(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Glossaire génevois; ou, Recueil étymologique des termes dont se compose le dialecte de Geneve, avec les principales locutions défectueuses en usage dans cette ville"




', "^M». 



ft»r ', 



^%-A 



Äl% 






hL;;.^. 



'X^-i'^-^rs) 



GLOSSAIRE 



GENEVOIS. 



*•» IMPTIIMEBIE <W«« 
DE I'. A. BOXNANT. 






LOSSAIRE 

GENEVOIS, 



ou 

RECUEIL ETYMOLOGIQUE 

DES TERMES 

DONT SE COJVIPOSE LE DIALECTE DE GENEVE, 

AVEC 

LES PRINCIPALES LOCUTIONS DEFECTUEUSES 

EN USAGE DANS CETTE VILLE. 



Oc)eLixieiu6 c^Dttior) . 

CORRIGEE ET CONSIDERABI.EMENT AUGMENTEE. 




GENEVE, 

BARBEZAT ET DELARUE, LIBRAIRES, 

RUE DU RHONE, N.» I77. ^ 

PARIS, 

iVUE DES GRANDS AUGUSTllSS , N." 18, 
1827. 




3147 






,V\ »'%'% ■VV\»r\ %'^ ^t \^\ » •V\ ^, V\1;\/» »A^»i W« WV\,\ ^'^Ik'lr V».-». VV VV\'\V%''«'W'»(W 



PRELIMINAIRE 



lliTRE utile ä celte classe iiombreuse de Genevois 
que leur vocation n'a point appeles ä des Stades ; 
offrir aux gens instruits quelques observations sur 
les origines de notre dialecte populalre , tel est le 
double but que nous avons cru devoir nous proposer 
en publiant ce recueil. 

Un ecrivain qui est a la fols boii litterateur et sa- 
vaut du premier ordre, a dit cu parlant de Geiieve: 
cc La purete de la langue IVanfraise ue devrait etre 
nulie part plus religieusement conscrvec qne daus 
une ville qui a eu la gloiic de iiiofUiire iin de nos 



viit DISGOUPvS 

plus grands auteurs , et qui öftre encore aujourd'hui 
une r^union rare de savans et de gens de lettres dis- 
tingues par leurs lumleres et par leurs talens * . » 

Maintenant que notre patrie redevient le s^jour 
favori d'un grand nombre d'etrangers de distinctlon, 
et que l'Europe semble lui accorder le beau titre 
dAthenes de la Confederation , ii'est-il pas , plus que 
jamais , essentiel d'insister sur cette purete qu'on 
nous recommande? 

Cependant, si nos ecrits ainsi que iios discours 
soutenus , doivent ötre eminemment fran9ais , nous 
ne pretendons point engager nos compatriotes ä 
bannir entierement de la conversation familiere nos 
expressions locales, et ä se tenir, comme certaines 
personnes, roidement sur le qui-vive, pour ne laisser 
echapper aucun terme genevois , aucune locution 
nationale; non,loin de nous toute idee de pddan- 
ierie ! nous ne voulons point qu'on parle , comme 
dit La Bru) ere , propremenf et ennuyeusemcni. 



I M. lUot, Mcrcurc de Frame , mars 1809. 



PRELIMINAIRE. ix 

Nütre idionie n'est pas depourvu d'energie ; il reii- 
ferme des expressions pleines d'harmonie imitative, 
des termes sans equivalens dans la langue fran^aise, 
et riombre de verbes qii'il faudrait remplacer par 
des periphrases. Cette langue usuelle , enfin, nous 
la teiions de nos peres; durant vingt annees eile a 
contribue a rappeler a. notre souveiiir que nous 
avions ete uii peuple independant, et que nous 
pouvions le redevenir un jour; de tels titres doivent 
suffire pour nous la rendre precieuse. Ce recueil 
sera donc , tout ä la fois , un conservateur de notre 
langage , s'il nous est permls de parier ainsi , et 
un guide qui pourra nous faire eviter des fautes , 
lorsque nous voudrons nous exprimer en bon fran- 
cais. Un Genevois, en faisant usage des termes de 
son dialecte, sera toujours compris a. Geneve, mais 
le sera-t-il suffisamment dans un pays etranger , et 
surtout en France , oii nous voyageons si souvent , 
et ne courra-t-il point le risque de faire rire ä ses 
depens? risque, aux yeux de beaucoup de gens , 
jjien plus grand encore que celui de n'ötre pas en- 
tendu ' . 

1 11 n'est pas surprenant de voir rire un^Franrais qui, pour 



X DISCOURS 

Nüus devous avouer aussi que iious n'avons poiiil 
ete indifferent ä l'idee de la petite jouissance que 
noLis pourrions prociirer a ceax de nos compatriotes 
qui sont eloignes de leius foyers; car nous suppo- 
sons qne notre vocabulaire produira sur eux k peu 
pres l'effel dune vue fidele de Geneve et de ses en- 
virons. Unnegociant , fixe pendant plusieurs annees 
dans une ville etrangere, nous a assure qu'il se fai- 
sait adresser chaque mois un recueil de nos Feuillcs 
d Avis y uniquement pour avoir le plaisir d'y retrou- 
ver ces termes et ces tours propres a notre idiome , 



la premiöre fois , enlend ajoutei ä sa langue un lerme dont 
seil oreille csl etonm-e; iiiais pourquoi les Genevois instruils 
rient-ils toujours lorsqu'on repete devant eux dos idiotismes 
qui leur sont famiÜcrs ? Le passage suivant du discours de 
Hobbcssur la natura liuniaine expliquera peut-etre celtc pelile 
singularitr « La passlon qui excite ä rire n'est au Ire cliose 
qu'unc vaine gloire, ibndee sur la conception subile de quel- 
quc cxccllence qui sc Irouvo eti nous , par oj)posilion ä l'in- 
firmite des autrcs, ou a cclic quo nous avoiis eue aulre- 
fois. » C'cst le nienie scnlimcnt qui nous cguie quand nous 
(iilrndons parier un begue , ou quo nous voyons tlianceler 
un liommc pris de vin. 



PRELIMINAIRE. xi 

que les Petites affiches genevoises iious oflreni. si 
trequemment. 

Si dans chaque province de la France, et meme 
dans les difterens caittons de la Suisse fran9aise , il 
se trouvait quelque amateur de philologie qui voultit 
bien s'occuper de recherches semblables aux nötres , 
et les publier, il en resulterait des comparaisoiis dont 
le fruit ne serait pas doiiteux. On verrait, par exem- 
ple, qu'un grand nombre de mots ronians se sont 
conscrves dans presque tous les dialectes franfais , 
et que la plupart de ces mots , par leur caractere ex- 
pressif, aussi bien que par leur droit d'anciennete , 
ne seraient pas indignes d'etre indiques ä l'Acade- 
mie, aupres de laquelle on pourrait, a cet egard, 
s'appuyer dune autorite bien respectable , celle de 
Fenelon , qui a dit quelque part : « Je voudrais au- 
toriser tout terme qui nous manque , et qui a un 
son doux , Sans danger d'equivoque * . 

1 Reße-Tions sitr la Rhcicriquc , § III. Ajoutons icl un mot 
assez expressif du comtc de Maislrc, auteur des Soirees de 
St. Petersbourg: « Le genie de cliaque langue se meut comme 
un animal, pour trouver de tout cofe ce qui lui convient. » 



XII DISCOURS 

Dans Uli discoiirs iiititule De lauiorite de lusage 
sur la langiie , Marmontel fait des phrases , et m^me 
des vers , oü une grande partie de ces vieux mots 
se trouvent enchässes tres-heureusement. Un des 
auditeurs de ce discours, lu en 1786 ä rAcademie 
frangalse , fut tellement charm^ de leureffet, quil 
s'ecria : a En verite, je crois assister ä une conquete ! » 
L'auteur de l'Archeologie fran^aise insiste aussipour 
qu'on restitue a la langue nombre d'excellens termes 
tombes en desuetude , tels sont : assavourer , donner 
de la saveur; desaimer ^ cesser d'aimer; devouloir ^ 
cesser de vouloir ; decouronner , deprisonner , desa- 
noblir ; advertance , puisque nous avons inadver- 
taiice ; biendlsance , puisque nous avons medisance ; 
equanimite ^ puisque longanimite est en usage; desa- 
i'cnant ^ puisqu'on se sert d'avenant , et enfin , silier 
contraire de dessiller , qui seul estreste dans nos dic- 
tionnaires. 

Et vous n'espousez rien qu'une venteuse nue, 
Qui brouille nos espris et sillc nolre vue. 

(Thom. DE CoURVAl-, l6'2'2. ) 

lU'trangele^ la soudainete^ Xincuriosilc de Montaigne, 
sonl aussi Ires-souvent reclamces. Cil (pour cclui ) , 



PRELIMINAIRE. xiii 

dit LaBruyere, a ete daiis ses beaiix jours, un des 
plus jolis mots de la langue franr;aise ; il est doulou- 
leux poiir les poetes qu'il ait vieilli. 

Souloir serait plus bret" que etre accoutume , et 
ramenievoir^ que faire ressouvenir. Fallacieux ^ que 
l'Academie dit etre suranne , est employ^ avec beau- 
coup de succes par Bossuet et par Corneille. Voltaire 
demande le rajeunissement de plusieurs expressions 
de ce dernier ecrivain qui sont passees de mode : 
heur^ exorable^ placablc^ se rcbellei., etc. Notre lan- 
gue , dit-il , n'est pas assez riebe pour bannir tant de 
termes dont ce grand poete s'est heureusement 
servi. 

On retrouvera dans ce Glossaire le vieux mot fran- 
f ais sade^ contraire de maussade , que nous pronon- 
90ns schade; et cet adjectif", qui etait encore en usage 
du temps de Regnier, nous parait tres-regrettable. 
Nous en dirons autant de s'assagir^ devenir sage'; 

1 J'estudiay jeune poui rostentalion ; depuis, un peii pour 

VI 'assagir. 

(Montaigne, Essais , liv. III , eh. III. ) 



XIV DISCOURS 

A'apoltronir^ rendre poltron; A'orphanite^ etat de l'or- 
phelin; Ac jmenil^ qui appartient ä la jeunesse; et 
de mille autres expressions que sans motif valable , 
comme d?t Charles Pougens, oii a mises hors laloi. 

NoLis nous garderons bieii de repeter avec P. H. 
Maltet* qu'apres les medecins et les theologiens, les 
etymologistes sont de tous les savans ceux qui s'ac- 
cordent le plus difficilement entre eux; mais nous 
croyons pouvoir affirmer que la plupart des auteurs 
qui se sont oceupes d'origines lTan(paises,ont souvent 
eloigne la confiance du lecteur par des opinionsplus 
ridicules que specieuses ; un helleniste ne voit que 
racines grecques; tout est gaulois pour un membre 
de rAcadeniie celtique. Quant aux partisans exclu- 
sifs de la langue latine , ce sont eux qui , ä l'exemple 
des Menage et des Huet, ont commis le plus de 
bevues dans leurs investigations ; et , entre plu- 
sieurs exemples plaisans qu'on en peut citer, nous 
choisirons le suivant qui tient ä nos contrecs. Vers 
le milioii du si«»cle passe, un docteur de Sorbonne, 



I Journal de Cenne , avril 1789. 



PRELIMINAIRE. xv 

grand latiniste, viiit ä Geneve, et de \h , partit poui: 
les glaciers de Savoie , montagnes dont Pockoke et 
Windham venaient de frayer le chemln. Des ses 
Premiers pas, le iioin du viilage de Veiraz le frappa, 
et il ecrivit sur son album : Vetraz , de velera cas- 
ira : uiie forteresse romaine doit avoir existe dans 
ces lieux. Arrive ä Chamouny , ilajouta : Chamoiiny, 
de campus munifus , camp fortifie .... et notre savant 
allait faire uiie tres-belle dissertation sur cette ori- 
gine , lorsqu'il fut arrete tout court par Ic eure de 
l'endroit, qui certifia que Chan moüni ^ signifiaiit eii 
patuis champ du meuuier, le nom de ce bourg n'a- 
vait pas d'autre etymologie, et que les prcmieres 
maisons en avaieut eftectivement ete bäties sur la 
possessio!! d'uii meunier. L'origiue du pasteur sa- 
voyard valait bien celle du docteur de Sorbonne '. 
11 est vrai de dire que dans les recherches de cette 
nature , l'entrainement est quelquefois irresistible ; 
et nous-meme qui contons cette bt^vue , ne nous en 
sommes-nous peut-^tre pas toujours assez bien de- 



1 Ccttc anecdote se U'ouve consignee dans ]e Journal hcke- 
tique , de juin 1743. 



XVI DISCOURS 

fendu;'inais euftu, noiis ne preseiitons nos etymo- 
logies que comme de simples conjectures offertes ä 
la meditation de philologues plus habiles que nous, 
Conjecture , nom chera la sagesse, dit quelque part 
im ecrivain qiii en avait liii-meme beaiicoup. 

II sera facile de se reiidre raison du petit nombre 
d'origines qui iious viennent du grec, en reflechis- 
sant que la langue d'Homere, ainsi que M. Elie Ber- 
trand * le fait observer , fut connue en Helvetie du 
temps des Romains, epoque oü les Grands et les 
gens de lettres en faisaient un frequent usage; d'ail- 
leurs , quelques familles desPhoceensetablis en Pro- 
vence; quelques -uns de ces Doriens qui setaient 
fixes en Illyrie, ont pu etendre leurs excursions jus- 
qu'aux rives du Leman , s'^tre domicilies dans ces 
riantes vall^es , et y avoir , m^me parmi le peuple , 
naturalise un certain nombre de leurs termes. Mais , 
nous le repetons , nos etymologies grecques sont en 
petite quantite : il ne faut point trop se mettre en 



I Essai sur les langucs ancicnnes et modernes de la Sitisse, 
'^'*V- 111. 



PRELIMINAIRE. xvii 

fiais d'eruditioii ä cet egard. Qiie dire , par exeni- 
ple , de la racine eAcjo;, beurre , que certains philo- 
losues attribuent au mot Helvetie* ? 



D' 



C'est du celtique, et surtout de la langue romane, 
qui en est la fille , que nous verrons naitre la ma- 
jeure partie de nos mots genevois ; c'est dans ces 
deux idiomes anciens qu'il faut chercher les racines 
d'une foule d'expresslons en usage dans nos Alpes, 
et qui n'ont de similitude ni avec le grec ni avec le 
latin. Et comme plusieurs des personnes qui con- 
sulteront notre recueil ne se seront probablement 
Jamals occupees de ces langues , nous entrerons 
ici dans quelques details propres ä leur en donner 
une idee precise, et ä les mettre a meme de juger 
des rapports qui les lient avec notre dialecte. 

Le celtique est la langue que parlaient nos peres 
il y a deux mille ans, la langue maternelle des Gau- 
lois et de toutes les peuplades connues sous le nom 



I Selon Sinner et De Büchat, les Hehi oii Hehii\ pcuple 
de la Gaule meridionale , donnerent leur nom ä l'Helvetie. 

B 



XVIII DISCOURS 

de Celles, peuplades formdes des colonies scythes 
ou phrjgiennes qui se repandirent dans Toccident % 
ou, si l'on veut en croire Bullet, des descendans de 
Japhet qui passerent en Europe^. 

Les Romains, apres avoir conquis les Gaules, in- 
Iroduisirent leur langage chez les vaincus, mais n'y 
aneantirent point le celtique ; le latin n'y fut que 
la langue du gouvernemeiit et des administrateurs. 

A l'epoque meme oü les peuples du nord succe- 
derent dans l'ancienne France aux vainqueurs du 
monde , le celtique y existait encore. 

Aujourd'hui nous le retrouvons , plus ou moins 
melange de tcuton et de latin, chez les Bas-Bre- 
tons, les Gallois, les Ecossais montagnards et les 
Irlandais. C'est en puisant dans ces sources que les 
lexicographes oiit form^ les dictionnaires celtiques 

1 C<?/te, dans son principe, n'etait pas le nom particulier 
d'une nation , mais un mot plirygien qui signifiait fuitc, re- 
traite. 

2 M(hn. sur la langue cell, , cli, VII. 



PRELIMINAIRE. xix 

qui nous servent d'interpretes. Ils y ont Joint le fruit 
de leurs recherches dans les anciens auteurs grecs et 
latins , dans les aiinales , les chartes , les legendes 
ecrites depuis le quatrieme jusqu'au seizieme siecle, 
et qui ont conservd quelques termes gaulois ; enfin , 
ils se sont aides des differens patois de la France , 
dans lesquels , comme dans le notre , on remarque 
des resfces considerables de la langue celtique. 

Les Gaels , ou Ecossais montagnards , assurent 
^tre ceux qui ont conserve cet idionie dans sa plus 
grande purete native , mais les Bas-Bretons ont la 
meme pretention. La langue erse , ou irlandaise , 
differe peu de celle des Ecossais, et les anciens poe- 
mes des deux natlons ont Leaucoup de rapport. Le 
welsh^ ou gallois , ainsi que le manhs , dialecte de 
l'ile de Man , öftre beaucoup de mots saxons et nor- 
mands introduits par les conquerans. Le cornish , ou 
langue du Cornouailles , laquelle etait aussi une 
brauche du celtique, s'est eteint dans le siecle der- 
nier * . Quelques savans rangent encore le basque 



I On peut consulter le Voyage aii.r fies Hebrides , de 



XX DISCOURS 

dans le nombre des dialectes qui nous restent de 
la langue primitive des Celles , et Bullet a ins^re 
beaucoup de termes de ce singulier idiome dans son 
grand dictioniiaire celtique ; mais La Tour d'Auver- 
gne qui pendant im long sejour dans la Biscaye l'a- 
vait etudie avec soin , assurc qu il n'existe aucun 
rapport entre le basque etle bas-breton. 

Une täche digne d'un philologue suisse bien zele , 
serait d'aller sur les lieux etudier ces differens dia- 
lectes, et de reyenir les comparer attentivement 
avec ceux de la Suisse romane, savoir ceux d'Aigle 
et du Vallais , de Fribourg , de Neuchatel , de l'Evö- 
che de B^le , et du lac Leman , dont les diflferens pa- 
tois savoyards fönt partie. 

« Le Souvenir de la langue celtique existera long- 
temps encore , dit ChampoUion-Figeac ' ; il est at- 
tachö a l'existence de la langue franfaise .... Toutes 

M. Necker-De Saussure, qui donne sur ces differens langagcs, 
et parüculierement sur le gaelic ecossais, des details exacts 
et curieux. 

1 Nom\ rccherch. sur les patois de la France , elc, 1809. 



PRELIMINAIRE. xxi 

les fois que l'esprit de recherches se dirigera sur la 
Jangiie de la grande nation , le celtique sera le polnt 
de d^part et attirera les premiers soins. » Nous en di- 
rons autant ä l'^siard de toutes les observations uii 
peu approfondies qu'on voudra faire sur nos dialectes 
populaires et sur nos noms de lieux. Le savant lau- 
sannals Loys de Bochat l'a bien senti , et son ou- 
vrage ' est plein des plus ingenieuses investigations ; 
mais , voyant partout du gaulois , il a trop generalise 
son Systeme ; c'est l'^cueil contre lequel l'ecrivain 
dolt se tenir en garde en prenant pour base de son 
travail un Idiome qui , tel que celui des Celtes , ne 
nous est connu que par latradition orale; et puisque 
nous avons parle de Tabus que certains savans ont 
fait dulatin , qu'il nous soit permis , pour que la part 
de chacun soit ^gale , de conter ici la petite myslifi- 
cation qu'on fit au philologue LeBrigant. Cet ^cri- 
vain a rendu de grands Services ä la science , mais 
son engouement pour le celtique etait tel qu'il avait 
pris pour devise celticd negatd negatur orbis ^ et 
qu'il etablissait des rapports directs de cette langue, 
non-seulement avec le chinois et le samscrit , mais 

I Mem, sur l'hist, anc. de la Suisse, 1747. 



XXII DISCOURS 

encore avec tous les dialectes de l'Oct^anique. Deux 
de ses elevcs , dont Tun etait le celebre Court de 
Gebelin, vinrent un jonr d'iiii air fort einpresse, 
linformer qu'un jeune insulaire de la mer du Sud 
etait arrive a Paris. « Bon ! dit Le Brigant , allons 
Uli rendre A'isite , et vous verrez qii'au nioyen du 
celtique, jel'entendrai parfaitement. » L'etranger lui 
adresse la parole devant iin auditoire assez noni- 
breux, et notre professeur, saiis hesitation, traduit 
ainsi sa phrase : Bonjour; comment vous portez- 
vous ? Et qu etait ce jeune insulaire? un habitant du 
faubourg St. Antoine bien deguise , et endoctrine par 
nos plaisans , qui lui avaient fait apprendre une serie 
de mots barbares de leur invention. 

La langue rornane ou romance , romanä riisticä , 
est un latin corrompu et arrange ä la gauloise. Dans 
IHelvetie occidentale , chez les Allobroges , les Se- 
quanais , parini lesquels les Romains etaient en grand 
nonibre, la langue latine fut facilement introduite; 
eile s'y m^laä la gauloise, et ce melange produisit 
leroman. aC'est ainsi, dit ingenieusement Court de 
Gobelin , que deux couleurs en s'unissant ne se de- 
truisent pas , mais s'alterant mutuellement , en pro- 



PRELIMINAIRE. xxiii 

duisent uiie trolsieme , qui sans ötre aiicune des 
deux, tieut cependant de chacune ' ». 

La langue latine avait une construction difficile 
et pleine d'inversions; la langue des Celles , au con- 
traire , ^tait aisee et naturelle ; on ne voulut s'assu- 
jettir ni aux nombres , ni aux cas , ni aux temps des 
Romains , et a ce latin defigure , on möla des mots 
gaulois ou tudesques. 

L'usage du latin pur finit par se perdre vers le 
neuvieme siecle, epoque ä laquelle le roman devint 
la langue gene^rale de la Gaule et de l'Helv^tie occi- 
dentale ; ce fut dans ce temps-lä que Charlemagne 
ordonna aux eveques de se servir de cet idiome dans 
leurs predications. 

Le plus ancien titre qui nous en reste est le ser- 
ment de Charles-le-Chauve et de Louis-le-Germani- 
que, pr^te a Strasbourg en 812, titre cite par la 
plupart des auteurs qui ont ecrit sur cette matiere : 
Pro Deo amur , et pro Christian poplu , ei nostro com- 

I Dict, ctjrn. de la langue franc . Discours preliin. 



XXIV DJSCOURS 

mun sakament. . . . disi di UK^ant , inquant Deus sa^'ir 
et podir me diinat ^ si saharai io eist meon fradre 
Karlo. ... etc. 

Le serment du peuple de Charles-le-Chaiive , acte 
Uli peu moins connu, commeiifait ainsi : Si Lodhu- 
vigs sagrament\que son fradre Karlo jiirat. ... Si io 
returnar non Io pdis , etc. 

On voit par röchantillon de ce langage barbare , 
comment dulatin viciis fraier ^ nous avons fait d'a- 
bord meon fradre^ et ensulte monfrere; depossum, 
po'is , je puis, et de sacramentum , sagrament ^ sacre- 
ment. 

Au dixieme, au onzleme siecle , les AUemands ap- 
prirent ä connaitre le roman; on le parla möme dans 
quelques cours c^trangeres , et les Anglals envoye- 

I Pour juger des progres de la langue, voici la traduction 
de ce passage cn roman du douzieme siecle: Por Deu amor , 
et por Christian pople , et notre commun salvament, ... de sts 
dl en avant, en quant Deu savoir et poir me donne , si salyarai 
je eist mon frere Karle. 



PRELIMINAIRE. xxv 

rent leurs enfans en France pour le leur faire etu- 
dier, comme la langue la plus polie du temps '. aLa 
parlure romanse est de toz les langaiges le plus deli- 
table , » dlt uii auteur du siecle de Louis IX. Les 
guerres malheureuses que Louis XII et Fran9ois I." 
soutinrent en Italie , enrichirent ensuite cet idiome 
de plusieurs expressions italiennes qui contribuerent 
ä en adoucir la rudesse , tels sont les mots engan- 
ner^ faveller^ embriconner ou abriconner^ enamoreux^ 
ejiamoure y etc. 

Se la pastourc ä blons clieveus 
Esloit de moy enamouree. . . . 

( Fr.OISSART. ) 

1 Dryden a reconnu dans sa langue plusieurs expressions 
empruntees de l'idiomeprovencal. Ce melange parait d'abord 
assez singulier, mais rhistoire nous I'explique : les Anglais 
ont possedc la Guyenne, le Poltou et la Saintonge dans un 
temps oü la langue et la poesie provencales y florissaient. En 
oulre, ä l'epoque du mariage de Henri III , roi d'Ä.ngleterre, 
avec fileonore de Provence , en iSaS , les seigneurs et les 
poetes qui accompagnaient cette princesse dans ses nouveaux 
etats , y porterentla politesse etle langage de la cour de Ray- 
mond Berenger , son pere , laquelle etait une des plus brillan- 
tes de TEnrope. 



XXVI DISCOURS 

Amors Tot tant abriconne, 
Por grant chose ne vossist mie 
Que l'anelet qui fu s'amie, 
Feust perdu. . . . 

( Gautier de Coinsi. ) 

Des lors ce jargon, si barbare dans son origine , 
se perfectionna de jour en jour , et finit par donner 
naissance ä la lan^ue des Racine et des Bossuet. 

La poesie etendit beaucoup l'usage du roman ; oii 
le parlait en Provence , et comme les poetes proven- 
9aux 5 les troubadours , etaient les favoris des muses, 
chacun voulut les imiter , et les imiter dans leur 
langue. Cette epid^mle fut teile qu'au treizieme sie- 
de , on rima les livres saints , les commentaires , et 
jusqu'ä la regle de St. Benoit ! 

Sous Louis-le-Gros , sous St. Louis, la langue ro- 
mane avait dejä commence ä s'introduire dans les 
chartes et les ordonnances , mais ce ne fut que sous 
Franfois L" qu'on decreta qua l'exclusion du latin, 
eile devait seule ^tre employee dans les actes publics. 
« Que doresnavant tous arröts soient prononces, en- 



PRELIMINAIRE. 



XXVII 



registres et delivr^s aux parties en langage maternel 

franpois, et non aultrement. » 

( Ordon. de iSSg , art. 11.') 

II iie faut pas confondre l'idiome dont nous ve- 
nons d'esqulsser l'histoire avec le romaii qii'on parle 
dans la Ligue Grise , le ramontscli , ou romantsch , et 
encore moins avec le ladin., qui est le dialecte de l'En- 
gadine. 

Le ramonisch est un meiange de latln , d'italien et 
d'allemand, avec plusieurs d^sinences assez singu- 
lieres , et qul rappellent le p^Jrtugais ou le languedo- 
cieii : las mummas , les nieres ; dellas mummas , alias 
mummas; las rivas ., les rives, etc. Senza dubi ei il 
Christgiaun la pli nobla et la pli perfeigia denter iuilas 
creatiras eJieen i^egnidas ord il Tutt pussent mann de 
Diu » 

Catechismus ^ cust mussameint dels principals punctis 
dclla christianeiia religiiin par las baselgias et skolas 
da communas trees Ligias , etc. " 

1 Graminatica Ramonscha. Bregentz , i8o5. 

2 Titre du premier livre public dans le roman de la Ligue 
Grise, Lindau i6oi. 



XXVIII DISCOURS 

Pline ranclcii ' , Tite-Live ^ et Justin * nous ap- 
prennent dune maniere positive que les habitans 
actuels dekRhetie tirent leur originc des anciens 
Toscans {Tusci) , qui , sous la conduite de Raetus , et 
cinq ä six siecles avant J. C. , quitterent l'Italie , a la 
Suite d'une invasion des Gaulois. Plusieurs noms de 
lieux chez les Grisons servent de preuve a lassertion 
de ces ecrivains : Thusis rappelle Thiiscla ; Realt, 
Rhcetia-alta i Lavin, les Lavinii; Vettau, les Vet~ 
tones , etc. * 

Quelques noms propres de l'Engadine peuvent 
aussi venir ä l'appui de ces descendances , et notam- 

1 Hist. nat. Hb. III, cap. XX. 

2 Llb.V, cap. XXXIII. 

3 Lib.XX, cap. V. 

4 Porta, hlslorien grison, dit que le voyageur en parcou - 
rant cescontrees, peut se croire dans leLatiiim, l'fitrurle oii 
la Campanie. II rappelle de plus Ardets, A'Aideates; Sent, de 
Sentinates ; Saninum, de Samniies ; et plusieurs autres noms de 
lieux dont les racincs sont tout aussi frappantes. Le roraan de 
la haute Engadine offre egalement un assez grand nombre de 
termes empruntes de l'italien : muglicr , {emme\ ßglia, fille ; 
testa , t^le ; Jinger , fcindrej amnzzarc , tuer, elc. 



PRELIMINAIRE. xxix 

ment celui d'une famille Flaccus , qui se pretend 
issue des Romains de ce nom. 

Le ladin des Engadinois presente beaucoup moins 
de termes germaniques que le romantsch , et ren- 
ferme une bien plus grande quantite de mots pure- 
ment latins; aussi est-il infiniment plus flatteur ä 
l'oreille; quelques philologues ont meme pretendu 
qu'on pouvait , dans cette langue antique , puiser des 
regles pour la veritable prononciation du latin , sur 
laquelle on est si peu d'accord aujourd'hui. 

On domie aussi au patois du canton de Fribourg 

le nom de roman , et on le divise en trois dialectes : 

celui du bas , lo broyar ; du milieu , lo quetzo ; du 

haut, lo griiyer'm o\i gruverin ; ^i ce dernier parti- 

culierement , presente , comme la langue des Gri- 

sons , une assez grande quantite d'origines latines : 

domiui , mere , de domina; segnet^ pere, de senior ; 

mousar ^ refiechir, de mussare ^ garder le silence; 

ouilar ^ jeter des cris pitoyables, de ululare : fratzir ^ 

briser, Ao. frangere ^ etc. Les etymologies celtiques , 

surtout pour les noms de lieux , y sont bien plus 

nombreuses encore , et comme les pays de mon- 



XXX DISCOURS 

tagnes eloignes du contact des cites , et de ce frotte- 
ment qui use les langues , retiennent bien plus faci- 
lement leur idiome primitif , nous aurons occasioii 
d'indiquer ' plusieurs de ces etymologies qui sont 
communes ä la Savoie , ä la Franche-Comte , a la 
Haute-Provence , et surtout au Daupliine. Le nom 
seul du pays de Vaud , Welschland ^ semble an- 
noncer que ces racines anciennes y sont egalement i 
abondantes , car il signifie litteralement pays gau- 
lols ; c'est ainsi que la Flandre est nommee pays 
wallon *, et que les Anglais appellent WehJdand l^uv 
province de Galles. 

Les noms de iieux ayant toujours ete consideres 

1 Les peuples du midi furent appelt-s Romans-provencaux , 
et ceux du nord, Romans-wallons ; l'idiome provencal recut 
la denomination delangue d'oc, et le wallon de langue d'o//, 
c'est- a-dire o;«'. 

Li rois demande es-tu gari ? 
O//, sire, la Dieu niercl. 

(RuTEBOEUF, le Vilain mire.') 

Les troubadours parlaient donc la langue d'oc , et les trou- 
veres celle d!oil. L'italien , par la mcme raison , fut aussi 
nomme langue de .«, et l'allemand, langue de yVr. 



PFIELIMINAIRE. xxxi 

par les meilleurs philologues , et notamment par 
l'illustre Leibnitz, comme les plus propres ä conserver 
les restes des idiomes perdus, nous pensons devoir 
ajouter ä notre Vocabulaire quelques recherches sur 
ceux de nos environs.Leursracines, jointes aux monu- 
mens remarquables de Regni et de Troinex * , pour- 
roiit venir ä l'appui des origines premieres que nous 
attribuons ä plusieurs de nos expressions populaires. 

Aide par les Communications obligeantes de quel- 
ques personnes , qui ont senti l'utilite de notre re- 
cueil", nous avons augmente cette deuxieme edi- 



I Le monument de Regni, pres de la Roche , qu'on appelle 
la pierre des Fees, est uii autel druidique assez semblable ä 
ceux qu'on voit encore dans la Basse-Bretagne, le Cornouailles 
et l'Ecosse. La conservation en est parfaite ; la table a neuf 
pieds de large, sur qualorze de long, et la cellule qu'elle re- 
couvre peut contenir une demi-douzaine de personnes assises. 
Quant au monument de Troinex , voyez ä la suite du Glossaii'e, 
nos Recherches sur les noms de lieux de nos environs. 

a Cet ouvrage a particulierement profite des indications de 
M. le professeur Humbert et de M. L.-M. , ainsi que des re- 
marques grammaticales de M. Pautex, ancien maitre de lan- 
gue francaise ä l'institut d'Hofwyl. 



XXXII DISCOURS PRELIMINAIRE. 

tion d'une quantit^ considerable d'articles nouveaux, 
auxquels on a Joint de nombreuses citations. 

Celles qiii sont tlrees des anciens poetes et pro- 
sateurs fran^ais serviront de preuves ä iios origines 
romanes , et les exemples defectueux empruntes aux 
auteurs modernes feront mlcux sentlr les lautes que 
nous signalons. La plupart de ces auteurs appar- 
tiennent ä notre patrie ; ceux d'entre eux qui vivent 
encore, loin de prendre nos observations en maii- 
vaise part, n'y verront , nous osons l'esperer, qu'une 
Sorte d'hommage rendu a leur reputation. 



GLOSSAIRE GIiNEVOIS. 



J\.^ 



A 






, en bon fran^ais , ne doit pas remplacer la 
preposition DE dansle sens suivant : Uamie ä nia 
soeur. — Le cheral ä monsieur N...; toutefois, 
le style familier nous offre de fr^quens exemples 
de cette locution ; on lit : La poule ä ma taute ^ 
titre d'uii joli poeme badin de Junquiere; et Ton ^ ^ 
chante : Leßls ä Guillaume et laßUe ä Jean. . .^.> •* *"-^^ ' 
— Je me nole dans la mare ä G rappin , disait 
le marquis de Coulaiiges '. > ? ^'j - . 

' L'esprit frivole de cet aimable chansonnier le rondait ' "*' 

peu propre aux fonetions graves de la magislialure, et cepen- 
dant il elait Conseiller au Parlement. Un jour, rapporlant dansk«'^ '- *■* 
une affaire oü il s'agissait d'une mare que se dispulaienl deux , 

paysans, dont Tun se nommait Grappin , il s'embrouilla teile- *•* '• 

ment dans le detail des faits, qu'il fut oblige d'interrompre sa j^~; , 

marration. « Pardon, messieurs, dit-il anx juges, je me noie ' 

dans la mare a Grappin , et je suis \otre serviteur. « Le lende- , .^ 
main \\ vendit sa Charge, et ue fit plus que des chansons et de 
bons dines. ' iHi'«i 



' :i GLOSSAIRE 

A , pour dt au subjonctif , est un solecisrne, 

Soit qii'un ancien respect pour le sang de leurs mailres 
Tarlnt encor pour lui dans le coeur de ces traitres.. . . 

Ces vers de Voltaire corrigereiit J.-J. Rousseau 

de la faute que nous veiions d'indlqiierici; avant 

de les lire, a ce qu'Ii nous apprend lui-meme, il 

^ ecrivait encore parla , comme au mode indicatif. 

jf}^ S§$kMf A BONNE IIEUPiE : ä demain^ et venez ä bonne 

Ces idees semees a bonne heure dans les tetes. . . 

(De Saussure, Proj'et de 7-eforme pour le College.) 

II fallait : de bomie heure, 
A B ATE AU 5 pour en bateau : nous sommes venus 
» ä hateau. 

4SL i/t. ySii^ÄA DI'TAUT DE , pour au defaut de : d defaut d'ar- 

* gent, voiis recevrez son billet. 

/f^ Mii/i^^i* P -^ NIVEAU DE, pour au Niveau de: la cour est 

ä niveau du j ardin. 
giC Mfiff%fipL ^ PBOR ATA , dites : au PRORATA : cela sera regle 

/ ä prorata de son interet. 

}^ißt*A. //Ifto^ PURE PERTE, — EN pure perte: vous vous 

/ / tourmentcz ä pure perte. 

^*^^^y A REVOIR, — AU revoir : adieu, ä rei>oir. 

DANS SA POCHE : il Va prls j et Va 



Jtth4i^M(JiiJ^ SA POCHE, — DAN5 

(^ y j mis ä sa poche. 

//A /0U4 A , dans le sens de POU 



y f ' ' ^» ? taiuia IC aciia nc POUR : ä six sous de luit. J'en ai 
fft. Utii"» pris d unjlorin. 



GENEVOIS. :\ 

DE MANIERE A CE QUE, pour de maxiere qve.j 

TiRER A L'ARC , dites tirer de l arc. J^f^^e iW); 

A QUI, c'est ä vous ä quij'cn vcuxj 11 faut : cest 

A vous QUE JEN VEUX. 



On reproche ce vers a Boileau: i fe |<l>t/4LX4jvg 4)^,^. yt* 

C'est ä vous, mon esprit, a qui je veux parle/ /^L ■ V * 

Mais Racine a bien dit : j 'ä.*»!- UkitLmm \ 

C'est votre illustre mere ä qui je veux parier. / i 

On fait aussi une faute dans la phrase suivante : I 

c^est A cet endroit ou vous auriez du aller ^ dites * 

QUE vous auriez du aller; ou bien : c''est cet en- 
droit oü vous auriez dii aller. 
ABANLIEÜE , pour banlieue : il a couru toutes les 

abanlieues, 
ABBAYE, prononcez abeie, et non ahai-ic , d .,^. \ 

VabaL-ie de Pommier. ■■'. v . 

ABECHER est du vieux frangais; on dit maintenant A£$.CftJJL4r 

ABEQUER. Je ne peux ahccher mes deux bouis, / 

Cette tringle ne peut abecher Vanneau. 
Aberger, pour heberger : nous ne sai>ions oü 

nous aberger, vieux frangais. II existe en Fran- 

che-Comte plusieurs villages du nom de VAber- 

gement. 
ABOIEMENT, prononcez aboaman. 
ABOMINER, AvoiR en abomination, a vieilli. De 

Wailly et Boiste indiquent ce verbe, mais non 

pas l'Academie. 



^ yt£M4iß4^ 



4 GLOSSAIRE 

- Celul qui terre et ciel domine, 

% ^^ » • ' ■} 

Jk'^JI ^ ■ *'•'* , Les abominc. 

( Marot. ) 

t^ ^f^>^l, ^^ \\%^i A la vu^ de riiomme bigarre, aulcuns se mocquerent, 
ii ^ is •• ^» aultres /'ß6o//«'«e/e/i^ comme monstre infame cree par erreur 
"* •••'•'— *. ^jjg nature. 

♦-•t '-«* f *4':»V*^U\ (Rabelais.) 

t *trf ^* • ,M V'ABOÜCLER, pour BOUCLER : aSowc/e , raboucle tes 
""soullers. Eii langue romane, emhoucler. 
ABOUTONNER, boutonner : abouionne ta veste^ 

raboutonne-toLltvA. , abbofonare , boutonner. 
ABRAS, grandes occupations, air aftaire : etre dans 
tous ses abras. — Faire beaucoup d^abras pour 
rien. Grec, abraclw ^ je fais du bruit. Roman, 
^ / abrät, enflamme, amoureux, 

^ifyiU ^cM^mK brasse CORPS, dlles : A BRAS LE CORPS. Je Vai 
f^ jjris ä brasse Corps. Paris. pOp. 
i.k^%\%inivfc. ABRESAC, HABRESAC, dltes : havresac : Lan- 
guedocien, aoubresac. Origine allemande /iaZ>er- 
sack, c'est-a-dire , sac d'avoine. 
\ y^ < ' . > ABUS, AVIS, DEVIS , ne faites pas sentir 1';? final 
dans la prononciation. 11 n'en est pas de m^me a 
l'egard du niot obus , ni de ceux qui derivent 
y T du latin : Fhebus, rebus ^ etc. 

^^(ajKH^k/' ACAGNARDIR (S'), pour s'acagnarder : il reste 
(/ acagnardl au coin de sonfeu. 

ACCOUCUER, eile a accouche fort heureusement ^ 
dites : ELLE est accouchee. Ancienne locution : 



GENEVOIS. 5 

M.™^ Dacier clit daiis sa traduclion du PJiormioii , 

sceiie i.'^: 

Patience pour cela, mais ce sera encore k recommencer 
quand sa maifresse aiira accouclie. 

Mainlenant ce verbe ii'est actlf qii'en parlanl 
de FaccoiicheLir : il a accouche cettefemme. 
ACCOURiVGER, pour encourager: allons, mon 
aini^ accouragez-vous. 

Et ayant le Sieur d'Albigny dresse des echelles l'une dans 
l'autre, les a fait monter sur les trois heures du matin, le di- 
manche 12 dccembre, les accourageatit lui-meme dans Ic 
fosse. 

( Spon , Lettre du Magn. Cons. au gouverneur de Lyon. } - 

ACCOURIR (S') : j'en acheterai un peu pour m'ac- /Ut^^^ ^/^ 
courirjusqu'ä la recolte. Ct verbe u'est pas fran- /S0t€CiH»i^y^\ 
^ais au reflecbi. 

ACCOUTUMER5 y'az accouiume cette place y cetlc 
chaise ^ je ne piäs m'en passer. 11 faut dire : JE 

SUIS ACCOUTDME A. . . 

ACCOU\ ASSER, COÜVASSER, se dit d'unepoule Cil%0€LlUr: 
qui cherche a couver. Ital. ßccot^<2Ccfar^i5 se tapir. Oy- <n V 

ACCULER, pour eculer : les souliers sont dejä ^cuG^V^v^ 
toutaccules. Terme gascon et lyonnais. Acculer ^u.(*'*^^ 
signifie pousser, reduire quelqu'un dans un lieu fr^ci««.4«#^i<W«-*^ 
oü il ne puisse reculer. Vaud. ßiJH\4* C4r>ft^^ ^^«^ 

ACCUSER un mariage ^ diies : annoncer un ma- Ht^^^'-^^^ 
riage; terme de jeu. .Ä^K^x^^^^/TM-^ 



i] GLOSSAIRE 

ACHATirx, ASSATIR, eciiacher, ecraser", cetic 
' pomme s'esl achatle conire le mur, II se dit par- 

ticulierement du pain mal cuit , mal leve : eile a 
faitaufour^ mais son pain est tout achati^assati. 
A Lyon, An pain caffi.^ du caffi. 
ACllERON. L'Academie se iail sur la prononcialioii 
de ce mot. Gattel dit A-che-ron^ mais il ajoute 
qu'a l'opera, l'oii prononce Akeron, Observons 
ici que le Iheatre doit etre pour la laiigue pro- 
iioncee , ce quo le dictioiinaire de l'Academie 
est pour la langue ecrite. 
ACK ÄSER , pour ecraser. 

ADIEU. Nous disons comme les Gascons , adieu, 

'9^\^^''- . -\ en abordant quelqu'un; il faut dire bonjour ou 

f V^«li«'^»»kX \ BONSOIR, lors meme que l'oii se tutoie; aussi un 

Parisieii, choque de cet usage, disait-il, en par- 

lant de Geneve ; w Voilä un singulier pays, oü 

l'on prend conge ea arrivant. » 

Cliez les Romains, a^e etait le salut du matin; 
•>«i*<i y*^»»i V sähe celui du soir, et vale le salut de l'adieu. 
Zc'MMV^^f^ ADMONESTER est vieux; on dit aujourd'hui ab- 
l.'' ^\ jt« »» . . moneter. // a ete admoneste d'importancc. 

.V^****^-*' AFFAIRE, nous donnons quelquefois a ce mot le 

?»s.<i *-•*.,.. genre masculin : c'e^^ Z//Z /^c/zV^az/r, pour dire 

•■ ^ vV'*. ''■' *"**\fh petit homme; un joli petit ajf'aire en hois, 

^ >4i^^^ en fer, en parlant d'un ustensile. Cette vieille 

\ loLidion est aussi laiii2;uedocionne et «lasconne. 



GENEVOIS. 7 

Je suis assez intercsse de mes affaires essent-iels , propres 

etiialurels, sans en convier d'autres forains. 

(Montaigne.) 
... de telz affaires. 

( Amyot. ) 

Et a la fin fut conclud et envoye par les trois villes dessus 

dictes (Berne, Frlbourg et Soleure) des ambassadeurs d'une 

chescune vers Monsieur de Savoye pour pacifier cestuy af- 

faire. ( Voyez Cetui-cy. ) 

( Chroniqiies de Bonivard.) 

' Nous employons aussi le mot ajfaire pour en- 
viron, a peu pres : il j a Vajjaire de trois mois 
qu^il est partl. 
AFFANER, gagner avec peine : il ma hienfail aß 
Janer cet argeiit • je Vai bien ajjane. Nous di- 
sions aussi autrefois ajjanier pour journaller. 
u^djan^ en langue romane, fatigue, effort. llal. 
ajj'anuare ^ chagriner, tourmenter. 

O aniine affannatCy 
Venite a noi parlar, s'altri nol niega. 

(Dante.) 

En languedocien, en espagnol, aßanar a le 
meme sens. Afan^ pour ahan : « öon soiispi- 
reux^ dit Nicut ', que rendent ceux qui ruent un 
grand coup de coignee. » 

I Tresor de la langue francaise. Paris, MDCVI. 

Ce NicoT, que nous cilerons quel([uefois, est le meine qui, 
au relour de son ambassade en Portugal, apporta la plante 
qu'ori appela nicotianc, et que nous connaissons maintenant 
sous le nom de tabac. 



8 GLOSSAIRE 

Regnler dit enlmn : 

Et dedans im roffrpf qui s'ouvre avecq enhan y 
Je trouve des tisons du feu de ]a St.-Jean , 
Du se| , du [)ain benit , elc. 
II y a trois jours que \ahane pour parfir, dit La Beotie 
a son lit de mort. 

^FFAUTIR, priver de nourrlture : cet enfard est 
lout moindiT, il a ete ajfaiiii. 

AFFITS, AFFITIAÜX, [.elits morceaux de cuivre 
ou de lailoii dont les enfans se servent, ou plu- 
lotseservaieni autrefols ]^o\\x]ou&v.^Jfutidux^Qn 
roman, bagatelle, pelit objet, aHiqiiel. (Haute- 
roclie dans son Crispin medecin^ dit ajjuteaux,') 
y4jfflques 3 affiches, epingles, boucles, du latiu 
aßgere. 

Quex joiaux, pour votre deport, 
Volez-vous que je vos aport 
De la bone folre de Troies? 
Volez-vos guimples ou coiToies, 
Tessus d'or, anniaus ou affiches'? 
Je ne serai ja vers vous chiches. 

(Jehans LI Galois.) 

AF FRANCHISSAGE, pour affranchissement : 

Vajfranchissage d'une lettre, 
AGACIA 5 pour ACACi A : lesßeurs d^agacia se man- 

gent en bugnets. Voyez ce dernier mot. 
AGACIN, diles durillon, vous avez marche sur 

mou agacin. Tenne romau, forme du cellique 



GENEVOIS. 9 

gas , malj et cin^ piquant '. Ce mot est connu 



eil Savoie, en Provence, etä Lyon. Les Langue- 
dociens disent agacis. ^ 

AGETS, LES £tbes d'une maison: U connaithlen iSit^^^w if^ 
tous les agets. En ronnan ages , agiz , chemins ,jnj J>t<tl^J— 
toLirs et detours. Paris, pop. les aides, 

AGLETIR, AGLUTiNER, COLLER : ce fruit s^est 
agleti ä ines doigts. Vieiix frangais, agleter. 

AGNETTES (prononcez le g dnr), argent mon- 
NAYE : palper les agnettes, Ce mot vient de agiiels , 
monnaie d'or du temps de Saint-Louis , dont l'em- 
preinte etait un agneau avec cette legende : 
yjgjius Dei, qiii tolUs peccata mündig miserere 
nobis, 

En Normandie, on appelle aguinettes, ha gui- 
nettes, les etrennes du dernier jour de Tan. Court 
de Gebelin remonte bien haut pour l'origine de ' 

cette expression ; il la derive du cri des druides ; 
ä gui Fan neufl 

AGONISER, dire des injures, insulter. Parisien 

populaire. 

Ne Xagonisons pas lant ; mais, tien, 
Falsons li payer queuque chose. 

(Vade, Bouqiiets poissards.") 

I On peut aussi donner ä ce mot la mcme origine qu'au 
yerbe francais agacery et le former du grec akazein, piquer, 
irriter. 



lo GLOSSAIRE 

AGOUILLARDIR, affriander. Voyez Gouülard. 

AGOUTER, GOUTER, agoutcz-moi ce fromage. 
^ * AGOUTION, mouchoir tresse ou noue parun eco- 

. t^ ^ i ^^ü lier pour jouer : se batire ä coups d'agoulion ; 
^«k/%^%t% V>\ roild im agoid'wn qui est chade. Voyez ce mot. 

AGUILLER (prononcez comme majgidliier) ^hiius- 
ser, mettre, jeier sur un iieu eleve : im homme 
aguille sur im ioit. Avantez-rnoi voir mon Vo- 
lant que j''aL aguille sur cetavant-toil. Jen'aime 
pas cettc maison , eile esttrop aguälee.Kommi, 
aguUle pour aigiiüie , monlagne en poiiite. On 
ecrivait de nieme autrefois aguillon , aguiser. 

AH VOUA I exclamation synonyme de bah! ah bah! 
allons donCy laissez donc! 

AI, prononcez e^ d^ns j'ai , je ferai^ je dirai, etc. 

AlGLE ( UNE ) pour un aigle. La Fontaine fait 
donc une taute , ou prend une licence poetlque , 
en disant : 

L'aigle reine des airs avec Margot la pie. 

Voltaire ecrit aussi : 

L'aigle /?e/e et rapide aux ailes etendues. 

Lorsquil s'agit d'armoiries , d'enseignes, ce mot 
est feminin : les aigles romaines^ les aiglesfran- 
faises. Vordre de l'aigle jioirc. Toutefois Gin- 
guene et J.-B. Say, ecri\ ent dans ce sens, l'aigle 
imperial^ et Laveaux pretend quon doit dire, le 
grand , lepetit aigle de la legion d'honneur, Boiste 



GENEVOIS. 1 1 

( Dict. des dlfßc. gram. ) veut qu'au propre , ce 

mot solt egalement masculiri et feminin. 
AIGUILLE, AIGUILLON, AIGUISER : faites sen- ^^^m%Ü^ 

tir Xu en pronon^ant ces mots , ainsi que les noms «/ ■• 

propres Giiise , Guide , etc. ^ v. 

AILLE : ü serait inutile que j'y aille. On a voulu 3)% U^^»r»*%V 

que je luijasse. . . .,• "idites : que jy allasse^ que ^^Jk^ W * 

je luißsse. Cette faute de syntaxe se repete 

souvent a Geneve. On en fait iine non moins 

grave , en disant , a la premiere personne de l'im- 

parfait du subjonctif : il voudrail que je lui pre~ ^ 

ins de l' urgent^ il faut : que je lui pretasse; et ä 

la seconde personne : eile desirerait que tu luiren- 

dis ce sewicej dites : que tu lui rendisses. — «^^ jj HU40t^ 

Tne suis trouue hier ai^ec des gens qui avaienigM V^^tSA 

beaucoup d'erudition. Je ne sauais pas que yoi/^/^^yy^o^ ^ 

etiez marlej employezle present habituel :.... qui ' 

onl beaucoup d^erudition ; que vous eles marie. 
AILS, est un barbarisme; aimez-i^ous les ails? On 

dit au pluriel les aulx. Vaud. Lyon. ^ 

AIMER, eile aime beaucoup se promener. J'' ahne/ TU 0^ ^ 

voir dans unjeune hoimne. , . Lorsque le verbe|^#HK^iMi5 

aimer signifie prendre plaisir ä quelque chose,»*'*^^**«'**ll 

ii doit nccessairement etre suivi de la preposi- 

AIR, donner de Valrä quelqu^un'.illuidonne beau- yC fi^ Stß0 df^ 
coup d'air. Cette phrase n'est pas rran^aise ; ^/m^. jLtk^ 
taut dire : // a beaucoup de son air. 



12. GLOSSAIRE 

AIRAGNEE, AI\AG1NE,IRAGNE, pour araignee. 

Uaraigne avait sa belle loile ourdie. 
ji^,^^\^^ (Habert, i55o.) 

\^^ Aicot ecrit arignee. 

AlUER, pour AERER, donner de Fair. 
V^iTld^jJ iLAlSES (LES), LA VAISSELLE DE TERRE. Lapcr Ic'S 
aises. La palie aux aises. Aisemcns , eii langue 



romane, iiistrumens, uslensiles de meiiage, terme 
c{ui s'est conserve dans la Franche-Comte. Cel- 
tiqiie es^aes^ commode, commodite. Alsement 
est fran9ais dans ce dernier sens. 
AW, Aix-la-Chapelle , Aijc-les- Bains ,\)rononcez 
feCE. Noiis ajouleroiis ici les noms de quelques 
• ^v,^ * autres villes , qui se prononcent souvent d'une 
. At^ ^ maiiiere deiecuieuse. 
\^ *v Agen, prononcez Agin. 

Angers, — < Ange. 
Auxerre, — Äussere, 
Auxone , — Aussone, 
Bruxelle , — Brüssele. 
•^ ijgCrtf*^ Cadix, — ■ Cadisse. 

>AÄ.*A4.V j^^ Laon, — Lan. 

luxeuie , — lusseuil. 

Metz, — xMes. 

^^^J^ . ^ Rheims, — Ringe. 

RiOMS, — RiON. 

Strasbourg, — Strasbour, 



AJ^ .A<5 



G]6NEV0IS. i3 

AJOSSER (S'), s'accroupir, se tapir : wie poule 

ajossee siir ses oeujs. Lang., s'ajassd. Voyez ,^ - 

A JOUTURE , poiir ajoutage ijaites une ajouture ä 0fflM^ ^4 

cette rohe. •y^^'lj^ •^ifc' * 

ALANGUfi, BABILLARD, EFFRONTE : C^St UTl yf^^/iVoAr^^H%V 

alaiigue. — Vous n'etes qa\ine alangude. Lan- 
guedocien, alangat^ alangäda. Vieux fran9ais5 
langard. 

L'autre fut un langard , revelant les secrets 
Du Ciel et de son maitre aus hommes indiscrets. 

(Rkgnjer.) 

Notre voisine est langarde et mecliante. 

(La Fontaine.) 

ÄLCOVRE , pour alcove. Languedocien , alcöhre, . 

Alcoi^e vient d'un mot arabe, dont les Espa- 
gnols ont fait alcoba. 

ALENTOUPt 5 pour autour : ils eiaicnt toiis alen- 
tour de son Ut. Aleniour marque une sorte d'eloi- 
gnement ; on dira donc : Vempcreur uvait son 
bwac sur la colline , et sa garde etait aleniour. 

ALLA, ne dites pas : j'j alla, et je le trowa; 
je lui donna ^ c'est moi qid a; mais : 7'j al- 
laif et je le trouvaij je lui donnai^ c'est moi 
qui^ ai. r 

ALLE, il est alle hier ä la ville. Pour etre correct, //a «^'A 
il faut dire : il a ete hier d la ville, Etre alle si-yj^j^ ^iTiL- 



ij 



,/, GLOSSAIRE 

gnifie ^tre parti, ^tre sorli de cliez soi poui' se 

^ X rendre en quelque lieii, et n'^tre pas encore re- 

%J^tjf JtJoißnemi de ce lieu. 

• kij '4^kM^ib f^I-'LER : J'ai beaucoup d^endroits ä aller, phrase 

fjffti$ Wfrf^ g ridicuie qu'll faut remplacer par celle-ci je dois 

^*^§jC^l/fipi^ ö//er dans beaucoup d^endroits, 

ALLEMANDAGES, causeries, comivierages. Ce 
sont de ces allcmandages qui ne Jinissent pas. 
Elle fait des allemandages pour rien. 
ALLURE, VIF , eveille , intrigant : c'est un petit 
allure quljera son chemin. Lyon. Langued., al- 
lurat; paris. pop. delure, 
ALPHES, ALPHTES, pour aphthes : ila les alplies 
M dans la bouche. 

VU PC^ A - AMADOU est masculin; ne dites donc pas : de la 
fytfA,JOtL bonne amadou ^ de Vaniadou salpelree. 

AMARRONIER , pour marronier. Le peuple se sert 
quelquefois de cette expression ; les amarroniers 
sont Jle Ulis, 
AMANDRE, pour amandEj des amandres douces. 

Lyon. 
AMASSER, amasser unplat, le neitoyer avec son 

pain. Amasse ton assieite , locution vicieuse. 

AMATRLCE, feminin d'amateur. Ce niot n'estpas 

consacre par rAcademie, mais quelques bons ecri- 

, vains, et entre autres J.-J. Rousseau, n'ont pas 

V ^ craint den faire usage ; il en est de meme de crea- 



GENEVOIS. i5 

trice. All reste amatrice appartient au vieux ^^^m^ >C» 

fran^ais : 

Elles sont. . . . tant amatrices d'elles mesmes, et tant sou- 

cieuses de se delicater. . . . 

(Brantome, Dames Gal.^ * 

Latin, amatrix; Ital., amatrice, Amateuse se- 
serait iin barbarisme. 
AMBRESAILLE, AMBROCIIE, airelle oii rai- 
SIN DES BOIS ; Vaccinlum mjrLÜlus , LiN. 

Alhaligustra cadunt, vaccinia nigra leguntur. 
(ViRCIL. EgI. IL) 

En Savoie, amhrune. Vaiid. ^ 

AMOMON, TOMATE; pomme d'amour de la petite '^ßinfjll 

espece : un beau vase d^amomons. 
AMPPiOGER, reeller unekyrielle decertainsmots, 
pour connaitre celui qui, dans iin jeu d'ecoliers, 
doit^tre le sortant. Ampro , Giro ^ Carin, Caro^ 
Dupuis , Simon, CarcaiJIe , Brifon , Piron , La- 
hordon, Tau ^ Te , Feiä/le, Meuille , Tan^ Te^ 
Clu. Quelques personnes pretendent que ces mots *'* *^' ' 

bizarres etaient autrefois les noms de divers re- 
gens ou professeurs de notre College; nous les 
cro} ons plutot le fruit de l'imagination de quel- 
que ecolier. L' ampro est une sorte de symboIe, 
de mot du guet pour les Genevois. Sai^ez-vgns \^\% >' •» » 
amproger? Recitez lotre ampro. <(|5a%j V\.*\ 

AN CELLE, ECLissE ; appui pour la iracture des os. v ?' \ : • 

V 



- Hf« AlV.fi 



i6 GLOSSAiRE 

i^fr iMiita 1 4^P^^^"^ (EN), pour EN ANDAINS, terme riiial, 
qiii se dit du foin quand il est couche sur le pre, 
tel que la faux l'a abattu, avant qu'il soit itiis en 
cucheis, Yoyez ce mol. 
ANEMONE, pour anemone. 
ANGOISSER, ETPxE ANGOISSE, vieilles expres- 
sions dont nous faisons souvent usage, et que 
M.™^ de Slael et quelques autres ecrivains ont 
avec raison tenle de rajeunir. 



.«^<^ii(i 



Et qnand le mal plus m'arigoissoit, 
Tant plus ma voulente crolssoit. 

( Roman de la Rose. ) 

La vcue des angoisses d'aullruy xn'angoisse materiellement, 

( Montaigne.) 

On avait de plus, au iG.""^ siede, l'adjectif an- 
goisseux , et l'adv. angoisseusemerä. Ital., an- 
gosciare. 

CMi^^^ ANGOLA. On ne dit pas un cliat angola, mais un 
^^y^« Chat angora, un bei angora. 

^ ANOBLIR, pour ennoblir. 

Ceraetier(laguerre), que laseule necessite de defendre sa 
patrie peut anoblir, ou meme justifier aux yeux de la raison.... 
(P. H. Mallet, Histoire des Suisses.) 

CK.Kl^#M l^u^k-I^ y *^ une faute dans celle phrase, parce que 
i^j<0AjB hXi^ anohlir sigiiifie faire noble; ennobUr ne se dit 






GENEVOIS. ,7 

Ün pn'-cepte est aride, il le faut embellir ; 
Ennuyeux, Tcgaycr; vulgaire, rennohlir. 

( Delille. ) 

On seilt qu'ennobjir est icl le mot convenable; 
mais Deslouches ii'est pas correct, en disant dans 

son Glorieux : 

Vous ne savez donc pas jusqu'oü va l'arrogance 
D'uii bourgeois ennohli, fier de son opulence ? 

AOUST a vieilli; 011 ecrit aoüt^ et l'ün prononce 

Olit. 

APETISSIR, pour Apetisser : Gelte lunetle ape-SJßAfefdi^f^ 

iissil les objels ^ il faut, apctisse. ' 

APIDANCER (S'), combiiier, proportionner avec 

economic son pain et sa pitance : tu ne sals pas 

fapidancer. — Cejromage est tres-apidaiifant. \ ^*»,^t.»^ 

Langued. s^apitangä. Voyez Pidancc. tiuit^\^^¥' 

APIGEONNER , altirer dans le piege , ieiirrer , en- ^M^M^ 

juier : il s'est laissc apigeonner par ses helles * 

paroles. 
APOLOGIE signifie justijicatlon , et non point 

cloge. La Il.'irpe, dans sa Correspondance litte- 

raire , condamne expressement cette derniere 

acception. 
APOSTICHE , pour postiche, une queue apostiche. 

Lyon. 
APOUSTIS (les ) : nos bateliers donnent ce nom aux 

ponts etroits qui debordent les flaues de leurs 



i8 GLOSSAIRE 

barques, et sur lesquels ils manoeuvrent en al- 
lant a l'etire. ( Voyez ce mot.) 

APPAREMME?S T 5 ne prononcez pas apparan- 
niau^ mais apparainan\ et de meme, decem- 
ment , innocemment , suffisamment y tempera- 
ment, elc. 

APPENTIS , prononcez apanti, 

APPETIT, pour APPETIT. 

APPOINTER 5 se dit au jeu de boiiles par Oppo- 
sition a baucher (voyez ce mot) : // appointe 
' %%4|T» *i V^i^ bien , voilä iin bon api'oiiit. En France, ce terme 
ne s'emploie que dans le sens de donner des ap- 
poinlemensoa accommoder, terminer a l'amiable. 
Appointer et baucher sont langucd. et lyon. 
(^CfU^fäu^fi^ APPONCE, AJOUTAGE, ALLONGE : Totrc robe a be- 
jf/r^Qjf\ ft ^oin d\ine apponce. — Mettez Vapponce ä ceite 

^\%^f^ ^ iable. Lyon. Vaud. 

APPONüRE, ajouter : appondre une sauce. Latin, 
appendere^ altacher a. Vaud. 

APPRENTIF, pour apprenti. J.-J. Rousseau l'a 
ecrit de cette maniere. 

APPRENTISSE, pour apprentie : vieux terme 
indique par Richelet; plus anciennement encore 
on disait apprentivc. 

APRES, il rn^a courii apres -.^ dites : il a couru 
apres moi. J 'ai dernande apres vous^ dites ; je 
vous ai dernande. Toutefois l'Academie permet 



GENEVOIS. 



»9 



de dire : altendre apres qaelqu'un; crler apres 
quelqii'un. 
APRES-MIDI, assemblee, cercle, the : eile a 
donne u?i bei , une helle apres-midi; apez-vous 
ete ininte ä son apres-midi? 

APREUR, APRETE. 

AR, est souvent mal a propos siibstitue a ^r,dans 
la prononcialioii : il demeure au Parron ; il est 
alle ä Bariin j avez-vous lu le Marcure? 

Möllere inlrodult dans ses coraedies desjiaysans qui trans- 
formcnt alnsi l'e en a. « Un habit jaune et varl ! c'est donc le 
« medecin des parroquets ? ..... Allons \ite le sarcher, » 

( Medec. malgre lui. ) 

ARC-ROUTANT, prononcez ar-boutant. 

AREONAUTE, pour aeronaute. 

ARGEjNS ; les argens soiil rares. Ce pluriel n'est 
pas francais. ARGENT MACHE (D'), pour ar- 
gentE: une iabatiere d'argent mache. Lyon. 

ARGILE. Ce mot est du genre feminin, et Vol- 
taire a fait une faute en disant : 

L'argile par mes mains auiveioisfacoiine. 

{Agathocle^ 

ARGOT, pour ergot, espece d'ongle de quelques 

animaux ;/'ß;go/est le langage des filous, et aussi 

un terme de jardinage. 
ARGOTER, ERGOTER; ARGOTEUR, ergoteur. 

Paris, pop.; vieux fran9ais liargoicr^ ergoter. 
ARGOUSINER, presser, exciter, du mot fran- 

9ais argousin^ officier qui veille sur les Formats. 




-h 



^f^^^mm^ 



20 GLOSSAIRE 

APiGUELISSE, REGLISSE : du hois d'argueUsse. 
Roman , ergalisse, Nicot ecrit ragalice, et Älon- 
taigiie regallsse. 
ARGUILLOjN , ARDILLON : rarguillon de cetle bou- 
cle est gdtc. Lyon. 
• ARI, pour ARRiERE, tcmie de batelier -.faire ari, 
ramer en sens contraire pour aborder. 

ARIAS, EMRARRAS, TRACAS, AIR AFFAIRE : Ü est 

dans ioiis ses arias ; ilfait de grands aiias pour 
rien. Lyon. 
ARMiVNA, ALMANACH : armanas nouveaux, Paris, 
jjop. Ne failes pas sentir le c final , particulie- 
rement au pluriel : 

He ! vous n'y pensez pas , 
Je n'ai lu de mes jours que dans des vAtviAnachs , 

(RtGNAr.D, le Joueur.^ 

*4' " ARMISTICE, il a ele covclii une armistice. Ce 
mot est du genre masculin. 

ARMOLAU5 RERIOULEUR, GAGNE-PETIT : dotinez 

ces coutcaux ä I'armolau. Neuch. Au pays de 

Vaud,*7?o/rtre;proven9al5 armoidaire j langued. 

amouläjrc. 
ARMONIAC, pour ammoniac : du sei anno niac. 
APiRETE, pour arret : iln'a point d'arrete, c'est- 

a-dire il ne demeure jamais en repos. 
^4-* ARRIERE-GRAND-PERE, eisaieul, on dit bien 

arriere-neveu , arriere-peÜt-fils, mais arriere- 

grand-perc est un contre-scns. 



GENEVOIS. 21 

ARTEPiE (UN); ce mot est du genre feminin. 
ARTEUIL, ERTEUIL, pour orteil, doigt du 

pied. Corruption d'arteil, fait du iatln articulus, 

jointure. 
ARTiClIAUX, ARTICHAUD, ecrivez artichai t. 

^rtichautbdiard ou de muraille^ la graiide jou- 

barbe. 



^ I 



ARVE : se baigjier en Aive-^ Arve estgele. 11 est — 4— ^ 

mieux de dire : se baigner dans VArve', VAive 

estgele. 

ASPIRAL, pour spiral; terme d'horlogerie. ijj 

ASSEZ : il Y <^ assez bois ; nous ai?ons assez Ni 

viande dans la maison^ dites : il j a assez de 

bois , etc. 5 
ASSEYER (S'), pour s'asseoir : il s'est asseje> 

par terve. 

II ne sera peut-etre pas superflu d'indiquer ici la conju- 
gaison dcceverbe, sur laquclleonse liompe assez souvent,ou 
qu'on Orthographie mal -.je niassieds , tu t'assieds. üs'assied^ 
nous nous asseyons , vous voiis assejez, äs s'assejent. — /e 
m'asseynis, nous noi's assejions. — fe rnassis, nous nous as- 
simes. — fe m'assieiai, nous nous assicrons. — Je m'assierais, 
nous nous assi('rio7is.-~Assieds-toi , asseyons-nous. — Quejc 
m'asseye , que nous nous asserions. — Quej'e tnassisse , que 
nous nous assissions, — S'asseoir, s'assejant , assis, assisc. 
( Graminaire des grammaires. ) 

ASTHME, ASTHMATIQUE, prononcez asme, as^- 

MATIQUE. 



-^ 



-r 



22 GLOSSAIRE 

ASTRAGON, poiir Estragon : du vinaigre ä Vas- 

tragon» 
ATI AMI 5 jeu cVecoliers. Nous n'indiquerons dans 

ce recueil que les priricipaux termes de cette 

nature ; il serait trop pueril d'en donner une no- 

menclalure complete. 
ATINIOSPHERE ( LN ). Ce mot est feminin. 

Des temps bruraeux sont survenus, et se sont termines 

par un atmosphere neigeux. 

