(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Handelingen"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves bef ore it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . com/ 




Over dit boek 

Dit is een digitale kopie van een boek dat al generaties lang op bibliotheekplanken heeft gestaan, maar nu zorgvuldig is gescand door Google. Dat 
doen we omdat we alle boeken ter wereld online beschikbaar willen maken. 

Dit boek is zo oud dat het auteursrecht erop is verlopen, zodat het boek nu deel uitmaakt van het publieke domein. Een boek dat tot het publieke 
domein behoort, is een boek dat nooit onder het auteursrecht is gevallen, of waarvan de wettelijke auteur srechttermijn is verlopen. Het kan per land 
verschillen of een boek tot het publieke domein behoort. Boeken in het publieke domein zijn een stem uit het verleden. Ze vormen een bron van 
geschiedenis, cultuur en kennis die anders moeilijk te verkrijgen zou zijn. 

Aantekeningen, opmerkingen en andere kanttekeningen die in het origineel stonden, worden weergegeven in dit bestand, als herinnering aan de 
lange reis die het boek heeft gemaakt van uitgever naar bibliotheek, en uiteindelijk naar u. 

Richtlijnen voor gebruik 

Google werkt samen met bibliotheken om materiaal uit het publieke domein te digitaliseren, zodat het voor iedereen beschikbaar wordt. Boeken 
uit het publieke domein behoren toe aan het publiek; wij bewaren ze alleen. Dit is echter een kostbaar proces. Om deze dienst te kunnen blijven 
leveren, hebben we maatregelen genomen om misbruik door commerciële partijen te voorkomen, zoals het plaatsen van technische beperkingen op 
automatisch zoeken. 

Verder vragen we u het volgende: 

+ Gebruik de bestanden alleen voor niet-commerciële doeleinden We hebben Zoeken naar boeken met Google ontworpen voor gebruik door 
individuen. We vragen u deze bestanden alleen te gebruiken voor persoonlijke en niet-commerciële doeleinden. 

+ Voer geen geautomatiseerde zoekopdrachten uit Stuur geen geautomatiseerde zoekopdrachten naar het systeem van Google. Als u onderzoek 
doet naar computervertalingen, optische tekenherkenning of andere wetenschapsgebieden waarbij u toegang nodig heeft tot grote hoeveelhe- 
den tekst, kunt u contact met ons opnemen. We raden u aan hiervoor materiaal uit het publieke domein te gebruiken, en kunnen u misschien 
hiermee van dienst zijn. 

+ Laat de eigendomsverklaring staan Het "watermerk" van Google dat u onder aan elk bestand ziet, dient om mensen informatie over het 
project te geven, en ze te helpen extra materiaal te vinden met Zoeken naar boeken met Google. Verwijder dit watermerk niet. 

+ Houd u aan de wet Wat u ook doet, houd er rekening mee dat u er zelf verantwoordelijk voor bent dat alles wat u doet legaal is. U kunt er 
niet van uitgaan dat wanneer een werk beschikbaar lijkt te zijn voor het publieke domein in de Verenigde Staten, het ook publiek domein is 
voor gebruikers in andere landen. Of er nog auteursrecht op een boek rust, verschilt per land. We kunnen u niet vertellen wat u in uw geval 
met een bepaald boek mag doen. Neem niet zomaar aan dat u een boek overal ter wereld op allerlei manieren kunt gebruiken, wanneer het 
eenmaal in Zoeken naar boeken met Google staat. De wettelijke aansprakelijkheid voor auteursrechten is behoorlijk streng. 

Informatie over Zoeken naar boeken met Google 

Het doel van Google is om alle informatie wereldwijd toegankelijk en bruikbaar te maken. Zoeken naar boeken met Google helpt lezers boeken uit 
allerlei landen te ontdekken, en helpt auteurs en ui tgevers om een nieuw leespubliek te bereiken. U kunt de volledige tekst van dit boek doorzoeken 



op het web via http: //books .google . com 



s/l 




¥ yiLAS VWÖttT btWNINC 1 
l BEQÜESr 

[UNIVEKSnY orMICHIGANi 

it GENERAL LIBRMY ^ 




s II 




ANNALES 



tnt^t>x^ p\_ c-'^-d-^-c-^^^^ï-O-t.-i. / ^'*- 



DE LA 



SOCIÉTÉ D'ÉMULATION, 

POUR L'ÉTUDE 

\i rsijtnin tt ïttî antiijiiitlB ïti la /lattîtte* 



TROISIÈIE SÉJIIE. 



TOME DEUXIEME, 

OU XÏX « DE LA COLLECTION. 



BBÜGES. 
IMPRIMÉ CHEZ VANDËCASTEELE-WERBROUCK. 

1867. 



^ ' 



X<e PrÀBident, 




^. 



r'-4: 



Xm Seor4taire, 







LISTE DES MEMBRES EFFECTIFS 



DB LA 



Sorietj k'Cmulatton your 1'êtiibe be l'iÇtMotre et bre Hntkfmtfft 
bt U ilanbre. 



Messieübs : 



1. L^abbé J.-O. ANDRIE9, cbanoïoe de U cathédrale de Brugea, déooré 
do la Croix de fer, officier de Tordre de Léopold, chevalier d^ 
l'ordre de St-Grégoire-le-Grand, l*ao dea membret-foiMUteort de 
la sociélé. Préiident, 

9. P. DE STOOP y membre de plusieurt sociétés sa?antei, l'un des 
membres-fouda leurs de la société. Tréêoriêr, 

3. FftAKÇOlS BRÜYNEEL, bibliophile, à Courtrai. 

4. Le cbeTalier DE SGHIETERE DE LOPHEM, lioeneié ea droit, 

médaillé de S^ Hélène, à Bruges. Secrétaire. 

5. B. TAN DE VELDE, président de racadémie d^arcbéologie de 

Belgique, membre correspondant de la société historique, ar- 
chéologique et littéraire dTpres, procureur du roi honoraire, 
chcTalier de Tordre de Léopold, etc., à A lost. 
i. L*abbé F. VAN DE PÜTTE , curé-doyen i Courtrai, chanoine de la 
métropole de Bordeaux, correspondant de la commission royalo 
des monuments, membre de la société des beaux-arts de Gand, 
etc.,rundes membres-fondateurs de la société. Fice-Prégidêni, 



LISTE DES MEMBBES EFEECTIFB. 

7. Le chanoine J. J. DE SHET, décore de la eroii de fer, oflBcier de 

Tordre de Léopold^ membre de Tacadémie et de la oommittton 
royale d*hiitoire, à Gaiid. 

8. Honteigneur H. F. BRÂCQ , docteur en Ibéologîe, éwêque de Gand'. 

9. Mgr. le chanoine K. WEH AER, prélat domettique de S. S., Yioaire- 

général, à Bruges. 

10. Pierre BOUTENS , arocat, membre du conseil provincial, à 

Bruges, membre du Comité, 

11. Edouard VAN DAMHE-BERNIER, membre de la société des beaai- 

arts de Gand et de plusieurs sociétés savantes, à Gand. 

19. J. BETHUNE-D*TDEWALLE , membre correspondant de la commis- 
sion royale des monuments, de la société des beaui-arts etc., 
k Gand. 

13. Le chefalier Gustave VAN HAVRE, ancien sénateur, bourgmes- 

tre i Wyneghem, près d'Anvers. 

14. RUDD, chevalier de l'ordre de Léopold, architecte de la ville de 

Bruges. 

15. Ernest LEFÈVRE-VAN DEN BERGRE, archéologue, à Gand. 
10. Anselme VAN GALOEN-DE CROESER, Baron de Basseghem, i 

Bruges. 

17. DÉSIRÉ VAN DE GASTEELE, archéologue, membre associé de la 

société historique , archéologique et littéraire de la ville dTprea 
et de rancienne West*Flandre, à Bruges. 

18. Pb. BLOuIHAERT, avocat, secrétaire de la société des bibliophiles 

flamands, à Gand. 

19. I. L. a. DIEGERICR, archiviste de la ville d'Tpres, chevalier 

des ordres d« Léopold et de la Couronne de Chêne, mumbre 
de plusieurs sociétés savantes, i Tpres. 

90. Le chanoine F. BETHUNE, proresseur d^archéologie aaorée au 
séminaire, à Bruges. , 

21. Le Baron DE GER LACHE, premier président honorairede la cour 
de cassation , grand cordon de Tordre de Léopoid , membre de 
Tacadémie royale, président de la commission royale d*histoire, 
à Bruxelles. 

99. Mgr. N. J. LAFORET, docteur en théologie, camérier secret de 
S. S., commandeur de Tordre royal du Christ du Poitagal 
chanoine honoraire de Namur, recleur magnifique de Tuniver. 
site catholique, à Louvain. 

33. GrSTAVE CARTON, docteur en médecine, i Wynghene. 



LISTE DES MEMBEES EFFECTIFS. 

54. Honteignear Jbaw-Joskph FAICT, docteur en théologie, philo- 
aophie et letlret, évéque de Bruges, prélat domestique de S. S., 
•t évéque ateistant au trône pontifical. 

i5. Le Baron Albéric de MONTBLANC, membre de la Chambre dea 
R«pié«enlaiit8,' à lng"linunsler. 

26. Le Baron KERVYN DE LETTENHOVE, membre de la Chambre de 

repréwnlanti. officier de l'ordre de Lëopold , che»aU«T de l'ordre 
de François-Joseph d'Autriche, membre do l'académie royale de 
Belgique etc., à Si-Michel lei-Bruget, m^bre du Comité. 

27. L'abbé YERDEGEM, archiviste de l'évéché de Brugea. 

28. Maximilien DE NECRERE-JOORIS, docteur en droit, à Roulera. 

29. Le colonel METERS, de l'étal-m^jor du génie, directeur des for- 

tifications de la «• ditision territoriale, i Liège, officier de 
Tordre de Léopold , commandeur de l'ordre du Lion de Zaehrin- 
gen. cheTalicr de l'ordre de la Tour et de l'Épée, chetalier 
de l'ordre de l'Épée (Suède), de l'ordre dea SS. Maurice et 
Laiare et de l'ordre du Hedjidié de 4<» classe. 

30. Le Comte Tbierry DE LIMBURG STIRUM-DE TDIENNES, à Gand. 

51. EDOUARD NEELEMANS, archéologue, à Eecloo, membre du 

Comité, 

52. VAN UUELE-VERHÜLST, chevalier de l'ordre de S* Grégoire-le- 

Grand, à Brugea. 
35. FÉLix-Hbnri d'HOOP, Consertatenr dea archivea de l'État, à Brugea, 
membre du Comité et bibliothécaire de la aociélé, 

54. R. CHALO>r, président de la société des bibliophiles belgea, mem- 

bre de Tacadémie royale de BeJgique, a Bruxeilea. 

55. L'abbé AlpuONSB DE LEYN, docteur en droit , professeur an petit 

Séminaire de Ri>uiers, membre du Comité. 

56. C. P. SERRURE, profess^^ur à l'unÎTersité de Gand, membre cor- 

respondant de l'Académie royale de Belgique. 

57. F. VERGAÜWEN, sénateur, président de la société des bibliophile 

flamands etc., à Gand. 

58. Le Baron JuLKS MAZEWAN DE COÜTÏÏOVE, aénateur, chcTalier 

de l'ordre de la Branche Erne^tine de Sexe, à Yprea. 

59. Ignace DE COÜSSEMAKER, archéologue, membre de pluaieura 

aociétéa savantes, à Bailleul. 

40. Le Docteur A. VAN BIERVLIET, à Brngea, membre de l'Académie 

royale de médecine de Belgique, membre du Comité, 

41. Charles VERSCHELDE, •rchileole et homme do lellrea, à Bruges, 

membre du Comité, 



LISTE DES HEMBBES EFFECTIFS. 

49. Hgr. MOKEL, chanoine honoraire de la cathédrale de Gand, camé- 
fier secret de S. S. etc. è Yprei. 

43. Le chevalier Amédée DE SCHOUTHEETE DE TERVARENT-DE 

MUNGK, membre du Conseil provincial de la Flandre-Orientale, 
à 60II château, à St-Nicolas (Waes). 

44. Adilr nulle de TERSCUUEREN, membre de la Chambra det 

Rep réieiit unis , à Thielt. 

45. A. ANGILLIS, notaire et littérateur, k Rumbeke. 

46. L'abbé CLARTSSR, orchitecte-archéologne, vicaire à Lendelede. 

47. NOLET DE BRAUWERE V\N STEE'.AND, docteur et leltrea, 

commandeur de Tordre de la Couruune de Chêi<e^ chevalier det 
orrlre<i du Lion Néerlandais, de Léupnld de Belgique y du Christ 
du Porliigdl, de rÊtoile polaire, de Danebrog, d*Adolphe de 
Nassau et de Menii-le-Lion j associé a Pacadémie royale de Bel- 
gique, à Bruxelles. 

48. Le Vicumte DE CONWAY, intendant de la liste civile de S. M. le 

Roi des Belges, à Bruielles. 

49. Alph. van DEN PEEREROOM, ministre d'état, grand-officier dea 

ordres de Léopold et de U légion d^hoiiiieur, décoré de Tordre 
du Mcdjidié de Ue classe, grand-rordnn de Charles III d'Es- 
pagne, des SS. Maurice el Lnxare de Sardaigne, et du Danebrog 
de Danémnrc, président de la société historique, archéologique 
et littéraire de la ville d'Tpres et de l'ancienne Wckt-Flaodrey 
membre de la Chambre des Représentants. 

50. P. CROCQITISON, architecte-provincial, membre correspondant de 

la commission royale des monuments^ à Goartrai. 



MEMBRES HONORAIRES. 



Messieubs : 

I. p. BUTCR, architecte-profincial de la Flandre-Occîdenlale^ à Bragef. 

9. WALLAYS, peintre d'histoire, directear de racadémie des beaux- 

arts, à Bruges. 

3. SNELLAERT, docteur en médecine, membre de l'académie royale 

de Belgique, à Gand. 

4. lESSI.AEN, juge au tribunal dTprea. 

5. H. COPPIETERS, docteur en méiieoine, membre de plusieurs tociétés 

savantes, i Tpres. 

6. P. VERTE, docteur en médecine et en chirurgie, à Bruges. 

7. Louis DE BAECRER, inspecteur des monuments historiques, che- 

Talier des ordres de la Couronne de cliêne et de llenri-le Lion 
de Brunswick, officier d^académie, membie de la cummissioa 
historiquH du département du Nord, de la société des arts et 
sciences de Douai, des antiquaires de la Moriaie, de la société 
d*émulalion de Cambrai , etc. 

8. Ed. de CODSSEMA&ER, chevalier de Tordre impérial de la légioo 

d'honneur et de l'ordre pontifical de St-Giégoire-le-Grand, pié- 
sident du Comité flamand de France, associé de Tacadémie royale 
de Belgique, etc. etc. à Lille. 

9. &ERVTN DE VOLKAERSBERE, chevalier de l'ordre de Léopold, 

membre de l'académie d^arcliéologie de Belgique, de la société 
des beaux-arts de Gand, etc. 

10. Henri DE LA PLANE, chevalier de la légion d^honneur, secrétaire- 

général de la société des antiquaires de la Horinie, & St-Omer. 

II. Henri RAEPSAET, juge-de-paix du canton de Lokeren , membre- 

correspondant du comité flamand de France, de la société royale 
des beaux-arts et de littérature, à Gand, de Tacadémie d^ar- 
ohéologie de Belgique et collaborateur du Messager des sciences 
historiques de Belgique. 



MEHBBE8 H0N0BÂIBX8. 

13. CONRABD VAN CAUWENBERCnEJitténitear, à Aad«naei4e. 

15. Edmond RONSE| littérateur et éditeur des Annalet de HeiDdr|oi, 
i Furnri. 

14. E. VAN STRALEN, littérateur, i Aoferg. 

15. Louis RTELANDT, docteur eo droit, i Brugeg. 

16. LéOPOLD VAN HOLLEBERE, attaché aux archîfet géoéralea do 

royaume, à Bruxellef. 

17. J. A. VAN STEENRISTE, liceooié en théologie, profoMeor au 

séminaire, à Brugcf. 

18. Alpbonse VAN DE WALLE, chevalier de Tordre de S. Grégoire- 

le-Grand, ageiit de la lociété générale pour faToriter Tiodut- 
trie nationale « de la société des beaui-arts de Gaod, de Taoa- 
démie nrchéolugique d'Anvers, i Bruges. 

19. PIOT, chef do section aux archifes générales dn rojaome, oon- 

scrfateur adjoint à la bibliothèque royale i Bruxelles. 

90. Hgr. G. J. VOISIN, TÎca ire-général de Touroay, chevalier de Tor- 

dre de Léopold, préeideut de la ghilde de 8t-Thomas et de 
8t-Luc, etc. 

91. Le comte A. 0*RELLY DE GALV^AT, cheyalier de Tordre royal 

du Christ de Portugal, fonctionnaire au ministère de Tlntérieur. 
29. J. A. DE SCHRTVERE, curé è Vlisseghem. 
93. Le Père REELOOF, de Tordre de St-Aogustin, è Gand. 
94. 
95. 



PREMIÈRE 



RÉUNION GÉNÉRALE 



OS LA 



/ / 



SOCIETE ARCHEOLOGIQUE 



DB BBUGBS. 



Le 15 Février 1867, la Société archéologique 
de Bruges a tenu sa première réunion générale. 
Conformément à son règlement, cette séance 
n'avait pour objet que des dissertations scien- 
tifiques. Un grand nombre de membres et à leur 
tête l'un des présidents d'honneur, M. le Bourg- 
mestre de Bruges, y assistaient. 

La Société dC Emulation n'a pu voir, sans un 
sentiment de joie que, l'année même de son 
premier jubilé vit naître une autre société, 
qu'elle peut regarder comme sa sœur cadette; 
elle est créée dans le même but, tout en em- 
ployant des moyens différents. Nous avons" ap- 

II. i 



plaudi de cœur à la réalisation du projet de 
doter la ville de Bruges d'un musée d'anti- 
quités de la Flandre. Aujourd'hui nous offrons 
avec empressement la publicité de nos Annales 
aux deux principaux discours prononcés devant 
cette intéressante réunion. 

Après le discours d'ouverture de M. Veecau- 
TEEEN , président , et l'exposé de la situation fi- 
nancière de la société fait par M. Gilliodts- 
Van Seveeen, trésorier, nous avons entendu avec 
plaisir un travail historique de M. Bossaeet, 
archiviste communal. Il ne nous est pas donné 
de le publier, parce que l'auteur le destine à 
servir d'introduction à l'inventaire des archives 
confiées à ses soins qui prochainement doit être 
mis au jour. Tout ce que nous pouvons ajouter, 
c'est qu'il est le fruit de longues et consciencieuses 
recherches et que sa dissertation sur ce sujet, 
ranlique trésorerie de la ville servant aujourdhui 
tk local au nouveau Musée, était tout-à-fait de 
circonstance. Les applaudissements nombreux 
provoqués par cette lecture furent on ne peut 
phis mérités La réunion se termina par le dis- 
cours de notre honorable collègue , M. le chanoine 
Van de Putte , discours que nous sommes heu- 
reux de pouvoir communiquer à nos lecteurs. 



Discours prononcé par M.VEBCAIJTEBEN, Président 
de la société archéologique de Bruges» à la pre- 
mière Béunion générale « tenue le 15 Février 1867, 
à la Salle des Conférences, à Bruges. 



Messieurs , 

Si j'éproDve une certaÎDe émotion eo prenant aujourdlini 
la parole dans cette enceinte, pour inaugurer avec vous 
la première réunion archéologique tenue depuis la fondation 
de notre cercle, vous comprenez. Messieurs, que cette émo- 
tion est quelque peu légitime. 

Je ne me suis pas dissimulé tout d*abord que la tâche 
de Président de la Société Archéologique de Bruges était 
lourde et difBcile et, je ne vous le cache pas, au-dessus 
de mes forces; mais je n'ai pas cru dévoir décliner Thon- 
neur que les membres du comité m'ont fait eu m'inyitant 
à venir présider à leurs travaux. 

Je me voyais d'ailleurs entouré d'hommes dévoués, in- 
struits , actifs , sur l'appui desquels je pouvais compter pour 
m'aider, non seulement à maintenir ce qui avait été fait 
par ceux qui ont jeté les bases de cette association nou- 
velle , mais pour raffermir ces bases , mener la société dans 
la voie du progrès, élargir le cadre de ses membres^ et 
concourir, dans la mesure de ses ressources, à la décou- 
verte et à la conservation des objets d'art et d'antiquité, 
qui se rattachent à l'histoire de nos Flandres et plus spé- 
cialement à celle de la ville de Bruges; à ce double titre, 
ils méritent d'être recueillis avec soin et detre conservés 
dans un musée public. 

Tel est le but principal que les premiers fondateurs de 
notre cercle se sont proposé. De mon côté, comptant sur 



leur concours actif et intelligeut, j'unirai mes lefforts à ceux 
de mes Collègues pour Fatteindre aussi largement que pos- 
sible. 

Ce but d'ailleurs nesi-il pas des plus louables, des plus 
utiles , au point de vue de l'art et de la science archéologique? 

Bruges, cette ville éminemment artistique, cette belle et 
noble cité, comme l'appelait Albert Durer ^ lors de sa visite 
parmi nous en 15âi , cette Venise du Nord qui tenait, à 
cette époque brillante, le sceptre de l'industrie et du com- 
merce, pouvait elle rester en arrière? Devait-elle plus long- 
temps se laisser devancer par des villes de moindre impor- 
tance? Pouvait-elle s'abstenir encore de s'occuper activement 
de la recherche et du classement des objets d'art? Ne devait- 
elle pas faire tout ce qui était en son pouvoir pour les 
retirer de l'oubli dans lequel ils se trouvaient plongés, ou 
les préserver d'une destruction certaine par suite de démo- 
litions faites imprudemment et à la hâte? 

Nos Magistrats ont compris qu'eux avant tout devaient 
sauvegarder tout ce qui reste encore de nos monuments 
précieux et de nos constructions anciennes qui font l'admi- 
ration des étrangers, et aujourd'hui, plus que jamais, ils 
veillent à leur conservation. 

En effet, quand il s'agit d'élever des maisons nouvelles, 
au lieu et place de nos anciennes demeures, remarquables 
par leurs tourelles élancées et coquettes, leurs pignons 
gothiques et leurs gracieuses sculptures, rarement ils ac- 
cordent cette autorisation et souvent ils refusent de les mo- 
difier afin de ne pas leur enlever ce cachet particulier qui 
ilistingue notre vieille architecture brugeoise. 

Pour nos concitoyens , quand ils sauront que nous tenons 
à l'honneur de conserver intact et de garder parmi nous 
les tableaux de nos grands maîtres, qui ont illustré l'école 
flamande, les monnaies que, par un privilège particulier, 
nous étions autorisés à faire battre dans nos murs, les 
débris de nos temples majestueux qui attestent de la foi 
de nos pères, les sculptures, les bas-reliefs et enseignes 



ornant la façade de nos maisons consulaires et de nos hôtel»^ 
vestiges de notre ancienne splendeur , nos concitoyens » 
Messieurs , ne se refuseront pas à nous confier ces précieux 
débris de notre antique cité et même à nous les offrir en don. 

Le but de la société n'est pas d'avoir en propriété des 
objets de valeur ou d'enlever aux familles des souvenirs 
précieux pour elles , mais notre appel est fondé notamment 
sur le désir de donner au public en général l'occasion d'étudier 
et d'admirer ces objets trop longtemps restés inconnus. 

Je puis déjà constater avec bonheur le revirement qui 
s^est opéré chez nous. On a compris enfin qu'il fallait éten- 
dre nne main protectrice sur ces objets, de genres divers 
et l'on s'est dit que l'inactivité, l'indifférence pouvait bien 
être considérée autrefois comme une faute, mais devenait 
nn crime aujourd'hui. 

Applaudissons donc. Messieurs, à cette noble et heureuse 
pensée, à cette généreuse initiative prise par les premiers 
fondateurs de notre cercle archéologique. Rendons un hom- 
mage de reconnaissance aux membres du comité qui oot 
donné le premier élan , qui ont formulé les dispositions ré- 
glementaires si simples de nos statuts , et avant tout payons 
un juste tribut de regret à la mémoire du premier Pré^ 
sident de la société, Monsieur le Baron db T'Serclaes de 
WovHERSOM, qu'elle a eu le malheur de perdre le 34 Mai 
1866, une année à peine après sa fondation, qui date du 
1" Mars 1865. 

Maintenant, Messieurs, pour accomplir la tâche que nous 
avons entreprise , croyez-le , nous ne ferons pas un vain 
appel à la bienveillance des autorités. Leurs concours sym- 
pathique, je l'espère, ne nous fera pas défaut. Ce que nos 
magistrats ont fait pour nous dans le passé, répond de l'ave- 
nir. Nous n'avons à cet égard que des paroles de remer- 
ciment à leur adresser. 

En effet, la société étant à peine fondée, le choix du 
local pour le dépôt de nos objets d'art a été laissé à notre 
appréciation. 



E DE &MD ABRÏÏCtES. 
'.onstrüite en 1361-63 




Porie restaurée. 



Ch' YerschddE.Ar:''. i 



LA PORT 




Forte actuelle. 



::-, n-tut.L-h 









E DE &AND ABRÏÏCtES. 
'onstrüite en 1361-63 




Forte restaurée. 



ΠVersckdM.Arrk:. 



7 
grâce aux efforts et à Ténergie du bruTe Hsîlabbt Van Poccks , 
à cette époqae Gouverneur de Bruges. 

Les Brugeois étaient en minorité, ils le saraient, on les 
avait prévenus; il y avait donc un courage inouï, sinon 
de la témérité, de vouloir lutter contre un ennemi aussi 
puissant , aussi supérieur en nombre , guidé par un chef 
dont rhabüeté égdait la vaillance. 

La victoire ne couronna pas les efforts héroïques de nos 
concitoyens. Les troupes Gantoises entrèrent en ville après 
une lutte des plus vives , qui eut lieu à la Porte de Gand, 
et aux remparts avoisinants. Le sang coula à flots dans 
DOS murs. Les Brugeois, écrasés par lo nombre, furent 
obligés de se rendre ; mais Thistoire , parlant de cette lutte, 
suite des dissensions malheureuses qui divisaient, à cette 
époque , des villes voisines et rivales , redira à la posté- 
rité cette défense à jamais mémorable de nos compatriotes. 

Vous le voyez. Messieurs, sous le double rapport histo- 
rique et archéologique, cette porte, dont le collège éche- 
vinal nous à parlé dans le principe , conviendrait à merveille 
à rétablissement de notre Musée, tant par sa construction, 
que par sa situation entre deux belles promenades fréquen- 
tées, le Parc et le nouveau rempart. Si la ville, secondant 
nos vues, et répondant à la demande officielle, que nous 
nous proposons de lui adresser, voulait bien mettre à notre 
disposition la Porte de Gand, les restaurations convenables 
pourraient y être faites avec le bienveillant appui de la 
ville même, et nous parviendrions ainsi à conserver un 
monument digne de fixer Tattention des archéologues. 

Nous imiterions ainsi ce que Ton a pratiqué à Bruxelles , 
OUI Ton voit la vieille Porte de Hal , transformée en un riche 
musée , renfermant les collections les plus intéressantes d*ar- 
mures aqciennes et d'antiquités remarquables. 

Afin de faciliter notre tâche dans Taccomplissement de 
ce projet , je suis persuadé , Messieurs , que le Gouvernement 
ne nous refusera pas sa haute protection. Ce qui me donne 
cet espoir, c'est la lettre que Monsieur le Ministre de TIo- 



8 
teneur a adressée au Comité, le 7 Mai 1866, en réponse 
à la nôtre, qui lui annonçait la création d'une société ar- 
chéologique dans notre ville. 

Elle est conçue dans les termes les plus bienveillants. 
Monsieur le Ministre nous dit , que le but de notre société 
est louable et qu'il espère voir nos efforts couronnés de 
succès, c Le Gouvernement , » dit-il , c sera attentif à vos 

< travaux et il examinera avec bienveillance ultérieurement 

< s'ils sont de nature à être encouragés dans une certaine 
c mesure. » 

Nous sommes heureux de pouvoir prendre acte de ces 
paroles, et tout nous fait espérer que si Ton met sous les 
yeux de Monsieur le Ministre ce projet de restauration 
d'une de nos plus belles et plus anciennes portes, il n'hé- 
sitera pas à dire que ces travaux sont de nature à être 
encouragés et que cet encouragement se traduira dans l'al- 
location d'un subside, d'autant plus nécessaire, en ce qui 
nous concerne, que nos ressources actuelles peuvent à peine 
suffire à l'achat de quelques meubles indispensables pour 
la conservation des objets d'art que nous possédons déjà, 
et à lentretien de notre commencement de musée (1). 

A côté du vœu que je viens d'émettre « relatif à cette 
restauration iinportante, se place un autre désir, celui 
que dorénavant pour toutes les maisons à abattre et dont 
la ville viendrait à faire l'acquisition, dans un but d'uti- 
lité ou d'embellissement, elle voulut bien, en contractant 
avec les entrepreneurs, chargés des démolitions et des con- 
structions nouvelles, se réserver tous les objets d'art qui y 
seraient découverts. Après en avoir fait examiner la valeur 
archéologique, elle pourrait, tout en se réservant la propriété, 
nous les confier à l'effet d'être déposés au musée. 



(1) Noire collègue M. Gh. Vbrschrldb, secrétaire de la Société ar- 
chéologique, a bien voulu nous remettre les plans de la porte de Gand 
quMI a levés avec beaucoup de soin cl qui accompagnent cette publi- 
cation. Nous lui en exprimons ici toute notre reconnaissance. 



Pendant les dernières démolitions faites sur remphic^ment , 
qui doit servir au nouveau théâtre , le comité s'est adresse à la 
ville pour obtenir quelques objets , consistant en fragments de 
pierre et sculptures curieuses. Cette demande n'a pas abouti, 
la réserve dont nous venons de parler n'ayant pas été faite. 

Nos Édiles» il faut Fespérer, nous seconderont aussi dans 
la mise à exécution d'un projet que je m'estimerais heu- 
reux de voir réaliser dans le courant de cette année, celui 
d'une exposition extraordinaire d'objets d'art, à organiser 
par la société, dans une des grandes salles de la halle, 
en même temps que l'exposition des tableaux de Memling. 
Cette dernière aurait lieu dans le même local au mois 
d'Août. 

Cette double exposition offrirait un grand attrait aux 
étrangers qui visitent à cette époque notre ville et nos 
séjours de bains. D'un côté ils admireraient les toiles in- 
comparables de notre grand maître, une des gloires de 
l'École Flamande, de l'autre ils verraient étalées devant 
eux nos richesses artistiques prouvant le talent et l'habileté 
de nos compatriotes dans Tart de la gravure , de l'orfèvrerie 
et de la sculpture. Je forme des vœux pour la réussite 
de ce projet. 

La Province, j'en suis persuadé. Messieurs» ne verra 
pas non plus avec indifférence les efforts que nous em- 
ploirons pour doter la yille de Bruges d'un Musée d'archéo- 
logie qu'elle devait posséder depuis longtemps. Elle suivra 
avec intérêt la marche de nos travaux et j'ai lieu de croire 
qu'à titre d'encouragement et dans l'intérêt des beaux-arts 
elle ne nous refusera pas son bienveillant et généreux concours. 

C'est sous de pareils auspices , Messieurs , que nous pour- 
rons continuer à marcher d'un pas assuré dans la voie du 
progrès. Les autorités, an nombre desquelles je suis heu- 
reux de pouvoir compter le premier Magistrat de la cité, 
qui s'est empressé de se rendre parmi nous aujourd'hui, 
noua seconderont dans la recherche et la conservation des 
antiquités. Elles continueront , comme la Province, de dépo- 



10 

ser cuire nos mains les objets auxquels se rattachent des 
souvenirs, historiques. 

Nous avons en outre besoin de Tadhésion et du concours 
dliommcs instruits, généreux, qui, je n'en doute pas« 
voudront bien se joindre à nous pour embellir autant que 
possible, notre Musée afin qu*il puisse un jour rivaliser 
avec ceux d'autres villes. 

A cette occasion je me permets de faire un appel tout 
spécial aux archéologues, nos concitoyens, et à ceux des 
villes étrangères qui ont bien voulu répondre à notre in- 
vitation et nous ont donné ainsi une nouvelle preuve de 
leur sympathie. Je félicite ceux d'entre eux qui depuis de 
nombreuses années ont encouragé par leurs écrits Tétude 
des antiquités et de Thistoire de la Flandre ; je remercie 
en particulier M. le Chanoine Van de Puttb d'avoir agréé 
notre demande de nous entretenir de cette question inté- 
ressante: le goût de la numismatique répandu au xvi* siècle, 
par le célèbre habitant de Bruges, Goltzius. Tous je les 
remercie, au nom du Comité, des dons d'objets précieux 
qu'ils ont bien voulu nous faire et je les prie aujourd'hui 
de nous continuer leur coopération si utile. 

Comme nous, ils se rappelleront que la ville de Bruges, 
cette cité remarquable et célèbre , tant sous le rapport com- 
mercial et industriel, qu'au point de vue littéraire et ar- 
tistique, mérite à plus d'un titre de posséder un musée 
digne de son ancienne splendeur, et ils se feront gloire, 
de concert avec le Gouvernement et les Administrateurs de la 
Province et de notre cité , d'en rehausser la valeur et l'éclat. 



Il 



M. le Chanoine Vande Putte s'exprime à peu 
près en ces termes : 



Messieurs , 

L'érection d'une société, ayant pour but la conservation 
de Fart ancien et la réunion d'objets d'art dans un Musée , 
a eu mes sympathies dès son origine. Aussi me suis-jo laissé 
inscrire des premiers dans Talbum des Membres. En con- 
tribuant, d'une manière bien faible, moins large que ne l'a 
insinué M. le Président, à la formation du premier noyau 
da Musée, établi dans la tour des Halles , j'ai agi plutôt par 
devoir que par générosité. Il me félicite d'avoir aidé à déve- 
lopper le goût des antiquités du moyen-âge avec d'autres col- 
lègues , lorsque , dans cette yille , nous formions , il y a 30 
ans, une société, ayant pour but non seulement la publication 
de chroniques, de cartnlaires et d'autres documents histo- 
riques, relatifs à notre province, mais encore la description 
des. anciens monuments et des objets d'art de la Flandre- 
occidentale. Ces souvenirs et d'autres encore me font penser 
avec bonheur à mes années passées au milieu de vous. 

Bruges a toujours conservé mes sympathies , Messieurs ; 
j'y ai passé une paittie de ma vie, et je me félicite 
de me voir entouré de quelques-uns de mes anciens élè- 
ves, que je revois toujours avec un plaisir nouveau et 
indicible. 

M. le Président de cette nouvelle société m'a convié à 
venir assister à votre réunion et à vouloir traiter quelque 
matière , digne de votre attention et capable d'exciter notre 
goût commun. L'émulation est le moyen de nous engager 
à doubler d'efforts pour faire accroître les collections archéo- 
logiques déjà largement installées; cette émulation nous la 



i2 

trouverons dans nos réunions, dans les paroles encoura- 
geantes et les sympathies de Topinion publique. 

Le choix de la matière est vaste, j'en conviens, et rem- 
barras n'en est que plus grand. 

En jetant un regard rétrospectif, je me dis : Il y a eu 
dans cette bonne ville de Bruges beaucoup de musées dan- 
tiquités, ils ont disparu comme toutes les choses de ce 
monde, où Ton bâtit pour bientôt détruire ce que Ton a 
élevé. Reculant toujours dans les siècles passés, j'arrive 
enfin à Tépoqae de la renaissance des lettres et des arts 
et je m'y arrête à Tidée des collections nombreuses de nu- 
mismatique , que presque tous les savants de l'Europe s'amu- 
saient alors à étaler dans leurs cabinets. 

Le quinzième siècle termina, par l'invention de l'imprimerie 
et la fondation de nombreuses universités, l'époque que 
nous sommes convenus de nommer le moyen-âge. Le siècle 
suivant s'inaugura par la naissance de Charies>Qaint, ce 
grand appréciateur de l'art. A cette époque, ou plutôt 
ce règne, si grand et si fertile en enseignements de 
tous genres, l'attention se porta presque exclusivement 
sur les restes de la civilisation ancienne. L'histoire, les 
lois, les mœurs, les littératures grecque et romaine ab- 
sorbèrent tellement l'attention et les recherches des savants 
et des artistes, que le monde semblait vouloir retourner 
au paganisme. 

Ce mouvement eut son mal et son bien. Je sais que 
d'autres soutiennent qu'il n'en résulta que du mal. Lais- 
sant là les thèses et les discussions qu'elles peuvent pro- 
duire, je dis que le goût de la numismatique surgit de 
ce mouvement. 

Bien que nos provinces belges n'eussent pas les mêmes 
ressources que l'Italie , la France et TAUemagne ; pour éten- 
dre les investigations des antiquaires, nos savants n'en dé- 
ployèrent pas moins de zèle. L'Italie avait prêché d'exemple 
en ^recueillant des monnaies et des antiquités trouvées dans 



i5 

son sol; cet exemple devint si fertile, qu'il se propagea 
à toutes les classes de la société, plus ou moins douées de 
fortune. 

La Belgique , toujours si fécoude en artistes et en amateurs 
de tout genre , avait senti l'impulsion ; des cabinets de numisma- 
tique existaient déjà et le goût des monnaies anciennes se déve- 
loppait à la cour de Charles-Quint , à VAtma mater, à Louvain, 
et dans les familles patriciennes, lorsqu'un homme, à vues 
larges, vint se fixer d'abord à Anvers, alors la métropole 
du commerce, et ensuite à Bruges, Tancienne Tyr, déchue 
de sa prospérité primitive, mais toujours, comme aux temps 
les plus prospères de son existence, pénétrée de Tamour 
des arts. 

Vous comprenez, MM., que je veux parler d*Hubert Goltz, 
qu'une autre province revendique, comme lui ayant donné 
le jour, et que nous comptons un peu parmi les nôtres, 
comme ayant passé à Bruges la plus bello et la plus illus- 
tre partie de sa vie. 

Hubert rencontra, à Anvers, les quatre frères Schetz, 
qui devinrent ses Mécènes; il fit la connaissance du cos- 
mographe Ortelius et du littérateur Corneille Graphœus, 
qui lui ouvrirent leurs bibliothèques et partagèrent ses goûts 
pour Fantique. 

Voulant recueillir les matériaux pour les ouvrages qu'il 
projetait, Goltz partit d'Anvers le 2 Avril i866. Il com- 
mença sa tournée de Belgique en visitant les cabinets de 
numismatique de Bruxelles. 11 y vit ceux de l'empereur et 
de son fils Philippe , d'Éléonore d'Autriche , veuve de Fran- 
çois L", de Christine , fille de Christiern, roi de Danemarck, 
de Granvelle, de Yiglius, de Lamoral, comte d'Ëgmont, 
d'Hopperus, et d'autres moins importants. 

A Liège, il fut admis à visiter les médailles de l'évêque 
Robert de Bergucs , de Liévin Torrentius , du brugeois 
Lampsonius , peintre et poète , attaché successivement comme 
secrétaire à trois évèques, du peintre Lambert Lombard 



chez lequel, au dire de Karel van Mander, Goltz avait 
puisé son goût pour les antiquités, en fréquentant son 
atelier comme élève peintre. 

Huit professeurs de Louvain ouvrirent leurs cabinets et 
accueillirent Goltz avec le plus grand empressement. 

Il serait trop long d'énumérer les noms de toutes les 
personnes distinguées, visitées par notre numismate dans 
les courses qu^il fit à Trêves, où il visita six cabinets; à 
Mesiëres, Cambrai, Bavai, Valenciennes , Mons, Tournai, 
Lille, où il eut le bonheur de rencontrer Auger de Bus- 
becq, Tambassadeur de Tempereur Ferdinand auprès de 
Soliman 11. De Busbecq était non seulement grand diplomate, 
mais aussi littérateur et antiquaire ; il avait recueilli , durant 
son séjour en Orient, quantité d'inscriptions grecques et 
son médailler brillait par de magnifiques exemplaires de 
médailles grecques et byzantines. 

Notre voyageur numismate se rendit de Lille à Ypres, 
où il visita le grand pensionnaire Ghislain de Corte , Jean 
de Lichtervelde , Michel Heneman, jurisconsulte et Baudouin 
Verbuemels, médecin. 

Rentré à Anvers , il partit bientôt pour la Hollande d où 
il revint, au mois de Juillet, après une absence de trois 
mois. 

L'année suivante, savoir en iS57, Geltz publia ses Icônes, 
qui lui valurent la bienveillante protection de Marc Laurin , 
seigneur de Watervliet. Ce nouveau Mécène l'attira à Bruges, 
où il se fixa, en 1558. Après un séjour de quatre mois dans 
cette nouvelle résidence, Goltz entreprit son grand voyage 
d'Italie , qu'il a décrit lui-même à la suite de son C. Julius 
Cœsar, sive historiée impcratorum , cœsarumque romanorum 
ex antiquis numismatibus restilutœ, à Bruges, de Timpri- 
merie de l'auteur; 1560, in-folio. 

Avant .de suivre l'auteur dans la nomenclature des noms 
des villes qu'il a visitées, voyons d'abord quels étaient les 
médaillers existant alors à Bruges. 



IS 

En première ligne vient Marc Laurin, qui, diaprés une 
opinion accréditée, faisait les frais du voyage d'Italie (4), 
Jean de Flandre, seigneur de Praet, Charles de S'-Omcr, 
seigneur de Dranoutre, Gui Laurin, jurisconsulte, Matluus 
Laurin, François d'Halewyn, seigneur de Sweveghcm , Jean 
d'Halewyn, seigneur de Voxvrie, Corneille de Schepper, 
seigneur d'Eecke , ex-secrétaire de Christiern , roi de Dane. 
marc, Martin Desmet, Guillaume Pontius, docteur en 
médecine, le chanoine François de Wulf, Jean Dewitte, 
secrétaire de la Prévôté, Gilles Dewitte, jurisconsulte, 
Adolphe de Meetkerke , Jacques Cruyke , professeur de belles- 
lettres, natif de Messines, le jurisconsulte Jacques Revard. 
François Nansius, d'Isenberghe, et Alexandre Coloneur, ju- 
risconsultes ; le moine Laurent de Villavincentio , de Tordre 
de S'-Augustin, est cité le dernier. 

En passant par Gand, Audenarde, Alost, Maestricbt, 
notre Goltz se rendit en Allemagne, remonta le Rhin jus- 
qu^à Mayence, visita Francfort, Bamberg, Nurenberg et 
Augsbourg, où il vit 29 cabinets de médailles, entre autres 
ceux des Fugger, de Peutingér et du cardinal Trnchses. 
Traversant ensuite la Suisse, il prit la route de Venise. 
Vingt-six médaillers lui furent ouverts dans la ville des doges, 
il vit Trévise, Padoue, Ferrare, Bologne, Florence, Pé- 
ronse et plusieurs autres villes secondaires. 

La ville éternelle primait par le nombre de ses collectives 
de numismatique, on en fit voir 73 à notre voyageur, 
Pie IV. dix-huit cardinaux, parmi lesquels Alexandre Fur- 



Ci) Après avoir entendu cette dissertation, dont Hubert Goltz 
fait en grande partie les frais, un des assistants, M. Gailliard, a 
demandé la parole, pour annoncer que M» J. Weale s'occupe d*une 
biograpliie de Goltz, dans laquelle il sera prouvé par des docu- 
ments autbentiqucs que Marc Laurin refusa à Tauleur de C. Julius 
Cœsar le paiement d'une somme assez importante. Il est évident 
que l'histoire des Laurins et de Goltz n'est pas assez délucidée; 
espérons que celle biographie la mettra dans son vrai jour. 



16 

nëse et Charles (S*-Charles) Borromée, raccueillireot avec 
faveur. Naples comptait 47 collections; pas la moindre 
ville dltalie ne faisait exception , chacune comptait dans son 
sein quelque amateur. 

Goltz revint par le midi de la France et visita successi- 
vement Avignon, Orange, Valence, Vienne, Lyon, Tou- 
louse , Bajonne , Bordeaux , Poitiers , Tours , Âmboise , oà 
il vit le cabinet de François de Valois, roi de France, 
Blois, où lui fut ouverte la collection de Diane de Poitiers, 
duchesse de Valentinois. 

11 visita à Paris vingt-huit médaîUers et rentra en Bel- 
gique en passant par Beau vais, Amiens, Arras, Douai et 
Courtrai, après avoir visité 950 collections. 

Parti de Bruges le 18 Décembre 1558, il y rentra le 
13 Décembre 1560, après une absence de deux ans. Il 
avait fait des achats considérables de monnaies pour son 
patron, le seigneur de Watervliet, et son portefeuille de 
dessins, devant servir à la composition des ouvrages qa*il 
projetait, était considérable. 

Goltz avait érigé , à Bruges , une imprimerie pour la pu- 
blication de ses œuvres. Josse Gietleugen, dit van GuUeghem, 
que les biographes font naître à Courtrai , tandis qu'il était 
né à GuUeghem même, se chargea de la gravure sur bois 
en camaïeu des Icônes imperatorum romanorum ex priscis 
numismatibus. 

Hubert Goltz , et probablement son frère Henri avec lui , 
exécuta les gravures de la vie de Jules-César et des fastes 
et gestes des dictateurs romains jusqu*à Auguste. Ce livre 
fut dédié au Sénat de Rome, qui lui octroya le titre de 
citoyen romain. 

Ne s'occupant que de Rome et de ses empereurs, le 
nouveau titre éblouit tellemeut notre savant numismate qu'il 
donna des noms romains à se3 enfants: Harcellus, Scipion, 
Jules, Sabina Goltsius, figurent dans les actes de la cham- 
bre pupillaire à Bruges. 



17 

En vous occapant longtemps, MM., d'Hubert Goltz et 
de ses œuvres , je ne prétends pas esquisser sa biographie ; 
je veux seulement vous faire voir, ce qu*au reste vous 
n*ignorez pas, que ce fut ce personnage, réunissant en lui 
seul le savant écrivain , le peintre , le graveur et Timpri* 
meur, qui établit et propagea chez nous le goût de la 
science numismatique. Il eut des contemporains, amateurs 
comme lui, et animés du même zèle, j'allais dire de la 
même passion pour les médailles, mais personne ne régala. 
Jean Yivianus et Abraham Ortelins, qui publia, d'après 
les médailles anoiennes , les effigies des dieux et des déesses 
du paganisme, entreprirent aussi, en 4575, à Finstigation 
de Gérard Mercator , un voyage en Belgique , en France 
et en Allemagne, à la recherche d'antiquités. 11 est même 
fait mention, dans la relation de leur voyage, des médail- 
1ers qu'ils visitèrent, mais il n'y a là rien qui égale les 
efforts faits par Goltz. 

Abraham Yan Goorle, né à Anvers, en i856, recueillit 
peut-être plus de médailles que n'en possédèrent les Lau- 
rins, attendu, qu'au dire du professeur Yorstius, qui, lui 
aussi, avait voyagé durant neuf ans et avait vu tout ce 
que renfermaient les cabinets de l'Europe, il n'avait vu nulle 
part de collection égale à celle de Yan Goorle ; mais Goltz 
avait pour lui Thonneur d'avoir été le premier à répandre 
le goût de cette science et de l'avoir ensuite illustrée par 
ses œuvres. C'est ainsi qu'il a donné la direction à tous 
ceux qui sont venus après lui. 

J'abuse peut-être, MM., et de votre patience et de votre 
temps. Je n'ai eu d'autre intention, en venant aujourd'hui 
à Bruges, que d'exciter votre goût à la numismatique. Que 
notre nouveau musée voie briller dans ses vitrines les mon- 
naies de l'antiquité à côté de nos anciennes monnaies na- 
tionales. Ce sera le commencement d'un musée historique, 
autour duquel viendront se grouper les restes de l'ancienne 
splendeur brugeoise. Bruxelles a tiré le parti le plus utile 
de sa porte de Hal; serons-nous moins sages que les ha- 
ll, 2 



18 
Citants de la capitale? Sauvons» conservons, restaurons avec 
soin et génie les œuvres de nos pères. Ne permettez pas 
qu'on dégrade vos anciens monuments, qu'on les détériore 
de quelque manière que ce soit, fut-ce même par de mau- 
vaises restaurations. Jetez de hauts cris contre les abus 
exercés à Tégard de ce que votre ville a mieux conservé 
que les autres cités belges. Les objets dart et d antiquité, 
légués par nos ancêtres, sont des objets sacrés, que les 
générations doivent se transmettre dage en âge comme ce 
qu'elles ont de plus précieux. 

Notre digne et zélé Président vient d'exprimer le vœu 
de voir transférer à la porte de Gand le Musée naissant, 
établi aux Halles; espérons que l'Administration communale, 
en réalisant ce vœu, sauvera cette porte, qui n'a plus de 
motif dctre, d'une destruction que nous avons vu malheu- 
reusement se réaliser dans d'autres villes du pays. Qu'on 
sauve aussi l'autre porte, dite de S**-Croix, près de la- 
quelle se voient encore les vestiges de l'ancienne maison 
de campagne des Laurins. Le dessin de cette villa nous 
est conservé sur le plan de la ville de Bruges , gravé , en 
1362, par Marc Gheeraerdt, so\xs\e nom de Laura-corinthus. 



19 



.AJSr^LEOTES 



POUR SERVIR A 



L'HISTOIRE DE ROULERS. 



I. 

Les Gueux à Boulera en 1566. 

Une revue flamande, publia dans le cours de 
Taimée 1865, une relation contemporaine des 
troubles religieux à Roulers en 1566. Il y est dit 
dans une note que cette pièce est imprimée d'a- 
près une copie littérale uutfen bouck van Àgetiden 
der stede van Rousselare; mais c'est en vain que 
nous avons cherché ce registre dans le dépôt 
d'archives confié à nos soins. Nous en sommes 
donc réduits à publier cette relation d'après le 
texte de Oud en nieuw (1) auquel nous n'avons 
fait d'autres changements que la suppression des 
ij qui fourmillent et y sont écrits sans rime ni 
raison; et quelques autres corrections de fautes 
de copiste ou d'imprimeur. De plus nous avons 
ajouté quelques notes à cette intéressante relation 
d'après laquelle on pourra se faire une idée de 
l'intérieur de l'église de Roulers au xvi« siècle. 

(1) rp. 28—42. 



20 

Les historiens qui ont écrit sur les troubles 
religieux de notre Flandre ignoraient, comme 
nous, que les gueux avaient passé à Roulers. Le 
Geusianismus (1) mentionne, il est vrai, à la 
page 23, un certain Guillaume, natif de Dor- 
drecht et moine défroqué d' Ypres , comme ayant 
prêché à Roulers, mais il n'y est dit nulle part 
que les gueux y ont commis des dégâts. 

Nous apprenons, entr'autres choses, par la 
même relation, que l'église de Roulers possédait 
deux orgues, que le chœur était fermé par des 
portes, et que les halles avaient des niches où 
se trouvaient des statues. 

La place naturelle de cette relation est dans 
les publications de notre Société , et nous espé- 
rons que le comité-directeur la trouvera digne 
de figurer dans les Annales qui ont pour mis- 
sion exclusive de prendre à cœur ce qui con- 
cerne le passé de notre belle Flandre (2). 

Â. Angillis. 



(1) Publié par noire Sociélé en 1841. 

(â) Voyez ee que la Société a publié sur les troubles religieux 
en Flandre: 

io Relation de ce qui arriva à Ypres depuis te mois de Juin 1566, jusqu'en 
Août iâ67. Annales, tome H, âme série, pnffe âu8~â63. 

âo Historia epitcopalûs Yprensis , publié en 18oi, in-4o, paffc 23— 428. 

3o Histoire véritable des choses les plus signalées et mémorables qui se sont 
passées en la ville de Bruges. Annales, tome II , 2""* série, page 149—179. 

4o Geschiedenis van Vlaenderen, van hetjaeriüQb lot de vrede van Munster; 
door Joannes Van Maele, publié en 4842. 

^ Les Iconoclastes, f église de S^-yicolas et les cloches des paroisses de la 
châtellenie d Ypres ; par Mr F. Diegerick. Annales, t VII, 2© série, p. 233—246. 

6» Fragments d'une histoire de la Réforme dans la Flandre occidentale au 
x\ie siècle ; par M' le chanoine Carton. Annales, tome XI, 2« série, p. 33—418. 



21 



Dit naerrolghende is de röohte waerheyt ende 
gheschyedenessô van aile de foelen, rusen ende 
Bwarycheeden binnen der stede van Bottsselaere 
gheschyet, annopende de kerckbreekinghen al- 
hyer, ende dyeser naerghevolcht es, yan tbeghyn 
totten heinde. 

Alzo int jaer XV« LXVl zeker quade tydynghe alhyer int 
stede ghebrocht wyerdt, datter in diversche plaetsen ghe- 
schyeden vergaderynghen van eenen grooten hoop vremde 
gheboofte ende boose gheesten , met predicanten van quaeder 
leerynghe niet zonckende dan te pionderen , pilieren ende des- 
trneeren kercken , cloosters ende andere plaetsen , tot Godts 
dyenste gheordonneert ende bescyekt, hebben den baUiu 
metten pastuer ende de ghezworen van de kercke alhyer 
(omme hyerinne te voorzyen met aider diligentie) ontboen 
diversche notabele van de voors. stede, goede catholycke 
persoonen, ende hemlieden ghebeeden te willen bewaerene 
elck een stnack of twee vande iaw^elen vande kercke ende 
de zelve secretelyck met hemlieden te draghen; als de ci- 
borie, heilichdommen, kylcken, crnucen, sylvere wyeroock- 
vaten ende andere iaweelen, twelcke zy oock ghewillych 
ende geerne ghedaen hebben, bevreesende de spoliatie ende 
tverlies van dyed, in prejadicie ende vermindertheede van 
den dyenst Godts. 

Daertoe oock (overmits dat dese kercke zeer aerme es), 
de zelve iuweelen quyct zynde niet lychtelyck an nyeuwe 
inweellen gheraken en zoude, zoo zyn de heere ende wedt 
upden xV" Augusti XV°LXV1, wesende Assensioen Marie, 
in den vooravont gheadverteert van Anthonins Thierins, 
poortere ende inwoendere deser stede , commende van Ypre , 
dat men de beylden ende ornamenten vander kercke brack , 
overznlcx met hem brynghende een stuck van eenen fran- 
schuun (1) zanckboQck » gheheel dnersneen untter kercke van 

[\) Franschüun, pour /"rancyn, parchemin. 



22 

S' JaDs binnen Ypre, ordinaire residencie vanden Car* 
mers (1). 

Soo adviseerden %j sanderdaechs smorgens metten pastor 
dat men zoade weeren uuttcr kercke alle de costelyczste 
ornamenten die zy (volghende het zelve concent metten 
pastor ende ander priesters vander kercke) ghesaemdelyck 
up den voet begonsten te weeren, stuttende de zelve in 
coifers ende die bescyckcnde in goede bewaerenesse in 
particaliere huisen. Ende, alzoo de selve noch besich 
waeren met weerene, es ghecommen een maere, ontrent 
den tbicn uren voor de noene, dat de kerckbrekers tot 
Roosebeke (2) waeren, ende aldaer braken de ornementen , 
beelden, outaeren, orgbel, vonte, etc. Den voors. heere 
ende wedt, mitsgaders den pastuer, perplex wezende son- 
derlynghe, hebben upden voet ghesonden in diligentie huer- 
lieder messagier te peerde naer Roosebeke, omme de waerheit 
te verstaene ende daerof rapoort te doene. 

Langhende dien tyt ende vreesende de subite ende 
onvoorziene coompste vande zelve kerckbrekers, hebben 
ontbooden de outaermeesters vander kercke, ende hem- 
lieden bevoelen de ornamenten, onder haerlieder bevel 
wezende ende daerof de administratie hebbende, upden 
voet uttcr kercke te draghene in goede bewarenesse, oock 
meede de beelden ende de tafelen van huerlieder outaren 
ende alle ccraghen van dien, hebbeu oock ontboden den 
stede temmerman met zyne knechten, ende hem den besten 
orgel (3) doen afdoen ende in goede bewarenesse draeghen , 
metsgaders noch diversche andere temmermans ende goet- 



(t) Conf. HUtoria Episcopatus Iprensis^ p. 37: « Hac est prima 
*• iconoclaslia quam Beigae, noslri majores, nobis pueris, d'eersle 
» braecke nomina ba nt. • — Geusianismus Flandriœ occidentalis, 
p. 13 el seq. 

(i) West'Roosebeke. Village de la Flandre-Occidentale, b 3 lieucs 
N. E. d'Ypros. 

(3) II y avait donc deux orgues^ 



23 

ghewîlleghe, ende die de vier prtDcipaelste tafelen doea 
afdoen ende nutter kercken draghen in bewarenesse. Van 
gbelycken de vente ende den meesten deel vanden beelden 
ende alle tmotalen (1) werck vande kercke, zoo wel de rese (2) 
staende voor tsacramentshuus, als andere, mitsgaders de 
candelaers doen draghen upden torre in secrète plaetsen. 
Hebben voort doen afdoen de princepaelste ende costeljcxste 
outaer steenen, vreesende dat de zelve zouden mooghen 
ghebrooken weesen (want men alle handtwylle zejde: de 
brekers comme n ! ) alleene latende tcrucifix boven de choor 
duere (2), tweicke men niet lichtelyk en conste afdoen zon- 
der schaede, overmits de groote iseren anckeren ende ghe- 
binden vanden zelven cruuce , dewelcke hemlieden bestreckten 
tot by de cuppe ofte wymmen (3) der voorn, kercke. Ende 
oock diversche tabernaculen , wesende boven de outaren, 
die te groot waren omme zoo hastelyck te weeren, ende 
tsacraments huus, twelck was ghemaeckt van Avemie steen 
met groote isers van binnen iude pilaren, daermede twerck 
zeer vaste stondt an den selven gheionctureert met zoo- 
duere (4) ofte loot, zoo dat niet moghelyck en was tzelve 
af te doene ofte in partes te scheedene omme , naer de foele , 
tzeive weder in zyne behoorlycke plaetse te scyckene, ne- 
maer in contrarien zoude tzelve moeten ghebrooken ghe- 
weest hebben al ten inestimabelen grief ve^ totale ruyne ende 
verlierse vanden selven sacramentshause , zoo dat dyenvol- 
ghende tot gheenen profytte en zoude ghecommeu hebben. 
Hanghende dese voorn, besoingien ende de communicatie 
onderlynghe, den voorn, messagier wederkeerende ontrent 
ter halver achter noene , rapoorteorde tzelve alzoo tot Rosebeke 



(1) Lisez: 't metalen werk. 

(â) Rese^ couronne de lumière pédiculée. 

(3) Le cboeur, comme on Ie voit, élail pourvu de portos. Tout 
cela a dispara. 

(4) Wymmen, Jusqu'à la sablière. 

(5) Zoodtiere, fr. soudure. 



2i 

ghebuert zyode, ghelyck de maere alhier ghecommen was 
twelke iaemerlyck was om ziene , zoo dat meu lancxst de 
kercken niet gaen en conde, men moste clemmeD over 
de ghebrooken cjragien , beelden ende anders. Ënde waeren 
de brekers van daer ghetroocken naer Staden, alwaer hy 
oock voolghde, ende vant ghelycke braecke aldaer ghebuert 
zynde , van waer de voorn, brekers oock vertroocken waren , 
zoomen aldaer zeyde» naer Municken Eecke (l) ende van 
daer naer Werckene, ende zouden van daer keeren te 
Hoochleede ende alzoo keeren tot Rousselare , omme ghelycke 
brake te doene, hoewel dat dezelve brekers van desen 
huerlieder proposte zyn ghetroocken up een ander quartier 
zoo dat dese kercke alhier alsdoens noch ongheschendt 
bleef, totter tyd dat eenen Anthonius Algoet (2), apostaet 
vanden predicaeren ordene binnen Ypre ende minister van- 
der nieuwe religie, was ghecommen, up den xxu*'' der 
zelver maendt, van Menene tot Iseghem, alwaer hy inden 
vooravont een sermoen dede , ende sanderdaechs smorgens 
vroech braken zy de kerke aldaer, noch de kerssen ber- 
nende voor den daghe, ende upden zelven morghenstont, 
wesende den xxin* der voorn, maendt, ontrent den zesse 
hueren, is den voorn, predicant alhier ghecommen met 
zyne garde ende noch veel ander gheboufte, ghestoSeert 
met hallebarden, spiesen, pieken, bussen, pistoletten ende 
dierghelycke offensive wapenen, al singhende lanczt de 
straten, tot inde heerberghe van de Buerse (S), noemende 
aldaer een inbyt; ende aldaer ontrent een groote halfve 
huere gheweest zynde, zyn ghecommen noch een ander 



(1) Municken eccke...? 

(2) Antoine Algocl, surnommé De Swarte^ apostat des Domini- 
cains d'Ypres (Hisi. Ep. Ipr, p. 34] était un des plus fougueux 
sectaires de ce temps. Il se fil Calviniste en 1566. Voyez De 
kerkhervorming in Vlaenderen ..., door M. -Q, Janssen, p, 297. 

(3) L*hóiel de la Bourse, était situé sur l*emplacement occupé 
par la maison de Madame Descamps-Vandcmaelc, dans la rue du 



25 
bende die hem votchden met wapenen, die te Rumbeke (1) 
ghebleeven waren inde kereke brekende, de welke oock 
straecz ghegaen zyn naer de kereke alhier, met hoerlieder 
wapenen, zonder haerlieder predicant te sprekene. 

De zelve kereke vindende gheslooten, zyn gheannimeert 
gheweest zeer hetteljck , ten aenziene van veele ende diver^ 
sche persoenen, de zelve kereke violenteljck up te lopene; 
ende zonden al tzelve ontwyffelyck ghedaen hebben, ne 
hadde den balliu ende schoudt derrewaerts ghegaen, die 
wilden alvooren hoerlieder ministre hoeren spreeken, zoo 
zy npden voet, met tmeeste deel vande wedt, by den voorn, 
minister in de heerberghe van de Buerse ghegaen zyn , al- 
waer hy at en inbytte; de poorte, duere ende eamere 
zeer wel bewaert ende besedt met zyne garde. Heere ende 
wedt hem ghevraechde doende van zynen laste ofte briefven , 
yerclaerde gheen briefven nochte last hebbende; daerup 
hem gheseyt was : 

c Tes een stout doen alzoo de beelden ende cyragen van 
3 de kereke te breeken zonder last; » 

Daerop hy andwoorde: 

c lek en trecx my niet an , nemaer myn volck twelck my 
3 Tolcht , toehoorende myn predicatie , zyn zulcx gheaffec- 
» tion^ert. » Waerup hem gheseit was : 



sn(L G*est une des plus anciennes auberges dont j*ai connais- 
sance; de ce nombre soul encore de Baselt, 'tZaechkin et HSchoeps- 
clauken^ mentionnées dans un spel van sinne de 1577: 

Liever int Zaechkin ofle Scaepsdauken 

Ofie up den Haselt, daermen goet Meenens bicr veut 

Dan daermen tlcven schier ent. 

Et U Saunion, nommé dans les PolUycque ordonnancUn de 1633: 
» De eyer ende botermerct die ghehouden worl voor d'herberghe 
• ghenaemt dm Salme. » — Il y en avait encore d'autres dont je 
parlerai ailleurs. 

(1) A en juger par ce qui nous reste, les gueux ont fait de la 
terrible besogne. 



^26 

€ Wy hebben alle de ciraige ende beelden nutter kercke 
» gheweert , zoo datter niet te breken es ; » daerop veele 
riepen die met hem ghecommen waren: 

c De vanghenesse (i) staedt daer nog, wj wetent wel; 

> wy willen niet dat men den man langer sluyte ende 
» ghevangben boude ; » 

Met nog veel meer ander abominabel redenen die zy 
spraken. 

Den predicant hoorende hunlieden fuerie, seyde int la- 
tine totten heere ende wet : 

c lek zoude ulieden raeden openynghe van de kercke Ic 
» doene, ofte anders zy zullen se uploopen. » 

Ende zegghende hy Anthonius voorts oock int latine : 
c Eist gheen noot datmen de idoolen weren zal? » 
Daerup den heere ende wet andwoordende , zeyden : 
€ Wy en gbelooven niet dat idoolen zyn, ende, gbe- 
9 noomen ofte oock waeren , dat neen , ten staet in u ende 
» onser authoriteit niet dezelve te werene, brekene ruy- 

> neerende, dan alleenlyck zyne maiesteit ofte zyne ma- 

> gistraten. > 

Den voorn. Anthonius persisteerende , hebben den heere 
ende wet, uut grooten vreese, ende hemlieden zeer per- 
plex vindende zonderlyngbe , considereerende den grooten 
anvloedt van de vremdelynghen , commende al met wape- 
nen, ende dat zy in ecne onbeloonen (2) stede waren, 
ende dat zelfs in Ypre, een beloonen stede, de brake 
niet en hadde conde belet weesen , daermen oock verstont 
soldaten in dienste vande stede gheweest hebbende ter 
daete van de brake , ende dat den Gouverneur van Vlaen- 
deren maer onlancz te vooren gheweest hadde; overmits 
zy gheen troost en vercreghen vanden voorn, predicant. 



(1) C'est par celle expression de mépris quMls désignaient Ie 
tabernacle. 

(2) Onbeloonen slede, ville ouvcrlc, dépourvue d'cnccinlc fortifiée. 



27 

enile oock dat zy hemliedea vonden staene int middele van 
al dat gheboufte die una voce 2i\iyi metten huurlieden wilden 
voortvaeren ende totten zei ven brake commen , gheaccordeert 
openynghe te doene vaude kercke, te meer dat den pre- 
dicant heralieden beloofde dat zy tsacramentshuus , nochte 
crucifix niet breken en zouden, noch oock an ecneghe 
tabeniakulen vande oultaren , die ongheweert nog blceven 
staande, niet commen en zoude, dan alzoo hy predicant zeyde : 

c Gylieden znllet moeten weeren binnen derden daghe, 
» want dan zullen zy verificatie nemen , ende zoo zy be- 
» vinden gheen debvoir ghedaen tbebbene, zullen in dien 
> ghevalle al tzelve in stucx smytten , zoo datter niet ghe- 
» heel blyven en zal. Zoo faetse binnengaen omme simpelick 
» inspectie te nemen teghens heurlieder wedercompste. > 

Den heere ende wet aenhoorende dese propositie ende 
beloofte, nog niet te vreden wesende ofte daerinne voor 
gherust, hebben anderwerf begheert anden predicant, 
overmits zy hemlieden niet vastelyk en betrauwden up 
tgbeboufte, dat hem zoude believen metter wet te schyckene 
een van zynen discreesten auditner die acces ende auc- 
thoriteyt cryghen zoude by de zelve ghebouften omme den 
begheerte ende wille van den heere ende wet, mitsgaders 
het accoort van den predicant, te demonstreeren ende ver- 
tooghene; twelck hy alzoo ghedaen heeft, bescyckende met 
hemlieden eenen dye hy Joannes noomde , de wet onbe- 
kent, oock apostaet alzoo hemlieden doochte, die meede 
naer de kercke gynck. Ende aldaer commende, wierdt de 
kercke openghedaen, hastelyck innecommende de voers. 
brekers, dye in groeten ghetalle wel ghestoockt ende ghee- 
quipeert waeren , met alderhanden instrumenten ende wapenen 
van oorloge, die eenen tyt van te voorent aldaer de duere 
vande kercke bestelt hadden, mitsgaders oock den heere 
ende wet; ende daernaer de voors. kerckdüere gheslooten 
hebbende, heeft hemlieden vertoocht de begheerte vanden 
heere ende wet, mitsgaders taccoort vanden predicant, pro- 
ponnerende : 



28 

€ Onsen broeder ende minister hevet die vande wedt 
» gheaccordeert dat ghylieden oerghens anne en zoudt com- 
> men, maer alleenlyck inspectie nemen van tgheune datter 
» nog staet, want dezelve belooft hebben binnen derden 
» daghe te werene. » 

De voorn, breekers , anhoorende de propositie van dezen 
Joannes , en hebben niet willen optempereeren nochte daertoe 
verstaen, hoewei dat nochtans de heere ende wet aen- 
siende huerlieder refaus, hebben itérative! jcke ghebeeden 
ende begeert, dat zy zouden desisteeren, zy zouden vol- 
ghen huerlieder voorgaende beloofte, binnen den derden 
daghe tzelvc al weeren. De zelve al niet achtende, maer 
comun voce, brieschende als leeuwen, zyn strasselyck teeuen 
troppe met groote vierycheyt ghcloopen naer tsacraments- 
huus, zegghende: 

c Deze vanghenesse moet af! dit es den kisbal (l) daer- 
» omme men twist; den man en mach niet langhor ghe- 
» slooten weerden. » 

Overzolcx stekende met speeren , hallebarden ende ander 
langhe stocken , ende voorts slaende met grouf halaem ommo 
tzelve sacraments huus te broeken, ende ziende dat zylie- 
den tzelve niet ghebreken en consten, overmits tvoorn. 
iserwerck dat inde pilaren ende ander werck van binnen 
met souduere ofte loot an een ghegooten was, hebben ghe- 
haelt eenen branthaeck met drye steerts die anne de Buerse 
lach ende tzelve alzoo violentelyck daermede ommeghetroc- 
ken , zoo dat al in eenen hoop viel ; daernaer tcrucifix dat 
boven de cfaoorduere stont ende den tabernacule van S** Ni- 
colais oultaer. Alzoo de zommeghe van hemlieden begonsten 
ande ghestoelten ende aflucxelen vanden chooren te slane, 
omme de zelve oock te breken , wierdt by tusschenspreken 
van heere ende wet de zelve belooft te weeren ende desis- 
teerden daerof , alzoo zouckende in alle doutaren tghewitsel 



(1) Kisbal, pour kaetsbal^ pomme de discorde. 



29 

vande zelve, Iwelck de heylighe kercke noomt twüsele (1), 
tweick zy lieden bieten tsecreet vande messe, ende von- 
dens niet, overmits dat tzelve van te voorent gheweert 
was, ende schyeden alzoo utter kercke, belastende de res- 
ten te weeren binnen derden daghe, ende dreeghende dat 
zy zonden commen revysie nemen; indient niet gheweert 
en ware, zy zondent al in stnucken smiten zonder yet 
gheheel te laten. Alzoo de zelve gaende byden predicant 
inde Buerse^ ende een deel van hemlieden hebben afghe- 
worpen de beelden die ande halle stonden (2), ende die 
hemlieden te hooghe stonden . hebbeu met handt bussen 
daernaer gheschooten, zoo dat heere ende wet niet anders 
en verwachten, overmits de groote menichte van vremde- 
lynghen die wel ghewapent waren met alderley wapens, 
danne te ziene de gheheele ruyne ende perditie vande 
stede , danof den Heere almachtych ons gepreserveert heeft ; 
want alzoo zy dese rndesse ende ongheoorloofde brake^ 
zoo inde kercke, als an diverche plaetsen daer imaigen 
stonden ghedaen hadden, zyn ontrent den ix hueren met 
den voorn, predicant vertrokken, hem alvoren eenen wa- 
ghene ghehnert hebbende, naer Langhemarck, alwaer hy 
binnen den zelven daghe een sermoen dede inde kercke, 
doopte kindt^ daeromme hem te meer volcx volgde, zoomen 
verstaet, omme te zyene de nyeuwycheit. 

T welck alzoo ghebuert zynde, es den heere ende wet 
opden voet vergadert int stede comptoir ende met elckan- 



(1) *Twilsele, het gewyde, la chose sainte ou, d*après le lan- 
gage de r£glîse: sepulcrum reliquiarum. Dans la primiUvc église, 
ia sainte -Messe se célébrail sur les tombeaux des martyrs. De 
là est venue la loi de Téglise qui exige dans la consécration de 
Tautel, que des reliques des martyrs soient déposées dans le 
même autel, enfermées dans une petite boîte de métal. Cette 
boite conserve le nom de tombeau des reliques, 

(2) Ce fait est entièrement inconnu. On ignorait qu'il y eût 
jamais eu des statues au bâtiment des halles. 



30 

deren advyseerende » zoo was den balliu ende Gillis Coucke, 
schepene, ghedeputeert te reysen naer Ghendt by myne 
heeren van den raede, omme met hemlieden te communie- 
qnieren den staet vande kercke ende wat men te doene 
stont met de ghewyde ornamenten ende vande ghebrooke 
stucken die noch ghelast waeren te weeren; waerup myn 
heere den president in andwoorde gaf: 

c Tes wel ghedaen dat ghylieden tprincipaelste hebt ghe- 
daen weeren. » 

Zegghende daerup den greffier Bevere: 

c lek, als opperkerckmeester van S^-Mychiel, hebbet 
oock al nutter kercke doen weeren. » 

Ende vraghende wat men met de ghcbrooken stucken 
doen zoude, ende vande gbestoelten ende afluxelen vanden 
cboor, den voorn. President andwoorde: 

c Tguene dat nog goet es, datmeent beware^ ende dat 

> niet te passe commen en zoude nochte te profytte, dat- 

> ment utter kercke doen zoude; ende tguene datse zy- 
» lieden belast hebben te weeren , ik zoude UI. raden 

> tzelve te weeren ; » 
Zeggende betvoorts: 

€ Wy moeten aldus met elckanderen de paciencie ne- 
» men; zy hebben alhyer nog veel rigoruersder gheweest 
» ende noch zyn, tes nu buerlieden tyt; niet min, ick 
» hoope wy in coorte dagen zelve tspreken hebben zullen , » 
designeerende de wet ende tmagistraet. Ende overmits dat 
zeer corts daernaer tplacaert vande kerckbrekers ghepu- 
bliciert was (1), twelc iut coorte causeerde datmen niet 
meer breken en zoude, up pene van capitalyck ghepuniert 
te vi^oordene, zoo en quamen zy geen revisie nemen, ende 
alzoo bleeven de gbestoelten ende afslutselen vande choren 
staende ongheschent ende onghebrooken. 



(I) Ge placard ne se trouve pas dans le grand recueil des pla- 
cards de Flandre. Le père Dejonghc Ta publié dans ses Gendschc 
Gcxchicdcnissen, éd. de 1781, tome 1', pp. 35—37. 



51 

Hanghaende al twclcke heeft den goddelycken dyenst 
ghecesseert eenen sondach, uut cause dat ouse priesters 
uïet en doorsten eeneghen dienst exerceren, bevreesende 
dat hemlieden hendelyck grief ofte scandale zoude ghe- 
schyet hebben. Zoo geschyedet up eenen saterdach, neghen 
daghen naer de brake , dat heere ende wet vergadert wesende 
in haer stathuys, hebben ontbooden den pastner by hem- 
lieden ende ghevraecht waeromme hy zynen dienst niet en 
celebreerde ghelyck hy van ouden tyden ghedaen hadde, 
daerop den pastor andwoorde: 

c lek ben wel vanden advyse de zelve te doene, behou- 
B dens ghylieden my bewaren wilt. » 

Heere ende wet repliqueerende , zegden: 

c \Vy begeeren dat ghy morghen, wesende sondach, 
> uwen dienst doet ende predict naer uwe oude costume; 
» wy zullen u allen tsamen bewaren ende eensaemdelyck 
» ter kercken alle gjielyck compareeren, up indien zwa- 
» rycheit vallen zal, zullen u in uwen naeme defendeeren. > 
Den voors. pastuer dupliquerende, zeyde: 

c Naerdemael ghylieden my bystaen wilt, ick hoope 
metter gratie Godts morghen den voorn, dienst te doene. > 

Sanderdaechs ommecommende , is ghecommen in persoone 
heer Rougaer Mol , capellaen van onser kercke , ende heeft 
aldaer ghecelebreert een lesende messe, aldaer ten auditie 
met devotie hem ghevonden heeft den Schoudt met andere 
wethouders ende al by den autaer hemlieden altyts ghehou- 
den, bevreesende eenych grief, maer niet gheschyede dan 
pays, daertoe veele auditueren waren ter zelver messe. 
Zoo de messe ghedaen zynde , es den voorn. Schout met- 
ten anderen naer hnys ghetrocken totter tyt van de hoog- 
messe; alsdans hebben hemlieden den Balliu ^nde Schout 
mette gheheele wet ten zelven dienste ghevonden, mits- 
gaders veele andere notabele persoonen , ende veele andere 
van den ghemeenen volcke, dewelke al eensamelyk den 
dienst met devotie ghchoort hebben zonder eeneghe mur- 
muratie ofte onghescyckthcede , ende alzoo de zelve altyts 



32 

gheconÜDueert zonder ramour vande ghemcente. Eode en heb- 
ben alhyer niet meer zwarycheyt ghehadt, dan upden xxix 
Angustj Lxvi laetsleden , wesende S^ Jansdach, zoo den voorn. 
Antonius Algoet, predicant vande nieuwe religie ende apos- 
f aet vanden oordere vande Predicaers binnen der stede van 
Ypre, gepredict hebbende binnen der stede van Meneue 
voor den noene, es ghearri veert binnen den zelven daghe 
alhyer, gheassisteert met veele diversche gbepupelte, zoo te 
peerde als te voet, ghestoffeert met bussen, pistoletten, 
pieken, hallebai'den , marsen (1), spieten (3) ende andere 
offensive wapenen, danof een deel van dyen met huerlie- 
der stocken ende wapenen ghecommen zyn ten huyse van- 
den ballia der voorn, stede an hem begheerende de slue- 
ters vande kercke, omme aldaer huerlieder predicatie te 
doene; waernp den balliu in andwoorde gaf, van dyen 
advyse niet wesende, zonder tzelve alvooren ghecommuni- 
quiert thebbene metten heere ende wet; zegghende daer- 
ieghens die anden balliu ghesonden waren: 

€ Gheeft ons raesch andwoorde , want den tyt gaet duere : 
tes laete inden achternoene. > 

Hanghende desen, zoo den voorn, balliu upden voet 
zandt omme de wethouders ende den greffier, omme 
hemlieden de resolutie te gheeven. Ende schepenen ende 
greffier, wesende ten huyse vanden voorn, balliu, ver- 
beydende andwoorde zyn anderwaerf ghecommen vanden 
voorn, ghepupelte omme resolutie. Twelck doende, was 
hemlieden byden greffier in andwoorde gegeeven, datter 
ordonnantie ghemaect was, tusschen de hertoginne van 
Parme ende de edelmannen gheconfedereerden , datter gheene 
predicanten van de nieuwe religie gheadmitteert was te pre- 
dyckenen in eeneghe stede, dan daer de predicanten van 
voorent ghexerceert hadden gheweest, ende overzulcx wy 



(t) Marsen? 

\l) Spieten. Spict, dil Kilian, vet. fland. J. spksse, hasla. 



33 
tselve hemlieden niet en willen accordeeren in eenegher 
maniere, njchte meer in de kercke , dan elders binnen der 
stede , ende zoo verre hy ter contrarie dede , dat wj danof 
ieghens den predicant protesteeren. 

Mits dezen van daer scheedende, ghingen danof rapport 
doen den predicant , ende alzoo den predicant niet ver-, 
beydende eenighe resolutie , up weeghe was omme zyne 
pi^edicatie te doene, hebben hem gevolcht tot int npgaen 
Tanden hallesteger (1), alwaer hy zyn sermoen dede, ende van 
stonden anne wederkeerende van den predicant, commen 
ten hnnse van den voorn, ballia, alwaer de voorn, vande 
wet nog by een waren, verclaers en raport ghedaen heb* 
bende an den selven predicant die zegde wat ghehoort heb- 
bende vande voorn, ordonnantie , ende zoude oock ghede- 
sisteert hebben van prekene, en hadde gheweest dat hy 
zoo naer de plaetse ghecommen was , daer hy zyn predi- 
catie doen zoude, oock meede mits dat het volck aldaer 
vergadert was confusie inghebrocht hadde, biddende dat 
die vande wet ter deser waerf patiencie met hem zouden 
nemen. Waerinne de voorn, vande wet zeer qualyck te 
vreeden wesende, protesteerden anderwerf zoo zy van 
vooren ghedaen hadden; ende naer dien den zelven pre- 
dicant zyn sermoen volhendt hadde, vertrack nog binnen 
den zelven avont met zyn gheschelschap naar Dadizele. 

Sindert en heeft men alhier vande zelve nieuwe reh'gie 
niet ghepredict , dan naer den tyt dat mynheere den prince 
van Gavere orders ghestelt hadde in de casselrye van Cor« 
trycke en de stede van Ypre, danof tzelve was den xxix 
Ttembris, wesende sondach ende S^ Michielsdach , alhier 
binnen der stede ghecontinueert huerlieder predicatie alle 
sondaghen, immers totten 20 Octobry laetsleeden inclnus. 



(1) HaüesUger, «waaronder wij vermoedelijk versLaaa moeten 
den trap van het stadhuis» dit Janssen, op. cit. p. 363, et 
cela ne souffre aucun doute. Le mot est encore employé dans 
le môme sens. 

II. 3 



34 

(elcken ecnen nieuwen predicant. Ende bj de hecre eude 
wet, ziende de continuatie van de predicatie, hebben ghe- 
communiquiert met huerlieder laetschepen watmen best 
hierinne doen zoude omme huerlieder eere ende eedt te 
bewarene. Dienangaend« hebben tsamen sonderlynghe ghe* 
concludeert dat men raedt nemen soude an myne heere 
Tan den raet van Vlaenderen ofte vanden grave van Egmont , 
ende datmen aldaer zenden zoude van de ghedepnteerde 
eeneghe van de wet ; zy zouden meede contribueeren inde 
oncoosten. Omme int weicke mét aider dilîgentie te besoin- 
geeren, zoo was dacrtoe ghedeputeert , up den 30 Octobris 
laetslcden Raphaël Yande Poêle, balliu van Rousselare, 
mitsgaders Jan Kieken , burchmeestre der voorn, stede, 
ghestoffeert met letteren vau credentie zoo an myne teeren 
vanden raede in Vlaenderen, als den grave van Egmont, 
daertoe oock instructie van huerlieder laste, zoo ende in 
zulcker wys dat zy vercregen hebben ordonnantie van mynen 
(hecre) den grave up huerlieder lasten vertooch; de weicke 
alhier den xxxi~ Octobris lxvi ter bretecke (1) uitghero- 
pen ende ghepubliciert es gheweest, volghende den inhoudt 
ende tenore Vande zelve , ende daertoe vervescht by publi- 
catie tplaccart vande ballynghen enticalen ende famuese 

boucken, ten hende dat danof niemant ignorantie preten- 
deeren en zoude, ende een ieghelyck hem daervan wachten. 
Dese al niet ieghenstaende , zoo heeft hem vervoordert 
ecnen die men zeyde gheweest hebbene costere van Cas* 
tere, int westquartier, met zyne complicen te gaen pre- 
kene sdaechs daernaer, wescnde den 1* Novembre, ende 



(I) Ter Bretecke, Bretecke is geen Kerksteichel , gelijk in oud en 
nieuw gevraagd wordt, maar eigenllijk een fransch woord [à la 
brétèque) en bcteekenl zoo veel ais 1er puije. Dil was eene kleine 
uitspringende plaals waaruit de griffier of schepen lezing gaf van 
een vonnis, een gebod, eone piakkaart, enz. De Bretecke was 
aan de halle gelijk hel blijkt uil de cuere vanden biere, waaronder 
suai: ghepublierl Ur holle uutte ... zie Annales lome Xill , 2« stfrio, 

page 158. 



35 

Yütisanctorum, tvoornoens nutter stede eude scependomme, 
onder de heerlyckhede van S^ Amants, doende aldaer een 
sermoen ten tyde Tande hoochmesse, onwetens den heere 
ende wet. Tzelve ter kennesse ghecommen wesende, den 
balliu der voorn, stede is derrewaerts ghcgaen met twee 
wethouders, te wetene Jan Kieken ende Gillis Coucke, 
daermen svoornoens ghepredict hadde , wesende ten goede 
vande capelle goede (1), verbiedende ten haase vande pach- 
ters, daer hy den stoel vondt, dat hy aldaer zulcke pre- 
dicatie niet en zon ghedooghen , op zekere pene ende oock 
te incorreren de indigratie (2) vande Con. Ha'; werpende 
hy balliu den preeckstoel nedere. Zoo oock den predicant 
dien volgende tsachternoens aldaer niet ghecommen en is, 
nemaer heeft zyn sermoen ghedaen niet verre van daer 
in eenen meersch by ï Waterkot (S), onwetens balliu ende 
schepenen; ende hanteerende den predicant den dach daer- 
naer, twelck was saterdach, Allerzielen dach, in eeneghe 
secrète plaetse, heeft den sel ven predicant, met zyn com- 
plicen, sondachs, wesende den iii"" Novembris daernaer, 
noch twee sermoenen ghedaen onder de heerlyckheede van 
S** Amants, np eenen ghersbulck, die Jan Larre houdt 
in pachte, jeghens zynen danck ende wille ende consents, 
bedervende aldaers zyn gars» ter causen vanden welcken 
niet teghenstaende dat tvoorn. ballins heerlyckheede niet 
en was, es an hem clachtych ghevallen, zegghende tzinder 
excuse dat zy hem overvallen hadden ende niet en hadde 
connen beletten dezelve predicatie. Ende en hebben tsin- 
dert dien tyt alhier gheen predicatien meer gheweest noch 



(t) Jlgnore où cela est. 

