(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Guide classique du voyageur en Europe ..."

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 




A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 
précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 
ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 
"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 
expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 
autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 
trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 
du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 

Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter. Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer r attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

À propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 



des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse ] ht tp : //books .google . corn 



i 



I ; 



I I 



dbyGoogk 



dbyGoogk 







\ ■•■ 



' DigitizedbyVjOOQlC 



i.'^U.r^-^AuUJo.^Ws^ \%^t. 



Digitized by VjOOQIC 



^r■y 



--I 



GUIDE CLASSIQUE 

DO «QtiieËdR 

EN EUROPE 



f\ucl m 

Digitized by VjOOQIC 



GDIDES EimS Dl RICHARD 

Tittsoes Itiléraires soit aeooBragiiés de Cartes roatièni, Vms, Paionuus, elc. 

EUROPE, 1 fort toI. in-iS. 15 tr. 

FRANGE ET EELGIQUE, 1 Yol.io-ia. 

FRANGE, 1 v»l. in-18. 

PYRÉNÉES, 1 Tol. in-i8. 7 60 

FRANGE MONUMENTALE, 1 fort vol. io-ia. 

ENVIRONS DE PARIS, i vol. io-i8. 

BELGIQUE ET HOLLANDE, 1 fort vol. in-18. 

BORDS DU RHIN. 1 vol in-18. 

SUISSE ET TYROL, 1 yol« iii-19. 

SUISSE, SAVOIE ET PIÉMONT, 1 vol. in-18. 

SAVOIE ET PIEMONT, 1 vol. in-18, 

EAUX D'ADL en Savoie, 1 vol. in-18. 

ALLEMAGNE, 1 vol. in-18. 

TVROL, 1 vol. in-ia. 

ITALIE, 1 vol. in-18. 

SIGILB, l.Tol; in-18. 

ESPAGNE ET PORTUGAL, 1 v«l. in^8. 

GRANDE-BRETAGNE, 1 vol. in-18. 

Londres et ses environs, i vol. in-i8. 7 50 

ORIENT, 1 vol. in-19. HD 50 

ALGÉRIE, 1 vol. in-18. 

GONSTANTINOPLE. 1 vol. in-li. 

SAINT-PETERSBOURG, 1 vol. in-18. 

GUIDE AUX BAINS D*EUROPE, 1 vol. in-18. 

TABLEAU DES MONNAIES D'EUROPE, 1 vol. in-18. 



Diilogaes familiers à Fis^e des Voyigeirs 

iTim ToUecw eamjHUtMf d«a M^tmai^t ABur^ptm 

Français-AngUif, par Rigbard bt Qubtin 1 60 

Françait-AIIemand, par Ricbam et Kobnig 1 50 

Françaif-ltalien, par Richard et Bolbtti. ...... 1 80 

Françait-Eapagnol, par Rigiard et Coroiva. ..... 1 80 

Anglait-Alleniand, par Horwiti 1 50 

Anglais-Italien, par Warl et Brombtti 1 60 

GARTBf RouTifcRBs: Europo; — France;— Belgique et Hollande ; — 
Allemagne I — Snisra et Tyrol ; — Italie ; — Espagne et Portugal ; 
Grande-BreUgne, etc., etc. 

I*arit.— Imprimerie Booaveniure et DuceMoi»,c|uai des Grands-Auguttins, 55. 



/*.• 

•-/' 



GUIDE CLASSrQUE ^''^ 



DU VOYAGEUR 



EN EUROPE 

CONTENANT 

!• les tableaox des relate de poste, des chemins de fer et de te oavigaaoïi \ vipenr ; 

9» te maaière de voyaf er dans les divers Mys ; 

S* la comparateon des monnaies des divers Buts et lenr réduction en francs ; 

4»4a description dessilles, vilteces, 

haaMau, cariosiiès de la natare et de nn ; nains, commerce, 

popotelion; rindkation des bons bùtete, etc., etc. 



PAR RICHARD 



/ 



Ingénieur-Géographe. /^ / ^ "^ . ; 7. 



Ooyiaje inèpensaUe aux Artistes, NijodaDls el VojajeDis; 

ORie 0*UIIE BELLE CARTE ROUTIERE 
dressée par A.-H. Doroun 

d f ne (Urie spéciale les CkeMÎis 4e fer de rEirope. 



mmmxEkmm AmMTËOnt 

enUèreraent refondue. 



PARIS: 

LIBRAIRIE DE L. RRAISON, 

folTEOR DBS ITINénA»ES EUlOPéENS DE RICHARD, , 
jj»HO DigitizedbytiOOgk 












:ir NS 



Digitized by VjOOQIC 



Le Guide classique du Voyageur en Europe est un 
fivre qoi n^a de modèle ni en France ni à Tétranger. 

Gelivce, dont nous publions aujourd'hui la seconde 
édition, convient également au voyageur et à Thomme 
de cabinet. 

Au touriste il indique la manière la plus prompte 

comme la plus économique de voyager, les meilleurs 

hôtels et la dépense qu'on peut y faire, les formalités à 

remplir dans chaque pays, la valeur des monnaies, etc. 

L'artiste et le savant y trouveront de nombreux et 

Bf {iC^édeux renseignements sur les monuments tant anciens 

H que modernes, sur les musées et collections scientifiques 

^dè l'Europe. 

>< Plusieurs années d*un travail consciencieux et de 
Nombreux voyages ont été consacrés à la révision de cet 
fl^ibaportant ouvrage. 

La première édition de cet Itinéraire formait deux 
énormes volumes d'un usage parfois incommode. Pour 
obvier à cet inconvénient, un caractère spécial a été 

Digitized by CjjOOQIC 



fondu et le papier fabriqué tout exprès ; c^est ainsi que 
nous avons pu» sans écourter notre travail, le renfermer 
dans un seul volume. 

Une carte routière de l'Europe, dressée par A, -H. Du- 
four et gravée par Dyonnet, vient encore ajouter à la 
valeur de notre nouvelle édition ; cette carte, véritable 
chef-d'œuvre de dessin et de gravure, indique toutes les 
divisions nouvelles de l'Europe, les routes, chemins de 
fer et la navigation k vapeur. 

Une carte spéciale des chemins de fer et de la navi- 
gation à vapeur de l'Europe complète les nombreuses 
améliorations que nous venons d'énuméren 

i RICHARD. 



Digitized by VjOOQIC 



r 



A 



CHEMINS DE Fe/ 



ET 



BATEAUX A VAPEUR. 



I 



Digitized by VjOOQIC 



ce g- 



g 

3 



I 






s 1 



là-- s- 

s B es 

2*0 « .a 
>.| «. 

'l'iï 2 "^ 
S- » .S 

c ? â« 2 
Sac «r^ 

g. g> TiJ o, 

► S V'S « 

ssA s g 
f f <N s a 

S. » T 2r.£ 
V a.^'S a 



» K .^"^ "^ 
•o a w h 

B 2 a a 
2 •» s • 
S £ a -*- 

B .Û 'C ^ s 
*> g O «= « 

•* o ça ao «2 
S ^, o ff^S 

g B 0_§ « 

« So g^ 

M .2 « « B 

0.5 g.-S u 
■^ 2 « ^- g 

S A-9 



3 



II 


f 


u 


u 


<j 


«j 


u 


«. 


c 


«i 


«9 


ô 


c % 




SSSgSgS^SS'^S 






Cz^é^éédiîéizéi 




§ 












^ 


S» «« ii 




ao OO oiUd 






- A H A «t*-* ftOO-r e , 












• caa caa 


i< 




- co« ^<o 




uu«»uo ûoo«»û( 






OOaOOO lOaOOOlOg 






OOOïO^» |>^(N<IO % 




. 


é^éééééiéé^éA 




1 


<o9«'^i>a><v4<vaoao««r 




e 


. . 




« 


«« J25 




l 


oo o «^ 

5 dd dd 






-* ^*o jpeo »<eoa! 


iS 


•« 


"ÎS 


o ii 




g 


S 


jsjàjà^jajà^Ajàjîjài 


Q 




9^€0-^9lQ^(n<HCO9»aO^a 
















- 


•s 
























.a <B 






















SW 






















:: «« 










"< 




























• , « 




eu 




- w : 








"5 


■| 


1.1 






^9.B£BQw0BbBi 






oo.oCouoo0s£j 






> . • 






H .* 






• 






à : 






• 






H , 












eu ; 










s 


3 : 5 " 


i i, 






^i i Sl's-^ 






H 


1 








en 




O 

5 


1 




-<• 



dbyGoogk 



sJl»*' l^ftlb &£l* >^ • • ••' 

• • Si 5 S? ?5 2f '9 '9 Ti TS Ti T9 t» -O-O 









<H *4i o lO <o *4i 00 ^> m ao 



I 



o u V «^ U V 



V V o V 9 w 
oooooao 

•^ <0 aO 0> CO CO 



M ^ • ««sa • •• » • » ^ • 



oô 

A i: 



^MO OO ÇOO 

« ^ OO • 

5155 






W M «B M «3 

afi aOaOooo 
■^ -^ -» 13 






•o o oaoo^ o 

t>sO ad04co co aO 

• • • • f 

•o tl *9 «o Tï 

<o«o o oo 



-~ 00 r« CO •« 99 00 9 t>i 0> CO t^*^990)a00 U3 


60 00 


Z^ <©•* CO CO CO CO^«;*C0 ^ CO CO ^ 


s^esijs 


ft^C0C00>O-^9«(Nt^91OO-^-4^-«'99-«9«C091<«-9« 






S •.& 













'Il 



Ans 



by Google 









|5§ . 








CB en 








•a ^ '7 ►• 








2- « & 








il", i 














S S « 








Sao « .a 








•04.fl t^ 








* ^- « « 








— i O T3 




Ul 








g 




:-HS8 




Ul 




lî=-ll 




"■ 




^i^il 




Ul 




■= .i ": s s 




^ 


•î 


^1^ L. }& G 

1 "^ ^ ' .Ë s 

f^ if, V ^ 




UJ 

u- 




4 


S S 5 S -o 

a - ^ « S 


H 


Ul 


1 




<U 


co 


1 


1 

■< 


UJ 




g 




S^^olS 


3 


C9 


<»- 


g&s^g 


1^ 


M 


J 


le de cbaqi 
1). Nous r 
bio, 2 fr. 
arc de Hai 
eor des m 




s 


^ 




5 




a 2 ^ a^ 




3B 




o «-TS 5 • 




MBS 




S £ a --^ 




flC 




a^'C tl ^ 




^ 




0^ g o •= <A 

H a « « 




€0 




srSffJ 


- 


Ul 




places 
France 
70 c; 
ehiboa 
iples d 














l-Si^S 








^ -, « « 








M .s co se 




•, 




àig^!* 








Les 

en mo 
prassi 
dollar 

POQ 











( 




u 


u 


«i 


c 


«î 


CJ 


u 


u 


« 


«j 


w 


< 






OaOOOaftaOOOOOtOC 








•41 «O ao t^ 91 1> O» ««t O» d» a< 








iiiiiiiiiîii-J 






s 

en 


aoo>co«^l>l>cooocococco 






« 








•3 


& «« ii 






a< 


ao OO o>ao 

^, AA A«^**"* A«*5"^ fit i 

« d d d d 

*- 00 eo ^<o 


. 






1 H j 












«Juouû ôuoù«»< 








OOaOOO aOiOOOaOtt 








0>00«0<vCO t^<«-9<oo « 








iiiiiiiiifti:^ 












Q» 

1 


<o<H*4it^o>^«#^iOoo-^r 






•i ■ 


. . 






o 


oo !•* 




\_ 




S aa c: c: 








ad' O O Ô <9 Md Md C 
^ Mf ao p op 9<coa< 


P4 


SJ 


i 


;3 


-a 


V 


j3X3.a.a.a.d.â.â^uauâu 


Q 




A 


«co^«»i<M»ico©»ao-^o 
















t 1 




1 « 




























*« ►« 


























js a 


























gw 


























- « 












"< 






























« 

s 


« 

> c 




«r 


•J 


si 


.S 


'.s 
1 s 


[ « 








|gf SgEsgSSJ; 








w 


fiû < < Ci < tf H se ^; »^ J 










, , , 


^ 








n • 




1 • 






































M . 














e. : 










S 




s : 3 


-S ■ 








V : a 


* D • 










*f pq H pd S (M 










H 

-< 


1 








en 

-< 




1 


1 






^ 



dbyGoogk 






90«O ^^O^ QOO 

»^<^<o «^e»-^ ^o»^ 



«o «o<o V <c» 






«« «^ ^ C^ 49403>« CO Oa ^P CD «0 CO «0 ^ VK7 ^*^ «0 

v9^toaoQci>oàd4iQcoooo' oo sb&iooodaoo cô <oco 

•40«^<«- ^ •«- «^ CO w ^ ^ ^ 

•Ja^ liilftl Ki^ *" • «•'' 

M K^ ^^ ^ o oiTr** *^ (oco<ococoo o <0o 

22^^gS533d 2 -g-g-g-g-g-g -S -gfi 

t^ ao lo 94 CI9 ^ àa ^ ao *4> o^ m«oio<o>«oo ^ co ao 

^oôooooooooôao O fOOOlOOO o 

^e ««^e^^ao-^ cOaOOd cô co , oo 1> ao aâ 05 co co lO 

^ fcs ^a fcs ^ ^a ^ W* Vw «BH^M^a^ fca ka^aba^aha^^ ba %a fc« 



CO -« ro (N ^- ^^ <H 9i 



— ^ 00l>t* ^ « 



00 990 



«-■Jk i^ U tm %m ' ta 

«BMM W «O es MB Ï2 60 



^ 'O'd 



I zÀT^O ^sy ao «o ao 
^ «v ^ ^ ^ ««P 



aO ao aOooo 

— aa 






illiëiiiid i '3-S-S-S-S^ -S €'S 



— aoi>eo«^<noo^l>o 



t^*^»«0»a00 ao 0000 



1i 






O 0000 



aOaôOaO e O ao 







m 

by Google 



u «» o u <» o «> 
ooooio to^ i 






fSP 



MOI 



• • • • ^ •■ •■ • 



»«9^ ^ OIQO W^<v 



9« M 



o o o 
aOO O 

00 O» aO 






•O 00 



o w o o «» 

OtOaO OO 
ooM^aOaO 






•^aO(0«00)«vt^coaoa^iOcO*40<«-oco*4t^co*«^*4i^ 



CO ■ « A A A 






000*4 






ai 



•s^i 



"I 



ao aO ao O O O 



ao 
ao 



ao aoao 
•4 ^co 



91 



o«ao e 

lO M ci; 



^ ^ jo X) jo a X) ^ ia ia ia ua ^ ^ ua u3 

^«iCO"*«# ^00 ©iO»»^co«**l>aOcO 09^9« 











Sa 

sis 

ai! 



MQ 



dbyGoogk 






%9 %» VVOOOC»» 

^O lOiOOOOaOO 

ao V 00 eo ao co 00 9« co 






«e Ae0 4O^> ooao-^aooo «O «OaOaOaO OVOaOO* C0M>^ CO OO OO O ^ 
•• *0 «♦ ^ <H <H ^ <H T ^ ^ ^ 

O OO «O 00 o« - "<o « «o aO zt**^ V o» o» co 
• ••»A«^'*..<aa..'^ aa5 

0< t^*^ "«^ M >^ >« o 00 00 «41 w<oooooo«e 



e«300^^^000 ;AaOaOOaOO O aO O aO O O lO O O lO «3 
m t^ t« •« ^> «o <D ao V t^^^9«9«^ ^ 9«>^C«M<0^ <Oa099<N 

i &' ^ ^ ^: ^' ^ ^ «S: ^ ^: i «S: «i: â' â' à' ^ ^: ^ ^ ^ £ ^ .S: ^: ^ â' à\Cs 

aoo^aoc» 9i04<DWI>aOt^vI>»<eooOOO«OOcOOOaO<009«<OrOO 

^ lO 9 "^ (H CO CO V CO ««p ^ ^ ^ ««P «V 



co^^ao 04 C0a0a0C»^Oa0 ««p ««p 00 O CO <«p 00 



••co tfOO« 



co €f><Heo 



Oao OaO o o 
CO «^i CO •* CO 04 



l^0«^>O99<M-« aOv 



.fi X3 .a jB d* j3 ddB,ajauauaxd.a 






••X e 



5£ 









jg 






:3 
5 ^ a s. 5; . 




5 -S-S 






WAa<-<H 



iiii 



s 



!!l 



^ K s s 

& ^ £ s 






i i 



2 2»' 

D «4 M Q 



Digitized by VjOOQ IC 



« 









a^ O L^ aO a£3 aâî aO â ^ aO 

Js J^ M JÎ ^ AÎ ^ jk m J^ m ^ jk mSI 



ft ft A 



'V «o 



-5 _; -• iJ li i: i: «? 

«4 



.a ^ U3 .d • ■; _; 

en «0 M « d C3 w 

t-oo coco <w^ w 






A ft ft 






aaa 
941 

«£« 

toc 



M3C 



■S 

4 



à 6 ^ d> ^ 6 

^ ab O ab' d o 
-S? <H ^ CP aO "9 
%• ••• -» < ••« •• 

<b .b «i: .&: ^ ^ 

00 cdaO*^9^9i 



€> C> (5 d 

ej sa « ir:» ô 

9«^00 9^ ce 
es <B es «S 



94 CO 

ao»4iao 
«NOO 



A A A 






<r9 






«o«o 



cA (o m CD s 



ao wi# o ©q 00 ^ 






49 4 
«0*4 






ao ao o aO 
^ «ç^ ce ^_ 

jâ jà M js js jà 
cooo -^ ^ ^ -^ 



co «■ ao co 



00 



'.a ua ja XI X) ua XI ^ XI ua ua XI 

^ 01<«-(004*4«(H00C0Ov>« 



XIX 



e : 
■Ê : 

< : 

2^S 



fi 1 




î 



< 51 U2 (^ 'nJ &. c 



I 



2 ca w ■ f 






2x 



1|5 









s? 
s 

S 
•S 

ai 
III 






P H 5 




?5g 

tn B3 2 

»■ S i 

g Sw 



Digitized 



byGoogk 



ï»0 



• 


»«'^« 


■ • • • s • 
« « «t « « V 


4 4iii44i 


M V V » t> 


» ô « V 4 


«<»<9a<^ 


e ^ ^ 4$ ^ ^ aO ao <^ lAT a/9 <d Of «â l> 


ssâs» 


«93 00 «««9 


9i -^ M aO 04 0« 


i«>>«ooaoi>9M*«a>aoaoi>eo 


i 


iii 


£4Î^'£i££^ 


ii£jîi*'i4 


44^-* 


*4*d 


•«> 


Oeoi004veoi>r«oo9«r<*vaooi|>co0)ao 


l>o^««> 


<oo*<o-* 




^ ^ 


^e* 


^ « -^ 


. «-»■•» 




^-^ UUi iiê 


lé il! 


â -é-ê^-éHii 


«9S «ooo<^ap -^opg 


00;:'- <H'-fi><H«0- «©««xoA-eoah 


i ' -' = 


Sii 


tttt 


-^ -^ ^ —: li^ .^ 


i^ 


-S«d 


^ 


eoea V 


^aoao^ 


-^<o«-rW!»o 


o>^ 


ao V d^ 

* 1 


90 600 


ê «3 <9 ô ê « 


« » « V « «0 V 


-* -. . . 

V V «» 


« o* sT 


a^^^ao 


tf 3J»aO dafi^ao^ tf 00 ao « ^ tf O ac O ao O O ad 


^«•«aO«i3 


00 ^ E« <M co co (N (N ao aO aO aO ^ 


10 ao ao t^ 0> co 10 ^ dl 


i 


«£^« 


^£4^'£i;i 


££^4Îii:4î 


i^i^â 


i *■*:** .s 


a 


•♦OOOCO^-^OOOI^CO 


^ ï^ 00 »» ao •* <0 


vO<£>t^OOO»<«-<«<v^ 




-^w 


^0* 


^^ co ^ ^ ai 


•"P <H «p ^ 


•r ^ 




^il II 


li s sa 


v.^iû% 


e co ac r^ a> t> 0» -«- ^<n 


•1 ... « ^ 


e 


a.«^_^ 




^0* 


oa<H , r^-'^-^; - 


. .«»» - - 


^ A • 


î 


ilô 


M M M M^ 

BBBSS 


ti'èiti 


• • 
■g -g 


«««•' 


«1 


-^ac« 


co «00 00 «^ 


^ e> co ^-«t^ 


*4iaO 


O^OiaO 




ao 


aO aO 


2:3: oaoo 


ei> 1000 <»<î 




•^ ^ 


aO^ V 


•o-o _ ce -^ 


»>■* ^ 


^c9 aôot 


B X3 ^^' 


^ Aj^^AAjàAÀA'ÀjaA^ 




«>«»*«^A 


V ^ cooooo^ 


COCO-^O^COWaO'B- 


<N^<«--« 


CO<H«^ 


_ 






•««■ ^» 








Digitized by LnOOQ IC 



•g 



S 



OOaOOOtOadaOaOaÀiAsOOaAOaOïOaOaOUdO^ M» 
o>90vco*«tooicoo>i>Moo«oo>^aofc^roaocovao t^« 



jj jj > ^fcl >.* .fa jy jT jj ,>I jl jZ JêZ 



k ft. fta fta k 

ES) M) W> W> M» 

(o « e e a 

t^C0O00fc«- 



•O -C ^ 'O TJ 



tJ *© "O 73 "O 
C0(0«0 CO (N 



■•#0>0«aOt^COlOI>Q«*« ^- 



O V O V 

oo»oo 



«^ C) o o 



O O O «» 

o o»oo 
04 aO 00 ao 



Oap oaooao o ^ 






SPSfff ï 

»< <N ®* , 

i 5 i' 5 6 



• ** ft 



04ao^>^aoa^>^r^oeo<o-« 



•a «« 



lO 
00 



ta 
O 



I 



99>4« a^ coo^.oo*^ ^^«o» 



^ A ^ ^ ^ dCa ^ XI USA 

^ 09 <«- CO 00 "V -v M ^ eo 



«.S 



9»» 



^lï 







î 

I 

< 

S • * 

isi 

AÏM0 






33 ? 

I I 



«3 iSi3 



1-4 



1.4 nS 



dbyGoogk 



«eor« 0« aO CO M œ C<* 00 1^ 00 t^ M M r^ «OOOÔI 

a ^«^00 r^ 99 O» aO CO CO 00 •«- O» (M CO «O <0 CO 94 •« <0 00 co CO O^ «v 

^ ot ^s> ^ ^ m et) o« co >« O) •«# >^ t> 

.•."'.•*"^» T... .^••»®*..« 

-s -s ^ -s -S'S^^'S-3'S-S'S-S'S "S «i'S 

«« 0» ao M3 OO aOMco^ or^ «v^aor^ O) ^^M 
^ ^' ^ ^^9<co ^ co eor^co ao ^ 

aO aoao aO ^ O ao O O ao O aO aO o ao O au o ad lO 

« woo ^^ aoaooo e> iO t> co t^ 9H»Ot^ aO ro*4r^^< 

« «9^aO O» r«M«v09«OTcocoooo «Ol^MaOt^O-^aOco ^ 

0< m9«0«cO-«>«cOaO«0 aoo> ^ 



. A 



73 Q, « "O 



o r* 53 00 1^ -* -5 ^ i> 9» 00 r^ aAoo 

•< <M «■p «■p <H C*^ CO <W «^ *» 00 *^t> 



coao 







««ot-.^M* . ao OQ 00 



o 9 Cl» u c^ p w 

«o cif o lo o r^ o 
o» au (H (H co (H 00. 

^ <0 9« m ao |> 91 

^ M iA4 .:d 






CO(HOO 



■ 0<00<0 






W V w V O C»^ V 



V «^ O V o «» 

aoaoo(KOO lO aÂcoa^ ^aoao 

cO«^aO^(NÇO l> . <0 eo 0> 00 0> <H 



* u J V lî fc? «^ •-• J ** • lï u J fcT «2 I-* J ** ii 
^ ^'cDOOkci9o9*^a/9 <WO<HaOoooo> ** 

* * • *• • • 

•M '^ ^ J3 *S â 

00 t> M ^ OS ««P ^ 

.-^O^ A ^ g » A îft • A » ft«*' ®^^A«^Â 

4 • • ■ .Si • a . • 



aOCO O 



a qeaca 



a •• 



) ^lAsOOaO ao^ao ao <dOdO oO 



illllilll 








Digitized 



M S 

^ ^ ed 
M o n 

m H fis M 

byCjOOgl 



555 



ôoêc^vôôo «»<9V 




V w «à «» 


• 


V w V o o 


«gstës-s g£S 




ssgs 


S 


SSiSSSS 




A 


"£{:.&.£:'«£ 


*A 


''àéé.ééà 






e>co-«-«m<o 


»* 


^Meoo^t^oo 






•O g>-0"0 


i 


• 


1» 


«eaooe 


s. 


A A A A .A * 


«fié' -g -S -Si «• 




€5«« 


«Â 


€ 


at.o ^«^ ao^ -^ 




<H-.«« 


«i 


m 


OÔC>0<Ô<»<»«» «9VO 




V Ô V <» 


J 


J «a w <» V 


OsOaoe^aO^iO OOO 




afdOaOO 


ao 


^ S222*^ 


«SSSSPSF «ooao 




co«e*«o> 


00 


t^ «ï^«^ 


6j:J:â'A^j:£; '^ *** 


A 


•aa&a&a 


•i: 


^ài^éiéé 


«««nMOOMOO «o^ 




99 ««> -^ CO (N 00 
^ (N >^ 


«0 


^«•^««■^ 


,-,•,• &^-,& -e»^ 






i 


■ 


fi«^ «^ «S « 




ao 




ft 


^oOïOaOjg 




A A A A A A 

•S 






« 


eo 


aOOOOiO aO O aO t^ O 




o 


O 


OOOaO aOO 


aO'*-*^^^ •«- Q4^^^ 


.a 


«o 


eo 


aOMCO «IMCO 


^^Jà ÂÂjê^A Â 


^A^ÀÀÀÀ ÀJâÂjà^MJâJA 


M9«€0 C0<v^CO ^ 


a«o^ao^^'^«>^rt««» 


i«> ^ ^^^.^eo 



■se 






•S %f 



^ 



a : s 



. .^ « o 

I Q Al m 



le 



a — 

11 

o o 

pSqq 






lit 




l>ao 



V V V «$ ô 



ft A ft A 



li^fè 



c5 «j «5 «> V o 



.M.M JM .M ^ 
•^ co lO O O 






99<«P0< M0« 



i 






ns 









^ MM 



« «? A*' 



^-«S 



Cd o w u w 

• • • .* .* 
»« t. »■ h H 



oo 



90 <D CO 



■QD^C^C091^COC9 



•4 04 «D^ 






jO(N*«00^ 



^ 97 91 CO •«» 9« «v CO t^ t^ Oi^ 



J3 
0< A 





Digitized by VjOOQ IC 



o«>»ô«>«>«»o CoJ 




«> «> V V ^ 


«> V «s w «> û 


ssssgs**s sss 




SSëS s 


S^^SSS 


Âbisé^é ■ À& * 


m 


•iii'irAtt •a 


*£«ê'£^:.!: 


e e» «o 'w lO o< to cq^ 




o> 00 >^ ««> co «0 •« 


^0^00 (Ht* 00 


-o-off-o-og» |t}«& 




•O&'O'O JS 


• 


"*£••« S"gî, 


f» 




A A A A . A A 


«fis «« «i « 




-S5«« « 


« 


I9r>0 ■»■• "i-m- » 




«^•^COg M 


99 


aoôauowu »«» 




V û <> %î 


j «;«><»<; 


§gS2SSSS §gg 




gSSS S 


g 88SS 


i:iiA*A'i:i:4: * ^i'' 


A 


•AiiAA,!:'** 


*£iAJ:iA 


«0 eo eo o<« 9« oo OT oo eo ^ 




^p w •*• ^ 


^co**«o«^ 


■ô^--d é'-o" & '• « & 




• ^ . . . .••*« 




• ■• •■ •• ^ 


ft 


A A A A A A 


•s«-s -s-s -Si « 




• 

•g 


«^CO ©it^ t^«f •*• 








10 aO OiOt^O 



O O O e «9 sjo O 






^*|a- 



II 






•S* 
••o 



& 



ObJS 

o o 



,1 











lli^JI-Bci 



01 






i 



lOO 






éi 



ft ft ft ft ;% 



M 



gjgS2"S^ 



«■^<H 



«> ^ •'«■•*• ^r 



9999 v^ •«•^ 



i 



O V 



mm6 



V o o o 



o o w u o 









A ft a «^ A 



• •••■'•• 

>0£p9»(HOO<00 



osJJ 



t3g 



0< JOD^ ^ (0 9«^ COCO 







ooo*« 
cococo*^ 



O O 'Ô au 

eo*4f co^ 



^O9«.C0»*9*-B-C0l>l> 



O^v 91 Sk 









dby Google 



NAYIGÂTION i VAF^EUS. 



Digitized by VjOOQIC 




dbyGoogk 



444b é4 












00 «V 



' ^' ^ ^ *• Jd ^' « • • * 



^ ^Of . COCO 



xj*«*^*a»a«ftftAA 



<N 



■a* Cfi M 00 «o 



•••••••• • • ,o 

"^ ^' ^ «»« ^^ «?* «M ^> ^r ^> «^ ^ •* d^ ^> (N 



a 



o 

. a 

^ • - 

- „ ►sa 



hi^ 






s! 

^ S 



«^^«JMâMMflfllsaaiââllSallâ 



« S ^ « 5 S « « 




s.^ 



DigitizedbyGfcogle 



A 

M 

A 

m 

E 



rf 

S 



<H B 2 Q 



^i 



00 «0 V 






o ^ 



SI 









ÔS^lï^^' 



CftO 



0» 3 aï 



«HT 



0> aO • 

or 



A A ft 



:0 :-0 

00 ^ -00 



0> -^ »* <0 «o 00 oo t>- 



00 co^ o >« e«> 



J:dJ/5daOco <M:AaOtf^ * CO O 

M» W co eo ^ . «(H 



aO l^ aO l^ «O l> ^ l>i 
»l <H ♦ -^ O^OO 



AAAAAAAA 






A A A^^^^^ ^ A 



S 



O aoao O ao 



1^ 



«» 

« 

? 



t^aO^< 



^A*^ AA A ;j— '^— ^— ~^— •^A^'^ 

'O OO <H (H co CO ** aft aO Ô WD O^ 




gipipg S"3.Ei^-i: g • S S B « 




«-^fcw 



a 




byCÎoogk 




*9ftAftftftftAAAAAAAAAIlAÂAftl(AftAjAA 















'--ff Af ÂA 
(H 



S 






S -a 11 



s 55 



I -âS 




dbyGoogk 



6 00 00 



e<<H<H 









ooo , 



o U3 o 






00 O ** 




fSBSf 






• -s e -• • * 



jiiî îi 






iS 

«S 






S 






• l>ot^«o^oooib*oo* 
cooo •^•^•^«■*- <» 

CO ^^ 



ft A A A 



^ ao 






(N00«O00O0aOO>'^OO« 

^oo^ooos-»<o»^ao 



CO « 



1> «co«?aOOOO ' 
0q;O«COï^«O00a 



j3.aiS4aJ3 ^uausdA ^xi.^xi.aiB 






o . . . :| 
fc . . . .5 

.« 
I ■> 

a. - 

a 



•ëSsE-Sg» 



2 - 



5ilflli|j>5i 

^ B! J «2 H « BS «2 25 2G» 



a . 



■5-S 

2â< 



3 , 






S 

b 

O I 

m ■ 
o I 
m I 



11 



! S 'H 



dbyGoogk 







_§-<j3 H «# a <H 



«OOO OaQ< 
^ O>o|a 






aOO 
eo«0 
ft A A A a A 



• • • • • 



ftA^^AAftA««Aft«^j^-a 

aOaO • * • 



lOaça^ 



ao<o^ roo«ooao««ooo t^ 

^ «v a<i <^ CH ae t^ 00 V CO M ao (H 



a/3< 



A A ft A _. A 



O Oiaooo (NCO aO O 



^ «> CA <B 

co V aOao 



A A «k A 



p.«.^O00OOOOMC0m 
^ aO Mti :0 CO M 9Y ^ 



A A A A A 




dbyGoogk 




4 : 

« i 4' 

"* s w a -g 

S 3 « SA; 

; a 2 *s' 

' I * s S: 












»0 OU3aOOaA»Osft 
« »< ^ « t^ -^r ©l t^ CO 

t^ cû 00 co o) eo CD 00 0^ 



9^ 



« ** ** ,.A jfc» ^-*: 

00 ^> CO CO<K^ 

3î lo — 






« tt oS M w "« es 9 "a 



00 ooi>ooooeo tA 

^ «^ co co <F< 




by Google 



g2 

6 B 



1^ 



H &S. 



S . "■£* . S. oa S. 



! s 






D.aa 

.a. - . . o. .£ . 



sêM"»"!' 




o 
S 

kl 

s. 



m • 



• ^ • • • • _• 



■«"« 



Oi9«aO M >0 "" 



aO»0 < 

00 t^W I 

. o 00<O < 

09 ^ i 

ta 

A A II ;k ;• A A 



SS 2 



S 

A A 



CO (O co *^ 



_ 5^ rxi 

«o «ç «o « 

"«^ '^ <P 



ao ae 



iCO 



• ^ a « «* 5. 



» «p «D «9 
► «1 



it^QWO O ^ 



A A A 



^^i 



eo 



0*9k 



CA 
00 



•a e « A » A A 



aaaaa'^aa' 
' - . - « .. . < 

09 






'2 



^ ^> 



1^- 



s : r^r 






^ : ^ ^?^ 



I : t : : : 






il 












> 
« 
n 

^1 



:|:b 



IIIIIIMIIIIIaMIlMjUJII 



dbyGoogk 



s 

< 



s 

m 
o 



Jeudi, din 
par mois 
Id. 


r mois. 

id. 

id. 


23 


S. s 




lî 


ééi 


Éé 


Oi*^<«!> 


co w 



s s 



^ ^ •» -^ 









. o ^ ao 04 00 

* «o ■* ^p "■ 



aO O 

^00 * * * ••o<Hwi *«o *o<wio •osoo * 
o <i(- co 00 co co *4i t>««ao 

xi 



' -^ l> «C o — (H — 



i09* (H çÔ<_ 
91 »« «^«^i 






Sî 



A A •^•^ A "^ A *" ft 




dbyGoogk 



B -S l ^ 

il " ?3. |s: 

llll II if I 



A » ft 



o«2 



A 16 A A ft 



;; 



co 
00 



V5o^2? * *a * 



|CO^I> 






o eo( 






o 

90 


» A^ A 


A A^ A A 


9« 


A A H 


co 


SîgS§ 


O 
-• 


-;?- 


A A A A 


.----■ 
?•*-« 


•s" 




"S8" 


AA A^ A» 


A A A 




IIIII1IIII 






dbyCoogle 



s 

s 

§ 



I .a ^ 

S. - -a a 3 — -^ s. a 

«2S â â 3 2 Sâââ â 

»* -y CO <0 ^ (H ^ CO CO <H •• 






*i * « • ^M • 



A A » A « A A 



90» 00 

cote ^ , 



i 

JS 



^ Sr «O <- - 



3SS' 



^^A «•?•??«»«»•. ftftf»AA«|^-çÇft 



9< 

9i 










•5 5 



n 



« CO « s S 



lillHil|iii§|i! 



s. 

.s s s' 



i 






lUilî^llll 



»;z; 



S 

M 

•S 



«2 



>oo 




dbyGoogk 



22 








1 


jj 


2 tj , .T3 1B 
•O Tï •"■ •* 


S 
•S ^^ 


"1 


Il II 


1! 


!5 






»a*as »»»A«aaft«aaaaa^^^ 






• A A A * « « 



aaa«_OAA«aa8a«aft» A»- a ^ 

a CO <^t><OaOaoO« ad ^ aO ^ 

coeoaooao ^ «^ 

Caft3a*ftaaftaftaaftaaaft^*^^^^aaAv^ftft* 





aO O 99 dl fr» 




O 
O 


"* a » 


^ • • • • " 
**aAaftftftaaaaaft — »''^'*^— » ^^ ^ 

•• ai(H94 


a 


-« « > • * 






?■? 



I-s-i 



lï^t E 



' a 






:l 






• a 

a 



•«•2 






, • >^ ^ f>3 






•fe25:-S£' 



W< = ^ O 



2a 



II 

"5 



•5. 
_^ s 

"5^ 






Silf^L-fcîl 



lii^llliil|bllfl|ililiif 

• • • • • Q 

>: • ■ • • 2 

i 



: -s 

■< » " 



il I 



5 5 B H 



oococo 



Digitized 



byGoogk 



Oi 



s 




ss g 






00 00 



A a « a 



A**A»ftA*a 



ao ^ ^ 

9« ao ao 












>0 eo 00 



00 a009« OO - 









ao o . O 00 00 

«O ao — »eo 




M 
Q 






* « I ; a 

. s 5 JE o 
g H E »N 



Digitized by VjOOQIC 



^ 



s 



t. 



I- Jt 



i 



â 



il I 



Se â. 



^oo oiQ oo aq 

ftâ ■■ ■! M •« ^ 

^ Jtf J4 .M .M 

^ OIO o o 



•«ooco <NaO ««41 aO 
^Of QO 

oo o oo o 

9«*4iO «oo 0*4i O 



• a 



009*« 


cooo 




i 


OOM 




« A A 


• 



I 



tf 1-3 




a - 

H H 

«1 % 

M SE 

SI 

as H 



e 
S 



a 



e 
S 



I ^ i g 



^ eooiio 



a » • • • 



»« aecooe 



00 eo 



3 A A 

s 



o 
o 

99 99 



u O 

3 



IS (H aOMtico B O«i-00 






§1 






Digitized by VjOOQIC 



• 

1 

S 


• 

î 






S \ 

1 
i 

v 


A » a a A A 2 


l^t 




< 




s 


i 'i i 



i 


1 »! 


J 


«9 


1 II 


J 


«0^ 


:^ -« :> 

<d SD (O «i* ^ CO •« 


co 


« a 


K » A a A A 'A 


« 




o> r^ ro ao 09 ab o 


ao 



v4 



li 



M 
C9 



« A ft • H A ft 



-I — 



'^SS 



llî 

oooooooS 



I 



5 



M B 

3 M ."« 



Iliiiii^g 

dby Google 



e 

I 



33 





o 



73 •oxjtS'O'O'a'Ots 






toocoi>ooo««oo 



a a • 9 » 



AA||AMfta*»*«*a*a* 



kC^v^o «oeoo 



<D co 00 ap aq 



. *^ 9} aO. lû 



O»iOCV^M|iid00«O<d*^<Hap(tf099<OO> 










&d « É 



â' 



»ft«aa«A»»aAiiftAftaft 



«. « o 



:sS| 

•« &■ V 






;3 M ' « ^ >< 

4^ M M S 

U2; a!;SE;o 









S • -• *% ^ s • • 



a B 1 v k S e • 



s 
s 

m 



•4 



dbyGoogk 



<- 5 
§1 



S. 



is 






8 & 



S 

D 



^rrf 



ftA;t«AaA.A 



• 0«0 afdaoaâ aO 

COCO *P <H<H ^ "•■ 



ftft;tftAAAA 



SaoS 



MM 
«D lO 

^eoaOO 







IJ3 ,X1 



S 



g 

• il - "" 



" « ' 3 



H M'gM 



£ë 



i 

ta 
S 



llllllll I 



o "3 C e C o 



Xi 

k o e 



18 8 



i<S<« 



il 



& 






2 o 

S « 
S » 












dbyGoogk 



o 
o 



a 

1 



»t^ao«- ^ OD -v ao «o eo £9 aO 



sass**szgî<a— '52 -'""-"sa 



•A9»*ASIA«ftftaA 



A Ik » » e A A 



sa 



^-Bjaxi XI Xi XX Xi ja xija J3 S ua 



« • •" a ft A 



il 



•& 



'§ 






es 

1 



s 

► 



SB 







js «» 

S -s ^ .2 c g >• 
se S o oS fa tf a 



I 

H 

es 



S 






dbyGoogk 



o 



H 

a 

I 

§ 



i 

i 



S5 



I 



4 



I 



O 



g 



8. 

I 



•-I • - 



^ 



i 
1 

S 

s 

ft A A Pk ^ A 



ftAAftftAAftaft AAAft«K 



<> «O 00 94 «O •* OR «>. .-. 



S 



^09 94 c&«0 CO £« 



S 2 



1*1 



s 



•4 



li. 






If 



îî "^ • S rf 



S 



S 

m 




i I 

by Google 



e 

• 
8 

S 

1 

à. 

S 

ê 

« 



i 



i 

s 



é 






ftA«A*A«) AAAAA AAAAAA 



7-' 



•4 o 






> S^AAAAAAA*AAAAA ^ ^AAAAA 

• g 2 



t 

« ! 



3 



*** K . 

O 

AAAAAAA>aAAAAA AplÇ^'^^ 

m • c^ eo iD 

00 A 



i 



.a 



*4 



2 > 



iill 



■Il 



ii.ii|iirlllJH ii^iii 

iiiiii'iiiiiiii in 



Digitized by VjOOQIC 





S 

1 

S 

a 
1 




i 


/ 

s* 

1 

2^ 


• 


M 




- M 


• 


l 


S 





e 
g 


S 

é 


1 


g 


•^ 




•^ 


»s 


S 

i 


i 
i 


1 


H 


aO 


_ H 


co 



• * • « K 















ssss 












■ 


• i 


•#o>«oao 














.s 






M 










a 






M 


A 


A 


A 


A 


e (W 


• • • ft 


K 


M 










S 




P 


V 














H 


b 










g 




H 




A 


A 


A 


A 


A ^ 


A A A A 


M 




Û 














U 


w- 


>_ 




—^ 


__^ 


— . H 




-< 



N 

K 
PQ 






»4 



.a 



^ 



fi 2 
Il II 



M 
O 



i4 



• 3 




^ 



NI 



i S 



^ 



(A 



dbyGoogk 






BOIDE CLASSIQUE 



DU 



VOYAGEUR EN EUROPE 



Aperfn 



[ue «t stailffiitLue 



IToRpe, que vous allons parcoorir, est 
lifiB petite des cioq partiel du moode; 
■il, ensidérée soiis le rapport des scien- 
«.étt arts, da commerGe, de Tindustrie, 
^ fipicaltDre et de la civilisation , elle 
et iKVitcstaUement la plus importante et 
kykB fidie. Sa plus grande longueur, 
*V«sle cap Si- Vincent (Portugal) Jus- 
tin ooBts Oiirals , près d*Ekaterine- 
^tCnRiKie, est de. . 549myr. 

Si plos giasdê largeur du 
c^HilapaB (Grèce) ao cap 
MfLapoDi^.estde. . . 387 
, ftePort-Vendres è Bayonne 
faftM des Pyrénées)» elle est 
^ 42 

l^BRst (France) h Âstra- 
ka<!kau«) 582 

Ihcap DeUe-Colonne (Ca- 
Uft)aa cap Wrath (Ecosse). 273 

Oe la mer Adriatique à la 
■erAiNord 93 

Beb iKr Noire k la mer 
**>|K 119 

Be kl ner Caspienne i la 

216 



Reafennée dans les limites que dous 
vedoDS de tracer, TEurope peut embrasser 
une superficie d'environ 1 ,9iO,000 kilo- 
mètres carrés , et elle renferme une popu- 
lation d'environ 2i8 millions d'habitants. 

Climats astronomiques et isother- 
mes. — Celte ancienne partie du monde 
est située entre le 36o elle 71o lat. nord; 
les plus longs jours sont donc dans la partie 
sud de l'Espagne, la Sicile et la Grèce, de 
1 5 heures ; — dans la partie moyenne, telle 
qne Londres, Bruxelles, Amsterdam, Ber- 
lin, Varsovie, etc., de 17 heures; — à 
Saint-Pétersbourg, Stockholm, etc., de 18 
heures et demie ; — à Tornéo (Suède), de 
22 heures; — enfin à Wardhuus et au 
cap Nord, de 60 jours, c'est-à-dire que le 
soleil se lève pour ces contrées le 21 mai , 
et reste sur l'horizon jusqu'au 21 juillet. 

MANlàBE DE COMPTER LES TEMPS. — 

Quand les habitants d'Ekaterinebourg 
comptent midi, ceux du cap St^ Vincent, d« 
Lisbonne , etc. , ne comptent encore que 
sept heures et demie du matin 

Climats isothermes. — Pour les cli- 
mats isothermes y nous diviserons l'Europe 



dbyGoogk 



GUIDE EN EUBOPE. 



c n trois grandes régions : celle du Sud com- 
[irendra l'Espagne et le Portugal , la Sar- 
daigne, Vllalie. la Sicile* la Grèce, la Tur- 
quie d'Europe et les îles de T Archipel , où 
les chaleurs sont parfois très intenses ; — 
la région moyenne comprendra la France, 
TAngleterre, rAllemagne, la Pologne, 
la Prusse et la partie de la Suède et de 
la Russie jusqu'à Stockholm et Saint-Pé- 
tersbourg. Bien que la température diffère 
parfois d'une manière très sensible du sud 
au nord de cette région, les saisons y sont 
rarement rigoureuses ; passé cette démar- 
cation, qui comprend les contrées nord de 
la Suède et de la Russie , la température 
baisse de plus en plus , la végétation s'a- 
panvrit progressivement, jusqu'aux régions 
laponiennes et sibériennes , où elle cesse 
presque totalement, excepté dans quelques 
vallées. 

Si la nature a refusé à l'Europe les im- 
menses dimensions de TAsie, les grands 



fleuves de l'Amérique , de l'Asie et de ]*A- 
frique ; sa position sur trois mers, TAtlan- 
tique, la Méditerranée et la mer Noire , ia 
met en communication avec tous les peu- 
ples du Globe ; des milliers de fleuves et de 
rivières navigables lui donnent les moyens 
d'échanger les produits variés de son in- 
dustrie et de son sol ; enfin des centaines 
de beaux lacs, de majestueuses chaînes de 
montagnes aux pics gigantesques couverts 
de neige, et à la base desquelles serpentent 
de riantes et pittoresques vallées , font du 
continent européen un splendide pano- 
rama. 

Nous terminerons ici cette esquisse gé- 
nérale de l'Europe ; mais dans notre lon- 
gue pérégrination à travers cette riche par- 
lie de l'univers, nos investigations se por- 
teront successivement sur tous les objets 
qui peuvent intéresser le voyageur. 

Notre première visite sera pour la France, 
centre glorieux de la civilisation universeilev 



dbyGoOgk 



Aperçu géographique et statistique. 



SnuATimf, UMITES. — La France est 
wÊÊét dans la zone tempérée de rhémi- 
jf^reseptefltrtoBai. entre le i^o 1 9' et 51 
rdehfitade N., 5<» 56* de loDgttude E. 
et 1* 9* de longitude 0. du méridien de 
Ms. Sa plus grande longuenr , du nord 
m soi. de Donkerqoe à Perpignan, est de 
WOkO.; sa piosgrÉnde largeur, de Test k 
raoest, de Strasbourg h Brest, est de 8^4 
fcfl.; sa frontière» de terre offrent un pour- 



tMT dé 2,000 kil., et les côtes un déveloi 
de 2,452 kil.; au total, 4,692 kil 
soTÛce d'environ 519,696 kil. 



4A aae 
carres. 

Qnalre mers baignent les côtes : au nord, 
b Manche et la mer du Nord ; è Vonest , 
To^aD Atlantique , et au sud la Méditer- 
naée. 

AsTEcr. — Le sol de la France est 
aun varié que ses productions : la Picar- 
&e, la Fbndre, l'Artois, etc. , présentent 
àts plaines riches , mais d'un aspect uni- 
feme; la Normandie nous offre tes pitto- 
RsifKS bords de la Seine , ses gothiques 
■rauments civils et religieux , de belles et 
inrtes vallées ; — les côtes de la Bretagne 
aaottoQt è la fois sauvages et romantiques; 
-> Itt rives de la Loire centrale étalent 
i Bflfi veux une série continue de luxuriants 
janfias, du milieu desquels s'élèvent 
de riantes et gracieuses collines ; — dans 
rAnrergne, le Daopbiné, le Béam, le comté 
deFoix, le Roussillon , la partie méridio 
Dile du Languedoc, la nature s*est revêtue 
de ses fermes les plus grandioses : ici , ce 
aaat les volcans éteints et les monts déchi 
rés ei caldnés du Cantal et du Pav-de 
Dôme; plus loin, vers Test, les belles 
noBtagnes et les paysages romantiques des 
VoMes, les solitaires vallées de la Drôme , 
de rbère et des Hantes-Alpes; — leslditerranée à TOcéan; d'Orléans, qui ouvre 



gorges de la Grande-Chartreuse; les ma- 
gnificences du pic et do glacier du Mont> 
Pelvoux ; ces hautes chaînes de montagnes, 
ces ravins profonds, ces roches escarpées 
qui forment ce qu*on appelle les Alpes 
françaises , offrent dos scènes aussi subli-^ 
mes, aussi grandes et aussi pittoresques 
que celles qu'on rencontre dans les Alpes 
de la Suisse et de la Savoie. 

Les points culminants de ce vaste ta- 
bleau sont : 

Mètres au-desnus du 
nivenu de la mer. 

Le pic des Ecrins, Hautes-Alpes. . 4,105 

La Meidje id. . . 3,986 

LemontViso id. . . 3,858 

Les Trois-Etions, Isère 5,511 

La Madecta, Ariége 5,004 

Le Grand- Rubien, Basses -Alpes. . 3,042 
Le Cylindre, Hautes-Pyrénées. . . 3,52î 
Le Vignemale, Pyrénées 3,289 

Fleuves et rivières.— La France est 
arrosée par plus de 6,000 cours d'eau qui 
rembellissent et la fertilisent. 

Les principaux sont : 

Le Rhin , qui a 1,300 kil. de cours. -^ 
La Loire, 880. — Le Rhône, 760. — 
La Seine, 640, ■— La Garonne, 600.— 
La Meuse, 600. — La Moselle, 400. 
— La Saône, 400. — Et I'Escaut, 
272, etc. 

Voies de locomotion. — L'étendue 
totale de la navigation intérieure de la 
France, au moyen des fleuves et rivières , 
est de 8,255 kilomètres, et, au moyen des 
canaux, elle est de 3,699 kilomèt. Total ; 
11,954 kilomètres. La France a 74 ca- 
naux, qui traversent 38 départements. 

Les principaux sont : 

Ceux du Languedoc , qui réunit la Mé- 



dbyGoOgk 



Fr.ANCE. — APERÇU GEOGRAPHIQUE ET STATISTIQUE. 

une commanication entre Anvers et Mar- ductions : grains , céréales , vins renom- 



seine; de Bourgogne, du Centre, de Mon- 
-sicur, del'Ourcq, de Saint-Martin, elc 

Les 86 départements de la France 
comptent 650 routes nationales, 1,581 
routes départementales, et 468,52^ chc- 
.mins vicinaux. Leur longueur totale est de 
84^,549 kil. répartis comme il suit : 

Roules nationales, 650.. 54,511 kil. 

Boutes départementales. . 56,579 

Chemins vicinaux. . . . 771,458 

La totalité des voies de communication 
^T terre est de 470,558 , offrant un 
développement d'environ 842,549 kilo- 
jmèlres ; 1 ,670 ponts ayant plus de 20 
mètres entre les culées , existent sur ces 
diverses routes ; 88 de ces ponts sont en 
1er. Parmi les ponts suspendus, les plus 
remarquables sont : 

Celui jeté sur le Rliône entre Beaucaire 
et Tarascon ; sa longueur entre les culées 
est de 446 mètres, trois fois celle du pont 
du Carrousel, à Paris; — celui de la 
Rociie-Bernard , jeté sur l'embouchure 
de la Vilaine , est aussi d'une grande di- 
mension ; Touverture entre les deux points 
de suspension, est d'environ 200 mètres ; 
— mais l'ouvrage le plus grandiose dans 
ce genre est le pont de Cubzac , sur la Gi- 
ronde , le plus long qui existe en France 
et même en Europe; sa longueur totale 
est d'environ 900 mètres, et son élévation, 
au-dessus de l'eau, pst telle que les navires 
peuvent passer dessous. 

Eal'x minérales. — La France possède 
plus de 80 sources d'eaux minérales, dont 
Ja température varie de à 60o ; les prin- 
cipales sont : 

Celles de Barége, Bagnères , auprès des 
Pyrénées; Forges, en Normandie ; Plom- 
bières et Bourbonne , en Lorraine ; Vichy , 
Néris. Chaudes-Âigues, du Mont-Dore, de 
Royat, en Auvergne ; et les bouesde Saint- 
Amand, dans le département du Nord. 

Antiquités. — II en existe un grand 
jiombre que nous indiquons dans l'ouvrage, 
surtout dans le Midi , à Nîmes, Aries , 
Aix, etc. 

Climat, sol, productions. — Le cli 
matesf, sans contredit, un des plus beaux 
<Ju globe. Le sol, généralement fertile, y 
<.onne abondamment toute espèce de pro 



mes, lin, chanvre, tabac, colza, oranges, 
olives, marrons, truffes , légumes variés et 
bois de construction. 

Division politique. — La France ren- 
Terme 86 (iréreclures ou départements, y 
compris la Corse, qui forment , sans cette 
dernière, 375 arrondissements, 2,719 can- 
tons, et 59,581 communes. 

Chaque département est administré par 
un préfet , et le chef-lieu du département 
est le siège de la préfecture. Il est divisé 
en plusieurs arrondisseuients communaux 
administrés par des sous-préfets. 

GouvEnNEMENT. — Avaol la révolution 
du 24 février 1848, le roi était le chef su- 
prême de l'Etat ; à lui seul appartenait la 
puissance executive. La puissance législa- 
tive s'exerçait collectivemaol par le roi , la 
chambre des pairs et celle des députés des 
départements. Le conseil du roi se subdi- 
visait en huit ministères ; intérieur, guerre, 
justice et cultes , instruction publique, af- 
faires étrangères, marine et colonies, G- 
nances, commerce et travaux publics. 

Depuis celte révolution , la forme mo- 
narchique a fait place à un gouvernement 
républicain avec un président chargé du 
pouvoir exécutif, huit ministres, comme il 
est dit plus haut , choisis par le président 
de la république, et une chambre unique, 
appelée Assemblée nationde, dont les mem- 
bres sont élus par le suffrage direct et uni- 
versel, et qui exerce sans contrôle le pou- 
voir législatif. — Aux termes de la Consli- 
tion proclamée le 4 novembre 1848, cette 
assemblée doit se composer de 750 mem- 
bres ; ce nombre sera porté à 900 pour les 
assemblées qui seront chargées de réviser 
la Constitution. 

Instruction, Institut. — L'enseigne- 
ment public est dans les mains de ^Unive^ 
site, qui se divise en académies, cinq 
ordres de facultés , lycées et collèges com- 
munaux, séminaires , institutions et pen- 
sions, écoles primaires, ponts-et-chaus- 
sées, mines, écoles polytechnique, de 
musique et de déclamation. 

L'Institut de France est une société de 
savants et artistes , qui .cemplace les .an- 
ciennes académies; il comprend cmq ica- 
demies : celle des sciences, celle de l'aca. 



dbyGoogk 



FnANCE. — CHEMINS DE rERl 



) française , celle des ioscriptions el 
belles-lettres, celle des beaux-arts et celles 
des sciences morales et politiques. 

REUCI05. — La religion calholîqne est 
celle de la majorité des Français. Les autres 
cottes y sont tolérés. 

Division MiLiTAiRc. — La France se 
partage en 31 divisioDS militaires, corn- 
■ondées chacolie par an général de division, 
<p8 a sons ses ordres plusieurs généraux 
de brigade, chargés du commandement 
des départements compris dans h division 

Forces de terre et de mer. -^ Les 
fffces de terre, en temps de paix , sont de 
^60,000 hommes , dont 38,000 hommes 
de cavalerie ; les contrôles de la garde na- 
tieaale présentent 5,781,000 hommes ins- 
crits, dont seulement 900,000 sont armés. 

Les forces navales sont, en temps de 
paix, de 40 vaisseauxde ligne, 50 frégates, 
et 320 petits bStiments armés. 

CHEMINS DE FER. 

De Paris à Orléans et a Tours. . 237 kif . 

— ëCorbeil 30 

— ^Bonea et au Havre. . 229 

— ^LiHe 272 1/i 

— à Valenciennes. . . . 276 

— à Versailles (r. droite). 19- 

— — - (r. gauche). 17 

— Saint-Germain 19 

— à Strasbourg , par Cbalons , Vi 

Iry et Nancy. 

— à Marseille , par Tonnerre , Di 

joQ , Châlons , Lyon el Âvi- 

gnon. 
D'OtLÊAHSiVierzon et Bourges. 112 
De LiLLEâ la frontière belge. . . 14 

D'AxiEXS h Abbeville A\ 

De VALE3iaE?txcs à — . . . . U 
De MoxTEREAD à Troves. ... 102 
De Ltotv à Saint-Etienne. ... 58 
DeS^-ETiEwrEàAndrezieux. . . 22 

D*AjfDREZiEUX à Roanne 68 

D*AvT6!fON à Ifarseille 116 

De 9lo?rrR05D à Monlbrison. . . 15 

De Ml'Lhocjse à Thann 20 

De Strasbourg à Baie lil 

De IknrrPELUER à Cette. ... 28 
De ~ à Nîmes. . . . 58 

DeBoRDBACXâlaTeste 52 

Chemio du Gard 92 



CHEÎtflN DE FÈR DU NORD. 

Voyages en Prusse, en Allemagne, 
Sun LE Rhin et eî^Scisse. — Par;suit« 
des correspondances entre le chemin de 
fer du Nord et les chemins de fer de la 
Bclgirfue et de 1* Allemagne , on peut se 
rendre : 

De PARIS à Cologne en 24 heures, par 
Bruxelles , Liège et Aix-la-Chapelle, in 
classe, 56 fr. 95; 2« classe, 43 fr. 25. 

De Paris à Berlin (1), 68 heures (y' 
compris coucher à Cologne et temps d*ar- 
rêt dans le parcours), par Bruxelles, Hamm , 
Brunswick . Magdebourg, Potsdam. ir» 
classe, 125 fr.; 2» classe, 96 fr. 

De Paris k Leipsig(2), 67 heures, par 
Bruxelles , Cologne , Hamm , Hanovre , 
Brunswick, Magdebourg, Halle. 1» classe, 
122 fr. ; 2e classe, 94 fr. 

De Paris ^ Dresde (3), 72 heures, par 
Bruxelles. Cologne, Hamm. Hanovre, 
Brunswick, Magdebourg, Halle, Leipsig. 
l'e classe, 153 fr. ; 2* classe, 102 fr. 

De Paris à Hambourg ^4) , 66 heures , 
par Bruxelles, Cologne, Hanovre. 1" classe, 
108 fr.; 2« classe, 85 fr. 



(() En partant à H heures da soir de Pa- 
rts, on arrive le lendemain soir A 8 h. 16 m. 
à Cologne ; on y couche , on en repart à 5 
heures I/-2 du matin pour tiamm, par che- 
min de fer, on y trouve, h 1 1 h. du matfn, 
une malle-estafette pour Hanovre, où Ton 
arrive ù 3 heures du matin. A 5 heures da 
matin, part un convoi de Hanovre pour Ber> 
lin, où Ton arrive le soir it 4 heures 22 m., 
en passant par Brunswick. Magdebourg et 
Potsdam (en supposant qu'on parte le lundi 
soir de Paris on arrive ainsi le Jeudi A 4 h. 
22 minutes à Berlin). De Berlin, on va par 
chemins de fer à Steltin et A Francfort-siir- 
rOder. 

(2) On suit ritinéralre Indique d-dessus 
Jusqu'à Magdebourg, où Ton trouve un tralv 
en correspondance pour Leipzig, où Ton ar- 
rive à 3 heures du soir le 3* Jour. 

(3) Même Itinéraire que ci-dessus Jusqu'à 
Leipzig, d'où l'on repart le soir à 5 heures 
pour arriver à Dresde à 8 heures du soir le 
même Jour. 

(4) Voir ritlnéralre de Paris à Beriin Jos- 
qu A Hanovre, où l'on reste de 3 h. du 
matin à heures 10 minutes du matin pour 
prendre le train qui arrive à Hambourg » 
•2 heures 40 minutes du sotr.^^^i^ 

litizedbyVjOOglC: 



G 



FRANCE. — CHEMINS DE FER. 



De Paris à Vibnne (1), 106 heares, 
par Bnixelles, Cologne, Hanovre, Berlin, 
Krancfort-sur-rOder , Brcslaw, Oppeln, 
Katibor. 1"» classe, 210 fr. 

Le chemin de fer du Nord présente éga- 
lement toutes facilités aux personnes qui 
se rendent , soit aux eaux d'Allemagne , 
soit sur les bords du Rhin, soit en Suisse. 

Ainsi les voyageurs peuvent aller : 

De Paris à Spa, en 20 heures, par 
Bruxelles, Liège, Pepinsler. l'® classe, 50 
fr. ; 2e classe, 38 fr. 

De Paris à Carlsbad , en 85 heures, 
par Cologne, Hanovre, Magdcbourg, Halle, 
Leipzig. Ire classe, lU fr.; 2« classe, 
115 fr. 

De Paris à Tceplitz, en 81 heures, par 
Cologne, Leipsig, Dresde, l^e classe, 142 
fr.; 2e classe, 112 fr. 

De Paris à Eger, en 94 heures, par 
Cologne, Leipzig , Altenboui^, Zwiokau. 
Ire classe, 150 fr.; 2* classe, 119 fr 

De Paris à Marienbad, en 93 heures , 
par Cologne, Leipsig, Allenbourg , Zwic- 
kau. 1™ classe, 155 fr ; 2« classe, 123fr 

De Paris à E»setCoBLENTZ, en 35 ou 
40 heures, par Cologne et les bateaux du 
Rhin. Iro classe, 67 fr.; 2« classe, 49 fr. 

De Paris à Bingen (2) , en 40 ou 45 
heures, par Cologne et les bateaux du Rhin. 
Ire classe, 11 fr. 25 c. ; 2» classe, 50 fir 
40 c. 

De Paris à Wiesbaden , en 44 ou 49 
heures , par Cologne et le Rhin, jusqu'à 
Mayeace, li^ classe, 74 fr. ; 2e classe, 
50 fr. 

De Paris à Baden-Baden, en W h., 
par Cologne, le Rhin, Francfort et les che- 
mins de fer badois. lr« classe, 93 fr. ; 2* 
classe, 65 fr. 

De Paris à Strasbourg en 60 heures , 
par Cologne et les bateaux du Rhin direc- 
tement. 1»» classe, 84 fr. 45; 2e classe, 
57 fr. 



(I) Voir ritlnérairc de Paris k Beriln. On 
reste h Berlin de 4 heures 22 minutes du 
sufr h H) heures 45 du soir, et pnr un train 
de nuit on arrive le surlendemain À 6 heures 
du mntlu h Vienne, en passant par Bres 
law et lUtibor. 

(^2; A BUiKc^n « on trouve de^ omnibus 
qui conduisent aux £aux de Kreuzoach. 



De Paris à Bale, en 67 ou 73 heare^ , 
par Cologne, le bateau du Rhin et le che- 
min de fer français de Strasbourg à Bâle . 
IM classe, 113 fr.; 2e classe, 82 fr. 

De Paris à Homdourg . en 46 ou 51 
heures, par Cologne , le Rhin , Mayence , 
Francforlrsur-le-Mein. 1«> classe , 78 fr- ; 
2e classe, 55 fr. 

Do Paris à Londres, par Àbbeville, 
Boulogne, Folkstone ou Douvres, en 16 h. 

De Boulogne, trois départs chaque jour 
pour Folkstone, trajet en 2 heures. 

Prix : premières places, 10 fr. ; deuxiè- 
mes, 7 fr. 50 c. Enfants, 5 fr. 

Pour Douvres , trois départs par jour ; 
trajet en 2 heures. 

Prix : premières places , 8 fr. 75 c. ; 
deuxièmes, 6 fr. 25 c. Enfants, 5 fr. 

De Folkstone ou de Douvres on va à 
Londres en 3 heures par le chemin de fer 
du sud-est. 

On ?a de Boulogne à Londres directe- 
ment, en 8 heures, par les paquebots de la 
Compagnie continentale, qui parteot de 
Boulogne tous les jours , aux heures de la 
marée. 

Prix de Boulogne à Londres directe- 
ment : premières places, 15 fr. ; deuxiè- 
mes places, 10 fr., cnilants au-dessous de 
10 ans, 1/2 place. 

De Paris k Londres, par .\rras, Calais 
et Douvres, en 14 heures 1/2. 

PRIX des places : 

ParisàCalais. . 33f75 25f > 18f75 
Calaisà Douvres. 10 > 7 50 7 50 
Douvres à Lond. 25 • 18 50 9 . 

Paris à Londres. 68 75 50 80 35 25 

A Douvres , on paye pour le transport 
des effets à la Douane et au chemin de 
fer, et pour omnibus, 2 fr. par personne. 

La route le meilleur marché entre Paris 
et Londres est celle de Calais , Jf'rec^ ii 
Londres par mer, par les bateaux à va- 
peur de la comp. générale; départ les 
mercredis et saftiedis dans la nuit , après 
rarrivéc du train qui part de Paris à 1 1 
heures 45 minutes du matin. — Prix de 
Calais à Londres, direct : !»> chambre, 15 
fr. ; 2e chambre,AO fr. , 

Digitized by VjOOQIC 



FBA?iCB. — BATEAUX A VAPEUR. 



A Calais, les paquebots postes anglais et 
inaçais, faisaot la traversée en 1 h. 1/2 , 
partêel pour Doutres deux fois chaque joar, 



Pdx : premières places, 10 francs 
ilrwifmfs pbces , 7 fr. SO ; enfents. 5 fr 

Qa va de Cabis â Londres direcU*.meot 
a 8 beores, par les paquebots de la Corn- 
papûe Cmtiiieotale, qui partent de Calais 
ta» tes jours, sdoo la marée. 

Prix , de Calais à Londres : premières 
fSaces. 13 fr. ; deuxièmes places, 10 fr. ; 
oiiBls, 1./2 pbce. — Franchise de 50 
y. de higigCB 

Ite Pams a L05DRE8 , par Lille» Os- 
kade, Ransgate on Douvres. 

Dé^fU de Paris pour Ostende : à 8 h. 
éi Baim; trajet entier par chemin de fer, 
ea ISheores, par Gand directement ; et à 
8 heeres du soir , trajet entier par chemin 
dejar, ea 14 heures , par Mouscron et le 
eèeava de la Flandre occidentale. 

D'Osieode , il part tous les jours un pa- 
fKbeC. poor Ramsgate ou pour DouvTes 
d, ftme Loodres» directement tons les deux 
pan, 

NAVIGATION A VAPEUR. 

SctTICE DES PAQUEBOTS A VAPEUR DE 
LtMnMCTRATlOK DES POSTES FRANÇAISES 
feus LA MCDETERRANBE. 

Le service des paquebots à vapeur de la 
llediteTraiiée, établi pour eflèctuer letrans- 
pMt des correspondances et des voyag^eurs 
eatre Harseille et les ports d Italie , et le 
toattsporl des correspondances , des voya- 
^srs H des marchandises entre Marseille 
et la ports do Levant et de la Corse, est 
Avisé en cinq Kgnes. 

La première part de Marseille et aboutit 
a Jtaa«, en passant par Livoume, Cività- 
renfttu et Nûpies, 

la seeoode part de MaUe pour Con- 
MÊÊiUinopU , en passant par le Pirée , 
Smfme et les Dardanelles, 

ù troisièaie part de Marseille et aboo- 
tt è Beyrouth (Syrie) , en passant par 
Mêiie et Alexandrie. 

\a quatfièBie partdeJlfar8et//e et abou- 
tit à ijoeeto. 

fiafin la ânquième part également de 
Marseille et aboutit à BaMia, 



Vingt et on bateaux à vapeur, com- 
mandés par des officiers de la marine na- 
tionale, sont affectés à ces divers services. 

Les Ic^ 11 et 21 de chaque mois, un 
paquebot part de Marseille pour Cons- 
tanlinople, touchantà lAsoume, à Cività- 
Vecchia^ à Naples ; k Malte , au Pirée , 
à Smyrne et aux Dardanelles. 

Les 4 , li et 24 , un paquebot part do 
Marseille pour Beyrouth, touchant à 
Malte et Alexandrie. 

Des PAQUEBOTS DE l'ÉTAT font le ser- 
vice de Toulon à Alger, Oran et à Stora. 

Compagnies particoliêres. — Dix- 
huit ou vingt autres paquebots font le ser- 
vice entre Marseille, Nice, Livourne, Ci- 
vilà^Veeehia, Naples^ Messine et Malte ; 
Alger t Oran, Stora et Cadix , touchant 
à Barcelone, Valence, AHcante, Cartka- 
gène, Alméria, Malaga , Algésiras , Gi- 
braltar et Cadix. 

Dans l'océan et la manche. — Deux 
paquebots partent du Havre pour Saint- 
Pétersbourg, touchant à Elseneur et 
Copenhague, un pour Hambourg . pour 
Rotterdam, Morlaix, Caen, Cherbourg, 
Saint-Malo, Londres, Brighîon cl Sou- 
thampton. 

De Dieppe à Brighton. 

De Boulogne à Folkstone , Douvres , 
Londres. 

De Calais b Douvres, Londres. 

NAVIGATION FLUVIALE. 

De Paris à Melun , Corheil , Meaux , 
Montereau, 

De Rouen au Havre. 

D'Orléans à Nantes, par Blois, Tours, 
Saumur et Angers ; à Moulins, touchant 
à Gien, fieuvg, Cosne, la Charité et Ne- 
vers. 

De Nantes à Brest, touchant à Belte- 
Ile et Lorient, à Bordeaux , à Nort ; à 
Paimbœufet Saint-Na^iire ; à Angers. 

De Bordeaux k Royan ; k Mortagne, 
à Pauillac, à Blaye, h Nantes, à Ton- 
neius, à Marmande, à Agen. 

De ChalonS'SUR- Saône à Lyon , par 
Mâcon. 

De Lyon à Marseille, par Vienne, Va- 
lence, Avignon, Beaucaire, ci Arles, 



dbyGoOgk 



s VBANCe. — SEBVICB DES P0STB8. 

Service des Postes, 

EXTBMT DE L*ORDONNANCE DU ROI, EN DATE DU 25 DÉCEHBRE 1839. 

Art 1«r. A dater du l«r janvier 1840, toales les distances de poste seront comptées 
par myriamètres et kHomèlres. 

Toute distance de 500 mètres et au-dessus, jusqu'à 1,000 mètrts, sera comptée 
pour UR kilomètre ; toute distance moindre de 500 mètres ne sera pas comptée. 

Art. â. Le prix des services exécutés par les maîtres de poste pour le compte des 
particuliers est fixé ainsi quMl suit : 

Pour chaque cheval fourni , ï fr. par myriamètre , soit 20 centimes par kilomètre; 

Pour chaque voilure fournie , 2 fr. par myriamètre, soit 20 centimes par kilomètre; 

Pourles guides à payer à chaque postillon, 1 fr. par myriam. soit 10 cent, parkil 

Galcol ppo'tioDBel de ce qai doit être payé aoi nattres de poste par ks Tmgnrs. 



byGoog 












NOMBRE DE CHEVAUX ET LEUR PRIX. 1 




DïSTAWrc« 




... ■ 




MJi^ ft Ail^ 






! 


2 


3 


"^4 


T 


6 


^T*" 


8 


^'4 






■MM 


■""■ 


f . c 


f c. 


TT 


f. c. 


T 


t. c 


f. c. 


f . c 


f - c 73 




l knomètre. . . 






» 20 
M 40 
» 60 


» 40 
» 80 
I 20 


M 60 
I 20 
I 80 


» 80 

1 60 

2 40 


I 

2 
3 


1 20 

2 40 

3 6o 


1 40 

2 80 
4 20 


I 60 

3 20 

4 80 


I 80 
3 60 
5 40 


9 
4 
« 




2 kilomètres 




;) kltomètres .' 




i kilomètres 


» 80 
I » 
I 20 
1 40 
I 60 

1 80 

2 » 


1 60 

2 » 
2 40 

2 80 

3 20 

3 60 

4 » 


2 40 

3 » 

3 60 

4 20 
4 80 
6 40 
6 » 


3 20 

4 )i 

4 80 

5 60 

6 40 

7 20 

8 » 


4 
5 
6 
7 
8 
9 
10 


4 8(- 

6 « 

7 20 

8 40 

9 60 
10 80 
12 » 


6 60 

7 » 

8 «0 
080 

M 20 
12 60 
14 « 


6 40 

8 » 

9 60 

11 ao 

12 80 
14 40 
16 » 


7 90 

9 » 

tu 80 

15 60 
14 40 

16 20 
18 • 


8 

la 

H 
14 
14 
18 
20 




5 kilomètres 




« kilomètres 




7 kilomètres 




« kilomètres 




kilomètres ..!.-.- 




t mvplrim. ou 


10 kll. . . 




I myr. et ï k. 


ou 


II k. 


2 20 


4 40 


6 60 


8 80 


11 


13 20 


15 40 


17 60 


19 80 


22 




1 myr. et 2 k. 


ou 


12 k. 


3 40 


4 80 


7 20 


«0 


12 


14 40 


16 80 


It20 


31 60 


14 




1 myr. et 3 k. 


ou 


13 k. 


2 60 


5 20 


7 80 


10 40 


13 


15 60 


18 20 


■JO 80 


23 40 


n 




I myr. et 4 k. 


ou 


14 k- 


2 80 


5 6{) 


8 40 


II 20 


14 


16 8U 


i9 60 


22 40 


25 20 


» 




r myr. et ft k. 


ou 


15 k. 


3 u 


6 » 


9 » 


12 » 


15 


18 » 


21 «• 


24 a 


27 » 


:iO 




1 myr. rt (i k. 


ou 


16 k 


3 20 


6 40 


9 60 


12 80 


16 


10 2< 


22 40 


25 611 


•28 SO 


n 




I myr. et 7 k. 


ou 


17 k. 


3 40 


6 84» 


10 20 


13 60 


17 


20 40 


23 8U 


27 21) 


30 60 


H 




1 myr. et 8 k. 


ou 


18 k. 


3 60 


7 20 


10 HO 


i 40 


18 


21 60 


25 au 


28 80 


32 40 


36 




I myr. et k 


ou 


10 k. 


3 80 


7 60 


II 40 


15 20 


19 


22 80 


26 60 


30 40 


34 20 


» 




2 m\rlam. oa 


20 kll . . 


4 » 


8 » 


12 « 


16 M 


20 


24 M 


28 V 


32 » 


36 « 


40 




'2 myr. et 1 k. 


ou 


21 k 


4 '0 


40 


12 W 


16 80 


21 


25 20 


29 40 


33 60 


37 «0 


42 




•2 myr. et 2 k. 


ou 


22 k. 


4 «0 


880 


13 2(/ 


17 60 


22 


96 40 


30 80 


35 20 


39 60 


44 




2 myr. et 3 k. 


ou 


23 k. 


4 60 


9 20 


13 80 


18 40 


23 


27 60 


32 20 


36 84» 


41 40 


46 




•2 myr. et 4 k. 


ou 


2i k. 


4 80 


9 60 


14 40 


19 20 


24 


28 80 


33 60 


.38 40 


43 ao 


48 




•2 myr, et 5 k. 


ou 


25 k. 


5 » 


10 « 


15 M 


20 » 


25 


30 Ji 


35 » 


40 n 


45 m 


58 




•2 myr. et k. 


ou 


26 k. 


5 20 


10 40 


15 60 


•20 80 


20 


31 20 


36 40 


41 60 


48 80 


52 




•2 myr. et 7 k. 


ou 


27 k. 


5 40 


10 80 


16 20 


21 60 


27 


32 40 


M 80 


43 20 


48 9* 


54 




■2 myr. et 8 k. 


ou 


28 k. 


5(W) 


Il 20 


.6 HO 


22 40 


28 


33 00 


39 20 


44 80 


50 40 


S8 




•2 myr. et 9 k. 


ou 


29 k. 


5 80 


Il 60 


17 10 


2:) 20 


29 


34 80 


40 60 


46 40 


52 au 


58 




:» myriam. ou 


30 kll . . 


6 » 


12 M 


18 » 


24 w 


30 


3& » 


42 u 


4H » 


54 » 


811 




•J myr. et I k. 


ou 


31 k. 


6 20 


12 40 


18 60 


■21 80 


:JI 


37 20 


43 40 


49 00 


5.% 80 


68 




li rnvr pt 2 k 


on 


32 k. 


6 40 


12 80 


19 20 


•25 60 


32 


38 40 


44 80 


51 20 


57 60 


81 




3 myr. et 3 k. 


ou 


33 k. 


6 00 


13 20 


10 80 


26 40 


33 


39 60 


46 20 


52 êO 


59 411 


88 




3 m\r. et 4 k. 


ou 


34 k 


80 


13 60 


•JO 40 


27 20 


34 


40 80 


47 60 


51 40 


61 au 


«8 




3 myr. et 5 k. 


ou 


35 k. 


7 » 


14 » 


il » 


•28 » 


35 


42 » 


49 » 


56 » 


63 - 


7» 

•n 




3 myr. et fl k. 


ou 


36 k. 


7 20 


14 40 


21 60 


28 80 


36 


43 20 


50 40 


57 60 


04 8U 




3 myr. et 7 k. 


ou 


37 k. 


7 40 


14 «• 


22 20 


•29 60 


37 


44 40 


5( 80 


59 20 


66 60 


n 




3 m\r et 8 k. 


ou 


3S k. 


7 60 


IS 20 


22 80 


30 40 


38 


45 60 


53 20 


60 80 


6«40 7t 




l m>r. et 9 k. 


ou 


.30 k. 


7 80 


15 60 


23 40 


31 20 


39 


46 80 


54 60 


62 4o 


7U 20 78 




4 mvrinm. ou 


40 kll . . 


8 » 


16 » 


24 » 


32 »i 


40 


4' » 


56 » 


64 » 


72 » 8» 



YBAItCË. ^ SEftVlCB DES PÛSTfô. 



(y 



ScincE ras malles. — Les malles- 
pites le soût pas assujetties i Tordre de 
i»f établi dans le service des relais ; elles 
iNfoit être relayées dès leur arrivée , à 
TridasioD de toute autre voiture, et par- 
tir iHaédialeinenl après le relayage. 

Les malks peuvent dépasser en roule 
tovles ks autres vrâtures de poste , parce 
qm les dirma réservés pour ce dernier 
mrnœ étant préparés k ravance et ne 
pMfant être détournés de cette destination, 
iaedoUen lésolter aucun inconvénient 
pae-ks vovageurs. 

D estdéiaMhi aux postillons de recevoir 
da pouiiioires des voyageurs dans les mal- 
ks. n lear est égalenient défendu d'aban^ 
àner bniscbevaux sous aucun prétexte, 
■êee pour enrayer : ce soin doit être 
iparlesemirriers. 

; DC FER. — Embarcadère de 
IViis. Le maître de poste de Paris perce- 
via , pour le service de son relais , aux 
ide Palis ei réciproquement, 



sans avoir égard au nombre des voyageurs 
contenus dans les voitures : 

Pour 2 chevaux et 1 postitlon, 6 fr. 

Pour 3 chevaux de timonière et 1 pos- 
UUon, 8 fr. 

Pour 4 chevaux et 2 postillons, 12 fr. 

Les voyageurs peuvent 6ire commander 
les chevaux à Paris, soit à la poste aux 
chevaux, rue Pigale, no 2, soit aux bureaux 
des voitures dites Diligentes^ savoir : 

10 Rue du Vingt- Neuf-Juillet, no 11 ; 

2* Rue Saint-Honoré, no 202, è l'an- 
gle de la rue de Valois et de la place du 
Palais-National ; 

3o Rue de TArbre-Sec, no 66 ; 

4o Marché Saint-Jean, no 29 ; 

5o Rue Saint-Antoine, no 223, place da 
la Bastille; 

6o Rue de Charenton, barrière de la 
Grande-Pinte. 

Ces six bureaux sont ouverts tous les 
jours , depuis 8 heures du matin jusqu* à 
10 heures du soir seulement. 



dbyGoogk 



fM'BMM M Mes» 



O ville aux doux accents, aux bienveillants regards. 
Consistoire du fsoM^ des sciences et des arts ; 
Souveraine avouée entre les métropoles , 
Asile hospitalier des existences molles ; 
Médine^ occidental le , nu front éblouissant ; 
Aflablejbùtellerle où Tunlvers descend I 

Barthélémy. 



PRINCIPAUX HOTELS. 
HOleldes Âmbassad0ur3, rue Notre-Dame 
des-Victoires, 11. 

— d'Angleterre, rue des Fillcs-Saiût 

Thomas, 18. 

— d'Angleterre, rue Jacob, 22. 

— des Arts, Cité Bergère, 7. 

— de Bath, r. de Rivoli, 52. 

— Bedford, r. Saint-Honoré , 523. 

— du Bon-LafoDtaine , r. de Greoelle- 

Saint-Germaio, 16. 

— de Brighton , rue de Rivoli, 30. 

— Bristol, place Venddffle, 5. 

— Casliglione, rue de Castiglione , 10 

— de Castille, rue de Richelieu, 113. 

— Chalham, r, N» Saint-Augustin , 57 

— de Douvres, rue de la Paix, 21. 

— de l'empereur Joseph II, rue de Tour- 

non, 35. 

— des Etrangers, rue Vi vienne, 3. 

— de l'Europe, rue de Rivoli, 46 

— de France, rue Laffilte, 53. 

— de Holtende, rue de la Paix, 16. 

— du Levant, rue Croix-des-Petiis- 

Champs, 1. 

— Meurice, rue de Rivoli, 42, 

— Mirabeau, rue de la Paix, 6. 

— Moulmorency, boulevard des Italiens, 

20 bis. 

— du Nord, rue Jacob, 57. 

— de rOdéon, place de l'Odéon. 

— de Paris, rue de Richelieu, 111. 

— des Princes, rue de Richelieu, 109. 

— du Rhin, place Vendôme, 6. 

— SaintnJames, rue Sainl-Honoré, 566. 

— Sinet, faubourg St-Honoré, 52-5i. 

— de Tours , rue Notre-Dame-des-Vic- 

toires, 52. 

— de l'Université, rue de l'Univer- 

sité, 22. 

— Victoria, rue Cliauveau-Lagarde, 5. 

— Voltaire, quai Voltaire, 17. 

— Wagram, rue de Rivoli, 28. 

— Windsor, rue de Rivoli, 58. 



Le voyageur, en arrivant à Paris, devra 
se faire conduire en fiacre , lui et ses ba- 
gages, à l'hôtel qu'il aura choisi d'avance. 
— Ce moyen est tout à la fois le plus éco- 
nomique et le plus commode. — Uae 
course de iiacre se paye 1 fr. 50 c, plas 
un léger pour-boire (15 à 25 c, selon la 
distance parcourue). 

Le voyageur est tenu de déposer son 
passeport entre les mains du maître d 'hô- 
tel, qui inscrit sur un registre ad hoc, les 
nom, qualité et domicile de l'arrivant, ainsi 
que la date de son entrée et celle de son 
départ. 

Le prix d'une chambre, dans les hOtels 
ordinaires, varie de 1 fr. 50 c. à 3 fr., 
suivant sa grandeur et l'étage. 

DauK les hôtels de premier ordre , ce 
prix est de 3 à 5 fr. par jour. 

Nous ne parions pas du prix d'un ap- 
partement complet ; on comprend que ces 
prix varient à rinflni , selon le genre de 
l'hôtel , l'étape et le nombre de pièces. 

La table (Thôte, dans les hôtels ordi- 
naires, varie depuis 1 fr. 75 c. jusqu'à 
3 fr., y compris le vin. 

Dans les hôtels de premier ordre , de A 
àSfr, 

Les quartiers fashionahles de Paris sont : 
les boulevards , depuis la Madeleine jus- 
qu'à la porte Saint- Denis , et les rues qui 
y aboutissent ; la Chaussée-d'AnHn , la 
rue de Rivoli , les Champs-Elysées , la 
place Vendôme , la rue de la Paix » le 
faubourg Sainl-Honoré, la rue Vivienne, 
la place de la Bourse^ etc., etc. L'étranger 
qui voudra se loger près des principaux 
théâtres devra descendre dans l'une de-s 
rues suivantes : de RichelieUf Vivienne^ 
de la Bourse , place de la Bourse . rue et 
faubourg Montmartre^ rue neuve des Pt- 
titS'Champs, etc., etc. 

Le sermce d'hôtel, ou bonne-main se 
paye, dans les hôtels ordinaires, de 50 à 



dbyGoogk 



rilAKCE. — PARIS. 



U 



50 e. par joor; dans les hOtels de premier 
er#e, de 75 c. i 1 f . par jour, suivant la 
dorée do séjoirr. 

PRINCIPAUX RESTAURATEURS. 

Lr Frères ProrreiKanx, Palais-National. 

Vdbor, Palaîs-National. 

Viry.PkIss-Natiooal. 

Cde de Paris, bonlevard des Italiens. 

OiSt Aofhis, boolevard des Italiens. 

RîEfae, booleirard des Italiens. 

XnsaïKDorée, id. 

Cknpeaox, place de la Bourse. 

Pbippe, nie Montorgoetl. 

Rackette, b. Mootmartra. 

dérao-Meo, Boolerard du Temple. 

MIeia, boulevard du Temple, 90. 

P«iBeaBene>Aoglaise, me de Rivoli, 18 

ImÊKéAj, me Richelieu, 100. 

Bifi, Be^taoranl-Ilalien, r. de Richelieu. 

BN|^, Restaurant-Italien, roe Lepelle- 

ier. en fKe do Grand-Opéra. 
Ledaven. aux Champs-Elysées. 

Oa maage à la carte chez tous ces res- 
laBatears ; les mets sont nombreux et par 
bibemÊni apprêtés, les vins excellents. Le 
prix des mets étant indiqué sur la carte , 
chanm sait ce qo*U doit ou veut dépenser 
et cfaoïÂt en conséquence. 

Ea Antre des restaurateurs que nous Te- 
nons de citer et qui tiennent le premier 
ran^ dans le sonde gastronomique, il en 
existe une gprande quantité je secondaires 
et à prix fixe, chez lesquels on peut encore 
très oooTenablenient dîner ; — les princi- 
panx sont siUiés, au Palais-National, rue 

Vimenne^ roe Richelieu, Galerie-Vi- 

nesne, Pastaçe des Panoramas. Chez 

cet divers traileors, le dîner se paye 1 f. 
5D, î L, ? f . 50, Mn compris et pain h dis- 
OKiian : on a potage, 3 plats au choix, 
dessert et 1 /3 booteitle de vin. Les déjeu- 
ners, 1 f. 25 et 1 f. 50. 

Dans ces mêmes quartiers se trouvent 
aoasî d*antre$ traiteurs où le d?ner se paye 
85 t., 90 c., 1 f. 10 et If. 20; nous 
B^ei^ageans pas le voyageur à en essayer. 
Noos tt*indîqtteronspas les tables d^hôte 
qn sent nombreuses k Paris, et générale- 

mtfA à des prix modérés. Elles ont lieu h 

heure fixe, et sont, par cela même, peu 
I pour le vnyagenr. 



PRINCIPAUX CAFÉS. 



Café de Foy, Palais -National. 

— Lemblin, id. 

— d*Oriéans, id. 

— delà Rotonde, id. 

— de Paris, boul. des Italiens. 

— de la Régence, place du Palais-Na- 
tional. (Ou y joue les échecs) . 

— I^ortoni, boulevard des Italiens, re- 
nommé par ses glaces. 

— Procope , rue de l' Ancienne-Co- 
médie. 

— Chervier, quai de TEcole. (On y joue 
aux Dames). 

— du Grand-Balcon, boul. des Italiens. 
De nombreux et brillants cafés, que 

notre cadre ne nous permet pas de citer, se 
rencontrent à chaque pas sur les boulevards 
et dans les beaux quartiers de Paris. 

PARIS, autrefois nommée Lulèce, est 
la plus belle, la plus riche, la plus élégante 
la plus florissante, et l'une des plus grandes 
villes de l'Europe. Elle est située au 48« 
degré 50* de latitude septentrionale, et au 
degré de longitude Sa posiUon sur les 
deux rives de la Seine la rend très-agréable, 
y facilite l'abord des denrées de toutes es- 
pèces, et contribue k y conserver un air 
salubre, trésor précieux partout, mais prin- 
cipalementdans une ville dont la population 
se monte à plus d'un million d habitants. 
La communication entre les deux parties de 
la ville, que la rivière sépare, se feit par 
plusieurs ponts magnifiques, d*où Toeil 
jouit do point de vue le plus étendu et le 
plus majestueux qui se puisse imaginer. 

Division politique. — Paris est divisé 
en 1 2 arrondissements ayant chacun une 
Mairie, et en 48 quartiers ayant chacun un 
commissaire de police. Cette grande cité 
forme, pour ainsi dire à elle seule, le dé- 
parlement de la Seine ; elle est gouvemé»î 
par deux préfets, un conseil de préfecture, 
12 Maires et 48 commissaires de police, 
chargés de veiller h la sûreté des citoyens; 
et il la propreté de la ville. 

PRINCIPAUX MONUMENTS. 

EoiFtCES RELIGIEUX. — Notre- Dome 
(métropole), place doParris-Notre-Dame, 



dbyGoogk 



12 



FIIANCE. — PAniS. 



9« arroQdiss<^ment. Fundalion en 1010, 
sous le règne de Robert. Elle est bâtie en 
forme de croix latine : longueur 139 m.» 
largeur 50, hauteur 3i. Elle est flanquée 
de deux tours carrées de 68 mètres de hau- 
teur ; on y monte par 389 marches. Dans 
la tour méridionale est une grosse cloche 
nommée bourdon, qui pèse 16,080 kilog.-, 
son épisseurestde^O cenlim.; le battant 
pèse ^88 kilogrammes. Entre ces deux 
tours et au-dessus de la rose, est une su- 
perbe galerie soutenue par des colonnes go- 
thiques d'une déîicatessesurprenante L'in- 
térieur renferme 45clapelle.s, 120 gros pi- 
liers, 108 colounes; 113 vitraux y condui 
sent Ift lumière. 

On travaille à la restauration de cette ba- 
silique. Un jardin public, y attenant, et 
construit sur l'emplacement de l'ancien ar- 
chevêché, renferme une jolie fontaine go- 
thique dans le style de Tédiûce, mais de 
proportions mesquines, 

Saint-Sulpice, entre la place de ce nom 
et les rues Palatine et Garancière» 1 1» ar- 
rondissement, commencée en 1 646 d'après 
les dessins de LoBis Leveau. Très beau mo- 
nument. Le maître-autel est isolé et placé 
dans le centre de la croisée. Deux énormes 
coquilles, offertes k François \^' par la ré- 
publique de Venise, servent de bénitiers. 

Cet édifice est du style arrondi ; chacune 
de ses tours est couronnée d'un télégraphe 

Une fontaine monumentale terminée en 
1849 orne la place. 

Saint-Roch, rue Saint-Honoré, entre les 
nos 294 et 296, 2* arrondissement, a été 
bâtie en 1653. Le portail se coibposede 
deux ordres d'architecture, dorique et co- 
rinthien ; la chaire k prêcher, exécutée sur 
les dessins de Qiasles et restaurée par La- 
perche, est d*une haute magnificence ; la 
chapelle de la Vierge est magnifique. 

Saint-Eustache, rues du Jour etTra^ 
née, 3« arrondissement, bâtie en 1642 sur 
les dessins et sous la conduite de Mansard. 
Portique composé de dix colonnes doriques 
au-dessus desouelles s'élève un fronton 
triangulaire. L intérieur est remarquable 
par la hauteur de ses voûtes et la hardiesse 
des piliers. 

Saint-Mery, rue Saint-Martin, entreles 
no*2 et 4, 7« arrondissement, rebâtie en 



1420, n'a de remarquable que son i 
autel, et son portail, orné de jolies sculp- 
tures, nouvellement restauré. 

Saimt-Étienne-dd-Mont, raedela Mon- 
tagne-Sainte-Geneviève , 12« arrondisse- 
ment Cette église reconstruite en 1517 
sous François I»', est fort jolie. Elle ren- 
ferme la châsse de sainte-Geneviève, pa- 
tronne de Paris \ le jubé de cette église 
étonne toujours, tant par sa légèreté que 
par sa grande hardiesse. 

Saint-Laur&nt, rues du faubourg S^ 
Martin et de la Fidélité, 5« arrondissement. 
L'intérieur est décoré d'assez beaux ta- 
bleaux. 

Saint-Germ AiN-DES-Pnis^ place Saintr 
Germain-des-Prés. Childebert, fils de de- 
vis, fut le fondateur de cette antique église, 
commencée au yi« siècle et termina en 
1165. Celte église a quelque chose d'im- 
posant , elle renferme les tombeanx de Ca- 
simir, roi de Pologne, de Descartes, Bei- 
leau, Montfaucon, etc. 

Saint-Germain-l'âuxerrois, église^ 
roissiale du 4» arrondissement, plac« et 
même nom, date delà plus haute antiquill; 
dès le vi« siècle elle avait déjà le titre de 
paroisse Celte église, qui vient d'être con> 
plétement rosburée, et dont le portail a èlà 
peint par M. Mottet, mérite toute l^atlM- 
tion du voyageur. 

SAiirr-GERrAis, rue du Biooceau-SHaft- 
Gervais. Son portail, commencé en 161^ 
est Remarquable par sa hardiesse et b réiev* 
larité de ses proportions. L'église reniènBe 
plusieurs monuments, et la chapelle dalft^ 
Vierge passe pour un chef-d'œovre. 

Saintb-Chapelle. — Tout contre» «| 
au midi du Palais de Justice, est la l 
Sainte-CIiapelle. C'est un édifice £ 
que saint Louis fit bitirèn 1140, par C 
briel. Le vaisseau, hérissé d'ornemeois ^lii 
toute espèce, est beaucoup trop haot poÂl 
son étendue Cette église, qui vient de m^ 
bir des réparations importantes, était do^ 
servie par les chanoines dont Boileau ^vurf 
mortalisé la mémoire dans son ioimitaibii 
poëroe du Lutrin. — On a récemment C 
couvert dans les fouilles le coeur emb 
de saint Louis, qui y avait été entonré. 

La Sorbonnb , place Sorbonne. • 
collège et l'église uirent fondés ea ' 



ient«M< 



dbyGoogk 



PRAKCE. 

fK Rrbert Soriioii ; l'église reoferme un 
tiyeaa d'Alii , représeotant Robert Sor 
baft, et le soperbe tombeaa du cerdinaJ 
BicWieo, dn^'œovre de Girardoo. 

Val-oc-Cracs. Louis XIV posa la pre- 
■we pierre de ce moDument remarquable 
m a¥n! 1645, sur les dessins de Mao- 
aard. La Toâle de la oef est chargée de jo- 
ies seatptnres, ei le ddme, le plus impo- 
sa de û capiiale après ceux du Pauthéon 
et des Invalides , est orné d'une belle 
fciatare de Uignanl. 

Rotre-Ojuie-des-Victoirbs , passage 
éa P^ts-Pères , n» 1 1 , succursale de St- 
Eostadie, bâUe en 1056. — Portail com- 
piBe des ordres ionique et corinthien, In- 
tnnr tns remarquable par sa simplicité. 

Séstt-Locis . rue Sainte-Croix , n» 5 , 
CkaDiaée-<l*Anlin« première succursale de 
hlhéeieiDe, bâtie en 1780 sur les des- 
tas de Broagniart ; une architecture sim- 
fK, maïs severe* 

Sast-Philippmhj-Roolb, rue du fau- 
iMigdo Roule, entre les no* 8 et 1 0, secon 
de saccorsale de la Madeleine , construite 
eo I «8i SOT les dessins de Chaigrin. Por> 
li^ de quatre colonnes doriques, couron- 
nées d'an frontiHi triangulaire. 

S&Drr-Scvmis, rue du mAme nom, 12« 
arreo£sseiDent; style gothique, et sévère. 
Cette église vient d'être restaurée; on y a 
tOBpofié le célèbre portail de l'ancienne 
cgfise de SainlrPîerre«ttx-BoBu6(déoiolie), 
et i en orne la principale finade. 

SABrr-TiioiiAS-n'AQUiN, rue do même 
MB, près la rue du Bac, 10« arrondisse- 
■cal, eoDMBeocée ed 1682 , et terminée 
ai 1T40. Le plafond du choeur est peint à 
keaqat par Lemoine , et représente la 
tanâfiganlion. 

L'ASsoiiPTiOli, roe Sainl-Hoooré, 371, 
1* ammdisseBient, fondée par le cardinal 
de la Reehefoocault, 1670. -* L'intérieur 
a^ cirGoiare, avec une eoupole ornée de 
coloBBes corinthiennes; son portail est éga- 
leseit orné de 8 colonnes coriathieanrs. 

ÉGLISES MODERffES. 

SàiMTS-GDCKvi&fB, maintenant lePn»- 
tkttm, situé Motttagne-Sainte^neviève. 
— Ce moflunienia été commencé en 1 76i 
tu Loms XV , qui ea posa U première 



PABIS. 



13 



pierre, sur les dessins de Sonfflot. La forme 
générale de cet édiûce est une espèce de 
croix grecque composée 'de quatre nefo qui 
se réunissent à un dôme placé au centre. 
Le portail, imitant cehii ou Panthéon de 
Rome, est formé d'un péristyle de 22 co- 
lonnes, dont 18 isolées. Ces 22 colonnes 
forment un porche couronné d*un fronton 
dont le tympan est orné d'un bas-relief de 
près de 34 mètres de long. Ce qu'il y a de 
plus admirable dans ce monument, c est la 
double coupole intérieure du dôme ; l'ama- 
teur ne doit pas négliger d'y monter, pour 
jouir de ce chef-d'œuvre de construction 
qui étonne par sa hardiesse et sa légèrelé. 
et admirer les belles peintures de Gros. 
Les noms des victimes de la Révolution de 
juillet 1830 sont inscrits sur les parois 
intérieures des murs. 

La Madeleimb. — Ce superbe monu- 
ment, digne de la grandeur et de la magni- 
ficence des Romains, un des plus beaux, 
sans contredit, de tous ceux qui existent 
aujourd'hui dans l'univers , fut commencé 
en 1764 par Coiutant d'Ivry, qui mou- 
rut en 1 777, l'architecte Coulure son suc- 
cesseur, détruisit et changea tout ce qu'il 
y avait de fait. Malgré ces interruptions, 
l'ouvrage était assez avancé en 1790 ; on 
avait d^à dépensé deux millions. La révo- 
lution fit suspendre totalement les travaux. 
En 1806, on revint sur ces constructions 
inachevées, et il fut décidé que l'église de 
la Madeleine serait démolie, reconstruite 
et convertie en temple de la Gloiro. L'é- 
difice que nous admirons ai^ourd'hui n'a 
réellement été commencé qu'à cette épo- 
que; le plAn en est dû à M. Vignon, qui 
fit démolir tout ce qui sortait de terre. Les 
travaux ne fiiront activement ropris qu'a- 
près 1 830, et complètement terminés qu'en 
1842. Ce monument grandiose forme un 
parallélogramme de 100 mètres de long 
sur 42 mètres de large ; il est soutenu par 
52 colonnes cannelées, d'ordre corinthien. 
Le péristyle est formé par un double rang 
de colonoes ; le perron, de 30 marches, 
est magnifique; le fronton, chef-d'œuvre 
du sculpteur Lemaire, représente le Juge- 
ment dernier. La porte principale, coulée 
en bronse, par Triqueti, représente les dix 
commandemeDtsde Dieu ; «lie a 10 mètres 



dbyGoogk 



14 



PBAKC£. — PABIS. 



de hauteur sur 5 de largeur. L'iotérieur 
de l'église est remarquable par sa magni- 
fique décoralîon.' Les peintures au-dessus 
des chapelles latérales représentent la vie 
de la Madeleine ; la grande composition qui 
décore Tabside est de Ziégler ; les deux 
bénitiers de marbre , sculptés par Lemoi- 
lie, sont deux chefs-d'œuvre de grSce et de 
délicatesse. Le maftre-autel est surmonté 
d'un groupe en marbre représentant la Ma- 
deleine, par Marochetti. 

Saint- Vincent db Paul. Ce beau mo- 
nument est situé à l'extrémité nord de la 
rue Hauteville; la première pierre en fut 
posée en 182i, sur les dessins de MM. Le- 
père et Itorf : il présente un rectangle diri- 
gé du nord au sad. Ses dimensions à l'ex- 
térieur sont de 80 m. sur 36, et à l'inté- 
rieur de G6 sur 34. L*entrée principale 
offre un beau portique ionique avec double 
rang de colonnes, On admire, À l'intérieur, 
les superbes vitraux et les peintures. La 
nef est parquetée. 

Notrg-Dame-detLorettb, au bout de 
la rue Laffitte. Celte église, qui ressemble 
plutôt à un salon qu'à un temple religieux, 
a été terminée en 1837. Les travaux de 
peinture, dorure et scii^)ture, font le plus 
grand honneur aux artistes qui en ont été 
chargés. 

Chapelle expiatoibe ou Monomgnt 
DK Louis XVi, rue d'Anjou-Saint-Honoré. 
*- Ce monument, qui évoque de bien tris- 
tes souvenirs , fut érigé par S. M. Louis 
XVIII , sous la direction de MM. Percier 
et Fontaine. 

La forme de cette chapelle est celle d'une 
croix ayant peu d'étendue. Dbns l'hémi- 
cycle du milieu se trouve l'autel en marbre 
blanc. Dans les hémicycles de côté sont 
deux groupes admirables en marbre blanc, 
par Bosio, représentant l'apothéose de Louis 
XVI et de Marie-Antoinette. Cette chapelle 
est ouverte au public tous les jours de la 
semaine, de^ ï iO lieures du matin. 

Chapelle-Saxnt-Fsrdinamd. — Le 
vovageurti'oubliera pas de visiter cette cba* 
pelle, dont i 'architecture est loin cepen- 
dant d'être remarquable. Elle est située 
entre la route du chemin de la Révolte et 
iea fortifîeatioas de Paris. Cet édiOce fut 
élevé sur reoiplacemeot de la maison dans 



laquelle expira , le 15 juillet 1842 , 1*1 
fortuné duc d'Orléans ; sa forme est cel 
d'une croix grecque ; sa longueur est d'c 
viron 20 mètres, sur 10 de largear eC ai 
tant de hauteur. 

PALAIS. — Paris renferme 7 paU 
qui sont : 

Le Palais des Tuileries. — Ce m 
nument fut commencé en 1564, par Cathi 
rine de Médicis, sous la conduite de Phil 
bert Delorme. La façade est composée d 
5 pavillons et de i corps de logis sur an 
môme ligne : 557 mètres de longueur. L*h 
térieur du palais est décoré de superbe 
morceaux de peinture et de sculptare, ex^ 
cutés par les plus célèbres artistes françai 
et italiens. La cour des Tuileries, obstmé 
autrefois par plusieurs bâtiments, est main 
tenant libre dans toute son étendue, et pr6 
sente un carré long. Elle est séparée de l 
place par une grille posée sur uq mnr i 
hauteur d'appui . 

Le Louvre, situé entre la Seine et la rw 
Saint-Honoré. Ce superbe palais , auquel 
dix rois ont foit travailler pendant 500 ans, 
n'est pas encore terminé. La grande &- 
çade de ce monument, de 1,375 m. de 
largeur, passe pour un chef-d'œuvre el est 
terminée par un fronton dont la cimatse 
est formée de deux seules pierres d'une 
grandeur étonnante; elle ont chacune 18 
mètres de longueur sur S mètres 66 cent. 
de largeur, et 50 c. seulement d'épaissear. 
Cette feçade est enrichie d'un vaste baa- 
relief qui représente la Victoire traînée dans 
un char et distribuaut des couronnes. La 
cour du Louvre présente un carré parfiiit, en 
touré de quatre corps de bâtiments décorés 
de trois ordres d'architecture l'un surraubre. 
Au centre de la cour est une fontaine qhk 
numeotaie sur remplacement où s*élevatt 
avant 1848, la statue du duc d'Orléans. Des 
jardins entourés de balustrades en pierre 
déparent actuellement les belles proportions 
de cette cour et l'édiQoe lui-même. 

L'intérieur du monument est également 
orné de deux beaux morceaux de scalp, 
ture exécutés par Sarrazin, Jean Goujon, 
Germain Pilon, Houdon,Bouchardon, Bril 
dan, Coustou, Clodion et plusieurs autres 
artistes célèbres. La grand galerie qui joint 
le Louvpe au palais des Toileries a été con . 

Digitized by VjOOQIC 



PBAIfCB. — FABI8. 



15 



MesoQS Napoléon ; elle a 520 mètres de 
ipKv ei 15 de largeur. Le mosée Stan- 
Il est dû i kl muniliceace da feu roi 
^MB-Pbilippe. 

iPaukoii LcxEXBOURfi.— L*édi6ceqni 

m aQjourdlni fut coastruit eu 1612 

ribrie de Mèdicis. veuve de Henri IV ; 

^ pnocipale de ce beau palais est gi- 

k ne Yaugirard, eo face la rue de Tour- 

l-H est coQstniit sur le modèle du pa- 

iPilti à FWeoce ; oo y distingue trois 

■■■Moesiruoe toscaoe, au rez-de- 

■■•« ; raolre dorique, au premier éla- 

^^^Htroisième ionique, au second étage. 

ét^ extrémilé de la (açade se trou- 

llwii pavillons au milieu desquels s'é- 

P«B ddiDe d'un bel effet. La façade qui 

le jardin a été ajoutée depuis peu 

^ .cl o'a rien changé à l'harmonie 

IR|M dans ce majestueux palais. C'est 

^ cepabbdesMédicisque s installèrent 

[^ les membres du gouvomement 



^L4a HATiœuL, situé rue Saint-Ho- 
J — Ce palais fut construit par te 
■ttldeRicWiea, en 4529, sur lesdes- 
• • iacq\Ms Leaiercier» et achevé an 
jy.Upril aiânle nom de Palais-Car- 
■. Bicèelievea mourant, en 6t don ^ 
i»IIIIeo 16a. Après la mort de ce 
jjji Aoae d'Autriche, reine de Prance 
W^ da ropame , quitta le Louvre 
wnr babitar le Palais-Cardinal avec 
nx fils. Um XIV et le duc d'An* 
» «lors il ftii nommé Palais-Royal. A 
rt de Louis XIV, ce palais passa à la 
(d'Orléans. Depuis 1814, ce monn- 
Hé<é considérablement embelli. Les 
■* qui entourent le jardin forment un 
eotjtf d'ooe éteodue de plus d'un 



Bourbon. —C'est un vaste bô 

h rue du Faubourg Saint-Hoooré et 
IWiiaest contigu aux Cbamps>Ély 

CoDoie monument, il est fort ordi- 
!« Bais il est digne de quelque inté- 
V report k la qualité des personnes 

■tiuceeasivement possédé ou habité . 

jnfin est merveilleusement disposé. 
'~ I été assigné pour résidence au 
^^de la République, Louifr-Napo* 
••wapaHe, 



Palai» db JusncB, mtué me de la Ba- 
rillerie. — Ce palais est un des plus an- 
ciens édifices de Paris , puisqu'on ignore 
absolument l'époque de sa fondation. Oo 
sait seulement qu'il fut rebâti par le roi 
Robert vers l'an 1000, augmenté par ses 
successeurs, notamment par saint Louis, 
et reconstruit presqu'enlièrement par Phi- 
lippe-Ie-Bei en 1 385 ; le bfttiraent neuf a 
été construit sous le règne de Louis XVI, 
en 1787, d'après les dessins de Demaisons. 
Ce palais était autrefoisla demeure des rois; 
aujourd'hui il est consacré aux séances des 
diverses cours de justice La grille du Palais 
de Justice a 40 mètres d'étendue. 

Palais de la Bourse , situé place de 
ce nom, au bout de la rue Vi vienne. — 
Ce monument est de la plus rare beauté. 
Sa forme est carrée et ornée de colonnes 
d'ordre ionique : il est de M. Brongniart. 

Palais de l'Institut, situé en face du 
pont des Arts. — Ce monument fin fondé 
par le cardinal Masarin en 1661 ; sa façade 
forme un demi-cercle, au milieu duquel est 
le portail de la ci-devant église qui foit 
avant-corps. Cet édifice sert aux séances 
des diverses académies, et il renferme la 
bibliothèque Mazarine. 

Palais des Beaux-Arts , aux Petits- 
Augustins, rue des Petits- Augustins. — 
Cet édifice a une cour obloogue ou centre 
de laquelle se trouve unefiaçade du chftteau 
de Gaillon, bâti par le cardinal d'Amboise. 
L'escalier principal est incrusté de marbre 
et orné très richement. Dans l'ancienne cha- 
pelle ou couvent, devenue une des princi- 
pales salles de cet établissement, on voit 
une belle copie du Jugement dernier de 
Michel-.\nge, peinte à Rome par M. Siga- 
lon. Les cabinet et galerie d'architecture, 
qui étaient anciennement au palais de l'Ins- 
titut, sont maintenant placés ici . Ce cabinet 
date de l'année 1 800 « contient des mo- 
dèles de tous les plus fameux monuments 
de l'antiquité romaine, grecque, égyptien- 
ne, indienne, etc. Pour voir l'intérieur, 
écrire à M. le directeur des bâtiments et 
travaux publics ,^ rue de Grenelle-Saini- 
Germain, 122. 

Palais db la Lécion-d' Honneur, sitné 
rue de Lille, ci-devant l'hôtel de Salm, bâti 
sur les dessins derarchitecte^Rottsseau. Le 

Digitized by VjOOQIC 



u 



FfiANCE. — PARIS. 



porte d*entrée de ce palais présente un arc 
de triomphe décoré de colonnes ioniques, 
avec péristyle du même ordre sur les côtés, 
conduisante deux pavillons en avant-corps 
sur la rue, et dont Tattique est décoré de 
deux grands bas-relie& exécutés par Ro- 
land, 

Palais Bourbon ou Chambre des Re- 
présentants —Cet immense palais est si 
tué rue de l'Université. 11 fut commencé en 
1722, et construit pour M>ne deCondé, 
fllle naturelle de Louis XIV. Du côté de 
la place de la Concorde, il présente une 
vaste colonnade surmontée d'un fronton 
orné d'un riche bas-relief, par Corlol, re- 
présentant la France entourée de la Li- 
berté et de l'Ordre public , avec d'autres 
figures allégoriques. Au bas de l'escalier 
qui conduit à la colonnade, se trouvent les 
sUtues assises de la Justice, de la Pruden- 
ce, de Sully, deColbert, de THôpiUletde 
d'Aguesseau. 

L'entrée principale de ce palais se trou- 
ve rue de Bourgogne , formant une place 
semi-circulaire. Une grande porte ayant à 
droite et à gauche une colonnade d'ordre 
corinthien conduit k une belle cour, ou se 
trouvent les statues de la Sagesse et de la 
Force. 

L'ancienne et élégante salle des séances . 
devenue trop étroite en 1848 pour rece- 
voir d'abord les 900 membres de l'Assem- 
blée constituante, puis les 750 de TAssem- 
blée législative , a été remplacée par une 
salle provisoire, construite en planches, 
fort laide à l'extérieur et dont l'intérieur n'a 
d autre mérite que ses grandes dimensions 

Bâtiment du quai d'OrSat. — Cet 
énorme éditice, quant è la maçonnerie, est 
du style dit de la renaissance; il offre des 
beautés du côté du midi et des imperfections 
choquantes du côté de la rivière. Il a été 
commencé sous l'Empire, et était destiné au 
ministère des affaires étrangères. Terminé 
par Louis Philippe il est affecté au service de 
la oour des comptes et aux séances du Con- 
seil d'État. C'est un édifice curieux à visiter. 

ARCS DE TRIOMPHE. — Quatre arcs 
de triomphe', dont un hors Paris, sont les 
témoins de notre gloire nationale. 

L'arc de triomphe du Carrousel, éle- 
vé à la gloire de l'armée française, cour des 



Tuileries et place du Carrousel; coDstmîft 
en 1806 sur les dessins et sous la con- 
duite de MM. Fontaine et Percier. 

Arc de triomphe de la porte Saint-^ 
Denis, érigé par la ville de Paris à la glotr» 
de Louis XIV , après les campagnes de 
Flandre, entre la rue Saint-Denis cl le feu- 
bourg de ce nom , construit en 1 672 sar 
les dessins et sous la conduite de François 
Blondel : 2i mètres 60 c. sur une base de 
24 mètres; la hauteur , depuis le sol jus- 
qu*à la clef de ceinture, U mètres 50 c. 
Les deux foces de cet arc présentent deux. 
obélisques décorés de trophées d'armes an* 
tiques. Au pied de chacune d'elles est une 
fîgure colossale assise : l'une représente la 
Hollande, sous la figure d'une femme, eC 
l'autre le Rhin, figuré par un homme. Le 
bas-relief qui est au-dessus de l'arcade re- 
présente Louis XIV è cheval foisant exé- 
cuter le passage du Rhin. 

Arc de triomphe de la porte Saint- 
Martin, élevé par la ville de Paris poor 
consacrer la mémoire des triomphes de 
Louis XIV; il est élevé sur le boulevard, 
entre la rue Saint Martin et le faubourg de 
ce nom. Construit en 1674 sur les dessins 
et sous la conduite de Pierre BuUet : 1 8 
mètres de hauteur et de largeur. Il est per- 
cé de trois arcades; celle du milieu a 5 m. 
^0 c. de largeur et 8 m. 65 de hauteur. 
Tons les pieds-droits et les bandeaux de 
l'arcade ont la même laigeur, et sont tra- 
vaillés en bossages verroiculés. Sur Tatti- 
que est la dédicace du monument. Des 
deux côtés du grand arc sont deux bas- 
reliefo : Vnn représente le traité de la triple 
alliance' et l'autre la prise de Limbouig et 
la débite des Allemands. 

Arc de triomphe de l'Étoile, élevé 
en l'honneur de celui qui siégeait alors sar 
le trône impérial, à l'extrémité occidentale 
de Paris, en tête de Tavenue de Neuilly. 
Commencé le 15 août 1806 sur les des- 
sins et sous la conduite de M. Chalgrin : a 
U mètres de hauteur; sa largeur est de 44 
m. 30 c. et son épaisseur de 15 m. L*ar- 
cade du centre, placée sur Taxe de la route 
de Neuilly, a 55 m. de hauteur ; sa lar- 
geur est de 15 m. Les arcades latérales, 
qui s'ouvrent sur Taxe du boulevard dv 
Roule et celui de Passy , ont 8 m. 65 e. 



dbyGoogk 



VBAI^CE — PARIS. 



17 



ée bf^nv, el Inor haateur est de 16 m. 
C5 e^ Les prîndpiax bas-reliefe qui ornent 
crt ut repriécnteot : côté de Paris, beUilie 
4*Ab(Mkk, pv M. Leseurre; funéniilesde 
HatttD, parV. Leaiaire. Gdtéde Neoilly, 
pn» d'Aleiandrie , par M. Chaponnière ; 
passage daponld'Arcole, par M. Feucher. 
Cfilé da E^ass; , balaiUe de Jeramapes, par 
V. Marocheui. Côté du Nord, bataille 
fAiBtcriitz, par Gelher. Ce monument qui 
fmA passer poor Tan des plus beaux de la 
capiftîie. a éié aeheiré en 1836 par M. 
WsMi, arrjyiecte. 

Barrières. — Paris reuîenaé 59 
temères. qui sont placées à l'extrémité des 
fc Aa wiJ pour la perception de l'iictroi. 
Les pt» reiBarqoatrfes sont : 

iUttfluts DE L*ÉTOiLE, au bout de la 
ipravla aTeaue des Champs-Elysées. — 
Deux hiiJmenCs dont le p<Hirtour est orné 
4'me oenilche et de quatre Trônions. Un 
cwoaaeaient circulaire termine ces deux 
«ifiGes. 

Rahhèbe du Trône, a Textrémité du 
ftabaun; Saint-Antoine. La plus belle de 
Paris. Elle est composée d*un bfttiment 
dool rentrée est no arc soutenu par des 
yfiaaties; les ftçades sont terminées par 
une eomicfae avec consoles , quatre fron- 
tant el ooarouDanent cireulaire. Sur les 
doix paTÏIloas du centre s*élèvent deux 
Wks colonnes cannelées , lesquelles sont 
cooimmées des statues de saint Louis et 
de Philippe-Auguste. 

BARRièRe DE Passy» k l'extrémité du 
qan de Billy et des Champs-Elysées. Un 
tittaeot à douze colonnes , deux srcs 
quatre frontons et deux statues : la pre- 
■iêre représente hBreiagne, et la seconde 
la Normandie» 

04pRiÊREDeST-DeNis, à l'extrémité de 
h me'et du faubourg qui portent ce nom 
L>B senl bâtiment à quatre façades, décoré 
d'aa attiqae et d*un couronnement. 

Barrière de Saimt-Martin, à l'extré- 
mité de la nie et du tbubourg qui porte ce 
ooa. Jolie rotonde composée de quatre pé- 
ristyles en saillie, oniés de huit pilastres 
isoles d'ordre toscan Elle est couronnée 
oar one galerie circulaire, avec quatre eo- 
iannes accouplées soutenant vingt arcades 

Les autres barrières, bien que d'un or- 



dre moins élevé , D*en sont pas moins ev- 
rieuses, tant par la variétèdu style que par 
leur élégance. 

FONTAINES MONUMENTALES. — 
Parmi les nombreuses (botaines de Paris , 
on doit distinguer les suivantes : 

Fontaine des Innocents, élevée au 
centre de laplacedn Marché de même nom; 
elle fut construite en 1 550 par Pierre I^es- 
cot et Jean Goujon. 

Fontaine de Grenelle, me de ce nom , 
n» 57, construite en 1759. 

Fontaine du Chatelbt , place de ce 
nom, élevée en 1807. C'est une jolie co- 
lonne de 17 mètres de hauteur, ornée d'al- 
légories. 

Fontaine de la place Dauphire , 
place de ce nom, élevée li la mémoire du 
général Desaix , tué à la bataille de Ma- 
rengo, construite en 180S sur les dessina 
de Percier. 

Le Château- d'Eau, boulevard du Tem- 
ple, construit en 1811 sur les dessins de 
M. Girard. C**tte superbe fontaine est re^ 
marquable par le volume de ses eaux. 

Fontaine de la place Louvois. — 
C'est assurément l'un des plus gracieux 
monuments de la capitale. Les quatre sta^ 
tues, qui représentent la Seine , la Saône, 
la Loire et la Garonne, sont dues au talent 
de M. Klagmann, qui leur a fiait des corps 
d'une souplesse ondoyante. 

Fontaine Molière, monument remar- 
quable élevé en 1845 à la mémoire de ce 
génie de tous les siècles; elle est située à 
l'angle formé par les rues Richelieu et Tra- 
versière (celte dernière maintenant rue de 
la Fontaine-Molière). Au-dessus d'une base 
semi-circulaire d'où l'eau sort par quatre 
conduits, s'élève gracieusement un porti- 
que è colonnes, au centre duquel le poète 
immortel est assis sur un fauteuil dans une 
altitude méditative et pleine de dignité. 
Divers attributs allégoriques ornent ce mo- 
nument. 

Fontaine dr la place de la Concor- 
de. Ces deux magnifiques fontaines doivent 
être admirées, tant par rélégauce des dé- 
tails el l'effet magique de l'ensemble que 
par le volume d'eau qu'elles lancent. 
, La fontaine du Rond-Point (Champs- 
Elysées) offre une belle gerb^ s'élancant du 

Digitized by VjOOQIC 



18 



FRANCE. 



centre d'un bassin circalaire, et retombant 
en piuie Gne d*ua bel effet, sartout quand 
le soleil darde ses rayons sur les molécules 
d'eau. 

. Les fontaines des Carrés (Champs- 
Elysées) sont tout à la fois nobles et gra- 
cieuses. 

Celle du Marché aux fleurs, bien que 
sur une petite échelle, ne manque ni d é- 
légance ni de gentillesse. 

La fontaine de l'Archevêché pré- 
sente un petit portique en ogive formé de 
trois piliers très déliés qui reposent sur un 
soubassement de 5 ou 6 mètres d'élévation 
et entouré d'un bassin circulaire. L'ar- 
chitecture de celte fonlaine , du genre dit 
gothique, s'harmonisant parfaitement avec 
celui de Notre-Dame. 

Fontaine de Saint- Sulpicb, située 
sur la place et devant le portail de Téglise 
de ce nom ; c'est une des plus remarqua 
blés de Paris. 

Le puits artésien de Grenelle, si^ 
tué dans l'abattoir de ce nom. C'est le l«r 
janvier i 834 que le forage commença sous 
la direction de M. Mulot fils. En décem- 
bre 1836, la sonde avait déjà pénétré à 
383 mètres Au mois de juin 1840, elle 
était dans le voisinage de Teau qui ne tarda 
pas à jaillir. Le volume d'eau qui s'échap- 
pe de ce puits ressemble h un torrent ; il 
donne k peu près 3 mètres cubes par mi- 
nute, 180 mètres par heure, 4,520 mètres 
par jour; volume assez considérable pour 
satisfaire aux besoins de presque toute U 
population. La température moyenne de 
l'eau est de 28o centigradas. La profon 
dcur de ce puits est de Hl mètres; il est 
tube en tôle galvanisée, très forte, jusqu'à 
539 mètres; ainsi la sonde avec laquelle 
on a creusé ce puits avait près de 5 fois et 
demie la hauteur du dôme des Invalides, 
quiestdelOt mètres. 

HALLES DE PARIS. — Paris renfer- 
me plusieurs halles, dans lesquelles on 
vend des objets destinés à nos besoins 
joarnalicrs. Ces halles sont : 

La halle au dlé et aux farines, rue 
de Viarmes, reconstruite en 1 806 sur les 
dessins de Philibert Delorrae, Legrand et 
Molinos, de forme circulaire; sa feçade est 
percée par 25 arcades , et soutenue ia- 



PARIS. 

térieurement par 45 colonnes toscane 

La halle aux fruits, dont la prînc 
pale entrée est au bout de la rue de la F*r 
magerie. 

La halle a la marée, au bout de la n 
de la Cossonnerie (1). 

La halle aux draps, entre le marcl 
dra Innocents et la rue de la Toonellerii 
Ces deux halles sont construites sur h 
dessins de MM. Molinos et Legrand. 

La halle au vin, quai Saint-Beman 
commencée en 1807 sur les dessins et soi 
la conduite de M. Gochor, architecte, des 
tinéé*à recevoir le vin en entrepôt : vaste 
et belles constructions. 

ABATTOIRS. L'abattoir du Rotnj 
dans la plaine de Monceaux, au bout de 1 
rue Miroménil. Cet édifice se compose d 
14 bâtiments et de plusieurs cours Ibi 
spacieuses. 

Abattoir de Grenelle, entre l'a^e 
nue de Saxe et Tavenue de Breteuil. 11 ei 
composé, comme le précédent, de pto- 
sieurs cours et bâtiments. Le puits arté- 
sien, creusé par M. Mulot fils, se voit daa 
une des cours de cet abattoir. 

Abattoir de Villejuif, près la bar 
rière de Fontainebleau, et en tout sembla^ 
bie aux précédents. 

Abattoir de Ménilmontant entre les 
rues Saint- Ambroise et des Anotadiers 
contient 64 abattoirs et 18 fonderie s : faci 
215 mfttres, profondeur 190 mètres. 

Abattoir de Montmartre , entre les 
rues Hochechouart et la Tour-d'Auvergne, 
550 mètres de longueur, 127 de largeur] 
4 bergeries, 4 beuveries, et autres corps de 
bâtiments. 

PLACES. — On compte aujourd'hui 
dans Paris 90 places, dont les plus remar- 
quables .sont : 

La place de ia Concorde, ou f^lacc 
Louis XV. Elle fut commencée en 1 763, 
sur les dessins de Gabriel. Sa figure est 
celle d'un octogone irrégulier, mais dont 
les cOtés opposés et parallèles sont égaux. 

(I) Depuis 1848 oo a démoli Te pAtë de 
maisons qui obstruait la façade mëridtonAia 
de TEffllse S^-Eustache. Ces dëmoUtloos se 
rattachent au projet de reconstructloD <l*uiie 
haUe centrale dans des proporttioos irran 
dlo«». n } 

Digitized by VjOOQIC 



FRANCE. — PABIS. 



1» 



Cdie pbee serait infiniment moins gran- 
^Saat à die était isolée ; tout Hntérèt 
fi*eiie bit naître lui lient des monumeots 
§é fenifonneat. Au nord , le Garde- 
Voibie; an midi, le portique du palais de 
hclaoèfe des représentaols, le pool de la 
Caaeanfe; au levant les terrasses du jardiu 
daiToieriies ; ^ au coochanl, la pittoresque 
et Taste aireone des Champs-Elysées que 
IswBe magaifignemeot l'arc de triomphe 
àt IXteUe. Vuijft colonnes rostrales, riche 
mai «nées , sopportant des lanternes et 
mnatàies par des globes dorés, entou- 
«■i h place. Le long des bords des trot- 
tfts â y a fmrante candélabres en fer; la 
maàé ont des robinets à leur base pour 
Imc mir Tcan nécessaire à Tarrosage de 
b ^ace. Les huit pavillons ont été corn 
pieleaêal restaorés, et sont surmontés par 
des stages assises représentant les villes 
pRBkapaJ^ de France : Lilleet Strasbourg; 
fK Pn<5er; Bordeaux et Nantes, par 
Caftnei; Marseille et Brest, par Cortot; 
lUocD et Lyon , par Petitot. Au milieu de 
b place est Vobéiisque de Luxor^ mono- 
Btbe en graiût , haut de 24 mètres , assis 
me on pédestal en pierre de Laber, en 
BrâagBe, composé de 4 blocs de granit de 
i m. sur 2 m. 66 c. Ce monument véné- 
laUe, ^ni précède Fère chrétienne , est 
de deux magnifiques fontaines, 
avons déjà parlé. 

La place que nous venons de décrire 
jnira dans nos annales d*une triste celé- 
hnié. C'est là que , pendant quinze mois 
<|Kdiira le régime de la Terreur, on vit 
b gsibline eo permanence. C'est sur cette 
piace qae le roi Louis XVI, la reine Marie- 
AAloiaetLe et madame Elisabeth perdirent 
b vie sur Técba&ud , sans compter un 
grand nombre de personnes distinguées 
par leurs talents et leurs vertus. — C'est 
eBcsre sur cette place que le roi Louis- 
Pbi&ppe 6ilUt périr en février 1848, vic- 
time de b ûireur révolutionnaire. 

PiAcs Di> Carrousel, située devant le 
pabis des Toileries. Cette place était au- 
ticfeis le jardin di>s Toileries : Lonio XIV 
b fit détruire et eo fit une place . sur la- 
qaftte il donna , les 5 et 6 Jnin 1663 , le 
speetaeb d'un carrousel. 

Puce Vcsdôme, située entre la rue 



Saint- Honoré et celle de la Paix. Cette 
place, qui a une forme octogone , fut com- 
mencée en 1687, sur les dessins de Jules- 
Hardouin Mansard. Les façades des bâti- 
ments qui Tenvironnent sont décorées d'un 
grand ordre corinthien en pilastres qui 
comprend deux étages. Au centre de cette 
place , et au même endroit où est la co- 
lonne , était b statue équestre de Louis 
XIV , qui fut détruite après la journée du 
10 août 1792. Bonaparte a feit élever cette 
superbe colonne en bronze k la gloire de 
l'armée française. Le %8 juillet 1853 a vu 
replacer au faîte de la colonne la statue 
en bronze de Napoléon, j)uvrage de M. 
Seurre. 

Place Dbsaix , ou Dauphine , en face 
du pont Neuf. Celte place, qui a une forme 
triangulaire, a été bâtie sous Henri IV. Au 
milieu de cette place est un monument orné 
d une fontaine, érigé k la gloire du général 
Desaix, tué sur le champ de bataille à l'af- 
faire de Marengo. (Voyez Fontaines.) 

Place des Victoires, située rues 
Croix-des-Pelits Champs et des Fossés- 
.Montmartre. Cette place, construite par 
Hardouin Mansard, en 1686, est belle; 
elle est ornée de la statue équestre de 
Louis XIV. 

Place des Vosges (Place royale), si- 
tuée entre la rue Saint-Antoine et le quar- 
tier du Marais. Cette place, qui est régu- 
lièrement carrée , fut commencée sous le 
règne d'Henri IV. Elle est fermée d'une 
grille en fer et plantée de deux rangées 
d'arbres. Au milieu de cette place est la 
statue équestre de Louis XIII, en bronze , 
posée sur un piédestal en marbre blanc. 

Place de l'Archevêché, située à l'ex- 
trémité E. de l'église Notre-Dame. Elle est 
construite sur l'emplacement de l'ancien 
palais archiépiscopal, plantée de jeunes 
arbres, entourée d une belle grille en fer , 
el ornée d'une jolie fontaine de style go- 
thique. 

Place de la Madeleoe, sur le boule- 
vard du môme nom, en face de la rue Na- 
tionale. Elle présente un carré long, au 
centre duquel s'élève la splcndide basi- 
lique déjà décrite. Cette place est entourée 
de constructions élégantes et plantée d'ar- 
bres. Il s'y tient un marché aux fieurs. 

Digitized by VjOOQIC 



ÎO 



FRANCE. — PAniS. 



Place Saint-Sulpice. Elle est bornée 
à Test par le noble portique de l'église 
Saint-Sulpice, entourée d'une double cein 
ture d'arbres , au centre de laquelle s'é- 
lève une fontaine imposante. 

HOTELS. — Les hôtels dont nous al- 
lons donner la description sont ceux qui 
appartiennent au gouvernement. 

Hôtel DE Ville, place de Grève, com- 
mencé sur les dessins de Dominique Cor- 
tone, architecte italien , sous Franç4)is l«', 
achevé en 1 605. L'horloge , décorée d'un 
cadran d'émail et considérée comme un 
chef-d'œuvre, est de Lepautre. Au fond 
de la cour est une statue pédestre en bronze 
de Louis XIV, vêtue à l'antique , de Goy- 
sevox. On voit dans une de ses salles deux 
jolies statues en bronze, représentant 
Henri IV à pied et à cheval. 

Avec ses nouveaux agrandissements, 
dus k Louis-Philippe, Thôtelde ville peut 
passer pour un des plus beaux monuments 
dans c^ genre, non-seulement dans Paris, 
mais encore de l'Europe. 

Hôtel des Monnaies , quai de ce nom, 
construit en 1771 , Sa façade a 120 mètres 
de largeur sur 26 de hauteur. Les six sU- 
lucs qu'on aperçoit à l'extérieur représen- 
tent la Paix . le Commerce , la Prudence , 
la Loi, la Force et l'Abondance. 

Hôtel des Invalides, asile destiné aux 
militaires mutilés par la guerre. Ce ma- 
gniiique monument , qui a été commencé 
le 30 novembre 1 670 par ordre de Louis 
XIV, a été construit sur les dessins de Li- 
béral Bruant, architecte. Une vaste espla- 
nade plantée d'arbres , une superbe grille, 
une cour entourée de fossés, et dans la- 
quelle sont placées des pièces de canon, 
donnent à cette façade un caract^e mâle. 
De cette cour on entre dans l'église , dé- 
corée d'ordre corinthien et qui a la forme 
d'une croix grecque. Le dôme forme une 
nouvelle église au centre de laquelle s'é- 
lève le tombeau de Napoléon. Cette cou-, 
pôle est un chef-d'œuvre d'élégance et de 
grandeur. 

Hôtel de l'Ecole Militaire, situé 
au-dessus des Invalides, érigé en 1 751 par 
ordre de Louis XV , pour l'instruction de 
500 enfants destinés à la carrière militaire ; 
elle sert maintenant de caserne. Au-devant 



se trouve le Chàmp-de-Man , remarqua- 
ble par sa prodigieuse étendue , et qui sert 
aux manœuvres et aux revues militaires. 

PONTS. — Paris renferme 21 p.mts ; 
dans ce nombre on remarque : 

Le Pont des Arts , communiquant du 
Louvre li l'Institut. Ce pont . qui fut ter- 
miné en 1804, sous la direction de M. Du- 
montier , ingénieur en chef, a des arches 
en fer posées sur des piles en pierre. 11 
ne sert qu'aux gens de pied. 

Pont desToileries ou Pont-Nationai, 
faisant face à la rue ou Bac, bâti sons 
Louis XIV, est d'une grande beauté ; sur 
l'une des piles, du côté des Tuileries, on a 
tracé une échelle, divisée en mètres et en 
centimètres, qui marque les hauteurs suc- 
cessives de la rivière. 

Pont de la Concorde , ou Louis XV 
(Pont de h Révolution) , situé en fiice du 
Palais Bourbon. Ce pont a été commencé 
en 1787 et fini en 1791, d'après les des- 
sins du célèbre Perronnet. Ce pont a cinq 
arches, d'une construction élégante. 

Pont des Invaudes. Il fut commencé 
en 1829. Ce pont, qui est d'une rare 
beauté, estsuspendu par de grosses chaînes 
de fer, supportées par une porte en arcade. 
On paye 5 centimes. 

Pont d'Ièna , ou du Champ-de-Mars, 
situé en face du Champ-de-Mars. Ce pont, 
qui fut commencé en 1806, sur les dessins 
de M. Dillon , ingénieur, est un des plus 
gracieux de Paris; il est en pierre. 

Pont Neuf , un des plus fréquentés de 
Paris , est situé au bout de la me Dau- 
phine. Il fut commencé sous Henri III, eu 
1578, et terminé sous Henri IV en 1604. 
Ce pont est formé de douze arches ; sa 
longueur de 288 m. ; sa largeur de 18 m. 
La statue équestre d'Henri IV se trouve 
sur le terre- plain. 

Pont au Change , aboutissant place da 
Châtclet, a été commencé en 1641 et ter- 
miné en 1647. 

Pont Notre-Dame. Fut terminé en 
1512. Le curieux doit visiter la machine 
hydraulique. 

Pont Marie , situé quai des Ormes , à 

rtic Saint-Louis. Il fut construit en 1635. 

Pont S^MICHEL, situé à l'extrémité de la 

rue de la Barillerie^Ilfutlmniné eu 1618. 

Digitized by VjOOQ IC 



FBANCE. — PABIS. 



2f 



Pcrn-PoRT, siloé è côté de l'Hôtel 
Dîeo; il D*a rien de retnarqoable. 

Po!rr DE L'ARCHETÊciié, cDoduisant do 
<{iai des M iramionDes à la pointe do jardÏA 
de rarefaerêché, dans la Cité CepoDt est 
en pierre , avee des rampes eo fer. — On 
ptT« 5 centimes. 

Pùsn d'Arcole, pont suspendu , abou 
lîisant à b place de rHôtel-de-ViUe. 

Po!rr M] Carrogscl , livré au public 
CD 1836, est d^nne rareélégance, supporté 
sor des arceaux de fer creux. Quatre sta- 
taes, d'on beau stjle . ornent les deux ex- 



PœiT DE LA TouiUfELLE. Ce pont, qui 
foi construit en 1656, est composé de six 
ifdies assez éléfantes. On vient de l'élargir 
en reielant au-^ebors « sous forme de bal< 
coBS, les deux trottoirs soutenus sur des a^ 
cenxdefer. 

Poorr DE LA Crré (ancien Pont-Rouge) 
silaé entre la Cité et PHe Saint-Lou s Ce 
pont &l suspendo , d'une seule arche , et 
d*naeSm»e très.élégaote ; deux jolis por- 
tiques ornant les deux extrémités s'harmo- 
nisent tiès-bieu avec rarchitecture gothi 
fM de Notre-Dame. 

Posrr dAusterutz. Les piles et les 
CQlé« sont en pierre et les arches en fer, 
d'une eanstniciion extrêmement solide. 

PoKT Lolis-Phiuppe (poot de la Re- 
ferai). O pontsospendo,placé àla poiole 
«■est de 111e Saint- Louis, conduit sur le 
^i de la Grève. Il sert aux voitures et aux 
gens de pied, qui peyent une taxe de 
5 centimes. 

QUAIS. — \ja quais qui tiennent cap- 
tives les eaox de la Seine , depuis leur en- 
trée jusqu'à leur sortie sont au nombre de 
ii, dont les plus remarquables sont : le 

r'dela Râpée, àeVHàpitalt Morlandy 
Saint-Bernard^ des Céiestin$, de 
Saint-Paul, de la TourneUe, des Ormes, 
fdktier, de Ylle de la Cité^ de Grève, 
de la Mégiuerie, des Augustins, de VE 
eo/e, Canti, Malaquais, du Louvre^ Vol- 
taire, des Tuikries^ d'Orsay, de la Con 



no 65. — Les ruines que l'on appelle 
Thermes de Julien sont probablement les 
restes du palais que les autorités romaines 
habitaient quand elles résidaient à Paris . 
Ces ruines ne sont remarquables que par 
leur solidité et leur antiquité Elles dé- 
pendent maintenant du Musée Dusomme- 
rard, dont l'entrée est située rue des Ma- 
thurins-Saint-Jacques, avec lequel elles 
commur]i«|ueut. 

THÉÂTRES. — On compte à Paris 28 
théâtres, dont les principaux sont : 

Académie nationale de musique 
(Opéra), rue Lepelletier, (1,938 places). 
(Grands opéras. — Ballets.) Les lundis, 
mercredis et vendredis. 

Théatbb Français , rue Kichelieu , 
(1,522 places). (Tragédies. — Comédies. 
— Dnmes.) 

Théâtre de L'OpéRA-CoMiQUE, salle 
Favart, boulevard des Italiens (Opéras et 
comédies mêlées de chant.) 

Théâtre des Italiens, place Venta- 
dour, ancien théâtre de la Renaissance. 
Représentations du {^octobre an l» avril, 
les mardis, jeudis et samedis. 

Théâtre du Vaudeville, place de la 
Bourse. (Vaudevilles et variétés.^ 

Théâtre de l'Odéon, place de rOdéon 
(1 ,756 places). (Môme genre qu'au Théâ* 
tre-Français). 

Théâtre du Gymnase, boulevard Bonne- 
Nouvelle (1,282 places). (Vaudevilles.) 
Théâtre historique, boulevard du 
Temple (Drames, etc.) 

Variétés, boulevard Montmartre, n» 5 
(1 ,240 places). (Vaudevilles.) 

Gaité, boulevard du Temple, n» 70 
(1,154 places). (Mélodrames. — Vaude- 
villes.) 

Ambigu-Comique, boulevard Saint-^lfar- 
lin (1,800 places). (Mélodrames. — Vau- 
devilles.) 

Théâtre Montansier, Palais-National 
(950 places). (Vaudevilles.) 

PoRTE-St-MARTiN, boulevsrd St-Martin 
(1,805 places). (Drames. ^ Mélodrames. 
— Vaudevilles.) 
Théâtre OE M. CoMTE'Oeunes acteurs), 



férenee et des Invalides De grands tra- 
vaux exécotés sur le qoai de la Grève onl 
en pior but de garantir les maisons voi- passage Choiseul. 
nés des inondations annuelles. 1 Foues-Dramatiques , boulevard du 

TB£RtfESD£JUU£N,ruedeUHarp6,tTemple. (Mélodrames. — Vaudevilles.) 



dbyGoogk 



2t 



FRANCE. -^ PARIS. 



Porte SAmT-ÂNTOiNE. (Drames. — 
Vaudevilles.) 

Cirque national, dirigé par M. Bau- 
cher, rhiver, boulevard du Temple, Télé 
aux Champs-Elysées ; exercices équestres ; 
belle construction. 

Panorama, Champs-Elysées ; spectacle 
Datiooàl. 

Hippodrome, barrière de rEtoilc ; re- 
présentations équestres. 

Navalorama, à rentrée des Champ» 
Elysées, tableaux curieux. 

DiORAMA. Nouveau diorama, situé bou- 
levard Bonne-Nouvelle 

CIMETIÈRES DE PARIS. — Trois cime- 
tières situés près des barrières reçoivent les 
restes mortels du riche comme du pauvre. 

Cimetière de Montmartre, au nord 
de Paris. Ce cimetière ressemble à une pe- 
tite vallée ombragée de quelques saubs 
pleureurs, acacias et cyprès. — Tombeaux 
de Lcgouvé, de S^Lambert, etc. 

Cimetière du Mont-Parnasse , au-delà 
des boulevards extérieurs entre la barrière 
d*Eofer et celle du I\:ont-Paroassc. Il est 
divisé par des allées plantées d'arbres, et 
eatouré d'un beau mur de clôture. 

Cimetière du Père-la-Chaise, sur le 
boulevard extérieur de la barrière d'Aulnay, 
à l'extrémité de la rue de la Roquett<f. Ce 
cimetière est un clos d'environ 20 hectares. 
Tombeaux élevés par la vanité bien plus 
encore que par la douleur. Parmi tant de 
morts illustres qu'il renferme, on distingue 
Héloïse et Âbeilard, Molière et la Fontaine 
Delille, Chénier, Fourcroy, HaUy, Chaus- 
sier, Girodet, Parmentier; les maréchaux 
Masséna, Lefèvre, Kellermann, Davoust; 
Casimir Périer, J. Laffitte, le peintre Gé- 
ricault, etc. Les divers cimetières dont 
nous venons de parler sont ouverts tous 
les jours depuis le matin jusqu'au soir. 

CATACOMBES. — On a appelé de ce 
nom l'immense étendue de carrières creu- 
sées au-dessous de la plaine de Montrouge 
et des quartiers de la rive gauche de la 
Seine, depuis qu'elles reçoivent les osse- 
ments recueillis dans les anciens cimetières 
On calcule que trente ou quarante généra- 
rioDsy sont,entassées dans un ordre parfait. 

MARCHÉS. — Paris renferme un assez 



quable sont : Le Marché SAiNx-GEnvA 
destmé à la vente des comestibles en c 
tail, situé sur l'emplacement derancien 
foire Saint-Germain. Il a été construit 
1811 par Blondel, architecte. — D 
Carmes , rue de la Montagne-Ste-Gez 
viève, qui est semblable au précédent. - 
Du Temple, rtie des enclos du TempI 
consacré à la vente du vieux linge, et co 
struit eo 1809. — Saint-Martin, rue t 
la Croix, construit en 1817 par M. Pelî 
Radel ; il contient quatre cents places. - 
Des Blancs-Manteaux, comme les pH 
cédents, destiné h la vente des comestible: 
on admire la hnrdiesse de la charpente qi 
supporte le toit. Ce marché est situé n 
Vieille-du-TompIe. en fiice la rue de so 
nom. —Aux Fleurs, quai du mêmenom .€ 
marché est planté d'arbres qui forment a 
abri agréable et une jolie promenade ; oro 
de deux jolies et élégantes fontaines. — 
A LA Volaille, quai des Augustins, prè 
du Ponl-?>euf. — Aux Chevaux, près l 
boulevard de l'HOpilal. C'est une espèo 
d'avenue plantée d'arbres des deux côtés 
— Des Innocents, situé entre la n» 
Saint-Denis et la halle aux draps. Ce m«i 
ché est aussi appelé la Halle, c'est le poio 
central de tous les comestibles qui amven 
à Paris. Il faut voir ce marché de granc 
matin dans l'été pour jouir du coup d*ceî 
frais et animé qu'il présente. 

JARDINS PUBLICS. — Nous ne par 
lerons ici que des jardins dépendant det 
palais nationaux ou du gouvernement. 

Le jardin des Plantes, rue du menu 
nom et sur les bords de la Seine. Cet éta- 
blissement, le plus beau de l'Europe en ci 
genre, est dû k Guy de la Brosse, médecin 
de Louis XIII, qui le fit commencer en 
1626, pour y cultiver les plantes étran- 
gères. Ce jardin, qui s'est beancoup accru 
par les travaux de Buffon, offre aujour- 
d'hui une promenade des plus vastes, des 
plus variées, des plus agréables et des plw 
salubres de Paris. Outre les plantes, oo 
trouve encore dans cet établissement : 1o 
un cabinet d'histoire naturelle, ouvert au 
public et aux étrangers les manli et ven- 
dredi de chaque semaine ; 2o une mena • 
gerie d'animaux vivants, visibles depuis 



^nnà nombre de marchés ; les plus remar-l once heuresjusqu'à deux en hiver, jusqu'à 

Digitized by VjOOQIC 



FBANCE. 

ta été ; Z^m laboratoire de chimie ; 

k nn amphithéâtre pour les cours et 

^n^el de préparation pour ranatomie 

oatarelie. Oo y voit un cèdre du 

. apporté el planté par Toumefort. 
[14 ujuin DU Luxembourg, attenant au 

de ce nom, rue de Vaugirard. Ce 

qai fome Tune des plus belles pro- 

3 de Paris, est embelli par un très- 

Dombre de fliatoes. 
Lt iAADN DES Tuileries, aa palais 
« nom. — Ce jardin, qui a été dessiné 
leeéfebreLeNostre, eslregardé comme 
iia pios beaux et des plus réguliers 



PABIS* 



23 



io de la bibliothèque propremeut 
dite; 2o du cabinet des antiques; d» du ca- 
binet des gravures; 4o de la galerie des 
manuscrits. Ouverte tous les jours de 10 
heures à 3, excepté les dimanches et les 
fêtes, et les six semaines de vacances, qui 
commencent le 1» septembre, cette vaste 
coIleclioQ renferme 800.000 volumes , 
100,000 manuscrits et 2,000,000 d*es- 
tampes. 

Bibliothèque de l'Arsenal, à Tarse- 
nal, rue de Sully. Cette bibliothèque con- 
tient 180,000 volumes imprimés et 6,500 
manuscrits. Ouverte au public tous les 



ffistent ea Europe. Il est bordé depoiirs, de 10 houres jusqu'à S, excepté les 



^^Mies terrasses qui se prolongeant 
i^oe dMé, lai senent de limites, et 
aboutir, ainsi que le jardin, par 
|*perbe grille , à la place de la Con- 
■LOjâniio est orné de quatre bassins 
•jd&siote, dont trois sont en foce de 
vaseèi palais; le quatrième estlirex' 
' ' de Tavenoe qui conduit à la place, 
porte l'eau à la hauteur des 
k fflatîonniers Dans le cours de la 
fiison, ce jardin présente un lieu en- 
Outre l'éclat des productions de 
qu'il renferme, et plus de 800 
des plus beaux orangers qu'il y ait 
~ !, les statues et les vases qu'on 
à chaque pas attestent le génie 
Rttuipturê. 
lAMPS-ÉLYSÉES. — Cette prome- 
et une des plus fréquentées de Paris; 
qu'elle occupe était, sous Louis 
couverte de champs et jardins. Ce 
t fat planté sous son règne, et il por- 
labûid le nom de Grand-Cours, puis 
^àtCkamps^Élyséeê. 

¥^ i930, les Champs-Elysées ont 
Mtsidéfablement embellis, ornés de 
en asphalte, de fontaines, de cafés , 
>, théâtres, cirques, etc. Bornés 
> par la place de la Concorde, au 
bot {âr l'Ait de l'Étoile, ils forment la 
spkfidide promenade qu'on puisse 

BUOTHÉQUES PUBLIQUES. - 
SMssède dix-sept bibliothèques publi- 
Iw&t les sept plus considérables sont : 
iKJOTiiÉoinc KATiûNALE, ruc de Ri- 
o«58. Cette bibliothèque esi com- 



dimanches el les fêtes. Ses vacances durent 
du 1«' septembre au 13 novembre. 

BlBUOTHÈQUE DE SaINTE-GeNEVIÈVE, 

place du Panthéon. Splendide édiûce ter» 
miné en 1851. Elle renferme SCK»,000 
volumes impnmés el 50,000 manuscrits. 
Ouverte tous les jours non fériés, de 1 
heures à 2 , et de 6 h. k 10 h. du soir. 
Ses vacances durent du l^r septembre au 
l" novembre. 

Bibliothèque Mazarine, quai Conti, n» 
^5. Elle contient 100,000 volumes im- 
primés et 4,500 manuscrits. L'intérieur 
de cette bibliothèque est décoré de statues 
antiques, de bustes en marbre el de plu- 
sieurs autres curiosités. La bibliothèque 
est ouverte les lundis, mardis, mercredis , 
vendredis et samedis, depuis 10 h. jusqu'à 
3. Fermée pendant septembre et octobre. 

BlBUOTHÈQlE DE LA VlLLE, 55, quaî 

d'Austerlitz. Cette bibliothèque fut fondée 
en 1759; elle est riche en manuscrits sur 
l'histoire de France, et contient 55,000 
voluntes. Ouverte tous les jours , de 10 à 
■i h . excepté les jours fériés. Ses vacances 
durent du 1" septembre au 10 octobre. 

Bibliothèque DU JARDIN des Plantes, 
me de ce nom. Elle est ouverte aux élu- 
diants les lundis, mercredis et samedis, de 
1 1 à 2 h. Le muséum de la Faculté de mé- 
decine est ouvert au public le jeudi de 
chaque semaine, depuis 1 h. jusqu'à 3. 

BlBUOTHÈQUE DE L'ÉcOLE DE M4dB- 

cwe, rue de l'École-de-Médecioe, U, ou- 
verte (es lundis, mercredis et samedis; va- 
cances dn 15 août au 1» novembre. 
ACADÉMIES. —Jnstitta de France ^ 



dbyGoogk 



SI 



FBANCB. — t>AB18. 



quai Coflli , paUis de l'Institut. Chaque 
académie a son régime indépendant : mais 
l'agence, le secrétariat, la bibliothèque et 
les autres collections de l'Institut leur sont 
communs. Les académies réunies tiennent 
une séance publique le 1«r mai. 

Académie française , composée de iO 
membres, dont le traitement annuel est de 
1,200 fr. Séances de l'Âesdémie le jeudi, 
de 2 heures 1/2 à 4 heures 1/2. En outre, 
séance le mardi, depuis novembre ju&qu'à 
la Saint-Louis. Séance publique annuelle, 
9 août. — Chaque année, l'Académie dis- 
tribue un prix de 1 ,500 fr. et les prix de 
<a fondation Montbyon. 

Académie des Sciences, divisée en 4 1 
sections, savoir : géométrie , mécanique, 
minéralogie , botanique , économie rurale 
et«rt vétérinaire , anatomic et zoologie, 
médecine et chirurgie. Séance le hindi, de 
3 à 5 heures. 

Académie des Inscriptions et Belles 
Lettres , quai Conti , composée de 40 
membres. Séance le vendredi , de 3 à 5 
heures. 

Académie des Beaux-Arts, dhrisée en 
5 sections, savoir : peinture, sculpture 
architecture, gravure, composition musi« 
cale. Séance le samedi, de 5 à5h. Séance 
annuelle publique le premier samedi d'oc- 
tobre. — Distribue lesgrands prix de pein- 
ture, sculpture, architure , gravure, com- 
position musicale, et de paysage historique. 
Ceux qui remportent ces grands prix sont 
«envoyés à Rome pendant cinqans, aux frais 
<le rÉlat. 

Académie des sciences morales et 
'POLITIQUES : se compose de 40 membres 

Académie de Médecine, rue de Poi- 
iîers, 8, créée en 1820 par une ordon- 
nance du roi ; composée de 85 membres 
titulaires, 60 correspondants. 

MUSÉES ET CABINETS. — Musée 
ifATiONAL, au palais du Louvre. Les cinq 
premiers jours de la semaine, le lundi ex- 
cepté , sont consacrés à l'étude dans les 
galeries de tableaux et dans celles des sta- 
tues et marbres antiques. Le dimanche , 
le musée est ouvert au public de 10 k 4 
heures. Les jours d'étude, on admet 
les voyageurs sur la préseRlation de leur 
(«aaseport. Ce vaste et magnifique éta 



blissement, un des plus riches du iDoadi, 
renferme la Galerie des mabbres hm 
QUES et le Musée chinois au rei-d^chtai 
sée ; la Collection d'antiquités isfh 
tiennes, le Musée espagnol et le Vtfsà 
NAVAL occupent le premier étage (bj 
ailes qui ferment la cour du Louvre, a 
centre de laquelle s'élevait la statue éqoi( 
Ire en bronze du duc d'Orléans. Lagiiol 
galerie du bord de l'eau contient oneridb 
et immense collection de tableaux de (odi 
les écoles, richesses qu'on chercherait fl 
vain dans les autres musées de l'Europe. 

Musée du Luxembourg, à rex-chiôif 
des pairs, rue de Vaugirard , n« 19. ■^ 
Tableaux de l'école française, peiptres^ 
vants. — Ouvert au public les diiaindil 
et fêtes réservées, de 10 à 4 heures, et ti 
les jours, excepté le lundi , aux artisltfi 
aux voyageurs munis de passeports. 

Musée d'artillerie , place Si-' 
d'Aqum. On y est admis les jeudis el 
médis, de 1 è 3 heures, avec une pe" 
sion du directeur. Les étrangers i 
admis sur la présentation de leurs 
ports. Le mu:>ée renferme une riche 
tion de toutes les inventions mem 
depuis les temps les plus reculés. J 

Musée Dusommerard (hôtel CIqdt,^ 
des Malhurins St-Jacques , et pal» A 
Thermes, rue de la Harpe) , forraé de| 
riche galerie de feu M. DusommerïiM 
nouvelles trouvailles, provenant des m 
faites dans les églises St-Germain 1'.^ 
rois et SUGermain-des-Prés, ainsi ! 
beaucoup d'autres restes précieux, reoÉ 
lis sur 4es divers points de la capilatei 
ront biestôt de cette collection undcBj 
beaux musées archéologiqnes de TEtf 
Ouvert au public les dimanches, de i 
à 4 h., et dans la semaine avec des Ml 

Galerie d'architecture, à l'ée^^ 
Beaux-Arts, rue des Petits-Augorf 
no 16. — Composée de modèles en f) 
et en liège des monuments les plasfiM 
de l'architecture grecque, romainet 
dienne, égyptienne, persienne, mexîd 
etc. — Ouverte au public les pfrt 
lundi et mardi de chaque mois, dei 
4 heures. 

Musée NATIONAL des médailles,- 
Guénégaod , no 8, à l'hôtel des VobM 



dbyGoogk 



FBANGE. — PARIS. 



25 



-Cimset pcioçoDs de médailles, eiie- 
toMfiîppBdepais Fnnçois 1«. On y voit 
w Bédâilles toDs les jours, excepté le 
l*éi mois, et les dimanefaes et fStes. 

McsÉc Dcs lÉDAiLLES de lous les temps, 
IstaBles lays. — Ouwrt en i833. — 
^ y cotre librement les mardis et vendre- 
iii de oidi i 3 h. ; et, avec des billets, 
nlndis et jeudis, aux mêmes heures. 

IhsÉE DES WKES , ï VMe\ des Mon- 
■■i. il estomert tous les jours, depuis 9 
>• jnp'k 2, eicepté les dimancheset fttes. 

mil D*IimOIRB NATURELLE, rUO du 

W>des Plantes. — Les galeries et la 
pfcftèqae soot oorerles au public et aux 
Ihiins les nianiis et les vendredis , de- 

Ê5keareg jusqu'à 6 heures, et aux étu- 
dies IqmIb, jeudis et samedis, de 1 1 
■Sk aws — La galerie d'anatomie n'est 
fiMe qo'aox étuiiantt , ou sur une 
'noa des administrateurs. — La 
de botanique est ouverte le jeudi 
i 4 heuRs, mr biliets. — La biblio- 
est ouverte au public les mardis et 
^ de 3 1 6 b., et aux étudiants . 
.jenfiset samedis, de il à S h. 
I^U rnèBageneest OU verte tous les jours^ 
ifpP» ^1 b. jusqu'à 5 h. du soir pendant 
■"tt,eliusqra6b. en été. 

I UaOlET DE HEEÊRALOGIE , HIC d'Enfer, 

P W, i Vétxk des Mines. — Oiiverte 
fnfis e« jeudis, de midi k 5 h., et tous 
aux étudiants et aux étrangers. 
ET d'a.'vatowe de T.école de mé- 
» à Técole, rue de TÉcole-do-Mé- 
n« 12.— Ouvert au public les lun- 
■Rtredis et vendredis, de 10 è i h. 
ICT DE PHTSiûOE , SU Collège de 
place Caobray, no i , les lundis, 
^ « et vendredis, il 10 heures. 
SttOTET DE PHTSiQCB,k Vécoledemé- 
iirniedel'Eeole-de-Médecine, n«12. 

MttST]« PHT^QUE ET CBIHIB , ï Vé- 

pharmacie, rue de l'Arbalète, no 1 3 

DTACnjRE NATIONALE DE MOSAÏ- 

V quai de Billy, no 24. — Copie des 
et ouvrages dMncrustaUon ; les 
travaux sont exposés au public 
(, de midi à i heures. 

tVATOlllE DES ARTS ET MÉTIERS, 

Ulartifr, DO 208. — Les salles des 
ouvertes les dimanches et jeu- 



dis, de 10 è 4 h. -—Cabinet de physique. 

Manufacture nationale des Gobe- 
lins, rue Mouffetard, no 270. — Ouverte 
aux personnes munies de billets , les mer- 
credis et samedis, de 2 à 4 h. 

