bon — 5693 M A deu del c. cil ke -- SGgS A illisible P, M 
la t. est c. nai plus — 5696 Si illisible P — 6698 M cum vus 
fûtes — 5699 Damarie la p. e mcrc clamée — Syoo-Syoi man- 
quent M — 5702 3/ E la v f. nez fu, M démenée — ôyoS i man- 
que 3/, M ke fust honorée — 6704 P S. cstaice, 3/ e fu — 57o5 
P nulle, M nul main, M dient li lettre — 5706 M A ces magnans, 
M cest u. — 5707 M E vus li d. bêle m. mut fu b. — 5708 man- 
que 3/, P en cruee — 5709 M f. traitur ke — 5710 P i. traitors 
que — 571 1 3/ m. furent d. a une iurnce, P destrute — 6712 M 
u. cors — 3713 M etTrec — 6714 3/ Ke esteint, M maie menée. 



ELLE GUÉRIT LA NONNE 235 

5715 La iert la compaignie de bonnes genz entrée, 
Abraham et Adam, par Evain, s'espousee ; 
Elle menja la pomme que li ert devaee, 
Por ce fu en enfer o les autres pousee; 
Sire, vos les getastes de celle grant fumée, 

5720 De celle orde maison, ou joie est devaee; 
Les trois enfens gardastes en la fornesse lee, 
Que estoit de charbon et de feu enbrasee; 
Susaine dou grant crime dont elle iert escusee, 
Daniel dou leon, que la goule ot baee, 

5725 Jonas en la balenne, que ot la pance lee; Mf>j8c. 

Au noine jorgari au port soz Ninivee, 

La preecha la loi que primes fu donee : 

Ici comme jel croi par veraie pencee, 

Garissiez ceste dame, que est envenimée, 
5780 Qui de mal et d'angoise a si la char criblée ! » 

El se leva sur piez, s'a s'oraison finee, 

Puis a sa destre main encontre mont levée. 

Quatre fois l'a seignie de la croix aoree, 

Puis l'a prise a ses mains, si Ta par tôt tatee. 
5735 Si tost comme Florence ot sa char adesee, 

L'angoise que elle ot est trestote avalée : 

Li ventres li desenfle, coleur li vint tenpree; 

Autresi devint belle con c'el fust une fee. 

Quant le vit l'abeesse, moût forment li agrée 
5740 De celle sainte dame que avoient trovee. 

Lors sonerent li sain, la loenge est chantée. 

5715 M bon gent — 5716 M pur e. reposée, P eue — 5717- 
5718 manquent M — 5719 M les engetates — 3720 M est uee — 

5721 3/ e. e de la — 5722 manque M — 6723 grant manque M, 
crime manque P, M d. fu acopee — 3724 M \. od la gule b. — 
5725 M planche lee — 5726 M ters iur fu g., M niniue — 6727 P 
prêcha il — 5780 M ad la chère troblee — bySi M leue en, 
P sa sa reson — 6732 M cuntre m. — 5733 T*rei — 5734 man- 
que M — 5735 M ad sa — 5736 P quelle ot est tote, M tut — 
5737 M sa c. — 5738 M Ausi, M cum ceo f. — 6739 M Q. ceo 
u. la bêle f. — 5740 M ke issi unt tr. — 6741 M sonent les seins 
la longe unt. 



236 RENOMMÉE DE FLORENCE 

La gent de Biau Repère en fu tote effreee, 
Au moutier acorrurent, chescuns teste levée : 
Por vaer le miracle i ot grant aiinee. 
P f'83 b. 5745 Tost fu par le pais la novelle contée 

De la sainte pucelle que la iert arrivée, 
Por qui Deus fait vertus matin et avespree. 
Il n'a sou ciel cel home, tant ait goûte enosee, 
Poacre n'autre mal dont sa char soit usée, 
5750 Qu'il ne s'en aut toz sainz par voie et par estree. 
Ainz n'oïstes parler par nulle renommée 
Ne de jeu ne de feste, tant par fu célébrée, 
Ou la moitié de gent peiist estre trovee 
Que vient a Biau Repaire la cherriere ferrée 
5755 De contrez, de lepreus et de gent mesalee. 
11 n'i a mes malade jusqu'au la mer Betee 
Ne s'i face porter par chaut et per gelée; 
Moût désire chacuns que sa char soit senee. 

CXCI A Biau Repaire fu Florence la roïne; 

5760 Bien la sertl'abeesse, quant el sot son covine, 

Et les autres nonains, que sont de bonne orine. 

Florence iert ou moutier, vestue Testamine; 

Elle n'avoit mes cure de pel de sebeline 

Ne de bliaut de poille, forré de blanc hermine. 
5765 Miaus amoit a chenter a vespre ou a mâtine 

5742 M r. est mut — 5743 M curent — 6744 M grant gent i 
out — 5746 M dame ke ert iloc — 6747 M fit miracle m. e ves- 
peree — 5748 M nest home al mund t. gutte — ^749 M P. ne 
cyragre dunt la, M magee — 6750 M Sil uent a bel repeir ke tost 
nert sanee — b-jbi M Vnc, M de tel destinée — 5752 M Ne de 
diement ne de feste c. — 6753 M de la g. — ^754 M par la dreite 
charee, P cherrie f. «— 5755 M Des c. e des, M genz maie menée 

— 5756 M I lui ad remis m. dekes en — 5757 M se f., M ewc e 
par estree, 

CXCI. 5759 M la rine — 5760 M q. sout sa — 5761 manque M 

— 3762 M fust el m. ke u. oui la stauine — 5763 M plus c. de 
vser s. — 5764 M ne de p. f. derminc — 5765 M ama oir coni- 
plie e mâtine. 



MILON CHEZ GUILLAUME DE DOL 2^'] 

Que ne feïst tôt l'or n'a duc n*a palasine. 

Deus fist por lé miracle, ce dist la gent divine : 

Oncor est en escrit en Romme en la cortine. 

Celui prie sovent que fist florir l'espine 
5770 En la main Aaron par devers la racine 

Que son seignor li rende, que est de franche orine. 

Si qu'elle soit a Romme et de près sa voisine. 

Seignor, humés orez, ce la chanson ne fine, 

Gomment revint a Rome la franche palasine, 
5775 Con Esmerez fu rois et elle fu roïne. 

CXCII Or larai de Florence, dom ai ici parlé, 
Si dirai de Millon, le cuvert deffaé, 

Qui Florence traï, dom vos ai ci conié, A//»7«i. 

Que teil traïson fist vers son frère Esmeré : Pf'84- 

5780 Sa fenme li tolli; Deus l'en sot moût mal gré. 

Asez li feïst honte, s'en eiist poesté, ' ■ ^^ /^^ 

Mes Deus Ten garda bien, ou elle ot son pencé. 
A Guillaume de Dol en vint, tant a aie: 
Moût fut bons chevaliers, s'ot le cors aduré, 

5785 Guillaumes le retint, que moût l'a honoré. 
Il avoit une guerre, forment l'avoit grevé : 
Un suen voisin qu'il ot, que fut de grant fierté, 
Li avoit de son renne un moût grant pan gâté, 
Mes Milles li aida, tant que il l'ot maté 



5766 manque M^ Que ne illisible P — 5767 Deus illisible P, 
M cest dit la scripture d. — 5768 M est lescrit, M lur couine — 
5769 M fet la flur del espine — 5770 et 5772 manquent M — 
5773 M desore mes oiez ch. bone e f. — 5774 M .f. la reine — 
5775 manque M. 

CXCIL 5776 M Ore vus, M vus ai p. — 6778 Af tant c. — 5780 
M le s. maigre — 5781 M la eust fet grant h.^i il eust enpostc 
— 5782 M la g. V ele out tute sa, ot manque P — 6783 A/g, doel 
vnt li treitre tant out il erre — 5784 P Milles fut ch. hardiz et 
a., M c. alose — 5785 M e mut — 5786 M ke mut lout — 5787 
qu'il ot manque M — 5788 M sa tere durement g. — 3789 M E, 
M lad mate. 



238 MILON DEVIENT LÉPREUX 

5790 Et que ii ot son cors en sa prison gité; 

Lors fut Mille en la terre tenuz en grant chierté 

Del mal qu'il fist Florence n'a pas merci crié 

A Damedeu de glore, le roi de maiesté. 
<^t' Del cors Telist honie, s'en eiist poesté, 

5795 Mes Deus l'en délivra par la soie bonté ; 

Bien avra son loier de ce qu'il a ovré. 
; Deus a desus son cors si grant flael gité, 
: De liepre et de poacre l'a si forment grevé, 

Ne pot avoir s'alaine, le nez ot estopé 
58oo Et le front depecié et le vis boceré, 

Les jambes avoit grosses et li pié sont crevé ; 

Il n'estelist desure por Tor d'une cité. 
; Fors de la ville l'ont en un bordel gité, 

EtGuillaumes de Dol, que tant l'avoit amé, 
58o5 Ilec le fet servir por l'amistié de Dé. 

Seignor, n'est mie povres que Deus donne santé ; 

Il ne seit que il a : moût a grant richeté. 

Par un lundi matin, quant il fu ajorné, 

Oï Milles novelle que moût li vint a gré, 
58io Qu'il ot a Biau Repaire, ce li a l'en conté, 

Une dine pucelle, plaine de saintaé, 

Qu'il n'a soz ciel malade, tant enfers ne goûté, 
Pf''84 b. Cil i vient par créance, que ne l'ait respasé. 

Comme Milles l'entent, si en a Deu loé. 
58 1 5 A Guillaume de Dol a congié demandé 

5791 en la terre manque M, M a gr. — 5792 M De la treisun 
ke out fet nad m. — 6793 manque iVf, P Et d. — 6794 M sil cust 
enpostee — 5795 M d. le souc rem lad bcn garde — 5796 M E b., 
M ad trespasse — 5797 M sur li si — 6798 forment manque Ai — 
5799 M laleine laues ad si — 58oo P front b., M emfle — 58oi M 
iambe retretes les pez out treue, P le p. — 58o2 manque M — 
58o5 M fist, M lamur — 58o6 M ki deu — 5807 M ki lad mut 
ad r. — 5809 P Oist, M Vint m. la, M li agrée — 58io-58ir 
manquent M — 58 12 M x. eit enfermetc — 58 1 3 3/ Sil uint abel 
repeir kil neit santé, P la r. — 5814 M Quant m. lenicnt Jeu 
ad mercie. 



IL EST CONDUIT A BEAU-REPAIRE 239 

Et qu'il li doint un aine ou un mul afautré, 

Si le face condure por sainte charité; 

Et Guillaumes le fîst de bonne volenté. 

En une buriete, dom l'essol iert serré, 
5820 A fet mettre Millon ici mal atorné. 

Guillaumes le comande un suen serjant privé; 

Un roncin Ten traîne, le chief ot pomelé. 

Tôt droit a Biau Repaire se sont acheminé, 

Tant ont par mi la voie paine et mal enduré 
5825 Que il sont la venu ou il ont desirré. 

Ensamble ou les malaides sont la nuit outelé; 

Moût par desirre l'eure qu'a la dame ait parlé. 

CXCIII Seignor, or escoutez, ne soiez en errance, 
S'orrez bonne chanson, fête par consonance; 
583o Ainz ne chanta meillor nus jugleor en France. 

Tierris li châtelains fut de moût grant poissance, MJ^-g. 
Que ot gardé Florence maint bel jor en s'enfance. 
Por Biautrix, sa fille, que s'amor desavance, 
Fu Florence chacie et mise en grant balance. 
5835 Mes elle n'i ot coupes, Deus en fist percevance 
Au félon traïtor, que Deus doint grant viltance; 
Mes Thierri cuida bien que c'eiist fet Florence. 
Cil ot a non Makaire que li fist telle errance, 
Mais Damedeus dou ciel en prist bien sa venjance : j 

58 16 M ke lui, M v mule ferre — 5817 3/ Ke me puisse c. 
par — 58 18 3/ si le f. par — 5819 manque M — 5820 M II, M 
si malaisée — 5822 manque M — 5823 M vers b., M enchemine 
— 5824 mi manque M — 5825 M unt tant d. — 5826 M se sunt 
aostele — 5827 M lour ke od. 

CXCIII. 5828 M s. ennuance — 583o M Vnc ne ch. iugulur 
meillur en engleter ne en — 583 1 moût manqiie^M — 5832 Que 
illisible P, M Icelui ke out g. la bêle fl. [fin du vers) — 5833 M 
ke murut par deceuance — 5834 Fu illisible P, M enchace e — 
5835 Mes ell- illisible P, M pus enfist deu uengance — 5836 Au 
illisible P, M Sur macharie ke fist cel destauce — 5837-5841 
manquent M — 5837 Mes illisible P. 



i 



240 MACAIRE DEVIENT MALADE 

5840 II ot le vis enflé, plus vermoel que garence, '^1 
Demi le cors perdu, s'ot enflée la pance, 
Contrez iert devenus, s'aloit a la potance. __^ 
Tierris le châtelains en ot moût grant pesance; 
Macaire iert ses hons liges, fet li avoit fiance. 

5845 Damedeus le confonde par la soie puisance, 
Quar, c'il le coneùst, et lui et sa faisance, 
Il l'eust fet ardoir, n'i eiist contrestance, 
Ou noie dedenz Teue c'on apeloit Plesance! 

P/»55. CXCIV Makaires ot le cors dolereus et frarin, 
585o II ot le ventre groz asez plus d'un roncin, 
Demi le cors perdu; moût fesoit maie fin, 
Quar tuit estoient mort li homme de son lin. 
Moût estoit a messaize, s'ot le cors enfremin. 
Il n'avoit nul parent, ne mes un seul cousin. 

5855 Cil li dist la novelle par un mardi matin 
Qu'a Biau Repaire voit le droiturier chemin : 

a Deus i fet granz miracles, que de l'eue fist vin 

Le jor qu'il sist aus noces saint Jehan, son cousin : 

Il i a une dame, que Deus doint bon destin, 

586o Que est en l'abaïe dedens le mur chaucin ; 
Il n'a soz ciel contrait, tant plain de palazin, 
Poacreus, langoreus ne ladre ne tapin 
Que la voist par créance et par verai destin 
Que il ne s'en reveignent tôt sain et anterin. 

5865 S'estiez or la fors soz l'ombre de cel pin, 

5842 M Pus deuenit c, M apoiance — 5843 M pur li out grant 
— 5844-5848 manquent M — 5847 ^ ardor, P contre estance. 

CXCIV. 5849 P frain — 585o M gros cum r. — 585 1 3/ auit 
maie — 5852 manque M — 5853 M E grant m. le c. miserin — Jj 
5854 nul manque P, M p. nesun c. — 5855 M dismaigne m. — ^ 

5856 M droit ch. — 5857 M D. fest miracle ke fist del ewe, P 
grant m. — 5858 manque M — 5859 ^ ^^ '"'' ^ dame de noble 
lin — 586o M De denz labeie ke qucrcnt pèlerin — 586i M ni 
ad cl mund contrez ne p. — 5862 manque M — 5863 M cr. cl 
non seint perin — 5864 M ne deuenge s., P reueignc — 5865 or 
manque M, M desuz ccl grant. 



IL ENTEND PARLER DE BEAU-REPAIRE 24 1 

La verriez de gent trestot plain le chemin; 
De contrez, de malades i a si grant train 
Gon s'un dediement eiist au pont Frairin. 
Sire, quar i alez, nel metez en déclin; 
5870 Fêtes vos bien confès au provoire Martin. 
Je croi bien en celui que fist l'eue del Rin 
Corre a mont et a val, corre en mer son train : 
Vos esterez toz sainz ansois la Saint Mamin. » 

GXGV « Gousins )),ce dist Makaires, « orme di : est ce gas? 
5875 Tu diz qu'a Biau Repère vet de gent si grant tas, 
D'enfers et de malades, que la vont por respas? 

— Voire », ce respont cil, « foi que doi saint Tomas, 
Plus en i a de mil que gisent sur les sas. 

S'estiez or la forz soz cel pin a compas, 

588o La verriez de gent tôt le païs espars : 

De contras, de malades sont tuit li chemin ras. 
Les voies sont si plaines, plus i a de cent chars 
Et plus de mil charrettes, moût i a grant trespas, 
Que moinnent les enfers. Ce m'en croiz, tu iras 

5885 En la sainte abaïe. Quant tu i parvendras, 

Verras une pucelle, que a vestus noirs dras. P/'85 b. 

S'elle te viaut garir et tu créance i as, 

Tu t'en venras toz sainz : ja mal ne sentiras. 

— Gousin », ce dist Makaire, « ovecques moi vendras. 
5890 Gertes, se je garis, moût grant preu i avras. 



5866 uerrez des genz tut -^ 6867 M Des c. e de, si manque M 

— 5868 manque M — 586g M S. ore — 5870 M Fai...ben con* 
sei...del — 5871-5873 manquent M. 

CXCV. 5874 ce manque M, M m. dites moi — 5875 M dis a 
b. r. ad geu si — 5876 M Des feuerus des, M pur repos — 5877 M 
V. dit lautre par la f. — 5878 en manque M, 4/ m. caretes ke 
marcheient espars — 5879-5883 manquent M — 5884 ^^ si me cr. 

— 5885 M iuendras — 5886 M Verrez, P ait v., M uestu ad neir 

— 5887 i manque M — 5888 M nen s. — 5889 " manque 3/, M 
od m. — 5890 M io puse garir gr. pru en. 

T. II. 16 



24^ IL DEMANDE A Y ÊTRE CONDUIT 

Alez por mon seignor, si ne vos tardez pas : 
Dites li que il veigne au dolereus, au las. » 
Et cil i vet meut test sur un palefroi gras. 
Icil que Deu vendi, ce fu li fel Judas, 
5895 Ne fist tel traïson comme cil satanas 

Que Biautrix murtri; mes cil nel savoit pas, 
Qu'il l'eust fet noier ou sus charbon tôt ars. 

GXGVI Thierris en apella son chevalier Makaire ; 

Onques hom n'ot cel non que ne fu de put aire : 
5900 « Amis », ce dist Thierriz, « avez eli contraire. 

Je vos ai moût amé, par le cors saint Ylaire ; 
Mf^jg b. Mout suis dolenz de vos, mes je n'en puis plus faire. 

Moût par avez enflé le cors et le viaire, 

Ne vos i vaut poison, entrait ne letuaire. » 
5905 Hé! Deus, ce il seiist dou traïtor le faire. 

Il le feïst noier, par le cors saint Siquaire ! 

Icil li respondi, li cuvers de put aire : 

« Deus dou ciel vos garise, qu'est sur toz essanplaire ! 

Por Deu, j'ai 01 dire qu'il a a Biau Repaire 
5910 Une sainte nonain, que Dieus viaut a soi traire; 

Replenie est de Deu et de saint luminaire. 

Il n'a soz ciel malaide, ce ai oï retraire, 

Se il vet par créance au riche saintuaire. 

Qu'il ne s'en vienge sainz de cors et de viaire. 
5915 Se vos onques m'amates, por Deu, sire, or i paire ! 

Si me fêtes porter tresqu'a la roche Orsaire : 



5891 M e ne targez — 5892 P ueige, M a moi d. e 1. — b8g3 
M E iuint m. — 6895 M cum tist cel — 6896 cil manque M — 
5897 manque M. 

CXCVI. 5898 en manque Aï — 6899 manque M — 5900 M dit 
il — 5902 M fu d. pur u. m. ne pus — 5903 manque M — 5904 
3/ vus uaut mescine ne nul 1. — 59o5-59i5 manquent M — 59o5 
Hc illisible P, P le leire — 6907 Icil illisible P— 6908 Deus dou 
cie- illisible P — 3909 Por illisible P, P ait a b. — 6911 P de 
sainte mainiere — 5914 P s. por deu sire or ipaire — 5916 M 
Ore, M p. al seint al seint liu plein de luminarie. 



THIERRI ET SA FEMME ACCOMPAGNENT MACAIRE 248 

Ilec est l'abaïe, plenne de luminaire, 
Et la sainte nonain, que a Deu puet moût plaire. 
Oncor a nuit poons aler jusqu'à Biaiquaire; 
5920 Le matin i serons, ansoiz que l'aube esclaire. » 

GXCVII Tierris li châtelains fist forment a prisier, 
Isnellement commande sa gent aparillier, 
Puis a dit a Makaire : « Faites vos haut et fier : Pfo86. 

G'irai ensamble o vos, s'i menrai ma moillier. 
5925 Certes, vostre malage me fet forment irier; 
Si vous i poïez de cest maul alegier, 
Moût en seroie liez, foi que doi saint Richier. 

— Sire », ce dist Makaire, « nos n'avons que targier; 
De veoir celle dame ai si grant desirier. 

SgSo Je croi bien en celui que ce fist batisier 

Dedenz le fiun Jordain a celui qu'il ot chier, 
Il ot non saint Johan, ce dient li clergier : 
Tôt plain de grant santé m'en verrez repairier. 

— Amis », ce dist Tierris, « cil Deus te puist aidier 
5935 Que fist et mer et monde et Adam le premier! » 

Tierris a fet venir Aglentine au vis fier; 
Il n'ot plus gentil dame de ci a Monpellier. 
« Dame », ce dist Tierris, « por Deu vos vuel proier 
Qu'alons a Biau Repaire et ce senz delaier. 
5940 II i a une dame, venue dès l'autrier; 

Nonain est beneoite, moût seit de son mestier : 

5917-5918 manquent M — bgig M aler a bel repaire — 5920 
M m. serrum leinz quant. 

CXCVII. 5921 M fet — 5924 ensamble manque M, Me amè- 
nera — 5925 M maladie me f. mut doloser — 5926 M vus poez, 
M eschaper — 5927 M serroi le par seinte omer — 5928 ce man- 
que 3/, M il ni ad ke demorer — 5929 M Ke deuer cel abeie ai 
gr. — 5931 M de celi ki lout — 5932 AI II ad — 5933 Tôt man- 
que M, M sancte me uerras — 5934 ce et cil manquent M — 
5935 manque M — 5936 M u. cler — bgSj M kal mund peller — 
5938 ce manque M — 5939 P sel s., M demurer — 5940 i man- 
que M, P iait, dès manque M, P lautrer — 5941 M Vne n. ke ben 
set sun. 



244 THIERRI ET SA FEMME ACCOMPAGNENT MACAIRE 

Il n'a soz ciel malaide, fievreus ne eschacier 
Ne de nul autre mal que l'en sache noncier, 
Por tant qu'elle le vuelle tater ne menoier, 

5945 Que il ne soit gariz, ainz qu'ise dou moustier. 
— Sire », ce dist la dame, « gel savoie dès ier; 
De vaer cel miracle ne me vuel atargier. 
Fêtes vostre mesnie moût tost aparillier, 
D'or et d'argent portez tôt chargié un somier. 

5950 Fêtes porter Makaire, cel vostre chevalier; 
Se il pooit garir, encor avroit mestier. » 
Ha! Deus, c'elle seiist le mortel encombrier, 
Gon il ocist sa fille a un couteil d'acier, 
El le fesist ardoir ou en la mer naier ! 

5955 El le savra par tens, a celer nel vos quier, 

Quar Florence de Romme,que Deusgartd'encombrier, 
Li fist jehir par boche, oiant maint chevalier, 
Qu'il ocist Biautrix a un coutel d'acier. 
Lors est montez Tierriz sur un corrant destrier, 
PfoSG b. 5960 Et la dame est montée sur un palefroi chier. 
En une grant litière font Makaire chargier, 
Mente et fenoil i mistrent por le soef flarier; 
Dui somier le portèrent, cel conduit Menesier : 
Ses coisins iert germainz, il nel pooit lessier. 

5965 A la voie se mirent serjant et escuier, 

La mesnie Tierri, que moût fist a prisier. 
De la ville ist Tierri et sa feme au vis fier. 



5942 M ni ad el mund maladie ke lem sache nomer — 5943 
manque M — 5944 M P. kei ke ele u. ke ele ne face deliuerer, 
-oier illisible P — 6945 M kil isse — 5946 ce manque M — 5947 
manque Aï — 5948 moût manque M — 5949-5950 manquent M — 
5g5i M pout g. vncore vus auera — 5952 M d. ke ele ne seut — 
5953 M od le c. — 5954 M Ele le frcit — 5955 manque M — 
5956 M Ke, M défende — 5957 M cunter de b. o. un miler — 
5g6o est montée manque M — 5961 M vn grant lit f. m. cacher 
— 5962 manque M — 5963 M portent si conduent li cheualer — 
5964 iert et il manquent A/, M pout — 5967 M sen isscnt tut li 
bacheler. 



ILS ARRIVENT A BEAU-REPAIRE 2^5 

Ou chemin sont entré tôt le plus droiturier 

D'aler a Biau Repaire, que siet sur le rochier; 
5970 Ainz ne fina Tierri, li preus, de chevauchier, Mf'ygc 

Si vint a Biau Repère ainz le soloil couchier. 

En une belle saule très delez un vergier, 

La haberge Tierriz très devant le moutier; 

Et Makaire ont couchié enz en un bel solier. 
5975 Li quué lor atornerent richement lor mengier. 

CXCVIII Tierriz li chatelainz fut de moût bel endroit, 

A Biau Repaire vint, que sur la roche estoit. 

Aglentine la belle, que moût bien en Deu croit, 

Estoit o lui venue, car forment desirroit 
5980 A vaer Tabeesse, que ou moutier estoit. 

Et la sainte nonain que la gent garissoit. 

De contrez et d'enferz moût grant presse i avoit. 

Mille i ert de Hongrie, que son serorge estoit. 

Cil que Tavoit enblee ; Deus honte li otroit! 
5985 II estoit si enflez a pou qu'il ne crevoit, 

De poacre et de liepre li vis li reluisoit, 

S'estoit si dépeciez que degiet resembloit. 

Makaire s'i estoit o le cors maleoit. 

Il iert envenimez, toz jors de soif moroit. 
5990 Escot li marinaus moût grant dolor sofroit ; 



5968 M e. dreiturel — 5970 M Ke ne fine t. li ber de — 6971 
M e b., M s. leuer — 5972 M E vne, très manque M — 5973 M 
Si herberga t. dreit — 5974 enz manque M — 5976 M atument 
r. a manger. 

CXCVIII. 5976 M fu orendreit {/ïn du vers) — 6977 P Et b., M 
uenu ke — ^978 E agi., moût manque M — 5979 M ke f. — 5980 
A manque M, A va- illisible P, P la bées, M la haute dame kal — 
5981 Et la sai- illisible P, M Labbesse e les sores ke iloc maneit 
— 5982 De cont- illisible P, M Des c. e des malades gr. — 698? 
P [MJilles, AT M. f u — 5984 Af e. e mis en destreit — 5985 M E 
il e. emfle a poi ne — 5986-5989 manquent P — 5986 3/ e de 
autre maladie leuis r. — 5987 si manque M — 5988 s'i manque 
M — 5989 M murreit — 5990 M mariner grant dol. 



246 EscoT s'y rend Également 

Lessie ot sa galie, mes moût li desplesoit 
Qu'il ne pooit morir ne qu'il ne garissoit. 
La novelle a oïe, que par le mont corroit, 
D'une sainte nonain qu'a Biau Repaire estoit : 

5995 Nus hom n'est si enflez, se il créance avoit 
Et il par boin corage la dame requeroit, 
Pps-]. Que il ne fust toz sainz, ja itel maul n'avroit. 

Escoz li marinaus moût volentiers iroit, 
Se il avoit aide et Deus le consentoit. 

6000 Ilec ot une nef que arrivée estoit; j 

Un jor ot sejorné por vent que li failloit. 
Escos li marinaus est venus la endroit, 
Tant a prié por Deu, que haut maint et loig voit, 
Que en la nef le mistrent, tant le virent destroit. 

6oo5 La nef se part dou port, que bon orage avoit, 
\ Ici comme Deus plot et con il le voloit. 

Quatre jors et demi corrurent a esploit, 
A Biau Repaire vindrent, ou l'abaïe estoit. 
Le mestre de la nef moût grant duel en fasoit : 

6010 N'estoit pas en la terre la ou aler devoit. 

Escot geterent fors, qui de mal se pleignoit ; 
Quant sot qu'il iert venuz la ou venir devroit, 
Damedeu en mercie et grant joie en avoit. 

CXCIX Seignor, a Biau Repaire ot grant assamblement 
601 5 De contrez, de malades et de menue gent, 

5991 M nef ke mut — 5992 M Ne il ne pout m. ne il — 599? M 
par tut le m. ueneit — 5994 M s. dame — 6995 M enferms si 
cr. ait — 5996 M b. créance — 5997 M tel m. — 6998 M mariner 
v. — 5999 M eust, M consentereit — 6000 M ke riue e. — 6001 
M Vin. iurs auit — 6002 M mariner, 3/ la tut dreit — 6oo3 P T. 
ait, M ke tut ucit — 6004 M lur n. le meissent t. lunt ueu en d. 
— 6oo5 Af n. li grantent ke — 6006 con manque M — 6007 M 
courent a grant, P et esploit — 6008 P ou la beesse — 6009 moût 
ei en manquent M — 6010 Af t. v estre — 601 1 P gâtent, M iete- 
rent sus — 6012 manque P, M v il d. — 601 3 3/ ioic aueit. 

CXCIX. 601 5 M contris e des, P menues, 3/ autre. 



CLAREMBAUT Y CHERCHE GUÉRISON 247 

D'eschaciers et d'avuegles qui ne voient niant. 

La novelle en ala de si qu'an Oriant 

De la sainte nonain, que Deus aime forment : Mf^yg d. 

Il n'a soz ciel cel homme, tant viel ne de jovent, 
6020 Que soit envenimez de venin de sarpant, 

De fièvre ne de goûte ne de nul mal puant, 

S'il vient a Biau Repaire par bon entendement, 

Que il ne soit gariz ilec tôt erranment. 

Glarembaus, li forz leres, que le cors Deu cravent, 
6025 Estoit en Aquilee; moût li vet maulemant : 

Palezin l'ot féru, tôt le cors li sorprent, 

La boche li ot torse, tuit li perent li dent, 

De la moitié de soi ne pot fere niant, 

Contrez iert devenuz, moût avoit marremant, 
6o3o A dous bâtons aloit, ne pooit autrement. 

De Biau Repaire oït le saint avenemant 

Et de la sainte dame que garisoit la gent; 

Lors dit que il ira, se Deus le li cousant. 

Une nef a trové que la ira briemant; 
6o35 Tant a prié le mestrepor Deu omnipotent P f'R-jb. 

Qu'il le mist en la nef; moût grant pitié l'en prent. 

La nef issi dou port, car moût par ot bon vent, 

A Biau Repaire vindrent a un anuitemant; 

Glarembaut mistrent fors a la rive briemant, 
6040 Et la nef s'en ala tôt droit a Bonivent. 

Moût fu liez Glarembaus, quant il ot et entent 



6016 manque M — 6017 M est aie par tut largement — 6019- 
6023 manquent M — 6019 -ovent illisible P — 6021 -ant illisible 
P — 6024 P li for, forz manque 3/ , M agrauent — 6026 M pur- 
fent — 6027 M b. aueit torte, M p. lui dent — 6028 JV/ m. de 
Sun cors — 6o3o M pout a. — 6o3i M aunement(?) — 6o32 Et 
manque 3/, M ke la estait manent — 6o33 M ke la irra, li man- 
que M — 6034 P irait, M i. e uent atent — 6o35 P T. ait — 
6o36 M Ke le m. en sa n. e p. — 6037 A/ ke m. out — 6o38 M 
dreit al none sonant — 6o39 M hors erraument — 6040 M cel n. 
ala dr. vers bon uent — 6041 M E mut. 



248 LES PERSÉCUTEURS DE FLORENCE A BEAU-REPAIRE 

Qu'il estoit la venuz par bon repentemant 
Ou il cuide garir selonc son essiant. 

ce Seignor, or fêtes pais, un petit m'escoutez, 

6045 S'orrez bonne chançon, s'entendre la volez ; 

De moût granz aventures orez les mos rimez, 

Des anemis Florence, que la sont arivez. 

Asez li firent honte, si con 01 avez, 

Etfeïsent moût plus, s'il ne fust destornez; 
6o5o Mes Deus l'en garda bien par les soies bontez. 

Milles iert ja venuz et Escog^li barbez 

Et Makaire^H fel, que iert toz engrotez, 

Et Clarembaut li leres, que mal iert atornez : 

Palazin ï'of Tèïû, toz iert desfigarez. 
6o55 Milles estoit leproz, de poaicre enbevrez ; 

Por ce que garir puist, est ilec arrivez. 

Ce fist Deus par miracles, que les a amenez. 

Quant Florence les vit, ses reconut assez. 
Or lerons de Florence, et d'Esmeré orrez, 
6060 L'empereor de Romme, que si iert adolez. 

Il iert navrez ou chief dous mois avoit pasez. 

Une pièce dou dart li estoit enbevrez 

Dedenz l'os de la teste, si n'en puet estre outez. 

Li emperere en fu forment descolorez ; 
6o65 Li visaiges devant, ainz bel enluminez. 

Or est moût enlaidiz et durement enflez. 



ce. 6044 or manque M — 6045 M si atendre — 6046 M grant 
auenture orrez uers r. — 6047 M ke la s. — 6048 M h. cum vus 
— 6049 M pi. ne fusent desturbez — 6o5o Af li gardera b. p. ses 
postez, P la soiez b. — 6o5i Afesteit u. — 6o52 Et illisible P, M 
li traitur ke tôt ert — 6o53 Et illisible P — 6o55 M e de p. en- 
cumbrez — 6o56 Por ce illisible P, P puisent sont, M quident 
sunt i. asemblez — ôoSy Ce fist illisible P, M pur miracle — 
6o58 Quant illisible P, M si conut — ôoSg PAI ce {Af si) dirons 
desmerez — 6060 P Lemperes, M Lempererc — - 6061-6064 man- 
quent M — 606^ P Lempereres — 6o65 P d. li fu forment enflez, 
M ke einz ert b. — 6066 manque P, moût manque M. 



ESMERÉ SOUFFRE DE SA BLESSURE 249 

Tuit li baron disoient que il iert afolez ; 

Meut en moinnent grant duel la gent de ses rennez, 

Bien dient que, c'il muert, tuit sont deseritez. 
6070 La novelle est corrue et est oïe assez 

Qu'il a a Biau Repare saintuaires provez 

Et une sainte dame, que est de granz bontez : 

One Deus ne fist cel home que tant fust engrotez, 

S'il i vet par créance et par verais pencez, Mp8o. 

6075 Que il ne soit garis, ainz qu'il soit retornez. Pf>88. 

Quant l'emperere oï qu'il estoit veritez, 

Agravain apella, que estoit ses prevez : 

« Amis », dist l'emperere, « moût suis mal conraez : 

Se ici me tient longues, tost serai deviez. 
6080 II a a Biau Repaire cors sainz benaUrez 

Et une belle dame, plenne de saintaez : 

Il n'a si belle dame en soissante citez. 

Por lé fet Deus miracles, ce est oï assez : 

Plus de soissante avuegles i a ja ralumez 
6o85 Et contraz redreciez et fievreus respassez. 

Nos irommes demain, se vos le me loez. 

— Sire », dist Agravain, « por Deu, car i alez 

Et par bonne créance la dame requarez ! 

Vos cerez toz gariz, ja mar en douterez. 
6090 — Alez », dist l'emperere, a ne vos aselirez, 

Si gardez que vostre oire soit moût bien atornez. » 



6067 M dient kil est — - 6068 M M. demeinent, P li baron dou 
r., M del r. — 6069 M Dient ben, P m. quil s. — 6070 M creue 
e ben série a. — 6071 P Quil ait, Af Ke a b. r. sunt, P trovez — 
6072 P A vne, M nonain, PM grant — 6073 M ke seit de mal 
greuez — 6074 PM uerai p. — 6075 M s. tost g. — 6076 M ke 
cest u. — 6077 M ert si pr. — 6078 M lemp. mal sui eisez — 
6079 P longuez, M s. a. mort Huerez — 6080* M II la a, a man- 
que P, M r. sentuares prouez — 6081 M seinte d. pi. de buntez 

— 6082 manque M — 6o83 M miracle ceo sachez [Jîn du vers) 

— 6084 M a. ad enluminez — 6o85 M releuez, M sanez — 6086 
me manque M — 6087 3/ ke i a. — 6090 M v. targez — 6091 Si 
manque PM^ que et moût manquent M, M aprestez. 



2 5o IL SE REND A BEAU-REPAIRE 

Agravain s'en torna, que moût estoit senez ; 

Quinze somiers a pris d'or et d'argent trousez. 

Au matinet a l'aube, quant solauz fut levez, 
6095 Monta li empereres, si c'est acheminez. 

En cinc jors et demi, tant forment c'est hastez, 

En vint a Biau Repaire, ou il s'estoit voez. 

Lor osteus ont tost pris et moût bien atornez. 

En une saule a voûte c'est li rois outelez. 
6100 Les sainz de l'abaïe a l'en por lui sonez 

De la joie qu'il ont, quar moût iert alosez. 

Lors s'en ist Tabeesse et des nonains asez 

Contre l'enpereor, que tant iert redoutez. 

Moût fu bien receiis et forment honorez; 
6io5 Se devoit il bien estre, qu'il iert de granz bontez. 

CGI En la ville est entrée la riche compaignie. 

A son ostel descent Esmerez de Hongrie ; 

Moût fut bien recoilluz et par grant seignorie. 

La novelle est venue en la sainte abaïe 
61 10 Dou riche empereor, que Romme a en baillie. 

Que iert navrez ou chief asez près de l'oie : 

Il a le vis anflé et la teste estordie. 

Quant l'abeesse l'ot, Damedeu en mercie. 
P/> 88 b. Lors apella Florence, ce li dist : « Belle amie, 

611 5 L'eure soit beneoite de Deu, le fil Marie, 

Que vos çaiens venistes en la nostre baillie ! 

Dame, li empereres de Romme la garnie 

6092 M turne, M serrez — ôogS M um pr. — 6094 M matin 
quant laube fu, P et laube — ôogS M si est enchiminez — 6096 
M t. sen est — 6097 En manque M, M il ont v. — 6098 tost et 
moût manquent M — 6099 M u. est ~ 6100 M vnt encuntre lui 

— 6101 M unt sunt tuz asemblez — 6104 M bel r. e bel h. — 
6io5 M d. lui e. ko mut out, PM grant. 

CCI. 6108 manque ^ — 61 11 3/ en le ch. — 61 12 et manque 
M, M esturmie — 61 13 manque 3/ — 6114 M Labesse apel 

— 6ii5 M benee ke vus fûtes nurie — 61 16 M E ke sains 
ueistes. 



FLORENCE APPREND SON ARRIVÉE 25 I 

Est afolez dou chief, se Deus me doint aïe. 

La fors est habergiez en celle saulle antîe 
6120 Et est venus a vos, car moût forment ce fie 

Que vos le garisiez, ainz que viegne complie. » 

Quant Florence l'entent, si fu si esbahie 

Qu'el ne deïst un mot por tôt l'or de Pavie ; 

Li sans H monte el vis, la coleur li rougie, Mf^So b. 

6125 El fu asez plus belle que la roze espanie. 

Or seit bien de verte et ci nel mescroit mie 

Qu'el s'en ira a Romme, la ou el fu norrie, 

Sil'avra Esmerez, que bien l'a deservie. 

Ha! Deus, c'il le seiist, il ne se tenist mie 
6i3o Que il ne fust alez pies'a en l'abaïe! 

Or poez bien savoir il ne targera mie 

Qu'il i avra grant joie, que par tôt iert oie. 

CGII L'empereres de Romme fut ou palez autain, 

Moût fut bien habergiez, et il et si prochain. 
61 35 Icele part troverent Tierri le châtelain. 

La nuit firent grant feste de si qu'a l'endemain, 

Que l'empereres lieve et li proz Agravain ; 

Moût ot grant maul ou chief, mes il et le cuer sain. 

Ambedui en alerentau moutiér main a main, 
6140 II oïrent la messe d'un cortois chapelain, 



61 18 M al ch. près del oie, doint manque P {entre me et aie 
le mot beneie a été biffé) — 61 19 Af s. uoutie — 6120 3/ E si, 
M ke f. safie — 6121 M garrirez — 6i23 M nubie — 6i25 la man- 
que M — 6126 bien manque M, M ne m. — 6127 r. v ele estait 

— 6128 iVf E si a. esmere — 6129 M sut il se ne t. — 6i3o Que 
illisible P — 6i3i-6i32 manquent M — 61 3 1 Or po- illisible P 

— 61 32 Qu'il illisible P. 

CGII. 6i33 M est el - 6134 Moût illisible P, M h. il — 6i35 
Icel- illisible P, Del autre p. si esteit — 61 36 La nuit illisible P, 
M ioie si ke 1. — 6137 Que Temper- illisible P — 61 38 Moût 
illisible P, grant manque M, M m. le quer aueit — 6139 Af Amdu 
alerent a, P main et m. — 6140 M oirent mes. 



2 52 ESMERÉ VEUT VOIR LA SAINTE FEMME 

Puis en vindrent ou cloitre ovec le secretain. 
Lors i vint l'abeesse o le cors soverain, 
L'empereor salue de verai cuer certain 
De Damedeu de gloire, que tôt a en sa main. 

6145 L'emperere respont, n'ot pas le cuer vilain : 

« Damedeus vos garisse ! » Lors la prist par la main, 
Dejoute lui l'asist desur un faucdestain. 
« Dame », dist l'emperere, « por Deu, que fist Evain, 
Pf^Sg. Car me mostrez la dame don il a tel reclain. 

6i5o Certes, de lé vaer m'est prise moût grant fain. 

S'elle me puet garir dou chief, que n'ai pas sain, 
Plus vos dorai d'or fin que vos n'avez d'estrain. 
— Sire », dist l'abeesse, « de ce vos fais certain 
Que vos serez toz sainz, ainz que vienge demain. 

61 5 5 — Damedeu vos en oie, dame », dist Agravain. 

CCIII L'emperere iert laienz enz en l'enclotre asiz, 

Joute lui Agravain, que moût iert ses amis, 

Et la sainte abaesse et de ses nonains dis. 

« Dame », dist l'emperere, « je sui moût entrepris, 
6160 Quant je ne voi la dame, que tant a cler le vis, 

Por qui amor je sui venuz en cestpaïs. 

Je sui malaide ou chief, forment en sui malmis; 

Veez con j'ai enflé et la boiche et le vis. 

De lé est la novelle de si a Mon Cenis : 
61 65 Deus fait por lé miracles, li rois poestaïs. 

6141 M P. uindrent en lencloistre od la s., P cloitce — 6142 i 
manque M, M ke le quer aueit certein — 6148 PM Lemperere, 
M uolunters ne mie euein — 6144 De manque M, M t. tant — 
6145 M ke naueit mie — 6146 M Madame deu te g. la prent — 
6147-6148 manquent M — 6149 M Ke, M dunt en ad, P est t. — 
6i5o manque M — 6i52 M durerei or f. ke nauez estein -- 6i55 
M D. loic dit, P oi dame. 

CCIIL 6i56 Af L e fu el cloistre — 61 58 Af s. nonain e des 
autres d. — 6160 je manque M, M d. od le cler v. — 6162 en 
manque M — 6i63 M cum ai e. le b. — 6164-6165 manquent M 
— 6164 De illisible P. 



FLORENCE SE PRÉSENTE COUVERTE D UN VOILE 2 53 

Certes, c*el me garist, de ce sui je toz fis, 

Plus vos donrai avoir, ainçoiz que past midis, 

Que vos n'avez de rentes en trestot cest pais : 

Dis somiers toz chargiez de fins besans marsis. » 
6170 A tant ez vos venu li châtelain Thierris 

Et sa femme Eglantine, que tant a cler le vis. 

Joute l'empereor l'ont en un banc asis; 

Li uns salue l'autre de bon cuer, ce m'est vis. 

Lors mandèrent Florence, la belle o le cler vis, 
6175 Et elle i est venue, n'i a essoigne quis. 

Elle ot vestuz noirs dras, si le vuel ou chief mis, 

Et fu asez plus blanche qu'an mai n'est flor de lis. 

Quant el vit Esmeré, se li rogit li vis; 

Et li rois se leva liez et volenteris, M/'So c. 

6180 Par moût grant amistié li a getei un ris. 

Se il la coneùst, bien poez estre fis, 

Ne fust mie si liez por l'enneur de Paris. 

CCIV Esmerez ce seoit lés Tierri, le baron. 

Encontre la roïne se lievent a bandon ; 
6i85 Florence c'est asise et li autre environ. 

L'emperere de Romme l'en a mise a raison : 

« Dame, por amor Deu, que soffri passion, P/»8gb. 



6166 Certes manque M, illisible P, M seiez t. — 6167 Plus illi- 
sible P, M einz ke passe treis dis — 6168 manque M, Que vos 
illisible P — 6169 Dis soin- illisible P, M Ke ne portasent .x. 
cheuaus de or m. — 6170 A tan- et venu illisibles P, M e vus — 
61 71 Et sa ef -lanti- illisibles P, M e. od le cler u. — 6172 -pe- 
reor Tont illisible P, M lemperere mut bel les vnt a. — 6173 de 
illisible P, M ceo fu auis — 6174 Af f. lemperiez {Jîn du vers)^ P 
b. enperreris — 6175 Et ef venue illisibles P, M mut tost sanz 
terme mis — 6176 manque P, M uestu neir d. le — 6177 M fust 
autre si blanc cum fl. — 6178 M le uis lui enrogis -- 6179 M 1. 
e poestis — 6180 Par illisible P, M fet un reis — 6 181 il man- 
que M — 6182 M p. tut lor seint dénis. 

CCIV. 61 83 ce manque 3/ — 6186 A/ lad m. — 6187 Af lamur 
de deu. 



2 54 EL^E f '^^'^ CONVOQUER LES MALADES 

J'oï de vos parler a Romme en Pré Noiron, 

Qu'a Biau Repaire avoit en la sainte maison 
6190 Une saintime dame de grant religion; 

Dame, par tote terre en a moût grant renon. 

Dame, je suis navrez d'un dart a un geudon, 

Mes ne m'en puet garir ne mire ne poison. 

Or suis venuz a vos por quere garison. 
6195 Se vos m'en garisiez, toz jors serai vostre hom ; 

De mon avoir donrai çaienz grant partison. 

— Sire », ce dist Florence, « bessiez vostre raison ! 
Se Deus plait et sa mère, tresbien vos gariron; 
Vos serez toz gariz, ainz que nos departon. 

6200 Fêtes moi tost vuedier cest palez a bandon; 
Toz les enfers que sont venu por garison, 
En ceste ville en a assez et a foison, 
Faites venir çaienz sans nulle arestison! 

— Dame », dist l'emperrere, « a Deu beneïson! » 
6205 Lorz font crier le ban qu'il vingent au pardon. 

Donc n'i remaint aveugle ne contret a baston 
N'eschacier ne nul autre que clochât dou talon 
Ne s'i face porter a grant estrivoison; 
Tuit i vienent ensamble, plenne en fu la maison. 
6210/ Lors i vint crament Clarembaut le larron, 
Escot le marinaut o le flori grenon. 
Tierriz fist aporter Makaire, le félon. 



6188 Af parler de vus — 6189 3/ Ken — 6190 P saintine, M 
seinte femme — 6191 M Dunt par tûtes terres aueit gr. — 6192 
manque M — 6193 M me p. g. pur nul dun — 6194 M uenu 
amie p. — 6195 M me g., M deuendrai — 6196 manque M — 
6197 ce manque M, M io vei v. — 6198 M à. le uout e nostre 
dame bon — 6199 manque M — 6200 moi manque M, 3/ ceste 
place en uirun — 6202-6204 manquent M — 620b M cr. kil u. 
tus en sum — 6206 P Lors, M ne remist, -aston illisible P — 
6207 manque M, talon illisible P — 6208 3/ se f. , M aftlictiun — 
6209 M Tan eni u. ke plein est — 6210 M trainant cl. li — 
621 1 M li mariner— 6212 3/ porter. 



CONFESSION DE MILON 2S5 

EtMilon de Hongrie aportent dui garson. 
Florence se leva, la fille au roi Oton, 
62i5 Aus malades parroUe, se lor dist sa raison : 

/« Seignor, or festes paix, n'i ait cel que mot son! 
^ Volez vos tuit garir de celle passion? 

— Dame », font il, « oïl; riens tant ne desirrons. 

— Dons commenç chacuns dire ci sa confession, 
6220 Que Torront en oianttuit vostre compaignon! 

Chascuns die par foi, et nos l'escouteron. PJ'Qo- 

Cil que ne mentira si sache bien en son 
Qu'il s'en ira toz sains demain a sa maison. » 
El regarda sur destre, si a choisi Millon; 
6225 Elle le conut bien, si l'a mis a reson : 

« Or dites, biaus amis : a vos commanceron. » 
Comme Milles l'entent, si hauça le menton. 
« Dame », ce respont Milles, « a envis le diron. 

— Par mon chief », dist Florence, « ja n'avras garison, 
6280 Ce tes péchiez ne dis trestot dou chief en son, 

Se tu nés regeïs, si que nos tuit Toon. » 

CCV « Dame », ce respont Mille, « por amor Deu merci! 

Je sui moût gentiz bons, par foi le vos afi : MJ^8o d. 

Li bons rois de Hongrie, certes, m'enjenui, 
6235 Et moi et un mien frère o le cors seignori. 

Emperere est de Romme, par foi le vos afi; 

62i3 P mille, M portent — 6214 iW F. sen, au manque M — 
6215 M parla — 6216 or manque M, P ni a c, M m. en s. — 
6217 MV. tost g. de cest — 6219 A/ couent ch. d. sa — 6220 M 
loient tut cil denuirun — 6221 ME ch. d. par sei — 6222 si man- 
que 3/, P m. iert sain comme poison — 6223 manque P — 6224 
M regarde a d. si uit — 6225 3/ Ele c. b. sa chère e sa facun — 
6226 biaus manque M — 6227 M Quant, P grenon — 6228 Àf 
D. dit m. en uis le frum, P et en uis — 6229 ML dune, P naura 
— 623o M Des p. ke auet fet del, P di ce que uos tuit loon — 
623 1 manque P, M ne r., nos manque M. 

CCV. 6232 M D. dit — 6233 P E s., le manque M — 6234 M 
Li riche, certes manque M — 6235 M e mun fr. ke tant ad s. — 
02 36 AI T. ceo vus. 



256 CONFESSION t)E MlLON 

Il fu plainz de bonté et Damedeu servi, 

Et je plain del deauble, del morteil anemi. 

Il se fioit en moi, gel traïsoie isi 
6240 Quel vosise avoir mort a mon espié bruni. 

Gist las, cist dolereus sa femme li tolli, 

Onques plus belle dame de mère ne nasqui, 

Florence la roïne, que Deu ot a ami. 

Onques ne la poi vaincre ne par nuit ne par di, 
6245 Ne je n'oi en lé part; ne vos ai mot menti. 

Par mi une forest ovec lé m'en foi, 

Que onques ne mainjames de trois jors et demi. 