( Bibliothtque Universelle. ) 

Les lignes des feux enneinis remplissaient le pays l'at- 

mospht'rc en etail einbrase. 

(. MoKTHOLON , Mein, de Nap. ) 

ATOUT, SOUFFLET, HORION '.je lui aißanque un 
atout qui comptait au piquel. 

ATRIAUX, HATRIAUX, bouletles de foie de co- 
chon : wie douzaine d'diriauxj du roman he- 
triaulx, foie. En Lorraine, hälrez; a Besancon, 
afraux, 

ATTACHES^ des attaches de souUersj il est mieux 
de dire des CORDotss. 

ATTENLER, EXTl^NUER. L'Academie indique 
extenuer au propre et au figure : sa maladie Va 
extenue^ on a extenue le crime , mais eile ne 
donne l\ attcnuer que le sens propre -.attenuer les 
humeurs ^ les veilles Vatlenueiil. Observons que, 
malgre cette autorite, les bons ecrivains d'aujour- 
d'hui ne paraissent faire aucunc difficulte d'enj- 
ployer atlenuer au figure : 



GEi\EVOlS. 23 

« II etait naturel que les coupables cherchassent ä attenuer 
leur faule en nommant leur principal complice. » 

(Da KU, Hist. de Fen.) 

AUCUNS, ce pluriel, daiis le sens negatif, n'est 
plus giiere usile qii'en style de palais; toiitefois 
i'academie permet de dire : il ne nia rendii au- ^ i 

CUTIS soins j il n'a Jait aucunes disposiäofis ^ ; 
et de grarides aiitorites seinblent en accorder 
l'usage a la poesie. "^ ^ 

Non qu'il vous faule en prendre aucunes defiances . . . 
Aucuns ordres ni soins n'ont pu le secourir. 

(Corneille.) 
Aucuns monstres par moi domptes jusqu'aujourd'liui .. , 

(Racine.) 

Voyez Nuls, 
AUJORD'IIUI, pour aujourd'hui. Paris, pop. 
AUPAR AVANT , pour avant. Auparavant est im 

adverbe, et noii une preposition. 

Le cavalier ne doit pas s'en servir (du bildon) auparavant 
que le cheval ne soit bien persuade. . . . " "* -•• 

(HuzARD , art. Clieval, Nouv, Dict. d'hist, nai.) 

II fallait : avant que le chei^al. ... * ^ 

AUSSI , pour si tun aussi grajid succes me permet _-— 4 

d^esperer. . . , Aussig adverbe de comparaison, 

ne doit pas etre employe dans le sens affirmalif "^^ • 

de si. 

AUTRE : 72 'j a-t-il personne d'aulre? Je verrat - f •• 

I On peut dire aussi '.Je ne veux faire aucuns frais. 



-r 



24 GLOSSAIRE 

quelqu'un d'autrej iie vous faul-il rien d'aulre? 
sont des barbarismes ; il faut prendrc un autre 
toiir, et dire, n^j a-t-il plus personne? je verrat 
quelqiie autre personne ^ ne vous faut-il pas au- 
tre chose? 
AUTRES FOIS (LES):y>- aJJais les aulrcsfois, 
Dites tout simplement:yy allais autrefois. Lyon. 
Langued. 
•.•''y" AVAN, pour osier : cueilUr des avans ; des auans 

pour les lonneliers. Terme de la langue ro- 
mane. Oll il etait geiieriqae, et se dlsail de toutes 
les plantes qiii croissent au bord des eaiix. En 
Franche-Comte 5 awan, avan. 

Ce mot est remarqiiable par son anciennete ; 
avaiit de passer dans lalangue romance, ilexistait 
dans plusieurs dialectes des Celtes oü il sigiiifiait 
eau , riviere. Nos Observations sur les noms de 
lieux en offi'iront de nom]3reiix vestiges. 
•--f^ AVANT-HIER, faites sentir le t^ et ne prononcez 

pas avan-lder. 
„^ AVANTER, AVENTER, aveindre : ai^antez 
i voir ceile ioupine qui est aguillce sur ce iah las, 

Avanter^ en roman , signifie mettre en avant. 
AVECry'^z dlne avec un poulet; je dejeunc apec 
du cafe. Remplacez avec par la preposition de : 
. ...d'un poulet j de cafe. Boiste veut qu'on re- 
serve ai>ec poiir s'en servir dans ce sens \j^al de- 
jeunc avec inon ami. 



^ 



GENEVOIS. 25 

AVE NA IRE, ergoteur, Frondeur, chicaneur, 
broiiillon : terme qiii parait detourne de la vraie 
sjgniiicatioii du mot latin adt^enarlus , etranger , 
iiitrus , nouveau venu. Advena atticus , qui sup- 
planle son mailre, inferieur qui depossede son 
superieur. A Neuchätel, a^>enaire a conserve 
lacception latine : nouveau venu, intrus. Quel- 
ques -uns disent avenairer pour chicaner, pro- 
voquer. 

AVPtIL; il faut, sulvant Gattel et lAcademie , 
mouiller 17 final de ce mot. 

AYE, pour AiT : 

II n'y a que Ics personnes qui evitcnt de donner de la Ja- 
lousie, qui meritent qu'on en aye pour elles. 

(La Rochefoucaült. ) 

11 faut eslre toujours botle et prest ä partir. . . . , et se 
garder qu'on u'aye lors affaire qu'ä soy, car nous y aurons 
asscz de besongne sans aultre surcroist. 

( Montaigne.) 

J'ai vu mourir Pompee, et ne Tai pas suivi ; 
Et bien que le moyen m'en aye cte ravi , 
Qu'une pitie ci'uelle ä mes douleurs profondes 
M'aye öle le secours et du fer et des ondes. . i 
(Corneille. ) 

Cette locution netait pas autrefois envisage'e 
conime fautive, mais on la regarde aujourd'hui 
conime un solecisme ; qii'ils aient doit se pro- 
' 'noncer qu'ils he-e^ et non quHls he-ie. 



26 GLOSSAIRE 



l^/»%%%%-V»%%»^^/fc^l%.^»^/» ».%%.».% '»^^■%'% i%^^^^%^%*'% ' »»**'<l «^ W« IV«%^^>V1 «,«.%• 



B. 



BABAN, FLANDRIN, DADAIS, GRAND ENFANT. Racine 
celtique, bab^ enfant; baban, petit enfant, pou- 
pee ; de la une foule de derives dans loutes les 
langues : anglais , bab j allemand, bub ^ italieii, 
bambino , babbaccio , etc. Le mot fran9ais ba- 
hiole doit avoir la möme origine. 
-4— BABO , pour BORO ; nous disons d'un petit enfant : 
il a babo ä ses rates, pour exprimer qu'il a mal 
aux dents. 
-♦- B ABOLER 5 BREDOUILLER : il nefait que baboler , on 
ne comprend pas la moitie de ce quHl dit\ forme 
par onomatopee. Anglais , babble ^ causer comme 
un enfant; grec babazein, balbutier. 

BABOUINE5BABINE : lesbabouines dhm singe. Ba- 
bouine se dit en fran^ais d'une enfant vive et 
etourdie. Embabouiner^ en langue romane , trom- 
per, amuser. Pour Forigine de tous ces mots, 
voyez Baban. 

BACHE, BATZ : une demi-bache , dites : un demi- 
batz, 

BACHE , se dit des herbes qui croissent dans un pre 



GENEVOIS. 27 

marecageux: ce ri'est que de la häche ; un pre 
bdcheux, c est-a-dire humide , marecageux. 

BACKET, BASSIN, ALGE, BAQUET : U backet de 
Pezay. Racine celtique , äöc, vase ; de la les mots 
fran^ais bachot, bachote, bachoue, etc. Quelques- 
uns veulent que ces termes , ainsi que bac^irmWe, 
soient formes de l'allemand back , ruisseau. 

BACULO, jeu d'ecoliers, de baculus, baton :jouer 
ä baculo , au baciilo, 

BADE ( DE ) , EN VAIN , INUTILEMENT : TIC mefaites 
pas venir de bade. De l'ilalien bada ; teuere a 
bada^ faire perdre le temps. Fribourgeois. 

BADINAGE, .touet, joujou : une boite de badi- 
nages. Ce mot ne doit signifier que l'action de 
badiner. Neucli. 

BAGAR (UN), pour ijne bagarre : nallez pas voiis 
Jourrer dans ce bagar. 

BAGNOLET, baquet, sorte de vase en bois. Ital. 
bagnoletto , petite baignoire. Bagnoht se dit en 
francais d'une certaine coiifure de t'emmc. Vaud. 

BAHIU, BAIU; bahut, grand coffre, malle enorme; 
nous le disons aussi au figure, d'un homme ou 
d'un clieval gros et lourd : c^est im gros bahiu. 

« II y en a qui cuident qu'il vient du verbc latin hajulo, 
parce qu'on en use ä porter des hardes sur des mulets qui sont 
appeles muH haiuli. » 

( NiCOT. ) 

Asinum hajukmtem sarcinax. 

(Ph*drk.) 



^^ GLOSSAIRE 

D'autres derivent bahut de VaWemcind behüten 
garder, coffre propre a garder des hardes. 

BAIGNES , BAlNS : dans le temps des baignes. 

BAIGNER; iious disons qiie la lune baigne^ lors- 
qii'elle est entouree d'uii cercle de vapeurs qui 
presage la pluie '. 

Luna revertentes cum primum colligit ignes , 
Si nigrurn ohscuro comprenderit aera cornu, 
Maxiinus agricolis pelagoque parabitur iinher. 
( ViRGiLE , Georgiques. ) 

BAILL A , BAiLLEMENT : qucl baiJld vous auezfait 
lä! llfaitses derniers baillds ^ c'est-a-dire il 
^ rend les derniers soupirs. 

.^Am, ^P^\\ÄuEK:bailleraux corneillesj ecrivezbayer, et 
prononcez be-ie\ Vaud. 
BAL A LAME, gros meuble antiqiie et massif : ce 
grand balaldine dejauteuil. Nous le disons aussi 
i^" dans le sens de grand flandrin. Racine celtique 

bal^ grand, gros; balach^ geant. 
BAL AN 5 BALANgoiRE, ESCARPOLETTE. Efre en balan^ 
pour etre en Jjalance, en suspens -.^ai etelong- 
temps en balan de sai^'oir sije devais . . . Neuch. 
BALENDRIER, balcon, garde-fou, galerie. 

I Nous signalons cette expression parce qu'elle n'esl indi- 
quce dans aucun des dictionnaires r[ui fönt autoiüte ; mais 
avant de s'en interdire l'usage, il l'audrait savoir comment la 
remplacer. 



P' 



GENEVOIS. 29 

Nous passions sur le pont d'Arve, et le halemhier^ idest 
garde-fous, ctait öte. 

(Beroald DEyERviLLE, Mojeti de pan'enir.' ) 

BALI ER, BALAYER. BALIURES, balayures : la 
scille des haliures. Paris, pop. 

BAMBILLER , pendiller , brandiller : quest-ce 
qu'on voilbambilier ä cette fenetre? JSkMlML- 
LON, CHIFFON, lambeau qiii pendille. 

BAMBINER, SE B AMB ANER, faineanter, muser : 
il nefait que hamhiuer par les nies. Qiie voiilez- 
vous que nous allions nous hambaner iout le 
j cur par hi? Ital. bambiho , enfant; bambincria 
puerilite. Vojez Baban. 

BAMBOCIIE, BAMBOCHER, BAMBOCHEUR. 
Mots en usage a Geneve et dans quelques pro- 

, vinces , dans le sens des termes popukiires rlboie, 
riboter^ riboteur : vous auez bienfait la bainbo- 
che. C'est un bon bambocheur. Yaud. 

Bamboche se dit en francais d'une grande ma- 
rionnette , ou d'une personne de petite taiile. Une 
bawbochade est un tableau dans le ii;enre 2;ro- 
tesque. 

BAMBOCIIES5 souLiERS fourres 5 corruption de 
babouches , terme oriental. 

I Cet auteur, quoique iie ä Paris vers le milieu du iG.">c 
siecle, elait d'orij^äne genevoise. Son Moyen de parvenir est 
ecrit dans le gcnre de Rabelais. 



-r 



3o GLOSSAIRE 

BANC ; 011 appelle ainsi les eclioppes qui bordent 

quelques rues de Geneve : demier les hancs. 
BANDE : im enfantä la bände. II est mieux de dire , 
Uli enf;ant au maiilot. J.-J. Rousseau dit : un en- 
fant embande j ce verbe embander est de sori 
inveiitiou. 
— *- B A NNEI\,LANGUiR:ce//^ viande a banne pres diifeu. 
^ BANQUE, COMPTOIR, table a compter, k serrer 
* l'argent. Une marcbatide, une limoriadiore se 

tient ä soii comptoir, et non ä sa banque, der- 
riere sa banque. Vaud. 
BÄPvA 5 petite boite pour mettre de l'argent ou des 
rouages d'horlogerie. Bar, en celtique, signifie 
encelnte, qui renferme, et barra fernier, clorre. 
De lä l'anglais bar, obstacle, et nombre de deri- 
ves francais : barrer, barreau , barriere, baril, 
barate, barricade, embarras, etc. 
BARABANT, pour brabant. Le peuple dit quel- 

quefois un ecu de BarabanU 
BARACAN, pourBOüRACAN. Unhabitde baracan. 
Baracan appartieiit au vieux francais. Ital. Ba- 
racana. 
> BARBOUILLON, homme sans tenue, sans parole. 
Ce terme ne peut ötre remplace ni par brouillon, 
ni par barbouilleur, qui n'ont pointla m^me ac- 
ception. 

Jean- Jacques donne le nom de harbouillon ä 
un uiecbant musicien. 



GENEVOIS. 3i 

BARBUE, terme riiral; bouture de cep, provin 
avec sa meine. 

BARICOLER, barioler : un habit tout baricole, 
Lyon. 

BARIL; prononcez BARI. 

BARJ AQUER , caqueter, bavarder, medire. Elle 
nejait que barjagiiei'j c''esi unevraie barjaque, 
Ne voiis prenez pas ä tous ces barjaquages , ä 
touies ces barjaqueries. En Languecloc, bar ja , 
barjajre ^ barjacaries. Les Proven^aux disent 
aiissi barjar, babiller ; barjacas^ bavard ; et barjo^ 
la bouche. Racine celtique bar, la parole; d'ou 
vient le mot barde , poete. Neucli. 

BARONMETRE, pour barometre. 

BARRE ;yoMer ä barre, Dites : Jouer aux barres y 
toucher barres. 

BARRICADE; ftte , collation que les paysans don- 
nent ä l'epoiisee au sortir de l'eglise : on leur a 
fait ime belle barricade. 

BARROT, pelit char a l'usage des portefaix. 

BARROTE , TOMBEREAU. Roman barrot ^ latin bar- 
bare, barrotum- anglais, barrow^ 

BASELIC, BASELI, basilic : im rase debaselL 

BASOTER, HESiTER, barguigner : il ne sali ce 
quHl veut, il nefait que basoter^ il ir'y a pas lä 
ä basoter. 

BASSIN (UN), un hemme pesant, ennuyeux. 



+- 



32 GLOSSAIRE 

Uli faclieux : c-esl unfameux hassin. — BAS- 
SINER, enniiyer, fatiguer : aA / qu'il me has- 
Sinei Que c^est hassiimnl! 

BASSINE, BRASIER : ebraisez Ja hassine. Eii fran- 
^ais , vase de cuivre a l'usage des confiseurs , des 
pbarmaciens , etc. Vaud. 

BAT ACLAN, attirail, suite, sequelle. Fran^ais 
populaire indique par Boiste. 

BATAILLE : ce n^est qu'une halaille d^ivrognes. 
Le mot propre est battebie; halaille ne s'em- 
ploie qu'en parlant dun combat general de deux 
armees. 

Le mot hatiure^ quine signifie plus aujourd'hui 
qu'une espece de doiure, etait autrefois employe 
dans un sens pour lequel il nous manque un sub- 
stantif : 

II sera batlu par la justice du lieu, tout ä nud li 

hommes par liommes , et la femme par femme. . . . . se ils ne 
rachetaient la hattwe. 

( Chronique du moyen age. ) 

^ BATAILLE (soupe a la ) , potage a la julienne. 
BÄTE (une), un troussts : Cette rohe est trop lon- 
gue ^faites-y unc hdte. 
- BATTE ( de la), sorte d'etoffe de laine. 
-r BATTRE A-TOUT, dites : faire a-tout. Terme 

de je 11. 
H- BATTRE' BRIQUET, battre le briquet. 



GIiNEVOiS. 33 

BAUCHER, DEBUTER : Bauchez cette houfe ; bau- 
cher en place, 

BÄU?vIE : Je ne m 'ensoucie pas plus que de bäume. 
11 ny en a pas plus que de bäume ^ c'est-a-dire 
je ne m'en soucie pas du tont, il \\y en a pas du 
tout. Ces locutions lirent, dit-on, leiu* origine 
du DOm de La Baume ^ derriier eveque de Ge- 
neve, qui s'enfuit de son siege en i533. 

BAVxiPiD. Fiusieurs personnes empioieol cc mot 
dans le sens de railleur ^ persifleur , tandis qu'en 
bon fran.^als il signiüe babiilard, causenr indis- 
cret : Mon Dieu^ que vous eles bauardl II nejalt 
que se bai^arder de nioi. Je me moque blen de 
ras bap-ardages. Ces expresslons nous vieniieiit 
de la langue romane , oü bai^eur signifie moqueur , 
niauvais plaisant; bai^-e , bai^erie ^ moquerie. En 
ilaiien, beß'ardo , raiÜear, gausseur. 

On ne peut avoir de sürete dans la socicle quand on est 

ou hai'ard , ou moqueur, ou rnedisant , parce que le bavaid , 

afin de parier, dit mille ciioses inconsiderees et compromet 

tont le monde ; que le moqueur , pour faire une plalsanlcrie, 

fait souvent des mccliancetes et des indiscretions , et que le 

medlsant repete le mal qu'il sait des autres. 

( Genlis.) 

BE A BA : etre au be ä ba^ c'est-ä-dlre elre ä qula, ^ 

n'en pouvoir plus. 
BEAUCOUP, DE BEaüCOUP. L'Academie veut 

qu'on dlse il s'en Jant beaucoup, pour ex- 

'3 



34 GLOSSAIRE 

primer qu'il y a une grande dlffereiice ; Elle 
n'esl pas sijolie que sa sceuj\ il s^enfaul hcaw 
coup; mais eile ajoute que , s'il s'agit d'une quantile 
qui , devant y etre , n y est pas , on doit employer 
le de : f^ous ne jn'ai^ez pas tout rendu, il s'en 
faul de beaucoup. Gelte regle est souvent eludee. 

Ce n'estpas que ses pleces (Boursault) soient regulicres , il 

s'en faut de beaucoup. 

( La Harpe.) 

Cependanl il s'en faut de beaucoup que cc poete ( Poni- 
pignan) morite le mepris que lui a prodigue Vollaire. 

(Delille. ) 

Le sujet des Provinciales n'estdonc pas, et il s'en faut de 

beaucoup , sterile. 

( Willem Aijr.) 

.«iw BliCHEE , pour becquee , Lyon, et Vaud. Ce terme 
appartient au vieux fran^ais. 

Tout ainsl que les oyseaux yont quelquesfois ä la queste 

du grain, et le portent au bec saus le taster, pour en faire 

bechee ä leurs petits : ainsi nos pedants vont pillotant la 

'science dans les livres, et ne la logent qu'au bout de leurs 

levres , pour la degorger seulement et mettre au vent. 

(Montaigne.) 

BECHET , trou fait a la glace : Prenezgarde, voilä 
im bediel l Prendre hecliet se dit d'uri palineur 
qui s'enfonce dans l'eau : // a pris hecliet jusqu 'au 
cou. Ell langue romane, bccliet ou haichet si- 
gnifie uu brocket. Or, comme a Geneve on pa- 
tine ou l'on glisse sur des fosses ou des pieces 



GEiNEVOlS, 35 

»reau qiii reiiterment onlinaiienunt beaucoup 
de bt'ochels, on aiira peiit-cHre (ist, eii plaisan- 
iant , ü pj-end le bechet^ ü prend bechet, poiir 
il s'' enfonce daiis Veau. Eii celtique, becqed, bec- 
ket sigiiifie aiissi brochet. Peut-ötre aussi ce mot 
vieot-il tout simplenieiit de breche^ forme de l'all. 
brechen., rompre. 

BECFI, BEC-FIGUE : Tirer des becjis. ^m \ ■ 

BEGNULE, MAZETTE : C^est une paui^re begnule. — ^ 
Latin benignus. 

BEGülNE 5 certaine coiffure de paysanne. Le mot 
francais est COüvre-chef. Beguin ne doit se dire 
que d'une espece de coifte ä l'iisage des enfans ; 
c'est ce que noiis appelons une barrette. 

BELLÜES , copeaux : Allwner lefeu avec des bei- -•4— 
Ines ,• iin sac de bellues. Dans la langoe romane , 
ce mot signifie contes en Fair, sornettes : 

Elle li dist lant de bellues , *^^» 

De truffes et de faf'elues ', 
Que eile li falt ä force entendre 
Que li Ciex deraain sera cendre. 

( RuTEßEUF.) 

C>e poete ecrivait soiis les regnes de St. Louis 
ei de Phiiippe-le-Hardi. 
BELOSSE , BELLOSSE , prunelle , fruit du prii- .^ 

I On fcuifelues , au]onvdC\\\n faiifreliiches; de l'ital. fanfa- 
liica , feu de branclies seches, flamineclie ; et au ügure , bali- 
verne , bagalelle. 



36 GLOSSAIRE 

nellier. En langue romane, belloche^ a Lyon, 
pelossej a Fribourg, bolosse. Ce mot est usite , 
dans le meme sens, dans la Basse-Bretagne. 
BELSAMINE; dites balsamine, de balsamum. 
BENAITON (UN), ime sebile, sorte de panier 
pour porter le pain au four. Gattel dit dans ce 
sens im banneton^ mais l'Academie et de Wailly 
ne donnent a ce dernier mot que la signification 
de coffre, reservoir pour le poisson. Benaton, 
panier d'osier pour le sei; benne , baue ^ hotte 
pour la vendange. (Boiste.) 

Langue romane, Z^e/tate, panier, hotte. — Dans 
la hasse latinite, beimala ^ vase. — Espagnol, 
banaia, — Flamand, benn^ corbeille. — AUe- 
--. mand-Suisse , bennc, tombereau. Tous ces mots 

nous paraissent sortir de la racine celtique beriy 
creux, cave. 
•4^ B£QUETTE, pied d'alouette, delphinium, 
plante. 
BEQUILLE , pour bequille. 

BEPiCIIE. Ce mot qui , en frangais, est un terme 
de marine, signifie ä Geneve breche-derd. En 
langued. bergua^ a Lyon, brechu. Vaud. 
BERICLES, pour besicles; terme roman et pro- 
ven9al. En allemand brille. 
t, BERNICLE , pour bernique ; expression adver- 
biale. Je croyais le ienir^ etbernicle! bernicle! 



GENEVOIS. .-57 

BESOLET. Les chasseurs du piiys donnent ce noni 
a diverses especes de mouettes; la plus commune 
estle larus ridibundus, lamouetlerieuse. 

« J'avais pris un fusil pour tirfir des besolets , mais Julie 
me fit honte de tiier des oiseaux pour le seul plaisir de faire 
du mal. u 

(^Noui'elle Heloise, "i.^ partie. ) 

Nous nous servons aussi de Taugmentatif be- 
sues pourdesigner loutes les mouettes plus gros- 
ses que les besolets^ meme les goelands. La 
mouelte cendree est celie qu'on voit ie plus or- 
dinairement. 

BESULE. Nom donne a Geneve, suivant Jurine, ä 
tous les corrigones d'un demi-pied de longueur. 
Nicot dit bezolle, espece de poisson du Leman. En 
1 5 1 9, on appela Guerre des besoles , Texpedition 
du duc de Savoie contre nolre Picpublique, parce 
que, comme eile se fit a Tepoque du careme, on 
iie trouvait guere a mauger que de ces poissons. 
Spoji les nomme des harengs. 

BETANDIER, terme rural, partie du fenil oii Ton 
place les gerbes apres la moisson. 

BETARÜ. Le mot fraiicpais est beta. Vaud et Neuch. 

BEURPiIERE, BARATTE, vase a battre le beurre. -a- 
En France, une beurriere est une marchande de 
beurre; dites aussi du babeurre, et non de la 
batlue. 



38 GLOSSAIRE 

BEVABLE, [fOLir BUVABLE : Ce vin n^est pas he- 
vahlc. 

BIAUDER ,,DIAUDER , sauter, joher : Ccs enfans 
ont bien biaude ensemble. Terme forme de haii- 
d'ir '^ en vieux francais, esbaudir , c'est-a-dire 
egayer. 

BICnONNER ( SE ) 5 s'arranger avec soin , s'ajuster 
m avec pretenlion, se mignarder : liest toujours ä 

sc bicJionner, Noiis disons aussl, dans le meme 
sens, se pouponner. 
*'4-" BICLE , pour bigle ; Lyon, et Vaud. En patois de 
la Franche-Comte 5 hricla^ Gelte -bretony blcle. 
Cependant bicle, comme bigle ^ nous parait for- 
me du laiin bloculus, coutraction de bis oculiis. 

BIEN : Du bien d'auirui larpc courroie. Le veri- 
tal^le texte de cefc adage est : du cuir d'autnd 
large couiToie. 

BIENVEUILLANCE , bienveillance. 

Elles continiient ä cultiver sa bienveuillance ^ sans espcrer 
le retour de son affection. 

(^ Bibliotheque Britanniquc , litterature, tome i.) 

Gelte expression a viellii depiiis long-temps ; 

on ne la trouve pas meme dans Richelet. Vaud. 

BILEUX : unc ßeure h Ileus c ^ diles bilieux, wie 

Jievrc BILIEIJSE. 
BILLARD; nos ecoliers donnenl <;e nom a leuis 
TOUPiES : J \iL un hdlard qui ronjle bien. 



-h 



aaJaa» 



GENEVOIS. 39 

BIOLE : bahii de biole.^ c'esl-a-dire de bouleau. A 
Geiieve , on dit de quelqii'un qui est im peii fem , 
ü est dans les bioles ,* mot corrompu de nioles^ 
Images. (Voyez ce mot.) Le peaple dit a Lyon 
balai de bie, et a Paris balai de bouilleau. 

BIRON, COUYET, Sorte de cliaußerette. 

BISCOIN 5 Sorte de brioche au safran. "^ 

riusieurs allant querir des biscoins et gätelels au pont 
(rArve, cn quo! on enriclilt les etrangers, 011 peiTnel a ceux 
de la ville d'en faire. ( En i5ö8.) 

( Fragmens hist. ei biogr. ) 

BISCOME, PAIN d'epice. BISCOMIEB, fabricant de -f- 
biscomes; termes comius daiis loüte !a Suisse 
fran^aise. 

BISINGUE (DE); c'est-a-dire de travers, de guin- — ♦- 
gois : Cet liabil va toui de bisinguc j marcher 
de bisingue. 

BISQUER , PESTER 5 ENRAGER. Fran9ais pop. indiqiie -^ 
par Boiste. 

BLA.GUEB, CRAQUER, habler. BLAGUEUR, FAN- J^ 
FARON5 vantard : Quelle blaguel Tais-toi, bla- 
gueur. Fran^ais [.»op. — On voit au Port Louis, 
He de France ;, le Trou-fanfaron , et la Tour- 
des-BIagueurs. Boiste dit blagiie ou blade , poche 
de peiican ]30ur mettre le tabac. 

BLESSON , BLESSONIER , poire sauvage , poirier — f-^ 
sauvage. Ces termes sont aussi du patois de la 
Franche-Comte. 



40 GLOSSAIRE 

BOBET, SOT, NiGAUD. En langue romane, bobe; 
im celtiqae boberia, sottise; en aiiglais boobj, 
puerilite , babiole. 

BOG, Sorte 'de petit crapaud, rajia bombina, sui- 
vaiil Jurine: il estßer comme un boc. Alteration 
du vieux fran^ais bot un crapaud, mot qu'on 
retroiive encore dans quelques pro vinces francai- 
ses et dans le Canton de Fribourg ; a Metz , on dit 
^tre bot, avoir les joues bouffies de depii, et bot 
en langue romane signilie une outre. Or, ce niot 
bot^ crapaud, vient, selon Bullet, du celiique 
bolli eievaiion,parce que cet animals'enfie beau- 
coup. Voyez aussi Cbampolllon-Figeac dans ses 
Reclierches sur les patois de Ja France. L'italien 
bolla^ un crapaud, n'a pas d'aulre origine. 

BOCAN, BOUC : une odeur de bocan. — La clieurc 
et son bocan. Bocan est un mot celiique du 
dialecle irlandais; les Fjretons disent boch. 
««Ix BOCON, pourBOUCON, morceau, bouchee. Italien, 
bocconc. 

A^ BOETE a vieüli; on n'ecrit plus que BOiTE. 
BOIS-CARRE, FUSATN, bonnet-a-pretre. 
BOrrON 5 ECüRiE, TOiT A cocHONS. II SC dit par ex- 

tension d'un vilain appartement. Vaud. 
COLLÄNT, se dit du pain bien leve, bien arrondi. 
BOLLES ( // mouillees) , vases de bois pour porter 

le lall .uir un ihie : une pairc de bolles ; terme 



GENEVOIS. 4i 

comiu dans nos Alpes romanes. Roman bouilley 
Sorte de Iiotie pour la vendange. Racine celtique 
boily ventre. Vo} ez Bouelle. 

BOLLIOT, GROS, TRAPü, RAMASSE : du romau .-4~ 

hcuillu, ventrii. Voyez Bouelle. *t t^v" ^ 

BOLONGER, boulanger. 

BON 5 BONNE : Gelte cliambre esttres-bonnej c'est- 
a-dire que la lemperature en est agreable, qu'il 
}' fait bon. 

BONFOND , ETOL'RDI , TAPAGETjR, LIBERTIN : c'cst 

unfameux bonfond. RI. le professeur Monnard 
de Lausanne ' dil que le mot bonfond^ ainsi 
que quelques autres de meme nature, semble 
indlquer chez le peuple vaudois certain penchant 
a rironle. Ne pourrions-nous pas appliquer pa- 
reille Observation aquelqiies-uns de nos idiotisrnes, 
et de la quantite de nos injures populaires«, tirer 
aussi la consequence que le Genevois est un peu 
tracassier, cbicaneur, ai^enaire ? 

BONNER. ( on prononce eon-ner ) , comeuger'; 
Bonner un tonneau. — • Faire um bonnure 
{bon-raire^ d un tonneau, 

BONNETTE (une), un bonnel : jna bonnette de 
nuit. Lyon. — Bonnetle est un terme de fortili- 
calion, et bonneltes _, au pluriel , signifie certaines 
Voiles de vaisseau. 

1 Nomell. Vaud. 7 mai 1824. 



42 GLOSSAIRE 

BONTABLE 5 obiigeant , complaisant , deboiinaiie. 
_•— BORDS , bordees : Faire des hords sur le lac. 

BORiXlCAND, qui alavue tres-basse. EiiLangued. 

^ ^ bruniquelj a Neuchatel , bornicle, 

Upk nUtwT^ BOSSE , FOUDRE, grand vase a vin. Ce mot vienl , 

/ suivant Ducange, du bas-lalin hossex. dont la 

racine celiique est bos , vase, tbnd. On dit eii 

Anjou, une busse. Neuch. En frangais, bosse si- 

giiifie TONNEAU DESEL. (Boiste.) 

BOSSETTE, diminutif de£)055e ,• en fran^aisjterme 

d'eperoimier. 
\jOT'VW£ :JaireboUet ^ lermed'ecolier qai signifie 

s'associer, prendre im interel. 
]>OUBEj PETIT BüUViER, PATRE. Ell roman , bobeJlii. 
BOÜCAN , TAPAGE, VACARME : ces cnfaiisfont un 
boucan de mdlei^ie, BOUCANER, vexer, cha- 
GRiNER : f<2 me boucane. Boiste Iiidiqiie ces deux 
mots comme ayant^, dans le frangais popuiaire, 
les memes acceptions que cliez nous. 
BOUCriARD , DE ; qui a le visage malpi opre : Cet 
enjant est toujours boucliard. — // s'est toul 
bouchardc. II se dit aussi d'un liomme de mau 
vaise mine : C'est un bouchard. Du roman bou 
cliai-j boucliO. hes bergers provengauxappeilent 
encore bouchars les moutons a niuseau noir. 
Vaiid. Dans le canbjn de Fribourg, boizard, 
botzarda, et se dit aussi d'iin animal qci a iine 
lache sur le museau. 



I 



GENEVOIS. 43 

TUJUCHERE, bouloii sur les levres. A Lyon, hou- 
cJiarlc. Neiicli. "\ ciiid. 

ROUCIION (A); reiiverse, seiis dessus (lessous;ierine 
lyonnais : liest tombc ä bouclioiij poser un vase 
ä bouchon. En laiigue romaiie, se metire ä hoii- 
chelon \ eut dire se reiiverser. 

150UDINS (des) ; dües DU boudin. 

BOEEBE, ENFANT, PETIT ENFANT; terme introdüil 
a Geoeve par ies boniies du pays de Vaud. 11 vient 
de Tailemaiid biib ^ unenfant. 

BOUELLE , EOELLE , la panse; le ventre, terme 
emprunte du palois de la campagne. Celiiq. , 
bouellou, les intestins; Roman, la boelc ; et 
eboeller, eventrer; aogl. popul. bellj , le veri- 
tre; italieii, budeUame , intestlns, Iripailie. 

Par Ics flans la si porfandu , 
Que la boele li chei. 

Et lor clievaux les eboeltent, 
Et vifs de sor les mors roelent. 

(Christian be Tkoie , 12.'"^ siecle. ) J^^ 

Dans les eaVirons de Bex, dit le Comeivalcur Suisse , est 
une vallee nommee Boiilaire , ä cause d'uu combat qui se 
livra au 14.™^ siecle, eiilrc les Valaisans et les clloyens 
d'Aigle, oü quantite de vaches furent rbouellccs , c'est-a-diro 
(jventrees. 

ROUER (SEI); dites se crotter. Boiicr, en fsan- 
^ais, est un (erine de monilayeur. 



44 GLOSSAIRE 

j BOÜFFEK, BRIFER, manger en glouton. Fran^ais 
pop. (Boiste.) De boußej\ enfler les Jones, et iion, 
comme on l'a preteiidii, du grec bouphagos^ 
gloüton. 

Roman , houßhrd^ grand mangeur , d'oü nous 
avons fait houß'eur^ qui n'est point francais , non 
plus que boujj'aille ^ repas, bombance ; Quelle 
boujj'aüle l 

BOüGlLLON, MiivRE, qui remue sans cesse. On 
dit a Lyon boiigcon. Cet eirfant est bien bougil- 
lon • il nejait que bougillonner j il m'impatiente 
ai^ec ses bougillonnages. 

BOUGNON, BOUGNETTE, joli, gentil, mi- 
GNON : C'est un bougnon d^enfant^ gu'elle est 
bougnetle! 

BOUIE, LESSIVE. En langue romane buie^boueej 
bue]\ lessiver; en Italien bucaia. La racine cel- 
tique ÄoMsignifie eau; d'oü vient boue, etc. 

BOUION5 PETITE LESSIVE. 

Ä^OUIÄNDIERE, BUYANDIERE, blanchisseuse , 
Celle qui fait la lessive. Ces mots sont du vieux 
francais. 

BOÜILLA, GROSSE PERCHEj sorte de poisson. 
BOüiLLIT : Veauboullliij dites : l'eau bout. Vaud. 
BOUILLOTTE , bouilloire : Mettez chauj/er la 

bouilloüe. Lyon. 
BOüLEVARI , VACARME , DESORDRE. Paris, pop. La- 



GENEVOIS. 45 

veaux dit que c'est im terme de marine qui 
signiiie grand bruit, grand tumuUe; d'aiitres 
le croient une corruption de oujvarz, terme de 
chasse. 

BOÜLl , U77 bon boiili. Ilcrivez et prononcez bouilli. 

BOULVERSER, pour bouleverser. Bourrit, Des- 
cript. des Alpes , ecrit bouhersement. 

BOURANFLE, bouffi^ enfle : Vous avez un air 
tout bouravße. Patois frib. borinflio. 

BOURDIFAILLE, femme sans tete, etourdie: 
C'est une vraie bourdifaille. Dans !a langue cel- 
tique, on trouve les mots bourd^ facetie , boiir- 
dal, folatrer; de la s'est forme bourde. A Neu- 
chatel , on donne a ce terme Tacception de Ca- 
naille : Ce n^est que de Ja bourdifaille. 

BOURG, prononcez bour: c'est un gros bour , et 
non bourk. 

BOURGUIGNOTE; alteration de bourguignonne^ 
paysanne du Jura: Elle marchande conime une 
bourguignote. Ce terme signifie, en fran^ais , ^^ 
un ancien casque , une armure de tete. 4HHb 

BOURILLON, NOMBRIL , mot form.e du roman^*^ 
embourigue , qui a la meme signification, ainsi 
que boudine^ bouieril. Les Languedociens disent 
aussi bourillon. 

BOURNEAU, fontaine publique : Le bourneau du 
Molard; les bourneaux soni arreies. Bourneau 



m 

^■^n 



U-. 



4(j GLOSSAIFvE 

est eiicore uiie teriiie roman qiii signifie tuyau, 
raiml. Provenyal , hourneou ; bas-latiii , hoimalia , 
hornclli^ foiitalnes piibliques. Ce lerme est em- 
ploye tlans nos Pvegistres du 1 5 ™^ siede. A Cham- 
bery, une fontaine construite en iG^o, porte 
encore le iiom de Bourneau-Rai^ler; et enfin, 
bornu, chez nos paysaiis, signifie perce ^ fore, 

. creux : uii bäton , un arbre bornii. Neuch. et Frilj. 
Racine celLique, born fontaine, puits, mot que 
la iangue allemande a conserve dans son inte- 
grite. La Borne ^ la Borgne^ rivieres du Fauci- 
gny et du Valais, doivent deriv er de ce terme 
primitif. 

BOURIlEiVUDER, TOURMENTER, faire souiii-ir : Ne 
bourreaudez pas ce paiwre anlmal. Ce verbe ne 
se trouve dans aucundicLionnaire fran^ais. Bour- 
reler n'est d'usage qu'au figure. 

ROUSIN, lleu de niauvaise vie. Ce mot, en fran- 
^ais, signifie la surface lendre des pierres de 
taille. En venitien busiaro, libertin. 
OUTE-ROUE, BORNE. En Savoie, cJiasse-roue. 

BOVAIRON, PETIT BOUVTER : // mange commeun 
boi'ciiron. 

BRAILLEES 5 cris, paroles prononcees en braiilant : 
II ni'essourdclle ai^ec ses braillees, 

RR AND, BRANT, teile soufree pour les vins : Ce 
vin a un goüt de brand ^ brander du vin, le sou- 
frer. Allem. , Z'ra7i(;?embrasemenl. Neucb. Yaud. 



GENEVOIS. Z,^ 

BRANDE , grand vase tie bois en forme de liotle. 
J)ii latin barbaro hrenla j)Our herenla^ vase a 
viii. Ital., brentä. Allem., hrenlc^ baqiiet. Dans 
quelques endroits du Canton de Vaud, on dit 
aussi brente, Racine celtique, brennid^ creux, 
cavite. 

BRANDEE, le contenu d'une brande : Apfortez- 
moi une brandee d'eau. 

BRANDEN AILLE 5 perche d'environ un quart de 
livre. 

BRANLETTES (DES), tiges de ciboules. Patois 
fribourgeois. 

Li cre peccauji de vany, 
Del freye , dei tzerdon bcni, 
Dci tzinquille e dei hrenlettc 
Tot araon schu stau rolzette , 
A Moleson , ä Molcson. ' 

BRANQUER, braqueriZc^ canons etaierd brau- 

ques Vaud. 

BRASSE , teniiG de natation ; on peut le traduire 

par brassee. 

II eut une peine extreme ä faire 5 ou 6 brassees pour at- 
traper la cliaine du port, etc. 

{Biogr, des Cont. Art., Orleans D. de Montp.) 

Boiste dit brassee, contenu entre les deux bras. 

1 Coraula du Moleson, c'est-ä-dire ronde du Moleson , mon- 
lagne du Canton de Fribourg. Du celto-breton corol , coroll 
danse en rond ; de la le vieux francais carole ; l'anglais caroll, 
et ritalien carola. 



4S GLOSSAIRE 

BRASSEE : se hattre d la brassee, c'est-ä-dire 

LUTTER. 

BRASSER : hrassez les cartes, c'est-a-dire m^lez 

les cartes. 
BRAVET, BRAVETTE, joli, gentil, bien mis. 

Qu'elle est bravette! Diminutif de brätle, qui est 

fran9ais dans cette acception : 

J'ai loue cet hablt pour paraitre un peu brave, 

(EsoPE a la cour.") 

Le substanlif brauerie est empioye dans ce sens 
par Moliere. 

« Pour moi, je ticns que la hraverie, que l'ajustement est 
la chose qui rejouit le plus les filles. » 

( Atnour Mcclecin. ) 

BRECAILLON, Soldat de l'ancienne milice, et par 
extension, soldat mal equipe. A Paris, bisct^ du 
nom d'une espece de pigeon. 

BREDOÜlLLEp dites bredouilleuRjBredouilleuse: 
c'est une bredoidlle. En francais , terme de jeu. 

BREGANTIN, pour brigantin, sorle de barque. 

BREGONNER, remuer, faire du bruit :/> Vai en- 
tendu bregonner tonte la jjiätj et, en parlant 
d'une servante qui se doiine beaucoup de mou- 
vement : c'est im bon bregon. Ces termes nous 
viennent indubitablement du roman brego^ 
bruit; brega^ rixe. 

Un brego , dans le patois du pays de Vaud et 
du Gantende Fribourg, signifie encore un rouety 



GENEVOIS. 49 

et Ton y dit d'un chat quij?/e : ilmene son brego , 
bregue. 

E. Bertrand, dans ses Recherches sur les lan- 
gues de la Sidsse , indique brego ^ aimri., iacoii ^ 
rvagni^ benaita^ etc., sans poiivoir delermiiier 
l'origne de ces expressions ; ilparait qiie ce savaiit 
s'etait peu occiipe des deux langues aiiciennes 
qiü fournissent taut de raciiies ä iios idiotismes. 

BPiEGOLET , machine a roulettes pour appreiidre 
aux enfans a marclier ; meme orighie que le 
mot precedent, a cause du bruitque le Bregolci 
fait eil roulant, 

BREGOSSER, (on prononce bregausser) tkacasser, 
RANGER, NETTOYER dans la maisou : eile ainie d 
bregosser. 11 vient aussi de brego. 

BRELAIRE, etourdi, leger : II oublie ioiit^ c\sl 
une tele de brelaire. Celtique brella ^ iroubler , 
mettre en desordre. 

BRELANCHER, yaciller, brani.er, locher : Ce 
manche, ce pe'clet brelanche.^ Cet homme mar- 



1 Eu Dauphine , brandre : 

Filii que landre, 
Tabla que brandre. 
Et fenno que parlo latin , 
Ne faron jamo boniia fin 
C'ost-a-dire, Fillo qui couit. 
Table qui \acille, 
Et femme qui park- latin , 
Nc fcront jamais bonne fin, 



5o GLOSSAIRE 

che en se brelanchant. Celt. brellein, pencher. ' 
BRELAUDES , lambeaux : Cet hahits'en va iout en 

hrelaudes, 
BRELINGUE, mauvaise voiture : en francais ber- 

LiNGOT, BRELiNGOT, espece de demi-berline. 
BRELURIN, ETOURDi, tapageur. Voyez Brelaire 

pour l'elymologie. 
BRESOLER, RRISOLER, rissoler, Rütir : des 

chdtaignes hrisolees. Nous disons aüssi au figure : 

II en bresole d'eni^ie , c'est-a-dire ü en SECHE, il 

en MEURT d'eni>ie. Vaud. Neuch. 
Bretagne, breton, BREVETjSupprimezraccentaigu. 
BRETANTAINE : Cowir la bretantaine -, diles : 

PRETANTAINE. 

BRETILLANT se dit du pain ^ de la patisserle 

dont la croüte est bien cuite , ferme et friable. 

A Paris, le peuple dit croustillanU 
BRETIN TAILLE; pour pretintaille. 
BRIFER, GATER, USER : Son habit estdejä brife; tu 

es un brife-iout. En francais , ce mot a le sens de 

de Hianger avec avidite. 
BRINER, BRUIRE, RESONNER : Ilme semble guej'ai 

entendu briner quelque chose. 
BRINGUE : meltre en bringue^ casser, briser. 

Franc;. |iop. 

I La terminaison celto-bretonne ein, est du dialecte de 
Vannes. 



GIlNEVOIS. 5i 

Ma pipe, dit-il, est cassee; 

Ma pipe est en bringue , mille guieux. 

(Yade, poeme de la Pipe cassee.) 

Gatlel et de Wailly disent bringue, cheval de 

mauvaise mise : c'est une bringue. 
BRIONNER, EMiETTER : Brionner son pain j du 

pain iout brionne. 
BRIQUE , PiECE , MORCEAU : Ma toupine est en bri- 

gues j il n'en est pas reste wie brique. 

Or n'ay-je trouve aucun temoignage de cecy, fors certalns 
vers au derriere d'un livre qui portait lenom de Frontonius, 
en ses fragmens, que nous pouvons appeler biicques. 

(BONKIVARD. ) 

ERISCxVMBILLE, pour bruscambillEj jeiidecartes. 
Vade dit la Biscambille. 

BRISE , MiETTE : des brises de pain. Langued. 
brisasj ilal. brlcia. Brise, brique , bringue ^ d^- 
rivent probablement du celtique brix , rupture; 
de la, l'anglais break, et Tallemand brechen, 
ainsi que plusieurs mots fran^ais. Les helle'- 
nistes prefereront le verbe grec brithö, futur 
brisö, 

BRISSELET , sorte de gaufre plate. Vaud. 

BROCHE DE BAS, aiguille. 

BROTER , ecrire vite et mal, brocher : // a broie 
sa täche. Comme c^est broie! 



52 GLOSSAIRE 

BROÜHARj dites brouhaha. 

BROUSTOÜ, soite de gilet. Ce terme vient des 

niüls allemands brüst poitrine, et tuch drap, 

(drap de pbitriiie.) 
BRIjCIION, brin de paille, de bois, etc. ; II rufest 

cntrc un hruclwn dans Vccil. 
BRUGiN OLE , pour brignole , prunes de Brignole. 
BRULE : il sent le hrüle ^ dites : il sent le briile. 
BRUN AULIEU : capitan , fanf.aron : Tufais hien 

le petit BTunaulieu. Expression nee du nom d'un 

chef savoyardj au 17."^^ siede; comme en fran- 

^ais rodomont , vient du Rodonionie de l'Arioste. 
BUCHE DE PAILLE, brin de paille. Locution 

franc-comtoise et lyonnaise. Tirer ä la coiirte 

buche; dites : A LA courte paille. 
BÜCHER (SE), SE BATTRE : ils se sontbien büclies. 

Boiste dit hücJier, tailler ^ badier en pieces. Forme 

du latin barbare boscare , ou du roman büclier^ 

abattre du bois. 
BUCHETTE , pour brochette : Eleiter un oiseauä 

la biichelte. Vaud. 
BUCHILLE, BUCHLLLON : copeau, buchette : 

Meitre le vin sur les bucliillcs, Ramassez ces 

büchillons , du roman bücliaillc. Un diapeau 

de büchilles; on dil a Paris, un chapeau de BOis. 

Vaud., Neuch. et Frib. 
BUGNET, BUGNON, BIGNET; dites beignet : 



GJ^NEVOIS. 53 

des hh'gnons aux pommes. En langue romane , 
bngne ,biignie^ higne signifient enflure, bosse, et 
l'on appelle, auPays de \ü\iAjbougne, une bosse 
au front. A Lyon , hugne est une sorte de pate h. 
l'huile, Proven^aly bougnetto beignet. Vaud. et 
Neuch. * 

BUMAN, BUMENT, engrais, fumier. EMBUMEN- 
TEI\ un pre, le fumer. Du celtique bu vacbe , et 
man gras, graisse, engrais. Vaud. et Neuch. 

BUT 5 BUTTE : etre en but ä la calomnic, 

Serre de pres, en but ä lous les tralts, le vieux guerrier 
etc. {.Bibl, Univ.) 

I A LyoQ, le Dimanche des hugnes est celui qui suit le Mardi 
gras. 



54 GLOSSAIRE 



C. 



CiABINOTlER, ouYRiER horloger. Ce inot se 
prend en mauvaise part : C'est un pauure cabino- 
iier, 

CABOLER : J^ai cabole ma montre en la laissanl 
iomberj du roman cabouler^ a Lyon et a Lau- 
sanne, cabosser. Le mot fran^ais est bossuer. 
BOSSELER ne vaudrait rien, parce qu'il se ditseu- 
lement du travail en bosse de Torferre. 

CABOSSE, pour caboche, tete : Cest une bonne 
cabosse, 

CABUSSE , LAITUE POMÄiEE. L' Academic veut que 
cabus ne soit qu'un adjectif masculin, et quon 
n'en fasse usage qu'en parlant des choux, II 
vient du latin capiiaius : capitati caules, choux 
pommes. (Peine.) 

C ACABO 5 PATE , TACHE D'ENCRE. 

CACAPHONIE , CACOPHONIE. Cette faute se falt aussi 

a Lyon et ä Paris. 
CACHEMAILLE, CACHEMILLE; une tirelire. 

Lyon et Neuch. 
CACIBiHAlLLE ; Canaille , mechantes racks. Ne 



GENEVOIS. 55 

rojez pas ces gens-lä , ce n 'est que de la caci- 
hrailJc. 
C ADENATEPi , poiir cadenasser. Ce barbarisme 
vient de ce que, tres-anciennement, on ecrivait 
cadenat au lieu de cadenas ; mais, deja La Fon- 
taine dit correctement : 

La chambre , bien cadenassee, 
Permettait de laisser l'argent sur le comptoir. 

CADRACTURE ; dites cadrature : terme d'horlo- 

gerie. 
CADRACTÜRIER, faiseur de cadrature. 
CAFIOT, CAFIOTE; nabot, nabote : C'est un 

paupre petU cafiot. 
CAFORNET, CAFOÜRNET -.faire le caforneU 

C'est ce qu a Paris le peuple nomme faire cha- 

PELLE. En Provence, cafourno signifie un petit 

cabinet sombre ; encafournar, caclier dans un 

lieu secret. Racine celtique, caf, creux, cavite. 
CAGNE, CACHE : J'ai troiwe une banne cagne. En 

langue romane , cogne veut dire coin, enco- 

gnnre. 
CA-HAUT , CA-RAS , pour la-haut , la-bas. Lyon. 
CAHOTEMElNT ; caiiotage, mouvement cause 

par des cabots. 
CALAMANDRE , pour calamande. Lyon. 
CALAMAR , GALAiNLVR ; ecritoire , etui a met- 

tre des plumes. Vieux tran^ais , calemar, cal- 



r.6 GLOSSAIRK 

7narj Menage AM gahjyiar j Rabelais, ^ß/j>/?fzr/. 

Latin , calamus ,* ilalien , calamajo, 
CALEMBOURDAINE, calembredaine : // bat la 

calembo'urdaine. 
CALIN; Boiste, Gattel et l'Academie ne donnent 

a ce terme que Facception de niais, d'iNDOLENT. 

Nous remplo}'ons dans le sens de soumis, lium- 

ble 5 rampant ; ei caler , forme du grec chalan , 

Mcher, se dit bien en fran^ais, pour baisser de 

ton , se soiimettre. 
CALVINE 5 pour calyille , pomnie calville. On dIt 

a. Lyon caiville. Vaud. 
CAMAMILE, CAMOraiLE; dites camomille, en 

mouillant les //. Vaud. 
CAMELAURI; jeu d'ecoliers. 
CAMELOTTE , contrebande -.faire la camelotle. 

Lyon. Enfrancais5<:a7we/o//e, mauyais ouvRAGE ; 

ä la cameloUe , mal fait , mal execute. 
CAMPE , ETRE EN CA^IPE , i?:tre sur pied, courir 

<;:a et la : // m ''a Jallu elre en campe ioute la 

nuit, 
CAMPENE; aiault, psciido-narclssus , plante. 
CAMÜE, pour CAMUSE, feminin de camus : Une 

certaine pctlte camue. 
CANFARER, bruler, enflammer : Ces cpices m 'ont 

canjare la bouche. Ce verbe vient des mots la- 

iins calidurn ferrum. 



GENEVOIS. 57 

Si inculpatio sit , et sc purgare velit , eat adferrmn ca- 
tidum, et adlegiet maniun ad canfaram, quod non falsiun 
fecit, 

[Chronique anglaise du mojen dge, citee par Üü Cangk.) 

CANIULE, pour canule. 

CANOTER5 pour CANETER : marcher en canetant, 
c'est-a-dire, en se balanyant comme une oane^ et 
n'ecrivez pas canne comme s'il s'agissait d'un 
baton. 

CANTINE, DAME-JEANNE : ce terme ne doit s'em- 
ployer qu'en parlant du lieii oü l'on vend le viii , 
et d'un cofFre ä mettre les bouteilles. 

CAOUER (SE), SE SALiR, se crotter : Nous nous 
soimnes hien caoiies par ce cliemln» 

CAPE; Uli canari capej diies iiüppe; une alouette 

HUPPEE. 

« II retrouve ses olseaux dans son sommell; lui-merae il 
est oiseau , il est huppe ^ il gazouille, il perche, il reve la nuit 
qu'il mue ou qu'il couve. » (La Bruyere.) 

CAPITE, bureau de la gabelle : la Cdpite de Ve- 

senaz. En latin, capitatio taxe. 
CAPOTE ; Elle s^en estallee hien capoie. II faut 

dire capot, meme en parlant d'une femme. 
CAPOTISER, nest pas fran^ais : Cette nowellc 

rn^a /out capoüse ^ diies : m'a rendu toui capot. 
CAQUEGRAISSE; avare, taquin. 
CAIIAMELLE (UNE) -.des caramclles d ['orange; 

il faut dire du carai^iel. 



58 GLOSSAIRE 

CARCx\GNOU ; petite armoire a l'extremite d'un 
bateau , d'iine barque , et aiissi dans iine cuisine. 
Racitie celtique, carc, renfermer, cacher, et 
carchar, carcair, prison. ' Carcelier , en vieux 
fran9ais, signifie geolier. 

CARCASSE ; SABOT , sorte de toupie qu'on fait toui-- 
ner avec un fouet. 

GARNIER (UN); une carnassiere : II est parti 
pour la chasse ai>ec son fusil et son carnier. 
Lyon, Vaiid. Boiste indique ce terme, mais oii 
ne le trouve ni dans l'Academie ni dans Gattel. 

CARPIERE; s'il s'agit d'un etang qui fait l'orne- 
ment d'un jardin, le mot propre est piece d'eau. 
Lne carpiere (Boiste), im carpier (Gattel), se 
disent d'un lieu propre a nourrir des carpes , 
d'un alvier. 

CARQUET : Sonner le carquet se dit du son que 
rend un vase f^le : Ce pol estfenda^ il sonne Ic 
carquet. Ce mot vient peut-etre du grec kar- 
kaVro, resonner, retentir. 

I Un laliniste dira que ces inols doivent deriver du laiin 
carccr , mais il est une regle dans la recherche de ces sorles 
d'origines : c'est que si un mot se trouve usilc dans deux ou 
trois dialectes du celtique, et dans Ic latin, on devra l'attribuer 
ä cette premlere langue. Or, carchar est breton , carcair irlan- 
dais, eicarccla basque, cn admettant que ce dernier idiome ap- 
partienne au celtique. 



GENEVOIS. 59 

CARQÜILLON, espece de charan^on qui ronge 
les graines ; du latin curculio , qui signifie cha- 
rancon, et au figure, parasite. 

Populatque ingentem farris acervum 

Curculio. 

[Georgiques. IIb. I.) 

On dit en Italien gorgoglione j au canton de 
Vaud, ^or^o//o7z. 
CARPtE ; ONDEE , AVERSE. Carve , en frangais , est 

un terme de chapelier. Vaud, Neuch. 
CARREAU DE JARDIN; vieux fran9ais. On dit 
aujourd'hui CARRE. 

Partout sont les carreaux. 

Et les comparlimens renverses par les eaux. 

{Les Plaisirs des champs , poeme en 4 Ch., par 
Claude Gauchet, i6.ni« siede.) 
Adieu planches, carreaux , 
Adieu Chicoree et porreaux ! 

(La Fontaine.) 

Cx\RRIOLER (SE), aller, se faire trainer en voi- 

ture. 
CARRON; CARREAU, BRlQUE. Latin barbare, ca- 

roniy briques. Voyez les registres du Conseil au 

quinzieme siecle. 
CARROrsNE; pour carrele : une chambre car- 

ronnee. Ce terme est de la langue romane. Vaud, 

Neuch. 
CASSE ; POÄLE A frire : des ceufs ä la casse. Ce 

terme roman, qui est encore en usage a Lyon et 



6o GLOSSAIRE 

dans quelques provinces, vient du latln barbare 

cassa^ racine celtique, cacz. Gasse est fran^ais 

dans le sens de vase , bassin , ä l'usage de certains 

artisäns. Neuch. 
C ASSES ; lesyeux casses, II faut dire battus. Vaud. 
CÄSSE-MÜSEAU; suivant Gattel, sorte de patls- 

serie molle et creuse ; mais nous le disons seu- 

lement d'une sorte de niassepain tres-dur. ' 
CASSETTE5 CASSEROLLE pour cuire le lait; CAS- 

SETTE ne peut s'employer en fran9ais que comme 

diminutif de CAISSE. 
C ASSIN ; EKiMOSE, en terme de Fart : le cassin est 

forme, 
CASSOTON, poitLON. 
CASTAGNETTES. Ce que nos ecoliers appelient 

ainsi , ne sont que des cliquettes. 
CASTONADE; ce terme est du vieux fran^ais; on 

ne dit plus que cassonade. 
CATAPL AME , pour cataplasme , suivant Bolste , 

Gattel et rAcademie; cependant, le DicL gram. 

de la langue fran^aise veut cataplaime. 
CATECillME; diies catechisme. 

I Massepain , suivant quelques latlnistcs, tlerivc de Mani 
panus , parcc que Marcus Appicius en fut rinvcnteur ; ilallen , 
inarzapanc. On Irouve cette elyraologie assez spccicuse; ce- 
pendant /^rrt///?e vient d'titi noin propre : le cuisinicr du mare- 
clial Du Plessis-Pralin iiivcnta ce bonbon. 



GENEVOIS. 6i 

CATELLE : un fourneau de catelles ; dltes lin 
POELE DE BRIQUES. Neuch. Raciiie celtique, catt 
Fragment, morceau; nous ne partageons donc pas 
l'avis de M. Guillebert de Neuchätel , qui derive 
catelle de lallemand kachel^oi^ po^Ie de terre, 
carreau. 

CATELLE, terme rural, la poulle et la corde 
dont on se sert dans les graiiges pour elever Ics 
gerbes. — CATELLER, inouter avec la catelle, 
Peut-etre du latin catellce pour catenulce petites 
cbaiiies. 

CATOLION, GRUMEAU, CkiLLOT : des catoUons de 
sangj ceite soupe esten catolions. Pour caiolion^ 
on dit a Lyon catoiiy et s^encatonner pour se 

GRUMELER. 

CATTE, BOUCLE, MECHE de cbeveux : Je consen^c 
une caite de ses chepeux. On lui a tlre les caties, 
Un belleniste derive ce mot de chaite, clieveUire , 
mais nous le croyons forme , ainsi que catelle et 
catolion, du celtique Cß//;, fragment, morceau. 

CAUSE (A), POURQUOi ; Je ny i^eux pas aller. — • 
^ cause ? L'Academie dit cependant ä cause que 

pour PARCE QUE. 

C AUSER A QUELQU'UN; dites causer ayec quel- 

QU'UN. 

C AUSETTE -.faire la causettej c'est-ä-dire babiller, 

DEVISER j JASER. 

% 



62 GLOSSAIRE 

CAUSTI, CAUTtRE. Ell roman, cousiic. Vaud. 

CAVAGNE , grande corbellle carree qui se fabri- 
que dans le Jura , et dont on se sert pour embal- 
1er : ime paire de cai^agnes j mot forme de 
l'italien cai^'agna, corbellle. 

CAVALAIRE (A) , a califourchon. 

CAVILLE, soTTiSE, FOLIE. Ce terme, connu en 
France, vient probablement de cat^illaUo, ca- 
vilia. Quintilien dit : cai^illationes juris, les faux- 
fuyans de la cliicane, d'ou est forme le mot fran- 
9ais cai^illation, subtilite , derision. 

CAYER, ecrivez cahier. 

CELUI, CEUX; De ces deux journaux , celui re- 
dige par N. nie parait le meilleur. 

Ceux (les etendards) conquis par Philippe aux plaines de 

Bovines. 

(La Martine.) 

Cet emploi vicieux du pronom et de l'adjectif, 
dit la Reuue encyclop, a foccasion de ce vers, est 
une faute grossiere , quoique fort a la mode au- 
jourd'lmi. 
CENT : deiix centfrancs^ ecrivez : deux cents 
francs. Cet adjecÜf cardinal doit preiidre la mar- 
que du pluriel, lorsqu'il est precede d'un ou de 
plusieurs nombres , et suivi d'un substantif. II en 
est de meme a l'egard de vingt : quatre-vijigts 
hornmes y quatre-i^ingts livres. 



GENEVOIS. 63 

CENTIME (UNE);7> n^en donnerais pas nne Cen- 
time. Ce mot est du genre masculin , ainsi que 

DECIME. 

CERUSE, pour ceruse. CRE MAILLERE , pour 

CREMAILLERE. 

CERVELAS, TÄTE MARBREE; le CERVELAS est une 

Sorte de petit saucisson. 
CEST, pour CE sont : c^est les Iwres que vous de- 

mandez. C^est eux qui Vont roz^/w.Boiste dit ce- 

pendant que, dans le discours ordinaire^ c^est 

eux peut s'excuser. 
CETUI-CI, CETUI-LA, CETTE-CI, etc., pour 

CELUi-ci 5 CELUi-LA , CELLE-ci , etc. Ces tcrmes sont 

du vieux francais. 

A.ntisthenes le Stoicien, estant fort malade , et s'escriant : 

Qui me delivrera de ces maulx ? Diogenes, qui l'estait venu 

\eoir luy presentant un couteau : Cettuyci , si tu veulx , bien- 

tost. Je ne dis pas de la vie, repliqua-t-il , je dis des 

maulx. 

(Montaigne.) 

Mais parmy ses humeurs , il avoit cette-cy. ... 

(Montaigne.) 

De ce««jrpreux maints grands Clercs ont ecrit 
Qu'oncques dangier n'estonna son courage. 

{Ancien rondeau citepar La Bruyere,) 

CIIx\CHO, espece de galette. Nous disons au figure 
d'un enfant mou et paresseux : Cest un vrai 
chdchö» 



64 GLOSSAIRE 

CHACHOLER, gdler im eiifant : F'a te faire chd- 
cJioler vers la incre, 

CHADE, terme d'ecolier, employt» dans le sens de 
ferme,plquant, vigoureusement : allons , chadel 
f^oici un agodtion qui est chade. Corruption de 
sadcy ancien mot qui signifiait le contraire de 
maus s ade, et qu'on aurait du conserver. 

Aussl je les compare ä ces femmes jolies, 
Qui gentes eii habits, et sades en facons. . . . 
(Recnier, Sat. a Rapin.) 

Sadetie en laugue romane se disait d'une 
jeune fille gentille et piquante; et sade , säte, 
dans certaines parties du midi de la France, 
conserve encore a peu pres la meme siguifica- 
tion. 

CHAFOUILLER, manger salement et sans ap- 
petit. Le mot fran9ais est pignocher, dont ou 
fait a Lyon pillocher, a Lausanne pichogner, a 
Neucliatel pechonner. 

CHAIRCÜITIER , CHAIRCÜTIER ont vieilli; Ion 
ne dit plus que CHARCUTIER. 

CH ALANCES; ecrivez et prononcez Salanches ou 
Sallenches 5 viile du Faucigny. Le ch se trans- 
forme souvent en ^ dans la bouche du peuple, 
covamedesaiger, pouruECH arger; serclier, pour 
chercher; le sangc, pour le change, etc. Re- 
marquezque sarchcr ^(i\vc ciiercher, est une ex- 
})ression romane. 



GENEVOIS. C5 

CHALENDE, Noel, cheznos paysans. Le j^euple 
eil fait un personiiage : 

Chalende est venu; 
Son bonnet pointu , 
Sa barbe de paille, etc. 

Du latiii calendcc, les caiendes , le premier 
jour de chaqiie mois chez les Romains. ' 
C1L\LET. Les lexicographes et les poeies modernes 
oiit recueilli ce mot, qui n'est pas encore con- 
sacre par rAcademie (1798); mais ils ecrivent 
chdlet ^ quoique J. J.Rousseau recommande de 
faire \'a bref, et que ce soit ainsi qu'on le pro- 
nonce generalement dans la Suisse frangaise. 
Vieux pasteur du Chalet , viens sous ce tolt charapetre, 
Me verser un lait pur dans la coupe de lielre. 
(Chf.nedolle.) 

Et du chalt't les moeurs hospitalieres, . . 
(Campf.non.) 
Ces agrestes chälets dont l'amour et l'etude 
Embellissaient pour moi l'austere solitude. 
(JüLLIEN, ^e Pßrw.) 

I En Dauphlne , l'on donne le nom de Chalendal ä une 
grosse buche que l'on met au feu la vellle de Noel; (c'est ce que 
nous appelons la tionche.') Quand ce Chalendal est place dans 
le foycr , on le baptise en y jetant un verre de vin et en faisant 
le signe de la croix. Des ce moment la buche devient sacree, et 
l'on nc peut s'asseoir dessus sans risquer d'en etre puni au moins 
par la gale. 

(Chasipollion-Ficfac , Rech, sur les patois de la France.) 

f 
o 



66 GLOSSATRE 

L'origine celllque du mot clialet n'est pas doii- 
teiise : cha i chal, dans cette langue, signifiaient 
liabitation (i). Nous n'adopterons donc pas l'o- 
piiilon de Coiirt de Gebelin, qui le derive du grec 
Chalube, hutte , maisonnette. Le nom de chaix, 
quo Marseille et Bordeaux donnent aux bati- 
mens qui renferment les vins du commerce, sort 
probablement de la meme racine. (Voyez nos 
Observations sur les noms de lieux.) Bullet en 
derive aussi la preposition cJiez; et certes, cette 
origine est plus raisonnabie que celle de Menage , 
apudy decompose et arrange a sa fagon. 

CHA LOUREUX 5 se trouve encore dans le diction- 
naire de Ricbelet; mais on ne dit plus aujour- 
d'hui que cJialeureux. 

CHÄLUMER, FLUTER, LAMPER, indique par Boiste , 
6."^" edit. 

CHAMBRE A MANGER ; dites : salle a manger. 
— CHAMBRE A LESSIVE, buanderie.— CHAM- 
BRE A RESSERRER, galetas.— CHAMBRE 
BORGNE, BOUGE. 

1 Cka, en Franclie-Comle, signifie la porlion habitable 
d'une maison ; la plupart de cellcs des liaules monlagncs y sont 
divisees cn plusieurs chas. Le cha se compose ordinaircmenl de 
deux picces, cuisine et pocle au rcz-de-chaussee, et gicnicr au- 
dessus. C/ial est ]e meme que ce A7/doiil les Irlandais onl fait 
tanl de noms de lieux, et qui est aussi un leime primitlf. 



GENE\OL^. Gj 

CHANDELEüSE (LA), la chandeleijr. 

A la Sandcleu.se y 
Lou zeur ein cru du repas d'une epcuse. \aiuL 

CHANGE : Faire Je change, faire im change banal , 

c'est-a-dire boire au cercie. Le change de la com- 

pagnie est iine reanioii militaire aü cabarei. 
CHAN GER (SE), pour change :i delinge : Tljaut 

que je m'aille dianger ^ je cids tout trempe. 

Neuch. 
CHAN TE-MERLE, Sorte de petit fromage blanc 

tres-delicat , qiii se fal^rique dans le Chablais, * 
CHANTE-POULET ,roeillet des Chartreux , Dian- 

tlius Carihusianorum. 
CHANTOLER, fredonner : // est ioujours ä chan- 

toler. 