La Colonne de la place Vendôme; s'a- 
dresser au gardien. 

La Colonne de juillet, place de la Bas- 
tille ; s'adresser au gardien. 

Hôtel des Invalides.— Tous les jours 
de 10 k 4 heures. 

BicÊTRE. — Pour voir les tous, il faut 
demander une permission k la commission 
administrative des hospices de Paris, par- 
vis Notre-Dame. 

Collections particulières. — Outre 
les riches collections publiques dont nous 
venons de parier , Paris renferme beau- 
coup de galeries et de cabinets particuliers, 
è la t£te desquels il feut placer celui de 
M. Delessert, rue Montmartre, hôtel 
d*Uzès. Presque tous les tableaux qui com- 
posent cette belle collection , sont du pre- 
mier mérite. Le propriétaire en accorde 
l'entrée avec une bienveillance digne d'é- 
loges. L'amour éclairé des arts est hérédi- 
taire dans cette fiimille. L'amateur remar- 
quera surtout dans cette ^lerie plusieurs 
tableaux de David, de Teniers, de Greuze, 
de Claude Lorrain , de Girardoo , deux 
Enfantt prodigues de Taunay , un ArC" 
en-Ciel de C.-J. Vernet, et le sentimental 
tableau de la Veuve du Soldat^ par Schef- 
fer, etc. 

Galerie de M. lemaréchal Soult, me 
de l'Université, 57 , riche en tableaux es- 
pagnols : on y remarque cependant. un Ru- 
bens , un Guide et quelques autres ta- 
bleaux de différentes écoles. Les amateurs 
y sont reçus avec la plus grande politesse. 
Galerie de M. Erard^ rue du Mail, 1 3. 
Elle mérite aussi la visite de l'ami des arts. 

Musée Collas. — Reproduction en 
bronze des chefs-d'œuvre de la statuaire 
ancienne et moderne, 30, boulevard Pois- 
sonnière. (Ateliers, 25 bis, rue Notre- 
Dame-des-Ghamps). Nous n'hésitons pas 
classer le Musée Collas au rang des 
établissements les plus dignes d'intéresser 
les étrangers, parce qu'il offre , au moyen 
d'un ingénieux procédé , la reproduction 
scrupuleusement exacte descheGs-d'œuvre 

Digitized by VjOOQIC 



26 



FRANCE — PARIS. 



(le la statuaire ancienne et moderne quî se 
rencontrent dans les musées de Paris, 
flooie, Florence, Naples, Londres et Ber- 
lin et que, depuis 6 ou 1 ans qu'il existe , 
il voit s'accroître chaque année les éloges 
des artistes et amateurs les plus distingués. 

Le génie de la mécanique et un senti- 
ment élevé de Tart plastique se sont ren- 
contrés au même degré chez M. Collas. 
De longs essais, de minutieux tâtonnements 
l'ont amené à concevoir un procédé méca- 
nique qui lui permet de copier, d'augmen- 
ter ou de réduire dans toutes les dimen> 
sioni, en marbre, en plâtre , en pierre, en 
ivoire, en bronze, en albâtre ou en bois, 
les statues , les groupes , les bustes , les 
bas-relieis, les rondes-bosses, les orne- 
ments, tous les objets enfin, tous les mo- 
tifs qu'il veut reproduire ou qui lui sont 
demandés, et le tout avec la fidélité, l'exac- 
titude, la précision la plus scrupuleuse, la 
plus sévère, la plus mathématique. Presque 
tous ces beaux modèles reçoivent une des- 
tination utile; ainsi les uns s'adressent 
à l'ornement des belles bibliothèques et des 
riches consoles; d'autres, sous forme de 
pendules et de candélabres, à la décoration 
des appartements. Nous avons rencontré 
dans les salons de ce musée une délicieuse 
collection d'ivoires , de bois et de petites 
pierres nommées stéalites , qui prouvent 
à quelles proportions , pour ainsi dire mi- 
croscopiques , peut s'appliquer le procédé 
de M. Collas. Ce sont des camées antiques 
ou des portraits des personnages les plus 
célèbres. 

Il existe encore une foule de collections 
scientifiques, littéraires et artistiques , ap 
partenant à des amateurs , que notre cadre 
ne nous permet pas d'indiquer ici. 

LYCÉES. — Paris renfernie 6 lycées 
destinés à l'instruction des jeunes gens. 

Le Collège de France , place Cam 
bray , n^ 1 , fondé pour l'enseignement de 
toutes les sciences dont on n'est pas in- 
struit dans l'Université. 

La Sorbonne , rue de ce nom , mômes 
études qu'au collège de France. 

Lycée Louis- le-Grand, rue Saint- 
Jacques, no 123. Ce collège fut rebâti en 
1628, parGuillain, architecte : bibliothè- 
que bien composée» de 30,000 vol. 



Lycée Napoléon (ancien coll^ Heori 
IV), rue de Clovis, no 1 ; rebâti entière- 
ment en 1828. 

Lycée Charlehagne , établi dans la 
maison des Grands-Jésuites, rue Saint- 
Antoine. 

Lycée Bonaparte (ancien collège 
Bourbon), établi dans le bâtiment des Ca- 
pucins de la Chaussée-d'Ântin, rue Sainte- 
Croix. 

Collège Stanislas , rue Notre-Dame- 
des-Champs, no 22. 

Collège RoLLiN, rue des Postes, no 42 . 

ÉCOLES DE PARIS. — Paris renferme 
5 écoles , destinées k l'enseignement des 
hautes sciences. 

Ecole de hédecinb , rue de l'Ecole- 
de-Médecine, n» U, 11« arrondissement , 
construite en 1769 parGondoin, est com- 
posée de quatre corps de bâtiments. La 
iaç-ade sur la rue est décorée d'un péristyle 
d'ordre ionique. 

Ecole de droit , place Sainte-Gene- 
viève, n« 8, et rue SaintrEtienne-des-Grès, 
no 1 , bâtie en 1770 sur les dessins de 
Soufflet ; vaste amphithéâtre construit en 
1850. 

Ecole de pharmacie, rue de l'Arbalète, 
no 21, 12o arrondissement, destinée à 
l'enseignement de la théorie et de la pra- 
tique de la préparation des drogues; con- 
struite en 1580. 

Ecole polytechnique , rue Descartes , 
12e arrondissement, destinée à former des 
élèves pour l'artillerie , le génie militaire , 
la marine, les ponts et chaussées. 

Ecole des Be.\iix-àrts , au palais des 
Beaux- Arts , rue des Petits-Augustins , 
pour l'enseignement de la peinture , de la 
sculpture , de la gravure , de l'architec- 
ture, etc. 

HOSPICES ET HOPITAUX. — Hôtel- 
Dieu , place Notre-Dame , fondé par saint 
Landry. Le nombre des lits y est con- 
sidéra(}le. Agrandi et restauré dans ces 
dernières années. 

Hôpital de la Pitié, rue Copeau. 
no 2, fondé en 1612. 

Hôpital de la Charité, rue des Saints- 
Pères et rue Jacob, fondé en 1682 par 
Marie de Médicis, et augmenté en 1784 
d'un nouveau portique restauré en 1844; 



dbyGoOgk 



PBANCE. — PARIS. 



™ wfpc. qui sert d'entrée princÏMle, 
J^tçlement d'être éle^é dans la rue 
*cob. Son arefaittttore répond parfaite- 
■ttl a sa destination. 11 contient 250 lits 

®^*^.'*^ EîfPANTs, rue d« Sèvres, 
Fftsteboalefard. dans la maison ci-de- 
îw de HEnEiRt^ésns. 

JftMTAL S«-Locis, rue des Récollels. 

HûSKCEDES^tNÉWEKS, TOe du fau- 

««ï Si-Jacques. 

fc!f^«**"°'^K DB SARTB, rue du 
^abwrîSaal-Dcnis. 

feMŒKAmXAL DES QuiNZE-VlNGTS, 

^i«ir'^*^°» '^^"^é par saint Louis 
«J2W, pour 15-20 ou 300 pauvres 

jKTTimo:» RATKWALE DES JEUNES 

}2?^'^ rt bel édifice, terminé en 
Jtt?f.^^ *^ boulevard des Invalides 
«w &^èvf«s. On y instruit un certain 
TJ^ des deux sexes, 

*?S2!£^«J«nl » ans aux fraisde l'État. 

««JTTCTiœs NÏ^TIONALB DES SoURDS- 

^^^ra^Sjjnt^acques.no 256. fondée 

^^ Saot-Astouîe, faubourg de 

J^^EACKH,, rue du faubourg du 

J««TAL Neckeb, rue de Sèvres, 151 . 
^«^AL CocHw, faubourg St-Ji»cque8, 



27 



^«Vke des indigents, vieillardu et 
infirmes. 

BosPiCE DE u R^RNiTÉ , rue d'En- 
kul*"*u. ** ^"^- L'établissement de 
?™™î« «l composé de deux maisons, 
T^^^ *î ^^ ^ rancienne abbaye 
IT"^?*^ • ^^ ^« ™« ^'Enfer et la 
«^dafjubourg Sainl-Jacques; l'autre, 
r«l^fer, preiqucenface de l'Observa- 
STiaL ^"^«"^î maison de l'inslilulion 

'e^çr Nicolas Pinctle. U lïiaison de 
vpdïr ^ ^^ ^^^ l«s femmes qui 
^ty riW faire leurs couches ; l'autre, 
"*<rEofer , est pour les enfants au-des- 
^* M • ."*♦ abandonnés de leurs pa- 

J^^0,2^e/i« du faubourTst-An- 
•«« a ete réuni à ce pieux étabhssemcnt. 



Hospice de la Salpetrière, boulevard 
duJardin-des-Planles, destiné aux femmes 
indigentes ou âgées de 70 ans, et au trai- 

1 646 par Louis XIV. Les étrangers peu- 
vent le visiter les dimanches et les jeudis 

Hospice des Incurables pour les 
hommes, faubourg Saint-Martin. Cet hos- 
pice est consacré aux hommes indigents 
attaqués d infirmités graves et incurable^' 

Hospice des Incurarles pour les 
FEMMES, rue de Sèvres. Même destination 
que le précédent. 

Hôpitaux militaires. 

Hôpital du Val-de-Grace , rue du 
Faubourg-SainWacqnes. La reine Anne 
d Autnche, femme de Louis Xlll, après 22 
ans de stérilité, pour rendre grâces à Dieu 
de la naissance inattendue de Louis XIV 
fit élever ce superbe monument. François 
Mansard en fournit les dessins. Le dôme 
dont la peinture est à fresque par Mignard 
est un chef-d'œuvre. ' 

Hôpital MILITAIRE du Gros-Caillou. 
ancienne caserne des gardes-françaises Cet 
iiôpital n'a rien de remarquable. 
AMBASSADEURS. - MINISTRES PLÉ- 

AMBASSADEURS. 

Autriche et Parme, rue de Grenelle- 

St-Germain, 13i. 
Espagne, rue de Courcelles, 28. 
Grande-Bretagne, rue du Faubourg-St- 

Honore, 59. ^ 

Russde, rue du Faub.-St-Honoré, 33. 
Sardaigne, rue St-Dominique St-G. , 1 55 
Stales (Deux) , rue du Fauboure-Saint- 

Honore, 47. 
Turquie, rue des Champs-Elysées, 1. 

ENVOYÉS EXTRAORDINAIRES, MINISTRES 
PLÉNIPOTENTIAIRES. 

Etats-Unis, rue Ville-l'EvÔque, 30. 
Bavière, rue Richepanse, 15. 
Belgique, rue de la Pépinière, 97 
Brésil, rue de la Pépinière, 118. 
Danemark, rue de la Pépinière, 88. 
Hanovre, rue Miromesnil, 16. 
Pays-Bas, rue de Suresnes, 28. 
Portugal, me de Miromesnil, 2L 

Digitized by VjOOQIC 



•28 



PBA?ICC. 



PrttMe,niedeLille,78. 

Saxej rue de TArcade, 9. 

Suéde et Norwége , rue d*Anjou-St-Ho- 

noré, 74. 
Wurtemberg^ rue la Madeleine, 30. 

MINISTRES RÉSIDENTS. 

Bade, rue de la Ville-l'Evêque, 26. 

Hesse-Electoralef rue Neuve-des-Mathu- 
rins, 108. 

MecklembourgSchwertnt me du Fau- 
bourg Saiot-HoDoré, 35. 

Toscane, rue GaumariiD, 3, 

CHARGÉS d'affaires. 

Etats-Romains f rue de Grenelle-Sainl 

Germaia, 73. 
Hesse-Darmstadt , Ferme - des - Mathu- 

nos, 36. 
Mexique, rue Roquepioe, 5. 
Suisse, rue Chauchat, 9. 

f CONSULATS DES PUISSANCES 
ÉTRANGÈRES A PARIS. 

ÀtUriche, rue Laffitte, 17. 
Danemark, rue de Trévise, 29. 
Espagne, rue de Miromesnil, 30. 
EtatS'Unis,mede Rivoli, 36. 
Grande-Bretagne, faub. St-Honoré, 39. 
Portugal, rue Blanche, H. 
Russie, fiiubourg St-Honoré, 33. 
Suède et Norwége, rue Laffllte, 29. 
Turquie, Chaussée-d'Antln, 68. 
Villes libres et Hanséatiques, rue de Mé- 
nars, 4. 

TARIF DES VOITURES DE PLACE 
DANS PARIS. 

Les cochers sont tenus de remettre aux 
voyageurs une carie qui porte le numéro 
de la voiture et qui devient utile pour re- 
trouver un objet oublié. — Les voitures ï 
rheure doivent parcourir 8 kilomètres. 
CARROSSES ou FIACRES à doux chevaux : 

De 6 h. du matin à minuit : chaque 
course, 1 fr. 50 c ; chaque heUre, 2 fr. 

De minuit à 6 h. du mijitin : chaque 
course, 2 fr.; chaque heure. 3 fr. 

À Vextérieur de Paris , entre le mur 
d'octroi et le mur d'enceinte fortifiée : 
. chaque heure, 2 fir. 

En dehors du mur fortifié, 3 tr. 



PARlâ. 

COUPÉS ET HACREs il uR cheval. 

De 6 h. à minuit, la course, i fir. S5 ; 
chaque heure, 1 fr. 75 c. 

De minuit à 6 h. du matin : la course, 
1 fr. 75; l'heure, 2 fr. 50. 

À Vextérieur de Paris , entre le mur 
d'octroi et le mur de l'enceinte fortifiée : 
chaque heure, 1 fr. 75. 

En dehors du nmr fortifié, 2 fir. 

Il y a aussi des fiacres à 2 chevaux, et è 
4 places, aux mêmes prix que ceux à ud 
cheval. 

CABRIOLETS 11 2 et à 4 roues el^ 1 cheval . 

De 6 h. du matin à minuit : chaque 
course, 1 fr. 10; première hebre.li fr. SO ; 
chacune des autres heures, 1 fr. 25. 

De minuit à 6 h. du malin : chaque 
course, 1 fr. 75; chaque heure, 2 fr. 50. 

À l'extérieur de Parit, entre le mur 
d'octroi et le mur de l'enceinte fortifiée .- 
chaque course, 1 fr. 50. 

En dehors du mur fortifié, 2 fr. 

TARIF DES VOITURES SOUS REMISE. 



De 6, h, du matin à minuit : chaque 
course, 2 fr.; l'heure, 2 fr. 50. 

De minuit à 6 h. du matin : Theura, 
3fr. 

À Vextérieur de Paris , en dedans du 
mur des fortifications : l'heure, 3 fr. 50 c. 

En dehors du mur, i fr. 

COUPÉS. 

De 6 A. du matin à mimi/tt]: la course, 

1 fr. 50; l'heure, 2 fr. 

De minuit à 6 h. du matin : Fheare, 

2 fr. 60. 

À Vextérieur de Paris , en dedans do 
mur fortifié : l'heure, 3 fr. 
En dehors du mur, 3 fr. 50. 

CABRIOLETS. 

De 6 h. du malin à minuit : la course, 
Ifr. 50; l'heure, 2 fr. 

De minuit, à 6 h, du matin : Theore, 
2 fr. 50. 

À V extérieur de Paris, en dedans da 
mur fortifié : l'heure, 2 fr. 50. 

En dehors du mur, 3 fr. 



dbyGoogk 



FBANCK. ^ PARIS. 



29' 



OWIBDS. 



Un grand nombre d'omnibas parcourent 
Pnts dans t«B les sens. La course coûte 
30 e. 

vonmRES POUR l'intérieur de 

LA FRANCE. 

Y&KTA!fT DE PARIS. 



Nationales t rue Notre- 
ïkm ài 1 VieUmes, d« 22 , et me ModU 
a« 109. (Pour toutes les grandes 



générale* de- France, 
CmUmréttO^ me Saint-Houoré, n» 130, 
il me de Grenelle Saint-Houoré, n» 18 
(fnr toBles les grandes directions). 

Aertraei-Potfes du commerce , rue 
Cfod-des-PeCits-Cbamps , n» 52 (Bonr 
fOgne, Lyon, le Midi « la Suisse , l'Italie). 

Les Jumelles , rue du Bouloi , 7 et & 
(leHerdet la Belgique). 

CHEMINS DE FER. 

OeP^nsàBmxe/^, par Li^^e et Fa- 
leacienfiea (oommuoication avec le che- 
■in de fer de Cologne:^. Embarcadère , 
PfaeeRoob»!, 24. 

De Pnris à Orléans, Corbeil et du 
Cemire. Embarcadère , boulevard , de 
rUôpiUl, 7. 

De Pnns i Nantes, Embarcadère , 
boulevard de l'Hôpital, 7. 

De Paris à itouen, au Havre et à 
Dieppe. Embarcadère^ rue Saint-Lazare. 

De Paris à Lyon, Embarcadère . rue 
dcBerey Si-Antoine, 57. 

De Paris à Strasbourg. Embarcadère, 
place de Stnsboaiy. 



De Paris h Versailles, rive droite. Em- 
barcadère, rue Saint-Lazare, 12i. 

De Paris k Versailles, rive gauche. £m- 
barcadère, chaussée du Maine. 

De Paris h Saint-Germain, chemin de 
fer atmosphérique. Embarcadère , rue 
St-Lazare, 124. 

De Paris à Sceaux , chemin de fer i 
trains articulés. Embarcadère , barrière 
d'Enfer. 

De Paris à Saint'Cloud ( voir chemin 
de fer de Paris à Versailles, rive droite). 

De Mulhouse a Thann , se confondant 
avec le chemin de fer de Strasbourg à 
Bâle. 

D* Avignon à Marseille, par Tarascoii et 
Arles, avec embranchement sur le chemin 
de fer de Beaucaire à Nîme«. 

De Montereau à Troyes , avec embran- 
chement sur la ligne de Paris à Lyon. 

De Lyon à Saint-Etienne, par St-Cha- 
mond, Rive de Gier et Givors. 

D'Andrezieox ï Roanne. 

De Nîmes à Beaucaire. 

De Nîmes à Àlais. 

D'Àlais à la Grand'Combe. 

De Montpellier à Cette. 

De Nîmes à Montpellier. 

De Bordeaux à La Teste. 

De Paris ï Rennes , avec embranche- 
ment sur Brest. 

BATEAUX A VAPEUR. 

De Paris à Montereau , par Corbeil , 
Melun , Fontainebleau. (Bureaux, quai 
de Grève, no62.) 

De Paris à Saint-Cloud , par Sèvres et 
Meudon , pendant Tété seulement. (Dé- 
part : quai d'Orsay.) 



dbyGoOgk 



GUIDE D« VOÏAGËDR EN EUROPE. 



FRANCE. 



ROUTE i. 

DE PARIS A CAUkM» , 

Par Chantilly, Amiens et x\bbeville, 28 myr. S kil. — Route 

de poste. 



Saint-Denis. 0m.9k.l 


Abbeville. 


Im 


.3k 


Ëconen. \ 


l 


Nouvion. 


1 


3 


Luzarches. i 


l 1 


Bernay. 





7 


Chantilly. . 1 





Nampont. 





9 


Laigneville. 


1 2 


Montreuil-sur-Mer. 


1 


4 


Clcrmont. ^ 


L 


Gonnont. 


1 


3 


Saint-Just. 


l 6 


Samer. 





9 


Breteuil. 


\ 8 


Boulogiie-sur-Mer. 


1 


5 


Fiers. 


1 3 


Marquise. 


1 


5 


Amiens. 


1 9 


Le Uaut-BuissoD. 





9 


Picquigny. 
Ailly-le-Haut-Clocher. 


l 5 


Calais. 


1 


3 


1 9 










ROU^ 


FE 2. 





DE PARIS A CAIiAIl» , 

Par PoNToisE, Clermont, Amiens, Arhas et Hazebrouck, environ 
29 myr. — Chemin de fer^ trajet en 8 heures. 



Saint-Denis. 
Enghien. 
Erniont. 
Franconville. 
Hcrblay. 
» Pontoise. 
Auvers. 



6k. 


lie- Adam. 


5 


Beaumont. 


3 


Boran. 


3 


Precy. 


3 


Saint-Leu. 


8 


Creil. 


S 


Liancourt. 



dbyGoogk 



6k. 

7 

6 

5 

3 

7 

7 



ROUTE 2. — DE P.iniS A CALAIS. 



31 



OflBMt, 

Brrtenl. 

Aitty. 

Bom. 

CArtKt. 

AAot. 
Jlrhîit. 
B6^n. 
Am». 



Om 


.8k 


1 


A 


1 


5 


1 


7 


1 








9 


1 


6 


1 


e 


1 


8 





9 





9 


5 





1 


3 


1 


3 


i 


5 


2 


2 


i 






Ulers. 
Aire. 

Sl-teer. 
Calies. 



SàlXT-DENIS (Seine) — Hôleh : Le 
Cmé-Cerf ; les Trois-Maillels. — Petite 
viiie (Rs ancienne, située au milieu d'une 
m^e pfasiie, que traversent la route et le 
aaai de ce nom : St-Denis est célèbre par 
tm afebsye de bénédictins, fondée en 613 
pv Dagôbert l» selon les uns, ou selon 
d'aidies. par S>«-Geoeviève, en 496. Après 
trstr ëé phisietirs fois démolie et rebâtie, 
Vé^se de Sl>Deais fut achevée en lâOl . 
aas le règne de Philippe- le- Bel. En 
IT93. elle fut menacée d'être entièrement 
délreiie par le vandalisme révolutionnaire; 
mais <ra se contenta seulement de profaner 
1s tombeaux, d'enlever les vitraux et la 
tailiire de plomb , et de la laisser ainsi 
exposée ï Tintempérie des saisons. Na- 
yatéoQ, qni la destinait & devenir la sé- 
^Itere des empereurs et de leur famille, 
a ft rétablir dans tons son éclat. Louis 
XVni, en achevant ce quMl avait corn- 
aracé, l'a rendue plus belle qu'elle ne fut 
/aaats. On a continué avec magniûcence 
b restaoraiion de Tédifice depuis 1830, 
«t, après avoir établi les deux façades la- 
térales , on termina la façade principale. 
Ea t8i1, on a gravé sur le portail l'in- 
scription soivaote : 



« _^. .w. , rrcidfvis templa rulnls 

fi»c Instacnraii Napoleo volult; 

S«4 quae mtitult non conditur fpse sepulciis 
ExiJIo acte iacduquam peragatur opus. 

Saccrwére operl rrges : idem exitus Ults , 
Et qui perfecertt ccepta , PhfJtppus erat. 



On remarque dans l'église plusieurs bons 
tableaux, quelques tombeaux de nos an- 
ciens rois et de beaux vitraux peints. Le 
voyageur ne doit pas manquer de visiter le 
caveait sépulcral; les orgues, construites 
dans ces derniers temps, sont des plus belles 
de l'Europe; pour jouir de leurs sons mer- 
veilleux, il faut les entendre les jours de 
grande fêle. Le clocher de St Denis a été 
démoli en 1846; il menaçait ruine. — 
Pop. i2,600hab. 

Tout près de cette basilique, se trouve la 
Maison Naiio/iale de St-Denis, fondée 
par Napoléon, pour l'éducation de 500 
jeunes personnes appartenant à des mem- 
bres de la Légion-d'Honneur. 

ENGHIEN (Seineet-Oise) Beau village, 
célèbre par son éUiblissement de Bains d'eau 
thermale et son lac pittoresque. Hôtel et 
Restaurant des Quatre-Pavillons et plu- 
sieurs autres, ainsi qu'un grand nombre 
de Restaurants fort bien tenus. Beaucoup 
de jolis logements à louer. Jardins publics. 
Parc magnifique, où l'on danse. Promena- 
des en bateau sur le lac qui est bordé d'une 
ceinture de verdure et de ravissantes mai- 
sons de campagne. — Talma habitait En- 
ghieu : sa maison, située en face du lac, 
est maintenant occupée par un bon res- 
taurateur qui a pour enseigne : Pavillon 
Talma. 

Nous sommes dans la délicieuse Vallée 
de ifon(morenct/, au centre de laquelle se 
trouve : 

Montmorency. — Hôtel du Cheval- 
Blanc. — Cette petite ville possède une 
église gothique du XIV© siècle; un Hôtel - 
Dieu fondé par les ducs de Montmorency. 
Anciennes tourelles, portes et murs cu- 
rieux par leur antiquité. 11 faut voir VEr- 
mit âge ôe J.-J. Rousseau, situé à l'entrée 
de la forêt. — Nombreuses et belles habita- 
tions à louer pour la belle saison . Les ce- 
rises de Montmorency sont fort estimées. 
L'enseigne de l'hôtel du Cheval-Blanc :i 
été peinte par le célèbre Gérard. — Pop. 
2j00hab. 

Nous passons successivement devant les 
riants villages A'Ermonty Franconville 
et Herblatj. 

PONTOISE (Seine-et-Oise) Briva Isa- 
rœ. — Hôtels : des Messageries; du Pot- 

Digitized by VjOOQ IC 



32 



BOUTE 2. — DB l'Anii A CALAIS. 



d'EtaiD. — Petite ville qui a reçu son nom 
du pont jeté sur l'Oise. Charles VU la prit 
en 1442 sur les Anglais, qui, pendant le 
rude hiver de ii31, s'en étaient emparés 
par la ruse. Ce fut à Pontoise que Sl-Louis, 
dans une violente maladie qu'il essuya en 
iîH, reçut un avertissement du ciel qui 
lui commandait de prendre la croix. — 
Curiosilés : Téglise de St-Maclou, où 
Ton admire une belle Descente de croix , 
dans la chapelle de la Passion ; l'église de 
Si-Martin, pour son architecture; des res- 
tes de son ancien château fort; un bel hû 
pital, et dans ses environs , le château de 
St-Martin — Pop. S, 600 hab. 

BEAUMONT - SUR - OISE (Oise). 
Hôtels: du Paon; du Grand -Cerf. — C'est 
une jolie ville; ses nom et surnom indiquent 
son agréable situation sur une des côtes 
qui bordent la vallée de l'Oise.. — Pop. 
S.OOOhab. 

CREIL (Oise). — Hôtel : de la Cou- 
ronne, — Cette ville avait jadis quelque 
importance; on y voit les restes du château 
qui renferma Charles VI, les ruines de l'ab- 
baye de St-Evremont dont le chœur est 
encore debout; un pont sur l'Oise, de 
constrartion bizarre, et des points de vue 
très pittoresques. —Pop. S, 500 hab. 

LIANCOURT, village dont les environs 
ressemblent à un jardin. On y remarque 
les restes de l'ancien château bâU sous 
Louis XllI. — On y voit le monument 
simple élevé à la mémoire du duc de la 
Rochefoucauld-Liancourt. 

CLERMONT (Oise). — Hôtel au Crois- 
sant. — Jolie ville, riche, commerçante, et 
siège d'une sous-préfecture. De la terrasse 
du château, qui sert maintenant de maison 
de correction pour les femmes , on a de 
beaux aspects, une nature riche , variée , 
et pleine de mouvement et de vie, surtout 
de la promenade du Chatellier. Clermont 
possède une bibliothèque de 6,000 volu 
mes — Pop. S, 000 hab. 

Communication de Clermont à Beau 
vais, route de poste, 2 inyr. 6 kil., et de 
Clermont à Comptèyne, route de posle 5 
myr. 2 kil. 

SAINT-JUST . village dans une riante 
situation, au milieu de la vallée de TArre 

BRETEUlL (Oise). — Hôtels .l'Ange; 



d'Angleterre. — Gros bourg, avec rabriqi 
renommée de souliers; pépinières*. L**a 
qu'on y respire est salubre. Il est mal bl 
et mal pavé. — Curiosités : La belle al 
baye de Sainte-Marie, qui di«te de 104( 

Pop. 2,e00hab. 

Communication de BreteuU à Mondx 
dier, r. de p., 2 myr. 1 kil., k Ilo% 
1 myr. 84 kil. 

AMIENS (Somme). — Hôtels .- c 
France, bonne maison; d'Angleterre, égi 
lement bonne; delà Poste; del'AbreuviHi 
des Messageries; du Commerce. 

Cette ville, chef-lieu de départemenl 
métropole des Àmbianij ancienne capital 
de Picardie, est situéesur la Somme. Ce: 
le siège d'une cour d'appel, d'un évechê 
d'un tribunal de commerce, d'un tribun: 
de premièrt^ insUnnce, d'une académie < 
d'un Lycée. Amiens est célèbre par î 
traité de 1802. On montre aux élrangei 
la salle où fut signée cette espèce de trèv 
que les politiques appellent la petite p€na. 

— Curiosités : la cathédrale, un des plu 
beaux monuments gothiques de France, I 
nef surtout en est admirable ; malheurea 
sèment quelques vitraux n'existent plus 
La magniûcence des colonnes frappe Tœi 
du spectateur; il y en a 126, dont 44 son 
détachées. CeHes qui entourent le chœur 
et qui sont adossées au mur, donnent ui 
son semblable à celui des cloches : c*est a 
qui les fait appeler colonnes sonnantes 

Les chapelles méritent en général d'ôtn 
visitées. Celle qui occupe le rond-point di 
chœur est appelée petite paroisse; en faci 
est le plus beau tombeau qne renferme Vé 
glise, celui du chanoine Lucas, remarqua- 
ble par le chef-d'œuvre de Blasset, sous le 
nom de Génie ou Enfant pleureur. 

Cet édifice fut commencé en 1120« d'a- 
près les plans et sous la conduite de Roberl 
de Luzarches, mais il ne fut terminé qu'en 
1269, par Thoma.set Renault de Cormont. 

On remarque {'hôtel-de-villet l>âti par 
Henri lY; la holle-au-blé; la bibliothèque 
publique de '45,000 volumes , et de 400 
manuscrits fort curieux; le paiais épisco- 
pal qui renferme quelques belles peintures, 

— Plusieurs maisons sont intéressantes 
par leur antiquité et leurs sculptures. 

Patrie de Pierre l'Ermite, qui le premier 



dbyGoOgk 



BOUTS 2. ^ DE PAR» A CALAIS. 



33 



prfdb b Croisade; de Gftbrielle d'Estrées, 
■tliease&rorile de Henri lY; deDacange; 
4i psèle Gresset. auteur de Vert-Vert; de 
l'asInMiiie Ddambre. — Pop. 50,000 h 

A Anieas.le cfaemin de fer se bifurque ; 
b bneelM» éà N. cooduit à Bruxelles, par 
Ams, Dosai , VabodeDoes et Mons , ou 
pvAms, Deoai et Lille. Celle qui incline 
vn k N. 0., ooadait à Boulogne ^rÀb- 
hgvOe. 

ARRAS (Pis-de-Calais), Àtrebate. — 
BMek : de rUoivers; de TEurope; du 
Pttil^intPol. — Arras est une ville et 
Bat pbce de guerre assez grande et assez 
beife, sur b Searpe^ avec préfecture, tri- 
bBMi de première instance et de commet^ 
ce. Min botanique, évêché, théitre, école 
èi Gâ^. eollége. cabinet d*histoire nalu- 
i^ et d'antiquités , musée, etc. — Cu- 
riamià : Ykôtei-de^Ue, une des plus 
klesproihietionsda genre gothique; la 
fkte aar bqnelle il est situé, bâtie en ar- 
cate, dans le style espagnol; la cathé- 
énk (Saini-Wast). Taisseau moderne très 
estimé, et b eitadeUe, une des plus belles 
de France; le théâtre, le beffroi, les caser- 
no, les promenades, l'hôtel de b préfec- 
tnreetré%~êcbé, b place du vieux Marché, 
b hAUoikèque, de 37 ,000 vol., quelques 
éSbns de tours et de murailles des ancien- 
nes fortiâcations; l*esplanade, et l'arsenal. 
— Commerce : hnille de colza, lin, ca- 
, raffineries de sel, filatures de co- 
( de dentelles, etc. Patrie de 
Robespierfe. — Pop. S7,000 h. 

ExêcKsioiv, — Aux mines de l'abbaye 
étSmHi-Eloi{S kil.), enivre remarquable 
d*ardiileetiire moderne, élevée en 1754 ; 
as bas dn mont St-Ebi, est une voie ro- 
maine, embranchement de b grande chaus- 
sée de Rome è Boulogne ou Gessoriaeum. 
On aperçoit, non loin, à l'entrée de la 
pbine à'Aeqmes, denx pierres énormes, 
■Moameni de b débile, en 863, des kr- 
Bées de Cliarles le Chauve, par Baudoin. 

HAZERROUCK (Nord). — Hôtel des 
Trais^^bevanx. — Chef-lieu de sous-pré- 
bctnie, sar Se canal du même nom, dans 
«ipays frais et fertile. — Curiositéê : la 
pbce, b tour de Téglue paroissiale, haute 
de 84 mètres, b flèche à jour et en pierres 
' ; llidtel^-viUe, qui date de 1807 



è 1820, avec une jolie colonnade; la sous- 
préfeclure, édifice également moderne; la 
bibliothèque, de 5,000 vol.; le magasina 
tabacs qui occupe les bâtiments de l'ancien 
couvent des Âugustins, construit dans le 
xiv« siècle ; fabriques de toiles , savon , 
brasseries, tuileries, etc. — Pop. 8,000 
hab, 

CALAIS (Pas-de-Calais). — Hôteb : 
Dessin, très bon, on y montre encore la 
chambre où coucha Sterne, ainsi que celle 
où reposa Walter Scott; leurs noms sont 
écrits sur la porte; Quillac; Meurice; Bour- 
bon-Condé; de Bourbon; de France; de 
Flandre, où se trouvent les voitures pour 
St-Omer. 

Cette petite ville qui évoque bnt de sou- 
venirs historiques, est assez jolie et mé- 
diocrement animée . elle possède un port 
spacieux mais peu profond; cependant le 
bassin d'Orléans, terminé en 1842, peut 
contenir une centaine de bâtiments de 5 à 
600 tonneaux. 

La Ville-Basse, qu'on appelle aussi 
Saini-Pierre-leS'Calais, est occupée par 
des Anglais qui y ont formé une manufac- 
ture de tulles qui rivalisent avec ceux des 
ftbriques anglaises; on compte que près de 
3,000 personnes y sont occupées. — Cu- 
riosités : l'avant-dernière porte d'entrée, 
bâtie en 1685, par les ordres de Riche- 
lieu, le plus beau morceau d'architecture 
de Calais; la place d'armes, entourée de 
belles maisons; l'hôtel-de-ville, bâti en 
1 740, où l'on conserve le ballon avec le- 
quel Blanchard passa de Douvres à Calais; 
la tour de VHorloge, d'une architecture 
gothique, légère et élégante; l'hôtel de 
Guise, les casernes, l'église paroissiale, b 
6t6/torAègue de 9,000 vol., dans l'hôtel- 
de-ville; le musée, qui possède une vierge 
du Corrége, dite la Vierge au bandeau, 
offerte récemment ï sa ville natale par ma- 
dame la princesse de Canino, veuve de Lu- 
cien Bonaparte. 

Bains de mer. — L'établissement des 
bains de mer de Calais est ouvert, pen- 
dant l'été, depuis le i«r juin. 

Observation. — Les fiamilles anglaises 
logent dans les beaux hôtels : Dessin, 
Bourbon-Condé, de Bourbon. 

Consulats. — Anglais, de Belgique, 



dbyGoogk 



34 



ROUTE 3. -* DB PARIS A CALAIS. 



de Hollande, de Suède et iVon<)«ge. (jours par les paquebots-postes firançûset 
Paûuedots : pour Londres^ plusieurs anglais; pour Ramsgate, tous les jours eo 
fois la semaine; pour Douvres, tous les] été. 



ROUTE 3. 

DE PARU A CAIiAll», 

Par Amiens , DouLLEMs et SaixNt-Omer , 28 myr. 4 kil. — Rouie 

de poste. 



DeParisà Amiens (v r. 1 et 15). 12 ra. 8 k. 



Talmas. 




6 


Douliens. 




i 


Frevent. 




5 


St-Pol. 




5 


Pemes. 




5 


Lilliers. 




1 


Aire. 




5 


St-Omer. 




8 


La Recousse. 




6 


Ardres. 





8 


Calais. 


1 


6 



DOULLENS (Somme). — Hôtel du 
Grand -Turc. — Celle petite ville possède 
une sous-préfecture; elle a des manufac- 
tures d'étolTcs de lin, et fait un commerce 
considérable en grains, bestiaux, chanvre, 
etc. Sa citadeUe est une des plus belles de 
la France. V église S t -Martin est d'une 
architecture remarquable. — Pop A, 600 
hab. 

Bientôt nous entrons dans l'ancienne 
province de l'Artois; nous passons par 
Fréventj bourg de 3,400 hab. 

SALNT-POL (Pas-de-Calais), -^Hôtels. 
d' Angleterre; du Nord; de France ; de la 
Poste. — Petite ville renommée par ses 
eaux minérales, ses huiles , ses nankins, 
ses plants de tabac. — Saint-Pol est le chef- 
lieu d'une sous-préfecture, â une biblio- 
thèque de 3,500 vol. et un petit musée. 
— Pop. S,SOO hab. 

Près de là est Àuncourt, village trop 
célèbre par la victoire des Anglais sur les 
Français, en Ui5. 

LILLIERS (Pas-de-Calais), jadis ville 



fortifiée, aujourd'hui chef>lieu de canton, 
dans un sile heureux, au milieu d'une belle 
plaine. — C'est ii Lilliers que fut foré le 
premier puits artésien exécuté en France. 
Pop 5,200 hab. 

AIRE (Pas-de-Calais). — HâUls : 
d'Angleterre; de Flandre; de la Treille. — 
Jolie ville et place forte , au confluent de 
la Lys et de la Laquelle. Fabriques d'hui- 
les, de porcelaines, de savons, et filatures 
— Voyei : l'hôlel-de-ville, la place, l'é- 
glise de St-Paul, les casernes, surtout les 
fontaines. — Pop. 8,600 hab, 

SAINT-OMER (Pas-de-Calais) .iéwfoiw- 
ropolis. — Hôtels : Ferru; du Commerce; 
d'Angleterre. — Cette ville, place de g1le^ 
re ancienne et forte, sur l'iila, est gnude 
et assez bien bâtie. — Curiosité» : Les 
fontaines, la place d'Armes^ Vhâtet-éi- 
ville, nouvellement construit» la tour de 
Sl-Derlin, reste de la magnifique abbait 
de ce nom. La cathédrale, de 1008, es- 
fîce gothique, rempli de beautés d'archi- 
tecture du premier ordre; elle renferme u 
tableau de Rubens, la tombe de Sl-Ouff 
et une slatue colossale, connue sous le 
nom du Grand Dteu de ThêramnM: 
une horloge d'un mécanisme eompliqaê; 
V église des Jésuites, achevée en 16S6, 
d'un aspect majestueux, près de TAa. Lei 
églises du Saint-Sépulcre, de Sl-Jteitf. 
du Collège, existent encore; on ihéitnt 
une belle caaeme pour la cavalerie ; « 
anènal construit en 1761, sur les bork 
de l'Aa; un Lycée, un séminaire, pour l'é* 
ducation des catholiques anglais et iite- 
dais. — Commerce : mana&ctam it 



dbyGoogk 



BOUTE 5. — DE PARIS A AB3EVILLË. 



éaps, (bnelles, collfô fi)ri«s, savon, raffî- 
Mries de soere, Êibrique de pipes, la plus 
bdk de FKaiope. — Pop. 21,^00 hab. 
^RES (Pas-de-Calais), petite, mais 
hrte Tïlle de guerre, avec ^,^^00 hab., si- 
tiKe au mifiea des marais : près de là est 
le camp du Drap d'Or , village ainsi 
■acîaé à cause de l'entrevue de François 
1« el de Henri YIll, roi d'Angleterre. 



GoiNES, petite ville de i,700 hab., au- 
trefois place forte ; commerce en grains, 
bestiaux et volailles. 6 kil . 0. d'Ardres. 

Ai kil. ô*Ardres, on traverse, sur un 
double pont nommé le pont Sans-Pareil, 
les deux canaux de Sl-Omer à Calais cl 
d*Ardres à Gr avelines; ouvrage unique < ;i 
son genre. 

CALAIS (r. route 2). 



ROUTE 4. 

DE PARIS A ABBEVIULE, 

ParPo5ToisE, Clermont et Amiens, ^9 myr. 5 kil. — Chemin 
de fer (v, route 2). 



ROUTE 5. 



DE PAmn A ABBEViULi:, 

Par Beacyais, \b myr. 7 kil — Rouie de poste. 

ques, de teintureries et de blanchisseries ; 
quoique généralement bâtie en bois, son 
aspect est assez agréable. 

Beau vais a soutenu divers sièges mémo- 
rables, entre autres en 1172, où les fem- 
mes se signalèrent : l'héroïsme de Jeanne 
Hachette est devenu historique. Le drapeau 
pris sur les troupes de Charles-le-Témé- 
raire pendant ce siège est déposé à Yhôlel- 
de-ville, où se trouve aussi un bon tableau 
sur lequel cette action héroïque est repré- 
sentée. — Curiosités : la cathédrale qui 
n'a pas été finie; il n'en existe que le chœur 
et la nef transversale. Le chœur, par sa 
hardiesse et ses grandes proportions, est à 
lui seul un superbe temple. Sa construc- 
tion date de 1225, et les autres par- 
ties de 1499. L'inlérieur de ce majestueux 
édifice frappe d'admiration par ses rosaces 
et surtout par la beauté et le fini de ses vi- 
traux peints. L'intérieur de l'édifice ren- 
ferme de belles tapisseries de la febrique 
de Beau vais. 

L'église de la Basse-Œuvre^ dépendant 
de la cathédrale, date du V« ou Vl» siècle. 
V église de Saint-Etienne est encore plus 



St-Denis. 


0m.9k 


MoisK^nes. 


1 3 


BesDsioiit-sar-Oîse . 


1 2 


Ptaseox. 


1 


NiaiUes. 


1 ^ 


BeaBTais. 


1 5 


Sfarseffles. 


r 9 


GraodviUiers. ' 


1 


PmL. 


1 i 


Ca«p». 


1 3 


Airaines. 


i 


kuBnux. 


1 9 



On quitte Paris par la Barrière St Denis; 
«a traverse St-Denis, MoisselleSf laissant 
à droite le village de Viarmes avec son 
keaa château, et l'ancienne abbaye de 
Um/aumont. 

BEAUUONT-SUR-OISE [v. route 2) 

MO.ULLES. On y trouve des antiquités 
iiraidiqaes fort curieuses. 

BE.AL^AIS (Oise) BeUovaei. — H6- 
lek : le Cygne; TEcu de France; d'An- 
gfelerre. — Celte ville, chef-lien de pré- 
lediire, est située sur le Thérainj dont les 
enx aiimeflleBt un ^nd nombre de fabri- 



dbyGoogk 



3C 



BOUTE 6. — d'ABBBVILLE A CALAIS. 



ancienne que la cathédrale; ses vitraux, et 
surtout ceux des chapelles qui entourent 
le chœur, sont de la plus belle exécution; 
ils portent les dates de 1 500 à 1 575 . Vhô- 
tel-de-ville est un édifice moderne d'une 
très bonne architecture. — L'ancien pa 
lais épiscopal, maintenant palais de jus- 
tice, flanqué de deux grosses tours et en- 
touré de hautes murailles, ressemble à une 
petite forteresse. Théâtre , bibliothèque 
publique de 11,000 vol.; quartier de ca- 
valerie, bel hôpital. — Commerce : ma- 
nufacture nationale de tapisseries, de tapis, 
indiennes; fabriques de ratines, molletons 
— Pop. 44,600 hab. 

L'église deMarisself village situé à deux 
kilomètres de Beauvais , mérite Kattenlion 
du voyageur. 



M\RSEILLES (Oise). Hôtel de rÉpéc. 
— Bourg de i,â00 hab. , dans une char— 
mante situation; arrosé par une petite ri — 
vière qu'on traverse sur un beau pont. 

GRANVILLIERS (Oise). — Hôtel (TAh- 
gleterre — Bourg commerçant, de 2,000 
hab., avec quelques belles maisons, une 
grande place et de larges rues. 

POIX (Somme). Joli bourg de 1,000 
hab., avec une église qui date du XII« 
siècle, ornée de curieux bas-relie&. 

AIRÂINES (Somme/. — Hôtel de la 
Poste. — Bourg de 2,100 hab., dans une 
figréable situation, sur trois jolis petits 
cours d'eau. — Curiosités : les ruinas 
d'un château fort. 

ABBEVILLE (v. route 2). 



ROUTE 6. 
D'ABBEimAE A CÉJLAMn , 

^4 myr. 5 kil. — RatUe de poste. 



1m. 3k. 






7 





9 


1 


i 


1 


5 





9 


1 


5 


1 


5 





9 


1 


3 



Nouvion. 

Bernay. 

Nampont. 

Montreuil-sur-Her. 

Cormont. 

Samer. 

Boulogne-sur-Mer. 

Marquise. 

Haul-Buisson. 

C\LAIS. 



Nouvion, Bernay et Nampont sont trois 
localités insignifiantes. 

MONTREUIL (Pas-de-Calais). — Hô- 
tels : de l'Europe; de France : d'Angle- 
terre; de Londres; de la Cour-de- France. 
— Chef-lieu de sous-préfecture et place de 
guerre de 2* classe. — Curiosités : la ci- 
tadelle et les remparts; l'église, qui ren- 
ferme un tableau représentant une prise 



d'habit; la religieuse a une tâte délicieuse. 
Véglise de l'abbaye de Saint-Sauine 
existe encore , et est digne de remarque. 
— Pop. 4,000 hab. 

BOULOGNE (v. route 11) 

MARQUISE (Pas^e-Calais). — Hôteh: 
de France; du Grand-Cerf. — Joli bouiig 
situé sur la Stock. On y remarque une 
fontaine, très abondante , même pendant 
les longues sécheresses. — En face de Té- 
glise, le voyageur doit s'arrêter devant un 
tilleul dont le tronc a près de 2 mètres de 
circonférence ; son feuillage couvre un es- 
pace prodigieux. — Belles carrières de 
marbre , raffineries de sel, brasseries. — 
Pop. $,600 hab. 

HAUT-BUISSON. De ce relais on décou- 
vre la côte d'Angleterre. 

CALAIS (w. route 2), 



dbyGoogk 



ROUTE tO. — D*ABBEnLLE AU HAVRB. 



37 



ROUTE 7. 
MEWU^JB A 9A11VT-OHER, 

8 royr. 7 kilomètres. 



C»M. 


im.Ok 


B«si». 


2 7 


r races. 


1 8 


Avrodt. 


1 ft 


S\in-4taER. 


1 6 



BESOIN (Pas-de-Calais). — Hé(el de 
b Crai-Blsiicbe. — Cette peUte ville , 
fiHtiiée et assez bien bdtie en briques , est 
siteée an oooflaent des rivières de la Can- 
cNe ci de la Temoise. — On y remarque 



Tbdtel-de-viUe et des promenades char- 
mantes dans les environs. — Commerce: 
fabrique de bonneterie, brasserie, tannerie» 
briqueterie. — Pop. S,400 hab. 

FRUGES (Pas-de-Calais), bourg ou pe- 
tite ville dont le commerce consiste en 
moyenne draperie. Il possède une source 
d'eau minérale. — Pop. SJOO hab. 

A 2 kil. après Avroult^ on montre des 
restes de la chaussée Brunehaut. 

SAINT-OMER (v. route 5). 



ROUTE 8. 
D* ABBE¥lIiIiE A ARRA9 , 

7 myr. 6 kilomètres. 



Sainl-Riqiûer. 
fiMBcDS (v nmteS). 



0m.9k. 
1 3 
1 9 



L*Arbret. 

Auras (v. route 2). 



1m. 6k. 
1 8 



ROUTE 9. 
D*ABBEiniJLE A miiraLERQlJE » 

Par Saint -Omer, 45 myr. 8 kil. — Route de poste. 



Canchy. 



(tr. route 7). 
Fraies (9, route 7). 



knmÀL 



Im.Ok. 
2 7 
1 8 
1 6 



St-Omer (v. route 3). 

Cassel (v. roule 15). 

Bergues. 

DuNKERûUK (v. route 15). 



lm.6k. 
2 1 
2 
1 



ROUTE 10. 
D'JJBBEinULE AU HATBK , 

Pir DiEPPK, Saint- Valbrt et Fegamp, 47 myr. 4 kil. — Route de 

poste. 



ValiBtt. 
Eo. 



Im.Sk.lTocqueviQe. 

1 6 I Dieppe (t^. route 45). 



.2k. 
9 



dbyGoogk 



38 



BOUTE 10. — D ABBBYILLB AU HAVBE. 



Bourg-Dun. 


Im.Sk 


St-Valery. 


1 l 


Cany. 


i 2 


Fécamp. 


1 9 


Goderville. 


1 3 


Epouville 


1 i 


Le Havre (y. route 45). 


1 6 



A droite, du cOlé de la mer en allanl à 
Dieppe, on aperçoit un ancien camp, ap- 
pelé camp de César ou cité de Urnes, 

EU (Seine-Inférieure), Àucum. — Hô- 
tels : au Cygne, où est la poste aux che- 
vaux; de l'Union. — Petite ville qui date 
du Xe siècle, sur la Bresle^ dans un 
vallon. Eu est une ville peu animée. — 
Curiosités : Véglise paroissiale , édifice 
lourd, qui date du commencement de IV 
give ou style pointu. On y remarque un 
magnifique vitrail donné par le roi Louis- 
Philippe, il y. a quelques années; la chaire, 
la balustrade, et les peintures de la chapelle 
St-Laurent. 

Celte église a été restaurée par le 'roi 
Louis-Philippe. Dans la crypte qui s*étend 
sous toute la longueur du chœur et du 
sanctuaire, se voient une série de statues 
historiques, mutilées en 1793, mais qui 
furent restaurées par Louis-Philippe. — 
Véglise du Collège renferme deux magni- 
fiques tombeaux, élevés, Tun à la fonda- 
trice, et l'autre au prince de Guise son 
époux, assassiné à Blois; ils sont attribués 
à Germain Pillon. 

Eu est particulièrement remarquable par 
son château qui appartenait à Louis-Phi- 
lippe et dans lequel ce prince venait cha 
que année se reposer des fatigues de la 
royauté. — En 1843, la reine d'Angle- 
terre , accompagnée du prince Albert, son 
mari, visita dans cette antique demeure le 
roi Louis-Philippe et la reine Amélie. Le 
parc est magnifique. — Pop. â.SOO hab. 

Excursion. — Des omnibus condui- 
sent à 4 kil., au Tréport, petite ville sur 
la Manche, i Temboucbure de la Bresle, 
avec 5,100 h. et un port pêcheur; des tra- 
vaux assez importants ont été exécutes 
pour l'amélioration de cette petite place 
maritime, parmi lesquels on doit citer la 
canalisation de la Bresle jusqu'à Eu, de 
•orte que les navires d'un petit tonnage 



peuvent remonter jusqu'à ce point. — 1 
glisCy bâtie pittoresquement sur une é; 
nence à laquelle on arrive par un escal 
a été édifiée vers le milieu du xiv« sièc 
Cet édifice renferme des ilétails d*4rchi1 
ture fort curieux. — Bains de mer sa 
fréquentés pendant la belle saison. 

DIEPPE (v. route 42) 

LE BOliRG-D'UN (Seine-Inférieun 
grand village avec poste de gendarmer 
L'église est du xv^ siècle. — Pop. 1,0 
hab. 

SAINT-YALERY-EN-CAUX (Seine- 
férieure). — Hôtels : Picard; de Fran- 

— Ce joli port, bien abrité et mieax ï 
que Sl'Valery-sur-Somme, est mo 
commerçant que ce dernier. Lescaropagi 
en sont charmantes, et les pâturages, € 
cellents. Véglise, située sur une émineni 
est assez curieuse et mérite d'être visiU 

— Pop. S,SOO hab. 

CANY , toute petite ville , avec d*ass 
jolies habitatious, un joli château, et 1 ,6< 
hab. 

FÉCAMP (Seine-Inférieure) Fiscati 
num. — Hôtels : de la Poste; du Gran 
Cerf; Dubuc; du Commerce. — Petite vi!l 
chef-lieu de canton; son port, bien que | 
tit, jouit d'une assez grande activité poi 
la pêche de la morue, du hareng et du m 
quereau. — Curiosités : l'église de Vm 
baye de Notre-Dame ou Véglise 6e$ B* 
nédictinSf dont les chapelles, d'architê 
ture gothique, sont d'un travail admirabl 
La tour de cet édifice a 70 mètres. - 
Théâtre, belles fontaines, bibliothèque pi 
blique, plusieurs filatures de coton. U 
ancien camp de César , situé sur la ed 
dite du Canada. Les /a/aiae« des alentoa 
sont très curieuses. — Pop, 40,OÙ0 k 

Nous quittons la mer pour ne la retroi 
ver qu'au Havre. 

GODERVILLE (Seine-lnférieore), je 
village dans un riant vallon. On y troui 
une bonne route de poste qui conduit à 
myr. 2 kil. à Bolbec. 

EPOUVILLE (Seine-Inférieure) , U 
campagnes en sont également riches. U 
petit ruisseau arrose Epouville; on y trouv 
une papeterie. 

LE HAVRE (v. route 45). 



dbyGoOgk 



BOUTE 11. — DB PARIS A BOULOGNE. 



39 



ROUTE 11. 

DE PARIS A BOVliOGIinE (2 routes), 

far celle de poste (w. route 4 ), 25 myr. 6 kil. ; par le chemin de 
fer {V. route 2 ) jusqu'à Amiens, 44 myr. 7 kil. ; d'Amîess a Bou- 
uiGjrB, par Abbeville et Étaples, 420 kil. — Pour la descrip- 
tkm de Paris a Amiens sur le chemia de Ter (t;. route 2.) 



ABBEVILLE (Somme), Abbalis viUa. 
— EéuU : de l'Europe ; de la Téte-de- 
B«£; du Lioa-Noir; d'Angleterre. — 
Tifie assez grande, assez forle, assez belle. 
■bée sar b Somme, mais dégénérée de 
MiAcieDoommerce; presqu'eniièrement 
Idâeea briqoes, excepté un petit nombre 
d^kdtâs eo pierres de taille et de vieilles 
■aiaas ea pans de bois , elle n'a aucun 
édJee renarquable. Cepeudant nous de- 
f«s ctfer U taihèdraU de Sl-Vulfran , 
d*œ beUe architecture goUiique , eom- 
■etcée sous le règne de Louis XII , qui 
•e ia Tït p» termiDer ; sa £içade est d'un 
ityle très rkhe, ornée de trois vastes por- 
lias dont \ts portes en bois, celle du por- 
Id principal, offrent des sculptures très 
carieoscs. Las niches qui garnissent cette 
bi^ sont décorées de statues colossales 
<|i'a épargnées la Révolution, et l'église 
Bt sinaontée de deux tours d'un assez 
bon style gothique. Une troisième, délica- 
teeat ébocée en forme de colonne, offre 
Se fès haut point de vue deb ville; Vkos- 
fKc de» ÈnfanU-Trouvéi. Uoe seule 
■ssM, celle de Shlincourt, place Sainte 
(tere, mérite TaUention des étrangers. 
Le RBpart sert de promenade. 

A&beville possède une sous-préfecture, 
■ caflcge, one bibliothèque publique de 
16,000 voL. unesallede spectacle, haras, 
(itttaiiies d'eao mioérale, établissement de 
fcMW. — Commerce : draps , soieries, 
cbpdlerie, qaiocaillerie, mannractures de 
dnps, savonneries. Les campagnes voisi- 
•es prodoisent grains , chanvre, graines 
fOMes et fin. — Pop, 18,400 hab. 

Cxcntsions. — Au champ de bataiUe 
<te Çréey, 1 m^t. 6 kiL On suit b roule 
de St-Onier par Hesdio, on arrive au petit 
ntta^s de Panimme, et on a devant soi 



une croix qui indique ce champ de babille 
où furent moissonnés 50,000 Français. 

Au château de Rambures , i myr. 6 
kil., sont des murailles d'un fort très re- 
marquables. 

A ro. d'Abbeville, est la ville de : 

Saint- Valéry (Somme). — Hôtels: 
les Armes-de-France; le Cheval-Blanc, 
qu'on voit de toutes les parties élevées de 
la route. — C'est un port de mer assez 
commerçant , situé sur la rive gauche et 
près l'embouchure de la Somme, presqo'en 
face du bourg de Crotoy, situé sur l'autre 
rive. — C'est ici que Guillaume de Nor- 
mandie s'embarqua pour faire b conquête 
de l'Angleterre. — Pop. 3,400 hab, 

ETAPLES (Pas-de-Calais) . petite villo 
ancienne et port de mer, sur la rive droite 
de la Canche. Sous les Romains, elle por- 
bit le nom de Quantauicus, et son port 
pouvait contenir une forte division de leur 
Hotte. Le traité de paix de U9!2, entre b 
France et l'Angleterre , fut signé à Ebples. 
Il ne reste plus de sa splendeur passée que 
quelques maisons d'assez belle apparence, 
les habitations de pêcheurs rassemblés au- 
tour d'une grande place déserte et les 
ruines d'un château fort qui date de 1160. 
Vice-consulab étrangers. — Commerce : 
pêche du hareng et du maquereau, brasse- 
ries.— Pop. i,200hab. 

BOULOGNE (Pas-de-Calais), Bononia, 
le Gessoriacum navale des anciens. — 
Hôtels : des Bains et de Bellevue, sur le 
port; de la Marine, sur le port; du Nord; 
Shipnhôtel, rue àSainte-Croix ; Brislish-hô- 
tel, rue d'Assas, n» 5; Meurice. rue de 
l'ECU, 35; de l'Univers, rue de l'Ecu, 
26; d'Angleterre; de Londres; du Château- 
de-Douvres, rue Siblequin, n« il. — 
Boulogne se divise en haute et basse vilb. 



dbyGoogk 



10 



BOUTE 13. — DE PABIS K AMIENS. 



Sa priDcipale porte, au nord-ouest, qui 
conduit k la basse ville, est appelée PorU 
des Dunet, parce que les sables s*y sont 
presque subitement amoncelés lors d'une 
tempête qui souleva l'Océan , en 1042. 
Les fameux remparti sont une jolie pro> 
nenade très fréquentée; dire que dans Un 
temps clair, vers le coucher du soleil on 
aperçoit, de l'angle de l'ouest, la tour de 
Douvres, c'est donner une idée encore 
imparfaite du plaisir que les remparts pro- 
curent aux promeneurs. La rue qui fait fa- 
ce au château renferme la modeste demeure 
où mounit Le Sage, l'ingénieux auteur de 
Gil-Bas] une inscription en perpétue le 
souvenir. La basse ville offre un coup d*œil 
agréable; la principale rue est celle de l'E- 
eu. — Curiosités : Vhôpilalt la caserne^ la 
hibUothèquede 22,000 vol. et 3,000 ma- 
Duscrils; le mr^éum, la cathédrale, le 
fort, le théâtre. 

Bel établissement de. 6atfu de mer très 
fréquentés pendant la belle saison. Un 
grand nombre d'Anglais viennent visiter 
Boulogne; beaucoup l'habitent constam- 
ment. — Commerce : pêche , raffineries 



de sucre et de sel , verreries, savooaeries 
étoffes delaine, fotenceries, vinsetliqaeun 
— Pop. y comprit 5,000 Angiait 
Z6,000 hab. 

Consulat Anglais. — Paquebois à-vâ 
peur tous les jours pour Folkslorie , I>ou 
vres et Londres. 

Colonne Napoléon. — À quelques cen 
taines de pas de la grande route , s*élèv4 
la colonne érigée par la grande-armée ei 
1804, par les troupes campées il Boulogne, 
comme un témoignage d'admiration pout 
celui qui les avait si souvent conduites ï 
la victoire, et pour retracer à la postérité 
le souvenir de la piemière distribution des 
croix de la Légion -d'Honneur. Une statue 
colossale de Napoléon , coulée en bronze à 
Paris le 4 juin 1840, a été placée au som- 
met de la colonne, le 15 août 1841 . 

Ruines de la Tour-d'Ordre. — Sur le 
sommet de la falaise k droite du port, f se 
trouvent les ruines de la Tour^'Ordre, 
bêtie en l'an 40 de l'ère chrétienne, par 
Caïus Caligula, empereur romain . C*éUit 
un phare. 



ROUTE 12. 

DE PA1U9 A AHIKHTSy 

Par PoNToisB et Clermont, ^4 myr. 8 kil. — Chemin de fer {v. r. 2). 
Celte voie est pour ainsi dire la seule suivie maintenant. 



ROUTE 15. 

DE PARIS A AIHIEIVS 9 

Par Chantilly, 42 myr. 8 kil. (t;. route 4 ). 



Au sortir de Saint-Denis, à 10 kil., 
traverse. 

ECOUEN (Seine-et-Oise). — Hôtel de 
Lille. — Petite ville ou plutôt gros bourg 
bien bâti, avec 1,100 h. Son beau ehâr 
teau s'élève sur une éminence. 



A 11 kil. plus loin ; 

LUZARCHES, petite ville de 1,500 h. 
située dans un joli pays; on y remarque 
deux châteaux, qui servaient de résidence 
aux anciens rois. 

10 kil. nous conduisent à ; 



dbyGoogk 



BOUTS 15. D* AMIENS A DUNKERQUE, 



CawmLLX (Oise). — Hôtels : de 

B^rino- Coudé; d^Ant^e terre. — Bourg 

^ 4^M aoo agraadîsseiaeni à la maison 

^ Ciftàè. \3tie me belle et spacieuse a 

fié <Mslnitle par \e dernier prince de 

C*ai£, qm fooda an hospice richeoienl 

*^j« a munificence. Belles fonUines 

•^Bçies. L'êgirae, bStie par les princes 

« Cflodé, est d'une bonne architecture. 

I ~ X V entrée du parc, est le théâtre où 

\ îîy*^"'*' BoUean et Molière venaient 

\ wCTier les loiârs du grand Coudé. — Le 

I paîw , admiré par sa magnificence et sa 

I P^^m, qui servait de résidence aux 

■«îwïreiicy el aux Condé, fut détrail 



41 

par la hache révolutionnaire. Le duc de 
Bourbon a relevé en partie cette belle pro- 
priété, que vont visiter surtout les Anglais. 
Le château de la loge de Viarmes ou 
maison gothique de la reine Blanche mc- 
rilerail seule le voyage de Paris à Chantilly. 

Chantilly est toujours renommé pour sa 
dentelle de soie, appelée blonde; on y 
compte maintenant sept grands établisse- 
ments. — Pop 2,S00. hab. 

Bientôt la route traverse le chemin de 
fer près de la station de Creil, et de là 
continue parallèlement au rail-wav. 

AMIENS {V route 2). 



ROUTE 14. 

I>*AHIEM8 A ]»IEPPE, 

f^PoiXjNBuFCHATBL et PoMMERÉvAL, 44 myr. 2 kil. — Rtmte 

de poste. 






Vacfaâkd. 

Pwuneréval. 

Bois-Robert. 



f m. 8k. 

9 
\ 7 
2 5 

1 i 
\ 7 
1 2 



La contrée que traverse la route est 
note et fertile; partout Pindustrie étend 
an infloence. 

POIX (Somme), joli bourg, de i ,000 h. 



avec une église curieuse do Xll» siècle. 

AUMALE (Seine-Inférieure), petite ville 
de 2,000 hai). dans une heureuse situa- 
tion; tout près se trouvent les ruines de 
y abbaye d'Auchy. 

NEUFCHATEL (Seine-Inférieure), — 
Hôtels: Grand- Cerf; le Lion-d'Or. — Sous- 
préfecture et bibliothèque publique. — 
Commerce : fromages exquis et renom- 
més. — Pop. S.SOO. hab. 

DIEPPE (t;. route 43). 



ROUTE 15. 
d'ahiems a ]»c]!irKm«inE , 

Pftr Saiht-poe. el Cassel, 45 myr. 5 kil. — Route de poste. 



Tafams. 

DoDlleos. 

FréTenl. 

Sl-Pol. 

Perae». 

LOlien. 

Aire. 



m. 6k. 
i 
5 
3 
5 
1 



Hazebrouck. 


im.5k. 


Cassel. 


1 5 


Bergues. 


2 


DUNKERQUE. 


i 



Pour la description de celte route, voyez 
route 5, jusqu'à Aire. ^ . 

Digitized by VjOOQ IC 



42 



BOUTE 17. 



DB PARIS A DUNKBRQUE. 



HAZEBROUCK (Nord). — Hôtet des 
Trois-Chevaux. — {v. route 2 ). 

CASSEL (Nord), — Hôtels : du Sau- 
vage; de Belle- Vue, bien tenus. — Petite 
ville assise sur la croupe du pittoresque 
mont de Cassel. De la sommité de ce 
mont on aperçoit la mer qui n'est qu'à 2 i 
k., près de 100 villages et 52 villes , ce 
qui forme un des plus beaux panoramas de 
la France. Ces villes sont : Dunkerque , 
Bergûes, Hondschootc, Fumes, Nieuporl;, 
Ostende, Bruges , Poperingue , Dixmude, 
Ypres, Courlrav, Menin, Lille, Bailleul, 
Annenlières.la Bassée, Béthune, Mer\'iIIe, 
St-Venanl , Lilliers , Estaire , Lagorguo , 
Hazebrouck, Aire.St-Omer, Ardres, Calais, 
Gravelines, Bourbourg, Arques, Thérouan- 
ne et Cassel. On pourrait ajouter Douvres, 
qu'on distingue quelquefois par un temps 
serein; Sieen Worde, Watteriy el d'autres 
villes de Flandre, que le premier paysan 
nommera à l'étranger. — Curiosités : Vé- 
glise paroissiale, les restes du couvent 
des Jésuites, la mairie, Vancien hôtel- 
de-viUe, bâtiment de construction espa- 
gnole, devant lequel se trouve une fontai- 
ne magnifique. Deux des anciennes portes, 
celles d'Aire et de Bergues, ont été cons- 
truites par les Romains: le château moderne, 
dont les jardins sont magniûques. — Pop. 
à,300 hab. 



BERGUES (Nord). — Bôlel de la 
Poste. — Petite ville fortiBée, sur la Cal- 
me; elle communique avec Furnes et la 
mer par un canal qui peut porter des niTÎ* 
res de 500 tonneaux. Bergu^ est dé&a- 
due par deux forts, le fort Lapin ci le fort 
Suisse. — Curiosités : la grande pUoc, 
Vhôtel'de-ville, del66i, \e Bef[rol,U 
glise de St-Winox, la bibliothèque, ie 
musée où se trouvent quelques Rukn, 
des van Dyck et des Browers. — ^' 
6,000 hab. 

Un chemin de halage conduit de Bo^ 
gués à Furnes en 5 heures; od passe par 
Hondschoote, ville de i.OOO hab. 

DUNKERQUE (Nord). — BôteU: de 
Flandre; du Chapeau-Rouge; du Sao?ige. 

— Sous-préfeclurc, ville maritime, a«t 
plac« forte, direction des Douanes, théâ- 
tre, bibliothèque de 18,000 vol., pan» 
lesquels un Digeste de Florence, iû-ï)^ 
fort curieux. Jean Bart, ses matelots et ses 
pêches lui ont donné une grande iopH- 
lance dans les fastes de la France. — Cfr 
riosités . la façade de St-Eloi, le bea 
bedroi gothique , le collège , le port i 
beau et vaste; la rade, une des plus bdhs 
de l'Europe. Du haut de la Tour-de-Yilk 
élevée de 8i mètres, on a une belle tv 

— Pop. 27,S00 hab. 



ROUTE 16. 

DE PARIS A DfJJVriERQfJE., 

Par Amiens (v. route \2 et 15), Saint-Pol et Cassel (v. route <5), 
28 myr. -I kilomclre. 



ROUTE 17. 

DE PARIS A DIIlVILERQUEy 

Par Amiens, Arras, Douai, Lille, IIazebrour et Cassel, ôSmîT»; 
6 kil. — Chemin de fer. 

De Paris à Amiens (w. r. 2). 14 m. 6 k. De Lille à Hazebrouck. 4 m. t ^• 

D'Amiens à Arras (y. r. 18). 6 8 D'Hazebrouck à Dunkerque (w. 
D'Arrasà Douai. 2 6 r 15). i t 

De Douai à Lille. 3 3 Dunkerque (v. r. 15). 7 ! 



dbyGoogk 



lOUTE 18. — DB PARIS A LILLE. 

ROUTE 18. 



43 



DE PÀR18 A IaMMaIaW^ j 

ParPo3îToisE, Glermont, Amiens, Arras et Douai, 27 myr. 3 kil. 
Chemin de fer. 



DeP»5à\iiiieos(p. p. 2). 14m. 8k. 

AArt, 1 6 

Vfaiet. 1 9 

BoÉkoL 9 

Arw. 8 

^ * 

5^: 6 

îîîl * 

Uferat 7 

2[^ 7 

SetSB. 8 

Lau. 1 

CORME (Somme). Celte petite localité, 
« »,3Ô0 h., située sar ]« Somme, possède 



■instfâcariettx d'une aucicnne abbaye. 
*^T (Somme), petite vilie de 3,500 
■Min y renttrqoe une belle grotte^ qui 
««w de corieuses pétrifications; son 
y» et la eoscade qae forme la rivière 
Knioont. 

ARRAS (PasHie-Calais), Atrehate. - 
«e|«b : de rUnivere ; de l'Europe; du 
*^»^Bt-PoK-.Ville et place de guerre 
^PMJe et assez belle , chef-lieu de 
l"**»!*, située sur la Scarpe\ elle a : 
2**,**'^'ïi<ine. évéehé , théâtre , école 
JJ*» do génie , collège, cabinet d'his- 
««Mterelle et d'antiquités, tausée, etc. 
"7^1^^^^ : l'hôtet-de-ville , une des 
P«s Wles productions du genre gothique ; 
B«tf*«drok(Sainl.Waasl), vaisseau mo- 
*«« très estimé; la citadelle, une des 
I^Wlesde France ; le théâtre, le bef- 
™' «cernes, les promenades , l'hôtel 
u^i.P*^'""' la place du Vieux-Marché, 
tttolwthèque, de 56,000 volumes. — 
^^[■fJW'W : huile de colza , lin, raffine- 
Vf * ■**» ^^res de coton, fabriques û& 

WLAI (Nord).— HâteU : de Flandre ; 
* Coomerce; de Versailles; de l'Eu-î 
"V; TO Nouveau-Monde. — Grande , 



forte et belle ville sur la Scarpe, avec 
sous-préfecture, cour d'appel, théâtre; 
musée, école d'artillerie, — Curiosités : 
les églises St-Pierre, NotrerDame et 
St-Jacques ; le jardin de la société d'a- 
griculture , le jardin public , Varsenal , 
Vécole d'artillerie , le lycée (ancien cou- 
vent des Templiers, où beaucoup de jeunes 
Anglais ei Irlandais venaient étudier); 
V hôtel de ville, la cour d'appel, Vhâpital 
général, la grande place, les remparts , la 
fonderie de ccnons, le musée , le cabinet 
d'antiquités, la bibliothèque, de 24,000 
vol. — Commerce considérable. — Pop. 
20,500 hab. 

C'est à Douai que le chemin de fer du 
Nord se bifurque : la branche qui incline 
vers l'E., conduit à YalemÀennes, Mons 
et Bruxelles. Celle que nous suivons prend 
une direction N. et conduit à Lille, 

SECLIN (Nord), petite ville fort an- 
cienne avec une population de 5,300 hab. 

Bientôt après avoir dépassé Séclin , des 
centaines de moulins à huile s'élèvent de 
chaque côté de notre route jusqu'à la sta- 
tion de Lille. 

LILLE, Chef-lieu de préfecture du dé- 
partement du Nord. — Hôtels : de l'Eu- 
rope ; de Flandre ; du Nouveau-Monde ; du 
Commerce , tous au centre de la ville. — 
C'est une très belle ville , située sur le 
canal qui communique de la Sensée k la 
mer, et sur la Moyenne-Deule qui la tra- 
verse et y est navigable. Elle est entourée 
de fortifications immenses qui passent pour 
le chef-d'œuvre de Vauban , et défendue 
par une citadelle remarquable. Les rues 
y sont larges, propres, bien bâties, presque 
dans un goût moderne. — Sa population 
s'élève à 75,500 habitants. 

Principaux monuments : la bourse , le 
théâtre, le palais de Richebourg , con- 
struit par Jean-Sans-Peur, en U30 ; il (ut 
habité par Charles-Quint, et cé^é en 1660 

Digitized by VjOOQIC 



44 



ROOTB 18. — DE PABIS A LILLE. 



aux magistrats de la ville, par Philippe] 
lY, roi d'Espagne. Ce palais sert d^hôlel- 
de-ville depuis cette dernière date. Les 
tours à créneaux et les croisées gothiques 
attestent Tépoque de sa construction. L*aile 
droite ayant été incendiée, elle Tut rétablie 
dans le goût moderne , au xviii« siècle. — 
Ensuite Véglise Saint- Maurice, qui date 
de i022. et celle de Saint-Paul. Le 
mont-de-Piété, VhôpUal général , fondé 
en 1 739 ; le musée , dans un ancien cou- 
vent des Récoliets dont on admire la fa- 
çade ; un superbe pont , la salle des con- 
certSf les prisons, Vabattoir et \e jardin 
botanique , le palais de justice. Deux 
autres monuments doivent aussi fixer l'at- 
tention : ce sont la porte de Paris , bel 
arc de triomphe élevé en 1782 à la gloire 
de Louis XIV, et la colonne érigée sur la 
grande place, en commémoration du siège 
que la ville eut à soutenir en 1792 contre 
les Impériaux qui durent, après plusieurs 
jours de bombardement, lever honteuse- 
ment le siège. Cette colonne a été inau- 
gurée en 18ii. — Commerce : fabriques 
considérables de tissus , coton et laine , 
dentelles, bonneterie, café, chicorée , sa- 
von, manufacture de tabac, etc. 

Chemins de fer pour la Belgique et 
r Allemagne. 

ROUBAIX (Nord) .—HôteU : de France; 
du Commerce. — Le mouvement continuel 
^ue répand dans celle ville l'importance de 
son commerce lui donne un aspect de fraî- 



cheur et de nouveauté qui surprend ai 
premier abord. Toutes les maisons en son 
propres, la plupart grandes et bien bâties 
une sorte d'élégance approchant da lus 
en distingue même plusieurs. 

La population de Roubaix, qui n*était e 
1806 que de 8,7 U h., est maintenant d 
52.000 h., y compris i ou 5,000 on 
vriers étrangers. 

TOURCOING (Nord). — HôteU : é 
Cygne ; de Paris. — Ville manufacturier 
située dans un territoire fertile. Elle es 
bien bâtie, presque toutes ses maisons on 
une jolie façade . et ses nombreuses (abri 
ques lui donnent un air animé. On re 
marque Y hôlel-de-ville , sur la grand 
place, l'église Saint-Christophe, celle d 
Saint-Jacques et V hospice. 

Comme i Roubaix , les fabriques d 
Tourcoing s'occupent principalement de 
éloffes. — Pop, i7,000 hab. 

A environ 2 k. 1/4, nous quittons I 
France pour entrer en Belgique par 

M0U3CR0N, station belge où est situé 
la Douane* 

La station de Mouscron dessert Tour 
nay ; en outre, elles sert de communies 
tion entre Lille, Courtray , Gand , Bru 
ges, Ostende, Bruxelles, Anvers , Lom 
vain, Tirlemont, Saint-Tron, lAége 
Verviers, Aix-la-Chapelle, Duren et Ca 
logne. De celle dernière ville, le chemii 
de fer coloie le Rhin, et va* rejoindre d*iii 
côté Dusseldorf, et de l'autre Coblentz. 



dbyGoogk 



lOOTB 21. — DE LILLE A TALBNCIENNBS. 45 

ROUTE 19. 

DE PARIS A IiIIiIiE, 

Par iuE58, DoGLLEKs et ârras , 24 myr. 'I kil. — Rouie de poste 
peo suivie maintenanL 

D«PniDoa]]eos(p. r. 3). iSm.Sk.lLens. 1ni.7k. 

l'AlIrel. i 7 Carvin. i 2 

Ami(t.niiielH). i 8 ILille (v. route 18). 1 9 



ROUTE 20. 
DE lilULlE a CJULAIS, 

Far Casssl et Saint-Omeh, 44 myr. — Route de poste. 

Aq sortir de Lille , notre route incline 
vers rO. ; après Armentières , elle tra- 
verse la Lys, et continue la même direc- 
tion jusqu'à Cassel {v. route 15). Ensuite 
elle traverse Saint-Omer et arrive à 

CALAIS (t). route 2). 
C4iis(r.rwile2). ' " 



SHl-ter(9. foate3). 
liBecGnse. 



Im 


.6 k. 


1 


3 


2 





2 


1 


1 


6 





8 


A 


6 



ROUTE 21. 



DE IiHiIiE A yrAMàlESSCnSSiNE» • 

I^Orcbies et Saint- Amand, 5 myr, 5 kil. — Route de poste. 



KBW^farq. 



Stât-Ànand. 



Im.ik. 
1 2 
1 i 
1 3 



^KHIES (Nord), ândenne petite ville 
■• percée el bien Mtic, défendue par une 
jjRÎIe et on îossé. — Commerce : 
««. afan, huile, poterie, filature de lin. 
7^oil. fnA. pour Doiffli, Lille.— Pop. 

SàKT-AIIAND (Nord). — Hôtel du 
■wtaMflanc. — Petite ville arrosée par 
aStvpe; il y a une belle rue bien pa- 
^- Us raines de son ancienne abbaye 
j[«iitaal plus, il n'en reste que le clo- 
«Mni Mît aujoard'hui d'horloge el de 
™i; sa haotpiir est d'environ 100 mé- 



tros ; un escalier de 450 marches conduit 
au sommet : cette tour est eucoro un des 
plus beaux restes gothiques de la contrée. 
— Pop. 9,S00 hah. 

Boues DE Saint-âuand. — A 2 kik)- 
mètres de la ville , près du hameau de la 
Croisettet sont les eaux et boues de 
SairU-Àmand , dans une prairie maréca- 
geuse , environnée en partie par la vaste 
forfil de ce nom. 

Ces eaux , très fréquentées pendant la 
belle saison , ont une grande réputation. 
Leur température moyenne est de 20° 
Réaumur (25o centigrades). 

L'établissement des bains oflTro do 
belles promenades et tout le comfort de 
la vie. 

VALENCIENNES (v. roule 24). 



dbyGoogk 



46 



ROUTE 24. — DE PARIS A VALENCIBNNES. 

ROUTE 22. 
DE IaUJLE ▲ VAIilIiyClElVliC», 

Chemin de fer. 



De Lille à Douai (v. route 18.) 51 k. 
De Douai à Yalenciennes(t;. r. 24). 36 

Cette voie , bien que plus longue que la 
route de poste , est cependant aujourd'hui 



la plus suivie , parce que, non-seulement 
elle présente une économie de temps et 
d'argent, mais que de plus elle offre chaque 
jour des départs multipliés. 



ROUTE 23. 
DE liiiiiiS: A BÉTmjinB, 

5 myriamètres 7 kilomètres — Route de poste. 



BÉTHIJNE (Pas-de-Calais).— JÏ(5fe/« ; 
de France ; d'Angleterre. — Ville sur la 
Lave ou Law , qui la traverse et se jette 
dans la Lys. Elle est assez bien fortifiée. 
On y fabrique une grande quantité de ba- 
tistes. La principale €^/tse est remarquable 



par sa nef, soutenue sur des colonnes d'un 
travail délicat. — Le beffroi qui domine la 
grande place est une construction bizarre. 
— Pop. 8,000 hab. 

Visitez , dans les environs , le château 
d*Ànne%in. 



ROUTE 24. 
DE PARIS A TAiiEnrciiaoreSy 

Par PoNToisE , Amiens^ Arras et Douai , 277 kil. — Chemin de fer. 



De Paris à Douai (v. route 18). 241 k. 

A la station de Douai , la route se bi- 
furque; la branche que nous suivons prend 
une direction E. et passe par les villages 
de l/on/igny, Somainy Wallers et Rais- 
mes, puis nous arrivons à 

VALENCIENNES (Nord) Valentianœ. 
— Hôtels : du Commerce ; de la Poste ; 
du Grand-Cygne. — Chef-lieu d'une sous- 
préfecture et siège d'un tribunal de pre- 
mière instance et d'un tribunal de com- 
merce. Sa position, au confluent de V Es- 
caut et de la RhonellCt la rend très forte 



sous le rapport militaire. Ses fortifications 
et sa citadelle sont do maréchal de Vauban. 
La ville est bien bâtie , ses maisons sont 
pour la plupart en brique et en pierre 
blanche. On y remarque Vhôtel-de-ville , 
riche de décoration. La galerie de pein- 
ture t enrichie de trois tableaux de Ru- 
bens t occupe le 2« étage de Thdtel-de- 
ville. — Le beffroi , qui faisait l'orgueil 
des habitants, s'est écroulé le 7 avril 18i5. 
— Vhôpital général et le théâtre mé- 
ritent aussi quelque attention. 

Valenciennes est la patrie de Froissard, 
historien du xiv« siècle, des peintres W»> 



dbyGoogk 



mOUTB 35. — DE PARIS A VALENCIENNBS. 



47 



len, Gérin, Abel de Pajol, et de la célè 
l«e actrice Dochesnois. — Commerce 
cossidénble, arec U Fraooe et l'étranger. 
— Pop. iS,400hab. 

Chemins de fer ^ plusieurs fois par 
fiar pour DoM€i, Lille, Àrras, ÀmierUf 



Clermont , PotUoi^e, Paris ; — pour 
toute la Belgique et l'Allemagne ; Mons^ 
Bruxelles, Liège, Aix-la-Chapelley Co- 
logne. 

A une petite distance de Valenciennes se 
trouvent les riches mtnea â^An%in. 



ROUTE 25. 

DE PARIS A TAIiElVCIEinVKS, 

PtrSBXUs, CoMPitoNE, NoYON, Saint-Quentin et Cambrai, 2\ 
myr. — Koute de malle estafette ^ avant Touverture du chenÛD 
d€ fer. 



LeB«D^. \ 


Lm.lk 


Locnrres. 


1 3 


U CbapeUe-eD-Ser?al. 


1 


Scalis ( 


3 9 


Vaieneare-sar- Yerberie . 


1 3 


U Croix St-Ouen. 


1 2 


Coopiègne. i 


O 8 


Kbecourt. 


1 i 


Xayoo. 


1 


oQiscsnl. 


9 


Haa. 


1 


««py 


1 2 


Sl-ÛncotiD. ( 


9 9 


Bellîcoiirt. 


1 4 


BaoaTy. 


1 i 


Cambrai. \ 


\ 1 


BoBciiaiD. \ 


l 5 


VALEKCIE51IES \ 


1 7 



Celte nmfe est peu suivie depuis Tou- 
^ertore do cfaernio de fer ; nous croyons 
cependant devoir Tindiquerpour les chai- 
ses déposât. 

On quitte Paris par la barrière St-Mar- 
tin; on traverse successivement : 

LEBOURGET, petit village; LOUVRES 
^eine-et-Oise), bourg où Ton fabrique des 
denldles; U CHAPELLE*EN-SERVAL , 
pou nous arrivons è 

SENLIS (Oise). Sihaneetœ.— Hôtels: 
da gnnd-Cerf: des Diligences; de Paris. 
— YiUe située sur la Nonette, avec sous- 
préfedore, bibHolkèque qui possède 8,000 



volumes, colUgey théâtre. — Curiosités: 
le clocher de la cathédrale, dont la flèche 
est d*une grande élévation. V hospice ^ 
belle construction moderne, à l'entrée de 
la ville; ie château, bdti par saint Louis, 
est aujourd'hui une vaste et pittoresque 
ruine. — Commerce : blés, farines, vins 
et bois; toiles de colon, dentelles, filature 
de coton et blanchisserie de toiles. — Ses 
environs offrent de belles carrières de pier- 
res. — Pop. 5,800 hab. 

Après Senlis, on rencontre le village de 
St'Chamanty cher aux naturalistes et aux 
géologues, a cause des coquilles fossiles 
qu'on y rencontre. 

COMPIÈGNE (Oise) est une ville très 
curieuse à visiter. — Hôtels : la Cou- 
ronne; le Lion-d'Areent; la Cloche. — Le 
château royal quelle possède, réédifié 
sous Louis XY, est magnifique; la forêt , 
le château de Pierre-Fonds, les ruines 
de St-Jean et la petite forêt de l'Aigle, qui 
n'est séparée de celle de Compiègne que 
par VAisne, sont des promenades déli- 
cieuses. — Pop. 9,800 hab. 

Pendant la belle saison , un bateau à 
vapeur part de Compiègne tous les jours, 
pour Paris, jusqu'au Pecq; trajet 8 h. oi- 
viron. 

NOYON (Oise). —Hôtels : des Cheva- 
lets; du Nord; de la Tête-Noire; Maroc, 
pâtissier-restaurateur. — Ancienne ville 
sur la Vorse, près de l'Oise, et sur le pen- 



dbyGoogk 



48 



ROUTE 26. 



DE VALENCIENNF.S A MAUBEUGE. 



lîhant d*ane colline. Elle est assez bien 
i)dlie; mais son enceinte est resserrée, et 
ses raes manquent de régularité. 

Noyon communique parTOise à la Seine, 
et par le canal de St-Quentin avec les dé- 
partements du Nord. — Curiosités : la 
cathédrale^ bel édiGce de style ronaain. — 
Commerce : grains, toiles, cuirs , manu- 
factures de toiles : aux environs, mines de 
charbon. Patrie de Calvin.— Pop, 6,300 
hab. 

GUISCARD (Oise). — Eôtel de la 
Poste. — Ville de marché qui commerce 
en grains et en bois à brûler. — Voye% les 
resAes de son ancien château. 

Bientôt la route franchit le sommet des 
collines qui séparent le bassin de la Seine 
de celui de la Somme. 

HÂM (Somme). Hôtels : de France; 
du Comet-d'Or. — Petite ville mal bâtie, 
sur la Somme, possède un château fort, 
qui depuis 1830 a ser\'i de prison d'Etat. 
On y remarque l'ey/ùe de l'abbaye. Patrie 
du général Foy et du poète Vadé. — Pop. 
3,000 hab, 

SAINT-QUENTIN (Aisne). - Hôtels : 
d'Angleterre; du Cygne; du Comet-d'Or; 
du Pot-d'Étain. ■— Ancienne et célèbre 
ville sur la Somme, avec sous-préfecture, 
société académique des arts, belles-lettres 
et agriculture, collège, etc. — Elle est si- 
tuée sur le point de jonction du canal Cro- 
%at, par lequel elle communique avec la 
Somme et l'Oise, et avec celui de Saint- 
Quentin^ qui communique avec l'Escaut; 
les deux viaducs de ce canal, sont d'un 
haut intérêt; l'un a 5,677 mètres de long, 
l'autre 1,100.— Curiosités : Véglisepa- 
roissiaUt un des édifices gothiques les plus 
hardis de celte partie de la Gaule belge. Le 
voyageur visitera aussi V église St-Jacques, 



les promenades: Vhôlel-de'ViUe;\tbiblfa- 
thèque, de 15,000 vol ; le théâtre; les 
Glatures et usines; et, à peu de distance, 
un camp romaiu assez bien conservé. — 
Commerce : filatures de coton et de laine, 
fabrique de tissus en coton, tulles, etc., 
ateliers de construction de machines à va* 
peur. — Pop, 24,000 hab. 

Nous rencontrons les villages de Hbllt- 
COURT, BoNAVY, otc.; et après avoIr tra- 
versé l'Escaut, nous arrivons à 

CAMBRAI (Nord) Camaracum. — 
Hôtels : de l'Europe; des Diligences. — 
Ancienne métropole des Gaulois, que sur- 
prit Clodion en 437; ville forte sur i'f •- 
caut, avec sous-préfecture, évêché, théâ- 
tre. Ses rues sont régulières; ses maisons 
propres, et die est défendue par une bon- 
ne citadelle. — Curiosités : la Place 
d'Armes, espèce de carré long, d'un bel 
effet; Y Esplanade, la plus vaste de toute 
la Flandre; Vhôtel'de-ville, dont l'archi- 
tecture est moitié grecque, moitié 'gothi- 
que; la cathédrale, beau monument dont 
le clocher est fort curieux. Le nouveau 
tombeau de Fénélon, élevé en 1 826 dans 
la nouvelle cathédrale; il est de David. La 
bibliothèque de 30,000 volumes. — Com' 
merce : iabriques de toiles , bonnets, ïa- 
Ustes, dentelles, tapisseries, savons, etc. 
Patrie de l'historien Monstrelet et du gé- 
néral Duraouriez. — Pop. 21,000 hab. 

BOUCHAIN (Nord), bâti dans le vni« 
siècle par Pépin, et aujourd'hui place de 
guerre de 2e classe. — Commerce : bes- 
tiaux, tanneries, brasseries, sucre de bet- 
teraves, raffineries de sel, etc. Pop. 4,500 
hab. 

En quittant Bouchain, la route passe à 
gauche du champ do bataille de Denatn. 

VALENClENNESl». r. 24) 



Jenlam. 
Bavay. 



ROUTE 26. 
DE \AMJSX€W3fmJE» JL MAIJBEVCÏE, 

5 myr. 7 kilomètres. 

1 m.Ok. Maubeuge. 

1 3 I On traverse TEscaut. 



Im.ik. 



dbyGoogk 



BOLTR «7. — DE VALENC1E:ÇKES A LEUZE. 



BAVAY (Nord). — Hôtel le Brax. — 
Petite TÎDe agréablement située , sur Tem- 
pÏKeoienlderaDtiquc Bagaeum. On y 
lOBanifle encore sept chaussées très an- 
«ww, appelées Chasuséea-BrunehatU , 
qui AootiiseQl à h place de Bavay , au 
œiliea de laiiiielle se trouve une colonne 
œiffiâre dont c^que fece correspond à 
Twi«le.-Pop. /,70<?Aa*. 

MACBEGGE (Nordi. — Hotels : de la 
Poste; de la Cûuronoe; dn Nord; du 
wwW>rf.— Ville forte sur la Sombre, 
™«w par ses manufodures d'armes et 
«»ttg[oes de clous et de fer «widu et 
wfP. EDe est bien bâtie, et dans une po- 
«ton atantageuse pour la défense. — cti- 
nw^; l'é^, (es bâtiments militaires, 
nfasants. — Industrie et Commer- 
a ; teBanderies , clouteries , marbre- 
nes. Od Iroinre dans ses environs des mi- 
■B dedaiton et des canières de maAre. 
—rcp. 7,400 kab. 

commacATiONS. 
^« Mittibeuge à Manenbourg, 
5 myr. 6 kjl 
^WBes(ç.rwïle28). im.Gk. 



49 

Trelon. 4 m. 6 k. 

Chimay (poste étrangère). 1 2 

Marienbouiig. [id,). \ 2 

La route de Maubeuge à Àvesnes est 
très belle ; des deux côtés, des terres bien 
cultivées, des enclos formés avec des haies 
vives taillées soigneusement; dans le loin- 
tain la lisière noirâtre des Ardennes. 

De Maubeuge à Barbançon, 
2 myr. 8 kil. 
Coursohiî. lm.4k. 

Barbançon (poste étrangère). 1 i 

De Maubeuge à Beaumoni, 
(poste étrangère). 
Consolre. Im. 4k. 

Beauniont. ^ 8 

ou 1. poste". 

De Maubeuge à Philippeville, 
5 m. 8 k. 

Coursolre. 1 m. 4 k. 

Barbançon (poste, étrang.). 2 " i 
Philippeville (id.). 2 

De Maubeuge à Mons , 2 myr. 



ROUTE 27. 
DE VAIiEllCICIiriVl» A IiEUZE, 

4 myr. 4 kilomètre. 



CoHlé 



im.Sk. 
2 8 



CONDB (Nord), — Hôtels: duGrand- 
gf; de lAigle-d'Or. — Ancienne et 
■«ville au confluent de la Haye et de 
^fiiCttK/. Elle communique directement 

S-^î" "* ™^^° ^*"" <^"a^- Cette 
me Tille est «fiez bien bâtie, et ses rues 



sont bien percées. On y remarque Thôtel 
de ville, l'arsenal , l'écluse , et de belles 
fortifications bâties par Yauban. — Pop. 
5,400 hab. 

Voir dans les environs le beau château 
de V Ermitage , antique propriété du duc 
deCroY. 

De Vaknciennes à Saint^Àmand, 
i m. 3 k. 



Digitized by VjOOQIC 



50 BOUTE 28. — DE PARIS A MAUBBUGE. 

ROUTE 28. 

DE PARIli A MAUBElJGEy 

Par SoissoNS; Laon, Yeuviks, Avesnes, 24 myr. 9 kil. 

de poste. 



— noté 



le duc de Mayenne fortifia dans les ^uen 
de la Ligue. — Curiosités : la cn/A 
dràle^ édifice gothique , magnifique, on 
de deux belles statues en marbre et d*i 
tableau de Rubens. Les ruines de Végiù 
St-Jean, dont il ne reste que le porta il 
ouvrage d'une rare beauté. — Commerce 
blé , haricots renommés ; bétail , lin 
entrepôt considérable de grains. 

Soissons est la patrie des rois Cariberl 
Chilpéric et Clotaire II, et du duc de Mayeo 
ne, chef de la Ligue. — Pop. 40,^00 h 
ENVIRONS. Les ruines de Vahbaye d 
St-Médard, bâtje en 545, qui ne consis- 
tent maintenant que dans une crypte re- 
marquable pour la beauté de sa construc- 
DAMMARTIN (Seine-et-Marne.) — tion. 
Hôtel Sainte- Anne. — Petite ville située A 19 kil. en\iron N. de Soissons, sur la 
sur une colline. On remarque son église\ouid de Ham, Coucy- le -Château » belle 
et la jolie promenade qui remplace les 'construction gothique. 



Le Rourgct. 


1 m 


.Ik. 


Mesnil-Amelot. 




6 


Dammartin. 




8 


Nanleuil-le-Haudoin. 




i 


Levignen. 







Villers-Cotterets. 




5 


Verte-Feuille. 




i 


Soissons. 




3 


Vaurains. 




5 


Laon. 




8 


Marie. 




2 


Verv'ins. 




5 


La Capelle. 




6 


Avesnes. 




7 


Maubeuge. 




8 



rumes de l'ancien château. — Pop. 
2,800 hab. 

ExrxRsiON.— A 12 kil. N. de Dammar- 
tin, Ermenonville et son beau château. 



LAON (Aisne) Laudunum. -^ HôteU : 
de la Hure; de l'Ëcu; de la Bannière. 
— Chef-lieu du déparlement de l'Aisne, 
siège d'une préfecture. Cette \ille est 
l'un des plus remarquables des environs, bâtie sur les ruines de l'ancienne Bi- 
de Paris , et où mourut J-J. Rousseau, lebrax, et sur une montagne de 220 mètres 
2 juillet 1778. d'élévation au-dessus de l'Océan. Ses rues 

NANTEUIL (Oise), petite ville dont le sont bien percées, ses maisons bien bâties» 



parc est décoré de fontaines et de canaux. 
— Pop. 4,600 hab. 

VILLERS^OTTERETS (Aisne), petite 
ville sur la lisière de la forêt de Rets. Son 
château, bâti par le duc de Valois, sertau- 
joui-d'hui de .dépôt de mendicité. Une jolie 
fontaine orne la place du marché. — Pop 
3,300 hab. 

SOISSO.NS (Aisne), Noviodunumy\}m^ 
Suessonium. — Hôtels : la Croix-d'Or; 
la Couronne; le Lion -d'Or. — Ville 
qui remonte à une haute antiquité ; très 
importante du temps de César ; où Clovis 
fixa le siège de son empire , après la ba- 
taille qu'il Ragna, en 480, surSiagrius; où 
Cliaries le Simple fut battu en 924, et que 



et l'air y est vif et sain. — Curiosités: 
l'ancienne cathédrale , dédiée à Notre- 
Dame , noble édifice du style gothique le 
plus pur. L'église St-Martin, qui date du 
Xlle siècle; V hôtel de la préfecture, 
V hôtel de ville, la nouvelle citadeUe cons- 
truite sur l'emplacement de la tour massiv» 
de Louis d'Outre-Mer, la Tour penchée, 
les casernes, Vhôpital, le théâtre, ledépOt 
de mendicité, l'hôtel-Dieu, la bibliothèque, 
de 17,000 vol. — Commerce : fe- 
briques de bas, de toiles, de cuirs , cha- 
peaux et clous. Patrie de Lothaire, de 
saint Rémi et du maréchal Serrurier. — 
Pop. 9,900 hab. 
A 16 kil. 0. de Laon se trouve: 



dbyGoogk 



SOUTE 31. — DE LAON ▲ BARBAMÇON. 



SL^OBABf (Aisne), célèbre usine à oou- 
kriesfbeesy que Ton envoie à Chauny pour 
y être poiieâ. Cette usine n*a pas de rivale 
daKlerestederEnrope. — Pop. g.SOO 
Acft. 

VIRVIFiS (Aisne ), petite ville située sur 
leTipiCD ; eÙe est connue par le traité de 
paa de 1598. La cbapelle de lliospice est 
^orée d*im beao tÂleau de Jouvenet. 



SI 

AVESNES (Nord) Àvesnœ. — Hôtels : 
du Nord; de la Cloche. — Cette ville, 
place forte, se divise en haute et basse 
ville. Les rues ainsi que les maisons sont 
irréguliëres, à cause de la pente du sol. — 
Curiosités . l'hôtel de ville, la tour de 
réglise et le palais de justice; la hure de co- 
chon qu'on prépare dans cette petite ville 
est en grande réputation. — P. 3,600 h 

MAUBEUGE(t;. route 26). 



ROUTE 29. 
DE PARIS A MAIJBi:!!»!:, 

31 myr. J^ kil. 

Par k chemin de fer du Nord jusqu'à Yalenciennes, 27 myr. 4 klL 
(y, route 24). 



De VakncieDiies à Maubeuge 
(».r.26). 3 m. 7 k. 

BieB que le parcours de cette voie, soit 



d'un 1/3 plus long que par la route de 
poste, elle doit cependant être préférée par 
les voyageurs qui y trouveront tout à la fois 
économie de temps et d'argent. 



ROUTE 30. 
DE IiAOU A VAIiEMCIEiyiVES, 

40 myr. 4 kilomètres. 



Marie. 2m. 3k. 

GcBe. 2 3 

Qremi. 1 1 

Lndrecîes (tf. route 35). 1 6 



Le Quesnoy. 

Jenlain. 

Valenciennes (v. route 24) 



lm.5k, 

7 

1 



ROUTE 31. 
DE IiAO]¥ A BARBAlVÇOiy, 

'lO myr. 5 kilomètres. 



DeLaooàAvesiies(tr. r. 28). 
SoIre-le-Cbateau. Tm.Ok. 

Bakbaxçoh. (p. étr.). i ^ 

D'Avesnes b route que nous suivons in- 



cline vers la droite, jusqu'à : 

SOLRE-LE-CHATEAU, petite ville de 
2,G00 habitants. Fabriques de dentelle. 

BARBANÇON (poste étrangère). 



dbyGoOgk 



52 nOUTB 34. — DE LAON A CAMBRAI. 

ROUTE 32. 
DE IiAOmr A CSCATEAU-THIERRY, 

7 myr. 6 kil. — Route de poste. 



Vaumines. im. 8 k. 

Vailly. 7 

Kraîsue-sur-Vesle. 9 

La Fcre-en-Tardeiîois. 1 9 

r.llATFAU-THIERRY. 2 5 

De Laon, nous prenons la route de Sois- 



sons jusqirà Vaurains. 
BRAISNE-SUR-VESLE (v. K^ute il) 
LA FÈRE-EN-TARDENOIS, petite v5Hc 

sur rOurcq , avec les ruines magniliqLA^*^ 

d'un ancien château fort, appartenant auK^ 

Montmorency. 
CHATEAU-THIERRY (v. Table). 



ROUTE 35. 
DE soisfionrs a amiiiivs, 

Par MoNTDiDiER, -10 myr. 7 kil. — Route de poste. 



Im.Qk 



.laulzy. 

Compiègne (v. route 25). 

Cuvilly. 

Moutdidier. 

Moreuil. 

Amiens (v, route 2). 



COMPlEGNE(t;. route 25). 
MONTDIDIER ( Somme ). — Hôtels 
du Grenadier - Français ; de Condé. — 



1 


9 


\ 


5 


\ 


ti 


9 






Viile ancienne, agréable et propre, sur une 

montagne d'où elle a tiré son .nom. 

Curiosités : les restes de ses ancieimes 
fortifications , riiôtel-de-villc , les églises 
S'-Pierre et du Saint-Sépulcre. — jPop. 
4,000 hab. 

A 1 myr. 2 k. de Montdidier , FoiU^ 
ville et son château de Beauvoir, ma^ui- 
fique édifice d'où la vue est immense. 

AMlEiNS {v. route 2 ). 



ROUTE 54. 
DE liAOïy A CAMBRAI, 

Par La Fère et Saint-Quentin , 8 myr. 7 kil. 



La Fère. 
Cerisy. 
Smuentin. 
Cambiui. 



2m.ik. 
1 5 
1 1 
3 9 



LA FÉRE (Aisne) , pclile Mlle au con- 



fluent de la Serre cl de VOise : moulin à 
poudre, école d'artillerie. — Commerce: 
fabriques de toiles et treillis. — Pop. 
4,700 hab. 
SAINT-QUENTIN {v. route 25). 



dbyGoogk 



BOITTE 37. — Dfi PARIS A ARRAS. 



53 



ROUTE 35. 
DE CAMBRAI A AVE^IIfESI, 

Par Lanoreciss, 6 myriamèlres ^ kilomèlre. 



maréchal Mortier, duc dcTrévire. — Pop. 
7,700 hab. 

LANDRECIES (Nord). — Hôtels : do 
France; de la Tôte-d'Or. — Ville forl« 
sur la Sombre , divisée en haute et basse 
ville. Elle a soutenu divers sièges mémo- 
rables. — Curiosités : réglise, Thôtel 
de ville et les casernes. Riches pâturages. 
— Pop, 4,000 hab. 

Près de Landrecies est le village de Ma- 
rottes, renommé par ses fromages. 

AYESNES(v. route 28). 



BeaBTOîs. 


im.2k 


Le CalâQ-Caailtfésis. 


1 2 


Ladmâes. 


1 8 


Anssis. 


1 9 



LE CATEAU-CàMBRESIS ( Nord ), pe- 
tite TÎIk siir la Seile, célèbre par le traité 
ODrJK , en 1539 , entre Henri II, roi de 
fimce, et Philippe II, roi d*Espagne. — 
CmosUés : le palais du ci > devant ar- 
ekeïdehé, édifice magnifique , occupé par 
i manofiM^re de coton. Patrie du 



ROUTE 36. 

de paris a ARRAS , 

Par PoKToiSB et Amiens, 2\ myr, 5 kil (v. route -18). — Chemin 
de fer du Nord. 



ROUTE 37. 
de paris a ARRAS, 

Par Senlis et Péronne , -17 myr. 4 kil. — Route de poste. 



D(i Paris à Sentis (p. r. 25). 4m. 3k. 



Poo^S««-Maxciice. 


1 


2 


Béâ^to-Lifaus. 


1 


2 


G«unav-sur-.\rQnde. 


1 





CoTilly. 







Coiicfay4e&-Pots. 







Reye. 


1 




FoDches. 







MaidK-le-Pot. 







Péfoone. 


1 


2 


Sailh. 
Emflen. 


i 

1 


3 
6 


ARlL\â. 


1 


5 



£o quittant Senlis» la roote se bifurque 



la branche de droite conduit à Valencienne^ 
par Compiègne ; celle que nous suivons 
prend une direction plus N , et incline un 
peu vers la gaucho , jusqu'à 

P0NT-SA1NT-MAXENGE (Oise). — 
Hôtels : de l'Epée ; du Lion-d'Or. — 
petite ville dont la seule curiosité est le 
beau pont jeté sur l'Oise, près des ruines 
d'un autre pont, construit par les Romains. 
— Pop.Si.SOOhab, 

GOURNAY-SUR-ARONDE, petite loca- 
lité d'environ 1,000 h. avec un beau châ> 
teau. 

ROYE ( Somme ) , était jadis une ville 
forte : le petit ruisseau de VAvre l'arrose. 

Digitized by VjOOQIC 



54 



BOUTE 40. 



D*ABBAS AD HAVBB. 



Les vitraux peints de l'église St~Pierre 
sont fort beaux. — Pop, A, 000 hab. 

PÉRONNE (Somme), Perona. — Hô- 
tels : Sï-Martin ; d'Aiigleterre. — Ville 
assez jolie, très ancienne , résidence des 
premiers rois Mérovingiens , divisée en 
deux parties , la ville haute et la ville 
basse. On Ta surnommée la PucelU, parce 
qu'elle n'ajamais été prise. — Curioniés : 
réglise de S^-Jean, qui date du XVI« 
siècle : c'est un édifice gothique d'un beau 
style ; lo befEroi , l'hôtel de ville . | 

Péronne , environnée de marais , ofire 



un séjour malsain. — Pop. 4,300 h€ib. 

A 2 m . 9 k. de Péronne est Alberi, pe- 
tite ville de 5,400 h., remarquable par sa 
belle cascade, qui tombe de 12 à 15 iiiè> 
très de haut et sa belle carrière de pétri- 
fications. 

Au sortir de Péronne, la route se bifur- 
que : la branche de droite conduit à Cam- 
brai et à Valenciennes ; celle de gauche, 
conduit à Arras. 

A partir d'Ervillen, la route est parai- 
lèle au chemin de fer. 
I ÂRRAS(v. route 18). 



ROUTE 58. 
D'ARRAS A DUlVKERQIJi:, 

Par Bethuke, ^^ myr. 4 kil. — Route de poste (v. route 4 7). 



ROUTE 59. 
d'ARRAS A ROlJIiOQlVi:, 

Par Saint-Fol, 40 myr> 8 kil. — Route de poste. 



Trinques. 

St-Pol (v, route 3). 

Fruges. 

Hucqueliers. 



2 m. 2 k. Desvres. 

1 1 Boulogne (». route 11). 

2 5 I 
2 Cette route n'ofiVe aucun intérêt. 



1 m. 4 k. 
1 8 



ROUTE 40. 

D'ARRAfil AU HAVRE 9 

Par Amiens, Neufchatel et Yvetot, 22 myr. 6 kil. — Route de 



poste et chemin de fer. 



D'Arras k Amiens. Chemin de 

fer (». route 18). 6 m. 8 k. 

D'Amiens à Neufchatel (r . r. U) . 6 9 
S«-Saens. 1 5 

Tôles. 1 9 



Yerville. 
Yvetot. 

D'Yvetot, chemin de fer jus- 
qu'au Havre (v. route 45). 5 



Im.îk. 
1 2 



dbyGoogk 



ROUTE 41. — DE PARIS A SEDAN. 5S 

ROUTE 41. 

DE PARIS A HEDAM, 

ParSoissoM, Reims, Rethel et Mezièrbs, 25 myr. 7 kil. — Route 
de malte-poste. 



statues, dont les premières en bas ont 2 
mètres 1/2 de hauteur. Au-dessus de ces 
statues, et sous la voôte de Tarcade du mi- 
lieu, se trouvent cinq rangs de petites fi- 
gures au nombre de 100. Les deux autres 
arcades ont chacune 97 Ogures. Les tours 
de ce somptueux édifice sont composées 
d*arcades , de piliers , de chapiteaux , de 
pyramides, le tout à jour en découpures et 
dû travail le plus fini. La cathédrale de 
Reims a toujours été le lieu où furent sa* 
crés les rois de France, depuis Philippe- 
Auguste jusqu'à Charles X, à deux excep- 
tions près, Henri IV et Louis XVIII. — 
L'église St-Remi , qui date du 11* siècle, 
renferme le mausolée de saint Rémi ; il fut 
reconstruit en 1803 et orné de 12 statues 
de grandeur naturelle. 

Il faudra visiter la place Royale , la pro- 
menade du Cours , la maison où naquit 
Colbert, rue de Cérès et rue du Marc, celle 
où Pluche vit le jour. Les fontaines pu- 
bliques , Vhôtel de ville dont les caves à 
trois étages sont taillées dans la craie ; 
l'arc de triomphe de la porte de Mars, 
la porte de Vesle , entièrement exécutée 
en fer. —Pop. 44,000 hab. 

Ici la rouie se bifiirque en 3 branches : 
celle du N .-0. conduit h Laon; celle du cen- 
tre, dont la direction est N. conduit à Mau- 
beuge et Mons; et celle que nous suivons 
se dirige vers le N.-E. 

RETHEL (Ardennes). — HôteU: du 
Commerce; de France; du Lion -d'Or. 
— Ancienne ville , sur une montagne 
dont la base est arrosée par V Aisne. On y 
remarque une grosse tour octogone , reste 
d'un fort qui fîit l'origine de cette ville, et 
qui existait déjà lorsque César fit la con- 
quête des Gaules. — Commerce : fa- 
briques de cachemires, casimirs, draps; 
nombreuses filatures de laines, etc. — Pop, 
7,900 hab. 

MÉZIÈRES (Ardennes). -r^o7efe: 

Digitized by VjOOQIC 



DePteiS«Bsons(r. r.28). 9m 8k. 

Bw«-«r-Vesle. 1 8 

f»o. 1 3 

Jj^iwy. 1 

Ha». i 7 

Ufe. 1 7 

BrfM. 2 

i«*>«-Bfltf. 1 3 

j«J9y. 1 

Mère. i 9 

*44tt. 9 

SoM. \ 3 

BRAKE-SUR-VESLE, pettte ville dans 
OK naote situation , avec une église ro- 
■»?aNe, bilie par Robert. — Pop. 

FiaŒS (Marne), ville ancienne sur la 
^esle, awc 2,500 h. , d'anciens remparts 
«tdratbdies places. 

Sws traversons alors de belles prairies. 

REMS (Marne) Durocortorum, Rémi. 
- Hô(eit : Je Lion-d'Or , en fece de la 
J*^lf; la Maison-Rouge; de France; 
« b Croix-d'Or; du Cygne. — Reims, 
«» des jplos anciennes villes de France, 
«* sitn^ dans une plaine qui fournit 
JsvÎDs déiicienx. Les rues en sont 
■pino , assez propres , mais les maisons 
■«1 presque toutes qu'un étage. — 
^«rfé» : Rehns renferme un grand 
•*fcrc de monuments fort remarquables : 
*Jiw datent du temps de la domination 
**•■*. d'aotres du moyen-âge , et quel- 
p^HïBs de nos jours- — La cathédrale, 

?f^ édifices gothiques les plus riches 
'^iJ'Ptas somptueux de TEurope (la ca- 
^«e de Mihn exceptée), fut, après une 
«w de vicissitudes, terminée , telle que 
je«ladiiriroo8 , dans le XIII« siècle; sa 
JÇtt Wale ^ de US mètres sur 31 
* wgwr , et 47 de hauteur , jusqu'au 
•"■P^ de U toiture. Le portail est com- 

î*** « î iieades en ogive, remplies de 



56 



nOLTE 43. — DB PADIS A DIEPPE. 



du Palais -Royal; des Postes. — Ville 
forte sur la Meuse, partie sur une colline , 
partie dans un vallon . Les rues sont étroites 
et tortueuses et son aspect peu gai. — 
Curiosités : . Téglise paroissiale , bel édi- 
fice gothique du XVle siècle ; la citadelle 
bâtie par Vauban. — Commerce : cuirs 
forts, fers à repasser, toiles de lin, serge 
carrières de pierre. — Pop. 4,900 hah 
SEDAN (Ardennes). — Hôtels : la 
Croix-d'Or ; de Turenne ; la Croix-d'Ar- 
gent; le Palais-Roj-al ; l'Ecu-d'Or. — 
Ville forte sur la Meuse , avec sous - 



préfecture et collège. C'est dans eu 
petit pavillon attenant au château qu*esl 
né , en 1611 , le célèbre Turenne ; maû 
le pavillon et le château ont été démolis. — 
Curiosités : le pont sur la Meuse , b 
statue de Turenne en bronze sur la place 
de rhûtel de ville , ses manufactures dfi 
draps, de jolies fontaines publiques , ThO- 
pital militaire , la caserne de cavalerie , 
l'arsenal. — Industrie : febriques de 
draps fins, principalement les drapis noirs, 
dont la renommée est européenne. — Pop. 
UJOOluib, 



ROUTE 42. 
DE ssaïAmr a iiOurc^nrY, 

8 myr. 4 kil. 



Carignan. 


2m.lk 


Montmédy. 


2 2 


Longuyon. 


2 5 


LONGWY. 


1 8 



CARIGNAN (Ardennes), petite et jolie 
ville, bien bâtie , cédée à la France par le 
traité de Riswic. — Commerce : grains 
fabriques d'étoffes de laine. — Pop 
i,SOO hab. 

MONTMÉDY (Meuse), place de guerre 
divisée en ville basse et ville haute : celle 
dernière est entre deux montagnes , de là 
son nom de Montmédy (Mons médius). 
C'est le siège d'une sous-préfecture; elle 
a de belles casernes. — Commerce : 



bonneterie et chapellerie. — P. 2,700 h. 

LONGUYON ( Moselle ), gros bourg. 

- Commerce : fabriques de canons de 
fusil , forges et fourneaux , belle mine de 
fer. —Pop. i, 700 hab. 

LONGWY (Moselle). — Hôtel U Croix- 
d'Or. — Ville forte, divisée en ville \ieiUe 
et ville neuve. Cette dernière, qui se trouve 
sur la hauteur , a été bâtie par Louis XfV 
après la paix de Nimègue , et'fortifiéc k la 
manière de Vauban. — Curiosités : le 
portail de l'église avec sa haute tour, 
riiûlel de ville, la place publique, etc. — 
Commerce : lard et jambons , fabrique 
de faïence fuie. — Pop. S, à 00 hab. 



ROUTE 45. 
DE PAMS A DIEPPE, 



Par Pontoise, 


Gisors et Gourn. 


\Y, 16 myr. 7 kil. — Route de 




poste. 


Courbevoic. 
Hcrblay. 
Pontoise. 
Chare. 


Qm.dk. 
1 4 

9 

1 8 


Gisors. lin. 8k. 
Tahnontiers. 1 5 
Gouniay-cn-Bray. 1 2 
Forges. 2 1 

Digitized by Google 



IlOUTB 43 



DE Paris a dieppb. 



57 



PlOB!&6fmI. 

Bds4iobeit. 
tappE. 



2m.4k. 
1 7 
1 2 



Ob sort par la barrière de Y Etoile , où 
le T9pgeur adiuire l*arc de triomphe de 
tEtoéle, ondes plus vastes, des plus beaux 
et des plosgloneoxmonniDents de ce genre 
qaiesistent aa monde ; ii gauche et à droite, 
iûfi» ba2)flatioDS , maisons de campagne : 
m pià&e devant le bois de Boulogne, ave- 
tm de Neuilly , qui se termine au village 
de ce mm. A droite, i quelques centaines 
dr ffièties, s^élève le château de Neuilly, 
léidesee £«vonte du roi Louis-Philippe. 
Ob traverse la Seine , sur un pont ma- 
fEifiqoe, et Von anive à 

COURBEVOIE , beau village , sur les 
bords de h Seine, renfermant de jolies ha- 
bibitiKks, et possédant une des plus belles 
caseriics de France. — Pop, S,200 hab. 
POXTOlSE(r. routeS). 
CSâRS (Seine-et-Oise), boujigsurla 
Tiome, avec une jolie église gothique. — 
Pop. 4 MO hab. 

GISORS (Eure) Gitortmm. — Hôtel 
dcl'Écu. — PeUle ville sur l^Epte 



CmnotUé* 

de Tîtzaiix et de plusieurs morceaux de 
seol^lare. De jolies promenades sur les 
remparts offrent une continuité de sites très 
IcttOTesques. Arextrémité de la ville, Tan- 
àtm ehâieau fort présente des restes im- 
posants. — Pop, 5,700 hab. 

GOCRNAY (Seine-Inférieure). — Hô- 
iels: du CoDunerce ou des Trois-Mar- 
doods; de TÉcu-de-France ; du Nord 
Petite ^e bien bâtie — Curiosités : son 
égilûe gothique , sa jolie fontaine et ses 
cbamants bonte^-ards. — Pop. S,200hab. 
FORGES (Seine-Inférieure), bourg dont 
te& eaux minérales ont de la réputation 
Ces eaux sont fournies par trois sources si- 
tuées dans un vallon où Ton descend par 
we belle avenue d*aii)res, h ReimUe, la 
Rof^, la Cardinale. Ces eaux sont eflO- 
CKcs dans les maladies du bas-ventre, dans 
ks diarrhées etc. L'établissement des bains 



ges de la belle forêt de Bray, ajoutent au 
pittoresque du site. 

DIEPPE (Seine-Inférieure). —Ho<e/« ; 
Royal, en face de la mer ; de Londres, quai 
Henri lY ; TaylorVhôtel ; du Commerce , 
tenu par Letellier .place Royale ; du Roi 
d'Angleterre ; de Londres ; d'Angleterre , 
pour les familles anglaises , sur le port. — 
Dieppe, siège d'une sous-préfecture, pos- 
sède un bon port très actif à Tembouchure 
de l'Arques; collège, école de navigation. 
Ses rues sont en général régulières , et 
n'offrent rien d'intéressant ; mais la place 
du Marché présente un spectacle curieux 
et animé par le costume et la haute coiffure 
si pittoresque que portent les paysannes de 
Dieppe et des environs. Bains de mer très 
fréquentés pendant la belle saison. L'éta- 
blissement réunit tout le confort possible. 
— Curiosités : la bibliothèque de 8,000 
vol.; les musées , naval et d'antiquités ; la 
statue en bronze de Duquesne, le château 
bâti par Chariemagne ; les églises, S'-Remi 
et SMacques, etc. 

Les huîtres qu'on mange à Dieppe sont 
estimées des gourmets ; on a des couteaux 
de bois ou d'ivoire pour détacher l'huître. 



l'église paroissiale , ornée Non loin de la falaise en se rapprochant de 
i^ .vi„„:«..^, ^ — ««..^ A^ Tenceinle des bains, est une enceinte cir- 
culaire enfermée de claies : c'est là que 
sont déposées les huîtres ; c'est ce qu'on 
appelle le parc. 11 y en a plusieurs, et cba 
cun peut contenir 5 à 600,000 huîtres. 
— Commerce : poche , ivoire , ouvrages 
renommés , dentelles, importations de fer, 
de charbon de terre de Newcastle, de bois 
du Nord, coutellerie, etc. Pop. 46,900h. 
Les environs de Dieppe offrent des points 
assez curieux à visiter, notamment l'ancien 
château d^'Arqu^. 

NAVIGATION A VAPEUR. — Dieppe à 

Brighton , bateau à vapeur , trajet en 7 
h. 1/2. — De Brighton à Londres^ cbe-' 
min de fer, trajet en 2 h. — Séjour. — 
Le prix du séjour de Dieppe est d'environ 
7 à 8 fir. ; on trouve des restaurants oili l'on 
dîne depuis 2 jusqu'à 3 ir. Dans les hôtels 
en général, on paye le dîner 3 fr., le dé- 



rieo à désirer, et les firais ombra- jeûner 1 fr. 50 c, la chambre 1 fr. 50 c. 



dbyGoogk 



58 BODTC 44. — DE PABIS A DIEPPE. 

ROUTE 44. 
DE PARÉS A BIEPPK, 

Par Poissr , MECLAii , Mantes , Vernon , Rouen ; chemin de fer. 
-15 myr. 7 kil. De Rouen k Dieppe, rouie de poste, 5 myr. 
7kil. 



placé au lieu même où avait été le lit de 
Blanche de Castille lorsqu'elle accoucha de 
saiot Louis. Cette église n*exiâte plus. — 
Curiosités : Véglise paroissiale , dans ]a> 
quelle se tinrent les célèbres Colloquejf de 
Poissy; leponf,de 37 arches, construit sous 
S< Louis, et n'ayant de remarquable que sa 
longueur et le beau point de vue dont on jouit ; 
le fameux marché aux bestiaux, qui se tient 
tous les jeudis ; le moulin mécanique pour 
moudre le grain (20 à 25,000 sacs par an). 
— Pop. 4,500 hab. 

TRIEL, bourg aussi long que bien bflti, 
avec une église du temps de François !«»• , 
laquelle possède un tableau du Poussin. — 
Pop. 2,000 hab. 

MEULAN (Seine-et-Oise). —Hôtel 
Royal. — Cette ville , située à 2 kU. de la 
station (les MureauxS est construite en am- 
phithéâtre, partie sur le penchant d'une col- 
line, partie dans une fie formée par un bras 
de la Seine que Ton y passe sur un pont 
d'où l'on jouit d'une très belle vue. — 
Pop. 2,000 hab. 

EPONE (Seine-et-Oisc), \ill8gp.de 900 
hab. dans une riante situation à l'emboii- 
churc de la Maudre dans la Seine. 

MANTES (Scine-et-Oise) Medunta.— 
Hôtels : le Cheval-Blanc ; le Grand-Cerf ; 
table d'hôte bien senie. — Jolie petite 
ville sur la Seine, dans un pays fertile en 
grains. — Curiosités: \2 cathédrale, édi- 
fice remarquable par sa grandeur et son élé- 
gance. On prétend que du haut de ses tours, 
lorsque le temps est clair, on voit le mont 
Valérien et les moulins de Montmartre. A 
gauche de la cathédrale, s'élève la tour 
svelte et élancée de S/-Jfac/ow, dont Té- 
glise n'existe plus; le pont, sur la Soine, 
est fort beau; la bibliothèque est riche de 



Colombes. 




9 kil. 


Maisons. 




8 


Conflans. 




5 


Poissy. 




5 


Triel. 




8 


Meulan. 




6 


Épone. 




8 


Mantes. 




8 


Rosny. 




6 


Bonnières. 




6 


Vernon. 




il 


Gaillon. 




15 


St-Pierre (Louviers). 
Pont-de-r Arche. 


H 


12 


Tourville. 




i 


Oissel. 




2 


Sotteville. 




9 


Rouen ^rive 
Rouen (rive 


gauche). 


2 


droite). 


3 




Route de poste . 




Les Cambres. 


lm.7k 


Tôtes. 




1 2 


Osmonville. 




1 5 


Dieppe. 




1 5 



COLOMBES (Seine), village un peu sur 
la droite du chemin de fer. C'est là que 
mourut en 1 669 Henriette d'Angleterre , 
fllle de Henri IV roi de France. Le chemin 
traverse deux fois la Seine pour arriver à 

MAISONS (Seine-et-Oise). — Hôtel 
Talma. — Joli \illage , sur la rive gauche 
de la Seine , avec un magnifique château, 
qui appartenait à M. Laffitte. 

POISSY (Seine-et-Oise). — Hôtels 
de Rouen ; de la Marine. — C'est dans 
cette oetite ville, située sur la rive gauche 
de la âeine, que naquit S^ Louis, le 2i a\Til 
1215 ; on sait que souvent il signait Louis 

de Poissy. Philippe le Bel y fit bâtir uneU ou 5,000 vol. — Commerce: vins, blé 
magnifique église, dont le ma!tre-aulelfut|et cuirs. — Pop. 4,600 hab. 

Digitized by VjOOQIC 



BODTB 4i. — DE PABIS A DISPPS* 



59 



BOSKY (Sôie^-Oise) , village de 800 
U). arec im ancien château, si riche en 
SQiveoin faÉstoriqaes : c'est ]k que naquit 
SélK; c'est la aussi que Henri IV vint se 
Mpsffapris la joarnée d" Arques. De nos 
jns cecfalleau fet souvent visité par la 
éKksst deBerri, dent ilétaitla propriété ; 
c4k priacesse laissa dans le pays des sou- 
yORèmbtesdesa bienveillance et de son 
■épèahle générosité. 

Apèswoir dépassé Rosny, nous voyons 
V n droile, devant nous, la jolie côte de 
^Moùe , que nous allons franchir au 
■Rafoa tBonel de 26^5 mètres , dit 
™rfde JtoUeftotae ; puis vient la stA- 
teàjBMjiiéres. 

^ïRNOX (Enre). — HvteU : le Lion- 
^; te Gnad-Cerf. — Vernon est gé- 
■tnlont mai bâtie ; ses rues sont étroites 
^ tirtietses, mais arrosées , pour la plu- 
ÎJrt , pf des ruisseaux d'eaux courantes 
^^^^ùeparoimalet on remarque un 
**■*«« en marlire blanc, curieux par les 
<«|BBB du temps qu'il représente. De ses 
•«aaesfeodatkHis, il ne reste plus qu'une 
tow fert élevée et remarquable par son as- 
p pittoresque : c'est là que sont déposées 
ncrcktresde la ville. Le château de 
Joftdont les belles avenues touchent à 
^^ «st, ans contredit , un des plus 
™ domines du déparlement de l'Eure. 
« h propriété des comtes d'Eu, ensuite 
^dnduc dePenthièvre, il appartient 
"^1miàS. M. Louis-Philippe. Le bon 
Jjpjé des vivres, les promenades, la sa- 
jWé de l'air qu'on y respire , font de 
;«n«n on i^oor fort agréable. -— Pop, 

^WIAONrEure). U station est établie 
«Maleott de la Chartreuse, éloignée de 
•w. deGaiBon. — On voit à GaUlon, 
»wigde2,9(X)hab.,les ruines d'un splen- 
«k eutean bâti par le cardinal d'Amboise 
?15^5.Une nttiaott centrale dedéten- 
■«. remphce cette magnifique résidence. 

N«08 pénétrons bientôt dans le Tunnel 

Zl^ ^^ ^ R<nile . long de i720 
■wes. 

8AI?fr.PJERRE.DU-YAUVRAY , petit 
tRJ^^ ^- C'est la station de 
rrJCVffiRS. - J5rd/e& ; de Rouen ; du 
^**"*-^- — Louvicre est le siège d'une 



sous-préfi^cture , et Tune des trois villes 
importantes de France où l'on fabrique les 
draps fins. — Cette petite ville, qui compte 
10,500 hab., possède plusieurs ediOces re- 
ligieux et ci\ils assez curieux. 

PONT-DE-L'ARCHE (Eure). Cette pe- 
tite ville fut fondée par CHarles-lenChauve. 
— Curiosités : son église gothique , 
son pont de 22 arches et une joUe prome- 
nade. — 11 s'y tint deux conciles , l'un en 
882, l'autre en 864. Pont-de-l'Arche est 
située sur la rive gauche de la Seine , qui 
se sentd^h entraînée vers la mer. 

Nous arrivons au tunnel de Tourville 
ao-deU duquel se trouve 

TOURVILLE (Seine-Inférieure), village 
maintenant sans importance , avec 1 ,000 
hab., mais dont le sort doit changer désor- 
mais par suite de sa grande proximité de 
Rouen (20 min. de marche). 

Nous passons devantle joli village d'0«- 
sel\ du pont sur lequel passe le chemin de 
fer, la vue est magnifique. Bientôt nous ar- 
rivons à Rouen après avoir côtoyé à gauche 
la forêt du Rouvray et passé devant plu- 
sieurs petits villages insignifiants. 

ROUEN (Seine-Inférieure) , chef-lieu 
de préfecture. — Hôtels : Grand hôtel 
d'Angleterre; d'Albion; du Chemin-dc- 
Fer ; de Rouen ; des Messageries ; de 
France. — Ville autrefois capitale de 
la Normandie, aujourd'hui chef-lieu du 
département de la Seine-Inférieure, qui la 
traverse de l'E. à l'O., qui la sépare du 
vaste faubouiig de S^-Sever , et forme un 
port admirablement situé pour le commerce, 
et qui peut recevoir des navires de plus de 
500 tonneaux. — Curiosités : quartier 
S.-O. — Le palais de justice, d'architec- 
ture gothique, construit par Louis Xll en 
1449. La foçade a été restaurée dans ces 
derniers temps avec un talent très remar- 
quable ; elle se développe sur une étendue 
d'environ 66 mètres . La tour de là Grosse 
Horloge, monument gothique fort curieux . 
On y voit la cloche dite d'argent, qui sonne 
encore l'ancien couvre-feu à 9 heures du 
soir. La fontaine attenant à la tour du bef- 
froi , où l'on voit les figures d'Alphée et 
d'Aréthuse; entre la rue Massacre et la rue 
Thouret, Vancien hôtel de ville , ancien 
monument fort curieux. La place de la 

Digitized by VjOOQIC 



60 



BOUTE 44. — DE PARIS A DIEPPE. 



Pucelle C'est sur cette place que Jeanne 
(l'Arc fut brûlée vive , en li31 , par les 
Anglais. Uancien hôtel de Bourgthe- 
roulde,Uiï à la fin du XV« siècle: le 
théâtre françai», la maison où naquit 
Pierre Corneille , rue de la Pie ; Xhôtel 
de la préfecture , V Hôtel-Dieu, dans le 
faubourg Cauchoise. Le théâtre des Art^, 
V hôtel des douanes , la bourse , sur le 
port ; le tribunal de commerce, rue Na- 
tionale : dans la salle destinée aux audien- 
ces , on remarque un très beau Christ de 
van-Dick ; Vhôtel des monnaies. L'église 
5(-Ktnc«n/,en forme de croix : d'un gothi- 
que remarquable par sa légèreté. 

Quartier N .-0 Xa maison où naquit Fon- 
lenelle, le 11 février 1657, rue des Bons- 
Ënfonts, no« 152 et 131. La maison dite 
du Saintr-Sacrement, rue Morant. latour 
Saint-Laurent, de l'église supprimée de 
ce nom. Les églises de St-Patrice , de 
1535, style gothique. Saint-Romain, de 
1676, à l'entrée de la rue du Champ-des- 
Oiseaux. On y remarque 4 johes peiiitures, 
et de beaux vitraux. St-Gervais, dans le 
faubourg Cauchoise. Sa chapelle souter- 
raine, qui remonte à une haute antiquité, 
est très curieuse, ^/-^odard, une des plus 
anciennes églises de Rouen, avec de jolies 
peintures sur verre. 

.Quartier N.-E. V église paroissiale de 
St'Ouen. La première pierre de l'édifice ac- 
tuel (car quatre autres églises l'avaient pré- 
cédée), fut posée en 1518 par l'abbé J ean 
Roussel : le chœur et les chapelles furent 
terminés en 21 ans. L'harmonie la plus 
parfelte règne dans ce noble édifice , qui 
surpasse en grandeur et en pureté de style 
la cathédrale. La tour centrale , d'une 
grande élégance, a 85 mètres de hauteur : 
la couronne qui la termine est découpée 
avec une délicatesse et une légèreté inima- 
ginables. L'intérieur de ce temple a 148 
mètres de longueur sur 55 mètres de hau- 
teur. L'hâtel de ville, dans l'ancien bâti- 
liment des religieux de SM)uen , renferme 



une vaste salle, un bel escalier, et la biblio- 
thèque , riche de 40,000 vol. et 1 ,âOO 
manuscrits dont plusieurs fort curieux. Le 
musée de peintures est également dans 
rhOtel de ville. On y voit plusieurs tableaux 
de Mignard , van Dick, Raphaël, Lemon- 
nier, Letellier, Restout, Jouvenet, Aanibal 
Carrache, le Guerchin, Yemet, SalvtUor 
Rosa, etc. Musée des antiquités et mu- 
séum d*histoire naturelle , dans la rue 
Beauvoisine. 

Quartier S-E. L'ancienne fontaine dite 
deLisieux, de 1518. La halle aux toiles. 
L'hôpital-général. L'église S^Paul. L'église 
S^Maclou, de 1472. Le palais archiépis- 
'. La ca/A«dra/e, dont on attribue la 
fondation à S^ Melon , vers 260 de Tère 
chrétienne. Vitraux magnifiques. Vir^gi- 
cinq chapelles régnent dans le pourtour 

Extérieur de la ville. Les quais, le 
pont de pierre , décoré de la statue en 
bronze de Pierre Corneille. Le pont sus- 
pendu, les boulevards^ le Grand-Cours^ 
le cours Boïeldieu , avec la statue eo 
bronze du célèbre compositeur. L'avenue 
du Mont'Riboudet y \e nouveau jardin 
des plantes, etc. 

Consulats étrangers. — Angleterre , 
Autriche, Belgique, Brésil, Portugal, Da> 
nemarck, Espagne, Etats-Unis, Hambourg, 
Hanovre, Mecklembourg-Schwerin, Pays- 
Bas, Prusse, Sardaigne, Suède. — Pop . 
99,500 hab. 

EXCURSIONS. Au cimetière monumen- 
tal, situé sur la Cdte des Sapins. 

A 2 kil. de Rouen, au fond d'une riante 
vallée, Darnetal, ville importante par ses 
fabriques. — Curiosités : l'église de 
Long-Paon et la tour de l'église deCarville, 
d'architecture gothique. 

A 5 kil. de Rouen , Blosseville-Bon- 
Sauveur, célèbre par ses pèlerinages. 

En quittant Rouen, le voyageur traverse 
une riche contrée, jusqu'à 

DIEPPE {v. route 45). 



dbyGoogk 



BOUTS 45. — DE PABIS AU HAVBE. 61 

ROUTE 45. * 

DE PARIS AD HAVRE, 

Pii Rouen ^ Darektim, Yvetot et Boldec, 22 myr. 9 kîl. — 
Chemin de fer. 



DePrtsi Rouen (p. route 44). 



lUeiy. 



Pwïlf, 



SoBtrRgBBJa. 



UBins. 



140 k. 

6 

3 

3 

8 

3 
H 

8 
11 

9 

6 

8 
11 

7 



KAROXME, vOlage très industrieux, de 
SjSOOhab.. avec des fiibriques de tissus 
AoBten, filatures, blanchisseries , etc. 

MAUUNAY , village de 1 ,600 hab. , 
"^ des âbriques de coton , des pape- 
*ai«,eic. 

^tfit nous quittons la vallée de Cailly 
P» traverser un long tunnel (2,200 m. ) 
^ BOUS eonduit dans la vallée de TAustre- 
^«He que mus firanchissons sur le beau 
lâdu de Barentin 

BARENTIN (Seine-Inférieure), j^wic 
«Bmame, de 5,100 hab., et des fabriques 
• Teloors de coton, de toiles, ele. 

PAYILLY, localité de 3,200 hab., dans 
BM rente si tiatiop. 

MOTTEVILLE, petit village de 600 h. 

mrOT (Seine-Inférieure}. —Hôtel 
•enooen. —Yveiot est chef-lieu de sous- 
Pnfectare. Ccttcpctite ville,de 9,000 hab. , 
«aibellit chaque j*)ur. — Commerce : 
p», nanu&clures de velours, de coton, 
« baain, etc. Yvetot fut érigé en royauté 
P» Qotaire : notre poète national, Béran- 
piCD a consacré le souvenir dans sa dé- 
w«se chanson, intitulée : Le Roi d'Yi^e- 

î'ws soffiBiesdans le riant pays de Caux, 
«wert de heaox villages , dont on cite les 



femmes pour leur beauté et leur coiffure si 
pittor.esque. 

Nointotf station de 

BOLBEC {V. roule 46). 

BEUZEVILLE , village de 900 hab. , 
d'où une route de poste conduit h Fécamp; 
2 m. 4kil. 

Si-ROMAlN , bourg de 2,000 hab., et 
éloigné de 2 kil. de la station de ce bourg; 
une pente douce nous conduit vers la mer. 
Nous apercevons le port d'Harfleur et l'em- 
bouchure de la Seine. 

HARFLEUR, ville bien déchue de son 
ancienne splendeur , qui n'offre aucun mo- 
nument remarquable , si ce n'est le portail 
et le clocher de son église. La belle flèche 
qu'on admirait, s'est écroulée depuis quel- 
ques années. — Pop. i, 700 hab. 

Passé cette station, la ligne de fer tra- 
verse les riantes prairies de Grasvillk 
bourg de 10,600 hab., avec de jolies mai- 
sons de campagne et plusieurs manufactures 
importantes, puis elle vient aboutir au Ha- 
vre, près du Bassin Vauban. 

LE HAVRE (Seine-Inférieure) Portm 
Gratiœ. — Hôtels : de l'Amirauté, sur le 
quai; de l'Europe, rue de Paris; 
grand hôtel Richelieu , rue de Paris ; 
du Brésil, quai des Casernes ; d'Espagne , 
rue de Paris ; de Lillebonne , même rue. 
Le dîner , sans le vin, se paye 2 fr. 
30 c. à 5 fr. : les chambres 1 f. 50 c. à 5 
fr. — Frascati : hôtel , bains et pension 
bourgeoise , sur le bord de la mer : près de 
la digue se trouvent les meilleurs bains , 
mais un peu éloignés du centre des voi- 
tures. 

Le Havre est situé sur la rive nord de 
l'embouchure de la Seine, ce qui la rend 
une des villes maritimes de France les plus 
florissantes. Napoléon disait ç^m Paris, 
Rouen et le Havre ne formaient qu'une 
seule cité, dont la Seine était la grande 
route. Aujourd'hui le chemin de fer les re- 



petite grand 



dbyGoOgk 



6t 



BOUTE 46. — DE PARIS AU HAVRE. 



lie d*une manière plus intime. On peut 
considérer cette ville comme une cité mo- 
derne, puisqu'elle doit sa fondation à Fran- 
çois 1er : nous n'y chercherons donc pas 
d'édifices antiques ni de grands souvenirs 
historiques, mais une ville régulière et bien 
bâtie. Les objets les plus curieux sont le 
portf les bassins , h jetée du Nord , la 
rue de Paris, qui n*a rienè envier aux plus 
belles de la capitale. La salle de spectacle, 
la bibliothèque , composée de 16,000 vol. 
La maison où est né Bernardin de Saint- 
Pierre est située rue de la Corderie, no 47 
Un marbre noir, placé sur la façade, indi- 
que le jour de la naissance et celui de la 
mort de Técrivain de la jiature. — Les égli- 
ses Notre-Dame et Saint-François sont 
assez remarquables. On remarque encore 
la place d'Armes, ornée de deux belles fon- 
taines; le quartier militaire, l'arsenal de la 
marine et la manufacture des tabacs ; le 
magnifique quai d'Oriéans ; les bains Fras- 
cati et les phares. — Pop. 32,000 hab. 
— Patrie de Bernardin de Saint-Pierre, de 
Casimir Delavigne, d'Ancelot, de M™» de 
la Favette et Scudéri. — Industrie: 



chantiers de construction très renommés , 
armements au long cours pour la pêche de 
la baleine, de la morue et du hareng* ; ma- 
nuiactures de tabacs; importation et eoL- 
portation considérables : plus de 5,000 na- 
vires visitent annuellement son port. — 
Bureau de police. — A l'hOtel de ville , 
place François \^\ ouvert à 8 heures da 
matin. — Douane. — Quai Notrfr-Dajote ; 
ouverte è 8 heures du matin. 

Environs du Havre. — Ingouvilie , 
qui porte le titre de bourg, n'est séparé du 
Havre que par ses fortifications. Sa phyûo- 
nomie est toute moderne. Un beau spec> 
tacle attend celui qui veut gravir le coteau 
d'ineouville : la vue de la mer, la perspec- 
tive Ta plus heureuse, toutes les nuances , 
toutes les gradations de la lumière s*y dé- 
ploient sans jamais se confondre. — La 
population de la commune d'IngouvOie 
est de 12,500 hab. , parmi lesquels aont 
beaucoup d'Anglais. 

A 1 myr. 2 kil. E du Ha^Te, se trouve 
Orcher, où nous arrivons à l'aide d'uoo 
terrasse qui suit les rives delà Seine et d'oîi 
la vue est magnifique. 



ROUTE 46. 



DE PARIS AU HAVRE, 

Par PoNToiSE; GisoRS, Forges-Feret , Rouen et Bolbec, 24 myr. 
5 kit. — Route de poste. 

contrée , possède une belle église gothique 
fondée par Enguerrand de Marignv, minis- 
tre de Philippe-le-Bel. —Pop. 4,000 h. 

FLEURY-SUR-ANDELLE, remarquable 
par ses moulins à farine. 

A 15 k. sur la droite de Fleory, se trou- 
vent les ruines intéressantes de l'abbaye 
de Mortiner, commencée par Henri II roi 
d'Angleterre. 

En quittant Fleury, la roule monte et 
s'anime jusqu'à Boura-Baudoin. Ce fut 
dans ce village que Roland , ministre sous 
la République, se donna la mort, en 1793. 

ROUEN (v. route 44). 

De Rouen à Bolbec (v. route iSj). 

BOLBEC (Seine-Inférieure). — Hôtels : 



DeParisàGisors(t}. 


r. 43). 


6m.8k. 


Etrépagny. 




1 5 


Ecouis. 




1 5 


Flcury-sur-Andelle. 




9 


Forges-Feret. 




1 2 


Rouen. 




1 1 


Barentin. 




1 7 


Yvetot. 




1 8 


Bolbec. 




2 2 


La'Botte, 




1 3 


Le Havre. 




1 7 



ETREPAGNY (Eure) , gros bourg , qui 
oomnieroc en grains, chanvre et moutons. 
— Pop. 4,S00 hab. 

ECOUIS (Eure), bourg dans une riche 



dbyGoogk 



BOUTE 47. 



DE PARIS AU HAVnE. 



63 



ie l'Ennpe; de Rouen. —Petite vine, 
sitatt^aiisuTalioQ étroit et pittoresque 
«Nfié par b mière de ce nom : elle est 
ime raie élance. — Curiosités : de 
belles Iniaino publiques, une jolie salle 
despeeteleet la bibliothèque de la ville. 
- Commerce : fabriques d'indienne , 



filatures, cuirs , toiles de Hn , tanneries, 
marché aux chevaux. — Pop. i 0,000 h, 

LA BOTTE, hameau planté de pommiers 
et parsemé de jolies maisons. 

Bientôt nous atteignons Harfleur , où la 
route traverse le chemin de fer. 

LE HAVRE (v. route 45). 



ROUTE 47. 
DE PAR» AU HAVRE 9 

(Par la Seloe et en bateau à vapeur) 

ftt Heeu5 , M AKTBs , les Andelys, Elbeuf, Rouen, Duclair et 
C\UDEBEC, 22 myr. 4 kil. 



U ani|^ de Paris h Rouen est sup- 
!j^ «fcpois rétablissement du chemin 
«lff.!^iiedécriroDs donc que le voyage 
«Rûwia Havre. 

I^awdn dépari des bateaux à vapeur 
«MBeam Havre , varie et se combine 
"WflTwrede la marée. — L'embarea- 
^PPestsor le quai du Havre, près l'hôtel 
y »«a -Prix des places : 3 et 6 fr. 
TnjeleBÔh. 

^qBittant Rouen, le fleuve est couvert 
^^wteyantes. — Nous atteignons bien- 
*fe nllage de Canieleu, que domine un 



^JJ«s passons successivement devant la 
•* fcrft de Roumare, h droite ; à gau- 
«11» Grand-Couronne et la sombre fo- 
*«fio«iToif et celle de la Londe, le pe- 
J™V de Moulinaux et le port de la 
2^wte . M mibcu de sites charmants et 
•Ws ombrages; puis vient Duclair , 
"5 très pittoresque. 

«aifli nous apereevoDS Jumièges, et 
«nmes magnifiques de sa célèbre abbaye. 
A|«rlw, se présentent les villages delà 
«^ iSart , HarteauviUe et la 
*»«* ; à droite YainviUt . le Trait 
y» j»lie forêt ; et sur la rive gauche , 
**^««U«, jolie commune de 2,000 hab. 
«sjd de laquelle se trouve la sombre forêt 
««'^iie,8urlarivedroite, Caudebec, 
l^^llede 5,000 hab., avec une belle 



, ^Jtnn des blus beaux pointa de vue 
*«bwdsde la Seine 



Un peu plus loin, è droite, nous aperce- 
vons , entre deux pittoresques coteaux , 
Villequier, puis une partie de la forêt de 
Bretonne. Enfin, à droite, perehé sur un 
promontoire , voici le village de Quille- 
o<Buf,si connu et si redouté des navigateurs. 

Sur la rive opposée, à quelque distance 
du fleuve se trouve Lillebonne, ( la Julia 
Bona) des Romains ; — presqu'en (ace de 
Quillebœuf , au fond d'une baie et au mi- 
lieu d'une riche végétation se dessinent , 
surun plateau délicieux , les deux châteaux 
de Tancarville. 

Ici, ce n'est plus sur une rivière, c'est 
sur une mer semée de bancs de sable que 
nousnaviguons, tant l'embouchure du fleuve 
s'élargit. — Nous arrivons à la pointe de 
la Roque : c'est le nom qu'on donne à 
cette brusque montagne que vous aperce- 
vez h gauche , et qui semble vouloir vous 
disputer le passage de la Seine. Au pied de 
ce coteau coule la Risle, qui baigne et vi- 
vifie Pont-Àudemer, ville célèbre par ses 
tanneries. 

Les deux rives continuent de nous ofirir 
de riants villa^s et des sites délicieux. 
Sur la rive droite, nous découvrons Gon^ 
freville^VOrchery avec ses belles terras- 
ses, et plus loin : 

Ceat le clocher d* Harfleur^ debout pour 

[vous apprendi'e 

Que l'Anglais Ta bâti, maU n'a pu te dé- 

[fendre. 

Sur la rive opposée, au fond d'une petite 

Digitized by VjOOQIC 



64 



BOUTE 51. — DE ROUEN AUX EAUX-DE^FORGES. 



baie, abritée par le prolongement du co- 
teau de Grâce, et par d'autres groupes de 
collines , on distingue la ville et le port 
û'Hon/ieur. 



Enfin, après avoir passé devant le villi 
de V Heure, et admiré la hauteur des pi 
Tes, nous entrons au 

HAVRE [v. route 45). 



ROUTE 48. 



'1 



DE KOlJinV A BUiyflLERQlJi:, 

Par Neufchatel, Abbeville et Saint-Omer, 23 myr. 5 kîl. — . 
Boute de poste. 

Huppuy. i m. <i|| 

Abbeville (v. route 2). 1 il 

D'Abbeville à Dunkerque , 13 myr. 8 kil| 
(v. route 9 ). 



Vert-Galant. 

Laboissière. 

Ncufchâtel. 

Foucarmont. 

Blangy. 



im.5k. 
1 i 
1 5 
1 7 
1 1 



Barentin. 
Yvetot. 



ROUTE 49. 
DE ROUEIV A FÉCAMPy 

Par YvETOT , 6 myr. 7 kil. 

1m. Ik.p'preville. 

1 8 (FÉCAHP (v. route 10). 



Irp 
1 5 



Martinville. 
Richebourg. 
Goumay-eo-Bray. 



ROUTE 50. 
DE ROUEItf A BEAinrAIS, 

Par GouRNAY, 8 myr. 

1 m. 7 k. Vivier-d*Anger. 

1 7 iBeauvais (v. route 5). 

1 6 i 



Im. Ck. 
1 i 



Vert-Galant. 
Buchy. 



ROUTE 51. 
DE ROUEM Arx EAim BE FOBQES f 

4 myr. 2 kilomètres, 

Im.Tk.lForges. Im. 4k 

1 2 lFoaGEs(v. route 43). 



dbyGoogk 



BOUTE 53. — DE ROUEN A CAEN. 65 

ROUTE 52. 
DE ROCEIV A liOUiriEiM, 

Par Elbeuf, 5 myr. 7 kil. — Route de posté. 



tissage, qui occupent environ 50,000 ou- 
NTÎers des communes environnantes. — 
Curiosités : les deux églises St-Etien- 
ne et Si-Jean-Baptiste , dont les vitraux 
sont fort beaux. La place publique est spa- 
cieuse et jolie. — Pop. i6,400 hab. 

LOUVIERS (Eure). — Hôtels: de 
Rouen ; du Mouton . — Jolie petite \ille si- 
tuée dans une plaine fertile qu'arrose TEure; 
ses manufecturesde draps, ont une réputa- 
tion européenne : leur produit, année com- 
mune, se monte k plus de 50,000 pièces. 
Curiosités : Véglise gothique et les 
Pop. 40,500 hab. 



GmrCoiinnne. 


im.Sk 


Bbetf. 


9 


Unsis. 


1 6 



Ot pentaOer i Elbeuf par terre et par eau . 
Ce ènîer mode de voyage est préférable. 

ELBECF (Seine-Inférieure) Ellebo- 
mm. — ÉéteU : le Boeuf- d'Or; le 
li»^rOr. — Cette ville industrieuse a des 
tâÊets wsez élégants, mais elle est mal bâ- 
te et aoi psvée. Elle est remplie de ma- 
■iKteres de draps, vastes et importantes, 
dntkpndnitdépasaeaujoaid'hui 60,000 
— C^ y ODmpte 13,000 métiers pour " 



le jolies promenades. 



CMd'Couronnc. 


Im.Sk 


P<«ipe]iard. 


1 5 


Ptet-.\Bdemcr. 


2 5 


Beuevile. 


1 4 


P<&l4'£i^qae, 


1 5 


Dfizané. 


1 8 


Tnorg. 


1 2 


ClEï. 


1 4 



ROUTE 53. 
DE ROU£]¥ A CAENj 

Par PoMT-AuDEHER et Pont-l'Évéque, -12 myr, ^ kîl. 

rues sont belles , les places publiques 
agréables. — Curiosités : V église de 
Notre-Dame-^des-Prés , transformée en 
tannerie , et celle de Saint-Germain. — 
Pop. 6,800 hab. 

PONT-L'EVÉQUE ( Calvados ) Pons 
Episcopi. — Petite ville située surla Tou- 
ques. — Commerce : fabnques de den- 
telles et toiles; fromages excellents. — 
Pop. 2,S00 hab. 

Communication. — De Pont-l'Evéque 
à TrouvilUf 11 kil N.-O. plusieurs voi- 
tures par jour. 

TROUYILLE, tout petit village, dont la 
position naturelle en fait le séjour des plus 
pittoresques. On y arrive par terre à travers 
une magnifique forôt ; sou rivage , formant 
une sorte d'anse , offre une variété infinie 
d'aspects ; — la plage est de toute beauté ; 
on peut fiiire cinq* cents pas dans la mer 
avant d'avoir de l'eau au genou. 

CAEN (Calvados) — (v. route 54). 



Après avoir quitté le faubourg S<-Sever, 
aa» soÎTons presque le cours de la Seine 
«si se troave à notre droite, avec la forêt 
it Bourray à notre gauche. 

dOURGACHARD Œure), joli bourg si- 
taé dans une belle plaine entrecoupée de 
laies vives et d'arbres fruitiers. 

PONT-AUDEMER (Eure) Pons Aude- 
■«n. — Hôtels : du Potrd'Etain ; du 
Lnne. — Ville située an milieu de prai- 
lio, sor le RiUe, avec tribunal de pre- 
QKTp instance et salle de spectacle. Elle 
estcciate de fusses qui se remplissent d'eau 
«i\e à volonté , au moyen d écluses. Les 



dbyGoogk 



66 ROUTE 54. — DE PARIS A CHERBOURG. 

ROUTE 54. 
DE PAKIS A CHERBOVRe, 

Par Saint-Germain , Evredx, Lizieux, Caen, Isignv, Valogxes, 
34 myr. 4 kil. — Route de poste. 

Service de malle-poste h pnrtlr de Bonnlères seulement. 

Oise). — Hôtels : d'Angleterre ; de 
Toulouse; de la Chasse-Royale. — Res- 
taurant : Pavillon de Henri IV ; bon . — 
Ville assez agréable, mais triste ; elle lire 
son Dom d'un monastère que le roi Rot>ert 
y bâtit dans le Xl« siècle , dans une forêt 
nommée Laia. — Curiosités : le chd* 
teaUf vieil édifice en briques, construit par 
François I^i", sert aujourd'hui de péniteD* 
cier militaire : il fut la résidence favorite de 
François l^^, de Henri IV, de Louis XIV, 
de rinfortunée Marie Stuari , alors épouse 
de François H ; de M"e de La Vallière et 
de Jacques H qui y mourut en 1601 . — 
V église paroissiale, bâtie dans le genre ita- 
lien, est d'ime architecture imposante. La 
promenade, sur les bords de' la terrasse, 
offre un bel horizon ; à l'extrémité de cette 
terrasse se trouve la magnifique forêt de 
S«-Germain. — Pop. iS,âOO hab. 

A 2 kil. de S^Germain, au milieu de la 
forêt, les Loges-Saint-Germaint ancien 
monastère actuellement destiné à l'éduca- 
tion des filles d'officiers de la Légion- 
d'honneur. — Mme Dubarry y fut exilée 
pendant la dernière maladie de LouisXV. — 
Il s'y tient, le premier dimanche qui suit le 
50 août, une foire célèbre et très fréquen- 
tée des habitants de Paris. 

De S«-Germain à Bonnières, 6 myr. î 
kil. {v. route Ai). 

EVREUX (Eure) Mediolanum Ebroï- 
cœ, — Hôtels : du Grand-Cerf ; du 
Dauphin; de Rouen; de France; de la 
Belle- Epine. — Ville ancienne, chef- 
lieu du département de l'Eure , siège de 
préfecture, et elle possède un jardin bota- 
nique, une bibliothèque publique. — Cu- 
riosités : la calhérale , renfermant des 
vitraux remarquables ; sa flèche à jour, très 
élégante, haute d'environ 80 mètres ; l'é- 
glise de St-Taurin ; la Tour de l'Hor- 
loge ; les restes des abbayes de St-Taurin 
et de St^Sauveur^ Vévêché^ qui offre des 

Digitized by LnOOQ IC 



Courbevoie. 0m.9k.! 


S^îe^main-en-Laye. 1 


A 


Trie!. ] 


2 


Meulan. ( 


) 8 


Mantes. 


l 5 


Bonnières. 


l 5 


Pacy-sur-Eure. 


l 5 


Evreux. 


l 8 


La Commanderie. 


l 8 


La Rivière-Thibouville. i 


l 7 


Marché-Neuf. 


l 


L'hôtellerie. i 


l A 


Lisieux. ^ 


[ 3 


Estrées. i 


l 7 


Moult. i 


l 5 


Caen. 


l 7 


Bretteville. ' 


1 2 


Bayeux. i 


1 6 


Formigny. 


1 6 


Isigny. 


1 6 


Carentin. 


1 1 


Samte-Mère-Eglisc. i 


l 3 


Valognes. 


1 7 


Cherbourg. 


2 



On quitte Paris par la belle avenue de 
VEtoile ; on passe par Neuilly^ Courbe- 
voie, Nanierre , village ancien, et célèbre 
pour avoir vu naître sainte Geneviève, pa- 
tronne de Paris. 

Après Nanterre, la route se rapproche 
de la Seine ; nous laissons è gauche la vaste 
caserne de I{tiei7 .* c'estdans la petite église 
de ce village, bâtie en 1584, sur les des- 
sins de Lemercier, qu'est enterrée l'impé- 
ratrice Joséphine ; monument simple et 
touchant , érigé par la piété filiale du prin 
ce Eugène et d'Hortense Beauharnais. 

Ensuite on passe par la Malmaison , 
château célèbre pour avoir servi de rési- 
dence à Napoléon et à Joséphine et appar- 
tenante lareinemère, Christine d'Espagne 

Un peu plus loin, Port-Marly. 

SAINT-GERMAIN-EN-LAYE (Seine^t- 



BOOTB 54. — DE PABIS A CBEBBOURO. 



67 



piiliesfoft élégSDtes; le collège, le Jar- 
in daPknies, la bibliothèque, d'envi- 
hû tO,000 v4. — Commerce : cou- 
tib muamés , has et bonneterie , drape- 
lies, ooeerif , bestiaux, grains, cidre, etc 

- Pop. 44,900 Ao6. 
RIYIÈRE-THIBOUVILLE où nous trou- 
vas one bonne auberge et d*excellent pois- 

LSœCX (Cahados) lexovium, Sô- 
^: de Fiance; d*Espagne; de Nor- 
■Mie; dn Commerce. — Ancienne vUle 
QUK dn temps de César. — Lisieux , 
<MeB d*arroiidissement , est une des 
fies les phis importantes du Calvados par 
m coamerce et ses manuÊictures. Elle 
otàtoée dans une agréable position. — 
ResKRée entre deux cOtes à Test et à 
reaeit, elle s'étead au nord et au midi dans 
hi fialfevalléesdela Touques et d*Orbec 

— rariofto : Xéglite St-Pierre, ca- 
tMale,Boble édifice situé li Tangle d'une 
^lale fbce, et flanqué à sa façade ouest de 
âtoars. 