Un hermite trovames que Deu avoit servi ; 

Ilec nos haberjames, quar il iert avespri. 
6250 Pain d'orge nos dona a lessive poitri. 

Par foi, nos en menjames, fain nos destraignoit si; 

Se nos n'en mengisson, de fain fuson péri. 

Moût nos fist bel outel, et je mal li meri : 

Je l'ars en son moutier au main quant m'en parti ; 
6255 Ce fut grant traïson, quant ne l'ot deservi. 

Après ce m'en alai par mi un gaut foilli, 
Pf^go b. De maufez et de bestes fu mon cors asailli, 

Je m'en deffandi bien au branc d'acier bruni. 

Tote jor chevachames de ci que a midi; 
6260 Desoz un moût bel arbre Florence descendi, 

Par ses tresces a mont a l'arbre la pendi 

Et ses mainz de ses manches par derier estrains si 

6238 M pi. estoie de m. — ôaSg 3/ e io le trai si — 6240 M Ke 
le uoleie a. m. demun brant furbi, -uni illisible P — 6241 M lo 
1. io cheitif — 6243 P r. oie cors seignori — 6244 M le p. u. par 

— 6245 manque M — 6246 M od li me fui — 6247 Que manque 
M, M en tr. — 6249 M ke il ert enuespri — 625 1 en manque 3/, 
M ke f. n. destreint — 6252 M nen eusum mange lequor nus eust 
failli — 6253 M bêle cherc, M m. le m. — 6264 M Io ardoi sa 
mesun le matin — 6255 M gr. mefet q. nel d. — 6256 ce man- 
que M — 6257 M des b. — 6258 M Io mei, M furbi — 6259 M 
T. nut, P cheuacherent, que manque M — 6260 M un haute a. 

— 6261 M amunt haut la — 6263 M mains lui liai par detres lui. 



RÉCIT DE THIERRI 267 

Que la tige de l'arbre ot embracié triez li. 

Ilec fust elle morte, ja n'en elist merci, 
6265 Mes Deus l'en garda bien, que onques ne manti. 

Je vos di bien por voir que forment la ledi. 

Moût i fist granz miracles nostre sire por li, 

Quar j'oï veneors que apoignoient si, 

Qui le bois de lor chiens avoient estormi. 
6270 Je oi moût grant paor, par foi, si m'en foï 

A Guillaume de Dol, qu'ai longuement servi. 

Je ne vos sai que dire comment el s'en parti. 

Par le pechié de lé sui atornez isi. 

Si doi je moût bien estre, quar j'ai Deu relenqui, 
6275 Quant je la gentil dame en teil guise traï. 

Trestot voir vos ai dit, n'i ai de mot menti. » 

Lors se leva en piez li chatelainz Tierri, 

Il a dit a la dame : « Mervoilles ai oï ! ' - ^ 

Par ma foi, je chaçoie par mi un gaut foilli, ^J>'' ' . ^-^ 

6280 La trovai une dame pendant a un jarri, ^>v/* cv . 

Sanglente et désirée, moût ot le cors ledi, ^*>^ tr*'^ ' 

Et sa mulle lez li^ coverte de sami; '■". Mf^Sr, 

Li arçon de la selle furent a or bruni. 

Je la fiz tost despandre, grant pitié oi de li, 
6285 Moût tost la fis porter sur un mul arrabi. 



6263 manque M — 6264 M si deu nen ut m. — 6265 M M. illa 
g. — 6266 bien manque M — 6267 P grant, M fist miracle, 
P n. signor — 6268 M Ke, M firent grant cri — 6269 Qui illi- 
sible P, M auist e. — 6270 M lo auei gr., par foi manque M — 
6271 A illisible P, Af ke 1. — 6272 Je n- illisible P, que manque 
M, M cum el del pereil départi — 6273 Par le illisible P, M p, 
ke io fis sui io huni — 6274 Si doi j- illisible P, M io b. e. ke 
ben le deserui — 6275 Quant je illisible P, M Q. si haute d. si 
cruelement — 6276 Trestot illisible P, M De kanke vus ai d. 
nen ai vn — 6277 Lors se illisible P, se manque m — 6278 II a 
di- illisible P, P meruoille — 627g Par ma illisible P, ma manque 
M, M cheuauchoie par vn — 6280 M lari — 6281 Af d. e mut 
malballi — 6282 M delez, iM dun s. — 6283 manque P — 6284 
M ï. d. ke gr., P ot deli — 6285 manque P. 

T. II. 17 






258 RÉCIT DE THIERRI 

Ma feme la livrai, que vos veez ici; 

Elle la fist baignier, son cors li conraï, 

Tant qu'el fu tote saine, foi que doi saint Rémi. 

Onques si belle dame de mes dous iaus ne vi ! 
6290 Grant honor li portai, mes mal le me meri : 

Biautrix, mon enfant, d'un coutel me murtri. 

Por ce la vous ardoir, mes Deus pas nel sofri. 

Quan que je oi dou sien ilecques li rendi, 
Pfgr. Et sa mulle et sa robe : onques riens n'i perdi. 

6295 Ma terre li vaai, si s'en ala isi. 

Certes, je n'en sai plus que vos avez oï. 

— Estez », ce dist Florence, « un pou, sire Tierril 

Ce fu a moût grant tort que ovraistes vers li ; 

Le voir en orez hui, par foi le vos afi. » 
63oo Venue est a Makaire, que sist sur un tapi : 

« Dit il voir, biaus amis? Par ta foi, or le di! » 

Quant Makaire l'entent, si fu si esbahi 

Qu'il n'osa mot respondre por son seignor Tierri. 









s <• 



CCVI Florence la roïne o le cors avenant 
63o5 S'estut devant Makaire, si li dist son sanblant : 
•w v" ***^ ^" « Or dites, biaus amis, nel me celez niant : 

\ C "^ ; • Dit il voir, vostres sire? Savez en tant ne quant? 

►> ^'^ v — Dame, je ne Tous dire, par Deu le roiamant! 

A conseil vous diroie un pou de mon samblant. 



6286 M Ama, -a livrai illisible M, M veez si — 6287 M e s. c. 
abaumi — 6288 M T. ke tut ert s. e ben astabli — 6289 M femme 
certes ne — 6290 M la fis e malement le meri, P porta — 6291 
M B. ma fille — 6292 M uolei a. e deu nel — 6293 AI Kanke 
auai d. s. tanstot li — 6294 M ke vnke — 6295 M t. en deliuerai 
— 6296 M lo ne s., M naucz — 6297 ce manque M, M fl. sire 
quons t. — 6298-6299 manquent M — 63oo M Venuz, P que 
soit — 63oi M a. ore me di — 63o2 M fu e. — 63o3 M Ke nosa 
nent. 

CCVI. 63o5 M Esteit — 63o6 M Ore me d. - 63o7 M Ad il 
dit, P D. v. v, seignor s. en vos niant — 63o8 M lo nel vus, P 
D. ne louse, M rei puss[an]t — 6309 M En c. r. dirai, M talent. 



CONFESSION DE MACAtRE 2Sg 

63 10 — Par mon chief », dist Florence, « ainz direz en oiant. 
Je sai bien con il vet, n'en celez ja niant. 

— Dites tost », fet Tierris, « ja mar irez doutant. 

— Gel dirai », dist Makaire, « mes le cuer ai dolent. 
Merci, sire Tierri, por Deu, le roi puisant, 

63 1 5 Que de la sainte Vierge nasqui en Beleantl 

Icelle sainte dame dom vos alez parlant. 

Que trovastes el bois a un arbre pendant. 

Je la requis d'amors, car je Tamoie tant. 

El n'ot cure de moi ne que d'un chien puant, 
6320 D'une piere cornue me feri si devant 

La boche me quassa, si brisèrent li dent. 

Par nuit m'en vous vengier, quant la trovai dormant, 

Mes Deus l'en garda bien, ou el iert apendent. 

Or que ferai je plus ne qu'irai plus disant? 
632 5 Je ocis Biautris a un couteil trenchant; 

La dame n'i ot corpes, Deu en trez a garant. » 

Comme Tierri l'oï, si sailli en estant. 

« Guverz », ce dist Tierriz, « traître souduiant, 

Oceïs me tu donques Biautrix, mon anfant? 
633o Ja mes ne serai liez, tant con seraz vivant. 

— Par foi », dist Eglentine, « moût ai le cuer dolant p-foni b' 
Por la gentil pucelle, que ce ne fist niant, 

Que vos feïstes honte, sire, et deshoneur grant 



63 II en illisible M, ja manque 3/ — 63 12 M D. dit, P f. flo- 
rence, mar ir- illisible M — 63 1 3 M lo, -kaire m- illisible M — 
63 14 -rri por D- illisible M — 63 16 sainte d- illisible 3/ — 63 17 
M tr[oua]mes el b. desuz larbre — 63 18 -e la illisible M, M ke 
io — 63ig M Ele nauit, M ceo me dit apertement, P quel dun — 
6320 M père père ague — 6322 M me uolei uenger en d., P men 
vois — 6323 M la g., M attendant — 6324 manque P, Or man- 
que M, M ke irroie io plus — 6325 M od un — 6326 M d. nen, 
P deus, en manque A/, P et g. — 6327 Comm- illisible {déchi- 
rure) P — 6328 Cuve- illisible P, M C. dit il tr. — 6329 Oceïs 
illisible P, M As tu ocis b. — 63 3o Ja m- illisible P, M c. tu es 
— - 633 1 M P. ma f. d. tieris le quor ai repentant — 6332 M 
De la g. dame ke ne me forit n. — 6333-6334 manquent M. 



26o CONFESSION DE CLAREMBAUT 

Por Tamor cel félon que murtri mon enfant. » 
6335 Tierriz dist a Makaire : « Gemès n'irez avant : 
Je vos ferai ardoir orendroit maintenant. 
— Sire », ce dist Florence, « orlessiez a itant; 
Oncor orez tel choze don vos serez joiant. » 

CGVII Glarembaut se dresa, que iert toz meshaigniez : 
6340 A dous bâtons aloit, si s'en iert apoiez, 

Palazin l'ot féru, si iert toz rechaigniez. 

Il a dit a la dame : « Un petit vos coisiez ! 

Je vos reconterai, oiant toz, mes péchiez; 

Se pooie garir, g'en seroie moût liez. 
6345 Trente ans a que je sui toz escuminiez, 

N'a Noël ne a Pasques ne fui acumingiez. 

J'ai maint homme murtri, moines deschevachiez, 

Eglises et moutiers ai bien dous cenz brisiez; 

Por les péchiez qu'ai fez sui si aparilliez. 
63 5o Oncor ai je fait un don suis plus coreciez; 

Au jor dou jugement en esterai jugiez 

D'aleren enfer droit ovec les renoiez. 
Je fui menez aus forches, ja iere sus sachiez ; 
Toz i fuse penduz, de verte le sachiez, 
6355 Quant une dame i vint o bloiz cheveus dongiez 

6334 P c. traître — 6335 M II ad dit, M iames uiuerez auant 
— 6336 M Vus seret ars enpendre m. — 6337 ce manque M, M 
atant — 6338 M d. enserrez. 

CGVII. 6339 M tut fu maignez, P rechaigniez — 6340 M dont 
sert a. — 6341 M dunt ert r. — 6342 P ma d., M vn poi mescu- 
tez — 6343 M cunterai — 6344 M en pusse g. si serroie tus iurs 
1. — 6345 Trente illisible P, M io ai este escumegez —- 6346 N'a 
illisible P, P f u a. — 6347 J'ai illisible P, M m. e abez {fin du 
vers) — 6348 Eglise- illisible P, M Musteres e chapeies deu cent 
ai — 6349 Por les péchiez illisible P, M le pecche ke ai fet s. ci 

— 635o Oncor ai je fait illisible P, je manque M, M d. io s. pi. 
greuez — 635 1 Au jor dou illisible P, M de i. dout estrc dampnez 

— 6352 D'al- illisible P, A/ E a., droit manque M, M od les — 
6353 P au f., M si er[e]nt mes oilz estopez — 6354 AI T. prêt 
dépendre be[n le] — 6355 M da[me i vint] de beute alsez. 



I 



GUÉRISON DES MALADES 26 1 

Sur une mulle ambiant, ne sai de queus reinîez. 
Elle me demanda, de mort fui respitiez ; 
Je deving ses hons liges leaument fianciez. 
Au port la vendi puis, forment en sui iriez; 

636o Par mer en fu menée, etg'en fui engigniez. » 
Escot li respondi, que n'iert pas aaisiez : 
« Certes, je Tachetai et se m'en fis moût liez, 
Quar de lé cuidai fere mes bons et mes daintiez, 
Mes mer m'en départi, que nos a parilliez : 

6365 La nef m'a depecie et mes homes noiez. 

, » 

Quant Florence l'entent, si se leva en piez 
Et a dit aus barons : « Un feu apareilliez ! » 
Le feu ont moût tost fait, s'ont les fers grailliez. 
Puis va vers les malades que la ot arengiez, 

6870 Et les seigna de Deu qu'il pardoint lor péchiez. 
Maintenant sont gari et li maus esloigniez ; 
Damedeus, li hauz sire, en fu moût graciiez. 
Des malades fupris de la dame congiez; 
D'ilec se sont parti, chascuns s'en va toz liez. 

III 6375 Florence la roïne en vint a Esmeré 

Et le chief li seigna, que il avoit navré; 

Maintenant est gariz, li maus a trespassé. 

Moût bien il se conurent, quant se sont regardé ; 



6356 M un mul, PM quel r. — 6357 M deliuera de m. si lui 
fu grantez — 6358 M 1. tut afiez — 6359 3/ A un P* 1^ ^- ^^^^ ^^ 

— 636o M m. fu m., P sui e. — 636î-6365 manquent M — 
63Gi P et aisiez — 6363 P et mes dehez (?) — 6365 L- illisible P 

— 6366-6410 manquent P — 6368 moût tost et les fers manquent 
M, M graciiez — 6369 M P. uez entre, M ke furent a. — 6870 M 
de pardu si sunt sanez — 6871 M g. el mal — 6872 sire et moût 
manquent M — ôojS M Le m. ke furent de lad. pernent — 
6374 se et s'en va manquent M. 

ce VIII. 6375 en manque M — 6376 Et manque M, M seigne 
v il fu — 6377 M e le mal tr. — 6878 il manque M, -ardé illisible 
M. 



202 RETOUR A ROME 

Grant joie démenèrent, si se sont acolé. 
638o Li rois a pris le voil, de son chief l'a osté, 

Vit sa face vermoelle et*son vis coloré ; 

Grant joie ont il au cuer, ce sachiez de verte. 

Il a dit : « Belle amie, ce me vient bien a gré 

Que je vos ai trovee moût en bonne santé. 
Mf»Bi c. 6385 Or irons nos ensemble a Romme la cité. 

— Sire », ce dist Florence, « a vostre volenté! » 

A l'abeesse ont puis lor congié demandé, 

Et elle lor dona volentiers et de gré. 

Tierris a de Florence le congié demandé, 
6890 Et elle li dona, si le commande a Dé. 

L'emperere a le suen Milon abandoné, 

Ses terres et avoirs laisse tôt a son gré; 

A iceste parole se sont moût acolé. 

Li rois a aus nonains grant richece doné. 
6395 L'abeesse et les dames ont grant duel démené 

Por le partir Florence, que tant orent amé 

Por sa tresgrant bonté et por sa sainteé. 

A tant s'en départirent et sont acheminé. 

A Romme tuit li sain ont encontre eus soné ; 
6400 L'apostoiles meïmes lor fait grant charité. 

La messe ont lors oïe, si s'en sontretorné; 

Droit au palais en vindrent, que l'on ot atorné, 

Au mangier sont assis et sont servi a gré. 

Quant il orent mangié, de table sont levé; 

6379 M ente[rbeise] — 638o l'a osté illisible M — 638 1 coloré 
illisible M — 6382 M unt le quor s. d[everite] — 6383 M II la, 
-nt bien a gré illisible M — 6384 en bonne santé illisible M — 
6385 nos manque M —6386 ce manque M — 6387 puis manque M 

— 6388 M Ele lur dune — 6389 3/ E t. ad de f. demande le cunge 

— 6391 M le sen tut a. — 6392 Sqs et \ddSSQ manquent M — 6393 
M ces paroles se s. enterbeise — 6394 M ad anoneins — 6396 M 
la partire de fl. — 6397 tresgrant manque M — 6399 A Romme 
manque M — G400 lor manque M — 6401 M [La mesjse un oi si 
se s. — 6402 M [palaijs u. — 6403 assis illisible {déchirure) M — 
6404 3/ m. e sunt asazie. 



RETOUR A ROME 



263 



6405 Li chevalier départent, aus osteus sont aie. 

Li rois jut o Florence, s'a un fil engendré; 

Cil fu sire de Romme et maintint le régné : 

Roi Oton d'Ipolice Tont puis par non clamé. 

Or nos garisse Deus, qui maint en Trinité, 
6410 Qui desur toz les hommes en a la poesté! 

6405 M d. a lur [ostejles s. — 6406 M od la reine, -endré 
illisible M — 6408 M otes de police fu par — 6410 les manque M. 



(>■ 



n.c:- a*>^ 




NOTES CRITIQUES 



Le classement des versions de Florence de Rome que nous pro- 
posons dans notre Introduction est représenté par ce diagramme : 



Orig. 

I 



M D (?) 



R 



[D = Le Dit publié par Jubinal; L = ms. Londres, Mus. Brit., 
Landsd. 362 ; M = ms. d'Arcy Hutton ; P = ms. Paris, Bibl. 
nat.,*nouv. acq.fr. 41 g2; Q = ms. Paris, Bibl. nat.,f. fr. 24884; 
R = la version anglaise, éd. Viêtor; S = la version espagnole, 
éd. Amador de los Ri os). 

Nous donnons ci-dessous in extenso les passages de S oii cette 
version s'accorde avec {L)M contre P. 



3 : Ain:{ qu'ele fust. S (p. 3gi) semble s'accorder avec P {Et 
quant el fut) : et despues fué destroida et quemada, asy que.. — a. 



266 NOTES CRITIQUES 

L'erreur de P {et) s'explique par le fait que le copiste d'un ms. 
antérieur confondait souvent a et l'abréviation qui représente et. 
Cf. les vers 40, 249, 281, 43 1, etc. 

8 : fonda. La leçon de P i/ondi) est sans doute une faute de 
copiste. Dans le Dictionnaire de Godefroy (au mot fondre 2) il 
n'y a, outre la leçon de notre texte, qu'un seul exemple (de 1294) 
o\x fondre semble être pris dans le sens de fonder. — Gran:{. S 
donne : Antiocho, el Grande. La leçon fautive de PM (Jrans : 
-an:() a dû appartenir à la source commune de PS et de M, mais 
a été corrigée par S. — Les quatre vers que donne M après le 
V. 8 semblent interpolés (comparez notamment le second vers avec 
les vers lo-ii du texte); S ne donne rien qui y corresponde. 

10 : Babilonus. S : Babilono. 

\i. S '. poblô de cabo Babilonia de buena gente. 

20 : voire. S (p. 392) : La verdadera estoria di\ que... 

21. Dans 5, rien ne correspond au vers supplémentaire de M. 

46 : cent. S : mas de cient mill ommes perdieron las vidas. 

64. S : desque Dios formdra Adan et Eua, que tan bella cria- 
tura non naçiera, sy non vna que nunca ouo par, niauerâ. 

69. S : auia en su senorïo ochenta çibdades con muchos casti- 
llos et con otras grandes tierras. 

73 : viaus. S : pero con todo esto era ya cano et viejo, et flaco 
et vsado. 

77-80. S dit seulement : Et traya los cabellos tran^ados con 
Jilos de oro muy noblemente . 

84. Appuyé par S (p. 393). 

92-3. Le second vers est appuyé par S. 

97. 5 ; asy se callaron que non ouo y taî que cosa/ablase. 

loi. S : mas enpero agora la quiero auer, si nos quisierdes. 

106 ; viaus. S : Yo sô viejo, et flaco, et cano et baruudo. 

108. Appuyé par S. 

1 14-6. Dans 5, ceci correspond aux vers 1 12-6 : quiero con ella 
folgar en pa:^ et en alegria, et dexarme de otra mala ventura. 

i52 et 154. Dans S (pp. 393-4), ce passage correspond aux vers 
148-54 : Desy fe:{0 afleitar una naue de todas aquellas cosas que le 
menester serian; desy metiéronse en ella con todo quanto leuauan. 

lyi. S '. et andaron tanto que llegaron à Roma. 

181 -3. Dans 5, ceci correspond aux vers 178-85 : et leuauan 
cauallos et armas frescas que relu^ian al sol; et leuauan treinta 
cauallos al enperador cubiertos de panos de seda, et palaf renés ^ et 



NOTES CRITIQUES 267 

mulas otrossy; et yuan muy apuestamente, los caualleros de dos 
en dos à par. 

186-7. S abrège : Et assy fiievon fasta que llegaron al palaçio 
del enperador. 

201-2. Appuyés par S. 

207 : chameus. S : Traemos vos aqui veynte camellos. 

2i5. 5 ne donne rien qui corresponde à ce vers, mais aussi rien 
qui corresponde au second hémistiche du vers précédent. 

233-41. Comme les vers 234-5 sont appuyés par S (p. 395), le 
passage en question paraît avoir été abrégé dans cette version. 

253-4. Le second vers est appuyé par S. 

278 : seneschal. Appuyé par S. Cf. aussi le v. 3 10 du texte. 

290 : achoison. S : que es achaque de nos fa^er guerra et de 
uos deseredar. 

293. Appuyé par 5, qui dit : ca sy esto fuese assy que gela non 
quisiese dai\ él non deuia querrer, seyendo tan viejo... 

3oo-3. S dit : ca este casamiento es muy descomunal ; la niha 
con viejo et la vieja con el niho, esto es cosa porque anbos pueden 
parar mientes à mal. 

3 12-3. S (p. 396) : Mensageros, non tengo por bueno el mensage 
que me uos troxiestes de vuestro senor. 

314-5. Appuyés pas S. 

323 : guerre. Appuyé par S. 

333 : set cent millier. S : mas de tre:{ientas ve^es mil ommes de 
armas ^ 

343. Appuyé par S. 

378 : l'orguel. S (p. 397) : Mucho fué sahudo el enperador de 
Roma del desafiamiento del enperador de Costantinopla, Garsyr. 

389-90. Appuyés par 5. 

4o3 : setmile tor:(. Le nombre est appuyé par S, qui a, d'ailleurs, 
mal compris le sens du vers : de costumbre y ha siete mil turcos 
contados, et otra gente que non ha cuento. 

406 : un jour. Appuyé par S (p. 397, avant le dernier passage 
cité). 

409-44. Appuyés en partie par 5. Le v. 411 est rendu par : 
como de todas las estorias que nunca fueron. ^ 

44^-56. Les vers 448-53 sont appuyés par S (pp. 397-8). 

459. Appuyé par S. Dans P, ce vers, omis par le copiste, a été 
ajouté par lui au bas de la page (après le v. 483). 

464-7 et 469. Dans 5, ceci correspond aux vers 462-9 : ca d la 



268 NOTES CRITIQUES 

su beldat, nin al ssu paresçer nunca omme viô par : ^ quién uos 
poderia de:{ir de su apostura nin del buen donayre suyo nin qudn 
conplida es de buena palabra et de mesura, et de todo bien que 
Dios puso en muger?... Et bien creo que en el mundo otra tal non 
poderia fallar. 

475 : un mois et demi. S donne : quatro meses. 

477-9, S ne donne rien qui corresponde à ces vers, mais il est 
fort probable que la rédaction espagnole les a négligés avec 
intention, vu leur insignifiance. 

481. 5 : le pesard conmigo. 

482-3. Appuyés par S. Le second vers est rendu par : que dél 
nin de sus ommes ninguna merçet non avéré. 

485. Dans S, ceci correspond aux vers 484-6 : Grande fué la 
buelta por el palaçio, quando el enperador estojurô. 

488-92, 497-8. Appuyés par S. 

5o5 : la guerre. Cf. dans S : ca el enperador auiajurada aquella 
guerra. 

527. S ne donne rien qui corresponde au vers supplémentaire 
de P, lequel nous semble être interpolé. 

53 1 . Appuyé par S. 

532 : trois cen^ milliers. Cf., pour ce nombre, le v. 5 12. S 
donne : cuatro çientas ve:^es mill. 

534-43, 547-9, ^5i, 555-71. Dans 5, on ne trouve pour corres- 
pondre aux vers 533-59 que les mots : assy corrieron la mar. 
Quant aux vers 560-71, les quatre premiers et les deux derniers 
vers sont appuyés par la version espagnole. 

585 : de Salerne. Cf. dans S (p. 399) : et dexaron al diestro la 
ciudat de Salerna. 

587-91, 593-5. Dans 5, ceci correspond aux vers 586-98 : que 
[Salerna] era una de las mas abondadas et de las mas deleytosas 
del mundo, de aguas et de molinos et de montes et de riberas, et de 
todo otro viçio. 

604. Appuyé par S. 

607-8. Appuyés par 5; le second vers est rendu par : quando 
quebrastes los infiernos por fuerça de la vuestra virtud. 

620 : tendra. Appuyé par S. 

621 : mil cheval. Cf. dans S : que ante non aya cient castiellos 
derribados. 

622. Appuyé par 5. 

629 : Galette. Appuyé par S: Gaïta. 



NOTES CRITIQUES 269 

632 : sis Mes. Cf. dans S : Olifante, que non era de Roma mas 
de sseys léguas. 

634 : ancres. Il se pourrait que la leçon de M [armes) fût la 
bonne, vu celle que donne S : et pusieron los cauallos et las armas 
et la vianda fuera (= vers 634-5). 

640-50. Appuyés par S. 

653. S donne : et armas rrelu^ir al sol. 

662 : Et favoie. Cf. dans S (p. 400) : Yo hé muy grant the- 
soro. 

683, 688, 691, 701-4. Appuyés par 5. 

712 : Hongrie. Appuyé par S. 

723 : Lombardie. Appuyé par S. 

727. Rien qui y corresponde en 5; omission probable, vu l'insi- 
gnifiance du vers. 

748. Appuyé par S (p. 401). 

753 : ainçois un mois. Appuyé par S. 

754. Appuyé par S. 

760. Cp. dans S : et veno aqui con tamana hueste que bien troxo 
quatrocientas ve^es mill ommes darmas. 

762. Cp. dans S : et bien ssé que él uos dard auer quanto vos sea 
menester. 

763, 766, 768. Appuyés par S. 
8o5-6. Appuyés par S (pp. 401-2). 

809 : a lor branc sont venu. Appuyé par S. 

810. Appuyé par S. 

81 5 :par mi son elmeagu. Appuyé par S. 

817. Appuyé par S. 

832 : // sont mi compaignon. Appuyé par 5. 

838 : le. Cf. dans S : Quando esto via Esmere, puso las espuelas 
al cauallo. 

840-2. Dans S on lit, pour correspondre aux vers 839-42 : et 
saliô ante todos. 

846 : par prevoire. Appuyé par S. 

849 et 85 1. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 849-51 et 
au premier hémistiche du vers 852 : assy quel enperador Gar- 
syr los vie bien. 

860-1. Dans 5, ceci correspond aux vers 859-61 : Desy los otros 
fuéronse a sus posadas desarmar. 

871. S : etfe:{ieron leuar cauallos et sus armas, asy como era de 
costumbre de soldaderos. 



270 NOTES CRITIQUES 

895 :je croi, ou saint Espir. Appuyé par S : bien hé fin^a en 
Dios que... (p. 4o3). 

903-4. 5 dit seulement : çierto sea que pevderâ la cabeça. 

920 ; cisamus ovré. Appuyé par S. 

93o. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers 927-30. 

940. Rien qui corresponde à ce vers en S. 

945-6. Appuyés par S. 

960-4. S dit (p. 404) : [Florençia] dixo en su voluntat que 
ualiente deuia ser omme que asy comia, et asy lofué despues, ca 
de mejor cauallero darmas non uos sabria omme contar. 

966-71. Les vers 966-70 sont appuyés par S. 

973, 981-3. Appuyés par 5. 

984 : fausseté. S dit : mas mucho fué falso. 

986. S a omis les vers 985-6. 

988. Cf. dans S : et las mesas fueron al^adas. 

993-4. Il n'y a rien dans S qui indique qu'il y ait ici 
une lacune : griegos et armeîîos pararon sus a^es escontra 
la morisma, por esos prados por mandado del enperador 
Garsyr. 

1008 : nobleté. Appuyé par S. 

1014 : Rome. Cf. dans S : natural de Rvoma, 

ioi6. Appuyé par 5. 

io32-4, 1037-42. Appuyés par S (p. 4o5). 

io52 : Adons Ju H enfanz. L'original a peut-être eu : Adonques 
fu H enfes. 

io53, io56. Appuyés par S. 

1069 : Avant que. Cf. dans S : fa:^etme dar ante al enperador^ 
que non auer con él batalla. 

1079. Dans 5, ceci correspond aux vers 1078-9 : veredes que 
dapno los yo faré. 

1080 : quarante. S : mas de quarenta. 

1089 : ses saintes pitie:{. S : que él me dé ende la onvra por la 
su sancta piadat. — Il n'y a rien dans la version espagnole qui 
corresponde au vers supplémentaire de M. 

1 105-7. Les vers 1 106-7 sont appuyés par 5 (p. 406). 

II 12-8. S dit seulement : este era el mas corredor et mejor 
adereçado que otro cauallo, et mas valiente. 

1 130 : chenu:(. Cf. dans S : et commo quier que era cano, non 
iexaua por eso de ser sano et arre:{iado. 

1 1 24. Dans S on lit : Desque el enperador fué ençima de su 



I 



NOTES CRITIQUES 27 I 

cauallo, bien semejô varon et esforçado, où il se peut que le der- 
nier mot résume tout le vers en question. 

1137-40 et 1 142. Dans 5, on trouve pour correspondre aux vers 
1 133-42 ; et ambos yuan armados de armas de sus senaîes, et sus 
coberturas tendidas muy apuestamente. 

1 146. Appuyé par S. 

1154. Rien qui réponde à ce vers en 5; il est permis de croire 
ici à une omission intentionnelle de la part du traducteur espa- 
gnol. 

1 162. Dans 5, ceci correspond aux vers 1 1 59-63 : si me la lança 
non quebrar, uos veredes fierro et/uste pasar de la otra parte. 

II 65. S s'accorde avec P : en guisa que verd Garsyr tanta de 
mortandat de su gente. 

1167 : Frise. S donne, pour correspondre aux vers 1 166-7 • 
que le non séria menester por la cibdat de Frisa, nin por tierra 
de Françia. 

1 168-75. Les vers 1 168-9, 1 172-3 et 1 176 sont appuyés par 5. 

1179. Dans 5, ceci correspond aux vers 1178-80 : Qiiando el 
enperador saliâ de la cibdat, leuô fermosa conpaha et mucho 
esforçada. 

II 82-4. S dit seulement : et yuan todos corajosos. 

1187, 1193. Appuyés par S. 

1 195 : treyite mille. Appuyé par S (p. 407). 

1 196-1206. Appuyés par 5. Le second hémistiche du v. 1204 est 
rendu par :fidndose en su seso. 

1209-10. S : et los de las galeas d'Ossine, et los de Luca et tos- 
canos, et pulleses. 

1213-4. ^ représente ainsi les vers 121 3-6 : et los d'Almaria que 
grant sabor auian de destruyr grifones, noblemente venian arma- 
dos d maratiiella, et muy bien rregidos. 

1220 : Brubent. S : Bruybente. 

1227 : quatre mille. Appuyé par S. 

12 33. Dans S, ceci correspond aux vers i2 3o-3 : Esto para su 
af muy buena en ribera del rio, et muy bien regida. 

1236-7. S donne : et Agrauayn et Berart venian por cabdiellos 
de la a^, et Clamador et Gaudins et Génois de Pusarte. 

1244. Dans 5, rien qui représente les vers 1243-4. 

12 53 : braçon. S : los exes. 

1256-8. Appuyés par S. Le second hémistiche du v. 1257 a 
peut-être originairement eu cette forme : deso:{ le chaenon. 



272 NOTES CRITIQUES 

1264-8. Appuyés par S (pp. 407-8). Cf. aussi R^ vers 598-600 : 
The standarde was of whyte yvar A dragon of golde ordeygned 
therfore That on the ouyr ende stode. 

1274. Appuyé par S. 

1282. Cf. dans S : desde que Dios veno en tierra prender carne 
de la Vïrgen Sancta Maria par la salut del dngel. 

1297-8. Appuyés par S. 

i3o4 • ce«f cinquante. Cf. dans S : ca los grifones eran mas de 
cient et çinqûenta mill ommes darmas. 

1 308-9. Dans 5, rien qui corresponde aux vers i3o5-9. 

i3i I : dous luies. Appuyé par S. 

i3i4. Appuyé par S. 

1 3 16-7. Appuyés par 5; le second vers est rendu par : et por 
esto cuydaua ser seguro . 

1 3 19-20. S dit, d'accord avec P : et Miles et Leonme et Clama- 
dor, el Fyero, et Agrauayn, et Sanson, et el preçiado Josué. 

1334. Appuyé par 5. 

i335 : plus de cent mil armé. S : que bien ay mas de cient mill. 

1345 : s'a l'escu acolé. Appuyé par S (p. 409). 

i35i : la terre d'Epire. S dit, d'accord avec PM : la tierra de 
Moralla et de Suria; mais il nous semble de toute évidence que 
Toriginal a réuni TÉpire et la Morée. 

i355. Dans S on lit, pour correspondre aux vers i353-5 : de 
guisa que dos caualleros non sse atreuian d él. 

1370 : mete^ en taille. Appuyé par 5. 

1374-5. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers i37i-5. 

1377 : cil de Senecaille. Appuyé par S. 

i385 : Berart. Berart est aussi donné par S. 

i386 : Mandu:(. Cf. dans S : Mandoy. 

1387-93. Appuyés par 5, dont la liste beaucoup plus étendue de 
cavaliers et de chevaux remonte visiblement à un original fran- 
çais : Atanto ahé aqui do vien Eleame sobre su cauallo morpllo, 
et Gaudioso otrosy, et el duque d'Agenes et Brunbans de Veneçia, 
et Brandinsor Bayarte et Kener-Soy-Batel et Galeran et lohan 
Tracel et Saul de Viterna, et el duque dAtrierna, Sorcaus 
Penavera et el conde d'Arrondel, et Guy de la Montana, et Sadoy- 
nes Garruel de Sorpinel, et el conde Joste de Pisa et Reyner 
Antigant, e< Rayer de Castilblanco ef Farramus Bauçet, efAngier 
Corberel, et lohan Pié-de-Cobrc, et Felipe Sauucl, et Adans 
Estelic, et Guillen ClaueL 



NOTES CRITIQUES 278 

iSgS. Appuyé par 5. 

1400 : quatre cen^. Appuyé par S. 

1402. Appuyé par S. 

1404. Rien ne représente ce vers en 5 {Et fiiernn ferir en la 
priesa tan fieramente que cada uno derribô el suyo...), mais, vu le 
peu d'importance du vers, une omission intentionnelle du tra- 
ducteur nous semble admissible. 

1407-13. Appuyés par 5; cependant, il n'y a rien qui corres- 
ponde aux vers 1408-9, et, pour représenter les vers 141 2-3, on 
trouve seulement : que muchos eran preçiados. 

1418-9. Appuyés par S (p. 410). 

1430-2. Appuyés par S; Garsire y a quarante ans de plus 
qu'Oton. 

1444-6. Appuyés par S. 

1450 : senechal. S : camarero. 

1478-9, 1485. Appuyés par S. 

1496 : plus de quarante troi. S (p. 41 1) : mas de quarenta. 

i5o2-6. Les vers i5o3 et i5o5-6 sont appuyés par S. 

1 5 19. Cf. dans S : de guisa que la tela delfigado et del coraçon 
le fendiô. P et M ont dû, indépendamment l'un de l'autre, 
omettre ce vers. 

i526 et i528. S donne ceci, pour correspondre aux vers i525- 
3o : et començô d dar golpes tan grandes que a qui él alcançaua, 
fecha era la suya; assy que mas de treynta grifones y prendieron 
muerte; et tanto fi:{0 que libre à su hermano et pûsolo d cauallo. 

i532. Rien qui réponde à ce vers en S. 

1541 : estie:{ sage. Cf. dans S : mucho érades ssesudo et fuerte 
et sabidor. 

1542. Il n'y a rien dans S qui corresponde à ce vers ni aux 
vers supplémentaires de L. 

1543, 1546, 1548. Appuyés par S. 
1549 • ^^^ milles. Appuyé par S. 

i55o. Rien qui y corresponde dans S; vers insignifiant. 

i553. Cf. dans S : ^ D6 es aquel que mi cuerpo et \mi vida salué 
d mercet de Dios? P et M ont dû, indépendamment l'un de 
l'autre, omettre ce vers. 

i56o. Rien qui y corresponde en 5; vers insignifiant. 

i56i-2. Appuyés par S. 

1572-3, 1677, i586, i588-9, 1599, 1601. Appuyés par 5 
(p. 412). 

T. II 18 



274 NOTES CRITIQUES 

1607 : le virent monté. Appuyé par 5. 

i6i3. Rien qui y corresponde en S [Quien le entonçe viese 
griegos matar, et espedaçar, bien ternia que le deuian doler los 
braços...)\Vine. omission intentionnelle semble admissible. 
1615-9. Appuyés par S. 

1626. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers 1626-7. 
Cf. la répétition accoutumée, v. i635. 
i633. Appuyé par S. 

1640-2. Cf. dans S (pp. 41 2-3) : et con ella sus don^ellas, 
Audegons, et Gondree, et Aglantina, et Frandina, et la bella Sala- 
tree, Blanchajlor et Malien:^a, et Gaudina la Mansa, et la bella 
Marimonda que fué de Piedralada. 

1657 : Vois tu ce demoisel. Appuyé par S. 
1 660-1. Appuyés par S. 

i663. Rien qui y corresponde dans 5, qui n'a pas traduit non 
plus le second hémistiche du vers précédent. 

1664-5. S dit : Par Dios, dii Florençia^ par su caualleria le 
otorgoyo mio amor. 

1667, 1671-2, 1676-7, 1679, 1681, 1686-7. Appuyés par S. 
1694. S a abrégé la réponse d'Esmeré : Senora, dixo Esmere^ 
ora libraré esta plaça por vuestro amor, como veredes.- 
1699 : dis. S : grant pieça. 

1707. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde au second hémi- 
stiche du V. 1705 ni aux vers 1706-7. 
17 10-4. Appuyés par S. 
1724. Appuyé par 5 (p. 414). 

1727-8 et 1731. Dans 5, ceci correspond aux vers 1727.34 : et 
dô fueran ya de aquella los griegos muertos et perdidos fasta en 
la mar, la ventura, de que ninguno non puede guardar, quyso 
que vn ballestero fué por alli et lançô vna saeta, et^ dô yria la 
ocasion et la mala ventura?.... sy no que fué dar al enperador 
Ottas... 

1736. Cp. dans S : Ottas se dexô caer sobre el cuello de su 
cauallo Bondifer. 

1745. Dans S, ceci correspond aux vers 1743-5 : Quando estos 
sus ommes lo vieronferido à muerte, començaron por él dfa^erel 
mayor ditelo del mundo. 

1747. Dans S, il n'y a rien qui corresponde au vers supplémen- 
taire de L. 
1753-6. Le premier hémistiche du v. 1753 est appuyé par S. 



NOTES CRITIQUES 2'jS 

1760. Cf. dans S : de guisa que con la grant coita de la muerte, 
el cuerpo le trasuaua. 

1772. Dans 5, on trouve pour représenter les vers 1770-2 : 
Et otrossy fa\ian los ommes buenos grant duelo por el enpera- 
dor. 

1775 : qiiin:{e mile. S dit, d'accord avec P : bien cuatro mill de 
cauallo. Cf. v. 1787. 

1783. Appuyé par S. 

1786 : Cent mille. Appuyé par S. 

1787 : quinze milliers. Cf. dans S : que se juntaron con quinze 
mill de los rromanos. Voy. ci-dessus v. 1775. 

1789-90. S donne : ally veriades tanta blanca loriga desma- 
llada et falsada en mucJios logares. Le vers 1789 manquait sans 
doute dans la source commune de PS. 

1796. Cf. dans S (p. 41 3) : Quando esto vieron los griegos, 
dexdronse correr à él taies treynta. P et M ont dû, indépendam- 
ment l'un de l'autre, omettre ce vers. 

1798. Dans S, il n'y a rien qui corresponde au vers supplé- 
mentaire de L. 

1800 : bonté. Appuyé par S. 

1801-4, 1807. Appuyés par S. 

181 1 : devant lui en son tré. Appuyé par S. 

1812. Rien qui y corresponde en S. M et S ont dû, indépen- 
damment l'un de l'autre, omettre ce vers insignifiant. 

181 5 : H quin:{e millier. Cf. dans S : et los quinze mill que se 
ante tenian muy juntos. V. ci-dessus les vers 1775 et 1787. 

18 18 : bonté'. S donne : piadat, appuyant ainsi la leçon de M; 
simple coïncidence. 

1827 : Vapostoile Simon. Cf. dans S : et enbiaron por el Apos- 
tôligo Symeon, ainsi que dans R (v. 776) : Tliey sende aftur the 
pope symonde. 

i83i. Appuyé par S. 

1842-4. Dans 5, ceci correspond au second hémistiche du v. 
1843 et au V. 1844 : ca de tal non cuyda omme que mucho mal ya^ 
so su capirote. Comme il est possible que S ait gardé la leçon 
originale, nous aurions pu ne pas supposer une lacune après le 
V. 1843, mais plutôt en corriger le second hémistiche, ainsi que 
le premier hémistiche du vers suivant, de la façon suivante : car 
de tel ne cude hom Que moût par ait de mal.... 

1853-4. Appuyés par S. 



276 NOTES CRITIQUES 

1856-7. Appuyés par S; le second vers est rendu par : et Dios 
non fi:{0 huestes... 
1862. Cf. dans S : ante que la priesa de los griegos sea conusco. 
1867-74. Appuyés par 5 (p. 416) : Pensemos de nos acoger, dixo 
Guylemi, etc. 

1876. Dans 5, ceci correspond aux vers 1875-6 : et fe:{ieron las 
andas et echaron y al enperador. 

i885, 1896-9, 1901, 1907. Appuyés par 5. 

1928. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers 1927.9. 

193 1. Appuyé par S. 

1982 : sa main a sa maiselle. Appuyé par 5. 

1933-6. Appuyés par S (pp. 416-7). 

1937. Appuyé par 5. 

1938, 1 940-1 et 1943-7. Dans 5, ceci correspond aux vers 1938-44 : 
toda carpida et cuytada, et mesquina de duelo et de pesar; et 
desque llegô, començô a ementar su padre, et de:{ia. Les vers 
1945-7 sont directement appuyés par la version espagnole. 

1950. Appuyé par S. 

1955-64. Les vers 1956-64 sont appuyés par S. Ceci correspond 
aux vers 1957-8 : dame ante la muerte que yo tan grant pesar non 
veaj nin llegue aquel dia. 

1974 : lesafre. Appuyé par S. 

1980 : en un lit d'olifant. Appuyé par 5. 

1993-6, 2002-3. Appuyés par S. 

2014 : Ne mon dit ne proisastes. Cf. dans 5 (p. 418) : que non 
preçiastes nada mi mandado. 

2022. Dans S, il n'y a rien qui corresponde aux vers 2018-22. 

2023 : morois. Appuyé par S. 

2025. Appuyé par S. 

2027 : les. Cf. dans S : Quando los vieron los rromanos,... 

2o32 : Un mois trestot entier. Cf. v. 2o3o, appuyé par S : asi 
se defendieron bien un mes. 

2034. Appuyé par S. 

2o36. Dans 5, ceci correspond aux vers 2o35-6 : Entonçe mandô 
parar Garsyr ssu cerco derredor de la çibdat. 

2038-9. S dit seulement : Quando esto vieron los de dentro. 

2041-3, 2o55. Appuyés par S. 

2076. Dans 5, ceci correspond aux vers 2075-6 : mas bien vos 
digo que Esmere es mds fermoso et de mayor proe:{a, et mas 
cartes. 



I 



NOTES CRITIQUES 277 

2081. Appuyé par S. 

2090-2. S semble résumer ces vers par ces mots : en muy buen 
lugar. Pour la correction du v. 2092, voy. au Glossaire, au mot 
Suivre. 

2095. Rien d'analogue en 5 (voy. p. 419), qui a beaucoup 
abrégé toute la laisse. 

2099. Rien qui y corresponde en 5; le vers a facilement pu être 
négligé. 

21 14-5. Toute la laisse LXXIV a été omise par 5. 

2122 : Suîie. Cf. dans S : et deseredânos Justamonte de Suria. 

2129 : d'Orquanie. Appuyé par S. 

2143. Appuyé par 5. 

2146 : bruie. Appuyé par S. 

2149, 2i5i, 2i54, 2162, 2168. Appuyés par S. 

2172. Cf. dans 5 : et fa^er vos hé senor de todo. 

2 181 : marchie:(. Cf. dans S (p. 420) : ^pla^o me demandades, 
como pleito de otra merchandîa ? 

2190 (vers suppl.), 2194 (vers suppl.) et 2201-4. Toute la laisse 
LXXVII a été omise par S. 

2207. Appuyé par S. 

2208 : Gervais. Appuyé par S. 

221 5-20. Les vers 22 1 5-6 et 22 19-20 sont appuyés par S. 

2221 : Moût par fu grant la joie. Appuyé par S. 

2222 : Les novelles en vont. Appuyé par 5. 
2224 : Mi sort. Appuyé par 5. 

2 23 1. Appuyé par S; le messager s'y appelle Beringuel. 
2239-40. S dit : tirôlo d una parte, et dixole à la oreja. 
2242-3. S : la mds alta don^ella del tnundo, et la mejor. 
2244 : pense^ de Vesploitier. Cf. dans S : ora pensât de yr alla. 
2257-8. S : que cobria vn manto enfonce de un rico cendal. 
2264. Appuyé par 5 (pp. 420-1). 
2268-72. Les vers 2268 et 2271 sont appuyés par 5. 
2275-6. Le premier vers est appuyé par S. 
2293-5. Dans 5, ceci correspond aux vers 2292-5 : et desque la 
afemençiô grant pie:{a, erguyôse. 
2 3oi. Appuyé par S. 

23o6 : la mort. Cf. dans S : por la muerte Je mio padre. 
2317-8, 2321. Appuyés par S. 
2328 : Aliaume. Cf. dans S : Eleaume. 
2338. Appuyé par S, 



278 NOTES CRITIQUES 

2343-6. Appuyés par S; ceci correspond, dans cette version, aux 
deux premiers vers : et sy para esto armas avedes menester, yo 
uos las daré quales quisierdes; que ally sson en aquella cdmara 
lorigas, et espadas, et yelmos. Il est donc possible que la lacune 
du texte critique doive être placée entre les deux hémistiches du 
V. 2343 : 

Et se vos vole^ armes, 

en ma chambre votice 

Et hauber^ et espees et hiaumes de Penice, 
Gete^ etc. 

2347-8. Le premier hémistiche du v. 2347 est appuyé par S. 

2349 • ^^ Pise. Cf. dans S : Jufreu de Pisa. 

2356. S dit (p. 422) : et ellos anbos [Agrauayn et Sanson] metie'- 
ronse tras la cortina. 

2357 : Aliaume. Cf. dans 5 ; Eleaume, et ci-dessus le v. 2328. 

2369-73. Appuyés par S. Le vers 2369 y est rendu par : ca este 
es el omme deste mundo que nos mas deseamos, et le vers 2372 
par ifarian todos comunalmente la mayor alegr'ia del mundo. 

2 382. Appuyé par S. 

2390. Rien d'analogue dans S; vers peu important. 

2394. Rien d'analogue dans 5; vers peu important. 

2405. 5 ne donne rien qui corresponde au vers supplémentaire 
de P. 

2409. Rien qui y corresponde en 5; vers peu important. 

241 1. Appuyé par S. 

2414 : vostre terre. Cf. dans S : pensât de mantener bien 
vuestras tierras. 

2415 : nos. Cf. dans S : vos vedes commo griegos nos tienen 
cercados por su soberuia. 

2417-20. Les vers 2417 et 2420 sont appuyés par S. 

2422. Rien d'analogue en S. 

2434. Appuyé par 5 (p. 423). 

2436. S dit : ssy yo esto sopiera, quando Sinagot me lo troxo 
delante. 

2455. Dans S on lit, pour correspondre aux vers 2454-5 : La 
gente fuémuy grande que alli fué armada. 

2457 et 2459-61. Dans S il n'y a rien qui corresponde aux 
vers 2457-61. 

2479-80. Dans S, ceci correspond aux vers 2477-80 : et desque 
et buen rey Esmere fué bien armado. 



NOTES CRITIQUES 279 

2488, 2490-4. Appuyés par 5. 

25o3-ii. Dans 5, rien d'analogue aux vers 25oo-i5. 

252 1. Dans 5, ceci correspond aux vers 2518-24 : Asy se salie- 
ron de la çibdat. Pour le nombre {cent mille), cf. v. 2528, appuyé 
par S. 

2528 : cent mille. Voy. la note précédente. 

2532. Appuyé par S. 

2536 et 2538-40. Dans S (p. 424), ceci correspond aux vers 
2536-40 : et coménçô d fa^er miiy bien darmas, ca mitcho era 
buen cauallevo d maraiiilla. 

2542-3. Rien d'analogue en S. 

2548 : dient li autre. Cf. dans S : Non es, de\ian otros... 

255 1. Rien de correspondant en 5; vers peu important. 

2558. Appuyé par S. 

2564. ^ dit tout autre chose : et diâ con él del cauallo en 
tierra . 

2566. Appuyé par S. 

2570-1 et 2573. Dans 5, ceci correspond aux vers 2570-74 : 
que en todos ellos non oiio mejor cauallero darmas, Jiieras ende 
Esmere solamente, de que pesatta mucho d Miles. 

2576-7. Appuyés par S. 

2586 : Et Milles tret Vespee. Appuyé par 5. 

2591-3. Le premier vers est appuyé par S. 

2607-9. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers 26o5-io. 

261 1. Appuyé par S. 

2615. Dans 5, ceci correspond aux vers 26i5-2o : et ally oiio 
tantos muertos que todo el canpo yapa cobierto unos sobre otros. 

2633-4. L'ordre des vers est appuyé par S (p. 425). 

2637, 2641, 2643-4. Appuyés par S. 

2645 : tut somes vergondé. Appuyé par S. 

2649. ^^- d^*^^ ^ ' C^ydame assy escapar Garsyr. 

2656 : le navilie. S dit : los navios. 

2675. Rien de correspondant en S. Dans R (v. 1060) on lit : 
Take an hundurd men of Armes bry^t. 

2677-8, 2682-4, 2686, 2700. Appuyés par S. 

27o3-5. Les vers 2703 et 2705 sont appuyés par 5 (p. 426). 