(2) Le texte porte indigratie, lisez: indignatie. 

(3) 'T waterkot était un moulin à eau sur la Mandel, indiqué 
par une maison et les mots water muelen sur la carte der stnd 
ende vryhede van Rousselaere met de palsteenen.... dressée p.ir 
Lowysde Bersayver, le 5 Mai 164(. L*original de cette carte pead 
dans la grande salle deThôtel de ville de Roulers. M' le D'Legein 
de Roulers Ta reproduite par Tautographie. 



56 

ghcpredict, nemaer es ighemeenfe gheheel ghesnst *de 
tbêvel van myn heere den prince van Gavere is ande jus- 
ticie gheoptempcreert. 

üanghende al weicke predicatien ende zonderljoghe tsin- 
dert de {' predicatie, ghedaen up de marct ten stegher 
vande halle deser stede, den xxix Augusti , alzoo voeren 
gheseit staet, ghepasseert by eenen Antonius Algoet, apos- 
taet vanden Jacopiuen ordere, genonch ende te vollen van 
zjnder enorme qualitheiten inde prohemie van desen ghe- 
handelt ende ghetractecrt , hebben heere ende wet , anziende 
de groote oppressie eüde overlast dyemen hemlieden ten 
dien tjde ghetoont ende beweesen hadde bjden voorn, 
ruteren ende complicen vanden voorn. Algoet, de weicke 
wel ghestoct ende ghestaeft met veele ende diversche offen- 
sive wapenen, ghecommen waren onvoorziens binnen onser 
voors. stede, aldaer hemlieden, sonder consent ende oor- 
loove van den heere ende wet, bescycken plaetse om 
huerlieder predicatie te exercerene upden steegher up tup- 
ghaen van onser halle, niet ieghenstaende de goede justi- 
cante ende pregnante redenen byden heer ende wet den 
protestanten ofte anhanghers vanden zelven Algoet by den 
goeden proteste hemlieden ghetoocht ende verclaerst. Heere 
ende wet aenziende huerlieder enormiteit ne dicam inobe- 
diende, hebben dezelve tot authoriteit ende ruste vande 
Con. Mat', onsen naturelycken prince ende gheduchten 
heere , oock de ghemeene welvaert ende conservatie van 
onse gemeene stede ende republicque, te meer dat tonsen 
kennesse ghecommen was voor deze tyden; ende oock han- 
gende dese datmen veele ende diversche plecken vande 
westquartiercn , volghende de relatie by eeneghe ons ghe- 
daen , de predicatie hielt ende exerceerde als te Poperynghe, 
Belle, Haesebrouck, Cassele ende andere circumvociene 
plaetsen, alwaer veele ende diversche confiueerden ende 
associerden met bussen, pistoletten, pieken, hallebarden, 
spieten , marsen ende dierghelycke ongheoorloofde wapenen, 
bevreyende met zuicke gheilliciteerde instrumenten de voors. 



37 
▼oorghetracteerde predicatieu, hebben de toorscide heere 
ende wet , Tersaemt weseode met huere raeden ende eeneghe 
notabele van oQse stede, gheadviseert , gheraemt ende ghe- 
slootene inspectie oculaire te nemene ?an huttse te hunse 
eeneghelycke persoon wapenen, zoo ter bewarenesse vau 
hare hoocheit de Maïesteit, als de ghea>eene repnblique 
van onse stede ; ende de gheone die danof onghestofifeert , 
iae niet te vollen voorsyen en waren, hebben de zelve 
heere ende wet hemlieden belast binnen achte daghen, sub 
correctione ende Mat*" inobedientie , hemlieden te voorsyene 
wel ende behoorlyck, naer een ieghelicx qualitheit van 
goede ende fortuin , te wapenen , daermede ende metten 
welcken zy beschermen zouden de hoocheit ende de conync. 
Ma\ onsen gheduchten prince ende naturelyckeo heere » 
ende de gemeene ruste van huerlieder stede ende nabueren , 
np dat de Ma' in casu sedüionis, et rebellionis dovorhandt 
zonde cryghen , twelcke men zyne Ma^ alle tyde ende hucre 
senldych es te bewisene. 

Ende alzoo dye vande wet ontfanghen hadden bcslooten 
letteren vande hertoginne van Parma, onse Régente onde 
gouvernante van herwart ovre, byden welcken de zelve 
onder andere striclelycke vermaent ende gheadhorteert waren 
nauwe ende goedt toesyecht te nemene om huerlieder répu- 
blique in payse te bondene , ende zyn Ma' ghehoorsaem 
te blyvene, ten heinde duer dien de oude catholycxsche 
roomsche religie in autoriteit ende viguer zoude blyven, 
ende np dat oock de Ma' perpetuelyck ende gheduerych 
de stercste zoude permanneren, hebben, byden letteren 
vande docesse, heere ende wet, met advyse van haeren 
raede, ghesaemdelyck ghehandelt ende uut crachte vande 
zelve letteren vande hertoginne, met elckanderen in een 
wesende , te admoneeren ende vermanen zyne ghebueren dat 
zy hemlieden altyts willen houden onder hauthoriteit , ghe- 
meene obediencie, zoo ondere de oude catolycxsche roomsche 
kercke, als onder de Con. Ma', ten fine zy niet verleet 
en worden in dcsc icghenwordyghe nicuwychede ende opinie 



58 

vat) sectarlssen, nemaer in contrarien daer de zelve mue- 
geo coostantelyck ende vastelyck adherereo ende blyven 
byde oude catholycxsche roomsche kercke , ende oock ande 
mandaten ende beveelen vande Con. Ma' dien aengaende, 
der zelvcr catholycxsche religie dependeerende , ende met 
uprechten gheloove favooriseerende ende vermanende , ende 
ten heinde dat de zelve eenwelyck ende gheduerych zoude 
blyven, hebben dye van de wet, omme oock te schuwene 
de apparente foelen ende onghescycktheede der zelver nyewde 
religie, die men zacb gheschyedene in diversche quartieren, 
ghordonneert , met advyse vande raeden neffens hemlieden 
wesende , eene ordinarelycke macht in verminderynghe ende 
verstemnessc met eeneghe notabele vande stede , lieden met 
eere, catholicque ende subiecten van onse Con. MaS zoo 
ter conservatie van haerder hoocheit, als tot de ghemeene 
rohte ende welvaert van onse stede ende repnb.; de welcke 
thueren prefixen ende gheordoneerde tyden hemlieden par- 
tiqulierlyck ghepresenteert hebben als hoofman gheascociert 
ende thaerlieder bewarenesse ghcstofiPeert, met xviii persoenen, 
byden zelvcn hoofman behoorlycke gbeet, de catholique 
roomsche religie te preserveeren, de Con. Mat ende voorts 
huerlieder steden ende ghemeenten, wanof zy huerlieder 
eersten dach ende tyt ghenoomen hebben den xxii Tembris 
Lxvi voorleden , ende alzoo de zelve tyt , alle nachten ghe- 
duerende ende zonder ophouden, telcken met eenen hoof- 
man, ghestofifeert met xviii mannen, de zelve wel gbestoct, 
gestaeft met alderande instrumenten van oorloghe, onder- 
houden tot den 1*" Apryl lxvii voorleden excluus; dat 
alsdoen de Ha', alzoo wy bevonden ende overzulcx zaegen , 
overhandt ende onsyecht hadden, ende omme dies dat wy 
onse voors. subiecten ende ghemeene hebben willen stieten 
ende voorsteecken totter ouder catholyxsche roomsche kercke, 
te meer dat wy versekert waren dat wy indies de Con. 
Ma', onsen gheduchten heere, ende ghelrauwe eere beweesen 
hebben, met vuile.... vernieut zeker onse oude statuuten 
ende tzelvc ter bretecque, caussercnde tzclve dat nu voor- 



S9 
tan Djemant, van wat qualitheit, conditie by zy, hem 
en fervoordere te wandelene, clappen ende discuseoe up 
onse marct ofte strate onser stede , gheduerende den godde- 
Ijkcken dienst vande hoochmesse ende predicatie, voor de 
Doene, in onse oude catholycxsche roomsche kercke gheso- 
iemniseert, oock tsachternoens van eene hnere totten dryen 
excluus, alsdan exerceerende ende solemniseereode eene 
predicatie een huere gheduerende, mitsgaders de vesperen 
hreeder by den statuute dien aengaende albyer ter bre- 
tecque uutgeroupen ende ghepubliciert. 



L'année 1566 ne vit pas la fin des troubles. 
En 1581, le 23 du mois de Juillet, des cava- 
liers de la garnison de Bruges pillèrent à Rou- 
1ers. Voici ce qu'en dit Cb. Custis dans ses 
JacT'boevken dei' stadt Brugge (ni^ p. 86): ^ Op 
„ den 23 der selve maendt deden sy (de ruyters) 
y, insgelykx tot Rousselaere; en vele soldaeten, 
„ als sy wederkeerden, hadden tot schimp, 
a selve de kerkelycke kleederen aengedaen. » 



40 



n. 



Exemption du droit de chaussée ou de barrière, 
sur les pavés de la ville, donnée par le magis- 
trat de Boulers à l'abbaye de Zonnebeke. 

149S. 

Allen den ghonen die dese presente letiren znllen zien 
of hooren lesen, scepenen ende raed Tan der stede van 
Roesselare saluut, doen te wetene dat vry over ons ende 
den ghemeenen insetene van deser stede ende onse naer- 
comeren ter neerenster versouke ende bede van onsen eer- 
weerdeghen heere ende vadere in Gode, Jan, heere, abt 
ende prelaet van Zunnebeke, collateur van onser kerken, 
hem ende den ghemeenen convente van Zunnebeke voor- 
noemd , over hemleden , hueren familien , die nu ziin ende 
naermaels wesen zullen, ghegheven ende gheconsenteert 
hebben , ter eeren Gods ende Onser Lieven Yrauwen , dat 
zj van Bu voordan , tallen tyden . dat hemlieden ghelieven 
zal, teeuvirighen daghen zullen mogen rjden ende varen, 
gaen ende keeren, bins dese stede met hueren peerden 
ende waghenen zonder eenich tribuut van cauchieden te 
ghevene dese voornoemde stede noch den pachters van diere, 
in eenegher manieren. Ende omme dies dat wy willen dat 
de voornoemde ghifte ende consent onderhouden zy, so 
hebben wj, scepenen ende raed voornoemd , over ons met- 
gaders den heer ende den ghemeenen van onser stede , hier 
an doen hanghen den zeghele van zaken der voorn, stede 
van Boesselaere. 

Int jaer ons Hoeren duust CCCC achte ende neghentïch 
den eersten dach van Ouste. 

Le sceau, presqu*entièrement conservé, 
pend à double queue de parchemin. 



41 
Cette concession ne se trouve pas dans le 
Cartulaire de Tabbaye de Zonnebeke que nous 
avons sous les yeux, elle aurait cependant, à 
notre avis, p^ prendre place parmi les Jura 
et monumenta et privilégia et staluta bonorum 
temporalium. Le magistrat de Roulers, en foi- 
sant cette concession à perpétuité, ne croyait 
pas qu'une tourmente révolutionnaire pût en- 
gloutir cette abbaye ; et le dernier abbé de Zon- 
nebeke était loin de croire qu'après quelques 
années de vigilante administration, on aurait 
vendu aux enchères publiques les biens de son 
abbaye. Trois années avant la suppression, il 
avait encore pris des mesures pour augmenter 
le bail des terres et soigner la plantation d'arbres. 



III. 

Fondation d'une Chapelle i Boulera par Boger de 
Lichtervelde. 

' (1866.) 

Koulers possédait autrefois différentes chapel- 
les fondées tant à l'intérieur de la ville que 
BUT son territoire et dont la collation apparte- 
nait à l'abbaye de Zonnebeke. Une feuille de 
papier que possède M*" Van de Putte, curé- 
döyen à Courtrai, et qu'il a eu l'obligeance 



42 
de nous prêter, indique les papiers relatifs à 
ces diverses fondations et qui faisaient partie 
des archives de Fabbaye de Zonnebeke. Cette 
espèce d'inventaire mentionne sept pièces ayant 
rapport à la chapelle fondée par Roger de Lich- 
tervelde. Ce sont les suivantes, d'après leur 
ordre chronologique : 

4356. Copie vande foodatie der capclle van S*-Jooris te 

Bets, door heer Rogier van Lichtervelde. 
1368. Ghifte vande presentatie vande capelrje van th. Crajs, 

inde capelle van S'-Jooris te Bets, door Rogier van 

Lichtervelde. 
1370. Copie vande fondatie der capelrye van theylich Gmyi 

tot Rousselare , te Bets, door Rogir van Lichtervelde. 
1377. Satere van deerste en twedde ghifte van Rogir vao 

Lichtervelde, raeckende de capelrye van Bets. 

1472. Collatie vande capelle S^Jooris ter Bets. 

1473. Sententie aengaende de capelle van S'-Jooris te Bets 

in Rousselare. 
1630. Unie vande capelle van S^-Jooris ter Bels met de 
pastorie van Nieuwkerke. 

Ces pièces nomment cette chapelle Capelle 
van S^'Jooris ter Bels et disent qu elle était située 
à Roulers. La deuxième pièce (celle de 1368) 
précise la situation en ces termes.... fondée devant 
mon manoir ou hosteil apelé Bets en la capel 
saint Gorge en la proche de Rollreies. La troi- 
sième (celle de 1370) dit la même chose ... 
constructa ad introitum mansionis sue vulgariter 
nuncupate Bets, ce qui veut dire, si nous en^ 
tendons bien: construite à l'entHe de son manoir 



45 
appelé vulgairement Bels. Nous savons donc que 
la chapelle était construite vis-à-vis , à l'entrée 
du manoir de Roger de Lichtervelde. Mais où 
était ce manoir? La quatrième pièce lève tout 
doute à cet égard en disant ... vande capelrie 
iHinden keleghen cruce ter kerremeerschj ce nom- 
existe encore, et les ken^emeerschen sont des 
prairies situées à Roulers et Hooghlede et com- 
mençant vis-à-vis d'une ferme appelée encore 
U kasteelken. Ce kasteelken aura été le manoir 
de Roger de Lichtervelde et ce sera sur la partie 
du kerremeersch, qui aboutit à la route de Rou- 
lers à Hooghlede, à l'entrée de l'avenue qui 
mène à la ferme (ad introitxim mansionis sue) 
que Roger aura fondé la chapelle de S*-Georges. 
La tradition d'ailleurs a conservé le souvenir 
d'une chapelle qui s'est trouvée dans cet endroit 
indiqué sur le plan cadastral sous le numéro 673 
de la section A. 

Ces divers actes, dont l'énumération se trouve 
à la page qui précède, sont conservés dans les 
archives du séminaire épiscopal à Bruges (fonds 
Zonnebeke) et nous les donnons d'après des 
copies qui nous ont été fournies. Le premier 
et le dernier cependant ont échappé aux re- 
cherches; ils seront peut-être trouvés un jour 
par ceux qui s'occupent de classer le dépôt si 
riche du grand séminaire. Nous les recomman- 
dons tout spécialement à leur attention. 

Outre les pièces que nous publions ici, on a 
trouvé dans le même dépôt un volumineux pro- 



4i 

ces entre Grisolius de Thourout demandeur, et 
Mouvandus de Roulers défendeur. Plusieurs des 
pièces qui suivent, et d'autres que je ne pos- 
sède pas, ont été produites dans ce procès qui 
s'est terminé par la condamnation du défendeur. 
Cette contestation surgit au sujet de la col- 
lation de la chapellenie. Le fondateur Roger de 
lichtervelde s'était réservé les trois premières 
collations, après lesquelles la collation appar- 
tenait à l'abbaye de Zonnebeke. (Voyez la pièce 
N** 2.) Roger de Lichtervelde donna le bénéfice 
en premier lieu à Roger vanden Rive ; après la 
mort de celui-ci Wouter Quatmeyn en fut in- 
vesti et le troisième bénéficier était Jacques 
Vandenbussche. Les droits de Roger de Lichter- 
yelde étant expirés, l'abbé de Zonnebeke, en 
vertu de l'acte de fondation, nomma Grisolius de 
Thourout; l'ofificial et vicaire-général du diocèse de 
Tournai approuva cette nomination le 4 Mai 1472 
(voyez la pièce n® 5). Mais Grisolius fut trouble 
dans la possession de sa chapellenie par Mouvan- 
dus de Roulers, qui avait ou prétendait avoir 
obtenu sa collation des héritiers de Lichtervelde. 
C'est contre cette prétention que Grisolius in- 
tenta une action à Mouvandus. Celui-ci fut 
condamné le b^ jour de Juin 1473. — La der- 
nière des pièces suivantes, le N« 6, contient 
la condamnation de Mouvandus. 



43 
V. — 1350. 

Cette pièce n'est pas encore trouvée. 

%\ — 13€g. 

(Fonds Zomnebekf., N» 88]. 

Cette pièce fut produite au procès et s'y trouve 
f" 21. 

A tous chaeus qui ces présentes lettres verront ou oiront , 
Roger de Lichtervelde, salut en Dieu. — Savoir soit faj 
que, comme messingnours abbé et couvent de labbie de 
Nostre-Dame de Zinnebeke de le ordre de S. Augustjn» 
de le djocese de Terewane, a me supplication et requeste» 
ont de leur boine volente, consente! que je doinge, se 
je vivethe, on après mou deccs mes successeurs, les trois 
primiers doinsons de ma capelrie que jay ordenee et fun* 
dee en lonour do sainte Crois a chine messes casqune 
semeine et une messe de sainte Crois, cantant a note, cas- 
qun venredi, fondée devant mon manoir ou hosteil apele 
Bets, en la capele saint Gorge, en la proche de Rolreies, en 
le dyocese de Tournay. Se je nay nulle des trois donnisons 
primiers donne devant mon deces et confesse que après les 
trois primiers donnisons passées la dite capelrie soit per- 
petnement a donnison, collation ou présentation des dys 
singnours et renunche de tres meintenant pour moy et mes 
successeurs de tous les dros que je poroye avoir si aucuns 
dros huisse a donison de la 'dite capelrie après les trois 
donisons passées. Et en tesmoygnage de ce aie seele ces 
présentes lettres de mon propre saeel. Faites lan de grâce 
mil CGGLX et wyt, le dizime jour dou May. 

Le sceau en cire brune, est bien con- 
servé et pend ^ double queue de 
parchemin. 



46 

3V — 1»T0. 

(Fonds Zo^c^EBEKB, N* 89). 

Universis présentes Htteras inspectaris Philïppas Dei gratia 
Toroacensis episcopus, salutem in Domino sempiteruam. 

Si mentes sollicitare fidelinm saper divini frequentatione 
servitii jugiter ex incombenti nobis officii debito pastora- 
lis astringimor magnis non immerito favoribns eis subvenire 
debemus ac in suis eosdem piis ac salubribns operibus 
confovere qui ad divini coltos aogmentum Hanelant (sic) 
nnde plebis augmentor devoiio, saper peccatis impetretar 
remissio, multiplicetar salutis operatio, procuretarque saU 
vatio facilias animarum. Sane nobilis ac honestas vir Rogerus 
de Lichtervelde , armiger, nostre diocesis, cupiens terrena 
et transitoria cnm spiritualibus et perpetais bonis nobili 
commertio féliciter permatare, pro sue parentis et bene- 
factorum suorum animarum remedio et salute, unam capel- 
laniam perpetuam in capella, per dictum armigerum , dudum 
constructa ad introitum mansionis sue vulgariter nuncupate 
Bels, in parochia de Rollario , dicte nostre diocesis , de bonis , 
sibi a Deo collatis, ad laudem Dei et Beate Virgiuis Marie 
sanctorumque et sanctarum omnium et precipuc in bonore 
sancte Crucis fundare disposait et fundavit. Ad cujus ca- 
pellanie fundationem et dotationem dictas fundator dedit, 
contulit, et perpetais temporibus deputavit [sextam partem 
décime] jacentis et currentis in territorio ei parocbia de 

Women, ad ipsam fundatorem jare spec- 

tantem ac pertinentem, quamqaidem partem sextam dictus 
fundator [légitime et] rite acquisivit erga nobiles Dominum 
Gheldulphum de Grunthuse , miiitem , et dominam Katarinam 
ejus uxorem, conjuges, et vocatur flamingo dicta décima mid- 
delgheleet ende die Haghebeke , prout per cartam scabinorum 
franci officii eorum sigillis sigillatam et nobis ostensam plenius 
constat et apparet. Quocirca dictus fundator nobis humiliter 
suppltcavit ut fundationi et dotationi predictis nostrum ad-* 



47 
hibere vellemus consensum ac premissa landare ac appro- 
bare et oostra pontificali autoritate confirmare. Nos itaque 
▼olentes super hiis , sicat erat rationis informari per dileclum 
decanum oostrom Xristianitatis Rollariensis (1). ioquiri fecimus 
diligenter. Et quia per ipsam inquisitionem sic factam et 
oobis reportatam invenimas et nobis innotaît predictam sex- 
tam partem decimarum fuisse et esse dicte capellanie bene 
et s&flScienter assigoatam adeo quod absque aliqua ad- 
mortisatione capellam quicunque in ea deinceps canonice 
institaeretur eadem sexta parte decimarum perpetnis tem- 
poribus nti poterant pacifice et quiète dictaque sexta pars 
légitime estimando valere potest singaUs aonis quadraginta 
libras parisiensis, monete flandrenses. Hiis igitur et aliis 
que DOS monere possunt et debent diligenter consideratis , 
et attente quod religiosorum yirorum abbates et conventns 
monasterii beate Marie de Zunnebeka diocesis Horinensis 
patronoram dicti loci in fundatione hujusmodi expresse 
intervenit donationi et fundationi, predictis nostrum pre- 
bentes consensum pariter et assensum eandem capellaniam 
tamquam beneficium ecclesiasticum competens et sufficienter 
fundatum ac dotatum, auctoritate nostra ordinaria confir- 
mamns. Statnentes eadem auctoritate quod capellam qui- 
cnnque in dicta capellania canonice institaeretur infra annum 
a die sue institutionis et pacifice possessionis ejusdem in 
presbjterum se faciant ordinari et personaliter resideant 
in eadem; quodque quatuor missas singulis ebdommadis in 
dicta capella y una videlîcet qnalibet die Yeneris, alta voce 
dummodo coadjutorem in hoc habeat capellanus; reliquas 
vero tres missas voce submissa diebus quibus devotioni sue 
melius placuerit in ebdommada perpetuo celebrare» nisi 
legitimo fuerit impedimento prepeditus , quo casa per alium 
celebrari facere necessario sit astrictus, CoUatione et pro* 
tisione dicte capellanie quotiens eam deinceps vacare con- 
ti) Ced prouve qu'en 1370 Roulcrs étail le chef-lieu d*un 
doyenné. 



48 

tigerit nobis et successoribus nostris Tornacensibas episcopis 
potcstate qaod et auctoritate capellanum ydoneum ista 
primaria vice necooo aliis doabus vicibus successive pre* 
dicto Rogero si supervixerit , alioquin proximioribas heredi- 
bas ejusdem Rogeri fandatoris, nobis aat saccessori nostro, 
qai erit pro tempore , débite presentandi , proot ab eisdem 
patronis per soas patentes litteras vidimus esse cüocessum, 
specialiter et expresse reservatis. In quorum testimonium 
présentes littras ad perpetuam rei memoriam fieri manda- 
vimus sigillo nostro roboratas. 

Datum Tornaci, die sexta mensis septembris, anno Do- 
mini millesimo CCG* septuagesimo. 
Sic signatum super plica, S. Henricus, R**. 

Collationata est predicta copia de yerbo ad ver- 
bum ad originales litteras sigillatas, non vitiatas, sed 
sanas et intégras, et concordat, per me notarium pu- 
blicum bic subscriptum, anno Domini H Y* nono» 
» mense Hartii die vero undecima. 

N. DoNDERi, not. pubU 

Sur Ie dos est écrit: 

G. Roesselare — capelrie van theilich cruus. Copia fun- 
dationis per nobilem Dominnm Rogerium de Lichtervelde 
capellanie S' Crucis, anno 1370. 

Sans sceau. 



La copie de l'acte qui précède m'est parve- 
nue accompagnée de la note suivante: " Cette 
, pièce a souffert de Thumidité. On y a ajouté, 
j, au moyen d'une épingle, un parchemin „ 



49 
qui fait la quatrième pièce, dont la teneur 
suit: 

4\ — 117T. 

Het* si cont ende keoljc allen den gonen die dese pre- 
sente lettren zullen zien of boren lesen (i), dat ie Roeger van 
Lichtervelde , bi consente van minen here den abt van 
Zinnebeke, machtich wesende van drien ghiften vander ca- 
pelrie vanden belegben Crnce ter Kerremeersch in de prochie 
van Boeslare , gbegheven bebbe , als over deerste gbifte , dcse 
vors. capelrie den bere Roger vanden Rive; ende dese vors. 
capelrie vacierende bider doot vanden vors. bere Roeger, 
hebbic gbegbeven, als over mine andre gbifte, den^ bere 
Wouter Quatmejn. In orconscepen der waerheden bebbic 
Roeger vorseit dese presente lettren gbezeghelt met minen 
propren zeghele. 

Ghedaen ende gbegeven int jaer ons Heren alsmen screef 
H CCG LXX ende zevene , up den eersten dach in Wodemaent. 

Sur Ie dos est écrit: 

.« G. Rousselaere per Rogeruro de Licbtervelde de 

» capella de Bets in parocbia de Rollario, anno 1377. » 

Le sceau en cire brune est bien con- 
servé cl pend à simple queue de 
parchemin. 



5«. — 1472. 

(fonds ZONNEBBKB, N<> 130). 

Yicarius generalis in spirilualibus et temporalibus Reve- 
rendi in Ghristo patris et Domini nostri Domini Guillernii 



(1) Produite au procès. Voyez !• 22. 

JI. 4 



50 

Dei et apo^tolice sedis gratia Tornacensis cpîscopi dilecto 
Dobis in Christo discreto viro Domino Grisolio van Tho- 
rout, presbjtero , salutem in Domino. — Capellaniam per- 
petuam sitam et fundatam au altare sancti Georgii de 
Kerkemesse, in parochia Rollarii, Tornacensis diocesi ad 
dicti reverendi patris collationem et provisionem spectantem, 
liberam ad presens et vacantem per obitum quondam Jacobi 
de Busco, dum vixit ejusdem capellanie novissimi posses- 
soris et capellani , ad presentationem abbatis monasterii beate 
Marie Virginis de Zunnebeke, ordinîs sancti Âugustini, 
Morinensis diocesîs, vobis domino Grisolio licet absenti, vice 
et aactoritate dicti reverendi patris contulimus et conferimus , 
ac de eadem capellania cum suis juribus et pertinentiis 
nniversis providimus et providemus investientes vos nichi- 
lominus de eisdem tcnore prcsentium jure ipsius reverendi 
patris et quolibet alieno in omnibus semper salvo mandantes 
dilecto et fîdeli nostro decano Christianitatis Rolariensîs, vel 
ejus iocum tenenti, quatenus recepto per eum et per vos 
vel procuratorem vestrum legitimum nomine vestri pres- 
tito propter hoc solito et debito juramento vos vel eundem 
procuratorem vestrum in corporalem, realem et actualem 
dicte capellanie juriumque et pertinentium suorum omnium 
predictorum possessionem ponat et inducat, seu poni faciat 
et induci, adhibitis solemnitatibus debitis et in taiibus ad- 
Liberi cousuetis, nobis quid inde factum fuerit fideliter res- 
cribendo. 

Datum Tornaci , sub sîgillo vicariatus dicti domini nostri 
Tornacensis episcopi, anno Domini millésime quadringen- 
tesimo septuagesimo secundo, mensis Haii die quarta. 

Per dominum vicarium Hermetis. 

Le sceau en cire rouge bien conservé 
pend à simple queue de parchemin. 



Si 
«•. — 1471. 

(FOND6 ZONNEBEIB, N« 132}. 

In nomioe Domini amen. Universis et singulis présentes 
lîttcras sive presens publicom instrumentum inspecturis , olfi- 
cialis Tornacensis , salutem in Domino. Notum facimus quod 
in causa bénéficiai] coram nobis , in curia Tornacensi , aucto- 
rîtate ordinaria mota et aliquandiu veutilata per et inter 
discrètes viros Dominum Grisolium de Thorout ex nna, et 
dominum Monvandum de Rollario, presbytères, ex altera 
partibns^ occasione et ad causam capeKanie perpétue fun- 
date ad altare sancti Georgii infra limites parochie de Rol- 
lario, Tornacensis diocesis, quam quelibet dictarum partium 
ad se de jure dicebat pertinere, citatione pro parte dicti 
domini Grisolii actoris contra eundcm dominum Mouvandum 
in bac parte reum sive defensorem. et quoscumque alios in 
eadem capellania jus habere pretendentes et sua in hac 
parte interesse putantes, exécuta et coram nobis reportata 
prefatus dominus Grisolius actor, certa die sibi ad bec 
assignaia suam petitionem sive libellum coram nobis dédit 
et exhibuit in scriptis , sub bis verbis : < Coram vobis , vene- 
rabili et circumspecto viro domino suo , domino offîciali Tor- 
nacensi , judice ordinario et competente , partium infrascrip- 
iarum dicit et in jure proponit discretus vir dominus 
Grisolius van Thorout, presbyter, capellanus capellanie 
perpétue sancti Georgii site et fundate infra limites parochie 
de Rollario, Tornacensis diocesis, actor, contra et ad versus 
qaemdam Mouvandum de Rollario , pro presbytère se geren- 
tem, reum, verum esse quod a tanto tempore et per tantum 
tempus, cujus iuitii sive contrarii memoria hominum non 
existit, abbas monasterii Beate Marie de Zijnnebeke, ordinis 
canonicorum rogularium sancti Augustini, Morinensis dio- 
cesis, pro tempore, ad causam juris patronatus parochialis 
ecclesie de Rollario ac dependentium ejusdem, est in pos- 
sessione pacifîca ad predictam capellaniam , infra limites dicte 



52 

parocliie de RoUrHo, ut pretangîtur coDstitutum, illius vaca- 
tiouis tempore occurrente, personam jdoneam reverendo in 
Christo patri et domino domino episcopo Tornacensi vel 
ejus vicariis presentandi ; quoqoe nupcr dicta capellanîa 
per obitum quondam Jacobi Vandenbussche , clerici diocesis 
Tornacensis, dam viveret ipsius capcllanie uitimi posses- 
soris , vacantem , vcnerabilis paler dominus abbas modernus 
dicti monasterii prefatnm dominum Grisolium actorem , tan- 
quam habilem et ydoneum , ad predictam capellaniam , eidem 
domino episcopo Tornacensi seu ejus vicarüs, presentavit 
pretextu cujus necnon collationis et provisionis subsequa- 
tarum per eumdem dominum Episcopum seu ejus vicarios 
dicto actori factarum possessionem ejusdem capellanie idem 
actor légitime est assequutus. Et licet eadem capellania, cum 
suis juribus et emolumentis universis, dicto actori et nulli alteri 
competierit et competat atque debeatur de jure, nichilo* 
minus tarnen dictus Mouvandus , reus, premissa sciens et 
ignorare non valens , quo spiritu motus nescitur , in dictam 
capellaniam se intrusit seu intrudi fecit, ipsamque capel- 
laniam injuste et indcbite occupavit et occupât, ac ipsum 
dominum Grisolium, actorcm , quominus dicta capellania 
cum singulis juribus et emolumentis ejusdem gaudere pos- 
sit aut valeat, de facto impedivit et impedit in magnum 
dicti actoris dampnum, prejudicium et gravamen. Ex quibus 
piemissis veris existentibus et que reus vera fore coguovit 
vel que sufficiunt ex eisdem concludens petit et bumiliter 
supplicat dictus actor per vos dominum suum prelibatum 
ac vestram defînitivàm sententiam sive decretum dici prejudi- 
ciari et declarari ante dictas presentationem , coUationem et 
provisionem , cum omnibus inde sequutis fuisse et esse justas 
ac rite et débite obtentas, vexationesque et molestationea 
seu impedimenta per dictum reum actori in premissis factas 
et prcstitas, factaque et prestita fuisse et esse indebitas» 
injustas et iniquas, ac indebite, injuste et inique atque 
de facto prestitas et propterea eidem actori capellaniam ante- 
dictam cum singulis juribus et pertincntiis suis universis 



53 

adjodicandam fore et per tos adjudicari ac sibi actori ju? 
in ea competere declarari et pronanciari dictoque reo de 
et super prœmîssis silentiam perpetuum imponendum fore 
0t per vos imponi in hiis quoque et ad hec ac in expensis 
büjus litis jam factis et passis de fiendis protestantem reom 
finaliter condempnarï aliasqne fieri justiciam , offereos se 
premissa que facti sunt et in facto consistant sufficienter 
probaturum citra quamcunque superfluam probatiooem ad 
quod se non astringit, sed protestatur sibi valere que pro- 
bari poterant ex eisdem jure addendi, mïnuendi , mutandi, 
corrigendi eademque prsemissa in melius reformandi ac quovis 
alio juris beneGcio sibï actori manente salvo vestrum benig- 
num officium bumiliter impiorando. Datum anno Domini 
millesimo quadringentesimo septuagesimo secundo , feria sexta 
ante festam beati Barnabe apostoli , mensis Tero Junii die 
qainta. 

Ad qnam qnidem petitionem dictas dominas Houvandus 
reus etiam in scgptis respondit ac in efifectu proposuit et 
allegavit qood dudum a summo Pontifice auctoritate apos« 
tolica concessa extitit facultas sive auctoritas predecessoribas 
Dobilis viri domini Johannis de Lichtervelde , miiitis , domini 
temporalis de Staden^ fundandi et conferendi capellaniam 
saperius declaratam et personam ydoneam ad eanden tem- 
pore vacationis occarentis presentandi de qaa quidem aac- 
toritate predicti de Lichtervelde usi et gavisi fuerunt tam- 
dia quod memoria hominum in contrarium non existit et 
de hoc semper fuerant et sunt in vera possessione dicte 
aactoritatis de noticia et scientia dominorum abbatum de 
Zunnebeke, predecessorom abbatis moderni, qui numquam 
dictis de Lichtervelde aliquam turbationem vel inquietationem 
in dicta possessione facere potuerunt , quam si fecissent ipsi 
de Lichtervelde, optimo eorum jure adminiculante, res- 
titissent et défendissent , hiis tamen non obstantibus placuit 
naper abbati moderne dicti monasterii de Zunnebeke ante« 
dictam capellaniam conferre predicto actori et ipsum ad 
eandem presentare quiquidem actor in illa se introsit seu 



5i 

intrudi fecit et eaodem injaste oceupavit et occupât, prefatam 
dominuro Mouvandum sua possessione spoliando in ejos 
m.iximum prejudicium et gravaroen. Et propterea quia prout 
subjunxit spoliatus ante omnia debet restitui , concluJens 
petiit dictus reus prcfatas presentationem , collationem et 
provisionem de pretacta capellania ante fato actori factas et 
quidquid inde sequutum est, fuisse et essc injuste et inde- 
bite factas ac nullius fore momenti eidemqne reo dictam 
cupeilaniam possessionem ejusdcm et om ne jus quod verus 
possessor habere potest, adjudicari debere prefatoqne actori 
silentium imponendum fore ac eum in expensis litis con- 
dempnari. Et deinde lite a partibus ipsis juxta usum et 
stiium dicte curie tornacensis procedere volentibus in bac 
parte légitime contestata ac jurato de calumpnia ut decuit 
pluribus quoque testibus necnon litteris juribusque et man- 
datis per quamlibet dictarum partium contra alterutram tam 
coram nobis quam in partibus coram certis ad hoc a nobis 
deputatis commissariis productis et réceptif ipsisque testibus 
juratis auditie et examinatis ac eorum depositionibus in 
script is redactis et per nos more solito publicatis ac ipsis 
partibus in hiis que contra alterutram hinc inde dicere 
et ailegare voluerunt ad longum exauditis, c^terisque ju* 
dicialibus rite peractis ac concluso per nos in hac causa 
tandem die bodierna subscripta partibus ipsis ad audien- 
dum jus et decretum nostrum sive nostram sententiam 
deGnitivam super premissis et in hac causa per nos sibi 
dici et proferri per continuationem assignata instantibus 
et comparentibus personaliter et constitutis coram nobis in 
judicio , in dicta curia Tornacensi , discretis viris Judoco de 
Cottignies, clerico, dicteqne curie Tornacensis notario jurato 
tanquam procuratore et convocatione dicti domini Gri- 
solii actoris ex una, et Johanne Dibbout etiam clerico et 
dicte curie Tornacensis notario jurato, tanquam prefati do- 
mini Mouyandi rei procuratore ex altera partibus. Nos in 
jadicio, in dicta curia Toniacensi, pro tribunali sedentes, 
et habentes solum Deum pre oculis, de jurisperitorum con- 



55 

silio super hoc nobiscum communicaio, jus et decretum 
Dostrum sive.ûostram senteutiam difiiriitivam super premis- 
sis et in bac causa diximus et protulimus, dicimusqne et 
proferimus in scrip tis in hunc modum : 

In Dei nomine amen (1). Cognitis hujus cause beneficialis 
meritis et attentis que animum nostrum movere debuerunt 
per hanc nostram sententiam diffinitivam quam de jurisperito- 
rum consilio super hoc nobiscum communicato ferimus in hiis 
scrtptis pronunciamus etdeclaramus collationem, provisiooem 
et investituram domino Grisolio de Thorout , presbjtero , ac- 
tori , de capellania perpétua fundata ad altare sancti Georgii 
infra limites parochie de Rollario, Tornacensis diocesis, per 
obitum quondam Jacobi de Busco tune vacante, factas cum aliis 
inde sequutis, fuisse et esse canonicas sunmque debuisse 
et debere sortir! effectum , dictamque capellaniam cum suis 
juribus et pertinentiis universis eidem domino Grisolio de 
jure spectasse et pertinuissc, spectareque et pertinere ac 
adjadicandum fore et «adjudicamus decernentes domino Mou- 
Tando de Rollario, ex adverse principali, in dicta capellania 
sen ad eam nullum jus competiisse aut competere, ipsum- 
que ab eadem amovendum fore et adindicandum , ac amo- 
▼emus et adjudicamus sibi domino Mouvando pro bac vice 
▼acationis silentium imponentes ac eum in expensis hujus 
litis, earum taxatione nobis reservata, condempnantes. 

Lecta, lata et promulgata fuit presens forma per nos 
Johannem Zadelaere, decrctorum doctorem, ofTicialem Tor- 
nacensem , in dicta curia episcopali Tornacensi , anno Domini 
millesimo quadringcntesimo septuagesimo tertio, indictione 
sexta, mensis vero Junii die quinta, pontificatus sanctis- 
simi in Christo patris et domini nostii domini Sixti divina 
providentia Pape quarti anno secundo, presentibus ibidem 
venerabilibus , honorabilibusque et discretis viris magistris 



(t) Tout cet alinea se trouve sur la dernière feuille du proces 
dont il esi parlé plus haut. 



50 

Johanne Pavonis, sigillifero Johanne Hcrmetis et Ludovico 
de Crudenare, promotoribus , Adam de Biekebeke, Jacobo 
de Albello , Nicolao Danckaerd , Bogero de Gaulej et Os- 
tone de A trio, clericis notariis dicte curie Toroacensis, 
testibus ad premissa vocatis et rogatis. 

Vcrum quia parum prodesset senlentias ferre nisi executioni 
mandarentur , idcirco vobis omnibus et singulis presbjteris, 
Dotariisque et tabellionibus publicis per civitatem et diocesim 
tornacensem constitutis, et vestrum cuilibet insolidum damus 
in madatis quatenus premissa omnia et singula legatis , pn- 
blicetis, notiGcetis iutimetis et insinuetis, ubi, quando, ac 
totiens quotiens opus fuerit et super boe fueritis requisiti , sea 
vestrum alter fuerit requisitus, necnon prenominatum dominum 
Grisoüum de Thorout in corporalem, realem et actualem 
possessionem capeiianie predicte juriumque et pertioentiarum 
ejusdem ponatis et inducatis, seu id faciat vestrum alter 
cum solemnitatibus in talibus fieri consuetis nobis quidinde 
factum fuerit fideliter rescribente. 

In quorum omnium et singulorum fidem et testimonium 
premissorum présentes litteras sive hoc presens publicum 
instrumentum hujusmodi nostram sententiam in se continen- 
tis sive continens per dilectum notarium publicum , scribam 
nostrum, subscriptum fieri signarique et subscribi manda- 
vimus ac sigilli sedis Tornacensis jussimus appensione com- 
muniri. Datum et actum anno, indictione, die, mense, 
locoque, et pontificatu ac presentibus testibus suprascriptis. 

Et ego Walrandus de BaufTremez, clericus Tornacensis 
diocesis, pubiicus apostolica auctoritate ac venerabilis curie 
episcopalis Tornacensis notarius, et ejusdem curie scriba 
juratus. quia finem prescripte pronunciatione et promulgatione 
ac aliis premissis omnibus et singulis dum sicut premittitur per 
venerabilem etcircumspectum virum dominum meum dominum 
officialem Tornacensem, ut coram eo dicereutur, ageren- 
turque et fièrent unacum prenominatis testibus presens 
fui, eaque sic fieri vidi et audivi. Idcirco bas présentes lit- 
teras sive hoc presens publicum instrumentum hujusmodi 



. 57 

sententiam in se continentes siye continens exinde confeci 
signoqne meo solito et consoeto signavi de mandato dicti 
domini oflScialis Tornacensis, nnacum appensione sigilli sedis 
Tornacensis, bic me mana mea propria subscribens in 
testimonium premissorom requisitus et rogatus. 

W. DE Bauffrbmez. 

Au dos est écrit: Bousselare actio sententie domini offi- 
cialis Tornacensis super capellam sancti Georgii ter.Beths 
in parochia Bollarii, anno 1473. 

Le sceau en cire brune dont la moitié 
seulement est conservée, pead à dou- 
ble queue de parchemin. 



II. 5 



58 



ARCHÉdlOGIE. 



Quelques données nouyeUes pour aider à fixer l'é- 
poque de la construction du magnifique chœur 
de l'égUse collégiale de S' Sauveur, aujourd'hui 
cathédrale, à Bruges. 



Depuis que nous avons publié la monogra- 
phie de cet intéressant monument, notre soin 
spécial a été d'étudier les questions encore ob- 
scures qui s'y rattachent, et quau moment de 
notre publication, nous ne pouvions résoudre, 
faute de points de comparaison ou de documents 
suffisants : 

Ainsi, l'époque à laquelle se rapportent les 
parties de la construction primitive de notre 
église, est restée douteuse; nous avons attribué, 
il est vrai, la construction du chœur, de ses 
bas-côtés et du trantsept nord à l'intervalle de 
1183 — 1223, nous basant en partie sur l'opi- 
nion de M*^ Weale, qui donne la date de 1186 — 
1220 (1), mais principalement sur la comparaison 

(t) Bruges et ses environs. Cathédrale de S* Sauveur. 



59 
du style avec celui de Féglise de Notre-Dame 
à Bruges, dont Tépoque de construction est 
fixée par tous les auteurs, entre les années 1180 
et 1186; néanmoins, nous avons reconnu que 
ces mêmes parties de la cathédrale, attribuées 
à 1183 — 1223, renferment plusieurs détails qui 
trahissent la fin du xm® et le commencement 
du xrv« siècle, tels que le Iriforiam du chœur 
et du transept nord, les moulures qui encadrent 
les fenêtres du chœur à l'extérieur, et les mou- 
lures du grand portail septentrional (1) ; ajou- 
tons encore que nous n'avons osé attribuer posi- 
tivement à l'époque de 1183 — 1223 l'arcade sous 
la tour, vers l'intérieur de l'église (2); en effet 
ses moulures multipliées et délicates indiquent 
assez la fin du xin® siècle; enfin cette même 
époque se révèle dans la petite arcade, inhé- 
rente à la construction primitive, à gauche de 
l'entrée de la chapelle des cordonniers : la mou- 
lure qui retombe sur les colonnettes est ornée 
d'un petit listel qui ne se montre jamais avant 
la deuxième moitié du xm^ siècle. 

Ces nombreux détails, se rapportant tous à 
une même date, nous ont poussé à étudier plus 
attentivement l'ensemble de la construction que 
nous avions attribuée à 1183 — 1223, et après 
une étude approfondie, nous nous sommes con- 



(1) V. noire ouvrage: De Kathedrale van 5' Salvator te Brugge,- 
pages 28, 37, 83 el 106. 

(2) Ibid. p. 33. 



60 
vaincus que toute cette partie de l'église pri- 
mitive, savoir le chœur avec ses bas-côtés ainsi 
que la partie inférieure du transept nord, appar- 
tiennent aux dernières années du xni« siècle. 

En effet, le mode d'éclairer le triforium au 
moyen d'oculi, tels que ceux du chœur de notre 
église , ne se montre que dans la deuxième moi- 
tié du XIII'' siècle (1) ; du reste, la largeur des 
fenêtres du chœur, les colonnes en faùsceau avec 
leurs chapiteaux profondément fouillés et à tail- 
loir octogone^ les moulures de leurs arcades, tout 
cela répond parfaitement aux données que nous 
possédons sur l'art ogival tel quil était à la fin 
du xmP siècle. 

Voilà ce que nous révèle, sur cette question, 
la nouvelle étude que nous avons faite du style 
du monument. 

Pour les preuves historiques, nous n'en avons 
pas trouvé de décisives, mais au moins, celles 
que nous avons sous la main, viennent corro- 
borer notre opinion. 

Et d'abord, en l'an 1292 la ville donna, à 
titre de prêt, à l'église de S^ Sauveur, la som- 
me de 100 livres de gros (2), somme élevée pour 
l'époque et qui nous fait supposer les grands 
frais que la fabrique avait à supporter pour la 
réconstruction de l'église. 



(1) De Caumont, Abécédaire d'archéologie, vol. I, p. 527. 

(2) « Item, cornmodalum ecclesie Sancli Salvatoris iùO Ib. 

grossorum. Compie de la ville de Bruges de Tan 129Î, (^ 20 r». 



04 

Dans une charte du 24 Février 1299 (n. s.) 
à l'occasion de la récente institution d'une cha- 
pellenie ^ in sinislro latere „ il est parlé de la 
chapelle où les messes devaient être célébrées 
et de l'autel qu'on y allait bientôt ériger et 
dont les matériaux étaient prêts: " locum in 
„ quo missa dicte capellanie celcbrabitur vidimus 
j, promptum et aptum^ sed altare nondam est pa- 
j, ratumy tamen maferia ipsius altaris paiera est, 
„ et ex ipsa, dictum altare cita erit paratwn (I) „ ; 
de cette indication, il nous est permis de 
conclure que leglise était presqu'entièrement 
achevée à cette époque, et en effet, dans une 
autre charte du 8 Octobre 1304, il est fait mention 
de la chapelle dédiée à S* Laurent, au côté droit 
de l'égUse (2), au même endroit où elle nous 
apparaît dans tous les documents postérieurs (3). 

De tout ce qui précède, il résulte clairement 
que l'église actuelle de S'-Sauveur (hormis la 
partie antérieure et les chapelles apsidales) loin 
d'appartenir à la reconstruction après l'incendie 
de 1116, ne fut bâtie que dans le dernier quart 
du xm® siècle: commencée probablement vers 
1290 et entièrement achevée vers 1300. 

Ce fait constaté apportera bien des modifica- 
tions à l'histoire archéologique de l'église Notre- 



(!) Carlulaire de la calhé.lrale, <?crit sur papier vers le milieu 
iJ u XIV» siccie, f^ 84 v» et 85 v. 

(2) Ibidem, f» 83 r». 

(3) V. noire ouvrage préciló sur ia calhédraic, pp. 202, 236 el 237. 



62 
Dame à Bruges, dont on a jusquici attribué 
le chœur et les nefs à TintervaUe de 1180 — 
1186, tandis qu'on y retrouve la plupart des 
détails qui se rencontrent dans les parties an- 
ciennes de la cathédrale. 

Il est à espérer que le dépouillement progres- 
sif des archives de la ville et de la province 
permettra bientôt de fixer la date exacte de la 
construction du magnifique chœur de S* Sau- 
veur, et nous révélera probablement les noms 
des artistes qui y ont travaillé, et qui, nous 
n'en doutons pas, appartiennent tous à notre 
ville natale. 



Ch" Veksoheldb. 



()S 



UN ANCIEN ADAGE FLAMAND. 



L'adage , — on l'a répété souvent , est la sa- 
gesse des nations. 

Mais soit que cette sagesse ait subi des im- 
pulsions de la diversité des temps , soit qu'elle 
ait dû se plier au génie des peuples, il serait 
difficile de trouver dans ses prescriptions com- 
munes un code uniforme. 

Nous abandonnons volontiers l'explication de 
ce fait aux philosophes discutant encore l'iden- 
tité des contraires. 

Car comme l'a dit spirituellement Ch. Nodier : 
" Rien ne prouve mieux le vague et la vanité 
de la raison humaine que l'antagonie des pro- 
verbes; il n'y en a pas un qui n'ait son con- 
traire. „ — 

Notre Flandre n'a pas été moins riche que 
les autres pays en adages. Les uns se posent 
en maximes sentencieuses, aspirant à Timmuta- 



64 
bilité de la vérité même et se dressant fière- 
ment du haut de leur forme abstraite. Les autres 
ont saisi l'homme par le côté positif et réel de 
la vie, et emprunté la langue de Cats pour 
.frapper l'imagination du vulgaire. D'autres enfin, 
poussant plus loin ^ l'ingéniosité, „ ont pris la 
tournure de la charade, et sous la couleur d'un 
récit ou dlune question, laissent deviner le sens 
caché de leur mystérieuse enveloppe. 

Ces derniers, on les redit de nos jours aux 
enfants, par habitude, ou pour exercer leur 
jeune intelligence; — et si quelque indiscret 
s'avisait à son tour de nous en demander la 
signification profonde, historique ou morale, je 
ne sais si le silence ne tiendrait pas lieu de 
réponse plausible... 

Ceci m'est revenu plus d'une fois lorsque j'en- 
tendais les parents ou les bonnes réciter aux 
bambins les vers suivants: 

Eik potjek lag op den bank, 
Eik potjek viel van den bank. 
Er is geen meester in geheel Brabant 
Die Eik potjek genezen kan (1). 

" Eik Potjek „ — quel nom barbare ! et qu'est- 
ce à dire?.... Possédons-nous dans nos dialectes 
du Nord xm radical et une terminaison de ce 



(1) Parfois on remplace Eik Potjek par EnU Patinte{i). 

{"2) Dans les environs d'Ypres on dit, en imitant la marche du boiteux: 
Eik Poijik, zyn moeder en ik, et quelquefois: de duivel en ik. (Note de 
la rédaclion.) 



65 
genre, auxquels on puisse rattacher ce vocable 
étrange? 

L'étymologie est une belle chose , qui se prête 
admirablement au gré de l'érudition la plus va- 
gabonde ; — et sous ce rapport , elle a plus d'un 
point d'afiBnité avec la statistique. Cependant de 
ce que leur développement a marché à grands 
pas dans ce . siècle , on aurait tort de rendre 
la science moderne solidaire de leurs abus. 

Folquin, l'annaliste de la célèbre abbaye de 
Sithiu, à Saint-Omer, et qui, selon M. Gué- 
rard (1), écrivait vers l'an 950 de notre ère, 
avait déjà trouvé l'étymologie curieuse du nom 
de saint Bertin, patron et fondateur de ladite 
abbaye; et il l'expose en ces termes: 

• B enim prima ipsius vocabuli ponitur littera , 
eo quod ad ipsa semper bonus extiterat infan- 
tia. ER similiter sillaba sequitur, quse datur 
intelligi hereditarii significatie tota; mutataque 
ti in na sillaba adhuc una, ab eo quod natns, 
ut ita conglonurati subinferatus ipse bonus 
hères nobis natus, et a Domino Deo, suis féli- 
citer exigentibus meritis, in sœcula datus, unde 
pro nostris facinoribus intercessor quotidie con- 
sistit prsecipuus (2). 

* Le B est la première lettre de son nom, 
parce qu'il fut bon dès sa tendre jeunesse. La 



(1) Carlulaire de Vabbayt de Saint-Bertin , publié par M. Guérard, 
membre de rinstilut de France; Paris, 1840, un vol. in-4», pré- 
face, p. 2. 

P) CartuL précité, Folquiki lib. I, pars prima, c. 1, p. 16. 



syllabe ER qui suit, présente le sens complet 
d'un héritage; en changeant ti en na dans la 
même syllabe, on obtient né {tiatus); et par 
le rapprochement, qu'un bon héritier nous est 
né, et nous a été donné par Dieu au ciel où, 
en vertu de ses mérites, il est constitué Tin- 
tercesseur influent et quotidien pour obtenir la 
grâce de nos méfaits. „ 

Sans avoir la perspicacité de Folquin, je ne 
hasarderai rien de cette espèce au sujet de no- 
tre adage; et le lecteur me permetixa d'invo- 
quer plutôt l'autorité du docteur A. Hoefer, 
qui a cherché, dans un charmant article de 
la Germania (1), à en donner la solution. 

n existe, dit-il, en bas allemand une petite 
strophe qu'on cite en guise d'énigme et qui 
est ainsi conçue: 

Eote Potente sat up de benk, 

Eote Potente fèl von de benk: 

Do kêmen de herren von Akel Dorschâkel , 

Wnirn Ente Potente wedder hèle mâken. 

Avec quelques variantes qui n'ôtent ou n'a- 
joutent rien à sa signification (comme lack, 
lêg pour sat, et kunnn nich pour wxilFn), ce 
proverbe se récite encore dans la nouvelle Po- 
méranie et les contrées limitrophes. On donne 
pour le mot de la charade un œuf qui tombe 
et casse; mais il en est peu qui s'en rendent 



(1) ffeues Jahrbuch fur deuUche Sprache und Aller thumshunde , 
Berlin, 1843, Band. v. 18 s. 252 ff.; 19 s. ff. 



67 
raison. Ente Potente ou Pdente et Àkd Dorschà- 
kil sont regardés comme une répétition vide 
de sens ou une redondance poétique qui a fait 
du dernier mot une pure cheville. Et ainsi notre 
ignorance méconnaît jusqu'au langage des an- 
cêtres!.... 

L'induction mettra peut-être sur la trace du 
sens originel. Comparons d'abord une • énigme 
anglaise tout-à-fait analogue, que J.-O. Halliwdl 
a publiée dans son recueil des Niirsenj-Rhy- 
mes, p. 92. 

(an ego.) 

Humpty Dumpty sate on a wall, 

Hampty Dumpty had a great fall ; 

Three score men and three score more, 

Cannot place Humpty Dumpty as he was before. 

Ce qu'on traduit ainsi: 

H. D. sass auf einer mauer, 

H. D. fiel von der maner. 

Drei stiege mann nnd drei stiege mehr 

Kônnen H. D. nicht setzen wie yorher. 

L'analogie des deux versions est complète. 
Voici l'explication: 

Po^iente est Pût^ente ou Put-hahnken, Put- 
höhnken etc., et signifie la jeune volaille, le 
poulet. Ente Potente, pour produit du poulet, 
marquerait Toeuf par une image qu'on ne peut 
accuser de ne pas être bien appropriée. 

Die henen von Akel sont bien les coqs ou 
les canetons, qui s'appellent en bas allemand 



68 
Arpcl; mais la différence d\4kel fixerait le sens 
en faveur des coqs. 

Dorschàkd rime avec Akd^ mais non avec 
mâkcn. Le vers brisé indiquerait donc une cor- 
ruption qui a tout au moins rompu Tharmonie 
de la rime. Aussi le rapprochement de la strophe 
anglaise suggère l'idée de trouver dans le mot 
Dorscliàkel, le nombre " Drei schock „ ou trois 
soixantaines; three score ne fait encore qu'un 
schock. La forme même s'y prête: dor pour di^c, 
drcî, s'accepte volontiers dans les composés; 
exemple dort tig pour drcissig. Schock . au con- 
traire reste invariable et n'a pas de pluriel. On 
doit l'admettre avec d'autant plus de raison, 
que la substitution de l'a à Yo dans les sylla- 
bes ouvertes n'est pas rare en bas allemand; 
ainsi kàkci% pour koeken. Le texte primitif aurait 
été dré schàke. Alors konnten nich de la dernière 
ligne s'adaptait fort bien ici: ils ne pouvaient 
le remettre à neuf, si même ils s'étaient assem- 
blés en nombre. 

Les naturalistes ont observé que le coq et la 
poule, mis en présence des débris de l'œuf, 
font éclater leur inquiétude par un mouvement 
précipité et des cris plaintifs: — la fin de no- 
tre adage y fait-elle quelque allusion? En tous 
cas, elle nous semble plus belle que la rime 
anglaise, three score men etc., qui ne s'applique 
qu'à l'industrie humaine.... 

Si la comparaison avec l'anglais a projeté 
quelque clarté sur notre texte, le flamand, le 



69 
bas et le plat allemand, à leur tour, rendent 
des services réciproques. Un seul exemple. 

Dans l'ouvrage cité, p. 84, on lit: 

Seek a thing, give a thing, 
The old man's goldrmg; 
Lie butt, lie ben (sic) 
Lie amoDg the dead men. 

On peut hardiment traduire cette dernière 
phrase ainsi: " Liège inven, liège atissen, wo die 
todlen hausenj „ puisque but et ben ne sont 
autres que buien et binnen du bas allemand; 
ces mots ont disparu de Tanglais moderne et 
ne se trouvent que' dans les dialectes éloignés 
de FËcosse. Témoin ce passage de Rob. Bums: 

Blithe, blithe and merry was she, 
Blithe was she bat and ben , etc. 

Et le glossaire le traduit par ^ Kitchen and 
parhur „ Mais on peut comparer le substantif 
moderne bin avec ben, quoique Richardson le 
dérive de to bind: " Any thing that enclores or * 
confines; „ et de plus but^ bult, n'a rien de 
commun avec la particule but, et signifie dehors , 
huten, aiisser: " I see nobody but himj the last 
but one, etc. — Ik zie niemand buten hem; de 
laetste buten eene, etc. „ 

L'œuf au reste, — pour en revenir à notre 
^^g^j — a fait souvent l'objet de l'énigme, 



70 
même en latin. Ainsi on lit dans le Mortes 
Ànzeiger: 

Ad ma promendum mater gallina laborat, 
Vm natetnr in û, me canJida lana décorai. 

En bas allemand, Tœuf s'y présente dans son 
. sens naturel: 

*S is e grosser dam (dom). 
Der bat e gelbe blam; 
Wes die gelbe blam will hân, 
Der muss den ganze dnm zerschlân. 

Ou plus souvent dans un sens figuratif. C'est 
un tonneau sans cercle ni bande, qui tombe 
et se brise, et que nul tonnelier ne peut plus 
remettre en état. De là ces dictons: 

Welches Fass bat keinen spanden? -~ 

Es tâlU van der treppe and kann's kein binder mehr binden. — 

*Sisch e fâssle fest gebunne, 

'S isch noch nett zam kiefer kamme , 

Und doch zweierlei wein darin. — 

Et cet autre proverbe bas allemand rapporté 
encore dans le Mones Anzeiger: 

Es liegt etwas aaf der bank, 
Wenns heranter fâllt, ist 's krank. 

Et cette variante annotée par Firmenkh, 
Fölkerst,, r7,. p. 271 a: 

Rantzelpantzelken ap der bank« 
Rautzelpantzelken unner der bank, 
Ess nen doctor in Engelland, 
De Rantzelpantzelken karearen kann: 
Roe mol, was ess dat? 



71 

Remarquez le nom Runfzelpuntzelken synonime 
de rœuf, — " ronde, Kcht vallende {pinizehide?),,^ 
et cette mention du docteur anglais qui se lie 
peut-être au Humpty Dumpty. — Tout cela in- 
diquerait-il une origine saxonne? 

Enfin le Ëik Potjek reparait avec une légère 
nuance dans la stance recueillie par fFolf^ IFo- 
donna. H, p. 219: 

lete patiete in d'hagen, 
lete patiete uit d'hagen» 
Als ge iete patiete pakt, 
lete patiete bjt. 

Ces solutions sont-elles satisfaisantes? Et au- 
delà du sens étymologique ne faudrait-il pas 
rechercher dans ces vieux adages un sens plus 
élevé, politique, social ou religieux? 

La liberté de la presse n'existait pas à la 
vérité; — mais la pensée humaine ne peut être 
si comprimée que malgré toutes les entraves 
elle ne parvienne à se faire jour. 

Nos pères ont traversé bien de rudes épreu- 
ves; la souffrance fut le prix de leur servitude 
à la glèbe. — Or, l'âme ployée ainsi sous le 
joug peut-elle rester muette?.,.. Pour cette lyre 
que la passion fait vibrer, le silence dans la 
douleur c'est la mort.... 

De là, dans les temps difficiles, périlleux, 
la pensée poursuivie, traquée, se voile sous 
l'anonyme de la fable, de la chanson, de l'al- 
légorie; — quy aurait-il d'étonnant qu'on eût 
adopté la charade?... 



72 
VEik Potjek désignerait alors — ou la tyran- 
nie, qui une fois jetée à bas par le peuple, ne 
peut plus reprendre impunément son détesta- 
ble empire; — ou le vice qui par sa souillure 
indélébile brise le cœur de Thomme et Ten- 
traine dans une chute irréparable... 



G. 



73 



UN PRIVILEGE 



CORPORATION DES BOUCHERS 



33K ÜIXMIJÜK. 



Parmi les éléments constitutifs de la commune 
au moyen-âge, il en est un dont personne, au- 
jourd'hui, ne conteste l'importance ni le rôle 
remarquable qu'il fut appelé à jouer dans les 
manifestations de la vie politique et civile: nous 
voulons parler des corporations, si jalouses de 
leurs privilèges, si ardentes dans les luttes qu'el- 
les soutinrent pour les conquérir ou pour les 
défendre. 

Partout où des corps de métiers se formè- 
rent, les princes et les seigneurs, soit spontané- 
ment, soit qu'ils y fussent obligés par les cir- 
constances, gratifièrent ces corps d'immunités 
et de franchises. 

Les documents qui les concernent offrent, pour 
l'histoire locale , un véritable intérêt. Ces titres , 

II. 6 



74 

sur lesquels reposait jadis l'existence, et qui 
aujourd'hui nous font connaître et apprécier la 
valeur de ces institutions, méritent, pour plu- 
sieurs motifs, d'être exhumés de la poussière. 

Nous avons sous les yeux un privilège accordé 
à la corporation des bouchers de Dixmude, le 
2 juillet 1392, par Thierry de Beveren (I), 
seigneur de cette ville; il n'est toutefois que la 
confirmation , — très-circonstanciée, il est vrai — 
d'une charte antérieure , due au père de Thierry. 
Il est précieux en ce sens, qu'il détermine, 
d'une manière bien établie, certains droits de 
l'antique corporation qui occupait la première 
place parmi les métiers de Dixmude. Nous croy- 
ons, de plus que les pièces que nous publions 
sont les seules qui aient paru sur cette cor- 
poration. 

Deux nouvelles confirmations furent successi- 
vement ajoutées à la charte que nous venons 
d'indiquer : la première , émanant de Jean Alaerts , 
dit Perceval, et de Marguerite vander Beerst, 
dame héritière de Dixmude, sa compagne (II), 
porte la date du 18 février 1435 (1436 n. s.); 
la seconde fut accordée, le 8 décembre 1462, 
par Roland (III), seigneur de Dixmude et de 
Baleghem, conseiller et chambellan du duc de 
Bourgogne Philippe-le-Bon. 

Les trois documents qui font l'objet de cette 
notice , reposent aux Archives du royaume , parmi 
les mélanges du grand conseil de Malines , et pro- 
viennent, sans doute, de quelque procès jugé 



76 
en première instance au conseil de Flandre , et 
frappé d'appel devant cette cour souveraine. 

Le lecteur en trouvera plus loin la transcrip- 
tion; dans Tentretemps il ne sera pas inutile 
d'exposer la nature des droits conférés et les 
circonstances qui amenèrent leur octroi. 

Au temps de Henri de Beveren , père de Thierry, 
les bouchers s'étaient plaints des injustices com- 
mises à leur égard, et cela malgré les heures 
qu'ils tenaient du magistrat. Les réclamations 
portaient sur ce que des bourgeois de Dixmude, 
étrangers à la corporation , s'avisaient de débiter 
des viandes. 

Henri accueillit favorablement la requête; il 
prit l'avis du magistrat et décida qu'aucun bour- 
geois ne pourrait désormais vendre des viandes , 
ni même en exposer en vente, ailleurs qu'à la 
boucherie, sauf aux jours de la Noël, suivant 
la coutume ancienne, dans toute l'étendue de 
la juridiction de son bailli ; il punit de la con- 
fiscation et de cinquante-neuf escalins parisis 
d'amende, toute viande achetée hors de la ville 
et introduite par des bourgeois : chaque boucher 
jouissait à cet effet du droit de poursuivre et 
d'assigner le contrevenant devant le bailli et le 
magistrat, où il était cru sur serment. 

Touchant les viandes dites soufflées^ il exis- 
tait certaines heures qui, au dire des bouchers, 
étaient préjudiciables à la corporation. Le seigneur 
les rapporta et permit à nos bouchers d'abattre 
et de dépecer, à l'instar de ce qui se pratiquait 



76 

dans d'autres bonnes villes, les affranchissant, 
en même temps, du contrôle et de l'expertise, 
exercés auparavant sur lesdites viandes soufflées ^ 
par le bailli et le magistrat, le bailli des vic- 
tuailles et ses assistants. 

La charte nous apprend aussi que, à la de- 
mande du seigneur, les bouchers avaient ac- 
cueilli parmi eux, un certain Guillaume van 
Volmerbeke. En reconnaissance de cette admis- 
sion ils furent autorisés à prélever une livre 
de gros, au profit de la corporation, sur chaque 
apprenti, au bout de deux ans, et avant sa 
réception comme franc-boucher; à poursuivre 
et à faire emprisonner ceux qui négligeaient 
d'acquitter le loyer de leur étal et autres frais 
accoutumés. 

En vertu de cette dernière disposition, il fut 
enjoint au bailli de Dixmude de faire à la ré- 
quisition du métier, la poursuite des amendes, 
et le seigneur s'engagea de son côté à ne plus 
insister pour l'admission de nouveaux protégés 
dans la corporation. 

Telle est la portée du privilège accordé par 
le seigneur de Dixmude, confirmé par ses suc- 
cesseurs et maintenu, selon toute probabilité, 
jusqu'à l'époque où la Révolution vint renver- 
ser toutes nos institutions anciennes. 

LÉOPOLD VAN HOLLEBEKE. 



77 



2 juiUet 1392. 

Wy, Diederyc van Bevre, here van Dixmude, doen ie 
wetene allen lieden, dat ute dien dat vor ons comeu sjn 
onse goede lieden van den vleeschambochte , bin onser stede 
van Dixmnde, ons toghende ende claghende H^rote onrecht 
dat hem ghedaen heift ghesyn , in tiden verleden , boven den 
besegheltheden vortytz bider wet hemlieden ghegheven , cnde 
dat was dat enighe porters van Dixmude, die ghene vlees* 
chanwers waren, noch 'tambocht neit ne leerden, also eeri 
vleeschaawer sculdich was te leerne, vleesch vercochten 
binder stede van Dixmude: 't welke was in prejudicien van 
den goeden kneren binder stede van ouden tiden ghcor- 
dineert, dan of dat sy remedie sochten, an onsen lieven 
gheminden here ende vader, daer God de ziele of hebben 
moete^ de welke aie 't blyct bi sinen openen lettren, bi 
rade van der wet van Dixmude , doe was , hemlieden con- 
senteerde dat gheen porter ne mee , uter voort an , vleesch 
soude moghen te venten stellen noch vercopen binder bail- 
gie van Dixmnde, sonder in vleeschuus vander vors. stede, 
of het ne ware te Drien Natalen (1), also men ghecostu- 
meert heift te doene van ouden tiden; ende voort so con- 
senteerde hi dat ne gheen porter mach gaen copen vleesch 
buter stede ende dat inwaert bringhen; ende de gone die 
Heen of H ander dade dat ware up ene boete van neghene 
ende vichtich scellinghen parisis, t'elkerwaerf dat men 
't bevonde ende t'elken 't vleesch verbuert ; ende hier of 
maecte hi eiken vleeschaoweren moghende te calengierne 



(«) Te Drien Kerstdagen. 



78 

ende vor den bailliu cnde vor de wet te bringlieDe, ende 
dat eic vletschauwere dan of ghelooft soude wesen bi sinen 
ede. Ende vort, ute dien dat enighe kueren ghemaect wa- 
ren, in tiden verleden, up vleesche dat men heet ghebtasen, 
de welke koeren hem niet profiteljc ne dochten, so con- 
senteerde hi hemlieden vleesch te slane ende te haawene, 
also men doet in andren goeden steden, sonder enighe 
i/^arderinghe te doene np gheblasen vleesch; ende die kue- 
ren die wederriep hi ende deid se te nieute, te eweliken 
daghen , ende verboot sinen bailliu van Dixmude ende sine 
wet, sinen bailliu vander vitaelge ende sinen ghesellen 
ende allen andren, dut si ghene maninghe ne warderinghe 
der up doen souden ; ende voort , omme de vrienscap die 
sy hem daden , in dat si Willeme van Volmerbeke syn am- 
bocht consenteerden ende gaven, te sinen versoeke, so 
consenteerde hi hemlieden dat si , van eiken man , die stoet 
in syn leerstal van tween jaren , ende voort *t ambocht 
leren soude met enen vryen vleeschouwer, binder stede 
van Dixmude, souden moghen ontfanghen een pond grote, 
van den ambochte, eer si loten sullen, ter helpe van 'sam- 
bociitz coaten ; ende vort , so gaf hi hemlieden den vuile macht 
ende auctoriteit up eiken vleeschouwer .te innene dat si 
fachter soudon syn van stalhueren ende van *s ambochts 
costc-n, heerlike met vanghenessen sonder yet daer an te 
verbuerne, ende beval sinen bailliu van Dixmude scaerpe 
inniiighe te doene van den zaken voors. ende van den 
boeten tallen tiden als hy's soude wesen versocht, ende be- 
lovede nemmerme bede te doene, omme yieme in*t ambocht 
te bringhene. De welke vors. ordinanchen ende pointen vor- 
screven van worde te worde, van pointe te pointe, wy 
onsen vors. goeden lieden van den vleeschambochte , bi rade 
van onser wet , confirmeren , lauderen ende approberen over 
ons ende onse naercommers, te eweliken daghen, ende be- 
loven hemlieden , bi onser trauwe ende bi onser ere , nem- 
merme daer tieghen te gane noch te doene in ne gheenre 
manieren; bevelende allen onsen officiers, ende eiken son- 



79 

derlinghe , dese ordluaachen vors. te hoadene ende niet daer 
tïeghen te gane noch te doene , np al dat sy houdende sjn 
van ons , sonder eenighe fraade of malengien ; in orconsce- 
pen van onsen zegle , ghehanghen an deze lettren. 

Ghemaect in *t jaer Ons Heeren M CGC tneghentich ende 
twee, üp den tweeden dach van hoymaend. 

Original sur parchemin; sceau endom- 
magé eo cire rouge de Thierry de 
Beveren, sire de Diimude, pondanlà 
simple queue de parchemin. 



II. 



18 février 1435 (1436 n. s.) 

Wj,Jan Alarts, gheseit Percheval, heere van Dîxmude , 
ende Margriete vander Berst zine gheselnede, erfachteghc 
vrrmwe van Dixmude, doen te wetene allen lieden dat wj 
hebben gheconfirmeert , gheapprobeert , ghelooft, dankelyc 
ghehad ende van werden ghehouden « houden van werden , 
hebben danckelyc, loven, approberen ende confirmeren, bi 
desen lettren, alle de vryheden, pointen ende articlen die 
onze voerders, heeren van Dixmude , ghegheven ende ghecon- 
senteert hebben den goeden lieden van den vleeschambochte 
van onzer voors. stede van Dixmude, bi haren brieven, 
dner dewelke dese ome lettren ghesteken zyn, onder onze 
zeighelen , ende elc point zonderlinghe , ghelike ende inder 
manieren of die alle , ende elc point bizondre , hier in deze 
onze lettren , bi goeden verclaersse verhaelt ende ghescreven 
stonden. Belovende, over ons ende over onze naercommers, 
heeren ende vrauwen van Dixmude, hemlieden ende haer- 



80 

lieden naercomers daerof paisivelike te doene ende te laten 
ghebrukene, naer den inhoudene ende Yerclaersse van den 
voors. brieven, an dewelke dese onze lettren van confir- 
matien anhanghen ende dnersteken zyn , zpnder fraude ; in 
oorconden van desen lettren , beseigheit met onzen zeighelen 
uuthanghende. 

Ghegheven upten xviii dach van spoorde, in *t jaer daust 
vicrhondert vive ende dertich. 

Original sur parchemin, muni des sceaux 
en cire rouge du sire et de la dame de 
Dixmude , appendus ^ double queue de 
parchemin. 



III. 



8 décembre 1462. 

Wy, Roeland, heere van Dixmude ende van Balegheem, 
ruddre, raed ende camerlinc mins ghedachts heeren s'her- 
toghen van fiourgoingnen , grave van Ylaendren , etc. Doen 
te wetene allen teghewordighe ende toe te commene , omme 
dat , naer t'overlyden van wylen was onser liever ende ver- 
minder joncvranwe moeder Margriete vander Berst, erfacb- 
teghe vrauwe van Dixmude , wiens ziele God ghenadich zy, 
de heerlicheyt ende baronnie van Dixmude ende datter an- 
cleift , ons toecommen zyn ende verschenen , als eenich zone 
ende hoir van heur bli vende ; hebbende consideracie ten goeden 
ende danckeliken dienste die de goede lieden vanden vleesch- 
ambochte van onser stede van Dixmude hebben ghedaen 
onzen voerders, heeren ende vrauwen van Dixmude, ende 
ons , ende hopen dat zy doen zullen in toecommenden tiden , 



81 

er bede ende nerenste yervolghe van hemlieden de ghifte, 
ordonnancie ende vryheden , ghegheven onsen voors. goeden 
lieden van den vleeschambochte , by onzen voorders, heeren 
ende vranwen van Dixmude, inder manieren dat zj die 
gheuseirt hebben , nseren moghen ende redelyc useren zullen , 
wj die hadden ende hebben over danckelyc ende van weer- 
den, approberen, con&rmeren ende verstercken, uut onser 
aoctoriteit ende gracie speciale , beloven ter goeder trauwe , 
by desen onzen presenten lettren , over ons ende onze naer- 
commers, heeren ende vrauwen van Dixmude, hemlieden ende 
hnere naercommers van den voors. ambochte de zelve te 
hondene ende te doen hondene ghednerich, danckelyc ende 
te hebbene van weerden, ghelyc dat se hier ghescreven 
waren, van woorde te woorde^ daer t'jeghen niet te commene 
noch te doen commene , in eenigher wys, cesserende fraude 
ende bedriech , ende ooc de vryheden pointen ende ghiften , 
begrepen inde lettren van onsen voorders, duer de welke 
dese onze lettren ghesteken zyn ; ende omme dat al ditte 
wesen ende bliven zal ghestadich ende wel ghehouden, tal- 
len daghen , hebben hier an ghedaen hanghen onzen zeghe- 
le, behouden in al onse rechte ende elcx anders. 

Ghegheven np ten achtsten dach van décembre , in*t jaer 
Ons Heeren dunst vierehondert twee ende t'zestich. 

Original sur parchemin , sceau de Roland , 
sire de Dixmude, en cire rouge, appendu 
à double queue de parchemin. 



82 



L'ABBAYE 



DE 



NONNEiSlBOSSCHE. 



Dans le remarquable travail de M' Léopold 
van HoUebeke sur l'Abbaye de Nonnenbossche (1), 
il est question des rapports entre cette abbaye 
et celle de Zonnebeke, rapports qui ne sont 
pas toujours empreints du caractère de cor- 
diale entente. Déjà dès " Tan 1200 , survint 
entre l'abbesse de Nonnenbossche et Fumald, 
abbé de Zonnebeke, un différend au sujet des 
dîmes dont les religieuses lui étaient redevables 
du chef de terres incultes " wastine „ situées 
sous sa juridiction et qu'elles avaient livrées à 
la culture. L'évêque de Therouanne, Lambert, 
intervint en quahté d'arbitre. Il prononça que, 
chaque année, au jour de l'Assomption, l'abbesse 



(1) L'abbaye de Nonnenbossche, de Vordre de Saint-Benoit, près 
d^Ypres (1101—1796), suivi du cartulaire de cette maison. Bruges, 
in-4«, publié par noire société en 1865. 



83 
da Bois fournirait aux chanoines de Zonnebeke 
un cierge du poids d'une livre , et que , moyennant 
cette redevance, elle serait libre de toute dîme, 
tant pour les terres arables que pour celles où 
n'avait point encore passé la charrue. Si cepen- 
dant les religieuses de Nonnenbossche acqué- 
raient dans l'avenir des biens fonds gisant dans 
la circonscription du village de Zonnebeke, elles 
en payeraient la dîme à l'abbé (1). „ La sen- 
tence arbitrale de Lambert est publiée dans le 
cartulaire sous le numéro xvn, tandisque le nu- 
méro xvm contient le chirographe de Fumald, 
abbé de Zonnebeke, donné à l'abbesse de Non- 
nenbossche. Les archives de Zonnebeke ont ren- 
fermé ou possèdent encore (2) le chirographe 
de l'abbesse de Nonnenbossche, car, d'après la 
décision de Lambert, il devait y avoir échange 
de pièces. ^ Decemimus etiam — dit Lambert, — 
ad majorem cautelam et firmitatem, quod eccle- 
sia de Boscho abbatis et capituli de Sinnebeca 
scriptum habebit autenticum, et ecclesia de Sin- 
nebeca abbatisse scriptum et capituli ejus (3). „ 
Le chirographe de l'abbesse est presque entiè- 
rement semblable à celui de l'abbé de Zonnebeke. 
Nous l'avons extrait d'un cartulaire de cette 



(1) Op. cit. pp. 18 et 19. 

(2) Les archives de Tabbaye de Zonnebeke, déposées au sémi- 
naire de Bruges, sont sur le point d*être dépouillées et classées 
par les soins de quelques Jeunes amis de la paléographie chré- 
tienne, élèves du môme séminaire. 

(3) L'abbaye de Nonnenbossche ^ p. 76. 



84' 



abbaye, où il est inscrit sous le numéro 122. 
Quoique la différence entre les deux textes soit 
à peu près nulle , il ne sera peut-être pas inutile 
de le reproduire ici. 



I. 



De cereo unius librœ quem Abbatissa de Bosco 
debet annuatim Eeolesiœ nostrœ oWerre etc. 

Ego A. Dei gratia abbatissa de Bosco et capitolum notum 
fieri volumus tam faturis quam praesentibus quod cum mota 
esset questio inter nos et abbatem de Sinnebeke super so- 
lutione decimarum terrse quse de Wastina arabilis facta 
erat aaditis bine inde partibus: consilio Domini Morinen- 
sis ex toto nos supposuimus ratum babitari quidquid su- 
per hoc decerneret. Gompositioni igitur super hoc a Domino 
Ëpiscopo A. factse assensum prsebuimus et in perpetuum 
prsebemus uti in autentico suo, quod pênes nos habetur, 
continetur. Videlicet quod ecclesia nostra Sinnebeckensis ha- 
bebit annuatim cereum unius libra: in Assumptione B. Marise de 
eo quod nobis donavit Ëpiscopus de suo proprio. Ecclesia 
autem de Boscho permanebit libéra ab omnî decimatione de 
terra quam habet in prœsentiarum culta sive colenda , ara- 
bili sive Wastina. Wastinam vero si libnerit in terram 
arabilem redigere abbatissœ licebit. Si autem de novo terram 
acquisiverit infra termines parochiee de Sinnebeke inde nobis 
decimam ex debito persolvet. Volentes igitur assensum nos- 
trnm super hoc universis Ecclesiae filiis certificari cyrographum 
conscribi fecimus quod sigilli nostri appensione confirmamus. 
Insuper Ëpiscopus Morinensis omnes illos excommunicavit qui 
compositionem prsefatam infringere prsesumpserint. Actum 
Ypris in Sanctorum Gervasii et Prothasii anno Domini 1200. 

(GaRTULAHIUM S1NNEBECEN3K, C. 1^3). 



85 
Qu'il me soit permis d'ajouter certadns ren- 
seignements tirés également du cartulaire de 
Zonnebeke et dont je n'ai trouvé aucune mention 
dans l'ouvrage de M»* Van HoUebeke. En 1216, 
les abbayes de Zonnebeke et de Nonnenbossche 
reçurent, ainsique celles de Wameton, de Merck- 
hem et de Ravensberge , chacune une mesure de 
terre de Guillaume Schanin, bourgeois d'Ypres, 
et d'Agnès, son épouse. La donation que nous 
publions ici, est extraite du même cartulaire de 
Zonnebeke, où elle est inscrite sous le numéro 72. 

U. 

De mensura terrœ nostrœ spud Ypras. 

Universis Christi fidelîbus tam faturis quam praBsentibus 
nos F. et G. de Sinnebeke et de Waroeston abbates et 
L. Sanctœ Marise de Bosco jaxta Ypram et A. de Merchem 
et A. de Ravensberge, abbatissae notum fieri volumus qnod 
Willelmus Schavin , Borgesius de Ypra , et Agnes uxor sua , 
ob salutem animarum suarum ad anniversarium suum con- 
tulernnt ecclesîis nostris in param et perpetuam eieemosy- 
nam qninque mensuras terrœ jacentes supra stratam de 
Gomines inter bekam de Sîllebeke et terram hospîtalis 
Sanctse Mariée in foro de Ypra, unicuique videlicet ecclesiae 
mensuram unam. Nos vero in recompensatiouem liberalitatis 
eorum de consensu conventuum nostrorum concessimus eisdem 
^illelmo et Agneti predictam terram sub annuo censu quin- 
que solidorum flandrensis monetse cuilibet ecclesiae duodecim 
denarios in Nativitate S. Johannis Baptistae solvendorum 
quamdiu vixerint possidendam. Ita videlicet quod altero eorum 
decedente, superstes , quam^iù vixerit, medietatem praedic- 
tae terras sab annuali censu trîginta denariorum sine aliqua 
contradictione possidebit, reliquam vero pariem ecclesiae 



86 

nostrœ liberaliter obtiDebunt. Qaod ne ab altera pariîam 
possit in postcrum infringi in rei testimonium dictis Willelmo 
et Agneti hoc scriptum sigillis nostris signatam concessimus 
habendum. 
Actum anno Domiui 1316 mensi Âprili. 

(CaRTULARIUM SlNNEBECENSE, C. 72), 

L'abbaye de Nonnenbossche payait annuelle- 
ment à celle de Zonnebeke la moitié d'une dîme 
de cinq rasières et demie d'avoine; mais nous 
ignorons quand cette dime a pris naissance, 
parceque le cartulaire de Zonnebeke, où ce fait 
est également puisé, ne donne la pièce que par 
extrait et à titre de simple renseignement. Il 
est confondu avec beaucoup d'autres sous le 
numéro 108, qui porte ce titre: " In Hbro an- 
tiquo hic subjungebantur hsec notabilia quse 
hoc cap. 108 comprehendimus ; „ et ce payement 
est mentionné en ces termes: 

" Dominus Henricus de Schiervelde dédit nobis 
apud Geluwe, juxta domum Goemans, supra 
singulis annis sexdecim bonaria terrœ, quinque 
raserias avenae et dimidiam annuatim. Abbatissa 
de Bosco solvit medietatem , et aliam medietatem 
solvunt homines loci illius.^ 

L'an 1272, les deux abbayes eurent de rechef 
recours à des arbitres pour aplanir un nouveau 
différend qui avait surgi entr'elles. Cette fois 
ce furent frère Michel , prieur des Dominicains à 
Ypres , les frères Jean, dit Halvetonghe , et Jean , 
dit Ghyme, tous deux du même ordre et du 
même couvent, et maître Lambert, dit Agnus. 