O fiitduislaeatbédrale de Lisieux qu'en 
il5i B«Bri U épousa Eléonore de Guyen- 
ne, alors divorcée d'avec son premier époux 
LMisIeJeoDe. L'ancien palais èpiscopal 
«1 an bcan monument ; les jardins en sont 
J*f»Mts ; — le théâtre est assa joli, 
»jsriin pMc est fort beau, et les cours, 
^^ ancieiis boulevards, offrent des pro- 
■■•de» agréables. — Commerce : fe- 
■JV» de toiles , cretonnes , flanelles, 
«"^ «mvertnres ; blé, lin, chanvre, bes- 
^ V^ DooiTissent sesgras pâturages . — 
f<^- 12,000 hab, 

Oatronve dans les environs, des ruines 
fl^»deM cbâteaox et des débris de l'anti- 

C\EN(Calvado8) Cadomus. ^Hôtels: 
«b Pbce.Rojale; d'Angleterre; d'Es- 
Çge ; de France ; Sainte-Barbe ; Sainl- 
Jkw- — ViDe considérable, chef-lieu 
*Jéparlement du Calvados ; avec pré- 
**»«» cour royale, tribunaux de première 
■^ce et de commerce, collège royal, 
!J**J^ arts, bibliothèque publique de 
**iwO vol. et divers manuscrits ; cabinet 

£?''* naturelle, bourse de commerce, 
JU^re des mann&ctures, inspection des 
"<^« ^e despectade, jardin des plan tes , 



— Cette ville est généralement bien bâtie; 
ses rues sont larges et ses places réguliè- 
res ; son port reçoit à marée haute, des 
bâtments de 200 tonneaux. — Monu- 
ments religieux : V église du château , 
d'une grande antiquité; Véglise Saint- 
Etienne ou abbaye aux hommes, consacrée 
en 1077 , et qui renferme le tombeau de 
Guillaume-le-Conquérant ; le collège royal, 
Véglise de la Trinité ou abbaye aux dames, 
fondée en 1066 par Mathilde , épouse de 
Guillaume-le-Conquérant : les bâtiments 
datent de 1 726 et serventmaintenant d'Hô- 
tel-Dieu ; Véglise Si-Pierre , qui date de 
1308, l'une des plus belles églises de la 
Normandie. — Curiosités : le château 
et ses fortifications ; le collège, V hospice 
civil et militaire , V hôtel de ville, la 
bourse , le musée où se trouvent des ta- 
bleaux de Pérugin , van dcr , Meulen , 
Poussin, Rubens, Philippe de Champagne, 
Albert Durer, Paul Véronèsc, Stella, Le- 
brun, Vien ; et beaucoup d'autres tableaux 
qui ne sont pas sans mente. — Le jardin 
des plantes, le cabinet d'histoire natih- 
relief qui renferme une collection des fos- 
siles de la Normandie, et les collections 
faites dans la mer du Sud par l'amiral Du- 
mont-Durville. 

Promenades : — le cours la Reine , 
le cours Cafarelli et les beaux quais qui 
bordent TOme et l'Odon ; le port, renom- 
mé pour la construction des navires mar- 
chands. — Commerce : huile, poissons, 
salaison de harengs, manufactures de ser- 
ges, toiles, blondes dentelles, bonneterie 
etc —-Pop. 44,i00hab. 

Caenest la patrie de Malherbe, dont on 
montre encore la maison ; de Ségrais, de 
Huet, évfique d'Avranches ; de Choron, du 
général Décaen. 

Excursions.— A 1 . 5. au N. de Caen, 
le voyageur devra visiter iVoire-Dame-de- 
la-Dèlivrande, lieu de pèlerinage célèbre, 
et Luo-tur-Mer, établissement de bains 
fort important : ainsi que les châteaux do 
Creully , à 16 kil. de Caen, et de Fon- 
taine-Henry, k 12 kil. 

BAYEUX (Calvados) Civitas Bajocas- 
sium des anciens. — Hôtels: du Luxem- 
bourg ; le Grand -Hôtel. — Ville assez 
belle , et qui n'est presque formée que 

Digitized by VjOOQIC 



68 



BOUTE 54. -^ DE PARIS A CHEBBOUBG. 



d'une rue qui la traverse dans toute sa lon- 
gueur. — Elle possède une sous-préfec- 
ture et un évêché. — Curiosités : la 
cathédrale , vaste et bel édifice dont les 
deux clochers , datent du Xll« siècle. La 
chapelle de l'ancien séminaire, maintenant 
VRôtel^DieUt date de 1206. — La petite 
église de St~Loup, sur la route de S^LÔ 
La tapisserie de la reine Mathilde, pla- 
cée dans une nouvelle salle de la bibliothè- 
que, représente , sur une laideur de 50 
centimètres et une longueur de 70 mètres, 
la conquête de l'Angleterre par Guillaume 
le Conquérant. — La halle au blé, jolie 
construction de 1830. — Les places de 
Si-Patricc et du Château, l'hôtel de ville ; 
la bibliothèque , riche de 7,000 vol. — 
Commerce : bœufs, moutons, chanvre, 
beurre très renommé et Êibrique de den- 
telles considérable. — Pop. 9,800 hab. 

A 1 . 6. se trouve la belle Grotte d'Ar- 
manche, une des curiosités naturelles du 
Calvados. 

FORMIGNY , gros village , où les An- 
glais furent défaits en U50. 

ISIGNY (Calvados). ^Hotels: l'Aigle- 
d'Or; la Grappe -de -Raisin. — Petite 
ville située au fond d'un golfe forme par 
la Manche. Elle est jolie, propre, et ani- 
mée par son commerce en beurre et cidre 
renommé. — Pop. 2,400 hab. 

CARENTAN (Manche), Carentonum. 

— Hôtels : de la Place ; d'Anglelerre. 

— Ville qui a des murs, des portes et un 
commandant militaire, et dont l'air est ren- 
du malsain par la grande humidité que 
contiennent les vastes et belles prairies qui 
l'entourent. — Curiosités : le château, 
flanqué de plusieurs tours en ruines. — 
Pop. 0,400 hab. 

Nous voilà dans le pays appelé Coten- 
tin, dont les bœufs sont si renommés etles 
prairies si vertes. 

SAlNTE-MÉRE- ÉGLISE ( Manche ) , 
gros bourg où se tient un fort marché cha- 
que semaine pour le beurre, le grain et les 
bestiaux. — Pop. 4,800 hab. 

VALOGNES ( Manche) Yalonioe, . — 
Hôtels : du Grand -Turc; du Louvre, 
renomméjpour sa bonne cuisine et ses an- 
douillettes. — Jolie ville, avec sous-préfec- 
ture, tribunal, bibliothèque de 15,000 vol. 



Curiosités: les environs ; la place du 
Château ; les restes d'un temple , d'un 
aqueduc , d'un amphithéâtre , qui attes- 
tent que Valognes fut considérable sous la 
domination romaine. — Commerce : beur- 
re salé; toiles; coquillages; gibier. 

PoD. €,400 A(i6.— Patrie do Le Tourneur 
et de Vicq-d'Azir. 

Antiquités. — Le département de la 
Manche est riche en antiquités romaincîs 
et celtiques. 

CHERBOURG (Manche) Cœsaris Bur- 
gus. — Hôtels : d'Angleterre ; du 
Commerce ; de France. — Celle ville , 
un des principaux ports militaires de France, 
est située à l'extrémité nord de la pres- 
qu'île du Cotentin. Dans l'ancienoe ville» 
les rues sont étroites ; dans la nouvelle, 
elles sont larges et bordées de belles mai- 
sons. — Curiosités: le port militaire et 
l'arsenal de la marine ; Vavant-port ; le 
bassin à flot. 

Ce premier examen terminé, le voyageur 
visitera les cales de construction ; la for- 
me de radoub ; les ateliers des forges, des 
machines, de la fonderie ; l'hydromètre ; 
les chantiers des travaux hydrauliques ; le 
parc d'artillerie de la marine ; le hangar 
aux bois , et l'enceinte continue qui ferme 
ces beaux établissements ; — la digue , 
monument gigantesque commencé en 1 782, 
et qui n'est pas encore terminé. Au centre 
s'élève un phare et une très forte batterie. 

Forts de la Rade. — Trois forts dé- 
fendent l'entrée de la rade : le fort de l'îUt 
Pelée, qui date de 1784 , et contient près 
de 100 bouches à feu; \efort du Hommet, 
construit en 1785, armé de 75 bouches à 
feu ; le fort de Querqueville, armé de 90 
bouches à feu. — Les autres objets dignes 
de curiosité sont l'ancien arsenal ; le port 
du commerce ; le chantier Chantereine 
avec sa caserne ; la salle des modèles et 
plans en relief ; le chemin de fer, partant 
du pied de la montagne du Roule, et abou- 
tissant au bout de quai de l'est du bassin 
du Commerce, où les moellons destinés à 
la digue sont embarqués ; V hôtel de ville, 
sur la place d'Armes ; V Obélisque , au 
centre de cette place , élevé en l'honnenr 
du duc de Berri en 18U ; la bibliothè^ 
que et le cabinet d'anttquités et d'Ai>- 



dbyGoogk 



ROUTE 57. 



DEVREUX A BEAUVAIS. 



69 



faire naturelle ; le musée Henry (nom 
éi £;«datair et dont le boste, par Dan tan, 
«îCBe k falerie) ; — la vieéUe tour, dont 
)e pied est hsa^é par la mer; Véglise 
SëttOe-'Trinité; — la chapelle de Notre- 
Ihme-éu-Vctu , sitaée dans reoceinte du 
(boiier de Chantereine ; — Véglise Nch 



trer-Dame de l'Immaculée Conception^ 
de style gothique ; — rétablissement des 
bains, à rextrémité nord de la rue de la 
Cayenne. — Consuls d'Angleterre et des 
Etats maritimes de TEurope et de TAmé- 
rique. — Pop. 27,000 hab. 



ROUTE 55. 

D'ÉITREUSL Â AliE^ÇOIV (2 routes), 

i^ route par Vernecil et Mortagne, ^\ myriam. 6 kilom. 



ItBonUe. 
S^Swice. 


lm.9k. 
2 

1 6 

2 2 


Mesle-sur-Sarthe. 

Ménil-Broust. 

Alexçon. 




Im 6k. 
1 
1 5 




2« route, par Laigle, 11 myr. 9 kil. 






Un. 

L^]e. 
:»ate-€aiibfirge. 


lm.8k. 

1 6 

2 
1 6 


Nouant. 

Séez. 

ALE.NÇON (v. route 


10). 


Im. 6 k. 

1 2 

2 1 



ROUTE 56. 

D'ÉH'REUIK. AU laUkXH, 

Par MoRTAGNE et Alençon, -15 myr. 



DÏTiTOxà Alençon {v. r. 55). 7 m. 7 k. 
Mène. ^feiU ^ 8 

S^Cfisme. 1 5 



Bonnétable. 

Savigné. 

Le Mans (v. roule 97). 



lm.2k. 
1 5 
1 5 



ROUTE 57. 
D ÉTREfISL A BEAinrAIS, 

9 myr. 9 kil. 



Pacy-sor-Eare. 
Venwn. 
Tbiliiers-eD-Vexio . 



Gisors. 1 m. 5 k. 

La Houssoye. 1 6 

Beau VAIS (v. route 5 ). 16 



dbyGoogk 



BOUTE 60. — DE CAEN AU HAYBE. 

ROUTE 58. 
DE liKIEIJX AU HAVRE y 

5 myr. 5 kil. , sans compter la traversée à'Honfleur aa Havre. 

Im. 2 k. 



Pont-l'Évêque 
Honfleur. 



1 m. 7 k. IHavre (v. route 45 ). 
16 



ROUTE 59. 
DE liisicijsL A AiiEiirçoiiry 

9 myr. 2 kîl. 



Livarot. 

Vimoutier. 

Gacé. 

NoDant. 

Séez 

Alençon. 



2 



m. 8 k. 

9 

2 
ï 



LIVAROT (Calvados) , bourg renommé 

pour ses fromages . — Pop. i , 300 hab . . 

VIMOUTIERS (Orne) , petite ville ma- 



nufacturière en toile, dite Cretonne. — 
Pop. 4,200 hab. 

GACÉ (Orne), bourg sur la Touques, où 
se fabriquent de:{ toiles Cretonnes; vaye%}es 
ruittes du vieux château. — P. 4,600 h. 

NONANT (Orne), bourg qui renfenne 
de belles verreries. 

SÉEZ (il. route 61). 

ALENÇON (v. route 70). 



ROUTE 60. 
DE CAEUi- AU HJLH'RE, 

Par Honfleur , 7 myriamèires 2 kilomètres. 



De Caen à Pont-l'ÉvÔque (v. 

roule 53). 4 m. ik. 

Honfleur. 1 6 

Le HAvnE. 1 2 

HONFLEUR (Calvados). — Hôtels : le 
Cheval-Blanc ; la Poste. — Celte pe- 
tite ville est située à l'embouchure de la 
Seine, vis-à-vis du Havre-d&-Grâce ; elle 
possède un tribunal de commerce, une 
bourse, un port qui consiste en trois bas- 
sins ; on peut y construire des frégates. — 
Curiosités : les cdiûces publics sont cu- 
rieux par les bizarreries de leur architec- 



ture. V église Sainte-Catherine ^ bâtie eu 
bois au V« siècle, ron ferme deux tableaux 
remarquables de Quellin et de Jordaens, 
élèves de Rubens. Le portail de St-Léo- 
nard est du Xlle siècle. — La Côte-de- 
Grâce ^ sur le bord de la mer : la vue dont 
on y jouit est aussi étendue que magnifia 
que. — Sur le plateau de cette éminence, 
s'élève la chapelle de Grâce ^ connue de 
tous les marins du pays. — Pop. i 0,000 
hab. 

De Honfleur au Havre par la bateau à va- 
peur , trajet en 1/2 heure environ. 

LE HAVRE (r. route 45). 



dbyGoOgk 



lOUTB 62. — DE GAEN A GONOB-SUR-KOIBEAU. 

ROUTE 61. 
DE CAEss A Ausurçonr^ 

Par Falaise et Séez, -10 myr. \ kil. 



71 



Arfeatao. 
Séo. 

ÂLZSiÇOy. 



2m.0k. 
i 5 

2 5 
2 1 



î.\Là]SE (Cahrados) Falesia. -^Bô- 
tA : de France; dn Grand -Cerf. — 
X^ sacieniie et assez importante de Nor- 
mm&t (elledate du X« siècle), avec tri- 
bviBL, 'soDS-piéfectuFe , théâtre , biblio- 
]kèi|K, caUéfe. — Curiosités : les ruines 
et SRI cUtcaa fort, assises sur un rocher 
pÉttncsfK. — On montre dans Tépaisseur 
ées mm* uœ étroite enceinte où naquit 
Gaflbaap le Conquérant. — Les églises 
deS^LuiTtiUei de St-Gervais ; Vhôtel 
ée riUe, (foi date de 1 785 ; Yhôtel-Dieu. 

— Les fontaines publiques. — Commer- 
ee : ùbriquesde mousselines, calicots, den- 
IHks; teintarene , bonneterie. Foire dé 
GwAray, dans un des faubourgs de Fa- 
bise, do i6au 30 août ~ Pop. 9,000 h. 

LeseoTirons de Falaise sont très pitto- 
resques et couverts de jolis châteaux. 

Excmsio?!. — A 2 kil. de Falaise, St- 
Sflf^s 1 Calvados). — Curiosités : l'é- 
gb&e, do Xni« siècle, près des ruines ro- 
«aines dites de St-Pierre-d'Exvilliera. 

— Poo. 4,000 hab. 

ARGENTAN (Orne). Àrgentonium. 



— Hôtels : des Trois-Maures ; du Pont- 
de-France. — Cette ville est située sur une 
éminence, au milieu d*ime plaine fertile en- 
tourée de riants coteaux arrosés par TOnie. 
Les rues en sont larges, propres, bien per- 
cées. — Elle a une sous-préfecture , un 
collège, une société d*agriculture. — Cu- 
riosités : le vieux château fort, qui sert de 
maison d*arrêt. — Les deux églises de St- 
Germain et de St-Martin. — Commer- 
ce : grains, cuirs, bestiaux, fromages es- 
timés ; fabriques de toiles, blanchisseries, 
tanneries, dentelles. — Pop. S, 700 hab. 

Excursion. — A 1 m. 2 k. est le ^a- 
ras royal du Pin^ un des plus beaux de 
l'Europe. 

A 1 ra. 6 k., la superbe verrerie de 
Nouant. 

SÉEZ (Orne) Sagium. — Hôtels : la 
Poste; d'Angleterre. — Ville fort an- 
cienne, située dans une campagne agréa- 
ble et fertile, sur l'Orne, avecévôché, col- 
lège. — Curiosités : la cathédrale, de 
1126 ; le palais épiscopal, qui ren- 
ferme les portraits de tous les évêques de 
Sée* morts avant 1789. — Commerce : 
grains, fabriques de bas tricotés, de points 
d'Alençoa, basins, mousselines. — Pop. 
S J 00 hab. 

ALENÇON [v. route 70). 



ROUTE 62. 
DE €AE]¥ A COimÉ-fSUR-lirOERIULlJy 

4 myr. 6 kiL 



Bvcoort-Thurv • 

GoSOE-SL-ft-NoWEAU. 



2m.6k. 
2 



HARCOCRT-TinjRY , gros bourg sur 

rOroe, dans une belle position. — Curio- 

^ sites : le ehâteau des ducs d'Harcourt, en- 



touré d'un beau parc, arrosé par rOme. 
— Commerce : tanneries considérables et 
renommées. — - Pop, 4,500 hab. 

CONDÉ-SUR-NOIREAU (Calvados).— 
Hôtels : du Lion-d'Or ; du Faucon. — 
Petite ville avec tribunaux. — Curiosi- 



dbyGoogk 



7t 



nOCTE C4. — DE VIRE A ftlORTAIK. 



tés : V église iS/-Jfar/tn possédant de beaux 
vitraux ; la statue de l'amiral Dumont- 
d'Urville, qui péril d'une manière si dé- 
plorable dans la catastropbe du 8 mai 1 842, 
sur le chcuiin de fer de Versailles, fut éri- 



gée dans cette ville en 18ii. — Comtner- 
ce : draperie, coutellerie , toiles de coton, 
miel, chevaux, lin fin , filature de coton, 
fonderie de cuivre. — Pop. 6,400 hab. 



Mondrainville. 


i m. 5 k 


ViUers-Bocage. 


1 2 


Le Ménil-au-Zouf. 


1 5 


Vire. 


1 9 


Saint-Scver. 


1 5 


ViIle-Dieu-les-Poê!es. 


1 X 


Avranclies. 


2 2 


PONTORSON. 


2 2 



ROUTE 65. 

DE CAUJir A POlVTORIMIlir, 

Par Vire et Avranches, \ô myr. — Cette voie est la grande roule 
de Caeu à Saint-Malo et à Brest, 

ces Vaux de Vire qu'Olivier Basselin a 
rendus célèbres. — Commerce ; manufto- 
tures de papiers et de draps. — Pop^ 
8,000 hab. 

SAINT-SEVER (Calvados). — Bourg 
de 1,700 hab., agréablement situé an 
milieu d'un pays pittoresque. 

VlLLE-DlEl'-LES-POÈLES (Manche), 

— Hôtels : la Poste ; le Louvre. — 
Petite ville ou bourg sur la Sienne , qui 
lire son nom du grand nombre de chau- 
dronnicrs qui y &briquent toutes sortes 
d'ustensiles en cuivre, tels que casseroles, 
marmites. — Commerce : chaudronnerie 
et ou\Tages en cuivre. — Pop. 3,900 hab. 

PONTORSON (Manche). — Hôtel : la 
Croix-Verte , où le voyageur troavcra bd 
cheval et une voiture , à raison de 5 ou 6 
fr. par jour, pour aller visiter le Mont- 
Saint-Michel, par une belle route terminée 
en 1842; la distance n'est que de 8kiL 

Cette ville est située sur le Couèsnon. 

— L'église , très ancienne , mérite d'être 
visitée. — Commerce : toiles. — Pop. 
2,000 hab. 



MONDRAINVILLE, joli village agréa- 
blement situé. 

VILLERS-BOCAGE (Calvados), gros 
bourg que traverse la route, et où se tient 
cJiaque semaine un marché con^dérable. 
— Voyez son hôpital, fondé en 1566 par 
Jeanne Bacon de MoUey. — Pop. 4, 500 h. 

VIRE (Calvados) Vira. — Hôtels : \e 
Cheval- Blanc ; de France. — Petite 
ville du moyen-Sge , bitie presque en gra- 
nit , et située sur la Vire ; elle a sous-pré- 
fecture, tribunaux. — Curiosités : l'église 
Notre-Dame ; l'hôtel de ville ; la bibliothè- 
que ; la vallée de Vatdx ; les ruines d'un 
ancien château; le bois Saint-Martin; 
le^environs; les escarpements de la Vire; 
les collines qui l'environnent et qui forment 



Sourde val. 

MORTAIN. 



ROUTE 64. 

2 myr. 5 kil. 

1 m. 3 k.i Cette route est la voie directe de Caen 
i |ài Rennes par Vire. 



dbyGoogk 



BOUTS 65 — DE CHERBOURG A AVRANCBES. 



73 



WCMmKL (Manche), gros bourg qui 
VQssè<)« ime Me fontaine en gra&it; dépOt 
*s noDbmsn papeteries des environs. — 
fop- 4,300 kab. 

MORTâIN (Manche). — Botels : Grand 
HâM-.bôtelSamt-Cuilbaroe. — Cette 



petite ville est en\iTonnée de rochers et 
ressemble à une \ille de Suisse. Elle est 
active, industrieuse. — Curiosités : wn 
église, fondée en 1802. — Commerce : 
bestiaux; dentelles; toiles; fontaines mi- 
nérales. — Pop. 2,300 hab. 



ROUTE 65. 



DE CTHEBliOlJliCr A AinBUkX€^MSE»9 

ParPÉai£Bs, Coctaaces et Gran ville, 45 myr. 4 kil. 



SMioTear. 
^BijMo-Paits. 

Cm»». 

EfamiO^. 

^ntUKHES. 



Sm.Ok 
5 

8 
6 
9 

5 
i 



Cette ^fslla première section de la 
jjte directe it Cherbourg à Brest; de 
^*«^ à Votagne» (v. route 54). 
JMîfT-^Al^'EUR, bourg très commer- 
î^'f^w 2,900 hab. 

La reate jusqu'à Âvranches est des plus 



COCTAîiCES (Hanche) Consianciœ. 
^vn^' ^ ï^rance ; d'Angleterre. 
Miaie située sur une colline dont la ca- 
wWe occupe majestueusement le som- 
^* *^ s« trois lours qui semblent 
•■wfer tous les autres édifices. — 
Nte môsme cité possède un évôché, 
■«-prtfecluie . tribunaux. — Curiosi- 
»: la cathédrale qui date de 1056, un 
I hnux monuments de l'architecture go- 
^. Cet édiike frappe d'admiration et 
p6»e rœil par l'élégance de ses propor- 
•& «4 la symétrie de l'ensemble . Ses deux 
id«f8 servent de points de reconnais- 
se aux maiios qui sont en mer. De la 
iBne qui couronne le dOme, on jouit 
IK vue magnifique sur la mer et les 
IpgBcs environnantes ; Véglise de St- 
tfre, bel édifice de style gothique fleuri 
Xf*âèc)e; l'égliu St-Nicolas; l'é- 



vdché; la bibliothèque; les promenades 
de la ville ; l'ancien aqueduc , appelé les 
Piliert, de «îonstrucUon romaine. — Com^ 
merce : grains; beurre. — Pop. 8,500 
hab, 

— Il y a à TEst de la grande route une 
jolie église romaine k visiter , celle de 5a- 
vigny. 

GRANVILLE (Manche) Grandisvilla, 
— Hôtels: du Nord; des Trois -Cou- 
ronnes; grand Uôtel de France. — Jo- 
lie ville dent la fondation remonte à Charles 
VU. — Curiosités : le port, remarquable 
par ses beaux quais et son môle que ter- 
mine un élégant pharillon; belle église, 
dont le chœur n'est pas sur le même axe 
que la nef; phare ; la machine à ra- 
peur qui élève, après les avoir filtrées, 
les eaux de la petite rivière du Bosq au 
point cuhninant de la ville, où elles sont 
reçues dans un réser\'oir en fonte , et de là 
distribuées par des conduits dans toutes les 
parties de la \nlle. — Bains de mer très 
fiféquentés. — Commerce : armements 
considérables pour la pêche de la morue , 
importation; pêche d'huîtres dites de Can- 
cale; salaisons; entrepôt de sels; ateliers 
de corderie; construction de navires. — 
Pop. i2,200 hab. 

La route de Granville à Àvranches est 
très pittoresque; après avoir traversé le 
vallon ombragé de SartiUy, on atteint une 
hauteur d'où la vue découvre le rocher es^ 
carpe du Mont-Saint-Michel , couronné 
par l'ancienne abluiye de ce nom , qui sert 
maintenant de prison d'État. 
I A 6 kil. N.-E de Sartilly, se trouvent 
4 

Digitized by VjOOQIC 



BOUTB 66. — DE PABIS A SAINT LO. 



\is& ruines de r(û>baye de Ivceme, qui 
date de 1178. 

ÀVRANCHES (Manche) Àbrincœ Inge- 
fiœ, cité des Abrincates. — Hôtels : de 
France; de Bretagne; d'Angleterre; du 
vPcIican. — Ancienne ville sur une mon- 
tagne au bas de laquelle coule la rivière de 
Sea , à 2 kil. de te mer ; sous-préfecture ; 
tribunaux. — Curiotités: la statue du 
général Vaihubert; le jardin des plantes; 
les salmes de VÀvranchin et le Mont-St- 
Michel, dans lu baie de Cancale; la vue 
dont on jouit à la place de la Sous-Préfec^ 
ture, maintenant jpiace Huet (du célèbre 
évoque de ce nom) ; la bibliothèque, jiche 
en manuscrits provenant de Tabbave du 
Mont-Saintr-Michel ; le jardin des plantes 
d*où la vue est fort belle. — La beauté de 
sa situation , la salubrité de Tair et le bon 
marché des vivres, ont fait d'Avranches une 
résidence favorite pour les étrangers , sur- 
tout pour les Anglais , qui y forment une 
colonie considérable. — Commerce : blé ; 
cjdre; orge et avoine, etc. —Pop. 8,000 
hab. 

Excursion. — Mont''Saint'Mi(éelj à 
1 myr. 2 kil. d'A\Tanches : il est connu 
dans le pays sous le nom de Grand-Mont. 
Dos grèves molles en barrent rentrée du 
côté de Coësnon; il ne faudrait pas se ha- 



sarder sur ces grèves où Ton couirait râqiie 
d'enfoncer. — Une première enceinte de 
fortiûcations* renferme une sale petite bour- 
gade qu'on a décorée du nom de ville , et 
qui consiste en une rue grimpante et tour- 
nante. Au-dessus de la ville est un chiteeu ; 
au-dessus du château , l'église dont le clo-> 
cher, surmonté d'un télégraphe, termine 
toute cette oyramide. Le château contient 
beaucoup de pièces remarquables par leur 
construction et leurs dimensions, et qui 
toutes rappellent de grands souvenirs his- 
toriques. On y a établi des filatures et des 
ateliers, afin d'occuper les détenus (car le 
Mont^-Saint^Michel est une prison). L'ég/tse 
est vaste et belle , et a autant d'élégance 
que de solidité ; elle se compose de deux 
parties d'âge et de style différents : la nef 
est de style massif normand (1060), avec 
un toit de bois et des chapiteaux légèrement 
ornés; elle sert maintenant de chapelle aux 
condamnés; le chœur en ogive date de 
1452-1591. Les arches sont formées par 
des murs sur lesquels se trouvent de cu- 
rieux bas-reliefs. La chambre des Cheva- 
liers est fort belle ; celle de Montgomér^ 
est de style gotiiique. Du haut du sommet 
de l'église, dont l'élévation est d'environ 
130 mètres au-dessus des saliles, la vue 
est magnifique. 



ROUTE 66. 

DE PARIl» A 8<-IiO, 

Par Caen et Bayeux , 28 myr. 6 kîL 



De Paris à Bayeux {v. r. 54). 25 m 1 k. 
Vaubandon. * 1 5 

Saint-Lô. 2 2 

SAINT-LO (Manche) Sancti Laudi op- 
pidum. — Hôtels : du Cheval-Blanc; du 
Soleil-Levant. — Petite ville sur la Vire, 
que l'on passe sur un très beau pont, avec 
préfecture, tribunaux, théâtre, bains pu- 
blics. — Curiosités : la cathédrale, mo- 
nument ancien , d'une richesse , d'une élé- 



gance et d'une légèreté remarquables; l'é- 
glise Ste-Croix, d'architecture saxonne, 
bien conservée, date du xi<^ siècle ; l'hôtel 
de la préfecture ; la place publique ; l'hôtel 
de ville; les flèches construites de picrpen 
qui n'ont que 16 centimètres d'épaisseur, 
et percées à jour de toutes parts sans 
qu'aucun lien les unisse. — Commerce: 
coutellerie; serges; coutils; grains; cidre; 
beurre salé; volailles; bestiaux; chevaux. 
Pop. 9,^00 hab. 



dbyGoOgk 



*«W- 



ftOOTB 70. — DB PABIS A BREST. 

ROUTE 67. 
DE S^-liO A «RAHWIIiliE , 

Par CocTAJîCES, 5 myr. T.kil. 

1 m. â IBréhal. 

i 6 jGhanville {v. route 65), 



75 



lm.9k. 
1 



SûÉl->»-k-Day. 



ROUTE 68. 
DE S<-Ii# A €Alt£]VTA]V , 

2 myr. 6 kilomètres. 

1 m. 5 k.lCARENTAN (v. roate 5i). 



1m. 3k. 



ROUTE 69. 
DE S<-IiO A irmE , 

5 myr. 4 kilomètres. 



ThongiiT. 

Tac (r! noie 6â) 



im.ik. 
2 



La roule Inverse un pays pittoresque ci 
I firtile. 

THORlfiXY (Manche) , prtitc ville bien 
s^aée , qui naguère encore possédait un des 



plus beaux châteaux de la Normandie, dont 
il ne reste plus qu'une aile qui sert d'hô- 
t4^1 de ville , et la galerie de tableaux rap- 
pelant les faits d'armes des comtes de Ma- 
tignon. — Pop. 2,200 hab. 
VIRE (v. roule 63). 



ROUTE 70. 

DE PARll» A BREST , 

Psar ALE5Ç05. Domïho.nt, Dol, Saïnt-Briedc et Morlaix^ 57 myr. 

Okil. 



Sèvres. 


im 2k. 


Saint-Maurice. 


1 m. G k 


Versailles. 


7 


Morlagne 


2 2 


Ponldiartnin. 


1 9 


Meslô-sur-Sarthe. 


1 6 


b^oRie. 


i 1 


Ménil-Broui. 


1 


Hmidan. 


1 3 


Alençon. 


1 5 


Marolles. 


7 


Saint-Denis. 


1 1 


Dreux. 


1 2 


Prez-en-Pail. 


1 :> 


Nonancoart. 


1 i 


Couterne. 


1 « 


rinîêr»-sur-Avre. 


i i 


Domfront. 


1 9 


Venena. 


1 


Teilleul. 





dbyGoogk 



76 



BOUTE 70. — DE PADIS A BBEST. 



Saint-Hilaire-du-Harcouet. 


Im 


.9k 


Ducey. 


1 


6 


Pontorson. 


i 


9 


Dol. 


4 


9 


Dinan. 


. 2 


7 


Jugon. 


2 


2 


Lamballe. 


1 


7 


Saint-Brieuc. 


2 





Cliâtcleaudrcn. 


1 


7 


Guingamp. 


1 


4 


Bellc-Isle-cn-Tcrre. 


i 


9 


Ponthou. 


i 


9 


Morlaix. 


1 


5 


I.andi\iziau. 


2 


1 


Landerneau. 


1 


7 


Brest. 


9 


1 



Service de Malle-Posle. 

SÈVRES (Seine et Oise), joli bourg, sur 
la rive gauche de la Seine , que la route temps 
traverse sur un beau pont. Curiosités : la 
manufacture royale de porcelaine , con- 
nue de toute l'Europe , tant par la beauté 
dos formes, la transparence de la porce- 
laine et la rare perfection des peintures ; le 
musée très curieux de cet établissement , 
consistant en argile, poteries de terre et 
porcelaines de tous les pays et de toutes les; 
époques : on y voit une série de tous les 
objets fabriqués dans rétablissement depuis 
sa fondation jusqu'à nos jours. Pour visiter 
cette riche manufacture , il faut s'adresser 
au directeur. — Pop. 6,000 hab. 

VERSAILLES (Seine-et-Oise). — Hô 
tels: du Réser\oir; de France; de la 
Chasse-Royale; de l'Europe. — Chef-lieu 
de département, avec préfecture, tribunaux, 
év6ché, société des sciences, lettres et arts, 
société d'agriculture, collège royal. — 
Curiosités : l'église St-Louis , la paroisse 
Notre-Dame; l'archevôché ; \b place d'Ar- 
mes , ornée de statuer colossales ; les fon 
taines publiques; hs boulevards ; l'hôtel 
de la guerre , servant aujourd'hui de caser- 
ne; le grand commun ; la bibliothèque de 
la ville ; l'hôtel de la préfecture ; l'hospice 
royal; surtout le Palais et ses galeries 
célèbres : son musée le plus beau du 
monde, est ouvert les samedis, dimanches, 
lundis et mardis. Les magnifiques jard/w^, 
les jets d'eau et les bassins ; le grand cl le 
petit Trianon; la statue de l'abbé de 



VEpée , inaugurée le 3 septembre i 8i5 , 
par Michaud. Le piédestal ae ce monument 
est orné de bas-reliefe d'une expresâon 
touchante. — Pop. 30,000 hab. 

À quelques kilomètres sur la droite, se 
trouve St-Cyr, converti par Napoléon , en 
1806, en école militaire pour 300 élèves, 
mais, dans l'origine, fondé par Louis XIV 
comme école pour Tinstruction de 250 
jeunes dames nobles. Ce fut dans cet éta- 
blissement qu'en 1686, Esther et Àtha" 
lie , de Racine, furent jouées devant le roi 
et madame de Maintenon , qui , après la 
mort de Louis XIV , se retira dans ce cou- 
vent, y mounit en 1719, et fut enterrée 
dans l'église. 

DREUX {Eure^trLoir) Drocum, . — 
Hôtels: du Paradis; du Sauvage; de la 
Poste. — Ville ancienne et célèbre du 
js des Romains. Elle a sous-préfecture, 
tribunaux. — Elle est assez bien bâtie , et 
dominée par un coteau que couronnent les 
ruines de l'ancienne forteresse des comtes 
de Dreux. Un télégraphe est placé sur la 
tour du donjon. Au milieu des anciennes 
murailles de ce château fort , se trouvent 
de belles plantations au centre desquelles 
s'élève une chapelle moderne , érigée par 
le roi Louis-Philippe lorsqu'il n'était en- 
core que duc d'Orléans , et destinée à ser- 
vir de sépulture k sa famille. Ses anciens 
caveaux enferment les restes de la famille 
de Penthièvre , de la princesse Marie de 
Wurtemberg, et l'infortuné duc d'Orléans; 
près d'eux repose la duchesse douairière 
d'Orléans , mère du roi. — On remarque 
encore à Dreux, l'^g/we paroissiale ; l'hô- 
tel de ville , et , dans le château, les débris 
d'une église bâtie en 11 4-2 .— Pop. 6,800 
hab. — Pati'ie de Rotrou, dont le tombeau 
est dans l'église Saint-Pierre, et du général 
Senarmont. 

Château d'Anet. — A l'extrémité de 
la forêt de Dreux , et près du bourg d'Anet, 
on va visiter les ruines du château de ce 
nom , dont il ne reste que le portail de 
l'horloge, et l'orangerie ; celui du château 
est maintenant à l'école des beaux-arts à 
Paris. — Les ruines de cet édifice sont 
dans une charmante position sur les bords 
de VEure; un peu plus au nord , cette jo- 
lie rivière traverse la plaine d'Ivry^ où 



dbyGoOgk 



BOUTE 70. — DE PARIS A BBCST. ^ 



77 



ifri IV gagna, en 1590 , une Yîctoire 
Ui^testirbligye. 

mmcom (Eure). peUte ville sur 
iMW. — CwiotUét : ta maison où coii- 
•I Bon IV U veUle de la bataille d'Wry ; 
«iwtes de ses fortifications. 

A6kiloai. se trouve Munil-mr-VE»- 
■Ji où est le bel établissement de typo- 
eje et papeterie de MM. Didot frères. 
*J» b«ix jardins de cet établissement 
•nweun saule provenant d'un bouton 
55* qai ombrageait le tombeau de Na- 
P« i Saiûle-Hélène. -- Pop. 4,S00 

TOEU (Eore). - HÔUU : la Pos- 
J;leawal.Blanc. — Cette peUte ville 
PJ^sw \AvTt. Ses maisons, pour 
rJjyrt, soDt en bois , quelques-unes en 
gj»; te rues sont mal pavées. — Cu- 
J*»o: h toorgrwf , agrégation de sable 
■wcaileia de diverses couleurs; l'an- 
Pjtt «t belle égliie de la Madeleine , 
PBtttaor gothique magniflque; le beau 
W^^ des religieuses bénédictines , qui 
J™«»1 m pensionnat de demoiselles, 
r^^leeslcante de belles prome- 
?■*• — CoBuaerce : tannerie de peaux 
W^ IWff refinres; bouracans et bas- 

L* jj?!^- 8 kilom. plus loin , dans un 
W*»;*! nous trouvons : 
L*WTAGXE (Orne). — Hôteh: de 
F!»; de ia Bouteille ; des Trois-Uons 



KVflie 



awieDiie avec sous-préfeclure , 



s. Ses rues sont larges , r^liè- 
t*t oraées de beaux magasins. — Cu- 
^' bpface d'Armes ; V église , mo- 
^ gothique; V hospice; \e Palais de 
et ks fontaines publiques. — 
^ : chanvre , toiles fortes et lé- 
ï pour les colonies. — Patrie de Cati- 
f-JSPS.OOOhab. 

^^X(Onie) Akntium. — tfd- 
•rée b Poste; d'Angleterre; du Mau- 
MjGrand-Ceff. — CheWieududépar- 
pt de l'Orne, au confluent de la Sar- 
f o de b Brio jt/e; préfectures, Iribu- 
g, cha mbre des maauiactures et collège 
™ial. — Curiosités : deux vieilles 
■•t «ne porte sont les seuls débris de 
» ttdennes fortifications. Vhôtel de 
»; tt eaUiédrale, commencée en 1 450 , 



beau modèle de style gothique; Tantique 
église de Montsort, qui date du viiio siè- 
cle ; 17td/e{ de la préfecture , ancien pa- 
lais des ducs d'Alençon, en briques; le 
Palais de justice ; deux halles ; la prome- 
nade près du palais de justice ; bibliothè- 
que publique. — Commerce : filatures de 
coton ; tissus de coton et de laine; toiles 
renonunées, et connues sous le nom de 
toiles d'Àlençou ; dentolles , connues sous 
le nom de point d'Àltnçon ; et chapeaux 
de paille feçon d'Italie. — Pop. U.iOO 
hab — Patrie du fameux père Duchène 
Hébert) ; des lieutenants généraux Bonnet 
et Ernouf ; du célèbre Desgenettes, méde- 
cin de Napoléon. 

AI m. 6k. d'Alençon est la verrerie 
dite du Ga%. 

Bains de Bagnoles, h l kil. de la 
grande roule de Domfront à Alcnçon. — 
Ces eaux sont toniques et purgatives, exci- 
tent l'appétit, donnent plus d'activilé au 
système de la digestion. M. Piet, médcciîi 
de cet établissement, a constaté l'efllcacitt'; 
de ces eaux dans les rhumatismes, dans les 
catarrhes, dans les paralysieS) dans les gas- 
trites chroniques, etc. 

Comme tous les départements de la Nor- 
mandie, l'Orne renferme une foule de châ- 
teaux curieux, dont la description se trome 
dans le Guide classique du Voyageur de 
Richard. 

F»ONT0RS0X(i;. route 65). 

DOL (Ilie-et- Vilaine). — Hôtels : de la 
Grande-Maisou; Notre-Dame. — Ville 
ancienne, à 6 kil. de la mer. — Curiosi- 
tés : la cathédrale, d'architecture gothi- 
que, remarquable par sa hardiesse et sa 
légèreté. — Jolies promenades sur les rem- 
parts ; — à quelque distance de la ville, 
au Champ-Dolent, une pierre druidique. 

— Pop. 4,200 hab. 
DINAN (Côles-du-Nord) Dinanum. 

— Hôteh: du Commerce; de la Poste, 
tous deux sur la place Duguesclin. — Cette 
ville est située sur un mont escarpé. Elle 
possède sous-préfecture, tribunal de pre- 
mière instance, collège, société d'agricul- 
ture. — Curiosités : V église gothique do 
St-Sauveur qui renferme des bas-reliefe 
curieux et le cœur du connétable Dugues^ 
clin; l'église St-Malo dont l'extérieur 

Digitized by VjOOQIC 



78 



ROOTB 70. — DE PARIS A BBBST. 



présente une grande quantité de scnlptures 
et d'omemenlâ : vitraux magnifiques ; 
les portes St-MaloeiSt'Limis; k châ- 
teau, qui date de 1300 : on y montre un 
fauteuil qui a appartenu à la duchesse Anne 
de Bretagne; le tribunal doui le péris- 
tyle est orné de deux belles colonnes de 
granit d'un seul bloc; h tour deVHor- 
loge, avec une belle flèche pyramidale; 
la bibliothèque publique, la suie du con- 
cert, les promenades dont elle est entou- 
rée; \t grand hôpital ; h tour St-Vin- 
cent ; h place Duguesclin, où est la sta- 
tue de ce capitaine ; les boulevards ; la 
vue dont on jouit de la plate-forme du châ- 
teau. — Commerce: beurre, lin, miel, 
suif; fabriques de toiles k voiles, souliers 
fie pacotille, tanneries. — Pop. 8,200 h. 

LAMBALLE (Côtes-du-Nord). —Hô- 
tel du Croissant. — Ancienne capitale des 
Àmbiliates, ville entourée de murailles, et 
divisée en haute et basse ville. — Le 
Breton dit, en parlant de cette ancienne 
cité : « Ses maisons blanches, ses jardins, 
le joli clocher de St-Jean, les belles prai- 
ries, les vei-gers qui sont aux alentours, 
forment un paysage délicieux, au-dessus 
duquel s'élève Végliie de Notre-Dame, 
bel édifice, avec sa tour carrée ; la pro~ 
menade du château avec ses grands ar- 
bres, la montagne des KtV/nesavec sa cAo^ 
pelle blanche. » — Commerce : miel, 
grains, étoiïes, parchemin estimé. — Pop. 
4,S00 hab, 

SAlNT-BRIEUC(CÔtes-duNord) Brio- 
cœ. — Hotels: la Croix-Blanche; de 
rUnivers ; le Chapeau-Rouge ; TU 
niverj. — Chef-lieu de déparlement avec 
préfecture, tribunaux, collège, école royale 
de navigation. — Cette ville est située sur 
la rivière de Gouet, k l'embouchure de la- 
quelle elle a un bon port , au village de 
Légué, à peu de distance de la mer. 11 y re 
monte des vaisseaux de 400 à 500 ton- 
neaux. — Curiosités : les fontaines ; la 
promenade, terminée par une terrasse d'où 
l'on jouit d'une vue magnifique ; la cathé- 
drale, dont la construction remonte au 
X11I« siècle; Y église St-Miehel ; V hôtel 
de viUe ; la statue de Duguesclin ; l'an- 
cien couvent des Cordeliers et ses vastes 
la bibliothèque publique ; le 



pont de Gouet , en granit; les ruines de 
la célèbre tour de Cesson, entourée d*OD 
double fossé creusé dans le roc. — Com- 
merce : blé, cidre, beurre, moutarde cel- 
tique de Le Maoût, miel renommé. — Pop. 
43,300 hab. 

Excursions archéologiques. — A 
Lanleff, Pain^l^ et toute cette parti« du 
littoral. 

GUINGAMP (Côlcfrdu-NoKl). — JGTd- 
tels: des Voyageurs; de Bretagne. — 
Jolie ville , avec sou»-préfecture , collège, 
tribunaux, société d'agriculture. — Curio- 
sités : les promenades ; Véglise, ornée 
d'un clocher à flèche et d*une tour recou- 
verte d'un dôme; la grande rue, la fon- 
taine de Pomp, au milieu de la place sur 
laquelle est une jolie haUe. — Commer^ 
ce : toiles, cuirs, chapeaux.— Pop. 7,000 
hab. 

A 5 kil. environ se trouve la chapeile 
de Notre-Dame-dCrGrâce, charmant édi- 
fice dont les sculptures ont été mutilées : 
son clocher élégant, ses piliers aux belles 
proportions , et ses arches légères, sout 
dignes de l'attention du voyageur. Elle lut 
érigée dans le XIV* siècle. 

MORLAIX (Finistère) Mons relaxu». 

■ Hôtels : de Paris ; de France. — 
Cette ville est assise sur les flancs de deux 
montagnes, au confluent du Jarleauei du 
Kent, qui forment le joli port de Moriaix, 
orné de deux quais et de deux rangs de 
maisons. — Sous-préfecture, tribunaux, 
chambre de manufactures, théâtre , bourse 
de conunerce. — Curiosités : l'église iVo- 
tre-Dame des Mers, et celle de Sainie- 
Mélanie, du XY« siècle; la manufiictare 
des tabacs, sur le quai ouest, qui occupe 
environ 400 ouvriers ; Xhôpital, Vhôtel 
de ville, récemment construit ; le clocher 
de StrMathieu, l'église St-Martin , les 
promenades , les quais français, la fon- 
taine gothique des Carmélites , la fon- 
taine des Anglais, les rues des Nobles et 
du Pavé, dans lesquelles on pourra voir le 
type de l'ancienne architecture bretonne. 
— Patrie du général Moreau. — Pop. 
14,600 hab. 

Les environs de If orlaix sont riches en 
monuments celtiques. 

A 2 myr. N.-O^de Morjaix, se trouve 

Digitized by LnOOQ IC 



ROCTE 70. — DE PARIS A BREST. 



7» 



té de deux clochers ; Véglûe de 
Krdaker, dont le clocher, Tun des plus 
bent de France, a iiS mètres de haut. 
— Cmmmeree : iin, chanTre, cire, miel, 
€lc. — Pùp. 7,000 hab. 

UKDIVIZIAU (Finistère).— Hôtel an 
GbMu-BoQfe. — Jolie petite ville sur 
rÉhrn.^Cusi(miés: Véglise dont le 
cfacfer à flèche est d*uiie architecture élé- 
faaie et hardie ; son portail est orné des 
âHas des 12 apôtres ; la halle neuve. — 
Cemmttm: cuirs, grains, toiles. — Pop. 
S,S90kéb. 

A 4 kfl. environ avant d'arriver à Lan- 
éeraemi, noos voyons, sur la gauche, le 
TÎIlifefRltoresque de 



SAINT-POL-D&LËON (Finistère), villejd'une montagne, èi Tembouchure de la pe- 
■aritimr, agréablement située sur la croupe' tite rivière de Penfeld. Chef-lieu du pre- 
d'âne coHine. — EUe est propre et bien pa-jmier arrondissement maritime. — Elle pos- 
tée; plusieiirs maisons sont remarquables sède une sous-préfecture, tribunaux, éeole 
pv tebrardkitecture gothique. — C«no-! spéciale de génie et de navigation , jardin 
tiêés : \» eathédraUt dont le jportail estj botanique, cabinet d'histoire naturelle, ot>- 

ser^'atoire, société d's^iculture, théâtre et 
beaux bains publics. — Curiosités : le 
port , un des plus beaux de l'Europe : il 
est défendu par des batteries formidables et 
une citadelle construite sur un rocher es- 
carpé ; la rade, qui peut contenir 500 vais- 
seaux de guerre ; la machine à mater les 
vaisseaux, Varsenal , la batterie royale, 
les bassins couverts, la cayenne qui sert 
de caserne aux matelots ; le bagne, Vhé^ 
pital de la marine, les parcs aux vivres 
et aux boulets ; la place de Rome , la 
place d'Armes, le château avec ses tours 
et ses remparts élevés, Véglise St-Louis , 
V hôtel de la Marine , deux quais super- 
bes entourés de bâtiments pour les forçats; 
Im Roche-Maurice, dominé par les' la promenade dite le cours d'Ajot; la bi- 
ronnntiques de son château, dontil'bliothèque sur le port; rétablissement âe. 
■e reste que 5 tours. Dans le cimetière dulmécanigi/e, h poudrerie royale, ^ixpotU 
vËa^^ est an ossuaire rempli de crânes de Buis, près de Brest ; le magnifique 
etd^asscnieots. La feçade de ce monument édifice nommé le Quartier général de la 
eA ornée de scolptures représentant la 'manne; le nouvel hôpital de la marine. 
des Morts (1639). Véglise, de style — Commerce: vins, eaux-de-vie, bière, 

toiles à voiles, cordcries. — Pop. 6 S, 000 
hab. 

Excursions. — A 16 kil. N. de Brest, 
auKielà du village de St-Renan^ se trouve 
le menhir de Plouanel, un des monu- 
ments celtiques les plus curieux du Finis- 
tère. 

A 20 kil. N.-O. de Brest, Lesneven, 
petite ville, avec un bel hospice.; dans les 
environs la curieuse cliapelle gothique, dite 
la Fontaine blanche. — A 1 kil. de les- 
neven, on doit aller visiter la célèbre église 
de Notre-Dame-dU'Folgoat, magniliquc 
édifice gothique qui date du commencement 
du XVc siècle. 



e, date de 1559. 
LAlNDERNEAU (Finistère). — HÔteU 
de rUnivefs; des Voyageurs. — Petite 
fîile d'un aspect très agréable. — Curio- 
Vkâki de ville ; l'hospice de la 
ï; lIiosiMce de la ville; l'ancienne 
1 sorlepoot; ia fontaine de Plaudirv. 
— Commerce : tanneries , fabrique de 
avon, aoode , miel, cire, etc. — Pop 

s,mohdi. 

B8£ST (Finistère) . •— Hôtels : de Pro- 
fcnce ; dn Grand-Monarque ; de France ; 
dn Gnnd-Torc. — Grande et forte ville 
fpeVoo croit le Brivates Portus des an 
, — EUe est située sur le penchant 



dbyGoogk 



SO BOUTE 71. — DE PABIS A BBEST. 

ROUTE 71. 
DE PARIS A BREST ^ 

/3»n« route) 
Par ÂLENçoN^MArENNE^LAVALy Rennes et Lamballe, 59 myr. 9 kîl. 



Paris à Prez-CQ-Pail (v. 



21 m. 7k. 





8 




9 




5 




7 




i 




6 




5 




9 




2 









3 




i 




6 




2 




5 


16 


3 



De 

route 70). 
Ribay. 
Mayenoe. 
Mariigné. 
I-Aval. 
Gravelle 
Vitré. 

Châteaubourg. 
Noyai. 
Rennes. 
Pacé. 
Bedée. 
La Barette. 
Broons. 
Langouèdre. 
Larnbailc. 

De Lamballe à Brest (v. r. 70) . 1 6 
» 

MAYENNE (Mayenne) Meduana. — 
Hôteis : de la Belle-Etoile ; du Petit-Pa- 
villon; de l'Europe. — Cette ville est si- 
tuée sur la Maxjennt, qui la divise en deux 
parties inégales. Sous-préfecture , tribu- 
naux, chambre de manufactures, collège. 

— Curiosités, : la vaste place décorée 
d'une belle fontaine et de la façade de 
V hôtel de ville ; le vieux château ; la 
jifomenade; V église paroimale; l'église 

Si-Martin ; la statue d'un archevêque de! femme célèbre, peint par Mignard. 
Bordeaux". — Commerce : toiles de lin , 
chanvre et coton, flls, mouchoirs ; fabri- 
ques qui occupent plus de 8,000 ouvriers. 

— Près de la ville sont des forges qui don- 
nent annuellement 700 à 800 milliers de 
fer. —Pop. 10,000 hab. 

MARTIGNÉ (Mayenne), village avec des 
eaux m'nérales ferrugineuses. — Auberge 
au relais. — - 2,200 hab. 

LAVAL (Mayenne) Vallis Guidonis, 

— Hôtels : du Lou\Te ; la Tête-Noire ; 
le Cœur-Royal ; de France. — C'est le 
chef-lieu du département de la Mayenne, 
sur la rivière de ce nom, avec préfecture, 



tribunaux, collège, etc. Les rues de cette 
ville sont en général étroites et tortueuses. 

— Curiosités : le vieux château , ancienne 
demeure des ducs de Laval et de la Tré- 
mouille : il sert maintenant de prison ; le 
palais de justice ; l'église gothique de la 
Trinité ; celles des Cordeliers et de St- 
Vénérand; la halle aux toiles ; la pré- 
fecture; la bibliothèque publique. — 
Commerce: fils de lin, toiles renoumiées, 
linge de table , blanchisseries. — Pop. 
17,900 hab. 

VITRÉ (llle^t-Vilainc) Yitreium.— 
Hôlel de la Poste. — Ville assez mal bâ- 
tie ; elle a conservé ses anciennes fortifica- 
tions et son ch&teau flanqué de grosses 
tours. — Vitré possède sous-préfecture, 
collège, tribunaux, société d'agriculture. 

— Curiosités : l'ancien couvent des Bé- 
nédictins qui sert aujourd'hui de sous- 
préfecture ; les promenades ; Téglise 
Notre-Dame , gothique bien conservé. 

— Commerce : toiles , bonneteries , 
tanneries, etc. — Patrie de Savary, au- 
teur des Lettres sur l'Egypte, — Pop. 
9,000 hab. 

A 2 kil. S se trouve 

Rochers, chStcau quTiabila M™* de Sé- 
vigné ; on y conserve le portrait de celle 
femme célèbre, peint par Mignard. — Près 
de cet endroit coule une fontaine d*eau 
minérale qui jouit d'une graade répu- 
tation. 

A 32 kil. de Vitré , se trouve la \\e\He 
ville d'Essée, près de laquelle on voit un 
monument celtique, nommé la Roche aux 
Fées. 

RENNES (Rle-et-Vilaine). — Hôtels : 
de l'Europe ; de France ; de la Corne-de- 
Cerf ; du Commerce. — Ancienne capitale 
des Rhedones , appelée Condate, clief- 
lieu du département d'Ille-el-Vilaine, siège 
d'une préfecture, d'une c>our suprême de 
justice» de tribunaux, d'écoles de droit et 

Digitized by VjOOQIC 



BOUTE 72. — D*ALBl«ÇOX A BOUEN. 



81 



de Bêdecioe. Elle est divisée en deux par- 
ties par la Yilaioe. — ReDoes possède un 
ségeépisoopal, une académie, on coUége 
wyiii Boe école de peinture, de sculpture 
et de desân ; un musée, une société d'a- 
pnrftare, nne direction d'artillerie, et le 
?«tieT génénl de la i3« division mili- 
tai; no jardio des plantes, une salle de 
yc*»le etde beaux bains publics. — 
wnwi^éi : le pato abbatial; V église 
St-Pierre , r^rée nouvellemenl , est 
«JKlnDte antiquité ; le portail de la nou- 
J* nikéirale, surmonté de deux tours ; 
jWd de fille, d'un style pur et ifracieux ; 
raégaDte Tour de f Horloge , la place 
jyfe, la place d'Armes, le palais de 
welsesirabesqucs, l'arsena/, 1'^- 
«wmilttetre, Y église St-Sauveur, les 
f^'^ffudes du Tkabor et du Mail ; la 
f^Mwielttise , sur laquelle se trouve 
■w ïBseription romaine en l'honneur de 



iVempereur Gordien ; la bibliothèque pu- 
blique, de plus de 50,000 vol. ; le mu- 
«^e, dans lequel on remarque plusieurs ta- 
bleaux de van Dick, Guerchin, Paul Vé- 
ronèse , Gérard délie Notte , Jordaens, 
Guide, Lebrun, Rubens, Jean Cousin, et 
un du roi René d'Anjou ; ce dernier, mal 
conservé; h théâtre. — Commerce : 
grains, fils, toiles ii voiles, excellent beurre 
qui se Tait à Prévaïage, à 4 kil. de Rennes. 
— Patrie d'Alexandre Duval, de Gingue- 
né, de Kéralr>', de La Chalolais, de Lan- 
juinais, de Si«-Foix, d'Elle>iou, etc. — 
Pop. 59,600 hab. 

BR00N3 (Côtes-du-Nord), gros bourg 
de 2,500 hab. — Curiosités: l'emplace- 
ment du château où naquit Ouguesclin ; on 
a élevé sur ses ruines un monument à h 
mémoire de ce grand capitaine. 

LAMBALLE (v. route 70). 

De Lamballe à Brest (v.r. 70) 16 m. 3 



ROUTE 72. 
Par Beraay, -14 myr. 4 kil. 



HniDaT. 

^. 
Wroolde. 
gtfCocnmne. 
**»(». roale 44). 

t^ '^'WGUE (Eure), chef-lieu de canton , 
mnsteey/eau, situé sur une émi- 
etenviïOMiédebois; cette habita- 
S* appartient an dnc de Broglie. — Cei- 
FJJi.* résilie, architecture singulière 

««NAY(Eore) Betnacum. — Petite 



2m 


.Ik 




2 




2 




4 




6 




1 




5 




8 




3 




2 



ville , avec sous-préfecture , tribunaux, 
chambre des manufactures, société d'agri- 
culture, collège. — Curiosités : V église 
abbatiale t fort bien conservée, et qui sert 
aujourd'hui de halle aux grains et aux toiles ; 
les deux églises paroissiales : St6-Cft>ix 
et Notre-Dame de la Couture. — Côm» 
merce : toiles, grains, papiers, cuirs. — 
Pop. 7,800 hab. 

BRIONNE (Eure) Briona. — Hôtels: 
de la Poste ; du Cheval-Blanc. — Petite 
ville dont les environs sont charmants et 
abondent en gibier. — Curiosités : les res- 
tes de son ancienne citadelle. — Com- 
merce : filature de laine, façon de Lou- 
viers; blanchisserie, moulins à foulon, à- 
blé et à huile. — Pop. %,t00 hab. 

ROUEN (V. route. 44J, 



dbyGoogk 



82 ROUTE 76. — D ALBNÇON A GBANTILLB. 

ROUTE 75. 
D'JJCiEiyÇOlV AUX EAIJX. HE BAttlVOIiES, 

6 myr. \ kilomètre. 



St-Denis. 
Prez-en-Pai!. 



Im. i k.IGouterne. 

1 3 (Bagnoles (v. route 70). 



1 m. 8 k. 
1 9 



ROUTE 74. 
d' AEiEurçonr a tours » 

Par Le Mans et Chateau-du-Loir , 4 5 myr. 



La Hutte. 

Beaumont-sur-Sarthe . 
La Bazoge. 
Le Mans. 



lm.4k. 

9 

1 5 
1 1 



Ecommoy, 

Châteaundu-Loir. 

La Roue. 

Tours (v. route 112). 



âm.lk. 
3 
2 
2 



ROUTE 75. 
D'Aiiiarçoiir A Biiôis, 

^ 5 myr. 5 kilomètres. 



Mamers. 2 m. 5 k. 

SaintrCôme. 1 1 

LaFerté-Bernard. 2 

Vibraye. 1 6 

Saint-Calais. 1 7 

Epuisay. 1 5 

Vendôme (v, route 101). 1 7 

Breuil. 1 6 

Blois(w, route 112). 1 6 

SAINT-CALAIS (Sarthe), petite ville 
wec sous-préfecturc, tribunaux, collège. 



— Curiosités : l'église paroissiale, bel édi- 
fice d'architecture gotbique ; le palais éB 
justice, construction récente. — Conv- 
merce: bois ; blé, vin, bestiaux et vo- 
lailles; fabriques de draps, filatures de 
laine. — Pop^ 4,000 hab. 

Bessé (Sarthe), 1 myr. S. de Saint-Ca- 
lais. — Curiosités : lechâteau de Cour- 
tanvauXy qui présente des constnictioDS 
de différents siècles. L'intérieur renferme 
une belle galerie de portraits. — Pop. 
2,S00 hab. 



ROUTE 76. 
D'AiiEMçoiir A c^RAurviiiiii: , 

Par DucEY, ^5 myr. 4 kil. 



Alençon à Prez - en - Pail 


Ducey. 


Im. 6 k 


(v.routeTO). 2 m. 4 k. 


Avranches(«. route 65). 


1 2 


Prez-en-Pail à St-Hilaire du 


Sartilly 


1 1 


Harcouet(i;. roule 70). 7 6 


Gran VILLE {v. route. 65). 

Digitizedby Google* 


1 5 



BOOTB 77. ^ DB LAVAL A SAiNt-SlALO. 



^ 



ROUTE 77. 
Par E&NÉE, Fougères et Dol, 45 myr. 



ïaée, 

FMpres. 

AfttlSB. 

Tnas. 

bai. 



3in.1k. 
2 i 



5 
1 
9 
5 

8 



La pfaB fnnde partie de cette route 
se fait aa mitiea d*QD pays riche et pit- 



ERSÉE /Biayenne) .— Hôtels : la Poste ; 
le Onal^ne. — Cette ville est assez 
f cgBS f ia i iC Dt percée ; elle a une grande 
péàee et pbisieuTS jolies maisons; ses rues 
s«lls|ês. Près de la ville, sur un coteau, 
5rl?w le châUau de Panard^ édifice mo- 
derae donc belle construction. — Com- 
wteree: bbriqae de toiles et de fil écru. 

— Pop. 5,000 hab. 

FOUGÈRES (llle^t-Vilaine) Filiceriœ. 

— HâteU: la Poste: S»- Jacques ; des 
Vo^agans. — C'est une jolie petite ville , 
M bilie , bien percée, et située sur une 
hàk ooHine d'où Von jouit d'une vue ma- 
CBifaee ; a\-ec soos-préfecture et tribunal. 

— Cvrioâtés : quelques rues, la prome- 
aide derrière Tégli^, et les tours de Tao- 
ckn efaiteaa. — Commerce : fol^riquede 
fnsKs toiles, surtout de toiles dites de 
âMrforges. —Pop. 40,000 hab. 

EuxiBiûits. — La forêt de Fougères, 
as 5., à 1 kil., renferme trois monuments 
9^ùqaiss, coDuas sous les noms de Mono- 
Pierre-du-Tréior et Cellier-de- 



De Foogères, la route de poste conduit 
è Beaiies, A myr. 8 kil., passant par 

SA]irr-Ai.BDH>t'-CoiuiiER (lUe^t-Vilai- 
K). ^ Hôtel la Poste. — Petite ville, ou 
ptatfit gros bou^, dans une position aérée 
— Cwrûmiiés: les ruines du chSteau de 
h roue Anne, blU en 1222.ÀcOtédeces 
réma pHtoresqnes, est nne chaîne d*énor- 
MSTOchen dn plus bel effet; l'horizon 
àHà M jouit de la yille est magniâqae.--r 



Pop. 2,000 hah. 

SAINT-MALO (lUe-elrVilaine) Maelo- 
vii. — Hôtels: de France et des Voya- 
geurs, réunis; de la Paix. — Cette ville, 
bâUe sur un rocher, dans une presqu'île 
qui tient à la terre par une chaussée nom- 
mée le Silloriy possède une sous-pré^ 
fecture , tribunaux, bourse, chambre de 
conmierce, direction des douanes, théâtre. 
Sa rade est de difficile accès, h 'cause des 
rochers qui l'environnent. Elle est défen- 
due par un château et des remparts qui 
l'entourent dans toute son étendue, et par 
un grand nombre de forts. Il faut prendre 
un passeport à la préfecture la plus voisine 
pour visiter les îles anglaises. — Curiosi- 
tés : le château et les remparts , la place 
de la cathédrale, oii est placée la statue 
de Duguay-Trouin ; le port ; Véglise pa- 
roissiale, de style gotiiique. — Patrie de 
Duguay-Trouin , Maupertuis , Chateau- 
briand, Lamennais, Broussais. 

Voir, dans la nie des Juifs, la maison 
qui vit naître le chantre des Martyrs ; vi- 
siter aussi sur un petit ilôt, qui s'élève ma- 
jestueusement dans la solitude des grèves, 
auS.-O. de S^Malo, le tombeau heureuse- 
ment vide encore de Chateaubriand. — 
Commerce : fobriques de savon , sou- 
de, corderie, armements pour la pêche de 
la morue et de la baleine. — P. 40,000 h. 

Saint-Servan. — Hôtel Royal. — 
Cette vijje, bien bâtie etd'un séjour agréa- 
ble, est séparée de S*-Malo par un bras de 
mer h sec à toutes les basses marées. Sa 
rade est commode, et elle a deux ports sé- 
parés par un rocher sur lequel s'élève la 
tour nommée Solidor, l'autre s'appelle 
St-Père ; il feit partie du port royal.— 
Saint-Scn'an est défendu du cdté de la mer 
par la Pointe delà Cité, fort construit sur 
une hauteur. — Curiosités: l'église, l'hô- 
tel de la mairie. — Les Anglais y sont 
très nombreux.— Pop. 40,400 hab. 

Chateauneuf, à 1 myr. de S«-Servan 
et de S<-Malo, possède un fort qui défén- 



dbyGoogk 



êi 



BOUTE 79. — DB LAVAL A TOIIBS. 



(irait l'entrée da département. Ce fMi est 
Irèscurieux. — Pop. 800 hah, 

Cancale, si renommé par ses huîtres , 
près de la mer. — La Houle y située sur le 
rivage au pied de la colline, a an port 



pourks bateanx pêcheurs et les chas»- 
marées. Cancale possède une jolie église 
agréablement placée sur une hauteur d*oii 
1*00 jouit d*une vue magnifique. Gaucak 
et la Houle comptent 5,800 bab. 



ROUTE 78. 



DE IaATAIm a TSAXTW» 9 

Par Chateaubriant el Nort, 43 myr. 4 kil. 



Cosse. 




lm.8k 


(iraon. 




1 2 


Pouancé. 




2 1 


Chateaubriand 




1 6 


Moillcraie. 




1 8 


Nort. 




1 7 


Carquefou. 




1 8 


Nantes (r. route 


97). 


i i 



CRAON (Mayenne), petite ville dans un 
.site délicieux etpittoresque.— Cttno«iï«: 
le château moderne, les restes de son an- 
cienne forteresse. — Commerce: bois, 
vin, fil. —Pop. 4,400 hab. 

Le pays continue d'être riant et fertile 
jusqu'il 5m. 7 k. 

(:n.\TEAUBRlANT (Loire-lnférieure). 
—Hôtel des Voyageurs.— Siège de sous- 
préfecture. — Curiosités: le chilteau go- 
thique, dont il ne reste plus que le donjon 



et deux hautes tonrs ; le château neuf 
avec une belle galerie, et Tappartemea 
qu'occupait Françoise de Foix. — Pop 
4,000 hab. 

MEÏLLERAIE (Loire-Inférieure), peti 
village, à 2 kil. de la célèbre abbaye de o 
nom, occupée aujourd'hui par 30 frères 
trappistes. 

NORT (Loire-Inférieure), petite ville à 
tuée sur la rive gauche de l'Erdre, navip 
ble en cet endroit pour les bateaux à u 
peur dont on lait journellement le senio 
entre Nantes et ffort. — Un peu avu 
Nort, vous apercevez sur la rive droite d 
la rivière, Chapelle-sur-Erdre, et le ehà 
leau de la Gâcherie, qu'habita Margufr 
rite de Navarre. — Un oeu pins loin, le 
ruines du château féodal de Gilles d 
Retz. 

NANTES («.route 97). 



ROUTE 79. 



DE II ATAIi A TOURS , 

Par la Flèche elCHATEAu-LA-VALLifeRE, 45 myr. 9 kîl. 



ancienne sur la Sarthe. ^- CuriotUét: I 
château , bâti sur une hauteur, d*où Vm 
jouit d'un superbe panorama ; le pou/, a 
marbre du pays, et le boulevard, sur li 
bords delaSarUie. — Commerce : ganA 
et draps communs ; fruits cuits, etc. — 
Pop. a.OOO hab. 

A i kil. N.-E., sur la rive gauche étï 
Sarthe, .est le village de Soïeeme, cwm 
par ses statues déaigiiées dans le ptysiMi 



Mcsiay. 


îm.ik 


Sablé. 


2 1 


La Flèche, 


2 6 


Le Lude. 


1 9 


Châlcau-la-Yallière. 


i 5 


La Roue. 


1 7 


Tours. 


2 



SABLÉ (Sarthe). — Hôtels : Notre- 
Dame ; de la Croix-Verte. — Petite ville 



dbyGoogk 



BOCTB 81. — DB LATAL A ANGBRSv 



85 



le MB de SamU de Solume , et qui dé-| LE LUDE (Sarthe) . — Hôtel du Bœuf. 
eoRotréglised'ao anciai prienréde Béoé- — Petite ville sur le Loir. Ses rues sout 
dictiss; elles y sont réoaies en deox gron-j propres et ses maisons bien bities. Curio- 
pes composés de plus de 50 statues de gran- sites : le châtean , un des plus importants de 
desroatareUe et adossées aux murs de deux 'cette partie de la France. — Pop. S, 500 
dttpdles. — Vabbage de. Sotesme, mo-\hab. 

mmeDtdu Xe sièele.a été en partie re-| CHATEAU-LA-YALLIËRE (Indre-et- 
coBsknnte sois le règne de Louis XV. Dans Loire), joli bourg, avec maisons bourgeoi- 
MB élat aetoel, cet édifice est un des plus ses fort agréables. — Curiosités: le chd- 
cariesi de cette partie de la Bretagne. Iteau, d'une construction élégante , donné 
A 1 m. 2 k. de Sablé est le village de; par Louis XIV à madame de la Vallière ; 
loi*, wtednquelcMiva visiter la Fon/aine- 1 forges très curieuses. — Pop. i,200 
SBmhfond. C*est un gouffire de 7 à 8 mè- hab 
tils d'ouverture, et dont on n'a jamais pu 



aoBdet b (ffoibndeur. 
U FLÈCHE (p. route 91). 



Dans les environs est une source d*eaux 
minérales. 
TOURS {«.route 112). 



ROUTE 80. 
DE 1aA\AMa a «RAinriIiliE, 

Par LA CaoïxiLLE et Fougères, ^^ niyr. 4 kil. 



UCrâôDe. 

FOTg^e9(r.Twte77). 

SÉinUaines. 



2 m. 7k.|Avranches(v. ronte65). Im. 8 k. 

2 1 [Granville (v. route C5). 2 6 

2 1^ I 



ROUTE 81. 
DE IaATAMm a A]V«I»fi, 

Par Chateau-Gontier, 7 myr. 4 kiL 



La Loge. 


lm.6k 


CbUeuh&oùiier. 


1 5 


Uaa^ABeen. 


2 5 


taxas. 


2 2 



MU itMife suit les rives gauches de la 
pkiRDie, jusqu'à 2 m. 9 k. 
r CWTEAU-GONTIER (Mavenne) Cm- 
Htm Contherii. — Hôtels : de la Boule- 
9r; 'ifkes Trois-Trompettes.— Cette ville 
W slaée ajpréablement sur la rive droite 



de la Mayenne,. Sous-préfecture, tribu- 
naux, école secondaire Curiosités: la 

promenade dite le Bout-du-Monde ; Vé- 
gliscy d'un gothique assez reculé. — Com- 
merce: fil de Un, toiles, serges, étamine- 
ries, tanneries, eaux minérales. — Pop. 
6,80(rhab. 

Dans les environs, setrouvent les châ- 
teaux de VÉcoublère, et celui de St-Ouen^ 
curieux à visiter. 

ANGERS (v. route 97). 



Digitized by VjOOQIC 



86 BOOTB 85. — DB LAMBALLB A LORI678T. 

ROUTE 82. 

DE IIC:]¥]VKIi A 'SAJiTJEMf 

Par Derval et Bodt-de-Bois, 40 myr. 7 kil. 



Bout-de-Lande. 
Roudun. 
La Breliaraye. 
Derva . 
Nuzay. 
Boutnde-Bois. 



Im 


.6k. 


1 


1 


i 


7 





9 


1 


2 


i 


4, 



Gesvres. 

Nantes (u. route 97^. 



im. ik. 
1 4. 



Le pays que Ton parcourt de Rennes à 
Nantes est très pittoresque, et le costume 
des habitants est fort curieux. 



ROUTE 85. 
DE REiiniiri» A ti^-MAiiO, 

Par Saint-Pierre-de-Plesgden, 7 myr. -1 kil. 



Hédé. 
Saint-Pierre-de-Plesguen . 



2 m. 3k.{Ghâteauneuf. 1 m. 5 

2 |SAiNT-xMALO(t>. route 77). i 5 



ROUTE 84. 
DE REnnvi» A ii^-iiO , 

Par PosTORsOiN et âvranches, 15 myr. 4 kil. 



Sautoger. 

Antrain. 

Pontorson fv. route 63). 

Avranches (v. route 05). 



2m. 7k. 
1 7 

1 2 

2 2 



Villedicu-les-PoÔles (v. r 
Villclmidon. 
S.UNT-LO (v. roule 66). 



63). 2 m. 2k. 
1 5 
1 9 



ROUTE 8o. 
DE KiAMBAIAE a liOmEUrT, 

Par PoxTnT, -14 myr. 7 kil. 

i ra . 5 k . ] d'agricuture . — Cunosités : Icg/wc, sur- 
montée d*uo clocher très élevé. — Com^ 
merce: fabriques de toiles de Bretagne. — 
Pop. 6,S00 hab. 

PONTIVY (Morbihan.) — Héteh : des 
Voyageurs ; de la Grande-Maison. — Petite 
ville sur le Blavet, rendu navigable jus- 
qu'à Lorient ; le canal de Brest à Nan-- 
teSf passe par celte localité. — Cwrtost- 
tés: le château, les eotemes dans cechl- 

Digitized by VjOOQ IC 



Monconlour. 


ira. 5 


Pontgaod. 


1 2 


Loudéac. 


1 3 


Pontivv. 


2 2 


Baud. ' 


2 3 


Hennebon. 


2 2 


LoRiEKT {y. route 91). 


1 



LOUDÉAC (Côte&Klu-Nord), ville com- 
merçante, avec sous-préfecture, société 



BOUTS 88. — DS PAlklS A SAINT MALO. 87 



liiHiao de toiles de Bretagne ; aux envi 
RAsde Loodéic, beaucoup de forées. - 

B^GD, viDe Iris ancSeoDe, dans le voi- 



Pop. 4,800 hab. 

HENNEBON (Morbihan). — Eéttl du 
Lion-d*Or. — Petite ville sur le Blavet, 
avec un port. — Curiosités: l'église pa- 
roissiale, sunnontée d'un clocher gothique 



«gede laquelle se trouve le château de du ' X1V« siècle. — Commerce : fer , 
Wwpiflîf qui renferme la statue de Fé- grains , cire , miel , suif , etc. — Pop. 
■» «etofiewB, érigée sous le consulat de 4,500 hab. 
Ç. MwdhBet C. Gomdtus Lentulus, C. 1 LORIENT (v, route 9i ). 
«Bélint(fidateur, ande Rome 705.— 



ROUTE 86. 

DE HOllIiAIX A MJLmNEONf 

5 myr. 6 kilomètres. 

[^ 2 m. Ok. gent, fer, améthystes, eaux minérales. — 

'^^"- 4 6 \Curiosités:Végfi8e paroissiale, du XII» 

rivvrrv n 'siècle ; Hux environs, autel druidique. — 

M^m\(CôtesKln-Nopd), petite ville Commerce: beurre salé, clianvre.— Pop. 

ci*'"'.*^^ tribunal, sous-préfec- 5,S00 hab, 

■"PSoQ tmitoire abonde en mines d*ar-î 



ROUTE 87. 
osFABIfi Acx mJkUTL de BA«l¥OIiE9, 

24 myr. 



21m. 7k, 



pftrisàPrei-eQ-Pail(v. r. 

lOf. 

5 P.-ez-€a4>aij ^ Bagnoles 
(f . route 75) 2 

^GjNOLES ^Oroc). Les Eaux de 
•«MO «mt frrquentées dans la belle 
w^ejles sont situées au fond d'un val- 
«fflfflrc et pittoresque, près d'un lac 
"ww de promenades charmantes. — 
*"*» da eaux commence vers la mi- 



mai et se prolonge jusqu'à la fin de septem- 
bre. Ces sources sont abondantes, très lim- 
pides , tout à la fois toniques et purgati- 
ves , et excitent l'appétit.— Les environs 
de Bagnoles sont remplis d'antiquités et 
de ruines pittoresques. Les promenades 
sont belles et agréables, et les étrangers 
sont certains de trouver dans cette roman- 
tique localité des logements appropriés à 
tous leurs besoins. 



ROUTE 88. 
DE PARU A ^^HaUkM^j 

Par CocTERKE , 57 myr. 5 kilomètres. 
^àlW(p. r. 70). 54m. 7k.(DeDolà Saint-Malo (v. r. 77). ^i. 8k. 

Digitized by VjOOQIC 



De Paris à Rennes (v. r. 


71). 


o5m 


.7 k. 


Mordelles. 




1 


5 


Plélan. 




â 





Ploennel. 




2 


i 


Josselin. 




1 


2 


Locminé. 




2 


4 


Baud (v. route 85). 
Henncbon (v. route 85). 




1 


5 




2 


2 


Quimperlé. 




2 


i 


Rosporden. 




2 


5 


QuiilPER. 




2 


1 



88 BOUTE 89. — DE PABIS A QCIMPER. 

ROUTE 89. 
DE PARK A 9UI.1IPERy 

Par ÀLENçoN, Mayenne, Rennes et Ploermel, 55 myr. 9 kil. 

tient au duc de Rohan, qui l'a fait répan 
depuis quelques années ; son architectu 
est gothique et richement ornée. Le ton 
beau d'Olivier de Clissoriy dans Vé^Xh 
Notre-Dame. Source d'eau minérale ass< 
renommée. — Pop, 3,000 hab. 

QUIMPERLÉ (Finistère) Quimpei 
hum. — Petite ville entourée de monta 
gnes, avec un port. Elle a un beau qui 
bordé d'élégantes maisons, un collège, ud 
société d'agriculture, une sous-préfecture 
des tribunaux, un syndicat maritime. — 
Curiosités : V église de Sainie-Croix\ qu 
date du X» ou XIo siècle ; V église Si-Mi- 
chel ; la mairie y édifice massif, autrefoi! 
un couvent de Bénédictins ; les places pu- 
bliques , les halles. — Commerce : 
grains , bois , bestiaux. — Pop. S,80ù 
hab. 

QUIMPER ou ÛUIMPER-CORENTIN 
(Finistère) Curiosolitum. — Hôtels : de 
l'Épée ; de France. — Ville ancienne sur 
le penchant d'une mooftagne^ avec un pe- 
tit port. Elle possède une préfecture, des 
tribunaux, entrepôt de sel, bibliothèque, 
riche collection d'instruments de physique, 
éc^le de navigation, pépinière, théâtre. — 
Curiosités : la position de la ville, dont la 
plus ancienne (MirUe est entourée de mo- 
railles, de tourelles et de coteaux ; snr h 
gauche, des masses de rochers hérissés de 
bois et de bruyères ; les çunts, bordés de 
maisons gothiques; les casernes, Thôpita}, 
la cathédrale surtout, vaisseau d'un bfao 
style antique ; les église» S^Malkieu et 
de Locmaria; la promenade àerPiniUf; 
le palais de justice et la maison é-arrdt y 
attenant. — Commerce : blé, chanvre, lin, 
toiles, manufacture de faïence. — Pop. 
H, 000 hab. 

Curiosités naturelles de Penne- 
marek (à 2 m. l^k.de Ou'unper)» 



Toute cette partie de la route jusqu'à 
Quimjyer est très pittoresque et du plus 
haut intérêt pour l'archéologue. Le costu- 
me national est fort curieux. 

PLÉLAN, dit leGrand (llle-et-Vilaine), 
petite ville. — Curiosités : la forêt de 
Paimpont, la plus étendue de la Bretagne. 
— Commerce : grande fabrique de fil. — 
Pop. S,S00vab. 

PLOERMEL (Morbihan). — Hôteh 
du Commerce ; du Lion-d'Or. — Petite 
\ille, sous-préfecture, tribunaux, collège 
Ses rues sont larges et droites, et ses deux 
places publiques, ainsi que son vaste champ 
de foire, sont remarquables. — Curiosités : 
V église St- Armel, pour les bizarreries de 
ses ornements : à la porte du Nord, est une 
truie jouant du hautbois ; les vitraux sont 
bien conservés ; l'intérieur renferme les 
tombeaux des ducs Jean U et Jean 111. L'é- 
glise du couvent des Ursulines est fort 
belle. — Commerce: toiles, grains, fils, 
rhubarbe du pays, miel , bestiaux. —Pop 
S,SOO hab. 

JOSSELIN (Morbihan). Hotels : de la 
Poste; la Croix-d'Or. — Petite ville. - 
Curiosités: l'antique château de Josse 
lin, ancienne forteresse féodale, construit 
sur un rocher qui domine lirrivièred*Oue«/. 
Ce superbe château, dont les murs rappel- 
lent tdute l'histoire de la Bretagne, appar- 



dbyGoogk 



BOOTS 93* — DE LORICRT A BIIBST. 

ROUTE 90. 
DE 9ijanPEB A li juvmoitf , 

Par MoRLAix, -H myr. 8 kil. 



89 



Bme. 

nti|iirls. 
■littx(p.roate70). 



1m. 7 k. PlestiD. 



2m. Ok. 
1 6 



Lanxion {v. route 86). 



Cette route est tout k la fois agreste, pit- 
toresque et fertile. 



ROUTE 91. 



DE PARU A littRIEnrT, 

Par Rennes, Ploermel et Hennebon, 50 myr. 

DtP»i5àHennebon{p. r. 89). 49 m. k. Scorfqm forme en cet endroit une jolie 
DefléfflebooàLoiUENT. 1 baie. C'est un port mi7i7aire de quelque 



WRIETT (Morf) han) — Hôtels : de 
iJfwc; des Etrangers ; de la Croix-Verte ; 
m liûn-d'Or. — Cette ville, qui date de 
ipo, a été bâtie parrancieone compagnie 
ialiriM)tkatalcs, dont elle était Ten- 
^^^\ dk est située à l'embouchure de la 



importance; ses rues sont larges et droites, 
ses maisons bien bâties. Cependant Lorient 
est une \ille triste. — Curimiés : le bas- 
sin de construction, la nouvelle fonde- 
Tie, Varsenal, la caserne de la marine, 
le théâtre et plusieurs places. — Pop. 
26,300 hab. 



koUTE 92. 



D'HEMMEBOM AU PORT-IiOUM, 

^ myr. 5 kilomètres. 



^BMOns (Morbihan), autrefois 
Wt, Blaria.— Hôtel le Lion-d'Or.— 
^^fcrteet port de mer, à l'embouchure 
fjJ^^BWi qui a reçu son nom de Louis 
ff^— Curiosités: l'église paroissiale, 
pw enstruction dégante ; les casernes, 
l»ie ; bel établissement de bains de mer 
p» fréquenté dans la belle saison.— Com- 



merce : excellentes sardines et bons pois- 
sons. ~ Pop, 5,000 hab. 

Gro.ux (l'île de), située en face de l'en- 
trée du Port-Louis , sur la côte méridio- 
nale de la Bretagne, offre une station qu'on 
préfère k toutes celles des autres îles de la 
Manche ; son sol est fertile, peuplé d'habi- 
tants actifs, industrieux. — Pop. 4,000 h. 



Niperié. 
«{lordea. 



ROUTE 93. 
DE IiORnS]¥T A WRE9T, 

45 myr. 4 kilomètres. 

2m. 1 k.lQuiraper (t;. roule 89). 
2 5 Châteaulin. 



2 m. 1k. 
2 8 

dby Google 



90 



ROUTE 95. — DR VANNES A SAINT BRIEI'G. 



Kaou. 

I«anderneau. 

Brest. 



lm.9k. 

1 9 

2 i 



La route que nous allons parcourir est 
montagneuse et très pittoresque; le cos- 
tume du peuple de cette contrée ressem- 
ble à celui qu'on portait en Angleterre du 
temps de Charles le»". 



De Quimperlé k Quimper (v. route 
89), imvr. 6kil. 

LE FAbU (Finistère). — Petite ville de tJj 
1 ,000 hab. , située au fond de la rade de 
Brest, avec un petit port, des maisons an- 
ciennes chargées de sculptures bizarres el 
curieuses. 

LANDERNEAU [v. route 70). 

BREST(v. route 70). 



ROUTE 94. 
DE PARIS A WA-mUSEMy 

Par Mayeinne, Bennes et Ploermel , 43 rayr. 



De Paris à Mayenne (t?. r. 7i) . 25 m. 4 k. 



Emée. 2 


l 


Fougères. 2 


i 


SaintrAubin-du-Cormier. 2 





Liffré. 1 





Rennes. 1 


8 


Rennes à Ploermel (t). route 89) 5 


9 


RocrSaint-André. i 


G 


Pont-Guillemet i 


6 


Vannes. i 


8 



VANNES (Morbihan) Veneti. — Hô 
tels: du Commerce; de France; de la 
Croix- Verte, du Dauphin. — C'est une 
ville ancienne, chef-lieu du Morbihan, avec 



préfecture, tribunaux, siège épiscopal, en- 
trepôt de sel, bourse de commerce, bi- 
bliothèque publique , théâtre. Elle est si- 
tuée à 20 kilomètres de l'Océan , avec le- 
quel elle communique par la lagune da 
Morbihan : sou pori ne peut contenir de 
gros vaisseaux. tMrîosîïe* : le Collège; 
V hôpital ; V église de Saint-Paterne ; la 
Cathédrale; l'ancien château de la 
Motte , aujourd'hui Thôtel de la préfectu- 
re. — Commerce : grains, miel, beurre, 
cidre, vins et eaux-de-vie, fabriques de 
tciUs de cotxm, gros draps, dentelles , et 
chantiers de construction pour de petits 
bâtiments. ^ Pop. i 3,000 hab. 



ROUTE 95. 
DE WAHK^H A iii-BRIEU€, 

Par PoNTivY, 15 myr. 3 klL 



Locminé. 2 m. 8 k. 

Pontivy(t;. route 85). 2 5 

Loudéac. 2 2 

Pontgand. 1 3 



Moncontour. 1 m. 2 k. 

Lamballe. 1 S 

Saint-Bweuc (v. roule 70). 2 



dbyGoogk 



BOUTB 97. — DE PARIS A NANTES. 91 

ROUTE 96. 
DE IfAlïïNEn AU PORT-liOUI9, 

5 myr. 2 kilomètres. 

Asnj. i m. 8 k' ' dier de Tcglise est beau . 

Laidrait. 1 5 Monuments celtiques. Nulle part il 

PwT-Locis. 1 9 n*en existe d'aussi considérables que ceux 

qu'on trouve aux environs de Camae: ce 
sont des pierres qui , jadis , furent toutes 
debout; elles forment 10 avenues, et on 
fait monter leur nombre à 1 2 ,000 au moins 
Petite ville dans une' dont la plus haute ne dépasse pas 6 mètres. 
et sert de point de dé- 1 C'est près de la ferme appelée Mence que 



La mte traverse un ]wys de landes jus- 

AnUY (Moriiilnn). — BôUl le Pa- 
iSn-i'eii-Baat 
JSréiUe pastion 



|âK très favorable pour les excursions aux se trouvent les rangs les mieux conservés. 
iweato celtiques de Camac et dej KErdevan^ 12 kil. 0. deCamocet 
LBkmaiÊktr, — Curiosités : V église du ^k Sainte-Barbe, on trouve aussi de ces 
Smaê-Esfffîi, bel édifice d'architecture monuments, mais en plus petit nombre. 
folii^ sdte, do Xni< siècle; i*ëy/t«e| Â 15 kil. E. de Camac, est le pauvre 
deSaàte-Ànne-d*Auray, fiuneuse par les village de Locmariaker (place de la Vie^ 
" ' qu'on y 6it de tous les pointsjge Marie), jadis ville importante, et n'ayant 
~ ' * ' pas aujourd'hui la plus petite auberge pour 

recevoir le voyageur. Il est situé sur une 
bruyère entre rOcéan et le golfe du Morbi- 
han. Les monuments celtiques les plus in- 
téressants sont situés au nord du vil- 
lage. - 

LANDEVAN (Morbihan), bourg, chef- 
lieu de canton , possède dans ses environs 
des grottes très curieuses. — Pop i,600 
hab. 

A 1 myr. 9 kil. PORT-LOUIS {v, route 
92). 



éthBrttapie. — Pop. 4,000 hab, 

fkm une autre direction , à 2 kil. envi- 
na, estle couvent de la Chartreuse, oc- 
cnpé par le sœurs de la Sagesse , qui ont 
ne école pour tes sourds-muets. Dans 
Fégiise de ce couvent se trouve le monu- 
metU expàûtoire élevé par les Bourbons à 
b BÔDûire des 950 émigrés royalistes qui 
périrent dans l'expédition de Quiberon en 
1795. 

C4R!ii£ est un petit bourg riche et 
(M^cu d*nne grande commune; le do- 



ROUTE 97. 
DE PARIii A ITAIVTES, 

Par Chartres^ le Mans et Angers, 59 myr. \ kil. 



Sèrns. 




lm.2k. 


Nogent-le-Rotrou. 


lm.9k 


Versailles {v. route 


70). 


7 


Ferlé-Bernard. 


2 2 


CoigBiér». 




1 8 


Conncrré. 


i 9 






1 i 


Saint-Mars-de-la-Brière. 


1 


Ses.. 




i 3 
9 


Le Mans. 
Guécelard. 


i 5 
1 6 


Cbarfies. 




1 9 


Foulletourte. 


7 


GoumUe. 




1 9 


la Flèche. 


\ 9 


MoBthodreD. 




i 8 


Durtal. 


^ * t 5 



byGoogk 



02 



ROUTE 97. — DE PARIS A NANTES» 



Suette. 


Im.i1 


Angers. 


1 9 


Saint-Georges-sur-Loire . 


1 7 


Champlocé. 


8 


Varades. 


i 3 


Àncenis. 


1 3 


Oudon. 


9 


Seilicraye. 


1 5 


Nantes. 


i 4, 



R.\MB0U1LLET (Seine-et-Oise). — 
Hôtels : le Lion-d'Or ; Saint-Pierre ; de la 
Croix-Blanche; de la Place d'Armes. — 
Petite ville assez airéable , dans un riant 
vallon, près de la belle forêt du môme nom. 
— Curiosités : le château qui fut une des 
résidences favorites de Louis XIV , Louis 
XV et Louis XVI , et d'où le roi Charles X 
partit en août 1850 pour se rendre en 
exil; V hôtel-de-ville; la hibliothèque 
publique; le parCj dessiné à l'anglaise, 
remarquable par ses beaux points de vue et 
ses eaux limpides : on y voit une laiterie 
construite par l'impératrice Marie-Louise; 
la garenne, royale; V établissement des 
moutons d'Espagne. — Commerce : fa- 
brique de chapeaux et dentelles. — Pop 
4,i00hab. 

ÉPERNON (Eurc^l-Loir). peUte ville 
au pied d'une colline, dans un vallon frais 
et riant , arrosé par les limpides eaux de la 
Guesle. Elle est assez bien bâtie. — Cu- 
riosités : les ruines du château fort qu'y 
lit construire Hugues-Capet. — Commer- 
ce : farines, légumes, chevaux et bestiaux, 
fabrique de draps. — Pop. 2,000 hab. 

MAINTENON (Eure-et-Loir). — Hôtel : 
du Grand-Amiral. — Ville érigée en mar- 
quisat par Louis XIV, qui en fit don à 
Françoise d'Aubigné, veuve de Scarron, 
qui en prit le nom. — Curiosités : le châ- 
teau y appartenant aujourd'hui à M. le duc 
de Broglie, construit sous Philippe- Au- 
guste et rebâti sous Louis XI et Charles 
Vil : les vHraux de la chapelle sont magni- 
fiques et consenent encore leur éclat du 
XV« siècle. C'est dans cette chspelle que 
Louis XIV épousa, dit-on, la veuve du 
poëte Searron (marquise de Maintt^non). 
Derrière les murs du parc s'étend une 
plaine couverte de monuments druidiques 
que les jeunes gens du pays appellent 



Pi'irres de Gargantua. — Commerce : 
farines. — Pop. 2,400 hab. —Patrie de 
Collin d'Harleville. 
CHARTRES fEure-et-Loir) Àutricum. 

— HôteU : du Grand-Monarque ; de Fran- 
ce ; du Duc-de-Chartres ; de la Herse-d'Or. 

— Cette ancienne ville située dans une 
plaine fertile , possède un siège de préfec- 
ture et des tribunaux , un cabinet d^his- 
toire naturelle et d'antiquités, un évGché, 
une école normale , un collège , un comice 
agricole , un théâtre , des bains , une école 
de dessin , et une caserne de cavalerie. — 
Curiosités : dans la ville basse , Y église 
gothique de Saint - Pierre , rancienne 
église de Saint-André , qui sert aujour- 
d'hui de magasin à fourrage; la chapelle 
de Notre-Dame de la Brèche , nouvelle- 
ment reconstruite. — Dans la ville haute, 
la place des Épars ; le théâtre ; la pré- 
fecture , et la cathédrale , une des plus 
magnifiques de l'Europe , dont le chœur et 
les clochers sont admirables. Deux bas-re- 
liefs attirent les regards dans le chœur , la 
Présentation et la Descente de croix , tous 
deux de Bridan; l'Assomption, au-dessus 
de l'autel , du même artiste, est un groupe 
beau comme l'antique. Ce magnifique mo^ 
nument a souffert de l'incendie de 1836; 
mais les dégâts sont aujourd'hui réparés; 
Véglise souterraine est aussi digne de 
remarque ; elle renferme une chapelle dé- 
diée è la sainte Vierge ; V hôtel de ville , 
qui renfenne le musée^ où l'on voit le beau 
tableau peint par Bouchot, représentant les 
funérailles de Marceau; le verre de 
Chnrlemagne ; une armure de Philippe 
le Bel , un pourpoint de Chartes IV. — 
Les collections d'histoire naturelle sont 
nombreuses et bien rangées ; bibliothèque 



publique. — Sur la place Marceau se voit 
le mausolée de ce brave guerrier natif de 
Chartres. — Commerce: blé, farines, 
grains , draperie commune , cuir , pâtés 
renommés, gibier fin, vin. — Pop. 48^500 
hab. — Patrie de Dussaulx, de Chauveau- 
Lagardo, etc. 

Antiquités gauloises. — Le pays char- 
train en renferme beaucoup. Nous signale- 
rons à la Garenne de Poisvilliers, à 
gauche du chemin de Cliartres à Dreux , 
et entre ces deux villes , les ruines d'oo 



dbyGoogk 



lOCTE 97. — DE PABIS A NANTES. 



93 



JJÛy de droides, coonues sous le nom 
^teux^Châieau. - A i lui. de Char- 
JW; a "w, reste de forêt druidique, 
wes orailâires. - A h Montagne-des- 
22^. près de là , en descendant vers la 
™c,ca¥erM druidique vaste et profon- 
•J^ trwTc des pierres levées, des 
JJ]« P»9Bé«, aux fermes de Feuge- 
«»Me la Folv , au >illage Morance%, 
«weiii de Changé, aux chemins de 
'«p.d'/WmàJBrou.ctc. 

OJtmLE {Curva villa ou Curiœ 
ww , Iwrg sur le penchant d'une colline 
"ttnw/«; l'égiig. de Saint-Pierre 
■*a/-Pw^- les restes d'un canal que 
y^ ^ I fit construire. — Commerce . 
«nn bestiaux. — Patrie de Favart.- 

■£°^^- - A 4 kil. S. de Cour- 
^*^Mâteau de Villebron , édi- 
FPBi(iiie,demière habitation de Sully; 
?J2^*<lûus8ée, on montre encore la 
■JJM le lit où couchait Henri IV. 
t^J^p.NDO.N (Eure-et-Loir) , village 
fwtab arec les ruines de son ancien 
pfeflafert. 

; ^^-U^R0TROU(Eare-et-Loir). 

fcfoiS' ^'^^^^î du Dauphin; 
S|™*d')r.-- Ville agréablement si- 
gi ftlfloree de riants coteaux ; elle pos- 
g«««u»prefectnre, trn)unal , biblio- 
ije, eolJége. — Curiosités : la cas- 
VrJ^ par la rivière d'Huisne, à 
P*»de U ville; la vaste prairie qui se 
F» MHS 1 mtmeur de la ville ; la pro- 
Pde; l'H6tel-Dieu fondé par Sully ; le 
1^ q« Sully possédait à Nogent . — 
JJJJ*!»." rhanvre, charbon, fabrique 
r'ÇKfe, étamines, tannerie, etc. — 
If. 7,mhab. 

M FERTÉ.BERN.\RD (Sarthe.) 
T do Chapeau-Rouge. — Ville qui a 
^i DM partie de ses anciennes forti- 
.bâtieàlafinduXlIIesiècle.- 
: les restes d'un ancien châ- 
^promenades, ses manufactures 
*8; \^ église paroissiale du Vl* siè- 
j^J çalerieeilérieure en filigrane ; après 
«drale et Yéglise de la Couture du 
I c'est l'édifice religieux le plus inté- 
il des départements de la Sarthe et 
ilbyeane. Vkôtel de ville^ flanqué 



de deux tours rondes; la fontaine , en 
forme d'obélisque ; une petite bibliothèque. 
Commerce : vins, eaux-de-vie. — 
Pop.SJOOhab. 

CONNERRË (Sarthe), bourg sur VHui^ 
ne; Curiosités: Véglise^ bel édifice go- 
thique. 

A 2 kil. de cette petite localité se voit 
un monument druidique fort curieux, nom- 
mé le Dolmen de Connerré. 

LE MANS {Cenomanum). — Hotels : 
le Dauphin ; la Boule-d'Or ; de France. — 
Grande et ancienne ville , chef-lieu du dé- 
partement de la Sarthe, siège de préfecture, 
tribunaux, avec chambre de manufactures, 
collège , école normale , école primaire su- 
périeure. On y traverse la Sarthe sur deux 
ponts antiques. — Curiosités : le Quar- 
tier neuf; la place des Halles; la halle 
en rotonde ; la cathédrale , monument du 
plus haut intérêt sous le rapport de l'art ; 
Véglise Notre-Dame-de-la-Cnuture , qui 
date du IX» siècle ; Véglise Notre-Dame- 
du-Pré , du XI» siècle , avec un portail 
couvert de sculptures ; Véglise Saint-Be- 
noit , où sont déposées les reliques de 
sainfe Scolastique. On y trouve aussi 
une belle toile représentant le Christ au 
tombeau. Le collège ^ ancien bâtiment de 
V Oratoire; Véglise Saint-Pierre ^ re- 
construite en 1854 , et servant maintenant 
d'école mutuelle et de salle d'asile ; Saint- 
Vincent (grand sémmaire), des XVH» et 
XVIlIe siècles; la Visitation, du XV11« 
siècle , ancienne communauté servant au- 
jourd'hui de palais de justice , de prison , 
d'hôtel de gendarmerie; l'hôtel de la 
préfecture f dans l'ancienne abbaye de la 
Couture; la WWtofftègi/e publique , fort 
riche; le musée et la galerie de tableaux, 
dans laquelle on remarque un portrait de 
Geoffroy Plantagenet, émaillé sur cuivre, 
spécimen très ancien du genre ; Vhôtel de 
ville , de 1 757, sur remplacement du pa- 
lais des comtes du Maine ; le Quartier de 
cavalerie; 13 places; 5 fontaines publi- 
ques. — Commerce : grains , fèves, bes- 
tiaux, miel, huile, marrons, \'ins, eaux- 
de-vie , graine de trèfle , dont on fait une 
grande exportation pour l'Angleterre; bou- 
gies renommées. — Pop. S/, 000 hab. 

Le Mans est la patrie de Henri II , le 



dbyGoogk 



Oi 



BOOTB 97. — DE PAB» A HAUTES. 



premier des rois Plantagcnets , en Angle- 
terre. 

LA FLECHE (SarlJie) Flecehia. — 
Hôtels: de la Poste; des Voyageurs; de 
l'Étoile; du Uon-d'Or. — Cette jolie ville 
est située au bord du Loir y qui la baigne 
en la séparant de Tun de ses faubourgs ; 
avec sous-préfecture, tribunal. — Curio- 
sités : la grande rue ; le collège, fondé par 
Henri IV en 1603, où Descartes étudia, et 
où Ton a établi , sous le régime impérial , 
une école militaire; Véglise du collège, 
dont les voûtes sont d'une grande har- 
diesse; Véglise Saint-Thomas, édifice 
massif de style roman; V hôtel-de-ville, la 
promenade sur les bords du Loir, la bi- 
bliothèque publique. — Au-delà du Loir, 
on va visiter le château bâti par Fouquet 
de la Varenne. — Commerce : mousseli- 
nes , étamines , voiles , chapons et poular- 
des renommés. — Pop. 7,000 hab. 

A 2 kil. est le château de VArthuisière, 
à un kil., le beau château de la Bar- 
bée. 

DURTAL (Maine-et-Loire), petite ville 
sur la rive droite du Loir, — Curiosités : 
le pont, de cinq arches; les deux tours de 
son ancien château. — Commerce : ma- 
nufactures de papier. — Pop. 3,600 
hab. 

ANGERS (Maine-et-Loire) Andegavi, 
— Hôtels: grand hôtel de Londres; le 
Faisan; le Cheval-Blanc. — Grande , an- 
cienne et jolie ville , divisée en deux par- 
ties par la Maine; chef-lieu du départe- 
ment de Maine-et-Loire, siège de préfec- 
ture, de cour royale, de tribunaux de pre- 
mière instance et de commerce. — Elle 
possède un siège épiscopal, un collège 
royal , académie , musée riche en bons ta- 
bleaux; école des arts et métiers; cabinet 
d'histoire naturelle, jardin botanique, bi- 
bliothèque publique , une salle de specta- 
cle, une chambre des manufactures. — 
Curiosités : le vieux château , situé sur 
le bord de la rivière , près du nouveau pont 
suspendu. Il est peu d'édifices féodaux qui 
puissent présenter, à un tel degré, ce ca- 
ractère de grandeur et de solidité ; il fut 
commencé par PhiUppe-Auguste et termi- 
né par Louis IX; il sert maintenant de 
prison. La cathédrale de Saint-Maurice 



est le premier monument qui frappe Je 
voyageur en entrant dans Angers, tant par 
sahaute|position que par ses deux élégantes 
tours jumelles , placées si près Tuna de 
l'autre, qu'à une certaine distance elles 
semblent n'en former qu'une. Elle date des 
XUe etXlII» siècles. Le muséumquâ com- 
prend : le musée de peinture et de acuip- 
ture, la collection d'histoire natureUe^ 
et la bibliothèque. Les toiles de cette col- 
lection sont presque toutes de l'école firan- 
çaise. On y voit plusieurs vases antiques ; 
un, surtout, apiwrté d'Orient, qu'on dit 
avoir servi aux noces de Cana ; on y voit 
aussi un beau buste de Napoléon , en mar- 
bre, par Canova, etc. Une des salles de ce 
musée est appelée galerie Darûf.. C'est le 
17 novembre 1859 que cette galerie, qui 
renferme les œuvres complètes de cet illus- 
tre enfant d'Angers, a été inaugurée. Le 
musée d'histoire naturelle est situé dans 
l'étage supérieur du bâtiment; la biblio-^ 
thèque renferme un grand nombre de ma- 
nuscrits précieux; Y église de Toussaint, 
maintenant en ruines, date du XllI» siècle ; 
la tour Saint-Aubin, que nous avons 
aperçue à 32 kil d'Angers, reste splendîdc 
de l'abbayede Saint- Aubin; elle servttd*ob- 
senatoire à Cassini ; Y hôtel du Figuier (dit 
A' Angers). La façade de cet édifice est 
charmante. Véglise Saint-Serge , dont le 
chœur est d'une rare élégance ; l'église de 
la Trinité , du style roman ; l'église Si- 
Martin, une des plus anciennes d'Angers; 
elle sert aujourd'hui de magasin de bois. 
Li préfecture, avec ses sculptures anti- 
ques découvertes en 1856. 

En suivant les beaux boulevards, on 
^mxemijardin botanique, un des plus 
beaux de France; YérMedesarts et métiers 
compte aujourd'hui 500 élèves ; riiGtel- 
Dieu, fondé en 1153parHenn U roi d'An- 
gleterre. 

Angers renferme encore une multitude 
d'objets que notre cadre ne nous permet 
pas de décrire ; nous citerons seulement : 
la maison sur la place, derrière la cathé^ 
drale,omée de curieusessculptures en bois; 
celle appelée le palais des Marchands, 
rueBaudrière; et dans le feubourg de la 
Doutre, plusieurs autres également re- 
marquables par leur antiquité. De là nous 



dbyGoOgk 



tOCTE 9T. — DB PAniS A SAINTES. 



«ton» encore l'élégante chapelle de 
*«Rere,- les Ténénbles ruine» de Saint- 
*«««< , Vabbaife de Saini-Mcoias, 
wc a» ate admirable; le théâtre, belle 
«ractoa, mais ml située ; ]z poisson- 
«n«, A ploscnrs places publiques. 

'JTÎ 'Î.^ P**™ ^^ ^^»«' <J»c d'An- 
IM8 de S«ile ; de Méuage. de la Re- 
îy^yq^gf directeur sous la Répu- 
•jjMe Félix Bwjiji, de noire grand 
■J* "^T^. elc- — Jjidustrie : ma- 
■■^roplc de toiles à Toiles, mou- 
■■Jf te de fil, huile, t:han\Te, grains, 
fr*"'»» Ijqneurs, fruits cuits de toutes 
yOi itsartoul les ardoises qu'on lire 
mmurn. - Pop. 45,000 hab. 
• g0W»ss:aiixP(;n/i.|/«-C«. sur la 
ytaHede ponts et de chaussée* 
JRJJJMïCttjt à 5 kilomètres d'Angers, 
»wa«eDt durant 3.000 mètres, avec 
mmm bns de la Loire, les diverses îles 
m*2*^* • ^ maisons, rangées dans 
^P|«ff sur les deux côtés de la 
5, ferment la \ille des Ponts-de-Cé. 
"B 2,500 hab. 
ïÈMs (Uaine-et-Loire), bourg 
[J^ïf.î kil. S.-O. d'Angers. -^ 
^™^Jejii8e paroissiale, bien con- 
' ** P6ol-être la plus ancienne de 
* Ctttan nH>nument romain donl 
^.^«owDleau IVe siècle 

^ J*''J**Josqa'à Nantes \'a suivre la 

•Jwf de laLoire ; au milieu d'un pays 

■^jnsletitre, le jardin de la France. 

'tT-GEORGES (Maine-ct-Uire), 

-^' — CmosUés: l'ancienne ab- 

Kf.jj[J^e6ins; bonne auberge. 

WOCE (Maine-et-Loire), village 

J hib. — Curûmtés: les ruines 

sdn vieux château. 

"ÎIS (Loire-Inférieure), Hôtel de 

■^- "-Petite ville avec sous-préfec- 

P« ™m1." ~ Curiontés : iWien 

TWdTnolines, aiyourd'hui une ca- 

g*jy ^ cavalerie ; le vieux château 

|«8 de Bélhune, dont les jardins of- 

^»WSB|)Cfbe vue ; rhôpital.— Com- 

^' TOI, vinaigre, eaux-de-vie. — 

«WTTES (Loir^Inférieure) Nannetœ. 
faékls : de France ; des Etrangers ; 



^5 



du Commerce; des Colonies; des Voya- 
geurs ; de l'Europe. — Cafés sur la place 
Giaslio.— Cette ville, chef-lieu du dé- 
partcmenl, est située sur la rive droite do 
la Loire, à i myr. 8 kil. de la mer. Cette 
situation en fait une des premières et des 
plus commerçantes villes du rovaume. Elle 
a une préfecture , évêché, collège royal, 
académie et plusieurs sociétés scientifiques. 
Le voyageur est frappé de la régularité des 
places publiques de cette ancienne cité, de 
l'élégance de ses édifices, de la beauté de 
ses quais, et surtout du coup-d'œil magni- 
fique des îles qui s'élèvent au milieu du 
fleuve, des belles campagnes qui le bor- 
dent et s'élèvent en amphithéâtre de la ma- 
nière la plus ravissante. Son port qu'om- 
bragent des ormes majestueux , est garni 
de superbes maisons sur une longueur 
d'environ 2 kil — Curiosités: V hôtel 
de la préfecture , avec deux belles faça- 
des d'ordre ionique ; le musée, qui ren- 
ferme d'excellents tableaux, en tète des- 
quels il feut placer plusieurs MuHllo, en- 
suite de bonnes toiles des maîtres suivants : 
par Ribera, l'Albane, le Caravage, Carra- 
che, Philippe de Champagne, le Domini- 
quin, Garofolo, le Guide, Léonard de Vinci, 
Lutto, Manfredi , Michel-Ange, Cercozzi, 
Rembrandt, Solvator Rosa, Rubens, van^ 
Dick, Joseph Vernet, Paul Véronèse, Cor- 
neille de Wael, Bernardin Passeri, Ramond, 
Canaletto, le Pérugin, Tintoret, André 
Sacchi, etc.— La Pîoticese vend 1 fr.au 
musée. — Véglise St-Pierre , qui sert 
de cathédrale, renferme le beau tombeau de 
François II; le Passage Pommeraie ; le 
muséum d'histoire naturelle, établi en 
1810; SUT le Cours StrPierre, les statues 
d'Anne de Bretagne et d'Arthur 111. Le 
vieux château des ducs de Bretagne ; la 
salle de spectacle , la bibliothèque, qui 
renferme quelques manuscrits précieux ; 
\e jardin botanique. 

Parmi les anciens hôtels, on distingue ; 
1» Vhôtel de la Bouvardière ; 2o Yhôtel 
de Drouges ; 3o le Palais épiscopal. — 
Pop. 94,000 hab. 

Excursions. — C'est à /ndrc/, à 8 kil. 
0. de Nantes, qu'est la magnifique usine 
où se fabriquent la plupart des machines 
pour les bâtiments à vapeur de l'État 



dbyGoogk 



96 



ROUTE 98. — DE PARIS A NANTES. 



ROUTE 98. 

DE PARM A NAJSTE»9 

f2n>« route) 

Par Orléans, Tours et Angers , 43 myr. 3 kil. — Chemin de fer 
jusqu'à Tours. 



De Paris à Orléaas (v.r. 112). 12 m. 2 k. 



D'Orléans à Tours (v. r. 112). 


11 


1 


De Tours à Nantes. Service 






de malle. 






De Tours à Luynes. 







Langeais. 




i 


LesTrois-Volels. 




2 


Chouzé. 




2 


La Croix-Verte (Saumur). 




6 


Les Rosiers. 




5 


St-Mathurin. 




1 


Angers (v. roule 97). 


2 


1 


D'Angers à Nantes (v. r. id). 


8 


9 



LUYNES (Indre-el-Loire), peUte ville 
sur la Loire, dans une contrée très pitto- 
resque. — Curiosités : Thospice, le châ- 
teau. — Patrie de Paul-Louis Courrier. — 
Pop. 2.200hab. 

Entre Lutjnes et Langeais on aperçoit 
la Pile-St'Mars , tour quadrangulaire 
d'un mètre de large sur 27 mètres de hau- 
teur. 

LANGEAlS(]ndre-et-Loire).— Hôtel de 
la Poste. — Petite ville sur la Loire. — Cii- 
riosités : le château gothique, bien con- 
servé; la salie de ce château, où fut con- 
clu le mariage de Charles VIII avec la du- 
chesse Anne, est aujourd'hui changée en 
écurie. — Commerce : melons estimés. 
— Pop. 3M0 hùb. 

TROIS-VOLETS (Indre-el-Loire), pe- 
tit hameau. Les regards s'arrêtent au-delè 
de la Loire sur le beau château d'Ussé. 

CHOUZÉ, village dont les environs sont 
délicieux. — Commerce: vins, légumes, 
fraits, pruneaux de Tours. — P. 3,900 h. 



Au sud de C}iou%é, sur la rive gauche 
de la Loire, on voit U petite ville de Can- 
des, où mourut saint Martin de Tours ;^elle 
possède une église des Vile etXllI« siècles. 

— Pop. 700 hab. 

SAUMUR (Maine-et-Loire) Salmurum. 

— Hôtels: du Belvédère; de Londres; 
de France et du Commerce. — C'est une 
ville commerçante sur la rive gauche de la 
Loire, avec sous-préfecture , tribunaux, 
chambre de manufactures , théttre, bi- 
bliothèque publique, école royale d*équita- 
lion, musée, Saumur est une des villes les 
plus pittoresques des bords de la Loire. — 
Curiosités : les deux ponts sur la Loire 
qui peuvent compter au nombre des plus 
licaux ponts de France ; ils ont chacun en- 
viron 500 mètres de long ; V hôtel de ville, 
la caserne et les manèges de l'école de 
cavalerie, les quais, le château, les égli- 
ses de St-Nicolas, àe St-Pierre. celle de 
Nantilly, où Louis XI avait un oratoire ; 
Véglm Notre-Dame, sur les bords de 
la Loire ; Vhospice des enfants trouvés 
et des aliénés, dont les vastes salles sont 
toutes creusées dans le rocher; ]e château 
de la reine de Sicile, situé entre les deux 
ponts. — Commerce: vins, eaux-de-vic 
chanvre, lins, quincaillerie , pruneaux, 
chapelets. — Pop 13,000 liai. 

Excursions. — A la Pierre couverte, 
un des plus beaux et des plus curieux mo- 
numents druidiques qui existent encore en 
France ; 2 kil. de Saumur. 

ANGERS (v. route 97). 
D'Angers à Nantes (v. r. 97). 6m. 9k. 



dbyGoogk 



BOCTB 101. ^ DE CHAnTBES A BLOIS. 

ROUTE 99. 
DB eSLAMTnW» A AUBBTÇOIV, 

Par Mamers, ^\ myr. 6 kil. 



97 






A«5^. 



Im 


.9k 


1 


9 


2 


1 


1 


7 


1 


5 


2 


5 



— ,^.-j). — Fdtelles Troia- 
*«a«fc. - Petite ville près de la fortt 
«eettBD. — c«rîow/M; beau point de 
J tocWrea ; la promenade de la forôt. 
wyi«B»jiie, prfe d'une source d'eau 



^^ !i BB petit édifice en maçonnerie 
fOBï te inscriptions romaines. — 



MAMERS (Sarthe) Mamertia, ^ HO- 
teiê : le Roi-d'Espagne ; la Corne. — Ville 
sur la Dtre, avec tribunaux, sous-préfec- 
ture. — Curiosités: les halles, les detuc 
plaoesy sur l'une desquelles est une fon- 
taine; V église paroissiale, édifice gothi- 
que restauré en 1851; l'ancien couvent 
de la Visitaiiorif édifice où se trouvent 
réunis les tribunaux, la sous-préfecture, 
la mairie, le collège, la bibliothèque ei 
la prison. — Commerce : bestiaux, mou- 
tons ; fabriques de toiles k voiles, mous- 
selines. Pop. S, 000 hab. 

ALENÇON(t'. route 70). 



ROUTE 100. 

DB eHJATRES A ElTREUX, 

Par Dreux et Thoher y 7 myr. 6 kilomètres. 



?ȕ(P.wrte70). 



im. ek.lThomer. 

1 8 EvREUx (t;. route 34). 

1 4 



1m.5k. 
i 5 



ROUTE 101. 



DE CHARTRES a BliOIfi, 

Pair Chatbaudun et Vendôme, ^A myr. 7 kil. 

Véglise, du X» siècle. — A peu de distance 
dans le bois des Rigolles, se trouve un 
dolmen assez bien conservé et fort curieux. 
— Pop. 600 hab. 

BONNEVAL (Eure-et-Loir), jolie petite 
ville située dans une belle vallée. — Cu- 
riosités : l'église paroissiale , surmontée 
d'une flèche très élégante; l'ancien col/cfifc 
des Bénédictins, aujourd'hui séminaire de 

_ ^ ! l'évéché de Chartres. — Apeu de disUnce 

SU. S. ée' Chartres. — Curiosités rjon remarque le château des Coudreaux, 

Digitized by VjOOQ IC 



^Bourdinière. \ 


m. 3k. 
l 6 


Stodoo. 


l i 


fcyes. ^ 


\ 2 


Sm. 


l 7 


taeie. 


1 1 


^tA. 


1 6 


im. 


1 6 



Maiuxcez (Eure-et-Loir), village situé 



98 



.OUTB lOi. — DU BIAN5 A SAINT-MALO. 



ancienne hal)itation du maréchal Ney. — 
Commerce : grains , farines, bestiaux. — 
Pop S,000hab. 

CMXTEXmm (Eure-ft-Loir) Castel- 
lum Dunum. — Hôtel du Grand-Monar- 
que. — Cette ville est bien construite. — 
Sous-préfecture , tribunal , quartier de ca- 
valerie. — Curiosités : la place parfaite- 
ment carrée , d'où l'on voit toute la ville ; 
l'hôtel-de-ville ; la bibliothèque publique, 
l'ancien couvent des Génovéfains , où est 
la sous-préfecture ; mais surtout le château 
des comtes de Dunois , monument gothi- 
que dont on visitera la grosse tour. — 
Commerce : fabriques de couvertures de 
laine , tannerie , grains , bestiaux , vins. — 
Pop. 7,000 hab. 



>^NDOME (Loir-et-Cher). — Hdtete .- 
Galiondre ; du Lion-d'Or. — Ville située 
au pied d'une pente couverte de vignes » 
que couronnent les ruines du château de^ 
ducs de Vendôme. De ces ruines on jouit. 
d'une vue magnifique. — Vendôme est 
chef-lieu de sous-préfecture, avec Iribuiial , 

collège, bibliothèque publique, théâtre. 

Curiosités: une fontaine en marbre; le 
collège, renommé; la cathédrale de 
Sainte-Croix ; l'ancienne église du coti~ 
vent des Bénédictins, transformé en caser— 
ne; V église de Saint-Martin, convertie 
en halle. — Commerce : tannerie , pape— 
teric , fruits et asperges. — Patrie de Ron- 
sard. — Pop, 8,800 hab. 

BL01S(v. route 112). 



ROUTE 102. 
DE CHARTRES a ttRIiÉAUrii , 

Par CiiATEAUDUN, 9 myr. 5 kil. 

de Charires à Châteaudun (o. r. 1 Toumoisis. 

101). ^m. 5k.|0RLÉ.\NS (v. route \i2). 



2 m. 4 k. 
2 4 



ROUTE 103. 
DU MAnrS A liATAEi, 

7 myr. 6 kilomètres. 



Coulans. i 


lm.5k 


La Lune-de-Brulon. i 


l 7 


St-Jean-sur-Erve. 


1 A 


Soulgé. i 


[ à 


Laval. i 


l 6 



SAINT-JEAN-SUR-ERVE (Mayenne), 
village de 1,100 hab. 



A 8 myr. sud , on remarque les mines 
de Tancienne capitale des Emens(j4rt»ii), 
et les grottes de Sauge , nommées com- 
munément Caves à Margot, elles sont 
creusées dans deux rochers énormes entre 
lesquels coule la rivière û'Erve. 

LAVAL {v, route 71). 



ROUTE 104. 
DU MAUfi A tit-lIALII, 

Par DoMFRONT, Mayenne et Fougères, ^9 myr. 6 kil. 

Mavenne {v, route 71). 2 m. Ok . 

Ernée. 2 9 

D'Ernée à St-Malo {v. r. 77). 9 4 



Domfront. 


lm.8k 


Sillé-Ie-Guillaume. 


1 4, 


îîais. 


2 1 



dbyGoogk 






VtOVTE 108. — DE SAUMCn A CRATELLBRAULT. 99 

ROUTE i05. 
DE IiA FUÈCHE A SAIIHUR, 

5 myr. ^ kilomètre. 

i m . 8 k. ISaumur (v . route 98) . 1 m . 5 k 

18 1 



ROUTE 106. 
vi'jkmekWM» A HHijRBoiv-vEiirDÉi:, 

Par Cholet, 42 myr. 5 kil. 



ÇkaSOé, 



1 3 |De CholetiBocHBON-VENDÉE [v. r. 112). 





ROUTE 107. 






D'AH^mii A REiimnis, 






ParCANDÉ, 42 myr. Â kil. 




Caèé. 

Udapelle-Glain. 

CidtesibriaDt. 


2m.0k. 
1 9 
1 4 
1 8 


Tourie. 
Corps-Nuds. 
RE.NNES (v. route 71). 


lm.8k 
1 7 
1 8 



ROUTE 108. 
DE 01LIJHIJR A €HAT£IiIJËRlLlJl4T , 



8 myr. 



Qàuuk. 

Biàtehai. 

Cbatelleraclt. 



3m. Ok. 
2 1 
2 9 



RlCHEUEr (Indre-et-Loire) jolie petite 
vflle qui n'éUit autrefois qu*uû chétif vil- 
lage, et qui, aujoordliui , a des rues larges, 
^pns et tirées au cordeau. — Curiosi- 
té» : les niiiM^ d'un magnifique château ; 
hplaee, — Commerce : blés, vins blancs, 
ranxHle-ne et fruits. — Vop. S.OOO 
hab. 

ExccBSiOK. — !• A Vàbbaye de Fort 



tevrault (2 myr. 2 kil.), où Ton remar- 
que de belles ruines; la tour dite d'E- 
vrault , dont la flèche est admirable , et le 
cimetière des rois d'Angleterre, où sont 
quatre tombeaux, ceux de Henri II, de 
Richard Cœur-de-Lion , A'Éléonore de 
GuyennCy et d'Elisabeth, épouse de Jean 
Sans-Terre. 2° Au château de Bréié^ à 
1 myr. 2. kil. , dont les fossés fort curieux 
offrent de vastes logements qui pourraient 
contenir S à 600 honunes. 
CHATELLERAULT (v. route 121). 



60521041c 



100 BOCTB 110. •— DE KAKTES A SMNT-NAZAIRB. 

ROUTE 109. 
DE -KANTE» A nrORT, 

Par la vapeur, 5 myr. environ. 



Comme les rives de VErdre sont des plus 
pittoresqaes , nous recommandons, h notre 
voyageur, cette belle excursion. — On 
part de Nantes à 7 heures du matin; le 
bateau revient le môme jour. L'œil, dans 
ce trajet , a des spectacles variés : c'est le 
château du Baron , où demeura M™» de 
Sévigné; la maison de la Hérandière; le 



befiroi du château de la Gdcherie , od la 
reine de Navarre composa ses contes; la 
Gandonnière à gauche, Sucé et sa baie; 
les vastes plaines de Ma%érable8; le vîl- 
je de la Poupinière ; Tanbelle-Houjc ; 
lechâteau de Pont-Hus; enGn la petite 
ville de 
NOHT (Loire-Inférieure) (t;. route 78). 



ROUTE 110. 



DE STAlirTES A Ii<-:¥AZ1LIRC:, 

Par la vapeur, 6 myr. environ. 



Deux bateaux font ce trajet en 4 à 5 h 
C*est un voyage délicieux. — Le premier 
village qu'on aperçoit en quitUnt Nantes 
est Chantenay, puis Couéron , joli bourg 
renommé par ses eaux-de-vie et ses vins 
rouges et blancs , et en face la petite ville 
du Pèlerin, se dressantsur un coteau boisé 
Bientôt Frossay attire les regards ; on ar- 
rive à 

Paimbœuf (Loire-Inférieure). — Hôtel 
Jacométy. — C'est une jolie ville maritime, 
chef-lieu d'arrondissement, et qui compte 
4,500 hab. Située à l'embouchure de la 
Loire et à i myr. de Nantes, elle a un port 
où peuvent mouiller les plus gros vaisseaux, 
et garanti contre les plus fortes marées par 
un bon môle. D'une rive à l'autre le fleuve 
a près de 5 kil. de largeur. 

PoRNic, autre petite ville maritime, doit 
aux ravages de la guerre civile sa recons- 
truction toute entière sur un des coteaux 
qui forment le port. De son ancien château 
la vue est magnifique. Non loin se trouve 
le bourg de 

La Plaine, où les malades de Nantes et 
des environs vont, pendant l'été, boire des 
eaux ferrugineuses y éminemment toni- 
ques et fondantes, ou prendre les bains de 
mer dans des cavités qui semblent des 
oaignoires disposées par la nature. — Pop 
1,000 hab. 



SAiNT-NAZAraE. — Jïdte/ Saint-Julien. 

■ Bourg maritime de 4,300 hab., et dont 
le port . quoique assez fréquenté , est en- 
combré de rochers. 

 2 kil. de ce port, les archéologues 
vont admirer un dolmen. — Sur les con- 
nus du Morbihan y Saint-Gildas-de-- 
Ruii ou des Bois rappelle à la mémoire 
le célèbre Abailard et son monastère. 

Le voyageur qui aime les grandes émo- 
tions doit visiter 

Le Cnoisic, jolie ville maritime de 
2,500 hab. ; port excellent, au fond d'un 
petit golfe. — Curiosités : V église pa^ 
roissiale , surmontée d'un clocher d'une 
forme élégante et d'une hauteur extraordi- 
naire. — De là transportez-vous h 1 myr. 
2 kil. en mer, jusqu'au banc de rochers 
nommé le Four ; montez sur la plate-for- 
me d'une tour haute de 20 mètres où s'é- 
lève le phare et d'où la vue est admi- 
rable. 

A 1 myr 9 kil. N.-O. de Saint-Na- 
iaire^ se' trouvent les salines de Gué- 
rande , objet d'un haut intérôt. 

GuÉRANDE (Loire-Inférieure), petite 
ville de quelque importance. — Curiosi- 
tés : le château , ses remparts flanqués de 
dix tours, et ses deux hôpitaux, — Com- 
merce : grains , vins blancs , sel , etc. — 
Pop, 8,600 hab. 



dbyGoOgk 



BODTB 112. — DE PARIS A BOURBON -VBNDÉB* 101 

ROUTE m. 

DB IKANTIS» A BREST , 
Par LA Rochb-Bebi«aiu> , Vanhes et Quimper, 54 myr 4 kîl. 



Tarife. 
Lalkere. 
Pnft-Cbitem. 
La] 



Theii. 
TaBa{9.nnte94). 

LiBdniBt(9. roote96). 
lie9Bdoii(v.TDOte85). 

Oiii'i|w lié rv. roate 89). 



DeQMipaléàBBEST(t7. r. 93). 13 



2m.3k. 
1 
5 
9 
6 
5 
9 
8 
5 
3 
i 
3 



2 



La route est pittoresque de Nantes jus- 
qu'à 

PONT-CHATEAU (Loire-Inférieure), 
petite ville, chef-lieu de canton. — On 
remarque dans les environs un calvaire 
que sa position élevée fait apercevoir de 
très loin. — Pop. S, 600 hab. 

LA ROCHE-BERNARD (Morbihan), pe- 
tite ville située à Tcmbouchure de la Vi- 
laine , qu'on traverse sur un pont sus- 
pendu magnifique. 



ROUTE H2. 

DE l^MXn A BOVRBOnr-TEIVDÉE, 

Ptf Obléaks, Tours y Sauhur et Cholet^ 45 myr. 5 kil. — Route 

de poste. 

Ghouzé. 

Saumur (Croix-Verte). 

Doué. 

Vihiers. 

Vézins. 

Gholet. 

Morlagne. 

Herbiers. 

Quatre-Chemins-de-Loye . 

Bourbon-Vendée. 

LONGJUMEAU (Seine-et-Oise) Mom 
Gemellus. — Hôtel de France. — Ce 
bouii; est bâti sur deux collines d'où lui 
vient son nom. — Curiosités : le portail 
gothique de Téglise. — Pop. t.OOO 
hab. 

MoNTLHÉRT Mons LetheHus , est une 
ville ancienne , un peu à gauche de notre 
route. — Sa vieille tour du Xl« siècle 
tombe en ruines. — Pop. 2,200 hab. 

ETAMPES(Sein6<t-0ise). — Hôtels: 
le Grand-Courrier; le Bois-de-Vincennes; 
[de France. — Petite ville dans une déli- 



1m 


.2k 





8 




2 




2 




8 




9 









4 




i 




6 




4 




3 




3 




3 









8 









1 




2 




2 




2 









4 




2 



Im 


.2k 


1 


6 


2 


3 


2 


1 


1 


4 


1 


5 


i 





1 


5 


1 


2 


2 


8 



dbyGoogk 



102 



BOUTE 112. — DE PARIS A BOURBON-YENDéE. 



lieuse situation. Elle a tribunal, collège, 
de jolies promenades, entre autres celle 
dite de Henri IV, au bas de laquelle passe 
le chemin de fer d'Oriéans. — Curiosi- 
tés : les restes d'une vieille tour, nommée 
la Guinette, à Tentrée de la ville ; la tour 
Brunehaut , au bout de la plaine des Sa- 
blons; Véglise Notre-Dame , dont le clo- 
cher est orné de i clochetons à jour d'un 
bel effet; les églises Saint-Martin , de 
Saint-Basile et Saint-Gilles. — Com- 
merce : gr^ns, farines, belles écrevisses 

— Pop. H.ZOO hab. 
Ici , la rouie de poste est parallèle au 

chemin de fer. 
ORLÉANS (Loiret), l'ancien Genabttm 

— Hôtels: du Loiret; grand hôtel d'Or- 
léans; de France; la Boule- d'Or. — 
Grande et belle >ille, chef-lieu de dépar- 
tement, et dont l'origine est fort ancienne. 
Elle possède une préfecture, évêché, 
bourse de commerce, académie, collège 
royal, bibliothèque publique riche de nom- 
breux manuscrits et un beau médail- 
1er , tliéâtre. — Curiosités : la rue 
Royale , qui conduit en droite ligne de la 
place du Martroi au pont de neuf arches 
jeté sur la Loire; la rue Jeanne-d'Àrc , 
nouvellement construite , qui offre en pers- 
pective la façado 0. de la cathédrale, édifi- 
ce du XVlo siècle , majfnifique , dont les 
deux symétries bâties par l'architecte Ga- 
briel , s'élèvent à une hauteur de 80 m 
le mail ; la tour du Beffroi ; la statue de 
de Jeanne d'Arc; Véglise de Saint- 
Àignan ; la chapelle Saint-Jacques qui 
sert aujourd'hui de magasin; \es églises 
Saint-Paul, Saint-Euverte , converties 
en magasin ; le musée , qui renferme de 
bonnes productions des maîtres suivants : 
Deshaies; Frosté; Guido-Rcni; Frago- 
nard ; Mignard ; P. de Champagne ; 
Benedetto Luti; Porbus; Verdier; J. Oudri ; 
Peler-Neef; Martin el Henry van Clecf; 
Deker; van Romain; Dunouy; Zorg; Des- 
portes; Taunay; Bourgeois du Castel ; 
Hyacinthe Rigaud; G. Schut; Hyacinthe 
Beardy; Halle; Hoëck; Andréa Sacchi 
Guerchin; YanderPoêl; Drouais; Latour; 
Melzu; Snell; Vermanzol; M"« Lebrun; 
I^ Guerchin ; Boissieu ; Lagrénée ; Pen- 
sée; Gaudenzio Ferrari. — La salle de 



spectacle; la maison d^ Agnès Sorel , rue 
du Taboury; celle de François I^, de 
Diane de Poitiers, rue Neuve; le pcUais 
de justice ; le jardin botanique. — On 
voit encore quelques traces des remparts 
élevés par l'empereur Aurélien. — Com-- 
merce: vinaigres, vins, blés, eaux-de- 
vie; raffineries de sucre; confiseries, etc. 
— Pop. 46,000 hab. 

Au sortir d'Orléans, nous avons le che- 
min de fer de Tours , à droite , et la Loire 
à gauche , jusqu'à 

SAINT-AY (Loiret) , petit village de 
1,200 hab. , assis en terrasse sur la rive 
droite de la Loire , et d'où l'on jouit de 
beaux points de vue. Son vignoble pro- 
duit le meilleur vin de l'Orléanais. — On 
aperçoit sur la nve gauche de la Loire la 
petite ville de 

Cléry-Notre-Dame , dominée par sa 
belle église et son haut clocher; c'est an 
édifice remarquable et bien connu de tou- 
tes les personnes qui ont lu Quentin 
Durward. — On y voit une image do la 
Fterge , objet des dévotions de Louis XI « 
et le tombeau de ce monarque. — Ensuite 
on traverse If etinfif (Loiret), dont il faut 
voir Véglise romaine , son château ruiné 
et le pont suspendu. — Pop. 4,800 lu 

BEAUGENCY (Loiret) Belgeaeiacum , 
dans le Xll^ siècle.— Hôtels : de la Fo- 
rêt; du Grand-Cerf; de l'Ecu. — Cette 
petite ville est située entre deux collines 
couvertes de riches vignobles , qui lui don- 
nent un aspect tout à dit pittoresque. — 
Curiosités : V hôtel de ville, de 1526; l« 
pont de 39 arches. — Commerce : vios 
excellents , eaux-de-vie. — Pop. 5,000 
hab. 

MENARS (Loir-et-Cher), village de 50O 
hab. sur la Loire , dans une contrée déli- 
cieuse et possédant un superbe château 
dans lequel le prince de Chimay a fondé 
un collège dit le Prytanée de Ménan. 

Dans les environs de celte riante locali- 
té se trouve l'antique et historique chiteau 
de Chambord. 

• Chambord, dit M. Millin, est on 
• assemblage de tours et de tourelles élé» 
» gamment sculptées, et chargées de petites 
> pierres noires taillées en rond et en lo- 
» sange , qui y forment des compartiments. 



dbyGoogk 



BOUTE 112. — DB PARIS A BOUBBOM-yENBÉE. 



103 



« Ab mîËea fl y a huit salles très vastes et 

• très âevées , 'et le second étage est voûté . 

• On remaniiie surtout Tescalier double , 

• dans lequel deux personnes peuvent 

• SMiiter et descendre sans se voir. Partout 
> «B troore la salamandre » ou Vf couron 

• né. François l*' voulait faire passer le 
» LoifH daas le parc . Depuis ce prince jus- 

• <^1 Lixâs XIV, les rois ont souvent ha- 

• bHé Qaaibord. Devenu depuis la noble 

• réeanpnse des exploits et des talents 
s , il a été donné par Louis XV 

de Saice , et par Bonaparte 
I Berthier. » Dans ces der- 
, il fut offert par la ville de 
Pirê aa éoc de Bordeaux , qui , dans son 
«ni* a pris le nom de comte de Cham- 
hoid. 

BLOB <Lo!r-ct-Cher). — Hôtels: de 
rEarepe; de la Nouvelle - Anglelen^. — 
CeUe ville , sitaée sur la rive droite de la 
Imtv, est ancienne et pittoresque; chef- 
fiea do département de Loir-et-Cher ; 
nv préfectore , collège royal , bibliothè- 
^K pobliqne, dépôt d^étalons. — Elle est 
ttâe sv une colline escarpée que cou- 
ftaoe d'un côté son historique et sombre 
dâievi, et de l'autre la cathédrale; beau 
<l«i pbfité d'arbres. — Un pont de 9 ar- 
eb», surmonté d'un obélisque de 136 
mètres de haut , construction du X« siècle, 
jfiot BlaU à Vienne , son faubourg. — 
CmimUê» : Tévêché, aujourd'hui la pré- 
fectore ; ks fontaines publiques; la prome- 
vade des Allées et celle du Mail ; Vhdpital, 
un é^ise gothique ; l'ancienne église des 
iénites , d'après Mansard ; quelques mai- 
sons construites par Philibert Déforme ; le 
cabinet d'histoire naturelle et de physique, 
le théâtre; les abattoirs, et surtout l'ancien 
eUteau, qui sert maintenant de caserne. 
On V montre la place où le duc de Guise 
fat asaassîDé. — Un bel aqueduc romain, 
creusé dans le rodier. — On voit dans l'é- 
cfise de Saint-Yîncent les tombeaux de 
Gaston de France et de Marie-Louise sa 
fiDe. L'église Saint-Nicolas, bel édifice go- 
fl&qne dâîU « et Xn« siècles. — Commer- 
et : coutelleries , tanneries , bonneteries , 
fromage k la crème de Saint-Gervais, que 
nous a^o^ons aux gourmets. -^ Pop 
4S,0OO hab. 



Le pays que nous parcourons ressemble 
h un jardin arrosé par la Loire. 

AMBOISE (Indre-et-Loire). — Ilôtel 
le Lion-d'Or. — Petite ville dont l'inté- 
rieur ne répond pas aux charmes de la po- 
sition. Ses rues sont étroites et tortueuses. 

— Curiosités : le château bâti par Char- 
les VIII , la vue magnifique du haut do cet 
édifice : on aperçoit k 24 kil. , les clochers 
de la cathédrale de Tours. Cet imposant 
édifice fut longtemps la résidence des rois 
de France; il appartient maintenant à 
Louis-Philippe qui Ta restauré. Sa petite 
chapelle est un des morceaux gracieux 
d'architecture gothique fleurie. — L'église 
paroissiale de Saint-Denis , bâtie par saint 
Martin : elle renferme le tombeau du duc 
de Choiseul ; la chapelle Saint-Florentin ; 
le mail et la fabrique de limes qui se trouve 
à l'extrémité. — Patrie de Charies VIII, 

— Pop, 5,000 hab. 

Excursion. — Au château de Che- 
nonceatix, à 1 myr. 6 kil.; magnifique 
édifice construit sur un pont qui traverse 
le Cher. Il est parfaitement consené , et 
de beaux tableaux décorent l'intérieur. 

A 2 kil. avant d'entrer k Tours, on 
aperçoit à droite les ruines de l'abbaye do 
Marmoutief\ fondée par saint Martin , au 
IV« siècle.- 

TOURS (Indre-et-Loire). — Hôtels : 
du Faisan; de Londres; la Boule-d'Or; 
tous les trois dans la rue Royale. — 
Grande et très ancienne ville , sur la rive 
gauche delà loire, dans une plaine char- 
mante qui s'étend entre ce fleuve et le 
Cher. — Chef-lieu de préfecture, siège de 
tribunaux, collège, royal, archevêché, etc. 
La situation de Tours est délicieuse. — 
Curiosités ; le pont, l'un des plus beaux 
de l'Europe; sa longueur est de iii mèl. 
et sa largeur de 1 1. Au bout de ce pont , 
sur un alignement qui traverse toute la ville, 
est la rue Royale , de 800 mètres de lon- 
gueur. La cathédrale de SaintrGatien , go- 
thique léger, dont les portails , les deux 
tours et les vitraux méritent d'être vus ; 
l'intérieur renferme le tombeau des enfants 
de Charles VIII, ouvrage estimé ; les deux 
tours de la célèbre abbaye de Saint-Martin, 
dont l'église est détruite; l'abbaye do 
Saint-Julien , bel édifice gothique, servant 

Digitized by VjOOQIC 



104 



BOUTE 112. — DE PARIS A BOUBBON- VENDEE. 



maintenant d*écurie; \e palais archiépU" 
copal ; la préfecture ; l'hôtel de ville ; la 
maison de Tristan, dans la rue des Trots- 
Pucelles, no 18 ; Tancienne chancellerie de 
Louis XI , gothique , qui caractérise l'épo- 
que de Charles YII ; la place du Vieux- 
Marché , au centre de laquelle s'élève une 
belle fontaine de marbre blanc ; la biblio- 
thèque , dans le local de la préfecture, est 
une des plus riches de France; elle pos- 
sède environ 40,000 volumes et des Ma- 
nuscrits curieux : parmi les imprimés, nous 
citerons la fameuse Bible de Mayence de 
1462; dans les manuscrits, un livre d'E- 
vangiles écrits en lettres d'or , qui était 
(Xtnservé dans l'église de Saint-Martin , et 
sur lequel les rois de France prêtaient ser- 
ment en qualité d'abbés et de premiers 
chanoines de cette église; les Heures de 
Gharies V et celles de la reine Anne de 
Bretagne , etc. ; le musée de peinture ren 
ferme plusieurs tableaux des plus grands 
maîtres ; le nouveau palais de justice à 
l'extrémité de la rue Royale. — Com- 
merce : blés , vins , haricots , fèves, pru- 
neaux renommés, fruits tapés , anis ; mar- 
rons , savon , salpêtre , poudre à tirer et 
soie. — Pop. 31,000 hab. 

Navigation a vapeur. — Tous les 
jours pour Nantes , Saumur , Angers , en 
11 h.; pour Orléans en 14 ou 15 h. 

Excursions. — Au château de P/esm- 
lei'Tours (20 min. de la ville). De ce 
château, l'archéologue ne retrouve plus 
qu'une tour et des ruines , et le puits dit 
des Oubliettes. — A Roche-Corhon , 
village à C kil. N.-E. de Tours. — Cu- 
riosités : les grottes remplies de congéla- 
tions et la fontaine sortant du rocher ; les 
i-uines du château des Roches , bâti au 
commencement du XI» siècle. — A 10 kil 
œ trouve la colonie agricole de Mettray, 
({ue le voyageur phihmthrope ne manquera 
pas de visiter. Cette pieuse et noble insti- 
tution fut fondée en 1840. 

De Tours b la CROIX-VERTE (Saumur) 
(r. roule 98). 

De la Croix- Verte , nous traversons la 
Loire pour entrer ï Saumur. 

DOUÉ (Maine-et-Loire), petite ville très 
ancienne et Uoa bâtie» au milieu d'une 



contrée fertile et bien cultivée. — Curéo- 
sites : la fontaine , qui passe pour une des 
plus belles de France ; les restes de l'an- 
cien palais des rois d'Aquitaine ; l'amphi- 
théâtre, ouvrage des Romains, l'église 
Saint-Denis , fondée par Dagobert 1^»- ; les 
mines de charbon de terre ; les grottes de 
Doué. — Commerce : toiles , fers , bes- 
tiaux , exploitation de houille , fabrique de 
chaux hydraulique. — Pop. 5,200 h€ib. 
CHOLET (Maine-et-Loire), — jffô/ei» : 
le Lion-d'Or; la Poste; le Dauphin, — 
Petite ville avec tribunal , chambre consul- 
iative d'arts et métiers , collège. -^ Cholet 
est aujourd'hui le centre d'une industrie 
considérable. — Commerce: manulao- 
lures de mouchoirs de toiles , dites cho- 
lettes. — Pop. 40,200 hab. 

MORTAGNE (Vendée). — Hôtels : de 
la Poste ; du Cheval-Blanc. — Bourg assis 
en amphithéâtre sur une chaîne de coteaux . 
— Commerce : toiles et cuirs. — Pop. 
4,800 hab. 

LES HERBIERS (Vendée) , bourg en- 
touré de paysages pittoresques que forment 
les flancs de la montagne au pied de la- 
quelle il est bâti. — Curiosités : la vieOlc 
église en ruines. — Pop. S,200 hab. 

Au nord des Herbiers s'élève le mont 
des Alouettes, sur lequel les duchesses 
d'AngoulCme et de Berri ont fait construire 
une jolie chapelle gothique. 

BOURBON-VENDEE (Vendée) Rupe* 
ad Yonem. — Hôtels : le Grand-HOlel ; 
de France; du Pélican. — Chef-lieu du 
département de la Vendée , ville nouveUe 
bâtie dans l'emplacement de Roche-sur- 
Yon , au centre du nouveau canal de la 
Bret. C'est une ville triste et sans com- 
merce , au milieu d'un pays couvert de 
bruyères , et éloigné de tout centre d'in- 
dustrie. — Elle possède un tribunal de 
première instance, une bibliothèque pu- 
blique. — Curiosités : trois belles places. 
Sur la principale se voit la statue en brome 
du général Travot, pacificateur de la 
Vfind^p 

Surl'un des coteaux qui dominentla ville, 
se trouve la statue de Napoléon , érigée le 
15 août 1844. — Pop. 7,000 hab. 



dbyGoOgk 



DE 



SOCTB 115. -* DB TOURS A B0UB0E9. 

ROUTE H3. 
Bai}ii]ieir-TE]vi»iaB a isASirmê^ 

7 myr. -1 kilomètre. 



105 



BdSnae. 



KOTES. 



im.3k. 

1 3 

2 1 



BoBte channante qQ*on bit toijours 
aT€c pJsâ' ; l'aspect du pays est pittores- 



que, mais les habitatioiu présentent l'i- 
mage de la pamTeté. 

MONTAIGU (Vendée), petite ville sur 
un coteau élevé que baigne la Moine. — 
Commerce : bétail, quincaillerie. — Pop. 
4,200 hab, 

NANTES (». route 97). 



ROUTE H4. 
D£ mmjjwaÊmss^jTÊSBSt^w aux isABiiC» D'oiiOiinvEs, 

5 myr. 6 kilomètres. 



La «atte-Adnrd. 
Us Sables. 



1m. 9k. 
1 7 



LES SABLES-D'OLONNES (Vendée). 
~ HéteU : de France ; du Cbeval-Blanc ; 
*i Chtee-Vert. — Petite ville qui a reçu 
sn Bon des dunes de sable dont elle est 
p. Elle possède une bibliothèque, 



sous-préfecture , tribunal , école royale do 
navigation. — Curiosités: le port, qui 
peut recevoir des names de 1 50 à 200 ton- 
neaux ; bains de mer, joli établissement 
bien fréquenté. — Commerce : grains, 
bestiaux , pêche de sardine , pêche de mo- 
rne à Terre-Neuve. — Pop. 7,000 hob. 



ROUTE 115. 
DE TOURS A BOlJR&i», 

Par MoMTRicHARD et ViERZoN, 45 myr. 



Véretz. 

La Croîx-de-Bléré. 

llontrichard. 

NojCfs. 

Seltes-snr-Qier. 

vniefranche. 



m. 2k.lBouRGE8(tJ. r. il6). 5 m. 7 k. 

5 

5 La route ne quitte pas les riants bords 
8 du Cher , suivant tantôt une rive et tanlùl 
5 Tautre. 
8 BOURGES(v. route 163). 



dbyGoogk 



100 ROUTE 118 — d'oRLÉANS A FONTAIi!«EBLEAU. 

ROUTE H6. 
DE BliOIl» A BOlJlUÏC», 

Par RoMORANTiN et Vieozon , 40 myr. 5 kil. 



Court-Chcverny . 1 m . 2 k . 

Mur. 1 6 

Romorantin {v. à la Table). 1 2 

Villefiranche. 8 



Vierzon. 2m. 3 k. 

Beaurcgard. 1 8 

Bourges (v. route 163). 1 4 



ROUTE m. 
DE BliOM AU IHAlins, 

Par Vendôme et Saint-Calais, 40 myr. 8 kil. 



Breuil. 

Vendôme {v. route 101 ). 

Épuisay. 

Saint-(^alais. 

Bouloire. 

Coquillère. 



m. 6 k. Le Mans (v. route 97). 1 m 4 k. 
6 

7 La roule traverse un pays riant^, 

6 bien cultivé et couvert d'arbre» firui- 

6 tiers. 
i 



ROUTE H8. 
D*ORIi£A]¥(» A FOlVTArarKBIiEAlJ, 

Par PiTHiviERS, 8 myr. 8 kil. 



avec sous-préfecture, connue des gour- 
mands par ses pâtés d'alouettes et ses gâ> 
toaux d'amandes. — Les environs sont 
très pittoresques. — Commerce: vins, 
miel, laines et safran que Ton recueille 
dans les environs. — Pop, 4,^00 hab. 

MALESHERBES (Loiret), petite ville 
dont le château fut longtemps habité par le 
défenseur de Louis XVI ; le parc renCerme 
quelques arbres exotiques, plantés par le 
ministre. — Pop. iySOO hab. 

FONTAIiNEBLEAU (v. route 191). 



La Maison-Blanche. 






1 m 


.4k 


Chilleurs-aux-Bois. 








4 


Pithiviers. 
Malesherbes. 








4 

9 


La Chapelle. 








3 


FONTAINEBLE.VU (v. 


route 


191) 




4 



Dans les environs de Chilleurs-aux- 
Bois. on remarque le château de Chame- 
rolles , flanqué de quatre tours et entouré 
de larges fossés remplis d*eau vive. 

PITHIVIERS (Loiret). — Hôtels : de 
l'Ecu ; de la ville d'Orléans. — Petite ville 



dbyGoOgk 



BOUTE 121. — DE PAniS A BOBDEAUX. 

ROUTE 119. 
D'ORiiÉAsri» A Aiifinrçonr, 

Par NoGEiiiT-LE-RoTROu , 46 myr. 2 kil. 



107 



TcUflJflBtS. 

Q^tcandim {v. tonte 101) 

Brao. 

BeasnBl4e-Cfaartif. 



2m.ik. 

2 4 
2 1 
1 7 



Nogent-le-Rotrou (v, route 97) . 
Bellême (v. route 99). 
Mamers (v. roule 99). 
Alen\on (v. roule 70). 



lm.5k 
2 1 

1 5 

2 5 



ROUTE 120. 
D'ORIiÉASriS A BOURCIES, 

Par LA FEaTÉ Saint-Aubin et Vierzon, -Il rayr. 1 kil. 



La Ferté-Suat-Aubin. 
Gmds. 



2m.lk, 
1 2 
1 1 

1 2 



La Loge. 

Vierzon. 

Beaurcgard. 

Bourges {v. route 163). 



Oui. 9 k. 
1 4 
1 8 
1 A 



ROUTE 121. 
DE PARUS a B0RD£AU1L , 

Par Orléans , Blois, Tours et Poitiers. — Chemin de fer jusqu'à 
Tours, et de là malle-poste pour Bordeaux, 



DE PABUI A OKIiÉJLlVSy 

12 myr. 2 kil. 
Embarcadère, boulevard de THôpltal, à Paris. Passant par les stations suivantes: 



Chôsy-k^Roi. 

Jovisy. 

ScTifôy. 

E^nay. 

SttQt-llicbel. 

Bretxgiiv. 

Boursy. 
Laniy. 



U Chapelle. 
SaiBt-Ay. 



Im.Ok. 


Etréchy. 


9 


Etampes. 


5 


Monncrville. 


2 


Angenille. 


5 


Toury 


2 


Artenav. 


6 


Chevilly. 


3 


Orléans. 


3 




D^OBIiÉJLliS A TOVBS y 


Umy. 5kil. 


Om. 7kJMeUQg. 


7 


Beaugency. 



Ora.Ck. 






7 


1 


i 





5 


1 





1 


7 





t; 


1 


4 



0m.5k. 
8 



dbyGoOgk 



i08 



ROUTE 121. — DE PARIS A BORDEAUX. 



Mer. 1m. 2 k. 

Menars. 1 

Blois. 9 

Chouzy. i 

Onzain. 7 

Limeray. i 1 

Araboise. 5 



DE 



Noizay. 
Vouvray. 
MonV-Loois. 
Tours. 



Om. 6 k. 
7 

i 

1 



Pour la description de Paris à Orléaj» 
et Tours (V. route 112). 



32 myr. 7 kil. 



MontbazoD. 1 m. 3 k. 

Sorigny. 7 

Sainte-Maure. 1 i 

Les Ormes. 1 6 

Ingrandes. 1 2 

Châtelleroult. 7 

Les Barres-de-Naintré. 8 

La Tricherie. 5 

Clan. 8 

Poitiers. i 1 

Croutelle. 7 

Vivône. 1 2 

Les Minières. 8 

Couhé. 8 

Chaunay. 1 1 

LesMaisons-BlaDches. 8 

Ruffec. 1 2 

Les Nègres. 6 

Mansle. 1 1 

Churet. 1 i 

Angoulème. 1 1 

Le Boulet. 1 3 

Bétignac. 8 

Barbezieux. 1 3 

Reignac. 7 

La Graulie. 7 

La Garde-Montlieu. 1 i 

Chierzac. 6 

Cavignac. 1 3 

Cubzac. 1 6 

Le Cardon-Blanc. 1 

Bordeaux. 1 1 

MONTBAZON (Indre-et-Loire) est 
agréablement situe Bur Tlndre. — Curio- 
sités : l'ancien château, bflti au XI» siècle, 
sur la rive droite de VIndre; la pou- 
drière et la rafiinerie royale de Ripault, qui 
sauta en 1825. — Commerce : grains. — 
Pop. i.SOO liab. 

SAINTE-MAURE (Indre-et-Loire). — 



Hôtel de la Poste. — Ville ancienne qui 
possède des fobriques de mouchoirs et de 
toiles peintes. — Curiosités : un ancien 
château , monument remarquable. — Pop . 
2,800 hab. 

LES ORMES (Vienne), village près du- 
quel est la Haye-Descartes, ainsi nommée 
parce que Descartes y naquit en 1596 ; on 
y voit encore sa maison. — Curiosiiés : 
le château qui appartient à la fiunille d*Âr- 
genson. 

A 1 myr. S.-E. des Ormes, il faut vi- 
siter la Guerche , petite ville sur la 
Creuse. — Curiosités : le beau château 
que Charies VII flt construire pour Agnès 
Sorel. — Dans la chapelle se trouve une 
statue d* Agnès. LVglise paroissiale, monu- 
ment de X» siècle. — Pop. 700 hab. 

CHATELLERAULT (Vienne) Castel^ 
lum Heraldi. — Hôtels : de TEspérance; 
du Grand-Monarque ; de la Tète-Noire. — 
Cette ville , située sur la Vienne, possède 
sous-préfectnre , tribunaux, théâtre. — 
Curiosités : Téglisc gothique de SaintJeao » 
la tour de l'église Notre-Dame ; le Dont sor 
la Vienne; la manufacture royale d'armes. 

— Commerce : vins , veaux, anis vert, 
(îabrique considérable de coutellerie. — 
Pop. a, 600 hab. 

Bateaux à vapeur de la Vienne et de la 
loire, tous les jours pour Saumur, Àf^ 
gers. Tours , Nantes et Orléans. 

POITIERS (Vienne) Picti, Pictavi,^ 
Hôtels : de France ; des Trois-Piliers. — 
C'est le chef-heu du département , avec 
siège de préfecture, cour royale, tribunaux, 
siège épiscopal , académie, école de droit , 
collège royal , jardin botanique , pépinière 
sur le cours, théâtre, fontaines publiques. 

— Cette ville est irrégulièrement bâtie sur 
le Clain , qui , avec la petite rivière de 



dbyGoOgk 



EOETB 121. ^ DE PARIS A BORDEAUX* 



109 



Bomt, Ceotoure presque complètement. 
— CnTMwtéf ; Poitiers renferme un grand 
BOBbre d'églises remarquables : nous ci- 
terons Notre-Dame de Poitiers » de style 
nnaa fleori; la cathédrale, dédit^e à 
MialWeirc, qa*on dit awir été fondée 
Jtt Heiri n d'Angleterre; l'église Sainle- 
l^^dé^nde^dont on admire la tour bysan- 
tiw; h vieîBfi église de Saint-Jean, ancien 
j"DJ*B romain, suivant quelques archéo- 
«p^, «jourdlmi musée des antiques ; 
récAdeérwl; la bibliothèque publique; 
Mw d'Armes, et le palais de justice. 
7^''**«w:laine,papier,fer,riz, grains, 
JBB» oex-és-m, miel, fitbrique de draps, 
de hffnett de coton sans couture , de 

A 2 kil. de Poitiers , la Pierre levée 
jwjiwnt celtique, masse de pierre brute, 
^ 10 B. de longueur sur 3 de largeur. 
t «si de cette pierre que parle Rabe- 

Aq«|qnfi(jistance de la grande route 
«Feilien à Limoges , se trouve la plaine 
■*®|Cw«itt,remarquablepar l'immense 
"'""é de eercaeib en pierre qu'elle ren- 



^JÏ^OÎŒ (Tienne), petite ville sur le 
Usta. -. Il j'y Êât un grand commerce 
« JMB et âofes de laiue, — Pop. 



^ ,j (Qiarenle) Ruffiacum.. — 
2^« la Poste. — Cette petite ville est 
"Bée sor le niisseau dulteu, qui abonde 
• exedleQies truites saumonnées. 



r e, tribunaux. — Curiosi- 

*• » place d'Armes ; le Dauphin^ où se 
•» taas plusieurs conciles ; léglise, édi- 
j^Jèa aocien, d'une architecture rcmar- 
Nw; les ruines de Tancien château des 
gta de Broglie. — Commerce : grains, 
«, fromage, marrons. Les environs 
««Seal d'excellentes troflFes. — Pop. 