2716. Dans 5, ceci correspond aux vers 2715-6 : assy que él 
et quantos dél venieren siempre sean ricos et onrrados. 

2721 : et de sa et de la. Appuyé par S. 

2723 : itant con il voudra. Appuyé par S. 



28o NOTES CRITIQUES 

2743. Dans S, ceci correspond aux vers 2740-5 : Et prometiô d 
todos grandes onrras et grandes tierras. 

2769 : vergonde^. Appuyé par S. 

2782 : sont corru. Cf. dans S (p. 427) : Entonçe se dexaron 
correr d él las espadas desnuas. 

2785, 2789. Appuyés par S. 

2792. Rien de correspondant en S; vers insignifiant. 

2795 : vos. Cf. dans S : Aquel Senor vos giiye que del agita 
fe\o vyno. 

2800-1. S dit : et quando acordô, dixo : — Ay tray dores. 

2805-7, 2809-10, 2814, 2821-2. Appuyés par 5. 

2823. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde au vers supplémen- 
taire de M. 

2836 : par tote la contrée. Appuyé par S. 

2837. Appuyé par S. 

2847-9. L^s deux premiers vers sont appuyés par S. 

2860-1, 2871-2. Appuyés par 5 (p. 428). 

2876. Rien de correspondant en S. 

2877 : Je pris. Appuyé par S. 

2882-3. S : que me mataron mi padre, et nos tenian çercados, et 
ayer fué muerto en la batalla. 

2884 : Lase, Appuyé par S. 

2886. Appuyé par S. 

2893 : tant m'avoit amé. Appuyé par 5. 

2898. Appuyé par S. 

2901-3. S : Et los traydores dixieron por su fé que asy era, et 
asy lo juraron. 

2906. Rien de correspondant en S; vers peu important. 

2908. Appuyé par S. 

2909. Levers supplémentaire de PM, auquel correspondent ces 
mots en S : pero quando catô el muerto et conosçiô que era San- 
son,fue'ya quanto confortada et callôse ende, ne saurait guère 
être qu'une interpolation dans la source commune de PSLM. Il 
se retrouve plus loin (v. 3o3o) à l'endroit qu'il faut, également 
comme second vers d'une laisse. 

2917-9, 2923-5. Appuyés par 5. 

2935. Rien qui corresponde en S (p. 429) ni à ce vers, ni au 
vers supplémentaire de M. 
2937-9. Appuyés par S. 
2950. Rien qtii y corresponde en 5; vers peu important. 



NOTES CRITIQUES 28 1 

2959, 2971, 2976. Appuyés par 5. 

2978. Dans 5, rien ne correspond au vers supplémentaire de P. 

2980. Rien de correspondant dans S', vers insignifiant. 

2983. Appuyé par S. 

2985. Rien de correspondant dans S. 

2987 : le coroel corsai. Appuyé par S. 

3oo2. Dans 5, rien d'analogue à ce vers, ni à l'hémistiche pré- 
cédent. 

3007-9. Appuyés par S. 

3oi8. Rien qui y corresponde dans S (voy. p. 43o); vers peu 
important. 

3o3i. Appuyé par S. 

3o32 : furent mis li gloton. Cf. dans S : et metieron los otros 
enfondo de una càrcel. 

3041. Dans 5, il n'y a rien qui réponde aux vers 3o35-44. 

3o62-5. Appuyés par S. 

3068-9. S parle du mny grant thesoro de Garsyr. Sauf cela, 
rien qui corresponde à ces vers peu importants. 

3070 : et fier don raine sire, S dit : et yo el ssehorio de Cos- 
tantinopla. 

3073. Rien qui y corresponde dans S; vers de peu d'impor- 
tance. 

3076. Rien de correspondant dans S. 

3087 : Les pilers et la voûte. Appuyé par S. 

3o88. Rien d'analogue en S; vers de peu d'importance. 

3096-7. Cf. dans S : fe^ieron enponçohar las saetas, et los dar- 
dos. 

3098 : nos. Cf. dans S : esto non nos es menester. 

3104. Dans S, ceci correspond aux vers 3io2-5 : ca en barata 
somos con ellos. 

3109 : vaut a honeur perdre. Appuyé par S. 

3118-9. ^ ^^^ (P- 4^0 • ^^ desqiie quitaron los cauallos de los 
nauios, caualgaron toste et Jueron los ferir. 

3i3o, Rien d'analogue en S; vers peu important. 

3 138-9. Dans 5, rien ne correspond aux vers 3137-41. 

3i58. 5 dit aussi : Esmere llamô Sauarigo de Baldat, en inter- 
vertissant le sujet et le régime. 

3169. Rien qui y corresponde en 5; on peut croire ici à une 
omission. 

3167. Appuyé par 5. 



282 NOTES CRITIQUES 

3 180 : tre:[ tendu^. Cf. dans S : et mandé que ally le armasen 
la tienda en un canpo que y avia. 
3 185-7. L.es deux derniers vers sont appuyés par S. 
3189. La lacune après ce vers a été comblée par S de la 
manière suivante : et preguntôle que le semejaua de aquello ô que 
le consejaua y fa\er. Yo uos lo dire, dixo él... 
3193-7. Les vers 3194-7 sont appuyés par 5 (p. 432). 
3200. Appuyé par S. 

3201 : barbe. Cf. dans S : Garsyr, el baruicano. 
3204-5. Rien de correspondant en S. 
3207. Rien de correspondant en S; vers peu important. 
3208-11. Appuyés par S. 
3214 : et sa mestre mirmande. Appuyé par S. 
321 5-6. 5 dit seulement : et quier de uos tener todo su enperio. 
3223. Dans 5, ceci correspond aux vers 3222-3 : ora me dept, 
sehor, sy se poderd fiar en uos desto que uos dixe. 

3226 : lui. Cf. dans S : contra él ni contra otroyo non falsaria 
lo que prometiesse. 
3229-30. Rien de correspondant en S. 
3234. Appuyé par S. 
3240. Rien de correspondant dans 5. 

3245. Rien de correspondant dans S. j 

3253. Dans S, il n'y a rien qui corresponde aux vers supplé- 1 
mentaires de M. 
3254 : un. Appuyé par S. 
3265. 5 a omis toute la laisse CXVII. 
3272. Rien de correspondant en S. 

3277-9. Dans 5, ceci correspond aux vers 3276-9 : Amigos, à mi 
ha menester de me tornar a Rroma. 
3281-2. Rien de correspondant dans S. 
3284. Appuyé par S. 
3286. Rien de correspondant dans S. 

3289. Dans 5, il n'y a rien qui corresponde aux vers supplé- 
mentaires de M. 
3297. Rien de correspondant en S (voy. p. 433). 
3299-302. Dans 5, ceci représente les vers 3299-304 : et bestias 
et las aues, et metiô à Adan en el paraiso et Eua. 

3307-8. Dans 5, ceci correspond aux vers 33o6.8 : por quefueron 
echados en los trabajos et en las coitas del mundo, nunca tal cosa 
aveno, como uos contaré. 



NOTES CRITIQUES 283 

33 12. Rien d'analogue en S. 

3314. Dans S, il ny a rien qui corresponde au vers supplé- 
mentaire de M. 

3317-21, 3326, 3328. Appuyés par S. 

3332. Cf. dans S : et entt-aron en las naues. 

3335-6. Appuyés par S. 

3339-40. Cf. dans 5 ; nin dexô omme bueno en su corte maljud- 
gar. 

3342. Appuyé par S. 

3358. Dans 5, ceci correspond aux vers 3355-9 : Atanto llegô 
vn mandadero à Floj-ençia que le dixo muy cortesmente . 

336i. Rien qui y corresponde dans 5; vers insignifiant. 

3367. Appuyé par S. 

3377. Appuyé par 5 (p. 434). 

3393 : ja ne vivrai cel jor. S s'accorde avec P : ya Dios non me 
dé onrra. 

3453, 3457, 3487, 3491-2. Appuyés par S (p. 435). 

35o3. Cf. dans S : et uos (lire : nos) nos défendîmes quanto po- 
dimos. 

3504 : dis. Appuyé par S. 

35o5, 3507-13. Appuyés par S. 

3528 : Simon. Cf. dans 5 (p. 436) : et fuyme corriendo al Apos- 
tôligo Symeon. Cf. ci-dessus v, 1827. 

3548. Dans S on lit, pour répondre à ce vers et à l'hémistiche 
qui suit : et quisiera tajar la cabeça al traydor que non ouiera 
y dl. 

3558. Dans S, ceci correspond aux vers 3558-9 • et fa^elde jiirar 
que nunca jamds eyitre en toda vuestva tierra. 

3563-4, 3575. Appuyés par S. 

3584 et 3586. Dans 5, ceci correspond aux vers 3583-9 • Desy 
mandaron que se fuése^ et despues que fué metido en ssu camino, 
luego començô a pensar otra estraha iraycion. 

3604 : Esmere^. Cf. dans S : Mi hermano vos enbia depr, el 
buen rey Esmere. 

36ii-2. S dit (p. 437) : enbio uos a mi por mensagero, ca non 
auia e'I me jor. 

3629 et 363 1. Dans 5, ceci correspond aux vers 3625-35 : Ella 
yua en una mula la mejor quo poderia ser, con unas sueras de un 
palio. 

3637-40 et 3643. Dans 5, ceci correspond aux vers 3637-45 : et 



284 NOTES CRITIQUES 

en ssu cabeçon ima broncha de oro con muy ricas piedras precio- 
sas en ella, que auia tal virtud que... 

365 1. Dans 5, ceci correspond aux vers 3649-51 : et otra auia 
y que non hd don^ella que la troxiese que pudiese perder ssu 
virginidat. 

3653. Dans 5, rien ne correspond au vers supplémentaire de P. 

3655-6. Dans S, ceci correspond aux vers 3654-6 : Ella era tan 
fermosa que en todo el mundo non le sabian par. 

3657 • adestree. Cf. dans S : Miles el traydor la tomô por la 
rienda en la mano. 

366o. Appuyé par S : Sehora, çedo veredes el omme del mundo 
que... 

3682-3. S : ca par aqui detajaremos mucho. 

3684-5, 3692, 3707. Appuyés par S. 

3714-5. Dans S, ceci correspond aux vers 3712-5 : et començâ d 
foyr por el monte. 

3723-5, 3736. Appuyés par S (p. 438). 

3738 : arme. Appuyé par S. 

3740. Rien de correspondant dans S. 

3746-53. Les vers 3746 et 3749-53 sont appuyés par S. 

3775. Dans 5, ceci correspond aux vers 3774-5 et au vers sup- 
plémentaire de -P : et enbiôlo d paçer, et él se tomô con Florençia 
à départir por grant ssana. 

3786, 3798. Appuyés par S. 

38o8. Appuyé par S (p. 439). 

38 1 3, 3819 et 3824-8. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 
3812-28 : etfi^^o caualgar d Florençia : desy caualgô él, et pasa- 
ron por un puerto. 

3833-4, 3837 et 3842. S a omis toute la laisse CXXXVI. 

3847-9. ^^s deux premiers vers sont appuyés par S. 

3870 : set. Cf. dans S : bien ha siete ahos que aqui non vy 
omme ni mujer. 

3878. Rien de correspondant dans 5. 

3891. Rien de correspondant dans S; vers insignifiant. 

3893. S ne donne rien qui corresponde au vers supplémentaire 
de 3/. 

3896. Appuyé par S. 

3912-3. Le vers 3912 et le premier hémistiche du vers 3913 
sont appuyés par S (pp. 439-40). 

3920-1. S : et Milon dixo ; — Don Monge, mucho sodés pre- 



NOTES CRITIQUES 285 

giintadovy mas ^^ que auedes vos y de ver ? Dios uos confonda el 
pelo. 

3924 : quatre vin:{. Appuyé par S. 

3929 : uns correu:{. Cf. dans S : echô a la puerta el cerrojo por 
de fuera. 

3940, 3942-53, 3955. Appuyés par S. 

3962-4007. S ne donne pas les laisses CXLI-CXLII. L'épisode 
du serpent se retrouve dans D (pp. loo-i). 

4017. Dans 5, ces mots correspondent au second hémistiche du 
vers 4016 et au vers 4017 : ni esposa de Esmere. 

4021. Rien d'analogue en S ; vers insignifiant. 

4o32. Rien d'analogue en S. 

4042. Cf. dans S : et fué con ellapor unos druores muclio espesos. 

4044, 404.5 et 4049. Dans 5, ceci correspond aux vers 4044-50 : 
et pasô un rio et deçiô de ssu cauallo, et de ssy deçiô d ella muy 
paso. 

4054-9. Le premier de ces vers est appuyé par S (p. 441). 

4061-5. Appuyés par S. 

4077. Dans 5, ce passage correspond aux vers 4076-8 : Et 
otrossy le valiô y rnucho una piedra preçiosa que traya en la bron- 
cha entre la[s] otras que y er an engastonadas. 

4107. Rien de correspondant dans 5; vers peu important. 

41 1 1, 41 13. Appuyés par S. 

41 17. Rien n'y correspond dans 5; levers peut avoir été inten- 
tionnellement négligé par S. Cf. v. 4141. 

41 19. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 41 19-20 : quanto 
vos de:{ides non vos valdrd cosa^ sy non des/eperedes las cardntu- 
las. 

41 21 : Traître. Appuyé par S. 

4128. Appuyé par 5. 

41 33-6. Appuyés par 5 (p. 442). 

4139. Rien de correspondant dans S. 

4142. Rien de correspondant dans S. 

4i5o-i, 4i63-6, 4187. Appuyés par S. 

4194. S dit : la via ton sangrienta, et tan mal ferida de las fe- 
ridas que le fe:^iera Miles, que la su fa^ tornar^ tal como de 
muerta, et su brial rroto en muchos logares. Le copiste de la 
source commune de PS n'avait donc pas encore omis le vers. 

42o5 (vers suppl.). Le copiste de P, ayant omis par mégarde le 
V. 4194 (voy. la note précédente), a ainsi réparé sa négligence. 



286 NOTES CRITIQUES 

4208. Appuyé par S (p. 443). 

421 3-5. S a omis la laisse CXLIX. 

4243-4, 4246-7. Appuyés par S. 

4252. S : îa dueha... fuése con su fija Beatri:{ à las andas que 
entraron ya en el corral. 

4270-1 -.portent... ont... ostent. S : Eifi^ola metcr en su cdmara, 
et ella et su fija Beatri^ la desnuaron... 

4275 : ploré. Cf. dans S : et de piadat tomdronse à llorar. 

4281. Rien de correspondant en 5; vers peu important. 

4282 et 4284. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 4282-5 . 
Esta era en el tienpo del estio. 

43o3. Rien de correspondant en 5 (p. 444); vers peu important. 

43 1 3-4. Le premier vers est appuyé par 5. 

43 18 : Lombardie. Appuyé par S. 

4328-9. Appuyés par S. 

4343-4. Dans 5, ce passage correspond aux vers 4342-4 : et 
fi\o asentar cabo sy à la reyna Flovençia ; et de la otra parte se 
asentô su muger et su fija. Cf. les vers 4347-8. 

4353 : honorée. Appuyé par S. 

4361, 4369, 4378. Appuyés par S. 

4383-9. Appuyés par S (pp. 444-5). 

4395-6. Appuyés par S. 

4398-401, 44o3-4 et 4406-7. Dans 5, ces mots correspondent aux 
vers 4398-407 : que era menor que yo, et mejor. Verdaderamente 
el diablo entré en mi; ca fi\e commo traydor prouado. 

4427. Rien de correspondant dans S. 

4428-30. S dit : et Terryn fué con su muger et con su fija 
Beatri:( à vn monasterio de duehas, que avia y cerca à oyr su 
misa. 

4433. Dans 5, rien ne correspond aux vers 4432-3. 

4436, 4443, 4445-7, 445o, 4454-6. Appuyés par S. 

4462. Dans S, ceci correspond aux vers 4460-2 : Tirât vos de 
mi, dixo la don^ella, ca mal vos vernd dende, ca non ssô yo para 
vos, nin vos para mi. 

4465 : Thierri. Appuyé par S. 

4466 : a Vuis. Cf. dans S : et fuése parar a la puerta. 
4469-70. Appuyés par 5. 

4476. Appuyé par S (p. 446). 

4481-2. Dans Sy il n'y a rien qui corresponde aux vers 4480-1 ; 
le vers 4482 est appuyé par S. 



NOTES CRITIQUES 287 

4484-6. Appuyés par S. 

4488 : mal erré. S s'accorde avec P : mucho andastes. 

4495-6, 45o2-3, 4559, Appuyés par S. 

4562-76. Cette laisse (CLXI) n'a rien qui lui corresponde dans 
S. Comme elle ne fait que répéter les vers 4552-61, elle a bien 
pu être négligée par le traducteur espagnol. 

4593 : le trueve fermé. Cf. dans S (p. 447) : et fuè à la puerta, 
etfallô la muy bien çerrada. Cf. aussi v. 45i5. 

4595-6, 4598, 4605. Appuyés par S. 

4616 : escouté. Appuyé par S. 

4640 : Thierris. Appuyé par S. 

4643, 4645. Appuyés par S. 

4646 : quinze homes. Cf. dans S : A tanto ahé aqid Macayre, 
et bien quinze con él. 

4650 : lor. Cf. dans S : mas Terryn los dixo. 

4655. Rien n'y correspond dans 5; vers insignifiant. 

4671-5. Appuyés par S (p. 448). 

4689. Dans 5, cette phrase correspond aux vers 4688-9 : et 
fe^ieron muy grant fuego fuera del muro en un canpo. 

4696-7. Appuyés par S. 

4700 et47o3-ii. Dans 5, rien ne correspond aux vers 4698-711. 

4718. Rien d'analogue en 5; vers peu important. 

4725-3 1. Appuyés par S. 

4733. Dans 5, ceci correspond aux vers 4732-3 : Luengamente 
sse coitô la mesquina. 

4736. Rien de correspondant en S; vers peu important. 

4739 : soissante et sis. S : et bien ssesenta caualleros con él. 

4748 : sorpris. Cf. dans S (p. 449) : ca marauillado ssô ende. 

4752. Appuyé par S. 

4755. Dans 5, ces mots représentent les vers 4754-5 : que esto 
Jl^o por mal de mi; rien n'y correspond aux vers supplémentaires 
de P. 

4762-5. S dit : et clérigos, et monjas, et veyan cômmo la ténia 
Terryn un poco alongada del fuego, et la preguntaua à guisa de 
omme mesurado. Et estauan esperando qudndo la quemarian, et 
oyen cômmo ella de:{ia. 

4768. Dans 5, ceci correspond aux vers 4767-8 : quanta coyta 
hé à endurar, que en este fuego hé d ser quemada ! ; Ay Virgen 
Santa Maria ! / Senora^ acôrreme ! 

4774 et 4776-9. Dans 5, ce passage correspond aux vers 4772- 



288 NOTES CRITIQUES 

9 : Quando le esto oyô de:{ir Terryn, et via cômmo lloraba tan 
Jîeramente, ouo délia muy grant piadat : dessy era tan bella cria- 
tura que dixo contra ssus ommes : — Certas, grant duelo hé 
desta mesquina de miiger. 

4782. Appuyé par S. 

4783 : Grelain^. S : Garlaynes. 

4789. Dans S, il n'est pas question d'évanouissement {Quando 
esto oyô la veina Florencia. . .). 

4804-5. Dans S, ceci correspond aux vers 4801-5 : et dixole que 
Bios le diesse buen gualardon del bien que le fe^iera. 

4807 et 4809-10. Dans 5, ce passage correspond aux vers 4806- 
îo : Et Terryn et su muger ouieron délia grant piadat; et ella 
lloraua tan Jîeramente que semejaua que toda se ssolvia en Idgri- 
mas : tanto era desconfortada. 

4814. Rien de correspondant dans S; vers peu important. 

4817 et 4819-21. Dans S, cette phrase correspond aux vers 4817- 
21 : Et dixo en su voluntat que se non podria encobrir^ que d la 
çima non fuesse sabido. 

4823. Appuyé par S. 

4828, 4830-7, 4839, 4841-4 et 4848-51. Toute la laisse CLXIX a 
été omise par S. 

4860. Appuyé par S. 

4866, 4872-4, 4876. Appuyés par 5 (p. 450). 

4883. Rien de correspondant en 5; vers peu important. 

4889-94. Appuyés par S. 

4898 : demie. Appuyé par S. 

4901 : quatre. Appuyé par S. 

4902 : sa mère. Appuyé par S. 
4909 : un chemin. Appuyé par S. 
4924. Appuyé par S. 

4934-5. Rien de correspondant dans S (voy. p. 45i); vers peu 
importants. 

4974, Appuyé par S. 

4975 : iron. Appuyé par S. 

4980-1, 4983-4. Appuyés par S. 

4987. Dans 5, rien ne correspond au vers supplémentaire de P. 

Soi 2. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5oo5-i8. 

5o33. Rien de correspondant en S (voy. p. 452); vers insignifiant. 

5o45-6, 5048 (vers suppl.) et 5o57-8. Dans 5, rien ne correspond 
aux vers 5041-61. 



NOTES CRITIQUES 289 

5064 • Soplise. Cp. dans S : Ssolipsa, ainsi que les vers 5076, 
5099, etc. 

5065 : el pais a devise. Appuyé par S. 

5087. Dans 5, cette phrase correspond aux vers 5086-7 : asy le 
ruego que uos lieue con bien et con alegvia à la tierra donde 
salistes. 

5089-90. Appuyés par S. 

5093. Cp. dans S : Marauiella fué commo la non mataron. Le 
vers omis par le copiste de P se retrouve au bas de la même 
page. 

5095-7. Appuyés par S. 

5 102 : feront. Cp. dans S : mas y a en tanto coma ella pudiesse 
non le farian escarnio. 

5i2i, vers suppl. Voy. ci-dessus, v. 5093. 

5i58-6o, 5177. Appuyés par 5 (p. 453). 

5 180 et 5 182-3. Dans S, ces mots correspondent aux vers 5i8o- 
3 : et entraron dentro. 

52o3-4. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 5202-4 : et tù 
quieres ganar. 

52 1 7-8. Dans S (voy. p. 454), rien ne correspond aux vers 52 12-8. 

5227-8. Le premier vers est appuyé par S. 

5240. Appuyé par S. 

5247 et 5249. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5245-9. 

5254-6, 5263, 5267. Appuyés par 5. 

5272-7. Les vers 5274-6 sont appuyés par S. 

53o8. Dans S (p. 455), ceci correspond aux vers 5307-9 : Quien 
de traycion vsa^ non gana nada, etpor esto arderemos en infierno, 

5320-3. Dans S, ceci correspond aux vers 53 19-23 : et asy 
deuia ello ser, por que non deue ningiino tôlier el ladron de la 
força., pues es culpado, nin destoruar la justifia. 

5326-7. Dans 5, rien ne correspond à ces vers, inclus le vers 
supplémentaire de P. 

5344-5. Le premier vers est appuyé par S. Pour les corrections 
au vers 5345, voy. Beti:( à la Table des noms propres. 

5362. Dans S, rien ne correspond au vers supplémentaire de P* 

5373. Rien de correspondant en S; vers peu iniportant. 

5379, 5 38 1-2, 5384 et 5387-8. Dans S, ces mots correspondent 
aux vers 5376-88 : la tormenta era tan grande, que espunto tomaua 
omme de la ver. 

5393-5. Dans 5, ceci correspond aux vers 53g i-5 : feriô tan 

T. II. ,g 



290 NOTES CRITIQUES 

fuerte en la nane, que qiiebrô el gobernalle en dos pieças, et 
leuôlo. 

5403-4, 5407-8. Appuyés par S (p. 456). 

5415. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5415-7. 

5444 (vers suppl.), 5446-7 et 5455. Dans 5, rien ne correspond 
aux vers 5444-55. 

5459. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5458-64. 

5487. Appuyé par S. 

5495-8. Les vers 5496 et 5498 sont appuyés par S (p. 457). Le 
vers supplémentaire de P (v. 5498) est également appuyé par S. 

5499 ■ *^^^ ^^^'''^ ^^ contraire. Cp. dans S : que la leuassen à tal 
lugar, do su cuerpo fuesse guardado de mal et de desonrra. 

55o3. Dans 5, rien ne correspond aux vers 55o2-3. 

5507, 55 18. Appuyés par S. 

5527-9. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5525-9. 

5537, 5543. Appuyés par S. 

5564 et 5566-73. Toute la laisse CLXXXVI a été omise par S. 

5588. Appuyé par S. 

5596-7. Appuyés par S (pp. 457-8). 

5607, 5609, 5628, 563o. Appuyés par S. 

5669. Appuyé par S (p. 459). 

5677. Toute la laisse CLXXXIX a été omise par S. 

5689. Dans S, ceci correspond aux vers 5688-90 : que era muy 
coitada, et que gemia mucho. 

5700-1. S dit : et ellafincô commo ante del parto. 

5708 et 5717-8. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5708-20. 

5722. Appuyé par S. . 

5726 : noine. S a omis les vers 5725-7. 

5733 : Quatre. Appuyé par S. 

5734. Appuyé par S. 

5761, 5766, 5770, 5772 et 5775. Toute la laisse CXCI a été 
omise par S. 

5793. Appuyé par S (p. 460). 

58o2. Dans S, ce passage correspond aux vers 5797-802 : et cayô 
en la gafedat tan fuerte que todo el rostre le desfi\o. Et perdiô la 
lunbre de los ojos, et inchdrongele las piernas con podres, et 
resquebrdronle los pies; et tanto era laido de ver, et tan auorrido 
que ssol non podia fablar nin refolgar. 

5810-1. Appuyés par S. 

5819. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5819-20. 



NOtES CRITIQUES 1^9 i 

5822, 5832. Appuyés par S. 

5837-41. Les trois derniers vers sont appuyés par S. 
5844-8. Appuyés par S. 

5852. Dans 5, ceci correspond aux vers 5852-4 : ssy quier todos 
sus parientes le murieran que le non fincara, ssy non vn ssu 
primo cormano. 

5858. Dans 5, rien ne correspond au second hémistiche du 
vers 5857 ^^ ^^ "^^'"^ 5858 (l'allusion aux noces de Cana). 

5862. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 586 1-2 : que en 
el mundo non era doliente que. . . 
5868, 5871-3. Appuyés par 5 (p. 461). 

5879-83. Dans S, cette phrase correspond aux vers 5877-88 : 
Non, dixo él, par Sant Pedro : ante es muy grant verdade. 
5897. Dans 5, rien ne correspond aux vers 5894-7. 
5899, 5903. Appuyés par S. 
5905-15. Les vers 5907-15 sont appuyés par 5. 
5917-8. Dans 5, ceci correspond aux vers 5916-8 : que mefagades 
y leuar en una bestia, et vestirme han vn tabardo. 
5935. Rien de correspondant en S; vers insignifiant. 
5942-3, 5947, 5949-50. Appuyés par 5. 

5955. Rien de correspondant en S (voy. p. 462); vers insignifiant. 
5962. Rien de correspondant en S; vers peu important. 
5981. Appuyé par S. 

5986-9. S dit : et todo lleno de lepra et de podraga. Et era tan 
gafo que morrer cuydaua. Il n'y est donc pas question de Macaire. 
6012. Cp. dans S : quando sopo el logar dô aportdran. 
6016. Dans S, cette phrase correspond aux vers 6014-6 : Tanta 
era la gente que décor ria de todas partes à Belrepaire que. .. 
6019-23. Appuyés par 5. 
6061-4. Appuyés par S (p. 463). 

6066. S donne, pour correspondre aux vers 6o65-6 : et ténia el 
rostro inchado, de guisa que perdia la vista. 
6082. Dans 5, rien ne correspond à ce vers insignifiant. 
6108, 61 13. Appuyés par S. 
61 3 1-2. Appuyés par S (p. 464). 
6147-8. Le second vers est appuyé par S. 
6i5o, 6164-5. Appuyés par S, 

6168. Dans 5, cette phrase correspond aux vers 6167-9 ; et daria 
por ende d este monesterio die:{ cargas de oro et de plata. 

6174 : o /e cler vis. La correction est exigée par la rime (en -is). 



292 NOTES CRITIQUES 

6176. Cp. dans 5 ; et andaua vestida de pahos negros et un vélo 
en su cabeça . 

6192, 6196, 6199. Appuyés par S (p. 465). 

6202-4. Les deux premiers vers sont appuyés par S. 

6207. Appuyé par S [et de otros dolientes). 

6222-3. Cp. dans S : mas aquel que mentier d su entendimîento, 
sepa que non puede guareçer, et él que verdat dixier, nos le otor- 
garemos que se vaya sano asy que él yrd guarido para su tierra. 

6230-1. Cp. dans S : sy non manefestares todos tus pecados del 
comienço fasta la fin, asy que todos los oygamos. 

6243 : que Deu ot a ami. Cp. dans S : Florençia que tanto era 
amiga de Bios. 

6245. Dans 5, ces mots correspondent aux vers 62440 : que la 
nunca pude venger. 

6263. Dans S (p. 466), ces mots correspondent aux vers 6262-4 : 
et ferida muy mal et muerta la ouiera sin dulda. 

6283. Cp. dans S : ca non era en la siella ni en el freno sy 
non oro et seda. 

6285. Rien de correspondant en S. 

6298-9. Dans S rien ne correspond aux vers 6297.9. 

63 12 ; Tierris. Cp. dans S : Dilo, dixo Terryn. 

6324. Cp. dans S (p. 467) : ^ Para que uos lo encobriré? 

633 1-4. S fait dire à Tierri : / Ay! [ Anglentina amiga, que grant 
pesar hé en mi coraçon de la muy buena don^ella que nos non 
errara, et asy la eché desaconsejada de mi casa ! 

636 1-5. Appuyés par S. A la lacune qui suit dans PM (avant 
V. 6366) ce passage correspond dans S : et yo fuy al gobernalle^ 
et fuéme bien, quando lo fallé. Et vî ella yr non se en que, asi 
como las vagas la leuauan. Dios le aya merçet! 

6366-410. Comme il est dit dans V Introduction^ cette fin de la 
chanson, qui ne se trouve que dans M, est assurément un replâ- 
trage, fondé sur des réminiscences du texte original. Nous don- 
nons ci-après le texte correspondant de S (pp. 467-8), en impri- 
mant en caractères romains les passages de la version espagnole 
qui, par leur contenu, diffèrent essentiellement de la version de 
M, et qui donnent probablement une idée plus exacte du contenu 
de la version LMPS : 

Et desque Florençia lo oyâ bien todo, erguyôse (6366) et dixo : 
— Bien se que todos dexistes verdat. Entonçe dixo ella al enpc- 
rador : — Et uos, buen senor, dezit lo vuestro. i Mienbra uos desto 



NOTES CRITIQUES ^qS 

que contaron, 6 pesa uos de alguna cosa ? — Duena, dixo el 
enperador, para la fé que yo deuo â Dios, ssy por uos non finca, 
que elles sean todos quemados de consuno en vn fuego. Por 
aquel que vedes acullâ gafo traydor, que es mi hermano, perdî 
yo mi muger et mi alegrîa, que era la mas bella cosa del mundo, 
et de mas alto linage. ; Dios lo maldiga ! Mas, sefiora, guareçetme 
por el amor de Dios, en manera que pueda folgar de mi cabeça. 
— Senor, diz Florençia, non uos desmayedes, ca ssy â Dios plaz, 
et â su Madré, mucho guareçeredes bien. Enfonce fué ella à él 
(6375) muy de buen talante et tirôle el capirote de la cabeça 
luego, et desque le catô la llaga et le viô el cuero sobresanado, 
ssantiguôla (ôSyô) très vezes, et luego le recodiô ende el fierro 
fuera; asî que ella lo tomô en la mano. Quando Esmere este 
entendio, dio gracias â Nuestro Senor, et luego se ssentiô bien 
guarido (ôSyy). — Duena, dixo él, mucho bien me avedes fecho, 
et vos aueredes ende grant gualardon, antc del medio dia. Entonçe 
le dixo : — Por Dios, duena, datme el fierro que me tirastes de la 
cabeça, que me assy mataua. — Seiîor, dixo ella, muy de grado, 
et otrosy dô los panos et el uelo â esta abadesa, ca yo non aten- 
dia aquî saluo â uos. Entonçe quitâ el belo (638o), et echolo en 
tierra. — Senor, diz Florençia, non uos sera mas encobierto : yo 
sô Florençia de Rroma : Dios me guardo de mal, et de ocasion 
fasta que uos aqui fallé. Quando la Esmere catôy et la conosçio, 
corriô à ella los braços tendidos et abraçôla, et besôla mas de cient 
ve^es (6378-9). Quando Agravayn viô que se fallauan por tal 
auentura, omildôse mucho â ssu senora natural. Et alegria fué 
alli muy grande maravillosamente; esto sabet que es verdat (6382). 
Don Clarenbaut, el ladron, et Escot, el barbudo, et Macaire, el 
traydor, et Millon otrosy, librose el enperador de ellos, ca los fizo 
quemar en el prado, et asî ouieron tal gualardon commo mereçie- 
ron (cp. dans i?, vers 2119-20 : He made to make a grete fyre 
And caste tliem yn wyth ail ther tyre\. Florençia tomô â Terryn 
et a su muger, et onrrôlos mucho, et levolos consigo para Rroma. 
Et el enperador diô grant auer en el menesterio (6394) ; et Flo- 
rençia sse espidiô de las duenas (6387-8). Desy salieron dende, et 
veniéronse por sus jornadas para Rroma (6398), et el Apostôligo 
Symon los saliô resçebir (6400) : este era padrino de Florençia, et 
loô mucho â Dios. Por ende ally fueron las ricas bodas et muchos 
dones dados : â Terryn dieron Plazençia con todo el reyno, por 
quanto bien fizo â Florençia (cp. 43iS; Ry vers 2)137 • ^^ S^f 



294 NOTES CRITIQUES 

hym the Cyte of Florawncé). Aqiiella noche de las bodas que 
anbos dormieron de consuno, fué engendrado Ottas d'Espoliça 
(6406-8; cp. R, vers 2164-5 : They gâte a cliyide the furste nyght 
A sone that syr Otes hyght) ; desy viuieron en grant plazer, et con 
muy grant alegrîa, et fezieron muy sancta vida de consuno. Aquî 
feneçe nuestro cuento. Dios nos débtten conseio a todos (6409-10). 
Amen. 




GLOSSAIRE 



Ce glossaire ne contient, en règle générale, que les mots et les 
acceptions qui ne se retrouvent pas dans le français de nos jours. 
Les chiffres entre parenthèses renvoient à des leçons introduites 
dans le texte par conjecture. Les mots précédés d'une astérisque 
manquent dans Godefroy. Pour les noms propres et les adjectifs 
géographiques, voy. le tome Ici", chap. iv. 



A, indique la possession (= de) : 
li mesnié au roi, etc. 555, 
loSg, 1284, 1637, 1890, 2106, 
3094, 3439, 3566, 3747, etc.^ 
l'instrument , l'accompagne- 
ment [= avec) 217, 35i, 724, 
784, 801, 802, ii63, i658, 
1874, 2125, etc.; indique la 
manière, les circonstances : 
portraire a fin or, etc. 89, 90, 
95, 408, 478, 1104, II 16, 
25o6, 3638, 5290, etc.; si- 
gnifie : clie:(, auprès de 697, 
752, 766, 865; aprochier a. 



s'approcher de 3999; voler a, 
voler après i^-jS; combatre a 
375, jouter a 1426, se battre 
avec; prendre conseil a, con- 
sulter 222, 3o5 ; avoir a (ami, 
etc.), avoir pour 3878, 5214, 
6243; tenir a, tenir pour 154, 
3i3, 43o8, tenir par 4022, 
4047; a terre, /J^r terre i368, 
i5o7, 1571,4602, 1799, 1924, 
2246, 2869; ^ ioTce, par force 
476, 608, 1490, i855, 23o7, 
2653; a glaive, j^ar le glaive 
1073; a larron, à la façon d'un 



296 



GLOSSAIRE 



larron 352j ; a joie, joyeux 
-jâf-], 533o, 5532; a cop, en 
donnant des coups 2 544, a cest 
cop, en donnant ce coup 1447; 
au voloir de, selon la volonté 
de 612; a bien, avantageuse- 
ment 782; a nul jor, jamais 
923, 1540; a nuit, ce^/e «î<iY 
1894, 5919; a son lens, de 
son temps 1 289 ; sert à rap- 
peler devant un infinitif la 
prép. de 1094, 5198. Voy. 
encore Itant, Mont, Tant, 
Val. 

Aaige, ^^4571. 

Aaisieement, à Vaise (626). 

Aaisier, aessier, mettre à Vaise, 
reposer (859) ; pt. p.^ à son 
aise (636 1). 

Aamer, aimer ifenrfreme«if (2 291), 
(2877). 

Aars, pt. p. de aerdre, attacher 
4273. 

Abert, voy. Aubert . 

Abessier, abesier, abasier, 
s'abaisser 325, 1895, 1899, 
2239; [en parlant du vent) 
faire cesser b^bÇ>, cesser 5458. 

Abitacle, habitation 3 860. 

Aboivre, cours d'eau potable 
(2090). 

Abomé, accablé de chagrin 
3584, 4392, 4474, 4677, a. de 
duel 4409. 

Abrivé, impétueux, rapide [en 
parlant d'un cheval) 800, 
1792, 2542, 3ii4, 3592, qui 
vient en hâte 3355, 3619. 

Abriveemant, d'une course pré- 
cipitée 4162. 



Acerin, d'acier no6, ii63, 
2i53, 2353, 2791, 2839, 2934. 

Acesmé, acemé, bien paré 176, 
3633, 4276, 4891, joli, gra- 
cieux (35), 61, 799, 1569, 
1819, 2487, 3655,4259,4403; 
a. aus, des armes, portant 
bien les armes 1778, 2879. 

Acheminer, s'acheminer 6398. 

Achoison, prétexte 290. 

Acliner, rendre hommage [à) 
4234; ré/7., s'incliner 1736. 

Acoillir, rassembler, ramasser 
3237, atteindre 3674, saisir 
53 14, 5356, poursuivre 1462, 
4i53, 4238; a. son oire, sa 
voie, sa traîne, entreprendre 
son voyage, etc. 167, 713, 
3354, 401 1, 4228. 

Acointier, acontier, faire con- 
naître 2232, 5248, s'adresser 
à 5198, faire connaissance 
865; réfl., s'approcher, s'a- 
dresser j6i , se préparer, 
prendre ses dispositio7is io83. 

x\coler, passer autour du cou 
{en parlant de Vécu) i345; 
réfi., s'embrasser (6379), 
(6393). 

Acomplir; a. une parolie, exé- 
cuter ce qui a été dit i35. 

Aconfesser réfi., se confesser 
2943. 

Aconter, énumérer 423. 

Acorde, accord, réconciliation 
1177. 

Acordement , réconciliation 
1027; prendre a., se réconci- 
lier 2417. 

Acorer, tuer 48 16, 



GLOSSAIRE 



297 



Acoter réfl.^ s'accouder 5425. 

Acoveter, acouveter, couvrir j5, 
i3i6, 4508. 

Acumingier, donner la commu- 
nion à 6346. 

Adeser, toucher 4642, 4878, 
5735, approcher 3647, appro- 
cher charnellement 365o , 
4107,4465. 

Adestrer, escorter (un cavalier, 
en se tenant à sa droite) 
3557. 

Adober, adouber, armer cheva- 
lier 698, 945; refl.y s'armer 
783, 83o, 1009, 2452, 2664, 
2^63) ] pt . p . y armé i3i3, orné 
{de) 1601. 

Adolé, affiigé 6060. 

Adonc, adont, adons, alors 
io52, 1916, 2i3o, 2822, 2827, 
3586, 4267, 4890. 

Adrecier réfl., se diriger 628, 
3o85. 

Adur, <ajfwr 538 1. 

Aduré, endurci {aux fatigues 
de la guerre) 369, i3i9, 2o38, 
2080, 2173, 5784. 

Aé, âge 737, i8o3, 5659, vie 81 
{plur.), 985, 2496, 2888, 
3370, 4587. 

Aessier, vo_^. Aaisier. 

Afaitement, arrangement^ pré- 
paratifs 4927. 

Afautré, harnaché 3627, 3727, 
4940, 58i6. 

Afelonnir, devenir plus mé- 
chant 691. 

Afermer, affirmer 5436. 

MtXiQv, disposer y arranger 52g5. 

Afichiement, afichiemant, fer- 



mement, avec assurance 189, 
avec entrain 4152. 

Afichier, affirmer 338, 5202, 
52o5; re/7., se placer solide- 
ment {sur un cheval) 11 24, 
i53o. Cf. Esfichier. 

Afier, assurer y jurer 2718, 
2732, 2753,2827,4375,6233, 
6236, 6299; a. en, avoir con- 
fiance en 3297; pt. p., qui a 
juré sa foi, dévoué 5 00 3. 

Afiner, tuer 35o9, avec de : met- 
tre fn à 1957. 

Afoler, causer le malheur de 
692, 4820, mettre à mort, tuer 
676, 754, 1720, 2616, 2629, 
3184, 3793, 4674, êt7'e tué 
3223, 48i3; réfl., se tuer ^^lo; 
pt. p., blessé 61 18, défiguré 
4477, 6067. 

Afondrer, couler à fond 5414, 
5426. 

Aforcheûre, ouverture des jam- 
bes 493. 

Aforer, taxer 5ji2. 

Afubler, revêtir 2099, 2972. 

Agrai, harnais 1487 ( : -oi). 

Agrevé, accablé de soucis 2474. 

Agu, aigu 81 5, 2 588, 3i56, 
3770, 5564. 

Aguisier, aiguiser 45o3 . 

Ahan, fatigue, tourment 3gi2. 

Ahatine, ahaitine, empresse- 
ment, rivalité 4238, gageure 
4243. 

Ahené, fatigué 107. 

Ahi, interjection 2794, 3o2i, 
3294, 3704, 4006, 4395, etc. 

Aibresel, arbrisseau 4044. 

Aideor, celui qui aide 5553. 



298 



GLOSSAIRE 



Aidier, subj. pr. 3 aïst 1679, 
aide 1 3o8, imper. 2 aiue ( : -ue) 
1748, 4129; réfl., se servir 
[de) 1 6 1 1 . 

Aïe ( : -ie), aide, aide 726, 1465, 
2i3o, 3428, 5095, 5142, 5636, 
6118. 

Ainçois, ainsois, ainçoiz, ain- 
soiz, ançois, ansois, ansoiz, 
ençois, plutôt 299, 2889, 
4669, {suivi de que) 62 1, 1 768, 
2471, au contraire, mais 
{après une prop. ne'g.) 2i5o, 
3571, 38oi, 4379, 5569, 5632, 
avant {prép.) 753, 1472, 
5873, auparavant 3291; a. 
que, avant que 41 5, 3009, 
4907, 5040, 5407, 5920, 6167. 

Aine, dne 58i6. 

Aint, voy. Amer. 

Ainz, ains, auparavant 1454, 
1810, 5268, 6o65,pZMf6^ 2438, 
au contraire, mais {après une 
prép, nég.) 3 14, 1099, ii23, 
1286, 1930, 341 1, 3798, 5o39, 
5o6i, 5247, etc.; a. que, avant 
que 3,940, 1862, 2428, 2593, 
4978, 5oi8, 5i 1 1, 5945, 6075, 
etc.; a. ne — que i56, a. ne — 
si 5970, ne pas plutôt— que. 

Ainz, ains, jamais 81, 923, 
1857, 2091, 25io, 2620, 2961, 
3547, 4183, 5249, etc., ren- 
force simplement le sens d'une 
prop. nég. 588, 1904, 1923, 
2725, 2855, 3790, 4547, 5553, 
563o. 

Ainz, voy. Amer. 

Ainzné, annc [aîné 779), plus 
'âgé 271^. 



Air, impétuosité'; d'à., vite 
366o. 

Aire m., l'ensemble des qualités 
d'une personne, caractère; de 
bon a., distingué 5495 ; de put 
a., mauvais, vil 5899, 5907. 

Aire/., place, endroit 55 10. 

Aïrement, co/é7*e, chagrin 1979. 

Airer, voy. Errer. 

Aïrer réjl., se mettre en colère 
i53i, 2775, 3)o6b;pt.p., cour- 
roucé 1806, 3145. 

Aïreux, en colère, ardent 1935. 

Airre, voy. Oire. 

Aisié, content, heureux 56 10. 

Aiue, aide 5566; de grant a., 
puissant 1753. 

Aiue, voy. Aidier. 

k]0Tn3.nt, point du jour 352 1. 

Ajornee, poiyit du jour (3962). 

P^]Ovr\Qv , faire jour 773, 2856, 
38i5, 58o8. 

Ajouster, ajouter, presser contre 
1648; 1?^ p., aux prises {avec) 
1787. 

Al { : -al), el, autre chose 671, 
1694, 2976, 2980. 

Alaine, alainne, haleine 3749, 
3757, 4832; avoir s'a., re^- 
pi7'er 5799. 

Alee, voyage 366o. 

Alegier, relever {de maladie) 
5926. 

Alentir, ralentir, retarder 
4023. 

Aler, pr. 3 vet 238, 584, 599, 
8i5, 1424, 1456, 3o83, 63ii, 
etc. {cf. va : -a i559, 2702, 
2717), subj. pr. 3 aut, aust 
904, i652, 2i33, 5040 (: -aut), 



GLOSSAIRE 



299 



5454,5760, auge iSoy, voist, 
voit 5856, 5863, 6 augent ySo 
[cf. aille : -aille iSôy, i36g, 
383 1, aillent 997), aller \ con- 
jugué avec avoir 4041, 4900, 
5783 ; suivi d'un verbe au pt. 
pr., ajoute à celui-ci Vidée de 
durée 1973, 1974, 2002, 
2335, 4155, 4173, 5147, 5182, 
63 16, 6324, ^ic-\ réfl.avecen, 
aller 2 163, 4i5g; a. por, aller 
chercher m, 522 3, 5891; il 
vet, il en est 63ii. 

Alever, élever, nourrir 875. 

Alie, alise {équivalant à une va- 
leur minime) 2124, 2134, 
2143. 

Alis, uni^ lisse 1 169. 

Aloser, alouser, louer 116, 
i6i3; pt. p., renommé, digne 
de louange 368, 982, 1697, 
1784, 2473, 2868, 4078, 4383, 
5007, etc. 

Alumer, éclairer 4581; pt. /?., 
enflammé {de courage) 2076, 
rayonnant {de beauté) 1644. 

Amaire, armoire, cofl're {pour 
les reliques) 55 13. 

Ambedui, voy. Ansdous. 

Ambler, aller Vamble 406, 402 1 , 
4905 ;;7^ pr., qui va Vamble 
188, 6356. 

Ambler, voy. Embler. 

Amender, amander, s'améliorer 
691, 5635, réussir, prospérer 
3212, empêcher b^Zi-, réfl., 
s'améliorer 3614. 

Amener, pr. 3 amoinne 3377, 
4049, 6 amoinent, amoin- 
nent 775, 916, 338i, 4690, 



conduire {un bateau) 5i5, ap- 
porter 2658, porter {le com- 
bat) 775. 

Amenevir, préparer 3864. 

Amer, pr. i ainz 235i, subj. 
pr. 3 aint 3262, aimer 434, 
etc.; inf., amour 4460. 

Amesuré, mesuré, prudent ,\3>^j. 

Amiable, aimable, doux 2102. 

Amiablemant, aimablement 20 1 . 

Amiraut, émir 5333. 

* Amorer, aiguiser, affiler 45o3. 
Amors {rég.), amour 1688. 
Ample, large, vaste 2604; par 

a. le paies, à travers toute 
V étendue du palais 1968. 

Amplir, voy. Emplir. 

Amploier, voy. Emploier. 

An, voy. En. 

Ancelle, servante, esclave 1947. 

Ancessor, ancêtre 3383. 

* Anciennier; tens a., /e temps 
des anciens 1286. 

Ancontre, voy. Encontre. 

Ancovir, désirer ardemment 
5353. 

Andeus, voy. Ansdous. 

Androit, voy. Endroit. 

Andui, voy. Ansdous. 

Anemi, ennemi 1292, 4746, 
6047, 6238. 

Aneur, voy. Oneur. 

Anfant, voy. Enfant. 

Anfreci, voy. Enfreci. 

Angre, ange 1146, 3947,4069. 

Anj orner, /loinf du jour 4426. 

Anne, voy. Ainzné. 

Annoncion, anoncion, incarna- 
tion 3o36 ; per a., en personne 
1 146. 



3oo 



GLOSSAIRE 



Anor, voy. Oneur. 
Anpereres, voy. Emperere. 
Anprès, vqy» Emprès. 
Anqui, aujourd'hui, tout à 

Vheure 1078, iSyi, 3256. 
Ansdous, andeus, suj. andui, 

andu, ambedui, tous les deux 

935, 2399, 2543, 2592, suj. 

919, ii33, 2677, 3566, 4275, 

6139. 
Anseigne, voy. Enseigne. 
Antaillier, voy. Entaillier. 
Antain, tante 4782. 
Amasser réfl.^ s'entasser /\.Ç)62. 
Ante, voy. Hanste. 
Anterin, voy. Enterin. 
Anli ( : -i), /. antie ( ; -ie), an- 

tive, ancien 1286, 2408, 3853, 

6119. 
Antor, voy. Entor. 
Anuier impers., fatiguer 4907. 
Anuitemant, tombée de la nuit 

6o38. 
Aorer, adorer, implorer 54o5, 

5476; pt. p., adoré, saint 

5733. 
Aomé, orné 3642. 
Apareillier, aparellier, apare- 

lier, apaiTiUier, préparer, met- 
tre en ordre 1 108, 1 182, i3o2, 

5948, 6367, se mettre en ordre 

5922 ; réjl., se préparer 3099; 

pt. p., si a., en un tel état 

6349. 
Aparissant, aparisant, évident, 

manifeste 1985, 5i52. 
Aparmains { : -ains), aparmain, 

tout de suite, bientôt (3598), 

4786,(5668). 
Aparoir réjl.,pf. 3 aparut 2419, 



apparaître ; pt. pr. aparant, 
distingué, illustre i3. 

Apel; de put a., de mauvaise 
conduite 4063 ; senz a., sans 
moyen d'opposition 4048. 

Apeller, accuser 4619. 

Apendre, appartenir, dépen- 
dre [de) 198, 1221; pt. pr., 
dépendant {de), soumis (à) i5, 
3915, 6323. 

Apenser, apencer réfl., réfléchir 
962, se rappeler 4073. 

Aperceù, sensé 5574. 

Apoier, appuyer 35 10; réfl., 
s'appuyer 558, 6340. 

Apoindre, venir en piquant des 
éperons 6268. 

* Apoiot, bâton {pour s'appuyer) 
5483. 

Aport, support, soutien 5455; 
cité de grant a., ville oit il y 
a un grand marché 3oji. 

Apostoille, apostoile, apostolle, 
apostole, espostoile, pape 
1827, 2943, 2957, 2960, 2967, 
2973,2993,3015, 3528,3608, 
etc. 

Apovrir, appauvrir 47 1 8 . 

Apremier 3oi4, réfl. 41 56, s'ap- 
procher. 