I Ell 14G2, le duc Louis de Savoie, ])oui' eviter les violences 
de son fils Philippe, se relira au couvent des Cordeliers de 
Rive. La ducliesse sa femme, Anne de Chypre , de la famille 
des Lusignan, etant bien aise, dit Spon , de meWe h couvert 
quelques finances t fit acheter un grand nombre de cJianlc- 
inericx, dont eile ota le dedans pour y cacher des especes d'or, et 
Ics envoycr cn son pnys. Ne serail-ce Y>^'mlvachcrins que notre 
bistorien aurait voiilu dire? Ce fromage parait bien plus propre 
ä cet nsage. Quoi qu'il en soit, Tor n'arriva point en Cbypre, 
car Philippe, qui accusait sa mere d'avoir des amans qu'elle 
enricliissait, ayant etc informe de cet envoi, courutä la pour- 
suite des mulets, les atteignit pres de Fribourg, et s^empara de 
tous les chante-merles ou vacherins qui etaient si richement 
I farcis. 



GH GLOSSAIRE 

('H API TOLER 5 CAPITULER 5 M ARCHANDER, DISPUTER: 

// 7?e vaiit pas la pehie de chapitoler pour si 

peil de cliose j vous etes bien chapitoleur. 
CHAPLE, BATTERili, tuerie: C'ctait im chaple 

epoui^antablc. Ils sont ä cliaple couleaux, si- 

gnifie chez iious : ils sont aux couteaux tires. 

Chaple est un lerme de la langue romane. 
CHAPLER , CH APLOTER, couper , tailler : II sest 

chaple le doigt jßnissez ces cliaplotages ^ qu'est- 

ce que c^est que ces chaploions? 
CHAPON, crossette, bouture de cep. 
CHAQUE, iV est pas fran^ais a la fin d'une phrase : 

Je les alpajes iroisfancs chaque ^ dites chacun. 
CHARAVOUTE ; se dit d'une femme , et quelque- 

fois d'un homme sale, paresseux, de mauvaise 

mine. 
CHARBON DE PIERRE ; dites : charbon de terre. 
CHARGE, employe adjectivement dans le sens de 

CURIEUX, siNGULiER, BIZARRE: Cetüitcharge de le 

voir. II einploie de ces termes ioui-ä-faitcharges, 
CHAROUPE , PARESSEUX , faineant : Ne donnez 

rien ä cet hoimne, c^est une charoupe. Dans le 

dialecte venitien , zaruppa a le meme sens. Pro- 

vengal , charospa , femme de mauvaise vie. 

Neuch. 
CHAROUPEE , quantite de monde , ribambelle , et 

quelquefois chiite : // afaii lä une helle cha- 

roupee. 



GENEVOIS. 69 

CHAROUPIONGE, faineantise, paresse : c'est Ja 
charoiipionge qiii le tient. 

CIIARPI (DU) , DE LA CHARPIE. 

eil ARPILLIERE , serpiliere ; toile d'emballage. 

CHARRIERE (RUE), pour rue CHARRExifeRE. Vieux 
francais. On ne ditpas dernier les bancs , on dit 
lci^;$te charriSre, 

CHATAGNE; ^crivezetprononcez chataigne avec 
Uli accent circonflexe sur le premier a. Nous 
employoiis ce mot au figur«^ Jans le sens de FE- 
RULE : Tu as repu la clidlagne au College, Lyon. 
Vaüd. 

CHATANCE, CHATENCE , misere , malheur: Ce/ 
onerier est dans la chatance. 

CHATON, SCHATON, GOURDiN, baton; du roman 
saton , balon arme , massue ; ce terme est reste 
le meme dans le Canton de Fribourg. Chaton 
se dIt aussi dans le Canton de Vaiid , de certaine 
piece de chariot , du levier. 

CHAUDERON, pour chaudron. 

CIlAUD ; Oa l'apris au chauddu lil^ dites : AU saut 

DU LIT. 

CHAUDELETS : Une douzaine de chaudelets ; des 
chaudelels fourres. Le mot fran9ais est feuil- 
lete. Chaudelet est uii terme roman que les 
Lyonnais ont aussi conserve; en Provence , on dit 
chaoudel. 



70 GLOSSAIRE 

ClliiDAL, termc ruial qui signifie le betall d'un 
domaJne; du celtique chctal betail. Le mot fran- 
9ais cheptel (prononcez chetel) , bail de bestiaux, 
u\a probäblement pas d'autre origine , quoiqiie 
Gatiel le derive de capital. 

CiiEF-D"OEUYRES (DES), ecrivez des chefs- 
d'ceuvre, parce que dans les mots composes, la 
marque du pluriel se niet apres le premier nom 
decliiiable, lorsqu'il est separe de l'autre par une 
])reposition : des coups-d'ceil, des culs-de-sac, 
DES POTS-AU-FEU , (l'^ iie SC proiionce pas.) 

CIIE-MIETTE (A), A CHE PEU , c'est-a-dire petit 
A PETIT, PAR PARCELLE : Elle est d'obUgee de Va- 
cheter ä che'-miette ; ü n'a pa mc payer qu'ä 
clie-piastre. A Lyon et en Savoie, on dit ä cha-un , 
d chas-un, pour dire im d un. 

CKENA (UNE), un ciieneau, un chenal : Cefte 
chend est gdtee. Roman, cliena^ aLyon, chana. 

ClIENAILLER, secouer , tracassser une porle, 
une serrure pour ouvrir : Qu'ai^ez-vous tant d 
chenailler d cette porte ? 

CHENEY AR , pour cheneyis : de la graine de che- 
nepis. On appelle aussi une CHfiNEviiiRE et non 
un chSrwpier , un Heu [)lante de dianvre. Vaud. 

CI»ErS[J;s!gmfie en franc^ais jjlaiic de vieillesse, et 
?e dit au figure des montagnes elevees et cou- 
verlos de neige. A Geneve, chcnu, s'emnloie 



GENEVOIS. 7 1 

dans le sens de bon, solide, cossu. // esi riche , 
c'est du chenu ! ce vin est bon, il est chenu. 
CHERCHE (ENJ , etre en cherche de quelgue'jchose. 
Locution gasconne et anglaise : to bi in search 
qf.... En langue romane , le substaniif cherche 
signifie recherche , perquisition, 

Les moins habiles. . . . quitteraient le pays, en cherche 
d'ouvrage. (M. de Sismondi.) 

CHEVASSINE ou CHEVAFINE. Dans quelques 
provinces de France, on emploie le mot cen- 
sure, lerme rural. Espace de cliamp, a l'extre- 
mile du labourage, que la charrue n'a pu at- 
teindre dansla direction longitudinale dulabour, 
et qui se reprend en crol.sant roperation. 

CHEVAUX-LEGERS , chevau-legers : 

Le Pape a pour garde des chevaux-legers ^ des cuirassiers 
et des suisses. 

{^Fojoge de la Lande en Italic^ edit. d'Iverdon.) 

On dit aussi au singulier un chei^au-leger. 
CHEVILIERE, ruban de fil. Neucb. Vaud. 
CHEVRER, pour chevroter , perdre patience, se 

depiter : Ilmejaitc]iei>rer auec ses raisonnemens. 
CHICOT, pour chicon, laitue romaiiie. 
CHIFFRE (LA) , l'arithm^tique : Qui est-ce qui 

vous a apprls la chijffre? Terme langued. Nous 

disons aussi quelquefois une chiffre pour UN CHir. 

fre : La dateestcn chjßrcs romaiiics, Ce mot est 



yj. GLOSSxYlRE 

egalementmasculin lorsqu II signifie cerlaiiie ma- 
iiiere secrete d'ecrire , oii uii iiom expriine par 
des lettres eiitrelacees. 

CHIPOTER , sigiiifie en fran^ais vetiller, bague- 
NAUDER : nous Temployons plutot pour dispuler, 
quereller , cliicoter , et aussl pour chagriner : Ce 
maufais temps me clüpote. En celtique , chipot , 
chipotal veut dire marchaiider. 

CIKPOTEUR n'est pas francais , il faut chipotier : 
C^est uji chipoteur eternel. 

ClIIQUE; nous disons de quelqu un qui a trop bu : 
il a sa chique. Frangais pop. , cliinquer boire, 
ivrogner ; Boiste dit aussi chiquer. Ce dernier 
mot est de la langue romane , oü il signifie verser 
a boire , comme en alleinand, sclienken^ et en 
Italien, cioncare» 

CIIIQUER, terme d'ecolier; lancer uiie boule de 
marbre, un marhron^ en roidissänt le pouce 
contrel'index.Origine celtique chicanuden,ievvn^ 
dont le mot francais chiquenaude n'est qu'une 
alteration; en Bas-Breton, Chiquanaden. Clil- 
quer, dans le sens de mächer du tabac , est du 
francais pop. 

CllIQUET, pour quignon : im c/iiqucl, an cJ/iffb/i 
de pain ; qiiel cJiiqacl! Gallel dit, c/izV/«e/ petite 
partie d'un tout; chiqijet a ciiiQLiET,peu a peu, 
por petitcs parcelles. Paris, pop. Vaud. 



GENEVOIS. 73 

CIüROGPiAPHAlRE ; peu de personnes prononcent 
ce mot comme rAcaclemie riiidique : kirogra- 

PHAIRE. 

CIIOUCROUTE (DU); selon Boisle et Gattel, ce 
mot doit etre fe'minin ; le premier de ces aiiteurs 
indiqueaussi.sowrcrow/,etdit alors, du sourcrout. 
Noiis remarquerons ici qii'il est mieux de dire du 
CHOU, qiie des choux , en parlant de ce legume 
apprele : voulez-vous du c .ou ? 

CHRYSANTHEME, est du genre masculiri; nos 
fleuristes disent mal a propos, une chrjsanteme. 

CIBE ; tirer d la cibe ; tirer au blanc. De Wailly 
dit cible, et Boiste cibe ou cible^ l'Academie , non 
plus que Gattel, n'indique aucun de ces termes. 
11s paraissent formes de l'allemand scheibe , qu'on 
prononce en Suisse sckibe» Un cibare, a Geneve , 
est celui marque les coups des tireurs. Neucli. 
Vaud. 

CICLER, pousserdes cris aigus. Cet eiifantfait des 
CICLEES , des CICLES ä voiis essourdeler ^ il a 1a 
voix bien CICLARDE. Probablement, et par ex- 
tension, de i'italien cicala^ une cigale; cicalare , 
jaser, babüler. Les Proven^aux disent chiquar: 
cliiquo coumo imo agasso. 

CIGARE. On n'est pas totijours d'accord sur Je 
genre de ce mot , que l'Academie n'a pas|encore 
consacre. Le dicUoniiaire de Trevoux dit une 



74 GLOSSAIRE 

CIGALE , et Chateaubriand (Itineraire, etc.,) 
UNE siGARRE ; mais de Wailly, Gattel, Boisle, 
Le Tellier et de Joiiy (rHermite , etc.,) ecrivent 
UN ciGARE. Remarquez que le mot espagnol ci- 
garos , d'oü cigare est derive, est aussi mas- 
culiii. 

CIGOÜGNER, CHICOUGNER; tirailler, se- 
COUER 5 TRAINER : Ilni'a tant dgougne ^ quej^en 
aile bras demangoune^ il luia donneune bonne 
cigougnee. En languedocien , cigoiignejä cor- 
respoiid a notre mot cigougnee ^ et en proven- 
gal, sagouignar signifie presser, inquieter. 

CIRON, MITE : Un froinage plein de cirons ^ ce 
dernier insecte s'engendre entre cuir et chair. 

CISEAUX: De bonnes ciseaux^ des ciseaux neu- 
i^es. Ce mot est masciilin. 

CITER, RECITER, DECLAMER, CONTER : // cite bien; 
il nous a cite touie la soiree, Citer signifie faire 
une citation, citer un passage, ou ajourner ä 
comparaitre. 

CITRüNELLE, seringat, sorte d'arbrisseau. La 
ciTRONELLE est une espece de melisse , et aussi 
une liqueur au citron. 

CLAIRETTE; dites clarette : espece de vin blanc. 

CLAIRINETTE, pour clarinette. 

CLAIRTE , pour clarte. 

CLAMEAU , gros crachat. Anglais, clammj; vis- 



GENEVOIS. 75 

queiix, gluant. On peut soiipgonner uiie origlne 

celüqiiG a presque toiis ceux de nos idiotismes 

qiü 011t du rapport avec Tanglais. 
CLAUDE; siiivaiit Jaquemard, il faut prononcer 

Glaude : Saint-Glaude ^ prune reine-G laude ^ ei: 

de m^me, segond^fegond ; d'autres veulent le 

c dur dans ces mots. 
CLEDAL , CLEDARj, barriere : Le cledal dhin 

chawp, 

Ceux de Saint-Gervals demandent l'argent de la recep- 
tlon de six bourgeois, pour fortifier leur bourg de chaincs 
et clcdalst 

{^Chron, de Jacq» Flournois , annee 1/176.) 

Latin barbare , cleda i proveii9al , cledo ; laii- 
guedocien, cledas ^ en grec, cleido, fermer; en 
celliqiie, cled, claie. Nos paysans appelleiit de , 
clej, la paille dont on lie la vigne. Yaud. 

CLEPSYDRE (LN), pour une. II ne faut pas con- 
fondre la clepsydre av^ec le sablier, ou sable, 
dont nous faisons usage pour mesurer le teniips ; 
la premlere de ces horloges va par le moyen de 
l'eau. 

LLICLl-MOÜCHETTE, sorle de cligne-musette 
a la({uelle les enfans jouent dans l'obscurite. Des- 
touches dit cli-muchette. Neueli. Vaud. 

CLIE, CLAiE : ce baieaii descend en bas les dies. 



76 GLOSSAIRE 

Dans la langue romane , oii clisait aiissi clje. 
Nicot ecrit cle'e. 

CLIGNER. Nous disons de quelqu'un qiii remue 
continuellement les paupieres : // cligne les 
jeiix; cela signifierait qu'iL LES tient a demi 
FERMES ; CLIGNOTER , cst le mot propre : il ne fait 
que CLIGNOTER; Uli cerlsaiii clignotement , et 
noii pas CLIGNEMENT. 

CLINQÜETTE (A LA), au point du jour : se Ic- 
ver ä la clinquette. 

CLOCHER , SONNER, TIRER LA SONNETTE : va Poir d 

la porte qui estce qui cloche. C'est uii terme de 
la langue romane. clocher, en franrjais, veut 
dire boiter. 

CLOPET , SIESTE 5 MERIDIENNE , PETIT SOMME. 

CLOPOTE (UNE), UNE CLEOPORTE, dites, 
UN CLOPORTE. A Paris, le peuple dit quelquefois 
un clou ä porte. 

CLUSSE, poule qui a des poussins : Falles rentrer 
la clusse dans le poulailler. Dauphin. 

COAILLER, CRIER , FOUSSER DES CRIS AIGUS : IlvOUS 

fait de ces COAILLEES ! En fran9ais, coailler 
est un terme de chasse. 
COCASSE, FEMME iVROGNE : c^est iwe vielUe co- 
casse. Ce mot, dans le fran9ais pop. , n'a point 
la meme»accepli()n; il signifie cclui oii celle <}ui 
dit des choses plaisanlcs. 



GENEVOIS. 77 

Noire cocasse , ou plutut , coquasse , ii'est 
donc qu'iine metonymie formee du vieux fran- 
<;ais coquasse^ vase a vin. Ce terme est sou- 
vent employe dans nos annales. 

(En i5og.) Festin fait au couvcnt des Freres Precheurs de 

Palais, ä cause de la feste de Saint Dominique, auquel Jes 

Syndics sont invites. On doune aux dits meines quatre co- 

quasses de vin blanc et rouge pour l'honneur de la -ville. 

fJacq. FlournoiSj cite par M. Grenus.) 

(En i5i2,) Le 9 octobre, trois ambassadeurs de l'empe- 
reur ou roy des Romains passarent par Geneve, auxquels 
la ville fit present d'une coquasse d'hypocras blanc et[d'une 
autre de clairet. 

(Chron, de Bonnivard.J 

Latin, coquinaria vasa^ ustensiles de cuisine. 
COCHLARTA, pour cochlearia. 
COCHON , pour ia nuque -. IIa le cochon tout de- 

coui^ert. II se dit aussi a Neuchatel. A Lyon , on 

dit le cotwet; en gascon, cougot. 
COCHON DE MER ; dites, cochon d'Inde. 
COCHON AILLE : Faire la cochon aille , appr^ter 

le sale , faire les saucisses , le boudin , etc. : Elle 

est apres ä faire sa cochonaille. 
COCHONNER (SE) , se salir ; Comme tu fes co- 

cJionne! On dit bien cochonner un ouvrage, le 

faire mal ,^grossierement , mais ce verbe ne peut 

s'employer au reflechi. 



78 GLOSSAIRE 

COCIIONNIER, ORDURiER, CRAPULEUX. Fraii^ais 

populaire, 
COCOCHET (A) : Porler un enfant ä cocochet , 

c'est-a^dive, a califourchon siir les epaules. 

COCOLER, DORLOTER, TRAITER DELICATEMENT : se 

cocolcr^ il aimc ä se faire cocoler ; c'est iine 
paiwre cocole, Enproveri^al, coucounet, enfant 

COCOMBRE , poor concombre. Neuch. Vaud. 

COCU, COUCOU des PRES, PRIMEVERE des PRES : 

CueilUr des cocus. 

COFFE , COFFERIES , sale , saletes , ordures : 
Un las de coß'eries } du roman gqf, mouille , 
sali. Italien, gqffb, grossier; gqßeria, gros- 
sierete. goffe , en fran^ais, signiüe aussi mal 
fait , grossier. 

COIFFAGE, pour coiffure. 

COIGNIER; dites cognassier. Richelet ecrit coi- 
gnier, et Trevoux coignassier^ mais il faut se 
conformer a TAcademie qui dit cognassier. 

COIN : meiire ä coiii^ cacher, serrer, mettreen 

RESERVE. 

COINETS, sortes de planches brutes pour les cW- 

tures : Un cent de coinets. 
COISSIN, coussiN; terme roman. 

Or, ccoutez ci-apres donc 
Que il avint ä un vllain : 



GENEVOIS. 79 

Sor un coissin tot plein d'estrain, (de pallle) 
Se degralalt de lez son feu. 

{Anciens fahliau.v.') 

Latin barbare, coissinus. Neuch. Vaud. 
COITRE, (on prononce coaire^) couette, lit de 
plumes. 

Douze coetres, pretees par les Syndics, au maitre d'ho- 
tel du Duc, pour les envoyer ä Thonon. (en i5i2.) 
(E.r.trait de Jacq. Flournois,) 

Latin, culcitra. Langiied. Neucli. Yaud. 

COITRON, PETIT LiMAgON; Umax agrestis. Au 
figure, nous le disons pour le plus petit des ani- 
maux nouveau-nes ; C'est le coitron de laja- 
milJe. En roman , cjuoiii'on, questron, un batard. 

COLIDOR, CORRIDOR. Lyonnais et parisien popu- 
laire. 

COLLARD , CARCAN. Dubas-latin collardus. 

(En iSaS.) On public qua les pestiferes ayent ä faire 
quarantaine , ä peine d'etre mis au carcan; fin collardo,) 
(Fragm, hist, avant la reformation.) 

Collardus parait forme du latin , collaria. 

Hocquidem molestum estjam, quod Collum collaria caret» 

(^Plaut. captiv.) 

COLLEGUE , signifie co^mpagnon en dignite , etse 
dit d'une compagnie peu nonibreuse :le coUegue 
d'un consul, d"un ambassadeur, d'un commis- 
saire; ainsi nous disons mal : C'est mon collegne 



8o GLOSSAIRE 

d l'Academie , au Conseil Represeniatlf , etc. 
Le mot propre est confrere. Deux miliciens de 
la meme compagnie se disent : Bojijour^ col- 
Jeguej' c'qs'l le terme de camarade qii'ils de- 
ATaient employer. ^ 

COLLIS, pour colis; terme mercantile. Suppri- 
mez egalement la double lettre dans CAFFE , 
NO TTE , COTTE et COTTON. ^ 

COLORER, pour colorier. ^ 

Un magasin d'estampes colorees. 

(Manuel du Voyageur en Suis sc.) 
Les deux principales figures colorees de bleu et de rouge, 
representaient. . . . (Bibliotheque Bräannique , 1801.^ 

COLORER ne se dit que des couleurs naturelles : 

Dcjä l'aurore raatinale 
Colorait le front du coteau, 

COMBIEN : Le comhicn esi-ce , aujoiirdliui ? 

dites : QUEL QUANTIEME AYONS-NOUS ? 

COMMAND ; on dit d'un domestique : // est de hon 
command , pour signifier qu'il est facile a coii- 
duire. a diriger. Enlangue voYntxne^comans veut 
dire commandement , et mand^ inandement. 

COMME 5 est quelquefois emplo}'e mal a propos , 
pour QTJE et pour comment : // ny va pas si 
soui^ent comme nous ^ comme pa i^a-i-il? Ces lo- 
cutions se trouvent frequemment dans les an- 
ciens poetes. 

Peut-etre que lu mens aussl bien comme lui. 

( CoRNEiLLK , le Meriteur. ) 



GENEVOIS. 8i 

Albin, Komme est-il mort ? 

(Corneille , Poljeucte.) 
Qu'est-ce qu'ou fait cöans? Comme est-ce qu'on s'y poite ? 

(MoLi&RE, le Tartufjfe.) 

COMMERER, faire la commere, caqueter. ' 

COMMISSION , pour affaire, emplette. Une dame 
qui sort pour vaquer k ses propres affaires, dit 
qu'elle va faire des commissions ,- une COMiMls- 
SION signifie luie charge donnee a quelqu'un de 
faire quelque chose. 

COMMUNAUTE , doit se dire pour ce qui est en 
commun, et nonpour ce qui est commun^ gros- 
sier : Cet honime parle malj il est d^une com' 
munaiitel 

COMMUNS (LES), LEs latrines, le prive. 

COMPARAISSANCE , comparution : II rJafaü 
quhine petiie compardissance ,et s'est en alle. 

COMPATISER, SYMPATHISER. 

COMPOSITEUR, diles ecrivain, auteur. Compo-' 
siteur ne doit se dire qu'en musique et en impri- 

I Balzac disait du verbe amhitionner : S'il n'est pas francais 
cette annee , il le sera l'annee ptochalne. Ne pourrait-on pas 
faire la meme Observation , ou du moins temoigner le meme 
desir , ä l'egard de ce verbe commcrer, et surtout des suivans ; 
e.rpeiüser, miser, einpletter, capodser ? (voyez ces mots.) Croi- 
rait-onqu'avant Malherbe , insuUer ctait inconnu, aussi bien 
que les adjectifs g-/-«c/ew.7-, insidieux ^ etles substantifs pwcfe/r;, 
inceucUe , strurite ^ etc ? 



82 GLOSSAIRE 

merie. Aulrefois on donnait a ce terme une ac- 
ception plus etendue: 

Ores est celul qui pompöse seit en vers, prose, musique 
ou autre Invenlion. (?ficoT.) 

COMPTOIR, BUREAU. Ce mot ne se dit gueres en 
France que d'une table a compter l'argent, ou 
de la residence d'une compagnie de commerce. 

CONCHE, BASSIN DE FONTAINE: La conche d'un 
hourneau. Ce terme , qui est aussi dauphinois , 
vient du roman counco , dont le sens est le meme, 
ou du latin, concha, coquille. Conche, en fran- 
gais 5 signifie reservoir de marais salans. 

CONCHON, Sorte de jeu de boules. Le cochonnet, 
a Paris , est aussi un jeu de boules. Ce terme de- 
signe eucore en frangais la petite boule qui sert 
de but. 

CONFERENT, ecolier qui a eu un accessit : II n'a 
pas leprix^ mais iL est confercrit. En latin , con- 
Jerre , combattre , fournir sa part. 

CONFESSION, pour confection : Une prise de 
cortfession, 

CONFISSEUR, pour confiseur; confiturier se- 
rait encore mieux suivant l'Acad. , mais La\ eaux 
ne veut point qu'on se serve de ce dernier terme 
pour designer un marchand de confitures. 

CONFUSIONNER, donner de la confusion, de la 
honte : En vcrite , vous me coiifusionnez. — Je 
suis confusionne de toiites vos prci^enances. 



GENEVOIS. 83 

CONGREGATION , sermon de Paraphrase. En 
tran^ais, compagnie, confrerie religieuse, ns- 
sem}3lee de prelats. 

CONJUGAUX; CONJUGAL, suivant la Grammaire 
des grammaires , n'a de pluriel qii'au feminin : 
AJj'ections conjugales. II en est de meme a l'e- 
gard Aeßlial , ßnal ^ jovial , virginal ^ pasioral , 
nasal , nalal^ nuptial, pectoral eX banal. 

« II y a dans Paris un vinglalne de bouffons hanah tres- 
connus. » (Lebuun.) 

Saint-Lambertdit des instans fatals ; Beauzee, 
des sonsFiNALS; Gattel,des effets theatrals. On 
dit aussi des combats navals , des cierges pas- 
CALS 5 et non pas nauaux^ pascaux, 
CONSliQUENT, important , consid^rable : 

II faut pardonner aux marchands de la rue Saint-Denis 
de vous dire, en vous monlrant une etoffe : ceci est plus 
consequent , et de croire que consequent est synonyme de 
ce qui est de consequence, (La Harp£.) 

// a unejbrtune consequente ; ce quHl a n'est 
pas consequent. L'Acadernie permet d'employer 
CONSEQUENCE pour importance : un bomme de 
CONSEQUENCE , mais Tauteur du Dictionnaire des 
Difiicultes de la langue francaise pretend que 
cette locutiüii doit ^tre rejetee par un bon 
ecrivain. 
CONSULTE, CONSULTATION : Les medecins ont 
fail une consulle. Lyon. Vaud. 



84 GLOSSAIRE 

CONSUJVnfc (UN), \JN CONSOMIVIE. 

CONSUMER , poiir consommer : 

Ils vont de l'une ä l'autre avec leurs vachespour consti- 
mcr les fourrages. {^(hnserv, Suisse.J 

Lyon, et langned. 

CONTRE est souvent eniploye mal a propos ä la 
place de la preposition yers : Jy serai contre les 
trois heures ; cesera contre le iS du mois, 

CONTREDIRE : Vous me contrediies^ pour vous 
ME CöNTREDiSEZ, au present de rindicatif. De 
tous les composes du verbe dire^ il ii'y a que 
redire qui se conjugiie de meme; ecrivez donc : 
vous dedisez , vous interdisez , vous medisez , 
vous predisez^ et iion : vous dedites , etc. Ne 
dites pas , au parfait defini : II lui predisit ce 
qui devait lui arriver; oii lui interdisit toute 
communication ; mais : il lui predit ; oii lui in- 
ierdit^ etc. 

CONTREPOINTIERE, tapissiere. Boiste dit ce- 
pendant contre-pointe, couverture piquee, et 
CONTRE - POINTER , piquer des deux cotes mie 
etofFe. 

CONTREVENTION , pour contravention : IIa 
etc pris en contrei^eniioit. 

COPON, sebile en bois pour porter la päte au four, 
ou pour tenir la monnaie dans le comptoir. On 
dit, en parlant d'unhomme accuse d'avoir piüe 



GENEVOIS. 85 

peiulant la revolution : // a mis la mahi au co- 

pon. Ell celtique cop, copa, copan^ signifierit 

vase , tasse , coupe. Vaud. 
COQUE 5 viEiLLE FEMME, COMMERE : C^est une pau- 

vre cögiie. Espagnol, chochaj vieja chocha , 

vieille radoteuse. 
CORAILLON, TROGNON, ccetjr d'un fruit. Enro- 

mari coraille^ en bas-breton coraillou^ a Lyon 

curaille. 
CORDONNTER, petit insecte rouge et noir, de la 

famille des punaises, cimex, 

CORIANDE, CORIANDRE. 

CORNIOLE, GESOPHAGE DE l'animal ; tcrme de 

boucherie. Lyon. 
CORONEL, COLONEL. Vieux frangais. 

Si envoyerent (ks Romains) decä les monts, iin de leurs 
citoyens pour capitaine-general, ou coronel d'une petite 
armee qu'ils avaient levee contre les dils Allobroges. 

(BOSNIVARD.) 

CORPENDU. Richetet dit courtpendw, NIcot car- 

pendu. II fallt suivrel'Academie qui ecrit : pomme 

de capendiu 
CORPORAL, CAPORAL. On appelle en fran^ais COR- 

PORAL le linge beiiit place sur Tautel. Spon ecrit 

aussi corporal pour caporal. 
CORPORENCE, corpulence. Enroman, coi^pom, 

puissant. Lyon. Vaud. 
CORPS : ^ Corps et d crij ecrivez , a cor et a cri. 



86 GLOSSAIRE 

COTAPILE (A LA), signifie presses, les uns sur 
les autres : Nous etions ä la cotapile dans cette 
petite chanibre. 

COTER, SERRER, ASSUJETTIR, ARRJ^TER : Cotez les 

Jcnelres qui hrelanchent ^ rnettez-j des cottes. 
Coter le lit, c'est-a-dire le border. COTER en 
parlantf hesiter : II a redte sans coter; il Ji^a 
pOrS Gote un seul mot. (Langued. accoutä.) Ro- 
man, coilar, presser. Mettrc des COTTES ä une 
maison , dites des etais. Patois de Frib. cottar, 
fermer. 

COTES, cardes poir^es : Un plat de cotcs. 

COTON SANS FILE , coton en bourre , en rame. 

COUANNE, pour couenne : De la couannede lard. 

COU DU PIED : Cette holte me gene sur le cou 
dupied; dites C0UDE-PiED;quelques-uns ecrivent 
cou-de-pied, 

COUGNER,cogner. 

COUGNARDE , comp^te de coins, cotignac, Neu- 
chätel. 

COÜIONNADE, poiir coionnerie, dans le sens de 
niauvaise plaisanterie , impertinence : II rri'a 
dehite un tas de comonnades. COLIONNER, 
pour Co'ioNNER : listest laisse couionner i c'est- 
ä-dire persifler, mystifier, duper. Nous nous 
permettons d'indiquer ces termcs parce que 
leurs correspondans sont consacres par l'Acad. 

COULER (SE),se ruiner. On dit bien dans cesens', 



GENEVOIS. 87 

qu'iiii homme EST coule a fond, mais 11011 pas 
gii'il s''est coule j SE COULER, sigiiiiie se glisser 
secretement , sans bruit. 

COULERIE, PERTE, RUINE, DEROUTE : Quelle cou- 
lerie ! Cest unefameuse coulerie. Cesubstantif 
n'est franyais dans aucun sens. 

COULOUVRINE, pour coulevrine. 

COUP (TOUT D'UN), pour tout-a-coup, soudai- 
nement; TOUT d'un COUP, sigiiifie tout en une 
fois ; tel est l'avis des grammairiens ; mais nous 
voyons souvent des ecrivains du premier ordre 
iiegliger ceüe distinclion. 

« II s'avise (Roucher) tout dun coup d'une longue et lu- 
gubre sortie contre l'usage de manger la chair des ani- 
maux.» (La Harpe.) 

« Tout elait pret pour la mort du prince de Conde , lois- 
que le roi toraba tout d'un coup malade et mourut. » 

(Voltaire.) 

COUP D'ALR : prendre un coup d'air est, suivant 
Gattel, un provencalisme ; il faut donc rejeter 
cetle locution, mais pouvons-nous dire dans le 
meme sens, un coup defroid? ce lexicographe 
se tait a cet egard, et les meilleures autoriles de 
la langue ne nous en apprennent pas davaiitage. 

COUPE , mesure pour les grains. En langue ro- 
mane, cop , cope et copelle, une tasse. En bas- 
latin, copa , cupa signifient mesures pour le ble 
et pour le sei. Du Cange cite plusieurs ehren i- 



88 GLOSSAIRE 

ques du moyen dge oü copa est cmploye dans 
ce sens. 

COUPILLE , pour goupille. 

COUPLE (UN) : Un couple d^ecus ^ un coiiple 
d^ccijjs^ dites UNE couple; mais, en parlant de 
deux epoux : V^oilä un beau couple / 

COURGERON, potiron, sorie de le'gume. 

COURIATER, courir 9a et lä, poursuivre quel- 
qu'un. 

COURI ATIER, PETIT couREUR , qui ne fait que 
courir. 

COURIR , ne prend que Tauxiliaire ai^oir : ne dites 
donc pas, malgre i'autorite de Racine : J'j suis 
couru, mtiis yjy ai couru. Cependant, on dit 
indifFeremment : J''ai accouru^ je suis accouru. 

COURTEROLE, taupe-grillon , couRTiLifiRE, in- 
secte. (Lyon.) En langue romane, courtiliere 
signifie j ardin potager. Voyez le mot Courti dans 
nos Obseri^aiions sur le patois de la campagne, 

COUSUS (JE), pour JE cousis, du verbe coudre. 
Jean- Jacques dit, en peignant ses arrangemens 
de menage dans le lazaret de Genes : 

Je me fis des draps de plusieurs serviettes que je cousiis. 

c'est un barbarisme. Je couds, tu couds, il coud^ 
nous cousons. Je cousais. Je cousis. J'ai cousu. 
Je coudrai. Couds. Que Je cousissc, qu'il cou~ 
Sit, Cousant. . 



GENEVOIS. 89 

COUTELAR, couTELAs. 

COUTUME : ai^oir la coutume de; il est mieux de 

dire avotr coutuäie de : // a la coutume de se 

leper tard. 
COUVERT, couvERCLE : Unpot etson couuert; un 

couvert de boite, Ce barbarisme est aussi langue- |j 

docien. couvert peut se dire daiis le sens de toit. 

Voyez Gattel et Boiste. 
COUVERTE, COUVERTURE : Remettez la couverte 

de laine ä mon lit. Couverte ne se dit plus que de 

Temail qui couvre la porcelaine. Vieux fraiigais. 

Un garde-robe gras servait de pavillon ; 
De couverte un rldeau, qui fuyant (vert et jaune), 
Les deux exlremites, etoit trop court d'un' aune. 

(Regnier.) 

COVET, couvET, Sorte de chaufferette. En pari- 

sien populaire , coui^ot. 
CRA , crasse de la t^te des petits enfans ; // a la 

tele pleine de cra. 
CRA (A), etre ä cra, n'en pouvoir plus, 6tre a 

QUIA. Neuch, 
CRACIIE , salive; CRACH^E : Une crachee de 

neige, c'est-a-dire une neige lagere. CRACHER, 

Cr acher au hassinet, dites , cracher au BASSIN. 
CRAINTER, terme rural; se dit du raisin qui n'a 

pu acquerir sa grosseur ordinaire : Les raisins 

ont crainte. 



go GLOSSAIRE 

CRAPE : c^est une peilte crdpe , c'est-a-dire une 

CRAPULE , line FILLE DE JOIE. 

CRASANE (POIRE). II faut ecrire crassane, sui- 

vant l'Academie. La Quintiriie dit cependant, 

comme nous , crasane. 
GRASE, berge, rive escarpee : Les crases de VAn^e 

au-dessus de Champel. Anglais, crag^ rocher; 

(^vcLggy-, escarpe. Ecossais , craig j Salisbury- 

craigs.^ colline , rocher pres d'Edimbourg. Racine 

celtique, craig, graig^ pierre, rocher, montagne ; 

de la le fran9ais , grais , ou gres , pierre de gres. 

Breton, craz, colline, elevation. 
GRASET, PETIT, DE courte TAILLE : Püiwrc pellt 

craset. En anglais crasj, fälble. 
CRAYON, prononcez cre-ion , et non pas creon. 
GREPISSAGE (UN), üne crepissure : Ce mur a 

hesoln dhm creplssage. 
GRESOLETTE , sag , tire-lire qu'on presente h 

I'eglise en faisant la quete : Ai^ez-vous mls ä la 

cresolette? En grec, cresera^ sac, chausse. 
GREVOTANT, GREVOTANTE, malade, PRifcs 

DE CREVER : // va tout crei^otant} cefeu est tout 

crei^otant, 
GRitE, pour CRiERiEj gronderie; criee est un 

terme de palais. GRIER des annonces, publier 

des annonces. 
GRIiXGAILLER, quincailler. Cllngualller, clln- 

calllc, clincailleric ont vieilli. 



GENEVOIS. 91 

CROASSEMENT, COASSEMENT, cri des grenouilles ; 

CROASSEMENT HC se clit que du cri des corbeaux : 

Un bruit semblable au croassement des grenouilles. 
(Bibliot. Britan., lilter. i." volj 

Dites aussi, dans le meme sens, coasser, et non 
CROASSER. 

Qu'avez-Yous ? se mit ä lui dire 
Quelqu'un du peuple croassant. 

(La Fontaine,) 

CROC , ESCROC. Un croc , en fran9ais, est un suppot 

de jeux defendus. 
CROCHER, AGRAFER, mettrc des crochets : C?'o- 

chez-moi ma robe. 
CROCIION, ENT AMURE, baisure du pain. Neuch. 

Vaud. CROCHONNER, couper la croüte autour 

du pain : Ce pain est tout crochonnc, 
CROCODILLE (les deux // mouillees) , ecrivez et 

prononcez crocodile. 
CROIRE (S'EN), s'enorgueillir : listen croii bien 

depuis qu^il est conseiller, 
CROPETONS (A), dites a croupetons. A Neu- 

chätel, crepetons ^ a hyon.,en graboton. 
CROQUEMOLLE , coquemolle , amande coque- 

MOLLE. 

CROSSE , BEQUiLLE : // marche auec les crosses. 
CROTON , CACHOT : // a passe la nuit au croion ,' 
cet appartement semblc un croton. 



92 GLOSSAIRE 

« Deux maitres d'ecole mis au croton , parce qu'ils ensci- 
gnaient les enfans ä Saint-Gervais, et non ä la grande ecolc, 
quolqu'onle leureut defendu. » (1527.) 

(Extr. des regist, lat. du Conseil, parJacq. Ftournois.) 

Croton est iiii terme de la laiigue romane ; eii 
proven9al, cioto; eii languedocien , crouton. 
CROTÜ, marque de petite veröle, gräle. « Veux- 
tu que je coure baiser un visage noir et crotu? » 
dit Ciaire h. sa cousine. Boiste, qui recueille soi- 
gneusement tous les idiotismes de l'auteur de 
la Nouvelle Heloi'se, dit dans son dictionnaire 
que cj-Qtu est im mot cj'ee par Rousseau. Proba- 
blement du laiin cnistatus , ou pliitut du roman 
crot^ un creux; a Neuchatel, crotele. 
CROUIE, CROUILLE, mauvais, mechant, gros- 
SIER5 GATE : C'estwt crou'ie sujet^je n^ai que ce 
crouie hablt. Vaudois et fribourgeois. 

Crouia \ia et buona mor 

Djame ne furan d'accord. 

De l'italien, crojo , rüde , grossier. 
CROUSTILLEUX ; nous faisons souvent usage de 
cet adjcctif dans le sens de difficile, epineux: 
C^cst une ajfaire assez crousülleuse , il aura de 
la peine ä s'en tircr. Cette acception est fausse : 
CROUSTILLEUX cst synonyme de Ubre ^ grai^elcux : 

Un CONTE CROUSTILLEUX. 

CROUTE AU P>EURRE , pour beurree. Neuch, 
Vaud. 



GENEVOIS. 93 

CKOUTION.; poLir crouton : Un croülion depain. 
diu -.Avoir son cruj auoirjait son erntest un bar- 
barisme ; il faiit dire, SA crue. Lyon. 

« Une bete qui a son cru (l'elephant de Ceylan), et qui a 
de douze ä quatorze pieds de haut , se vend environ 2,000 
dollars. » (Bihl. Britan. , tom. i5.^ 

CUARD (DU), DU FILET, DU ciMiER. Termc de 
boiiclierie; en languedocien, quouard. 

CUBLE, CLUB. 

CUCHET , VEILLOTE, petit tas de foin : Le pre 
etait coui^ert de cuchets ,• du roman cuche, cu- 
chol, cucJion , Cime, faite, forme du celtique 
euch y hauleur. Cuclion est reste dans le dia- 
lecl e lyonnais , et cuchot se dit encore en Fran- 
die-Comte.' ENCUCHER, mettre en cuchets^ 
DECUCHER, defaire les cuchets. 

CüER, cuiR: Un marchand de cuers. Langue ro- 
mane, quer. 

CUILLER, prononcez cu-glie, cu-giiere, ou cui- 
gliere , mais non pas keu-giier. Voltaire veut 
«ju'on fasse sentir IV^ car il dit dans ses Re- 
marques sur Corneille : 

Si on ne voulait rimer qu'aux yeux , cuiller rimerait avec 

mouiller. 



1 Los paysans de cette ])rovince disent aussi raicuchcna , 
iiiettrc du grain dans une mcsurc dejä remplic, en sorle qu'il y 
fasse poinle, cuche. 



94 GLOSSAIRE 

CULLIK , pour cueillir. 

CUPESSE, CULBUTE; saut quon fait en mettant la 
lete en bas et les janibes en Ijaut : Faire des 
ciipesses dejoie. EN CUPESSE, sens dessus Des- 
sous. Tout etait en cupesse daris la maison. 

CUPESSER : Cette maison a cupesse, c'est-ä-dire, 
eile a fait banqueroute. Le verbe roman cabus- 
sar, qu'on retrouve encore en Provence , signifie 
renverser par terre, et proprement, provigner, 
courber une branche clans la terre; i! est pos- 
sible que cupesser iie soit qu'une alteration de 
ce terme. 

CUPLAT, chule sur le derriere. 

CURE; terme d'ecolier; se dit lorsqu'nn joueur a 
perdu tout son argent, tout son enjeu : Je suis 
eure 5 je ne joue plus, 

CUSIN, COUSIN, insecte. 



GENEVOIS. gS 



h^^^.^^t%^<W'%^rv».'»^»i^^,^^%/^^«»^»^,'V'»^^»^%.^^l»,^«»^^iV'».-v^^«»^V%^-^t^. 



D. 



Dada , nourricier , man de la riourrice , terme 
enfantin. Eri hon fraiKpais , d^lia signifie petit 
cheval. Oii Iroiive dans la langue cellique dad, 
pere; dans l'arabe vulgaire, dada , nourrice. 
En Angleterre , les enfans disent aussi dad ^ 
daddj, pour papa. 

DADOU, DADAis ; C'esi un grand dädou, On dit a 
Lyon : dada. 

DAGUER, PESTER, ENRAGER.En fran9ais, ce verbe 
signifie frapper a coups de dague. En langue 
romane, dague, Insulte, raillerie. 

DAILLE , FAUX; du vieux frangais dail, forme du 
cellique, dala , couper; dal, portion, parlage; 
de la , le theil des AUemands , le deal des Angl. , 
le deel des Flammands , et nombre de derives 
semblables dans diverses langues du nord. En 
Auvergne, en Dauphine et en Languedoc, une 
daille signifie , comnie chez nous, une faux. Les 
janissaires ont un sabre qu'ils appellent dal- 
glitsch. D alller , faucher, en langued. 

DANDINE, DANSE; vol£e de coups. 

DARTE, pour dartre. Lyon. Paris, pop. 



96 GLOSSAIRE 

DARCULONS , a reculons : Aller darculofjs. 
DATTE , pourDATE, la date d'une lettre. La datTE 

est le fruit du palmier. Je vous ai ecrlt sous Ict 

date du. . . ; il taut , EN date du . . . 
DAA'ANTAGE. Moliere a dit dans le Bourgeois 

GeniWiomme : « II n'y a assurement rien qui 

chatouille DAV ANTAGE QUE les applaudisse- 
r/. mens , mais cet encens ne fait pas vi vre. 5) II fal- 

lait : QUI CHATOUILLE PLUS QUE . . . ; daudntage 

ne peut ^tre suivi de que. 
DAVID ; faites sonner le d final ^ et ne prononcez 

pas Ddi^i. Faites aussi sonner le b dans Jacob, 
DE; ne dites pas : II trauaille de tailleurj eile tra- 

vallle de lingere^ mais , IL EST Tailleur ; elle 

EST LINGERE. 

II ne s'cn est fallu f!e rien que. • . 

II ne s'en est de guere fallu ; 

II m'en a fait de cadeau ; 

J'ai cru de bien faire en allant. . . ; 

J'entends batrre de la caisse, battre du tamboun 

Je n'en ai pas de besoin ; ^ 

Cela ne fait de rien. 

Ella a ele d'ohUgee de lui rendre. . . 

Supprimez lous ces de quisont autant de bar- 

barismes. 

DE LA, DU, DES : // a de rexcellenle blere; 

nous jnaiigcons du mainniis paii; j des grands 

phUosovhes assiircnt. . . , ce soiil des honnes 



GENEVOIS. 97 

gens. II est mieux de dire : D'excellente biere; 
DE maiwais pain ; he grajids pliilosophes . . . ^ 
Cependaiit Buflfon ecrit : Des graues historiens 
ont ete jusqu'ä publier, . . On dit : des hons 
7710 ts , des jeunes gens , des petites maisons , etc. 
parce que les deux mots soiit lies par le sens. 

Heureux si, de son temps, pour de bonnes raisons, 
La Macedoine eüt eu des petites maisons. (Boileau.) 

DEBÄGAGER, pour dem£nager, decamper, de- 

menager brusquement. 
DEBARRASSEE , debarras , delivrance de ce qui 

embarrassait : Le voilä hin! c'est iine bo7me de- 

barrassee. 
DEBINE , indigence , ruine : II est dans une de- 

bine complSte, 
DEBLOTER : Debloter sa hara7igue; debloterwie 

kirielle de soUises , c'est-a-dire debiter, reciter, 

avec vitesse. Deblote7^ iin pain, un poulet ^ le 

manger avidement. 
DEBOQUER, DfePLACER, chasser de son poste. 
DEBOUCHARDER, laver, nettoyer le visage. Voy. 

Boucliard. 
DEBOULER, partir, decamper : Allons , debou- 

lez-77ioi d'icl. abouler, dans Fargot des prisons 

de Paris , sigiiifie vejiir. (Voyez Beaulieu, Repol. 

de Fj-ance. ) DEBOULEE , sortie precipitee : 

Quelle deboulee ! Neuch. 



98 GLOSSAIRE 

DEBRANLER, quitter la place : // n'en a pas 
debi-anle de loiite la journee. 

DECESSEPi, pour cesser : On le luia defendu, et 
il n'a decessc de le Jaire , tu ne decesses de 
causer, Lyon. Dccesser est le contraire de ce 
qu'on veut dire , car le de est uii priv atif. 

DECOTER, DESSERRER, et au figure, arranger, 
RAPPROCHER. Oll dit, eil faisant un marche : jy 
mettrai encore un louis pour vous decoter. Voy. 
Coter. 

DECROTTOIR (UN); dites une decrottoire. 

DEDAIGNER (SE) : Jeme dedaignerais blen dral- 
ler avec lui. Ce verbe ne peut etre employe 
dans un sens reflechi. 

DEDANS , ne peut avoir de regime. II faut donc 
dire DANS l'armoire , DANS la maison , et non dc- 
dans Varmoire s etc. 

Mais puisque nous voici dedans les Tuileries, 
Le pays du beau monde et des galanteries. 

( Le Menteur. ) 

Corneille est rempli de cette locution , mais 
de son temps eile n'elaitpointenvisageecomme 
une faute, et la meilleure preuve, c'est que Scu- 
dery, non plus que TAcademie , ne la point re- 
levee dans la critique du Cid. 
DEDIRE ; on dit : vous vous dedisez , et non vous 
vous dedi'.es, a la seconde personne du present 



GENEVOIS. 99 

de Tindicatif ; on dit aussi : vous vous CONTRE- 

DiSEZ. Yoyez Contredire. 
DEDITE (UNE), pour un dedit : ILy a une dedite 

de Cent louis. 
DEFINIR 5 EXPiRER 5 toucher a sa fin : J'ai cru qiLil 

allait definir dans mes hras. A Paris, le peiiple 

fait cette faule. En vieux fran^ais , dcßner si- 

gnifie etre languissant, abattii. 

Cet homme s'en -va tout ch'finant. 

(NiCOT.) 

DEFINITION 5 FIN : Iljaut en faire une definiüon. 

Ce mot n'est frangais que dans le sens dexpli- 

cation, etc. EN DEFINITION, enfin : En de- 
ßnition, les voilä partis. 
DEFUN TER , mourir , deceder. 
DEGAGER (SE), pour se depecher : Allans , de- 

gage-ioi,je suis presse. On dit en Languedoc, 

se degajä , dans le meme sens. 
DEGELEE , volee de coups : Je lui aißdne une 

degelee. 
DEGIGANDE, pour degingande; cette faute se 

fait aussi a Paris. 
DEGOUTANT, qui inspire du degoüt; DEGOUT- 

TANT, qui tombe goulte a goutte. Ne confon- 

dez pas ces deux mots. 

Entre d'enormes rochers toujours degoutans de l'eau des 
cascades. (Conserv. Suisse.J 



loo GLOSSATRE 

On sent quc degoiittans elait Ici le mot con- 
venable. 

Ccs monsfres orncs de croix blanclies, encore toutes de- 
goütantes du sang des femmcs qu'ils venaient de massacrer, 
(Voltaire , Essai sur la pocs. cpiq. ; cdit. de Bäle.) 

11 fallait degouttantes y et Delille dit dans le 
meme sens : 

Son sang rougit au loin les ronces degouttantes. 

(Eneide.J 

DEGREDELER, degringoler, tomber, rouler 
dans l'escalier : II s^ est laissc degredeler par la 
montee, 

DEGRUFFE, alerte, eveille, espiegle. 

DEGUILLEMANDRE, depenaille, deguenille. 

DEGUILLER, (prononcez comme marguillier) , 
abattre, REN VERSER; propremcnt, abattre des 
quilles, qu'on prononce mal a ^vo^os guilles ^ en 
bas-latin , gidlla , une qiiille. 

DEHONTE, EHONTE. DeJwnle ne se trouve pas 
dans TAcademie, mais Boiste l'a recueilli, et 
Marinuntel dit que c est un vieux mot qu'on de- 
vralt conserver. On disait autrefois deshonter, 
pour deshonorer : 

Comment! dans un chätcau dont l'antiquilc brille, 
Venir de guct-ä-pens deshonter une fille! 

(Th. Corneille.) 

DEHORS; ecrivez dehors sans acccnt, et ne dites 



GENEVOIS. 10 1 

pas : IL est dehors de cliez lui, dehors de la mal- 
soriy mais, IIORS de chez lui, hors de la inaisoii. 

DELICE , au singulier , doit toujours ^tre du geiire 
masculin; aiiisi J. J. Rousseau ii'est pas coriect 
en disaiit, dans sa Descriptlon du V al-de-Tra- 
vers : « J'ai sous ma fenetre une tres-belle Fon- 
taine dont le bruit fait une de mes delices. EdiL 
de Geneve, 1782. 

DELIGENCE , pour diligence : // est parti par la 
deligence. 

DELIGENT, pour diligent. 

DEMANGOUNER, ÜEMANGONNER, deranger, 
GATER : Cette serrure est demangounee , iljaut 
la raccommoder. Neuch. 

DEMEURANCE, demeure, habitation : C'est lä 
votre demeurance ? Ce terme est du vieux frang. 

DEMI-FEMME , lavandiere pour la demi-journee. 

DENIOTER, öler, arraclier de sa niote. (voyez ce 
mot) : On nc peut pas le denioier de chez lui. 
Ce mot veut dire proprement oter du nid, 

DENIS ; prononcez deni , nom propre. 

DENUTERspourDENUER : Elle etaitdenuteedetout, 

DEPERSUADER , dissuader. Ce terme appartient 

au vieux fran^ais; Boiste l'indique. 
DEPETRENfi , DEPOITRINE , d^braill^. En lan- 
gued. despcirinat; en paris. popul. depotraille. 
DEPONDRE , enleyer , decrocher : Depondez les 



loii GLOSSAIRE 

rideaux. II s'emploie aossi clans le sens de dis- 
continuer : II j ai^ait un monde ! de Plainpalais 
jusqu'ä Bel'^ir, ca ne depondait pas. 
DEPUIS, consider^ comme adverbe de lieu , pour 
DE : Je Vai vu depuis ma Jenetre. Non-seule- 
nieiit cette faute nous est familiere dans la con- 
versation , mais nos ecrivalns la fönt souvent : 

On peut dLecousTir depuis Palerme le sominet de l'Etna. 
— Les toits de Cachemire sont couverts de fleurs, ce qui 
donne ä la ville un charmant coup-d'oeil , depuis une cer- 
taine distance, — Depuis ceshauteurs on jouit d'une vue ma- 
gnifique. — J'ecrirai c?e/3«t,y Fezzan, sije puls le faire sans 
danger. (Bibliot, Britan.) 

Je vois depuis l'auberge aller et venir. . . 

(M. A. PicTET, Voyage de trois mois , etc.) 

Ardee, que Ton voit depuis les fenetres du chäteau. . . 
(M. de BoNSTETTEN , Voyage au Latium^ 

DER, DE (a coudre) : Un deren argent. Le peuple 
ajoute cette r par euphoiiie, c'est-a-dire pour 
eviter l'hiatus. C'est ainsi qu'il dit encore : Une 
lotte pour une hotte; ä r'mi liomme^ ä r'wi 
coin, pour a un homme, a un coin; du quinar 
en bois y et moi~z-aussi j poiirquoi-t-est-ce que? 

DERATER (SE), se former, prendi-e de l'usage, 
de Fassurance : Depuis que ce jeune homme est 
iciy il s*est bicn derate. L'adjectif derale, de- 
ratee, estindique par rAcademie, mais Laveaux. 



GENEVOIS. fo3 

pretend qua Pai'is, persomie iie serail eiiteudu 
en se servant de cette expression. 
DERNIER , DERRifeRE : Dernier, darnier le Rhone. 

« Et commenca-t-on ä crier : l'abbe nous irahit, car il le 
( le vidomne, ) sauvera par dernier. » 

(BONNIVARD. ) 

En langue romane darrenier, 
DEROCHER5 RENVERSER. Michel Roset ecrit dans 
ses annales : « Les rues des faubourgs derochees , 
contenaient 6,200 pas; » et Bomiivard : « Les 
remparts de Saiiit-Gervais faits de terre es- 
toient deroches , en fa^on qu'il y avoit Ouver- 
türe de tous coustez. rt (en i5ic).) 

Enlre les diex y ot une batallle grant, 
Si ne fust Jupiter ä sa foudre bruyant^ 
Qui tost les desrocha. 

f Roman d' Alexandre. ) 

DEROCHER, DEROQUER, en fran?. , terme de fau- 
connerie , precipiter d'un roc. 

DEROCHER (SE), tomber d'un lieu eleve : Ne 
montez pas Id, vous vous derocherez, 

DES-DELA, DE-DE LA, de lautre cöte, dans 
l'autre chambre : Oü etiez-i^ous ? J'etais des- 
de lä^ passez des-de lä. Locution dauphinoise 
etneuchäteloise. On dit a Lyon des-de lä Veaii, 
PAK DELA la ri viere. Italien, dl lä dalßume'y 
cht G di lä? 



io4 GLOSSAIRE 

DESASTRUEUX, pour di^sastreux. 
DESCAMPETTE, pour escampette. 
DESIR, DE^IRER. LAcademie ecrit : di^sir , de- 

sirer; et Girault-Duvivier observe tres-bien, k 

ce sujet , que la multiplication de Ve niuet rend 

la langue sourde et monotone. 
DESSOUS, DESSUS, sont des adverbes, et non 

des prepositions ; vous direz donc sousl'eau, SUR 

la fenetre, et non dessous Veau ^ dessus laje- 

netre, 
II en vient dessus vous faire fondre les restes. 
Quoique Voltaire signale cette expression 

comme fautive, il ne craint pas de Temployer 

lui-meme dans la poesie badine : 

Va , je le mets dessus ta conscience. . . 
On entendit dessus ces entrefaites ... 

II ecrit aussi : 

Vous dormez dessous les courtines 
Et des Gräces et des neuf Soeurs. 

Les poetes d'aujoiird'hui ne se permettent 
plus ces locutions. 

Nous disons : // lui est iombc dessus ,* c 'est 
une/auie qu'onnc doitpas mc mettre dessus. Ce 
sont des barbarismes; il faut dire : liest tombc 
SUR luly c'csi unc faule qu^oii ne doitpas mettre 
SUR moL 
DESSUIVRE, imiter par derision l'accent ou Ics 



GENEVOIS. io5 

manieres de quelqu'un : Vous etcs im bai^ardy 
vous ne faites quc me dcssuwre. Ce terme est 
du vieux frangais. 

DfiTABLER, departager, decider une electioii 
entre deux nombres egaux de suffrage. Ce mot, 
qui est aussi neuchatelois , derive , suivant 
M. Guillebert, d'un usage particulier a sa pa- 
trie : les juges de Neuchätel , dit ce philologue , 
donnent leur avis assis autour d'une table , et ils 
y restent tant que la majorite n est pas decidee; 
si les voix sont partagees, le presIdent prononce , 
et fait alors detabler le tribunal. 

DETENTE : Etre dur ä la deleniej dites A LA des- 
SERRE. Neuch. 

DEVANCER, DEVIN, DEVINER, DEVENIR, 
DE VIS, DEVISE, DEVISER; supprimez l'ac- 
cent aigu sur le premier e. 

DEVANT : Illuiest alle au-deuant ^ ilvint ä mon 
devanU Quaiid devant est simple preposition , 
il doit avoir un complement ; vous direz donc 
plus correctement : il est all^ au-devant de lui ; 

il vint AU-DEVANT DE MOI. 
DEVARIER, DfiR ANGER, INCOMMODER, DETRAQUER: 

Je ne sais ce que j'aiy mais je nie sens tout 
deiJarie auJowd'huL 
DIALECTE (UNE). Quelques ecrivains fönt ce 
mot feminin, mais il ne faut pas les imiter. 



io6 GLOSSAIRE 

DIMANCHE : J^alregumadimanche^ ilenjailses 
heiles dimanches. Ce mot ne peut ^tre employe 
au feminin. 

BINDE (UN) : On nous a serpi un beau dmdej 

dites, UNE BELLE DINDE , OU UN BEAU DINDON; le 

dinminutif est dmdonneau. 

DIO 5 TERRE GLAISE : Des mdpis de dio. 

DIOTU, GIOTU; epais, ferme : Cette soupe est 
bien diotue. 

DIRE, pour demander : Dites ä votre pere s'il 
pourrait passer un moment chez moi. 

DISPARAT (UN) , une disparate : Celafait un dis- 
parat choquant. 

DISTAC , Sorte d'accessit ; terme de tirage. 

DISTRAISENT, DISTRAISEZ : Ne le distraisez 
pasj je crains qu'ils ne le distraisent ; il faut 
dire : ne le distrayez pas ; je crains qu'ils ne le 
distraient. Jean-Jacques a fait cette faute dans 
ses Con/essions» 

Nous disons aussi SOUSTRAISEZ pour sous- 
TRAYEZ : Soustraisez cette somme, 

DIVISER, pour deviser, causer. 

DOLE : Ce nest pas la Dole. Cette expression 
proverbiale , formee du nom dune haute som- 
mite du Jura, est synonyme de l'adage popu- 
laire : Ce n^ est pas le Perou. ' 

DOMESTIQUE : Un domcsliquc en hommcj dites 



GENEVOIS. 107 

UN DOMESTIQUE5 et en parlant d'une femme , une 

DOMESTIQUE. 

DOMMiVGER, gater, prodiguer : Ne dommagez 

pas ce paiu* En langue romane damager. 
DONNER LE TOUR, faire le tour : Nous ai^ons 

donne le tour par Saint- Anioine. Vaud. 
DONT, employe mal a propos aulieu de que : Cest 

de vous dont je parle ; c'est de ce Iwredontj'ai 

besoin. Crebillon a dit : 

Ce n'est que du tyran dont je me plains aux dieux. 

Cest une faute, parce qu'un verbe ne peut 
avoir deux regimes indirects. 

DORSEN AVANT , pour dorenavant. Vaud. 

DOUBLE, la double est la pause des animaux 
qui ruininent ; le GRAS-DOUBLE , la membrane de 
l'estomac du boeuf. 

DRACIIEE, RESiDU, MARC, SEDIMENT du beurrc 
fondu : Unefigdce d la drdchee. En langue ro- 
mane, dräsche ^ en bas-Iatin drasqiia^ veulent 
dire dreche , marc du grain dont on s'est servi 
pour la fabrication de la biere. En Provence , 
draco ^ marc de raisin. 

I Le prince de Taleyrand donnait une grande fete : la femme 
d'un parvenu, qui se Irouvait ä ses cotes, lui dit : VoiJä qui doit 
yiowh coiUer gros. — Oh! ce n'est pas le Peiou, repondit sur- 
le-champ le spiiituel ampliytrion. 



io8 GLOSSAIRE 

DREMILLE, DORMILLE, la loche franche, co- 
hitis barbatula , poisson. 

DROIT, pour pr^cisement, justement : Venez 
droit ä midi, DROIT , pour debout : Je me suis 
tenu droit tout le temps du sermon, Nous disons 
aussi BON-A-DROIT dans le sens de bonne me- 
sure , BONNE RATION : J ^aime bien ä me sen>ir 
chez lui^ par ce qu^il mefait toujours bon-ä~ 
droit. 

DROLE, comme adjectif, ne signifie que plaisant, 
GAiLLARD; nons l'employons mal a propos pour 
agreable, commode. 

DRUJON, viRAGO, femme ou fille forte, hardie , 
laborieuse : C'est un bon drujon. ( Proiioncez 
comme donjori). Du celtiq. , dm fort, violent, 
epais , gras ; ainsi que drudje , druge^ engrais ; 
de la drudje , terme rural. Vaud. et fribourg. 
endrugi^ fumer; celto-breton druein.^ov\s avons 
dit ailleurs que la terminaison ein est du dia- 
lecte de Vannes. 

DU BONHEUR, par bonheur : C'est du bonheur 
que j'ai pu. . . 

DU DEPUIS , pour depuis. Corneille dit dans son 
Menteur : 

Votre äme, du depuis , aillcurs s'est eiigagce, 

et Regnier, dans ses Satircs : 

La belle , du depuis , nc le letheicLc poinL 



GENEVOIS. 109 

Mais cette locution a toujours ete tr^s-de- 
fectueuse. 
DUEGNE; mouillez^Ti comme dans incognito. 
DU MATIN : J'irai du maiin, c'est-ä-dire des Ic 
matin. 

Couchez-\ous de bonne heure, pour etre du matin 
ä cheval. (Hamilton, Mem, du Chev. de Grammont.) 

DU SOIN : Ayez-en bien du soinj supprimez du. 



HO 



GLOSSAIRE 



E. 



.CjBALOURDIR, pour abasourdir. En langue rom. 

ahalourdir. 
EBARAGNER , enlever les toiles d'araignee. EBA- 

RAGNOIR 5 longLie epoussette destinee a cet 

usage. 
EBENISTRE, pour ebeniste. 
EBERCHER , ebrecher : Cetie assiette est tout 

eberchee, 

EBOLUTION, tBULLiTiON : // a le corps coui^ert 
d'eholutions. 

EBORNICLER, pour fisoRGNER. 

EBOURIFLER , pour ebouriffer. 

EBRAISER, remuer la braise d'une chaufferette 
ou d'un brasier : Ebraisez la hassirie, 

EBRIQUER, briser, rompre : J^aiebriquema tou- 
pinc ^ eile est en mille brlques. Voyez brique. 

ECALABRER, ouvrir entierement : La porte, les 

feneires^ tout^etait ecalabre j iie laissez pas 

ainsi les pories ecalabrees. ]N euch. Ce verbe , 

qui na point de correspondant en frangais, nous 

parait synonyme de l'italien, spalancare, 

ECARABTLLER , ecarquiller : J^^ous auez lesyeux 



GENEVOIS. 1 1 1 

bien ecarabilles. Terme dauphinois ; en Pro- 
vence, escarahilhat, 

ECARAFLER, aplatir, ]£cacher, ecarbouiller : 
II s' est ecarajle le nez en tomhant, 

ECARCASSE, fatigue, ereinte. 

ECCETRA, ECCETliRA , pour et cetera. 

ECHAFFOUREE, echauffouree. Lyon. 

II mettra un terme aux discordes que \ echaffouree d'A- 
ranjuez a fait naitre. (Salvandy.) 

E CHANCE (UNE) , un echange. Ce mot est mas- 
culin. 

ECHARBOTTER, mäler, embrouiller, remuer : 
JJne eclievcHe echarbottee ; terme de la langue 
romane. Richelet dit encharbotte , pour embar- 
RASSE , et Rabelais escharboiter, pour remuer. 

En attendant graisler les chätaignes, escript au foyer 
avec un long baston, brüle d'ungbout, dont on eschar- 
hotte le feu. » 

ECIIARPINE, epinache:, echevele, qui a les che- 
veux en desordre. En roman , ^ ^entrechapin- 
gnier, se tirer les cheveux. 

Moult se sont entrechapingnie , 
Batu , et fern, et sachie; (du verbe sacher, tirer en 
agitant.) 

( Anciens fabliaux.J 

Ii^PIN ACHER le chanvre, le peigner. Terme rural; 
les EPINACHEURS sont venus. 



112 GLOSSAIRE 

ECHARSjterme de couturiere. En vieux fran^ais, 
ce mot signifie avare, serre, chiche, et vient 
du celtique^ scars ^ mince, court, d'oü rallem. 
Jcarg^ chiche, avare. En Franche-Comte , oii dit 
aussi un habit cschars. En fran^ais, iine mon- 
naie echarse est une piece qui n'est pas au titre. 

ECHECS : Jouer aux echecs ,- prononcez echai. 

ECHEMI, se dit dune viande sans saveur etfilan- 
dreuse. 

ECHEVETTE, pour echeveau. En langue romane, 
escheueite. Neuch. Vaud. 

ECHIRER, pour dechirer : Ilni'a toutechire mon 
habit j raccommodez cctte ECHIRÜRE. 

ECL AFFER , ecacher, aplatir, ecraser. Ce terme 
appartient au vieux frangais. Neucli. Vaud. 

ECLAIREMENT : Ueclairementdc la ville; dites 
l'eclairage. 

r r 

ECLAIRER. L'Academie veut qu'on dise : Eclai- 
rez a Monsieur, et non pas eclairez Monsieur. 
Cette locution n'est point d'un usage general, 
et IM.""^ de Genlis , dit dans ses Memoires : « Un 
valet survint; je lui dis : eclairez M. le Vicomte 
de Custines. » ECLAIRER, jjour allumer, faire 
BRULER est un barbarisme : Eclairez Ics quin- 
qucts. 

ECOLAGE, salaire quc paie l'ecolier : Pajcr Ve- 
colage au rcgent. 

ECORCES-NOIRES, scorsoneres^ salsifis. 



GENEVOIS. ii3 

ECOPiCHE-CU , perche un peii plus grosse que la 

vwe. Voyez ce mot. 
tiCOT DE BOIS, BRIN, petite branche de bois sec. 

Ell fran^ais , ecot signifie un tronc d'arbre , ou. 

il reste quelques bouts de branches. 
ECOTER, ramasser des ecois. 
ECOUENNER (S'), s'efforcer. En fran^ais , ecoua- 

72er signifie limer, raper, degrossir. 
ECOUENNE : II j va de toutes ses ecouennes , 

c*est-a-dire de toute sa force : Tu ri'as pas 

Vecouenne p la couanne ^ c'est-a-dire tu ne 

peux pas , tu n es pas assez fort. En fran^ais , 

ecouenne est un terme de monnaie. 
ECOUERU , PETIT, MAiGRE, DEBILE, de mauvaise 

mine : C'est un pauure ecoueru, Expression qui 

vient du fran9ais ecouer , couper la queue dun 

animal. 
ECOVET , ficouviLLON , Instrument ä l'usage des 

fourniers. Vaud. 
ECREME , se dit d'une piece d'eau qui commence 

a se congeler : Lesfosses sont dejä ecremes, II 

faut dire cremes. 
ECRIVISSE , pour ecrevisse. Vaud. 
ECUELLES , pour ricochets : Faire des ecuelles 

au hord du lac. 
ECUERNE , IDIOT , STUPIDE : C'est un pau^re 
ecuernc. Quelques-uns disent ETIEURNE. 



ii4 GLOSSAIRE 

ECUISSOTER (S), se fatiguer par une forte mar- 

che : J'ai tantgdpehier, quej^en suis tout icuis- 

sote aujourd'hui. 
ECUIT se dit dun enfant en bas-age , dont la peau 

trop teiidre se crevasse. En langued. esco'i. 
EDUQUER , FAIRE L EDüCATiON. Roubaud autorise 

ce verbe, mais De Waiily, et Boiste, d'apres 

Voltaire , le signalent comme un neologisme vi- 

cieux. Terme latin et roman. 
EFFICACEMENT , pour efficacement ; sans ac- 

cent sur le second e, 
EFFORClfi , qui a une Hernie , une descente. 11 a 

un effort, ne peut se dire correctement qu'en 

parlant du cheval. 
EGALISEUR, nom que, pendant la revolution, 

Ton donnait ä nos demagogues : C'est unja- 

meux egaliseur. Les Fran^ais disaient UN nive- 

LEUR. On a aussi appele egaleurs certains fac- 

tieux qui , sous le regne de Charles I.®^ , vou- 

laient egaler, rendre egales toutes les conditions 

de l'Angleterre. 
fiGANCER; faire les EGANCES, egaliser les lots 

d'un partage. 
EGATER (S'), se divertir, courir la pretentaine. 
EGRAVETER, gratter la terre ; Les poules 

^grai^eitent dans le jardin. 