87 
Ils prononcèrent leur sentence arbitrale, à la- 
quelle souscrivirent l'abbé de Zonnebeke et 
Tabbesse de Nonnenbossche , le lundi après la 
Pentecôte de l'an 1272. Toutes les parties ont 
apposé leur sceau à Tacte; mais les frères Jean 
H^vetonge et Jean Ghyme ont déclaré s'être 
servis du sceau du prieur, parcequ'ils n'en avaient 
paa: "... et nos fratres predicti Johannes et 
Johannes, cum propria sigilla non habeamus, 
sigillo dicti prioris nostri utimur in hac parte... „ 
Cette sentence est publiée dans le cartulaire 
de Nonnenbossche , sous le N** LVI; celui de Zon- 
nebeke la renferme également sous le Numéro 25. 

A partir de cette époque, l'abbaye de Non- 
nenbossche n'apparaît plus dans le cartulaire 
de Zonnebeke; il paraît cependant impossible 
que deux abbayes, situées à si peu de distance 
l'une de l'autre, n'aient pas eu d'autres relations 
et de nouveaux procès. Le cartulaire que j'ai 
sous les yeux , porte la marque évidente , qu'en 
1705 de nouvelles difficultés ont surgi entre les 
deux abbayes, car il est écrit sur le titre: " Pro- 
duit à l'enquête du Révérend abbé de Zonnebeke, 
défendeur, contre la dame abbesse de Nonne- 
bossche, demanderesse. Le 28 Novembre 1705. „ 
Nous ignorons comment cette difficulté s'est 
applanie. 

Ces deux abbayes, si proches l'une de l'au- 
tre, fondées à une trentaine d'années d'inter- 
valle, après avoir eu leur temps de ferveur et 
leur temps de relâchement, ont eu une même 



88 
fin. Elles ont péri, dans la même tourmente 
révolutionnaire qui a englouti tant d'autres insti- 
tutions dont il ne nous est resté que des ruines, 
et des souvenirs qu'il importe de conserver. Le 
beau travail de M*" Van Hollebeke a fait revivre 
celui de l'abbaye de Nonnenbossche et M'' le Cha- 
noine Vande Putte nous promet depuis longtemps 
un travail analogue sur celle de Zonnebeke que 
nous attendons avec impatience; car, ce travail, 
intéressant pour tous les amis de l'histoire, le 
sera particulièrement pour nous , qui vivons non 
loin du lieu où fleurit cette ancienne et célèbre 
abbaye. 



A. Angillis. 



89 



LA 



VALLÉE DE L'ISEB. 



SES ÉGLISES. — SES OBJETS D'ABT. 



Llser, qui a sa source en France, traverse 
la Belgique depuis Rousbmgge, où il devient 
navigable, jusqu'à Nieuport; là il se jette dans 
la mer du Nord. La vallée qu'il traverse est 
des plus fertiles et, dès les temps les plus re- 
culés, elle a été habitée par les Morins et les 
Menapiens. Les documents les plus anciens dé- 
signent cette contrée sous le nom de Pagus 
hseretius. 

Dans ce Pagus se trouvait une localité, nom- 
mée Flelrinium, du nom d'un ruisseau Fldenia, 
qui fut canalisé dès le douzième siècle et changea 
plus tard son nom en celui Aq canal de Poperinghe. 

Le Fletnnium a donné son nom aux communes 

II, 7. 



9J 
de Wçst- et d'Oostvleteren , qui longtemps n en 
firent qu'une à elles deux. 

Les documents les plus anciens, qui men- 
tionnent ce que nous venons d'avancer, sont des 
chartes insérées dans le cartulaire de Sithiu, 
aussi nonmié , du nom de son auteur , Cartulaire 
de Folquin et édité dans la Col/eclion des car^ 
tulaires de France, par M. Guérard, membre 
de l'Institut, en 1840. 

n est dit dans le N** 50 du P livre de Fol- 
quin: Ehptio Naütaeu, abbatis, de Fleteinio, 

Domno vcnerahili in Chnsto Patri Nautharia, 
abbali de Sithiu, sive de cella quœ dicilur Hehrona, 
ubi Ehroinus prepositus esse videtur. Ego Herla- 
rius, venditor, per hanc epistolam venditionis con- 
stat me, non itnaginario jure, sed plenissima 
voluntate, vobis, vel monasterio vestro vendidisse 
et ità vendidi, tradtdisse et de presenti tradidi, 
hoc est mansum unum in loco nuncupante Fle^ 
tnnio, in Pago Isbebetio, et, inter tcn'am ara- 
bilem et prafum seu sylvam, habentem plus minus 
bunaria X. 

Cette charte fut donnée, en l'an 6 du règne 
de Charlemagne, c est-à-dire en 806. Les dix 
bonniers donnés par Herlarius , constituaient une 
exploitation de terres, de prés et de bois, dé- 
pendant d'une ferme (mausum). 

En 875 , un propriétaire du nom de Hrofridus , 
échange des vergers, des prés, des bois et des 
terres arables, situés à Crombeke, sur le ruis- 
seau Flefvrna. 



91 

Dans la charte, publiée sous le numéro 48 
du livre 2«, il est parlé de cet échange en ces 
termes: Etj è contra, in compensalioncm istarum 
rerum, dédit prœdktus vir Hrofridus prefato 
venerabili abbali^ ex proprietate sua, in loco nun- 
cupante Crumbeke, in pago Tarwanense , infra 
Mempiscum^ sîiper fluvium Fleteima, curtiles duos 
cum castitiis; et, intrà ipsos cxirtiles et pi^atum 
ac terram arabilem, bunaria 48; et de sylva 
bunaria 7 et jomalem unum et dimidium, una 
cum ipsorum locorum communiis, perviis legitimis 
et wadriscampis , etc. 

Ce passage prouve, qu'à une époque assez 
reculée, il existait, dans le Fletrimum, des ex- 
ploitations assez considérables et que la popu- 
lation de la contrée devait être en raison des 
exploitations. Les églises paroissiales furent éri- 
gées soit par les seigneurs , soit par les couvents 
auxquels étaient dévolues les dîmes. Poperinghe, 
les deux Vleteren, Reninghe, Crombeke, Pol- 
linckhove, Loo, Eessen, avaient des églises dès 
le neuvième siècle; le temps et les Vandales 
les ont détruites et il n'est pas rare de trouver 
dans celles qui les ont remplacées des vestiges 
et des restes de leurs devancières. 

La première paroisse qu'arrose l'Iser en dé- 
bouchant sur le sol belge est Habinghe, connue 
dès 899, sous le nom de Heringha. Le clocher 
de forme carrée, placé au centre de l'église, 
est roman; ses fenêtres en plein-cintre, placées 
à trois de front sur chaque côté , sont murées et 



9i 
surmontées chacune d'un créneau ; elles accusent 
une antiquité se reportant au moins au xi** siècle. 
La partie absidiale de l'édifice a été reconstruite 
après les dévastations des gueux au xvr siècle ; 
l'ensemble accuse cependant une vraie église chré- 
tienne des plus anciennes de notre Flandre. La 
partie antérieure, composée de trois nefs, et la tour 
sont construites en pierres ferrugineuses ; le tran- 
sept et le chœur sont bâtis en briques blanches. 

L'église de Watou, voisine de Haringhe, pré- 
sente, dans les pignons de la façade , des fenêtres 
à plein-cintre, murées et bâties en pierres fer- 
rugineuses. La partie antérieure de cet édifice, 
jusqu'à la tour , est plus ancienne que le chœur. 
Elle appartient évidemment au style ogival le 
plus ancien. La maçonnerie de la tour mesure 
vingt mètres d'élévation et dix-sept mètres de 
largeur sur chaque côté , elle est surmontée d'une 
flèche octogone en bois. Les colonnes cylin- 
driques de la maitresse-nef sont épaisses et peu 
élevées; les chapiteaux, à feuilles de choux datent 
du xin« siècle. La longueur totale de l'édifice 
est de 46 mètres (dedans œuvre). La largeur 
des trois nefs anciennes est de 22,60 mètres 
et les transepts mesurent mètres 23,10. 

Au côté nord du chœur gisent, dans une 
niche fermée par la boiserie, deux statues, en 
marbre blanc; elles ont chacune environ 1,70 
mètres de longueur. La niche, en plein-cintre, a 
un mètre de profondeur, 2,20 mètres de lar- 
geur et mètres 2,20 d'élévation. 



93 

Les statues représentent Messîre Charles d'I- 
deghem, chevalier, seigneur de Bousbeke, de 
Sainte- Alix, baron de Wiese, comte de Watou, 
fils de Jacques d'Ideghem et d'Agnès Ghyselin. 
H fut, en 1629, commissaire au renouvellement 
des lois en Flandre, grand-bailli de la ville et 
châtellenie dTpres et décéda le 15 Août 1630. 
Il avait épousé, le 11 Novembre 1612, Marie, 
dame de Cortewyle, Borst, Watou, fille d'Eus- 
tache , chevalier, capitaine et grand-bailli de 
la ville et châtellenie d'Audenaerde. Elle tré- 
passa en 1572. 

Le mari, en grand costume de chevalier, 
portant la tunique, armoriée de ses armes, a 
les pieds reposés sur un lion, la femme les 
repose sur un chien. Le fond du monument 
est en marbre noir. Sur le devant du mauso- 
lée étaient deux colonettes en marbre rouge 
de Dinant , dont les fragments sont conservés. 

Quand donc soustraira-t-on ce monument 
à une ruine totale? 

L'église de Watou possède une œuvre d'or- 
fèvrerie, en style renaissance, d.e la plus grande 
beauté. C'est un ostensoir en vermeil, partie 
fondu, partie ciselé. Il a 60 centimètres de 
hauteur. Le pied a six lobes; la tige, corres- 
pondant au pied, est hexagonale; le nœud est 
orné de gravures et de six quatrefeuilles cise- 
lés. La monstrance en cylindre est placée sous 
un dais, soutenu par deux contreforts, ornés 
de statuettes et de bustes et surmontée d'une 



9i 

figurine du Christ, placée sous un arc cou- 
ronné d'une croix. Cette pièce date du com- 
mencement du XVI® siècle. 

En sortant de l'église, au dernier pilier à 
gauche, est incrusté un bénitier en granit, dont 
l'orifice représente une demi-circonférence, le 
diamètre encastré dans le pilier. On lit sur le 
bord: Asperges me Domine hyssopo et plus bas: 
Chris tiaen Dhondt phr, 1568^ avec la légende: 
Godt ghceft hen bestaen. (Dieu les aide ! ) 

De Watou à Proven il y a une lieue de dis- 
tance. L'église de Peoveî< fut incendiée par 
accident, lors de la réouverture des églises, 
en 1802. 

Les fenêtres des bas-côtés ont perdu leur 
forme originale. Le chœur vient d'être recon- 
struit dans le style ogival pur; les fenêtres de 
l'abside sont ornées de vitraux, peints par 
M. Pluys de Malines, les stalles dans un style 
conforme à l'édifice, sont dues au ciseau de 
M. Van Biesbroek, sculpteur à Gand. 

La tour, assez semblable à celle de Watou, 
a perdu sa flèche. Dans l'intérieur on a placé, 
dans une vesica piscis, au haut de l'arc tri- 
omphal, sous la tour, le Christ en croix, qui 
fait le meilleur effet. 

On conserve à Proven un reliquaire très-ancien, 
en argent, de saint Sylvestre. 

Sur la rive gauche de l'Iser se trouve 
Beveren, avec sa grande église, ornée d'une 
tour de grande dimension, dont la flèche a 



95 
disparu (1). L'extérieur de cet édifice vient 
d'être restauré, et l'intérieur, entièrement lam- 
brissé en bois, avec nervures dorées, présente 
un aspect imposant. Les chapiteaux des colonnes 
cylindriques sont d'une exécution et d'une con- 
servation parfaites. 

L'église de Beveren fut construite au xv® siè- 
cle : conçue dans le style flamboyant de ce temps , 
elle peut être réputée comme une des belles 
églises rurales de la Flandre. Il est à regret- 
ter que des mains peu habiles lui aient donné 
tant de décors peu en harmonie avec le style 
de l'édifice. Le chœur vient d'être enrichi d'un 
autel et de stalles , dues au ciseau de Pickery , 
à Bruges, et Samuel Coucke, peintre-verrier 
de cette ville, a placé, il y a un an, trois 
verrières dans le fond de l'abside. La pièce la 
plus curieuse, conservée dans l'église de Beve- 
ren, est une statue de la sainte Vierge tenant 
l'enfant Jésus. Sculptée en bois de chêne et 
parfaitement poly chromée, cette vierge accuse 
un ciseau du xv® siècle, un pèlerinage bien 
suivi y a lieu en l'honneur de cette madone, 
qu'on dit miraculeuse. 

L'église de Ceombeke, est la mieux conser- 
vée de toutes ses voisines. Sauf les meneaux 
des fenêtres, qui ont subi quelques modifica- 



(1) L*églisc de Beveren, avec la tour, surmontée de sa flèche, 
est représentée, sur un petit drapeau , gravé au xvii« siècle 
par G. Du Ticit, graveur et peintre àYpres. Nous reproduisons 
celte gravure, usée, mais rare. 



96 

lions peu heureuses, le vaisseau est dans un 
état de conservation pure. La flèche pyrami- 
dale de la tour laisse peu d'espace entre le toit 
de l'église et les abat-sons. Sa forme accuse 
une construction plus ancienne que le reste de 
l'édifice. La sacristie, malgré sa petitesse, a un 
cachet tout particulier. Elle n'ofiusque aucune- 
ment l'église, comme cela n'arrive que trop sou- 
vent dans ces bâtiments accessoires. Elle est sur- 
montée d'une chapelle , éclairée par un oculus (1) . 
Crombeke et Westvleteren sont voisines ; elles 
sont aussi anciennes l'une que l'autre, si l'on 
consulte les documents qui relatent leurs noms 
dès le ix*^ siècle (2). Oostvleteben indique , par la 
première syllabe de son nom, qu'elle fut bâtie 
à l'est de l'église mère. L'époque en est inconnue. 
D'après une charte de Robert-le-Frison, de 1085, 
par laquelle il donne au chapitre de Saint-Pierre , 
à Cassel , une ferme {cwtim ) située à Fletemes 
et d'aptes une confirmation des propriétés du 
même chapitre, faite en 1218, par Adam, 
évêque de Térouanne et dans laquelle il parle 
de la même propriété {curtem de Fie telles in 
castellatura Furnensi), on devrait conclure que 
la séparation de ces paroisses n'avait pas encore 
eu lieu (3), La cui^lis dont il est question dans les 



^(1) On lit sur un calico en vermeil: Mesire de Momorency (sic) 
fder Délit heeft gegeven dese [L. G.) an de kercke van Crombeke, 
1(i3t. Aux armes de Monlmorency, aux 16 aigles. 

(3) Voirnotre arlicle sur Weslvleleren, A nrta/c5, t. V, 2' série, p. W7. 

Ci) Opera dipl. Aubcrli Miiîei, l. II. 



ÉG-LISE DE WE5TVLETERE1T. 

Flandre ÜccidentaAe. 

Croçu]^ du Plan horizontal. 



Cunciùrr 



( ùittUere 




LEGENDE 



A. BfU' -relief, k Fla{,ellatioii 

B. .. « le CüUTormement d'épines 

C. - . l'Ascension 

D. . « le Crucifiement 

E. Statue de St Rocli 

F. - de la Maier dolorosa 



G-. Aaîels . 

H. Stalles 

J. Banc de Co-miniiiiion 

K. Chaire de vérité 

L. Confeasionnaux 

M. Banc d' œuvre 



N . Fonts 'ba.ptismaux. 



Kf helle de <> ( i J 4 J 



97 
actes, que nous venons de mentionner, était la 
seigneurie de Berkin, appartenant au domaine 
comtal de Robert-le-Frison , qui la céda au cha- 
pitre de Cassel, Cette seigneurie s'étendait, 
pour sa juridiction, sur les deux Vleteren. Ses 
archives, conservées jusqu'en 1847, dans une 
armofre, sous la tour de Westvleteren, sont 
aujourd'hui déposées au greffe du tribunal de 
première instance à Fumes. 

A ne comparer que les églises de ces deux loca- 
Ktés , on décidera que celle de Westvleteben est 
évidemment plus ancienne que celle de sa voisine. 

Nous avons crû qu'il était nécessaire de reculer 
aussi loin que possible dans les temps antérieurs 
pour prouver l'antiquité de l'église de Westvlete- 
ren. C'est pour cela que nous avons donné quelques 
préliminaires sur l'ancienneté de cette localité. 

En jetant uin regard sur la forme et le style 
de l'église de Westvleteren onj remarque le 
type propre à presque toutes les églises de la 
Vallée de l'Iser. 

Le vaisseau se divise en trois nefs, celle du 
milieu est plus large et plus élevée que celles 
des bas-côtés. Devant le chœur se trouve la 
tour, formée de quatre pieds droits, ornés de 
moulures, placées en retraite et se repliant en 
arcades ogivales, à travers lesquelles on voit 
l'autel, placé dans le fond de l'abside semi- 
circulaire, percée de trois fenêtreô à lancettes, 
primitivement ornées de verrières peintes. 

Au haut de l'arcade, donnant accès sous la 



98 
tour et que Ton peut nommer lare triomphal, 
on a replacé le Christ en croix. Les transepts 
sont formés par des arcs ogivaux, fesant fonc- 
tion d'arcs-boutants. Les fenêtres des transepts 
sont plus grandes que les autres fenêtres et 
les bas-côtés sont terminés par une muraille 
plate , percée d'une grande fenêtre sous laquelle 
était placé l'autel. 

Les colonnes cylindriques de Tédifice sont 
surmontées de chapiteaux gothiques du xui« 
siècle, avec ornements à feijilles de choux, de 
chêne, ou de végétaux de la contiée. 

La façade de cette église présente trois pignons, 
percés chacun d'une grande fenêtre ogivale et 
surmontés d'un antefixe. La porte en plein-cintre 
n'est pas très-élevée. Les contreforts, placés 
aux angles et à la séparation des nefs étaient 
flanqués de pinacles à crochets et surmontés 
de fleurons , tout comme à Beveren et Crombeke. 

Sous la fenêtre du transept-sud existe une porte 
murée et deux grands contreforts, construits en 
retraite, avec ogives trilobées; us sont cou- 
ronnés de tourelles à quatre faces, ornées de 
crochets et de fleurons. Ces contreforts extérieurs 
du transept sont plus volumineux que les autres. 
Les pignons en général sont ornés d'un oculus 
et se terminent par un revêtement en pierre, 
ou en briques cuites, posées à angle aigu, avec 
un rebord formant filet d'eau. 

Les tours, surmontant les transepts de toutes 
ces églises , sont toujours construites en briques 



99 
jusqu a la naissance de la galerie , d'où ressort une 
flèche polygonale en bois et plus rarement en ma- 
çonnerie, comme celles d'Oostvleteren, de Schoore 
et de Pollinchove construites en briques blanches. 

Toutes les fenêtres sont en tiers point; leurs 
menaux et les moulures, qui leur servent d'enca- 
drement, sont exécutés en briques blanches, cuites 
avec de la terre d'alluvion de User et qui se prêtent 
parfaitement bien à ces sortes d'ornementations. 

La partie centrale des pignons, formant la 
façade principale de l'éghse, à Westvleteren, est 
très-ancienne. Le mur a des dimensions beau- 
coup plus fortes que les autres murs de l'édi- 
fice, il est construit en pierres ferrugineuses, 
placées en opus incertum. C'est là une partie 
de l'église primitive , dont on a trouvé des restes 
à plein-cintre, sous la tour, lors des restau- 
rations faites en 1847. 

La pierre ferrugineuse apparait dans d'autres 
parties de cet édifice, qui doit avoir été re- 
construit partiellement à des époques diverses. 
Le plan ci-joint fera apprécier à sa juste va- 
leur la distribution intérieure de cette église, 
spécimen architectonique curieux de la vallée 
de l'Iser. On y remarquera toutes les condi- 
tions voulues pour une éghse de paroisse rurale. 

La chapelle latérale sud est un calvaire élevé 
sous lequel est ménagée une petite crypte , pro- 
bablement l'ancienne sacristie. Nous avons trouvé 
pareil calvaire à Be veren. 

n est à regretter qu'on ait plafonné l'église 



400 

de Westvleteren, encore lambrissée, il y a vingü 
ans. Le beau Christ, qui était placé au haut 
de l'arc triomphal , avait été placé à droite de 
l'entrée du porche ; maintenant décrassé de toutes 
ses couches de peinture, il a repris sa place 
primitive au haut de Tare triomphal. 

Si l'église de Westvleteren est remarquable 
sous le rapport du style , elle ne l'est pas moins 
par le grand nombre d'œuvres d'art qu'elle ren- 
ferme et que nous ne pouvons laisser inaperçus. 

Au dire de Sanderus, il existait dans cette 
église une confrérie de la sainte Vierge, dont 
l'ancienneté était inconnue. Ce savant parle aussi 
de l'autel de cette confrérie , comme d'un objet 
d'art très-remarquable, qu'avait fait exécuter 
Matthieu de Raymaker, curé de Westvleteren et 
doyen de la chrétienté à Fumes. Cet autel, ou 
plutôt son retable, existe encore. Il porte, à 
hauteur de la table d'autel, une inscription qui 
confirme l'assertion de Sanderus ; elle est conçue 
en ces termes : Ten tyde van (TH^ en âP Matthœus 
De Raymaker^ paslor en deken der christenheid 
en d^W Jan banden Berghe, hailliu van Hoflande 
en deken van Onse L. f^ rauwe gilde, a® 1634. 

Cette date précise l'âge de cette œuvre, 
conçue dans le style de la Renaissance et exé- 
cutée en marbre pour la partie décorative et 
en albâtre rose pour les figures et les bas- 
reliefs sculptés. Les colonettes sont en marbre 
rouge de Dinant. Le bas-relief, placé dans le 
fronton, représente la Naissance du Sauveur; 



101 
tout au haut est représenté Dieu le Père, à 
mi-corps. La sainte famille, mi-grandeur natu- 
relle, se trouve dans la niche du milieu. 

La hauteur du rétable , mesurée depuis la 
table d'autel jusqu'au sommet, est de quatre 
mètres et demi et sa largeur de deux mètres 89 
centimètres. Cet autel n'est certes pas conçu dans 
le style de l'église; toutefois, l'exécution des 
figures et la richesse de ses marbres lui donnent 
un tel mérite , que le Gouvernement l'a justement 
apprécié , en confiant la restauration de quelques 
parties dégradées au sculpteur Van Puyenbroeck 
de Bruxelles. Une statue de saint Roch, placée sur 
un cul-de-lampe près de la fenêtre , au côté nord 
de cet autel, est aussi exécutée en albâtre rose. 
Elle appartient, par son style, à l'époque de 
l'exécution de l'autel et mesure une hauteur 
mi-grandeur naturelle. 

Dans le transept-sud est placée , sur une espèce 
de rétable, en style renaissance, une Mater dolo- 
rosa assise, en albâtre rose, placée dans ime 
niche, avec colonettes en marbre noir veine 
de blanc. La statue a trois quarts de gran- 
deur naturelle. La partie supérieure du rétable 
mesure 2 mètres 23 centimètres de longueur. 
Le bas, qui est partagé en deux compartiments 
ou tables de granit poli , par une colonne ionique, 
est en pierre d'Avesnes. On lit, sur la table, à 
droite: Hebben Jan de Leg/iere f^ Nicolai en Jan- 
nekefii Cletxks ƒ* Joos zyne overledene Imysvrauwe 
dit werk hier doen slellen, a® 1636. 



102 

Cette date , rapprochée de celle qui figure sur 
Tautel de la Vierge (1634), indique que ces sculp- 
tures ont été exécutées au temps du curé De 
Raymaker. La Maler Dolorosa de Westvleteren 
est, pour l'expression et même pour l'exécution en 
général , une des meilleures sculptures de l'époque 
de la renaissance en Flandre. On lit sous la sta- 
tue: Sicul lilium inter spinas et, sur la corniche 
ces strophes du Stabat Mater: 

Eia Mater, f ons amoris 
Me Bentire yim doloris 
Fac« ut tecum lugeam; 
In amando Christum Deum 
Ut ei complaceam. 

Sancta Mater istud agas 
Gruciflxi fige plagas 
Cordi meo valide; 
Tui Nati Yulnerati» 
Sic dignati pro me pati 
Pœnas meoum divide. 

On monte à la chapelle haute , ou calvaire , 
qui forme un autel dans le fond du bas-côté 
sud , par six degrés de granit. L'autel est placé 
dans une espèce de niche, éclairée par une 
petite fenêtre, qui reçoit son jour du midi. Cette 
niche est une partie ajoutée à l'édifice, comme 
il est facile de s'en convaincre à l'extérieur, par 
la seule inspection des assises et de la nature des 
briques. L'arcade donnant accès à cette niche, est 
l'ancienne fenêtre en tiers point, qui surmontait 
Tautel latéral avant la construction de cette ajoute. 



103 

La perspective de cette chapelle est d'un très- 
bon effet. Sur les côtés latéraux sont placés, 
aux points B et D deux bas-reliefs, le Crucifie- 
ment et le Coui'onnement d'épines, que nous 
décrirons plus loin, et dans le fond se trouve 
un autre bas-relief en albâtre rose , représentant 
la Résurrection du Sauveur. Cette sculpture 
mesure 1 mètre 97 centimètres de hauteur, sur 
une largeur d'un mètre seize centimètres. Tout 
au haut, dans une niche, un bas-relief en al- 
bâtre rose , représentant en mi-corps Dieu le Père, 
bénissant de la droite et tenant de la gauche 
un globe. A côté de cette niche , deux anges 
jouant de la mandoline et du violon , et , sur les 
côtés du sujet principal , deux cariatides. Au bas 
du monument on lit: Sépulture van eersaenien 
Jan tJebaenst, p Fmns, die overleedt dcn vii« 
Novenibris 1632^ evde van J(mcm\Comelie^f' Jan 
de IFilde, f* Frans^ zyn huysvrouwe, die over- 
leedt den XV November 16S2. Bidt over de zielen. 
Avec les armoiries de De Baenst, qui sont de 
sable , à la fasce d'argent , accompagnée en chef 
de trois merlettes de même. 

Les armoiries de De Wilde ne sont pas bla- 
sonnées. Le champ est parsemé d'hermines à 
deux merlettes en chef et une en pointe, à la 
bande parsemée de flammes. La date 1632 , qui 
figure sur Finscription , prouve que le monument 
est contemporain des sculptures que nous venons 
de décrire. 

La famille De Baenst, ou plutôt une de ses 



104 
branches, habitait Westvleteren et Poperinghe, 
où plusieurs de ses membres occupaient des 
places dans la magistrature. Un des derniers 
descendants des De Baenst, s'est éteint à Pope- 
ringhe il y a environ vingt ans. Une grande 
pierre sépulcrale de cette famille gît dans le 
planum de la chapelle haute à Westvleteren. 
Les armoiries, qui ornent sa partie supérieure, 
sont effacées. Nous en avons copié l'inscription : 

D. O. M. 

HIER ONÜRR, DE ALGEHEE.NE VERRYSSENISSE VERWACHTENDE, 

RIST HET LICHAEM 

VAN 

s' CORN ELIS JACOBCS DE BAENST 

F" d'h' JACQUES 

GEPROCR ET JO* JOANNE BUSSELEN, 

GEBOOREN TE WESTVLETEREN DEN 31 X^^ 1676, 

OVERL. DEN 9 FEBRUART 1750. -• 

MITSGADERS VAN 

JOF* CATHARINE LOOTEN , 

SYNE EERSTE HUTSVR. OVERL. DEN 

20 X»»- 1742, 

ALS OOCK VAN iO* 

PHILIPPTNE ALBEBTTNE F* S' 

CRUEN ALBERT VANDENBEEGHE 

SYNE 2* HUTSVR. GEBOORTICH VAN DESB PROCHIE , 

OVL. TOT ISENBERGHE DBN 4" JA.NUART 1790, 

OUD 80 JAEREN, 

BT DEW. UT GEWONNEN HEEFT 2 SOO.\EN 

TE WETEN 

JACOBUS JOANNES BAP^ ALBERTUS 

OUD 5 JAERE 

EN JOANNES FRANCISCUS OUD 61 JAEREN , 



105 

IN ZTN LEVEN 17 JAERBN CAPPELLAEN TOT POLLYNEHOVE , 

DABR NABR 17 JAERBN PASTOR TOT ADINKBRKE , 

OVBRL. DEN 17 UAERTB 1807, GOD 61 JAERBN. 

ghbDenCkt MensChen hoe het zaL GAEN 

aLs Men aLL ten oorDeeL saL staen. 

iieq. in pacb. 

Ces chronogrammes semblent indiquer que la 
pierre fut posée en 1750. 

A côté de la porte de la sacristie, se trouve un 
bas-relief représentant la Flagellation du Sauveur. 
Sa hauteur mesure 1 mètre 73 centimètres et sa 
largeur 1 mètre 17 centimètres. Le bas-relief, de 
même que la petite niche placée au-dessus de len- 
cadrement et figurant le Christ priant au jardin 
des OHves, est en pierre d'Avesnes. L'exécution 
est d'une finesse extraordinaire. Les colonnettes 
supportant l'entablement, sont en marbre rouge 
de Dinant. Au bas il y a une marque MA. 

On lit, sous le monument, sur une plaque 
en marbre noir, ce texte de S*. Grégoire: Tanto 
Deus ab hominibus dignius honorandiis est, 
quanto pro eis magis indigna est passus. S. Greg. 

Deux autres bas-reliefs , représentant le Cou- 
ronnement d'épines et le Crucifiement , sont placés 
à chaque côté de l'entrée de la chapelle. Ils sont 
aussi en pierre d'Avesnes, avec encadrements 
en marbre noir et colonnettes rouges. Ils me- 
surent chacun 1 mètre 78 centimètres de hau- 
teur et ont une largeur de 1 mètre 16 centimètres. 
Au liant du Couronnement d'épines est une petite 
niche avec un Ecce homo et , au bas de la sculp- 

H, 8. 



106 
ture principale, la marque MIC. Une inscription 
placée tout au bas porte: Pudeant sectari gloriam 
mcmhra quihus caput suum tam inglorium ex- 
hibetur non habens speciem aut decorem. Pudcatsub 
spinato capite memh^m fieri delicatum. S. Bem. 

Un Christ en croix figure au haut du bas- 
relief, placé à gauche de la chapelle. L'inscrip- 
tion, dans un cartouche au bas de ce petit 
monument, est tirée de saint Augustin: Toto 
vobis figattir in corde qui pro vobis fixus est in 
cruce. S. August. 

Les trois bas-reliefe, exécutés en pierre de 
France, sont dûs à un autre ciseau que ceux 
taillés en albâtre. Leurs encadrements accusent 
cependant une époque commune à toutes ces 
sculptures, dont l'auteur n'est pas connu. 

En comparant le monument de Monseigneur 
Antoine de Hennin , placé dans le chœur de Saint- 
Martin à Ypres, vers 1622, avec les sculptures 
de Westvleteren, on trouve beaucoup d'analo- 
gie dans la forme de l'exécution. Le style de 
ces œuvres a beaucoup de ressemblance avec 
ce que nous a laissé le sculpteur Victor Taille- 
bert, à qui l'on doit les stalles de Saint-Martin 
à Ypres, celles des églises de Loo et de Dixmude, 
le jubé de la Chapelle du magistrat à Fumes 
et quantité d'autres objets trop longs à énumé- 
rer. La Matvr rfo/oro^a de Westvleteren a beaucoup 
de ressemblance avec celle de Saint-Pierre à 
Ypres , qui est attribuée au ciseau de Taillebert. 

La chaire de vérité, ne date que d'un «iè- 



107 
cle ©t reproduit l'idée, prise dans le texte du 
psalmiste: Super aspidem et hasiliscum amlmla- 
bis et conculcabis leonem et dracœiem. La tribune 
de la chaire repose sur un pommier, l'arbre du 
bien et du mal; au haut de l'arbre se trouve le 
serpent, le génie du mal; on lit sur une bande 
enroulée: Concukfihis leonem et draconem. Le mé- 
daillon,, placé dans la face principale de la chaire, 
représente le Christ foulant du pied un serpent 
et un basilic. Au pied de l'arbre , des animaux 
et des plantes figurent le paradis terrestre. Les 
trois autres faces de la tribune représentent des 
docteurs de TÉgUse en pied. La rampe de l'es- 
caher est composée d'entrelacs de fleurs et de 
branches d'une exécution admirable et d'un fini 
extraordinaire. L'abat-voix est surmonté d'un 
ange tenant des foudres. 

Deux confessionnaux sculptés en bois de chêne , 
furent placés parle curé Jean-Baptiste De Guisne , 
qui quitta la cure de Westvleteren pour celle 
de S*-Bertin à Poperinghe , en 1666. L'un de ces 
confessionnaux représente S^ Pierre et la Made- 
laine , avec quatre anges en pied ; il porte l'inscrip- 
tion: D. 0. M. Dono R. adm. D. Joannis Baptistœ 
de Guisne, pastoris loci. 

n existait autrefois deux petits autels, placés 
devant les pieds-droits de la tour: l'un était 
dédié à S!. Eloi, l'autre à S^ Nicolas; on les a 
enlevés lors du plafonnage de l'église. Un des 
tableaux de ces autels existe encore dans l'église 
de Westvleteren , il représente le sacre de S*. Eloi 



408 

et a beaucoup d'analogie avec un tableau de 
1 église de Loo, représentant riütronisation de 
labbé Rémi Zaman. 

Un nouveau jubé, en style gothique, sculpté 
par M. Thoris dTpres , n'est pas sans mérite. Le 
sculpteur aurait cependant dû donner plus de 
relief à ses ornementations. Le dessin de ce 
jubé est de M. Pavot, architecte à Bruxelles. 

L'église d'OosTVLETEREN n'est pas aussi ancien- 
ne , ni aussi élégante que sa voisine de Westvlete- 
ren, elle est conçue dans le style ogival flambloyant 
et la tour, surmontant le point d'intersection 
des transepts et de la nef principale, est con- 
struite en briques blanches avec crochets de 
la même matière. Les quatre angles sont flan- 
qués de tourelles. Les pieds-droits, sur lesquels 
repose cette tour, ne sont pas élégants comme 
à Westvleteren , ils sont reliés entre eux par des 
arcades ogivales et des voûtes à nervures (1). 

PoLLiNCHOVE, située à proximité d'Oostvlete- 
ren, a une tour très-élégante et beaucoup plus gra- 
cieuse que celle de cette paroisse; elle est aussi 
placée au milieu de l'église , qui fut incendiée , 
il y a une vingtaine d'années et rebâtie dans 
son style primitif, qui est ogival du quator- 
zième siècle. L'architecte provincial, M. Buyck, 
a dirigé les travaux de reconstraction avec le 
plus grand succès. Cette église, presqu'entière- 



(l) Ooslvlcteren possède l'ancien jubé de S^Marlin, à Yprcs, sculpté 
par Taillcben. 



409 

ment neuve, est encore un de ces types des 
belles églises de la Vallée de l'Iser. 

De PoUinchove à Loo il n'y a qu'un pas. Dans 
ce bourg, situé à proximité de l'Iser, se trouve 
une église abbatiale très-vaste , construite à dif- 
férentes époques. Nous en avons donné quelques 
détails dans les Bulletins des Commissions royales 
d'art et d'archéologie. 

L'abbaye de Corbie possédait une partie des 
dîmes de Loo, dès avant la fondation de l'ab- 
baye. Ne pourrait-on pas conclure de cet ancien 
droit de dîme, que les missionnaires, sortis de 
cette illustre abbaye, avaient évangélisé Loo et 
ses environs et que les prêtres, vivant en com- 
munauté à Loo, avant la réforme introduite par 
révêque de Térouane, le B. Jean de Wameton, 
dépendaient de Corbie? L'ancienne tour romane 
de l'église de Loo a disparu pour faire place 
à une autre, construite d'après les plans de 
Tarchitecte Jules Van Yzendyck, dans le style 
de celle de PoUinchove. 

Dans une charte, sans date, du commencement 
du xnr siècle, conservée aux archives du Sé- 
minaire à Bruges, l'abbé de Loo fait un appel 
aux abbés, prévôts, prêtres et laïcs, pour leur 
demander des aumônes, afin de rebâtir en par- 
tie son église, détruite par les gens insurgés 
du metier de Fumes (1). Il dit que des bandits se 
sont permis de tuer, dans l'abbaye même, deux 

(i) Voir sur Loo, Annales, lome I, 2« série, p. 323. 



no 

de ses moines, dont l'un prêtre et l'autre sous- 
diâcre. Ces crimes ont été perpétrés durant la 
guerre des Blavoetins et des Ingrikins. Le chœur 
et l'abside pourraient bien dater de 1220. 

NiEUwcAPELLE ot OuDBCAPELLE étaient primiti- 
vement, comme l'indique leur nom, des chapelles, 
La dernière figure dans les chartes des xiv« ^ 
XV* siècles, sous le nom de Capella. Elle fut 
l'église-mère des deux paroisses, qui furent 
séparées dès la fin du xvi« siècle. L'église d'Ou- 
decapelle, bâtie en briques blanches, conune 
celle de Nieuwcapelle, peut remonter, à en 
juger par son style, au commencement du xiv° 
siècle « 

L'église de S*-Nicolas, à Dixkude, n'était, au 
dixième siècle, qu'une chapelle, dépendante de 
l'église paroissiale d'Eessen; elle fut, an dire de 
Malbrancq, remplacée, en 1045, par une église 
plus vaste. Celle-ci fut incendiée en 1333 et re- 
construite en 1335', ^«ur une plus grande échelle, 
à peu près comme nous la voyons aujourd'hui. 
La tour romane a été modifiée plusieurs fois, 
à tel point qu'on peut dire qu'elle tfa plus de 
stylç: placée à l'angle sud-ouest de l'église elle 
a plutôt l'apparence d'un ancien beffroi com- 
munal que celle d'un édifice religieux. Les trans- 
septs étaient surmontés d'une tourelle, dont on 
a démoli la flèche gracieuse, porcequ'eUe me- 
naçait ruine. 

Cette église est la dernière du bassin de l'Iser, 
laquelle peut compter au nombre de celles que 



m 

nous avons énumerées dans cette Notice , comme 
ayant un style propre à la contrée. Elle a ses 
transepts simulés , dont les extrémités , terminées 
en pignons, sont ornées, au nord d'une rosace 
de grando dimension et au midi d'une grande 
verrière. Les quatre pieds-droits du centre sou- 
tenaient la campanille: le beau jubé gothique, 
unique dans son genre, ferme le chœur, dont 
les stalles sont un peu mutilées, depuis qu'on 
les a déplacées et raccourcies. 

La nef principale étant très-élevée , on a con- 
struit dans tout son pourtour un clérestory dont 
les fenêtres ont été murées, en 1756. Le chœur 
et Tabside sont éclairés par les fenêtres du clé- 
restory , qui, dans cette partie , n'a pas été muré. 

Les matériaux de la monographie de cette 
égHse, étant déjà réunis, nous en ferons pro- 
chainement connaître tous les détails architec- 
toniques, avec les objets d'art qu'dle renferme. 

On m'excusera si je me suis écarté plusieurs fois 
dans cette Notice de mon sujet principal , en fai- 
sant des digressions sur les églises voisines de la 
Vallée de l'Iser. Le lecteur me saura gré d'avoir 
fait cozmaitre toute une zone comprenant une suite 
d'églises, les unes plus riches que les iautres, 
conçues dans le même style, et formant un type 
vraiment chrétien. Je n'ai pas eu à traiter de ces 
belles cathédrales, de ces églises monumentales, 
où le génie de l'inventeur s'est en quelque sorte 
épuisé ; je me suis trouvé en face de construc- 
tions bien modestes, encore perdues, en grande 



112 

partie, il y a un demi-siècle, au milieu d'un 
pays couvert de forêts , entrecoupées de pâturages 
et de quelques terres défrichées, absolument 
comme au moyen-âge , alors qu'un chevalier 
s'égara pendant trois fois vingt-quatre heures 
dans ces bois, sans rencontrer aucun homme, 
qui put le mettre sur la voie perdue (1). 

Ces constructions modestes et grandes tout 
à la fois , peuvent servir de modèles à nos con- 
structeurs modernes , puisqu'elles représentent le 
symbolisme chrétien dans toute sa pureté. L'autel 
placé dans le fond de l'abside , la tour séparant 
le chœur du peuple, les transepts figurant une 
croix grecque, dont les bras s'étendent du nord 
au midi et la tête, figurée par le chœur, tournée 
vers Test. 

Toutes ces églises ont beaucoup soufiert, sur- 
tout durant la guerre civile du xvi® siècle , lorsque 
les gueux des bois se tenaient cachés dans les 
forêts de la contrée. Elles ont subi de grandes 
restaurations durant le règne des archiducs 
Albert et Isabelle. Aujourd'hui, grâces aux 
soins des fabriciens, elles subissent presque 
toutes des restaurations , nécessitées par les des- 
tructions du temps et l'incurie des hommes. 

F. V. 



(1) Tous les soirs, après VAngelus, la cloche de réglisc de Crom- 
beke tinte soixaate-douze coups. On dit que le chevalier égaré avait 
fait vœu de payer une fondation dans cette église , dont il avait en- 
tendu la cloche après un égarement de soixante-douze heures. 



113 



BIBLIOGRAPHIE. 



ESQUISSE BIOGRAPHIQUE DE PIEBBE DE COBTE 

(CUBTIUS), PBEMIEB ÉVÊQUE DE BBUGE8, ANCIEN 

PB0PES8EUB DE l'uNIVEESITÉ DE LOUVAIN. 

Par ALPHONSE De Leyn, docteur en droit, membre de la société littéraire 
de l'Université catholique de Louvain, membre effectif de la société 
d'émulation pour l'étude de l'histoire de la Flandre, etc. (1). 

Le jeune auteur de cette biographie s'est at- 
taché à réunir, dans une étude consciencieuse, 
les détails les plus propres à bien dessiner cette 
figure remarquable d'un de nos plus illustres 
prélats, n le suit pas à pas dans sa glorieuse 
carrière et nous le montre partout aussi recom- 
mandable par ses vertus que par ses talents. 

Né à Bruges, en 1491, de Jean De Corte et 
de Josine Bultynck, Pierre Curtius n'eut pas 
plus tôt atteint l'âge de l'adolescence, que ses 



(1} Louvain, typographie de Gh. Peelers et Cie, in-S*. 1863. 

U, 9. 



114 

parents renvoyèrent à Louvain pour y étudier 
les humanités. Il s'y distingua et, en 1513, il 
obtint la seconde place au grand concours de 
philosophie: c'était le premier pas d'une course 
qui devait être brillante. C'était le cas de s'ar- 
rêter un moment sur cette belle création de 
nos pères , sur cette université de Louvain , dont 
la renommée bien méritée s'est perpétuée jusqu'à 
nos jours. L'auteur en étudie la constitution, 
en caractérise les études et fait l'historique de 
ses gloires et des services qu elle a rendus à 
la science, pendant le premier siècle de son 
existence. 

A ce propos , il est bon de rappeler les beaux 
sentiments de piété filiale que le jeune docteur 
en droit exprime, à un autre endroit, à l'égard 
de l'université actuelle. Ils sont si honorables 
pour leur auteur, que nous ne pouvons résister 
au plaisir de citer ses propres paroles: ^ A vous, 
„ dit-il (page 5), illustre Afma itJaler^ noble uni- 
„ versité, nos sentiments de reconnaissance. C'est 
„ à votre école que nous avons puisé le culte 
„ de nos gloires nationales. C'est à vous que 
„ nous devons l'inappréciable bienfait du haut 
„ enseignement catholique. Jusqu'à notre dernier 
„ soupir, fier d'avoir été votre fils, nous vous 
y, serons dévoué. Vos peines seront les nôtres, 
« vos succès et vos triomphes nos joies et notre 
„ gloire. „ 

Curtius devenu successivement maitre-ès-arts 
et bachelier birelalus, se livra au professorat 



H5 
avec tout le zèle dont il était capable, et le 
succès de son enseignement en égala la valeur. 

M"* De Leyn fait bien ressortir les qualités 
diverses de ce beau talent: éloquence, maturité 
de pensée, érudition, connaissances profondes 
en théologie , tout ce qui pouvait enfin le recom- 
mander à l'attention du public. Voilà ce qui 
explique ses promotions successives, sa procla- 
mation comme pléban, en 1529, et comme rec- 
teur de l université , en 1530. 

Dans ces deux positions, il déploya un grand 
zèle pour la maison de Dieu, et une sincère 
passion pour les progrès de la vraie science. 
Aussi, lorsque, en 1560, Pie IV lança la bulle 
d'organisation de Tinquisition romaine en , Bel- 
gique, Pierre De Corte fut nommé membre du 
tribunal, parce qu'on comptait tout à la fois 
sur ses lumières et sa modération. 

Arrivé au moment où son héros va occuper 
le siège épiscopal de Bruges, l'auteur fait une 
étude sérieuse de l'ancienne organisation des 
évêchés en Belgique, et s'arrête spécialement 
au grand travail de réorganisation qui signala 
la carrière de Charles -Quint. " A lui, dit-il, 
„ appartient l'honneur d'avoir achevé l'œuvre 
„ tant de fois, mais en vain, commencée. „ 

Une première commission prit les informations 
nécessaires pour asseoir les bases des opérations. 
Elle avait subdélégué plusieurs personnes pour 
achever l'œuvre. Muni de tous leurs renseigne- 
ments, le docteur de Louvain, Sonnius, comme 



116 
délégué de Philippe II, (p. 43), partit pour 
Rome, le 25 Mars 1558. Le 27 Août^ c'est-à- 
dire, dans la 4® congrégation tenue à ce sujet, 
voyant que la diversité des langues et parfois 
de jurisdiction civile formait un empêchement 
à la dispersion de la doctrine et au maintien 
de la discipline ecclésiastique, la commission 
des cardinaux divisa le diocèse de Tournai en 
trois parties, dont -Gand et Bruges seraient les 
nouveaux sièges. Des délibérations il résultait 
que l'on considérait les intérêts de l'évêché de 
Bruges comme suffisamment garantis , si Sa Sain- 
teté y unissait la prévôté de S'-Donat avec la 
chancellerie de Flandre, en prenant en outre 
une part suffisante des dîmes possédées par les 
plus riches abbayes. Ainsi serait parfaite la 
somme de 3000 ducats d'or assignée à la mense 
episcopale. 

En même temps l'envoyé de Madrid exposa 
au souverain pontife la circonscription des 
nouveaux évêchés. Celui de Bruges allait com- 
prendre neuf oppida et avoir cinquante-quatre 
milles italiens de longueur sur vingt-cinq de 
largeur. 

Le 12 Mai 1559, le Saint Père accorde l'érec- 
tion et confère au roi d'Espagne, sur sa de- 
mande, le droit de nomination, entre autres, à 
l'évêché de Bruges. La mise à exécution de la 
Bulle fut ordonnée le 9 Juillet, et le soin en fut 
confié à Antoine Perrenot de Granvelle, Viglius 
de Zwichem ab Aytta, Philippe Nigri, cheva- 



117 
lier de la toison d'or, et Michel Driutius, pro- 
fesseur à l'université de Douai (p. 44). 

Nous avons laissé parler le biographe de Pierre 
De Corte, pour donner une idée de sa manière, 
et des recherches sérieuses qu'il a dû faire pour 
élucider toute cette époque de notre histoire 
ecclésiastique. — Toute cette partie de son livre 
est pleine de science; les faits qu'il produit, 
la manière dont il les expose, les détails inté- 
ressants dont il parsème son récit, tout cela 
est neuf et instructif au plus haut point. 

Le choix du roi tomba sur Pierre De Corte: 
" il acquittait ainsi^ comme dit l'auteur, une 
„ dette de reconnaissance contractée par son 
„ père, quand, en 1544, il avait chargé le pro- 
„ fesseur de théologie de surveiller l'impression 
„ de la bible en trois langues. „ 

Quant au Souverain Pontife, le sixième jour 
avant les ides de Mars 1560, il promulgua 
la bulle qui nommait au siège épiscopal de 
Bruges, Pierre Decorte, docteur et professeur 
en théologie à l'université de Louvain, pléban 
de l'église Saint-Pierre et inquisiteur de la foi , et 
bientôt après celui-ci fut sacré par Granvelle, 
dans sa métropole de Saint-Rombaut , avec un 
autre fils de Y Aima Maler, Nicolas à Castro, 
appelé au siège de Middelbourg, capitale de 
la Zélande. 

Nous ne suivrons pas l'auteur dans le récit 
qu'il fait de cette cérémonie : c'est dans son livre 
qu'il faut le lire, aussi bien que la description 



118 

de rentrée de Curtius à Bruges et de son in- 
tronisation dans l'église de Saint-Donat. 

C'est aussi dans ce livre quil faut voir la 
conduite du nouveau prélat; ses efforts héroïques 
pour conserver la foi parmi ses ouailles, ses 
travaux infatigables, ses luttes contre Thérésie, 
son zèle à réformer les mœurs ecclésiastiques, 
à redresser les abus, à raviver la piété, à ré- 
veiller l'esprit de ferveur et de discipline dans 
les ordres religieux. C'était Théroïsme du cou- 
rage de la part dun septuagénaire, mais il ne 
faillit pas à .sa mis>ion, et sa noble conduite 
. fut couronnée de succès: aussi bien dans l'ordre 
admini tratif que dans Tordre religieux il obtint 
des ré^^ultats auxquels on était loin de s'attendre. 

Mais ce zèle de la maison de Dieu devait le 
consumer. Brisé par la fatigue, le saint prélat 
mourut à Bruges, en son palais pré votai, le 
17 Octobre 1567, à l'âge de 76 ans. 

Disons à Thonneur de M. Do Leyn quil a 
parfaitement étudié Tépoque où paraît cette 
grande figure historique et qu il n'a rien négligé 
pour la mettre en relief. Son livre est une 
œuvre d érudition , et , si le style se ressent quel- 
ques fois un peu de l'emphase juvénile , ce n'est 
jamais que dans les accessoires, comme dans 
l'introduction. Partout ailleurs, dans la partie 
narrative, il a presque toujours la sagesse et 
la sobriété qu'exige le genre biographique. 

Nous finissons par une réflexion générale. Les- 
quisse historique de M' De Leyn est faite avec 



119 

conscience. Elle est bien au dessus de ces écrits 
qui revêtent la livrée de l'adulation, et qui, au 
fond, ne sont que des Eloges historiques. 

n faut savoir que l'on était à la veille de 
la terrible révolution qui éclata sous le beau 
nom de réforme. La position du premier Évêque 
de Bruges était excessivement délicate. — D'un 
côté il se trouvait en présence dun chapitre 
riche et entiché de ses vieux privilèges, d'un 
autre côté il avait souvent à traiter avec l'admi- 
nistration de la ville, qui commençait à donner 
des preuves de ses tendances anticatholiques. 
On sait que, dix ans plus tard, ce collège 
n'était plus composé que d'ennemis déclarés de 
la foi de leurs pères. Eh bien! dans toutes 
les questions qui se sont présentées, de nature 
à amener des conflits, il n'est pas possible 
d'articuler un seul fait imprudent, un seul grief 
contre le nouvel évêque. L'historien expose les 
faits , cite les textes allégués de part et d'autre , 
les discute , et le lecteur est amené à approuver 
la conclusion qu il en tire. Cela dénote une 
véritable impartialité; et il est certain que tout 
l'ouvrage a été écrit sous l'inspiration de ce 
grand principe, que si l'écrivain doit des égards 
aux vivants, il ne doit que la vérité aux morts 
quelque élevé qu'ait été le rang qu'ils ont occupé 
ici-bas. 

Hesquisse biographique est suivie d'un appert^ 
dice de près de cent pages. H renferme le 
texte d'un grand nombre d'actes et de do- 



1:20 

cuments rappelés dans le corps de Touvrage. 
C'est dommage qu a la fin du livre on ne 
trouve pas de table générale des matières , avec 
la courte analyse de ces mêmes documents. 
L'œuvre est digne d'obtenir ce complément. 



J.-O. Akdbies. 



121 



SITXJATIOJSr 



DES 



COMMUNES LIMITBOPHES DE LA MEB 



DANS 



LE FRAIC DE BRUGES ET LES QDATRE-IÉTIERS, 

A LA SUITE DES IRRUPTIONS DE LA MER ET DES TROUBLES DE LA 
RÉFORME, D'APRÈS UN MANUSCRIT DE 1679. 



Cette notice, comme il appert du texte ori- 
ginal que nous donnons ici, fut écrite en 1679; 
l'auteur soumit son travail au Père Taisne, 
Jésuite, résidant à Bruges, connu par une 
brochure intitulée: Oorspronck en miracekn van 
het beeld van O, L. F. ter Potte^ie. 

La notice est écrite en flamand, et signée 

avec les initiales J S Il nous parait 

hors de doute que l'auteur est de Bruges; des 
expressions telles que: * een bagynhof. „ * vasch 
water „ et autres, le prouvent suffisamment. 

II, 10 



122 

Nous avons cru rendre service à rbistoire, 
en livrant à la publicité ce document, qui donne 
d une manière précise la situation des commu- 
nes flamandes limitrophes de la mer, à une 
époque où les commotions tant physiques que 
politiques venaient à peine d y cesser leurs ra- 
vages et leurs bouleversements. 

L'auteur inspire d autant plus de confiance, 
quil a eu recours à des documents authenti- 
ques et d'une grande autorité, à savoir, aux 
registres-terriers et aux cartes qui les accom- 
pagnent, 
historique des Ccs vieux tcrricrs, dont le plus grand nom- 
regisires des ^re u'cxiste plus , parce que les villages dont 
waienngucs. ^^ donnaient la description ont disparu, sont 
d'un grand intérêt pour Thistoire, à cause des 
indications topographiques quon y rencontre. 
Si vous voulez connaître l'endroit où s élevait 
jadis un antique manoir, une résidence qui fut 
le berceau d'une famille dont le nom vit en- 
core dans rhistoire, le champ dune bataille, 
la situation dun pont dont le passage fut 
disputé à l'ennemi, les limites dune seigneurie, 
Tendroit où se trouvait le pilori ou le gibet, 
l'emplacement d'une abbaye, d'une chapelle etc. 
etc. dont le nom n existe plus que dans Ihis- 
'toire, c'est à ces vieux registres qu'il faut 
recourir. C'est ainsi, pour citer quelques exem- 
ples, que, dans une des cartes du terrier ou 
Ommdooper de la Wateringue dite Zuid over 
de Lieve, on trouve marqué l'emplacement où 



123 

fut jadis le château de Brootshende, nom dune 
famille qui brilla au xin™® siècle. Un hameau 
de la commune de Maldeghem porte encore le 
nom de Bresoade^ corruption de Drootshende. 
Cette carte offre donc un intérêt historique. 

Sur le territoire de la commune, jadis très- 
étendu de Heyle, se trouvaient deux chapelles, 
Tune Sl'LievcnS'Kapelle et Tautre Leestkens- 
Kapellc. Aujourd'hui on n'en voit plus le moindre 
vestige. Ouvrez le registre-terrier du Maldeghem- 
schen polder y et vous y verrez ces chapelles 
nettement désignées. 

La seigneurie de Warhem , dans la commune 
de Maldeghem , était un fief de l'illustre famille 
de Maldeghem. C'est dans YOmmclooper de la 
Mocrhuyse-fFateringhe , qu'est indiqué l'endroit 
où se trouvait autrefois le manoir de ff^arhem 
{fFarhem-hof) vulgairement dit ff^arm-hof. 

Deux antiques familles de la Flandre , qui sont 
éteintes depuis des siècles, les Calvekete et les 
Reyghaertsvliete , ont laissé des traces de leur 
existence dans la commune de West-cappelle , 
où l'on trouve le Calvekele-dyk et les deux pol- 
dres de Rcyghaertsvhele. C'est encore une fois 
dans les registres de ces administrations des 
eaux que ces derniers vestiges historiques sont 
conservés. 

Notre auteur a eu en outre la bonne fortune 
de pouvoir consulter des terriers plus anciens 
que ceux-ci et conséquemment plus importants 
pour l'ancienne topographie de la contrée. 



124 

Les Omnicfonpcî's ou terriers de nos Wate- 
ringues actuelles en eflfet, ont presque tous été 
dressés vers l'époque du traité de Munster de 
1648. Ceux-ci à leur tour tendent à tomber hors 
d usage, et ne tarderont plus longtemps à 
faire place aux registres du cadastre. Ces der- 
niers ne donnent que la situation actuelle des 
lieux, ne tiennent aucun compte du passé, et 
feront ainsi oublier totalement les souvenirs his- 
toriques qui se rattachent à un grand nombre 
de nos localités. 

Pour motiver nos craintes , nous n'avons qu'à 
citer l'exemple donné par les quatre fVatenH- 
gués réunies, à Si-Laurent. Il y a plusieurs 
années déjà que la perception de l'impôt nom- 
me water-jeschot y est basé sur le revenu im- 
posable du cadastre. Nous ne blâmons pas 
cette mesure, nous y voyons même une sim- 
plification, un véritable progrès; mais nous 
croyons rendre service à la chose publique , en 
démontrant l'importance, sous le rapport his- 
torique, des vieux sommiers, qui sont sur le 
point d'être mis hors d'usage. Nous osons for- 
mer un voBU qui trouvera, espérons-nous, de 
l'écho, c'est que ces vieux registres, devenus 
désormais inutiles, soient déposés aux archives 
de la ville ou de la province, conune docu- 
ments historiques. 

Il n'est pas hors de propos de rappeler ici 
ce qui a été dit en un autre endroit {Annales 
de la Société d'Emulation de 1849, 2® série, 



i25 

torn. 7, p. 381), c'est " qu'il y a peu de pays 
„ sur le globe où les inondations terribles et 
y, fréquentes aient produit plus de changements 
„ que sur la partie nord de la Flandre. „ La topo- 
graphie du littoral de la Flandre , aux düBférentes 
époques de notre histoire , est encore à faire. C'est 
dans le but de fournir des matériaux nécessaires 
pour la rédaction d'un ouvrage de cette impor- 
tance, que la Société a publié en 1841, tome .3, 
p. 82, la carte dite de Gui de DampieirCj qui re- 
présente l'état du nord de la Flandre tel qu'il était 
en 1274; et, en 1852, elle a fait reproduire par 
la lithographie, p. 291, tome 8, 2^ série de ses 
Annales y sur une échelle réduite, la magnifique 
carte du Franc, peinte sur toile, et qui donne 
l'état des choses trois cents ans plus tard, à 
savoir , en 1562. — Cette carte , dressée par Pierre 
Fourbus, se conserve au vestibule de la biblio- 
thèque, à la maison de ville de Bruges. 

Une autre pièce importante qui constate l'état 
de la plupart de ces lieux , en 1408 , se trouve dans 
les Documents extraits du dépôt des archives de 
Flandre^Occidentale y 2 série, tome 6, page 151* 
C'est le texte de la procuration donnée par la 
ville de Bruges à ses commissaires chargés, 
avec ceux du comte, et des trois autres mem- 
bres de Flandre, de faire le transport ou la 
répartition du subside récemment voté. 

Voici la copie du manuscrit: 



1-26 



Superscription du manuscrit: 

EHUMCRATIO EGCLESURUM DESOLATARUH SEU INCNDATIONE AITT 
ALUS MODIS, SIGNANTER FURORE HERETICO, IN DIOCESl BRUGENSI. 

Au côté intérieur: 

BESCBRIVYNGHE DER VERWOESTE ENDE VERDES TRÜEERDE 
KERCKEN INT LANDT VAN DEN VRYEN, ZOO DOOR VERSCBEY' 
DEN INNONDATIEN ALS KETTERYEN, DOOR h S. 

Gbegheven copie ende bewys gedaen an P. Taîsne societalis Jesa 
in marte 1679, op ordre. 

Declaratie tot bewys van de yerdestmeerde kerken, 
cloosters, oapellen, Godtshuysen ende ander pieuse 
plaetsen verwoest ende ghedestmeert, soo door 
de troubelen opgecommen inde heresie omtrent 
het Jaer 1579, als door de innondatien yan de 
Jaren 1489, 1535, 1583, alswanneer duergesteken 
waeren door de rebellen ende de gonne houdende 
party e yan syne Majesteit, meest alle de landen 
yan ontrent Dixmuyde, Nieupoort, ende alsoo 
langhest de seecusten tot yoorby Aentwerpen, 
sooman beyyndt by naeryolgende bewysen. 

l't« AFDEELIN6, WEGENS DEN LANDE VAN DEN VRYEN. 

Alvooren de kercke van S*-Cattaclyne buyten Oostende 
DU Doch vloyende ende onder de zee, in sHecrwoatermans 
aoibacht, zoo meu bevyndt by het Register inhoodende alle 
de landen vantselve ambacht , die men nomt den ommeloo- 
pere, van den jaere 1446 — 1559, met ander tsydert gemaeckt, 
wordende by de selve genaemt y Kaihelyne west. 

Heer Marcus van Vaerewyck in syn historie belgis folio 
41-2, int vierde boeck , schryft dat int jaer 1477 den 27*" 9'« 
soo hoogen vloct was, in suicker vougen dat de oude stad 



127 

▼ati Oostende vergonck met veele polders, onder ander 
S*-Sal vators ende S*-Clemens polders ; oock bevj-nde by seker 
ouden bouck van Zyne Majesteits domeynen, dat ontrent 
oudt Oostende was het Standacrts-ambacbt, daer van noch 
een cleen deelkin binnen Osthende is, de reste in de zee. 

Blanekenbersc (A) vergonck doen oock , ende staet de Vide leen- 
kercke nu in de prochie van Uuytkerck , noch heeft daer den^Burch!*^ 
ontrent gestaen de kercke van Scherphout. 

Voorts in het quartier van Slays, alias Lammesvliet, is ver- Voorsien 
woest de kercke van Lapsehoer afghebroke, gelegen een half ^^ ais^y^dê 
mile van Sluys, nevens daer nu de groote creke is, ledende ^^^^^^^j^^ 
naer Middelburch , ontrent der plaetse van S' Pietersdyck i6i2 eic 
ende a** 1654 heeft men een nieuwe kercke van Lapscheure ge- 
maekt, ontrent 500 roeden van daer d*oude kercke plachte 
te staen, naer den westen. 

Angaende van 9* Cathelyoe buyteyi Damme, is oock duer voorsienvaD 
de innondatie vergaen omtrent a' 1135 ofte 1180, alswanneer \^^^^ ut su- 
de zee geweert wiert ende de landen herdyckt volgens soo 
men bevyndt by het octroy verleent tot leggen een loo buse 
van den vyfver van Male tot binnen Damme om aldaer vasch 
water te crygen, mits daer geen en was, hetselve octroy 
onder d'h' Scrvaes de la Rue ende de historie belgis. Inde 
selve procbye soo men gaet naer Stampershouck , stont de 
Capelte van Huhierloo (B) die voorzien is van ontrent 30 ge- 
meten lants , ende opden wech , commende van S** Cathelyne 
naer Brugghe, stont noch S' Adriaens capelte. 

De kerckô van Halocklnawerve heeft gestaen ontrent .... omm»- 
eene halve mylebeoosten Sluys, inde waterynghe ofte polder i^^^'^gso. ** 
van Bewestendereede , benoorden den mannepadt, nu lig- 
ghende buyten den dyck, geleyt anno 1650, nevens de 
Eede , nu de haven van Aerdemburch , daer men siet noch 
eenïgc relyquen vande fondamenten ende alwaer ïck, schry- 
ver. ten tyde van de leste dycagie bebbe sien liggen eenen 
gheheelen sarcksteen met eenighe ander sticken, ende van 
mueren totter aerde afgebrocken, tot bewys het verclaers 
van de ommeloopers der waterynghen., de carte van 't lant 



1-28 
vanden Vryen gemaeckt ten jaere 1562, met veele meer 
ander bewjsen. 
Volgens (Tom- De prochyekercke van Cocxide. aliag Beynjaertskercke , 
supra als by heeft gestaen omtrent iOO roeden noortoost vande voorgaende 
ïananw?syn^ ^"^ö ontrent 700 roeden west van Oostburch, ligbt in ende 
ge vande lan- nevens de creke soo men vaert van binneiislandts van Siuys 
dcnindpnsel- *,• i i i • i • x 

ven dycagie naer Nieuwernaven , van weicke maer eeuige relvquien te 
a» 46:)3 vTde -^ ^„ „„„ o ^i 

leenregUler. S'^O «n syn. 

De kercke van Nlcokcrcke heeft gestaen tot ontrent 1600 
roeden noortwest van Cocxyde ende ontrent 1200 R. noort- 
west van Oostburch , ligbt nu als Cocxyde inde selve creke, 
gans gebroken ende geruinecrt. 
Voorsten De kercke van 9' Cathelyoe^ heeft gestaen ontrent 500 
ffSsd'omme- ^' suytoost van Oostburch, daer van luttel relyquen te 
i»6»*" 4617° ^'®° ^y^ • ^^ ^° ®' Cathelyne Polder bewesten de brugsche 
4650.' ' vaert, begrepen in het eerste gedeelt van Prins Willems 
Polder, te voren Schondycke alias Stovendycke. 
De kercke van Onze L. Vrauwe in CiidBAat. 
De kercice van Walpeo, ontrent 800 R. van de voor- 
gaende, licht geheel in de zee, was noch in wesen met 
als per Vrte ^^* casteel a* 1561 ; men bevynt by seere oude registers 

verliciii met vande thiende ende goederen van Muenekereede, nu beho- 

nriviicffe ce* 

druyct rende d*abdie van S*-Quintin in Yermandois, dat int ambocht 

van Wulpen was een pastorye danof den voornoemden abdt 
de collatie hadde, nu al in zee; daer nu de peerdemaert 
is, daer heeft oock gestaen de kercke van S* Lambrechts, 
ook Oostvliet. 
Vaernewyck Schoon velde lach ten tyde van Guy Dampiere ontrent a* 
«oiibo'*!* ^ *^^ ^^^^ ^^ wesen, kercke en casteel als een eylant, 
ontrent een myle en half noort van Wulpen ende een mile 
en half noortwest van zoo men vaert van Brestkins naer 
Vlissynghe. 

Oademaoekerekc te vooren S* IVIelajre In verno 
is meest afgebroken by de heretycquen ; staet in den Oude* 
rounspolder ontrent een myle west van Watervliet ende een 
halfve myle suyt van Nieuwe Ysendycke die de guesen, noch 



129 
ten deel dat staet, gebroycken , gedaen bauwen by den voorn. 
Lauweryn (voyez plas loin: Watervliet) ofte Barbel syn 
dochter an wie hy de heerlyckheit van den Oudeman gegeven 
hadde oock ontrent het jaer 1536. 

IVieawe Roasseliiere .was ontrent a* 1443 by Jan 
Eeppe gedaen dyeken; een ander (akte) van jaere 1501 
daerby blyckt dat Goosyn van Rousselaere, poorter van Gendt , 
inde pocessie gestelt was van 170 buynderen woestyne by Rasen 
Tan Ghendt, by ordre vanden grave van Vlaenderen (1); teene- 
maele vergaen , ende op den 23 April 1520 lagen noch twee 
zarcksteenen op hetkerchof met noch eenige relyquen van 
mueren, volgens de wettelycke vue du lieu van schepenen 
van den Vryen, ende is gebroken gebleven door de innon- 
datie van a* 1435, ligbt in den Roussclaere polder, noch 
in wesen, ontrent een half myle zayt van Oademanskercke , 
ende waren in voorleden tyden al morascagien. 

S' Jao« In Cremo, de moeren zyn noch in wesen : staet 
in S* Janspolder ontrent een halfve myle van Roasselaere, 
xnytoostwaerts, ende ontrent soo veele zoytwest van Water- 
vliet. 

S' nargrlete heeft gestaen in S' Crujrspolder boyten den 
dyckx, ontrent een halve mile zayt- west van S' Nidays 
nu Oademans, ende ontrent ^ mils noortwest van Roasse- 
laere ; men siet er geene relycqaen van , dan cleene stacken 
fondamenten. lek hebbe verstaen van Picter Vlaere, een 
treSélyck ondt man , ende noch veele onde catholycqae per- 
soonen , aldaer gewoont ende gefreqaenteert hebbende ontrent 



(1) Geile prise de possession de 170 bonnicrs de terre, dont Fauteur 
peul avoir trouvé mention dans une charte de 1501, comme il dit, 
eut lieu pendant la première moitié du l-?»* siècle. Une charte 
de Tan 1247 parle de ce Gossuin de Roulcrs et de son domaine 
mesurant 170 bonniers. G'esl dans cette charte qu'il accorde une 
partie de ses dîmes en faveur du curé de la nouvelle é{çlise qu*on 
venait d'ériger k ce Nieuwe Rousselaere. [Voyez: Analectes pour 
servir à Vhistoire ecclùiaslique de la Belgique. Tome II, 1865, p. 171), 



130 

het jaer 1617, alswaoneer Carel van der Zwaelme met an.ler 

van Ysendyck, fjne afgevallene cLrïstene, bedjckten denselven 

polder ende willende de relycqnen vande selve kercke inde 

creke met eenen dyck bedecken, daerinne spotsche wyse 

werpende bet beeld van S* Margriete , daer veele gewoel int 

water qaaemp, ende aldaer niet en conden daer geraken 

nochte voorder djeken. Ja oock int jaer 1652 en hebhen 

deselve creke niet connen stoppen soo ick schryver gehoort 

ende ghesien hebbe. 

l>«>cretboack Sint Laoreyn» te blocke heeft gestaen in Beoosten- 

da/dlte*ïer- ^ereedc ontrent een halfve rayle saytwest van S»-Margriet ende 

cke lant heen. ontrent 600 R. noort van S*-Laureyns int ambacht van Mal- 

* deghem , alias S^-Laureyns te bossche, tecnmacle wecb ende 

ghedestrueert. 

Ilplcl»br«ack was voor d'innondatie een clooster deel van 
de abdic van den Dune , waer an zy hadden bet als 600 G. 
lants ; gestaen hebbende omtrent 500 roeden west van S* Lau- 
reyns ten block ; is oock gebroken , gcdestrueert ende het 
lant vercocht ontrent a* 1650. 

S* CrayA buyten Ardemburch, ontrent een halve myle 
noortwest van daer, ende l beoostcn Aerdembnrch , is zeere 
gebroken ende geschonden , oock gebroyckt daer de ketters 
nu leeren. 

Binnen JkerdeuÈhureh^ alias Bodemburch^fhchie testaen 
het alderschoonste vat dat inde 17 provinciën was: de kercke 
van Onze Lieve Vrauwe, met twee uyttermaeten schoone 
torren nevens eikanderen, in alles seere manificq ende 
triomphant, die tsydert de rebellie gans afgebrocken is, ge- 
staen hebbende buyten ende inde veste van de oostpoorte 
derselver stede; was voorsien van manifique ornementen ende 
kerckelycke habiten, schoone gcestelyke bencRcicu, ende 
tot onderhout van alles , voorsien van bet als dusent gemeten 
lants, soo bevynde by oude ommeioopers en bescheeden; ende 
alle degonne die bemoyent hebben met afbreken syn als sneeuw 
voor de sone vergaen, daer bleven 17 van de brekers doot 
met een stick van ccncn mucr dat op hun viel, alle htt 



welcke ick seere dicmaels bebbe hooren zeggen van de wet- 
hoaders ende principaelste ooderlyngbe van de stadt, over 
omtrent dertich jaeren berrewaerts. 

Daer is oock de kerke van S* Baefs nocb in wezen , daer 
de ketters in predicken , oock Wel voorsien synde geweest ats 
die van Onse Vrouwe; aldaer is oock geweest een Bagin- 
bof ende een Hospitael genaempt S' Jans-hnys , oock wel voor- 
sien van lande ; die stadt heeft landen binnen haer paelen , 
bojten de stadt aldaer heeft oock gestaen de Cnpelle van 
S' Joris, voorsien van notabel landen ende stont op 9 ge- 
meten lants west bj de stadt en zujt bj Steendamme dat 
DQ den Elderschans is. 

De kercke van middelbarch in Vlaender, alias Heyle, was 
gedaen maken ende gedotert met bet als 700 G. lants tot 
het onderhout van dier, met eenen cantor, seven cano- 
Dyncken, twee capellaene, coster, sangers, orgelist, ende 
zeere manificque ornementen ende babiten, statuten etc. by 
mber Pieter Bladelyn, rudder, heere vander selver plaetse, 
ontrent bet jaer 14S8, ende Heyle wiert te niet gedaen, 
danof noch eenighe mueren ende fondamenten te sien syn ; 
ontrent welcken tyt den selven mber Pieter Blaedelyn cochte 
een hofstede van de abdie van Middelburch in Zeelant , danof 
hetselve Middelburch den naem heeft, ende dede maeken 
het Gasteel aldaer noch staende, de stede bevesten ende 
bemueren, met poorten, stadthuys, hospitael van & Jans- 
huys , het selve oock gefondert ende gedoteert met diversche 
landen ende renten ende denselven Bladelyn dede oock mae- 
eken het casteel ende een capelle ghenaempt Leestkins , seere 
triomphant gebauw maer niet groot, in welcke capelle de 
muenyncken van Zoetendaele wekelyckx eenighe missen 
schuldich waeren te doen , by zeker beneficien genoten ; den 
selven Bladelyn licht begraven inden coor van de voorseyde 
kercke, overleet a* 1472, in een tombe, ende by hem licht 
syn huysvrauwe, vrauwe Margriete Van de Vagheviere, 
overleet 1476 sonder generatie. Ick bevinde by oude papieren 
dat denselven oock genaempt was Bladelyn , alias Lcestmaker. 



132 

Ende int jaer l8tS dede Jo'. Guillaume Saillant, beere 
van Hiddelburch {en marge: was zone van Willem Hugonet 
beere van Saillant ende van Middelburch, Burcbgrave van 
Yper), ende sjn huysvrouwe Marje De Lem , fonderen ende 
maeken een ciooster van aerme Glarisen die door de trou- 
belen vertrocken sjn tot Ypcr, alwaer eenighe nocb geleeft 
hebben tot over ontrent de vyfventwyntich jaren, sjnde de 
mueren vant selve ciooster noch in wesen. 

Voorts syn ontrent hetselve Middelburch oock geweest di- 
versche cap^Uekins, onder andere een schoone capelle van 
S* Lievens gestaen hebbende ter noortsyde van den Zuyderen 
Bruggewech , soo men van Middelburch naer Moerkerke gaet , 
(en marge :yooris was noch een capelle ende een capellerye 
van Reygarsvliet, ghestaen hebbende tusschen Middelburch 
ende de kerke van Heyle , by de hofstede de Blauwe Poorte 
int 40* begin der waterynghe van bewestendereede bezuyden 
den mannepat:) ende is te weten dat de selve heerelykeyt 
te vooren geen leen en was; licht een halve myle west 
van Aerdenburch, ende Heyle licht ontrent 500 R. noort 
van daer soo men naer Sluys gaet. 

De abdie van Soetendaele gestaen ontrent 600 R. suytoost 
van Middelburch; de Religeusen waeren Augustynen regu- 
lier; is teemaele afgebroken, gelyck oock Papyngeloo een 
ciooster in Maldegliem, Spiermuillie in Zysseele, Serepten in 
Moerkercke, de Jacobinessen , die van S' Truyden in S* Catbe- 
lyne buyten Brugghe , de Chartruesen in S*Cruys,ende de 
Chartreusinnen die nu door de troebelen al binnen der stede 
van Brugghe syn gecommen. 

Alle welcke plaetsen syn onder het landt van den Vryen , 

doch veele onder de jurisdictie van de Staeten. lek bevinde 

Octrov om dat hetselve quartier al vaste landen syn gewest , den meer- 
ontrent Dam- j j , ^ , 1.1.1* I 
me te dycken Qrtu deel morasschen , poelen , bosschen , heyden etc , oock 

*" H- ^^ ^^^^^ ^*''^ ^^^ privilege gedruyckt , historien, octroyen , 

België, lib. 4, ommelopers ende ander bescheden dat deselve lauden door 

^M ifl • ^^° overvloet ende anwas der zee veel verbetert lyn, maer 

folio iST. ' oock zeere verscheurt van veele creken door den iuvloet 



133 

gemaeckt, veroorsaeckt tsydert den jaere 980» alswanneer 
deii kejser Otto dede daergraven de dnneo tasschen Brest- 
kins ende Ylissinghe tot afscheet vao het keyserdom ende 
Yrankerycke, eode daer legghen by maniere van een sluyse 
dat men hiet de Wielynghe , de weicke 31 6 jaeren daer naer 
duer een groot tempeest duer braken a* 1377 , alswanneer den 
meerderen deel van de prochyen boven vermeit innondeerden , 
boven alle de weicke bevynde noch Ninewe ofte IVevele , 
Liing-aerdcmbnrch een ghepreviligieerde stadt, {en 
marge: in Oostburch ambacht), Hennebenne, Trabeteo 
in Ardemburch-ambacht, maer can niet vynden waer ontrent ; 
dese kercken , hebbeu zeere zwaere stoten geleden door de 
duerbrake ende overvloet der see a*" 1135 tot 1180 ontrent 
Sluys, Damme, Bragghe , Oostkerke ambacht, 1316, 1377, 
1383. 1404. 1422. 1435. 1477, 1530, 1531 , ende geen van 
al so veel schaede niet geschiet, als de innondatie geschiet 
doer de duerstekynghe van de Rebellen gedaen ten jaere 1583, 
waermede sy hebben doen vloyen meest alle de landen lanzt de 
zee van ontrent Dixmnyde tot voorby Aentwerpe , ende den 
landen soo ghestelt dat de eygenaren, zoo gheestetycke als 
weerdelycke (stc)by gebreck van middelen tot voldoen een 
geschodt van acht stavers het gemet , haere landen daer vooren 
vercocht syn geweest by décrète, ende vercocht gebleven. Int 
noort-quartier van den Vryen, int jaer 1597 ofte daer ontrent , 
ftoo blyckt by de originele bewysen onder my, schryver, 
rustende, daer by oock bevynde de overgroote jamerlicheyt 
duer voorseyde inuondatien gebuert , nytdrnckelyck bevynde 
oock dat de menschen uyt Brugghe door d'ihnondatien 
hebben moeten vertrecken . oock somtyds boven haer solders 
moeten woonen. 



134 

3'« AFDEELING, WEGENS DE VIER AMBACHTEN. ENZ. 

Nou. De ^^'^ Terhael yan de innondatien, verwoestyngen en- 
tlraHJs^uu- ^® destructie der keroken, oloosters etc. gebuert 
ghe ambaciii. in de Tier ambachten te weten Bouchoutte, Asse- 

nede. Axel» Terneusen en het landt van Waes met 

ander plaetsen daer ontrent. 

Breslkin» licht in uytterst van den Ejlande van Cad- 
zant, jegens over Vlissjngbe, noch in wesen. 

De kercke vande Groede (C) alias Moenkercke noch in we- 
ien ; daer waeren de7ghetyden, prochy-pape, 2 a3 capelaenen , 
onse L. Vrouwe gilde. Den prince heeft ontrent het jaer 1578 
de landen vande seven getyden ghegeven met consente des 
heiligen Stoels van Rome an de nonnekins van Serepien tot 
Brugghe , doch niet inde pocessie connen geraken vande landen 
onder haer ghebiet , maer van een deel , eenigen tyt » ontrent 
Bcveren ende Veerbroeck. 

I%'lcaw¥licl is maer onlancz gemaeckt int Eylandt van 
Cadzant, tsydert de gueseu tydt. 

De kercke van Sehoodi'ckc, alias Stovendycke heeft ge- 
staen ontrent een myle van de Groede, ten noort oost, nu in 
Prins Wyllems polder, bedyckt a* 1650, te vooren de oude Gue- 
ne waterynghe, voorsien van veele landen ende ontrent { myle 
noort van Oostburch ; daer was oock Onze L. Vrauwe gilde ; 
ten jaere 1652iseene nieuwe kercke gemaeckt , nu geuaempt 
Prins Willems dorp, voorsien van eenen minister ; die ghelan- 
den hebben moeten geven het honderste gemet van de bedyckte 
landen totdeselfs onderhout [en marge: ende het groot gees- 
telyk goet apliquiren de Staeten tot haeren noot.) 

Gatcrnlttse heeft gelegen ontrent een halfve myle noort 
vande voorgaende, ende liggen de fondamenten nu buyten 
ende nevens den dyck van Prins Willems polder , nevens het 
diep der zee. 

Raqueste ^^" î °^j'^ ^^^^ ^^° ^^^^ ^^^^^ gestaen de kercke en 
andeK. Mat. ^^q gcpreviligeerde stadt genaempt HogeTlicti nu in zee. 



135 

Jn Ootttboreh {en marge: was een gepriviligeerde btadt» 
oock jurisdictie hebbende buyten de veste, a* 1672 gedcs- 
moulieri) was S^Eloys, S* Baefs, 2 prochye kerckeo eude een 
Bagytjhof» ende S' Jansbuys, al wel voorsieu synde geweest» 
dat de Staeten uu antrecken voor haercu dienst , van welcke 
symeer houden als van godtsdienst, want dat iucommen em- 
ployeren sy ; ende soo wanneer sy octroyen verleenen , belas- 
ten de inghelande voor godstdienst te geven het honderste 
geniet )ants,daer uyt sy de predicanten ofte ministers betaelea. 

De procJiyekercke van OsemaiiM , alias Noonnanskercke is 
teeneiuaele wech, heeft gestaen in den Oesemans polder, 
oost van Oostburch disterende ontrent ^ mils , daer syn noch 
reliquen vande fondamenten, lu de selve prochie, in den 
nieuwen Gaene polder, heeft ge&taen 6* Christoffek capelle 
die groot was^ voorsien van een capülaen;^a* 1618 begrepen 
ÏD den oraigne polder. 

De kercke van tllemaere heeft gestaen daer a* 1614 be- _, 

^ Was eer- 

djckt is den Maurits polder, soo men bevyndt by seker on- iyis eeo beer- 

giuele acte van vue du lieu van den jaere 15:20, daervan ick bfyckV'by su- 

schry ver gcene ander relycquen en hebbe gesien , nochtans Saten^lTinaer" 

daer veele verkeert over ontrent dertich jaeren; synde destantie te lüOi, naer 

ontrent een halfve myle daer nu Ysendycke licht, dat stadt ende Doomyckeiut 

fortresse gemaeckt met een kerke voor d*afgevalle katholyken den^**^üuv<?r- 

tsydert de rebellien. neup van Win- 

DfiDoafilfi 

Ondt Viiendj^eke licht in den Emelia polder bedyckt a* vjde de carte 
1639 volgens een besoigne van ondersouck van 8" 9*»" 1619, van 1638. 
nu int Eylant van Biervliet, was eeue ghepriviligeerde stadt, 
teenemaele vergaen door d^innondatie van den jaere 1437 
soo tuycht seker octroy van a* 1497. 

Daer ontrent heeft noch gewest een ghepreviligierde stadt [>e requesie. 
int selve ambacht , geuaempt Lau^-aerdeiubarcli , maer 
de plaetse can ick niet vinden. 

Voorts ontrent een halve myle suyt van daer heeft gestaen 
de kenke van iïnue Lieve Vrouwe ten Uaiuer volgeus 
doode carte met previlege gedruyckt, ende nu inde groot 
guele het Suytdiep, dat men geeu relycquen danof en siet 



136 

etc., dan in Novembre 1619 is by informatien in eene vue du 
lieu bevonden de plaefse daer deselve kerke gestaen heefi 
daer de Eerw. heer abt van S* Pieters Leere af was, 
Vaerncwyck Ter Plet {D) ofte de Pietekercke op d'uuytterste pale vant 
4ii. ^ *** ^ Vrye, volgens de bescheeden vermeit van Ont Ysendycke, licht 
inde voornomde gueie ; inde selve prochye heeft gestaen 
t' Wiliemynen clooster, in den Lauwerynen polder, te vooren 
S* Salvators polder, vergaen door d*înnondatie de a' 1373 etc. 
Ommeloper Biervliet eertyts een stede daer was de kercke van S' Ni- 
ou e uene. ^j^^^ ^^^ ^^^^ ^^^ ander met twee torren met naelden te samen 
vier, volgens een oude carte gemaeckt a^ 1 561 , soo oock te siene 
Subalterne is by eene seer oude carte inde abdie van den Dunne , soo 
Tan rugg e. ^^^^ bemercken can wel 300 jaeren oudt , oock hebbe be- 
vonden dat daer religieuse vrauwspersoonen geweest ende 
gewoont hebben. 

Watervilet ontrent een halve myle suyt van Nieuw 
Ysendyck, gedaen bauwen ende wel gedoteert met veele 
schoone landen , beneficien , by Mher Jeronimus Lauweryn, 
rudder, heere van de selve plaetse, ontrent a* 1500, stout in 
S' Christoffels polder, was te vooren genaempt Sgraven 
goet, ende noch te vooren Watervliet, synde stede ende 
vryheyde contribuable in slandts lasten mette stede ende 
Casselrye van Yper. 