Apressé, approché, prochain 
2821. 

Aprester, disposer, préparer 
56o8; réfl., se mettre en ordre 
784; jjf. p., prêt 36 18, disposé 

3574. 
Apris, instruit 2264. 
Aques, voy. Auques. 
Aquiter, affranchir, délivrer 

977» 2498. 



GLOSSAIRE 



3oi 



Araisonne, voy. Aresnier. 
Arbalestee, arbelestee, portée 
d'arbalète 1626, i635, 8247, 

3677. 
Arbalestre, arbalète 3097. 
Arbroi, lieu planté d'arbres 

1499- 

Archie, portée d'un arc i528. 

Ardoir 3, jyr. 3 art 5gi, 1249, 
4296, pf. I ars 6254, 3 art 
2oo5, fut. 3 ardra 4790, pt. p. 
ars, /. arce 455, 3 160, 3932, 
3938, 395 1 , 3964, 4677, 5897, 
brûler {trans.) 455, 20o5, 
3 160, etc.^{intrans.) 3, briller 
591, 1249, 4296; pt. pr. ar- 
dant, brillant, luisant 644. 

Arengier, mettre en rangs 6369; 
réjî., se mettre en rangs 
i23o. 

Aresnier 862, 1066, pr. 3 arai- 
sonne, aresonne 1483, 3275, 
pt. p. araisonne, aresonne, 
aressonné 1000, i656, 2297, 
2359, 2737, 2931, adresser la 
parole à. 

Arestaison, arestoison, aresti- 
son, arestisson, arrêt 848, 
retard i856, 3534, 62o3. 

Arestal, arrêt; faire a., tarder 
2988. 

Arestee, <2rr^^ 517, 2843,4536. 

Arester, s'arrêter 533, loii, 
1716, 2855, 3236, 3242, 38o5, 
4325, rester 5416, tarder 
5422, tenir bon i52o, 5397. 

Arguer, presser, aiguillonner 
4i35. 

Ariner réjl., se préparer {^2b2). 

Arme, âme i83i, 3738, 4086, 



4131,4548, 4711,4722,4731, 
4757, 5084, etc. 
Armé, homme d'armes 8o3, 
io3o, i335, 1775, 2037, 

(2521). 

Armer, voy. Cote. 

Aroter, arouter, grouper, met- 
tre en troupe 2642 ; réfl., se 
grouper 2626, 4168, se met- 
tre en troupe i343, 1400; ^^ 
p., formé en troupe 1786, 
3354, 3621. 

Arramir, promettre, jurer 474. 

Arre, voy. Oire. 

Arrière, arierre, ariere, arieres, 
par derrière, en arrière 3078, 
3084, 3665, 3678, 3695, 5170; 
renforce le sens de s'en aler 
4448, de repairier 1981, de 
retorner 2703, de ruser 1626, 
de s'en torner i545 ; s'en aler 
a., retourner i652, 3174; ve- 
nir a., revenir, retourner 
2354, 3232, 4552. 

Arriver, aborder 5587. 

Arsoir, hier au soir 4972. 

Asaiir, assaillir, attaquer 3oo4, 
3209. 

Asaser, asazer, satisfaire 33o3 ; 
pt.p., riche , fortuné 746. 

Ascouter, écouter 3338. 

Asembler, asambler, réunir 
[deux personnes) 5o3i, com- 
mencer {une bataille) 1647, 
s'assembler, se réunir 53 1, 
874, 171 5, 5e rencontrer 3 18. 

Asener, adresser, diriger 3681- 

Aseûrer réfl., avoir confiance, 
être assuré 10 19, tarder 6090. 

Asi, voy. Ausi. 



^01 



GLOSSAIRE 



ksoXn^ absolu 5567. 

Asolucion, fête de l'institution 
du sacrement de l'Eucharistie 
3040. 

Asoté, asouté, insensé 1021, 
1706, 2147. 

Assamblement, réunion 6014. 

Assaut, asaut, attaque 3994; 
doner a., attaquer 2964. 

Asseoir, aseoir, pr. 3 asiet 
1840, 2297, 6 asient 2455, 
pf. 6 asistrent 2429, placer 
643, 2420, 3167, 4830, /aiVe 
asseoir 964, 2297, 6075, 
5290, 5572, 6147, etc., assié- 
ger 2415, s'asseoir âf2o, 2429, 
(6403); a. en, donnera 11 09, 
a. sa raison, raisonner 1840, 
a. roi, élever à la dignité de 
roi 2406; pt. p.j bien a., bien 
formé 4735. 

Assez, asez, beaucoup, bien 70, 
76, 2536, 2657, 2803, 2815, 
2840, 4421, 5oi2, 6102, etc., 
très 1861, foi't bien 1046, 
5017, 6od8, longtemps 441 1, 
565o, alitant qu'il faut io3, 
2665, sans inconvénient 1042. 

Astoit, voy. Estre. 

Atachier, être attaché, pris 1 9 1 3 . 

Ataivre ( : -oivre), appareil, ar- 
rangement 2091 . 

Atalenter, alSLlanter, plaire gbo, 
5207. 

Atamprer, atrenper, modérer 
3064, accorder {un instrument 
de musique) 240. 

Atargier 344, réfl. 1081, 2235, 
3442, 5947, s'attarder, être 
lent. 



* Atelier, attacher, joindre 3634. 

Atendre, pf. 3 atendié { : -ié) 
5286. 

Aterrer, jeter par terre 1591. 

Atisier, exciter, enflammer 
1174,4835. 

Ator, provision 917, magnifi- 
cence, pompe 3385. 

Atornement, parure, ornement 
4166, 4172. 

Atorner, tourner 693, i653, 
2622, 4543, disposer, mettre 
en ordre 2666, 3286, 45 10, 
486 1 , 609 1 , 6098, 6402 , prépa- 
rer {le manger) 4339, 5975, 
attribuer, imputer 3553 ; réfl., 
se mettre en ordre 3353 ; pt. 
p., paré, orné 1104, 1260, 
isi a., en un tel état 6273; 
mal a., mettre en mauvais 
état 5689, pt. p., en mauvais 
état, misérable 5641, 5664, 
5820, 6o53. 

Atouchier, toucher 52 33. 

Atraver réfl., établir ses tentes 
989, 2o35 ; pt.p., campé, logé 
2059, 3683. 

Atraverser, passer à travers 
601. 

Atrenper, voy. Atamprer. 

Aubert, abert, haubert 538, 
548, (860), 971, 1075, 1079, 
iioi, 1295, i365, 1477, eïc. 

Auchanter, se mettre sur le 
coté., pencher 5395. 

Auçor, voy. Hauçor. 

Aucun, quelque i564, 1889, 
4815.- 

Aufaige, chef sarrasin 33 14. 

Auferrant, p.-é. fougueux {en 



i 



GLOSSAIRE 



3o3 



parlant d'un cheval, propre- 
ment sarrasin) 635, 1228. 

Auge, voy. Aler. 

Aûnee, réunion, grande assem- 
blée 3 139, 5744. 

Auquant (li), un certain nombre, 
quelques-uns 2340. 

Auques, aques, un peu 5468, 
5469, à peu près 737, 921, 
explétif ii3i, 1969, 271 1, 
35oo, 4358, 536o. 

Auqueton, étoffe de coton 3627, 
housse faite de cette étoffe 
II 36. 

Aus, voy. II. 

Ausi, asi; a. que 529, a. con se 
i2i3, 2861, 4470, comme si; 
a. com, comme i^jS; a. — 
comme, con, comme 4737, 

4774. 

Ausiment, aussi, également 
4146. 

Aust, aut, voy. Aler. 

Autain, voy. Hatain. 

Autre, autre chose, autrement 
4496. 

Autresi, autreci, de même, éga- 
lement 463, 5238; a. comme, 
aussi bien que 890; a. — con, 
comme 1 142, comme si 3oo3 ; 
a. — con se, aussi — comme 
si 5738. 

Autretant, autant gj^, 2538; a. 
comme, de même que 2004. 

Autrier (!'), l'autre jour, na- 
guère 945, 3416; dès l'a., de- 
puis peu de temps 5940. 

Avaler, descendre {intrans.) 
2668, 3804, 38 1 5, 3977, 4040, 
5043, 55o7, disparaître 5'j36, 



descendre (trans.) 25 12, 3814, 
3899, descendre de 1922, 
2234, faire descendre 540. 
Avancier réfl., s'avancer {pour 
faire qqc), s'empresser 261. 
Avant, en avant 1587, 1736, 
5170, en premier lieu 2328; 
aler a. 4i65, 4167, 4328, 
4939, 6335, passer a. 4666, 
ava}icer; a. 1er, Vautre jour 
3426, 3446; a. que, avatit 
iprép.) 2727. 

Avenant,/, avenande ( : -ande), 
agréable, gracieux 23, 21 3, 
3907, 4149, 5i55, 5192, 63o4, 
agréable à entendre 32 18. 

Avenemant, événement 6o3i. 

Avenir impers., arriver 618, 
624, 1829, 25qo, 2728, 2923, 
3i 10,3 ig2,33oS, etc. ;int7'ans., 
convertir, aller bien iSgj, ar- 
river, se passer lybi, 4522, 
4986. 

Aventure, bonne chance 56i2. 

Aversaire, ennemi 5497. 

Aversité, malheur, calamité 
5024. 

Avespree, esvespree, soir 3728, 
3741, 5747. Cf. Vcspree. 

Avesprer, se faire tard 4506. 

Avesprir, se faire tard 385 1, 
6249. 

Aviler, avilir, déshonorer /^3']']. 

Avironner, entourer 1469. 

Avis; m'est a., il me semble 
1907, 4632. ^ 

Aviser, apercevoir 529, 1589, 
4169, 4932. 

Avoé, défenseur 25 1 5, 2876. 

Avoi, ah 355 1. 



3o4 



GLOSSAIRE 



Avoir, ^/. I oi 191 1, 19 16, 
2129,4364,6245, 6270, 6284, 
6293,^01 ( : -ot), out 29, 33, 
34, 35, 36, 39, 48, 56, 485, 
5475, etc., 6 orent i55, i56, 
35i, 630,677, 917, etc., fut. I 
avrai 754, 1449, 1955, 2001, 
2497, 2724, 2888, 2 avras 
( : -as), avrais, avraiz 3 161, 
3428, 5890, 6229, 3 avra 477, 
6i5, i3i3, i326, 1327, i52i, 
i533, i56i, 1825, 2519, etc., 
4 avrons 2062, 2422, 5 avrez 
767, 868, 1690, 2071, 2421, 
2804, 3323, 4087, 4368, 5236, 
etc., 6 avront 846, 2200, 
3465, cond. I avroie 4187, 3 
avroit ( : -oit), avret 977, 978, 
1276, i336, 1339, 1340, 5997, 
subj. impf. 4 eùsiens 35oo; 
impers., il y a 54, 237, 244, 
5ii, 514, 632, 835, etc., a en 
lui, // est 2080, 3475, 4740; 
n'i a que {avec tm inf.), on ne 
fait que 1901, 3o83, 3444, 
5226; a {suivi d'un pt. p.), on 
a 2040, 5254, 5255, 5266, 
5296, 5702; a. bien, être satis- 
fait i56i; n'a. que {avec un 
inf), ne pas devoir 5928. — 
Avoir, avor, richesses i3i, 
206, 433, 450, 537, 664, 762, 
2742, 3026, 5ii4, etc., objet 
{qu'on possède) 5192, 52oi. 

Avonnc ( : -onne), avoine 3284. 

Bacheler, jeune homme 3o2, 
428, 5427, pris ironiquement 
1201. 

Badrc, vqy. Baudré. 



Baé, grand ouvert 3640, 3980, 
3998, 5724. 

Baille, enceinte fortifiée 3 1 1 2 . 

Baillie, possession, pouvoir 137, 
1449, 5092, 5ioi, 61 16; avoir 
en b., avoir en son pouvoir 
i2o5, 5i 14, 5 126, 61 10; tenir 
en b., disposer de 731. 

Baillier, saisir, prendre 1122, 
i353, 1914, 2354, 2692, 5208, 
donner, accorder 1067, 1177, 
i356, 2705, 3488. 

Baillir, traiter 2946, 3415.F03'. 
Malement. 

Balance, péril 5834. 

Baloier, voltiger, flotter 489. 

Ban, proclamation du su:{erain 
1092 ; crier le (son) b., pro- 
clamer 392, 769, 2453, 3617, 
6205. 

Bandon; a b., avec impétuo- 
sité i855, 4971, en hâte 836, 
6184, 6200; mettre a b., 
mettre en liberté 2202. 

Banere ( : -ère), bannière 1870. 

Banir, défendre, interdire 3555, 
convoquer {une armée) 724. 

Barbé, barbu 106, 1771, 6o5i. 

Bargaigne, mêlée, presse 1886. 

Barge, sorte d'embarcation 514, 
2690. 

Barginier, marchander 52o6. 

Barnage, barnaige, bernage, 
les vassaux d'un prince 144, 
884, 906, 2930, 3240, 3324, 
3472, 3577, puissance de 
seigneur 332 1, vaillance 2 1 76. 

* Barnalle, puissance de sei- 
gneur 1349. Voy. Mener. 

Barné, l'ensemble des seigneurs 



GLOSSAIRE 



3o5 



d'un pays 1780, 3358, 3486, 
3597. 
Baron, seigneur 1839, etc., suj. 
ber ( : -er), bers 283, 399, 
225o, 2662, 2821, 2947, 3219, 
3285, 4190, 4335, etc., em- 
ployé comme rég. 1241; 
wari 21 1 3, 2923, 3045. 
Baronnie, baronie, l'ensemble 
des seigneurs d'un pays i34, 
696, 1414, 1747, 3432, 3549. 
Barre, limite {du camp) 1587. 
Bas; en b., à voix basse 3ijj. 
Basant, voy. Baucent. 
Bataille, corps de troupes, ar- 
mée 1180, 1194, 121 1, i3o2, 
i3ii, 1421, 1424, 1647. ^^X' 
aussi En. 
Batestal, action de frapper, coups 

319, 2975. 
Bâtir, commettre {un péché) 
4719; b. un plait, faire un 
arrangement 2404, tramer 
un complot 4623. 
Batre, rendre un son {en par- 
lant d'une cloche) 23g; b. sa 
coupe, dire son mea culpa 
4904. 
* Baubois, moquerie, sotte plai- 
santerie 2021. 
Baucent, basant, tacheté de 

blajic 182, 1229. 
Baudour, joie, allégresse 5532, 
Baudré, badré, ceinture 970, 

1575, 2288. 
Baut, plein d'entrain, joyeux 

5176, 5923. 
Behorder, s'exercer au behourt, 

sorte de joute 43o, 70 1 . 
Bel, biau, cher {épithète honori- 
T. II. 



fique) 749, 780, 798, 821, 
948, 972, 1029, i333, i5o3, 
1945, etc., {devant un adj.) de 
belle façon 6o65 ; m'est b., 
me plait /^oô']. 
Bel, biau, de belle façon, avec 
élégance 173, 176, 197, 862; 
au plus b. que, aussi bien que 
291 1, 4359; avenir b., aller 
bien, convenir l'igj. 
Bêlement, bellement, belle- 
mant, de belle façon, douce- 
ment 187, 1173, 1546, 3177, 
4048, 4199, 4535, 4599, 4624, 
5539. 
Belloi; aler a b., être en grand 

désarroi 1504. 
Bendé, traversé de bandes 23 1, 

2092. 
Beneïr, subj. pr. 3 beneïe, be- 
noïe 718, 1466, 2 141, 3420, 
3569, 43i5, 5i07, 5i33, pt. 
p. beneoit, benaet 6272, 6941, 
61 1 5, bénir. 
Bcneïsson, beneïson, bénédic- 
tion 2922; a Deu b., avec la 
bénédiction de Dieu 833, 
i863, 6204. 
Beneûré, benaûré, bienheureux 

5707, 6080. 
Ber, voy. Baron. 
Bcricle, béryl iio5, 1254. 
Bernage, voy. Barnage. 
Besoig; venir au b., devenir né- 
cessaire 665. 
Biau, voy. B«i. 
Biauté, au plur. 4402, 5oi5, 

5o25, 566o. 
Bien, à la bonne heure 4942 . 
Bis, gris sombre 87 . 

20 



3o6 



GLOSSAIRE 



Blanchart, blanchâtre 1244. 
Blanchoier, se montrer blanc 

1299. 
Blason, {face extérieure du) 

bouclier iSSy. 
Blêmi, poli {en parlant d'armes) 

Ml- 

Bliaut, sorte de vêtement de 
dessous, tunique 1262, 3786, 
4022, 4194, 4691, 4845, 5044, 
5o59, 5268, 5277, etc. 

* Boceré, plein de bosses 58oo. 

Boche; par b., oralement 5957. 

Bocheie, petite bouche 4735. 

Bocle, boule de métal précieux 
au centre de Vécu i5ij, 2563, 
258i. 

Boclé, muni d'une bocle 25 16. 

Boel, boyau 1369. 

Bofai {suj. bofais : -ois), or- 
gueil, arrogance 2008. 

Boidie, trahison 5 102. 

Boiseor, trompeur, menteur 
3392. 

Boisier, tromper, trahir 5254. 

Boisine, busine, trompette 543, 
654. 

Boivre ( : -oivre), boire 955, 
2093, 4494. 

Bon, {au plur.) bon plaisir 
1006, 5342, 6363; à la bonne 
heure 43G9; b. m'est, il me 
plaît 1449, 3944- 

Bondir, retentir 2379, 253 1. 

Bonnement, avec bonté' 56o3. 

Bonté, valeur, mérite 47, 65, 
75i, 761, 974, i338, 1777, 
1800, 1804, 2280, etc., {au 
plur.) 2763, 5669, 6050,6072, 
6io5. 



Boquerant, sorte d'étoffe pré- 
cieuse {provenant de Bokhara) 
190. 

Bor, à la bonne heure 2 363. 

Bordel, bordeil, cabane 5596, 
58o3. 

Bordir, caracoler 880. 

Boscaige, bois 3910. 

Boter, bouter, frapper, pousser 
2789, 4454. 

Boton, bouton, bouton {employé 
pour désigner un objet de 
peu de prix) 247, 839, 1857, 
2204. 

Botonncr, être garni de boutons 

1478. 
Brace, braice, les bras 11 3, 

3901. 
Brachet, chien braque 41 55, 

4323. 
Braçon, brandie d'arbre, appui 

(1253). 
Braier, ceinture 816, 1299. 
Braire, C7'ier {en parlant d'un 

homme) 2863. 
Branc, brant, épée 477, 809, 

814, 841, 904, 1048, 1077, 

1 106, ii63, 1606, etc. 
Braon, sorte de chien de chasse 

4635. 
Brasme, soi-te de pierre pré- 
cieuse 90. 
Brason, étincelle (2 35). 
Bret, cri 4o3o. 
Bretache, parapet crénelé ^1^6, 

423o. 
Brief, pi. briés, lettre 385, 388, 

391. 
Brief, court 3532; en b., sous 

peu 145. 



GLOSSAIRE 



3o7 



Briement, briemant, bientôt, 
sous peu 3768, 6o34, en peu 
de temps, vite ôoSg. 

Brisier, se casser 1162, i38o, 
5391, 5627, 6321. 

Broce, lieu rempli de brous- 
sailles 1546. 

Brochier, piquer des éperons 
(fra«5.)838, i38i,i384, i388, 
1392, 1434, 1475, 1606, 1792, 
2023, etc.^ [intrans.) 814, 
1499. 1774» 3751. 

Broi, gluau 1489. 

Broignc, broine, cuirasse 1423, 
1438, 2137, 2345, 2554, 3140. 

Broïr, voy. Bruir. 

Bruant, qui souffle violemment 
51)^0, fougueux 1995. 

Bruel, bois 992 . 

Bruieroi, lieu rempli de bruyè- 
res 1491. 

Bruille, bois 3670. 

^TmWzt, petit bois 2838. 

Bruir, broïr, brûler {trans.) 
2146, 5358. 

Bruni, poli, brillant 478, 1444, 
3ooi, 5344, 6240, 6258, 
6283. 

Bue, pi, bus, tronc 2785. 

Bureter, bluter 3901. 

Buriete, charrette 5819. 

Busine, voy. Boisine. 

C, voy. Que, Se, 

Ça, de ce côté 2857. 

Çaienz, çaiens, çaianz, çaenz, 
céans, ici dedans 1040, 2327, 
2415, 3909, 4443, 4605,6116, 
6196, 6203. 

Camoisié, quamoisië, meurtri 



{par le contact de l'armure) 
971, 2290. 

Car, quar, introduit une exhor- 
tation 749, 822, 1067, H29, 
1617, 2832, 3349, 4442, 5575, 
5869, ^^^M après et 2912, 
3 160, 4746, 4977; introduit 
un souhait 974, 4769; sim- 
plement copulatif 5092, 5481, 
5496. 

Carel, voy. Quarrcl. 

Çaus, voy. Gel. 

CQ,cela 1433, 1871, 2i36, 2685, 
2826, 3969, 4609; après ce, 
ensuite 6256; de ce, en cela 
2247, 225o, 4335, 4897; por 
ce, à cause de cela i3o6, 
i36i, 2677,2824, 3oi3,4559, 
4572, 5623, 5718. Voy. Por. 

Ce, voy. Se. 

Cel m. sing. rég., suj. cil, /. 
celle, m. pi. re'g. ceus, çaus, 
suj. c\\, pron. déni., celui-là, 
1/33,698,828,831,833,1013, 
121 1, 1713, 3948, 5265, etc.', 
adj. dém., ce {souvent équiva- 
lant à iart. dé/.) 47, 5 1 1 , 6o3, 

773, 786, 801, 2565, 4145, 
5719, 5865, etc.; pron. dét., 
celui 58, 148, i58, 376, 382, 

774, 1208, 4721, etc., n'i a 
cel qui, il n'y a personne qui 
168, 2817; adj. dét., le 469, 
799, 1469, ne — c, ne — aucun 
437, 1857. 

Cel, voy. Sel^ 

Celé; a c, en secret 4497, 4600. 

Celée, mystère 1662, 0731, 

4373, 4945; a c, en cachette 

4553. 



3o8 



GLOSSAIRE 



Celonc, voy. Selonc. 

Cembeil, sorte de joute, de com- 
bat visant à la provocation de 
Vemiemi 775. 

Gendal, cendaul, sorte d'étoffe 
de soie 307, 12 17, 1671, {au 
pliir.) 178, 432, 45 1. 

Cerain, serein 4769, 568o. 

Cercel, anneau i3g8. 

Cercle, anneau 242. 

Certain, vrai^ véritable 4766, 
sincère 5673, 6143; faire c. 
de, assurer 61 53. 

Ces, voy. Son. 

Cest, cestui m. sing. rég., suj. 
cist, /. ceste, m. pi. rég. et f. 
pi. cez, ces, ses, pron. dém., 
celui-là, il 1207; adj. dém., 
ce {le plus souvent équivalant 
à l'art, déf.) 643, 648, 649, 
6o3, 612, 654, 786, 2455, 
3910, 3918, etc.; ceste, cette 
affaire 1206. 

Chacun, voy. Chascun. 

Chadel, chaudeau 4278. 

Chaelle, interj. contenant une 
exhortation 1946. 

Chaenon, chanon, nuque 1257, 
ce qui enchaîne le cou, corde 

4974- 

Chaer, inf. 1896, 3408, 5473, 
pr. 3 chiet 1924, 2799, 2869, 
3oi8, 3702,4128, 5367, 56i3, 
6 chient ^']'j5,pf. 3 chaï ( : -i), 
chaït 1460, 1602, 4002, 4639, 
4863, pt. p. cheû 2008, 4995 
chaet 3718, tomber; li chiet 
ou cuer, il lui tarde 56 1 3. 

Chaere, trône 238o. 

Chainsil, espèce de toile fine 76. 



Chalant ( : -ant), chalan, bateau 
de transport 5172, 5258. 

Chaloir, iyif. 4788, pr. 3 chaut 
1379, 1472, 278Ô, 35o5, 383i, 
présenter de l intérêt, impor- 
ter. 

Chalongier, chalengier, pr. i 
chaloig i^'], revendiquer ?)3^, 
i3o7, 1447, 3io5, 3459, défen- 
dre 2460, 3440. 

Ghalot, grande pierre 4455. 

Charnel, pi. chameus, chamès, 
chameau i52, 207, 3176. 

Champagne, c<3mj7<3g^«e 167. 

Champal, en rase campagne, 
acharné {en parlant d'un com- 
bat) 320, 1673, 2601. 

Champé ( : -é), acharné {en par- 
lant d'un combat) i325, 1774, 
2897, /ém. 2485, 2633. 

Chanberlain, c//am^e//an 95 1. 

Chanon, voy. Chaenon. 

Chantel, quartier {d'un écu) 
705 ; en c, de côté, sur le 
bras gauche 1399. 

Chape, manteau 2972 ; c. dou 
ciel, calotte du ciel 402. 

Chaple, mêlée, combat 810. 

Chaploier, se battre 1069. 

Chaploison, carnage 840. 

Char, chair 59, 226, 297, 1169, 
2062, 5o83, 5236, 5640, 5698, 
5712, etc. 

Charaude, sortilège, sorcellerie 
4085, 4104, 4120, 4133. 

Chardenal, cardinal 2993. 

Chargier, chergier 20 1 2, {constr. 
avec le rég. dir. de la chose et 
le rég. indir. de la personne) 
charger {qqn de) ii85. 



GLOSSAIRE 



3o9 



Charité; faire c, se montrer 
charitable 6400. 

Charreton, charretier 1260. 

Chartre, prison 2977, 3o32, 
3535; au v. 4164, Varbre oii 
Florence est liée est comparé 
à une prison. 

Chasal, qui possède un domaine 
{épith. de prince) 2992. 

Chascun, chacun, chescun, 
chaque 23 j, 430, 52 i, i225. 

Chasé, qui possède un fief^ vas- 
sal 104, 2o83, 5009. 

Chassement,^e/, domaine 1 223. 

* Chatel, galerie couverte {d'un 
navire) 565. 

Chatif, voy. Chetif. 

Chaucin, qui est de chaux 586o. 

Chenal, lit {d'un fleuve) 26o3. 

Chergier, voy. Chargier. 

Cherriere, grande voie (5754). 

Chescun, voy. Chascun. 

Chetif, chatif, malheureux ^Syo, 
4880, 4946, 5592. 

Cheû, voy. Chaer. 

Chevalerie, chevelerie, chevel- 
lerie, chivellerie, Vensemble 
des chevaliers d'unprince 727, 
3242, 3403, 3683, 4297, 4485, 
qualités d'un chevalier 708, 
ii3o, i665, 1777, 2 121, 2473, 
2476, 2524,2878, etc. j exploits 
de chevalier 108, 142, 1429. 

Chevalier, bon chevalier 960, 
1294. 

Chevauchier, chevachier, voya- 
ger à cheval 173, 339, 1064, 
i3oi, i3io, 1546, 1997, mon- 
ter {un cheval) 3436, 362 5, 
5o6o. 



Chevesaille, couvre-chef^ coif- 
fure 3637. 

Chevetaigne, chef 1882. 

Chevillon, petite cheville i258. 

Chief, tête 34, 242, 574, 579, 
755, 904, 969, 978, 1297, 
1690, etc., partie supérieure 
1 396; c. dedevant, proue 5414; 
dec. en c. i3i2, 3786, de l'un 
c. tresqu'an l'autre 1798, d'un 
bout à Vautre. 

Chiere,chierre, Visage 122, 161, 
720, 1184, 1463, 1623, 1649, 
1657, 2555, 3273, etc. y mine 
4210, 4314, 4626. 

Chierté, affection 36, 2 5oo, 
5791, {auplur.) 4389. 

Chiet, voy. Chaer. 

Choisir, chosir, imper. 4 cho- 
siez 2747, apercevoir^ voir 
792, 1717, 2812, 3o86, 3402, 
3861,4584,4590, 5067, 5141, 
etc. 

ChoXti, petit chou 3859. 

Choze, personne 4354, 4356, 
4560. 

Ci, si, ici 36i, 760, i337, i5o5, 
1886, 2363, 25i5, 2656,2881, 
2918, etc.\ de ci a i636, 3741, 
4334, 521 1, 5396, 5937, 6164, 
de ci qu'a 2235, (3962), 4425, 
6i36, 6259, de ci en 124, 
264, 723, 1199, i352, 3oo8, 
32i5, de ci qu'en 271, 816, 
3728, 4327, 4546, 6017, de 
ci jusqu'a#3i, 740, de ci tres- 
qu'a 535, jusqu'à^ jusqu'en; 
de ci que 274, 32o8, de ci la 
que 100/^, jusqu'à ce que. 

Ci, voy. Si. 



3 



GLOSSAIRE 



Ciglaton, sorte d'étoffe de soie 
II 38, manteau de cette étoffe 
23o, 1262, 35ig. 

Cil, voy. Gel. 

Cisamus, sorte de fourrure 
920. 

Cist, voy. Cest. 

Cit, ville 2 114. 

Cité, ville [en général) 2, 7, 12, 
68, 121, 270, 328, 364, 398, 
401, efc. 

Cive, civette 385g. 

Claier, lieu fermé de claies 
523i. 

Clamer, clemer, pr. i clains 
321, 2016, appeler^ nommer 
63i, 4148, 4286, 5357, 6408, 
proclamer , déclarer 2746 , 
4477; ré/7., se proclamer 670, 
se dire [malheureux) 4665, se 
plaindre 438, 4449; pt. p., 
reconnu^ véritable i323 , 4.363 ; 
c. quite, rendre la liberté à 
iqqn) 212^, 2437, 3170, 4796, 
déclarer qu'on cède, donne 
{qqc) 321, 733, 2016, '4575, 
4981. 

Claré ( : -é), vin rouge épicé 
4494. 

Claroier, briller 1062. 

Clavain, vêtement de mailles 
pour la tête et la partie supé- 
rieure du corps (1790). 

Clavel, anneau du haubert 1296. 

Cler, clair, brillant [en parlant 
de For) 418, {d'une étoffe) 
538i, {d'un visage) 225, 282, 
2256,2412, 3288,3310,4344, 
4427, 5400, etc. y {de la chair) 
5o57, clairsemé 1869. 



Clergie, corporation de clercs 
3623. 

* Clergier ( : -ier), clet^c 5932. 
Cliner, pencher, incliner 4227. 
Clore, pt. p. cloz, clous 243, 

4146, entourer. 

* Clôt ( : -ot), endroit abrité 
5474. 

Cobrer, coubrer, combrer, sai- 
sir 1572, 1602, 25i3, 3807, 
4095. 

Coi, voy. Quoi. 

Coiement, coiemant, tranquille- 
ment 3527, 3533, 4497, 4553, 
4600. 

Coife, capuchon de mailles 1 382, 
1726, 2479, 5625. 

Coig, extrémité formant angle, 
pointe {du heaume) 1298. 

Coillir, pt. p. coilu 1 247, ramas- 
ser ce qu'il faut pour faire 
1247,4223. 

Coisier réjl., rester tranquille, 
se taire 6342. 

Coite, pointe; a c. d'esperon, 
en piquant des éperons, en 
toute hâte 1828, 3520, avec 
empressement 2197. 

Coite, voy. Coûte. 

Coivre, cuivre 5284, 53o3,53i8. 

Colee, coup {sur la nuque) 3717. 

Coler, collier {d'un cheval) 12^-]. 

Celer, couler, glisser, tomber 
1726, b62b, faire couler 42^^, 
4288, faire entrer, plonger 
4001, faire glisser 41 11 . 

Colombel, colonbel, colombe 
706, 710, 802, 826, 1396, 
1589, i658. 

Corn, con, comme 96, i53, iSg, 



GLOSSAIRE 



3ll 



460, 5ii, 706, 975, 1064, 
1284, 1489, etc., comme si 
1094, 3 00 3, {devant un adj.) 
quel 586, i373, 4563; tant 
— c, tant — que 264. Voy. 
Ausi, Ensi, Faire, Issi, Se, Si. 

Combatre réjl., combattre {in- 
trans.) 2^63, 2814, s'entre- 
battre 42, 604, [suivi de a) se 
battre [avec) 375, 1045, 3778; 
pt. pr. combatant, d'humeur 
belliqueuse, vaillant 5, 1227. 

Combler, remplir 2377, 2908. 

Combrer, voy. Cobrer. 

Commandemant ; vostre c, 
votre ordre sera exécuté 4208 . 

Commander, comander, comen- 
der, recommander 1984,4896, 
5266, 5267, 5271, 6390, con- 
fier 166, 5821. 

Commant, commandement, vo- 
lonté 202., 2336; a vostre c, 
votre ordre sera exécuté 5 1 74. 

Communal, comunal, qui agit 
en commun 3o8, 2983, 2986. 

Communa^taent, communément 
633, 1998, 2862, 3i28. 

Compaigne, compagnie 4739, 
4931. 

Compaignie, rapport., relations 
3419, 365 1, * amitié 4293, 
4295. 

Compains, suj. de compaignon 
1616. 

Comparer, fut. 3 comparra 
4960, 5 comparrez 2774, 
2929, payer., expier 2632, 
3i23, 3365, 35o5, 4478, 4499, 
5oo6, etc. 

Compas; a c, très régulière- 



ment , avec art 3167, exacte- 
ment^ juste 5879. 

Compère, camarade^ ami 1872. 

Complie, Voffice des compiles 
1432, 4296, 5i2i, 5164, 6121. 

Com plot,/oî//e, compagnie 5454. 

Con, voy. Com. 

Conduire, subj . pr. 3 conduie 
2795, ^conduient 3093, im/jér. 
4 conduiez 609 [cf. conduisiez 
5262), conduire. 

Conduit, sauf conduit, protec- 
tion 4880. 

Confanon, voy. Gonfanon. 

Confès; soi faire c, se confes- 
ser 5870. 

Confondre, anéantir, tuer \b^^ 
2182, 2578, 3753, 3950, 4415, 
5072, 5845, endommager., 
détruire 3920; pt. p. confon- 
du, exténué de fatigue 3759. 

Conforter, consoler 4197, 43 1 5, 
5i3o. 

Confié, permission de s^en aller 
735, 4800, 58i5, 6387, 6389; 
doner c, renvoyer 3583. 

Connoistre, conoistre, pf. i 
connui 3172, 3 connuit, co- 
nuit, conut i655, 2576, 2968, 
3 166, 325o, 6225, apprendre 
6o5, reconnaître (a, comme) 
825, i655, 2576, 2968, 3i66, 
325o, 5570, 6181, 6225; réfl., 
se reconnaître mutuellement 
8637. 

Conquerre,%iM/. i5o5, 21 16, 
2 123, pr. I conquier 21 38, 
vaincre [une personne) 475, 
754, 2421, s'emparer de, ga- 
gner [un objet) i5o5, 1608, 



3l2 



GLOSSAIRE 



2125, 212g, 2l38, 2210, 2237, 

etc., gagner [abs.) 2 1 16, 2 1 23, 
4764; pt. pr. conquérant, 
vaillant 3916. 

Conquester, acquérir, gagner 
3221, 3253. 

Conraer, conraier, arranger 
de façon convenable 36o6, 
4685, 4858, 5609; pt. p., ha- 
billé, équipé 86, ioi5, 3 100, 
3625, mal c, en mauvais état 
6078. 

* Conraïr, soigner 6287. 

Consentir, consantir, accorder 
3293, 5999, 6o33, approuver 
3949. 

Consillier, consoellier, chucho- 
ter 2240, 435 1. 

Consiure, pr. 3 consuit, con- 
siaut i525, 2544, 2608,^^.;?. 
conseû 'i-j^S, pour suivre 2608, 
atteindre [en frappant) i525, 
2544, 3785. 

Consoil, secret; a c, en secret 
5309. 

Conson2ince,rimes exactesb^2^. 

Contenance, façon d'être 259, 
[au plur.) 2264. 

Contenir, fut. 6 contendront 
571, réfl., se conduire byi, 
4407. 

Conter, raconter 668, 85o, 
1288, i3i2, 1731, 1970, 2077, 
2 191, 2299, 2430, etc., dire 
284, 4692. 

Contor, comte gio, 3382. 

Contraire, contrariété, peine 
5499, 5900. 

Contrait, contret, contrat, per- 
clus 5755, 5842, 586 1, 5867, 



588i, 5982, 6oi5, 6029, 6o85, 
6206. 

Contre, à la rencontre de 8607, 
3619, 6io3. 

Contredire, interdire 3oo5 , 
4698, disputer la possession 
de 3067. 

Contrestance, opposition 5847. 

Convenir, covenir, fut. 3 co- 
venra 3467, cond. 3 coven- 
roit, covendroit 1166, 23 10, 
subj. pr. 3 conviengne 41 5, 
subj. impf. 3 convenist, cove- 
nist 406, 1291, Z 026, falloir 
325, 406, 4i5, 671, 1291, 
1454, 2047, 2232, 23io, 2326, 
etc.; ne me covenroit por, 
mon sort ne me plairait pas, 
même si j'avais... 1 166, 3o26. 

Converser, demeurer 3966. 

Conversion, commerce charnel 
258. 

Corage, coraige, cœur, senti- 
ment 324, 3262, 3431, 5673, 
intention, pensée 3325, 4137, 
5199, 5996; en son c, en soi- 
même 4574; moi vient en c. 
i53, moi donne a c. 32j6,je 
veux. 

Coraille, entrailles i355, 1367, 
(i5i9), 3836. 

Coral, qui appartient au cœur 
1688. 

Coraor, qui court bien, rapide 
i388, 3436. 

Corecier, voy. Corocier. 

Corée, entrailles 4546. 

Coreseus, coreseuz, courroucé, 
chagrin 1965, 2186, 2209, 
3059. 



GLOSSAIRE 



3l3 



Corner, annoncer par le son du 
cor 1722; c. l'eue, appeler à 
son de cor à se laver les mains 
pour le repas 907. 

Cornu, qui a des angles sail- 
lants 6320. 

Corocier, coroucier, corecier, 
couroucier, être furieux 3444, 
3472, être triste 1901, 3o83, 
rendre triste 5164, b22^ ; pt. 
p., furieux 3jS, 53o4, triste, 
chagrin 1978, 4024, 6272, 
635o, etc. 

Coroel, voy. Correil. 

Coronner, coroner (de), faire 
roi (de) 2684, 3292; pt. p., 
tonsuré 2526, (subst.) monar- 
que 67, 1465, 1754. 

Corpe, voy. Coupe. 

Corre, inf 881, 11 12, 2539, 
5872, courir 416, etc., con- 
jugué avec estre ôojo ; laissier 
c, rendre les rênes 2539; pt. 
pr. corant, corrant, rapide 
1076, 2694, 3355, 3438, 3592, 
5959, mobile {en parlant d'une 
barre) 3929. 

Correil, coroel, barre, verrou 
2987, 3929. 

Cors, corps ; mon (ton, son, etc.) 
c, moi-même, je, etc. 116, 
334, 519, 1004, 1540, i555, 
2649, 3o2i, 3427, 403 1, etc.; 
le c. Deu, Dieu 1462, 3424, 
3564,4312, 6024, etc. 

Cors, courant d^eau 742. 

Corsai, mobile {en parlant d'une 
barré) 2987. 

Cortine, tenture, rideau 2356, 
5768. 



Cortois, élégant, fin {en parlant 

dé choses) 4276, 5192. 
Cortoisemant, élégamment 176, 

197- 

Cortoisie, acte de courtoisie 
1426, 2127, 3554. 

Corvée; en c, en vain (5708). 

Costoier, coutoier, passer près 
de 584, 629. 

Cote; c. a armer, cotte d'ar- 
mes (11 38), (12 16). 

Couchier, cochier, placer, éten- 
dre 1097, se coucher 1903. 

CouUe, capuchon {de religieux) 
5576. 

Coupe, corpe, péché, faute 
5835, 6326; batre sa c, dire 
son mea culpa 4904. 

Courer, guérir {trans.) 4358. 

Couroucier, voy. Corocier. 

CoViioX, petite colline 1669. 

Coûte, coite, coussin 190, 307, 
527, 593. 

Coutice, bande étroite traver- 
sant diagonalement Vécu 
{équivalant à un objet de peu 
de prix) 2 35 1. 

Coutoier, voy. Costoier. 

Covenant, pensée, intention 
4187; par itel c, de telle 
manière i iSg. 

Covenir, voy. Convenir. 

Covent, accord, engagement 
2647. 

Covertor, couverture 4540. 

Coverture, ^0/^^84. 

Covine m., état, situation 4249, 
5760. 

Covoitable, désireux 2109. 

CoYo'nevLS, plein de convoitise 1 7. 



3i4 



GLOSSAIRE 



Covoitier, couvoitier, convoiter 
940, 2731, 5280. 

Craance, voy. Créance. 

Craant, voy. Croire. 

Craanter, voy. Creanter. 

Craventer, abattre [de cheval) 
1795, 253o, tuer 2760, éa^a- 
ser, accabler 33 11, 6024. 

Créance, craance, croyayice., 
foi 272, 56i2, 5692, 5887, 
5996; en c. i83o, par c. 
58i3, 5863, 5913, 6074, par 
bonne c. 6088, en bonne foi. 

Créant, voy. Croire. 

Creanter, craanter, promettre^ 
garantir 2734, 2741, 2906, 
accorder 5o3o, permettre, 
consentir à 2766, 2788, affir- 
mer, assurer 52 18. 

Grenu, à grande crinière 604, 
817, (1256), 258o, 3773,3961. 

Crépon, voy. Cropon. 

Crerez, voy. Croire. 

Cresté, orgueilleux 3976. 

Crestienté, ère chrétienne 28 ; 
par la c, selon la foi des 
chrétiens 976. 

Crever, poindre [en parlant de 
l'aube) 2844; pt. p., plein de 
plaies 58oi. 

Criblé, couvert, rempli (de) 
5730. 

Criée, clameur 2852, 3147, 
réputation 4924. 

Criembre, pr. i criens 4982, 3 
crient 5487, craindre. 

Criemme, crainte 3223. 

Criminal, criminel ^yiç). 

Crin, cheveu i960. 

Croire, pr. i croi 4850, fut. 4 



crerez 36 12, 4879, cond. 3 
creroit 2982, pt. pr. créant, 
craant 22, 5171, croire; con- 
fier 1769. 

Croissir, croisir, rompre, bri- 
ser 1445, 5366. 

Cvo'islvQ, accroître{trans.) 17 14, 
2280, 3319, 4484. 

Croix; faire c, faire le signe 
de la croix 188 5. 

Croler, remuer, secouer 3974. 

Cropon, crépon, croupe i256, 
25o3. 

Crucefi ( : -i), crucifix 3856. 

Cuer, l'intérieur du corps, ven- 
tre 3832, sentiment, pensée 
intime 4355, 4588; de c, 
courageusement 1048, 2583. 

Cui, voy. Qui. 

Cuidier, cudier, quidier, pr. i 
cuit 481, i563, cui ( : -i) 3859, 
eu 2004, penser, croire 383, 
481, i338, i563, 3859, etc., 
penser, avoir l'intention de, 
vouloir 347, 5oo, 614, 888, 
894, 1707, 1740, 2004, 2424, 
2425, etc. 

Cure, soin; avoir c. de, se sou- 
cier de 5oi, 21 17, 5763, 
6319. 

Cuvert, homme perfide, vil 
2790, 2989, 3594, 36i5, 3918, 
5004, 5017, 5777, 5907, 6328. 

Cuvertisse ( : -ise), action basse, 
indignité 5o73. 

Dahet, malédiction 664, 2 1 1 5 . 
Daintié, plaisir sexuel (6363). 
Dais, voy. Dois. 
Damage, damaige, dommage^ 



GLOSSAIRE 



3l5 



dégât igSi, 23i7, 2622, 3574, 
4522, 4562, 4849, malheur 
2009, 4006. 

Damoisel, voy. Demoisel. 

Dan, seigneur [avec une signifi- 
cation affaiblie) 3oi2. 

Danzel , jeune gentilhomme 
1400. Cf. Demoisel. 

De, d\ indique le lieu de nais- 
sance {= à): né de Rome, etc. 
128, 597, 1014, 388o, 4015, 
5704, la cause 860, 861, 
1966, 2202, 22i5, 3202, Vob- 
jet d'une action exprimée par 
un subst. : le duel dou roi 
etc. 1963, 2i32, 2189, 2211, 
2221, 2868, 2909, 6273, la 
personne qui agit, au passif 
{= par) 2 38i, 3009, 3196, 
3900, 4o36, Vinstrument (= 
avec) 1048, 2859, 4606, une 
comparaison (= que) 961, 
980, 1193, i3o4, 1375, 2342, 
2719, 4398; jp<3r rapporta, en 
fait de 707, 768, 1121, 2624, 
2600, 283i, 3845, 4260, 4386, 
4655, etc.^ au nom de {après 
saluer) 925, 5189, {après ren- 
dre merci) 2324; après joer 
{un jeu) 680, parler 2927, 
2960, 356o, 3696, 5ii2. 

Debatre, battre {en parlant du 
cœur) 1941, 1962. 

Debrisier, briser 5553. 

Decet, mortj décès i33o. 

Deciple, disciple 4054, 4707. 

Déclin; * mètre en d., refuser 
5869. 

Decoper, massacrer 2545. 

Dedenz, dedens, dedans, dans 



53o, 553, iii5, 2020, 2425, 
2465, 28i3, 2822, 3i52, 3271, 
etc., explétif devant en 4247, 
avant {un terme) 38, employé 
comme compl. attr., qui se 
trouve dedans 3i55; par d., 
dedans, à l'intérieur 3144, 
4459, 45 1 5. 

Dedesoz, au-dessous de 5533. 

Dedesus, par-dessus 543 1 ; par 
d., par-dessus, au sommet 
5i8i, sur 4928. 

Dedevant, devant 3448, 5672, 
5685, employé comme compl. 
attr., de devant 5414; par d., 
par devant 3638. 

Dediement, dédicace d'une 
église 5868. 

Déduire réfl.,se réjouir 5187. 

Déduit, dedut, plaisir 1929; 
faire son d., s'amuser 569. 

Défaillir, pr. 3 défaut 5041, 
faire défaut . 

* Defenir, exterminer /\&'i . 

Defermer, voy. Desfermer. 

Deffaé, voy. Desfaé. 

Deffier, voy. Desfier. 

Definement, fin, achèvement 
1975. 

Defors, deforz, au dehors de 
5597, employé comme compl. 
attr., qui se trouve au dehors 
3149; de d., au dehors de 
2857; par d., de dehors 3937, 
au dehors de 3929. 

Degiet, lépreux*5g^j. 

Degré, marche d'escalier 189, 
349, 2161, 2255, 2985, 3240, 
escalier 25 12. 

Dejouste, dejoute, à côté de, 



3i6 



GLOSSAIRE 



près de 789, 954, 2297, 3405, 
3858, 4493, 4689, 6147; par 
d., à côté de, près de 638, 
4688. 
Del, voy. Li. 
Delaier, tarder, digérer 1610, 

2246, 5939. 
Delez, à côte' de, près de 962, 
3ii2, 4342, 5972; de d., à 
côté de 4239; par d., près de, 
le long de 1499, 1669. 
Délit, plaisir, joie 5332. 
Délivrer, remettre, présenter 
21 53; d. l'arçon, tomber de 
cheval 796. 
Delver, voy. Desver. 
Demain, lendemain 5i2i, 5i35, 

5678, 6154. 
Demaine, grand seigneur 570. 
Démener, /jr.^ demaine (:-aine) 
3745, 6 demoinnent, demoi- 
nent 883, 1770, 2048, 3258, 
manifester {àuQ.\) 1743, 1770, 
1773, 2048, 2194, 2748, 4602, 
6395, (doleur) 4614, (joie) 
3258, 3620, 6379; d. noise, 
faire du bruit 542, 655, 883, 
4602; d. loenge por, louer, 
célébrer 2378; d. (sa vie), 
passer (3965); traiter 1041, 
4365 ; rèfl.,se comporter 2940, 
se lamenter 3745. 
Dementer réfl., se désoler 2793, 
3719,3823,3876,3891,4066, 
4724. 
Dcmentres; tant d. que, pen- 
dant que l'j'j'i. 
Demoisel, demoiseil, damoiscl, 
jeune gentilhomme 673, 794, 
799, 823, 956, 1404, 141 3, 



1657, 2241, 2877, etc., jeune 
homme 4056. Cf. Danzel. 
Demoraille, retard 1374. 
Demorance, retard 266. 
Demoree, retard 5 18, 3i33, 
3622, 3725, 4104, 4552, 
4938. 
Demorer,/wf. 3 demorra 4203, 
4499, 482 3, cond. 3 demorroit 
4560, tarder, différer 2249, 
2669, 3232, 4201, 4441, 4472, 
4560, b^^b, etc., tarder, durer 
{impers.) 1547, 2i5i, 2706, 
42o3, 4499, 4823, rester [con- 
jugué avec avoir) 2043; pris 
substantivement^ retard 3287, 
4448. 
Denier, monnaie, argent 52 18, 

[au plur.) 5oi2. 
Denrée, marchandise 5709. 
Dent m. 6027, 632i. 
Départir, depertir, ^«i>, cesser 
625, 1453, se séparer 4899, 
4978, 6199, s'en aller 5367, 
6405, séparer 2592, 2997, 
4007, 43 1 3, 4649, 6364; réfl. y 
partir 6398 ;i7m substantive- 
ment, séparation 5276. 
Depecier, mettre en pièces, bri- 
ser 6365, f«e?*,i498; pt. p., 
couvert de plaies 5 800, 5987. 
Déport, joie, plaisir 3074. 
Derier ( : -ier), derrière 3460, 

6262. 
Derompre, pr. 3 deront i365, 
\^b^,pt.p. derout i582, 2554, 
3885, 4099, derompu 807, 
4127, 538o, briser, déchirer 
1079, i365, i582, 1959, 2554, 
3885, 4099, 4127, 538o, se 



GLOSSAIRE 



3i7 



briser 5392; réfl., se déchirer 
60 3, se détacher 807. 

Dès, depuis 5249, 6679; ^- ^^ 
tens, ffe/à atf temps de 4287; 
d. que, depuis que 25, 29, 63, 
i858. Voy. aussi Autrier, 
Desque, 1er, Ore. 

Desaancrer, lever Vancre{263j), 
{actif) 5298. 

Desafrer, enlever^ briser Vorfroi 
de i582, 2554. 

Desarmer réfl. avec de, enlever 
5623; pris substantivement^ 
moment où Von enlève ses 
armes 1689. 

Desavancier, causer du dom- 
mage à, perdre 5833. 

Desbareter, mettre hors de com- 
bat, vaincre 2635. 

Descendre, pf. 3 descendié 
(: -ié) 5271. 

Deschaaner, délivrer des chaî- 
nes io5i. 

Deschevachier,/<:îz>e tomber de 
cheval, piller 6347. 

Descirer, désirer, ^éc/nVer 3 140, 
4099, 6281. 

Desconfire, vaincre, détruire 
383, 3o6i, 4715. 

Desconforter refl., perdre cou- 
rage 4810. 

Descouveter réfl., se découvrir 
4539. 