GENEVOIS. ii5 

fiGRILLfi, DESS^CH^, eraille par Taction du so- 

leil : Ce vernis est dejä tout egrllld, 
EJAVETER (S'), se debattre : // s^est ejavete un 

moment sur Ueau, et puis on ne Va plus ret^u, 
ELANCEE , ELANCEMENT : Ce marteau ^ cette dent 

me donne des elancees qui me fönt beaucoup 

souß'rlr, 
ELEXIR , ELixiR : De Velexir de longue vie. 
EMBARBOUILLER, pour barbouiller. 
EMBARDOUFLER , le meme que EMPATOU- 

FLER; patois de Fribourg, hardoußlar ^ salir. 
EMBARRAS (FAIRE SON), se donner de l'inipor- 

tance : Tujais bien ton embarras. 
EMBAUCHOIR, pour embouchoir. 
EMBETER, ennuyer , exceder , nmt^^R : Lais- 

sez-moiy vous m^embeiezj que c^est embctantl 

« II avait embete Kleber, (disalt Napoleon en parlant de 

Sidney-Smith) par tous les contes qu'il etait venu ä bout 

de lui faire croire. » 

(Memorial de Sainte-HeUne.) 

En vieux frangaisj abesiir^ on disait aussi 
assoter , rendre sot , rendre fou. 
EMBIJ0LER,enj6ler. 
EMBRELICOQUER , emberlucoquer» 

A quoi bon s'embrelkoquer I'esprit de ces bätards de 

noms ? 

(Hauteroche , Crisp, Med,) 

Langue romane , emburelicoguer. Vaud. 



ii6 GLOSSAIRE 

EMBRINGUER (S'), se mettre dans Fembarras: 
Je crois cette maison un peu embringuee. En 
langue romane, embrlnguer , etnbarrasser, et 
desembringuer, atfranchir, liberer. En Italien, 
imbrigare , embrouiller. 

EMBRONCHE, sournois, chagrin, de mauvaise 
humeur : II a un air embronche, Vaud. Vieux 
frangais embronc, embroriy triste, chagrin ; em- 
broncher, embruncher , couvrir. 

«... Et ainsi qu'il eüt eleve les yeux vers le dit gouver- 
neur pour le regarder, il couvrit sa face, et se embruncha» » 
{^Chronique citeeparHx: Gange.) 

Rabelais parle aussi d'un solier ou plancher 
d'en haut, embronche de sapin. En italien, im- 
bronciäre, faire la mine; en languedocien em- 
brouncat, fache. Gattel dit que quelques per- 
sonnes fönt encore usage de \dLA]ec\.\i embronche ^ 
a la bonne heure , mais il ne faudrait pas dire 
embronche, 

EMBROUILLAMINI, pour brouillamini. 

EMBRO ÜILLE, pour embrouillement, imbroglio. 

E MBURES ; Fende les embures en pidant , vieille 
expression genevoise, dont on faisait usage 
dans certains jeux pour demander la mesure 
juste. Voyez Pider. 

EMMELE , EE , m^le , brouillä : Des chei^eux em- 
meleSf une echei^ette emmelee» 



GENEVOIS. 117 

EMOTTER, EMONDER. Emotter signifie, en fran- 

^ais , briser les mottes. 
EMOURGER (S'), s'animer, se reveiller : Allons, 

emourge-toii du latin, emergo , je me leve, je 

sors d'oü j'etais plonge. Le mourget est un vent 

de notre lac qui se leve brusquement. 
EMOUSTILLER , exciter , aiguillonner. Tenne 

de la langue romane qui signifie proprement 

emoucher. Le Dictionnaire de Boiste indique ce 

verbe comme appartenant a l'auteur ^ Emile ; 

Marmontel et M."^ Roland en ont fait usage 

dans leurs Memoires. ' 
EMPARE : Prendre de Vempare^ c'est-a-dire du 

CHAMP, de la MARGE. Espagnol, amparo avantage. 
EMPARER, soutenir le pari de quelqu'un : Je 

vous emparerais bien^ j'emparerais bien la ga- 

geure. 
EMPATIERE, petrin, huche. Voyez Petrissoire. 
EMPATOUFLER , couvrir , salir : Je ne peux 

le prendre , yai les mains tout empaioiiflees . 

En roman , empantoiifle , enveloppe. 

I Mercier dans sa Neologie, a aussi reclamc l'adoplion 
d'emoustiller. Cette proposition n'a rien que de tres-raisonnable, 
mais il en fait d'autres passablement ridicules : II voudralt qu'on 
appelät une laitiere une galactophore ; une fillc publique, une 
vulgivague ; la guillotine, un decaput ; une caverne, une pro- 
fondeur, une spelunque , et qu'on dit : O spelunque du coeur 
humainl 



,i8 GLOSSAIRE 

Cy n'entrcz pas hypocrites, bigots, 
Vieuls matagots, marmiteux boursouflcs, 
Haires, cagots, capharts empantoußes, 

(Rabelais.) 

EMPECHER (LUI), dites l'empächer : Je lui en 
empecheral hien jje lui ai empeclie dy aller, On 
ne dit pas empecher ä. On nous empeclie Vacces 
de cette maison , serait egalement une faute. 

EMPLETER, n'est pas frangais; il fautdire FAIRE 

EMPLETTE. 

EMPOIS , est masculin ; ne dites donc pas : Avez- 

vous de la bonne empois ? mais , de hon empois. 
EMPOISONNER : Vous empoisonnez lafumee; 

cette chambre einpoisonne la pipe^ sont des 

phrases vicieuses. 
EN : // s^est en alle j ils se sont en alles ^ pour il 

s'en est alle; ils s'en sont alles. Colin d'Harle- 

ville fait cette faute : 

Et j'ai regret de voir qu'il se soit en alle. 

(Chäteaux en Esp.) 

Crac, il s'est en alle : moi, je m'en vais de meme. 

(Vieux C-elib.J 

Ne dites pas non plus ; mais , 

Laissez-le en aller, Laissez-le s'en aller. 

11 s'est r'entourne; il s'en est r'entourne, II s'en est retourne. 

11 s'est ensauve, II s'est sauve. 

Se r'envenir y s'en r'envenir, S'en revenir. 

/e t'en assure. Je te l'assure. 

Je m'en y vais. J'y vais. 



GENEVOIS. 119 

Au Heu de : dites : 

11 s'en va mourir, II va mourir. 

// s'en est enfui. II s'est enfui. 

// s'en est ensuivi que... II s'est ensuivi que... 

Sors d'icif va-t-en. Sors d'ici, va -t'en , 

car le t ii'est point ici une lettre euphonique , 
mais bien le pronom te dont on retranche \e. 

II en ajort mal agi avec rnoi, II en a fort mal use. 

La preposition en ne doit jamais etre placee 
devant agir, les phrases suivantes ne sont donc 
pas correctes: 

Si je n'en avais pas agi corame je Tai falt. . . 

("Biograph. univ.J 

II en avait dejä agi de meme dans ses missions en qualitd 
de represenlant. 

(TissoT, Mem. sur Carnot.) 

Cette essencejait en aller les taches est en- 
core une phrase defectueuse , parce que en aller 
ne peut se passer du pronom personnel; il faut 
dire : öte , enleve les taches. 

En ayant une bonne conduite y en eiant sage , 
vous prospirerez^ est aussi vicieux, par la rai- 
son que etre et ai^oir ne prennent pas devant 
eux la preposition en. Ajoutons que Texpression 
en meme pour A MEME est un barbarisme : // 
est bien en meme de faire cela. 
EN CAMPAGNE , pour A la campagne; en cam- 



120 GLOSSÄIRE 

pagjje est uii terrne cIg giierre , mais les poetes 
s'affranchissent quelquefois de cette dislinction; 
Destouches a dit dans son Philosophe marie : 

EUes partaient pour aller en campagne^ 
Et fort innocemment je leur disais adieu, 
Quand vous etes venu nous surprendre en ce lieu. 

Et Delille , en parlant de Montaigne : 

Heureux ou malheureux, ä la ville, en campagne, 
Que son livre charmant partout vous accompagne. 

Jean- Jacques dans son Emile, La Bruyere dans 
ses Caracleres, ecrivent aussi en campagne dans 
le m^me sens. Italien , in cainpagna» 

EN-HAUT, EN-BAS : En-haut Coutances; en-bas 
Chepelu^ dites au haut de Coutances; au bas 
DE Chevelu. 

EN VIELE 5 pour a la ville : Etes-vous rentre en 
j>ille? Etre en ville, c'est n'etre pas chez soi. 
Etre a la ville , c'est n'etre pas a la campagne. 

ENCABOURNER (S'), se tenir renferme, Ckcnt : 
II est resie tout lejour encabourjie chez lui^ en- 
Jerme dans sa cabourne. En celtique, cab ^ en- 
veloppe, logement, d'oü cabane , cabinet ^ etc. 
Cabourne, en roman, capuchon de religieux. 
Neucli. et langued. 

ENCHEVALER, placer, ranger des colis les uns 
sur les autres. On dit en fran^ais enchanteleR 
du bois, le ranger en tas dans le chantier. 



GENEVOIS. 121 

ENCOCHE5 COCHE, ENTAILLURE. EuCOChe nc SC 

dit qu'en terme de serrurerie. Vaiid. 

ENCOUBLE, OBSTACLEjEMPÄCHEMENT, EMBARRAS : 

C^est une grande encouble gue j'ai Id. En Pro- 
vence , encoublos , entraves. 

ENCOUBLER, gener, embarrasser. Langue ro- 
mane accoubler, attacher les jambes d'un che- 
val. Neiich. Vaud. Nos voituriers appelleut une 
couble une paire de chevaux de carrosse. 

ENCRE : Mon encre est trop epais. Ce mot est du 
genre feminin. De V encre ä la Chine est aussi 
une faute; on doit dire, de l'encre de Chine. 
Vaud. 

ENCROIRE , est un barbarisme ; il faut , accroire. 
En langued. , encrejre, 

ENCROTTER, enterrerun animal. Roman, crot; 
bas-latin, crotum , creux, fosse. 

ENDOLORI ; mot nouveau introduit par Jean- 
Jacques 5 et adopte par les lexicographes mo- 
dernes. Le verbe endolorer est du vieux fran- 
9ais. Investigation , mot fort ä la mode aujour- 
d'hui , est aussi de la creation de Rousseau ; in- 
vestigateur manquait ä la langue. 

EN EFFET, pour en fait : En effet de meubles , 
cet oui^iier travaillefort bleu. 

ENFANTIAU; qui fait des enfantillages; corrup- 
tion du vieux mot enfajiteau. 



122 GLOSSÄIRE 

ENFARfiE : // est venu, la hauche enfaree^ m^ap- 
prendre que . . . ; il faut dire enfarinee. 

ENFATTER (S'), s'enfiler , se cacher : S'enfatier 
dans un trou, dans unefente. Du patoisya//<2 ; 
voyez, pour l'origine de ce mot, nos Observa- 
tions sur le patois de la campagne. Nous disons 
aussi quelquefois s^enfaufiler a peu pres dans le 
meme sens. 

ENFLAMMATION , pour inflammation. 

ENFLE , pour enfle. C'est une locution languedo- 

cienne et gasconne , ainsi que gonße , trempe, 

etc. Neuch. Vaud. Montaigne dit dans ses Essais: 

« Ce ciel de lict toul enjle d'or et de perles , n'a aucune 

vertu ä rappalser les tranchees d'une verte cliolique. » 

ENFONCE, enfoncement : Ildemeure dans une 

certaine enfonce. 
ENGLAUDINER, enjöler, embobliner. 
ENGLUE; nom donn^ pendant la revolution aux 

plebeiens attaches a l'aristocratie : C'est un bon 

englue, cest du bon glu. 
ENGORGELER5 mettre par Force un alimentdans 

la gorge. En röman , gorguetter, 
ENGRAINGER, chagriner, facher. Du roman 

engraigner, qui a le meme sens: 

Si l'ire Jalousie engraigne, 
Elle est moult fiere et moult grifaine (cruelle). 
fRornan de la Rose.) 

Voyez Grainge. 



GENEVOIS. 123 

ENGUEUSER, tromper, emboiser. 

ENGUtGNONNER : Je ne joue plus, je suis en~ 
guignonne^ dites : je suis EN GUIGNON; engui- 
gnonner n'est pas fran9ais. Nous disons aussi : 
Cestavoirhien du guignon\ c'estÄtre bien en 
GUIGNON , serait beaucoup mieux. 

ENIERLER (S') , s'ereinter : Je me suis enierle 
apres cet oui^rage, Un latiniste derive ce verbe 
de la preposition privative e , et de nerio , force , 
puissance, 

IlNIVRER, ENORGUEILLIR; prononcez an-ni^ 

vrer, AN-NORGUEILLIR : 

France, enorgueillis-toi ; des arts et du genie 
Tu seras desormais rimmortelle patrie. 

(BiGNAN.) 

Ecrire et prononcer enorgueillir^ enwrer, c'est 
doniier a ces verbes un sens contraire ä leur si- 
gnification propre ; car , au lieu de la preposi- 
tion e/7, orgueillir en , c'est-a-dire donner de Vor- 
gueil dans , il semblerait qu'on veut faire usage 
de l'extractif e,comme dans e-nerver, e-fFeuiller, 

ENNOBLIR , pour anoblir. Voyez ce dernier mot. 

ENNOSSER (S'), s'embarrasser le passage du go- 
sier en mangeant, en buvant trop vite, s'en- 
gouer, car ce verbe se dit au propre dans ce 
sens : s^ennosser, s'enosser appartiennent a la 
langue romane. Vaud. 



124 GLOSSAIRE 

ENRAUFER, salir , couvrir d'ordures. Roffee, en 

roman , croüte de gale. 
ENROIDI, prononcez enredi ; roidi : Je me sens 

tout enroidi. 

ENROSSER , EMP^TRER, ATTRAPER : // s'est joU- 

ment laisse enrosser de cette marchandise^ Vous 

m'avez joliment enrosse ai^ec ce chei^al. Nous 

pronon9ons enrausser. 
ENROÜURE, ENROUEaiENT : J'ai un peu d'en- 

rouure, 
ENSEVELISSEMENT , pour enterrement : Aller 

d un ensei^elissement ^ un hei ensepellssement. 

Enterrement, inhumation se disent de la cere- 

monie pratiquee lorsqu*on met un corps en terre ; 

ensei^elissement , de l'action par laquelle on 

l'enveloppe dans le linceul. Ensei^elir et enterrer 

offrent la meme difFerence. 
ENTECHER , mettre en tas ; il se dit particulie- 

rement des fourrages : Dujbin bien enteche se 

conseri^e long-temps. Voyez Teche. 
ENTER DES BAS ; il est mieux de dire , remonter 

des bas. 
ENTORSE (SE FAIRE UNE), se donner une en- 

torse est niieux. 
ENTRECOT , ruelle forinee par les echoppes qui 

bordent les rues basses : irauerser un enirecot. 
ENVERJÜRE , envergure : Cet oiseau a deux 

pieds d''enverjurc. 



GENEVOIS. 125 

ENVERS, ANVERS, clou, furoncle : II lui est 

sorti des arwers par tout le corps. 
ENVOYER ; Je VemajeraL On dit aujourd'hui : 

je I'enverrai. 
EPARE , PENTURE , bände de fer pour soutenir les 

portes et les fenetres. Vaud. ; ä Lyon empare, 
EPARGNE , EINET : Mettez ce bout de chandelle 

sur l'epargne. Vaud. 

Sans s'en apercevoir (rnon rnaitre), est ruine tout netj 
II brille; mais ma foi , c'est en faisant binet. 

(Destoüches , le Dissipateur.) 

EPIDERME, est du genre masculin; il ne faut 
donc pas imiter Moliere , qui dit dans ses Fejn- 

mes sai^antes : 

La beaute du visage est un frßle ornement, 
Une fleur passagere, un eclat d'un moment. 
Et qui n'est attache qu'ä la simple epiderme. 

EPINARDS : De bonnes epinards^ il faut le mas- 
culin. 

EPINGOLER , deboucher la lumiere d'une arme 
a feu avec une epinglette. 

EPINGOLOIR , EPINGLETTE. 
EPION , ESPION. 

EPISODE (UNE) , UN Episode. M. Sismondi et 
]^l me Necker-De Saussui-e ont fait ce mot femi- 
nin. M.™^ de Genlis reproche a Tauteur de 



126 GLOSSAIRE 

Corinne, davoir dit aussi : une charmante dpi- 
sode ... 
EPOULAILLER , ifepouv anter : // est i>enu tout 
epoulaille jii'appreTidre que. . . ,• du patois po- 
laille, une poule , parce que cet animal s'effraie 
aisement. 

EPOUSSOIR (UN), UNE EPOUSSETTE. 

EPOUSTACHER , chasser, renvoyer avec humeur : 

Je vous Vai epoustache de la helle maniere. 
EPOUX, EPOUSE, FiANCE, FiANCEE. Dans ce sens 

il faut necessairement dire : futur epoux. 
EPUISETTE , ECOPE , ustensile pour 6ter l'eau d'un 

bateau; en frangais, sorte de filet pour les oi- 

seaux. 
EPUISOIRS (LES) , escaliers en bois , pratiques sur 

le Rhone pour puiser de l'eau. 
EQUATEUR, EQUATION, EQUESTRE, EQÜI- 

LATERAL , faites sentir Im. 
EREINTE : II j allait ä toute ereinte ^ de toutes 

ses ereintes, c'est-a-dire de toutes ses Forces. 

Dauphin, et paris. popul. 
ERESIPELE (UNE) , un Erysipele. Voltaire ecrit 

eresipele, et Morellet eresjpole : l'etymologie 

grecque demande Vj apres IV. 
ERINIERES (LES), lumbago, douleur de reins, 

courbature. A Lyon , enreinieres. 
ERRIERE (EN) , en arriere ; paris. popul. 



GENEVOIS. 127 

ERSE , pour gerce ; Celle etoffe est toute rongee 

des erses. 
ERTEUIL. Voyez Arteuil. 
ESGAMBOUILLIR , ECAMBOUILLIR, ßBOUiLLm : 

JVe laissez pas tant escambouillir cette viande. 
ESC AND ALE , pour scandale, est du vieux franQ. 
ESC AV ALANT (EN), en desordre, en deroute: 

Cela s^en va tout en escavalant. Les Fran9ais 

disent en terme de batelier , qu'un bateau va 

en ai^alant^ lorsqu'il descend la ri viere; du vieux 

mot ai^al, par en bas, oppose a celui ^amont. 
ESCIENT , ne doit s'employer qu avec la particule 

A : Faire quelque chose A BON escient ; mais nous 

disons : Vous ai^ez bien peu d* escient , la dent 

d^ escient, 
ESCLANDRE (UNE) , m esclandre. 
ESCORMANCHER (S'), s'escrimer, se tourmen- 

TER : Je me suis escormanche apres cela , saus 

poui^oir en venir ä boiit. 
ESCOTE5 ECOUTE, et en vieux frangais, escoute, 

terme de batelier; corde qui sert ä diriger la 

voile : Tirez Vescote, 
ESPACE : Une grande espace ^ vieux frangais. Ce 

mot est actuellement masculin. 
ESPADRON, ESPADRONNER , dites espadon, 

ESP ADONNER, en supprimant IV. Lyonnais et pa- 

risien popul. Vaud. 



128 GLOSSAIRE 

ESPERER : J^espere que vous ifoild satisfait. Les 
puristes coiidamnent cette expression , parce 
que le verbe esperer ne pouvant se rapporter 
qua FaVenir, il est necessaire de mettre au 
futur le verbe qu'il determine. 

ESPICERIES a vieilli; Ton necrit plus que epi- 

CERIES. 

ESQUELETTE,pour squelette, est du vieux fran- 
9ais. Quelques persoiines disent une squelette; 
ce mot est du genre masculin. 
ESQUICHER (S'), se serrer , se faire petit. L'A- 
cademie Findique comme terme de jeu du re- 
versi, et au figure, dans le sens d'eviter de pren- 
dre part a une querelle. 

Ce mot vient du roman esquicha presser, 
serrer ; les Provengaux disent esquichar uno 
limo, presser un citron ; esquichamen , serrement 
de coeur : 

You souffri la rnouer nieut et jour 
Ti' esquichamen et de doulour. 

ESSOURDELER , assourdir. 

ESSOURER (S'), SORTIR, prendre l'air. En fran- 

^ais, s'essorer, prendre l'essor; essorer, expo- 

ser a Tair pour secher. 
ESTATUE, pour statue, est du vieux frangais. 

Les Gascons et les Provengaux fönt encore un 

usage assez frequent de cetle maniere d'ecrire 

et de prononcer. 



GENEVOIS. 129 

ESTOMAC (UNE), dites un estomac, et ne faites 

pas sentir le c. 
ESTOMACHIQUE, pour stomachiqu£. 

ESTRIFFE 5 DIFFICULTE , QUERELLE, CASTILLE. 

La derniere lettre de M.me De Brenles a occasione une 
estriffe avec une demoiselle Chabaud, 

(Lettr, recueillies en Suisse parle comte GolowJiin.) 

Du mot romaii iin estrif^ qui a le meme sens; 
estrwer^ quereller, dlsputer. 

Ainsi Pygmalion estrh>e ; 

En son estrifn'a. paix , ne Irive. 

En ung estat pas ne demeure; 

Or ayme, or hayt, or rld, or pleure. 

fRoman de la fiosej 

Tout autour oyseaux voletaient, 
Et puis Tun l'autre surmontoient 
A Vestrivee, a qui mieux mieux. 

(Alain Chartier.) 

Avecques tes voislns jour et nuit estrü>er. 
(Regnikr.) 

La Fontaine rajeunit aussi ce vieux mot: 

En cet estn'f, la servante tomba. 

fConte des Trois Commeres.J 

ESTRINGOLER : Le diable eestringohl Du latin 

stringo , serrer. 
ETAGERE , tablette , rayon. Les etageres d'une 

bibliptheque. Vaud. 

. 9 



i3o GLOSSAIRE 

ETARDIR (S'), s'etendre, tomber louL de soii 

long; (hl laiin siratus, renverse. 
ETATS : Etrc dans ioiis ses etats , c'est-^-dire , 

elre ioiirmente de crainle. On dit aussi d'iine 

servante qiii a quitte la veste pour la robe : eile 

a pris les etats. 
ETENAILLE, tenauxe. 
ETlPiE, Sorte de galFe, grande perclie ferree pour 

, conduire les barques : Aller ä Velire. 
ETONNER : // m^eionne que. . . , est un barba- 

risme ; dites, je ivi'etonne que. . . Je m^etonne 

si. . . n'est pas correct : Je m^etonne hien si ce 

mariage aura Heu. On ne peut s'etonner d'une 

cbose incertaine. 
ETOUFFEE , etuvee : Des haricois ä Vetoiiffee. 

Vaud. 
ETRE. A l'occasion de ce vers de Corneille : 

Iiyw? jusques ä Rome implorer le Senat, 

Voltaire s'exprime ainsi : « II y a plusieurs per- 
sonnes qui disent encore : \qJiis le voir, ]q fus 
lui parier, mais c'est une faule, par la raison 
qu'on va parier, qu'on va voir; on n^est point 
parier, on n''est point voir.« Mais, en depit de 
Voltaire et des grammairiens modernes , dont 
la plupart confirment son opinion , cette locu- 
tion demeure en usage , meme dans le style sou- 
tenu, chez un grand nombre de bons ecrivains. 



GENEVOIS. i3t 

!LS ETIONS,ILS AVIONS. Ces solecismes , qui 
sont assez commiins parmi le bas peiiple, peu- 
vent deriver da roman , car voici comment, 
dans cet Idiome , ou du moins dans certains dia- 
lectes de cet idiome, se conjuguent le present 
et le parfait iiidelini du mode indicatif de i'auxi- 
liaire ai^oir : 

J'ä , J'a avu. 

J'i, J'i avu. 

II i, II i avu, ou il ot. 

J'avan , J'avan avu. 

~ Y'avaie, Vavaie avu, 

II avon, II avon avu. 

Est-ce que vous n'aifez jamais ete ä Paris? 
■ — Ou est-ce que vous allez? — Oü est-ce quHl 
est ? — Quelle lieure est-ce ? 

Remplacez ces phrases par les suivantes : 
N'avez-vous jamais ete a Paris? — Oü allez- 
vous? — Oü est-il? — Quelle heure est-il? 

ETRTEU , ETRIER. 

ETROUBLES, pour exprimer la perte d'un objet, 
nous disons : Cela a passe par les etroubles, 
Contraction d'eaux troubles eghia trobles en 
patois. 

EUROPE ; ne pronoiicez pas Urope • i\\ Ugene 
pour Eugene; ni Uxin pour Enxln; le Pont- 
Euxin. 

EVALANCHE, avalanche. 



i34 GLOSSAIRE 

EXTRAVAGUE, EXTAVAGUEE, extravagant, 
EXTRAVAGANTE : // court comme un cxtrapa- 
gue. II ne faudrait pas ecrire extrai>aguant parce 
que Vu ne se met qii'au participe ; il en est de 
meme des mots Jatiguant et intriguant : C'est 
un vil intrigant i et on le voyait intriguant sans 
cesse. 



GENEVOIS. i35 



F, 



1^ ALET; nous appelons clievalfalet^ celui dont 

le poil est inele tle blanc , de gris et de bai. II 

faut dire : cheval rouan. Un cheval baillet a le 

poil roux tirant siir le blaiic. 
FAMINER , avoir luie faim excessive. 
FANTOME (UNE); une femme sötte, ridicule, 

folie ; Sa Janiornc de Jetmne . . . Elle est tou~ 

jours niise comme une Jantome. 
FANTOMERIE, enfantillagEj billevesee. 
FARA, fera, salmojera, poisson de iiotre lac. 
FARATE, femme qui se plait a marchander, qiii 

est de inauvaise foi : Je n^almc pas ai^oir ajffairc 

avec eile , c'est unefaraie. 
FARAUD, FRiNGANT, PiMPANT. Paris, pop. 
FARBALA, pour falbala : Une rohe ä grands 

farhalas. Lyon. 
FARCE ,farceur, drole, bouffon : Qne vous eles 

Jarce! Paris, pop. Montaigne se sert de lad- 

iecii^Jarcesque. 
i'ARCEMENT, farce, clioux farci avec des epi- 

nards, des chalaigiies et des raisins secs. Dans 



i36 GLOSSAIRE 

la Suisse franyaise, on dit un Jargon. En Lau- 
guedoc,yö:fi/7z. 

FARgONNEXTES , laitues farcies. 

FARET , PHARET , la meclie d'iine lampe ou d une 
chandelle. Nous disons figurement d'un honime 
maigre, malade , qui semble n'avoir qu'un 
Souffle de vie : II ri'a plus que leJareL^ 

FARETTES : Faire ses Jarettes , reussir, faire 
bien ses affaires , faire ses orges. 

FASCINE , FAGOT 5 FALOURDE. Ce mot ne s'emploie 
ordinairement que comme terme du genie. Ce- 
pendant J.-J. Rousseau (Wt Jascine^ dans le sens 
de fagot. 

FAUTE, est mal dit dans le sens de besoin, ne- 
cessite naturelle. 

FAVIOLE, FAVIOULE, sot, sötte. En roman, 
favelles .^ contes en l'air; d'oü est (orm^ Japiolcy 
celui qui dit ou qui croit des contes en l'air. 
En italien , fcn>ellare , conler. Les paysans de la 
Franche Comte appellent une fai;ioule , un recit 
fabuleux. 

I Ceux qui avaient fait cliasscr les trols niinistres (Calvin, 
Farel et Corault), faisaient des railleries de Farel, portant par la 
vllle une poele a friro, avcc dos lumignons de lampe, qu'on 
appelle dans le langage du pays d^afarets , comme pour dire 
qu'ils avaient fricasst; Farel. (Spon , liv. III.) 

Apparerament de phnre, qui a signifie aussi une sorte de 
lustre que'. l'on garnissait de lampcs et de bougies. 



GENEVOIS. iSy 

FAYACE , FAYE , femme singuliere , ridicule : 
Elle est iin peu fajace j A^faie^ en vieux fraii- 
^ais, iine Ue\,fayerie ^ sortilege. 

FAYARD, FOYARD, hätre. Celtique/ö!o,- bas- 
\?Lim^faya. Ce terme avait passe dans la lan- 
gue lusitanienne, car les Portugals nomm^rent 
Fajalune. des A^ores, de la quantite de hetres 
qu'ils trouverent dans celte ile. Fayard est indi- 
que par Gatlel. 

FELIN; au figure, les entrailles, le fiel : Ils se 
mangeaient le felin, c'est-a-dire ils se dispu- 
taient vivement.Probablement du mot latin/e/, 
le fiel. 

FEMELTN, FEMMELIN; fräle, delicat, qui a 
un temperament de femme ; // est hien fe- 
melin. On peut dire d'un homme effemine ou 
d'un esprit faible , c'est uwq Jemmelette. 

FENASSE , graine de foin. Terme dauphinois. 
Boiste d'it fonasse^ fourrage d'avoine. 

FENER , faner. fenaison , se dit du temps ou 
Ton coupe les foins ., et de l'action meme ; fanai- 
SON , seulement du temps oü Ton fane. 

FENICULES, follicules de sene. 

FENIERE (UNE), UN fenil ; (on mouille 17.) Lyon. 

FERMATURE, fermeture. 

FER^MENTE , ferrure : Lafermente d'un buff'et. 
Neucli. Vaud. 

FERRATxViLLEjFERRAiLLE: Un tas dejerraiailles. 



i38 GLOSSAIRE 

FERRETIER, MARCHAND FERTIER, ferro- 

NiER. Yaud. FERRETiERsignifie IUI maiieau de nia- 

rechid, e]i Jeriier n'est pas francais. A Lyon, 

ferralier, 
FERRON , Sorte de petit traineau ä Tusage des eii- 

fans. FERRON, en frangais , signilie iin marchand 

de fer en barres. 
FIBRE : Des ßhres delicats. Ce mot est feminin. 
FICELLE 5 de mauvaise foi, fripon : II est un peii 

Jicelle. Paris, pop. 
FIDES, YERMICELLE. En ^enois Jideij enlangued. 

fideoiis. Du X^Minfides ^ cordes d'instrument. 
FIGACE, FOUACE, soi'te de galette. 

Notez que c'est viande Celeste, manger ä desjuncr lai- 

sins Si\ccfoüace t'raische. 

(Rabelais.) 

En vouiüin ^ fougasse j en latiii barbarc,yö- 
gassa j en langued. ,Jvugassa; en ital. ,/bcaccia. 

Nos paysans disent une epogne^ en appuyant 
fortement sur le premier e^ c'est encore nn 
terme de la langue romane. 

FiGEAU, PENAUD, DUPE. 

FIGUETTE, FiOLE, flacon. 

FILAGRAME , filigrane : Oiwragc ciijilagmmc. 

FILIERE, terme de ma^on, brancard pour porler 

ies ])ierres. 
FILLERET 5 DAMERET, üAMOiSEAU. Filieret est du 

vieiix trancais. 



GENEVOIS. i39 

FILLEULES , ceilletons : Des ßUeules d'arti- 
chaui.y ViXxÄ, Terme dauphinois, GatleIdit,FiLLES 
d'artichaut. 

FI LS 5 devant une voyelle et a la fin d'une phrase, 
doit se prononcer j^^ en faisant senlir Ys : mon 
fi-z-aine; ce sontmes fis ; differemment, oiipro- 
noncej'?; mon fi cadet; vos fi sont-ils maries? 

FION : Ai^oirleßon , c'est-a-dire avoir de la totu'- 
iiure , de l'elegance. Frangais populaire indique 
par Boiste. 

FlOULEPv, BOiRE, ivROGNER. Daupli. et neuch. 
du romanjioler qui est reste dans le fran^. pop. 

FIXER; l'Academie permet bieii qii'on dise , fixer 
ses regards sur quelqu'uu, mais non Y)oint, ßjcer 
guelqu'im. Voltaire s'eleve aussi contre cette lo- 
cution, qui fut introduite a Paris par "des Gas- 
cons. A l'occasion de la traduction des Poesies de 
P>yron, par Ch. Pictet, M. Viennet reproche aux 
redacfceurs de la Bibliotheque Universelle de 
s obstiner a envisager le verbe Jixer comme 
synonyme de regarder, et il nous semble qu'il 
a raison, car il foul ev iter tout ce qui peut pre- 
ier ä l'equiv'oque : 

L'höte alle des etangs vegele dans la lange; 

Mais, fier de son destin , l'aigle, au plus haut des aiis, 

lAitle coulre les vents, el/irc les cclairs. 

(De St.-Ange, £/}ä. a unjeune poctc). 



i4o GLOSSAIRE 

Ne dirait-on pas, au premier moment, qiie 
l'aigle rend les eclairs fixes? 

Delilje dit aussi dans le Paradis perdii : 

Tous les deux interdits, leß.vent tristement. ., 
II \eß.re long-teraps dans un morne repos. 

Et Jean- Jacques 5 dans la Nouvelle HeloCse ^ en 
parlant des Parisiennes : 

S'il teste dans Icur ton quelques gräces de leur sexe , leur 
maniere Intrepide et curieuse die fixer les gens, acheve de 
les eclipser. 

FLAIRER ; FLAIRER est actif , et fleurer est neutre. 
Dites : FLAiREZ cette jonquille; et cette jonquille 
FLEURE bon. II ne fleure pas comme bäume. 

FL AMBOISE , FRAMBOISE ; lyonnais. En proven^al , 
Jlamboiso. 

FLAMMER, flamber : Cefeu ne veut pas flam- 
mer. En prov^en9al ,Jlamar, 

FLANER, SE FLANER, appliquer, sangler, se 
flanquer : Flauer un epeillon j se Jldner un 
verre de vin sur Vestomac , sur la conscience. 
FLANER se dit a Paris, et nous commengons a le 
*dire aussi , dans le sens de muser : 

Chaque jour oii te vit comme un bon ciladin , 
Uu palais d'Orlcans parcouiir le jardin , 
Fläncr aux boulevards, bäiller ä nos ibcalrcs. 

(Rellamy, Epit, ä Sidi-Mahinoucf). 



GENEVOIS. i4i 

Un FLANEUR est un musaxd , uii homme de- 
soeuvre. 
FLÄR5ODEUR5 VAPEUR : Lc ßar du roti i il vient 
imjlar insupportable de cette allee. En patois 
neuchätelois j^ö^r, flair, en langue romane, a 
la meme signification ; a Lyon , ßat^, du latin 
Jlatusj mais le flair, en fran9ais5 ne se dit que 
de l'odorat du chien; en celtique,j^eßr;, mau- 
vaise odeur. 
FLATIBOLER, flatter, cajoler : C'est un petit 

Jlatiboleur. 
FLERON , enfant gate , petit pleureur. 
FLERONER5 gäter un enfant , le dorloter : Se faire 

Jleroner. Du \<ii\a Jlere^ pleurer. 
FLEURIER 5 drap qu on etend sous la table pen- 
dant le repas. En anglais, j^oor signifie parquet. 
Le charrier se dit en franyais, du drap dont on 
sesert pour mettre \ix cendre au-dessus du cuvier 
quand on fait la lessive. Quelques personnes di- 
sent charrier dans le sens A^ßeurier. 
FLON , FLANC 5 sorte de larte. 
FLUX : Laßux de sangi dites le flux de sang. 
FOlS (DES) , quelquefois : II y a desfois que je 

me sens . . . 
FOLACHE, femme singuliere, bizarre : Elle est 
un peufolachc. Terminaison empruntee de l'i- 



i42 GLOSSÄIRE 

talien. Nous disons aiissi , en parlaiit d'iiii liomme 
a singularites : C'est iin foldlre. Ce lerme, en 
France , signifie qui aime a badiner , a jouer. 

FOMENTER, pour fermenter. 

FOND , dans le sens de bien, terre, heritage , prend 
ioojours im s, 

Travaillez, prenez de la peine; 
C'est \efonds qui manque le moins. 

(La Fontaine.) 

Ecrivez aussi : fonds de science , fonds d'es- 
prit, faire fonds sur quelqu'un; savoir le FONDS 
d'une affaire; mais FONTS-baptismaux, du latin 
fons^fontis» 

FONDR AILLON5 EFFONDRILLES, RESTE, fond de pot. 

FORCHETTE , fourchette. 

FOSSOIR, FOUSSOIR, houe, hoyau; dites aussi 
FOSSOYER, et non FOUSSOYER. Vaud. 

FORTUNE, signifie heureux et non pas riche, a 
son aise, sens que mal a propos nous donnons 
aussi a ce mot. 

FOUETTE, sorle de ligne : Pecher ä lafouette. 

FOUINER, fureter -.Ilva ioujoursfoidnant par- 
tout. Ce verbe signifie aussi s'en aller, decam- 
per; dans ce sens, il vient de la langue romane, 
et Vade en fait usage. 

FOUINET , füret : Cest un petUfouinet qui va 
fourrant son ncz partouU 



Gl^NEVOIS. 143 

FOÜR : Faire aufour^ Commander aufow\ c'est- 

a-dire faire le pain, retenir place au four. 
FOUPvNEAU, POÄLE : Un fourneau de cateUes. 

Fourneau ne se dlt qiie par rapport aux arts : 

fourneau d'orfevre, de chimiste, etc. 
FOURRE, TAT, TAIE d'oreiller : Otez lafourre 

de ce coissin. 
FRAlülEü (LA) 5 petite bise ..assez sembiable au 

sechard. (Vo) ez ce mot.) 
FRAIS (ETRE) , etre dans l'embarras : Nous voilä 

frais ! Locution italienne : Starfresco. Elle est 

ancienne, car on la trouve dans l'historien Paul 

Jove. Cette maniere de s'exprimer est tres-con- 

nue en France. 
FRANCHIPANE; frangipane; du nom de I'in- 

veuteur Frangipani. Paris, pop. 
FREGALON , grosse buche ronde : Une douzaine 

dejregalons. 
FREGATE , pour fregate ; FRENfiSIE , frenesie. 
FRELOQUE , boutade , caprice : II lui a pris toiit 

ä coup une freloque , . . 
FRELORE 5 PERDu. Ce terme , qui est emprunte de 

l'allemand , se retrouve dans la langue romane. 

1 Ce fut un Fratigipani , seigneur d'Aslura , dans le royaume 
de ?Iaples, qui traliit et fit arreter le jeune et infortune Con- 
radin , rcfugie chez lui. 



tu GLOSSAIRE 

FREPPE, FRETTEj lien de fer qui retient le moyeu 

de la roue. 
FREQUENTATION. Une jeune ouvriere geiie- 

voise ose bien dire : J'ai une Jrequentatioji , 

parce qu eile compte epouser celui qui ki cour- 

tise, mais eile ne dirait point : j'ai une connais- 

SANCE , parce que , dans son esprit , ce terme est 

synonyme d'intrigue. 
FRESILLON , troene , arbrisseau qui porte de 

petites grappes noires. 
FRICASSER, avoir tres-chaud : Touchez mes 

mains _, jefricasse j iljricasse dans ce jardln. 
FRICOT, RAGOUT, REPAS, FESTIN : Pour uußorin 

de fricotj un grandfricoL Paris, et lyon. popul. 
FRICOTER, se regaler, faire bombance. 
FRIGOUSSE 5 CUISINE : Elle entend bien la fri- 

gousse^ c'est une homie FRIGOUSSEUSE, 

Terme daupliinois. En c^Mi^ae^frigassa;, frire j 

en \id!mfrigo, 
FRILIEUX, FRiLEUX. Vaud. 
FRISON (UN), boucle de cheveux frises. Enpro- 

vengal,yW«yow72. 
FROID (LA) 5 LE FROID : Endurer lafroid. 
FROISSURE, FRESSURE : Des froissures de che- 

vreau. Vaud. 
FROUILLE , TRiCHERiE, fraude au jeu : II j a de 

la/roiälle. 



GENEVOIS. 145 

FROUlLLER , tricher. Neuch. Corruption de 
brouiller. 

FROUILLON5 TRICHEUR :Je nejoueplus aifec toi, 
tu es unjiouillon. 

FROULER (SE), se froler. 

FROUMILIERE, fourmiliere. En roman,y/ 0/721- 
liSre , etfromi, une fourmi. 

FRIIITIERE, fromagerie, laiterie : Lafruitiere 
de Bernex , de Blejrin. Une fruiti^re est une 
marchande de fruits, et fruiterie doit se dire 
du lieu oü Ton garde les fruits. Dites aussi un 
FROMAGER, et non un FRUITIEPi. 

FUMET, FUMERON : II y a un famet dans votre 
chaujffe-pied» 

FÜRE ET MESERE (A); il faut dire au für et 
A MESURE , ou bien, dans le style familier, a für 
et a mesure. 

FITSTE, FUTAILLE. Du YOYm.n ,fusta ^ en bas-latin 
fustalhnnj ä Lyon, nn^ fute. Racine celtiq.yw^/^ 
bois, d'oii fut etfutaille. Aujourdhui fuste ne 
se dit plus que d'une sorte de navire. Voyez 
le mot Fusierie , dans nos Observations sur les 
noms de lieux. 

FUSTIER, marchand de planches, de chaux et 
dautres materiaux pour bätir; du vieux fran- 
c^^is Jiiste ^ fustier , charpentier ; Un fustier ^ 
dit Nicot, est Vartisan qui besongne en bois. 

10 



I 



1^6 GLÜSSÄIRE 



G. 



G. 



' ABEGIEp TRACASSERiE , iMBROGLio; temie connu 

en France. 
GABION , BOUGE 5 cabinet qui sert de galetas : Oü 

est la clef du gabion? En fran9ais5 terme de 

foitification. 
GADIN, LAYETTE : Faire le gadin dhin eiifant, 

Vaud. 
GADROUILLE , mauvaise sauce , mauvaise bois- 

son : Ce n^est que de la gadrouille. Gadoiie, en 

fran^ais , maniere fecale. Gargoullle, endroit 

par oü l'eau sort d'nne gouttiere, 
GADROUILLER , se dit des enfans qui tripotent 

avec de l'eau : Quel GADROUILLAGE faites- 

vous la? vous etes une peilte GADROUILLONNE . 

Mot forme de gargouiller, barboter dans l'eau. 

A Lyon, gabouiller. 
GAFOUILLER, tacher, gäter avec de l'eau sale. 

En provengal, gafbuillarj en dauphinois, ga- 
bouiller, 
GAGERE , FRiPiERE : Vous irouperez cela chez les 

gageres. 



GENEVOIS. 147 

GAGUI. Ell faisant ce mot synonyme de coureuse, 
nous lui donnons une faiisse acception, car il se 
dit en fran^ais d'une grosse femme , gaie et 
jolie. Ne prononcez pas gügui. Vaiid. 

GALAVARDE , petile fille qui aime a coiirir avec 
les petils gar^ons. a en imiler les manieres , ä gar- 
^onner : C'est ime pellte galai^arde j eile ne se 
plaitqu'ä GALAV ARDER. En rommi, galat^ard, 
gros rejoui , sans-souci ; en espagnol, galapardo^ 
vaurien, polisson. En Languedoc et en Provence, 
ce terme a l'acception de goulu, goinfre. 

G ALETTE', filoselle, bourre de soie : Des bas 
de galetle; du dialecte milcinais , galetie , cocon 
de ver a soie. Neuch. Vaud. Gattel et Bolste ont 
recueilli ce terme, mais ils n'en indiquent pas 
l'etymologie. 

GALIAUFRE, gouliafre. GALIAUFRER, man- 
ger en gouliafre , c'est-a-dire avidement et mal- 
proprement. En roman , galifre, 

. . . De voir ainsi ce grand galifre 
Danser aus orgues et aux pifres, (fifres.) 

GALIMAUFREE, galimafree. 

I L'origine du dialecte milanais remonte ä l'an 600 avant 
Jesus-Christ, epoque oü les Gaulois firent une irruption dans 
ritalie scptentrionale, et oü Bellovese changea cn cire le bourg 
de Milan. 



i48 GLOSSAIRE 

GAMACHES, guetres. Ce terme ii'est iiidique ni 
par rAcaclemie , ni par de Vailly ; mais on le 
trouve dans Richelet, dans Boiste , ainsi qiie dans 

. Gattel. Ell ital. gamascie^ en allem, kama- 
schen^ en langued. garamächas. Menage derive 
ce mot de l'arabe, giarmuk^ chausses. 

GAMB ARDER , gambader. En roman , gamhardes 

pour GAMBADES. 

GAMBER, ENJAMBER : Gamher iin ruisseau. 
GAMBION , GAMBIROLET , bancroche : Une 

paupre petite gamhirolette. En ital. gamba, la 

Jambe. 
GANDIN 5 tapage, scandale : II j aura du gan- 

din. En celtiq. gadwjn , clioc , batterie* 
GANDOISES , FLEURETTES 5 SORNETTES. Lyon. En 

proven^. gandoiso. 
GAN GANNER (SE), se suspendre, grimper pour 

aveindre quelque chose : N'allez pas vous gan- 

ganncr lä-hauU 
GANGUILLER, SE GANGUILLER, pendre, se 

PENDRF : Se ganguilLer ä lajenetre, Terme franc- 

comtois. 
GANGUILLES, lambeaux, guenilles : Cette robe 

est tout en ganguüles. 
GANIF, CANIF. Menage ecrit ganif, du celtiq. ^a- 

nwcd, 
GAPER, TROTTER, ARPENTER : J'üi Ueii gdpc au~ 

Jourd'Iiuij noiis avoits fall une bonne gdpee. 



GENEVOIS. ,49 

G API AN, GABELOU , gabeleur , prepose aux 
douaiies. En proveng. et en langued. gabian; 
en hoiir^m^non , gaibelou ; en roinan, gabloux. 

GAPvAUDE , maiivaise poupee, et aussi, fille de 
joie. En roman, caraulde , vieille sorciere. 

GARAUDER, manier brusquement, maltraiter : 
Ne lui donnez pas cet enjant ä garauder. En 
celtique, garo , garivau , rüde, apre, cruel; de 
la le mot frangais loup-GAROU , plutot que de : 
loup dont il taut se garer, comme dit Gattel; 
Oll du grec lukon-agiion , comme d'autres le 
pretendent. Italien, gdroso^ querelleur. Quel- 
ques noms de lieux pourraient venir ä l'appui 
de l'origine que nous donnons a GARAUDER, 
et notamment le Japroz , torrent pres de la Val 
Sainte , canton de Fribourg , forme , comme l'ob- 
serve M. Bridel de gariv, jarmv^ en celtiq. rüde , 
rapide. 

G ARDE-PAILLE , p aill asse . 

GARDE-ROBE ( UN ), armoire : Un gardc-robe en 
nojer. En frang. et au feminin, cabinet destine 
ä renfermer des Iiardes, tablier de femme, lieu 
oü Ton met la chaise percee. 
GARGATAINE, gorge, gosier, En celtiq. g^r^a- 
den; enroman,^v2/-^e//e,-en \iv\. gaigatä ^ en lan- 
gued. gargaidty etc. 
GARGORISER (SE), pour se gargariser. 



j5o GLOSSAIRE 

GARGOTEPi, GARGOUiLLER, BARBOTER. En pro- 
ven^al , gargoutar ,* en roman , gargotter. Ce 
lerme signifie, en frangais, hanter les gargotes. 

GARNECON, basse viande , rejouissance. Ita- 
lien, carnaccia, niauvaise chair. 

GARNISSAIRE, garnisaire. 

GASEMATE , casemate. 

GATILLOIV , DETENTE : Tirez le gaiillon. Vaud. 

GATTES (LES), l'ecole buissonniere : Toufe la 
classe ajait les gaites. En angl. to gad, courir, 
vagabonder. 

GAÜFRE (UN), une gaufre. 

GAULER (SE), se crotter, se salir. En grec, 
gaulos 3 sentine. Vaud. Voy. Gouiüe. 

GEANE, pour geante. 

GEL, GELEE. Gel est un mot piirement celtique. 
Boiste l'indique comme employe par De Saint- 
Pierre. 

Plusieurs de nos sources ont la propriele de ne jamais 
geler, et de preserver du gel des eaux qui, sans leur me- 
lange, geleraient chaque hiyer. 

, fjCoiiserv. Suisse.J 

Les courges, les melons, le pourpier, la balsamine, pe- 

rissent avant le gel, et meme lorsque le thermometre est 

ä 3" au-dessus du point de la glace. 

(Senebier.) 

Blanclie-geleej roreilledemande gelee blanche. 
GEME , marc de raisin. 



I 



GENEVOIS. i5i 

GENETTE (LA), le narcisse des poetes; autre- 
meiit , la janette des comtois , doiit nous fai- 
sons genette par corruption. 

GENEVOIS ou GENEVOIS. Plusieurs voix s ele- 
veiit parmi nous contre l'usage recemmenl 
adopte par divers auteurs frangais , qui ecrivent 
Genevois avec un accent sur le prämier e; on a 
meme presente a la chancellerie d'Etat un me- 
moire sur ce sujet. Les partisans de la nouvelle 
orthographe disent que la multiplication de \e 
muet rend la langue sourde, monotone, effemi- 
nee; les autres invoquent l'autorite des Rous- 
seau, des Bonnet, des De Saussure, des Senebier, 
et pretendent qu'un nom appellatif national est 
une chose ^gacree , sur laquelle la mode et les 
exemples etrapgers ne doivent exercer aucune 
influence. Sans nous permettre de prononcer 
dans ce grand conflit , nous nous bornerons a 
une remarque historique plutot que grammati- 
cale ; c'est que dans le i6."'^ et le 17."'^ siecle, 
l'admission de l'accent aurait ete fort utile pour 
prevenir une equivoque , car la plupart des au- 
teurs, et particulierement des poetes de cette 
epoque, disaient Genevois pour genois, habi- 
tant de G^nes. 

Je hais du Florenlin riisuricre avarice ; 

Je hais du fol Siennois Ic scns mal arrcstc ; 



i52 GLOSSAIRE 

Je hais du Genevois la rare verite , 
Et du Venitien la trop caute malice. 

(Joacb. Du Bellay.) 

Ne trouvons nuls qui secourir nous voyse (veuillent). 

Fors les Cliios, nation genevoyse ,^ 

Qui tout soudain en terre nous menerent. etc. 

(La Borderie.) 

GENEVRE , GENiEVRE ; Des grains de genei^re. 

GENILLE, mauvais goüt que contracte une vo- 
laille : Ce poulet a un goüt de genille. Dans quel- 
ques parties de la Suisse romane, genelie si- 
gnifie coq, ei geneile poule; prononcez dgenelle, 
Patois de Fribourg , zenilUe ; du latin , gallina, 
suivant M. Bridel, Statistique da Canton de 
Vaud. 

GENISSE, pour genisse. 

GENTILSHOMMES, prononcez genti-zommes, et 

^^ non geniillhommes avec les // mouillees. 

GERANIUM. Les Fran^ais prononcent geraniom , 
et de meme tous les mots empruntes du latin : 
comme factum, maximum, quantum, Te Deunij 
mais peut-etre ne rencontrent-ils pas mieux la 
veritable prononciation latine que les Genevois, 
qui d\sent Jactoinn , maximoum, etc. 

GEROLE, CHERvis, racine potagere. Gattel dit 
qu'on Fappelle aussi gyrole. 

I On sait que l'ilc de Chio a long-temps apparlenu aux 
Gcnois. 



GENEVOIS. i53 

GESTION ; ne prononcez yms gession : La gession 
de ses affaires ,* iii digession _, indigession , pour 
DIGESTION, INDIGESTION; le t doit, dans ces trois 
mots, conserver le son qui lui est propre. 

GICLEE , JAILLISSEMENT ; le liquide qui JAILLIT : 
Deux ou trois giclces ^ terme dauph. En pro- 
XQUc^vl^ giscle^ en langued. giscläda. 

GICLER , JAILLIR. Patois de Frib. zicliar. Neuch. 
et franc-comtois. 

GIFFLE, souFFLET, MORNiFLE. Fraiig. pop. Du ro- 
mnn, gi/fles les joues; en prov'en^. gijflo, 

GIGNER , GUIGNER. 

GILLOTINER : Faire le gillotin, jouer, badiner, 

faire le gille. 
GINGEOLET , ginguet : Un habit gingeolet. 
GINGUER , jouer j folatrer, du vouimi jjnguer, 

qui a la meme signification. 
GIRADE, GIRARDE , julienne , plante bisan- 

nuelle a fleurs cruciformes. 
GISIER, GIGIER, gesier. Paris, pop. 
GISSANT, GisANT. 
GLENE : Faire glene , faire rafle , enlever ; ternie 

d'ecolier, forme du vieux frang. Jaire glenne, 

GLANER. 

GLIN-GLIN, terme enfantin qui signifie le petit 

DOIGT. 



i54 GLOSSAIRE 

GLISSE, GLissoiRE. Ell franq^ais, cerlain pas de 

danse. A Lyon, gUssiere. Vaud. 
GLISSEII (SE) , poLir glisser. 

Ils s'exercent ä se glisser sur la neige avec cette chaussure. 

(Bibliot. Britan.) 

Ce verbe mis avec le pronoin personnel, si- 
gnifie se couler doucement : Ilse glissa le long 
de la muraille , saus etre apercu. 

GLÜ (DU), DE LA GLU. 

GODRON, pour goudron; GODRONNER, gou- 

DRONNER. 

GOFFETTE ; Main goß'eite , GRASSETTE , potelee. 

GOGNES (faire des), des complimens , des fa- 
gONS. 

GOGUAND, SOT, lourdaud : C^est un gros go- 
guand. Goganus, en cellique, est une injure qiij 
re^oit plusieurs acceptioiis. (Voy. Leibnitz, Col- 
lect, etjm.) Goganddyn , indigne , sans merite , 
et de la probablement , le mot fran^ais gour- 

GANDINE. 

GOGUINETTE : Dire la goguinette, des gogui- 
nettes ^ tenir des propos gaillards ; en vieux fran- 
9ais, goguenclte, Racine celtique, gog ^ plaisan- 
terie, d'oü goguenard et goguettes. 

GOISET, GOASET, pelit couteaii, mecbanl cou- 



GENEVOIS. i55 

teau. Ell lal'm , gwsum, gcesa y arme tranchanle, 

. . .Duo quisque Alpina corruscant 
Gaesa manu. 

(ViRG.) 

Latin iDarbare , guaso , iine serpe ; roman , goiz 
sorte d'epee ; a Besan^oii et en Bourgogne, ^oz«- 
soty gouisö 5 serpe , serpette ; en Touraine, goiiet: 

A beaux gouets qui sont pclits demi-couteaux dont les 
enfans de nolre pays cernent les noix. 

(Rabelais). 

En Savoie , les paysans se servent , pour la 
tonte des arbres, d'un Instrument qu'ils nom- 
nient goj, goyarde ^ et pour tailler la vigne, 
d'un plus petit, appele gojet. Ronsard dans ses 
Eglogues , fait usage du mot goj : 

Piadoubant ma musette avec mon alesne, 

Je vis desur le bord, le tige d'un beau fresne. 

Droit, sans noeuds et sans plis : lors me levant soudain, 

J'empoignai d'allegresse un goy dedans la main , 

Puis couppailt par le pied le tige arme d'escorce. 

Je le fis chanceler , et trebuchei- a force 

Desur le pre voisin. 

llemarquez que nous disons souvent comme 
ce vieux poete, desur pour dessus : // est dessur 
la table. 

GOLEE, GOULEE, GURGLE : Avalez-cn mie golee. 

GOLET , pour goulot : Lc golet , la goleite 



i56 GLOSSAIRE 

dhin pot. Golet est de hi laiigue ronianc. Noüs 

avons aussi raugnieiilalif GOLEilON : Le go- 

ISroii d*iine nasse. 
GONFLE, BULLE, VESSIE : CLOCHE ; Faire des gon- 
Jles avec du sapon^ ai^oir des gonfles dans la 

main. 
GONFLE , pour gonfle : Ce canari est ioutgonße, 

il est, malade. Neuch. Yaud. 
GONGONNER, bougonner, murmurer. Lyon, et 

dauph. Ell ^rec , g077guzd , murmurer. 
GONVER, couvER : Ccfeu agonve ioule la nult; 

il gojipe iine maladie. 
GOTRET, terme de boucherie; ris de yeau. 
GOTTE , mauvais ouvrage, mauvaise marclian- 

dise : C^est de la gölte , c'est-a-dire de la drogue. 
GOUGNEAUX, vieux ctiiffons, mauvais liiige. 
GOUGNIFARDE, coureuse, femme de mauvaise 

mine. 
GOUILLARD, GOUILLARDE, friand. Goliard est 

un lerme roman , qui signifie aussi vaurien , 
mechant. En bas-latiu , goliardus , ribaud , 
libertin, ei gouliart^ gouliard en vieux francais. 

Tenir la maniere que aucuns gouliardes et mauvaises fönt 
est chemin damnable. 

GOÜILLARDISES, friandises : Touies sorles de 
gouillardiscs j cl GOüILLARülSE, pour frian- 



GENEVOIS. t57 

IJISE , au sliigulier : Pour satisfaire sa gouillar- 
dise. lin romun, gouillardise signifie debauche. 

Cueur a qui haultesse tire, 

Et oü noblesse est assise , 

Doit toute ordure despire (mepriser) , 

Laidure et gouillardise. 

( Alain Chartier , Breviaire des nobles. ' ) 

GOUILLE, eaii sale et boueuse, petite mare. 
Terme daiiphinois et bourguigon. En Franche- 
Comfe, goidllct, Racine celtiq. gouell, cessa- 
tlon j repos , d'oü est venu goiiil, goel, eau dor- 
mante , boiie. 

Lemot goidlle est connu dans toutesnos Alpes 
romanes : la Gouüle ä Vassu siir le glacier de 
Valsorey; la Gouille aux cerfs, pres du Chä- 
telar, etc. A Besangon, gouülaj le peuple de 
cette ville appelle un laquais saute-goidlla. 

GOURER, tromper; du fraiic. goure, drogue fal- 
sifiee. 

GOURLLE (UNE); // mouillees, cep de vigne 
arrache. Terme rural. Au pays de \^uA,gour- 
gnion, grosse buche. 

GOURMAND, friand. GOURMANDISE, frian- 

1 Cet ouvrage etait tellement considere du temps de l'auteur, 
qu'on le faisait apprendre et reciter tous les matins aux jeunes 
pages de la cour. Alain Chartier fut secretaire des rois Charles 
Yl et Charles VII. 



i58 GLOSSAIRE 

DISE, plut6t avidite, intemperance , que sen- 
sualite; et J.-J. Pvousseau a bien dit : « J'etais 
plussensuel que gourmand.« L'Academie donno 
aussi rexejmple suivant : // n^est pas gourmand, 
mais iL est friand. La vraie acception de ces 
mots est conforme a leur origiiie celtiq. ; gour- 
mant^ avide; gourmandiz , avidite, de la Taiigl. 
gormandizing ^ gloutonnerie. Du reste, nombre 
d'auteurs donnent a gourmand et ä gourinan- 
dise le sens de friand, friandise; mais il ne 
faudrait pas dire des GOURMANDISES pour des 
friandises 5 substantif pluriel : Un plat de gour- 
mandises, 

GOUTTE : On n'y voit pas une goutte^ suppri- 
mez pas une» 

GPvABEAU , GRABOT, censure, examen; GRA- 
BOTER , censurer , etc. En vieux fran?. gra- 
beler, examiner, eplucher. Gattel dit grabe au, 
criblures , fragmens de drogues. En celtiq. g^n- 
bot, leger, moindre en son espece; grabotum, 
grain rejete par le van. 

Rabelais Qn'\\i\o'\Q grabeau dans le sens gene- 
vois, et Ol. Pougens dit dans son Archeologie 
ß-angaise : « Ce mot est encore usite a Geneve, 
pour designer une certaine loi emanee du Petit- 
Conseil, etinstituee sous rinllucnce d'un celcbre 
magistrat de cette viüe. » 



GENEVOIS. 159 

GRAFFIGNER , egratigner. Eh langue romane , 
egrqßgner y en proveng. grqfignar^ en gallois, 
jsgrqfinio. Boiste dit egraffigner, egratigiier, 
barbouiller, etc. 

GRATLET, petit plat detain, donne pour prix 
lorsqu'on tire au fiisil. 

GRAILETTE , sorte de terrine pour rechauffer les 
ragoüts. En celtiq. grailhen, restes d'iin repas; 
d'oü est venu le mot fran^ais graillon. 

GRAINGE, GRINGE5 demauvaise humeur, cha- 
grin : II est tout gringc aujourdliui^ du celtiq, 
grjngian , graingian i murmurer, gronder, dela 
V vWern, greinen, Le celto-breton grignous est le 
meme que notre mot gringe , qui se dit en Bour- 
gogne et en F r Rnche-Comie gj-aijigne , grigiie. 
Neuch. Vaud. et Frib. 

GRAISSE , reprimande , semonce : Tu as eu la 
graisse. sauge est fran^ais dans ce sens ; on 
pourrait dire populairement : Tu as eu ta sauge. 

GRAMMATRE ; prononcez gra-maire, et non gran- 
maire. 

GRAMON , gramen, chiendent : Boire surle gra- 
inon. 

GRANGER , metayer : Mettre sa campagne en 
GRANGEAGE, c'est-a-dire la faire valoir par 
un metayer. Neuch. Ces termessont connusdans 
plusieurs provinces, et Boiste les indique. 



i6o GLOSSATRE 

GRATON5 asperite sur le papier, sur le terraiii: 

Ma boule a renconire un graton. 
GRATTE-A-CUL , gratte-cul , fruit de l'eglantier. 
GRATTE.BOISSEÜSE , polisseuse de boites de 

iTiontres. 
GRATTE-LOTON , ouvrier horloger; terme de 

mepris. 
GRATUISE , RAPE. Ell roman , gratuse, En Dau- 

phine, gratusi. 

GRAVATE, CRAVATE. 

GREBE (UNE) ; ce mot est du genre masculln : 

Quelques especes de colymbus, comme la petite grebe. 

fConserv. Suisse.J 

On trouve aussi ce solecisme dans la Nouvelle 

Helo'ise. 
GREBOLER, grelotter, trembler de froid : // 

etait tout grebolant. En Daupliiue , gromola. 
GREFFION, CERISE. En dauph. graffion^ en Ita- 
lien, grqffioni des bigarreaux. Racine celtiq. 

gra, incision; de la GREFFE , etc. Neuch. Vaud. 
GREMOLLION, grumeau. 
GRENOÜILLE , argent , tresor , magot : II a 

decampe ai^ec la grenouille. Terme connu dans 

quelques provinces. 
GREUBE , tuf dont on se sert pour nettoyer la 

vaisselle. Neucli. 
GREUBON, Sediment de lard fondu. Neuch. En 



GENEVOIS. 16 1 

bas- allem, griehen» En Franche-Comte , gruh^ 
soll, gruheuson,. 

GREUGER,GRTJGER. 

GREULER, GRELOTTER, trembler de froid. En ro - 
man, gruler. GREULER, secouer. Italien, crol- 
Idre^ vieux francais, crouller: 

IIs chassoient auxcigales, prenoient des sauterelles,cueil^ 
loient des fleurs , crouUoient des arbres fiuictiers et man-» 
geoient des fruicts. 

(Amyot.) 

GREZE 5 GRESE : Soie grSse^ dites gräge. 

GRILLE , CHEViLLE DU PiED. Neucli. Vaud. Voyez 
Nille. 

GRILLER : Griller du cafe^ rotir est mieux : du 
cafe RoTi. 

GRILLET, GRILLON, insecte; grjllus. Lyon. 

GRIMPION5GRIMPEREAU, Sylta europcea^ oiseau. 

GRINGALET, fluet, de mauvais mine. En ro- 
man , ce mot se dit d'un mauvais cheval. 

GRINGUENIAUDE , gringenaude. 

GRISPILLER, friponner. 

GROLLE, savate, mauvais soulier : Je h''aicjue 
des grolles , scc comme de la grolle. Terme 
gascon, dauph. et lyon.; en langued. groülla^ 
en langue romane , groulier, savelier. Vaud. 

GRONDEE, gronderie, 

GROS-FORT , GRANDE ABSINTHE. 

GROUP, CROUPE, CROUP, angine du lai-ynx* 

II 



iG2 GLOSSAIRE 

GRUER, MONDER : Faire gruer de l'ai^oine. Eii 

proven^al , gruar. 
GRUS, GRUAU : Unc soupe aux grus, uN gruau. 

Neuch. Vaud. Grus se dit aussi d'une sorte de 

laitage : 

« La Fanchon me servlt des grus , de la ceracee , etc.» 

(Nouv. Heloise.J 

Ce terme est du vieux fran^ais , et , en Cham- 
pagne, ^rwsignifie encoredu son ; bas-latin ^tmj^ 
gruellwn y allem, grutze. Racine celtiq. gru, 
arJ3re, fruit;' de la GruySre^ nom de lieu en 
Suisse , et grujer, officier prepose ä la garde des 
for^ts ; 

Rodillard de Choupille, 

Noble au bec de corbin , grand gruyer de Berry. 
(Recnard , le Distrait.) 

Les Ecossais montagnards qui senourrissaient 
de chair, donnaient aux Pictes le surnom de 
gruinich, cruitnich, mangeurs de grains, de fruits, 
parce que ceux-ci habitaient la cöte Orientale 
de la Caledonie, plaine ferlile en produits de 
cette nature ; et nous citons ce fait d'apres l'au- 
torite de Gibbon , comme propre a venir a Tap- 
pui de notre origine celtique. Remarquons de 

I Le grou , le gru, en France, dit P. Pithou , signifie tout le 
fruit de la foret : la glanee, les chataignes, les porames et poires 
sauvages qui s'afferment par le gruyer. 



GENEVOIS. i63 

plus , que le mot grouze signifie ble en langue 

schype. ' 
GUENAPIN, POLissoN, band it. 
GUENILLES ; dans certaines parties de la Savoie, 

on donne ce nom aux pieces de trois sous de 

Geneve. 
GUETES, GUJ^TRES. Lyonnais; langued. ^z/eVa^. 
GUEULE-DE-LOUP , muflier , mufle-de-veau, 

plante. 
GUEULETON, repas, bombance. Paris, pop. 

Chacun d'eux suivi de sa femme, 

A l'image de Notre-Üame 

Firent un ample gueuleton. 

(Vade.) 

GUEUSARD , gueux , coquin. 

GUICIiE : Tirer la guiclie , lirer la jambe, mar* 

eher avec peine. 
GUIGNOCHE 5 femme de mauvaise fagon ; du ro- 

man guenoche^ qui a le meme sens. 
GUIGNONNANT : Cestguignonnant-, dites c'est 

ätre en guignon. Voyez Enguignonner. 

1 La langue schype est celle des Albanais; cet idiome , connu 
en Europe depuis un millier d'annees, n'est, selon Swinburne, 
qu'un melange des dialectes de ces hordes tartares qui, au hui- 
lieme siecle, en-valiirent la Greceetla Macedoine, melange ren- 
force de termes Italiens et alleraands apportes par les croises. 
Ce voyageur s'etonne d'y trouver des mots qui ont du rapport 
avcc l'anglais j n'auraient-ils point une origine celtique ? 



i64 GLOSSAIRE 

GUILLÄME : Un grand guilldme ^ un grand flan- 

DRIN. 

GUILLE , GRis , a demi-ivte. En frangais , on dit 

GuiLLERET , gai , eveille. 
GUILLE, poLir quille. Cette corruption nous 

vient de la basse latinite. 

« Touchant ceux qui jouent aux quilles (guilleis), on or- 
donne qu'on ne leur defende pas ce jeu, mals seulement 
de jurer et blasphemer. « 

(Traduction des Regist. du Cons, ili^'J.J 

GUILLEMETTE (EN), en pile, l'un sur lautre: 
Ces Iwres vont tomber, ils sont en guillemelie. 