NOTES. 



(A ) p. «7. Voyez Notice sur Blankenberghe. Annales de la Société, 
Tom. 3, p. 53. 

{B) p. i27. C'est bien ici VHusterloo, dont parle van Maerlant, 
dans son Reinaert de Vos, édité parWillems en 1856, p. 104-108. 

(C) L'abbaye des Dunes possédail une censé [curtis] dans les 
poldres de Groede. 

(D) Voyez, tome l' de nos Annales, p. 18. la Keure de la Seigneurie 
de Ter Pieté, de 1265, donnée par Jean, abbé de S»-Picrreà Gaod, 
seigneur de ce lieu. 



1S7 



NOMS DES LIEUX CONTENUS DANS CET ARTICLE. 



A. 

Auivrer^en, pages 126, 153. 
Ardemburch, 127, |30, 132. 
Ardemburch ambacht, 133. 
Assenede, 134. 
Axel, 13i. 

Beinjaerdskercke, 128. 
Beoos lende reed e , 130. 
Be veren, 134. 
Beweslendereede, 127, 132. 
Biervliet, 135, 136. 
Blanckenberghe , 127. 
Blauwe Poorle (château), 132. 
Bouchoule, 134. 
Breslkins, 128, 133, 134. 
Broolsheiide (château), 123. 
Brugge, 121, 133, 134, 136. 



Cadzand, 128, 134. 
Calvekele, 123. 
Goxide, 128. 

D. 

Damme, 127, 132, 133. 
Dixmuyde, 126, 133. 
Ooornyeke, 135. 
Dunen (abbaye), 130, 136. 

E. 

Eede, 127. 
Elderscbans, 131. 
Eliemaere, 135. 
Emeiiapolder, 135. 

G. 

Gaternisse, 134. 
Gent, 129. 
Gravengoct (*s), 136. 



Groede, 134. 
Guenepolder, 135. 
Guenewa tering, 134. 

H. 

Hainckenswerve, 127. 

Heerwoufermansambachtfs) 126 
Hennebecne, 133. 
Hpyle, 123, 131, 132. 
Hugevliet, 134. 
Hulslerloo, 127. 
Huugheambacht, 134. 

L. 

Lammesvliet, 127. 
Lang-aerdemburch, 133, 135. 
Lapscheure , 127. 
La uwerynen polder, 136. 
Leestkeuskapeile , 123, 181. 



Maldeghem, 123, 130, 152. 
Male, 127. 

Mannepadt, 127, 132. 
Maurilspoldcr, 135. 
Heunikereede, 128. 
Middelburg in Vlacnderen, 123. 
127, 131, 132. ' 

Middelburg in Zeeland, 131. 
Moerhuyse Waleringe, 123. 
Moerkercke, 132. 
Moerskereke, 134. 

ir. 

Nieukercke, 128. 
Nicupoorl, 126. 
Nieuwvliet, 134. 

II. li 



138 



Nieowerhaven , 138. 
Nineve of Ncvele, Iô3. 
Noormanskerckc , 135. 



Onze Vrouw ten Hamer, 133. 
Onze Vrouw ter Potlerie, 121. 
Ooslburch, 128, 154, 135. 
Ooslburchambacht , 133. 
Oostende, 127. 
Oostende (oud), 12T. 
Ooslkcrckeambacht , 133. 
Oostvliet, 128. 
Oraignepolder, 133. 
Osemanskercke , 135. 
Osemanspoldcr, 135. 
Oudeman, 129. 
Oudemanskercke, 128, 129. 
Oudemanspolder, 128. 

P. 

PapyngloOi 132. 
Peerdemart, 128. 
Pietekercke, 136. 
Prinswillemsdorp, 134. 
Prinswiliemspolder, 128, 154. 

Reygaertsvliet, 123, 152. 
Rodenburcb, 130. 
Rousselare (nieuw) 129. 
Rousselarepolder , 129. 

8. 

Scberpbout, 127. 
Schoondycke, 128, 134. 
Scboonvelde, 1i8. 
Sereplen, 132, 134. 
Sint-Adriaenscapclle, 197. 
Sinte-Galhelyne, 128. 
Sinle-Gatbelyne, buiten Brugge, 

132. 
Sinte-Catbclyne, buiten Danrme, 

127. 
Sin te-Caibelyne buiten Oostende, 

126. 
Sinic-Calhelynepolder, 128. 
Sint-Cbrisioifelsca pelle, 135. 
Sint-ChrisloffelsDOlder, 136. 
Sint-Clcmenspolder, 127. 
Sint-Gruys builen Aerdenburg, 

130. 



Sint-Gruys builen Brugge, 132. 
Sinl-Gruyspolder, 129. 
Sinl-Jan in Eremo, 129. 
Sinl-Joriscapelle, 131. 
Sinl-Laurcyns te bosscbe, 130. 
Sint-Laurcyns te blocko, 130. 
Sinl-Lievenscapelle, 123, 132. 
Sinte-Margricle. 129. 
Sinl-Niclais in verno, 128, 199. 
Sinl-Pieiersdyck, 127. 
Sinl-Quinlin in Vermandois, 128. 
Sinl-Salvaiorspolder, 127, 136. 
Sinl-Truyden, 132. 
Sluys, 127, 128, 132, 153. 
Spcrmailiie, 132. 
Spielsbrouck, 130. 
Stampershouck, 197. 
Slandaerlsambacht, 127. 
Slcendamme, 131. 
Siovcndycke, 128, 134. 
Suyidiep, 135. 
Sysscele, 152. 

T. 

Terneuzen, 134. 
Trabelen, 135. 

Uuytkercke, 127. 

Veerbroeck, 154. 
Vlissynghe, 128, 155, 134. 
Vrye, 126, 128, 129, 139, 155, 156. 

Waes. 134. 
Warhem, 125. 
Walervlicl, 128, 129 136. 
Wielynghe, 155. 
Willemynenclooster, 156. 
Winendale, 155. 
Wulpen, 128. 

Yper, 132, 156. 
Ysendycke, 150, 155. 
Ysendycke (nieuw), 128, 136. 
Ysendycke (oud), 155, 136. 

Z. 

Zoetendaele, 151, 152. 

G. V S D. 



139 



BIOGRAPHIE DE M»^ DAVID VERBEKE. 



La Société d'Émulation vient de perdre un 
de ses Membres effectifs les plus anciens dans 
la personne de M. David Verbeke, décédé le 
13 Octobre 1867, à Meulebeke, où il était curé 
depuis 1843. 

Né à Roulers, en 1796, le jeune Verbeke fit 
ses études humanitaires au petit Séminaire de 
son lieu natal avec la plus grande distinction, 
n se voua au sacerdoce et fut successivement 
nommé professeur à Poperinghe et à Roulers. 

La révolution de 1830 le trouva vicaire de 
S*-Martin, à Courtrai. A la fleur de l'âge, d'un 
esprit incisif et pénétrant, il avait combattu 
énergiquement les errements politiques et reli- 
gieux du gouvernement des Pays-Bas. Le district 
de Courtrai, connaissant sa haute capacité, 
son énergie et son patriotisme , l'envoya comme 
Député au Congrès-National : il y trouva les abbés 
Andries, De Foere, De Haerne, De Smet, Vande 
Kerckhove, Verduyn, Wallaert, tous membres 
élus par les différents districts électoraux des 
deux Flandres. Ces ecclésiastiques comprirent 
tous sans exception la hauteur de leur mission 
et contribuèrent, avec un louable élan, à tout 
ce qu'au point de vue social et religieux, le 
Congrès fit de bon, d'utile et de grand. 



140 

Le vicaire Verbeke renonça bientôt à la vie 
parlementaire et fut appelé , avec MM. les abbés 
Dehaerne et Clément, à fonder le Collège de 
Courtrai ; établissement qui se plaça en peu de 
temps au rang des meilleurs de ce genre. 

Promu successivement aux cures d'Ouckene et 
de Meulebeke, l'ancien principal de Courtrai se 
sentit toujours un attrait tout spécial pour l'ensei- 
gnement de la jeunesse, il érigea des écoles pour 
les deux sexes ; il ouvrit des ateliers à côté de ces 
écoles afin de fournir le pain de Imtelligence en 
même temps qu'il fit gagner celui du corps. 

La crise alimentaire des années quarante passa 
sur Meulebeke, commune de près de 8000 âmes 
sans l'entamer d'une manière aussi désastreuse 
qu'elle ne le fit dans les localités avoisinantes ; 
ce bienfait était dû à l'intelligente et prévoyante 
sollicitude du curé. 

Ayant réussi dans ses différentes entreprises, 
le savant prêtre reçut, en 1856, une distinction 
bien flatteuse et bien méritée, il n'était pas 
seulement zélé et bienfaisant , mais un des prêtres 
les plus instruits de son temps. L'université catho- 
lique de Louvain lui conféra le titre de Docteur 
en plulosop/ue. et lettres. Un arrêté royal lui con- 
féra la décoration de Tordre Léopold. 

La même année 1856 , ses anciens élèves du 
collège de Courtrai, ses amis politiques, ses 
paroissiens et toutes les personnes qui s'hono- 
raient de l'avoir connu dans l'intimité , lui ména- 
gèrent une surprise à laquelle il avait grandement 



141 

droit. Ses paroissiens reconnaissants lui ofiFrirent 
un calice , ses amis firent graver sod portrait et 
se réunissant dans un banquet simple et cordial, 
tous à l'unisson fêtèrent le pasteur vénérable, 
lami de la jeunesse et l'homme érudit , qui s'était 
constamment trouvé sur la brèche dans la lutte 
du bien contre le mal, dans la défense du droit 
contre les empiétements de l'arbitraire. 

Il brilla surtout dans la polémique et, sans 
désemparer, il employa sa plume pour défendre 
ce qu'il avait aidé à faire inscrire dans notre 
Constitution, savoir les droits des Belges catho- 
liques et indépendants. 

Il possédait en effet à un haut degré le talent 
de rendre intelligibles et pour ainsi dire palpables 
au plus simple lecteur , les questions quelquefois 
assez compliquées de notre organisation sociale 
et politique. Il en expliquait les motifs et le 
véritable sens avec une clarté et une simplicité 
étonnantes. Il exposait les droits et les devoirs 
du citoyen, de manière à communiquer au lec- 
teur le feu sacré dont il était animé lui-même. 
Il parvint ainsi, par un travail qui a duré plu- 
sieurs années, et au moyen d'une nombreuse 
suite d'articles insérés dans les revues et jour- 
naux, et notamment dans la Gazette van Thielt^ 
à relever, à fortifier l'esprit national. Il parvint 
ainsi à former, surtout dans cette partie de la 
Flandre, une masse d'hommes éclairés et con- 
vaincus, contre lesquels la lutte de la part de 
l'opinion contraire est devenue impossible. 



142 

Le plus beau monument à élever à la gloire 
de ce savant et vénérable prêtre, ce serait de 
donner, dans un seul volume, le recueil des 
dissertations, des discours, des articles, des 
lettres, des réfutations etc. sortis de sa plume. 
Ce petit volume formerait une espèce de caté- 
chisme politique, et servirait comme de monu- 
ment historique, pour constater l'état de la 
polémique, la situation des partis en Flandre 
pendant et notamment à la fin du régne du 
premier Roi des Belges. 

n est impossible de désespérer de voir ce 
vœu réalisé bientôt, quand on considère le grand 
nombre d'élèves distingués, et d'amis véritables 
qu'a laissés cet homme de bien. 

La fête de 1856 fut relevée par la présence 
de MM. le Baron d'Anethan, le Baron Bethune, 
le Comte de Muelenaere, le Baron Lebailly de 
Tilleghem, le Comte de Montblanc, Baron d'In- 
gelmunster et ses fils, M. Mulle de Terschuren, 
les représentants Tack, Eodenbach et Thien- 
pont, MM. les chanoines Dehaeme, Andries, 
Clément, Carton, etc. etc. 

Ses funérailles furent honorées de la présence 
d'une trentaine de prêtres et de quantité d'amis, 
accourus de tous les points du diocèse pour 
rendre un dernier hommage de vénération et 
de gratitude au pasteur , au père et à l'ami de 
ses ouailles et de tous ceux qui l'ont connu. 

F. V. 



143 



^N-AJliEOTBS 



POUR SERVIR A 



L'HISTOIRE DE ROULERS. 



DEUXIEME FASCICTTLB. 



IV. 



Nous avons dit, à la page 41 de ce volume, 
que, trois ans avant la suppression de l'abbaye 
de Zonnebeke, l'abbé avait pris des mesures 
pour augmenter le bail des terres et soigner 
la plantation d'arbres. Quoique cela soit étran- 
ger à l'histoire de Roulers et concerne plus 
particulièrement celle de l'abbaye de Zonnebeke, 
il ne sera peut-être pas sans intérêt de voir 
quels soins les abbés prenaient pour améliorer 
le produit de leurs terres. Mais, afin de ne pas 
trop nous éloigner de notre sujet, nous ne 
sortirons pas du territoire de Eoulers. 



144 

Voici à ce sujet les observations de Tabbé, 
consignées dans un écrit dont la teneur suit: 



Note van refledien wegens d*adfninütratie i>an de landen 
in oost-Nieuwkercke en Rousselare buyten, welcke landen 
door den heer Prelaet syn besigtight ende oversien ge- 
weest ter plaetse, op den 26 April 1792. 

Marccs Sablen. 

Op het gebrojk van Marcas Saelen , Ronsselaere , groot 
0,2,82 roeden, by den terrier art. 1, bevonden dat er 
ten westcante staen vyf popelieren enckel plantsoenen , door 
dito Saelen geplant, ende waeraen hy Saelen, als pachter, 
maer can hebben 9 jaeren vergroey. 

T' informeren aen S' Declercq of Saelen pacht heeft , of- 
te continaatie by tacite reconductie. 

Saelen betaelt nu van pacht L. 1.5. O gr. *sjaers, en 
moet pachten in *t toekomende a L. 2. 3. 4 gr. ''s jaers. 

Engelbertcs Glats. 

Den selven Glays gebruyckt 8. 2. 11 r. par terrier art. 
3, te weten 1. 0.0 roèn ten tytel van cheinse die expi- 
reert baefm. 1793; 't surplus ten tytel van pacht by taci- 
te reconductie , t'saemen a L. 8. 0. 0. gr. 'sjaers. 

Deze partye moet in *t toekommende verpacht worden L. 
16. 0. O gr. 'sjaers. 

Geordonneert aen S' Declercq den noord ende oostcant 
deser partye te beplanten met popelieren. 

Joseph Hovtn. 

Joseph Hovyn , emmers getrauwt met de doch- 
ter dito Hovyn , gebruyckt by tacite reconductie 3. 0. 66 
roeden , par terrier art. 5, a L. 3. 0. 0. gr. by jaere. 

Deze partye moet in 't toekommende verpacht worden a 
L. 8. 0. O gr. by jaere. 



145 

Geordonneert aen S' Declercq popelieren te planten op 
den noord ende oostcant deser partje. 

Joseph Yerhaegub. 

Den selven Yerbaeghe, emmers synan sone, gebruyckt 
in cheinse, die expireert baefm. 1794^ 3-2*87 roeden, par 
terrier art. 13 a 3-0-0 gr. 'sjaers. 

Deze partye can , ten expireren van den cbeins , yerpacbt 
worden aen Jacobus Vermeulen, om gebruyckt te wezen 
met d'hofstede daer nevens gelegen. 

Garel Calmetn. 

Den selven Calmeyn , emmers Pieter Conssement , gebruyckt 
in cbeinse i 7-0-35 roeden, par terrier art. 14, 15, 16, 
17 en 18, die expireert baefm. 1797, a L. 12-0-0 gr. 'sjaers. 
Den groeten meersch, deel maekende van de bovenstaende 
masse, is groot betb de 5 ghemeten. 

De landen bier boven moeten , naer *t expireren van den 
cbeins, varpacbt worden a il. 14-0-0 'tghemet. 

DAbdye vermagb, volgens den cheinsbrief, de boomen 
over te nemen in liggende weirde. 

Het convenieert van , sonder uytstel , te doen maekcn een 
getal van de boomen als nu daer op staende. ^ 

Daer moet op dese landen geplant worden eene groote 
quantiteyt van abeelen en popelieren boomen. 

P DOBBELAERB. 

De partye, par terrier art. 19, groot 0-2-16 roeden ge- 
bruyckt door Dobbelaere , ten deele in Hooghlede, niet gesien. 

Den pacht is, by tacite reconductle a L. 0-16-8 gr. 'sjaers, 
en in 't toecommende te verpachten a L. 1-10-0 gr. *sjaers. 

Te examineren of er op het gebruyck yan dito Dobbe- 
laere connen boomen geplant worden. 

Les autres observations concernent des biens 
situés à Oost-Nieuwkerke. 



146 



V. 



L'espèce d'inventaire mentionné à la page 41 
de ce volume, indique encore d'autres docu- 
ments qui concernent les autres chapellenies, 
binnen ende ontrent Rousselaere, et dont la col- 
lation appartenait à l'abbaye de Zonnebeke. Nous 
le publions ici en entier, espérant le faire suivre 
des pièces qu'on y indique, à mesure qu'elles 
seront retrouvées. 

Bewysen raeckende de fondatien van divérsche CapelUn by- 
nen ende ontrent Rousselaere , ter coUaiie vande abdye 
van Zonnebeke, 

1327. Sententie vanden ofBciael van Doornick» aengaende 
2eecker goedyngen vande capelle van thospitael , te 
Rousselare. 

> Ghifte van seeckere renten aende capelle van O. L. 

Vrauwen gasthuys tot Rousselare , door Heer Wouter 
van Schiervelde. 
1356. Copie vande fondatie vande capcUe van St Jacob te 
Rousselare, door heer Joos de Hemsrode; eude con- 
firmatie der selve. 

> Copie vande fondatie der capello van St Jooris te 

Bets, door heer Rogier van Lichtervelde. 

1368. Ghifte vande presentatie der capeirye van'tH. Crays 
inde capelle van St Jooris te Bets , door Rogier van 
Lichtervelde. 

1370. Copie vande fondatie der capeirye van theylich Cruys 
tot Rousselare, te Bets, door Rogier van Lichter- 
velde. 

1377. Satere van d'eerste ende twedde ghyfte van Rogier van 
Lichtervelde , raeckeude de capeirye van Bets ; ende 



147 
twee coopien aaihenticq vande fondatie der capelle 
▼an theyliche Dryvuldicheyt, te RoDSselare. 

1388. Collatie vande cappelle van het gastliuys , te Rousselure. 

1403. Incommen vande capelle van O. L. Vrauwe van 
Rousaelaere. 

1411. Presentatie vande capelle van S** Micbiel, te Rousselare. 

1448. Diversche saters aengaende het incommen ende col- 
latie vande cappelle van S^ Michiel, te Rousselare. 

1458. Collatie der capelle van O. L. Vrauwe , ghesejt t'lse- 
ghem, bynen Rousselare. 

1472. Collatie vande cappelle S^ Jooris ter Bets. 

1473. Sententie aengaende de capelle van St. Jooris te Bets, 

in Rousselare. 

1474. Satere raeckende het incommen vande capelle van 

St. Michiel, te Rousselaere. 

1490. Resignatie der capelrye van St. Jacob door heer Pavonis. 

1492. Satere van renten in Kaechtem, toebehoorende de capel- 
rye van O. L. V. Broederschap, te Rousselare. 

1498. Collatie vande capelle van St Cathelynne , te Rousselare. 

1500. Copie vande presentatie der capelrye van St. Cathe- 
lyne, te Rousselare. 

1810. Collatie der capelrye van St Michel, te Rousselaere. 

1511. Ordonnantie van te kyesen der capellanen inde absen- 
tie vande proprietarissen , ende privatie vande dis- 
tributien der absenten inde ghetyden tot Rousselare , 
door den vicarius generael van Doornick. 

1511. Diversche stncken van processen raeckende de capel- 

rye van O. L. V. tTseghem, te Rousselare. 

1512. Sententie aengaende tproces der capelrye van O. L. Y., 

gheseyt t'lseghem, te Rousselare. 

1513. Collatie der capelle van S* Cathclyne, tot Rousselare. 

1514. Resignatie der capelrye van S' Michel. 

1567. Sommighe renten aengaende de capelrye van S^-Jacob , 

tot Rousselare. 
1630. Unie vande capelle van St. Jooris ter Bets met de 

pastorie van Mieuwkercke. 



148 

1646. Collatie vande cappelle van O. L. V. tTseghem, 

a* 1646. 
1727. Ghctal vande capellanien van Rousselaere met bunne 

vruchten , en syn 9 inH geheel , waer van den abt 

van Sonnebeke patroon is. 



VI. 

Outre le précédent inventaire, j'en ai un 
second qui nous apprend qu'une grande quan- 
tité de pièces , ayant également rapport à Rou- 
1ers, étaient conservées dans les archives de 
l'abbaye de Zonnebeke. Ce deuxième inventaire 
n'est pas moins intéressant que le premier, 
parcequ'il pourra diriger dans ses recherches 
celui qui voudrait écrire une histoire complète 
de Roulers. Nous ne faisons ici que rassembler 
ou seulement indiquer les matériaux pour la 
rédaction de cette histoire. 

Documenten raeckende dCabdye van Zonnebeke , lotende ontrent 
Rousselare. 

1199. ConGrmatie van Balduinus, grave van Vlaenderen, 
aengaende de ghyfte vande thiende van Rousselare 
door Theobaldas de Schiervelde. 

1245. Sententie by arbiters aengaende seeckeren grout van 
erfve, tot Rousselare. 

1263. Sententie van arbiters aengaende de novale thienden , 
te Rousselare. 

1336. Accoort met Andréas» Biscop van Doornick, raec- 
kende de oncosten van syne visitatie vande kercke 
van Rousselare. 



149 

1435. Confirmatie vande wet van Bousselaere aengaende de 
Collatie vande scolasterye van Rousselare. — (Vide 
onder de sticken van proces jegens de Paters Au- 
gostjnen van Rousselare). 

1482. Collatie vande scolasterye van Rousselare. 

1498. Vrjdom van het betalen van calcyeghelt te Rousse- 
lare. 

1507. Sententie van vyf lynen lants, ghenoempt tpierstyck, 
onder Oost-Yper ambacht. 

1432. Satcre van twee lynen lants in Rousselare, ghecoocht 
jeghens Gillis Rugghe. 

1471. Proces aenghaende de achterstellynghen vande beken- 

tenisse ofte deel vande offeranden te Rousselare. 

1472. Proces ende sententie van het voorschreven proces 

van dachterstellyngen van etc. 

1488. Copie vanden pachtbrief der thienden van Rousselaere, 
gheseyt de vroom thienden. 

1526. Procuratie ende lossynghe van diversche renten op 
huusen te Rousselare. 

Ib03-1533. Hantboeck ende ontfanckboeck van onse goederen 
ontrent Rousselaere tsedert tja3r 1503 tot 1533. 

1551. Copie aenghaende xvij ghemeten een lyne zvj roen 
eertyts verhuert door den abt Colen aen mevrauwe 
van thospitael aldaer a^ 1551. 

1561. Collatie vande pastorie van Rousselaere door deno- 
minatie 
> Rentebrief van 24 schelen par. op het huus gheseyt 
de Lombaert, te Rousselaere. 

1517. Lansmate van onse landen ontrent Rousselaere van 
den jaere 1517. 

1557. Diversche stucken van processen raeckende de thien- 
den van Rousselaere a* 1557. 

1553. Pachtbrief van xvu ghemeten lants, een lyne, 16 
roen, noort vande kercke. 

1503. Proces aengaende vyf lynen en half onder de vier- 
schare vanden Azelt, jegens Cornelis de Brede. 



150 

1607. Rekenynghe van Maerten van Hule vande landen 
ende thienden van Rousselaere a* 1607. 

1617. Declaratie van diversche saters ende documenten 
raekende de beneficien vande Capellen tot Boasse- 
laere, ghelicht uutte archiven vande abdye door 
dheer Joos de Meyere, pastor van Rousselaere. 

1629. Landsmate van alle onse landen liggende binnen der 
prochie van Rousselaere, ghemeten door Pieter 
de Poirs, gheswooren lansmetere. 

1642. Concordaet tusschen den heere pastor en de eerw. 
PP. Angustlnen in hunne admissie biniien Rous- 
selaere a"* 1642. — (Vide onder de sticken van 
'tproces tegen desele paters 1713.) 
» Relegerynghe van onse thiende tot Rousselare, ghe- 
collationert jegens har origineel. 

1645. Unie vande capellerien van Rousselaere aende colle- 
giale kereke a" 1645. 
> Acte vanden Biscop van Brugge waerdoor aen die 
van Rousselaere gheordonneert wort den abt vaa 
Zonnebeke te roepen over de rekenynghe vande 
kereke, ende de selve oock te teeckenen. 

1669. Canten ende aboutten van onse thiende onder 

ende ontrent Rousselaere. 

1647. Canten ende aboutten van onse thiende inde prochie 
van Rousselaere ghenaempt Oostrem a^ 1647. 

1663. Erfbrief van twee lynen, 51 roen lants, behuust, 
onder Rousselaere ambacht, ten profyte vande abdye 
van Zonnebeke a"" 1663. 

1668. Provigionele sententie tot laste vande PP. Augustynen 

van Rousselaere, van te openynghe 

vande latynsche schooien ende permissie vanden 
abt van Zonnebeke om te moghen doceren de latyn- 
sche schooien , als voor dezen ghedaen heeft R. P. 
Brulus provinciael. — (Vide onder de sticken van 
tproces tegen de selve paters 1713). 



151 
1669. Âccoort metten heere pastor ende gheswooren van 

Boosselare over de ... . reparatien vande kercke 

a* 1669. 
1688 

1694. Requeste vande moedere vande graenwe (zasters), in 
daten 22 Mai 169i , tenderende om schoele te hon- 
dene van joenge dochters, om te leeren lesen, 
schriven, cyfferen , nayen, spellewercken enz. 

1688. Bewys van tabackthiende tot Ronsselaere. 

1710. Auditie vande rekeninghe vande kercke van Rons- 
selaere door den dispensier vande abdie ujt den 
naem vanden abt. 

1701. Weerde van ...thiende competerende de thieude bof- 

fers in Ronsselaere. 
1 Rekenynghe vande oncosten ghedoocht inde reparatie 
vande kercke van Ronsselaere, ten jaere 1701. 

1702. Sententie raeckende de toubackthiende. 

1713. Requeste van Michiel Haspeslag om schole te hou- 

den te Rousseiaere. 

1714. Requeste van Jan Bap'* Ramaut om te moghen leeren 

de musycke inde stadt van Ronsselaere, in daete den 
28 Oust 1714. 
» Item van de graeue susters om te leeren lesen en 
schryven etc. 
1713. Renunciatie van appel van wegen de paters Augustinen 
van Ronsselaere , nopende de permissie te moeten vra- 
gen alle 3 jaren om de scholen te openen, anno 1713. 

vn. 

L'inventaire publié ci-dessus sous le Numéro V 
fait mention d'une liste des cliapellenies de Rou- 
1ers qui date de 1727. Cette liste vient de nous 
être envoyée du dépôt de Bruges avec d'autres 
pièces dont nous ferons également usage. Nous 



152 

commencerons par cette liste qui est plus qu'une 
simple nomenclature des chapellenies , puisqu'elle 
donne , entr'autres détails , le revenu de chacune 
d'elles. 

Numerus capellaniarum Rollariensium quarum patronusest 
abbas Zonnebecanus , earumque fructus prout antiquitus va- 
luerunt et valebant adhuc circa 1665, uti reperi in 
relatione quadam earumdem capellaniarum ac fructuum 
earum, suntque 9. 

Prima est sancte Marie, dicte castri de Iseghem, fuDdata 
io ecclesia Rollariensi. Fructus ejus jacent ioier limites 
thof tTseghem et circumcirca et consistunt in terris et 
redditibus paucis , excrescentes ad snmmam 20 velifilibrarum 
magnarum annue. Hec onita est cum subséquente. 

2* Est capellania S" Jacobi, fundata quoque in ecclesia 
Rollariensi, cujus fructus jacent circa Bollarium in terris 
et redditibus, scilicet in 12 vel 14 mensuris terre et ia 
redditibus avene et pecunie , excrescentes sîmul ad summam 
70 vel 74 libr, magn. ac consequenter, unita cum précé- 
dente, ad summam 90 vel 96 libr. magn, annue. Possidet bas 
modo Antonius de fiie, Rollariensis (1). 

3* Est capellania S^ Marie in hospitali Rollariensi, cuius 
fructus jacent in Nienwkercke , in terris, silvis, et redditibus 
avene et pecunie in civitate , excrescentes annue ad 36 libr. 
magn. hec unita est cum subséquente. 

4* Est capellania S** Crucis, fundata in sacello ter Bets 
infra limites parochie Rollariensis versus Hooghelede ; hujus 
fructus jacent in Wocmene consistentes in certa parte deci- 
marum valente annue 22 vel 24 Libris magnis et consequenter, 
unita cum précédente , 60 circiter libris magnis; vacant modo 

(1) C'csl-à-dirc en 1727. 



153 

per obitum D"* Willaert et inservit hls D"»" Joannes-Baptista 
De Vos. religiosos abbatie de Zonnebeke. 

8« Est capellania sanctissime Trinitatis fundata in ecclesia 
Rollariensi, cdjqs fructas jacent circa 't hof ^t Yseghem et 
in Yseghem et in Rumbeke etc. consistentes in terris, 
domo, redditibus siliginis, avene, pecunie et caponum, ex- 
crescentes ultra 20 libr. magn. annue. Uec unita est 
cnm capellania subséquente. 

6* Est capellania sancti Michaelis fundata in ecclesia Rolla- 
riensi, caJQS fructus jacent multi in Gidts et aliqui in parochia 
Rollariensi, consistentes in terris et redditibus quibusdam 
pecnniariis, excrescentes ad summam 20 vel 22 libr. magn. 
annue, ac consequenter unita cum précédente ad summam 
42 circüer libr. magn. vacant modo per obitum prefati D°' 
Gregorii Willaert et inservit his predictus D" De Vos, 
religiosus hujus abbatie. 

7* Est capellania dicta confraternitatis S** Marie fundata in 
ecclesia Rollariensi , et est incorporata seu unita cum pastoratu 
ej usdem loei, cuj us fructus jacent circa Rollarium in terris et red- 
di(ti)bus excrescentes ad summam 17 vel 18 Mr. magn. annue. 

8* Est capellania S** Georgii maftyris , fnndata in prefato 
sacello ter Bets : cujus fructus jacent in territorio Rollariensi 
et cirdter, in terris valentes annue 9 vel 10 libris magnis. 
Hec unita est cum pastoratu de Oostnieuwkercke. 

9* Est capellania S^ Catharine fundata in ecclesia Rolla* 
rlensi , de qua nihil repcri nisi quod sit incorporata semi- 
Dario episcopatus Brugensis 1571 , et quod sit pinguis. 



Vin. 

Pièces concernant la chapellenie de la confrérie 
de Notre-Dame. 

Cette chapellenie , fondée dans l'église parois- 
siale de Roulers, était incorporée à la cure de 

II, lâ 



154 . 
cette ville et produisait annuellement 17 à 18 
livres de gros. 

f. ~ tâM. 

(F0ND6 ZONNLDEKE, M« 130). 

Yicarius generalis in spiritualibus et temporalibus rêve- 
rendi in Christo patris et domini , domini Jobannis, Dei et 
apostolicœ sedis gratia , Tornacensis espiscopi , in Bomana 
curia residentis , dilecto nobis in Cbristo Petro de Dondere , 
clerico Tornacensis diocesis, salutem in Domino. 

Capellaniam perpetuam fundatam ad altare beate Marie 
confraternitatis situm in parrochiali ecclesia de RoIIario , dicte 
Tornacensis diocesis , ad dicti reverendi patl'is collationem et 
provisionem spectantem et pertineniem, nunc liberam et 
vacantem , per puram , liberam et simpHcem resignationem 
providi viri Johannis Dibbout, procuratoris legitimi et eo 
Domine , discret! viri domini Anselmi Verhanneman, ejasdcm 
capellanie novissimi possessoris, in manibus nostris sponte 
factam , et recepto a dicto procuratore , propter hoc , preclari 
•solito jnramento, per nos generose admissam ad presenta- 
tionem venerabilis patris Abbatis monasterii Beate Marie de 
Zinnebeke, ordinis sancti Augustini, Morinensis diocesis, 
tibi , licet abseoti , vice et auctoritate dicti reverendi patris 
contulimus et conferimus, ac de eadem cum juribus et per- 
tinentiis suis universis providimus et providemus, jure dicti 
reverendi patris et quolibet alieno in omnibus semper salvo 
jure tertii mandamus dilecto et fideli nostro decano Chris- 
tianitatis ioci, seu ej us vices gerenti, quatenus recepto a te 
vel procuratore tuo. propter hoc solito et debito juramento, 
te vel eundem procuratorem tuum, nomine tni , in corpora- 
lem, realem et actualem dicte capellanie juriumque et 
pertinentiom nniversorum ejusdem possessionem ponat et 
indncat , seu poui et induci fuciat , adhibitis solemnitatibus , 



JS5 

in talibus adhiberi solitis et consnetis , Nobis, quid inde fac- 
tam fuerii, fideliter rescribendo. 

Datum Insulis, dicte Tornacensis diocesis, sub sigillo vica^ 
riatus dicti revereodi patris, anno Domini millésime quadrin- 
gentesimo octuagesimo octavo , mensiç septembris die quiotâ. 

Per dominum vicariom; — de Vico, absenie secretario. 



%\ — 1499. 

(FomiS ZOTTNEBBKK, M« 142). 

Saertere van renten in Kaechtem toebehoorende der ca- 
pelrie van Onser Vrauwen h*oederscap te Romselare. 
Anno 4492. 

Wy Joos Trude, Jan van Ghelnwe, Lunx Noppe ende 
Jan de Vos, scepenen in desen tyden myns heren Tan 
Halleinis van zynder vierscare van * Rode , inde prochie van 
Gaechtem , met datter toebehoort ; ende Mathys Bouckaert , 
in desen tyden scepenen myns beeren van Uutkerke, inde 
zelve vierscare, ter cause van zynder heerlichede van 
Meeseghem, te zamen kenoesse draghende in dese zake, 
doen te wetene allen den ghenen die dese presente letteren 
zullen zien of horen lesen, dat voor ons commen es in 
propren persene her Pieter de Dondere , priestere , capelaen 
in desen tyden vander capelrie ende broederscepe van Onser 
Vrauwen te Rousslare; ende, aldaer in onse presencie, 
heeft ons te kennene ghegheven hoe dat de vors. ca- 
pelrie heift zekere ervel. renten streckende up diversche 
plecken van lande lïgghende inde prochie van Gaechtem 
ende onder theerscip van Meeseghem vors., groot int ghe- 
heele ellevene hondert erven , waer up de vorseide capelrie 
jaerlix heift de somme van vichtien gr. vlaemscher munten 
elx jaers, vallende alle jare up Sente Baefs, van ouden 
tyden: waer of dat de brieven, mits der orloghe ende 



156 
beroerden tyt die i'd Vlaendre langhe tjt gheweest heeft, 
Terloren of vebrant zyn. Eade de vors. her Pieter, als capelaen 
yorseit» heeft zo verre ghesprokeo metten ghenen die na 
ten tyden ervachtich zyn in de vors. zi° erven, daer de 
vors. rente up strect, als dat zy, by beuren consente 
ende vryen wille » zyn commen voor ons Scepenen boven 
ghenomt ter vierscare te Rode, ende hebben aldaer over- 
brocht eic de grootte van zynen lande , ende hoe vele ren- 
ten zy jaerlix sculdich zyn der vors. capelrie, vallende 
alle jare te Bamesse, also vorseit es. Dacr of dat wy Sce- 
penen boven ghenomt , ter begheerte van partien , al wett. 
de kennesse droughen, ende was terstont ghestelt in onse 
ferye ende regystre vander vierscare vor3. inder manieren 
hier naer verclaerst. 

Eerst, Pieter vanden Houte de heelt vander hofstede 
daer hy nu ten tyden wonacbtich es, de noortzyde van 
der zciver hofstede voor thuus eude bachten hase, metten 
cateilen der np ende in zynde , ertvast, wortelvast ende 
naghelvast , groot drie hondert erven , ende ghelt elx jaers 
vive scell. viij d. par . . De w* Gillis van Houte np dan- 
der heelt vander zelver hofstede, de zuutzyde, met allen 
den cateilen, ertvast, wortelvast ende naghelvast, groot 
iijo erven, ende ghelt elx jaers vyf scell. viij d. par. . 
De w* Joos van Toers np een ghemet lants ligghende nef- 
fens ande zuutzyde vander zelver hofstede , ghelt elx jaers 
drie scell. viij d. par. bedraghende te samen ter somme 
van vichtien gr. siaers. 

Ende elc van desen vors. personen hebbent aldus over- 
brocht, inder manieren vorscreven, omme den vors. her 
Pieter de Dondere als capelaen vors., ofte andere zijne 
naercommers, bringhere deser lettren, cause hebbende van 
der vorscide capelrie , de vorseide ervelicke rente van vich- 
tien groten vlaemscher munten elx jaers te moghen innene 
enden vercryghen, naer de costume deser vierscare, up 
dese vorseide ellevene hondert erven ende ooc up twee 



157 
plecken zonderlinghe , also verre als die belast es, alle 
jare np sente Baefs dach (1) teenen pay mente. Dat es so 
wanneer de vorseide personen , ofte hnerleder hojrs ende 
naercommers , die besitters wesen zullen van desen vorsei- 
den erfgronde, in ghebreke zyn zullen van wel ende vnl- 
commelicke te betalene alle jare dese vorseide ervelicke 
rente van xv gr. siaers, inder manieren vorscreven, dat 
danne stappans de vorseide her Pieter de Dondere, als 
capelaen vors., ofte zijne naercommers, bringbere deser lei- 
tren, cause hebbende vander vorseide capelrie, mach com- 
men te wette met desen presenten saertere, omme inninghe 
te hebbene vander vors. ghevallen ervelicke rente ende alle 
de wettelicke costen daer an clevende. Ende daer niement 
en quame ten bescudde vander vorseide erven ende catei- 
len , in tijden ende wijlen alst behoorde , so sal danne de 
vorseide her Pieter als capelaen, ofte zyne naercommers, 
bringbere deser lettren , cause hebbende also vorseit es , al 
wettelicke moghen ofwinnen dese vorseide zj® erven met- 
ten cateilen vorscreven ende ooc elke plecke zonderlinghe 
die in ghebreken wert van te betalene , alle jare ten daghe 
vorscreven, ten profifyte vander vorseide capelrie , behoudende 
altoos den heere zyne ervelicke rente diere jaerlix ute 
gaet; ende, naer der ofwinninghe, ter stout haut slaen an 
de vorseide cateilen ten profiTyte vander voorseide capelrie, 
over heur proper goet, ende vorseide erve mainteneren en- 
de ghebrnuken ten profTyte vander vorseide capelrie, teeu- 
weghen daghen, ofte emmere toter tyt ende wylen datter 
yement comt die, met goeder rechte, an dese vorseide 



(t) Celle époque se présente dans celte pièce sous trois 
dénominations: Sente Baefs, Bamesse et Sente Baefs dachi elles 
indiquent tomes les irois le 1' Octobre, jour de Sainl Bavon , 
encore connu de nos jours sous le nom de Bamesse (Baefs misse, 
Bavomisse, messe de Sainl Bavon) et qui est l'époque ordinaire 
de réchéance des baux dans celle partie de la Flandre. 



158 
erve bant slaen mach ende dat hj danne op leêcht code 
betaelt der Yorseide capelrie, alle verleden àchterstcllen van 
renten » diemen der vorseide capelrie sculdich ende (achter es 
ten daghe vander ofwinninghe, ende alle de vettelicke cos- 
ten daer an de vende. Ende , ten neerensten vcrsoucke van 
partien, so hebben wy» Scepenen boven ghènomt, desen 
presenten saertere ghezeghelt elc onser met tynen zeghele 
uothanghende. Den viij** dach in Novembre, int jaer ons 
Heeren dnast vier honderi twee ende.neghentich. 

Ceite charte élail munie de cinq sceaux 
pendant à double queue de parchemin. 
Deux ont entièrement disparu et les 
trois autres sont brisés. Sur Fun on 
lit encore • . . ati$ . ouckaert. 
Sur le dos est écrit: 

Sacricre van renten in Cachtem toebe- 
hoorendc dcr capclrie van onser vrao- 
wen brocdcrscip te Rousselare. Anno 
1492. 

Les noms de 3feeseghe7n et de Rode sont en- 
core connus à Cachtem. Voyez sur ces deux 
seigneuries, Parocineboek o f beschryving van 
Cuchte7n, par M*" Ie chanoine Tanghe. 



a*. — 1499. 

(Fonds Zonnebexe, k<> UI). 

In nomine Domini amen. — Per hoc presens pnbh'cum 
instrumentum cunctis pateat evidenter et sit notum, qnod 
anno ejusdem Domini millésime quadringentesimo nonagesimo 
secundo, indictione décima, mensis vero octobris diesecnnda, 
Pontificatus sanctissimi in Christo Patris et domini nostri, 



Vi9 

domioi Alexandri, divina providentia pape sexti , anno primo , 
in mei notarii et tcstium iiifrascriptorum ad hoc vocatorum 
specïaliter et rogatorum prcseutia, personaliter comparens 
et coDstitutus discretus vir domiuus Petrus de Dondere, 
presbyter, capellanus capellanie confraterniiatis Beate Marie 
Bollariensis, Tornacensis diocesis , ex ejus certis scien(ia 
propositoque deliberato , omnibus via , modo et forma , quibus 
scivit et potuit, potestque et debet meHoribus, dilectos 
sibi et fidèles magistros Willelmum Cammelin, Walrandum 
de Grudenare, Ludovicum Wandele, Nicolaum de Bant, 
presbytères , Johannem Dibbout, Johannem Corvilain, Johan- 
nem Vanderheede, Petrum Scots et Panlum Plumier suos 
fecit, constituit et solemniter ordinavit veros, certes, légi- 
times et indubitatos procuratores , actores, factores, nego* 
tiorum suorum infrascriptorum gestores , ac nuncios spéciales 
et generales et eorum quemlibet insolidom , licet absentes 
tamquam présentes, ita tamen quod specialitas generalitati 
non deroget , nee e contra quanquam non sit melior conditiu 
primitus occupantis, subseqnenter, siquidem unus ipsorum 
inceperit, alter eorundem id prosequi valeat» mediare, ter- 
minare, et fioire signanter et expresse in nomine ipsius 
constituentis , et, pro eo, dictam suam capellaniam confrater' 
nitatis Beate Marie Rollariensis, in manibus reverendi in 
Christo patris et domini, domini Episcopi Tornacensis vel 
venerabilis viri ipsius reverendi in Christo patris vicarii 
generalis ant illius vel illorum in cnjus seu quorum manibus 
hujusmodi capellanie resignatie de jure vel oonsuetudine 
fuerit facienda. Causa tamen permntationis et non alias de 
eadem fiende, cum venerabili viro domino Adriano de Witte» 
presbytero, curato parochialis ecclesie sancti Germani de 
Heedeghem, dicte Tornacensis diocesis, ad eandem suam 
curam de Heedeghem resignando et dimittendo, resignatio- 
nemque et demissionem hujusmodi ut premittitür causa per- 
mutationis, recipi et admitti petendo et obtinendo jurandoque 
in animam ipsius constituentis, et pro eo quod in hujusmodi 
permutatione (icndum sive resignatione nou intervenit aut 



K)0 
interveniet fraus, dolus, simooia aut quevis alia pactio ilH- 
cita, et qaecamqae alia juramenta in premissis necessaria 
in animam ejusdem constituentis prestanda et subeunda et 
generaliter omnia alia et singula dicenda , facienda , procu- 
randa , gerenda et ezercenda quam in premissis et circa ea 
necessaria foerunt seu alias qaomodolibet oportuna et que ipse- 
met constituons faceret aut facere posset , si premissis omnibus 
et siûgulis presens et personaliter interesset, etiam si talia 
sint que mandatum exigant magis speciale; promittendo 
dictus constituens michi, notario publico subscripto, stipa- 
lanti solemniter et recipiënt! vice et nomine omnium et 
singulorum quorum interest, intererit seu interesse poterit» 
quomodolibet infnturum sub suis fide et juramento, mana 
pectori propter hoc apposita, ac omnium et singulorum bono- 
rum suorum, mobilium et immobilium , presentium et futn- 
rorum, ypotheca et obligatione se ratum, gratum, firmnm 
et stabile babere, ac perpetuo habiturum, totum id et 
quitquid per dictos suos procuratores vel eorum alterum 
in premissis actum , dictum , gestum , factum , resignatumve 
fuerit seu alias quomodolibet procuratum sub etiam omni 
juris et facti renuntiatione ad hec necessaria pariter et 
cautbela de et super quibus premissis omnibus et singulis» 
prefat us constituens petiit et instanter requisivit a me notario 
publico subscripto sibi et dictis suis procuratoribus fieri 
atque tradi publicum instrumentum unum vel plura astan- 
tium personarum testimonium invocando. 

Acta fuerunt hec in villa Rcllariensi, Tornacensis diocesis, 
anno^ indictione, mense, die et pontificatu prescriptis, pre- 
sentibus ibidem discretis viris dominis Jacobo de Clerc» 
presbytero, curato alterius portionis de Thielt, Tornacensis 
diocesis , Johanne vander Scuere , presbytero , curato ecclesia 
pnrrochialis de Coolscamp, eiusdem diocesis, et Clemente 
Coorde, presbytero, capellauo dicti loei RoUariensis , testi- 
bu< ad prcmissa vocatis pariter et rogatis. 

J. De OvERBEncu. 



161 

Et quia ego Johannes de Overberch , clericus ToruaceDsis 
diocesis, publicus, apostolicaet imperiali auctoritatibus necoon 
veuerabilium curiarum Episcopalium Cameraceosis et Torna- 
censis, notarius juratus, premissorum procuratorum consti- 
tutioui ceterisque premissis omnibus et siuguUs , dum sic ut 
premittitnr fièrent ex agerentur, una cum prenominatis tes- 
tibus, presens interfui eaque sic fieri vidi et audivi, idcirco 
boc presens publicum instrumentum , manu aliéna fideliter 
scriptum, exinde confeci, signoque et nomine meis solitis 
signavi , hic me manu propria subscribens , in fidem premis- 
sorum rogatus et requisitus. 

Les revenus que cette chapellenie possédait 
et qu'une liste précédente évalue à 17 ou 18 
livres de gros par an, sont détaillés dans la 
pièce qui suit: 

PadUen van lande vander capdrie van onser Vrouwen 
broederscepe te Roeslare. 

Calle Scoopmans een half buunre lands in Beyerne, be- 
weste sBuusschers , twintich jaren lanc beghinnende teerste 
jaer m iij« zcvij. omme xviij s. siaers. 

Griele Meeus, vanden lande dat boosten hare hofstede 
leghet, xix s. 

Glais Anne ij linen xxvij scachte merschen besuder Man- 
dere, booste mer Jhans yan Roeslare hiltywerre omme xxxvi 
s. siaers. vi jaer lanc beghinnende int jaer miij'xcvij. 

AIjce, w* Jhan Willems, in 5 linen ende y scachten 
dat men heet svaerwers landen ende tbeilxkin up de Man- 
dere 5 ghemet groot, omme xxxij s. siaers , vij jaren lanc , 
deerste tjaer xcvi. 

Coppin Anne den scuerbeilc, ij ghemeten lx scachten 
groot zijnde, omme xxiiij s. siaers, deerste tjaer xcvij. 

Betrice, "w* Pieters Machts, in 5 linen ende xxiiij scach- 
ten , benoorden Beelen metten haire, omme xxiij s. siaers 
▼j jaer, deerste ijaer xiiij' ende drie. 



^62 

Jliau Spriet 8 buunre ende x scachten , besoden Deefen, 
metten haire, omme xxxij s siaers. 

Gillis Reyoare ij lioen vij scacbten lants overe de wejo- 
brigghe, omme viij s siaers. 

Pieter van Mosscbere, den Conttere groot ij gemeten vj 
scacbten , omme xxxij s. siaers. 

Jhan Lancvoet , ij linen voort hof ter beke, omme ix s. 
viij d. siaers. 

Venantios Quafermein j stic benoorden der Loobrigghe» 
omme vj s. iiij d. siaers. 

Jacob Bnuc , omme tij s. siaers. 

Sur Ie dos est écrit: Rousselarc capelrie 
Onze L. V. ghildc ofl Brocdcrscap. 

Reddilus anliqui capellanie coofralcrni- 
lalis Bcale Marie, a* 1403. 



De perâonatu de Bollare et Nienkercka. 

L'abbaye de Zonnebeke fut fondée par Ful- 
poldus, châtelain d'Ypres, qui y établit trois 
canonicats. Tbéobald, son fils, approuva et 
confirma cette fondation et même porta le nom- 
bre des prébendes à sept. Il s'adressa, conjoin- 
tement avec son fils Lambert , à Radbodus évê- 
que deTournay, le suppliant d'accorder à Tab- 
baye le patronat des églises de Roulers et de 
Nieuwkerke. L'évêque y souscrivit de bonne grâce 
et octroya la charte suivante : 

In nomine Sancte et Individue Trinitatis, Patris etFilii, 

Spiritus sancti. Âmen. 



163 

Ego Radbodus, gratia Dei Noviomensium seu Toroacen- 
sium Episcopus, uBiversis ubiqne locorum Christiane reli- 
gionis cultoribusy salatem celestis hereditatis quam promisit 
Deus se diligentibns. 

Divine circa nos gratie , Carissimi , memores esse debe- 
mus que nos per dignationis sue misericordiam ad fastigium 
sacerdotale provexit, ut, mandatis ejus inhérentes, sanc- 
tornm patruru sequamnr exempta et doceamus sequenda, 
scilicet a viciis abstinendo , pauperes recreando , domus Dei 
edificationem débita yeneratione amplectendo, et servoram 
ipsius sustentationi necessaria impendendo. Unde uotum esse 
volumus tam futuris quam presentibus, amicos nostros To- 
baidum scilicet et Lambertum, clericum, filium ejus, ad 
nos venisse, devotissime obsecrantes quatenus altare de Rol- 
lers cum apendicia sua de Nieukerka, ecclesie sancte Marie 
Sinnebeckensi perpétue tenendum concederemus. Quorum pe- 
titioni condescendentes ego scilicet etWalterus, archidiaconus , 
concessimus ei altare perpétue tenendum sub personatu , tali 
quidam conditione quod quociescunque persona morte, sive 
se a nestra subtrahendo subjectione, seu qualibct culpa, 
decesserit, aliam Noviomensi Episcopo predicte fratres ec- 
clesie présentent personan) cui ipse episcopus ejusdem al- 
taris curam commendet. Persona vero restituta decem tantum 
solides denariorum Episcopo seu Archidiacono , et unoquoque 
anno in festivitate sanctorum Simonis et Jude, pro respecta 
altarîs sibi commissl decem eidem solides sol vat et ad eorum 
synodum celebrandum veniat; quarto quoque anno Archi- 
diacono seu Decano, infra parochiam illam synodalia jura 
exercenti, consuetam , sicut antea, impensam solvat , sicque ab 
omni exactione libéra permaneat. Ut autem hec nestra 
firma sit largitio et anniversaria transitus mei fiat comme- 
moratio, legaliter eam firmavimus ac cum subscriptorum tes- 
timonio corroboravlmus. S. D. R. Episcopi, S. W. Archi- 
diaconi, S. Henrici decani et presbyterorum» 

Actum Tornaci, 4 Idus Augusti, anno Dominice Incarnationis 



164 

1093 , indictione prima, régnante rege Philippo anno 33, 
Episcopante Dompno R. 24. 
Ego Wido cancellaritts dictavi » relegi , subscripsi (1). 

Cette concession fut confirmée par le Pape 
Pascal II dans une bulle publiée par Mirœus 
(n, p. 1152) et que nous reproduisons ici. Il 
est à remarquer que la bulle papale , outre les 
églises de Roulers et de Nieuwkerke, y ajoute 
celle de Becelare , qui n'est pas mentionnée dans 
la concession de Radbodus. 

Paachalis (2) Episcopus , servus servornm Dei , dilecto in 
Ghristo filio Lamberto , Sinnebeccensis Ecclesie preposito sa- 
latem et apostolicam benedictionem. 

Ex Drogonis, yenerabilis quondam Morinornm Episcopi, 
Bcripto comperimus, quod bone memorie Fulpoldos nna 
cum uxore sua Ramburga, avia tua, et post eos pater tuus 
Teobaldns ecclesie sancte ( Marie ) in villa Sonnebeccensi varia 
sui jnris predia contulerunt, unde septem canonicis stipen- 
dium provideretur. Ea igitur que a predictis parentibns tuis 
eidem ecclesie tradita sunt, altaria etiam que bone me- 
morie Radbodus, quondam Noviomensis Episcopus, ad eum- 
dem locum contulit, scilicet de Ruslaer, de Nieuwkercka» 
et de Bevenslaer (3) , et quecunque a quibuscumque fide- 
libus de suo jure in eandem ecclesiam oblata sunt vel in 
posterum offerri contigerint, in eorumdem canonicornm usus. 



(l)D*aprôs le Cartulaire de Zonaebcke G. 15; la pièce originale 
n'est pas encore retrouvée. 

(3) Pascal II qui fut élu en 1099, après Urbain II. (Note de XI- 
rœus). 

(3) Bevenslaer ^ appelé aujourd'hui Becelaere. Le prélat de Zon- 
nebeke avait le patronat de cette église, mais il ne la fit pas 
desservir par ses religieux. (Id.) 



16S 
firma semper et quieta permanere, seryareqae censemos. 

Qoidquid preterea muoitioois seu libertatis predictus fra- 
ter noster Drogo eidem loco largitns est, dos presentis 
decreti auctoritate sancimas; prohibentes ne quis minuere, 
subtrahere, vel modis quibuslibet alienare présumât, sed 
omnia intégra conserventur eorum pro quorum sustentatione 
et gubernatione concessa sunt usibus omuimodis profutura. 

Si quis autem, quod absit, nostro decreto ausu temera* 
rio contraire tentaverit, honoris et oflScii sui periculum 
patiatnr, aut excommunicationis ultione plectatur, nisi 
presnmptiouem suam digna satisfactione correxerit. 

Ego Paschalis Catholice Ëcclesie Ëpiscopus. 

Datum Laterani per manum Joannis, Sancte Romane 
Ëcclesie Diaconi , Gardinalis et Bibliothecarii , xvij Kal. 
Novem. Indictione iv. Incarnationis Dominice anno hcx, 
Pontificatus autem Domini Paschalis secundi Pape anno duo- 
decimo. ' 

Radbodus, dont émane la concession de 1093 , 
était Radbodus II, d'après un catalogue ms. des 
évêques de Toumay, inséré dans le Recueil de 
Foppens, intitulé Cartulaire de Vévèdié de Tour- 
nay. Voici ce qu'on en dit: 

Radhodus, hujus nominis secundus, geniale et 
scientia spectahilis, Evei*hardi Toimacensis castel- 
lani avunculuSj initio episcopatus varias ecclesias 
ac abbatias restauravit et inter alias Hasnoniensem, 
Phanoplinensem et Martinianam Toniajci; sed 
apud Gregorium Fil, Romanum Pontificem, gra- 
viter accusatus^ a® ^078, quod pro adipiscendis 
infulis non parvam auri summam régi Galiiœ 
jusque aulicis donasset, magnis difjicultatibus 
fuit obrutus, et œgre sese ab hac sirnoniacâ labe 



I6C 
purgavit. Et quamviê Hugo, prius Diensis Epis- 
copus y turn Lugdunensis Archiepiscopus qui tune 
legatus erat Urhani Pontificis, ipsi, famœ servandœ 
causa, proposuisset ut per hiennium adhuc Pon- 
tificalia obiret mu7iia, turn spon te se abdicaret, 
allegando causant capiendœ quiefis , etparum op- 
portunœ laboribus senectœ, Radbodus tameu nihil 
hoc consilio motus, cum tactis sacrosanctis evan^ 
geliis nulla se constrictum simonia palam ausiis 
esta/prmare. Scdcccebrevissimo post tempore, quasi 
in perjurii pœnam, in gravissimos dólores in urbe 
brugensi — in qua anno 1091 Capitulum cano- 
nicorum in ecclesia B. Alariœ instituerai — inci^ 
dit, ac nullo edito penitenttœ signo spiritum effla- 
vit a« 1098 (1) 

X. 

Chapellenie de l'Hôpital. 

Despars nous raconte que Marguerite de Con- 
fitantinople fonda un grand nombre d'hôpitaux 
et entre autres celui de Roulers (2). D'autres 
clironiqueurs n'en font aucune mention, mais 
l'existence de l'hôpital lui-même ne saurait être 
douteuse , car le généreux chanoine de Tournay , 
Arnould de Maldeghem, le comprit dans ses 



(1) pp. 19 el 20. — Voyez Foppens. Carlulaire de Tévôché de 
Tournay, BiblioihOquc de Bourgogne, n»* 9135 — C5. 

(2) 1, pp. 50 J, 504. 



1C7 
largesses, et lui légua, par son testament de 
1275, une somme de quarante escalins: Ilem 
lego,., hospitali de Rollarto xl solidos (1). 

Sanderus marque sur le plan de Roulers l'en- 
droit où se trouvait l'iiôpital; il correspond à 
l'emplacement actuel du petit Séminaire qui a 
succédé au couvent des pères Augustins. 

Nous trouvons sur la liste des chapellenies 
de Eoulers, en troisième lieu celle de Notre- 
Dame de l'hôpital, qui jouissait d'un revenu 
annuel de 36 livres de gros. 

Les archives de Tabbaye de Zonnebeke, con- 
servées au grand Séminaire à Bruges, renferment 
teois pièces relatives à cette chapellenie, La plus 
ancienne est de 1327: 



(Fonds Zonnebeke, N* 69). 

Senientia offimlis Tomacensis super bona capeUanie 
hospitalis anno 1327 (2). 

Uüiversis présentes litteras iDspecturis , oflBcialis Tornaceo • 
sis salutem in Domino. 

Noveritis qaod cum quondam nobilis dominus Walterns 
de Scbierevelde , miles, et Margaretha, ejus azor, pro 
qaadam pecanîa, a quondam Waltero Scheleward et Mar- 
garetha ejus uxore collata, ad comparandos rcdditus per- 
pétues ad opus rapeUauie instituende in hospitali de Roi- 



(1) Annales de la Société (TÈmulation clc. !!• série, lome VII, 
p. 362. 

(^) Ce que nous donnons ici comme tilrc csl écril sur le dos 
de la pièce. 



468 

lario, in honore beate Marie Virginis, ipsis militi et ejas 
uxori tradjta et deliberata de consensu dictoram Walteri 
et eins axoris, quorum interfuit ad opus dicte capellanie 
assignatum fecerint sua mera et spontanea voluntate , et ob 
eYidentem eorum utilitatem, capellanos qui dicte capellanie 
deservirent pro tempore in futurum assignantes inter cetera 
ad quamdam petiam terre jacentis in parrocbia de RoUario , 
inter domum Segardi de Viele et domum Henrici Wickere , 
continentis octo mensuras , linea minus , ad mensuram Bolla- 
riensem, ad quamlibet videlicet mensuram de decem solidis 
annai redditus perpétue capiendis in festo Beati Martini 
hyemalis, item ad tres mensuras, linea minus , in eadem par- 
rocbia jacentes , que vocsiiur Biest, ad quamlibet videlicet 
mensuram de octo solidis annui redditus capiendi ad ter- 
minum predictum , que quidem terra ad predictos quondam 
miiitem et eins uxorem spectavit jure dominii , sicut hoc et 
alia in litteris predictorum quondam militis et eius uxoris 
super boe confectis plenius continentur; que etiam terra 
tenetur, ut dicitur, in feodom a domino Ingerrammo Hau- 
wiel , milite , tamquam a domino temporal! , et super buius- 
modi assignamento redditibus et eorum possessione altercatio 
suborta fuerit intor Dominum Lambertum Hauwiel, capel- 
lanum perpetuum capellanie predicte ex parte una, et nobi- 
lem virum Walterum de Scierevelde , filium quondam domini 
Walteri de Scierevelde militis, armigerum , impedientem et 
pertorbantem dictam capellaniam super assignamento , rcdditu 
et possessione predicti s pro eo quod dicebat dictum assigna- 
mentum factum fuisse ad dictas terras existeutes féodales et 
in feodo suo ad ipsum devoluto, ex altera. Comparentibus ob 
hoc coram nobis in curia Tornaceosi predicto Waltere pro se 
et uxore sua ex parte una, et predicto domino Lamberto, 
capellano dicte capellanie, nomine ipsius capellanie ex altera; 
prelatus Walterus, pro se et uxore sua predicta, necnon 
pro sainte et remedie animarum avi et avie, necnon paren- 
tum, ipsius Walteri, ac etiam eorundem Walteri et uxoris 
sue, pro quibus capellani dicte capellanie tenebuntur orare, 



IG1> 

ei predictus domious Lambertus, nomine Capellanie pre-» 
dicte , mutao eorum cousensa , interveniente. 

CoDcordarunt , consenseruDt et yolueraot expresse ae 
etiam conveDerant, quod predictus capellanus et sui succes- 
8ores, dicte capellanie capellani imperpetaum gaudebunt, et 
gaadere debebunt assignameoto et redditibus predictis et 
possessione eorumdem , paciGce et quiete , hoc adiecto qood 
dictas Walteras , seu eius successores, iofra quatuor aonos» 
a data presentium proximo et immédiate veuturos, poterunt 
alibi, extra feodum predictum, aliud ita booum equivaleus 
et ita sufficieos, assignameotum facere et applicare capellaDis 
dicte capellanie et ad opus eorundem de tot et tantis 
redditibus annuis perpetuis, a dictis capellanis percipiendis , 
quot et quanti sant redditus suprascripti ad predictas ter- 
ras a predictis quondam domino Waltero et eius uxore, sicut 
dictam est assignati , et per hoc , predictas terras et feodum 
predictum a predictis assignamento et redditibus liberare, 
et tenebitur capellanus dicte capellanie huiusmodi aliud 
assigoamentum sufficieus acceptare et contentus esse eodem , 
dum tarnen factum fuerit competenter infra quatuor annos 
predictos, alioquin predicte terre remanebunt imperpetuum 
dicto assignamento redditibusque predictis onerate, dictumque 
assignamentum jam factum , firmum et perpetuum remanebit , 
et gaadere debebunt capellani dicte capellanie eodem, et 
hiis mediautibus, predictus Walterus, pro se et nxoresua, 
reposait et restituit dictum capellanum, pro se et succea- 
soribus suis , dicte capellanie capellanum ad assignamentum 
et redditus sepedictos et possessionem eorundem. Volens et 
concedens expresse quod dicti capellani imperpetuum gau- 
deant eisdem , dum tamen dictum aliud assignamentum infra 
quatuor annos predictos non fuerit factum et apparatum 
modo prenotato, convenitque et promisit dictus Walterus 
pro se, et uxore sua, légitima stipulatione interveniente » 
quod ipsos capellataos eisdem assignamento jamdia facto a 
dictis quondam domino Waltero et eius uxore redditibus 
et possessione predictis imperpetuum gaudere permittet, 

II, 13 



170 

Bec ipsos capellaoos impediet vel impedimeDtum prestabit 
eisdem quominus eis gaudere poterunt nisi dictum aliud 
assignameotum modo predicto fuerit factum, et quod pre- 
missa omnia et singula fîrmiter observabit et quod contra 
ea vel eorum aliqua non veniet nec venire procurabit per 
se , vel per alium , in aliquo , in futurum volens et consen- 
tiens expresse quod si ipsum contra premissa vel eorum aliqua 
in aliquo venire contigerit per se vel per alium seu alios 
nos ipsum ad desistendum et ad observandum premissa 
omnia et singula per censuram ecclesiasticam et alias, prout 
justum fuerit , compellamus et compelli faciamus se et omnia 
bona sua mobilia et immobilia , presentia et futura , ubicum- 
que et in quibuscumque rebus et locis consistant et pote- 
runt inveniri , quantum ad boc nostre jurisdictioni suppo- 
nendo dictisque capellanis et cuilibet eorum titulo pignoris 
seu ypocbete specialis efficaciter obligando, ipsosque assi- 
goando ad eadem, dicto etiam domino Lamberto, capeilano 
dicte capellanie, nomine dicte capellanie promittente, sub 
fide et juramento ab ipso in verbo sacerdotii corporaliter 
prestitis , quod premissa observabit prout et in quantum de- 
bebit et fieri poterit et debebit absque preiudicio capelUnie 
predicte et quod contra ea vel eorum aliquid non veniet nec 
venire procurabit per se vel per alium aut alios in aliquo 
in futurum , et reuuntiaverunt in premissis tam dictus capel- 
lanus , nomine dicte capellanie , sub fide et juramento ab ipso 
in verbo sacerdotii corporaliter prestitis quam dictus Walterus 
pro se et uxore sua ac heredibus et successoribus suis , omni 
exceptioni doli, mali, feri, vis, metus,- coactionis, deceptionis, 
lesionis cujuscumque rei ita non geste ita non habite omni 
privilegie crucis sumpte et assumende, omnibus privilegiis, 
gratiis et indulgentiis a domino papa seu prelato quocunque 
vel principe in quavis forma in generali vel speciali concessis 
et concedendis , omni auxilio juris canonicî et civilis, juribus 
generales renuntiationes improbantibus , omni consuetudini 
statui , juri et legi municipali , omnibusque et siugulis excep- 
tionibus, cavillationibus , defensionibus , subterfugiis et aliis 



m 

qne contra premissa vel eoram aliqua posseot objici sive 
dici , et per ques premissa , littereque présentes et contenta 
in eisdem in aliqno possent infringi vel aniittere roboris 
firmitatem. In cuius rei testimonium sigillnm sedis Torna- 
censis presentibus duximus apponendum. Datum anno Do- 
mini millesimo trecentesîmo vicesimo septimo , dominica ante 
festnm Nativitatis Domini. 

Le sceau qui pendait à double queue de 
parchemin est perdu. 

«•. 

(Fonds Zonnkbekk, n» 68). 

Donatio aliqnornm reddituum facta per Dominum 
Waltermu de Schirevelde. Anno 1327. 

In nomine Dei Amen. 

Wie Inghelram Hauweel , ruddre, hère van Beissiare » 
Ghiselin de Rode , te dien tiden sin bailliea , Jehan Hau- 
weel Robrechts sone, Jehan Hanweel Stevens zone, Mi- 
chiel de Struve, Jacop Dinghelsche ende Jehan Declerc, 
manne myns hère Inghelrams Hauweels vornomt, doen te 
weitene tollen den ghonen die desen chartre zullen zien 
jof horen lescn : Dat , up enen dach hier na ghenomt , camen 
voer ons , bi der goeder vorsicnecheden ende met "willen , 
Wouter van Schierevelde ende joncvrauwe Sare sin wyf 
met enen wetteliken voghet, dats te weitene den vors. 
Wouter^ denwelken soe koos tenen wetteliken voghet, in onse 
presencie, omme te doene voer ons ol dat hierna ghescreven 
staet. Olreerst Wouter ende sine wyf verkenneden voer dat 
myn here Wouter van Scierevelde, Wouters ouder vader 
vornomt, ende min vrauwe Margriete sin wyf, Wouter» 
van Schierevelde oudermoeder, outfinghen, np ene tyt 
die leden es, ene somme van ghelde omme dewelke si be- 
loveden te bezettene, bezetteden ende assigneirden vier 



172 

pont ende achtien sceleghe par. ter capelrie boof van den 
gasthnze tonser. Vrauwen te Roeslare, euwelike, siaers te 
hcffene den capellaen van der vorseider capelrie, ende dit 
assigneirden zie met haren letteren , gbesegbelt met haren 
propren zeghelen , ende met andren , up een deel van haren 
lene twelke zie bilden van den vorders mins bere Ingbel- 
rams Hanweels vornomt, ende twelke dat Wouter van 
Scbierevelde ende Sare sin wjf noch houdende sin van 
min bere Inghelramme vors., te tween sticken: teerst up 
een sticke lants liggbende in de procbie van Roeslare, tus- 
schen Zegharts buse van den Viele of ene zide , ende Hein- 
rjcs Witkers buse of ander zide ; houdende achte jmeite 
lants ene line min, lettel min jof meer, na der Roeslaer- 
scher mate, eic jmet gheldende euwelicke, heffende den 
capellaen van der vorseider capelrie, tien scbeleghe par. 
siaers, telken Sinte Martins daghe in den winter. Item 
tander stic, liggbende in de selve procbie van Roeslare, 
twelke es ybeeten Biest ende bout drie gbemeite lants, ene 
line min, lettel min jof meer, gheldende elc ymet, euwe- 
like , beffende den vorseiden capellaen , acht scbeleghe par. 
siaers ter vorseider termine. Dewelke ervelike rente vors. 
Wouter van Scbierevelde ende Sare sin wyf , ende Wouter, 
over Saren sinen wive ende ols baer wettelike vogbet, bi 
baer gbekoren voer ons, omme in dese zake te doene ol 
datter voerscreven es ende bier na ghescreven staet^ omme 
de ziele van minen bere Wouter van Scbierevelde, Wou- 
ters vors. onder vader, omme de ziele van mire vrauwe 
Margrieten , Wouters ouder moeder, Wouters vader ziele , 
sire moeder ziele. Wouters ziele ende Saren sins wyfs 
ziele, ende baerleider navolghers ziele, wel ende loyallike 
te quitene ende, omme de zalicbeit van hem allen der in 
te behoudene, hebben glieconformeirt, gbeoctroyert ende 
wel ende loyallike gbegbeven, ols navolghende hoir van 
minen bere Woutre ende van sinen wive comende, deselve 
ervelike rente vorseit te heffene euwelike, siaers , den capel- 
laen van der vorseider capelrie, up de vorseide bezettin- 



175 
ghe, ter yorseider termine, ende io deselve maniere dat 
het Yoerscreven staet. Ende hebben voer ons de vorseider 
Woater ende Sare sin wyf, ende Wouter vorseit ois haer 
wettelike voghet^ gheoctroyert ende ghewillekeart met goe- 
der voerzienicheide , omme oUe redene ende omme ol wel 
doen , dat , "waert olso dat men faiUierde van gheldene den 
here Lambrecht Hanwele, ols nu capellaen vander vorsei- 
der capelrie , jof enighen capellaen die naer hem wesen zal 
capellaen van onser Vraawen gasthaze te Roeslare , de vor- 
Beide ervelike rente den vorseiden terminen, van enighen 
paiemente, so ware der Lambrecht vors., jof degbone die 
Daer hem v^esen zal capellaen in sine steide machtich bant 
te slane an ol de vorseide bezettingbe , ende te gbebrukene 
paisivelike euwelike van der vorseider bezettingbe, sonder 
Bcemp, sonder malengien ende zonder empêchement ter 
capelrie* bouf. Dit ghedaen de vorseide Woater over hem 
selven ende Sare sin "wyf, ende Woater over haer ende ols 
haer wettelike voghet, baden mie Inghelramme vornomt , ols 
over here van den vorseiden lene, dat ie Ghiselin den Boden, 
minen vornomden bailliea dade manen minen vornomden 
mannen , die Wouters van Schierevelde huusghenote sin , 
vp de zaken vors. ende olso ie deit. Dit ghedaen , ie Ghise- 
lin de Bode, bailliu te dien tiden mins here Inghelrams vor- 
nomt, nter beide van Wouter ende van Saren zinen wive 
ende bi den be veine van minen here Inghelramme vornomt, 
maende mins here Inghelrams mannen vorseit of Wouter 
Tan Schierevelde als navolghende hoir van minen here Wou- 
ter van Schierevelde sinen oudervader over hem selven ende 
joncvrauwe Sare sin wyf, ende Wouter van Schierevelde 
haer man ols haer wettelike voghet , hier toe ghekoren , ende 
over haer so wel ende so wettelike gheconfirmeirt hadde 
dat min here Wouter sin oudervader, ende min vrauwe 
Margriete sin oudermoeder, bezet hadden ter vors. capelrie 
bouf ende so wel ende so wettelike ghegheven ende gheoc- 
troijert hadden olsoest vorscreven staet dat der Lambrecht 
Hauwel, capellaen van den gasthuze tonser Yrauwen te 



174 

Roeslare, jof deghone die naer hem capellaen wesen zal 
vander yorseider capelrie, soude moghen ghebruken paisi- 
vellike vander vorseider erveliker rente heffende euwelike 
siaers up de vorseide bezettinghe (en termineu vornomt, 
up de selve coudicie die vorscreven staet ende die zie 
zelve omme ol weldoen voer ons verkennet hebben sonder 
scemp ende sonder empêchement in eneghe zake. Ende wie 
manne mins here Inghelrams Hauweels vornomt, wijsden 
dat naer den verkenne van Wouter van Schierevelde onsen 
lieven huusynoot ende van Saren sinen wive ende van Wou- 
ter haren man ols haer wettelike voghet in dese zake en- 
de hier toe van haer ghekoren voer ons over hare na der 
beveilnesse ciie min here Inghelram gaf sinen baillieu vornomt, 
na der maninghe van den vors. baillieu den asscnte van minen 
here Inghelramme vornomt ende na den assente van den 
here Lambrecht Hauweele, ols cappellaen van der vorseider 
capelrie. Dat de vorseide Wouter ende Sare sin wijf Wou- 
ter over haer ende ols haer wettelike voghet olie dese vor- 
seide rente ende bezettinghe so wel ende so wettelike ghe- 
confirmeirt hadden ende daer na gheoctroijert ende gheghe- 
ven hadden datter der Lambrecht Hauweel, capellaen vander 
vorseider capelrie , ende de ghone diere naer hem capellaeus 
sin zullen, euwelike wel ende soffisantelike souden moghen 
ghebruken vander vorseider ervelicker rente te heffene up 
de vorseide bezettinghe in de selve condicie ende in de 
selve maniere dat vorscreven staet , euwelike , tollen daghen , 
sonder scemp, sonder malengien ende sonder empêchement ; 
ende waert oec dat men hem failgierde van enighen paie- 
mente olsoest vors. es , dat der Lambrecht ende de ghone 
die naer hem capellane wesen zullen, machtich waren hant 
te slane an de vorseide bezettinghe olsoest vorscreven staet 
ende daer of te ghebrakene olsoest vorseit es , ende omme 
dat olie dese vorseide dinghen wel ende wettelike waren 
verkennet, gheconfirmeirt , ghegheven ende ghedaen voer 
ons ende met ons, so hebbeu wie Inghelram Hauweel,rud- 
dre, here van Bcisslare, ende ols over here van den vor- 



175 

seiden lene, Ghiselin de Bode, mins here Inghelrams vors. 
baiilieu , Jehan Hauweel Robrechts sone , Jehan Haaweel 
Stevens zone, Michiel de Struve, Jacob Dinghelsche ende 
Jehan de Clerc, manne mins here Inghelrams vornomt, 
willen dat olie dese vorscrevene dinghen sin ende bliven 
goed, vast ende ghestade ende wel ende lojallike ghe- 
honden enwelike met ollen lieden , so hebben wie dese let-- 
teren gheseghelt met onsen propren seghelen nte hanghende. 
Ende in meerre versekertheide ende in kennesse van wa- 
rachticheiden van ollen den vorseiden dinghen ende dat 
mense euwclike wel ende loyallike houde sonder scemp, 
sonder malengieu ende sonder empêchement, so hebbic 
Wouter van Schierevelde over mie selven ende over Saren . 
minen wive , als haer weltelike voghet , dese letteren ghese- 
ghelt met minen propren seghele ute hanghende. Dit was 
ghedaen int jaer ons Heren duzentich drie hondert zevene 
ende twintich. 

Original aux archives du séminaire épis- 
copal à Bruges, muni de sept sceaux 
dont trois seulement sont conservés. 

(Fonds Zonnebeke. 90). 

Presentatio Abbatis de Zinnebeka de cappellania 
in hospitali BoUariensi» facta 1386. 

Yicarius generalis in spiritualibus episcopatus Tornacensis, 
auctoritate apostolica dep u talus , dilecto nobis in Christo , 
Victori de Vale, clerico Morinensis dyocesis, salutem in 
Domino. 

Capellaniam perpetuam Beate Marie in Hospitali de Rol- 
lario, Tornacensis dyocesis, ad nostras collationem et provi- 
sionem , vigore spiritualis commissionis super hoc nobis facte, 
spectantem, nunc liberam et vacantem per mortem domini 



176 

Gaillelmi Prume , presbyteri , nuper et ultimi ipsius capel- 
lanie possessoris , ad presentationem religiosi patris in Chris- 
to domini abbatis de Zinnebeke, ordiüis Saacti Augustin!, 
morinensis dyocesis, tibi conferimns et de illa providemus 
cum juribus et pertinentiis suis uoiversis investientes te ni- 
chilominus de eadem capellania ac juribus et pertinenciis 
suis antedictis per présentes, recepto per nos et a te pres* 
tito, propter hoc, solito et debito juramento, ac salvo in 
omnibus jure nostro et quolibet alieno, mandantes decano 
Ghristianitatis loei quatenus te , vel procuratorem tnum , eo 
Domine in corporalem possessionem dicte capellanie ac ju- 
riumet pertinentiarum snarum omnium ponat et inducat, 
seu poni faciat et induci, adhibitis solennitatibus debitis et 
consuetis in talibus adhiberi. Datum sub sigillo sedis Tor- 
naoensis , quo in hac parte utimur , anno Domini millesimo 
trecentesimo octogesimo quinto, die vicesima mensis Junii; 
nobis quid inde fecerit idem decanus rescribendo^ datum 
ut supra. 

(Signé) S. Waybs. 

Le sceau est k moitié conservé. 



XI. 



Capellania Sanote Marie diote Castri de Iseghem 
('t hof t'Iseghem). 

Cette chapellenie, également fondée dans 
réglise de Roulera, jouissait d'un revenu an- 
nuel de 20 à 22 livres de gros. 

ACTE DE COLLATION DE 1488. 

Joannes, miseratione divina Episcopus Tornacensis, dilecto 
Dobis in Christo discrete viro magistro Anthonio Wetsteen, 
presbytère nostre diocesis, salutem in Domino. 



177^ 
Capellaniam perpetuam beate Marie de Yseghem, sitam 
et fundatam ad alUre beate Marie Virginis , in ecclesia pa- 
rocbiali de RoUario , nostre diocesis , ad nestras collationem 
et provisionem spectantem , nunc vacantem per obitum quon- 
dam dooiini Johannis Casteleins, presbyteri, dum vixit ipsius 
capellauie novissimi capellani et possessoris, ad venerabilis 
patris domini abbatis Mooasterii beate Marie de Zunnebeka* 
ordinis sancti Augustini , morinensis diocesis , presentationem, 
per qaem ad eandem capellaniam fuistis nobis presentatos 
et deinde per nos rite admissas ; vobis , licet abseuti , con- 
tulimus et conferimus, ac de illa providimas et providemus 
cuin juribus et periinenciis suis universis, investieotes vos 
nichilonimus de eisdem presentium per tenorem, salvo in 
omnibüS jure nostro et quolibet aliène. Quocirca maudamus 
dilecto et fideli decano nostro Gbristianitatis loei, vel ejus 
vices gerenti, quatenus recepto prius per ipsum , loco nostri 
a vobis , vel procuratore vestro , propter hoc solito et débite 
juramento, vos, vel eiindem procuratoren! vestrum, nomine 
vestri, in possessioneoi corporalem, realem et actualem 
capellanie juriumque et pertinenciarum predictorum ponat 
et inducat, seu poiii faciat et induci, adhibitis solennitati- 
bus debitis et in talibus solitis adhiberi. Nobis, quid inde 
fecerit et factum fuerit, fideliter rescribendo. Datum Tor- 
naci , sub sigillé camere nostre , anno Domini m" cccc"' quin- 
quagesimo octavo, mensis Septembris die vicesima octava. 

UULANDLN , Nt. 

Of. sur parchemin , fonds Zonncbekc, n» 123. 

A cette collation est ajoutée la pièce suivante 
qui contient le fidoliler rescribendo imppsé au 
doyen. Voyez sept lignes plus haut. 

Reverendo in Christo Patris et Domino suo, Domino Jo- 
hanni, miseracione divina Tornacensis Episcopo, bumilis 
vestre reverende paternitatis servitor, Egidius Varranneman , 

II, U 



ni 

presbiter, christianitatis vestre Bollariensis nunc decanns, 
et Dummus officiariorum humilitatis obsequens io mandatis» 
reverenciam et honorem. Vestre reverende patornitati scire 
placeat quod ego Duper, vigore iitterarum vestrarum, quibus 
bec mea presens efigitar relacio , primitas requisitus, hones- 
tum virum magistrum , Ânthoniuin Wetsteen, presbyterum, 
et in dictis litteris vestris lacius ezpressi, in corporalem, 
realem et actualem capellanie, dicte de Iseghem, ad altare 
beate Marie in ecclesia parochîali de Rollario, Tornaceusis 
diocesis, situm et fundatum juriumqae et eiusdem capellanie 
pertiuentium saorum omnium possessionem posui, et, adhibi- 
tis solcmnitatibus in talibus solitis et consuetis, sufficienter 
induxi. ilonorabilibus viris dominis, Petro Gryse, de Rollario 
et Willelmo Mule, de Caechtem, vestre diocesis presbyteris 
et curatis , in corroboratione premissorum vocatis et ibidem 
tune astantibus. In cujus rei testimonium , sigiilum christia- 
nitatis vestre Bollariensis antedicte presentibus apposui. 
Anno Domini millesimo quadringentesimo quinquagesimo 
octavo , mensis Septembris die vcro ultima. 

BUMBEKE, 1867. 

A. Anoillis. 



179 



ESSAI 

SUR 

LE nPE ET LE CARACTÈRE DE LA SCULPTURE 

EN BELGIQUE. 



Le but de ce travail est purement pratique. 
Vouloir aider de quelques conseils l'artiste qui 
restaure des sculptures du moyen-âge ; le diriger 
dans ses travaux; lui indiquer, quand il com- 
plète par des statues un édifice ancien, les 
principes qui guidaient les imagiers ; les lui faire 
connaître d'une manière à la fois simple et 
précise ; telle est la tàclie que nous nous sommes 
imposée. 

Cependant nous croyons devoir signaler , avant 
tout, les différences qui existent entre l'art 
d'autrefois et celui d'aujourd'hui, et prémunir 
les sculpteurs contre l'application aux figu- 



180 
res du moyen-ùge de certains principes de Té- 
cole classique. 



Le caractère de la statuaire du moyen-âge 
est tellement opposé à celui de l'art classique, 
qu'une qualité de l'un devient parfois un grand 
défaut dans l'autre. Ainsi, en ce qui concerne 
l'exécution des statues modernes, l'artiste en 
étudie avec soin la pose, recherche souvent le 
mouvement, tâche d'achever parfaitement l'œu- 
vre, établit une harmonie complète entre les 
différentes parties de la figure et fait des détails 
qui peuvent être vus de près. 

n n'en est pas de même des sculptures du 
moyen-âge. Pendant la période byzantine elles 
montrent souvent dans les scènes des attitudes 
violentes et dramatiques. Ensuite, par leurs 
poses naïves , elles n'offrent plus rien qui annonce 
des études académiques; elles ont peu ou point 
de mouvement et des détails très-imparfaitement 
achevés dans la sculpture destinée â l'ornemen- 
tation des édifices. Celle-ci produit un grand 
effet par les masses et les contrastes entre les 
manières dont sont traités les étoffes, les or- 
nements, les chairs et la chevelure; en un mot, 
les imagiers travaillèrent à la grande sculpture 
comme nos peintres de décors, qui, en recher- 
chant l'effet, négligent les détails et jettent à 
grands coups de pinceau leur idée sur la toile. 
En ce point, leur manière de procéder diffère 



181 
essentiellement de celle des peintres du moyen- 
âge, qui, fidèles aux traditions des miniaturistes, 
exécutèrent avec amour les détails les plus mi- 
nutieux. Toutefois , la petite sculpture , celle 
sur ivoire , par exemple , devint souvent une œu- 
vre de patience et de minutie. 

Les artistes du moyen-âge devaient en outre 
compter avec les modes des costumes , et suivre 
les formes qu'elles prêtaient au corps humain, 
tandisque ceux de l'école classique traitaient 
le plus souvent le nu couvert ou non d'une simple 
tunique ou d'une draperie quelconque. 