*AKSLK (Charente), petite ville située 
iBwieu de belles prunes — Curiosités : 
1^ très élevé sur la Charente. — 
■■«<«< : grains, vins, eaux-de-vic.— 
^•imkab. 

jAîîGOÛLÊME (Charente) Ecolisma. 
*W«: des Postes; des Etrangers. — 
*«»ne cafHtale de l'Angoumois, main- 



tenant chef-lien du département de la Cha- 
rente. Elle est bStie sur un coteau élevé de 
de 60 m. au-dessus de la rivière, et 
Jouit d'un air pur ; les femmes y sont bril- 
lantes de fraîcheur. Le quartier neuf est 
construit avec régularité, mais le reste de 
la ville est mal percé et d'un accès difficile. 
— Angoulèine possède une préfecture, un 
siège épiscopal érigé dans le IV» siècle, 
grand et petit séminaire, collège royal, des 
tribunaux, société d'agriculture, chambre 
des manu&iclures , théâtre, bÛ)liothèque 
publique, cabinet d'histoire naturelle et de 
physique. — Curiosités : V ancien châ" 
teau, remarquable par ses trois tours féo- 
dales ; le pont sur la Charente ; la cathè' 
drale, rebâtie en 1120; la fontaine delà 
place du Mûrier ; la bibliothèque^ située 
dans le palais de justice, bel édifice mo- 
derne ; le cabinet d'histoire naturelle, 
dans le mi!me local ; les papeteries^ dans 
le faubourg de l'Uoumeau. — Commerce : 
vins, eaux-de-vie de Cognac, truffes, châ- 
taignes, poisson salé, sel, safran, fabriques 
considérables de faïence et de papier très 
estimé, et pâtés de perdrix aux truffes. — 
Pop. $0,i00 hab. 

Au N. de la ville, dans une roche escar- 
pée, se trouve la grotte de Saint-Cybard, 
monument chrétien d'une assez grande an- 
tiquité. 

Bateau àvapeur, entre Angouléme et 
Saintes. 

Angoulôme a vu naître l'infSme Ra- 
vaillac , l'ingénieur Montalembcrt, le phy- 
sicien Coulomb, Isabelle de Taillefer, se- 
conde femme de Jean-Sans-Terre, le litté- 
rateur Balzac, etc. 

Excursions : RueUe, village à ikil., 
avec une fonderie et une forge royale qu'il 
faut visiter. 

Montbron, à 2 myr. 4 kil. E., a des 
mines de plomb, des forges, des martinets, 
et 3,500 hab. 

A 1 myr. 2 kil. cavités de la Rancogne, 
curieuses à voir. 

A 1 myr. 6 kil., route de Périgueux, 
on va visiter la «otircc de la Trouve. 

BARBEZIEUX (Charente). — Hôtels : 
de la Poste; delà Boule-d'Or; de l'Écu 
de France; Impérial. — Petite ville bien 
bâtie etsituée agréablcmenl sur la Dronne, 



dbyGoogk 



110 



BOUTE 121. — DE PABIS A BORDEAUX. 



avec sous-préfeclure, tribunaux, société 
d*agricullure. — Curiosités : les restes 
d*un aacien château qui sert aujourd'hui 
de prison ; sa fontaine d*eau minérale est 
peu estimée. — Commerce : bons vins, 
grains, truffes, bestiaux, volailles. — Pop, 
S,600hab. 

CUBZAC (Gironde), \illage où les com- 
missionnaires de roulage de Bordeaux ont 
de vastes magasins qui servent comme d'en- 
trepôt aux marchandises qu'on expédie à 
Paris. — Curiosités: le pont suspendu 
h 5 travées de 109 mètres d'axe en axe, 
construit sur la Dordogne. Ce pont, tout 
à la fois hardi et léger, est long d'environ 
900 mètres. — Pop. i,S00hab. 

BORDEAUX (Gironde). —Hôtels: de 
Rouen , rue Fossés-de-llntcndance : on 
y parle anglais, allemand et espagnol ; de 
Richelieu , Fossés-do - l'Intendance ; de 
France , rue Esprit-des-Lois ; de Paris, 
Allées-d'Oriéans ; de Nantes , rue Esprit- 
des-Lois ; des Colonies , môme rue ; Ma- 
rin, même rue; de la Paix, Fossésndu-Cha- 
peau-Rouge; des Américains, rue de Con 
dé ; des Sept-Frères , en face de la poste 
aux lettres ; Lambert et café du Com- 
merce , allées de Tourny ; café de la Co- 
médie, sous les arcades du théâtre; dé- 
jeuners à la fourchette. — On est très bien 
à 3 fr. pour dîner aux hôtels, et à 1 fr. 50c. 
ou 2 fr. par déjeuner. 

Bordeaux , autrefois capitale de la 
Guyenne, aujourd'hui chef-lieu du dépar- 
tement de la Gironde, est une très an- 
cienne et très belle ville, située sur la rive 
gauche de la Garonne. 

La façade des quais et le port sont ce 
qui frappe d'abord le voyageur quand il 
arrive à la Bastide , village situé sur la 
rive droite de la Garonne^ vis-à-vis Bor- 
deaux. — Sur le port est une très belle 
porte de ville, nommée la porte Bourgo- 
gne ^ en forme d'arc de triomphe ; la porte 
du palais, est également remarquable. 

A droite s'élève, pour ainsi dire, le nou- 
veau Bordeaux. V hôtel de la Douane est 
très remarquable par son architecture. Sa 
façade s'étend sur le quai et sur la place 
Royale. A l'autre extrémité estla Bourse^ 
dont la salle est magnifique. 

Toutes les rues avoisinant le grand 



théâtre sont très belles. D*un côté, la rue 
Esprit-des'lois, dans laquelle on remar- 
que l'hôtel de la Banque, conduit de la pla« 
ce de la Comédie au quai ; de l'autre, la 
rue des FosȎs-^e-VIntendance^ disant 
suite à la rue du Chapeau-Rouge, et abou- 
tissant à la place Dauphine, dont la déco- 
ration uniforme offre un très beau coup 
d'œil. A Test de la place Dauphine, est là 
porte Dijeaux, qui se trouvait sur les rem- 
parts de la ville avant son agrandissement. 
Au sud est la rue Dauphine, conduisant 
au cours à'Albret ; au nord les cours de 
Tourny et du Jardin royal^ conduisant 
au faubourg des Chartrons. Les allées de 
Tourny, conduisant du grand théâtre à 
la meFondaudége. Entre lame Fondau- 
dége et les Chartrons, est \e jardin public, 
promenade vaste et agréable. Le cours du 
Trente-Juillet et le Pavé-des-Chartrons 
sont deux boulevards bordés par de somp- 
tueuses constructions particulières. Bor- 
deaux possède encore d'autres promenades : 
les Fossés de ville, ceux des Tanneurs , 
les Alléeihd' Amour, etc. Mais les plus 
belles sont, sans contredit, celles des Quin- 
conces. Non loin du théâtre sont deux jo- 
lies places circulaires : celle du marché 
des GrandS'Hommes et celle de Tourntj^ 
avec la statue en marbre de M. de Tour- 
ny. A rexlrémité du cours d* Aquitaine, 
faisant suite au cours é'Albret, est la pla- 
ce d'Aquitaine , sur laquelle on voit une 
belle porte en forme d'arc de triomphe. 

Le pont sur la Garonne est magnifique. 
Il a plus de 530 mètres de longueur ; on y 
compte i 7 arches. Les galeries qui se trou- 
vent sous la chaussée et les trottoirs sont 
fort belles. Les étrangers peuvent les visi- 
ter. 

Monuments a visiter. — V hôtel de 
ville. C'est l'ancien Palais-Royal, bâti par 
Mgr de Rohan , archevêque de Bordeaux . 
Une partie du rez-de-chaussée contient le 
musée de peinture et de sculpture dans le- 
quel on remarque quelques tableaux très 
estimés. — Le grand théâtre, en s'a- 
dressant au concierge, rue de la Comédie . 
—Vhôtel-Dieu , hôpital civil, qui réunit 
au plus haut degré l'utilité et le grandiose. 
— Les hospices des Enfants-Trouvés, 
quai de Paludate, et des Vieillards, à l'é- 

Digitized by VjOOQIC 



BDCTB 131. — DE PARIS A BORDEAi'X. 



111 



giise S*iiite-Cit>ix. — Le palais de justice, 
Tîs-^vis l'Hôtel-Diea. L'architecture de 
cet îmineBse édifice est remarquable par 
sooél^aace. 

ha prisons, derrière le palais de justi- 
ce, aoot bâties d'après le système cellulai- 
re.— La hibUotheque, meS^Domioique. 
EOeeoBtient près de iiO,000 vol., et en- 



Bruno, décorée de peintures à fresque 
exécutées par le célèbre Beremague. — 
Les églises St-Pierre, St-Eloi, Ste-Eu- 
lality d'un style gothique, eiNotre-Dame^ 
qui renferme des peintures en grisaille par 
Vafflard. 

Bordeaux est la patrie d'Ausone, de 
Montaigne, de Montesquieu, de Ber([uin, 



viraaSOOioanuserits. Ony remarquesur- de Dupaty, du peintre Horace Vernet ( le 
tout le nanoscrit in-folio, relié, delà tra- père); des conventionnels Ducos, Boyer, 
éstUm ftaaçaise de Tite^Live, fait par.Fonfrède, Gensonné, Grangeneuve ; du 
ftreaire, par ordre du roi Jean ; l'exera-publiciste Fonfrède ; des musiciens Rode, 
fbm à» Essais de Montaigne y imprimés Garât; de MM. Desèze, Laine, etc. 
kPirbdiez VÀngelier, avec des correc-| Bordeaux est, de toutes les villes de 
fiflesetdes notes de Montaigne, et le Pu- France, celle dont le mouvement, le ton, 
sltre oompîlatear des Jésuites. — Dans la magniGcence des édifices, l'élégance des 
le Bteloeal se trouvent le dépôt des an- 'équipages et le luxe des vêtements, rap- 
iiqMs, le eabtoet d'histoire naturelle et pellent le plus la capitale. 
robservalaire. | Le commerce de Bordeaux embrasse 

LesitiJtt, bStis de chaque côté des les produits du monde entier. On trouve 
(^niMOfieei. Ces deux édifices ont coûté encore dans la ville des raffineries de sucre, 
4,500,000 k. — V hôtel des Jfonnates,|des verreries, des manufactures de coton, 
nedoPalais-Galbeo, très vaste édifice, de tissage, de couvertures de coton et de 

Le posais Cai^n , restes d'un amphi- laine, de produits chimiques; des fabri- 
MHie bâti par les Romains. Il ne reste de ques de liqueurs et é'anisette renom- 



neni qu'une entrée principale et 
fsdqœs aread». 

La Manmfaehtre de poreelairies de 
IL i«ihstoo,»tiiée sur le quai de Bacalan. 
Gel étali&semefit est immense. 

L'Entrepôt réel, situé près des Char- 
Irsas sur le quai. 

Émnczs reugieux. — La cathédrale , 
^pMtée sens Tinvocation de saint André, 
pÉHOiiieDt gothique dont les flèches et la 
j^BOBt admirés des touristes. — L'cgli- 
Sainte-Croix, du X« ou XI» siècle, et 
jÉrii possède quelques bons tableaux. — 
péglme Saint'Seurin, dans laquelle on 
n en pèlerinage le jour de la Saint-Fort, 
Il 46 mai. — L'église Saint-Michel, re- 
' le par son style ogival. Dans ses 
soat rassemblés circulairement les 
desséchés d'un grand nombre 
i. On donne 50 c. ou 1 fr. au 
i- — L'égiise Saint-Paul, qui pos- 
noe statoe colossale de saint Fran- 
(Xavier, premier chef-d'œuvre de Cous- 
— L'église du Collège royal , qui 
^ ' le sarcophage de Michel Montai 
r lequel on lit une inscription dont 
esl diflBcile. — L'église Saint 



mée. 

A 12 kil. de Bordeaux, et dans la com- 
mune de Si'Selve, est la belle magnanerie 
de MM. André, Jean et Major Bronski, pro- 
duisant la plus belle soie de France. 

Bateaux a v.\peur. — Pour Blaye, 
Pauillac, Royan ; pour Àgen, par Ton- 
neins, Marmande, la Réole , Langon, 
Preignac et Cadillac : le trajet se fait en 
15 heures. — Paquebots de Bordeaux 
au Havre. — De Bordeaux à Mortagne 
(Girondej. — De Bordeaux à Nantes : 
trajet en 28 h. 

Chemin de fer de Bordeaux hla Tes- 
te: distance, 6myr. ; trajet, 1 h. 

Excursions. — \ la Brède, k 1 myr. 
2 kil., berceau de Montesquieu. C'est un 
pèlerinage que les Anglais font presque 
tous. — A la poudrerie royale de Saint- 
Médard, aux châteaux de Pujeard, Laf- 
fitte, sur les bords gracieux de la Giron- 
de ; à Roijan , pour les bains de mer. 

De Bordeaux à Royan, par la vapeur. 

On part de l'extrémité du quai Louis 

xvm. 

Nous cessons bientôt d'apercevoir les 



dbyGoogk 



112 



ROUTE 122. — DE PARIS A BORDEAUX. 



flèchesiégèresde Saint-André et les tours 
mutilées de Saint-Michel et de Peyber- 
lan. — Voici le village de Lormont, res- 
serré par la Garonne dans une étroite val- 
lée agréablement ombragée. Viennent en- 
suite Bassens, et un peu plus loin Saint- 
I/mis-de-Montferrand^ qui fournissent 
les vins employés à fortifier» en barriques, 
ceux de rEutre-deux-Mers. 

Macau, bourg populeux et riche, pos- 
sède d'excellents crûs, dont le plus estimé 
est le ChâteaU'Cantemerle^ qui appar- 
tient à M. le baron de Villeneuve, ainsi 
que celui de Sauves. Le fameux crû de 
ChâleaU'MargauXy qui fournit le moder- 
ne nectar des dieux, n'est séparé de Ma- 
cau que par les propriétés de M. le c^omte 
Lynch, situées dans Labardef et par la pe- 
tite commune de Tanetnac, dont les vins 
sont fort recherchés. Le port de Macau est 
le premier du Médoc et le plus actif après 
Pauillac. En quittant cette station, le ba- 
teau à vapeur double le Bec-d'Ambe%, et 
vous transporte à 

Bourg, petite ville fortanciennequi s*élè- 
ve en amphithéâtre sur un coteau à rentrée 
de la DonJogne, et qui présente un point de 
vue agréable. — Nous passons ensuite de- 
vant le fort appelé le Pâté, qui d'un côté 
défend le passage de la Gironde, avec le 



fort Uédoe, et de l'autre protège l'entrée 
du port de Blaye. Le fleuve, dans cet en« 
droit, n'a pas moins de 3,705 mètres de 
large. 

Blaye, {v, route 125). 

Pauillac, à i myr. 4 kil. N. de Bor- 
deaux, chef-lieu du dernier canton du haut 
Médoc. C'est une petite ville, la plus com- 
merçante de tout le Médoc, à cause de son 
port, dont la rade est regardée comme une 
des plus sûres. L'île de Pâtiras, dont le 
nom semble indiquer qu'il n'y fait pas bon 
vivre, est située devant ce port, où la lar- 
geur de la Gironde a 8 kil. 

RovAN (Charente-Inférieure). Hôtels: 
de la Croix-Blanche ; des Baigneurs ; de 
Bordeaux. — Cette petite ville, située k 
20 kil. de Roche fort, est très firéquentée 
pour les bains de mer. Les environs en 
sont charmants en été. Depuis Royan, ou 
découvre à 12 kil. de distance, lepAare 
appelé la tour de Cordouan, bâti sur un 
banc de rochers, au-dessus duquel il s'é- 
lève à la hauteur d'environ 75 mètres. On 
va visiter le Vieux-Soulac, yiWe anglaise 
ensevelie dans les sables, et dont on ne 
voit plus que la pointe du clocher ; le bois 
do J9e/mon/, sur le bord de la mer. Il y a 
une salle de spectacle à Royan, des res- 
taurateurs, etc. — Pop. S,200hab. 



ROUTE 122. 



DE PARIS A BORDEAUIL, 

(^t route) 

Par Orléans, Blois, Montrichard, la Haye-Descartes et 

Angoclême , 55 myr. ^ kil. 



De Paris à Blois (r. 


r. 112). 


17m.6k. 


Ciran. 


1 m. 3 k 


Les Montils. 




1 2 


La Haye-Descartes. 


1 8 


Pont-le-Vov. 




1 3 


Ingrandes. 


1 8 


Montrichard. 




8 


Poitiers (v. route 121), 


3 9 


Liège. 




1 5 


BoRDE.\ux (V. route 121). 


22 6 


Loches. 




1 5 







dbyGoogk 



BOinV 124. — DB BOBDEAUX A LYON* 

ROUTE 423. 
NS mOWan^AMJlL a AIJCHy 

ParC\sTBL-jALoux, 18 myr. 5 kllomèlres. 



113 



BeBflrieMiàBazw(ir.r. 139). 6 m. i k 
CwteUiiwx. 2 9 

22l ^ 3 

ùaàm. 2 2 

Girtcn-VenhizaD. 1 9 

AccH. 2 4 

CASTEWALOUX (Lot-cl-Garonne) , 
JJfc peôie TÎBe bien bâtie, propre et agrea- 
ff^ — CurimUét: les raines d*un an- 
■jJKeWew, coDsbroit par les seigneurs 
càmtL — Commerce : grains , miel, 
«*!». — Pop. Jî,«0<l hab. 

flnAG(LoMGaronne). — ITd^e/ du 



Tertre, renommé pour ses péUé$ en terrine 
de perdrix. — Nérac possède une sous-pré- 
fecture, tribunaux, chambre des manuCM> 
tures. — Curiosités : les antiques fortifi- 
cations, Y église paroissiale, de construc- 
tion moderne, de beUes halles, un château 
gothique ; la Garenne, promenade créée 
par Marguerite de Valois ; le monument 
élevé à la mémoire de Henri IV ; la fontai- 
ne S^ean , ombragée par deux ormes 
plantés par Henri IV et Marguerite de Va- 
lois. — Commerce : eaux-de-vie, vins, 
volailles troffées. — Pop. 7,200 hab. 
AUCH (v. route 149). 



ROUTE 124. 



DE BORDfiAIJX A liTOlV, 

ï^wPÉBiGcrox, Tulle, Clbrhont et Lyon, 54 myr. 7 kil. — 
Service de malle. 



«gcW. i 


lm.5k 


Uoorae. ^ 


1 6 


^^iléàzrû. < 


2 


■npoat. i 


[ 8 


i^. ; 


1 7 


Uli»»«fie. i 


l 7 


féâgma. 


1 8 


f«ni€«pm-d*Aubcrt)die. 1 


1 7 
l 1 


fernson. 


[ 5 


Mtes. 


1 9 


bfiorde. i 


i 8 


rMe. j 


l » 


^"q»4e-Bnch. i 


1 7 


lirtOQS. 


[ 5 


feîlfe. 


l 5 


teoos. 


i 

l 5 


Kj-aslic. 1 


l 3 



Rochefort. 


2m.5k. 


Clcrmont. 


2 9 


Pont-du-Château. 


1 4 


Lczoux. 


1 3 


Moutiers. 


1 5 


La Bergère. 


1 ' 4 


Noirctable. 


1 3 


Sainl-Thurin. 


i 2 


Boen. 


1 5 


Feurs. 


i 8 


SainUBarthélemy-4*Estra. 


i 


Sainte-Foi-l'Argentière. 


i 4 


Saint-Bel. 


i 7 


Salvagny. 


1 4 


Lyon. 


i 4 


Pour la description de toutes 
tés,t;of/eiàlatable. 


ces locali- 





dbyGoogk 



114 



BOUTE 136. — DE BORDEAUX A LESPABR^ 



ROUTE 125. 

DE BORDEAUX A ISAMTWm^ 

Par Saintes , Rochefort , la Rochelle et Bourbon-Vendéb 
54 myr. 7 kilomèlres. — Service de malle. 



CarboD-BIanc. 

Gubzac. 

Blaye. 

Gravier. 

Ëtauliers. 

Mirambeau. 

Saint-Geuis. 

Pons. 

La Jard. 

Saintes (t;. route 132). 

Saint-Porchaire. 

Saint-Hippolyt&<[e-Biard . 

Rochefort. 

Trois^îanons. 

La Rochelle. 

Grolaud. 

Marans. 

Moreilles. 

Luçon. 

MareuiL 

Bourbon-Vendée. 

Belleville. 

Montaigu. 

Aigrefeuille. 

Nantes (r. route 97). 



% 



.Ik. 

5 
4 
5 
7 
2 
1 
9 
2 
l 
3 
1 
7 
4 
9 
5 
7 


2 
3 
4 
3 
1 



L^ lr« partie de cette route traverse de ri- 



ches vignobles et une contrée riante jusqu'à 

BLAYE (Qironde) Blavia. ^ Hôtels: 
de rUniori ; de France; des Trois-Maf- 
chands. — Ancienne et forte ville sur Ji 
rive droite de la Gironde y à 3 myr. de Bor- 
deaux, avec sous-préfecture, tribunaux, 
portfréquenlé. — Curiotiitég : la citadelle, 
qui domine la ville, fortification moderne 
élevée sur un rocher, autour d'un gothique 
château flanqué de bastions et entouré de 
fossés ; on y voit Tappartement où fut d^ 
tenue madame la duchesse de Berry. Le 
port , le théâtre , une fontaine au milieu 
de la ville ; la belle promenade sur les gla- 
cis de la citadelle Commerce : exporta- 
tion de bons vins et d>aux-de>vie pour h 
Hollande et le nord de TEurope , [denrées 
diverses. — Pop. 4,S00 hab. 

PONS (Charente-Inférieure), petite ville 
qui possède trois églises et trois hôpitaux, 
un ancien château, l'énorme forteresse car- 
rée qui sert de prison, et une source d'eaux 
minérales . — Commerce : blé, vins, eaux- 
de-vie. — Pop. iJOO. hab. 

Pour la description des localités qui sui- 
vent, voir ï la table. 

N.VNTES (y. route 97). 



ROUTE 126. 
DE BORD1LA.U1L A liKSPARRC:, 

6 myr. 9 kilomètres. 



Labarde. 


2m.4k 


Pauillac(t). route 121). 


2 4 


Lesparre. 


2 1 



^ LESPARRE (Gironde), petite \'ille entre 
y Océan et la Gironde^ avec sous-prcfec- 



ture, tribunaux, société d'agriculture. Ce 
territoire produit des vins très estimés, 
d'excellents fruits et de forts bons légumes. 
— Commerce , grains, lin. — Pop. 4,500 
hab. 



dbyGoOgk 



BOUTE 129. — DE PABIS A LA BOGHELLB. 



11» 



DE 



ROUTE 127. 
«D£AIJ1L A MJL TESTS, 

55 kil. — Chemin de fer. 



PCSK. i 

SaisA-Médani. 

GuîdH. 

T6ktatto. 

VkxmOmL 

Tetderr. 

Gbeuéelfiu. 

Maretepine. 



Facture. 
Lamotibe. 
Ttkk. 



0m.6k. 




















CanUranne. 
Mestras. 
Gujan. 
Meyran. 
La Teste. 



Om.âk. 
â 
i 
i 
i 



LA TESTE (Gironde), petite ville située 
sur les bords S. de la pittoresque baie 
d*Arcachon, où elle possède un petit port 
de cabotoge, très animé, et un joli établis- 
sement de bains de mer, très fréquenté 
dans la belle saison. — Commerce : por- 
celaine, forges, pêche d'huîtres et de pois- 
sons très estimés ; et bons vins rouges. — 
Pop. 3,600 hab. 



ROUTE 128. 
BB BORBKAirK A TARBEfS» 

Pair YiLLENEiJTE DE Marsan et Madiran y 2\ myr. 5 kil. 



De Badeaox à Roquefort {v. 

iwÉê 159). 
ySBeunm de Harsan. 
Ahv. 
Haf^firas. 
Vlc-«a-BigOTpe. 
Tabecs. 



VIC-EN-BIGORRE Hautes-P\Ténées), 
10 m. 8 k. jolie petite villcdontles anciennes murailles 
et les ruines d'un château fort sont assez 
curieuses. — Commerce : vins, bestiaux. 
— Pop. S,700hQb. 

TAREES {v. roule 149). 



ROUTE 129. 
DE PARUS A IiA ROCnHEIiliS:^ 

Par CaouTBLLE, Niort et Mauze, 46 myr. A kiL 



De PansàCronteUe (v.r. 121). 53 m. 2 k. 
Losignan. 1 7 

La Vii1ediea-<iu->PeiTon. 1 i 

Samt-Maoeot. 1 5 

LaCcèche. 1 

ICoft 1 3 



Fontenay. 

Mauzé. 

Ferrières. 

Grolaud. 

La Rochelle. 



1m Ok. 



Digitized by VjOOQIC 



110 



BOCJTB 130. — DB PARIS A BOCHEFORT. 



SAINT-MAIXENT (Deux-Sèvres). — 
Hôtels : des Trois-Pigeons ; de TÉcu de 
France. — Ancienne ville sur la Sèvre- 
Niorlaisôy avec sous-préfecture, collège , 
dépôt royal d'étalons. C'est la plus impor- 
tante du département, après Pfiort, pour 
ses ressources et son conuncrce. — Curio- 
sités : le vieux château, ses promenades , 
ses \ieilles fortifications. Le séminaire, 
où l'on voit de beaux morceaux de sculp- 
ture, et deux églises, l'une sur l'autre. — 
Commerce :])\éf mules, chevaux, étoffes 
de laine. — Pop. 4,S00 kab. 

Avant d'arriver à SaitU-Maixent^ 
droite de la route, on voit le Puy-d'Én- 
fer, coteau d'où jaillit une nappe d'eau qui 
tonibe au milieu des rochers par une inîi' 
nité de cascades, 

Al myr. S.-E. deSt-Maixent, il fout 
visiter la Mçthe Sainte-Héraye^ bourg 
très ancien, avec un magnifique château 
flanqué de tourelles. — Pop. S.OOO 
kab. 

NIOUT (Deux-Sèvres) Niortum.— Hô- 
tels : de France et des Postes ; du 1 «aisin 
de Bourgogne ; du Grand -Cerf. — Chef- 
lieu du département des Deux-Sèvres, avec 
préfecture, tribunaux, collège royal, bi- 
bliothèque publique, académie, écolo do 
dessin, caserne de cavalerie, aûicnce des 
sciences et des arts, théâtre. — Curiosi- 
tés: les places publiques, l'église iVo/re- 
Dame, architecture gothique, et dont la flè- 
che a 90m. d'élévation ; l'horloge de l'IiGtel 
de ville, la rue Royale , le passage du Com- 
merce, la chambre où naquit madame de 
Maintenon, dans le vieux château qui sert 
de prison ; le nouvel hôtel de la préfecture ; 
la mntaine du Viviers, puits artésien dont 
les eaux jaillissent à 35 m, de leur source 
— Commerce : blé , farine , vins, lai- 



j 






nés ; angélique renommée ; fabrique 
gants, souliers, serge et chamoiseries. 
Niort est la patrie de madame de Mainte-! 
non. — Pop. 49,000 hab. 

LA ROCHELLE.— Hôtels: la Poste ; 
de France. — Chef-lieu du département 
de la Charente-Inférieure. Cette ville cal 
bâtie sur le bord de la mer, dans le fond 
d'une anse dont l'étendue est d'environ 
2,500 m. Le port peut contenir des navi* j 
rcs d'un plus fort tonnage. Le havre esl| 
renfermé dans la ville, et l'entrée en est 
défendue par les deux tours de la Chaîne 
et Sl~NicolaSj distantes entre elles de AO 
m., qui abritent les vaisseaux des vents 
impétueux de l'ouest. — Curiosités : les 
fortifications, d'après les plans de Vauben ; 
le pont en fer, les casernes , et Tarsenal, 
bâti eu 178i. La grande place ou place 
d'Armes, de S, 7 00 mètres carrés ; le mail 
avec l'établissement des bains de mer; 
l'iiôtel de ville, édifice du temps de Fran- 
çois I^r ; la Bourse et le palais de justice ; 
l'hOtel do la préfecture, un très bel abat- 
toir, bibliothèque publique, cabinet d'his- 
toire naturelle. La tour goUiiquc de Saint- 
Sauveur, qui a GG m. de hauteur, et du 
sommet de laquelle la vue s'étend sur les 
îles de Ré cl d'Oléron: l'arsenal et sur- 
tout la salle d'armes. La porte gothique 
de l'Horloge, dont l'architecture date du 
XVI« siècle. — Commerce considérable 
d'eau-de-vie, vins, esprits, bois, fer, sd, 
denrées coloniales, fromage, huile ; arme- 
ments pour les îles et pour la poche de la 
morue. 

La Rochelle est la patrie de Réaumur, 
Dillaud-Varennes , de l'amiral Duperré, 
etc. — Pop. 47,500 hab. 

Bateaux à vapeur, tous les jours pour 
l'i/e de Ré. 



ROUTE 150. 
DE PARIS A RIICSnBPORT, 

Par Croutelle et Niort, 46 myr. 2 kil. 

De Paris à Croutelle (v. iDe Croutelle à Mauzé (v. 

route 121). 53m.2k.| route 129). 



9m.2k. 



dbyGoogk 



BOUTE t31. — DE BOCHBPOBT A ANGOULÊME. 



117 



Varan. 

f(OCHCFOBT. 



Im.Sk. 
i 
1 6 



SIDÈRES (Ghamte-Inférieure). — 
Ma IbUet. ~ Bourg qui possède un 
tien ebttou , Tœonstroii sous Charles 
Tin : ï est de forme ovale, flanqué de pliv- 
MnVm ; Y église est remarquable par 
««ncfediercl par les figures grotesques 
qûttDe&tle portail. Les sept fontaines 
BÛKnb; Il belle halle pour les mar- 
di«ls,W«iit être visiices. — Com 
«»w : ehewDX et bétail. — Pop . ^,iO(> 

IWCHEFORT (Charente-Inférieure).— 
iKtefa.doGrand-Bacha; des Étrangers ; 
^bPttte;de la Uohelle; de la Co- 
JpBMi'Or.-- Rochcfort est situé sur la 
Oannte, à 1 m. 6 k. de la mer. Cette 
^ «si QBC des plus jolies villes de France ; 
« me efl srat larges, bien aérées et pâ- 
li* avec soin. Onelques-unes de ces rues 
Mplaotées de deux rangs d'accacias et 
«tiies; les maisons, régulièrement ali- 
^^ etconslmites avec goût et simplicité. 
**Ciino a(q; fe port militaire et celui du 
yifterce ; Ykôpital de la Marine, un 
Jjpte beau de l'Europe ; le cabinet 
jfPtoffg naiureUe , placé dans une des 
gb de IVfpilal; devant Thôpital se trou 
wmeoun ^UWori, promenade fort belle ; 
mJbgmin des rare», un des plus an- 
ips édifiées do Port. La mile alarmes 
pfc direction d'artillerie de marine; la 
IJjfeTc, Tasle bâtiment à un étage, do 
Mn. deloQgœur ; les moulins à lanii- 
fcr le pkoib , à broyer la peinture et à 



scier les gros bois ; Y atelier des boussoles, 
celui des machines, où plus de cent établis 
de tourneurs en bois et en métaux sont 
mis en mouvement par une machine k va- 
peur; V atelier de sculpture ^oe\u\ despe^ 
tits modèles, véritable musée naval, riche 
en objets de tous genres ; le bagne, le ma- 
gasin général^ la mâture, Vartifice, les 
forges et les nombreux chantiers de cons- 
truction ; la pompe à feu de la marine p 
qui sert à approvisionner d*cau les établis- 
sements de la marine ; le bassin d'irriga- 
tion alimenté par cotte pompe fournit à 
tous les quartiers de la ville une eau abon- 
dante et saine. U hôpital de^ pauvres en- 
tretenu par la ville, et qui contient pi^ de 
-100 enfants abandonnés ; Y église parois^ 
siiile, recoijslruilc en 1859 ; le collège^ 
situé au centre de la ville ; le jardin des 
plantes, qui renferme toutes les collec- 
tions de plantes et d'art)res qu*il est per- 
mis de naturaliser; \e jardin public, pro- 
menade channante de 450 m. de lon- 
j'ueur. 

Il existe à Rochcfort plusieurs biblio- 
thèques publiques : celle de l'école de mé- 
decine, qui se compose de plus de 12,000 
vol., est placée à l'hôpital maritime ; celle 
de la ville, qui en compte plus de 9,000, 
et celle de la marine, qui en réunit près de 
5,000. — Commerce, considéranle en 
vins, bois du Nord, grains, denrées colo- 
niales et piHhe de la morue. — Pop. 
it,000 hab. 

Bateaux à vapeur, tous les jours, 
pour Surgères et Saint -Jean -d'An- 
gely. 



ROUTE 151. 
DE umcwŒEOW^T A AMCsouiiÊnn:, 

40 myr. 9 kilomètres. 



pw^Torcnaire. 

N»(»-roote152). 
fePwitieau. 



m.ik. 
5 
4 
3 
A 



Jarnac. 

Uiersac. 

Angoulême. 



im.Sk. 
1 5 
1 A 



COGNAC (Charente) Conniacum. — 

Digitized by VjOOQIC 



118 



BOUTE 133. — DE SA1KTBS A BOCHBFORT. 



Hôtels : d'Orléans ; de France ; le Fai- 
san. — Petite ville sur la Charente, avec 
sous-préfecture, tribunaux. Elle est située 
très agréablement — Curiosités : les car 
ves, les distilleries d'eau-de-vic. De vas- 
tes magasins pour les eaux-de-vie, cons- 
truits, sur les bords de la Charente. Le châ- 
teau où naquit François l^r. La fontaine de 
la place d'Armes, le jardin public. Le bel 
établissement hydraulique.— Commerce : 
caiUL-de-vie excellentes. — Bateau à va-\ 



|pet/r tous les jours pour Saintes , corres- 
pondant avec celui qui va k Roche fort. — 
Pop, 4,S00 hab. 

JARNAC (Charente). — Fd^ei: du 
Chêne-Vert. — Bourg sur la CharenU, 
connu par la bataille donnée sous ses mors, 
en 1569. — Curiosités : un pont sii«- 
pendu t d'une construction élégante. — 
Commerce : eaux-de-vie. — Pop. 3,000 
hab. 

ANGOULÊME (v. route 121). 



ROUTE 132. 
DE IVIORT A nAEXTE»9 

7 myr. 



Villeneuve. 

SaintnJean-d'Ângély. 

Saintes. 



2m.6k 

1 8 

2 6 



SAINT- JEAN- D'ANGÉLY (Charente- 
Inférieure). — Hôtels : de France ; de No- 
tre-Dame ; du Faisan. — Ancienne ville 
sur la Boutonne, avec sous-pjréfecture, 
tribunaux, collège. — Curiosités : les bâ- 
timents de l'ancienne abbaye, transformés 
en séminaire ; la halle, le Vauxball, le dé- 
pCt d'étalons, le théâtre, les bains publics, 
la bibliothèque. — Commerce : eau-de- 
vie dite de Cognac. — Pop. 6,300 
hab. 

SAINTES (Charente-Inférieure). — Hô- 
tels : du Bateau-à-Vapeur, sur le quai ; de 



la Couronne; des Messageries. — Ville 
très ancienne, au pied d'une éminencesttr 
la gauche de la Charente , avec sous-pré- 
fecture, collège, tribunaux, pépinière, ca- 
binet d'histoire naturelle, etc. — Curiosi- 
tés : l'église St-Eutrope, d'une haute an- 
tiquité ; le clocher est du XV« siècle, com- 
me celui de St-Pierre. La cathédrale, 
édifice curieux ; les arènes, en ruines , i 
quelque distance de StrEutrope ; le nou- 
veau pont suspendu ; la bibliothèque pu- 
blique, qui possède une bible, don de r é- 
nélon et annotée par lui. Dans le jardin de 
la sous-préfecture sont conservées les cu- 
riosités archéologiques trouvées ë Saintes. 
— Commerce : vins, esprits, grains, bes- 
tiaux, etc. — Pop. H, 400 hab. 



ROUTE 133. 
DE SAOnrC» A ROCHKEFORT, 

Par le bateau à vapeur j 5 k 4 kil. 



On part de Saintes suivant l'heure de 
la marée. Le voyage de Saintes à Roche- 
fort est fort agréable. Les sites sont variés : 
tantôt la rivière coule au milieu d'immen- 
ses prairies ; d'autres fois elle est émaillée 
\w de verdoyantes collines boisées et bor- 



dées de villes et de villages. Le pont su»' 
pendu de Charente ; les ruines du château 
de Taillebourg, dont il reste une belle ter- 
rasse dominant le fleuve et une tour en 
ruines. On arrive dans la matinée à Rû- 

CIIEFORT. 



dbyGoogk 



BOUTE 136. — DE POITIERS A CHATEAUBOUX 

ROUTE 154. 

4 myr. 5 kilomètres. 



119 



UBflckteaakl. 



(r.r. 149). 



2m.lk. 





9 




5 




6 




6 




6 



U ROCHEFOUCAULD (Charente), 
P«tte v3e stoée sur la Tardoire ; patne 
^ niÉaB- ds Maximes. — Curiosités: 
^ c*«feaB, d'un aspect très pittoresque , 
o^^^Mœe mélangés de sarrazin et de go- 
ïteïK; fe pont^ bel ouvrage , très ancien. 
— f^. 5,000 hab. \ 

Œ^fiAXAIS (Charente), vieille et pe- 
tite vSeda» un site charmant, sur laj 



Vienne. — Curiosités : le pont, qui offre 
une vue pittoresque ; les ruines d'un vieux 
château, une tour antique. — Commer- 
ce : bestiaux, grains, haricots, châtaignes. 
— Pop. 2,000 hab. 

SAINT-JUNIEN (Haute-Vienne). — Hô- 
tels : de la Poste ; du Commerce, — Pe- 
tite ville sur la Vienne, Elle fabrique des 
gants, des serges, et possède une assez jo- 
lie promenade, A l'une des extrémités du 
'pont , se trouve une chapelle dédiée à la 
Vierge, visitée par de nombreux pèlerins 
le 15 août ; régiise paroissiale est un beau 
I monument des XIi« et X11I« siècles. —Pop. 
6,000 hab. 
I Limoges (v. route 149). 



ROUTE 135. 
D'AlirOOlJIiÊinUE A PÉRIGlJIIinLy 

8 myr. 4 kilomètres. 



Wp«. 


Im.Tk 


^màt-Btmeoaii. 


1 3 


«WoB. 


9 


fe"- 


2 
1 2 


••ÉwaxL-x (ff. route 149). 


1 3 



BOCBE-BEAUCOURT (Dordogne), 
Iwag. — Cmiosités: forges, fonderie de 



canons, mine de fer. -^ Pop. 4,400 
hab. 

BRANTOME (Dordogne) , jolie ville 
dans une contrée charmante. — Curiosi- 
tés : sur une colline, ancienne abbaye de 
Bénédictins, fondée par Charlemagne en 
769. —Pop. 3,000 hab. 

PÉRIGUEUX (v. route 149). 



ROUTE 136. 
DE P01T1E»S A CHATEAIJROUX, 

-H myr. 7 kilomètres. 

LE BLANC (Indre). — Hôtel : le Lar- 
ge. — Ville sur la Creuse^ avec sous-pré- 
fecture et tribunaux. Elle est dans une po- 
sition pittoresque , au milieu d'une con- 
trée couverte de bois. — Pop. 6,400 
hab. 



OwiTigny. 






2m 


.4 


SBDtrSavin. 






1 


7 


Blanc 






1 


7 


Oiitïav. 






2 


4 


Utfaieis. 






2 





CHATEAi-ROVX (9. 


roote 


149). 


1 


5 



dbyGoogk 



120 



BOUTE 139. — DE PABIS A BAYONNE. 

ROUTE 157. 
DE POITIERS A lilHOCSi:», 

44 myr. 8 kilomètres. 



Fleuré. 

Lussaoles-Chftteaux. 

Bussière-Poitevine. 



Bellac. 

Conore. 

Limoges (v. route 149). 



2 m. Ok 
2 O 
2 O 



ROUTE 138. 



DE POITIERS A nfAUTTES, 

Par MoRTAGNE, 47 myr. 8 kilomètres. 



Ayron. 


2m 


.5k 


Parthenay. 


2 


5 


Bressuire. 


3 


1 


Chatilloit«ur-Sèvre. 


2 


2 


Mortagne(i;. route 112) 




8 


Torfou. 




3 


Clisson. 




i 


Tournebride. 




5 


Nantes. 




3 



PARTHENAY (Deux-Sèvres) , petite 
ville sur la rive droite du Thouet, dans 
une contrée entrecoupée de montagnes, de 



vallons, d'étangs et de forôts. Elle conser- 
ve en('X)rc des fragments d'antiquités. — 
Curiosités : les restes d*un château fort, 
théâtre, bains publics, la porte St-Jacque»^ 
et l'église de St-Jean^ qui date duIX« siè- 
cle. — Commerce .blé, laines, cuirs, bes- 
tiaux. — Pop. 6,000 hab. 

BRESSUIRE (Deux-Sèvres), petite ville 
sur une colline Inignée par VÀrgenton. 
— Curiosités : V église , dont la tour est 
remarquable par son ancienneté. — Pop. 
ty700hah, 

Nantes (v. route 97). 



ROUTE 139. 
DE PARIS A RAYOUnVE, 

Par Bordeaux, Bazas et Mont-de-Marsan , 78 myr. 7 kil. — 
Malle-poste depuis Tours. 

DeParisàBordeauz(«.r.l21). 56mOk. 

Bouscaut. 

Castres. 

Geron. 

Langon. 

Bazas. 

Captieux. 

Traverse. 

Roquefort. 

Caloy. 



56mOk. 
1 1 
1 2 
1 1 
1 2 
1 5 
1 7 
1 5 
1 5 
1 2 


Mont-de-Marsan. 

Campagne. 

TarUs. 

Pontonx. 

Saint-Paul-les-Dax. 

Saint-Geours. 

Cantons. 

Bayonne. 


Im.Ok 
l 5 
1 4 
1 1 
1 2 
1 5 
1 5 
1 9 


CASTRES (Gironde), gros 


boorg qui 




Digitizedby Google 





BOUTS 139. 



DB PARIS A BAYONNE. 



121 



fosaèàt des Êtbiiques de toile, de bine, 
éepoBx bhoches, colle forte. — Pop. 
4,000 hab. 

CAvaiAC (Gîfoode) , petite \\\\e sur la 
me ànk\t de It Garonne , ï S myr. de 
Colra- — Od y voit le château bâti par 
le éoc dXperaoo. — Pop. %,1ùO hab. 

USGW (GlfOode). — Hôtels : de 
rCoferar; de la Poste. — PeUta ville 
sv k Garonne, que Ton traverse pour 
eMo^ asoAe sa rive droite. — Com- 
ment : fwxrée^-ie, vins de Grave. — 
P9p.Âj^ê0hab. 

RàZAS (Gironde). — Hôtels : le Cbe- 
Til-8faBc; la Corne-Verte; le Bon-Pas- 
tav. — \3ie très ancienne , bâtie sur un 
rotàer, avec soDS-préfecture , tribunaux, 
tê a uuk f. — ' Curiosités: les anciennes 
iDrttfatiaBts , l'ancienne cathédrale golhi- 
qae.^Pop.â,900hab. 

yiLL45BiL\rT (Gironde), bourg sur le 
Ciron, i I rayr. â kil. N.-O. de Bavis. 
— Citricaiés : le magnifique château 
fais par le pape Uément Y. >-Pop. 800 



CAPTIEUX (Gironde) , joli bourg situé 
m Bifien de landes immenses qui font 
ics»&r son agréable situation. — Pop. 
4,S00kab. 

«OVr- DE -MARSAN (Landes). — 
Eétd des Ambassadeurs. — Chef-lieu du 
dppartcsent des Landes, avec préfecture , 
tiiman, collège, théâtre, bains, eaux 
oraâales qni ont de la réputation. — 
Cmiantés : la préfecture , le palais de la 
CMT d*aâ£Î9es, les prisons, la salle de spec- 
tack;kpQfi; le pont ; la halle; les casernes; 
les foBlaines; les promenades; et surtout 
la Pèpimàre, promenade fraîche et variée 
— Commerce : entrepôt de Bayonne 
pour les \ws et eaux-de-vie , fabriques de 
draps, coarertares. — Pop. 5,000 hab. 

A 1 myr. 6 kil. se trouve 

S.U5T-SETER. — Hôtel la Passade, — 
Petite ville avec sous-préfecture , un tri 
banal , coll^. — Curiosités : les restes 
de ses fortifications ; Téglise paroissiale ; le 
tooibeao da brave général Lamarque ; les 
débris d'un palais romain appelé Castrum 
Cœsariê. — Commerce: grains, vins, 
eans-de-vie. — Pop. 5J00 hab. 



ronne ; Saint-Etienne. — Ville bien bâtie, 
rentrepôt des départements voisins. — 
Curiosités : le musée ; le nouveau pont. 
Commerce : seigle , verrerie , froment , 
vins, eaux-de-vie, planches, gibier de 
toute espèce, jambons excellents, fruits. — 
Pop, 5,400 hab. 

SAINT-PAUL-LES-DAX (Landes), vil- 
lage de 2,500 hab. — Curiosités : l'é- 
glise paroissiale, construite au XV^ siècle, 
édifice très remarquable. 

Sur la rive opposée du fleuve se trouve 

Dax (Landes). — Hôtels : Saint-Etien- 
ne; de France; de la Couronne. — Ville 
avec sous-préfecture, tribunaux, collège, 
cabinet minéralogique. — Curiosités : les 
murailles, de construction romaine; le 
château fort , l'hôtel de la sous-préfecture; 
la fontaine d'eau chaude , au milieu de la 
ville; la catiiédrale, l'hospice civil. — 
Commerce : grains, vins, jambons dits de 
Bayonne. — Pop. 6,000 hab. 

Les Bagnots, établissement thermal à 
iOO pas de la ville. On y trouve des ap- 
partements commodes et élégants. 

A 6 kil. de Dax se trouvent les 

Bains de Tercis sur l'Adour, établisse- 
ment thermal d'une grande réputation et 
très fréquenté. Les eaux de cet établisse- 
ment sont très salutaires pour les douleurs 
rhumatismales. 

Les landes que nous avons traversées 
ont environ 20 myr. de long sur 4 de 
large. 

B AYONNE(Basses-Pyrénées)Ba«onna . 
— Hôtels : Saint-Elienne ; du Commerce; 
du Grand d'Espagne. — Cette ville, au 
confluent de VAdour et de la Nive , est 
partagée en deux parties par ces rivières. 
— Elle possède seus-préfecture, tribunaux, 
évêché, séminaire. — CttrîO«7c«.- la ci- 
tadelle , ouvrage de Vauban ; les rues, avec 
arcades ; la place de Grammont et 
les édifices qui la décorent; le port, 
Itî flux et reflux des rivières ; les Al- 
lées-Marines et la vue dont on y jouit; les 
travaux de la barre , au Boucaud ; la ca- 
thédrale, édifice de mince apparence à l'ex- 
térieur, mais dont l'intérieur offre une 



belle église élevée dans le style gotliique 

[ogival du Xllle siècle; les Cloîtres qui se 

TABTAS (Lande») . — Hôtels : la Cou- 1 trouvent derrière, dans le style fleuri, sont 

Digitized by VjOOQIC 



Ï22 



ROUTE 140. — DE BAYONNB A IRUX. 



pcutrSlre les plus vastes qai existent en 
France; la nouvelle place d'Armes, sur 
laquelle se trouve la salle de spectacle , à 
laquelle sont jointes la douane et la mairie. 
— Commerce : entrepôt et commission 
avec Y Espagne , le Nord et les colonies , 
en vins , eaux-de-vie , affaires de banque , 
pêche de la morue, laine ù' Espagne, bois 
de sapin, soieries, jambons estimés. — 
Pop. 18,200 hab. 

Malle-Poste de Bayonne à Madrid , 
partant tous les jours. (S'adresser pour tous 
renseignements sur l'Espagne , à M. DÉ- 
TROYAT, à l'hôtel Saint-Etienne , et à 
M. Vincent - DÉTROYAT , directeur des 
malles postes d'Espagne). 

Diligences pour Madrid, en 60 h.; 
départ tous les jours , malin. — Diligen- 
ces pour Tolosa et Saint-Sébastien, tous 
les jours. — Diligences tous les jours 
pour Cambo , Saint^ean-de-Lu% , Bia- 
rit%. Saint- Jean-pied-de-Port, Saint- 
Palais. 

Les passeports pour l'Espagne doivent 
être visés par le consul espagnol et par le 
sous-préfet : on paie 5 fr. pour le premier 
visa ; rien pour le second. — Pour un Es- 
pagnol , le visa du consul ne coûte que 2 fr. 

Excursions. — A la Grotte de Bia- 



rit%, autrefois fort curieuse, mais dont 
rentrée est presque entièrement obstruée 
par les sables. 

BiARiTZ, à i kil. de Bayonne, char- 
mante petite localité avec des bains dm 
mer très fréquentés. — Hôtels : Dumont; 
Monho. — Pendant la belle saison, des 
omnibus conduisent de Bayonne à Biaritx 
en 35 minutes; h poste, éù 20 minutes. 
— Route délicieuse à pied. 

Le point le plus favorable pour voir les 
brisants est la Roche-Percée ou Tr<m^ 
Madame. — On doit visiter, non loin du 
rivage de la mer, la chambre d'Amour. 

C\MBO, à kil. de Bayonne, mérite 
d'être visité. — Hôtel de M. Muthelet, 
renommé pour sa bonne cuisine. — Les 
eawc de Cambo, situées, comme Biajritz, 
dans un pays pittoresque où s'offrent au 
regard du peintre de beaux points de 
vue. Les eaux de Cambo ont de l'efficacité 
dans les fiè\TCs intermittentes, les pftles 
couleurs. Elles sont apéritives et très for- 
tifiantes et se prennent en bains et en 
boisson. — Jolis logements à louer chez 
MM. Fagald, propriétaire des bains. — On 
construit à Cambo une citadelle pour pro- 
téger la nouvelle route qui passe per 
Panipclune. 



ROUTE 140. 
DE B ATOnrUTS A IRIJIV (Espagne) 9 

5 mvr. 4 kilomètres. 



ï^idaH. 

Saint-Jean-de-Luz- 
Urrugno. 
Intx (Espagne). 



Im.ik. 
9 
5 
9 



On laisse h gauche le château de Mar-- 
rac, qu'on a dû visiter si l'on a séjourne à 
Bayonne ; on arrive bienl«U sur une hau- 
teur d'où l'on aperçoit rOcéan ; spectacle 
magniGque ! 

SAINT-JEAN-DE-LUZ ( Basses - Pyré- 



nées). — Hôtels : de la Poste; Saini- 
Etienne; de la Porte-d*Espagne. — Cette 
petite ville est située sur la Nivelle, qui la 
divise en deux parties : Saint-Jeanrde-Luuk 
et Sibourre. — Elle est très commerçante 
et généralement propre et bien bâtie. Son 
port peut recevoir les plus gros navires. — 
Pop. i.OOO hab. 

IRUN (r. Guide du voyageur en Es- 
pagne). 



dbyGoOgk 



BOVTB 143. *— DE PARIS A PAU. 

ROUTE 141. 
DE BATOIVUri: A PAU, 

Par Orthbz, 40 myr. 5 kil. 



123 



Kaids. 



1m 


.7k 


2 





1 


6 


1 


2 


â 





2 






Ortkz 
Aitii. 
PAC 4r. note 143.) 



PETREEORADE (Landes) , petite ville 
foi p M rtdf on ancien diflteau, flanqué de 
gnnes tows ; carrîèfes de pierres de taille. 
-- P^, È,700 hab. 



Rien de plus joli que les habitations de 
Peyrehorade et de Puyoo : on se croit 
en Suisse ; on a la \iie des Pyrénées. 

ORTHEZ masse^^Pyrénées) Orthuium . 
— Petite ville assez triste, sur le Gave do 
Pau; elle a sous-préfecture, tribunal, col- 
lège. — Curiosités : ruines du château de 
Moncade, — Commerce : jambons, plu- 
mes d'oie. — Pop. S, 700 hab. 

PAU («. route 143). 



ROUTE 142. 



DE SaST-DE-niABSAlV A OIiORO]¥, 

9 myr. 9 kilomèires. 



Sârtr-Sever (p. route 139). 

tjfûttt'v. roate 141) 

Sus. 

Olûms. 



1 m. 7 k. Ville située pittoresquement sur une haii- 
1 8 teur que baigne le Gave d'Oloron. ~ 

1 9 Elle a sous-préfecture , tribunal , etc. — 

2 % Curiosités: le haut pont de pierre sur 
2 VOloron. — Commerce : manufactures 

de mouchoirs, bérets, etc., laines du pavs 
OLORON (Basses-Pyrénées). — Bétels: et de l'Espagne, excellenU jambons, si- 



CoàdesK; de la Poste; des Voyageurs. — liaisons. — Pop. 6,600 hab. 



ROUTE 145. 



DE PABM A PAU , 

Par Poitiers et Bordeaux , 75 myr. 7 kil. 



DeParisàBorde9ax(v.r.l21). 56m. ik. 
De Bacdeam à Roquefort {v. 

nayt 139), 10 8 

TîlIraeave-de-Marsan. 1 G 

Aire. 2 2 

Gartin. 1 7 

Anriae. 1 2 

Pal. 2 1 

TILLENEUVE-DE-MARSAN (Landes), 



assez jolie ville, commerçante et bien peu- 
plée. — Commerce : grains, vins, eaux- 
de-vie. — Pop. 4,700 hab, 

AIBE (Landes) , ville très ancienne, au 
bas d'un coteau dominé par le Mas-d'Âire, 
avec évôché, érigé dans le VI» siècle; sé- 
minaire, collège. — Pop. 4,700 hab, 

PAU ( Basses-Pyrénées ) Palum. — 
Hôtels: de France; de TEurope; de la 
Poste; de la Dorade. — Jolie ville, jadis 



dbyGoogk 



124 



BOUTE 145. — DE PAU AUX BAUX-CHAUDES. 



capitale du Béarn , aujourd'hui chef-lieu 
du départementdes Basses-Pyrénées, avec 
préfecture , tribunaux , académie , collège 
royal , dépôt royal d'étalons , bibliothèque 
publique, école normale , école de dessin , 
société d'agriculture, théâtre. — Curio- 
sités : le pont sur le Gave de Pau ; la 
place Royale, ornée de la statue de 
Henri IV, en marbre blanc, par Raggi; le 
château où naquit ce prince. On y voit en- 
core l'écaillé de tortue qui lui servit de 
berceau. Les appartements ainsi que la 
chapelle de ce château ont été réparés et 
en partie remeublés avec les anciens 
meubles (on travaille encore à sa restau 
ration). L'église Saint-Aiartin, dans laquelle 
Jeanne d'Albret, mère de Henri IV, fit sa 
première communion ; le collège, dans un 
ancien couvent fondé par Henri IV; la 
mairie , où se trouve une belle collection 
des marbres des Pyrénées , et un beau ta- 
bleau de Dévéria ; la préfecture, où sont les 
curieuses archives du Béam; le musée 
principalement consacré à l'histoire natu- 



relle des Pyrénées ; la carrière d*albéUre ; 
les promenades , surtout le parc magnifia 
que où Henri IV prenait le plaisir de U 
chasse ; la maison où naquit Bernadotte » 
rue de Tran, n» 6. — Commerce : vins 
de Jurançon, jambons de Bayonne, cuisses 
d'oies, volailles, marrons renommés, mou- 
choirs de Bcarn, etc. — Pop. 46,500 hab. 

Excursions. — A Gélos , pour visiter 
son château et son haras ; sur le coteau de 
Jurançon. 

A Morlaas, ^ 1 myr. de Pau, était au- 
trefois la capitale du Béam. Sous les Ro- 
mains, on y battait monnaie; TégUse 
Sainte -Foix est fort belle. — Com- 
merce : bons vins. — Pop. 4,900 
hab. 

Au château de Jurançon, magnifique 
point de vue. Dans la vallée de Nay, on 
visite Beiharam et son église. La grotte 
de Ixstelle, k Nay, maison carrée, énigme 
de pierre que personne n'a pu de\iner en- 
core. 



ROUTE 144. 
DE PAU AUX fiAISIL-BOSnVKS , 

4 myr. 4 kilomètres. 



Louvie. 
Eaux-Bonnes. 



2m.7k. 
1 7 



EAUX-BONNES, village très fréquenté 
pendant la belle saison, se compose de vingt 
maisons environ , tant grandes que petites, 
et assez pittoresquement situées à l'extré- 
mité d'un très petit vallon dont la longueur 
est de cinq à six cents pas, et qui en a à peine 



cent cinquante dans sa plus grande laigeur. 
— HôteJs : de France; de la Poste; des 
Quatre-Nations ; de l'Europe, etc., etc. — 
Les sources sont au nombre de quatre ; 
elles se prennent en bains et en boisson, 
et elles sont eificacos dans une grande 
quantité de maladies (consulter pour plus 
amples renseignements, le Guidé aux Py^ 
rénées de Richard et Quétin). 



ROUTE 145. 
HE PAU AUX EAIJ3IL-€»AUl»i», 

4 myr. 4 kilomètres. 



Louvie. 
Eaux- Chaudes. 



2 m. 7 k. j EAIJX- CHAUDES est situé dans une 
1 7 I gorge de la vallée d'Ossau, à 4 kil. de 



dbyGoogk 



BOI]TB H8. — DE PAU A CAMPFRANC 



125 



lannu, cToù Ton arrive par une très 
fcdle raote percée à travers les montagnes. 
Le G«ve , qui coale au fond de rétroite 
v»Qée, s*ai^Ie le Gobas; celui des 
Bonnet se nomme le Vakntin. L'éta- 



blissement des Eaux-Chaudes offre nn 
séjour assez triste et il est moins fréquenté 
que celui des Eaux-Bonnes (consulter le 
Guide aux Pyrénées). 



ROUTE 146. 
DE PAC A BAeiïÉRES-DE-BieORRi: , 

Par Lourdes , 6 myr. -1 kiL 

restes de fortifications romaines ; le château 
sur un roc, dont l'accès est difficile ; les 
Grottes, les sites enchanteurs et variés de 
la vallée ; aux environs , belles carrières 
LOCBDES (Hautes-Pyrénées). — Hô- de marbre. — Commerce : fabriques de 
<e& : de la Poste ; Laffitte. — Petite ville lins, mouchoirs. — Pop. A^SQO hab. 
r le Gare de Pau. — Curiosités : des 



Lestefie. 


2m.4k 


Loffdes. 


1 6 




2 -1 



ROUTE 147. 


DE PAU A BARÉQES, 


Par PoNTACQ, 7 myr. 6 kil. 


Ls BflvdesHl'Expoev. 1 m. 6 k. 
Pmtitq. i 1 
Landes. 1 i 


Pierrefitte. 

Luz. 

Baréges. 


ROUTI 


E 148. 



lm.9k. 

1 2 
7 



DE PAU A CAJHPFRAUrC , 

-H myr. 5 kil. — Relais étranger. 



MalsoolaCoste-Belair. 


lm.7k 


01aroo(ff. roule li2). 


1 6 


B«kQS. 


2 A 


Urdos. 


i 7 


Paîflette. 


1 i 


Cajipfraxc (Espagne). 


2 8 



BED0U8 (Bass€&.Pyrénées), village si- 
tué dans une belle vallée ornée de paysages 



agréables. 11 possède une source d'eau mi- 
nérale et une mine de cuivre. — Pop. 
4,S00 hab. 

Excursion. — De Pau à la vallée 
d'Ossau. — Cette vallée est riche en sites 
charmants et variés , en vertes prairies et 
en délicieux coteaux couverts de vignes 
qui produisent un vin renomme. 



dbyGoOgk 



126 BOUTE 149. — DE PARIS A TABBBS. 

ROUTE 149. 
DE PARIS A TARBfifi, 

Par Limoges, Périgdeux, Auch et Agen , 75 myr 6 kil. — Route 
de poste. — Chemin de fer jusq%^à Châteauroux. 



DeParisàOrléans(t;.r.121). lim.9k. 

Ferté-Saint-Aubiu. 2 1 

Gyons. i 2 

Nouan-le-FuIesier. i 1 

Salbrïs. 1 2 

La Loge. G 9 

Vierzon. i 4 

Massay. \ 

Vatan. \ 6 

La Maison-Neuve. 1 i 

Châteauroux. 1 6 

Lothiers. \ 5 

Argentou. 1 4 

Faye. 1 6 

La Souterraine. 2 5 

Morterolles. i c 

Chanieloube. i 2 

La Maison-Rouge. 1 5 

Limoges. i i 



Service de malle. 



Aixe. 

Ghalus. 

La Coquille. 

Thiviers. 

Palissous. 

Périgueux. 

Rossignol. 

Saint-Mamest. 

Bergerac. 

Castillonès. 

Cancoo. 

VilIeneuve-sur-Lol. 

La Croix-Blanche. 

Agen. 

Astaffort. 

Let'toure. 

Monleslruc. 

Auch. 

Vicnau. 

Mirande. 

Miélan. 

Kabastens. 

Tardes. 



Bordes-d'Expoey. 
Pau. 



Communicatwn. 



2m.3k. 
1 6 



On peut maintenant prendre le chemin 
de /er jusqu'à Châteauroux. 

De Paris à Orléans (v. r. 98}. 12m. 2 k. 

La Fertc-Sainl-Aubin. 2 l 

LaMotte-Beuvron. 1 5 

Nouant-le-Fuselier. 7 

Salbris. i 2 

Heillay. 1 2 

Vierzon. 1 1 

Issoudun. 5 

Châteauroux. 3 

VIERZON (Cher). — Hôtels: des 

Messageries ; de la Croix-Blanche. — An- 
cienne ville agréablement située sur le 
Cher, — Curiosités: la cathédrale , Tune 
des plus belles de cette partie de la France. 
— Commerce: laines, moutons, vins, 
fer, fabriques de draps , sei|[es. — Pop. 
7,000 hab. 

Al kil. 1/2, sur les bords du canal du 
Berry, se trouve le village de Vorges, 
avec de vastes hauts-fourneaux. 

CHATEAUROLTC (Indre) CastrumR^ 
dul/i. ~ Hôtels : la Poste (Sainte-Ca- 
therine) ; de France ; du Dauphin ; de la 
Promenade. — C'est le chef-Jiea du dé- 
partement. — Curiosités : le vieux châ- 
teau Raoul, qui lui a donné son nom ; les 
Cordeliers, grand bâtiment occupé par des 
prisonniers et des gendarmes; l'église 
Saint-Martin qui renferme le toml)eau de 
Clémence de Maillé, princesse de Condé et 
nièce de Richelieu ; l'église Saint-Landry; 
l'hôtel de la préfecture , près du cliâteau , 
d'où l'on jouit d'une vue magnifique ; le 
théâtre; l'hôtel de ville, ou se trouvent 
réunis la mairie , le palais de justice et la 
bibliothèque publique. Le jardin publie 



dbyGoOgk 



«OCTE 149» -^ DE PARIS A TABBB?. 



127 



et les proowiMdes qui entourent la ville 
oériteot d'être visités. — Ghiteauroox 
ot Jaû d'être jolie ; ses rues sont tortueu- 
ses, Bttl pavées , mal bâUes , et eu hiver, 
ptebies de booe. — Commerce : febri- 
(pKs de drap, filatures de laine , tanneries 
et eomieries. — Pop, 44,600 kab. 

ABfiE:!îTON (Indre). Cette ville est 
tïtWBée par la Creuse. — Curioiités : 
le poDt de pierre de taille ; les ruines du 
eiÂe» èrt attribué à Pépin; le cirque 
ttliqiK; les eoteaux qui ceignent la ville 
- fop. 4,600 hab, 

LIMOGES (Haute-Vienne). — HâteU : 
laBwWOr; de Richelieu; du Périgord; 
^bPrraaide; du Commerce. — C'était 
rttâsBe âiHtale des LemoviceSy et plus 
^ésk jmince du Limousin , aujour- 
dluD cb^ieu du département de la Hau- 
fe-r«aae, avec cour royale, académie, 
éfêdié, tribunaux , chambre consultative 
da oaou&ctnres , société d'agriculture, 
«iene«sei arts , collège royal , école pré* 
pntoire de médecine , maison centrale de 
^totiw, etc. — Cette ville est située 
av le peodtant d'une colline , sur la rive 
^fMte de la Vienne. Elle possède sur cette 
B^nëe traà ponts , dont deux fort anciens 
<*^M e OMistniction assez bizarre , et un 
"oreaD, biti depuis 1830 , d'une archi- 
Mire bardie et imposante. Ses maisons 
•■t bâties en pierre jusqu'à la hauteur du 
*^-<le-chaaa»e , et le reste en bois ; ce 
•^ doBoe à Tanciennc ville surtout un as- 
fÇ^assez désagréable. Cependant quelques 
fKveaoi qiBrtiefs ne le cèdent en rien 
fir leor âégance aux belles villes de l'in- 
j^ear. — CuriontéM : la cathédrale , dé- 
•«e i saiot Etienne , bel édifice gothique 
•■• acbevé, qui date de la fin du Xlll« 
^de. On y remarque le jubé , de beaux 
^*^ X, et un maftre-autel en mari)re noir; 
bel édifice construit au XY11I« 
è, et orné de beaux jardins descendant 
l^lpiûthéltrepresque jusqu'à hi Vienne; 
5 Saint-Mtchel-des-Lions , remar- 
' par la légèreté de sa voûte et de 
Ipfliers; l'hôtel de ville, ancien couvent 
é; l'hôpital; la maison centrale; la 
sre; le collège royal; l'ancienne 
'loyale; le nouveau théâtre; lesca- 
^Bnes. et te nouveau palais de justice, 



Ultis depuis 18^0; ses promenades; \o 
C hamp-de- Juillet ; la place d'Orsay; la 
fontaine d'Aigoulènc (aqua lents) ^ remar- 
quable par U grande quantité d eau qu'elle 
fournil; bibliothèque publique. — Com- 
merce : de belles manuTactures de porce- 
laine; fabriques de draps, droguet , flanel- 
les, mérinos; une fonderie, de belles pape- 
teries. Il s'y fait un commerce considérable 
en chevaux , dont la race est très estiujt>e 
pour La cavalerie. — Pop. 38,200 hab. 
Limoge» a vu naître d'Aguesseau , Ver- 
gniaud , le maréchal Jourdan , Dupuytreii, 
le docteur Cruvelhier. 

Excursions. — Isle, à 5 kil. de Li- 
moges , possède de belles papeteries . 

BoissELiL, à 8 kil. S.-È. de Limoges^ 
village situé au milieu de montagnes sur 
l'une desquelles on remarque les magnifi- 
ques ruines du château de Chalussel , les 
plus curieuses et les plus considérables du 
département. 

SoLiGNAC, 8 kil. S. -S.-E. de Limoges, 
petite ville qui doit son origine à une ab- 
baye de bénédictins , fondée dans le Vile 
siècle par saint Ëloi , ministre du roi Da- 
gobert. L'église de ce monastère est très 
curieuse; elle date du règne de Louis- 
le-Débonnaire. — Pop. 9,800 hab. 

A1XE (Haut^Vienne) , petite ville pos- 
sédant un ancien château qui fut habité par 
Henri-le-Vieux , roi d'Angleterre, et par 
Jeanne d'Albret ; quelques vestiges d'anti- 
quités romaines. — Pop. 9,800 hab. 

CHALUS (Haute-Vienne), petite ville 
dans une position pittoresque. — Curio- 
sités : les ruines du château Chabrol. — 
Pop. %,iOO hab. 

A 1 myr., à notre gauche, se trouve, sur 
l'autre route de Limoges à Périgueux, 
Saint-Yrieix, petite ville qui commerce 
en antimoine. — Curiosités : l'église pa- 
roissiale , bel édifice gothique qui remonte 
au X1I« siècle; une antique tour, seul rest<» 
de ses anciens remparts. — Pop. 7,600 
hab. 

PÉRIGUEUX (Dordogne). — Hôtels : 
de France; du Chêne-Vert; dos Message- 
ries; du Périgord. — Chef-lieu du dépar- 
tement , sur Vlsle , avec préfecture , évA- 
ché, collège, école normale , tribunaux, 
musée d'antiquités , bibliothèque publique. 

Digitized by VjOOQIC 



128 



ROUTE 149. — DE PARIS A TARRES. 



— Ctiriosilés : les ruines d'un amphithéâ- 
tre; la tour Vésone, qui a plus de 156 m. 
d'élévation , sans portes ni fenêtres ; l'é- 
glise de SaintrFront , qu'on croit antérieure 
au X« siècle , excepté sa haute tour de 160 
mètres d'élévation ; la statue de Fénélon, 
érigée le 1 7 août 1840 ; celle de Montai- 
gne, en bronze, vis-à-vis le palais de 
justice , beau monument de style grec ; le 
séminaire; l'abattoir; le château des Bar- 
rières ; l'hôtel de la préfecture ; le camp 
de César. 

A MarsaCy la fontaine qui a flux et re- 
flux ; le souterrain du Cluseau, près de la 
ville ; les promenades de Toumy , de la 
Pelouse, du Triangle, du jardin public ; 
et surtout la nouvelle ville , qui s'est éle- 
vée à cOté de l'ancienne cité, dont les rues 
sombres, froides et étroites, renferment en- 
core quelques maisons curieuses du XVI< 
siècle. — Commerce : porcs, châtaignes, 
pâtés de perdrix, dits pdf es de Périgueux. 

— Fop. 4S,000 hab. 
BERGERAC rOordogne) Bergeracum. 

— Hôtels : des Princes ; de la Boule-d'Or. 

— Cette ville ancienne, généralement mal 
bâtie, est située sur la Dordogne, au mi- 
lieu de vignobles ; elle possède sous-préfec- 
ture , tribunaux, petit séminaire , collège , 
église consistoriale, théâtre. Elle était au- 
trefois fortifiée. — Curiosités : le pont de 
5 arches sur la Dordogne, la salle de 
spectacle; la bibliothèque, où se trouve 
un beau portrait de Gabrielle d'Estrées. — 
Commerce : vins , papiers. — Pop. 
40,S00 hab. 

BiRON (Dordogne), 3 myr. E. de Cas- 
tillonne%, village de 1,200 hab. — Cur 
riosités : le magnifique château de l'illus- 
tre maison de Ciontaut. La vue dont on y 
jouit est magnifique. On aperçoit par un 
temps clair les Pyrénées, éloignées de 
près de 20 myr. 

VILLENEUVE-SUR-LOT (Lot-et-Ga 
ronne). — Hôtel de France. — Ville du 
Xin« siècle , bâtie au cordeau , et divisée 
en deux parties communiquant par un 
pont antique. Elle possède sous-préfecture, 
tribunaux , bibliothèque publique , société 
«l'agriculture , collée. — Curiosités : la 
place publique, entourée d'arcades; les 
boulevards; deux vieilles tours; la maison 



du duc Alphonse ; le château ; la maison 
qu'habita la reine Marguerite de Valois ; le 
théâtre; les mouHns k mécanique; les ha- 
ras ; l'hospice Saint-Cyr. — Commerce : 
prunes, fruits, vins, bestiaux. — Pop. 
4S,400hab. 

AGEN (Lotrct-Garonne) Àgeno^ puis 
Nitiobrigum , cité de Nitiobriges , enfin 
Aginum , après ia conquête des Romains 
qui l'embellirent. — Hotels: du Pclil- 
SaintJean ; de France ; tous deux sar la 
promenade. — Ville ancienne sur la Go* 
ronnCy chef-lieu de département, avec 
préfecture, cour royale , évêché , deux aé- 
minaires, collège, théâtre, bibliothèque 
publique, bains publics, pépinière. — 
Curiosités : l'église de Saint-Caprais , qui 
remonte au IV« siècle ; ThOpital SaintrJac»- 
ques; la préfecture; le pont-eanal de 
580 m. de long et de 22 arches ; les ma- 
gnifiques promenades; un rocher au N. , 
sur lequel on voit un ermitage habité an- 
ciennement par de pieux solitaires qui ont 
taillé dans ce roc une église ^ plusieurs 
chapelles et un escalier. De ce plateau la 
vue est immense; on aperçoit les Pyrénées. 
Les ruines de l'église de Saint-Etienne; 
celles de ses anciennes fortifications. — 
Commerce : blés, vins, eaux-de-vic , bon- 
nes prunes, excellents fromages. — Pop. 
43,600 hab. 

Agen est la patrie de Joseph Scaliger , 
de Palissy, inventeur d'une belle espèce 
de poterie de terre ; de Lacépède, de Bory 
Saint-Vincent. 

Bateaux à vapeur dUgen à Bordeaux^ 
en 8 h.; les bateaux sont petits, et ne 
prennent point de voitures. 

LECTOURE (Gers). — Hôtels : de l'U- 
nivers; Calomez. — Ville très ancienne, 
assise sur une montagne dont la base est 
arrosée par le Gers. La plupart des rues 
sont en pente. Sur le sommet de la monta- 
gne , la vue sur les Pvrénées est magnifi- 
que. Lectoure possède sous -préfecture, 
tribunal, collège , une belle église de style 
saxon-gothique , surmontée d*un haut clo- 
cher carré ; une statue en marbre du ma- 
réchal Lannes est élevée sur l'esplanade. 
— Commerce : blés , vins , caux-de-vie , 
bétail , cuirs renommés. — Patrie du ma- 
réchal Lannes. —Pop. 6,400 hab. 



dbyGoogk 



KOUTB 150. — DB PARIS A SAINT* SAUT BUB. 



120 



AUCH (Gen). — HôteU : de la Paix ; 
de Fnnce. — CheAtiea du département du 
Gm, àé^ de préfecture , avec arclievê- 
ùé , gmd séminaire, dont la bibliothèque 
elks coOectioDs scienUfiques sont très re- 
DvquldM , tribunaux , collège royal , 
thêlte, bibliothèque publique , musée. — 
Cmmtà: la pbce située sur la partie la 
fias ékrée, et terminée b Touesi par une 
praKside charmante d*où Ton aperçoit les 
Psrâées; la cathédrale , monument ma- 
gufiqvdDXVI* siècle ; la balle aux grains, 
e«^ en 1840 ; le dépôt de remonte ; 
l'btfiiil; le théâtre ; le palais arcbiépisco- 
C9pii;katttue de M. d'Etigny, inten- 
tât ie h province. — Commerce : vins, 
Mil estimés, kines , cadis, burats , plu- 
««; — Aoeh est la patrie de Roquelaure, 
de l'aninl Villarei -Joyeuse, du général 

MDUXDE(Gers).— Hd/e/ Dupuy,bonne 
■»BM.~Pclite ville du XIII« siècle, sur la 
«Wk, siéfc de sous-préfeclure. Elle est 
'àÎB bttie. — Curiosités : dans les envi- 
IMS, mines de Tancien château de SainU 
^l*nsr4e'Lésian. — Pop. S,800 hab. 



Le chemin depuis Raboitens jusqu^b 
Tarbes est droit , planté de noyers , et de 
niveau comme l'allée d'un parc. 

TARBES, Tarba.— HôteU : de Fran- 
ce ; de l'Europe ; du Grand-Soleil ; de la 
Paix. — Chef-lieu du département des 
Hautes-Pyrénées , dans une position dé- 
licieuse sur rildour,elle possède préfecture, 
évèché, grand séminaire, collège, école 
de dessin et d'architecture , société d'agri- 
culture et belles-lettres , dépôt d'étalons , 
bibliothèque publique, théfltre, etc. — 
Curiosités : les rues larges et aérées , ar- 
rosées par les eaux de l'^ldoiir ; la cathé- 
drale : on y voit un baldaquin magnifique ; 
le palais épiscopal ; l'hôtel de la préfecture; 
la place du Maubourguet ; celle de Marca- 
dieu, où se tient un grand marché tous les 
15 jours ; la promenade du Prado ; de jo- 
lis jardins, et un bel établissement de 
bains avec jardin à proximité de tous les 
hôtels. — Commerce : vins blancs esti- 
més, bestiaux, quincaillerie, épicerie, dra- 
perie, fiàbrique de papier. — JPop. 4^^500 
hab. 



ROUTE 150. 
DE PJJftU A SAUVT-SJLinrElJR, 

80 myr. 8 kil. (Eaux minérales). 



?ePirBâTarbes{«. r. 149). 75 m. 6 k. 

îfrtes. 19 

«nefitte. 1 9 

le. 1 2 

«mw-Sacteur. 2 



îAotoor de Tarbes s'étendent des terres 
PMdes. La dJstribuUon de la vigne en 
|Wb8 ov en guirlandes , dans des hau- 
wu réguIîènaDent alignés; la fratcheur 
gi prairies , arrosées par VAdonr et l'É- 
IW, animeot l'imposant tableau des 
kpbfBes. — Au-delb de lourdes , on 
Wbe dans la région intérieure des Py- 
y» J» «ne gorge étroite où Ton re- 
lÎB^ de nombreuses ardoisières ; mais , 
» «vançani vers le S., on découvre le 



délideux vallon au centre duquel se 
trouve 

Argelès. — HôteU : de la Paix ; du 
Commerce. — C'est une petite ville insi- 
gnifiante, mais agréablement située sur le 
Gave d'Ahun, au milieu de cette val- 
lée renommée pour ses beautés pitto- 
resques et sa fertilité , et qu'on appelle le 
Paradis d* Argelès ; chef-lieu de sous-pré- 
fecture. — Pop. 4,500 hab. 

A l'extrémité du pittoresque vallon d'iir- 
gelès se trouve le village de 

PIERREFITTE. ~- Hôtel la Poste. — 
Il faut arriver au bassin de Lu% pour jouir 
d'un coup d'oeil admirable. Il renferme 
les bains et le village de 

SAINT-SAUVEUR. — Hôtel de la 



dbyCoOgk 



130 



BOUTC 152. — DE PARIS A BAG.NÈBES-DE-LUCH05. 



Paix, et beaucoup de maisons particulières 
où 1*0D peut se loger d'une manière très 
confortable. La situation de Saint-Sauveur 
est des plus pittoresques; iesmaisonspropres 
et blanches sont bâties contre Tescarpe- 
ment de la montagne et rangées sur deux 
files que sépare une rue assez large. — 
Curiosités : Véglise , édifice moderne ; la 
colonne^ élevée en Thonneur de la du- 



chesse d'Angoulôme ; Vétablissement 
thermal, au centre du village. Saint ^ 
Sauveur possède treize bains dont la 
température varie de 30o à 3|o centî- 



Excursions. — A Gavarnie au Pic de 
Bergons , aux ruines du château de 
Sainte-Marie. (Voir le Chiide aux Ptj^ 
renée» de Richard et Quétin.) 



ROUTE 151. 
DE PARIS A BAe]irÉRE8-l»E-BieORRi:, 

77 myr. 7 kilomètres. 



De Paris à Tarbes(t;. r. ii9). 75 m. 6 k. 
Bagnères. 2 1 

BAGNÉRES ( Hautes -Pyrénées ). — 
Hôtels : de France ; Frascati , grand éta- 
bUssement avec bains et sources minérales, 
salie de concert , billard et café , et plu- 
sieurs autres. — C'est une jolie petite 
ville , dont les rues sont bien percées et 
bien arrosées , les maisons bâties avec élé- 
gance. Elle possède sous -préreclure', tri- 
bunaux, collège, théâtre. — Curiosités : 
ia place des Coustous , promenade agréa- 



ble, ornée d'une jolie fontaine; l'église, 
surmontée d'un clocher à flèche; les ther- 
mes de Marie-Thérèse ; les scieries et les 
ateliers de M. Geruzet qui travaille daas 
la perfection les marbres des Pyrénées ; 
la papeterie de M. Lasserre; Frascati , 
établissement superbe ; le musée des Py- 
rénées, formé par M. Jalons. — Pop. 
8,500 hab. et 6,000 étrangers. 

Excursions. — A Campan , célèbre 
par sa vallée délicieuse et ses belles car- 
rières de marbre , aux bords de VAdonr , 
etc. 



ROUTE 1S2. 



DE PARIS A R Ae]¥ERC»-l»E-IiU€HO]V . 

84 myr. 5 kilomètres. 



De Paris à Tarbes [v. r. 149). 75 m. 6 k. 
Tarbes à Lannemczau. 3 i 

Montrejeàu. i 6 

Estenos. 1 8 

Bagnères-de-Luchon. 2 i 

MONTREJEAU (Haute-Garonne) , jolie 
petite ville qui possède un pont en marbre 
d'une élégance remarquable — Pop. 
5,500 hab. 

La vallée de Ltichon commence à s'ou- 
vrir à la distance de 2 kil. au N. de Ba- 
gnères ; vous la voyez dans sa plus grande 



largeur près de cette ville , où se fait la 
jonction de deux rivières. Les yeux y ren- 
contrent un grand nombre de villages - 
épars , des champs hérissés d'épis , et des 
prairies abreuvées d'une infiaité de mis- 
seaux. 

BAGNERES-DE-LUCHON (Haute-Ga- 
ronne). — Hôtels: de France; de Lon- 
dres ; de l'Europe , et beaucoup d'autres , 
parfeitement tenus. — Jolie petite ville 
bien bâtie ; ses rues sont propres, larges et 
bien pavées, les promenades plantées 
sont charmantes. — Pop. 3,000 hab. 



dbyGoOgk 



BOUTS 1^5. — DE PARIS AUX EAUX-BONDES. 



131 



Oa Be InmTe dans aucune partie des 
Pyrémée* d^eaux minérales dont la situa- 
ôoa soit phs açréaliie que celles de Ba- 



L'établissement thermal est d*un aspect 
très intéressant. La température des sour- 
ces varie entre 35o à 60> centigrades. 



ROUTE 153. 
DE PARIS A BARÊGI» , 

84 myr. 5 kilomètres. 



I^lteiTarbes (r. r. 149). 75 m. 6 k 
Laniei. i 9 

PiBïtêm, 1 9 

Lai. 1 2 

7 



UxmSS (Hautesr>PyréDées). — nô- 
UU : de France ; de la Paix ; des Àmbas- 
sadeas. Haseors maisons particulières. 
— Assa. joli bameau de 80 maisons envi- 



ron , fréquenté surtout dans la saison des 
bains. 

Une chambre propre est louée 1 , 2, 5 f. 
par jour ; le prix du bain est de 1 fr. ; ce- 
lui de la nourrit^irc journalière , de 3 fr. : 
mômes prix à S^Sauveur et Cauterets. 

La température des sources varie entre 
9o et SQo centigrades. — La vallée de 
Bastan où se trouvent les eaux de Ba- 
règes, est triste et monotone. 



ROUTE 154. 



DE PARU A €AIJT1»ETS , 

80 myr. 4 kll. (Eaux sulfureuses thermales). 



ûfftniàTart)es(».r.l-19). 75m.6k. 
Laordes. 1 9 

l'icncâtte. 1 9 

Cmticrets. 1 

CXCTERETS. — Hôtels : de France ; 
dca Priiiees; des Ambassadeurs. — Ost 
me petite viHe aussi importante, mais 
BÛeaz bàiie que Lut et Àrgelès ; c'est un 



lieu de délices où se trouvent annuellement 
des voyageurs de toutes les parties du glo- 
be.— Pop. 4,100 hab. 

Cauterets est placé dans un vallon soli- 
taire de l'aspect le plus romantique. 

Excursions. — Au fertile plateau de 
Cancéru, aux cascades du Mahourat, du 
Val de Gerret, et du Ceri%et : au lac de 
Gajube et à la jolie vallée de Lutour, etc. 



ROUTE 155. 
DE PARIS AUX HAUX-BOmnES, 

85 myr. 7 kil. (Eaux salines thermales), 
ParlARBES et par Pau^ 79 myr. 9 kil. {v, routes 4^5 et 144). 



dbyGoogk 



132 BOUTE 159. — DE PÉRI6DBUX A CABOBS. 

ROUTE 156. 
DE PARIS AUX EAUX-CHAUDES, 

(Eaux salines thermales). 



ParPau(i;.r.U3etl45). 

ParTarbes(v.r-U9). 

l^ourdes. 



79 m. 9 k. 
83 7 
1 9 



Lestelle. 
Louvie. 
Eâux-Chaudes (v. r. 145). 



Im. 



6k. 



6 



ROUTE 157. 
p'AUCH A MOUT-DE-miAJRSANr , 

-14 myr. 2 kilomètres. 



Sainl-Jean-Poutgé. 

Vic-Fézeiisac. 

Nojjaro. 



âm. Ok.lAire. 

8 I Mont-de-MaR8.\n (r . r . 1 39) 

3 1 I 



1.1 k. 

4 



ROUTE 158. 
D AUCH A commifi, 

4 myr. 5 kilomètres. 



Casléra-Verduzan. 

COXDOM. 



2m.ilk. 
1 9 



CASTÉRA-VERDUZAN rCers). — 
liôlel Daroles , très bon. — Village situé 
dans un vallon riant et fertile. Il est re- 
nommé pour ses haim d'eaux minérales 
sulfureuses et ferrugineuses. L'établisse- 
ment est un vaste et superbe édifice, suivi 
de deux grottes rocailleuses qui renferment 



les sources. Ces eaux sont souveraines 
contre les éruptions de la peau , les ulcè- 
res, les villes scrofîileux ; les environs sont 
délicieux. — Pop. 4,500 hab. 

CONDOM (Gers). -- HôteU : du Che- 
val-Blanc ; le Lion-d'Or. — CheWieu de 
sous-préfecture. — Curiosités : la cathé- 
drale , monument à visiter ; la bourse , la 
place, les boulevards. — Pop. 7,^00 
hab. 



ROUTE 159. 
DE PERIGUEUX A CAHORS, 

44 myr. 5 kilomètres. 



Saint-Crépin-d'Auberochc. 1 m. 7 k. 

Tlienon. i 6 * 

Montignac. 1 4 

Sarlat. 2 5 



GourdoQ (v. route 162). 

Pont-de-Rodes. 

Pelacoy. 

Cahoi\s(». route 162). 



2 m. 5 k. 
1 S 
1 7 
1 6 



Digitized 



byGoogk 



BOITTE 161. — DB CHATBAUROUX A CLERA10NT. 



133 



liONTIGNAC (Dordogne), jolie petite 
"nlle qui possède on vieax château , jadis 
Diible maDoir des comtes de Périgord. — 
Pop. 4,000 hab. 

An S.-E. de Montignac, à 1 kil., le 
sol est ooQTert, dans une étendue de 2,000 
nètm de kng, de débris de toute espèce. 
Gel eadrûtest connu sous le nom de rui- 



nes de la ville d'Olivouœ. 

SARLAT (Dordogne). — Hôtels : de 
France; de la Madeleine. — Ancienne 
ville située dans un vallon resserré par des 
montagnes escarpées. Elle possède sous- 
préfecture , tribunaux , grand séminaire et 
collège. — Pop. 6,400 hab. 

CAHORS(t;. route 162). 



ROUTE 160. 



DE ftiIlIOC»!» A BORDEAUX, 

Par LA Chapelle-Verlaine, 21 myr. 5 kil. 



Au. 

ChaJv. 

ChapeUc-Yerbine. 

NoDinn. 

MarvQÎl. 

Vertnflac. 

Ribenc. 

SaîBl-Aabye. 

La Rocftie-Calais. 

Cootns. 

Libonrne. 

BeTchac. 

BokDE^ux. 



1m. 2 k. 
2 3 

6 

7 

1 

i 

3 

9 

3 

8 

8 

6 

5 



LIBOURNE (Gironde). — Bôteh : de 
France; des Princes; des Diligences. — 
Jolie ville au confluent de la Dordogne et 
de Vlsle, avec sous-préfecture, tribunaux, 
collège, athénée , jardin botanique , école 
de navigation , pont sur la Dondogne. — 
Curiosités : le pont de brique et de pier- 
re ; le pont en fer sur Vlsle ; les casernes, 
le manège couvert ; les promenades ; une 
belle place ; la statue en marbre de Montai- 
gne. — Commerce : fabriques de petites 
étoffes, vins, eaux-de-vie.— Pop. 4i,000 
hab. 

BORDEAUX (v. route 121). 



ROUTE 161. 
DE CHAT£AUR01JX a €I«I»]fIO]irT , 

20 myr. 4 kilomètre. 



LA CHATRE (Indre) —Hôtel Saint- 
Germain. — Sous-préfecture, avec tribu- 
naux, collège, agréablement située sur 
V Indre. — Curiosités : le château fort, 
en ruines : une grosse tour est seule bien 
conservée, elle sert de prison ; Téglise , 
avec un bon tableau représentant des ec- 
clésiastiques faisant l'aumôue, parM. Heim. 
—^Pop. S.OOOhùb. 

AUBUSSON (Creuse) Àlbucio. — Hô- 
tels: de la Poste; du Grand-Monarque; 
de la Boulc-d*Or et du Commerce réunis ; 



f^Clapeile. 


2 m. 2 k. 


UCkàtn. 


1 5 


Geooaiilac. 


2 7 


WernsBlanche. 


2 


Chénérailles. 


1 i 


Aobusson. 


1 8 


Poux. 


1 3 


La ViUeoeove. 


1 


SwnV-AvH. 


i 


PoQt-aa-Mur. 


1 2 


PoDt-GBnud. 


1 8 


Clermoxt. 


2 2 



dbyGoogk 



134 



ROCTB 162. -— OB P4RIS A T0UIX>U8&« 



tous les alentours de cette petite localité, 
qui offrent un grand intérêt au géologue et 
à rartiste. 
CLERMONT(». route 176). 

CCMMUNICATIOIf. 

De ChénéraiUes aux Eaus^d'Evaux, 

5 myr. 1 kil. 

Gouzon. 1 m. k. 

Eaux-d'Ëvaux. 2 1 

EVAUX (Creuse), petite ville qui ren- 
ferme un établissement d'eaux minérales 



du Nord. — Petite ville du IX* siècle, sur' 
la rive droite de la Creuse.dans une gorge 
entourée de montagnes et de rochers. — 
Curiosités : les ruines de son château ; le 
site pittoresque de la ville, entourée de ro- 
chers; le jardin public, le théâtre, ses ma- 
nufactures de tapisseries, collège royal. — 
Pop. 5,S00 hah. 

PONT-GIBAULT (Puy-de-Dôme). — 
Hôtels : de la Poste ; du Commerce. — 
Petite ville d*Âuvergne, construite dans 
un fond, au bord d^une rivière et sous Tes- 
carpement d'un rocher. Le sol est couvert 
de vestiges accumulés des anciens volcans 

qni jadis bouleversèrent cette contrée: la 'placées au rang des plus salutaires de 
ville elle-même est en partie construite France. Les sources sontaunombre de 15. 
avec des pierres volcanisées. — Curiosi-'tX disséminées dans deux bassins et trois 
tés: l'ancien château , édifice remarqua- bâtiments qui forment l'établissement ther- 



blô. — Pop. StOOO hab. 

Al kil., fontaine d'eau minérale, et 
mines argentifères, de cuivre et d'étain , 



mal. 

Les environs des eaux sont charmants 
et la société de la ville des mieux choisies. 



exploitation très curieuse à visiter, ainsi que — Pop. 3^ 000 hab. 



ROUTE 162. 
DE PARIS A TOUIâOUSE, 

Par OaLÉANS et Limoges, 69 myr. — Chemin de fer jusquà 
Chàteauroux, 



De Paris i Limoges (p. 


r. 149). 38 m 


.1k. 


Pierre-Buffière. 


2 





Magnac. 




1 


Beau-Soleil. 







Uzerche, 




8 


Donzeoac. 




5 


Brives. 







Cressensac. 







Souillac. 




G 


Peyrac. 




6 


PontKle-Rhodes. 




8 


Pélacoy. 




7 


Cahors. 




G 


U Madeleine. 




1 


Caussade. 




7 


Montauban. 




.> 


Grisolles. 




^ 


Saint-Jory. 




â 


Toulouse. 




^ 



UZERCHE (Corrèze), petite villeafl- 
cicnne, sur un rocher escarpé, baigné par 
Vezère ; elle est bien bâtie. — Curiosi- 
tés: le clocher de l'église paroissiale; la 
chapelle du fiiubourg , très ancienne. — 
Pop. S,500hab. 

Excursions. — Au haras de Pompa- 
dour, beau château gothique; aux forges 
de la Grénerie , à celles de Châlons, an- 
cien ermitage de Mi»e de Genlis ; à l'ancien 
château de la Blanche ^ qui a été habité 
par Saint-Martial. 

Au Glandier , ancienne abbaye de char 
Ireux transformée en haut fourneau. Ce 
jlieu est devenu célèbre par le procès Laf- 
Ifarge. On y montre la chambre qu'habitait 
.Marie (îappelle. 

I DONZENAC (Corrèze), petite ville dont 
le site est très heureux. Elle est entourée 



dbyGoogk 



BOCTB 162. 



DB PARIS A TOULOUSE. 



135 



éb YigMS et da prairies ombragées de siècle, deux séminaires, église consisto- 



lOfeis, de peupliers et de châtaigniers. — 
Pm. S,SOO hab 

ERIVES (Corrèze) Briva, -- HôteU : 
de Bofdeaux ; de Touloase. — Ville an- 
«âesK eotoorée de bois, et que sa position, 
le clBiiiiedeso& ciel, Tair qu^oa y respire 
ont fait swDommer la (?ati/arde. Elle pos- 
sède s0«-préfiectare, tribunaux, collège, 
pelât aôÙBiize , société d'agriculture. — 
CurùmUà : le portail du collège, le Bei- 
védm, qu domine tonte la ville; Téglise 
de St'MmtiM; les promenades. — Corn- 
flwree : vb&, bois de constmction, huile 
de SOS, Barrons, châtaignes, bestiaux, 
poRs, tniib, dindes truffées très esti- 
met*. — Pop. 9,000 hab 

SOCILLAC (Lot), près de la Dordogne : 
il s'y &kiqae beaucoup d'ouvrages de 
taiBândme, de canons de fusil etde la gros- 
se diapene. — CuriotiUs : h pont, di 
7 Jfdm. — Pop. S,200 hab. 

CAHORS (Lo(). — Hôtels : des Am 
hitruifujj ; des Trois-Rois; de l'Europe. 
— Ville ancienne sur le Lot , avec préfec- 
tve, évccbé érigé dans le IIl^ siècle, so- 
câélé d*agriciiltiire , cabinet de physique, 
tribonaux, collège, théâtre, séminaire, pé- 
piBân, bibliothèque publique. — Curio- 
tUétiîk préfecture» édifice m^estueux; 
raaâcQne Cbartreose; le vieux pont et ses 
bois tours ; le coQége, devant lequel est 
éewée une statue de Fénélon, qui étudia 
dav cette maison ; le séminaire ; la cathé- 
énle ; les promenades et les terrasses 
Commerce: yIds, eaux-de-vie, cuirs. — 
Cesl la patrie de Marot, du générai Ramel, 
dn pipe Jean XXU. ^ Pop. 4S,S00 



CAUSSADEfTam et Garonne), petite 
vile dont les chapons sontestimés. — Cur 
rùmtés: la tour de Téglise paroissiale, 
lltaiei-de-rine.— Pop. 4,500 hab 

HOXTAUBAN, Mons-Alba.-^ Hôtels 
de France; de l'Europe. — Ville duXle 
09 XII« siècle. Chef-llea du département 
de Tam-^^Gûronne, an bord du Tarn, 
nr one élévation qui domine une des plus 
fcrfiles et des plus belles plaines de France . 
Elle est bien bâtie, pavée proprement, a 
des maisons et des rues élégantes. Elle pos- 
sède préiectore, évêché érigé dans le XIV« 



riale réformée, tribunaux, collège, faculté 
de théologie protestante, théâtre, biblio- 
thèque publique de 10,000 vol.* — Curùh 
sites : la cathédrale, où est un beau ta- 
bleau de M. Ingres; l'église St- Jacques; 
les places d'Armes, Royale et de la Préfeo- 
ture ; l'avenue des Acacias ; l'hôtel de ville ; 
la promenade de la Falaise, point de 
vue magnifique ; l'ancien jardin de l'évS- 
ché; on y distingue, par un temps serein, 
les Pyrénées, éloignées de 20 m. — Corn' 
merce : blé, vins, minoterie, cuirs, toi- 
les, savon, eaux-de-vie. — Pop. Ma, 200 
hab. 

TOULOUSE (Haute-Garonne). — Hô- 
tels :àe France; de l'Europe; Baichère 
avec bains ; grand hôtel Casset, avec bains ; 
du Midi ; Bibent; du Grand-Soleil. — 
Cafés: Divan, place du Capitole, le mieux 
tenu. — Ville ancienne, chef-lieu de di- 
vision militaire et de département, etpos<- 
sédant préfecture, archevêché érigé dans 
le nie siècle, cour royale, église consisto- 
riale réformée, facultés de théologie catho- 
lique et protestante, de droit et des lettres; 
synagogue, collège royal, école secondaire 
de chirurgie et de médecine , école royale 
d'artillerie, école vétérinaire, fonderie de 
canons ; deux académies, dont celle des 
Jeux floraux est renommée ; jardin botani- 
que, observatoire, poudrerie, deux sémi- 
naires, haras , deux bibliothèques, riches 
chacune de 55,000 vol. ; musée, cabinet 
de physique, théâtre. La ville est grande, 
belle, riche, et située dans une plaine en- 
tre la Garonne et le canal du Midi. — Cu- 
riosités : l'hôtel de ville ou Capitole, monu* 
ment élevé l'an 68 de Jésus^hrist : l'a- 
vant-corps est enrichi de 8 colonnes dp 
marbre rouge de Carrare; dans la Iv^cour 
on voit deux portes oniées de colonnes can- 
nelées d'ordre ionique et de figures. Celle 
que l'on voit en face est du fameux Bache- 
lier, élève de Michel-Ange ; les trois figu- 
res autour de l'archivolte sont de ce maî- 
tre : celle qui est à droite est admirable. 
Dans la salle des illustres Toulousains, 
sont placés les bustes des grands hommes 
auxquels Toulouse a donné naissance. Ln 
salle de Clémence Isaure est située à l'ei- 
trémité 4e celle des Illustres. La salle (!>« 



dbyGoogk 



136 



BOUTE 103. — DB PARIS A TOULOUSE* 



specUuIe, assez vaste, est située dans le 
même bâtiment L*é{?lise de Saint-Etien- 
ne ^ àe remarquable une nef du Xill» 
siècle. 

L'église de St-Sernin est du Xle siè- 
cle. On y remarque le mattre-autel, déco- 
ré de la châsse de saint Semin. L'église 



le mécanisme est digne d'attention ;!J le 
moulin du château ; la place de la préfec- 
ture, ornée de beaux édifices ; la place du 
Capitole est sans contredit la plus belle de 
Toulouse : elle est animée, vivante ; c'est 
là que sont établis les hôtels et les cafés les 
plus Tréquentés. La place Lafayette est 



N.-D de /a Daurade, ancien temple de'ornée de belles constructions. 

Minerve. L'église St-Pierre 9i un autel | Parmi les promenades, nous signalerons 
, et son dôme est orné d'une le/ardtni{ot/ai; à l'extrémité, le Grand' 
Rond, point central où viennent aboutir 
la grande allée, celle de St-Etienne, de 
la Baraquette ; les nouveaux boulevards 
Lafayette. 

Toulouse a vu naître Clémence Isaure, 
Lapeyrouse, le médecin Esquirol, le chi 

décoré de quatre statues, par Artus et rurgien Larrey. — Commerce: gnins, 



statue en plomb d'une grandeur colossale. 
L'hôtel de la préfecture mérite d'être visi- 
té ; l'hôtel di'Asserat offre des morceaux 
qu'on attribue au Primatîce; l'hôtel de St- 
Jean est d'architecture italienne ; l'hôtel 
A^Aguin, ou la maison de pierre, est 



Guépin 

La fonderie royale; les ponts ju- 
meaux, à la jonction des canaux de Brienr 
ne et du Languedoc. Le pont sur la Ga- 
ronne, bel ouvrage terminé par un arc de 



vins, eaux-de-vie, huiles, pâtés de foies 
d'oies et de canards, sucre, café, indigo, 
fer, laines A' Espagne, piastres ; manu&c- 
ture royale de tabacs, de draps, d'étoffe de 
soie, couvertures de laine, gazes, basius 



triomphe, est de François Mansard ; der-, fabriques renommées de faux et d'acier, 
rière est le château-d'eau, qu'il faudra On y vit à bon marché. — Restau- 
visiter. C'est là qu'est établie la machine rartfo. de Bonaventure; du Midi, place 
hydraulique qui alimente les fontaines de^du Capitole; Pont-Cadet, rue La&yette ; 
la ville, dont les principales sont: celle JBibent, rue des Balances , et Gasset. — 
élevée au centre de la place Royale, édi-i Bains : place Roaix; bains du Temple, 
fice magnifique en marbre blanc ; celle qui place Lafayette ; bains Baiehère, rue des 
décore la place St-Georges est une colon-^ Arts. — Pop 9 A, $00 hab. 
ne cannelée en fer fondu, de 1 7 m. de hau- Bateau à vapeur pour Àgen. 
teur. On visitera le moulin Basacle, dont! 



ROUTE 165. 
DE PARIS A TOlJIiOlJSi:, 

(î^ route) 

Par Bourges et Guéret^ 75 myr. 8 kU. — ■ Chemin de fer jusqu'à 

Bourges. 



De Paris à Orléans (v.r 112). 
D'Orléans à Yierzon(t;.r. U9). 

Stations. 

Foecy. 
Mehun. 
Marmagne. 
Bourges. 



12m.2k. 
8 1 



1 








5 





7 





9 



Route de Poste. 

De Paris à Nogent-sur-Vemis- 

son {v. route 191). 12 m. 7 k. 

Gien. ' 2 1 

Argent. 2 

La Chapelle-d'Angillon. 2 â 

Grange-Neuve. 1 3 



dbyGoogk 



BOUTS 163. 



BB PABIS A TOULOUSE. 



137 



ligniètcs. 

U Châtre (p. route 161). 

GttomUac. 

Goèm. 



BQIIIflB««f. 

SÛDi-LMunl. 



LBiio{a(r. route 149). 
TotuocsÈ (v. nmte 162). 



Im.Sk. 

1 8 

2 7 
5 
7 
7 
5 
8 
5 
3 
1 
2 
9 



2 
2 
1 
1 
1 
1 
1 
1 
30 



GIEN (Loiret) Giemutn. — Fd(eZs: 
de rÉea; de b Poste ; da Loiret ou des 
M caafcj i fct . — Petite ville sur la Loire, 
tr *tei3fa dans cet endroit par un beau 
poBt — Curùmiâ : le château, cods 
tnril, <fift-oo, par Anne de Beaujeu, fille de 
LoBÎs XI ; il est bien cooservé, la char- 
peole est estimée. Cet édifice est en partie 
oceapé parla sous-préfecture. L*égli&eS/- 
LoMi$^ qoelqnes antiquités romaines et un 
bel élibDsiement de bains. — Pop. 
6,000 hab. 

BOLUGES (Cher) Avarieum Bituri- 
gmn. — Hétèh : de France ; du Bœuf- 
Cflvocmé; de la Boule-d'Or. — C'est le 
dkrf-fiea du département, avec siège de 
préfeelnrc, arebevSché, collège royal, aca 
demie universitaire, école normale, théâtre 
— Curûmtés: la cathédraU, monument 
■ag;ttifiqiie ; elle a, dans oeuvre, 109 m. 
de longueur, 43 m. 60 cent, de large, sans 
y eomprendre les chapelles ; le portail qui 
a 56 m. de largeur, et est décoré d'un bas- 
refief qui repréente le Jugement dernier. 
Le maitrD-airtel , en marbre, est magni- 
fique 

Ou dmt visiter Véglm souterraine qui 
renferme le tombeau de Jean l«r, duc de 
Berrv, fils, fi^re et oncle de rois et neveu 
de Clâries V de France. Les églises No- 
tre-Dame et St-Bonnet. La maison de 
Jacques CoMir, qui sert d'hôtel de ville, 
est fort curieuse; les cheminées en sont 
softout remarquables. Le tableau de Jac- 
ques Ouffor est de son temps. Dans la mê- 
me salle est un portrait de Bourdaloue 
qu'on dit être de la main de cet orateur. 
L'archevlcbé est on beau monument : les 



jardins sont magnifiques. La préfecture 
et l'ancien pafoM des ducs de Berry ; la 
porte gothique et l'ancien portail de l'église 
St-Ursin. La maison de Cujas, et non loin, 
la caserne de la gendarmerie ; la biblio- 
thèque publique. Un muséum d'antiqui- 
tés. Dans le couvent des Sœurs Bleues, 
édifice curieux qui date de 1512, se trou- 
ve un petit oratoire tout k fait remarqua- 
ble dans lequel on dit que Louis XI fut 
baptisé. La fontaine de Fer, source d'eau 
minérale ferrugineuse. Une belle pépinière 
et un puits artésien. 

Bourges est la patrie de Louis XI, de 
Bourdaloue, etc. — Commerce : mou- 
tons, chanvre , arbres fruitiers, peaux et 
bois. Les laines du pays sont renommées. 
— Pop. 26,000 hab. 

LIGNIÉRES (Cher), petite ville, chef- 
lieu de canton. — Curiosités: le château 
bâti en 1600 sur l'emplacement de celui 
qui servit «cuvent de refiige à Charles VI- 
—Pop. S,600 hab. 

GUÉRET (Creuse) Varactum. — Hô- 
tels : Bazile et de la Pasteaux Chevaux. — 
Chef-lieu du département. Cette ville pos- 
sède préfecture, collège, séminaire, tribu- 
nal, société d'histoire naturelle et d'anti- 
quités ; elle a des rues assez belles, une 
bibliothèque publique, une pépinière dé- 
partementale. — Curiosités : la prison, 
la fontaine sur la place, les anciennes mu- 
railles flanquées de tours, l'hôtel de la pré- 
fecture, l'hôpital. 

Aux environs, sites variés ; la Peyras 
(les pierres), au bas du Puy-de-Gaudi ; et, 
à l'E. de Guéret, les ruines d'un vaste châ- 
teau où séjourna Charles VIL — Com- 
merce : laines, bestiaux et beurre. — 
Pop, d,S00hab. 

BOURGANEUF (Creuse). —Hôtel de 
la Poste. — Sous-préfecture. — Curiosi- 
tés: la tour, avec \e& bains à l'orientale, 
les fabriques de papiers. — Pop. S,SO0 h. 

SAINT-LÉONARD (Haute-Vienne). — 
Hôtels : de la Poste; delà Boule-d'Or. — 
Ancienne ville sur la Vienne. — Curiosi- 
tés : Véglise, réparée en 1484, d'un style 
remarquable ; un beau pont sur la Vienne, 
les promenades, les manufactures de pa- 
piers pour impression. — Pop. 6,200 h. 
De Limoges k Toulouse [v. route 162). 

Digitized by VjOOQIC 



138 ROUTE 166. ^ DE TOULOUSE A BAG:«ÈBBS-DB-BIGORRE. 

ROUTE 164. 
DE TOUftiOlJSB A AUil, 

Par Gasteucauruu, 7 myr. 6 kilomètres. 

— Cette ville possède sous-préfecture, tri- 
buDal, collège, société d'agriculture. — 
Curiosités : la fontaine ornée de statues 
en bronze, l'habitation de M. Huteau. — 
Commerce : vins, que le transport amé- 
GAILLAC (Tarn) Galliacum. — Hô- liore. — Pop. 8,300 hab. 
tels : Raffis'.du Cheval-Blanc; Salabert, 



Castelmaurou. 


lm.2k 


La Pointe-Saint-Sulpice. 


1 9 


Gaillac. 


2 3 


Albi (v. route 187). 


2 2 



ROUTE 165. 



DE TOlJIiOUSE A BAYOlOnE y 

29 myr. 4 kil. — Service de malle. 



Leguevin. 


1m.8k. 


Tarbes (r. roule U9). 


L'Lsle-en-Jourdain. 


1 5 


Bordes-d'Expoey. 
Pau (v. route 143). 


Oimont, 


1 8 


Aubiet. 


9 


Artix. 


Auch (». route U9). 


1 7 


Orthès. 


Vicnau. 


1 5 


Puyoo. 


Mirande. 


1 


Peyrehorade. 


Miélan. 


1 3 


Biaudos. 


Rabostens. 


1 6 


Bayonne(v. route 159) 



Im 


.9t, 


2 


5 


1 


6 


2 





2 





1 


2 


1 


G 


2 





1 


7 



ROUTE 166. 
DE TOVIiOlJSE A BA«]Vi»ES-DE-BI«ORRE9 

Par Saint-Gaudens, \\ myr. 4 kil. 

préfecture, tnbunal. — Curiosités :\^. 
pont suspendu^ d*uue solidité et d'une di- 
mension remarquable. — Pop. 4^4(90 
hab. 

SAINT-GAUDEN3 (Haute-Garonne) 
— Hôtel de France. — Cette ville pos- 
sède sous-préfecture, collège, société d'a- 
griculture; elle fait grand commerce de 
porcs, de mulets et de bestiaux. — Curio- 
sités: Véglise^ une des plus anciennes 
de la contrée. — Pop. SjoO hab. 

BAGNÈRKS-DE-BIGORRE (v. r. 151). 



De Toulouse b Muret. 


2m.0k. 


Noé. 


1 3 


Martres. 


2 7 


Saint-Gaudcns. 


2 8 


Montrejeau. 


1 4 


I^nnemezan. 


1 6 


L'Escaledicu. 


1 4 


B.\GNÈREâ-EN-BlGORRE . 


1 2 


MURET (Haute-Garonne) 


jolie petite 
d'un coteau 


>illc située sur le penchant 


dans une belle vallée. Elle possède sous- 



dbyGoogk 



BOITTB 169. — DB TOULOLSe A B1ABSE1LLE. 

ROUTE 167. 
DB TeCliOlISE A BA«Mi»l»-DB-I«lJ€HOIir , 

45 myr. 6 kilomètres. 



139 



DeTonteise^ Saînt-GaudeDS 

[r. rame 166). 8m. 8 k. 

EsteDos. 2 7 

BAGSCRES-liE-LrCHON. 3 1 

A Coi, i myr. S.-S.-O.deSl-Gaudens, 
pHît vîUage situé dans un bassin eD forme 



d*entonnoir. — Curiosités : auxenviroDS, 
le beau lac de Séculéjo, au centre du- 
quel une cascade magnifiqae tombe per- 
pendiculairement de plus de 267 m. ; mi- 
nes de cristal déroche, de fer et de plomb. 
— Pop.AOOhab. 
BAGNÈRES-DE-LUCHON {v. r. 152). 



ROUTE 168, 
DE TOlJIiOlJSE A S<-«IRO]irS, 

Par Fleurial, 9 myr. 6 kil. 



FleiDiai. 
Lem. 
PiiAès. 
Pieoois 

S4CiT-GlR0XS. 



SAINT-GIBONS (Ariége) , jolie ville, 



2m 


.1k. 


2 





2 





1 


8 


1 


7 



avec sous-préfecture, tribunal et collège 
communal. — Curiosités: l'église parois- 
siale, surmontée d'un clocher remarqua- 
ble; la promenade du Champ-de-Mars ; 
rancien château, aujourd'hui palais de jus- 
tice; les ponts. — Pop. â^koO hab. 



ROUTE 169. 



DE TOUIiOUSi: A HJLRSEIIil^E, 

Par Carcassonn'e, Montpellier, Nisues, Bellegarde et l'a 
TÂTE-NoiRE^ 4^ myr 8 kil. — Service de malle. 



Castanet. 



1m. 2 k, 
1 2 



ViUefrancbe-de-Uoragais (H^^ 






Garonne). 






1 


Castetondary. 






2 


VîHephite. 






2 


Alzonne. 






8 


Caitassonne (p. route 


191). 




6 


Barbaxra. 






A 


Voax. 






3 


Villedaignf^. 






8 


Nvbonne. 






5 


Mssaa. 






7 


Béziers. 















2 


Pézénas. 










Mèze. 

Gigean. 

Fabrègues. 

Montpellier {v. route 198). 

Colombiers. 

Lunel. 

Uchaud. 

Nisraes{v. route 204). 

Bellegarde. 

Arles-sur-Rhône. 

Saint>Martin-de-Grau . 

Salnn. 

La Tête-Noire. 

L'Assassin. 

Marseille {v. route 208). 



1 m. 8 k- 
1 2 






8 




1 




5 









i 




2 




7 




5 







«> 


r> 



dbyGoogk 



ItO BOUTE 173. — DE MONTAUBAN A M0NT-DB-MAB8AN. 

ROUTE 170. 
DE TOdiOUSE A PERPI«]!irAir, 

49 myr. 2 kil. — Service de inalle. 



De^TouIouse k Castelnaudary 

\voye% ( ' ' 
Prouille. 
Limoux. 
Gouiza. 



iPonl-de-Charia. 
5 m. 7 k. Caudiès. 

1 7 Saint-Paul-dfr-Fenouillet. 

2 2 Estagel. 

1 6 PERPiGNÀ?i (v. routa 191). 



Om. 9 k. 

2 
1 1 

1 8 

2 2 



ROUTE 171. 



DE TOUIiOlJSC: A CASTRES , 

7 myr. 4 kilomètres. 



Verfeil. 
Lavaur. 
SaintrPauI. 
Castres. 



2m.lk. 
1 5 

1 5 

2 5 



LAVAUR (Tarn), chef-lieu de sous- 
préfecture, avec tribunal, bibliothèque pu- 
blique. C'est une ville pittoresque, assez 
agréable —Pop. 7,i00hab, 

CASTRES (Tarn). Hôtels : du Grand- 
Soleil; du Nord; Sabatier. — Ville très 
ancienne, agréablement située dans une 
vallée fertile ; chef-lieu de sous-préfecture, 
avec tribunaux, bourse et chambre de com- 



merce, bibliothèque publique, collège, so- 
ciété d'agriculture, école de dessin, càbi- 
net d'histoire naturelle et de physique. — 
Curiosités : la cathédrale Sl-BenoU, qui 
possède plusieurs bons tableaux de Rivais 
et quatre belles statues ; V hôtel de ville, 
où se trouvent la sous-préfecture et la bi- 
bliothèque; le jardin publie; \z place 
Royale, construite depuis 1830 ; théâtre ; 
les casernes de cavalerie. — Commerce : 
fabriques de draps, flanelles, moUetons, 
excellentes confitures. — Pop. 34,000 
hab. 



ROUTE 172. 
DE HOUTTAIJBAH a nOMT-DE-llIABSAir , 

20 myr. 5 kilomètres. 



LaVltarelle. 
Beaumont de Lomagne. 
Saint-Clar. 
Lcctoure. 
Condom. 



Im 


.5k. 


2 


2 


2 


3 


1 


5 


2 


2 



Vic-Fésenzac. 2 m. 6 k. 

Nogaro. 3 1 

Aire. 2 i 

Grenade. 1 8 

Mont-de-Marsan (v. r. 139). 1 4 



dbyGoogk 



BB 



BûBlAnot. 



BOITTE 176. — DE PARIS A CLBBMONT. 

ROUTE 175, 
IWVRISES A CHATEAIJROUJL 9 

6 myr. 4 kilomèires. 

1 m, 5 k. iNeuvy-Pailloux. 

2 1 jChateauroux {v. route 149). 



141 



ROUTE 174. 
DE BomusE» A ci^ERMoiinr, 

À 8 myr. 5 kilomètres. 



ROUTE 175. 
DE BOVRCSES A IVEVERg, 

7 myr. 4 kilomètres. 



Rraasdm. 

U Charité (ff. roule 191} 



2 m. Sk.jPougues (v. route 191). 
2 6 |NEVERS(t;. route 191). 



ROUTE 176. 



lm.5k. 
1 5 



Lefct. i 


m. 8k. 


Néris. 


0m.8k 


JarMe. i 


l 3 


MoDtaigut. 


1 7 


*>JM»t imwMl 


l 3 


Saint-Pardoux. 


2 7 


MeaBlK. 


l 8 


Riom. 


2 3 


R«W- 


1 6 


Clermont (Puy-de-Dôme). 


1 5 


HwW^KOD. 


l 5 







1m.3k. 
1 2 



DE PARIS A CXERMOlinr, 

Par NsvERS et Moulins, 5S myr. 2 kil. — Service de malle. 

Curiosités : dans Y église paroissiale, édi- 
fice gothique, un Ecce homo en marbre 
blanc. — Pop. SyOOO hab. 

GANNAT (Allier). — JJôteldela Croix- 
Blanche. — Petite ville dans un site agréa- 
ble et pittoresque. — Curiosités: les res- 
tes du \ieux château, les promenades, la 
chapelle Sainte-Procule, pèlerinage très 
fréquenté; source d'eau minérale. — Pop. 
5,300 hab. 

De Gannat une route de poste conduit 



DeParisàMoiiIins(r.r.M91}. 28m 


.8k 


Chaid-Neavre. 1 


8 


Saint-Pwifçain. 1 


2 


Leliayet^*École. 1 


6 


Ganinl. 


8 


Wperse. 


9 


Hiam. 1 


6 


CLEKXO!fT. 1 


5 



SAINT-POURÇAIN (Allier). —Hôtel 
4e la Poste. — Petite ville bien bâtie. — 



dbyGoogk 



142 



BOCTB 176. — DE PARIS A CLERMOKT» 



aux bains de Vichy, 19 kil 

AIGUEPERSE (Puy-de-Dôme). —Hô- 
tel de la Poste. — Petite \ilie mai bâtie 
— Curiosités: V église consacrée en 1250 
par Robert de la Tour, évêque de Cler- 
mont; le tableau de saint Sébastien ^ 
dans une autre église, et une sainte cha- 
pelle, qui date de 1475. Dans Vhôtel de 
ville , se trouve la statue du chancelier 
l'Hôpital. — Patrie de l'abbé Delille. — 
Pop. S, 000 hàb. 

RIOM (Puy-de-Dôme) Ricomagus. — 
Hôtels : ae TÉcu ; de France ; du Puy- 
de-Dôme; du Mont-Dore. — Cette ville 
est située à l'extrémité d'une belle plaine. 
Les rues en sont larges, longues et dirigées 
en ligne droite ; les maisons sont bâties en 
pierre de Vol vie. Riom a une sous-pré- 
fecture, une cour royale d'appel. — Cu- 
riosités :V église Saint'Àmable, intéres- 
sante pour l'antiquaire. 11 est à regretter 
que son clocher soit resté inachevé. L'é- 

Îf/i«e de Notre-Dame du Mathuret Sous 
e portique, on remarquera une statue de 
Notre-Dame , en lave noire. La chapelle 
du palais de justice , autrefois apparte- 
Dant au château des comtes d'Auvergne ; 
la maison centrale de détention, le pa- 
lais de justice, Y hôpital général, la pers- 
pective de Pré-Madame, la colonne De- 
saix, la fontaine de Mo%at, celle de La- 
vât. — Commerce ; blé, vin, huile de 
noix.— Pop. 4 5,000 hab. 

Environs de Riom : Y église de Mozat, 
k 1 kil. 0. ; \1 kil. S.-E., les belles 
sources àeSaint-Gtnès. — A 5 kil. 0., 
Enval , ses rochers , ses cascades. — 
Envol et Yolvic , Tournoelle , château 
inhabité, remarquable par son antiquité et 
sa situation. Du haut de la tour, la vue em- 
brasse un espace de plus de 200 lieues 
carrées. 

CLERMONT-FERRAND.— Fô/<îte: de 



France ; de l'Europe ; de la Paix. — Grande 
et ancienne ville, chef-lieu du département 
du Puy-de-Dôme. Cette ville est bâtie sur 
un monticule élevé d'environ 50 mètres 
au-dessus de sa base ; elle possède ; évé- 
ché, préfecture, tribunaux, bourse ; di- 
rections générales des domaines, des con- 
tributioDS directes et indirectes ; hôpital 



général pour les enfants trouvés et les 
vieillards; Hôtel-Dieu ; école départe- 
mentale d*accouchements , école secondai- 
re de médecine ; école communale de des- 
sin linéaire, de géométrie appliquée aox 
arts, d'architecture, etc. ; cours pubtics et 
gratuits de botanique , minéralogie et de 
géologie ; école normale primaire ; acadé- 
mie, sciences, arts et belles-lettres; 6(Uîe»> 
tfiéque publique, cabinet de minériiùh- 
gie fort riche, particulièrement en objets 
du pays; jardin botanique précieux et 
bien entretenu. Le musée, nouvellement 
fondé, renferme déjà quelques antiquités 
gallo-romaines assez remarquables ; la 
salle de spectacle est jolie. — Curio- 
sités: la cathédrale, commencée en 1248, 
n'a jamais été achevée , belle vue de la 
terrasse; Véglise de Notre-Dame-du- 
Port, primitivement bâtie en 560, recons- 
truite en 866 ; Véglise de Saint-Genès-U^ 
Carmes , dont les vitraux sont exécutés 
par M . Thibaud, de Clermont ; la halle aux 
blés et la halle aux toiles ; le collège 
royal, qui réunit prèâ de 500 élèves ; Vhô- 
tel de ville, et le palais de justice; V hô- 
tel-Dieu, la statue de Pascal, les fon- 
taines Desaix et Delille — Patrie de 
Pascal, de Domat, de Savaron, de Tho- 
mas. 

Clermont possède plusieurs sources 
d'eaux minérales : celles de Jaude, près 
et hors de la barrière de ce nom ; celles de 
Saint-Àlyre, au faubourg de ce nom, au 
N.-O. de la ville; celles de Saint-Mari , 
àl kil. 0. de la ville. 

Excursions. — Comme les environs 
de Clermont sont très accidentés et pré- 
sentent des scènes magnifiques, le touriste 
fera bien de les parcourir à pied. 

Il visitera d'abord la riante et pittores- 
que vallée de Royal, en passant par Cha- 
malières, et \isitant les jardins de Mont- 



la Poste , place de Jaude ; de l'Écu de joli. Chamaliéres se trouve à deux pas 



de cette riante retraite. — Curiosités : 
Véglise paroissiale, sous l'invoc^ition de 
sainte Thècle. Elle date du VIl*^ siècle. 
De là on se dirige vers le village de 
RovAT, célèbre par l'abondance, la pu- 
reté et l'utilité de ses eaux. Un des pre- 
miers objets que le voyageur visite, c'est 
la Grotte des Sources, si bien décrite par 



dbyGoogk 



■ocre 178. — DE CLBRMOirr A BOAN?(E. 



143 



Ctariei l^odier. L'église s'élèye majev 
tMtsBBcnt sur une coulée de laves ; la 
Croix des Suint$, avec ses 12 statuettes 
lepcésestaint les l!2 apOtres. 

Le wjpgeor qui passe plusieurs jours 
à Clemoalprat encore TÎsiter le Puy-de- 
Dôme et le FtÊtf-de-Pariou, (pii sont à 
1 myr. 0. de dermont : ce dernier offre 
aniBifB^qiKCfatèTe ; le Puy-de-la-Poix, 
où Vos \9ft o&e source de poix minérale 
OQ asphalte, et cdui de Crouil, d'où Ton 
jouît dm BBgnifiqae panorama : ces deux 
demiensiBtà 4ii.il. E. de Clermont. 
Une des pJos bettes peiSpectives du pays 
est celle ^ Ton a du haut de la terrasse 



de Véglise de Montferrand. 

Moniferrandf autrefois place forte, fait 
aiyourd'hui partie de Clermont. 

Laves volcaniques. — Pour avoir 
une idée de ce qu'on nomme lave volcani- 
que, il faut aller visiter le plateau de 
Beaumont. 

BiLLOM, h 1 myr. 6 kil. de Clermont , 
est une petite ville assez ancienne , située 
sur une hauteur, dans la contrée la plus 
fertile de la Limagne, On y remarque 
Véglise de Saint- Cemeuf y qui exis- 
tait avant Charlemagne. — Pop. 4,500 
hab. 



ROUTE 177. 
DE CmORMOUT A AURII^IiAC, 

^6 myr. 2 kilomètres. 



Cdiides. 


2m.4k 


Isfioîre. 


1 1 


Leœpde. 


2 


«assîac. 


1 8 


Mmt 


3 6 


Tkiézac. 


2 6 


AnuLLAC (f. route 181). 


2 7 



MASSIAC (Canlal), petite ville située 
n SkkI d*an vallon. — Curiosités : le 
château, bien conservé ; deux rochers 
qui dominent la ville. — Pop, 2,300 
kab, 

MURÂT (Cantal). — Eôtel chez M 
Daliy : on y mange, ainsi quo dans tous 
1« idtels dn Cantal, de-belles truites. ~ 
Petite \ille vieille et malpropre, siluéedans 



la haute vallée de TAlagnon, dépouillée 
d'arbres, mais entourée de montagnes cou- 
vertes de basalte qui forme des colonnes 
dun aspect remarquable. Elle possède 
sous- préfecture, tribunal, collège. — Cu- 
riosités : Véglise Notre-Dame^-des-OU^ 
viersy V hôpital, lé couvent desRécol- 
letSt de Saint-Dominique, occupé par 
les administrations publiques. — Pop. 
SJOOhab. 

THIÉZAC (Cantal). — Hôtel la Tôte- 
Noire. — Bourg dans une contrée 
très pittoresque. — Curiosités: Véglise 
paroissiale, fort belle et bien ornée. — 
Pop. 2,000 hab. 

AURILLAC (v. route 181). 



ROUTE 178. 
DE CI^EBinOIIIT A ROAUnVE, 

9 myr. 8 kilomètres. 



Ponl-do-Chltean. 




1m. 2 k 


Lezoox. 


1 5 Saint-Just. 


1 7 


Thiers. 


1 5' Villemontois. 


1 5 



dbyGoogk 



U4 



ROUTE 180. — DE PARIS AU MONT-DORE. 



Roanne. 1 m. 1 k. 

De Roanne h Lyon, chemin de 

/er(t;. roule 208). U 8 

PONT-DU-CHATEAU (Puy-de-Dôme). 
— Hôtel : de la Poste. — Celle pelite 
ville tire son nom du pont à huit arches je- 
té sur la rivière d* Allier. Vue admirable 
sur le riant bassin de l'Allier et sur les fé- 
condes vallées de la Limagne. — Pop. 
4,000 hab. 

THIERS (Puy-de-Dôme). — Hôtels : 



de l'Europe ; de l'Aigle. — Petite ville 
dont les maisons, bAties à ritalienne, sont 
fort jolies Sous-préfecture et tribunal. 
Elle est bâtie sur la pente d'une haute 
montage granitique. — Curiosités : Tan- 
tique église de SairU-GenèSf architecture 
romane du Xll» siècle; Véglise du Mou- 
lier, très intéressante pour l'antiquaire. — 
Commerce : fabrique considérable de cou- 
tellerie, papiers et tanneries. — Pop. 
4 0,300 hab. 
ROANNE (r. route 208). 



ROUTE 179. 
DE dimnonrT a hoivtbrisojv, 

•1^ myr. 2 kilomètres. 

De Clerraont h la Bergère ISaint-Thunn. 

(v. route 178). 5 m. 5 k. Boën. 

Noiretable. 1 3 JMo.ntbrison (r. route 205). 



Im. 2 k. 
1 5 
1 7 



ROUTE 180. 



DE PARIS AU MOJVT-BORS:, 

45 myr. 5 kil. (Eaux gazeuses thermales). 



De Paris à Clermont (v. route 



176). 
Rochefort. 


38 m. 2 k. 


2 9 


MONT-DORE. 


2 A 



Toute cette contrée est des plus pitlo- 
resques, jusqu'à 

MONT-DORE (Puy-de-Dôme). — Pres- 
que toutes les maisons ont des logements 
garnis et tiennent des tables d'hdle ; les ri- 
vières et les lacs fournissent d'excellentes 
truites, et les montagnes, de la venaison. 
C'est un petit village situé dans une vallée, 
au pied d»^ la montagne de V Angle. La val- 
lée de la Dordogne, qui se trouve an-des- 
sous, présente un riche amphithéâtre de 
montagnes volcaniques , dont les versanU 
sont couverts d'une riche végétation. 

Les Sources. — Elles sont au nombre 
de sept, très rapprochées les unes des au- 



tres, et se trouvent disposées sur la même 
ligne. Leur températuro est 42» centign- 
des à 450. 

Bains. — L'édiûce , qui présente un 
aspect noble et imposant, est d'un style 
correctement sévère, et tel qu'il convient 
à sa destination. 

De Clermont on peut se rendre au Mont- 
Dorc, en prenant par 
Randanne. 2 m. 1 k. 

MO.NT-DORE. 2 I 

RANDANNE, remarquable par les essais 
de culture du comte de Montiosier, qui , 
comme le dit un voyageur, « lit sourire le 
désert en le rendante l'agriculture.» I^s 
restes de cet homme regrettable reposent 
dans une petite chapelle gothique élevée sur 
ce m^me sol, naguère inculte. 11 faut par- 
courir le pays pour admirer les beaux dé- 



dbyGoOgk 



JtOUTE I8f. 



DE PARIS A AUniLLAC. 



145 



sonirps volcaniques qu'il offi-e de tous 
estes. 
Eirniio>5. — Saint-Nectaire* — Les 



eaux de Sainl-Nectaire sont à 1 myr. 2 
kil. de celles du Mont-Dore, et h 3 mvr, 
2 kil. de Clermont. 



ROUTE 181. 



DE PARIS A AimiiiiiAr , 

Par UzERCHE el Tdlle, 55 myr. 5 kil. 



De Pars ï Uierche (r. route 

LaOupeioaiie de la Garde. 
Ar^fitUt. 



44m.0k. 



ACBILUC. 



nXLE (Corrèze) Tats'a. — Hôtels: 
de Lyon; de l'Aigle-d'Argent; des Voya- 
geurs'; do Périgord. — Chef-lieu du dé- 
parfeffiCTit de la Corréiey avec préfecture, 
fvêrhé, gnud séminaire, tribunaux, biblio- 
Hièque publique, collège, école normale, 
société d'agricuUare , salle de spectacle. 
Beaucoup de rues sont adossées contre des 
niehers ou des côtes escarpées, ce qui en 
rend Taspect assez triste. — Curiosités : 
V église^ sa fièche élancée ; V hôtel de la 
préfecture ; les bains chinois. On trouve 
à Tulle plusieurs maisons gothiques ou de 
la renais»nce , qui témoignent de Topu- 
lence de leurs anciens possesseurs ; la ma- 
nofactitre royale d'armes à feu, qui occu- 
pe 1,200 ouvriers. — Commerce : ar- 
iBfs à fEQ , bougies, étoffes de laine, cour- 
roies , papier tendu tiré des papeteries en- 
virbOtitaiilfl». 

ExcTRSiOTis. — Les environs de Tulle 
offrent plu&ieurs buts d'excursions intéres- 
santes ; le plus rapproché est 

SotiLLAC, k environ 1 kil. de Tulle, 
avec ooe belle manu^ture de canons de 
fiisU. 
ARCENTAT (Corrèze). — Hôtel Notre- 



Dame. — Petite ville qui commerce en fu- 
tailles ; la Dordogne commence à y porter 
bateau. Les rues ài'Argentat sont étroites 
et tortueuses. — Curio5i7és : la cathé- 
drale^ antique édifice gSté par des répara- 
tions modernes ; le pont suspendu , do 
100 mètres de long, mais trop étroit. — 
Pop. 3,400 hah. 

AURILLAC (Cantal)^ Aureliacum. — 
Hôtels : des Trois-Fr6rès ; dos Voyageurs; 
de Saint-Pierre. — Ville ancienne , cliel- 
lieu du département, avec préfecture, dé- 
pôt d'étalons, collège, bibliothèque publi- 
que, cabinet de minéralogie, tribunaux ; la 
cour royale est à Riom. — Curiosités : 
les restes du château de St-Etienne^ an- 
cienne habitation des comtes à' Auvergne ; 
Yéglise St-Géraud , ornée d'un grand 
nombre de tableaux ; Vabbaye des Béné- 
dictins; h chapelle de Notre-Dame-des- 
NeigeSj construite au Xllle siècle ; la voûtr 
en est fort belle; le cours Monthyon^ belle 
promenade dite le Gravier , Vhôtel de 
ville y la halle, le dépôt d'étalons, V hip- 
podrome, le pont en pierre sur la Jorda- 
ne; la colonne élevée en mémoire de M. 
deMonlhyon. — Commerce : orfèvrerie, 
dentelles, papeteries, tanneries, bestiaux, 
chaudronnerie. — Patrie de l'inflShne Car- 
rier ; du pape Gerbert, inventeur des hor- 
loges à roues ; du maréchal de Noailles, du 
général Destaing, du général Delzons. — 
Pop. i0,500 hab. 

Les environs d'Aurillac effilent un vaste 
champ d*obser^'ations à l'antiquaire et au 
géologue. 



dbyGoOgk 



140 BOUTE 183. — D*AUr.ILLAC A MONTAUDAIf. 

ROUTE 182. 
46 myr. 4 kilomètre. 



SaÎDtrMamet. 


Im 


.8 


Maurs. 


2 


7 


Figeac. 


2 


i 


Le Bourg. 


i 


9 


Graraat. 


1 


7 


La Bastide-Fortunière. 


2 


2 


Pelacoy 


1 


8 


CAHORs(r. route 162). 


1 


6 



En été, cette roule montueuse est fort 
belle. 

A Murac ou à Aurilîac , il y a des 
p^uides qui connaissent le pays et dont on 
fera bien de se faire accompagner. 

SAINT-M.AMETlCanUl), bourg, chef- 
lieu de canton. — Curiosités : V église, 
très ancienne et bien ornée; le château. 
—Pop. i,WOMb. 

MAURS (Cantal), petite ville située agréa- 
blement dans la vallée dWrcarabie. — Cur 
riosiiés : sur la place publique , une 
belle /bn/aine jaillissante. — Pop 3J00 
hab. 



FIGEAC (Lot). — Hôtel la Poste. — 
Cette ville, agréablement située , possède 
sous-préfecture, tribunal , collège, société 
d'agriculture. — Curiosités: V église de 
l'abbaye , remarquable par son architec- 
ture des Xle, XVe elXIXe siècles. Le por- 
tail est surmonté d'un clocher de 40 mètres 
d'élévation. Notre-Dame-du-Pwj est un 
bel édifice du XI* siècle. Les Aiguilles^ 
Vobélisque placé au bord de l'eau, élevé 
à la mémoire de Champollion , né dans celte 
cité ; le château de la Baleine , mainte- 
nant pa/at« de justice, édifice curieux. — 
Commerce : vins et bestiaux. — Pop. 
7,300 hab. 

CRAMAT (Lot), petite ville située dans 
la vallée de l'i/son. — Curiosités : 
magnifique cascade. — Pop, 4,000 hab 

Toute cette route est des plus pittores- 
que, et présente parfois des scènes gran- 
dioses. Elle est parsemée de ruines et d'é- 
difices gothiques fort intéressants. 

CAHORS (u. route 162). 



ROUTE 183. 
D'AURiiiiiAc A monrTAUBAur, 

17 myr. 7 kilomètres. 



D'Aurillac à Figeac {v. 182). 


6m 


.9k. 


La Remise. 


1 


8 


Villefranche. 


1 


7 


Caylux. 


2 


9 


Caussade(r. roule 162). 


2 


1 


MONTAUBAN (v. routc 162). 


2 


3 



Cajare (Lot), à 2 myr. 1 kil. S.-O. de 
Figeac, petite ville dans une situation char- 
mante. — Curiosités: l'église paroissiale, 
dont l'in teneur est remarquable par de 
beaux morceaux d'architecture gothique. — 
Pop. 2,200 hab. 

VILLEFRANCHE (Aveyroo).— iîo7cf«: 



le Grand-Soleil; les Quatre-Saisons. —Jo- 
lie ville entourée de hautes montagnes, 
dans une contrée riante et pittoresque. Elle 

îsède sous-préfecture, tribunal, colU^e, 
société d'agriculture, bibliothèque publique 
et cabinet de physique. — Curiosités: 
l'église, ancienne collégiale, beau gothi- 
que ; le cloître de l'ancienne Chartreuse ; 
l'hôtel de ville, une jolie fontaine publique, 
le pont surlUi'ei/ro». — Aux environs, 
mine de cuivre. — Commerce ': grains, 
vins, jambons, truiTes, champignoDS, h&t- 
tiaux. — Pop. i 0,000 hab. 

MONTAUBAN(v. route 162). 



dbyGoOgk 



BOUTE 185. — BB FOIX A BAGNÈBES-DB-B1G0RRB. 

ROUTE 1»4. 
DE PAUIS a FOOLy 

Par Viviers, 77 myr. 4 kilomètre. 



147 



De Paris à Toulouse (p. roule 
\%t). 68 m. 9. k 

Kie«. 2 6 

averduD, S 2 

aiaieis. 1 5 

Foa. 1 9 

SAVERDUN (Ari^e), jolie ville, avec 
m bel hôpital . — Patrie du pape Benoit 
Xn. — Pop, 4,200 hab. 

PAMIERS (.\riégc).— HôUls : Catala 
Dnays. — C'est une ville ancienne « 
agréûÀf et commerçante. Elle possède 
sous-préfecture, tribunal, évêché, deux 
séfflioaires , collège , société d'agriculture, 
— Curiùsiiès : Ta promenade et la vue 
doDt on y jouit; le palais de Justice; 
Hiospice civil ; la cathédrale ; Tévêché ; le 
cmnent des Carmélites. — Commerce : 
Fabrique de serges , burats, liqueurs Qnes, 
fromages estimés , bestiaux. — Aux envi- 
rons, sonrces à' eaux minérales. — Pop, 
IJOO hab. 

VALS(Ariége), i myr. 2 kil. E. de Pa- 
miers ; village remarquable par une église 
fioft ancienne taillée dans le roc. 

MiREPOix (Ariége) , jolie petite ^ille , à 
2 myr. E. de Pamiers. — Curiosités : le 
pont ; l*bdtel de ville ; Téglise paroissiale , 
dont on admire le clocher ; vaste hôpital ; 
les fontaines et les places publiques. — 



Patrie du maréchal Clausel. — Pop. 4,400 
hab. 

FOIX Ariége). —ITd/efa : du Rocher; 
de la Poste ; des Voyageurs. — Ville d'une 
haute antiquité ; chef-lieu de préfecture , 
tribunal civil , société d'agriculture et des 
arts , collège, bibliothèque publique, théâ- 
tre. — Curiosités : le château des comtes 
de Foix , servant aujourd'hui de prison ; 
son donjon , qui date du XV« siècle, a en- 
viron 42 m. de hauteur; le palais de jus- 
tice , bel édifice ; la préfecture , partie de 
Tancienne abbaye de SaintrVolusien ; l'é- 
glise Saint- Volusien , monument gothique 
massif; les casernes ; le pont sur V Ariége. 
— Commerce : draperies , fers , limes ; il 
y a des forges, des martinets. — Pop. 
5J00 hab. 

Environs. — 2 myr. Les bains d*Us- 
sat. — Hôtels : des Voyageurs ; de l'éta- 
blissement des bains. — Ces bains sont 
fréquentés de juin à octobre par un millier 
de malades. 

Eaux-d'ax. — Hôtels : d'Espagne ; do 
France. — Ai myr. 2 kil. de Foix. Ces 
eaux thermales ont une grande réputation. 
L'établissement est fort bien tenu, les rou- 
tes pour y arriver magnifiques, les environs 
remplis de beaux sites. — Pop. 2,000 
hab. 



ROUTE 185. 
DE WOW3L A BAOUnÈRES-BE-BICïORRC:, 

44 myr. 7 kilomètres. 



La Bastide de Serou. 1m. 8 k. 

Saint^in)ns(p.r. 168). 2 6 

Ibne. 2 1 

SttnU;audens. 2 6 



Montrejeau. 1m. 4 k. 

Lannemezan. 1 6 

Ba6nères-de-Bigorre ( v. r. 
151). 2 e 



dbyGoogk 



148 BOUTE 187. — DE PARIS A ALBX. 

ROUTE 186. 
DE WOWJL A BAC»]!irin£S-BE-IiI7€HO]¥9 

4 4 myr. 4 kilomètres. 

De Foix à Monlrejeau (voyez iMontrejeau à Bacnkres-de-Lu- 

routelSo). i0m.5k.| chon (p. r. 152. 3m. 9 k. 



ROUTE 187. 
DE PARIS A AliBT, 

Par CLERMOKTet Rodez, 68 myr. 4 kil. 



De Paris k Clcrmont ( 


V. r. 




17G). 


58 m 


.2k. 


Coudes. 


2 


4 


Issoire. 


1 


1 


Lorapdes. 
Massiac. 


2 
1 



8 


La Barraquc. 
Saint-Flour. 


1 
1 


1 
9 


Chaudcsiigues. 
Lajçuiolle. 
Espalion. 
Rodez. 


5 
5 
2 
5 


5 

2 

4 

1 


La Motte. 





5 


LaFarguetle. 

ÂLBY. 


2 



4 



A Massiac nous quittons la route de 
Clermonl à Aurillac. 

SÂlNT-FLOUR (CanUl). — Hôtel: 
de France. — Ville bâtie en l'an 1000 , 
sur une montagne de laves basaltiques 
coupée à pic , et élevée de 100 m. au- 
dessus du foubourg où passent la rivière et 
la grande route. Elle possède sous-préfec- 
ture, tribunal, évôcbé, séminaire, collège, 
bibliothèque publique, cabinet de physi- 
que. — Curiosités : la calhOdrale , avec 
un bon tableau, la Présentation au temple, 
l'ancien couvent des Jacobins ; celui des 
Yisilandines ; un portique à' l'entrée de la 
ville ; l'hôpital ; l'avenue de Murât ; le pa- 
lais épiscopal ; la vue dont on y jouit ; le 
séminaire, son église et ses terrasses; la 
fontaine publique ; le pont de deux arcs à 
plein cintre, style roman. — Commerce : 



blé, mulets, dentelles, colle forte. — Pop. 
6,100 hah, 

ESPALION (Aveyron), ville dans un 
magnifique bassin , avec sous-prcfecture , 
collège , tribunal. — Pop. 4,400 hab, 

RODEZ. — Hôtels : des Voyageurs ; 
des Princes ; de la Ville de Paris. — Chef- 
lieu de l'Àreyron, avec préfecture , tribu- 
naux, évCché érigé dans le V*? siècle , 
grand séminaire , collège royal , pépinière 
départementale , bibliothèque publique , 
cabinet d'histoire naturelle et de physique, 
école de sourds-muets, école normale pri- 
maire , petit séminaire , dépôt royal d'éta- 
lons , musée , société des sciences , lettres 
et arts. — Curiosités : la cathédrale, im- 
posant édifice, fondé en 1274 , mais non 
terminé , ses beaux vitraux , le clocher de 
86 m. d'élévation surmonté de la statue de 
la Vierge ; le palais épiscopal qui renferme 
un superbe escalier en fer à cheval ; l'hô- 
tel de \ille; l'hôtel de la préfecture; le 
palais de justice ; le séminaire ; le collège 
royal , un des plus beaux de France ; les 
promenades. Rodez abonde en maisons ao- 
tiques des XV» et XVl» siècle». — Com- 
merce : bestiaux , mulets , bons fromages 
dits de Roquefort, tant vantés par Pline ; 
fabriques de draps, de chandelles , filature 
de laine , tanneries , toiles grises , filature 
de soie. — Pop. 11,000 hab. 

ALBY (Tarn) Albiga. — Hôtels : des 
Ambassadeurs; de l'Europe; du Nord. — 
Ville ancienne sur une éminence dont la 
base est arrosée par le Tarn. C*est le chef- 



dbyGoOgk 



BOUTB f 89 — DE TULLE A CLEBMONT. 



119 



l:eo du départefDent ; il y a préfecture, tri 
banaux , archevêché « séminaire , collège 
rogoinasal, école Donnale, bibliothèque 
publique, théâtre. — Curiosités : l'église 
de âaiaté-Cécile dont Tlutérienr est orné 
d'anbesqoes bien conservées; Tégiisc 
Saint-SaiT] pfésente aussi une architecture 



! intéressante. La statue en bronze de Lapé- 
rouse , œuvre de Raggi , érigée en 18i5; 
le palais archiépiscopal ; ThOtel de la pré- 
fecture ; l'hôtel Saint-Jacques ; la salle de 
spectacle; le jardin royal; la promenade 
de la Lice. — Commerce : vins , grains , 
fniits secs. — Pop. iâ^ZOO hab. 



ROUTE 188. 

D'AIiBT A iniIiHAIJ , 

-10 myr. 9 kilomètres. 



Le Fraysse. 


2m.5lL 


Sânt-S^ntin. 


2 i 


SaiBt-.\fnqiie. 


5 2 


Miuutj 


2 8 



SACÇT-AFFRIQUE (Aveyron), chef-Ueu 
de soos^véfecture, assez bien situé, et dont 
Ië5 oamiiîiclaTes de draps sont estimées. 
— Curiotiiés: lliôpital; le palais de justi- 
ce; oœ belle fontaine ; TégUse paroissiale. 
~ Pop. 6,800 hab. 
A 1 myr. est situé le \illage de 
RoQL'EronT, si renommé par ses froma- 
çts. n &nt visiter les caves à fromages, 
fJdat qpelqaes-unes sont taillées dans le 
fw vif. 
B.vDiS DE Sylvakès, à 2 myr. de Saintr 



Affrique (Aveyron) , eaux thermales de 50 
à 55 degrés centigrades. 

MILHAU (Aveyron). — Hôtels: du 
Chapeau-Rouge ; du Lion-d'Or ; du Com- 
merce. — Ville située sur la rive droite du 
Tarn : c'est un chef-lieu de sous-préfec- 
ture avec tribunaux, église réformée , so- 
ciété biblique protestante, collège commu- 
nal, société d'agriculture. — Curiosités : 
une jolie place; les promenades , les fon- 
taines, le pont sur le Tarn. — Commer- 
ce : laines , bois , cuirs , vins , bestiaux , 
ganteries, chapelleries. — Pop. 9,600 h. 

ExcuRSio.N. — A Cheyssel (2 kil.), 
pour voir une cascade dont la chute est de 
55 m. , et un rocher de tuf formé de ra- 
meaux d'arbres pétrifiés. 



ROUTE 189. 



DE TlJIilii: A €IiCmfIO]¥T , 

^4 myr. 5 kilomètres. 



Les Qnmiis-de-BTack. 


Im 


.7k 


Egalons. 




5 


La Chapelle. 




5 


Ussd. 




A 


Oàkua. 




5 


I> 11IMII lut* 1 

Dooipas&e. 




5 


Raehefbrt. 


2 


5 


ClermO-Xt (p. r. 17^). 


2 


9 



USSEL (Corrèze) Uselis. — Hôtels: 
du Dauphin ; Notre-Dame ; des Trois - Pi- 
geons. — Petite ville, chef-lieu desous-pré- 
fecture,avec tribunal, collège, société d'agri- 
culture. — Curiosités: lesrestesd'un camp 
romain et d'une voie militaire; sur la 
place publique, un aigle antique en granit. 
— Pop. â,400hab. 

CLERMONT(v. route 17G). 



dbyGoOgk 



150 



La Borde. 
Brives. 



BOITTE 191. — DB PABIS A PBBPIG!«AI«. 

ROUTE 190. 
DB TÏÏJMJUE IL TOVIiOlJSfi, 

24 myr. 5 kilomètres. 

1 m. 5 k. iBrives à TouLOUSE(t;. r. 162). 21 m. 5 k. 
1 5 ' 



ROUTE 191. 



DE PARIH A PERPIOMAM, 

Par Moulins , Clermont , Milhau, Lodève, PÉzÉNAset Narbonne , 
84 myr. 7 kilomètres. 



Villejuif. 



0m.8k 



Fromenteau. 1 
Essonne. 1 


1 

2 


Ponlhierry. 1 


1 


Chail)y. 


8 


FoDtainebleau. 1 





Nemours. 1 


6 


La Croisière. 1 


3 


Fonlenay (Loiret). 


7 


Montargis. 1 


4 


Nogent-8ur-Vernisson. 1 


7 


La Bussière (Loiret). 1 


2 


Briare. 1 


2 


Neuw-sur-Loire. 1 


•7 


Cosnê. 1 


4 


Pouilly (Nièvre). 1 
U Chanlé. 1 


5 
5 


Pougues. 1 


3 
2 

2 


lie ver». 1 

Magnv (Nièvre). 1 


Saint-Pierre-le-Moutier. 1 


1 


Saintrimbert. 


8 


Villeneuve-sur-Allier, • 1 





Moulins. 1 


2 


De Moulins à Clennont iv. r. 




176). 9 


4 


Clennont à S^-Flour (v. r. 187) 10 


5 


La Besseyre-de-Lair. 1 


6 


Saint-Chély. 1 


9 


Couffinhet. 1 


8 


Marvejols. 1 


6 


La MoUie. 1 


9 


Sévérac-le-Châleau. 2 


5 


Usparetz. 1 


5 



Milhau. 


1 m 


.7k 


La Cavalerie. 




7 


Caylar. 




2 


Saint-Pierre-de-la-Fage. 




3 


Lodève. 




5 


Clennont (Hérault). 




7 


Pézénas. 




1 


La Bégude-de-Jordy. 







Bezières. 




2 


Nissan, 




1 


Narbonne. 




7 


Sgean. 




1 


Fiton. 




6 


Salccs. / 







Perpignajî. 




5 



FONTAINEBLEAU(Seine-et-Manie).— 
Hôtels : de France , en fece du château ; 
de Lyon, où est la Poste. — - Jolie ville , 
chef-lieu d'arrondissement, avec des rues 
larges, propres, de beaux édiûces, dont le 
principal est le château royal , que fonda 
Louis VII dit le Jeune , qu'agrandit prodi- 
gieusement François !«»•, et où Napoléon 
abdiqua en avril 1814. — Curiosités: 
rhôtel de ville ; le palais de justice ; la bi- 
bliothèque , d'environ 5,000 volumes ; les 
deux hospices; les quartiers de cavalerie ; 
la belle caserne d'infanterie ; le château , 
espèce de sanctuairo* où tous les art» so 
sont plu h déposer leurs chefe-d'œuvre. Il 
se compose de cinq corps de bâtiments di- 
visés par autant de cours ou de galeries ; 
la bibliothèque que Napoléon y 6t former 

Digitized by VjOOQIC 



KOIiTE 191, — DB PABIS A PEnPIGNAN. 



151 



en i SOT, est rîehe d'environ 30,000 vol., 
mais elle n'est pas publique ; dans le jar- 
din du Roi , 00 voit an milieu d'un bassin 
de Dkaffhce blanc une magniCque statue de 
Diane ; dans rintérieur de ce jardin , sont 
^ cl lk de belles statues en marbre , œu 
vies de bons maîtres ; au midi, autour d'un 
étaiif penpté de carpes monstrueuses, une 
espèce de parc de forme anglaise offre aux 
habitants et aux voyageurs une admirable 
prumenade d'été. — Pop. 40,000 hab 

Le voy^eor n'oubliera pas de visiter la 
forH de Fimiainebleau , la plus curieuse 
et h pfas pittoresque qui existe en France. 

NOiOCRS (Seine-et-Marne) Nemus, k 

à can» de sa situation entre les forfits de 

HoBtargis et de Fontainebleau. — Hôtels : 

de b Come; de TEcunie -France; de 

Booipagne. — Petite ville avec salle de 

sperlacte. — Curwgité$ : la Grande Rue, 

large et fort belle; le pont; les frstfches 

prmieBades sur les bords du canal de 

Mooiargis; le château ruiné des ducs de 

Nenours; la bibliothèque publique. — 

Pop. 4,000 hab. 

liOXTARGlS (Uiret) Mons Àrgiau. 
— Bôteh : de la Poste ; de la Ville-de- 
L500; Saint-Antoine. — C'est un chef-lieu 
de sous-préfecture, avec tribunaux , collè- 
ge, etc. — Curiotités : l'église de la Ma- 
deleine, nwnument remarquable par la 
haatenr et la hardiesse des piliers; les 
reines dn vieux château , dont il ne reste 
Bûntenani que 8 grosses tours; le canal 
de Briaie et de Loing, qui commence à 
cette ville; la promenade le long de ce ca- 
nal. — Commerce : grains, bestiaux 
mootsrde. — Pop. 7,400 hab. 

U Cuit visiter la belle forêt de Montar- 

Avant d'arriver ï Briare , on jouit 
d'nne vue magnifique sur la Loire. 

BRIARE (Loiret). — Hôtel de la Pos- 
te. — Boorg situé sur la Loire.— Cuno- 
sUéf : le quai bordé d'arbres , et le canal. 
— Commerce; vins, bois.— Pop. S,300 
kak. 

COSNE ( Nièvre ). — HôUh : du 
Grand-Cerf; de la Poste. — Ancienne 
viHe sur la Loire, avec sous-préfecture, 
tfibvnal, etc. — Curiosités :W cha- 
pelle Notie-Bame-de-Gale, édifice go- 



thique ; la salle d'audience du tribunal ; les 
forges, et la promenade sur les bords du 
fleuve. — Commerce : vins, grains, cou- 
tellerie. — Pop. 6,600 hab. 

A 1 myr. de l'autre côté de la Loire , 
est 

S.\5CERRE (Cher). — Hôtels : le Bœuf- 
Couronné ; le Lion-d'Or. — Ville ancienne 
située sur une montagne couverte de vignes 
qui produi;^nt un vin estimé ; elle possède 
une sous-préfecture , mais elle est mal bâ- 
tie. — Curiosités : les places publiques ; 
la fontaine ; plusieurs églises gothiques. 

— C'est la patrie du maréchal Macdonald. 

— Pop.S,700hab. 

POUILLY (Nièvre), jolie petite ville, si- 
tuée sur la rive droite de la Loire. — 
Commerce : vins estimés. — Pop. 5,300 
hab. 

LA CHARITÉ (Nièvre). — Hôfeh : de 
la Poste; du Grand-Monarque. — An- 
cienne et petite ville mal percée et mal 
bâtie, mais dans une belle situation sur les 
bords de la Loire. — Curiosités : l'église, 
qui a dû être un bel édiflc^e dans Torigine, 
mais sa nef est en partie détruite ; le pont 
et la promenade sur la Loire ; la vue de 
deux ponts , prise de cette promenade on 
terrasse. — Commerce : grains, vins, 
chanvre, fers, aciers, charbons, tanneries. 

— Pop. 5,000 hab. 

POUGUES (Nièvre), beurg connu par 
ses eaux minérales, au milieu d'une jolie 
vallée dominée par des montagnes qui of- 
frent des points de vue magnifiques. Cette 
eau est gazeuse, claire, limpide, inodore, 
sa saveur est vive et piquante. Elle a beau- 
coup d'analogie avec celles de Spa et de 
Selt%. — On trouve dans cette petite lo- 
calité de bonnes auberges et des maisons 
particulières où l'on est fort bien. — Pop. 
700 hab. 

Ensuite la route s'élève jusqu'au sommet 
d'une colline , d'où l'œil découvre un des 
plus riches points de vue qui soient en 
France. 

NE\^RS(Nièvre).— Hd^eto .-deFrance; 
de la Nièvre; de rimage; de l'Europe. C'est 
le Noviodunum des Eduens. — Cette 
ville possède une préfecture , évôché , sé- 
minaire, fonderie royale de canons, biblio- 
tlièque publique, des bains, un théâtre. Sa 

Digitized by VjOOQIC 



152 



BOUTE 191. — DE PABIS A PEDPIGIfAN. 



situation est très pittoresque. On y traverse 
la Loire sur un pont en pierres composé de 
20 arches. — Curiosités : la cathédrale , 
sous l'invocation de saint Cyr , dont le 
chceur se fait remarquer par la légèreté et 
la grâc^ de ses arceaux, de ses piliers , et 
nar une foule de sculptures qui garnissent 
les murs; elle est surmontée d'une belle 
lour dans le style gothique; l'église de 
Saint^uveur, édiûce roman, qui sert 
maintenant de magasin: elle date du XIY» 
siècle; l'église de SaintrEtienne , autre 
monument de style roman , d'une grande 
simplicité , date de 1063 ; l'église Saint- 
Genest, style ogival, servant de brasserie ; 
le portail de l'église de la Visitation ; Thô- 
pital civil ; le château des ducs de Nevers, 
qui sert maintenant d'hôtel de ville; l'évé- 
rhé; l'arc de Triomphe; la porte des 
Croux ; la caserne de cavaierie ; la fonde- 
rie de canons ; les ateliers où l'on fabrique 
des câbles et des chaînes en fer pour les 
ponts suspendus; la bibliothèque; la pro~ 
menade du chftteau ; la maison de maître 
Adam, etc. — Commerce : vins, blés, 
eaux-dé-vie, fiiïence, porcelaine, ouvrages 
f'n émail, etc. — Nevers est la patrie 
lie saint Jérôme. — Pop. 17,000 hab. 

ExcoRSiONS — A 1 myr. 6 kil., l'é- 
tablissement de la Chaussade, appartenant 
à l'Etat; on y fabrique des câbles en fer 
pour les gros vaisseaux. 

Impinj , sur la rive droite de la Loire ; 
c'est de cet établissement que sortent les 
cuivres rouges, les fers blancs, nécessaires 
«i la marine. 

A 6 kil. sur la rive droite de la Loire, 
le magnifique établissement de Fourcham- 
hault, pour la fabrication du fer. 

Près du confluent de l'Allier et de la 
Loire, le beau pont-canal du Guettin 
qu'il faut visiter. 

MOULINS (Allier). — Hôtels :Gnnd 
Hôtel de Paris; de la Poste; de l'Ecu de 
France; de l'Allier. — Ville l>âlie dans le 
XlVe siècle, sur l'Allier, chef-lieu du dé- 
partement, avec préfecture, collège royal, 
cvôché, tribunaux, bibliothèque publioue, 
théâtre , musée. Les rues sont peu régu- 
lières, mais propres et bien pavées. — 
Curiosités : la cathédrale de Notre-Dame, 
avec uo petit chœur du style fleuri , ses 



beaux vitraux du XVI* siècle , et une an- 
cienne peinture représentant la Vierge a 
l'Enfant, attribuée à Ghirlandajo, Le 
caveau sous le chœur renferme les cendres 
de Jeanne de France , fille de Ghtrles 
VII; celles àe Jeanne d* Armagnac, fille du 
duc de Nemours , et celles de Jean II ei 
de Pierre II. — L'ancien palais des 
Bourbons^ dont la tour est encore debout; 
les églises ; l'horioge de la iamille Jacque- 
mard ; le mausolée du duc de Montmo^ 
rency, dans le collège, jadis église de la 
Visitation ; le pont , qui offre l'architectore 
et presque la beauté de celui de Neuiliy ; 
le musée fondé en 1842. — Commerce : 
coutellerie estimée, grains, vins, bœufs. — 
Pop. 17,200 hab. 