GUILLERI : Courir le guilleri y dites le guilledou. 
Terme connu en Dauphine , ainsi qu'eii d'autres 
provinces. On pretend qu'il vient des trois freres 
Guilleri, gentilshommes bretons qui, apres les 
guerres de la Ligue, batirent un fort dans le 
Poitou, et de la couraient le pays pour brigan- 
der , poussant leurs excursions jusqu'aux portes 
de Lyon. En fran^. le guilleri signifie le chant 
du moineau. 

GUILLETTE : Une guilletle de beurre^ diminutif 
de guille. 

GUILLON, broche, fausset : Mettre le guillon ä 
un ionneauj GUILLONNER un tonneau^Yaud, 

GUINCHER , LOUCHER , regarder de travers : II est 
un peu guinche. Ce verbe est employe dans les 



GENEVOIS. i65 

anciens fabliaux , pour pencher , detourner. 

Guenche, detour; proveng. gui?2cha, lorgner. 
GUINDRE, DEViDOiR. En Italien, guindolo. Ri- 

chelet l'indique dans ce sens. A Lyon , sorte de 

metier pour les soies : Une mecanique ä plu- 

sieurs guindTes. 
GUINGOINE (DE) , de guingois , de travers : II 

marche tout de guingoine ^ cet habit va de guin- 

goine. 
GUISE, GUEUSE : Tujau de guise. 

GY, Gl, GYPSE,PLATRE. GIPIER, PL ATRIER. GIPER, 

GISSER, PLATRER, enduire de gypse. Italien, 
ingessare» Neuch. Vaud. 



i66 GLOSSAIRE 



IW*'^X'*'*^»*V*^*'W^^.^^«'V**^^^*^^^^^'^»^'V'V^^*^^^^^^X^^»'%.^V^^^^X^V*%,^ ^.■*%^^ 



H. 



XI ABITUE, EE, pour habituel, le : C'est ma 

-place hahituee. 
HARPION,tL\RPON; HARPIONNER, harponner, 

(Ji aspiree). 
HEM : Faire ä hem ; en France , jouer aux quatre 

COINS. 

HERBE- A-£CURER, präle, aspri:le; HERBE- 

AUX-POIS, SARIETTE. 

HERBOLANN ES , herbes medicin.\les : Touies 

sortes d^herbolannes. 
HESITER DE j pour hesiter a : N'hesitez pas de 

le recei'oir, 
HEÜRE : Est-ce qu^une heure ojit sonne? Cepen- 

dant la Grammaire des grammaires permet de 

dire : VERS les lne heure. 
HIRESSON, HERissoN. En roman, iresson. 
HORLOGE (UA^) , poui- une : Llwrloge du Molard 

est arrete, 
HORLOGER, ennuyer, rabacher : // est toujours 

ä in^horloger . . . jla sötte horloge! 
HORTENSIA est feminin; ne dl les pas : un bei 



GENEVOIS. 167 

horlensia. [Commerson, apres avoir decouvert 
Celle plante, en fit Hommage a Hortense Le 
Paute , femme d'un celebre horloger ; teile est 
l'origine de ce nom. Gattel fait erreur en disant 
qu'il vient d'Hortense reine de Hollande, ou du 
latin hortensis. 

HUILE : Huile d'olifßn^ dites huile d'olives fine. 

HUSSIER, pour huissier : Nos hussiers, avec leurs 
manteaux y o ff rentV Image d'une mascarade. 

HUTINS, vigne entre deux arbrisseaux; altera- 
tion de hautins , terme qui , dans quelques pro- 
vinces, designe le meme objet. Ceps hauta'ns; 
il parait qu autrefois on faisait usage de cet ad- 
jectif au propre comme au figure. 

Ces humeurs transcendantes m'effraient comme les lieux 

hautains et inaccessibJes. 

(Montaigne.) 

En se prccipltant (une röche), eile enveloppe et tralne 
Les pasteurs, les troupeaux, et la foret hautaine. 

(Segrais.) 

En se servant de ce mot , il faut donc avoir soin 
d'aspirer \U, et rie pas dire : une iire d^hutins. 

I Voici le premier Couplet d'une ancienne chanson dauphi- 
noise, lequel renferme deux idiotismes qui nous sont com- 
muns , autin e^troille. 

Je seu tout creitin (desole), 

Lo cour me pendole , 

Je m'en voi ä Crolc (village du Gresivaudan) 



i68 GLOSSAIRE 

HYDRE. La Fontaine a dit : 

Monsf res empoisonneurs , 

Comrae bydres renaissans sans cesse dans uos coeurs. 

C'est une faule, puisque ce inot est feminin; 
^erivez comme Boileau : 
La voilä donc, Girot, cette hydre epouvantable ! 

HYMNE, est du genre masculin; tjn hymne de 
Simonide; LE b£l hjTTine des Marseillais ; cepen- 
dant l'Acad. pense que ce mot peut recevoir uii 
adjectif feminin lorsqu'il s'agit des hymnes 
CHANTEES daus leglise. 

Nous allons maintenant signaler plusieurs 
mots dont Vh doit etre aspiree , et que Ton pro- 
nonce mal : 

Nous disons souvent au lieu de : 
HABLEUR; un n'ableur. 
HASCHE; pretez-jnoi räche. 
ll\CWiS ;ykites-eri un n'achis, 
HAGARD; 

Gouvernement commode et beau (Cbillon), 
Auquel suffit pour toute garde 
XJn ours avec sa ini«e hagarde, 
Peint devant le mar du chateau. 
(Bordier, Voyage pittor. aux glaciers de Saivie, i']'j3,J 

Car noutrous autin 
N'ont rien que de foille, 
Personna ne troille 
Fauta de raisin. 
Per bere de vin ; 



GENEVOIS. 169 

HAIE; aiitour des z^aies, 

HAIR; ]e Vhais. 

HALETER; il est iout faletant. 

HALLEBARDE ; Spon appelle Conseil des alle- 
hardes ^ le Conseil general que tint le duc de 
Savoie au cloitre de Saint-Pierre, en 1 525 , parce 
que ce prince avait ses gardes armes autour de 
lui. 

HAMEAU; unpetit fameau. 

HANNETON; une gross' anneton. Ce mot est 
masculin. 

HAQUENEE; une vieiW aquenee. 

HARANGUE; une heW arajigue. 

HARASSER ; il est encore iout i'arasse. 

HARCELER; il est ioujours ä m'arceler, 

HARDI ; vous etes bien it'ardi. 

HARDIESSE ; il est d^un' ardiessel 

HARENG; des z'arengs. 

HARICOT ; des z'aricots, 

HARN ACHER; un chei^al bien n'arnache'. 

HARN AIS; jneitez l'arnais, 

HARPIE; des z'arpies. 

HASARD; d iout fasard^ ä Vasard du pol j il faut 
dire : ä lafortune du pot, 

II ASARDER ; z7 Tzeyäw/ pas s'asarder. 

HAÜSSE-COL ; un officier d'ausse-coL 

HAUSSER ; il faut V ausser. 



I70 GLOSSAIRE 

HAUT; en n'aut Bcmont. 

HAUT-BOIS; iljoue de raut-hois. 

IIAUTEUR; sur un' auteur. 

MENxMSSEMENT; Venissemeni ^ prononcez u: 

HANNISSEMENT. 

IIERISSER; des chepeux tout ferisses. 
HERNIE; ila wi' ernie. 
HEURTER ; ü ne faut pas Veurter. 

« Le mepris, Ja menace Äew/taient nos ciloyens. » 

(La Mort de Levrier , traged. gcnevoise.J 

HIßOU; un rieux z^ibou, 
lilDEUX, HIDEUSE ; 

n Je me trouve avoir quelques lignes qu'elle (la princesse 

de Lamballe) tracait avant Vkideitse catastrophe dont eile 

iious a laisse le souvenir. » 

(Mein, de Sainte-Helene.) 

Une populace . . . assouvit jo«hideusefaimäbonmarche. 

(De Pradt.) 

IIOMARD ; l'omard est une ecrepisse de mer, 
HONTE; n'est-cc pas des z'ontes? 
Y{Om:yA}\; c'esthienn'onteux. 
IIORS; il est Vors de danger j iin n\}rs d^oeai^rc, 

« Le coxiege hors des murs , ä peine est arrivc. » 

(La Mort de Leviier , traged. genew) 

HOUSPLLLER; ils sont toujours ä s'oiispiller. 
nUm,imn\; des z'uees. 

Y faire /lucr ua Dieu sous Ics trail» d'un uiorlcl. 

(DOUAT.) 



GENEVOIS. 171 

IIUGUENOT ; des z higuenots, 

« LesDucaux appelaient ceux quiavaientacceptela bour- 
geolsle de Fribourg, Eignots ^ voulant dire Eidgnossen . . . 
c'est de lä qu'est venu le mot d'huguenots , dont on fait de 

si ridicules etymologies. » 

(Spon.) 

Voici , en revanche, quelques mots dont nous 
aspirons Yh mal a propos. 
HAMECON; on ne dit pas le harne fon, mais l'ha- 

ME^ON. 

HIATUS; prononcez des z'hiatus, et n'ecrivez 

pas hjaius. 
HIER; il ne faut pas dire : liest de hier j on m'a 

assure que hier. . . , mais IL EST d'hier; on m'a 

assure qu'hier . . . 
HIEROGLYPHE; prononcez des z'hieroglyphes. 
C'est aussi une faute de dire la hente , pour 

l'ente : Faire une hente ä un bas ^ ainsi que 

la hanse pour l'anse : La hanse dhin panier, 

et des hanchois pour des Anchois. 



172 GLOSSAIRE 



*'V%.'V^%--%.'V^\^ (V-^^^^^^i^^V^ V*^^^<«^V^^V^<^^A^.'%'V%^«^%^^«^'V^^V«^<^'V^%^ " 



I. 



IDOINE, IDIOT : II teste lä comme iine idoine. 
IDOINE, en fraii9ais, signifie propre a..., ca- 
pable de ... ; en latin idoneus, 

IL-EST (noLis pronon^ons ilai) ; jeu d'^coliers : li- 
est courant^ il-est cachant^ il-est ä Ici ramasse, 
Celui qui doit cliercher ses camarades , ou cou- 
rir apres eux , crie : est-ce ? et Ton repond : il-est. 

IMITER ; imiterVexemple de quelqu ^un est, suivant 
quelques puristes , une locution defectueuse ; ils 
exigent ici Femploi du verbe suivre. Cependant 
rAcademie dit : un exemple inimitable , et Des- 
preaux : 

Imite mon exemple. . . 

IMMANQUABLE , IMMENSE ; ne prononcez]point 
ain-mejise^ ain-manquahle , mais laissez aM'z 
le sor. qui lui est propre. U en est de meme a 
l'egard des mots inimediat , immediatement. 

INCAN, ENCAN. En langue romane inquant^ du 
latin iiz quantiiin pour combien. Lyon. IN- 
C ANTER, ENCANTER, vendre a l'encan , 
forme comme ci-dessus;ou du vcrbe incaniarc, 
eiitonner , proclamer. 

INCENDIE (UNE), un incendie. 



GENEVOIS. 173 

INCOGNITO; prononcez gn comme dans £^- 

pagne. 

INCOMBANCE, CHARGE, INCONVENIENT , CONSE- 

QUENCE DESAGREABLE; de ritalieii incomhenza, 
Charge. 

INCONVENABLE , est iin neologisme employe 
par M.""^ de Stael ; les Berits de cette femme 
celebre en offrent plusieurs autres que la langue 
parait adopter , tels sont : indelicat, inoffensif, 
intempestif^persistance, vulgariie ,^ etc. 

INDEMNISER, INDEMNITE; prononcez indam- 
NisER, indamnite; et INGREDIENT, ingre- 

DIANT. 

INORME, pour enorme, est encore une faiite de 
prononciation que fönt quelques personnes. 

INQUILIN5 locataire; du latin inquilinus , qui a 
la meme signification. 

INSECTE (UNE) , un insecte. 

INSOLENTER, injurier, insulter. 

INTENTION : Etes-vous d'inteniion de..,? II 

faut dire : DANS l' INTENTION. 

1 Le comforlahle des Anglais est aussi generalement recu, de 
meme que desappointer et dcsappointement ; mais ce qu'il y a 
deremarquable, c'est que ces derniers mots sont plutöt une rcs- 
tltution qu'une conquete , car les Anglais eux-memes les 
avalent empruntes du vieux langage francais. 

Le /o«? brilannique , le d'dettante Italien, sont encoi'e des 
termcs que la France pourrait bien adopter un jour. 



174 GLOSSAIRE 

INTERVALLE ; ne faites pas ce mot du genre 
feminin. 

« II y a une inlervalle de dix ans. . . » 

{Nquv. Helo'ise, Ill.e partle, p, 19; edit. de Neuch.) 

INVENTORISER, inventorier. 
INVECTIVER : II m'a inpecüpe ; ce verbe est 
neutre , la grammaii-e exige : iL a iNVECTivt 

CONTRE MOI. 

INVITER : Vous etes in^lle de vous rejiconti'er ; 
dites 5 A vous rencontrer ; mais avec les verbes 
commencer, continuer, engager, Commander, 
exhorier, forcer, s'efforcer, manquer, obliger, 
lächer, on emploie de, surtout quand il s'agit 
d'eviter plusieurs a , ou la rencontre de plu- 
sieurs voyelles ; (Boiste.) 

IRRUPTION , pour Eruption : II Im est sorti une 
irruptlon par iout Je corps. Irruption signifie In- 
vasion soudaine de Fennerni. 

ISERABLE , erable. Terme dauphinois. 

ITALIENISME, italicisme, maniere de parier pro- 
pre a la langue italienne : Cest im italienisme ; 
ilalianisme serait plus supportable. Quelques 
auteurs ecrivent italianiser : « Vigneron de 
\ erdun italianisa son nom , et se fit appeler 
Veneroni, » II ne faudrait pas dire italie'niser. 



GENEVOIS. 175 



«.'%'» «.%«/« -w 



J. 



J AIRE , JARRET : Uji jaire de veau. Terme de 
boucberie. 

JAMBETTE, jambon de l'epaule de cochon. En 
fran^ais, sorte de petit couteau. 

JAPvDINAGE , pour legume : Un plat de jardi- 

nage , le jardinage est Tart du jardinier, l'hor- 

liculture, terme noiiveau que la langue parait 

adopter. La Grammaire des grammaires dit 

qu'on fait usage du mot legume en parlant des 

grains semes qui se cueillent ä la main , a la dif- 

ference de ceux qui se fauchent. Effectivement, 

legume vient dulatin legere qui signifie cueillir, 

La Quintinie dit h'ien jardinage dans le sens de 

legume, mais il ajoute que c'est un provincia- 

lisme. Quelques anciens auteurs ont ecrit Jior- 

iulage et horiolage. Gattel indique ce dernier 

mot comme signifiant aussi certaine partie du 

potager. 

JARLOT, JARRELOT, sorte de baquet. En ro- 

man, jarle ; en celtiq. /ßr/, jarre, cruclie. 
J ARTOU , JARRETOU : jarrete , jarretier: mais 



176 GLOSSAIRE 

on n'en fait usage qu'en parlant des chevaux oü 

d'autres qiiadrupedes. 
JASPINER, DisPLTER, CHICOTER; en vieiix fran- 

^ais 5 jaspiner signifiait bavarder, et Boisle Fiii- 

dique daris ce sens. 
JESUS-CHRIST, ANTECHRIST, pronoiicez jesu- 

CRi, ANTECRi; mais si vous dites le Christ", 

faites entendre les deux finales. 
JETON, ficelle attachee ä rextremite d'un fouet: 
JETTER, ne prend plus qu'un seul /, mais 011 

ecrit je jette, il jette, etc. Ecrivez aussi ap- 

PELER 5 et il APPELLE ; ATTELER , et il ATTELLE ; 
RENOUVELER, et il RENOUVELLE, etc. 

JOINTE , un QUART de journee de travail ; terme 
rural : Une journee et trois jointes. Daiiph. et 
langued. yoz/7?^YZ. 

JOLERIE (DE LA) , du petit poisson. Terme de 
pecheur. En langued. 70/, petit poisson. 

JOMBRER, ätre prive, attendre envain .- Vous 
iri'avez bienjait jombrer^ tu enjombreras. 

JORAN, yent du nord-ouest ; Neuch. JORASSON, 
espece de joran. Le BOURGUIGNOiV, a Geneve, 
est le VENT d'ouest, et le VENT, dans un sens 
absolu, le vent du midi. 

JOT (A) : Cette poule est dj'otj c'est-a-dire sur 
le JUCHOIR. Nous disons aussi, par extension , 
d'un enfant qui s'est endormi : // est djot. 



GENEVOIS. »77 

JOUFFLARD , augmentatif de joufflu : C'est une 
grosse joufflarde, 

JOUIN, JUIN : Le mois dejouin, prononcez JU-IN. 

JOUIR : Jouir d'ujie mauuaise sante , d'une maU' 
vaise repuiatlon; locutions ridicules. 

JOÜR : Jour sur semame,jour ouprier, dites JOUR 
öUVRABLE. Kwre du jour ä la joumee , VIVRE AU 
JOUR LA JOURNEE. Du jour au lendemalni d'un 
JOUR A l'autre. Dhin jour Vun, est une absur- 
dite : f^ous prendrez de cetle poudre d'un Jour 
Ihm; dites de deux jours l'un. 

JUSQt'A TANT QUE , pour jusqu'a ce que : J'l- 
rai chez lui jusqu'a tantqueje le troui^e. Yieille 
locution. 

Je le le dis encore, et veux tant <jrMe j'expire, 
Sans cesse le penser, et sans cesse le dire. 

(Corneille.) 

JUSTE : Comme dejuste, c'est-a-dire comme il est 
juslCj comme de raison : . . ,en payanty comm» 
de juste. 



lat 



173 GLOSSAIRE 



^•%.^\ "^ -%• -V-^ -V VV»^^/^ ^f^^-^ ^ ^'^ «-« ^ %■% V ^-M %.^% ^^ X^-^^'^ « 



L. 



L 



A , pour LE , dans Ic seiis siüvant : Etes-vous 
fächee ? — Oiii , je la suis. Le pronom /ene prend 
ni genre, ni nombre, lorsqu'il tieiit la place d'tin 
adjectif, ou d'un substantif employe adjecti- 
vement. 

Moins genee! ma foi, madame, il ne faut pas que vous 

la soyez du tout. 

(Marivaux.) 

Que je devienne veuve? il y a trois ans que je /a suis , 

monsieur. 

(Dancourt.) 

Vous ^tes salisfaite (c'est Cornelie qui parle), et je ne la 

suis pas. 

(Corneille.) 

Chacun de ces passages ofFre Texemple d'iiiie 
faule que les dames de Paris fönt tout aussi fre- 
quemment que celles de Geneve et du pays de 
Vaud. ' 



T Tout le monde sait la reponse que BI.™e Je Sevigne fit ä Me- 
nage, qui se plaignait d'ufrc enrhumc : Je la suis aussi, mon- 
sieur Menage. — 11 ine scmble, madame, que suivant les rcglcs 
de nolre langue, vous devriez me rt'pondre : Je le suis aussi. 
— Vous direz comme II vous plaira, mais pour moi, je croirais 
avoir de la barbe au mcnton si je m'exprimais ainsi. 



GENEVOIS. 179 

LAÜIERE , ternie de couturiere , sorte de chan- 
TEAU : Des chemises ä lad leres. LADltüRE est 
aussi un terme de batelier, et se dit d'un certain 
vent du Leman qu'on voit aller au-devant de 
celui qui doit souffler. 

LAIRE j LERE : // chante comme ime laire. An- 
glais, lark^ allem, lerche^ une alouette; en langue 
romane , une laielte. 

LAISSER : Tu ne veux pas lenir, he bien l laisse- 
fenj Qu'il s^en laisse. Celle locution, qui sans 
doute appartient aussi au frangais populaire ou 
du moins tres-familier, n'est indiquee dans au- 
cun lexique. 

Cela ne laisse pas que d'etre ... est encore une 
maniere de parier que desapprouve le Diction- 
naire des difficultes de la langue frangaise; on 
en fait cependant un frequent usage dans le slyle 
familier. 

LAIT DE SERPENT , tithymale. 

LAÄIBOURET, NOMBRIL. 

LANCIIEBROTER , jargonner , ecorcher une 
langte : // lanchebrote un peu raUemand ^ je 
ne comprends rien ä ious ces LANCIIEBRO- 
TAGES. De Fallemand landsprache^ langue, 
Jargon du pays. 

LANDES, LANDINES, lentes : II a la tele cou- 



i8o GLOSSAIRE 

Teerte de landes. L} on. Langued. et Dauph. En 
latiii, lens, ^hiiWi lendis. 

LANDRILLE : Tirer landrille , pour porter la 
MANDILLE ; c'est-a-cüre etre daiis le besoin ; du 
nom de certaine casaque dont cn habillait au- 
trefois les laquais. 

LÄNI, Sorte de sac ^nn tissu grossier : TJn lani de 
rlz. Peut-etre du latin, lanicium , lainage. 

LANTERNIER , ferblantier. ün latsternier est 
celui qui aünme les lantenies, ou, au figure, un 
diseur de fadaises, et aussi un liomme lent, 
irresolu. 

LArs\ OÜiy anvoie ou anguille de haiej anguis 
J'iagilis : Tue?' im lanpoui. 

LARD (UN) , UN COCHON : Saigner un lard ; un 
roti de lard. Lard se disait autrefois pour PORC 
ENGRAISSE; mais aujourd'hui, ce mot ne doit ser- 
vir qua dc%igner ceite parlie grasse de ranimal 
qui est enlre la couenne et la cliair. 

LARDERE, mesange. En daupliin. lardaine; en 
langue romane , lardelle. 

En ung Heu avoit rossiguaulx , 

Puls en l'autre papegaulx (perroquets); 

Si avoit allleurs grands flavellea 

D'eslornaux et torlerelles. 

De cliardonneraux , d'arondelles, 

D'aloettes et de teri/eZ^ex, 



GENEVOIS. i8i 

De pincon», d'autres oisillons 
Faisant d'arbres leurs pavillons. 

(Roman de la Rose.J 

LARGE , MELtzE : Bois de largej echalas de large. 
LARRON (UN), une flamm^che -.Ilyaun lar- 

ron ä la ciiandelle, Les HoUandais disent : II y 

a im Anglais . . . 
LAURELLE , laureole , arbrisseau. Lyon. 
LAVOIR, eire dans le lavoir, c'est-a-dire ^tre ä 

meme de reussir , de faire son chemin. 
LENT, RELENT : Ce larda un goüt de lent. A Neu- 

chatel 5 gesi. 
LEUR, pour son, sa : Remettez ces livres chacun 

ä leur place. 

Par une belle nult d'ele, 

Vers le matin, deux somnambules 

Faisaient leurs courses ridicules, 

Trottant cbacun de leur coie. 

(NivERifois, Fahles,') 

II fallt : chacun a SA place; chacuH de SON 
c6te. Chacun, precede d'un pluriel, prend apres 
lui son , sa, ses , quand il esc apres le regime 
direct, ou que le verbe est neutre. 

LEURRE (UNE), pour ün leurre , un piege : C*esi 
une leurre. 

LEURS , pour leur : Je le leurs ai dit; on leurs a 
ecrit; ne mettez jamais une s au pronom leur de- 
vant un verbe. 



i82 GLOSSAIRE 

LEVRAU , PESON ; du latin , libra ^ une balance 
On lit dans l'inventaire des meubles de la Maison- 
de-ville, qui furent remis au garde de cet edi- 
fice, en 1S27 : « 82 seillots, 3 seringues pour 
^tejndre le feu; 12 cocasses de diverses gran- 
deurs; 5 poidsouZef^/YzwZ/j pourpeserle pain, etc.» 

LIERRE (LA), le lierre : Boire sur la lierre. 

LIGNU, ligneul; un TIRE-LIGNU, un cordon- 
NIER. Vaud. Provengal , ligjioou. 

LIMOGE , COTON FILE ROUGE , probablcment ainsi 
nomme par metonymie. 

LINCEUIL , pour linceul , drap mortuaire. Vieux 
frangais. 

Un linceuil tout saigneux ä sou dos s'estendolt , 
Qui jusques aux lalons decliire lul pendoit. 

(Garnier, Cornelie.) 

LINZ ARD, LINZETTE , LEZETTE, le lezard de 

MURAILLE, lacerta vulgaiis. 
LIQUETTE 5 sorte de petit bateau ä poinle carree. 

du roman lisque^ vase , vaisseau , ou de lisquette 

qui , dans le meme idiome , signifie petite piece , 

loquetle. 
LISSIVE, LESSlVE : Metlre , iremper, couler la 

lisswe. 

LISSU5 LESSlVE , EAU DE LESSlVE. Ell laün , Ux, Ucis, 

cendre du foyer. Lyon. Neuch. Vaud. En Fran- 
che-Comtc, lessu. 



GENEVOIS. i83 

LITEAU (UN), iJNE LATTE ; LITELAGE , ouvrage 

EN LATTES; LITELER, LATTER. 

LOIX , pluriel de loi ; ecrivez lots. 

LONGE , flache : XJne voiture ä longe, En fran- 

^ais , terme de boucherie et de manege. 
LONGEOLE, andouille. 
LOQUETER, remuer, secouer le loquet pour en- 

trer : 11 nie semhle que j'ejitends loqueter ä la 

porte. 
LORGNE (LE) ; nos chasseurs donnent ce norm au 

plus grand des oiseaux du lac Leman ; c'est urie 

espece de plongeon, colymhiis. 
LOSANGE (UN); ce mot est du genre feminin. 
LOTON, pour laiton. Ce mot parait appartenir 

ä la basse lalinite , car on troüve dans nos re- 

gistres du Conseil : Candelabra lothoni, des chan- 

deliers de laiton. 

LOTTE , HOTTE. 

LOUETTE 5 luette : II a la louette hasse. 
LOUIS : Lc grand et le petit Louis , oiseaux aqua- 

tiques. En frangais, le grand et le petit courlis 

ou courlieu. Nous les nommons aussi slfflas- 

sojis; voyez ce mot. 
LOUISE , JETON de cuivre a l'usage des enfans. 
LOUSTIQUE, terme forme de radjeclifallcmand 

lustig, gai, content : II va mieux , il est dejä 

foiit loustique. 



iS4 GLOSSAIRE 

LUCAIRNE 5 LUCARNE. Lyon. 

LUGE, Sorte de traineau sans ferrure. Terme 
connu dans nos Alpes romanes; canton de Fri- 
bourg 5 liuze. Du celiiq. lug, bois , foret, et aussi 
substcjnce de Farbre; ' de la le mot anglals log, 
buche, souche. En langue romance, louge si- 
gnifie coosiruction en planche. 

LÜI, pour SOI. C'est le proüoni sei qu'il faut em- 
ployer avec des norns collectifs ou indefinis , tels 

t^ que nul, celui, chacun. 

Chacun ne songea plus qu'ä empörter chez lui sa pari 
du butin. (P.-H. Mallet, Histoire des Suisses.) 

Le traducteur de Malier (La Baume) fait 
la faute inverse en disant : 

II (Arnold d? Winkelried) saisit autant de fers de lances 
que ses bras purent en contenir, les fit entrer dans sa poi- 
trine , et comme il etait grand et robuste, les entraina avec 
soi en tombant. 

II fallait apec lui, parce qu'ici la proposition 

I Lvg, log , lue , loc; lous ces termes celtiques ont signifie 
bois, foiet, (out comrae hols, substance de l'arbre. Le lucus 
des Latins , qui n'a pas une origine grecque , parait sortir de lä. 
En -vieux frar.cais, luquct sc disait d'un petit bois. Le dialecle 
fribourgeois ncus offre deux lerines dont la racine est egale- 
ment celtique, lian, plandier d'unegrange, et /ü«, planche. Za«, 
lam, bois, füt; de lä le francais Icmbouide, piece de bois, et 
peut-etre aussi lambiis, que Caseneuve dcrive du grec lampros, 
brillant. 



GENEVOIS.- i85 

n'est pas gi^nerale et vague, mais indivicuielie. 
Cette maniere de s'exprimer se retrouve ciiez 
la plupart des ecrivains du siecie de Louis XIV, 
mais aiijourd'hui eile est envisagee comme de- 
fectueiise. Observez touiefois qu'en parlant des 
choses , vous pouvez tres-bien mettre soi avec 
le defini, et, par exernple, dire avec Regnard: 

J'ai trouve la matiere assez seche de sol , 
Mals la belle est toinbee amoureuse de moi. 

(Le Joueur.J 

LUI, pour Y : Cet ouvrage, malgre les soins que je 
lui ai doniics, est encore itiiparfait. Lorsque lui 
est regime , il ne se dit point des choses , non 
plus que eile, eux , leur ^ on se sert alors de y, 
en , le^ la, les. 

Ne dites pas Je lui Vai dit, mais, je LE lui AI 
dit;ye luiaientenda dire, je leiir ai entendu dire, 
mais, je L'ai entendu dire, je les ai entendus dire. 

LUISET , LUCARNE. Du vieux fran9ais , Xuis la 
porte , l'ouverture. 

LUMINON, pour lumignonj: Une boite de lumi- 
nons. Au reste, lumignon n'est point syno- 
nyme de lampion; on ne doit s'eii servir que 
pour designer le bout de la meche d'une chan- 
delle qui acheve de brüler. 

LUNjE , terme d'ecoiier, Lorsque deux palets, deux 



i86 GLOSSAIRE 

boules se trouvent a une egale distmice du but , 
on dit : C^est lune, 
LURON, LURONNE. Aucun lexique n'indique ces 
mots, pas meme celui de Boiste (6.® edit.) , qui 
a recueilli im grand nombre de termes popii- 
laires. Ils n'en sont pasmoins en usage en France, 
comme chez nous , dans le style Ires-familier : 

Voir Paris sans voir la courlille , 
Oü le peuple joyeux fourmille ; 
Sans frequenter Ics porclierons, 
Le rentlei-vous des bons lurons , 

C'est \oir Piome sans voir le pape. 

(Vade.) 

II y avall la toufe la sans-culollerie du village, ciuquantc 

ä soixante lurons , quI , le verre en niain, attendaient au 

passage leur rcpresentant. 

(LouvET, J}Jein.) 



GENEVOIS. 187 



MaCIIIAVELISME, MACIIIAVELISTE. L'Aca- 

demie n'indique pas ces termes; de Wailly et Gat- 
lel se taisent sur leur prononciation; Laveaiix, 
qui noiis apprend qu'on doit pronoocer Mikel- 
Aiige le nom propre Michel-Ange, aiirait dijt 
ajouter qae Torigine italienne de ces mots exige 
aussi le cli dur. 

MACHILLER, machonner : Ilncfait que mdcliil- 
ler;jetez ces MACIIILLONS. Lyon. Neuch. 

IMACHIN , MACHIN ANTE , engin, machine, chose : 
Un certain machin , une cerlaine machinante j 
Monsieur Macliinanie . . . Macliin est im terme 
celto-breion qui a la meme signification que 
nous lui donnons. Bullet en derive le grec me- 
diane , le latin machina , le verbe allemand 
inachen , etc. 

MACHURE : Du mdclmre j une taclie de mdchure; 
du verbe francais machurer. 

MAGNIN, chaudronnier ambulant. 

« Magnins ctrangers peuvent cxercer Icur melier dans I;i 
ville, nouobslant l'opposition des policis. » 

fRef^ist, du Conseil, i5i7.' 



i88 GLOSSAIRE 

Terme ronian dont plusieurs provinces fran- 
^aises ont cooserve l'usage, soit dans son inte- 
grite 5 soit avec une desinence differente : ma- 
gnan , maignier, maigni, etc. ' Latin barbare , 
magninusj ital. magnano, Le Duchat le derive 
du iatin manuarius ; mais que dire de l'origine 
de Comi de Gebelin, qui pretend que ce terme 
nous est venu de i'Orient, parce qu en syriaque- 
rnagsia signiße airain? Neuch. 

MAIGROLET , maigrelet. La Fontaine dit min- 
grelet. Nous avons aussi MINCOLET, PETIOT , 
PETIOLET , et quelques autres termes de cette 
nature qui n'ont pas la gräce des diminutifs ita- 
liens , mais dont la pauvrete de la langue fran- 
gaise nous fait sentir l'utilite. Peiiot est un mot 
roman : Clotilde de Surville, qui ecrivait sous 
Charles VIII , s'exprime ainsi dans ses Verselels 
ä son premier ne : 

O eher enfantelet! ^ Vrai pourtraict de son pere, 
Dors sur le seyn que la bouclie a presse; 
Dors petiot ; clos, amy, sur le seyn de ta mere 
Ton doux oeillet par le sommc oppresse. 

MÄIGRÜLE, augmentatif de maigre : C'est une 
grande maigrule. 

I En Franche-Cüinle , lorsque les vignes jaunissent ä la suite 
d'une gelee du printcmps, on dit que Ic magnin y a passe, 
a Les vieux aiilenrs sont pleins de ces jolis diminutifs, que 



GENEVOIS. 189 

MÄIRERIE , MAiRiE : terme roman. 

MAITRE DE DANSE ; maitre a danser est mieux. 

MALADIE : Faire une maladie, gasconisme. Cette 
locution se retroiive dans les Confessions de 
Rousseau. RIALADISTE est un barbarisme; il 
faut dire maladif. 

MALAISE : Je nie sens tout malaise; dites , mal a 

MON AISE, OU, J'AI DU MALAISE. 

MALATRU , pour malotru : Je n'al gue ces ma- 

latrus souUers. 
MALCOMPLAISANT : Vous eies hien malcom- 

plaisant. Celle expression n'est pas fran9aisej 

il fallt dire , PEU corjPLAiSANT. 
MALEMPAREE : Quandj'aivula jnalemparee... ^ 

c'est-a-dire , la mauvaise tournure de l'affaire , 

de Tevenement. 
MALET , convulsions des pelits enfans : Du sirop 

pour le malet. 
MALEVIE, synonyme du mot diable, dans le 



la poesie moderne pourrait s'approprier; Delille a fait usage 
d'oiselei qui est plus doux qu'obillon, et Voltaire a ecrit bou- 
tonnet, pour pelit bouton ; mais on aurait encore ruisselet , 
beredet , buissonnety colomhelle y grappelette, chosette , dente- 
leile, bouchelelte, ainsi que les adjeclifs nouvellet , blondelet , 
doucelet , et plusieurs autres dont le son est agreable et Tex- 
pression pleine de naivete. 



190 GLOSSAIRE 

sens suivant : C'est bien la nidlei^ie si je n''en 
viens pas ä boiit j ila la mdle^ie pour faire ce 
qu^on lui defend. 

MALGRE QUE, pour quoique, bien que : 

« Sully fit resoudre le siege de Montmeillan malgre que 
la Saison füt tres-avancee, et que les generaux y fournis- 
sent de grandes oppositions. » 

(Grillet, Chan, de La Roche , Dict. List, etc.) 

Quene. doit jamais se construire avec malgre; 

cependant on peut dire malgre Qu'ilen ait, c'est- 

a-dlre contre son gre. 
MALINE , MALIGNE : Fiepre maline, 
MANGE-PAIN, petit insecte coleoptere, ptinus. 
MANILLE, ANSE. Langue romane, manette ; lan- 

guedocieii, mania; lyon. manillon, 
MANTiLLAGE, linge de table; du latin man- 

tile , essLiie-main , serviette. 

Tonsisque ferunt mantilia villis. 

[Eneidcy liv. iii.) 

]\!APTS, MARBRON, petlle bille de marbre a l'u- 

sage des enfans, 
MAPPU, BUTOR, lourdal^d : C^est un sot mappu. 
MARAGNOU, muscardin, joli petit animal de la 

famille des loirs. 
MARAlN, gravois, platras. Lyon. Du celtiq. ma- 

rian , gravier, sable , pierre. 



GErsEVOIS. 191 

MARATER , brocanter, troquer : Nous ai-'ons 
fait iin cerlain MAR ATAGE. Corruplion du 
vieiix frangais barater : 

Barater, tromper autrui en fall de marcliandises , ven- 
dant, achelant ou troquant. 

(NiCOT.) 

Ital. baratiare ; angl. barter ^ espagn. baratar. 
Barataria , cn celtiq. signifiait maquignon , ' et 
barat, en langue romane, tromperie : 

Qui barat quiert, baras 11 vient. 

(RVTKBOKI'F.) 

En ce monde de presenl 

Je ne voy que tromperie, 

Car barat et tricherie 

Y sont logies bien avant. 

(Jardin de plaisance.) 

Barat , dans ce sens, est encore aujourd'hui un 

terme de mer. 
MARC : Du marc de raisins, prononcez mar. Voyez 

Tabac. 
MARCHE : Acheter bon rnarche; rAcademie dil : 

Acheter a BON marche, et c'est bon marche. 
MARCHER : Vous nie marcliez ^ vous marcliez 

ma robc ^ ces locutions sont ridicules, il faut : 

vous MARCHEZ SUR.MOI, SUR MA ROBE. 

I L'auteur des Memoires sur la langue celtique dit que c'est 
d'apres ce mot que Cervantes nomma Baratana l'ile de SancJio. 



193 GLOSSÄIRE 

MARCORET (LE), la mercuriale, plante. 

MARGÄLLE , sorte de petile cerise noire , vari^te 
du prunus ai^ium. 

MÄRGOTTE, MÄRGOTTER, marcotte, mar- 
COTTER. Lyon. Les Italiens disent comme nous, 
margot/a, inargotfare , ce qui est plus conforme 
a rel}iTiülogle latine , piiisque ces mots derivent 
de mergo , plonger, enfoncer. 

MARIALIDER, MARIODER : Ne Im donnez pas 
cet enfant ä jnariauder, c'est-a-dire, a manier, 
a porter sans precauiion, a faire sanier; cor- 
ruption de mariauler. Voyez Mayöle. 

MARiER, EPOUSER : C'est ce jeiine komme qui a 
marie Mademoiselle N . . .; on dit que depuis 
qu' eile est safcmme. . . Marier, en cette accep- 
tion, ne peut se dire cu'en parlant de reccle- 
siaslique qui beoit le mariage, ou des parens, 
des amis qui le procurent. 

M ARM ANGER (SE), se dispüter, se quereller : 
lls sonl ioujours ä se m.arnianger, 

MARI!OUNER, marmonner, marmotter. 

M ARQU AINE: Mflr<7wßz>ze Z>/a7zcÄe j craie; mar- 
quaine rovge , sanguine. 

MARTS , pour martre , martre-zibeline ; latin , 
martes. 

MÄRTEAU , DENT MOLAIRE. Lyon. Neuch. Vaud. 



GENEVOIS. 193 

o Un tnarteau vaut deux vacbes et quarante pences d'ar- 
gent , car les marteaux sont les bergers des dents. » 
{Bibliot. Univ., Anc. lois du pays de Galles.) 

MARTIN-VIT, ce jeu s'appelle en France, Petit 

honhomme vit encore. 
MARTIROLAT, MARTIROLET, martinet, es^ 

pece criiirondelle; terme bourguignon. 
MARTYR se confoiid quelquefois mal ä propos 

avec martyre : martyre est le supplice ; martyr , 

la victime. 
MAS : TJn mas de maisons / une iLE est le niot 

propre. Mas se dit aussi chez nous dans le sens 

de GLOS : Cinquante poses en un seul mas. Meme 

origine que masse; latin massa, forme dti grec 

maza^ amas de parties. 

A 

MASILLES , ESPECES , argent : // a des mdsilles, 

MATAFAN, MATTE-FAIM, une crepe. Nous 
disons aussi, en parlant d'un homme epais et 
lourd : C'est un gros matqfan> Dauph. Neuch. 

MATAGASSE ; on donne ce nora ä la pie-grieche 
grise, ä la pie-grieche rousse, et ä l'ecorcheur. 
Langued. margacä. 

MATINIER: Vousetesblen mailnier aujourd^hui^ 
il taut dire matinal; matinier signifie qui ap- 
partient au matin : i'etoile matiniere; et MATi- 
neux, qui est dans Tliabitude de se lever matin : 
Les femmes ne sont guere matineuses* 

i3 



194 GLOSSÄIRE 

MATOLLE, MASSE de beurre, pain de beurre. 

Racine celtiq. mat , inatta^ tas, monceau. 
MATOQUE, SÖTTE, stupide : C'est wie grosse 

maioque.^ En ital. matto , foii , extravagant , et 

clans le dialecte venitien , mattocliio. 
MAY a vieilli; on n'ecrit plus que mai : le mois 

de mal. 

M AYOLE 5 terme de mepris , exclamation ironique : 
Mayole l il s'est laisse d'ire, . . , OJi ! la majole l 
Le Conservateiir Sulsse dit que ce mot vient 
de Mayole , abbe de Cluny , saint homme que le 
peuple invoquait souvent; d'aulies enattribuent 
Foriglne aux mots anglais mj hole , injure 
dont les bateliers de la Tamise fönt usage. Nous 
le croyons plutot une corruption de mariole, 
mariaule , termes de lalangue romane qui signi- 
fient une statue, une Image de la Yierge Marie, 
et, par extension, un enfant, un homme dont 
on ne fait pas grande estime a cause de son ilge 
ou de son peu de capacite. Voyez D. Carpentier. 

ME : Dcjinez-me-Ie y pretez-me-Ia ^ pour donnez- 
LE-MOI ; PRETEZ-la-MOI. MES : Mcspere et mere ; 
Ines fr eres et soeurs ^ ii est plus correct de dire : 

MON PERE et MA MERE ;MES FRERES ET MES SCEURS. 

M'Y : Attendez-my 'y attendez-y-moi. La parti- 
cule y, unie au pronom , ne doit s'emplo}er 



GENEVOIS. 195 

que iorsqu'on parle d'uiie Iroisieme personne : 
attends-l'y. 
MECANISER , fatiguer , ennuyer , mepriser ; 
probablemeiit du verbe fran^ais tympaniser, 
decrler , railler publiquement : 

Je n'aime point ceans tous ces gens ä latin, 
Et principalement ce Monsieur Trissotin; 
C'est lui qui dans ses vers vous a tjinpanisees. 

(MoLiERE , Femmes savantes,) 

Boiste indique mecaniser, mot nouveaii, qui 
signifie rendre maciiine; employer comme ma- 
chine. 

MECREDI 5 mercredi est mieux. 

MEDAILLE, MEDAILLON, MERINGUE ; ces 
mots prennent un accent aigu sur le premior e. 

MELEZE : C'est de la meleze^ le nom de cet arbre 
est du genre masculin. 

MELISE, pour melisse, plante medicinale. 

MEMBRE, pour membru, qui a de gros membres: 
Cet enfant est bien inemhre. Membre n'est qu un 
terme de blason. 

MEME : II taut sacrilier pour la patrie ses biens 
et ses enfans meines. Meme doil etre ici inde- 
clinable, parce qu'il signilie aussi, encore, et 
qu'on peut dire egalemenl . . . ses biens, et meine 
ses enfans. 

Quelques grands poetes ont retranche ou 



196 GLOSSÄIRE 

ajoute r^ Selon l'exigence de la mesure ou de la 
rime. 

11 est de ces espiils favorises des dieux, 
Qui sont toul pai' eu.r-me/ne et rien par leurs aieux. 
(Voltaire , Mohornet.) 

On porle jusqu'aux cieux leur justice supreme: 
Adores de leur peuple , ils sont des dieux eu.x-meine. 
(Voltaire, OEdipc.) 

Que si meines un jour le lecteur gracieux, 
Araorce par mon nom. . . 

(BOILEAU.) 

Moi-memes , ä mon touFj je ne sais oü j'en suis. 

(Corneille.) 

Mais ce sont des licences qii'il ne faut pas imiter. 
TOÜT DE MEME, pour Aussi bien, d'ailleurs : 

Je ne veux pas y aller, toiit de meme il est irop 

iard. 
M^N AGERE , sorte de petit tablier de femme. 
MENER : mener sa langue ,• jaser , bavarder , ut- 

DIRE. 

MENIERES, lisieres : Un enfant aux menieres, 
MENILLE , jeu de cartes. espece de brelan. ' On 

dit figurement de quelqu'un qui est diipe dans 

une affaire : // est rnenille. 

I En 1752, sur les remontrances du V. C. , le Gouverne- 
ment fit defendre la menille, comme un jeu ruineux pour la 
jeunesse. 



GENEVOIS. 197 

MENUSAILLE , menuaille : // ne rn'a paj6 qu'en 

menusaille. 
MENUSIER, MENUisiER. Vaud. 
MEPHIBOSET, terme de mepris : C'est iw paui^re 

petit niephiboset. D?* Mipliiboset, fils de Jona- 

tlias, que sa nourrice laissa tomber, et qui de- 

meura contrefait. 
MER.CANTIL , poiir mercantile : C'est un terme 

mercantil. 

MEREDI 5 RAIFORT SAU VAGE. 

MERVEILLE, sorte de pAtisserie : 

La collatlon vient, composee de gaufres, dechaudes, de 

vierveilles. 

(Wouv. Heloise.J 

MESENTENDU, malentendu : C'est un mesen- 

tendu. Vaud. Neuch. 
MESSELIER , messier , GARDE-ciiAMPifeTRE ; forme 

du latin barbare messarius. Vaud. 
METAIL. Ce mot, qui n'est pas dans le Diction- 

naire de l'Academie (1798), signifie, suivant 

Boiste et Fauteur de la Grammaire des gram- 

maires, une composition formee de metaux; 

ainsi l'or est un vietal., et le similor un jneiail. 
METIAFOU, MATIAFOU, demi-fou, original. 
MEUR, MEURE, pour mur, mure, et MEURIR, 

pour murir : Cette pomme n^est pas meurey 

laissez-la meurir. 



igS GLOSSAIRE 

MEURE, MURE; MEURIER, murier : Cuelllirdes 

meures. Vieux fran(;ais; Amyot dit mcurle, 
MEURON, MURE SAUVAGE. Terme de la langue 

romane. Vaud. 
MIDI : iV/i^i ont sonne ^ ä midi sonnante j dites , 

MIDI EST SONNE ; A MIDI SONNANT : 
« J'y cours, midi sonnant , au sortir de la messe. » 

(BOILEAÜ.) 

Nous faisons aussi un solecisme en disant vers 
les midi, sur les midij il faut VERS midi, sur 

LE INIIDI. 

MIENNE , pour mien : C'est le mienne. Le peuple 
dit aussi : C^est la Tnien, c'an Tnien, g^an vötre. 

MIEUX , pour PLUS : II a m,ieux de vingt m,ille 
ecus i eile a micux de la trenlaine, cela vaut 
mieux d^un loids^ gasconismes. Feraud (tom. ll, 
p. i^~öQ>) dit : II chanie y il danse des mieux : ex- 
pression hasse et nullement correcte; Vaugelas 
ne pouvait la souftrir. 

MIGNON, MIGNONNE. Nous disons d'une femme 
aimable , polie , affable , quels que soieut d'ail- 
leurs son age , ses traits , sa taille : Elle est mi- 
gnonne^ c''est wie m.ignonnefonime. Cet adjec- 
tii' ne doit etre employe que pour desigiier ce 
qui est genlil , et en m^me temps delicat , petit, 
joli. 



GENEVOIS. 199 

MILLECANTON (DU), de la blanchaille, du 

PETIT FFiETiN. Boiste a reciieilli ce terme. 
MINABLE, GUEUx, miserable, pitoyable; syno- 
nyme du vieux mot marmiteux. C'esi un pau- 

vre ininable ; il a bleji Fair minahle. Paris, pop. 

et Vaud. 
MINÜIT (LA), LES MINUIT, pour le minuit: 

Quand vint la minuit ,• sur les minuit. Vaud. 
]\IIOTISE (DE J.A), DU thym. 
MISER, mettre A l'enchere : Qu'avez-vous mise 

d cet incan? 
MITE p xiiiTAiNE , MITON : Une paire de mites. Lyon. 

Vaud. Mite estle 110m d'un insecte quinait dans 

le fromage. Voyez Ciron. 
MITEN ANDRE , suite , sequelle : Et toute la mi- 

tenandre , et tout ce qui s'en suit; de Tallem. 

mit einander 3 ensemble, de compagnie. 
IMIXTÜRE, pour mixtion, terme de pharmaeie; 

du latin mixtura. 
MÖGE , GENISSE; terme rural. Grec , moskos; latin 

barbare , manza. Au pays de Vaud, modje, moze. 

Dans le canton de Fribourg , on dit aussi mozon 

au masculin , pour designer un veau d'un an. 
MOINDRE , iNDisposE , faible , malingre : Je me 

sens tout moindre ^ il est tout MOINDROLET. 
MOIS : Le mois j la semaine qui vientj il est mieux 

de dire : LE MOIS prochain,Jla semaine prochaine. 



200 GLOSSAIRE 

MOIS D'ÄVRIL , PoissoN d'avril : Donner un mois 
d^avril. On preterid qu'ici, poisson d'avril n'est 
qu'une aUeratlon de passion d'avril , par allu- 
sion ä la passion arrivee le 3 de ce mois, ou 
Jesus-Clirist fut , par derision , renvoye de tri- 
biinaux en tribuiiaux. 

MOIS-DE-MAI , AUBEPINE. Une brauche de mois- 
de-mai. 

MOL a vieilli ; on dit plus generalement Mou. 

MOLAN (LE), LA MOLANNE; nos bateliers ap- 
pellent ainsi le vent d'Est, parce qu'il vient du 
cöte de la montagne du Mole. 

MOLLASSE , Sorte de gres tendre du pays. Terme 
daiiphin. neuch. et vaud. 

MOLLE (LA) , ABATTEMENT , LACHETE : Vous avez 

bien la rnoüe aujourd'hui. En langued. la mold. 

MOME , SÖTTE, STUPIDE : C'est une grosse mome^ 
de Momus , dieu de la raillerie ; d'oü les Grecs 
ont fait mommo^ masque hideux. 

MOMENT : II y a dejä un bon moment que je 
je vous aüends 3 un BON MOMENT ne doit se 
dire que pour exprimer un moment favorabJe. 

MOMIER, nom donne aux membres d'une nou- 
velle secte etablie a Geneve : C^est un momier ^ 
c'est une momiere^ il donne dans la momeric. 
Momeur , momon, signifiaient autrefois un 



GENEVOIS. 201 

homme degiiise, masque, et momerie , mom- 
merie se cÜsaient pour MASCARADE, spectacle, 

COMEDIE. 

Le jour des Rois la coustume estoit ä Geneve, du femps 
de la Papaulte, que trois estats des gens d'Eglise faisoient 
trois Roys : les clianoines l'ung, les cliapelains de Sainl- 
Pierre l'aultre, et le Irolsiesme un eure des sept paroisses. 
Et falsoil ung gi'and f'eslin avec liistoires, jeux, rnomeries , 
monslres de gens de guerre, bancqu,ets, et s'el'forcoit-on a 
qui mieulx-mieulx. 

(BONNIVARD.) 

Apres cette ceremoniCj les dames commencerenta danser, 
en guise de mommerie, et ä faire bonne chere pour la feste 
plus joyeusement parfournir. 

[Croniq. citee par MicsiAvrt , Hist. des Croisades.) 

En Angleterre , vers le 1 5.™^ siecle . on appe- 
lait mummers certains histrions qui , masques 
et habiiles dune maniere extraordinaire , cou- 
raient les campagnes pour jouer des pantomi- 
mes religieuses. 

Le nom de momier parait avoir ete impose 
aux nielhodistes genevois ä la suile de certain 
article lacelieux qu'un plaisant fit inserer dans 
la Feuille d'ai^is du 7 oclobre i8i8; c'est la , 
du nioins , qu'on le trou\ e imprinie pour la 
premiere fois. L'usage en a passe au canton de 
Vaud , ou il est maintenant aussi [»opulaire que 
chez nous. 



2o:i GLOSSAIRE 

MONTICULE (ÜNE), un monticule. Les dimi- 
iiLitifs conserveiit le genre du inot dont ils soiit 
formes : un , et non pas une globule ; une , et non 
pas un vesicule. Oii dit cependant un mole et une 
molecule. 

MOQUE : Ce n^est pas de la jnoquej c'est-a-dire , 
ce n est pas pen de cliose. Mocque , en roman , 
signifie badliiage. Tenne champeiiois et iieiich. 

MORAINE, MORENE, colline, pente rapide, 
MONTICULE. Cette expression , dit De Saussure , 
est re^ue dans toute la Suisse romane , la Savoie 
et le Lyonnais. / 

o Tantöt sur une etroite corniche, tantot sur la moreine 
la plus elevee d'un glacier. » 

(D'Etmar , Notice sur Dolomieu.) 

Boiste donne a ce mot la meme acception, niais 
il ecrit moraine. Raoul-Rochette en fait aussi 
usage. 

En espagnol, morena, montagne; en Italien, 
rnora , tas de pierres. Racine celtique inoran^ 
las, quantile, ' d'oüi s'est aussi forme le mot 
fran9ais morne, qui, aux colonies, signifie pe- 
tite montagne. 

I Mor, mar, grand , haut, eleve, noble, illustre. Dans la 
langue des Celles, comrac nous l'avons dejä observe, tout ce qui 
signifiait clevc , se prcnait egalemcnl au propre et au figure. 



GENEVOIS. 2o3 

MORlGINERj pour morig^ner. Neuch. 

Vous avez une compagnie fort mal inoriginee. 

(Dancourt, les Vacances^ 

MORSTLLER, pour mordiller. 
MORT-A-PECHE, partie de la ligne oü s'attache 

rhamecon. 
MOUARE : Säle connne de la mouare. Du laliii 

mM77a, saumure. Les Comtois diseiit de la muire; 

le puits des salines de Salins qui fournit la plus 

grande quantile de sei, est nomine le puits d 

muire. 
MOUCHE , MOUCHURE : De la mouche de chandellc, 
MOUCIIER; n'employez pas ce verbe sans le pro- 

nom personnel : 

On mouche, on crache, on tousse, et d'instant en instant, 
Un catharre orageux s'accroit et se i'epand. 

(Frenilly.) 

Apres avoir tousse, mouche, crache. 

(Gresset.) 

La Grammaire exigeait : on se mouche. . .; s':^.- 

TRE MOUCHE 

MOUCHET , HOUPPE , TOUFFE , PELOTON : Un mou- 

cliet de sonnette j Ils elaient par mouchets sur 

la place. 
MOUCHILLON, moucheron. 
MOUCLAR, HAME^ON. En provengal, rnousclau , 

terme forme du celtiq. Au canlon de Vaud, 

inoclar. 



2o4 GLOSSAIRE 

MOUGNON, pour moignon. Langued. mougnoü. 

IMOULER, MOLLIR, SAIGNER DU NEZ : Majöle! tu 

moules. 
MOULET0N, MOLLETON, Sorte d'etoffe. Vaud. 
MOULU , pour emoulu : 

. . . .Jeune horame tres-instruit, et tout frais moulu de 
l'universlte. 

(M. A. P. foyage de trois mois , etc.) 

MOURVEUX, MORVEUx, impertinent : EUefait 
hien sa petlte mowveuse, Lyon. 

MOUSET; Sorte de gros rat. Latin, mus ^ allem. 
maus; anglals, mouse. Court de Gebelin le de- 
rive du celtiq. inus , muz, cacher. Blusse^ en 
vieux fran9ais , cachette, lieu propre ä caclier 
quelque chose ; terme qui s'est conserve dans le 
patois de la Franche-Comle. Les Vallons et les 
Picards disent encore mucher pour cacher : 

« Quand la femme eust ce fait, eile se mucJia, et plus ne 

dlst mot. » 

{La Discipline de Clergie, i^J^^ siecle.) 

MOUTAILE, LOTTE, motelle, gadus lotta, 
MOUTELE , tachete , etoile : Une vache mou- 
ielee; lerine rural qui appartient a la laiigue 
romane, et dont les habitans de nos Alpes ont 
conserve l'usao-e : 

o 
Vini de tote, 
Bliantz' et naire, 
Rodz' et motaile , 



GENEVOIS. 2o5 

Dzjouven' et autro, 
Dezo on tscliano. etc. 

(Ranz des Faches. J 

MOYENNANT QUE, pourvu que : 

, . . Je vous promets 
D'oublier tout moyennant ^w'elle vienne. 

(La Fontaine, Contes^ 

Moyennant ne doit jamais etre suivi de la con- 

jonction que. 
MOYENNE , AiSE , riche : C'esi un liomme qui est 

moyenne. On dit moyenner ime entrevue, un 

accommodement; ce verbe ne peut etre pris dans 

un autre sens. 
MULE (LA) : La mule aiix talons ^ il faut dire , 

LES MULES. 

MUNIER, pour meunier; münier est du vleux 

fran9ais. 
MUSCATE, pour musca.de : Lne noLx muscate ; 

bas-latin , muscata. 
jMYPiTPiE, pour MYRIE : Une brauche de myrtre. 



-o6 GLOSSAIRE 



ACRE, est du geiire feminin; ne dites donc 
pas : Cest du nacre , mais, DE la iiacre. 

NAINBOT, NABOT ; Un peiit nainbot. En langiie 
romane, ninhot. 

NAISE, MOISI : Ce linge a ete ä l'humide , il com- 
mencc ä se naiser. En allem, nass ^ humide; ä 
Neuchatel, nasi. On dit, en Danpliine eten Fran- 
che-^xomie ^naiser le clianvre^ pour le faire ROum , 
et dans quelques autres provinces, naisage, droit 
de le faire macerer dans l'eau. Voyez Nant. 

A 

NÄNE, NOURRICE. Grec, nanne iünte; latin bar- 
bare 5 nanna grand' mere ; ital. nanna , terme 
de nourrice pour endormir les enfans;yär la 
nanna, faire dodo. 

NANSE, NASSE. Ce terme de la langue romane est 
nussi en usage chez les Proven^aux. 

NANT, RUISSEAU ; petit vallon oü coule un ruisseau: 

« Pont sur le ruisseau [super iianto') de Jargonant, coü- 

tant 80 florins. » 

(Tiegiat. du Conseil, i/jgSj 

Sila langue primitive dont parle Bullet exisla 



GENEVOIS. 207 

reellemenl , ' ce teriiie en (ii sans doute prirtie, 
car on en Irouve des vesliges daiis la plupart 
des idiomes conims. En gallois et eu langue ro- 
mane, nant signifie torrent, vallee; en arabe, 
naz , marais ; en persan , nahas. Ilebreu et chal- 
d6en, nahlial., iorrent, riviere, vallee; leuton, 
naz^ flamand, natj hongrois, Jiad, moüille, hu- 
mide; grec, nao, je coule, etc. etc. Les noms 
de lieux de la Suisse romane , de la Savoie et du 
Daupliine , nous offrent encore une foule de 
derives de ce mot. 
NÄNT-DE BRAILLE, ou de BRAiL, terme dont 
on se sert ä Geiiöve pour designer l'usuRE, un 
USURIER : II Jaii le iiant-de-braiUe j c'est un 
nani-de-hraille. Du norn d'un nant, pres de 
Goppel, oü se conimeüaient aulrefois des vols 

I Nous sommes loln de voir, ccmnie ce savant pliiiologue , 
l'origine des langues modernes dans le miracle de Babel, mais 
il faut convenir qiie cerlains rapprochcmens de termes donnent 
quelquefois beaucoup ä penser sur l'existence d'une langiie 
primitive; par exemple, le nom du royaume de Bornou, en 
Afrique, est forme de Bor , pays , et de iYo« , grand lac d'eau 
douce; ce noii ne semble-t-il pas apparlenir aussi ä la racine 
feconde que nous signnloris dans cet arlicle ? Dans l'idiome des 
habilans d'Ombay, pres de l'ile de Timor,/?/«« signifie le bout 
d'une flecbe : lehasard scul donne-t-il ä ce niot la similitude 
qu'il offre avec le celto-brelon/j/«,/;)e/?, tele, pointe, sommet, 
terme que nos noms de licux nousrappellenl encore sisonvent ? 



:io8 GLOSSAIRE 

el des assassinats. Ce nom de lieu , qii'on troiive 
aussi daiis FEngadine , peut deriver du celiique 
brai, hret^ endroit marecageux. Palois du pays 
de Vaud hret ^ sauce, bouillon, liquide. Vieux 
Iraii^ais, hru -^ laÜn barbare, brodium^ anglais, 
broth , bouillon; ital. brodo , bouillon; allem. 
brcjj bouiliie. 

NAPPAGE , LINGE DE TABLE. 

NAPiCiSSE : Une belle jiarcisse; le nom de cetle 

plante doit elre masculin. 
NAVETTE, Sorte de brioche. 
NAYER, NETTAYER, TÜTAYER; prononcia- 

tion vicieuse des verbes noyer, netto yer, tu- 

TOYER; prononcez oyer comme dans employer; 

tuiaiemejit ne vaut pas mieux , il faut prononcer 

TUTOAMAN. 

NE : Je ne nie pas que je Vaie dit ^ on ne peut 
nier qu^il existe des . . . II faut : que je NE I'aie 
dit . . .; qu'ÜN' existe des. . . J'ai peur, je crains 
que demandent aussi la negation ; ainsi Moliere 
n'est pas correct en disant dans son George 
Dandin : 

J'ai peur qu'on vous surpreiine, 

Toutetbis , cette licence est toleree en poesie , et 
les puristes auraient tort de reprocher a Cor- 
neille ce vers de son Nlcomede : 

Seigneur,ye crains pour vous qu'uu. Romain vous ecoute. 



GENEVOIS. 209 

On peut faire la meme Observation a Tegart! 

de douter suivi du que, 

JXe, apres njoins , est eiicore necessaire dans 

le sens suivant : Lajin de son discours nefat 

■pas moins applaudie que ne Vai^ait ete le com- 

mencement. ' 
NEFE , pour nefle , fruit du neflier. 
NENETS (LES), LES seins; terme enfantiii. 
NIACE, caresse en fantine : Fais-lui nidcc j fais 

nidce au minon. 
NT AFFE, MoTj, ABATTU, ENERY£: ; Je me sens tout 

nlaffe auJourd'huL A Lyon, nioche. 
NIA-NIOU, NION-NION ; niais, qui joue le niais : 

Tu fais le nion-nion , ai^ec son air nia-niou , il 

nest pas si hete. 
NIARGUE, NARGUE : // mcfait la niargue. 
NIAU, NiciiET, oeuf pour faire pondre les poules. 

En langue romane, niaut ^ nioi-, en proven^al , 

niau^ du verbe niar^ naitre. 



1 Ce que nous disons ici de la particule ne est etabli d'apres 
l'opinion de l'Academie , de d'Olivet, de Levizac, etc.; mais ii 
est des pliilologues de merite qui traiteiit cet emploi d'abusif : 
«Si tel est l'usage, dit Lemare dans son Cours de langue fran- 
eaise , nous ne prctendons pas le refoimer, mais au raoins nous 
n'entreprendrons pas de le justifier , car l'analyse fait voir que 
dans tons les cas ne forme un veritable contre-sens. 



14 



2£o GLOSSAIRE 

NIFLER, FLAIRER. NIFLET, NIFLE-TANTOT, ni- 

GAUD, NIAIS, MUSARD. 

NILLE, jointure des phalanges des doigts, et aussi 
cheville dii pied. Voyez Grille.' Du celtiq. nill^ 
neall, elevation, bosse; d'oü s'est forme le mot 
allemand knoll, loupe. 

NiLLE se dit en frangais du petit filet rond qui 
sort de la vigne en fleurs; c'est aussi un terme 
technique ä l'usage de quelques artisans. 

NILLON j PAiN DE Noix 5 MARC DE Noix. Vaud. 

NINE, NAINE : Une p etile nine^ des i'oses nines, 
Yaud. Neuch. Lyon. 

NIOLLE, NUAGE : Ildonne un peu dans les niolles ; 
c'est-a-dire , il est un peu fou. En celtiq. rdol ^ 
nioul, niul^ d'oü la basse latinite a fait neulla; 
en irlandais , neulL Dauph. et Neuch. Patois de 
Fribourg , niolla. 

NlOxMET, NIGUEDOUILLE, NIQUEDOÜILLE, 
MAIS, NiGAUD. Boiste indique ce dernier terme. 
Bas-breton, niq ^ allem, nicken, hocher la t^te, 
signe de mepris; de la, nique : Faire lanique ä 
quelqu'un. 

NIOQUE, NIAUQUE, sötte , bestiasse : Elle est 

I II y a quelque temps qu'un Genevois fit beaucoup rire la 
table d'hote des eaux thermales de * * * en racontant que le 
baigncur , ä force de le frotter, lui avalt tout ecorclie la nille. 



GENEVOIS. 211 

sl nioque gu'on luijait croire iout ce qu'on veut. 
De V'dal, guöcca, feminin degnöcco , lourdaud. 

NIOTE5 CACHE, REDUIT : J'ai twiwe une bonne 
nioie. 

NIVELLERIES , niaiseries , riens : Un tas de ni- 
velleries. niveler, suivant FAcademie et le Dic- 
tionnaire de Gattel, ne se dit que dans le sens 
de mesurer au Niveau, mais Boiste donne de 
plus a ce verbe l'acceplion de lanterner, ve- 
tiller. 

noel (x\ la), a noel, aux fätes de noel ; ce 
mot est masculin. Noiis disons aussi la tronche 
deNoely pour LA buche de noel : Faire caqiier 
la tronche. 

NOGAT , NOUGAT, suivant l'Academie : 

« Du noga compose avec des noisettes , des pignons de 
pin , des pistaches et du miel de Narbonne. » 

(Berencer , Soirces proi'encales.^ 

INONNETTE {nous^wnonc^ons non-netie)^ epeau- 

tre, Sorte de ble-froment. 
NON-PLUS lEtreau non-plas, expression angl^se, 

qui signifie etre a quia. ' 

NOUVEAU (UN), pour une nouvelle : Quel 

nouL>eaii nous apprenez-vous? Dans la hasse 

latinile, on disait noua pour res noi^a. Lyon. 

Vaud. Neuch. 



212 GLOSSAIRE 

NUMERO.|La Grammaire des grammaires veut 
r^ au pluriel de ce mot ; Laveaux n est pas de 
cet avis; FAcademie dit : Quelques-uns ecrivent 
nwneros au pluriel. 

NULS. Les grammairiens ne veulent pas qu'on 
donne un pluriel a Fadjectif /??//;, nulle ^ mais la 
poesie ne se soumet pas toujours a cette regle : 

Fi! ne me parlez point, pour etre vrais amans , 
De ces gens qui pour nous n'ont nuls emportemens. 
(MoLiERE, les Fächeux.) 

II est temps de marcher couronne de festons 
Dont nuls chantres encor n'ont ombrage leurs fronts. 
(Delille, Imagination.) 

INUS-PIEDS, ecrivez nu-pieds, et aussi nu-jambes, 

NU-TÄTE. 



GENEVOIS. 2i3 



O. 



IJbELONS, houblons Qi s'aspire.) Terme ro- 
man ; on dlsait aussi anciennement obeloniSre , 

pOlir HOUBLONNIERE. 

OBSERVER. Lorsque ce verbe signifie faire une 
REMARQUE , il doit etre employe neutralement : 
Je vous observerai que...; J'aurai l'honneur 
d'observer a la Cour. . . , sont donc des phrases 
defectueuses ; il faut dire : Je vous ferai observer 
QUE . . . ; J'aurai l'honneur de faire observer a 
la Cour . . . Cependant nous lisons dans le Lycee 
de La Harpe (Philosophie ancienne) : 

« Quand Lucillus lui ohservait (ä Seneque) que ses let- 
tres n'etaient pas assez soignees, il ne voulait pas dire 
qu'il ecrivit mal en latin. « 

Et dans la Corr&spondance litteraire du meme 

critique : 

« Madame Denis lui observa qu'on serait. . . » 

Guizot se sert aussi de celle locution : 

« Mais Lucilien... eut l'indiscretion d:obsen>erh Julien... 
fTraduct. de Gibbon.) 



2i4 GLOSSAIRE 

« II m'observa que les vieillards assembles n'avalent au- 
cun pouvoir ...» 

(VoLNEY, Tableau des Etats-Unis.) 

OCCASION', poiir BESOiN : Auriez-i^ous occasion 
de honne toile? 

OCHON , HOCHE , ENTAiLLURE. Laiigue romane , 
oche, bas-latin, occameri. 

ÖEÜFS ; ne pronongez pas des oeufes , ni des bocu- 
fes'^ mais des EU, des beu. Prononcez aussi ner, 
VER, CER, les pliiriels nerfs, vers, cerfs. 

OEUFS DE FOÜRMIS, VERS, nympkes de fourmis. 
Les oeiifs de ces insectes sont beaucoup plus 
petits et presqiie imperceptibles ; ce soiit les 
vers qui eii sortent , et qui passent ensuite a Te- 
tat de nymphes, que nous donnons aux rossi- 
gnols et a quelques autres oiseaux. 