Descovrir, fut. 3 descoverra 
2709, réfl., découvrir ses in- 
tentions. 

Desdire, contredire io56, 5339. 

Desepline, esclavage 1934. 

Deseriter, priver qqn de ses 
terres 2122, 2424. 



Déserte, ce qu'on a mérité, ré- 
compense 4.i3j, 453 1. 

Deservir, mériter 4654, 5656, 
6128,6255. 

Desevraille, privation 3835. 

Desevrance, séparation 268. 

Dese vrer, se séparer 2 5 1 8, 3 1 7 1 , 
3579; réfl., se séparer i56o, 
4807, se détacher 793 ; pris 
substantivement , séparation 
2697. 

Desfaé, deffaé, maudit {terme 
d'injure) 2278, 35o2, 3594, 
36i5, 5oo5, 5777. 

Desfermer, defermer, ouvrir 
2259, 3235, 4610, 

Desfier, deflSer, retirer sa con- 
fiance à, désavouer 3427,3578. 

Desfois ; faire d., interdire 201 3. 

Desfrené, sans modération 3 148. 

Desfubier, se dévêtir de 425 1; 
pt. p., sans manteau 92, 4691. 

Désirer, voy. Descirer. 

Desirier, désir 5243, 5929. 

Desirrant, désireux ôigS. 

* Deslier, paraître à découvert 
1438. 

Desloiauté, au plur. 5014. 

Desmaillier, rompre les mailles 
de 1079, i365, i5i8, 1790. 

Desmembrer, desmenbrer, tuer 
1808, 2390, 2786, 3819, 4106, 
4329, 4423. 

Desmentir réfl., se rétracter 
356i. 

Desmesure, i2rr(j^<2;2ce 1204. 

Desmesuré, arrogant 71, 776, 
1020, i336, 2149, 2773, 2853, 
3576. 

Desor, desur, desure, sur 16 19, 



3i8 



GLOSSAIRE 



1878, 208g, 5389, 5462, 6147, 
6410, là-dessus 58o2 ; par d., 
sur 567. 
Desoz, sous, au-dessous de 1 184, 
1844, 1903, 2563, 3366, 3795, 
4048, 4604, 4953, 5564, ^t*^-) 
de dessous 4935, employé 
comme compl. attr., qui est 
au-dessous 540; par d., au- 
dessous de, sous 1257, 1277, 
i355, 1575, 1926, 2356,4044, 
4161, 4545. Cf. Dedesoz. 
Despendre, dépenser 665, 

5591. 
Desque (dès que), desqu' (dès 
qu'), desc', jusqu'à ce que 
4296; d. a, JMS^M'à 632, 11 54, 
4536, 4580,4844, 5o5i, 5i35 ; 
d. en, jusque dans, jusquà 
509, 4001; d. desoz, jusque 
sous 4953 ; d. outre, jusqu'au 
delà de 1 299. 
Desraé, farouche, qui aime les 

combats 4419. 
Desrengier réji. , sortir des rangs 

837. 
Desroi, désordre; a d., avec 

une violence extrême 1490. 
Desroter, desrouter, sortir des 
rangs, s'élancer 17 18; réjl., 
s'élancer 3 126. 
Destemprer, destremper, mé- 
langer, préparer {un remède) 
4246, 4286. 
Destin, intention 5863. 
Destiner, prédestiner 4596. 
Destorber, contrarier 356. 
Destorbier, empêchement, vexa- 
tion 5227. 
Destordre, pt. p. destort 1436, | 



2024, 2459, dérouler, dé- 
ployer. 
Destorner, empêcher 6049. 
Destraindre, destrandre, serrer 
1742, 1760, tourmenter 625 1. 
Désire, qui est du côté droit 
2624, 5o6i, 5604, 5732; a d. 
585, 3590, 4912, 4914, sor, 
sur d. 4164, 5045, 5178, 5470, 
55oo, 6224, à droite; en d., 
par la main droite 739 ; che- 
val en d., destrier 169. 
Destremper, voy. Destemprer. 
Destroit, oppressé, triste 2 3o5, 

6004. 
Desur, voy. Desor. 
Desus, sur i38j, 090, i5i7, 
1780, 1791, i8i3, 2095, 4128, 
4540, 5ygj, plus que i83g, là- 
dessus 2271 ; d. senestre, vers 
la gauche 1445; venir au d. 
de, avoir le dessus de io5o; 
par d., sur 1097, 1738, 2346, 
2479,3125, au-dessus de 228, 
38o5. Cf. Dedesus. 
Desver, * delver, devenir foUj 
enrager 4451 ; pt. p., fou, 
insensé 10 12, 2644, 4422» 
4578, 5o2i, 5642. 
Desvirginer, ôter la virginité à 

3649, 4079. 
* Detatoner, caresser 297. 
Detrenchier, detranchier, met- 
tre en morceaux 1078, i838, 
tailler en pièces, tuer 326, 
161 2, 4675, couper, tailler 
II 09, II 37. 
Dctriés, par derrière 78, em- 
ployé comme compl. attr., 
qui est par derrière 11 17, 



GLOSSAIRE 



3.9 



derrière [prép.) 1672, 4507; 
par d., par derrière 5473. 

Devaer, défendre^ interdire 
5717, 5720. 

Dévaler, descendre itrans.) 34g. 

Devant, employé comme compl . 
attr., de devant iii5, 41 17, 
4 141, 5413, auparavant 5700, 
avant [prép.) 3758; de d., là 
devant 801; par d., devant 
{prép.) 79, 17 16, 2436, sur le 
devant go, 5 1 5y. Cf. Dedevant. 

Devenir, fut. i devendrai 2889. 

Devers, vers, du côté de 1889, 
2930, 4555; par d., du côté 
de 4643, 4553, 4566, 5770. 

Dévier, mourir 1745; pt. p., 
mort 5oi8, 6079. 

Devinaille, conjecture, parole 
peu digne de foi i354. 

Devise, plan, dessein 1157; a 
d., exactement, certainement 
5o65 ; par devises de, en ma- 
nière de 2092. 

Devisement, devisemant; par 
tel d., de telle manière 640, 
1976. 

Deviser, arranger, établir 2 366, 
2639, 2759, 2902, 2928, don- 
ner des instructions à 144, 
raconter {par le détail) 411, 
2818, 3498, dire 2335, 4838, 
projeter 578, orner 89, attri- 
buer, assigner 1327, désirer 
2681, 2722. 

Devision ; par tel d., de telle 
manière 242, 1264; a brief 
d,, en peu de temps 3532. 

Devoir, pr. i doi 2347, 2682, 
3162, 5o8i, 5357, 5877, 5927, 



6288, 6 doient 420, 53oo, 
subj. pr. 3 doie 1201, i865, 
devoir-, indique qu'on fait ce 
qu'on doit faire 2682. 

\)\, jour 3886; par di, pendant 
le jour 6244 ; toz dis, toujours 
68S,4y 36, pour toujours 2422. 

Diapré, sorte d'étoffe de soie 
2024, vêtement fait de cette 
étoffe 2257. 

Diaus, voy. Duel. 

Diaut, voy. Doloir. 

Dine, disne, saint, vénérable 
4089, 58i I . 

Dinité, honneur 5656. 

Dire, pr. i di 763, 6 dient 45, 
102, 117, 246, 286, 666, 
2547, 5932, 6069, etc., subj. 
pr. 3 die ( : -ie), 119, 705, 
1200, 2746, 3701, 4355, 6221 
{cf. disse : -ise 5074), dire. 

Disnee, diner (4346). 

Dit, parole, propos 999, 2014, 
2403, 263o, 3019, 3338, 4014, 
5355. 

Dive, divin i5o2. 

Divin; la gent divine, le clergé 
5767. 

Doblier, bourse, petit sac 5224. 

Doblier, doublier, à double 
tissu de mailles {en parlant 
d'un haubert) 860, 1075, 
1295, 3ioi. 

Doctrine, ensemble des con- 
naissances acquises, instruc- 
tion igbo, 422^. 

Doctriner, instruire, enseigner 
686, 1016, 2264. 

Doelle, douille {d'un instrument 
enfer) 4327 {au plur.). 



320 



GLOSSAIRE 



Doie, les doigts 45b i, doigt 
{comme mesure) 4502. 

Doient, voy. Devoir. 

Doins, voy. Doner. 

Dois, dais ( : -ois) table 485, 
927, 2020. 

Dolereus, misérable 5849, 5892, 
6241. 

Doloir, pr. 3 diaut 5635, /afre 
mal 861, 1614, 5635. 

Doloreusement,dolereusement, 
dolereusemant, de façon à 
fa ire souffrir 4 1 1 2 , 4 1 40 , 
4207, 4365. 

Doloser, douloser réfl.^ se dé- 
soler^ s'attrister 2195, 3708, 
5485. 

Dom, voy. Dont. 

Domagier, causer du tort à, 
endommager 861, 1102, 1444. 

Donc, dont, dons, donques, 
alors 526, 842, 875, II 79, 
1697, 3332, 3334, 433i, 4455, 
4639, etc. 

Doner, pr. i doins 362, subj. 
pr. 2 donges 52o3, 3 doint 
1089, 2484, 3325, 3327, 3744, 
4531, 5099, 5241, 5549, 58x6, 
etc. j fut. I donrai, dorai 663, 
892, 1329, 1450, 2722, 2742, 
3175, 3269, 3370, 6x52, etc., 
3 donra 762, i558, 1933, 
5 II 3, 5556, 5 donrez 134, 
5218, cond. I donroie, dor- 
roie 5344, 535 1, 3 donroit 
728, donner] [suivi d'un inf.) 
permettre de 453î\ d. un 
saut, /aire un saut 5o52. 

Dongié, mince, svelte iioo, 
b2bi,fîn {en parlant de che- 



veux) II i3, 6355. Pour cette 
forme avec n {e'tym. delica- 
tum), cf. Auberee, éd. Ebe- 
ling,p. jog {v. 3g4). 

Donnaille, don i358. 

Dont, don, dom, dons, ce dont 
602, 1026, 1930, 2954, d'où, 
{rel.) 1540, {int.) 2104, 4362, 
4937, 5 107, 5540, par, avec 
lequel 64b, 3397, 4747, à 
cause de qui 193. 

Dont, voy. Donc. 

Dormir ré^.,fformzV4585,463o, 
4972, 565o. 

Doter, douter, craindre, redou- 
ter 396, 3445, 5423, 5446, 
63 12; senz d., pour sûr 3234; 
réfl., avoir peur 4431, 5198, 
5477; pt. p., d. de guerre, 
redouté comme guerrier 2472. 

Dou, voy. Li. 

Dragon, sorte d'étendard 1267, 
1881. 

Drap, pi. dras, drais, étoffe 
i3i, 208, 45i, 640, 728, 1096, 
3176, 53i2, 538o, vêtement 
ojji, 3872,4889,4891, 5489, 
vêtement monastique [au plur.) 
bbbb, 5886, 6176. 

Drecier, dresier, lever i55, 162, 
1 181, i23i, 1343, 2637, 3542, 
diriger {un coup) 3460, bâtir 
7, 636; réfl., se lever {de sa 
place) 280, 2461, 5570, 
6339. 

Droit, juste, vrai 609, 3219, 
3540, propre, bon 5562, in- 
tègre, loyal 23o8; adv., juste 
745 ; droiz est que, il est juste 
que job ; avoir d., avoir raison 



GLOSSAIRE 



321 



1242; ad., comme il convient 
52o3. 

Droitement, droitemant, direc- 
tement 157, 1482, 1733. 

Droiture; a d., directement 

497. 
Droiturier, droitj direct 5836, 
5968, légitime 3443, 3448, 
favorable {en parlant du vent) 
5239. 
Dromont, sorte de navire 614, 
553, 56o, 586, 2636, 2690, 
2701, 3089, 5314. 
Dru, ami, favori 379, 1148, 
i553, 1712, 1785, 2595,3188, 
3197, amant 1696, 1707. 
Druerie, témoignage d'amour 

43o5. 
Duel, suj. diaus, duez, dues, 
^ow/ewr 496, i52i, 1743, 1770, 
1773, 1826, i832, 1916, 1919, 
1930, etc.] ad., douloureuse- 
ment 1808. 
Dui, du SU], m.j deux 672, 828, 
870, 1142, 1149, i3o5, 2253, 
25o6, etc. 
» Duire, pt. pr. duisant 1996, 
^R^ manier, caresser. 
^K Durée; avoir d., durer 3i5o, 
Hk résister i382, 1659, 2814, 
Hi 3i35. 

ij^^ Durement, duremant,/or^, beau- 
coup 99, 210, 248, 494, 692, 
810, 888, 965, 1047, ïo52, etc. 
Durer, résister 1687. 

Edifi ( : -i), plantation, jardin 

3858. 
Efforcemant, voy. Esforcemant. 
EfForcier, voy. Esforcier. 
T. II 



> 



Effreer, voy. Esfreer. 

Effrois, voy. Esfrois. 

Egal; per e., d'une manière 
égale 309. 

Eisil, vinaigre i5o. 

El, elle {suj.) 49, 59, 258, 1647, 
4079, etc.; dat. li, lui 38o8, 
4800, etc.; abs. li {:-i) 465, 
(4079), 4655, 6263, 6267, 
6284, 6298, lé 45, 112, 222, 
954, 1639, 2297, 2673, 2725, 
2848, 2910, etc., elle. Cf. II. 

El, voy. Al, Li. 

Elecion, voy. Eslection. 

Elme, esme, heaume 478, 538, 
548, Soi, 8i5, 1062, 1078, 
iio3, 1184, 5624, etc. 

Embatre, enbatre, enfoncer, 
plonger 3770, pousser, chas- 
ser 3936; réfl., se précipiter 

841. 

Embler, enbler, ambler, déro- 
ber, enlever 678, 943, 1772, 
256o, 2649, 3o39, 3736, 4946, 
5548, 5984; réfl., se dérober, 
s'esquiver 2942, 3527. 

Embracier, entourer de ses bras 
6263. 

Emfant, voy. Enfant. 

Empaindre, enpaindre, enfon- 
cer 4544, 4546, frapper 2789. 

Emparlé, enparlé, causeur, ba- 
vard 3733, 4102. 

Emperere, empereres, anpere- 
res, suj. de empereor 84, 98, 
io3, 122, li'j, 143, 210, 221, 
2 55, 2734, etc., employé 
comme rég. iSyS ( : -ère). 

Empereriz, emperreriz, emper- 
reris, enperreriz, empereis 
21 



322 



GLOSSAIRE 



(:-iz), impératrice 2870, sSgS, 
36i8, 3708, (3971), 4003, 
4015,4529,4690, 5324, 5486, 
etc. 

* Emplir, amplir, devenir plein, 
se remplir 4.612, 5394, 5419. 

Emploier, amploier, mettre à 
profit 1 187, appliquer, asséner 
{un coup) i526, 16 14. 

Emprendre, engager {une ba- 
taille) II 64, résoudre, déci- 
der 4729. 

Emprès, enprès, anprès, après, 
ensuite 1874, après {prép.) 
1189, 1207, 1400, i554, 2626, 
3528. 

En, dans 54, 279, 3i6, 492, 536, 
895, 939, 1441, i856, 4001, 
etc., à {devant un nom de lieu) 
745, 2o3o, 2i36, 2549, 5h3, 
etc., sur 242, 826, i835, 2345, 
etc., autour de 1624; en ba- 
taille, dans la mêlée, au combat 
i35o, 1375, 1821, 2416, 2421, 
2498, 3523,4727, etc.; en piez, 
sur pied, debout 3ooo, 3807, 
6277, 6366; en terre, sur la 
terre 25, 1281, 2369; ^^ 
traïson, traîtreusement 3884, 
3918. Voy. aussi Li. 

En, an, avec lui, elle, etc. 1470, 
i5o9, etc., de lui, elle, etc. {en 
parlant de personnes) 3892, 
etc., de vous 4028, 4029, 
5 III , remplace un adj. poss. 
se rapportant à une personne 
i6yj, etc.; employé expléti- 
vement avec aler 129, 780, 
2670, 2947, 3327,4698, 5535, 
5672, amener 775, apcllcr 96, 



127, 281,494, 748, 779» 827, 
i3i8, i656, 1849, etc., enten- 
dre 98, 2740, entrer 1860, 
i883, 1925, 3ii2, 3910, 5049, 
5o63,(r</7.) 174, 536,734,855, 
1867, 1915,2018, 2838, 285i, 
2862, etc.^ estre v. aux. 1 107, 
foïr réjl. 902, 5129, 6246, 
6270, issir 863, {réfl.) 352, 
4i5, 781, 836, 896, 1043, 
io58, 1082, 1189, 1207, etc., 
jurer 218, 494, 853, 2991, 
3 181, 35o8, Xewevréjl. 85, me- 
ner 278, 2948, 5o5o, monter 
2408, {réfl.) 3145, 3357, mo- 
voir réfl. 4884, passer réfl. 
4160, penser 897 {cf. Enpen- 
ser), porter 1007, 2425, regar- 
der 4477, retorner réfl. 18 17, 
revenir réfl. 5144, savoir gré 
25 14, torner réfl. 146, 348, 
541, 546, 1091, 1545, 1782, 
2i85, 2428, 2983, etc., venir 
849, 1989, 2254, 3533, 3595, 
53oi, 5783, 6097, (6375), vo- 
ler réfl. 844. 

En, an 769, 1988, précédé de 
Vart. V 403, 449, 454, 665, 
673, 908, 1729, 2077, 2078, 
2o85, etc., on. 

Enbamer, parfumer 4281. 

Enbarrer, enfoncer 5639, f^^~ 
dre 3 1 4 1 . 

Enbatre, voy. Embatre. 

Enbevrer, * s'enfoncer, entrer 
5628, 6062 ; pt. p., imbu, plein 
{de) 6o55. 

Enbler, voy. Embler. 

Enbuchier, cacher 11 84. 

Enccnsicr, encensoir 55 1 5. 



GLOSSAIRE 



323 



Enchanter, ensorceler 2758, 
3671; pt. p. fém., sorcière 
4084. 

Enchargier, se charger de 2220. 

Enchaucier, poursuivre, pour- 
chasser 3079. 

Encliner, baisser, courber 2907, 
3823, s'abaisser, se pencher 
41 14, saluer en sHnclinant 
[avec un rég. indir.) 4800. 

Enclore, pr. 3 enclôt 3928, 6 
encloent 355o, entourer 3 bbo-, 
réfl., s'enfermer 3928. 

Enclotre, couvent Ç)i 56. 

Ençois, voy. Ainçois. 

Encombrer, embarrasser, gêner 
93, 2177, souiller, entacher 
4728, 4818. 

Encombrier, embarras, diffi- 
culté 3084, 3449, 5236, 5241, 
5966, mal, dommage 6952, 
presse, multitude de gens dans 
un lieu obstrué 1918. 

Encontre, ancontre, contre 55o, 
io34, 1417, 2068, 23i5, 2460, 
2914, à la rencontre de 857, 
3390, 5070, 5288, à la venue 
de 5570, 6184, 6399, vers {en 
parlant du temps) 371, à Vé- 
gard de 247, à la rencontre 
i3o7, 2190, 4937. Voy. aussi 
Mont, Val. 

Encontrer, rencontrer 744, 
1548, 1872, 2439, 3672, 3682, 
4908,4940, atteindre, toucher 
4326, advenir, arriver 768, 
780, 2628, 2875, 3368, 3824, 
4256. 

Encor, encore que 3841. 

Encoragié, désireux 1 1 2 1 , 1 183. 



Encrieme, encriemme, encrime, 
criminel, scélérat 1846, 2910, 
3042, 3522, 3544, 3589. 

Encroer, accrocher, pendre 357, 
2440, 5ooi. 

Encroistre, faire croître, aug- 
menter 2017. 

Encuser, trahir 2829; pt. pr., 
trompeur 17. 

Endemain, lendemain 61 36. 

Endroit, valeur, caractère 5976; 
en nul e., en aucune façon 

3223. 

Endroit, androit, du côté de, 
près de 4595, au moment de 
174, 3283, 4527, 4532 ; la e., 
précisément là 6002. 

Enermi, solitaire, sauvage 14^1. 

Enfance, jeune âge, jeunesse 
5832. 

Enfant, enfent, emfant, anfant, 
suj. enfes 687, 841, i5oi, 
1526, 171 3, 2104, 21 II, 21 18, 
2 141, 21 55, etc., enfanz io52, 
jeune homme 627, 687, 707, 
779, 791, 808, 841, 870, 915, 
5721, etc., (au plur.) jeunes 
gens 1 1 . 

Enfer, infirme, malade 58 12, 
5876, 5884, 5982, 6201. 

Enfermé, malade 5688. 

Enfes, voy. Enfant. 

Enforcier, devenir plus Jort, 
augmenter i832, 1919, 2866, 
5276; pt. p.*fort iioi. 

Enfreci, enfresi, dinhecx, jusque 
1 137, 1 140, 1600, 1794, 2546. 

Enfremin, malade 5853. 

Engignier, enginier, tromper 
343, 523o, 5299, 636o. 



324 



GLOSSAIRE 



Engin, tromperie, perfidie 2794, 
2806, habileté, adresse 1246. 

Engolé, muni d'un collet de 
fourrure 2748, 2870. 

Engreignier, grandir i883. 

Engroisier , engrossier , de- 
venir plus fort 5412, s'at- 
trister {en parlant du cœur) 
3693. 

Engrotcr, tomber malade 5592; 
pt. p., malade 6062, 6073. 

* Engruner, se briser 4458. 
Enharnissié, équipé b2bg. 
Enhati, pressé ^6^8. 
Enjenuir, engendrer 6234. 
Enlaidir, outrager 4o32. 
Enlatiner, instruire 2901. 
Enlumer, allumer, mettre le feu 

à 3963. 

Enluminer, faire briller 4793, 
* impressionner {par la vue de 
qqc) 58, être éclairé, briller 
425^; pt. p., orné {de) 3i43, 
3643, 56b i, aux vives couleurs 
{en parlant du visage) 1170, 
6o65. 

Ennor, vqy. Oneur. 

Ennorable, voy. Honorauble. 

Ennorer, honorer 738, 4888. 

Enoccurci, obscurci bZ-]^. 

Enosé, qui a pénétré dans les 
os, violent {en parlant d'une 
maladie) 5748. 

Enpaindre, voy. Empaindre. 

Enpali, ;?a/e 4583. 

Enparenté, de bonne famille 
1643, 2376, 4414. 

Enparlé, voy. Emparlc. 

• Enpatcr, devenir épais, pâteux 

(4459). 



Enpenser, enpencer, penser 
{trans.) 2889, ^490» 4^19- 

Enperiaul ( : -al), précieux 1676. 

Enperreriz, voy. Empereriz. 

Enpire, les gens d'un monarque 
2881, 3o63. 

Enpirier (vers), mettre en défa- 
veur {auprès de) 3445; refi., 
éprouver du dommage 2bg3. 

Enprès, voy. Emprès. 

Enpresser, presser, harceler 
4071. 

Enprise, entreprise 4848. 

Enquerre, pt. p. enquis 4743, 
demander; pt. pr. enquarant, 
questionneur 3921. 

Enragier, devenir fou 19 16, 
b22i\réfl., devejiir fou 4.123. 

Ens, voy. Enz. 

Ensa; en e., en deçà 2729. 

Ensamble; venir e., se rencon- 
trer 5621. 

Ensambler, réunir 3419. 

Enseigne, ensaigne, ensegne, 
anseigne, lance munie d'une 
banderolle 11 28, 1161, 11 85, 
1478, etc., cri de guerre 2564, 
3i32. 

Enseignier, ensaignier; ou n'a 
que e., qui a toutes les qua- 
lités 869, 2238; pt. p., bien 
enseigné 1099. 

Enseller, seller 3282. 

Ensement, ensemant, égale- 
ment 199, 4191. 

Ensi, ainsi 2635 ; c. con, comme 
5oo2. 

Entaillier, antaillier ; pt. p.^ 
sculpté 3144, ciselé, gravé 
II 16, 5290, 53o3, confeC' 



GLOSSAIRE 



325 



tionné avec de petits mor- 
ceaux d'étoffe 641, 5268. 

Entencion, intention 4965. 

Entendauble, facile à compren- 
dre 2097. 

Entendement, intention 6022. 

Entendre, écouter io36, com- 
prendre 1016; e. envers, vers, 
écouter (^^^ 236o, 2740, 2982, 
2945. 

Enterin, anterin, entier^ complet 
1955, 4223, ré?Ya6/ï,gi/éri 5864. 

Enteser, distendre 4959. 

Entor, anlor, tout autour^ de 
tous cotés 3o8, 562, 922, 3 143, 
3545, 4045, 5538, autour de 
404,440,570,717,1270,1786, 
3242, 3452, 5577; aler e. a, 
entourer 4304. 

Entouchier, empoisonner 3096. 

Entrait, emplâtre, onguent 5904. 

Entramer réjl., s'entr'aimer 
4293. 

Entre, entr', précédant deux 
noms réunis par et, indique 
qu'ils existent ou agissent en 
commun comme sujet logique 
de la proposition 11 26, 12 36, 
2108, 21 r6, 2190, 2468, 38i2, 
3862, 3868; chargié e. — et, 
chargé aussi bien de — que 
de 207 ; e. mains, entre leurs 
mains 4215. 

Entreci, entresi, jusque 848, 
1936, 2179; ^' 9^s> jusque 
1897. 

Entrecontrer réjl., se rencon- 
trer 2614. 

Entrehurter réfl.^ s'entre-heur- 
ter 3i 19. 



* Entremeller ré/7., en venir 
aux mains 3480. 

Entremetre réfl., s'occuper 
2666, 4840, 5076. 

Entrencontrer ré/l., se rencon- 
trer (i383). 

Entreplumer réfi.^ s'arracher 
mutuellement les plumes 43. 

Entrepris, entrepriz, malheu- 
reux /^jbi, 4846, 5o8o, 6159. 

Entrer réfl. avec en, entrer 174, 
536, 734, 855, 1867, 1915, 
2018, 2838, 285i, 2862, etc. 

Entresi, voy. Entreci. 

Entrevenir réfl., se rencontrer 
1279, ^^4^> 3i 18. 

Entrevoir réfl., se voir mutuelle- 
ment 562. 

Envaïe, attaque 1454. 

Envenimé, plein de venin, em- 
poisonné 3981, 5729, 5989, 
6020. 

Envers, par rapport à, à l'égard 
de i5, 241, contre {sens hos- 
tile) 457. Voy. Entendre, 

Environ, tout autour, de tous 
côtés 243, io53, 1265, i832, 
2379, 253i, 2787, 3545, 3931, 
4789, etc., autour de 5 188. 

Enviz ( : -iz), envis, à contre- 
cœur 736; a e., à contre- 
cœur 5337, 6228, avec diffi- 
culté, à peine 3 173, 4670. 

Envoier, lancer, jeter i5ii. 

Enz , ens, dans l'intérieur, 
dedans 3236, 53 1 3, devant la 
prép. en ^our en renforcer le 
sens iio5, 1595, 1600, 1675, 
1688, 2871, 2977, 3o32, 3644, 
4o55, etc. 



326 



GLOSSAIRE 



Erament, voy. Erranment. 

Eritaige , possession {perpé- 
tuelle) 4564. 

Erité, voy. Hérité. 

Ermin, voy. Hermin. 

Errance, erreur 5838. 

Errance, action de marcher-, 
* estre en e., se promener, se 
remuer bruyamment (?) 5828. 

Erranment, erament, en hâte, 
vite 3235, 6o23, 6210. 

Errer, airer, voyager^ marcher 
171, 406, 743, 3207, 3489, 
3586, 3829, 4322, se con- 
duire, agir i568, 3484,4488, 

Error , perplexité , embarras 

3397. 
Ert, voy. Estre. 
Es, voy. Ez, Li. 
Esbahir, effrayer 894; pt. p., 

effrayé 3oio, 5 100, niais 

715, 4012. 
Esbanoier, se divertir 2 2 3o, 

2236. 

Esbaudir, commencer à briller 

4008, 4684. 
•Esbessier, s'effondrer 1896. Cf. 

Abessicr. 
Esboeller, éventrer 3 122. 
Esbolonnee, combat acharné 

2565. 
Eschacier, qui va sur des échas- 

ses, estropié 5g42, 6016, 6207. 
Eschafer, réchauffer 5468. 
Eschapin, soulier léger 87. 
Escharbocle, escar boucle {/.) 

56o, 644, 1 268, 2644, (w) 596, 

1249. 
Escharnir, se moquer de, trom- 
per 53 16, 5321, 



Eschars, chiche, avare 433. 

Eschelete, clochette 236. 

Escheoir, pt. p. escheû 2592, 
advenir, arriver. 

Escheri, peu nombreux, petit 
1422. 

Escheriemant, mesquinement, 
en société peu notnbreuse 191. 

Esches, jeu d'échecs 680. 

Eschevi, svelte, élégant 462, 
3871, 4300, 5i37. 

Eschiele, clochette 3634. 

Escient, essient, essiant; par 
grant e., très habilement 
63g; mien e. 74, par le mien 
e. 2 338, 4204, à mon avis; 
selonc son e., à son avis 6043. 

Esclairier, luire, briller 5494, 
5920, être soulagé {en par- 
lant du cœur) 55o6. 

Esclarcir, commencer à luire 
4653, 5i35; pt. p., aux vives 
couleurs {en parlant du vi- 
sage) 4^01 ; l'aube esclarcie, 
Vaube levée 3417. 

Esclavon, cheval esclavon 838. 

Esclice, éclat {de bois) 2342. 

Esclot, trace, piste {d'un ani- 
mal) 5482. 

Escoillir réfl., _se diriger vers 
4020. Cf. Acoillir. 

Escondire, refuser, contredire 
389, 4037, 4980, nier 4665 ; 
réfl., échapper, se soustraire 
387, 3048. 

Escondit, protestation 4682, 
5341. 

Escopir , conspuer , insulter 
4696. 

Escot, provision, butin 5449. 



GLOSSAIRE 



327 



Escremir, garder, préserver 
2261. 

Escrier, crier 714, io56, 1446, 
2564, 3i32, 4650, provoquer 
par des cris i Syg. 

Escripture, récit (véridique) 
1970. 

Escrire, tracer, figurer limage 
de 2025. 

Escrit, récit {véridique) 2396, 
la sainte Écriture 4692. 

Escroller, trembler 1998. 

Escroter, briser, endommager 
4476. 

Escuminié, excommunié 6345. 

Escuser, accuser 5723. 

* Es,^ch\QT, fixer, attacher iiij. 
Cf. Afichier, 

Esforcemant, efforcemant, for- 
ce, armée 217, 658. 

Esforcier, esforsier, efforcier, 
devenir fort, augmenter 602, 
gagner en intérêt 5245; pt. 
p., fort, considérable 1180. 

Esfreer, esfraer, efFreer, effraer, 
efraer réfl., s'effrayer 2 534, 
2660; pt. p., agité, troublé 
285o, 4004, 4914, 4941, 5742. 

Esfrois, effrois, bruit, vacarme 
12 18, agitation 2027. 

Esgarder, regarder [trans.) 58, 
225, 287, 413, 922, 957, io52, 
i33i, etc., voir, apercevoir 
5 10, choisir 4507, porter ses 
regards, regarder {intrans.) 
790, 1587, 1628, 4790, jouir 
de la vue, voir ijSj; il est 
esgardé, c'est décidé 766, 
2905. 

Esgaré, attristé, malheureux 



3971,4810,4874,4913,4943, 

5546, 5691, 5703, 5713. 
Esgart, délibération ; i a e., il 

faut y réfléchir 23 10. 
Esgratiner, égratigner 2861, 

3715. 
Esgruner, s'ébrécher 1458. 
Esguier, guider, conduire 5 1 38. 
Eslection, elecion, libre choix 

254, 1271. 
Eslegier, acheter 4244. 
Eslire (a), pt. p. eslit 2392, 

3oi2. 4721, élire. 
Esloignier, s'éloigner 5298, 

5464, s'éloigner de (qqc) 

38i8. 
Esmaier réfl., s'émouvoir, s'ef- 
frayer 6o5, 19 17, 5197; pt. 

p., troublé, effrayé 1098. 
Esmarri, troublé, chagrin 5i3i, 

frappé de surprise 5334. 
Esme, voy. Elme. 
Esmer, apprécier, évaluer 5 12, 

532. 
Esmeril, émerillon 53 1 5. 
* Esmeriz ( : -iz), alliage 5340. 
Esmier, réduire en miettes, 

mettre en pièces 1457; être 

mis en pièces 1897. 
'Esmox OIT, mettre en mouvement 

612; réfl., se mettre en mou- 
vement 2 38. 
Espale, épaule 5o6i. 
Espandre, espendre, disperse^ 

810, se répandre 1879, 3789; 

réfl., se répandre 6, 65 1 , 3 1 3 1 , 

3i85. * 

Espani, épanoui 706, 61 25. 
Espardre, pt. p, espars 3i52, 

4656j 588oj se répandre 3ï52, 



328 



GLOSSAIRE 



4.656; pt. p., parsemé, rempli 
{de) 588o. 

Espartir, fendre [le ciel) SSyi. 

Espendre, voy. Espandre. 

Esperdu, troublé, effrayé 3 200, 
3780; e. de sens, fou 1706. 

Espérer, attendre, se figurer 
4667. Cf. Espoir. 

Esperir réfl.^ se réveiller 4638. 

Esperital, esperetal, spirituel, 
céleste 3i2, 3i8, 1691, 2991, 
3948. 

Kspcron, éperon {équivalant à 
un objet de peu de prix) 241 ; 
a e., en toute hâte 2919. 

Esperonner, esperoner, piquer 
des éperons 1482, 1485, i5i4, 
1673, 3124. 

Espessement, d'une manière 
épaisse, dru 141 o. 

Espesset, un peu épais 3655. 

Espie, espion 1014, i3i2,* ser- 
vice d'espions 3422. 

Espié, épieu 1405, i5ri, i5i9, 
i58o, 1598, 1601,1672,2028, 
25 17, 2574, etc. 

Espiné, garni d'épines 40(^4.. 

"Espiver, inspirer, animer i339, 
2265 ; pt. p., animé, plein {de) 
2174, 2523. 

Espiritable, spirituel, céleste 
2io5. 

Esploit; a e., avec ardeur, éner- 
gie 2 307, 6007. 

Esploitier, agir 53oo, agir ha- 
bilement, réussir 868, 2405, 
4478, 5240, se hdter 2244 
{pris substantivement), voya- 
ger vite ^^^^ 947, 3090, 3829, 
5285. 



Espoanter, épouvanter, effrayer 
35 14, 3So6 ; 7'éfl., s'épouvanter 
1577; pt- P; effrayé 2039, 
3i3o, 3679, 3972. 

Espoerir réfl., s'épouvanter 
36g3 •,pt. p., épouvanté b 12']. 

Espoir, peut-être 2084. 

Espoisier, devenir épais, obscur 
5388. 

Esposee, espousee, épouse 5716, 
femme mariée 5109. 

Esposer réfl. avec a, se marier 
{avec) 3oi, 675. 

Espostoile, voy. Apostoille. 

Espris, allumé 4723, vif {en par- 
lant du teint du visage) 1 170. 

Esprover réfl., faire ses preuves 
2784. 

Esquarismant, indique, comme 
épithète de paille, une étoffe 
spéciale i83. Cf. Zs. f. rom. 
Phil., XXIV, 565 s., XXVI, 
5go; Rom., XXX, i52 s., 
XXXII, 461. 

Esquarteler, se briser {en qua- 
tre morceaux) 5419. 

Essaier, éprouver 4057; pt. p., 
éprouvé, fort 1106. 

Essamplaire, essanplaire, exem- 
ple, modèle 55o3, 5908. 

Essart, lieu défriché 1247. 

Essaucier, essausier, essacier, 
élever en dignité 1086, 1188, 
1293, 1617, 1714, 2683, 3290, 
3343, 4401, 5670, etc. 

Essient, voy. Escient. 

Essillier, ravager, dévaster 327, 
5^6, nuire à {qqn) 1292, i3o9. 

Essofler, donner de Vair à 
(1725). 



GLOSSAIRE 



329 



Essoigne, empêchement 6175. 

* Essol, essieu 5819. 

Essorer, mettre à Vair, rafraî- 
chir 1724. 

Estable, ferme, sérieux 2io3. 

Establie, arrangement, ordre 
1421. 

Establir, organiser 469, 1194, 
fonder 55o2; réfl., se placer 
1219. 

Estache, pieu, poteau 523 1, 
5280. 

Estage, place, lieu (où l'on se 
tient) 4566, habitation, de- 
meure 146, 3228, séjour 
3320. 

Estai, place, lieu {oii Von se 
tient) 3o6, 1680; tenir e., 
tenir ferme 261 1. 

Estamine, chemise d'étamine 
5576, 5762. 

Estanchier, fatiguer 1 1 1 2 . 

Estelle, éclat {de bois) 1934. 

Estelle, étoile {en parlant de la 
robe d'un cheval) 25oi, 3626. 

Estendre, pf 3 estendié ( : -ié) 
5297, étendre. 

Ester, pr. 6 estont 670, impf. 3 
estot (: -ot) 5451, pf. 3 estut 
3ooo, 63o5, subj. impf. 3 es- 
teûst 58o2, se tenir debout 
570, 1967, 2696, 4466, 4617, 
58o2, rester 4650, 6297, se 
trouver b^bi, être {v. copu- 
latif) 2715, 41 19, 5614, 5633, 
5873, {v. auxiliaire) 3768, 
635 1; réfl. y se tenir debout 
3ooo, 63o5 ; laissier e., laisser 
en repos, ne plus s'occuper 
de. 286, 4442, cesser avec 



(^^c)5355; en estant, ieèowf, 
sur pied 5i54, 6327. 

Estes, voilà 5460. Cf. Ez. 

* Estival, sorte de petite clo- 
che {?) 237. 

Estive, sorte de flûte 1409. 

Estoire, récit {véridique) d'évé- 
nements historiques 20, 27, 
1285, race, extraction (4285); 
d'e., historique 5248; paint 
a e., orné de peintures repré- 
sentant des scènes de l'histoire 
4283. 

Estoire, flotte, armée navale 
526, 546, 552, 600, 3078. 

Estopé, bouché, fermé 5jgg. 

Estor, combat 107, i325, i63o, 
1673, 1774, 1788, 2227, 2897. 

Estorbillon, tourbillon 5390. 

Estordi, effrayé Ofioo. 

Estordre, pt. p. estort 1795, 
échapper i536, 1540; e. son 
cop, retirer son arme de la 
blessure qu'on a faite 1795. 

Estorer, établir, régler 3969, 
construire 56oo, créer 29, 
5410. 

Estormir, attaquer à Vimpro- 
viste 2142, 2996, envahir 
6269; réfl., s'agiter, faire du 
bruit 4621 . 

Estoutie, estotie, folie 1202, 
action insensée 3426. 

Estovoir, pr. 3 estuet 554, 
2428, 2447, 3io3, 3224» 
3239, 5216^, 5237, 5423, 
5426, pf. ^ estut 1738,3306, 
falloir. 

Estracion, extraction, origine 
2917. 



33o 



GLOSSAIRE 



Estraier, errer sans maître [en 
parlant d'un cheval) 1407. 

Estraier, abandonné, sans maî- 
tre 253o. 

Estrain, paille 5596, 61 52. 

Estraindre, pf. i estrains 6262, 
serrer, resserrer. 

Estraine, chance , fortune 3744. 

Estrainge, estrenge, étranger 
504, 679, 4198. 

Estre, pr. i sui 1427, 1430, 
2o55, 2107, 2 iés, iez 1426, 
1428, 2104, 2773, 2805, 3172, 
5 lestes 390, 893, 1047, ^071» 
i323, 1539, '757, 2771, etc., 
impf. I iere 3190, 3 iert, ert 
71, 82, 590, 1094, 1 120, 1729, 
2867, 4393, 556o, 5688, etc. 
{cf. estoit 72, 2880, etc., estet 
18, astoit 4758), 6 ierent 
2881, 3524, 5272, 5554, fut. 
I ier (1958), 3070, 3 iert, ert 
iio, 116, 375, 752, 1084, 
1107, II 56, II 59, 1177, 2825, 
etc., 6 ierent 5o3i [cf. serai 
1689, sera 1426, etc.)^ être; 
pris substantivement, état, 
condition 4265. Cf. Ester. 

* Estré, qui est à côté du chemin 

3674. 
Estree, route, grand chemin 

5750. 
Estri, querelle, combat', a l'e., 

en combattant 476, à l'envi 

4635. 

* Estrivoison, effort 6208. 
Estroit, étroitement, d'une ma- 

nière serrée 2999, 4704, en 
rangs serrés 23 1 5. 
Estuet, voi^i Estovoin 



Esvani, exténué 3846. 

Esvespree, voy. Avespree. 

Et, explétif 68j, 2079, 4979» 
565o. 

Eue, eau ido, 416, 448, 638, 
95i, i23o, 2089, 2095, 2603, 
etc., golfe [t) 55oi; deman- 
der Te., demander de Veau 
pour le lavage des mains avant 
le repas 2429. Voy. aussi 
Corner. 

Eûr, chance; aler a mal q., se 
perdre, périr 5384. 

Ez, es, voilà 195, 712, 915, 
1126, 1387, 1^84, 1623, 1784, 
193 1, 1937, etc. Cf. Estes. 

Faatk, fidélité 1776. 

Fable, conte, récit fictif 1848, 
2104. 

Fah\eT,raconter des contes 24^6. 

Pacer, voy. Fausser. 

Façon, face, visage 225, 3046, 
4985. 

Fadrai, voy. Faillir. 

Faé, ensorcelé 2386, 363o. 

Faillance, manque; sanz f., 
incontestablement 267. 

Faillie, manque; sanz f., incon- 
testablement^ pour sûr 726, 
2i36. 

Faillir, pr. / fal ( : -al) 3i5, 
^ faut 1 362, i858, 2049, 3836, 
5395, 4 faillons 2471, 6 fail- 
lent 809, 4082, subj. pr. 3 
faille 1 363, 3832, 4785, /Mf. / 
faudrai, fadrai 5 116, 5 162, 3 
faudra 4874, 6 faudront 582, 
cond. 3 faudroit 4998, man- 
quer, faire défaut 809, i858j 



GLOSSAIRE 



33 I 



2049, SySy, 4785, 5395, 6001, 
manquer à son devoir {envers 
qqn) 3i5, 582, 2471, 4636, 
4998, 5ii6, 5162, 5347, etc., 
abandonner 4874, défaillir 
3832, 3836, 4082, se calmer 
[en parlant de la mer) 6459, 
ne pas atteindre i362, i363, 
ne pas réussir ^']3>\ senz f., 
incontestablement, pour sûr 
452j; pt.p., déshonoré, lâche 
{épith. de traïtor) 2401, 3 000, 
4018, 4706, terminé {en par- 
lant d'un combat) 1439. 
Faintise, faintisse (: -ise), feinte 
1173; sanz f., incontesta- 
blement, pour sûr ^852, 5o68, 
5o83. 
Faire, impér. 2 fé 2 141, subj. 
impf 3 fesist 6954 {cf. feïst 
5766, etc.), convenir, aller bien 
2488, rendre {avec un adj.) 
2209, verb. vie. i325, 1404, 
4o58, 4737, 5333, 5653, 5766; 
f. a suivi d'un inf, mériter à 
{avec Vinf. au passif) 2j5, 292, 
337,401,407,667, 677,1287, 
1734, 1892, etc., ce fel a 
mercier, cela mérite des re- 
merciements 2685, ne fet a 
demander, il ne vaut pas la 
peine de le demander 4440; 
réfl., devenir 6362 ; pt. p., 
con f., de quelle nature, quel 
285, si f., de telle nature, tel 
4645 ; inf. pris substantive- 
ment, manière d'agir^ action 
(5905). 
¥si\%, fardeau 2220. 
Faisance, manière d'agir 5846. 



Faiture, personne 495. 

Fal, voy. Faillir. 

Faonner, mettre bas {en parlant 
de biches, etc.) 33o2. 

* Faucdestain ( : -ain), chaise 
6147. 

Faudrai, voy. Faillir. 

Fausart, sorte d'arme offensive 
{une faux au bout d'une ham- 
pe) 2029. 

Fausser, fauser, faucer, facer, 
tordre {un corps solide) 1790, 
3 120, violer {sa foi, etc.)^'i']i, 
rendre inefficace 4091, accu- 
ser de fausseté 436, se tordre, 
se courber i5i2, 5391, être 
trompeur 32 26. 

Faut, voy. Faillir. 

Fé, voy. Faire. 

Fel, perfide ij,g8^, i336, 2768, 
2853, 4767, 5019, 5o66, 5i 18, 
5894, etc. Cf. Félon. 

Félon, fellon, suj. fel 3706, 
4710, coquin, traître 1846, 
2853, 2910, 3042, 3522, 3544, 
3671, etc. 

Félon, fellon, /. félonne 1468, 
3278, méchant, vil 229, 11 29, 
22o3, 2852, 2925,2997,3394, 
4063, 5o5i, 5836, terrible, 
violent {en parlant d'une ba- 
taille, etc.) 1468, 3278. 

Fclonnie, félonie, fellonie, fe- 
lenie, déloyauté, action dé- 
loyale i56o, 2007, 3396, 
3398, 3563, 3664, 3690, 4820, 
5ioÇ>, fureur, ardeur 709. 
Fendre, se fendre 448. 
Fenestre {au plur.), chambranle 
I {d'une fenêtre) 788, 1646. 



332 



GLOSSAIRE 



Fenir, finir 5140. 

Ferir, pr. 3 fiert 545, i363, 
i366, 1379, ï38i, 1437, 1443, 
i655, 1734, 1939, etc., 6 fiè- 
rent 808, 1403, 1496, 1797, 
3 i3o, subj. pr. ^ fiere i63o, 
fut. I ferrai 140, 1162, 1692, 
3 ferra 1347, 4 ferrons 2468, 
6 ferront 1048, cond. i fer- 
roie4o65, j?f,;7. féru 777, 811, 
824, 1698, 1791, 2545, 3937, 
4473, 4489, 4696, etc., frap- 
per, distribuer des coups 140, 
682, 777, 1048, 1347, 1375, 
i38i, i63o, i655, 1692, etc., 
souffler [en parlant du vent) 
2695, frapper [un coup) 824, 
843, 897, ijgi, frapper, don- 
ner un coup à 808, 8i5, 903, 
1162, i363, i366, 1437, 1443, 
1456, 1476, etc., lancer, jeter 
{du feu) 3937; réfl., se frap- 
per 1939, 1960,4065, se jeter, 
se précipiter ^11, i3jg, 1403, 
1698, 4625, commencer à 
souffler fort (en parlant du 
vent) 545, 53 13. 

Fermer, fixer, attacher [solide- 
ment) 78, 879, io58, 1139, 
2641, 3i25, 3641,4076,4860, 
4928, construire 3072, for- 
tifier 4920, engager (un com- 
bat) 1648, enfermer 3937. 

Fermeté, place fortifiée 2652. 

Ferrai, voy. Ferir. 

Ferrant, /. ferrande { : -andc) 
3 201, 5o6i, gris de fer, gri- 
sonnant 218, 624, 2000, 3922, 
5i85. 

Ferré, couvert de fer 559, solide 



[en parlant d'une route) 3673, 
5754. 

Féru, voy. Ferir. 

Fervestir, habiller de fer 900. 

Fesist, voy. Faire. 

Feste, faîte, sommet 644. 

Fi, certain, siir 2402, 5322; de 
fi, avec certitude 470, 3874. 
Cf. Fis. 

Fiance, confiance 263, foi et 
hommage 5844. _ 

Fiancicr, p}'omett7'e,jiirer 401 3, ' 
4018, 5237, 5253, 555i, con- 
sentir à 35i5 ; pt. p., engagé 
par sa foi 6358. 

Fichier, fixer, placer iio5,J 
3097, 4819. 1 

Fié,^e/2oi7. 

Fier, féroce, hardi 5 y 17, 1239, 
i25o, 1289, i35o, i532, 1703, 
fort, grand 552, 662, 946, 
2454, 3089, 4238, 4324, ter- 
rible (en parlant de choses) 
19, 1894,4567, 5128, [dans un 
sens adverbial devant un adj.) 
1 176, noble [en parlant du vi- 
sage) 5936, 5967. 

Fier réfi., être convaincu, as- 
suré 6120. 

Fierce, reine (dans le jeu des 
échecs) 2426. 

Fièrement, ûeremant, d'une ma- 
nière intrépide 276, 812, 1997. 

Fiert, voy. Ferir. 

Fierté, vif sentiment de sa di- 
gnité, orgueil 36o, 1269, 1996, 
2067, 2693, 5787, audace^ 
hardiesse 981, 1571, i585. 

Fin; en f., pour toujours 3i5, 
4376. 



GLOSSAIRE 



333 



Fin, complet, achevé 2686, 2958, 
intime 4293, délicat, loyal 
2793, 2800. 

Finer,Jînir, cesser 274, (1961), 
2022, 2496, 3575, 5773, s'ar- 
rêter 872, 5970, mourir 6402, 
finir, achever 5 j3i, mettre Jin 
à, tuer 2777, 4549, 5665. 

* Fis ( : -is), certain, sûr 6166, 
6181. Cf. Fi. 

Flael, fléau 5797. 

Flairier, flarier, exhaler une 
odeur 2214, 55 17, 5962. 

Flambe, flamme 3981. 

FlatÏT, frapper {au sens neutre) 
1677. 

Fior, décoration du heaume en 
forme de fleur 1457. 

Flori, couvert d'ornements en 
forme de fleurs {en parlant 
d'un écu ou d'un bouclier) 
1298, 1437, blanc {en parlant 
des cheveuXy de la barbe^ etc.) 
141, 255, 480, 722, 85o, 1 198, 
1278, 1428, i852, 2128, etc., 
qui a les cheveux blancs 3854. 

F\un, fleuve 5g3i,flux, marée 
5465. 

Foi, fidélité 2827, 5o2o, 5o39, 
5ii5, loyauté 3383, 4949; 
parf., sincèrement 6221, par 
ma foi looi, 1054, 2547, 
2718, 4989, 4990, 5207, 5237, 
53o5, 6233, etc.; en la moie 
f., par ma foi 28o5, 2903, 
3190, 3414; porter f., être, 
rester fidèle 1494, 2699; f. 
que (je) doi, par la foi que je 
dois à 2347,3162, 4839, 5o8i, 
5357, 5877,5927,6288; f.que 



vos me devez, par la foi que 
vous me deves[ io32. 

Fo'ûli, feuillu 3686, 3843, 4019, 
4043, 4632, 6256, 6279. 

Foillu,/«?M///î/ 3776. 

Foïr, creuser 3863. 

Foïr, fuir, conj. avec estre, fuir 
3027, 5336; réfi. avec en, 
s'enfuir go2, 5 1 29, 6246, 6270. 

Foison, abondance n3o, pou- 
voir de résister 85 1, i858 ; a 
(grant) f., en {grand) nombre 
233, 6202. 

Foisonner, exister en abon- 
dance 1543. 