Bateaux à vapeur. — Service jouma- 
Uer pour Orléans; trajet en 50 h. 

Pour la description de la route de 
Moulins à Clermont (v. route 176). 

De Clermont k Saint- Flour (v. rouie 
187). 

De Saint -Flour à Milhau (v. route 
188). 

LODÉVE (Hérault). — HôteU: de la 
Croix - Blanche ; du Nord. — Ville si- 
tuée au pied des Cèvennes , dans un joH 
vallon . Elle possède sous-préfecture , trilni- 
naux , chambre consultative des manufac- 
tures, conseil de prud'hommes, colléç:e, 
société d'agriculture, théâtre. — Curiosi- 
tés : un ioH pont jeté sur l'Ergue; l'église 
Saint-Fulcrand ; la grotte des Joife: de 
belles avenues. — Commerce : vins, 
eaux-de-vie, amandes. — Pairie du cardi- 
nal Fleury , du conventionnel Brunel , du 
général Liagarde. — Pop. 41^000 hab, 

CLERMONT (Hérault), ville ancienue 
agréablement située sur le penchant d'une 
colline. — Curiosités : une église gothi- 
que du XI V« siècle , remarquable par ses 
trois nefs , son clocher très élevé et une 
belle abside ; les vitraux peints sont ma- 
gnifiques. — Pop. 6,200 hab. 

PÉZENAS (Hérault), Hôtels: de la 
Paix; des Trois-Pigeons. — Petite ville 
située sur la rive gauche de V Hérault. 
Elle possède collège , tribunaux, bourse, 
théâtre. — Curiosités : une jolie église 
église paroissiale; l'écluse ronde, 27 m. 
de tour; les environs riches, variés, cou- 

Digitized by VjOOQIC 



160 



ROUTE 20#* — DE PARIS A NfSMBS. 



trois beaux vallons, elle voit serpenter au- 
tour d'elle trois rivières : la Loire, la Bor- 
we, leDoléon. — Curiosités: le musée, 
riche en tableaux des bons maîtres des 
iicoles ancienne et moderne ; le palais de 
justice; de belles fontaines ; la cathédrale, 
qui renferme la statue de la Vierge appor- 
tée d'Egypte par saint Louis ; la chapelle 
Sinclair y ancien temple de Diane; Végli- 
ÈC St-Laurent , qui renferme le tombeau 
du connétable Duguesclin; le pot»/ SULau- 
renty près l'église de ce nom; VhôteU 
Dieu ; {'hôpital-général; le séminaire; 
, lo collège ; V hôtel de ville ; les casernes ; 
l'hôtel de la préfecture ; le musée des 



antiquités en département. — Commer- 
ce: mules, mulets, bestiaux, cuirs et den- 
telles. —Pop. 43,000 hab. 

Au milieu du village d'Àiguilbe, fau- 
bourg du Piiy, s'élève un énorme rocher 
conique, dont le sommet porte l'antique 
chapelle de St-MicheL Cette chapelle, 
construite en 965, a été réparéeh plusieurs 
reprises; lerocher et l'édifice sont des plus 
curieux et des plus pittoresques. 

AwTiauiTÉs. — Peu de départements 
sont plus curieux à visiter, sous le rapport 
des antiquités , que celui de la //aK»e- 
loire. 



Yssengeaux. 
Kionistro! 



ROUTE 202. 

DD PUT A HAOTT-ÉTIEIIOirE, 

7 myr. 7 kilomètres. 



2m.8k. 
2 
i 7 
1 2 



Firminy. 

Saint-Étienne (v. r. 208). 

YSSENGEAUX (Haute-Loire). — Hô- 
tel de l'Europe. — Petite ville avec sous- 
préfecture , tribunal , collège , société d'a- 
griculture , bibliothèque piS)lique. — Cu- 



riosités: l'église paroissiale, joli édifice 
moderne; quelques belles maisons. — 
Pop. 7,800 hab. 

MONISTROL (Haute-Loire), petite ville 
qui possède un petit séminaire et une^ bi- 
bliothèque publique. — Curiosités: l'ancien 
couvent des Ursulines, l'ancien château des 
évoques du Puy. — Pop. i,SOO hab. 



ROUTE 205. 
DE PARIH A MUMEli, 

Par Lyon, VALE^'CE et la Palude, ^^ myr. 5 kil. 

DeParisàlaPalude(i;.r. 199) 64m.ik.IDelaPaludeàNismes(î;.r. 199) 6m. 9k, 



ROUTE 204. 

DE PARIS A nriSIRIESy 

(^e route) 

Par CLEaMOiNT, Mende et Florac^ 74 myr. 6 kit. 



De Paris à Mende {v. r. 197). 5€ m. 8 k. 1 Florac. 
Molines. 2 6 I Pompidou. 



i m. 1 k. 
2 5 



dbyGoOgk 



154 



ROUTE 193. — DE PERPIGNAN A OLETTB. 



remarqae l'église Saint-Jean ; la cathédra- 
le gothique, dont la voûte est d'une har- 
diesse admirable; Tancien local de TUni- 
versité; le palais de Justice; ThOlel de 
ville ; les places de la Loge , d'Armes , de 
la Liberté; les hôpitaux SaintrJean, et de 
la Miséricorde; les fortifications, etc. — 
Commerce : vins de Rivesalles , d*£«- 
péra , de Malvoisie , de Maceabeu , de 
Grenache, huile, eaux-de-vie, etc. — Pop. 
tS^OOOhab, 

EXCURSIONS. — RivESALTES, renommé 
par ses vins muscats , est à 1 myr. «N. de 
Perpignan. — Pop. SySOÛhab. 



GÉRET, k 2 myr. S.-O., a un pont ma- 
gnifique d'une seule arche , et possède 
sous-préfecture, tribunaux , caserne et une 
jolie fontaine. — Pop, 3,600 hab. 

Forthles-Bains , petit fort à 7 kil. de 
Céret , au pied duquel se trouve le village 
des 

Bains d'Arles. — C'est un établisse- 
ment fréquenté par des personnes affectées 
de rhumatismes , de sciatique, de paraly- 
sie. Les bâtiments sont grandioses, le gou- 
vernement y a fait construire un bel hôpital 
militaire. 



ROUTE 192. 



Kine. 


Im.ik 


Colliourc. 


1 i 


ï'ort-Vendres. 


3 



DE PERnOIVAM A PORT-VElirDRES, 

o myr. ^ kilomèlre. 



tite ville qui a un port sur la Méditerranée, 
et est défendue par un château et trois pe- 
tits forts. — Curiosités: le clocher ^ dont 
le pied forme une tour. — Commerce : 
vins excellents, sardines salées. — Pop. 
3,700 hah. 

PORT-VENDRES (Pyrénées - Orienta- 
les) Portus Veneris. — Hôtel du Com- 
merce. — Petit port dont rimporlanc* 
augmente chaque jour par les travaux qu'y 
fait exécuter le gouvernement. — Pop. 
2,000 hab. 



ELNE (Pyrénées-Orientales) , petite ville, 
Vllliberis des Romains. — Curiosités : 
l*é{7/»c bâtie par l'évoque Bérenger k son 
relour de la Terre-Sainte , en 1027 : elle 
est construite sur le modèle de c^Ue du 
8t-Sépulcre de Jérusalem. — Pop. 2,600 
hab. 

COLLIOURE (Pyrénées-Orientales). 
IWch : du Parc ; de la Renommée. — Pe- 



Hle. 

Prades. 

Olette. 



ROUTE 193. 



DE PERPIOMAIV A OUBTTE , 

5 myr. 8 kil. (Eaux mviérales). 



2m.ik. 
1 8 
1 6 



ILLE (Pyrénées-Orientales) , jolie ville 
sur la Tet, assez bien bâtie et entourée de 
murailles flanquées de tours. — Curiosi- 
tés: l'ôglise paroissiale, bel édifice ^Com- 



merce: fruits excellents. — Pop. 3,500 
hab. 

PRADES (Pyrénées-Orientales). — ^ Hô- 
tel assez bon. — Jolie petite ville sur la 
Tet, avec sous-préfecture, tribunal, sémi- 
naire, collège. — Curiosités : V église pa^ 
roissialCy grande et belle ; la place plan- 
tée d'ormes et de micocouliers ; les pro- 



Digitized 



by Google 



BOOTB 104. — DB PARIS A PBBPIQHAN. 



155 



et les /bjifotfies publiques. — 
i les enviraos, ruines de la célèbre ab- 
faaje de SmtU^Martin-iie-Cuxa. — Pop. 
3,3Ù0kab. 

à 4 kil. se troitveol les Jlati» de M<h- 
lilf , Iris renooimés. 

A 1 kîl. S.-S.-O. de Prades, est 
VmET , dsus un joli Talion , avec des 
è«»trii fréquentés. 



OLETTE (Pyrénée»Orientales>, petite 
ville dans une gorge qu'arrose la Tet, — 
Tout près se trouve rétablissement des 
Bains qui sont très fréquentés pendant la 
saison. — La température moyenne de» 
eaux est de 50o centigrades. — Toute cette 
contrée est riante et pittoresque (voyez le 
Guide du Voyageur aux Pyrénées de 
Richard et Quétin). 



ROUTE 194. 
DE PARIH A PERPIOUTAIV, 

^jgœe rouie) 

ParCLEBHONT, Rodez, Albt, C4stres et Gircassonne, 9\ myr. 
— Route de poste. 

gée en deux parties : la ville haute nom- 
mée la Cité, et la ville bassef carrée et ir- 
régulièro. La ville haute est très ancienne ; 
les habitants en font remonter la fondation 
à quelques siècles après le déluge. — Cu- 
riosités: la fontaine de Neptune avec 
quatre chevaux marins, Vhôlel de viUe^ la 
cathédrale avec le tombeau de Simon de 
Montfort; V église de St-Vincent; la co- 
lonne de marbre rouge , érigée en Thon- 
neur de Riquet , créateur du canal du Mi- 
di ; la bibliothèque publique ; le Calvaire; 
l'établissement hydraulique de la filature 
de laine ; les promenades ; Vhôtel de la 
préfecture dont le jardin renferme une co- 
lonne antique , élevée à Numérien, fils de 
l'empereur Gaûfus, né à Narbonne ; la halle ; 
le pont-aqueduc de FresqueU à 1 kil. de 
la ville. — Commerce: eaux-de-vie, oli- 
ves, vins , manufacture de draps. — Pa- 
trie de Fabre d'Eglantine. —Pop. SO,SOO 
hab. 

LIMOUX (\ude). —Hôtel du Parc. — 
Chef-lieu d'arrondissement. Cette petite 
ville est située sur la rive gauche de 1*^4 tide, 
au milieu d'un vallon fertile. Elle possède 
sous-préfecture, tribunal, collège commu- 
nal» une société d'agriculture, une salle de 
spectacle. — Curiosités: une vaste église 
bien ornée, des promenades charmantes , 
|un hôpital, des fontaines, des halles et 

Digitized by VjOOQIC 



IteParisàAlby(r. r. 187). 


68 m 


.3k 


RéaiiDat. 


1 


9 


CaHres. 


2 


5 


Miramct 




8 


Uartys. 




6 


VîHanloniiel. 




4 


Carcaasoniie. 




7 


Limoax. 




4 


Cooiza. 




6 


PeatHie-Charia. 




9 


Casdîès. 







Sâiil.PaDl.<)e.FeDoaiUet. 




1 


Estagel. 




8 


PHiPiC5A»(r.r.l91). 


2 


2 



RÊALMONT (Tarn), petite ville, chef- 
Beo de canton. Ses rues sont droites et 
aiioofisse&t à une jolie place. — Dans les 
esvirofis, mines d'argent, de houille et de 
vitriol. — Pop. 2,900 hab. 

MAZAMET (Tarn) , jolie ville où l'on 
Inove des ûbnqnes considérables de dra- 
perie. — Pop. 9,800 hab, 

CARGASSONNE (Aude) Carcasse. — 
H6UU: Bonnet; Saint4ean-Baptiste ; St- 
Pierre. — C'est le ebef-liea do département, 
avec préfectore , évêché éngé dans le VI* 
siède/kiix sénÛBaires, tribunaux, collège, 
école Domiale, soeiéié d'agriculture,biblio- 
tkftque publique, cabinet de physique et 
d'histoire oatoreUe, tiiéltre. Elle est parta- 



156 



ROUTE 196. * DB CABGASSOKNB A POIX. 



(le belles maisons. — Commerce : vins 
blancs, huiles , manu&ctures importantes 
de draps. — Pop. 9,400 hab. 

COUIZÀ (Aude), village sur VÀude. — 
Curiosités : Tancien château , converti 
en filature. 

A 8 kil. E. de Couiia, se trouve 

RenneS'leS'BainSt dont les eaux sont 
renommées pour les maladies delà peau. — 
Lrnr température varie entre 40» centigra- 
des et 520. 

SAINT-PAUL-DE-FENOUILLET (Py 
ronécfrOricntales), petite ville entourée de 
montagnes arides , et qui possède deux 
s(»urces d'ea«.r minérales. — Commer- 
ce : bestiaux. — Pop. '^JOO hab. 



A i kil . , dans un vallon étroit et i 
ge, il fout aller visiter l'ermitage de SaùU" 
ÀrUoine-de-Goiamut. C*est une grotte 
spacieuse dans laquelle on voit la statue du 
saint sur un autel de marbre. 

ESTAGEL (Pyrénées-OrienUles), joli 
l)ourg dans une contrée couverte de vignes 
et d'oliviers. — Curiosités : sur le som- 
met d'une montagne escarpée, l'eroiitage 
de Noire-Damerdes-Peines, et près de 
là, les ruines de celui de St-Vincent. — 
Commerce : eaux-de-vie, huile d'olive. — 
Patrie du savant Arago. — Pop. 2,Â00 
hab. 

PERPIGNAN (v. route 191). 



ROUTE 195. 
DE PARIS A AMÉldOË-lJSJi-BAIlirfl, 

88 myr. 6 kilomètres. 



Do Paris à Perpignan {v. route 



191). 


8im.8k 


Le Boulou. 


2 2 


Amélië-les-Bains. 


1 6 



LE BOULOU (Pyrénées-Orientales), 
village qui commerce en liège. On y voit 



une église, dont le portail offre des sculp- 
tures très remarquables. — Pop, 4,200 
hab. 

AMÉLIE-LES-BAINS ( Pyrénées-Oricn- 
taies), établisscmemcnt thermal, au milieu 
de sites agrestes, et qui tend à s'accroître 
rapidement. 



ROUTE 196. 
DE CARCAliMIIIOinE: A Fon 9 

9 myr. 7 kiloraèîres. 



Limoux (r. route 19i). 2 m. 5 k. 

Chalabre. 2 K 

Lavelanet. 2 1 

yoi\{v route 18i). 2 6 

GHALABRE (Aude). — Hùlcl d'Espa- 
fiiic. — Jolie petite ville agréablement 
située sur le Lers. — Pop. 5,200 hab. 

LANllLANET (Ariége) , bourg , ehef- 
llcu de canton, sur la Touire. — Cttriosi- 
îès : ilans les environs , gouflfW» profond 
dans lequel la rivière se précipite. — 



Commerce : draps cuir de laine. — Pop. 
3,400 hab. 

De Lavelanet à Tarascon , 
2 myr. 9 kil. 

TARASCON (Ariége), petite ville pitto- 
resquement située au confluent de TAriége 
et du torrent qui traverse la x-allée de Vir- 
Dessos. — Curiosités: un beau pont en 
marbre; dans les environs , la chapeHe 
yotre-Dame-de-Sabard , pèlerinage on 



dbyGoogk 



KOCTS 198. — D8 PAB1S A MOI^TPELLIEB. 157 

Bxatentouis; grottes hre, — Commerce : bestiaux, fromage». 

I de fer, carrières de mar-l— Pop, S, 000 kab. 



ROUTE 197. 



DB PARIH A HElinDi: , 

Par Moulins et Clermont, 36 myr. 8 kil. 



De Paris à Smit-Floar (v. 

r«itel8T). iSm.Sk. 

LaMeyre-de-Lair. i 6 

5«iMie^. 1 9 

Mesh. 2 2 

HEîDEOiOzère).— JîoteidB PaviUon. 
— ViDe aadeiioe, {Mimâtes , suivant 
«ïKlqBes archéologues ; Àndoritum des an- 
riens ^o&o/i, d'où est venu le nom de la 
eoairée dm Gévaudan), chef-Ueu du dé- 
\axtemai , avec évSché, collège royd, sé- 
™»ijg, bibliothèque publique, galerie de 
î^bfewx. C"esl une ville mal bâtie. — Cu- 
rimté$:h cathédrale, plusieurs belles 



fontaines ; à la préfecture , autrefois pa- 
lais de revêtue, la galerie des tableaux 
peints par Benard. — Commerce: fabri- 
ques de serges , cadis, gros lainages. — 
Pop. 6,400 kab. 

Excursions. — A 8 kil. àrE.,aux 
eaux de Bagnols, eaux sulfureuses. 

A 4 kil., au village de LanuéjolSf mo- 
nument antique avec un pilastre corinthien 
à chaque angle. 

I II y a des mines de plomb à Aliène, 1 
'myr. 2 kil. ; d'argent, ae plomb , de cm- 
'vrc, à ViUefort, 3 myr. 6 kil. E.-S.-E. 
(1,500 h.); à Vialas, mines d'argent et 
Ide plomb ( 2,100 h. , dont 1 ,800 proïos- 
tants). 



ROUTE 198. 
DE PARIS A noarTPEULU», 

Par Moulins, Cleruont^ Saint-Flour et Milhau, 73 myr. 2 kil. 
— Service de malle. 



DePansëLodèveîr. r. i91). 70 m. Ok. 
<^ifnac 2 i 

/-a Bainque de Belair. 1 6 

MOIÏTPELUEA. 1 2 

liONTPELLIER (Hérault) morts puel- 
lamm. — Hôtels : Nevet , vaste et bel 
éiaUiaseiiieat «- nouveilemeot construit et 
dorant sur T^pianade, avec omnibus pour 
le cfaeaiiB de fer ; de Londres ; du Cheval- 
Ufane; du Midi. — Ville du onzième siè- 
de, dieC-lieodtt département, avec préfec- 
ture, coar rovale, évéché, deux séminaires, 
""cole SBédaie de médecine et de phamia- 
ne, éeMe du génie, collège, riobejafdi& des 



plantes , 2 bibliothèques , théâtro, musco 
de tableaux, sociétés d'agriculture et d'ar- 
chéologie, etc. Les maisons, bâties sur une 
hauteur, s'élèvent en amphithéâtre , et do- 
minent une nlainc riche et fertile arrosée 
par le Le a. Quelques rues sont tortueuses 
et sombres ; il faut souvent monter ou dos- 
cendre. La douceur du climat et la célèbre 
école de médecine de Montpellier y atti- 
rent chaque année une foule d'étrangers ; 
les femmes y sont fort jolies , les hommes 
polis et affables. Les promenades les plus 
fréquentées sont V Esplanade et la place du 
Peyrou. — Curiosités : la vue magnifi- 
que prise de la place du Peyrou (en lan- 



dbyGoogk 



158 



BOUTS 199, — DB PARIS A M01«TPBLLIBB. 



guedocien , lieu pierreux) : on y décoo- 
vre la mer et l'île ûeMaguelonne, et, par 
un beau temps, les CévenneSt les Pyré- 
nées et les Alpes. Au milieu s'élève unesu> 
perbe statue équestre de Louis XIV, en 
bronze, érigée en 1858. Le magnifique 
aqueduc t en partie souterrain, d'un par- 
cours de 14,000 mètres; il amène les eaux 
de St-Clément au château^'eau du Pey- 
rout d'où elles sont distribuées dans la ville 
par 29 fontaines dont les plus remarquables 
sont celles des Trois-Grûees^ des Licor- 
nes et de la place de la Préfecture ; la ci- 
tadelle , construite sous Louis Vlli ; la 
bourse ; Varc-de-triomphe dédié i Louis 
XIV, beau monument, orné de bas-reliefs 
remarquables ; Vécole de médecine, où il 
y a quelques tableaux et de lions dessins ; 
le théâtre; la salle des concerts ; la place 
de la Canourgue; la cathédrale y surmon- 
tée de trois tours, et qui renferme plusieurs 
morceaux remarquables de peinture et de 
sculpture, Véglise Sainte- Eulalie; les 
églises Saint-Denis et Notre-Damerdes- 
Tables méritent aussi d'être visitées; Vé- 
glise des Pénitents-Bleus y nouvellement 
construite , dans le style moyen âge, pos- 



sède on Christ magnifique , avec la croix 
en marbre blanc d'une seule pièce; le 
nouveau palais de justice ; Vkôlel de 
ville ; Vévéché ; V hôtel de la préfecture ; 
y élégant hôtel d'escompte de la Banque de 
France, construit en 18ii ; h prison cel^ 
lulaire , livrée à sa destination en 1 844, 
renfermant environ 450 détenus ; la totir 
de VObservatoire, servant de télégraphe ; 
V hôtel St-Côme, occupé parle tribunal de 
commerce ; \\es casernes ; \e jardin des 
plantes , promenade délicieuse ; la biblio- 
thèque de la faculté de médecine, composée 
d en^iron 40,000 vol., parmi lesquels se 
trouvent beaucoup de manuscrits; le mu-^ 
s^ed'anatomie ; le musée Pabre, l'une des 
plus riches collections de province, où se 
trouvent réunis environ 500 tableaux, la 
plupart de grands mattrcs des écoles Ju- 
lienne et hollandaise ; la bibliothèque de 
la ville f riche de plus de 20,000 vol., de 
200 manuscrits et de plus de 600 estam- 
pes ; la riche galerie de M. le marqttisde 
Montcalm, — Commerce: sirops, li- 
queurs, oranges, citrons, fruits secs, par- 
fums, vitriol, vertrde-pris, olives, siamoi- 
ses, mouchoirs, tannenes. — P. 46,000 k . 



ROUTE 199. 
DE PARU A MOUrTPEIAII», 

^e route) 
Par Lyon, Valence et Nis.veS; 76 myr. 5 kil. 



De Paris à Lyon (v, r. 209). 46 m. 8 k. 
De Lyon h la Palude (v. 

roule 203). 17 6 
Pont-Saint-Esprit. 9 
Bagnols. 1 1 
Connaux. 9 
Valliguières. 1 1 
Valligiiières k la Foux : 
lo Par le pont suspendu de Re- 
moulins. 9 
2o Par le pont du Gard. 1 m. 2k. 
Saint-Gervasy. 1 
Nismes (v. route 204). 1 
Uchau. 1 2 



Lunel. Im. 4 k. 

Colombiers. i 1 

Montpellier (v. r. 198). 1 3 

PONT-SAlNT-ESPRlT (Gard). —Bé- 
tel de la Poste. — Petite ville sur la rive 
droite du Rhôno. — Curiosités: \epont 
de 33 arches, ayant 820 mètres de lon- 
gueur sur 5 de large; il date de 1265 à 
1509; la citadelU et l'hOpiUl. — Com- 
fnerce : vins, huile, soie. — Pop. S,500 
hab. 

UZÈS (Gard), petite ville avec sous-pré- 
fecture, tribunal, collège. — Curiosités : 



dbyGoogk 



BOCTB 201. — DB PARIS AU PUT. 



150 



raaeîHi palam ^riseapal, avec on parc 
Bagnifiqôe. — i'op, 7,S00 Itab, 

N1S1K3 (v. T. tOÂ). 

UiXEL (Hérault) . —Hotels : du Palais- 
Ri^ ; ào Gnod-Soleil; du Midi. — Pe- 
tite filiedoilles vins muscats ootune gran- 



de réputation ; il y a desfolmqiiesd'eau-de- 
vie, d'esprit de vin. — Curiosités: une 
belle promenade, les casernes d'infanterie 
et de cavalerie, le collège, le canal; sar le 
Cours, une jolie fontaine surmontée d'an 
obélisque. — Pop. 6,700 hab. 



ROUTE 200. 



DS HOJYTPIXIiIER A C^TTE y 

2myr. kil. — Chemin de fer. 



Vîlleaane. 
Vaareaian. 
FroDtigiitt. 
Cette. 



7 k, 
8 

7 
7 



Cevofage qui ne dure qu*un instant, of- 
fre ooe dimsté d*aspects channants jus- 
qa-s 

FROSnCNAN, petite ville si renommée 
pao r ses v ins muscats. 

CETTE (Hérault). —Hôtel du Grand- 
Gaffiffli. — Ville forte, maritime et floris- 
saote, bâtie sur une langue de terre quis'a- 
QDce entre b mer e\V étang salé de Thau ; 
K€c tribunal, bourse de commerce, collège 



et bibliothèque publique. — Curiosités : 
le port dont l'importance augmente chaque 
année : Yéglise St-Louis ; l'établissement 
des bains de mer ; le grand pont de 52 ar- 
ches ; h citadelle, vue maritime. — Com- 
merce : vins, eaux-de-vie, amandes, vert- 
de-gris. — Bateau à vapeur tous les 
jours pour Marseille, — Pop. 49,400 
hah. 

Un peu au N. de Cette se trouvent les 
Bains de Balarug. Cet établissement, 
grâce à la douceur du climat, est ouvert 
toute l'année ; les voyageurs trouvent dans 
Vkôtel des bains tout le confort pos- 
sible. 



ROUTE 201. 
DE PARM AU PUT, 

Par Clermokt , 54 myr. 



l^pParisaCtemont (tr. 


route 






176). 




38 m 


.2k. 


fte Cfenaonl à Lempdcs {v. 






TWite177K 




5 


5 


Hriaude. 




1 


5 


SaÎBi-CeaigeftKl'Aurat. 




2 


1 


Linandre 




i 


8 


LEPLT. 




i 


9 



BRIOUDE (Haote-Loire). ~ Hôtel du 
Conanerce. — Oief-lieu d'arrondissement, 
avee tribunal, société d'agriculture, collège. 
— Curiosités : Yéglise St^Julien, très 
raoïarquabie ; collège. — Commerce : 



grains , vins et chanvre. — Pop. S, 000 
kab. 

La Chaise-Dieu (Haute-Loire, 2 myr. 
3 kil. de Brioude), petite ville dont il faut 
visiter Véglise abbatiale , d'architecture 
gothique : le chœur est remarquable par 
ses 15C stalles sculptées avec beaucoup de 
richesse et de goût. 

LE PU Y (Haute-Loire). — Hôtels : le 
Palais-Roval ; du Nord; du Commerce. 
— Chef-heu du département, avec préfec- 
ture, évêché érigé dans le l\\^ siècle ; sé- 
minaire, collège royal, pépinière, bibliothè- 
que publique, théâtre. Assise au milieu de 



dbyGoOgk 



160 



ROUTB 20«^ — DE PARIS A NI6MBS. 



trois beaux vallons, elle voit serpenter au- 
tour d'elle trois rivières: la Loire, la Bor- 
ne, leDoléon. — Curiosités : le musée, 
riche en tableaux des bons maîtres des 
t'MM)les ancienne et nuxierne ; le palais de 
justice; de belles fontaines ; la cathédrale, 
qui renferme la statue de la Vierge appor- 
tée d'Egypte par saint Louis ; la chapelle 
St-Clair, ancien temple de Diane ; 1 égli- 
se St-Laurent , qui renferme le tombeau 
du connétable Duguesclin; le po»/ SirLau- 
rent, près l'église de ce nom; Vhôiel- 
Dieu ; V hôpital-général ; le séminaire ; 
. ]p collège ; Vhôtelde ville ; les casernes ; 
l'hôtel de la préfecture ; le musée des 



arUtfutVés du département. —Comn 
ce: mules, mulets, bestiaux, cuirs et ( 
telles. —Pop. 45,000 hah. 

Au milieu du village d'il igiififtf, 
bourg du Pwy, s'élève un énorme ro 
conique, dont le sommet porte Vul 
chapelle de St^Mickel. Cette diap 
construite en 965, a été réparée h plus 
reprises ; le rocher et l'édifice sont des 
curieux et des plus pittoresques. 

Antiquités. — Peu de départ» 
sont plus curieux à \isiter, sous le w] 
des antiquités , que celui de la Ht 
Loire. 



ROUTE 202. 

DD PUY A SAOTT-ÉTIEIOrC:, 

7 myr. 7 kilomètres. 



2 m. 8 k. 
2 

i 7 
1 2 



Yssengeaux. 

Monistrol. 

Firrainy. 

Saint-Ètienne (v. r. 208). 

YSSENGEAUX (Haute-Loire). — Hô- 
tel de l'Europe. — Petite ville avec sous- 
préfecture , tribunal , collège , société d'a- 
griculture , bibliothèque publique. — Cu- 



riosités: l'église paroissiale, joli ( 
moderne; quelques belles maiâona 
Pop. 7,800 hab. 

MONISTROL (Haute-ïvoire), petit* 
qui possède un petit séminaire et m 
bliothèque publique. — Curfosi/és.'l'î 
couvent des Ursulines, l'ancien rblles 
évêques du Puy. — Pop. 4,500 kt 



ROUTE 205. 
DE PARIS A :BnsmaE»9 

Par Lyon, Valekce et la Palude , 7^ myr. 5 kil. 

DeParisàlaPaludeCv.r. 199) 6im. ik.IDelaPaludeàNismes{i'.r. 199) 6t 



DE 



ROUTE 204. 
PARU A iniillIES, 
l'jfme route) 
Par CLEaMOiNT, Mende et Florac, 74 myr. 6 kil. 



DeParishMeiHle(t'.r. 197). 
Molines. 



50 m. 8 k.l Florac. 
2 6 IPompidoQ. 



Il 



dbyGoOgk 



168 



BOL'TE 209. — DE PARIS A MARSEILLE. 



Cannes ; la maison dePugel, h Tembranche- 
ment de la rue de la Palud avec celle de 
Rome; le palais épiscopal, la porte /«/te/- 
tCy Tare de triomphe, la nouvelle halle, à 
3â colonnes d'ordre toscan. 

Le Musée de Marseille mériteune vi- 
site ; il renferme des tableaux des princi- 
paux maîtres. — École française : de Coy- 
pel, Fauchier, Mignard, Parrocel, Poussin, 
Puget, Michel de Serre, le Sueur. — Éco- 
le italientie: AnnibalCarrache, Louis Car- 
rache, Guido Reni, Pérugin, Pippi, Salva- 
torRosa,Sanzio (Raphaël). — Ecole fia- 
mande: Breughel, Philippe deChampagne, 
Jordaëns, Rubens, van-Dyck. 

Marseille est peu riche en monuments an- 
tiques : on admire, dans la salle des ta- 
bleaux, n» 2 , un autel grec. 

La Bibliothèque renferme quelques 
antiquités , grecques , romaines et égj'p- 
tiennes. 

Parmi les promenades, on remarque sur- 
tout le Cours y formé de deux rangs d'ar- 
bres qu'accompagnent de beaux édiflces; les 
allées de Meilhan, qui sont fort agréables; 
les boulevards , plantés de beaux arbres. 
On a de beaux points de vue du fort No- 
ire-Danie-de- la-Garde , construit sous 
François !«'. — Les nouveaux quartiers 
sont magnifiques. 



De la porte d*Àiœ et de l'Observatoire, 
le coup d'œil esl magnifique. 

Il faut visiter l'île Ha/onneatt et le châ- 
teau d'If, prison d'tvit où Mirabeau fiil 
renfermé. 

La Réserve , célèbre restaurant, sorte 
bord de la mer. 

Il y a de jolies excursions ii faire aux 
environs de Marseille ; nous envoyons k 
notre Guide de l'Etranger dans Mar- 
seille. — Marseille possède de bonnes fe- 
briques de savon, de maroquin, de pqrfb. 
menés, des raffineries de sucre. Elle c^ù- 
merce en grains, olives, huiles, denrées ci. 
loniales, parfums, essences, fruits secs éi 
conûts, vins, eaux-de-vie, anchois renom- 
més , thons marines. — Pop. i83 SOO 
hab. 

Navigation a vapeur de Marseille \ 
Lyon , par Avignon et Valence, sijr le 
Rhône; pour Celte et Àgde ; pour Atg^r; 
pour Bastia et Àjaccio ; pour Naplks pr 
Gênes, Livoume, Civita-Vecchia ; poic 
Malte , Constant inople ; Alexandrie ; 
pour Cadix, louchant à Valence, Aliean- 
te, Gibraltar, etc. 

Chemin de feh de Marseille à Avignon, 

VoiTCRES PUBLIQUES pour Toulon, Aix, 
Nismes , Nice ; pour Grenoble , Lyon, 
Paris, etc. 



ROUTE 209. 
DE PARIS A mausexule, 

{S^f route) 
Par Lyo5, 80 myr 2 klL — Service de malle. 



Charenton 

Yilleneuve-Saint-Georges. 

Lieusaint. 

Mclun. 

Châtelet. 

Panfou. 

Fossard. 

Villeneuve- la-Guyard . 

Pont-sur- Yonne. 

Sens. 

Viiieneuve-le-Roi. 

Yillevallier. 



Om 


.8k. 


Joigny. 


Om.dk 


1 


1 


Bassou. 


1 2 


1 


5 


Auxerre. 


1 5 


i 


5 


Saint-Bris. 


1 


i 


1 


Vermenton. 


1 S 





8 


Lucy-le-Bois. 


i 9 


1 


i 


Avaîlon. 


9 





9 


Sainte-Magnance. 


i 5 


1 


2 


La Rochc-en-Brenil. 


4 1 


1 


2 


Saulieu. 


1 7, 


1 


A 


Maupas. 


i 5 





8 


Arnav-le-Duc. 


1 5 



dbyGoogk 



BOOTB 209. — OB PABIS A MABSGILLE. 



169 



uLdiepot. 


Im 

1 


.7k 



Chaciiy. 


i 


1 


CkHoBs-air-Saôiie. 


i 


6 


MAMCCy. 


1 


8 


Toonos. 


1 





Snnt-AfiniB. 


1 


6 


USeoB. 


1 


4 


PoBlaaenm. 


1 


3 


U Croisée. 


i 


1 


VUMbDefae-sor-Satae. 


1 


4 


LÎBMest. 


1 


8 


hsm. 


1 


1 


SBBir¥ùK. 





8 


SûilrSfn|)iwriaHl*Ozon. 





8 


Vieillie. 


i 


3 


Avfcerive. 


i 


5 







6 


SaiDt-&8kbert. 





9 


Snot-Vsffier. 


1 


S 


Tais. 


i 


4 


VALC5CE. 


1 


8 



De Vaknte à ManeiUe ( v. 
roule 207). 



23 



MELUN (Seine-etrMarnc). — BôUl de 
France. — ViUe ancienne, que la Seine di- 
vse en trois parties. Sîége d'une préfec> 
Ime ; tribuBaox, etc. — Curiontés: les 
railles d*im palais habité par plusieurs rois 
de France; réglise àeSt-Àapais, gothique 
ëâicat; Notre-Dame et le clocher de St- 
Ptftrre ; la place circulaire; le palais de 
jiBtîceet la bibliothèque de 10,000 vol. 
— Commerce: vins, blés, fiirines, etc. 
Hehm eslb patrie d'Âmyot.— Pop. 9,200 



SE3IS (Yonne). — Hôtels: de l'Écu; 
de Paris. — Ville jadis capitale des Gau- 
foàr séjumacs. L*eau qui coule constam- 
meot dans toutes ses rues les rend d'une 
propreté remarquable. Elle possède sous- 
préKCtnre, archevêché , grand séminaire, 
Gonéne. — Curiosités: la rue Dauphine^ 
hr^, bien alignée , décorée d'un arc de 
triomplie; la métropole, gothique magnifi- 
que, qui %ient d'être réparée ; on y voit un 
Christ de Giranlon, et un autre, don de 
Charieœagne; le mausolée en marbre blanc 
do Dauphin père de Louis XVI, qui y fut 
inhumé, ainsi que Marie^osèphe de Sa- 
xe, son épouse ; l'hôtel de ville ; le dypti- 



que qui contient le manuscrit original de 
rO^ce des fous etlaPro«e de l'âne. Rcs- 
lesde forlifications romaines. Les promena- 
des, vastes tapis verts ombragés de beaux 
arbres ; le quai sur l'Yonne, d'où le pont, 
le foubourg, son église et la ceinture de col- 
lines, forment un charmant paysage. — 
Pop. 40,600hah. 

JOIGNY (Yonne). — HôteUw Duc-de- 
Bourgogne. — Ville sur l'Yonne, située en 
amphithéâtre sur la pente d'une colline, 
avec sous-préfecture, tribunal, collège. — 
Curiosités: le quai le long de l'Yonne, le 
pont de pierre, ta caserne qui règne le long 
(le l'Yonne, le château, détruit en partie ; 
la vue qu'on découvre de la terrasse; la 
voûte élevée de l'église St-Jean^ édifice 
du XV« siècle; la chapelle Si- André; la 
salle d'audience du tribunal ; la chambre 
du conseil est placée dans une cliapelle 
mortuaire de la renaissance, extrêmement 
intéressante. — Commerce : vins, bois, 
charbons , laines , etc. — Pop. 6,800 
hab. 

AUXERRE (Yonne) Àutissiodurum.-- 
Hôiels: du Léopard , sur le quai ; de l'Ë- 
pée; de Beaune. Entre ces deux hôtels so 
trouve un établissement de bains fort bien 
tenu. — Ville ancienne sur la rive gauche 
de r Yonne. Chef-lieu du département , 
siège de préfecture,cour d'assises et tribu- 
naux, théâtre, école normale, bibliothèque 
de 24,000 vol. et 180 manuscrits; musée 
d'antiquités, jardin botanique, collège et 
cabinet d'histoire naturelle, maison spé- 
ciale pour les aliénés. L'air en est pur; sa 
situation sur la pente douce d'un coteau de 
vignes est agréable : ses vins sont généra- 
lement très estimés. — Curiosités: les 
églises: deSt-Pierre, de l'tbbaye 5/- Ger- 
main; la cathédrale, chef-d'œuvre d'ar- 
chitecture gothique, remarquable par l'é- 
lévation de sa nef, ses vitraux, le tombeau 
d'Amyot, la tour de 65 m. de haut; l'égli- 
se gothique de St-Eusèbe^ dont le clocher 
en pierre est assez élégant et dont les vi- 
traux sont bien conservés ; Vhorlogej bâ- 
tie sur une ancienne porte ; la fontaine, 
sur la place de ce nom ; le quai et la pro- 
menade. — Pop, U,000 hab. 

Entre Vermenton et Lucy-le-Bois, k 
4 kil. delà route, se trouvent les Grottes 



dbyGoo^k 



170 



BOUTE 209 — DE PABIS A MABSEILLB, 



d'Àrcy, extrêmement curieuses par les sta- 
lactites qu'elles renferment. 

AYALLON (Yonne) Àballo. — Hôtels: 
la Poste; du Lion-d*Or; de Paris. — Jo- 
lie ville très ancienne, sur la rive droite du 
Cousin f avec sous-préfcclure, tribunaux. 
— Curiosités: troispromenades, dont une 
surtout en terrasse sur la vallée sauvage du 
Cousin; Thdpital ; le portail de féglisepa 
roissiale ; la vue de la promenade du Petit- 
Cours ; en face le camp des Alleux, ancien 
camp romain; le Uiéâtre. — Commerce. 
vins très renommés, grains, farines. — Pop 
^,800 hab. 

Al myr. 5 kil. 0. d'Avallon,se trouve 

VÊZELAY (Yonne), petite ville de 2,800 
hab. — Curiosités : Téglise, magnifique 
édifice du IX« siècle. Le 51 mars lii5, il 
s'y tint un concile présidé par saint Bernard, 
qui prêcha en faveur d'une nouvelle Croi- 
sade. £n 1 190, Philippe-Auguste et Ri- 
chard-Cœur-dc-Lion vinrent à Vézelay, à 
la tfile d'années formidables, prirent la! 
croix et allèrent s'embarquer pour la Pales- 
tine, Philippe à Gênes, et Richard à Mar-i 
seille. Vézelay est la patrie de Théodore de 
Bèze. 

SÂULIEU (Côte-d'Or). — HôteU: de 
la Poste ; d'Angleterre. — Petite ville 
agréablement située sur une éminence. — ' 
C«riosi7és: l'église St-Saturnin ^ d'une 
grande antiquité ; l'église Saint-Àndocke, 
avec son clocher en plomb. — Commer- 
ce- : vins, poissons d'eau douce. — Patrie 
de Vauban. —Pop. 3,000 hab, 

A 3 myr. 5 kil. 0. de hRochej>ot^ 

AUTUN fSaône-et-Loire). — Hôtels: 
de la Poste; la Cloche. — C'est une des 
cités les plus anciennes de France, une de 
celles où Ton trouve le plus d'antiquités ro- 
maines. Elle est aujourd'hui siège de sous- 
préfecture, de tribunaux,avecsociété d'agri- 
culture, collège, évôché, érigé dans le 11^ 
siècle. — Curiosités: la porte d'^rroiix, 
ancien ouvrage des Romains; la porte de 
St' André, à droite et près de celle-ci ; la 
tour ; un temple de Minene, maintenant 
enclavé dans l'abbaye de St-Àndoche ; au 
Champ des Urnes, un reste de bâtiment 
informe ayant environ 15 mètres d'éléva- 
tion, appelé Pierre de Couars; les restes 



d'un tfimple dédié b Janus, et bSti par Dru- 
sus ; un reste d'ancien pavé, formé degran- 
des dalles de granit; dans une rue, quel- 
ques restes d'anciens murs ; un pan de mur 
qu'on croit avoir appartenu à un ancien lem- 
pie, les uns disent d'Apollon, les autics 
de Minerve ; dans une auberge hors de h 
ville, les vestiges d'un théâtre. 

Dans la ville moderne, dont ces débris 
forment les plus beaux ornements, nous re- 
marquerons encore le Champ^e-Mars, 
grande et belle place ; la grille et la (açade 
du collège, le chœur et le maître-autel de 
la cathédrale, monument du XI« siècle ; 
sa flèche gothique, remarquable par sa lé- 
gèreté ; l'évôché , la tour de François 1». 

— Commerce : bestiaux, bois, chuivre. 

— Pop, H, 700 hab. 
CHALON-SUR-SAONE ( Saône -et- 

Loire). — Hôtels : du Parc ; des Trois- 
Faisans ; des Diligences. — Jolie ville, bieo 
bâtie, sur la rive droite de la SaOne, qui h 
sépare du faubourg St-Laurent ; elle pc». 
sède sous-préfecture , tribunaux , collège, 
théâtre. — Curiosités: h cathédrale, édi- 
fice gothique du Xlll« siècle ; l'église Saint- 
Pierre ; l'hôpital Saint-Laurent ; le quai ; 
les promenades ; la jolie place de Beaune, 
omee d'une belle fontaine ; la fontaine de 
la place St-Vincent ; V Obélisque érigé ea 
l'honneur de Napoléon, la salle de specta- 
cle , la bibliothèque , de 10,000 vol. — 
Commerce : vins, grains, charbons, blés, 
fourrages, légumes, écailles d'ablettes dont 
on fait de fausses perles. — Pop. 46,700 
hab. 

SENECEY, (SaOne-et-Loire) , bourg de 
5,000 hab , avec fabrique de machines hy- 
drauliques, hauts-fourneaux, forges et fon- 
deries. — Curiosités : les ruines du cAd- 
teau. 

TOURNUS(SaÔne-et-Loire).— -ffd/cif : 
de l'Europe; du Sauvage. — Petite ville 
agréablement située sur la Saône. — Cu- 
riosités : le quai ; l'hôtel de ville, avec une 
belle colonne en granit; l'église paroissiale, 
ancienne abbaye; l'hôtel- Dieu ; la fontaine 
sur la plac^ Saint- André ; les promenades. 
—Patrie du peintre Creuse : un monument 
en marbre est élevé à sa mémoire. ~ Pm. 
3,300 hab. 

MAÇON (Saône-et-Loire). — HôtcU: 

Digitized by VjOOQIC 



lOUTB 209. — 9B PAMS A M ARSBiLLT. 



171 



irSiimçe; de l'Enrope , avec belle vue 
arbmière. — Mlle ancienne, chef-lieu 
èpréfectiire^avec tribunaux, collège, so- 
eiélé à'igntnluire , sciences et arts. — 
Cvrtoiiléi : Ve quai , le pont de 1 S arches 
tfoè U ^fw s'étend jusque sur le Mont- 
BbK; rhftri de ville , Tbôpilal , l'église , 
Itt tooR de h cathédrale . — Commerce : 
iJDsrwigeselWaocslrès renommés; rai- 
«M , dit ÇttigMC de Mûcon. — Pop 

VHIBTUNCHE (Rhône). — Hôtels, 
te f«wa ; la CfOLvVerte ; de Milan . — 
ftÛeiîBeaTec sous-pré ecUire, tribunaux. 
-^ Cvmtès : Téglise paroissiale , d'ar- 
*l«l«regoOiiquê; de jolies foulâmes. — 
wjMiKwe: Tins fins. — Pop. 7,400 

8ÂW-RAMBERT file Barbe), petit 
ne de 700 hab. — Cttno»t/«a : l'é- 
P^nHssale, une des plus anciennes 
Caffles. 
iYON. — Bôteh : de TEurope , près 
^ pbce Bcllecour ; de Provence et des 
rnmis , place de la Charité, 
d€s bateaux à \'apeur du Rhône ; 
JUmveis, rue de Bourbon ; de Louis- 
d , me du Pérat ; de Rome , place 
; du Nord , nie Lafont ; du Parc , 
des Cannes ; de Milan , place des 
IK; dfô Beaux-Ârts , rue d'Algérie 
«■wHIc, quai St-Antoine , avec un«5 
■afBîfiqoe; hôtel et restaurant, chez 
, place de la Préfecture, excellente 
et ms choisis ; du Hâ>Te , rue S«- 



AlM, chef- lieu du département du 
'*ie,iiae<|ps villes les plus considéra- 
it pi» belles et les plus riches de 
^. Son origine remonte à l'époque 
s reculée , où les Romains formèrent 
Glissements dans les Gaules, Tra- 
r6tceastruire un édifice magnifique , 
' an foires, marchés et tribunaux de 
Ce monument s'appelait Forum 
il dent on a fait Fortviel, puis Four- 
^« Bom que porte encore le quartier 
Wslatl, et sur la partie la plus éle- 
ii^uel on a édifié une petite église 

Kb Tocabule de Mane, et où l'on monte 
)omr do plus beau panorama qu'il y 
M Europe; on y découvre le mont 



Blanc et les Alpes, ainsi que le cimetièfc 
de Kotae, où se trouvent de très beaux 
mausolées. 

Lyon est généralement bien bâti ; il est 
difficile de se faire une idée de la beauti' 
de ses quais, notamment de celui Saint- 
Clair, où toutes les maisons se font remar- 
quer autant par l'élégance derarchitecturo 
que par leur étonnante élévation. Ses rues 
pour la plupart, quoique assez bien percées, 
sont étroites; ce qui, joint à la hauteur de 
ses bâtiments, lui donne un air un peu 
sombre. Cette antique cité est Iraverséi' 
par la Saône, et côtoyée par le Rhône. 
Ces deux cours d'eau réunissent leurs on- 
des k la Mulatière. Les deux fleuves sont 
couverts de beaux ponts, parmi lesquels on 
distingue sur le Rhône : le pont Morand , 
en bois , qui aboutit aux Brotteaux ; celui 
de la Guillotière, en pierre, d'une grande ' 
étendue, sur la Saône; le nouveau pont do 
Nemours, en pierre, terminé en 18i7; le 
pont suspendu , en face du palais de justi- 
ce; le pont (le V Archevêché, tout en 
pierre. Â la jonction du Rhône et de la 
Saône, le pont (ï Orléans ^ qui est très 
beau. De toutes les places de Lyon , celle 
Bellecour est la plus belle. La perspectivi^ 
dont on jouit du centre est magnifiijue; le 
vopgeur voit se déployer à ses yeux les 
riches coteaux de Sainte -Foy, et de 
Fourrières.. Au milieu est la statue do 
Louis Xrv, en bronze , due au ciseau de 
Lemot. La place des Terreaux vient en- 
ensuite , elle est également fort belle : on 
y voit l'hôtel de ville et le palais St-Pierre. 

ËDincES REMARQUABLES. — Le palais 
Saint-Pierre, place des Terreaux, édifice 
renfermant le musée et le cabinet d'his- 
toire naturelle; l'hôtel de ville, même pla- 
ce, d'une belle architecture : on y voit sous 
le péristyle , deux statues colossales en 
bronze , représentant le Rhône et la Saô- 
ne, œuvre de Coiscvox; le théâtre, plact' 
de la Comédie, monument grandiose ; l'hô- 
pital général, un des plus beaux de l'Euro- 
pe , sur le quai du Rhône ; l'hospice de l<i 
Charité, celui de l'Antiquaille, l'hôpital mi- 
litaire, un des plus beaux de l'Europe; la 
bibliothèque de la ville , une des plus ri- 
ches de France , et dans un bâtiment ma- 
gnifique elle renferme plus de 100,000 



dbyGoogk 



I7Î 



BOUTE 209. — DE PARIS A MABSEIIXE. 



vol. et 8,000 manuscrits dans toutes les 
langues; le palais de justice , édifice mo- 
derne, avec une belle colonnade. Le musée 
est ouvert le dimanche et le jeudi, de 11 h. 
à i h. On y remarque bon nombre d'ex- 
cellents tableaux des différentes écoles et 
des meilleurs maîtres, tels que : Philippe 
de Champagne, Andréa del Sarto, Jordaens, 
Bouhot, Boissieux, Rubens, Snyders d'An- 
py, Tintoret, Jean Jouvenet , van Dick, 
Grobon, David Teniers, Richard Grobon, 
Jacques Stella , Revoil , Louis Carrache , 
Drolling , Palme , Pierre Pérugin . Guer- 
chin. Guide, Paul Yéronèse, van Thol- 
den, Charles Lebrun. Dans la salU des 
antiques on remarque un taurobole de 
1 mètre 60 centimètres de haut; les 
tables de bron%e contenant la harangue 
de Claude au sénat romain ; la gravure en 
• est belle et les lettres aussi visibles que si 
elles venaient d'être écrites; une belle 
mosaïque représentant tous les jeuai du 
cirque, découverte à Ainay en 1800; les 
jambes d'un cheval d^ brome, découver- 
tes dans le lit de la Saône, eto. 

Le Salon de /letirsrenfermedes tableaux 
ravissants de : Abraliam Mignon , D. de 
Heem, van Huisum, van Broussel, de plu- 
sieurs artistes lyonnais . 

Parmi les édifices religieux , la cathé- 
drale est remarquable par la beauté de sa 
nef et son architecture gothique. Sous une 
de ses chapelles latérales est la magnifique 
horioge (arrêtée maintenant) dont le méca- 
nisme, aussi curieux qu'étonnant , est de 
Lippius de Bâle. Cette église est enrichie 
de beaux tableaux. Les autres églises di- 
gnes d'attention sont celles de Saint-Ni- 
fttcr, bâtie au X1V« siècle; du Collège, de 
VkôpUai, de Saint-Paul, où se voit un 
tableau du célèbre Lebrun, etc.; celles 
é* Ainay, où l'on admire quatre colonnes , 
qui soutiennent la coupole, et qui faisaient 
partie d'un temple dédié k Auguste; de 
St-Bonaventure , St-Polycarpe et des 
Chartreux. 

Lyon a un hôtel des monnaies, lettre 
D; une académie, un riche musée, une 
école de peinture, un superbe jardin bota- 
nique qui offre une jolie promenade , un 
cabinet d'histoire naturelle, un mont-de- 
piété^ une pépinière départementale. — 11 



fsiut visiter les abattoirs y le beau marché 
aux vins, les prisons , le magnifique arsc- 
noZ, construit récemment, les fortifications» 

etc. 

Lyon est le siège d*un archevêché, d'une 
cour d'assises, d'ufte préfecture et de la 
19* division militaire. Il possède un collège 
royal, une académie, un cercle littéraire, 
un cercle médical , une société des Amis 
des Arts, un hippodrome, des expositions 
de peinture et de sculpture. 

Poste , place Bellecour ou Louisrle- 
Grand. Cabinets littéraires sur la place 
Bellecour , sur le quai des Célestins, nie 
Puits-Gaillot. 

Industrie. — L'industrie commerciale 
est portée dans cette ville au plus haut 
point. Ses manuÉactures en étoffes d'or, 
d'argent et de soie, lui assurent une supé- 
riorité incontestable sur les autres \illes du 
royaume. Sa chapellerie jouit d'une répu- 
tation également méritée. Le commerce 
que sa position fevorable la meta même de 
faire en épiceries, >ins, blés, fer, grains de 
toute espèce, contribue à la rendre une des 
plus importantes de l'Europe. 

Pop. Lyon 478,000 hab. 

La Guillolière . Si,iOO 
La Croix-Rousse 49,600 



Total . . 234,800 hab. 

Navigation a vapeur. — Pour Cha-- 
Ions, sur la Saône; pour Valence, Atn-^ 
gnon, Beaucaire et Marseille, sur le 
Rhône. 

Chemin de fer de Lyon à Saini^ 
Etienne. 

VIENNE (Isère). — Hôtels: du Lou- 
vre; de la Table-Ronde; du Parc. — - Ca- 
pitale des AUobroges ( Vienna Allobnt^ 
gum) assise sur le Rhône. C'est une sou»*- 
préfecture , avec tribunaux , collège , bi- 
bliothèque publique , musée , théâtre. — 
Curiosités : le temple d'Auguste et de Li- 
vie, semblable i la Maison-Carrée de Nis* 
mes; c'est, après ce dernier monument, le 
mieux conservé de ce genre que possède la 
France; il sert maintenant de local au mu- 
sée , des plus remarquables par ses anti* 
quités et ses richesses lapidaires. On v ad- 
mire surtout un groupe charmant d'eo- 
fants, dont l'un tient dans la main gauche 

Digitized by VjOOQ IC 



ROCTB 210. — DE MARSEILLE A ANTIBES. 



173 



me eokNBlK que Tantre veut lai prendre ; 
nse levrette e4n]chée, eo mariïre ; des par> 
ties de noàaiqiies; qd grand nombre d'ins^ 
mp(M»s et de fragments d'architecture ; 
la iBbUoUièqae publique , placée dans le 
mCme édifice, el qui se compose de 6,500 
Tol. ; Yé(jlotée Saint-Maurice^ ancienne 
catJiédrale gothique il la nef hardie, au 
beu portai, aux deux tours très élevées ; 
le nûsiiêe de Varchevêque Montmorin, 
dans le disor, cbef-<l*œnvre de Michel- 
Ange ScUoob, mori en 1 76i ; et un au- 
td nafoiâque, en marbre, dû au ciseau du 
iitee artiste; deux tombes à rentrée de 
régfise, dut one renferme les cendres de 
toîMi lofiàen, et l'autre celles d'un abbé 
de Smi-Pierre de Vienne. On voit dans 
Boe cbpette latérale Tépîtaphe du rot Bo 
ton, fii date de ISOO environ. L*arcade 



du Forum , connue sous le nom de Porte 
triomphale , située près du théâtre . On voit 
dans l'église Saint- André le tombeau du 
roi Conrad; les restes d'un amphithéâtre, 
d'un théâtre; le pian de VAiijuille, qu'on 
croit être le tombeau de quelque Romain , 
ou bien, selon des auteurs, celui de Pijla- 
de; les aqueducs , ouvrage des Romains , 
alimentent les fontaines de la ville. 

Monuments modernes. — La halle au 
blé , l'hôpital , établissement modèle dans 
son genre ; l'hospice des vieillards, l'abat- 
toir , le quai neuf, le théâtre , l'hôtel de 
ville, le collège, l'usine Navizet, sur la 
Gère ; le gazomètre , une jolie Maison de 
la renaissance , rue Marchande , etc. — 
Commerce : &briques importantes de 
draps croisés et nouveautés , cuirs tan- 
nés, très estimés. — Pop. 48,700 hab. 



ROUTE 210. 

DE HjUKSEIIiIJS a AXTWBX» pour mcE» 

Par Tourtes et Brignoles, 47 myr» 4 kil. 



Aobagne 



T«irTCs. 

BdsBoles. 

Ubac. 



1m. 7 k, 
8 



UMuy. 
FréJBi. 
L'Esténi. 
CanKS. 

ASUBES. 





5 
1 
3 
5 
4 
9 
2 



R0QCEVA1RE(Boucbes-du-RhÔne).— 
BûteU : de te Téte-Noiie ; de l'Etoile. — 
iolî bwïg sur la Véône, — Curiosités : 
l*éffise pwuissîak, du XVRle siècle ; Thô- 
tel de vîJle , beau monument moderne. — 
Pop. SMO hab.. 

BRIG!iOLES (Var). — Hôtels : de la 
iV«le ; Pilbid. — Petite ville dont le cli- 
Oit est aussi don que le ciel en est pur , 
avec aoitt-pfélectiire, tribunaux, bibliothè- 
9K poblifpie, collège communal, petit se- 



minaire , école normale. — Curiosités : 
les places publiques, plantées de beaux 
arbres ; le nouveau palais de justice , et 
une belle fontaine. — Pop. 3,600 hab. 

FRÉJUS(Var). — Hôtels : û\i mô\; 
de la Posté. — Ville ancienne , avec évô- 
ché, séminaire, tribunal de commerce. — 
Curiosités: l'église épiscopalc, intéres- 
sante par son antiquité ; l'évêché; un arc 
de la porte romaine; les débris d'un aque- 
duc, d'un temple et d'un amphithéâtre. — 
Pop, S,SOO hab. 

CANNES (Var). — Hôtels : de la Pos- 
te; du Nord; du Midi, sur le port. — Pe- 
tite ville propre et gaie , avec un port très 
fréquenté. C est dans ce port que Napoléon 
débarqua lorsqu'il revint de l'Ile d'Elbe. — 
Curiosités : un château gothique, la tour, 
sur la plage; le quai; la jolie habitation de 
lord Brougham. — Commerce : sardines, 
anchois, vins, huiles. — Pop. 4,800 
hab, 

ANTIBES (Var). — Hôtels: des Ai- 



dbyGoogk 



I7i 



BOUTE 311. ^ DE PAC1S A TOULON. 



glesd'Or; Imbert. — Joli petil port de 
mer florissant, dans une belle situation 
d*où la vue s'étend sur les Alpes maritimes, 
et défendu par un châleau fort. — Curio- 
sités : régUse paroissiale ; les restes d*un 
théâtre romain ; jardins remplis d'oran- 



gers ; la colonne de marbre blanc érigée 
en l'honneur de Louis XVIII. — Com- 
merce : huile, poisson salé, vins, oranges, 
cédrats, figues, fruits secs excellenls. — 
Pop. 6,000 hab. 



ROUTE 211. 
DE PARU A TOlJIiOiy, 

Par Saikt-Étienjse et ankcnay , 84 myr. 



DeParisàAix(t>.r.207). 


76 m. 5 k 


Roquevaire. 


-2 8 


Guges. 


1 6 


Beausset. 


1 A 


Toulon. 


1 7 



TOULON (Var). — Hôtels : de la 
Croix-d'Or , un des meilleurs de France ; 
de la Croix-de-Malle ; de France; du Nord: 
tous quatre sur la place au Foin ; du Lion- 
d'Or, à la porte d'Italie. Cafés : plusieurs 
sur le port. — Port militaire , avec sous- 
préfecture , tribunaux, collège, école nor- 
male, observatoire, musée de lableaux, bi- 
bliothèque de 9,000 vol. , école royale de 
navigation , jardin botanique , thermes , 
théâtre, etc. 

Toulon est uno jolie ville. Son port, un 
des plus beaux de France, est défendu par 
des fortifications élevées par Vauban. — 
CuriosUés : l'église Notre-Dame avec 
une façade d'un style noble; l'église Saint- 
Louis , dont le portail offre une belle co- 
lonnade; l'hôtel de ville, par Pugct; les 
thuriféraires en marbre qui ornent un des 
autels de la caUiédrale, ancienne composi- 
lion ; les fontaines de la halle , de la place 
iritalie,^de la porte de France; le port, le 
parc d'artillerie , la salle d'armes , la cor- 
deriez chef-d'œuvre d'architecture simple; 
le magasin général, achevé récemment ; la 
salle aux voiles, l'arsenal, dont la porte est 
riche de sculpture ; la porte de la Marine , 
celle de l'hôpital : cette dernière est sur- 
montée de deux belles statues; la cale 
couverte; la place du Champ-de-Batallle ; 
la tour de l'horloge; le musée, monument 
où se trouvent des morceaux de Puget; le 



musée de la manne, belle collection d'in- 
ventions et de constructions navales ; le 
bassin , les bangards et fossés, le bagne : 
le nombre des galériens est de plus de 
i,000 , dont 1 ,000 environ à perpétuité ; 
l'arsenal de terre , la rade , une des plus 
belles, des plus sûres du monde ; les forts 
Lamalgue et Faon ; l'hôpital de Saini- 
Handrier. — Commerce : vins , eaux- 
de-vie, huiles, câpres, raisins secs, aman- 
des , oranges , figues , ji^jubes , légumes 
excellenls. — Pop. 6S,000 hab. 

On peut visiter l'arsenal et le bagne, au 
moyen d'une permission que l'on obtient 
toujours sur la présentation du passe- 
port. 

À 1 8 kil. 0. de Toulon se trouve la pit- 
toresque ville de 

HvÈRES (Var). — Hôtels : de l'Europe; 
des Ambassadeurs. — Cette ville est cons- 
truite en amphithéâtre sur une montagne , 
ce qui la met à l'abri des vents du Nord. 
Beaucoup de malades s'y rendent annuel- 
lement pour recouvrer la santé. Les oran- 
gers y viennent en pleine terre. — (Jwrto- 
sites: l'église paroissiale, grand édifice 
assez curieux; l'hôtel de ville; la place 
royale, qui est décorée d'un buste de Mas- 
sillon ; l'église des Cordeliers , d'architec- 
ture gothique et bysantine; la chapelle 
Notre-Dame possède un bon tableau re- 
présentant les apôtres allant visiter le saint 
sépulcre. — Près de cet endroit se trouve 
la Grotte des Fées , remarquable par de 
belles stalactites. On voit sur le sommet 
du mont de vastes débris d'une for- 
teresse gothique. — Pop. 40,%00 hab. 



dbyGoogk 






ROUTE 2U. — DE PAIklS A DBAGUIQNAÏf. 175 

ROUTE 212. 
DE MARSEIIiliE A TOIJIiOM , 

6 myf . 

Im. 7k.|DeCujesiTouLON(t;.r.«i4). 5in. 1k. 
1 2 



ROUTE 213. 



DE PARIS A PRIVAS, 

Par Lyon et Valence, 60 myr. 8 kil. 



DePinsàYilence(o.r.209). 56m. 9k. 
UVwite. i 9 

PftiTAS. 2 

PRIVAS rArdèchc). — Hôfeh : la 
Croix-d'Or; du Commerce. — Ville située 
sv une colline, k h jonction de trois peti- 
ts mièfcs qui se jettent dans le Rhône : 
préfecture, tribanaux , collège coraraunal ; 
école oûnsale , bibliothèque publique de 
2,000 vol., paroisse catholique, et église 
«•sistoriale réformée. — Curiosités : Ihs 
s; l*h&fel de la préfecture, dont on 



admire le beau parc ; le Champ-dc-Mars , 
le palais de justice , Thospicc. — Com- 
merce : cuirs , soie ouvrée , marrons , 
houille. — Pop. 5,500 hab. 
A 3 myr. S.-O. de Privas se trouve 
AuBENAS (Ardèche). — Hôlel de IT- 
nion. — Petite ville où l'on vend pour 
plus d'un million de soie grège par an. — 
Curiosités : les ruines assez bien conser- 
vées de son antique château ; l'église pa- 
roissiale ; les débris d'une enceinte flan- 
quée de tours; l'hôtel de ville. — Pop. 
6,800 hab. 



ROUTE 2i4. 



DE PARIS A RRAQIJIQIVAM , 

Par Grenoble et Digne , 85 myr. 8 kilomètres. 

DePwisâLyon (r. r.209). 46 m. 8 k. 
Broù. 

Swt-UnrcBl-des-Mûrcs. 
UVerpilfière. 
oorgcio. 
Eclase. 
LaFrette. 
Rives. 

Grenoble. 

Vaille. 

Ufte,. 

UMnre. 

Soochoos. 



6 m 


.8k. 


Corps. 

La Guinguette-de-Boyer. 


1m. 4 k 


1 





1 4 





8 


Brutinel. 


i 




4 


Gap. 


1 3 




2 


La Saulce. 


i 7 




1 


Rourebeau. 


1 r. 




5 


Sistepon. 


4 4 




3 


Malijai. 


2 




2 


Digne. 


2 




6 


Estoublon 


2 




8 


Riez. 


i a 




7 


Aups. 


2 9 




i 


DRAGinGNAN. 


2 « 




1 







dbyGoogk 



176 



BOUTS 214. — DE PABIS A DBAGUIGNAIf* 



GRENOBLE (Isère) Àecuno des Âllo- 
broges. — Hôtels : des Trois- Dauphins ; 
des Ambassadeurs — Grenoble quiesirau- 
cienne capitale du Dauphiné , est aujour^ 
d'hui chef-lieu du département de \ Isère; 
avec préfiecture, cour royale, école de 
droit, collège, bibliothèque , musée , arse- 
nal. — Curiosités : la préfecture ; le pa- 
lais de justice; la place Saint- André, 1 é- 
glise de ce nom , renfermant autrefois les 
tombeaux des Dauphins, détruits par le ba- 
ron des Adrets ; Thôpital ; la bibliothèque, 
de 60,000 vol., et 600 manuscrits, où Ton 
voit les bustes de Bayard , Condillac , 
Mably et Vaucanson , que Grenoble a 
Ml naître ; le musée, renfermant près de 
SOO tableaux, au nombre desquels on 
compte des toiles de Rubens, VAlbane, 
Paul Véronèse, Pérugin, Le Brun, Jouve- 
net, Le Sueur, Philippe de Champagne, 
llonthorst, Rubens, Le Dominiquin, TEs- 
pagnolet, Solario , Claude Lorrain, etc. — 
Un cabinet d'histoire naturelle et d'anti- 
quités; sur la place Saint-André , la statue 
colossale en bronze de Bayard ; les prome- 
nades de France; le jardin de la ville, où 
(*si un Hercule en bronze ; le pont de pierre 
ot le pont suspendu, nouvelle construction; 
les deux portes neuves; les nouveaux quais, 
la tour du Rabot, d'où l'on jouit d'un 
vaste et magnifique horizon qui s'étend è 
plus de 100 kil. — Commerce : gants 
renommés , fromages , liqueurs , etc. — 
Pop.S8,000hab. ■' 

Le voyageur fera bien de prendre Gre- 
noble comme centre de ses excursions, 
pour visiter les environs qui sont d'un 
grand intérêt, mais que notre cadre ne 
nous permet pas de décrire (1). Toutefois 
nous ne saurions passer sous silence l'ex- 
cursion à la Grande -Chartreuse. — 
(Vest de Grenoble qu'on part générale- 
ment pour visiter ce célèbre monastère. 

La Grande-Chartreuse. — Près de 
la frontière de Savoie, dans un vallon 
étroit, creusé dans des montagnes escar- 
pées au milieu desquelles se précipi- 
tent les eaux bouillonnantes du torrent le 



(I) Voyez Guide Clnssiqtie du Voya- 
jSrur en France y par Richard et Quétin, 
chez L, Maison , éditeur , Paris. 



Guiers, se trouve la Grande-Chartreuse , 
chef-lieu de Tordre que fonda saint Bruno, 
et qui prit le nom du village le plus voisin 
du désert où le monastère fut érigé en 
i08i. — Deux routes principales s'offrent 
au voyageur qui de Grenoble veut aller 
visiter celle sainte demeure : l'une par 
Voreppe et Saint -Laurent -du -Pont, 
'autre par Sapey. La première est plus 
longue d'une heure ou deux de marche, et 
moins pittoresque jusqu'à Saint-Laurent- 
du-Pont ; mais elle vous conduit au mihea 
de scènes dont rien dans les Alpes n'égale 
la sublimité. 

En quittant Grenoble , on passe par le 
faubourg St-Laurent. lii on prend des 
mulets. Prix: en été , 5 fr. chaque aller 
et retour. 

Du faubourg St-Laurent , la route de 
poste continue jusqu'à Voreppe, en Iravei^ 
sant les jolies conununes de St-Martin-le- 
Kinotu;, aux riants coteaux; de St-Robert, 
deFontanil, riches en beaux sites. Un 
peu avant Vortppe, le voyageur doit jeter 
un regard rétrospectif sur Grenoble. En- 
suite continuant sa route, il verra au-des- 
sus de lui, perché sur le sommet d'une ro- 
che très élevée, un pavillon, au bas duquel 
se déploient de vertes prsiries entourées de 
bois et de rochers. C'est une nature tout à 
la fois gracieuse et sauvage. 

VOREPPE Vorago Àlpium. — Hôtel 
lePetilrParis, le meilleur. — Nous quit- 
tons alors la route de poste , pour suivre 
sur la droite une route communale qui va 
plonger dans un riant vallon ; le sol s'élève, 
et nous découvrons encore la pittoresque 
vallée du Graisivaudan, dont nous venons 
de parcourir une fraction. Mais bientdt les 
habitations deviennent plus rares, dispi- 
raissent pour ainsi dire, et la solitude règne 
autour de nous. Quelques instants après , 
on arrive à 

La Placette, située sur une éminence. 
Cet endroit se compose de deux modestes 
auberges qu'ombragent quelques arbres ra- 
bougris. De là jusqu'à St-Laurent um 
parcourons un sol ondulé, au milieu de ri- 
ches coteaux et de vertes forêts au sein des- 
quelles se précipitent des cascades dont le 
bruit vient frapper agréablement notre 
oiiûlle. 



dbyGoogk 



BOCTB 214. -^ BB PARIS A DBAGtlGNAN. 



j:7 



Snnt'LBuraU-dit'Pont est un pitto- 
resque village «lue sor le courant du 
Cttien-Jforf, dont nous allons remonter 
h vaAée ; fl se compose de maisons basses, 
isolées et ressemblant à des chaumières, 
sur Us UHs dssqu^es les hivers amoncè- 
ieot semai des neiges épaisses. Cette 
pcfiJe l(KaEte,d$ l'image du désert, ren- 
fenae plasiens aaberges, dont la meilleure 
^.i»^)i1atabkinent,cbez Gondrand, 
iraUm. Oa htmve dans ces diverses au- 
l^ersesdesioides, des chevaux ou des mu- 
lets. 

A» sartir de ce village, notre roule ser- 
pote,» s'étefanl, parmi des touffes de 
apia5«|B crabseot au pied de rochers éle- 
'tt. €l «as cauloit près d'une forge alMin- 
<M"tt, iffnrtenant jadis aux chartreux ; 
^ p«ts soperposés conduisent à l'en- 
We * Fasiae. An-dessous de ces ponts, 
«Bt dan servent d'aqnedocs, le Guiers 
le^ptedaDs une espèce d'abîme. Au- 
W» les deux rochers s'avançaient jus- 
j jfljoto d da torrent, qui remplissait seul 
i'wwrtarc que ses eaux avaient pratiquée 
^«n. Ce sont les chartreux qui ont 
pwédaslc TOC le chemin qui existe au- 
yftw , et de là est venu le nom de 
'•«wiene (forata via). Ce chemin, sos- 
l«*i sni desvoittes solides , suit les si- 
yittt dQ torrent. Aux pieds du passant 
*2«teaibilkmnent les eaux du Guiers ; 
*^W8sdesa t£ie les masses coupées à 
Fci'ataacent menaçantes, et c'est avec un 
2^J«ntdc terreur involontaire que l'on 
"Kte ce passage. « Là commence le dé- 
**^. « dit le Gmde du voyageur aux en- 
J^* UrtHobU (i). A l'endroit où le 
™J«ô est le phis resserré entre le rocher 
«* toreat, se tnmve un pavillon qui pou- 
t • 2f^ M Bwyen de portes, fermer l'en- 
?»« désert. Aa-delà du pavillon, larou- 
«pwteurt le llancde la roche, que le tor- 
^ KBble vouloir saper dans sa base, et 
iJf ^' ^ **°* ^^°* frapper vos 
*»«. La roote continne au milieu du dé- 
•"jw et des subUmités de la nature, jus- 
|IB ai Ponf.péraiU, où nous traversons le 
•^wt (le Ciiien) sur un pont d'une seule 

(I) Oa VeOot et c<im(M«Dle, libraires 
îw Ufi^e, II, & Greooble. 



arche, que la main hardie et industrieuse 
des chartreux a jeté d'une roche à l'autre. 
Ensuite la pente devient plus roide : le toN 
rent semble s'abîmer de plus en plus, on 
ne l'aperçoit plus qu'à une grande profon- 
deur, mais ses ondes turbulentes viennent 
frapper toujours votre oreille. Une demi- 
heure après , une porte en ruines semble 
vouloir barrer le passage. Avant de fran- 
chir cette ruine, qu'on appelle le fort de 
y Œillette ou Aiguillette , dont on ignore 
l'ancienne destination , contemplez le ta- 
bleau qui s'offre à vos regards : à votre 
droite , au-dessus de ces ruines, s'élève 
cette roche pyramidale qui leur a donné 
son nom, et au sommet de laquelle on ape^ 
çoit quelques sapins; elle se détache com- 
plètement des autres rochers qui l'envi- 
ronnent. A votre gauche se trouve un ro- 
cher dont les parois forment un escarpe- 
ment couronné aussi de sapins. Toujours 
au milieu de cette profonde solitude, on ar- 
rive à la Croix-Verte, élevée sur un pe- 
tit plateau carré ; puis on pénètre au sein 
d'une sombre et magnifique foret, dont le 
son d'une cloche argentine interrompt de 
temps à autre le silence et annonce au voya- 
geur le terme de son voyage. En effet , à 
un petit coude que feit la route, les bâti* 
ments irréguliers, les clochers et les toits 
grisâtres de la Chartreuse s'ofli^nt à vos 
regards. 

LA GRANDE-CHARTREUSE. 

« Perinvias rttpes^fera perjaga, 
Clivosque prœruptos, sonanles 
Inter aquat^ nemorumqne noctetn. » 

a II y a telles scènes dans la nature qui 
forcent l'athée k la croyance. Quant k mol, 
}e suis convaincu que saint Bruno était un 
génie Inspiré , en choisissant une telle soli- 
tude pour résidence. » 

Lettres de Gray (1). 

Dès qu'on a franchi la porte extérieure 
du couvent, on entre dans une vaste encein- 
te ; alors se présente la &çade principale, 

(I) M. Bourgeois, peintre distininié, a pu- 
blié, sous le titre de Voyage pittoresque 
à ta Grande ' Chartreuse , une suite de 
vues litbographlées qui font parfaitement 
connaître les sites les plus remarquables de 



dbyGoOgk 



178 



BOUTS 214. — DB PABI& A DBAGUIGNATf. 



d une architetcture simple et noble ; elle 
est construite en pierres de taille, recou- 
verte en ardoises, et ressemble plutôt 
au séjour d'un prince qu*à Thabitation 
d'hommes voués à la prière et à la péni- 
tence. 

Ce célèbro monastère se compose de deux 
grands corps de bâtiments en forme de pa- 
rallélogramme, dont Tun est dirigé oblique- 
ment contre l'autre, et forme avec lui un 
angle aigu : le premier a environ 500 mè- 
tres de longueur sur 100 mètres de largeur 
Une longue galerie conduit d'un côté aux 
maisons de chacun des grands officiers de 
Tordre ; celle du général occupe Textré- 
mité de cette galerie. Â gauche sont les cui- 
sines et le réfectoire. L'église est placée 
au centre de Tédifice. Au premier étage se 
trouvent la chambre capitulaire, les cham- 
bres des frères, et des logements pour les 
prieurs qui étaient appelés au chapitre gé- 
néral. 

Le second corps de logis peut avoir iOO 
mètres de long sur 100 de large : cetto par- 
tie des bâtiments forme le doitre, contre 
lequel sont rangées lescellules des religieux, 
au nombre de 54. Ce cloître est composé 
de trois cours parallèles ; le cimetière occu- 
pe celle du milieu ; une multitude de pe- 
tites arcades â vitres plombées éclairent ces 
longs corridors , qu on ne peut parcourir 
sans une vive émotion. Quatre fontaines 
d'une eau aussi froide que la glace, desti- 
nées à Tusage des religieux, interrompent 
seules le silence qui règne sous ces voûtes 
Tous ces bâtimenls sont entourés de jar- 
dins et de cours assez vastes, et fermés par 
un mur d'environ 800 m. de longueur sur 
700 de largeur. L'église n'offre rien de re- 
marquable; les belles stalles qui la déco- 
raient en ftircnt enlevées après la disper- 
sion des religieux, ainsi que le bel autel 
on marbre blanc, qui , transporté dans la 
cathédrale de Grenoble, a été remplacé en 
18i5 par un autre en bois doré. Il existe 
dans l'intérieur du couvent trois chapelles : 
«relie des Morts, celle dite Domestique, et 
relie de Saint-Louis : cette dernière est 
surmontée d'un joli dôme , et assez bien 
ornée. 

La cellule de chaque religieux se com 
pose d'une chambre à coucher , d'un petit 



oratoire, et d'un atelier destiné ï l'exercice 
d'un art mécanique. Chaque ceUule a un 
petit jardin séparé et indépendant (1). 

La salle du chapitre a la forme d'un car< 
Ki long; sa longueur est de 14 à 15 m., 
et sa largeur de 9 à 10 m. Dans le fond 
est une chaire destinée pour les généraux 
de l'ordre, quand ils haranguaient le cha- 
pitre assemblé ; dans la partie supérieure , 
immédiatement sous le plafond et tout an- 
tour de cette salle, sont placés , par rang 
d'ancienneté, les portraits des généraux de 
l'ordre. 

Les cuisines méritent d'être vues : on y 
remarque de longues tables de marbre, des- 
tinées k préparer les aliments pour les re- 
ligieux ; à côté de la cheminée, et tout près 
d'un foyer brûlant, jaillit une onde limpide 
à flots glacés. 

Chaque religieux est servi dans sa cel- 
lule; il ne fait qu'un seul repas, et le soir 
une légère collation. Les jours de dimanche 
ou de fête, qui dans l'ordre sont très nom- 
breux, ces religieux mangent au réfectoire. 
Pendant le repas, l'un d'eux fait la leeta- 
re sur le ton des leçons. 

L'habillement des chartreux consiste en 
une robe de drap blanc, serrée d'une cein- 
ture de cuir blanc ou d'une corde de chan- 
vre, avec un petit cucuUe auquel est atta- 
ché un capuce, aussi de drap blanc. Us ont 
la tête rasée : l'usage du linge leur est in- 
terdit ; ils n'ont pour chemise que des tu- 
niques de serge. Ils couchent sur des paillas- 
ses, et n'ont que des linceuls de laine. 

La chapelle de St-Bruno est à un kil. 
delà Chartreuse. On gravit un chemin es- 
carpé et sombre, aùhdelk duquel s*ou- 
vre un petit vallon. Vera la droite on 
aperçoit la jolie chapelle de Notre-Dame de 
Casalibus : la voûte est peinte en bleu 
d'azur et semée d'étoiles d'or ; sur les murs 
sont placés des cartouches dans lesqud» 
on a inscrit les litanies de la sainte Vierge. 
Non loin de U, à l'entrée d'une forêt ma- 
jestueuse , se présente la chapelle de St- 
Bruno ^ assise sur un roc élevé, au pied dii- 



(I) Une table, un fauteuil, un cmclflx , 
quelques chaises, un sablier, image du temps 
qui sVnvole, voilà en quoi consiste le mobi- 
lier d*on chartreux. • 



dbyGoogk 



BOUTS 214. — DB PABIS A DRAGUIQNAlf. 



179 



ifaA coule , arec un doux mnnnure, une 

soorce d'eau \Î¥e. 
Les Toyagmrasont fort bieD reçus aucon- 

vent Od irar sert des œii!s,du poisson sMIs 

en deoaDdeot, des fruits, des confitures. 

Le lit est bon. 

Lft cooimne est de donner , en quittant 

le coavcBi, i fr. par chaque jour qu'on y 
est resté. 

L'allMm cà. chaque voyageur inscrivait 
son wm, quelque souvenir en vers ou 
prose, l'existé plus depuis 1833. Beau- 
coup ée voyageurs s*amusaient à y tra- 
cer des dessins libertins, d'immorales de- 



A h biblioaièque de Grenoble ont été 
tiansCfés les curieux manuscrits que pos- 
sédât astrefots le couvent, entre autres les 
chartes de donation du fondateur. 

Ol-vbmes a consulter. — Bourgeois, 
Fofage pittoresque à la Grande-Char- 
tretatfMnc des lithographies. 

Vcftçe à la Grande-Chartreuu, im- 
primé à Vaienee; Exeunion à la Char- 
iremge, belle publication de 36 vues, 1/2 
Jésus ; le Guide à la Chartreuse^ etc., à 
GrtwBble , cbex Vellot et comp. On trou- 
ven chez ces libraires, et choz M. Rey- 
Gimid. tons les Itinéraires de Suisse, 
d*Itaiie; l'Album du Dauphiné , bel ou- 
\T^,etc. 

Afant de quitter cet asile de la solitude 
e( de h prière , nous allons jeter un coup 
d'flnl rétrospectif sur cette pieuse demeure ; 
ce monastère fiit fondé par nainl Bruno, 
en 1084. 

Voici ee qu'un légendaire nous rappor- 
te : • H y a en Dauphiné. au voisinage de 

• GiemMe, un lien affreux , froid, monta- 
» gneox, couvert de neiges, environné de 
« précipices et de sapins, habité seulement 

• par des bétes, et inconnu des hommes 

• par râpfcié de son accès ; il y a des ro 

• chers hauts et élevés, des arinres sylves- 

• très et infructueux, et sa terre est si sté- 

> rile et inféconde, que l'on n'y peut rien 
» planter ni semer. En ce lieu, Bruno dé- 

• «gna sa demeure, et n'ayant là aucunes 

• cellules, il demeurait dans le pertuis des 

> Rochers.* 
Saint Rmno s'établit alors dans cette! 

partie du désert où se trouve la chapelle { 



qui porte son nom ; mais de nouveaux dis- 
ciples ayant grossi la colonie, elle s'éten- 
dit ensuite au-delà de la chapelle Sainte- 
Marie. 

Saint Bruno naquit à Cologne, d'une b- 
mille opulente ; il étudia d'abord à Paris, 
puis à Reims, où il fut nommé directeur 
des études et chancelier de TEglise ; mais 
la sévérité de ses principes lui attira des 
persécutions qui le dégoûtèrent de la vie 
du monde ; et tout k coup on vit cet hom- 
me, accoutumé à toutes les jouissances du 
luxe et célèbre par sa science, abandonner 
honneurs, richesses, et ensevelir sa jeunes- 
se et son avenir dans la solitude d'un dé- 
sert sauvage. Telle est l'origine de la 
Grande-Chartreuse i que des milliers de 
voyageurs visitent tous les ans» 

Nous devons parler ici des liqueurs cé- 
lèbres qui se fabriquent à la Grande-Char- 
treuse: lo Yélixir végétal, t« Veau de 
mélisse, toutes deux composées avec les 
plantes aromatiques que produisent les mon- 
tagnes des environs. Les effets salutaires 
de l'élixir sont connus de tout le monde. 
Les chartreux faibriquent aussi une eau 
excellente pour les dents, et une pftle mi- 
nérale, dite6ou/e d'acier^ qui possède de 
merveilleuses propriétés. 

De la Grande-Chartreuse à Grenoble, 
par Sapey , environ 6 heures do 
marche. 

La route aue nous allons parcourir ne 
nous ofiQre pas des scènes aussi majestueuses 
quels première. En sortant du monastère, 
on descend dans de vertes prairies couron- 
de bois sombres. Ce sentier nous 
conduit, après 30 à iO minutes de nur- 
cheèla 

Courrerie , vastes bfltiments , où les 
chartreux faisaient fabriquer les souliers, 
les toiles, les draps pour l'habillement des 
religieux. Ils renfermaient aussi l'imprime- 
rie pour les livres de la communauté, et 
une inflrmeric pour les malades. Une gran- 
de partie de ces bâtiments tombe en ruines, 
et Tautre est occupée par les gardes des 
eaux et forêts. La route que nous conti- 
inuons de suivre descend et nous conduit 
au milieu d'une nature aussi sublime etaos- 



dbyGoogk 



180 



ROUTB 214. •— DE PABIS A DBAGUlfiNA!!. 



8i sauvaj^e que celle que nous avait offerte 
la première route : « Les arbres, dit Tau- 
teur de V Excursion à la Grande-Ckar- 
treuse, sont redevenus majestueux, la mas- 
se des rochers élevée, l*ombre épaisse, le 
silence imposant sous cette voûte impéné- 
trable aux rayons du soleil, et le Guiers 
l'ait encore entendre ses eaux dans le fond 
(lu vallon ; mais ce ressouvenir du désert 
dure à peine 20 minutes. Tout à coup on 
voit se dresser devant soi deux inunenses 
rochers coupés à pic, et dont Toeil mesure 
avec surprise la prodigieuse élévation . Leurs 
cimes se rapprochent, tandis que leurs ba- 
ses semblent s'écarter. Le torrent occupait 
là , comme à Fourvoirie , tout l'espace 
compris entre les deux rochers, et la main 
des chartreux a dû là aussi resserrer son 
lit pour conquérir un passage. Le chemin 
traverse le torrent sur un pont fermé à ses 
deux extrémités par un petit bâtiment aux 
murailles duquel se voient quelques meur- 
trières qui servent de fenêtres. Cette entrée 
du désert est moins sauvage que l'autre ; 
mais elle a quelque chose de plus grandio- 
se. » Ce péristyle franchi , des vallons cou< 
verts d'habitations aux toîts sombres nous 
annoncent que le désert a cessé. Le Grand 
Som continue d'ofirir à nos regards son 
imposante masse, au pied de laquelle s'é- 
lève le village de SairU-Pierre-de-Char- 
ireuse, qui a donné son nom au couvent et 
au désert. 

Après avoir dépassé le Grand-Logis ^ ap- 
partenant autrefois aussi à la Chartreuse, 
vous arrivez à la chapelle St-Hugues, 11 
faut se placer sur le tertre de celte petite 
chapelle , aussi mal décorée que celle de 
Guillaume Tell , qu'elle rappelle par son 
architecture, et jeter un coup d'œil autour 
'le soi. On est enfermé dans un cercle de 
montages du plus pittoresque effet : ce 
sont des rochers d'une grande hauteur dont 
les parois sont tapissées de plantes , 
quelques-uns nus , d'autres couverts de 
neige. 

Ensuite la route prend un aspect triste, 
fît est bordée de chaumières d'un aspect 
encore plus triste, d'où sortent de pauvres 
enfants pour demander l'aumône au voya- 
geur ; et puis le sol s'élève jusqu'au milieu 
de la forêt de Portes, que nous traversons : 



de ce point culminant , on dit on dernier 
adieu à la Chartreuse. De là, on descend 
vers le village du Sapey par une pente ru- 
de, défoncée et glissante. Ce hameau n'a 
rien d'intéressant; c'est un amas de quel- 
ques maisons en bois, de>'ant lesquelles se 
trouvent de vertes prairies. De l'auberge 
de Pierre Giguet,on aperçoit distinctement 
le Chamossandf le plus haut pic du Sapey ; 
non loin de cette petite localité, votre oeil 
découvTC le moni Èynard, et bientôt la ri- 
che et pittoresque vallée du Graisivaudan^ 
qu'entourent les Alpes aux neiges étemel- 
les. La pente continue, et, avant d'arriver 
à la Tronche, arrêtez- vous par intervalles, 
aQn de jouir du panorama qui se déroule 
à votre vue : Grenoble apparaît à vos pieds 
avec ses toîts rougeâtres, et environné d*un 
cercle de montagnes dont quelques-unes 
sont encore chargées de neiges au mots de 
juin. On rencontre de petites habitations 
pittoresquement situées. Ce tableau est ad- 
mirable. La Tronche est un joli village si- 
tué à une demi-heure de marche de Gre- 
noble, sur la grande route qui mène en 
Savoie. 

Il y a encore deux autres voies de com- 
munication pour aller à la Grande-Char- 
treuse : l'une partant de Voiron , passant 
par St'Etienne-de'Crosseyei St-lMureni- 
du-Pont : le trajet est de 20 kil., et de- 
mande 6 heures de marche. L'autre pari 
d'un point opposé, c'est-à-dire de Ciiam- 
béry en Savoie, passant par St-Thiboui^ 
St'Jean-de-Coux , les Echelles , où se 
trouvent les deux fameux passages prati- 
qués au sein delà montagne ; l'un par un 
roi de Savoie, et l'autre par Napoléon : c'est 
ce dernier passage qu'on prend aujourd'hui, 
et qui étonne le voyageur par la hardiesse 
de l'entreprise et les difficultés de l'exécu- 
tion. De là, une jolie roule vous conduit 
dans une heure 1/2 à Saint-Laurent-du- 
Pont. (De St'Laurent-du-Pont^h Char- 
treuse, V. 1"» roule. ) — Le trajet depuis 
Chambéry est de 36 kil. qui demandent 
9 heures de marche. 

Nous dirons donc au voyageur qui aime 
les grandes scènes de la nature et les sen- 
sations qu'elles font naître : Allez à la Char- 
treuse par Voreppe et St-Laurent-du- 
Pontf et revenez par Sapey: de cette mt- 



dbyGoogk 



BOCTB 214. 



DB FABIS A DRAGUIGIfAN. 



181 



aière aucune des béantes de cette mer- 
^eiOeuse eoDlite ne ponira tous échap- 
per. 



Ilinérmre de la 4^ route. 



V«eppe. 
UPtoutte 

Snnt-LjBRBfr^ii-Pont. 
Founôiie. 

UPfBUPflUl. 

L\ G&uik-Cbartreuse. 



2 heures. 



1 


1/2 


1 


3/4 




1/2 




5/4 


1 


1/2 



8 heures 



De nteor à Grenoble et reprenant notre 
nmte à tcivcrs one contrée pittoresque, 
nous sinTBDS ^ 

GAP ( HaotesrAlpes ). — Hôtels : du 
N«d; de Prsrenoe. — Cette ville, cons- 
traîte par les Caturiges, autrefois Vapin- 
atm, est nnntenant le cheMieu du dépar- 
tcDKBtdes Ha»tie9-Àlpes, dans une agréa- 
ble sHnafian, entourée de jolis coteaux, sur 
leaqneb la vigne prospère , bien que leur 
faoDlieQr aoH à 800 mètres au-dessus du ni- 
veau de la mer. Elle a préfecture, tribu- 
3aa, éréché érigé dans le 1V« siècle, sé- 
BSBsre , collège, théâtre, baios. — Cu- 
Tiùniés : dans l'hôtel de la préfecture^ 
joU é<fiâce moderne, le monumeni du con- 
aét^le de Lesdiguières; le palais de jus- 
tice ; b cathédrale ; le musée d'histoire 
MotareUe ; réréchc. — Commerce : toi- 
les, étcffes de laine et coton, etc. — Pop, 
S,8e0 hab. 

ExiXRSiOTss. — Sur le Mont-Genèvre, 
vne na^ifiqne ; an Pré-qui-Tremble ; 
aux raines iuMoni-Seleucus, aiigourd^liui 
h Jfme-Mtmt'SaUon ; è Notre-Dame- 
én-Laii, pèlerinage ; au château de Tal- 
lari.éie. 
SISTERON ( Basses-Alpes ). — Hôtel 



du Bras-d'Or. — Petite ville , dans une 
gorge très étroite : elle possède sous-pré- 
fecture, collège, des filatures de soie. — 
Curiosités: \e pont f d'une seule arche; 
la citadelle. Les environs sont intéressants 
pour l'artiste et le géologue. — Pop. 
4A00 hab. 

DIGNE (Basses-Alpes). — Hôtels: du 
Petit-Paris; du Grand-Paris; des Empe- 
reurs. — Petite ville avec préfecture, évê- 
ché érigé dans le IV» siècle, séminaire, tri- 
bunaux , école normale , collège , société 
d'agriculture, bibliothèque publique, cabi- 
net de physique, salle de spectacle, pépi- 
nière. — Curiosités: la fontaine sur la 
place du Marché ; la promenade; Véglise 
Notre-Dame y dont le haut clocher domine 
toute la ville ; la prison, avec ses fortes 
murailles; la bibliothèque, de 4,000 vol.; 
hpréfecturet le palais de justice; les ca- 
sernes.- — Au N. de Digne^ les ruines de 
l'ancienne cathédrale^ qui datait du temps 
de Charlemagne ; la fontaine miner aU, 
k 2 kil. de la ville, et dont les eaux sont 
efficaces pour les rhumatismes; rétablisse- 
ment est bien tenu et assez fréquenté. — 
Commerce: laine, bétail, pois, prunes re- 
cherchées. — Pop. S,000 hab, 

DRAGUIGNAN (Var). —Fo/c/ de la 
Poste. — Chef-lieu de préfecture , avec 

'lége , tribunaux , bibliothèque, société 
d'agriculture, jardin botanique. — Curio- 
sités : beWes fontaines ; jardin public ; 
beau cabinet de médailles; la bibliothèque 
de 15,000 vol. ; VMpiial ; la tour de- 
rJ7or^ges*élevant majestueusement à une 
grande hauteur. A part la place, une rue 
circulaire et les promenades, c'est une ville 
mal percée, étroite, sombre, sale et puan- 
te ; en revanche, les environs sont déli- 
cieux. — Commerce : draps, bas, pote- 
rie, savon, huile, distilleries, tanneries. — 
Pop. 9,900 hab. 



dbyGoOgk 



182 BOUTE 217. — DE GAP A BRIAKÇOII. 

ROUTE 215. 
DE DRA«IJI«l!irA]¥ A MARSEULIiE, 

44 myr. 5 kilomèires. 



I^orgues. 
Garcès. 
Brignoles. 
Turves. 




im.2k. 
i 7 
i 7 
1 2 


Aubagne. 
Marseille (v. roule S 




ROUTE 216. 




DE 


DiGiiri: A jiUkWiiiiiiiiE, 

44 myr. 


Esloublon. 

Riez. 

Bains-de-Gréoux. 

Sainl-Paul-lès-Durance 


2ro.0k. 

1 9 

2 
1 8 


Peyrolles. 

Aix {v. roule 208). 

Marseille. 



ROUTE 217. 

DE QAP A BRIAIVÇOS9 

9 rayr. 4 kiloracirc. 



Chorges. 


Ira. 7 k 


Savincs. 


1 i 


Embrun. 


i 


Plan-de-Phazy. 


1 6 


La Bessée. 


1 7 


Briançon. 


1 7 



La première partie de la route est tris- 
te el difficile ; mais bientôt la scène s'a- 
grandit et laisse voir les Alpes dans toute 
leur majesté. 

EMBRUN (Hautes-Alpes) , petite ville 
bâtie .sur le dos d'un vasto rocher, au pied 
duquel coule la Durance. Elle possède 
sous-prcfeclure , tribunal, un petit sémi- 
naire, collège. — Curiosités : la callié 
drale , superbe édifice gothique , avec de 
l)eaux vitraux ; les remparts ; la place Sl- 
Pierre ; le palais archiépiscopal , servant 
maintenant de caserne; la tour brune. — 



Commerce: vins, fruits cxcett 
Pop. 4,500 hab. 

Après avoir dépassé Plan-de^ 
la roule alors passe au pied de T 
blc et pittoresque fort de Mêni-L 
qui défend rentrée du défilé pou 
Piémont. 

BRIANÇON (Haute^Alpes). - 
de la Paix. — Très forte \illc, 1 
la France du côté des Alpes. El 
tuée à la jonction de trois vallées 
d'un roc isolé et e.scarpé , dont U 
est couronné par le fort du < 
Plusieurs rues de cette ville pii 
|sont tellement inclinées, qu'il est 
We d'y arriver en voiture, rt la n 
par>'cuir à la \ille n'offre qu'une 
zigzags. Toutes les hauteurs qui 
rent sont converties en point de 
' des forts s'élèvent tii-dessus des 1 



dbyGoOgk 



BOITTE 319. — DE LYON A SÀINT-BTIBNIIE. 



183 



ifÊaaaL nnes , cl finéqoerameni les naages 
exbe&l ks oovn^ges supérieurs. Enfin on 
peol appeler BrioiB^n le Gibraltar fratir 
fa». Cetre liOe possède une sous-préfeo- 



ture, an tribanal civil, un collège commu- 
nal cl de belles casernes. — Pop. 4,i00 
hab. 



ROUTE 218, 
DE iiToifr A c^ENisiri:, 

Par Saikt-Genis-Pooillt, ^5 myr. 4 kil. 



MîrM. i 


1 3 


MoBt-Ud. 9 


Uamèewi. 


1 5 


BoUane 


l 1 


PMlHrAà>. i 


l 1 


CenhD. i 


l 3 


BiMt». i 


[ 9 


SaiiiMknBainHle^oax. 1 


1 3 


Be&«»ie. 1 


[ 2 


CalUm^ i 


[ 2 


Saiirt-Geois-Poail^. 


1 6 


teicvE (Suisse). 


1 2 



Pfas w s*éloigBe de Lyon, plus la route 
éerioil ptioresque , surtout à partir de 

NAKTCA (Ain) Nantuadis.— Hôtels : 
d« Nard; de rBcu-de-Francc ; d'Angle- 
lerre. — P^te ville sur le lac de ce nom 
«Btiv dnx montagnes , et qui de loin pré> 
âenie sa b^o conp-d^œil. Elle a une sous- 
préiBeture, des tribunaux, un collège royal 
— Curimités : l'église, d*un beau style 
Icnbard ; h rue du lac, des montagnes ën- 
\vMmites. — CoTOmcrcc.-souliers , fa- 



briques de tapisserie, couvertures , de lai- 
ne, nankins, mousselines, fourrures, pel- 
leteries. On y mange d'excellentes truites, 
de belles écrevisscs. — Pop. S,SOO 
hab. 

Nous entrons alors dans une contrée 
qui mérite bien Tépithète de Roman- 
tique. 

BELLEGARDE (Ain). — Hôtel de la 
Poste. — Limite entre la France et la 
Suisse ; on y dîne en venant de Genève à 
Lyon. — Curiosités : la Perte du Rhône^ 
qai est à dix minutes de marche de l'hôlel. 
Elle est bien déchue de sa réputation , de- 
puis que des travaux récents en ont dé- 
truit tous les curieux accidents. 

COLLONGES (Ain), petit bourg à Tex- 
trémité de la gorge que commande le fort 
V Ecluse. La vue de cet endroit est magni- 
fique. — Pop. ^,500 hab. 

GENÈVE (Suisse), voyez à la Table ; 
voyez aussi le Guide du voyageur en 
Suisse, en Savoie et en Piémont; chez 
L. Maison, éditeur, 5, rue Christine, 
Paris. 



ROUTE 219. 
i»E liYOM A ii^ÉTiEiiriirfi , 

5 myr. 7 kilomètres. 



BngBsis. 


1m.5k 


Ritenle-Gier. 


2 2 




i 


S&isrr-ËTn3i5E. 


1 2 



RTVE-DK-GÎER (Lotre), petite ville si- 



tuée sur le Gier et le canal de Givors, 
une des plus importantes du département 
de la Loire. — Curiosités : le canal , les 
mines de charbon de terre, la manufacture 
de glaces, la fabrique d*acier et de ressorts 
de voitures de MM. Jakcson ; plusieurs bel- 



dbyGoogk 



184 



BOUTE 221. — DE LYON AUX BAINS D*AIX. 



les verreries , le beau bâtiment de la mai- tés : les deux églises , les ruines de Tan- 



son du canal , le bassin qui est en &ce, 
quelques cafés; plusieurs hôtels. — Com- 
merce considérable en charbons , verre- 
ries. — Pop. i 2,000 hab. 

SAINT-CHAMOND (Loire). — Hôtels : 
le Chapeau-Rouge; la Tête-d'Or; l'Etoile. 
— Petite ville sur le Gier. — Curiosi- 



cien château , une place plantée d'arbres , 
des maisons élégantes , un bel établisse- 
ment de bains publics , le collège commu- 
nal, la bibliothèque. — Commerce : ru- 
bans, galons, clous, chevaux, bestiaux. — 
Pop, 8,500 hab. 
SAINT-ÉTIENNE (v. route 208) . 



ROUTE 220. 
DE i^TON A nnjunjLiJSEM, 

Par Loms-le-Saumer, Besançon et MontbeliarD; 56 myr. A kil. 
— Service de malle. 



Vanciat. 

St-André-de-Corcy. 

Villars. 

St-Paul-de-Varax. 

Bourg (v r. 223). 

St-Etienne-du-Bois. 

St-Amour. 

Beaufort. 

Lons-le-Saunier. (v. r. 22i). 

Mauflfans. 

Poligny. 

Arbois. 

Mouchard. 

Quingey. 

I^mod. 

liesançon (v. route 226). 

Roulans. 

Baume-les-Dames. 



m.lk. 
2 

i 
5 
1 
8 
8 
5 
A 
S 
1 
9 
7 
2 

9 
2 



Clerval. 

risle-sur-le-Doubs. 
Montbéliard(t;.r.23i). 
Héricourt. 

Belfort(r;. roule 231). 
La Chapelle. 



Im.Sk. 

1 1 

2 .^ 

1 
1 
i 
i 



9 
1 
6 
4 
9 



Mi'LHAUSEN {v. roule 231). 

Commmunications . 

D'Aspach on peut prendre le chemin de 
fer àThann. 

Thann à Mulhausen . 2 m . 2 k . 

De Mulhausen à Bâlc. 3 4 

De Mulhausen à Strasbourg par 
ColmaretSchelestadt. 10 6 



ROUTE 221. 

DE Ia1[WS aux BAIMS d'JlHL (tevole) , 

A2 myr. 8 kilomètres. 



DeLyonàBourgoin(t;.r. 214) i 1 

La Tour-du-Pin. 1 5 

1^ Gaz. 8 

Poutrde-Beauvoisin. 1 

Les Echelles (Savoie). 1 i 

St-ThibauU-de-Coux. 1 2 



Qiambéry (Savoie). 1 m. î k. 

Aix-LES-B AiNS (« . Etats-Sardes) 1 6 

PONT-DE-BEAUVOISIN (Isère). — 
Hôtels: Barbier, près de la Douane; de 
l'Ancienne-Posie. — Petite ville sur 1« 



dbyGoogk 



BOCTB 223. — DE PABIS A DOUBG. 



185 



rt. — Curiosités: le pont d'une [1,500 individus. Le passage des Echfillei 
■ arche, très remarquable par sa har- ou de la Grolle mérite l'attention des voya- 
li sert de limite entre la France geurs. 



i Savoie. Le poste des douanes des 
i '^vs est situe à chaque extrémité du 
^.-Pup.S,300 hab. 
ES ECHELLES, bourg de 1,200 à 



A peu de distance au-delà de Saint- 
Thibault de Coiix se précipite la belle 
cascade de Coux. 

Chambéry et Àix{v. Etats Sardes). 



ROUTE 222. 



DE LTOlir A IiA «ROTTE DE liA BAIilflE , 

5 myr. 6 kilomètres. 



sort par le foulwurg de la Guillo- 
!, oà te voyageur trouvera soit un 
ii CKj des voilures pour le conduire à 
d^tifialioQ ; ou laisse à droite la route 
reh{jble; on pa:»se successivement à 
rboRRe, Charpieux, Méiietix^ Pu- 
u, Jansirac et Pontchéry. On tra- 
, M cet endroit , la Bourbe , rivière 
j^ dans le Rhône ; Saint-Etien- 
Hien précèdent la Bahne. 



La grotte de ^utre-Bame-de-i a-Bal- 
me est sans contredit la plus belle grotte 
à stalactites de toute la France. Elle est 
située presque sur les bords du KhOne. 
Son entrée, haute d'environ ôo mètres sur 
21 de large, conserve ses nohles propor- 
tions dans une loUp^ieur d'environ 73 
mètres (voyei Guide du voyageur à la 
Grotte de la Balme^ par Uourril). 



ROUTE 223. 

DE PARIS A BOOte 9 

Par ÂuxERRE et âiu«ay-le-Duc, 42 myr. 4 kîl. 



isà Châlon-sur-SaOne {v. 
eîOyj. 31 m. 5 k. 

•ey, 1 8 

&. 1 

y. 8 

ner-dH>)urtes. 1 4 

5àMûntre\el. 1 4 

1 7 

RG (Ain) Burgus. — Hôtels: 
îrope; du Nord; du GritTon. — 
PU du dépari^ment, avec préfcctu- 
wnaux, collège, société d'agricul- 
halle au blé, théâtre, musée. Celte 
généralement bien penée et bien 
^ rues sont ornées de helles ton- 
Elle pcisséde de jolies promenades. 
ifmtès : le bel hôpital , l'hôtel de 
balle au blé, le monument élevé à 



la mémoire du général Joubcrl, la belle 
statue élevée à Bichat , en 1 811 ; la 
salle de spectacle, la bibliothèque , conte- 
nant 17,000 vol. , quehjues manuscrits, 
entre autres un Nouveau Testament et un 
Oclavins Josèphe. 

Bouig est la patrie de l'astronome La- 
lande (Jérôme), de Vaugelas, Bichat, etc. 
— Pop. 41,800 hab. 

A une petite distance de Bourg , on va 
visiter la magnifique 

Eglise de Brou, le |>lus beau gotliicjue 
peut-être qui existe en France. — On en 
vend la description chez M Martin -Bot- 
tier, libraire h Bourg. 

On trouve dans le département de l'Ain 
de nombreuses traces du passage do 
César. 



dbyGoOgk 



186 ROUTB 324. — DE PARIS A GENÈVE. 

ROUTE 224. 
DE PARM A «eutèvi: , 

Par Sens, Baune, Lons*le-Saulnier et Gex, 51 myr. 5 kil. 



De Paris k Sens (v. r 209). 11 m. i k. 

Theil. 1 1 

Arces. 1 8 

St-FlorenUn. 1 6 

Flogny. 1 3 

Tonnerre. 1 5 

Ancy-le-Franc. 1 8 

Aisy>sur-Annançon. 1 C 

Montbard. 1 1 

Semur. 1 7 

St-Thibaalt. 1 9 

Pouilly-en-Auxois. 1 i 

La Métairie de la Vigne. 2 

Beaane. 1 9 

SWLoup-de-la-Salle. 1 2 

Sermesse. 1 8 

Si-Pierre. i 6 

Bletterans. 2 3 

LoQs-te-Saunier. i 3 

Glairveaax. 2 3 

Si-Laurent. 2 3 

Morez. 1 2 

Les Rousses. 8 

La Valtay. i 5 

Gex. 1 5 

Genève (r. Suisse). 1 7 

SAINT-FLORENTIN ÇYonné).— Hôtel 
de la Poste. — Jolie petite ville dont on 
remarque Téglise, du XIV« siècle, avec de 
beaux vitraux et un escalier double dans 
un pilier. Le pain fabriqué dans cette pe- 
tite localité, passe pour le meilleur qu*on 
puisse manger en France. — Pop. S,âOO 
hab. 

Toute la contrée que nous traversons 
produit des vins excellents et renferme de 
beaux châteaux. 

TONNERRE (Yonne) Tomodurum de 
Gésar. — Hôtels : du Lion-<l*Or, recons- 
iniit à neuf, et d*où parient chaque jour le 
courrier A'Àuxerre et celui de Noyers ; de 
la Poste. — Ancienne ville sur VArman- 
çon , chef-lieu de sous-préfecture , avec 
tribunaux, collège, société d'agriculture , 
bibliothèque publique. ~ Curiosités : 



Téglise de Saint-Pierre , et son clodierJ 
de forme gothique, la hardiesse et la IcgM 
reté des voûtes de l'église , la perspectif* 
du haut de la première galerie et du clochtl| 
de cet édifice ; la tour et le beau portail ^ 
Notre-Dame , orné de trois ordres d'ai* 
chitecture l'un sur l'autre ; la Fosse-DioM^ 
fontaine sans fond, dans le faubourg dt( 
Bourbereau; le ci -devant ermitage dl' 
Saint' Loup \ l'hôpital, dont la vaA| 
église renferme le tombeau en marbre, ptf 
Bridan, de Msrguerile de Bourgogne, fon- 
datrice de l'hôpital, et le mausolée ta 
marbre du grand Louvois, par Girardmi; 
on voit dans celte église un Gnomon très 
exact ; l'hôtel de ville , la halle au blé , h 
promenade dite du Pâtis — Patrie du 
chevalier ou de la chevalière d'Eon. — 
Commerce : excellents vins rouges ci 
blancs de son territoire, etc. — Pop- 
4,500 hab. 

ANCY-LE-FRANG (Yonne). — HôUl 
de la Poste. — Curiosités: le châteiB, 
bâti en 1545 et regardé comme un mo- 
dèle d'architecture ; l'étendue et la pièce 
d'eau du pare sont admirables ; on y a éta- 
bli des forges anglaises et des haots 
fourneaux, où l'on emploie un minerai ré- 
cemment découvert; ce château apparte- 
tenait au marquis de Louyois, pair de 
France, mort depuis peu d'années. — Pop- 
4,800 hab. 

MONTBARD (Côte^'Or) Mons Par- 
dus. — Hôtels : du Point-du-Jour ; de 
l'Ecu. — Petite ville avec des rues pro- 
pres et d'assez jolies maisons. — Curio- 
sités : le château , les jardins , la tour de 
Sainl^Louis , le cabinet d'étude de Buf- 
fon, la maison de Daubanton, dont Mont- 
bard est la patrie : dans les environs 
mines de fer. — Pop. 2,400 hab. 

SEMUR (Côte-d'Or) Sine-marum. — 
Hôtels : du Dauphin ; de la Gôte-d'Or; de 
l'Arbre-Verl. — Ville sur XXrmançm, 
avec sous-préfecture, collège, société d'a- 
griculture, tribunal, théâtre. — Curiosi- 



dbyGoogk 



BOITTE 324. 



VIE PARIS A GEi'IEVE. 



187 



ta : relise, mec de beaux vitraux , mo-.U place d*Àrmes, ornée d'une jolie église 



caneoxderart; Tobélisque, d'une — Commerce : fer, bois de coastructioD, 



aeak ptene ; le pool, rhôpital , la statue 
r^JBrie éÊ Jbbod , b bOiUothèqiie de 
15,000 wl.; Uni près le bourg d^Epois- 
»s est la jÀe cascade de VArmançon. 
— Ccmmtnx : beurre, fruits et miel ex- 
celleats. — PSop. 4,200 hab. 

BE\ljie(C«fr-d'Or) Belna. — Ho- 
tels : et înaee ; du Commerce ; des Pe- 
tites-Bdtes; du Cbevrettil. — Cette ville 
«>■<■ « sv h BouAone, avec sods-pré- 
fiBCtav, collège, société d'agriculture, 
bay,Mfeiioteqne de 25,000 voL, école 
iNBdpaie de soilpture , muséum numis- 
■■fiqae et farefaécdogie dans le local de 
hUMkèqK. théttre et plusieurs éta- 



ustensiJes de ménage, vins , eaux-de-vie , 
fromage de Gruyères, sel, dont la vente se 
monte annuellement à 20,000 quintaux. — 
Pop, 8,800 hab. 

Près de Lons-le>Saunier est Louvetot, 
où Ton trouve des eaux minérales. 

Entre Lont-le-Saunier est Seliièret ; 
ruines du château d'irtoi^. 

MOREZ(Jura). — Fdte/ de la Poste. 
— Gros bourg sur le torrent le Bief-de- 
la-Chaille, au fond d'une gorge. — Cu- 
riosités: le pont, d'une seule arche très 
hardie ; la halle, les fabriques d'horlogerie, 
de tournebroches ; les magasins d'épingles 
blanches. — Commerce : blés, vins, en- 
de bains. — Curiosités : trepôt de fromages de Gruvères de la 
VhàfiÊaà, ré^se Noire-Dame , l'une des Suisse et du Jura. — Pop. 3,200 



etf ffwpw les plus graves de l'architecture 
r—iiii hjuutiiie. Cet édifice est du X1V« 
. L'êgfise de Saint-Nicolas, l'église 
• ^rOratoire , le beffroi , nommé 
h çTÊÊse kmioge , du XIV« siècle; l'arc 
detriaa|iie (p«te Saint-Nicolas), la halle 
m Ué, l'hospice de la Charité, la salle 
d'aâle daifcs la belle église des anciennes 
CarméOteê, le Vauxhall , la promenade 
de h Pelîte-Botte, les pépinière, les rem- 
^mii pbatés d*arlires, le jardin public , la 
Wle fDstaiiie de TAigue. — Commerce : 
5, grosse draperie, grains, vins 
— Pop. 44,700 hab. 
U>;^Ll&$AUNIER (Jura) Udo Sa- 
Rnarmt. — Hâieis : du Chapeau-Rouge; 
Kflèecl. — CM-lieu de département, sur 
fa Teille, avec préfecture, tribunaux, col- 
lège, ncâétè d'agriculture, musée , biblio- 
Ai^iie pabGqiie. — Curiosités: la saline 
ffii porfe le oom de Montmorot , et dont 
k BMaiiBBe hydraulique est fort curieux; 
lessles environnants, plusieurs fontaines, 
ta salle de ^Mctacle , l'hospice , le musée 
«i se troovent plusieurs belles mosaïques; 



hab. 

De More% ï Gex, belles vues. 

GEX (Ain). — Hôtel de la Poste. — 
Petite ville au pied du mont Saint-Clau- 
de , entre le Jura , le Rhône , le lac de 
Genève et la Suisse; c'est le chef-lieu 
d'une sous-préfecture. — Curiosités :\s 
magnifique vue qu'on a du haut du mont 
Faucille, au pied duquel Gex est assis. — 
Commerce : fromages estimés, dits Gru- 
yères. — Pop. 2,900 hab. 

A 8 kil. de Gex et à 4 kil. de Genève, 
se trouve 

Ferney (Ain) célèbre par l'habitation 
de Voltaire (i). 

A 7 kil. S. -E. nous quittons la France 
pour entrer en Suisse. — Rien de plus ra- 
vissant et de plus pittoresque que le 
pays que nous parcourons avant d'en- 
trer k 

GENÈVE (Suisse) voyez la Suisse. 



(I) y oyez Guide Classique du Voya'- 
fieur en France^ par Richard et QueUn, 
chez rëdlteur L. Maison. 



dbyGoOgk 



188 BOUTE 225. — DB PABtS A PONTABLIBR ET A NEUFCBATEL. 

ROUTE 228. 
DE PARM A FOMTAIftl^Il» ET A IVEIJFCHATEL 

Par Sens, Tonnerre, Dijon et Dôle, 46 myr. ^ kii, 



De Paris à Montbard ( v. r. 

221). 22 m. 9 k. 

Villeneuve-les-Couverts. 2 2 

ChanceaiuL. 1 4 

StrSeine. 1 2 

Val-Suzon. 1 

Dijon. 1 7 

Genlis. 1 7 

Âuxonne. 1 4 

Ddle. 1 6 

Mont-sous-Vaudrey. 1 8 

Mouchard. 1 6 

Salins. 9 

Levier. 2 1 

PONTARLIER. 2 i 

Les Verrières-de-Joux. 1 i 

Moitié-Travers (relais étranger) 

1 p. 3/4 ou 1 4 

Neufchatel (v. Suisse) 3 p. 3/4. 

Entre CfianceauxeiSairU-Seiney près 
du village de Saint-Germain-la-Feuille, 
dans uu vallon couvert de bois, est la 
source de la Seine, qui débouche de des- 
sous un hanc de pierre. 

DUON Divio. — HôUU : du Parc; de 
la Galère; du Chapeau-Rouge ; de la Glo 
che. — Ancienne ville de France , chef- 
lieu du département de la Côte-d'Or, 
siège de préfecture, d*évêché, de cour 
royale, avec université, collège royal, 
école spéciale des beaux-arts, observatoire, 
jardin botanique, etc. La ville est de 
forme ovale et baignée par la rivière d'Où- 
che et le Sukon. Elle est généralement 
bien bâtie ; les rues sont larges, bien per- 
cées, propres et bordées de belles maisons. 
— Curiosités : l'église cathédrale de 
Sainte-Bénigne , dont la flèche est d'une 
grande hardiesse, sur un diamètre très 
resserré : elle porte le coq qui la termme à 
100 m. de hauteur, élévation de plus d'un 
tiers au-dessus des tours de Notre-Dame 
de Paris. L'intérieur renferme de beaux 



mausolées en marbre. L'église Notrt^ 
Dame , d'un gothique exquis , dont le 
portail surtout est d'une légèreté extraor- 
dinaire, date du Xllh siècle : elle renfer- 
me le groupe de l'Assomption , en pierre; 
Téglise Saint-Michel, portail plein d'ima- 
gination , avec de riches bas-reliefe; l'hft- 
pital général , l'hospice Sainte^Anne , la 
place Royale, le palais des Etats, le paJais 
de justice , l'école des beaux-arts, qm 
renferme plusieurs bons tableaux; te 
théâtre, bel édifice; le cours Fleury; te 
musée renferme les tombeaux de Philippe 
le-Hardi et de Jean-sans-Peur , ce srât 
deux monuments précieux du moyen-lge. 
On y voit des tableaux de CanoDolci, 
Probus, Philippe de Champagne, Rubeos, 
Téniers, l'Albane, Corrége, le Dominiquia, 
le Guide, Rosalba, une tête de satnl/eoft- 
Baptiste, attribuée à Durer, etc. 

La bibliothèque possède 45,000 vol., 
630 manuscrits et un médailler de 2,400 
pièces. 

Le cabinet d'histoire naturelle, con- 
tenant une belle collection départementale; 
\e jardin botanique , renfermant 6,000 
plantes, avec des serres bien tenues; le 
dépôt des archives, collection municipale 
d'une grande importance , contenant les 
chartes des rois et des ducs de Bourgogne. 
— Commerce : grains , farines , vins, 
chanvres , laines, cuirs. — Pop. Sù,200 
hab. 

AUXONNE (Côte-d'Or). -^HôieU: 
du Grand-Cerf; du Soleil-d'Or. — PeUte, 
jolie et forte ville sur la Saône, avec tribu- 
naux, école d'artillerie, collège communal, 
bibliothèque publique. Elle est bien bâtie, 
bien percée , et ses remparts servent de 
promenades. — Curiosités: la chaussée, 
percée de 23 arches pour le libre passage 
des eaux lors des inondations ; le pont, le 
château, la bibliothèque, de 4,000 vol. ; 
Varsenal, \ea fortifications de Yauban, li 

Digitized by VjOOQ IC 



BOUTE 226. — DE PAIIS A BESANÇON. 



fiate d*i&rma, les magasim à poudre 
— Commerce : grains, yîqs, excellents me- 
tons. — P«f». 5,SO0 hab. 

1K)L£ ( Iwa ) Dola Sequanorum. — 
Hâîel» : de b Ville-de-Lyon ; de Paris ; du 
Conmefte. — Ville située sur le Doubs, 
avec soos-fréfectare, tribunaux , collège 
royal de FJ^, société d*agriculture, mu- 
sée, tiirSlR, eie. — CuriosUés: des ruî- 
nés ronaàn, telles qu*un amphithéâtre, 
des aqsedKs; la iour de Vergy, servant 
et prân ; k eamil du Rhône au Rhin ; 
la SMSM ie refuge^ Vhôpiial^général, 
appelé b Chmiiè; une croix du V« siècle, 
asr b Matké ; le collège^ un des plus 
lasksde Frmœ; YêgUu Notre-Dame, 
é^ieefottqae, qui renferme un très beau 
jn d'eifoes de Riepp -, les fontaines pu- 
hUfuty \d portail de la chapelle de la 
anisQD d'arrêt, le pont sur le Doubs, une 
tetmde magnifique, le cours St-Mau- 
kbAliothéque, riche de 6,000 vol. ; 
, remarquable par divers ouvra- 
ge de Francs-Comtois, et où se trouve une 
(âe de IHane antique qui paraît avoir ser- 
vi asx oracles ; le palais de justice. — 
Com m er c e : vins, giains, fruits, bois, tan- 
oerKs, forfcs. — Pop. 40,600 hab, 

S.\LINS ( Jura ). — Hôtels : la Poste ; 
bTae-Noire; le Sanvage. — Petite ville 



189 



sur la Furieuse , rivière qui a sa source 
dans la ville môme, située dans une gorge. 
— Curiosités: la bibliothèque^ les ca- 
sernes^ le collège , les salines royales, 
dont elle tire son nom, espèce de forteresse 
de 280 mètres de longueur et entourée 
d'épaisses murailles; le travail des ate- 
liers, les souterrains de ce colossal édifice, 
les carrières de gypse dans les environs. — 
Commerce: vins, cire, miel, fromage. — 
Pop, 7,S00 hab. 

Excursions. — Sur le Mont-Poupet, 
d*où Ton découvre un panorama de toute 
beauté. 

PONTARLIER (Doubs) PontaHum. — 
Hôtels : de la Poste ; National ; la Croix- 
Blanche ; du Lion-d'Or. — Chef-lieu de 
sous-préfecture, tribunaux, collège, hôpi- 
tal, bibliothèque publique. Cette ville est 
bien bâtie ; ses rues sont droites et propres, 
elles maisons élégantes. — Curiosités: 
les casernes , le coUège , bel édifice de 
1843; Vhôtel de ville, de 1840; le cou- 
vent du Sacré-Cœur, l'hôpital, la halle, 
la promenade, les grottes ou caves dans 
le sable. — Commerce: grains, vins, fro- 
ment, chaux, fromages de Gruyères, che- 
vaux, bestiaux. — Pop. S,S00hab. 

A quelque distance est situé le fort de 
Joux, petite place de guerre. 



ROUTE 226. 
DE PARIS A BfiiiAlVÇOir, 

Par Trotes et Chacmont, 58 myr. 8 kîl. 



Cbarentefl. 


Om 


.8k. 


Troyes. 


Im 


.9k 


Gnsbob. 


1 


i 


Montiéramey. 


4 


9 







8 


Vendeuvre. 


1 


5 


CoîgDfS 


1 


6 


Bar-sur-Aube. 


2 


i 


Slomiant. 





8 


Colombey-les-deux-Eglises. 


i 


S 


Xffigis. 


i 


i 


Juzennecourt. 





8 


Ifaisoc-Rooge. 


1 


1 


Chaumont-en-Bassigny . 


i 


7 


Piovms. 


1 


1 


Vesaignes. 


i 


7 


Nagem-sor-Seine. 


i 


8 


Langres. 


1 


8 


PoDlrle-ReH. 





8 


Longeau. 


1 


! 


Les Granges. 


1 


i 


Champlitte. 


2 


A 


Giés, 


1 


5 


Gniy. 


2. 






dbyGoogk 



190 

BoDboilloD. 
Recologne. 
Besançon. 



ROUTE 226. — DB PABIS A BESAKCON. 



Im.Sk. 
1 3 
i 6 



CHARENTON (Seine), joli village divi 
se en deux parties, Charent<m-le-Pont et 
Charenton-Saint'Maurice. Près de Cha- 
rcnlon-le-Pont est Àlfort , renommé par 
son école vétérinaire. Chartnton-St-Mau- 
rice possède une célèbre maison pour le 
traitement des aliénés des deux sexes. — 
PoD. S,200 hab. 

GROS-BOIS (Sein(Mîi-Oise) Joli village, 
— Curiosités: le château. 

BRIE -COMTE -ROBERT ( Seine -et 



ville, ancienne capitale de la Brie française. 

— Curiosités: l'église paroissiale ^ dont 
la rosace est admirable, date du W\U siè- 
cle ; elle renferme plusieurs tombeaux re- 
marquables. — Pop. 2^800 hab, 

PROVINS (Seine-et-Marne) Pruvinum 

— Hôtels : de la Fontaine ; de la Boule- 
Rouge. — Petite ville, chef-lieu de soiis- 

Préfecture, avec tribunaux. — Curiosités 
église Saint-Quiriace , bel édifice qui 
possède un chœur superbe ; les ruines de 
Tancien fort ; la porte Saint-Jean, assez 
bien consenée ; les remparts^ les prome- 
nades et moulins, la grosse tour de César, 
dans la haute ville, ainsi que les caves; 
Véglise Sainte-Croix; Véglife de Saint- 
Ayoul, n'ayant qu*uue siniplenef sans tran- 
septs, mérite aussi la visitede Tantiquaire. 

— Commerce: blé, farines, censenesde 
roses dites de Provins^ tanneries, etc. Ses 
eauxminéralei» ont quelque réputation. — 
Pop. 7,300 hab. 

NOGENT-SllR-SEINE (Aube). -^Hô- 
tels : le Cygne-d'Or; le Signe-de-la-Croix. 
— Cette ville est située sur la rive gauche 
de la Seine. — Curiosités : Véglise pa- 
roissiale ^ vaste édifice couronné par une 
tour fort élevée, d'une belle construction, 
et surmontée d'une statue colossale de saint 
Laurent; le pont, en pierre , d'une seule 
arche, construction hardie: le théâtre, etc. 

— Commerce : Nogent peut être considé- 
ré comme l'entrepôt du département. — 
Pop. 5,600 hab. 

A 1 myr. 6 kil., se trouve 
ViLLENAUXE (Aube). — CwriosUét: 



Véglise paroissiale , et soo beau elocher, 
du XVIe siècle ; Véglise de Dival, plus an- 
cienne. — Pop. $,600 hab. 

TROYES (Aube) Tricassœ. — Hâieis : 
des Trois-Courriers ; du Commerce. — 
Chef-lieu du département, avec préfecture, 
évôché, bibliothèque d'environ 100,000 y., 
théâtre. — Curiosités : Véglise cathédra- 
le de Saint-Pierre, somptueuse basilique, 
« merveille de la Champagne et du génie 
religieux. ■ Àcôté se trouve Végiise SaisU- 
Urbain, d'une grande pureté de style, et 
de formes admirables. Saint-Pantaléon 
mérite aussi d'être remarqué. Véglise de 
la Madeleine renferme un beau jubé, de 



Marne). — Hôtel l'Espérance. — Petite jolis vitraux peints, etdes décorations d*un 

-:ii^ — :^ «^;i«u,i« i- 15^« fc.«««:.« ^^^ p^j . Y église SainirNicolas, avec son 

Calvaire et son Ecce Homo de Gentil, et 
ses belles statues. La grille de l'hdpitalesl 
magnifique. hmsVéglise deSaint-Remp, 
un crucifix en bronze, de Girardon ; dans 
Véglise Saint- Jean, un Père étemel et un 
Baptême de J.-C, deMignard, placés dans 
Véglise Saint-Jean; des peintures histo- 
riques sur verre, exécutées par Linard- 
Gontier et par Bazin ; Vhôtel-de-ville pos- 
sède un magnifique portrait de Louis XIV. 
Belles promenades, la halle au blé, une 
des plus belles de France, dont la charpen- 
te est un chef-d'œuvre ; le canal de navi- 
gation, qui traverse la ville et vient abou- 
tir à un magnifique bassin près de la pré- 
fecture. — Commerce: bonneteries, toi- 
les, farines, eaux-de-vie, épicerie, charcu' 
teries. — Pop. 26,400 hab. 

BAR-SUR-AUBE (Aube). — Bôtelr. 
de la Poste ; de la Pomrae-d'Or. — Ancienne 
et petite ville, agréablement située au fond 
de la pittoresque vallée de l'Aube, sur la 
rive droite de l'Aube; sous-préfecture, col- 
lège. — Curiosités: V église Saint-Pierrt, 
édifice très ancien ; l'église St-Maclou. — 
Commerce : tanneries, chamoiseries, vins 
eteaux-de-vie très estimés. — Pop. 4,200 
hab. 

CIÎAUMONT-EN-BASSIGNY ( Haute - 
Marne ) Calvus Mons. — Hôtels : derÊcu- 
de-France; de l'Arbre-d'Or; de la Fon- 
taine. — (ihef-liftu de la Haute-Marne, 
sur la Suite. Elle possède des tribunaux, 
une préfecture, collège, théâtre. — Curio- 
sités: sa position; Vhôtel-de-viUe\ le pa- 

by Google 



BOITE 226. — DE PABIS A BESANÇON. 



191 



! ju$l\ff, le portail de Tôglise àuUels: de France ; National ; de l'Europe. — 

; la biUiotliLHjue , de 35,(XMJ vol.; Cliof-lieu du dêparteuienl, Ijine des plus 

Mldtphfiique: la jolie promemi- 

er-khtr\al ; Xta débris de ses forli- 

^\\krt de triomphe , coiïiiiji'U- 

s Napokm el terniinè sous Louis 

; les ruines du château de Haute- 

k. — Commerce : fer, fal»riqu»'s de 

'■ lâisp, drjgueb, coulellerie — Fop . 



I iil enviroD se trouvent les cascades 

Ml> Haute-Marne). — IhUels : 
"n*-Man hands ; de la Poste ; de 
f*. — Villf fort ancienne située sur 
0îît5:!ie t^arpée de tous les côtés, à 
ion de celui du niidi. 
si ua clu'f-lieu de sous-préfecture 
nt^jiiim, ciillége, évéclié, scuiinai- 
wlcipt^it tlii'àlre, nuisé-e. — Cu 
î. ou y remarque l'arc de triotn- 
double porte ou arcade, dont on 
V(x<c|iic; la cathédrale, beau uio- 
<ln îiiuypn-à^'e : du haut de se^ l'Hirs 
d'une suc superbe; I7«i/e/ de 
'i .*e trnuve uni- Inbliotbéque de 
^ol. ; Vhùpital de la Charité ; la 
ftlojnf de la (jrenouille , à l'extre 
« b \ie\k pntnienade de Blanche- 
n? -Alkil.delaville, auN -0. 
cf'ÏErluAotte s'échappe d'une ro- 
urp.^, dans un site a^TCste. Troi; 
coD^idtrabies , la Marne, h Meu- 
Vingeanne, naissent aux environs 
mih-^ne, — Commerce de coutel- 
i«>ujifiee et de pelleterie avec la Suis- 
im-y a vu naître Diderot. — Fop. 



célèbres cités de l'ancienne Gaule. I^a riviè- 
re du Doubs la divise en deux parties iné- 
gales, et entoure presquVnlicrenient la plus 
isidérable, ou ville haute. C'est l'une des 
vdies les mieux bâties , et l'une desjdus 
fortes places du royaume. Itesançnn est le 
siège d'un archevêché érijfé dans le lll»^ 
siècle, d'une cour royale et de divers tribu- 
naux du second ordre, de la préfecture du 
J)(tut)s. tlle possède une académie univer- 
ilaireet un colléj^e royal, séminaire, égli- 
se réformée, syna^îo-rue, école secondaire 
de médecine, chirur^jie et pharmacie, mu- 
sée d'histoire naturelle , mu.sée anti(|ue , 
école de dessin, école de sculpture, biblio- 
thèque publique qui possède 80,000 vol. 
et un grand nombre de manuscrits. — Cm- 
riost/és; la citadelle, construite par\au- 
ban ; le fort de BregHle ; la cathédrale 
qui renferme plusieurs grandes toiles de 
Carie Vanloo, ainsi (jne la statue du cardi- 
nal de Ibtiian; Véijlise de la Madeleine. 
Iiel cditice de 17 10 ^ avec quehpies lK)ns 
tableaux. L'è(jlise Saint- Pierre renferme 
une belle statue de la Vierge, et un beau ta- 
bleau : la Hesurrection de La/are; Vèijliae 
Saint-Maurice possède quelques bons ta- 
bleaux , d'après Michel-Ange ; Véglise :Vo- 
tre-Dame; Véglise Saint-François \\e: 
magnitique hùpital St^acques et sa jolie 
glis*'; Vhôtel de la préfecture, \e. collè- 
ge royal ; le palais de justice ; la salk 
de spectacle, l'arc de triomphe, la porte 
taillée, une caserne magniti(iue, la nou- 
velle halle, les quais ciks fontaines; la 



bibliothèque de 80,000 vol.; le musée de 
Y I Haute-Saône ) Gradicum. — peinture, danslesbOtimenlsde la nouvelle 
ti Sâu\age. — Ville animée et in-l//a//e: il renferme 500 tableaux environ ; 



on y remarque des toiles d'Angiolo Bron- 
zinô ; du Titien ; d'Albert Durer; de Far- 
me^uuy el autres bons maîtres. Le musée- 
Faris est riche en antiquités romaines; le 
muséum dliistoire naturelle , etc. — 
Commerce, industrie: fers creux, fonde-' 
ries, établissements d'horiogerie, commer- 

Icc considérable pai* le canal du Rhône au 
Rhin, 
lie^ancon a vu naître le cardinal Gran- 
velle, Victor Hugo , le maréchal Moncey, 
Suard. —Fop. 40,000 hab. 



ise. qui possède une sous-préfectu- 
Lnbtjnaux, collèges, société d'agri- 
, de[H'.t d'etaluns. — Curiosités: 
la pmiLénsde, le r/ia/eaw des ducs 
.Tigue, Véglise, les rasé» rnes déca- 
la place du Marche dans la ville 
s> fontaines, la salle de spectacle, 
rj TraQioy, à li tournants; la bi- 



Digitized by v -lOOOlP 



192 SOCTB 229. — DE PARIS A TESOUL, 

ROUTE 227. 
DE BESAiy^M A BOVRBOlOnB-IJES-BAIlirS, 

^ myr. 9 kilomètres. 



Voray. 

Maison-Neuve. 
Vcsoiil(t;. route229). 
Pore-sur-Saône. 



Im.Sk. 
1 7 
i 7 
i 3 



Combeaufoniaine. 1m 2 k. 

Jussey. 1 4 

Bourdonne - les - Bains ( v . 
route 230). 2 5 



ROUTE 228. 

DE BESAUrÇOM A C^EX. ET A «EUTEiri:^ 

45 myr. \ kilomètres. 



L4urQod. 

Quingey. 

Salins (v. route 225). 

Champagnole. 



lm:Ok. 

1 2 

2 
2 5 



Maisonneuve. 

Saint-Laurent à Genève (v. 
route 224). 7 



lm.2k. 

2 



ROUTE 229. 

DE PARIS A VI»OlJI^, 

Par Troyes, Chacmont-en-Bassignt et Langées, 56 myr. 5 kil. 
— Service de malle. 



De Paris k Langres (v. r. 226). 28m. 9 k. 



Griffoootes. \ 


1 3 


Le Fayl-Billot. i 


\ i 


Gintrey. 


t 5 


Gombeaufontaine. i 


{ 2 


Port-sui^SaOne. i 


i 2 


Vbsoul. i 


l 3 



VESOUL (Haute^ône) VesuUim. — 
Hôteh : de la Gigogne; de la Madeleine; 
de TAigle-Noir. — Chef-lieu du départe- 
ment, sur la rive droite du Drugeon^ avec 
préfecture, collège de première classe, sé- 
minaire , pépinière départementale, oran- 
gerie, dépôt d*étalons, société d*agricultu- 
re, théâtre. — Curiosités : Y hôtel de la 
préfecture, construit en 1822 ; Vhôtelde 
viUey de 1766 ; le palais de justice, de 
• 1770; la haUe, de 1772; la cathédrale, 
dont le maître-autel est magnifique; les 



promenades aux Allées-Neuves^ où sont 
des bains de vapeur ; Vorangerie, la saUe 
de spectacle, les casernes, la biMiothè- 
que, de 21,000 vol. ; un cabinet de phy- 
sique et d'histoire naturelle. — Commer- 
ce : épicerie, quincaillerie, draperie, tuile- 
rie , vins. — Pop. 7,100 hab. 

A 2 myr. 9 kil. se trouve 

LuxEUiL (Haute-Saône). Eaux salines 
thermales. — Hôtels : du Lion-d'Or ; du 
Lion-Vert, près des bains. — C'est une 
ville située dans une assez vaste plaine, et 
traversée par une belle rue. — Curiosités : 
le pont , Vhôtel de ville, Vancienne tUh- 
baye des Bénédictins , le collège. Les 
eaux minérales de cet endroit étaient con- 
nues dans Tantiquité ; le bâtiment est orné 
d'une façade magnifique et d'un beau jar- 
din. La saison des eaux salines thernuh 
tes de Luxeuil commence le 15 mai, et fi- 



dbyGoogk 



BODTB SSi. — DB PARIS k MCLHAUSBN. 



193 



Ht le 15 œlolire. — ComfMret : jambonsl Les environs de Yesoul sont riches en 
oliiMs , frûift, vins, bestiaux. — PopAckâieaux , ruines romaines et druidi- 
S,900luè. Iques. 



ROUTE 230. 



m PARIS A BOlJBOM]yE.l.i:ii.BAIIfrs, 

ParCflAUMONT, 30 myr. 6 kil. — (Eaux salines thermales). 

Eaux minérales. — 11 y a deux sour- 
ces à Bourbonne : source de la fontaine, 
550 centigrades ; source du Grand-Bas- 
sin, 52°. Cette eau est particulièrement 
en usage dans le traitement de la paralysie 
et des rhumatismes. On l'emploie aussi pour 
les vieilles entorses et les fîractures vicieu- 
sement réduites. 

La saison des bains s'ouvre en juin et fi- 
nit en octobre. — Pour plus amples dé- 
tails, voir Bains d'Europe , 1 vol. in- 18, 
chez L. Maison, Paris. — Pop. 3,900 
hab. 



De Pub à Cbanaiont ( v. 




naie«26J. 25 m 


Al 


Mante. 1 


7 


Hoiitissy. 1 


5 


Bockmsxe-les-Bains. 2 






BOlTfflONNE-LES-BAINS (Haute-Mai^ 
ne}. — HUeh : du Commerce ; des Vos 
ges; éth Têtenle-Bœuf. — Petite ville 
ar^e m bel hôpital militaire de plus de 
500 lîte. — Curiosités : les re.stes d'une 
ime ranaine , Téglbe , ThOpital mili- 
taire. 



ROUTE 231. 

DE PARIS ▲ HUliHEAlJSEIir , 

i^CBAnfONT, Langres et Chavannes, 47 myr. 6 kil. — Service 

de malle. 



DePinsàVe8oal(r.r. 2«9). 36m.Sk. 

CadmeoUkr. 1 1 

Lare. 1 8 

aiaoHtacMT. 1 8 

Beifet. 1 i 

Qmntati i 5 

AUurefa. 1 9 

UaMàMsa. i 8 

LLUE (Hante-Snikie) Lutera, — Hô- 
$A: de Fraœe ; <le8 Voyageurs. ~ Petite 
fâle dios une plaine bmnide , n'ayant 
<pa*iBe Iwi^ue et lai^ rue ; avec sous -pré- 
feelve, cfÂége, société d'agriculture, salle 
et wfKtxït. — Curiosités :\e magnifique 
kôêdéeviUe, constniit en 1856 ; Végli- 
9e ;Vmsieiesmealéa^ maintenant la sous- 



préfecture. — Commerce : vins, grains, 
fromages. — Pop. 3,S00hab. 

BELFORT (Haut-Rhin). --^ Hôtel de 
l'Ancienne Poste. — Petite mais forte ville, 
sur la rive gauche de la Savoureuse, avec 
sous-préfecture, tribunaux, coUége, biblio- 
thèque: centre de sept routes. — Curio- 
sités : V hôtel de ville ; V église paroissia- 
le, construite en 1728; V hôpital militai- 
re ; la bibliothèque, qui contient 20,000 
vol. ; XùcoUége, les promenades, le châ- 
teau fort. — Commerce : le produit des 
forges, roulage, vins, eaux-de-vie, kirsch- 
wasser renommé, fromages, fil de fer. — 
Pop. 5,500 hab. 

 1 myr. 8 kilom. sud de Beifort se 
trouve 



dbyGoogk 



194 



BOUTE 232. — DE PARIS A ISPINAL. 



MONTDELIARD (Doubs) Motu PUli- 
gardœ, — Hôtels : de la Balance ; du LioD- 
Rouge ; des Treize-Cantons. — Chef-lieu 
d*arrondissement , avec sous-préfecture , 
tribunal, collège, hôpital civil, bibliothè- 
que publique, riche d'un grand nombre de 
manuscrits précieux et de 10,000 vol. — 
Curiosités : le château , bâti sur un ro- 
cher qui domine la ville ; V hôtel de villes 
les halles , Véglise de Saint-Martiriy les 
fontaines publiques^ de jolies promenades, 
Véglise St-Georges, et la belle statue en 
bronze, par David d'Angers , élevée \ la 
mémoire de Georges Cuvier, né dans cette 
ville. — Commerce considérable en tis- 
sus de coton, bonneterie, filature , hor- 
logerie, et4î. Vins, eaux-de-vie , fromages, 

— Pop. 5,900 hah. 

ALTKIRCH ( HautrRhin ). — Hôtels: 
de la Tôte-d'Or; du Bœuf-Couronné. — 
Petite ville sur un coteau baigné par 17//, 
avec sous-préfeclure, collège. — Curiosi- 
tés : la promenade en forme de boulevard, 
les vieilles tours, la rubannerie de Saint- 
Morand. — Commerce: bestiaux, grains, 
vins. — Pop. 3,300 hab. 

MULHAUSEN (Haut-Rhin).— £ro7e/«: 
de Paris ; du Lion-Rouge ; de la Cigogne. 

— Ville agréablement située dans une île 
formée parla ri\ière d'i//. Elle possède un 



comptoir de la Banque, un tribunal de 
commerce et un conseil de prud'hommes. 
— Curiosités : l'église réformée de Saini- 
Etienne , l'église paroissiale catholique, 
l'hôtel de ville, l'ancien et le nouvel hôpi- 
tal, le collège, plusieurs habitations de 
manufacturiers ; le cercle social , bel édi- 
fice ; le nouveau quartier , où se trouvent 
la banque , la poste aux lettres et de ma- 
gnifiques constructions dans les rues d'Alt- 
kirch et Bâle , partant du nouveau quai^ 
tier ; le cabinet d'histoire naturelle , et la 
bibliothèque de la Société industrielle, ainsi 
que celle de la ville ; la Bourse , le canal 
du Rhône au Rhin et la station du chemin 
de fer. 

Mulhausen est le centre de l'industrie 
du département du HautrRhin : ses manu- 
factures, qui s'étendent sur un vaste rayon, 
occupent au-delà de 60,000 ouvriers ; la 
confection des indiennes est la principale 
branche de son industrie. Ses produits 
peuvent rivaliser avec ceux de tous les 
pays du monde. — Pop. t9,S00 hab. 

Ensisheim, à 1 myr. 2 kil. de Mul- 
hausen , ville bien bâtie — Curiosités: 
l'église paroissiale, l'hôtel de ville, la mai- 
son centrale de détention. — Pop. 3,700 
hab. 



ROUTE 232. 
DE PABM A KPDrjLli, 

Par Neupchateau , 57 myr. 6 kil. 



De Parisà Ligny (v. r. 239). 2i m. 9 k 

Houdelaincouri. 2 3 

Domremy. 2 2 

Neufchâteau. 1 1 

Houécourt. 1 9 

Mirecourt. 1 9 

Damieulles. 2 i 

ÉPINAL. 9 

DOMREMY-LA-PUCELLE (Vosges) 
village sur la Meuse^ C'est prà de 
l'église qu'est la maison où naquit Jeanne 
d'Arc, en 1112; elle est facile a re- 



conn^tre par sa porte gotlùque, surmon- 
tée de trois écussons fleurdelisés, et d'une 
statue qui représente l'héroïne couverte de 
son armure. Depuis, Louis-Philippe a feit 
don à ce village d'une statue en bronze de 
la Vierge inspirée, œuvre gracieuse et ton • 
chante de ki princesse Marie : cette statue 
(ùt inaugurée le 9 mai 1843. 

NEUFCHATEAU (Vosges).— Hô/eZ de 
la Pnjvidence. — Petite ville près du con- 
fluent ôxiMou%on et de la Meuse^ avec sou»- 
préfecture, collège, tribunaux, bibliothèque 
publique de 7,500 vol., salle de spectacle. 



dbyGoogk 



BOUTE 234. — DE PAniS A PLOMBIÈRES. 



195 



s publics. — Commerce : grains , 
, CUIR, ckms. — Pop. 3,800 hab. 
> 5 myr. S-E. de Neufvhdteau se 
ive. 

loNTUEiETiLLF. , \i liage de BOO hab. 
iron . et renommé par ses eaux miné- 
s, f^'ict^ dans les affections calcu- 
>^ <^ rtns el de la vessie. 
kïlREO»! HT (\osires) — Hntels : du 
^^; «Ifr; Halles. — Petite ville , 
e sfujrjf^^turp, tribunaux, bibliolh^- 
' nfèe (ie C,500 vol. , jolie salle de 
L'îité. — Commerce : fabriques de 
'^''^, 'rinslniments de nuisi(iue. 
5. ùM) hab. 
T\S\L (W/sjçes) .—Hôtels: de la Poste; 
^ t-sfe?; du Lioo-d'Or;du Louvre. — Ville 



située sur la ^foftelle, qui n'esl encorequ'un 
ruisseau et y forme plusieurs petites chutes 
assez jolies ; avee prélecture, collcjre, bi- 
bliollH'que de 17,000 vol., musée de ta- 
bleaux et d*anti(|uilés, école de dessin el 
de musique, société d'ajîricullure. — Cu- 
riosités : la nouvelle préfecture , les jar- 
dins Doublât, les casernes, l'éi^dise parois- 
siale, remarquable par son architeclure; 
les mines de l'ancien château, sur un 
roc d'où se précinile le ruisseau d'.l;/i/>rf//: 
les cascades de la Moselle , l'hApital , le> 
promenades dans les environs, les papete- 
ries (Wirrhes , de Vrai-Champ , de Do- 
celles, de Laval, de DinoTté. — Com- 
merce : jrrains , chanvre , bois , bestiaux, 
merrain. — Pop. 1l,îiOO hab. 



ROUTE 233. 
\A myr. \ kilomètre. 



erîite. 1 


m. ok. 


Scliimieck. 


2 





>urt. 


1 r; 


Mutzi^'. 


2 


2 


^G-Bc»L«i. 1 


1 B 


Entzbeim. 


1 


i 


-at. 


1 1 


Sîn.xsnoLRC iv. r. 239). 


1 


1 




1 9 







UàEpinal(r.r.232). 


37m.6k 


r. 


1 6 


ER£5. 


1 \ 



ROUTE 234. 
DE PARIS A PliOnUilÈRES, 

1ab-le-Dlc cl Épinal, 40 myr. 5 kil. (Eaux salines thermales). 

BairX'Vieux et le Bain-Neuf. — Ces 

thermes sont très fréquentés. 

I»I.0MB1KHES (Yosfe^es). -- Hôtels : 
la TOte-d'Or ; l'Ours. — Les maisons par- 
ticulières logent également et prennent des 
pensionnaires. Petite ville située au fond 
d'une vallée profonde arrosée par VAugron- 
ne; son aspect est sauvage, mais elle est bien 
bâtie; les maisons sont propres et commo- 
des. — Curiosités : l'éj^lise , bel édilice ; 
l'hôpital , fondé par Stanislas , roi de Po- 
logne; les promenades, les belles arcades, 



iDGNY (Vosges) , petite ville qui 
>rges et marlmeLs. — Pop. 5,500 

varr. e^l situé 

s \ piMile ville dc 2,000 hab. , qui 

un«» jolie église, cinq fontaines, 

/io/hèque, des halles spacieuses, et 

i;»rjliss<'tuenl<» d'eaux minéi-ales, le 



dby Google 

J 



196 



BOUTE 235. — DE PASIS A GOLMAB. 



au centre de la ville , sous lesquelles se 
trouve une fontaine dite du Crucifix , où 
les baigneurs vont boire de Teau chaude. 
Commerce : excellent kirschwasser , ob- 
jets en fer poli , et dépôt des ouvrages de 
Suisse en bois sculpté. 

Etablissement des bains. — Les eaux 
minérales sont froides et chaudes. L'une 
des sources froides est ferrugineuse, et ne 
s'emploie qu'en boisson , surtout pour ré- 
tablir les estomacs délabrés. Les autres 
sources froides ne diffèrent en rien des eaux 
chaudes si ce n'est par le degré de tempe- ^ 
rature. Cette température, qui varie de 12| 



à 58 degrés de Réaumur , est à peu près 
la même en été qu'en hiver. L'analyse 
chimique a fiiit connaître que la principale 
base de ces eaux est une gélatine aniinale, 
à laquelle on attribue des propriétés adou- 
cissantes. On les emploie avec succès dans 
beaucoup de maladies chroniques, dans les 
paralysies, les tumeurs abdominales, dajis 
les maladies du ventre erdu bas ventre et 
dans les affections rhumatismales, etc. — 
Pop. 4,600 kah. 

Les alentours offrent des sites gracieui 
et romantiques. 



ROUTE 235. 
DE PARIl» ▲ COliHIAR , 

Par Neuilly-sur-Marne, Sézane, Vitry-sur-Marne , Bar-le-Duc , 
Nancy et Lunéville, 45 myr, 2 kil. 





5 




2 




7 




8 




6 




6 




9 


2 


1 



De Paris k Nancy (t'.r. 

Dombasle. 

Lunéville. 

Ménil-Fhn. 

Raon-l'Etape. 

Saint-Dié. 

Fraize. 

La Poutroye. 

GOLMAR. 



3ACCARAT (Meurthe) , à 2 myr. 4 kil. 
S.-E. de Lunéville, petite ville au pied 
d'une montagne sur la Meurthe. — Ck- 
riosités : la manu&cture de cristaux , 
belle et importante. — Pop. S,300 hab. 

SAINT-DIÉ (Vosges). — Hôtel de la 
Poste. — Très jolie ville sur la Meurthe, 
qui n'est ici qu'un torrent; avec sous-pré- 
fecture, évéché, séminaire, école normale, 
collège, tribunaux , bibliothèque de 7,000 
vol. , salle de spectacle. — Curiosités : 
la grande rue, les maisons de même forme 
qui la décorent , les sources d'eaux miné- 
rales. — Commerce : toiles de chanvre 
et de lin. — Pop. 8,900 hab. 

Toute cette contrée est des pins pitto- 
resques, et les montagnes offrent des vues 
fort belles jusqu'à 

COLMAR (Haut-Rhin). — HôteU : les 



239). 31 m. 8k.jDeux-Cle6; l'Ange; les Trois-Rois. — 
Chef-lieu du département du Haut-Rhin , 
avec préfecture , cour royale , collège , 
théâtre, orangerie, pépinières, bains. — 
Curiosités : la cathédrale, édifice du Xni«' 
siècle ; le clocher est très élevé, et par un 
temps clair on y voit la flèche de la cathé- 
drale de Strasbourg , les Alpes , la chaîae 
des Vosges et les montagnes de la Forêt- 
Noire; de la galerie supérieure on peut 
facilement distinguer 800 villes et villages 
de l'Alsace et du pays de Bade ; l'église 
du collège, bfllie en i 750 par les Jésuites ; 
l'ancienne église des Dominicains , con» 
vertie en halle au blé ; le temple protes- 
tant, l'hospice civil, la cour royale, le tri- 
bunal civil, les maisons d'arrêt et de jus- 
tice , la bibliothèque , riche d'environ 
iO,000 vol. et de précieux manuscrits ; le 
collège , la place de la cathédrale , avec sa 
belle caserne de cavalerie ; l'abattoir. - — 
Commerce : manu&ctures d'indiennes, 
cotonnades, vins, liqueurs, fiirine. — Pa- 
trie du général Rapp et du poète Pleffel . — 
Pop. iO^lOO hab. 

Chemin de fer de Bdle à Stra^urg. 

Le département du Uaut^Rhin est riche 
en ruines du moyen-âge. 

A Winttenheim , A kil. de Colmar , 



dbyGoogk 



BOOTB 239. — DE PARIS A STBASBOCRG. 



197 



la jolie vallée de Munster , 
psr une foale de vieux châ- 
: ee Tflbge est siUié au pied d'une 
du sommet de laquelle un ma- 



gnifique panorama se déroule aux yeux du 
voyageur. On aperçoit Bâle , Strasbourg 
et les Alpes. 



Batlsl^ 

Isaaù^àB^ 



ROUTE 256. 
DE COIilHAR A MVliHAUSCM, 

Par IsssNHEiM , 4 myr. 4 kil. — Route de poste. 

« i m. Ok.|MuuuusEN(t;. r. 231). 
1 4 



Sm.Ok. 



ROUTE 257. 
DB eOEMAM A liTRASBOVRe, 

Par ScHELESTADT , 6 iDyr. 7 kil. — Route de poste. 



Sdiriestadt(T.r.2i2). 



Im.Ok. 
1 3 

{ 7 



Saint-Ludan. 
Strasboijrg («. r. 239). 



lm.2k. 
1 3 



ROUTE 258. 
DE COIilfJLR A HrUlJF-BRISACH, 

\ myr. 5 kilomètres. 



NELY-BRISACH (Haot^Rhin), vUle foi^ 
usée par Vaoban , près de la nve gauche 
éa Rhim. Ses mes sont tirées au cordeau, 
aes Bais«i» de même hauteur. — Curio- 



sités : les casernes, Téglise paroissiale , et 
les canaux de Yauban et de Monsieur 
passent dans les glacis et y forment un 
port. — Pop. S,ÔOO hab. 



ROUTE 259. 

DE PARIS A iiTRASBOlJR«, 

Par Xelillt-sur-Marne , Sézanne , Yitry-sur-Marne , Bar-le-Duc 
et Nabcy y 45 myr. 8 kil. — Service de malle. 



NeùDy^r-Mame. 


Im.Sk. 


Gouiommiers. 


2m.0k. 


Pomprâne. 
ComDy. 


1 i 

1 3 


La Ferté-Gaucher. 
Retoumeloup. 


1 8 

2 2 



dbyGoogk 



198 



ROUTE S39. -« DE PARIS k STBA8B0UR6. 



Sezanne. 


im 


.3k 


Fère-Champenoise. 


â 


1 


Sommesous. 




6 


Coole, 




i 


Vitry-le-Fraoçais. 




5 


LoDgchamp. 




6 


SaÎDtrDizier. 




2 


Saudrupt. 
Bar-le-Duc. 




2 




2 


Ligny. 




6 


Sunt-Âubin 







Void. 






Uy-Saint-Remy. 






Toul. 






Velaine. 






Nancy. 






Champenoux. 






Moyenvic. 






Bourdonnay. 






Heming. 


2 




Sarrebourg. 





8 


Hommarting. 





8 


Phalsbourg. 





9 


Saveme. 





9 


Wasselone. 


1 


5 


Ittenheim, 


1 


2 


Strasbourg. 


i 


3 



COULOMMIERS (Seine-et-Mame). — 
Hôtels : rOure; la Croix-Blanche. — Jo- 
lie petite ville , chef-lieu de sous-préfec- 
ture. — Curiosités : l'église, d'une riche 
architecture. — Pop. 4,iOO hab.. 

SÉSANNE (Marne).— ^ô(c/ de France, 
— Très petite ville , la plu» ancienne du 
département. Le ruisseau des Anges sur 
lequel elle est située , parcourt plusieurs 
rues et alimente deux fontaines. On y 
trouve de beaux bains publics. — Curi(h- 
sites : Téglise paroissiale de Saint-Denis, 
'hOtel-Dieu et la jolie promenade. — Pop 
4,600 hab. 

VITRY-SUR-MARNE (Marne). — Hô- 
tels: la Cloche; des Voyageurs; de la 
Pomme-d'Or. — Cette petite ville , plus 
connue sous le nom de Vitry-le-Fran- 
çais, est assez grande et commerçante; 
elle a sous-préfecture, tribunal. — Curio- 
sités: la cathédrale: derrière la porte d'en 
trée , la tombe en fonte du seigneur qui 
commandait la ville lors de l'entrée des 
troupes de Henri IV. — Pop. 8, 400 hab. 



Le chemin qu'on suit est très beau ; le 
pays est fertile. 

SAINT-DIZIER (Haute-Marne). --Jîo- 
tels: le Soleil; le Cerf. — Ville assez 
considérable , où la Marne commence ^ 
porter bateau. Il y a un tribunal de pre- 
mière instance. — Curiosités : l'hôtel de 
ville, récemment construit ; l'église gothi- 
que , qui se trouve à l'extrémité N. ; les 
restes de l'ancien château , les forêts qui 
l'avoisinent. — Commerce : bois , ba- 
teaux qu'on y construit. — Pop. 7,200 
hab. 