OEUVES 5 UVES : Une mouiaile pleine d^uues. On 
dit, en frangais, un poisson CEUVE, une lotte 

GEUVEE. 

OGNON 5 s'ecrit iiidistinctement OGNON ou oignon , 
mais il faut prononcer 0-GNiON, et uon pas oi- 

GNION. 

OlE; prononcez OA ; une OA grasse. 
OLIVE , prbievere jaune, prlmida veris acaulis. 
OMBRETTE, ombrelle , sorte de petit parasol. 
ON. II nest pas correct decrire indistinctement 
on ou Vouj ON est le mot naturcl, et r/oN nc 



GENEVOIS. 21 S 

s'emploie que pour eviter im son desagreable : 
ou on, si on, et on , qu'on conjfond, etc. Tou- 
tefois, la rencontre de plusieurs / ne serait pas 
moins penible , et Toreille ne siipporterait pas : 
Madame de Siael est un grand gerne, et Von la 
lira long-temps. II est d'autres cacophonles qu'il 
faut eviter avec soin : Le pain dont nous noiis 
nourrissons, J^en ai iant entejidu. . . Eii en 
emplojant . . . On croit que, quoiquHl soit, . . 
LorsquHl alla d Ja. , . Ilvad ydmiens et de 1ä 
ä Arras , etc. 
ONGLE : Voiisavez les ongJes bien longues. Vaud. 
II n'est pas pernnis de faire ce mot feminin, et 
c'est une licence que prend La Fontaine en 
disant : 

Elle avait evite la perfide machine , 
Lorsque se rencontrant sous la main de l'oiseau, 
Elle senl son ongle maligne. 

ORAGAN , pour ouragan. 

ORBET, petit bouton sur la paupiere, orgeolet 

ou ORGELET ,suivant Boiste et Gattel ; et orgueil- 

LEux, suivant TAcade'mie. 
ORGANE : II a une helle organe ; ce mot est 

masculin. 
ORGE : Les orges sont dejä moissojmes , diles 

MOISSONNEES ; cependant vous direz , comme 



2i6 GLOSSAIRE 

l'exige l'Academie : de l'orge monde, de Torge 

PERLE. 

OPvGUE n'est feminin qu'au pliiriel : de belles 

ORGUES. II ne fallt done pas imiler J.-J. Rousseau , 

qui a ecrit ; Notre grande orgue. 
ORTHOGRAPHE : Un maui^ais orlhogj'aph&, pour 

UNE MAUVAISE ortliographe , est un solecisme; 

et ORTIIOGRAPHER , pour orthographier, un 

barbarisme. ' 
OUATE, ne prononcez pas voate, voater; ni voui^ 

Je crois que voui , pour OUI, je crois qu'oui : 

ni vuit pour huit. 
OUBLT5 PAIN A CACHETER : Une boUc d'oublls ; doii- 

nez-moi un oubli. Neuch. Vaud. 
OURLE (UNE), UN ourlet. Ourle est du vieux 

francais , et vient, seien quelques-uns , du celtiq. 

ourl^ Menage le derive du latin ora, bord , dont 

la basse latinite aurait fait orlum, orleium. 

I Un jour qu'on devait jouer Yldomenee de Le Mierre , ma- 
demoiselle Clairon s'apercoit que les afnclies indiquent Ydo- 
menec a.\ec un F; fort en colere, eile mandeaussitotrirapriincur 
ä l'assemblee de la comedie , el le lance vertcment. Celui-ci re- 
jclte la laute sur le semainier , dont il assure que la copie porle 
un y. — Impossible! dit raolrice supcrbe; car il n'y a point de 
comedien qui nc sache parfaitement orthogmpher. — Pardon , 
mademoisellc , reprend rimprimcur, avcc un malin sourii'e , 
mais il me semble qu'il faut dire orthographier. 



GENEVOIS. 217 

OUPiLES (LES). les oreillons ou ORiLLONs.Dauph. 

L)on. 
OURIOU, ENFANT : QiC avez-v OXIS f alt de votre 

ouriou? Ell langue romane, oir, enfant, forme 

du latin orior , iiaitre, ou , comme hoir, de 

hceres , heritier. 
OURTIE , ORTIE. Roman , ourtique j proven^al , 

ourtigo. 
OURTILIERE (fievre), dites, ortiliere. 
OVAILLE : cas d'oi^aille, cas fortuit. 



2i8 GLOSSAIRE 



^«^-v •v-»-»-wv^%/»^« 



p. 



JP ACHE, MARCHE , CONVENTION, PACTE : // afait 

une bonne pache. En langue romane , on disait 
un packe, et les Provenyaux ont conserve le 
verbe pachar, faire marche. Lyon. Neuch. Vaud. 

PACO, GROTTE, BOUE EPAISSE , et au figure , EM- 
BARRAS : // s'est mis dans le paco. Vaud. et fri- 
bourgeois. En grec, pachos , lie , matiere epaisse ; 
paclius , epals. 

P4FFEPv(SE), S'EMP AFFER, se griser, se sou- 
ler : II s^ est paffe i tu es paffe. 

PAGNON, BRIBE, gros morceau de pain; de Tital. 
pagiiotta y un pain , un petit pain. 

PAIR : Jouer ä pair-non-pair ^ on dit en France, 
jouer a PAiR ou non. UN PAlR, pour une paire : 
Un pair de bas ; un pair de souliers. 

PALETTE , A BC , CROix de par dieu. Vaud. 

Eh! messieurs, sais-je llre ? 
Je n'ai jamais appris que ma croix-de-par-Dieu. 

(La Fontaiwe.) 

PALOURDjBALOURD, palot : C'estungros palourd. 



GENEVOIS. 219 

PAMPHLET ; ne le confondez pas avec Libelle , 
car PAMPHLET est un terme empruiile de Tan- 
glais, qui signifie simplement brochure. 

PAN : Celafait le pan , c'est-a-dire , cela SOLDE, 
cela BALANCE. Peut-etre du grec pan, pleine- 
ment, entierement. 

PAN, jeu decoliers : Jouer au pan^ P ANTER: 
Veux-iu pant€r?\\se dit aussi du brin de paille 
destine, dans ce jeu, a mesurer la distance d'une 
piece a lautre : Prenez le pan , et pidez. Fan, 
mesure de longueur, est un terme roman dont 
quelques provinces ont conserve l'usage. 

PANACHE (UNE), un panache. Lyon. 

PANCHERDEAü, faire de l'eau. 

PANET, pour panis, espece de millet pour les 
oiseaux; le panais est une plante potagere. 

PANFLU, PANSU : C'est un gros panßu. 

PANIEPiE, Sorte de grande corbeille. 

PANOSSE , TORCHON 5 MAUVAIS LINGE , ÄL^UVAIS 

DRAP.' En Franche-Comte, panousse; en Vro- 
vence , pajiouchojt. Pannosus en latin, pano- 
seux en langue romaiice, v^eulent dire couvert 
de haillons. Pannus en latin , panno en Italien , 

I Au tlieatre , le pcuple crie quelquefois : A bas la panosse ! 
lorsqu'il voit un schall ou un mouchoir pendu sur le devant 
d'une löge. 



220 GLOSSx\IRE 

panne en vieux fran9ais, signifient drap ; et 
tous ces mots sortent de la racine celtique pan , 
tissu. L'auteur des Memoires siir la langue des 
Geltes, en derive aussi le grec pinos , qui a le 
meme sens. Vaud. 

PANTALONS (DES), un pantalon. 

PANTET, CHEMiSE, BOUT DE CHEMiSE qui pend : 
J^j suis couriL en pantet^ cacJie ton pantet ^ du 
bas-latin pentes , pour pendentes : pentes ma- 
niccEy manches pendantes. Ce terme est connu 
en Franche-Comte. 

PANTOMINE , pour Pantomime. Lyon. 

PAPACOLON, JOUBARBE, sedum acre. 

PAPEROCHES , PAPERASSES : Un ias de vieilles 
paperoclies, 

PAPET : Du papeti de la papette, DE LA bouillie ; 
le papet-cordet est une sorte de soupe a la courge. 

<' Si se trouverent une fols ensemble banquetans (Pont- 

vere et autres gentilhommes savoyards), et Dieu sait comme 

les Genevoysiens estoient declilquetez! Si advint qu'on leur 

appovta du ris, oupapet et des cuillers. . . et eux eschauf- 

fez de cliolere et de vin , prirent sur ce occasion de faire 

une confralrie contre ceulx de Geneve, et prendre la cuil- 

ler pour marque, et tout incontinent, s'en pendit une au 

col chascung d'iceulx. 

{Ckroniq. de Bonnü'ard.) 

AUemand, pappj angl. pap; ital. papa. En 
Bourgogne, papa; en Franche-Comte, paipet. 



GENEVOIS. 221 

en Daiiphine, papet. Racine celtique, pap , pa~ 
paicq. 

PAPIER CASSE, PAPIER BROUILLARD. 
Px\QUEAGE , PACAGE , PATIS. 

PAQUEBOT, prononcez pakebü. 

PAR. On lit jouriiellemeiit dans notre Feuille d'a- 
pis : Ceux qui doweni, ou ä qui il peut elre du 
par M. N. . . Quand deux verbes a regimes dif- 
ferens regissent un meme iiom , il faut quo cha- 
cun de ces verbes ait son regime a pari; ecrivez 
doiic : Ceux qui doiveiit a IM. N . . . , ou a qui il 
peut devoir. . . Les exemples suivans pechent 
egalemeiit contre cette regle : 

o Je suis un peu trop lourd pour mojiter ou descendre 
facilement d'un cabrlolel. » 

{J'oynge de Louis XVIII a Bruxelles, etc.') 

« En entrant et en soriant d'un salon, chacun sc croyait 
oblige d'aller faire un compliment d'arrivee ou d'adieu ä 
la maitrcsse de la maison. » 

(Genlis, Meinoires, tom. V.) 

« La porte d'eniree donnait dans cette anlichambrc, que 

j'etais obligee de traverser pour entrer et sortir de chez 

nioi. » ' 

(hlcin, meme volume.) 



I Ces faules sontd'aular.t plus reniarquabics, qu'elles sc trou- 
vent dansun volume oü l'auteur signaleun grand nombredelo- 
cutionsvicieuses, ou de mauvais Ion, en usagc a Paris, telles que : 



222 GLOSSAIRE 

PAPiAFE : Uiie belle parafej ce mot est du genre 

masculin. 
PARAPEL , paiL'SlPET : La promenade des parapels 

Jiit detrjj.ite en 1782. 
PARBOÜILLIR, BOuiLLiR : Des epinards parbouil- 
lis. Terme romaii. 

Une piece de lard peleis parbouiUy. 

(^Ckart. de i/i5o.) 

Anglais, to parhoil. Parbouillir se dit aussi en 
Franche-Comte. 
PAR CONTRE, en Revanche, en echange : Le vin 
na pas ete abondant cette annee , mais , par 
conire , la qualite en est excellente, 

^Par contre , S. M. Britannique consent ä restituer ä la 

France. . . » 

(Fain, Memoires.) 

PAR-CONTRE (UN), un equivalent : Je n'aipas 
encore recu le par-contre. Vaud. Neuch. 

PAPiDONNABLE , pour excusable : Vous n'ctes 
pas pardonnable. L'Academie dit que ce mot 

cela est farce; cela coute gros ; rouler carrosse ;jc vousfais e.r- 
cuse ; venez inanger ma soupe ; en usez-vous ? (du taliac) pour 
En prenez-vous ? Je suis mortifie , pour Je suis fache ; mortific 
veut dire humilie ; boire du cafe, du the ^ pour Prendre du 
cafe, elc. Votre demoiselle ; pour Madenioiselle votre fillej Ma- 
dtttne, lout courl , cn parlant ä un mari de sa feinme , elc. etc. 



GENEVOIS. 003 

ne s'emplole giiere qu'en parlant des choses; 
en effet, comme on ne dit pas pardonner un 
homme, on ne dira pas correctement: un komme 
pardonnable, 
PAR ENSEMBLE, en commun, en soatit-.Nous 
Vai^ons achete par ensemhle» 

PARE (LA) , LA CROUTE du fromage ; PARER soji 

fromage , en oler la croüte. 
PAREPLUIE , pour parapluie ; PARESOL , pour 

PARASOL , et PAREVENT, pour parayent. 
PARFAITEMENT , est mal a propos employe ab- 

solument , pour bien , tres-bien , iL suffit. 
PARIüRE , pari , gageure : J^en ferais bicn la^ 

pariure. Lyon, et Comtois. 
Px\RLENTIN, BAVARD, BABILLARD : C*est uu cer- 

tain parlenünj une certaine PARLENTEUSE. 
PARTERET, couperet, hachette. 
PARTICIPE. 

Le participe present est aujourd'hui indeclina- 

ble ; on ne dirait plus av ec Roucber : 

A la volx du tonnerre, au fracas des autans. 

Au bruit lointain des flots se croisans, sc heurtans . . . 

ni avec Florian : 

. . .D'un ceil plein de colere, 
L'un l'autre ils vont se mesurans. 

mais, se croisant, se heurtant, se mesurant. 



224 GLOSSAIRE 

II faut flislinguer le participe present de latl- 
jectif verbal; Tun exprime iine action, l'autre 
une habitude morale, ou im etat de cboses : 

Les cßux COURANT vers la mer, vont s'j per- 
dre pow en ressortir en vapeurs ,- voila raction. 

Une eau courante embelllt ce vergerj voilä 
Tetat de clioses. 

Le participe passe offre plus de dlfficuUes, et 
le developpement des regles nombreuses qiü en 
donnent la Solution n'appartient pas ä im simple 
Vocabulaire; d'ailleurs, depuis quelques annees , 
mille auteurs plus habiles que nous ont ecrit 
siir cette matiere. 

Nous renvoyons donc le lecteur a toutes nos 
bonnes grammaires , au Tratte de Morel, a la 
Clef desparticipes de Vanier, et möme au livret 
de M. llaldy, imprimc en dernier lieu ä Geneve. 
Les dames , qui ordinairement demandent a 
l'erudit de leur voiler les epines de la science 
par quelques fleurs de Timagination , peuvent 
aussi consuller avec fruit une Epitre en vers du 
comle Francols de Ncufcliateau , publiee dans 
le Mercure du i g.""" siede , 1 823;, tom. 11, p. 24 1 . 
PAKTICIPER, poor communiquer, informer : 11 
nous a participe son mariage. PARTICIPER si- 
gnifie avoir pari, prendre pari, lenir de la na- 
ture de. . . 



' GENEVOIS. 225 

PARTICULTARITE, particularite. 

PARTl-METI , ce terme signifie partageons, et se 
dit ordiiiairement apres quelque trouvaille. 

PARTISANE, n'est pas fran9ais; on dit Partisan, 
au feminin comme au masculin. 

PAS : II j CL long-temps queje ne Vaipas vu^ que 
de temps ilj a que i^ous n'eies pas venu! sup- 
primez le pas» II vaut mieux atlendre que non 
pas lui aller faire des frais; dites, QUE de lui 
ALLER, etc. 

PASS AGERE, pour PASSANTE,FRtQUENTEE: C^CSt 

une rue tres-passagere, passager signifie qui ne 

■ fait que passer; qui n'a point de demeure fixe. 

PASSEE (LA) , terme de vigneron ; le temps de 

la floraison des vignes : Ilfaui beaucoup de cha- 

leur pour que la passee se fasse bien. 
PASSE-JEAN, coupe-t£te, jeu d'ecoliers. 
PASSIORET , passage pratique dans une haie pour 

les pietons : Un petit passioret, 
PATEN AILLE , carotte jaune , pastenade. "^q- 

mtxn,pastenaiUe; proven(;, pastenargo; langued. 

pastenague; breton, pastounadez , teuton, pes- 

tinak. 
PATET, PATACHE, PATOCHON , lent , pares- 

SEUX : QuHl me depiie avec ses patacheries , ses 

patenocheries , ses paienochages ! La sötte pa- 

tenoche ! Patel est un terme roman qu'on re- 

i5 



226 GLOSSAIRE 

trouve aussi a Lyon, enDaiiplnne, enLanguedoc 
et en Franche-Comte ; mais dans cette derniere 
province, paiet se dit plutot d'un homme gros 
et loiird, qui marche difiicilement. Neuch. Vaud. 
PATETER, PATACHER, PATENOCHER , lam- 
BINER. En proveng. paietegear» 

PATIN , PIED , BRAiE , LiNGE d'enfant. Vaud. 

PATOUFLE , LOURDAUD : Un gros paloufle, 

PATRIARCHAL; ecriv ezet prononcez patriarcal. 

PATRIGOT , PATR0U1LLIS , et au figure , embarras : 
11 s^est mis dans le patrigot. Dauph. et proveny. 

PATRIGOTER, patauger. 

PATRIMUNIAL , dans le sens de Doyen : Le patrU 
nionial d^un cercle j ä la sante du patrimonial! 
Ce mot ne peut s'employer que comme adjectif : 
Un heritage patrimunial. 

PATE, MAUVAis LINGE : La pate-d-bleu; Ja paic 
soufree. La pate-aux-aises se dit en francais , 
LA LAVETTE. Terme vaudois, comtois, proven- 
9al et lyonnais ; on retrouve meme l'expression 
de pr',te mouillee dans les oeuvres de la Belle 
Cordiere de Lyon, auteur du i6.^^ siccle. ' 

PAUFER, PRESSON, levier en fer. Du roman, 

I Cette feinrae extraordinaire, quoique peu connue, ctait 
en effet d'une grande beautc. Elle faisait des vers, les chan- 
täit admirableraent en s'accompagnant de son lutli, et de plus, 
raontait ä cheval el maniait la lance et Tcpee comme le mcil- 



GENEVOIS. 227 

paUi paux ^ pal, pieu, forme du latiii paxillus. 

C etait aussi une sorte d'EPiEU dont on se servait 

poiir piquer et enlever les gerbes des dimes. 

Vaud. 
PAUME DE NEIGE , pelote de neige : Paumer 

quelquhm, lui langer une pelote de neige, 

une pierre, etc. On dit en frangais populaire, 

paumer la gueule, donner un coup de poing sur 

le visage. 
PAUME (UNE) , pour une balle ; suivant l'Aca- 

demie et Boiste, paume ne se dit que du jeu 

meme; mais Gattel preteiid que la balle s'ap- 

pelle aussi quelquefois LA PAUME. 
PAÜNER, PÖNER, payer, contribuer : // a etc 

oblige de poner. 
PAVANE, FARCE : Quelle pavanel Que c^est pa- 

vanel Ce mot, en fran^ais, signifie une sorte de 

danse ancienne. 
PAVISSEUR, PAVEUR. 

« En 1487, on pave la Fuslerie, pour quoi Ton baille au 
pavisseur 69 florins. » 

{Regist, du Conseil, extrait de Jacq. Flournois.) 

leur cavalier. A seize ans , eile se trouva au siege de Perpignan, 
et s'y dislingua sous le nom du capitalne Loys ; son veritable 
nein ctait Louise Labe; le surnom de Belle Cordiere lui Cut 
donne parce que, de relour ä Lyon, eile cpousa un sieur 
Pcrrin qui avait fait sa forlune dans le commerce de corderie. 



228 GLOSSAIRE 

PECHIER; Fächer : Des pechiers en plein rent.* 

PECHERONGE, pavie, päche duracine. 
PECLET, LOQUET : Le peclet de la porle. Vaud. 

Nous appelons aussi , dans un sens derisoire , une 

montre , un peclet, un clo-clo par onomatopee; 

et un horloger, un faiseur de pecleis , un pe- 

dotier. 
PEGE , POix. Ce terme se retrouve dans un grand 

nombre d'idiomes : langue romane, pege, pegue; 

latin barbare , pega. En Auvergne , pege ; " en 

Languedoc et en Provence , pego. Les Allemands 

disent pech ,• les Flamands , pekj les Espagnols , 

pez, etc. etc. 
PEGUER, ENRAGER: Tu pSgues , tu dagues , tu 

bisques, 
PEIGNETTE (UNE), un peigne fin. 
PELLE, RAME, aviron: Lespelles d'une liquette^ 

pelle ä tirer, pelle d nager. Cette derniere rame 

tient lieu de gouvernail : 

« M'etant mis ä nager, je dirigeai tellement au milieu du 

lac, que nous nous trouvämes bientöt ä plus d'une lieue 

du rivage. » 

{Nouu. Heloi'se.) 

1 Vieux francais vergier, bergier, dangier, etc. pour verger, 
berger, danger, etc. 

2 On voit pres de Clermont , un raonticule ä poix mincrale, 
qui porte le nom de Puy de lapege^ c'est-ä-dire, mont de la 
poix. 



GENEVOIS. 229 

PENDEAU , LiASSE , BOTTE : Uu pendeau de gref- 
ßons ; un pendeau de poires charlons, Neuch. 

PENNE, PANNE, GRAissE DE PORC ; Une penne de 
lard. Vaiid. 

PENSER : Je nie suis pense gue. . . ,* je m'y suis 
bien pense ^ dites : j'ai pense que ... je l'ai bien 
PENSE. Vaud. J^ai bien d'autres choses ä penser 
estaussi une phrase incorrecte; il faut dire : J'ai 
bien d'autres choses auxquelles il faut que je 
pense. 

PERCE-NEIGE (UN), le nom de cette plante est 
du genre feminin. 

PERCET, PERCERETTE, PERgom , for^t : Faites- 
j un trou ai^ec la percerette, 

PERCLUE , PERCLUSE : Elle estperclue de douleurs, 
Cependant, selon l'Academie, en contradiction 
avec Laveaux, on dit inditferemment exclue 

et EXCLUSE. 

PERDRIGONES : Prunesperdrigones j il faut dire, 
des prunes de perdrigon , ou simplement , du 
perdrigon. 

PERSONNE, sans Tarticle , nest que masculin; 
vous ne direz donc pas : Je ne connais per sonne 
si gracieuse qu'elle^ mais je ne connais point de 
personne si gracieuse qu'elle. 

PERSONNE D'AUTRE; voyez Autre. 

PESETTES,vesces: Une coupe de pesettes. Tenne 



23o GLOSSAIRE 

franc-comtois ; en Dauphine, Ton dit poisettes, 

Boiste indique pesettes comme un terme em- 

ploye par J.-J. Rousseau. Celliq. pesj latin, pi- 

sum ; grec , pison , pois. 
PETIT (LE), terme du jeu de boules , le cochon- 

NET , LE BUT. Le petit est un provengalisme. 
PETOLLE , GROTTE , FiENTE : Des petolles de rate, 

de cheure. Du roman , petelles , d'oü les Langue- 

dociens ont fait peiölas. 
PETRE , GESiER : Cette poule a son petre hien 

rempli. 
PETRISSOIRE, PETRIN, HUCHE; terme vaudois et 

comtois ; a Lyon , petriere. 
PETPiONNER (SE), proprement se rengorger; 

se dit d'un enfant qui, dans les bras de sa nour- 

rice , a Fair de se dorloter. 
PEU : Un petit peu^ un tant soit peu, fort peu. On 

ne dit pas non plus manquer d'un peu : II man- 

que d'un peu d^actwite, dites, iL manque un 

PEU d'activite. 
PEUT-ETRE ; ne prononcez pas pe-tetre , pe-tetre 

bienj et remarquez qu'il n'est pas correct de 
mettre cet adverbe avec le verbe poui^oir^ ni 
avec possible , impossible. 

(iPcut-^tre y pournez-\o\is etre mal adressee. » 

(MoLiERE, Misantr.) 

II serait encore plus mal de dire comme Fain , 
dans ses Memoires : 



GENEVOIS. 23 1 

nPeut-elre peut-on encore tout sauver. » 

PEUX-JE , pour PUis-JE : Peux-je le voir? 

PUISSAl-JE , ecriv ez puisse-je. II en est de meme 
a l'egard de diissai-je, eussai-Je, qu'il faut ecrire 
BUSSE - JE, EUSSE-JE. Cliangez aussi Ve muet en 
€ ferme dans aime-je? soirffre-je? fusse-jet 
reife -je, lui ressemble-Je. 

« Lui ressemble-je assez ? Joürai-je bien son role ? » 

(PiRON, Metrom.) 

« Reve-je? est-ce que je somraeille?. . . 

Ne te trom'e-je point devant nolre demeure? 

Ne t'y parle-je point ? » 

(MoLiERE, Jmphyt.) 

Mais pour dors-je? mens-je? oü cours-je ? 
que perds-je? il faut prendre un autre tour, et 
dire : est-ce que je mens ? etc. 

« Ai-je un sentiment propre de mon existence , ou ne la 
sens-je que par mes sensations ? » 

(J.-J. Rousseau , Emile.) 

Ce senS'je fait un efFet desagreable; et quelles 
oreilles supporteraient aujourd'hui ces phrases 
de Montaigne : 

Rougis-je ? escume-je? . . . Tressauls -j e ? fremis-je de 
courroux ? » 

PIÄILLARD, pour piailleur, criard; PIAILLEE, 

pour PIAILLERIE. 

PIASTRE (UN), UNE piastre. 

PICIIOLETTE , CHOPINE , petite mesure du pays : 



232 GLOSSAIRE 

Une picholelle dei^in^ de \\\.'d\.pic(:olo, petitjO?! 

du celto-breton . picher ^ petit pot, petite cru~ 

che, d'oü les Italiens ont fait bicchiere, et les 

Allemands becher, gobelet. ' 
PICOLON, PETIT POINT : Une indienne ä petlts pi- 

colons ^ ma monirefend le picolon, probable- 

ment de l'ital. piccolo , piccoUno. 
PICÖTE , PIQUÖTE, PicoREE, maraude : ^//er d 

la picote dans les vignes. 
PID ANCE , pour pitance : Son pain et sa pidance, 

Voyez Apidancer. 
PIDE, SEMONCE, reprimande; alteration de piie. 

ancienne monnaie de cuivre. Tu as eu ta pide, 
PIDER, mesurer, avec le pied oii avec ud pan, 

la distance d'iin palet a im autre , d'une boule 

a une autre : Iljaiit pider ^ du latin , pes^ pedis, 

le pied. Voyez Pan. 
PIERRE A BERNADE ; Faire la pierre ä beniade, 

se disait, lorsque pendant une noce, on jetait 

au peuple de la monnaie et des bonbons. Cette 

coutume, qui rappelait le sparge, marite, nuces 

des Romains , parait s'etre abolie chez nous. "" 

1 Les marchands de vin du royaume, dit Bullet, appellent 
picher, piche , une Sorte de petite cruche ä bec dont ils se ser- 
vent pour tircr du vin et remplir les piöccs. 

2 Voyez le mot Alouilles dans nos remarques sur quelques 
lermes du patois de la campagne. 



GENEVOIS. 233 

Dans les villages des Alpes de la Suisse romane, 
une vieille femme qui porte le nom populaire 
de Bernada, jette du froment ou d'autres grains 
sur la tele de l'epouse au moment oü , au retour 
de Teglise , celle-ci entre dans la maison de son 
mari. Dans ces m^'mes montagnes, l'avant-dernier 
dimanche d'aoüt les bergers distribuent de la 
creme aux pauvres ; cette fete , qui attire beau- 
coup de spectateurs, s'appelle Bernausa, du 
celtiq. bern, amas de choses, rassemblement de 
personnes. ' 

PIFFRER (SE), s'empiffrer : Cette soupe eiait ä 
sa potte 3 iL s'en est piffre, Lyon. Neuch. Vaud. 
En paris. pop. s^empiff'er, 

PILON , MORTIER ; le pilon n'est que l'instrument 
avec lequel on pile dans le mortier. 

PILVINETTE, EPiNE-viNETTE : Des tableties ä la 
pihinette. 

PINCETTE;rAcademie permet de dire : donnez- 
moi un peu la pincette , mais Laveaux , {Dict, 
des difficultes de la languefranc^ pretend que 

1 Bern , en celto-breton , signifie aussi la toile sur laquelle 
on amasse le ble dans l'aire ; de lä , le mot fiancais berner. 

Berne, dans la languc gauloise, se disait d'une sorte de ve- 
tement, d'une saie, qui repondait au sagurn des Romains, los- 
quels s'en servaient aussi pour berner ; tcmoin ce vers de 
Mardal : 

Ibis ab ejccuiso missus in astra saco. 



234 GLOSSAIRE 

c'est une faute de s'exprimer ainsi , et que pin~ 
cettes n'a point de singulier. 
PIN^ON, pour PiNSON, oiseau; pingon vient du 
verbe pincer. 

PINPINIERE, PEPINIERE. 

PIOGUE, PIOGRE : Emoyer ä piogue, cest-a- 
dire, au diable. 

PIÖTE , PIAUTE , PATE : II a mal ä la piote-, une 
ecriiure en piautes de mouches. De l'ital. piota, 
la plante du pied. Dauph. 

PIOTON, PiETON : Un chemin de piotons. PIOTON- 
NER se dit a Geneve des enfans qui commen- 
cent ä marcher, et PIÜTU, de quelqu'un qui a 
de grosses et courtes jambes ; en langued. paoü- 
iut. Les pa} sans fribom^geois appellent pioita la 
dinde , et piotieru le coq d'Inde. 

PIOURNE , MECHANTEFEMME, PIE-GRIECHE. Au Can- 

ton de Vaud , piorna , mionna ; a Neuchätel 
piome. PIOURNER, criailler. 

PIPI (LA) , la PEPIE. Lyon. Paris, pop. En italien, 
pipita. 

PIQÜERNE, CHASSiE. J)auph. piguerna, PIQUER- 
NEUX 5 CHASSIEUX : // a les jeux iout piquer- 
neux, Piquerne n'est qu'une alteration du mot 
roman bigane , dont le sens est le meine. Les 
Francs-Comtois l'ont consei've dans son integrite, 
aussi bien que l'adjectif biganou , chassieux. Eu 



GENEVOIS. 235 

celtiq. picqoiis , chassie; fait probablement de 
pice^ poix; parce que la chassie agglutine les 
paupieres. 
PIRE est l'oppose de meilleur , et PIS l'oppose de 
mieux. , 

« La pire espece des mechans 

« Est celle des vieux bypocrites. » 

(Florian.) 

« IIs sont pis que jamais ensemble. » 

{Diction, de V Äcadcmie^ 

Cest bien plus pire est uii barbarisme. 
PISSE , URINE , PissAT : Uiie odeur de pissat. 

PITATER, MARCHER LOURDEMENT , FAT AUGER;, et 

P1T0NNER,PIETINER. 
PlULEPi , poiir PIAULER. 

PLAINT, PLAiNTE, GEMissEMENT. En langue ro- 

mane, plaint signifie complainte. 
PL AN, PLANT : Laisser quelqu'un cn plant ^ c'est- 

a-dire , le faire attendre , le planter la. 
PLANCHER 5 pour plancheier , garnir de planches. 
PLANTON, piquet, poste : Un planion de six 

Jwmmes. C'est aussi chez nous un terme de jar- 

dinier; en ce dernier sens, on doit dire, plan- 

5ON OU PLANTARD. 

PL ATE (LA), sorte defera, qu'on peche du c6te 

de Thonon. 
PLATELEE, platee : Une plalelee deßicoL 



236 GLOSSAIRE 

PLATINE; le nom de cette substance metallique 
est feminin, suivant TAcademie, et mascuUn, 
suivant Boiste et Gattel. 

PLATISE, PLATAISE, PLATITÜDE. 

PLEIN-PALAIS 5 ecrivez plain-palais , pour sulvre 
l'etymologie latine , plana palus. Ecrivez aussi 

PLAIN-PIED , PLAIN-CHANT , et EN PLAIN CHAMP , 

EN PLAiNE CAMPAGNE; de l'adjectif yo/az/z^ plaine, 
Ulli , plat. 
PLEONASME. Le pleonasme est permis quand il 
donne de l'energie a Texpression ; il doit etre 
rejete lorsqu'il n'est qu'une superfluite, conime 
dans ce vers de Corneille : 

« II en coüta la vie et la tete ä Pompee. » 

ou dans cette phrase de Guiraud : 

« Seinblahles ä ces grands fleuves que leiirs montagnes 
versent ä l'Allemagne, ä l'Italie, ä la France, ils se repan- 
denl comme eux dans les contrees qui les avoisinent. » * 

Voici quelques pleonasmes vicieux dont nous 
faisons un emploi assez frequent dans le style 
familier : 

II iu\iJorce, malgre lui d'y consenlir. — Pour 
quant a moi. — J'ai pense , je me suis pense en 
moi-meme. — Nous etions eni^iron quinze ou 
vingt. — Son j ardin est rempU de beaucoup de 

t L'auteur parle des Savoyards, mals ce n'est qu'aux Suisses 
que cette comparaison peut convenir. 



GENEVOIS. 23; 

jolis vases. — Je suis venu ad hoc pour cela. — 
II est sitellement prevenu contre lui; j'al eu si 
tellement peur. — II a beaucoup gdgne ä son 
a^antage^ etc. 

Remarquez toutefois que I'usage admet cer- 
tains pleonasmes qui paraissent assez ridicules , 

' tels que : monter en haut; descendre en Jjas; 
sortir dehors , etc. 

PLIE , LEVEE , terme de jeu : Comptez les plies, 
Lyon. Vaud. Langued. plega. Plie , en frangais , 
est le nom d'un poisson. 

PLOMBETTE (LA) , le plomb , terme d'architecte. 

PLONGEON, IMMERSION : J^ß n^ai fait que deux 
plongeons, et je suissortide Veau. On peut dire 
cependant dun homme qui plonge , qu iljait le 
plongeon, c'est-a-dire qu'il imite l'oiseau de ce 
nom; cette expression s'emploie aussi en parlant 
d'un poltron : 

«. . .Vous faites le plongeon, 
Petit noble ä nasarde, ente sur sauvageon. » 

(Regnarh.) 

PLOT , BiLLOT , BLOC DE BOis , et autrefois , tronc 
pour les aumönes : 

«Les Syndics (en 14^7) consultent le Chapitre pour sa- 
voir ä qui ils bailleront la clef du tronc (^plotti)^ de l'argent 
qu'on doit envoyer contre le Türe. 

{TracL des Regist. latins du Cons,^ 

Nous disons figurement dune personne pro- 



238 GLOSSAIRE 

fondenient endormie : // dort comme mi pht 
PLOT est aussi un terme de lirage : L'arme sera 
Sans coche sur le plot , et sans double detente, 
Corruption de bloc , dont l'origine paralt teuto- 
iiique , car on le retrouve dans rallemand , le 
flamand, l'anglais , etc. Plot est vaudois et franc- 
comtois. 

PLOYER n'est plus en usage dans le style familier; 
il faut dire plier une lettre , plier les genoux. 

PLUCHER, EPLUCHER. PLUCHONS, PLÜCHU- 

RES , EPLUCHURES. 

PLÜMACHE, PLUME, PANACHE : Uu cliapeau apcc 

des plumaches. Vaud. 
PLURESIE , pour pleuresie. 
PLUVIGNER, pleuvigner, bruiner. Vieux fran?. 

D'autant qu'il avolt pluvine, et que la terre estoit glis- 

sante. 

(Braktome.) 

POCHON5 cuiller a pot; en roman , pocon. PO- 
CHE , cuiller a long manche , n'est pas dans l'A- 
cademie, mais Galtel et Boiste rindiquent dans 
leurs lexiques. 

POIRE ; le peuple fait ce mot du genre masculin : 
Un beau polre • despolres sccs j des poires Mets, 
FOIRE ROME, bon chretien d'ete.— POIRE 
BEÜRREE, diies beurre ; un beurre blanc, 
UN BEURRE GRis. — POIRE CRASANE , diles 



GENEVOIS. 289 

CRASSANE. — POIRE ROUSSELETTE , poire de 
ROUSSELET, DU ROUSSELET. POIRE VILGOULEE , 

POIRE VIRGOULEUSE , OU de VIRGOULEE , liom du 

Villa ge doli eile fut apportee pour la premiere 
fois a Paris.' POIRE ECIIASSERIE; La Quinli- 
nie ecritLECHASSERiE.— POIRE CUISSE-DAME, 
POIRE cuissE- MADAME. Ce qiie nous appelons 
POIRE-DIEU est le fruit de FAubepine. 

POISON (DE LA), DU poison. 

POLIGOGNE, POLiGONE : Les canoniers s''exer- 
Cent au poligogne, 

POLMON , POUMON ; en vieux fran9ais , poulmon , 
du latin pulmo, 

PO MME : Pomme corpendue ; dites suivant l'Aca- 
demie , pomme de capendu. Richelet ecrit court 
pendu^ et Nicot, carpendu. POMME RENETTE, 

pour REINETTE OU RAINETTE. 

POMMEAU; on dit pommeau de seile , pommeau 
d'epee , mais non pas pommeau de canne ,- le mot 
propre est pomme : Une canne ä pomme d'or. 
Nous disons aussi en parlant d'un homme pe- 
sant, stupide : Quel pommeaul c'est uii/ameux 
pommeau. 

I U est situe pres de Saint-Leonard en Limousin. Le nom 
de l'Amadote vient aussi d'une dame Oudot, qui cultiva et fit 
connaitre cette espece. 



24o GLOSSAIRE 

PONTENAGE , pontonage. 

PONTET, CHANTIER, piece de bois sur laquelle oii 
pose des tonneaux daris une cave. 

PORC , prononcez POR , de la chair de POR. 

PORPE, POULPE, partie charnue. PORPU, charnu. 

PORTAIL, grille : Le portail de la cour ^ de Va- 
venue, Portail signifie plutot la principale porte , 
la farade d'uiie eglise :Le portail de Notre-Dame, 

PORTANT: Ilestbien portant, estun gasconisme. 
Voltaire trouvait ridicule qu'oii dit : II se porte 
bien ; bien portant est plus mal encore ; portant 
quoi ? . . . 11 faudrait un regime. L'usage admet 
cependant cette locution. 

PORTILLON 5 petite porte basse dans la fermeture 
d'une boutique. 

PORTION , POTiON : On lui a ordonne une portion. 
Lyon. Paris, pop, 

POTACHE , POTASSE. 

POT A EAU, POT A l'eau. POT A LAIT, pot au 

LAIT. 

« Perreite sur sa tele ayant nn pot au lait^ 

Bien pose sur un coussinet. » 

(La Fontaine.) 

POTRINGUE , MAUVAISE BOISSON , DROGüE , PI- 

quette : Ce n'est que de la potringue. Terme 
daupliinois et proveiigal. 
SE POTRINGUER, se droguer. Les Gascons di- 



GENEVOIS. 24 1 

seilt : se pourtinguer, et les Proveiicaux, se poii- 
hingar. Du celtiq./co/, pout^ uii pot,' et de tran- 
cell, tranlcell, coup ä boive, gorgee; en teuton, 
trank-, de la, rallemand trinken^ l'anglais, diink, 
etc. 
POTTE : Faire lapotte^ faire la MOUe. A sa potie , 
A SON GOÜT " : Ce ragoüt est ä sa polte ,- ils^en est 
leclie les poiles ,- en frangais popiilaire , les Sa- 
bines : II s'en est donne par les balDines. POTU, 

PO TUE , qui FAIT LA MOUE , qui A MAUVAISE 

grace : C'est une sötte pottue. Frib. pottes ^ le- 
vres. Italien. . . 

POUGNE , POIGNET , FORCE DU POIGNET : // a une 

honne pougne. En langue romane , pougne, 
poungne , et empougner , poiir empoigner : 

Alors le manant Veinpougna. 

{Roman de la Rose.) 

POUILLER, EPOUILLER, ÖTER LES poux; poulller, 

1 Ces mots, en celto-breton, signifient non-seu]eraent un 
pot, un vase, mais aussi une concavite quelconque : pot mesen , 
le gobelet du gland; pout al lagat ^ l'orbite de l'oeil. 

1 L'ai dansa, Tai chauta 
Stau ketian ä sa potta. 

{Conte du Craizu, en patois de Lavaux^ 

C'est-ä-dire, il fit danser et sauter Celles qui etaient de son 
goüt. 

16 



2/i2 GLOSSAIRE 

eil fran^aisj signifie dire des pouilles. insuUer. 
A^aiid. 

POUINE , MALIGNE , PIQUANTE .* Elle cst im peil 
pouine ^ c'esi iine petite pouinette ^ de l'italien, 
pugneito, aiguillon. Piigna dans la hasse latinite , 
se disait d'un Instrument piquant. 

POULAINTE, FARiNE DE MAIS; de Y'v\.v\. pohnla. 

POUR et AFIN de ne doivent pas ^tre employes 
indistinctement. Le premier mot marque une 
vue plus presente; lesecond, une vue plus eloi- 
gnee. Poiir, suivant Girard, regarde plus parti- 
culieremeiit un effet qui doit etre produit ; et 
qfin un but oü Ion veut parvenir : 

« Les fiUes d'un certain äge fönt tont ce qu'elles peuvent 
poiu- plaire , aßn de se procurer un mari. » 

POURREAU , POiREAU ou porreau. Lyon. 
POUTRE (UN), UNE poutre. 

. . . Pour eviter la chute des poutres erißammes. 
[Bihliot. Britannique^ 

PREMIER , PREMIERE ; supprimez i'accent sur le 
premier e, 

PRES et PRET. Les grammairiens veulent que 

pres ait toujours pour regime la preposition de, 

et pret^ la preposition ä-^ mais c'est une regle 

que les nieilleurs ecrivains ne respectent pns 

toujours : 

«v D' Anmale clalt prel de se rendre maifre du camp . . . 

(Voltaire.) 



GENEVOIS. 243 

* De facon qu'il en est encore ä s'aviser, 
Quand peut-etre quelque autre est lout prel ä'epouser. » 

(PiRON, Äletro/n.) 

II elait prel de descendre lä-bas, 
Pour y subir la peine de Tantale. 

(AUBERT.) 

II fallait pres de , c'est-a-dire , siir le point de^ 
Cette phrase de La Harpe ( Cours de litter. 
nnalyse de Pioucher), iie noiis semble pas moins 
defectueuse : 

« Un orage survint, et Lozon sauve la jeune Rose prete a 
se noyer. 

car la jeune Rose etait sur le point de se noyer, 
et non disposee, preparee a se noyer. 

PREVALOIR : Ne crqyez pas qiie je me prevaille 
de cet ai^afitage ; il faut dire : qiie je me pre- 
VALE . . . Le present du subjonctif de ce verbe 
ne se conjugue pas comme celui de valoir. 

PREVENIR, PROVENIR : D'oü est-ce que cela pre- 
vient ? 

PRIN : Du prin hois , du menu bois. En celtique , 
prin, rare; de la, les mots romans prim, prin , 
menu, delie. 

Une toison subtile au menton lui naissait, 
Priine, douce, frisee, et nouvellement crue, 
Comme pefits flocons de sole bicn mcnue. 

(F«W//7w.r.) 



244 GLOSSAIRE 

Le fraii^ais brin , im brin , n'a pas d'autre ori- 
gine. * 

PRINFORT , PETITE ABSINTHE. 

PRISER, PRENDRE DU TABAC : Du iobac ä priser ^ 

prisez-vousPEn bon fran9ais, priser signifie seu- 

lenient», mettre un prix, taxer. 
PROCURE, PROCURATION. Procure iie dolt se dire 

que du bureau d'un procureur ou d'une certaine 

Charge ecclesiastique. 
PROCUREUR DES MEUNIERS, le pic> picus, 

oiseau du pays. 
PR OMENER jn'employez pas ce verbe sans le pro- 

nom personnel, et ne dites pas : AUons prome- 

ner^ j'ai bien promene aujourd^huL Cette locu- 

tion est un gasconisme ; le Memorial de Las Cases 

en est rempli. 
PRO METTRE , pour assurer : Je vous promets 

que cela est ainsi. Ce verbe ne regardc que le 

fulur. 
PROMONTIONS, promotions : Z^ yoz/r des pro- 

mojäions. 
PROYIGNURE, pour provin. Vaud. 

1 I,e savant Huet donne a cc mot une etymologie qui rap- 
pelle Xalfana et le verna de Menage : briu, suivanf Ini , di'rivc- 
rait du latin virga, qu'on aiirait ecrlt sucoessivement iHr<^e , 
vrige^ vringn , bnnf^c , bring, et enfm bn'n. 



GENEVOIS. 2/^S 

PUCER, EPUCER, dTER LES PUCES. 

PUISERANDE,sorledeiiiacIiineliydiauliquepour 
arroser les janlins. En Languecloc , pous d roda, 
|Hiits a roiie. 

PUllGE, PURGATiON, MEDECiNE. Oll dit dans quel- 
ques provinces, prendre une purge ^ niais, en 
bon fran(;ais , ce terme ne s'emploie qu'en par- 
parlant de la desinfection des marchandises pes- 
tiferces. Neucli. Vaud. 

PUSSIN, PUSSINE , POUssiN , poulette ; en romaii , 
piigin. Frib. puzin. 



2^6 GL0S8AIRE 



Ll'V^^^%^%«/«.-W 



Q. 



V^UADRUPEDE, prononcez kouadrup^de , et de 
meme, quadruple, quadrige, quaterne et qua- 
drature. 

QU AND : Jy serai qiiand vous^ c'est-a-dlre en 
MJiiME TEMPS QUE vous. Vieux francais. II est une 
distinction a faire entre quand et lorsque : ou 
met le premier pour signifier dans le temps que , 
et le second , dans les occastons oii , au momenl 
oü , etc. Ne prononcez pas quanie : Qiiante je 
Jus arrwe. . . 

QUE, dans le sens du mot excepte : Toutj est, 
quele. . . — Je neprends que cequej'ai hesoin, 
dites : . . .que ce dont j'ai besoin. QU'ELLE, 
pour QUI : La voici qu''eUe v'ienL 

QUEL , pour quelque : 

Les plus graiides dames du pays fönt la conversaljon avet 

quel homine que ce soit. 

( Bihlcot. Britan.\ 

II eiil ete grand ecihain, s'il out voulu ccrirc (Troncliin, 
ancicn procureur-gcucral\ e! grand niagislrat dans qucl 
Iribunal qu'on l'cut place. 

( BOURRIT.") 



GENEVOIS. 247 

Yaugelas dit que ceile faiite est familiäre a 
lüLites les provinces qui sont dela la Loire. 
QUELQUES, pour quelque: 

Les poesies d'apres l'antlque, quelques parfailes qu'elles 
soient, sont rarement populaires. 

(M.me DE Stael.) 

Quelques vielllis qu'en soient le langage et la versifica- 
tion, on n'y peut meconnaitre. . . 

(M.meN. DES.) 

Lorsqiie quelque n'est mis qu'avec un adjec- 
lif , il signifie quoique, ä quelque point que ^ et 
ne preiid pas la mari|ue du pluriei. 
QUELQUE, devant iin verbe , pour QUEL que, 

QUELLE QUE : 

Le prisonnier sait que quelqu' dt'i^ni ete les desordres de 
sa vie.... 

( Rapport du Conseil cV Etat , etc. 1824. ) 

L'amour quelque soit sa faiblesse, est plus excusable que 
l'ambition. 

(Coupe, Thedtre de Seneque , Disc. prelim.) 

II fallait dans le premier exemple : quels 
qu'atent ete , et dans le second, quelle que soit. 
QUELQUE, synonyme cXem^iron^ ne picnd ni 
genre , ni nombre. 

II y a quelques cinquante ans que j'etais jouiie et jolie. 
(SuARD, Melanges de litter.) 



248 CtLOSSAIRE 

Cette phrase offre donc une faute; il faiit dire 
comme Racine ; 

Et quel Age avez-vous? vous avez bon visage. 
He , QUELQUE soixante ans. 

( Les Plaideun.') 

Dans les mots quelque , quelquejbis , quel- 
qu^uTi , faites sentir la lettre /. « 11 se trouve des 
rafineurs, dit Richelet, qui soutiennent qu'i! 
faut prononcer kecun et kcque : ces messieurs 
les rafineurs sont de francs pro\ inciaux. « 

QUERELLE, pour querelle, sans accent sur le 
premier e. 

QUEUE : listen va la queue cuiie , c'est-a-dire, 

PENAUn, QUINAUD. 

QUEUE DE RÄT, esp6ce de prele, plante qui 

rend le foin de mauvaise qualite. 
QUEUE DE RENARD, lilas. 
QUEUTER, BILLARDER, terme du jeu de billard. 

QUI , pOLU' LEQüEL : 

« Donner est un mot ^our quc il a tant d'aversion , qu'il 
ne d'* jamais je vous donne , mais je vous prete le bon- 
jour. » 

( MotlERE , rjvare.) 

Qui precede dune preposition , ne se dit que 
des personnes. 

Ce ne serait pas moi qui seferail prier 

est une phrase defeclueuse du memc e'cri- 



GENEVOIS. 24o 

vain ; Moliere aurait du dire qui me ferais prler 
parce que qui etant l'adjectif conjonctif de moi , 
il doit prendre le caractere de la premiere per- 
sonne. 

On fait quelquefois apres qui un ennploi vi- 
cieux de la troisi^me personne, au lieu de la 
seconde : 

«Toi (Napoleon) qui n'a rien connu dans ton sanglant 

passage, 
D'egal ä ton bonheur que ton adversite. » ' 

(Casim. Delavigne.) 

Ecrivez comme Boileau : 

Antoine, gouverneur de mon jardin d'Auteuil, 
Qui diriges chez moi l'if et le chevi'efeuil. 

et comme Regnard ; 

Favori des neuf Soeurs, qui sur le mont Parnasse, 
De l'aveu d'ApoUon, marches si pres d'Horace. 

J*en veux ai'oir coüte qui coüle j dites COUTE 

QUE COUTE. 

QUIBLE, pour ckible. QUIBLURE, criblure. 

QUIDAM, prononcez kidan : Un certain kidan. 

QÜINQUE , femme de petit esprit et qui se plaint 
souvent : C^est une pauure quinque^ une vieille 
quinque. Nous disons aussi d'un liomme faible 

1 Gelte fautc, quoique repetee dans une autre Messenienne, 
nappartient sans doutc qu'au corrcclcur de l'cdition que nous 
avons sous Ics yeux. 



:25ü GLOSSAIRE 

et malingre : // est tont qulnqiiel. Quhiquillcs 
en roman], signifie iiiepties , reveries. 

QUINQUERNE, vielle, instrument; et au figure, 
unepersoiine eiinuyeuse, qnirabäclie : C^esi iinc 
sötte quinquerne. QtJINQUERNER , RABACHER , 
FATIGUER : II est toujours ä me quinquciner la 
mime cliose^ ce sont des quinquernages conti- 
jiuels. Quinquerne tire son origine du mot de 
la langue romane guittcrne , guitare ; dont on 
a fait ensuite quiienic et quinterne. 

Et fait ses instrumens sonner 
Qu'on n'y orroit pas Dieu tonner; 
II a aussi guitterne et lus. 

[Roman de la Rose.) 

QUINSON , pour pinson : Un nid de quinsons. 

Dauph. 
QUIQUE, (on prononce kique) jeu d'ecoliers. 
QUOIQUE CELA, QUOIQUE gA, malgre cela : 

II est tres-Tiche , et quoique cela , ü ne depense 

rien. Quoique regit toujours le subjonctif. 
Quoique n'ajant pu vous voir,J'espere que... 

dites, QUOIQUE JE n'aie pu. . . Quoique ne doit 

pas s'unir a un participe actif. 



GENEVOIS. 25 1 



JA; n'appuyez pas sur Vr finale : Keux-tußnirr ; 
voulez-voiis y venirr '^ des soulierrs ; et faites 
sonner doucement cette lettre clans les mots 
plaisir, loisir, repentir, etc. 

RABOBINER, raccommoder ; SE RABOBINEK , 
SE RETABLIR : II a fait rabobiner sa malsoiij il 
commence d se rabobiner j du verbe roman ra- 
bobeliner, rapetasser. Nous disons aussi rabis- 
ioquer dans ce dernier sens. Rabobiner est in- 
dique par Boiste. 

RABOTTE , Sorte de patisserle aiix pommes. RÄ- 
VIOLE, Sorte de fritnre. RISOLE, RESOLE, 
poiir RISSOLE 5 Sorte de patisserle. 

RABOTU, RABOTEUX : Un cliemin iout raboiu, 

RACAÜQUER, recevoir : Jetez-moi ces U^res^je 
les racauquerai. En Langiiedoc , recassa. 

RACliE , TEiGNE. Terme roman forme du celtique 
radious , leigneux; en Languedoc rasca. Nos 
cultivateurs donnent aussi le nom de räche ä la 
cuscule , ou barbe de moine , plante rampante 
a filets tres- delies. 



:z52 GLOSSAülE . 1 

RACHE-PIEO (DE); dites, d'arrache-pieDj sans 

discontinuite. 
RACINE JAUNE, CAROTTE. 
RACL^E, RAMASSEE, ne sont poiiit fran^ais, 

iion plus que rossee, du verbe rosser. Kolce ne 

se dit que des coups de batoii. 
RACLETTE (A LA) , expression adverbiale , qui 

sigiiifie , A LA RiGUEUR : II a de quoi vwre d la 

raclette ; // a ete elii ä la raclette. 

RAFATAILLES, VIEILLERIES, PHETINTAILLES : Uli 

tasderafalailles. Neuch. Dans les provinces me- 
ridionales, rafataille a le sens de canaille. En 
langue romane rqfaitier, rafetier, signifie rac- 
commoder : 

Sire Hains savait un bon melier, 

Quar il savait bien rafetier 

Les cotelcs et les mantiaux. 

{Fabliaux^ 

RAFROIDiR,REFROiDm. 

RAGÄCHE, TAQUiN, TENACE. En patois d'AIsace, 
ragaitsche^ en celliq. ragacher, miserable pelit 
marchand, regrattier; de la racine rag, petit, 
d'oü le fran^ais ragot , etc. 

RAISINS : Manger , cucilUr des raisins ,• il est 
mieux de dire du raisin. Nous zi^^^\oi\s/endant 
le raisin dont la gousse reste adherente a la pulpe, 
et rafeiix , celui dont la gonsse se detache lors- 
qu'on le mange. 



GENEVOIS. 



253 



RAISINS DE MARS, groseilles rouges. Vaud. A 
Neucliätel , raisinets. 

RAISINEE (DE LA), du raisine. Vaud. Neuch. 

RAISONS : Auoir des raisons avec quelqu'im, 
c'est-ä-dire une dispute, un differend. 

R AISONNER (SE) : Je ne sais pas me raisonner^ 
c'est-a-dire, me faire une raison , soumettre mon 
esprit ä la raison. Ce verbe n'admet pas le pro- 
nom personnel ; cependant Boiste l'indique dans 
lesens de discuter : un ordre superieur s'execute, 
et ne se raisonne pas. 

RAISSON, RESSON , sciure de bois pour nettoyer 
les parquets. Ressa , en Languedoc, aussi bien 
que chez nos paysans , signifie une scie , et rasse 
en Franche-Comte , resse dans nos Alpes , se di- 
sent du lieu ou Ton scie le bois. ' Le celtique 
resea , suivant Bullet, a le meme sens. Un hel- 
lenisle derive resson ou raisson du verbe grec 
7-assö , je reduis en poussiere. 

RAMELEE , ribambelle , quantite : Ujie ramelee 
de monde. 

RAMPON (DU) DE LA RAIPONCE; en anglais ram- 
pion. Quelques-uns confondent la mäche ou dou- 

1 La Torncrcxse, ruisseau du Gessenai, tire son nom de resse, 
mcmlin a scie. On dit anssi tessir pour scier, dans le caiiton de 
Fribouiff. 



254 GLOSSAIRE 

celte avec la raiponce , mais c est une plante 
dift'erenle. 

RANCHE, RANCHEE , pour rakgee : Une grau de 
j-anchej toiis sur Ja mime ranchee. Ranc, Ranli, 
Renk , en celtique, signifie une sulte criiommes 
ou d'animaux qui vont a la file; de la le rantz 
des vaches; en anglais, ranty saylor's rant la 
marche du matelot. En breton , ur-renken a 
soudardei, une file de soldats. A Lisbonne, on 
appelait ranclios certaines bandes de gentils- 
hommes, qui , sous la conduite de Don Antonio, 
frere du roi Juan V, se faisaient un jeu d' insulter 
et d'attaquer les passans dans les rues de cette 
capitale. 

RANCO : Etre au ranco j c'est-a-dire , A l'agonie; 
du verbe rancare qui, dans la basse latinite, si- 
gnifiait raler. 

RANCUNEUX, pour rancunier : // n'est rien 
rancuneux. 

RANG DE BOIS , bliche ronde : Une douzaine de 
rargs. 

RANGUILLE, jeu decoliers. RANGUILLER , RA- 
GUILLER , redresser. Voyez Guille. 

RAPELU ; se dit d'un homme mal vetu , de mau- 
vaise mine : Un vieux rdpelii. 

RAPERCHER , trouyer , deterrer , accoster : 



GENEVOIS. o55 

Ou auez-vous ete rapercher ces houqulns ? II va 
raperchant toute sorte de monde, Neuch. 

A 

RAPI , RAPE DE COPEAUX : Mettre du vin sur le rdpi. 
RAPIN, HARPAGON, vilain; du latiii rapio. 
RAPISTOLER, RAPETOUILLER, raccommoder, 

RAPSODER j forme du grec rhapto , je cous. 
RAPPELER : 

o J'avais fait rayer de la liste des emigrcs plusieurs gen- 
tilshommes; j'avais procure des places aux uns, donne de 
l'argent aux autres ; quclques-uns s'en rappeüent , la plu- 
part l'ont oublie. » 

(Rapp, Mein.) 

Rappele z-i^ous de votre promesse. L'antece- 
deiit et le relatif ne doivent pas etre employes 
dans une construction uniforme ; il fallait dans 
le premier exemple ; quelques-uns se le rappel- 
lent ; et dans le second : rappelez-vous votre 
promesse. 

RAPPONDRE, AJOüTER : On voit que c^est rap- 
pondui rappondre wie sauce. \aud. 

RAPPORT : Par rappoit que ^ par rapport ä ce 
que , pour parce que, par la raison que : Je 
ne peuxj aller, par rapport que mafemme est 
malade. 

RARIFIER, pour rarefier. 

RASSIE , pour rassise : Unefemme rassle \\-nm^^ 
posee. 



256 GLOSSAIRE 

RATAPIOLE, RiBOTE dulendemain : Faire la ra- 

iapiole , prendre du poil de la b^te. 
RAT AQUO (LA) , morceau de drap decoiipe en 

forme de rat , oii d'autre animal, que les ecoliers 

frotteiit de craie, et jeltent sur l'habit d'un pas- 

sant. 
RATE, SOURIS : Xln nid de rates ; mouille comme 

une rate» La Fontaine l'a employe dans le sens 

de rat femelle : 

o Sus, sus, courons aux armes; 
Quelques rates , dit-on, repandirent des larmes. » 

Ce mot se dit aiissi ä Geneve des dents d'un 

petit enfant, ainsi que de l'aetion du soleil re- 

flecln par un miroir. iP^ous m'ai^ez Jait la rate, 

RATIN , ODEUR DE RATS : // sent hien Ic ratin. 

RATELET : Un ratetet de mouionj dites^UN CARRE 

DE MOUTON. Vaud. 

RATENIR , pour retenir. 

RATER: Ce chat rate bien; des chei>eux rates ^ 
fausses acceptions de ce mot, qui ne se dit qu'en 
parlant d'une arme a feu , ou , au figur(^ , de 
qiielqu'un qui a manque son coup. 

RATOLIYE , RATOULU E , chauve-souris. A 
Lyon j rafe-volage , et dans les provinces meri- 
dionales, ralapenne , forme du roman, ratape- 
nade. Au canton de Vaud, ratai^olaire. 

RAUFE j polsson du genre de la tauche; le roten- 



GENEVOIS. :>57 

GLE , suivant Jurine. Pendant nos troubles de 
1737, on appelait rauf es les citoyens de la fac- 
iion popülaire, ei goujons , les partisans des 
patriciens. 

RAUFER 5 GRONDER 5 GROGNER : // 116 fait quG 

raufer. 

Jf^AUFERIES , GRONDERIES5 et aussi vieux Chiffons, 
VILENIES : Sa chambre est pleine de rauferies. 
RAUFIN , GRONDETjR , GROGNARD. En allem, sich 
raufen, se chamaillerj se battre ; rauferey^ que- 
relle , batterie , et rauf er:, batailleur. 

RAVAUDEUSE, femme qui aime a marchander, 
a vetiller. En bon fran^ais , une ravaudeuse est 
une RACCOMMODEüSE DE BAS. II peut cependant se 
dire au figure , et dans la conversation familiere, 
dune femme importune, qui fatigue par ses ba- 
livernes. 

RAVONAILLE, roquette, brassica eruca. 

RAVONET , RAiFORT : Une Hasse de ravoneis, 
En italien, j-apanello ; en dauph. rai^anella, 

RAYER, RAYON, prononcez re, et non ra la pre- 
miere syllabe de ces mots ; prononcez aussi efre- 
lER , et FRE-iER , les verbes efFrayer et frayer. 

REBÄCHER, REBÄCHONNER, rabacher. 

REBARBARATIF, pour rebarbatif. Lyon.'Neuch. 

REBATE (LA), se dit de l'action des vagues du 

17 






258 GLOSSAIRE 

lac ballanl coiilre un mur. Rehal signifiait au- 
Irefois reflet , r«^ verberat Ion : 

n Les morions , les picques des soldars , 
Et les harnois fourbis de toutes parts. 
Et l'emery des lances acerees , 
Frappez mcnu des flammes elhcrees, 
Et du rebat du soleil radieux, 
Une lumiere envoyolent dans les cieux. » 

{^OTXSkViny laFranciade.) 

REßlFFER '(SE) se rebSquer. Ce verbe ne se 
Irouve nl dans TAcademie , ni dans Galtel , mais 
de Wailly et Boiste l'indiquent comme etant du 
fran9ais popiilaire. ' 

REBIOLONS, chonx de la seconde pousse. Au pays 
de Vaud rebrandons^ du roman brondojis, terme 
que les Francs-Comtois ont conserve dans son in- 
legrite. Celto-brelon broncz ^ ^ro/zc, bourgeon; 
broncza, bourgeonner. 

REBLANCHIR (SE), changer de linge. 

REBELLE, pour rebelle, supprimez egalement 
l'accent aigu dans les mots suivans : rcfroidir, 
refuge , regislre, rejaillir, reJatif, relation^ reli- 
gion, remedicr , repenia?ice , retcntir , rei^etir, 

1 Nous remarquerons ä cette occasion qu'il est beaucoiip 
d'autres termes que pluslciu's crolenl appartenir exclusivemenl 
ä notre dialecte, et qui sont du franrais populaire, tels que fi- 
gnoler, farfouiller, ravigoter, xJegringoler. <^uonIer, tont (\c go, 
bAfrer, reinouclier, saboulor, etc. etc. 



GENEVOIS. 259 

vi ne proiioncez pas ressemblance , ressembler, 
ressentiment, etc. 

Ayez soin, au contraire, de ne pas dire 7'ecla- 
mer, recolte , reconcilier, recreation , reforme, 
refoter^ reglisse _, repartir, (dans le sens de divi- 
ser), re(juisiiion 3 rei^erhere , reverberatioiij tous 
<^s mots exigent l'accent sur le premier e. 
REBOUILLER, ravauder, remuer , boule verser : 
J^ai rebouille tous ces papiers pour chercher.,. 
Dans la langue romane, on disait tribouiller, au 
figure : li euer me irihouill^j et Moliere en fait 
encore usage : 

'< Je me sens tout tribouiller le cteur quand je te regarde. » 

( George Ikindin.') 

KECAFEE , ECLAT de rire : Elle vousfoit de ces 
recqfees! Le vieux mot cachinnation y form^ du 
latin cachirmus , avait le meme sens : 

Que vos ris ne soient pueriles , et qu'il n'y aye en eus 
aucune cachinnation y ni moquerie. 

( Triompke de la noble Dame.) 

PvECHE , APRE, RÜDE, DUR. Ce terme, que notre 
Jean- Jacques a lente de rajeunir, appartient au 
vleux fran^ais : 

Mais ils sont dure et trop i'esche. 

(Eust. Deschamps, Poes, f/mnuscr.) 

Racine celtiquc, rech, chagrin, de mauv^aise 



26o GLOSSAIRE 

humeur. Foulques d'Anjou ' re^ut le surnom de 

Rechin a cause de son caraclere. De rech vient 

le verbe franyais rechigner, autrefois rechiner, 

que les ety mologistes qui ne v oient que la langue 

latine , derivent ridiculement de cajiis , precede 

de la particule re , imiter un chien qui groude. 

Reche est un terme connu en Franche-Comte et 

en Picardie. 
RECOUVERT , pour recouvre : // a recoupert sa 

creance. 
RED ASSE, espece de grive, turdus viscworus, 

et au figure, une femme maigre et seche : Cest 

une vieille redasse. 
REDONDER , signifie , en frangais , surabonder ; 

nous le disons dans le sens de retentir, repousser. 
REDOUX , DEGEL 5 retour d'une temperature plus 

douce : Nous aurons du redoux. 
REDUIRE , SERRER , RESSERRER : Reduisez ces 

hardes, 
REFAIRE (SE) : II ne se refaiide neTiyC'est-a-dire, 

il se refuse tout, il se prive de tout. 
REFIER (SE), SE fier a , compter sur : // nefaut 

pas trop se rcfier sur luL 

I Foulques I.*'"' raourut vers le milicu du 10."'^ siecle; il y a 
eu qualre autres comtes d'Anjou de ce nom \ « Tun d'eux , dit 
Montaigne, alla jusqucs en Jc'rusalcm , pour la , se faire fouet- 
ler ä deux de scs valets , la cliorde au col , devant le sepulcre 
de Nolre Srieiiour. » 



GENEVOIS. 261 

REFROUGNE , pour refrogne. 

REGALE (UNE), un regal, un festin. On disail 

aiitrefois un regale , du vieux mot gale, d'oii 

l'on a fait gala. 

Le beau regale pour une femme! 

(Dancourt, Chev. ä la mode.) 

Mais quoi ! partir alnsi d'une facon brutale , 
Sans me dire un seul mot de douceur pour regale! 

(MoLiERE, Ainphyt,) 

REGAUFREE, rebuffade. 

REGLET , TRANSPARENT : Se sen>ir dhm reglet 
pour ecrire. 

REGNAULT , REGNARD. Ces noms propres se 
pronoiicent aujourd'hui saus faire sentir le^j 
011 dit le poete Renard ; et ce nom vient sans 
doute de celui de Tanimal, qui s'ecrivait autre- 
fois avec un g : 

« Oü la peau du lyon ne peut suffire , il y fault coudre un 

lopin de celle du regnard»» 

( Montaigne.) 

REGROLEUR , savetier : Portez ces souliers au 
regroleur ^faites-les REGROLER. Dauphinois. 
Yoyez Grolle. 

REGULLARITE , pour regularite. 

REGICLER, rejaillir; du latin rejicio, repousser. 
Terme dauphinois ; en Languedoc , rejiscla. 

RELUCHER , pour reluquer. 



262 GLOSSAIRE 

REMARQUER : Je vous remarqueral que. . . ; 

dites : Je vous ferai remarqiier que. Voyez Ob- 

server. 
REMBOÜilS , REMBOURSEMENT : Fous prendrez 

votre rembours sur Fans. Vieux frangais. 
REMEMORIER (SE) , se rememorer. 
REMOLION , petite lessive : Ce n'est qu'un 

remolion. 
REMONTANCE , petite glissohe pour remonier 

ä la grande : Gare sur la remontance! 
REMPETRER (SE) , se rengorger. 
REMPLIR : Remplir son but ^ dites plutut : at- 

teindre son but, car ou neremplit pas un but, 

on l'atteint. 
REMUE DE GERMAIN, pour issu de germain, 

est une expression populaire j aussi Regnard la 

met-il dans la bouclie d'une servante : 

II a lant d'heritiers le bon seigneur Geronte , 
II en a tant et tant, que parfois j'en al honte : 
Des oncles , des neveux , des nieces , des cousins. 
Des arriere-cousins remues de germains ; 
J'en comptai l'aulre jour en llgnes paternelles, 
Cent sept mäles vivans, juge encor des femelies. 

( le Lcgatairc.^ 

REMUER, demenager, changer d' Appartement : 
Quand reniuez-vous ? Terme gascon , Lyon. 
Vaud. et Neucli. Remuagiiim , dans la basse la- 
iinitd, et remuagc , en vieux fran^ais, se |di~ 



GENEVOIS. 263 

saieiit d'uii droit per^u par le seigneur, quand 
IUI (biids changeait de proprietairc , oii de la 
luxe qu'on payait an mailre dune maison , lors- 
que le locataire la cedait ä un autre. REMUEUR , 
celui qui nettoie les meubles, et qui les trans- 
porte quand on demenage : Nous auons les re- 
niueurs. 