La manière dont les deux écoles drapaient 
leurs statues, offre également des contrastes no- 
tables. Les étoffes légères et tordues des anciens 
présentaient souvent dans les draperies des dé- 
tails de plis. Pendant le moyen-âge, surtout en 
Belgique et en général dans les pays septen- 
trionaux , où il faut des costumes amples et épais , 
les vêtements, particulièrement ceux de drap, 
se prêtaient merveilleusement aux grandes lignes 
des draperies. Celles-ci sont presque toujours 
ondoyantes , simples , rarement tourmentées , par- 
fois anguleuses par suite de l'introduction des 
métaux précieux dans les tissus ou lorsque, par 
les procédés de fabrication, les étoffes deviennent 
raides. Dans ce cas, les artistes et spécialement 
ceux de Belgique, imitaient les draperies cassées, 
par la raison que, voulant rester fidèles à la 
nature, ils copiaient ce qu'ils avaient sous les 
yeux. 



18-2 

Obligés de lutter avec les dimensions impo- 
santes des édifices quils devaient orner, les 
imagiers créaient les contrastes des ombres et 
des lumières par les masses. Lorsque leurs œuvres 
étaient placées à une certaine hauteur , ils fouil- 
laient profondément les creux; surtout dans le 
nord, où, même pendant l'été, un ciel presque 
constamment voilé, permet rarement au soleil 
de jeter l'éclat de ses rayons sur les sculptures. 
Ils rachetaient, par la combinaison des ombres 
bien prononcées et des grands clairs, les effets 
que notre climat refuse à leurs œuvres, comme 
à celles des architectes (1). Les statues desti- 
nées à l'ornementation des parois des murs étaient 
toujours couvertes de dais, de tourelles ou de 
baldaquins pendant la période ogivale. Etablis- 
sant une harmonie parfaite entre les différentes 
parties de la construction, elles continuaient 
les grandes lignes archi tectoniques qu'elles étaient 
appelées à décorer. 

On comprend donc que , peu faites pour être 
vues isolées ou de près, elles servaient pour 
ainsi dire exclusivement d'accessoires et à Tor- 
nementation des édifices , sauf sur les tombeaux 
et dans les retables. Rarement les statues du 
moyen-âge, principalement dans le nord, con- 
stituaient des monuments isolés. 



(1) La polychromie était un des procédés les plus puissants 
auquel les artistes du moyen-âge ont eu recours lorsqu'ils vou- 
Ijicnt produire de l'effet en créant des sculptures. 



183 

La statuaire, n'étant le plus souvent que l'ac- 
cessoire des édifices, devait subir, outre l'in- 
fluence des modes dont nous venons de parler, 
les modifications que l'arcliitecture subit elle- 
même à différentes époques (1). Indiquer ces 
changements, c'est faire connaître les transfor- 
mations par lesquelles a passé la statuaire. Pour 
les comprendre, il faut étudier l'art architec- 
tonique, qui, pendant le moyen-âge, était cultivé 
par des artistes, dont la plupart s'appliquaient 
aussi à la sculpture et à la taille des pierres. 

Les observations que nous venons de faire 
ont trait seulement à l'ordonnance des figures; 
mais il en est d'autres encore, plus importantes, 
qui concernent la partie intellectuelle de l'art; 
nous voulons parler du génie particulier qui 
distingue les productions classiques de celles 
créées pendant la période dont nous nous occu- 
pons. 

Sous ce rapport, l'opposition des principes 
qui guidaient les deux écoles est très-tranchée. 
Elle s'explique par la différence de leur origine. 

Quand Emeric David se demande quel Dieu 
donna la sculpture à la Grèce, il répond sans 



(1) Celle corrélalion, qui nous fera souvent parler de l'architec- 
ture, a élé traitée, enlre autres, par Fûssli, Zurich und die Stade 
am Rhein T. I, p. 273.— Fortoul, L'Art en Allemagne , T . I, p. 557. 
Renan, dans la Revue des deux mondes, Juillet 1863, p. 218. — 
H. Tabbé Texier qualifie la statuaire de sœur et compagne de 
rarchitecture, bors de laquelle elle n'existe pas au moyen-âge, 
Diûron t Annales archéologiques, T. IX, p. 193. 



184 

hésiter : c'est TAmour. " Apollon, ajoute-t-il plus 
loin, Mercure, Mars aux reins vigoureux, le 
joyeux Bacchus, les Muses aux tresses d'or, 
les Grâces aux joues brillantes, la fraîche Hébée, 
Tritogenie aux yeux bleus, Proserpine aux 
beaux bras , Diane aux belles jambes et d'autres 
déesses, toutes également propres à enflammer 
le désir, naquirent. „ 

Pourquoi l'Amour? Parceque les artistes de 
l'antiquité donnaient à leurs statues l'expression 
de la vie et des passions humaines, la grâce 
et la fierté, la beauté des formes extérieures, 
qu'ils regardaient comme le complément indis- 
pensable de l'homme. Rien n'est beau, dit Aris- 
tote , que ce qui est bon ; précepte que les philo- 
sophes anciens de toutes les écoles ont adopté. 
Platon, Xen^phon, Zenon, Epicure, Hippocrate 
l'ont répété à satiété. Les statues classiques, 
même celles qui ont un caractère religieux, 
représentaient si bien l'être humain dans la splen- 
deur idéale de la beauté physique, qu'Aristote 
disait avec raison: l'homme fit les dieux à son 
image. 

Si nous interrogeons l'histoire, si nous lui 
demandons qui fit éclore la sculpture du moyen- 
âge, elle répond: le catholicisme et la féodalité, 
les deux bases de la société à cette époque, 
et dont nous trouvons partout les éléments dans 
les institutions , les mœurs , les usages , les écrits , 
la poésie , partout enfin où se montrent l'homme 
et son génie. C'est ainsi qu'on s'explique com- 



I8S 
ment nos pères ne connaissaient point d'autres 
statues que celles de Dieu, des saints, des per- 
sonnages bibliques, des Vertus, des Vices, du 
bon et du mauvais Génie, des souverains, des 
princes et des seigneurs; comment les effigies 
des ecclésiastiques et des bourgeois trouvaient 
place seulement sur les ex-voto, les tombeaux, 
les culs-de-lampe et les chapiteaux des colonnes; 
pourquoi la statuaire du moyen-âge allait s'in- 
spirer dans la bible, dans le nouveau testament, 
dans la légende dorée et dans l'histoire, seu- 
lement quand elle s'occupait de princes. 

Les sculptures du moyen âge, consacrées au 
culte sont en général empreintes d'un sentiment 
chrétien et austère, d'un caractère de grandeur 
et de convenance. Ni les idées graves et reli- 
gieuses de nos ancêtres, ni les principes de la 
vie sociale, ni l'aspect de nos paysages, sou- 
vent si tristes par les brumes du nord, ne leur 
auraient communiqué l'entrain des Italiens et 
moins encore inspiré la fierté des productions de 
l'école française. A leur avis, l'esthétique chré- 
tienne n'avait d'autre objet que la matière spi- 
ritualisée, l'aspiration vers Dieu, le sentiment 
des vertus chrétiennes et l'abnégation complète 
de toute passion mondaine. C'est ainsi qu'ils 
donnaient à leurs statues un caractère de gravité, 
de grandeur et de majesté qui domine l'enve- 
loppe souvent informe de l'image. 

Grâce à ces sentiments si profondément reli- 
gieux , l'artiste , par une sorte d'instinct , faisait 



186 
respirer dans ses productions la noblesse et la 
décence, et transformait cet art entre les mains 
des maitres comme entre celles des apprentis , 
en un art d'expression et de foi. L'être humain 
est aussi ennobli sous le rapport spirituel , tan- 
disque l'art ancien se contente de l'embeUir 
sous le rapport physique. 

Qu'on ne s'y méprenne pas. Nous ne voulons 
point contester au classicisme le mérite du beau, 
ni essayer de lui enlever la vie et le mouvement. 
Nous n'entendons pas faire passer les productions 
du moyen-âge comme empreintes du caractère 
sublime de l'art; mais nous les indiquons comme 
réunissant des sentiments élevés et chrétiens. 
Entre la pensée qui animait les artistes de l'anti- 
quité et celle dont s'inspiraient ceux du moyen- 
âge, il y a la différence du paganisme au christia- 
nisme , de la matière à l'esprit. Là où les païens 
développaient la poésie et le sensualisme, les 
chrétiens obéissaient au sentiment religieux et 
aux. exigences de la féodalité, et par cela même 
produisaient plus de variété dans l'expression. 
" Les images parlent, dit Jean de Damas. „ ** Elles 
sont, écrit S* Grégoire à l'évêque Serenus, des- 
tinées à ceux qui ne savent pas lire, afin qu'ils 
voient sur les murailles ce qu'ils ne peuvent ap- 
prendre dans les livres. „ Lorsque saint Grégoire- 
le-Grand s'adresse à Tempereur Léon, pour lui 
reprocher ses violences contre les images, il 
s'écrie : ^ que sont nos églises , sinon les ouvrages 
des hommes, des pierres, du bois, de la chaux 



187 
du mortier! Mais elles sont ornées par les 
peintres, qui y retracent les histoires de Jésus- 
Christ et des Saints. Les chrétiens y emploient 
leurs biens ; les pères et mères tenant les petits 
enfants nouveau-nés , leur montrent du doigt les 
histoires, ou aux pauvres gens et aux gentils 
convertis. Ainsi ils les édifient et élèvent leur 
esprit et leur cœur à Dieu. ^ 

Ce que les artistes chrétiens recherchaient 
avant tout, comme le prouve cette citation , c'était 
de saisir, par leurs œuvres, l'âme du specta- 
teur, de le pénétrer de l'esprit qui les animait, 
de lui communiquer leurs convictions et leurs 
croyances. Moins préoccupés des principes de 
l'art que de l'idée de produire des œuvres pieu- 
ses, ils s'attachaient d'une manière absolue à la 
pensée, en créant parfois des images dont sou- 
vent l'infériorité sous le rapport matériel, est 
plus sensible que dans les productions de l'art 
antique (1). 

Toutefois cette imperfection apparente de la 
statuaire du moyen-âge, n'est pas, comme on 
le croit communément, un des caractères dis- 
tînctifs de l'art à cette époque. La contorsion 
des membres , la raideur des formes , les défauts 
de connaissances nécessaires en perspective et 
les fautes d'anatomie ne forment pas nécessai- 



(1) Le moyen-âge et la renaissance, peinture et sculpture; — Du 
Sommerard, Les arts au moyen-âge, T. I, qui traite de Tari chré- 
tien. — Didron. Annales archéologiques, T. IX, p. 193, où se trouve 
on anicle de M. Tcxier, inliiulé: Statuaire chrétienne. 



188 
rement le cachet des œuvres du moyen-âge. Le 
croire serait se soumettre à un préjugé auquel 
les belles productions des grands maîtres de 
l'époque donnent un démenti formel. Si le moyen- 
âge a . vu naître un grand nombre de statues 
imparfaites ; si bien souvent des artistes de cette 
période ont méconnu les règles des proportions, 
s'us n'ont pas toujours su animer leurs produc- 
tions, c'est parceque les médiocrités ont été 
nombreuses alors comme aujourd'hui, comme 
à toutes les époques; c'est parcequ'ü y a eu 
peu d'artistes qui ont su allier l'exécution maté- 
rielle à la pensée et à l'expression. Ne serait-il 
pas téméraire de se faire une idée de l'art des 
Etrusques par la raideur et l'immobihté des 
figures dessinées sur les vases? Que l'iconophile 
étudie entr'autres chefs-d'œuvres du moyen- âge, 
les beaux rehefs de l'église de Wechselbourg, 
les magnifiques sculptures de la porte d'or à 
Freiberg, les travaux de Jean et de Nicolas de 
Pise, de fra GugUelmo Agnelli, d'Amulpho del 
Cambio, de Giacomo délia Quercia (1), de Thimon 
de Salzbourg, les statues des dômes de Naum- 
bourg , de Cologne , de Mayence , de l'église de 
Rheingau, des cathédrales de Reims, de Char- 
tres, d'Amiens, de Rouen, de Strasbourg, les 
magnifiques productions de nos compatriotes. 



(1) Perkins, Toscan sculptors, a bien apprécié au l. I, les 
œuvres (Je ces artislcs. 



IS9 
tels que Sluter, de Baerze etc. etc., et il se 
convaincra que les maîtres du moyen-âge savaient 
aussi produire des prodiges de perfection et de 
beauté; ils reconnaîtront que si l'antiquité s'est 
distinguée par une grande pureté dans la pro- 
duction du nu, le moyen-âge lui a été souvent 
supérieur dans l'expression, dans l'arrangement 
des étoffes et des draperies. Vouloir juger du 
moyen-âge par la médiocrité de quelques pro- 
ductions, c'est prétendre se faire une idée de 
la peinture moderne -par les enseignes de caba- 
rets et les boites de Spa; c'est apprécier la 
sculpture de nos jours par les poupées de Nurem- 
berg et les quincailleries du Tyrol. 

Malgré les imperfections des œuvres du moyen- 
âge, les artistes arrivaient presque toujours à 
leur but, quand ils voulaient toucher le cœur. 
S* Grégoire de Nysse n'a-t-il pas été ému jus- 
qu'aux larmes à la vue d'une peinture repré- 
sentant le sacrifice d'Abraham? Le jugement 
dernier, peint en 833 par le moine Methodius , 
dans le palais de Bogoris, ne produisit-il pas 
sur le roi des Bulgares un effet tel qu'il re- 
nonça au paganisme? (1) 

Si un artiste veut communiquer un sentiment 
quelconque religieux ou mondain , il doit d'abord 
le ressentir lui-même. La charmante tradition 
de Pygmahon n'est que la réalisation entière 



(1) Le Moyen-âge et la renaissance, peinlurcs. 



190 

de cc principe. Pourquoi l'art purement romain 
n'est-il jamais parvenu à la hautem* de celui 
de la Grèce? Précisément parceque, peu déve- 
loppés chez les classes supérieures de Rome, 
les sentiments religieux y étaient considérés 
comme des moyens politiques, à tel point que 
toutes les divinités de tous les peuples vaincus 
trouvaient place dans le Panthéon. Les convic- 
tions faisant défaut chez les artistes romains, 
ils ne pouvaient les comprendre ni les inter- 
prêter comme le faisaient les Grecs. Le droit, 
l'administration, la guerre étaient les éléments 
de la vie du Romain, tandisque le Grec aimait 
sa religion et se passionnait de poésie. 

L'expression des têtes fut un des auxiliaires 
les plus énergiques dont se servaient les artistes 
du moyen-âge. C'était surtout par ce moyen 
qu'ils arrivaient à leur but. Mêlant la sainteté 
à la grâce angélique, la majesté au calme, la 
naïveté au réahsme, le moyen-âge produisit des 
types de physionomies inconnus jusqu'alors et 
dont le caractère se modifie à chaque époque. 
Ils nous frappent par leur originalité et leur 
diversité. 

Ces qualités, qui font le désespoir des artistes 
modernes, les arrêtent, les font hésiter et les 
déroutent souvent à tel point, qu'en voulant 
imiter ces types, ils donnent parfois à leurs 
figures une expression froide ou outrée; et lors- 
qu'ils copient, ils interprêtent matériellement 
leur sujet sans y mettre cet esprit et ce senti- 



191 
ment, dont les imagiers possédaient le secret, 
et qui appartient à lem* époque seulement. 

Le motif de cette impuissance s'explique faci- 
lement. Si nos artistes ne peuvent reproduire les 
physonomies des différentes époques du moyen- 
âge, c'est parceque le type en a disparu. Elles 
changent avec la société et se modifient avec 
l'esprit du siècle. La tête sereine et calme de 
l'Égyptien est l'image de l'organisation politique 
de son pays, où une vie toute administrative 
prescrivait à chaque individu , dès sa naissance , 
le rôle qu'il devait remplir dans la société jus- 
qu'à sa mort. L'expression résignée des traits 
du musulman est le résultat des lois du fata- 
lisme qu'il adopte. Pendant le moyen-âge, les 
hommes avaient généralement de la foi; ils 
étaient façonnés à la féodalité et se soumirent 
à ce système, malgré le désir d'y échapper 
par l'organisation des communes. Peu habitués 
aux roueries des époques postérieures, ils étaient 
doués d'une naïveté , qui nous charme dans leurs 
écrits, comme dans leurs productions artistiques. 
Là nous pouvons les étudier avec leurs qualités 
et leurs défauts. 

Nous l'avons déjà fait remarquer plus haut, 
un des caractères distinctifs de l'art du moyen- 
âge est la diversité des formes. Elle est le résul- 
tat de la vie active, le produit des éléments 
divers de la civilisation qui venaient se heurter, 
se contrebalancer et enfin se marier dans la 
société; elle est la conséquence de l'individua- 



19-2 
lisme et des libertés communales , la suite néces- 
saire de la multiplicité des écoles qui surgirent 
de toutes parts, des petites nationalités qui se 
formèrent en grand nombre et des divisions 
géographiques des diocèses, lorsque l'art gran- 
dissait sous rinfluence du clergé. Rarement le 
moyen-âge connut un type traditionnel; jamais 
il ne put se résigner à l'adopter définitivement; 
et il ne manqua pas de se débarrasser des 
régies contraires à l'individualisme. 

Quand nous disons que le moyen-âge n'aimait 
pas l'immobilité des types, nous nous trompons 
peut-être sur un point. Nous voulons parler de 
l'expression d etonnement que les artistes don- 
naient souvent à leurs figures. La Vierge reçoit 
avec surprise le messager céleste qui lui an- 
nonce sa destinée; saint Joseph lève les mains 
à la vue de Tenfant Jésus; les apôtres sont 
ébahis autour du Christ, les païens stupéfaits 
à la vue des martyres ; ceux qui assistent aux 
scènes les moins émouvantes sont toujours émer- 
veillés. Point de groupe sans spectateurs ébahis, 
point de spectateurs ébahis qui ne lèvent au 
moins une main en signe d'étonnement. 

Ce geste n'est pas aussi affecté, ni aussi re- 
cherché qu'on pourrait le croire. Il est le résul- 
tat d'un sentiment qui prédominait pendant le 
moyen-âge, Tépoque du merveilleux. C'est à une 
pareille propensiofi que nous devons les tradi- 
tions populaires; c'est aux convictions inspirées 
par le merveilleux qu'est dû le caractère de 



195 
grandeur des poésies du moyen-âge ; c'est à une 
pareille disposition d'esprit que nous devons les 
scènes d'étonnement , dont les artistes de cette 
période sont si prodigues dans leurs composi- 
tions. Les statues des personnages laïques avaient 
aussi leur type spécial: un caractère de conve- 
nance et de majesté toute mondaine, une pose 
tranquille, une expression de calme et de force 
indiquent le souverain, le prince, le seigneur 
féodal, le dominateur investi de la puissance 
terrestre, le dispensateur des privilèges, l'être 
supérieur qui sait commander à ses semblables 
et s'en faire obéir. Il est le chef par la grâce 
de Dieu, le représentant de la puissance divine 
sur la terre, qualification que lui donnent par- 
' fois les écrivains du moyen-âge. 

Le prêtre et le religieux ofirent un autre ca- 
ractère. Dans les représentations que les artistes 
en font, dominent l'austérité, la tranquillité 
d'âme, le sentiment de la dignité personnelle 
et des convenances, la méditation et un grand 
calme. 

Le ciseau du sculpteur prête au bourgeois 
une physionomie qui le fait connaître immédia- 
tement. Ici, sur une clef de voûte, le compagnon 
d'un metier s'occupe attentivement de ses tra- 
vaux; là, sur un cul-de-lampe, un personnage 
fait des efforts inoms sous le poids de la maçon- 
nerie qui semble l'écraser -et sous laquelle il 
s'affaisse; plus loin, sur les miséricordes des 
stalles un fou, le frondeur par excellence des 

IL 15 



i94 

travers de la société, pousse sa tête ricanante. 
Partout les traits du bourgeois et de l'ouvrier 
indiquent les luttes communales, la préoccupar 
tion du travail, une grande énergie, mêlée à 
une spirituelle bonhomie. 

Les scènes hardies sont parfois admises dans 
les bas-reliefs conMne tenant à certaines idées 
réalistes. EUes furent introduites dans l'art lors 
de sa sécularisation (1). L'artiste reproduisit 
naïvement sur la pierre et le bois , les vices 
tels que la bible les mentionne , et avec la même 
intention. La rivalité entre le clergé régulier 
et séculier se montre-t-elle dans la satire, l'ar- 
tiste fait des caricatures dont la bonhomie nous 
charme; mais nulle part l'obscénité n'est admise 
pour Tobscénité elle-même; jamais le christia- 
nisme n'aurait toléré la représentation de ce 
vice qu'il blâmait si sévèrement chez les païens, 
et il devait le souffrir d'autant moins lorsque 
l'art était presque exclusivement du domaine des 
écoles ascétiques. Si l'immoralité se manifeste 



(1) Ces scènes sonl cependant plus rares qiron ne le suppose 
communément. NVt-on pas soutenu que la cathédrale de fiatis- 
bonne renferme un groupe figurant un moine qui embrasse une 
religieuse, tandisqu*il représente simplement la visilation? N*a-t-on 
pas vu des scènes de Sodome et de Gomore dans quelques bas- 
reliefs de riiôtel-de-ville de Louvain, où il s'agit tout bonnement 
de la jeune fille rcssuscilée par le prophète? A Walcoun on a 
vu des indécences dans Iq^ ^gures des stalles» qui représcnlcnt 
les vices. 11 faut se méûer des interprétations obscènes, contre 
lesquelles s'élève M. Braun, Tun des collaborateurs de VOrganfitr 
christliche Kunst, 



495 
dans quelques poésies du moyen-âge, elle est 
due à de vieilles réminiscences et aux mœurs 
corrompues du midi ; elle est due à des écrivains 
séculiers qui faisaient leurs récits dans l'inti- 
mité, dans les châteaux, dans les demeures des 
grands, d'où us ne pouvaient jeter le scandale 
au milieu du public ; tandisque la sculpture était 
tin livre ouvert à tous, aux grands comme aux 
petits , au clergé comme aux laïques. Et avant 
de se compromettre aux yeux des masses , l'ar- 
tiste devait y regarder à deux fois. 

n. 

Passons de la théorie à la pratique , des géné- 
ralités aux détails des figures et à la manière 
de les traiter pendant les diverses époques (1). 

Deux écoles célèbres, dont l'influence' s'est 
longtemps maintenue, avaient été formées pen- 
dant l'antiquité: l'école grecque et l'école ro- 
maine , laquelle n'était , en définitive, que la fille 
de la première, avec un melange d'éléments 
appartenant à l'école étrusque. 

Après avoir atteint leur apogée, elles dé- 
clinèrent toutes avec les civilisations qui les 
avaient créées. A Constantinople , comme à Rome, 
les rapines, les désordres, les révoltes, la ty- 
rannie, les cruautés, enfin, tout ce hideux cor- 
tège d'une société décrépite, avaient porté à 



(1) Nous no citerons pas dans ce travail toutes les srulplurcs 
que la Belgique a produites, mais seulement les principales. 



196 
l'art les coups les plus funestes. A Rome sur- 
tout, la décadence fut complète, tandis qu'à 
Constantinople les artistes, encore entourés des 
productions de l'antiquité , surent en tirer parti , 
mais en négligeant l'étude de la nature. Le 
manque de créations et la tendance générale à 
l'imitation, conséquences nécessaires de cet état 
de choses, mena à Byzance l'art à une dégra- 
dation successive. Reduit au simple rôle de ma- 
nœuvre, l'artiste n'eut plus d'initiative, il ne 
demandait plus à la nature le secret de la beauté 
et des formes, et ne produisit que des imitations, 
en suivant les caprices aveugles de la mode. 
Pendant la persécution que les iconoclastes 
exercèrent à Constantinople, des moines grecs, 
dépositaires des traditions de l'art, se réfugièrent 
en Italie. Par la nouveauté du type qu'ils y in- 
troduisirent , la richesse de l'ornementation et 
une réputation bien établie, leurs œuvres, dont 
un éclatant succès affirma d'abord la valeur, 
exercèrent dans leur patrie adoptive une in- 
fluence extraordinaire (1). Enfin, l'art que les 
rois barbares de l'Italie avaient soutenu avec 
enthousiasme, se fit de nouveau jour dans ce 
pays pendant le x® siècle. Venise éleva l'égUse 
de S*-Marc, dont les plans furent dressés par 
un architecte de Constantinople (2). Pise, en 



{{) PerkjïiB 9 Toskan sculplors,T. I, introduction, p. xlvi. La- 
barle» HisL des arts industriels, T. I, p. 106 et 107. 

(2) Schnaase, Gescichte der bildende Kûnste, iv, p. 178. ~ Mo- 
rotini, Hist, délia cita di Venetia, liv. iv, p. 92. 



197 
construiôant son dôme, suivit cet exemple, et 
fit venir de Grèce des fragments antiques pour 
servir de modèle à ses artistes. Grado, Tercello, 
Brescia, Bergame, Novara et d'autres villes en- 
core suivirent l'élan donné; c'était à qui encou- 
ragerait l'art, à qui élèverait les édifices les 
plus beaux et les plus somptueux. 

Par suite de l'introduction de l'élément byzan- 
tin en Italie, deux écoles s'y formèrent. La 
première, l'école grecque ou byzantine, suivit la 
marche ancienne, dont les traits caractérisques 
sont les proportions élancées outre mesure, une 
certaine correction et une délicatesse achevée 
dans l'exécution; la seconde, l'école romaine ou 
latine, dont les productions trapues, lourdes, 
massives et rustiques péchaient par des formes, 
et un faire diamétralement opposé à ceux de^ 
Byzance, 

Ces deux écoles exercèrent leur influence en 
Italie, dans les pays voisins, en France, en^ 
Belgique et de là dans tout le Nord (1). Tant 
il est vrai de dire qu'en fait d'art , comme dans- 
toutes les autres branches des connaissances hu- 
maines, les civilisations ne meurent pas, et qu'en 
paraissant agoniser, elles ne font que se préparer 
à une métamorphose complète. Byzance trans- 



(l)ThéophaDie, épouse d*Otton II, empereur d'Allemagne, et pe- 
tite-fille de Constantin Porphyrogenèle, introduisit, pendant le x* siè- 
cle, des artistes grecs dans sa nouvelle patrie , tandisque Didier, abbé 
du Mont-Cassin, fit venir de Gonstanlinople des artistes en tout 
genre pour enseigner les arts dans les écoles de son monastère 



198 
mit ses productions et son art à l'Italie ; lltalie 
les transmit à TEurope chrétienne, soit par ses 
propres artistes, soit par ceux de 1 étranger, 
qui vinrent s'y former (1). 

m. 

n serait peut-être difficile, pour ne pas dire 
impossible , d'établir, au moyen des monuments , 
cette filiation quant à la sculpture en Belgique. 
Mais comme cet art n'a jamais marché seul, et suit 
le mouvement plastique en général, il est per- 
mis de s'en former une idée par la comparaison. 
Prenons, par exemple, comme point de départ, 
la gravure et la ciselure , qui , par leurs moyens 
techniques, se rapprochent le plus de la sculp- 
ture. 

Pendant la période mérovingienne, les mon- 
naies présentent des types qui tiennent à la fois 
de la civilisation franque, jeune, vigoureuse et 
barbare, et de la civilisation byzantine et ro- 
maine , vieille, décrépite et usée (2). Les monnaies 
frappées dans les ateliers belges, sous le règne 



(1) Un ecclósiasliquc italien du nom de Jean, qui s*occupait 
avec succès de la peinture, résidait h Licgc vers 1008 et semble 
y avoir exercé une grande influence (Perlz, Monumenta t. ix, p. 729, 
t. vin» p. 267; Chapeau ville, Gesta pontificum Leod. 1.\, p. 230). 
Baldinuci cite au nombre des artistes qui résidèrent à Florence 
pondant le xiv* siècle, un Belge, qu'il nomme magnifico Petro 
Joanni Teutonico vel de Bramantia (Brabantia), éd, de Muratori 
T. Il, p. 160. 

(i) V. en ce qui concerne la période mérovingienne, Lehurou, 
InsliliiUons mérovingiennes. 



199 
des Mérovingiens 5 représentent un profil d'em- 
pereur, un type plus ou moins romain, mais 
barbare avant tout. Au revers se montre une 
croix, le signe du triomphe définitif du chris- 
tianisme. Le faire de ces pièces, dont les ate- 
liers d'Anvers, de Dinant, de Huy, de Maestricht, 
de Namur et de Tournai, ont fourni des speci- 
mens, dénote une sécheresse et une dureté de 
burin , qui est le résultat d'une imitation faite par 
une main maladroite, mais ferme et vigoureuse. 
Interrogeons à leur tour les tombes. Là les 
ciselures des armes, des ustensiles et des bijoux 
appartiennent par leur caractère à l'école byzan- 
tine, avec un mélange parfois bien prononcé 
d'un art encore primitif. Le tombeau de Chil- 
péric, à Tournai, et ceux d'autres Francs , qui ont 
été trouvés en Belgique , et les sépultures mises 
au jour dans le nord de l'Europe, renferment 
des objets qui ont un cachet oriental si bien 
caractérisé, que les archéologues se sont demandés 
si ces objets appartiennent au pays ou ont été 
introduits de l'étranger. Dans l'occident, comme 
dans l'orient les formes sont acerbes et aiguës, 
le modelé est grossier, incorrect et à vives 
arêtes , tel que Byzance en avait légué le type 
au reste de l'Europe. Les barbares, en l'imitant, 
marquèrent cet art de leur empreinte. 

IV. 

Sous les Carlovingiens , même système. 

La civilisation des vaincus, comparativement 



200 
plus avancée que celle des vainqueurs , continua 
à exercer son influence. Rome, dont l'empire 
franc s'était porté héritier, fut. encore tout- 
puissant, malgré sa faiblesse, et continua ses 
conquêtes intellectuelles. Charlemagne , comme 
tous les Francs, aime l'art; il s'inspire de la 
civilisation du midi et veut la greffer sur l'élé- 
ment germanique. Dans ce but il amène vers 
le nord des objets d'art, y introduit des maté- 
riaux et des ornements enlevés aux monuments 
anciens, pour les employer à ses constructions 
nouvelles (1). Si les Normands n'étaient venu 
arrêter l'élan qu'il avait imprimé à la civilisa- 
tion, l'Europe aurait été romanisée, en conser- 
vant néanmoins un certain caractère de rudesse: 
arts, sciences, manière de vivre tout aurait rap- 
pelé les conquérants du monde. 

n n'en fut pas ainsi. Le génie du Nord reçut 
quelques atteintes; mais les événements le sau- 
vèrent. Les invasions des Normands firent dis- 
paraître dans notre pays tout ce que les Carlo- 
vingiens y avaient fait et le temps fit le reste. 
Du trésor de l'abbaye de St-Trond, dont la 
chronique de ce monastère donne une longue 
nomenclature dressée en 870 (2) ; des autels d'ar- 
gent et des peintures qu'Eusèbe , abbé de Lobbes, 
fit exécuter vers 974 dans l'église de son monas- 



(1) Sighart, Geschichte der Bildendekunst in Bayern, p. 103. V. 
aussi E^inliard , Vita Karoli Mogni, chez Duchesne. T. II, p. 109. 

[2) l»cri2, Monumenta, Scrlplores, T. XII, p. 230. 



201 
tére (1); des temples élevés sur notre sol par 
la race carlovingieime; des villas que ses mem- 
bres y habitaient, il n'y a plus que des sou- 
venirs (2). 

L'art n'eut donc plus de specimens qui pussent 
le guider; et sans le secours du clergé, qui 
resta dépositaire des traditions anciennes, il au- 
rait dû vivre de ses propres forces , et peut-être se 
frayer une route nouvelle. Mais le temps n'en 
était pas encore venu. Si, par suite des inva- 
sions des barbares du Nord, les bases de la 
vie sociale ont été profondement modifiées, l'art 
ne put encore se ressentir immédiatement de ce 
changement. 

Nos églises possèdent quelques rares specimens 
de sculpture sur ivoire que l'on attribue à tort 
à cette époque. Il serait difficile de décider s'ils 
sont l'œuvre d'artistes belges ou étrangers. Un 
diptyque de l'église de Genoels-Elderen, con- 
servé actuellement dans le musée d'antiquités 
à Bruxelles, est une sculpture sur ivoire très- 
remarquable. Son style, qui appartient entière- 
ment à l'école italienne, et les ornements de 
l'encadrement remontent, d'après l'opinion com- 
mune, au TK.^ siècle; mais ils nous semblent bien 
plus modernes (3). 



(I) Ibid. T. IV, p. 70. 

(3) La chapelle carlovingieoDe de Nimègue est encore debout. 
V. Oltmans, Description de la chapelle carlovingienne de Nimègue. 

(3) Nous nous proposons de traiter un Jour cette question à 
part. Qu'il nous suffise de dire, pour le moment, que la scène de 



-20-2 

Le premier feuillet représente, entre deux 
anges, le Christ foulant aux pieds les quatre 
monstres de l'Apocalypse. Dans le second, qui 
est divisé en deux parties, sont représentées 
TAnnonciation et la Visitation. Ce travail, aux 
formes raides, aux draperies perpendiculaires 
et tuyautées, est d'un modelé peu développé, 
et en général très mal interprêté. La myologie 
n'y est pas observée; les mains, les pieds n'ap- 
partiennent pas à l'être humain. Malgré ses 
défauts, le diptyque de Genoels-Elderen a des 
qualités. L'aspect n'en est pas dur comme dans 
la plupart des sculptures de l'époque carlovin- 
gienne; la composition n'offre aucun désordre; 
elle dénote même une certaine sagesse dans 
l'ordonnance et de l'expérience en ce qui con- 
cerne les effets de la perspective. Par exemple, 
le livre que tient le Sauveur est bien posé; 
les proportions des figures ne sont pas outrées. 
Celle du Rédempteur est empreinte d'une certaine 
majesté. Enfin, le travail décèle une certaine 
habileté d'exécution (1). 

Le magnifique trésor de l'égHse de Notre- 



la Visitation présente une singulière analogie avec celle qu*offre 
un ivoire de la cathédrale de S(/lerne. M. Schulz, l*auleur des 
Denkmaler in Unter-Italien, allribue cet ivoire, avec beaucoup de 
probabilité, au XII» siècle (T. II, p. 898 el la pi. 89, f. IV). 

(1) Le Christ foulant aux pieds les quatre monslrcs est également 
posé entre deux anges dans la cathédralelTroya ; mais Tordonnance 
en diffère essentiellement du dyptiquede Gcnoels-Eldcren. V. Schulz, 
Denkm&lcr in UnUr-Ilalien. 



203 
Dame à Tongres renferme un ivoire d'un travail 
supérieur, qui semble accuser une main très- 
exercée. Il représente le Christ en croix entre 
rÉglise et la Synagogue, la Vierge et saint 
Jean. Au-dessus sont figurés la Main divine , deux 
anges, le soleil et la lune; au-dessous la résur- 
rection des morts (1). 

Simplicité des formes, sobriété dans la com- 
position, netteté de dessin, modelé bien compris, 
harmonie complète dans toutes les parties, cal- 
culs de l'agencement des draperies qui prennent 
un noble développement, rare à cette . époque, 
telles sont les qualités distinctives de cette 
œuvre que l'on attribue généralement, à la fin 
du IX® siècle, mais qui nous semble plus moderne. 
Si, dans le dyptique de Genoels-Elderen , le sculp- 
teur a voulu éviter les profils , l'auteur de l'ivoire 
de Tongres les a îaffectionnés et traités d'une 
manière remarquable, surtout ceux de la Vierge 
et de S^ Jean. 

Deux autres ivoires, dont l'un est d'une date 
postérieure à l'autre, et servant tous deux de 
couverture à un évangéhairé de la cathédrale 
de Tournai, semblent , par leur caractère , appar- 



(1) Cahier etMartène, Mélanges d'archéologie. T. II, pi. Vï. Revue 
de Vart chrétien, T. IV, p. 449. Schaepkens, Le Trésor de Vart 
ancien, PI. YlII. A cette époque florissail un artiste irès-capabie. 
Tulilo, poète, sculpteur, peintre, orfèvre et musicien, travaillait 
dans le monastère de S^Gall, à Mayence et à Metz. Un ivoire sculpté 
par lui et qui se trouve dans la bibliothèque de S*-Gall. permet 
d'apprécier son beau talent. V. Ekkehardl Catuum, 5. Galli apud 
Pcrtz, Monum. Script. T. il, p. 88, 89, 94, 97. 



20 i 
tenir à la Belgique (1). Le premier représentent 
S* Nicaise entre S* Florent et S* Jocond, est 
d'une certaine dureté de facture; les contours 
en sont rudes et le modelé est loin d'égaler, 
par la beauté des formes , celui de l'ivoire de 
Tongres. Si relatif que soit le mérita de cet 
objet, il n'en est pas moins remarquable , comme 
specimen de la sculpture sur ivoire. 

Dans le second compartiment figurent trois 
scènes superposées, représentant les résurrec- 
tions de la fille de Jaïy, du fils de la veuve de 
Naïm et de Lazare. Malgré les proportions 
par trop élancées que l'artiste a données à 
ses figures, celles-ci présentent des détails assez 
agréables. L'inflexion du Christ dans la scène 
supérieure a de la grâce et de l'aisance ; le groupe 
de la jeune fille, soutenue par la mère, est très- 
bien compris. 

L'évêque Notger de Liège possédait un évan- 
géliaire orné d'une couverture en ivoire sculpté , 
que l'on regarde aussi comme appartenant à 
l'époque pendant laquelle il occupait le siège 
épiscopal (2). Sur cette couverture se trouve 



(1) BuUelin de la société hisL et lût. de Tournai. T. IV, p. 387. 
Exposition de Malines. 

(2) F'iess , Catalogue des mss. de la Bibliothèque de Liège, p. 7. — 
Bulletin de rinstitut archéologique, T. II, p. 547. L'écriture de Tévan- 
{^éliaîre appartient incontestablement au x* siôde et non au viii% 
comme le soutient le baron de Crassier. Quant à la couverture, 
elle nous semble d'une date postérieure, malgré rinscription : En 
ego Notkerus, peccati pondère pressus, ad te flecto genu^ qui terres 



205 
une auréole de forme ovale, dans laquelle est 
assis le Christ, nimbé, de face, bénissant et 
tenant le livre des évangiles. Les pieds du Sau- 
veur sont posés sur un globe terrestre. Autour 
de l'auréole sont sculptés les emblèmes des 
quatre évangelistes apparaissant dans des nuages. 
Dans la partie inférieure est agenouillé, entre 
un petit édicule et un siège, un personnage 
nimbé tenant un livre. Le tout est dans un 
encadrement portant l'inscription que nous avons 
reproduite à la note. Autour de l'encadrement 
figurent trois des Vertus cardinales: la Force, 
la Tempérance et la Justice, et au-dessus un 
buste nimbé sans inscription, ni attribut, mais 
qui représente probablement la quatrième vertu 
cardinale, la Prudence. Des ornements de forme 
ovale avec des fleurs et des feuillages entourent 
les Vertus et forment des vides dans les quatre 
angles de la couverture, que remplissent les 
figures des quatre fleuves du Paradis terrestre: 
Phison, Géhon, Tigre et Euphrate. 

V. 

Pendant le xr» siècle, l'art byzantin ou sa 
contrefaçon se propageait par l'intermédiaire 
du clergé, qui avait, à cette époque, à peu 



omnia nutu, que Ton a voulu rapporter à l'évoque Noigcr, tan- 
d)8qu*clle se rapporte à Si. Nolger, moine de Si. Gall, comme 
le démon Ire le nimbe du personnage agenouillé. 



206 
près exclusivement le monopole des produits 
plastiques. S'étant inspiré de la civilisation des 
anciens vainqueurs du monde, il en adopta la 
langue , s'en assimila les usages et se conforma 
à leur manière de voir. Dans l'Orient , qui trans- 
mit ses traditions au clergé du Nord, les débris 
de l'art païen s'étaient trouvés face à face avec 
l'art religieux. C'est ainsi que le clergé belge 
avait conservé en partie les traditions byzan- 
tines, qui furent, relativement à la sculpture 
ancienne, ce que l'architecture romane est à 
Tarchitecture classique. C'est ainsi qu'il s'inspi- 
rait, quand il le pouvait sans se compromet- 
tre, des productions artistiques des anciens. Au 
moyen des produits de l'antiquité, modifiés, 
changés et parfois dégradés, il essaya de com- 
poser un tout qui se pliait à sa manière de 
voir. Usant de ce procédé, il forma le trait- 
d'union entre l'art ancien et l'art nouveau, et 
répandit partout ses images, ses reliquaires et 
ses peintures conçus dans le goût byzantin , dont 
la pureté fut atténuée par certaines créations 
originales , qui tenaient de la rudesse de l'époque. 
* On reconnait l'art byzantin, disent les auteurs 
des Instructions du comité historique, aux pro- 
portions géométriques des figures , aux plis comp- 
tés et parallèles des draperies, aux vêtements, 
qui sont ordinairement la tunique et le man- 
teau bordés de perles, de galons et renfermant 
des pierres précieuses; à l'absence de perspec- 
tive dans les pieds et genoux qu'on figure très 



207 
ouverts pour éviter la difficulté des raccour-- 
cis; aux chaussures quelquefois très-riches, tou- 
jours pointues et suivant souvent le ressaut du 
support; aux yeux saillants, fendus et rétré- 
cis à leur extrémité extérieure; aux sourcils 
arqués et enfin aux détails minutieux des che- 
veux (1). 

Les artistes belges, ou du moins ceux qui 
travaillèrent dans notre pays , adoptèrent ce 
type en principe; mais en l'admettant, ils agirent 
comme tous les élèves ou apprentis: ils se con- 
tentèrent d'imiter les modèles dont ils s'inspi- 
raient, en y ajoutant plus ou moins de détails 
puisés dans leur propre imagination. Leurs figu- 
res, presque toujours à demi-relief, prennent 
rarement la forme de statues, dont la néces- 
sité ne se faisait pas encore sentir, par suite 
de l'emploi des peintures murales et des mo- 
saïques. 

Le xi« siècle a fourni à la Belgique quatre 
monuments remarquables ornés de sculptures. 
C'est d'abord un tympan de porte, sculpté en 
bas-relief et qui est conservé dans les ruines 
du monastère de S* Bavon à Gand. Les expres- 
sions calmes des physionomies, les vêtements 
ornés de galons et joyaux à la manière orien- 
tale, les draperies arrondies à plis fins et pres- 
sés, les attitudes dramatiques et violentes des 



(1) Instructions. Monuments fixes, p. 81. 



208 

figures, leurs gestes exagérés rattachent ces 
reliefs à la statuaire du xi« siècle (1). 

Les scènes qui y sont figurées représentent 
l'ouverture du reliquaire de S* Bavon et les 
miracles opérés par les dépouilles du saint abbé. 
Elles dénotent, de la part de l'artiste qui les 
exécuta, quelques études de- la sculpture an- 
tique , une certaine entente des procédés tech- 
niques, qualités qui distinguent de très-bonne 
heure les produits de l'art flamand, comme 
M. Waagen l'a fait observer dans ses travaux 
sur l'école de Tournai (2). Ajoutons encore que 
l'influence byzantine y est nettement marquée. 

Nivelles possède des reliefs appartenant à 
l'église de S^^'-Gertrude , qui fut consacrée en 
présence de l'empereur Henri III, en 1046 (3). 
Ils représentent l'histoire de Samson, sujet que 
les artistes du moyen-âge reproduisirent volon- 
tiers dans les églises de style roman primaire, 
à cause de l'analogie entre la victoire du héros 
de la bible sur le lion et le triomphe du Sau- 
veur sur l'idolâtrie. Du côté gauche du spec- 
tateur, Samson, les pieds posés sur un lion, 
marche à droite en emportant les portes de 
la ville de Gaza. Du côté droit, il ébranle une 



(I) Van Lokeren. Histoire de Vabbaye de Sl-Bavon, pp. 72 et 
73, pi. XXI, f. A. B. 

<2) Kunst'Blatt, 1848, p. 1. 

(3) V. les dessins dans les Buüitins de Vacadémie royale de Bel^ 
gique, T. XVII, !• parlie, p. 560. T. XVII, 2« partie, p. tô8. 



209 
des colonnes du temple de Dagon, dont le 
chapiteau représente Técroulement de Tédifice. 
Un lion lui sert également de support. Les 
chambranles, ornés de bas reliefs, représentent 
des rinceaux, avec une figure humaine et des 
animaux; dans le linteau est un bas-relief divisé 
en trois scènes. Celle du centre montre le héros 
étoufiant le lion, copie faite d'après le groupe 
antique de Mithras. Sous la forme dun jeune 
homme, la tête couverte dun bonnet phrygien, 
portant une tunique et un manteau qui flotte 
sur l'épaule gauche, le dieu presse du genou un 
taureau atterré , |iendant qu'il lui tient le mufle 
de la main gauche et lui plonge de la main 
droite un poignard dans le cou (1). 

L'artiste de Nivelles a copié servilement et 
presque dans ses moindres détails le groupe 
antique: le taureau est remj.lacé par un lion; 
le poignard est supprimé. A la gauche du spec- 
tateur, Samson est couché sur les genoux de 
Dahlila; à la droite il est terrassé par les Phi- 
listins, qui lui crèvent les yeux. 

Les deux figures latérales de Samson sont 
maigres, élancées, hors de proportion, raides 
et immobiles. Sauf l'absence des attitudes dra- 
matiques, ces figures posent incontestablement 
le cachet de l'école byzantine. Leurs formes 
sont accusées avec dureté ; les draperies simples 



(1) V. Laperd, Introduction à l'élude du culte de Mithras, ot ce 
croupe est réprésenté sous différentes formes. 

n, 10 



210 

et étroites, appartiennent aa style étriqué; le; 
cheveux sont indiqués par des lignes découpées ; 
la barbe est ébauchée au moyen do quelques 
traits durs. Dans les bas-reliefs à peine dégros- 
sis des chambranles , nous rencontrons des con- 
tours roides et indécis , une grande rudesse d'exé- 
cution et une ignorance complète des moyens 
techniques. Les coups de ciseau se montrent 
partout et particulièrement dans le champ; les 
figures sont sans vie comme sans mouvement; 
l'expression de la figure humaine qui y est re- 
présentée est calme, impassible et barbare. 

Kien qu'une simple inspection de ce travail 
et surtout l'imitation du groupe de Mithras dé- 
montrent que Tartiste a pris à la fois modèle 
de l'école antique et de celles qui s'étaient for- 
mées plus tard sur ses débris en Italie. S'il y 
a introduit un élément nouveau, c'est celui de 
la rudesse de son époque (1). 

A Maestricht, ville qui appartenait à la Bel- 
gique, les procédés techniques étaient plus par- 
faits, quoiqu'ils fussent également empreints d'une 
certaine rudesse, et sous les rapports des formes. 



(I) Dos portes semblables cxîslenl à Remagen, Grosseolindcn, 
Dinant etc. Celle de Téglise de Dinant csi malheurcuscmcnl dans 
un ólai lel, qu'il n'y a plus moyen de la reconnaîlre Les dessins 
des deux premières onl élé publiées pur le Verein von Alterthums^ 
freunden in dem Wieinlande. Les auteurs de ce travail ont expli- 
qué les scènes au moyen de TApocalypse, de la Diblc,de l'Évangile 
et du paganisme. Nous les avons inlerprôlées par la représenta lion 
des droits régaliens. Revue dlùst. et d' archeologie, T. Il, p. 01. 



211 
elles se rapprochent mieux de la nature. Les 
chapiteaux des colonnes de la belle église de 
St-Servais, dont la consécration fut faite en 1039, 
peuvent rivaliser avec les meilleures sculptures 
décoratives du xi« siècle (1). Les entrelacs, les 
animaux fanta tiques qui y figurent, ornemen- 
tation très en vogue vers ce temp>, sont bien 
modelés, bien compris et bien exécutés sur- 
tout (2). Le tympan d'une porte, qui sert actuel- 
lement à Tornementation d'un retable, offre le 
Christ assis, bénissant S* Pierre et S' Servais (3). 

Au-dessus de la porte qui conduit de l'église 
dans le cloître, est posé un autre tympan dans 
le même style que celui dont nous venons de 
faire mention. Il représente le Christ entouré 
des emblèmes des quatre evangelistes (4). 

Tout décèle dans ces reliefs une influence 
byzantine, moins les proportions outrées, une 
bonne entente de l'art de grouper par la sy- 
métrie, et une intention bien décidée de suivre- 
lei formes de la nature, une certaine justesse 
dans les mouvements, un dessin relativement 
correct et une exécution soignée. 

Une autre église de Maestricht, non moins 



(1) Annales de l'académie d'archéologie, t. TU, p. 1f>5. — Mes- 
sager des sciences et arts, 1845, p. 477. — Schaepkciis, Trésor 
de l'art ancien , pi. I et If. 

P) Annales de Vacadémie d'archéologie, T. lî, pp. 249, 250, 
t. XIV, p. 380. 

(3) Ibid. T. JI, p. 247. Schaepkcns 1. c. pi. IIÏ. 

(4) Annales, ibid. p. 253. 



remarquable, est celle de Notre-Dame, dont plu- 
sieurs parties, telles que Thémicycle, datent de 
la fin du XI® siècle. Les chapiteaux des colonnes 
sont dignes detre signalés et indiquent, de la 
part de Tartiste qui les a exécutés , une étude 
soignée des proportions naturelles et une ten- 
dance à concilier les éléments de l'école rustique 
avec ceux de l'école byzantine. 

Quant aux ornements de sculpture des pierres 
tombales , ils représentaient souvent des rinceaux 
ou d'autres ornements tirés du règne végétal, 
d'un relief peu prononcé, et dans lesquels les 
artistes cherchaient souvent la symétrie. 

VI. 

Le xii** siècle s'écarta de plus en plus des 
vieilles traditions (1). Partout les laïques, comme 
les religieux et les ecclésiastiques en général , 
élevèrent des églises, des collégiales et des mo- 
nastères. Le style roman dominait encore, mais 
décelait des aspirations virs un art nouveau 
et moins d'indécision dans la facture. La mode 
d'imiter les œuvres anciennes ou de s'en inspirer 
commençait à disparaître insensiblement. Plus 
confiant en lui-même, l'artiste acheva mieux 
les travaux, y introduisit des proportions meil- 
leures, et commença à s'inspirer de son propre 
génie; les formes devinrent plus élégantes. 

(1) Corblel, Revue de Vari chrétien, t. VI, p. 046. 



213 
Parut alors l'arc en tiers-point, qui devait bien- 
tôt supplanter le plein cintre. Des mouvements 
divers de sentiment de la ligne eurent lieu 
partout, et il se fit une révolution paisible, sur- 
tout en Belgique, où le triomphe complet de 
1 élément germanique provoqua un divorce entre 
notre art et celui de la France. 

Dès lors était résolue la grande question de 
savoir si la Belgique devait appartenir à la 
France ou à l'empire germanique. Désormais 
la plus grande partie du territoire belge se 
rattachera plus intimement à l'Allemagne. Les 
empereurs laisseront à ses habitants le soin d'ar- 
ranger leurs afiaires comme ils l'entendront, 
pourvu qu'ils ne soient pas français. Les mœurs, 
les usages, le droit, les idées déjà identiques 
dans les deux pays, feront le reste. L'architec- 
ture, ainsi que toutes les autres branches de l'art, 
ne subiront plus l'influence exclusive du midi. 
Elles se rattacheront à l'empire, en conservant 
leur autotechtonie , et désormais elles subiront 
moins la pression des modes françaises. De grands 
centres de populations commenceront à se for- 
mer par la création des communes; des écoles 
s'y installeront et établiront des zones artistiques , 
dont l'influence se fera sentir dans la création 
des types. De cette manière les Belges commen- 
cèrent par se former un art national, un art 
qui, sous le rapport de l'imitation de la nature, 
présente une grande affinité avec celui de l'Alle- 
magne et de l'Italie; un art moins byzantin^ 



214. 
moins idéal et luoins élégant que celui de la 
France ; un art plus positif , qui n'aura pas l'éner- 
gie ni la dureté de celui des autres pays ger- 
maniques (1); enfin un art très-suave et très- 
réaliste, très-gracieux et tel qu'il appartient 
aux habitants industrieux des plaines. Le Belge 
n'inventera guères et moins encore se livrera-t-il 
à l'idéal. La nature seule, mais une nature 
choisie, lui servira de guide et son art tiendra 
à des causes profondes, à son caractère, à son 
désir de jouir d'un bien-être matériel, à toute 
son existence. 

La statuaire suivit ce mouvement. Pendant le 
XII*' siècle , elle montre encore ime certaine rai- 
deur , des formes parfois allongées ou trapues , 
suivant l'école; mais en général les bonnes 
proportions commencent à triompher du style 
byzantin; les têtes prennent souvent du déve- 
loppement, un des traits saillants de l'art ger- 
manique; l'expression en est encore grave et 
religieuse , lorsque les statues sont consacrées à 
des saints, tandisque le sourire sardonique est 
réservé à celles représentant certains vices; les 
poses sont plus naturelles et attestent un vérita- 
ble progrès. 

A cette époque un certain individualisme se 



(I) Nous en exceptons rAngIclerre, où la sculpture se développe 
à peu près de la même manière qu*en Bel^^ique. Entre les deux 
paysl'aflînilé est sous oc rapport incontestable. V. Sloihard, ^owtt- 
mental elfujus ; Waliher et Lochner, Bildwerke atis dem UillehUcr, 
et Maldor^ren, Monuments Scandinaves, 



215 
manifesta dans les traits des personnages, et 
les artistes donnèrent un type hératique à quel- 
ques statues déterminées. Dieu le Père, Jésus- 
Christ, la Vierge, les apôtres, les évangélistes, 
les anges, les personnages de l'ancien testament 
ont des physionomies distinctes et bien arrê- 
tées (1). Les draperies se débarassaient insensi- 
blement des petits détails , et cependant, malgré 
leur ampleur, elles ne sont pas mouvementées. 
Généralement les bas-reliefs dominent encore (2); 
mais les statues se montrent ; sous ces rapports , 
Tartite essaie d'entrer dans une voie nouvelle. 
L'école Belge ne nou> fournit, dans cette pé- 
riode, que quelques specimens, parmi lesquels 
nous citerons en première ligne la porte Martel 
de la cathédrale de Tournai. Les chambran- 
les figurent, selon l'interprétation qu'en donne 
M. Du Mortier, le triomphe de l'humanité sur 
Torgueil et de la vérité sur l'erreur; les cla- 
vaux montrent l'histoire de David; l'archivolte 
est décorée de deux statues; les vices et les 
démons, représentés par des sculptures fantas- 
tiques, rampent autour de ces emblèmes (3). 



(1) Les traits du Christ, par exemple, élaicnl généralement 
laids, comme Tertullien, Clément d*Alexandric et leurs disciples 
le soutenaient. 

(i) En ce qui concerne les demi-reliefs, V. d*Agincourl, Illst. de 
l'art, t. H, p. 46. 

(3) Du Mortier, Élude sur les principaux monuments de Tournai, 
p. 45. — y. aussi un fragment du zodiaque qui ornait la façade 
de la cathédrale de Tournai, dans le Bulletin de la société hist, et 
litt, de cette ville, t. 111, p. 23. 



216 

A cette époque, Tournai était une ville fran- 
çaise, circonstance qui explique parfaitement 
l'influence de Tart byzantin dans ces sculptures. 
Les plis des draperies sont parellèles; la partie 
techtonique, très-soignée dans tous ses détails, 
est d'une perfection remarquable comparative- 
ment aux autres produits de la sculpture belge ; 
le dessin est très correct. En un mot, l'ensemble 
de ces reliefs trahit uae tendance toute française, 
un faire qui rappelle les traditions du midi. 

Les culs-de-lampe de la chapelle de St-Macaire, 
dans le monastère de St-Bavon , à Gand , et dont 
la consécration eut lieu en 1179, mérite une 
attention spéciale par l'expression des physio- 
nomies et le caractère d'individualisme qui s'y 
manifeste (1). 

Ces têtes ne sont relativement plus si froides 
ni si impassibles comme pendant le siècle pré- 
cédent. Leur animation démontre que l'étude 
de la nature a fait des progrès notables et que , 
dès le xu« siècle, l'art qui se développe en Flan- 
dre, se soustrait de plus en plus aux traditions 
byzantines. 

Des tendances à s'éloigner de ce style se mani- 
festent aussi dans le duché de Brabant. A Tirle- 
mont, par exemple, Téglise de St-Germain offre 
dans rintérieur de la tour, dont le style appar- 
tient au XII® siècle , des cordons ornés de figures 
grotesques de l'école rustique. 



(1) Van Lokercn, 1. c. pi. XXIV. 



217 

A Forêt, lez-Bruxelles, se trouve dans l'église 
paroissiale une pierre tumulaire représentant 
S«« Alêne (1). 

Ce monument qui date de la fin du xn« siècle , 
ofee un faire dont nous n'avons pas encore parlé 
et qui pendant le xmP siècle ;, a exercé sur l'art 
du sculpteur une grande influence. Au lieu de 
tailler la figure en ronde-bosse ou en relief, 
l'artiste accusait simplement les contours par 
un dessin exécuté en creux. Ce travail permet- 
tait d'introduire une grande économie dans la 
main-d'œuvre, donnait à l'artiste la liberté et 
les allures d'un dessinateur , mais il eut l'immense 
désavantage de faire négliger le modelé. 

Les proportions de la figure de S*« Alêne se 
rapprochent sans doute davantage de la nature 
que celles admises par les adeptes de l'école 
byzantine et de celle dite rustique , dont les fonds 
baptismaux de Termonde (2) et le bas-relief inscrit 
dans le tympan d'une porte de la chapelle infé- 
rieure du S*-Sang, à Bruges, offrent des spe- 
cimens. 

Une dinanderie des plus remarquables , qui se 
trouve actuellement dans l'église de S*-Barthé- 
lemi , à Liège , nous fait connaître l'état de l'art 
dans le pays de Liège pendant le xn« siècle. 
C'est de tous nos monuments artistiques de cette 



(1) Revue d'hisL et d'archéologie, t. I, p. 211. 

(2) Messager des sciences hist, 1859, p. 233, où le dessin de ces 
fonds esl reproduit. 



218 
époque, le seul sur lequel nous ayons des don- 
nées positives, en ce qui concerne son auteur, 
son origine et la date de la confection. Les 
fonts baptismaux de S*-Barthélemi sont Tceuvre 
de Lambert Patras , do Dinant , qui les a fondus 
en 1112 (1). 

Les poses des figures sont naturelles, sans 
contorsions ni recherche, le modelé est très- 
correct, les poses ont même un certain carac- 
tère d élégance, les draperies sont bien ordon- 
nées, sans avoir toutefois la noble simplicité de 
la statuaire monumentale; mais n'oublions pas 
que, faits pour être vus de près, ces reliefs 
ne peuvent réunir les qualités et les conditions 
qu'exige la statuaire destinée à rornementation 
des édifices. Dans les reliefs des fonts baptis- 
maux de S*-Barthélemi , l'artiste ne devait pas 
lutter, au moyen d'ombres fortement accusées 
et de clairs bien déterminés, avec les masses 
d'une construction. Il était libre, parfaitement 
libre d employer des détails plus délicats et tels 
que les sculpteurs les appliquaient isolées et 
particulièrement à celles placées très-bas. Ainsi, 
pendant les xui« et xiv° siècles et jusqu'au xv«, 



(1) Didron, Annales archéologiques, l. V, p. 21 el l. VI. Schaepkcns 
1. c. pi. VII el X. Mariene el Cahier, Mélanges d'archéologie , l. H, 
p. 09. — Les fonls baptismaux en cuivre fondu de S»-Germain 
à Tirlemont, sont acludlcmc^nt au Musée d*anliquilés,à Bruxelles. 
Leur t'xéculion nous a paru irop médiocre pour en lirer une nolioii 
quelconque. V. la gravure dans le Messager des sciences hist, !# VllI, 
p. 230 el Schaepkcns I. c. pi. V. 



219 

les artistes affectionnaient parfois les plis mouillés, 
lorsqu'ils travaillaient à des statues isolées, ou 
lorsqu'ils voulaient affiabler leurs statues d'étoffes 
légères. D'autres, au contraire, s'inspiraient des 
images qui ornaient les édifices; et suivaient 
même , pour les statues isolées , les contours for- 
tement accusées de celles-ci. 

La Belgique ne fut pas seule à faire des pro- 
grès marquants dans la sculpture. La porte d'or 
de l'église de Freiberg, dont la construction 
remonte aux années 1175 à 1180, témoigne 
qu'en Allemagne un élan semblable était donné 
et suivi. Les statues de ce magnifique monu- 
ment décèlent un maître de mérite, un artiste 
qui a su associer les beautés de l'art classique 
aux qualités de l'art du moyen-âge. Elles offrent 
un des plus beaux specimens de l'art en Alle- 
magne pendant le moyen-âge , art dont les ten- 
dances vers l'imitation de la nature sont les 
mêmes que celles de Belgique (1). Comme pen- 
dant à ces sculptures, nous citerons les statues 
de la cathédrale de Chartres, où l'art français, 
avec ses traditions byzantines et son idéal, brille 
dans toute sa splendeur (2). 

Quant à l'ornementation des pierres sépulcrales. 



(1) Puttrich, Denkmaler der Baukunst des MUlelcUlers , !• di?. 
!• partie. — Forsler, Denkmaler, 1. 1. M. Waagen a décrit et ana- 
lysé ce moDumenl dans ses Kunstwerke und Kunsller, V. aussi 
Guhl et Caspar, Denkmaler der Kunst, t. I, p. 73. Deutsche 
Sculptur. 

(2) Gailbabaut, L'architecture du >'• au xviii* siècle, t. I. 



S20 
elle tenait encore, au commencement dû xn« 
siècle, du style du siècle précédent. Peu de 
saillie, une simple indication en relief des con- 
tours dénotent la sculpture ornementée de cette 
espèce de monuments (1). 

vu. 

Si le XII* siècle est généralement considéré 
comme une période de la renaissance de l'art 
pendant le moyen-âge, le xm^ peut être regardé, 
ajuste titre, comme celle de sa transformation 
complète dans notre pays (2). 

A cette époque, un élément nouveau , qui avait 
déjà commencé à 'se montrer pendant le siècle 
précédent, exerça son influence dans le domaine 
de rintelligence. En introduisant la bourgeoisie 
dans le mouvement social, les communes déve- 
loppèrent le sentiment de l'indépendance, de 
la liberté et de l'individualisme. Devenu esprit 
novateur, le bourgeois raisonnait de tout dans 
sa commune, débattait ses droits avec le seigneur 
féodal, et s'occupa enfin de l'art, qui dès lors 
cessa d'être l'apanage exclusif du clergé. 

Au milieu du mouvement général de la société, 
l'art pouvait-il rester stationnaire? Evidemment 
non. L'architecture fit peau neuve. L'ogive triom- 



(1) V. la pi. insérée dans les Ann. de l'académie d'archéologie de 
l. IV, p. 123. 

(î) V. l'influence du xiii* siècle en France, dans du Sommcrard» 
Les arls au moyen-dge, l. f , p. 48. 



2SI 

pha définitivement du plein-cintre, qui, obligé 
de se réfugier dans les châteaux forts, y devint 
en quelque sorte le symbole de la féodalité. L'aris- 
tocratie le choyait et l'employait encore dans ses 
constructions militaires, tandisque le clergé et 
la bourgeoisie l'abandonnèrent dans les églises, 
les monastères et les bâtiments publics, où ils 
introduisirent l'air et le jour, qui manquaient 
souvent aux édifices à plein-cintre, antérieurs 
au xni** siècle. 

Par suite de la création de l'architecture ogi- 
vale, d'un caractère si élevé, si audacieux et 
à la fois si puissant, si svelte et si léger, la sculp- 
ture dut nécessairement subir de grandes modi- 
fications. Afin de se mettre en harmonie com- 
plète avec la nouvelle manière de bâtir, les 
figures prirent des proportions plus élégantes 
que pendant le siècle précédent et semblèrent, 
par ce changement de forme, vouloir se rap- 
procher de nouveau du style byzantin. Mais il 
n'en fut rien. Les figures n'avaient plus en géné- 
ral que huit fois la grandeur de la tête, tan- 
disqu'auparavant elles mesuraient neuf fois cette 
grandeur. En même tenàps l'exécution devint 
plus large, plus pure et plus nette. Les poses 
plus naturelles, prirent un mouvement tant soit 
peu plus accentué , mais toujours calme et grave. 
Sous le rapport du modelé , la sculpture fit des 
progrès incontestables. 

A cette époque, nous voyons aussi des artistes 
qui sacrifient la vérité aux exigences des modes. 



222 
Il était de bon ton alors, d'avoir des doigts 
bien longs, très-efiBlés; et des sculpteurs ne se 
firent aucun scrupule d'en gratifier leurs figures, 
comme ils leur donnèrent plus tard des jambes 
d'une maigreur à faire pitié et des fronts très- 
déprimés. Pendant le xm* siècle, il était de 
mode aussi, en France, d'imprimer aux figures 
prises de face, une inclinaison du buste soit à 
gauche, soit à droite; mais elle n'exerça pas 
une grande influence en Belgique. 

Le jet des draperies, conçu avec intelligence,* 
eut plus de développement, devint plus simple 
et plus gracieux. Leurs plis suivirent générale- 
ment la ligne verticale, afin de se conformer 
aux exigences de Tart nouveau, qui affection- 
nait cette disposition. 

Quant aux têtes, elles exprimèrent de la fer- 
veur et* une foi sincère; les physionomies géné- 
ralement allongées et très-variées conservèrent 
encore souvent l'angle fascial de la raideur by- 
zantine. Enfin, la sculpture du xm*^ siècle, de- 
venue moins scientifique, eut plus de charme 
et plus d'éclat par sa naïveté, plus de grâce 
par sa hardiesse, et moins de recherche dans 
l'ajustement des costumes. 

Tous ces heureux changements sont dus à 
l'introduction du système ogival dans l'art de 
bâtir (1), et à Timitation de la nature, qui forme 



(I) Celle opinion esl en coniradiclion flagranlc avec colle que 
M. Renan professe dans la Revue des Deux-Mondes, l. XL, p. 218. 



523 
un des caractères distînctifs de l'art belge, lors- 
qu'il passa dans le domaine de la bourgeoisie. 

Le tombeau de Gautier Mouton, dans Téglise 
de StJean à Tournai, porte le millésime de 
1280. Les têtes, les mains et tous les détails 
de cette pierre dénotent un sentiment large et 
profond, un travail soigné (2). 

Dans la chapelle du St-Sang à Bruges, se 
trouve une image de la Vierge , qui est loin 
d'avoir les belles qualités du tombeau de Gau- 
tier Mouton. Une certaine raideur et des dis- 
proportions dénotent un ciseau peu exercé. Par 



Selon cet écrivain, l'archileclurc ogivale renfermerait en elle-môme 
un principe de mort; et elle aurait eu le malheur de nuire beau- 
coup aux autres branches de Tart plastique, en les condamnant 
h un rôle subalterne. Nous convenons volontiers, avec M. Renan, 
que la sculpture était la vassale de 1 arc!iilcclure ogivale. En a-t-il 
été autrement pendant la période romane? Sans le triomphe de 
Tart ogival, la statuaire serait restée longtemps encore Üdèle aux 
traditions anciennes, plus ou moins modiûées selon la mode; au- 
cune des heureuses innovations, dont nous venons de parler, ne se 
serait fait jour. L'audace des architectes du xiii* siècle a encouragé 
Jcs sculpteurs. Sans celle audace , ils n'auraient pu commencer une 
réforme qui a , sans conteste, tourné au profil de l'art. — M. Renan 
ne nous semble pas plus heureux lorsqu'il attribue la chute de 
l'art ogival à l'art lui-même. De tous temps, à toutes les époques 
et dans tous les pays, mais principalement en Europe, les branches 
de l'art plastique suivent les impulsions des goûts et des modes, 
qui , par leurs exagérations, finissent par tuer les principes dont 
elles sont parties. L'arl ogival a eu son temps, comme le style roman 
avait eu le sien, comme plus lard le style de la renaissance a 
fini et comme l'art moderne finira un jour. Ce n'est pas l'art qui 
porte en lui le germe de la mort, ce sont les exagérations qui 
répuiscnl. 

(2) Waagen, iCzms/^/a/. 1848. Ce travail a été traduiten français 
dans la Renamance, t. XU (1850), p. 101. 



324 

contre , le bas- relief qui surmonte la porte d'en- 
trée de l'hôpital St-Jean en cette ville, se dis- 
tingue par une certaine finesse d'exécution et 
par un jeu remarquable des draperies. Cet hô- 
pital renferme aussi une magnifique statue de 
S» Corneille. 

A Courtrai , l'image en ivoire de Notre-Dame 
de Groeningue peut encore être citée comme 
un specimen très-remarquable de l'art au xin« 
siècle, dont nous retrouvons le type le plus ac- 
compli sur le sceau de Marguerite de Constan- 
tinople, comtesse de Flandre (1). 

Un monument non moins intéressant de cette 
époque est la pierre tumulaire de Henri I, duc 
de Brabant, mort en 1235, et qui est conser- 
vée dans Téglise de St-Pierre, à Louvain (2). 
Les proportions de la statue du prince, qui y 
est couché, sont élancées, sa tête très-dé ve- 
loppée, le dessin de la figure un peu raide , mais 
l'exécution est bien soignée et l'agencement des 
draperies bien conçus. 

Le tombeau de Mathilde de Flandre, épouse 
de Henri I, duc de Brabant, décédée en 1212, 
et de sa fille Marie, morte en 1260, se trouve 



(1) Vredius, Sigilla comiL Fland. p. 36, en donne une gravure 
peu soignée. 

(î) Gravé dans Biilkens, Trophées du Btabant, 1. 1, p. 201.— 
Le Roy, Théâtre sacrée, I. I, p. 94. — Van Geslel, Hist. episcop. 
Uech, t. I, p. 151. Van Even, Louvain Monum., pi. 36.— Mém. 
de r académie de Belgique, 1843, l. XIX des mém. des membres. 
— Var liste, l. I, 



225 
dans la même église (1). Ce monument funé- 
raire a certaines analogies avec celui de Henri I , 
moins la perfection des moyens techniques. Les 
fonnes des femmes sont élancées, les étofifes à 
plis verticaux et parallèles , les poses raides , et 
il y a une grande négligence des proportions. Ces 
deux monuments sont loin d'avoir la perfection 
de ceux que l'on rencontre dans les Flandres 
et grandement distancés par ceux du pays de 
Liège, où l'art avait fait des progrès notables. 
Lorsque la métropole de Cologne se para de 
statues sveltes , à poses naïves , à physionomies 
sereines et religieuses, à têtes très-développées , 
à draperies simples et accusées par de grandes 
masses, le portail de S^-Servais à Maestricht 
reçut des images semblables. Entre les figures 
de Cologne et celles de Maestricht, TafiBnité est 
incontestable, et si, en ce qui concerne les écoles 
artistiques de ces deux villes , l'auteur du poème 
de Perceval semble vouloir les mettre sur la 
même ligne , ce n'est pas sans motifs bien déter- 
minés. 

Le portail de Maestricht est, sans conteste, 
un des monuments les plus somptueux du style 
de transition qui ait été élevé dans l'ancien 
diocèse de Liège pendant le xni' siècle. Elégance 
des formes, richesse dans les détails, ampleur 



(1) Gravé dans Butkens, 1. c. t. I, p. 203. — Le Roy, I. c. p. 90. 
— Van Grslcl, 1. c. p. 101. — Van Even, 1. c. pi. 37. Mémoire 
de Vacadémie de Belgique, 1. c. 

II, 17 



ne 

dans rexécution , hardiesse de conception , telles 
sont les belles qualités de cette magnifique con- 
struction (1), 

Dans l'église d'Houffalize , province de Luxem- 
bourg , se trouve une pierre tombale du seigneur 
de cette localité, qui ofire deminentes qua- 
lités. La statue du seigneur a été sculptée avec 
un soin remarquable , un talent digne d'un grand 
maître. Tous les détails des mains et de la tête, 
l'accoutrement militaire et les clieveux sont exé- 
cutas à la fois avec finesse et une grande ampleur. 
Le modelé de la figure peut même être cité 
comme un specimen des plus remarquables. 

La sculpture décorative suivit de près la sta- 
tuaire dans sa marche ascensionelle vers la per- 
fection de la facture. Cependant les artistes y 
négligeaient souvent encore les proportions, et 
comme ils n'avaient pas encore de connaissances 
sufifisantes des effets de la perspective, leurs fi- 
gures , dans Tomementation , paraissent générale- 
ment trapues. Les bustes sont souvent allongés , 
tandis que les cuisses n'ont aucune proportion. 

Nous citerons, comme exemples des sculptures 
décoratives du commencement du xin® siècle, 
celles qui ornent le baptistère de l'église de 



(I) Gravé dans: Gocigcbuer, Choix de monuments. — Messager 
des sciences hist, 1850, p. 41. Les Annales de Vacadémie arch.de 
Belgique en reproduisent des figures, l. Il, p. 2:29. Une dos siaïues 
de la voûle est dessinée dans le Messager ^ 1. c. el la Revue d*hisL 
et d'archit. l. H. 



i-27 
Notre-Dame à Dinant. Le couronnement de la 
Vierge, entourée de deux anges agenouillés, 
présente les défauts dont nous venons de parler, 
tandis que la statuette d'un roi debout, qui 
se trouve dans le même édifice, est mieux com- 
prise en ce qui concerne les proportions. Les 
doigts de cette image sont , il est vrai , démesu- 
rément longs, mais la pose de la figure et tous 
les autres détails sont en général bien compris. 
Nous avons, du reste, reconnu que, si plusieurs 
figures debout commencent à prendre de bonnes 
proportions pendant le xm« siècle, celles qui 
sont assises, agenouillées ou accroupies laissent 
à désirer sous ce rapport. 

La sculpture sur bois, que les artistes du 
moyen-âge avaient généralement négligée jusqu'à 
l'époque dont nous nous occupons, se développa 
pendant le xin» siècle. A Lowaige se trouve un 
calvaire sculpté en bois et dont les statues sont 
d'un beau style. H semble être plus ancien que 
le grand crucifix d'Oplinter et dont le Christ, 
ainsi que les autres détails, sont en bas-relief. 
Nous considérons le crucifix d'OpKnter comme 
un monument d'autant plus important, qu'en 
s'essayant à la sculpture ' sur bois , l'artiste a 
suivi les mêmes errements que ceux de ses col- 
lègues, qui s'étaient essayé pendant les siècles 
précédents, à la pierre. 

Quant aux détails des plantes, des animaux, 
des masques et d'autres ornements , ils sont plus 
fouillés et traités avec une merveilleuse alliance 



228 
du réalisme et de l'idéal ; ils sont mieux exécutés 
et surtout bien modelés comparativement aux 
travaux semblables des siècles précédents. C'est 
là surtout que les sculpteurs donnèrent des preu- 
ves marquantes d'imagination. Bruxelles nous 
fournit un bon specimen de ce genre d'ornemen- 
tation à la corniche du chœur de l'église , dite de 
la Chapelle, bâtie pendant le premier quart du 
xin** siècle. Cette corniche offre des feuilles et des 
fleurs finement exécutées et alternées par de peti- 
tes figures grimaçantes d'hommes et de femmes 
accroupis. Comme toujours, les corps des person- 
nages accroupis sont mal formés ; mais les grosses 
tètes, espèces de mascarons, sont dignes d'attention 
par leurs expressions sardoniques et ricanantes. 
Par les divers exemples que nous avous re- 
produits, le lecteur se convaincra facilement 
que, pendant la période dont nous nous occu- 
pons, les sculptures belges se rapprochaient 
généralement et de plus en plus du style alle- 
mand. C'est la même simplicité dans les poses 
et l'arrangement des draperies ; ce sont les mêmes 
têtes, à la chevelure crépelée ou à cheveux 
longs, accusés par des lignes en creux; ce sont 
les mêmes expressions, c'est la même tendance 
à l'imitation de la nature. Il est facile de se 
convaincre de cette analogie, en comparant le 
beau relief de Trêves représentant le Christ (1) 



(1) Forsler, Denkmaler deutscher Kunst, t. IV. 



229 

et le portail de Notre-Dame, dans la même ville, 
aux productions belges. 

En France, quelques artistes retardataires su- 
bissaient encore l'influence byzantine (1). D'au- 
tres, au contraire, y visaient à l'élégance des 
formes, à la noblesse, au sentiment intelligent 
de la nature , comme l'église de Chartres en ofifre 
des preuves décisives (2)* 

vin. 

Vers la fin du xm« siècle et au commencement 
du suivant, l'art de bâtir revêtit d'autres formes, 
qui font un contraste singulier avec la noble 
simplicité et les belles proportions de l'art ogi- 
val de la première période. Le style secondaire 
introduisit des ornements qui se compliquent 
et -se multiplient; les baies prirent des propor- 
tions plus larges; les moulures sont parfois 
maigres et tourmentées, enfin toute la pureté 
du style ogival commence à disparaître pour 
faire place à des motifs plus recherchés. 

La statuaire marche dans la voie que l'archi- 
tecture lui ouvre. En s'élargissant avec les baiea 
et les niches, les proportions des figures de- 
viennent plus amples et se rapprochent davan- 



(1) V. les slalues de Fronlsvault. Didron, Annales archéol. t. V, 
p. 281. 

(2) Gailhabaut, L'architecture du v« au xvii* siècle, t. III. — 
Didron, Annales archéol. t. VI, p. 50 el t. XI, p. 270, où sont 
figurées les statues de Limoges. 



230 
tage de la nature. Elles n'ont plus que huit ou 
sept fois et demie la grandeur de la tête. Néan- 
moins, si l'ordonnance des lignes architectoniques 
l'exige, les statues qui les continuent, prennent 
des proportions effilées. Quant aux draperies, 
elles se multiplient et se compliquent par une 
certaine recherche d'effets; mais elles sont am- 
ples, profondément fouillées et massées, surtout 
lorsqu'elles appartiennent à des statues destinées 
à orner des édifices. Les têtes ont encore des 
expressions calmes et ferventes. Cependant, un 
sentiment plus vulgaire commence à s'y montrer. 
La naïveté, la causticité et la bonhomie s'em- 
parent insensiblement de la statuaire , pour rem- 
placer plus tard, par la satire et la jovialité, le 
charme du sentiment religieux. Nos artistes con- 
tinuent à traduire en portraits imaginés, les per- 
sonnifications de leurs sujets et à les représenter 
d'une manière aussi naturelle que possible, au 
moyen de détails epapruntés au réalisme. 

Pendant la seconde moitié du xiv« siècle, un 
style plus compliqué, plus tourmenté et plus 
riche encore, le gothique flamboyant, exagère 
tous les défauts et toutes les qualités des deux 
autres styles de l'architecture ogivale. 

Tournai continuait à se distinguer par la belle 
exécution de ses œuvres. Le monument de Colard 
de Seclin et de sa famille, qui fait partie de 
la collection de M. Du Mortier en cette ville, 
porte le millésime de 1341. Taillé en demi-relief, 
il se termine par une ornementation ogivale 



231 
d'un style très-riche. Au centre, on voit la 
Vierge présentant le sein à son divin enfant. 
A sa droite sont agenouillés Colard de Seclin, 
en costume de docteur, et sa femme Isabeau. 
A gauche se trouve leur fils Nicolas, portant 
les insignes de sergent-d'armes du roi de France. 
Le style de ce travail est, de l'aveu de M. Waa- 
gen, remarquablement beau; les proportions, 
de grandeur naturelle, sont bien observées, et 
le groupe de la Vierge et l'enfant Jésus est 
évidemment pris sur des modèles ayant une cer- 
taine noblesse. Quant à l'exécution, elle est si 
bien soignée, que l'artiste a même imité les plis 
de la peau; les draperies sont agencées de façon 
à reproduire les belles lignes que forment les 
épaisses et riches étoflfes du moyen-âge (1). 

L'hôtel-de-ville de Bruges, dont la première 
pierre fut posée en 1376, est orné, à la façade 
principale, d'un grand «nombre de bas-reliefs 
d'un goût exquis, dus au ciseau de Jean de 
Valenciennes. Sa famille, probablement origi- 
naire de cette ville, s'était établie à Bruges, 
où Jean travaillait, avec plusieurs sculpteurs sous 
ses ordres, de 1377 à 1378 (2). 

Afin de nous limiter, nous citerons le cul-de- 
lampe qui représente une femme, dont l'exécu- 
tion est bien saisie. Les formes, qui sont prises 
de la nature, l'arrangement du costume et la 



(1) Waagen, Kimslblat, 1. c. 

(2) L*abbé CarlOD, llùleb-de-vUk de Bruges, p. 9. 



232 

manière si remarquable dont le modelé est fait, 
jettent sur^ cette pierre un effet d ombre et de 
clair, dont Feffet est charmant. Parlerons-nous des 
statues du xiv siècle qui ornaient autrefois quel- 
ques-unes des niches de cette belle construction? 
Elles ont été détruites pendant la tourmente de 
la révolution française de la fin du xvin« siècle, 
et publiées ensuite, d'après des dessins impar- 
faits, dans \e^ Annales de Briujes, Cette circon- 
stance ne nous permet pas de les analyser. 

Dans le chœur de l'église de Notre-Dame à 
Hal, dont la construction remonte au milieu 
du xiv« siècle , sont conservées plusieurs statues 
d'un grand style. Les poses en sont très-bien 
comprises, les draperies largement fouillées et 
les proportions plus élancées que ne le sont 
habituellement , à cette époque , les statues ordi- 
naires. Ces qualités leur viennent de leur des- 
tination. Servant d'accessoire et en quelque sorte 
de trait-d'union entre deux grandes lignes ver- 
ticales et effilées, ces figures en ont pris toutes 
les proportions. Du reste, pendant le moyen-âge, 
la statuaire et l'architecture ne formaient, pour 
ainsi dire, qu'un même art: la première ser- 
vait d'auxiliaire à la seconde. A cette époque, 
le sculpteur, comme le peintre, n'avait d'autre 
but que de travailler pour le monument qui 
leur était confié, sans jamais songer à créer 
pour leur propre compte et aux dépens de la 
beauté de la construction. Les architectes étaient 
même souvent sculpteurs, comme nous lavons dit 



233 
plus haut, et s'occupaient fréquemment de Tor- 
donnance des sculptures. 

Nous trouvons aussi d'excellentes qualités dans 
la figure de la pierre tombale d'Adam Gheerys, 
arcliitecte du duc de Brabant, mort en 1390, 
et qui se trouve dans l'église de Vilvorde. Le 
demi-relief que l'artiste a employé à ce monu- 
ment, ne lui a pas permis de fouiller les plis 
des draperies, qui ne sont pas moins largement 
développées (1). La figure elle-même est pleine 
de vie, se distingue par une bonne entente de 
la nature , et la tête surtout est d'une exécu- 
tion supérieure. Un grand calme, et un modelé 
peu commun en font une des sculptures du xiv« 
siècle les plus remarquables que la province de 
Brabant possède. 

Le tombeau de Jean III, duc de Brabant, 
exécuté de 1363 à 1367 par un sculpteur du 
nom de Nicolas Gamet, fut élevé dans l'église 
de l'abbaye de Villers, où les iconoclastes du 
XVI® siècle le mutilèrent. Butkens en a publié 
un dessin tiès-incorrect qui ne nous permet pas 
de juger du mérite de cette œuvre (2). Celui 
de Colard Jacoris, imagier, mort en 1395, est 
d'autant plus intéressant, qu'il est destiné à rap- 
peler le souvenir d'un artiste (3). 



(1) V. pi. I du T. I du Bulletin des commissions royales d^art 
et (Tarchéoiogie, 

(2) Trophées de Brabant, l. I, p. 442. — Le Roy, Théâtre sacré 
de Brabant, t. Il, p. 14. 

(3) Annales de la société Archéologique de Namur, 1830. 



234 

Une autre pierre tumulaire, celle de Gautier 
d'Oxem, mort en 1311, et de sa femme, mérite 
aussi une attention particulière. Ces personnages 
furent enterrés à Clairière, province de Namur, 
où leur monument est encore conservé intact. La 
facture de cette pierre accuse une étude sérieuse 
de la nature, de grandes et belles lignes dans 
les draperies, qui sont parfaitement dévelop- 
j)ées, sans contours forcés, comme sans préten- 
tion. Cette œuvre est en quelque sorte une 
protestation contre Thabitude, admise souvent 
par des artistes du xiv« siècle, de jeter les 
draperies des habillements à droite ou à gauche , 
afin de donner aux figures un certain mouve- 
ment, qui est loin d'être naturel (1). 