BAR-LE-DUC (Meuse). — Hôtels : le 
Cygne, vis-k-vis la poste aux chevaux; du 
Lion-d'Or; de Saint-Pierre. — Assez jolie 
ville, bftlie en amphithéâtre , et divisée en 
ville basse et ville haute. Elle possède pré- 
fecture , théâtre , tribunaux , biblioth^ue 
publique, etc. — Curiosités : le château, 
qui domine la ville basse; dans l'église 
Saint-Pierre (ville haute), le squelette 
de René de Châlons , prince d'Orange , 
beau morceau de sculpture dû k Ligier 
Richier, élève de Michel-Ange; les églises 
de Saint-Etienne et de Notre-Dame. 
L'hôtel de la préfecture , le palais de jus- 
tice, l'hOlel de ville , sont des monuments 
ordinaires. Les promenades des Saules et 
du Pâquis sont assez agréables. — Les 
environs sont couverts de vignobles qui 
produisent un vin estimé , et de vastes fo- 
rêts. — Bar est la pairie du maréchal 
duc de Reggio , du général Excelmans. — 
Commerce : vins de Bar, bonneterie, cha- 
pellerie , confitures de groseilles estimées. 
— Pop. 4S,iOO hab. 

LIGNY (Meuse). — Hôtels : du Sau- 
vage ; du (^eval-Blanc. — Jolie ville sur 
VOrnain. — Curiosités : la place publi- 
que, les promenades, les restes de ses an- 
ciennes fortifications. — Commerce : bas, 
bonnets de coton. — Pop. S, 500 hab. 

TOUL (Meurthe). — Hôtels : de l'Eu- 
rope, près la poste aux chevaux; d'Angle- 
terre. — Ancienne ville sur la Moselle, 
dans une plaine, environnée de montagnes 
qui produisent de bons vins. Ses rues sont 
peu régulières et pavées en cailloux assez 
raboteux. — Curiosités : la cathédrale , 
commencée par saint Gérard en 965 , et ter- 
miné par JacqucmindeCommercyen 1496. 

Digitized by VjOOQIC 



■00TB tSf. — M PAS» A !»TBASB01T10. 



199 



OnadnirenMblcsèfeCédeaonMcUteo 
tve. Vtim et Sainê-Gengimlf mmie 
«an W nile do voyageur. L'hOtel de 
v91e, tuticfais pihis épiscopal, édifice mo- 
derne, nmiiBble par sod éteodoe et Té- 
K^ance de m uclûtectiire ; le manège 
oooveit, h Ule an Ué, l'hdpiUl civil, les 
caseriKs, Tmaa\. — Commerce oon- 
ndéraUe de fins , ean-de-vie. — Toul 
est ia pHrie dn oarédial Gouvion-Saintr 
Cyr, dàlmB Loois, da comte de Rigny, 
9Binl.~-Pgp. 7,900 hab. 

KAJfCYilcfirflie) Naneeium. — Hâ- 

teb.dePnoee; de l'Europe ; du Con^ 

■me; dn Hdes. — Cette ville éUit ja- 

Cl opWe de la Lorraine , aujourd'hui 

cMies do département de la Meurthe, 

ine pnftdore, conr royale, siège èpisco- 

pi, aeadéaw, collège , tribunaux de pre- 

gjfcg J Mfaiceetdeeommefce, école fo- 

Ifttre, h seoie en France ; malaon-mère 

Pwon de SaitUrCharle». C'est sans 

Miedit rime des plus belles et des plus 

"sot» de France; la ville neuve 

flire vue symétrie, une élégance 

Ma. — Curiosités : la place Roya^ 

tttonrée de beaux édifices publics, tels 

h rM de ville, l'évêché , la salle de 

iMe; » centre de cette place, on ad- 

i 11 tbioe en bronze ae Stanislas 

HliMiit, entourée de jolies fontaines et 

MMe grille; la place Carrière , avec 

tt de tiiomphe ; le cours d'Ortèans, la 

^^Crave , U pbce d'Alliance , la place 

bhe avec un joli château d'eau au cen- 

rraneieo palÀ des ducs de Lorraine , 

' de CKene; l'église Saint-Epore, 

do Cordelière, bdUe en 148i, 

ut les tombeaux de plosieure ducs 

entre autres celui de René II, 

curieux; celui du cardinal de 

. Dans la nouvelle rille on ad- 

fia cathédrale, édifice moderne, de 

; Men ; dans le ûubourg St-Pierre 

do Bon^ecoun , qui renferme 

en marbre blanc du roi et de 

de Pologne; la bibliothèque de 

vol.; le musée, avec quelques 

liteaux; la galerie de minéralogie ; 

li botanique , la salle de spectacle , 

■i de la Marne ao Rhin. — Corn- 



considérable de coton, draps, serges, toi- 
les, mais surtout de broderies très renom- 
mées. — Nancy est la patrie du graveur 
Callot, du maréchal de Bassompierre , des 
généraux Drouot, Grand-Jean, Hugo, du 
chevalier de Boufflers, de Palissot, de Ma- 
thieu de Dombasle , d'Hoffmann , de mes- 
dames de Gnffigny, Elisa Voïart, Val- 
monzey, etc. — Pop. S4,âÂS hab. 

Navigation à vapeur. — Les inexplo- 
sibles de la Moselle , correspondant avec 
les bateaux k vapeur de la Société de 
Trêves : — de Nancy à Metz , départs k 
5 h. du matin , tous les joura pendant 
l'été. 

Le nouveau canal de la Marne au Rhin 
passe k Nancy, de même que le chemin de 
iér de Paris à Strasbourg , en voie de 
ooDstruction. 

Environs — Liverdun^ à 8 kil. de 
Nancy , dont on va visiter les sites pit- 
toresques et les travaux souterrains du 
canal. 

BosserviUe, dans une belle position, k 
i kil. de Nancy, sur la route de Lunèville , 
est une chartreuse qui compte déjà une 
vingtaine de religieux. 

PHALSBOURG (Meurthe). ^ Hôtels : 
la Ville de Metz; la Ville de BAle.— Ville 
fortifiée par Vauban , sur une hauteur. — 
Curiosités : l'église, l'hôpital, deux beaux 
corps de caserne, l'arsenal, ses murailles k 
têtes de diamants. — Commerce : liqueurs, 
eau de noyaux, grains.— Patrie des maré- 
chaux Lobau et Gérard, et du général Meu- 
nier, etc. — Pop 4,900 hab. 

La Montagne de Saverne. — Une 
belle chaussée en spirale conduit au som- 
met de celte montagne où il faut s'arrêter 
un instant. — L'Alsace y présente aux re- 
gards surpris l'aspect enchanteur d'un 
vaste jardin , et le tableau varié des colli- 
nes, vignes, champs, prés, bois, bourgs et 
villages répandus çà et là, forme le paysage 
le plus animé. 

SAVERNE (Bas-Rhinjl. — Hotels : de 
la Poste ; du Soleil. — Petite ville au pied 
des Vosges , avec sous-préfecture , tribu- 
nal, collège communal , située sur la ligne 
du chemin de fer de Paris li Strasbourg.- 



Curiosités : l'église paroissiale, surmontée 
forvins, liqueurs, légumes, febrique^d'une grande tour carrée qui présente le 

Digitized by VjjOOQIC 



200 



ROL'TC 239. -* DB PABI8 A STRASBOURG. 



caractère d'une haute antiquité; le palais 
neuf, monument Diagniûque ; Thôpital , le 
château des évéques , servant maintenant 
de caserne; le canal, avec ses jolies casca- 
des — Pop. S,800 hab, 

WASSELONNE (Bas-Rhin).— ^dtete ; 
la Ponime-d'Or; la Yille-de-Paris. — Pe- 
tite ville sur la Mossig , qui possède des 
papeteries considérables, et de belles car- 
rières de marbre aux environs, — Curio- 
sHés : quelques tours en ruines, seuls res- 
tes de son ancien château. — Pop. 4,S00 
kab. 

STRASBOURG (Bas-Rhin) Àrgentora 
tum. 

Uôteis : la Ville^e-Paris , tenu par M. 
Diemer, près la poste : table d'hôte à 1 h. 
et à 5 h. ; prix, 3 et 4 fr. ; déjeuner, 1 f. 
25 c : omnibus pour chaque départ des 
chemins de fer et des bateaux à vapeur ; 
pèche et chasse k la disposition de»4lran- 
gers à riiOtel ; la Maison-Rouge, place Klé- 
l)er ; la Fleur, près de la Douane . très 
bonne maison et prix modérés ; la Ville^ie- 
Metz , vieux marché aux vins ; de la Hau- 
te-Montée , rue des Petites-Boucheries; la 
Ville-de-Lyon, rue des Sermriers; de la Vi- 
gnette, Grande Rue ; Doyen . pâtissier, 
rue du Dôme , fait des envois pour tous 
pays. 

Strasbourg, chef-lieu de préfecture et 
de la 5c division militaire , est l'une des 
plus grandes et des plus fortes villes de 
France, sur l'ill, près du Rhin , avec évè- 
cJié, tribunaux de première instance et de 
commerce, académie de Tuniversiié, fo- 
culte de Uiéologie du culte protestant , fa- 
cultés de droit, de médecine, des sciences 
et des lettres, séminaire catholique , con- 
sistoire général de la confession d'Augs- 
bourg, synagogue, collège royal , école de 
pharmacie , collège épiscopal et école in- 
dustrielle, liôpital militaire d'instruction et 
hôpital civil , école d'artillerie, etc ; bi- 
bliothèque publique, 70,000 vol . ;biblioti)è- 
que de l'école de médecine, 10,000 vol. 

Cette ville est généralement bien percée; 
les maisons sont bien bâties et les rues 
très propres ; elles sont éclairées au gaz 
depuis 1840. — Curiosités : la cathédrale, 
le château royal , l'hôtel de la préfecture , 
rhôtel de ville, l'hôtel de la 5e division 



militaire, l'hôtel d'artillerie, le musée d'ar- 
tillerie , la fonderie , la salle de spectacle, 
l'hôtel de la poste, l'état-major de la place, 
le tribunal, la balle an blé, le temple 
Saint-Thomas : on y voit le mausolée du 
maréchal de Saxe; les monuments de 
SchœpHeifiy Oberlin, Koch , itefaeissen, 
Emmerichf Schweighauser ; le temple 
neuf, monument de Blessig ; l'église de 
Saint'-Pierre-le^eune, la statue de Gut- 
lemberg , l'église Saint-Jean , Téglise 
Sainte-Àurétie , l'église et le couvent 
Saint-Guillaume, l'église Saint-Pierre- 
le-Vieux, l'église Saint-Louis, l'église 
Sainte-Madeleine, l'église Saint-Nico- 
las , le mont-de-piété , le collège royal , le 
séminaire, la bibliothèque, la douane, l'hO- 
tel du Commerce , l'hôtel du consistoire 
protestant , l'hôtel de la Monnaie, Thôiel 
du haras, la caserne d'Austerlitz, la caser- 
ne des Ponts - Couverts , la caserne des 
Juiis, l'arsenal, l'hôpital civil, l'hôpital 
militaire, l'hospice des Orphelins, la ca- 
serne de la Fiuckmatt, les quartiers Saint- 
Nicolas et des Pêcheurs, l'Académie, le 
musée d'anatomie, le musée d'histoire na- 
turelle, le jardin botanique. 

Promenades. — Le Broglie, Robertsau, 
l'Orangerie, les Contades. 

Route du Rhin. — Monument de 
Desaix , monument de Kléber » le poly- 
gone. 

Parmi cette quantité d'édifices que immis 
venons de citer, le voyageur devra s'arrê- 
ter d'abord à la 

Cathédrale , monument imposant et 
d'un beau gothique , avec une tour pyra- 
midale, percée ï jour et haute de lia mè- 
tres; on y monte par 635 marches. Il est 
difficile d'imaginer le panorama dont on 
jouit du haut de la plate-f«»rme. On reoaar- 
que dans cette cathédrale, une horloge ot- 
tronomique, chef-d'œuvre de mécanique ; 
la ohaire, les orgues, le baptistère sont di~ 
gnes d'attention. 

Le Château Royal, devant la cathédra- 
le, est d'une belle architecture, et les ap- 
partements sont magnifiques. 

Statue de Guttemberg, place du même 
nom (anciennement Marché aux herbes} » 
inaugurée le 24 juin 1840 ( sculp. DavUI 
d'Angers). 



dbyGoOgk 



BOUTR 240. ~ DE PABIS k STBA8B0UBQ. 



SOI 



Commette : tabacs, maouâctures, foo- 
derie roupie de eauoDS, coostniction de ma- 
chines , fofçes , orfiifrerie supérieure, li- 
qBeors, p&tés gras, jambons, etc. — Pop. 
S4,OO0keh. 

Siratmtrg est la pttbie de Guttemberg, 
inventear de ['îniprimerie ; d*Àndrieux, de 
VAcadénie française; deringénieurSchœp- 
flin; d» sUtoaires Ofamaeht etFrédérich; 
du naRebllkeUeniiano, duc de Yaimy; 
da géaëni Uéber, tué en Egypte; du gé- 
Bcnl Coborn ; du pasteur Oberlin, etc. 

Cbemdi k Fer pour Baie par Scheles- 
tadt, Csfainr et MuUiausen; pour Fri- 
AMTf (éoebé de Bade), et par KeM, pour 
Baéea^Cûrltruhe^Manheim, Damutadt, 



Francfort^ Mayence et Wiesbaden. 

NAVIGATION A YAPBUR. — Les bateaux 
partent de Strasbourg deux fois par jour 
pour Mayence et Manheim ; de Manheim, 
trois fois ; de Mayence, Coblentz et Colo- 
gne, quatre fois par jour. 

Les départs et arrivées correspondent 
avec ceux des chemins de fer de Bâle ^ 
Strasbourg, de Manheim h Heidelberg, de 
Mayence à Heidelberg, de Mayence à Franc- 
forf-sur-Mein, de Cologne k Aix-la-Cha- 
pelle et la Belgique, et de Dusseldorf à El- 
berfeld. 

voiTURBS PUBLIQUES. — Pour Tînté- 
térieur de la France. 



ROUTE 240. 



DE PARIS A STlt ASBOIJRC» , 

(2^ route) 
FSir llasTMiRAiL , Chalons, Metz et Puttblange , 46 myr. 6 kil. 

Saar-Union. 1 m. 9 k. 

Drulingcn. 1 2 

Phalsbourg. i K 

Strasbourg (v. r. 239). 4 9 



Cbye. 
Ikaax. 

Saiot-JeaD-tefr-deux-Jumeaux . 
1^ Ferté-soos-Jouarre . 



Vieiis-Maisoiis. 

JloDlwrail. 
FroneatièRS. 
Etofes. 
Cbsnlni. 

Sonne-Vesle. 
OrtievaJ. 

Saîme^léoélioald. 
aermool-eD-ÂrgoDne. 



Verdun 

Xanteidfes. 

ffarrîfle. 

Man^Toor. 

Gnvelotte. 

Metz. 



Baday. 

âttal-Avold. 

Ptdldaiige 



m.2k. 
7 
5 

9 
9 

5 
2 
2 
9 

8 

8 
i 

5 
8 

2 
ï 
A 
7 

9 
9 



MEAUX (Seine-et-Marne) ifeWt. — 
Hôtels : la Sirène; le Palais-Royal.— An- 
cienne ville sur la Marne, dans une plaine 
fertile. Elle possède un évêché, tribunaux, 
collège, société d'agriculture, salle de spec- 
tacle , bibliothèque publique de l<i,000 
vol., musée. — Curiosités: la cathédra- 
le , édifice gothique dont le chœur et le sanc- 
tuaire sont surtout admirables, tant par la 
richesse des ornements que par la délica- 
tes.se du travail. Quand le temps est clair, 
on découvre Montmartre et le mont Valé- 
ricn. Cette cathédrale renferme le tombeau 
de Bossuet. — Commerce : blé, bestiaux, 
fromage de Brie, dont on expédie annuelle- 
ment plus de 5,200,000 kilogrammes; fa- 
briques de tissus de coton, et marché con- 
sidérable en céréales , volailles, farines et 
laines. — Pop. 9,400 hab. 

JuiLLv, il 2 myr. de Meaux, célèbre par 
son collège. 

LA FERTÉ-S0US40UARRE(>Scine-et- 

Digitized by VjO@QIC 



207 



ttOUÎB 210. -* DE PARIS A STBASDOUftG. 



Marne) . — Hâiels : de TÉpce ; de France ; 
du Grand-Condi^. — Petite ville sur la 
Marne; son port est beau, ses promenades 
fort agréables, et ses points de vue variés 

— Pop. 4y400 hab. 
.MONTMIRAIL (Marne). — Hôieh'.Ae 

rÉcu ; du Renard ; la Cloche. — Cette ville 
est située près do la rivière du Petit~Mo- 
ririj dont le cours serpentant offre de jolis 
accidents. On y remarque un beau château. 

— Commerce : blé , laine , carrière de 
meules de moulin. — Pop. 2,600 hab 

CHALONS (Marne) Catalnuni. —Hô- 
tels : la Clocbe-d'Or ; du Palais-Royal ; de 
Nancy. — Grande ville située entre deux 
belles prairies , avec préfecture , tribunal, 
collège. Ses maisons sont construites en 
bois et en craie. — Curiosités : l'église 
St'Etienney commencée vers Fan 450, sur 
remplacement d'un temple de sibylle ; on 
admire ses deux élégantes flèches, taillées 
à jour dans toute leur hauteur. Le sanctuai- 
re est d'une beauté remarquable. L*église 
Notre-Dame est située presqu'au centre 
de la ville. Le bel édifice actuel date de 
11574 1322; V hôtel de vt7/e, situé au 
centre de la ville, est un noble édifice mo- 
derne qui date de 1 772 ; l'intérieur surtout 
est fort beau . U hôtel de la préfecture ^ l'é- 
cole des arts et métiers, la chapelle du col- 
lège, la porte Dauphine , élevée en 1770; 
un beau pon^ sur la Marne ; l'ancien cou- 
vent de S/-P!>rre(aiyourd'hui caseme),bel 
édifice; la bibliothèque de 22,000 vol. 
— Commerce : vinsdeChaffip8gne,grains, 
blé, futailles, huiles de graines, etc. — Pop, 
45,900 hab. 

Eaux de Sarmaise. — A3 myr. envi 
ron de Châlons est le bourg de Sarmaise, 
dont les eaux ferrugineuses sont conseillées 
pour les affections de la vessie. 

SAINT-MÉNÉHOULD (Marne;. —Hô- 
tels: la Ville-de-Mcl2; Saint-Nicolas; le 
Soleil-d*Or. — Ville ancienne entre deux 
rochers, près de VAisne , dans un marais, 
avec sous-préfecture, tribunal, collège, sé- 
minaire. — Curiosités: la grande rue, le 
pont de pierre , l'hôpital, l'hôtel de ville, 
l'église sur une hauteur, la promenade sur 
le roc où est construite cette église, les rui- 
nes de l'ancienne forteresse. — Commer- 
ce : grains, bois, latence, bouteilles, pieds 



de cochon et andonilles renommées. — Pop 
4,300 hnb. 

Le voyageur arrive bientôt dans la 
fertile et riante vallée de la Meuse où se 
trouve 

VERDUN (Meuse) Verodumm. — Hô- 
tels : de l'Europe ; des Trois-Maures ; du 
Petit-Saint-Martin. — Ancienne et forte 
ville située sur la Meuse, qui se divise en 
diverses parties. Verdun possède un évéché, 
sous-préfecture, tribunaux, salle de spec- 
tacle,bibliothèquc publique riche de 1 -i.OOO 
vol. — Curiosités : la citadelle, due au 
génie de Vauban ; la digue, l'hôtel de ville, 
le palais épiscopal, et surtout la cathédra- 
le, conslruileà diverses reprises ; lesuper- 
be quartier de cavalerie et les promenades 
delà Roche ; statue en bronze de Chevert, 
sur la place. — Commerce : excellentes 
dragées , confitures, liqueurs, papeteries, 
verreries. — Pop. 4 S, 500 hab. 

METZ (Moselle) Afcf/i5 — Hôtels : de 
l'Europe, très bon ; du Nord, 4 ; de France ; 
du Commerce. — Ville ancienne et forte 
au confluent de la Moselle et de la Seille, 
dans un bassin magnifique ; chef-lieu de la 
3e division militaire et du département de 
la Moselle , siège de préfecture, de cour 
royale, d'un tribunal de première instance, 
d'un tribunal de commerce, et d'un évé- 
ché suffragant de Besançon. Les rues du 
centre de la ville sont étroites, et les mai- 
sons très hautes ; mais la rivière est bordée 
de beaux et vastes quais, et traversée par 
de beaux ponts. La situation de Metz, ses 
jardins publics,ses quais et ses fortifications, 
doivent exciter l'admiration du voyageur. 
Cette ville possède une école d'appitication 
d'artillerie et du génie, unique en Europe; 
une académie, un collège royal, un théâtre, 
une bibliothèque publique contenant 30,000 
vol., une appartenant à l'école d'applica- 
tion, n'ayant que 10,000 vol. ; deux arse- 
naux. — Curiosités : les remparts, la pro- 
menade de l'Esplanade ; hcathédrale, édi- 
fice gothique magnifique , commencée en 
1 01 i, et terminée en 1 546 ; les églises de 
S/-Simon, de St-Vincent, de Notre-Da- 
me-de-la^RondCt sontdignesdela curio- 
sité de l'antiquaire , surtout le chœur de 
cette dernière église, bâti en 1130 ; le pont 
des Morts, l'hôtel de ville . la préfecture, 

Digitized by VjOOQ IC 



BOOTB 3l2. — DE STBASBOURG A BALV. 



SOS 



k palais de jasliee, la salle de spectacle, 
on (abiiKl dliisimre naturelle , un jardin 
botanique, «( h belle promenade publique, 
9^\kY Esplanade. — Vkôpital mili" 
<aife doit surtout intéresser le voyageur; 
les casernes Ckambière, du Fort et Cois- 
lin; eefie de b citadelle , nouvellement 
coDstniite, est magnifique. — Commerce 
nolletoiB , flanelles , siamoises , toiles 
écfues, JHasseries , verreries, fiitencehes^ 
taBMriesjambonsestimés.— Pop. 4i, 79S 
heb. 

GetienDe a vu naftre les généraux Gus- 
tise, Lasalk, Rîebepanse, Lallemand; de 
JÛrer, Baité-llarbots, les deux Lacre- 
tefle, le avant chimiste Raspail, etc. 

UTKànos A VAPEUR. — TouslesjouFS , 
de Ikiii Trètes cl ^ Coblent%; — de 
Jbbl.VoBcy. 

A 8 k3. de ifefe, snr la route de Nanr- 



cy, se trouvent les restes d*un superbe a- 
queduc romain^ qui pouvait avoir 23 kil. 
de long. 11 ne reste plus de ce magnifique 
ouvrage que 31 arches dont quelques-unes 
ont 20 mètres de hauteur.- 

SAINT-AVOLD (Moselle). — HôUl 
de Paris. — Petite ville où se trouvent des 
fiibriqucs de draps et des chamoiseries. — 
Dans les environs se trouve une source 
d'eau minérale froide à laquelle on attribue 
quelques propriétés ferrugineuses . — Pop . 
3,600 kab. 

PUTTELANGE f Moselle), gros bourg, 
ci-devant chef-lieu d'une seigneurie dont 
la justice s'étendaitsuri 2 paroisses, fidles 
fabriques de draps , velours et peluche 
de soie; brasserie, tuilerie. — Pop. i,600 
hab. 

De PHALSBOURG^STRASBOURG(i;. 
route 239). 



ROUTE 241. 

m WnHASmOMJJBM A S<-IiOlJIS, POUR BAIiE, 

Par Necf-Brisacb , A2 myr. 5 kil. — Route de poste. 




(v. Suisse). 



m. 9 k 
4 

7 
2 

6 
3 
4 



Depuis l'ouverture du chemin de fer de 
Strasbourg ^ Bêle, les deux routes de pos^ 
te sont peu fréquentées maintenant. 

SAINT-LOUIS (Haut-Rhin) . -^HÔteU : 
la Cigogne ; l'Ange. — Village neuf, avec 
bureau de douane, et poste aux chevaux. 
Voyez la belle église nouvellement cons- 
truite, et la s/4i(ton du chemin de fer. — 
Pop. 4,800 kab. 



ROUTE 242. 



L 



BB STBJtSBOlTRCfr a BAIiE et de MUIiHEAUSEM 






A THEAIVIV, 

Chemin de fer. — a kalk, \A myr. 
Station». 



Im.Ok. 



Fegcrsheim. 
Limersheim. 
Ërsiein. 
Matzeuheim. 



Om. 3k. 
4 
4 
5 

jby Google 



204 



BOUTB 342. — DE MULHAUSEII A THAEIH. 



Bdofeld. 



eim. 
Ebersheim. 
Schelestadt. 
Saint-Hippolyte. 
Ribeau ville. 
Ostheim. 
Beonwihr. 
Colmar. 
Ëguislieim. 
Herrlislieim. 
Rouflach. 
Merxheim. 
Bollwiller. 



Mulhouse. 

Dornach. 

Lulterbach. 

Cernay. 

Thann. 



Om.ik 
5 


















Om.5k. 



Wittelsheim. 

Lutterbach. 

Dornach 

Mulhouse. 

Rixheim. 

Habsheim. 

Sierentz. 

BartheDheim. 

SaÎDtrLouis. 

(Arrêt de 5 minutes à la douane de Si- 
Louis.) 

Bfilc. 3 






7 





2 





i 





5 





1 


4 








5 





8 



DE HfJIiHAVSBlV A THAffM. 24 kil. 



SCHELESTADT (Bas-Rhin).— iïdtefa : 
le Bouc ; l'Aigle; la Ville-dc-Lyon . — Ce 
chef-lieu de sous-préfecture était jadis la 
5« des dix villes impériales de T Alsace. 
Elle est maintenant place de guerre, et gé- 
néralement mal bâtie. — Curiosité»: l'é- 
glise St'Georges on Munster , qui date du 
XVe siècle; l'église Ste-Foi; la tour de 
l'Horloge^ débris des anciennes fortifica- 
tions ; l'église des Récollets , surmontée 
d'une aiguille d'un travail très délicat; la 
bibliothèque publique^ renfermant des ou- 
vrages des premières époques delà décou- 
verte de l'imprimerie; h bibliothèque du 
savant Bealus Rhenanus; l'anctenne Com- 
manderie de Malie^ où se trouve le col- 
lège communal : V hôpital ; le palais de 
justice ; les casernes ; les arsenaux ; la 
halle au blé , et la belle manufacture de 
tabac. —Pop. 9,900 hab, 

OnscHWiLLER.à 6kil.de Schélestadt. — 
Curiosités : le château àeKœnisburg^ dont 
les restes sont magnifiques ; belle vue. — 
Pop. 5,800 hab. 

RiBEAuviLLÉ (Haut-Rhin). — Hôtels: 
l'Agneau; le Soleil. — Chef-lieu de can- 



jardin du château du Prince appartient à 
4k. la famille de Béer. Au-dessous de l'cmpla- 
2 cernent du château s'élève la belle église 
9 de S^Grégoire, où l'on remarque plusieurs 
6 monuments , le caveau sépulcral de la fa- 
mille Ribeaupierre. La maison commune, 
au centre de la ville, est un bel édifice. Ai- 
beauvillè compte plusieurs belles manufiic- 
tures. — Pop. 7,600 hab. 

COLMAR (v. roule 255). 

RouFFAG (Haut-Rhin), petite ville sur 
la Lauch. — Curiosités : V église parois- 
siale, édifice gothique ; la chapelle Saint- 
Valenlin, lieu de pèlerinage très fréquen- 
té par les épileptiques. Sur une colline au 
milieu de la ville, les ruines du château 
é'Issemberg, un des plus anciens de VÀIr- 
sace . — Patrie du maréchal Lefèvre, duc de 
Dant%ick. — Pop. 3,900 hab. 

MULHAUSEN (». route 231). 

S.\lNT-LOUlS(t;. route 241). 

BALE (v. Suisse). 

THANN (Haut-Rhin).— Fo7cfo: des 
Deux-Cerfs; de l'Ours. — Jolie petite \ille 
au pied des Vosges, sur la Thur. — Cm- 
riosités : quelques maisons à la physiono- 
mie du moyen-âge, historiées avec statues 
grotesques, et€. ; V église de St-Théobald, 
qui date de 1430 , est un beau morceau 
gothique surmonté d'une belle flèche. 

Sur la hauteur, belles ruines du château 
d'Engelbourg. — Commerce : fabriques 



ton. La cime de la montagne qui s'élève à de produits chimiques, indiennes, vins très 
l'ouest de la ville est couronnée par les rui-' estimés. — Pop. S, 900 hab. 
nés du château de Ribeaupierre. Le ))eau! 

Digitized by VjOOQIC 



KOCTB 245. — DE STBASBOUBG A PLOMBIÈBES. SOS 

ROUTE 243, 
DE STRASBOVCS A JI£lJlL-PO]irTS, 

(Poste étrang.) 
8 myr. 8 kil. el 1/2 poste. 

glise St'GeorgeSy monument du XU« siè- 
cle ; l^église Sl^NicolaSy édifice gothique 
du XI Ile siècle ; le quartier de cavalerie, 
l'hôpital, le collège. — Commerce : bras- 
series, amidonneries, tanneries. — Pop. 
H, 200 hab, 

BITCHE (Moselle), petite ville fortifiée 
destinée à défendre le défilé des Vosges. — 
Curiosités : le chflteau , situé sur un 
rocher ; le puits , de 80 mètres de pro- 
fondeur ; les citernes. — Commerce : 
verres de montres , bestiaux ; belles ver- 
reries aux environs. — Pop. 4^200 hab. 

DEUX-PONTS (V. Allemagne). 



Bminlli. 




im 


.7k. 


Hagwoaa 




1 


2 


Nie<lerimB. 




2 


1 


Bitcbe 




2 


3 


^cowByn. 




1 


6 




élran- 






fèwMp.l.'îoii 




1 


3 



HAGUEN'AU (Bas-Rhin) Hagenavia. 

— H^kls : Gambs ; du Soleil ; de l'Ancre. 

— YîOe Êfte sur là Moder. Son nom lui 
rieol do district dans lequel elle s'est élevée, 
HageHy Hag, signifiant forêt ; au, terrain 
Innné parles eaux. — Curiosités; l'é- 



ROUTE 244. 
DE STRJkSBOlJRCi A IiAlVUAlJ, 

8 myr. 5 kilomètres. 



De Strasbourg à Hagaenau 

(r.n>rte2i3). 2 m. 9 k. 

Siiitz. 1 6 

^VîssaidxHirg. i i 

BefpaberD (p. étr.}. 1 1 

ljkiiikAC(p étr.). 1 5 

WISSEOTOURG ( Bas-Rhin ). — Hô- 
ieh: b Vine-de-Paris ; l'Ange; la Cou- 
roDoe; la Yille-de-Lyon. — C'est l'ancien 
Sebtmum , ville sur la Lauter^ défendue 
par d neelieotesfortifiealions nommées li- 
gmtâ de Wistembourg. — Curiosités: 



Vancienne église collégialey vaste édifice 
gothique, reconstruit en 1288; V hôtel de 
ville f les casernes, l'église protestante de 
St-Jean , dans laquelle se trouve le buste 
de Luther; les promenades. — Commer- 
ce : brasseries, bonneteries et fabriques de 
chapeaux; manufacture de tabac. — Pop. 
6,200 hab. 

A Lamperslock, \ myr. -i kil. de Wis- 
sembourg, mine de pétrole. 

LANDAU , ville forte cédée en 1815 à 
l'Allemagne 



ROUTE 245. 
DB STRASBOIIRO Â PliOIHBli»!:» , 

45 myr. 8 kilomètres. 



StnÊànarf k Saint-Dié {v. 

iiMile235eC935). 8m 6k. 

Gerbépal. 1 9 



Gérardmer. 1 1 

Remiremont. 2 9 

Ploiibchks(v. route 23i^ 1 3 

Digitized by VjOOQIC 



206 nODTB 248. — DB CHALO^iS A TnOTES. 

ROUTE 246. 

DE METZ Â MAiircrK' , 

Par Belleville, 5 myr. 7 kil. — Route de poste. 

drale et ses deux tours, magnifique édifice 
goUiique. La maison des Sept-Péchés-^ki- 
pitauXf dont la façade est ornée d*anclen- 
nés sculptures exécutées avec une Ubertêet 
une naïveté étonnantes. Dans ses environs, 
En prenant le bateau à vapeur, le sources d'eaux minérales femigineases.— 

touriste passe par les mCmes localités. Commerce : grains, eaux-de-vie, chapel- 
PONT-A-MOUSSON (Meurthe). —Hô- leries , broderies , gros draps , pipes de 

tels : d'Angleterre ; de France ; du Palais- terre. 

Royal. — Ville assez considérable. — Cu- Patrie du maiéchal Duroc. — Pop. 

noM7<$s;rbOtel de ville, de 1786; lequar- 8,i00 hab. 

lier de cavalerie ; Thôpital civil ; une jolie NANCY (v . route 259). 

promenade et la grande place. Ia cathé- 



Iji Lobe. 


lm.8k 


Pontrà-MoussoQ. 


1 1 


Belleville. 


1 1 


Nancy (v. route 239). 


1 7 



ROUTE 247. 
DE nETZ A IiIJlK.C:]IIB01JRC^ . 

2 myr. 8 kilomètres et 4 postes. 



Mondelange. 1 m. 7 k. 

Thionville. i 1 

Frisange ( poste étrangère ), 

2 postes 1/4 ou 1 9 

LtJXEMBOLRG(p.étr.). 1 p. 5/1. 

THIONVILLE (Moselle) . — Hôtel» : du 
Luxembourg; du Commerce ; du Lion- 
d'Or; desTrois-CouronncsHl'Or. — Ville 
très forte sur la gauche de la Moselle. Elle 



a tribunal de première instance, direction 
des douanes, salle de spectacle. — Curio- 
sités : la place d'Armes ; la halle au blé ; 
V église paroissiale, dont le portail et le 
chœur sont très remarquables ; les fortifica- 
tions; le pont couvert ;\e manège, très 
beau ; Thôpilal c\\\\. — Commercé^: bonne- 
terie , chapellerie , etc. — Pop. 6,900 
hab. 
LUXEMBOURG (r. Allemagne). 



ROUTE 248. 



DE CHAIiOUS A TROTi», 

7 myr. 9 kilomètres. 



Valry, 


lm.8k. 


Sommcsous 


1 


Arcis-sur-Aube. 


2 5 


Voué. 


9 


Troyes {v. route 226). 


1 9 



ARCIS-SUR-AUBE (Anbe).— Hdldt; 



b Poste; les Trois-Maures ; laPomme> 
d*Or. — Cette petite ville est assez agréa- 
blement située sur la rivière dUii^, que 
Ton passe sur un pont de bois. Elle 
possède une sous-préfecture , un tribanal 
de première instance. — Pop. 2,800 hab. 
Troyes (r. 226). 

Digitized by VjOOQ IC 



ROUTE 351. — BB PARIS A L*ILB DE CORSE. 

ROUTE 249. 
DE CHAIiOirS A SEDAM, 

■14 myr. 2 kilomètres. 



Î07 



aiappes. 



2m.5k. 
i i 
% 6 



Le Chêne. 
Chemery. 
SEDAN (tf. route 41). 



ROUTE 250. 
DE PARIS A SARREBRIICK , 

Frt MoNTMiBAiL et Metz^ 57 myr. 6 kil. 



De Pte à UeU (9. r. 240). 50 m. 6 k. 

CaurDeOeMlaassy. 1 8 

FoahgDJ. 8 

SauK4fflld(ir.r.240). 1 7 

FofiaeÀ. 1 8 

SuaaxKCK (p. étr.) i poste 
1/2 m 9 

FORBACH est un beao bourg attenant 



à la forêt de ce nom : bureau de douane. 
On y remarque les ruines d'un chdteau 
fort qui lui sen'ait jadis de défense : fabri- 
ques de pipes fines , colle forte , tissus k 
mailles de fer, verreries. — Pop. 4,300 
hab. 

SARREBRUCK, jolie petite ville appar- 
tenant k la Prusse (v. T Allemagne). 



ROUTE 251 • 

DE PARIS A li'IIjC DE CORSE 9 



DePan8àllar9eiUe(e.r.207) 79 m. 5 k 
De Marseille è Ajaccio. 58 lieues mar . 
DeManeiUeiBastia. 74 

CORSE. — Cette fle n'a que 220 kil. 
àaaa u plus grande longueur sur 80 dans 
tt plus gnode largeur ; elle fonne on dé- 
pariemeot de la France avec une popula- 
lioo de 250,500 hab. 

LUe est travenée dans toute sa lon- 
^nenr, do sud an nord, par une chatoc de 
Bioolagiies dont les ramifications s*étendent 
svioQte rrie: FroiUagna est le nom gêné- 
riqœ qqe l'ao donne à ces nwntagnes. Les 
soBantés les plus élevées sont : le mont 
Baloado , qui a 2,854 m. d'élévation au- 
denos dn niveau de la mer ; le mont d'Oro 
qui en canpte 2,652. C'est là que domi- 
nent lefinoid et la solitude, tandis qn^les 



vallées sont productives , particulièrement 
en oliviers et en vignes que l'on y cultive 
avec succès. Les champs sont aussi cou- 
verts de mûriers , de citronniers , d'oran- 
gers. L'indigotier, le cotonnier et même la 
canne à sucre , dont la culture a été es- 
sayée, ont bien réussi. 

Les forêts de chênes, de sapins, et sur- 
tout de pins larix , dont l'ile est couverte , 
pourraient fournir d'excelllent bois de 
construction pour la marine. 

AJACCIO (Corse). — Hôtels : Desanti; 
Fil; France; Petit-Pierre. Café: Forico- 
li. — VUrcinum des anciens est la ca- 
pitale actuelle de llle de la Corse, la rési- 
denre du préfet et de l'évêque ; elle est si- 
tuée dans une charmante situation, et pos- 
sède une belle rade et un beau port , des 
édifices bien construits, et une fontaine en 



dbyGoogk 



208 



BOUTE 253. — D*AJACC10 A BASTIA. 



marbre très remarquable sur la place prin- 
cipale. La cathédrale date de la fin du XVI« 
siècle; elle est on»^ d'une' belle coupole 
et d'un maîlre-autel fort riche. On y mon- 
tre la vasque de marbre blanc qui servit 
au baptême de Napoléon Bonaparte le 21 
juillet 1771 , époque où il avait déjà près 
de deux ans. La maison paternelle de Na- 
poléon est située sur une petite place ap- 
pelée place Letitia ; la chambre dans la- 
quelle il naquit ; dans le salon on voit le 
portrait de l'empereur peint par Gérard 
La ville lui a érigé une colonne surmontée 
de sa statue en bronze. 

Le palais municipal promet de devenir 
un bel édifice. Le théâtre est aussi une 
construction toute récente. La bibliothèque 



contient 14,000 vol. Parmi les édifices par- 
ticuliers f on distingue l'hOtel de la fomille 
Pozzo-di-Borgo et celui de feu le cardinal 
Fesch. La citadelle d'Ajaccio fut élevée 
par Henri II vers le milieu du XVI^ siècle; 
dans le voisinage il y a un jardin botani- 
que. — Pop. 44,600 hah. 

Les communications étant assez difllci- 
les en Corse , et le voyageur n'étant pas 
toujours assuré de trouver un logement 
commode et une nourriture passable, nous 
l'engagerons à visiter seulement, et comme 
points les plus intéressants, les foréU de 
pins; celles de châtaigniers; le Monte 
Rotondo ; les granits de l'Àlgatola, les 
oliviers de la Balagnet et enfin Bastia. 



Carazzy. 


Im. 8 k 


Bocognano. 


2 2 


Vivario. 


2 1 


Corte. 


2 3 


Ponte-Leccia, 


2 1 


Casa-Bianca. 


2 6 


Bastia. 


2 



ROUTE 252. 
D'AJACCIO A BASTIA 9 

Par CoRTB, ^5 myr. ^ kil. (Cette roule n'est point monlce). 

entière ; mais cette ascension n'est pn- 
tirable que vers le milieu d'août , à cause 
des neiges qui couvrent le sommet — Pop. 
4,600 hab. 
La route est triste jusqu'à 
PONTE-LECCIA, pont où l'ou trouve 
un sale cabaret. 

BASTIA. — HôteU : de rEuropc ; de 
TEcu-de-France ; du Lion-d'Or. Cafés : 
Chersia ; Français ; Parent. — Port sur la 
côte orientale de l'île , à 25 lieues ou 100 
kil. nord-est d'Ajaccio. C'est l'ancienne 
capitale de la Corse, construite en amphi- 
théâtre ; son port est abrité des vents du 
large ou d'est par un môle assis sur une 
chaîne de rochers : un fanal est k la tête 
de ce môle ; on y allume du feu pendant 
les mauvais temps pour guider les bftti- 
ments dans l'entrée. La ville est entourée 
d'oliviers, de citronniers et d'orangers; 
elle est la résidence d'un gouverneur mili- 
taire, d'un sous-préfet, et le siège des tri- 
bunaux supérieurs. — Curiosités : la ca- 
thédrale, non encore achevée ; St^Roeh- 
la - Conception ; l'ancien contient des 
Franciscains est converti en un bOpilal 

Digitized by VjOOQIC 



BOCOGNANO. — Auberge mauvaise. 
— Grand village sur un coteau de châtai- 
gniers. — Pop. i,700 hab. 

Ensuite la route traverse une contrée 
montagneuse et agreste jusqu'à 

VIVARIO, grand village dans une riante 
situation. 

Bientôt après les villages se multiplient 
et la culture s'étend sur les versants des 
montagnes. 

CORTE.— ^tt^erge pas très bonne.— 
Petite ville sans importance arrosée par le 
Bestonica, gros ruisseau dont les eaux 
sont excellentes. 

De cette ville le voyageur pourrait faire 
l'ascension do Monte-Rotondo ; il faut 12 
heures pour atteindre son sommet , d'où 
l'on jouit d'un admirable panorama de Vile 



mOUTB 259. 



1> AJACCIO k BASTIA. 



aaiitaîre. \jk Uliâolhèque, placée dans 
TancieD coareol des jésuites , est deveotie 
«BaâàéTablepiar de riches legs. I^ oi«<s<te//e 
n'est cfiie d^voe 'u&poriaiice secondaire. — 
Pop. 4S,SO0 hab 

Nkyi^4Tici!i X VAPEUR Pour 3£ar'' 

seiiie^ tniêieii ^h. Pour JLîi?o«*rT*e- 

Une roote dkarmante conduit k 
SMXT-njORENZO, à ^3 kil. de Bas- 
tia, pâiteiîBe foite et nuLritime, située au 
fond da fojle de son aouà, sur le pencliant 
dTvBie €4&ae qui domine une belle étendue 
de oier. EUe possède une excellente rade 



où les vaisseaux marchands h 
peuvent entrer avec sûreté. — j 
hab. 

De St-Florenzo on compte i 
atteindre 

ILE-ROUSSE. — Journée 
pendant laquelle on ne trouve 
mauvaises auberges. — C'est 
ville assez agréable, au miliei 
pays avec des bains de met 
trouve plusieurs bons hôtels, 
d'hôte et des cafés. — Pop, i 



FIN I>U TOYAGE EN FRANCE. 



dbyGoogk 



La Belgique est un royaume de nouvelle 
date Après avoir été soumise successive- 
ment aux Francs, à la Bourgogne, à l'Es- 
pagne, à Tempire d'Allemagne, à la France, 
k la Hollande, ce pays forme, depuis 1831 , 
un royaume indépendant, borné au N. par 
la Hollande, k VO. par la mer du Nord 
et la France, à TE. par les provinces rhé- 
nanes prussiennes et au S. par la France. 
— Sa superûcie est de 9,880 kil. carrés, 
et sa plus grande étendue du N.-O. au 
S.-E. est de 200 kil. ; du N. au S. , seu- 
lement 100 kil. , et sa population de près 
de quatre millions d'habitants , répartis en 
97 villes et 2.478 commune^ rurales ; c'est 
donc un pays très peuplé. 

Le voyageur ne doit pas s'attendre k 
rencontrer en Belgique ces grandes scènes 
de la nature que nous avons déjà rencon- 
trées en France. C'est en général un pays 
plat , excepté dans les parties méridionales 
où l'on aperçoit quelques montagnes peu 
élevées, ramification des Ardennes. 

Deux fleuves, VEscaut et la Meitte , et 
un grand nombre de rivières arrosent et 
fertilisent ce beau pays, qui est un des 
mieux cultivés de l'Europe et où l'on ré- 
colte toutes les productions des climats 
tempérés. 

Division politique. — Ce royaume est 
divisé en neuf provinces : !<> Anvers , 
2o la Flandre orientale, 5o la Flandre oc- 
cidentale , 4o le Hainaut , 5» le Brabant « 
6» le Limbourg, 7» Liège, 8o Namur, 9» le 
Luxembourg. 

Industrie. — Les mines de houille des 
provinces de Liège et du Hainaut , sont 
pour le pays une source immense de ri- 
clicsse ; les fonderies de fer , d'acier , de 
tûle, de cuivre et de zinc ; les manufactu- 
res de machines à vapeur, de quincaillerie 
et de coutellerie; ses fabriques de draps, 
de laine , de coton , de toiles , de velours, 
de tapis, mettent la Belgique au rang 



des pays les plus industriels de l'Europe. 

Mœurs. — Les Belges ont en général 
des mœurs douces et simples et sont d'une 
grande droiture dans toutes leurs relations 
soit de commerce, soit d'amitié. 

Université. — On en compte deux , 
entretenues aux frais de l'Etat ; celle de 
Gand et celle de Liège ; ayant des chaires 
de philosophie et belles lettres, des sciences 
mathématiques , physique et naturelle , de 
droit et de médecine. — Louvain possède 
une université catholique ; Bruxelles une 
université libre , avec les mêmes focultés , 
hors celle de théologie. 

Académie. — On compte en Belgique 
six académies de peinture: à Anvers, 
Bruxelles, Bruges, Gand, Liège et Lou- 
vain. 

Une Exposition des Beaux-Arts a lieu 
tous les trois ans k Anvers , Bruxelles et 
Gand, et tous les deux ans à Liège et 
Matines. — On compte trois conserva- 
toires de musique , ceux de Bruxelles et 
de Liège sont royaux; celui de Gand est 
à la charge de la ville. 

Langage. — On parle français dans 
tout le royaume , mais le flamand domine 
dans les provinces d'Anvers, du Brabant et 
le Limbourg. 

Monnaies. — En Belgique le système 
monétaire est le même qu'en France; les 
monnaies du royaume des Pays-Bas con- 
tinuent d'avoir cours en Belgique comme 
monnaie de compte seulement; leur unité 
est le florin (2 fr. 11 c.) 

Passeports. — Tout voyageur doit 
être muni d'un passeport pour entrer et 
circuler en Belgique ; il doit le faire viser 
k la première localité où il s'arrête , et se 
présenter devant les autorités de chaque 
ville où il veut séjourner, ou communiquer 
son passeport au maître de l'hOtel qu'il ha- 
bite , lequel en transmet la copie è la 
police. 

Digitized by VjOOQIC 



BELGIQUE. — SBBVICE DES POSTES. 211 

* insnfiiinnifrs iimis. 

Service des Posteg. 

EXTIUIT DES LOIS BT ARRÊTÉS OUI RÈGLENT LE SERVICE DE LA POSTE AUX 
CHEVAUX EN BELGIQUE. 

Extrait de la loi du 49 Frimaire. 

Art. 3S. A compter du. ... les guides de chaque postillon seront portés 
à 1 décîmes 5 ceotimes par poste. 

Art. 23. H est défendu à tout postillon d*exiger. . . une somme au-delk des 
guides Eus par la Im , d'insulter les voyageurs ou de leur donner aucun sujet de 
plaiole , seos peine , en cas de récidive, de destitution , sans pr^udice des peines qui 
pourroal leur être infligées par les tribunaux. 

Art. S4. Pour constater la contravention aux dispositions de Tarticle précédent, il 
sen tesa par daqne maître de poste un registre côté et paraphé. ... Les 
iroyageors pourrHit consigner leurs plaintes dans ce regbtre. 

Les iospedcors arrêteront et relèveront ce registre à chaque journée et en feront 
[ à rAdmimstration. 



TARIF DE LA POSTE AUX CHEVAUX. 



n 



• V (S 



1** Urvisias- — CtiaUes ou cabriolets. , 

PeCtIe ealècbe, à an seul fond, avec Umon, 
SV te trouve une troisième personne, II sera 

pai>é I f. par poste en sus du prix des chevaux. 
S^ y a plus de trois personnes, la calèche 
ni eoiMldërée comme berline , et suivra les 

f ^g ieo icn ts de la 3* division. 
!■ DiTisioiv. — Llmonlères , voitures fer- 
ées et coupées, et calèches avec brancard 
Il seia pa>é I fr. par poste, en sus, pour 

chaque pcnoone exédant le nombre trots. 
9* DfTiftiov . — Beriioes, voitures fermées ou 

noB, A deux fonds, et calèches A deux fonds 



S^ j a une cinquième personne, Il 8< 
|kB>'é I T. pur poste, en sus. 

Ces mémei voitures 

U sera payé I fr. par poste, en sus, pour 

penoooe excédant le nombre six. 
Obskbvatioxs cé.iBaALFs. — Un enfant 
âgé de plus de six ans compte pour une per- 
soane ; un enfiiut de six ans et ao-dessous n*est 
point eooiptë. Deux enfants au-dessous de cet 
comptent pour une personne. Dans aucun 
, les enfants au-dessous de trois ans ne 
loot comptes. 

- Les guides des postulons sont fixés à rai 
H» de 75 c. par poslUlon et par poste. 



I. 2 

3, M 



1,2,3 



, 2, 3, 4 



iSl 



fr. c 
1 50 
I 5U 
I 60 



1 50 



I 50 
I 50 



'S 



^ s I 



ty. c. 

3 ou 

4 50 
3 00 



4 50 



G 00 
00 



38= 



I Iott2 
t au ch 



dbyCjQOgle 



212 



BELGIQUE. ^ SBRTICE DES POSTES. 
CALCUL PROPORTIONNEE 

DE CE QUI DOIT ÊTRE PAYÉ AUX MAITRES DE POSTE. 







NOMBRE DE CHEVAUX 








ET PftlX EN RÉSULTANT. 




DISTANCES. 


I 


M.^^ ^^ 






2 


3 


4 


5 







I Quart de poste . . . 


tr. c. 
38 


fir. c. 
75 


fr. c. 
I 13 


fr. 
T 


c. 
60 


fr. c. 
I 83 


ft-. c. 
2 25 




Demi poste . . 






76 


1 60 


2 25 


3 


00 


3 75 


4 60 




3 Quarts de poste 
I Poste. . . . 






I 13 


2 25 


3 38 


4 


50 


5 03 


C 26 








1 50 


3 00 


4 5» 


6 


00 


7 50 


9 00 




I Poste I quart. 






1 8H 


3 75 


5 63 


7 


(K» 


9 38 


II 25 




1 Poste et demie 






2 25 


4 50 


6 75 


9 


00 


Il 25 


13 60 




I Poste 3 quarts. 






2 63 


5 25 


7 88 


10 


50 


13 13 


16 76 




2 Postes . . . 






3 00 


6 00 


9 00 


12 


00 


15 00 


18 00 




2 Postes 1 quart. 






3 38 


6 76 


10 13 


13 


50 


16 88 


20 25 




2 Postes et demie 






3 76 


7 50 


11 25 


15 


00 


18 75 


22 60 




2 Postes 3 quarts 

3 Postes . . . 






4 13 


8 25 


12 38 


16 


50 


20 65 


24 75 








4 50 


9 00 


13 50 


In 


00 


22 50 


27 00 




3 Postes I quart. 






4 88 


9 76 


14 63 


19 


50 


24 :)8 


20 26 




3 Postes et demie 






6 25 


10 60 


15 75 


21 


00 


26 25 


31 50 




3 Postes 3 quarts 






5 63 


Il 25 


16 63 


22 


50 


28 13 


33 75 




4 Postes 


6 00 


12 08 


18 00 


24 


00 


30 00 


36 00 




CALCUL 


PROPORTIONNEL 


~\ 




DE CE QUI DOIT ÊTRE PAYI 


: AUX POSTULONS POUR LES GUIDES. 






NOMBRE DE POSTILLONS EMPLOYÉS | 








ET PIllX PROPORTIONNEL. | 




DISTANCES. 








1 




I 


2 




3 


4 


5 






fr c. 


fr. c. 


ft-. c. 


fr. c. 


fr. c. 




I Quart de poste . . . 


19 


38 


56 


76 


95 




Demi poste . . . 




38 


76 


1 14 


I 52 


I 90 




3 Quarts de poste. 




56 


I 12 


1 68 


2 24 


2 80 




1 Poste .... 




75 


1 50 


2 25 


3 00 


3 75 




I Post« 1 quart. . 




94 


l 88 


2 82 


3 76 


4 70 




I Poste et demie - . 




I 13 


2 26 


3 39 


4 62 


6 66 




I Poste 3 quarts . 




I 31 


2 63 


3 93 


6 24 


6 55 




2 Postes .... 




I 50 


3 OU 


4 50 


6 UO 


7 50 




2 Postes I quart - 




1 69 


3 38 


5 07 


6 70 


8 46 




2 Postes et demie. , 




I 88 


3 76 


6 64 


7 52 


9 04 1 




2 Postes 3 quarts . 




2 07 


4 14 


6 21 


8 28 


10 26 




3 Postes .... 




2 26 


4 62 


78 


9 04 


ir 30 




3 Postes 1 quart . 




2 45 


4 90 


7 36 


9 80 


12 25 




3 Postes et demie. 




2 64 


5 28 


7 92 


10 56 


13 30 




3 Postes 3 quarts . 




2 83 


5 68 


8 49 


Il 32 


14 16 




4 Postes 


3 00 


6 00 


9 00 


12 00 


15 00 





dby Google 



BEEGIOUB. — SERVICE DBS POSTES. 



213 



JLRftÊTt DL' 9 AOUT 1826, QUI FIXE LE TARIF DBS MAITRES DE POSTE POUR LES 
RELAIS ÉTABLIS DANS LES STATIONS DU CHEmS DE FER. 

Les rebis oot pour objet de faciliter anx voyageurs la conduite jusqu'aux bdtels ou 
|iisqu*aii émmâi. qa*ik désignent, de leurs voitures arrivées par le chemin de fer, et 

Kf\. i^r. Us maîtres de poste des relais les plus voisins, établiront une succursale 
de lear étatôsement dans les stations des chemins de fer à Ans, Anvers, Bruges, 
Bruxettes, Coartrai, Gand, Uége, Matines et Ostende. 

Alt ^. Les prix des courses entre ces relais secondaires, et les villes où les relais 
pcincipMK %Bt situés, sont Gxés conformément au tableau ci-^nnexé. 

Ces prix comprennent tout ce qui doit être payé parles voyageurs, tant pour les pos- 
âlons €t les chevaux que pour les barrières lorsqu il en existe ; il est interdit aux maî- 
tres de posle et postillons de rien exiger au-delë, soit pour distance de &vcur ou sous 
tout autre prétexte. 

TARIF DES PRIX A PAYER 

AUX RELAIS DU CHEMIN DE FER. 



DÉSfGIIATlOIf 
des 




PAE ATTELAGE DE | 






— — ^ 




^* 




1 chevaL 


2 chevaux. 


3 clievaux. 


4 chevaux. 


4 chevaux, 


STAT10MS. 


I posUU. 


[postUl. 


I pofitiU. 


I posUlL 


2postiU. 




fr. c. 




fp. c. 


fr. c. 


tt. c. 




3 50 


5 00 


6 00 


7 60 


9 00 


, Ame». 


3 00 


4 00 


5 25 


6 50 


S 00 


B«,«. 


S 50 


3 50 


4 60 


5 50 


7 00 


C«ifftni> 


2 50 


3 50 


4 50 


5 50 


7 00 


G^iid 


3 00 


4 (H) 


5 25 


6 50 


8 00 


' Aia. 


3 50 


S 00 


10 iK> 


12 00 


14 90 


MASb» 


2 50 


3 50 


4 50 


5 50 


7 00 


OMcnde 


3 50 


3 50 


4 50 


5 50 


7 00 



DROIT DE BARRIÈRE. 

Un droit de barrière ou de péage est établi sur toutes les routes de la Belgique. En 
void le tarif: 

Pour une voiture k quatre roues 5 cents 

Idem à deux roues 2 cents 1/2. 

Pour chaque cheval 5 cents 

Pour le retour les prix sont les mêmes. 

Le» rela» gui dans ce pays jouissent des distances de faveur , soit à Ventrée ^ 
soit à la sortie, sont: 

Bruxelles , une demi-poste à Teotrée et à la sortie. 

Gand, I 

liège, I seulement un quart de poste sur toutes les sorties 

Mans, I sans réciprocité. . 

Namur, } 

Ostende, une demi-poste seulement sur les sorties. 

Digitized by VjOOQIC 



2U ROliTB 253. — DB PABIS A BRUXBLLES. 

ROUTE 255. 
DE PARIS A BRlIX^iaLIil». 

Par Amiens , Yalencieknes et Mons , 57 myr. — Cliemin de fer. 



De Paris à Valenciennes (v. r. 

24). 27 m. 7 k. 

De Valenciennes à Bruxelles 

(1». r. 254). 9 3 

BRUXELLES. — Hôtels : de Belle- 
Vue, place Royale ; de Flandre ; de Fran- 
ce , rue Royale ; de l'Europe, place Royale; 
dé la Régence, rue de la Régence, près de 
la place Royale. — La dépense, dans ces 
hôtels, peut s'élever de 8 k 12 fr. par 
jour, y compris le vin. On paie environ 
le double si Ton se lait servir dans sa 
chambre. 

Ceux qui suivent sont de second ordre, 
et la dépense y est moindre d'un tiers. 

Hôtels : de l'Univers, longue rue Neu- 
ve ; Impérial et des Etrangers réunis , rue 
des Fripiers ; de Hollande , rue de la Put- 



PRINCIPAUX ÉDIFICES — V Hôtel de 
ville , monument lombard-gothique , sur- 
monté d'une tour d'une hardiesse extra- 
ordinaire, sur laquelle est élevée une statue 
de saint Michel , qui tourne sur un pivot 
et sert de girouette. L'intérieur renfenne 
de belles tapisseries et quelques belles 
todes de l'école flamande. 

Le Palais des Beaux-Arts , ci-devant 
la Vieille-Cour , est situé près de la place 
Royale. C'était anciennement la demeure 
des gouverneurs de la Belgique ; mais ac- 
tuellement il est occupé par le muséum, 
la bibliothèque f le cabinet d'histoire na- 
turelle et nn cabinet de physique. L'es- 
calier est ici en marbre , avec des one- 
meots de sculpture. — Le muséum ren- 
ferme un grand nombre de beaux tableaux 
au nombre desquels on compte sept toiles 



terie, maison très ancienne, autrefois le j attribuées i Rubens; plusieurs Vau Dick, 
premier hôtel de Bruxelles ; d'Angleterre , un Velasquez de toute beauté , des J.-B. 
Fossés-aux-Loups, près du théâtre : artis- Champagne , des Philippe de Champagne, 
tes dramatiques , négociants; de la Mon- 15 tableaux de Crayer, plusieurs Otto-V^ 
naie, place de la Monnaie; de Suède, rue nius, i toiles de Paul Véronèse, un Guer- 
de l'Evêquc , voisin de la Bourse, de la chin, 2 Titien, un Âlbane, un Sasso-Fer^ 



poste 

Bruxelles , capitale de la Belgique , 
siège du gouvernement et résidence du 
roi, située sur la Senne^ possède sans ses 
fiiubourgs 105,000 hab., et avec ses fau- 
bourgs 145,000. Sa position géographique 
est sous les 50o 50^ 59" de latitude N., 
et sous les 2° 2' longitude E. du méridien 
de Paris. Or, quand il est midi k Paris , il 
est midi 8 minutes 8 secondes à Bruxelles. 
Cette métropole est divisée en haute et 
basse ville ; la partie haute est la plus nou- 
velle, la plus fasbionable et la plus saine ; 
c*est lli que se trouvent le palais du roi, 
les chambres et les principaux hôtels , 
ainsi que le Parc, la plus jolie promenade; 
c'est le jardin des Tuileries de Bruxelles. 



rato , un Ruysdael, un P. Neefs , un Ger. 
Dow, un Bernardin, un VanOriev. Plusieun' 
tableaux de l'école moderne belge , parmi 
lesquels on remarque de bons ouvrages de 
Wappers, Gallait, de Keyscr; Verbockho- 
ven , Lepoitevin , Decaisne , etc. Le nom- 
bre des peintures renfennées dans cette 
galerie est de plus de 500. 

Outre ces nchesses artistiques, Bruxel- 
les compte encore plusieurs collections 
particulières d'un haut intérêt ; celles d'A- 
remberg , du prince de Ligne, de M. Ma- 
leck, de Wertenfels, de M. Van Becelaer, 
du colonel Moyars, etc. 

La bibliothèque qui contient près de 
200,000 vol. imprimés et 16,000 manus- 
crits , dont quelques-uns ornés de minia- 



Cette ville est sans contredit Tune des plus tures précieuses. Cette bibliothèque est 
jolies et des plus agréables de l'Europe, et celle de la ville. On a fondé depuis qnel- 
olle oflfre en beaucoup de choses une ques années , dans une des ailes du palais 
grande ressemblance avec Paris. ^da l'Industrie , une bibliothèque royale. 



dbyGoogk 



BOirr& 3&3. — DB PAB1S A BBUXBLLBS. 



215 



— Le eabùiet i'hiaioire naturelle est 

cMBÂdénble, et liche en échantillons pré- 

ôeux. — Taules ces collections sont ou- 

v»tes aa publie, les dimanebes , lundis et 

mardis, de 10 b. I i h. — Le palais du 

roi , dounaot sur le pare , est richement 

neahlé et «né de qiidques tableaux de 

Da\îd. — le palaù du prince d*Oranqe, 

bel édiice loniBê en 1829, mais la riche 

odUccti0B de paotures et les beaux meu 

bks qaH nafennait ont été transportés à 

la Uajc. — La chambre des représen- 

iamt», m patois de la Nation, rue de la 

Lei, btcnstniit par Marie-Thérèse ; on y 

renaniae de beaux tableaux, entre autres, 

les Trait Jows bdges de 1830, par Wap- 

pefs; ef la bataille de Woringen , par de 

Kefser. — Le palais de V Industrie, en 

hot réfiise de Saint-^acques-de-Cau- 

deàber§ , est destiné aux expositions pu- 

Mîi|oes et Rnlemie quelques antiquités. 

MiHrcxraTs REUGiECx. — La cathé- 
dialede Sainie'^rudule, la plus belle ^lise 
de BffVLelies, est un noble édifice gothique, 
de magnifiques vitraux ; on y 
chaire richemeut sculptée, le 
en marbre du comte de Mérode , 
rcpréscsilé an moment où il vient d*être frap- 
pé dn coup mortel ; Téglise de Noire-Da- 
me'ét4a-€hapeUe , dans la rue haute; 
c'est , après la cathédrale , la plus grande 
égfise de Bruxelles. On y voit un tableau 
die Graver et une chaire singulière. L*é- 
gfise Xotre-Dame-des-Vicioires, bel édi- 
Sce gothique , mais en mauvais état , ren- 
fieroast quelques monuments d'une bonne 
exéo^ioQ , et plusieurs bonnes peintures ; 
l'cgUse des Âugustins . vaste édifice, avec 
OD beau porisl du style roman. 

BrualUs renferme encore huit ou neuf 
églises que notre cadre ne nous permet pas 
de décrire, mais que le voyageur fera bien 
devisMer. 

Fqktadces. — On en compte vingt* 
n«if, dont la plus beDe est celle de la 
plate du Sablon, et la plus curieuse, 
celle du Maneken-Pis, située au coin des 
mes de l'Etove et du Chfine : elle se com- 
pose d'ua petit garçon, en bronze, de deux 
pieds de haut, qui verse de Teau d'une 
manière fort pen décente. Les habitants 
appeUe&l cette petite statue le plus ancien 



bourgeois de la viUe, 

La place des Martyrs : c'est là que 
reposent les victimes de la dernière révo- 
lution. Cette place est ornée dan.<( un 
goût grandiose et sévère parfaiiemeut en 
harmonie avec sa destination. 

Promenades. — Le Parc est pour 
Bruxelles, ce qu'est le jardin des Tuileries 
pour Paris. C'est uoc des plus belles pro- 
menades de l'Europe ; les boulevards , le 
nouveau jardin des plantes , et V Allée- 
Verte, sont également fort beUes. 

RENSEIGNEMENTS DIVERS. 

Bourse de Bruxelles, — place de la 
Monnaie. 

Poste aux lettres. — Administration 
générale et boîte principale, rue de l'Évê- 
que. La dernière levée à 5 h. 1/4 du 
soir. 

Spectacles. — Théâtre Royal, place 
de la Monnaie ; on y joue , pendant toute 
l'année théâtrale , tous les jours , excepté 
les samedis , comédies , drames , opéras 
comiques , grands opéras et ballets. 

Prix des places. — Balcons , stalles , 
premières , 5 fr. ; galeries , deuxièmes 
de face et avant-scènes du rez-de-chaus- 
sée, A fr.; deuxièmes de côté, rez-de- 
chaussée et parquet , 5 fr. 50 c. ; troisiè- 
mes, 2 fr. 15 c. ; quatrièmes, 1 fr. 60 c.; 
parquet militaire, 2 f. ; parterre, 1 f. 60 c; 
paradis bourgeois, 60 c. ; paradis militaire, 
45 c. 

Cafés : des Mille Colonnes , place de la 
Monnaie; Suisse , pUice de la Monnaie ; de 
l'Amitié, place Royale; du Vaux-Hall, au 
Parc : il y a un restaurant ; Véloni , rue 
d'Assaut. 

Changeurs d'or et d'argent. — MM. 
Hirsch , rue de la Madeleine , no 500 ; 
Oppenheim, Montagne -de -la -Cour, n<» 
668. 

Ministères. — Le ministère des af- 
faires étrangères , celui de l'intérieur , 
celui de la guerre , et celui des /Séan- 
ce» , sont établis rue de la Loi ; — le mi- 
nistère de la justice , rue de la Régence , 
3 ; — et le ministère des travaux pu- 
blics, place Royale. 

Passeports. — C'est au ministère de 
la police , rue de la Régence , proche la 



dbyGoOgk 



210 



BOUTE 254. — DE BRUXELLES A VALENCIEKKES. 



Grande place, que les voyageurs doivent 
te présenter pour tout ce qui concerne 
leurs passeports. — Le bureau est 
ouvert tous les jours, de 10 h. à 5 h., 
cl les dimanches et fêles, de 10 h. à midi. 
Nota. — Les étrangers doivent, avant 
de quitter Bruxelles, faire viser leurs pas- 
seports à leurs légations respectives , ainsi 
qu'à la légation du pays où ils veulent aller. 
VOITURES DE PLACE. — Principaux 
lieux de stationnement : place Royale ; 
Grande-place ; place de la Monnaie ; place 
du Marché aux Grains; Vieille Halle aux 
Blés ; Stations des chemins de fer. 

Fiacres ou voitures à deux che\'aux. — 
Prix : par course, 1 fr. 50 c. ; — à l'heu- 
re, la première, 2 fr. 50 c. ; les suivan 
tes, 2fr. ,. . , 

Les Vigilantes, ou voitures al cheval .- 
Prix : par course , 1 fr. ; à l'heure, la pre- 
mière , 2 fr. ; pour les suivantes , 1 fr. 
50 c. 

Industrie et Commerce: manufactu- 
res de tapis de haute lisse ; armes à feu, 
dentelles, voitures , cristaux, et en géné- 
ral, tout ce qu'on rencontre dans une capi- 
tale. 



BruxeUes^vn naître Philippe de Cham- 
pagne, le prince de Ligne, Vésalius, Van 
Helmont, Marguerite d'Autriche, Benaid 
Van Orlay, peintre; VanderMeulen et le 
sculpteur Duquesnoy. 

Excursions à Waterloo. — Ge vUlage 
est à U kil. 1/2 de Bruxelles; le chemiii 
qui y conduit passe parla forêt de ^oi^nte»; 
on montre la maison où le marquis d'An- 
glcsea fut amputé. — A peu près à un mfl- 
le de Waterloo est le Mont Saint-^ean : 
là le chemin se divise ; une branche cchh 
duit à Genappe, c'est celle de gauche; la 
partie du chemin à droite conduit à iVttW- 
les. Le voyageur suit la première route, 
passe par la Ferme de Mont Saint^ean-, 
il perd la forêt de vue; la route s'éldie: 
le sommet et le terrain de derrière élaienl 
occupés par l'armée anglaise. On remarque 
sur la hauteur un arbre solitaire qui porte 
les marques des boulets de l'armée finn- 
çaise: cet arbre fut le centre de la position 
de l'armée britannique ; Wellington y res- 
ta appuyé une partie de la journée : les 
Anglais' lui ont donné le nom de ce gé- 
néral. 



ROUTE 254. 

DE BRIIILEIJLE» A ITAIifiUrCIEHklIkOli 

(Frentière de France) , 

Par Hal, Moms et Quiétrain, 9 myr. 5 kil. — C/iemin de fer. 



.H AL ou HALLE. —If d/cfe: des Pays- 
Bas ; du Duc de Brabant. — Jolie ]>etite 
ville sur la Senne, et sur le canal de Cha^ 
leroi. — Curiosités : Véglise Notre-Da- 
me, célèbre par l'image de la Vierge, qui 
attire chaque année un grand noiiU)re de 
pèlerins. — Pop. 6,800 hab. 

Toute cette section de la roule est peu 
pittoresque, mais la campagne est admira- 
blement bien cultivée. 

LEMBECK, commune renommée pour 
ses distilleries et son commerce de genièvre. 
— Pop. 2,300 hab. 

BRAINE-LE-COMTE. — Hôtel du Cv- 



Stations. 




Hal. 






1m. 5k 


Lembeck. 






2 


Tubise. 






3 


Braine-le-Comle 






1 1 


Soignics. 






5 


Jurbise. 






1 A 


Mons. 






i 2 


QUIÉVRAIN. 






1 9 


De QuiÉvRAiN 


à 


Valen- 




CIENNES. 






i 2 



La route de poste suit la même direction 
que le chemin de fer. 



dbyGoogk 



SOUTE 255. — DE BBtrXELLCS A N AIIT7B. 



517 



gae. — Pdîtê Tîlle ancienne do HùnautJsez escarpée, Tautre est assise dans une 
stec 4,500 hab. Elle n'a de remarquable] plaine. Ses fortifications ont été reconstruis 
€fÊt aoaêyii«e^rotaafa/e et celle des Do- tes, depuis 1815, avec un soin remarqua- 



wiuiicoiiii 

SOIGNIÉS. — Eôtêls : de F Ange ; des 

Vo5aEears ; des Troîs-Rois. — Petite ville 
sor la Seime ; staiioD et relais de poste. - 
CurUmié»: Tcglise Saint -Vincent 
■feOBimiail très ancien ; l6 collège, le 
«mvent de religieuses. — Pop. 6,500 

iURBK, petite localité sur la grande 
nnle de Alh, et station du rail-way. 
Pop, 7M htA. 

De eeUe station, le chemin de fer se 
nppncbe de la roule de poste de Bru- 
xeOes 

WaSS. — Hôtels : la Couronne , Gran- 
de Ptaee; leDoc-de-Bavière, me d'Havre ; 
TA^e-Noir ; le Singe-d'Or, etc. : ta- 
ble d^bMedms ces hôtels, à 1 heure. 

Haas est divisé en deux parties L'une 
s'élève en amphithéâtre sur une colline as- 



ble. — Curiosités : le château ; Vkôtel 
de ville ; la cathédrale^ dédiée à sainte 
Waudru, magnifique édifice gothique. On 
y remarque le maître-autel, de beaux vi- 
traux peints, deux tableaux attribués àVan 
Dyck ; — la salle de spectacle , ouverte en 
1 845 ; — le beflroi ; — le palais de jus- 
tice ; l'hospice et le tour pour recevoir les 
enfants; la bibliothèque. — Commerce : 
charbon de terre, toiles, étoffes de laine, 
dentelles, etc. —Pop. ^1,000 hab. 

QUIÉVRAIN. — Hôtel le Grand-Dau- 
phin. — Bourg de 2,000 hab. — SUliou 
du chemin de fer et bureau des Douanes 
belges. Ici les voyageurs sont visites et 
obligés de montrer leur passeport. — Cu- 
riosités : la flèche du clocher, très éle- 
vée. — Quelques minutes après on entre 
en France. 



De Bruxelles l Braine-le-Comte 






(r. rouie 254). 


3m 


.Ik 


Ifaiage. 


1 


4 


Charimi. 


3 





Moustîer. 


2 


3 


Nakk. 


1 


5 



ROUTE 255. 

DE BRUXEIiliES A IvAlffUIR, 

Par BaAiKE-LE-€oHTE et Chableroi, \\ myr. 5 kil. 
Chemin de fer. 



de la Sambre, parmi de riants coteaux, de 
riches plaines et des usines importantes, 
jusqu'à la station de Namur, d'où des 
omnibus et des vigilantes nous condui- 
sent dans la ville , moyennant 50 cen- 
times. 

NAMUR. —Hôtels: d'Harscamp; de 
Flandre : table d'hôte à 1 heure et à 8 h . 
— Celte ville, capitale de la province du 
môme nom, est au confluent de la Sambre 
et de la Meuse ; elle a un siège épiscopal 
et un tribunal de commerce. — Curiosi- 
tés : la cathédrale , d'architecture moder- 
ne, renfermant la tombe de don Juan d'Au- 
triche; V église Saint-Loup^ belle cl noble 
architecture; les églises Notre-Dame, St- 
Joseph, St-NicolaSf nouvellement restau- 
rée , et la belle citadelle. — Commerce : 
fabriques de coutellerie, de papiers, de la- 

Digitized by Vjf^tPQlC 



A mesure qu*on s'éloigne de Braine-le- 
C4RDle, le pays devient plus pittoresque, et 
les campagnes plus riches et plus animées. 
— Noos suivons la vallée de la Sambre 
jusqn'^ 

CHARLER01. — Hôtels : du Grand- 
Vonarque; de lUnivers. — Cette ville est 
silaée sor la Sambre, qui la traverse. Elle 
est Uen fortifiée, et fabrique une grande 
quantité de clous et de canons de fusil. — 
Pop. €,200 hab. 

Nous continuons k sni>TC la jolie vallée 



218 



ROUTE 256. — DE J)RUXEt.LSS A LVZBHBOVEG. 



bac, de faïence, de colle forte, de fer, de 
fil de laiton, de cénise, de clous, une ver- 
rerie, des tanneries, des forges, des bras- 
series, des mines de plomb. — Pop. Si, 500 
kab. 
NAVIGATION A TAPEUR. — Un bateau part 



tous les iours pour Lièges quand Tétat de 
la rivière le permet. — Parcours, enviroD 
7 myr. , trajet, en descendant, 5 h. ; de 
Liège à Namur , en remontant , 6 ou 7 
heures. 



ROUTE 256. 



DE BRClUEliliES A liUXElIBOVRe, 

Par Namur et Marche, 55 postes ^/2, où 28 myr. 6 kil. 



Waterloo. 

Genappe, 

Sombreffe. 

Naraur. 

Vivier-r Agneau. 

Empliennes. 

Marche. 

Champion. 

Bastogne. 

Martelange. 

Arlon. 

Luxembourg. 



A 

5 

5 

3 

5 

5 

C 

51/2 

5 

7 



On peut aussi de Bruxelles atteindre 
Namur, par 

Nolre-Dame-aux-Bois. 3 

Wavre. 5 1/2 

Gembloux. 5 

Namur. A 1/? 

Celte partie de la Belgique que notre route 
traverse est du plus haut intérêt historique ; 
m pourrait rappeler le champ de bataille 
de l'Europe , car c'est là que toutes les 
puissances continentales ont vidé leurs 
(|uerelles. — Outre Waterloo et les Qua 
tre-Bras que notre route traverse, nous 
trouvons Wavre^ FleurtiSf Ligny, Ramil- 
tieê, etc. 

Champ de bataille de Waterloo ( v. 
route 233). 

GENAPPE. — Hd/c/le Roi d*Espagne. 
— Cette petite ville, située sur la rive gau- 
che de la Dyle, possède une fabrique de 
papier, une fonderie de fer et un moulin à 
huile. — Pop. 1,800 hab. 

A peu de distance de cette ville sont les 
ruines de raneieona abbaye de VilUn, 



une des plus illustres du pays. Elles sont 
situées au fond d'une vallée délicieuse que 
traversent des eaux limpides et qu*ex»- 
tourent des montagnes bien boisées. 
Les artistes y font de fréquents pèleri- 
nages. 

Les QuATRE-Bn.AS, village à l kil. sud- 
est de Genappe. 11 fait partie delà coomuw 
ne de Boisi. 

Le 16 juin 1815, il y eut un combat oli 
les Français eurent Tavàntage, et dans le- 
quel le duc de Bnmswick, frère de la rei> 
ne d'Angleterre, fut tué. On y voit la tom- 
be de quatre olficicrs morts dnns la mê- 
me journée , portant cette inscriptioD : 
Parce milUum , miUs , reliquiis. 

La route , à droite de Genappe , con- 
duit à 

NIVELLE. — Hôtel la Couronne. — 
Cette petite ville, chef-lieu d'arrondisse- 
ment, estsiluéedansunpays très agréable. 
— Curiosités; Végïise Sainte-Gertrude, 
oîi l'on voit deux belles chaires dues au 
ciseau de Del veaux : lune, en marbre, re- 
présente la Samari/ome ; l'autre, eu bois, 
Elie dans le désert. La tour est sumiou- 
tée de la statue en bronze qu'on nomiiM 
Jean de Nivelles ; elle frappe les demi- 
heures sur la grosse cloche — Pop. S^OOi 
kab. 

NAMUR (r. route 255). 

De Bruxelles suivre la route de 

WA VRE , petite ville dont on aperçai 
le clocher de très loin. — Pop. 3,0 (h 
hab. 

GEMBLOUX, chef-lieu decanton, bour 
très ancien , assez bien bâti. — Comtner 
ce : coutellerie, etc. — Pop. 2,800 hat 



dbyGoogk 



BOUTE 257. -~ DR KAMUR A GIYBT. 



219 



A 1 myr. 4 kil. , sur la route de Liège, 

■OQS tr011T€(DS 

ÂNDEN7ÎES, chef-lieu decaaton, petite 
xSk sur la me droite de b Meuse, qui pos- 
sède DM mapûfiqne papeterie , des fabri- 
qn» de fâaet, poroeiaine , pipes , tanne- 
rie*,ele. 

Dans les oriroDS, sont des mines de 
pîooib et ne de fer, qu'on dit être la plus 
licbe do imoB». 

MARCBt- Celte ville, située sur le 
rœssaa de jfarrAf//e, possède des forges, 
d*s iRraeofx, marleauiL et raflRneries. — 
firriaafs: relise de Sainte-Remale.-- 
Pop.i,SQ0hab. 

 12 LiL S.-O est Rochefort, dont le 
^i^ a , dit-on , été bâti par Jules 
Césv. 



BASTOGNE , petite ville située dans la 
forêt des Ardennes. — Commerce : jaiu- 
bons renommés. — Pop. S,iOO hab. 

LUXEMBOURG. — Uôtek : de Colo- 
gne; du Luxembourg. — Ville de la con- 
fédération germanique,surri4/fte(/e. Elle est 
divisée en haute et basse. La première, si- 
tuée sur un rocher élevé et escarpé, est en- 
tourée d'une forte muraille et de fossés pro- 
fonds. La ville basseest aussi ceinte de murs 
et d'ouvrages avancés. C'est une des places 
les plus fortes de l'Europe. Ltixemhourg, 
encore admibistré par le gouvernement hol- 
landais, a une garnison prussienne. On y 
remarque de belles églises,un athénée royal , 
un superbe hôtel de ville et une bibliothè- 
que. —Pop. 42,600 hah. 



ROUTE 237. 



DE IVAmiR A CtIVET (France) , 

ParDi>'A3îT, 5 postes 5/i, où 46 kil. — Boute de poste. 

Q SCITAlîT LE COURS DE LA HEUS£. 



Bongt. 
Gnet. 



1 poste 1/â 

1 3/4 

2 1/2 



la if(niae , an-dessus de Namur, n'est 
M mmtA pittoresque, ni moins intéressante 
fK la partie qui se trouve au-dessous de 
tetteiùle, mais elle est moins visitée. La 
P^ d^soo cours que suit la route est bor-| 
d«,pei>d«tone assez grande distance, par 
<^ ficacpeaents magnifiques de calcaire , i 
rt de beioi coteaux couverts de vignes ; 
â di^le et à gauche s'élèvent de jolis châ- 
Icnx et maîsoos de campagne. 

Avut d'arriver à Dinant, on aperçoit sur 
lefiamiMi d'un rocher, les ruines du châ- 
'«« àt Bùuvignes ; la petite ville de ce 
Mm est sîluée sur les bords de la Meuse, 
>a pied du rocher, ne conservant de son an- 
f ««M splendeur que les ruines des deux 
^tâteaox qui la défendent , dont l'un porte 
ïfiBttideCrêpe-rœiir. 



DINANT. — Hôtel la Poste. — Cette 
ville, sur la Meuse, est très renommée par 
sa chaudronnerie, dont on fait des envois 
1res considérables dans tous les pays, et 
surtout à Park\ ses tanneries ne le sont 
pas moins et font passer })eaucoup de cuir» 
à l'étranger. Elle a des fabriqués de cartes 
fort recherchées. Ses environs renferment 
des mines de fer, des carrières de marbre 
noir, et d'autres pierres dont on fait toutes 
sortes d'ouvrages. — Curiosités : l'église 
cathédrale, bel édifice d'architecture gothi- 
que, du XVe siècle; Vkôtel de ville; le 
château, bâti en 1530. — Pop. 5,700 
hab. 

Le plus beau point de vue de toute la 
roule, se trouve au château du village de 

Freyr, où l'on a découvert une grotte 
magnifique creusée dans la partie supé- 
rieure d'une montagne calcaire, entre des 
bancs qui paraissent avoir été bouleversés 
et crevassés en différents sens. 

GIVET (v. France). 



dbyGoogk 



220 BOUTE 259. — DE BRUXELLES A AIX-LA-CBAPELLE. 

ROUTE 258. 
DE BRIJ^EIJLES A AI^-IiA-CHAPEIiliE^ 

fir* route) 
55 1. 1/2, 47 postes 5/4. 



Corfembcrg. 

Luuvain. 

Tirlemont. 

Saint-Trond. 

Orey. 

Liège. 



3 1. 1/2 
3 

A 1/2 

i 1/2 

4 12 
l 1/2 



Batlices(Ies). 
Aix-la-àiapelle. 



5 
6 



Pour la dcjcriptioD locale, voyet route 
ci-après. 



ROUTE 259. 



DE BRVXEIilJSS A AI^-IiA-CHAPHULi:, 

fj^œe rouie) 
Par Malines , Loutain et Liège , \ 6 myr. 4 kil. — Chemin de fer. 



Stations. 



Yilvorde. 




10 kil 


Malines. 




10 


Louvain. 




24 


Tirlemont. 




20 


Landen. 




15 


Varemme. 




16 


Liège 




18 


Pôpinstcr. 




22 


Yeniers. 




8 


Aix-la-Chapelle 


(Prusse). 


20 



Plusieurs départs par jour, prix 10, 8 
et5fr. 

VILVORDE , petite ville très ancienne, 
riche de souvenirs historiques ; son église 
fjothique renferme de belles sculptures sur 
bois. —Pop. J2, 700 ^aô. 

Le canal que Bruxelles fit creuser 
pour aller à Anvers, passe au pied de Vil- 
vopfie. 

MALINES Meckelen. ^Hôtels : Saint- 
Jacques; de Brabant ; de la Grue. — Ca- 



d'Àrmes, vaste et régulière; la më/ropo/r, 
beau monument dont la tour a 116 mètres 
de hauteur : on y admire un chœur ma- 
gnifique, quelques tombeaux et un tableaa 
de van Dyck ; Téglise des Jésuites, celle de 
Saint-Jeafiy où Ton voit TAdoration des 
Mages, de Rubens ; la naissance du Christ, 
la Descenle de Croix , la Résurrection, du 
même maître. Véglise de Notre-Dame 
d'Hans^vick ; dans l'église collégiale de 
Notre-Dame, un autre tableau de Rubens, 
la Multiplication des poissons. — Pop, 
H,600 hab. 

Wespfxaer, petit village de 700 hab., 
et renommé pour son parc magnifique chan- 
té par Delille. 

LOUVALN. — Eôieh : de Suède, me 
de Diest; du Sauvage , Marché au beurre. 
— Grande ville de forme circulaire , sur 
la Dyle^ et dont la fondation est attribuée 
à Jules César — Curiosités : la maison 
commune, d'un beau gothique ; le sémi- 
notre, bâtiment superbe qui, après avoir 
servi de maison d'invalides, a été transfor- 



])itaie de la seigneurie du même nom, si- mé en caserne ; V église collégiale de S/- 



tuée sur la i>i//e. C'est une belle ville, avec 
siège archi-épiscopal, manufectures de l'en- 
telles renommées , de chapeaux, de cou 
vcrtures de laine, de bonnes brasseries et 



Pierre est d'une noble simplicité : elle ren- 
ferme plusieurs beaux tableaux. Ste-Ger- 
trude est remarquable par sa flèche, les 
stalles du chœur et plusieurs belles toiles : 



des tanneries. — Curiosités : la piacejles autres églises méritent aussi d'Olre vi- 

Digitized by VjOOQIC 



BOUTS 245. — DE STBASBOL'BO A FLOXBlkaSS. 



20S 



ROUTE 243. 

(Poste étrang.) 
8 myr. 8kil. et \ 12 poste. 



glise St^GeorgeSy monument du X1I« siè- 
cle ; l*église St-Nicolas^ édiÛce gothique 
du Xin** siècle ; le quartier de cavalerie, 
Ihôpilal, le collège. — Commerce : bras- 
series, amidonneries, tanneries. — Pop. 
ii,200 hab. 

BITGHE (Moselle), petite ville fortifiée 
destinée à défendre le défi lé des Vosges. — 
Curiosités : le chAteau , situé sur un 
rocher; le puits , de 80 mètres de pro- 
fondeur ; les citernes. — Commerce : 
verres de montres , bestiaux ; belles ver- 
reries aux environs. — Pop. 4,S00 hab. 

DECX-PONTS (v. Allemagne). 







1m 


.7k 






1 


2 






2 


i 






2 


3 






1 


5 


\ (poste 


élran- 






i/^oa 




1 


5 



AC (B»-Rhin) Hagenavia. 
^GflDDbs ; du Solei] ; de l'Ancre, 
r la Moder. Son nom lui 
I dans lequel elle s'est élevée, 
, signifiant forint ; au, terrain 
eaux. — Curiosités; l'é- 



ROUTE 244. 
DE STBJUIBeilRC» A liAHTDAlI, 

8 myr. 5 kiiomclrcs. 



^jl 


^■•arg à Bagoenau 




'" ■ 


m*S). 


2m.9k 
1 6 


^M 


^mg. 


1 A 


;i 


K*.)^'^ 


1 1 
1 3 



[)raG(Bas.Rhin). — ^d- 

■ -Paris; l'Ange; la Cou- 

i-Lyon. — C'est l'ancien 

f TÎfle sur la Lauter, défendue 

ntes fortifications nonunées H- 

Vissembourg. — Curiosités: 



V ancienne église collégiale, vaste édifice 
gothique, reconstruit en 1288 ; r hôtel de 
ville f les casernes, l'église protestante de 
St-Jean , dans laquelle se trouve le buste 
de Luther; les promenades. — Commer- 
ce : brasseries, bonneteries et fabriques de 
chapeaux; manufacture de tabac. — Pop. 
6,S00 hab. 

A Lamperslock, 1 myr. 4 kil. de Wis- 
sembourg, mine de pétrole. 

LANDAU , ville forte cédée en 1815 à 
l'Allemagne 



ROUTE 245. 
DB mmjtsBOUiftG A piiOifiBicatE» , 

45 myr. 8 kilomètres. 



î Samt^Dié (V. 


Gérardmer. 


1 1 


ei255). 8 m 6k. 


Remiremont. 


2 9 


i 9 


PL0ifBirfiE8(v. route 234). . 






Digitized by V 



222 



BOUTE 2^9. ^ DE BRUXELLES A AIX- LA- CHAPELLE. 



Liège» aujourd'hui palais de justice; Vuni-- 
versité , Vhétel de ville, les églises gothi- 
ques de St-Paul , Ste-Catherine, Ste- 
Croix, et les restes de celles de Sl-Lam- 
bert, Sl-Barthélemy'LegsaiU ; le grand- 
théâtre; la porte St-Léonard , où l'on voit 
les restes des anciennes forlilications. — 
De belles rues neuves , de belles places ; 
celle appelée Grétry, ornée de la statue de 
ce célèbre compositeur, né à Liège ; de 
beaux magasins, une grande activité com- 
merciale, donnent à Liège l'aspect d'une 
grande ville. Les çua» s'embellissent tous 
les jours. — Pop. 6S,000 hah. 

Renseignements. — Posle aux lettres, 
rue delà Régence, ouverte de 7 h. du ma- 
tin à 9 h. du soir. 

Poste aux chevaux^ cours des Ex-Mi- 
neurs. — Théâtre royal, place de la Comé- 
die ; on y joue des drames , des comédies, 
de grands opéras, les dimanches , lundis, 
mardis, jeudis et vendredis. 

Change de monnaies^ passage Lemon- 
nier. 

Des steamers vont tons les jours, lors- 
<|ue l'eau le permet, h Namur ; deux fois 
par jour à Maestrichl, en 2 h. 1/2, et re- 
tom' i h. — Tous les jours pour Rotter- 
dam, s'arrôlant pendant la nuit i Vcnloo 

Les environs de Liège sont des plus pit- 
toresques et des plus riants. 

A 8 kil. environ sud-ouest de Liège, se 
trouve 

Seraing, village composé d'une seule 
rue qui s'étend pendant 1 kil. 1/2 le long 
de la rive droite de la Meuse ; c'est là que 
se trouve, dans l'ancien palais des princes 
èvOques de Liège, le plus vaste établisse- 
ment pour la construction des machines, 
qui existe au monde ; i ,500 ouvriers eten- 
viron 15 machines à vapeur sont journelle- 
ment en action. Ce colossal établissement, 
que le voyageur ne peut visiter sans une 
pennission spéciale , fut fondé en 1816. 
par John Cockerill. Un omnibus fait ce 
trajet toutes les heures. Le maître d'hôlel 
indiquera le moyen à employer pour obte- 
nir une permission. 

Cette section du rail- way que nous al 
Ions parcourir est la plus intéressante des 
chemins de fer belges ; là, des difficultés 
presque insurmontables ont été vaincues 



par l'habileté de l'ingénieur; de profonde» 
vallées ont été comblées, de hautes et im* 
menses masses de roches dures ont été 
percées à leur base, et forment 19 tun- 
nels successife. 

Chénëb , station ; localité manufactu* 
rière , située à la jonction de VOurthe el 
de la Vesdre , avec un joli pont de pierre, 
qui réunit les deux parties de cette com- 
mune — De ce point nous remontons l'a- 
gréable vallée de la Vesdre, Tune des plus 
pittoresques de la Belgique, mais n'offrant 
pas des scènes aussi grandes que celle de 
la Meuse. 

CHAUDFONTAINE. — Hôtels: des 
Bains avec grand établissement de bains ; 
de Liège, bon et belle situation. — Village 
charmant, qui communique avec Liège, 
dont il est éloigné de deux lieues, par une 
belle chaussée et par la Vesdre sur laquelle 
une barque est établie. — On remarque 
comme un phénomène la source abondante 
d'eau chaude sortant d'un puits situé dans 
une île que forme la Vesdre, dont les eaux 
sont extrêmement froides en toute saison. 
— Pop, i,200 hab. 

PÉPINSTER , station , village situé à 
l'embranchement de la route qui conduit ii 
Spa. F^épinsler qui n'offre par lui-même 
aucun intérêt , est fort animé pendant la 
belle saison. Un peu avant d'arriver i Pé- 
pinster , nous avons aperçu l'ancien châ- 
teau des Mamres , édifice assez curieux 
du XVe siècle ; les étrangers sont admis à 
le visiter. 

Excursion. — A 2 p. 1/2. 

S?A— Hôtels : dTorck; de Flandre; de 
l'Orange ; des Pays-Ba^. Ces trois hôtels 
sont fort bien tenus. Table d'hôte, 2 à 3 fr. ; 
une chambre, de 2 à 5 fr. par jour ; dé- 
jeuner, 1 fr. 25 c. 

Spa, surnommé le Café de l'Europe, est 
une charmante petite ville située à 554 m. 
environ au-dessus de l'Océan , et 400 m. 
au-dessous du sommet des montagnes voi> 
sines , qu'on nomme en patois du pays les 
Hautes -Fanges. Cette ville n'est, pour 
ainsi dire , qu'une réunion d'hôtels et de 
maisons garnis. 

Spa, située dans une vallée romantique, 
est entouré de forêts et de montagnes es- 
carpées qui la pressent do toutes part£ , 



dbyGoOgk 



BOUTS 259. — DE RBUXEU£S A AIX-LACHAPELLS. 



223 



mis SDftost du côté du Nord , otk deux 
nasses sûlbntes forment une espèce 
d'amphithéâtre, dont le fond sert d*empla- 
cmeDt à la plus grande partie de la ville. 
Do haol de ces montagnes toutes sil- 
lofinées de belles promenades , on décou- 
vre des points de vue ravissants et très va- 
nés. 

Exirx ncÉRALES. — Les sources miné- 
rales de Spa, dont la réputation est euro- 
péeniie , sont au nombre de sept , savoir : 
lePonAwi, la GéronsUre ^ la Sauve- 
nim, la Grœsbeeck, le Wairoi, le 
tonmlUetleBarisart. 

Li Pwkon. — La fontaine des Cra- 
ptniit. b fontaine du Pouhon, qu'on écri- 
vût s^ autrefois le Pouxbon, est la plus 
câ^ la plus fréquentée et la plus active 
dâseanxd^Spa. 

Us antres sources qui avoisinent Spa 
sont le NÎTcsez, à 1/8 de lieue nord-est 
àa rûBoHel; la Vêque-Terre, ï 1/2 lieue 
0. de Spa, et le Desniez , à 5/5 de lieue 
S.-O. -— Curiosités : non loin du Pouhon 
te tnHKe la Redoute^ bel édifice qui ren- 
fenne un café , un théâtre , une salle de 
tel , et ane destinée au jeu ; le Vauxhall 
Mrt BahUenant d'ég^Iise anglaise. 

ISDCSTBIE. — Spa est renommé pour 
ses «maçes en bois peints et vernis à la 
Mmète <àiDotse, consistant en tabatières, 
Ut» de toutes formes, garnitures de 
iBiïette, etc. — Pop. 3,S00 kab. 

Les environs de Spa offrent les sites les 
rtis itHnantiqnes. Une foule de promenâ- 
tes plus OQ moins pittoresques embellis- 
lent ses alentours : on distingue la prome 
de sept heuresy qui est la plus fré- 
' . L'archevêque d'Augsbourg, qui 
e frouTait à Spa en 1750, en conçut 
» premier le nrojet. La groUe de Re- 
pomehamps, le château de MonrJardin^ 
I» nnnes du château des quatre fils Ay- 
pon, la cascade de Coo, doivent fixer 
JtftcBtioo du touriste. 
Ite Spa , une route de poste conduit à 
fèves yact Matmedy. 
\ Pepaâs Pépinster , la vallée que nous 
BVOGS n^est qo'one succ^sion de fis- 
de draps, au milieu desquelles s'é- 
de jolies maisons de campagne en- 
~ de nants jardins jusqu'à 



VERVIERS. — Hôtels : des Pays-Bas, 
place du Spectacle; de Flandre, rue du 
.Moulin ; de France, rue de l'Hannonie, ta- 
ble d'hôte à i h. — Cette industrieuse 
cité est située sur la rive droite de la Ves' 
dre; il faut visiter son hôtel de ville, sa 
nouvelle église , ses hospices et son petit 
théâtre. Elle peut être fière du rang qu'elle 
occupe parmi les villes manufacturières. 
Ses draps, si connus sous le nom de draps 
de Verviers, s'expédient non seulement 
sur tous les points de l'Europe , mais jus- 
qu'en Amérique même , grâce à leur prix 
qui est au-dessous de ceux de même qua- 
lité fabriqués soit en France, soit en An- 
gleterre. Le nombre de pièces expédiées 
année commune est de 100,000, et d'une 
valeur d'environ 25 millions de francs. On 
compte à Verviers et dans ses environs 53 
fabriques de draps , une d'étoffes de coton 
et de laine , 8 fouleries , 3 presseries , 2 
bâtiments à rames chaudes , 53 teinture- 
ries, le tout occupant environ 40,000 
bras. — Pop. 27,000 hab. 

On aperçoit sur une éminence , à droite 
du chemin, une tour et quelques fragments 
de murs ; c'est 

LiMBOURG, autrefois ville forte et floris- 
sante , capitale du duché de ce nom. Il ne 
reste rien aujourd'hui de sa première 
splendeur ; l'ancien fiaubourg de Dothein, 
a seul conservé quelque animation. — Le 
rail-way quitte alors la vallée de la Vesdre; 
quelques minutes nous portent i la sta- 
tion de 

HERBESTHAL (Prusse), à 5 kil. N. 
d'Eupen , où le voyageur est obligé d'ex- 
hiber son passeport. Quant aux bagages 
on ne les examine qu'à Aix-la-Chapelle ou 
à Cologne. Le rail-way traverse la vallée 
de la Geul sur un pont de 1 7 arches, dont 
celle du centre est de iO m. au-dessus de 
la vallée ; il pénètre ensuite dans un tun- 
nel de 700 m. , au sortir duquel un plan 
incliné nous amène rapidement à la sta- 
tion ai' Aix-la-Chapelle. 

La route de poste franchit la frontière 
de la Belgique à 

EuPEN, 1 myr. 3/i de Ven'iers. — 
Hôtel de Berlin. — Ville manufacturière, 
où se trouvent le bureau des passeports et 
de la douane , tant pour le chemiu de fer 



dbyGoOgk 



224 



ROUTE 260. — DE BRUXELLES A ANVERS. 



que pour la route de poste. — Pop. 
40,000 hab. 

De Liège, la route de poste la plus di- 
recle pour Aix est par Battice. 



De Liège k Battice, 1 p. 3/i. 
Henri-Chapelle. 3 p. 1/i. 
AIX-LA-CHAPELLE {v. Prusse). 



ROUTE 260. 
DE BRlJlUSIAi:» A JLBnfWM^j 

5 postes -1/2. 



Vilvorde. 
Malines. 
Contich. 
Anvers. 



1 
1 



1/2 se présente; on le traverse sur un pont 
1 /2 mobile. 



1/2 



Par le chemin de fer, 46 kil. , trajet 1 



MALINES (v. route 259). 

En quittant Matines, le convoi laisse la 
ville à gauche. On traverse la chaussée oui 
conduit à Louvain, et peu après la Dyle. 



heure 30 minutes. — Six départs par Le clocher qu'on aperçoit à droite est ce- 
jour. \\m ée Wavre-Sainte-Catherine. — Après 
A 1/4 de 1. de Bruxelles, on aperçoit à la Nèthe qu'on passe sur un beau pont 
gauche le château de Laëken , résidence tournant, Duffel se présente. Cette station 
royale bâtie en 1782, sur les dessins de' n'offre rien de remarquable. Le château 
l'archiduc Albert, alors gouverneur des 'gothique de Ter-EUt est situé sur la rive 



Pays-Bas. Ce château est placé dans une 
position charmante ; le parc renferme une 
orangerie, un théâtre et de belles eaux.— 
Un peu plus loin coule le canal de WtlU- 
brock , qu'on appelle aussi canal de Bru- 
xelks. Sur la hauteur, tei\jours à gauche, 
on distingue Neder Ueembeck, village 
dont le clocher s'élève au-dessus d'un châ- 
teau très ancien , mais bien conser\'é. — 
Avant d'arriver à Vilvorde^ les regards 
sont attirés à droite par un immense bâti- 
ment servant de maison centrale de déten- 
tion. 

MLVORDE Cf. route 259). 

Après Vilvorde, on aperçoit à droite et 
au loin les clochers de Perc/c et d'E/^it^t/t, On passe devant Berc/iemy ancien quar- 
pclits villages illustrés par le séjour de Ru-jticr général de l'armée française en 1832 , 
bens et de Téoiers. lors du siège é*Ànvers, Le château de 

Sehpst, petite commune remarquable Pe^rc/iem date du XI» siècle. 11 mérite 
par son église , fondée , dit-on , par saint d'être visité. 
Rambert. — Pop. 2,S0O hab. Après Berchem on aperçoit la flèche 

A peu de distance on quitte la province' gothique de l'église Notre-Dame d'An- 
du Brabani pour entrer dans celle d'i4n-|vers. La station est établie près la porte de 
vers. De cet endroit on aperçoit la gigan- Borgerouth , en dehors des fortifications, 
tesque tour et les clochers de Matines. Al Des omnibus et des voitures conduisent 
gaucho, le chemm de ferd'Os/ende décrit les voyageurs dans tous les quartiers de la 
une courbe pour se réunir à celui de Bru-, ville. 
xelles. Bientôt après, le canal de Louvain\ ANVERS. •— Hôtels : Saint- Antoine^ 



droite de la Nèthe. En quittant Duffei oa 
aperçoit h gauche le village de Waerloùik, 
et ensuite 

CONTICH , petite ville qui se compose 
de son chef-lieu et du hameau de Linth . 
— Curiosités : les châteaux de Groénin- 
gen-Haf, de Tanghof, à'Allena et de 
Bauthersem. — Pop. 4,000 hab. 

Après Hove et Edeghem, on arrive à la 
station du VieuohDieu. Ce hameau est 
ainsi nommé d'une idole païenne qui fut 
adorée dans ce lieu avant l'établissement du 
christianisme. 

A partir de Vieux-Dieu jusqu'à An- 
verSy le chemin va toujours en descendant. 



dbyGoOgk 



ROUTE 261 — D* AN VERS A MLLE. 



Î25 



phce Verte, maison de premier ordre et 

dont les prix sont cependant très modérés; 

du Pare , sur la Plac« Verte , avec bains ; 

d'Âng\elme, rues de l'Empereur et de 

Kipdôrp,a\ee bains, et bonne table d'hôte 

4 2 fr. ; des Pays-Bas, rue des Menuisiers. 

— Situé»? sir l'Escaut , cette ville était 

autrefois l'one des plus ridies de l'Europe, 

avec uDf belle citadelle et un bon port 

qu'on arétabli. Les Anglais, en 18U, ont 

détnril Bae grande partie des travaux ma- 

nUmes. - Curiosilés : la Cathédrale: 

elle à 16: mètr. de long sur 80 de large ; 

1-3 cefennes y supportent 215 arcades 

Toûtée; imetoarde 156 mètr. se termine 

«n pointe; ce travail est d'une délicatesse 

«ïfioie. Ob remarque dans l'intérieur un 

'^ï^îl'^airtel en marbre , la magnifique 

owp«le éeWrée latéralement , les beaux 

^jttflx (te Rubens , d'Otto Van-Veoo , et 

»tf^. L'élise de Saint- Jacques, qui 

^oikùi le tombeau de Rubens; les vitraux 

« cette ég-lise , les tableaux qui ornent 

w murs; Saint-Paul, qui renferme quel- 

rB «mvrages de Rubens et de Van-Dyck; 
^^f^ire , morceau très estimé par les 
"iMte; l'église de Saint-Augustin, oii 
JJjMoelçKs tableaux de Van-Dyck et de 
jJMOB; Smt-Charles-Borromée, dont 
*"*^n«or est richement orné ; le Musée, 
■1 ci-^R-ant couvent des Récollets, et qui 
"'^nne une riche collection; l'hôtel de 
la place de Meir, la plus grande 
rs; la Bourse, place Carrée, au- 
, -1 de laquelle est une large galerie 
JJ«ï»K par des piliers de pierre bleue : 
m 1 45 mètr. delongsur 60 de large, avec 
P^TOfttcs; b maison dite de Oosterlings; 
Ifr»»» pour les vaisseaux , le chantier 
ittr b marine , l^j quais , sur V Escaut; 



la cale d'embarcation pour le passage du 
fleuve , depuis la ville jusqu'à la Téte-de~ 
Flandre ; la salle de spectaiîle ; la citadelle 
construite en 1518 par le duc d'Albe. Elle 
fut presque détruite en 1852, dans un 
siège mémorable que les Hollandais, qui 
l'occupaient alors, eurent h soutenir contre 
les Français conmiandcs par le maréchal 
Gérard , qui s'en rendit maître au bout de 
quelques semaines de tranchée. Elle a été 
rétablie depuis. La statue de Rubens , en 
bronze, sur la place Verte. 

Anvers commerce en dentelles de fil 
connues sous le nom de matines ; en fils 
de toute espèce , très estimés , et en dia- 
mants. On estime surtout ses étoffes de 
soie noire, connues sous le nom de failles; 
les blanchisseries établies aux environs de 
la ville sont aussi en grande réputation. 
Pop. 76,000 hab. 

Navigation a vapeur. — D'Anvers à 
Londres, et retour. — Le serNice est 
fait par deux compagnies, savoir : 

10 Socié'é Anversoise. — Départs 
d'.4nt'ers,les mercredis à une heure après 
midi. — Départs de Londres ^ les diman- 
ches à midi. 

2o General steam navigation Compa- 
ny. — Départs iV Anvers, les dimanches. 
Départs de Londres, les jeudis. 

11 y a interruption de départs quand 
y Escaut charrie ; on doit alors prendre la 
voie d'Ostende. 

W Anvers à Rotterdam, et ficc versa. 

• Un départ tous les jours, le malin ; on 
ne peut indiquer les heures qui varient 
chaque jour h cause de la marée. 

Chemins de fer. — Pour Gand, Bru- 
ges et Ostende ; pour Courtray, Tournay 
et Lille. 



ROUTE 261. 
D'A^rrERS A MOCSCROiV POUR lilIiliE , 
Par Gakd el Colrtray , 1 \ myr. — Chemin de fer, 
iaiiricoljs 

liECl 

md 



1 m. 8k.|Deynze. 
i 2 Courtray. 

2 4 MouscROiH. 



lm.î?k. 
2 6 

DigitizedbyV&i005lC 



330 



BOUTE 361. — d'aNVEBS A LILLB. 



SAINT -NICOLAS — HôUls : des 
Oualre-Sceaux ; de la Poiume-d'Or. — Chef- 
lieu de canton , n'ayant que peu de rues, 
mais toutes larges et régulièrement bâties. 

— Curiosités : les deux églises dont la 

frincipale renferme quelques bons tableaux ; 
Hôtel de ville^ édifice moderoe, avec une 
belle toile de Sraeyers ; la Place du Mar- 
chéy une des plus grandes du royaume. — 
Commerce : fabriques de toutes sortes d'é- 
toffes. — Pop. iS,000hab. 

LOKEREN. — Hôtels: de la Poste ; 
des Uuatre-Sceaux. — Bourg très com- 
merçâut sur la Beurne^ formant un canal 
qui se joint à Y Escaut. 11 y a une impri- 
merie de toiles de coton ; des manufactures 
de rubans, de chapeaux, de savon, de ta- 
bac ; des raflineries de sel et des tanneries. 

— Curiosités : l'église, construite au XVII* 
siècle. L'intérieur est orné de riches ta- 
bleaux et d'une chaire à prêcher d'une seul 
pture très élégante ; elle représente Jésus 
au milieu des docteurs. — Pop. 46,000 
hab. 

GAXD, capitale de la Flandre. — Hô- 
tels: Royal, place d'Armes; de la Poste, 
môn.e place ; des Pays-Bas, Marché aux 
Grains. 

C'est une ville très grande et très corn 
merçanle, située au confluent de V Escaut , 
de la Lysy et des petites rivières de la Liè- 
vre et de la Alœre, qui la partagent en 
vingt-six îles, dont le plus grand nombre 
est bordé de quais magnifiques. Son éten- 
due est très grande, car elle a quatre kil 
d'une porte h l'autre; mais aussi cette en- 
ceinte renferme une quantité de jardins et 
de vergers, même des terres labourables. 

— Curiosités : La Cathédrale est fort 
belle : on y admire le maître-autel , le chœur, 
une cliaire de marbre blanc dont le travail 
est parlait , et , des deux côtés de l'aulcl, 
deux roagiiiliques mausolées ; la statue de 
l'évoque Triesc , par le Quesnoy, est très 
estimée; la vue du haut de la tour de cette 
église est magnifique. On remarque, dans 
l'église Saint'Michel , le Crucifiement , 
par Van-Dyck. 

Les antres curiosités de la ville sont: le 
nouveau Ihéalre , construction grandio.se ; 
la belle promenade le long du canal dit de la 
Coupure; Thôlelde ville, superbe édifice; 



le magnifique palais de justice; \e jardin 
botanique , le cabinet d'histoire natu- 
relie, ou vert chaque jour; h bibliothèque , 
qui a beaucoup de nianuscrits ; le musée de 
l'école de dessin. 

Cette ville a donné naissance à l'empe- 
reur Charies-Quint. Elle possède un siège 
épiscopal, un tribunal de commerce, desf^ 
briques de toiles peintes, de dentelles, de 
colle , d'indiennes , de bazin, de papiers, 
d'amidon , de vinaigre , de savon ooir , 
de tabacs, etc. ^Pop. 98,000 hab 

DEYNZE (station). Chef-lieu de canton 
sur la Lys, à droite du chemin de fer. Ce 
bourg, très ancien, s'appelaitaulrefoisDon- 
%a. Il possède deux églises, dont la pnnci- 
pale est d'une belle constnictiou gothique, 
et renferme un beau tableau , attribué à 
Jordaëns. Renommée pour ses distilleries 
de geniè\Te , Deyn%e commerce aussi ea 
toiles, grains et bestiaux. — Pop. S, 800 
hab. 

A 18 kil. sud de Deynse se trouve 

ÂUDENARDE, ville très ancienne et qui 
fait un grand commerce de toiles. — Cif- 
riosités: ? hôtel de ville , d'arehilcclure 
gothique; la fontaine; l'église de S/e-Y^'isi- 
burge ; celle de Notre-Dame, et le portail 
de la Chambre collégiale, chef-d'œuvre de 
sculpture. —Pop. 3,000 hab 

Après avoir traversé la Slyppe, on en- 
tre dans la Flandre occidentale. — Quel- 
ques minutes après Vive-St'Eloi, on ar- 
rive à la station de 

Waereghem, ancienne rommune du 
district de Courtray. En 1778, on y re- 
trouva, enfoui à quelques pieds , un vase 
en terr« cuite contenant plus de 200 mé- 
dailles des empereurs Antonin , Adrien , 
Commode , Ner\'a , Trajan , etc. Waere- 
yhem commerce en toiles. — Pop. 6,600 
hab. 

Harelbeke , belle commune, chef-lieu 
de canton, peuplée de 4,500 hab. 

Située sur la Lys, cette petite ville rcn- 
fenne les débris d'un chapitre de chanoines 
fondé en 1019 par Baudoin de Lille. L'é- 
glise est d'une belle architecture , et la 
chaire à prôcher est due au ciseau de De 
Creux. 

Quelques minutes après Harelbeke, ob 
arrive à ^ , 

Digitized by VjOOQ IC 



■eCTB 263. 



D ANYBIIS A BBRQOP'ZOOM. 



2Î7 



COVBTRkY. — HâUls : du Damier ; | ville que s*est donnée la fomeuse bataille des 
du Lioa-d'Or. — Cette ville est située sur Eperons doré$, en 4302. — Pop. i 9,000 
bi^Fi # la traverse. On y recueille le'.kab. 

plus beau lia , oa y ^brique les plus bel- De Courtray^ le chemin de fer suit le 
les toiles, de magnifique linge de table, des cours de la Ityx, jusqu'à 
denielles etdes siamoises. Elle a beaucoup | MOUSCRON, dernière station belge. — 
de fiiâtoies, des blanchisseries pour les toi- > C'est une jolie et commerçante commune, 
les, anâdomieries, raffineries de sucre, sa- , située au milieu d'une contrée riche et fer- 
tile. — Curiontés : le haut clocher de 
l'église. — Pop. 5,600 hab. 

De Momcron , à LILLE ( France ) , 
i8kil(t;.routel8). 



vo&nenes, et une manufacture de faïence 
<faas te pure de celles d'Angleterre. — Cur 
nwtét.Ykételde viUe; les églises SN 
^«rtineOfûtre-Dame. C'est prèsde celte 



ROUTE 262. 
DB COVRTRAT A TOURUTAT, 

50 kil. — Chemin def^r. — Prix : 4 fr. 23 c. ; 4 fr. ; 
Trajet; 40 minutes. 



75 c. 



A b station de Mouseron , le chemin 
^ftrse détache de la ligne delt72e et suit 
■M direction S.-E. jusqu'à 

tOURNAY. — Hôtels : de l'Impératri- 

»; «te la PeUte-Nef. — Située sur VEscaut, 

«BeiiBeesl grande et très ancienne ; elle 

• «n siège épiscopal , tribunal de commer- 

f^>,^ «tes frbriqaes de porcelaine, de tapis- 

■Hî», de tojHs, de bonneterie et d'étoffes 

«Biae, de bronzes dorés, de Gl à coudre, 

^btzin, degrés 6çon anglaise, et de den- 

Jriles façon dé Valenciennes ; sa chaux et 

pas afbces fruitiers sont très renommés. 

C'est à Toumay que naquit Clovis, le 
«•■çiéfanl des Gaules et le fondateur de 
■^■swarehie française. — Curiosités: 
ms foafre mou/nia à fiirine, sur l'Escaut, 



construits par Vauban ; hcathédrale^ dont 
l'intérieur est orné de piliers de marbre et 
de tableaux de Rubens. Presque toutes ses 
églises sont belles (on y comptait autrefois 
douze paroisses). On remarquée V hôtel de 
ville un tableau de Lebrun, représentant 
Louis XIV à cheval allant au siège de Mons. 
Ce tableau a été donné h ta ville de Tour- 
nay par Louis XIV. 

On doit encore visiter la place^ X^grand' 
garde et le beffroi, à l'extrémilc de cette 
place; la pe^i7e place où sont V église ca- 
thédrale ; le palais épiscopal, Vhospice 
des anciens prétreseih bibliothèque pu- 
blique ; les quais, le nouvel hôtel de ville, 
la ciUdelle, etc. , etc. — Pop. 2:^,000 
hab. 



I 



ROUTE 263. 



D'AMirraRS A Bm«-0P-SE001!I, 

7 postes. 



ibll, Ôi»-Z00M. 



3 postes 1/2 
3 i/2 



BKBG-OP-ZOOM (HoUande), ~ Bôtel 



du Haume (Helm). — Ville située sur le 
Zoom ; elle est petite mais très forte , dé- 
fendue par des marais qui en rendent l'ac- 
cès difficile. U faut voir l'éjfiwe de Saints- 

Digitized by VjOOQIC 



2«8 



BOLTE 264. — DB BRUXELLES A OSTETfDE. 



Gertrude , le château où Ton remarque 
h four qui s'élève en s'élargissant, de sor- 
te que le moindre vent la met en mouve- 
ment, et il semble qu'elle va s^écrouler. On 



remarque les souterrains et la galerie par 
lesquels les Français entrèrent par surprise 
en 1 747 ; les ravelins de la Pucelle et deCo- 
horn. — Pop. 7,000 hab. 



ROUTE 264. 



station*. 



Vilvorde(i;. r.259). 


Om 


.9k 


Malines(t;. dito). 


1 


1 


ïerraonde. 


2 


6 


Gand(i^.r.i61). 


3 


1 


Bruges. 


i 


6 


OSTENDE. 


2 


1 



DE BRUXEULES A OSTEIVBi:, 

Par Malines, Termojsde, Gand et Bruges, ^4 myr. 4 kil. — Che- 
min de fer. — Prix : 9 fr. 23 c. ; 7 fr. ; 5 fr 75 c, 
Trajet 4 heures ^/2. 

de campagne annoncent les environs de 
cette grande et belle cité. On franchit 
VEscaul , et on arrrivc à la station placée 
intra muros, dans les prairies dites des 
Moines. 

GAND(t). route 261). 

En sortant de Gand, on passe sous la 
citadelle de cette ville, et on laisse à gau- 
che le petit village d'Afsné. La If/s est tra- 
versée dans cet endroit sur un pont tour- 
nant. — Quelques minutes suffisent pour 
arriver à Landegkem. 

Après avoir quitté celle station, qui n'of- 
fre rien de remarquable, on traverse le ter- 
ritoire d'Hansbeckf puis celui de Bellem, 
et on arrive à 

Aeltre, station. — Cette commune fait 
un grand commerce de toiles elbois de sa- 
pin. —Pop. Sy400 hab 

A peu de distance d'^e//re , on entre 
dans la Flandre occidentale; on passe 
successivement devant Saint-Georges et 
Bloemendal ; bientôt après se dressent à 
l'horizon les tours et les clochers de Bru- 
ges. Cette ville est précédée par laconmiu- 
oe de 

Saint-michel, peuplée de 1,000 hab. 

BRUGES. — Hôtels : de la Fleur-de- 
Blé, rue Flamande, d'une grande réputa- 
tion ; du Commerce , rue St-Jacques ; de 
Flandre. — Celle ville, grande et célèbre, 
est dans une belle plaine, sur un canal. Ses 
rues sont au nombre de 260 ; elles sont 
larges et spacieuses, et les maisons grandes, 
mais anciennes. 11 y a sept portes et six 
grands marchés mais il n'y a ni ruisseau dî 
fontaine: l'eau y est apportée de Gandy des 



TERMONDE. — Hôtels : de l'Aigle ; 
de la Demi-Lune. — Cette ville est située 
au confluent de la Dendre et de VEscaut ; 
elle existait déjà au IX» siècle. C'est une 
place bien fortifiée. — Les églises, qui 
méritent d'être visitées , renferment de 
bons tableaux. L'hôtel de ville est digne 
d'attention. La maison habitée par Téoiers 
se voit dans la rue de l'église ; on y conser- 
ve une fresque peinte par ce grand maître. 

— Pop. 8,000 hab. 

A 10 kilom. S. de Termonde , on 
trouve 

Alost ou Aelsty ville très ancienne. — 
Hôtels : des Pays-Bas; des Trois- Rois. 
Curiosités: l'hôtel de ville, édiûce gothi- 
que ; l'église St-Martin, avec une belle toi 
le de Rubens, et le mausolée de Thierrv- 
Martcns. —Pop. iô, 000 hab. 

Ensuite nous traversons 

Wetteren, joli village sur VEscaut. — 
Pop. P, 000 hab . , avec les hameaux qui en 
dépendent. 

Bientôt on arrive à 

Meli.e, station, petite ville sur l'Escaut. 

— Pop. 4,900 hab. 

En approchant de Gand, de nombreux 
et élégants châteaux et de riantes maisons 



dbyGoOgk 



SOrrB 265. ^ D OSTENDB A DUNUBQUB. 



929 



rivières <ie la ^ et de V Escaut, par des 
canaux. 

Us priDdpaux édifices soot ; la maiton 
poimnttae, dont le carillon est remarqua- 
ble ; lesftaOet, la monnaie. Dans Végti- 
« ffoin^dome^ Ton remarque aussi les 
deax tombeaux de Charles et de sa fille 
^ne deBoarjpgDe : ils sont en pierre de 
touche H (& cuivre doré, les oroements soat 
d'éonl et d'argot , et la dorure seule a 
eoûté ^,0iJO ducats de Hollande ; une sta- 
^ de b Vierge, de Michel-Auge. L'église 
de Sttt-SauTeur renferme quelques bons 
taWejBx, estr'autres» la Résurrection et 
ie Baptême de Jésus-Christ, par Van-Os 
— As beat du grand marché est un grand 
<MKr, Yen des plus beaux qui soient en 
^«'spe.oo y monte par 133 degrés ; il 
^femt de belles cloches. Le palais de 
jvstite : use des salles renferme de roagni- 
9>KS seuIpUires en bois, parmi lesquelles 
M remarque , en grandeur naturelle , les 
pbtaâ de Charies-t}uJnt , de Maximilien, 
tfe Xaiie de Bourgogne, de Charies le Har- 
â«t de Marguerite d'Angleterre. L'ancien- 
itoè^^ des dames t occupée aigourd'hui 
lar le séminaire épiscopal , le théâtre. La 
VUklkapte publique possède 10,000 v. 
< 700 laaoïBcritâ. 

On Èbriqne à Bruges des étoffes fines de 
Mteoet laiae, bazins, toiles à carreaux et 



dentelles; il y a des fiibriques de teinture 
en bleu fort estimées. — Pop. 43,000 
hab. 

Après avoir traversé deux stations insi- 
gnifiantes nous arrivons à la station d'Os- 
lende, où sont des omnibus qui conduisent 
les voyageurs à leur destmation . 

OSTENDE. —Hôtels: des Bains, me 
du t)uai ; de la Cour-Impériale , rue de la 
Chapelle ; du Lion-d'Or. — Cette ville est 
très commerçante, et a un bon port sur la 
mer du Nord ; elle commerce en toiles, li- 
non, batiste, basins, toiles peintes , huiles 
de lin et colza, sucre, café, savon, dentelles, 
linge de table de toute espèce. — Curiosi- 
tés : la maison commune et les écluses, sur- 
tout celle de Rykens. On s'embarque de 
cet endroit pour V Angleterre. Bains de 
mer très renommés. 

Le canal d'Ostende est assez connu. 
On parie , dans cette ville , le français, le 
hollandais et l'anglais presque avec la mê- 
me facilité. — Pop. H,SO0 hab. 

Navigation a vapeur d'Ostende au 
Pont de Londres; bateaux b vapeur A fois 
par semaine, distance 150 milles anglais; 
en 10 heures; — par J^ouwe» : d'Os- 
tende b Douvres 70 milles, en 4 h. 1/2; 
— de Douvres à Londres, 88 milles, che- 
min de fer, en 4 heures. 



ROUTE 265. 
B'OSTEmiE A DUHrKERQUE, 

lieues (4 postes 4/2) at 2 myr. 4 kil. 



bKtdk. 
■mes. 



2 1. 

7 

2m.4k 



; En sortant d*Of/ende, on passe une ri 
|k, et ensuite le canal de Nieuport b Os- 
Wde et Bruges ; on laisse à droite la rou- 
Ab Menin. A Ghistelle. kSevecote. A 
^tÊÊÊ-Peters-Capelle , on traverse plu- 
P»» p etites localités et l'on arrive b 
irefaES. — Hôtel de la Noble-Rose. 
' Ccit iioe Tille située sur le canal qui 



va de Bruges b Dunkerque ; elle était au- 
trefois sur le bord de la mer, elle en est ac- 
tuellement éloignée de 4 kil. Elle commer- 
ce en grains, houblon, fromages et beurre ; 
elle a le plus vaste marché de toiles de 
toute la Belgique. — Curiosités: l'hôtel 
de ville, le collège , l'égli-e Sainte-Wal- 
burge, construite au IX* siècle ; les cou- 
vents de sœurs noires et de sœurs grises. 
— Pop. 4,600 hab. 
DUNKERaUE (v. France, route 15). 



dbyGoOgk 



230 



BOUTE 266. — DB COCRTBAY A PURNE9. 

ROUTE 266. 
DE œiJRTRAT A FlJRBn» , 

Par Ypres , 9 postes ^/4. — Route de poste. 



Vlenio. 
Ypres. 
Rousbrugha. 

FURNES. 



4 p. 1/4 

2 . 1/2 

2 3/4 

2 3/i 



MENIN. — Hôtels : du Chapeau-Rou- 
ge , de Bruxelles. — Ville sur la Lys, qui 
commuaique avec V Escaut. Elle fabrique 
toiles, linge de table, dentelles, huile de lin 
et colza, savon noir et tabac ; il y a des fi- 
latures de laine et des blanchisseries. Les 
toiles et le Imgede table forment le princi- 
pal commerce et le plus avantageux de Me- 
nin. — Pop. 7,900 hab. 

YPRES. — HôUls: à la Châlellenie; 



de la Tôte-d'Or — Jolie ville, située sur 
un canal, dans une plaine agréable, avecoa 
siège épiscopal. Elle fait un bon commoce 
en serge , siamoise , lin , chanvre , grains, 
rubans et fils. — Curiosités : la halle ou 
V hôtel de viHe^ ouvrage colossal, surmon- 
té d'une belle tour; la cathédrale renfifime 
un bon tableau de Van-Dyck, représenbnt 
le Paradis terrestre ; la cliâtellenie. L'air, 
à cause des marais environnants , est sou- 
vent funesteaux étrangers . — Pop 49,S00 
hab. 

Toute celte contrée est renommée pour 
ses toiles. 

FURNES (v. route 263). 



FIN DU VOYAGE EN BELGIQUE» 



dbyGoogk 



ac^&^ËL^siSiE^ 



IPEtÇU tiOGliPHIQIIE ET STATISTIQUE. 



Le ffijanaede Hollande, qu'on nomme 
■nvî Owè-Sederland (Vieille Néerlande), 
posrleisti^giierde laBelgiquejComprend, 
d^aprà fe pnUicole de la conférence de 
Voùâns éi 15 octobre 1 85 1 , et par suite 
de b seporstioQ défiaiLÏTe de la Belgique, 
toil ktmitoire de la ci-devant république 
drts Payt-Boê-Unis, plus une petite por- 
tioëéth fnnince de Limbourg et quel- 
ques ditslriets du grand-duché de Luxem- 
hourg qui, disant intégralcmenl partie des 
Etats de b Cou^lération germanique, ne 
saonûot proprement être considérés corn- 
Beaf»iBr1^Itt3t au royaumede Hollande. 

LattoDandedont la superGcie offre 571 
iese« cairées, est divisée en onze provin- 



lalba»ie I 



septentrionale, 
méndionale. 



Le Btabont septentrional. 

LaOïeUie. 

ta Frise. 

LOvcr-Ysîd. 

La Groaionie. 

LaZêbfide. 

t*tnrfat. 

UDreitbe. 

Le LiiBhmaf. 

Av«ie one population de près de 5 millions 
éliaUtanls. 

LarrEs et jispect du pats. — Ce 
rnaame est borné au S. par la Belgique ; 
t ro. et au N. par la mer du Nord et à 
l'R. par les proTÎnces rhénanes prus- 



Bvn n'est plus oniforme que Taspectde 
la Hibflaode; toute son étendue n'offre 
fB*i»e Tasle plaine, au sol gras et maré- 
<âge«\, saisque rœil duvoyageur contem- 
ple CfpcDda&t avec plaisir , tant les cliamps 



sont bien cultivés, et tant ses verts pâtura- 
ges sont animés par les beaux troupeaux 
qui forment une partie de la richesse de ce 
curieux pays. Ajoutez à cela celte propreté 
qui est devenue proverbiale et que l'on ren- 
contre partout . — Mais pas de grandes scè- 
nes, point de tableaux émouvants; partout, 
même dans les grandes villes , l'image du 
calme et de la plus complète quiétude. 

Système hydraulique. — Le sol de la 
Hollande est, en grande partie, conquis sur 
l'Océan ; c'est un résultat merveilleux et qui 
donne noe haute idée de l'industrieuse per- 
sévérance du peuple quirhabite. Ce pays est 
celui de l'Europe qui présente le plus de 
voies navigables. Il a, outre ses grands gol- 
fes, le Rhitiy la Meuse , V Escaut et leurs 
nombreux affluents ; de plus il est sillonné 
par un nombre prodigieux de canaux, qui 
facilitent les communications , mais aussi 
impriment au climat une certaine humidi- 
té, qui le rend parfois malsain. 

Langage. — La population de la Hol- 
lande est un mélange de plusieurs racesger- 
maniques : les Hollandais, [es Frisons et 
les Flamands, Les Frisons habitent au 
nord du pays ; ils ont conservé leur ancien 
idiome. La langue la plus usitée est la lan- 
gue hollandaise , pariée par plus de deux 
mi/ZiorM d*habitants. Aux frontières de la 
Belgique, on parle flamand. 

Religion. — Le calvinisme est la reli- 
gion de la majorité. La liberté dont joiûs- 
sent en Hollande tous les différents cultes 
&it qu'on y trouve un grand nombre de sec- 
tes religieuses. 

Mœurs et coutumes. — Les Hollandais 
sont en général d'un tempérament flegma- 
tique, mais ils se distinguent par leiir assi- 
duité, leur persévérance et leur exactitude 
en toutes choses. Simples dans leuriSppa- . 

Digitized b>»VuOOQlC 



232 HOLLANDE. — APERÇU GéOGRAPIilQUE ET STATISTIQUE. 



rence, calmes, froids dans leurs manières, 
ils n'aiment ni les plaisirs bruyants ni le fas- 
te. Dans les villes et dans les campagnes, 
les maisons et les jardins des plus riches 
sont peu vastes et très simplement décorés ; 
leur richesse ne se découvre qu' à l'œil exer- 
cé, par la valeur intrinsèque des objets. Les 



En hiver, quand les routes sont mauvaises, 
les maîtres de poste sont autorisés, dans 
certaines localités , à ajouter un cheval de 
supplément. 

Les voyages par eau se font, sur la mer, 
sur les lacs et sur les fleuves, par bateaux 
à vapeur; et sur les canaux, par des trek- 



Hollandais occupent un rang distingué par- sc/mt7en, sorte de barques pontées, halées 
mi les nations civilisées; le commerce, Va- par un ou deux chevaux au petit trot, 
griculture, l'industrie, les arts et les scien- 1 Monnaie . — Les comptes se fout en gui- 
ces, cultivés par eux depuis des siècles avec der« et cents. — Le guider ou florin 
un grand succès, leur sont redevables d'in- hollandais, vaut 2 fr. 15 c. , monnaie de 
ven tiens ou de perfectionnements impor- France. — Le florin est divisé en 20 «fi- 
lants, tels que la pêche de la baleine et du vers. 

hareng , la culture et l'usage de la garan-! 1 stiver = 5 cents , et vaut 10 centi- 
ce, l'art du blanchissage , le raffinage du mes. 

sucre et du sel, les moulins et les scieries Monnaie d'argent. — Le guider oa 
à eau , la fabrication des liqueurs Gnes, florin «=100 cents s= 20 stivers, vaut 
des papiers , des toiles fines et des den- 2 fr. 15 c. de France, 
telles, elc | 1/i de florin r= 25 cents ou 5 stivers. 

Gouvernement. — Le royaume de Hol- vaut 52 cents. 1/10 de florin on Dubbel- 
laode est une monarchie constitutionnelle. <;>= 10 cents = 2 stivers, et vaut 21 c. 
Le roi est aidé dans l'exercice de ses fonc- de France. 

lions par un conseil d'état et par des mi- Le stiver ou 1/20 de guider - 5 cents 
nistres responsables, et il partage le pou- = 1 stiver et vaut 5 centimes de France, 
voir législatif avec deux chambres qui for- 1 Le ducaton =515 c«nts — 65 alivers 
ment les Et < ts-généraux . et vaut 6 fr . 60 c . 

Manière DE voyager. — Autrefois on Une pièce de 5 gulders =300 cents 
ne voyageait guère en Hollande dans les voi- « 60 stivers et vaut 6 fr. 25 c. 
tures publiques, qui étaient en général mau- 1 Le rixdollar de Zelande •=: 260 cents 
valses et fort chères ; maintenant tout a = 52 stivers et vaut 5 fr. -40 c. 



changé, les voitures sont bonnes, commo- 
des et les routes bien entretenues, 
Postes. — L'organisation des postes, 



Le rixdollar s= 250 cents «a 50 sti- 
vers et vaut 5 fr. 20c. 
Le dollar = 1 50 cents sa 50 stivers cl 



introduite en Hollande par les Français, estjvaut 5 fr. 10 c. 

encore en vigueur et a reçu peu demodifi- Vagtentwintig = liO cents i^ 28 

cations. Les prix fixés par le tarif de 1834 stivers et vaut 2 fr. 90 c. 



sont de 70 cents et demi (1 fr. 50) par che- 
val et par poste , 1 florin 41 cents et de- 
rai (3 fr. ) pour deux chevaux, et 2 florins 
12 cents et demi (4 fr. 50) pour trois che- 
vaux. Le postillon n'a droit, comme en Fran- 
ce, qu'à 75 c. par poste; mais les voyageurs 
ne s'en tiennent à cette somme que lors- 
qu'ils ont à se plaindre de lui. On paie une 
demi-poste de supplément pour entrer à La 
Haye et à Amsterdam , ou pour en sortir. 



Monnaie d'or. — Le Guillaume (Wil- 
lem) = 10 gulders et vaut 21 fr. 25 c. 

Le 1/2 Willem s= 5 gulders vaut 10 fr. 
63 c. 

Le ducat r= 5 gulders 5 stivers vaut 
11 fr. 

Nous engageons le voyageur k se pour- 
voir d'argent de Hollande , car l'argent 
de France n'a pas cours dans ce pays 
comme en Belgique. 



dbyGoogk 



lOXTE M8. — DE PAB1S A AHSTEBDAH. 

ROUTE 267. 



233 



DE PARIS A AIHI^TERDAII» 

C^re route) 
Par \al£5C3E5^es^ Gajîd gILtrecht, 22myr. 5 kil. et 52 postes 3/4. 
Eoute de poste. 



De Paris à Vakacteiuies Iv. r. 

25). Slm.Ok 

Coudé. i 3 

BoTT (po^ étrangère). 1 p. 1/4 

Letize. 1 

Remix. 2 

Oudenai*, 2 i/i 

GaDd{>.pgQle261). 5 

LokefTB .r. rooie 261). 2 1/2 

Saini-Mwbs lEscaut) . 1 3/i 

LaTae-de-nandres. i 3/i 

On an s'enbarquepour Anvers. 

.Knwen à Gooiing . 2 1/4 

Bfedi. 2 

Ibemsdoock. 2 

Oonam. 2 



D'Utrecht le voyageur peut prendre le 
chemin de fer pour Amsterdam, 40 kil. 
environ. 



Locnem. 

AMSTERDAM. 



Lexmond. 
Ulrecht. 



|p- 



l/i 



De Gand le voyageur peut quittex la 
route de poste et prendre le chemin de fer 
pour .\nvers (v. route 261). 
Peu de temps après avoir quitté 
GOORING, nous franchissons la fron- 
tière hollandaise, où Ton visite les bagages 
el les passeports. 



ROUTE 268. 



DE FAJBIS A amsterdah, 

(im» route) 
Par Bruxelles, Anvers et la Haye, 44 myr. 6 kil. et 22 postes. 



De P»is à BruzBUes, chemin 

dé fer ir. route 233). 57 m. Ok 
Oe Bnneiles à Anvers , cbe- 

<te fier («.route 260. 4 6 

G«™«. 2 p. 1/4 

GroCzandat. 1 3 4 

Brada. 2 

Mflrdiek. 2 5/4 

On s'embarque pour Willemsdors. 

Wîflcnadors à Dortrecht. 1 

HoUerdain. 2 

De Botterdam on peut prendre le che- 
BDO de fer jusqu'à Amsterdam ; c'est cette 
voie qu*on suit aujourd'hui. 

UHaye. 3 

Le?de. 2 1/4 

llaarien. 2 

Amstek^am. 2 



1/2 
1/2 



BREDA. — Hôtels : de Flandre [Via- 
anderen); de la Couronne (ITronn); du 
Lion-d'Or (Gouden Leuw); du Prince 
Cardinal {Prin% Kardinaat); de Hollande. 

Breda, ville forte sur Viser et la Merck ^ 
entourée de marais qui la défendent. Les 
maisons sont d'une grande propreté, les 
rues larges et bien percées ; il y a des ca- 
naux qui sont ordinairement couverts de 
barques. Elle a de belles places et un beau 
quai. Les en\irons sont agréables et l'air 
y est sain. On y mange de bon saumon et 
de la volaille renommée. — Curiosités : 
le château fort; dans la principale église 
protestante^ la tombe du comte Engelbert 
de Nassau et de sa femme, beau monument 
attribué k Michel-Ange ; la haute tour de 
celte église, Tai-senal, le palais de justice, 
l'hôtel de ville, bel édiûce gothique ; l'hô- 
pilai militaire. — Commerce : instruments 



dbyGoOgk 



234 



BOUTE 368. — DE PABIS A AMSTERDAM. 



de musiqne, tapisseries renommées, etc. — 
l'op, iS.SOO hab. 

DORDRECHT ou DORT. -- HéttU : 
de Belle-Vue ; Wapen van America ; de 
la Promenade (Valk). — C'est Tune des 
Tilles les plus anciennes et les plus com- 
merçantes de la Hollande ; elle est située 
sur une des branches du Rhin , et sert de 
port aux nombreux trains de bois qui des- 
cendent de la Suisse et de la forêt noire. 
— Curiosités : l'église golhique , avec sa 
liante tour carrée, sa chaire richement 
sculptée , et ses nombreux monuments; la 
Monnaie, édifice du XV» siècle ; les éclu- 
ses, les canaux ; la vieille église ; le moulin 
è scier les planches ; tout dans c^tte ville, 
entièrement hollandaise, est digne d'atten- 
tion. — Pop. 2i, 000 hab. 

Navigation a vapeur. — Pour Rot- 
terdam et pour Moerdick. 

ROTTERDAM. — Hôtels : des Pays- 
Bas ; New-Bath-Hôtel ; San-Lucas ; Hee- 
renlogement ; Zwijdnhoofd ; la Cour-d'An- 
gleterre ; de l'Europe ; la Cour de Berlin ; 
de l'Étoile; du duc de Wellington; de 
Londres, près de l'oflice des bateaux i va- 
peur . On est bien traité dans tous ces hô- 
tels. — Rotterdam est située sur la rive 
droite de la Meuse à 8 lieues environ de la 
mer Cette ville présente la forme d'un 
triangle dont l'un des côtés est parallèle à 
la Meuse ; elle a, pour ainsi dire, autant de 
canaux que de rues ; les trois principaux , 
dont deux se nomment Havens (ports), 
s'écoulent dans la Meuse « ce sont le leu- 
vehaven , le Wijnhaven et le Haring- 
vliet. La rue la plus commerçante et la 
plus passagère, appelée Hoog-Straat , 
n'est pas beaucoup plus large que les rues 
ordinaires de Paris. 

La partie de la ville qu*on aperçoit d'a- 
bord de la nvière, en arrivant par la Brille 
et l'écluse de Maësland , est considérée 
comme une des plus belles de l'Europe, 
pour la magnificence et la commodité de la 
situation. On rappelle Boompjes ou le 
Quai aux Arbres. C'est, k proprement par- 
ler , une large terrasse , où il y a plusieurs 
rangées de fort beaux arbres et de très 
belles maisons. On lui donne le nom de 
Quai, parce que les plus gros vaisseaux 
peuvent y décharger leurs marchandises. 



Les commerçants qui y s^ont logés ont 
leurs magasins attenant à leur maison : te 
quai a un mille de longueur. On y voit des 
hôtels qui ne le cèdent en rien aux plus 
beaux hôtels de Paris. 

C'est là qu'est établi le bureau de la 
douane où les efiets des voyageurs soot 
visités. La douane hollandailse n*est pas 
sévère. 

Rotterdam est, pour son étendue, la se- 
conde ville de la Hollande, et, pour» 
beauté , on devrait peutrétre la considérer 
comme la première. — Curiosités: h 
statue d'Erasme, qui naquit dans cette 
ville. Cette statue est de bronze et érigée 
sur un large pont qui sert de place de 
marché ; la maison dans laquelle il vit te 
jour ( en 1 4C7 ) existe toujours ; c'est doc 
des modestes habitations de la Kerkstraat 
(rue de l'Eglise) près de la catbédnde; 
dans la façade de cette maison on voit h 
statue en miniature , avec l'inscription : 
hœc €JSt parva domus magnus qua iw- 
tus Erasmus. 

La cathédrale (ou grande église de St- 
Laurent ) est voisine de la place du mar- 
ché. Les murs de cette église sont cou- 
verts jusqu'à la voûte d'une profusion de 
plaques tumulaires représentant les ir- 
moiries des défunts , et indiquant tes 
dates de leur naissance et de leur mort ; 
on y remarque encore les monuments des 
amiraux de Witt , et de Cortenaer et do 
vice-amiral Van-Brakel; l'orgue est ua 
des plus beaux de la Hollande. Du haut de 
la tour de cette cathédrale , la \iie est fort 
belle; elle s'étend sur tout le pays d*alen- 
tour dont on peut se faire alors une idét 
exacte. — L'hôtel de ville , vaste édifice 
moderne ; la bourse, dont l'étage supérieur 
est digne de curiosité : il contient la bi- 
bliothèque avec une collection d'instruments 
de physique ; la maison de la ci-devant 
compagnie des Indes-Orientales , au- 
jourd'hui {* Entrepôt de la marine royale 
et situé sur le quai des Boompjes^ tout près 
de l'hôtel des Pays-Bas; les chantiers , le 
beau palais de justice ci-devant le Stads- 
Doelen (Club des Archers); les églises ca- 
tholiques de la Leeuwenstraat et du 5(et- 
ger, dont la première est bâtie à l'instar 
de la chapelle royale de Versailles ; Thof- 



dbyGoOgk 



tOGTE 268. — DB PABfS A AHSTBBDAH. 



S35 



px dM ^kOfanis, celai des foos, le théâ- 
tre aiiatoDH|iie, b salle de spectacle , la 
ftfrte de Ddlt , celle da nouveau Môle , 
sitiiée au biôt du Leuvahaven (port de 
Lion ) el qn conduit à la belle promenade 
dite le Skmn-kerk , nouveaux édifices , 
fresque toBtheÉs-d'œuvfe d'architecture. 
— Pop. 90,000 kab. 

Naticatoji. — Des barques i trait 
(Trdkle^(aK}|»r1e1]tto^ies lesheuresde 
wMaia^Delfi.LtydeetLaHaye. 
Batel^r&vapecr. — Tous les jours 
de RotteHsm pour remonter le Rhin jus- 
jp** Bmàdorf et Cologn\ et depuis 
urfogae jssqua Mayence et Strasbourg 
ptfnmspoiidaDee. 

T«B les jours pour Moerdyck, en 4 h.; 
ptf Middelbwrg en 9 h. , deux fois par 
jinr pour Ihrdrecht ; six fois par mois 
pwr le Barre et Dunkerque ; pîour Lon- 
ént, tons les mardis , mercredis et same- 
ÊOipoar Ànten, tous les jours, en 12 h.; 
|Mr Boi^Ue-Due , toos les jours en 8 h. 
De Kotterdam ï Ddfl, le voyageur a trois 
liyM» de transport ; !• par diligence ; 
^f» eau , en 2 h. ; 3» par le chemin de 
^. Ces tnris voles courent parallèlement 



— Bôtel du Moulin-d'Or 
Môlen). — C'est une des plus 
villes de la province de la Hol- 
Bénfiooale ; située sur la petite ri- 
fa S^ie. Ses rues sont si solitaires 
pmirrait croire désertes les belles et 
habitations qui s'élèvent de toutes 
. — Curiosités : Y arsenal du royau- 
r slflé près de la Porte de Rotterdam. 
^Kceplîon des canons , qui sont fondus 
J Haye , on y febrique tout le matériel 
«ttllerie ainsi que les objets nécessai- 
|ttx transports. L*hôtel de ville, monu- 
d'une architecture qui n'est pas sans 
^ contient quelques tableaux remar- 
ia, teb que : le Jugement de Salo- 
^ ée Pierre de Bronkhorst , un Ecee 
et une Descente de Croix de Martin 
f/ÊAerk et plusieurs autres, ainsi que 
tipis d'une grande valeur. L'é- 
neuve ou de Sainie-Ursule , dont la 
lesfmne un des pins beaux carillons 
«I, contient le magniCquc tombeau 
Mpand GuiUaume. où sont déposés les 



princes de la ftmille royale , et celui de 
Hugo Grotius ; l'ancienne église , fondée 
vers la fin du Xl« siècle, renferme le mau- 
solée du vice-amiral Piel Hein, célèbre 
par la prise de la ville de San-Salvador, et 
celui du fameux amiral Martin Tromp. 
— Commerce : draps, distilleries , brasse- 
ries , savons renommés , fabriques de 
faïence qui jouissaient autrefois d'une 
grande réputation , etc. — Pop. 47^000 
hab. 

De Delfl pour gagner La Haye, le voyage, 
qui se (ait en barque sur le canal , est très 
agréable. 

LA HAYE {'SGravenhage). ^Hôtels : 
de Bellevue , près du parc dit Kœkamp ; 
table d'hôte à 4 h. 1/2 ; la chambre 2 fl. 
50 cents (5 fr, 25 c.) ; le dîner 2 fl. (4 fr. 
20 c.) ; le thé 60 cents (1 fr. 25 c.) ; le dé- 
jeûner 70 cents (1 fr. 50 c.) ; une bougie 
40 cents (85 c.) ; — le Vieux Doelen (Oud 
Dœlen) avec table d'hôte à 4 h. 1/2; 
restaurant à la carte à toute heure ; — le 
nouveau Doelen (f^ieuwe Doelen) ; — le 
Maréchal de Turenne, avec table d'hôte k 
4 h.; — le Lion-d'Or, Ubie d'hôte k 4 h. ; 

— la Cour de Beriin , table d'hôte à 4 h. ; 

— la Cour impénale (Kei%ersdof)\ — des 
Deux-Villes (de Twe Steden). — Le 
Heeren Logement. 

Cafés : les principaux sont : le Zuidhol- 
landsche Koffîjhuis, vis-à-vis de l'église 
Saint-Jacques ; le Glazenkast , au coin du 
Hoogstraat; le café Royal , sur le Kapels- 
brug; le café Anglais, sur le Plein ou 
place des Parades ; le café Français, sur le 
Plein. 

Pâtissier suisse , place d'\rmes , près 
du ministère de la guerre. 

Glacier et confiseur ^ près du palais du 
prince d'Orange. 

La Haye est la capitale de la province 
de Hollande -Méridionale et la résidence 
royale. Son étendue , ses édifices , ses 
agréables promenades , sa situation à pro- 
ximité de la mer , ses canaux , ses quais 
nombreux plantés de tilleuls, lui assignent 
un rang parmi les plus belles villes de 
l'Europe. 

La Haye qui fut longtemps un simple 
village, doit à Louis Bonaparte le haut 
rang qu'elle occupe aujourd'hui dans le 

Digitized by VjOOQ IC 



336 



BOUTE S68. — DE PABIS A AMSTEBDAH. 



royaume; elle est le s^our de la cour et 
le siège du gouverDement. 

Curiosités : palais des états généraux. 
Celui de la seconde chambre est situé è 
gauche de la grande salle de la loterie. Les 
séances sont publiques. La salle des séan- 
ces est très belle et peut contenir 200 
personnes. — La Bmnenhof ( cour inté- 
rieure) f ainsi appelée parce que c'était la 
cour intérieure du palais où résidaient an- 
ciennement les princes d'Orange. Les vas- 
tes bâtiments qui entourent la place sont , 
en grande partie, occupés par les bureaux 
des administrations générales. La fonderie 
de canons, établissement d'un haut intérêt; 
lu Palais du roi, situé sur le Kneuterdyk, 
est fort curieux, surtout la riche collection 
de peintures qu'il renferme : on peut le 
visiter facilement en s'adressant au con- 
cierge entre 9 h. et midi ; on donne ordi- 
nairement au gardien 1 guider (% fr. 
15 c.) 

La statue en bronze de Guillaume le 
Taciturne, stathouder de la Hollande 
Cette statue équestre, d'un beau travail 
est due au talent de M. de Niewkerque; 
elle est érigée devant le palais du roi, et il 
est à regretter qu'elle soit aussi rapprochée 
de l'une des façades. 

Parmi les toiles que renferme le pa 
lais , on remarque surtout : un homme et 
un garçon , et une femme et un enfant, 
par Rembrandt; une Annonciation, par 
iean Van-Eyck; deux scènes de la vie de 
saint Bertin , par Hans Hemling ; deux 
belles toiles de Dicrich Steurbout ( de 
1468) ; de Rembrandt, son portrait; por- 
trait de sir T. More, par Holbein; le Cou- 
ronnement de la Vierge, par Q. Maslys; 
un portrait , par Rubens ; plusieurs riches 
portraits, par Van-Dyk; deux portraits ad- 
mirables , grandeur naturelle , de Philippe 
IV, d'Espagne, et de son ministre Olivarez, 
parVélasquez 

Des écoles italiennes : — Une sainte 
Famille, d'une grande beauté, par Fra Bar- 
tolomeo ; un portrait par Raphaël ; un 
portrait do femme par Léonard de Vinci ; 
une sainte Famille, par Pérugin; du même 



par Palma Vecehio ,* et beaucoup d*aatres 
tableaux de prix. — Le salon est riche- 
ment meublé. Dans le corridor qui conduit 
à cette salle , on remarque plusieurs cen- 
taines de dessins de grands maîtres ; dans 
le salon qui précède cette galerie , on ad- 
mire de beaux paysages , par Ruysdael et 
Both, et la ûlle du Titien. La collection 
des peintures modernes, hollandaises et 
flamandes, est également d'un haut intérêt 
La bibliothèque royale , dans le VooT'- 
hout, se compose d'environ 100,000 vol. 
dont plusieurs sont très curieux , tels que 
les livres de prières de Catherine de Mé- 
dicis et de Catherine d'Aragon ; une bible 
ofTerte à Guillaume et à Marie d'Angleterre, 
le jour de leur couronnement; et parmi les 
manuscrits se trouve l'original de l'UnioD 
d'Ulrecht. 

La bibliothèque est ouverte au public les 
lundi , mercredi et vendredi de chaque 
semaine, les jours fériés exceptés , depiài 
dix heures du niatinjusqu'àdeux heures 
de relevée. 

Cabinet des médailles. Dans le mêine 
local est aus.oi le cabinet des médailles, 
contenant plus de 54,000 pièces. C'est 
une des plus belles collections qui existent 
en ce genre. 

Il y a 300 camées , la plupart antiques 
et dans le nombre V apothéose de ClaU" 
dius, un des plus grands et du plus beau 
travail. Parmi les camées modernes, se 
distingue par sa bt'auté, un portrait û'Eli- 
sabethy reine d'Angleterre. 

Le cabinet des médailles est ouvert au 
public le lundi et le vendredi de ciiaque 
semaine, aux mêmes heures que la biblio- 
thèque. 

Musée royal, dans Vancienne maison 
du prince Maurice (Mauritshuis) , non 
qu'elle porte en mémoire du prince Mau- 
rice de Nassau. — Cette galerie , Tune 
des plus riches du monde , se compose de 
plus de 400 tableaux , tous plus ou moins 
précieux. L'énuraération complète en se- 
rait ici trop longue ; nous nous bornerons ï 
indiquer quelques-uns des plus saillants , 
et nous renverrons le voyageur au Guide 



maître , un saint Augustin ; le Christ avec du voyageur en Belgique et en Hollande 
Mathieu, par le Titien; un portrait, par de Richard , dans lequel il trouvera le 
Sebastien del Piombo ; une sainte Famille, [catalogue complet et détaillé de ce musée 

Digitized by VjOOQIC 



BOITTE 268. — DE PAMS A AMSTERDAM. 



Î37 



i. >0»-D9dk, dnq^portnits sons les n<» 
46 à 50. 

P.Fa]i-2)yrik,sixbible»ax.n«5i hU. 

A. BeryAfjN , trois tableaux , a<« 13 , 
14, 15. 

J. Van^Emmm, deux tableaux de fruits, 
«•96,91 

Iiieat it Uade , La fille d*Hérodias , 
■•IIS. 
PeierSa[, rintérieur d'une église, 

P. PêHer, \t jeune taureau , de gran- 
deoT BtBidfe , D» 1 70. Une vache se mi- 
nât , <bii Jean , d« lit. Paysage avec 
des wbes et des porcs, n» il±. 

RemkÊêdt , Siméoa recevant l enflant 

Jésasateaple. — C'est Tun des cheis- 

d*4eiiT!« Ips pins renommés de ce maître , 

B* 178. Trais autres tableaux , du même, 

I o-179ài8i. 

I P. P. RwboM. quatre tableaux , n« 
i iWàl«;. 

/. BmsdÊtl, trois tableaux , n<» 190 à 
I 192. 

Dan^fenterf , deux Ubleaux, n<» 22 1 
2*2. 

P. Vowremuifu , neuf tableaux, n» 
24Siî58. 

Et bennap d'autres des peintres sui- 
w*» : Bfo^el de Velours, A. Diirer , 
, Foossin , C. Lorrain , Murillo , 
. , Fra Bariolomeo , Canaletto , 
ÛRéfe, le Dominiquin, Guido Reni , Ra 
ptô, Parmesan , Jules Romain, Salvator 
Rfta , Le Tiotoret , Titien , P. Véronèse , 
téMaid de Vinci, etc., etc. 

U DiQsce est ouvert tous les jours de- 
POB 11 h. jusqu'à 5. 

Isca&iielroya/ de curiosités ehinoi- 
fei et jêp(maise$ est établi au premier 
ét£^ d^ b maison Maurice ; il est ouvert 
aa poUic tous les jours depuis midi jus- 
qo'i trois heures. — D'autres pièces con- 
lieuûpal les productions les plus rares des 
colonies holUndaises, et l'une d'elles est 
consame aux souvenirs historiques des 
kcoaies célèbres du pays. — 11 fout se 
pwurer des caries d'entrée , qui se don- 
Mit le jour même gratuitement chez le 
«««ervateur du cabinet , de 9 à 10 h. du 
B^- Les enfants au-dessous de li ans 
K soat point admis. Celte collection ren- 



Terme près de 800 objets dignes de la cu- 
riosité du vo^ngeur. 

Collections particulières. Le cabinet 
de M. Vertolk van Soelen qui possède 
une grande collection de gravures; — 
celui de M. Van Nagel^ où Ton voit une 
belle toile de Kuyp, un calme sur mer; 
deux tableaux de Wouwermans et une 
peinture de Téniers , pleine de vie et de 
vigueur; — puis la collection de M. 
Steengracht. 

Edipices religieux. — L'église Saint- 
Jacques , remarquable par son clocher et 
les monuments qu'elle renferme; l'église 
Xeuve , avec ses belles orgues ; l'église 
Kloosterkek , et ses monuments , l'église 
des réformés TKa/Zon* , bâtie en 1807, 
avec de belles orgues; on y prêche en fran- 
çais. 

Théâtre royal. A l'extrémité de l'allée 
de droite, appelée le Wijde-Woorhout. 
On y joue alternativement des pièces hol- 
landaises et des pièces françaises. 

La Poste est derrière l'église Saint- 
Jacques. 

La Haye est la patrie de Guillaume 111, 
prince d'Orange et roi d'Angleterre; de 
Huygens , l'inventeur de l'horloge à pen- 
dule, etc.. — Pop. 6i,000hab. 

pROiaENADES. — Pcu de villes offrent 
des promenades plus agréables que celle 
appelée le Bois^ à l'extrémité de laquelle 
se trouve la Maison dans le Bois ou Pa- 
lais , résidence royale. L'architecture en 
est simple , mais l'intérieur renferme une 
belle colleotion de portraits de famille, par 
Van-Dyck^ Netscher , Jordaëns, etc. 

Omnitnts partant toutes les heures pen- 
dant la belle saison, pour Scheveningen . 
Prix : 60 centimes jusqu'à l'entrée du vil- 
lage, et 80 cent, jusqu'à l'établissement des 
Bains. 
A -4 kil. se trouve 

ScHEVENiNGEN. — Village situé sur les 
bords de la mer. La roule qui y conduit 
est fort belle et bordée d'arbres. ~ Ce riant 
village possède un superbe établissement 
de bains et de bons hOtels. — Curiosités : 
dans l'église nn voit le crâne d'un cachalot 
d'environ 20 mètr-*^de longueur. 
Scheveningcn est surnommé le jardin de 
la Hollande. Les bains de mer y attirent 

Digitized by VjOOQIC 



S38 



BOUTE 268. — DB PABIS A AMSTEBDABf. 



chaque année une affloence considérable 
de visiteurs 

Grand étabussement des bains. — 
Il est fréquenté par la haute société. 

Un bain avec voiture et cheval. 1 fr. 50 
Id. id. sans cheval. 1 fr. 

Belle terrasse donnant sur la mer. 

Table d'hôte, sans le vin , 2 florins. 

Cette table est admirablement senie. 

A Textrémité du village, existe un autre 
établissement de bains , moins cher que 
le précédent, mais qui n*a pas de table d'hô- 
te. On y dîne à la carte 

La route que nous parcourons offre Tas- 
pect d'un vaste et riant jardin au milieu 
duquel s'élèvent de jolis châteaux et d'a- 
gréables maisons de campagne. 

On traverse iVietiw-Oos/effid et Voors- 
choten, puis un bras étroit du Rhin et l'on 
arrive à 

LEYDE. — Hôtels : du Pommeau-d'Or 
( Gouden Bal) ; des Armes d'Amsterdam 
(Wapen van Amsterdam) ; de la Place- 
Royale (P/aa/ft jRoyaa/) ; du Soleil-d'Or 
{Gouden Zon). — Leyde , Lugdunum 
Batavorum^ est située sur une branche du 
Khin, la seule qui conserve son nom primi- 
tif jusqu'à la mer, et qui apparaît ici com- 
me un large canal. Leyde est entourée d'un 
rempart et d'un canal large et profond. Elle 
a huit portes et quarante-cinq ponts en 



Le musée d'histoire naturette , une 
des collections les plus riches et les plus 
grandes de TEurope , spécialement poor 
toutes les productions des colonies orien- 
tales et occidentales des Hollandais, est ou- 
vert tous les jours au public de midi à 5 
heures. 