REN ARD : Faire les renards : vomir ; en frangais 
popnlaire , ecorcher le renard. 

'RENASQUER, renäcler : Tuas beau renasquer, . . 

RENCONTRE (UN) une rencontre. 

« Le mardi suivant (avril iSai), fust un gros rencontie 
aupres de Vandouvre, entre ceulx du Foucigny , ceulx de 
de Geneve, et des gens d'Aoste , et furent prins des gens 
d'Aost un grand nombre. » 

(BONNIVARD.) 

A Lyon, Ton fait aussi ce mot masculin; il y 
a meme dans cette ville, la rue Bon-rencontre. 
Vieux fran^ais, et meme suivant TAcademie, 
on peut dire encore : C'est un facheux ren- 
contre. 
RENE VIER , RENE VIERE , celui ou celle qui fait 
des amas de provisions, qui cache des effets, qui 
prete sur gages. On appelait autrefois reneveis , 
reneuviers , les usuriers de la cainpagne , parce 
qu'ils renouvelaient le contrat, lorsque les em- 
prunleurs ne pouvaient pas les rembourser. 



264 GLOSSAIRE 

REN VERSER , en parlant d'une voiture : Noiis 
auons renperse j il faiit dire : Nous ayons verse. 

« Le carrosse et les six chevaux renversent l'homme et le 
cheval cul par-dessus tete, et si par-dessus, que le carrosse 
<en fut verse et renverse. » 

(StviGWE.) 

RENVOIS j RAPPORTS, AiGREURS : Les raiionets me 

donnent des renvois. 
REPAILLER , pour rempailler : Donnez ces chai- 

ses ä repailler, ä la REPAILLEUSE , dites REM- 

PAILLEUSE. 

REPATRIER, rapatrier. 

REPETASSER, RAPETASSER. 

REPICOLER (SE), se refaire, se remettre : // 
commence ä se repicoler^ corruption de rei^l- 
coler, fait du verbe roman rei>iscoula, renaitre, 
ranimer, dont les provinces meridionales ont 
conserve l'usage. 

REPLAT, PLATEAU, terrainplat sur une elevalion. 
Tenne de la langue romane. 

Enfin la voiture atteignit un replat de bruyeres . . . 

Le replat sur lequel est bäti le village . . . 

{Bibliot. Brit.) 

REPLUMER (SE), se remplumer. 
REPOCHONNER , reprendre avec la cuiller : 

Repochonner la soupe. 
REPRIN , RECOUPE , sorte de son ; terme roman 



GENEVOIS. 265 

qii'on retrouve dans les departemens du midi. 
RECOU , chez iios paysans , signifie regain. 

Porvu que pliuve a la mi out, 
y a preu rave et preu recou. 

REPROCHER, donner des Rapports : Je ne mange 
pas du chou , parce quHl me reproche, 

REQUETE : Etre de regnete , etre Recherche , 
COTJRU : C'est unjeune komme de regnete , ilj 
a beancoup de monde, les places soni de re- 
gnete. 

REQUINQUILLER (SE) , se requinquer. Lyon. 

RESILLER, tourner, devenir aigre : Ce vin com- 
mence ä resiller (II mouillees). 

RESSEMELAGE , carrelure; toutefois resseme- 
ler est frangais. 

RESTAURAT, Boiste dit Restaurant, etablisse- 
meiit de restaurateur. 

RESTER, dans le sens de demeurer, loger , est un 
gascoiiisme. // reste bien ä venlrj dites : U tarde 
bien a venir. 

RESTOUPAGE, RESTOUPURE, reprise. RES- 
TOUPER, reprendre: Elle restoupe bien-j c'est 
une bonne RESTOUPEUSE. Cependant Gattel 
dit resioupage , expression usitee en Flandre, et 
Boiste indique le v erbe restauper, dans le meme 
sens. 

RETACONNER , rapiecer : Uti hablt tont reta- 



-66 GLOSSAIRE 

conne. Neüch. Tenne de la laiigue roinane , 
form(^ du celtique , tacon , piece , morceaii ; de 
la, iiolre Tacoimcrie , oü se lenait autrefois le 
marche, aux cuirs. Voyez nos Recherches sur les 
noms de lieux. 

Boiste indique rataconer, comme appartenaiit 
au frangais populaire. 

UETOURNER, pour renvoyer; terme mercan- 
lile : Sivous negardez pas cet ejf'ct, vous me le 
retournerez par premier courrler. Retourner, em- 
ploye comme verbe actif , signifie lourner d'un 
autre sens. 

REVÄNGE 5 pour REVANCHE : Prendre sa repange. 
REVANGER, pour revancher. Repenger est 
du vienx fran^ais : 

« Voyant ä coup de bec sa femme l'outrager, 
Voudrait bien, s'il pouvait, d'elle se revenger. » 
(Tb. deCouRVAL, Sat. sur Ics poignantes traverses du mariage.) 

REVENETTE, ricochet, bricole : La revenetlc 

en est. 
REVTNIR , pour redevenir : // repient jeune ; 

cetie etojje est revenue ä la mode. 
REVERCHON, envie . petits filets qui se detachenl 

de la peau aulour des ougles. 
REVIREE, REV IRE-MARION, rebuffade, mor- 

NIFLE, CO LI RS. 

RllABlLLEüR, renoueur, bailleul : L'hommc 



GIlNEVOIS. hG-j 

du PVaclie est un Jameux rhabllleiir. On dil 
pourtant rhahiller remcllre iine partie kixee. 

KIBANDELLE, ribambelle. 

mC ET RAG, mc-A-Ric.Lyon. üaiiph. 

lliEN : // n^est rien complaisant j il ne fall ricn 
chaiidj ilrJy a ricn de temps queje Faivuj ccla 
Tief alt en rien , ne fait de rien , sont des phrases 
tlefeclueuses qii'il faut remplacer par les sui- 
vaiiles : 11 ii'est point complaisant; il ne fait 
poiiit chaud; il y a peu de temps , il n'y a rien 
que je Tai vu; cela n'importe en rien, ne fait 
rien. On doit encore eviter de joindre a ce mot 
les particules pas et point. 

« Tic pas mis avec rien tu fais la recidive; 
C'est , comme on te l'a dit , trop d'une negative. » 
(MoLiÄRE, Femmes savantes.) 

RIEN D'AUTRE. Voyez Autre. 

RIFLER, RASER: Cette pierre m^a rifle Ic visage. 

En roman, rißer, ecorcher; en anglais riße, 

raser, voler. 
RINCEE, AVERSE , et aussi, reprimande, conps. 
RINGER : RincerdiL linge, pour aiguayer du linge; 

rincer ne se dit que de la va isseile et de la 

bouche. 
RINGOLET, RINGOLETTE,PROPRET, propret- 

TE; Sans doute de Tallemand reinige propre. 
RINGUER, SE RINGUER, rosser, se baitre; de 

l'allemand ringen , luller. 



268 GLOSSAIRE 

RIOLER , GRONDER , RABÄCHER : // nefaü que rio- 
ler- c^est toujours la meine VAOLE.y oy . Triole. 

RIOUTE j DEBAUCHE DE TABLE , TAPAGE. Ell \'ieux 

fran9als , r'iote , querelle ; rloteux , querelleur ; 
faire riote, se fdcher : 

Si ton pere tejait riote , 
Si lui metz sus quil radote. 

{Commaiidemens de V Antechrist en i/|86.) 

n II y a quelquefois de petites hargnes et riottes souvenl 
repetees, lesquelles, par succession de temps, engendrent 
de si grandes allenations de volontes eiitre des personnes , 
qu'elles ne peuvent plus ■vivre ni habiter ensemble. « 

(Amyot.) 

Riote signifiait aussi Theure du goüter, Vheure 

de rloie. Racine celtique, not, ryot, querelle, 

debauche. 
RIOUTE, LiEN DE fagot; du roman rorte, forme 

du latin retortus , tortu, ä cause de la forme de 

ces liens. En Dauphine , riorta. 
RIQUIQUI, EAU DE viE 5 LiQUEUR : Une goutte de rl- 

quiqui. Dauph. 
RISKE, pourRixE, dispute. 
RISOLET, RISOLETTE, Rio teur, rioteuse. Vous 

eles une pciite risolette. 
RITE, CHANVRE, FiLASSE : Une quenouille de rite. 

Vaud. ; en Dauph. risla. 
RITOURNELLE (LA) ; la contre-revolution , Ic 

relour a rancien regime: terme usile peiidani 



GENEVOIS. 269 

la rev^olution : Faire la ritournelle ^ faire danser 

la ritournelle. 
ROCANDER5 clemander avec importunite : // est 

loujours ä me rocander; c^est un ROCANÜEUR 

eiernel^ du latin, rogans , qui prie. 
ROGATION, ROGATON : Un rogdtion de pain. 
ROGE-POLET , se dit d'une repetition ennuyeuse ; 

C'est la chanson de roge-polet, rouge-poulet. 
ROGNE : Chercher rogne ä guelqu'u?i, lui cher- 

cher NOisE , chicane. 
RONCEMELER , respirer avec efFort : Ecoutez 

comme il roncemelle, 
RONDION, Fable ou Tablette, poisson du genre 

cyprin. 
RONFLE (UNE), sorte de toupie creuse qui ronße 

en tournant. 
RONGILLON , fruit ronge , reste de fruit. 
RONNER, RONN ACHER (prononcez ron-ner, 

ron-nacher ) , gronder, rognoner, RONNEE 

(prononcez ron-nee) , gronderie , rebuffade. 
ROTER : Cefoin ri'apas encore rote ^ dites, SUE. 

Faites roter ce ?'izj crever est le mot propre. 
ROUCHE , enrouement. ENROÜCHE, enroue : // 

a un peil de rouche, vous etes hien enrouche. 
ROUGEMAND , ROUGEMANDE, rougeaud, rou- 

GEAUDE : TJne figure rougemande. 
ROULEE 5 COUPS , rossee : Tu as eu ta roulee. ROU- 



270 GLOSSAIRE 

LER, DUPER, LEUßRER, MYSTIFIER : Elle Vajo- 

timenl roule. Fran9. pop. 
ROUPE, HOUPPELANDE (/i s'aspiue). Terme gascon; 

du latin barbare, raupa^ ropa , sorte d'hablt. 
ROUSSE , ROUSSEUR : Elle a le visage plein de 

jousses. Yaud. 
RUCLON5 sorte d'engrais sec : Aclieter un rucloiiy 

RUCLONNER un pre. Au pays de Vaud , rablon, 
RUETTE , RUELLE : La ruette du Molard. 



GENEVOIS. 271 



OACHE (UNE), UN grand sag ' ; terme de la lari- 
giie romane : Une sache de neuses et de nii- 
gcttes , un sac de noix et de noisettes. Les Ge- 
nevoises appellent SAC DE IVUSERE , le sac dans 
leqiiel elles serrent leurs chiffons. 

SxVCRE : Trapailler comme un sdci'e , c'est-adire 
comme un for^at. 

SACREPAN, poiir sacripan, forme du Sacripante 
de l'Arioste. 

SAGATERIE , boucherie pour la basse viande. Sa- 
gatta est Uli terme romaii qui signifie massacrer, 
et Ion dit eiicore eri Provence sagatar, poignar- 
der. Ce mot , suivant l'auteur du Vocabulaire 
proven^al, est usite parmi les Juifs, pour expri- 
mer la maniere dont ils tuent les moutons , selon 
l'ancienne loi. 

SAIGNE (UNE) , une saign:^e. En langue romane 

1 II est bon de remarquer ici que le mot sac, soi'ti de la 
racine cellique sack, ou de l'hebreu soK , est ä pcu pres le 
meine dans la plupart des idiomes de l'Europe, et qu'on le 
rctrouve dans plusieurs langues orienlales. 



272 GLOSSAIRE 

saignie , coinme le disent encore iios paysaiis. 
Vaud. 

SAINQ ET SAUF , sain et sauf ; ce q est encore 
une lettre euphonique dont le peiiple fait usage 
poiir eviter un son nasal. Voyez rarticle Der. 

SAINFOIN , pour luzerne ; nous confondons sou- 
vent ces deux sortes de graines ou de fourrages. 
Le sainfoin se nomme aussi en France , espar- 
cette ou pellagra. 

SAINT FRISCAirs : Manger son saint friscain , 
sonfriscain , se ruiner. 

SALEE, Sorte de galette aux oeiifs. 

SALIGNON j MOTTE A BRÜLER ; en frangais , ce mot 
signifie pain de sei : Pain salignon. Vaud. 

SALIGOT , SALIGOTE , saligaud , saligaude : 
C^est une petite saligote ^ comme vous af^ez SA- 
LIGOTE cette rohe. 

SALONGLER, rosser. SALON GLEE, coups. En 
langue romane chalongner, rosser. 

SALVAGNIN, SERVAGNIN, vin rouge du pays 
que nous devons ä un plant de Bourgogne. En 
Franche-Comte le Savignin est un raisin tres- 
estime. L'abbe Rosier parle de differens vigno- 
bles de la France oü sont cultives le sauvignen, 
le sen>ignen , le savagnien. Le savouiet, savoyet 
de nos environs est un raisin rouge fort ordi- 
naire, mais qui rend beaucoup. 



Il 



GENEVOIS. 273 

SANGSUIE,SANGSUE. 
SANGUINAIRE , pour sanguin : Un temperam- 

ment sanguinaire, 
SANS DESSUS DESSOUS, ecrivez, sens dessus 

DESSOUS. 

SARDAGNE , pour sardaigne : L'Ile de Sardagne, 
SATURNE , TACiTURNE : II a Vair tout saturne. 
SAU, SUREAU : Du hois de saii. En langue romane, 
seu j sahue : 

La rose lesse pour l'ortle, 
Et l'esglantier por le seu. 

(Gautier de Coinsini, 12 et iS.™^ siecle.) 

Seu se dit encore en Dauphine. Espagnol , sauco, 
SAUMACHE , SAUMATRE : Cette eau a un goüt sau- 

mache , de saumache, 
SÄUME, ANESSE; du latin barbare sauma : 

Qucedam sauma vendita cum basto suo et ornamentis. 
{Chron. du mojen dge.) 

Terme lyon. et dauph. En Italien, somaro, un 
ane. 

SAU VE , SAUVE : Le voilä saui^e! Sauve est le fe- 
minin de l'adjectif sauf : La vie sauve, vie et 
bagues sauves. 

SA VATER, SAVETER, gater. Nous le disons aussi 
pour deranger, incommoder : Ce vin m'a sai^ate 
le coeur. 

SAVIGNON, cornouiller sanguin. 

18 



274 GLOSSÄIRE 

SAVOIR A DIRE, faire savoir, informer : Je 
vous le sanralddireGsl un barbarisme dephrase. 

SAVOISIEN, ce mol, comme nom generique des 
habitans de la Savoie, devrait rcmplacer celui 
de Sapojard , que Boiste, dans iine autre accep- 
tion , fait synonyme d'homme sale et grossier. 
All reste, Savoisien, Savoisienne, ne sont pas 
des termes nouveaux dans la langue fran^aise : 
Clement Marot a dit : 

Confortez-moi Muses savolsiennes 
Le Souvenir des adversitez miennes. 

H. Estienne ecrit Sauojen. 

SAVONNADE (UNE), pour i'N savonnage. 

SAVOUREE, SAVOREE ou sariette. 

SAXIFRAGE ; nos fleurlsles disent le saxifrage , 
mais le nom de celte plante est feminin. 

SCELLES : Mettre les scelles j dites, le SCELIE. 

SEBER; un ecoiier dit qu'il est sehe , lorsqu'il a 
perdu tout son argent au jeu. 

SECIIARD5 VENT DU nord-est; Rousseau en parle 
dans sa Noui^elle Heloise. 

SECHE : Faire Vheure seche , boire un coup, man- 
ger un morceau entre le dejeüner et le diner. 
Ce terme , qui est connu au pays de Vaud , ne 
vient pas de seche , feminin de sec, mais de 
Vallem. zechen, cliopiner; Zechhaus, cabaret. 

SECHOT , CHABOT , coHus gabio ,• ä Yverdon , iete- 



g]£nevois. ' 275 

ä-maillot, SECHOTER, prendre des chaeots, 

et SECHOTIERE , fourchette fichee a un bäton 

pour les piquer. 
SECONDER , SECONDAIRE , SECOURIR , SE- 

COURS, SECOUSSE ;supprimez laccentsur l'e ; 

dites aussi secret , secretaire , et non pas , se- 

cret , secretaire, et SÜREMENT, au lieu de su- 

rement. 
SECOUPE , soucouPE. Vaiid. 
SEICHE , Sorte de flax et de reflux particulier a 

notre lac, et a quelques autres. 
SEILLE , SEAU. Ce terme du vieux frangais , forme 

du celtiq. seilh (et non du grec segia , comme le 

croit M. Mollard de Lyon ', ) est encore en usage 

dans quelques departemens. Vaud. 

Apres avoir, au partlr de Marseille, 

Pris du biscuit et de l'eau mainte seilte.. .. 

(La Borderie, i5o7.) 

SEILLOT, petite seille. Jacques Flournols, dans 
son Extrait des registres latins du Conseil, cite 
par M. Grenus, fait usage de ce terme : 

On ordonna que tous les seittots que donneraient les 
bourgeois. . . 

Ces seillots etaient des seaux de cuir. En i535, 
la bourgeoisiesepayait quatre ecus d'or, et unum 
seillotum correi bolocti. 

1 Mauvais langage corrige, 4-^ edition. 



2"^G GLOSSAIKE 

SELPETRE , SALPfiTRF. 

SEMEiNS, pour semences : De bons semens. 

SENTINELLE (UN) une sentinelle : Poser un 
sentinelle, L Academie dit cependant : Plusieurs 
Ibnt ce mot masculin , ce qui semblerait per- 
mettre les deux genres ; Boiste les autor ise pour 
la poesie. 

SENTU, pour SENTi, du . rbe senlir. Cetle ex- 
pressiou , qu'on retrouve parmi le bas peuple et 
chez nos paysaiis, apparlieni. au vieux fran^ais, 
comme toussi pour tousse; voyez ce mot. 

SERACEE , SERET , laitages du pays , especes de 

CAILLEBOTTES. Vaud. Neudi. Du latiii serarius , 

de petit lait; seresco , se tourner en petit lait. 

Rousseau , dans sa Noui^elle Helo'ise , parle de 

grus et de seracee , et Boiste , qui , comme nous 

lavons deja observe , a soigneusement recueilli 

tous les idiotismes de notre illustre compa- 

triote , traduit ce dernier terme par le mot 

frangais brocotte, partie caseeuse et butireuse 

du petit lait. 

SERAILLE, SARAILLE; se dit d'une arme a feu 

qui rate , qui fait long feu : Monjusü afait se- 

rß/Z/cLangued. sara'iaj peut-ötre du latin.^ene.9, 

continuite. 

SERCLER, SARCLER. SERCLORET, petit sar- 

' CLOIR, SERFOUETTE. 



GENEVOIS. 377 

SERIN GUE, POMPE A INCENDIE; pompe a feii serait 
mal dit , parce que ce terme doit servir a desi- 
gner une machine hydraulique, mise en jeii par 
la vapeiir. 

SERBIEN TjSARMENTjbois de la vigiie. Lyon. Vaud. 
Neucli. 

SERPENT (UNE), un serpent. 

SERVANT (UN) , un revenant , m lutin. Vaud.' 

SERVANTE, Instrument de cuisine qui soutient 
le poelon pendant qu'on fait bouillir le lait. Dau- 
})hinois. 

SERVICE, COUVERT : Mettez un seri^ice pour moji- 
sieur. Service ne doit se dire que pour la quan- 
lite de vaisselle oude linge qu'il faut pour servir 

1 Dans un ailicle interessant sur la my thologie de nos Alpes, 
le Conservaleur Suisse atlrlbue l'origine des seivans de ces con- 
trees aux sjlvateqiies champetres des anciens Germains, divinites 
invisibles qui j>renaient soin de la maison de leurs adorateurs. 
Nos servans , ajoute l'aufcur de cet article , sont plus malins 
que mechans, et fönt plus de mal que de bien : ils gardent 
Je betail , fönt prospercr lejardin, et rendenl parfois, sans se 
montier, de petits Services doraestiques; mais ils prennent de 
riiumeur, fönt du tapage, et pendant la nuit, mettent le de- 
sordre dans les meubles, lorsqu'oii oublie de leur faire une li- 
balion , en jelant de la main gauche , luie cuilleree de lait sous 
la table. M. Bridcl a vu lui-meme pralif[uer celte ceremonie 
par des beigers des liautes Alpes. 

Lcs niemes su[>erstilions sc rt-lrouvent rhez divers peupks 
du Nord, <L Do Manhangy assure, qu'au 14-""' siecle il en 
exislait de seinbiahlcs parini les prcheurs de la Normandie. 



278 GLOSSAIRE 

une table , ou pour le nombre de plats qu on y 
sert a la fois. La cuiller et la fourchette reunies 
se nomment aussi un couvert, et non un sewice. 

SI ; // est si aime j si ne modifie pas bien un par- 
ticipe ; mais si tendrement aime n'offrirait 
aucune incorrection. Si ne se met pas non plus 
devant un subslantif : J*ai eu sifroid que. . . ; 
j'ai sifaim. . . ; il faut dire : J'ai eu tellement 
froid. . .; j'ai tellement faim. . . 

SIAU, SEAU : Un siau d^eau. Roman, saiauy seiaj. 
Terme vaudois, dauphinois et paris. pop. 

SICLER, voyez cicler. 

SIFFLASSON; petit plongeon, colymhus stella- 
tus. SIFFLET5 MO YEN PLONGEON, coljmbus im- 
her. Rousseau , dans sa Noui^elle Helo'ise , parle 
de sijßassons 3 de gros-si^ets , de iiou-tious\ 
de crcnets. 

SIGNER (SE), SIGNER, APPOSER SA SIGNATURE : 

S'est-il signe? Oujaut-il que je me signe? Se 
signer signifie faire le signe de la croix. 

SIGOÜGNER, voyez Cigougner. 

SLMOLAT, SEMOULE ; de l'ical. semolaj a Lyon, ^i- 
mouille. 

SINGULIARITE, pour singularit^. 

I Le tiou-tiou, ainsi nomine de son cri , est le cul-blanc de ri- 
Tierej Ic cremt est un courlieuj voyez Louis. 



GENEVOIS. 279 

SIOUTE (A LA), A l'abri , a couvert; de Titalien, 
aW asciutto^ au sec; ou du romari essoute , lieu 
ou Ton se met a l'abri ; et non du grec cholos y 
comme le dit E. Bertrand'. Patois de Fribourg, 
sota; Yaud. et Neuch. la chottaj en Franche- 
Comte soute , et en Dauphine, souia : se bita d 
la souta, se mettre a l'abri. 

SISTANCE 5 contraction de subsistance : N*auoir 
pas sistance au monde , etre denue de tout. 

SMOUTER, terme rural, fouler le raisin : Smou- 
1er dans la brande. 

SOIENT; ne prononcez pas quHls soi-ie , mais 
qd'ils soa ; et ne dites pas qu'il sojCj mais QU'il 
SOIT ; quelques-uns prononcent sait : quoi que ce 
saity oü que ce sait j et un endrait, pour un en- 
droit, craire pour croire; ce sont de mauvaises 
manieres de s'exprimer. II en est de möme des 
mots adrait , adraite , pour adroit, adroile : on 
ne dirait plus avec Moliere : 

« D'abord j'apprehendai que celte ardeur secrete 
Ne fut du noir esprit une surprise adroite, » 

{Le Tartufe.) 

SOIR : Hier ä soir^ deniain ä soir j dites hier au 

SOIR, DEMAIN AU SOIR. 

SOLEMNEL, SOLEMNITE, ont vieilli ; ecrivez 

I Recherches sur les langaes de la Sulsse , Gcnev'C 1758. 



28o GLOSSAIRE 

SOLENNEL , SOL'ENNITE , et pronoiicGz solanel , so- 
laniie ; solaniser, solanellement. 
SOLI , FENiL 5 GRENiER A FOiN ; eil Franche-Coiiite , 
jow/i>r;,langue romane, soliei'j forme du celti- 
que souly paille, chaume; loa solierde soure la 
jnaxoTiy le grenier au-dessus de la maison. 

Quant la court li Roi fust i ostee , 
Moult vissiez belle assemblce, 
Les Mareschaux oster, livrer 
Soliers, et chambres delivrer , 
Et ceux qui n'avoient ostex 
Faire loges et tendre tex. 

( Rom. d'Anxüs. ) 

SOLlCISMEjSOLECISME. 

SOTIFIER 5 RENDRß SOT, ATTRiSTER : cette nou- 

velle Va bien sotlfie, 
SOÜCILLEUX , souciEUx : il a pris un air sou- 

ciUeux. Sourcilleux ne se dit plus qu'au figure : 

monts sourcilleux. 
SOUCIS (LES), LES souRCiLs. Lyon. 

SOUHÄITEPi; ne prononcez pas souhaterj ni sjn- 
tome pour Symptome, et dans suspect, circons- 
pcct j prononcez ia derniere syllabe pek, 

SOULIAUD , soÖLALD : vilain souliaud l 

SOUPATOIRE : gouter soupatoire , goüter qui 
tient lieii de soupev. 

Boiste dit : dincr soupatoire, tcrine burlcsquc. 



GENEVOIS. 281 

SOUPOUDRER, SAUPOUDRER. 
SOURDIR , pour sourdre : On voit l'eau sourdir 
de tous cotes a Spolette. 

{Mein, de Goethe , trad. d'AuiiERT de Vitry. ) 

SOUTENIR des relations : J'ai long-temps sou- 
tejiu des relations fort agreahles apec lui. Sou- 
tenir indique une sorte d'etfort qui ne convient 
pas a cette acception. Ori dit soutenirune cause, 
une discussion , une absurdite. « Ne vous char- 
gez pas d'avoir une haine a soutenir. « 

(Sevigne.) 

SOUVENIR \ failes-leur soiwenir que....-, dites , 
failes LES soiivenir que.... Faire souvenir doit 
toujours etre accompagne d'un regime direct. 

SUCLER, GRILLER , BRÜLER ; Je mc suis sucleles 
chepeujc ä la chajidelle , ce ragoüt esttouisucle. 
En provengal Mjc/fz , flamber , griller, etuscle^ 
brülure. Celt. biicJa , passer a la flamme du feu, 
Selon Champollion Figeac. 

SUISSE , SUiSSESSE. Boiste indique siUssesse 
feminin de Suisse : Regnard, dans sa comedie 
des Souhaiis , met au nombre de ses person- 
nages une Suissesse, et Voltaire appelle la Julie 
de St. Preiix, U7ie grosse Suissesse. D'autres 
ecrivTnt Suisse^ au feminin comme au mas- 
culin : i< Ln jour que ces belles servanl.es suisscs 
passaient a cote de moi.... » 

[Pens, du Priiice de Ligtie ,iiubLpar Mad. de Sxael.) 



282 GLOSSAIRE 

SÜlTE (DE) poiir tout de suite : Je pariis de 
sulie pour nie rendre aupres de hü. De suite rie 
signifie pas siir-le-champ, incontiiient , mais , 
Tun apres lautre , sans interriiption. Toutefois 
cette fa9on de parier est tellement usitee au- 
jourcrimi , qu'on ne saurait 1 envisager comme 
une faule. 

SUR : J'ai lu sur la gazeite que...., ü est siir la 
Feuille d'ai^is ; dites, DANS la gazette, DANS la 
Feuille d'avis. 

SURLOUER, pour souslouer : 11 surloue la mciiie 
de son apparlement, Surlouer signiliait autre- 
fois louer au-dessus de la valeur reelle. 

SUSPENTE , souPENTE : Les suspenies dhine loi- 
ture y rnetiez cela sur la suspente. 



GENEVOIS. :283 



T. 



X ABAC : Ils (les Genevois ) articulent le marc 
du raisin, comme Marc ^ nom d'homme ; ils 
disentexactement du iabak, et noii pas du taba, 

(J. J, Rousseau.) 

D'OIivet, De Wailly et Gattel veulent aussi 

que, dans lediscours familier, on ne fasse point 

sentir le c final de ces mots. 
TABELLE pour tableau , dans le sens de liste , 

feuil]e,catalogue. Prenez la tahelle^ inscrwez-le 

siir la iahelle. 
TABLA, RAYON; dulatin tabula, planche. Vaud. 

Neuch. 
TABLE : Etre table , avoir le partage egal des 

votes. Vo}ez detabler, Metire la table j dites, 

mettre le couvert. 
TABLEE, reunion de convives ; T^oilä une belle 

iablee ! Tabler, dans le sens de tenir table est 

un verbe cree par Moliere : 

Failes treve, messieurs, ä toutes vos surprises, 
Et plcins de joie, allez tablcr jusquä demain. 

{^Amphyt. ) 



284 GLOSSAIRE 

TABLETTE ; pastii.le est mieux ; tablette est 
pliilut un terme de pliarmacie. TABLETTES 

A LA BISE, PASTTLLES A LA MENTHE. 

TACHE/CLOU DE SOULIER; du celtique lach, clou, 
et generalement lout ce qui accroche , qui ar- 
rete ; de la le verbe frangais attacher , elc. Les 
Normands, les Auvergnats, les Dauphinois, les 
Languedociens,ont aussi conserve ce terme avec 
les desinerices propres a leurs dialectes. Espa- 
gnol, /ac/?oj patois du caiitonde Vaud, tatsche. 

TACHE, au masculin, est un solecisme : As -tu 
fait ton tdche? 

A 

TACHER; iie construisez pas ce verbe avec que : 
Je idcherai que vous soyez content^ diles , je 
tacherai de vous conteuter. Je ne lui ai pas 
iäche est aussi une phrase vicieuse ; diles , je ne 
Tai pas vise. 

TACONNET, tussilage ou pas Dane, planle me- 
dicinale. 

TAGT; prononcez le c el Ic /, et ne dites| pas : 
Elle a heaucoup de Lac. 

TAFENIAN, nigaud, dadais. 

TAlLLERINSj sortede vermicelloplat ;du genois, 
tagliarini. 

" Un pilau ä la milanaisc , des taillains ä la Corse , va- 

" Iciit micux pour inoi que toulcs les inciveillcs <Jc l'art de 

« ßauvillers. « 

(jVArof.EON, i\lcni. (V Anloiuinaixhi.) 



GENEVOIS. 285 

TAILLEUSE; tailleuse en hom?ne, couturi^re eii 
habits d'homme, ou tailleuse pour homme. Vaud. 
Noiis appelons reassujetie tailleuse, une jeune 
fiUe qui 5 ayant fini son apprentissage , travaille 
encore avec la maitresse pour se perfectionner. 

TAL AR , PELLSSE , ROBE FOURREE. Eu latin, talaris 
vestis^ longue robe; Rabelais dit ; rohe talaire, 
Tahar y en celtique, a la meme signification ; 
de la Tabarin, charlatan du 17^ siecle, a cause 
du manteau qu'il portait. 

TAMBOURNER, pour tambouriner. TAMBOUR- 

NIER , pour TAMBOUR. 

TAMER, ETAMER. Vaud. Cettepoeleest maltamee. 
TAMPONNE, TAMPOUNE, debauche de table , 
TAPAGE : Ils ontfait la tamponne ioute la nuit • 
T^ous ai^ez bien TAMPONNE. En Italien, far 
tempöne y signifie se divertir , faire ripaille. Les 
Dauphinois disent tempena, et les Provencaux 
faire la iampouno, 
TANNER, battre, rosser ; terme employe pen- 
dant la revolution : il a ete tanne j c'est un des 
tanneurs de 1794« 
TANT , employ^ dans le sens de si : C'est tant 
bon ! II est taut bete qu'il croit tont ce qu'on 
lui dit, TANT PLUS , TANT MOINS : Tant 
plus on lui donne , tant moins il est content : 
il suftit de dire : plus on lui donne, moins il est 



286 GLOSSAIRE 

content. J^y vais iant moinsque je peux ^ dites, 
le moins que je peux. 

TANTOT (LE) , Tapr^^s-midi : Revenez ce tantot; 
yaime mieux j aller le tantot. Tantot est un 
adverbjB de temps et non un substantif. En lan- 
gue romane, on dit aussi le tantost^ et en lan- 
guedocien , lou tantos, Vaud. 

TAPÄSSEE , AVERSE , FORTE ONDEE. Vaud. A Neu- 
chatel, une tapee^ a Lyon, wie radee. Ce mot 
vient du francais populaire taper. Un helleniste 
a dit serieusement qu'il se forme , par meta- 
these, du gvec, patasso^ je frappe avec fracas. 

TAPEE , GRANDE QUANTITE , RIBAMBELLE : Une 

iapee de monde ,* une tapee de rnarchandises, 
Lyon. 

TAPET 5 le TRAQUET , petit oiseau du genre des 
becfigues. 

TAPETTE, BATTOIR : Les tapettes des lavan- 

dieres i un menlon ä tapetie. Ce mot, pris au 

figure, signilie aussi chez nous, la langue, une 

personne babillarde et medisante : C'est une 

Jameuse iapette ^ tiens ta tapetie au cliaud. 

TAPIN (UN), UNE TAPE. 

TAPtABUSQUER, pour tarabuster. 
TARANTE , terreur panique : II a eu lä une 

Jiere tarente» 
TARIMARA, vacarme, brouhaha. Rabelais dit 

carjjnara. 



CxENEVOIS. 287 

TARTRE (DE LA) pourDU tartre: Latartredes 

dents. 
TASSON, TAissoN, BLAIREAU. Latin iaxo , ital. 

tasso. 

TATA : Vous voilä bien siir voire lata ; c'est-a- 
dire , bien beau, bien pare. 

TATOUILLE, RATATOUILLE, piquette , m- 
POPEE. Paris, pop. üauph. Langued. 

TATTES, TEXTES, TEPES, terra in enfriche. 
Le mot steppe , vaste plaine inculte , est d'ori- 
gine russe; ies Allemands et les Fran^ais Tont 
adopte , mais nos lexicographes ne Tindiquent 
point encore. 

TAULEE , TOLEE , troupe , quantite : Cette 
chienne afait une tolee de petits. Terme roman^ 
qui signifie troiipe , bände , et aussi , comme 
dans plusieurs provinces , une tablee ; du celti- 
qiie, taul, table; en langiie romane , s'atauler, 
signifie se mettre a table , s'attabJer; et touaillcy 
une nappe. 

TA VAN 5 TAON ( prononcez tan ). Ce terme de la 
langue romane esl; aussi en usage dans les pro- 
vinces meridionales; les Francs-Comtois disent 
iauin; espagnol, tai^ario; itaWeu, tafano.lSeuch. 
et Vaud. 

TAVILF^ON , BARDEAU ; du latin tabula, planche, 



288 GLOSSAIRE 

ou du celt. taul^ table, mot conserve dans le pa- 
tois de Besannen. 

« Quelques habilations appartenantes aux chefs etaient 
« plancheiees, et couvertes en tavillons. » 

{^Bibliot. Britan.) 

En Franche-Comte tauailJon. 

TilCHE ^ TAS, MONCEAU, MEULE DE FOIN : On a 

commence ä prendre dans cette leche, Voyez 
entecher. 
TEL ET QUEL , pour tel quel : Voilä votre ur- 
gent tel et quelj je vous la rends teile et quelle» 
TEL QU'IL SOIT , pour quel qu'il soit : don- 
nez-le-moi tel qu'il soit; je la prendrai teile 
qu'elle soit. — Teiles considerables que soient 
ces depenses.... (Exp. suc. des seances^ etc. 1 824)? 
il fallait dire : quelque considerables que.... Cette 
locution se retrouve dans Corneille : 

A tel prix que ce soit, il m'en faut acheter. 

( Le Menteur. ) 

Aujourd'hui , tel que sert a la comparaison , 
et regit toujours Findicatif. 
TEMPLES (LES) , les tempes. Vieux franfais ; 
Chapelaln dit en parlant d'Agnes Sorel : 
En la plus haute part d'un visage Celeste, 
Les glaces lui fönt voir un front grand et modeste, 
Sur qui vers chaque temple , ä Bouillons separes, 
Tombent les riches flots de ses clieveux dores. 

TEMPS ; passezparlä , vous aurez meilleur temps. 



GENEVOIS. 089 

c'est-a-dire , vous abregerez, vous accourcirez 

le cliemin. 
TERGETTE, pour targette. Lyon. Vaud. 
TEFvJACLE (DU) , de la theriaque. Nicot ecrit 

tili tliriacle, et Rabelais, du iheriacle j racine cel- 

Uque triagl : 

Pour son plaisir , non d'argent trop miiny, 
Faifcu alla , d'esprit non immuny, 
Chez les Bretons vendre son tyriacle , 
En se vantant qu'il guerit de tous maux. 

( BoRDiGNK , 1 6« siede. ) 

Tous ces beaux suffisans dont la cour est semee, 
Ne sont que triacleurs et vendeurs de fumee. 

(Regnif.r.) 

TERRAILLE, vaisselle de terre, poterie. TER- 
R ASSIER, POTiER de terre ; en roman, teraülon^ 
terme qiii se retrouve dans le pays de Vaud. 
ün terrassier est uri oiivrier qui travaille aux 
terrasses, qui transporte des terres. TERRAS- 
SIERE, poterie, fabrique de pots de terre. 

TERRE,: meitie , poser par terre; dites, A terre. 
Quand Martine (Medecin malgre lui), dit a 
Sganarelle son mari : J"ai qiiatre pauvres petits 
enfans sur les bras , cekii-ci repond : mets-les 
A terre , et non pas par terre. 

TETIERE , chevet : La tetiere du lit. 

TUE ; quelques puristes veulent qu'on dise : pren- 

19 



2C)ü GLOSSAIKK 

clre du Hie, servir du Hie, et noii pas , preudre , 
servil- le the. Cependant nous lisons dans les 
comedies d'Alex. Duval : 

Charles, dis a nia socur qii'on va servir le thc. 

THETIERE , pour theiere : « Une table a the cou- 
verte de trois tasses ; la thetiere , etc. » 

[Noiw. Hei. edit. de Neuchdtel, p. xx. ) 

TlENS-TOl BIEN, jeu d'ecoiier, en fraiicais, le 
CHEVALFONDU,et TIRE-POiL, la gribouillette. 

TILLOL , TILLOT, pour tilleul : höbe sur le 
tillot. En romau, tllloel, tilloet. 

TINQUET, TIGINON, lopin, qtjignon. 

TIPONNER, CHIFFONNER ^ TIRAILLER. 

TIRANT , TiRom. 

TIRE-GOUINE, mauvaise viande , rejouissance. 

TOCHES, TAUCHES, terrae d'ecoiier, lieu de 

REFUGE. TÖCHER, TAUCHER, etre au lieu 

de REFUGE , ATTEINDRE LE LIEU DE REFUGE. 

TÖFET, TAUFET , sorte de gateau leve. En An- 
gleterre, on dit aussi hasty pudding. 

TOIL, pour TOIT. 

TOMßEE, quantite de convives qui surviennent 
inopinenient : J^ai eu une tombec d diner ; 
marche oii se rendent beaucoup d'aeheteurs : 
C est une forte tonibee ; en Languedoc, ioum- 
hada. A la tomhee de hi nuit ; dites, a NUIT 
FERMENTE, a LA NUIT TOMBANTE. 



GENEVOIS. 291 

Ils partirent a la tombee de la nuit. 

( Xav. DE Maistre , Nouvelles. ) 

TOMBER : il a tombe pour iL est tombe ; tom- 
ber ne doit pas se conjuguer avec l'auxiliaire 
avoir : cependant cette regle n'est pas toujours 
siiivie par les poetos : 

Si ma credulite 
Eüt tombe dans le piege.... 

(Voltaire.) 
.... On aurait ri de l'aventure , 
Si la belle avec lui n'eüt tombe dedans l'eau. 

(La Fontaine. ) 
Poete , il (Byron) expira pres du tombeau d'Homere; 
Guerrier, il n'eüt tombe que sous les coups du sort. 

( Anonyme. ) 

II y a une differeiice entre tomber par terre , 
et tomber ä terre. Un arbre deracine par le 
vent tombe yoar terre -^ des fruits ebranles tom- 
bent ä terre. TOMBURE, pour chute est un 
barbarisme. 

TOME, TOMME, sorte de petit fromage mou. 
Terme dauph. et langued. Grec tomos ^ divi- 
sion; celto-breton , /am, morceau, portion. 

TOPETTE , FIOLE. Dauph. Voyez toupin. Quel- 
ques -uns ecrivent taupette. 

TOQUE^ PETiTE BUTTE, ELEVATiON ; terme d'e'co- 
lier : une bonne toque pour jouer aux mäpis. 
Langue romane , iuquet : 



2c^2 GLOSSAiUE 

" Qiiand je fus sur un petit tiiqiief... je ine relournai 
aiiicie, cüinme la femme de Lolli, el vis lüute la villc 
brtislantc. « 

(Rabelais. ) 

TOQUEE , COUPS : // a jrcu ime ioquee ; du vieux 

h\inQi\\&[ioquer , tVnpper. 
TORBOILLE, bloc, lenne de jeu. 
TORCilE, CüUSSlNET : Meltez unc iorche soiis 

j'olreseille j'ierme neuchalelois et comiols ; du 

iatiii iorquere, tordre. 
TORCIIONNER, frotler avec im lorchon. 
TORTOLION , sorle de patisserie cürnmiiiie. 
TOüCHER : Oll hs a reconcilies , ils se sont lou- 

che la rnain j diies , DANS LA Main. 

« Otez ce gaiil; touchez a iiionsieui- dans la main.» 

( MoLiERF. , Fem, sav. ) 

TOUPlN.fTOUPINE, cküche, jarre, vase de 
TERRE : ;// est sourd comme un toiipin ^ iious 
disons aussi d'une persojiiie morte et enterree, 
(jii ei le fait des toiipines. Eii Dauphine, iiipin^ 
eil Provence , toupin : es lourd coinno un ioiipin. 
Les Laiigiiedociens diseiit : tchaca toupin trci^a 
sa cabuceJa, chaque pot trouve so« couvercle, 
c'esL-a-dire, figurementj chacun trouve a s'as- 
sortir. Tupin, teppin., soiit de la laugue ro- 
inajie : 

■K Elie en mangca sinzr nmids, dcux i>uffards cX slx tu- 
piiis.-» (Uabklais.) 



GENEVOIS. 29.3 

La bombarbe (lebonlet) brixat ujig icppin de inarjo- 
iaine, de quoi la daine Phebppin menait un grand hahay.» 

( Chronlq. du mar. dge. ) 

En basfjiie, tupinagidle sV^m^ie polier de terre; 

de tupinüy pol ,, vlegnillea, faiseiir. 
TOUKNE (LA), la retoiirne, terme de jeu. 

TOÜRNEll, pour retourner : il tourne piqiie; 

voyons de quoi il iourne ; ilfait tourner ses ha- 

hitsj c'est un hahit iourne. 
TOüRTELETTE , j artelette. Vaud- Neucli. 
TOUSSiR, TOUSSER. ^ ieiix tViuicais. 

Apprenons a mentir, nos propos deguiser, 
A Irahir nos aniis , nos ennemis baiser ; 
lalre Ja cour aux grands, et dans leurs antictianibres , 
Le chapeau dans la raain , nous tenir sur nos menibres , 
Sans oser ny cracher, ny toussir , ny s'asseoir. 

( Reonier. ) 

TOüT , dans la significatioii de comnie, entiere- 
ment, bieo que, quoique, dev^ant im adjectit' 
qui commence par une voyelle ou iiiie h saus as- 
piration est considere comme adverbe, et, par 
consequent, ne peiit se decliiier. Vous iie direz 
doiic pas : Ces nouveües sont foutes autaiit de 
lables. — Celle cbambre est ioule autie depuis 
quon y a mis ce papier. — - Taute usee qii'est 
cetle robe , eile peiit encore. . . — Tous babdes 
qu'ils peuv'ent etre. . . ;mais, TOUT autantde.... , 
TOI T autre depuis. . . ; TOUT usee. . . , etc. 



294 GLOSSAIRE 

TRAGUER, tr6ler,'porter , trainer : Nous n ^ 
somrnes bien irdgues auJourd'Jiiii j c^est bt 
pouj- irdguer dans 1a rnaison • de rallemand 
tragen , porler. Vaud. 

TRAINE 5 se dit d'une longue coiivalescence : 
Apres sa maladie , il a eu iinc iraine. En fran- 
^ais, terme de chasse et de navigation. 

TRAIRE : Traisez les vaches ; dites , TRAYEZ ; il en 
est de meme pour les composes de ce verbe : 
distraire , extraire. soustraire. Voyez Distrai- 
sent. 

TRALEE, RIBAMBELLE, SfiQUELLE , QUANTITE : Vne 

trdlee d'enjajis , une irdlee de monde. 
TRANCHE (LAIT); diles, lait caill£. Neuch. 

Vaud. 
TRANCHES (LES), les tranchees : Le tour des 

iranches. 
TRÄFE, trapu : Un peiit homme trape. A Lyon 

irapot. 
TR A RON (UN), lne trappe. 

Tl n'y avait point de figure qui paiüt sox'tir du cenlie 
de la tene par le trapon du llieätrc. 

( M. DE SiSMONDi , Litter. du Midi. ) 

TRA, TR AS, POUTRE, solive. Lyon. Latin, trabs; 
Jangue romane, /m^, enDauphine /mw. Nous 
disons aussi TRALAISON, i)our charpente : la 
iralaison dhin bdtiment. 



GfiiNEVOlS. 295 

TRAVKRS : Regardcr ä irui'ers delafenetre. On 

dit A TRAVERS LE et AVJ TRAYEUS DE*. 

TREDAINE, tiretaine, sorte de drap grassier; 
Ce n'esl qiie de la tredalne. 

TREDON, TRAiN, TAPAGE. 

TREMRLER : // tremble laßei^re^ dit es : la 1 liiVRE 
LE FAIT TREMBLER. Cetlc iiiauVtiise iocutiüii est 
aiissi en usage dans les provinces du midi. 

TREMPE , poiir trempe. Neuch. 

TRES ; J^ai iresfaiin^ ires ^iolf-^ dites : j'ai EXTRA- 
me.atent faiin, etc. 

TRESSAUT , tressaillement. TRESSAüTER , 
TRESSAiLLiR. Ces temies soiit du vieux frangais. 

TRESSIEU , sorle de padou , de niban. 

TRIAILLE (UNE), un TRIAGE : II Jaul cn faire 
wie iriaille. C'est de la liiaille ^ dites du REBUT. 

TRIEGE , TOlLE ouvree; seivietlc tiiegee , ser- 

VIETTE ouvree. 

TRIMAILLEMEIN T , mouvement, tremoussemeki', 

En grec dremeiii . courii'. 
TRINCANER (SE), se Transporter, se remukr: 

Se tnjicaner , sc Iratwaner d\in endroit ä Vau- 



1 On a reproche ä Boilcaii ce vers de sou epit. ä Seignclai : 
Donne de l'eiicensoir ti travers du visage. 

Olle faule pcut a|)pailenli' a riinprimeur, car les tiois edi- 
lions quo nous avons oonsullecs, 1716, 1745 et 1798, di- 
M-nl l)ien au liavcrs du. 



^c)6 GLOSSAIRE 

irej je n'aime pas toiis ces TRANCANEMENS, 

ces TRli\CANAGES. Cell, trln , agir. Boiste dil : 
trlmh aller , remuer ^ trainer , porter partout. 
TR10LE,,AIR ENNUYEüx : ue me jouez plus ceiLe 
triole. TRIOLER j importuner, fatiguer par 
des repetUions. En larjgüe romane , iriolaine 
sigiiifie loijgue siiile , longue fiie , tralnee; et 
trioler ^ aller et veoir, perdre soii temps. 

TRIOLET , GRAINE DE TREFLE. 

ßoiste est le seul qiii liiKlique dans ce sens. 

Ell romau , trloule. Nos paysans appellent le 

Irefle jaiiiie de la Irioletie. 
TRiPOTS, TRIFOTAGES , TRAG ASSERIES : je n'aiinc 

pas ious ces tripois. Un tripot, en fraiigais, est 

iine miiison de jeii. 
TRIPOTIER , TRIPOTIERE , pour tripoteur, 

TRiPOTEUSE. Un TRIPOTIER est le iTiaitre <]"iin 

tripot. 
TRIVOUGNER , tirailler , secouer , traIner. 



r rib. tzervugnir. 



TROCHER , taller , pousser par le pied : Les hles 
ont de ja hlen troclie. 

TROTTEE , pour trotte. 

TROUILLE, GATE, ECRASE : Dcs raisins iroidlles j 
du celtique treulio ^ froisser^, broyer. Truiller, 
en roman ^ Irouiller en dauphinois^, troiüa en 
Inngued. , signifient presser le raisin. Langue 



GENEVOIS. 297 

romaiie iroill, pressoir; Ireiiil a Ic meine sens 
dans ia Bourgogne, la Frariche-Comte , le Li- 
iriüsiii , etc. 

TROUILLON, femmesale et mal vMue ; du ceU. 
Iridll , truillwu , gueniiie , haillon; en anglais;, 
//•«//, coureuse, salope. 

TROUPE; ea parlant de quelqu'un qui est au Ser- 
vice, dites qu'il est dans LES TROUPES, et non pas 
dans la troiipe. 

TROÜPELEE , GRANDE TROUPE : Une troupelee 
d'enfans j en Languedoc^ troupdada^ langue 
roniane, atropeler , attrouper. 

Toz ses paroschiens appele , 
Chascuns enlor lui s'atropelt, 
Puis dist. . . 

(COURTKBARBE , \Z^ sieclc.^ 

TROUPIER : II a bien l'air troupier , c'est-a-dire. 

Fair miiitaire , Faird'un anclen soidat, Ce terme 

est liOüvellement introdait dans le fran9ais po- 

piilaire. ' 

TROUVE , TROUVAILLE : J'aifaU une honne troii- 

i>e j on disait anciennejiient U7ie troui^nire. 

1 Et nolre dialecte aussi a ses neologues ; iios jeunes mili- 
tiens ont mXvo&uil : saliercs , Iroupes du centre, de la forme 
de leurs gibernes; taupier , soldat du corps des mineurs, etc. 
On dit aussi depuis peu, en parlant de quelqu'un qui a tiop 
bu : d a so. comete , sa inalle, sa Nina, etc. 



298 GLOSSAIUE 

TRUC : ü a le Iruc, c'est-a-dire, de l'adresse , DU 
SAvoiR FAIRE. C'est IUI certaui irnc qLi*il Jaul 
connaiire , certaine maniere de iaire, certaln 
moyen. Truc est im lerme roman ; Boisie est 
le seiil qui l'indique comme frangais populaire. 

TRUIERIES, viLENiEs, ordures, Chiffons. 

TÜFELLE, POMME DE TERRE. Ell Italien, tartufoj 
les Provengaux disent iarlißo^ et les Languedo- 
cieiis tufedas. 

TUILIERE5 TUlLERiE, Heu oü Ton fait la tuile : 
Neucli. 

«Pont vers les Päquis et les tiidUres de St. Gervais, au 
«' delä de la rue de Vilie neuve', refail de britjues. » 

{^E.rtr. des reg. du Conx. jhu- Jacq. Flournois.) 

TUBOTÜ (AU), EN BLOC, l'ün portant l'autre : 
Aclieler un char dejoin au iuboiuj c'est-a-dire 
Sans le peser. 

TUNE, DEBAUCHE DE TABLE, vibotc. Un liellcniste 
le derive du grec ihome, festin. 

TURBENTINE, terebenthine. 

I Aujourd'Jmi le Cendrier, 



GENEVOIS. ii99 



U. 



U N. La [3iii[)art des grammairiens condamnent 

les phrases suivantes : 

L'un de nos auteurs qui s'est acquis le plus de reputation.... 

(de Sacy.) 

L'un des hommes de France qui a le plus d'esprit.... 

(Delille.) 

lis veuleiit qu'on ecrive : qui se sont acquis , 
qui ojil le plus ..." Cependant Guiguene ecrit 
aussi : Lhm de nos ecrivaijis le plus vante pour 
la purete de SON style ; el, a cette occasioii, il 
fait robservation suivanle : Un des hommes 
qui a le plus n'ofFre qu'uii gallicisme, mais oii 
le cliangerait en solecismc eii disant un de ceux 
qui a. Dans le preinier cas, ily a ellipse : c'est 
IUI des liommes qui a le plus d'esprit des hom- 
mes en general, ou des hommes de France , de 

1 Voltaire a fait usage de l'une et de Taulre loculion : « Ma- 
dame Montaigu, une des femmes d'Angleleiie qui a le plus 
d'esprit «; et ailleurs : « L'un de ces deux liomiucs de gönie qui 
nnt prcsine.,.. n 



3oo GLOSSAIRE 

Paris, etc.; daiis le secoiid cas , Ic moi ceiix n 
hesoiii d'un complement; ceux qui Ibal , oii qiii 
sollt , elc. 
UN GHECÜN, pour chacun ; vieux fran9ais : 

" II faudrait quo jiour avoir avec eulx (les Fribourgeois) 
]a bourgeoisic, u//f; chescung chief de maison palast de 
cense annuel ung florin d'or. « 

(BOIVKIVARD.) 

Un chacuT:, avail; deja vieilli du temps de 
Richelet , mais la poesie s'en servaii encore : 

Chose etrange de voir comme avec passion , 
Un chacun est chausse de son opinloii ! 

( M o L 1 i: R E , Ecol. des Fem , ) 

UN QÜELQU'UN , poLir QUELQiruNii'estpasmoins 
defectueux. 

UN (L'j ET L'AUTRE : Dans Fun et l'aulre cas ; 
de Tun et Taiitre sexe. Comme la regle veut 
qu'on repele les preposilions devant les mols 
qui ne sont ni s} uouymes , ui approclians , il 
faudrait ici : Dans /'///? et dans Vauirc ^deyVun 
et de Vauirc ^ majsnoiis voyonsqueles rrieilieurs 
ecrivains, les Suard, les Marmoniel , les Jouy , 
les Lacretelle, se dispensenl de cetLe repeliiion ; 
l'Academie elle-meme dit : Dans Vun et Vauire 
sens. 

LUN L'AUTRE, signifie mutuellement, et L'UN 
ET L'AUTRE j chacun d'eux; il faul donc evi- 



GENEVOIS. 3üi 

ler de coiitoiidre res deüx expressioiis , et iie [»as 
tiire ct>mme Piro» : 
J"-t nous nous encensons tous les mois ruii et Tautie. 

L'UX Dx\NS L'AUTRE : IIs mc rcviennent ä im 
e'cu Vun dar/s Vautrc^ dites^ l'un PORTANT l'au 

TRE. 

ÜNE AUTRE : en volci bien dhinc aiitre ; dites, 

.d"un AUTRE, au mascuiln. 
ÜN (D) JOUR L'UN ; phrase ridicule ; ilfaut dire : 

DE DEUX joiirs ruji. Oll fait aussi uii conire-sens 

eil disaiit : De toiiles ces robes , il n'y en a pas 

lüie qiii se resseiiibie. 
UMFORME : Un liabit dhmlforme ; dites, UN 

HABIT UNIFORME , Oll simplemeilt , UN UNIFORME. 
ÜSE, USE : Son panlalon est dejd loiil use. 



3o2 GLOSSAIRE 



V. 



VaCHERIN, Sorte de fromage a la creme, qui 

se fabrique dans le Chablals. 
VACHES 5 MAQUEREAUX, taches aux jambes pro- 

duites par Taction du feu. Lyon. En Picardie , 

triiieites. Nos ecoliers appellent aussi une vacJte, 

un noyau d'abricot lache de blanc. 
VAILLE QUI VAILLE, pourvAiLLE que vaille. 
V ANNER , s'en aller, decamper; nous disons 

aussi valser, dans le meme sens. Vanner est du 

fran<pais populaire. 

VANTAÜOUR 5 VANTARD , FANFARON. 

VASE, VAISSEAU : le vase de la biblioiheque , de la 

cathedrale. 
VEILLER (SE) : Je me veülerai pour le voir sor- 

iir. On ne peut faire usage de ce verbe au re- 

flechi. 
VELIN, YERITABLE, vfiLiN, veritable, avec 

Taccent sur IV. 
YENDÖME (FAIRE), vendre ses hardes, ses 

eflfets : II a ete d'oblige de faire vendöme de 

lout son butin. 



GENEVOIS. 3o3 

VENhRE , atteiiidre et culbuter quelqu'mi sur hi 
glissoire : Gare sur 1a glisse 1 Tu es vendu, 

VENGERON (LE), petit poisson du Leman ; la 
ROSSE , siiivant Jiirine. 

VENIR, pourDEVENiR: // est hien venu vieux ; 
eile i>ieni tout-ä-Jait sourde. Les anciens poetes 
se servaient quelquetbis de cette contraction : 

Adieu vous dis , nobles et plaisans lieux, 
Oü j'ai passe ma jeunesse premiere; 
Ores vous perds , car je suis venu vieux ; 
Age a recu de moi reute pleniere. 

(Oct. DF, St. Gf.lais, \^^ siede.) 

VENIR (SE) : Cet enfant se vient bien. Venir ne 

peut etre employe av ec le proiiom personnel. 
A^ENTAISON , carie, nielle : Les bles ont pente. 

Noiis disons aussi iniproprement que la chan- 

delle vente, lorsqu'elle est agitee par le vent ; 

venter, signifie faire du vent. 
VENTRAILLE , tripaille, intestins desanimaux. 
VERNE , VERGNE , sorte d'arbre , aune est 

mieux dit. 
VERSER , pour repandre : F'otre verre est trop 

plein , il va verser, 
VESSICATOIRE , vEsicatoire, VESSICULE, ve- 

sicule. 
VESTE , GRis, A demi-ivre : Jlesi veste , il s'est 

veste.^ il a pris urie veste. 



3o4 GLOSSAITIK 

VEUDAIKE (LA), LE VELDEllON, vluIs du 

Valais. 
VICAILLE , VICTUAILLE : Nous avons assez vi- 

caille dans 1a maison. Langue romaiie vilaille. 

leime qu'oii relroiive en Fraiiclie-Comte. 
YICOTER, viYOTER. Lyon; da roman ^ vicquer , 

vivre : Les poiires gens incquent mouli maultz. 

Vicquer s'est conserve dans le patois de la 

Francbe-Comle, 
YIEILLE, viELLE, Instrument de musique. 
VIEILLONGE], vieillesse. Terme danphinois; 

n'ecrivez ))as viel] esse , vielle. MEILLOPET , 

YIEILLOPETTE, vieillot, vieillotte. 
VIEULIER, viOLiER : Un vieulier double. Lyon. 
VIEUX-JOIN, viEUX GING, (le^ ne se prononce 

pas ). 
ViNOCHE, MALiYAiSYiN, PiQUETTE : Ce ji'cst que 

de la vinoche. 
VIOLONNER, ENNLYER; RABÄCHER. 

yiONKET , PETIT SENTIER; dii latin , via. 
VIRABOUQUfN. yilebrequin; k hyon, virebro- 

quiiij en Provence, virobouquln. 
VIRE DE PIED 5 CROC en jambe , et anssi, mesure 

d'un travers de pied : Deux pieds et im rire de 

pied. 
\IPiOLET5 peilt tüiirnant sur une rlYit're, et 

aussi , certain jeu d\'co'ier qu'on appelle en 



GENEVOIS. 3o5 

fraiigais le TOTON. Eii langue romane,' virolet 

signilie gi^ouette. 
VIS (UN), UNE vis. 
VIS-A-VIS pour ENVERS. 

« D'Arnaud vient de tenir vis-ä-vis de moi la meme 
condulte que Colin son devancier a tenue vis-a-vis de 
Boileau. « 

( Le Brün , Pindare, ) 

Voltaire condamne hautement cet emploi du 
u\ot vis-ä-vis ^ les bons ecrivains, dit-il, nen 
fönt usage que pour exprimer une position de 
lieu. 

WS OUVERT (A) , a huis ouverts. 

VISAGERE, MASQUE de poupee. 

VITRE (UN), UNE vitre. 

VI VE (DE LA) , de l'alevin , reunion de diverses 
especes de jeunes poissons. 

VOGUE, f£te PATRONALE; terme roman qui est 
encore en usage dans quelques provinces; en 
Dauphine, vaudo , vaudou, Notre Feuille d'avis 
dit quelquefoisye/e patronjmique. Un nom pa- 
tronjmique est celui qui est donne a tous les 
descendans d une race , et patronal signifie, qui 
appartient au patron. 

\ 0\Yv: Regardez-voir sHl est venu^ vojons-voir si 
nous pourrons . . . ; attends-ie voir. Ce terme 
expletif j qui vient du latin vere, signifiait au- 
trefols vrai : 

20 



3o6 GL()SSAIf\E 

Par mon chief , vous avoz dit r>oir, 

Ains cuident que barat et guille 
Soit aiissi voir comme evangille. 

On disait aussi voirement pour vraiment. 

VOLAN , FAUCiLLE ; c'est encore un terme de la 
langue romane ; latin barbare , volana ; languo- 
docieiij voulan, 

VOTRE , NOTRE. Employez le circonflexe lors- 
que ces mots ne sont pas suivis d'un substantif : 
votre maison et la notre; je suis votre serviteur 
— et moi le v6tre. Apres cette phrase, dit d'O- 
livet , mon oreille n'attendant plus rien , la voix 
a besoin d'un soutien ; et ne le trouvant pas dans 
la finale, eile le prend dans la penultieme. Par 
le meme principe , on dira , d'eternelles amours, 
et des amours eternclles; un brave homme , et 
un homme brave; une batäille, et un batäiU 
Ion 5 etc. 

VOUABLE, VIORNE 5 CLEMATITE, plante grimpante. 

VOUAFFE 5 se dit d'une mauvaise sauce mal ilee : 
c^est de la vouajje j du romanz^ß/^e^ygäte, fui nie'' 
du iatin vappa , vin tourne : 

Multä prolutus vappd nauta. 

(HOR.) 

VOUARAI (LE), biso noire accompagnee de pluie. 
VOUARE (UNE), un man, larve de hannetoii. 

yOUAREUX, MORVEllX, SALE. 



GENEVOIS. 307 

VOUARME , SAPIN FEMELLE. 

VOUEPE, VOUf:PETTE, maligne , piquante ; du 

roman, ipouaspe, une gu6pe; en anglaisu^a^y?; 

en latin vespa. Nos paysans nomment aussi cet 

insecte une vouepe. 
VOUGNER; lorsque deux boules^ deux palets, se 

tpuchent, on dit : ils vougnent. 
VOUSOYER; pourquoi ce verbe n'est-il pas fran* 

9ais, aussi bien que tutoyer? 
VUIDE a vieilli, il faut ecrire viDE. 
WIST , pour wisK, suivant l'Academie et Gattel; 

mais Boiste autorise whist , et tel devrait ^tre 

le nom de ce jeu, puisqu'il derive de Tinterjec- 

tion anglaise ivhist ! silence ! 



3o8 GLOSSxVIRE 



Y. 



1 . L'e miiet ne peut plus etre precede crunj>; 
ecrivez doiic je paie, ils croient , la pluie, la 
joie, Troie, etc. 

DONNEZ-M'Y, DITES-Y, ATTENDEZ- 

M'Y. pour DONNEZ-LE-MOI, DITES-LE, ATTEN- 

DEZ-Y-MOI, etc. On ny voit pas ime goutte ; 
dites : ON n'y voit goutte ; vous ne direz pas non 
plus: il n^y voit goutte, sans reiation prece- 
deiite, mais simplement : iL NE voit goutte. 
— Irez-vous ä la ville? Oui, ^y irai^ dites, 
par euphonie, oui, j'irai. — II y a M. N. qui 
dit que, . . — iS"y cst-il? II s^ sent bien lajli- 
mee. — JT voilä. y velä, c^est entendii, sont 
encore des phrases vicieuses qu'il faut remplacer 
par les suivantes: Monsieur N. dit que... — est- 

IL ICI? — IL sent bien LA FUMEE ICI. — VOILA CE 

QUE c'est, etc. 
YEUX : Entre quatre yeux j des maux d'yeux; 
prononcez entre quatre-z-yeux ; des maux de- 
z-yeux ; quoi qu'en disent certains puristes , la 
lettre eiiphonique est necessaire dans ces plirases. 



GENEVOIS. 3o9 



RECHERCHES 

SUR LES ORICINES DE QUELQUES NOMS DE LIEUX DE KOS EKVlROiSS 
ET DE QUELQUES TERME3 DE NOTRE PATOIS. 

PREMIERE PARTIE. 

J-L existe dans la langue celtique une foule d'ex- 
pressions qui signifient riviere, ruisseau, habita- 
tion , bois, colline, montagne , rocher, etc. Ce 
sont ces termes qui forment les origines de la plu - 
part de nos noms de lieux. 

Si Ton s'etonne de la quaiitite de mots qui dans 
cet idiome primitif, servent ä designer l'eau, il 
faut songer qu'ils expriment toutes les modifica- 
tions de cet element , et qu'ils sont tires des nom- 
breux dialectes en usage parmi les Celtes. 

« Les pretres de cette nation rendaient un cultc 
alaterre, comme nourrice de Thomme; au ieu , 
comme principe dela creation, et surtout a l'eau, 
dont l'ecoulement leur offrait le symbole des bien- 
faits successifs de la Providence'.» Les eaux de 



1 Voyez Peloulier , Histoire (Jcs Celles. — Dupiiis, DciO- 
'ii'i/ie des cultes . et le Conservateur Siiissc de M. Bridcl. 



3io GLOSSAIRE 

toute espece jouaient donc un grand röle dans la 
mythologle de cespeuples. Nous en avons la preuve 
dans les restes de leurs tombeaux , qui sont pres- 
que toujours places sur les bords d'un ruisseau. 
Les sources , les lacs , les ruisseaux dont l'Helvetie 
abonde, favorisaient singulierement une semblable 
croyance ; il est meme probable que cette super- 
stition populaire qui consiste a puiser mysterieu- 
sement de l'eau d'une fontaine a l'heure de minuit, 
n'a pas d'autre origine que le culte des druides '. 

Nous rappellerons ici Tantique veneration des 
peuples de l'Egypte et de linde pour les eaux qui 
baignent ces contrees : on connait les ablutions 
des Hindous , leurs sept fleuves sacres , leurs sacri- 
fices au Gange, et la douce consolation qu'ils 
eprouvent en expirant dans ses eaux. Les Egyp- 
tiens faisaient du Nil Tob j et des plus grandes so- 



I Un usage anclen et bien Interessant des petits canfons 
suisses, celui de planter et d'entretenir des fleurs sur la tombe 
des raorts, est commun au pays de Galles. Ne pourrait-on 
pas en inferer aussi une origine celtique ? Les usages des 
conquerans se perpetuent, aussi bien que leurs expressions , 
dans les contrees qu'ils envalnssent : c'est ainsi que les Irlan- 
dais, qui sortent d'une colonie punique , offrent encore au- 
jourd'hui, avec de nombreux vestiges de i'idiome des Car- 
tliagmois, plusieurs coutumcs reraarquables , que l'histoire 
nous apprend avoir ete observees par cette ancienne nation. 



GENEVOIS. 3n 

lemiites nationales; ils lui erigeaient des temples, 
lui consacraient des villes. 

Les Grecs et les Romains n'etaient point etran- 
gers ä ce genre d'adoration. Ne traversez jamais 
les eaux pures d'une riviere, dit Hesiode , sans 
en avoir salue le genie'. 

J'ose donc, dit Polynice a OEdipe, vous supplier 
par les fontaines sacrees, par les dieux de la pairie, 
de laisser calmer vos.ressentimens\ . . 

Dans Homere, les Troyens immolent des tau- 
reaux au Scamandre, et precipitent leurs chevaux 
dans ses ondes sacrees. Alexandre sacrifie au Da- 
nube, pour en obtenir un heureux passage. Enee 
rend hommage a la divinite du Tibre; Tiridate a 
Celle de l'Euphrate^ Les Francs eux-memes, pas- 
sant en Italic , otfrent a l'Eridan , comme premices 
de la guerre , les corps des femmes et des enfans 
des Goths, qu'ils egorgent sur ses rives *. Enfin, chez 
ces Helienes dont le sort nous inspire aujourd'hui 
un si vif intereet, plusieurs sources conservent en- 
core quelcjüe chose de divin. Elles sont appelees 
agiasma, et aplietor est le nom qu'on donne aux 
pretres a qsii la garde en est confiee. Esi 1820, 



1 Oper, et Dies. 

2 Sopli. OEdij). toi, 
6 Tacit. 

4 Procop. 



3i2 GLOSSAIRE 

Yaphetor de la fontaine de Castalie, au momenl 
d'un glorieiix combat contre les Tiircs , benit cetle 
onde inspiralrice pour la repandre sur les soldats 
de la croix, et ceux-ci, apres l'avoir re9ue, pa- 
rurent animes d'une ardeiir surnaturelle'. 