Qu'il nous soit permis de citer encore une 
pierre tombale d'un style très-pur; c'est celle 
à contours incus de Guillaume de Spontin et 
d'Ade de SombrefiFe, son épouse, morts, le pre- 
mier, en 1321, et la seconde, après 1329. Cette 
pierre, qui se trouve dans l'église de Spontin, 
a été reproduite dans la généalogie de la mai- 
son Beaufort-Spontin (2), et représente les deux 
époux dans l'attitude de la prière. On y re- 
marque une grande aisance de dessin , une cer- 



(1) V. à ce sujet le lombeau de Louis do Malc el de sa femme 
dans de Vigne, Costumes^ p. 65: celui de Rose de Celle et de son 
épouse» dans Goclhals, Généalogie de la maison de Beaufort- 
Spontin, p. 315. 

(2) Goclhals, I. c. p. 126. 



235 
taine ammation, des bonnes proportions et un 
style noble et élevé. 

En démolissant un mur qui masquait le por- 
tail septentrional de l'église de Notre-Dame, à 
Tongres, les ouvriers y mirent à découvert des 
statues placées dans des niches. A en juger 
par son type, cette construction semble appar- 
tenir au xrv« siècle, et il y a lieu de supposer 
que les statues sont de la même' époque. Un 
caractère de grandeur, un cachet de mâle vi- 
gueur distinguent ces productions, qui rappel- 
lent en partie le type du xin« siècle, surtout 
dans la tête du Christ. Quant aux poses de 
cette figure et de celle des deux Marie, elles 
sont encore raides, les détails anatomiques lais- 
sent à désirer; mais les draperies peuvent être 
citées comme des specimens très-recommanda- 
bles. 

Avant de terminer le paragraphe consacré 
aux sculptures du xiv® siècle , nous avons encore 
un mot à dire au sujet du travail d'un artiste 
belge très-remarquable. Nous voulons parler 
de Jacques de Baerze , de Termonde. Philippe- 
le-Hardi, comte de Flandre, lui commanda, en 
1391, deux retables, qui font actuellement 
partie du musée de Dijon. Ces objets^ d'art ne 
sont pas seulemçnt dignes d'attention par la 
belle ordonnance et la pureté des détails archi- 
tectoniques, mais encore par les groupes et 
les figures qui en sont l'ornement. Ils repro- 
duisent chacun trois sujets en figures de ronde 



!io6 

bosse, dont les vêtements sont ornés de feuil* 
lages d'or bruni sur un fond rehaussé de dif- 
férentes couleurs. Dans Fun se trouve le cru- 
cifiement, à gauche l'adoration des mages, à 
droite la mise du Christ au tombeau. L'autre 
représente au centre le supplice de la femme 
de l'empereur Maxime , en présence de S'** Cathe- 
rine d'Alexandrie, à gauche la décollation de 
S* Jean-Baptiste, et à droite la tentation de 
S* Antoine. De Baerze y montre un talent for- 
mé à 1 etude de Tart de la première moitié du 
xiv* siècle; il en avait parfaitement compris le 
type et conservé les bonnes traditions. Les têtes 
sont savamment caractérisées, l'ensemble des 
draperies des figures bien agencé, et l'exquise 
délicatesse des détails font de ces retables des 
œuvres d'art d'une grande précision et d'une 
grande originalité, d'une netteté des détails 
sans égal (1). 

Le retable de l'église de Haekendover, près 
de Tirlemont, sculpté vers la fin du xiv« siè- 
cle, ofiFre aussi des groupes exécutés avec un 
beau sentiment et une délicatesse peu commune. 
Un des groupes, celui des trois sœurs, dent 
la composition ofire un charme réel , est d'une 
grâce qui captive l'attention du spectateur. Le 
mouvement des figures y est juste, l'expression 
des têtes noble, les plis des vêtements bien 



(1) Waagcn, dans le Kunstblat, i8S6, p. 336. — Labarle, J7is- 
toire des arts industriels, T. I, p. 302. 



237 

disposés, et toute la composition décèle, de la 
part de l'artiste, un sentiment, bien compris 
pour son époque, de l'art de grouper. Si, dans 
la plupart des groupes du retable, qui repré- 
sente la légende si poétique relative à la con- 
struction de l'église, il y a beaucoup de grâce, 
la figure assise du Père éternel, est par contre 
exécutée avec une force et un caractère de 
mâle vigueur. La pose, les inflexions du corps, 
les proportions, les vêtements, en un mot, 
tous les détails sont traités de main de maî- 
tre (1). 

IX. 

Abordons le xv« siècle, qui fut témoin d'un 
changement complet dans l'art ogival. Le style 
flamboyant, si riche d'ornementations délicates 
et minutieuses, produisit des lignes souvent 
tourmentées, contournées et parfois afifectées, 
des tours de force et des hardiesses inconnues 
au style ogival primaire. Par cette profusion 
d'ornements empruntés aux règnes animal et 
végétal, ces saillies, ces chimères et ces arrê- 
tes, cette multitude de culs-de-lampe, de dais, 
de niches, de pinacles, de clochetons, de ga- 
leries, on dirait que souvent les artistes cher- 
chèrent à cacher, par la profusion des détails, 
l'absence de l'invention. Enfin , après avoir tour- 
menté les ornements, l'architecte s'en prend à 



(I) Exposition de Malines. 



258 
Togive elle-même , qui devient , selon son caprice , 
obtuse ou déprimée, en forme d'arc surbaissé, 
infléchi, en accolade ou en doucine. 

Par suite de la profusion des détails orne- 
mentés, le sculpteur devient plus que jamais 
Taide obligé de Farchitecte. Faisant pour ainsi 
dire à lui seul tous les frais de la construction, 
les sculptures sont fines, sans contours angu- 
leux, délicates, sans maigreur et visent géné- 
ralement à l'efiFet. 

Le grand nombre d'édifices qui furent élevés 
dans le style flamboyant et la multiplicité des 
objets d'ameublement exécutés dans ce goût, 
firent surgir des sculpteurs de toutes parts. La 
création d'autant d'écoles que de grands cea- 
tres et de maîtres en fut le résultat immédiat. 
Cependant, ils obéissent encore, sans le savoir, 
à ces lois de l'idéal et de la poésie qui exis- 
tent, ne fut-ce qu'à l'état d'embryon, dans le 
cerveau de tout artiste. Maîtres, s'ils font du 
grotesque, ils s'inspirent de ces physionomies 
nerveuses qu'il faut, bon gré mal gré, trouver 
remarquables ; apprentis , c'est par la bonhomie 
que brillent leurs productions. 

Un grand nombre d'ouvriers , alléchés par l'ap- 
pât du gain, se firent sculpteurs et introduisirent, 
à côté de la naïveté, la vulgarité, le grotesque 
grossier et prosaïque. Ceux qui traitaient ordi- 
nairement ce genre, étaient recrutés dans les 
classes les plus infimes. A cet époque, où la 
démoralisation commence à se faire jour dans 



239 
la société, les vices augmentent, comme il est 
aisé de le voir par les nombreuses condamna- 
tions , prononcées par les cours de justice , pour 
rixes, vols, jeux défendus et autres méfaits com- 
mis par ces artistes de bas étage. 

Si l'art se popularise alors , il devient aussi 
très-souvent trivial, en s'éloignant des principes 
du bon goût. C'est surtout aux culs-de-lampe 
et aux gargouilles que le hideux, le grotesque 
grimacier et les représentations diaboliques s'at- 
tachent de préférence; c'est là que les idées 
barroques s'étalent ; c'est là que sont à leur aise 
les artistes d'un ordre inférieur, si toutefois on 
peut donner cette qualification à des ouvriers 
tailleurs de pierres, qui puisent dans leurs 
sphères infimes des inspirations hideuses. Les 
produits des idées réalistes et vulgaires gagnent 
du terrain , tandis que Tart religieux s'efiace in- 
sensiblement. Au xv« siècle, le doute en matière 
de foi commençait à se faire jour : les précurseurs 
de Luther jetaient dans le monde l'incrédulité, 
l'indifférence et parfois aussi le fanatisme; d'au- 
tres y semèrent à pleines mains le matérialisme et 
le dévergondage. Cependant, au milieu de cette 
révolution, il y eut encore des artistes distingués, 
des hommes qui avaient foi dans les traditions 
du passé. Lorsqu'ils abandonnèrent complète- 
ment et pour toujours langle facial des byzan- 
tins; lorsqu'il modifièrent la ligne raide des poses 
que leurs prédécesseurs leur avaient léguée , et 
introduisirent dans l'art le réalisme le plus com- 



24a 

plet , ainifique Ie sentiment du pittoresque ; quand 
ils étudièrent mieux que pendant le siècle pré- 
cédent: les expressions des têtes et donnèrent aux 
physionomies des hommes un caractère nerveux , 
tandis que ceux des anges , des femmes et des en- 
fants prennent des formes arrondies et suaves; 
quand, pour satisfaire au goût de l'époque et par 
suite des étofiFes raides , ils imprimèrent aux dra- 
peries un plus grand jeu et des formes cassantes ; 
les artistes , d'un ordre inférieur , comme tous les 
imitateurs, outrèrent, de leur côté, les expres- 
sions des têtes et tourmentèrent les poses et 
les formes des plis. Lorsque les maitres soignaient 
leurs œuvres dans les moindres détails, les ap- 
prentis comptaient, pour ainsi dire, les points 
des coutures des vêtements ; et , négligeant sou- 
vent l'ensemble, ils firent de l'anatomie et de 
la miologie plus ou moins exactes , et crurent 
avoir ainsi imité la nature. 

La mode des costumes de cette époque con- 
tribua aussi à corrompre le goût. L'habillement 
des hommes, qui se composait de braies et de 
juste-au-corps , donnait aux formes des propor- 
tions grêles, sèches et maigres. Dans les jupons 
des femmes du monde les plis étaient comptés , 
apprêtés , raides et cassants. Mais dans les 
vêtements des saints, des moines et des reli- 
gieuses les bonnes traditions anciennes sont con- 
servées, sauf en ce qui concerne la trop grande 
ampleur des étoflEes. 

Nous citerons, à titre de specimen, le monu- 



241 
ment funéraire si remarquable de Jean du I3os 
et de sa femme Catherine Bernard, marque du 
millésime 1438, et qui fait partie de la collec- 
tion artistique de M. Du Mortier, à Tournai. 
Le mouvement des figures est bien compris et 
les détails anatomiques sont d'une exécution ir- 
réprochable. Une expression noble et un sen- 
timent délicat distinguent la tête de la Vierge, 
qui a encore conservé le caractère religieux du 
siècle précédent. Cependant, les yeux sont trop 
fermés, tandisque la pose des mains révèle un 
sentiment remarquable du beau (1). 

Les culs-de-lampe de l'église de S*°-Waudru à 
Mons, dont les sculptures paraissent avoir été 
exécutées par Gilles Moreau, offrent des bustes 
qui méritent une étude spéciale. Un de ces 
culs-de-lampe qui représente, selon M. de Villers, 
le portrait de Jean Spiskin, l'architecte de la 
collégiale (2), est ime œuvre d'art fortement 
accentuée, dont l'aspect, pris sur nature, ac- 
cuse une individualité bien caractérisée. 

En Flandre , un sculpteur très-célèbre , nommé 
Nicolas (Claus) Sluter, originaire de Hollande, 
avait obtenu en 1390, de Philippe-le-hardi , le 
titre d'imagier du duc. Il fut chargé d'exécu- 
ter, avec l'aide de son neveu Nicolas (Claus) 
de Vousonne, et de Jacques de Baerze, autres 
imagiers du • duc , le mausolée de ce prince , 



(1) Waagen, 1. c. 

(•2) Annales du Cercle archéologique de Mons, t. Il, p. 116. 

ir. 18. 



242 
mort en 1401 , et qui fut placé dans la Char- 
treuse à Dijon. Actuellement il fait partie du 
musée de cette ville. 

C'est, sous le rapport de la conception et 
de l'exécution j une des œuvres les plus splen- 
dides de la sculpture du xv° siècle. La naïve 
expression de douleur des religieux, des ecclé- 
siastiques et des pleureurs, dont les statuettes 
ornent le soubassement, sont traités avec un 
sentiment de vérité qui indique une étude sé- 
rieuse de la nature. Leurs vêtements sont égale- 
ment bien compris. Quant à la statue du duc, 
elle est gardée par deux anges et couchée sur 
la table du tombeau. La tête, les mains, les 
draperies , qui sont exécutées d'une manière mer- 
veilleuse, accusent le réalisme le plus complet, 
mais noble et élevé , tel que les frères Van Eyck 
le comprenaient et l'exécutaient (1). 

Le puits de Moïse, provenant également de 
la Chartreuse de Dijon, est une autre œuvre 
due au ciseau de Sluter, et à laquelle il dépensa 
peut-être plus de talent qu'au mausolée de son 
protecteur (2). Par exemple, la figure de Moïse 
a un caractère de gi-andeur peu commun à une 



(1) Waagcn, Kunstblat, 1836. p. 336. — Le mausolée de Jcan- 
sans-poiir, comle de Flandre, el de son épouse, fui exécuté à Dijon 
cnlrc les années !444 cl U74, par un Aragonais, aidé de deux 
arlislcs français, Jean de Drogues el Antoine le Monturicr, ne vaut 
pas, souâ le rapport de l'art, celui de Pbilippe-le-Hardi. (Y. Du So- 
merard, Les arts au moyen-âge, t. II, pi. XVII). 

(2) Waagcn, ibid. p. 258. 



243 

époque, pendant laquelle les artistes s'occupaient 
avec amour des détails aux dépens de l'ensem- 
ble. Le prophète, qui exerça sur le peuple d'Israël 
une influence si marquée, y est réprésenté par 
une figure d'une mâle vigueur qui fait contraste 
avec celle de Jérémie, empreinte de mélancolie 
et réfléchissant aux malheurs qui doivent acca- 
bler les Juifs. Celle-ci est traitée avec une grande 
sagesse. 

Lorsque la commune d'Alost rebâtit , en 1407, 
son hôtel-de-ville et son beffroi, elle s'adressa 
à Jean van Cutseghem, tailleur de pierres, qui 
exécuta probablement les deux statues j)lacées 
sur la façade principale. L'une représente un 
comte de Flandre, l'autre un comte d'Alost. 
Comme specimens de la grande sculpture dé- 
corative du xv° siècle , ces deux figures méritent 
une attention spéciale. Elles sont toutes les 
deux dans une niche et posent avec un grand 
calme. Les proportions en sont bien prises, les 
détails des armures très-soignées, mais les têtes 
sont dénuées d'expression. Ce sont à peu près 
les seules figures de personnages laïques décorant 
les façades des hôtels-de-ville qui aient échappé , 
en Belgique , aux iconoclastes de la fin du siècle 
dernier. 

Dans le duché de Brabant brillaient, pendant 
le xv« siècle les écoles d'Anvers, de Bruxelles 
et de Louvain, qui produisirent des artistes très- 
habiles. Nous citerons en premier lieu Jean Mer- 
tens, d'Anvers, à la fois peintre et sculpteur. 



244 

Maître d'un talent hors ligne, il brilla avec autant 
de succès dans la statuaire que dans la pein- 
ture (1). La statue de St-Georges, qu'il a exécutée 
pour réglise de Léau, reproduit bien les qua- 
lités de Tartiste. Un style simple et élevé, de 
bonnes proportions et une certaine onction dans 
la tête du saint, telles sont les qualités qui dis- 
tinguent ce groupe. 

Amoul de Diest et Renier Van Thienen floris- 
Raient à Bruxelles. Le premier sculpta le retable 
do St-Léonard dans 1 église de Léau, le second 
était un fondeur de cuivre qui confectionna, 
entr'autres travaux encore existants, le grand 
candélabre de la même église. 

Le retable de St-Léonard, exécuté par Amoul, 
est orné de douze niches, dans lesquelles sont 
placées des scènes tirées de la vie de ce saint. 
Ces groupes sont bien ordonnés, bien modelés, 
le dessin en est correct et très-soigné. 

Le candélabre de Van Thienen est un chef- 
d'œuvre du style ogival tertiaire, composé do 
six branches qui, ornées de rinceaux et de 
vignes, supportent une croix au pied de la- 
quelle sont posées trois autres branches soute- 
nant les statuettes de la Vierge, de St-Jean et de 
la Madeleine , et rattachées par des arcs-boutants 



(1) Il esl raulcur d*un tableau représentant les trois Marie au 
Tombeau du Christ, dans Toglisc de Léau. Quoique simple peinture 
décorative, ce labicau esl très-remarquable sous le rapport du dessin 
et du sentiment. H a malheureusement été surpeint dans plusieurs 
endroits. 



découpés à jour. Sous los branches se trouve le 
pupitre destiné à la lecture des évangiles , surmon- 
té de la statuette de S^-Léonard. D'une richesse 
d'ornementation peu commune , ce candélabre est 
non seulement digne d'être étudié sous le rapport 
de Fordonnance, mais aussi sous celui de l'exé- 
cution des statuettes. Celles-ci n'ont aucun des 
défauts que nous avons signalés tantôt en par- 
lant des artistes du xv« siècle. Les têtes n'ont au- 
cune expression outrée, les poses sont simples, les 
proportions des membres du corps humain bien 
observées et les draperies habilement traitées (1). 

Sous les dais qui ornent la porte d'entrée 
principale de l'hôtel-de-ville de Bruxelles, sont 
assises plusieurs figures d'une exécution très- 
soignée. Elles ont un caractère de grandeur et 
de hardiesse, comme le xv^ siècle en a fourni 
rarement des exemples. Le modelé surtout en 
est bien exécuté, largement compris, et les 
expressions des têtes bien caractérisées. Nous 
considérons ces figures comme un des specimens 
des plus recommandables de la sculpture déco- 
rative de cette époque. 

Dans le chœur de l'église d'Anderlecht sont 
des culs-de-lampe représentant des figures hu- 
maines , qui , sans avoir le caractère hardi des 
figures de l'hôtel-de-ville de Bruxelles, sont néan- 



(i) Grav($ dans Gailhabaul, L'archileclure du v« au xvii« siècle, 
cl noire Notice sur la ville de Léau, 



446 
moins exécutées avec un sentiment intime de 
la nature. 

A Louvain s'était formé un autre centre im- 
portant de l'art. Jean de Debruyn y exécuta, 
en 1448, pour le compte de l'église de Saint- 
Pierre en cette ville, une image assise de la 
Vierge , qui nous permet de juger de son genre 
de facture (!)• 

Debruyn a, sans doute, déployé beaucoup de 
talent dans cet œuvre: la tête de la Vierge, 
par exemple , est d'une beauté ravissante , d'un 
câline parfait et d'un sentiment éminemment 
religieux; mais les cuisses sont trop courtes, 
défaut que nous avons déjà signalé à propos 
des sculptures des siècles précédents. Quant 
aux plis des vêtements, ils sont maigres et 
tuyautés. Par suite de l'enlèvement qui fut fait, 
il y a quelques années, de la toile dont cette 
partie de la figure était couverte, ces drape- 
ries ont pris un aspect raide et dur (2). 

Par contre, la grande image debout de la 
Vierge de l'église de Notre-Dame, à Tongres, 
présente des qualités opposées. Toutes les par- 
ties de la figure sont bien proportionnées et 
les draperies largement développées. 



(1) V. Karlicle que nous avons donné au sujet de celle image 
dans le Messager des sciences historiques, 1844, p. 189. Van Even, 
Louvain monumental, 

(2) Pcnilant le moyen-âge, les arlisles couvraieni souvenl les 
figures (le bois d'une toile qui, en suivanl les contours des draperies, 
leur donnaient des formes moelleuses. 



247 

Josse Beyaerts, dont les ancêtres étaient me- 
nuisiers et sculpteurs de père en fils, travaillait 
à la maison communale de Louvain, construite 
entre les années 1439 à 1442, d'après les plans 
de Mathieu De Layens. Les groupes, qui for- 
ment les socles des niches de ce magnifique 
monument, offrent des figures et des scènes 
vigoureusement accusées en relief, aux poses 
naïves, et aux expressions très- caractérisées. 
L'art de grouper les figures est même très-bien 
compris sur quelques-unes de ces pierres; il y 
règne une certaine animation et du mouvement. 
Un de ces groupes, dont M. Van Even a re- 
produit le dessin d'après la pierre ancienne, 
donne une idée avantageuse de l'école de Lou- 
vain, sur laquelle Thierri de Haarlem a exercé 
une grande influence (1). 

En parlant de cet édifice, nous devons signa- 
ler un fait très-important pour le type de la 
sculpture du moyen-âge. Les niches qui forment 
des grandes lignes verticales entre les fenêtres, 
depuis le rez-de-chaussée jusqu'à la naissance 
du toit, sont posées sur des culs-de-lampe his- 
toriés. Au fur et à mesure que ces socles mon- 
tent , les figures prennent plus de développement 
et sont accusées par un relief plus accentué. 



(1) Van Even, Louvain monumental, pi. 19. Pendant la restau- 
ration de rhôtel-de-villc de Louvain, toutes les sculptures ont été 
rcnouvelléos. Les culs-dc-lampe anciens les mieux conservés, ont élé 
réunis dans ce monument, et servent de noyau îi un musée local. 



2{8 
Par cette combinaison, les effets de la perspec- 
tive ne diminuent en rien l'importance des scènes 
figurées sur les socles. Celles des étages supé- 
rieurs paraissent aussi grandes et aussi accen- 
tuées que celles des étages inférieurs. 

Deux autres artistes belges , du nom de Henri 
et de Guillaume, ont laissé dans la sacristie 
de réglise de St-François, à Ferrare, sur des 
armoires, des sculptures remarquables, d'après 
Cicognara (1), mais sur lesquelles nous n'avons 
pu recueillir aucune donnée positive. 



Durant la seconde moitié du xv« siècle et le 
commencement du suivant, l'art ogival avait 
singulièrement abusé de ses ressources, Sauf 
quelques exceptions, les constructions élevées 
dans ce style ne présentent plus le caractère 
de grandeur qu'elles avaient autrefois. Les effets 
des masses disparaissent sous d mombrables orne- 
mentations forcées, contournées et recherchées; 
les détails n'étaient plus des accessoires, mais 
des œuvres principales, des œuvres plutôt de 
minutie et de patience, que d'inspiration et de 



(1) Sloria délia scuUura, T. II, p. 191. D'après cet auteur, Tin- 
scripiion de ces armoires porte: Hoc opus fecerunt duo Àlcmani 
de partibus Drabanliœ «(cilicel) Henricus et Guillelmus, 14i3. Le 
mol Alemani est ia traduclion du mot dilsche, que perlaient les 
Belges njmands,en leur qualité de bas-Allemands. Daas cerlains 
putois ilamands, le mol doyis s'applique aux Flamands, landisquc 
duUs 011 duitsclier désigne l'Allemand proprement dit. 



249 
génie. La pierre et le bois se façonnaient sous 
la main du sculpteur comme de la matière molle. 
Dans les compositions historiées , les imagiers de 
second ordre introduisaient un grand nombre de 
personnages, dont ceux du premier plan étaient ou 
agenouillés ou accroupies , ou plus petits , de ma- 
nière à faire voir ceux qui occupaient les autres 
plans. Ces défauts de proportion et de perspective, 
dont l'antiquité avait déjà fourni des exemples, 
furent probablement le résultat de l'étude des 
classiques, avec laquelle les artistes du moyen-âge 
conunencèrent par se familiariser. Les costumes 
étaient traités avec un grand nombre de détails , 
les plis des draperies prenaient des formes angu- 
leuses. Dans le but de les faire paraître exotiques, 
les artistes introduisaient les excentricités les plus 
bizarres dans les habillements , les armures et les 
coiffures. Néanmoins pendant la seconde moitié, 
du XV® siècle , les sculptures ont une grande déli- 
catesse de traits , une certaine finesse , et brillent 
par l'habileté de l'exécution. Celle-ci gagne, au 
fur et à mesure que la sculpture prend de l'impor- 
tance dans l'ornementation des constructions et 
de l'ameublement. Les artistes de premier ordre 
commencèrent par introduire dans leurs composi- 
tions certains effets de la perspective. Les person- 
nages du second plan n'étaient plus aussi grands 
que ceux du premier , quoique souvent les plans 
soient superposés. Quant à l'art de grouper les 
figures, il était encore peu cultivé. Parfois les ar- 
tistes belges disposèrent en un groupe bien com- 



e 50 
pris et bien étudié , deux ou trois figures , mais 
jamais une grande scène. Ils plaçaient leurs per- 
sonnages où ils le pouvaient , comme dans la foule 
où chacun prend la place que le hasard lui assi- 
gne. Parfois ils visaient aussi à la simétrie. Quant 
aux statues, elles prirent, par suite de la profu- 
sion des ornements , les proportions de statuettes. 

Le magnifique retable de l'église de Boondael, 
BOUS Ixelles, est un des specimens les plus ac- 
complis de la sculpture de la fin du xv siècle. 
Les figures y sont nombreuses, parfois grou- 
pées, parfois placées au hasard, mais en géné- 
ral leurs proportions sont bien comprises. 

Dans les églises de S*-Pierre à Louvain, de 
Notre-Dame , à Aerschot, de S*-Gomaire, à Lierre, 
de Tessenderloo, de Dixmude et de Walcourt, 
se trouvent des jubés qui ont tous les défauts 
et toutes les qualités que nous avons énumérés. 
Nous citerons encore les retables de Buvrinnes , 
de S*û-Dimphne, à Gheel, représentant le cru- 
cifiement, sculpté en 1515 par JeanWaue d'An- 
vers (1) ; de Notre-Dame , à Lombeek ; de Cor- 
beek-Dyle; de Notre-Dame, à Tongres ; de 
Thielen; de Oplinter; de Herenthals (2); de He- 
melveerdegera (3) et de l'abbaye d'Averbode (4). 

(1) V. noire article, au sujet de ce rouble . dans le Bulletin des 
commissions royales d'art et d'archcolojie, T. f, p. 409. 

(2) V. VExpositîon de Matines. Ce retable a été exécuté par un 
artiste du nom de Passier ou Pasquier. 

P) Serrure, Vaderlandsch Museum. T. I, p. 197. 
(4) Du Somerard. Les arts au moyen^âge, eh. XII, pi. III. Oc 
retable est dans la chapelle de l'hôtel de Gluay. 



2r>f 

L'église de Notre-Dame à Broue, construite 
dans le style ogival de la dernière période, 
par Van Boghem, architecte belge, renferme 
aussi des sculptures qui tiennent à la fois de 
l'art du moyen-âge et de la renaissance. Les 
figures du tombeau de Philibert de Savoie (1), 
qui est dans la même église , ont été exécutées, 
en 1532, par Conrad Meyt, sculpteur suisse, 
mais belge par éducation et la nature de son 
talent. 

Dans l'église de SaintnJacques , à Liège, con- 
struite entre les années 1513 à 1538, sont des 
figures largement traitées. Le buste de l'archi- 
tecte de l'édifice, placé près de la porte d'en- 
trée à gauche , est surtout remarquable par son 
exécution large et vigoureuse et le caractère 
d'individualité dont il est empreint. 

XI. 

n est facile de s'apercevoir, par les exemples 
cités plus haut, qu'à force d'avoir été tourmenté , 
l'art ogival n'offirait plus aucune ressource à 
des créations nouvelles. 

Le besoin d'introduire un autre style se fit 
enfin sentir, et le goût se prononça en faveur 
des idées classiques. En Italie, où l'art ogival 
n'avait pas exercé une bien grande influence, 
un type mêlé d'éléments chrétiens et d'idées 

(U Du Pasquicr, Notre-Dame à Broue. pi. 9 b 11. 



2ri2 
payennes se forma de très-bonne heure. Fécondée 
par des motifs de l'art clas ique , la nouvelle ar- 
chitecture chercha à introduire des éléments ou 
inconnus ou peu en u âge, dans lesquels l'ima- 
gination eut un libre cours. La France suivit 
avec enthousiasme l'Italie dans la voie nouvelle 
et l'indiqua à la Belgique, qui adopta la nouvelle 
manière, un peu plus tard et par transition. 
Mêlant des motifs de la renaissance à ceux du 
style ogival, les sculpteurs belges produisirent 
des œuvres de transition, dont nous retrouvons 
des exemples dans les retables de l'église de 
Léau et dans les stalles de l'église de S**"- 
Gertrude, à Louvain, de Broue et de Hoog- 
straeten. 

L'introduction de ces éléments nouveaux boule- 
versa la sculpture , qui , désormais , se rattachera 
aux traditions classiques et exercera, vers le 
milieu du xvi** siècle, une grande influence sur 
l'art du moyen-âge en ]3elgique. Non seulement 
la statuaire se ressentira de cette influence , mais 
toutes les branches de l'art plastique; la litté- 
rature comme la poésie, et, en général, toutes 
les productions de l'esprit humain subiront le joug 
du classicisme et de la renaissance des lettres. 

XII. 

Résumons. L'artiste chargé de restaurer une 
sculpture comprendra, par cet exposé, qu'il est 
obligé de Tétudier soigneusement , de rechercher 
lepoque ainsique le style auxquels l'œuvre appar- 



2:i3 
tient et l'école dont elle est sortie. Il s'attachera 
surtout à s'initier au faire du maître, faire dont 
il ne lui est pas permis de s'écarter, n'importe 
sous quel prétexte. Il s'inclinera devant les bonnes 
comme devant les mauvaises qualités , en s'iden- 
tifiant à Tesprit de l'auteur, au temps pendant 
lequel il a vécu, à son style, sans jamais vou- 
loir le perfectionner. Il comprendra que, pour 
rétablir une sculpture dans son état primitif, 
il doit avant tout faire abnégation de son indi- 
vidualité et adopter momentanément celle de 
l'auteur de l'œuvre , dont la restauration lui est 
confiée. Il n'achèvra les parties à réparer ni 
plus ni moins que l'auteur ne l'a fait lui-même 
dans l'ensemble et les détails. 

Lorsque l'artiste est appelé à créer des statues 
destinées à orner un édifice du moyen-âge, il 
se demandera d'abord quel en est le style , quelle 
est la date de sa construction, à quelle école 
il appartient. Ces questions étant résolues , il 
imprimera à ses œuvres le cachet que l'auteur de 
la construction leur aurait donné, s'il les avait 
exécutées lui-même. Par exemple , il n'achèvera ni 
plus ni moins les détails que l'artiste du moyen- 
âge ne l'aurait fait; il donnera aux ornements 
le même aspect, la même tournure, le même 
caractère; aux statues les mêmes poses, des 
expressions semblables, les mêmes draperies, 
profondément fouillées ou non , suivant la place 
qu'elles doivent occuper. En un mot, il se mettra 
en lieu et place de l'artiste primitif. S'il pro- 



254 

cède d'une autre manière, il commettra inévi- 
tablement dos anachronismes. Doit-il , dans ce 
cas , reproduire les bonnes comme les mauvaises 
qualités de l'artiste? Oui, quand il s'agit de res- 
taurer; non, quand il s'agit de créer. Dans le 
dernier cas, il est libre de se choisir un bon 
modèle. Il n'est plus obligé de suivre l'œuvre 
ou l'idée d'un individu, mais l'esprit de toute 
une époque. Néanmoins, cette liberté ne lui ap- 
partient plus, si l'édifice est orné de statues 
ou de reliefs anciens. Dans ce cas, il est obligé 
d'admettre le caractère archéologique de ce qui 
reste encore; il est tenu d'adopter tous les dé- 
fauts du maître qui l'a précédé, en s'abstenant 
toutefois de les exagérer. 

Pour donner à une figure le caractère qui 
convient aux productions du moyen-âge, elle 
ne doit faire ni contorsions, ni grimaces, ni 
présenter des défauts de perspective ou d'harmo- 
nie, ni avoir des proportions impossibles; en un 
mot, une statue, pour paraître du moyen-âge, 
ne doit pas être un magot. Les bons maîtres 
de cette époque s'arrêtaient devant la diffor- 
mité. Ils ne se permettaient jamais des licences 
qui auraient gâté leurs œuvres; par conséquent, 
les artistes modernes ne peuvent s'en autoriser, 
sm^tout de propos délibéré. A notre avis, ils 
doivent prendre, dans les statues du moyen-âge, 
ce qu'elles ofiî'ent de bon et en répudier le mau- 
vais, à la condition bien expresse de rester fidèles 
à l'esprit, au caractère et aux traditions de 



255 
Fépoque qu'ils veulent traiter. Cet esprit et 
ce caractère, qui varient bien souvent, comme 
nous l'avons vu, n'a jamais été ni pu être l'im- 
possible ou le monstrueux. Personne n'a jamais 
voulu faire l'imparfait pour de l'imparfait. Si 
des artistes d'un ordre inférieur , des tailleurs de 
pierres, par exemple (1), ont produit des œuvres 
entichées d'imperfections, elles sont le résultat 
de rincapacité et de l'ignorance , qui dans certains 
cas devient de là naïveté ; mais dont la contrefa- 
çon est une chimère. La naïveté est d'inspiration; 
elle ne se commande pas. Un défaut, dans une 
statue du moyen-âge, peut échapper au specta- 
teur, comme il a échappé à l'auteur, mais une 
erreur commise de parti pris semblera, en tous 
cas, montrueuse et exagérée surtout. 

Nous le répétons, l'artiste, qui jouit d'une 
liberté relative, lorsqu'il crée des statues em- 



(i) Les lailleurs de pierre s*occupaicDt souvent de sculptures et 
même de simples ouvriers avaient la prélenlion d'en faire. De celte 
manière on s'explique le caractère barbare de différents fonts bap- 
tismaux, auxquels on assigne, par ce motif, un âge très-reculé. 
Les fonts baptismaux de Zedelgbem ont été attribués, à c<iusc 
de leur style barbare, aux viii% ]x% x et xi« siècles, tandis qu'ils 
«ipparticnncnt au xii<> siècle, comme le démontre fort bien M. le 
chanoino Andrics, dans sa belle Monographie des fonts baptismaux 
de Zedelyhem. (V. aussi le Messager des sciences historiques de 1824, 
p. 437, de 1855, p. 60). On peut encore consulter, comme apparte- 
nant au xiii* siècle, ou peut-être à la fin du siècle précédent, 
les fonts de Limmel (ibid. 1847, p. 348); ceux de Zillebeke [Annales 
delà Société d'Êmul, de Bruges, 1847, p. 60), de Noorlpcno, (ibid. 
de 1848, p. 3i), de Gallaix (Bulletin de la Société hist. de Tournai, 
1851, p. 253), de Tcrmonde, etc. 



256 

preintes du caractère archéologique du moyen- 
âge, doit choisir, pour les étudier, les exemples 
les plus parfaits de l'époque et du style qu'il 
traite. Il ne peut admettre les défauts, qui ne 
doivent pas être confondus avec les caractères 
de l'époque. S'il y a eu pendant le moyen-âge, 
beaucoup de produits qui, sous le rapport de 
l'art , laissent à désirer , c'est parcequ'il y a eu 
beaucoup d'ouvriers et peu d'artistes. Le nom- 
bre des mauvais produits ne fait pas autorité 
dans ce cas. 

Quant au caractère archéologique des costumes 
à donner aux figures qui doivent être conçues 
dans le style du moyen âge, nous avons déjà 
traité ailleurs cette question (1). Nous avons fait 
voir que , s'il y a dans Tédifice des statues aflFu- 
blées d'un costume déterminé , l'artiste est obligé 
de le suivre pour les statues nouvelles. Si, au 
contraire , il n'y en a pas , l'artiste peut leur don- 
ner le véritable caractère archéologique , comme 
le fesaient les artistes instruits du moyen-âge, 
lorsqu'ils en avaient des exemples sous les yeux. 

Ch. Piot. 



(I) buUelin des comm, royales d'art et d'archéoL, i. V. 



257 



SOMMAIRE. 



P, 170. 

But du travail. 

I. — P. 180. 

Caractère général de la statuaire du moyen-âge mis en parallèle 
avec celui de Tari classique. — Principes de la statuaire des 
anciens et de celle du moyen-âge. — Influence du catholicisme 
sur l'art. 

n, — p. 196. 

Formation de deux écoles, Tune à Gonstantiuople, l'autre à Rome. 
— Gbûte de la civilisation antique. — Introduction de Tart by- 
zantin en Italie. — Il se propage en France et en Belgique. 

ni. — p. 198. 

La sculpture pendant la période mérovingienne. 

IV, — P. 199. 

La sculpture belge sous les Garlovingiens. — Trésor de Tabbaye 
de S»-Trond. — Objets d*art dans l'abbaye de Lobbes. — In- 
fluence du clergé sur Tart. — Dyptique de Genoeis-Elderen. — 
Ivoire du trésor de Téglise Notre-Dame à Tongres. — Couver- 
tures d*un évangéliaire de la cathédrale de Tournai et de celui 
de Notger, évêque de Liège. 

V. — P. 206. 

L'art byzantin se propage pendant le xi« siècle. — Sculptures 
payennes mises â profit par les chrétiens. — Caractères de la 

II, 19. 



258 

sculpture du xi« siècle. — Bas-relief du monasicrc de S^Bavon ù 
Gand et de VégWsc de S<«-Gertrude à Nivelles. — Sculptures de 
réglise de S^-Servais et de Moire Dame à Maesirichl. 

VX — P. 212. 

Le plein cintre commence par faire place à Togive pendant te 
xii« siècle. — L*art belge se rattache à l'art germanique. — 
Caractère spécial de l'art belge. — Les Belges commencent par 
imiter la nature. — Individualité des traits des personnages. — 
La porte Mantel à Tournai. — Culs-de-lampe de la chapelle de 
S^Macaire à Gand. — Sculptures dans réglise de SMïermain à 
Tirlemont. — Tombeau de S*«-Atônc à Forûl. — Fonts-baptismaux 
de S^-Barthélémi à Liège. — La porte d'or à Freibcrg. — Orne- 
mentation des pierres sépulcrales. 

Vn. — p. 220. 

Traostormalion de Tart pendant le xiii* siècle. — Infiuenoe et 
caractère de l'art ogival. — La bourgeoisie s'y initie. — Tom- 
beau de Gautier Mouton à Tournai. — Image de la Vierge dans 
la Chapelle du S*-Sang. à Bruges. — Bas-relief de fhôpiUl de 
Bruges et image de S^Corneille, ibid. — Ivoire de Notre Dame de 
Groeningen, à Gourtrai. — Sceau de Marguerite deConstantinople. 
— Pierres tumulaires de Henri I, duc de Brabant, de Matbilde 
de Flandre et de sa fllle Marie, dans l'église do SM^ierre, à Lou- 
vain. — Portail de l'église de S^-Servais à Macstricht. — Pierre 
tumulaire à Houffalize. — Sculptures dans le baplislèrc de l'église 
de Dinant. ~ Id. sur bois à Lowaige et Oplinicr. — Sculptures 
décoratives de l'église de la Chapelle à Bruxelles. — Statues à 
Trêves et à Chartres. 

Vm. — p. 229. 

Vers la fia du xui* siècle et au commencement du suivant, Fart 
ogival se transforme. - • Influence de ce changement sur la sculp- 
ture. — Monument de Colard de Seclin chez M. Du Mortier, à 
Tournai. — Reliefs de rhôiel-de-vHle de Bruges. — Statues de 
réglise de Notre Dame à Hal. — Pierre tombale d*\dam Oheerys à 
Vilvorde. -— Tombeau de Jean lU, duc de Brabant. — Pierre 
tombale de Guillaume Sponlin et de sa femme Adèle de SombrefTe 
à Spontin. — Statues du porche de Notre Dame à Tongrcs. — 
Retables de Jacques de Baerzc, à Dijon. — Retable à Hacken- 
dover. 



259 



ne — P. 287. 

Le xy« siècle est témoin d'un changement complet dans Tart ogi- 
val. — Profusion des ornements sculptés. — Résultats de cette 
prorusion. — L'art se vulgarise et devient parfois trivial. — In- 
fluence funeste de la réforme sur l'art. — Corruption du goût. 

— Culs-de-lampe de l'église de S»«-Waudru à Mods. — Travaux 
de Claus Slutcr à Dijon. — Statues de l'hôtel-de-ville à Alost. — 
Ëcoles de sculptures à Anvers, Bruxelles et Louvain. — Travaux 
de Jean Mertens à Léau. — Id. d'Arnoul de Diest et de Renier 
Van Thienen à Léau. — Sculptures décoratives de rhôtel-de-ville de 
Bruxelles et de l'église d'Anderlecht. — Reliefs de rhôtel-de-vitle 
de Louvain. — Images de la Vierge dans les églises de S^Pierre 
à Louvain et de Notre Dame à Toogres. — Belges qui travaillent 
en Italie. 

X. — P. 248- 

Abus que font les architectes de l'art ogival pendant la seconde 
moitié du xv« siècle. — La sculpture devient minutieuse et 
détaillée. ~ Composition des groupes. — Retable à Boondael. — 
Jubés dans les églises de S^Pierre à Louvain, de Notre Dame à 
Aerschot, de Tcssenderloo , de Lierre, de Dixmude et de Walcourt. 
Retables ù Buvrînncs, à Gheel, à Lombeek, à Corbeek-Dyle, 
à Tongres» ù Thielen, à Oplinter, à Uerentals, à Hemelveerdegem , 
et de Pabbaye d'Averbode. — L'église de Notre Dame à Broue. 

— Bustes de l'église S^-Jacques à Liège. 

XL — P. 25L 

L'art de la renaissance se manifeste pendant le xv« siècle. ~ Son 
influence sur la sculpture du moyen-âge. 

XIL — P. 262 

Gomment l'artiste doit restaurer les sculptures. — Est-îl obligé 
d'admettre les défauts d'un grand nombre de sculptures du 
moyen-âge? 



260 



ERRATA. 



Page iS4« ligne 17, XenaphOD, lisez: XcDophon. 

Page 203, » 2 de la note, Solerne, lisez: Salerae. 

Page 902, • 6 de la note , cathédrale Troya , lisez: cathédrale 

de Troya. 
Page 204, • M, Jair, Usez: Jalre. 



^^ 




Hlijiî %nc if âorrrligruur van "^^t. 



aiM-i 



rs iiii ,\ls. (Ir la IhI)! do uoiii^r.à Briixellps 



261 



UN ROLE 

DES 

FEUDATAIRES DU COMTÉ DE FLANDRE, 

DAlfS LA OHATELLEinE B'YPBES, 
RÉDIGÉ VERS LA FIN DU XIV* SIÈCLE. 



Parmi les registres de la Chambre des Comptes 
de Flandre , déposés jadis à Lille et qui aujourd'hui 
font partie des Archives générales du Royaume, 
il existe un rôle des fiefs situés dans la châtelle- 
nie d'Ypres, formé vers la fin du xrv« siècle et 
constituant la plus ancienne matricule du genre 
que l'on possède pour cette cour féodale (1). 

n fut compris dans la restitution des documents 
relatifs aux Pays-Bas autrichiens, faite en 1771, 
en exécution de l'article XXXVIII, § 2, de la 
convention dite des Limites, conclue avec la 
•France, le 16 mai 1769. Les savants Godefroy 
y avaient inscrit alors le millésime 1383. 

Quoique nous ne pensions pas que cette date 



(1) Inventaires imprimés des Chambres des Compus^ N* 1111. 

II, 20 



262 
doive être acceptée sans discussion, il serait 
bien difficile cependant de déterminer d'une 
manière précise l'époque à laquelle il fut com- 
posé. L'écriture, toutefois, accuse bien évidem- 
ment les dernières années du.xiv® siècle. Parmi 
les feudataires qui y sont inscrits, quelques-uns 
moururent, d'après les généalogiels , vers 1376 
et 1378, d'autres vers 1382, d'autres enfin dans 
les premières années du siècle suivant. Les 
comptes des reliefs de fiefs n ont pas pu nous 
fournir des renseignements plus positifs. A la 
vérité, il était d'usage en Flandre, de relever 
les biens de nature féodale dans l'espace d'un an 
et d'un jour(l); mais ces mêmes comptes com- 
prenant généralement, comme on le verra, une 
période de deux années , il n'est pas certain que 
les recettes y aient été enregistrées dans l'ordre 
chronologique. Nous y avons remarqué d'ailleurs 
des omissions et des négligences assez graves. 
Aucun événement politique ne semble avoir 
motivé la rédaction de notre rôle, à moins qu'il 
ne faille la rapporter à l'avènement de Philippe- 
le-Hardi, comme souverain de Flandre, ce qui 
serait assez conforme aux coutumes de cette 
époque. La date assignée par les Godefroy, 
trouverait, dans ce cas, son entière justifica- 
tion. Cette conjecture parait cependant assez 
peu admissible. En effet, l'époux de Marguerite 



(1) Yoy. Ph. Wiklant, Tractaet vanden leenrechten nae de hovcn 
van Ylacndcren, cap. XXIII. 



S63 
de Male ordonna, vers 1390, un dénombrement 
général de tous les fiefs de notre comté; nous 
possédons les instructions et les formules pres- 
crites à cette occasion (1) , et il n'est pas probable 
que deux dénombrements aient été décrétés suc- 
cessivement dans un espace de moins de dix ans. 

A nos yeux, certains indices permettent de 
croire avec assez de raison que le Rôle des feu^ 
dataires de la châtellenie d'Ypres fut formé après 
1390, avant Pâques (1391 nouv. style). 

Quoique moins important et plus moderne que 
le remarquable Livre des feudataires de Jean III, 
duc de Brabant^ — que notre ami M. L. Galesloot, 
chef de section aux Archives du Royaume, a 
fait paraître, en 1865, dans les Annexes aux 
Bulletins de la Commission royale d'Histoire, — 
le document que nous publions o&ira bien des 
renseignements précieux ou dignes d'intérêt. 

Pour rhistorien, il contient des noms célèbres 
dans les annales de la riche et florissante patrie 
yproise; pour le généographe, des détails au- 
thentiques qu'il chercherait peut-être vainement 
ailleurs. 

Le patient investigateur des institutions du 
passé y trouvera des données curieuses sur la 
nature , souvent bizarre ,' des fiefs , et sur les re- 
devances ou prestations dues à cause d'eux, et 
souvent plus bizarres encore. 



(I) Voy. ce document p. 2Ö5. Nous Tavons extrait de la Trésorerie 
des chartes des comtes de Flandre, n« 1041 , aux Archives du Boyauroe. 



264 

Nous signalerons aussi à Tattention des ém* 
dits les noms de localités , les différentes espèces 
de mesures et de monnaies qu'on y rencontre 
presqu'à chaque page. 

Le Rôle original des feudatairts de la châ-- 
tellenie d'Y pres contient 16 feuillets d'écriture 
cursive, sur parchemin, et est suivi d'une copie 
en gothique, dont il constitue la minute et qui 
lui est postérieure de quelques années (1). Nous 
nous sommes servi de la première de ces deux 
matricules et nous avons indiqué, en note, les 
mutations survenues dans l'intervalle écoulé 
entre la rédaction primitive et l'exécution de la 
copie, ainsi que les variantes du texte. 

Enfin, pour compléter, autant que possible, 
les éclaircissements donnés par le Rôle des fcu^ 
dataires, nous y avons ajouté, comme appendice , 
les Comptes des reliefs de fiefs de la châtellenie 
d'Ypres, depuis Tannée 1366, jusqu'à la fin du 
xiv« siècle (2). 

IxELLEs, 21 mars 1868. 

LÉOPOLD VAN HOLLEBEKE. 



(1) Toui indique que le temps écoulé entre la formation respec- 
tive de nos deux rôles, ne peut £tre bien considérable, malgré les 
termes formels ( ianghcn tiden ) contenus dans un article de la 
copie, que nous insérons p. 280, note^, 

(2) Inventaires des Chambres des Comptes, n»» 17,768 à 17,770. 
Ces comptes, qui étaient primitivement en rouleaux, ont été réu- 
nis en caliiers. 



S65 



FORMULES ET INSTRUCTIONS POUR LE DÉNOMBREMENT DES FIEFS 
AU COMTÉ DE FLANDRE, PRESCRITES PAR PHILÎPPE-LE-HARDI , 
VERS i390. 



C'est le rapport et dénombrement que je, tel, etc., fay 
à nostre très-grand et très-redoubté seigneur, monseigneur 
le duc de Bourgoigne, conte de Flandres, d'Artois et de 
Bourgoigne, de un fief que je tiens et advoue tenir de 
mondit seigneur, de son chastel de tel lieu, etc., à tel ser- 
vice, etc., à cause de madame la duchesse, s'espeuse» comme 
héritière, contenant ledict fief ce qui s'ensuit: 

Et premier, tel chose, etc.; et doit-on déchirer le pa« 
roiche ou ledict fief, ou fiefs, se pluseurs en tient, gisent; 
aussi quels rentes par an , et à quels termes , sur pluseurs 
tenemens, etc.; item, doit-on déclairer quans hommes de 
fief on a de sondict fief, ^uelx fiefs ils tiennent, à quel 
service où il se comprendent, quans hommes de fief il ont. 



266 
à quel service lesdicts fiefs sont ; item , doit-on aussi déclairer 
toutes les rentes tant en grain, tant en argent, tant eo 
capons, auwes et autres choses et sur quelz ; item , doit dé- 
clairer aussi quel justice cilz qui fait le rapport à tant 
en sondit fief, comme sur les fiefs de sesditz hommes et 
tenans, s'aucuns en a. Et si doit la 'déclaration de ladicte 
justice estre déclairce en le fin dudit rapport , et après mettre : 
en tesmoing de ce, j*ay c'est mien rapport scellé de mon 

seel, faiot le jour de Tan mil ccciiii** et 

Et doit estre fait ledit rapport ou dénombrement en parche- 
min , en queue pendante , soubz le seel de chascun homme , etc. 

Item, afin que les hommes de fief de mondict seigneur 
puissent duement faire leurs rapports, comme déclairé est 
cy-dessus , tantost qu'il est commandé ou publié de par mon- 
dict seigneur de faire iceulx rapports , lesdiz hommes doivent 
faire sommer à leurs hommes de fief, qu'ils facent leurs 
rapors de leurs fiefs et arrière-fiefz , par devers eaux, soubx 
leurs seaulx, dedens le temps acoustumé par semblable dé- 
clairation comme dessus, sur tel péril et amende que en 
tel cas s'en puet ou doit ensuir; 

Item , doit estre faict sur le seel desdiz hommes , chascun 
endroit luy, en parchemin et queue pendant, comme dessus, 
pour ce que chascun homme fievé doit avoir seel; et si 
est le plus brief voje ; et est honneur à i homme de fief 
d'estre cru soubz son seel , et , en cas que ainsi ne se fera 
qu'il soit fait, prcsens deux de leurs pers et par iceulx 
scellé, disans par iceulx que, en leur présence, tel , leur per 
a baillé ce rapport à tel, tel jour et tel an, etc. En tes- 
moing de ce il j mettent leurs seaulx; 



267 
Item que chascun homme de fief de monseigneur le duc « 
à cause de madîcte.dame, doivent adviser que les rapors de 
leurs hommes , soient bien fait et esclarchy leurs tenemens , 
et , se aucune chose y avoit à dire , il le doivent rendre , pré- 
sens deux de leurs hommes , à celuj qui ne Taroit mie bien 
fuit, pour le amender à rapporter dedens le quinsaisue en- 
suivant , à péril d'amende ; et , se defifaulte y avoit , procéder 
contre eeluy par loj comme il apparteinoit ; 

Hem , que les rappors ainsi fais aux hommes de mondit 
seigneur, à le cause comme dessus, les hommes de mondit 
seigneur doivent bien garder pardevers eux les rappors de 
leursdiz hommes, et iceulx faire encorporer tout au lonc 
au rapport qu'il feront à mondit seigneur; 

Item , que se aucun homme de mondit seigneur raportoit 
report Tan , il euist à amender , il y doit este baillié présens 
deux hommes et déclairer la deffauUe , pour le amender, à 
rapporter à la quinsaine enssuivant , à péril d'amende , et se 
il defifault, procéder contre luy comme il appartiendra; 

Item, que les rappors qui se doivent faire aux officiers 
de mondit seigneur, bien advisez comme dit est, et qu'il n'y 
ait riens recelé, doivent estre envoyez ou apportez seure- 
ment en la Chambre des Comptes, et fait faire un registre 
durable , et un autre registre, pour demeurer devers les col- 
lecteurs des reliefs, pour ce que souvent touchent aux fais 
de bailliage et de recepte, mesmement quant on en fait 
les werps et dessaisines et plusieurs autres manières. 

Item, que par les déclarations desdiz rappors on puet 
sçavoir qui sont ses hommes, quel justice il ont, et leurs 
hommes, et quelx services il doivent et pourroient devoir^ 



2C8 
tant pour chevalerie de Taisné fii, comme da mariage de 
Faisnée fille du seigneur du pays de Flandres, eten antres 
manières , quand le cas esquict ; et avec ce , qui ne fait pas 
à oublier, on en seit jusques et où se jurisdiction se corn- 
prent, et samblablement le sçevent ou pevent savoir les 
hommes de mondit seigneur par les rappors de leurs hommes, 
que baille grant apaisement et seurté en toutes choses qui 
pevent escbeir, etc. 



269 



X) 



tt ^iJK ÏÎ Ittngoth gi[t|(nultts uu mimn ^tit 
un ^Imïm, liggliinh hraïiit Htiiltt nh hiûn 
ittjtiltii DttB ^pi, tût h ïïniït ïïttt Ui i\m. 



EERST, IN SINTE-MARTINS PROCHIE, BINNEN DER 
STEDE VORSEIT. 



MUN HBRB DB BORECHGRAVE VAN Ypre houd io lene : eerst 
d'borechgraefsceip van Ypre, dertoe behorende *t derde van 
allen den boeten daerof dat scepenen van Ypre wisers (1) 
zijn ; item , 't derde van alle den boeten daerof dat de ix 
scepenen vander Zale van Ypre, daerof dat mijn here van 
Ylaenderen maect de vi ende de borechgrave vorseit de ui 
wisers zijn of wisen moghen , zij't vor vonnesse of der achter ; 
item , alse ghelike 't derde van allen vermacken ende com« 
posicien , vor vonnesse of dernaer, binder stede ende castelrie 



(1) Juges, jurés. 



270 
Yorseit, toebehorende scepeDeo , ute gbeleid de vaussears (1), 
binder stede vorseit ende der baten , beborende ten yonoessen 
vanden vorseide ii scependommen ; ende hier moet de borech- 
gra?e Torseit leveren enen scouteten, dinghende (2) binder 
stede vorseit ende buten inde castelrie, ende i clerc ter eere 
vierscare (3) ende ter andre,.van buten ende van binnen; 
item , moet de borechgrave vorseit hierop leveren vanghenesse 
Vsheren ghevanghene van buten ende van binnen in te hou- 
dene , up sinen peril ende np sinen aventure ; ende hierop 
so es de borechgrave vorseit sculdich eics jaers , minen here 
van Vlaendren, vi 9 par. up scoutetens roede (4j; item» 
houd men van minen here den borechgrave \orseit xl mao- 
sceipen (5) , die van hem houden de tooine (6) van Ypre « 
ende ghelden elc , als^t verandert (7), als vele als eIcs leen 
bi jare werd es ; item , houd men van de borechgrave vorseit, 
binder vorseide stede ende castelrie ende deromtrent , xlviii 
mansceipen, daerof dat de zzxii staan te vullen cope (8) 
ende de xvi ander t'alven cope (9) ende ter bester vrome (10) ; 
ende te desen vorseiden lene behord vri hoghe justice ende 
ueidre (11), als't deronder ghevalt (12); ende al dit goed ende 



(1) Yaucheurs. 

(2) Siéger et Juger. 

(5) Tribunal ou cour de Justice. 

(4) Verge de Técoutôle. 

(5) Hommages. 

(6) Tonlieu. 

(7) A chaque mutation. 

(8) Gésir au plein relief. 
(0) Demi relief. 

(10) Meilleure dépouille. 

(11) Franche haute justice et basse. 
(13) Quand il y échoit. 



271 • 

mansceipen vorseit houd hi in i mansceip staende te vullen 
cope ende van dienste minen here van Vlaendren trauwe 
ende wareide (1). 

Làmbbecht van Lo, DB VADEB, eeu leengoed groot x ti 
X s. par. *sjaers, ligghende in de tooine van Ypre, 'twelke 
staet ter bester vrome , ende es mijn here sculdich van dienste 
trauwe ende wareide. 

Jacop van Torodd, een leengoed groot xiiii ti xiiii s. par. 
'sjaers , ligghende in't Scoehuus tTpre , ende staet te vullen 
cope, ende es sculdich minen here trauwe ende wareide. 

Jhan van Joiengi y een leengoet van xvi hoed evenen Ç£j , Fol. i v». 
gaende ute (3) den spikere (4) van Ypre, Hw^Ike staet in 
mijns heren van Vlaendren spikerbrief (5), up enen die heet 
Carpentator, ende staet te verlieve (6) ter bester vrome , ende 
es sculdich van dienste trauwe ende wareide minen here 
vorseit ; ende te deisen leene behoord ene mansceipe toe van 
Il ganzen 'sjaers, gheldende den vorseiden Jhanne van Joiengi, 
ende staet ter bester vrome (7). 

Hun hbrb de borecugrave van Yppre, een leengoed groot 
iiii^'^ vifi ft- paris. *sjaers, in mijns heren van Vlaendren spiker 



(1) À foi et vérité. 

(2) Muids d*avoine. 

(3) Ressortissant. 

(4) Espier. 

(5) Brief de Tespier. 

(6) Gésir au relief. 

(7) La copie ajoute : Jhan Provijn tenet. 



• 27-2 
▼an Ypre, siaende te vullen cope ende van dienste minen 
hère vorseit trauwe ende wareîde (1). 



IN SINTE-JACOPS PROCHIE, BINNEN DER STEIDE. 

MUN BiaS DlEDERIC DE MbDBM , HERE ViLK BbàUBBWâKRD , 

een leengoed van li 72 ymeite lands staende te vullen ver- 
lieve, ende es sculdich van dienste minen hère vorseit trauwe 
ende wareide; ende te deisen lene behoren vi mansceipen 
daerof dat de m staen te vullen cope ende d'andre m 
ter bester vrome vanden jaren ; vanden welken mansceipen 
d'eene es scoudich mer Diederic vorseit i d. 'sjaers, t'ofierne {%) 
up de Ginxedach, item d'andre up den Niewedach i pare 
witter anscoen , i groene hoedekin ende i naelde met i ronden 
oghe ende i witten zîdraet derin ghedraet, item de derde 
VI d. art. 'sjaers up Sinte-Remisdach , item ii mansceipen 
elc I pare sporen d'cne te Paesscen, d'andre te Cinxen. 

Jhah van Russlbide, een leengoed van xxvii buunre (3) 
lands , staende te vullen cope, ende es sculdich minen hère 
vorseit van dienste, trauwe ende wareide, ende te deesen 
leene behoord eene mansceip staende te vullen verlieve, 
ende es groot xx ghemeite lands (4). 



(1) Dans la copie on trouve, à la fin de cel article, la note soi- 
vante: Joncfrouwe Marie van Outre, Robbrechts vander Douviemjf, 
tenel, 

(2) A solder. 

(3) Bonnier. 

(4) A la fin de cet article on trouve, dans la copie: Mer Jacob 
Belle UneL 



273 
Mbestbr THOMiS VAN Lo , 660 lecDgoed van zvii ymeite foI. 1 
lands , lit6l mia of meer , staende te vullen cope , ende es soul- 
dich van dienste minen here vorseit , trauwe ende wareide (i). 

Heimric vanden Kercdove, een leengoed gheheeteu JVteu- 
porl , houdende xui ymeite lands , staende te vullen cope, 
ende es sculdich van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide (2j. 

Item, de zelve Heinrig vanden Kbrchovb, een leengoed 
groot z ymeite ende i line lands, staende te vullen cope, 
ende es sculdich van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide (3). 



IN SINTE-MICHIELS PROCHIE, BINNEN DER STEIDE 
VORSEIT. 

JoNCVROUWE Marie, wedewe Woubuechts van Bozebbike, 
een leengoed gheheeten de Cruutbrovc, groot xvi ymeite 
lands , staende te vullen cope , ende es sculdich van dienste 
minen here trauwe ende wareide; ende te desen leene 
behoren de boeten tote m ^ , de bastaerd (4) ende de vond (5), 
ende ene mansceipe van vullen cope (6j. 



(I] La copie ajoute: D'er Gillis van Loo houdet in leene. 

(2) Dans la copie cet arlicle finit ainsi: Jhan Rugghinvoets wijf^ 
Heinrijx vanden Kerchove dochtre^ tenet. 

(3) Dans Ia copie ie scribe a ajouté : De joncfrouwe voorseU houdet. 

(4) Avoir de bâtards. 

(5) L*épave. 

(6) Dans la copie: Joris te Rike tenet. 



274 

JoNCVROowi Mabic 'sViscbs, Bcrtclmbos Belles wijf, een leen 
gheheten ter Zadelt, groot zlv jmeite lands , staeude te vttllen 
cope, ende tranwe ende wareide van dienste den here (1). 

Foi, Svo. PiETER VlERDlNC, F*. MlCHIBLS, CeU IcCn gTOOt III ff X S. 

par. 'â jaers in rudderpenninghen (2) , ende staet ter bester 
vrome ende van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide (3). 

Krrstibnb Boddaerds Pieter Halbbasts wuf, een leengoed 
van Ti Vi jmete metgaders ere steide (4) litel min of meer, 
ende gheld van verlieve v ff z s. par., ende es scondich van 
dienste minen here trauwe ende wareide (5;. 



IN DE BRIEL PROCHIE. BINNEN DE STEIDE VORSEIT. 



Jacop van Thorout, een leengoed groot xzii ymeite lands, 
staende te vullen cope ende van dienste minen here trauwe 
ende wareide; ende te desen leengoede behoren iiii man- 
sceipen staende te vullen cope , ende ghelden hem ii pare 
handscoen 'sjaers. 

Bieb van Woumem , een leengoed groot xxv s. par. *sjaers 



(1) Dans la copie: Michiel Rugghinvoet tenet. 

(2) Cavaliers (monnaie). 

(3) Dans la copie: Roeger vanden Pitte tenet, 

(4) Manoir, résidence seigneuriale. 

(5) Dans la copie: Ilannckin Halebaht, Jhans dochter, tenet; Ker- 
itinekin Hatebast, Jhans dochter, tenet. 



273 

in radderpenninghen , ende staet ter bester vrome, ende 
Tao dienste minen here trauwe ende wareide (1). 



IN SINTE-JANS PROCHIE, BINNEN DER STEIDE 
VORSEIT. 

Bbrtelneus Belle , een leen van zxx s. par/sjaers in radder- 
penninghen, ende staet ter bester vrome, ende es scoudich 
van dienste minen here trauwe ende wareide ;2j. 

Jan van Lo, een leen dat sijn vader houdt fsiuen live 
groot iiii^' iii< t^ par. 'sjaers in allen renten; item dertoe 
behorende i vuile vierscare ende boeten tote m ^ ende der- 
onder, staende te vullen cope ende van dienste trauwe ende 
wareide (3j. 

DfEDE&ic Herebrecht, eeu leen van viii s. m d. par. 'sjaers Fol. 3. 
in rudderpenninghen, ende stuet ter bester vrome, ende 
strect tote binder prochie van Boesinghe , ende es scoudich 
van dienste minen here trauwe ende wareide (4;. . 

Lanbrecbt van Lo, os jongbe, een leengoed groot xxx ^ 
par.'sjaers, litel min of lïtel meer, staende te vullen cope, 
ende van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide ; 
ende te desen leengoede behoren v mansceipen staende 



(1) Dans la copie: Jhan van VVoumen Ie tient, 

(2) Ibid.: Mer Galoys, sijn zuene, tenet, 

(3) Cel article esl iracé dans lu niinule, comme faisunl double 
emploi. Voy, p. 276. 

(4] Dans Ia copie: Àlaerd Valke hoiidet. 



276 
te vullen cope, ende hierop hî heift de boeten tote lz 
S ende deronder (1). 

Kerstineiin, Jacops yan Thoroud dochtsr , een leen dat 
men heet ter Waerde, groot liiii ymete lands , streckende 
tote binne Langhemaerc, ende staet te vullen cope, ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide ; ende 
te desen leene behoren vii mansceipen, daerof dat de m 
staen te vullen cope , ende d'andre iiii ter bester vrome ; 
ende es te wetene dat , vanden m vorseide manscepen staende 
te vullen cope , de ii ghelden (2) hare i pare witter sporen (3) 
'sjaers elc (4). 

JOMCVROUWE AVESOETB BeLLES , WEIDEWE AnDRIES VAN Lo , 

een leen groot ii 72 ymete , litel min of meer , h'gghende 
binden banliewen (S) van Ypre, streckende tote binne den 
prochien van Sinte-Jacops ende vanden Briele ; up *twelke 
land , also verre als het strect , soe (6) heift de boeten tote 
lil ff, ende staet te vullen cope ende van dienste minen 
here trauwe ende wareide (7). 

Jan VAN Lo , i leengoed dat zijn vader houdt t'sinen live (8), 
groot iiii" iiii ff par. 'sjaers , ene vuile vierscare (9) , de 



(i) Dans la copie: Mer Gillis van Loo Unet, 
(9) Payent. 

(3) Éperons blancs (argent ou acier]. 

(4) Dans la copie: Mer Zeigher de Vroede tenet, 

(5) Banlieue. 
(0) Elle. 

(7) Dans la copie: Kanekin de Rike, f* Joris, tenet, 

(8) A titre de viager. 

(0) Cour, banc ou tribunal complet (7 échevins). 



877 
boeten tote iii |^ ende datter toebehoord , ende staet te vul- 
len cope, ende van dienste den here trauwe ende wareide (Ij. 



IN DE PROCHIE VAN BOESINGHE. pol. 3 i 

DeisB , PiETEB Rbifins wijf , een leen houdende zestiene 
ymeite lands metgaders ere tiende {% werd zynde 111 fi^ x s. 
par. 'sjaers, ende metgaders m f^ par. 'sjaers inrudderpen- 
ninghen, staende te vullen cope ende van dienste miuen 
here vorseit trauwe ende wareide; ende te deisen leene 
behoord ene mansceipe van zvi jmete lands, staende te 
vullen verlieve (3). 

Andries Broederlim , een leengoed gheheeten ten Vrüande 
mei IX ymete lands litel min of meer dertoe behorende; 
item, so es dit leen ghemeerst (4) metten hove dat men heet 
iFaterbeike, ligghende in de prochien van Boesinghe ende 
van Sinte-Jans in Ypre, houdende vi *> ymete lands litel 
min of meer, al ligghende t'eere (5) mansceip ; ende staet 
te vullen cope ende van dienste minen here vorseit trauwe 
ende wareide; ende hiertoe behoren boeten tote m ft-, de 
bastacrd ende de vond (6j. 



(1) Dans la copie: France de Beere. Cel arliclc fail double emploi 
avec celui de la même teneur, qui se trouve à la page 275. 
{î) Dîme seigoeuriale. 

(3) Dans la copie: France van Dlxmudâ tenet. 

(4) Augmenté, accru. 

(5) En un. 

(6] Dans la copie: Walrave van Masmede tenel. 

II, 21. 



278 
Jhan de Plankenare, een leengoed dat men heet ter 
Trace (alias ten Cruche), met xii ymete lands dertoe beho- 
rende , staende te vullen cope ende van dienste minen hcre 
trauwe ende wareide; ende hiertoe behoord ene mansceipe 
van vil ymete lands staende te vollen cope (ij. 

Item dezelve Jhan de Plankenarb, een leen van vii ^ 
par. 'sjaers in rudderpenninghen , staende ter bester vrome 
ende van dienste minen here trauwe ende wareide (2). 

Jas Sltp houd in lene, van minen vorseiden here, mi ^ 

paris. *sjaers in rudderpenninghen , heffende (3J in Boesinghe 

Fol. 4. ende inden Briel, up diversche parcheleu van lande; dit leen 

staet ter bester vrome , ende es scoudich van dienste minen 

hére vorseit trauwe ende wareide. 

Lamsin Slinguer houdt een leengoed groot xlvii s. ende 
1 d. paris, 'sjaers in rudderpenninghen , ende staet ter bester 
vrome, ende es sculdich minen here vorseit van dienste 
trauwe ende wareide (4;. 

Lambrecht Morin houdt een leengoet Hwelke men heet 
ten Tliorre, groot tusscen den xxi ende den xxiii ymete 
lands , litel min of litel meer ^ ende staet te vullen cope , 
ende es sculdich van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide, ende te deisen leengoede vorseit behoord toe ene 



{!) Dans la copie: Gheraerd de Plankenare tcneL 

(2) Ibid.: Kerstoffel hugghinvoel teneL 

[X) A percevoir, à lever. 

(4) Dans la copie: France Slingher teneL 



279 

mansceipe staende te vallen cope, dewelke Lamb rechte 
vorseit ghelt ene paer banscoen 'sjaers (1). 

Boegier Vibrdinc (2) hoadt in leene van minen here vorseit 
eene steide met xliiii ymeite lands dertoe behorende , ende 
f taet te vullen cope , ende es sculdich minen here van dienste 
tranwe ende wareide. 

RiQUABDS WIJF VAN Straten (3), een leen groot m ft par. pol. 4 v. 
*sjaers in radderpenninghen, ende staet ter bester vrome, ende 
es sculdich van dienste minen here trauwe ende veareide (4). 

France Belle houdt in leene ene steide met zlv ymeite 
lands litel min of meer , in Boesinghe , ende x ymeite lands 
in Mocrkerke; item xi raizieren eivenen 'sjaers, ende xxviii 
s. paris, 'sjaers in gheldrenten ; ten welken leene behoord 
ene vierscare metten laten diere toebehoren ende de boeten 
tote III H ende deronder; ende staet te vullen cope, ende 
es scoudich van dienste minen here van Vlaendren trauwe 
ende wareide. 

Item, te deisen leene van France Bellen vorseit, behoren 
toe IX manscepen daerof dat de nu staen te vullen cope, 
ende de andere vive ter bester vrome (S). 



(1) Dans la copie: Jhan, f* Lambrechl tenet; Lammekin Moerin, 
broeder vanden voorseiden Jhan , eis'l verstorven , bider doot van 
sincn voorseiden broeider. 

(-^ Ibid.: Joncvrouwe Lysebelle Vierdijncs, over Boeger. 

(3) Ih'id.iJacob Ilildebrand, over Rikewaerls wijf van Straten 

[A) Cel article est d*unc écriture différente dans Ia minute; dans 
la copie il finit ainsi: Joos van Dentregheem dochter; Doiideinvan 
Provijn hout dit leen, 

(5) Les deux articles qui précodent ont été tra: es dans la minute, 



280 
BouDEN Rbmi (1), een leen, dat s te wetene de steide met 
XXXVI ymeite lands, dat men heet de Caend, staende Ie 
vullen cope ende van dienste trauwe ende wareide. 

Hbiniuc Rikasseis (2) een leen groot xxxi s. par., in radder- 
penninghen , staende ter bester vrome ende van dienste minen 
here vorseit trauwe ende wareide. 

France Belle houd in leene i stede met xlv ymeite lands , 
in Boesinghe, ende x ymeite lands in Moerkerke, en hier- 
toe behord i vierscare ende boeten tote m ft ende datter 
toebehoord ; item in gheldrenten xxviii s. par. 'sjaers; item 
XI raizieren (3) evenen 's jaers ; item staet dit leen (e vallen 
cope ende den here trauwe ende wareide ; ende hiertoe 
behoren ix manscepen, de mi ie vullen cope, de v ter 
bester [vrome] ; ende staet al t*ere manscep, ende sine man- 
nen sin hem sculdich iii scachten (4), i pare anscoen, i 
pare witter sporen (5j. 



pour cause de double emploi; nous les avons insérés ici, parce 
qu'ils fournisscnl quelques détails omis dans rarticle conservé. 
{Voy, ci-dessus.) 

(1) Dans la copie: J/za» van Kengeburch, over Boudein Remu 
(i) Ibid : Joufrouwe Jaquemwe, 't wijf Denys van Scoenvelt, over 
Heinrijc Hycasseis. 

(3) Rasières. 

(4) Javelot, dard, fiècbe, lance, trait. 

(5) Cet article a été remplacé dans la copie par les deux que voici : 
Mijn here Jhan Selle houd in leene ene steide met xlv ymeiten 
lands, terwelker behoort ene vierscare ende boete tou m lib. par., 
ende datter toebehoort; item in gheldrenten xxviii s. par. 'sjaers; 
item XI razieren eivenen 'sjaers; item staet dit leen te vullen coepe 
ende den hecre le trauwe ende te waerheiden ; ende te deisen leene 
behooren ix manscepen, de iiii te vullen coepe, de v ter bester 
vrome; ende staet al Vere mansceip, ende sine mannen sîjn hem 



281 
Hbinric Folkibr, f* Pieters (1), eeo leengoei gheheeten 
Zwanebrigghe , houdende lvi ymete lauds , cnde es ghelast 
met buuorevaten (2) ende met andren renten van mins Fol. S. 
heren spikere van Viaeudren, also de brief vanden ontfan- 
ghere vanden spickere inhoudt ; ende staet dit leen te vallen 
cope ende van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 

Jhan de Corte , Martens zone (3) , i leen groot xi ymetc , 
ende staet ter bcster vrome, ende van dienste trauwe ende 
wareide, ende van deisen zijn ghehouden ii manscepen (4j. 

Lahbrecht Morin , een leen groot tnsscen den xxi ende 
den xxiii ymelen lands, staende te vullen cope ende van 
dienste den here trauwe ende wareide , ende te desen leene 
behoord ene mansceipe staende te vullen cope (5). 

Lamsin Scerebaerd (6j , een leen groot m ^ par. *sjaers in 
rudderpenninghen , staende ter bester vrome , ende van 
dienste minen here vorseit trauwe ende wareide ; ende te desen 



sculdich drie scachle, i pare hantscoen ende i pare witter sporen. 

Item, te deisen lene plach toe te behoome x ymeiten tands in 
Moorkerke, dewelke van langhen tiden hierof ghespleiten sijn , ende 
vercocht. 

A la marge du premier on trouve la noie suivante, en écriture 
du XIV* siècle: Dit es vermeerst bi assenle van onsen gheduchten 
heere, ende kern es gheconsenteirt de ooghe justicie te hondene in 
leene vander vorseider Zede, ten verlieve van x lib. par. 

(1) Dans Ia copie: Adelein de Witte. 

(2) Mesures de bonniers. 

(3) Dans la copie: Jhan de Corte, f^ Jhans. 

(4) Addition d*une autre main, mais de la môme époque, dans 
la minute. 

(5) Cet article est iracé dans la minute, comme faisant double em- 
ploi avec celui qui se trouve à la page 278. 

(6) Dans la copie: Gillis Coppin, over Lamsin Scerebaert. 



282 
leene behoord *i dienst mansccip (1), ende *( wellioodsccip (9j 
vander castclrie vao Y pre; item hiertoe behoren ii man- 
sceipen staende ter bestcr vrome (3j. 

Hanxeeim vin KiLBBEM , F* PiETBRS (4) , een leen van viii s. 
1111 d. par. *sjaers in rudderpenninghen, h'gghende in diversceo 
prochien; eude te deisen leene behoord de mate vaader 
roede (5) also verre als zoe strect in*t sceipendom van Ypre 
ende vander castelrie ; ende staet dit leen voorseit te vallen 
cope ende van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide {6). 

JoKCVHOUWE Kateline *s Medems (7) , een leen groot vi ^ 
par. 'sjaers in rudderpenningheu , ligghende in de prochien 
van Docsinghe ende vanden Briele , fYpre ; ende staet ter 
bester vrome ende van dienste trauwe ende wareide. 

JONCVROl'WE MetNE VAM LiCUTERVELDB, JOOS VAHDEM BerGHB 

WIJF (8j, een leen groot x ^ par. *sjaers in rudder- 
penninghen ligghende inde prochien van Boesioghe, van- 
den Briele, van Sint-Jacops ende van Sint-Jans; ende staet 
te vullen cope ende van dienste minen here trauwe ende 
wareide. 



(1) L'hommage du service. 

(2) Le souhait de bienvenue dans la Châlellenic. 

(3) Dans la copie: Macs Coppin tenet. 

(4) Ibid: Pieter van Zinnebeike. 

(5) Le mesurage de la verge. 

(0) Dans la copie; Andries , sijn zone, es ervachtich. 

(7) Ibid.: Mer Jacob Belle, over Joncfromvc Katelinen 's Medems. 

(8) Ibid.: Franskin de Wecrt,f> Jacobs. 



28" 



IN LANGHEMAERC. ^ol. 3 v». 



Andrics Broederi ah (1) , een leen gheheeten Craybeike, met 
I.XX yroete lands dertoe behorende, ende staet te vullen 
cope ende van dienste den hcre traawe ende wareidc ; ende 
hiertoe behoren de boeten tote m ffi", de bastaerd ende 
de vond, ende ene mansceipe van mi lincn lands, die staet 
ter bester vrome. 

Jan vakder Veste, een leen gheheeten ter Veste, met 
XLi ymeite lands ende iiii fi par. 'sjaers in renten , staende 
te vullen cope, ende van dienste minen here trauwe ende 
wareide; ende hiertoe behoren de boeten tote iii ^ ende 
datter toebehoord , ende xviii manceipen , de x staende 
te vullen cope ende de viii ter bester vrome. 

MuN HBRB DiEDERic VAN Watervlibt (2j, cctt Iccn Ugghcnde 
in Langhemaerc, in Merkeem ende in Rosebeike, dafs te 
weitene ene steide (3) met xiiii ymeite lands dertoe beho- 
rende,, ende v fi^ par. *s jaers in renten , ene tiende werd 
xu ti par. *sjaers, ene vuile vierscare, pit ende galghe 
ende datter toebehoord, de boeten tote lx ^ par. ende 
derouder , staende te vullen cope , ende van dienste trauwe 
ende wareide minen here vorseit; ende te desen leene be- 



(1) Dans la copie: Walrave van Massemine. 
(-2) Ibid.: Jhan vanden Berghc. 
(Ô] llabilalion, manoir. 



2S4 
boren xl mansceipen , de xx te vnllen cope ende d*aDdre 
XX ter bester vrome. 

Claikiü , DE wEEiE Jacops Waleh (1), 6611 leeD van iiiijmeïte 
lands, ende staet te bester vrome, ende van dienste deo 
bcre tranwe ende wareide. 

BouDEü Remi (9), een leen [ligghende] in Langhemaerc eode 
in Bozebeike , groot xxii s. (3) *sjaers in rndderpenningheo 
staende ter bester vrome, ende van dienste tranwe ende 
wareide. 

FoK 6. De >i^EiDEwt BouDENs ScEiLEWEN (4), een leen groot xxii ymeite 
winnenslands (5), en c en i ymete veldlands (6) in Passceo- 
dale, bede in ene manscepe, staende te vullen cope ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide; ende 
bierute gaet (7) van tienden de xxxu'^ scoof (8). 

Jhan Priem (9) , een leen groot v linen lands ende xxxvi 
grote *sjaers in rudderpenuingben, ende ene tiende nu ver- 
huerd nu s. grote , al in ene mansceip staende ter bester vrome, 
ende minen here vorseit van dienste trauwe ende wareide. 

Femce Waneaerd, een leen van xx s. (10) par. 'sjaers , staende 



(1) Dans la copie: Ghilein vanden Heede. 

(2) Ibid. Pieler de Gay, 

(3) Ibid: xxu groeU. 

(i) Ibid.: Mer Jacob Belle. 

(5) Terres productives, labourables. 

(6) Terres en friche. 

(7) Rapporle. 

(8) Gerbe. 

(9) Dans la copie: Chrisliaen Priein. 
(10) Ibid.: XX grote. 



285 

ter bester yrome, ende van dienste minen hère vorseit trauwe 
ende wareide (1). 

Francs Bbobderlam {% houdt in leenc eene stede met xxiiii 
ymete lands litel min of meer, ende daertoe behoord ene 
▼ierscare vul (3) ende de boeten tote in fig* ende datter toe- 
behoord, ende xxiiii raziereu evenen *sjaers, ende staet 
te vullen cope ende van dienste minen here trauwe ende 
wareide , ende te deiden leene behoren v mansceipen daerof 
dat de ii staen te vullen cope ende d'andre m ter bester vrome. 

Joos VAN Straten houd eene vierscare in leene, ende 
daerop hi heift boeten tote m ^, den bastaerd ende den 
vond, ende daertoe behord iii ti xim s. par. *sjaers in 
gheldrenten (4),~en dit leen staet ter bester vrome, ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide (5). 

BouDEN Bemi , een leen van lv s. par. *sjaers ende i vuile 
▼ierscare dertoe behorende , de boeten tote iii ffi ende der 
onder, de bastaerd ende de vond, ende staet te vullen 
cope ende van dienste, trauwe ende wareide, ende hier* 
toe behoren n manscepen, bede van vullen cope; Heen 
gheld Bondene vorseit i pare scapinen anscoen (6j up den 
Niewedach (7), 't ander u d. up den Cinxedach (8). 



(t) Dans la copie.: Jlian Meeze tenet. 
(3) Ibid.: Loy Broederlam, 
(3) Tribunal complet, 
(i) Rente en numéraire. 

(5) Dans Ia copie: Pkter van Penen; Daneel Konijn, 

(6) Gants en peau de mouion ou d*agneau. 

(7) Nouvel an. 

(8) Dans la copie: Jhan vander Kengeborch houdet nu in leene. 



286 
Fol. 6to. Bacchblin vanden Walle (1), cen leen groot xxviii ymeîte 
lands litcl min of meer, ende hiertoe behoren boeten tote 
III 9 » ende es sculdich minen hère i pare sporen 'sjaers , 
ende staet te vnllen cope , ende trauwe ende wareîde minen 
hère ; ende hiertoe behoren xi mansccpen staende ter besfer 
▼rome. 

Jan de Clerc {i) , houd een leengoed groot v banre lands , 
litel min of meer metgaders eere sterde diere tocbehort, 
ende de boete tote lx fj^ ende deronder, de bastaerd ende 
de vond; ende te deisen lene behoren v rasieren evenen 
*8 jaers, Ypersee mate tiende evcne ; item so behoren dertoe 
XIII manscepen, danof dat de ii staen te vullen cope ende 
de XI ter bester vrome ; ende dit leen staet te vullen cope, 
ende es sculdech van dienste minen here van Vlaendre 
trauwe ende wareide (3;. 

Riquards wijf van Straten (4), een leen groot xiiii jmeie 
lands , litel min of meer ; ende staet dit leen te vullen cope 
ende van dienste , minen here van Ylaendre , trauwe ende 
wareide ; ende hiertoe behord , in gheldrenten , xxviii s. 
par. (5). 



(1) Dans Ia copie: Jhan van Woumen, 

(i) Ibid.: Jacob de Wanker, over Jhan den CUrcus. 

(3) Ibid.: Beinrijc Wankaerd debet ende niet verliefl 

(4) Ibid.: Fence Wankaert, over Rikewaerls wijf van Straten, 

(5) Ibid.: Passchier de Monec debet ende niet verlieft. — Les deux 
articles qui précùdenl ne se trouvent pas inscrits ici dans la minute; 
on les voit à la fln du registre» f* 10, après la rubrique Oukefie 
et sous la dtîsignaiion : Item in Langhemarc. C'était une omis- 
sion, h laquelle» pour plus de rc^gularilc, nous avons cru devoir 
rcinóüicr. 



287 



IN MERCHEEM. 



HuGHE DB Heijrtbrk, 6611 leen groot un ffi xv 8. par. 'sjaers 
io peonincrenten , staende ter bester vrome ende vau dienste 
tranwe ende wareide minen bere van Ylaendren (1). 



IN STADEN. 

Vrauwb Stassie van Morslbdb , VAAUWE VAN Staden , een 
leen, 'theerscep (2) van Staden, in al den gbelagben dat 
ghelegben es (3), ende mach wet doen (4) van allen zaken 
die te wette behoeren met mannen (S) ende met scepenen ; de 
mannen balen baer boft (6) tTper, ter Zale (7), ende scepen 
bare booft voer scepenen vanden Vrjen (8) te Brugghe» 
ende staet te vullen cöepe. 

Francs ds Witte, een leengoed groot mi ymeite lands 
ende i tiendekin liggbende np ii ymeite lands ende v in- 



(I) Dans Ia copie: Jhans dochter vanden Kerchove houdel, 

(3) Seigneurie. 

(3) Appcndanccs ou dépendances. 

(i) Faire justice ou loi. 

(5) Hommes de fief. 

(6) Juge ou président. 

(7) Salle ou chàlcllenic d*Vprcs. 

(8) Franc de Bruges. 



Fol. 7. 



288 
gebce in gheldrenteo, ende staet ter bester vrome ende 
van dienste minen hère vorseit tranwe ende wareide (1). 

Jaiebabed van Lichtbetildb , F* Louis, een leengoed van 
XI s. paris. *sjaers in rudderpenninghen siaende ter bester 
vrome, ende van dienste minen hère vorseit trauwe ende 
wareide (2j. 

Jàcop dk 6lsscer£, een leengoed groot x linen lands, 
staende ter bester vrome , ende es sculdich van dienste minen 
hère vorseit trauwe ende wareide (3). 