Le cabinet d'anatomie comparée^ est 
un des plus complets et des plus riches de 
l'Europe. 

Le musée égyj)tien comprend une mul- 
titude de monuments précieux et d*un trts 
grand intérêt, qui répandent du jour sur la 
vie privée des Égyptiens; ouvert tous les 
jours, excepté le dimanche — Le Jardin 
botanique^ mérite aussi de grands éloges. 
— Dans V église de St-Pierre on montre 
avec un orgueil bien légitime le monumett 
du grand Boerhaave aux étrangers. C'est 
une urne , réposant sur un piédestal de 
marbre noir , où est sculpté un médailka 
avec le buste du défunt; — dans Tégiis» 
de St'Pancras , se trouve le monument 
du brave bourgmestre Vanderwerf. — 
Pop. 56,300 hab. 

A 1 heure et 1/2 environ de Leyde se 
trouvent Catwick sur le Rhin et Câtwick 
sur mer. 

Un canal, véritable chef-d'œuvre del'aii, 
coule entre ces deux bourgs ; il esttenniné 
par trois grandes écluses qui font l'a^lmira- 



pierre, une université fondée en 1574, unition de tous les voyageurs. — Établisse- 
jardin des plantes exotiques , cinq églises ment de bains assez frequenté. 



réformées, une église luthérienne, une égli- 
se mennonite, une remonstrante, sept égli< 
ses catholiques , dont une qui se trouve 
près des Ruines est fort belle, une syna- 
gogue, et une ancienne église des jésuites, 
qui sert aujourd'hui de caserne. On compte 
à Leyde trois hospices pour les orphelins 
des religions réformée, luthérienne et ca- 
tholique, deux hôpitaux et un hospice pour 
les vieillards des deux sexes. — Curiosi- 
tés: V hôtel devilte, dans la Breedstraat 
(rue large), monument gothique, érigé on 
1574, et surmonté d'un clocher qui con- 
tient un carillon. On y remarque un Juge- 
ment dernier peint par Van Lcyden, et 
plusieurs autres bons tableaux. L'universi- 
té, Tune des plus célèbres de l'Europe, et 
qui fit donner à Leyde l'épithète é' Athènes 
de VOutii 



Chemin de fer, de Leyde i Harlem H 
à Amsterdam ; 5 départs par jour , poor 
Harlem en 1 heure. Prix • i florin. 

Stations: 

Warmond. 

Pict-Gijzenbrng. 

Yeenenbourg. 

Hillegomerbeck. 

Vogelensang, 

Harlem. 

Station à 1/4 d'heure de la ville; oo 
passe à travers le parc où se trouve le Pa- 
villon, dont le premier étage est occupé 
par une galerie de peinture , qui renfer- 
me plusieurs bons ouvrages (ouvert le ven- 
dredi et le samedi, de9 à i heures). 

HARLEM. — Hôtels : le Lion-d'Or 



dbyGoogk 



KOUTB 268. -^ BB PABIS A AMSTBBDAM. 



9S9 



■MenUem), ao Zijlstrtat ; l'Alouei- 
fe; les Anses-d'Amsterdam. Ce der- 
nier est situé a bob de Harlem, tout près 
<ia musée d(s Ubieaux. — Harlem est une 
fart jolie ville, située sur la Spaaroe ou la 
Spaar, k oae assez faible distance du lac de 
Hariem. Les mes de Harlem et les 
«abfagésdiAressoot fort propres. Cette 
tHc est le siégeda gouvernement provio- 
ôal. — Cvmtés : la merveille de Har- 
fefli est l'oTfife de VanHenne église deS^ 
Bai'oa. Ces orgues farent construites par 
ChrètifflJKIler, et considérées pendant 
wngteBps, MBoie les plus grandes et les 
plus bews do Donde ; mais elles ont de- 
gwété défHssées parcelles d'I'orc* et de 
frwwjtaw , quant à la grosseur des 
■fwx; b loésaDce et l'effet de ces orgues 
•■* pradifiem ; elles imitent le bourdon ^ 
whMtnt, la viole de Gamba, la trom- 
f^. la doeke^ b voix humaine et tous 
liinstnimeoti» d'un orchestre. On les tou 
VtnibâHs par semaine. 
Iftow de régiise a un beau carillon, e'. 
iWBeuDe belle perspective aux alentours 



de la société de Harlem. Ia collection de 
peintures , appartenant à miss Uoofmao, 
est fort riche. — Commerce : fabriques 
de toiles de coton très renommées , culture 
de tulipes et autres fleurs, etc. — Pop. 
^,000 hab. 

Chemin de fer, pour Amsterdam, 
Prix : 4 florin 20 cents = 2 fr. 50 c. 

— 70cents ssl fr. -lOc. 

— -45 cents =sOfr. 90 c. 
6 départs par jour, trajet en 50 minutes, 
Des omnibus conduisent les voyageur» 

de la ville i la station , pour 15 cents ^ 
50 c. 

La route de poste longe le chem. de fer. 

La station d'Amsterdam est loin du 
centre de la ville; des omnibus y conduisent 
les vovageurs pour 20 cents := iO c. 

AMSTERDAM. — HôteU: Aux Armes 
d'Amsterdam, coin du Rusland; — le Do- 
elen (avec un établissement de bains pu- 
blics) , Doolenstraat ; — le Gamalen Do- 
elen, Cingel ; — le Rondeel, Doelenstraat ; 
Thôlel des Pays-Bas, idem; — aux Armes 
deVoorst, Amstel, vis-à-vis le Théâtre- 



Mjttelle^me est très haute. La nef Français; — la Couronne-Impériale, Kal- 

|l fériée duchœur par une grille de cui- 

^«we de figures et de festons, tra- 

jfc wec beaucoup d'art. — Le Sla- 

p est OB édiûce qui remonte au-delà de 

P»i A neferme de bons portraits, par 

WKkBais, peintre peu connu, maisémi- 

P|[»— La BoKcAei-te, devant l'église, est 

H&ee carieux. — La statue de Lau- 



iT KosTER, que les Hollandais donnent 
■ne rmvenleur de l'imprimerie, est éri- 
^nr la grande place, en fac^ede la mai- 
p qu'il a habitée. Cette statue porte l'ins- 
ytko suivante: 

ISemorlfle Mcrom 

Typographia. 

ATS artinm omnium conRervatrIx , 

hUr piimum InventA, 

drca aoDom 1440. 

Bariemest encore renommée pour ses 
ffes , hyacinthes et autres fleurs, dont 
I bâsssi autrefois un commerce considé- 
i|. Le musée Teylerien^ institution pour 
jfe des lettres et des sciences, possède 
PfKs bons tableaux hollandais moder- 
^einne collection de médailles et defos- 



verstraat ; — aux Armes de Londres, Wai»- 
moesstraat ; — aux Armes d'Embden, 
Nieuwendijk (les loges maçoniques se sont 
établies dans ce local); — à l'Etoile, ruo 
du Nés; — le Nieuw Stadsherberg sur l'Y; 
— des Américains, Warmoesslraat; — 
aux Armes dUliecht, Rokin. 

Il y a table d'hôte à i heures à tous ces 
hôtels. 

Outre ces hôlels, il y a encore à Amster- 
dam une grande quantité de bonnes auber- 
ges, où Ton est bien. Il y a deux hôtels 
garnis, l'un au Kloveniersburgwal , l'autre 
au Cingel. 

Cafés. — Le nouveau café d'Amster- 
dam (Allobrandi) , vis-à-vis la société 
Doctrina et Amicitia. C'est le café qui 
offre la plus grande diversité de Jour^ 
naux. 

Le Café Polonais. Le Café Suisse (près 
du Muni). Les deux Cafés français. Le 
Cerisier. Le Nouveau Café de Nord-Hol- 
lande , et plusieurs autres. 

Amsterdam a la forme d'un croissant 
dont les extrémités sont formées par deux 



1. Le muséum d^ histoire fia/fire//e,|!leâ qui s'étendent dans le golfe de l'Y, et 

Digitized by VjOOQIC 



210 



BOOTB 268. — DE PARIS A AMSTERDAM. 



communiquent à la ville par des ponts-Ievis 
On peut encore comparer la forme de celte 
ville k celle d'un arc à demi tendu, la ligne 
droite qui figure la corde de l'arc longeant 
VY, et la ligne courbe formant les remparts 
de la ville, du côté de la terre. Ces rem- 
parts sont baignés par un large fossé semi- 
circulaire , que traversent quatre grands 
canaux passant à l'intérieur de la ville qu'ils 
parcourent d'une extrémité k l'autre. Ce 
sont les Princegraich , Keisersgracht , 
Heerengracht et Cingel. Le premier a 
43 mètres 95 centimètresde large. Ilssont 
tous bordés de gros arbres et de belles ha- 
bitations. Les trois premiers peuvent avoir 
une lieue au moins de longueur, et soutien- 
nent la comparaison avec les plus bel les rues 
des capitales de l'Europe. 

La rivière l'Amstcl partage la ville en 
deux parties : celle située è l'orient s'ap- 
pelle Oude *yde, l'ancien cOlé; l'autre , 
située à l'occident, s'appelle Nieuwe-iydôf 
le nouveau côté. 

L'habitant d'Amsterdam a conservé, plus 
que partout ailleurs en Hollande, le carac- 
tère national, c'est-k-dire que l'on y re- 
trouve, plus que dans toute autre ville, le 
type de la simplicité dans le costume et 
les habitudes , uni à un infatigable amour 
du travail. 

ÉDIFICES REMARQUABLES. — Le Palais 
du /loi, vaste et imposant édifice en pierre, 
reposant sur plus de 15,000 pilotis, enfon- 
cés dans l'eau à 2i mètres de profondeur; 
il fut commencé en 1648 et terminé en 
1664. Ce palais estsplendidement meublé; 
la salle Royale est un chef-d'œuvre d'ar- 
chitecture et de décoration, ellea 40 mètres 
de long sur 20 de large, et 24 de hauteur: 
les parois sont revêtues en marbre blanc d'I- 
talie ; la salle d'audience est ornée d'un 
grand tableau de Wappers ; — Vhôiel-de- 
ville (stadhuis), surl'Amster Burgwal (au- 
trefois l'amirauté), renferme de bonnes pein- 
tures, des portraits de bourgmestres et de 
plusieurs citoyens d'Amsteiâam ; par Van 
der Helst , Fram Hais, Goveri Flinch 
et deux toiles remarquables , par Lingel- 
hach et Van der Ulft. — La nouvelle Bottr- 
xe, construite en 1845, est un bel édifice 
<lécouvert mais un peu étroit ; elle est située 
devant \e palan 



Les églises d'Amsterdam , en général 
privées de toute espèce de décoration, n^of- 
frent que peu d'intérêt ; nous citerons ce- 
pendant: la vieille église (oude kerk) si- 
tuée dans la Warmoes straat, avec 3 ma- 
gnifiques vitraux et un bel orgue ; la nou- 
velle église (Nieuwe kerk), située près <fai 
palais, est l'un des plus beaux édifices re- 
ligieux de la Hollande. Parmi les monu- 
ments qu'elle renferme, on remarque celni 
de Vamiral Ruyter ; la chaire richement 
sculptée , de 1649; Varsenal, dans 111e 
de Kattenbourg, édifice magnifique; la ea- 
serne Orange Nassau , près de la porte 
Muiden, est belle et vaste. 

On compte six tours à Amsterdam : celle 
de la vieille église , haute de 47 mètres, 
possède on beau carillon ; la tour de Vé^ 
glise occidentale, surpasse toutes les au- 
tres en hauteur et en beauté ; elle a 100 
mètres de haut , et elle est pourvue d*Dne 
horloge et d'un beau carillon. Les autres 
tours offrent moins d 'intérêt, mais elles pos- 
sèdent aussi des horloges et des carillons 
remarquables. 

Maison de travail. — Au Weesper- 
veld. Cet édifice vaste et imposant , sert 
de dépôt de mendicité, et reçoit les indivi- 
dus qui, privés de toute ressource, cher- 
chent à travailler. Les malfaiteurs condam- 
nés à une détention temporaire y sont ren- 
fermés. 

Ponts et écluses. — Le nombre des 
ponts et écluses dans la ville d'Amsterdam 
se monte à 290 ; le pins imposant de tous 
ces ponts , c'est celui de 1 Amstel, cl^f- 
d 'œuvre d'architecture; il est long de 220 
mètres, et large de 24. 

Le musée royal, dans la maison dite le 
Trippenhuis, quai Kloveniergburg\\'al , près 
du Marché neuf, n» 59, ouvert au public, 
les jeudis et vendredis, depuis 1 heures jus- 
qu'à 5. Les autres jours , il est d'usage de 
donner 1 florin au gardien, qui en échange 
vous donne le catalogue. Cette galerie se 
compose presqu'uniquement d'ouvrages de 
l'école hollandaise, dont beaucoup sont des 
chefs-d'œuvres : on compte dans cette pré- 
cieuse collection plus de 400 tableaux dont 
le plus remarquable représente la garde 
d'Amsterdam, réunie pour célébrer le trai- 
té de Munster; le nombre des figures, qui 

Digitized by VjOOQIC 



KOITTB SÔ9. — d'aHSTBBDAM A BBEDA. 



241 



MBtadminbb, est de S5, par Van der 
Belti[îfi 116 du catalogue). On voit tu- 
core &ix à »|it belles toiles de ce gnod 
naître. Panai les quatre tableaux de /{«m- 
hanil, oa ^imt la Ronde de Nuit (25i) ; 
Cari Dujordti} : six toiles dont la plusbeUe 
rcpréenteks pertraits des lânq régents de 
la maison àecoireclion; Gérard Dow : TE- 
coledo s» (10); effets de lumière mer- 
Teine(a;(|8atre autres peintures du même 
ffiâttre ; taul Potter : un paysage avec 
u& châte» IÎ45) , et trois autres toiles ; 
C. Sfttttoi: Caillaume Hl (277). et 
fBïfre «1res toile; YanDyck: portraits 
des o&bU de Charles I (80). 

ynieVflde, vue d'Amsterdam (326) 
<*aq «1res toiles. 

Afdttittsen, embarquement de Jean de 
Witl(8). ^ 

À.Okoée, Imtérieur d*un atelier de 
leialre (Î35). 

/«Mc Osiade , un paysan t*inant une 
BKàeiinère. 

.^ghern, plusieurs paysages Iv. celui 
Iv25.) 
^^^ael, une superbe cbute d'eau 

^Setlloiks de Fotivermans (». lesn<» 
P. 359 et 558). 

J^en, quatre toiles (». n» 312), la 
PWw de St Antoine. 
, us autres tableaux sont de Ferdinand 
\Mièrtfeld, Van der Venue, Lié" 
%7erhurg, Hondekoeter, VanHuy- 
%» Weenix,Snyders,Gaspard-Crayer, 

Jean Steen (v. n«298) , Van de 

\ etc. 

i ttosée renferme aussi une des plus 
)ks eoQectloQs de gravures des écoles 



hollandaise et flamande , qui occupe 200 
portefeuilles. 

Dans la prison de correction, pour les 
femmes, on voit de belles toiles , par Au- 
bens et Van Dyck. 

Amsterdam renferme encore plusieurs 
collections particulières qui contiennent 
des toiles du premier mérite : nous citerons 
celles de MM. Six et Van der Hovp. 

Les institutions charitables sont nom- 
breuses et fort bien administrées; elles sont 
en grande partie soutenues par la bienfai- 
sanc« publique. 

Théâtres. — On en compte trois : le 
théâtre hollandais ^ près la porte de Leyde ; 
on y joue la comédie et la tragédie hollan- 
daise; le//i éd/rea//emand, dans TÂms- 
lel straat, pour l'opéra seulement; le théâ- 
tre français ^ pour les vaudevilles et peti- 
tes comédies françaises. 

Le marché aux fleurs mérite d*ôtre vi- 
sité. Les Kermès ou foires sont aussi très 
curieuses ; c'est ce qu'on appelle le carna- 
val hollandais, 

La poste est sur le Woorburgwal, derriè- 
re le palais. — Le bureau des passeports est 
duisStraalstraat. — Pop. ii 2,000 hab. 

Diligences van GENoet Loos pour toute 
la l'ol lande. 

Chemin de fer pour Earlem , Leyde 
et La Haye; — embarcadère en dehors de 
la porte de Hariem ; — ponr Utrecht et 
Arnheim, hors la porte de Weesp. 

Bateaux à vapeur , pour Hambourg, 
tous les 5 jours, à commencer du l*"^ avril 
jusqu'au l**" norembre , paVtant de très 
grand matin : — pour Saardam , toutes 
les deux heures; trajet en 1 h. Un bateau 
i voiles fait aussi ce service. 



ROUTE 269. 
D'AHSTERDAM a BREDA, 

Boute de poste, ^4 postes 3/i (v, roule 267). 



Digitized by VjOOQ IC 



342 



ROUTE 270. ^ D*AMSTEBDAH A GROKIRGCB. 

ROUTE 270, 
D'AHSTERDAH a «nOimVQlJi:, 

29 postes 1/4 , où 23 myr. 6 kiK 



Naarden. 

Amersfoort. 

Harderwijk. 

Elburg. 

Zwolle. 

Meppel. 

Dieveabrug. 

Assen. 

Groningue. 



A 

2 

i 

3 
5 
5 
A 



Un bateau à vapeur part d'Amsterdam 
tous les matins , traverse le Zuydenée et 
arrive à Kampen en 6 h. — D'autres va- 
peurs vont trois fois par semaine, à Zwolle 
et à Harlingen , en 8 ou 10 h. , de sorte 
qu'on évite une assez longue route par 
terre. 

NAARDEN. — Hôtel de Hollande. 
Ville forte et bien bfttie. — Commerce : 
fabriques de velours et draps ; elle passe 
pour le boulevard d'AmsterdEam. — Pop 
i.OOOhab. 

AMERSFOORT. — Hotels: du Cygne 
Blanc ( Wittô-Zwaan) \ du Cygne d'Or 
( Vergulde-Zwaan) ; le Doelen. — Amer- 
sfoort , ville très commerçante , située sur 
VEem , au pied de la monbgiic dite d*À- 
mersfoort dans une contrée agréable. — 
Curiosités : l'église , autrefois de Saint- 
Georges^ av»c de belles orgues, et un su- 
perbe mausolée en marbre blanc; l'église 
Notre-Dame^ avec sa haute tour (1 00 m .) 
et son joli carillon. — Pop. 9,000 hab. 

A 6 kil environ d'Amcrsfoort, se trouve 
.e beau château de Zoestdyck, offert parles 
états des Pays-Bas au prince d'OraFige , le 
roi actuel , en l'honneur de sa belle con- 
duite dans les champs de Waterioo. 

ZWOLLE. — HôteU: de l'Ange; un 
autre hors de la porte de Kampen. — Si 
tuée sur le Zwart Water, celte ville , ca- 
pitale de la province et le sii^e du gouver- 
neur, est grande, puissamment fortifiée, et 
riche par son commerce. — Curiosités 
l'hôtel de ville , la grande église dédiée à 
saint Michel , aujourd'hui temple réformé 



> où Ton voit de belles orgues, une magDifi- 
3/4 que chaire à prêcher ; les promenades et 
iji les maisons de campagne des environs soDt 
iji dignes d'attention ; le canal qui réunit 1« 
5/4 ZwartrWater avec l'Yssel, et qui a reçnl» 
1/4 nom de Guillaume. — Pop. iS.OOùM. 
— C'est la patrie de G. Terburg , peint» 
du XVIle siècle. 

MEPPEL. — Hôtel du Sauvage. - 
Ville ouverte et chef- lieu de canton snr 
les confins de la province d'Overyssel , au 
confluent des rivières Reest et Havelte^Aa. 
Il y a un passage fréquent , un commerce 
considérable et plusieurs fabriques floris- 
santes. Chantier de construction mariti- 
me , gymnase, société de physique expéri- 
mentale. — Pop. 6,000 hal. 

A 5 p. de Meppel et à 1/2 p. de Steen- 
wijky ville ancienne et place forte , avec 
une belle église gothique , se trouve la co- 
lonie d'agriculture despauvres^ nommée 
Fredericksoord. 

Cette colonie, dont l'entreprise esltouto 
nationale , sous les auspices de S. A. R. 
le prince Frédéric des Pays-Bas , a pour 
objet de détruire autant que faire se peut 
l'indigence, en procurant du travail aux 
pauvres. Déjà une quantité de bruyères 
ont été défrichées , et des champs cultivés 
captivent l'oeil , là où ne se voyaleot 
naguère que des sabl es et des bruyè- 
res arides. Cet établissement mérite toat 
l'intérôt du voyageur. 

ASSEN , petite ville avec deux hôtels , 
et dans une agréable situation, chef-lieu de 
la province de Drenthe. — Curiosités : 
l'hôtel de ville et la promenade. — Pop. 
1,800 hab. 

On trouve dans les environs des pieires 
d'une grosseur extraordinaire, nommées 
Hunnàeden\ quelques-unes ont jusqu'à 
34 m. de longueur , et recouvrent des 
tombeaux romains où l'on trouve des ur- 
nes, des haches, des marteaux et d'autres 
objets en pierre. 
GRONINGUE. — HôttU : des Sept 



dbyGoogk 



lOOTS 272. — d'aMSTUDAK A OOSTMARSUH. 



213 



'VwÎDCtt {Zem Pnmneien)\ de la Cou- 
wuK d'Or (GoitieH Kroon) ; aux Armes 
d'ÀffisleitiaD(J7el Wmen van Àmsler- 
Aon). 

CeUe viDe, âtaée à la jonction de 
\BumAéiYàa, est grande , propre . 
peaplée, mk de beain édiûces publics et 
PV^Kofim-Siigiire est à peu près ron- 
«; dte esl«BTmmiiéc de remparts élevés 
et eotouiw dp ibasés. — CuriosUés : l'u- 
>»^, fendée en 1615; on y compte 
ayvoD 400 étttdiuits et une bonne biblio- 
J%»; b Snnde église de St-Martin, 
"w« «cUtdsre gothique; Thôlel de 
2«'«filte moderne, «toé sur la Bree- 
^^ ne des ph» grandes places de la 
^—Pop.SCOÙOhab. 



A 12 p. environ. 0. de Groniogoe , se 
trouve 

Leeuwabden , lié ï Groningue par un 
large canal. — Hôtel de Nieuwe-Doelen. 

Ville capitale de la province de Pries- 
land. — Curiosités : Thôtel de ville, édi- 
fice beau et vaste. — Pop. 47,000 hab. 

A 4 p. , plus k rO., se trouve le port 
de mer de 

Harlin<;en. — Hôtel Heeren -Loge- 
ment. — Ville située sur le Zuydenée , 
et il Tembouchure d*un canal qui communi- 
que avec Leeuwarden ; commerce actif en 
beurre. — Pop, 9,000 hab. 

Bateau a vapeur. — Trois fois par se- 
maine pour Amsterdam. 



ROUTE 271. 



Par GR019INGUE, 45 postes ^4. 



^^Bterdaa à Groningue {v. 



fSàaau. 



29 p. 

3 
1 

2 
1 

2 



1/4 

1/2 
1/2 



HOTEX. — Hôtel de la Poste. 
re vfUe delaHollandeavec forte- 
^--Pop.i^OOOhab, 
JPZ SCHANZE , petite forteresse si- 
piBrii frOQiière du Hanovre. 
" i.— Hôtel Koenig von Preussen. 
t ville sur la rive droite de VEms, 



rivière qui lui procure une communication 
facile avec Munster. — Curiosités : l'hô- 
tel de ville, l'église et l'athénée. — Pop. 
5,000 hab. 

EMDEN. — Hôtels : la Poste , sur la 
place du Marché; le Soleil (Zon). — 
Ville forte , capitale d'une pro\ince du Ha- 
novre , dans une situation marécageuse et 
au-dessous du niveau de VEms , qu'on 
maintient au moyen de fortes digues. — • 
Curiosités : l'hOtel de ville, l'arsenal, l'é- 
glise neuve. — Commerce considérable 
en avoine, beurre , fromages. — Son port 
est vaste et commode, et armé pour la 
pêche du hareng. — Pop 45,000 hab. 



ROUTE 272. 
D'AmTERBAH A OOSTHARSUHI, 

Par Deverter y 4 8 postes. 



t à Amerslbort. (v. iWoorthuisen. 

•t10)« 6 p. 3/4|Deventer. 



2 p. 



dbyGoogk 



3if 



BOUTE 273. — d' AMSTERDAM AU BELDEII. 



IIollco. 
Almelo. 

OOSTMARSCM. 



2r. 

5 



1/4 



DEVENTER.— ITd/efe : NicuweKeizers 
Kroon {Cotironnne impériale)-, aux amies 
d'Over-Yssel. — Ville florissante , chef- 
lieu d'arrondissement ; elle est située sur 
la rive droite de TYssel , dans une contrée 
rianle, fertile et bien cultivée. — Curio- 
tités : la cathédrale, édifice gothique, était 
autrefois dédiée à saint Lieven ; sa tour 
est grosse et renferme un magnifique ca- 
rillon. L'autre église, nommé l'église du 
Uont , est bâtie sur une hauteur ; elle est 
.ort belle par son architecture intérieure et 
extérieure. Nous citerons encore la maison 
de ville, 6 autres églises, 2 hospices. De- 
venter possède une bibliotlièque bien four- 



nie en bons ouvrages, une académie de 
médecine , une société de physique et de 
chimie, un athénée et plusieurs autres 
sociétés savantes. — Commerce : fonde- 
ries de fer considérables, manufacture de 
tapis , pain d'épicc renommé, etc. — Pop. 
i4,000hab. 

Promenades fort agréables , le long de 
l'Yssel, jolies mai«ons de campagne , vil- 
lages ciiarmants, parmi lesquels on distin- 
gue celui A'Àppeldoom , non loin du pa- 
lais du Loo , résidence d'été du feu roi de 
Hollande ; les jardins sont vastes , mais 
monotones ; ils renferment de belles nap- 
pes d'eau. — Près du palais est un bon 
hOlel. 

OOSTMARSUN, petite ville ancienne, 
capitale des Marses, située dans un sol plat 
et marécageux. 



ROUTE 275. 



d'AMSTERBAHI au HEIiDER, 

^ 4 postes d/ 1 . 



Harlem (v.r. 268). 


1 p. 1/4 


Beverwik. 


2 1/1 


Alkraaar. 


2 1/2 


Zand. 


5 1/4 


Helder. 


2 1/2 



Des bateaux à vapeur partent d*Amster- 
dam deux fois par jour , pour Àlkmaar , 
par Wormerveer , trajet en 5 h.; le 
Trehsckuii , barque commode , avec trois 
cabines , part tons les matins , excepté le 
dimanche , de Willemsluis , suit lo grand 
canal du Noitl-HoUande et atteint le Hel- 
der en 12 h. 

De Harlem , le voyageur pourra quitter 
la roule de nosiek Alkmaar, et prendre le 
canal , voyage beaucoup plus commode et 
plus intéressant que par la route de poste. 

Hôtels de cette partie du iNorrf-Z/o/- 
lande. Nous conseillons au voyageur de 
faire son prix d'avance avec les hôteliers 
pour éviter toute surcharge. 11 fait, en gé- 
néral , cher vivre en Hollande , mais sur- 
tout dans ce pays. 

BEVEUWYCK, — Hôtel Heerenloge 



ment. Cette ville, située sur TY, renferme 
2,000 habitants. — On y trouve un éta- 
blissement pour les aliénés , des promeua- 
des et des environs charmants. 

Celte jolie ville est remarquable par son 
excessive propreté. 

ALKMAAR. — Hôtels : Celui du sieur 
Coulon où l'on est bien seni et è des prix 
raisonnables; le Doelen; le Heerenloge- 
ment; le Burg. 

Alkmaar, une des plus agréables villes 
de la Hollande , tant pour la belle struc- 
ttire de ses bâtiments que pour la /letteté 
de ses rues, est baignée par le grand canal 
de Nord-Hollande. — Curiosités : l'hôtel 
de ville , édifice en ornements gothiques ; 
l'église Saint-Laurent, noble architecture 
du XY» siècle, avec de belles orgues; 
n»ôtel de l'amirauté , l'arsenal , le chan- 
tier , le poids public. — Commerce pro- 
digieux de fromage et de beurre; il s*y 
tient un marché hebdomadaire pour la vente 
de ces denrées, auquel se rendent les fer- 
miers des environs, dans un rayon de 
plusieurs lieues 5 la ronde , pour livrer les 



dbyGoogk 



•OOTK 274. •— D*AMSTBRDAH A KIMÈOUE. 



24$ 



produits de leurs laiteries à des marchands i rectivemeiii formidables , et ses casematAs, 
qai les exportent jQsqu*aax extrémités du^â l'abri des bombes, peuvent loger plus de 



monde. Quatre millions de kilogrammes de 
fromage sortent annuellement de cette vilte. 
— Pop. 9,000 kab. 

LE HELDER. — HôieUf : Prinsen ; 
Heerenlogement. — Ville très forte, située 
devant le Texcl. De simple village, Napo- 



10,000 soldats. L'empereur nommait celte 
place son Gibraltar du Nord, mais il laissa 
les fortifications dans un état très imparfait. 
Sous la Restauration il y a été pourvu, et 
elles présentent actuellement contre l'en- 
trée du Te.\el , une ligne de défense qui 



léon a transformé le Helder en place forte justifie bien mieux leur comparaison avec 
du premier rang. Ses fortificatioDs sont ef->| Gibraltar. — Pop. 4 0,000 kab. 



ROUTE 274. 
D'AHSTERDAin à ]VI]!IE»1J£, 

ParllTRECHT et ârnheim, ^5 postes Afl. 



CHGxni DE FER. — D*Amsterdam à 
Dlrecht , i à 5 départs par jour, trajet en 
i h. ; pour Amheim, 1 h. 1/2. 

L'embarcadère à Amsterdam est bors la 
porte de Weesp. 

Pins on s'éloigne d'Amsterdam, plus le 
pays s'ondule et devient riant. 

UTRECHT.— fi^tete : le Chôleaii d'An- 
fers, sur le Oudegracht ; l'bdtel des Pays- 
Bas; hôtel de Bellevue, où descendent les 
diligences. — ^Utrecht, UUrajecium^Tra- 
jecium inferiiu, Trajectum Ultricen- 
fium ; Ànlonina Civiias, parce qu'elle fut 
bAtie par le sénateur Antoine , sous le rè- 
gne de Néron, etc. ; Trajectum ad Rhe- 
num, pour la distinguer de Maëstricht, 
qu'on appelle en latin Trqjectum ad Jfo- 
satn. C'est une belle, grande et riche 
Tille , située dans une plaine extrêmement 
fertUe. 

Le Rhin se divisé ici en deux branches 
en sortant de la ville. — Curiosités : la 
Galbédralc , bel édifice gothique , qui date 
de l'an C50 : le chœur renferme plusieurs 
tombeaux d'évâques d'Utrecht ; le soir l'é- 
glise est éclairée au ga2 ; on voit aussi la 
tombe de l'amiral Guillaume^oseph Van 
Geot ; la tour, détachée du corps de l'é- 
glise, fut construite en 1582 ; elle a 100 
mètres de haut; de son sommet, la vue 
s'étend presque sur toute la Hollande et 
embrasse 20 grandes villes ; l'hôtel de 
ville (stadhuis), bel édifice construit en 
1850, renferme quelques vieilles peintures 



plus curieuses que belles; l'université, 
fondée en 1656, compte environ 450 étu- 
diants , et possède une belle bibliothèque, 
une chambre anatomii^e , un jardin bota- 
nique , un observatoire astronomique , un 
laboratoire de chimie , d'intéressants cabi- 
nets d'analomie comparative, d'histoire na- 
turelle , d'instruments de physique , etc. 
L'hôtel des Monnaies de la Hollande est 
établi à Utrecht ; la machine k frapper les 
monnaies est très curieuse ; le mail ( Ma- 
liebaan ) est une plantation de 8 rangées 
d'arbres formant une allée , ou avenue à 
la ville, de 1/i 1. de longueur. C'est une 
des plus belles plantations d'arbres en Eu- 
rope. L'anatomiste devra aussi visiter la 
vaste collection de préparations anatomi- 
qu^ en ci rc; c'est une des plus belles collec- 
tions de ce genre. — Commerce : fabriques 
de natteries de soie (les seules du royaume) , 
de tournesols, chapeaux, draps, brasseries, 
vinaigreries , distilleries , ratflneries de 
sucre —Pop.SO.OOOhab dont 20,000 
catholiques. 

Utrecht est célèbre par le traité qui porte 
son nom. 

Bateaux. — Plusieurs fois par jour 
pour Amsterdam, Leyde, Gouda; fermeture 
des portes, neuf heures du soir. 

Le chemin de fer que nous suivons 
s'écarte pou de la route de poste; à 9 kil. 
environ d'Utrecht est 

Zeyest , village au milieu d'une belle 
contrée, et particulièrement remarquable 

Digitized by VjOOQIC 



246 



ROL'TE 274. — D*AHSTBRDAM A IflMÈOCE. 



par rétablissement des Frères iforaves, 
colonie du plus haut intérêt. 

ÀRNUEIM. — Hôtels : de la Tête de 
Sanglier {Zwijnshoofd) \ de l'Aigle d'Or 
(Gouden arend)\ du Soleil (Zon); du 
Paon (Paauw) ; de la Poste (Po$i) , hors 
de la porte qui ouvre sur le Rhin ; hOtel 
de Hollande (Hofvan Holland). 

Cette ville est située sur le bras droit du 
Rhin. Elle est grande, forte et bien peu- 
plée. Capitale de la province, chcf-Ueu de 
canton et résidence du gouverneur. Ar- 
nheim possède une cour d'assises, tribunal 
de première instance et de commerce, des 
fortifications , dont les remparts sont au- 
jourd'hui transformés en jolies promena- 
des. — Curiosités : te cathédrale, autre- 
fois dédiée à saint Eusèbe, renferme un beau 
mausolée, celui de Charles d'Egmont, 
dnc de Gueldre ; du haut de la tour , qui 
possède un des plus beaux carillons du 
royaume, on jouit d'une belle vue ; un au- 
tre temple protestant, deux beaux édifices, 
la maison de force, l'ancien palais des 
diicf de Gueldre , l'hôtel de la cour pro- 
vinciale de justice , la maison de Martin 
Van Bossum, dite maison du diable. Le 
fort est remarquable. — Pop. 45^000 hah. 

Les environs d'Arnheim sont délicieux. 
Ce n'est qu'une suite de jolies maisons 
de campagne , de parcs et de beaux jar- 
dins. 

D'Arnheim la roule de poste nous con 
duitè 

MMëGUE. — Hôtels : des Pays-Bas 
(le meilleur) ; Rotterdamsche Wagen ; 
Heerenlogement ; Witte Zwaan (le Cygne 
blanc) ; le Chfiteau d'Anvers (Kasteel van 
Àntwerpen). 

Cette ville est située sur la rive gauche 
de la Waal. C'est une ville (h)ntière du 
royaume , bien fortifiée et bien bStie , sur 
le penchant d'une colline appelée le Ho- 
enderberg; les passeports y sont visités, 
— Curiosités : l'hôtel de ville, édifice go- 
thique dont la &çadc est ornée des statues 



d'emperears qui jadis favoriseront la ville 
en lui accordant des exemptions d'impôts; 
l'intérieur renferme une quantité d'anti- 
quités romaines dont un catalogue a été 
dreȎ. On y montro encore les cimeterres 
qui , à Bruxelles, ont servi à la décapita- 
tion des comtes d'Egmont et de Hom. 
L'église Saint-Etienne ( Sainte Slevens- 
kerk ) a 35 colonnes. C'est un vieil édifice 
gothique , qui mérite d'être visité par les 
voyageurs ; on y trouve les tombeaux de 
plusieurs héros néerlandais ; on y remar- 
que au milieu de l'ancien chœur le beau 
mausolée de Catlierine de Bourbon^ épou- 
se d'Adolphe, comte de Gueldre ; un des 
plus beaux orgues qu'on puisse voir et un ca- 
rillon. Sur une éminence se trouve le châ- 
teau de Valkenhoft qu'on dit avoir été 
bâti par Jules César , et habité depuis par 
Charlemagne ; il ne roste de cet édifice 
qu'une chapelle ; un peu plus haut on ar- 
rive au Belveder; de là , on a une vue 
magnifique , on aperçoit clairement dans 
les quatres rivières, le Whaal , la Meuse, 
le Rhin , VYsselt les vaisseaux naviguant 
il pleines voiles dans toutes directions ; les 
collines d'Ubbingen, de Beck, Wielder, 
la plaine du Nederrynsche woud (bois ou 
forêt du Bas-Rhin), une partie de la majo- 
rie de Bois-le-Buc, etc. De Nimègue, on 
peut aller visiter les belles contrées d« 
Berg et Bal (monts et vaux) , de Beck , 
ù'Ubbingen et Clèves qui est situé à 2 p. 
1/2. On s'y rend le long de la belle chaus- 
sée. ^Pop, 24,000 hab. 

Diligences. — -i fois par jour en 2 h. 
pour Amheim (en corresiK^ndance avec les 
départs du chemin de fer, pour Utrecht) ; 
pour UtriH^t, en 5 h. 1/2; pour La Haye 
en 12 h ; pour Cologne , par Clèves , en 
18 h. , et pourDusseldorf, en 12 h. 

Bateaux a vapeur. — Pour Cologne, 
en 50 h. environ ; pour Rotterdam , en 8 
heures. Dans l'été, tous les jours; pendant 
l'hiver, 3 fois par semaine. 



dbyGoogk 



BOUTS 277. ^ D^AMSTSRDAM A BOIS-LB-DUC. 

ROUTE 275. 
D'AHSTERBAn a CliEVES 9 

M postes 5/4 



217 



Naarden(9.r.270]. 
AmersiiDort {idem) . 
Kkmp 



3 p. 

3 5/1 

2 5/i 



'Ârnheim(t;. r.274). 
Nimègue (i(/em'. 
Clèves (v. PRUSSE). 



5 p. 1/4 

2 

3 



ROUTE 276. 
D'AnSTERBAJH A BROEK et a SAJJBIBJJH. 



Ud petit 6a/e<i« à vapeur part toutes les 
heoresdeU \zweme yieuwe-Slads-Her- 
berg, remonte le golfe de l'Y et arrive à 
Broek. — La route, par terre , est en- 
Dojease. 

BROEK est considéré comme le village 
le plus propre du monde ; il est remarqua- 
ble par son opulence et par Textérleur de 
ses maisons, toutes peintes de diverses cou- 
leurs, te qui produit un effet charmant k 
VoâX. — Les habitants de celte jolie localité 
amten général riches ; cependant beaucoup 
s*oecapest de la fabrication de ces petits 
frooi^es ronds, connus dans tout Tunivers, 
sons Le nom de fromages de Hollande, sour- 
ce de grandes richesses pour le pays. 
Pop. SOÙ hab. 

De Broek i Saardam , la route par terre 
est peu agréable, il faut en quelque sorte 
revenir sur ses pas et suivre une immense 
di^oe, qm horde le rivage , jusqu'à 



SAARDAM ou ZAANDAM. — HôteU: 
de rOutre, renommé pour ses dîners de pois- 
sons et ses prix élevés ; la Tête-Noire. — 
Cette ville est située à la jonction de la Za- 
an avec TY ; elle consiste dans une lipe 
de moulins à vent, dont le nombre se mon- 
te à 400 environ, destinés à divers usages, 
s'étendant le long de la Zaan et formant 
une rue de près de 2 lieues de long. 
Comme Broek , Saardam est le type de 
Tindustrie , de l'activité et de la propre- 
té hollandaises. De plus, Saardam montre 
avec orgueil la modeste maison dite Vors- 
lenbourg, que Pierre-le-Grand occupa en 
\ 1 697, pendant qu'il travaillait comme gar- 
çon charpentier à la construction des vais- 
seaux. — Toute cette contrée est ferUleen 
I tabac, garence, et couverte de vergers, de 
jardins et de riches plantations. — Com^ 
merce considérable. — Pop . P, 000 hab . 



ROUTE 277. 
D'AHSTEBBAII x BOIS-IiE-BUC , 

^5 postes. 



Loenem. 


2 p. 1/2 


Utrecht. 


2 1/2 


Beusekem. 


5 


Thml. 


2 1/2 


Bois-LK-Duc. 


2 1/2 



D'Amsterdam àUtrcclit, par le chemin 
de fer(». roule 274). 40 kil. 

BOIS-LE-DUC. — mteh : du Sauva- 
ge (Wildcman) ; du Lion-d'Or. — Cette 
I ville, capitale de la province, est située dans 

Digitized by VjOOQIC 



248 



ROUTB 278. — B*AHSTBBDAM A LIKGBIf. 



un sol marécageux, au confluent de VÀa cl 
du Dommel; retendue de ses fortifica- 
tions, sa citadelle et les marais qui Tentou- 
rent, en font une place forte de premier! 
ordre. -^ Curiosités: la cathédrale 5/- 
Jean, de style gothique, qui dat« du XIII« 
siècle ; c'est un des plus beaux édifices re- ' 
ligieux des Pays-Bas. Elle a de belles or- 
gues et de superbes fonts baptismaux. 
Celte basilique porte en longueur 120 mè- 
tres, sa largeur est de 54 mètres. La nou- 
velle église calviniste^ bdUe en 1821; 
Vhôtel^de-ville, bâti en 1671, de style ita- 
lien, plein d'élégance ; il renferme quelques 
belles toiles, par Van Tlmlden ; la maison ' 
de correction; l'arscna/, lescosernc*. — I 



Commerce : fabriques d*éping1es, aiguilles, 
rubans, toiles, draps ; navigation trèsacUve. 
-^ Pop. 48,000 hab. 

Bateaux à vapeur pour Goreum, par- 
tant tous les jours, le matin, en correspon- 
dance avec la voiture de Gorcumà Utrecht: 
trajet en 7 heures. — Le bateau à vapeur 
continue jusqu'à Rotterdam. 

A 2 postes N.-O. se trouve 

Heusden, ville, place forte, sur la vieille 
Meuse; cette ville est chef-lieu de canton. 
— Curiosités : Yàôtel-de-viUe , surmon- 
té d'une jolie tour avec carillon ; le grand 
arsenal, le magasin de poudre à canon, 
une école latine, quatre hospices. — Pop. 
i,800 hab. 



ROUTE 278. 
V2 postes V^; ou 400 kil. 



Zwolle. 

Hardenberg. 

Neuhauss. 

LiNGEN. 



1p. 

4 

4 
3 



1/2 



LINGEN. — Hôtel U Poste. — PeUte 
ville du royaume de Hanovre, située sur la 
rive droite de VEms. — On y compte S 
églises. — Commerce : étoffes de laine» 
chapeaux et papiers. — Pop. i, 800 hab. 



orVRAGR A coKSULTVR. — Gtilde duvoxageuren Be/ffioite et en Hollamtie^ 
Itinéraire artistique , Industriel et manufacturier, par Boyck et RicnAai», I fort vol. 
In-IS, avec carte routière: prix : 8 fr. Se trouve à la librairie de L, Maison, éditeur, 
à Paris , et chex tous les libraires du contlneot. 



FIN DU VOYAGE EN HOLLANDE. 



dbyGoogk 



^lUmà^nt. 



RENSEI6SESEKTS GÉNÉRAUX. 



ABGcrr. — La monnaie ordinaire en 're le papier monnaie en bons florins : mal 



Ba9ién , dans les duchés de Bade, de 
Bfiuuitids, de Hesse , d* Oldenbourg , à 
Brème, dass les royaumes de Sojoe, de Ha- 
novre, et dans le 'Wurtemberg , est : les 
éeos de convention, lespistolesoa les louis 
d*or, les pièces de 20 et de 10 kreutzers, 
elles couronnes (kronenthaler). Dans tous 
les Eiats aulrichiens, ce sont les ducats, 
les couronnes, les écus de convention, les 
pièces de SO et de 10 kreotzers, qui ont le 
phis de coors, et les billets de banque , 
qo*on a très souvent occasion de changer 
avec un avantage considérable; en Prusse, 
ce sont les frédérics d'or et les assignats du 
trésor; en Italie ^ dans le Danemark, en 
Pologne, en Russie et dans la Suède, ce 
sont les ducats Mais nous devons dire que 
les napoléons d*or, les nouveaux louis de- 
puis 1830, les pièces de cinq francs, sont 
une monnaip courante dans la plus grande 
liartie de TAllemagne. 

Monnaies de compte — Monnaies 
courantes. 

AUTRICHE. — 11 y a deux sortes démon • 
naies eoorantes ; Tune dans laquelle le flo- 
rin ou gulden contient 60 kreutiers ou 3 
%wan^gers, et chaque zwanzigcr 20 kreu- 
(zers (environ 81 centimes). — Cette mon- 
naie est appelée gulden schwer ou mum 
(pesant ou bon florin), et est désignée dans 
les comptes par les lettres CM. (conven 
tion munie). 

L*aulre monnaie courante s'appelle 
schein ou wiener Wcshrung (papier mon- 
naie). Un gulden schein ne vaut qu'un 
franc environ, tandis que le gulden mun^ 
ae on bon florin, x^ui environ S francs 50 
centimes. 

Voici la manière la plus simple de rédul- 



tipliez la somme par 2, et ensuite divisez 
le produit par 5. 

Exemple : 20 fl. multipliés par 2 don- 
nent 40 fl., lesquels, divisés par 5, donnent 
8 fl. munze ou bons florins. 

Si, au contraire, vous voulez réduire les 
gulden mume (bons florins) en gulden 
schein (ou wiener Waîhrung) , multipliez 
par 5 et divisez par 2. 

Exemple : 8 florins munze 
multipliés par 5 

donnent 40 
divisés par 2 



donnent 20 florins, papier-monnaie. 


C. M. fl. 


kr. 


Or. — Ducat impérial, • i 


36 


— — souveraÎD, ■ 13 


20 


Argent. — Impérial et dol- 




lar de convention, • 2 


> 


1/2 dollar ou gulden, » 1 


» 


Zwanziger ou kopfetUck, • • 


20 


Groschen d'argent, • • 


3 


Écu de 6ral)ant, > 2 


12 


Valeur de la monnaie étrangère 


en 


monnaie d'Autriche. 




C. M. fl. 


kr. 


1 Napoléon ou louis nou- 




veau, ■ 


7 


i8 


— Franc, > 


> 


22 


— Livre sterling, > 


9 


54 


— Schilling, 


> » 


28 


— Penny, 


t » 


2 


— Dollar prussien, 


> 1 


25 


— Silbergroschen, 


1 • 


2 


— Dollar de convention de 




Saxe de 52 bons gros 




(groschenj. 


> 2 


» 



dbyGoôgk 



250 



ALLEMAGNE. — B ENSEIGNEMENTS GÉNÉBAUX. 



CM. 


11. kr. 


— Reichslhtler de 24 bons 




gros, 


i 50 


— Bon gros, » 


5 


— Guldende Bavière de 60 




kreutzcrs, • 


. 50 


— Kreutzer de i pfennings 




bavarois, » 


3pf.l/2 


— Ducat, 


4fl. 80 


— Schwerdt ou kronthaler, • 


2 12 



Billets de banque. — La Banque na- 
tionale d'Autriche émet des billets depuis 
5 florins (environ 12 fr.) jusqu'à 1,000 flo- 
rins munze : ce papier est d*une grande 
commodité dans un pays où Tor est géné- 
ralement rare. Les billets de Itanque pas- 
sent pour leur entière valeur dans toute la 
monarchie autrichienne , excepté dans le 
royaume Lombard-Vénitien, où ils perdent 
un peu. 

Prusse. — Le thalert contenant 30 gros 
d'argent (silbergroschen), ou2i bons gros, 
vaut 5 fr. 75 c. 

Le thaler se divise : 

En pièces de 1/3 , marquées 3 einen 
thaler, contenant 10 silbergros, et valant 
Ifr. 25c. ; 

En pièce s de 1/6, marquées 6 einen 
thaler, égalant 5 s. gros , environ 62 cen- 
times; 

En pièces de 1 1/2, marquées 12 einen 
thaler, égalant 2 1/2 s. gros, environ 30 
centimes. 

Monnaie de cuivre. — Pièces de 12 
pfennings, égalant 1 silbergros , et valant 
environ 13 centimes. — On trouve aussi 
des pièces de 4, 3, 2 et 1 pfenning. 

Monnaie d'or. — Double frédéricà'oTt 
marqué 10 thalers, vaut 11 thaï. 10s. gr., 
environ 41 fr. 61 c. 

Simple frédéric , marqué 5 thalers , 
vaut 5 thalers 20 s. gr. , environ 20 fr. 
80 c. 

Demi-frédéric , marqué 2 thalers 1/2, 
vaut 2 thalers 25 s. gros , environ 10 fr 
30 cent. 

Papier-monnaie (kassen anweisungen 
ou scheine), billets de 1 , 5, 50 thaï, etau- 
dessus. — Cette monnaie est très commo- 
de, mais elle n'a cours légal qu'en Prusse ; 
elle perd dans les autres Etats. Il faut 



donc n*en prendre que selon ses besoins. 

Les comptes se font généralement en 
silbergros ; on se sert cependant quelque- 
fois de l'ancienne division du dollar en 24 
bons gros. 11 &ut donc avoir soin de ne pas 
payer en bonsgros des comptes qui auraient 
été faits en silbergros. 

Il est encore utile de savoir que la va- 
leur marquée sur les pièces non seulement 
de la Prusse, mais de plusieurs autres É tais 
de l'Allemagne, n'est pas toiyours la véri- 
table valeur pour laquelle on les reçoit. Par 
exemple, les doubles frédérics d'or , bien 
que valant 11 thaï. 10 s. gros, sont mar* 
qués 10 tlial ; dans l'Allemagne méridio- 
nale, les pièces d'argentmarquéeslO et 20 
kreutzers valent 12 et 24 kreutzers. 

Valeur de la monriaie étrangère en 
monnaie de Prusse. 



Tbal. 
1 Napoléon de France ou 1 
vaut 



— 6 



S.gr. 

iO 
iO 
8 
20 
10 

20 
5 

n 

16 
11 



houv. louis vaut 5 

1 Pièce de 5 fr. — i 

— Ifr. 
1 Souverain anglais 
1 Schilling — ■ 

1 Guillaume (souverain de 

Hollande) — 5 

Ducat — 3 

Florin ou gulden — ■ 

Kronthaler allemand , 

ou écu — 1 

Thaler de convention — 1 
1 Zwanzigcr ou pièce de 

24 kr. — • 6 

Bavière. — Monnaie nouvelle d'ar- 
gent. — Depuis peu d'années, la Bavière, 
le Wurtemberg et la plupart des autres 
États du sud et de l'ouest de l'Allemagne, 
se sontentendus pour émettre une monnaie 
d'argent unifoone. Les pièces d'argent les 
plus courantes sont : 

Le vercins thaler, 3 fl. 50 kr. 
florin, » 60 2fr. 15 c. 

1/2 florin, . 50 1 7 

1/4 florin, ■ 15 » 54 

On trouve aussi des petites pièces : 

De 1 kreutzer, dont 60 font 1 florin. 
3kr. (groschen),20 — 

Digitized by VjOOQIC 



ALLIIIAQIIB. — BCNSSIOTIEIIBXTS Gé.XÉRAUX. 



351 



6 kr, (sediser), iO — 
12kr. (iwœlfer, 5 — 

2i kr . (zwuniger, 21/2 — 
Les tkalen bavarois (bayrisch thaler) 
sont des pièces de 2 fl. 2i kr. 
Us i/2 dollars, 1 fl. 12 kr. 
Noos ne parlerons pas des autres mon- 
naies andomesen ce qu'elles commen- 
cent I être rares; nous dirons seulement 
qa!e\e%wttniiger, bien qu'ayant cours dans 
toute TAllemagne méridionale , est une 
monnaie autrichienne qui passe pour 20 
kr. et est marquée du chiffre 20 ; le 1/2 
swan., 10 kr. , et le 1/4, 5 k.; tandis 
^'en Bavière, dans le Wurtemberg, etc. , 
ces pièces sont reçues pour 24, 12 et 6kr. 

¥0100" de la monnaie étrangère en 
monnaie de Bavière. 



Kr. 

50 
20 
28 



1 Napoléon 00 nouveau 
kwis d'or, 9 

— Pièce de 5 fr., 2 

— — 1 fr. 

— Souverain d'or d'Au- 

triche. . 16 50 

— Souverain anglais, 11 36ii45 

— Pièce hollandaise de 

10 florins, 9 SiklOfl. 

— Dollar de Çrabant, ou 

couronne, 2 42 

— i/2 couronne, 1 20 

— Frédéric d'or de Prusse.9 48 

— DoUarouécu, 1 45 

— Frédéric d'or de Dane- 

mark , de Brunswick , 

de Saxe, 9 42 

— Ëcagrecde5drachmes,2 5 

Les dollars ou thalers de Brabant, frap- 
pés dans l'origine par Itepcreur d'Autri- 
che dans les Pays-Bas, sont très communs, 
et ]n^nt sans oerte dans toute la partie 
mftridionale de l Allemagne. 

Billets de banque. — Les billets de 
banque de Bavière sont de 10 et de 100 
florins; ils sont reçus partout sans la moin- 
dre difficulté. 

WcRTcnERG. — Même monnaie que 
ci-dessus, ainsi que dans Bade, Darmsladt, 
Francfort, etc. Les comptes sont tenus dans 
ces divers États en florins ou gulden de 
60 kr. 



Monnaie d'or. 



Elle est généralement rare. 

FI. Kr. 

Carolin ou louis d'or, Il 6 à 1 2 . 

Ducat, 5 24 à 56. 

Saxe. — La monnaie courante de ce 
royaume est la même que celle de la Prusse 
et des autres Ét;ils du ZullvereiUf dont le 
thaler est l'unité. (Voy. ci-avant Prusse, 
page 250. 

Les comptes sont tenus en neugrosehen, 
lequel égale le groschen d'argent de Prusse 
dont 50 font un thaler , environ 5 fr. 75 
c. ; mais dans les transactions privées, 
principalement dans les hôtels et dans les 
boutiques, on conserve quelquefois encore 
l'ancienne manii^e de compter par bons 
gros de 24 au thaler, bien que cela soit dé- 
fendu par la loi. 

Monnaie d'or. 

1 Augustus ou pièce de 

5 thalers, 20 fr. 55 c de Fr. 

1/2 August.,2th.l/2,10 27 
1 Ducat, 11 75 

Monnaie d'argent. 

Pièce de 2 thalers (1/7 de marc d'argent). 
- 1 - (1.14 ~- ). 
_ î/3— (1/6 de dollar). 
(Voy. Prusse, page 250) 

Papier^monnaie (Kassen scheine), — 
Les billets saxons ont cours dans tout le 
royaume, ainsi que ceux de Prusse. Le gou- 
vememenenta aussi permis à la compagnie 
du chemin de fer de Leipsick et de Dresde 
d'émettre du papier-monnaie; mais il n'est 
reçu ni dans les administrations publiques 
ni dans les théâtres. 

Nous pensons que cet aperçu général de s 
monnaies de l'Allemagne mettra le voya- 
geur à l'abri de toute erreur ou super- 
cherie. 

A regard de la monnaie des États que 
nous n'avons point nommés, elle est la md- 
me, k peu de chose près , que celle des 
royaumes ci-dessus cités; nous nous ré- 
servons néanmoins, à mesure que nous visi- 
terons ces contK'cs.de direàquel tauxl'ar- 
gent de Franc y est reçu. 



dbyGoogk 



Î5S ALLEUAOXB. — BBNSEfGMBMEMTS Q^NfiBAUXé 

TABLEAU COMPARATIF 

des mesures itinéraires des divers pays étrangers, comparées 
au kilomètre de France» 



MESURES ÉTRANGÈRES. 



Allemagne. — Mille géographique . 

— Grand mille . . . 

— Petit mille. . . . 

Prusse. — 1 mille 

Saxe. — 1 mille 

Bohême. — \ mille ' 

Danemark. — 1 mille 

Flandre. — 1 mille 

Hambourg — 1 mille. .... 
Hollande. — 1 mille ? . . . . 

Italie. — 1 mille 

Suisse. — 1 lieue 

Angleterre, —Mille légal. . . . 

— Mille géographique , 

Westphalie 

Russie. — Werste ordinaire . . . 
Turquie. — Berri 

— 1 lieue de chameau . . 
France. — L'ancienne lieue de poste 

— La lieue géographique . 
Espagne. — Nouvelle lieue . . . 

Portugal. — Légua 

Suède. — 1 mille 



MESURES FRANÇAISES.' 


kUomètres. 


mètres. 


7 


416 


9 


200 


6 


267 


7 


748 


9 


000 


9 


200 


6 


600 


6 


267 


7 


iOO 


5 


850 


1 


800 


6 


200 


1 


600 


l 


800 


11 


000 


10 


600 


1 


600 


9 


200 


3 


898 


i 


45 


6 


675 


7 


748 


10 


680 



Nous avons pris pour unitéy dans tous 
les calculs de distances, le mille géogra- 
phique allemand^ d'environ 7 k. 1/2. — 
Dans les cas d'exceptions , nous aurons 
soin d'indiquer la mesure dont nous nous 
servirons. 

A l'égard des mesures de capacité , de 
longueur et agraires^ ainsi que despotcb, 
toutes les fois que nous en parlerons, nous 
indiquerons toujours leurs rapports avec 
les mesures de France. 

MOYENS DE LOCOMOTION ET MANIÈRE DE 
VOYAGER. 

Actuellement , sur tous les points de 
)*Al]eina(;ne , qui ne sont pas encore dotés 
de chemins de fer, de commodes et élé- 



gantes diligences ont remplacé les an- 
ciens charriots de poste découverts. 

En Prusse, ce sont les SchneUposten; 
en Autriche et dans les autres Etats de la 
Confédération , les Eilwagen. Ces diligen- 
ces sont la propriété du gouvernement , et 
administrées en son nom ; les prix, sont fi- 
xés de telle manière , que le voyageur n*a 
aucune tromperie à redouter ni aucun em- 
barras k craindre. Disons de plus qu'en 
Autriche, lorsque la diligence est pleine » 
des voitures supplémentaires , dites Bey^ 
chaisen ou Extronpostes^ sont mises à la 
disposition des voyageurs ; avantage qu'on 
ne trouve ni en France ni en Angleterre. 

Il existe encore d'autres moyens de 
transports , mais d'un ordre très inférieur 



dbyGoOgk 



ALLEMAOKE. — BEïtSEIGNEHENTS GÂXBRAUX. 



253 



(a|ipelés Fahr-poû ou Postwagen) , es- 
pèce de charriots de posle, mais qui s'arrê- 
tent fréquemment et marchent fort leote- 
ment. 

Le ipnx moTen par ce» diverses voitures 
est de 8 k 10 s. gr., où 28 à 36 kr. (95 c. 
à 1 fr. 13 c. environ) par mille allemand. 
On €ut géDéralemcnt 1 mille par heure ; 
mais en Pnisse , où les routes sont meil- 
leures , on marche un peu plus vite. Les 
stations que doivent Caire toutes ces voitu- 
res sont indiquées, ainsi que le temps d'ar- 
rêt ; on a trois quarts d*beure pour dîner 
on déjeaœr, et une demi-heure pour sou- 
per. Le prix des repas est généralement af- 
fiché dans les auberges, et varie selon les 
pays. Dans le nord de TAllemagne , on 
paie.temie moyen : ^ut dîner, de 15 à 20 
s. gr. (1 fr.95 c. à 2 fr. 80 c); thé ou 
eafé, pour une personne, de 5 à 6 s. gr. 
(65 à 80c.); d$et2fier,15 s. gr. (1 f . 95 c.) 
une demi-bouteille de vin, 5 s. gr. (85 c). 
En Autriche , on donne , pour déjeuner , 
12 à 14 k. (environ 75 c); pour dîner, 
SO à iO kr. (1 fr. 80 c.), et 20 pour scm- 
|jer(dOc.). 

Il existe un autre moyen de locomotion 
plos économique encore, que nous recom- 
mandons au voyageur s'il est maître de son 
temps, s'il voyage en famille : c'est de 
prendre on lohnkutcher, voiture qui oITre 
beaucoup derapportavec \eveUurino italien 
Ce genre de voiture offre la forme d'une 
calèche légère , contenant quatre à cinq 
personnes, cl pouvant se fermer à volonté 
elle est attelée de deux chevaux , et coûte 
5 a 7 thalers (22 fr. 50 c. à 26 fr. 35 c.) 
|nr jour, en Prusse et dans le nord de 
l'Allemagne; dans le sud de l'Allemagne , 
le prix, par jour, est de 8 à 1 florins (1 7 
fr. 25 c. k 21 fr. 50 c). L'usage est de 
donner au conducteur, par jour, 1 zwanzi- 
ger, 8 gros ou 28 krcutzers, selon le pays 
où l'on est (1 fr. de France). 

Les règlements "de police, pour la poste 
aux chevaux, sont à peu près les mêmes 
qn*en France, sauf les prix (v. page 8) 

Le postillon placé sur le siège ne peut 
fumer sans l'autorisation expresse des voya- 
geais. 

La taxe fixée |>our les courses se lrou< 
re affichée dans toutes les maisons de 



poste , afin que chacun puisse en prendre 
connaissance , et elle varie selon les pro- 
vinces. 

HÔTELS ET AUàERGES. 

Dans toute l'Allemagne en général , les 
maîtres d'hôtel et les aubergistes occupent, 
tant par leur fortune que par leur éduca- 
tion, un rang beaucoup plus élevé dans la 
société que ceux des autres contrées de 
l'Europe ; ils président leur table d'hôte, 
en font les honneurs avec urbanité, et sou- 
tiennent la conversation souvent avec 
beaucoup de savoir et de distinction. 

Les meilleurs dîners se font à table 
d'hôte; la dépense est en général plus 
forte dans le nord de rAlIemagne que dans 
le sud 

Voici les prix ordinaires : 

Prusse. 

Chambre k couch., de 1 ou 12 s.g.à 1 th. 
Dîner à Uble d'hôte, 15 20 



— dans sa chambre, 
Café ou thé, 
Déjeun. àlafourch., 
1/2 bout, devin, 


IthJO 
5 

. 15 
5 




Baden, 
Francfort, etc. 


Chambre k coucher. 
Dîner à table d'hôte, 
— dans sa chambre, 
Café ou thé, 
Déjeun. àlafourch. 
1/2 bout, de vin 


56 k. à 1 fi. 12 k. 

1 fi. 1 50 

2fl. . 

. 2i à 50 

36 48 

> 18 



Les dîners à table d'hôte commencent 
ordinairement à 1 h , à 2 h. et ne dépas- 
sent pas 5 h. ; dans l'Allemagne méridio- 
nale, comme en Autriche, ils commencent 
souvent à midi. 

En Autriche, en Bavière, dans le Wur- 
temberg et dans les autres Etats du sud, 
la nourriture est à peu près d'un tiers 
moins chère que dans le nord ; de sorte 
qu'avec un florin, dans le sud (2 fr 15 c), 
on vit aussi bien qu'avec un thaler dans le 
nord (3 fr. 75 c). En résumé , l'on peut 
fort bien vivre , môme dans les hôtels de 
premier ordre, pour 2 ou 3 fiorins par jour, 
ou pour 2 Ihalers, déjeuner, dîner et sou- 
per et la chambre, mais sans le vin qui se 
paie toujours à part. 

Digitized by VjOOQIC 



La monarchie pnissicnne que nous al- 
lons explorer a cessé d*être entièrement 
absolue par suite de quelques formes cons- 
titutionnelles introduites dans le gouverne- 
ment et octroyées par le roi; la reli^on lu- 
thérienne est la religion de l'Etat. La su- 
perficie générale de ce royaume est d'en- 
viron 5,015 milles géogr. et sa population 



de 15,000,000 d'hab., répartis dans 480 
villes, sans compter les bourgs, vilUges et 
hameaux. Les principales villes de cet 
Etat sont : Berlin, capitale , Kctnigsberg, 
Breslau, Dant%ick , Stettin, Posen, 
Uagdebourg, Hall, Postdam, Cologne, 
Dusseldorf, Erfurt, Munster, CoblerU%, 
Aix-la-Chapelle, etc. 



ROUTE 279. 



DE PARIS A BERUaiTy 

Par Foubach , Francfort-sur-lb-Mein et Leipsick , 57 myr. 6 kil. 



et 92 milles 5/4. — Service de malle. 



DeParisàSaarbruck(t;.r.250) 37 m. 6k. 

Poste étrangère. 

Nota. Les distances qui suivent sont 
réglées en milles d'Allemagne, dont chacun 
vaut environ 8 kil. 



Rorbach. 2 m. 

Hombourg. 2 

Broachmuhlbach. 1 

Landstouhl. 1 

Kaiserslautem. 2 

Sembach. 1 

Standenbuhl. 2 

Kircheim-Boland. 1 

Alzey. 1 

Oppenheim. 5 

Gross-Gerau. 1 

Francfort (Frankfart). 5 

Ilanau. 2 

Gelnhausen. 5 

Salmunster. 2 

Schlutchtem. 2 

Neuhof. 2 

Foulde. i 

Hunfeld. 2 



1/2 
i/.t 

i/2 

i/2 
5/i 
V2 
1/2 



i/4 



5/4 



Bouttlar. 

Vacha. 

Marksouhl. 

Eisenach. 

Gotha. 

Erfurth. 

Wcimar. 

Eckartsberge. 

Naumbourg. 

Weisseofela. 

Lut2en. 

Leipsick. 

Delilsch. 

Bittcrfeld. 

Grofenhaynchen. 

Wittembérg. 

Kroppstadt. 

Treuenbrietzen. 

Bcelilz. 

Potsdam. 

Zehlendorf. 

Behun. 



2m. 
i 1/2 
2 1/2 
2 



S 
S 
3 
S 
2 
2 
2 
2 
5 
1 
2 
3 
1 
2 
2 
2 
2 
2 



1/2 
1/i 
1/i 

1/2 

m 
iM 

5/4 

3/i 
1/4 

3/4 
1/* 
1/* 
3/4 



SAARREBRUCR. — Bâteh : la Poste; 
l'Ours. — Petite ville prussienne, dans 
j une jolie situation sur la Saar, ^ Curio- 

Digitized by VjOOQIC 



BOUTB 279. — DE PABIS A BEBLIÏf. 



S55 



«fés : le pont qui réonit la Yille au fta 
bourg. Le voyageur trouvera ici des 
Schnellpùai ]nrtant tous les jours pour 
Trèvts , passant par Saariouis , Merzif^ et 
Sttarboorg. — Pop. 6,000 hab. 

HOMBOURG. — HâUl Karlsberger- 
Hof. — Petite ville remarquable par sa 
ivurbièrt et son ancienne forteresse , si 
tuée sur lieSe*/oisfrer(7.. — Pop, 5,000 
hab. 

LANDESTOUHL. — Hôtels : Kuf^eX 
(l*Ange); Baierische-Kroon (la Couronne- 
de-Bavière). — Petite ville appartenant 
autreMs aux comtes de Sickingeo. — Cu- 
riotUés : les raines pittoresques du château 
dont les mors ont jusqu'à 8 mètres d'é-| 
paisseur, et plusieurs de ses cbambres sont 
taiOées dans le roc; l'église catholique qui 
renlenae le tombeau nuitilé de Fran% de 
Sitkingen. — Pop. 4,600 hab. 

KAISERSLAUTERN. — HÔteU : le 
Doonersberg: Baierische-Hof (la Cour-de- 
Baviére; la Poste. — Ville d'une grande 
antiqnité ; elle possède de nombreuses fa- 
briques de draps et de coton très florisaan- 
tes ; dans le voisinage sont des tanneries 
et des forges assez importantes. — Curûh 
ntéa : la prison centrale , l'école normale, 
le séminaire, le gymnase , et quelques 
restes de son magnifique château. — Pop. 
6,S00 hab. 

A i mille N.-O. de Sembach, se trouve 
b petite ville de 

Otterdbrg, peuplée d'environ 5,000 
hab. , où l'on voit une vaste église consi- 
dérée comme un des plus beaux spécimens 
de l'architecture gotluque de rAllemagne. 
-- Pop. 5,000 hab. 

KIRCBEIM-BOLAND.—^dfena Poste 
— Petite ville de 3,500 hab., chef'lieu de 
canton, et ayant des forges dans son voisi- 
nage; son industrie et son commerce sont 
sssez actib. — Curiosités : l'église luthé- 
rienne, d'un style noble ; elle renferme les 
tombeaux des princes de Nassau - Weil- 
bourg. — Poiiratteindre le sommet du mont 
Tonnerre (Donnersberg), il faut compter 
6 milles environ. La route qui y conduit 
est belle; on n'y trouve aucun village, mais 
seulement une petite maison dans laquelle 
OD peut se rafraîchir, et qui est située sur 
le versant. Ce mont est cité par Tacite, qui 



lui donne le nom de mons Jovis. Sa flore est 
riche et variée , et son sommet (700 m. 
auHlessus de la mer) o£fre un panorama 
suoerbe 

ALZÊY. — Hôtels: Darmstadter-Hof 
(la Gour-de-Darmstadt) ; la Poste ; Zum- 
Kaiser (à l'Empereur). — Un peu avant 
d'amver h cette antique ÀUiaia des Ro- 
mains, nous entrons dans lo duché de 
Hesse-Darmdadt. — Àl%ey, petite ville, 
chef-lieu de canton , est situé au milieu 
d'une contrée pittoresque et couverte de 
ruines romaines. — Curiosités : le châ- 
teau , dont les ruines ront vastes et impo- 
santes. — Pop. 3,500 hab. 

OPPENHEIM. — Hôtel Zum-gelben- 
Haus (la Maison-Jaune) , située au bas de 
la ville, sur les bords du Rhin, k Tendroit 
où l'on traverse ce fleuve en bateau. Le 
Cheval-Blanc, dans la ville. 

Au N.-O. de cette ancienne ville impé- 
riale , se trouvent les majestueuses ruines 
de l'ancien château impérial de Lands- 
kron ; un peu au-dessous , s'élève l'église 
de Sainte^Catherine, l'un des plus purs 
spécimens du style gothique, et dune 
grande richesse de décorations; la nef 
principale est remarquable par sa légèreté 
et la beauté de ses proportions ; les vitraux 
doivent avoir été magnifiques , à en juger 
par celui qui reste presque entièrement 
conservé. Cette superbe basilique date des 
Xn« etXlIl« siècles. Dans le cimetière se 
trouve une chapelle en ruines remplie d'o9* 
sements et de crânes ranges en forme de 
croix. — Pop. S,400 hab. 

FRANCFORT- SUR - LE - MEIN (AU. 
Francfurt am Main). — Hôtels : de 
l'Empereur-Romain ; de Russie ( l'ancien 
palais Schweitz), reconstruit dans un style 
grandiose, avec des appartements splendi- 
des : du Weidenbnsch, dont le salon est 
un des plus beaux et des plus grands de 
Francfort; d'Angleterre; du Cygne; de 
Paris; du Landsbei^; de Wurtemberg , et 
beaucoup d'autres de seconde et troisième 
classe. — Prix dans ces divers hôtels : 
dîner, 4 fl. , — déjeûner, 18 kr. ; — le 
vin, 56 kr. ; — dîner particulier, sans le 
vin , 2 fl. ; — chambres, depuis 48 kr. 
jusqu'à 1 , 2 et 3 fl., selon l'étage qu'on 
occupe ; — le tlié , 30 kr. ; — par jour 



dbyGoOgk 



S56 



ROIHB 279. * DE PARIS ▲ BERLIN. 



aux domestiques, de 28 kr. à 1 fl., selou 
les hôtels. 

Francfort^ ville libre, siège de la diète 
gennanique , est situé sur la rive droite 
du Mein, et communique avec Sachsen 
hausen, soo faubourg, par uu beau pont 
de pierre de 13 arches, d'où Ton jouit 
d'une vue admirable qui s'étend sur le 
fleuve, sur les quais et sur ceite masse de 
bateaux de toutes dimensions qui remon- 
tent et descendent le fleuve, surtout pen- 
dant les foires. Celte antique cité occupe , 
avec Sachseniiausen, une superficie de 6So 
arpents, a plus de 4,000 maisons, 217 
rues , 6 grandes places , M petites ,115 
fontaines, 7 églises lutliériennes , 2 réfor- 
mées, 5 catholiques, 2 maisons de prière 
luthériennes, 1 des frères Moraves, 1 syna- 
gogue et 1 temple israélite ; plus de 30 
édifices publics et de 80 hôtels. 

On peutdonc considérer Francfortcomme 
une des plus jolies villes de TÀllemagne , 
surtout la partie appelée la nouvelle ville, où 
se trouvent de belles rues et des édifices 
magnifiques. 

Curiosités : — EoincES reugieux 
L'église cathédrale , du Xlll« siècle , re- 
marquable par son antiquité, consacrée au 
culte catholique. On y voit le tombeau du 
malheureux Gunter de Schwartzbourg. Du 
haut de la tour, belle vue de la ville et des 
environs. L'église Noire -Dame, située 
sur le Liebfrauenberg , fut bâtie dans le 
XlVe siècle ; V Adoration des Mages, qui 
se trouve au-dessus de la porte du milieu , 
est un chef-d'œuvre d'ancienne sculpture. 
L'église des Dames - Blanches , bâtie en 
1142, a un beau tableau d'autel par Weu- 
df'lstadt. L'église Saint-Léonard^ près du 
Mcin, se distingue par son ancienneté. 
L'église Saint' Nicolas fiit bâtie par Ro- 
dolphe de Hapsbourg ; elle est remarquable 
par sa belle architecture. L'église* Sain<- 
Laurent est située au bord du Mein, à 
l'endroit même où s'élevait jadis le palais 
de Charlemagnc , dont il n'existe aucune 
trace aujourd'hui; l'intérieur de cette église 
a été restauré et orné de quelques bons 
tableaux. 

Edifices publics. -— L*hÔtel de ville , 
appelé le Roèmer , est le bâtiment public 
le plus remarquable de Francfort, plus par 



les souvenirs historiques qui s*y rattachent 
que par la beauté de son arcliitecture. Oa 
y voit encore la fameuse bulle d'or promul- 
guée eu 1 336, par Charles IV. Le SaaU 
hof est un monument moderne de irisle 
apparence , situé près du Mein , et qui 
n'a d'intéressant que ses souvenirs histtH 
riques. 

Immédiatement après avoir traversé le 
pont du Mein , couronné d'une statue mo- 
derne de Chariemagne, vous êtes à Sachr- 
senhausen. Là vous trouvez, tout près du 
fleuve, le palais des chevaliers de tordre 
TetUonique, édifice sans élégance et tom- 
bant presque en ruines. On voit aussi 
près du pont les restes du palais des com- 
tes d'Isenberg, d'architecture gothique. 

Institutions scientifiques et artis- 
tiques. — Àcûdémie de peinture et de 
sculpture de Staedel^ rue Neuve-Menzer ; 
belle construction nouvelle portant le nom 
de son fondateur, citoyen de Francfort. 

Ce précieux dépôt des arts est ouvert au 
public tous les jours, depuis 10 h. jusqu'à 
1 h., excepté le samedi. Parmi les riches- 
ses qu'il renferme on remarque : une saintt 
famille, par Raphaël; un bon tableau, du 
Pérugin ; un autre non moins bon, de F. 
Francia , représentant la Vierge entourée 
de saints; le portrait de Knipperdolling , 
par Metvgs; un bois et une chute d'eau, 
par Rwffdajel\ un intérieur, par Oslade; 
Rubens, avec sa fille encore enfant, par 
Valkenstein; un paysage, une tête de 
femme, attribués à Van der Helst ; un ou 
deux bons paysages , par Berghem et 
Wynants ; une bonne toile à'Hobtfen^a ; 
une Ste Catherine, par^i. Durer; la gé- 
néalogie de Jésus-Christ et la série des 
prieurs de l'ordre de St-Dominique, par 
Holbein aîné ; un tableau d'autel très re- 
marquable , par Schoorel. — Parmi les 
ouvrages modernes, on remarque J. Huss 
devant le concile de Constance, chef-d'œu- 
vre de composition et de fini, par Lessing; 
rinHuence de la religion sur les arts , 
grande et belle composition, par Overbeck; 
le bon Samaritain, par Sohnorr; les Vier- 
ges folles, par Shadow ; Eccelino , par 
Lessing ; Daniel dans la fosse aux Lions , 
par Rhetel ; Job , par Hubner ; une tem- 
pête sur la mer, par Acfienbach ; de belles 

Digitized by VjOOQIC 



ftOUTB 279. — DE PARIS A BERLI!C. 



25T 



fresques , par Feil, artiste distingué , né 
à Francfort. Le cabinet des gravures rcn- 
fenue aussi une collection fort curieuse. 

Le mioéirfR d'kistoire naturelle de 
Senketiberg, situé près de la porte pitto- 
resque d'Escbenbeim, est un édifice du 
X1Y« siède, Neo disposé et très riche. On 
y trouve on jardin botanique ( qui ren- 
ferme le iofobeaa du fondateur ) , une bi- 
bliothèque, une salle d'anatomie, un hôpi- 
tal pour les indigents , et les nombreuses 
coUectibos d'objets curieux rapportes par 
Ruppel de sesdiflërents voyages en Egyp- 
te , en Nobie et eu Âbyssinie. Ce œi^ée 
est ouvert au public, gratis , deux fois par 
aeBiaioe pendant 2 h. : le mercredi , de 2 
à 4 h, et le vendredi, de 1 1 h. à 1 h. 

La bibliothèque publique est un nou^ 
▼eau bâtiment qui fait (ace au Mein ; il con- 
tient de curieuses raretés bibliographiques 
H une statue en marbre de Gœthe par 
Marehessi, 

Biblioihèques et collections particu- 
lières. — On doit visiter les collections 
de tableaux de MM. Brentano-Birkenstok, 
Ifak^Wiegel, Prehn, Spelz. J.-C. Finger, 
dndoct. Golcîschmidtel la biblioth. du doct. 
Eoeberliu , renfermant plus de 12,000 vol. 

La collection des plâtres de feu M de 
Bethmann, pr^ la porte dite de Friedburg, 
d'après les bustes et les statues antiques 
les plus oélèbres^ est extrêmement intéres- 
note. Ces objets curieux sont placés dans 
on édifice d'une architecture gracieuse, 
qui s'élève au milieu d'un jardin ; un pa- 
Tiilim renferme la statue d'Ariane, la 
merveille de Francfort, par Dannecker. 

VhôpUnl St'GeorgeSt proche de la 
bîbiioUièque , est un bel édiflce nouvel* 
lemeot eonslruit et bien administré. Il faut 
▼isiter aussi l'ancien palais de la Tour et 
Taxis, digne de remarque en ce qu'il ser- 
vait de résidence au prince - primat , et 
qu*il est maintenant destiné aux séances 
de la diète et è la demeure de son prési- 
dent. 

Le théâtre est un joli édifice, et l'or- 
chestre un des meilleurs de l'Allemagne. 
Prix : i"» loges, 1 fl. i5 kr.; 2« loges, 
i fl. 2i kr. ; parterre , 48 kr. Les repré- 
sentations D*oat lieu que cinq fois par se- 
maine. 



Dans le nouveau cimetière (Neu- 
Friedbof ) , se trouve le tombeau de la fil- 
mille Bethmann-Holweg , orné de bas re- 
liels de Tkorwaldsen 

La Poste est au Zeil, touchant presque 
à l'hôtel de Russie : les bureaux sont ou- 
verts de 8 heures du matin à 7 heures du 

ir. 

La maison dans laquelle naquit Goethe , 
en 17i9 , est marquée F., n» 74, dans lé 
Wrschgraben. Une statue monumentale 
a été élevée à ce grand poète par ses con- 
citoyens , dans l'allée qui fait face au 
théâtre : elle est en bronze et ornée de 
bas-reliefe dont les sujets sont tirés des 
ouvrages du poète. C'est Tœuvre du célè- 
bre Sckwanthaler, de Munich. 

On admire sur le Rotsmarckt un beau 
groupe représentant les statues de Guttem- 
berg , Faust et Schœffer. — Pop. 
6$,000 hab. dont 6,000 juifs, 
Chemin de fer. 

De Francfort à Mayence , à Wie»- 
bade, à Heidelberg, à Darmstadt. 

Des omnibus attendent toujours Tarri- 
vée des convois peur conduire le voyageur 
à son hôtel. •— Prix : pour une personne 
avec bagages, 12 kr. ; sans bagage , 6 kr. 
— 11 y a aussi des voitures k 1 cheval 
pour les personnes qui veulent être plus k 
leur aise. 

Navigation a vapeur. — Des steamers 
partent de Francfort deux fois par jour 
pour Mayence , dans la belle saison ; tra- 
jet , 2 h. — Pour Wurt%bourg , tous les 
matins. 

Les bureaux de la navigation k vapeur 
du Rhin sont d^s Parade-Plat%. 

La route que nous allons parcourir de 
Francfort k Leipsick est bonne et traverse 
sept Etats différents. 

Pour les voyages en poste , la taxe est 
la même qu'en Prusse. (Voyez l'Introduc- 
tion.) 

Le voyageur quitte Francfort par Aller- 
Aei'i/en-t/iorr (porte d'Allerheigen). 

HANAU (Hesse-Electorale).— Ho/e;«: 
du Géant , non loin du Marché ; du Cerf- 
Brun, non loin de la porte de Nuremberg; 
de la Grange-d'Or, dans le faubourg; 
de Ralsberg , et plusieurs de 2« classe, 
mais convenables et bons. 



dbyGoogk 



258 



BOUTE 279* — DB PABIS A BEHLtN. 



Cette Tille est sitaée près de la jonction 
de h Kiruûg et da Mein. La vieille ville 
est irrégulière et mal bâtie ; la ville neuve 
est régulièrement construite , on y compte 
14 rues, deux grandes places, qui sont : le 
Marché et VAvenue-Française, où se trou- 
vent l'église française et l'église hollan- 
daise ; la vaste place des Exercices s'étend 
entre les deux villes. — Industrie : bijou- 
teries très estimées, tapis, etc. — Pop, 
U,600 kab, 

GELNHAUSEN. — HôteU : Hirsch 
(le Cerf), Gruner-Baum (l'Arbre-Vert).-— 
Petite ville agréablementsituéesur laKinzig, 
autrefois impériale et résidence de l'empe- 
reur Frédéric Barberousse. — Curiosi- 
tés : les ruines du palais , bâti vers l'an 
1144. On y remarque surtout la chapelle et 
la salle impériale (Reichsaal) dans laquelle 
Barberousse rendait la justice. La cathé- 
drale Saint-Pierre est un édifice intéres- 
sant sous le rapport architectural ; c'est le 
type du style néogrec. Les belles tours 
de la collégiale de la Trinité. — Pop. 
SJOOhah. 

SAALMUNSTER. — Hôtel la Poste ; 
— Petite ville dans une riante situation 
sur la rive gauche de la Kinsig, — Pop 
1,S00 hab. 

Ici nous quittons la Bavière pour rentrer 
dans la Hesse. A ce relais , les thalers et 
les silbergros remplacent les florins et les 
kr. {v. l'Introduction) pour les droits de 
poste. 

SCHLUCHTERN. — Hôtel l'Etoile- 
d'Or. — Petite ville de 1.500 hab. 

A 3 m. de cette localité sont situés les 
bains de Bruchnau^ très fréquentés. 

FOULDE. — Hôtels : Kurfur^t (l'Elec- 
teur); la Poste; l'Etoile; le Cvgne. — 
Ville agréablement située sur la rive droite 
de la Foulda. — Curioiités : la cathé- 
drale ou Munster, beau monument mo- 
derne conlenant les reliques de saint Boni- 
face ; le palais qui servait de résidence aux 
anciens princes-évêques de Foolde; l'église 
Saint-Uiehel ^ monument très curieux 
par sa haute antiquité (fondée en 822). — 
Foulde est un assemblage de rues étroites 
et de maisons anciennes. — Pop, 40^000 
hab. 

Nous entrons maintenant dans une por- 



tion du Thuringerwald (forfit de la Thn- 
ringe) : tout ce pays est couvert de bois et 
très ondulé. 

EISENACH. -- Hôtels : Rauten-Kranr- 
(la Couronne-de-Rue), sur le Marché , 
Halbe-Monde (Demi-Lune). — Ville capi- 
tale de la Thuringe ; propre, industrieuse, 
et dans une riante situation , dominant la 
Neisse , jolie rivière. — Curiosités : l'é- 
glise Saint-Nicolas , une vieille tour , et 
l'une des portes , dont l'arche paraît Otro 
de construction romaine. Edifices moder- 
nes : le château ducal ; le collège, etc. — 



Une belle route carrossable conduit en 1/2 
heure au sommet de la montagne sur la- 
quelle est bâti le fomeox château de 
Wartbourg^ dans une position admirable : 
on y voit la chambre qui servit de prison 
à Luther, et une galerie d*armures très co- 
rieuses, dont plusieurs datent des XIII*, 
XlVe.XVI* et XVll» siècles. PJO.OOOh. 

GOTHA. — Hôtels : der Mohr, dans le 
faubourg, c'est là que se trouve la poste ; 
Der Riese (le Géant), sur la place du Mar- 
ché. 

Gotha est la capitale du duché de 
Saxe-(^bourg-Gotha , et avec Cobourg la 
résidence du duc de Saxe-O)bourg. Cette 
ville est agréablement située sur le pen- 
chant d'une colline au-dessus de la Leine; 
elle renferme de belles fontaines et quel- 
ques édifices curieux, dont le principal est 
le palais appelé Friendenstein qui renferme 
de précieuses collections, une galerie de 
peinture dans laquelle on remarque quel- 
ques belles toiles de Oanach , Van der 
Helst et autres. 

Le Cabinet de gravures est vaste et ri- 
che. Dans le Kunslkammer fcabinet de 
curiosités), on voit les épées de Charlema- 
gne et de Sobieski , le livre de prières de 
Jacques I"* et d'Anne de Danemark , un 
anneau de Marie Stuart, une tète de Louis 
XIV sur améthyste, etc. La bibliothèque, 
C4)ntenant environ 150,000 vol. et plus de 
2,000 manuscrits, recueillis dans l Orient 
par Seet%en. Le musée d'histoire natu- 
relle ^ belle collection. Le cabinet des 
monnaies et médailles est très vaste et 
très complet; c'est une des collections les 
plus riches de l'Europe. Le musée japo- 
nais et chinois se compose d'objets en* 

Digitized by VjOOQIC 



Bom 179. — Dc vàxa a biiun» 



tS9 



rieaiqu*oo chercherait en vain dans les au- 
tres cabinets de l'Europe. — Pop. 4 8,000 
kab. 

Les environs de GoUia sont fort pitto- 
Tesi|iies. 

A environ 2 miUes de Gotha , nous en 
tfODS sur letOTÎtoire prussien ; bientôt s'é- 
lève ^ droite de la route Timposante cita- 
dellede Cyriaetbourg. 

ERFURTH - Hôtels : Rœmischer-Kaiser 
(VEmperear-Romain) ; Weisses-Ross ( le 
Gbevil-Btanc). — Cette ville était autrefois 
lu capitale de la Thuringo ; c*est mainte- 
2iant eœ ville forte de seconde classe ap- 
partenaDià la Prusse. — Curiositét: les 
lortiûeatioQS ; le dôme ou cathédraîey avec 
ses trois belles tours et sa fameuse cloche 



dans lequel Tartiste s*est peint , ainsi que 
ses amis Luther et Melanchthon. Ce tem- 
ple renfenne aussi les restes dei4 membres 
de la famille ducale, ainsi que la tombe de 
rillustre écrivain Hcrder. 

Dans le cimetière derégliscS/-/ac9tte« 
se trouve le tombeau de Lucas Cranach 
(mort en 1555). 

Lepa/aûestunbel édifice, meublé avec 
goût, et orné de belles fresques dues aux 
pinceaux d'artistes modernes, tels que iVe- 
Aer, Preller , etc. 

La bibliothèque publique se trouve au- 
près du palais ; on y remarque une riche 
collection de bons ouvrages et plusieurs 
portraits, pari. Cranach et autres artistes; 
des bustes de Schiller par Danneckety el 
appelée Glorima ; un superbe bas-relief de Goethe par David, de grandeur colos* 



en bronze, ^ Peter Vischer; une remar- 
quable SahUe FamMe, pari. Cranach, 
el une aotre toile par Van Eyck ; la cet- 
UtUde Luther , au ci-devani couvent des 
AogQstios: le logement qu'occupait le ré- 
fitrmatenr a été conservé dans son étatpri- 
nitif; on y remarque son portrait, sa Bible, 
«t d'antres objets lui ayant appartenu. L'é- 
ifiae dite Sehottenkirche', l'église du cha- 
pitre ; i*ég)tse des religieux déchaussés, qui 
renJèrme beaucoup d'antiquités ; le bâti- 
nent de la Régence ; le parc aux Cerfs ; le 
pont des Merciers ; l'institut des sourds- 
nmels; la heWe place Frédério-Guillau- 
me » avec, des plantations superbes et le 
Donoment de l'électeur Charle^oseph. — 
Pop. 28,000 hab. 

 nne petite distance d'Erforth, nous 
allBgnotts le village de Bu«/e6en, près du- 
quel se trouve V hôpital de St-Georges; 
h nous quittons le sol prussien pour entrer 
dans la Saxe-Weimar 

WEÏMAR.— ^d/e/«: Erbprinz (Prince- 
Héréditaire) ; l'Eléphant; Russiscner-Hof 
(hôtel de Russie); le Soleil. — Weimar, 
agréablement située dans une jolie vallée 
arrosée par Vllm, est la résidence du grand- 
doc de Saxe- Weimar. L'absence presque 
complète de commerce et d'industrie don> 
ne â cette ville ducale un aspect assez mo- 
notone, malgré leséjourdela cour. — Cu- 
riosités: la Stadlkirch (église de ville), 
sor le maître-autel de laquelle on admire 
un cnicîiîementde Lueas Cranach, tableau 



sale ; les bustes de Herder et de Wieland, 
ainsi que divers objets ayant appartenu à 
des personnages historiques. La maison de 
Goethe, dans laquelle il mourut en 1852, 
est située dans Frauenpto^s. Le nouveau 
cimetière, où se trouvent le monument du 
grand-doc Charies-Âugusteet les tombeaux 
de Goethe et de Schiller. >- Pop. 1S,000 
hab. 

pROVENADEs. — Le parc et les jardins 
anglais du palais, qui sont fort beaux; ils 
s'étendent sur les bords de l'iîm; une su- 
perbe avenue conduit à la résidence 
d'été du duc , appelée Belvédère. Le 
jardin du duc est délicieux, et on y jouit 
d'une belle vue. Le grand-duc possède à 
Tieffurth un autre château qui est aussi 
fbrt remarquable , et dans une riante si- 
tuation. 

NAUMBOURG.— Fo/eto : Blauer-Hecht 
(le Brochet^Dleu), dans la ville; Preussis- 
cher-Hof (hôtel de Prusse) , hors la ville, 
— Naurabourg est une ville industrielle si- 
tuée dans la riante vallée de la Saale, au mi- 
lieu d'un pittoresque amphithéâtre de col*- 
lines couvertes de vignes, de jardins et de 
jolies habitations. — Curiosités : la cathé' 
drale , monument gothique remarquable par 
sa grande antiquité (1027) et les objets cu- 
rieux qu'il renferme; V église St-Wen» 
ceslas, qui renferme une belle toile repré- 
sentant le Christ bénissant les enfants, par 
Cranach ; le palais Royal et Vhôtel de 
ville sont également remarquables. — 



dbyGoogk 



260 



BOUTE 279. — DE PABIS A BEBUIf. 



Commerce: BoDoeterie, parfumerie et 
souliers en grande quantité. — Pop.iSfOOO 
hab. 

Nous continuons de voyager dans la 
riante et fertile vallée de la Saale , jus- 
qu'à 

WEISSENFELS. — Hôieis : Drei - 
Schwane (les Trois-Cygnes) ; Zum-Schul- 
zen (au Chasseur). — Petite ville située 
fort agréablement sur la Saale, qu'on tra- 
verse sur un beau pont. — Curiosilés: 
le château , sur une éminence , qui sert 
maintenant de caserne ; VéglisCf qui ren- 
ferme quelques tombeaux assez intéres- 
sants; VÀmsthause (hôtel de ville), où fut 
déposé le corps de Gustave-Adolphe après 
la bataille de Lutzen. — Commerce : fila- 
tures, amidon, orfèvrerie estimée. — Pop. 
6,000 hab. 

Si, de cette viUe , le voyageur veut quit- 
ter la. route de Leipsick, l'embranchement 
du nord le conduira de même à Berlin en 
passant par Mersebourg et Halle ; des dili- 
gences font tous les jours ce service. 

En continuant & descendre la Saale, 
nous apercevrons bientôt le village de 

ROSSBACH , célèbre par la victoire que 
remporta Frédéric II, roi de Prusse, sur 
les Impériaux et les Français , en i751 ; 
un monument y a été érigé en 1814 à l'ar- 
mée prussienne. 

C'est dans le défilé de Rippachy un peu 
avant d'atteindre Lutzen, que le maréchal 
Bessières fut tué dans une escarmouche, 
la veille delà bataille du 2 mai 1815. 

LUTZEN. — BôteU peu confortables. 
— CeUe petite localité, de 1,500 hab. , 
n'offre que ses souvenirs historiques. Â 
peine a-t~on franchi son enceinte, qu'un 
trouve sur lecOté de la route un monument 
en granit ombragé de quelques peupliers ; 
c'est la Pierre des Suédois (Scnwedens- 
tein) ;. elle indique l'endroit où Gustave- 
Adolphe fut tué en 1651. Ce même champ 
de bataille devait être illustré par une vic- 
toire plus mémorable. C'est près du village 
de GrosS'Gorchen que , le 2 mai 1813, 
Napoléon défit les armées russe et prus- 
sienne. C'est près du bel obélisque enfer 
surmonté d'une croix, que fut tué le prin- 
ce Léopold de Uesse-Honibourg ; le roi de 
Prusselui fil élever ce monumenten 1817. 



LEIPSICK ou Leipsig. — Hôtels de 
premier ordre : de Bavière, contenant 1 00 
lits et de l>eaux salons ; de Russie ; Blu- 
menberg, bien situé ; dePiusse : cefutdaas 
cet hôtel que Napoléon établit son quartier 
général en 181 5; de Saxe; Stadt-Rom (la 
Ville de Rome), près l'embarcadère du che- 
min de fer ; Rheinischer-Hof (la Cour-du- 
Rhin). — Les Hôtels de second ordre sont 
ceux : de Pologne, de la Ville-dc-llambourg, 
le Bouclier-Vert, etc. — A l'époque de la 
foire, le prix d'une chambre est double do 
prix ordinaire , c'est-à-dire un thaler au 
lieu de 12 bons gros (environ 5 fr. 75 c). 

— iîe«(atfrflf ettf.-Aecklin, place du Mar- 
ché ; bonne maison. — Café Fetche, très 
bien situé. Les prix ordinaires sont : chin»- 
bre avec salon, environ 6 fr, par jour; — 
un lit, 2 à 3 fr. ; — dcieuoer, 1 fr. 50 c. ; 

— dîner li table d'hôte, à une heure, 2 fr. ; 
à quatre heures, 5 fr., sans le vin qui se 
paye à part. Leser\ice onbonne-main se 
paye, dans les hôtels de premier ordre, k 
raison de 1 fr. par jour, et 50 c. dansceoi 
de second ordre (8 gros ou 4 gros). — Des 
voitures partent de ces différents hôtels 
pour conduire les voyageurs qui prennent 
le chemin de fer, et ramener ceux qui arri- 
vent—Prix : 5 s. g. (60 c.) 

Leipsick est bâtie dans une plaine ferti- 
le qu'arrosent VElster et la Pleisse ; on y 
compte environ 2,000 maisons ; son com- 
merce est considérable , et ses foires sont 
fréquentées par les marchands du monde 
entier. — Elle a de beaux faubourgs, i 
l'entrée desquels s'élèvent quatre portes 
majestueuses. Cette cité commerçante pos- 
sède 6 églises luthériennes, 1 réformée, et 
1 chapelle catholique dans le chiteau pour 
la famille royale qui est catholique. — Ct*- 
riosités: l'université , la plus ancienne 
(1409) après celle de Prague et l'une des 
plus célèbres de l'Europe; on y compteplus 
de 80 professeurs et plus de i .000 étu- 
diants ; elle renferme une riche bibliothè* 
que , un muséum d'histoire naturelle et 
d'anatomie et plusieurs beaux édifices mo- 
dernes; la bibliothèque de la ville occu- 
pe une salle très longue et très belle ; V égli- 
se St'NicolaSf noble édifice, mais surchar- 
gé d'ornements. 

La Grande Place du Marché est belle 



dbyGoogk 



ROCTB 279. — DE PARIS A BEBLIN. 



361 



et pitloresqne ; les édifices qui l'entourenl 
Boat d'uaearcbitecture élégante, princi pa- 
iement VhôUl de ville (Rathhaus), con»- 
irait en 1556 ; la maison nommée Kœnig- 
skaus (MÛS011 royale), habitée autrefois par 
lei électeurs el rob de Saxe, lorsqu'ils vi- 
sitaient Lôpsick. Non loin de lii se trouve 
le eellier d*Auerbaà^ voûte immense située 
sous une vieille maison où l'on vend du vin 
et de U biire, et dans laquelle, d'après la 
légende, k docteur Faustus exerçait la ma-| 
^e ; c*est aiesi dans ce cellier (|ue Goethe 
a placé une scène de sa tragédie de Faust. 
Après TAugusteum, le plus bel édifice 
de h ville est, sans contredit, la nouvelle 
jfoeie , située dans Dresdner Sirass , Gri- 
maeisch Varstadt; un peu plus loin est si- 
tué le cimetière St-^ean , contenant les 
iDonameDtsdeGtf/ierl, Spahr^ Rosenmûl- 
ler, Pcdiiiy etc. 

Vers Teitrémité E. de la ville, s'élève le 



Chemin de fer (Eisenbahn). — Pour 
Dresde t BreslaueX Vienne; — pour Ho f^ 
Nuremberg et Munich. 

Ici le voyageur peut, à son choix, con- 
tinuer la route de poste qu'il a suivie ju»- 
qu'alors, ou prendre le chemin de fer de 
i?er/fi» ; parcours, 29 m. Stations: Scl>^ 
keuditz, Halle, Surosdorf, Rœlhen.Dessau, 
Rosslau , Kosswig,Wittemberg, Zahna,JQ- 
lerliogk, Luckenwalde, Trcbbin et Berlin. 

Départs: à 6 et il heures du matin, et 
à i heures après midi. On peut aussi pren- 
dre un wagon de 3« classe, avec le train 
des marchandises, à 6 h. 1/2 du matin, 
ou bien celui de 6 h. du soir ; ce convoi 
passe la nuit à /CceZ/ien, et ne quitte cette 
ville que le lendemain h 6h . du matin. Tra- 
jetjusqu'à Berlin, 5h. environ. 

L'embarcadère de ce rail- way est entre 
le faubourg de Halle et lapoKe deGrimma, 
tout près de l'embarcadère du rail-way de 



tkâteau de F/rissen^ourg (l'ancienne uita-i Dresde 
dgMe); la tour de cet édiûce est occupée par| Nous conduirons le voyageur sur la voie 
rabsmatoire de l'université. De la plate- de fer, parce que c'est presque la seule 
fonne de cette tour, l'œil contemple avec suivie aujourd'hui, et de plus, c'est que la 
00 sentiment douloureux le trop fameux route de poste entre Leipsick et Willem-^ 
ckampdebataUleJeUipsickM 156,000|6er9, ville où se réunissent les deux voies, 
soldats français combattirent héroïquement n'offre aucun intérêt au touriste 



pendant trois jours contre 250,000 hom 



Le chemin descend d'abord la vallée de 
TElster, traverse le champ de bataille de 
Promenades el jardins. — Rien n'est Breitenfeld, oii Gustave-Adolphe défit le 
plnsagréableqoe les promenades et les riants 'général de Tilly, jusqu'à 
jardins qui enceignentla ville, dont on peut j SCHKEUDITZ (lr« station}, ville de 
&ire le tour (en dedans des taubourgs) dans, 2,600 hab. ; on y voit le monument deGu»- 
3/4 d'heure environ. La promenade prèstave-Adolphe. 

de la porte Grimma mérite surtout d'être 1 HALLE, 2^ station. — Hôtels : Rron- 
cilée. Apeinea-t-on franchi les murs, que' prinz ( Prince-Royal ) ; Stadt-Zurich (la 
Von aperçoit le jardin public de Gerluird, Ville-df -Zurich), où l'on est très bien; 
dans lequel se trouve le monument du prin- hôtel du chemin de fer ( zur Eisenbahn), 
ce PoBÎatow^ki ; une modeste pierre érigée nouveau et bon ; Goldener Lœwe ( le 
sar Je bord de la rivière recouvre les restes Lion-d'Or) ; Stadt-Hamburg ( la Yille- 
du lier» polonais. La Ao«en/^/ (vallée de-Hambourg). — Halle est une an- 
des roses), doit être aussi visitée — Com-| cienne ville située sur la rive droite de la 
meree: de librairie , immense; manufac-, 5ao/e, et célèbre par son université fou- 
lures considérables d'étoffes, de galons d 'or dée en 1691 par Frédéric I«r, roi de Pru»- 
ft d'argent, de draps peints qui imitent les | se, et à laquelle on a réuni celle de Wit- 



tapisseries ; — laines et grande exporta- 
tion d'allouettes. Les deux grandes foires 
de Leipsick sont : celle de Pâques et 
celle de la Si-Michel , qui durent l'une 
et l'autre trois semaines. —Pop. 60,000 
bab, 



temberg en 1815 ; elle est principalement 
renommée comme école de théologie pour 
les protestants ; le nombre des étudiants s'é- 
lève à 800 environ: sa bibliothèque renfer- 
me à peu près 50,000 vol. 
EoiriCES REUGiEUx . — Les plus remar* 



dbyGoogk 



set 



ROUTE 279. 



DE PAB1S A BEBUN. 



quftbies sont : Véglise de Sainte-Marie 
(Markt-Kirch), d'un style gothique élégant, 
terminée en 1554; elle renferme une pein- 
ture fort belle de L. Cranack. On ad- 
mire aussi sur le maître -autel le mariage 
delà Vierge t du même artiste. Véglise de 
iSMfflttricc(Moritz-Kirche), bien que pe- 
tite, offre un joli spécimen d'architecture 
gothique; elle renferme d'intéressantes 
sculptures et environ dix peintures de Té- 
colc w'Cstphalienne : la chaire mérite d'ê- 
tre vue. La cû/A«dra/e renferme plusieurs 
bons tableaux. L'église SUUlric réclame 
aussi Tattention du voyageur, 

Lz Résidence, jadis palais de l'archevê- 
que; la maison des Orphelins (Waisen 
Haus), fondée en 1698 par Franke^ ecclé- 
siastique et professeur à Halle : ce magni- 
fique et libéral établissement est situé dans 
le faubourg de Glanca. On y voit une belle 
statue en bronze du généreux fondateur, 
par Ranch, et une bonne 6i6/io/^èçt(e. 

Etablissements scientifiques — 
L'observatoire, le jardin }M)tanique, les col- 
lections d'histoire naturelle , le cabinet de 
minéralogie de M . Sack. 

Le théâtre^ terminé en 1836, est assez 
remarquable. 

Salines. — Elles étaient connues des 
temps les plus reculés : plusieurs des sour- 
ces salantes se trouvent dans la ville ; mais 
les salines royales (Salinen) sont situées 
en dehors des murs, sur une Ile qui sort de 
la Saale — Pop. 27,000 hab 

Hors des murs, vers l'est de la ville, s'é- 
lève un monumen/ élégant érigé à la mé- 
moire des soldats qui ont succombé dans la 
funeste bataille de Leipsick, en 1815. 

KOETHEN ou COTHEiN (.V station). -^ 
Hôtels : Grosscr-Gasthof (le Grand-Hôtel) ; 
Prinz von Preussen ; (du Prince-de-Prus- 
se). — Celle ville sert de résidence au duc 
d'Ânhalt-Koethen. —Curiosités: le nou- 
veau châteatt ; Véglise catholique et le 
théâtre.— Pop. 6,000 hab. 

DESSAU (ie station).— Hdtete; Brau- 
ner-Hirsch (le Cerf-Brun); Goldene^Ring 
(rAnncau-d'Or) ; Goldener-Beutel(laBour- 
se-d'Or). Capitale du duché d'Anhalt-Des- 
sau, située sur la rive gauche de la Mulde. 
— Curiosités: le palais , construit en 
HiS ; il renfenne une bibliothèque dans 



laquelle on conserve plusieurs manuscrits 
de Luther; un c<i6t ne/ de curiosités et d'an- 
tiques, et une galerie de peinture; Véglise 
du cMteau renferme la Cène, de L. Cra- 
nach , belle composition où figurent les 
portraits des principaux réformateurs. C^est 
dans cette église que sont inhumés les mem- 
bres de la famille ducale ; Véglise parois^ 
siale; le cimetière; le théâtre ; les bains 
de la Mulde ; la bibliothèque ducale; l'é- 
cole principale , avec une bibliothèque et 
une collection de modèles ; le séminaire des 
maîtres d'école; une bonne école de Jui& ; 
l'institut de Louise; l'académie de chant. — 
Commerce : tanneries considérables, com- 
merce de laine , filatures de laine avec 
des machines à vapeur, une manuiacture 
de chapeaux, etc. — Pop, 4i,000hab. 

ROSLÂU (5« staUon). — Petite ville de 
1 ,200 hab. , située à la jonction de la Âoa»- 
la et de VEÏbe ; ruines d'un ancien chà" 
teau. 

KOSWIGou COSWIG (6e8tat.). — 
Ville ancienne, dans une belle situation sur 
la rive droite de l'Elbe. — Pop. 5^000 
hab. 

A 2 milles au sud , sur la rive opposée 
de l'Elbe, se trouve 

WORLITZ. — Eôtel Eichen-Kranz Oa 
Couronne-de-Chêne). — Résidence d'été 
du prince d'Anhalt-Dessau. Nous engageons 
le voyageur li visiter cette habitation prin- 
cière, dont le parc passe pour un des plus 
beaux de l'Allemagne. On y trouve aussi 
des peintures des vieux maîtres allemands. 

WITTEMBERG (7e stat.). — Hôtels : 
Stadt-London (Ville-de-Londres) ; Schwar- 
ze-Baer(rOurs-Noir) ; Traube (la Grappe). 
— Ville fortifiée, sur la rive droite de l'H- 
be, sale et mal pavée. — Curiosités : l'é- 
glise du château. C'est dans cette église 
que Luther afficha, le 31 octobre 1 51 7 , ses 
95 thèses. Elle renferme le tombeau du 
réformateur, et celui de son ami Mélan- 
chton ; l'ancien couvent de St-Augustin, 
où se trouve le logement de Luther, après 
son mariage. Tout y est encore dans le mê- 
me état qu'alors. 

Sur la place du Marché s'élève un pe- 
tit ddme gothique en fer eoulé, renfermant 
nne statue enbrome de Luther, par 5cAa- 
doWf érigée en 1821. Tout près de ce mo- 



dbyGoogk 



BOUTE 3M« — DB PABIS A BEBLIN. 



3Ô9 



Bt eAl^Rathkmm (hôtel de ville), 
qui reaferme le» portraits de Luther et de 
MéUnchtm, aiiMi que ceux des autres ré- 
Sotmaleiini de cette époque , par I. Cra- 
mmek. L'église de la VOU (Stadt-Kirobe), 
i|iB se Irouve tout près, possède des fonts 
btpUsmaax en bronze, par Hermann Vis- 
cher, 1457, et deux belles toiles , par I. 
Cranoeh ; le pont sur l'Elbe , long de 
300 mHrcs. — Pop. 8,S00 hab. 

A partir de Wittemberg , le rail-wayne 
qiûtie plus h grande route de Leipsick à 
Beriin. 

JUTERBOGK (9«stat.).— IT^^eila Pos- 
te. — Tille de 5,000 hab. — Dans l'égli- 



se de St^NicolaSj d'architecture gothique, 
on conserve la caisse aux indulgences de 
Tet%el , antagoniste de Luther ; c'est un 
grand coffre de bois, cerclé de fer. 

LUCKENVVALDE (10e stet.). — Ville 
de 5,000 hab. sur la Nullie; elle est célè- 
bre par ses maoufeclures de draps à grande 
largeur. Non loin de cette station, nous tra- 
versons la Nuthe, et quelques minutes api^ 
nous arrivons è 

TREBBIN (He sUt.). — PeUtevillede 
1,iOO habitants, sur la grande route de 
poste, un peu i gauche du chemin de fer. 

BERLIN (v. r. ci-après). 



ROUTE 280. 
DE PARIS A BERIilHr, 

(S^ route) 

Par Yalekcienkes , Bruxelles , âix-là-Ghapelle , Cologne , 
Hanovre cl Magdebocrg. — Chemin de fer. — 52 niyr. , 9 kil. 
et 9 milles 4/4 jusqu'à Cologne. 



De Paris h Bruxelles ( voy. 

route S5o). 
Aix-b-Cbapelle. 

Stations, 

Bruxelles. 

Malînes. 

LooYain. 

Tiriemoni. 

Landeik. 

Varemme. 

IJégc. 

Verriers. 

Aii-la-Cfaapelle (Prusse) . 

Escfaweiier. 

(1 miUe aU. égale 7 kil. 1/2) 

Langerwdie. 

DQren. 

Buir. 

Horreni. 

Koenigsdorf. 

Cologne (Koln). 



57 


m.Ok. 


i5 


9 




20 




U 




20 




13 




14 




24 




24 




20 


1 mil. 3/4 


1 




i 


1/4 


i 


1/4 


1 


1/2 


» 


3/4 


i 


3/4 


De Paris] 



i Cologne, en 24 heures — Prix I»» classe 
56fr. 95c.2"'e43fr.25c. 

De Paris à Beriin en 53 heures 20 mi- 
nutes. 

Pour la description des localités que nous 
traversons, jusqu*à 

Valenciennes (v. routes 18 et 24). 

De Bruxelles à Aix-la-Chapelle 
(v. routes 253 et 259). 

Les voyageurs qui viennent d'arriver en 
Prusse par ta frontière belge sont obligés do 
faire viser leur passeport par les autorités 
de la rille ; mais ceux qui sont pressés et 
qui n'ont pas l'intention de s'arrêter, ont 
plus rite fait d'envoyer le passeport au bu- 
reau de police, à l'hOtel de ville, par un 
commissionnaire, ce qui n'exigera qu'une 
heure et coûtera 1 fr. 

AIX-LA-CHAPELLE, Aachen, — Bé- 
tels : du Grand-Monarque ; Nuellen's, hO- 
tel en face de la fontaine Elise et sur la 
promenade ; des Qualre*Saisons ; de l'Em- 
pereur ; Grand-HOtel, près des Bains; de 
Belle-Vue ; la Couronne - Impériale ; de 
la Boseou Aigle-Noir; du Dragon-d'Or. — 



dbyGoogk 



264 



BOUTE 280. 



DR PARIS A BEHIJN. 



Cafés: il la Fontaine Elise-, Haetschen- 
bourg, avec jardins; de la Redoute; café 
Littéraire. 

ÀiX'la-ChapeUey ville ancienne et chef- 
lieu de la province, était connue du temps 
des Romains sous le nom de Aquis Gra- 
nurn ; elle est riche en monuments et en 
souvenirs historiques; mais elle doit toute 
sa gloireJi Chsrlemagne qui y naquit, et y 
mourut en 814. Ce souverain en fit la ca- 
pitale de ses Etats au nord des Alpes, et 
ordonna que les empereurs d'Allemagne ses 
successeurs y seraient couronnés. On en 
compte, depuis 8U jusqu'à 1531, 57, et 
il impératrices. L'ancienne partie de cet- 
te cité impériale est trisie ; les nouveaux 
quartiers sont foi-t bien bâtis et plus ani- 
més. — Curiosités : V hôtel de ville, où 
naquit Charieniagne , vaste et majestueux 
édifice ; le nouveau théâtre dont le portail 
est fort beau et la salle bien disposée. 

La fontaine Elise (Elisen-Brunnen) , 
esi située'surla place Frédéric-Guillaume; 
la façade est de style dorique, ayant une 
longueur d'environ 88 mètres. Au milieu 
de l'édifice s'élève une belle rotonde, et à 
droite et à gauche deux galeries, pour ser- 
vir de promenade aux buveurs : on y trou- 
ve un café, un restaurant très confortables. 
La reine Ehse de Prusse a permis que cet 
te fontaine portât son nom : son buste, en 
marbre de Carrare, par 31. F. Tieck, de 
Rerlin , est placé sur une console de mar 
bre blanc. 

MOXl MENTS HELIGIEUX. — Aix pOSSèdc 

il temples consacres au culte, 15 pour les 
catholiques, et 1 pour les luthériens et ré- 
formés; les plus remarquables sont: la ca- 
thédrale ou l'église yotre-Dame^ bâtie par 
Charlcmagne en "90-801. 11 la décora de 
quantité d'ouvrages en oreteu argent. Les 
portes et les grilles étaient d'airain. 11 fit 
venir les marbres et les mosaïques de Ro 
me et de Ravenne, mais depuis cette épo- 
que, elle a subi bien des altérations. Son 
trésor et ses reliques sont du plus haut 
intérêt. Au centre de l'église se trouve le 
tombeau de Charlemayne avec cette sim- 
ple inscription : Carolo Magno. 

On montre le fauteuil de pierre du cou- 
ronnement des empereurs; il est dans le 
HochroUnsler. 



Eglise St-Nicolas. — On voit au maî- 
tre-autel trois tableaux remWquables, re^ 
présentant trois scènes du Crucifiement: b 
Descente de croix est attribuée ii Van Dfjck^ 
et les deux autres à Diepenbeck. — Dans 
Véglise St-Michel^ se trouve une admira- 
ble Descente de croix par G. Hontortt. 
Les autres églises n'offrent rien de remar- 
quable. 

La Halle au blé. (Komhans) est un 
édifice du XIl® siècle très curieux. 

Nouvelle Redoute, — Elle est située sur 
le Compesbad : c'est un va?te bâtiment 
construit avec goût; le rez-de-chaussée est 
occupé par un restaurant et un marchand 
de gravures ; une salle magnifique, qui oc- 
cupe toute la profondeur du bâtiment, ain- 
si que des salons latéraux , sont ouverts 
toute la journée aux étrangers. — C'est 
le Kursaal des autres établissements de 
Bains. 

Etablissements thermaux. — Les 
sources minérales d*Aix jaillissent du C4*n- 
tre de la ville ; elles alimenienthuit établis- 
sements. La source de l'empereur consent 
une plus grande quantité de soufre qu'au- 
cune autre en Europe ; sa température est 
de 62o cent. Cette source et les sources 
cootigucs alimentent : 

Le Bain de l'Empereur^ situé rue Bfl- 
chel ; le Bain-Neuf, même rue ; le bain de 
la Reine de Hongrie , sur la place Hof ; 
le bain St-Quirin, qui touche aux bains 
précédents; le bain de la Rose, hôtel et 
bains ; le bain St-Comeille , bel établis- 
sement ; le bain St-Ckarles ; le Coii»- 
pesbad, ou hiÂn jAes pauvres, il est situé 
dans la rue Dahmengraben, contiguë au bain 
delà Rose. 

Industrie. — Manufactures de draps, 
Casimir, aiguilles, épingles ; filerics de fer 
et d'acier , cuivre et laiton, etc. — Pop. 
46,000liab. 

À ij'i kil. sud des portes de la ville, se 
trouve 

BoRCETTE (ail. Burtscheid). — Fd- 
tels : du Bain de la Rose , bains et hôtel 
avec table d'hôte ; du Bain de TÉpée, table 
et logement à peu près 5 fr par jour, etc. 
— Petite ville de 5,000 hab., jointe à Aix 
par une belle avenue plantée d'arbres. Cet 
établissement de bains est situé sur la pen/e 



dbyGoogk 



BOUTB S80. ^ DE PABIS A BBRUll. 



S65 



d*ajie colline esevpée , de sorte que 
me principale descend du sommet de cette 
hsniear jusqu'à la vallée où se trouvent les 
sources chaudes. 

Borcette est très fréquenté pendant la 
belle saison. 

Chemin de fer. — Poorltcge, 4con- 
Tob par jour; pour Bruxelles et Anvers^ 
5 fois par jour, et pour Ostende, direct, i 
fois par jour, en IS heures. 

Noos quittons la station d*Âix, située 
entre la ville et Borcette; un. superbe via- 
duc d>D%iroD 270 mètres de long sur 20 
de hauteur conduit de la station dans Té- 
froîte vallée de la Wurmbach. 

A 1 kil. 1/2, s'élève sur le cdté de la 
route le château de Frankenherg, tour 
d^one baule antiquité , tout à lait couverte 
de lifrre. 

Stobberc. — Hôteh : Weisses-Ros 
fCheval-Blanc) ; Deutsches-Haus (liaison- 
AlJemaode). — Ville manufecturière , è 
droite du chemin de fer. — Pop. S,000 
hab. 

Tout ce pays est riche en mines de 
hooille, et couvert de nombreuses usines. 
ESCHWEILER. — Hôielh Poste. — 
Petite ville industrieuse située à gauche du 
rail-vray ; elle possède des manufactures 
de soie, de fer, laiton, etc. , et un vieux 
ebiteau restauré dans l'ancien style . — Pop . 
3,600 hab. 

LANGER WEHE. — Un viaduc de sept 
arches porte le rail-way sur la vallée de la 
Wehe ; à noire droite est le village de Me- 
rode, berceau de la fiimillede ce nom, qui 
existe encore en Belgique. On traverse la 
Roer sur un pont de six arches 

DUREN. — Hôtels : la Poste ; Pfalzer- 
nof (du Palatioat) ; de Bellevue, près le 
chennn de fer. — Ville manu&cturière ; 
ses fabriques de draps et depapier sont très 
importantes. — Curiosités: Véglise Ste- 
Anne, surmontée d'une belle tour gothique ; 
on y conserve la tête de cette sainte. Durcn 
possède aussi une jolie église protestante . — 
Pop. 8,000 hab. 

Le rail'way passe de la vallée de FErfl 
dans celle du Rhin, au moyen du tunnel de 
Kœnigsdorff dont la longueur est d'en 
nron 1 ,800 mètres, le plus grand qui exis- 
te en Allemagne. 



La dernière station se nomme 

Mungersdorf. — D'ici la vue s'étend 
sur Cologne, dont les nombreuses tours 
et les clochers s'élèvent majestueusement 
devant nous. Bientôt nous passons entre 
deux forts, l'un à droite, l'autre à gauche, 
et enfin nous atteignons la station de Colo- 
gne, située non loin de la porte Sewerin 
{Sewerin Thor) . 

COLOGNE(all.Cœ/n).— Hd^efa: Disch, 
me du Pont, tenu par M. Capellen, ancien 
propriétaire de l'hôtel Breidenbach à Dus- 
seldorf. L'ouverture de ce splendilde éla- 
blissement a eu lieu le i^ a\Til 184>8; il 
est déjà fréquenté par les voyageurs d'élite. 
— Rheinischer-Hof (hôtel du Rhin); Hol- 
landischer-Hof (hôtel de Hollande) ; grand 
hôtel Royal; du Rheinberg: ces quatre der- 
niers hôtels sont sur le quai du Rhin, près 
de la station des bateaux i vapeur; Wiener- 
Hof (hôtel de Vienne) ; Germanisrher-Hof 
(hôtel d'Allemagne) , près de la cathédrale. 

Deutz, sur la rive droite du Rhin, com- 
munique avec Cologne par un pont de ba- 
teaux. — Hôtels : de Bellevue, dominant 
le Rhin et Cologne ; du Prince-Karl. — Ces 
deux hôtels sont ornés de jardins donnant 
sur le Rhin , et Ton y foit de la musique 
militaire tous les jours, dans la belle saison. 

Cologne , ville forte, entourée de rem- 
parts et de hautes murailles, avec 85 tours 
de défense, et des tourelles devant les 
remparts. Elle est située sur la rive gauche 
do Rhin ; c'est la cité la plus grande et la 
plus riche des bords de ce fleuve ; un grand 
pont volant sert de communication entre 
Cologne et Deutz. Ce dernier endroit, en- 
touré de remparts et de fortifications, 
forme la tête de pont de Cologne. L'inté- 
rieur de cette reine des cités allemandes, 
s'est embelli depuis quelques années. On 
y remarque de belles places et des rues 
assez bien percées. 

Edifices reugieux. — Le Dôme ou 
la cathédrale est la première des curiosités 
de la ville. Sa longueur est de 53 m., et 
sa largeur inférieure porte 133 m., tandis 
que celle du côté de l'ouest, jusqu'au 
fronton, comporte 77 m. La forme de l'é- 
glise est celle d'une croix. L'édifice n'est 
pas achevé, mais c'est un chef-d'œuvre de 
l'ancienne architecture teutonique. Ce no- 

Digitized by VjOOQIC 



266 



ROUTE 280. — DE PARIS A BERLIIf. 



blc édifice fut commencé en 1248, et on y 
travaillait encore en li99. Les travaux 
ont été repris depuis quelques années el 
on ne peut prévoir quand ils seront terrai 
nés ; de la plate-fonne de la tour la vue 
est magnifique. Le chœur ^ dont la voûte 
monte majestueusement vers le ciel, est la 
seule partie achevée de l'édifice , avec les 
chapelles qui y touchent : à l'entrée se 
trouvent deux statues de marbre blanc, la 
Vierge et saint Pierre. 

Le monument des trois rois , d*ordre 
ionique , est dans la chapelle derrière le 
ïnaître-autel ; il renferme l'antique châsse 
d'argent doré qui , outre les reliques des 
trois rois mages, Gaspard, Mekhior et 
Balthautr, contient aussi celles de saints 
Félix,Nabor et Grégoire de Spolette. On paie 
nnécu de Prusse pourvoircc monument et 
les trésors de la cathédrale. Entre le maî- 
tre-autel et la châsse se trouve une dalle 
qui recouvre le cœur de Marie de Médi- 
cis , et dans la chapelle Saint-Agnès, on 
voit une peinture de 1412, appelée Dom- 
hild , fort curieuse. Le vaisseau de cette 
église, quand elle sera terminée, aura en- 
viron 165 m. de longueur, égale à la hau- 
teur des tours , et sa largeur. 75 m. Près 
de 500 ouvriers y travaillent constam- 
ment 

L'église Saint -Pantaléon, près de 
l'embarcadère du chemin de fer de Bonn , 
est peut-ôtre le plus ancien édifice chré- 
tien de Cologne , car sa tour peut dater de 
980 ; elle sert maintenant de temple pro- 
testant. 

L'église Saint - Pierre a de beaux ta 
bleaux , surtout celui du maître-autel , qui 
représente le crucifiement de saint Pierre, 
par Rubens. On voit encore dans celle 
église les fonts de bronze où ce grand 
maître fut baptisé. L'église de Sainte- 
Marie au Capitule , la plus vieille de Co- 
logne, restaurée en 1818, avec un tableau 
du maître- autel par Durer, un orgue et des 
])einlures sur verre ; l'église de Sainte- 
Ursule . avec les crânes des 1 1 ,000 vier- 
Les, qu'on y montre encore. 

Le chapitre de Saint -Géréon et sa 
(oupole-, l'église des Apôtres. Toutes 
ces églises méritent d'être vues. Sur l'é- 
glise de la garnison il y a un télégraphe 



Monuments civils, — L'hôtel de ville , 
l'arsenal, la nouvelle salle de spectacle, le 
palais épiscopal , la bourse y l'hôtel de la 
régence, l'entrepôt des marchandises, avec 
une grande salle où l'on célèbre chaque 
année la fête musicale du Rhin et le car- 
naval, et qui sert aussi aux expositions 
d'art. La maison où Marie de Médicis mou- 
rut, et dans laquelle Rubens vint au mon- 
de , est ornée de deux inscriptions , el si- 
tuée dans la Stemgasse (rue de l'Etoile ) ; 
la tour de Claire , non loin du magasin à 
blé, est un édifice bâti par les Romains et 
encore bien conservé ; le collège protes- 
tant, ou de Frédéric-Guillaume , avec une 
bibliothèque et un jardin botanique; le 
collège catholique ou collège de Cologne , 
avec une belle bibliothèque et un cabinet 
de physique; le séminaire archiépiscopal 
dans l'ancien collège des Jésuites, etc. 

Le musée, dans Trankgasse, n^ 7, près 
de la cathédrale : prix d'entrée , 5 s. gr. 
par personne. Cette collection (don du 
professeur Walraff) ne se compose en 
partie que de tableaux de l'ancienne école 
de Cologne, panni lesquels on remarque le 
Jugement dernier , par maître Stephan 
de Coliigne (1410) ; la Mort de la Vierge , 
par Schoorel , et une Descente de croix , 
par Israël von Mecheln (1488); une 
Vierge et un enfiint, par maître William de 
Cologne (1380). 

Parmi les tableaux modernes : les Jui& 
captifs à Babylone, par Bendemann ; la 
cour d'un couvent pendant un ouragan de 
neige, par Lessing. Dans la salle inférieure 
se trouvent réunies les antiquités romaines 
trouvées dans Cologne ou aux environs, 
ainsi que plusieurs bustes et statues grec- 
ques. On y admire une tète de Méduse, 
ouvrage d'un grand prix. — Commerce: 
fabriques considérables d'eau de Cologne. 
— Pop. 80,000 hab. dont 7,000 pro- 
testants. 

Excursions. — Une des plus intéres- 
santes est Val>baye d'AUemberg, jusqu'à 
présent peu connue ; distance , 2 milles 
environ, non loin de la route de Cologne à 
Beriin. 

Bonn et les sept montagnes (par le 
chemin de fer) ; tr^jet 1 h. 

Chemin de fer. — Pour Aix-la-Cha- 



dbyGoogk 



ROUTE 280. — DE PARIS A BERLIN. 



peQe, 3 départs par jour; pour Bonn, 6 fois 
par jour ; pour Osleude, i fois par jour ; 
pour Anvers et Bruxelles, 2 fois par jour; 
pour Dusseldorf, dito; pour Berlin, par 
Hanovre , ploaears départs par jour. 

Bateaul a vapeur. — 3 ou 4 fois par 
jour dans Tété : en remontant le Rliiu 
jusqu'à Cohlent% , voyage de 2 |ours ; en 
descendant le Rhin jusqu'à Nimegue, par 
Dusseldorf , vovage d'environ 14 h., et de 
là à Roittrdam, 8 h. 

De Cologne le chemin de fer se dirige 
ven te nord . ja*«qu'à l'embranchement de 
la ligne eolre Dusseldorf et Elberfeld, et 
de là continue vers Eamm en passant par 



Dortmund 

de Hanmi à Beckam 

Wiedeobruck 

BîeJeieid 

Herioid. 

Refame 

MîDdeo 

Btickebourg 

Neondorf. 

Hanovre. 

Lehrte. 

Peine. 

Veclield. 

BninsMrick 

WoUènbuUel 

Schoeppenstedt. 

Jersbeim. 

Wegersieben. 

Oschersleben. 

Hadmersleben. 

LauEenweddîngen . 

Magdebourg. 

Bourg. 

Genthin. 

Brandebourg, 

Potsdam. 

Berlin. 



20 m. 

3 
3 

% 
2 
2 

3 
3 
2 
2 
1 
i 
i 
2 
i 
2 
i 
1 
2 

9 

5 
3 
4 
4 



1/2 
l'/4 
1/2 



1/4 
1/2 
1/2 
1/2 

3/4 
1/2 
5/4 
1/2 
14 
3/4 

1/4 



5/6 
3/6 

2/5 

'9 



Erwitte. 

Gesecke. 

Paderbom. 

Dribourg. 

Brackel. 

Hoxter. 

Holzminden. 

Eschershausen. 

Muhlenbeck. 

Gandersheim. 

Seesen. 

Lutter. 

Immendorf. 

Bninswick ou Brauschweig. 

Kœnigslutter. 

Hetmstadt. 

Erxleben 

Magdebourg. 

Burg. 

Genthin. 

Brandebourg. 

Grosskreulz 

Potsdam. 

Zehlendorf. 

Berlin. 



u 



De Cologne la route de poste passe par 



Slrasscrbof. 

Lennep. 

Schwelm. 

Hagen. 

Bruninghausen. 

Uuna. 

Weri. 

Soest. 



267 

2m. 1/4 

1 5/4 



2 
4 
3 
3 
3 
2 
3 

2 



1/2 
3/4 

1/2 
3/4 
1/2 
1/2 
5/i 
5/4 
5/4 
l74 



1/4 
1/2 

1/2 
1/2 



3/4 
12 
5/4 
1/4 

1/2 

1/4 



3Jukleim est la première station du 
chemin de fer pour Dusseldorf et Elber- 
feld. La route de poste incline à droite 
continuant vers le «.jusqu'à Elberfeld, 

Avant d'arriver à la station d'Elbcrfeld, 
nous entrons dans la pittoresque vallée de 
la Dttssehy animée par de grands et riches 
villages et d'activés manufactures. Près de 
.\fiTTMAN (Hôtel la poste) se trouve le ra- 
vin romantique appelé Das-Gestein . 

ELBERFELD (station). — Hôtels: 
Zweibrucker-Hof (Deu.\-Ponts) ; Kimifal- 
zer-Hof (la Cour-EIectoralc) ; Weidcn-Hof. 
— Celte ville est une des plus importantes 
des Etats prussiens, tant par sa population 
qui se monte à 45,000 hab., que par ses 
riches manufactures; elle est jointe à 
Barmen , ville de 55,000 hab. , par une 
rue non interrompue déplus de 1 mille de 
long; sa situation dans la riante vallée de 
la Wupper est pittoresque , saine et avant 
tageuse à son commerce ; mais la ville es- 
en général malpropre. 

Elberfeld se distingue principalement 
par ses fabriques de coton , de soie et de 
soie mCléc. — Curiosités : Thôtel de 

Digitized by VjOOQI^ 



2G8 



BOUTE 280. «^ DE PARIS A BERLIN. 



ville et l'église catholique , beanx édi- 
fices bâtis sur les plans de Schinkel. 
On y remarque encore le collège , l'é- 
cole d'industrie, et plusieurs établisse- 
ments de bienfaisance très bien organi- 
sés ; le casino avec un beau jardin ; les 
clubs de l'Harmonie, de la Concorde, etc.; 
le théâtre, les belles promenades dans les 
environs. On doit surtout conseiller au 
voyageur d'aller voir le belvédère construit 
sur le coteau de la Hardi, d'où l'on a une 
vue superbe sur la magnifique vallée de la 
Wupper. — La vallée pittoresque de la 
Ruhr , que Ton peut parcourir en deux à 
trois jours, mérite également d'être visitée. 

— Pop. 45,000 Itab. et avec Barmen 
80,000. 

DORTMUND (stat. j. —Fd/gi.ç ; Rœm. 
Kaiser ( l'Empereur romain) ; Kœlnischer- 
Hof (hôtel de Cologne). — Ville ancienne, 

— Curiosités: la ci-devant église des 
Dominic-ains , avec ses peintures de i 521 
et 1525 —Pop. 5,800 hab. 

HAMM (stat.). — Hôtel Stad Lon- 
don (la ville de Londres) , près de la por- 
te. — A 3 m. 1/2, le pittoresque château 
de Siidœstlich. — Pop. 5,500 hab. 

BIELFELD (stat.). — Hôtels : Drei 
Kronen (les Trois-Couronnes) ; Deutschcs- 
Haus (la maison allemande). — Cette ville 
est le centre du commerce de toiles de la 
Westphalie ; son vieux château sert main- 
tenant de prison ; les promenades autour de 
la ville sont jolies. — Pop. 6,000 hab. 

HERFORD (stat.). — Hôtels : Preus- 
sischer Hof (Hôtel de Prusse) ; stadl Berlin 
(la ville de Beriin). — Ville située sur la 
petite rivière la Were. — Curiosités : 
Tabbaye appelée Mœnhkirch, d'une grande 
antiquité, ainsi que plusieurs édifices. — 
A 9 kil. E. se trouve le monument co- 
lossal d'Hermann. — Pop. 4,000 hab. 

MINDEN (stat.). — Hôtels : Deutsches 
Haus (maison allemande); Prinz-Wilhcm 
(Prince Guillaume) — Ville forte de la 
i*russe , sur la rive gauche du Weser. 
Curiosités : là cathédrale , bel édifice go- 
thique, dont les fenêtres sont d'une grande 
légèreté ; l'église , sur la place , d'un style 
très pur ; le Rathhaus (hôtel de ville), et 
le pont sur le Weser. — Pop. 8,000 hab. 

HANOVRE (sut.). — Hôtels : Britan- 



nique, très bon ; de Strelitz ; Rœmischer- 
Kaiser (Empereur-Romain; de Hanovre; 
Stadt-Cell (la Ville-de-Celle) ; Stadt-Ham- 
bourg (la Ville-de-Hambourg). — Hanovre, 
capitale du royaume de Hanovre , est si- 
tuée dans une plaine sur la Leine, petite 
rivière. Vue de l'extérieur, cette \'ille n'est 
rien moins qu'imposante; l'intérieur a 
queUfue chose de monotone , et ne renfer- 
me que peu d'objets dignes d'attirer l'at- 
tention du voyageur. Ses plus belles rues 
sont : Georgeh-Strasse , Friederich-Str. d 
Adolphe-Str. — Curiosités: le vieux 
palais royal, nouvellement restauré ; l'ex- 
térieur est imposant et l'intérieur splendi- 
dement décoré ; son plus bel appartement 
est le Ritter-Saal : ce palais renferme 
une vaste collection de portraits de famille; 
les casernes , la Gewerbschule ( Ecole de 
commerce), l'école royale d'équitation, les 
écuries royales. 

La vieille ville renferme l'hôtel de ville, 
dont l'extérieur est orné d'une manière 
tout à fait curieuse , et plusieurs maisons 
gothiques ; celles de Lcibnitz est dans la 
Schmiede-Gasse. 

La Schlosskirche ( église du château ) 
est un bel édifice réparé depuis peu. 

La bibliothèqw, royale , riclie de 
GO,OÛO vol. environ, possède le fauteuil 
dans lequel Leibnitz étudiait , et dans le- 
quel il expira , ainsi qu'un grand nombre 
de manuscrits d'un haut intérêt. Près de 
la promenade publique s'élève le monu- 
ment de Leibniti ; et plus loin , le monu- 
ment de Waterloo , colonne de 50 m. de 
haut , surmontée d'une statue de la Vie- . 
toire. — La galerie de tableaux contient 
quelques belles toiles ; le théâtre est bien 
monté. — Hanovre est la patrie d'Hers- 
chel père. — Pop. 29,000 hab. 

A une petite distance de la ville ae 
trouve le palais royal de Herrnhausen , 
avec de beaux jets d'eau , dont l'un lance 
l'eau 11 60 m. de hauteur. 

A i kil. de la ville est Mont^-BriUani, 
résidence d'été du roi. 

De Hanovre une branche du chemin 
de fer de Berlin conduit i, 4 m. 1/2, 

HfLDESHEiH. — Hôtels: Reiniscber 
Hof (hôtel du Rhin) ; Wiener Hof (de 
Vienne); (ioldenerEngel(l'Ange-d'Or). — 



dbyGoogk 



BOUTE 280. — DE PABIS A BBnLI?(. 



269 



Aaeienne viiie êpiscopale , située sur la 
leiae. — Cnrimlés : la cathédrale , bel 
édifice , ïTtt d« portes en bronze riche- 
■enl ciseltti et d*un travail curieux. Sur 
b place, ooeeobnne de bron%e, avec de? 
tofrfdie&fepcweDtanlSSsajeUdelavie de 
Notre SeigMur: Téglise Saint-Godehard 
très curiwse; les églises de Saint-André 
el SûifU'Umben, qui méritent d'être vi- 
Miées; le Rûthhavt et le Tempelhaus 
«wtèptaBtttcurienx. — Pop. 44,000 
kab. 

Bqjrttiit le chemin de Berlin, nous 
tewwwPdw, KecA^Wct 
BRDISWICK, station où les voyageurs 

aoiliaKî la roule de poste depuis Co- 
gifagatteot pour prendre le rail-way 
Jwpi'l Berfin Nous allons décrire la voie 
gjps**, depuis Cologne jusqu'à Bruns- 

LESSEP - Hôtel Berliner-Hof ( hô- 
I* Bwiifl) — Petite ville de 5.000 
, me des mauufiiclures de draps Qns. 
[ ce pajs est couvert de coilines es- 
' s oifrant un bel aspect. 
"miM. — Hôtel Mariusche-Hof. 
5 vifle pleine de vie et d'activité , 
e te h vallée d'Ennepe. Cette jolie 
"! «si coaTerte de villages qui pos- 
^pâquetous des manufactures. 

- Hôtel Kœnig-von-Preussen 
lide Prusse). — Celte ville a de bon- 
set 3,500 hab. Deux routes de 
I se rencontrent ici; celle de droite 
kl à CoAf/, et l'autre, à laquelle nous 
' s le dos, mène ï Halver. C'est en- 
i et Unna que se trouvent les 
Ide (àaiboD qui font la principale ri- 
^éeaite contrée. 

'Hôieh: Kœnig-von-Preus- 

^ bRoî de Prusse), confortable et pro- 

[la Peste, bon; Stadt-London (la 

' ï-Loodres). — Ville singulière, en- 

tde mure antiques. — Curiosités : 

édifice byzantin; la Wiesen- 

I, spétimen splendide du gothique 

md; Pétri -Kirch (église Saint- 

b), de style byzantin, aux arches ar- 

. La plus modernes des églises de 

talent dis Xin«, XIV* et XV» siè- 

'?&p. 7,600 hab. 

ORN. — EôteU : Rœmischcr- 



Hof; Preusischftr-Hof; Weisser-Hof. — 
Ville située sur la Pader , dont la source 
est au milieu de la ville. — Curiosités : 
l'église du chapitre , bâtie au commence- 
ment dn Xl« siècle ; l'église des ci-devant 
jésuites ; le gymnase , avec une bibliothè> 
que ; le séminaire des prêtres ; le couvent 
des religieuses, etc. Théâtres, concerts 
d'hiver , bals bourgeois à l'hôtel de ville 
(Stadtdhaus) , édifice très pittoresque. — 
Pop. 8,000 hab. 

De Paderborn i Munster , Personen^ 
post, à 8 h. 1/2 du matin , en 1 5 h. Route 
de poste efc/iemtn de /er pour Casse/, 9 
milles en 2 h. environ. 

DRIBOURG. — Hôtels: de Madame 
Kothe, dans la ville ; Deutsches-Haus; aux 
Bains, bons. Un peu ^ l'est de celte petite 
ville , sur la roule d'Ybourg , se trouvent 
les bains alimentés par une source chaly- 
bée, une des plus fortes qne l'on con- 
naisse. 

Le Bain , avec ses bâtiments et établis- 
sements, n'est qu'à une petite distance de 
la ville. On y trouve la vieille et la nou- 
velle maison des bains ou Brunnenhaus, 
avec quantité de logements de différents 
prix. — Pop. i,000 hab 

BRUNSWICK (en ail. Braunschweig) . 
— Hôtels : d'Angleterre, bon ; Das- Deuts- 
ches-Haus (la maison-Allemande) ; Biauer- 
Engel (l'Ange-Bleu) ; de Prusse; Prinz- 
Wilhera (Prince-Guillaume); Reinischer- 
Hof (hôtel du Rhin). 

Brunswick est la capitale du duché de 
ce nom et la résidence du prince. Cette 
ville est située sur VOcker, et sa fondation 
remonte à une haute antiquité. Ses rues 
sont propres, et les façades de ses antiques 
maisons ofifrent une architecture des plus 
pittoresques. — Curiosités : le nouveau 
palais ou Schloss, édifice moderne magni- 
fique, il remplace celui brûlé par la popu- 
lace en 1830; le muséum , dans le Zeu- 
ghaus , renfermant : 1» une galerie de 
peinture, qui contient environ 1 70 toiles, 
parmi lesquelles on remarque des Jean 
Steens, Van der Helst, Hoïbein , Rem- 
brandt , Mierevelt , Giorgione , Palma 
Yecchio, le Guide, Raphaël, etc.; 2» une 
collection d'histoire naturelle; 5» une 
collection éCantiquités élastiques, fort 



dbyGoogk 



270 



ROUTE 280. — DE PABIS A BBBLlIf. 



curieuse. — Ce muséum est ouvert au 
public le mercredi et le samedi de H à 1 
h. , avec billets. Ces deux jours exceptés, 
il faut une permission spéciale du direc- 
teur , et payer un droit d'entrée de 2 tha- 
lersl/2. 

Le Ddme ou cathédrale de Sl-Blaise, 
patron de Brunswick, est un édiiice d'une 
architecture simple et solide , destyle 
normand et d'une grande antiquité (117*6- 
1250). Ce noble édifice renferme aes ob- 
jets d'art et historiques d'un haut intérôt: on 
y remarque entre autres, dans l'aile princi- 
pale , le mausolée de Henri le Lion et de 
sa femme Mathildc, fille de Richard-Coeur- 
de Lion, roi d'Angleterre. 

Au centre de la place, près de la cathé- 
drale, s'élève un ancien lion de bronze 
apporté de Constantinople par Henri le 
Lion. 

Les autres églises qyi méritent d'ôtre 
visitées sont celles de Saint - Martin , 
Sainte-Catherine^ Saint-Michel , sur la 
place de ce nom ; Saint-André , avec sa 
liaute tour, ci Saint-Egidj^ qui sert main- 
tenant de salle de concerts. 

Monuments civils. — La maison de 
ville (Alle-Rathhaus) , beau spécimen de 
l'architecture allemande, date de 1 300. Sa 
feçade est ornée des statues des princes de 
la maison de Guelfe. La halle aux draps, 
construction gothique, dont l'extérieur est 
orné de statues curieuses. Dans le Àlte- 
Siadt-Markt , non loin du Ralhhaus et 
de l'église Saint-Martin, est une riche 
fontaine gothiqtie en bronze, ornée de fl- 
gures, de devises et de cottes d'armes 
(date, 1408). 

Près de l'August-Thor (porte d'Au- 
jruste), se trouve un obélisque en fonte de 
20 m. de haut, élevé par les citoyens de 
la cité à leurs deux ducs qui périrent 
l'un à léna, et l'autre à Waterloo. 

Industrie , commerce. — Les deux 
principales branches d'industrie sont : la 
bière , connue sous le nom de Mumme, 
dont il se fait une vente considérable ; et 
les fabriques de chicorée.— P. S8,000h 

A une petite distance de la ville , sur la 
i-oute de Wolfenbuttel , est Richmomi, 
résidence d'été du duc : c'est un château 
de style gothique. 



Chemin de fer de Brunswick à Harts- 
bourg et à Alberstadt , à Celle ; plusieurs 
trains par jour. 

Les voyageurs pressés par le temps 
quittent à Brunswick la route de poste et 
prennent le chemin de fer de Magdebourg : 
trajet, 13 milles 3/4, en 5 h. 

WOLFENBUTTEL (stat.} . — HôteU : 
Erbprinz ( au Prince - Royal ) ; Goldner 
Loewe (le Lion-d'Or). — Ville située sur 
rOcker et renommée par sa célèbre biblio- 
thèque de 200,000 vol., contenant un 
grand nombre de bibles, parmi lesquelles 
se trouve celle de Luther avec des notes 
écrites de sa propre main. On y voit aussi 
sa bague de mariage , son anneau de doc- 
teur, sa cuiller, son verre et son portrait, 
pctnl par Cranach. Dans la principale 
église se trouve le monument de Lessing, 
qui fut longtemps bibliothécaire de cette 
ville. 

Le palais sert aujourd'hui de local à une 
fabrique; l'arsenal est transformé eu ca- 
serne, et le châteeu Philippsberg est chan- 
gé en prison. — Pop. 9^000 hab. 

Ici le rail-way se bifurque : la branche 
sud conduit à Hart%bourg, 6 milles, tout 
près de Coslar , dont nous parlerons dans 
notre excursion au Hart% ; Taotre branche 
que nous suivons se dirige vers l'est. 

OSCHERLEBEN , station ; de cette lo- 
calité , une branche du chemin de fer se 
dirige vers le sud et conduit à 2 milles 
3/4.. 

Halberstadt. — Hôtels : Von- 
Preussen ( de Prusse ) ; Prinz Eugen (du 
Prince-Eugène). — Ville très ancienne , 
située sur un bras de la Holiemme. — 
Curiosités : le dôme ou cathédrale^ édi- 
fice gothique très remarquable qui date du 
XII le siècle , et renferme un beau mo- 
nument; l'église de (Insère liebe-Frau, 
(Notre-Dame ), de style byzantin, est très 
ancienne ; le Rathhàus, le théâtre , sont 
d'anciens édifices. — Pop. 48,000 hab. 

Reprenant le chemin de fer de Berlin 
nous arrivons h 

MAGDEBOURG. — Hôtels : SUdt- 
London (la Ville-de-Londres j; Stadt-Pe- 
lersbourg (la Ville-de-Pclersbourg) ; Weisse- 
Schwan (le Cygne-Blanc); Prinz-von- 
Preussen (au Prince-de-Prussc) ; Herzog- 



dbyGoOgk 



BOUTE 280. 



DE PARIS A BERLIN. 



271 



Siepban (aa Doc-Etienne) ; près de la sta- 
lion du chemin de fer, nouvelle maison. — 
C'est Tune des cités les plus anciennes du 
nord de rAHemagne , et la capitale de la 
Saxe prussienne. Cette ville est bâtie sur 
TElbe, et reorerme 54,000 hab. , y 
compris b garnison. C'est une place forte 
du premier ordre, et dont retendue est 
telle , qu*il ûodrait une armée de plus de 
80,000 hommespourrinvestir entièrement. 
La citadelle , élevée sur une Ile formée 
par l'Elbe, date da XVlle siècle. — Cu- 
riontâ:h cathédrale, dédiée h saint 
Maurice, est Tune des plus belles construc- 
tions golhiqoes da nord de TAllemagne. 
Elle fiit érigée de 1211 à 1365. Elle ren- 
ferme plnsiears beaux mausolées et une 
. belle cbaire en albâtre ; du haut de sa tour 
( 100 m. de haut ), la vue est magnifique. 

Sur le Mte-Uarki (vieux marché^ , en 
face du Rathhaus ( maison de ville ) , se 
tnHire la statue équestre de l'empereur 
Othon , avec ses deux femmes , Tune k sa 
droite et Taotre à sa gauche. C'est le 
plus ancien monument de Magdebourg. 
il lot érigé II l'empereur , après sa mort 
(913), par la reconnaissance des citoyens. 

Le Breiie-Weg ( chemin large ) est la 
plus belle rue de Magdebourg ; le rempart 
des Princes {FurstenwaU) offre un beau 
coup d'oeil et une belle promenade. La mai- 
son des Princes ; la régence ; le magasin 
près de l'EUie; la prévOlé ; l'hOlel de 
ville. 

htabli$8ements littéraires et utiles. — 
Luther étndia yfagdebourg, etil raconte que 
laî, pauvre écolier, il allait souvent chan- 
ter devant les portes des gens riches, afin 
d'obtenir quelques légers secours . Le gym- 
nase du Dôme, Vinstitut de commerce, le 
séminaire des maîtresd'école, Vinstitut des 
^Ururgiens, l'école des sages-femmes, la 
bibliotkèque publique et celle de Sl-Mau- 
liee; les cabinets de tableaux, et d'autres 
curiosités de plusieurs particuliers. 

Commerce : le commerce est très floris- 
sant, surtout en marchandises de transit et 
d'expédition. — Pop. 54,000 hab. 

liOTEHS DE I^COHOTION. — Chemin 
de fer pour Dresde par Halle, et Leipsick 
pour Berlin par Rœthen , pour Hanovre, 
Brmuwîckei Halber$tadt, 



Steamers descendant l'Elbe jusqu*à 
Hambourg et Aliona, tous les jours dans 
l'été; prix, 8 el6 thaï. D'autres steamers 
remontent le Havel jusqu'à Berlin ; mais 
cette navigation est irrégulière à cause du 
manque d'eau pendant l'été. 

BOURG (stat.). — Hôtels tenus par 
MM. Roland et Sehrœder. — Ville active 
et florissante , dont un septième environ est 
occupé datls les manufactures de draps, 
établies dans l'origine par les protestants 
français obligés de fuir leur patrie . — Pop . 
i 2, 000 hab. 

GENTHIN (stat.). — Hôtel: Goldeno- 
Stem (l'Éloile-d'Or). — La roule passe 
près du canal qui réunit l'Elbe au Havel, et 
atteint les bords de cette rivière à Planen. 
— Pop. S, 000 hab. 

BRANDEBOURG (stat.). — Hôtels: 
de Brandebourg; Goldene-Engel (l'Ange- 
d'Or); Goldene-Kugel ( Boule»d'Ôr ) . — 
Ville ancienne, sur les bords du Havel ; 
la cathédrale se trouve dans une île formée 
par cette rivière. 

Curiosités: V église de Ste-Catherine, 
remarquable par son antiquité , bâtie en 
1410 : sa bibliothèque , ses fonts baptis- 
maux; la cathédrale, à Bourg-Brande- 
bourg, bâtie en 1 31 8, renferme des tableaux 
de Lucas Cranach, les tombeaux des trois 
margraves et quelques statues ; le collège 
des Nobles , le gymnase, le pont sur le 
Havel, la colonne de Roland, le Casino. 
Belle perspective de la montagne de Har- 
lung, La nouvelle hôtellerie ( der-Neue» 
Krug) ; Klein-Kreutz, avec des vignes sur 
le Havel. 

A 3 myr. de Helmstaedt, les Bains d'A- 
mélie, dans un vallon étroit. — Pop, 
U,000 hab. 

GROSS-KREUTZ(stat.). — La route 
passe tout près de plusieurs lacs considéra- 
bles formés par le liavel ; sur l'un d'eux se 
trouve la petite ville de 

Werder, dontnous admirons les beaux 
vergers et les vignes La route franchit ce 
lac, et bientôt on aperçoit à gauche les jar- 
dins de Sans-Souci. 

POTSDAM/fdiete.-Einsiedlerd'Ermite); 
Deutsche-Haus (l'hôtel Allemand) ; Golde- 
ner-Adler (l'Aigle-d'Or) ; de Bavière. 

Po/idam es lie Versailles prussien. Cette 

Digitized by VjOOQ IC 



27Î 



ROUTE 280. — DE PABIS A BERUN. 



ville est située sur la rive droite du Ha- 
vel, qui en cet endroit forme un lac dont 
les rives sont on ne peut plus pittoresques , 
et méritent d'être visitées, surtout pendant 
la belle saison. C'est une ville moderne, 
fondée par l'électeur de Brandettourg , 
et qui est devenue la résidence des rois ses 
successeurs. — On peut appeler Polsdam 
une ville de palais , car, outre ses quatre 
résidences royales , les maisons particu 
Hères ressemblent à des palais, tant par 
leur élégance que par leurs grandes di- 
mensions. 

Principaux édifices. — Véglise de 
la garnison (Garnison Kirche) , avec un 
carillon : on voit sous la chaire le tombeau 
de Frédéric le Grand et celui de son père 
Frédéric-Guillaume ; la nouvelle église ou 
Nicholaïkirche, sur le Vieux-Marché, fui 
construite de 1830 à 1837, sur les des- 
sins de Schinkel ; le style est corinthien ; 
l'intérieur est splendide, et décoré de bel- 
les fresques représentant les 1 2 apôtres, sur 
un fond d'or, etc., peintes par les premiers 
artistes de Beriin et de Ousseldori; Végli- 
ne française est bfitie sur le modèle du 
Panthéon de Rome. Près de l'église neuve 
se trouve le Rathhau8(h maison de ville) 
ressemblant à celle d'Amsterdam, et devant 
elle s'élève un obélisque assez joli ; le pa- 
lais-royal, dans la ville, n'offre rien de re- 
marquable , si ce n'est les appartements du 
grand Frédéric, qui se trouvent à peu près 
dans le môme état où il les a laissés : on y 
montre sa table à écrire tachée d'encre, son 
encrier, son piano avec de la musique de sa 
composition et écrite de sa propre main 
Toute cette partie du palais est d'un haut 
intérêt historique. 
-^ Nous citerons encore la maison de Bro- 
kes, une des plus belles de Potsdam, oii ré- 
side la cour des comptes ; les maisons de 
llillcret deBrand ; la maison des orphelins 
militaires, très vaste; la manufacture d'ar- 
mes ; la maison du tir; le théâtre ; la ca- 
serne des hussards de la garde, bel édifice 
du style lombardo-véoitien ; le beau pont 
de fer sur le liavel, de 8 arches de long ; 
la place Guillaume , ornée de la statue de 
Frédéric-Guillaume 111 ; la place d'Armes, 
devant le jardin du palais ; la porte de Bran- 
debourg, etc. 



Postdam a vu naître le roi de Prosie 
actuel et l'illustre Alexandre de HumboMt. 
-y Pop. 46,600 hab. 
*^ Sans-Souci. — Le jardin cx)mmence 
à quelques centaines de mètres hors la por- 
te de Brandebourg, à l'ouest de Potsdam ; 
il est disposé dans le goût de ceux de Ver- 
sailles, avec des allées droites, garnies de 
haies, de statues, de bassins , et une large 
avenue le traverse ^ l'extrémité de laquelle 
se trouve le nouveau palais 

Près de Potsdam, et à droite de Tave- 
nue, se trouve 

^ I^ palais de Sans-Souci , résidenced'é- 
té du roi, sur une hauteur de 20 mètres, h 
laquelle on arrive au moyen de terrasses, 
et d'où la vue est superbe. Les curieux y 
regardent surtout la chambre il coucher de 
Frédéric le Grand, où il mounit, son cabi- 
net de travail avec sa petite bibliothèque 
choisie, un berceau en treillage de fer qui 
fiitsa place favorite au jardin. — A gauche 
du château, la galerie de tableaux, dans on 
bâtiment superbe, riche encore, mais dont 
les plus belles peintures ont été portées à 
Berlin. Parmi celles qui restent: un jRu- 
bens, plusieurs toiles de Van Tulden , un 
Titien ,eic. — A peu de distance de celui- 
ci, se trouve le nouveau palais (neue Pa- 
lais), construit de 1763 k 1761^ , édifice 
somptueux ; il a 322 fenêtres et plus de 
300 statues, 72 chambres et salles, parmi 
lesquelles la salle de marbre, longue de 35 
mètres et large de 20 , et la salle de ro- 
cailles, d'une grandeur extraordinaire ; au 

din, on voit le temple des antiquités^ 
avec une magnifique statue de la reine Loui- J 
se, exécutée par Rauch : cette princesse yl 
est représentée couchée sur un sarcophage ; [ 
le temple d'amitié ; le pavillon japonais. [ 
Vers le sud est situé Charloltenhof, petit ^ 
château de plaisance avec un parc ; on y 
voit de belles fresques, des vases antiques, 
des fontaines, etc., et une superbe salle de 
bain, dont la baignoire en marbre noir de 
Russie est un chef-d'œuvre. 

Le roi Frédéric-Guillaume 111 a fait bl> 
tir en 1 787 , sur le bord du lac dit Heiligen- 
see, le palais de marbre (Marmor-palais) ; 
il est environné du nouveau jardin. Il res-^ 
te encore dans ce palais quelques bonnes 
peintures de Schneidert, une ou deux très 



* 



dbyGoogk 



BOUTE 280. — DB PAttlS A BEntlN. 



273 



ItcHes de Lucas Giordone , plosiears ta- 
bleaux de Hackert,des bos-relieis de Cano- 
Ta, etc. Dam la petite bibliothèque se trou- 
va un exemplaiTe des ouvrages de Frédé- 
ric le Grand: Us Œuvres mêlées du phi- 
losophe de Sans-Souciy avec privilège 
d'Apollon. Cet exemplaire renferme des 
notes critiques écrites de la main de Vol- 
taire. 

ZËfiLENDORF ( station et relais der pos- 
te). — Bientôt on aperçoit vers la gauche 
les tours de Spandau ; nous traversons le 
village de Schœneberg ; et au milieu de 
guinguettes, de cafés, de maisons de cam- 
pagne, nous entrons à Berlin par la porte 
de Potsdan. 

BERUN. —HôUU : du Nord, fort élé- 
gant ; de St-Péfcersbourg ; de Rome ; Bri 
tîsch-Hôtel ; Heinhartds-Hôtel ; LuzVHô- 
te\, tous soosles tilleuls ; hôtel de Russie, 
snr la place deracadémie d*architecture ; - 
hdtel de Brandebourg(Charlottenstr.);Rhei- 
nbch.-llof (hôtel du Rhin,Friedrich8str.), 
hôtels de Prusse et de France, tous les deux 
Leîpzigerstr. ; Koenigv. Portugal (Roi-de- 
Portugal), et Vhôlel de Saxe (dans la Bur- 
gsir.) ; Kranprinz v. Preussen (Prince- 
Be^a^de-Prusse , Koenigsstr.) ; Goldner- 
Âdler(Aigle-d*Or, Spandauerstr.); Schwar- 
ze-Adler (Aigle-Noir, Poststr.). — Voici 
les noms de quelques hôtels de deuxième 
rang: Landhaus; Hof v.Hoiland; dreiKro- 
Doi, etc. — L*étranffer qui veut séjourner 
quelque temps à Berlin fera bien de louer 
dans une maison particulière un apparte- 
ment meublé, quMl aura dans le prix de 6 
à 23 thaï, par mois; il pourra l'avoir aussi 
pour une seule semaine. 