Parmiles termes generiques qui, dans la langue 
celtique, signifiaient eau,ri viere, etang, puits, etc. 
nous trouvons ey , ez , ex , de la , sans doute , les 
desinences des noms d'un grand nombre de nos 
villages; Saconnex, Bernex, Troinex....Cette ter- 
minaison ex peut cependant deriver quelquefois 
d'un nom de plantation d'arbres , ou de culture , et 
n'etre alors qu'un adoucissement de la syüabe ek : 
Kanabek , une cheneviere ; kaloek , uu lieu plante 
de chouxi et den^ennek , derhuecq 3 une chenaie. 
Quelques-uns de nos ex peuventaussi s'^tre formes 
de nech , haut, eleve , ou de eg, foret. 

Onex ou Onnex nous parait venir de Onnj frene ; 
plantation de frenes, frenes sur une hauteur. 
Celto-breton, o/zTzeg-, une frenaie. Cet arbreetait 
en veneration chez certains peuples de l'antiquite : 
il iigure dans XEdda comme consacre par les cultes 
du nord\ Hesiode ditdans ses Cosmogonies, qu'il 
fut un tempsoü tous les hommes etaient de frene. 



I Pouqueville. 

■t. P. H. Mallet, Edda des Islandais ou MjthoL des Celles, 
fab. VlII. 



GENEVOIS. 3i3 

Spon nous a conserve une inscription trouvee 
dans les Alpes, quiprouve qiieles anciens habitans 
de ces montasnes envisao;eaient aiissi le freue 
comme un arbre sacre : «Titus Pomponius Victor 
remercie le sylvain quihabite dans vmfrene sacre, 
et qui garde son petit j ardin eleve, de l'avoir pre- 
serve de tout accident dans les montagnes des 
Alpes 5 etc. » 

LoEX, de lo habitation , et de ex ri viere , a cause 
de sa proximite du Rhone. 

Bernex , de bern colline , et de ex eau. 
Laconex , qui est situe dans un terrain bas , de 
lac, marais, etang. MoRNExsur le Saleve, comme 
MORNEX sur le Jura , pres de St. Genis , sera forme, 
au contraire , de mom« , montagne , cote. Voyez 
l'article Moraine. Mar , mawr , mor, dans tous 
les dialectes des Celtes, a signifie grand , eleve , au 
propre aussibienqu'aufigure. C'est pourquoi nous 
voyons dans les poemes d'Ossian , quantite de noms 
propres formes avec cette racine : catJiTnor, grand 
dans les combats ; conmor, douxet grand ; narmor, 
grande force , etc. etc. 

ToNEX 5 de ton , village , bourgade. On signifie 
aussi habitation. 

FoNNEx, deJbmiyjTon, abondance, etc. 
Les monosyllabes Gi, sy, gy, eau, habitation, 
bois, servent aussi ä expliquer les terminaisons d'un 
grand nombre de nos noms de lieux. 



3i4 GLOSSAIRE 

Lanci, Landeci, de lan enclos, culture; et de 
ci ruisseau. Ci est le meme que si et gy dans le 
dialecte irlandais , et que ui en gallois. Oii a trouve 
dans ce derjiier village un monument erige par 
Decius , huit ans avant notre ere, et Spon en infere 
que Landeci signifie terre de Decius. Nous croyons 
que ce lieu portait le meme nom long-temps avant 
l'existence du consul romain. 

Pressy, Pressinges, A.epreS:, habitation. II ya 
en France plusieurs Pressigjij. La terminaison 
celtique enge , inge , signifie champ; en Teuton , 
c'est angen. Paconinge, petit champ. — Bessinge, 
champ de la foret. — Plplinge, champ du peuplier. 
■ — Merlinge, champ dumarais, etTANiNGE, champ 
de la caverne , de la grotte , ou peut-etre, du chene, 
car tan^ en celto-breton , sertaussi ä designer cet 
arbre; de la le latin barbare tajinum , puis le fran- 
9ais tan , ecorce de ch^ne. 

JusSY , vieni dej'ussum , Jus, en bas , au-dessous 
de la hauteur; et de sj, habitation. Sus et Jus, en 
langue romane, haut et bas, dessus et dessous: 

« Dame du ciel, dame de terre, (la Sie. Vierge) 
n Dame de qui lout clost et enserre 
o Sus et JUS , Sans division. » 

( Testament de Jean de Meunc.) 

De la aussi le sii c giü des Itahens. On nomme 
Jussan-moüüer lo monastere situe au pied de la 
collinc oü etail aulrefois Besan^on. 



GENEVOIS. 3i5 

Pres de Jussy , le Carre, le Quarre , du Qua- 
drui^ium des Latins, et ce Rouelbou, nom bien plus 
ancien sans doute, que nous pronongons Roille- 
beau, et qui nous sert populairement a designer 
toute vieille masure, du celtique roe , plaine , 
champ ; et de bou^ marecage, ce qui est justifie par 
sa Situation'. 

Meini , viüage qui est aussi dans les environs 
de Jussy, doit avoir pour racine le mot roman 
mesniey megnie , menil ou mesnil, maison, ferme, 
hameau; de lä, Menilmontant , et les noms pro- 
pres Dumesnil^ Miromenily etc. Ce terme s'em- 
ployait aussi autrefois dans le sens de famille : 

La Mesnie ä maitre MIchaut, 
Tant plus en ia , et moins vaut. 

( Anciens Proverbes. ) 

Chacun au bruit accourt , 

Les pere et mere , et toute la megnie, 

Jusqu'aux volsins. 

(La Fontaine.) 

CoLOGNY, de coledd^ cultiver, et de gnj^ le gut 
des Celles, eau, ri viere, lac. De ce verbe coleddy 
s'est forme le substantif colongia , liabitation du 
cultivateur avec son terrain; et de colongia^ sont 

I La tradilion veut que ces ruines soienl celles du palais 
de ce Gondebaud , roi des Bourguignoas , qtii fit rebälir Ge- 
neve au cinquieme siecle. 



3i6 GLOSSAIRE 

ensuite sortis les mots romans Coulonges , Cou- 
langes , Coulons , noms de lieux assez communs 
en France. Le latin colo , je cultiv e , et colonia 
troupe de citoyens qu'on envoyait habiter un pays, 
sortent , dit-on , de cette racine. 

Quelques personnes sans s'arreter a ces conside- 
rations, peiisent que nos Colon ges , derivent de 
collis longus , ou de Collum longiim , a cause de 
la Situation de ces villages, qui, pour la plupart , 
sont batis au pied d'une montagne. Letj amateurs 
des origines grecques peuvent aussi tirer parti du 
mot kolonos , colline , eminence. 

Pen, pin, se traduisent par sommet , cime , 
tete , pointe ; ejpav fleuve , riviere , de la Peney '.. 
village sur une hauteur aux bords du Rh6ne , oü 
Ton voit encore les restes d'un donjon celebredans 
nos annales. Pen est la racine d'une quantite de 
noms de lieux : sur (une hauteur des environs de 
Marseille , on trouve le village de Pennes , et en 

I On L'crivalt jadis Piney Gl quelquefois Pignej , par cor- 
ruption. Dans la declaration de guerre des Bernois au duc de 
Savoie , ä l'epoque de la conquete du pays de Vaud , on lit, 
entr'autres griefs:« Aussi les cyloyens et habitans d'icellc Cile 
(Genevc) , sur vos payz onl ote molestcz, prins , ballus, tuez ; 
leurs biens pillez , leurs maisons , grangcs et possessions gas- 
tees, bruslees, occupeos, et maxiraement par les brigands de 
Pigney et aultres , etc. » 



GENEVOIS. 317 

Bretagne, le promontoire de Pen marc''hy iittera- 
lement t^te de clieval. ' 

Dans Teveclie de Bäle , un pont sur la Byrse s'ap- 
pelle aussi pont de la Penjie; et Ton sait que Vil- 
leneuv e etait le Penni lucus des Romains , nom 
qui n'est qu'une alteration du celtique penn luch, 
tete du lac. 

PiNCHAT ou PiNCHAZ , 6ort de la meme racine : 
pi/i , eminence , et cha , chaia , demeure ; de la le 
niot chaiz, maison , en vieux fran^ais ; et comme 
nous l'avons dit dans le Glossaire, celui dechalet, 
terme de la Suisse romaiie recemment adopte par 
la langue fran^aise. 

Plan-les-Ouates 5 du celtique voet , le meme 
que boet, boed, qui signifie generiquement nour- 
riture , aliment , päturage. De la le verbe flamand 
voeden, paitre; le suedois yb^fl'ß , Tanglaisj^e^?, 
etle substantif allemand TVelde^ päturage. 

Dans la contree pastorale des Ormonts , canton 
de Vaud , il existe un village appele les Voettes , 
et ce rapport donne un grand degre de probabi- 
lite a notre etymologie. II est possible que l'an- 
glais ipheat, froment, ble, soit aussi forme dece 
primitif voet. 

I Fenn-marc'h^ tele de cheval, et Penii-treus , tete de tra- 
vers, sont encore aujourd'liui des noms de familles bretonnes. 



3i8 GLOSSAIRE 

La Pesse, vieux chäteau pres de Lilli oli Lully, 
tire son nom du celtique pes^ un sapin. C'est par la 
m^me raison que dans le Gessenay , pays abondant 
en et}mologies de cette nature, on trouve une 
gorge app^lce Fessot. Nos paysans disent encore, 
ouna pessa , un sapin. 

Les Crets 5 LES Cres , nom d'un hameau au- 
dessus de Cologny, et de plusieurs sommites de 
nos environs; du celtique crech , cres, faite, som- 
met ; racine du mot fran9ais cr^te. 

Carouge, que des manuscrits du quinzieme sie- 
de appellent Carrogio , Carrogium, Qiiarrogium, 
peut avoir ete forme du celtique caer^ bourg, vil- 
lage 5 enceinte ; et de rog , torrent ; ou simplement 
du mot roman quarrouge, carrefour. Quoi qu'il en 
soit, ret}Tnologie populaire du K rouge que Ton 
peignit en 1770 sur la face d'un cabaret , et que 
Ton voit encore, est sans aucun fondement '. 



I Les etymologies de ce genre sont assez abondantes dans 
nos conlrees : tüUe est celle du mont Pilate , dans le petit lac 
diiquel la supersfitlon populaire veut que le Pilale de l'Ecriture 
vint se pn'cipiter apres son crime; teile est Celle de la Gemmi, 
qu'on a formee du verbe gemir, a cause de la difficulte de 
son passage ; teile est celle de Dole, du latin dolens, parce 
que Dole fiil prise et saccagee plusieurs fnis ; et enfin, celle de 
T^ausanne, de rexclamalion lous dnes ! adressee parun paysan 
a cenx qui t'taient embarrasses de donner un nom ä rette ^ille. 



GENEVOIS. 3i9 

Du celtique hou^ eau;boug, boue; boghes, ma- 
recages, derivent nos Bougeries, ainsique Boege, 
Bogeve, Boiigj , etc. Les mots anglais bog fon- 
driere,ic>^^, marecageux, sortent de la meme ra- 
cine. Voyez ce que dit le voyageur John Carr sur 
les bogs de l'Irlande. 

SiERNE de siere, sarn, röche a pic, escarpement ; 
De la Sier, Sierre, la Sara, Serine, Sarine, etc. 
Sar, sör, sür, apre, äcre, aigu, ont aussi forme 
Fallemand sauer, l'anglais soi^i^r, et le frangais sur, 
aigre. 

Les noms de ri viere, qui sont naturellement bien 
plus inalterables que les noms d'habitation, offrent 
en Suisse et en Savoie une foule d'origines celti- 
ques. Nos Ousses^ pres Seyssel,r Ow^cÄe de Dijon, 
tout comme XOuse qui baigne la ville d'York , 
YOust du Morbihan et meme XOch de la Siberie, 
au-dessus de Tobolsk, rappellent les termes primi- 
tifs usc , usque , ousge , oi-'i^ , eau, riviere; les 
Saxons disaient us , usc. 

L'Emme, ruisseau du pays de Gex, et l'Emme, 
riviere du canton de ßerne, aussi bien que celle 



Celle derniere origine rappeile la facelie de Rabelais sur la 
Bcauce : La jument de Garganlua agilant sa queue pour se 
garantir des mouches, abat une foret, et le heros du eure 
de Meudon s'ecrie : que je trouve beau ce ! de lä le nom de 
celte province. 



320 GLOSSAIRE 

de Lucerne , derivent du celtique am ,, le meme 
que em , aman , et , par syncope , amn , racine de 
Xamnis des lalins. Les Louesche , les Lutsche , les 
Lütschijie de la Suisse , la Loiie du Jura, la Lauch 
des Vosges', sont aussi formes du ceitique luch , 
eau ; et le Lyon , ruisseau quise jette dans la Lon- 
don, n'est qu'une modification du terme primitif 
d'oü se sont formes plusieurs noms de rivieres de 
France , teis que XYon , departement de TEure ; 
XYonne^ qui baigne Auxerre; XOuanne de Mon- 
largis et XHuisne du Maus. Nous avons aussi une 
Yonne qui donne son nom a une vallee du canton 
de Fribourg'. 

Ruz est purement gaulois, et veut dire ruisseau. 
Au canton de Fribourg , rio et ru. Le mot Boy, 
qui a la meme signification , doit etre l'origine de 



1 C'est ainsi que les mots celtiques dur^ dour et sur, sour, 
qui, tous deux signifient eau, riviere , source, se retrouvent 
dans une quantite de noms de rivieres de differens pays : la 
Sour de l'Argovie, la Sour des Pays-Bas , la Soure de l'Estra- 
madure , la Sourgue ou Sorgue de Vaucluse , etc. Les deux 
T)oire du Picmont, les deux Down de la Savoie, la Dure du 
Luxembourg , la Doje qui se jelle dans l'Allier , et le Douro 
de l'Espagne et du Portugal. Dans ces dernieres contrees plu- 
sieurs noms de rivieres sont formes de l'arabe guard ^ qui a 
le meme sens : Guard-iana , Guard-el-quibir, la Guadiana, 
le Guadalquivir , etc. 



GENEVOIS. 321 

notre bois de Bay , du Bay de Noville , de la Baye 
pres de Ciarens , etc. Le Bayon est une petite rl- 
viere de la Provence. A la Nouvelle-Orleans , on 
donne le nom de Bayoux aux canaux qui coupent 
les marecages des environs. 

Fleon^ en langue romane, se traduit aussi par 
ruisseau : 

Glorleux^eo/i, glorieuseeve', 
Qui lavaz ce qu'Adam et Eve 
Ont par leur peche ordoye. . . . 

De la , le Flon , pres de Lausanne, et le Flandru, 
torrent voisin du Chäteau-d'Oex -.Jlarijjlon, ruis- 
seau, et dru, fort, abondant. Nous avons aussi pres 
de Cluses , un petit lac qui porte le nom de Flaine. 

La Drise ou Derise, qui descend du Saleve, et 
arrose le bois de Veiri^ peut tirer son nom de der^ 
chene , et de is , riviere , ou simplement du Jer,qui 
signifie fort, rapide. Et ici, nous etaierons notre 
etymologie d'un temoignage muet qu'il est assez 
rare de pouvoir offrir a l'appui d'une origine de 
nom de lieu , celui d'un monument celtique. Ce 

I Eve ovl ave , c'est-ä-dire eau : 

Au ru d'une clere fontaine , 

Dont li ave estoit et clere et sene. . . 

[Rom. de la Rose. ) 
Dans lapartie superieure du canton de Fribourg, on dit 
it'e, et dans la haute Engadine, ova. 

21 



322 GLOSSAIRE 

monument est connii dans le pays sous le nom de 
pierre aux dames , ou aux demoiselles , et se voll 
enire Troinex et Bossey, c'est-a-dire a quelques 
pas de la Drise. II est ainsi appele de quatre fi- 
gures de fe'mmes , assez recomiaissables encore , 
mais trop grossierement taillees pour qu'on puisse 
les croire du temps des Romains ; l'absence de tout 
signe religieux empedie egalement de les attri- 
buer au moyen age. Quelques savans ont cru re- 
counaitre les quatre saisons; mais, si leur suppo- 
sition etait fondee, pourquoi ces figures ne se- 
raient-elles point accompagnees de quelques em- 
blemes , aussi faciles a executer que le reste ; uue 
fleur , une gerbe , un fruit , etc. ? La tradition po- 
pulaire veut que ce soient les images de quatre 
malheureuses amantes, eprises du meme infidele, 
et que ce monument leur ait servi de tombeau. 

Paus tous les lieux oü de semblables ruines se 
rencontrent ;, la superstition est la pour conter 
leur bistoire; et parmi ces bistoires , toujours 
plus ou moins bizarres , on en trouve quelquefois 
qui offrent un but tres-moral. Teile est celle de 
certains monumens druidiques des environs de 
Pontaven , en Bretagne : ces pierres , disent les 
babitans du pays, ne sont autre cbose que les 
membres d'un avare inliospitalier qui furent ainsi 
metamorphoses pour servir de le^on a la posleritc. 



GENEVOIS. 323 

For^ paturage; mi , eaii, sontencore deüxmots 
celtiques auxquels on peut altribuer l'origirie du 
nom du Foron , ruisseau qui arrose de belles prai- 
ries. A lund^iovet^ ajoutons la meine terminaison 077, 
et nous aurons la racine de notre London, qui des- 
cend dune montagiie boisee. Cette etymologie oous 
semble d'autant plus admissible , qu'en Augleterre, 
le ruisseau qui arrose la foret de Windsor, porte 
le nom de Loddon : c'est celui que Pope a illustre 
par son charmant episode de la nymplie Lodone. 

La Drange du Chablais , ainsi que celle du 
Vallais 5 doit avoir une origine commune av ec 
cette Durance vagabonde des Provengaux, de la- 
quelle Ausone a dit : Sparsis inceria Druentia 
ripis. Z)rMß72/,mauvais5 dangereux; deriient^ tor- 
rent, impetueux. Le meme poete, en transmet- 
tant ä la posterite Fetymologie celtique de la Di- 
vone de son pays, Dwona Cadurcorum\ nous 
fait connaitre celle des belles eaux de notre Divone : 
Diiv , Dieu; van^ vouan, fontaine. 

Nous avons dit a l'article du Glossaire avan^, 

1 Diyop.a Celtarum lingua , fons addite Divis. 

(Aus.) 
Ce vers est connu de tous ceux qui s'occupent de pareille 
maliere. 

2 Dans l'idiome desTaitiens, acji , signifie eau fraiche, et 
aoua , les rivicres ; en malais, ajer veut dire de l'eau. Les par- 



324 GLOSSAIRE 

que ce ternie cellique et roman se retrouverait dans 
un grand iiombre de nos noms de lieux; effecti- 
vemenl, par sa signification generique de ri viere, 
lac , marais , lagiine , il doit etre la raciiie du nom 
de Tancienne metropole de la Suisse , d'AvENCHES, 
qui touchait autrefois au lac de Morat; il Test 
aussi d'AvEN, dans le bas Vallais, d'AvENCHi, sur 
le RhOne, d'EviAN, sur le lac , et de bien d'autres 
bourgs ou villages. Nous avons des Avenchets ou 
AvENCHEZ 5 sur les bords de cette Drise dont nous 
avons parle tout a Theure ; pres de Meyrin ; dans la 
vallee de Chamouny, et aux environs de Moutiers 
en Tarentaise. En se rappelant ce que nous avons 
dit du mot cha , chaiz , chez , l'interpretation de 
ce nom de lieu ne sera pas difficile : domaine, ha- 
bitation pres d'un ruisseau, ou dune eau quel- 
conque. Chavane a le meme sens, et l'on sait com- 
bien ce nom est commun en Suisse et en Savoie. 

Nous avons deux petites rivieres connues sous 
le nom d'AvAN^ON . et, tant en Angleterre qu'en 
EcossCj il en existe cinq plus considerables , qui 



tisans du Systeme d'une langue primitive peuvent tirer parti 
de ces similitudes. II en est cependant qu'on ne peut guere at- 
tribuer qu'a l'effet du hasard , comme celle que cite Volney : 
Cohoz, nom d'une chute d'eau en Canada, et Co/ioz, nom d'une 
cascade dans le pays de Liege. 



GENEVOIS. 325 

portent celui d'^P072. Stratford, dans le Comte 
de Warwick , est arrose par une ri viere de ce nom, 
et c'est pour cette raison que Shakespeare , qui na- 
quit dans cette ville, est poetiquement appele le 
cygne de TA von. Ajoutons que le mot ai^ancq^ dans 
la langue des Celtes, signifiait un animal ainphi- 
bie, et particulierement un castor '. 

Pline I'ancien " et quelques savans de nos jours 
ont pretendu que le nom du RhüNE a une origine 
grecque, et qu'il fut forme de Rhoda, ville bätie 
pres de ses bouches par une colonie de Rhodiens ; 
mais Loys de Bochat ^ ne voit dans Rhodaniis 
qu'une etymologie gauloise ; rlio, cours rapide, 
dan, riviere; et ce savant s'appuie äcetegard du 
nom de l'Ain, en latin Idaniis, qui serait aussi 
forme des mots celtiques jy :, dan, la riviere. 

Chez les Gaulois , chez tous les anciens peuples 
du nord, la voyelle a signifiait eau, et aa, riviere, 
fleuve. udriv, arü , arüi^ dans les differens dialectes 



1 Conrad Gessner dit qu'il existait autrefois beaucoup de 
ces interessans aniraaux dans les eaux de la Suisse. Effectlve- 
ment, pres de Zug, on Irouve un petit lac nomme Bibersee , 
lac du Castor; et, dans l'Argovie , sur les bords de TAar , le 
village de Biberstein , pierre du Castor. 

2 Lib. III, eh. IV. 

3 Mein, sur ihist. anc, de la Suisse. 



3^6 GLOSSÄIRE 

des Geltes , exprimalent une riviere rapide , et pro 
prement, qiii a la vitesse dun trait '. De la, notre 
Arve, notre Aire, notre Laire, etc. Une foule de 
noms de rivieres etrangeres viennent a l'appui de 
ces origines : YArar des Romains , c'est-a-dire la 
Saone ; YHerault , en latin Araurius j les Aa , les 
Aar, de la Suisse , de la IloUande et de lAllema- 
gne; VArroux^ qui se jette dans la Loire; VAru, 
du Comte de Sussex , et enfin cet Ajr de l'Ecosse, 
que Burns a celebre dans ses touchantes elegies. 

Si les noms de nos rivieres semblent aussi du- 
rables'que les sources d'oü elles jaillissent, ceux 
de nos montagnes n'oftVent pas moins de vestiges 
de la plus haute antiquite. Et d'abord , notre Sa- 
LJfevE , comme l'a fort bien observe M. Necker-De 
Saussure "" , rappelle le gatilic , Slilew , montagne. 
Dans le dialecte gallo is , selon Bullet, c'est Sliat^ , 
et en Irlandais, Slei^ , Slei^an; un montagnard , 
Siei^in. Quant au Mole, ce noni peut etre forme 
de maol^ nioel , chauve, ou du generique moil , 
mol, montagne j d'oi^i le latin moles. 

Bocliat veut que LA Dole derive du celtiq. dohy 



I C'est aussi, sulvant Varron , parce que tigre ^ dans l'idio- 
me de rArmenie, a le sens de flechc, qu'on a nomme Tigre ^ 
unfleuve de cette contrcedon!; Ic cours est trts-rapide. 

3 Voyoge en JEcosse el aux ilcs Hcbr. 



GENEVOIS. 3^7 

Heu abondaiit eu paturages : ils noiis seniblerait 
jilus exact de donner a cette cime (cju'on devrait 
appeler l'Adole ) , la meine etymologie qii'au moiit 
Adule^ ^ c'est-a-dire du mot adoll, front, partie 
superieure, car c?o/, en sigiiifiant paturage, em- 
pörte aussi l'acception de lieu bas : ce terme, eu 
gallois, est precisement Foppose de moutagne. 
Langue romane , dole , dolie , plaine. 

Le Jura, dont cette Dole n'est qu'une sommite, 
parait aussi tirer son iiom du celtique jaiir , lieu 
eleve ; une des iles Westernes , couverte de hautes 
montagnes , est egalement appelee J ura. Nos Joux, 
Verrieres de Joux, lac de Joux , Mont Joux, sortent 
de la möme racine ; la plupart des elymologistes 
rejettent celles de Jopis et de Juga, supposant 
que ces lieux ont ete nommes avant la creatioii de 
la langue latine \ 

1 Montes adulce , nom donne aux montagnes centx'ales qui 
s'etendent depuis le St. Gotbard , ä l'orient, juscju'au mont 
Bernardin. 

Au pied du mont Adule , entre mille roseaux. . . . (Boil.) 

2 Enislande, on appelle generiquement JoeJad toute mon- 
tagne dont le sommet demeure constamment couvcrt de neige 
et de glace. 

3 Toutefois le pays de Gruyere nous offre un Moleison y 
un Monbovon , (jnoles summa, mons bovis), dcsigna- 
tions qui peuvent avoir remplace les noms primitifs de ces 



328 GLOSSAIRE 

Lausanne a sa for^t de Saupabelin, dont le nom 
offre un vestige bien remarquable dune myiholo- 
gie anterieure a celle des Romains : Sjha Beiini 
(et non Sjli^a Bellona^ commele dit un historien 
du pays de Vaud ), du dieu Belenus , Belin , Bei, 
Baal, Bei, chez les Chaldeens, etait requivalent 
de Seigneur, De ces mots, les Grecs auraient fait 
leur Abello , Apollo ,- les Gaulois leur Belenus , 
et nous aussi, peut-ötre, nos adjectifs hel^ beau. 
Bei, chez les Bretons et les Gallois, signifie en- 
core grand, eleve, suprßme , prince, et les ber- 
gers de la Haute-Ecosse , le premier de mai de 
chaque annee , fönt un sacrifice champötre appele 
bealtumn ' , reste du culte que leurs anc^tres ren- 
daient a la divinite Bei, 

II existe pres de Montreux un rocher appele 

montagnes. On trouve aussi dans la Suisse romane un Saxie- 
ma , de saxa ima , et un Estivaz , du mot cestiva , paturage 
d'ete. On dit encore dans cette vallee d'Estivaz situee entre 
Fribourg et le Vallais , estiver , estivage. Estival , qui appar- 
tient ä l'ete , est un terrae anglais et roman : 
Plus douce qu'un chaud hyvernal. 
Et plus qu'un ombrage estival. 

( Joach. Du Bellay. ) 
Pourquol la langue francalse n'a-t-elle pas conserve cet ad- 
jectif, qu'il faut remplacer par une periphrase? Nous avons 
bien automnal dont le son n'est pas si doux. 
i Voyage en Ecossc et aux iles Hehr. 



GENEVOIS. 329 

Tautland^ un iel nom ne rappelle-t-il point ce 
Tautj ce Teutates ' des Celtes dont parle le chan- 
tre de Henri ? 

«France, dans tes forets, il hablta long lemps (le fanatisme), 

A l'affreux Teutates il offrit ton encens ; 

Tu n'as pas oublie ces sacr^s horaicides 

Qu'ä tes indignes dieux presentaient les druldes. » 

Cette divinit^ sanguinaire fut confondue par les 
Romains avec Mercnve, Hermes ; et lorsque Alba- 
nis Baumont derive notre Hermance du nom de 
cet Hermes , qui avait un temple dans ces lieux , 
il pourrait bien ^tre dans l'erreur , car on sait que 
les pretres des Celtes regardaient les temples comme 
une sorte d'insulte a la divinite '. 

Nous avons encore dans la Suisse allemande 
Hermetshüliell , la colline d'Hermes ; Hermets- 
wjll , le village d'Hermes; et, dans la Suisse ro- 
mane , les hameaux d^ Hermenges et d'Heremen- 
ces auxquels certains archeologues attribuent la 
meme origine.D'autres , derivent ces noms de lieux 

I Chez les Indiens du Darien , Tautah , signifie pere ; Tatt , 
en langue scliype ou albanaise , a le meme sens, et les Negres 
des Antilles donnent ä leurs vieillards le titre de Ta. 

a Ceterurn nee cohihere parietibus Deos , neque in ullam hu~ 

jnani oris speciem adsimularc , ex magnitudine coelestium ar- 

hitrantur, 

(Tacite.) 



33o GLOSSAIRE 

du latin eremiis ^ solitude, ermitage. Ermiis^ est 
indique dans de vieux manuscrits avec la signifi- 
cation de lerre inculte , sterile. Terre herme eii 
langiie romane '. 

Cet Hermance que les derniers traites ont fait 
passer sous la domination genevoise , qui fut de- 
truit au quatrieme siecle par les Bourguignons , 
rebäti au onzieme , par leur reine Hermangarde , 
puis brüle par les Bernois au commencement du 
seizieme, cet Hermance, disons-nous, nous rame- 
ne a quelques autres noms d'habitation. Secheron, 
en langue romane, signifie un pre qui n'est pas 
arrose , et Cheseau , dans le m^me idiome , une 
habitation entouree de terres arables. 11 y a des 
villages de ce nom en Suisse et en Savoie. 

Vic est le wie des Gaulois , village , metairie : 



1 La Savoie et la Suisse sont pleines de noms de lieux qui 
rappellcnt la domination des anciens mailres du monde. Dans 
la Tarantaise, dont on sait que les habitans s'appelaient Cen~ 
tronesy on irouvc sur l'Isere, entre Aime et Moutiers, le vil- 
lage de Centron. — Chaparillan , sur l'extreme frontiere fran- 
caise, est evidemment forme de Campus Aureliani. — Lavallee 
de Scliams, chez les Grisons , porte un nom qui n'est qu'une 
corruption du latin jer«/«rt«e«m , ä cause des six rivieres dont 
eile est arrosee. — Dans le canton de Zürich , on voit une 
coUine dChcnbcrg, d'un temple oü Isis ctait adoree. — Pres de 
Soleure, un bois 6.'Jtisholtz, d'uneforet consacree ä Alys, etc. 



GENEVOIS. 33 1 

de la le vicus des Latins et le frangais vicoque , 
puis bicoque. Danciens manuscrits indiquent ViL" 
LAR dans le sens de hameau. 11 y a , au pied du 
iiiont Cenis, Lans-le-bourg et Lans-le-villar. Cran 
se tradult par emineiice , colline ; et Versoy, selon 
Bochat , derive des deux mots celtiques uar sui , 
sur Feau; mais nous ne goütons pas trop cette 
derniere origine. 

M. E. Salverte croit avoir trouve celle de Moille 
SULE dans les mots mola sola , meule solitaire , a 
cause d'une grande meule de moulin, ou plutot 
d'un monument des Geltes qui en a la forme , et 
que les bonnes gens du village disent avoir la pro- 
priete de se retourrier a minuit. 

Le m^me auteur ' veut que Gentod , Gentou 
soit forme de^e72^ gent , beau, et de hod, Jioiid ^ 
hold, metairie, ferme; mais il se trouve ici en 
contradiction avec le savant lausannois que nous 
venons de nommer , qui assigne a ce village l'ori- 
giiie de genei> ^ dou^gan, iou, a la gorge du lac% 

C'est ce Genei^ , Genei^a , gorge , bouche , pas- 
sage entre deux collines , que notre celebre Histo- 
rien du Danemarck donne pour racine au mot 
GENi:YE. Cette opinion est appuyee par le dire de 

1 Essai sur les noms d'hommes et de lieux. 

2 Mcmoires sur la Suisse ancienne. 



332 GLOSSAIRE 

Baxter qui , Jans ses Antiqultes britajinlques , eile 
plusieurs lieiix du pays de Galles dont les noms et 
la Situation offrent avec celui-ci des rapports evi- 
dens; entre autres, un Genep, en Cornouailles. Le 
nom de nötre ville a donc une origine gauloise , 
aussi bien que celui des anciens habitans de notre 
Canton , les Allobroges : all , autre , etranger , et 
bjv, pays, c'est-a-dire peuple etranger. 11 parai- 
trait que dans le moyen äge , ce nom etait devenu 
une Sorte d'insulte, car La Combe traduit yällo- 
hroge, Allobrogue , par rustre , grossier '. Aujour- 
d'hui quelques personnes l'emploient encore dans 
un sens derisoire. 

Sans repeter tout ce qu'ont dit sur les origines 
de nos rues et monumens, M. De la Corbiere, le 
capitaine Mallet et d'autres arclieologues, nous ter- 
minerons cette premiere partie de nos Recherches 
par quelques observations qui ne seront peut-etre 
pas saiis interet pour les Genevois. 

Boello , boellen, en celtique; boel^ en langue 
romane , signifient bien boyau , intestins ; et notre 
terme patois la boelle , le ventre , de meme que 
l'anglais boii^els , derive bien de ces priniitifs , 
mais nous ne pensons pas , comme on le croit com- 
munement , que ceux-ci soient applicables a la 

1 Dict. du vieiu: lang./ranc. 



GENEVOIS. 333 

Tour de Boel, receptacle presume des immoii- 
dices du Grand-Mezel, magnuni macellwn , la 
grande boucherie '. II nous paraitrait plus naturel 
de donner a la Tour de Boel, l'etymologie de boi, 
boj ^ bol, hauteur, eminence. Bühel, en alle- 
mand "" , a le meme sens , et dans une petite ville 
voisine , a St. Claude , il existe une rue en pente 
rapide , comme notre Tour de Boel, que ses habi- 
tans appellent encore la boja, 

FusTERiE est un terme roman qui signifie chan- 
tier, atelier de charpentier; latin barbare fusiai- 
ria, Voyez l'article du Glossaire Fustier. 

Molard , de molare , molaris , qui , dans les 
memes idiomes , se traduisent par butte , tertre , 
mole. Molar, dans le canton de Vaud, signifie 
encore un inionceau de pierres. Les paysans de 
Dombes, dit Du Gange % fönt aussi usage de cette 
ancienne expression. 

Taconnerie, du celtique tacon, piece, mor- 
ceau , et particulierement morceau de cuir. Les 

I Langue romane , tnacelerie , boucherie, et macelier, bou- 
cber. 

1 On voit pres de Berne, le Donnerbuhel (colline du ton- 
nerre) oü, en lagi , les Suisses , sous la conduite d'Ulrich 
d'Erlach , remporlerent leur premiere victoire sur les Aulri- 
chiens. 

3 Gloss. inf. latin. 



Italiens ont conserve ce terme dans leur iaccone , 
petite piece de cuir pour raccommoder les souliers. 
C'est a la Taconnerie, alors le marche aux cuirs, et 
la place affectee aux artisans qui le travaillalent , 
que le celebre Jean de Brogni , se rendant ä Avi- 
gnon pour la premiere fois, vint acheter les sou- 
liers dont il avait besoin pour ce voyage pedestre. 
C'est la qu'habitait cet honnete cordonnier qui , 
voyant le jeune etudiant dans l'embarras, lui fit 
credit du prix de sa chaussure , et qui fut si bien 
recompense de sa generosite , lorsque cet etudiant, 
ne petit pätre d'un pauvre hameau, se trouva par 
son merite et ses talens, eleve ä la dignite de 
cardinal. 

Tabazan etait l'executeur des hautes-oeuvres au 
commencement du dix-septieme siecle : c'est lui 
qui fit mourir les prisonniers de VJEscalade. N'est- 
il pas bien extraordinaire que cet homme soit le 
seul Genevois qui partage avec l'auteur ^ Emile 
l'honneur de donner un nom a une rue de sa 
patrie ? 

Voici ce que dit sur la Rötisserie notre Bonni- 
vard , qu'aucuns appellent sans trop de fondement 
le Montaigne genevois : « L'an iS^i , i5 d'april , 
fut brusle la rue de la riviere de Geneve , depuis la 
maison de Marc Verin Periseble, jusques a celle de 
Borna ; et toute la rue de la part du lac , et toute 



la nie neufve , depuis appelee la Routisseiie^^oxce 
quelle avoit ete lors roustie. » 

Un autre annaliste genevois , le celebre Michel 
Roset, exprime dans les termes suivans, l'origine 
du nom que nous donnons au quartier des Ber- 
GUES. «Apres que Geneve eut ete peuplee de di- 
vers etrangers qui y venoient vivre suivant les 
mouvemens de leur conscience , Dieu Taffligea de 
peste cette annee 1 542 , et les autres annees sui- 
vantes , aussi bien les pays circonvoisins; ce fleau 
fut suivi de la clierte des vivres. Dans le triste etat 
oü Geneve se voioit reduite , un Allemand , nom- 
ine Cleberguer, qui etoit marchand, et qui quel- 
quefois se tenoit a Lion, et quelquefois a Geni^ve, 
donna 200 aunes de drap a l'höpital pourhabiller 
les pauvres ; ce qui etoit une charite tres-conside- 
rable dans ce temps-la; et, etant mort a Lion, il 
donna encore 400 ecus au dit hopital , par son tes- 
tament. Cet homme s'etoit rendu si celebre ä Ge- 
neve par ses charites , que son nom est demeure 
jusqu'a aujourd'hui a la maison oü il logeoit lors- 
qu'il etoit dans cette ville^ et qui est situee a St. 
Gervais , au bord du Rhosne, de la les Etuves. » 

Le chemin des CERVOiSES,aPlainpalais, deC^r- 
visia^ cervoise , sorte de biere; mot gaulois con- 
serve par Pline. II parait qu'une fabrique de cette 
boisson exista jadis dans ce lieu. 



336 GLOSSAIRE 

LaCoULOUVRENitRE, du latin barbare Colovrbia, 
arquebuse. Nos registres du quinzieme siecle ap- 
pellent les arquebusiers Colovrenerii ^ ludentes de 
colovrina. — Tirer de Farquebuse , tradiere colo- 
vrinas» 

Enfin , le nom de la Monnaie , pres la porte de 
Cornavin , vient dun edifice oü Ton battait mon- 
naie. Au milieu du quinzieme siecle , il se trouvait 
encore sur le territoire du duc de Savoie , et les 
especes qu'on y frappait etaient au coin de ce 
prince. En 1674? lorsqu'on rebatitsur cet empla- 
cement, on trouva dansla terre quanlite de pieces 
de vieille monnaie'. 

1 Fragm, hist. avant la reform. 



GENEVOIS. 



DEUXIEME PARTIE. 



ORIGINES DR QUELQUES TERMES DU PATOIS DE LA CAMPACNE. 

VjOmme dans nos noms de lieux, comme dans 
iios idiotismes de la ville , nous Irouverons dans le 
langage de nos paysans, beaucoup de vestiges des 
langues anciennes. 

CORTIL , jardin, (nous pronongons Corti ou 
Courti) est un mot roman'. 

Unz moult renomes rieh hom 



En son co?-til avoit de choix , 
Et en l'etable des brebis. 

( Fabl. du I ae siede. ) 

Mais avant de passer dans la langue romane, 
ce terme existait deja de tonte anciennete. Les 
Germains , qui ne fermalent point ieurs villes , 
avaient autour de Ieurs maisons une portion de 
terre enceinte qu'ils appelaient cortis , curtis. De 
lä, le grec chortos ^ le latin hortns, le bas latin 
curtile, et l'espagnol cortijo , jardin , metairie, lieu 
Terme. 

1 Un courtillier etait un jardinier. 

2.2. 



338 GLOSSAIRE 

De lä l'anglais court , le frangais courtine ^ et 
cette foule de noms propres termines en cowt : 
Liancourt ^ Harcourt, etc. II existait meme au 
seizieme siecle un celebre jurisconsulte fran^ais 
appele inditferement Court et Du Curtil. De la 
encore , ce grand nombre de villages suisses , et 
parliculierement de l'Eveche de Bale, oü se re- 
presente la meme syllabe , les Court, les Courge- 
mont, les Milcour^ les Courtelari {curtis Alarici) 
etc. Le mot cour , residence duprincC;, a la meme 
racine. C'est faute de s'entendre, dit Scaliger, que 
nous ecrivoiis Cour de parlement pour Court ^ qui 
vient de curtis : les parlemens suivaient les rois ; 
on dressait un enclos qui s'appelait curtis, oü le 
parlement s'assemblait , et le roi ecrivait ; de curti 
nostra. On dit ensuite cort, et plus tard court. 

Puls s'en vint ä Co/7 lendemain , 
Si se comraande ä St. Gcrmain. 
Aux fenestres du palals voit 
Le Roy, qui enlor lui avoit 
De Chevaliers une grant masse ; 
Trestoute la Cort s'i amasse. . . 

( Hugues DE Cambrai , 1 3^ siecle. ) 

II me souvient qu'un jour j'estois 
En la court pour un mien affaire. 

( Jaq. GuEviN, 16^ siecle.) 

LeFavori de Court, contenant plusieurs adver- 
tissemens et bonnes doctrines pour les favoris des 



GENEVOIS. 339 

princes et autres seigneiirs et gentilshommes qui 
liantent les courts. 

( Titre d'un ouvrage de Jaq. de Rochemore , Lyon 1 556. ) 

Haia , est moins ancien que curtis : on le trouve 
employe pour la premiere fois dans un capitulaire 
du neuvieme siocle, oü il a l'acception de liaie 
vive , moyen de defense. II est forme du celtique 
hae, haie, fosse, elevation de terre autour d"un 
champ. De la, rallemand Hage , et l'anglais hedge. 
Nos paysans n'ont pas conserve ce terme, mais 
celui dont ils fönt iisage pour exprimer le mot 
haie, size, nous parait avoir aussi une origine cel- 
tique. Gallois sig , chaine , lien, cloture'. 

Entra size et bosson, 
Fa ma dera sa raison. 

Le mot Ranges, guides , renes, vient aussi du 
celtique rangen , baudrier , courroie , r^nes. 

De Fasque, poche, sac, nous avons faitFATTA, 
qui est aussi fribourgeois, et s'enfatta, s'intro- 
duire, se cacher. Facque s'est conserve dans lalan- 
oue romane, et Fach dans l'allemand, oü ilsignifie 
layette. Si Ton envisage la langue celtique comme 

I Dans la hasse latinite le mot ple.räium avait le mtrae sensj 
il elait forme du lal'm plecta, lien d'osier, ou d'autre menu 
branchage; de la tous Ics Ples.sis , villages de France, et les 
noms propres Dupleix et Duplessis. 



3^0 ' GLOSSAIRE 

aiilerieure a celie des Grecs , Ig phaskolos de ceux- 

ci en serait egalement im derive. 

Du teuionjald y pli, est sorti notre Feuda, ta- 
buer. Nombre de langues etrangeres ont fait des 
derives de ce primitif : Vit^Wen, /alday jupe,/al- 
daio , plisse , l'anglais ,fold, pb ; lallemand , Falle, 
idem; le p'icavA ^ fauder , plier une etoffe, et le 
XausxieÄociQw , ßiude , le pU du corps. Le mot fran- 
cais garde-fou vient aussi de la, car il ne s'agit pas 
ici de fou, insense, mais Aefaux^ le pli du corps, 
et garde-fou n'est qu'une alterat ion de garde-faux. 

Le Pecou pour le peduncule, c'est-a-dire la tige 
qui Supporte la grappe du raisin ; du roman pe- 
coul, pilier, colonne , quenouille. A Lyon, le peu- 
ple dit encore picou de cerise , picou depoire, dans 
le seus de queue de cerise , etc. 

Le cri dont on se sert dans mos basses-courspour 
appeler les canards: BouRi, BouRi! est aussi de- 
rive du roman, car boiir, bourd, danscet idiome, 
signifie un canard. 

Le Craizu , la lampe; terme vaudois et savoyard, 
du celt. creuseul, forme de creus, vase, et de eid, 
buiie. Vieux francais , crezieu^ vase a buile. Notre 
craizu se dit en Franclie-Comte crezcu, et en Dau- 
phine, crusieu, creisieu' : 



I On retrouve cn Dauphlnc bcaucoup d'expressions de la 



GENEVOIS. 341 

Mais qu'eto que lor bien ? un tupin una ecuella ; 
De pailli una fourcha per coucliier sans lincieu ; 
La plus granda partia n'at pas ne de crusieu. 
( Poes, dauph. ) 

Le conte populaire du Craizii. ecrit en patois de 
Lutry, est tres-connu dans le pays de Vaud. 

Elieuda , eclair. En Dauphiiie , eiloido ,• en 
Franche-Comte , e'/w^e,* a Fribourg, eliiizo; vieux 
fran9ais, e'/oz^e. Racine ce\ii(\\XQ elljdan^ eclair, 
feu follet {dan signifiant feu ); elluenna, etince- 
1er. En Georgie , elua , eclair. 

Les Alouilles. On appelait autrefois, dit l'Aca- 
demie , le premier dimanche de careme , le di- 
nmnche des Brandons , parce que ce jour-la, le 



langue gauloise qul sont communes ä nos environs, et quel- 
ques autres aussi dont nous avons perdu la traditlon; entre 
autres, le raot baga, par lequel , suivant M. Chainpollion- 
Figeac , on designe encore dans cette province certains mon- 
tagnards. C'est lä un reste de ce nom de hagaudce qui se 
donnait dans les Gaules aux paysans revoltes contre l'auto- 
rite rouiaine. Or, ce hagaudce derive du celtique bagadirou- 
pe , assemblee. Et une Observation qui n'echappera pas ä l'o- 
rienlaliste, c'est que ce dernier tcrme (dont les Francais out 
fait bagarre, IV se subslituant au J) a, dans la langue be- 
braique, le meme sens que dans le gallois et Ic breton. Au 
reste, on sait que l'idiome des Ecossais monlagnards, Ic 
gaelic, offre souvenl avec l'hebreu une simililude rcmar- 
fiuable. 



342 GLOSSAIRE 

peuple allumait des feiix, dansait a i'entour, et 
en portait dans les rues et les campagnes. Cetle 
ceremonie re^oit eiicore le meme nom dans nos 
villages du pays de Gex, mais en Savoie cest la 
soiree des Alouilles ^ et ce terme a probablement 
la meme origine que celiii d'elieuda. Les jeunes 
paysans courent avec des flambeaux devant les 
portes des nouveaux maries et des epoux sans en- 
fans, oü on leur jette des iioix ou d'autres frian- 
dises, ä peu pres comme a cette Pierre d Bernade 
(voyez ce mot) dont la coutume a disparu dans 
Geneve il y a environ un quart de siecle. La pe- 
tite fete des epouses de mai s'y celebrait aussi 
tres-anciennement : le premier dimanche de ce 
moisj les jeunes filles des artisans de la ville sepa- 
raientdefleurs, et ailaient chanter devant les mai- 
sons, ainsi que cela se pratique aujourd'hui dans 
les villages de nos environs. 

EssERTs, Aux EssERTS, EssERTiNES , noms d'un 
grand nombre de pieces de terre et de hameaux. 
Du roman essarts, broussailles, champs incultes : 
forme du primitif ^ar, bois, foret, ebene. Les 
Gaulois appelaient Saronides certains philosopbes 
qui habitaient les forels de ebenes , et professaient 
sous leur ombrage'. De ce ^ß/viennent le breton 



1 Diod, de Sic, liv. V. 



GENEVOIS. 343 

sarp et le fmiigais serpc , sarmeiit , sarbacane, etc. 
La basse latinite en a iedtessarlare^c^mix le meine 
sens. 

La RAMASSA, le balai. Du vieux frangais ramon^ 
forme du latin ramus. On appelait autrefois les 
sorciers des raniassiers , parce que , pour ^tre 
re9us au sabbat , ils devaient paraitre a cheval sur 
un manche a balai. Au quinzieme siede , dit une 
vieille chronique, une ramassiere fut brülee a 
Nuits en Bourgogne. Donner la ramasse signifiait 
donner le fouet. Cette ramasse fut infligee juri- 
diquement ä un enfant de notre Canton , en i5G3, 
pour avoir injurieusement traite sa mere cYhcrege, 
c'est-a-dire , en vieux frangais , heretique ; Yretge , 
heretge. De la notre patois, hireze, hereze , sorte 
d'injure : ü est pis qu^herezc , qu^jreze. 

Merendon 5 goüter des paysans. Racine celtique 
merenn^ le goüter; en latin, merenda; et dans la 
basse latinite , meiinga j ad mGiingam daiur. . . . 
albus panis ei I stopus vini. ... — Qid übet obe- 
dienüarius quando incipit dare merwgam , timc 
propinat dorninis cum sextario vini in tvibus 
magnis cifis .... 

(Du CiNGE. ) 

C'est sans doute de ce meringa que vientle mot 
fran^ais meringue , sorte de bonbon. Dans la lan- 
gue romane , märender ^ veut dire goüter. Un an- 



344 GLOSSAIRE 

cien glossaire traduit le mot merenda par le man" 
gier de Vheure de None. Marendar^ signifie aussi 
goüter chez les habitans des Alpes friJiourgeoises. 

Dans ces contrees pastorales, on appelle nier- 
chant^ un amant, im amoiireux. L'origine decette 
expression est celtique , comme Fa fort bien ob- 
serve M. Bridel, et, parmi les nombreux vestiges 
de cette langue que noiis otfre la Suisse romane , 
celui-Ia n'est pas le moins remarquable. Merc'h, 
merchedy en gaelic , en gallois , en breton, signifie 
une fille, une vierge. Ce terme, comme celui de 
Marc'h, cheval, se retrouve dans tous les dialec- 
tes celtiques. Le mot mercheta, marcheta, etait en 
Angleterre et en Ecosse synonyme de ce quon ap- 
pelle en France , exercer le droit du seigneur , et 
voici ce que dit encore le vieux Du Gange a cette 
occasion : « Marc'h equum significat prisca Scoto- 
rum lingua. Hinc deducta metaphora ab equitando, 
marcheta mulieris _, dicitur virginalis pudicitiae 
prima violatio et delibatio , quae ab Eveno rege , 
dominis capitalibus fuit impie permissa, de Om- 
nibus novis nuptiis , prima nuptiarum nocte. » 

Passei , echalas ; du roman , palssel , forme du 
\^Hnpaxillus. Quelques-uns lederiventdu celtique 
pes , sapin. En Franche-Comte , /^a/,? je/, paisseau; 
dans le Lyonnais , passeau. 

Ades, encore, des ce moment, toujours. Du 



GENEVOIS. 345 

roman ades , plutot que du grec adei, comme dit 
E. Bertrand. 

Li clers les va ades sivant, . 
Et dist que ades les sivra 
De si adonc que il saura 
Lor fin. . . . 

(CoRTE-BARBE, daus Ics trois aveugles de Compiengne. 
1 3^ siede. ) 

C'est Vadesso des Italiens, tout comme nolre 
nion est leur niuno , forme de nemo , personne. 
Orendroit ;, maintenant : 

Si m'en vaul mlex taire orendroit, 
Que dire chose qui n'i soit. 

(Durand, les locus , i3^ siede.) 

Ores, a present; Prou , assez, et Et tout^ aiissi, 
sont des expressions que la langue franyaise a con- 
servees plus long-temps. Montaigne dit encore : « La 
mort s'appesantit souvent en nous , de ce qu'elle 
poise aux aultres; et nous interesse de leur inte- 
rest, quasi autant que du nostre, et plus e/ tout., 
parfois. « 

Nos paysans disent et tot; et nos et tot, et nous 
' aussi. Aux environs de Paris, on dit i toii. 

AuCQUES , (mouillez la derniere syllabe ) signifie 
quelque chose dans notrepatois ; en langue romane, 
c est aicques : Les uns lui donnent aicques , et les 
aultres 3 noure (rien). A Fribourg on dit oque. 



346 GLOSSAIRE 

Le Meitan, le milieu, vient de mitan qui a le 
meme seris , et Etran , sorle de fourche, de eslrain, 
paille , forme de siranien. 

Renoille , grenouille. Ce terme de notre patois 
est exactement le meme que dans la langue ro- 
mane : De la sorls et de la renoille , fable de Marie 
de France, poete du i3^ siecle; c'est la premiere 
femme qui ait fait des vers fran9ais. Son recueil 
n'a pas ete inutile ä La Fontaine. 

Waiter, regarder^, appartient au meme idiome, 
qui le tenait des anciennes langues du nord. Les 
Picards disent water , et les Anglais to wait. ^gai- 
ter est aussi de la langue romane : 

Jalousie la fait sa gaite (son espion)', 
C'est eil qui trestous nous agaite. 

{Rom. de la Rose.) 

Xailler 5 sortir , que nous pronon^ons schailli, 
nous vient de la meme source. 

Dans les noms des jours de la semaine nos pay- 
sans n'ont fait que changer le di ende : «' . . . . Le 
marchie de Geyz est le djlons , et la feyre de Geyz 
et le marchie de Divone, \e dimars ^ et le marchie 
de St. Johant de Goveilles. . . doitestre le dimes- 
cre^ lequel homage nos li avons fait a Sessie, le 
dimenge aprest feste Sent Johant-Baptiste . . . » 

{Homage c?e Jonville , Sirc de Geyz, ä l'Evesque 
de Geneve, en i3o5. ) 



GENEVOIS. 347 

Le Mi-ZEUR , le midi , de iiotre palois est le mic- 
jour de la langue romaiie, et notre Wai, Hole, 
aujoiird'hui , Tancien m, hui, forme du laliu 
ho die. 

. . . vous serez le parrein , 
Des hui, je vous en prie. 

(La J'ONTAINE.) 

Nos paysans disent : d wai, d houc de Sande , d 
houe Demenze , pour designer le samedi et le di- 
manche; et de meme pour les autres jours de la 
semaine. 

Enfin, qu'on jette un coup d'oeil sur la nomen- 
clature suivante (qu'il nous aurait ete facile de 
grossir) et l'on verra que le langage de nos cam- 
pagnes n'est qu'un roman plus ou moins alterd. 



RMESDE LA LA 


KGUE ROMANE. 


TRADUCTION FRANCAISE. 


Aulanie, Dan 


ph. oulagni. 


Noisette. 


Frib 


. alogne. 




Bolle, 




Boale. 


Crot, 




Creux. 


Naz, 




Nez. 


Oille, oule , 




Huile. 


Olle, Dauph. 


olla. 


Marmite. 


Paa, 




Pain. 


Peivre, 




Poivre. 


Frone , 




Prune. 


Ploge, 




Pluie. 


Poret, 




Poreau. 



iß 




GLOSSAIRE 


RMES DE LA 1 


^ANCCE ROMANE. 


TRADUCTION FRANCAISE. 


Pugnie, 






Poignee. 


Polain , 






Poulaln. 


Poilaille , 






Poule. 


Poure, 


1 




Pauvre. 


Quoue, 






Queue. 


Roe, 






Roue. 


Sau, 






Sei. 


Suetle, 






Chouette, 


Man, 






Main. 


Joesne , 






Jcune. 


Joenece, 






Jeunesse, 


Moye , moyes , 




Tas, monceau. 


Nos paysan 


) disenl 


: on rnoe, 


toten onmoe; en-r-on rnoe. 


Chucre , 






Sucre. 


Fenian , 






Falneant. 


De fors , 






De hors. 


Fetge, 






Foie. 


Gof, 






MouiUe , trempe. 


Sovent, 






Souvent. 


Trope , 




n 


Troupe. 


Troble, 




Trouble. 


Trioule, 






Trefle. 


Torsiors , 






Toujours. 


Vesin , 






Voisin. 


Epoigne, 






Sorte de gäteau^ 


Epinoches , 






Epinards. 






VERBES. 


Bouter, 






Mettre. 


Ramander, 






Reparer. 



Tumber, 



Tomber. 



GENEVOIS. 349 

TERMES DE LA LANGUE ROMANE. TRADUCTION FRANCAISE. 

Treper, Dauph, Trepa. Fouler aux pieds. 

Subler , Dauph. sibla. Siffler. 

Rober , Frib. riihar. Voler. 

Panner, id.. pannar. Essuyer, etc. etc 

Les rioms de pieces de terre et les noms propres 
sont encore deux sources oü Ton peut puiser d a- 
bondantes origlnes romanes et celtiques; on ferait 
un yolume sur cette matlere , mais pour finir notre 
notice, deja trop longiie peut-etre, nous nous bor- 
nerons ä indiquer quelques etymologies des noms 
propres de ce pays. 

Le terme de la laiigue romane galois se traduit 
par fort, galant, aimable; de lä les noms Galois, 
Galloix, et le feminin galaise, jeune fille gentille : 

Et puis s'en vont pour faire les galoises , 
Lorsque devroient vaquer en oraison. 

La Fontaine fait encore usage de cette expres- 
sion : 

Par ce point lä, je n'enlends, quant ä moi, 
Tours ni porteaux , mais ^enliWes galois es. 

Galler , en vieux fran^ais, mener joyeuse vie : 

Je plains le femps de ma jeunesse. 
Au quel j'ay plus qu'aultre galle. 

(ViLLON, i5« siede.) 

Gale^ et au feminin, gulesa., en patois de Fri- 
bourg, joli, gentil. 



35o GLOSSAIRE 

Ma t'appreindris oun yazo , 

Quin \6 lo mi, au d'oun boim caur, 

Au d'oun gale vesazo. 

(Coraula , soit ronde dansante de Fribourg.) 

Vo) ez daiis le Glossaire, au mot branleite,Vety- 
molo2;ie de Coraula. 

Bordier, signifiait mctayer , fermier. C'est le 
Me/e/* germanique 5 nom propre egalement tres- 
repandii eii Allemagne. Borde, eii cellicjue, metai- 
rie, ferme, maison; et ce terme avait passe daiis 
le roman : 

N'es-tu plus or recors 
De la borde araigneuse 
Dont jadis te mis hors? 
Unc blen plus poudreuse 
T'altend encore. . . . 

(In icoT , en ses Cantiques. ) 

Chapuis signifiait uii charpentier, et iiospaysans 
disent encore : on chapoue. Royer, iin charron ; 
VlGNlER,iin garde-vigne; Romieux, un pelerin ; 
Wagnon, un fermier, etproprement , un semeur; 
dela notre verbe uagni, semer; Gaynier, un la- 
boureur ; gaigmer, labourer ; gaignage , terre la- 
bouree' : 



1 C'est ainsi que clirz Ics Romains, les Pison prirent leur 
nom du fromcnt qu'ils avaient broye (/?iso, pi/iso , piler, 
broycr)j les Hortensius, des jardins qu'ils avaient cultives; 



GENEVOIS. 35 1 

Ja sera lant d'en champ aller , 
Por nos terres ä gaignier. 

( Jnc. Fabliau.v. ) 

Tant chemlnai par forcsts et bocages , 
Que rencontral du cerf dans les galgnages. 

( Du FoiTiLLOUx , sous Charles IX. ) 

Bachelard, jeune amoureux ; Fillol, filleul ; 
G0Y5 boiteux; Godemar, gros ventre; Guy, pro- 
pre, apte; Gautier , bon compagiion; Rieu, riiis- 
seau; HuAU , hibou; RiGOT , triste, et enfin, 
Truant , Truand , nom propre qui appartient 
plutöt au canton de Vaud; du celtique truant ^ 
vagabond, mendiant, terme que les Anglais ont 
conserve. De lä le vieux fran9ais imand et le verbe 
iruander^. L'histoire des Croisades fait mention 
d'un roi Truant, commandant tous les vagabonds 
et mendians qui suivaient l'armee, et certes, dans 
ces temps de desordre et d'indiscipline, les subor- 
donnes de ce singulier prince devaient former de 
nombreuses legions. 

Nous avons encore divers noms propres origi- 



les Fabius, les Ciceron , les Lentulus, de leurs feves, de leurs 
pols, de leurs lentilles, et que les membres d'une blanche de 
rilluslre famille Valeria furent appeles les lactutiens , de lac- 
tuta , une laitue. 

I Nous rcjetons donc l'etymologie de Le Duchat , qui dcrive 
ces mols de tributare, fait de tributum, tribut. 



35:2 GLOSSAIRE 

nairement formes de quelque nom de vice ou de 
difformite, mais on pourrait indisposer ceux qui 
les portent aujoiird'hui en leur en exposant les ra- 
cines. Le nom propre d'un homme, dit Göthe, 
ii'est pas im manteau qu^on puisse tirailler a vo- 
lonte ; c'est Uli habit adapte a sa taille, ou plutöt, 
c'est sa peau m^me quis'etend amesure qu'il croit, 
et qu on ne peut dechirer sans le blesser. 



Fl]\. 



GENEVOIS. 



X^-fc^X lX^^*.^*Vfc«^^^^fV^^ 



ADDITIONS ET CORREGTIONS. 



Page 36. Bernicle ^ hernicle! lisez : Bernicle ^ bre- 
nicle ! 

BRETTER , BREITER , terme de portefaix ; tour- 
ner un colis sur le char ou le chantier, pour le 
prendre dans sa largeur. Peut-etre de rallemand 
breit, large. 

CHRESTOMATHIE, prononcez la finale comme 
dans Sympathie , et non comme dans diplomatie. 

CHUCHOTAGE , pour chuchoterie. 

COTONNE 5 pour coto^nade, etoffe de coton : Une 
cotonne cadrillee. 

EPINACHEj, ECHEVELE. Epinacherle chanure, le 
peigner. Les epinacheurs sont venus. 

FAVIOLE^", FAVIOLON; HARicoT, feve de hari- 
COTS : De la soupe auxfaviolons , desjai^ioles ä 
bouquet. Langue romane. , fai^iau jj'ai^iou j\an- 
guedocien ,fai>ioous j racine celt.^t^. 

GRIBICIIE , maligne , piE-GRitCHE , et quelquefois 
aussi LiBERTiNE : C^est une petite gribiche. 

23 



354 GLOSSAIRE 

HAVA1^E : -ÖM Sucre ^ des cigares d'Nai^ane; dites 
ck laHavane. 

Tage 207. Dans la note qui accompagne l'article 
NANT, nous avons indique, sur la foi d'une re- 
lation , que le mot Bournou est forme de Bor, 
pays, et de Nou, lac d'eau douce. Un Essai 
sur l'idiome du Bournou tout recemment pu- 
blic par Klaproth , semblerait peu d'accord avec 
cette origine, car il traduit pays par hella , et 
eau par inki, 

Page 2i4 a l'art. OEUVES, UVES , ajoutez : Quel- 
ques-uns donnent aussi ce nom a la laite ou lai- 
tance du poisson. 

PEDANT pour pedant, et REPIT, REPLIQUER, 

pOUrREPlT, REPLIQUER. 

PIQUE-RAVE , le tarier , oiseau du pays. 

Page 244 ^ Tart. PRISER, ajoutez cet exemple : 

II ni'en couta du tabac ä priser, du tabac a fu- 

mer, etc. 

( PicHOT , Voy. en Angleterre. ) 

La langue usuelle a besoin de ce verbe , ou d'un 

autre qui le remplace mieux, c'est-a-dire qui 

n'offie point d'equivoque. 

REFONFONNER, REFONFOUNER, remettre , 

ajOUTER , remplir de nouveau : Refonjonner la 

cafetiere. 

RlOLE(LA)terme rural, especedeliseron, convol- 



GENEVOIS. 355 

vulus an^ensis. Du roman triolaine, lougue file , 
train^e; parce qiie cette plante rampe et s'etend 
au loin. Cette etymologie est la m^me que celle 
de inölcy dont nous avons fait aussi riole par 
corruption. Voyez ces mots. 

ROTE (LA), la rue, plante medicinale. Du latin 
ruta. 

SOLDAR pour soldat. Vieux fran^ais : 

Quand un bruit affreux de soldars 
Fut entendu de toutes parts. 

(Garnier,/« Troade.) 

Voyez aussi page aSS une citation de Ronsaud. 

TRAlNARD pour trainant , un accent trainard. 
VETIR , REVETIR. Vetissez-vous damntage : Ils 
se repelissent d'ujie peau. Dites : Yf!;TEZ-vous ; iis 

se REVETENT. 

Page 3io. Au lieu de ces mots: dont IHelvetie 
abonde, lisez, dont THelvetie est si bien pourvue. 



MAUV AIS , MAUV AISE , prononcez iMOVAis , mo- 

VAISE. 

C AVE AL , GRABE AU , ne prononcez pas cai^ot , 

grabot. 

Au lieu de faire Xa bref, dites aussi: passage , 
flamme, larron, bärreau , bärriere, cärriere, mu- 
raille , bataille ( selon d'Olivet ) , echasse , hom- 



356 GLOSSAIRE 

masse , nasse , Neuchätel , il accäble , il compAsse, 
il condamne , il läce , dehlce , entreläce ; nous don- 
nämes, arretames; que j'aimässe, etc. 

En revanche 5 ne prononcez pas cdfe^ malle ^ 
mdlheur ^ Tndlheureux , mdlaise , mdsque ,Jantds- 
que^ bourrdsque , sjlldbe^ räme , progrdmme ^ Or- 
gane, mdgoty cliocoldt , cadends , cascdde, mala- 
de 5 saldde . cdrte _, bdrque , Iddre , m,drge _, cabdle , 
capiidle ^ anndles ^ mordle ^ bald/re , profane, pla- 
tdne, cdrpe, epdrgne, etc. Tous ces a doivent ^tre 
brefs. 

Remede , poete , prophete , ebene , pheno- 
mene, cathecumene , garenne , etrenne, com- 
merce , traverse , asperge , perle , caverne , perte , 
cherche, serpe , terrestre, chandelle, barometre , 
thermometre , demandent aussi Ye bref , et c'est 
mal ä propos que nous pronongons chandelle, as- 
perge, commerce ^ etc. 

II est tout aussi incorrect de faire l'e bref dans 
les mots abbesse, confesse, cesse, grossesse, il 
professe, il alleche, je me depötre , lievre, pere, 
mere , frere , deuxieme , troisieme, quantieme, etc. 
vieillcj vieillesse, chevre , pie-grieche, bobeche , 
protzt, seche, liege, pr^t, siege, benet, tres,etc. 
Mais c'est particulierement dans la quantite de 
\o que peche la prononciation genevoise : noble , 
Grenöblc , pöste y coßre , propre , octöbre, oppro- 



GENEVOIS. 357 

bre^negoce^ coinmode , il accommode , conipote , 
rosse, antipode^ colle , ecöle , cabriole^ hricole <, 
Jaribole, Symbole , virole, rougeole , etc. sonnent 
fort mal ä des oreilles fran^aises , car tous ces o 
doivent etre brefs. 

La prosodie , au contraire , demande que la 
meme lettre soit longue dans amazone, anemone, 
matrone , aurore , encore , pecore , grosseur, fosse, 
poutre, polygone, octogone , Babylone, qu il voie, 
je rogne, et il croit , du verbe croitre. 

Enfin , au lieu de faire Vi et Vu brefs dans les 
mots suivans , ayez soin de dire : prodige , litige , 
tige , vite , benite , hydre , cidre , tuile , que je fisse, 
que j'ecrivisse, qu'il fit, qu'il ecrivit ; buche , em- 
büches, affüt, verdüre , iious re^umes, vous re- 
9Ütes,nous lümes, vous lütes, qu'il lüt, vous futes, 
nous pümes, que je püsse, que je connusse, etc. 

La prononciation de tu es doit etre longue : tu 
es; quant a celle de la conjonction ei, Urbain Do- 
mergue demande qu'elle soit moins ouverte que 
dans le verbe est. 

La diphtongue oi doit etre douteuse , ainsi les 
Genevois qui prononcent jjioe , ioe, le 7'oe, les 
mots moi , toi , le roi , ne sont pas plus corrects 
que les habitans de la Savoie qui disent : le roä , 
un oudseau, une deinodselle, etc. 

Les Vaudois fönt breves des syllabes essentielle- 



358 GLOSSAIRE 

ment longiies : il a passe ä cote du chäleau , mais 
cesfautes de prosodie, quoique graves, n'ontrien 
de disgracieux ä l'oreille. 

Au surplus 5 ce serait oter au colloque familier 
cet abandon qui en fait le charme, que de s'appli- 
quer a une pronoiiciation strictement gramma- 
ticale, et surtout a faire sonner avec affeetation 
les J et les t finals dans le but d'ev iter des rencon- 
tres de voyelles : « Nous voyons , dit l'abbe d'Oli- 
vet 5 que la conversation des gens bien eleves est 
pleine d'hiatus volontaires qui sont tellement au- 
torises par l'usage , que si Ton parlait autrement , 
cela serait dun pedant ou dun provincial.» 



FIN. 



^r 'fr 



K 



r- 




PC Glossaire genevois 

G^-G5 
1827 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



^^^ 



/ 



X 



S 



4 



4 



^ 



^ 



^ 



*>^ 



PC 

1827 



Glossaire genevois 




V 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



'*%^ 



/ 



«. 



J 



*N- 



*m^i 



Lju 




.«^ 



f: i 










''!^%^: 



'^.7 



i^^ 






|">;v-.. 



^>^h*C