Folage, folie, conduite étrange 
i54, 159. 

Foleté, folie, conduite étrange 
2295. 

Folie, ce qui est insensé 2140, 
2927, 356o, 3694, 3696, 4445, 
5i 12, 5632. 

Folor, folie, action insensée 
3388, 555o. 

Fondre, détruire 3, 3938, être 
détruit 2532. 

* Fonteni ( : -i), petite fontaine 
3852. 

Forain, bête sauvage 4768. 

Force, grand ciseau; la f. paist 
le pré, aucune résistance n'est 
possible 1807, 3127. Cf. Pais- 
tre. 

Forcener, voy. Forsener. 

Forche, pieu d'un gibet 4926, 
{au plur.) gièet 357, 4928> 
4932, 4974, 5oi6, 6353. 

Forchier, bifurquer 4909. 

Forfet, coupable 4708. 

Forjurer, abandonner 3582. 



334 



GLOSSAIRE 



Forment, fort, beaucoup 107, 
109, 214, 275, 372, 378,419, 
617, 635, 690, etc., vite b^b. 

Former, C7"éer 469, i562, 2284, 
2728, 3900, 4o5i, 5598. 

Ferre, fucrre, fourreau 2 1 54, 
3456, 3935, 4092, étui, enve- 
loppe 548. 

Fors, forz, dehors 164, 634, 
781, 863, 1043, io58, 1082, 
2059, 3 1 16, 4549, etc., hormis 
2671, 2989,3903,4117,4141, 
5428, 5440; f. de, hors de 
1 3 14, 21 54, 3456, 3957, 4253, 
4608,4649, 5293, 5559, 58o3. 

Forsener, forcener, perdre la 
raison 4109, 4463; ff. p., fou 
2i83, 2384, 2547, 2756, 4420. 

Forsgeter, forsgiter, jeter au 
dehors 3982, chasser {35yy). 

Forsjugier, condamner à tort 
3339. 

Fort, grand 5470. 

Forz, vox- Fors. 

Fouler, maltraiter, battre 
(4097). 

Frain; sur f., à bride abattue 
1545. 

Fraindre, subj. pr. 3 fraigne 
i63, ;7^. p. fret 1107, 1798, 
2540, 2553, 2563, 2582, 26i5, 
3 120, fraint i"]^^, briser 1 107, 
1789, 1798, 2640, 2553, 2563, 
2682, 2615, 3 120, se briser 
i63, 5419. 

Fraiz, voy. Frois. 

Franc, de bonne race, noble 
383, 359, 83o, i322, 1465, 
1741, 1753, 1945, 1949, etc., 
vaillant 708, 4456. 



I 



Franchir, rendre la liberté à 
5017, 5320. 

Franchise, noblesse de caractère 
4826. 

Fraor, hésitation, doute 5545. 

Frapaille, gens de rien 1 376. 

Frarache, fraternité 3470. 

Frarin, vil, lâche 2801, misé- 
rable 5849. 

Frelle, faible, débile 73, 106, 
210, 294. 

Fremier, être agité, frissonner 
3692, 43o3, 4791, 5220. 

Fremilon, à mailles serrées [en 
parlant d'un haubert) i835. 

Frémir, trembler, être secoué m 
883,1124. " 

Fresé, galonné ^<^o, 527, 25o5, 
2834, 3628, 3730, 4271. J 

Fret, voy. Fraindre. % 

Fretel, sorte de flûte 1409. 

Frois ( : -ois), fraiz, nouveau, 
neuf 2024; f. coloré, de cou- 
leur fraîche 60; de ï.,de nou- 
veau 1788. 

Front, partie antérieure d'un 
navire, proue; le premier f., 
le bout de la proue bbg. 

Frontal, front i6yb, [d'une ba- 
taille) 1692. 

Fuerre, voy. Forre. 

Fuie, fue, fuite 2602, 3127, 
3i33, 3713, 4634. 

Fuir, voy. Foïr. 

Fust, pi. rég. fus, pièce de bois 
1874. 

Gaaig ; de g., comme butin 858. 
Gaaignier, prendre comme bu- 
tin II 10, moudre 390 3. 



GLOSSAIRE 



335 



Gab, suj. gsis, plaisanterie 5874; 
a gas, comme une plaisante- 
rie 3 154. 

Gaber, se moquer de 2435, 4487, 
4496. 

Gage, témoignage, signification 
4570. 

Gai, sorte d'oiseau 2206. 

Gaignon, mâtin, chien 847. 

Gaillart, courageux, hardi ï23g. 

Gaire ( : -aire), gaires, guère 
5519; n'a g., il y a peu de 
temps, naguère 391 3. 

Galerne, vent du nord-ouest 594. 

Galie, grand bateau, galère 5i5, 
1435, 5991. 

Galonner, tresser avec un fil 
d'or, un ruban 77. 

Galop; (toz) les galoz, au galop 
1 143, 1545. 

Gamenter réjl., se lamenter, se 
plaindre 3876, 3891, 5486. 

Garant; avoir g. de, être en 
sûreté de 1999, 4968, 6149; 
traire a g., prendre comme 
témoin 6326. 

Garantie, protection, aide 3722, 
4070, 5098. 

Garantir, garentir, protéger 
1464, 3069, 3747, 4052. 

Garçon, garson, serviteur, va- 
let 834, 1259, 4977, 62 13. 

Garde, sujet de crainte, peur 
52 55 ; prendre g. a, se soucier 
de 4842; soi prendre g. de, 
faire attention à 61 5. 

Garder, subj. pr. 3 gart 1242, 
5190, 5956, préserver, proté- 
ger 1242, 2389, 3293, 4060, 
5190, 5394, 5956, être attentif 



à i35, 285, 1324, 1999,2082, 
2i34, 2325, 2417, 2933, 3ioo, 
etc., prendre garde de 5199, 
regarder 1572, 4435, 4594, 
5170, 5178; réfl., faire atten- 
tion 5629, regarder 3678. 

Garir,/uf. 3 garra 5595, 563 1, 
guérir (trans.) 5595, 5629, 
5631,5694, 5887,5945,5981, 
6023, 6o32, 6075, etc., garan- 
tir, protéger 202, 3368, 453o, 
5263, 5364, 5454, 5908, 6146, 
etc., prendre soin de 4803, 
sauver 4958, 5o55, 5527, gué- 
rir {intr.) 5641, 5890, 5951, 
5992, 6043, 6o56, 62 1 7, échap- 
per 2652, 4970, 5726. 

Garison, guérison 6194, 6201, 
6229, défense, salut 1276, 
4994. 

Garnement, garnemant, vête- 
ment 177, 36o5, 3908, 4174, 
4243, armure 2447. 

Garni, richement pourvu (de) 
121, 2396, 4292, 4702, 5369, 
5571, riche, puissant 2656, 
3216, 3416, 3691, 5o88, 5i22, 
61 17, bien aménagé 5i32. 

Garson, voy. Garçon. 

GâTsonaille, valetaille 1372. 

Gassel, marais, marécage 4041. 

Gaster, gâter, ravager, dévaster 
2o53, 2167, 2279, 23o7, 2362, 
2883, 4718, 5617, 5788. 

Gatine, terrain inculte 3674. 

Gaudine, bois, fotêt 4.222, ^22g, 
4236. 

Gaut, bois, forêt 3843, 4632, 
5046, 6256, 6279. 

Gel, voy. Jel. 



336 



GLOSSAIRE 



Gelée, ce qui est gelé 3654, 
4349,4541. 

Geline, poule 4248. 

Gemais, gemès, gemez, jamais 
116, io55, 1107, 1177, 1540, 
i555, 1758, 1955, 2182, 2218, 
etc., renforce simplement la 
négation 1999, 2200, 2519, 
5216. Cf. Ja, Mais. 

Gemé, orné de pierres précieu- 
ses 801, 1791, 3i i5. 

Genitriz, mère {épith. de roïne) 
4o33, 4703. 

Gent, peuple 4, gens 715, 1064, 
ii65, 1182, 1245, i3i6, 1816, 
1869, 1879, 19^45 ^^^• 

Gent, gracieux, joli 1819, 1845, 
1966, 2873, 4150,4259, 535o, 
courtois 321 3, bien apprêté 
{en parlant du manger) 4480. 

Gentement, gracieusement, no- 
blement 643, 2274, 2436, 
3359, 4941, bien 3286. 

Gentil, suj. gentis ( : -is) 2410, 
noble, de haute naissance 
1944, 2410, 25ii, 2913, 4871, 
4947, 5029, 5o8i, 56i5, 6233, 
etc., vaillant 2876, 4335 
4749. 4976, 5275, 5548, etc. 

Ges, je les 1049. 

Gésir, pf. 3 jut 3798, 3962, 
4284, 5o88, 5325, 6406, /Mf. 3 
gerra 114, 363 1, pt. p. geû 
3391, 3960, être couché, cou- 
cher 114, 3391, 363 1, 3960, 
3962, 4284, 4295, 5o88, 5583, 
5878, etc.; réjl., être couché 
5675, se coucher 3798. 

Getcr, giter, gitier ( : -ier 1909, 
3099), pr. 3 giete 914, 6 gie- 



tent 4253, gitent 4213,/aïVe 
sortir, tirer hors {de) 548, 
i3i4, 2154, 3374, 338o, 3426, 
3536, 4253, 4699, 5084, etc., 
chasser, expulser g^2, débar- 
quer 5588, déposer ^ placer 
58o3, répandre 2 34, 9 1 4, 42 1 3, 
tirer de Varc 1729, laisser par- 
tir, lâcher {un épervier) 1909; 
g. mort, tuer 46, 35o6, 4556; 
g. son sort, dire la bonne 
aventure 1822. 

Geudon, soldat à pied 6192. 

Geuent, voy. Juer. 

Gibaier, chasser aux oiseaux 
1907. 

Gié, voy. Je. 

Giet, lien par lequel on retient 
un oiseau de chasse 191 3. 

Giete, voy. Geter. 

Giron, payi de robe 237, tuni- 
que 4984. 

Giter, voy. Geter. 

Glai, glaïeul 913, 1095, i633, 
1927, 2214. 

Glais, glas (2372). 

Glatir, crier, hurler 41 55. 

Gloton, suj. gloz, glos, coquin^ 
fripon {terme d'injure) 2159, 
2i63, 2602, 2707, 2773, 2778, 
2871, 2951, 2956, 3oi2, etc. 

Gonfanon, gonfenon,confanon, 
drapeau, bannière, SaS, 843, 
879, io58, 3 125, etc. 

Gonfenonnier, celui qui porte le m 
gonfanon 1619, 1780, 2228. " 

Goté, tacheté {en forme de 
gouttes) 492, 2272. 

Gonnc, vêtement de reli- 
gieuse bb-jb, 56o2, équivalant 



GLOSSAIRE 



337 



à une chose de peu de prix 

1477. 
Goule, collet [de fourrure) i gSg. 
Goule, bouche [d'un homme) 

4458. 
Goûté, qui a la goutte 58i2. 
Gracier, graciier, remercier 

52i5, 5261, 6372. 
Gramaire, ouvrages en latin 

5504. 
Grandime, très grand 4464, 

4569. 
Grant, nombreux 65 ij en 

grande, soucieux, préoccupé 

3208, 3210. 

Grantmant, /o»'if, très 368, 

Gré ; venir a (en) g., plaire, con- 
venir (3i), 57, 2066, 2084, 
3491, 3499, 5809, (6383); sa- 
voir g. a, se soucier de 2514; 
savoir mal g., savoir mauvais 
gré 5780; faire ses grez, 
faire ce qu'on veut 114, 2754; 
de g., avec plaisir, volontiers 
756, 256i, 2904, 6388, [au 
plur.) 2374; a g., à souhait 
6403. 

Greignor, grignor, plus grand 
3396, 4481, 4625, 5528, 5556, 
grand, principal 912. 

Grelle, grêle, sorte de trompette 
543,* le bout, la partie étroite 
d'une manche 41 11. 

Grenon, moustaches 218, 2 55, 
354,480, 599,850,1278,1852, 
621 1, etc. y [au plur.) 1996. 

Grevain, lourd, pesant ^'j']^. 

Grever , peiner , tourmenter 
4382, 4462, 5424, 5437, 56i6, 
5661,5798;^^.^., triste2o3^. 
T. II. 



Grief, triste, fâché 2^00, 3919. 

Grifaigne [èpith. de chiere), ré- 
barbatif, sauvage 161. 

Grifïonnaille, assemblage de 
Grecs [avec un sens mépri- 
sant) 1348. 

Grignor, voy. Greignor. 

Gris, petit-gris 2409, 4391. 

Gros, employé adverbialement 
avec molu 556o. 

Guenchir, tourner de côté 876, 
éviter 3996, se détourner 
1445, 2']']^, se soustraire, s' en- 
fuir 58o, 3999, se tourner, se 
diriger 3oo6, 3862 ; réfl.^ s'en- 
fuir 3095. 

Guerpir, abandonner i559, 
3688, 463 1. 

Guerredon, récompense 4993, 
5oi8, 5323. 

Gnitov, guide 5529, 5541, 5562. 

Guier, conduire, mener 1434, 
2449, 3401. 

Guige, courroie [du bouclier) 
1573. 

Guindas [pi.), treuil., cabestan 
5295, 5368, 5392. 

Guise, manières, nature 5071; 
a g. de, selon la coutume de 
ioi5, 3640. 

Guivre, vipère 647, sorte de 
javelot 2029. 

Habergier, loger 2095, 53og, 
61 19, 61 34, se loger 745, 
5973; ré/7., se loger 5597, 
6249. • 

Hacier, voy. Haucier. 

Haïr, impf. 3 haet 4817. 

Haitié, bien portant 1120. 
22 



338 



GLOSSAIRE 



Hanste, hante, ante, bois de la 
lance, lance 844, 879, 1266, 
1345, 1399, 1789, 2540, 2553, 
26i5. 

Hardement, hardiesse 1697, 
1990, 2076, 4814. 

Harper, jouer de la harpe 53, 
3o54. 

HdiSlcv^ poursuivre 3997. 

Hastereil, nuque 78. 

Hatain, autain, /. hataigne, 
haut 1884, 61 33. 

Haubergier, fabricant de hau- 
berts 1080. 

Haucier, hacier, monter, s éle- 
ver 1898, 5219. 

Hauçor, auçor, haut 907, 915. 

Haut; soi escrier h., s'écrier à 
haute voix 4074. 

Hautement, hautemant, à haute 
voix 714, 1424, 3703, solen- 
nellement 2 383. 

Here (: -e.v&), figure, mine i865. 

Hérité, erité, ce qu'on possède 
en héritage^ domaine 363, 
i33o, 23oo, 2365, 2752. 

Hermin,ermin,rf7iermme 1261; 
manteau d'hermine 2743 , 
2870. 

Hermine, ermine , d'hermine 
1959, fourrure d'hermine 
425i, 4391, 5764. 

Hoben, hauban 6296. 

Hom ( : -on), hons, suj. de 
homme 56, 72, 598, 964, 
i2o3, 1659, i8o3, 1842, 1889, 
1999, etc. 

Honir, déshonorer 0096, 5794, 
maltraiter, tourmenter 3340, 
4523, 4529, 4641, 4693. 



Honorauble, ennorable, digne 
de louanges 2096, 2108. 

Hontage, /îowfe 33 18. 

Honte, outrage 4882, 5781, 
6048, 6333. 

Hore, houre, ore, temps 1699, 
1701, 1752, 2377; de pute, 
maie h., dans un moment 
malheureux i56i, 3710,4067; 
totes ores, tout le temps ^oo3. 

Hors, dehors 3 102, 338o, 4907. 

Huchier, crier 5294, publier à 
haute voix 1092. 

Hui, ui, aujourd'hui io23, i285, 
2463,3722,3809,3957,4037, 
4070, 4237, 5364, 6299, ren- 
forcé par cest jor i65i. 

Huimais,huimès, humés, imès, 
maintenant 19, (3i), 2157, 
23o4, 4956, 5o23, 5041, 5245, 
5773, précédé de or 5i3i. 

Huis, voy. Uis. 

Humeleté, umilité, humilité bo, 
2494. 

]\\xnQv, frapper {intr.) 777, don- 
ner l'assaut 2o33, heurter, 
frapper (trans.) i354, 5473, 
se heurter 563. 

I, à, dans, en lui, etc. {en par- 
lant de personnes) 975, 1288, 
2677, ^'^• 

laus, rég. pi. de ueil 60, 8o3, 
968, 2286, 2491, 2494, 44o3. 

Ice, ce, cela 2370, 2741, 3217, 
4121, 53o8. 

Icel, icelui 5271 m. sing. rég., 
suj. icil, icelui 9o3,/. icelle, 
icele, m. pi. suj. icil, /. icel- 
les, pron. dém.^ celui-là^ il 



GLOSSAIRE 



339 



146, 716, 4382, adj. détn., 
ce 6, 24, 72, 123, 2253,4369, 
4374, 5o54, 5567, pron. dét., 
celui go3, 5271, 6894, adj. 
dét., le 66, 619, 1087, 1197, 
1245, 265o, 2808, 2887, 63 16. 

Icest m. sing. rég., siij. icist, 
/. iceste, adj. dém., ce 783, 
1285, 1596, 1616, 2000, 2126, 
2375, 4101, 4491, adj. dét., le 
482. 

Ici, vqy. Issi. 

1er, hier ; dès i., déjà hier 2223, 
5946; avant i., Vautre jour 
3426, 3446. 

1ère, voy. Eslre. 

lés, voy. Estre. 

11; dat. li, V {devant en), lui i35, 
igS, 2i3, 214; 220, 3i5, 892, 
4742, etc., suj. pi. il, ils 41, 
168, 171, 176, 191, etc., abs. 
sing. li, lui ig3, pliir. aus, 
eux 811, 845, 857, 916, 930, 
1045, i338, 2 /[6y, etc., pron. 
dém. au neutre, cela 4596, 
pron. dét., celui 1544. Cf. El. 

Iluec, ilec, iluecques, ilecques, 
en ce lieu-là, là 56g, 1014, 
2382,2578,3683,3854,3855, 
4826, 4918, 4951, etc., alors 
353 1; d'i., de ce lieu-là 3o6, 
632, i536, 2i85, 2942, 4855, 
6374; par i., près de là 
5460. 

Imès, voy. Huimais. 

Inde, bleu foncé 1903. 

Irais, en colère, irrité (2209), 
2212. 

Iraistre,;?^. ^. irascu 617, met- 
tre en colère; pt. p., en colère, 



facile 1710, 2572, 3i83, 3764, 
3933, 3940. 

Ive, colè}-e 3So, 1677,3059,3148, 
3986, douleur 3064, 4791, 
4960. 

Iré, courroucé, chagTin 1026, 
2o56, 2i5i, 2186, 2621, 2892, 
2954, 4607. 

Irier, être triste 5g25 ; pt. p., 
courroucé, furieux 533, 6359. 

Isnel, rapide 800, 1141, 1406, 
4039. 

Isnellement, isnellemant, vite, 
avec hâte 147, 21 5, 536, 735, 
849, 1018, i53o, 1698, 2i52, 
2 161, etc. 

Issi, isi, ici, ainsi 3o3, 1040, 
1861, 2o3o, 25i8, 263o, 3197, 
3491, 3905, 5820, etc., telle- 
ment 1021, 5456; i. qnQ, de 
sorte que 666; i. con, comme, 
ainsi que, comme 578, 2902, 
36o3, 5645, 6006, autant que 
5480, aussi vrai que 4712, 
5728, comme si 2639. 

Issir, isir, ^r. 3 ist 32o6, 3981, 
55 14, 5967, 6 issent, isent 
352, 520, 542, 633, 785, 836, 
II 89, 1234, 2521, fut. I istrai 
2137, 5579, 4 istrons 2464, 
subj. pr. 3 ise 415, 5945, 
impér. 4 issons, isons 781, 
1043, io58, 1082, 1870, 2458, 
pt.p. issu, isu 20, 121 1, 1762, 
3189, 3400, 3957, sortir 4, 
520,542,633,^85,863, 1180, 
121 1, 1220, 1762, etc., prove- 
nir 20, 672 ; réfl. avec en, 
sortir 352,415, 781, 836, 896, 
1043, io58, 1082, 1189, etc. 



340 



GLOSSAIRE 



Ital (: -al), itel, tel iiôg, 142 1, 
1686, 2967, 4172; ja i., quel- 
que — que 5997. 

Itant, alors 2293; a i. {avec or), 
maintenant 221, 6337; por i., 
à cause de cela 2i3i ; i. con, 
autant que 2723. 

Iverner, faire le temps d'hiver 
583. 

Ja, autrefois 14, 1946, une fois 
3942, déjà 4926, 5092, pour- 
tant 2919, renforce simple- 
ment une affirmation 58 1, 
i335, 1444, 1461, 1700, 1808, 
i855, 1947, 2073, 2262, etc., 
dans une prop. nég. : jamais 
2769, 2925, 2939, renforce 
simplement la négation .-point 
du tout., nullement 329, 375, 

384, 387,405,412, 499, 522, 

61 5, etc., accompagné de mes 
273, 3575. Cf. Gemais, Mais. 

Jagonce, sorte de pierre pré- 
cieuse 243, II 16, 4077. 

* Jarri ( : -i), houx 6280. 

Jazerant,/azY de mailles de fer 
{en parlant d'un haubert) 
1079. 

Je, gié ( : -ié), je, moi 890, 3908, 
5267. Voy. aussi Ges, Jel. 

Jehir, confesser., avouer 4872, 
5957. 

Jcl, gel, je le io3, 216, 705, 762, 
2021, 2223, 2439, 2440, etc. 

Jemès, voy. Gemais. 

Joël; a j., par plaisanterie 1408. 

Joiant, joyeux, content 1090, 
5176, 6338. 

Joindre, en venir aux mains 



(vers, avec) 1069, ^^ combattre 
(ou, avec) 1432. 

Jonchiere, lieu rempli de joncs 
i633. 

ione, jeune 5659. 

Jor Jour; le j., ce jour-là 1964, 
1984,3157,3271,4299,5494; 
cest autre j., Vautre jour SSSj ; 
tote, irestote j., toute la jour- 
née 3741, 385i, 6259. 

Jornal, journée 2979 ; adj., qui 
se voit pendant le jour {en 
parlant d'une étoile) i683. 

Jornee, voyage 743. 

Joste, jouste, joute, à côté de, 
près de 193, 2164,2420,4482, 
4917, 6157, 6172. 

Joster, prendre part à une joute 
4473. 

Jovencel, 7>Mne 1240, 1401. 

iovQnt, jeunesse; de }., jeune 
6019. 

Juer, pr. 6 geuent 4299, jouer 
2426; réfl., s'amuser, se di- 
vertir (a, avec) 4299. 

Jugeor, juge 436. 

Jugleor, iuglsior, jongleur ^gbjt 
5246, 583o {suj. sing.). 

Juisse (: -ise) jugement 4829, 
4836,4851, 5067, le Jugement 
dernier 4837. 

Jupel, jîipe, jupon 88. 

Jurer, cond. i jurroie 4879, 
jurer de faire {la guerre) bob, 
se fiancer avec ^yS-j, jurer 
par {qqc.) 218, 272, 354, 494» 
853, 2208, 3i8i, 35o8, 4997, 
etc.; pt. p., allié 2780. 

Jus, en bas, par terre ig3o, 
3i36, 3945, 3977,4328,4983. 



GLOSSAIRE 



341 



Justice ( : -ise); prendre la j., 

faire justice 11 63. 
Justisier, justicier, ^'wg-er 161 5, 

gouverner 2243, 4850. 
Jut, voy. Gésir. 

Kalandre, qualandre, sorte d'a- 
louette 456, 2206. 

Laborer, travailler 33o6. 

Lachier, se détendre, se desser- 
rer 4639. 

* Lacier, orner tout autour (?) 
1 104. 

Laescier, laessier, laesier réfl.^ 
se réjouir 1060, 1891, 5226. 

Laial (: -al), laiaul, loyal 3i3, 
1678, 1842, 2604, 2607, 2700, 
4991, 5o65, 5i58. 

Laiauté, leauté, loyauté 4371, 
{au plur.) 5o2o. 

Laienz (: -anz), laieiis, là de- 
dans 1867, 2i33, 3856, 3928, 
3936, 4517, 6i56; de L, de là 
dedans 4624. 

Laire, pr. 3 let 1732, 3408, 
fut. I lerai, larai (483), 3345, 
3414, 5776, 3 lera 219, 34G, 
4 lerons 6059, cond. i leroie, 
laroie 732, 2390, 3 laroit 
4354, laisser 219, 346, 1732, 
3408, ne plus s'occuper {de) 
3345, 5776, 6059, s'abstenir, 
manquer de faire qqc. (483), 
732, 2390, 3414, 4354. 

Laissier, lessier, manquer de 
faire qqc. (i5io); bataille 1., 
terminer une bataille 1070. 

Lambruchié, lambrissé 5684. 

'Lzn^oT, faiblesse 3391. 



Langoreus, exténué 5862. 
Langue, bout pendant d'un dra- 
peau II40, 1346, 2025. 

Larai, voy. Laire. 

Largement, en habits larges 
92. 

Las (; -as), lais, malheureux 
1781, 2687, 2875, 2884, 3294, 
4408, 4665, 4725, 4752, etc. 

Latin, langage, propos 2807. 

Laver, se laver les mains avant 
le repas 42 1 . 

Lé, large 88, 5i3, 3i3i, 3676, 
4544, 5721, 5725; de lé, en 
largeur i3ii, 4502; (et) de 
lonc et de lé, dans toutes les 
directions 370, 576,991,2060, 
4591, 4612, 4672. 

Lé, voy. El . 

Leaument, loyalement 6358. 

Leauté, voy. Laiauté. 

Ledengier, m^//r^zYer 5oo6. 

Ledir, maltraiter, outrager 
4695, 6266, 6281. 

Ledure, injure, préjudice 496. 

Legier; de \., facilement 896. 

Lemelle, lame 4502, 4544. 

Léon, lion 5, 418, 3777, 3780, 
3782, 3790, 3793. 

Leoncel, lionceau 707. 

* Leonet, petit cordon, chaîne 
704. 

Lerai, voy. Laire. 

Lerre, lerres, leres, suj. de lar- 
ron 41 12, 4989, 5071, 5i6i, 
5174, 5191, 53»i6, 6024, 6o53. 

Lessé, las 3775. 

Lessier, voy. Laissier. 

Let, voy. Laire. 

Letré, coîivert d'inscriptions ou 



342 



GLOSSAIRE 



d'ornements [en parlant d'une 
épée) 1802, 2482. 

Letuaire, sorte de médicament, 
sirop 5904. 

Leu, lieu i58i, 4176, 4936, 
5499; par leus 3643, de leus 
en leus 4094, çà et là. 

Lever, pr. 3 lieve 2870, 3oi6, 
4769, 5i54, 6137, 6 lievent 
6184, élever, dresser 4926, 
53 II, soulever 2870, 3oi6, 
enlever 2443, élever en di- 
gnité 2683, 3290, 4401, se le- 
ver ']']4r, 988, 1898, 461 I, 

5365, 6094, 6137, (6404); 1. 
des fons, baptiser 933. 

Lez (: -ez), lés, coté 2776, 2934; 
de toz 1., de toutes parts ro53, 
2379, 253 1, 2-jSj; prép., près 
de 623, i23o, 1668, 3852, 
3960, (3962), 4434, 4824, 
5278, 6i83, etc. 

Li, art. déf., m. sing. suj. 8, 
i5, 20, 82, 84, 94, 109, 190, 
193, 201, etc.,/. sing. suj. li 
5o8o {cf. la 2, etc.), m. plur. 
suj. li 45, i57, 161, 172, 180, 
etc., avec de : del, dou (= de 
le) 223, 349, 402, 495, 520, 
593, etc., avec en : el, ou 
(= en le) io5, 416, 420, 461, 
526, 554, 556, 56o, 702, 841, 
efc, es (= en les) 540, 592, 
i53o, 2494, 2690, 3097, 5662, 
etc. Cf. De, En. 

Li, voy. El, II. 

Liart, couleur de lie, grisâtre 
1243. 

Lie; vin sur 1., vieux vin 5104. 

lÀé, joyeux, content io85, 1090, 



1992, 2207, 3234, 3243, 3280, 

5ooo, 5o68, 5176, etc. 
Liepart, léopard i25o. 
Liepre, lèpre 5798, (5986). 
Lieve, voy. Lever. 
Lignage, lignaige, famille, pa- 
renté 1086, 2715, 4782. 
Limon, côté du lit 2270. 
'Lin, famille, par enté 2-] (^o, 5852. 
Linier, lâche, couard 4214. 
Lire; j?f. pr. lisant, lettré 14. 
Listé, muni d'un bord 90, 788, 

1797, 2281, 2869, 3i44, 3638. 
Litière, couche i632. 
Liue, luie, lieue 632, 1267, 

i3ii, 1628, 3758,3829,4898, 

4906. 
Livre, ouvrage en latin i. 
Loenge, cantique religieux 

56o5, 5741. Voy. Démener. 
Loer, conseiller 214, 6086; 

pt. p., célèbre, renommé 5o8, 

1037, 4921. 
Loi, serment /[i']^, 4948; de la 

1. de, selon les règles <ie 1 192 ; 

a 1. de (871), 1041, 1260, 

1809, 3359, 4578, a la loi de 

33x5, à la façon de. 
Loier, lier 4142. 
Loier, luier, récompense 3465, ; 

5235, 5796. 
Loig; de quatre luies 1., à une 

distance de quatre lieues 

1267; a 1. ou a prez, tôt ou 

tard 5322. 
Lonc, le long de 790, 1909. 

Voy. aussi Lé. 
Longuement, longucmant, long- 
temps 2894, 323o, 4203, 5G3Ô, 

6271. 



GLOSSAIRE 



343 



Longues, longtemps 3265, 6079. 

Lorain, lorein, courroie servant 
à maintenir la selle du che- 
val 1475, 3632, 4170, 4774, 
4785. 

Lorier, laurier 914. 

Lors, lorz, lor, lores, alors, à 
ce moment 97, 1480, 1488, 
1594, 1718, i832, 1905, 1910, 
3235, 6205, etc. 

Losengier, losangier, lousen- 
gier, flatteur 440, 3338, ami 
perfide, suborneur 1 564, 48 1 5 . 

Los&ng\&v, tromper {par desflat- 
teries) 342. 

Luee, l'espace d'une lieue 524, 
3742, le temps qu' il faut pour 
parcourir une lieue 3975. 

Luie, voy. Liue. 

Luier, voy. Loier. 

Luiserne, luserne, lumière, 
lueur 591, 596. 

Lumière, bougie 3o57. 

Luminaire, illumination 55 1 5, 
lumière (591 1), 5917. 

M', voy. Mon. 

Maaille, sorte de petite mon- 
naie i36i. 

Mabaillir, voy. Malbaillir. 

Madie, voy. Maudire. 

Mafé, voy. Maufé. 

Maibre, voy. Marbre. 

Maiesté, majesté 798, i333, 
093, 1783, 2275, 2483, 336o, 
35o8, 38or, 3827, etc., {au 
plur.) 102g, 4395. 

Maigne, voy. Mener. 

M.2i\\\\e.^, frapper i38i. 

Main, matin 3258, 6254. 



Maindres, voy. Menor. 

Maine, voy. Mener. 

Mainjue, voy. Mangier. 

Maint, voy. Manoir, Mener. 

Maintenant, mentenant, immé- 
diatement, aussitôt après 657, 
048, 1718, 1981, 2757, 3ii8, 
3617, etc.^ avec sempres 675, 
tôt 35o6, tout de suite 2833, 
avec orendroit 2329, 2452, 
2962, 5177, 6336; de m., 
tout de suite 2427. 

Maintenir, subj. pr. 3 main- 
tiegne 1818,2890,/Mf. i main- 
tendrai 2197, 3 mainterra 
2914, garder, protéger 890, 
1764, 2170, 2414. 

Maintre, meintre, devant com- 
munal, communament pour 
en renforcer Vidée 3o8, 633, 
1998, 2862, 2986, 3128. 

Mainz (: -ains), de bon matin 

. 4758. 

Mainz (: -ains), moins; ce est 
dou m., c'est égal (?) 4778. 

Maiorois, très grand 2019. 

Maire/. rég.,plus grand 5523. 

Mais, mes, mez , dorénavant 
1933, jamais 25i, dans une 
prop. nég. -.jamais 5 10, 2688, 
3371, 3870, 4198, 4352, avec 
pas 673, renforçant ainz 3547, 
ja 274, 683, 2022, 3575, on- 
ques, onc 8o3, i566, 1804, 
3563, 3908, 4172, 4645, plus 
iio, 85i, 1^75, (3265), 3392, 
4771, 5i6o, 5429, 5756, 5763; 
m. que, pourvu que 436 1, 
5683, avec solement 465, si 
ce n'est que 4417; ne m., 



344 



GLOSSAIRE 



excepté 5854; ne m. que, 
excepté 4595, si ce n'est que, 
seulement i5o6, 3557, quand 
même 356, renforce tuit en- 
semble 1087; ne m. que sol 
itant, ce n'est qu'alors que 
2293; ne — m. tresque, ne — 
que 872. Cf. Gemais. 

Maiselle, mâchoire^ joue 1932. 

Maistre, mestre w., serviteur de 
confiance 944; /., gouver- 
nante, suivante {de confiance) 
1822, 1893, 2o52, 2o56, 2086. 

Maistre, mestre, mastre, princi- 
pal^ premier {employé comme 
compl. attr. à des substantifs 
désignant des personnes exer- 
çant une fonction) 278, 597, 
627, 951, 1619, 1780, 2100, 
2228. 2993, 4659, etc., prin- 
cipal, grand {en parlant de 
choses) 836, 849, 927, i638, 
2020, 2527, 3o86, 3214, 3525, 
5413, etc. 

Makain, malin, rusé 4767. 

Mal, maul, maladie 3391, 5926, 
mauvaise chose i85i; m. ait, 
maudit soit 3go3. 

Mal, mauvais^ méchant 3o3 , 
i653, 1848, 2805, 2806, 2979, 
3425, 3744, 3794, 3973, etc., 
malheureux, néfaste 3710, 
4067. Cf. Hore. 

Malage, maladie 5925. 

Malaïr, maudire 4524. Cf. Ma- 
leoit. 

Malbaillir, maulbaillir, mabail- 
lir, maltraiter, mal agir en- 
vers 888, 4528, 4640, 5364; 
pt. p., détruit, perdu 481, 



3^%5 , malheur eux, triste Zoi i, 
4679, 4710. 

Malement, maulemant, mal, 
d'une mauvaise manière 3oo, 
2946, 3415, 5714, 6025. 

Maleoit (: -oit), malaait, maudit 
4396, 5446, 5988. Cf Malaïr. 

Malestru, malotru 3949. 

Malmetre, tourmenter 6162 , 
maltraiter 5079, tuer 4750. 

Maltalent, maltalant, mauta- 
lent, rnatalant, irritation, co- 
lère i5i4, 3986, 4109, 4125; 
a m. i353, par m. 853, en 
colère . 

Mamilette, {petite) mamelle 
1 171. 

Mandegloire, mandragore 4286. 

Mandement, place forte 7. 

Mander, mender, faire savoir à 
qqn i023, envoyer 2597, 3 195, 
32i3. 

Mangier, pr. 3 menjue, main- 
jue 964, 3902, 4346, 6 men- 
juent 2094, subj. pr. 3 men- 
just 4248, manger. 

Manière, meniere, espèce, sorte 
410, 411, 649, 3176. 

Manoir, pr. 3 maint 6oo3, 6409, 
demeurer, habiter. 

Mar, sous de mauvais auspices, 
pour mon {ton, etc,) malheur 
139, 579, 2404, 2099, 4402; 
m. i avra celui qui, que per- 
sonne ne {fasse) 4652; avec le 
verbe au futur = un impér. 
nég. 2771, 5218, 5255, 6089, 
63i2. 

Maraige, qui vient de la mer 
i5o. 



1 



GLOSSAIRE 



345 



Marbre, maibre, pavé de marbre 

913, 2281, 2869. 
Marbrin, qui est de marbre 

1948, 2797, 423 1. 
Marchié, objet à vendre 5ig6. 
Marchiz {: -is), grand seigneur 

4740. 
Marchise (: -ise), marchisse, 

grande dame 4825, 5o55. 
Mareus, marais 638. 
Marinant, marin 6184 (: -ant), 

5286. 
* Marinaut, marenaut, marin 
5o42(:-aut), 6294, 53 10, 5328, 
5398, 5587, 5990, 5998, 6002, 
621 1. 
Marine, marinne, bord de la 
mer, côte 12 10, 1952, 2093, 
4244. 
Marinier, marenier, maronier, 
marin bgj, 627, 3093, 3334, 
5197, 5219, 5260, 5281, 5428, 
5440, etc. 
Marremant, chagrin, douleur 

6029. 
Marrir réjï., s'affliger, devenir 
triste ^'j 2, s' assombrir {en par- 
lant du soleil) 5373; pt. p., 
triste, affligé 2400, 3007, 
3848, 4024, 4314, 4626, 536o. 
Marsiz, voy. Massiz. 
Martire, mort 2617, 3o6o, 35i3, 
4729, 4756, 5oii, chagrin 
mortel 2886. 
Masse; a m., {tous) ensemble 

4676. 
Massiz, marsiz, marsis, massif 
(:-iz)3oo2,53i8, 5349, (: -is) 
6169. 
Mastre, voy. Maistre. 



Matalant, voy. Maltalent. 
Mater, vaincre, dompter 2497, 

2519, 2634, 5789. 
Matere, matière, nature, aloi 
1868 (: -ère), sujet de compo- 
sition 1627 (: -iere). Cf. Ma- 
tire. 
Matin; par m., de bon matin 

774, 2845. 
Mâtine, matines 5765. 
Matinée, matin 52o, 541. 
Matinet, matin 6094; m. au jor, 

de bon matin 4237. 
Matire; d'une m., de la même 
façon 3o5o (: -ire). Cf. Ma- 
tere. 
Maudire, subj. pr. 3 maudie, 
madie 1462, 3424, 3564, 4^ 1 2, 
5089, maudire. 
Maufé, mafé, démon, diable 
1007, 3810,4025,4400,6237, 
scélérat, bandit 4504. 
Maul, voy. Mal. 
Mautalent, voy. Maltalent. 
Mauvestié, mavestié, lâcheté 

464, 964, méchanceté 5263. 
Mavesement, mal 41 18, 5004, 
Mecine, remède 4245. 
Meintre, voy. Maintre. 
Meïsmes, meïmes, même, en 
personne 3833, 6400, devant 
un adj. poss. pour en renfor- 
cer l'idée 962, 2291. 
Meller, voy. Mesler. 
Membrer, menbrer; moi mem- 
bre de, je mg rappelle, pense 
à 842, 3690, 3765, 558o ; pt. 
p., renommé, illustre 359, 
i322, 1594, 2o63, 2073, 2659, 
2762, 2783, 3478, gracieux, 



346 



GLOSSAIRE 



{joli en parlant du visage) 
1649, ï657, 2555, 281 1. 

Mémoire, bon sens 4284. 

Menable, traitable, bon 2106. 

Menacier, menace, défi 335, 
16 16, 3 104, 3458. 

Menaie, ménagement, pitié 49g. 

Menandie, richesse 5iio. 

Menant, riche, opulent 746. 

Menasaille, menace i373. 

Mender, voy. Mander. 

Mendre, voy. Menor. 

Mener, pr. 3 maine 600, mai- 
gne 168 (: -aigne), moine, 
moinne 182, 427, 73g, 1218, 
1349, 2101, 3343,3751, 3884, 
3918, etc., 6 moinnent 737, 
1245, i25o, 1814, 221 1, 2226, 
3 137, 5884, 6068, subj.pr. 3 
maint5o86, 6257, 549g, moint 
3556, fut. I menrai 5g24, 6 
mainront 577, cond. 5 moin- 
riez 3g25, conduire 600, 760, 
1245, i25o, 23i5, 3751, 3918, 
4898, 5o5o, 5o86, etc., traiter 
4200, 5453; mal va., maltrai- 
ter 4100, 4489, 4804, 4944, 
tromper 368o, 3723; m. bar- 
nalle, mener grand train 
1349; m. duel, être triste 
5i23, 6068; m. csîvoxs, faire 
du bruit 12 18; m. joie, se 
réjouir 772, 792, 22 11, 2226, 
5o53, 5702 ; m. ponec, se con- 
duire d'une façon orgueilleuse 
3 137; m. seignorie, avoir une 
grande puissance 1420. 

Menie, voy. Mesniee. 

Menierc, voy. Manière. 

Menjue, voy. Mangier. 



Menoier, tâter, manier 5944. 

Menoir, demeure 3257. 

Menois, à Vinstant, tout de 
suite 2018. 

Menor, meneur, siij. mendre 
(; -andre), maindres 447, 77g, 
plus petit 447, i85i, plus 
jeune 685, 77g. 

Menrai, voy. Mener. 

Mensonge/. 4088. 

Mentenant, voy. Maintenant. 

Mentir, manquer à 4377; senz 
m., sîirement 873, 887,4520. 

Mentoivre, raconter (2088). 

Menu, employé adverbialement 
devant un adj., finement g6g, 
iiog, 2287. 

Merci, grâce 232 1, miséricorde, 
pitié io35, 2001, 2g57, 3483, 
38o2, 3847, 4182, 4628,4722, 
6264, etc.; m. Dé, grâce à ■ 
Dieu 763; par la vostre m., ^ 
avec votre permission 11 52; 
rendre m., remercier 2324, 
37g i; crier m. (merciz) a, 
implorer la pitié de 2g6, 3409, 
355o, 4708,4863, 5329,5792; 
mètre en sa m., avoir pitié 
de 4833. Voy. aussi Pledier. 

Mercier, remercier 869, 11 54, 
1485, 1605,2368,2373,2685, 
2966, 3367, 36i3, etc. 

Merir, payer de retour, récom- 
penser 6253, 6290. 

Mermande, voy. Mirmande. 

Mcrvelle, mervoille, mervoclle, 
chose singulière 2960, 6278 ; 
a m., a m-s, énormément , fort 
538, igi I, 2920, 4367. 

Mervellier, mervillicr, subj. 



GLOSSAIRE 



347 



pr. 3 mervaut 4865, réjl., 
s'étonner, s'émerveiller 248, 
io65, i3o3, i566, 3461, 3906. 

Mes, voy. Mon. 

Mès,m(?55^g'er 2249,2430, 36 1 1. 

Mes, voy. Mais. 

Mesage, mesaige, messager^ 
envoyé i3o, 144, i5j, 161, 
172, 195, 276, 309, 3i2, 36i, 
etc. 

Mesalé, lépreux, puant SjbS. 

Mesavenir, arriver malheur 
3953. 

Mésaventure, m^Z/iewrewAT 45 38. 

Mescbin, jeune 1401. 

Meschme, jeune Jî lie 1963,4183, 
4240, 4817, 5109. 

Mescroire, refuser de croire 
2753, 6126; pt. pr. mes- 
creant, sans foi, trompeur 
3g25;pt.p. mescreû, sans foi, 
trompeur 2699, 3790, 3942. 

Mesesse, messaise, messaize, 
incommodité, souffrance Sbg i , 
5592; a m., souffrant 4186, 
5853. 

Meshaignié, mutilé, estropié 
(6339). 

Mesler, meller, se soulever, 
devenir orageux {en parlant 
de la mer) 5385; j7f. p., em- 
brouillé., violent {en parlant 
d'une bataille) i63o, grison- 
nant {en parlant de cheveux) 
34, 354, 5o2, 3249. 

* Mesnié, homme attaché à la 
maison, domestique 555. 

Mesniee, mesnie, menie, les 
gens de la maison, les hommes 
d'armes d'un seigneur 569 {au 



plur.), 1178, 1469, 4297, 
4332, 4347, 4414, 5634, 5948, 
5966, les servantes d'une 
grande dame 3666. 

Mesprison, action blâmable 
3517. 

Messaise, voy. Mesesse. 

Messeller réfl., se frapper 1939. 

Mestier, besoin 725, 864, 1465, 
2469, 3268, 3333; avoir m., 
rendre service^ être utile 329, 
i486, 2591, 3441, 3470, 3766, 
4978, 5244, 5951; n^i) a m., 
est inutile, ne sert à rien 
1662, 1924, 2664, 3098, 3731, 
4218, 4945, 5082. 

Mestre, voy. Maistre. 

Mètre, pf. 6 mistrent, mitrent 
i5i, 1876, 1930, 2o35, 2840, 
3041, 3284, 3333, 5962, 6004, 
6039 {cf. mirent 519, 5965), 
mettre; réfl., s'élancer 1524. 
Voy. aussi Raison. 

Mez, voy. Mais. 

Mi, qui est au milieu; en mi, an 
mi, au milieu de 701, i366, 
i383, 1497, i63i, 2799, 2858, 
2918, 3455, 4473, etc.; par 
mi, à travers 167, 65 1, 791, 
1161, 1359, 1599, 1673, 1774, 
etc., par {une ouverture) 836, 
2162, 2527, 2612, 3i38, au 
milieu de 1062, 149 1, 1634, 
2552, 4239, sur {en parlant de 
plusieurs objets) 555, 2538, en 
plein sur ^5, pendant 5824, 
adv., par le milieu, en deux 
4093; venir par mi la vérité, 
avouer la vérité 3482. 

Mi, voy. Mon. 



348 



GLOSSAIRE 



Miaudre, miaudres, suj. de me'û- 
lor 82, 961, 980, iSyS, 1704, 
1754, 1934, 2842, 2770, 3883, 
etc. 

Miaus, mues, mieux 1768,5332, 
5358, etc., le mieux i325, 
etc. ; li m., la meilleure par- 
tie, les meilleurs 828, 221 1, 
2930. 

Mien (le), mon argent 901, 
5ij3; f. moie, mienne 4107, 
5341, la m., ma 1449, 2903, 
3190, 473i. 

Mier, pur {en parlant de Vor) 
1296, 2248, 3o88, 3447. 

Mies, mie, point 18 10, 2390. 

Mileu, milieu 3644, 4763. 

Mipartir, diviser par la moitié' 
53ii. 

Mirabilleus, merveilleux 1894. 

Mirable, digne d'être vu, admi- 
rable 364, 2101, 3i i3. 

Miracle /. 4075, 4091 {cf. m. 
5947). 

Mire, médecin 5595,5629, 563 1, 
6193. 

Mirer, voir, apercevoir 3 06 2. 

Mirmande, mermande, mai- 
son fortifiée^ château 3142, 
3214, 

Miserin, misérable, malheureux 
1958. 

Misodor, qui vaut mille sous 
d'or, précieux {en parlant 
d'un cheval) 918, 338 1. 

Mistrent, voy. Mètre. 

Moie, vqy. Mien. 

Moillier , moUier, moilier , 
femme, épouse 8r, 100, (loi), 
211, 1329, 2366, 2672, 2752, 



I, 2928, etc., femme {en 
opposition à « homme ») 52 10. 

Moinne, voy. Mener. 

Molle, mole, bien proportionné 
{épith. de cors) 757, 979, 
2o5o, 2277, (2492), 2648, 
335o, 3362. 

Molu, broyé en poudre {en par- 
lant de Vor) 819. 

Mon; m. sing. suj. mes, mi 
iio, ii3, 116, 757, 2336, 
4o35, etc., m. pi. suj. mi 832, 
901, 2224, 2329, 2629, 2780, 
etc., f. sing. {devant voyelle) 
m' i36, 140, 1448, 5264, etc., 
mon. 

Monaé, monnayé {épith. de de- 
nier) i3i5, i8o5, 2046, 2646, 
2744, 2937, 4391, 4603, 5643. 

Mont, monde 5j, 198, 469, 554, 
2204, 3264, 3299, 3652, 3900, 
4234, etc. {cf. monde i5). 

Mont, montagne; a m., en haut, 
par en haut 644, 1675, 2259, 
3639, lever a m., relever 2296, 
donner a m., relever 4996, 
(soi) en aler a m,, monter 
5480, 5517, corre a m. et a 
val, traverser les montagnes 
et les vallées 5872, ne a m. ne 
a val, en aucune façon 1687; 
contre m., en haut, en Vair 
56i, 4190, 4903 ; encontre 
m., en haut, en Vair by32. 

Monter, mettre en selle 181 3, 
3729, augmenter {en parlant 
d'un orage) b'ijo; réfl., mon- 
ter 3i^5, 3257,3357. 

More, mîïre 25oi, 3626. 

Morir, subj. pr. 3 muirc, mure 



GLOSSAIRE 



349 



4783, 4843, {au pt. p.) tuer 
2o53, 2166, 2279, 236i, 2497 
2578, 2616, 2790, 2802, etc. 

Morois, brun fonce', noir {en 
parlant d'un cheval) 2023. 

Mortal (: -al), mortel, terrible, 
énorme lôjj, 19 18, 2982, 
3029, 3084, 3529, 5952. 

Mortalle, mortalité 1371. 

Mortual, mortuaire 2995. 

Mossu, âgé, vieux 1709. 

Mostier, moustier, moutier, 
couvent 55i3, 55i6, 5522, 
56o6, 5743, 5945, 5973, 5980, 
6139, église 238i, 3o86, 3928, 
3932, 3938, 4429, 4450, 4970, 
4973, 5i38, etc. 

Mostrer, moutrer, cond. i mos- 
terroie 2337, montrer, faire 
voz>4o, 290, 2337, 3808,4075, 
4936, 5 182, etc., démontrer 
437. 

Moût, très, fort 4, 10, i3, 
16, 21, 36, 71, 73, 77, 78, 
etc. 

Moutrance; faire m. de, faire 
connaître 4822. 

Movoir, se mettre en mouve- 
ment, commencer 24; réjl., 
s'éloigner 3959, 4884. 

Mu, muet 1761, 3199. 

Muer, changer {trans.) 2434, 
2841, 3987, {intrans.) 4196, 
remuer, se mouvoir 5386; pt. 
p., triste 2490. 

Mues, voy. Miaus. 

Muire, voy. Morir. 

Mul, mur, mulet 164, 35o, 652, 
2010, 2i38, 5816,6285. 

Mure, voy. Morir. 



Murtre, meurtre 4590, 4726, 

4821. 
Murtrier, meurtrier, assassin 

4924, 4968. 
Murtrir, assassiner, tuer {3020), 

5896, 6291, 6334, 6347. 
Musart, qui perd son temps, 

lent à agir 1240. 
Musel, bouche {d'un homme) 

4476. 
* Musement, étourderie (?) 2 202 . 
Muser, réfléchir, perdre son 

temps 41 5. 

Nael, noel, boucle 4047 ; a n., 
niellé 1405. 

Naellé, voy. Neelé. 

Nagier, ramer 5296. 

Naier, voy. Noier. 

Nasal (: -al), nasel, partie du 
heaume qui protège le nef 
I io5, 2606. 

*Nasil, naseau 2504. 

Natural, naturel (2985), légi- 
time 3045, franc 3o5, noble 
2968, 2973. 

Navie, Vensemble des navires, 
flotté 3286, 5141. 