FtNCE Wankaerd, een leengoed groot xxxii hoed eivenen 
'sjaers ende xxv s. par. *sjaers in gheldrenten ende een tien* 
dekin ghevaluweerd (4j up vi 1g par. 'sjaers; ende biertoe 
behoord ene vuile vierscare ende de boeten tote m ^ ende 
datter toe behoord, ende staet te vullen cope ende van 
dienste minen here vorseit tranwe ende wareide, ende te 
desen leengoede vorseit behoren iii mansceipen staende ter 
bester vrome (5). 



(1) Dans la copie: Pieler Heins Lenet; Lauwers Daneel, 

(2) Ibid.: Jhan Andries tenct. 

(3) Ibid.: Jhan Droom lenet, 
(i) Évaluée. 

(5) Gel arlicle a été omis ici dans la copie, mais le s6ribe fa 
inséré plus loin sous la rubrique: Hogheleide ; oa lil à la fio: Guil'- 
lame Scarlaken. Après on trouve rindicalion d'un fief, donl il n'est 
fait aucune meniion dans la minute; Tarticle qui s'y rapporte est 
conçu ainsi : Pieter Damaerc houd een leen ligghende bider kerke 
van Staden, groot xix buundre, Hiel min of meer- A la marge il 
est écrit: niet te registre. 



289 



IN ZINNEBEIKE. 



Jan van Mobrekrkb houdt io leene, vao minen here vorseit, 
ene stede metgaders xxxviii buunre eude i jmet, onder- 
water , busch ende winnende land , ende biertoe behoren 
Lxxiiii rasiere eivenen 'sjaers Ypersce maten ; item viii s. 
par. 'sjaers in gheldrenten; item xvi^/2 capoenen (1 ) 'sjaers ; 
item XVII hennen ende i vierendeel van i henne 'sjaers ; item 
c VIII V2 eyeren 'sjaers ; item 1 vierscare ende laten (2) , pit (3) 
ende galgbe, ende datter toebehoord; ende dit vorseide leen- 
goed staet te vollen cope, ende van dienste minen here 
vorseit traawe ende wareide ; ende te desen vorseiden leen- 
goede behoren vii manscepen daerof dat de 11 staen te vullen 
cope, ende d'andre v ter bester vrome {4j. 

Jan DB Blonde , een leen groot xxv V2 ymcte lands , litel 
min of meer, ghebeeten Sturen Hof y met xlv s. ende vii 
d. par. in rudderpenninghen 'sjaers, dertoe behorende, staende 
te vullen cope, ende van dienste minen here trauwe ende 
wareide (5). 



(1) Chapons. 

(2) Tenanciers. 

(3) Puils, fosse; supplice ordinairement réservé aux femmes, 
(i) Dans la copie: ifij» vrouwe, mer Robbrechls wijf van Leive- 

gheem. 
(5) Ibid.: Mer Jacob Belles wijf leneL 



290 



Fol. 7 \-o. IN PASSCENDALE. 

Boudin Tirnixc, een leen houdende xvi buunre, onder 
winnende land , busch , water , veld ende datter toebehoord ; 
item ene tiende werd xv gondine (1) 'sjaers; item xii ymeite 
lands die ii van zinen laten houden in pachte ende ghelden 
zzxvii 8. par. ende im capoenen 'sjaers; item xiiii ymeite 
lands, *t welke gheld xii d. par. 't ymet; item m bnnre lands 
ligghende in Risselambocht , ende de boeten tote m Wl 
ende verleend de vorseide Bonden scepene jeghen den bail- 
gia(2) vanYpre; ende staet te vullen cope ende van dien- 
ste minen here vorseid trauwe ende wareide. Ende te desen 
leene behoord ene mansceipe van enen buunre lands ende 
gheld den ervachtighen ene pare hanscoen 'sjaers (3). 

WouTfiR Haslfcit houd in leene ene tiende » np ene quan- 
titet van lande , ligghende in*t Oostende van Passcendale » 
dewelke nu verpacht staet xxiin fg par. 'sjaers, staende 
dit vorseide leen te vullen cope, ende van dienste minen 
here trauwe ende wareide (4). 



(i) Pièces d'or (florins d'or?). 
(3) Bailli. 

(3) Dans la copie: Wouter Ternijnc tcnet. On a inlorcaló , à la suite 
de cel article, Tannotalion, que voici: Diederyc Crabbe houd een 
[ken] groot xxii ymeite lands staende te vuile cope. — Elle ne se 
trouve pas dans la minute, et est précédée, à la margo, de cette 
remarque: DU ne staet met in dcn registre. 

(4) Dans la copie: Jhans Vremden zone, van Aelst, lencL 



291 
Jam de Caes, een leen groot xiii ((} ymeite lands staende te 
vollen cope ende van dienste minen here vorseit trauwe 
ende wareide (3). 

BoKGiEE VAN pASSCENDALE houdt een leengoed daer hi woond , 
dat's te weitene de steide met c ymete , onder basch ende 
land, ene vierscare daer hi np helft pit ende galghe; item 
hier toe behoren zxxv capoenen 'sjaers ende iii ^ xii s. 
*s jaers in pennincrenten ; ende dit leen staet te vullen cope , 
ende van dienste minen here vorseit trauwe eu de wareide ; 
ende te desen lene behoren vii mansceipen, daerof dat Fol. 8. 
de ene staet te vullen cope, ende d'andre vi ter bester 
vrome ; vanden welken vi , de ii mansceipen staen te dienste 
van Roegeer vorseit, te comene, als mijn here van Ylaen- 
dren orloghe hei ft , met enen paerde van z |g^ ende met 
enen halsbeighe (3). 

Item , Roegeer van Passcendale vorseit , een leen houdende 
L ymete , onder busch ende ander land , ende daertoe beho- 
ren 11° X hennen, xii ganzen, ende xxxix s. par. *sjaers in 
pennincrenten ; ende dit leen staet te vullen cope , ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide (4j. 



IN ROZEBEIKE. 



llciNRic VAM Henau, cou Iccu houdcude lx ymete lands, 



(1) Dans la copie: xuii ymeiUn, 

(2) Ibid.: Jhan Slyp tenet. 

(3] Haubert, harnais. — Dans la copie: Wouler van Passcendale 
tencL 

(i) Dans la copie; Wouter van Passcheiiddle icnci. 



292 
ghelast mei zxiiii par. enrelicker renten *sjaers, diere 
Kerstoffels van Scoten up heift, daerof dat hi es mao (1) 
mins heren van Vlaendren; ende hierup heift de vorseide 
Heinric de boeten tote iii t£ , te innene (2) met sceipenen van 
Yperambocbt , den bastaerd ende den vond , ende staet te 
vnllen cope ende van dienste minen here vorseit tranwe 
ende v^areide (3). 

KiasTOFFELS VAN ScoTBN , oon leen van xxiiii ti par. ^sjaers 
ligghende ende bezet up lx ymete lands , toebehorende Hein- 
rike van Henan , staende te vullen cope , ende es scaldich 
minen here vorseit trauwe ende wareide (4). 

Jan Bitbvoi , een leen groot xiiiii jmete lands , litel 
min of meer , met ere stelde, dertoe behorende xlix s. x d. o. 
*sjaers in renten ; item , xxv hoenre (5) ende xii*** deel van 
I hoene *6jaers; item xxiii havot (6) [eigene] ende i der- 
dendeel havods 'sjaers; item ene vierscare ende de boeten 
tote III H ende deronder , staende te vullen cope » ende van 
dienste minen here vorseit trauwe ende wareide ; ende hier- 
toe behoord i manscepe (7}. 

Fol. 8 vo. Willem van Ylkinikb , een leen groot xii s. par. *sjaers 
in rudderpenninghen » staende ter bester vrome ende van 
dienste minen here vorseit trauwe ende wareide (8j. 



(I) Homme de flef, vassal. 

(J) Faire renircr. 

(3) Dans la copie: Willame Slyp tenet. 

[A] Ibid.: Pieter van Scoten ieneU 

(5) Pouleis. 

(6) Mesure de capacité. 

(7) Dans la copie: Meeux Bitevox tenet. 

(8) Ibid.: Lodewic Wicke tenet. 



293 

Mer Jan van Morsledb, een leengoed dat's te weitene 
de steide ter Heide met xviii buunre lands litcl min of 
meer dertoe behorende ende ene vierscare ; ende daerup hi 
heift pit ende galghe ende de boeten tote lx f^ ende datter 
toebehoord, ende vii t& par. 'sjaers in gheldrenten, ende 
staet te vullen verlieve, ende van dienste minen here vor- 
seid , trauwe ende wareide ; ende te deisen leene behoren 
TI manscepen, daerof dat deene m staen te vullen cope ende 
d'andre ni ter bestcr vrome (1). 

Lamkin van Rozebeikb, een leengoed, dat's te weitene ene 
steide met xiii bunre lands ende xii ^ par. 'sjaers in gheld- 
renten en c capoenen; item ene vierscare daertoe dat be- 
hoord , pit ende galghe ende de boeten tote lx ^, ende 
staet dit leen te vullen cope ende van dienste minen here 
vorseit trauwe ende wareide, ende hem te dienne (2) te 
sinen orloghe up sinen cost , ende te deisen leene vorseit 
behoren xli mansceipen , daerof dat de xvii staen te vullen 
cope ende d'andre xxiiii ter bester vrome (3). 

Item, Lahein van Rozeblike vorseit houdt in leene xviir 

s. par. 'sjaers in rudderpenniughen staende ter bester 

vrome ende van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide (4). 



{!) Dans Ia copie: Niet verliefl, 

{Î) Servir. 

(3) Dans la copie: Willem Slyp lenel. — A la suile de cel article, 
on en trouve un autre dans Ia copie; il a été tracé, el est précédé 
à la marge de ces mots : Dit ne staet inden registre niet. En voici le 
texte: Louis van Lichtcrvclde , i leen groot nu s, 'sjaers, staende 
ter bester vrome, tigghende vpden Sloc Vivcre. Jaquemaerd, sijn 
'zone, houdet; niet verlief t. 

(-4) Dans la copie : Jhan Boniin tend. 

H, 22. 



294 
Jan Dl Bode (1), een leen ghehectcn Woed te Uenau, 
werd xxiiii 9. par. 'sjaers in gheldrenten «nde xzx bavot 
Fol.9. eivencn "sjaers, ende dit leen staet ter bcster vrome ende 
Tan dienste minen here vorseit trauwe ende warcide ; ende 
te desen leene behoren ▼ mansceipen, de ene slaende te 
▼nllen cope ende d'andre 1111 ter bester vrome (2). 

Louis van Lichtbrvkldi , f*. RoEGiERy een leen groot vii 
ymete lands » ende staet ter bester vrome , ende vau dienste 
minen here vorseit trauwe ende wareide (3j. 



IN NIEÜKERKE. 

Jan van Bolcholt , een leen van xi hoed eivencn , 
ene viertale (4) min, Roussetarsce mate *sjaers, ende 1 
tiendekin van l s. par. 'sjaers; ende hiertoe behoren de 
boeten tote 111 ^ ende datter toebehoord, ende staet te 
vallen cope ende van dienste den here trauwe ende wa- 
reide (8). 

Jan DB Vos, een leen groot xiiii ymeite lands staende 
Ie vullen cope, ende van dienste minen here vorseit, trauwe 
ende wareide (6). 



(1) Dans Ia copie: Daneel de Bode, 

(2) Ibid.: Jhan Pauwcis hotidet; Mcr nobrccht vander Vale, 

(3) Ibid.! Vktoor tenet. 

(4) Dn quarlaul. 

(5) Dans la copie: Jane Bontins tenct. 

(6) Ibid.: Mijn joncvrouwe, here van Mcerckcem wedcwe, 

houdet. 



295 

Pauwels de Scouteten, een leen dafs eoe sieide met 
xxiiii ymete lands ende hiertoe behoord een (iendekin ghe- 
valueerd up m t^ par. 'sjaers ende y hoed eivenen 'sjaers 
ende v s. par. 'sjaers in gheldrenten ; ende hierup behoren 
de boeten lote m ^, bastaerdegoed ende vond; ende staet 
dit leen te vullen cope , ende van dienste minen here vor- 
seit tranwe ende wareidc (1). 



IN HOGHELEIDE. Fol.9vo. 



Jam vanden Hbede (2) houdt in leene ghezuoren landmeiter (3) 
te zine in't oostambocht, van Yperambocht ende staet te 
verlieve, als het verandert, met enen roden valke (4), ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 

Wouter Colin (5) een leen houdende v ymeite ii linen 
lands ; ende bider vriheide vanden leene so es de vorseide 
Wouter ervachtich ontfanghere (6) van m^ lv ymeite lands, 
mijns heren van Vlaendren, toebehorende den spikcre van 
Ypre , ende staet dit vorseide leen ter bester vrome , ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 



(1) Ge fier esl inscril dans la copie; mais il s*y trouve sous Ia 
rubrique Langhemacrc. A Ia fin de rarlicle, on lil: Joos vander 
Kercsieide, 

(2) Dans Ia copie : Jhan de Meedem, 

(3) Géomèlre juré. 

(4; Faucon rouge ou roux. 

(f)) Oans Ia copie: Meester WouUr Colyn. 

(6) Receveur héréditaire. 



296 
BoEGiKR TAN KsscBi , ecD leeDgoed van iiii ymeite lamls (i) 
staende ter bester vrome ende yan dienste minen here trauwe 
ende wareide (2). 

Willem Scarlailn (3), een leengoed van xii s. vi d. par. 
"sjaers, ligghende up de hofstede daer Lammin de Gorte woond, 
metgaders andren lande ; ende te desen leene behoord 72 jmet 
lands dat was Griele Storems; item v linen lands dat Jhan 
Vriend verchenst hei ft (4) ervelicke , ligghende in vele per- 
celen omme xxii s. par. sjaers, in denwelken chens de vorseïde 
Jhan verbonden (5) heift ene line lands; item iiii lioen 
lands , die Clais de Nordhere verchenst heift crvelike , lig- 
ghende in vele percelen omroc xviii s. par. 'sjaers, daerin 
dat hi alse ghelike verbonden heift i line lands; ende staet 
van verlieve ter bester vrome ende van dienste minen herc 
trauwe ende wareide. 

Fol. 40. ^^N VANDER Uawe (6), ecn leen van vin 72 hoed ruwer 
evenen (7), Roesselar mate, ende lu s. i d. in ghelde 'sjaers; 
item I vierscare ende de boete tote m t^ ende derondcr, 
staende te vullen cope ende trauwe ende wareide minen 
here; item xxiii niansceipen, de ii van vullen cope d*andre 
ter besier vrome. 



(1) Dans la copie; iiii '/i ymeilcn lands, cmk i.xix roeden. 

(2) Ibid.: Meesier Lamsin de Brecde Icnct, 

(3) Ibiil.: Jhan van Hmau, cl en marge: Mi t verliefd. 
(i) A donné îi cens ou u (Terme'' 

(5) Enclavé. 

(0) Dans la copie: Jlian de Brune. Cet arlidc y csl renseigna 
sous la rubrique: Stoden, 
(7) Avoine noire. 



297 



IN ROESSELARE. 



Clais vander Sleehaghb (i), eeu leen giieheeten de Muelne 
Wal, groot XI linen lands , ende staat ter bester vrome eude 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 



IN KAECTHEEM. 

BouDEN VAN UiNCETTEs (2), dien men heet Càrdoen, houdt 
een leengoed groot, onder basch, land ende mersch xxxii 
buunre litel min of meer ; item lxvhi rasieren ruwer evenen 
'sjaers ; item vi V2 ^ par. 'sjaers in gheldrenten ; item x ca- 
poene 'sjaers ; item ene tiende ghevalueerd xviii ^ par. *sjaers ; 
item in Hogheleide ix raiiere ruwer evenen 'sjaers; item 
in Houkene 111° ix rasieren evenen , alsulke als 't land dra- 
ghet (3) diese sculdich es, ende in gheldrenten xxiii s. 
par. 'sjaers; item ene tiende ghevalueerd xxii ^ par. 
'sjaers; item ene vuile vierscare mids (4) enen sceipenea 
diere joncvrouwe Yde van Erlegheem in maect;ende daer- 
toe behoord pit ende galghe, ende de boeten tote lx tü 
ende deronder; ende alle dese percelen houdt hi in 1 man- 



(!) Dans Ia copie: Jorys vander Slehaghe, 

(2) Ibid.: WilUfn de Toolnare. 

(3) Porie, produit. 

(4) Sauf. 



298 
sceip, ende staet te vullen cope, ende van dienste miDen 
bere vorseit trauwe ende wareide; ende hiertoe behoren 
XVII mansceipen, daerof dat de t staen te vullen cope, 
ende d'andre xii ter bester vrome of falven cope. 

Fol. iOv. JoNCTKOuwB Yor VA!f Erlechem(I), een leen ghebeeten 
te Mezegheem, houdende onder busch, land» ende mersch, 
XLU buunre litel min of meer ; item ix rasiere ruwer evene 
*sjaers ; item vii s. xi d. par. *8jaers in gheldrenten ; item 
ene tiende ghevalueerd l ^ par. *sjaers; ende maect inde 
vierscare Boudens van Hingettes vorseit; enen sceipen Tan 
haren laten ; ende es sculdich met diere selver vierscare 
innen dat onder dit leen ghevallet (2) ; ende staet dit leen 
te vullen cope , ende van dienste minen here vorseit traawe 
ende wareide. 



IN LEIDIGHEEM. 



Jan van Moerkerie (3), een leen dat men heet U Goed 
te Watene, tenwelken behoren xviii rondde (4) evenen 
*sjaers van denwelken den xvii mudden volghen ii d. par. 
eiker rasiere ; item xi t^ xvi s. x d. par. 'sjaers in gheld- 
renten; item LX capoene *BJaers; item dermeide volghende 



(1) Dans Ia copie: Bier Willem van Haelwyn. 

(2) Compèle. 

(3) Dans la copie: Roeland van Halcxvin. 

(4) Mulds. 



299 

V s. par. 'sjaers ; item xxti ganzeo ende xii heunekinen (1) 
'sjaors; item te descn leene behord, onder land ende water, 
xii*" lands, ende hoghe heerscep ende neider (2); item xx 
s. par. 'sjaers in erveliken pachte (3} ; ende dit leen staet 
te vullen cope» ende van dienste minen hère vorseit traur 
we ende wareide; ende te desen leenc behoren ix mans- 
ceipen daerof dat de un staen te vullen cope , de m elke 
te XL s., ene te x s., ende eue t'alven cope. 

Lot van Zoutemi (4), een leen groot xi buunre lands, 
mids ere hofsteide (8) diere toebehoord; ende hierup hi 
heift tolne ende vond, ende de boeten tote m ti; ende 
staet te vullen cope, ende van dienste trauwe ende wa- 
reide den her e. 

Jan Ybfiin , een leen inde prochie van Leidigheem ende 
van Mortale (6) , dat*s te weitene v mansceipen die men van ^ol* ^^* 
hem houdende es, daer[of] dat de ii staen te vullen cope, 
ende de iii staen ter bester vrome; item hi heift ix d. 
par., in pennincrenten 'sjaers; item hi ende zine manne 
hebben ene vierscare van haren ghemenen laten (7), ende 
tolne ende vond, ende de boeten tote m tR; ende staet 
ter bester vrome ende van dienste minen here vorseit 
trauwe ende warelde. 



(I) Poussins. 

(â) naulc el basse seigneurie. 

(3) AfTcrmage héréditaire. 

(4) Dans la copie: Pieters wijf vanden Damme. 

(5) Censé seigneuriale. 

(6) Dans la copie; Morsele. 

(7) Tcnaucicrs ordinaires. 



300 
Willem tandir Assblt, een leen dat's te weitene eene 
tiende ende m fi xiii s. vi d. par. in gheldrenten 'sjaers , 
ende hiertoe behoren laten , ende ene vierscare van vu 
sceipenen , ende de boeten tote iii ti ende der onder ; 
ende staet dit leen te vollen cope, ende van dienste mi- 
nen here vorscit trauwe ende wareide. 



IN WORSLEIDE. 



Hbinric Kblgbweel (1), een leen groot xxii '/2 rasiere 
ruwer evene sculdmate (2), ende i d. met eiken vate ; 
item zxznii d. par. in gheldrenten 'sjacrs; ende te desen 
leene behoren de boeten tote m Vi, de bastaerd ende de 
vond, ende staet ter bester vrome, ende van dienste den 
here trauwe ende wareide. 

Jan Verkin, een leen groot een mudde evcnen 'sjaers 
hofmate (3) , alsulke eivene als hem zine laten sculdich zijn ; 
item UI s. par. 'sjaers in gheldrenten ; ende hierop hi 
heeft tolne ende vond ende de boeten tote iii fi^; ende 
dit leen staet ter bester vrome , ende van dienste den here 
trauwe ende wareide. 

Fol. 11 v». Item , Wodter van Morsleidb houd in leene , eerst de 
steide te Morslede, houdende onder land, busch ende 
mersch lviii buunre ; item iu gheldrenten lxvi f? par. 



(I) Dans Ia copie: Willem van Overdricsch, 

(-2), 



^ Mosiircs convcnlionncllcs ilc i'c'poqiu'. 



301 

sîaers; item in evenrenten 'sjaers c viii vaten yhoopt (1); 
item xxviii sleeke (2) vaten 'sjaers; item taerwe maten 
XLiii Va 'sjaers ; item lx capoene; item clx hoenre *sjaers; 
item ene steide , die men heet Buunre , houdende xvi bunn-^ 
re lands; item te Passcendale xii buunre lands; item in 
gheldrenten xvii f^ par. *sjaers; item vii hoed eivenen 
*sjaers; item lx hoenre 'sjaers ; item, te Hardoye, xiiii hoed 
eiveoen 'sjaers , in gheltrenten xxi s. par. 'sjaers ; item , te 
Maldigheem iiii ^/^ ^ par. 'sjaers in gheldrenten ; ende te 
desen leene vorseit behoren m vuile vierscaren ende pit ende 
galghe ende deronder, dat's te weitene d*eene vierscare te 
Morsleide, d*andre te Passcendale, ende de derde te Har* 
doye ; ende al dit goed houd Wouter vorseit in ene mans- 
ceipe, ende staet te vullen cope, ende van dienste minen 
here vorseit trauwe ende v^areide ; ende es te weitene dat 
te desen leene behoren xiii mansceipen staende elc te vul- 
len cope ; item xx mansceipen onder te alven cope , ende 
ter bester vrome; ende van al desen mansceipen es men 
Wouterc vorseit sculdich, als mijn here van Vlaendren opene 
orloghe heeft, ii paerde omme zijn harnasch te voerne (3); 
item ene pare hertine handscoen (4), ende v pare scapine 
handscoen elcs jaers. 



(1) Pleines. 

(2) Presque pleines. 

(3) Transporler. 

(4) Gants en peau de daim. 



302 



Fol. 12. IN BEIFSLARE. 

Mer Inghelram Hiuweel, een leengoed dat*s te weîtene 
eena steide met il buunre lands litel min of meer, onder 
bosch , mersch ende winnende land ; item ii° xixv hoed evenen 
*8Jaers; item in ghcldrenten xiiii tÊ zvii s. i d. par. *sjaers; 
item LXXY capoene 'sjaers , daerof dat metten slii capoenen 
yolghen , met elken sticke , m d. par. ; item xxxvi Vs hennen, 
ende metten xxxiiii volghen vi ejeren metten sticke; en 
bierup heift mer Inghelram vorseit, pit ende galghe» 
ende de boeten tote lx œ ende deronder; ende es te 
weitene dat, ap de mansceip van Sciervelde, daer mijn 
vrauwe van Steenhaus man of es (1), ende daerap dat 
soe heift de boeten tote m t?, so heift mer Inghelram 
vorseit de souvrainteit (2); ende dit leen staet te vullen 
cope ende van dienste minen hère trauvee ende wareide; 
ende es te weitene dat te deisen leene behoren xvii man- 
sceipen, daerof dat de viii staen te vullen cope, ende 
d*andre vu (3) ter bester vrome (4). 

IN ZEILEBEIKE. 
jHàN Broedbrlw (5), een leen hoadende l ymeite lands 



(1) Homme féodal, 
(â) Suzcrainelé. 

(3) 5m;, Dans la minute et dans la copie, quoique raddilion ne 
produise que xv au lieu de xvii. 
{A) Ibid., h la marge: Niet verheft, 
(5) La copie porte: Clais de Dere. 



303 

litcl min of meer» staende te vullen cope, ende es scondich 
minen here vorseit van dienste, trauwe ende wareide, ende 
V s. par. minen here vorseit over ene pare hanscoen *sjaers. 

Clais Belle (1), een leen dat men heet ten Waüe, FoLi^v». 
groot XLi ymeite lands, ende gheld bunrevaten, also de 
brief van mijns heren spikere van Vlaendren inhoudt; 
ende staet te vullen cope ende van dienste minen here 
vorseit trauwe ende wareide. 

Item, deselve Clais Belle (2), een leen dat men heet 
Scachterweighe , groot c ymeite lands ghelast (3) met zxxiii s. 
nu d. par. *sjaers in zwinen penninghen staende te vullen 
cope ende van dienste minen here vorseit trauwe ende 
wareide. 

Aernouo van Scachterweighe (4), een leen gheheeten 
't hof te Scachterweighe, houdende vii Vs buunre lands; 
item in gheldrenten vii ^[% s. paris, 'sjaers; ende staet te 
vullen cope ende van dienste minen here vorseit trauwe 
ende wareide ; ende te desen leene behoord eene man- 
sceipe (5). 

Jhan de Vroede (6) houdt in leene een tiendekin ghe- 
valeweerd xl s. par. 'sjaers; item, in gheldrenten l d. par. 



(1) Dans la copie: Jhan Belle. 

(2) Ibid.: Jhan Belle. 

(3) Chargé, grève. 

(4) Dans Ia copie: Béatrice van Scachterweighe. 

(5) Ibid.: Wijd Belle tenet. 

(6) Ibid.: Lamsin Laris, over Jhan den Vroeden. 



30 « 

'sjaers daerof dat gheld HGasthuus (1) t'Ypre up de macrct 
xzxii d. ende *fgasthuus van Sintc-Katelinen HYpre zviii d.; 
ende dit leen staet ter bcster vrome , ende van dienste 
minea herc vorseit trauwe ende wareide ; ende te desen 
leene behoord i manscelpe staende ter bester vrome. 

Fol. 43. Jam de Hanscoemarere , een leen houdende x ymeite 
lands met ere hofsteide, staende te vullen cope ende vao 
dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 

JuAN VANDEN EccuouTE (2) houdt ïu leeue de strate (3) die 
strect van Buebclins-Eke , zund tote den cruusbome bin- 
nen der prochie van Zciicbeike, ende dacr of hi ne heift 
niet, noch hi ne gheift niet. 

Item , deselve Jan vanden Ebchoute (4) , een leen groot x 
s. 'bjaers in rudderpenninghen , staende ter bester vrome, 
ende van dienste minen here trauwe ende wareide. 

JoNcvROu^'E Marie 'sYriends (5) houdt een leengoed 
groot XIII ymetc lands; item xiii rasiere evenen 'sjaers; 
item XVII capoencn 'sjaers; item x\i\ s. iiii d. paris, 'sjaers 
in gheldrenten , al binder prochie van Zeilebeike ; item , 
inde prochien van WyJscate ende van Meessine, xxxvi s. 
par. in rudderpenninghen 'sjaers; ende hierup zoe es 



(1) L*hôpilal de Nolre-Dame, 

(2) Dans la copie: Jacob vanden Eichoutc, 

(3) Roule, rue, chemin. 

(4) Dans Ia copie: Jacob vanden Eechoule, 

(5) Ibid.; Woubrechl van Hojsebeike, ovcr jonciroinve Marien 
's Vriends; cl à la marge: >'iet verliefd. 



305 

scutdich minen bere van Yiaendren eene pare scapine hans- 
coen elkes jaers te Middewintere ; ende dit leen staet te 
vullen cope, ende van dienste minen here vorseit trauwe 
ende wareide; ende es te weitene dat te desen Icene vor- 
seit behoren v muiiiicn de ii te vullen cope, de derde te 
XLVi s. ende xxiii capoçnen ; item de vierde te lui s. xi d. 
par., ende de vyfte ter bester vrome. 

Jan van Scoten (1), een leen van xlvi s. par. 'sjaers in 
rudclerpenninglien, ende staet ter bester vrorae, ende van 
dienste minen here trauwe ende wareide. 

Jhan van Zeilebeike (2), een leengoed, dat's te weitene FoL 13 v©. 
de steide met xl buunre lands, ende daertoe gehorende, 
ene vierscare ligghende inde prochien van Zeilebeike, van 
Houtheem ende van Ghelevcld, ende de laten ghelden m 
tè par. 'sjaers van renten 'sjaers ; item enen jocwech (3) gaen- 
de van den hove toter Comenstrale; item enen manpat (4), 
van den hove te Zeilebeike toto Meessine te paerde, ende 
dese twee weighe behoren den hove tote Zeilebeike ; ende te 
desen vorseiden leengoede behoord toe vri (6), hoghe ende 
neider ; ende dit leengoed vorseit staet te vullen cope , ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide ; ende 
es te weitene dat te desen vorseiden leene behoren xxu man- 
sceipen , daerof dat de x staen te vullen cope ende de xii 
ter bester vrorae. 



(1) Dans la copie: Michiel van Scolen; el ïi la marge: Niet verliefd. 

(2) Ibid.: Roeland van Zeilebeike. 

(3) Servitude d'un homme à pi<Ml. 

(4) Servilude d'un homme à clioval. 

(5) Franche juslicc. 



306 



IN HOLEBEIKE. 

BcDDCii Yin HoLEBEEB , 660 leeD , dat*s te wetene de stede 
te Holebeke mei xxxiiii buuore litel min of meer, onder 
bosscen, eisten (1) ende merscen; item zxziii rasiere witter 
eivene (2) *sjaers; item xl rasiere middel evene (3) siaers; 
item XL capoene ende zxii ganzen *sjaers ; item in penninc- 
renten ix ^ par. ende m ^ peipers (4) *sjaers; item i 
▼ierscare van scei penen, pit ende galghe ende ^rje justicie 
van allen zaken , ute gheleid de iiii hoghe yrechten ; 
ende dit leen staet te vullen cope ende van dienste minen 
here vorscit trauwe ende wareide ; ende te desen leene beho- 
ren IX manscepen , de iii staende te vullen cope , ende d'an- 
dcr VI ter bester vrome (5j. 



(t) Bois (l'aune. 

(2) Avoine blanche. 

(3) Moyenne avoine. 
(A) Poivre. 

(8) L*ariicle suivant a été tracé dans la minute, comme faisant 
double emploi; nous l'avons inséré ici à cause de quelques détails 
qui ne se Irouvenl pas dans la rédaction conservée: Bonden van 
HoUbeike, een leen, daV$ te weitene de stede daer hi woond, met 
'XXVIII buunre, onder land ende mersch; item xxiii «/« rasiere evencn 
sjaers; item lxxiii capoene; item i vulle vierscare; item in pen^ 
nincrenten xvii flf xvi s. par. 'sjaers; ende dit leen staet te vtdlen 
verlieve ende van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide; 
ende es te weitene dot te desen leene vorseit behoren un mansceipen 
staende ter bester vrome. 

A la suite de ce fief, on trouve celui-ci dans la copie: Pieter 
Gheerboode houd uute diisen leengoede voorseit c lib. par. 'sjaers 
staende Venen vullen verlieve van x lib. par., ende van dienste 
trauwe ende waerhetde. A la marge on lit: Non registre. 



307 



IN HOUTHEEM. p^,, j,^ 



Jan tanden Eecdoute, een leengoed van xxxii rasiere 
rogghen (1), i havot min» ende xxv capoene *sjaers ende 
bierup bi beift de boete tote iii f^» den bastaerd, ende 
den vond, ende staet te vullen cope, ende van dienste 
minen here traawe ende wareide. 



IN VORMEZELE. 



Jan van Lo houd in leene eene stede met c xl ymeite 
lands; item in eivenrenten eerst v"" ende xvi hoed sjaers; 
item in eivenrenten , die men heet voedermont , ix rasieren 
ende i havot 'sjaers; item in eivenrenten, die men heet 
Brabant eivne, xxii rasiere ende viii frekard 'sjaers; item 
xLviii capoenen 'sjaers ; item xxx hennen 'sjaers ; item vi'* (2) 
kiekine 'sjaers ; item vi boyers 'sjaers ; item m ffi par. 'sjaers 
in gheldrenten ; ende hiertoe behoord ene vierscare , lig* 
gbende inde vorseide prochie van Vormezele ende van an- 
dren diverscen prochien, dertoe behorende hoghe vriheide 
ende neidre, ende al dat te wette ende te vonnesse toebe- 
horen mach ; ende hiertoe behoren lxx mannen , daerof 



(1) Seigle. 

(2) La copie donne vu ' 



o08 

dut de XLiiii staen te vuUen cope , ende d'andre ter bester 
vrome ; *t welke leen staet te vulleo cope ende van dienste 
minen hère trauwe ende wareidc. 

Fol. fi V. Michel Queke , een leen van vins, v d. o. 'sjaers, ende 
iiii frekaerde ei venen 'sjaers in landscouden; ende up dit 
lecn hi heift pit en galghe , eude staet te vullen cope ende 
van dienste minen bere vorseit trauv^x ende wareide. 

Wouter Croeselin, een leen groot xz ymeite lands staende 
te vullen cope ende van dienste minen hère vorseît trauwe 
ende wareide. 

RoEGiEB VAN WoLMEH (\) ccn Iccn groot XL s. 'sjaers in 
rudderpenninghen staende ter bester vrome, ende van dienste 
minen herc vorseit trauwe ende wareide. 



IN FERLINGHEEM. 



RoEGii-R VAN LiCHTEHVELDE (2J , ecn leen, dat's te weitene 
de steide die men heet ter Mersch, dertoe behorende, 
onder land ende mersch, xv V^ buunre; item x havot co- 
rens *sjaers ; item xvii capoene 'sjaers ; item iiit ^ v s. 
par. in gheldrenten 'sjaers; ende hierap hi heift ene 
vuile vierscare, pit ende galghe ende boeten alseverre als 



(I) \Uns la (opic: Jhan van Wouviert; cl h la fin de rarlicle: 
Jhnn vanden Kerchove, /• Lois, 
(â) ibid.: Loy van Lichter velde. 



509 
sceipene ^isen moghen, ende staet te yullen cope ende 
van dienste minen here yorseit traowe ende wareide. 

Dems SdATTiN , een leen groot viii buunre ende een 
quartier lands , ende staet te vullen cope , ende es scoudich 
Tan dienste minen here vorseit trauwe ende wareide. 



IN DICKEBUSCH. Fol. 45. 

Kateline 'sPüods, Willems wijf van Kehle (1), een leen 
houdende x ymeite lands; item iii raisieren mouds ende 
xxxiii s. par. in rudderpenninghen 'sjaers ; ende up dit leen 
heift soe de boeten tote m ^, te inneue met sceipenen 
vander Zale tTpre, den bastaerd ende den vond; ende 
staet te vullen cope, ende van dienste xuinen here vorseit 
trauwe ende wareide (2). 



(I) Dans Ia copie: Lauwcrs van Kcmle. 

{i) Dans la minulc une autre main, que nous croyons cepen- 
dant de la môme époque, ou à peu près, a ajouté ces mots: Ende 
van disen voorseiden leene hevel Lanwers van Kemmele vercochl Wd^ 
lemme van den Heedc, ende een splete ghemaect , eerst m rasUnn 
moud$ ende xxxiii s. paris, 'sjaers in rudderpenninghen; ende up 
dit leen hevel de vorseide Willem boete lole m lib, te inne[nc] met 
scepencn vandcr Zale van Y pre, den baslacrl, den vont; ende staet 
dit vorseide leen te verlievene met un lib, ende staet te trauwen, te 
wareden. Celle note fait partie du corps de Tariicle dans la copie. 



ir, 23. 



SiO 



IN VLAMERTINGHE. 

Adelcin db Witte, een leengoed groot viii ymeite lands 
ligghende an den viver te Dickebusch , ende daertoe behoord 
in Toedermoate ende in gheldrenten tusscen den zxx s. 
ende den zl s par. *sjaers, ende siaet te vallen cope, ende 
van dienste minen bcre van Vlaendren trauwe ende wa- 
reide. 

Fol. 45v«. Sàhders van Douat, een leen groot vi ymeite ende lx 
roeden lands; item ii rasiere eivenen 'sjaers;item in gheld- 
renten *sjaers xx s. par.; ende staet ter bèster vrome, ende 
van dienste minen here vorseit trauwe ende wareide (1). 

NiCAERD EiDEWAERD (2), oon leen groot xi s. par. 'sjaers 
in rudderpenningheu , ende staet ter bester vrome , ende 
van dienste minen here trauwe ende wareide (8). 



IN NEIDER^'ARSTINE. 

Jaeemard VANDEN Valb , ccH Icen groot VII buunre ende 
lil quartier lands litei min of meer, daerin dat ziiie bioe- 



(t) Dans la copie: Mijn vrouwe, mer Joris Belles wijf, leneu 

i2) IbiU.: Clays Ystaes. 

(3) Ibid.: Ie mené dal Clais van Deïxscolen hond. 



311 
ders ende zustren hebbeo terdendeel, staeode te vullen 
cope ende van dienste minen here traawe ende wareide (1). 



[IN] OÜKENE. 



. Jban Gilliobm , 1 leen 't welke hi bout van minen heere 
van Ylaendre, xx boet ende m havot evenen, item i rasicre 
roggben; item zxxv s. vii d. o. pojtevjn, item c ende 
L eyers; item ix manscepen, de iiii te vullen cope, ii te 
halven cope, m ter bester vrome; item so mach Jhan vor- 
aeit maken van sinen laten ii scepenen , ende voort die hem 
meer gbebrekent, es hem mijn beere van Vlaendre sculdicb te 
leenenen als hijs te doene hevet ; ende voort so behoort den 
voorseiden leene^ up't beerscep datter toe behoort ende vont, 
bastaerde goet, de boete van m tt ende derondere; ende 
voort in ervenen , onder lant , mersch , bussche ende water, 
iviii bunder ende twee ymete , ende van dienste minen here 
trauwe ende waerbede (2). 



(1} lei se termine la minute originale; les deux rubriques qui 
suivent ont été ajoutées, d*üoe autre main, mais très-probable- 
ment à la môme époque; dans la copie elles sont du même 
scribe que le corps du rôle. 

(2) Dans la copie on lit Tarticle suivant, lequel a été tracé: Clays 
de Duerwa/ire houd een leen Uggkende bins der prochtj van Ysigheem, 
Et à la marge: Niel te registre. 



3lt 



rol. lü. IN SANDVOORDEN. 

Jan Stalpaert , van Werveke , hoad in leene eene hofstede 
gheheten Heeckenborch metgaders xv ghemeten een half lands, 
ghelast met zeker erveliker rente, gheldende in den spikre 
van Ypre, ende staet genoomt in den spikre up Uhof ie 
Struvins; voort soo es bij sciildich elkes jaers minen here 
een voederbojs ter bassecamere» ter Zale, of derover zx s.; 
dit leen staet ten relieve van z Wt ende es scaldich van 
dienste minen here trauwe ende waerhede (Ij. 



(1) On trouve en oalrc dans la copie, sous Ia même rubrique, 
un arlicle tracé, précédé à la marge, de la note: Niei geregislrert, 
et conlenanl ce qui suit: Hem Yictoor vanden Borne, houd in lene 
ende in mansceipen^ xx tt par, 's jaers, dewelke hi heifl vpden 
sptker van Ypre. 



313 



APPENDICE. 



COMPTES DES BELIEFS DE FIEFS 

DE LA 
POUR LE XlVe SIÈCLE. 



I. 
1366—1367. 

Rekeninghe HENRIC RICASSES vanden verlieven ghevallen 
bin Y pre ende Un Ypre-ambocht , zichtent de redeninghe die 
was in *t jaer LXVI, tote der redeninglie ghehouden te 
Brugghen in H jaer LXVIL 

Eerst, van Grielen 's Heurtbrs, Sohiers wedewb 
TAN Bavindahme, yan enen leengoede dat baer 
verstaerf vander dood van Hughe den Beurtere, 
haeren broeder, lïgghende bin Ypre-ambocbt , in 
de prochie van Langhemarc nu {^ xix s. par. 



314 
Item, Tan FiKct Wameardi, Tan eneo leengoede 
dat hi cocbte jeghen joncvrauweD Gatelinen, 
Boudins Scelewen wijf was, ligghende in de 
prochien van Langtiemarc ende van PasscendaU, 
bin Ypre-ambocht , al in ene manscepe. • • x ft par. 

Item» yan Marien» Jahs Brdnen wuf» van- 
den lene dat baer verstaerf vander dood van 
Janne vander Hanwe , baeren broeder, ligghende 
in Ypre-ambocht , binder prochie van Uogheleide. x ft par. 

Item, van Gillis Coppinb, vanden lene dat hi 
cocbte jeghen Maes Scerbaerde , ligghende in 
Ypre-ambocht, binder prochie van Boesinghe • m ft par. 

Item , van Woctbe Grabbih , van enen leen- 
goede dat hi cocbte jeghen meer Janne van 
Morselede, ligghende bin Ypre-ambocht, in de 
prochie van Passcendale x ft par. 

Somme : xixvu lib. xix s., daerof hem ghegheven 

in hoefschedeo, iii lib. ziz s. 
Dus blijft hi sculdich xxxiui lib. 



315 

n. 

1367—1368. 

Rekeninghe HENRIC RICASSEIS, vanden relieven ontfan- 
gken in Ypre ende in Ypre-ambocht, in BeUe ende in BeUe- 
ambacht, zichtent de redeninghe ghehouden te Brugghen in 
'tjaer LXVII, tote der redeninghe gheliouden te Keurtricke 
in't jaer LXVIII. 

Eerst, van Lamin Laris, vanden lene dat 
was Jhans 'sVroeden, liggbende in Ypre-ambocht, 
in de prochie van Zelebeike, Hwelie de voirseide 
Lammin by wette of wan over scalt, ontfaen xliiii s. iid. 

Item, van Diedbric Wankardb, van enen lene 
van xz s. *sjaers, liggbende in de prochie van 
Langhemarc, daerin dattene zijn vader ervede, 
ontfaen xz s. 

Item, van Jaam den Kbrel, van enen lene 
dat hi cocbte jegben Lampsine van Vleneke , Ug- 
gbende in de prochie van Langhemarc, ontfaen x s. viii d. 

Item , van Jhan Bellen , s'ber Niclais zone , 
van enen lene gbebeten te Scachtelweghe , lig- 
gbende in de prochie van Zelebeike, daerin 
dattene zijn vader ervede , bi causen van huwe- 
like, ontfaen x ft- par. 

Item, vandenselven Jhan Billen, van enen 
lene gbebeten ten Walle , liggbende in de pro- 



516 

cbie Tan Zelebeke, daerin dat hem zijn vader 

ervede bi causen van huwelike, ontfaen . . x {^ par. 

Ilcm, vaü J\rop Bellen , 's her Niclais zone, 
'.lil crh n It-ne il it hi rojlitiï jtïglien joncvniuwen 

\« otu II AnlriiS/ \ve>lt\vc van Lo/ ligglu*nde 
in i.c pro«.Lie vau Sihle-Jansj t'Vpre, ontfaen x ft par. 



Item, ontfaen in Belle-ambocht , ziclitent de redeninghe voerseü. 

Van France van Stracflen» van enen lene 
gliehctcn ter Groenre strate, hggliende in de 
prot'hie van Steen œerke, onder mintn here Pieters 
van Belle, 't welke den vorseiden Franren ver- 
ataerf vun der dood van zinen vader, ontfaen. z ft par. 

Somme van al den relieven vorseil: xtiii lib xiiii s. x d. 
Bicrof hem gheghcven , over zijn salaris nii lib. 
Dus blijft bi sculdich xxxii lib. xiiii s. x d. 



317 

in. 

1368^1869. 

Bekeninglie HENRIC RICASSEIS, vanden relieven ontfanghen 

in Ypre ende in Ypre ambochl, in Belle ende in Belle- 

arnbocht, zichtent de redeninghe ghehouden te Keurtrike 

in"t jaer LXVIII, tole der redeninghe ghehouden te Brug- 

. ghen in't jaer LXIX. 

Eerst, vaD Jhannb van Ruselede, Jhans zone, 
▼an den lene dat hem Yerstaerf van der dood 
van den Torseiden Jhanne, zinen vader, ligghende 
in Ypre-ambocht , in de prochie van Sinte-Jacaps. z tf . 

Item , van Casin van Biselb , van den lene dat 
hem verstaerf van der dood van Jhanne van 
Ruselede, Jhans zone, ligghende in Ypre-am- 
bocht, in de piocbie van Sinte- Jacobs ... z tS^. 

Item , van meer Gherardb van Massikinjie , van 
den lene dat hem verstaerf van der dood van 
den her Ândriese Broederlamme, gheheten ten 
Vrylande, ligghende in Ypre-ambocht, in de 
prochie van Boesinghe i ff. 

Item , van meer Gherardb van Massiiiiiine , van 
den lene dat hem verstaerf van der dood van 
den her Ândriese Broederlamme, gheheten te 
Craybeike, ligghende in Ypre-ambocht, in de 
prochie van Langhemarc x ff. 



:/ 



518 
Kern, Tan Willem Slips , van den lene dat hem 
verstaerf Tan der dood van Jhan Slipe , sinen 
▼ader, Ii'gghende in Ypre ambocht , in de pro- 
▼an Boesinghe mi tf . 

liem» Yan PisTia Aüdribsb, van den lene dat 
hem verstaerf van der dood van Jacob van 
Lichtervelde , filial Louis ligghende in Ypre- 
ambocht in de prochie van Staden .... xi s. 

Item , van den lene dat was Lahkin Laeib » 
ligghende in Ypre-ambocht , in de prochie van 
Zelebeike, *t welke wettelijc ofghewonnen was iliius. iid. 

Item, van Goppin Halbbasti, ?an den lene 
dat hem verstaerf van der dood van Kerstinen 
Boddards , ziere moeder , ligghende in Ypre^am- 
bocht» in de prochie SinU-MidiieU .... v tf x s. 

Item, van Hanebin Halbbastb, van den lene dat 
hem verstaerf van der dood van Goppin Hale- 
basto, zinen broeder, ligghende in Ypre-ambocht, 
in de prochie van Sinte-Midiiels v |t x s. 

Item, van Gatbliiibn vandbb Goppblb, üly/ 
LodewijCyVan den lene dat haer verstaerf van 
der dood van joncfroa Gateline*sMedoms, haer- 
re moeder, ligghende in Ypre-ambocht , in de 
prochie van Boesinghe mi ff x s. 

Somme, in Yprc-ambochl : lxh lib. v s. iid. 



319 



Item, ontfaen in BeUe-ambocht , onder meer Pieters van 
Belle, zkhtent de redeninghe vorseit. 

Eerst , vao Jhanni tàm Babbikr , van den lene 
dat hi cochte jegheQ Jhan Poitevine, ligghende 
IQ BeUe-ambocht , in de prochie yan Niepkerke, 
onder me3r Pieters Tan Belle x tf . 

Item , van Bobbkin den Wilden , van den lene 
dat hem verstaerf van der dood van Henric den 
Wilden, sinen vader, ligghende in Niepkerke , 
onder meer Pieters van Belle im ft viii s. 

Somme, in Belle*ambocht: ziiii lib. vms. 
Somme van al den onlfanghe vorseil: lzxvi lib. xiii s. u d. 
Daerof hem ghegeven, in hoofecheden , vu lib. x s. 
Dus blyft bi sculdich lxix lib. iii s. ii d. 



520 

IV. 

1369^1870. 

Rekeninghe HENRIC BICASSEIS, vanden relieven antfan- 
ghen in Ypre ende in Ypre-ambochl, zichtent de redeninghe 
ghehouden te Brugghen in 'tjaer LXIX,tote der redeninghe 
ghehouden te Keurtrike in 'tjaer LXX. 

Eerst, van Juamne de.n Gorten, Martins zone, 
Tan den lene dat hem verstaerf van der dood 
van her Tristramme, sinen broeder, h'gghenJe 
in Ypre-ambocht, inde prochie van Boesingfie. y^ par. 

Item , van Fekce Wankaerde, van den lene dat 
bi cochte jeghen Riquarde van Straten ende 
zyn wijf, ligghende in Ypre-ambocht , in de 
prochie van Lunghemarc x fi^ par. 

Item , van keer vracwen van Zweveghem , van 
den lene dat haere vers^tuerF van der duod van 
Wouter van Ne vele , haren broeder, ligghende in 
Ypre-ambocht , in de prochie van Werveke . . x ft par. 

Item , van Willem vander Beke , van enen lene 
dat hi cochte in Ypre-ambocht, in de prochie 
van Langhemarc l s. par. 

Item , van Daneel cen Bode , van den lene dat 
hem verstaerf van der dood van Jhnn den Bode, 
sinen vader , ligghende in Ypre*ambocht , in de 
prochie van Rosebeike, x ü par. 



321 
Item, van HSiNRic yam Uolebeke, van dealene 
dat hem verstaerf van der dood van Boudin 
van Ilülebeke, sinen vader, ligghende in Ypre- 
ambocht, in de prochie van Holebeke ... x ^ par. 

Somme van al den onlfanghe vorseil: xlvii lib. x s. par. 
- Daerof hem, in boofscheden, iiii lib. xv s. 
Rest XLii lib. xv s. 



322 

V. 

1871—1872. 

Rekeningliê HENRIC RICASSES , vanden relieven antfaen 
in Ypre ende in Ypre-ambocht , zichtent de redeninghe ghe- 
houden t'Ypre in'tjaer LXXl, tote der redeninghe ghehou- 
den te Ghend inH jaer LXXIL 

Eerst, van Jacob Wamkarde, over 't relief van 
den lene dat hi cochte jeghen Jehdo deo Clerc, 
liggheode io Ypre-ambocht , ia de procbie van 
Langltemarc x ff. 

Item, vao Wocbrecutb van Bosebekb, over 
't relief van den lene hem verstorven vander 
dood van joncfvron Marien 's Vroeden , ziere 
moeder, ligghende in de prochie van Zelebeke, 
in Ypre-ambocht z ff . 

Item, van Inchblraii Hacweelb, over *t relief 
van den lene hem verstorven van der dood 
van meer Inghelram , sinen vader, ligghende in 
Ypre-ambocht , in de prochie van Beselare . x ff. 

Item, van Joos vanden Bbrchb, over 't relief 
van den lene dat hi cochte jeghen meer Diede- 
rike van Watervliet , ligghende in Ypre-ambocht, 
in de prochie van Langhemarc x ff . 

Item, van den her Wouter Crocselin, over 't 
relief van den lene dat hi cochte jeghen Loy 



323 

LaDcbeen ende zijn wijf, ligghende in Ypre- 

ambocht, in de prochie van Sinte-Midiiek, t'Ypre. x tg^. 

Item, van Woutbr van Hinaü, over f relief van 
den lene hem verstorven van der dood van 
Henric van Henau, sinen vader, ligghende in 
Ypre-ambocht , in de prochie van Rosebeke. • x fi^. 

Item , van Jhan dbn Dauwbr , over t' relief van 
den lene dat hi cochte jegben Jacob den Bas- 
scere , ligghende in Ypre-ambocht , in de prochie 
van Staden nu ff. 

Item, van Jhann b van Wochkn, over 't relief van 
den lene hem verstorven van Roeger van Won- 
men, zinen broeder, ligghende in Yprc-ambocht , 
in de prochie van Vormezele xl s. 

Item, van Lodewuc Wicken (1), over 't re- 
lief van den lene hem verstorven van der dood 
van Willem van Vleneke, ligghende in Ypre- 
ambocht , in de prochie van Rosebeike .... xiiii s. 

Somme : lxvi lib. xiiii s. 

Dacrof hem ghegheven, in hofsceden, vi lib. xiiii s. 

Rest LX lib. 



(i) Au-dessns de ce nom on a écrit :van Vleneque. 



3S4 

VI. 

1379—1880. 

Rekeninghe HENRIC RICASSEÏS, ontfangher vanden relie- 
ven in Ypre ende in Ypre-ambocht ontfaen, zichtent de 
redeninghe ghehouden te JUale in 'tjaer M. CCC LXXIX^ 
iote der redeninghen ghehouden te Rissele in 'tjaer J/. CCC 
ende achtentech. 

Eerst, van Lodewijk Malfeite, filios Wouters, 
over H relief van enen lene hem verstorven van 
der dood *t vorsciJe Wouters , ligghende in 
Ypre-ambocht, in de prochie van Passcendale. . xfig-. 

Item , van Coppjn van Thorocd , filius Jacobs , 
over de relieve van ii lenen hem verstorven bider 
dood 't voirseide Jacob, 't een ligghende in de stede 
van Ypre, in 't Scoehuus, ende 'tandre in Yprc- 
ambocht, in de prochie van Sinte-Martins ... xx 0. 

Item, van Gillis van Lo, over de relieve van 
11 lenen hem verstorven bider dood van Lam< 
brecbt van Lo, sinen broeder, 't een staende te 
vullen cope ende 't andrc ter bestcr vrome, 
ligghende in Ypreambocht, in do prochien van 
Sinte-Martins ende van Sinte-Jelians. . . . xv fig- x s. 

Item, van Ystaes vander Borne, over 't relief 
van enen lene dat hi cochte jeghen Pieter den 
Waghenare , ligghende inden spikcr van Ypre. x 9, 



525 

Item, van Lot van Licutbrvblde, filias Rogiers, 
over 't relief van enen lene hem verstorven bi 
der dood 't vorseide Rogiers , ligghende in Ypre- 
ambocht, in de prochie van Verlegheem • . • z fl 

Item , van Lot van Zoutcne , over 't relief van 
enen lene dat hi vercochte , ligghende in Ypre- 
ambocht, in de prochie van Leidegheem ... x g 

Somme van al deo ontfanghc vorseiu lxxv lib. x 
De ce donné, pour son salaire, vu lib. xi s. 
Demeure, que il doil, lxvei lib. xix s. 



U,24 



526 

vn. 

1381—1382. 

ConU HENRY RICASES, des relies recheus en Ie vik d'Ipre 
et en Ie castelerie, depuis les relengftes tenues à Bruges 
Fan IIU" et J, jusques as relenges tenues à Hesdin 
Tan ini" et IL 

Premiers* de Piètre Damvart , pour Ie relief 
d'un fief à lay eskeu par Ie mort de Jaque Dam- 
mart, scd père , gisant ledit fief en le parosce 
de Stades, en le castelerye d'Ippre. ... x ^. 

Item, de Gillb de Lo, pour le relief d'un fief, 
à luy eskeu par le mort de Lambert de Lo, 
sen frère, gisant en le parosce de Saint^Jaque 
d'Ippre X f?. 

Somme: xx lib. 

De cbe payct à li , pour son sallaire , xl s. 

Hcst, qu*il doit, xviii lib. 



327 

vm. 

7 juillet 1382 — 6 mars 1384. 

Comptes HENRI RICASSES, des reliefs rechus en Yppre et 
en le chastellerie, depuis les renenglies tenues à ffedin 
le VII* jour du mois de juUe Van mil CGC II II" et deux, 
jusques au VP jour de march Pan mil CGC IIII" et trois ; 
fait à Lille à la renenghe GCG IIIl" et six, par la vesve 
dudit feu Henry. 

Premiers , de sire Mathis Scâc , pour le relief 
d'uQ fief à lui esqueu par le mort do feu sire 
Martin Scac, sen père, gisant ledit fief en le 
chastellerie d'Ippre , en le parosce de Houkene. x ^. 

Item, de Watier Terrinc , pour le relief à lui 
esqueu par le mort de Bauduin Terninc»sen père, 
gisant ledit fief en le chastellerie d'Ippre , en le 
parosce de Paskendalle x ^. 

Item, de maistre Watier Colin, pour le relief 
d'un fief à lui esqueu par le mort de Watier 
Colin , sen père , gisant ledit fief en le chastellerie 
d'Fppre, en le parosce de Hoghelede . . • . x t£, 

item, de Laurens de Kehblb, pour le relief d'un 
fief à lui esqueu par le mort de Katerine^s Puuds, 
se mère , gisant ledit fief en le chastellerie d*Ippre , 
en le parosce de Dickebusch x 6r. 



328 
Item» de Jehan Broederlah, pour le relief d'un 
fief à lui esqueu par le mort de demiselle Katerine 
Broederlams, fille Franchois, gisant ledit fief 
en le chastellerie d'Fppre , en le parosce de Lan- 
gliemarque x ffi^. 

Item , de Jeham le Bbunb , pour le relief d'un 
fief à lui esqueu par le mort de demiselle Lisebet- 
tlie Hawes , se mère , gisant ledit fief en le chas- 
tellerie dippre, en le parosce de Hoghelede . x ffi^. 

Item, de Victor de Lichtervelde, fil roessire 
Louys, pour le relief d'un fief à lui esqueu par le 
mort ledit messire Louys , sen père , contenant 
ledit fief vu mesures de terre , lesquelles sont 
acensiés xlii s. par an, et gisent en le parosce 
de Rosebeqiie, rechut pour ledit relief . . . xlii s. 

Somme: lxii lib. ii s. 

De ce donné, pour son salaire, le x< denier, qui vauli vi lib. par. 

Reste, qu^il doit, lvi lib. ii s. 



529 

IX. 

6 mars 1384 — 1386. 

Comptes HENRY RICASSES, des reliés reclius en Yppre et 
en le chastellerie , depuis le VI' joui' de march lan mil CCC 
IIII" et trois , jusques as renenghes tenues à Lille l'an 
mil CCC IIII" et VI, fait par la vesve dudit feu Henry. 

Premiers, de messîre Rollant Hauwbl , pour le 
relief d'an fief à lui esqueu parle mort demes- 
sire Eogherran Uauwel , sen frère , gisant ledit 
fief en le parodce de Beselare^ en le chastellerie 
d'Ippre X »• 

Item, de Terin des Fontaines, fil Wistasse, 
pour le relief d'un fief à lui esqueu par le mort 
dudit Wistasse , sen père , gisant ledit fief sur le 
spiere dlppre x ff . 

Item, de Gossum de le Hove, pour le relief 
d'un fief à lui esqueu par le mort demiselle 

(1) de Rouliers, gisant ledit fief en le 

parosce d'Isegliem et en pluiseurs aultres parosccs 

de le chastellerie d'Ippre x fi?. 

Item, de Mikiel de Bosebeqde, pour le relief 
d'un fief a lui esqueu par le mort de Jehan 

(1) Ce nom Ü élé laissé en blanc. 



sso 

de Rosebeque, sen frère » gisant ledit fief en le 

parosce Saint'Mikel dippre x fi^. 

Item , de Jtukn de l'Eechoutb, fil de feu Jehan, 
pour le relief d'un fief à lui esqueu par le mort 
Reliant de Zelebeqae, gisant ledit fief en le 
chastellerie d*lppre, en le parosce de Zelebeque, x ft. 

Item, de Jehan de Lo, pour le relief d*an fief 
à lui esqueu par le mort Rollant de Zelebeque , 
gisant ledit fief en le chastellerie dMppre, en 
le parosce de Zelebeque x ffi". 

Item, de demiselle Marie de Roisinbos , pour 
le relief d*un fief que Jaques de Sceehem acata 
à Baoduin de Hingettes , lequel Icdite demiselle 
reprinst par proismeté, gisant ledit fief en le 
chastellerie d'Ippre, en le parosce de Cactheem. x 0. 

Item, de Nanne, fille de feu Henri de le 
Kercove , pour ii reliefs de u fiefs à li esqueus 
par le mort dudit Henry, sen père , gisans lesdis 
fiefs en le chastellerie dlppre, en le parosce 
Saint-Jaque d*lppre xx f^. 

Item, du fil Christofle de Scotes, pour le 
relief d*un fief à lui esqueu par le mort dudit 
Christofle, contenans ledit fief xxiiu ^ par. 
par an , assignées sur lx mesures de terre ap- 
partenaus as hoirs Henry de Haynau, gisans en 
le chastellerie d*Ippre, en le parosce de Rose- 
becque x ff . 



331 
Item, de Jehan de l'ëcchouts, fil de feu Jehan, 
pour le relief d*an fief à lui esqueu par le 
mort dudit Jehan, sen përe, gisant ledit fief 
en le chastellerie d'Ippre, en le parosce de 
Houtlieem x ffi^. 

Item , dadit Jehan , pour le relief d*un fief à 
lui esqueu par le mort sendit père contenant 
ledit fief x s. par. par an , en deniers nommés 
ruddrepeninghe , gisans en le chatellerie d*Ippre, 
en le parosce de Zelebecque. • xs. 

Item, de messire Jehan de Morskledb, pour le 
relief d*un fief à lui esqueu par le mort de mes- 
sire d'Escornës , gisant en le chastellerie d*Ip- 
pre , en le parosce de Stode^ x ffi^. 

Item , de lb ville lot de Lixtervelde, pour 
le relief d'un fief à li esqueu par le mort ledit 
Loj, sen père, gisant en le chastellerie d*Ippre, 
en le parosce de Frelenghien x fi^. 

Item , del hoir dbhiselle Marie *s Visch , fem* 
me Bietremieu Belle pour le relief d'un fief à lui 
esqueu par le mort ledite demiselle Marie, se 
mère, gisant en le chastellerie dMppre, en le 
parosce Saint- Jaque d'Ippre x Jp. 

Item, de Watier de Peskendalle, pour deux 
reliefs de deux fiefs à lui escheus par le mort 
de Rogier de Peskendalle, sen frère, Tun des- 
dis fiefs nommé le fief de Paskendalle, et Tau- 
tre apellet le fief de le Oudehove; pour ce . . xx »• 



332 
Item , de Jores le Biqvk , pour Ie relief d'un 
fief à lai escheu par le mort de medemiselle Ave- 
loete van Loo, gisant ledit fief en le chastel- 
lerie d*Ippre ; pour ce z ff. 

Item, de Willamme Scarlatb, pour le relief 
d*un fief qu'il accata à Dedrich Wankard , gi- 
sant en le chastcUerie d'Ippre ; pour ce. • • x ff . 

Item, de Aelis Malefbist, fille Watier, 
pour le relief d*an fief à li escheu par le mort 
de Agoiës , se seur » gisant ledit fief en le chas- 
tellerie d*lppre ; pour ce ...... . x ft. 

Somme : c ini*' x lib. x s. 



ÖOÖ 

1386 — 1387. 

Comptez JEHAN LE CLERC, receveur des reliefs en la vWe 
et castellerie d'Ypre, depnys le compte Henri Ricasses, fait 
as renenghes tenues à Lille Van M. CCC II JJ" et VI, jus- 
ques as renenghes tenues audit lieu Fan M. CCC IIII" et 
y II; fait à Lisle à ladite renenghe. 

Premiers, rechut de Jehan de le Hovb, fil Gos- 
suin de le Hove , pour le relief d'un fief à luy 
esqueu par le mort demisiele Jehanne de Rollers, 
se mère, gisant ledit fief eu le castelrie dTpre, 
en les paroches SYsenghein et de Nieukerke . • x ^• 

Item , de Hbmbi le Visch , pour le relief d'un 
fief acheté à Henri Folkîer, gisant en le cas- 
tebrie dTpre, en le paroche de Boesinghe . . x f?. 

Item , de Jehan Jeloen , lb jouene , pour le re- 
lief d'un fief à luj eskeu par le mort Martin 
Scaec , gisant en le castelrie dTpre , en la paro- 
che iïOukene x tt. 

Item , de Gerart de Ebelghem , pour le relief 
d'un fief qui requist de le mort demisiele Yde 
de Erelghem, se mëre, gisant en le castelrie 
dTpre , en la paroche de Caectem x fif . 

Item, de le filce Fbnse de le Bbke, pour le 
relief d'un fief à luy eskeu par le mort Fense de 



554 
le Beke, son père, coutenant le dit fief ii mesurez 
de terre, aceosiez xxxiiii s. par an , gisant en le 
paroche de Dickebusch, en le castelrie dTpre; 
pour ce rechnt xxxiiii s. 

Item . de BBATnrs de Scachterwigbg , pour le 
relief d*un fief à luy eskea par le mort Jehan de 
Scachterweghe, son frère , gisant ledit fief en le 
castelrie dTpre , en la parocbe de Zelbeke. . . x fl^. 

Item, de Hannekiü de Hexau, pour le relief d'un 
fief à luy eskeu par le mort Clais de Qenau, son 
père , contenant ledit fief en terre acensié m ft 
x?i s. par an , gisant en la paroche de Hoghe- 
lede; pour ce rechut m |(. xvi s. 

Item, de Kerstoffels Rdgginvobt, pour le relief 
d'un fief à lujr eskeu par le mort Pieter Ruggin- 
voet, son père , contenant ledit fief vu ti. parisis 
par an, en rentez nomméez rudderpenninglie ^ 
gisant en la castelrie dTpre, en la paroche de 
Boesinglie vu S. 

Item, de messire Jaquèmb Belle, pour le relief 
d'un fief que il acata à demiseiile Jehane Wan- 
karts, gisant en la castelrie dTpre, en la paroche 
de (1) X ». 

Item, encore de messire Jacquème Bille, pour 
le relief d'un fief que il acata à dcmiscllc Marie, 



(1) Le nom n*a pas élé rempli. 



335 

femme Jehan de Merchem, gisant en la casieirie 

dTpre, en laparoche de (1). x ffi. 

Item , de Jaqcemârt de le Eechoote, fil Jehan, 
pour le reh'ef d'un fief à lay eskeu par le mort 
Jehan de le Eechoute, son père, gisant en la 
castelrie d'Ypro, en la paroche de Zelbeke . • x ffi. 

Item, encore de Jaquemart de le Heechoutb, 
dessusdit, pour le relief d'un fief à luy eskeu 
par le mort Jehan de le Eechoute , son père , gi- 
sant en le castelrie dTpre, en la paroche de 
Houthem x ft. 

Item, encore de Jaquemart de le Eechoute, 
pour le relief d'un fief à luj eskeu par le mort 
Jehan de le Eechoute, son père , contenant ledit 
fief X s. parisis par an, en rentez nommées rud- 
derpenninghôt gisant en la castelrie dTpre, en 
la paroche de Zelbeke x s. 

Somme: c m lib. par. 
(I] Le nom a été omis. 



356 

XI. 

1387—1388. 

Comptez JEHAN LE CLERC, receveur dez reliefs en la ville 
et castelrie d'Yppre, depuis lez renenghes tenuez à Lille 
fan M. CCC I/II " et Vil, durant juques as renenghes, 
tenues audit lieu Fan M. CCCIUI" et wyt. 

Premier, rechut de Ghbrrart lb PLANseKARB, 
fil Jehan le Plankenare, pour le relief d*un fief 
à luy eskeu par le mort Jehan le Plankenare, 
son père , gisant ledit fief en le castelrie dTppre, 
en le paroche de Boesinghe x S^. 

Item, rechut de Walrâve de Maiminez, pour 
le relief d'un fief à luy eskeu par le mort 
monsigneur Gherrart de Maininez, gisant en la 
paroche de Boesinghe, et d'un autre fief gisant 
en la paroche de Lancmaerc, en la castelrie 
dTppre, et gisent ce doj fîefz à plain relief; 
de ce rechut xx |B^. 

Item , rechut de Joes de Kercstede , pour le 
relief d'un fief à luy eskeu par le mort Louis 
de le Kercstede , son père, gisant en la paroche 
de Nieukerke, d'en costé Rollers x |^. 

Item, rechut du fil Jehan du Prêt, pour le 
relief d'un fief à lui eskeu par le mort Jehan 
dou Pret, con appelloet Prieel, gisant en la 
paroche de Verleghem x fi^. 



537 

Item, rechat de Willame Slyp , pour le relief 
d'un fief à luy eskeu de le mort Lamkin de 
Boesebeke, premiers, et appres de le moort 
demisiele Aimées, se filge , gisant en la paroche 
de Roesebeke, en la caslelrie dTppre ... xx ^. 

Item, rechut de Franse Slinguer, pour le relief 
d'un fief à luy eskeu de le moort Lamsin Slin- 
gher, son père, g'sant en la castelrie d'Yppre 
en la paroche de Boesinglie, et sont rudder- 
pefiningJte xlvii s. i d. 

Somme: lxxii lib. vn s. i d. 

De laquelle somme il a, pour son salaire, le x« denier, 

qui vaull VII lib. nii s. 
Rcsle, qu'il doil, lxv lib. m s. i d. par. (1). 



(!) Au bas de ce compte se trouve la noie suivante, qui se rap- 
porte au N» XII, que nous donnons ci-après: Et si doit rendre 
[œmple] de certains arrivages du temps de Henry Ricassez, mon- 
tans à cxxx lib. xvni s. par. et i faucon. 



338 



XII. 



Clie hont li relief deu à monsigneur, en Ie viUe et dia stel- 
lerie dlppre, non rechut, si avant quü me sont vniu à 
congnissance : 

Premiers, Me^sires de Stades, i plain relief (!}. 

Item, pour le mort Jehan Vlrkin et sen fil, m plaius. 

Item, pour le mort demiselle âvezoete de Lo, Andribu, 

SEN FIL , et MEDAME SB FILLE , III plaiDS. 

Item, pour le mort Jaquehon de Pienncs et Watier, sbn 
FIL , il plains. 

Item, pour le mort Laupsin Slingubr, i de xlvii s. et 
I denier (2j. 

Item , pour le mort Eostasce des Fontaines , i plain (3). 

Item, pour le mort Jehan de le Heedb, i rouge faucon (4;. 

Item, pour le mort Henri de Lattre, h plains. 

Item, pour le mort lr fbmub Bietrbmieu Belle, i plain (5). 

Item, pour le mort demiselle Metne de Listerveldb, i plain. 

Item, pour le mort de Jaque Yde , i relief dont li fiefs , est 
grans nu mesures de terre et une disme, gisans sur ii mesures 
de terre, et v estrelins en argent (6j. 

Item, pour le mort Rogier de Passcendallb, ii pluins (7j. 



(i, 2 et 3) Ces articles sont tracés dans le compte. 
(4) Cet arlicle est précédé à la marge du mol: mors, 
(5] Arlicle tracé. 

(0) Précède à la marge du mot: mors. 

(7) Arlicle tracé el précédé à la marge de celte note: Il fit bos- 
tagier à Gand, 



339 

Item , pour le mort Ciiristoflb de Scoten , i plaio (1). 

Item , pour le mort de Lamsin de Rosebeque et se fille , 
Il plains (2). 

Item, pour le mort Rogier Boutin, i de xviii s. (3) 

Item, pour le mort Jeham Le Vos, i plain. (i). 

Item, pour le mort Jehan de Cailgkwel, i plain (5). 

Et Va accaté Willamme Overdiuesch, mort depuis, et 
pour ce I plaîn. 

Item , pour le mort Jehan de le Ebchoute , ii plains et 
I de z s. (6). 

Item, pour le mort de Lot de Lictsrveldb, i plain (7). 

Au dos se trouve l'inscription que voici: Arrirages 
des reliefs en le kaslellerie d*Yppre^ renduz oultre 
par Henry Rycasses, à ceste renenghes IIII" et III. 



(1 et 2) Articles tracés. 

(S, 4 et S) Les trois derniers articles sont précédés à la marge 
du mot: mors. 

(6) Les mois ii plains et i de \ s. ont élé tracés cl remplacés 
par: I plain. 

(7) Arlicle Irocé, 



r>40 
xin. 

1388 — 1300. 

Compte JEHAN LE CLERC, recheveur des reliefs en la ville 
et chastelnie d'Yppre , depuys les renengez tenues à Lille lan 
M, CCC IllI" et wyt , durant jusquez as renenges tenues 
audit lieu tan M. CCC IIII" et dys. 

Premiers, rechuut de dame Staessib de Mors- 
LBDi, poar les reliefs de deux fiefs à luy eskea 
de le mort moosigneur Jehaa de Morslede , sire 
des Stadez, son përe, gisant Tan fief en la paro- 
che de Rosebeke, appelle le lieu ter Heyde et 
l'autre fief gisant en la paroche de Stades appelle 
le sigerie de Stades; pour ches deux reliefs 
rechuut xx t?. 

Item, rechuut de dame Jakemine de Gompe?(gi , 
dame de Noyeele , pour le relief d'un fief à luy 
eskeu de le mort demiseillc Marie de Menilg, 
famé Willame le Tolnare , gisant en la paroche 
de Caectem, appelle le fief de Rode. ... x tB^. 

Item, encore rechuut de Willame le Tolnare, 
doudit fief de Rode, lequel il racata à dame Jake- 
miue de Gompengi , dame de Noyeele ; de che 
rechuut, pour Tacact de che fief, d'un relief. • x t£. 

Item, rechuut de demiseille Marie van Rtsele, 
d'un fief à luy eskeu par le mort Casin van Ry- 



341 

sele, son père, gisant en la paroche de Saint- 
Jaque, à Yppre x fl?. 

Item, rechuut de Guelein vanden Heede, d'un 
fievelet iiii mesures de terre, à luy eskeu par le 
mort Franse Goedybeur, gisant en la paroche de 
Langhemaerc m ffi^* 

Somme: un lib. pnrisis. 

De che lui donné , pour son salaire , du x« denier , v lib. vi s. 

Demeure, qu'il doil, xlvii lib. xiiii s. 



H, -:«. 



342 

XIV. 

1890 — 139L 

Compte JEHAN LE CLERC, recheveur des reliefs en la ville 
et castehie d'Yppre, depuys les renenges tenues à Lille, Van 
Jf. CCC IIII^* et dys, durant jusqiies as renenges, tenues 
à Lille, tan M. CCC IIII^^ et onze. 

Premiers, rechnt Meus Bitkvocx, pour le 
relief d*un fief à luj eskeu paer le mort Jehan 
Bitevocx, son përe, gisant en la paroche de Rose* 
beke, rechnt, par les meins Jehan Drom, 'un plains 
relief à le nouvelle menoye z flg^. 

Item , rechut de Boilant db Halewtn , pour le 
relief d'un fief à luy eskeu par le mort madame 
se mère, gisant en la paroche de Zinnebeke . x^. 

Item, rechut de Pietee le Gaet, pour le 
relief d*un fievelet que il acata à Thomas de 
le Veste, gisant en la paroche de Roseieke, con- 
tenu xxi.ii 8. de rente afdlé rudderpenninghe ; 
de ce rechut . xxiiii s. 

Item , rechut de Pieter van ZlniNebeke , pour 
le relief d'un fief à luj eskeu par le mort de 
Lauwcrkin van Zinnebeke, et est un fief, à 
qui appertient , le mesure de tere alant en une 
partie de le castelrie dTppre ; de ce rechut. . x ffi. 



5i3 • 

Item, recbut de Jaquemon le Wert, pour le 
relief d'un fief que il acata à Jehan vundeu 
Berghe, gisant en les paroehes doa Breul et 
de Boesinghe , et sont x ti, de parisis de rente , 
apellé rudderpenninghe ; de ce rechut ... x ffi. 

Somme: xu lib. nu s. parisis. 

De che luy donné, pour son salaire, ini lib. ii s. par. 

Reste , que il doit , xxxvii lib ii s. par. 



•344 

XV. 

1391—1302. 

Compte JEHAN LE CLERC, recheveur des reliefs en la ville 
et castelrie d^Yppre, depuys les renenghes tenues à Lille 
Van M. CCCIIII^* et onze^ durant jusques as renenghes 
Unues à LiUe fan M. CCC IIJI " et douze. 

Premiers, rechut de Roelant de Halbwyn, poar 
le relief d'uo fief que il rechut dou signeur de 
Rolighem, son onlsele, gisant en la paroche de 
Ledenghem, appelé le singerie de Walene . . x fiB^. 

Item, encore rechut pour le relief d'un fief 
gisant en la paroche de Zinnebeke, que Roelant 
de Halewjn tenoet, et luy en a deshiretet sur 
sa sœur, son aisné hojr, de ce rechut par Clais 
Scaec , le bailly dTpre x ». 

Item, rechut de Adelein le Witte, pour le 
relief de i fief, que il acata à Henri le Visch, 
appelle Zwanenbrugghe, gisunt en la paroche du 
Breul, dalés Ypre x |^. 

Item, rechut deJAQUEMON de Bebtenb, pour le 
relief de i fief que il acata à Jehan Stoep et à 
sa femme, rechut par Jehan de Latre, baillj de 
la Sale dTpre x ». 

Somme de la receple: xl lib. 

De ce donné, pour son salaire, un lib. 

Reste, que il doel, xxxvi lib. 



345 • 

XVI. 
18 mars 1894 — 1896. 

Compte PIERRE LE GAEY, receveur des reliefs des fiefs 
tenus en fie et en hommage de mon très-redoubté seigneur 
monseigneur le duc de Bourgongne, conte de Flandres, en 
sa ville et chastelnie iYppre, de ce qu'il a receu desdis 
reliefs, depuis le XIII* jour de mars l'an mû CCC IIII" 
et treze, qu'il fist le serment dudit office, jusques aux 
renenghes Fan mil CCC IIII^ et XVI; rendu à Lille. 

Premiers , de Franskim le Weerd , qui tient 
un fief de monseigneur, contenant x ^ par. 
par an en deniers nommez rudderpenninghen , 
à prendre et recevoir sur plussieurs places de 
terres, es paroces de Boesinghes, Saint- Jehan, 
Saint'Jaquème et Briel, lui eskeu de le mort 
de Jaquème le Weerd, son père; recea pour 
le relief x ffi^ par. 

De messîre Olivier de Lo, chevalier, qui 
tient nn fief de monseigneur, contenant xxviii 
mesures de terre , gisant en la paroce de Saint- 
Jehan, lui eskeu de le mort de Jehan de Lo, 
son père , receu pour le relief x W. 

De Hanicekin le Gorte , qui tient un fief de 
monseigneur , contenant xi mesures de terre , 
gisant en le paroce de Boesinghes, lui eskeu 
de le mort de Jehan le Gorte ^ son père ; receu 
pour le relief x ff • 



" 346 
De IIannbein Morin, qui tient un fief de 
monseigneur, contenant xxv mesures de terre, 
gisant en la paroce de Boesinghes , à lui eskeu 
de le mort de Lamsin Morin, son père; receu 
pour le relief x 9- 

De Jboan Meeib, qui tient un fief de mon- 
seigneur, gisant en la paroce de Longemaerc, 
contenant, tant en une petite disme que en 
deniers nommé rudderpenninghen xx s. par. 
par an, gisant en le paroce de Longemcrc, 
lui eskeu de le mort (le demiseille Jehane Meeze ; 
receu, pour le relief, le value d'une année 
dndit fief, montant xx s. 

De Elot Broederlam , qui tient on fief de 
monseigneur, contenant xxiiii mesures de terre , 
un bancq d'eschevins, amendes de m ^ et 
xxiiii rasiëres d^avoine cbascun an, gisant en 
la paroche de Longemarc, lui eskeu de la mort 
de Jehan Broederlam , son père ; receu pour 
le relief , . . . x Jf . 

Dndit Elot Broederlam, qui tient un fief 
de monseigneur, contenant l mesures de terre , 
gisant en la paroce de Zelebeque, lui eskeu 
de la mort de Jehan Broederlam, sondit feu 
père; receu pour le relief x ff. 

Somme des reliefs: lxi lib. 



347 

Recepte des rentes perpétuèles que monseigneur a sur aucun 
des fiefs de lui tenus en ladite chastelnie d'Yppre. 

Primes de v s. par. par an , qae monseigneur 
doit lever pour une paire de gans, à chascun 
jour de Noël , sur un fief appartenant ad pré- 
sent à Elot Broederlam, gisant en la paroce 
de Zelebeque, contenant l mesures de terre, 
dont en estoit deu à monseigneur, de zi ans 
d'arrierrages ; receu pour lesBiz xi ans , eskeus 
au Noël darrain passé Illl" XY lv s. 

Item , d'une paire d'esporons, que monseigneur 
doit lever hiretablement à chascun jour de Noël , 
sur un fief appartenant à Joais le Jongbe , fils 
Snouc, contenant xxviii mesures de terre, 
gisant en le paroce de Longemarc ; receu deux 
paires d'esporons dorez, pour deux années, 
eskeus au Noël darrain passé; rendu, en la 
Chambre des Comptes , lesdiz deux paires d'es- 
porons. Pour ce ii paires d*esporons. 

Somme: lv s. et n paires d*esporons dorez. 
Somme de toute la receple lxui lib. xv s. et 

II paires d'esporons dorez. 
Et le receveur doit avoir le x« denier de la 

receple desdrz reliefs, pour son salaire, qui 

monte: vi lib. ii s. par. 
Ainsi doit ledit receveur lvh lib. xiii s. par. 



548 

xvn. 

1396—1398. 

Compte PIERRE LE GAY, receveur des reliefs des fiefs, 
tenus en fief et en hommage de mon très-redoubté seigneur 
monseigneur le duc de Bourgongne, conte de Flandres, 
en sa ville et chastelnie d'Ypre, de ce qu'il a receu desdis 
reliefs, depuis les renenghes. l'an mil CCC Illl" et seze, 
jusques aux renenghes Van mil CCC JIJI" et dix-wyt; 
fait à Lille f à ladite renenglie JIII" et dix-huit. 

Premiers, de Pierrk de Scotes, filz Chris- 
toflQe, de la ville de Bruges, qui lient en fief 
de monseigneur la somme de xxiiii ^ par. 
rente hiretable par an, à prendre, recevoir et 
lever sur lx mesures de terre ou environ , 
que Guillamc Slyp tient à présent de mon- 
seigneur, en fief et en hommage, gisant eo la 
paroce de Rosebeque, eskeu audit Pierre de 
le mort ledit Christoflle , son père , receu pour 
le relief. x fi^ par. 

De me2»sîre Bauduyn d'Outre, chastelain 
d'Ypre , qui tient en fief et en hommage , 
de monseigneur la chastelnie d'Yppre, avec le 
tiers de tous les amendes et fourfuitures, dont 
eschevins de le ville dTppre et de la chastel- 
nie sont juges, ou pueent jugicr, soit devant 
jugement ou après, ossi autres droitures et 
hummuges y appartenans, lui eskeu de le mort 



349 

fea messire Jehan d'Outre , chastellain dTppre , 

son père ; reeeu pour le relief. x tS^. 

De demîselle Marie d'Outre, femme Rorbht 
DE LA Docve, qui tient en fief de mondit seigneur 
la somme de un '' tiii ti par. de rente hire- 
table par an , à recevoir hiretablement sur Vespir 
d'Yppre à lui eskeu dele mort ledit feu mes- 
sire Jehan d'Outre, chastellain dTpre , son përe; 
receu pour le relief (1) x IB^. 

De Daniel Canin, de Longemaerc, qui tient 
un fief de monseigneur, contenant un bancq 
d'esquevins, qui jugent amendes de m |^ au 
pourfit dudit Daniel, qui eschient sur sa seignou- 
rie; ossi il a le bastard et la somme de m ^ 
et quatorse solz paris, en rente hiretable par 
an, à prendre et recevoir en menus deniers 
sur les hiretages gisans sur sadite seignourie 
en Longemarc, audit Daniel eskeu de le mort 
Pierre de Pênes (2J, filz Jaquemart ; receu pour 
le relief \V^ 

De 6audd¥n de Holebeque , qui tient un fief 
de monseigneur, contenant une mote maison- 
née et zxxuii bonniers de terre, gisant entour 



(1) A côté do CCI article, dans la marge, on lil: Soit sçeu au 
bailly d'Yppre et au receveur des reliefs à quel tillre et cause 
ladite damoiselle a relevé ce fief, pour y garder le droit de mon^ 
seigneur, tant de encor i relief, pour ce qu'elle n'est pas hoir plus 
prouchain, comme du x« denier s'il y chiet. Mis ou compte ensuivant- 
es) Au-dessus de ces mots on a écrit: Comme au plus prou- 
chain homme. 



ycelle mote; item lxxiii raisicres d'avaine, xl 
capoDs, xxn aowes; item m livres de poivre 
et IX W par. en rente hiretable par an, un 
bancq d*esquevins, amendes de lx W et tous 
autres justices ^ excepté les quatre hauKes jus- 
tices, ossi audit fief appartiennent ix hom- 
mages, lequel audit Baudujn eskei de le 
mort messire Henry de Holebeque, son père; 
receu pour le relief - x ffi^. 

De Nicole l% Bere, bourgois dTppre, qui 
tient un fief de monseigneur, contenant l 
mesures de terre gisant en le parosce de Ze- 
lebeque, lequel de nouvel il a achaté à Eloy 
Broederlam , ossi bourgois dTppre ; receu pour 
le relief (1) x ». 