Nous avons dé^ dit que les prix ordi- 
naifes en Presse étaient : pour une cham- 
bre, i^ étage, de 15 ^ 20 s. gr. ; au 2«, 
de 10 à 12 s. gr.;tab]ed'hdte, 15s.gr.; 
demi-bouteille de vin, 5 s. gr.; déjeuner 
avec thé on café, avec des œufs , pain et 
beurre, 6 s. gr. ; un valet de place, 1 tha- 
ler par jour, quoique la taxe ne soit que de 
20 s. gr. par jour, et pour une demi-jour- 
née, 10 s. gr. 

Des DrosekieSj espèces de fiacres dé- 
couverts, circulent dans les rues de Berlin ; 
prii pour une ou deux personnes: 1/4 h., 
5 s. gr.; — 1/2 h., 10 s.gr. ; — 3/4h., 



13 s. gr. ; — 1 h. , 15 s. gr. Le cocher 
présente à chaque personne une carte im- 
primée portant son numéro et la date du 
mois. 

Bureau des passeports , dans Molknn- 
markt, n» 2. — Grande poste aux let- 
tres : bureaux dans Kœnigsstrass, n<» 60 ; 
ouverts de 7 heures du matin jusqu'à 8 h. 
du soir. 

Berlin, capitale de la monarchie prus- 
sienne, est située sur la Sprée^ qui la tra- 
verse de l'ouest à l'est; quoique cette ri- 
vière ne présente qu'un faible cours d'eau, 
cela ne l'empêche pas de communiquer au 
moyen de canaux, d'un côté à la mer Bal- 
tique par l'Oder, et de l'autre à la mer du 
Nord par l'Elbe. Cette moderne capitale 
dont le séjour est des plus agréable, est 
une des plus belles villes de l'Europe. Elle 
se compose de plusieurs parties et faubourgs 
Le circuit de Beriin dans l'enceinte des 
murs est d'environ 2 milles 1/2. Sa plus 
grande longueur est presque de 1 m 1/2, 
et l'on y compte 19 portes. Il y a 4 fau- 
bourgs hors des murs ; la ville est divisée 
en 35 arrondissements ou quartiers de po- 
lice. Les rues sont presque toutes dirigées 
en ligne droite et fort régulièrement bâties, 
surtout les rues dites Breitestrass, Beh- 
renstr., Friedrichsstr. , Margrafenstrl, Leî- 
pzigerstr., la vieille et la nouvelle Wilhel- 
msstr., et en général les rues du quartier 
Frédéric, du quartier Frédéric-Guillaume 
et de la ville neuve. Dans cette dernière se 
trouve la belle promenade appelée Sousles 
Tilleuls (unter den Linden) ; cette prome- 
nade, qui a une longueur de 1,600 pas, 
forme une rue magnifique. 

Portes. — Parmi les portes de Beriin, 
dont plusieurs ne sont que de simples bar- 
rières, il n'y en a qu'une qui soit remar- 
quable, c'est la porte de Brandebourg 
(Brandenburger-Thor) , bâtie de 1 789 à 
1 793, d'après les propylées d'Athènes, et 
couronnée par un char de triomphe 

Places. — La place de Dœnhof, en- 
tourée de bâtiments magnifiques ; le jardin 
de plaisance {Lustgarten), entouré du châ- 
teau royal, de la cathédrale, de la bourse, 
du musée, des bâtiments de la douane, de 
l'arsenal , etc. — La place du château 
dansle quartier du vieux Koelln, sur laquelle 

Digitized by VjOOQIC 



J74 



ROUTE 280. — DB PABIS A BERLIlf. 



il y a un candélabre colossal qui éclaire pres- 
que toute la place ; la place de Y arsenal ^ 
avec la simple maison qui servait de d<^ 
meure au feu roi ; vis-à-vis, le magnifique 
arsenal, chef-d'œuvre du fameux architecte 
Schluter. À cOté de cet édifice on a posé 
un canon français dont le tuyau pèse 120 
quintaux, et^ mortiers d'un calibre extraor- 
dinaire qui ont servi, à ce que Ton assure, 
au siège de Cadix, entrepris inutilement par 
Napoléon ; tout près, le nouveau corps de 
garde, à côté duquel on voit les statues des 
généraux Bulow et Scharnhorst, en mar- 
bre de Carrare, exécutées par Rauch ; vis- 
à-vis de ces deux statues on a placé celle de 
Blucher, qui est de bronze, exécutée par 
le môme artiste. — La place de V Opéra 
avec la salle d'opéra , l'église catholique , 
la bibliothèque royale, l'édifice de l'univer- 
sité et le beau palais du prince de Prusse. 
Entre ces deux derniers édifices, à l'entrée 
de la promenade des Tilleuls, s'élève le ma- 
I gnifique monument récemment érigé à la 
\ mémoire de Frédéric le Grand. — Enfin 
Bcriin possède plus de 30 places, Icsquel 
les méritent toutes d'être visitées. 

Ponts — Le Pont-Long (Lange-Bru 
cke), près de la place du Palai*. On y voit 
la statue colossale en bronze de l'électeur 
Frédéric-Guillaume. — Le pont-du-cM- 
ieaUf entre le jardin de plaisance etla pla- 
tée de l'Arsenal, est si large, que sept voi- 
tures peuvent passer les unes à côté des au- 
tres. — Le nouveau po»/ Frédéric (neue 
Friedrichsbruckc ), tout en fer, bâti en 

182;i 

Edifices publics. — Le palais royal 
ou Schloss forme un carré d'environ 500 
mètres de circuit sur 5 4 mètres de hauteur. 
Les salles les plus magnifiques de ce palais 
.sont : la salle des chevaliers, avec le trône ; 
la salle blanche, agrandie dernièrement et 
décorée avec goût. La galerie de tableaux 
renferme encore quelques belles toiles; 
par Van Dyck^ Jules Romain, Rubens, 
David^ Lawrence^ etc. ^ 

On y trouve aussi quelques bons ouvra- 
ges de l'école allemande moderne. 

Dans l'aile du palais tournée versleLust 
garten, est la A'uruf/rammer (chambre des 
arts). Ces collections qui doivent bientôt 
faire partie du nouYeau muséum, méritent 



d'être vues; on. y est admis les mardis, 
mercredis, jeudis et vendredis, de 10 à i 
heures, avec billets , et comme on n'en dé- 
livre que 30 chaque jour, il est nécessaire 
d'en faire la demande quelque temps à l'a- 
vance. — La collection historique est du 
plus haut intérêt. 

Le Muséum , superbe édifice terminé 
en 1830, sur les dessins du savant archi* 
tecte Schinkel. Devant l'entrée se trouve 
un bassin colossal de granit poli de 7 mè- 
tres environ de diamètre. 

Collection des vases^ bronzes, etc.: en- 
trée derrière celle du Muséum , le mercre- 
di, avec billets. — Le nombre des vaset 
s'élève à 1,C00, disposés de la manière la 
plus favorable, et classés par siècle. 

Galerie de sculpture. — L'entrée pré- 
sente une vaste salle circulaire aux propor- 
tions imposantes , autour de laquelle sont 
des statues antiques. 

Galerie de peinture. — Elle est divi- 
sée en trente-sept C'Ompartiments ayant 
chacun à l'entrée un numéro qui .sert à les 
distinguer. Ces trente-sept divisions con- 
tiennent ayjourd'hui : tableaux allemands 
et flamands, 516; — tableaux français, 
italiens et espagnols, près de 500 ; — an- 
ciens tableaux italiens et flamands, consi- 
dérés comme originaux, 186. En tout, en- 
viron 1 ,202 tableaux. 

Lcole italienne. — Ou y voit des toi- 
les de : Andréa Mantegna ; Francesco 
Francia ; Pinturicchio ; Titien ; Ra- 
phaël: Gtovanni Santi ; du Corrège; 
Prudhon; Schlessinger ^ directeur de 
la galerie de tableaux ; Fra Bartholo- 
meo ; Sabbatini da Bologna ; Guido Re- 
ni;Ludovicco Caracci; Sasso-Ferrato; 
Michel'Ànge Caravage ; Carlo Dolct ; 
Lucas Giordano. 

Ecole française. — Nicolas Potusin ; 
Le Sueur. 

École espagnole. — Un iiurillo. 

École flamande et hollandaise. — 
Douze peintures précieuses par Jean et 
Hubert Van Dyck ; Hans Memling ; 
Lucas Cranach ; Hans Holbein ; Am- 
berger ; Quentin Metsys ; Rubenf ; Te- 
ntera; Rembrandt; Jacob Ruisdaèl ; 
JeanBoth ; de Heem ; Fran% Snyder$; 
Balthaior Denner. 



dbyGoOgk 



IIOUTB 280. 



DB PABtS A BEBLIN. 



275 



Deux grandes dmsions de la galerie sont 
occupées par les ouvrages remontant à l'en- 
fance de l art. On peut les considérer com- 
me les antiquités de la peinture ; ce sont 
en général des ouvrages byzantins et ita- 
liens. 

A droite du musée se trouvent la bourse 
et la cathédrale, h gauche la nouvelle doua 
ne et Farsenal , bâtis sur les dessins de 
Schluter : c*est un des plus beaux édifices 
de TEurope; au premier étage sont rangés 
50 ou 60,000 armes de toute espèce, for- 
mant un mosée militaire. 

Uanenal est ouvert aux nationaux le 
mercredi et le samedi , de 2 à 5 heures , 
ai-ec une permission du connnandant de 
rarseoal. Les étrangers doivent s'adresser 
au ministre de la guerre , Leipsigerstrasse, 
n« 5, 00 charger un valet de place de leur 
procurer un billet. 

Derrière Tarsenal se trouve la fonderie 
de canons , et vis-à-vis de l'arsenal le pa- 
lais du feu roi ; plus en arrière le conserva- 
toire de musique ( Sing-Âkademie), avec 
uœ grande et belle salle. La piace de l'o 
péra touche à celle de l'arsenal ; elle est 
entonrée des édifices de l'université, de l'a- 
cadémie des iirts et des sciences , et du 
vieil observatoire, où se trouve le télégra- 
phe (le nouvel observatoire est dans la rue 
des Tilleuls , Undenatrasse). L'opéra est 
sur la même place; la salle peut contenir 
3,000 speetateurs. 

Ce Uiéâtre peut passer pour un des plus 
beaux de l'Europe 

ÊmncES RELIGIEUX. — Berlin n'est pas 
ricbc en édifices religieux. L'église de St- 
Nicolas date du Xll« siècle, bien que l'in- 
teneur soit d'un style moderne. — L'é^^ùe 
Sainte-Marie, près du nouveau marché, 
bâtie dans le Xlli« siècle ; Tintérieur est 
dans le goût moderne. Le clocher, au haut 
duquel on jouit du plus beau coup d'oeil 
»ar la ville et les alentours de Berlin, a près 
de iOO mètres de haut , et fut rebâti en 
1 789-90. Véglise du Couvent-Gris date 
aussi du Xlll« siècle. — L'église parois- 
siale, avec on joh carillon. La nouvelle 
ègliMc et V église française, sur la place des 
GensHl'Ârroes, l'une et l'autre de la même 
onne et ornées chacune d'une tour super- 
be. — La eathédrate, près du jardin de 



plaisance. On y voit les tombeaux et mo- 
numents des électeurs Jean-Cicéron et Jac- 
ques 11, et les cercueils où reposent l'élec- 
teur Frédéric-Guillaume le Grand, et Fré- 
déric ler avec son épouse. — V église di 
la garnison, Véglise catholique ou de Ste- 
Hedwige, près de la place de l'Opéra, sur 
le modèle de la Rotonde de Ste-Marie à 
Rome, — L'église neuve du Werder, avec 
de belles peintures sur verre. 

Établissements littéraires et artisti- 
ques. — Vuniveisitéy fondée en 1809 : 
elle compte à peu près 1 00 professeurs ; 
— l'acadéniie des sciences (1 700) ; celle 
des arts (1699) ; — l'académie d'architec- 
ture, — l'école des métiers d'architectu- 
re, etc. 

Collections scientifiques et artis- 
tiques. — La bibliothèque royale ( ouver- 
te aux étrangers tous les jours), édifice 
sans goût, contenant environ 300,000 v. 
et à peu près 5,000 manuscrits, dont plu- 
sieurs sont très curieux. 

Musée égyptien. — 11 est dans une aile 
du palais de Monlbijou, et sera bientôt 
transporté au nouveau muséum. Cette col- 
lection des antiquités égyptiennes est une 
des plus curieuses de TEurope (ouverte au 
public tous les jeudis , de 10 à 4 h. Les 
voyageurs et les savants peuvent y entrer 
tous les jours en s'adrcssant à M. le di- 
recteur .J 

La galerie de tableaux au château de Bel- 
levue, à 1/2 heure delà ville, comprenant, 
pour la plupart, des ouvrages de l art mo- 
derne. 

Promenades et envirotis. — Berlin ne 
brille ni par ses promenades ni par ses en- 
virons. Dans la ville il n'y a que les pro- 
menades des Tilleuls et du jardin de plai- 
sance, devant le château royal. Hors l'en- 
ceinte de ses murs, cette capitale possède 
pourtant un parc magnifique, appelé Thier- 
garten (Jardin-des-B6tes), et situé devant 
la porte de Brandebourg. — Pop. 400,000 
hab., y compris la garnison d'environ 8000 
hommes. 

Chemins de fer. — Celui de Potsdarn, 
pour Magdebourg : embarcadère devant la 
porte de PoisJara ; — celui de Leipsick et 
Dresde : embarcadère devant la oorte 
d'Anhall -, celui de Francfort sur l'Oder, 



dbyGoOgk 



27(1 



ROUTE 281. — DB BBBLIIf A DRESDE. 



Bresîau et Vienne , près de la place de 
Strahu ; ~ celui de Stettin^ hors la porte 
d'Oreogebourg ; — et celui de Hambourg . 



Navigation a vapeur , pour Brande- 
bourg ^ Havelberg et Hambourg. 



ROUTE 281. 



•E BERIiinr A DRESDE 9 

Par WiTTEMBERG, Halle et Leipsick. — Chemin de fer (Eisen- 
bahn)j, 44 milles ^/2. 

Non loin de là, nons traversons la JM- 
de sur un pont de 19 arches, et bientôt après 
nous arrivons k 

WURZEN , station. — Hôtel mauvtts. 
— Petite ville de 3,000 hab., située wir 
la droite de la Mulde. Relais de poste. 

LUPPA , station el relais de poste, un 
peu au sud du rail-way, sur la route de 



Lndwigsfeld. 


3m. 1/4 


Trebbin. 


1 1/4 


Luckenwald. 


2 


Julerbogk. 


1 3/4 


Zahna. 


2 3/4 


VViltemberg. 


1 3/4 


Coswig. 


1 1/2 


Roslau. 


2 1/4 


Dessau. 


. 3/4 


Cœlhen. 


2 3/4 


Slumsdorf. 


2 


llalie. 


2 3/4 


Sohkeuditz. 


2 1/2 


Lcipsick. 


1 3/4 


Wurzen. 


5 1/4 


Luppa Dahlen. 


2 1/2 


Zschoellau. 


1 1/4 


Riesa. 


2 


Pristewitz. 


2 1/2 


N'iederau. 


1 1/4 


Dresde. 


2 3/4 



Prix : 8 Ihlr. 15 sgr. — 5 thlr. 28 sgr. 
— 3 thlr. 25 sgr. — pour Dresde. 

Pour Lcipsick, 5 thlr . 1 5 sgr. — 2 thlr. 
20 sgr. —2 thlr. 10 sgr. 

De Berlin à Leipsick ( v. r 279) 29 m. 

Trajet environ 7 heures ; plusieurs dé- 
parts par jour. 

De Leipsick à Dresde, 15 m. 1/2; tra- 
jet, environ 3 h. 1/2. — Départs : dans 
i'étc, k 6 h. du matin et à 6 h du soir ; 
dans rhiver, à 7 h. matin et 2 h. après- 
midi. 

De Leipsick, le rail-way suit parallèle- 
ment la grande roule ; ees deux voies tra> 
versent le champ de bataille de Leipsick 
(1813) ; on laisse k gauche ÀHhen, près 
duquel se trouve Borsdorf, renommé pour 
ses pommes. 



De là on traverse sur un viaduc très éle- 
vé la vallée pittoresque de 2>œ//nt7ft, et l'on 
arrive à 

OSCHATZ, station et relais de poste.— 
Hôtel Lœwe(du Lion), ville de 5,000 h., 
entourée d'anciennes fortifications. 

Dans le voisinage se trouve le château 
de Hubertsbourg , où fut conclu le traité 
de paix de 1765, entre Frédéric le Grand 
etl impératrice Marie-Thérèse. 11 sert main- 
tenant k une fabrique de poterie. 

RIESA, station, petite ville sur la rive 
gauche de l'Elbe. 

En quittant cette station, nous laissons 
la route de poste à notre droite, ainsi que 
le fleuve, après l'avoir traversé sur un pont 
de 1 9 arches d'une belle construction . Nous 
traversons ensuite le long viaduc de iZoede- 
rau pour arriver à 

PRISTEWITZ, station. A 1/2 m. nord, 
se trouve Grossenhain , sur la route de 
poste de Bcriin à Dresde. 

A environ 2 m. N.-O. de Riesa, sur b 
rive droite de TElbe , est situé Mulhberg , 
célèbre par la victoire qu'y remporta Char- 
les-Onint, en 1547. 

A Oberau , on traverse un tunnel de 
1 ,500 m. de long, le seul qui se trouve sur 
cette voie. 

De cet endroit, on aperçoit fiublement de 
l'autre côté de TËlbe la ville do Meiaen , 

Digitized by VjOOQ IC 



IIOUTB 381. — DE BERLIN A DRESDE* 



277 



éloigaée d*en¥tro& 1 m. d'Oberau: des 
Poxtwagen { espèce de diligence ) y 
trensportent les voyageurs quatre fois par 
jour. 

Meisscx. — Hôtels : Soone (le Soleil), 
le meilleur, mais cher; Hirsch (le Cerf). 
— Ville de 5,000 hab., agréablement si- 
tuée sur b grande route de Dresde à Lei- 
psick et sur la me gauche de rEll)e, qu'on 
trarerse snr un beau pont. L'ancien châ- 
feoti, perché sur le roc escarpé qui domine 
la viUe , autrefois résidence des princes 
saxons, sert maintenant à une fabrique de 
INHicebroe, b plus ancienne et la plus esti- 
fiiée de TEurope. — Curiosités : la cathé- 
droit (le DOme), bel édiûce gothique com- 
uieuoé dans le XllI* siècle et terminé 
ilans le XV* ; son clocher à jour est d'une 
fraude légèreté. LMntérieur est remarqua- 
Jila par b pureté du style , la beauté des 
vitraux peints. On admire dans cette égli- 
se ooe descente de croix de L. Cranachy 
lioile peinture dans laquelle l'artiste a in- 
troduit Luther, sa femme et son ami l'élec- 
teur de Saxe. On y voit aussi un beau ta 
bleau de A, Durer ; vers l'extrémité ouest 
se tron\e le caveau des princes {Fursten- 
gni/l), où reposent les princes de la mai 
9oa de Saxe. Le mausolée en bronze de Fré- 
déric le Belliqueux est le plus remarqua- 
Me de tous ceux que renferme la cathédra- 
le. — Le tunnel , ouvrage' gigantesque, 
d'environ 43 kil. 1/3 de long, partant du 
niveau de l'Elbe et se dirigeant vers Frei- 
berg, destiné à Tépuisement des eaux qui 
inoodeut les mines d'argent dont cette ville 
est entourée. 

Depuis Meissen jusqu'à Dresde, l'Elbe 
coule an pied d'une série de jolies et pitto- 
resques coihnes ; traversant de nouveau 
cette rivière, nous continuons jusqu'à 

NIEDERAU, staUon. Alors, suivant 
hi rive droite du fleuve nous atteignons 
bientôt. 

DRESDE. ^ Hâleh : de Saxe ; de Po- 
Ingue; Britannique; Stadt-Rom ( Ville - 
de-Rome) , sur la' place du Marché (Neu- 
Msrkt) ; de Pologne ; de Pétersbourg; 
SmU^Wien ( Ville-^e- Vienne ) , dans le 
Neosladt , ayant vue sur la rivière et sur le 
poot,iiats an peu éloigné des objets les 
ptof ewiem ; Sladt-BerUn (b VUle^e-Ber- 



lin). très bonne table d'hôte ; de France; 
de Russie, dans WilsdrufTergasse . 

Restaurants. — Hassfeld, dans le Bru- 
hlschen-Terrasse, soirée d'harmonie; chez 
Leonhard ; restaurant italien, etc. — Ca- 
fés: Reale (Royale), dans le Brulilschen- 
Terrasse; National, dans Altmarkt ; Fran- 
çais, dans Friedrichsal, etc. 

Grande poste et diligences. — Les bu- 
reaux de la poste et des diligences sont réu- 
nis dans un bel édifice , WiLsdruflèrplatz. 

La poste aux chevaux est dans Anncn- 
gasse. 

Les fiacres stationnent sur toutes les 
places publiques ; leur prix varie selon le 
nombre de personnes, de chevaux , et d'a- 
près la distance parcourue. Dans toute l'é- 
tendue de la ville, pour une personne et un 
seul cheval, le prix est 5 neu. gr. ; pour 
deux personnes , 7 1/2 neu. gr. — On 
trouve aussi des Droskies (cabriolets cou- 
verts) avec un cheval. Prix: 5 neu. gr. 
dans la ville, et 10 pour aller dans le Neus- 
tadt ou dans les faubourgs. On se sert aus- 
si de chaises à porteurs. 

DRESDE, capitale de b Saxe, résidence 
du roi et siège du gouvernement, est située 
sur l'Elbe, qui la traverse de l'ouest à l'est 
et la divise en deux parties, la vieille et la 
nouvelle ville. — Tant par son heureuse 
position, la douceur de son climat que par 
la richesse de ses collections, et surtout .sa 
célèbre galerie de peinture, Dresde mérite 
le nom de la ■ Florence allemande^ ■ que 
lui donne Herder. , 

Curiosités. — Édifices religieux. — - 
V Eglise Notre-Dame (Frauenkirche) est 
uu noble édifice tout en pierre de taille jus^ 
qu'à la coupole, qui est d'une telle solidité, 
que les bombes et les boulets lancés par 
Frédéric le Grand contre ce dôme (1 760) 
ne produisirent aucun dommage. La vue 
dont on jouit de cette coupole est admira- 
ble. On remarque dans l'église un orgue 
de 6,000 tuyaux, chef-d'œuvre de Si7/>er- 
mann. — L'église catholique de la Cour 
est un édifice dans le style italien, surchar- 
gé de décorations sans goût ; elle commu- 
nique avec le palais au moyen d'un pont je- 
té sur la rue. Cette églisen'a qu'une nef; 
on y remarque le grand tableau d'autel, par 
Raphaël itengs, et le bel orgue de Stiber- 

Digitized by VjOOQIC 



578 



ROUTE 281. — DE BERLIN A DRESDE. 



mann. Les dimanches et jours de fôfe, de 
11 h. à midi, musique admirable. — Vé- 
glise de la Croix (Kreuz Kirc])e),près de 
PAllmarkl, avec uu beau tableau aautel de 
Schoenau. — Véglise de Sie-Snphie 
(Sophien-Kirche), bâtie de 1351 à 1557 , 
avec un portail assez curieux. 

Édifices civils. — Font sur l'Elbe 
(Elbbnicke) est un des objets les plus frap- 
pants de Dresde ; il est regardé comme le 
plus long et le plus beau pont de pierres de 
l'AIl|pagce. — Le palais royal (Kœnigl. 
SchToss)^ dont une partie a été reconstrui- 
te en 1835-54, comme œuvre d'archilec 
turc n'offre rien de très curieux, excepté 
sa haute tour; mais les décorations de Tin- 
teneur sont splendides ; on y admire de 
belles fresques par Bendemann. — Le 
palais des princes (Prinzen Palais), près 
de celui du roi, avec une belle chapelle et 
une riche galerie de portraits de famille des 
maisons régnantes de Saxe et de Bavière. 
— L'ancien pa/a]> du comte Jiruhl^ avec 
une belle terrasse à laquelle on monte par 
un large escalier de 41 degrés, et d'où la 
vue sur les deux rives de l'Elbe est magni- 
fique. L'intérieur renferme une collec- 
tion de 50 paysages, par Bernardo Cana- 
letti. — Le nouveau théâtre^ ouvert de- 
puis 1841 , est un bel éditice élevé près de 
l'église catholique, et pouvant contenir 
1,700 personnes. Tant à l'extcrieur qu'à 
l'intérieur , ce théâtre peut passer pour un 
des plus beaux de l'Allemagne : il y a tous 
les jours spectacle, commençant à 6 h. et 
Unissant à 9. 

Statues. — La statue équestre d'Au- 
guste II, dans la nouvelle ville (Neustadt), 
à l'extrémité du pont ; elle est en cuivre 
Itattu. Celle de l'électeur Maurice, dans la 
vieille ville (AltstaJt ), sur le boulevard vis- 
à-vis le Zeughaus (arsenal). 

Comme toutes les grandes villes de cette 
partie de l'Allemagne , Dresde renferme une 
foule d*institutions scientifiques, littérai- 
res et artistiques et beaucoup d'établisse- 
ments utiles et charitables. 

Collections. — Jours et heures d* ad- 
mission aux collections de Dresde, du 
/er mai au 31 octobre. 

Galerie de peinture, tous les jours, de 9 
ï 1 heure, gratis^ et sans billet ; — Biblio- 



thèque, demander 1 h. d'avance, de 9 à 

1 h., dito; — Grune-Gewoclbe (Voûte- 
Verte), de 8 h. à midi et de 2 à 6 h. — En- 
trée, 2 thalers. 

Lundi. — Muséum historique des armu- 
res, dans le Zwinger, de 8 h. à midi et de 

2 k 6 heures, avec billets ; on n'en délivre 
que 56 par jour. 

Mardi. — Collection des gravures et 
dessins, de 8 h. à midi; — pierres pré- 
cieuses, de 8 h. à mi<U. 

Mercredi. — Sculpture antique, de 8 
h. à midi; — Muséum d'iiistoire naturelle, 
de 8 h. à midi et de 2 à 6 h. ; — collec- 
tion de porcelaines, de 2 h. à 6 h.; — ca- 
binet de minéraux, de 9 h. à midi (billets) ; 

— cabinet de zoologie, de 5 à 6 heures 
(billets). 

Jeudi — Muséum historique, de 8 h. 
à midi et de 2 à 6 h. (billets) ; — les plâ- 
tres de Mengs, de 8 h. à midi (billets). 

Vendredi. — Vues de Canaletli, dans 
Bruhlschen-palais, de8h. à raidi ; — Mu- 
séum des antiquités historiqties (au grand 
jardin) , de 5 è 6 h. ; — salon de mathé- 
matiques et des modèles, de 8 heures à 
midi. 

Samedi. — Sculpture antique , de 8 h. 
à midi : les billets se délivrent à 7 heures 
du matin. 

La Grune-GewoeWe (Voûte-Verte) est 
une suite d'appartements au rez-de-chaus- 
sée du palais, renfermant une riche et en- 
rieuse collection de 5.000 numéros. 

Ces richesses de tous genres sont conte- 
nues dans huit appartements : la première 
salle renferme les objets en bronze ; on y 
remarque un crucifix de Jean de Bologne ; 
un petit chien se grattant, par Peter Vis- 
cher, etc. 

2e salle, ou cabinet des ivoires : — un 
crucifix attribué \k MicMl-Ànge, et très di- 
gne de lui ; — uue scène de bataille, par 
Albert Durer ; — une nombreuse série 
de ])eaux vases; — deux télés de cheval en 
relief, par Michel-Ange. On y admire aus- 
si une coupe en corne de cerf, par Scltut%. 

5« salle. — Des mosaïques florentines ; 

— des coquilles gravées ; — des œufe; — 
plusieurs peintures sur émail, principale- 
ment une ifodonect un Ecce-Èomo, par 
Raphaël ifeng», lorsqu'il était jeune; — 

Digitized by VjOOQ IC 



BOOTB 38t. — DB BBRUN A DRESDE. 



119 



]m portnita ds Pterre-le-Grand etd'Au- 
guste-le-Forl , par Dinglinger ; — un plat 
de fruits et une scène de bataille , par Noël 
/.ondin, de Limoges. 

4e saiie.— Vaille d'or et d'argent qui 
servait aux feslins que dûnnaient\ les prin- 
iies saxons. 

5« Malle. — Vases en pierres demi-pré- 
cieuses, Idies qu'agate, chalcédoine, cris- 
tal de roche , lapis-lazuli , etc. ; — on y 
admire aosà le phis grand émail connu, re- 
présentaflt une Madeleine , par Dinglin- 
çer. 

6« talU. — Une grande quantité de fi- 
gures en ivoire et en bois artistement tra- 
^-aiUées. 

7« nUe. — Les insignes de la royauté 
qui servirent au couronnement d'Auguste 
II comme roi de Pologne. 

8e e/ dernière salle. — Elle surpasse 
de beaucoup toutes les autres , tant par la 
vaJeurqoepar la splendeur desobjeis qu'elle 
reolefme. Parmi les merveilles de ce cabi 
net, se trouTent les ouvrages de Dinglin 
ger. Rien n'est plus beau que celui appelé 
la Cour du Grand MogoL 

Galerie de PEi?iTL'RE , située dans le 
Neumarkt (Nouveau-Marché). Elle est ou 
veite ao public, gratis, tous les jours, de- 
pub 9 heures jusqu'à 11 heures , du 15 
avril à la lia d'octobre; mais le voyageur 
qui veut la visiter à toute autre heure, et 
qai désire être accompagné par l'un des 
directeurs, doit en fiiirc la demande, ce qui 
lui sera aocordé, moyennantune rétribution 
fie 3 tbal. — Cette galerie peut passer pour 
uae des plus riches de l'Europe ; elle se 
rompose de plus de 1,800 tableaux, dont 
nous n'indiquerons que les plus remar- 
(jiiaahles. 

Ecole ftalienne. — Aucunes collée- 
lions, après celles d'Italie , ne peuvent se 
comparer à celle de Dresde. On y remar- 
que surtout : n<» 610 , le Christ , de gran- 
deur Datorelle , par Giov. Bel Uni ; du Ti- 
tien : 631 , Jésus et le Pharisien , connu 
sous le nom de il Chrisio délia Moneta , 
composition admirable; 639, une Vénns , 
couchée ; 642 , Vénus et l'Amour ; 638 , 
portnit de Pierre Arétin ; une jeune femme 
représentant sa fille Lav'mie ; une Madone 
adorée; 051 , Palma FeccAio, la Vierge 



et l'Enfant Jésus avec saint Jean, ouvrage 
d'une grande beauté; 730, Paul Véro- 
nèse , la famille Concinna , adorant l'En- 
fant Jésus porté par sa mère , magnifique 
réunion de portraits ; 639 , Moïse sauvé 
des eaux ; le Christ avec ses disciples à 
Emmaus ; 702 , les Noces de Cana ; 700, 
Adoration des Mages; le Christ allant au 
Calvaire; le bon Samaritain; 731 , deux 
petits Calvaires , dont l'un est admirable ; 
Europe enlevée par Jupiter; la Cérémonie 
du mariage de l'Adriatique avec le ^oge de 
Venise; 643, Giorgione , Entrevue dt 
Jacob et de Rachel ; 596 , Dosso Dolce, 
les quatre docteurs de l'Eglise ; 586 , 
Benvenuio Gavofalo, la Vierge s'age- 
nouillant devant l'Enfant-Jésus , avec un 
ange du cOté opposé; 1020, Raphaël, la 
Vierge de saint bixle, le diamant de la ga- 
lerie de Dresde : c'est une des plus belles 
compositions du divin maître. La Tôte de 
la Vierge, dit Wilkie, est peut-être ce 
qu'il va de plus beau et de plus expressif 
dans la nature. Le Corrège. Nulle part au 
monde le Corrège ne se montre plus com- 
plet et plus grand. Les six toiles suivantes 
sont disposées dans Tordre du temps où 
elles furent exécutées, de telle manière 
qu'on peut suivre les progrès faits par ce 
grand maître : 1077, la Vierge et l'Enfiint 
Jésus avec saint François, peint à l'âge de 
18 ans; 1082, deux portraits d'hommes ; 

1080 , le tableau si renommé qu'on ap- 
pelle la Nuit du Corrège ; Wilkie dit que 
toutes les puissances de Tart se sont ici 
réunies pour faire un ouvrage parfait; 

1081 , la Vierge et l'Enfant avec saint 
Georges : on admire surtout leur grâce , la 
douceur de leur expression ; 1079, la Ma- 
deleine au désert : cette petite Madeleine 
égale en célébrité les plus vastes chefs- 
d'œuvre (elle n'a pas plus d'un pied car- 
ré) ; 1078, la Vierge et l'Enfant avec saint 
Sébastien , peint vers l'an 1528 ; toile d'un 
efiet magique. 11 y a encore trois belles 
pages de ce maître, mais ce ne «ont que 
des copies , entre autres le mariage de 
sainte Catherine d'Alexandrie , dont l'ori- 
ginal est au Louvre à Paris. 

Parmigiano, la Vierge et l'Enfant, 
toile connue sous le nom de la Madonna 
délia Rosa, style hardi et sévère ; 1093 , 



dbyGoOgk 



S80 



ROUTE 28t. — DE BERLItf A DRESDE« 



Baroccio: Agar dans le désert, une As- 
somption , une Apparition de la Vierge à 
saint François; 1058, And. del Sarlo, le 
Sacrifice d'Isaac; 1057 , le Mariage de 
suinte Catherine ; 1051, Jules Romain , 
la Vierge et PËnfant, copie de la Madonna 
délia Seggiola de Haphaël , dans la galerie 
de Florence; 1033, Ge/»tflrrwm>, la Vierge 
et TEnfant , petite peinture admirable ; 
Léonard de Vinci, un portrait nommé 
dans le catalogue Louis Sforza , qui n'est 
autre qu'un bourgmestre de Bâle, œuvre 
à'Holbein; Gaudemio Ferrari^ une 
belle toile de ce maître; 1073, Carlo 
Dolci , sainte Cécile , une des meilleures 
pages de ce peintre; 1073, Notre Sauveur 
bénissant le pain ; 828 , Annibal Carra- 
che : saint Mathieu écrivant son évangile 
sous les yeux de la Vierge ; saint Roch 
distribuant des aumônes , grandes compo- 
sitions; 827, le Génie de la gloire ; 922, 



Jugement dernier de Munich ; 377, le Ja- 
gemeni de Paris; 375 , Neptune pro- 
nonçant le fameux guos ego de Virgile ; 
Chas^ au lion; un Hercule ivre; Van 
Dyek, i29, Charles l» d'Angleterre; sa 
femme Henriette de France ; i28, portraits 
de ses enfants ; 399 , Danaé couchée ; 
i08, portrait du vieil Écossais Parker, 
peint à l'âge de 151 ans; un saint Jérôme; 
un Silène ivre ; 1354 , Rembrandt , son 
portrait avec sa femme sur ses genoux, 
avec cinq autres toiles ; Ferdinand Bol , 
Joseph présentant Jacob à Pharaon , ta- 
bleau digne de Rembrandt; le Repos en 
Egypte; \91,Ruisdael, paysage avec une 
châsse ; le Château de Beintheim , belles 
toiles; 1387-1389, MeUu, les Marchands 
de volailles ; une Brodeuse ; Schwaneve- 
lot, un paysage; Wouvermans, le nombre 
de ses œuvres se monte au moins è 55 ; 
1394-1395, Slingelandty les meilleurs 



le Caravage, les Joueurs de cartes, ta- ouvrages de ce maître; Henri Roos, bes- 



bleau plein de vérité et de naturel ; VAl- 
lane, le Triomphe de l'Amour; Vénus 
dans sa coquille; Galatée sur son char ma- 
rin ; Diane au bain ; Vulcain reposant sur 
les genoux de Vénus ; 875, le Guide^ une 
Vénus endormie; 871, Bacchus avec un 
tonneau; Carlo Cignani, Joseph et la 
ièmmede Putiphar, véritable chef-d'œuvre. 
Ecoles allemande , hollandaise et 
FLAMANDE. — Los premiers ouvrages des 
anciens maîtres flamands et allemands sont 
<!e beaucoup inférieurs k ceux de Munich , 
de Beriin et de Vienne ; mais la galerie de 
Dresde est très riche en productions des 
dernières périodes. — 524, A. Durer, un 
f)ortrait d'homme ; un lapina l'aquarelle; 
Hans Holbein, 530, la Vierge d'Holbeîn, 
grande composition et chef-d'œuvre de 
l'artiste ; Christophe Amberger , deux 
Jeunes filles se tenant par la main ; I. Cra- 
nach, 503, portrait de Luther; 504, 
portrait de Mélanchtlion ; la Femme adul- 
tère; Gérard Doiv, six toiles charmantes; 
îiiS, Téniers, une Fôle de village; la 
Doulique d'un alchimiste; Ostade^ le 
Peintre dans son atelier ; une Jeune fille 
lisant à une fenêtre ouverte ; Fram Mie- 
ris, un Chaudronnier ambulant ; Netscher, 
une dame joue d'un instrument, et plu 



tiaux au pâturage; 31, Claude Lorrain, 
Acis et Ôalathée, admirable; 30, la Fuite 
en Egypte ; 52, un paysage; 21, Nicolas 
Poussin, Moïse sauvé des eaux ; 28 , le 
Sacrifice de Noé: 19 , l'Adoration des 



Parmi les ouvrages modernes, on re- 

nue les portraits de deux enfants ; celui 
ogel, peintre saxon; le portrait de 
Napoléon, par Gérard. 

Une grande collection de dessins au pas- 
tel sont suspendus dans plusieurs salles 
entre les fenêtres. 

Au-dessus de la galerie de peinture se 
trouve la collection des plâtres ( mengsis- 
che abgasse), reproduisant les statues les 
plus célèbres de l'antiquité, par le célèbre 
Raphaël Mengs. On peut considérer ces 
statues comme des cheGs^'œuvre d'art 
plastique. 

Le Zwinger est un édifice composé 
d'une arcade et d'une façade d'un style 
noble et léger ; il est occupé maintenant 
par les collections suivantes : 1» le mu- 
séum historique; 2» le musée d'histoire 
naturelle ; 3o le cabinet des gravures et 
dessins. 

Musée historique , autrefois appelé 
Rustkammer (arsenal). — Cette collec- 



mms autres jolis tableaux ; Rubens , leHion , qui occupe neuf salles, est une des 

dbyGoogk 



ROUTE 281 — DE BERLIN A DRESDE. 



28 1 



pins belles qui existent en ce genre ; elle 
sormsse de beaucoup celles de Vienne, 
de la Tour de Uodres (avant rincendie) et 
de Paris. — EUe renferme loutea les ar- 
ines offeosÎTes et défensives des temps 
féodaux. 1^ richesse et le talent semblent 
avoir été époisés dans la confection de ces 
armes, coiwertes d'or, d'argent et d'ivoire. 

Musée fhiêloire naturelle — Il oc- 
cape TélagB inférieur d'un des côtés du 
Zwiiigcr;i] est ouvert gratis au public, 
d'avril « octobre, les mercredis et same- 
dis. 

Cabinet det Estampes (Kupferstich- 
Sammkiiig), ouvert aux artistes et aux 
amateois le mardi , de huit heures à midi, 
p«r billet. — Cette collection , l'une des 
plus complètes de l'Europe , est un digne 
pendant de la galerie de peinlure. — On 
compte daiM ce riche dépôt 500,000 gra- 
vures ; les plus andens maîtres allemands, 
tels que Hechenen, Schœngauer, Albert 
Durer, Wohlgemntli , etc. ,. y figurent en 
première ligne. 

Palais Japonais. — 11 est situé dans 
Noistadl, sur la rive droite de l'Elbe, 
près de la porte de Leipsick, sert mainte- 
nant de muséum, et contient les collections 
soirantes: 1o le musée des antiquités; 
9* la bibliothèque; 5o la collection des 
porcelaines et des terres cuites. 

Us antiquités^ ouvertes les mercredis 
et samedis, de 8 h. à midi, du l«r mai au 
51 octobre. — Cette collection contient 
plus de 400 statues et bustes. 

Cottfdion des porcelaines et terres 
e«tfei(Porzellan Sammlung), composée de 
phis de 60,000 pièces, disposées dans 20 
«ailes. — Outre les produits de la Saxe , 
on y trouve de nombreux articles prove- 
naol de la Chine , du Japon , de l'Italie et 
de b mannlaclnre de Sèvres. 

La bibliolhéque occupe le premier étage 
du palais Japonais; elle renferme environ 
300,000 vol., 2,800 manuscrits et une 
très grande collection de cartes. — Ou- 
verte au public tous les jours ( fôtes et di- 
nanches exceptés), de 9 à 1 h. On y 



trouve près de 2,000 vol. des premiers 
temps de l'imprimerie. 

Les jardins du palais Japonais sont très 
vastes et fort beaux; ouverts au public 
tous les jours. — Pop, 87,000 kab. 

Chemin de fer. — De Dresde ë Ber- 
lin, par Leipsick, Halle, DessaueX Wit^ 
temberg, et par Halle ^ Magdebôurg et 
Potsdam. — De Dresde k Breslau, par 
Soutien , Gœrlith , Kohlfurt , Liegnit% 
et Breslau. — Et de là à Vienne , par 
Rattbor^ et à Cracovie, par Kosel. 

Navigation a vapeur. — De petits 
steamers naviguent sur l'Elbe , et de 
Dresde remontent jusqu'à Pilnii^y Sckan^ 
dau, Tetschen et Prague. 

Environs de Dresde. — Les environs 
de cette Athènes du N. sont fort intéres- 
sants ; nous ne citerons que les endroits 
les plus remarquables. 

 1/4 de mille de la barrière, sur la 
rive gauche de l'Elbe, se trouve le Grosse- 
Garten , grand parc planté de beaux ar- 
bres , et contenant plusieurs cafés où l'on 
foit de très bonne musique dans l'été. 

A une petite distance S.-E. de la ville , 
est situé le petit village de 

RfECKNiTZ, près duquel se trouve le 
monument de Moreau. Un bloc de granit 
couronné d'un casque compose ce monu- 
ment, élevé à l'endroit même où ce Corio- 
lan moderne reçut le coup mortel. 

Non loin de^ murs de Neustadt , sur la 
rive droite de l'Elbe, le voyageur trouvera 
dans Neustadter^ Kirchehof une repré- 
sentation de la Danse des morts. C'est 
une suite de 27 figures en divers groupes, 
conduites pas le roi squelette (la mort). Ce 
bas relief, grossier sous le rapport de l'art, 
n'en est pas moins digne d'un haut intérêt. 

Les Bains de Link (Linkische-Bad), 
établissement contenant un hôtel, un beau 
jardin, un théâtre, une source minérale et 
des bains, sont surtout très fréquentés les 
dimanches pendant Tété. De c«t endroit, 
une roule charmante qui traverse des col- 
lines couvertes de vignes conduit à Pilnit%. 



dbyGoOgk 



282 BOUTE 282. — BXCUnStON DANS LA SUISSE SAXONNE. 

ROUTE 282. 

BXCVBSIOM DANS I«A SCIflSB SAIKOMIVE. 



Trois ou quatre jours suffiront pour 
cette jolie pérégrination qu'il faut, autant 
que possible , faire à pied , ou bien par le 
bateau* à vapeur qui remonte le fleuve 
jusqu'à Prague. 

Les hôtels que l'on rencontre sont par- 
\mi bien tenus. On peut passer la nuit sur 
le Winterberg , au Prebischtor , au Kuhs- 
stall et à la Bastei. Le meilleur temps 
pour voir ce pays sont les mois de mai , 
d'août et à la mi-septembre. 

I^a Suisse saxonne est peutrôlre, plus' 
que la Suisse elle-même, romantique et 
pittoresque. Elle commence à 1 m. 1/2 
environ au-dessus de Dresde. 

On part de Dresde en voiture, ou mieux 
en bateau à vapeur, qui part i 6 h. du 
matin, et vous mène à PilniU pour 1/i 
de thaï. De là on se rend à la Vigne du 
Roi près du village de Wachwitz et du 
Porsberg; le chemin ne forme pour ainsi 
dire qu'un jardin anglais. De la Vigne du 
Roi on prend le chemin h gauche du Kepp- 
grund jusqu'à la Keppmuhle ; on arrive en 
1 h. au Zuckerhuty puis au Porsberg ^ 
353 m. au-dessus de la mer. La vue y est 
pour ainsi dire trop étendue pour l'œil. 

Le pays est ravissant jusqu'à 

PJLNITZ. — Hôtel et restaurant, 
près du palais. C'est la résidence d'été du 
roi , depuis le mois de mai jusqu'en sep- 
tembre. Le palais, bâti en 1818 , n'a rien 
de très imposant à l'extérieur ; mais il 
renferme de belles fresques par Vogelf ar- 
tiste saxon d'un grand talent. Pendant la 
résidence de la cour, les étrangers sont 
admis, à S h. 3/i, dans une galerie qui 
donne sur la salle à manger, et de cette ma- 
nière assistent au dîner de la famille royale. 

De Pilnitz il faut prendre un guide 
qu'on paie 1 thaï, par jour. On continue le 
voyage en passant près de la Grundmuhle, 
et l'on entre dans la vallée romantique de 
Liebeihal, qui s'étend jusqu'à la Loch- 
muhle et à Daubay vis-à-vis de Muhlsdorf, 
et ensuite à 

LoHMEN, i h. de Dresde. — On jouit 
de la plate-forme du château, nommée Al- 



ton, d'une vue charmante; on est bien 
servi à l'auberge, et l'on y trouve de bons 
guides. De Lohmen jusqu'à rO//owfltW«r- 
Grtind, ravm superbe bordé de rochers de 
!âO à 25 m. de hauteur et plus , on passe 
par la Cuisine du Diable (Teufelskuche), 
par l'Enfer (Hoellengrud), et l'on arrivée 
la Bastei. 

La Bastei (bastion) est une masse 
énorme de rochers escarpés, Béchiréa , et 
offrant les formes les plus bizarres et les 
plus romantiques; ces rochers s'élèvent 
pour ainsi dire du sein du fleuve, et le bloc 
qui domine peut avoir environ 200 m. «u- 
I dessus de l'Elbe. De cette plate- forme, on 
jouit d'une vue remarquablement belle. 

L'hôtel qui s'y est établi est conforta- 
ble , et on peut y passer commodément la 
nuit. L'album qu'on présente aux voya- 
geurs à la Bastei reçoit chaque année 4 à 
[5,000 noms. 

De la Bastei on va au Felsen canapé 
(canapé de rochers) . — C'est une série de 
roches escarpées et inabordables , suspen- 
dues pour ainsi dire au-dessus de l'Elbe ; 
on traverse le pont, qui est comme perché 
sur un ravin profond appelé MartereUe,ti 
les vallées deRalheneret d'Amselgrundou 
Hockstein , puis on arrive par la WoUs- 
chlutch (Gorge de loup) à 

HoiiENSTEiN , petite ville avec un vieux 
château , un jardin aux ours , et 900 hab. 
— De Hohenstein on se rend à Schandau 
en 2 h., mais on s'arrête auparavant an 
Brand (3/id'h.), d'où l'on aune vue pres- 
que encore plus helleque celle de la Bastei ; 
puis on arrive par une profonde vallée à 

Schandau. — Hôtels : Saxischer- 
Schweilz (de la Suisse-Saxonne); Fors- 
thaus, bons.— Petite ville de 1,000 liab., 
sur la rive droite de l'Elbe. Beaucoup de 
personnes commencent le voyage de la 
Suisse saxonne par cet endroit. De là on 
continue la roule par le Kimitzthal à la 
Haïdemuhle et à la grotte de Wildstein , 
où l'on voit la chute d'eau de Lich- 
lenhain, et au Kuhstally à 5 htures de 
Schandau, qui porte aussi le nom de 

Digitized by VjOOQ IC 



SOCTB 282. — SXCCBSIOll DâNS LA SUISSE SAXONNE. 



28S 



Grotte des rocfaeis de Wildenslein. Cette 
grotte est d*une forme merveilleuse et res- 
semble à un UflUmeot colossal perché sur 
un rocher qui a plus de 400 m. de hau- 
teur. Un mineur qui demeure ici vend du 
\in, du café et d'autres rafraîchissements. 
Un ravin conduit au sommet du rocher qui 
[tOTie des traces d'ancieunes fortiOcations ; 
tout près de \i se trouve une caverne ou- 
verte de deux cdtés, nommée Wochenbett^ 
ainsi que le Sehneiderloch^ qui a un écho 
iDulUpiié. On se rend ensuite au flabichts- 
tjrund, par où Ton arrive au petit et au 
«Taud Winterbergé\e\é de 600 m. au-des- 
sus de la mer. De ces petites montagncs.qui 
soot oomposées de basalte , l'œil embrasse 
une vue qui a presque 50 milles de circon- 
fêrpnce, cl qui s'étend du Kulmberg, près 
(i'Oscbatz, jusqu'au Riesengebirg (les 
raooUgnes des Géants). V hôtel établi eu 
1841, sur le Winterberg» est très confor- 
tabJe et bien tenu. 

Do grand Winterberg on passe en 1 h 
h frontière de Bohême, et Ton atteint 
bieDt4M la men-eilleuse porte de rocher 
dite Prebitchthor, de ^0 m. de hauteur 
sur autant de largeur, avec une vue su- 
perbe vers la Bohême et sur un gouffre af- 
freux. On aperçoit aussi les montagnes 
Schneeberi^ , Prebiskegel , Gallstein , Zir- 
kelsteio , etc. Un chemin agréable conduit 
par des rochers gigantesques au Biclgrund 
et à b vallée de l'Elbe, par où Ton vient à 

Herilnskretschen , village du prince 
de Clary. C'est là qu'on termine ordinai- 
remeoi cette excursion en retournant par 
eau \k Koenigslein, au Liliensteiu et à Ra- 
then, et de là à Dresde en bateau à vapeur 
et en passant près de Wehlen et de Pirna 
(iuaat à l'arrangement de ses journées, on 
peut prendre son premier gîte sur la Bas- 
lei où à Hobenstein , et passer la seconde 
nuit à Schandau ou sur le grand Winter- 
berg. 

Le voyageur qui n'est pas pressé fera 
bien de continuer la roule de Hermskrets- 
t-Jieo jusqu'à Telschen, possession du 
comte de Thon , dans une contrée char- 
mante; de là , gagner VObergrund (Hdtel 
de b Sinss^Saxonoe) où se trouve le bain 
dit Joteplubad; on y jouit d'uue belle vue 
du Spitzhuttel et de la Schaelerwand. 



A Tetschen se voit un chftteau cons- 
truit sur un roc esp^rpé. — Curiosités : 
le parc et le château orné de belles statues : 
le château renferme un cabinet d'armures, 
une bibliothèque , une collection de mon- 
naies et un cabinet d'histoire naturelle ; un 
puits lie 25 m. de profondeur , taillé dans 
le roc ; un pont à chaînes long de 25 m. 
sur le PuUniU. 

Le voyageur peut aussi de Tetschen 
monter sur le Schneeberg^ haut de 736 
m. ; puis on vient, en passant par le vil- 
lage (TEiland , au moulin de Suisêe 
(Schweizermulhe) , situé dans la vallée de 
la Bila ; dans le moulin se trouve un éta- 
blissement de bains d'eau froide. Dans 
cette même vallée sont trois grottes curieu- 
ses : le Schwdenlocht le Eisloch et la 
grotte de Benno. On arrive en 2 h. à la 
petite ville de 

Kœmgstein . — Hôtel: à VEtoile-Bleue. 
— Si l'on veut faire une excursion de ce 
c^té, on va au Lilienstein ou à la forteresse 
de Kœnigstein. Pour visiter cette forteres- 
se , il faut donner à l'aubergiste établi au 
pied du rocher la carte de permission 
qu'on a apportée de Dresde, Taubergiste 
envoie cette carte à la citadelle pour an- 
noncer l'étranger. Quand on n'a pas de 
carte, on adresse une demande au comman- 
dant, ayant soin d'y indiquer, avec son 
nom, sa profession et son domicile; de 
cette manière on obtient immédiatement 
une permission d'entrée. Le rocher qui do- 
mine toute la contrée, et sur lequel la for- 
teresse est bâtie, se trouve à 266 m. au- 
dessus de l'Elbe et à 560 au-dessus de la 
mer. — Le chemin de la ville à la forte- 
resse est si escarpé que ce n'est qu'à l'aide 
de cordes qu'on fait monter les voitures, 
sans chevaux. 

Dans la forteresse même , ce qu'il y a 
surtout de remarquable, c*est le puits 
taillé dans le roc à une profondeur de 600 
m. Il faut dix minutes à la machine , mise 
en mouvement par deux hommes, pour 
monter un grand seau d'eau. Il y a un ap- 
pareil pour faire descendre deux personnes 
jusqu'au fond du puits. — Curiosités: 
l'église de la garnison , l'arsenal , le Geor- 
genbourg , destiné aux prisons d'état; un 
buste du roi Frédéric-Auguste en marbre, 

Digitized by VjOOQ IC 



S8I 



BOUTE 283. — DE BEBLIN A HAMBOURG. 



la grue pour tirer en haut les fardeaux lia vallée de l'Elbe et sur Dresde. De Koe- 
lourds, et les casemates, que l'on montre 'nigstein on arrive en 2 h. à Pirna , puis à 
rarement aux étrangers. — La vue de celPilnitz, et de Pilnitz par eau à Dresde, 
rocher est admirable, elle s'étend sur toute! 



ROUTE 283. 



DE BERIilM A HAUBOVR» 9 

Par Spandad et Ludwigsloust , 58 milles. — Chemin de fer. 

princesse aussi belle, aussi aimable qu'elle 
fut infortunée. Elle repose dans un petit 
temple dorique , à l'extrémité d'une allée 
sombre et solitaire ; on s'accorde ï consi- 
dérer ce mausolée comme le chef-d'œuvre 
du sculpteur Rauch. Le corps de la reine 
repose sur un sarcophage de marbre ; la fl- 
gure et les formes sont d'une grande beau- 
lé et d'une parfaite ressemblance. Aucuoe 
inscription, aucun éloge; l'aigle prussien 
seul annonce que la noble défunte appar- 
tenait à la maison régnante. 

SPANDAII. — HôttU : Rother-Adler ; 
(l'Aigle-Rouge) ; Prinz Wilhelm (le Prince 
Guillaume). — Ville forte au confluent da 
Havel et de la Sprée. — Curiosités : la ci- 
tadelle, située dans une île ; l'église St-Ni- 
colas, édifice gothique du XVI« siècle, 
renfermant plusieurs tombeaux curieux , le 
Pénitencier. — ■ Pop, 6,000 hab. 

NAUEN. — Hôtels: Stadt-Hambourg 
(la Ville - de - Hambourg) ; Golden - Slern 
(l'Etoile-d'Or). — Petite ville de 3,000 h. 

A 1 m. 1/2 de la station de Witten- 
berge ; se trouve la petite ville de 

PERLEBERG, — Hôtel Linde (le Til- 
leul). — On voit sur la place du Marché 
une statue grossière, dite de Roland le 
brave. — Ici nous sommes sur la route de 
poste. 

Tout près du chemin de fer se trouve 

Warnow. — Hôtel Kœnig-von- 
Preussen (le Roi-de-Prusse). — A 1/3 de 
mille de Warnow, nous franchissons la 
frontière de Prusse , et nous entrons dans 
le Mecklembourg. Cette limite est mar- 
quée par un obélisque en granit d'environ 
1 4 m. de hauteur, surmonté d'un aigle noir. 
, Ici les voyageurs sont visités par la douane; 
bientôt on atteint 



Spandau. 


Im 


.5/10 


Nauen. 


3 


2 


Paulinenau. 


1 


8 


Friesack. 


1 


7 


Neustadt. 


1 


8 


Zernitz. 


1 




Gloewen 


2 


5 


Wilnack. 


1 


5 


VVitlenberge. 


•1 


8 


Grobow. 


4 


9 


Ludwigsloust. 


1 




Hagenow. 


2 


8 


Brahlsdorf. 


2 


6 


Boitzenbourg. 


i 


8 


Bûchen. 


1 


8 


Schwarzenbeck. 


1 


i 


Friedrichsruhe. 


1 


4 


Reinbcck. 





9 


Bergedorf. 





5 


Hambourg. 


2 


1 



Durée du trajet , 9 h. — Plusieurs dé- 
parts par jour. 

Nous quittons Berlin par la superbe 
porte de Brandebourg , une belle avenue 
nous conduit h 

Charlottenbourg, petit village sur la 
Sprée, formé d'une réunion de maisons de 
campagne et de guinguettes. — Curiosi- 
tés : le palais , construit par Frédéric le»", 
est meublé avec élégance?, et contient quel- 
ques beaux morceaux de sculpture , entre 
autres, une tilte de Nolrc-Seigneur, par 
Rauch et un fac-similé d'une maison de 
Pompéi, avec ses fresques, érigée par le roi 
régnant. Les jardins qui se trouvent der- 
rière le palais sont fort beaux et ouverts au 
public; à leur extrémité se trouve le théâ- 
tre; on y voit aussi le monument élevé à 
la mémoire de Louise, reine de Prusse, 



dbyGoogk 



ROUTE 283. — DE BERLIN A BAMBOUBG. 



289 



GKOBOW, petite ville du Mecklem- 
bourg, contenant un vaste entrepôt de 
beurre , dont il se vend une grande quan- 
tité aux six foires de cette localité. Nous 
traversons bientôt l'Elbe pour arriver à 

LUDWIGSLOUST. — Hôtel de Wei- 
mar. — Cette petite ville est la résidence 
d'été du grand-duc , dont le palais est 
KédiGee le plus remarquable de la ville. 
Il renterme une petite galerie de ta- 
bleaux dont plusieurs très bons, de l'école 
hollandaise ; une collection d'antiquités 
slaves, etc. Le parc et le jardin de ce pa- 
bis sont fort beaux , les écuries vastes et 
le haras birti choisi. — Pop^ 4,100 hab. 

HAGEXOW, de cette station une bran- 
che du chemin de fer conduit à 3 ra. 1/2. 

SaiwERw. — Hôtel Stadt-Kœnigs- 
bcrg (la Ville^e-Kœnigsberg). — Capitale 
du duché , dans une belle situation sur 
les bords d'un lac pittoresque. — Curio- 
sités: le palais gothique du grand-duc, 
élevé sur une île par Wallenstein, dont on 
voit encore Tapparlement : on y remarque 
une galerie de peinture et d'autres collec- 
tions ; la cathédrale^ vénérable édifîce ; le 
rAéôfre; t'hôtel de la Régence ; les beaux 
jardins et les rives du lac. — Pop. 15^000 
hab. 

BOîTZESBOURG. — Hôtel Klepper. 
— Petite \i\\e sur la rive droite de l'Elbe. 
Notre route suit cette rivière ; bientôt nous 
quittons le territoire du Mecklembourg, 
èiini nous avons traversé une petite por- 
tion au mibeu de plaines riches et fertiles 
en blé , et de bruyères couvertes de nom- 
breux troupeaux d'oies qui fournissent des 
plumes ^ une grande partie de l'Europe. 

Rfinbeek, station de 

LAUENBOURG. — Hôtels: Rath-Kel- 
Icr ; Scbwan (le Cygne). — Ville de 3,500 
bab., sur la nve droite de l'Elbe. C'est ici 
que le roi de Danemark lève un impôt sur 
tons les vaisseaux qui naviguent sur cette 
partie du flfiuve. Nous entrons maintenant 
.sur le sol sablonneux du duché de Lauen- 
bourg. Ici nous quittons l'Elbe, et bientôt 
nous traversons un district couvert de 
for£ls de sapins. Quelques minutes après 
nous entrons dans 

HAMBOURG. — Hôtels : Streit; Âlte- 
Sladt-London ( VieiUe-Ville-de-Londres ) , 



bien situé sur le Jungfernstieg; prix : lit et 
dîner, 2i schillings chacun ; déjeuner, 12 
schil.; demi-bouteille devin, 16schil. ; 
— hôtel de Russie ; Stadt-Petersbourg ( i 
la Ville - de - Pétersbourg ) ; Kronprinz 
(Prince-Royal) ; Stedt-Paris ( à la Ville- 
de-Paris); hôtel Victoria ; Sonne ('le So- 
leil). 

Hambourg est situé sur la rive droite 
de l'Elbe, i) 15 m. environ de son embou- 
chure dans la Baltique. Comme ville libre 
les droits de la douane y sont si peu éle- 
vés que le voyageur n'y est pour ainsi dire 
pas visité par les douaniers ; les passeports 
sont strictement examinés. 

Les monnaies courantes à Hambourg, 
sont: 

Le marc courant, qui vaut : 1 fr. 50 c. 
Le double-marc, — 3 

Les pièces de 8 schill. — » 70 
— 4 schill. — . 35 
Le rixthaler, — 5 70 

Le marc banco (mon- 
naie de convention), — 1 80 
Les comptes se font en marc et schill. : 
faut 16 schil. pour 1 marc. Le marc 
banco et le rixthaler banco sont des mon- 
naies de convention ; le marc banco est 
au marc courant comme 16 est à 20. — 
La pièce de 2/5 thaler kassengeld est la 
plus commune; elle vaut 31 schil. cou- 
rants (environ 2 fr. 70 c. ). Le thaler de 
Prusse passe pour iO schillings. 

Hambourg , l'une des quatre villes li- 
bres, peut passer pour le premier port de 
commerce de l'Allemagne et l'un des plus 
commerçants de l'Europe. 

Les traces du terrible incendie, qui, en 
1842, réduisit en cendres 70 rues et pla- 
ces, 120 passages et cours, 2,000 maisons 
et beaucoup d'édiQces publics et religieux, 
ont presqu'cntièrement disparu ; tout s'est 
relevé plus beau qu'auparavant. Curiosif es : 
les églises de Saint-Pierre, et de Saint- 
Nicolas, détruites par l'incendie et recons- 
truites dans un très bon style gothique; 
l'église Saint-Michel, remarquable parson 
clocher (150 m. de haut); de son sommet 
la vue est admirable: l'église Sainte-Ca- 
therine , avec un orgue k carillon et une 
belle chaire; l'église Saint-Jacques^ avec 
un clocher gothique couvert de cuivre; le 



dbyGoogk 



986 



BOUTE 284. 



DE BERLIN A LUBECK. 



nouveau Rathhaus {ïi6\e\ àe y\\\e) ^ situé 
sur la nouvelle place Adolphe ; la bourse , 
même place , à Topposé du ralhhau< : elle 
renferme des salles de lecture où l'élran- 
ger est admis à lire les journaux ; le Jo- 
kanneum , collège , avec un portique de 
neuf arcades et dirigé par d'éminents pro- 
fesseurs ; la bibliothèque de la ville , avec 
environ 200,000 vol; le boMr, jolie gale- 
rie, dans le nouveau Jungfernstieg. 

Institutions charitables. — Vasile 
des orphelins , où l'on pourvoit aux be- 
soins de 600 enfants; le grand hôpital 
(Krankenhaus) , qui peut recevoir de i à 
5,000 malades. On admire dans la cha- 
pelle un Christ au jardin des Oliviers, belle 
peinture d'Overbeck. 

La maison que le poète Klopsiock habi- 
ta pendant 50 ans, et dans laquelle il mou- 
rut, se trouve dans Kœnigstrasse , n<> 27 ; 
le musée de Rœding renferme quelques 
objets réellement curieux ; le théâtre est 
un des plus grands de rÂlleroagne , et le 
spectacle, tant lyrique que dramatique, est 
en général fort bon; il y a encore un 
autre théâlre d'un ordre inférieur. — Les 
salles de danse, à l'intérieur et en dehors 
de la ville, méritent d'être visitées le di- 
manche; les plus renommées sont celles 
du pavillon de l'Elbe et du pavillon 
Schweitzer. 

PnoMENAnES. — Les plus belles sont 
le nouveau Jungfernstieg ( promenades 
des jeunes filles); l'ancien Jungfernstieg et 
V Amsterdam , qui bornent le bassin de 
l'Aster de trois côtés; V esplanade, pro- 



menade semblable à celle des Tilleuls, h 
Berlin ; le jardin botanique , l'un des 
plus riches de l'Europe en plantes rares 
exotiques de toutes les parties du monde. 

Les environs de Hambourg sont très 
jolis. — Pop. 1ân,000 hab. 

Moyens de locomotion. — Bateaux 
à vapeur traversant l'Elbe pour Baar- 
bourg j trois ou quatre fois par jour ; durée 
du trajet, 3/4 d'heure ; — pour Magde- 
bourg^ en remontant l Elbe, quand l'état 
du fleuve le permet ; départ, tous les jours ; 
trajet en 40 ou 50 h. ; — pour Potsdam, 
en remontant l'Elbe et le Havel ; trajet en 
50 h , retour en 24 h. : ce moyen de trans- 
port est le plus éeonomique, mais fort mo- 
notone ; — pour Amsterdam^ tous les cinq 
jours, en 30 ou 40 heures ; — pour Lon- 
dres, lesmardis et vendredis: pendant Thi- 
ver, les bateaux à vapeur parlent de Cux- 
haven ; — pour Hull^ quatre fois par se- 
maine ; trajet en 42 heures environ ; — 
pour le Havre j tous les quinze jours ; — 
pour Dunherque et Anvers, toutes les se- 
maines ; — pour Cuxhaven, quatre fois 
par jour, en 6 h.; — pour Edimbourg^ 
en 50 ou 60 heures. 

Schndlpost: cinq fois par semaine pour 
Berlin ; — deux fois par semaine pour 
Rostock ; — tous les jours pour Hanovre, 
Cassel, Francfort, Bremen , Lubeck , 
etc. 

Chemin de fer pour Kiel par Aliona^ 
Emshorn et Neu Munster ; — pour GlOo- 
ksladt ; — pour Rendsbourg ; — pour 
Hanovre par Haarbourg. 



ROUTE 284. 



DE BERIillir A liUBECK, 

Par LcDwiGSLousT et Schwerin , 56 milles. 



De Berlin k Ludwigsloust , 

chemin de fer (v. r. 283). 22 m. 3/4 

Ortkrug. 2 1/2 

Schwerin. 2 1/4 

Gadebusch. 3 

Rhena. 1 1/2 

Schœnberg. 1 1/2 

LUBECK. 2 1/2 



De Ludwigsloust , une branche du che- 
min de fer se dirige vers le nord, jus- 
qu'à 

SCHWERIN (t;. r. 283). 

La route est macadamisée de cette ville 
jusqu'à Lubeck. 

GADEBUSCH. Une bonne route non 
montée conduit à Wismar , et une autre 



dbyGoOgk 



BOUTE 284. — DE BERLIN A LUBECK. 



287 



Ters la gaQ<^ mène à Hambourg ; cette 
derûiêrc est montée. 

LUBECK. — HôieU: Stadt-Hamboorg 
(la ViUe-<le-Hambourg) , très bon ; prix : 
pour un Ut, 1 marc 8 schillings ; déjeuner, 
S schil. ; dîoer, a\ec une bouteille de vin 
et du café, 2 mates 1 2 schil. ; — du Nord ; 
Funf-Tburms (les Cinq-Tours); Stadt- 
London (bYîHe-de-Londres); Schwartz- 
Adler(r Aigle-Noir). 

LuBECR, ville libre, est bâtie sur une col- 
Une entre la Trave et la WochniU^ riviè- 
res qui se réunissent après avoir baigné sus 
murs, et forment un joli goire. Son port, 
fort aoîmé, est d'une grande importance 
commerciale; rarchitecture de ses maisons 
lut donne Taspect d'une ville du XV« siè- 
cle. Se portes féodales, ses églises gothi- 
qiiesets*D antique hôtel de ville (Ralhhaus) , 
tout nppelle la splendeur passée de cette 
viUe, surnommée la Carthage du Nord. 

Curiositéi: la cathédrale ou Dom,k 
l'extrémité sud de la ville, fut commen- 
cée en il 70, et tcnninée en 1341 ; elle 
renferme un grand nombre de tombeaux. 
Derrière le maître-autel, dans une des cha- 
pelks , on admire une ancienne peinture 
très remarquable. 

La chaire en pierre (de 1568), et les 
fonis de baptétne (de 1455) en bronze, 
ainsi que l'effigie en bronze de l'évêque 
BocJiholt. 

Marien-Kirehe est une église éga- 
lement remarquable. Cet édifice , d'une 
architecture gothique élégante, est cons- 
truite en briques . et date de 1500. L'une 
des chapelles renferme de bonnes peintu 
res par A. IHirer, et par un maître encore 
plus ancien. Dans une autre chapelle, on 
voit la Danse de* Morts, toile curieuse qui 
dzie de i 465. — V horloge, derrière l'au- 
tel, est d'un mécanisme lr& curieux. 

La Catherinen-Kirche (église Sainte- 
Cath^ne) , transformée en galerie, con- 
serve encore plasieurs choses curieuses. 

LeHathhaus (maison de ville), bel édi- 
fice gothique, situé près de Téglise Ste-Ma- 
rîe(MarTien-Kirche), date de 1442-1517. 
Sa plus belle façade e&i sur la place du 
Ibrcbé. 

La SalU d'audience, ornée de peintures 



et de sculptures sur bois d*une grande ri- 
chesse ; — le Rathskeller (cave de la ville) , 
qui date de 1445, a été nouvellement res- 
tauré. 

Holsteiner-Thor (la porte d'Holstein). 
Cette porte offre un spécimen singulier et 
très intéressant des anciennes fortifications 
féodales ; elle est fort bien conservée. — 
Burg-Thor{\A porte de Burg), édifice cu- 
rieux et richement orné; la Bourse, pou- 
vant contenir 800 personnes; l'hôpital 
Ste-Ânne , le monument Prahl, fiisilié en 
1815; le théâtre, etc. 

Commerce. — Il est considérable. On 
exporte une immense quantité de plumes 
d'oie pour l'écriture. — Pop. 26,000 
hab. 

Comme la Drave n'est pas assez pro- 
fonde pour recevoir les bâtiments d'un fort 
tonnage, les grands steamers de St-Pélers- 
bourg, Copenhague et Dobberan, partent 
de Travemunde, à 2 m. N.-E. ; deux pe- 
tits bateaux à vapeur portent les voyageurs 
d'une station à l'autre, et réciproquement. 
Le trajet par eau est d'environ 4 m. — On 
paye 2 marcs 1/2 (4 fr. 15c.). — Les 
bords delà rivière n'offrent rien de curieux. 
— Une voiture conduit également à Trave- 
munde en 1 h. 1/2 pour le môme prix. 

Travemunde, ville située à l>mbou- 
chure de la Trave dans la mer Baltique, à 
2 m. de Lubeck , dont Travemunde est le 
port de mer. L'établissement des J^airu (2e 
mer est tout près de la côte. II y a là un 
hôtel bien situé avec de fort jolis apparte- 
ments. Sur le bord de la mer on a construit 
un établissement pour les bains chauds, 
bains de soufre, douches, etc. 

Hôtels: Si&di'Luheck (la Ville-de-Lu- 
beck); Statd-Hambourg (la Ville-de-Ham- 
bourg); etc. En outre, plus de 50 maisons 
particulières où l'on peut se loger pour 1 
à 1 5 thalers (de Lubeck) par mois. — Pod 
1,000 hab. 

Navigation à vapeur . —De Lubeck à 
St-Pétersbourg, une fois par semaine , 
depuis le 15 mai jusqu'au 15 octobre; 
durée du trajet, 4 ou 5 jours. — Pour 
Copenhague, toutes les semaines, en 20 
heures environ ; — et pour Stockholm, 
trois fois par semaine. 



dbyGoogk 



188 BOUTE 385. — DE BEBLIIf A DANTZIGK. 

ROUTE 285. 
DE BEREiIM A BAUTTSEIC» , 

Par Stettin, 64 milles 5/î. 



Moyens de locomotion. — Chemin de 
fer. jusqu'à Slellin, 18 milles en 4 h. 1/2 ; 
trois dépai-ts chaque jour. Prix: 3 thaï. 
1/2, 2 thaï. 1/2, et 1 thaï. 22 s. g. 1/2. 

— On accorde 25 kilog. de bagages. Em- 
barcadère hors la porte d'Orenienbourg. 

STATIONS. 

De Berlin à Bernau . 3 m . 

— Neustadt. 3 
— Angermundc. 5 

— Passow. 3 

— Tantow. ^ 3 

— Stettin. ' 3 

En quittant Berlin , la ligne décrit une 
courbe, passe par les villages de Louisen- 
Brunnen, Pankow, etc., jusqu'à 

BERNAU , dation , petite ville qui ré- 
sista victorieusement aux Hussites en 1432, 
et leur enleva même plusieurs armures qui 
se trouvent dans l'hOtel de ville. 

NEUSTADT-ELBERSWALD , sUtion. 

— Hôtels: de Prusse ; Sonne (le Soleil). 

— Ville manufacturière de 3,600 hab., si- 
tuée sur le C4inal de Finow, qui joint l'Oder 
au Havel. Cette localité possède de nom- 
breuses fabriques de papier. 

A 2 milles se trouvent les 

Bains de Freienwalde sut l'Oder. — 
Eôteh: Kœnig-von-Prcussen (du Roi-de- 
Prusse); Adler (l'Aigle). 

D'ici le rail-way suit la route de poste 
qui se trouve à notre droite ; on traverse 
)e canal de Finow, et un peu sur la droite 
se trouve la solitaire abbaye de Chorin^ 
dont l'architecture, d'un beau gothique, est 
parfai t ement conservée . 

ANGERMUNDE, station , petite ville de 
3,000 h., située sur le lac de Munde. De 
là, une route de poste conduit à 2 m. 3/4> 

Schwedt, sur l'Oder. — Hôtel Deuls- 
ches-Haus (la Maison-Allemande). — Pe- 
tite ville bien située sur la rive gauche du 
lleuve. — Curiosités : le palais qui ser- 
vait autrefois de résidence aux margraves 



de Brandebourg ; le palais de Monplavar, 
leur résidence d'été, est situé à une petite 
distance de la ville ; — Véglise française. 
— Pop, S, 600 hab. 

PASSOW, station. Une bonne route de 
poste conduit d'ici à Straslund. 

TANTOW , station. Le rail-way longe 
les vallées de la Randow et de la Welze ; 
sur la droite nous apercevons le lac Je 
Damm^ fonné par l'Oder. — Bientôt nous 
traversons les fortifications pour atteindre 
l'embarcadère. 

STETTIN. —Hôtels: de Prusse, dans 
Louisen-Strass ; Drei-Kronen ( les ifrois- 
Couronnes); Stadl-Pétersboui^ (la Ville 
de Saint-Pétersbourg) ; hôtel de Russie. 

Stettin, ville florissante, capitale de la 
Poméranie, est située sur la rive gauche de 
l'Oder, que l'on traverse sur plusieurs ponts 
qui établissent une communication avec le 
faubourg Lastadie, sur la rive droite du fleu- 
ve. Cette ville est remarquable comme pla- 
ce forte, et son commerce est considérable. 
Son port reçoit annuellement environ 1 ,000 
bâtiments marchands, dont 160 lui appar- 
tiennent. 

Curiosités : l'église du Rempart, la 
plus ancienne de la Poméranie-, elle a 
été consiruite en 1124. L'église S/-Jae- 
ques date de 1187 ; elle possède un beau 
tableau d'autel, et du haut de son clocher 
la vue est superbe. Le château , siège de 
la régence , du tribunal de la province et 
du tribunal de première instance ; on voit 
dans la cour le buste de Frédéric-Guillau- 
me, surnommé le grand Electeur, et dans 
l'église du château les tombeaux des ducs 
de Poméranie. La Bourse, édifice neuf, qui 
renferme aussi le Casino et la société dite 
Boersenhalle. Le collège dans un bâtiment 
neuf; l'école conununale supérieure, l'hô- 
tel des Etats. La maison du gouverneur 
militaire de la Poméranie ; la place Royale, 
avec la statue de Frédéric-le-Grand , ou- 
vrage de Scbadow. Le boulevard ( Boll- 
werk), espèce de quai où abondent les vaia- 



dbyGoogk 



BOUTE 286. 



DB BBnu:« A DANTZICK. 



289 



Kaox de toates le» parties du monde. La 
nooTelle douane , située au-delà du pont 
dilLaDge-Bnicke. 

Commerce important : ses objets prin- 
cipaux sont les biés, les denrées coloniales, 
le vin, les harengs, les bois de construction, 
etc. , deux graiids marchés par an. — 
Pùp. 40,000 kab. 

MOTEHS DCLOCOHOTION.— SchuellpOSt 

pour Daniûck,Stralsundt en 15 h. Prix : 
5 tbal. 18 S. 9^. — Personenposi pour 
Stargard.im. i/4. — Bateau à vapeur 
pour Copenhague eiSehwedi, sur l'Oder; 
Slralsund , Stockholm , Riga y Péters" 
bouTQt en 70 heures ; pour Putbus, dans 
l'Ile de Rogen ; pour Sunnemunde, en 6 
heures. 
SVVLNEMUNDE. — Hd/efe : Olthoff ; 



Kron-Prinz ( du Prince-Royal ; Drei-Kro- 
nen (des Trois-Couronnes). — Petite ville 
située sur nie d'Usedom, qui fiiit partie de 
la Pomcranie. — Pop. 4,000 kab. 

Le port de Swinemunde, formé pardeux 
immenses môles jetés dans la mer, est un 
ouvrage des plus coûteux ; les établisse- 
ments de bains de mer sont fort bien tenus. 
Le nombre des baigneurs est constamment 
de 7 à 800. 

Les environs offrent plusieurs excursions 
très agréables, entr'autres Jomsbourg, au- 
trefois la capitale d'une république païen- 
ne, que les chroniqueurs représentent com- 
me la plus grande cité de rEurope au Xl^ 
siècle ; elle est située sur une île, à l'em- 
bouchure de l'Oder; sa position n'est pas 
déterminée d'une manière très précise. 



Alt-Damm. 

Homkmg. 

Golhiow. 

Naogardt. 

Pbthe. 

Beselkow, 

Goerlin. 

Cfleslin. 

Panksin. 

Schlawe. 

Stolpe. 

Poganitz. 

Laueoboorg. 

Klein-Ânkerholz. 

Nensladt. 

Katz. 

Dautzick. 



X oAvnrsicK, 47 m. ^/2. Route de poste. 

On quitte Stettin par le faubourg Lasta- 
die, après avoir traversé TOder ; on prend 
le chemin de fer jusqu'à 

ALT-DAMM, ville et forteresse, située 
sur la rive droite de l'estuaire que forme 
l'Oder dans cet endroit. Le rail-way con- 
tinue à l'E. jusqu'à 

Stargard. — Hôteh : Stadt-Peters- 
burg (la Ville-de-Pétersbourg) ; Prinzvon 
Preussen (Prince-de-Prusse).— Celte ville 
est la station du chemin de fer de Stettin à 
Dantzick. —Pop. 45,000 hab. 

De là, on peut rejoindre la route de pos- 
te à 5 m. l/i. 

NAUGARDT, petite ville qui possède un 
pénitencier. Les autres localités n'offrent 
aucun intérêt. 

DANTZlCK(v.r. ci-après). 



Im 


.1/4 


i 




2 




5 


1/i 


2 


1/2 


2 


3/4 


5 


3/4 


3 


3/4 


2 


1/2 


2 


5/4 


5 


1/2 


3 


1/2 


3 


1/4 


2 




2 


1/2 


3 


3/4 


2 


1/2 



ROUTE 286, 
DB mSRIiIM A DAIVTZICR , 

Par CcffTRiN, 6^ milles ^/2. — Route de poste. 



DahhviU. 

Lichtenan. 

Mungfaeberc. 

Seekm. 

CHlnn. 



2 m. 1/4 
2 1/4 
2 1/4 
2 1/4 
2 1/2 



Balz. 

Landsberg. 

Friedberg. 

Woldenberg. 

Hochzeit. 



1/4 

1/2 

1/2 



dby Google 



290 



ROUTE 286. — DE BBRLTN A DANTZICK. 



Zulzer. 


Im 




Ruschendorf. 


2 


'l/2 


Deutche-Krone. 


2 


1/2 


Schoenlhal. 


2 




Jastrow. 


2 




Peterswalde. 





1/4 


Schlochau. 


5 




Kœnitz. 


2 




Czersk. 


i 




Frankenfelde. 


3 




Pr. Slargard 


5 




Dirschau. 


3 




Rosenberg. 


2 


a^ 


Dantzick. 


2 


Mi 



{trois marchés considérables en blés et 

fabriques do 

Pop. H.OOO 



1/2, en laines. — Commerce 



Moyens de locomotion. — Courrier- 
postt tous les jours en 57 heures. — Per- 
somienposty en 52 h. — La voiture de 
Btrlin à Kœnigsberg correspond à Dirs- 
chau avec celle de Dantzick ; mais la voie 
la plus prompte est maintenant le chemin 
de fer de Stetlin (v. r. ci-dessus). 

De Berlin à Dantzick, la route est ma- 
cadamisée et bien entretenue , mais elle 
traverse une contrée triste et sans intérôt; 
les auberges qu'on rencontre sont pour la 
plupart mauvaises. 

CUSTRIN. — Hôteh: Kron-Prinz 
(Prince-Roval) ; Adler (l'Aigle) ; Goldner- 
Uirsch (le Cerf-d'Or). — Ville très forte , 
au confluent de la Warlhe et de l'Oder. 
Le pont couvert a 292 mètres de longueur. 
Son vieux château est remarquable parle 
séjour qu'y fit Frédéric II, et par l'exécu- 
tion à mort de son ami de Ratte. — Com- 
merce : fabrique de serge rase, d'étoffes de 
laine, d'étamine , de cuirs et d'empois. — 
Pop. 6,000 hab. 

Al m. Nord, se voit le champ de ba 
taille de Zorndorf nù Frcdéric-le- Grand 
défit avec 50,000 Prussiens 50,000 Rus- 
ses ; un monument indique l'endroit occu- 
pé par le roi pendant cette bataille. Ici la 
route se divise en trois branches : celle qui 
se dirige à l E. est la grande route de Ber- 
lin h Posen et à Varsovie ; celle du S. con 
duit à Francfort , et celle que nous sui- 
vons côtoie la rive gauche de la Warthe 
jusqu'à 

LANDSBERG.— ffo/c/ Goldner-Hirsch 
(le Gerf-d'Or). — Ville florissante , située 
sur la rive droite de la Warthe : il s'y tient 



cuirs et étoffes de laines. 
hab. 

KŒNITZ.— Hôtels : Lœwe (le Lion); 
Kron-Prinz (Prince-Royal). —Petite ville 
de 2,000 hab. On y voit un monument 
qui rappelle la défaite des H^issites. C'est 
sur le Freuisberg , en dehors de la ville , 
que Casimir de Pologne fiit battu par les 
chevaliers de l'ordre Teulonique , et qu'il 
perdit la couronne. 

DIRSCHAU est une petite ville assez 
animée , située sur la rive gauche de la 
Vistule. Ici nous quittons la grande route de 
Kœnigsberg, qui incline vers l'E. jusqu'à 
Marienbourg; celle que nous suivons se 
dirige au nord jusqu'à 

DANTZICK. — Hôteh : de Berlin; 
Englischer (Hôtel-Anglais); Drei-Mohren 
(les Trois-Maures) ; do Thorn. 

D.\NTZiCK est une des plus vieilles cités 
de la Prusse ; le grand nombre d'anciens 
édifices qu'elle renferme lui donné un as- 
pect tout à fait pittoresque. Elle est située 
sur la rive gauche du bras 0. de la Vis- 
tule, k 1 mille environ de son embouchure 
dans la mer ; deux tributaires de cette belle 
rivi6re , la Motllau et la Radaune , arro- 
sent l'intérieur de la ville. — Dantzick est 
place forte de première classe , et le prin- 
cipal port de la Prusse ; son commerce est 
considérable , principalement en toute es- 
pèce de céréales. Elle possède aussi de 
vastes distilleries d'eau-de-vie , dite eau- 
de-vie de Dantzick. 

Curiosités : la cathédrale (Dom ou 
Marienkirclie), commencée en 1 513 et ter- 
minée en 1505. La voûte qui est suppor- 
tée par 26 piliers de brique très déliés , a 
51 m. de hauteur au-dessus du sol; Pin- 
térieur est orné de 50 chapelles. On y voit 
des fonts baptismaux en bronze, coules en 
1 554, d'un beau travail ; une horloge as- 
tronomique qui ne marche plus ; le célèbre 
tableau attribué h Jean Yan Efjcky re- 
présentant le jugement dernier. — Le 
Long-Market abonde en édifices anti- 
ques dont le plus beau sans contredit est 
la bourse (Arthnshof), monument gothique, 
imposant , qui date de 1579 , et renferme 
deux belles toiles , un Jugement dernier. 



dbyGoogk 



BOCTB 387. — DE BERLIN A KOr.NlGSBBBG. 



291 



par i. Ifttlier, élève de Raphaël , 1601 ; 
ttoe Madone et le Christ , par Andréas 
5/eck.— On remarque encore la fontaine^ 
la maison da sénat ^ le Stockthurm, haute 
(oor en briqoes; la Grune ThoTy qui ren- 



ferme le muséum , peu curieux. — Fah- 
renheit est né dans celle ville. — Pop. 
6f,3o0hah. 

Le porl de Dantzick est à Neufakr- 
wasser. 



ROUTE 287. 



DE BERIiliy A KŒineSBERe, 

Par CiTSTRiN et Elbing , 79 milles 5/4. 



DeBeriinâDirschau(r.r.286). 57 m 

Mariaibourc. 2 1/2 

Elbiag. 4 1/4 

Hotte. 2 1/4 

Braousberg. 5 

Oniiillen. 2 3/4 

lirandeboa^. 2 i/4 

Kœxicsbeiw. 5 3/4 



De Dirscbau, on traverse dans un hac le 
bias occidental de la Vistule. Alors la 
rocte parcourt C4îtle fertile plaine triangu- 
laire formée par les dépôts des deux bras 
de la rivière. 

1I.\RILNB0URG. — Hôtel Hochmeis- 
ler. —Ancienne ville agréablement située 
sur la rive droite de la Nogath. — Curio- 
tUés: la d-de\'ant résidence des grands- 
maîtres de l'ordre Teutonique ; le château 
UtieD 1309 , ci-devant habité par l'ordre 
Tentonique, est fort remarquable; on y 
^"Wt de belles peintures sur verre restaurées 
de nos jours; les manufactures de laiuc et 
de colon ; le canal construit par Tordre 
Teutonique; h tour dite Butlermilck" 
therm ; l'église , d'un style modeste , est 
oraée en dehors d'une image de la Vierge 
en sbK. — Pop. S,500 kab. 

ELBING. — Hôtel Stadt- Berlin (la 
ViDe-de-Bcrlin). — Ville d*un commerce 
florissant, avec 24,000 hab. Elle est si- 
tuée sur TElbiog , joli cours d'eau naviga- 
ble, qui se jette dans le Frisch-Haff, à i 
m. 1/2 environ au nord. Rien dans celte 
ville ne mérite rattcntion du voyageur 

Si VoD vent visiter les rives pittoresques 
daFrisrA^Ha/f et leport de Pillau, il faut 
prendre le bateau ë vapeur qui part tous 
lesjottrsâdlieures 1/2 du matin, dans 



l'été , et arrive à Kœnigsberg à 2 heures. 

Frauenbourg, petite ville sur le Haff, 
où mourut Copernic , dont les restes re- 
posent dans la cathédrale dont il était cha- 
noine. Une simple tablette supportant un 
globe indique la sépulture du grand astro- 
nome. — Curiosités : la cathédrale^ bel 
édifice situé sur une émiuence d'où la vue 
s'étend sur la ville et sur le HafT. 

BRAUNSBERG. — Hôteh : Deuts- 
ches-Haus (la Maison- Allemande); Schwar- 
zer-Adler (l'Aigle- Noir). — Ville située sur 
la Passarge . — C'est la patrie de l'infor- 
tuné baron de Trenck. —Pop. 7,500 h. 

RŒNIGSBERG (en polonais, Krolew- 
leez ; en latin , Regiomoutum ; en lithua- 
nien , Karalanczug ). — Hôtels : Schcen- 
bergs-Hôlel; Dcutsches-Haus ; Lorbeer- 
Kranz ; Reinisehcr-Hoff ; de Berlin ; Kron- 
Prinz-von-preussen. 

Kœnigsberg, jadis la capitale de la 
Prusse proprement dite , est une ville an- 
cienne , située sur le Prégel , qui se dé- 
charge à l'extrémité N.-Ë. du Haff. Elle 
fut longtemps la résidence des électeurs de 
Brandebourg , et passe encore aujourd'hui 
pour la troisième ville des Etats prussiens. 
— Curiosités: comme toutes les capitales, 
Kœnigsberg renferme un grand nombre 
d'édifices pul^lics et d'institutions scienti- 
fiques et charitables. On remarque surtout 
le palais (Schloss) , fondé en 1237 , ser- 
vant maintenant d'hôtel du gouvernement; 
l'église du château (Schloss-Kirche) , dans 
laquelle l'électeur Frédéric de Brande- 
bourg plaça la couronne sur sa tête et prit 
le titre de Frédéric 1", roi de Prusse. Au- 
dessus de l'église est une salle de 100 m. 
de long appelée Moskowit%er'Saal ( salle 



dbyGoOgk 



29i 



ROUTE 290. 



DE BERLIN A STRALSUND. 



De Passow h Stralsund schellpotlen, 
deux fois par semaine. 

PRENZLAU. — Hôtels: de Prusse; 
Stem (l'Etoile) ; Schwarzer-Adier (l'Aigle- 
iNoir). — Ville située au N. du petit lac 
d'Ucker. — Curiosités : la cathédrale, 
bel édiiice de style gothique. Les environs 
sont fort agréables. — Pop. H, 000 kah. 

PASSEWALK. — Hôtel Silberne- 
Monde (la Lune-d'Argenl) . — Petite ville 
où notre route coupe celle de Stettin è 
Rostock. — Pop. 6,000 hab. 

A 2 m. au N. de Ferdinandshof, se 
trouve 

Ukermunde, petite ville de 3.000 
hab. , située sur le Kleine-Haff, à l'em- 
bouchure de rUcker, qui la sépare de son 
faubourg. — Curiosités: les ruines de 
sou vieux château, son église gothique. — 
Pop. 3,000 hab. 

AN'CLAM. — Hôtel Goldne-Traube (la 
Grappe-d'Or). — • Petite villa d'un aspect 
romantique. Un grand nombre de ses édi- 
fices sont d'architecture gothique. — Pop 
7,500 hab 

GUEIFSWALD. — Hôtel Deutsches- 
Haus (la Maison-AUemaude). — Ancien 
port de mer très curieux , avec une uni- 
versité fondée en 1456, et fréquentée par 
envirou 250 étudiants ; elle possède une 
assez bonne biblioUièquc. L'église Saint- 
Nicolas est un ancien édifice remarquable. 
— Pop. 9,800 hab. 

STRALSUND — Hôtels : Goldner- 
Loewe (le Lion-d'Or), dans Allen-Markct ; 
de Brandebourg : ce sont les deux meil- 
leurs. — Ville très forte , située sur les 
bords du détroit qui sépare l'île de Rugen 
du continent. Celle ville est entièrement 
entourée d'eau, et l'on ne peut y pénétrer 
du côté du midi que par des ponts. — 
Curiosités : l'église Saint-Mcolas (Nico- 
laï-Kirch), qui date de 1311 ; elle est très 
élevée , et richement décorée à l'intérieur 
de peintures et de sculptures. On y voit 
plusieurs tombeaux ; du haut de sa tour, 
la vue est admirable. L'église Sainte-Ma- 
rie, avec un bel orgue et de bons tableaux; 
le Rathhaus (hôtel de ville) , }>el édifice 
gothique , surmonté de sept tours , cons- 
truit en 1516. — Stralsund possède deux 
bibliothèques , celle de la ville et celle du 



collège; un cabinet d'histoire naturelle. — 
Pop. 15,000 Mb. 

ÂIOYENS DE LOCOMOTION. — Schnell- 
post , 2 fois par semaine pour Berlin. — 
Bateaux a vapeur entre Stralsund ei 
Ystad (Suède), trajet en 12 ou U h. 

Pour aller de Stralsund à Putbus, dans 
l'île de Rugen, on traverse VAltfaehr^ dé- 
troit d'environ 1/2 mille. 

L'ILE DE RUGEN , l'une des plus im- 
portantes de la Baltique , peut avoir une su- 
perdcie de 18 milles carrés et une pop. de 
35,000 hab. 

Sa surfece très accidentée, abonde en scè- 
nes romantiques , tour à tour sublimes et 
gracieuses , qui lui attirent la visite d'un 
grand nombre de voyageurs. 

Notre première excursion sera pour 

PUTBUS. Hôtels : Furstenhof, le meil- 
leur ; de Belle-Vue; Schwartz. Prix : 
une chambre à coucher, 11 sgr. 1/2; dî- 
ner, 12 sgr. 1/2. — Putbus est une place 
de bains ; les maisons en sont propres et 
d'un aspect agréable; elle appartient au 
prince de Putbus, qui jouit d'une grande 
fortune. — Curiosités : le palais du prin- 
ce j bel édiûce de style italien ; il renferme 
une chapelle , une bibliotlièque, plusieurs 
belles peintures, ainsi que des statues, dont 
trois sont de Thorwaldsen. — Le Salon, 
où il y a tous les jours table d'hCte, et le 
Pavillon, contenant les salles d'assemblée 
et de musique à l'usage des étrangers. Le 
théâtre et la nouvelle école datent de 1 836 ; 
le Parc et les jardins du palais sont déli- 
cieux et ouverts au public : les écuries du 
prince contiennent un superbe haras. — 
Pop. 4,000 hab. sédentaires. 

A 1/im. environ de Putbus, est le Ba- 
dhaus (maison de bains), sur le bord de la 
mer , où l'on peut prendre des bains de 
mer chauds. — Etablissement très bien 
tenu. 

De Putbus une jolie route conduit k 

Bergen . — Hôtel Goldner Adler (l'Aigle 
d'Or); capitale de llle de Rugen. Au N. 
s'élève la montagne de Rugard, la plus han- 
te de l'île. Les ruines d'une ancienne forte- 
resse détruite en 1316, occupent le point 
culminant de cette montagne. De ce point 
élevé l'œil s'étend sur l'île tout entière oobf 
me sur une carte placée aux pieds du speeta- 



dbyGoOgk 



BOUTE 292. -*- DE BBBL12H A BBESLAU. 



295 



teur. De Bergen è Stialsund, la distance [Prora et le Schaiizcnberg, par Lanken et 



est d'environ i milles. — Pop, 5,000 
kab. 

Plan pour Vexcursion d'un jour. — 
De Putbas aa Jagschloss , Schmacler-sec , 



a nouvelle roule de Siubbenkammer ; re- 
venir par Sagard, le Jasniund et Ber- 
gen, puisàPuibus: parcours d'environ 12 
milles. 



ROUTE 291. 

Par CusTRiN, 55 m. -1/2. 



DeBertinàCaslria(t;.r. 

Liinritz. 

Waldowstneok. 

Schwerifl. 

Kaehoe. 

Pinne. 

Bythio. 

POSEX. 



. Um.ifi 
3 

2 m 
2 m 

i 1/4 

3 

2 1/4 

4 



Les voyageurs prennent maintenant le 
chemin de'fer jusqu'il Francfort-su M'Odcr 
{v. U route suivante) ; delà, desschnellpos- 
ten conduisent à Custrin, 4 milles. 

£q quittant Custrin , la route traverse 
rOderetsnit une direction E. jusqu'à 

POSEN. — Hôtels: de Bavière; de 
Bcrtio ; de Cracovie ; de Vienne ; de Ra- 
ine. — Posen , ville très fortifiée, sur la 
rive gauche de la Wartka. — Curiosités: 
parmi sfô nombreux édifices religieux, nous 
citeroos: l'église de Sf-Stanislas , chef- 
d'fleuvre d'architecture italienne; la cathé- 
drale, édifice d'une noble simplicité, près: 
da palais de l'archevêque. 11 y a dans cette! 



église une chapelle dorée, avec les statues 
en bronze de deux rois de Pologne. L'égli* 
se prolestante de St-Pierre, nouvellement 
bâtie , consacrée au mois d'octobre 1841 , 
V hôtel de ville, superbe bâtiment gothi- 
que , dont la tour est la plus haute de la 
ville ; le château de l'ancien collège des 
Jésuites , à présent siège de la régence ; 
plusieurs couvents, entre autres celui des 
sœurs de Chanté, avec un hôpital ; le beau 
palais dont le comte Raczynski fit présent 
à la ville, avec une bibliothèque de plus de 
20,000 vol. ; deux collèges, une école nor- 
male primaire, l'institut des sages-femmes. 
Le làuboui^ Waiischay est joint à la ville 
par le pont sur la WarUia. — Commerce : 
assez considérable , surtout en bois, blé, 
drap, toile, cuir et tabac, vente considéra- 
ble de laine. — Pop. 4S,000 hab. dont 
6,000 juifs. 

De Posen à Varsovi", 9 m. 1;4, c'est 
la continuation de la grande route de Pa- 
ris k Varsovie, parler/m. 



ROUTE 292. 

DE BERIiinr A BRESIiAU , 

Par Francfort SUR l'Oder , 47 milles 7/^2. — Chemin de fer; 
trajet : 43 heures. 

Prix : poar Francfort , 3 thaï. 15 agr. ; I thaï. 25 scrr. et I thaï. 2 1/2 sgr. — Poor 
Brcalaa, Il tbal. 2 1/2 sgr. ; 7 tbal. 27 I;2 agr. et 4 thaï. 22 1/2 sgr. 



Stations. 



Copeaick. 
Edott. 



1 m. 7/12 
1 2/3 



Hangelsberg. 
Furstenwalde. 
Briesen. 
Francfort. 



1 m. 2/3 

1 1/3 

2 1/12 
2 5/12 



dbyGoogk 



ROUTE S92. — DE BEBLIN A DBESLAU. 



3m 


.1/12 





3/4 





5/6 


1 


3/i 


2 


3/4 





5/6 


â 


1/J2 


1 


1/6 


1 




1 


1/2 


i 


5/6 


1 


2/5 


1 


3/4 


3 


7/12 


2 


5/12 


1 


3/4 


i 


1/4 


1 


1/6 


1 


1/4 


1 


5/12 


1 


7'/12 



296 

Fursteoberg. 

Neuzelle. 

WeUfflitz. 

Gubeo. 

Jesnitz. 

Sommerfeld. 

Soniu 

Handsdorf. 

Halbau. 

Rauscha. 

Kohifort. 

Siegersdorf. 

BuDzlau. 

Hainau. 

Liegnitz . 

Spittelndorf. 

Maltsch. 

Neumarkt. 

Nimkau. 

Lissa. 

Breslau. 



Jusqu'à Francfort, cette section de la 
roule est sans intérêt. 

FRANCFORT-SUR -L'ODER, station. 
— Hôtels: Kaiser-von-Russland ( à l'Em 
poreur-de-Russie), près de Tembarcadère ; 
.\dler, (rAJgIc) ; Deutsches-Haus (la Mai- 
son-Allemande ; de Hollande. 

Francfort est une ville importante, si- 
tuée sur la rive gauche de VOder, etqui n*est 
plus fortîGôe. Un pont de bois chargé de 
pierres pesantes quiTempéchent d'être em- 
porté pendant les fortes eaux joint la \ieille 
ville il son faubourg , situé sur la rive droi- 
te du fleuve. La grande prospérité de 
cette cité naît de sa situation sur la 
grande route de Silésie, et sur un 
fleuve navigable qui communique au 
moyen de canaux avec l'Elbe et la Vis- 
Iule. — Curiosités: YOberkirchet église 
du XIII« siècle; le Rathhaus ( bOtel de 
ville), de 1607; — le monument élevé au- 
delà du pont à la mémoire du prince Léo- 
pold de Brunswick ; le tombeau du poète 
Kleisi, qui fut tué à la mémorable bataille 
de Kunnersdorf. Depuis 1810 l'université 
a été transportée à Breslau.— P. 28,400 h. 

GUBEN. — HôteU : Rother-Lœwe (le 
Lion-Rouge) ; Blauer-Engel (l'Ange-Bleu). 
— Petite ville située sur la Neisse, qui se 
jette dans l'Oder à 2 m. au nord ; les 



cette ri>iëre sont plantés de vignes. — 
Pop. 7,S00 hab. 

A 4 m. E. se trouve , sur la route de 
poste de Berlin à Breslau 

Crossen. — Hôtels : Stadt-Londoa 
( à la Ville-de-Londres) ; la Poste. — Pe- 
tite ville sur la rive gauche de l'Oder. Celle 
contrée commence a se couvrir de vignes ; 
c'est un des points les plus septentrionaux 
de l'Europe, et bien que la vigne y soit cul- 
tivée avec quelque succès, le vin qu'on y 
récolte ne diffère guère de celui de Sores- 
nes --Pop. 40,000 hah. 

A 4 m. 1/4 de Crossen , sur la route 
de poste de Breslau, on trouve 

Grunberg. — Hôtels : Drei-Berge 
les Trois-Montagnes) ; Schwarzer-Adler 
V Aigle-Noir). — C'est la première ville 
le la Silésie que nous trouvons sur notre 
route ; elle renferme plusieurs manufactu- 
res florissantes de draps , etc. On y fa- 
brique aussi une espèce de vin àt 
Champagne très médiocre. — Pop. 
40,000 hab. 

SORAU. — Hôtels: Sonne (le Solefl) ; 
Stem (l'Étoile). — Petite ville au milieu 
d'une plaine sablonneuse. Une route de pos- 
te conduità2m. ^jil^.— Pop. 7, 200 hab, 

Christianstadt et à Naumbourg, pe- 
tites villes sur la Bober 

Un peu au-delà de Sorau, une branche 
du chemin de fer incline vers l'Ë et con- 
duit à Glogau, par Sagan eiSprotto. 

Glogau , ville et place forte que tra- 
verse l'Oder — Hotels: Preussischer- 
Adler ( l'Aigle-de-Prusse ) ; Dcutsches- 
Hauss(la Maison-Allemande); Weisses- 
Haos (la Maison-Blanche). 

Curiosités: la cathédrale et Véglùe 
catholique du collège, avec quelques bons 
tableaux; ]e palais des anciens ducs et le 
bel hôtel de ville, le théâtre. — Pop. 
42,000 hab. 

A la station de Kohifort, le chemin de 
fer se bifurque : la branche qui continue 
vers le S. conduit à Gorlitik et à Dresde ; 
celle que nous suivons va vers l'E. 

Après Kohifort, nous passons sur le ma- 
gnifique viaduc de Bunîlau, qui a plus de 
500 m. de long. 

BUNZLAU. — Hôtels : Kronprinz (le 
PriQce-Royal) ; Deutsches-Haus (I' 



dbyGoogk 



BODTB 293. — DB BBESLAU A DRESDE. 



207 



AUemande), — Petite ville bien bâtie, sur 
la me droite de la Bober ; elle est située à 
Tenlfée du plus pittoresque et du plus in- 
dnslnem district de la Silésie , lequel s'é- 
tend JTOsqu'^ la région des montagnes ap 
pesées Riesengebirge ( montagnes des 
Géants). — Curiosités : Vobéltsqueen fer, 
élevé k la mémoire du général russe Kutu- 
9off. — Pop. 5,000 hab. 

LIEGNITZ —Hôtels : Rautenkranz ; 
Schwarzer Adler ( TÂigle-Noir ) ; Gold- 
ner-Lœwe , (le Lion-d'Ork Krone, (la 
Couroone). — Cette ville , bien bâtie, est 
dans ose jolie situation, âi la jonction de la 
Katsbadi et du Schwarzwasser. — Curio^ 
siiés: le château^ construit en 1834 ; la 
Fursten-Capelle ( chapelle des Princes ) 
renfermant plusieurs monuments ; la Rit- 
ier-académie , pour Véducation des jeu 
nés nobles, bel édifice ; le nouveau ci- 
metière , hors la ville. — Pop. 4^,000 
hab. 

BRESLâU. — Hôtels : Goldene-Ganz 
(l'Oic-d'Or) ; HOtel de Silésie ; Drei-Ber- 
ge (les Trois-Montagnes) ; Zweigoldne 
Ijov^-en (les deux Lions-d'Or) ; Weisser- 
Adler (l'^gle-Blanc) ; Hôtel de Pologne. 

Breslau, capitale de la Silésie, est une 
cité florissante , et passe pour la seconde 
Tille de la Pnisse. Elle est bâtie sur les 
deux rives de TOder, qu'on traverse sur un 
beau pont de fer. Ses fortifications furent 
en partie détruites en 1806 par les Fran- 
çais, et depuis converties en riants boule- 
Nirds, et les fossés en jolies nappes d'eau. 
— Curiosités : la cathédrale de Saint- 
Jean, architecture gracieuse et remarqua- 
ble ; l'intérieur renferme de beaux ouvra- 
ges en fi»* et en bronze, ainsi que plusieurs 



tombeaux ; Kreutz Kirche (l'église Ste- 
Croix), édifice intéressant; Sand Kirche, 
église d'une riche architecture, avec quel- 
ques I)ons tableaux; l'église SterElisa- 
beth , avec une tour de 120 mètres de 
haut, et dont l'intérieur renferme des pein- 
tures. Les autres églises sont aussi cu- 
rieuses. 

Le Rathhaus{ïiù\je\ de ville) est un édi- 
fice antique, remarquable par son architec- 
ture et ses décorations; la maison du 
gouvernement est un noble édifice, le 
château (Schloss) mérite à peine ce nom ; 
la statue colossale de Blûcher , sur la 
place de ce nom, par Rauch. — L'unive^- 
sité, fondée en 181 1 , compte environ 700 
étudiants : elle renferme un musée d'his- 
toire naturelle , une bibliothèque de 300 
mille vol. , ouverte tous les jours, de 9 h. 
du matin à midi ; un cabinet d'antiquités , 
une galerie de pe nture, composée d'envi- 
ron 700 toiles, en général médiocres; un 
jardin botanique, riche et bien disposé. Le 
théâtre, généralement mauvais. — Com- 
merce considérable en blé, métaux de 
toute espèce , draps, toiles, bois à brûler, 
laines, dont il se tient deux foires par an , 
en juin et octobre, et en productions de 
tout genre. Celle ville compte près de 100 
distilleries. — Pop. 08,000 hab. dont 
28,000 catholiques et 6,000 juifs. 

Moyens de locomotion. — Chemin de 
fer pour Vienne, par Oppeln : — à la sta- 
tion de Kossel, embranchement sur Cra- 
covie, pour Freibourg, avec embranche- 
ment sur Schweidniti; — pour Dresde, 
par Liegnit% et ForUt% ; — pour Olmiit%, 
par le chemin de fer de Vienne , embran- 
chement k la station de Prerau. 



ROUTE 295. 
DE BRESIiAU A BRESBE, 

Par LiEG.xiTZ et Bunzlad , 56 milles 4/2. — Chemin de fer. 

De Breslau à Kohlfort [v. route 

29«). 17 m. 4/5 

Pinzig. 1 3/5 

Gorfôz. i \ft 

i 



Bautzen. 


2 m. 4/5 


Bischo&worde. 


2 5/5 


Radeberg. 


2 4/5 


Dresde (v.r. 281). 


2 1/5 



dbyGôogk 



398 



nOUTE 29(. 



DE DBESDE PBAGDE. 



GOBLITZ. -^ Hôtels : Goldener-Baum 
(l'Arbre-d'Or) ; Brauner-Hirsch (le Ccrf- 
Bnin). — Peliie viUe florissante, dans une 
situation pittoresque , sur la A^etwe. — 
Curiosités : l'église Saint - Pierre el 
Saint'Pauly, du XV» siècle, une des plus 
vastes de la Saxe ; la Kreut^kirehe (église 
Ste-Croix hors la ville, avec une représen- 
tation exaclo des bâtiments el des localités 
du saint sépulcre à Jérusalem (1480-89) 

— Commerce considérable en draps et 
toiles, etc. — Pop. 46,000 hab. 

De Gorlitz on peut faire une excursion 
aux bains pittoresques de Liewerde ( Bo- 
liêmc). 

LOBAU. — Jïd<en.amra (l'Agneau) 

— Ville ancienne. — Curiosiiés : l'hôtel 



de ville el quelques églises.— Pop. S^SOO 
hab. 

BAUTZEN. — HôUls : Lamm ; Adler; 
Loewe ; Goldene Krone. — Capitale de la 
Haute-Lusace, dans une belle situation sur 
la Sprée. — Curiosités : l'église Saint" 
Pierre, occupée par les catholiques et les 
protestants; le Landhœuser, vaste édifice 
d'un style gothique. — Commerce : ma- 
nufactures florissantes de draps et de co- 
ton. — Pop, 45,000 hab. 

Tout près de la ville s'élève le vieux 
château A'Ortenbourg. La célèbre ba- 
taille de Bautzen (1815) se livra dans les 
environs de cette ville. 

DBESDE(i;. route 281). 



ROUTE 294. 
DE BRESDE A PRAGlJi: , 

Par ToEPLiTz, 2^ milles. — Route df* poste. 



Pirna. 2 m 1/2 
Peterswald , par Berggicsshubel. 3 

Arbesau. 1 1/2 

Tœplitz. 2 

Mireschowitz. 2 

Laun. 2 

Jungfem-Teinitz. 2 

Schlan. 2 

Strzedoklnk. 2 

Prague. 2 

Moyens de locomotion. — Eilposten 
tous les jours pour Prague el Tœplitz. — 
Bateaux à vapeur , senice direct entre 
Dresde et Prague , en 21 h. D'autres ba- 
teaux font escale h Aussig, d'où des omni- 
bus conduisent les voyageurs h Tœplitz. 

Le chemin de fer, depuis Dresde, suit 
la rive gauche de l Elbe, passe par Pirna, 
Kœnigstein , Schandau , Bodenbach , 
Àussig, Lobositi, Leitmerit%, Doxan 
Raudenil% , Melnih. — A celte dernière 
station la voie ferrée quitte la vallée de 
l'Elbe , et suit alors la rive gauche de la 
Moldau , passant par Willrus, Zdiby et 
Prague. — Parcours, environ 25 milles. 
' Le l'oyage par eau est encore peu fré- 



quenté ; cependant les rives de l'Elbe ne 
manquent pas de beautés naturelles. On n*y 
rencontre qu'un petit nombre de villes , et 
aucune ruine imposante. L'aspect des mon- 
tagnes , la forme bizarre et variée des ro- 
chers, donnent k cette contrée uu aspect 
vraiment pitUjresquc. 

PIRNA. — Hôtels : Weisses-Ross ( le 
Cheval-Blanc; Forsthaus (la Maison-Fores- 
tière). — Ville sur la rive gauche de l'Elbe, 
dans une position charmante. — Curiosi- 
tés: le fort de Sonnenstein, d'où l'on jouit 
d'une vue magnifique. — Pop.5,000hab. 

TŒPLITZ. — Hôtels : de Russie ; 
du Prince-de-Ligoe ; de la Poste ; Zom- 
Goldner-Hirsch (Cerf-d'Or) ; Schwarzen- 
Adler (Aigle-Noir); Weisse-Ross (le Che- 
val-Blanc) ; Blauer-Stern (l'Étoile-Bleue); 
au faubourg : Deutsches-Uaus (Hdlel-Al- 
lemand) , avec café et restaurant ; Kœnig- 
von-Preussen ( Roi-de-Prussc) ; Rœmis- 
cher-Kaiser ( 1 Empereur-Romain ) ; Sae- 
chsisches-Ilaus (HOtcl-de-Saxe) ; dans la 
Papiergasse (rue de la Papeterie) : das 
Schwarze-Lamm (Agneau-Noir), avec café 
et pâtisserie. Ces hôtels servent en mâme 
temps de restaurants, mais on peut encore 

Digitized by VjOOQIC 



BOUTE 294. — DE DBE5DE A PRAGUE. 



299 



^Der tutre part à table d'hôte ou à la 
carte. 

TœPLrrz est située dans une vallée tra- 
versée par le ruisseau de Sollback, et bor- 
née vers le N. et 1*0. par les montagnes 
métallifères de Saxe (Engebirge) \ vers 
TE. et le S., par une partie de la chaîne 
des montagnes du Mittelgebirge. Cette 
vallée forme nn des angles de cette plaine 
étendue, qni se penche doucement depuis 
Kaaden jusqu'à Aussig. La ville elle-même 
est comme gardée par deux montagnes à 
TE. et au S.-O., savoir : la montagne du 
Ghitean (Scklossberg), la plus haute de 
cette vallée, et le Wachholderberg (mon- 
tatgoe des Genévriers). 

ri sa situation et ses bains, Tœplitz 
rien de très remarquable : il con- 
yieni cependant de citer le Palais, les jar- 
dins et le parc du prince de Clary. 

Le parc et les jardins situés derrière le 
château sont chamunts; ils servent de 
lieu de réunion aux personnes qui fréquen> 
tcnt les bains , et dont le nombre est par- 
fois de 5,000. 1/une des ailes du palais 
renferme le théâtre, et non loin de là s'é- 
lève le Garten Saai, bel édifice ser\'anl de 
salle de lecture , de salle de festins et de 
salie de bal. Le Herrenhaus est un bel 
hôtel garni appartenant au prince de Clary. 
— T<eplit2 est sans contredit une des 
places de bains les plus renommées de 
l'Allemagne; on y compte au moins 60 
Héfeisoa Auberges, et une population de 
4,000 hab. 

Sources. — Les bains de Tœplitz et 
des environs, qui s'élèvent maintenant au 
nombre de 80, sont dhisés en bains de 



et fistuleux, de nature vénérienne ou sero- 
fuleuse ; dans les maladies des femmes» la 
stérilité, etc. 

Les environs de Tœplitz sont très pitto- 
resques et rappellent plusieurs faits histo- 
riques importants. 

BILIN. — Hôtels: Weisse-Lœwe (le 
Lion-Blanc ] ; Schwarze-Ross ( Cheval- 
Noir); Hohe-Haus (la Maison-Haute). — 
Petite ville avec des eaux minérales. — 
Curiosités : le château du prince Lobko- 
witz, renfermant une collection remarqua- 
ble de minéraux , dont les échantillons 
montent à vingt mille environ ; l'église pa- 
roissiale, d'une belle architecture ; la fabri- 
que de magnésie , etc. Du rocher isolé de 
ttilin, la vue s'étend jusqu'à Prague d'un 
côté et au Fichtelgebirge de l'autre. — 
Pop. SyOOOhah, 

Les environs de cette petite ville sont 
parsemés de basaltes et de traces volcani- 
ques. Le KurgebcBude est un bâtiment 
destiné à ceux qui viennent prendre les 
eaux à leur source. 

A 1 m. environ de Bilin , à l'O. de la 
roule se trouve 

Saidschutz, village avec 25 bouches où 
l'on puise la célèbre eau minérale de 
Saidschutz, qui contient du sel neutre. — 
Beaucoup plus près est situé 

Sedlitz, village qui fournit une eau 
toute semblable à celles de Saidschutz, 
provenant de deux sources. Toutes ces 
eaux sont purgatives. 

A 2 m. 0. de Bilin se trouve 

Bnux, petite ville située dans' le cercle 
dû Saatz. Elle possède un bel fiôtel de 
ville y trois grandes places de marché, une 



ville (StadtlMeder) [avec une température [manufacture d'étoffes de coton et une fa- 
de ^9^ centigrades] et bains de pierre brique d'acides minéraux: les châteaux 
(Steinbueder). Ces derniers se ivon\eni^,d'Éisenberg et Rothenhaus, dontlepre- 
ainsi que les bains sulfureux à ScH(ENAU,|mier a un beau parc , sont situés sur des 
\1llage voisin de Tœplitz; on s'en sert montagnes. — Pop» 5,000_hab. 



aussi souvent que des premiers. 

Effets des eaux. — Ils sont des plus 
remarquables dans les maladies rhumatis- 
males, pour la goutte, les paralysies et les 
apoplexies. Ces eaux sont encore très effi- 
caees contre la sécheresse de la peau , la 
nndeur des membres , la faiblesse des ex- 
trémités, les apostèmes extérieurs , les 
dartres, les ulcères chroniques, invétérés 



ScHL.\N. — Uôtel la Poste. — An- 
cienne ville ruinée et assez curieuse. C'est 
ici que Moreau mourut des blessures qu'il 
avait i*eçues àla Imtaille de Dresde en 1 81 3 . 
— Pop. SMO hab. 

La roule de Carlsbad à Prague vient 
se réunir ici à celle que nous suivons. 

Sur la ligne ferrée nous trouvons 

LoBosiTZ. — Hôtels : Goldener-Lœwe 

Digitized by VjOOQIC 



800 



ROUTE 204. ^ DB DHESDE A rBAQOE. 



(le Lion-d*Or); Schwartze-Ross (U* Che- 
val-Noir). — Petite ville, située sur la 
rive gauche de TEIbe, au pied de vertes 
collines couvertes de vignobles. — Pop 
4,t00hab. 

Après avoir traversé l'Elbe sur un long 
pont, h i mille de Lobositz se trouve 

Leitheritz , petite ville située sur la 
rive droite de TEIbe. Ses édifices les plus 
remarquables sont : le palais de Vévêque^ 
le collège des Jésuites et une église ^ dont 
la tour présente la forme d'une coupe. 

Weltrus , village dépendant du châ- 
teau pittoresque du comte Chotek. La Mol 
dau se jette dans l'Elbe à Melnik^ petite 
ville à 2 m. N.-O., surnommée la ville au 
houblon' , et qui passe pour produire le 
meilleur vin des bords de l'Elbe. 

Nous sommes aux portes do Prague , 
où nous devons déposer nos passeports. 

PRAGUE.— ffd^ete: au quartier JTtef»- 
seite: Erzherzog-Karl ( l'Archiduc-Char- 
les ) ; Bad hôtel ; au quartier Neustadi : 
Drei-Linden (lesTrois-Tilleuls); Schw- 
arze-Ross (le Cheval-Noir), tous les deux 
dans la plus belle rue, am Grabeuy et dans 
le voisinage du théâtre national ; — au 
quartier Altstadt : Goldne-Engel (l'Ange- 
d'Or). 

Phague est la capitale de la Bohême. 
Elle est située presque au centre du pays 
sur la MoldaUf qui divise les quartiers ap- 
pelés Altstadt et Neustadt , situés sur la 
rive droite, des autres quartiers situés sur 
la rive gauche, appelés Kleinseite ( Petit- 
Côté) et Èradschin ; k ces quartiers, nous 
ajouterons Judenstadt (la Ville-Juive) 

Cette ancienne cité renferme 60 églises, 
1 1 couvents de moines, i de religieuses, 60 
clochers, 22 tours, 55 places de toute di- 
mension, et un très grend nombre de rues 
étroites et irrégulières, avec 2 faubourgs : 
Carolinenthal et Smickow. 

Curiosités : le musée patriotique avec 
une belle collection. La bibliothèque^ son 
cabinet de pétrifications et sa galerie de 
tableauxy appartenant è la Société patrio- 
tique des amis de l'art ; le musée d'histoi- 
re naturelle composé de productions de 
la Bohême ; le chapitre de Strahof^ avec 
une bonne bibliothèque et une riche col- 
lection de tableaux ; la cathédraUt le tom- 



beau de St Jean Népomucène, pesant plus 
de 1 ,500 kilogrammes ; le Burg ou châ- 
teau impérial, renfermant HO chambres ; 
\e jardin du château; l'église de St Ni- 
colas, surchargée d'ornements; V église 
St^ThomaSy avec le beau tableau d'autel 
peint par Rubens ; le palais de Waldsiein^ 
et son jardin dont l'entrée est publique ; 
les collections de tableaux , de livres et 
d'ouvrages d'art dans le palais du comte 
deNoitit%; le palais Lobkowitx. — Le 
vieux pont de pierre sur la Moldau, avec la 
statue de St Népomucène, d'une architec- 
ture remarquable, et d'où Ton jouit d'une 
belle vue sur la Kleinseite et le mont de 
St-Laurence; le pont de chaînes constrotl 
depuis peu, et long de iOO mètres ; V égli- 
se des chevaliers de la Croix, d'une belle 
architecture ; Vancien collège des Jésui- 
tes, où se trouvent la bibliothèque impé- 
riale-royale, le cabinet d'histoire natu- 
relle, l'observatoire, l'école de l'académie 
des arts et l'orchestrion de l'abbé Vogler; 
V église de V Assomption sur le Thein, avec 
le mausolée de Tycho-Brahe; l'horloge de 
l'hOlcl de ville de l'Altstadt, remarquable 
par son antiquité ; le bâtiment de l'uni- 
versité avec plusieurs collections ; le pa- 
lais Clam-Gallas, construit dans le style 
italien ; enfin \e théâtre. 

Renseignements divers. — On n'a 
point de chevaux de poste sans une per- 
mission spéciale de la police. 

La Poste est située dans le Karmeliter- 
gasse, Kleinseite, de l'autre cdté de la ri- 
vière. 

Le Bureau des Eilwagen est è la 
douane dans le grand bâtiment qui fait le 
coin de Kœnigsplatz (place Royale), près 
du Graben. — Les plus beaux magasins 
sont situés dans la vieille ville ( Altstadt) , 
dans les rues Eisengasse, Jésuitengasse et 
Grosse-Ring, Les magasins de verres de 
Bohême sont les plus brillants. Le plus 
bel établissement de ce genre est au 
no 552 , dans Grosse- Ring. — Pop. 
i40,000 hab. 

Moyens de locomotion. — Chemin 
de fer, de Prague à Vtenne ; plusieurs 
départs par jour ,61 m. ; trajet en 16 h. 
environ. — Eilwagen, pour Carlsbad, 
Tœplit» , Dresde f Eger, Nuremberg, 

Digitized by VjOOQIC 



HOirrB 295. — DE BBBLIN A VIBNNB. 



301 



Reichenberg, lin», BudweUf Pf7scn| l'été le service entre Prague et Dresde, 
et Ratislwnne. — Un 9teamer fait dans| 



ROUTE 295. 
DE BERunr A irmirari:. 

Par Bmslau et Ratibor, ^AO milles eH/2.— Chemin de fer. 



1/2 
1/2 



DeBeriinèBKsbu(v.r.292).47in. 7/12 

OUaa. 4 

Brieg. 2 

Losàén. 2 

Loewen. 1 

Oppeln. 4 

GogoJia, 3 

Kosd. 3 

RalJbor. i 

Oderiïerg. 3 

JfsikT-Ostna. 1 

WeissJurchen 4 

Lapnik. 4 

P«aa. 2 

OaUein. 2 

Nainqedl. 2 

Hradisch. 2 

Pisek. 2 

Goeding 5 

Uiudenbourg. 3 

Hûbenan. 2 

Durnkrut. 2 

AogefB. 2 

Gsnserndorf. 1 

Deolâch-Wagram. 1 

FUmshdorf. 1 

VlEKSE. 1 



1/2 
1/2 



Les voyageurs vont aussi de 
Breslau à 0/i/au , Chem .de fer, i m. 

D'Ohlau (route de poste) à 

Grottkao. 4 

Neisse. 3 

Ziegenhals. 2 

Zuckmantel. 1 

Wurbenlhal. 2 

Freadenthâl. 3 

Siernberg. 3 

OUiUTZ. 2 

CAemin de fer d'Olmiitz è 

Prenii. 3 m. 



1/2 
1/2 

3/4 



1/4 



De Prerau il Vienne ( v. r. ci-avant , de 
Breslau à Vienne, par Ratibor). 

De Breslau , une branche du chemin de 
fer se dirige sur Freibourg d'où une bonne 
roule de poste conduite Prag««, par lan- 
deshut. 



Breslau à Kanth. 

Ingramsdorf. 

Kœnigszelt 

Freibourg. 

7 milles en 2 heures. 



2 m. 3/4 
2 



Un peu avant Freibourg, nous trouvons, 
à gauche du rail-way, 

ScHWEiDNiTZ. — Hâteh: Krone{la 
Couronne) ; Scepter (le Sceptre). —Ville 
admirablement située sur la Weistril^. — 
Curiosités : le Rathhaus ( hOlel de ville), 
eiV église catholique. Les environs sont 
très beaux. — Pop. 40,000 hah. 

FREIBOURG. — Hôtel Rother-Hirsch 
(le Cerf-Rouge.— Ville de 2,000 hab. , 
située au pied du Pursteostein. 

Des Omnibus conduisent pour 5 sgr. 
aux 

Bains de Salzbronn, village de 3,000 
hab. Sa distance de Schweidnitz est de 2 
milles 1/2; de Breslau, 9 milles 1/2. Sa 
situation est très agréable, et de grands em- 
bellissements y ont été exécutés dans ces 
dernières années. On y compte annuelle- 
ment près de 1 ,500 personnes. L'air y est 
pur et salubre, mais frais. Le Kursaal et 
VElisenhall sont deux beaux édifices. 

Les eaux de Salzbrunn sont prises en 
boisson et en bains ; elles sont résolvan- 
tes, apéritives et favorables dans les maux 
chroniques de la poitrine, etc. 

De Breslau, le chemin de fer pour Vien- 
ne se dirige vers le S.-E., passant par 

Digitized by VjOOQIC 



302 



ROUTE 295. — DE BBBLIN A VIENNE. 



OHLAU. — Hôtel Schwartzer-Adler 
(V Aigle-Noir). — Ville assez importante 
sur la rive gauche de VOder. — Curio- 
sités : l'ancienne église de St^BMse ; 
le château et l'hôtel de ville. — Commer- 
ce : fabriques de tabac assez considérables 
— Pop.A.SOOhab. 

Le pays que nous parcourous est fertile 
en tabac. 

BRIEG. — Hôtel Goldener-Krcuz { la 
Croix-d'Or. — Ville importante sur la ri- 
ve gauche de l'Oder, avec 12,000 hab. — 
Curiosités : l'église St-Nicolas , renfer- 
mant un bel orgue , et un tableau d'autel 
])ar Rhode. 

A 6 milles S. , sur la roule de poste 
d'Olmutz, se trouve. 

NEISSE , ville forte sur la rive droite 
de la Neisse , avec 10,000 hab. , un col- 
lège avec bibliothèque , et un atelier d'ar- 
tillerie. 

OPPELN. — Hôtels : de Saxe ; Drei- 
Kronen (les Trois-Couronnes). — Ville si- 
tuée surTOdcr, avec 7,000 hab. — Cu- 
riosités : la vieille église paroissiale, celle 
de St'Adalbert et le château. 

KOSËL , petite ville de 2,500 hab 
sur la rive gauche de l'Oder, avec un an- 
cien château. 

De cette station, une branche du che- 
min de fer, conduit k Cracovie, par 

Glewitz, ville de 7,500 hab. 

CRACOVIE (en allemand, Krakau),^ 
Hôtels : la Rose-Blanche, dans le Stradom, 
propre et à bon marché , bonne la 
ble ; de Russie ; Goldner-Adler (l'Aigle- 
d'Or) ; Kœnig von Ungarn (le roi de Hon- 
grie). — Celte ville, située sur la rive gauche 
de la VistuUt ^l* l'ancienne capitale des 
rois de Pologne est tout à fait déchue ; le 
commerce, les arts et l'industrie l'ont aban- 
donnée. En 18i7 elle a cessé d'être ville 
libre. 

Curiosités : Véglise cathédrale , anti- 
que et bel édifice qui renferme 50 autels, 
SO chapelles et un grand nombre de mo- 
numentâ, dont plusieurs sont fort curieux. 

Des 46 églises qui existent encore, celle 
appelée Skalka est la plus'ancienne , et 
o<elle de Ste-Marie^ édifice gothique, est 
remarquable pour son élégance et sa gran- 
deur. Le monument de CojperniCy exécu- 



té par Thorwaldsen, a été érigé dans Té- 
glise de l'université , en 1825. Les ponts 
volants sur la Vistule sont remarquables. 

Commerce : manufactures de draps , 
saunage,commercedecire. — Pop. SSfOOO 
hab. 

Les célèbres salines ou mines de sel de 
Wieliaka ne sont qu'à 2 milles de Cra- 
covie. Ces salines, composées de 5 étages 
qu'on nomme consignations , ont 2,000 
mètres de longueur , 800 de largeur , et 
246 de profondeur ; on y parvient par un 
escalier de 470 marches , pratiqué 
dans l'un des puits. Au fond on trouve la 
chapelle des Moines en prière, le buste 
d'Auguste 111, etc ; tout cela en sel. 

En général , ces mines sont fort cu- 
rieuses. 

Un très vaste établissement de bains , 
pourvu de douches, bains de vapeur, etc., 
s'y est formé dans ces dernières années ; 
en 1847 , le nombre des visiteurs était 
déjà considérable. 

Continuant notre route pour Vienne on 
arrive a 

RATIBOR. — Hôtel Jaeschke. — Ville 
située sur la rive gauche de l'Oder. De 
l'autre côté du fleuve se trouve Ostrog, 
qui peut passer pour le faubourg de Rati- 
bor. — Curiosités : le château, la fontai- 
ne , le collège et les belles plantations. — 
Pop. 7,500 hab. 

LEIPNICK, station et relais sur la route 
de poste d'Olmutz 5 Cracovie. — Curio^ 
sites: le château (Schloss), le collège et 
le Kirkhof. — Pop. S,600hab. 

PRERAU , petite ville ancienne , où le 
chemin de fer se bifurque; la branche que 
nous suivons continue vers le S., l'autre 
branche tourne brusquement à droite, vers 
l'E. et conduit de Vienne à Prague, par 
Olmulz. -— Curiosités : le RaUihaus (hô- 
tel de ville) et le vieux château (Alte-Burg) . 
— Pop. 3,000 hab. 

LlîNDENBOURG, petite ville dans une 
jolie situation sur la Thaya. Dans les en- 
virons se voit la belle propriété et le parc 
du prince de Liechtenstein. De cette sta- 
tion , une branche du chemin de fer re- 
monte vers le N. et conduit de Vienne h 
Brunn. 

A la station de Florishdorf, le chemin de 



dbyGoogk 



BOUTE 297. — DE PABIS A HAMBOURG. . 303 

f«r se divise ; la Inoche qui va vers ro.lsitaé à rextrémité de la première allée du 
eonduit à Stoekeau , 5 milles . I Prater . 

Nous voici à Vcmbanadère de Vienne , j VIENNE (v. roule 51 8) . 



ROUTE 296. 
DE BERIilHr A COPOIVHAeiJi: , 

Par Stettin. 



De Berlin à Stettin , chemin de 

fer(ï.r.285). 18 m. 



De Stettin à Copenhague, bateau ï 
vapeur, trajet, 20 à 24 h. 
COPENHAGUE (v. à la table). 



ROUTE 297. 
DE PARIS A HAJUBOIIRG , 

Par Bruxelles, Cologne et Hanovre. — Chemin de fer et route 
depofte. — Par le cliemiD de fer, ^09 myr. 4 kil. ; Irajet en 67 
heures. Prix : ^08 fr. 85 c. et 85 fr. 20 c. 



De Paris à Hanovre, chemin de fer {v. 
roule Î80). 
De Hanovre à la station de Lchrle. 2 m 



knig; Âdler (l'Aigle) ; Stadt-Hambourg (la 
Ville-de-Hambourg). — Ville située sur la 
rive droite de V Aller, au milieu d'une 



ue uanovTC a la siauon ae tienne, s in. nve uruuc uc i ah^i , «u ».«....« -^ 

Dnc branche du rail remonte vers le N. plaine sablonneuse. — Curiosités : le 
C'est la jffcmière section du chemin de fer palais royal, restauré nouvellement, avec 
de Hambourg à Hanovre, elle conduit à 'une fort belle chapelle; dans \ù jardin 
Gdie- i m . 1/2 ! français se trouve le monument eleve a la 

De là, route de poste à 



Bcïgen. 5 1/4 

Soltau. 5 

Heber. 4 

Welle. 2 1/2 

Nenndorf. 2 1/2 



mémoire de Mathilde , reine de Danemark 
et sœur de Georges lU ; c'c-t une œuvre 
d'art fort médiocre. L'ancienne église pa- 
roissiale renferme les toml)eauxde la mai- 
son de Brunswick -Lunebourg. —Pop. 
4%,000hab. 
HARBOURG. — Hd/c/s : la Poste ; 



Harnourg. 1 5/4 Kœnig-von-Schweden (au Roi-de-Suede) , 

Hakbourc. 1 1/4 tous deux bons. — Ville de •^»000 hab., 

I sur la rive gauche d'un des bras de 1 Elbe. 

De Celle, le voyageur peut sui\Te la ligne D'ici la route traverse successivement le lit 
de fer qnîîasse p'ar t/c/scn, Lunebourg et' du fleuve, l'île de Williclmbourg et l autre 
Harbtmrg. Ibras du fleuve. 

CELLE . — Hôtels : de Hanovre ; Sand- ! HAMBOURG (v . route 285) . 

Autre route prompte et également économique. 

De Paris au Havre , chemin de fer , cn| Du Havre à Hambourg, par la vapeur 
7 h. , pour 26 fr. 30 c. ; 2p fr. 50 c, et' qui part tous les samedis ; trajet, 00 U. 
1 5 fr. 50 c. lenviron . Prix : 120 fr, et 90 fr. 

Digitized by VjOOQIC 



ao4 



nOUTE 208. ^ DB PABIS A HAMBOCJRO. 



ROUTE 298. 



DE PARIS A 

(^« route) 

Par Sedan, Aix-la-Chapelle, Dusseldorp et Bremen^ 25 myr. 7 

kil. et 84 milles. — Route de poste, 

sites : Tancienne maison du chapitre noble 
de saint Qairin , bel édifice du vieux style 
teutonique, avec une belle tour et une jolie 
coupole. --Pop, ByOOOhah. 

DUSSELDORF. — Hôtels : Breiden- 
bach , sur la promenade ; c'est un des plus 
beaux et des mieux tenus de rAlIemagae; 
Dohmartdl; des Trois-Couronnes- Impéria- 
les , sur le Marché ; de Deux-Ponts; de 
Cologne; de rEmpereur-Romain. — Ca- 
fé près de l'hôtel des Trois-Couronncs, 
société choisie , journaux français , animais 
et allemands. — Des omnibus conduisent 
les voyageurs aux bateaux à vapeur, et des 
bateaux à leurs hôtels. 

Cette ville, l'ancienne capitale du grand 
duché de Berg, est maintenant le chef-lieu 
de l'administration prussienne sur les bords 
du Rhin. — Située sur la rive droite de ce 
fleuve , c*est une des plus belles villes et 
des plus animées de la Prusse rhénane. — 
Curiosités : l'église collégiale, renfermant 
le monument du duc Jean et de sa femme; 
'église des Jésuites richement décorée, 
avec les tombeaux des princes de Neubourg; 
l'église des chevaliers de la Croix , main- 
tenant magasin militaire; la grande ca- 
serne , l'observatoire, le cabinet de physi- 
quo , le musée , qui renferme d'excellents 
tableaux de l'école allemande ; la biblio- 
thèque publique, riche de iO.OOO vol.; les 
promenades f la place des Parades , etc. , 
etc. 

Bateaux à vapeur plusieurs fois par 
jour qui remontent et descendent le Rhin. 
s'arrêtent ici quelquefois pour y passer b 
nuit, remontent jusqu'à Cologne en 5 h. 
(pour revenir, 2 h. 1;2). — Chemin de 
fer pour Elberfeld , avec embranchement 
pour Berlin , pour Cologne , Bruxelles et 
Paris. — Pop. 55,000 hab, 

 2 milles environ de Dusseldorf, est le 



DeParisàSedan(t;. r. 41). 


25 m 


7 k. 


Bouillon (poste étrangère). 


Im 


.1/2 


Paliseul. 


1 


1/2 


Tellin. 


2 


34 


Marche. 


2 . 


1)2 


Bonsaint. 


2 


12 


Fraineux. 


2 


1/i 


Liège (v. r. 280). 


3 




Aix-la-Chapelle (t».r. 280) • 


5 


1/2 


Juliers(t».r.280). 


5 


1/2 


Furth, 


3 


1/4 


Neuss. 


2 




Dusseldorf. 


1 


1/4 


Muhllieim. 


1 


3/4 


Oberhausen. 


1 




Dorsten. 


3 




Haltem. 


2 


1/2 


Appellmlsen. 


3 


1/4 


Munster. 


2 


1/4 


Ostebcvem. 


2 


1/2 


Glandorf. 


1 


34 


Osnabruck. 


3 


1/4 


Bomhte. 


5 




Lpmforde. 


9 




Diepholz. 


2 


1/4 


Barnstorf. 


2 


1/4 


Bassum. 


5 




Bremen. 


i 




Ortersberg. 


3 


1/2 


Rotenburg. 


2 


1/2 


Tostedt. 


3 


3/4 


Harbourg(i;.r. 297). 


3 


34 


Hambourg. 


1 


1/4 



Nous indiquons cette voie, parce qu*elle 
est encore suivie par le véritable touriste , 
bien qu'elle soit la plus longue. 

NEL'SS— Jld/ete : Rœm.-Kaiser (l'Em- 
pereur-Romain) ; Reinischer-Hof (Hôtel du 
Rhin). Ville importante par son commerce 
et sa navigation sur le Rhin ; elle est si- 
tuée sur VErft, qui porte bateau jusqu'à 



son embouchure dans le Rhin. — Cttrio-I village de 



dbyGoogk 



nOUTB 299. — DE BAMBOCBG A LUBECK. 



305 



HELTonr, avec le château du comte 
Spée , renfermant des fresques par des 
artistes modernes allemands, d'un grand 
mérite. 

MUNSTER. — HôteU : Munsterischer- 
Hof (H6tel-de-Mnnster), avec une bonne 
table d'hôte; Ksnig-von-Eugland (auRoi- 
d' Angleterre), place du Marché — Muns- 
ter est la capitale de la Westphalie ; après 
Naremberg, c'est Tune des vieilles cités 
allemandes les plus curieuses à visiter, 
bien qu'elle n'ait pas en partage la belle 
situation de la plupart des villes du Rhin 
et du Danube. — Curiosités : la cathé- 
drale, majestueux édifice gothique d'un 
haut intérêt, renfermant le tombeau de 
révêque Gaten ; Oberwasser - Kirche 
et LtUgeri-Kirehe soniles plus anciennes 
églises de la ville ; elles offrent de beaux 
specnnens de l'ait gothique , qui florissait 
en Westphalie dans les XlVe et XVe siè- 
cles. L'église SatrU'Lambert est aussi 
d*on très beau style gothique; le Rathhaus 
(hôtel de ville), édifice d'un style gothique 
tout à la Ibis singulier et magnifique. C'est 
éams h Prieden - Saal fsalle de la paix) 
que la pabc de Westphalie fut signée , 
en 1648. Cette salle contient les portraits 
des souverains et des ambassadeurs qui 
prirent part.au congrès. Sur la place dn 
Marché la maison de Jean de Leyde ornée 
de sculptures curieuses. 

Le Sekloss (château), autrefois palais de 
révdqae, est i présent la résidence du 
commandant. C'est un bel édifice, mais 
qui menace ruine. — Pop. 24^000 hab. 

Le district que nous parcourons est pit- 
toresque et ri<Jie jusqu'à 

OSNABRUCR. — Hôtels : Roemischer- 
Kafeer (l'Empereur -Romain); Der-Àetna 



(l'Etna). — Capitale d'une province du 
Hanovre. — Curiosités : la cathédrale, 
édifice très ancien, dans le style de celle de 
Cologne; la sacristie date de 11 50 H 200. 
Johann ^ Kirche (l'église St-Jean) fut 
construite sur le m6me plan, mais un 
siècle plus tard. Le Rathhaus (h5tel de 
ville) offre l'aspect d'un château. 

D'Osnabruck , la route est triste jus- 
qu'à 

BREMEN. — Hôtels : SUdt-Frankfurt 
(la Ville-de-Francfort); Lindenhof (au 
tilleul), tous deux très bons ; Stadt-Lon- 
don ( la Ville-de-Londres). 

Bremen est une belle et florissante cité, 
aussi propre que les villes de Hollande, en- 
tourée de jardins et de jolies maisons qui 
remplacent les anciens remparts. Cette ville 
est située sur les deux rives du Weser, et 
comme ville libre, elle est gouvernée par 
un sénat. Elle possède plusieurs manufac- 
tures importantes de laine, coton, tabac, et 
fait un commerce considérable avec le con- 
tinent et l'Amérique du Nord. — Curio- 
sités : la cathédrale, bel édifice où l'on 
voit un cavean curieux dit Bleikeller ; le 
Rathhaus, sur la place du Marché, ancien 
édifice dont les caves renferment des ton- 
neaux, appelés la Rose et les Douie Apô- 
tres, remplis de vieux vins du Rhin ; sur 
la même place s'élève la statue de Roland ; 
le Muséum ou club ; le théâtre ; Vobser- 
vatoire duqnel Olbers, citoyen de Bremen, 
découvrit les planètes Vesta et Pallas. — 
Pop. SO, 000 hab. 

Chemin de fer pour Hanovre, par Ver- 
den, 5 milles 1/i; Nienbourg, 4 milles 
1/2. et Hanovre, 6 milles 1/2. 

HAMBOURG (v. r. 283). 



ROUTE 299. 

DE^ HAIIIBOURCÏ A I4UBECK9 

Deux roules : Tune par Schoenberg^ 8 m. ; l'autre par Oldeslohe, 

9 m. V2. 

Se&nellposl tous les jours, en 7 heures, | très bonne et macadamisée ; le pays qu'elle 
parOld^âie. La route est maintenant|traverse est très agréable et fertile, et fait 



dbyGoogk 



306 



ROUTE 300. — DB HAHBOUBG A RIEL. 



partie des provinces méridionales du Hols- 
tein. On quitte le territoire de Ham- 
bourg à 

Wandsbeck, petit village. 3 m 

À h rensbo urg , dans le Holstein . 5 



Oldeslohe^ petite ville située sur 
la rive gauche de la Trave 



3m. 



La roule côtoie cette ri>ière jusqu'à 
LUBECK (v. r. 284). 



ROUTE 300. 



DE HAHBOURe A KIEI4, 

Par Altoma el Neumunster, -15 milles. 



Chemin de fer^ deux départs par jour, 
8 heures du matin el 3 heures du soir; trajet 
en 3 h. 1/2. 

Stations. 

Âltona. 

Pinneberg. 

Torncsch. 

Ëlmshom. 

Horsl. 

Wrist. 

Neumunster. 

Bordesholm. 

KlEL. 

De Hambourg, quelques nûnutes nous 
conduisent à Tembarcadèrc de 

ALTONA. —Hôtels: d'Altona ; Hols- 
tcinisches-Haus (Hôtcl-d' Holstein); Schw 
arze-Adler (l* Aigle-Noir). — Ville située aux 
portes de Hambourg, sur la rive droite de 
TËlbe; elle fait un commerce considérable 
avec tous les yomis de l'Europe. — Curio- 
sités: rhôtel de ville {Rathhauê)\ le 
tombeau de Klopstock ; Rainsville's gar- 
ten (hôtel et jardin); Véglise catholique; un 
temple luthérien ; une église réformée 
française; une hollandaise ; une église des 
Mennonites; une des frères Moraves , et 
deux synagogues i — Le port est assez beau . 
C'est la première ville du Danemark après 
Copenhague ; ses environs sont fort Si^ré^- 
h\cs.— Pop. 27,000 hab. 

En quittant Altona, le chemin de fer lon- 
ge la route de Schleswig jusqu'à 

ELMSHORN. — i/o7e/ Grosses- Haus 
( le Grand-HOtel). — Ville de 5,1 00 hab., 
dont le commerce est fort actif. 



Une branche du rail se dirige sur 

Gluckstadt, petite ville de 5,500 liab. 
située sur la rive droite de TElbe. Le che- 
min de fer se rapproche par une coalise 
de la route de poste ; le pays que nous 
traversons est constamment riche et betu. 

Reprenant notre route pour Riel, nou 
arrivons ii 

NEUMUNSTER , station , ville où l'on 
làbrique des étoffes de laine. — Pop. 
2,700 hab. 

De Neumunster , une branche du rail- 
way se dirige vers le N.-O., et conduit à, 
i milles. 

Rendsbourg , petite ville forte sur U 
grande route de Hambourg à Schleswig, et 
sur le canal de l'Eyder, dans une contrée 
fertile et pittoresque. 

KlEL. — Hotels : Sladt-Hamboorg (U 
Ville-de-HamlH)urg ; Stadt-Kopenhagen. — 
Cette ville, située sur la Baltique, possède 
plusieurs édifices et établissements publics 
remarquables, avec un beau port très fré- 
quenlé. — Curiosités : Vuniversité avec 
ses riches collections , minéralogique, zoo> 
logique , ornithologique ; sa btUiothèque 
et son observatoire , d'où la vue est très 
belle. Le château et son jardin méritent 
d'être visités. Les environs sont channants. 
— Pop. H, 000 hab. 

Un peu au N. de Kiel, sur le même gol- 
fe, se trouve 

DuESTERBROOR, établissement de bains 
arrangé d'une manière très confortable : 00 
s'y sert de petites voitures pour prendre les 
bains de mer ; les bains chauds d'eau sa- 
lée sont préparés dans la maison des baios, 
à raison de 20 schill. ; on peut également y 



dbyGoogk 



ROUTE 301. — DE fiASIBOUBG A LILE DE RVGEN. 



307 



prendre des bains froids pour 12 schill. Le 
dîner coûte 20 schiII. 

yavigaiion à vapeur. — De Kiel à Fa- 
ahorg (île de Funen), en C h. ; pour Co- 
penhague , eo 20 ou ââ h., deux fois par 
semaine. 

De Kiel, one rouie très pittoresque con- 
duit ^ 5 m. i:ij 

ScHLESwiG. — Hôleh : la Ville-de- 
llarobourg; la Nouvelle-Bourse. — Ville 
dans une situation très Hante, au fond du 
goUe de SchJey. — Curiosités : le grand 



<et beau château de GoUorp; la vieille ca- 
thédrah, de style gothique, avec un reta- 
ble célèbre, sculpté, et le mausolée du roi 
Frédéric l»»", en marbre d'Italie ; Vhôlelde 
ville de la cité (Altstadt ), sur le grand 
marché, est un bel édifice ; le couvent de 
St-Jean est maintenant un chapitre de de- 
moiselles nobles; l'iustilut des Sourds- 
Muets, la maison des aliénés, un collège 
avec une bibliothèqne, le club ou musée. — 
Pop. 4i,00ù hab. 



ROUTE 501. 



DE HAMBOURG A li'IIii: DJE RUeUIir, 

Par ScHWERI^ et Rostock, 58 milles 8/40. — Chemin de fer 
et route de poste. 



On ne soit plus maintenant rancieone 
Toate pw Lubeok et Wismar, mais on 
prend 
De Hambourg ^ Boitzenbourg. 

Chemin de fer (v. r. 283). 8 m. 1/1 
Hagenow. 4 â/10 

Schwcrm (r. r. 283), 3 5/10 

Butzow. 5 3/10 

Rostock. l 

Route de poste. 

Ribnitz. 3 3/10 

StraJsuad. 6 3/10 

Bergen ( ile de Rogen ) . 3 3/10 

De Schwerin , une route de poste con- 
duit ^, 4 miUes, 

WiSMAR. — Hôtel la Poste. — Ville 
située au fond d*un golfe qui forme Tondes 
meilleurs ports de la Baltique. Les édifices 
de cette ville sont en général fort curieux 
eC très pittoresques. — Pop. 44,000 
hab. 

A 5 milles N.-E. de Wismar la route de tours, édiGce original; Vunivêrsité, fon- 
poste conduit k Idée en 1419 ; elle peut compter 150 éco- 

DOBCBAN. — Hôtels : la Poste ; Mers, Keppler y fiit professeur, Lh statue 
lu)gierfaaus (la Maison de Logement), du général Bliicher ^ sur la place de ce 
confortable; Lîndenhof (au Tilleul). — nom, est une des belles compositions de 
Dobberan est agréablement située à 3/4 Schadow. — Pop. tO^OOO hab. 
nulle de la Baltique, dans un joli pays | La roule jusqu'à Stralsund, s*anlme et 
couvert de collines et de bois, ce qui lui. devient plus riante. 
donne un aspect tout à fait champêtre. | STRALSUND (v. r. 285). 



C'est une place de bains très à la mode. 
— Curiosités : le palais du grand-duc, 
avec un beau parc et de jolis jardins ; Té- 
glise gothique, construite en 1186, 
édifice qui renferme plusieurs tombeaux 
des membres de la famille grand-ducale. — 
Pop. 2A00 hab. 

De Schwerin , le chemin de fer suit la 
rive occidentale du lac ; ensuite incline vers 
le N.-E. et atteint 

ROSTOCK. — Hôtels: de Russie; 
Stadt Stcttin ( la ville de Stettin ) ; Stadt 
London (la Ville-de-Londres). — C'est la 
ville la plus grande et la plus peuplée du 
Mecklembourg ; elle est située sur le War- 
now. — Curiosités : l'cglise Ste-Marie 
{ Marienkirche ) , architecture légère, de 
1 300 ; on voit sur le maître-autel une belle 
toile, par H/tode; elle renferme une horlo- 
ge astronomique et le tombeau de Grotius ; 
Peterkirche (l'église Sl-Pierre) , dans la 
vieille ville avec un clocher fort élevé ; le 
Rathhaus (hôtel de ville), flanqué de sept 



dbyGoOgk 



ao8 



ROUTE 303 — DE PARIS A MAYBRCE. 



ROUTE 302. 
DE HAMBOURG A HACSBEBOVRC^, 

54 milles ^4. 



Navigation a vapeur sur l'Elbe — 
Tous les jours pendant l'été, quand Tétat 
de la rivière le permet , des vapeurs re- 
montent TElbe jusqu'à Magdebourg. Ce 
voyage, qui dure deux jours et deux nuils, 
et quelquefois plus, selon la profondeur de 
Teau, est assez ennuyeux. La descente se 
fait en 24 h ; on s'arrête pour passer 
la nuit. Cependant plusieurs de Ces ba- 
teaux ont un certain nombre délits à bord, 
et des provisions pour le voyage. Prix : 
l'e cab., 10 thaï. ; 2* cab., 7 thaï. ; les 
lite se payent 1/2 et 2/3 de thaï. 

Les rives de l'Elbe, dans cette première 
partie de son cours, sont plates et d'un as- 
pect assez monotone. 

Le premier endroit que nous trouvons , 
après avoir franchi Harbourg , est 

HOOPTE , sur la rive gauche de l'Elbe, 
petite ville où ie steamer dépose et prend 
des voyageurs. Des omnibus parlent régu- 
lièrement pour, 3 milles 1/4, 



LUNEBOURG. — Hôleh : 
(à l'Espérance) ; Stadt-Hambourg (la 
Ville-de-Hambourg |. — Ville du Hanovre, 
sur la rive gauche àe Vllmenau, avec une 
pop. de 13,000 hab. 

Pour la description des autres localités, 
jusqu'à 

Werben (v. r. 283). — Celte pclite 
ville e^t située en face de l'embouchure do 
Havel. 

C'est à cet endroit que le bateau à vapeur 
qui vient de Hambourg et va à Potsdam 
quitte l'Elhe pour remonter le Havel ; il 
passe la nuit à 

Havelberg, petite ville située sur la ri- 
ve droite de cette rivière. Prix de Ham- 
bourg : 1» cab. , 8 thaï. ; 2o cab. , 
5 thaï. 

De Havelberg à Magdebourg, les rives 
du fleuve sont couvertes de petites villes et 
châteaux peu intéressants. 

MAGDEBOURG (v. r. 280). 



ROUTE 305. 

DE PARIfi A TOLAVENCEj 

Par Sarrebruck et Alzey, 57 myr. 7 kil. et 20 milles 4/2, rouie 

de poste. 



De Paris à Alzey (v. route 279) 

37 m. 7 k. et 16 m. 

Wœrrstodt. 1 1/2 

Niederolm. 1 1/2 

Mayence. 1 1/2 

A Alzey, la route se bifurque; la bran- 



che de droite incline vers l'E. , et conduit 
à Francfort; celle que nous suivons tn* 
verse 

Wœrrsiadt et Niederolm, petites locali- 
tés toutes deux dans une situation agréable. 

MAYENCE (v, ci-après) . Cette roate est 
peu suivie mamtenant. 



dbyGoogk 



BOI<TB 304. — DB PARIS A MAYENCB. S09 

ROUTE 504. 

DE PARM A HAYElVCi:, 

f2n»« rouie) 

Par YALEiXciEKHES, Bruxelles, âix-la-Chapelle et Cologne. — 

Chemin de fer et navigation à vapeur suv le Rhin. 



De Paris ï Cologne, chemin de 

fer (r.r. 280). 55 m. 3 k, 

De Coiogne i Mayence , navigation à 
vapeur. — Deux bateaux à vapeur partent 
tous les nntios et font le trajet en 16 ou 
17 h. — Prix, 4 Ihal. 14 sgr. (environ 17 
fr. lOc). 

De Cobgne à Bonn les bords du Rhin 
sont presque toujours plats et peu intéres- 
sants; les localités situées sur ses rives 
n'oflfrent rien de remarquable; mais en 
approchant de Bonn, la vue pittoresque des 
Si^engebirge (les Sept-Monlagnes) vient 
noimer la scène. 

Le château de Siegbourg s*élève sur 
Qoeéminence qu'arrose la Sieg, à 1 mille du 
Rhin; c'est maintenant une maison de fous. 

ScHWARTZ-RiiEiNDORF , petite localité 
dont les deux églises sont d'une architec- 
ture très curieuse. 

On peut aussi prendre le chemin de 
fer de Cologne à Bonn ; 6 convois par 
jour, trajet en 1 h. ; prix : 15 , 10, et 5 
sgr. — L'embarcadère est hors la porte 
Saint-Pantaléon. 

BONN. — Hôtels: Zum-Goldenen- 
Steni (grand bôlel de l'Etoile-d'Or), tenu 
par J. Schmit%, maison de premier ordre, 
admirablement tenue, et dont les prix sont 
cependant modérés ; Trierscher-Hof ( Hô- 
tel de Trêves), chez Simrock , excellente 
maison dans laquelle les voyageurs sont 
Tobjet de soins attentifs. Ces deux hôtels, 
situés sur la place du Marché , méritent 
d'ôtre recommandés. Le service et la table 
n'y bissent rien h désirer. Hôtel de Belle- 
Vue; Grosser-Kœu!glicher-Hof (Grand-Hô- 
tel-Royal) ; Hôtel du Rhin. 

6o>i« est fort agréablement située sur la 
me gauche du Rhin. — Curiosités : sa 
célèbre un irem'/é , fondée en 1818, et 
<|oi jouit d'une haute réputation. On y 



compte environ 800 étudiants et plus de 
60 professeurs ; elle est située dans l'an- 
cien château électoral. On y remarque la 
grande salle académique (Aula), avec de 
belles peintures à fresque par Cornélius et 
par Gœtzenberger, représentant les quatre 
facultés; la bibliothèque, de plus de 10O 
mille volumes ; le musée d'antiquités des 
provinces rhénanes et de la Westphalie, où 
Ton voit un autel romain; le musée des 
arts, le cabinet de physique, l'église mé- 
tropolitaine , de style gothique , avec une 
tour assez élevée ; on y voit la statue en 
bronze de l'impératrice Hélène , fondatrice 
de cette église, plusieurs mausolées cu- 
rieux et des autels richement sculptés; 
l'église protestante, où l'on prêche en an- 
glais tous les dimanches; l'église des Frè- 
res-Mineurs, avec une belle nef d'architec- 
ture golhique; l'église Saint-Pierre ^ 
nouvelle; l'église des Jésuites; le bel 
hôtel de ville; plusieurs belles maisons 
particulières devant la porte de Saint -Mi- 
chel ou de Coblcntz , dont la terrasse off^e 
un point de vue superbe sur les Sept- 
Montagnes et le Godesberg. Le monument 
érigé à Beethoven en 1845, sur la place du 
Marché : les sculptures sont par E. J. 
Haencl , de Dresde; il a é(é fondu h Nurem- 
berg par J.-D. Burgschmiet. Louis de 
Beethoven est né à Bonn , rue du Rhin , 
no 954 — Pop. 46,000 hab. 

Promenades et excursions. — On 
peut dire que c'est à Bonn que commen- 
cent réellement les beautés du Rhin. 

PoppELSDORF. — Une belle allée de 
châtaigniers d'un quart de lieue mène au 
village de Poppelsdorf, où l'on voit le beau 
château de Clémensruhe , renfermant un 
musée d'histoire naturelle , une pépinière, 
un laboratoire de chimie et la riche biblio- 
thèque de la Société impériale Léopoldine; 
tout près se trouve le jardin botanique. 



dbyGoOgk 



310 



ItOUïE 304. — DE PARIS A MATENCS. 



V observatoire f sur