Navilie, navire (2656). 

Navrer, blesser i583, i632, 
1820, 2078, 2364, 2751, 2898, 
4492, 4583, 5626, etc. 

Ne, n', ni 253, 295, 338, 343, 
499, 514, 5i5, etc., et 582, 
ioo3, 1024, 1290, 2232, etc., 
ou 252, 4831, etc.; ne — ne, 
ni— ni 18^, 422, etc., soit — 
soit 983, 4526, etc.; ne que, 
pas plus que (63 19). Voy. 
aussi Quant. 



35o 



GLOSSAIRE 



Neelé, naellé, niellé i58o, i6o3, 
25o6. 

Nef, pL nés, navire 148, 154, 
166, 5i4, 5i8, 521, 525, 536, 
55 1, 557, etc., coupe {en forme 
de bateau) g55. 

Nel, ne le 2o3, 373, 406, 412, 
4i5, 424, 454, 467, i3i5, 
i36i, etc. 

Nelui, voy. Nului. 

Nerci, changé de couleur, pale 
3412. 

Nés, ne les 277, 383, 384, 674, 
83i, 898, i354, 235r, 2975, 
4244, etc. 

Nés, pas même 656. 

Nesun, aucun 25i, 2716, 3633, 
(3837). 

Nient, voy. Noient. 

Nobile, nobille, 7ioble 1270, 
2984, 3336, 4740. 

Nobilité, noblesse, valeur 26, 
2509, 2880. 

Noblemant, élégamment 178. 

Nobleté, noblité, noblesse, mé- 
rite 3o, 49, 2064, 2292, 4257, 
4277, 4589, puissance 1008, 
2064, {^^ plur.) 1028. 

Noche, boucle, agrafe 3641, 
3652, 4076. 

Noël, voy. Nael. 

Nocr, nager 648, 33oo. 

Noient, noiant, niant, nient 
{monos. 400), rien 1694, 6028, 
63ii, nullement 2o3, i532, 
4179, 4201, 6016, 63o6,6332; 
de n., en vain (?) 400; por n., 
inutilement 979, 335o, 4879. 

Noier (naier 5424, 5954), être 
noyé, mourir 5372, 5406. 



Noier, refuser de dire, mentir 
5199. 

Noif, suj. nois (: -ois) neige 
I2i3, 3654,4349,4541,4830, 
4893, {au plur.) 5370. 

Noine, neuvième 5726. 

Noise, bruit, tapage 542, 655, 
883, 905, 148 1, 1746, 2464, 
3272, 3699, ^769, etc. 

* Noisier, faire retentir 3^j3. 

Nom, non; avoir n. 689, 2762, 
4149, 4988, 5064, 5704, 5932, 
avoir a n. 5838, s'appeler, se 
nommer. 

'^om.hvQv , évaluer 3492. 

Nommer, raconter, décrire 424. 

Non ; se — non, autre chose que, 
sinon 1272, 2194, 3538, 4969, 
5260, 5284. 

Non, voy. Nom. 

Nonciacion, annonciation 1282. 

Noncier, annoncer, raconter 
2233, 3467, 5217, nommer, 
mentionner ^b^^Z. 

Norrir, élever 4629, 4705, 533o, 
6127. 

Norros (: -o\s), fier, orgueilleux 
2012. 

Novel, jeune 880, 1403. 

Nuit, nut; la n., cette nuit-là 
5io3, 5826; a n., cette nuit 
1894, 5919; par n., nuitam- 
ment 943. 

Nului, nelui, personne 3207, 
4597,4908. 

O, ou, avec 122, 2i3, 225, 269, 
282, 347, 579, 960, 2201, 
4619, etc. 

Obliance; faire 0., oublier 260. 



GLOSSAIRE 



35l 



Oblier réfl. avec de, oublier 
2941, 3406, 4309, s'attarder^ 
s'arrêter 4580. 

Ocire, ocirre, inf. 326, 384,676, 
943, ioo3, 1612, 1720, 4969, 
etc., pr. I oci 2655, 3879, 
5 ociez 2779, 6 osient i534, 
impf. 3 ocioit 4570, pf. i ocis 
6325, 2 oceïs 6329, 3 ocist 
5953, 5958, 4 ocisimes 35o4, 
5 oceïstes 4747, fut. i ocir- 
rai 2389, 6 ocirront b'j2,cond. 
3 ocirroit 1024, 2981, subj. 
pr. 3 ocie 5o93, impf. 3 oceïst 
4o56, 4o58, impér. 5 ociez 
1810, 2975, 3552, pt. p. ocis 
1 165, 1498, 1808, 2416, 2578, 
2616, 2629, 2786,4606, 5o83, 
tuer. 

Oer, bord^ extrémité 2582. 

Oi, voy. Avoir, Oïr. 

Oignement, onguent 4280. 

Oir, héritier 3266. 

Oïr, inf. 19,441, 656, 891, 928, 
2446, pr. I oi 400, 1074, 
2242, 3726, 4io5, 5201, 5202, 

3 ot 276, 1992, 2249, 2967, 
4108, 4157, 4324, 4526, 4534, 
5219, 6041, efc, 4 oon 623i, 
5 oez 66, 33o8, 5oo2, 5217, 
pf. I oï 689, 102 3, 2451, 3 
oït, 01 2868, 3367, 5809, 6o3i, 

4 oïmes 946, 5 oïstes 2620, 
3396,4198,4681,4797, 5751, 
fut. I orai 3466, 3 orra, ora 

i522, 285o, 4 orons 4204, 
4937, 5 orrez, orez, orés 396, 
1731, 1744, 33i2, 4956, 5o23, 
5041, 5191, 56oi, etc., 6 or- 
ront 6220, subj. pr, 3 oie 



61 55, impér. 5 oiez, oies, oez 
159, i538, 2756, 2940, 3372, 
3671, 4072, 4080, 4144, 45oo, 
etc., attendre; pt. pr. oiant, 
en la présence de bgby, 6343, 
en oiant, ouvertement 63 10, 
oïr en oiant, entendre parfai- 
tement 6220. 

Oire, airre, arre, voyage 167, 
3354, 401 1 5 iout ce qu'il faut 
pour un voyage 6091 ; en o., 
en hdte, sur-le-champ b^-by. 
Cf. Acoillir. 

Oisor, épouse 5547. 

Olifant, ivoire 1980,4169. 

* Oliferne (: -erne), ivoire (?) 
592. 

One, voy. Onques. 

Oncor, encore 1986, 2683, 2980, 
5434,5558,5583,5701,6338, 
635o. 

Oneur, ennor, enneur, anor, 
aneur, honneur 1089, 2i65, 
4367, fief possession 141 2, 
3376, richesse 4b'/ b, 6182. 

Onques, onc, jamais 25, 121, 
38 1, 402, 409, 459, 464, 668, 
8o3, 2o58, etc., sert à renfor- 
cer une négation 211, 253, 
467, 5 14, 517, 535, 796, 93o, 
io38, 1238, etc., une affirma- 
tion 579, 2363, 2404, 36o5. 

Orage, vent i55, 6oo5, 7iuage 
5379. 

Orai, voy. Oïr. 

Orde, voy. Ort. 

Ore, ores, o^ maintenant 66, 
96, 100, 159, 211, 221, 224, 
258, 293, 1429, etc.) dès or, 
mainteyiant 599, 3o83 ; d'or 



352 



GLOSSAIRE 



en avant, dorénavant 2413, 
2447. 
Ore, vent 3277. 
Ore, voy. Hore. 
Oré, vent 2638, 3327. 
Orendroit, maintenant, tout de 
suite 781, 2320, 3471, 4676, 
5420, avec aparmains 4786, 
maintenant 2329, 2462, 2962, 
6177, 6336, récemment ibb'j. 

Orer, prier 3809, 4004, 4429, 
4450. 

Orfenté, orphelinage, misère 
2o55. 

Orfrois(: -ois), orfroiz, broderie 
d'or {employée en bordure) 
232, 1216, 2025, 3637. 

Orgueillous, orguellous, orguel- 
leus, orguelleux, orguelloz, 
orguillous, orguilleus, fier^ 
énergique 128, 653, 1289, 
2696, 2761, 2762, etc., fort j 
violent {en parlant d'une ba- 
taille) 1468, défavorable {en 
parlant de la mer) 3278. 

Orguellier réfl., s'enorgueillir 
5455. 

Oriflambe,oriflanbe, oreflambe, 
oriflamme 1181, 3229, 3244. 

Oriflor, oriflamme 3386. 

Orine, origine, naissance 1949, 
4220, 5761, 5771. 

Orler, border 3637. 

Orleûre, bordure /[gi. 

Orra, voy. Oïr. 

Ort^ jardin 3073. 

On, f. orde, sale, vilain 5720. 

Oscur, obscur 5376, 5379, de 
couleur sombre 488. 

Osient, voy. Ocire. 



Ost, oust, pi. suj. ouz, oust, 
7-ég. ouz, armée, troupe (m.) 
612, 2043,3i85,(/.)5io, 53i, 
724, 873, 1279, 1342, 1348, 
i383, 1750, 2449, etc.-, en o., 
en campagne 333. 

Oste, ouste, oute, hôte 862, 
869, 5128, 5175, 5242, 5317. 

Ostel, voy. Oustal. 

Ot, voy. Avoir, Oïr. 

Otesse, outesse, outesce, hô- 
tesse 5i38, 5244, 5264, 5270. 

Otroier, otrier, ottrier, accor- 
der, consentir à gbo, io5y, 
1 186, 1 6 18, 21 5o, 223 1, 2720, 
2953, 2959, 5i 17, etc., donner 
5984. 

Ou, OM ; ou — ou, soif que — ou 
1799, 3729. 

Ou, oii; remplace un pron. rel. 
précédé de a, dans, en, sur, 
etc., même en parlant de per- 
sonnes 94, 558, 869, 1197, 
1549, 2238, 4234, 5090, 5782, 
6323, etc.; ou que, partout où 
2444. 

Ou, voy. Li, O. 

Ouchier, entailler, ébrécher 
1 107. 

Oudor, odeur 914. 

Ouser, subj.pr. 3 oust, oui 387, 
5233, oser. 

Oust, voy. Ost. 

Oustal (; -al), ostel, outel, logis, 
demeure 859, 1689, 2235, 
5144, 525o, 53oi, 6098, 6107, 
(6405) , accueil hospitalier 
6253. 

Ouste, voy. Oste. 

Out, voy. Avoir, Oser. 



GLOSSAIRE 



353 



Oute, voy. Oste. 

Outel, voy. Oustal. 

Outeler, loger ^ héberger 5714, 
5826; réfl.^ se loger 6099. 

Outesse, voy. Otesse. 

Outrage, chose honteuse 3322, 
4563, douleur excessive 4573. 

Outre, au delà de 489, 1299, 
2267, contre {la volonté de 
qqn) 365o ; de l'autre côté de 
la mer 742, 5167. 

Outrer, surpasser (443), violer 
{sa foi) 4949. 

Ovec, ovecques, avec 114, 3 10, 
577, 1639, 2949, 2965, 4517, 
5619, 5889, 6141, etc.; aussi, 
encore 690, 5336. 

Ovre, œuvre 19. 

Ovrer, travailler 4.1g, construire 
588, agir 3372, 3825, 4500, 
5406, 6298, faire 5796 ; pt. p., 
bien travaillé, orné 179, 920, 
1 1 16, 2267, 3629, 3639, 4533. 

Pacor, Pâques 908. 

Paille, paile, poille {orth. or- 
dinaire), poile, poelle, sorte 
d'étoffe de soie 87, i83, 208, 
432, 479, 593, 1232, 1257, 
1262, efc, couverture de cette 
étoffe 1903, 2010. 

Paine, poine, peine 4184; a 
granz paines, à peine 5375. 

Paine, voy. Pener. 

Painturé, peint 2269. 

Paior, voy. Peior. 

Paire, voy. Paroir. 

Pais, paix, pès, pQz^paix; faire 
p. 5o22, 6044, 6216, avoir p. 
667, se tenir tranquille. 
T. II 



Païsant (: -ant), paysan 4148. 
Paistre, pr. 3 pest, past 1807, 

3127, tondre. Voy. Force. 
Palagre, haute mer 526. 
Palasine,/emwe d'un comte pa- 
latin 1964, 4241, 5766, simple 
titre honorifique 5774. 
Palazin, palezin, paralysie 

586i, 6026, 6054, 6341. 
Palesin, comte palatin 2802. 
Paliz, pieu 4688. 
Pan, partie 5788. 
Paoir, voy. Pooir. 
Par, per, renforce l'idée expri- 
mée par le verbe 180, 370,401, 
493, 9o5, 1179, 1327, i336, 
1541, 1567, etc., à travers, 
au milieu de 6, 769, 1424, 
2372, 2455, en passant par 
71 3, selon, grâce à 202, 2457, 
4171, 4868, à cause de 16; p. 
2iT\., avec adresse 1246; p. lui, 
seul 3o5i; de p., à travers, 
par 42, 83, 374, 386, par 
rapport à 708, au nom de 
23 18. Voy. aussi Mi. 
Parage, parenté 3470, nais- 
sance, origine 33 16, valeur 
3328. 
Parcreû, arrivé à sa pleine crois- 
sance, fort 3675, 3784. 
Pardon, assemblée religieuse oit 
se gagnaient les indulgences 
4963, 6205 ; faire p., pardon- 
ner i83i, 4992. 
Pardoner, smbj. pr. 3 pardoint 

(6370). 
Paré , pelé {en parlant d'un 

fruit) 3149, élégant ^Go^. 
Parenté, parante m., parenté 

23 



354 



GLOSSAIRE 



1785, 4412, naissance 355, 
i32i, 2o65, 3487, 4269. 

Parfondement, parfondemant, 
profondément 4004, 481 1 . 

Parfont, /. parfonde, profond 
3776, 4019, 5179; profondé- 
ment 5539; profondeur, fond 
556, 1688. 

Parigal, tout à fait égal 1670. 

Parillier, faire périr en nau- 
frage 6364. 

Parjurer, violer {un serment) 
4378; refl., se rendre par- 
jure 2957 ; pt, p., parjure 
5004. 

Parlance, discours 262. 

Parleor, parloir b53y. 

Parler, pr. 3 parolle 57, 885, 
1840, 32IO, 3659; p. de folie, 
parler follement, divaguer 
2927, 356o, 3696, 5ii2. 

Parmaindre, pr. 3 parmaint 
5657, ^^ster, résider. 

Parme, sorte de pierre pré- 
cieuse 4213. 

Paroir, pr. 3 pert, peirt 1837, 
3593, 4755, 6 perent 549, 
6027, subj. pr. 3 paire 591 5, 
fut. 3 parra 949, apparaître, 
paraître. 

Parole, parolle, affaire, chose 
dont il s'agit 2818, 2837,3200, 
3546; querre sa p., s'occuper 
de ses affaires {?) 4461; a 
iceste p., dans ce moment 
même, alors 783, 837, 1596, 
2126, 2i55, 2187, 2520,3583, 
(6393). 
Parolle, voy. Parler. 
Part; celle, icele p., de ce côté, 



là 1659, 1733, 1747, 2587, 
3862,4156,4189,4666,4738, 
(61 35), etc.; a une p., à part 
1725,2239,2709,2737,4743, 
séparément 1234; d'autre p., 
d'un autre côté 745, 2778, 
3674, 5587; dous pars 4909, 
de dous pars 4504, de deux 
côtés) avoir p. en, avoir des 
rapports charnels avec 3jbo, 
4064, 5547, 6245. 
Partir, partager 2747, 3888, 
fendre, faire crever 5354; 
réfl., partir, s'éloigner 5348, 
6oo5, 6254, 6272, (6374), 
échapper 3997 ; pris substan- 
tivement, départ (6396). 
Partison, ;7arf 6196. 
Parvenir, fut. 2 parvendras 

5885. 
Pasage, pasaige, voyage (d'ou- 
tremer) i56, 3317, lieu d'em- 
barquement 2061, 4918. 
Pasque, Pâques; P. florie, Pâ- 
ques fleuries 699. 
Passer, paser, traverser 1 5 1 9 ; 
p. avant, s'avancer 2891; par 
el p., faire autrement 671; 
réfl., passer ^160. 
Passion, souffrance, maladie 

6217. 1 

Past, voy. Paistre. j 

Paterne, père {en parlant de 

Dieu) 586. 
Pator, protecteur 5527. 
Paumier, pèlerin 712, 718. 
Pautonier, truand, coquin 52 25. 
Peceier, mettre en pièces, briser 

5438. 
Pecheriz, pécheresse 47 1 3 . 



GLOSSAIRE 



355 



Pechicr (en), commettre le péché 
d'adultère {avec) 1564. 

Peçol, pied de lit 2268. 

Peior, paior, suj. pire, pire 356, 
28o3j de moindre valeur 2486, 
5282. 

Peirt, voy. Paroir. 

Pel, pi. rég. pzns, pieu 3i56. 

Pelison, pelisse 1261, 1969. 

Penaant, pénitent 5 168. 

Pencé, voy. Pensé. 

Pencer, voy. Penser. 

Pendre, jo/. 3 pendié (: -ié) 5280. 

Penel, coussin placé sous les 
bandes de V arçon 4869. 

Pener, pr. 3 poinne, paine 1 368, 
4523, tourmenter, malmener 
1044, 2371, 2388, 2767, 2936, 
3588, 36oi, 41 15, 44i5, etc., 
fatiguer, lasser 108, 3796, 
se donner de la peine, peiner 
2448, souffrir i368; ré/7., se 
peiner 687, i55o, 4523. 

Penne, étoffe de soie à longs 
poils, panne 45 1, 4828. 

Penoncel, petit pennon 12 14, 
1402. 

Pensé, pencé, pensée 5o 1 9, 5647, 
5782, 6074; avoir en p., avoir 
souci de 765. 

Penser, pencer; p. de, penser à 
335, 2244; pris substantive- 
ment, pensée 288, 690, 2260, 
2423, 2687, 3294, 4438, 4444. 

Per, pareil, égal 402 ; (m.) pair, 
grand vassal 4.26, ijSg, 3009, 
(/.) compagne, femme 541 1. 

Per, voy. Par. 

Percevance,/?reî/i;e; faire p. de, 
démontrer 5835. 



Percevoir, apercevoir 2576; 

réfl., s'apercevoir 3267. 
Perde, perte 1070, i653, 1752, 

i853, 2192. 

* Perdu, perclus 5841, 585 1. 
Perent, voy. Paroir. 
Perilleus^ qui est à craindre, 

effrayant 19 17. 
Périr, conjugué avec estre 4722, 
6252. 

* Perré, garni de pierres pré- 
cieuses 1346. 

Perrigne (: -ine), /. de perrin, 
qui est de pierre 4230. 

Personne, persone, caractère 
3270, 3279. 

Pert, voy. Paroir. 

Pès, voy. Pais. 

Pesance, peine, chagrin 270, 
5843. 

Peser, pr. 3 poise 283 1, 3954, 
subj . pr. 3 poist 2139, être 
désagréable, causer du cha- 
grin 736, i5i3, 2139, 283 1, 
3954, 4886; pt. pr., lourd, 
pénible 24. 

Vesson, pieu 2090. 

Pest, voy. Paistre. 

Petit, peu 4410, peu de temps 
2885; un p., un peu io3i, 
io36, 1416, 3895, 3905, 5o22, 
6044, 6342. 

Petitet, petittet, pititet, tout pe- 
tit 61, 228, très peu 1699, 
1701, 2377; un p., un tout 
petit peu io5o, 4910. 

Peur (: -uv), peur 5378. 

Peus, voy. Pel. 

Pez, voy. Pais. 

Pièce, espace de temps gd-j. 



356 



GLOSSAIRE 



1761, 2043, 3586, 4464, par- 
tie, morceau 6062; en p. 
{dans une prop. nég.), ja- 
mais 4187; pieç'a, pies'a, il 
y a longtemps de cela 4797, 
il y a quelque temps de 
cela 559g, depuis longtemps 
1542, 2727, 4817, 5609, 6i3o; 
de pies'a, depuis longtemps 
4882. 

Piler, pilier 3 11, 408, 2 255, 
3087, 4434. 

Piment, baume fait avec des 
êpices 1982. 

Pire, voy. Peior. 

Pis, voy. Piz. 

Pité (: -é, -ez) 38o2, 5666, pitié 
{pi.) loSg, pitié. 

Pititet, voy. Petitet. 

Pitre, sorte d'épice 1928. 

Piz (; -iz), pis, poitrine 80, 
1367, 4704, 536 1. 

Place; celé p., en ce lieu-là, là 
3281, 3965. 

Place, voy. Plaire. 

Plaigne (: -aigne), plaine 164, 
1880. 

Plain, plaine 636, 4763; de p., 
à plat 5675. 

Plain, plein 38i3; por p. val 
d'or, pour toute une vallée 
remplie d'or 819. 

Plaindre, pr. 6 pleignent 2864, 
se lamenter au sujet de 1753, 
1887, 2864. 

Plaire, subj. pr. 3 place 4843, 
pf. 3 plot (: -ot) 1783, 4596, 
5444, 6006. 

Plait, plet, plat, convention, 
arrangement 2366, 2404, 



2928, complot 2788, 2952, 
3509, 4623. 

Planche, petit pont de bois 
5i83. 

Planchier, plenchier, salle plan- 
chéiée 1922, 2234, pont {d'un 
navire) 567. 

Planté, voy. Plenté. 

Plat, voy. Plait. 

Pledier, parler 1074, 52 16, 
dire 52oi ; p. a la merci de, 
implorer la pitié de 1291. 

Plege, garant 341. 

Pleignent, voy. Plaindre. 

Plenchié, salle planchéiée 5289. 

Plenchier, voy. Planchier. 

Plenier, plennier, complet, en- 
tier 406, 1628, grand, vaste 
872, 1061, 1915, 2222, 3087, 
3342, violent, acharné {en 
parlant d'un combat) 2227, 
vigoureux {en parlant d'un 
coup) 3453. 

Plenté, planté, abondance 764, 
2049, 2289,4481, grand nom- 
bre 2527, 4485, 5619 ; a grant 
p., abondamment 41, i324, 
35ii; a granz plentez, en 
grand nombre 5658. 

Pleseïz, plesaïz, clôture, enclos 
401 1, 4687. 

Plet, voy. Plait. 

Plevir, promettre, jurer 5o5, 
2827, 5ii5, donner sa foi à 
37^7» pi- P'i lié par un ser- 
ment 5oo3. 

Ploier, déplier 1096. 

Plor, pleurs; a p., en pleurant 
1876. 

Plot, voy. Plaire. 



GLOSSAIRE 



357 



Plus, plus vite io5i, 1435, le 
plus 1197, 2369, 635o. 

Plusorz, beaucoup de personnes 
5323; li plusor, beaucoup de 
personnes 3390, 4615, 4732. 

Pluve, pluie 5387. 

Poacre, poaicre, goutte aux 
pieds, podagre 5749, 5798, 
5986, 6o55. 

Poacreus, goutteux 5862. 

Podriere, j70«55iére 1620. 

Poe, patte 3783. 

Poelle, voy. Paille. 

Poestaïf, puissant 61 65. 

Poesté, pouvoir, puissance 100 1 , 
5781, 5794, 6410, /orce,6onwe 
santé 4266 ; a nostre p., s^/om 
nos forces 35o3 ; par grant 
p., avec une grande vitesse 
i3io; par vive p., de vive 
force 2653. 

Poi, pou, peu] un poi, un peu 
971, 3866, 4539, 4832, 5045, 
5o54; a p. 2i83, 2384, 2644, 
4123, 4420, 5367, a p. que 
(4139), 5642, 5985, par p. 
3898, 4109, 4454, par p. que 
1766, peu s'en faut que, c'est 
à peine si. 

Poi, voy. Pooir. 

Poig, point, ponc, poignée {de 
Vépée) i574, 1600, 2355, 2792, 
3oo2, 3447. 

Poignal, qu'on tient au poing 
1672. 

Poigneor, combattant, guerrier 
5548. 

Poil, cheveux {de la tête) 969, 
3692. 

Poille, voy. Paille. 



Poindre, éperonner 1384, i388, 
1792, 2023, 3438, 385o, pi- 
quer des deux, s'élancer 682, 
814, 1377, 1480, 1594, 171 1, 
1774, 2607, 2640, 3433, etc., 
courir en avant {en parlant 
d'un cheval) 876, faire saillie 
1171. 

Poine, voy. Paine. 

Poinne, voy. Pener. 

Point, place 4507, tant soit 
peu 3684, {dans une prop. 
nég.) rien 4265 ; nui p., rien 
4249, 4306. 

Point, peint 478, 706. 

Point, voy. Poig. 

Poipre, voy. Porpre. 

Poise, voy. Peser. 

Poison, breuvage médical 5904, 
6193. 

Poisonsel, petit poisson 5359. 

Poitral, poitraul, poitrail {par- 
tie du harnais) 180, 11 18, 
2507, 4860. 

Poitrel, voy. Poutrel. 

Poitrir, pétrir 3865, 62 5o. 

Pojois, sorte de petite monnaie 
2014. 

Pomel, pumel, petite boule {au 
sommet de qqc.) 642, 3o88. 

Ponc, voy. Poig. 

Ponee, orgueil, insolence 3i3y. 
Voy. Mener. 

Pooir, paoir, pouvoir, force 
3260, ce qu'on peut 2 141 ; au 
p. qu'il a, qussivite qu'il peut 
85, 3897, 4890; a son p., 
autant qu'on peut 3262, 5 100. 

Pooir, pr. i puis 618, 1687, 
1917, 2402, 2439, 2672, 3289, 



358 



GLOSSAIRE 



2 puez, pues 1426, i6i5, 
2389, 3955, 3 puct 395, 425, 
435, 436, 440, 443, i536, 
1727, 199 1, 4817, 4 poons 
868, 5399, 5919, 5 poez 2241, 
5490, 5529, 6 puent 457, 574, 
3090, 5227, zwj7/.^pooit, poet 
437, 5951, 5964, 5992, 6o3o, 
5 poïez 5926,/?/. I poi 1904, 
4359, 6244, 3 pot 671, 673, 
693, 1060, 1294, 1729, 1737, 
1891, 6 porent 291 1, 3095, 
suh). pr. 3 puist, pust 1309, 
(33ii), 4524, 5228, 6o56, pou- 
voir; explétif 19 17, 2672, 
3289, 4343, 443o, 5408. 
Popler, peupler 11. 
Por, devant un inf. accompa- 
gné de son rég.^ pour indiquer 
la cause : p. le mien recoillir, 
parce qu'ils reçoivent de mon 
argent 901, pour indiquer une 
concession hypothétique : p. 
les membres coper, tolir, 
trenchier 394, 886, 2224, 
3 106, p. estre desmenbrez 
2390, quand même on me cou^ 
perait [enlèverait, etc.) les 
membres, pour rien au 
monde \ p. ce que, parce que 
71, 488, 1021, 1778, 2739, 
2879,4432,4833,4835,4836, 
efc.,a/?n^wei357, 36r2,365i, 
6o56; p. ce se, 51 [cond.) 2633 ; 
p. nul reproche [dans une 
prop. nég.)y comme un repro- 
che 4357. Voy. aussi Quant, 
Qui, Tant. 
Porcession, procession 4964, 
5514. 



Porchasier, tâcher de faire b^oj. 

Porent, voy. Pooir. 

Porparler, discuter, délibérer 

1027. 
Porpenser, porpencer, penser, 
méditer 2832, 2864; réjl., ré- 
fléchir, prendre une résolu- 
tion après réflexion 100, 2 179, 
371 1, 4380, {avec de) méditer, 
projeter 2707, 2735, 3587, 
4393. 
Porpoint,/'z^;ve, brodé 307, 527. 
Porprandre, pt. p. porpris, en- 
toure' 3642 ; p. les granz sauz, 
courir à grands sauts 4160. 
Porpre, poipre, vêtement de 
couleur pourpre i5i, 490, 
3712,4099, 4212, couverture 
de la même couleur 2834, 
3628. 
Porquerre, inf. 4400, pt.p. por- 
quis, porquiz 4725, 4767, ;v- 
chercher i\y5y, procurer /\.j25, 
chercher à faire (comment, 
en sorte que) 4400. 
Porsaillir,5aufer,car^co/er88i. 
Porter ; p. le pris, remporter le 
prix 1340, 2074; en p. la vie, 
s'en aller sain et sauf 2i3i ; 
réfl., se maintenir debout 
294. 
Portrait, portret, décoré 89, 

1976, 226g, flgto'é 65o. 
Porveoir réfl., s'aviser, faire 

attention Syyg. 
Pot, voy. Pooir. 
Pou, voy. Poi. 
Poudre, poussière 1416. 
Poutrel, poitrel, poulain 4046, 
4o5o. 



GLOSSAIRE 



35q 



Povre, pauvre 5i6o, 5 208, 5229, 
58o6, etc. 

Prael, siij. praiaus, prairie, 
pré 566, 4042, 4045, 4239, 

Praigne, voy. Prendre. 

Pree, prairie 16 34, 2552, 2812, 
283i, 4082. 

Preig, vqy. Prendre. 

Premerain, premier 926, 1692, 
2357, 2468. 

Premieremant, d'abord, en pre- 
mier lieu 349 1 , 427 1 . 

Prendre, ^r. / preig 2146, pf. 6 
pristrent 544, 2694, 3o4i, 
3423, 5009, snbj. pr. 3 
preinge, praigne 3o2, 4713 ; 
p. a, se mettre à, commencer 
à 281, 398, 862, 1066, 2240, 

2252, 2434, 2444, 2695,4467, 

etc. ; réjl. suivi de a, empoi- 
gner 544, 2694, 4157, 5430, 
5479, attaquer 1290; pitiez 
me prent,;e suis saisi de pitié 
4275, 4713, 5077, 5666, 6o36; 
granz fains me prent, fai 
grand'faim 4777, fai grande 
envie 61 5o. 

Près, prez, de près 458 1; p. de, 
prêt à faire 1168. Voy. aussi 
Loig. 

Présent; en p., à l'instant, 
tout de suite 2482 . 

Prestes, voy. Prevoire. 

Preu, vqy. Pro. 

Prevé, voy. Privé. 

Prevoire, provoire, suj. prestes, 
prêtre 846, 2200, 2526, 5870. 

Prieuze, prieure 5674. 

Primes, d'abord, en premier 
lieu 5573, 5727. 



Principe (: -é), principal 349, 

787, 987, 2867, 3357. 
Principer (: -er), 416, 2254. 
Pris, valeur, mérite 16 17, 2413, 

2476, 3343. 
Prisier, proisier, louer, honorer 
684, 856, 1287, i6i3, 1892, 
2225, 3329, 5921, 5966, etc.; 
pt. p., estime\ digne de 
louanges ii23, 2473, 5260. 
Prison, prisonnier 3317. 
Pristrent, voy. Prendre. 
Privé, prevé, intime 365 1, 3666, 
3739, 4347, 5821, apprivoisé 
38o3; ami intime 1022, 4385, 
6077. 
Priveement, confidentiellement 

233i. 
PT'\\&ié,privauté 3-jbo. 
Pro, preu, /. suj. proz, preuz 
4072, 4348, 5420, vaillant, 
excellent 2472, 25io, 281 1, 
3259, 3270,4072,4151,4348, 
4589, 4770, etc. ; profit 
5890. 
Prodome, preudomme, suj. 
prodom, preudom, preudon 
(: -on), prodons, suj. pi. pro- 
dome, preudom, homme probe 
et sage 367, 692, 893, ii3i, 
i323, 2310,2569, 3i63, 3540, 
4218, 4641, 5258, etc. 
Proesse , proesce , bravoure 
1686, 1755, 2075, 2549, 2865, 
558i. 
Proier, prier 5938. 
Proisier, V9y. Prisier. 
Prové, éprouvé {se dit d'un 
guerrier) 2148, 2541, 2761, 
accompli {se dit d'un fourbe) 



36o 



GLOSSAIRE 



2385, 2768,2863, 2926, 3047, 
3792, 4407, 4509, véritable, 
vrai 5o6, 3264, 3726, 4106, 
455o, 4934, 5706, 6071. 

Provoire, voy. Prevoire. 

Pucelle, jeune Jille 2875, 3706, 
3709, 4224, 4261, 4295, 4338, 
4475, 4692, 4725, etc., ser- 
vante 2848, 3666. 

Puet, voy. Pooir. 

Pui, hauteur, colline 992, 3814. 

Puis, alors, en ce cas(?) 1007; 
p. que, après que, du moment 
que 373, 665, 3o82, 3579, 
41 38, 4619, depuis que 1281, 
3298, 33o8; p. — que, du 
moment que 363 1, 

Puis, voy. Pooir. 

Pumel, voy. Pomel. 

VviTïdàs, puant, vilain 22 15. 

Pust, voy. Pooir. 

Put, mauvais, vil 2790, 2917 
3749, 4063, 4084, 5071, 
5899, 5907; de pute houre, 
dans un moment malheureux 
i56i. Cf. Aire, Apel. 

QuAiLLE, caille 1378, équiva- 
lant à une chose de peu de 
valeur 1364. 

Qualandre, voy. Kalandre. 

Quamoisié, voy. Camoisié. 

Qvidint, puisque 118, 323, 33i, 
1882,3277,4397,4729,4757, 
5338, 6255, etc., parce que 
2049, 2216. 

Quant, quan, autant; ne por 
q., néanmoins, cependant 
ii33, 1295, 1430, 1459, non- 
obstant 1203; * tant ne q., 



plus ou moins, quelque chose 
63o7; q. que, autant que 52, 
56o6, {en parlant de person- 
nes) 483, tout ce qui {que) 3 1 5, 
1221,2646, 2828,3538,3541, 
3734, 38oo, 4io3, 4122, etc., 
aussi fort que 5362, aussi vite 
que 5430, où. que 4408. 

Quar, voy. Car. 

Quarel, char ^o53. 

Quarez, voy. Querre. 

Quarré, vaste 3142, 3243, large 
et fort 1256, i5ir, 1598, 
25o3, 2517. 

Quarrel, carel, trait d'arbalète 
1410, 1732, 1735,3097, 3i56, 
4045. 

Quart, quatrième 4472. 

Quas, brisé, abîmé 3 157, 4658. 

Quasser, quaser, briser, rom- 
pre 1798, 2 563, 3 141, se bri- 
ser 5413. 

Que, qu', c', car 59, 74, 121, 
347» 77I' 826, 1672, 4844, 
5259, 532 1, etc., de sorte que 
683, 906, 1576, 1676, 1737, 
1848,2170,3318,3632, 3932, 
etc., afin que i63, 3609, alors 
que 583, sans que 4371; que 
— que, tant — que 4147. 
Voy. aussi Ne. 

Que, voy. Qui. 

Quel, queil, que {pron. interr.) 
i85o; q. — que, quelque — 
que 832, 451 1. 

Quel, voy. Quil. 

Quens, suj. de conte, employé 
comme rég. 2349. 

Queronner réfi. avec de, porter 
la couronne {d'un pays) gSô. 



GLOSSAIRE 



36i 



Querre, quere, inf. 118,2111, 
4965, 5i25, 6194, pr. I quier 
33o, 412, 5955, 3 quiert 
265o, 2887, 2921, 3481, 4498, 

5 querez, quarez loi, 3322, 

6 quierent 2808, imper. 5 que- 
rez 4245, 4461, pt. pr. qua- 
rant 1974, 5190, pt. p. qui s 
4853, 6175, chercher 10 i, 
118, 1974, 21 II, 4245, 4853, 
5i25, 5190, 6175, 6194, de- 
mander 3322, invoquer 265o, 
2808, 2887, 2921, 3481, 4498, 
4965, vouloir, désirer 33o, 
412, 5955. Voy. aussi Pa- 
role. 

Quevoitisse (: -ise), convoitise 
5o66. 

Qui, que, qu', pron. rel. et int. 
suj.,rég. que, qu', cui, qui, 
quoi, coi ; suj. que, qu', qui 
{rel.) 10, 58, 82, 168, i85, 
195, 4173, 5280, 5699, etc., 
{int.) 823, 1933, 4205, 4362, 

' 4373, 4444» 472 5; que — que, 
les uns — les autres 317 ; suj. 
qui, que, celui qui 120, 876, 
ce qui 3669, si quelqu'un 404, 
429, 526, 546, 842, 877, 
1612, 43o3,433i, 5386, 5404, 
siVon'jSS, 4575, 4981, 5069; 
ne — qui, ne — personne qui 
567; qui qui, quel que soit 
celui qui 2720, 3365, 4693 ; 
rég. que, qu', à qui (rel.) 
4484,4918, 5099, 58o6, 5836, 
5859, ^^^-j ^^'ê"- ^'"« verbe 
sous-entendu, comme 10 12, 
2007, 2247, 225o, 4335, 4897, 
etc.; por qvi\ pourquoi (1024), 



(4963); que que, quoi que 
119, 1200; cui, qui, à qui 
{rel.) 376, 950, 3744, {int.) 
1472, 2786, que {rel.) 1462, 
1466, 43 1 5, dont, duquel 3 1 59, 
6161, celui que i525, 2544, 
5437, celui à qui bo<^5 ; cui, 
qui {rel.) 5466; quoi, coi {se 
rapportant comme pron. rel. 
à un antécédent défini), lequel 
557, 4868; por quoi, pourvu 
que 4079. Voy. aussi Quil. 

Quidier, voy. Cuidier. 

Quier, voy. Querre. 

Quil, quel, qui le 903, 1760, 
3902, 3903, 4163, 4329, 5404, 
5588, 5629. 

Quis, voy. Querre. 

Quite, libre 21 33, 4839; tenir 
q., posséder sans redevance 
i35i ; prendre q., prendre 
sans aucune redevance 3178. 
Voy. aussi Clamer. 

Quoi, tranquille, calme 1498. 

Quoi, voy. Qui. 

Quué, suj pi. de queu, cuisi- 
nier 5975. 

Ra, voy. Ravoir. 

Rachater, rac/iefer 5o 16, 532o. 

Raembre, affranchir, racheter 

4877. 
Rafermer, se rassurer 5469. 
Raial, voy. Real. 
Raier, rayonner 5468. 
Raime, raméeZ^jb. 
Rain, rameau 4764. 
Rain, rein 4773. 
Raine (: -aine), rainne, reine, 

renne, règne, royaume 576, 



362 



GLOSSAIRE 



712, i3i6, 2o53, 2167, 2279, 
2362, 2498, 2671, 3756, etc. 
Raison, reson, rason, parole, 
propos 25 1, 1840, ej^et 1274; 
dire sa r., dire sa pensée 
6215 ; baissier sa r., par- 
ler moins fièrement 6197 ; 
rendre r., rendre compte 445 ; 
mètre a r . , adresser la parole 
à 1849, 291 1, 6186, 6225; 
entendez ma r., écoute:{-moi 
829, ii5i, 2193, 35i6, 4962. 
Voy. aussi Asseoir. 
Rait, voy. Ravoir. 
Rai'z, racine; de si en la r., de 
la tête jusqu'aux pieds 3oo8. 
Ralumer, rendre la vue à 6084. 
Ramé, branchu, touffu 2840, 

3670, 3795, 4604. 
Ramener, pr, 3 ramoinne 2679, 
subj. pr. 3 ramaint 2797, 
5i26. 
Ramponner, ramponer, insul- 
ter 277, 4143; réfl., s'insulter 
mutuellement 3959. 
Randon; a force de r.^avec élan 

1279. 
Randonee; tote une r., tout 
d'un coup 4555, d'une course 
impétueuse 2 558. 
Ranfuser, refuser 948. 
Ras, couvert, rempli (de) 588 1. 
Ras, voy. Ravoir. 
Raseûrer re/7. impers., se faire 

calme S^bg. 
Rason, voy. Raison. 
Ravoir, pr. 2 ras 1427, 3 ra 
4126, fut. 3 ravra 5614, 
subj. pr. 3 rait 3009, impf 3 
reûst 982, avoir de son côté 



1427, recouvrer 5614, auxil., 
avoir de nouveau 4126, im- 
pers., y avoir d'autre part 
982 ; r. son cop, être en état 
de donner un nouveau coup 
3009. 

Real, raial, royal 3o4, 2978. 

Reaume, reame, royaume 2684, 
3292. 

* Rebaaillier, bâiller de son côté 

3833. 
Rebrochier, piquer des éperons 

de son côté 1394. 
Recercelé, bouclé gôg, 2287. 
Recet, habitation 4145. 

* Rechaignié, fâché, triste 6341. 
Reclain , réclamation 4788, 

bruit, renommée 6149. 

Reclamer, pr. 3 reclaime, re- 
clame 38oi, 43 10, 6 recla- 
ment 1241, implorer, supplier 
1241, 3801,4310,4902, 5442, 
5498, 5697, appeler 5701. 

Reclore réfl., se calmer {en 
parlant de la mer) 5458. 

Recoillir, ;?(. ;?. recoillu 6108, 
accueillir 3609, 6108, rece- 
voir 901. 

Reconforter réfl., reprendre 
courage 2475. 

Reconter, raconter 5074, 6343. 

Recovrer, se procurer, obtenir 
2559, sauver 5429. 

Recréant, qui renonce à soute- 
nir sa cause, qui se rend 2634, 
épuisé 3760. 

Recreû, usé par l'âge 620, 
fatigué 2858, 3775. 

Referir, pr. 6 refierent i53i, 
frapper de nouveau. 



GLOSSAIRE 



363 



Reflamboier, reflambier, luire, 
briller 704, 786, 141 7. 

Refut, voy. Restre. 

Regarder, protéger 4089; ref!., 
regarder {autour de soi) 1654, 
1680, 1902. 

Regeïr, avouer, confesser 628 1 . 

Région, contre'e, pays 4967. 

Règne, voy. Raine. 

Régné, rené, renne, reinié (: -é, 
-ez et -iez 6356), royaume 
(33), 42, 374, 1002, 1770, 
2041, 2068, 2170, 2950, 6068, 
etc. 

Regort, petit golfe 3072, 5471. 

Regretter, se lamenter ^.oo5 . 

Rehaitier, réjouir, réconforter 
5273. 

Reine, voy. Raine. 

Reinié, voy. Régné. 

Rejeter, jeter 4054. 

Relenquir, renier 3877, 6274. 

Remaindre, inf. 766, pr. 3 re- 
maint 6206, subj. pr. 3 re- 
maigne 394, pf. 3 remest 
5oo2, Sôiy^fut. 3 remaindra 
271, logS, pt. p. remez 2625, 
remasu 5568, rester. 

Remembrer, remenbrer, re- 
mambrer, rappeler 4436 ; 
moi remembre de, je me sou- 
viens de, je pense à 2693, 
3797, 4332, 4437, 4456, 5420; 
réfl., se souvenir 2184, 3664, 
4394. 
Remest, voy. Remaindre. 
Remuer, changer {intrans.)(^b^^ 
5579; r- l'ancre, lever l'an- 
cre 2667. 

Rendre, pf. 3 rendié ( : -ié) 



5291, remettre, donner 2 114, 
2i53, 5291. 

René, voy. Régné. 

Renne, voy. Raine. 

Renoier, renier 5279, 5307; 
pt. p., renégat, infidèle 6352. 

Renoierie, action vile 5 120. 

Renommée, récit 5j5i. 

Renon, bruit, réputation 6191. 

Renoveller, se renouveler 1930. 

Repairier, reperier, reparier, 
retourner, revenir 142, 3 10, 
1084, 1900, 1981,4472,5238, 
525o, 5634, 5637, etc.; pris 
substantivement, retour 3>/{i, 

Reparoir, apparaître 4557. 

Repentement, repentemant, re» 
pentir 329, 6042. 

Repleni, rempli 5343, 591 1. 

Repondre réfl. avec de, se re- 
fuser {qqc.) 564 ; pt. p. repous, 
caché 4533. 

Reprovier, reproche, refus 3^3. 

Requerre, requere, inf. 217, 
269, 332, 2465, pr. I requier 
II 52, impf. 3 requeroit 5996, 
pf. I requis 63 18, subj. 
impf. 3 requeïst 4709, impér. 
5 requarez 6o88,j'f. f. requis 
II 55, demander ii52, ii55, 
4709, prier 5996, 6088, 63 18, 
attaquer 217, 269, 332, 2465. 

Rere, couper, trancher à ras 
1873. 

Ktvehdin, arrière-bayi i235. 

Resclairier, briller, luire 5 5 20. 

Resembler, 'resambler, avoir 
l'air de 2go, 3i4, ii25, i683, 
1839,2663,3382,3878,5383, 
5987. 



364 



GLOSSAIRE 



Resoignier, craindre ; iaire a r., 
être redoutable SSj. Cf. Faire. 

Reson, voy. Raison. 

Resonner, resoner, retentir 
3272, sonner {intrans.) 6607, 
tinter 1475. 

Resont, voy. Restre. 

Resort , ressource , remède 
3079. 

Respas, guérison 5876. 

Respasser, respaser, guérir 
{trans.) 4799, 58 1 3, 6o85, être 
guerif soulagé 4663. 

Respitier, épargner 5o37, 6357. 

Resplandre, pr. 3 resplant 193, 
4176, resplendir. 

Respondre, pf. 3 respondié 
(: -ié) 5270. 

Restorer, eV^6/iV 3299. 

Restre, pr. 3 rest 1698, 2398, 
2784, 5346, 6 resont 38 12, 
pf. 3 refut, refu 10, 21, 1 1 06, 
1 1 17, 2609, 2542, 4212, 441 1, 
4717, subj. impf. 3 refust 
ii3i, être de son côté 10, 
1106, II 17, I i3i, 2398, 2609, 
2542, 4212, 441 1, être quant 
à soi 21, auxil., être de nou- 
veau 1698, 38x2, 5346, être 
de son côté 2784, 4717. 

Resurrexit, resurrexis, ressus- 
cité 2419 (: -is), 4697 (: -iz). 

Retaillier, rogner, diminuer 
(3340). 

Retenement, retard 212. 

Retenir, fut. 3 retendra 756, 
cond. 3 retendroit 727, enga- 
ger, enrôler 727, 761, 753, 
756, 948, faire tenir bon, 
maintenir 3 iS6, garder 5565. 



Retorner, rapporter 1881; réfl., 
retourner 18 17, 6401. 

* Retorti, /nse 5328. 

Retraire, subj. pr. 3 retraie 
5478, raconter 5492, 5912; 
}'éfl., s'abstenir 55o5, 55 18, 
5524, retomber 5478. 

Retrait, retret, retraite 1722, 
1880. 

Reûst, voy. Ravoir. 

Revenir, subj. pr. 3 revienge 
425o, 6 reveignent (5864), 
pf. 6 revindrent 5144, réfl., 
revenir 5144. 

Reversaire, verset 55 16. 

Revestir, pt. p. revesti, en pos- 
session (de) 3o2 3, revestu, 
rempli {de) 4702, 5571 . 

Revestuaire, sacristie 55 14. 

Revoloir, pr. i revuel 2427, 
vouloir de son côté. 

Ribaut, brigand, scélérat 5o38. 

Riche, puissant 21, 71, 564, 
669, 750, 911, 2192, 2430, 
3233, 3377, etc., vaillant 884, 
906, 1937, 1942, 36ii, pré- 
cieux [en parlant de choses) 
91, 169, 177, 45i, 491, 528, 
586, 1096, Il 18, ii34, etc., 
vigoureux, fort [en parlant 
d'un coup) i526. 

Richement, richemant, solide- 
ment 78, II 94, 4021, abon- 
damment, splendidement 279, 
537, 5975. 

Richeté, richesse 5807, noblesse 
759. 

Rien, riens, objet, chose 3735; 
r. qui vaille, fort peu i362, 
3837; de r., quelque peu 



GLOSSAIRE 



365 



4883, de quelque manière 

1 2go, en aucune manière 1474, 

3485. 
Rime (: -ine), gelée blanche 

4237. 
Rire, pt. p. ris 1172, réjl.^ rire 

1172,4307. 
Ris, sourire; geter un r., sou- 
rire 797, 6180. 
Robe, habillement, habits 4853, 

5040, 5092, 6294. 
Rober, piller, dévaster 2044. 
Roberie, pillage; prendre en r., 

piller 4847. 
Roé, orne' de dessins en forme 

de cercles 2271. 
Roelle, petite roue 566. 
Roiamant, rédempteur 4182, 

63o8. 
Roïne, reine 38, 36o3, 3678, 

3701, 3720,3797,3799, 391 1, 

4033, 4066, etc. 
Roit , dur 1 5 n {cf. roide 

2585). 
Rolleïz, fortification, palissade 

4689. 
RoUer, fourbir, polir 877. 
Romanz (: -anz), romans, ou- 
vrage en langue vulgaire {par 

opposition au latin) i, 20, 

3o54, (33i2). 
Roncin, ronsin , cheval de 

somme 2867, 5822, 585o. 
*Roon, roue 1254. 
Rougier, devenir rouge 6124. 
Roveur, rougeur 4792 . 
Ru (: -u), rui, ruisseau {25j5), 

(33oo). 
Ruée, portée d'un objet lancé 

525, 3668, 4939. 



Ruser, faire reculer 1626, re- 
culer {intrans.) 1596, i635. 

Ruste, fort, vigoureux 824, 897, 
io83, 1419, 1464, 1470, 1471. 

S', voy. Se, Si, Son. 

Sa, çà, ici 21 11, 2i23, 223o. 

Saant, voy. Saer. 

Sable, :{ibeline 2099. 

Sablon, terrain sablonneux ^^5 , 
2199, 4995. 

Sabloniere, terrain sablonneux 
i63i. 

Sablonnaille, plaine de sable 
1359. 

S)dih\ono\, plaine de sable 1497. 

Sachant, voy. Savoir. 

Sachier, tirer 3456, 3990, 6353, 
attirer 5478, serrer {la main) 
5293. 

Saeler, sceller 391. 

Saer, inf. 4493, pr. 3 siet 566, 
4229, 5969, impf. 3 seoit 
6i83, pf. I sis 2020, 3 sist 
190, 193, 702, i833, 2098, 
2267, 2796, 3658, 4342, 4344, 
etc., cond. 3 serroit 2309, im- 
per. 5 saez 2i64,pt.pr. saant, 
saiant 220, 5146, 5462, être 
assis 190, 193, 702, i833, 
2020, 2098, 2267, 2796, 3658, 
4342, etc., être placé 566, être 
situé 4229, 5471, 5969, aller 
bien, convenir 2309; réf.) 
s'asseoir 2164, être assis 
61 83; en saant, à table 5146; 
pt. pr., convenable 220. 

Safre, bordure d'or 1974, 3 143. 

Safré, orné d'un safre 2478, 
2537. 



366 



GLOSSAIRE 



Sage, sa'ige, raisonnable, sensé 
148, 414, 598, 1199, 1203, 
2041, 2247, 225o, 2265, 271 1, 
etc. 

Sai, vqy. Savoir. 

Saiant, vqy. Saer. 

Saiete, flèche 1410. 

Saignier, vqy. Seignier. 