De MicniEL di Scotes, qui tient un fief de 
monseigneur, contenant xlvi s. par. de rente 
hiretable par an^ en deniers nommé rudder- 
penninghen , à recevoir et prendre sur pluseurs 
terres en le parosce de Zelebeque, à lui eskeu 
de le mort feu Jehan de Scotes, son père; 
receu, pour le relief, la value d*une année dudit 
fief, qui monte xlvi s. 

De Hannerin le Sage, filz messire Sohier le 
Sage, chevalier, qui tient un fief de monseigneur, 
nommé ter Waerde, contenant liiii mesures de 



(1) A la marge de ccl article on trouve la noie que voici: 
Soit sçeu se le x« denier est rendu par le bailli d'Yppre, en ses 
comptes dudit bailli. 



351 

terre, gisans es paroces de Saint- Jetian d'Ypre 
et de Longemaerc, à lai eskeu de le mort de 
feue madame Christine dé Thoroat, femme 
dudit messire Sohier, sa mère; recen pour le 
relief . x ft. 

Somme des reliefs lxxii lib. vi s. 



Recepte des refîtes perpétuelies que monseigneur a sur aucun 
des fiefs de lui tenus en ledite clvastelnie d'Yppre, 

Premiers, de v s. par. par an, que mon> 
seigneur a et doit lever, pour une paire de 
gans , à chascun jour de Noël, sur un fief ap- 
partenant à Nicole le Bere , gisant en le paroce 
de Zelebeque, contenant l mesures de terre, 
dont en estoit deu à monseigneur, de ii ans, 
eskeus au Noël darrain passé ; receu pour yceulx x s. 

Item , d*une paire d'esporons , que monseigneur 
doit lever hiretablement à chascun jour de Noël , 
sur un fief appartenant à Jobis de Jonche , filz 
Snouc , contenant xxviii mesures de terre , 
gisans eu Longemarcq; receu deux paires d'es- 
porons dorez, pour ii années, eskeus au Noël 
darrain passé. Rendue en la Chambre des 
Comptes, lesdis ii paires d*esporoms dorez. 

Somme x s. et ii paires d*esporoDS dorez. 

Somme de loule la recepte lxxii lib. xvi s. et les csporons. 

Et le receveur doit avoir le x« denier de la recepte, 

pour son salaire, qui monte: vu lib. v s. vi d. 
Ainsi doit le receveur lxv lib. x s. vi d. 



352 

xvin. 

1398 — O décembre 1898. 

Compte PIERRE LE GA Y, receveur des reliefs des fiefs, 
tenus en fief et en hommage de mon très-redoubté seigneur 
monseigneur le duc de Bourgongne , conte de Flandres, 
en sa ville et cnstelnie cTYpre, de ce qu'il a receu desdis 
reliefs, depuis les^enenghes [an mil CGC III J" et XVIII, 
jusques au IX* jour de décembre lan dessusdit, que Jehan 
de Provin fu commis et institué audit office; fait et rendu 
à Lille, à la renenghe mil CGC II 11^ et XIX. 

Premiers, de demiselle Eâteline de Lichter- 
VELT, fille Victor, qui tient en fief de mon- 
seigneur la paroce et seighorie de Fourmiseles, 
avec les terres , rentes et hommages que y appar- 
tiennent , gisans dehors la ville d'Yppre , li escheu 
de le mort demiselle Kateline, fille de feu Jehan 
de Lo , femme dudit Victor ; receu pour le relief x ff. 

De Kerstlnekin Albast, qui tient en fief de 
monseigneur vi mesures de terre, ou environ, 
gisjns en le paroce de Saint-Michiel , dalez 
Yppre , à lui escheu de le mort Jehan Albast , 
son pcre ; receu , pour le relief , le value d'une 
année dudit fief, qui monte v 0^ x s. 

De lUcTOR de Baudrengdien , qui tient en fief 
de monseigneur xiii mesures de terre , ou envi- 
ron, gisans eu le paroce de Rosebeque, lui 
escheu de le mort son père ; receu pour le relief x ff» 



353 

De Jaqdève Bouts, qui tient en fief de mon- 
seigneur X lines de terre, ou environ, gisans 
en le paroce de Stades, lui escheu de le mort 
Jehan Droem , son oncle ; receu pour le relief n W • 

De Jehan Woüme, qui tient en fief de mon- 
seigneur une court, contenant xxviii mesures 
de terre ou environ , gisans en le paroce de 
Langemarc, lequel il achata à Joris le Jonge, 
filz Snouc, chargié d'une paire d'esporons par 
an, à monseigneur; receu pour le relief (1). x flf. 

De messire Jehan Belle, qui tient en fief 
de monseigneur la paroce et seignorie de Boe- 
singhes, avec les terres, hommages et rentes 
que y appartiennent, lui escheu de le mort 
Franchois Belle , sire de Boesinghes, son përe ; 
receu pour le relief (2) x flg^. 

Somme desdis reliefs lv lib. x s. 

El le receveur doit avoir le x« denier de 

la recepte, pour son salaire, qui monte: 

v lib. xu d. 
Doil ledit receveur l lib. ix s. 



(I) En marge de cet article on lit: Soit ladite paire d'espo- 
rons (i ores en avant tous les ans rendue au prou/fit de monsei- 
gneur. Mis ou compte ensuivant, 

(i) A la marge de cet article se trouve la remarque suivante: 
Soit respondu ou compte ensuivant d'un relief et x* denier d'un 
fief, eslevé, comme il appert ou compte précédent, par la femme 
Robert de le Douve, oii il en est compté un relief, et desquelz 
reliefs et x* denier elle est illcc charyice , pour ce quelle n'est pas 
aisné et plus prouchain hoir de son père, par la mort duquel 
elle a relevé, etc. Mis ou compte ensuivant. 



354 

XIX. 

9 décembre 1398. — 24 juin 1400. 

Compte de JEHAN DE PROVYN, receveur des reUefs 
des fiefs de to Sale d'Ypre, situées tant en la ville 
et en la cluistelrie £Ypre comme ailleurs, depuis le IX* 
jour de décembie tan mil CCC IIII^ et dix-huit, quil 
fu institué oudit office de recepte, par le receveur de 
Flandres , ou lieu de Pierre le Gay, qui paravant en 
avait esté receveur, jusques à la Saint -Jelian-Baptisle 
mil et CCCC, 

Premiers, de France le Berbi, x tg par., 
pour le relief d'un fief ghisaot en la paroche 
Saint-Jehan, en Ypre, liquelz fief il achata à 
messire Ollivier de Loo , chevalier ; rechea dndit 
France x fif par. 

Item, de maistre Lavsin le Breedb, surgien , 
de iiii'/t mesures et lxvi vergez de terre, 
ghisant en la paroche de Ogheleide, liquelz 
fief ledit maistre Lamsin achata à Collart le 
Beste et à sa femme comme héritière , et vault 
tidit fief XL vil! s. par an; recheu (1). . . xlvih s. par. 

Item, de Jehan Andbies, xi s. par., d'un fief 
ghisant en la paroche de Rosebcike et vault 



(fj En regard des deux arliclcs qui précèdent il csl écrit: Soit 
rendu le x* denier par le bailli d'Yppre. 



35S 

par an zi s. par., en rente, en deniers qu'on 
appielle rudderpennynghe, h lui escheu à cause 
de sa mère ; recheu dudit Jehan xi s. par. 

Item, de Jehan le Roy, d'un fief ghisant en 
le paroche de Fourmizele, liquelz lui esquey 
de Mikiel Qweke, son oncle; recheu dudit Jehan x ^ par. 

Item, de Jehan de Meerkem, un plain-relief, 
d'un fief ghisant en le paroche de Nuevéglise, 
qui vient de medimizele sa mère ; recheu dadit 
Jehan x tg par. 

Item, de ândriu de Zinnebeike, un plain 
relief do x ^, et che pour la verge dont on 
mesure lez terres en Ypre et en la castellerie, 
à lui escheu par transport à lui fait [par] son 
père ; recheu dudit Andriu x fi? par. 

Item, de Victor de Licutervelde , un plain- 
relief de X ffi, du fief de Stades, dont il est 
enhirités de par madame sa mère; recheu. . x f^ par. 

Item, de medemizele Christine Belles, famé 
dudit Victor^ x ffi^ et x ffi^ encores, d'un ifîef 
ghisant en la paroche de Longemaerc et de 
Passchendalle , dont ladite demisele en est ahiritée 
de par lez mains de messire Jaques Belle, son 
père, et che par fassent de madame de Meer* 
kem, ainsnée fille dudit messire Jaques et seur 
de madite demizele , recheu xx |^ par. 

Item, de Lcuis dc Beurtere, un s. par. 
d'un fief ghisant en la paroche de Rosebeqtie, 



356 

liqaels fief lui vient de le femme Guillame del 
Berst, et ante dudit Louis, et vault lidit fief 
iiii s. par an en rentes en deniers ; recbeu . un s. par. 

Item, receu de Jehan Belle et de VicToa db 
LiCBTERVELDE, pour et el nom de medemizele 
Annestacie d'OuItre, chastelleine d'Ypre, x ^ 
par., et che pour le relief du fief du chastel- 
lenie et des appartcnanches, leqnels fief lui 
est venus par le trespas de messire Bauldcwyn 
d*0ultre, père de ladite demizele; pour ce recheu x ^ par. 

Somme, mi"iii lib. m s. par. 

De ce déduit, pour le salaire du receveur desdiz 

relicfz, le x« denier qui monte viii lib. vi s. 
Reste qu'il doit lxxuii lib. xvii s. par. (1). 



(1) A la marge inférieure on trouve la note suivante: Soit res- 
pondu ou compte ensuivant d'un relief et x* denier, d'un fief 
relevé, comme il appert ou compte des reliefs, rendu à la rencnghe 
lanllW et XVIII, par la femme de Robert de le Douve, ou il 
en est compté un relief, et desquels relief et x^ denier elle est 
illec chargée pour ce quelle n'est pas aisné et plus prouchain hoir 
de son père, par la mort duquel elle a relevé, etc. 

Et plus bas: Soit fait ou compte ensuivant un chapitre à part 
en recepte des droittures hiretables de fiefz, et rendu illec les 
esporons deux par Jeban de Women, de cesl an et des ans à 
venir, et d'autres esporons et gans deux par an à monseigneur 
par plusieurs autres personnes y etc. 



357 

ZX. 

1400—1401. 

Compte pour JEHAN DE PKOVYN , des reliefs de la Salle 
d'Ypre, de Van mil et CCCC, à la renenghe de Fan 
mil CCCC et un. 

Recheu, par les mains de Jaquemart Bezaen, 
el nom de Lammekin Moiun, un relief de x S 
paris*, d'RD fief gisant dedens le purosche de 
Bozsinghe, appelé ten Torre, contenant xxxii 
mesures de terre, pau plus ou mains, à lui 
eskeu par le trepus de Jehan Morin, frère dudit 
Lammekin ' x ff par. 

Item, par les mains de Jelian le Droghe, 
pour CoRNiLis DE Hai.ewine, f^ de feu Roe- 
land, un relief de x ffi par., du fief de Watene, 
gisant dedens le parosche de Ledighem, à lui 
eskeu par le trespas de Roeland de Uulewjne , 
père dudit Gornelis z ft par. 

Item, par les mains de Jacquemart Boete- 
man , pour Maiiieu de le Borne, un relief de 
X tK par. de xx 2è par an, à lui esqueus 
par le trespas de Victor de le Borne, que il 
a sur Yespir d'Ypre x ® par. 

Item , par les mains de Casin de le Kerchove , 
pour Rogier Colin, un relief de x fS^ par., 



d*aQ fief gisant dedeos le parosche de Hcghe- 
leide, contenant vi mesures de terre, à Ini 
esqnea par le trespas de maistre Wautier Colin , 
frëre dudit Rogier x fi par. 

Item, par les mains de Tierin de le Walle, 
pour WiLLAHB DE HoLEBEiKB , uu relief de z ff 
par., du fief de Holebeilie, à lui esqueu par 
le trespas de Boudein do Holebcike, son 
frère fu x ff par. 

Item , de Bouüein de Provtx , m ü par. pour 
le relief d'un fief gisant dedens le parosche de * 
Boesinghe, vaiilable m fi par. par an , en deniers 
appelez rudderylield , lequel il a achaté contre 
Jehaone, fille de Joos de Dentrigheem et femme 
de Joos le Mosschere in 9 par. 

Item , de Jehan de Wodvb.i , fieux Gillis, un 
relief de x ff par. d'un fief qu'il acheta contre 
Jehan de Woumen, f^ Bîqueward, gisant dedens 
le parosche de Langliemarc z ff par. 

Somme; lxiu lib. paris. 

De chc a le recheveu r, pour sou sallaire le 

X* denier, qui monte vi lib. vi s. par. 
Demeure, pour monseigneur, lvi Ub. xun s. 

par. 



359 
Item est assavoir que j'ai rechea de Jibam 
DB WouHEH, une përe d'esporons dorez; et pour 
les arriéragez, que ledit Jehan doit encore de 
III ans, est le fief, sur quoy li esporon se 
prennent, cescun an ens les mains du bailli, 
et sera dusques à tant que il ara tout par- 
paiet (1). 



(1) A la marge de cel article on Ht: Il doit lesdiz 'esporons; 
et toit le fief poursui pour les ariérages, et en responde le 
receveur ou compte ensuivant. Mis oudit compte ensuivant. 



TABLE DES MATIEBEa 



PAG. 



Préface 261 

Formules et instroctions pour le dénombrement des fiefs 
aa comté de Flandre, prescrites par Philippe<le-Ilardî, 
vers 1390 266 

Dit zijn de leengoede ghehouden van mînen hère van 
Vlaendren, ligghende binder steide ende binder 
castelrie van Ypre ende de dienste diere toe staen. 269 

I. Eerst, in Sinte-Martins prochie, binnen der steide 

vorseit ib. 

11. In Sinte-Jacops prochie, binnen der steide. . 272 

III. In Sinte-Michiels prochie, Linnen der steide vors. 273 

IV. In de Briel procliie , binnen der steide vors. . 274 
V. In Sinte-Jans prochie , binnen der steide vors. 275 

VI. In de prochie van Boesinghe 277 

VII. In Langliemaerc 283 

VlII. In Mcrcheem 287 

IX. In Staden ib. 



361 

X. In Zinnebeike 

XI. Id Passcendale 290 

Xn. In Rozebeike 291 

XIII. In Nieukerke 294 

XI Y. In Hogheleide 295 

XV. In Roesselare 297 

XVI. In Kaectheem , • ib. 

XVII. In Leidigheem .298 

XVIÏI. In Morsleide SOO 

XIX. In Beisslare 302 

XX. In Zeilebeike ib. 

XXI. In Holebeike 306 

XXÏI. In Houtheem , 307 

XXIII. In Vormezcle ib. 

XXIV. In Ferlingheera 308 

XXV. In Dickebusch 309 

XXVI. In Viamertinghe 310 

XXVII. n Neiderwarstine ib. 

XXVIII. [In] Oackene 311 

XXIX. \n Sandvoorden 312 



II. 27 



362 



APPENDICE. 



Comptes des reliefs de fiefs de ia chàtellenie d'Ypres, 
pour le XIV' siècle. 

I. 1366 — 1367. — Rekeninghe Henric Ricasses, 

vanden relieven ghevallen bin Ypre ende 
bin Ypre-ambocht , zichtent de reJeninghe 
die was in 't jaer LXVI, tote der redeninghe 
ghehouden te Bragghen, in H jaer LXVIl. 313 

II. 1367 — 1368. — Rekeninghe Henric Ricasseis, 

vanden relieven ontfanghen in Ypre ende 
in Ypre-ambocht , in Belle ende in Belle-am- 
bocht, zichtent de redeninghe ghehouden te 
Brugghen in 't jaer LXVIl, tote de redenin- 
ghe ghehouden te Keurtricke in 't jaer 
LXVIII 315 

m. 1368 — 1369. — Rekeninghe Henric Ricasseis, 
vanden relieven ontfangen in Ypre ende in 
Ypre-ambocht, in Belle ende in Belle -am- 
bocht, zichtent de redeninghe ghehouden te 
Keurtricke in 't jaer LXVllI, tote der rede- 
ninghe ghehouden te Brugghen in 't jaer LXIX. 317 

IV. 1369 — 1370. — Rekeninghe Henric Ricasseis, 
vanden relieven ontfanghen in Ypre ende in 
Ypre-ambocht, zichtent de redeninghe ghe- 
houden te Brugghen in 't jaer LXIX , tote 
der redeninghe ghehouden te Keurtrike fn 
i jaer LXX 320 



363 

V. 1371 — 1372. — Rekeninghe lïcnric Ricasses, 
vanden relieven ontfaen in Yprc ende in 
Ypre-ambocht , ziclitent de redeninghe ghe- 
houden t'Ypre in 'tjaer LXXI, tote der rede- 
ninghe ghehouden te Gbend , in Hjaer LXXII. 322 

VI. 1379 — 1380. — Rekeninghe Henric Ricasseis, 
ontfangher vanden relieven in Ypre ende 
in Ypre-ambocht , ontfaen zichtent de rede- 
ninghe ghehouden te Male in 't jaer M. CGC 
LXXIX , tote der redeninghen ghehouden 
te Rissele in 't jaer M. CCC ende achtentech. 324 

Vn. 1381—1382. — Conte Henry Ricases, des 
relies recheus en Ie ville d1pre et en Ie cas- 
telerie , depuis les relenghes tenues à Bruges 
Tan IIII" et I, jusques as relenges tenues 
à Hesdin Tan IHl" et II 326 

VIII. 7 juillet 1382 — 6 mars 1384. — Comptes 
Henri Ricasses, des reliefs rechus en Yppre 
€t en Ie chastellerie , depuis les renenghcs 
tenues à Bedin , Ie VIP jour du mois de 
julle Tan mil CCCIIH" et deux, jusques 
au VP jour de march Tan mil CCCIIII" 
et trois; fait à Lille à la renenghe CCC IIII" 
et six, par la vesve dudit feu Henry . . 327 

IX. 6 mars 1384 — 1386. — Comptes Henri Ricas- 
ses, des reliés rechus en Yppre et en le 
chastellerie, depuis le VP jour de niarch Fan 
mil CCCIIIl" et trois, jusques as renen- 
ghes tenues à Lille Tan mil CCC IIII" et 
VI, fait par la vesve dudit feu Henry. . 329 



3Gi 
X. 1386 — 1387. — Comptez Jehan ie Clerc, re- 
cevear des reliefs en la ville et castellerie 
dTpre, depnys le compte Henri Ricasses, 
fait as renenghes fennes à Lille Tan M. CCC 
IIII" et Yl, jusques as renenghes tenues 
audit lieu Fan M. CCC IHl" et Vil; fait à 
Liste ù ladite renengbe 333 

XL 1387 — 1388. Compteî Jehan le Clerc, rece- 
veur dez reliefs en la ville et castelrie d'Yppre , 
depuis leE renenghes tenuez à Lille Tuu 
M. CCC llll" et VU, durant juques as re- 
nenghes, tenues audit lieu Tan M. CCCllli" 
et wyt 336 

Xli. Che sont li relief deu à monsigneur, en le 
ville et chastellerie d'Ippre, non rechut, si 
avant qu'il me sont venu à congnissance. 338 

X I II . 1 388 — 1 390. — Compte Jehan le Clerc , reche- 

veur des reliefs en la ville et chastelnie 
d'Yppre, depuys les renengez tenues à Lille 
Tan M. CCGIllI'* et wyt, durant jusquez 
as renenghes tenues audit lieu Tan M. CCC 
Illi" et dys 340 

XIV. 1390 — 1391. — Compte Jehan le Clerc, re- 
' cheveur des reliefs en la ville et castelrie 

dTppre , depuys les renenges tenues à Lille , 
Tan M. CGC Illl" et dys, durant jusques 
as renenges, tenues à Lille, Fan M. CCC Illi " 
et onze 542 

XV. 1391 — 1392. — Compte Jehan le Clerc, reche- 
veur des reliefs en la yille et castelrie 
d'Yppre, depuys les renenghes tenuez à 
Lille Tan M. CCC IIII" et onze, durant jus- 



56^ 
qiics as renenghes tenues à Lille Fan M. CGC 
ini" et douze 544 

XVI. i3 mars 1394 — 1396- — Compte Pierre le Gaey, 

receveur des reliefs des fiefs tenus en fié et 
en hommage de mon très-redoubté seigneur 
monseigneur le duc de Bourgongne, cante 
de Flandres , en s» ville et chastelnie dTppre , 
de ce qu'il a receu desdis reliefs, depuis le 
Xlll« jour de mars Tan mil CGC Iltl" et 
treze, qu'il fist le serment dudit ofBce, jus- 
ques aux renenghes Tan mil GGG 111 " et 
XVr; rendu à Lille 545 

XVII. 1396—1398. — Compte Pierre te Gay, rece- 

veur des reliefs des fiefs, tenus en fief et 
en hommage de mon très-redoubté seigneur 
monseigneur le doc de Bourgongne, conte 
de Flandres , en sa ville et chastelnie dTpre ,. 
de ce qu'il a receu desdis reliefs, depuis> 
les renenghes Tan mil GGG II Ih^ et sezc,, 
jnsques aux renenghes Tan mil GCGIIII" 
et dix-wyt; fait à Lille, à ladite reucnghe 
IHl" et dix-huit 5*8; 

XVllï. 4398 — 9 décembre 4398. — Compte Pierre le 
Gay, receveur des reliefs des fiefs, tenus- 
en fief et en hommage de mon très-redoubté 
seigneur monseigneur le duc de Bourgongne , 
conte de Flandres , en sa ville et castelnie 
dTprc, de ce qu'il a receu desdis reliefs, 
depuis les renenghes Tan mil CGC IIll*' et 
XVIII, jusques au IX* jour de décembre 
Tan dessusdit, que Jehan de Provin fu com- 
mis et institué audit office; fait et rendu 
à Lille , à la rcnenghe mil CGC lUl'* et XIX. SS3L 



366 

XIX. 9 décembre 1398. — 24 juin 1400. — Compte 

de Jehan de Provyn, receveur des reliefs 
des fiefs de la Sale dTpre, situées tant en 
la ville et en la chasteirie dTpre, comme 
ailleurs, depuis le IX" jour de décembre 
Tan mil CGGIlII^'et dix- huit, qu'il fu in- 
stitué oudit office de recepte , par le rece- 
veur de Flandres , ou lieu de Pierre le Gaj , 
qui paravant en avoit esté receveur, jusques 
à la Saint-Jehan*Baptiste mil et CGGG . . 354 

XX. 1400 — 1401. — Gompte pour Jehan de Provyn , 

des reliefs de la Salle dTpre, de Tan mil 
et GGGG, à la renenghe de Tan mil GGGG 
et un 387 



INDEX. 



NOMS DES PEBSONNBS. 



Andrîes, Jean. 288, note 2, 354 
Andrîes, Pierre. . . .318 
Asseit, Guillaume vander, 300 

B. 

Bailleul, Pierrede . . 319 
Baudrenghîen, Hector de. 352 
Bavendamme, Sohier van. 313 
Beaurewart, Thierri de 

Medem , gire de . . . 272 
Beer, François de . 277, 354 
Beer. Nicolas de. 302, 350, 351 
Belle, Avesoete . 276, 316 
Belle, Barthclcmi. 274, 275, 
331, 338 



Belle, Christine ... 355 
Belle , François. 279. 280, 353 
Belle. Galois. . 275, note 2. 
Belle, Georges. 310, note 1. 
Belle, Gui . .303, note 5. 
Belle, Jacques. 272, note 4, 282. 

note 7, 284, note 4, 289, note 
5, 316, 334, 335 
Belle, la femme de Jacques. 

289, note 5. 
Belle, la fille de Jacques, 

dame de Merckem . . 255 
Belle, Jean. 275, note 2, 280, 

notes, 303 notes 1 et 2, 315, 

353, 356 

Belle, Nicolas. 303, 315, 316 

Belle, Pierre .... 316 



368 



fieke, Pense Tander . . 333 
Beke, la fille de Fcnsc van- 
der 333 

Bcke, GaiHaame vander . 320 
Berghe, Jean vanden. 283, note 

3. 343 
Bergbe, Josse randen. 282,322 
Berst, Gaillaume vander . 356 
Bertene, Jacques de • • 314 
Beste, Golard Ie ... 354 
Bezaen, Jacques . . . 357 
Bicschote, Clais van. 310, noleS 
Bitevox, Barthélcmi. 292, note 
7,342 
Bitevox, Jean . . 292, 342 
Blonde , Jean de . . . 289 
Boddaert, Christine. 274, 318 
Bode, Daniel de. 294, note 1, 

320 
Bode, Jean de . . 294, 320 
Boeteman, Jacques. • . 357 
Bontin, Jean. 293, note 4, 294 

note 5. 
Bontin, Boger .... 339 
Borne, Eustache vander . 324 
Borne, Matthieu vander. 357 
Borne, Victor vander. 312, note! 
Bouchout, Jean van . • 294 
Bouts, Jacques. . . . 353 
Breede, Lamsin de. 296 note 
2.354 
Broederlam, André. 277, 317 
Broederlam, Catherine . 328 
Broederlam, François. . 285 
Broederlam, Eloi. 346,317,350 
Brocderlam, Jean. 302,328,316 



Brune, Jeaude. 296, note6,324', 
Busschere , Jacques de. 288, 323 



Caes, Jean de . . . . 291 
Canin, Daniel. 285, note 5^34d 
Catherine, femme de Bau- 
douin Scelewen . 284, 314 
Clcrck, Jean de. 286. ib note 2 
322,333,336,310,312. 344 
Colin, Roger. . . 357, 358 
Colin, Walter. 295, 327, 35» 
Compengi, Jacqueline de, 

dame de Nojelle . . 340 
Coppele , Catherine vander 31 S 
Coppele, Louis vander . 318 
Coppin, Gilles . 281, 314 
Coppin, Thomas . 282, note 3 
Corte, Hannekin de . . 345 
Corte, Jean de, 281, ib. note 3 
320, 345 
Corte, Lammin de • . . 296 
Corte, Martin de. . 281 , 320 
Corte, Tristan de . . . 320 
Crabbe, Thierri . 290, note 3 
Crabbe, Walter . . . 314 
Croeselin, Walter . 308, 322 

D. 

Dammaert, Jacques . . 326 
Dammaert,Pierre288note 5, 326 
Damme, Pierre vanden. 299 n. 4 
Damme, la femme de Pierre 
vanden . . 299, note 4. 



569 



Dauwer, Jean de . . . 323 
Deise, femme de Pierre 
' Reyphins . . / . . 277 
Denterghem , Jeanne van . 558 
Denterghem , Josse van. 279, 
note 4, 3S8 
Denterghem , la fille de 

Josse van. . 219, note 4. 
Deurwaerdere, Nicolas de. 3i1, 
note 2. 
Dixmude, François van. 277 n. 3 
Douaj, Alexandre de. . 340 
Douve, Robert de la. 272, note! 
349, 353. 356 
Drooghe. Jean de . . . 357 
Droom, Jean. 288, n. 3, 342,353 

E. 

Eechonte, Jacques vanden. 304, 
note 2 
Eecboute, Jean vanden. 304, 
307,331.335,339 
Eidewaerd, Nicaerd . .310 
Erelghem, Gérard van. . 333 
Erelghem,Ide, van 297, 298, 333 
Escornaix, messire d' . . 331 
Essche, Rogier van. . . 296 



Folkier, Henri . . 281, 333 
Folkier. Pierre. . . .281 
Fontaines, Eustache de.329,338 
Fontaines, Terin de . . 329 



G, 



Gaey, Pierre de. 284. noie % 
342,345,348,352,354 

Gherbode , Pierre. 306, note 5 
Gillioen, Jean . . . •311 
Gillioen, Jean, le jeune . 333 
Goetgebner, François . . 341 

H. 

Halewyn, Corneille van . 357 

Halewyn, Guillaume van. 298, 

note 1 . 

Halewyn, Roland van. 298, note 

3,342,344,357 

Hallebast, Christine. 274, note 

5,352 

Hallebast, Coppin . . .318 

Hallebast, Hannekin. 274, note 

5,318 

Hallebast, Jean. 274, note 5. 92 

Hallebast, Pierre ... 274 

Handschoemakere , Jean de. 304 

Hauwe, Elisabeth vander • 328 

Hauwe. Jean vander. 296, 314 

HauweelEnguerr^.302 ,322. 329 

Hauweel, Roland . . . 329 

Heede, Ghislain vanden. 284, 

• note, 1 ,341 

Heede, Guillaume vanden. 309, 

note , 2. 

Heede, Jean vanden . . 338 

Heins , Pierre. 288, note 1 . 



370 



Renau, HannekiQ van. . 3^4 
Henau, ü.van 291 ,'292,323,330 
Heoaa. Jean van, 296, note 3. 
Henau, Nicolas van . . 334 
Henau , Walter van . . 323 
Ileurtere, Hugues de. 287, 313 
lleurtere, Louis de • .319 
Beurtere, Marguerite de. 313 
Herebrecht, Thierri . . 276 
Hildebrand, Jacques. 279note3 
Uingettes, Baudouin de, dit 

Cardoen . 297,298,330 
HoIIebeke, Baudouin van. 306, 
ib. note 5, 349, 358 
HoIIebeke, Guillaume van. 358 
HoIIebeke, Henri van. 321, 350 
Hove. Gossuin vanden . 329 
Uove, Jean vanden . . 333 



Kengeburch, Jean van. 280, 285, 
note 8. 
Kerchove, Casin vanden. 357 
Kerchove, Henri vanden 273, 
ib. note 2. 
Kerchove, Jean vanden. 287, 

notel, 308, note 1. 
Kerchove , la fiile de Jean 

vanden . . 287 , note 1. 
Kerchove, Louis vanden. 287 , 

notel, 308, note 1 
Kerchove, Nanne vanden. 330 
Kerckstede, Josse van . 336 
Kerckstede , Louis van . 336 
Kilhem, André van. 282, note 6 
Kiihcm, Hannekin van. . 282 
Kilhein, Pierre van. . . 282 



J. 

Jacqueline, femme de Denis 

van Schoonvelde.280, note 2. 
Joigny, Jean de . • . 271 
Jonghe, Georges de. 347, 351 
Jonghe, Jacques de . « 353 
Jonghe, Snonc d6.347, 351 , 353 



Keerel, Jean de . . .315 
Kelgeweel, Henri . . . 300 
Kelgeweel, Jean . . . 339 
Kemmel, Guillaume van . 309 
Kemmel, Laurent van. 309, note 
1,327 



Lancbeen, Louis . . . 323 
Laris,Lamsin303, n.6,315,318 
Lattre, Henri de . . . 338 
Lattre , Jean de. . . • 344 
Lauwers, Daniel . 288, note 1. 
Leiveghem, la femme de 

Robert van. . 289, note 4. 
Lichtervelde , Catherine 

van 352 

Lichtervelde, Jacques van, 

288. 293, note 3, 31 8 
Lichtervelde, Louis van. 288, 

293, note 3, 294, 308, note 2, 
318,328,339 
Lichtervelde, la fille de 

Louis van . . . .331 



S7] 



Lich(ervelde^Meyne van 282,338 

Lichtervelde, Roger van . 308 

Lichtervelde, Victor van. 294, 

note 3, 328, 352, 3S5, 356 

Lille . Casin de . . 317,340 

Lille, Marie de ... . 340 

Loo, André van. 276, 316,338 

Loo, Avesoete van. 322, 338 

Loo, !afilled*Avesoetevan. 338 

Loo , Catherine van . . 352 

Loo, Gilles van. ^73, note 1, 

276,note 1,324, 326 

Loo , Jean van. 275, 276, 307, 

330, 345 , 352 

Loo, Lambert van. 271,276, 

324, 326 

Loo, Olivier van. . 345, 354 

Loo, Thomas van • . . 273 

M. 

Malfeit, Agnès. ... 332 
Malfeit, Alix .... 332 
Malfeit , Louis .... 324 
Malfeit, Walter . 290, 332 
Marie , femme de Jean de 
Brune 314 

Marie,veuvedeWalbertvau 
Roosebeke Foy. Marie de 
Vriend 
Masmines, Gérard de. 317, 336 
Masmines, Walerand de. 277, 
note 6, 283, note 1,336 
Medem, Catherine de. 282, 318 
Medem, Jean de . . . 295 
Medem, Thierri de, sei- 



gneur de Beaurewart . 272 
Meeze , Jean. 285 , note 1 , 346 
Meeze, Jeanne . . • . 346 
Merckem, ludame de. Voy. / 

Belle 3)^5 ƒ 3 

Merckem. Jean van. 335, 355 / 
Merckem, la femme de Jean 

van 335 

Mesnil, Marie du • • . 340 
Moerkerke, Jean van. 289, 298 
Moine, Pasquier le. 286, note 5- 
Monick, de. Voy. le Moine. 
Morin, Uannekin . . . 346 
Morin , Jean. . • 279, 357 
Morin, Lambert. 278, 279,281 
Morin, Lammekin.279, note 1 , 

357 
Moorslede, Anastasie van , 

dame de Staden. 287, 340 
Moorslede, Jean van, sire 

deStad6n.293,314,331,340 
Moorslede, Walter van . 300 
Mosschere, Josse de . • 358 

N. 

Nevele , Walter van . . 320 
Nevele, van, dame 

de Zweveghem . • • 320 
Noordheere, Nicolas de . 290 
Noyelle, la dame de. Fcnj. 

de Compengi . 

O. 

Oullre, Anastasie d\ châte- 
laine dTpres ... 356 



372 



Oultre , Baudouin d\ châ- 
telain dTpres . 348 , 356 

Oultre , Jean d\ châtelain 
d'Ypres 349 

Oultre, Marie d\27i. note 1,349 

Overdriesch , Guillaume 
vao 300,339 



Passchendacie, Roger van. 291, 

331,338 

Pasâchendaele, Waltervan. 291 

notes 3 et 4, 331 

Pauwels, Jean. 294 , note 2. 

Peene, Jacques vun 338, 349 

Peene,Pierrevan 285,0.5,349 

Peene, Walter van. . • 338 

Pitte, Rogier vanden. 274 note 3 

Plankenare , Gérard de. 278, 

note 1.336 

Plankenare, Jean de. 278, 336 

Poitevyn, Jean • • • ,319 

Pré, Jean du • • • • 336 

Pré, Ie fils de Jean du • 336 

Priem , Chrétien. 284, note 9. 

Priem, Jean • • . • 284 

Provyn, Baudouin van.279,note 

4.358 

Provyn, Jean van. 271, note 7, 

362,354,357 

Puydt , Catherine de. 309, 337 



Rabeke, Jean van . . .319 
Remi, Baudouin 280, 284, 28S 
Reyphins, Pierre . . . 277 
Rikasseis, Henri. 280,313,315, 
317.320,322 324,326,327, 
329,333,337, note 1 
Rikasseis , la veuve de 

Henri 327, 329 

Rollegheni , Ie sire de. . 344 
Roosebeke , Aimée van . 337 
Roosebeke , Jean van • • 330 
Roosebeke , Lamsin van. 293» 
337 , 338, 33» 
Roosebeke, la fille de Lam- 
sin van • . . • • 338 
Roosebeke , Michel vao • 329 
Roosebeke, Walbert van. 273, 
304 , note 5 , 322 
Rosimbos , Marie de • . 330 
Roulers. Jeanne de. 329, 333 
Ronsselare. ^'oy . Roulers. 
Roy, Jean le ... . 355 
Rugghinvoet, Christophe. 278, 
note 2, 334 
Rugghinvoet, Jean 273, note 2 
Rugghinvoet, Michel. 274,note t 
Rugghinvoet, Pierre . . 334 
Ruysselede, Jean van. 272, 317 
Rycke, Georges de. 273, note 
6,33^ 
Rycke, Kanekin de. 276, note T 
Hysscl. Voy. Lille. . . 



QuckC; Michel 



308. oH5 



s. 

Sage, IlaoDeliiD le. . . 550 
Sage , Sohier le. . 330, 351 
Scachterweghe, Arnoul van. 

303 
Scachterweghe , Béatrice 

van . . 303, note 4, 334 
Scacterweghe , Jean van • 334 



Scaec , Martin . 
Scaec, Mathieu. 
Scaec , Nicolas . 
Scatiin, Denis • 



327, 333 
327 
34i 

309 



Scelewen, Baudouin. 284, 314 



Scerebaerd, Lamsin . . 281 
Scerebaerd , Thomas • .314 
Scharlaeken , Guillaume. 288, 
296. 332 
Scheehem, Jacques van . 330 
Schoonvelde, Denis van, 

280, note 2 
Schoorisse, van. f^ty. d'Es- 

cornaix 
Schoutetcn , Paul de . . 295 
Scoten, Christophe van. 292, 
339, 348 
Scoten , le fils de Christo- 
phe van . . . * • 330 
Scoten, Jean van . 305, 350 
Scoten, liichel van. 305, note 
1,350 
Scoten, Pierre van. 292, note 4, 

348 

Slehaeglie, Georg'îs vander. 297, 

note 1. 



873 

SIehaeghe , Nicolas vander 297 
Slingher, François. 278, note 
4,337 
Slingher, Lamsin. 278,337,338 
Slyp, Guillaume. 292, note 3 , 
293, note 3, 318, 337,348 
Slyp, Jean. 278, 291 ,note 2,318 
Staden , le sire et la dame 

de. Voy. Moorslede. 
Staden, messirî de. . . 338 
Stalpaert, Jean. . . .312 
Steenhuyse, la dame de . 3o2 
Stoop , Jean de . . . 344 
Storme, Griele. . . 
Straten, Josse van . 
Straten, Richard van. 279, 320 
Straten , la femme de Ri- 
chard van 286 

Strazeele , François van . 316 



T. 

Terninc, Baudouin. 290,327 

Terninc, Walter. 290, note 

3, 327 

Thourout, Christine yao, 276, 

351 
Thourout, Coppin van . 324 
Thourout, Jacques van. 271 , 

301 
Tollenare, Guillaume de. 297, 
note 2, 340 
V. 

Valcke , Alard . 275 , note 4. 
Vale , Jacques vanden . 310 



374 



Vale, Robert vanden. 294, notc2 
Veste, Jean vandor . . 283 
Veste, Thomas vander . 342 
Verken. Jean. 299.300,338 
Verken , Ie fils de Jean . 338 
Vierdinc, Elisabeth . . 279 
Vierdine, Michel . . . 274 
Vierdinc, Pierre . . .274 
Vierdine, Roger . . . 279 
Visch, Henri de. . 333, 33 1 
Visch, Marie de. 274, 331. 338 
Vleneke, Gaillaame van. 292, 

323 
Vleneke, Lamsin van . 315 
Vleneke, Lonis van. 323, note 1 
Vos, Jean de. . 294,339 
Vremde, Jean de. 290 , note 4 
Vremde, Ie fils de Jean de . 

290. note 4. 
Vriend, Jean de . . . 296 
Vriend, Marie de, 273, 304, ib. 
noteo. 
Vroede, Jeande. 303 note 6, 315 
Vroede, Marie de . . . 322 
Vroede, Siger de. 276, note 4. 



Wankaerd, Jacques . . 322 
Wankaerd, Jeanne. . . 334 
Wankaerd, Thierri. 315, 352 
Wanker, Jacques de. 286. note 2 
WatervIiet.Thierri van 283, 322 
Weert, François de. 282. 345 
Weert, Jacquesde282, 343, 545 
Wicke, Louis. 292, note 8, 323 
Wilde. Henri de . . . 319 
Wilde , Robekin de . . 319 
Witte, Adeün de. 281 ,510,344 
Witte, François de . . 287 
Woumen, Gilles van . . 358 
Woomen, Jean van. 275, note i 
286, note 1 , 308, note 1 , 523, 
353,556.358. 359 
Woumen, Ricke van . . 274 
Woumen, Roger van. 508, 523 



Yde, Jacques .... 558 
Ypre, Ie bailli d\ . .290 
Ypre, Ie vicomte d' .269, 271 
Ystaes , Nicolas . 510, note 2. 



W. 



Waele, Jacques de. . • 284 
Waele, Nicolas de. . . 284 
Waghenaere, Pierre de . 324 
Walle, Raugheliu vande . 286 
Walïe, Thierri vande . . 358 
Wankaerd, Fencc. 284, 286, 
note4,288,514,520 
Wankaerd, Henri. 286, note 3. 



Zillebeke , Jean van . . 505 
Zillebeke,Rolandvan.505,note2 
Zonnebeke, André v^n . 555 
Zonnebeke^Lauwerkinvan. 542 
Zonnebeke , Pierre van. 282, 
note 4, 542 
Zoutene, Louis van . . 525 
Zweveghem, la dame de. 520 



KOMS DES LIEUX. 



A. D. 

Ardoye 301 Dickebusch. 309,340,527.534 

B. P. 



Becelaere . . 302 , 322 . 329 

Belle 315,317 

Belle-ambacht.315,316,317,319 
Boesinghe. 275, 277, 279,280, 

282,314,317,318,320,333, 

334,336,337,343.345,346, 

353. 357, 358 
Briel, den, à Ypres, 274, 276, 

278.282,343,344.345 
Bruges, 313, 315, 320, 326.348 
Buunre 301 



Caectbem. 297. 330, 333, 340 

Caend, de 280 

Carpentator 271 

Catherine, Thôpital de Sain- 
te- , à Ypres .... 304 
Comenstraete .... 305 
Courtrai . . 315,317.320 
Craybeke . . . . 283 , 317 
Cruulbrouc, de. . . . 273 



Franc de Bruges 
G. 



287 



Gand 322 

Ghelaveld 305 

Groenre strate, ter . . 316 



Heeckenborch .... 312 
Heide, ter . . . 293,340 
Henau , 't goed te . . 294 
Hesdin . . • . 326,327 
Hollebeke . 306, 321, 358 
Hooghiede. 288 , note 5, 295, 

297, 314, 327, 328,334, 

354, 358. 
Iloutthem. 305. 307. 331 , 335 



Iseghem. 311, note 2, 329, 333 



376 



Jacques. Saint-, à Ypres, 272, Neuve-Églrse. Voy, Nien- 

276. 282 .31 7 .330.331 .345 , kerke. 

354 Niep-Église 319 

Jean, Saint-, à Ypres, 275, Niepkerke. /'oy. Niep-Eglise. 

,277,282.316,324,345,351 Nieuwkerke . 294, 333, 336, 

355 

L. Nienport, à Ypres . . 273 
Notre-Dame, Thôpital de , 

Langhemarck, 276,283,295, à Ypres 394 

note 1,313, 314,315, 317, 

320.322.328.336.341.346, O. 
347,349.351,353,355,368 

Ledeghem, 298, 299, 325, 344 Ouckene. 297, 31 1 , 327, 333 

Lille, 324, 327, 329, 333, 336. Oudenhove, le fief d' . 331 
340, 342, 344, 345. 348. 352 

P. 
M. 

Passchendale , 284. 290 , 301 , 

Maldeghem 301 314. 524, 327. 331, 355 

Maie 324 Pré. (Prieel), Le fief du, 

Martin. Saint-, à Ypres .269 à Verlinghem • . .336 

Meezeghem 298 

Merckem . 283, 287. 294, note 6. B. 
Mersch, ter, . • • . 308 

324 Rode , le fief de, à Gaec- 

Messines. . . . 304 . 305 them 340 

Michel. Saint-, à Ypres, 273, Roosebeke.283.284.291 ,320, 

318. 323. 330, 352 323, 328, 330, 337, 340, 342, 

Moerkerke . 279 , 280 note 5 348. 352, 354, 335 

Moorsiede • . . 300 , 301 Roulers 297 

Morsele. ... 299 note 6. Ruebelins-Ekc .... 304 

Mortale. Voy. Mor&ele. . Ryssel- ambacht. . . • 290 
Muelne Wal. de ... 297 



377 



S. 



Scachterweighe . . . . 303 
Scachterweighe , H hof te , 303, 

315 

Schier velde 302 

ScoehuQS , 't, à Ypres , 271 , 

324 
Staden, 287, 296, note 6, 318, 

323,326,333.340,353,335 
Staden , Téglise de. 288, note 5 

Sieenwerke 316 

Stoc Tivere , den , 293, note 3 
Struvins, 't hof te, • . 312 
Sturen hof • . • • 



Torre, ten, à Boesinghe. 357 

V. 

Verlinghem. 308, 325, 331 , 336 

Veste, ter, 283 

Vlamertinghe • • . • 310 
Vormezeele. 307,323. 352. 355 
Vrilande, ten, . . 277, 317 

Waerde, ter, .... 276 
Waesten. Neder-, . . .310 
Walle. ten.. . . 303.315 
Wnrneton, Bas-. Voy* Ncder- 
Wacsten. 



Watene , 't goed te, à Le- 
deghera . . 298, 344, 357 

Waterbeke 277 

Wervicq. . . . 312, 320 
Wytschaete 304 

Y. 

Yper-ambacht, 295, 313, 314, 

315.317.318,320,322,323, 

324, 3^5 

Ypres, respierd',271,312,note 

1, 324. 329, 349, 357 

Ypres. lasalled'. 269,280 note5, 

282.287.309,ib.note2,312, 

326,327,328,329,330,331, 

332,333,334,335,336,338, 

340,342,344,345,347,348, 

351,352,354,355,357 

Ypres, Ie tonlieu d',. 270, 271, 

Ypres, ie vicomte d', . . 269 

Ypres. la ville d*, 276. 282, 313, 

315. 317, 320. 322. 324.326, 

327,329,338,340,342,344, 

345,348,352,354,355, 



Zadelt, ter .... . 274 

Zand voorde 312 

Zillebeke, 302,304, 305, 315, 
316.318. 322.330.331.334, 
335, 346. 347. 350, 351 
Zonnebeke. . 289, 342, 344 
Zwanebrugghe , au Briel, 
près d'Yprcs. . 281 , 344 
II, 28. 



/".t// 



578 



EBBATA. 



Pag. 4< note 1 , lig. 4, aa lieu de: note 4, lisez: note 5. 
P^àg.J^, lig. 8, au lieu de: Àvezoeten Andries, wedewe van 

Loo élisez: Avezoeten, Andries 
/ wedewe van Loo. 

Pag. 9/6, V\g. 21, an lien de : filins, lisez: filia. 



379 



LA 



SEIGNEURIE DE GUISE, 

DITE COUTHY OU COÜCY, 
A BIXSCHOTE. 



Les traces historiques de la féodalité dispa- 
raissent si rapidement, qu'on finira par ne plus 
en connaître que le nom. Que de seigneuries, 
avec leurs prérogatives, sont oblitérées; que 
de fiefs, avec leurs droits et leurs arrière -fiefs, 
sont oubliés! 

Chaque commune comptait plusieurs fiefs, 
relevant de l'une ou l'autre seigneurie. Aujour- 
d'hui, que les titres de ces propriétés ont dis- 
paru, on aime bien à fixer, pour l'intelligence 
des chartes, la vraie consistance de ces biens 
féodaux et, pour en donner un exemple, nous 
produisons ici une de ces pièces originales'. 



380 

Elle est relative à la seigneurie ou baronnie 
de Guise, s'étendant dans plusieurs coniniunes, 
nommées dans la charte, ou acte de relief 
officiel, daté du 7 novembre 1696. A cette 
époque, le comte de Monterey possédait la sei- 
gneurie. 

Les vestiges les plus anciens de la seigneurie 
de Bixschote remontent au quatorzième siècle; 
alors elle appartenait aux seigneurs de Coucy 
de France, dont elle a emprunté le nom. Mes- 
sire Aubert de Coucy releva la seigneurie comme 
Beer de Flandre. Dans le dénombrement qu'il 
en fit, Tan 1388, il dit tenir cette terre en foi, 
hommage et baronnie des comtes de Flandre, 
et qu'elle s'étendait es paroisses de Langemarck , 
Jabbeke, Bixschote et autres localités. Les Coucy 
portaient face de vairs et de gueules de six pièces. 

Lespinoy dit que les Halewyn possédèrent 
longtemps la baronnie de Coucy, jusqu'à ce 
que Jeanne, fille de messire Jacques de Halewyn, 
la porta en mariage, avec d'autres belles pro- 
priétés, à messire Guillaume de Claerhout, sei- 
gneur de Pithem, Coolscamp, etc. De cette 
alliance naquit messire Jacques de Claerhout, 
qui, de sa seconde femme (1), Anne de Mérode, 
fille au seigneur de Frentz, eut deux enfants, 
messire Lamoral de Claerhout, baron de Mael- 



(!) H ^lait veuf en premières noces de Françoise de Gavre, dile 
d'ËsconuiiXf dame de Bevercn, vicomiessu d'Krombodcghem ; sans 
enfanls. 



381 

deghem, Ütkerke etc., époux de dame Françoise 
d'Ognîes, fille au seigneur de Beaurepaire et 
Odilia de Claerhout. Lamoral de Claerhout pro- 
créa deux filles: Anne et Odilia; l'ainée s'allia 
au marquis De Croy et leurs enfants moururent 
sans génération; la cadette (Odilia) se maria 
à don Balthasar de Zuniga y Mendoça. Odilia, 
fille de Jacques de Claerhout, épousa Jacques- 
Philippe de Gand, comte d'Iseghem, mariée à 
Marie-Isabelle de Mérode, dont: 

a) Isabelle-Claire de Gand , comtesse de Solre , 
dont un fils et 

h) Balthasar de Gand , prince de Mamines , qui , 
en mourant, laissa Charles, prince d'Iseghem, 
et quelques filles. 

La terre de Coucy, à Bixschote, passa de la 
famille de Zuniga y Mendoza dans celle de Fon- 
seca y Ayala (1) et enfin Agnès de Zuniga y 
Fonseca la porta en mariage à don Juan Do- 
mingo, comte de Monterey et de Fuentes, mar- 
quis de Terracona, gentilhomme de la chambre, 
lieutenant-gouverneur et capitaine-général des 
Pays-Bas et de Bourgogne. 

Aucun enfant n'étant né de ce mariage, il 
s éleva une contestation aux fins de savoir, en 



(i) Isabelle de Zuniga, épouse de don Fernando de Fonseca, 
comte de Ayala, clc. fut insiiluée héritière de feue dame Anne 
de Claerhout, marquise de Lisbourg, comtesse de Croy, baronne 
de Maldeghcm, de Coucy, etc., épouse de messire Jacques de 
Noyeiles, sa tante, par testament du 4 Août 1636. 



382 
cas que la comtesse de Monterey décédât sans 
enfants, lequel des deux, M"" le comte de Solre 
ou Balthasar de Gand, prince de Masmimes, 
serait Théritier féodal de la dame de Zuniga. 
Le premier était le fils aîné de la fille aînée de 
Philippe Lamoral de Gand, comte d'Iseghem, 
le second était le cadet de Balthasar de Gand, 
fils aîné du même comte, mais plus jeune que 
la comtesse de Solre. 

Dans un mémoire , écrit à Bruges , le 26 Juin 
1699, et signé: Van der Planken, L. Van den 
Sompele et C. Ysembaert, et dont nous pos- 
sédons la copie, il est dit: " Que Philippe- 
Emmanuel De Croy, comte de Solre, et Charles, 
comte de Gand , sont en même degré au susdit 
Jacques de Claerhout, baron de Maeldeghem, 
dont les fiefs de madame la comtesse de Mon- 
terey sont devenus, si le cas arrivait que la 
dite dame comtesse de Monterey décédât sans 
enfants, le susdit sieur comte de Solre, étant 
l'ainé, et selon les lois et coutumes générales 
de Flandre, serait préférable à la succession 
des biens féodeaux, que la comtesse délaissera 
en Flandre, provenant de la maison de Claer- 
hout, sans prendre égard si l'un ou l'autre des- 
cend d'une fille aînée ou cadette , vu que repré- 
sentation en Flandre, en succession féodale n'a 
lieu, mais après le trépas du propriétaire le 
fief succède et échoit au plus prochain et aîné 
lignacier et est, faute de ligne directe ou col- 
latéral mâle (mâle toujours) et en tout cas de 



383 
succession féodale précédant le sexe féminin en 
égal degré. 

" Que, selon les dites coutumes générales, 
madame la comtesse de Monterey ne peut dispo- 
ser , par testament ou donation , d'un tiers , quint , 
ou autre part desdits fiefs sans le consentement 
de son hoir apparent, ne fut que dans les 
coutumes particulières de la cour féodale, dont 
les dits fiefs éont tenus et mouvants, l'on trou- 
verait quelque disposition ou permission con- 
traire au droit commun, ce qui n'est pas appa- 
rent et pour à quoi satisfaire on devrait être 
informé de quelles cours lesdits fiefs sont tenus. 

" Sur le dernier point , que la dame comtesse 
de Monterey est permis, avec le consentement 
du sieur comte son mari, de disposer, vendre 
et aliéner entre vifs les biens allodiaux qu'elle 
peut avoir dans la même province et sur telle 
condition que bon lui semble, en observant les 
œuvres de lois de déshéritance et adbéritance 
accoutumées et par testament, sans les dites 
œuvres, moyennant que la disposition n'excède 
le tiers des biens qu'elle délaissera. „ 

Le prince de Croy succéda comme héritier 
féodal de la comtesse de Monterey. Ses descen- 
dants possédaient encore la seigneurie de Couchy 
en 1788. 

Le comte de Monterey , dont il est parlé dans 
ces notes et dans le rehef de la baronnie de 
Coucy, était gouverneur des Pays-Bas pour le 
roi d'Espagne; il fut remplacé dans ses fonc- 



584 
tions, en 1673, par le duc de Villa-IIermosa 
et vivait encore en 1701; — des comptes de 
la seigneurie de Maeldeghem, aux archives du 
royaume, le prouvent. 

Louis XIV s'est annexé les revenus de la jus- 
tice de la seigneurie de C.oucy, après ses con- 
quêtes en Flandre. C'est de cette confiscation 
qu'il est dit dans le relief de 1696, " laquelle 
baronnie a haute, moyenne et basse justice, a 
présent confisqué au prouffit de sa Majesté, 
servant icy pour mémoire. „ 

Les armoiries de la seigneurie de Bixschote, 
ou Coucy étaient: d'argent, à la bande de 
gueules et le cri des anciens seigneurs était : 
Place à la bannière. 



F. V. 



58S 



ESTAT et déclaration que font Bailly, Bourdimestre et 
Eschevinsde la paroisse de Bixschotte, chastellenie d'Ipres, 
de toutes les terres, seigneuries, cours féodeaux et fiefs, 
y dépendant et ce pour satisfaire à la lettre de Monsei- 
gneur Demadrys, intendant de la justice, pollice et 
finances en Flandres, du costé de la mer, en datte du 
7 Novembre 1696(1); comme aussy en satisfaction de la 
lettre de Monsieur Monsringny, escrip a Messieurs les 
Bailly et Eschevins de la sale et chastellenie d^Ypres, 
avec r ordonnance de mesdicts seig"' du S décembre ^ si- 
gné: J. De Wavrans, y dessus, comme sensuit, pour 
autant regarde nostre coignessance. 



Prismes est a netter que la paroisse de Bixschotte est 
a MoDS' le comte de Monterey, j faisant partie de la ba- 
ronnie de Guise, dict Gouchy, laquelle baronnie s'extend 
scavoir dans la chastellenie dlpres es paroisses de Bixschote, 
Langhemarcq, Sonnebecke et Passchendaele et au Francq 
de Bruges, es paroisses de Zevecotte, Jabbecke, Zande, 
Stalhille, Noortzevecotte et Sweveghem, laquelle baronnie a 
haute, moyenne et basse justice , a present confisqué au 
proufSt de Sa Majesté, servant icy pour mémoire. 

Item la ditte paroisse de B/xschote contient tant en fiefs 
que terres cottiêres, environ de douze cens mesures et 
dont beaucoup desdits terres cottieres et fiefs sont a pré- 
sents en frisques (friches) et vagues, chargés les terres 



(1) En 169C, Yprcs apparlenail à la France. 



386 
cottieres ponr autant qui sont soubs laditte baronoie, à 
Bixscbote, de dix deniers par mesure, pour petites rentes 
deu (dues) audit seigneur, dont le droit de los et ventes 
des terres cottieres à Bixscbote n^est pas deu. Servant icj 
pour mémoire. 

Item en laditte paroisse de Bixscbotte sont enclavés 
trente un fiefs petits, qui sont tenus de laditte baronnie 
et dont il j en a sept ou huict, qui sont perdu et quel- 
ques autres qui sont jugés es mains du seigneur au recou- 
vrement des charges au changement, qui sont a présent 
vague, lesquelles doivent au seigneur, au changement, 
aucuns au relief de d>x livres » cincq livres, et autres la 
meilleure dépouille des trois années Tun, n'ayant lesdits 
fiefs aucunes franchisses; mais sont taxexé en tous les en- 
voyés tant ordinaires que extraordinaires, comme tous au- 
tres terres cottieres, montant tous ces fiefs ensemble en- 
viron de cincquante huit mesures et lesquelles à la vente 
doivent le dixième denier. Partant icy pour mémoire. 

Item relevé de ladite baronnie de Guise, dict Couby, 
la seigneurie de Denterghem, enclavé au village de Lan- 
gemarcq, ayant haute, moyenne et basse justice, d*où se 
relèvent onze petits fiefs, servant icy pour appartenant à 
Mons' d*Eghem. Mémoire. 

Item est tenu de la baronnie susditte la cour féodale, 
au seigneurie de Malleghem, enclavé au village de Nor- 
berkin (1) et d'où sont tenus treize petits fiefs, dont deux 
sont en décadence, ayant petite justice. Servant ioy pour 
mémoire. 

Item est tenu de la dicte baronnie de Guise, la sei- 



(i) Commune du départemenl du Nord, dans l'ancienne Flan* 
dre française. 



587 

gnenrie avec nn cour feodale de Letnwe , enclavé nne par- 
tie dans la paroisse de Bixschotte et Tautre partie au vil- 
lage de Langemarcq, ayant petite justice et d'où sont tenus 
vingt Luîct petits arrière fiefs , dont il y a beaucoup en 
décadence, ou perdu. Servant icy pour appartenant à la 
baronesse de Rousbrogge. Mémoire. 

Item et dernièrement est tenu de ladite baronnie de 
Guise, dict Goucby, la cour féodale de St-£Ioy, enclavé au 
village de Langbemarcq, d'où sont tenus six petits arrière 
fiefs, servant icy pour mémoire. 

Ainsy fait par nous Bailly, Bourcbmestre et Ëschevins 
de la ditte paroisse de Bixschote, pour satisfaire aux lettres 
et ordonnances cy dessus mentionnées. En foy de quoy avons 
la présente fait signer par nostre greffier, ce t3 décembre 

1696. 

Tesmoîng , 

y, X, Liebaerl, 
1696. 



588 



NOTICE 



SOR LA 



SBIGNEÜBIE DE BACHTEBELST. 



Ni Sanderus, dans son édition flamande (1), ni 
M*" le chanoine Tanghe , dans sa monographie de 
Heule (2), ne parlent de la seigneurie de Bach- 
terelst. Elle était située dans le village de Heule 
près de la chapelle de sainte Catherine et 
avait une étendue de trente-six bonniers six 
cent quinze vergeB et demie. (51 hect. 55 ar. 
54 centiares.) 

Nous avons trouvé chez M*" le notaire Lagae, 
à Heule, un livre-terrier de cette seigneurie, 
accompagné d'un plan et qui donne la grandeur 
et la redevance féodale de chaque article. Ce ter- 
rier, écrit sur parchemin in-folio, contient 18 
feuillets ou 36 pages, et porte pour titre: De 
Hecrlichedc van Bachtcrdst licfffhende ivde proclm 
van Huele , hy S*« Cathelinc capclle^ casselryc van 



(1) Verheerlykt Vîaandre, II. bladz. 34. 

(2) Beschryving van Heule, Rousselaere, 1856; in-18 de 34 pp. 




I 



I 



^ 



M 
H 



1 

■S 
.6 



389 
Corlryck^ 7m tocbehoorcnde Comelis de Groote, 
fK Niclays. 1603. 

Nous avons copié le plan^ que nous ajoutons 
à cette petite notice et nous avons fait suivre 
ici les divers numéros qui correspondent avec 
ceux du plan , en ajoutant pour chacun la 
contenance et le montant de la rente féodale. 

Avant de commencer cette description, d'ail- 
leurs peu importante en elle-même , nous croyons 
faire chose utile en donnant le tarif de la va- 
leur actuelle des monnaies et des mesures dont 
il est question ici. La plupart des détails qui vont 
suivre sont tirés d'un vieux registre de comp- 
tabilité de l'ancienne cathédrale de Bruges: 

MONNAIES. 

L'unité est la livre parisis, libra parisiensis . 

Elle équivaut à dix sous de Flandre ou 
Fr. 0..90,70. 

La livre parisis se subdivise en schelen (escalins) 
et deniers. 20 schelen font une livre, 12 de- 
niers font un schele, 

1 schele ou la 20° partie de la livre, équi- 
vaut donc à 12 deniers, ou à deux liards, ou à 
un gros, ou à Fr. 0..04,54 (1). 

6 deniers font donc un liard ou Fr. 0..02,27. 



(!) Une pièce de billon nximméavyf grooien ou vyf groolenaere 
Irès-répanduc en Flandre, ne fui retirée de la circulaiion qu'a- 
près 1815. Elle valail 23 centimes. C'élail le quart de la livre 
parisis. 



390 
1 denier fait deux myten. La monnaie appe- 
lée niyle était donc la 12® partie du liard. — 

11 fallait 24 myten pour faire 12 deniers, ou 

12 korten. Dans les comptes du moyen-âge, 
on rencontre souvent, en Flandre, le mot korte 
pour denier. Ils sont synonymes. 

On ne peut, s'expliquer cette subdivision de 
la monnaie descendue si bas, que par la rareté du 
métal monnayé, rareté qui était la cause de son 
pouvoir, de sa puissance. Cette rareté et par 
conséquent, cette puissance, ont disparu par la 
découverte du nouveau monde et surtout du 
Pérou. Il est dans la nature des choses, qu'une 
matière diminue de valeur, à mesure qu'elle 
devient moins rare. 

D'après les énoncés qui précèdent, on peut 
estimer, par exemple, que la rente féodale^ at- 
tachée à la propriété désignée ci-dessous, au 
N® 5, qui était de 6 schelen et 5 deniers , équi- 
vaut en valeur intrinsèque à peu près à 0..30 
centimes. En supposant que l'érection du fief de 
liachterelst date du xm^ siècle, et en admettant, 
avec quelques numismates, qu'à cette époque la 
valeur commerciale de l'argent était au moins 
sept fois plus forte qu'aujourd'hui, il est permis 
de conclure de ces faits, sans trop de témérité, 
que lors de sa création, cette rente de 30 centimes 
avait sept fois plus de force et de puissance 
qu'elle n'en a aujourd'hui c'est-à-dire qu'alors on 
pouvait acquérir autant avec 30 centimes qu'au- 
jourd'hui avec sept fois 30 centimes ou Fr. 2-10. 



591 



MESURES AGRAIRES. 



L'unité de la mesure de superficie, dans la 
chàtellenie de Courtrai, était le honnier^ qui 
équivaut à 1600 vcKjes. Le bonnier équivaut à 
H. 1-41-69 centiares. La verge fait 8 centiares et 
une fraction. Aim^i les 606 verges, dont il est ques- 
tion au N° 1 , ^ont égales à 53 ares 66 centiares. 

MESURES DE CAPACITÉ POUR LES GRAINS. 

Dans la chàtellenie de Courtrai, le sac, qui 
était l'unité, comprenait 6 avots et l'avot con- 
tenait 4 pintes. Une pinte, d'après les tables 
de réduction aujourd'hui en usage, vaut cinq 
litres et 3 décilitres. 

n est bien entendu que ces évaluations ne sont 
qu'approximatives, car les mesures anciennes 
qui leur servent de base ont souvent subi des 
modifications. 

1 . Behuusde hofstede metten bogaert , groot 606 roen , 

ghelt jaerlicx iij se. i d. par. 

2. 606 roedeo laudts achter 

dan üookere .... . ghelt jaerlicx iij pinten en half 

ende iij** pints cvene witte 
ende vj d. par. 

3. 914 roeden landts . . . een havot een pinte evene 

vij d. par. 

4. 720 id. id . . . . eenen havot een pinte even 

vij d. par. 



592 

5. Ëcn stick landts met een 
behuasdo hofstede ende 
boghaert up de westzyde, 

groot een bundere . . . vj s. v d. i.'g par. 

6. 1500 landts ghenaempt het 

Speckers 2 bavot een pinte evene I s. 

iij d. par. 

7. 1300 landts 2 havot een pinte ende lilj<' 

pints evene. 

8. 300 en half landts. . . 2 pinten en half liiij'' pints 

evene iij d. Va par. 

9. 400 landts 2 pinten en half liiij'' pints 

evene iiij d. par. 

10.300 landts 2 pinten en half evene iij d. p. 

il. 900 landts ghenaempt cfen 

Nederpokk 2 h'ivot Ivj* pints evene ix d. 

par. 

12. 400 landt zuudt hct spec- 
kers 2 pinten en half liiij' pints 

evene iiij d. par. 

13. Ëen behnusde hofstede 

groot 200 roen 2 pinten evene ij d. par. 

14. 1210 roen landt. . . . iij havot evene j s. j d. par. 

15. Een behuusde hofstede 

groot 300 landts .... een pinte en half liiij^ pints 

evene iij d. par. 

16. 300 landts een pinte en half liiij" pin(s 

evene iij d. par. 

17. 400 landts eencn havot evene iiij d. par. 

18. 710 roeden landts ... een havot twee pinten en half 

evene vij d. 1/2 par. 



393 
{9. Een behnusde hofstede met 
een stick landts up de oost- 

zyde groot 1022 roen . . 2 havot, 2 pinten Iviij* Ixxxij" 

pints evene vj d. ^/2 par. 

20. 400 landts 2 pinten en half evene üij d.p. 

21. 400 landts 3 pinten evene ende Ivj* hoens 

V d. par. 

22. 600 landts 1 havot 1 pinte en half evene 

liij'' hoens ende vlij d. par. 

23. 900 landts 2 havot evene, een half hoen xj 

d. par. 

24. 81 8 landts 1 havot 3 pinten tderde liiij<' 

pints evene. 

25. De capelrie van S*» Cathe- 

line capelle up 700 landts . vij d. par. 

26. 1000 landts 1 havot 3 pinten en half liiij^ 

pints evene, x d. par. 

27. 600 landts 3 pinten en half liiij'' pints 

evene- vj d. par. 

28. 400 landts v d. par. 

29. 400 landts 2 pinten en half evene üij 

d. par. 

30. 400 landts 3 pinten tderde tvierde pints 

evene üij d. par. 

31. 200 roen* meersch ... 1 pinte en half lüij"pi'nts eve- 

ne ij d. par. 

32. 1800 landts 3 havot, 1 piute en half. üij* 

pints evene vj d. par. 

33. 900 landts xi d. par. 

34. 1405 landts 1 s. y d. ^/^ par. 

35. 800 roen meersch ... 1 havot evene vj d. par. 

II. 29 



Is. 


iiij d. 


par. 


i s. 


vij d. 


*n pw. 


ïjd 


.par. 




TÜj 


d. par. 




l 8 


iij d. 


'/i pa»"- 



394 

36. llOOIandts 1 s. ij d. par. 

37. Bogaert, groot een bnndere. I 8. ix d. par. 

38. 1000 land Is 1 s. i d. par. 

39. Behuttsde hofstede met oe- 
nen baghaert eode wallen 
1200 roen 

40. 1»00 landls .... 
4i. 900 roen landts . . 

42. 620 roen landts. . . 

43. Busch groot 1100 roen 

44. 3100 landts genacmd den 
Qmdendriesch ij s. yij d. par. 

45. Het capeUestick groot 1800 

roen 1 s. vj d. par. 

46. 1811 landts 1 s. vj d. par. 

47. 1B16 landts 1 s. ij d. par. 

48. 2010 landts 1 s viij d. par. 

49. Een hofstede met een stick 
landts znudt en ^est daer an » 

groot 1811 roen . . . . 1 s. vj d. par. 

80. 1819 landts 1 s. ij d. par. 

81 . 2000 roen landts . . .Is. viij d. par. 

Dit naervolghende light up de oostzjde vande Heerstrate. 
22. 900 landts xi d. par. 

83. 2000 roen landts . . . 1 s. xl d. par. 

84. 2400 roen landts . . . ij s. ix d. par. 

88. 2600 landts is. viij d. par. 

86. 400 id V d. par. 

57. 600 id iij s. par. 



395 

Au folio 16 recto se trouve écrit: 

hk Pieler de Bersacques, ghesworen landlmetere der 
stede ende casselrie van Cortryck, certifiere by desen hoe 
dat ick, ten versaQcke van C(H*neIia de Groote^ f* Nicolais, 
ghemeteo ende betrocken hebbe alie de voornoemde partien 
van landen, ghchouden van de heerlichede van Bachterelst 
ende dat naer het uutwysen vande oude renteboucken dan- 
of zynde, ende naer het bewysen vanden meerderen doel 
vande laeten, ende bevinde die groot zynde al tsamen 
zesse ende dertich banderen, zes honderd xv roeden en 
half. 

Toorconden myn bandteeckene hier onderghestelt desen 
zx'* Septembris, zesthien hondert drie. 

(Signé) Pietbr dr Birsacquks^ 

Et plus loin, au folio 17 recto: 

Hedent desen twintichsten in Septembre, zesthien hoir 
dort drie. soo es ter presentie van Dominicus vander 
Spiere, als baillia ende ontfanghere vander heerlichede 
van Bachterelst, toebehoarende den voornoemden Cornelis 
de Groote, mitghaders Jacob vander Haghe ofte Goody- 
sere, Jan de Mets, Jacques Braeye ende Jan Arents, als 
schepenen vande zelve heerlichede, ende oock ter presentie 
van Joos Gallen, pachtere van het goet van Jo' Fiere Des* 
crolieres, schiltcnape, trésorier vande camere vanden 
Eertshertoghe Mathias van Oostenryck, als getraui hebbende 
Joncvr. Magdaleene de la Bue, fî* wylent M' Allards , ende 
meer andere, overlescn desen nieuwen Rentebouck gheme- 
ten, ghemaect ende betrocken by Pieter de Bersacques» 
ghesworen landtmetere der stede ende casselrie van Gor- 
tryck, ende, naer lectucre daeraf ghedaen, bevonden den 
selven nieuwen Rentebouck goedt ende uprecht gemaect 
te zyne , volghende den ouden Rentebouck , te desen ghe- 



396 
sien ende overlesen, souder daer inné dcn hcere ofte de 
laeten vercort, yeronghelyckt thebliene. In kennessen àer 
waerheden soo hebben wj, Bailli u ende schepenen voor- 
noempt, desen xnei onse ghewonelicke hanteekenen onder 
teeckent ten daghe ende jaere ais boven. 

Suivent les signatures de Jacob Tandcr Haghe, Spiere, 
Jacques Braeje, Jan de Mets^ Coadisere, Joos Gallen, 
Lion firaeye et Jan Ârents. 

Nous n'avons rencontré ailleurs aucun docu- 
ment sur la seigneurie de Bachterelst et elle 
n'est pas mentionnée dans YInvcntaire de tous 
les registres et papiers, provefiant des seigneuries, 
baronnics et cours féodales, enclavées dans la 
chàtellenie de Courtrai, déposés au greffe du tri^ 
bunal civil à Courtrai, publié par Decoene^ dans 
le V volume^ pp. 264 et suiv. de la 2« série 
des Annales de notre société. 

A. Angillis. 



597 



COMFTE-BENDXT ANNUEL des trayaux de la 
Société d'émulation, pour l'étude de l'histoire 
et des antiquités de la Flandre, conformément 
à l'article IX du Béglement. 



ANNÉ1Ü 186 7. 



Pendant le cours de l'année 1867, la Société 
a •publié les fascicules 1, 2, 3 et 4 du tome 
deuxième de la troisième série de ses Annales , 
le dix -neuvième de la collection. Outre plusieurs 
mémoires se rapportant à Thistoire et aiix anti- 
quités de la Flandre, parmi lesquels nous citerons 
une revue des objets d'art de la Vallée de l'Iser, 
et une Notice sur la situation des communes 
du littoral , dans le Franc de Bruges et les 
Quatre-métiers , à la suite des irruptions de la 
mer et des troubles de la réforme, ce volume 
renferme encore un mémoire de M. Piot, sur 
le type et le caractère de la Sculpture en Bel- 
gique, pendant le moyen-âge; nous devons à ce 
travail une mention toute particulière. Sous le 
titre mode^ite d'Essai, le savant archéologue a 



398 
retracé à grands traits Tfaistoire de la sculp- 
ture en Belgique au moyen-âge, en faisant claire- 
ment ressortir les caractères qui distinguent 
les œuvres d'art de chacune des périodes de 
cette grande époque. Une connaissance appro- 
fondie des monuments de notre patrie et de 
ceux des pays voisins, un goût sûr et un vif 
sentiment du beau, se révèlent à chaque page 
de ce travail, dont l'importance n échappera à per- 
sonne, maintenant qu'on s'occupe de toutes part-s 
de la restauration des monuments anciens et qu on 
s'inspire de ceux-là pour en créer de nouveaux. 

Notre société, fidèle à son titre de Société 
d'Émulation , et toujours prête à encourager 
les entreprises utiles, a voulu coopérer indi- 
rectement à la publication de deux ouvrages 
importants sur l'histoire et les antiquités de la 
Flandre: Lissewcghe, son église et son abbaye, 
par M. Léopold van Hollebeke, et. Geschiedenis 
van Middelburg in Flaenderen, door Karel Fer- 
schelde; elle a souscrit pour un nombre d'exem- 
plaires de ces publications, pour être distribués 
à ses membres. Nous croyons qu'en fait de 
monographies j il y a peu de publications qui 
puissent soutenir la comparaison avec chacun de 
ces deux ouvrages. 

En terminant ce court résumé, il nous reste 



399 
à payer un hommage pieux à la mémoire des 
collaborateurs que la mort a ravis à notre ami- 
tié pendant cette année: M. Edmond Veys, 
docteur en droit, chef de division au gouver- 
nement provincial, est mort à Bruges, le 22 
juillet 1867; un des membres -fondateurs de 
notre Société, il lui porta constamment le plus 
vif intérêt et ne négligea aucune occasion de 
lui être utile. Le 13 octobre de la même année 
mourait à Meulebeke , M. Vbrbekb , curé de 
cette paroisse depuis 1843, ancien membre du 
Congrès national et docteur en philosophie et 
lettres de l'Université catholique de Louvain. L'un 
de nous lui a déjà consacré dans les Annales quel- 
ques pages venant du cœur, mais qu il nous soit 
permis de rappeler encore une fois ici le souvenir 
de cet homme de bien, de ce patriote sincère, 
dont la mort fut un deuil pour sa paroisse et 
pour la llandre toute entière, où il ne comp- 
tait que des amis. Verbeke possédait le rare 
talent de se faire aimer de la jeunesse et de 
la diriger, tout en ayant Tair de lui laisser 
suivre ses propres inspirations; il excellait en 
cela comme en politique, il savait admirable- 
ment concilier les principes de liberté avec ceux 
d'autorité. Un jugement droit, une grande con- 
naissance des hommes, mais sans aucun mélange 



400 

de misanthropie, un style clair et élégant, fai- 
saient de lui un polémiste de grande valeur, auquel 
il n'a manqué, dans la seconde moitié de sa 
carrière, quun plus grand théâtre; mais le di- 
gne prêtre s'en inquiétait fort peu , il était heu- 
reux de faire le bien là où il pouvait le faire, 
et la récompense de ses travaux, il la cher- 
chait ailleurs qu ici-bas. 

S'il est une circonstance qui puisse adoucir 
nos regrets, c'est la certitude que nos pertes 
sont dignement reparées: d'autres hommes, mar- 
qués au coin d'un profond savoir et d'un vif amour 
de rhistoire de notre Flandre , sont venus rem- 
plir les vides qui s'étaient faits dans nos rangs ; 
nous enregistrons avec une satisfaction bien 
légitime ce nouveau témoignage de sympathie 
donné à notre société par des hommes dont 
l'approbation est pour nous du plus grand prix. 
M. le colonel Meyebs, de l'état-major du génie, 
directeur des fortifications de la 2« division 
territoriale à Liège, et M. Fkançois Bbuyneel, 
de Courtrai, biblophile et amateur de premier 
ordre, sont venus remplir les vides que nous 
avons à déplorer. 

Pour le Comité-Directeur, 
A. Van Bibbvliet. 



401 



TABLE DES MATIERES 

CONTENUES 

DANS LE TOME n DE LA TROISIEME SÉEIE» 

DIX-NBOVIÈMB DE Là COLLECTION. 



Première réoDÎOQ générale de la Société archéologique 

de Bruges. Avec plan de la porte de Gand à Bruges. 1 

Disconrs prononcé par M. Vercadtebsn, président. 3 

Dissertation de M. le chanoine Van ob Puttb., 

sur la numismatique du temps de Goltzius. . .11 

Analectes pour servir à Thistoire de Roulers ... 19 

I. Relation contemporaine des troubles religieux 

à Roulers, en 1566 21 

II. Exemption du droit de chaussée, donnée par 
le magistrat de Roulers, à Tabbaye de Zonne- 
beke, 1498 40 

III. Fondation d'une chapelle à Roulers, par 
Roger de Lichtervelde , 1356. . . A. Angillis. 41 

Archéologie. — Quelques données pour aider à fixer 
répoque de la construction du chœur de Téglise col- 
légiale de S'-Sauveur, à Rruges. Gh. Verschbldb. 58 

Un ancien adage flamand G. 63 

Un privilège de la corporation des bouchers de Dix- 

mude , 1392 Léopold van Hollebeee. 73 

L abbaye de Nonnenbossche A. Angillis. 82 

La vallée de User. — Ses églises. — Ses objets d'art. 89 

Église de Haringhe 91 

Église de Watou 92 

Église de Proven 94 

Église de Be veren. Avec planche » 



402 

Église de Crombeke 95 

Église d*Oostvleieren 9G 

Église de Westvieteren. Avec plan .... 97 

Église de PoUinchove lOH 

Église de Loo 109 

Églises de Nieawcapelle et d'Oadecapelle . . liO 
Église de St-Nîcolas à Dixmade . . P. Y.. » 
Bibliographie. — Esquisse historique de Pierre De Gorte, 
premier évèque de Bruges , ancien professeur de Tn- 
niversité de Louvaîn; par Alphonse De Letn , doc- 
teur en droit, etc J -0. âhdrus. 113 

Situation des communes limitrophes de la mer dans 

le Franc de Bruges et les Quatre-Métiers , à la suite 

des irruptions de la mer et des troubles de la 

réforme, daprès un manuscrit de 1619 .... 121 

ImportencB historique des registres des wate- 

ringues 122 

Declaratie tot bcwys van de vcrdestrueerde ker- 
ken, cloosters, capellen, godtshujsen eude ander 
pieuse plaetsen verwoest ende ghedestrueert , soo 
door de troubelen opgecomen inde hérésie omirent 
het jaer 1579, als door de innondatien van de 
jaren 1489, 1535, 1583, alswanneer duergesteken 
waeren door de rebellen ende de gonne houdende 
partye van syne Majesteit, meest alle de landen 
van omtrent Dixmuyde, Nieupoort, ende alsoo 
langhest de zeekusten tot voorbj Aentwerpen, 
zoomen bevyndt by naervolgende bewysen • . 126 

St-Cathelyne buyten Oostende » 

Blaukenberghe 127 

Lapschuer » 

St-Cathelyne buyten Damme » 

liai nek inswcrve » 

Cocxide, alias Beynjicrtskercke 128 

Nicukercke » 

St-Catlielyne 



• 



403 

Onze L. Vrauwe in Gadzant i 

Wulpen » 

Schoonvelde » 

Oudemanskercke te vooren St-Niclays in verno, » 

Nieuw Ronsselaere 129 

St-Jans in Eremo » 

St-Margrîete 129 

Sint Laureyns te blocke 130 

Spieisbrouck » 

St-Cruys buyten Ardembarch » 

Aerdemburch , alias Rodemburch i 

Middelburch in Vlaendcr, alias Heyie . , . 131 

Nineve ofte Ne?ele 133 

Lang-aerdemburch » 

Hennebenne , Trabeten » 

Cort verhael van de inondatien « verwoestyngen 
ende destructie der kercken, cloosters etc. ge- 
buert in de vier ambachten te weten Doucboutte , 
Assenede, Axel, Terneuzen en het lundt van 
Waes met ander plaetsen daer ontrent . . . 134 

Brestkins 

Groede, alias Uoerskercke 

NieuwvHet 

Schoondycke, alias Stovendycke 

Gaternisse 

Ilugevliet 

Oostburch 1 

Osemans, alias Noorman akercke 

Ëilemaere 

Oudt Ysendyke 

L^ng-aerdemborch. 

Otise Lieve Vrouwe len Hamer 

Ter Piet ofte de Pietekercke \ó6 

Biervliet 

Wafervh'ct 

Noms des Heux contenus dans eet article. C. V S D. 137 



.^5 



404 

Biographie de M' David Verbeke F. V. 139 

Analectes pour servir à Ihistoire de Roulers . . . 143 

IV. Observations de Tabbé de Zonnebeke concer- 
nant les biens de Tabbaye situés à Roulers . . » 

V. Inventaire concernant quelques chapelllenies 
dont la collation appartenait à Tabbaje de Zon- 
nebeke 146 

VI. Documents concernant l'abbaye de Zonne- 
beke 148 

Vil. Listé des chapellenîes de Roulers (1727) . 151 
VIIL Pièces concernant la chapellenie de la 
confrérie de Notre-Dame 153 

IX. De personatu de Rollare et Nieukercka . 162 

X. Chapellenie de Thôpital. . . . . . . 166 

XI. Gapellanid Sancte Marie dicte Castri de 
Iseghem ['t hof t^seghem) . . . A. A.ngillis. 176 

Essai sur le type et le caractère de la sculpture en 

Belgique, pendant le moyen-âge 179 

But du travail 179 

I. Caractère général de la statuaire du moyen-âge mis 
en parallèle avec celui de Tart classique. — Prin- 
cipes de la statuaire des anciens et de celle du 
moyen-âge. — Influence du catholicisme sur Tart. 180 

II. Formation de deux écoles. Tune à Constantînople, 
l'autre à Rome. — Chute de la civilisation an- 
tique. — Introduction de Tart byzantin en Italie. 

— Il se propage en France et eu Belgique. . 195 

III. La sculpture pendant la période mérovingienne. 198 

IV. La sculpture belge sous les Garlovingiens. — 
Trésor de l'abbaye de S*-Trond. — Objets d'art 
dans l'abbaye de Lobbcs. — Influence du clergé 
sur l'art. — Dyptique de Genoels-Elderen. — 
Ivoire du trésor de l'église Notre-Dame à Tongres. 

— Couvertures d'un évangéliaire de la catbéJrale 
de Tournai et de celui de Notger, évêque de 
Liège 199 



405 

V. L'art byzantin se propage pendant le x* siècle. ~ 
Sculptures payennes mises à profit pas les chré- 
tiens. — Caractères de la sculpture du xi* siècle. 

— Bas relief du monastère de S*-Bavon à Gand 
et de réglise de S''-Gertrude à Nivelles. — Sculp- 
tures de réglise de S*-Servais et de Notre-Dame 

à Maestriclit 205 

VI. Le plein cintre commence par faire place à l'ogive 
pendant le xii' siècle. — L'art belge se rattache 
à l'art germanique. — Caractère spécial de l'art 
belge. — Les Belges commencent par imiter la 
nature. — Individualité des traits des person- 
nages. — La porte Mantel à Tournai. — Culs- 
de-lampe de la chapelle de S*-Macaire à Gand. — 
Sculptures dans l'église de S^-Germain à Tirlemont. 

— Tombeau de S''-Alène à Foret. — Fonts- 
baptisftaux de S^-Barthélémi à Liège. ^— La porte 
d'or à Freiberg. — Ornementation des pierres 
sépulcrales 212 

YII. Transformation de l'art pendant le xm*" siècle. 

— Influence et caractère de l'art ogival. — La 
bourgeoisie s'y initie. — Tombeau de Gautier 
Mouton à Tournai. — Image de la Vierge dans 
la Chapelle du S*-Sang, à Bruges. — Bas-relief 
de l'hôpital de Bruges et image de S*-Corneille , 
ibid. — Ivoire de Notre-Dame de Groeningen, à 
Courtrai. — Sceau de Marguerite de Constan- 
linople. — Pierres tumulaires de Henri l , duc 
de Brabant, de Mathilde de Flandre et de sa 
fille Marie, dans Téglise de S'-Pierre, à Louvain. 
Portail de l'église de S'-Servais à Maestricht. — 
Pierre tumulaire à Houffalize. — Sculptures dans 
le baptistère de l'église de Dinant. — Id. sur 
bois à Lowaîge et Oplinter. Sculptures décoratives 
de l'église de la Chapelle à Bruxelles. — Statues 

à Trêves et à Chartres 220