Saillir, pr. 3 saut 1442, 1484, 
1800, 2246, 3455, 3988, 4608, 
etc.^ sauter ii23, 1484, 2246, 
25i4, 3455, 3781, 3807, etc.; 
s. en estant 6327, s. en piez 
1442, 1800, 3781, 3807, 3990, 
s. sus 3988, s. sus piez 5477, 
se mettre vivement debout. 

Sain, cloche 55o9, 56o6, 5741, 
6100, 6399. 

Sainteé, saintaé, sainteté 58ii, 
6397, {au plur.) 565i, 6081. 

Saintime, très saint 2467, 4076, 
4280, 5i68, 6190. 

Saintuaire, lieu saint 6913, re- 
lique 55 12, 6071. 

Saisi (de), en possession {de) 
4028, 4683, 5338. 

Saisine, sas'ine, possession 1953, 
425o. 

Saluer, sauver 558i. 

Samblant, voy. Semblant. 

Sambler, voy. Sembler. 

Samiz (: -iz), sami (: -i), samit, 
sorte d'étoffe orientale 4022, 
4579, 4691, 53 12, couverture 
de cette étoffe 1878, 3oi6, 
6282. 

Sangler, sanglier 5390. 

Saolce, satiété; mangier tote 
sa s., manger son soûl 3967. 

Saoul, satisfait 41 3. 



Sap, sapin 5382. 
Sapin; arbre s. ^ sapin 594. 
Sarmadan, so7-te d'étoffe orien- 
tale 492, 25o5, {plur.) H09. 
Sarmonner, discourir, parler 

1474, 3280. 
Sarpent, voy. Serpent. 
Sarrement, serment 3567. 
Sas, rég. plur. de sac 5878. 
Sasine, voy. Saisine. 
Salanas (: -as), diable, être mal- 
faisant 5895. 
Saut; les granz sauz, en ga- 
lopant 1434. Voy. aussi Do- 
ner, Porprandre. 
Saut, voy. Saillir, Sauver. 
Sauvacion, savacion, salut; par 
ta s., au nom du salut apporté 
par toi 249, 1144, 3o33. 
Sauvement, en sûreté 553 1. 
Sauver, saver, subj. pr. J saut 
199, 2277, 3362, 36o3, 5338, 
protéger, garder 199, 2277, 
2679, 3362, 36o3, 4446, 4883, 
5338, 5409. 
* Savadine, bêtes sauvages, gi- 
bier 5481. 
Saveté, sûreté; a s., en sûreté 

358. 
Savine, sabine 4246. 
Savoir, pr. i sai 41 1, 424, 668, 
726, 2423, 3 seit i852, 2260, 
6 sevent 885, 1843, 2665, 
4629, 5229, pf. 3 sot 5o, 56, 
419, 679, 161 1, 2990, 3294, 
4412, 45i6, 4527, etc.^ 6 so- 
rent i58, 1781, 55i2y fut. i 
savrai 2233, 3 savra 256, 
2655, 5955, 4 savrons 823, 5 
savrcz 2681,4373, 6 savront 



GLOSSAIRE 



367 



683, cond. 3 savroit 4o5, re- 
connaître^ découvrir 5582, 
pouvoir 5432 ; pt. pr, sachant, 
instruit, expérimenté 4. 
Se, s', ce, c', 51 {cond.) 3 16, 
3 18, 414, 437, 444, 766, 2173, 
2176, 2184, 2741, etc.; con se, 
comme si 2 35, 4774. Voy. 
aussi Non, Sel. 
Se = ce 212, 214, 867, etc. 
Se, voy. Si. 
Sebelin, qui est de gibeline 

2258, 3451, (3991). 
Sebeline, :{ibelitie 5763. 
Secorcier, retrousser 3712. 
Secorre, inf. 1474,/»-. 6 sequeu- 
rent 1490, /wf.J secorra 044, 
secourir. 
Secretain, segretain, sacristain 

5674, 6141. 

Seignier, saignier,/azVe le signe 

de la croix sur 5604, 5733, 

6370, 6376, bénir 2399; réfl., 

faire le signe de la croix 1 885. 

Seignor, suj. sire, sires 29, 40, 

198, 212, 33o, 336, 3o68, 

3070, 3217, 3219, etc., mari 

2888,3363,4017,5546,5558, 

5771. 

Se\%vvov\^seigneuriaUnoble ^61 , 

388o, 4707, 6235. 
Seignorie, segnorie, puissance, 
force 18, 120, 12 3, 399, 
1420, 1427, 1769,2132, 2714, 
3212, etc., empire 3559, "<^" 
blesse, valeur 1195, magnifi- 
cence, solennité 698, 6108. 
Seignoriement, noblement 1983, 

36o6. 
Seit, voy. Savoir. 



Sejor, repos, délai 5543 . 
Sejorner, rester 6001; pt. p., 

reposé, dispos 739, 38 1 1 , 4390. 
Sel,cel =si le 1066, 1609, 1970, 

2295, 5963, = se le 1618. 
Selonc, celonc, le long de 4011; 

par s., le long de 12 19, 1546, 

2090, 2255. 

Selve, feuillage 2840. 
Semblance, senblance, appa- 
rence, aspect 3 159, pensée 
6g3 ipl.). 

Semblant, senblant, samblant, 
sanblant, apparence, aspect 
19 ipl.), 209, 975, 4196, ce 
qu'on pense, pensée 5i65, 
63o5, 63o9, accueil 866. 

Sembler, senbler, sambler, 
ressembler, avoir Vair de 463, 
2925, 3321, 3335, 4944, 4976, 
5o8i, 5iio, 5i57, 5i86. 

Semondre, i7r. 3 semont 1147, 
inviter, appeler. 

Sempres, aussitôt, immédiate- 
ment (186), 454, 903, 996, 
1275, 1376, 1689, 2337, 2372, 
35oi, etc., avec maintenant 
675. 

Sen, sens, senz, bon sens, intel- 
ligence 1204, 1543, 2012 
{pl.)i 2075, 2174, 2396, 2523, 
mémoire 4436. 

Séné, sensé, raisonnable 56, 
795, 1637, 1641, 1809, 2157, 
2274, 2849, 3359, 3684, ^^^' 

Senefier, signifier 707. 

Sener, guérir ( trans. ) 3648, 
4461, 5758. 

Senestre, gauche 789, 1445, 
2240, 2488, 35io, 3822, 4482. 



368 



GLOSSAIRE 



Senitiance, cenefiance, signifi- 
cation^ signe 44, 32 53. 

Sens, voy. Sen. 

Sent, sentier', de toz senz, de 
tous cotés 3247, 3931 (: -anz). 

* Sentine, sentier /[23g. 

Sentine, sorte de bateau plat 
5i5, 540, 2668, 2691. 

Sentir, apprendre à connaître 
875, apercevoir 4643. 

Senz, voy. Sen, Sent. 

Seoit, voy. Saer. 

Sequeurent, voy. Secorre. 

Serainne, sirène 3656. 

Serchier, fouiller, sonder 563o, 
parcourir en tous sens 45gi, 
4672. 

Seri, serein, doux 5i34, 53 1 3. 

Serjant, homme d'armes 666, 
2226,4154, 5626, 5965, ser- 
viteur, valet 184, 5 188, 5821. 

Seror, rég. de suer, religieuse, 
s^wr 5555, 5688. 

Serorge, beau-frère 3687,5983. 

Serpent, sarpent /., serpent 
3645, 3976, 3989, 3993. 

Serre, ce qui serre', estre en 
s., être assujetti, dépendant 

2Il5. 

Serré, paisible (4532). 
Serreemant, en rangs serrés 

173. 
Serroit, voy. Saer. 
Servise ( : -ise), service 1168, 

4317, 4801, 5070, 55o5, ce 

qu'on mérite 4842 , prières 

{pour un mort) 5648. 
Ses = si les 134, 1849, 2444, 

2737, 2981, 6o58. 
•Ses, voy. Cest, Son. 



Sesson, temps; estre de s., 
être à propos 1 1 5o. 

Seuent, voy. Siure. 

Squ\, voy. Sol. 

Seûr; as., en sûreté bZ'j'j. 

Seûrté, sécurité 3488. 

Sevent, voy. Savoir. 

S&wvQv, séparer, détacher 2353, 
2708, 2736, 2785. 

Si, se, s', ci, ce, c', ainsi, de 
telle façon i35, i8o3, 1825, 
1840, 2168,2302,2622,3876, 
^g2,/[g38, etc., pourtant 294, 
II 20, renforce simplement 
une assertion 239, 529, 818, 
852, i33i, 1341, 1551,1840, 
i885, 1902, etc., après et 5o, 
111,354,364,386, 449,823, 
936, 967, 1240, etc., mainte- 
nant 2833, ne por quant 1459, 
puis 925, 4975, et 11, 34, 88, 
114, 115,376, 385, 462, 1006, 
loi I, etc., introduit uneprop. 
exprimant une exhortation 
891, un souhait : ainsi 718, 
1679, 2141, 3420, 3569, 5107, 
5i33, 61 18, lorsque 4460, 
jusqu'à ce que, avant que 
{après une prop. nég.) 61 5, 
1810, 2022, 2421, 2497, 2519, 
3575,4266, 4576, 5971, etc.; 
si que, comme 2166, 236i, 
en sorte que 949, 5772, 623 1 ; 
si con, comme 117, 959, 
966, 1013,2242, 2284,2299, 
2395, 2755, 3404, etc., au 
moment où 2844; si tost 
comme, aussitôt que 5735. 
Voy. aussi Sel, Ses. 

Si, voy. Ci, Son. 



GLOSSAIRE 



369 



Siècle, monde, l'ensemble des 
hommes 29, io5, 194, 980, 
1107, 1276, 1846, 1914, 2591, 
3225, etc. 

Siet, voy. Saer. 

Sigle, voile 3344, 5257, 5393. 

Sigler, faire voile 626, 269?, 
5i82. 

Simplement, doucement 4809. 

Simpleté, douceur 986, 2283. 

Sire, voy. Seignor. 

Sis, voy. Saer, 

Siure, pr. 6 seuent 4163, subj. 
pr. 3 siue 5487, 6 siuent 
(141 3), pf. 6 suirent 2625, 
subj. impf. 3 suist 4887, sui- 
vre. 

Sodaiere, /emme publique 5 1 1 o. 

Soduiant, voy. Souduiant. 

Soe, voy. Suen. 

Soé (: -é), soef, suavement 53, 
2214,4.585, 463o, 55i7, 5962, 
rfoMcewenf (2493), 4280, 4314, 
4535, 4624, 4905. 

Soevet, très doucement^ très 

bas 5i63. 
Soferre, inf. 2 1 1 3, fut. 3 soferra 
1452, impér. 5 sofrez 221, 
5 1 3 1 , tolérer, souffrir 2 1 1 3 , 
patienter 221, permettre 1^02; 
réfl., patienter 5i3i. 
Soi (: -oi), soif i5o3. 
Soie, voy. Suen. 
Soig, soin; n'ai s. de, je ne me 
soucie pas de, je ne veux pas 
1616, 2246, 2249, 2669,3232, 

3458, 4441,4443, 4460, 522 3. 

Soignant, concubine 5oi. 
Soir; le s., ce soir-là 3796. 
Soivre (: -oivre), séparation; 
T. II. 



par devises de s., en maniè- 
res de séparation, « de façon 
que les différentes couleurs 
sont séparées les unes des 
autres » (2092). 
Sol, soûl, SQ\x\, seulement 2293, 
3go3, 41 17, 4141, 5206, 5428, 
5440. 
Soler, soulier 323 1. 
Solever, voy. Sozlever. 
Solier, logement 3974. 
Soloir, c2i^o/r coutume de 2046. 
Son, sommet; en s., au sommet, 
en haut 1 266, au sommet de 
5485, 5495, par-dessus cela^ 
en outre 6222; del chief en 
s., d'un bout à l'autre 623o; 
par s., dès 4320, 4653. 
Son, suj. ses, ces 1702, 3goD, 
566 1, 5844, 5964,/. {devant 
voyelle) s' 2816, 553o, 5547, 
5731, suj. pi. m. si, sui 102, 
117, 286, 2367, 2407, 4174, 
4205, 422i,reg-.ces39i,2i5o, 
son. 
Sonner, soner, subj. pr. 3 son 
(: -on) 6216, résonner 1481, 
faire entendre, dire 97, 2082, 
38oo, 383o, 4464, 6216. 
Sor, saure 182, 1229, 4226. 
Sor, sur 1246, 1346, 4111; en 
s. que tôt, par-dessus tout, 
avant tout 2980. Cf. Sus. 
Sorent, voy. Savoir. 
* Sorestangié, recouvert d'étain 

5284. 
^ox^l, prédictfon 2224; giter son 
s., dire la bonne aventure 
1822, 2069. 
Sosprendre , sorprendre, so- 

24 



Syo 



GLOSSAIRE 



prendre, tromper 4744, 6087, 
saisir, affecter 6026; pt. p., 
douloureusement affecte' 24^4^ 
(4748), épris (d'amour) 1688. 

Sot, voy. Savoir. 

Soudée, récompense Sjio. 

Soudo\er,soudaier, homme d'ar- 
mes mercenaire, guerrier 751, 
871, 1181, i356, 2107, 2229. 

Souduiant, soduiant, trompeur, 
méchant 16, SgiS, 5i83,6328. 

Soûl, voy. Sol. 

Soulever, voy. Soziever. 

* Soupe (: -é), souper {4479). 

Soutaigne, solitaire, dérobé 
3743. 

Soutif,/. soutie (: -ie) solitaire, 
obscur 3689, 3852. 

Sovenir impers., se rappeler 
882. 

Soverain, parfait 56yi, 6142. 

Sovin, jeté à la renverse, étendu 
sur le dos 2798, 4224. 

Soz, sous; par s., au moment de 
3417. 

Soziever, solever , soulever, 
pr. 3 sozlieve, solieve 1938, 
3692, 4190, se dresser 3692; 
* pt. p., arrondi {en parlant 
du flanc d'un cheval) 2504. 

^MchQT, ressusciter 200, 1145, 
2916, 3o34. 

Suen, sien 2565, 2715, 2988, 
3 180, 3474, 3897, 5787, 5821, 
le s., ce qu'on possède 438, 
4889, 6391 ; /. soe 65, 1972, 
4i5o, 4262, soie 495, 1818, 
38o2, 4628, 5795, 5845, 6o5o. 

Sui, voy. Estre, Son. 

Suige, siège 2o35, 2060. 



Suirent, voy. Siure. 

Sure; corre s. a, courir sus à 
1275, 2777, 2782, 3420, 3449, 
35o2, 3782, 3993. 

Sus, suz, sur i65, 190, 295, 
3o7, 3i9, 429, 534,637, 643, 
724, etc., en haut 416, 907, 
915, 1915, 2222, 223o, 2408, 
2797, 3229, 6353, etc.; s. 
toz, plus que tous 1198; par 
s., sur 5389. Voy. aussi Sail- 
lir, Tenir. 

Table; mètre en t., placer à 
la table {royale) 2107; au 
plur.,jeu de trictrac 680. 

Tabor, bruit, vacarme (m.) 
2391, (/.) 905. 

Tafur, truand, vagabond 5383. 

Taille, action de couper; * mètre 
en t., couper en morceaux 
1370. 

Taint, qui a perdu ses couleurs, 
pâle 3o28, 3412. 

Tal(: -al), tel, tel; doner t. que, 
donner un tel coup que 2994; 
telle, telle situation 1537. 

Talent, talant, désir, volonté 
211,223, 3o55, 3410, 3905, 
5i6i, 5191, etc.; a son t., 
selon son désir 663, 1224, 
4200, 5173 ; fere son t., faire 
ce qu'on veut 1991, 4029; ve- 
nir a t., convenir 5194. 

Tamoignier, voy. Tcsmoignier. 

Tant, si nombreux 527, .528, 
843, 911, 1064, 1078, 1079, 
1789, 1790, 1791, etc. 

Tant, tellement, si 33, 56, 
io5, i54, 1901, 22o3, 2273, 



GLOSSAIRE 



371 



2395, 2410, 2481, etc., tant 
que cela 2198, quelque — que 

2396, 5748, 5752; a t., à ce 
moment-là, alors ig5, 712, 
1126, 1387,1584,1623,1784, 
1931, 1937, 2100, etc., tout 
de suite 4202, 4899; por t. 
pour cela i3i7; t. — et, 
aussi bien —que 1229, 1244; 
t. — ne, soit — soit 6019; t. 
— con, autant — que i5i, 
2722; t. que, jusqu'à ce que 
747, 773, 2i56, 2333, 2467, 
4358,4561, 5011,5556,5789, 
etc. ; t. con, comme autant 
que 5i3, aussi longtemps que 
1294, 1449, 2196, 4526, 
5079, 5io2, 56ii, aussi loin 
que 2243; a t. con, quelque 
longtemps que 498; por t. 
que, parce que ^oô'j, pourvu 
que 5944; por t. con, aussi 
longtemps que 273, à cause 
de ce que 3934. Voy. aussi 
Dementres, Quant. 

Tantost, aussitôt, tout de suite 

i552. 
Tapi (: -i), tapis 63oo. 
Tapin, misérable 5862. 
Tarder ré/7., s'attarder 5891 . 
Tarere (: -ère), tarière 1874. 
Targier, tarder gZo, i532, 5io5, 

5223, 5266, 5519, 56o5, 5928, 

{impers.) 61 3 1. 
Tas, grand nombre 5875; a t., 

en masse 3i56. 
Tâtonner, masser, caresser 

(ii5). 
Taxel, /r<î«g-e 3451. 
Telle, voy. Tal. 



Temples (;?/.), cheveux des tem- 
pes 1771, 1920, 1940. 

Tençon, querelle, contestation 
3533. 

Tendre, être tendu, dressé {en 
parlant d'une tente) 645. 

Tenir, fut. i tendrai 332o, 3 
tendra, tenra 481, 620, 2733, 
321 5, 6 tendront 557, subj. 
pr. 3 tiegne 2021, impf. i 
tenise 1077, 3 tenist 2068, 
2365, 2489, 6129, avec a, 
regarder comme, tenir pour 
i54, 3i3, 1872, 2021, 2216, 
2295, 2595, (re/7.) se tenir pour 
481; t. a mal, prendre en 
mauvaise part 1682; t. sus, 
tenir levé 3983 ; ré/l., s'abs- 
tenir 2489, 3702, 6129. 

Tenpré, modéré SjSj. 

Tens, temps 14; par t., bientôt 
2568, 3 104, 5955; toz t., tou- 
jours 691. 

Tenser, maintenir, défendre 
io34, 1728. 

Tentir, retentir, rendre un son 
{éclatant) 180, 239, résonner 
S8^, faire du bruit 3^^^, faire 
entendre 3^-j3, 3697. 

Terme, jour fixé 2463; a t., 
à temps 5 16. 

Terrai, terrain 1693. 

Terz, tierz, tier, troisième 38, 
3837, 3886, 4697. 

Tesir, inf. 885, impér. 2 tez 
2773, se taire 2jy3, {réfl.) 885. 

Tesmoig, témoin; t. de, dont té- 
moigne, témoin 14. 

Tesmoignier, tamoignier, attes- 
I ter 2242, 3541. 



372 



GLOSSAIRE 



Test, a-ane 5627. 

Tétine, téton, mamelle (1962). 

Tez, voy. Tesir. 
Tiegne, voy. Tenir. 

Tierz, voy. Terz. 

Timbre, sorte de tambour 654. 

Tirant, scélérat, bandit 3044. 

Tire, ordre \ en une t., dans la 
même situation 3o56. 

Tis, voy. Ton. 

Tolir, tollir, inf. 886, 904, pf. 
3 tolli 5780, 6241, 6' tolli- 
rent 3507, fut. 3 toudra, 
todra 363, 3193, 6040, sitbj. 
impf. 3 tolist 438, 6 tollis- 
sent 5148, pt. p. tolu 61 3, 
21 10, 2791, 3943, ôter, pren- 
dre. 

Ton, suj. m. tis 3267, 'o«. 

Toner,/tZzre tonner 656. 

Tonoire, tonnerre {4282 :-oire), 
537r. 

Tordre, pt. p. tors 6027. 

Torment, orage b52j. 

Torner, subj. pr. 3 tort 2428, 
chasser, faire fuir 32o, re- 
tourner 433 1, s'en aller 4870, 
se tourner i65g, 37i3, pren- 
dre certaine tournure 1206; 
t. a descpUne, asservir 1954; 
réjl.y s'en aller 146, 348, 541, 
546, 1091, 1545, 1782, 2i85, 
2428, 2983, etc. 

Tors, voy. Tordre. 

Tort, voy. Torner. 

Test, toust, tôt {: -et), vite 147, 
2i5, 735, 1018, 1039, ï53o, 
1698, 2161, 2234, 5452, etc. 

Tôt, tout, pi. suj. m. tuit, tut 
173, 209, 3o8, 309, 428, etc., ) 



tout; tote nuit, toute la nuit 
297, tote jor {formé d'après 
tote nuit) 3741, 6269; entiè- 
rement, tout à fait 254, 362, 
473, 766, 8o5, etc.; a t., 
avec 35 1, 1127; dou t., entiè- 
rement 48 j, 1206. 

Trabuchier, voy. Trebuchier. 

Traïn, cohue 5867, genre de 
vie, conduite 2 80 3. 

Traîne, marche 4228. 

Traire, inf. 988, 2979, 328 r, 
5509, ;7r. I trez 6326, 3 trait, 
tret, trest i38o, 1442, i52 3, 
1725, 2239, 2586, 270g, 2737, 
3490, 4547, etc. y 6 traient 
164, 1579, subj. pr. I traie 
2653, impér. 4 traions 421 5, 
pt. p. tret, trest 27, 1455, 
i5o9, 074, 161 1, 2776, etc., 
tirer [trans.), 27, 164, i38o, 
1442, 1455, i5o9, i523, 1574, 
161 r, 2239, etc., enlever 988, 
amener 3281, endurer 2979, 
lancer, tirer [intr.) 1 579, 5626; 
t. pie a soi, bouger 4547; 
t. a conseil, convoquer 34go; 
réfl., se retirer 1725, 4215. 
Voy. aussi Garant. 

Trait, tret, portée {d'une arme) 
3094, 3439, 4045. 

Traïtor, traite 2989, sm;. traître, 
traite, traites, pi. rég. traï- 
tors, suj. traïtor, traite 2901, 
traître 455,2385, 2401,2703, 
2732, 2768, 2837, 2852, 2997, 
3564, efc, déloyal 2854,35-^6, 
555r. 
Trametre, voy. Tresmetrc. 
Trapacer, voy. Trespasser. 



GLOSSAIRE 



373 



TravailUer, traveillier, travel- 
lier, tourmenter 1088, 4876, 
52 56, être tourmenté, souffrir 
iZ^^, se tourmenter 2^4e^\pt. 
p., tourmenté, triste 2084, 
Si-jD, fatigué 108, 3796, 3836. 

Traval, peine, fatigue 3912. 

Travers; a t. par, à travers 
1576; de t., de part en part 
2574. 

Traversain, qui est de traverse 
4760. 

Tré (: -é), tref,p/. ré g. trez (: -ez), 
très, tente 534, 687, 63g, 848, 
ioo5, 181 1, 2o36, 2089, 2i56, 
2529, etc. 

Trebuchier, trabuchier, ren- 
verser 328, 19 10, précipiter 
3946. 

Tref, voy. Tré. 

Tremetre, vqy. Tresmetre. 

Trenchier, mettre en pièces 
2606, traverser {la mer) 53 1 5, 
être coupé, déchiré 3464. 

Très, trez, dès, à partir de 5 1 58, 
sert à renforcer Vidée ex- 
primée par : dedevant 3448, 
delez 5972,devant2i63,3i8o, 
5973, en mi i366, i383, 2799, 
2858, 3455, ou mileu 4763, 
outre 489, par mi 167, 1161, 
1599, 4042, 4239. C/.Tresque. 

Tresbiau, d'une façon très élé- 
gante 929. 

Tresbien, très bien 261, 353, 
768, 995, io33, 1242, i525, 
2175, 2732, 2741, etc. 

Tresfier, très violent, féroce 
882. 

Tresfiner, s'arrêter 535. 



Tresgeté, Xvesghé, fabriqué avec 
art, orné 95, 2270, 4077. 

Tresgrant, très grand (6397), 
très nombreux iZZ-]. 

Tresliz,/, treslice 2345, tissu à 
mailles à triple fil. 

Tresmetrc, tremetre, trametre, 
envoyer 822, transporter 
4753, livrer 382. 

Trespas, trafic 5883. 

Trespasser, trespaser, trespa- 
cer, trapacer, traverser, pas- 
ser au delà ff e 1 68, 42 5 , 1 587, 
3756, 4040, transgresser, né- 
gliger 998, s en aller, dispa- 
raître 6377; pris substanti- 
vement, passage 2575, 26o3, 
2614. 

Tresque, trez que, tresqu', jus- 
que 535, 872, 1798, 1975, 
3442, 5o58, 5327, 5916, jus- 
qu'à ce que 2978. 

Tressuer, tresuer, transpirer, 
être en angoisse 1760, 3989, 
4125. 

Trest, vuy. Traire. 

Trestorné; ja ne (n'en) iert t., 
rien ne pourra m' empêcher 
de le faire 875, 1347, 2899, 
4268. 

Trestot,j7/. suj. m. trestuit,tres- 
tut, tout, entier 334, 392, 
418,457, 509, 721,1276, erc, 
au plur., tous 145, 200, 408, 
539, 901, 996, 1839, 2861, 
55 18, etc^'j trestote jor {formé 
d'après trestote nuit) 385 1; 
tout à fait, entièrement 3i5, 
663, 892, 1224, 1812, 233i, 
2828, 3274, 3541,6230, etc., 



374 



GLOSSAIRE 



même 266 1 ; del t., entièrement 

1905 ; par t., partout 3629, 

4094. 
Tret, voy. Traire, Trait. 
Treù, impôts tribut 462, i225, 

2129. 
Trez, voy. Traire, Tré, Très. 
Trichier; senz t., sûrement 

5207. 
Triez, derrière 6263. 
Trobler, devenir trouble 1737, 

1759, 5594. 
Trop, beaucoup, très 71, 93, 

288, 488, 728, 1019, 1021, 

1541, 2194, 2294, etc. 
Tropel, masse d'hommes 141 1. 
Troser, trouser, charger i65, 

534, 6093, mettre ensemble^ 

en paquet (3237), 433o. 
Trover, pr. 3 trueve 1970, 

4593, 6 truevent 3852, siibj. 

pr. 3 truist 46 11, composer 

5249. 
True, trêve 1177. 
Trueve, voy. Trover. 
Truist, voy. Trover. 
Tuen, tien 403 1 . 
Tuit, voy. Tôt. 
Tussir, tousser ^b26. 

Ui, voy. Hui. 

Uis, huis, porte 2162, 2259, 
2358, 4270, 4466, 45 1 5, 4593, 
4610. 

Umelierr^;?., être humble 711. 

Umilité, voy. Humeleté. 

Un, quelqu'un 4526. 

User, faire usage de 681, pei- 
ner^ tourmenter 5749. 



Vadra, voy. Valoir. 

Vaer, voy. Veer, Veoir. 

Vailance, qualité, vertu 265. 

Vaillant, voy. Valoir. 

Vaillet, voy. Valet. 

Vain, faible^ abattu 5676, pâle 
1901. 

Vaincu, /af/gMé 3760. 

Vair, ver, var, de couleur chan- 
geante, brillant [en parlant 
desyeux) 60, 227, 968, 2286, 
tacheté, gris pommelé [en par- 
lant d'un cheval) 1244, 181 3. 

Val, vaul 992, vallée; a v., en 
bas 790, 1726, 1918, 2977, 
4568, au milieu de 1196; a 
V. par 1622, a v. par mi 65i, 
1634, 2 552, au milieu de; con- 
tre V., en bas, à terre 1457, 
tout le long de 990, à travers 
1879; encontre v.,le long de 
141 5. Voy. aussi Mont. 

Valisant, valesant, ce qui a la 
valeur de 2124, 2134. Cf. 
Valoir. 

Valet, vallet, vaillet, jeune 
homme 919,974, 1149, ii54, 
1157, 1466, 1610, 1703, i8i3, 
2 191, etc. 

Valoir, fut. 3 vadra 4122, subj. 
impf. 3 vausist 181 , servir {à) 
4122, 4665, 5904 ; pt. pr. vail- 
lant, robuste 5 145, puissant 
[en parlant d'une ville) 204, 
629, ce qui vaut, ce qui a la 
valeur de 2ig, 346, i36i,235i 
[cf. Valisant), valeur 2014. 

Vaoir, voy. Veoir. 

Var, voy. Vair. 



GLOSSAIRE 



375 



Vaselage, vaselaige, qualité de 
guerrier intrépide 33 19, vail- 
lance 2484. 

Vassal, vasal, vasaul, guerrier 
intrépide ii85, i323, 1679, 
1684,1704, 1821,2065,2148, 
2173, 2864, etc., vaillant, 
courageux igSS, 353o. 

Vaucel, vallon i383. 

Vaudroie, voy. Voloir. 

Vaul, voy. Val. 

Vausist, voy. Valoir. 

Vavasor, petit vassal, noble de 
rang inférieur 911, 1 041 . 

Veer, vaer, interdire, défendre 
4037, 6295, refuser 2747, 
4263, 4340. 

Veez, voy. Veoir. 

Vêlé, couvert d'un voile 5646. 

Veneor, chasseur 4163, 4321, 
6268. 

Venir, pf. 2 venis 21 11, 4 ve- 
nimes 21 16, 21 23, 352 1,3533, 
5 venistes 3909, 61 16, 6 vin- 
drent i235, 1926, 6008, 6o38, 
6402, fut. 2 vendras, venras 
5888, 5889, 3 venra 332, 5 
vendrez, venrez 2748,(5132), 
cond. 3 vendroit 2084, 23 16, 
subj. pr. 3 viegne, viengne, 
veigne, vienge 395, ioo5, 
223o, 5892, 5914, 6121, 6i54, 
5 vengiez, viengiez, vingiez 
1069, 3317,4942, 6 viengent, 
vingent 3268, 3465, 62o5, 
impf. 3 venist 2066, 4493, 
45 II, recourir 809, avec 
miaus, convenir 4493; v. 
avant, avancer 3268; v. bien 
{impers.), avoir bonne chance 



4908; réfl., venir 223o, 5914; 
bien venu, heureux 5578. 
Voy. aussi Gré, Mi . 

Ventaille, partie du haubert qui 
se relevait devant le visage 
i382, 1726. 

Venteler, flotter au vent, volti- 
ger 432. 

Venter, flotter au vent 43 1, 
souffler 5045, 5o54, 5488. 

Ventraille, ventre, entrailles 
i366. 

Veoir, vaoir 3261, vaer 1228, 
1243 , 1406 , 2439 , 3046 , 
4662, 5196, 5688,5744, 5947, 
etc., pr. 4 veez 523 1, 6286, 
subj. impj. 5 voïsiez 1629, 
imper. 4 veez 2363, 2656, 
5679, voir; pt. pr. voiant, en 
présence de 2437. Cf. Vez. 

Ver, voy. Vair. 

Verdier, verdoyer 1460, 3408. 

Vergié, rayé, cannelé iio3. 

Vergoignier, déshonorer, cou- 
vrir de honte 1093. 

Vergonder, déshonorer loSg, 
2645, 2769. 

Vérité, verte 5706, vérité; de 
v., en vérité 762, i326, 2495, 
2894, 4586,4397,4671,5078, 
6126, 6354, etc., qui est vrai 
27 ; par v., en vérité 2071 . 

Vermeil , vermel , vermoel , 
7'0i/o'e4i28, 4350, 52i3, 5840, 
638i ; * étoffe rouge (?) 4194- 

Verne, vergne (588). 

Vers, con'ire 497, 682, 81 3, 
1012, 1218, i3oi, i382, etc., 
à l'égard de, envers 288, 
2417, 5779, en comparaison 



Syô 



GLOSSAIRE 



de 1543, 235 1. Voy. aussi En- 
tendre. 

Verser, renverser, faire tomber 
^799» 2789, tomber 1742, 
4454,5433. 

Verte, voy. Vérité. 

Vertu, puissance, force 81 3, 
3941, 3952, {au plur.) i5o2, 
valeur 2571, 2573, {au plur.) 
1703, 3781, miracle 3 181, 
3762, 3769, 4089, 5747; av., 
avec force (608); de v., avec 
force 2583. 

Vespre, office du soir 5765. 

Vespree, soirée, soir 5694; la 
V., ce soir-là 4958. Cf. Aves- 
pree. 

Vesquist, voy. Vivre. 

Vesteûre, vêtement, habillement 
490, 492. 

Vestïr, fut. 3 vestera bbjy, pt. 
p. vesti (: e) 1423, 2137 {cf. 
vestu 5762), vêtir. 

Vet, voy. Aler. 

Vez, voyei 3o65. Cf. Veoir. 

Vezié (: -ié), prudent, rusé 5281, 
5288. 

Viaire, visage 5^g3, 5663, 59o3, 
(5914). 

Viande, provisions de bouche 
32o3, 3328, 

Viaus, viauz, vieux j3, lob, 
I 198, i3o9, 1430. 

Viaus, voy. Voloir. 

Viegne, voy. Venir. 

Vieller, jouer de la vielle 3o54. 

Viez, vieux 1460, 3234, {comme 
fém.) 785, 3853. 

Vif, allumé {en parlant du char- 
bon 4737. Voy. Poesté. 



Vilain, roturier 4765, simple 
6145. 

V\\\.2incQ, punition 5836. 

Vindrent, voy. Venir. 

Vingent, voy. Venir. 

Virge, vierge 5657, 5700, 5701. 

Vis (: -is), viz, visage 60, 282, 
2102, 2256, 2412,3288, 33io, 
4o38, 4242, 4344, etc. ; v. 
est, il semble 4281, 4289, 
4728, 4755, 6173. 

Vitaille, vivres, provisions de 
bouche 519, 537, 2049, 2062, 
2657,3x50,3284,3333,3839. 

Vitoire, victoire 376. 

Vivre, subj. impf. 3 vesquist 
2894; j7f. pr. vivant, vie 2001, 
4183, 5i6o, 5162. 

Voer réf., faire vœu d'aller {à) 
6097. 

Voiant, voy. Veoir. 

Voidier, vuidier, vucdier, vider 
1091, II 79, 6200, quitter 
3463, 4786. 

Voie; aler a maie v., aller à sa 
perte 3o3. Voy. Acoillir. 

Voil, vuel, voile {d'une reli- 
gieuse) 5578, 56o3, 6176, 
638o. 

Voir, vrai, véritable 20, 586, 
607, 822, 3019, 3948, 4712, 
4965, 5363, vérité 3538, 6276, 
6299, 63oi, 6307; de V. 2726, 
por V. 6266, tôt V. 3263, en 
vérité; si voir con, aussi 
vrai que 1242, 3o43, 4061. 

Voire, voires, certainement, en 
vérité 20, ii5o, 2077, 5678, 

5877. 
Voirement, voircmant, réelle- 



GLOSSAIRE 



377 



ment, en vérité 179, 216, 5149; 
si V. que 6444, 5453, si v. con 
4694, 5698, tôt isi V. con 
5o85, aussi vrai que. 

Voïsiez, voy. Veoir. 

Voist, voit, voy. Aler. 

Volenté, voulenté, volonté i334, 
ce qu'on désire, ce qu'on veut 
2042, 2o85, 2654, 3496, 35oi, 
35 1 5, {au plur.) io25, 2i5o, 
2938, 2959, 4424; a sa V., 
selon son bon plaisir 5i, 362, 
767, 2903, 6386; de bonne v. 
58i8, par bones volentez 
5667, volontiers. 

Volenterif, empressé, désireux 
6179. 

Volentiers, volontiers 459, 756, 
2040, 2320, 2374, 5148, 5998, 
6388, à Vamiable, de bon gré 
2929. 

Voler réfl., être projeté en 
Vair 844. 

Voloir, pr. i vuel, viaus 338, 
342, 343, 389, 1008, i5o5, 
1559, 2021, 3067, 2 viaus 
3o22, 3 viaut 289, 334, 345, 



414, 427, 723, 759, 1542, 
1728, etc., pf. I vous 6292, 
(6322), 3 voust, vost, vout, 
vot 81, 211, 277, 674, 687, 
1290, 1292, i3o6, 1610, 2235, 
etc., 4 vosimes 35oi, 5 vosis- 
tes 3944, 4057, 6 voudrent 
vodrent 3236, 3526, 53o2, 
cond. I vaudroie 4106, 3 
voroit 404, subj. pr. 3 vuele 
4263, 5 vueliez436i, impf. i 
vousise, vosise 4235, 4768, 
6240, 3 vousist, vosist 293, 
438, 902, 1799, 2i85, 3445, 
3459, 4376, 4470, 5172, vou- 
loir; explétif devant un inf. 
674, 687, 3442, 4334, etc. ; 
pris substantivement, volonté, 
plaisir 612, 8269, 365o, 5354. 

Votiz, /. voticc (: -ice) 221 3, 
2343, voûté. 

Voulenté, voy. Volenté. 

Voûte ; a v., voîité 279. 

Voutif, /. voutie 4298, voûté. 

Voutrer réjl., se vautrer 3774. 

Vuel, voy. Voil, Voloir. 

Vuidier, voy. Voidier. 




CORRECTIONS 



V. 3j2 : lise^ : vérité. — V. 555 : liseï plutôt mesnie [= mes- 
niee] et corriges[ en conséquence au Glossaire. — V. 840^ note : 
lise:{ : la fra etc. — V. i i6j : mette:{ un point à la fin du vers. — 
V. 14^0 : mette:(^ un point à la fin du vers. — V. 20 ji : lise:^ : 
vérité. — V. 2675 ^ note : lise^ : Cent cheualer. — V. 27 6g : lise^ : 
vergondez. — V. 2gg2 : lise:(: Qu'il n'i. — V. 3o38 : mette^ une 
virgule à la fin du vers. — V. 33o2 : mette:{ un point à la fin du 
vers. — V. 358 1 : mette^ un point à la fin du vers. — V. 3835 : 
mettes des guillemets au commencement du vers. — V. 3841, 
note : corrige^ le numéro. — V. 445 j : ejface\ la virgule après 
visage. — V. 4665 : lise^ : Ne. — V. 5332 : lise:{ Mués et corri- 
ge:{ en conséquence au Glossaire. ~ V. 5y33^ note : la variante 
est dans M. 

Notes critiques. Vers i3o8-g : ajoute^ : On pourrait corriger 
le premier hémistiche du v. i3o8 en mettant : Ore l'i aiut {ait) 
Deus. — V. 2 656 : lise:^ : nauios. 

Glossaire. A : efface:^^ sous a terre, les numéros i368, i5oj, 
i5yi, 1602, ijgg et 2246. — Ainz (i) : ajoute:^ après la seconde 
ligne : bien au contraire 4089, 4966, 63 10, av<tnt [prép.) 475, 977, 
1164, 1432, 5i2i, 5164, 5257, 5694, 5971. — Ajoute^ entre 
Bliaut et Boceré : Bloi, blond 969, 2287, 6355. — Ajoute:{ entre 
Branc ef Braon : Brandon, lumière, clarté 234, 1268. — C : 



38o 



CORRECTIONS 



ajoute^ à la fin : Si. — Ce (2) : ajoute^ à la fin : Si. — Ajoute:^ 
entre Certain et Ces : Certes; a c, sûrement 4445. — Ajoute:^ 
entre Druerie et Duel : Duchoise, duchesse 4363. — Estraier (1) : 
ce mot est probablement à ranger sous Estraier (2). Voy. W. 
Foerster, Zeitschr. fur rom. Phil., XXXI, 608. — Gemais : 
ajoute\:]Qmhs^ jamais 1744. 






0^^ 


1 IJg^^afc^^gf^^H^gg,^::^^'?:^ ^»s><^g^»?«eg 


^^^^^^ 



TABLE DES, MATIÈRES 



La Chanson de Florence de Rome i 

Notes critiques 265 

Glossaire 295 

Corrections 3yg 




Publications de la Société des Anciens Textes Français 
[En vente à la librairie Firmin-Didot et G»*, 56, rue 
Jacob, à Paris.) 



Bulletin de la Société des Anciens Textes Français (années iSyS à 1906). 
N'est vendu qu'aux membres de la Socie'té au prix de 3 fr. par année, en 
papier de Hollande, et de 6 fr. en papier Whatraan. 

Chansons françaises du xv« siècle publie'es d'après le manuscrit de la Biblio- 
thèque nationale de Paris par Gaston Paris, et accompagne'es de la musi- 
que transcrite en notation moderne par Auguste Gevaert (1875). Epuisé. 

Les plus anciens Monuments de la langue française (ix«, x" siècles) pu- 
bliés par Gaston Paris. Album de neuf planchés exécutées par la photo- 
gravure (1873) 3o fr. 

Brun de la Montaigne, roman d'aventure publié pour la première fois, d'a- 
près le manuscrit unique de Paris, par Paul Meyer (1075) 3 fr. 

Miracles de Nostre Dame par personnages publiés d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par Gaston Paris et Ulysse Robert; texte com- 
plet t. I à VII (1876, 1877, 1878, 1879, 1880, 1881, i883), le vol. . 10 fr. 

Le t. VIII, dû à M, François Bonnardot, comprend le vocabulaire, la 
table des noms et celle des citations bibliques (1893) i5 fr. 

Guillaume de Palerne publié d'après le manuscrit de la bibliothèque de l'Ar- 
senal à Paris, par Henri Michelant (1876) 10 fr. 

Deux Rédactions du Roman des Sept Sages de ,Rome publiées par Gaston 

Paris (1876) (Epuisé sur papier ordinaire). 

L'ouvrage sur papier Wathman 16 fr. 

Aiol, chanson de geste publiée d'après le manuscrit unique de Paris par 

Jacques Normand et Gaston Raynaud (1877). Epuisé sur papier ordinaire. 

L'ouvrage sur papier Whatman 24 fr. 

Le Débat des Hérauts de France et d'Angleterre, suivi de The Debate be- 
tween theHeralds ofEngland and France, byio\\n Coke, édition commen- 
cée par L. Pannier et achevée par Paul Meyer (1877) 10 fr. 

Œuvres complètes d'Eustache Deschamps publiées d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par le marquis de Queux de Saint-Hilaire, 
t. I à VI, et par Gaston Raynaud, t. VII à XI (1878, 1880, 1882, 1884, 
1887, 1889, 1891, 1893, 1894, 1901, 1903), ouvrage terminé, le vol. 12 fr. 

Le saint Voyage de Jherusalem du seigneur d'Anglure publié par François 
Bonnardot et Auguste Longnon (1878) 10 fr. 

Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468) publiée avec notes et pièces 
diverses par Siméon Luge, t. I et II (1879, i883), le vol 12 fr. 

Elie de Saint-Gille, chanson de geste publiée avec introduction, glossaire 
et index, par Gaston Raynaud, accompagnée de la rédaction norvégienne 
traduite par Eugène Koelbing (1879) 8 fr. 

Daurel et Béton, chanson de geste provençale publiée*pour la première fois 
d'après le manuscrit unique appartenant à M. F. Didot par Paul Meyer 
(1880) 8 fr. 

La Vie de saint Gilles, par Guillaume de Berneville, poème du xii» siècle 
publié d'après le manuscrit unique de Florence par Gaston Paris et 
Alphonse Bos (1881) 10 fr. 



L'Amant rendu cordelîer à l'observance d'amour, poème attribué à Martial 
d'AuvERGNE, publié d'après les mss. et les anciennes éditions par A. de 

MONTAIGLON (1881) 10 fr. 

Raoul de Cambrai, chanson de geste publiée par Paul Meyer et Auguste 
LoNGNON (1882) i5 fr. 

Le Dit de la Panthère d'Amours, par Nicole de Margival, poème du xiii" siè- 
cle publié par Henry A. Todd (i883) 6 fr. 

Les Œuvres poétiques de Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir, publiées par 

H. SucHiER, t. I et II (1884-85) 25 Ir. 

Le premier volume ne se vend pas séparément ; le second volume seul 1 5 fr. 

La Mort Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par J. Gouraye 
DU Parc (1884) 10 fr. 

Trois Versions rimées de l'Évangile de Nicodème publiées par G. Paris et 
A. Bos (i885) 8 fr. 

Fragments d'une Vie de saint Thomas de Cantorbéry publiés pour la première 
fois d'après les feuillets appartenant à la collection Goethals Vercruysse, 
avec fac-similé en héliogravure de l'original, par Paul Meyer (i885). 10 fr. 

Œuvres poétiques de Christine de Pisan publiées par Maurice Roy, 1. 1, II et 
III (1886, 1B91, 1896), le vol 10 fr. 

Merlin, roman en prose du xiii« siècle publié d'après le ms, appartenant à 
M. A. Huth, par G. Paris et J, Ulrich, t. I et II (1886) 20 fr. 

Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par Louis Demaison, t. I et 
"II (1887) 20 fr. 

Le Mystère de saint Bernard de Menthon publié d'après le ms. unique appar- 
tenant àM. le comte de Menthon par A. Lecoy delà Marche (1888). 8 fr. 

Les quatre Ages de l'homme, traité moral de Philippe de Navarre, publié 
par Marcel de Fréville (1888) 7 fr. 

Le Couronnement de Louis, chanson de geste publiée par E. Langlois, 

(1888). Epuisé sur papier ordinaire. 

L'ouvrage sur papier Whatman 3o fr. 

Les Contes moralises de Nicole Bo\on publiés par Miss L. Toulmin Smith 
et M. Paul Meyer (1889) i5 fr. 

Rondeaux et autres Poésies du XV' siècle publiés d'après le manuscrit de la 
Bibliothèque nationale, par Gaston Raynaud (1889) 8 fr. 

Le Roman de Thèbes, édition critique d'après tous les manuscrits connus, 

par Léopold Constans, t. I et II (1890) 3o fr. 

Ces deux volumes ne se vendent pas séparément. 

Le Chansonnier français de Saint-Germain-des-Prés (Bibl. nat. fr. 2oo5o), 
reproduction photo'typique avec transcription, par Paul Meyer et Gaston 
Raynaud, t. I (1892) 40 fr. 

Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole publié d'après le manuscrit 
du Vatican par G. Servois (iSgB) 10 fr. 

LEscoufle, roman d'aventure, publié pour la première fois d'après le manus- 
crit unique de l'Arsenal, par H. Michelant et P. Meyer (1894). . i5 fr. 

Guillaume de la Barre, roman d'aventures, par Arnaut Vidal de Castel- 
naudari, publié par Paul Meyer (1893) 10 fr. 

Meliador, par Jean Froissart, publié par A. Longnon, t. I, II et III 
(1 895-1899), le vol 10 fr. 

La Prise de Cordres et de Sebille, chanson de geste publiée, d'après le 
ms. unique de la Bibliothèque nationale, par Ovide Densusianu 
(1896) 10 tr. 

Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, prieur de Bucy, publiées par 
Arthur Piaget et Emile Picot, t. I et II (1896, 1899), le vo- 
lume 10 fr. 

Lt'Art de Chevalerie, traduction du De rc militari de Végèce par .Ti-.an de 
Meun, publié, avec une étude sur cette traduction et sur Li Abrejance de 
l'Ordre de Chevalerie de Jean Priorat, par Ulysse Robert (1897). 10 fr. 



Li Abrejance de l'Ordre de Chevalerie, mise en vers de la traduction de 
Végèce par Jean de Meun, par Jean Priorat de Besancon, publie'e avec 
un glossaire par Ulysse Robert (1897) '. 10 fr. 

La Chirurgie de Maître Henri de Mondeville, traduction contemporaine 
de l'auteur, publiée d'après le ms. unique de la Bibliothèque nationale 
par le Docteur A. Bos, t. I et II (1897, 1898) 20 fr. 

Les Narbonnais, chanson de geste publie'e pour la première fois par Her- 
raann Suchier, t. I et II (1898) 20 fr. 

Orson de Beauvais, chanson de geste du xii" siècle publie'e d'après le ma- 
nuscrit unique de Cheltenham par Gaston Paris. (1899) 10 fr. 

L'Apocalypse en français au Xllh siècle (Bibl. nat. fr. 4o3), publie'e par 

L. Delisle et P. Meyer. Reproduction phototypique (1900) 40 fr. 

— Texte et introduction ( 1 90 1^) 1 5 fr . 

Les Chansons de Gace Bridé, publiées par G. Huet (1902) 10 fr. 

Le Roman de 1 ristan, par Thomas, poème du xii» siècle publié par Joseph 
BÉDiER, t. I et II C1902-1905), le vol 12 tr. 

Recueil général des Sotties, publié par Ém. Picot, t. I et 11(1902, 1904), 
le vol 10 fr. 

Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Lôseth (\go3)... 10 fr. 

Le Roman de Tristan, par Béroul et un anonyme, poème du xii» siècle, 
publié par Ernest Muret (igoS) 10 fr. 

Maistre Pierre Pathelin hystorié, reproduction en fac-similé de l'édition 
imprimée vers i5oo par Marion de Malaunoy, veuve de Pierre Le Caron 
( 1 904) 6 fr. 

Le Roman de Troie, par Benoit de Sainte-Maure, publié d'après tous les 
manuscrits connus, par L. Constans, t. I, II et III (1904, "1906, 1907), 
le volume ^ . . . 1 5 fr. 

Les Vers de la Mort, par Hélinant, moine de Froidmont, publiés d'après tous 
les manuscrits connus, par Fr. Wulff et Em. Walberg (igoS) 6 fr. 

Les Cent Ballades, poème du xiv» siècle, publié avec deux reproductions 
phototypiques, par Gaston Raynaud (i9o5) to fr. 

Le Montage Guillaume, chanson de geste du xii« siècle, publiée par W. 
Cloetta, t. I (1906) i5 fr. 

Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du xiii» siècle, 
publiée par A. Wallenskôld, t. II (1907) 12 fr. 

Le Mistère du Viel Testament, publié avec introduction, notes et glossaire, 
par le baron James de Rothschild, t. I-VI (1878-1891), ouvrage terminé, 

le vol 10 fr. 

(Ouvrage imprimé aux frais du baron James de Rothschild et offert aux 

membres de la Société.) 

Tous ces ouvrages sont in-8», excepté Les plus anciens Monuments de la 
langue française et la reproduction de ï Apocalypse, qui sont grand in-folio. 

Il a été fait de chaque ouvrage un tirage à petit nombre sur papier NVhat- 
man. Le prix des exemplaires sur ce papier est double de celui des exemplaires 
en papier ordinaire. 

Les membres de la Société ont droit à une remise de 25 p. 100 sur tous 
les prix indiqués ci-dessus. 

La Société des Anciens Textes français a obtenu pour ses pu^ 
blications le prix Archon-Despérouse^ à VAfadémie française, en 
1882, et le prix La Grange, à l'Académie des Inscriptions et 
Belles-Lettres, en i883, i8g5 et igoi. 



Le Fuy, imp. R. Marchessou. — Peyriller, Rouchon et Gamoii, successeurs. 



BINDING SECT. JAN 8 198^ 




^ 



I 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 



UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



I 




Florence de Rome, chanson 
d'aventure 



t.2 



Vi.t.,AA*i>l.n&tiS: